Droit et Liberté n°254 - juillet 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°254 de juillet 1966
    • Halte au néo-nazisme! 'page1
    • Vivent les vacances mais... par Albert Levy
    • Ceci se passe en France: ils rééditent Goebbels
    • Logement, transport maritimes: des discriminations inadmissibles
    • L'art Africain de Dakar à Paris par Jacques Chatain

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

HALTE AU NEO-NAZISME! RIPOSTE POPULAIRE A KARLSRUHE Les syndicats allemands ont appelé à s'opposer au congrès du N.P.D. Ce n'est qu'avec le soutien actif de la police que les néo·nazis purent se réunir. JUILLET 1966 CECI SE PASSE EN FRANCE 1 Ils rééditent Goebbels ... Ou' enseigne-t-on ou « campécole » de la F. E. N. ? LOGEMENT, TRANSPORTS MARITIMES: DISCRIMINATIONS INADMISSIBLES N° 254 Un franc Vivent les Vacances • mais ... ) UILLET : on part - ou l'on se prépare à partir ... Cepend.ant, ~ê~e en ces semaines vouées aux vacances, meme SI c est sur quatre pages seulement, Droit et Liberté se devait de paraître. Trop de faits inquiétants et graves requièrent notre attention, notre vigilance pour que nous nous taisions. Il faut que nos amis soient informés. Jouir d'une détente nécessaire et bien méritée, n'est pas incompatible avec la conscience, non moins nécessaire, de la réalité, et des luttes à poursuivre demain, plus fermement encore. . Une délégation du Bureau National du M.R.A.P. se rend, ces jours·ci, à l'ambassade de la République Fédérale Allemande à Paris. Au nom de notre Mouvement, de tous ceux qui ont souffert du nazisme et l'ont combattu, au nom aussi, n'en doutons pas, des plus larges courants de l'opinion française, elle a pour mission d'exprimer l'émotion que suscite la remontée des forces mauvaises outreRhin et de demander des mesures plus résolues pour leur faire obstacle. Ce n'est pas l'esprit de vengeance qui nous anime, ni un antigermanisme de principe - qui serait une forme de racisme. Au contraire, nous souhaitons la compréhension, l'entente entre deux peuples, deux jeunesses, trop longtemps opposés. Encore faut·il que les conditions soient créées pour cela, c'est·à·dire la condamnation permanente, sans équivoque, de la barbarie hitlérienne et non pas l'oubli qui favorise l'agitation des revanchards ; le châti. ment de tous les bourreaux et non la mansuétude et la prescription ; Wle totale reconversion démocratique et non la protection des groupes d'extrême·droite, qui font preuve d'une audace de plus en plus insolente. Le 17 juin, les syndicats allemands organisaient à KarlsrulIe une puissante manifestation pour protester contre le congrès du N.P.D. (Parti National.Démocrate) qui devait se tenir dans cette ville. Ce sont les travailleurs, les démo· crates que la pOlice a frappés, garantissant manu militari le déroulement de la réunion provocatrice. Notre solidarité pour les syndicalistes va de pair avec notre indignation devant les complicités dont bénéficient les héritiers du national·socialisme. Indignation que justifient aussi. 20 ans après la victoire alliée, la démonstration de 6.000 anciens S.S., chantant leur hymne de haine et de sang aux obsèques d'un des leurs, à Ludwigsbourg ; les innombrables profanations de tombes juives et la floraison des croix gammées dans l'ensemble de la R.F.A. ; l'extension des organisations qui prônent ouvertement le nazisme et le tirage ascendant de leur presse - pour ne citer que des informations récentes ... ET en France ? La presse signale depuis quelque temps les activités de certains groupes qui affichent ouvertement leur filiation hitlérienne. Uniformes, saluts nazis. croix gammées, porte·clés à l'effigie du Führer, slogans tirés de Mein Kampf et du Stürmer : ces nostalgiques entretiennent leur ardeur exterminatrice par l'évocation des « gloires » et des crimes du passé. Il faut dénoncer avec vigueur ces menées dangereuses. Mais voir là l'unique manifestation de l'idéologie nazie serait une fatale erreur. Il est, en effet, d'autres groupes, dont les rapports avec les précédents n'apparaissent pas d'emblée, et dont l'habileté à se maquiller, loin d'atténuer leur nocivité, ne fait que l'accroître. L'un d'eux, qui vient de se constituer, s'intitule, avec une astuce assez grossière, Parti National ET socialiste européen. Remplacer un trait d'union par une conjonction, ajouter un qualificatif ne suffit pas à donner le change, surtout si, à défaut des statuts anodins, le programme d'action des fondateurs se réfère explicitement aux thèses du JJ)litional·socialisme (avec trait d'union). Ce qui compte, à vrai dire, ce ne sont ni les mots ni les sigles : les métho· des employées, les mots d'ordre diffusés démasquent beau· coup plus valablement les disciples plus ou moins honteux de la doctrine hitlérienne. Ils admirent la force physique et voient dans les brutalités de leurs commandos l'expres· sion achevée de l'action politique ; ils pratiquent le culte de la discipline et de « l'ordre » ; ils sont nationalistes et démagogues, racistes et xénophobes ; ils haïssent la démocratie et les idées généreuses ; ils méprisent l'homme dans sa dignité et sa diversité. Dès lors qu'apparaissent ces symptômes bien connus, qu'importe le vocabulaire, qu'importe que la croix gammée devienne croix celtique ou soit remplacée par un « fer de lance ", une flèche ou tel autre accessoire ? La mise à jour des thèmes de propagande en fonction des grands problèmes et des préoccupations de l'actualité, l'adaptation du racisme et de l'antisémitisme aux données nouvelles de notre temps (réprobation engendrée par l'extermination des juifs, décolonisation, migrations de travailleurs africains vers l'Europe occidentale, transfert dans le sud des Etats·Unis et en Union Sud·Africaine des places·fortes de la « Suprématie blanche »), c'est cela précisément, le NEO·nazisme. Si, obnubilés par les formes anciennes du mal, nous hésitions à le reconnaître sous

  • Suite page 3.

Albert LEVY. 3·VI. - Dans le cadre des sanctions éco· nomiques appliquées contre le régime de lan Smith, le gouvernement britannique interdit l'importation de fonte et d'amiante de Rhodésie. 7·VI. - Après l'attentat contre Meredith, LE PASTEUR KING ET PLUSIEURS AUTRES LEADERS NOIRS REPRENNENT LA « MAR· CHE CONTRE LA PEUR » sur '; les routes du Mississippi. '.i~ 9-VI. - Quatre cents marcheurs rejoignent les cinq dirigeants antiracistes qui avaient pris la place de James Meredith, transformant ainsi la marche en manifestation contre la ségrégation raciale. II·VI. - Les participants de la « Marche contre la peur » manifestent à Batesville (Mississipi), devant le tribunal où ont eu lieu les inscriptions sur les registres électoraux. Bilan : 53 inscrip· tions d'électeurs noirs. • Quatre hommes du Ku-Klux-Klan organisent une « contre-marche de la peur » depuis Gettysburg (Pensylvanie) jusqu'à Washington. 13·VI. - A Chicago, de violents incidents éclatent entre la police et de jeunes Porto· Ricains qui participaient à un meeting pour la paix. 15·VI. - Les anciens gardiens de camps de concentration n'ont aucun droit à percevoir de pensions, leurs fonctions ne pouvant être assimilées à des « services militaires » décide la Cour fédé· l'ale de Cassel, en R.F.A. 16·VI. - A Saïgon, les manifestants qui demandent un changement de gouvernement affrontent la police et la troupe : deux morts, nombreux blessés ; le couvre- feu est décrété. l7·VI. - Vingt mille syndicalistes venus de toute l'Allemagne ma· nifestent à Karlsruhe (R.F.A. ), contre la tenue du CONGRES FEDERAL DU PARTI NEO-NAZI Allemand (N.P.D.). • Comme prévu, Aubrey-James Nowell, le blanc inculpé de tentative d'as· sassinat sur James Meredith est mis en liberté provisoire sous caution. 20-VI. - La Cour Suprême des Etats· Unis examine le cas d'un député noir de Georgie, M. Julian Bond, dont l'élection avait été invalidée après qu'il eût signé une déclaration du S.N.C.C. (Comité de coordination des étudiants nonviolents) s'opposant à la politique américaine au Vietnam. • « La guerre au Vietnam est l'une des plus barbares de l'Histoire » déclare M. Thant, secrétaire général de l'O.N.U. 2l·VI. - Des racistes blancs attaquent à coups de manches de haches les « mar· cheurs noirs contre la peur » qui, sous la conduite du pasteur King, manifestaient silencieusement devant le palais de justice de Philadelphia (Mississippi) pour commémorer l'assassinat, voilà deux ans, de trois militants intégrationnistes dont les meurtriers blancs sont toujours en liberté. 22.VI. - Incidents raciaux à PompanûBeach (Floride) où six cents Noirs manifestent devant la boutique d'un commerçant, Arthur Marcks, qui avait giflé un enfant noir âgé de dix ans. 23-VI. - Le gouvernement sud-africain refuse à l'évêque noir anglican H.A. Zulu un visa nécessaire pour se rendre à Genève où il devait présider la conférence mondiale organisée par le Conseil oecuménique des Eglises (C.O.E.). 26.VI. - La « Marche contre la peur » prend fin à Jackson (Mississippi): plu· sieurs milliers de personnes font leur entrée dans la ville sous la conduite de James Meredith et de plusieurs leaders antiracistes. 28.VI. - Wilhelm Barster, ancien général S.S. et chef de la police de sécurité nazie aux Pays-Bas ; Wilhelm .zoepf, ancien commandant S.S. et chef de bureau des affaires juives aux Pays-Bas, et Gertrud Slottke sont inculpés à Munich de participation au meurtre de juifs hollan· dais dont la petite Anne Frank. • Israël : les zones militaires dans les régions habitées par les Arabes et la législation spéciale en vigueur dans ces zones seront supprimées à partir du 1" décembre prochain. 30-VI. Pour la première fois, BOMBARDEMENTS AMERICAINS CONTRE HANOI ET HAIPHONG : cette nouvelle éta· pe de l'escalade militaire suscite de nombreuses protestations dans le monde. A Paris, 20.000 person· nes manifestent devant l'ambassade des U.S.A. Il Y A 60 ANS DREYFUS ... Le 12 juillet 1966, voici juste soixante ans, le capitaine Alfred Dreyfus était réhabilité par la Cour de Cassation, après douze ans de souffrances physiques et morales. Pour commémorer cet anniversaire, le M.R.A.P. demande que son nom soit donné à une rue de la capitale et de plusieurs villes françaises. Droit et Liberté publiera par ailleurs, à partir de la rentrée, une série d'articles sur l'affaire Dreyfus vue par ses contemporains. QUE SE PASSE-T-IL ? Le neveu de Drumont U ~ certain Philippe Bo~vard, qui est 1,: chroniqueur mondain d'un élégant Jour':lal tenant ses a~s~ses au r.ond-:~JOmt du Tout·Paris, vient de publier un hvre : « Petit precIs de socIOlogIe pariSIenne » ; c'est son droit. Que M. _Bouva~d veuille décrire à sa man~ère la vie parisienne, c'est également son ~rolt. ,Ap.res tout,. les salons! les parasites, !es femmes ~u monde, les pédérastes, 1 academIe, les dmers en VIlle sont une pature qu'un Journaliste demi-mondain peut piller à sa guise. Ce n'est pas une littérature qui m'intéresse mais à chacun son goût ou son manque de goût... ' Pourtant ce livre comporte quelques dizaines de lignes dignes de Drumont dont je ne peux pas me désintéresser : ' « La race pédérastique a sur la race juive l'avantage d'autoriser sans le secours d'un praticien agréé, les conversio.ns les plus tardives. Les tragiques camps de la mort dus au nazIsme 'n'ont, a mon sens, aucunement détruit la franc-!llaçonneri.e juive. En s'~ffaiblissant numériquement, les israélites ont pu - et Je vous prIe de ne pas vOIr sous ma plume un paradoxe de mauvais goût - plus facilement se regrouper. Ils bénéficient en outre, et pendant un certain temps d'une espèce de « période de rachat », durant laquelle personne n'ose plus avouer son antisémitisme. » Rien ne manque à cette triste prose, pas même le recours aux « juifs qui nous gouvernent » : « Je ne pense pas que les juifs aient plus ou moins que d'autres le sens de la famille. Ils ont seulement, par suite de la possession des principaux leviers de commandes, davantage le pouvoir de la placer. » Ce neveu de Drumont en fait trop. Voici un siècle que justice a été faite d'arguments aussi bas et aussi faux, par la célèbre formule : « L'antisémitism~ est le socialisme des imbéciles. » Mais comment ne pas frémir à la pensée que M. Bouvard est l'un des représentants homologués de l'esprit français ? NEO-NAZISME • Un camp d'initia~ tian à la violence LA Fédération des Etudiants Nationali stes organise, l'été prochain, son auatrième camp-école. « Dix jours de formation intellectloelLe et d'entraînement physique permettent altx étudiants nationalistes de trouver le meilleur de leur forme », promet Europe- Action, qui se charge du recrutement. Ce camp « permet la formatw~1 de centaines de militants étudwnts qlH deviennent à la rentrée snivante, le fer de lance d~ l'action nationaliste en milieu ltniversitaire ». Ce « fer de lance », ce sont les commandos fascistes qui diffusent EuropeAction en criant des slogans racistes, et montrent par leurs agressions répétées qu'ils font de la ViOlel~C~, une vertu; En août 1965, le trolSleme camp-ecole, organisé en Vendée, à La Chaise-le-Vicomte, avait à ce point défrayé la chronique que la police avait ouvert une enquete; les participants au camp se livraient à des exercices militaires, à un entraînement à la guérilla, dans un t!'~it de mitraille diffusé par des hauts-pm· leurs. Trois dirigeants furent arrêtés ... et relâchés au bout de 48 heures. La loi qui interdit la formation de milices privées n'est pourtant pas caduque. Cet entraînement est d'autant plus inquiétant que, si l'on en croit EuropeAction, « Le camp d'été 1966 va marquer dans les annales de la F.E.N., tant par le nombre des participants que par la natltre des cours. » Il est vrai que l'assurance de l'impunité permet à ces chantres de la violence, « qui nous rend nous-mêmes », de perfectionner, d'année en année, leurs méthodes. • Nationaux « et » socialistes UN nouveau groupe a déposé ses statuts à la préfecture de police de Paris : le Cercle National et Socialiste Européen, qui se donne pour mission « l'étude et la forlllation politiq/~ e, l'élaboration d'une doctrine socialiste et euroPéenne ",. Cette couverture anodine lui permettra sans doute d'obtenir l'autorisatio1" qu'il demande. Il a publié, par contre, . usage interne, une sorte de plateforme politique beaucoup plus significative, encore que le moindre terme y ait été pesé pour éviter l'accusation d' « apologie du crime » qui menace les néo-nazis affichés. « Conscients des qualités biologiqttes des peltples de l'Europe », les auteurs du texte veulent « définir les droits de notre race » et organiser l'Europe « ,en fonction des ethnies Olt des minorités ». Ils reprennent à leur compte la nouvelle thèse qui prétend défendre la race blanche contre le « péril racial » jaune, noir ou autre. Le texte dit en toutes lettres : « Il faut préserver l'Europe de toute domination raciale étrangère ». Puis, notent les auteurs du texte, « cette volonté de préserver la -race de tout métissage nous appar,ente sur le plan idéologique attX fondateltrs de la doctrine nationale-socialiste ». Mais, loin de se défendre de cette filiation, ils ajoutent

« Nous n'hésiterons pas à nous

réclamer de certains principes de base relevant de cette doctrine dans la mes1tre où nous les considérons comme touj01trS valables pour notre temps et pour notre monde ». C'est la première fois que l'adhésion Oncle TOM. au, nazisl~1e est ~ussi nettement proclamee; maIs ces declaratlons ne font que reprendre avec une netteté parti cul ière une argumentation nouvelle que l'on retrouve de plus eJ1 plus souvent sous la plume des néo-nazis, déclarés ou non : les crimes d'Hitler, disent-ils, n'entachent en rien la doctrine nazie car un ensemble d'idées ne saurait être tenu pour responsable des actions commises en son nom. L'argumentation nazie, on le voit af· fectionne les falsifications. Car e;1fin c'est toujours dans ses entreprises l e~ p.1u~ m?n~trueuses qu'Hitler a été le plus fldele a 1 esprit comme à la lettre du nazisme. • Goebbels publié en France LA collection Action vient de sortir son quinzième ouvrage. Après les oeuvres du général SS. Otto Skorzeny, l'apologie des crimes de l'O.A.S. et quelques publications du même genre, ce quinzième livre constitue une nouvelle étape de 1'-« escalade » néo-nazie. Il ne s'agit de rien de moins que d'un ouvrage de Joseph Goebbels, « Combat pour Berlin », préfacé avec l'hypocrisie à laquelle on pouvait s'attendre : « C'est pour combler lme laclme et dans le SOttci d'impartialité ,et d'objectivité qui a constamment été le nôtre, que nous publions aujOttrd'lmi un des grands textes de la lntte des nationaux-socialistes pour le pouvoir. » Goebbels a écrit Combat POltr Berlin en 1931, à l'époque où le nazisme s'apprêtait à saisir le pouvoir. Le propagancliste tente d'y accréditer l'image d'une poignée de militants courageux, proie Il1cessante des barbaries communiste, juive et social-démocrate, et qui réussit à fOl'ce d'abnégation et de courage lucide à forger le glorieux instrument politique que l'on sait. Il faut au lecteur beaucoup d'attention pour noter, de temps en temps, quelques phrases révélatrices. Par exemple _: - « Certainement la propagande nationale- soC'Ïa1iste est élémentaire; mais il est aussi vrai que le peuple pense primitivement. Notre propagande simplifie les problèmes; elle les dépouille consciemment de leurs oripeaux confus. » Les « oripeaux confus », en l'occurenre, sgnt les complexités du réel, qui ne pouvaient évidemment gu'encombrer les Il1tellects nazis. - Ailleurs, Goebbels tente de décrire la !." répression impitoyable » exercée par 'es autorités de la République de Weilar à l'encontre du nazisme. Chacun • ait que c'est là une contre-vérité, et que la montée du nazisme fut possible, entre autres, par les mille complicités d'un « système» qui se rendit sans lutter. La vérité, cependant, perce parfois; par exemple lorsqu'il décrit la première grande bagarre qui opposa, à Berlin, les SS. et SA. nazis aux ouvriers communistes, en 1927 : « La bataille des salles Pharus s'acheva ... A l'extérieur, la police avait dégagé la rue (des contre-manifestants communistes. N.D.L.R.) . La retraite des SA. ,et de la S.S. se déroula sans entraves. » Goebbels admet donc lui-même la collusion, six ans avant l'avènement de Hitler, entre les milices nazies et la police de la République. Il faut souligner que les éditions Saint-Just, responsables de la collection Action, n'osent pas ouvertement « annoncer la couleur », ni donner à ce livre valeur d'enseignement : « Ce document exceptionnel n'a auj01trd'hui qn'un intérêt humain », dit la préface, d'ailleurs contredite par le prièr,e d'insérer qui donne à l'ouvrage un autre intérêt: «C'est le récit des luttes d'une poignée d'hommes décidés à tout ... chaque phrase y est manifestation de volot/ té dçbouchat/t sur faction»; mais ne nous y trompons pas : c'est avec méthode que se poursuit la grancle offensive cie réhabilitation du nazisme; la publication du livre cie Goebbels est un pas en ce sens; s'il ne suscite pas cie réaction, un pas cie plus sera encore fait. Au demeurant, Combat pour Berlin est riche au moins d'une leçon toujours actuelle : « Noire chance, écrit Goebbels, fut que le lIIa.risJ/le ,et la presse juive ne 110US prire/lt pas an sérieux (au début). » Cette phrase est à citer et recitel- à ceux qui, en 1966, jugent le néonazisme inoffensif. U.S.A. • Un été lourd de menaces L'ETE est, aux Etats-Unis, la saison des émeutes raciales; en 1964, ce furent les troubles de N ew- York; l'an dernier, le- quartier de Watts se souleva, à Los Angelès. Les sociologues expliquent cette recruclescence quasi- annuelle par la désorganisation de l'économie due aux vacances, les difficultés particulièrement grandes pour trouver du travajl à cette époque, et les migrations saisonnières, particulièrement fortes durant les mois d'été. A quoi il faut ajouter la situation économique et sociale clans les ghettos noirs, où rien n'est fait pour redresser la situation. Après les émeutes de l'an dernier à Los Angelès, où les observateurs les moins favorables à l'intégration ont dû reconnaître le triste sort réservé aux immigrants noirs en Californie, on n'a rien tenté pour améliorer cette situation; les autorités du lieu se sont contentées d'élaborer un système de répression plus rapide et plus « efficace »; de sorte qu'il est permis cie penser que de nouvelles émeutes peuvent avoir lieu cet été à Watts. Floyd Mac Kissick, président national du CORE (Congrès pour l'Egalité Raciale), a donné à la presse une liste de quarante grands centres urbains aux U,S.A. où des émeutes risquent d'éclater, parmi lesquels New-York, Philadelphie, Chicago, Çleveland, Los Angelès, Baltimore; car partout les conditions sont réunies : ségrégation raciale, taudis, surpeuplement, chômage, pauvreté, humiliation ... Cependant la « nouvelle marche contre la peur» s'est terminée, le 26 juin, à Jackson, dans le Mississippi - James Meredith, à peine remis de sa blessure, était en tête du cortège, accompagné de responsables noirs - le Pasteur King, Floyd Mac Kissick, Sammy Davis junior, etc. - et de per onnalités blanches - le syndicaliste Walter Reuther, Burt Lancaster, Marion Brando, Antony Franciosa. L'arrivée dans le fief du Ku-KluxKlan du cortège cie 10.000 marcheurs ne s'est pas déroulée sans incidents ; des racistes blancs l'accueillirent aux cris de « Nous tuerons Martin Luther King »; des provocateurs tenterent de semer la panique et la colère en hélant le cortège dans des automobiles, et en criant des injures. La police ' elle-même tenta, à Canton, cie disloquer le cortège à coups de grenades lacrymogènes. Après la libération clu tireur qui blessa James Meredith voici quinze jours, les hommes de main clu Klan se sentaient certains de l'impunité. James Meredith souligna au cours du meeting de clôture que l'action non-violente. n'était ,pas sans }imit~s, et qu'il ne fallaIt pas s attendre a toujours voir les noirs « tendre la joue gauche attf tueurs du Klan ». Par ailleurs, les autorités de Washington ont fait publier un rapport sur les moyens financiers et l'effort à consenti r pour promouvoir aux EtatsUnis une politique d'intégration véritable. Le rapport conclut que cet effort coûte trop cher pour être actuellement entrepris : le gouvernement américain a besoin dE guerre au Au fil a adres lisé à IV fut victi « exprit antiraci: exempla Deux aux anti tin Lutl ALLEft • Le~ COI «L ~i c( l'issue des du N.P.D. à Karlsrul néo-nazis raisons de leur réuni( • La FI de Bade-V intention d grès. Elle pour amer hommes, r congrès. l M.R.A.P. manifestati listes : 1: Nous solidarité. contre tou d' antisé1l1 it sympathie travailleur. ql.ti lent en/ dû, lIIarqll risme et ~ d'aHtallt p sentous av dIt néo-na nous auss y compris Dès l'ou clicalistes des baga rI' que la po protection réunir im clu gouver • Les leurs travi tantielle dl ron, contr • Leur verture, à mands des 300.000 al cardinal l nich, fils Otto de . un appel; résistance les « troni les masses sans de 1 des Suclèt le N.P.D., de lui fOt appréciabl deu• xiIèlm neE une clate ( élections, Bavière, ( l'Allemagl l'automne obtenir le pour siég' tives. Un particulièl jeunesse , de ne pas ciens : « J aînés; no bles. » lIais e mencer? Une du M Palant, l'amba: Allema inquiét la rec nazie. Après la Journée N Après la Journée Nationale contre le racisme, l'él qui s'est déroulée le 8 mai au Palais de l'U.N.E .S.C.C sympathie sont parvenus au M.R.A.P., trop tard pour état dans notre dernier numéro. Citons, en particulier, ceux de M. l' Ambassadel permanent de l'Italie auprès des Nations Unies ; directrice du Musée du Martyre et de la Résistanc M. Santiago GENOVES, professeur à l'Institut des F tion d'Anthropologie) à 'Ia Faculté des Sciences de N Signalons 'en outre, parmi les personnalités pt nale, M. Maurice BAU MONT, président de l'Acadén Politiques et Mlle Arlette BAU MONT. En page 3 de notre dernière numéro, ·Ie nom de par erreur du titre de « secrétaire général adjoint d demment : « de fO.N.U. » qu'il fallait lire. Une erreu d'autre part dans le nom de M. l'Ingénieur général 1 de bien vouloir nous excuser. qUE SE PASSE-T-IL ? ~ Drumont e chroniqueur mondain d'un élégant int du Tout·Paris. vient de publier parisienne » ; c'est son droit. Que ~ vie parisienne. c'est également son ~s femmes du monde. les pédérastes. ture qu'un journaliste demi·mondain 'ature qui m·intéresse. mais à chacun zaines de lignes dignes de Drumont. juive l'avantage d·autoriser. sans le ms les plus tardives. Les tragiques à mon sens. aucunement détruit la LUmériquement. les israélites ont pu ume un paradoxe de mauvais goût - nt en outre. et pendant un certain • durant laquelle personne n'ose plus as même le recours aux « juifs qui us ou moins que d'autres le sens de la possession des principaux leviers placer. » Ici un siècle que justice a été faite. célèbre formule : « L'antisémitisme ment ne pas frémir à la pensée que logués de l'esprit français ? Oncle TOM. u, nazisl~l e est ~ussi nettement proclalee

mais ces declarations ne font que

eprendre avec une netteté particulière ne argumentation nouvelle que l'on r e' ouve de plus ep plus souvent sous la lume . des néo-nazis, déclarés ou non ;

s CrImes d'Hitler, disent-ils, n'entahent

en rien la doctrine nazie car un nsemble d'idées ne saurait être tenu our responsable des actions commises n son nom. L'argumentation nazie, on le voit ai: ctionne les falsifications. Car e;lfin 'est touj ours dans ses entreprises le~ lus monsh'ueuses qu'Hitler a été le plus Idèle à l'esprit comme à la lettre du nasme. t Goebbels publié en France LA collection Action vient de sortir son quinzième ouvrage. Après les oeuvres du général SS. Otto Skorny, l'apologie des crimes de l'O.A.S. et elques publications du même genre, ce inzième livre constitue une nouvelle pe de 1"« escalade » néo-nazie. Il s'agit de rien de moins que d'un ouage de Joseph Goebbels. « Combat llr Berlin », préfacé avec l'hypocrisie laquelle on pouvait s'attendre : « C'est ur combler une lacune et dans le SM!ci impartialité ,et d'objectivité qui a consmment été le nôtre, que nous p1!blions jotwd'Jmi un des grands textes de la tte des nationaux-socialistes pour le tmvoir. » Goebbels a écrit Combat pour Berlin 1 1931, à l'époque où le nazisme s'aprêtait à saisir le pouvoir. Le propaganIste tente d'y accréditer l'image d'une pignée de militants courageux, proie Icessante des barbaries communiste, ive et social-démocrate. et qui l'éussit force d'abnégation et de courage lucide forger le glorieux instrument politique ue l'on sait. Il faut au lecteur beaucoup 'fttention pour noter, de temps en temps, elques phrases révélatrices. Par exeme

....:.. « Certainement la propagande nanale- socialiste est élémentaire.. mais est aussi vrai que le peuple pense priitivement. N otrepropagande simplifie p?'oblèmes .. elle les dépouille consciemnt de leurs oripeaux confus. » Les « oripeaux confus », en l'occuren• sQnt les complexités du réel, 'qui ne uvaient évidemment gu'encombrer les tellects nazis. Aillel!rs, Goebbels tente de décrire la répression impitoyable » exercée par autorités de la République de Weil' à l'encontre du nazisme. Chacun it que c'est là une contre-vérité. et e la montée du nazisme fut possible, tre autres, par les mille complicités n « système» qui se rendit sans lutter. vérité. cependant, perce parfois; par emple lorsqu'il décrit la première granbagarre qui opposa, à Berlin, les SS. SA. nazis aux ouvriers communistes, 1927 : « La bataille des salles Pharus s'ache'" A l'extérieur, la police avait dégagé rue (des contre-manifestants commustes. N.D.L.R.). La retraite des SA. ,et la S.S. se déroula sans entraves. » ebbe1s admet donc lui-même la collun. six ans avant l'avènement de Hitler. tre les milices nazies et la police de la 'publique. Il faut souligner que les éditions int-J ust, responsables de la collecn Action, n'osent pas ouvertement annoncer la couleur », ni donner à ce re valeur d'enseignement : « Ce doment exceptionnel n'a aujourd'hui 'ttn intérêt hmnain », dit la préface, illeurs contredite par le prièr,e d'inrer qui donne à l'ouvrage un autre .térêt: «C'est le récit des luttes fine poignée d'hommes décidés à tout ... chaque phrase y est lIlallifestation de volonté dqbouchant sur l'action»; mais ne nous y trompons pas : c'est avec méthode que se poursuit la grande offensive de réhabilitation du nazisme; la publication du livre de Goebbels est un pas en ce sens; s'il ne suscite pas de réaction, un pas de plus sera encore fait. Au demeurant, Combat pour Berlin est riche au moins d'une leçon toujours actuelle : « Notre- chance, écrit Goeb~ el.s, fut que le ma.risme ,et la presse ]uwe ne nous pnre1'1t pas au sérieu.r (au début). » Cette phrase est à citer et reciter à ceux qui, en 1966, jugent le néonazisme inoffensif. U.S.A. • Un été lourd de menaces L'ETE est, aux Etats-Unis, la saison des émeutes raciales; en 1964, ce furent les troubles de New- York; l'an dernier, le- quartier de Watts se souleva, à Los Angelès. Les sociologues expliquent cette recrudescence quasi- annuelle par la désorganisation de l'économie due aux vacances, les difficultés particulièrement grandes pour trouver du travail à cette époque, et les migrations saisonnières. particulièrement fortes durant les mois d'été. A quoi il faut ajouter la situation économique et sociale dans les ghettos noirs, où rien n'est fait pour redresser la situation. Après les émeutes de l'an dernier à Los Angelès, où les observateurs les moins favorables à l'intégration ont dû reconnaître le triste sort réservé aux immigrants noirs en Californie, on n'a rien tenté pour améliorer cette situation; les autorités du lieu se sont contentées d'élaborer un système de répression plus rapide et plus « efficace »' de sorte qu'il est permis de penser qU~ de nouvelles émeutes peuvent avoir lieu cet été à Watts. Floyd Mac Kissick, président national du CORE (Congrès pour l'Egalité Raciale), a donné à la presse une liste de quarante grands centres urbains aux U.S.A. où des émeutes risquent d'éclater, parmi lesquels New-York, Philadelphie, Chicago, Cleveland, Los Angelès, Baltimore; car partout les conditions sont réunies : ségrégation raciale, taudis, surpeuplement, chômage, pauvreté, humiliation ... Cependant la « nouvelle marche contre la peur» s'est terminée, le 26 juin, à Jackson, dans le Mississippi - James Meredith, à peine remis de sa blessure, était en tête du cortège, accompagné de responsables noirs - le Pasteur King, Floyd Mac Kissick, Sammy Davis junior, etc. - et de personnalités blanches - le syndicaliste Walter Reuther, Burt Lancaster, Marion Brando, Antony FranClOsa. L'arrivée dans le fief du Ku-KluxKlan du cortège de lO.OOO marcheurs ne s'est pas déroulée sans incidents; des raci stes blancs l'accueillirent aux cris de «Nous t1!erons Martin L1ûher King»' des provocateurs tentèrent de semer l~ panique et la colère en hélant le cortège dans des automobiles, et en criant des injures. La police ' elle-même tenta, à Canton, de disloquer le cortège à coups de grenades lacrymogènes. Après la libération du tireur qui blessa James Meredith voici quinze jours, les hommes de main du Klan se sentaient certains de l'impunité. James Meredith souligna au cours du meeting de clôture que l'action non-violente. n'était pas sans limites, et qu' il ne fallait pas s'attendre à toujours voir les noirs « tendre la joue gauche aur tueurs du Klan ». Par ailleurs, les autorités de Washington ont fait publier un rapport sur les moyens financiers et l'effort à consentir pour promouvoir aux EtatsUnis une politique d'intégration véritable. Le rapport conclut que cet effort coûte trop cher pour être actuellement entrepris : le gouvernement américain a besoin de cet argent pour faire la guerre au Vietnam. Au nom du M.R.A.P., Pierre Paraf a adressé à James Meredith, hospitalisé à Memphis après l'attentat dont il fut victime, une lettre dans laquelle il « exprime la profonde admiration des antiracistes français pour son combat exemplaire ". Deux autres messages furent envoyés aux antiracistes américains, l'un à Mar· tin Luther King, l'autre au C.O.R.E. ALLEMAGNE • Les syndicats contre le N PD « LEt iotnem dp'us n epsat rtmi ûcro mpmoeu rl e l'naôptpraer »i, conclut Adolf Von Thadden à l'issue des travaux du deuxième congrès du N.P.D., les 14 et 20 juin derniers, à Karlsruhe. De fait, les 1.400 délégués néo-nazis qui étaient là ont toutes les raisons de se réjouir des résultats de leur réunion. • La Fédération des syndicats clu land cie Bade-Wurtemberg avait annoncé son intention d'imposer l'interdiction du COIlgrès. Elle mobilisa camions et autobus pour amener ses militants, 15 à 20.000 hommes, manifester clevant la salle des congrès. Précisons à ce propos que le M.R.A.P. envoya, dès l'annonce de la manifestation, un message aux syndicalistes

.: Nous tenons à vous ,exprimer notre solidarité. Notre M ouve1llent, qui lutte contre totltes les formes de racisme et d'antisémitisme, salue avec tlne profonde sympathie cette action vigonreuse des travailleurs allemands contre les forces qui tentent de ressusciter n1l passé maudit, marqué par les horreurs de l' hitlérisme et de la guerr-e. Nous apprécions d'autant plus vos efforts que nOlis ressentons avec inquiétude la ?'ecrudesccncc du néo-nazisme que nous combattons, n01ts aussi, partOt!t où, il se manif.este, y compris dans notre propre pays. » Dès l'ouverture du congrès, donc, syndicalistes et démocrates manifestèrent; cles bagarres éclatèrent, même. C'est alors que la police intervint pour assurer !â protection des néo-nazis, qu.i purent se réunir impunément avec la bénédiction du gouvernement fédéral. • Les néo-nazis firent état, lors de leurs travaux, d'une augmentation substantielle de leurs effectifs : 20.000 environ, contre 12.000 l'année passée. • Leur congrès coïncide avec l'ouverture, à Munich, du congrès cles Allemands des Sudètes, qui regroupe quelque 300.000 adhérents, parmi lesquels le cardinal Doepfner, archevêque de Munich, fils de l'ex-empereur d'Autriche Otto de Habsbourg. Ce congrès lança un appel à la création d'un « Front de résistanc.e nationale » pour revendiquer les « frontières nahfrelles », et mobiliser les masses contre les «politiciens partisans de la renonciation ». Le congrès des Sudètes, pour être .moins ultl'a que le N.P.D., n'en est pas moins susceptible de lui fournir une masse de manoeuvre appréciable. • Il ne faut enfin pas oublier que le deuxième congrès du N.P.D. survient à une date critique. La campagne pour les élections aux parlements de Hesse et de Bavière, deux des principaux lander de l'Allemagne fédérale, vont s'ouvrir à l'automne prochain. Le N.P.D. espère y obtenir les 5 % de voix indispensables pour siéger dans les assemblées législatives. Un mot d'ordre est, en l'occurence particulièrement efficace au sein de la jeunesse allemande, que l'on soupçonne de ne pas adhérer aux querelles des anciens

« Nous avons asse::: payé pour nos

aînés .. nous ne sommes pas responsables. » Mais est-ce une raison pour recommencer? Une délégation du Bureau National du M,R.A.P., conduite par Charles Palant, déposera un mémorandum à l'ambassade de la République Fédérale Allemande à Paris, pour exprimer son inquiétude et son indignation devant la recrudescence de l'agitation néo· nazie. Après la lournée Nationale . ~près !a Jo~r~ée Nati~nale contre le .racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qUI s est. deroulee le 8 mal au Palais de 1 U.N.E.S.C.O., de nouveaux messages de sympathie sont parvenus au M.R.A.P .• trop tard pour que nous puissions en faire état dans notre dernier numéro. Citons. en particulier. ceux de M. l' Ambassadeur Piero VINCI, représentant p~rma~ent de l'It~lie auprès des Nations Unies ; de Mme Myriam NOVITCH. dlrectrJc.e du Musee du Martyre et d~ la Résistance des Ghettos (Israël) ; de M. Santiago GENOVES, professeur à 1 Institut des Recherches Historiques (Section d'Anthropologie) à 'Ia Faculté des Sciences de Mexico . Signalons 'en outr·e. parmi les personnalités présentes à la Journée Natio· nale, M. Maurice BAUMONT, président de l'Académie des Sciences Morales et Politiques et Mlle Arlette BAU MONT. En page 3 de notre dernière numéro. ,le nom de M. Ralph BUNCHE est suivi par erreur ,du titre de « secrétaire général adjOint de I·U.N.E.S.C.O. » ; c'est évidemment

« de fO.N.U. " qu'il fallait lire. Une erreur typographique s'est glissée

d'autre part dans le nom de M. l'Ingénieur général Louis KAHN, que nous prions de bien vouloir nous excuser . Des discrimina NI ETRANGERS. NI JUIFS U N~ petite annonc.~ dans un quotidi~n_ du matl11

« Quatre pleces - 100 m2 - Telephone -

reprise justifiée· 600 F par mois» ; un jeune couple de prof·esseurs qui désire quitter la banlieue où il habite est intéressé par l'annonce: rien de plus normal, rien de plus courant. . M. et Mme Jacques H. visitent l'appartement situé 5, boulevard Bourdon en présence d'une employée de l'agence de location et de l'ancien locataire. Les conditions 'leur conviennent. ils sont prêts à conclure lors,que l'ex-locataire. d'un air gêné leur déclare : « Il faut maintenant que vous voyez Mme Parisot, la propriétaire. Mais il n'y aura pas de problèmes car je suppose que vous n'êtes ni juifs, ni étrangers. C'est la condition exigée. Lorsque. j'ai loué cet appartement, j'ai fait -l'objet de la même exigence ». Bouleversé, M. H .... dont 'la femme est juive, rescapée du ghetto de Varsovie mit aussitôt fin à I·entretien . Il fit paraître dans Le Monde une lettre contant cette pénible expérience, où il concluait; « Quand verra·t·on fleurir dans les colonnes des journaux des petites annonces ainsi libellées: « A louer, 3 pièces, plein Paris. Breton et Corse s'abstenir ". ou bien encore : « A louer 4 pièces. Prctestant s'abstenir" ? Interrogée par un reporter de France·Dimanche. Mme Parisot justifia cette mesure discriminatoire par la nécessité où elle était de ne pas gêner ses locatair-es qui sont tous « de grands catholiques ... des piliers d·église. » Catholique, certes. mais tolérante avant tout, c'est pourtant une de ces locataires, qui ·devait dé· clarer ; « Dieu n'est·iI pas le même pour tous les hommes» ? Mme Parisot révéla cependant 'le ·fond de sa pensée lor,squ'elle déclara : « J'ai longtemps vécu dans le Marais, je ne connais que trop les juifs et je n'en veux pas chez moi. » Il est peut·être vain de se demander comment de tels arguments peuvent encore être ·avancés. vingt et un ans après la fin de la guerre. Ne justi· fient-ils pas plutôt -la néces'sité de mesures sévères à 'l'égard de ceux ,qui les utilisent? OU DOIVENT LOGER TRAVAILLEURS IMMIGRES? LES Une autre petit-e annonce dans le Figaro du 15 juin fait état d'un appartement à louer à Courbevoie - 3 pièces cuisine, salle de bains, ascenseur, 600 f par mois - et renvoie pour plus de renseignements à une agence de location située dan,s le X'VI' arrondissement. L'offre convenant à ses besoins. le surveillant général d'un lycée parisien téléphone aussitôt à l'agence. La conversation s'engage - Avez-vous des enfants? - Non. - Etes·vous de la région parisienne ? - Non. - Etes·vous Africain ? - Non. Pourquoi dionc ? - Nous ne louons ni aux Algériens. ni aux gen!l de couleur. Comme il m'avait semblé que vous aviez un acc·ent ... - Je suis Martiniquais. - Alors, je regrette, ce n'est pas possible. Encore une fois les commentaires sont inutiles. L'insulte subie par M. B ... « citoyen français à part entière n, comme d'aucuns le prétendent, ne sera certainement ja se loger selon s Mais que dir dont 'le niveau 'c permet tout ,jus cave malsaine chauffage. sans entassés par di, Il ne ·faut cert faits pour relogl cains. Diverses de l'acquisition foyers, et de lel Mais ·est-il ne de commentairE teuses ? Ainsi, un proj le III' arrondisi des co·propriéta une pétition à d On y lisait que 1 ment sensibilisé ment de jeunes jeunes travaillel donné que de n, sur les lieux, ,ql se rattachant à 1 de nombreux vi appartiennent à jour dans l'imm de valeur - pô: que ces homme' n'auront d'autre N·aur·ait·i1 pas plutôt ·Ies cond vailleurs ? Autre exempl, préfet, un consl contre la const d'un' établissemE des jeunes fille! de famille, déc\; fait l'interprète portunité de la répondu en prél une association preuves ; la SUI pensionnaires cc la sécurité et dl Dans ces deu ment ou non, rr sécurité des jeL valeur ? Tous pudeur. tous les travailleurs afri( Westbound N° No ;; e~ Noua: p·ersonnea d LA VIE DU M.R CONSEIL NATIONAL SA PREMIERE REUNION Elu le 8 mai. à l'issue de la Journée Nationale contre le racisme. l'antisémitisme et pour la paix. le Conseil National du M.R. A.P. a tenu sa première session le lundi 20 juin. à l'Hôtel Moderne. sous la présidence de Pierre Paraf. Président du M.R.A.P. Nous reviendrons dans nos pr chains numéros sur les problème débattus et sur les décisions adOI tées. UNE ASSEMBLEE DU ({ PRET A PORTER» Plus de deux cents perS01111E ont assisté. le 22 juin, à l'assen Vivent les vacances

  • Suite de la page 1

ses déguisements d'aujourd'hui, le risque serait grand de voir, par les mêmes voies que dans les années trente, à la faveur de la naïveté des uns et de la duplicité des autres, s'instaurer à nou· veau le règne de la violence et de la peur. .... OUS ne saurions donc tolérer la man sué· .~ tude dont bénéficient, au nom de ces libertés qu'Ils entendent eux·mêmes étran· gler, ces groupes qui multiplient leurs manifes· tations au Quartier Latin, se livrent à des atten· tats dont ils osent se vanter publiquement, crient dans les rues des slogans racistes en dif· fusant leurs feuilles infâmes, entraînent leurs formations paramilitaires dans des « campsécoles ", publient les oeuvres de Goebbels et de Skorzeny, éditent des disques à la gloire d'Hit- 1er et de Pé' de la L.V.F. Il faut que tous les dén pour exiger, en finisse a dont la per à notre pay soit leur cal propositions appliquées presse racis toutes les di tate en ce culaire. Que les ] ponsabilités. sent que le Halte au cet argent pour faire la r.i etdnua mM. .R.A.P., Pierre Paraf à James Meredith, hospitamphis après l'attentat dont il e, une lettre dans laquelle il la profonde admiration des jes français pour son combat e ». tres messages furent envoyés cistes américains, l'un à Mar- King, l'autre au C.O.R.E. AGNE 1 syndicats tre le NPD lmps est mûr pour l'apparifi d'un parti comme le nôtre », ~c1ut Adolf Von Thadden à avaux du deuxième congrès les 14 et 20 juin derniers, ,. De fait, les 1.400 délégués ui étaient là ont toutes les Ise réjouir des résultats de 1. lération des syndicats du land rrtemberg avait annoncé son Imposer l'interdiction du COl1- rlObilisa camions et autobus r ses militants, 15 à 20.000 lll1ifester devant la salle des iécisons à ce propos que le Illvoya, dès l'annonce de la n, un message aux syndica- 1/I01lS à vous .expri-mer notre ~otre Mouvement, qui lutte f les formes de TOcisme et me, salue avec une profonde ette action vigMweuse des allemands contre les forces e ressusciter un passé 71laupar les horreurs de l' hitlé- Ila guerr.e_ Nous apprécions s vos efforts que nOlis resinquiétude la recrndescence sme que nous combattons, partout où il se manifeste, ans notre propre pays. » ~rture du congrès, donc, syndémocrates manifestèrent; éclatèrent, même. C'est alors e intervint pour assurer !â. es néo-nazi s, qui purent se nément avec la bénédiction ~ment fédéral. -o-nazis firent état, lors de x, d'une augmentation subsleurs effectifs : 20.000 envi- 12.000 l'année passée. .congrès coïncide avec l'ou- ~unich, du congrès cles Alleudètes, qui regroupe quelque érents, parmi lesquels le lepfner, archevêque de Mule l'ex-empereur d'Autriche f.bsbourg. Ce congrès lança la création d'un « Front de fationale » pour revendiquer tres naturel/es », et mobiliser ~ontre les «politiciens parti- 1 renonciation ». Le congrès , pour être moins ultra que t'en est pas moins susceptible ~ir une masse de manoeuvre aut enfin pas oublier que le ngrès du N.P.D. survient à f ique. La campagne pour les - parlements cie Hesse et cie x des principaux lander de fédérale, vont s'ouvrir à ,rochain. Le N.P.D. espère y 5 % cie voix inclispensables , clans les assemblées législalot d'ordre est, en l' occurence hlent efficace au sein de la ~emande, que l'on soupçonne dhérer aux querelles cles anliS avons asse::: payé pour nos r ne sommes pas r,esponsafce une raIson pour reCOl11- 1 1 ~légation du Bureau National .A.P., conduite par Charles éposera un mémorandum à de de la République Fédérale e à Paris, pour exprimer son e et son indignation devant descence de l'agitation néotionale li sémitisme et pour la paix, de nouveaux messages de lue nous puissions en faire LPiero VINCI, représentant F Mme Myriam NOVITCH, des Ghettos (Israël) ; de herches Historiques (Secico. entes à la Journée Natiodes Sciences Morales et ~: Ralph BUNCHE est suivi ~1'u.N.E.s.c.o. » ; c'est évipographique s 'est glissée is KAHN, que nous prions Des . discriminations inadmissibles NI ETRANGERS. NI JUIFS UNE petite annonce dans un quotidien du matin: « Quatre pièces - 100 m2 - Téléphone - reprise justifiée - 600 F par mois» ; un jeune couple de professeurs qui ,désire quitter la banlieue où il habite est intéressé par l'annonce: rien de plus normal, rien de plus courant. . M. et Mme Jacques H. visitent l'appartement situé 5. boulevard Bourdon en présence d'une employée de l'agence de location ·et de l'ancien locataire. Les conditions 'leur conviennent, ils sont prêts à conclure lors,que l'ex-locataire, d'un air gêné leur déclare : « Il faut maintenant que vous voyez Mme Parisot, la propriétaire. Mais il n'y aura pas de problèmes car je suppose que vous n'êtes ni juifs, ni étrangers. C'est la condition exi· gée. Lorsque j'ai loué cet appartement, j'ai fait l'objet de la même exigence ». Bouleversé, M. H .... dont 'Ia femme est juive, rescapée du ghetto de Varsovie mit aussitôt fin à l'entretien. Il fit paraît·re dans Le Monde une lettre contant cette pénible expérience, où il concluait: « Quand verra-t-on fleurir dans les colonnes des journaux des petites annonces ainsi libellée,! : « A louer, 3 pièces, plein Paris. Breton et Corse s'abstenir ", ou bien encore : « A louer 4 pièces_ Prctestant s'abstenir" ? Interrogée par un reporter de France-Dimanche, Mme Parisot justifia ·cette mesure ·discriminatoire par la nécessité où elle était de ne pas gêner ses locataires qui sont tous « de grands catholiques' ... des piliers d'église_ " Catholique, certes, mais tolérante avant tout. c'est pourtant une de ces locataires. qui devait déclarer

« Dieu n'est-il pas le même pour tous les

hommes" ? Mme Parisot révéla cependant 'le ,fond de sa pensée lor,squ'elle déclara : « J'ai longtemps vécu dans le Marais, je ne connais que trop les juifs et je n'en veux pas chez moi. " Il est peut-être vain de se demander comment de tels arguments peuvent encore être -avancés, vingt et un ans après la fin de la guerre. Ne justifient- ils pas plutôt la néces'sité de mesures sévères à 'l'égard ,de ceux ,qui les utilisent? OU DOIVENT LOGER LES TRAVAILLEURS IMMIGRES? Une autre petite annonce dans le Figaro du 15 juin fait état d'un appartement à louer à Courbevoie - 3 pièces cuisine, salle de bains, ascenseur, 600 'F par mois - et renvoie pour plus de renseignements à une agence de location située dans le X'VI' arrondissement. L'offre convenant à ses besoins, le surveillant général d'un ,lycée parisien téléphone aussitôt à l'agence. La conversation s'engage : - Avez-vous des enfants? - Non. - Etes-vous de la région parisienne ? - Non. - Etes-vous Africain? - Non. Pourquoi d'Ionc ? - Nous ne louons ni aux Algériens, ni aux gens de couleur_ Comme il m'avait semblé que vous aviez un accent ... - Je suis Martiniquais. - Alors, je regrette, ce n'est pas possible. Encore une fois les commentaires sont inutiles. L'insulte subie par M. B ... « citoyen français à part entière ", comme d'aucuns le prétendent, ne sera certainement jamais effacée, même s'il trouve à se loger selon ses voeux. Mais que dire alors des trllvailleurs africains dont 'le niveau extrêmement bas des salaires leur permet tout 1uste de trouver un lit au fond d'une cave malsaine et humide, dans un hangar 'sans chauffage, sans installations sanitaires, où ils sont entassés par dizaines. Il ne ,faut certes pas négliger les efforts qui sont faits pour reloger décemment les travailleurs afri cains_ Diverses associations s'occupent en effet ,de l'acquisition de ,terrains, de la construction da foyers. et de leur gestion. Mais ·est-i1 nécessaire d'assortir ces initiatives de commentaires ou de prises de position douteuses ? Ainsi, un projet d'implantation d'un foyer dans le III arrondissement souleva les protestations des co-propriétaires de l'immeuble qui adressèrent une pétition à .divers organismes et personnalités. On y lisait que les habitants étaient « particulièrement sensibilisés à la pensée d'un tel rassemblement de jeunes hommes_ .. - une centaine (?) de jeunes travailleurs africains célibataires ", étant donné que de nombreuses Ijeunes filles travaillent sur les lieux . . que onze entreprises commerciales se rattachant à la bijouterie y ont ·l'eur siège, « que de nombreux visiteurs( clients ou fournisseurs) appartiennent à la bijouterie et circulent chaque jour dans l'immeuble, porteurs de marchandises de valeur - parfois de très grande valeur " et que ces homme's. « durant leurs heures d'oisiveté n'auront d'autre occupation que de palabrer .. _ " N'aur·ait-i1 pas été plus humain de considérer plutôt ·Ies conditions d'hébergement de .ces travailleurs ? Autre exemple : dans une questions écrite au préfet, un conseiller général de la Seine s'élève contre la construction d'un foy,er « à proximité d'un' établissement scolaire fréquenté par de grandes jeunes filles .. _ " Ce projet inquiète les mères de famille, déclare le conseiller général qui « se fait l'interprète de leur légitime crainte sur' l'inopportunité de la création du ,foyer ". Le préfet a répondu en précisant que 'le foyer sera géré par une association « très ancienne, qui a fait ses preuves ; la surveillance qu'elle ,exercera sur ses penSionnaires constituera la meilleure garantie de la sécurité et de la tranquillité des voisins. " Dans ces deux cas, 'Ie problème est, volontairement ou non, mal posé. Comment préjuger de la sécurité des jeunes filles ou de marchandises de valeur ? Tous les vols, tous les attentats à la pudeur. tous les viols, sont-ils le fait de « jeunes travailleurs africains célibataires " ? Une surveil- 'lance stricte est-elle le seul garant de la tranquillité du voisinage ? N'est-il donc pas pos,sible de faire confiance à ces travailleurs, d'espérer qu'ils sauront assurer leur propre discipline et .rejeter du sein de leur communauté. s'il y a lieu, ,les éléments pe.rtubat·eurs. Encore une ,fois, les comment·aires d'ordre mora'i sont superflus. La réalité 'est la meilleure répons'e à ces arguments fallacieux . Nous sommes allés visiter un foyer de travailleurs africains implanté 66, rue Madame-de-Sanzillon. à Clichy. et dépendant de l'Union Générale des Travanleurs Sénégalais. Ge foyer, de création .récente, utiHse 'Ies locaux d'un ancien hôtel. Cent quatr·e travailleurs y habitent, logés par ,chambres de quatre personnes, pour un loyer de soixante francs par mois. Ils ont élu l'un d'ent-r'e eux comme directeur du foyer, responsable des activités cultureHes et sociales, ainsi que de la discipline intér·ieure. Quatre-vingt travai 'lIeu~s suivent I·es cours d'alphabétisation que dispensent tous les jours deux moniteurs bénévoles, un Français et un étudiant ,africain. Quant à l'·installation proprement dite du foyer, elle s'est ·faite naturellement, sans heurts avec le voisinage, sans pétitions d'aucune sorte, sans protestations tendancieuses. « De toute façon, intervient le président de l'Association Générale des Travailleuns Africains, les difficultés s'effacent d'elles-mêmes. Ainsi nous avons créé un ,foyer l'année dernière, près de la place du Marché Saint-Honoré. « Il y a eu tentative de manifestation ; un Italien a déménagé. Mais plusieurs dimanches de suite, le curé de la paroisse a parlé de nos problèmes et de nos difficultés dans ses sermons. Et tout est rentré dans l'ordre, à la satisfaction des commerçants du quartier qui ont vu leur clientèle augmenter ... " INTERDICTION DE VOYAGER Une compagnie de navigation, le Consortium Maritime Franco-Américain, dont le siège socia'l est à Paris, ,25, plac·e du Marché Saint-Honoré, assure un service régulier de la France vers les Etats-Unis. Son calendrier, daté du 25 -avril 1966 et val-able pour les mois de mai et juin, signale les dat,es de départ, ,les prix des divers passages, les régions ·desservies (New York. le Golfe du Mexique. etc.)_ Mais ·dans 'le bas de la page 'une note a justifié la protestation du M.R.A.P. auprès du Ministre des Travaux Publics et des Transports, ainsi qu'aup'rès des maires des ports où lia compagnie possède un siège. Cette note était ainsi conçue : « Nous n'acceptons pas de pas,sagers de plus de 70 ans ainsi que de personnes de Clouleurs_ " DERNIERE MINUTE • C !...". ~ .-.:w '~l~~\\' Westbound N° 20. Paria 25 Avril 1966 Le directeur général de la compagnie vie n t d'adresser une circulaire aux agences pour préciser que la société « n'entend pratiquer aucune discrimination raciale » et pour présenter « ses excuses et ses regrets ». Service No ·,:e ~ Nous nI acceptons 1'8.8 de passagers de plue de 70 ans ainsi que des p"ersonnee de couleur. Nous reviendrons sur cette affaire da.ns le pro· chain numéro de Droit et Liberté. LA VIE DU M.R.A.P. DROIT ET LIBERTE CONSEIL NATIONAL SA PREMIERE REUNION Elu le 8 mai, à l'issue de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le Conseil National du M.R. A.P. a tenu sa première session le lundi 20 juin, à l'Hôtel Moderne, sous la présidence de Pierre Paraf, Président du M.R.A.P. Nous reviendrons dans nos prochains munéros sur les problèmes débattus et sur les décisions adoptées. blée d'information organisée par le Comité d'Action Antiraciste du {( Prét à' Porter ». AprèS les interventions de Daniel Hechter, Henri Ambert et Jean Kolpa, un important exposé sur le néo-nazisme a été présenté par l'historien Jacques Delarue. Divers documents ont été projetés et les participants cnt pu ainsi apprécier pleinement la nécessité de l'action poursuivie par le Comité et par le M.R.A.P. UNE ASSEMBLEE DU « PRET A PORTER » Plus de deux cents personnes ont assisté, le 22 juin, à l'assem- Vivent les vacances, mais •.•

  • S'uite de la page 1

ses déguisements d'aujourd'hui, le risque serait grand de voir, par les mêmes voies que dans les années trente, à la faveur de la naïveté des uns et de la duplicité des autres, s'instaurer à nouveau le règne de la violence et de la peur. ..... DUS ne saurions donc tolérer la mansué.~ tude dont bénéficient, au nom de ces libertés qu'ils entendent eux-mêmes étrangler, ces groupes qui multiplient leurs manifestations au Quartier Latin, se livrent à des attentats dont ils osent se vanter publiquement, crient dans les rues des slogans racistes en diffusant leurs feuilles infâmes, entraînent leurs formations paramilitaires dans des « campsécoles », publient les oeuvres de Goebbels et de Skorzeny, éditent des disques à la gloire d'Hit- 1er et de Pétain, donnent en exemple les crimes de la L.V.F. et de l'O.A.S. n faut que cela se sache ! Tous les antiracistes, tous les démocrates sont aux côtés !lu M.R.A.P. pour exiger, avec une pressante énergie qu'on en finisse avec ces inadmissibles provocations, dont la persistance porte un tort considérable à notre pays. Les groupes néo-nazis, quel que soit leur camouflage, doivent être interdits_ Nos propositions de lois doivent être adoptées et appliquées pour briser les campagnes de la presse raciste ei antisémite, pour faire échec à toutes les discriminations raciales, dont on constate en ce moment une recrudescence spectaculaire. Que les pouvoirs publics prennent leur responsabilités. Les antiracistes, quant à eux, pen· sent que le scandale a trop duré. Halte au néo-nazisme ! MENSUEL 38, rue des Jelneurs • Parla (..., Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnemènt de soutien : %0 fr.nct ETRANGER Un an : 18 franc. Oompte Ch. Post.: 6070-911 Parla Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELOIQUJ: : 1 On peut se procurer Droit e' Libert~ , ou s'abonner, au siège des Amis de Drott et Libert~, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles-2. Le numéro : 10 f1'8.IlC8 belges. L'abonnement annuel : 100 PB_ Abonnement de soutien : 1110 .... ~ Journal composé et ImprimA -.... par des ouvriers syndiqu6s S.PoE.C. - ChAteauroux La Directrice de pUblication : S. BIANCIII 4 PACharles: ~I----------------------------------------------------------------------- EN VACANCES. LE M.R.A.P. RESTE VIGILANT ET ACTIF. IL COMPTE POUR {( TENIR » PENDANT LES MOIS D·ETE SUR LA CAMPAGNE DES {( BONS DE SOUTIEN » . POUR lE TIRAGE Pour permettre le tirage au sort des bénéficiaires · des cadeaux, ne manquez pas de reto urner ce talon au M. R. A. P., en inscrivant votre nom et vot re adresse Le présent Bon de Soutien peut permettre au SQIIS· cri,teur de benéfi. ier d'un grand v' Yl ga pour deux personnes, au choix: •• le 1 er mai à Moscou • ou 1 croisière en Méditerranée ou quinze jours en Israftl ou 1 semaine aux Canaries 1110 l utres cdtlux ~. val.ur ( dont 1 tl",ira . t 1 prejectlur, 1 .pparoil lit Whl.l.n, ua IIIIQné!ophone, 1 poste à transistors, 1 appareil photo, etc ... ) TIRAGE LE 20 NOVEMBRE 196& Salle Pleyel · PARIS AVANT DE PARTIR EN VACANCES ... Le M.R.A.P. compte sur chacun de ses amis ... • SI VOUS AVEZ REÇU DES BONS DE SOUTIEN Vous ferez: oeuvre utile en les réglant DES MAINTENANT, soit que vous les conserviez: pour vous-même, soit q'ue vous ayiez: l'intention de les diffuser autour de vous . • SI VOUS SOUHAITEZ EN RECEVOIR OU DEMANDER UN COMPLEMENT Passez: DES MAI NTENANT votre commande : ainsi vous partirez: en vacances avec la satisfaction du devoir accompli. En ,apportant au combat antiraciste les fonds indispensables, vous aurez: peut-être le plaisir de bénéficier (ou de faire bénéficier un ami) d' une heureuse surprise : 'l'un des mille cadeaux qui seront distribués aux souscripteurs lors du tirage du 20 novembre, au gala de la salle Pleyel. • , Alors, bonne chance et mercI Les bons de soutien (2 francs l'un) sont éd ités en carnets de cinq (10 francs le carnet). Commandes et règlements au M.R.A.P., 30, rue des Jeîmeurs, Pal'Îs (2"). c.c.P. 14-825-85 Paris. L'ART AFRICAIN DE DAKAR A PARIS A Dakar, les organisateurs du Premier Festival Mondial des Arts Nègres avaient voulu que cette manifestation fût le recensement minutieux de toutes les formes d'une culture si longtemps ignorée, décriée, voire combattue, mais qui a largement dépassé auj ourd'hui les limites du continent où elle est née. Trois secteurs _ une exposition, des spectacles, des colloques - s'y éclairaient l'un l'autre en une synthèse encore jamais réalisée dans ce domaine. Paris accuei lle, de juin à aOÎtt, un tiers du festival, l'exposition l'Art nègre, sources, évolution, expansion. Même isolée cles deux autres volets clu triptyque, cette exposi tion demeure d'une étonnante richesse. Cinq cent cinquante oeuvres, réunies sous les voussures modern' style du Grand Palais composent en quelques salles un itinérai re prodigieux; clans le temps - les sculptures N oh, venues clu Nigéria, sont contemporaines du Parthénon et de la Vénus cie l\fi lo -, et dans l'espace - entre l'art religieux éthiopien, venu en droite ligne des icônes byzantines, et tel crucifix angolais du XVII" siècle, il y a un monde, bien que le sujet soit semblable. L'exposition se conclut sur quelques oeuvres européennes - Picasso, Léger, 1Iodigliani, Zadkine ... - qui montrent ce que l'art contemporain doit aux influences africaines. UN ART DU DELIRE? Il n'y a pas si longtemps que, dans les musées, on expose les oeuvres africaines autrement que comme cles objets curieux ou d'un intérêt purement ethnographique; c'est sans doute pourquoi, malgré un relatif engouement, le public européen demeure encore si fermé à l'art africain ( Comme c'est amusant », s'exclamait une dame devant un masque baoulé exposé au Grand Palais). Et puis le racisme n'est pas toujours exempt de bonnes intentions : combien cie poètes, d'intellectuels, d'écrivains n'ont-ils pas chargé l'Art nègre de tous leurs phantasmes et leurs délires personnels? Tel écrivait naguère que l'Art nègre n'est pas un art au sens où l'entend l'Europe, car il est toujours chargé d'une fonction magique et religieuse précise (mais alors, l'art français du Moyen Age?). Tel autre écrit, à propos justement de l'exposition du Grancl Palais : « L'A rt nègre est tout à l'op posé de 110S arts occidentall;r, Hn art de l'instinct. Il est image de l'illvisible, représelllation de l'inconscient. Le rêve le commande et avec lui toutes les créatures qui le · reuplellt, fa1ltôlIIes, 1II0llstrcs. angoisses... Ce n'est pas P.or hasard si le masque est l'expr,ession la plus achevée de cet art ... », et ailleurs: « L'adresse, une adresse trop visible souvent, a remplacé (dans la sculpture africaine aujourcl'hui) une spo1lta' Iéité qni, dans sa surprenante exubérance, traduisait le mOl/veillent même de la créatioll, sa liberté, sa volonté, son exaltation. » (1). UN POINT DE DEPART Des lieux communs de ce genre, pOUl' sympathisants qu'ils soient envers l'art agricain, n'en visent pas moins à en tronquer la richesse et la diversité, à imposer à ses diverses formes une échelle de valeurs créée par une certaine sensibilité occidentale (née en l'occurrence du surréali sme), l)l'ef, à lui fixer une place dans un système cie pensée qui ne cherche pas à s'ouvrir et à s'enrichir d'un spectacle nouveau et inattendu. Car enfin il suffit de parcourir les salles du Grand Palais pour voi r à quel point il est arbitraire d'écrire que « le masque est l'e.rpression la plus achevée» de cet art, et cie parler à tort et à travers d'instinct, d'inconscient, cie rêve et de fantômes. La nouveauté et la valeur cie cette exposition, c'est sans doute de prouver justement que l'art africain n'est pas aussi aisément réductible à une catégorie. Les masques les plus menaçants y voisinent avec les visages de bronze d'Hé ( fondus selon /lne technique s!lPérienre à maints bronzes européens », précise le catalogue), calmes comme des visages de Boudclhas; les figures presque abstrai tes à force cie styli sation, y côtoient des portraits d'une ressemblance précise (comme la fameuse série cles 120 rois clu Congo, clont l'exposition présente le 107", le roi 1\1 isha Pelenge Che); près cles masques d'or, pendeloques à signification religieuse que portaient les notables lors cie cérémonies, les orfèvres nigériens fabriquaient des « bagues à priser» aussi baroques, inutiles, et réal isées clans la pure joie cie l'habileté manuelle que les « c/zefs-d' oeuvre » des anciens artisans européens. L'art d'Hé, puis du Bénin, dans l'actuel Nigéria, avait la richesse et la diversité d'un art de haute culture. Les fondeurs y avaient une curiosité et un clon d'obser\' ation aigu, comme le prouve un portrait en haut-relief d'un chef militaire portugais, daté du XVI" siècle, et outré jusqu'à la caricature. Le Cameroun est aussi représenté par un . art d'une extrême variété : masques Tête de Soldat (Bronze du Bénin ). religieux, trônes de perles aux couleurs chatoyantes,. cottes cie mailles et armes semblables à celles que portaient les chevaliers chrétiens et musulmans au 1Ioyen Age, mais aussi bas-relief contemporain, figurant un marché, et qui est une curieuse synthèse entre un art traditionnel et des préoccupations nouvelles. Devant une telle richesse, comment décider sans préjugé qu'une oeuvre est plus « nègre » qu'une autre? D'autant que, d'un objet à l'autre. des ressemblances s'esquissent, des influences réciproques se devinent, non mises en valeldr par l'exposition parce qu'il s'agit là d'un domaine encore inexploré. Le Festival de Dakar voula it être le point de d~l)art d'une approche scientifique de l'at,t et de la culture africains. L'image, même partielle, qu'en donne l'exposition du Grand Palais, prouve qu'il a atteint son but. Georges CHATAI N. (1) Daniel Bernet, dans le numéro d'Arts et Loisirs du 15 juin (article de présentation de l'exposition). '

Notes

<references />