Droit et Liberté n°00012 - Septembre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • L'O.N.U. à Paris: le racisme sera-t-il mis hors la loi? par M. Vilner -page1
    • Mon point de vue par Julius Stricher -page2
    • Derrière le rideau de soie par Roger Maria -page2
    • Dans la République populaire Roumaine il n'y a plus de citoyens mineurs par Michel Baron -page3
    • La question juive dans les pays de l'est européen -page3
    • Chroniques de notre temps -page4
      • Franco, Don Juan et Azzam Pacha sous l'oeil paternel de M. Marshall par Jacques Pozer
      • Le ghetto, institution officielle de l'Allemagne de l'ouest? par André Fray
      • Parce que les peuples veulent vivre libres
    • Routes et départs par Joseph Milner -page5
    • Les maudits par J.A. Bass
    • L'épopée e Negba, clé du Neghev par Juliette Pary -page6-7
    • Avec les citoyens d'Israël au jour le jour par Ruth Livithe -page6-7
    • Le pape est-il un ami de Xavier Vallat par Raph Feigelson -page8
    • Arts: La dernière étape de Wanda Jakubowska (film sur les camps de déportation) -page9
    • Ecrivains juifs de langue arabe par Maurice Moyal -page9
    • Aux enfants de fusillés et de déportés, vous avez offert de belles vacances -page10
    • Forces nouvelles pour les luttes de la paix et du bonheur par Louis Mouscron -page11
    • 3 parmi 6 millions, une nouvelle d'Henri Bulawko -page12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Il -Lire- pages 6 et ., - 'II L'EPOPEE de NEGBA, PORTE du DÉSERT II ' par notre envoyée spéciale en Palestine . Juliette. PARY. . ij .. LE GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE JUIVE Prix ' : 20 frar:lcs. ·Fondédans :la clandestinIté 'ASSEMBLEE GENERALE des NationsUnies, ce vaste organisme aux tâches multiples, dont la principale est la sauvegarde de la. paix, va se réunir ~ Paris le 21 sep'tembre. M. Trygve Lie, secrétaire général, a déjà pris possession de la clef en or de sa nouvelle résidence, le - Palais ChailJot~ où tous les participants, délégués et employés, jouissent de l'exterritorialité

mesure symbolique destinée à souJi-

.gner i '{ndépendance de l'O.N. U. • En vérité, . il faudrait aux peuples des preuves plus convaincantes pOUl' les persuader de l'indépendance de tous les m.embres ~e l'O.N.U., L~s décisions sont-elles _ toujours pl'lses dans 1 UIllquè intérêt de la paix et de la justice il Avouo~ s aussi que l'Assemblée Parisienne de l'~.N.U. fiS , qt:t,e peu d'agir sous la pression fran?al~e et que, par contre,' les représentants a,m~l'IcalI1s~ pour donner libl'e cours à leur volonLe d expanSiOn, :(le se sentiront nullement gênés de seirouver au P alais Chaillot et non plus à Long Island. Celte remarque, fruit de l'amertume causée par les espérances déç,ues, ne sig~ifi.e cependanl pas que l'O.N.U. est Illcapable cJ agir autrement qu'elle ne l'a {ait jl1squ ~à présenl. L'idée génereuse dont l'orin'ine remonte à un échange de lettres entre le ma~échal Staline ct le président Roosevelt, en p1eine guerre, à l'heure où le mon~e semblait sombrer sous les coups de la barba ne hitlérienne, ne doi~ pas être abandonnée. V ne des raisons des faiblesses: de l'Assen;lbléc de l'O.N.U., et non la moindre, réside sans doute dans ce simple fait que le rapport entre les forces de guerre eL les forces de paix à travers le monden'est pas fidèlement représenté par l'Assemblée et les diverses commissions. La volonté de rêduire au silence la minorité onu ienne - la majorité dan~ le monde -:-: ct de faire de l'O.N. U. u~ instrument ne la polItique anglo-saxonne, explique les discussions intermi~ables auxquelle~ n.ous avons assisté auLour du droit de veLo. AUSSI bien, le débaL sur l'admission de nouveaux ELats membres de l'O. N.V. ' revêt-il aujourd'hui une importan ce t~Le particulière. Plus de 50 questions figureront à l'ord~e du jour de celle session p~risienne: SaJ;ls ' oubhe~ le problème-clef de la paix mondiale, la questIon allemande, dont dépendent toules les autres, deux poinLs reLiend ront particulièrement notre aLLention: le projet de convention pour meUre un -terme aux persécutions raeiales cr le problème yaleiitinien. [fi)~S sa formation,' l'O.N.U. avait élé char-' gée d'établir une cO~1Vention internationale qui permellt',lIl de prendre des a sand;ons conl'. les p."é, ul;ons caci,. les et d'en empêcher le retour. Le massacre de G millions de Juifs et de millions de Slaves au cours de la dernière guerre au vu ct au su du monde entier, n'a-t-il pas suf[isamment démontré que la propagande antisémit~ et. raciste devait être considérée eornme une ViolatIOn de~ droits de l'homme, eL que les' iolateurs devaient être traités comme des criminels ~ POlir désigner ce genrtl de crime, le mot génocide - destruction des peuples - a été employé. , Septemb~e 1948 L'O. N. U. A PA,RIS ., mt6 Un Comité spécial a été constitué pour élaborer "-Ill projet de convention. Après' dix-neul mOIs de laborieuses discussions, il a présenté le 10 mai dernier un projet qui doit être discuté lors de la session de septembre. Ce projet de convention distingue trois cas de génocide : 1. La 'destruction physique, c'est-àdire, un crime analogL.le à l'assassinat commis au moyen des fours crématoires, ou à l'exLermination des villes; 2. Le génocide biologique, comme la muLilation, la st.érilisation, les expériences praLiq'Jées sur des êtres humains, e lc.; ; 3. Le ~énocide culturel : pillage, desLrudion vU confiscatiol} de biens ou d'établissemenls r.u lturels eLe. Le projet propose également de confier la répréssion du génocide à une jurididion inLernaLionale. Le moiris qu'on en puisse dire est qu'il e&"t très insuffisanl el n,c prpsenle auc'une garanlie d'efh- Nouvelle série N° 12 (80) D'ailleurs, il faut s'attendre à ce (pLon essaie, du côLé américain, d'enterrer ce projet de loi , même in!,uHisant, et de le remplacer par une rés6lution. Déjà, au Comité, les délégués \américains n '~)Ut pas voulu souscrire à la nolion de g~~ nocide culturel. Si l'Assemblée Générale él1\DOre une convcntion eHicaàe, elle aura bien mérité des princ;res , dont l'O. N. U, se réclame el son prestige en sera renforcé. [p) oun ce qui est du problème palestiriien, D. l'O.N .U. a un jour marqué lill point a son actif : la décision historique du 29 novembre 19/17, saluée par les applaudissements du monde démocratique. Mais depuis, les gouvernements anglais et américain ont multiplié les efforls pour faire' revenir l'O.N.V. sur sa décision. Aujourd'hui, en se reo tranchant derrière la personne du « médiateur », ils s'apprêtent à faire annuler à Paris Ce qui fut décidé à Lake Success.' , ~.., Pal est i'ne. où les bombardements sont touJours' à redouter, on scrute le ciel j'Our et nuit. " ·.. .. nlé. En eHet, il est nécessaire d'introduire, dans uf!e convention qui prétend série.usemenl - meUre un terme aux perséeutions raciales, le prir"cipc de la répression pénale de l'incilation ou génocidt . . Une convention gui ne ::ie po~eralt pas pour but de prévenir le génOCide. de réprimer la propagande et d'agir contre les préjugés · raciaux, comme font les gouvernements des démocraties nou velles, serait plus dangereuse qu 'efficace, puisque son résultat serait de donner l'illusion de la sécurité, au lieu d 'en poser les ba:oes. _ Pourtan~, on l~e saurait revenir en arrière. La décision du 29 novembre est dcveuue en partie réaliLé. 'Malgré toutes les intrigues, l'Etat d 'Israël est enLré dans les {ails. Si le g-ouvernement français s'ôbstÎne toujours à' {air(l la sourde oreille, les Anglo-Saxons' eux-mêmes s'en rendent

'omple. .

Aussi les intrigues redoublenL-elles pour obli~ ,~er Israël à se placer sous l' éntière 'dépendance du bloc anglo-saxon. Sëlon les àgenceg de yress.e, « l~s gouve~nellIents arùéricain et bl'ltanI1lque s ~rrorceraIent d'amener le rrouvernement d'lsràë1 à un état d'espI'it plus . rai~onnable » avant la session de Pàris du Conseil de Sécurité el de l'Assemblée Générale des Nations Unies. La Grande-Bretagne serait suscepLible d'oHrir au gouve~nem?n~ d'Israël, son appui en ce qui concerne l.ad_mlsslon dé 1 Etat d'Israël au sein de l'O.N.U. SI. .. le gouvernement de, Tel Aviv fait les concessions dernandées par le O'ouvernement britannique en çe qui concerne la ü . tl61imilation des (ronllères. » . Tous ces marchandages qui s'inserivenL. dans une va sle tenLativé d'asse rvissement des peuples peuvent avoir pour co n séqlle~ce de rallumer ~a guene el rO.N.U. com~nellralt l'errell~ fatale SI, s'enrrarreanl sur ceLLe VOIe, elle remettaIt en cause la v~lidité de la décision du 29 novembre 1947. Les démocrates de tous les pays alLendcnt d~ l'Assembl{oe du Palais Chaillot des décisions qu~ arrêLent la rruerre en Palestine, des mesures qUi 1 fac ilitent lab création de l'Etat Ara be '11 1 de' pendanl de Pales tine et l'admission d'Israël au .sein de l'O.N.U. - - . JI appartient aussi un .gouv~f1~em~nt rranç~ls, de meUre ù profit le dermer dclal, de reconnallre l'Etat d'Israël avant le 2 1 septembre. 'M. VILNER .: ........................................................................................................................................................ ~ page 5 IR ({}) lUT lE § En lET ' IDIEPA\IR1rS par Joseph MILLNER . . .......... .............................................................................. 11.················· ......... ................................... . • par Julius STREICHER Sieg he il ! La Justice va-t-elle enfin ré.gner à travers le monde? Les ntérites éclatants de nos braves combattants nationaux-socialistes (Heil Hitler!) et de leurs loyaux alliés vont-il. être glorifiés comme il convient? Et en même temps, les ennemis jurés '. de notre ra'ce et de .notre patrie subironHls le châtiment qu'appeUent leurs forfaits? Nous pouvons l'espérer, mes camarades! Ecoutez ·donc : en Angleterre, le Ministre.de la Guerre, au même moment où il continuait à fournir à' ses amis de la Ligue Arabe l'aide efficaco que ron sait dans la guerre qu'ils mènent aux criminels juifs, a décidé de libérer de leur infamânte condition de prisonniers de gue.rre nos chers amis les marél'h'aux von Rundsted et von Brauchitsch ainsi ' que le général Stauss! En Italie, quelques jours avant de procéder à l'arrestation de près de deux, mille bandits syndicalistel: (qui s'étaient en leur temps livrés aux actes de banditisme que chacun sait contre notre Wehrmacht), le très sage AI.cide de' Gasperi a décerné des décorations militaires singulièrement méritées aux loyaux combattants fascistes italiens qui avaient lutté à nos côtés sur le Front .de l'Est!· · . Et en France, sans doute pour' sanctionner le souvenir hideux du mois d'août 1944, on a enfin enfermé èlans la prison de Fres' nes le lieutenant F.F.I. Rous· seau, arrêté et inculpé pour son action de terroriste contre l'Al· lemagne et ses alliés! Et ai l'on a jug'; bon de le transporter à l'infirmerie, c'est parce lUe l'on aavait bien qu'il y' trou~rait comme in6rmier notre fidèle ami Mgr Mayol de Luppé qui fit avec nous toute la campagne de Russie comme aumônier de la L.V.F. et se VIt décorer de la croix de fer : à défaut de l'empoisonner, nous comptons sur toi, compae-non, pour faire mou· rir d'humiliation ton malade, le terroriste Roussea·u.!. Ce sont là, mes camarades, dea événements qui jalonnent· heureusement notre route. Mai. nous ne devons pas ol1blier que celle-ci est longue encore et qu'elle est semée de périls; nos ennemis demeurent nombreux et acharnés. Ne nous y trompons pas : ils préparent contre notre patrie, dans les moi. qui vont suivre, une nouvelle offensive! Il vous apparti~nt de la briser. Contre le danger judéo-bolchevik qui menace l'AlIep1agne, le Parti National-Socialiste vous fait c'onfiance, mes camarades! Une fois de plus, grâce à votre courage, le général Hiver sera vaincu •.• Heil Hitler! p.c.c. J.·F. DOMINIQUE. 'Droit et -Liberté Rédaction et admimstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Téléphone :PROvence 90-47 90·48 C.C.p. Paris 607~98 Tarif d'abonnement : 3 mols •..•...• 100 irs 6 mois •.•••.•. 200 irs 1 an ........•. 400 irs Etranger : Tarif double. Le gérant: Ch. OVEZAREK lmpr-. Centr. du CroIssant 19. r du Orol~sant, Parls-2- i'. R?C:lrO~, Impruneur DROIT ET LI BERTE ----------------- Septembre .1.948. - NO J 2-80 • 'Charles 1 décembre 2009 à 10:37 (UTC) ~. ~O-lJefl .Mada DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE « Une question vous embarra-sse ? Vous voulez qu'il ne se passe rien ? Il leur faut leur guerre, donc cl e s plates-formes d'agression pour commencer. Les Juifs, leurs misères et leurs espoirs ? Ils s'en foutent 1 Mille regrets d'être obligé de m'exprimer ainsi, mais Nommez une commission ! )} conse illait à peu près Clemenceau, qui connaissait son métier d'homme d'Etat et de parlementaire bourgeois. , lr __________________________ __ La question paiestinienne embarrasse sans doute bien des puissances, ouvertes ou cachées, pour que l'on ait désigné une vingtaine de oommissions en une trentaine d'années, juste capables d'aboutir à une guerre étrange et criminelle « derrière le rideau de soie l) de l'hypocdsie et des dividendes froidement calculés. Mais il peut se trouver qu'un membre de ces commIssions, au lieu de participer à la fabrication habituelle du chloroforme diplomatique, rende public son témoignage et que, non content d'élever une protestation de c011science, c'est tout un dossier scrupuleusement établi qu'il livre aux honnêtes gens de tous les pays. C'est ce qu'a fait courageusement Bartley C. Crum,' membre américain de la dernière commis· sion (anglo-américaine) qui procéda à une enquête en 1947. Les documents, _les dépositions, ' les faits, les observations directes q,ue ra" .... orte Bartley C. ;Crum dans le livre qu'il a intitulé « Derrière le rideau de soie » (Behind the silken curtain) qui vient d'être publié en traduction chez Calmann· Lévy, forment un ensemble d\me telle portée que nous croyons devoir consacrer~ à cet Ouvrage non_ f.lS une simple critique « littéraire] l, mais une présentation analytique et commentée qui nous donnera l'occasion de revenir sur diverses questions de fond et sur les éléments récents du problème posé. Le témoin Bartley C. Crum est un Cali· fornien d'une quarantaine d'années

conseil Juridique de grande

réputation, il est, catholique et membre du parti républicain. Il a soutenu, en 1940, la candidature de soo ami Wendell Willkie à hl 'Présidence (c'est à sa mémoire qu'il dédie son livret) ; mais, en 1944, bien que « républicain -., il a fait c.1.tYtpagne pour le « démocrate ]) Franklin Roosevelt. Il s'est signalé par la défense active des républicains · espagnols et ce grand libéral, non Juif, soulignons- le, .apparaît ,comme un témoin particulièrement qualifié pour juger impartialement lé grave problème de la situation actuelle des Juifs dans le monde et le drame palestinien sous ses aS: pects divers. La commission d'enquête, comrosée de douze personnalités : sIx Anglais et six Américains, a' voya. gé pendant fjuatre mois, de '.\1 al!hington à Lausanne en passant, par Londres, Francfort, Munich, Nuremberg, P~gue, Vienne, l'Egypte et les autres pays arabes et surtout la P::ilestine. Les douze ont pu voir et entendre, ils ont recueilli les dé9Qsitions les plus variée., cie représentants de tous les rr.ilieux intéres;és ; c'est le résult;tt de cette enf]uête sérieuse oue Bartley C. Crun'! livre aujourd'hui à la publicité d:1ns un ouvrage de juti:;te et d'honnête homme avec le seul souci d'aider nos contemporains à. comprendre, pièces en mains. un aspect de l'histoire de notre temps où se reflètent tragi'wement, mais non. pas sans grandeur, les contradictions qui caractérisent l.me société déclinante aux prises avec un monde qui naît. Des faits 11 est bon 'de rapr,eler, une fois de plus, des faits généralement connus, mais dont l'importa, n;e j~stifie la répétition : Au COtus des vit/gt-cinq der- 1lières années, la populati01l de Palesi1:lIe a tri.Plé, sa production industrielle sextuplé, passaNt de l'artisanat à la produClion massive lt la COIIS01tl,!zqtÏOI{ d' éll~r.gie électrique - indice-type du développement d'un pays - est deve· nue 'luatre-vingt fois plus forte. (pp. 33-3~)· La prétendue solidarité arabe Le Dr Neumann, sioniste américain, conteste qu'il existe . une solidarité réelle du monde arabe, le conduisant à être activement et collectivement hos.tile à la présence des J uif$ en Palestine j il fait observer: . Il y. a mathéll~ati'luement la même distance de la !If Miterranée à l'Indonésie 'lue de l' bldonésie à l::z Méditerranée. Eh bien, l'Indonésie s'est soulevée, on se bat à lava, quarante millions de ses 'habitants sont rltusulmans. Le Proche-Orient en esi-il troublé, est-il af feeté d'une manière 'luelconque par cette situation ?(p. 37J. C'est un fait que les musulmans progressistes d'Indonésie ne bénéficient guère du soutien des féodaux arabes d'Afriqul et du Proche-Orient. C'est donc que 1:ligne d~ démarcation des solidarités, aussi bien' pour. les Juifs du monde entier que pour les Arabes, se situe ailleurs qu' 01) le croit communément. Réponse simple à une question courante S.ir John Singleton, juge au Banc du Roi à Londres, chef de la délégation . anglaise à la Commission, s'adressant à M. Joseph Proskauer, juge à New-York, représentant le Comité Juif Américain (non sioniste) lui demanda pottr'luoi la Pale~tine était le seulendroit où les personnes déplacées pouvaimt aller immédiatement, pourquoi tl' était-il pas possible d'organiser leur tramlert ailleurs .r (p. -38). A quoi M. Proskauer répondit : le ne cro-is pas 'lue le mOll~e puIsse obl(e;er ces gens à aller où ils n'ont pQF C1lvie d 'aller" et ()ù ils se senti,aierzt étrangers en terri étrallgère. (p. 39). .11 n'y a rien à ajouter ~ cette simfle raison qui découle des droits élémentaires de tout être humain dans une société à peu près civilisée. . Èinstein parle La Commission entendit le Pro Einstein, dont .Ia déclaration scandalisa. les ' Anglais ; en voici quelques passages : . je penH que ces difficultb S01lt artificiellement créées par les Sous le règne de Nokrachy Depuis ~e milieu de mai, les autorités égyptiennes ont envoyé 1.000 juifs dôns des . camps de conce.'1tration, notamment à Huckersterp, à 12 km. d' Hél iopol is. Aucune accusation n'a,' été formulée à l'encontre de ces internés, qui SO'1t seulement suspects de sympathie envers Israël. . Ils sont détenus da!,!s des conditiOl1s extrêmement mauvaises et les autori tés refusent de les entendre. Sans explication et au mépris de toute légalité, le Gouvernement de Nokrachy Pacha a « séquestré)} de.s bie.'1s et des fonds juifs. On refuse aux juifs, tant égyptiens que ressortissant.s d'autres pays, l'autorisation de quitter le pays. En juin et juillet, ont eu lieu au Caire, deux pogroms. 150 Juifs ont été assassi nés ou ont « disparu )} et 120 ont été tra.nspor_ tés à l'hôpital et dans des habitations privées. Les juifs qui habi_ taient à proximité du PalaisRoyal ont été contraints d'évacuer dans les 48 heures. Iwglais. je crois que s'il y avait en palestine un gouvemement 'lJTaiment honnête, faisant tous ses efforts pour rapprocher juifs et Arabes, il n'y aurait rien à redouter. (p. 44). Le Coloni(ll Office britanntlJue favo,ise les dissensions arabojuives parce que l'union des deux peuPles les amènerait à décou'lJTir qu'ils n'ont nul besoin de dom;tla# o.n étrangère. Votre . Commission, nous déclara le Pro Einstein, est une perte de temps, un « écrmt de fu-mée D, puisque finalement le Colonial Office imposera les méthodes 'lui lui sont propr&$. (p. 45)· ~ Le vieux cheval et le cavalier Certains veulent dissocier, dans un rroblème comme la P ace monde est dur. ') ,La vérité, la voilà encore, vue correctement par Bartley C. Crum..: Etait-il exact 'lU' on arrêtât l'immigration juive, Qu'on emPIcllât le développement normc.l de la vie des Juits dam la crainte de voir la civilisation occ~dentale et le socialisme pénétrer dan5 le lr! oym-Orient et constituer un obstacle à l'impérialisme britan· tzi'lue comme au système féodal arabe ! (p. 5]). Des anciens S. S. arrachent une plaque de l'U. J. R. E. à Marseille lestine (voyez la Grèce), la poli- De Marseille nous partique américaine de celle de rAn- vient une nouvelle qui en gleterre. Pourtant l'ioentité de fait, avec des nuances qui diffé. dit long sur ce qu~on peut rencient le cheval de son cavalier, _attendre d'une politique, apparaît brutalement à robserva- non seulement d'indulteur objectif. Bartley C. ' Ctum gence envers les criminels pose la question â un haut fonc- de guerre, mais d'utilisationnaire de la · Division du Pro- tion des nazis: . che - Orient d u Départlement La semaine dernière, à d'Etat, M. Evan Wilson: 2 heures du matin, la 'pla- Wilson me regarda d'un alr un peu narquois. {( les dossiers, du que apposée à la porte du / Déparlement ne sont pas tous - local de l'U. J. R. E., a destinés à la publicité. Tout ce Marseiltle, a été arrachée. 'lue je peux vous dire, c'est que Et par qui ? nos préoccupations sorJt les mêmes Mais tout simplement que celles du Foreign Office et par un groupe d'Alledu Colonial Office. D (pp. 50-SI). mands, anciens S. S., en- Le bout de l'-oreille gagés dans la Légion Le cheval montre d'ailleurs le bout de l'oreille; c'est une oreillè d'âne: étrangère et en instance de départ pour l'Indochine. S'il n'y a pas lieu de 's'étonner d'ùn·tel geste de la part d'anciens hitlériens, qu'on nous pennette tout de même de rappeler èombien la France a payé cher pÔur ne plus re- 'l'oir ça ! . je cherchai à me renseigner auprès du secrétaire britanniQue d~ ~lot,e C ommissiolt, Harold Beeley, du Foreign Office, Qui 110US accompagnait en sa 'lualité d'expert pour le Proche~Orie1tt. · Grand et mitzce, portant d'épaisses II/nettes cerclées d'e noir, Beeley c01maissait à fond l' Iristoire politi'lue- extrêmement cOHlpli'luée de la Palestine. Un soir, dans le IlaU, il nous expo,sa ses vues, à r---------_---Buxt. on pt à moi. La 'luestion palestinienne, dit-il, devait être considérée datl'S le cadre d'un puissant expansionnisme soviéti'lue. Les Soviets ayant des visées sur le M oyen-O,ient, il serait b011 que les Etats-Unis se joignissent à la Grande-Bretaglle pour 'èréer un cordon sanitaire d'Etats arabes. Et si la Palestine était déclarée Etat arabé, elle comtjtuerait un solide anneau dan~ cette clzaî;le. (p. 52). Ainsi, on revient au cordon sanitaire, à l'hystérie antisoviétique ' et l'on ~acrifie de ce fait la sécurité de centaines de milliers de Juifs survivants des camps à la . hantise de' 1'« expansionisme » russe, alors même q~'à des mi!1iers de kilomètres des frontières nationales on exporte des capitaux et le chômage (Italie-France), la guerre dvile (Grèce), le fascisme (Espa· gne), des annes et des étatsmajors (Turquie), et des Glubb Pacha, des Takin Nut, des Bac- Dai. ' Bartley C. Crum voit la réalit~ d'un reg'lrd lucide: L'ECOLE PROFESSIONNELLE ORT DE STRASBOURG REÇOIT les INSCRIPTIONS POUR l'ANNEE SCOLAIRE 1948&1949 Cette Eeole, pourvue d'un équipement moderne et d'un personnel hautement qualifié, comporte les trois sections suivantes

1. Electro-mécanique pour

garçons ; 2. Radio.-€lectricité pour garçons ; 3. Coup€ et couture pour jeunes filles. Durée des études : 3 .àns. Sont admis' les jeunes ge'ns âgés de 14 à 16 ans ayant un niveau d'instruction équivalent au certJficat d 'études. L'l'l:cole . dispose d'un internat pour garçons ; les jeunes filles internes sont acceptées au Home des Jeunes Filles de Str.asbourg. , Enseignement gratuit Pour tous renseignements et inSCriptions, s'adresser personnellement ou par é9rit à : ECOLE ORT 14, rue Sellenick - Strasbourg. UNION O.S.E. ECOLE ·DE MECANICIENS DENTISTES 20, rue Ernest-Deloison NEUILLY-SUR-SEINE (Seine) Tél. : MAI : 40-91. Autobus n o' 43 (terminus) Les demandes d'admission des Jnouveaux candidats pour l'an.née seo- - laire 1948: 1949 sont reçues au plus t~rd jusqu'au 1 cr octobre 1948. Beeley n' était pas une voix hoZée criant dans le désert : la majorité des Anglais était1lt hostiles à la Russie à url poitil qui touchait à la phobie. Ils wyaient dam les Soviets 'tme force maUtiqué s'ingéniant à réduire la Grande-Bretagne au rarlg de puissalice de quatrième o)dre dans .'e lit 0 ym-O rient. Il!. soultaüaicm certe!. l'unité des A11gùûS et des Américains, mais c'était bien Plus pour créer un bloc contre les So· viets que pour résoudre le problème qui leur était posé. (r· 54). • '\' 1 \ .. Pour toutes demandes de renseignements ou d'admission, s'adresser à là Direction de l'Ecole (adresse :

i-dessusl, de 9 h. à 12 h., sauf samedi

et dimanche . l.\ ' .. ," , '. . ~ '. ' . \. . ( ".': • 1 i Il 4 CROIT ET LIBERTE Septembre J 948. - N° 12.80 EN FAMILLE, SOUS L'OEIL PATERNEL DE M. MARSHALL l-E GHETTO, instituti,on officielle de l'Allem4agne de l'Ouest? , . FRANCO~ DON JUAN ET AZZAM PACHA TANDIS què Franco rencontrait le prétendant Don' Juan au Quel genre d'amitié? L'on large de Saint-Sébastien, On annonçait, à propos d'une note la présence à Saint-Sébasentrevue d 'Azzam Pacha avec Alonzo Caro, l\'linistre fran- tien de Ali I\'Taher Pacha, cet ar.quiste au Caire, un " resserrement des relations » entre ancien . président du C.Qnseil Madrid et la Ligue Ar~be. . " -d'Egypte qui se distingua nar (le L A« bataille de BerliOEt lt - telle que l'ont conçUe nos confrères Nous sommes à la veille de la session de l'Assemblée Géné- féroces répressions antisyndica- avides de titres sanglants - retient toujours l'attention. raIe de l'O.N.V. qui V'd se tenir à Paris et il semble bien que les les à-Alexandrie; l'on note aussi A l'he-ure où nous éerivons ces lignes, la situatiotl se la venue l M-d 'd d' précise : se re~dant à une appréciation plus -saine des (]{.ux conversations se rej-oignent en un seul et même objectif. financier -a syrdo -lriib anaiusn. grMouapies réalités économiques, les « occidentaux lt admettent que seul le En effet, la Pologne ayant ses pérégrinations en Arabie c'est surtout l'aspect" culturel" Mark oriental ait dorénavant cours à Berltn, situé ail centre de la de~O~I-ndé l" Inscr!' pt'1o n d u pro- Séou.dl'te qui est souligné,' il se concrètise- zone soviétiqUe. Deva.D!t cette reconnaissance, il n'y a plus lieu blè 1 à 1, d d L Il ~ . F L' de maintenir les mestli"es de blocus néceSsaires à la proteetion de me espagno or re u a co milon . ranco- Igue rait entre autres par des échan- 1a ' monnaie de l'Est. jour de l'Assemblée générale. Arabe ·s'est déjà manifestée ges d'étudiants, bonnant dalls Fr,anco est' en train de manam- avêc éclat sur le pl~ interna- . ~l reste Que nous ne pouvons d'élire leurs Institutlons officiel- , d "1 ' d l' d la rétrospective historique à nous défendre d'une certaine les_ .cela n'a d'ailleurs jamaIs vrer pour s assurer es POSI- tlona .a . propos . e examen e l'occasion de cette nouvelle inquiétude devant ce , qui se été dans l'intention des Alliés. tions à l'heure 01! les démocra- la question espagnole par ,le " amitié hispano-arabe ", c;J.e passe dans la vIeille cité uni· Mals 11 était précisé' qu'il faItes lui demanderont publique- ...C. onseil de Sécurité dont le Pré- petits plaisantins évoquent ia versita1re de Bonn, con1ormé- lait d'abord procéder à de sévèment des comptes. L'affaire, sident en exercice est le Syrien civilisation mauresque, l'Alea- ment aux accords de Londres, res mesures de d€nazlf1cation, de , d'ailleurs, dépasse de loin et la Farès bey il Koury. Malgré zar, l'Alhambra . . . Nous admi- contrairement aux accords de démilitansatlon, de décarteIl1sapersonne du dictateur espagnol trois votes soviétiques tendant rons trop l'apport arabe à l'art Potsdam. tion. et le cadre mê.m e de l'Espagne, à un examen immédiat, la ques- et à la culture pour insister sur . Dans le calme, de cette petite t CIel s cont ditionsli sont-elles ac- puisque le gouvernement amé- tion· fut renvoyée aux calendes. .. 1 ville, une assemblée de représen- ue emen remp es dans les zo- , 1 ·d F è b cette ndlcu e spéculation. tants des « Landers :. de l'Ouest nes occidentales ? ri•c ain, dp our .d es raf is. ons strak- 4es manoeuvres e ar s ey Am"it!é h'I spano-ara be ? "l'. fl'i'lS élabore actuellement un projet La dénazl'ficatl'on ? Nous relegèlques ont 1.1 ne ait pas. IllY l s- J PO~R qu'est-ce que les peuples arabes de constitution de l'Allemagne vons dans un compte-rendu du t re - et qUi mettent en jeu a par acques .w;. 1 k occ'ldentale ~. gouvernement militaire amérié .. f' é . e~ e peuple espagn91 peuvent ~ , 5 cunte rançàlse - est , ml- . d L'Assemblée _ si elle atteint cain qu'en Bavière plus de 60 % . nemment intéressé au . maintien aboutirent à l'abstention de huit aVOir e commun avec les ty- son but _ aura deux cohséquen- des juges et un peu plus de 76 % du régime .franquiste. puiss-ances. L'on rend . ainsi rails qui les oppriment pour le ces: la séparation de l'Allema- des procureurs sont d'anciens Aussi bien est-ce sur te con- quelqlJes services appréciables, compte d'impérialistes étran- gne en deux états et l'établisse- adhérents du Parti Nazi et que seit du Département d'Etat que Les six voix des pays arabes gers, rois et stratè'ges du pé- ment d'un gouvernement de bon nombre d'entre eux étalent Franco a invité Don Juan à une comptent dans la balance: nOI.l5 trolc-, du tungstène ou du cui- l'Ouest. meL"medés,s 'lit ri . ? '1 vre ? La division de l'Allemag'rl'e en a ml a satIOn. Voyez les ft promenade en mer », dont 1 l'avons bien vu lorsqu'il s'est Igi « gardes d'entreprises ~ dans la devait · se déclarer « très satÎs- pour M. Marshall ,de s'assurer Car ces intrigues subalternes deux représente certainement le zone ' britannique, Quant à la fait ». Après quoi, M. Cul- la complicité du « bloc . de s'inscrivent foutes dans les epxluisst ég rpaovue rd laan gpeari xq.U iE Uaiet jparmovaoi-s récente catastrophe de LUdwigs_ berl"sOn, chargé d'affaires amé- , l'Amérique Latine ». , JDlans de ceux qui veulent trans- querait une exaspératIOn. chau- hafen, elle a fait, en même ricain en Espagne, s'empres- CEPENDANT, le grand former le Bassin Méditerranéen vine facilement exploitable par temps que des usj·nes, éclater sait de conférer avec le minis- cordon de l'ordre du Njl en une base d'opérations. le premier néo-Hitler venu, et à une angoissante vérité. tre franquiste. des AUaires étran- récompen;;ait l'Espa.g n_ol Les démocrates arabe• s et les côté de laquelle l'hystérie qu'ont plLuas vdaé,sctaerst eelslicsraotqiuoenr?ie sU dnue dsieès- O'ères Art~j'o Et quelques C 1 M' d d' mis les nazis à exploiter les fau- , "." 1 t cc1. '1 éta't q est'on ar os , Iran a, comte emocrates espagnols ne Uln- tes du traité de Versailles ne se':' cIe. C'est la cartellisation ren- jours p us aH, 1 1 U 1 de Casa Réal et autres lieux, çoivent pas l'amitié hispano- forcée (sous l'égide des monopo- 1 .. t 1 l'T t' . rait qu'un amusement d'enfants 1 que e 1111111S re (e n erleur considéré pour ses intrigues au arabe sous la forme d'un terribles. . es américains) qu'lI faudrait organi~e pour novempre des Caire comme, un artisan essen- échange de phosphates et de dire. él ' ( ') ' . . Evidemment, nous serions de C'est d d é é ' l"e s»e c(tsliocn).s » SIC « mU!1lClpa- tiel de « l'amitié hispano- matérid militaire entre un Fa- piètres démocrates s1 nous vou- ' qu'il faut aanpsp rcéec iecra lrae sigtu ant IrOanI \Vashin gton ~ estime sans arabe », iouk et un Franco, lions empêche.r les Allemands . de SUJ I'Sf . D eux f al·t s l'illustredoute qu'il ~ut tenter de don- _._~_~~_Charles ______ ~ _ ~ ____ Charles 1 décembre 2009 à 10:37 (UTC)_~ ____ ~ __ ~~ __ ~ ront mieux que de longs d~- , cours. ' ner UAC façade· « monarcho-li- Un des défenseurs qu1 obtint bêrale » ~l une dictature fasciste Pille leb récemment l'acquittement des aux crimes innombrables et arce' que, es peup e·s vel u ent v·lvre 1 res dirigeants de.l'I.G, Farbenindusdont la survivance, au senti- ••• trie, est le Dr. Achenbach. Cemcnt de tous les honnêtes gens lUi-ci, aIlQ.ien collaboratèur de qui n'oublient pas que Franco ESPAGNE . U· S l'Ambassade d'Allemagne à Pafut J'allié cl~ Hitler, est un scan- MARKOS A DELpHES - . . A. ris, provoqua à la suite de l'exé- . d J C Dtrrant le mois Dans le courant du cution de deux officiers alledale qm n'a que trop ure. e~ d'août, 190 républicains Le Gouvernement d'Athènes et la presse « occi- mois d'aoûi, ceni cin- mands le 17 février 1943, la déjOUr~- Cl encore, quatre-vingts ont été exéculés -a lra- dentale» font grand bruit autour d'une prétenelue quanle inculpations de portation,de 2.000 juifs. Un manp~ ltriotes de Catalogne sont Ver3 [' Espa.gne sur ordre défaite de J'Armée Démocratique grecque danS' la leaders de3 organisalioru dat d'arrêt lancé contre lui en ignoblenlent · placés entre la ' vj,e de Frar.-co. Un nouveou région. des monts, Grammos. démocraiiques ont été dé- janvier 1948 n'a pu être exécuté et la mort . procès e31 du. res' te on- Il sem bl e qu ' en fal's a.nt coum de pa·r ei Il es ru- cidée3 à lraver3 tous les p1a rced que l'intéressé résidait Dans ces conditions, le nol11- noncé, et 30n issue verra meurs. 1e s monarc h'I stes essaient de masquer eurs iEtal3. Un acertain nom- V.O ,?irssm e ans une zone d'occupation b~erre ~d e Jv'Ooi.~N .Udo. nt poils ep eàu t Fôria~npcoo- son3 d Duf e s'a Il onger revers et de dissimulér l'échea de leur propre 'oHen- bre d'entre eux· ~"e ,.' ont Aurte' «. pe t!t fa' it ~ : "cette sinistre énuméra- sive qui, se poursuivant depuis neuf mois, vient de vu refuser la mise.m 'Ii- Le Conseil municipal de H.anoun s.érieux prohlèm ~. Et c'est tion: quatre-vingt3 pa_ se solder par un fiasco complet: en effet, leur ma- berfé provi30ire sous cau- vre, sous prétexte de combattre ce 'lui explique le marchandage irioie3 catalan3 Von en noeuvre qui visait à l'encerclement des ·partisans et tian qu'il3 3011icitaient. le marché noir, a interdit aux qui vi~nt d'~lvûir lieu entre scs effet être lraduil3 devan,f à leur extermination, a été déjouée par le Général En même t.......n., le non-juifs de se rendre, sous pei-· n::' résentanls et les leaders de 1 · M k' f b de 1 d ~""- ne d'amende, Aans la rue Ohe la (jYue ar41hc. Ceux-ci disent 0 t( 'jl1$tic~ » espagnole. ar os, qUi, tout en aisant su Ir our es pertes fJmeux « Comité des. où habitent un~ centaine ~ fa- à ceux,-., l~: « Si vous changez (?) En oilendant -Je J'our de à s1es .adversaires, a dégagé la totalité de ses troupes .a ctivités anti - américai- mille s j u 1v es e to'u se trouve le \ leur comparution, ils soni et es a aussitôt engagées dans une puissante oHen- nes prometlait de redou- siège du Comité T if Le · A votre politique au Maroc cspa- $Oumi3 aux pire3 tortures: ~ive contre les flancs· du dispositif ennemi . Ainsi de bler d'efforts » et annon- Çonsell municipa~l ua l-e fromn"t ,mdee gn-of, 110llS YO\lS souticndl'ûl1s ~I parmi eux, E-st~ve Aria3, nombreuses unités gouvernel1l(!l}tales onf été encer- çail de prochaine$, mise3 percevoir le loyer d'e l'immeuble l'O. N. U. et dans tO\lt~ autre 'qui se battit en France dées et anéanties. , en accusation reienti3S0n- occupé par leq.lt Comité alors affaire fllJ ,,'ous pou niez avoir JOn3 les rangs des F. C'est pourquoi le Général Yan Fleet. comman- tes. ' que cette maison appartenait besoin de notre- ,1i.de ». Pls~e- F.I., 0 été pendu par les dant la miSSIOn militaire américaine en Grèce, dé- Il semble que cetté re- jusqu'en 1948 à la communauté rn()r 1.1 rh 1\ha rd~ et je te pas~e- ~ plusieurs J'ouh de clare qu'un remaniement allait avoir lieu dans l'état-' crudescence d'activité po_ jUniVe lOt Cal~i ., ' T:li le ~(-né. d'A h h es vra qu un ·peu partout

suite. pui3 privé pendon major t ènes et que ses c efs, dont le Général licière ait pour but de des nazIs habitent des apparte-

C ERTA1NS s'étonneront peut-être de ceUe eollu~ ion ' entre les phé1langlstes ct les féodaux arabe" oont, pourtant, J.~ s conIllvences ayec des personnages • llls-si marqués que Anders ou MosJcy sont (·onnues. L'on n 'Ignore pas que c'est la « Bri ·ti~h L'nioll of Fascists » qui a I11Ulltè J'att-~ l1tHt de la rue Ben Yéhuda à jerll;;alem et que des ~.:;. ont été découverts dans la Lt'gion que commande Glubb P1Cha. Ii ne manquait plus que des anciens de la division Azul pour complèter I ~ tableau. Au vrai, ce genre de rappro.(' heme~lt n'est pas si nouveau. Ne disait-on pas, il y a quelque temps, qu'Abdullah visit.erait le Maroc espagnQl en compagnie de Franco? Le voyage a été remiS'à une date ultérieure, mais ce n'est pas, comme on l'a prétendu, à cause de l'agitation nationa,liste qui a éclaté à Tétouan, mais de la nécessité où s.e. trouvait la marionnette transjrdanienne de poursuivre uné 3émaine de toute Demétrios Lies. seraient « châtiés II pour avoir lais- · freiner par la ierreur les ments dont les propriétaires nourriiure et boisson. sé s'échapper l'-armée des partisans. On ne saurait progrès enregislré3 par le juifs, miraculeusement sauvés BIRMANIE avouer plus cIlrÏrement u~e défaite. Parti Progressiste doivent se contenter de taudl~ _ Les partisans démo- Pendant ce temps, ' le Général Markos exploite Joseph Rainley, et que des affaires iuives conti- 1 b ses succès : en trois JO' urs de bataille offensive, candidat noir du Parii nuent à être administrées par cra e3 irmans ont pris des nazis qUi ne versent pas un d'assaut l'importanle ville douze villages du Mont Parnasse ont été libérés; Progressiste aux élections pfennig aux spoliéS . ,de Prome et les localités les avant-gardes de l'Armée Démocratique se bat- pour le Congrès dans Cependant, même en Allemade Padoung et Nattalin. tent dans les faubourgs d'Orestias. Delphes a été l'Etat de Pensylvanie a gne occidentale, de plus en plus IL5 0/11 rétabli les commu- occupée. été attaqué par Irois poli- nombreux sont les . amis de la nica/ions ferroviaires en- En Macédoine Occidentale, huit villages ont été ciers qui ['ont matraqué paix et les démocrates qui deire . ces localités el se libérés. Les unités démocratiques ont pris Langada. en public, et wnduit au mandent le retour à la politique Iro UVen 1 mam. 1e nan t'a mi- En Thessalie, l'important point stratéo.., ique "..,".. e l""Vs te de police ou', apr~~. Qdéatmer, minéuen eà Yvéarllt·.taa belet à dPéomtso'-: c Jlemm' en t re Mlmd al a y constitue Coti a été libéré. Enfin, dans le Pélopo- avo'1r e' ie' 1'I I e' ga 1 e men im'is cratisation et une . véritable -e t R angoor.-. D es de,t a- nèse, les unités démocratiques ont conquis Vranel'- en e't a 1 d' arres ia t ·r an, 1'1 pacification du pays. chements de la R .A.F. ka, à 10 kilomètres de, Patras, et menacent sérieuse- s'est vu à nOUVeau bruta- André FRAY. sont envoyés en hâie à ment cette ddnière ville. lisé... . - ~-~~ Rangoon pour essayer de ------------:-------------...:....-.:.:.~--~-----~ reiarder la débâcle imminente des troupes gouvernementales birmanes. INDONESIE - Prélextani son souci de « prévenir des Iroubles éventuels le jour du jubilé de la reine Wilhelmifl'e de Hol/ande », la police indonésienne a pro~ édé à l'arrestation de cent militant3 démocrates à 'Bctaoia. , S'oci.É:rÈ- â;HOR~'ÔGÈRIE otlDoUBs :[· . '1 Q&; RIJE l~A~EjTE : p'ARIS : pétra: Pôi'ssonnihe • Gare. du Nord "'J, ; ,. O1 décembre 2009 à 10:37 (UTC)~~fs LA MùNTRE DE QUALlT~: MONTRE SUISSE A RUBIS. FllU OU C.ARÇONNtT GARÇONNET. flLLlTTl ANCAl 15 RUBIS "LUTTE.DAMl . VERAl OPTIQUE IIOMM'.TROTT'U$~ CENTRAU LISEZ chaque semaine al1illl MElDOMADAIlE Df l'NDfPENDANCE FRANèAfSE Ses échos, sa tribune politique, ses grandes enquêtes, ses :pages littéraires et sociales, ses nouvelles... ... TOUS LES MERCREDIS 16 pages illustrées En venle pat'tou~ .... l:i fl'unes • lept~e .1.948. - N· .12-80 P~OlT ET LIBERTE -----------------------------------_Charles.~-. ------~- 1 Lettré de vacances, par Joseph MfLLNER lET DIEPA\RTS AOUT est générale. . ment considéré com .. me le mois des va· canees. Mais dira. t-on qu'il a été de tout repos en cette année 1948 ? D'abord, pour un -certain nombre de Français, la route du vert était coupée. Par la faut~ de ceuxlà mêmes qui coupent la route de l'escalope aux ménagères ou celle des urnes aux grands électeurs du Conseil de la République. . deux traîtres, les rafles de~ 16 et 17 juillet à Paris, le parallélisme que depuis longtemps nous avions observé entre les mesures a~tisétnites prises au Sud comme au Nord de la ligne de démarcation, la mise en route par Vichy d'un recensement de tous les Juifs étrangers repliés dans la 'zone dite libre, la nécessité pour l'ennemi de tenter plusieurs p~ovo- - Vous avez l'enfant de vous oubliez que nous sommes X ... ? vainc.us, que nous n'avons plus - c'est parce que les maquis limousins dormaient des' cauchemars au préfet de Limoges, que le débarquement sur les , côtes méditerranéennes sonna l'heure du naufrage pour "le vice-amiral de Rivesaltes, que la Résistance auvergnate expulsa F ourcade, . roitelet du Territoire de Vichy, que les Alliés et l'Insurrection Nationale donnèrent un se~s terriblement et doublement vengeur au Chfmt du Départ. Ce petit a cinq ans, il a d'armée, plus dè frontière . .• droit à un gendarme par année Et de nous chanter une ' rend'âge. Sa mère vient d'être gaine vichyste bien connue en arrêtée à Grand-Bourg, une pareil cas. Ce vice-amiral avait commune des environs. Les . oublié toutes les traditions sbires viennent cc · regrouper la d'honneur qui n.rent la gloire famille »oo. Le père, d'origine de notre Marine. tchèque, engagé volontaire Le gredin! Quelques insdans l'armée française, a été tans plus tard, il téléphonait porté cc disparu au front ». Il au sinistre Fourcade, de ViQuand nous avons pris ,le train à la gare de'. Lyon, Ils venaient d'ouvrir la route des Finances et des Affaires économiques à l'homme qui prétendait couper celle du fer. On reparlait de décrets-lois, de pleins pouvoirs. J'en ai touché un mot aux paysans du village où j'ai débarqué. On ne peut pas dire que la hausse des prix industriels ou la perspective de. nourrir éventuellement l'Allemagne occidentale les remplit ae joie. Comm~nt s*e sentir l'âme ' Un groupe de F.F.1. juifs de la zone Sud. "d'Horace da.ns sa pètite pro- cations et diversions) au mo- est mort. Contre Munich, pour priété du Latium, lorsqu'on ment où ses troupes recevaient la France. . voit que la récolte est excellente déjà de très rudes coups sur le Le capitaine, à qui je révèle et qu'on sait que des mamans front de l'Est - tout nous di- ce « détail », n'est pas ce doivent encore rationner le sait qu'un nouvel orage était qu'on appelle communément pain à leurs gosses? proche. Nous avons su par la un salaud. Père, lui-même; de - Adieu, tous les t.racas, . suite comment Pétain et Laval '·cinq enfants, il a les larmes ne dois-je pas profiter des der- souscnVlren à toutes les exi- aux yeux. niers jours de mes vacances? gences hitlériemles et, en toute - Pourquoi acceptez - vous Un petit dialogue s~est en- connaissance de cause, . jouè- de faire un tel métier.? gagé: • rent le rôle qui leur avait été - Que voulez-vous: nous - TI ne s'aKit pas du tout - imparti dans le plan d'exter- avons perdu la guerre. de faire une tête d'enterre- mina.tion des Juifs d'Europe. . Je n'ai pas eu la cruauté de ment. Seulement d'examiner, Ce plan était sur le point d'en- lui demander s'il se le répétait par exemple, si un jour, pour trer .dans sa phase culminante. tou's les mat.ins. avoir, en quelque sorte, pris * Le lendemain, le préfet de trop de· vacances - tu com- Au Masgelier, dans la mai. Limoges avait un air triomprends ce que je veux dire par son d'enfants de l'O.S.E. où phant: là - certains types j'm'enfi- je suis descei;du, un coup de - Les Allemands, d'it-il, chistes ou enclins au j'm'enfi- téléphone me réveille, Au bout avaient réclamé les enfants à ,chisme laisseront quelques mal- du fil, le directeur d'une mai- partir de deux ans. Notre goufaiteurs publics, milliardaires son analogue de Limoges: vernement a réussi à leur arra- . et serviteurs de milliardaires,..... _ Les gendarmes sont là! cher une concession: ils ne tounous priver de vacances ... Ne Ils prennent tous les enfants cheront ' pas au~ enfants çle crois-tu pas 'que notre rètour dont les parents sont venus en moins de six ans. dans ce bled dépend aussi, en France à partir de 1936...• Cependant, cc notre gouverfin de compte, de ce qui se ' Ces parents étaient pour la nement)) télégraphiait à toutes passe aujourd'hui à Berliù 'QU plupart de valeureux antifas- les Préfectures de procéder au ' à Moscou? cistes. Le Front Populaire les cc regroupement familial »~dans - Peut-être. Mais que pou- avait accueillis. Maintenant, la les plus brefs délais. .,.. vons-nous y faire? Les hom- clique pour qui cc Mieux vaut * - mes, malgré ces menaces, ne Hitler·que le Front Populair:e )) Les suites du 36 août 42 , chy, pour, ô,ccélérer les ordres qu'il était impatient de rece- . voir! - Prenez tout. Nous devons en livrer 14.000. La nuit, un premier convoi s'ébranla de Rivesaltes, cc vers une destination 'inconnue ».

Des éqUipes de courageux

kidnappers, envoyées par l'O. S. E., s'infiltrèrent dans .les wagons pour sauver les enfants, mais leur mission, trop hasardeuse, ne donna, l?élas, que peu de résultats. Pendant ce temps, hommes et femmes, avec une belle crânerie, entonnaient H atikva et Le Chant du Dfpart. Minutes pathétiques. Disons simplement qu'ils n'étaient pas des moutons · qui se ' laissent conduire à l'abattoir. L'esprit de résistance les animait. Beaucoup sont m 0 r t s à Auschwitz et à Birkenau. De tels souv*en irs assombrissent des vacances. Mais SI nous évoquons le 26 août 1942 - et si nous avons la possibilité de l'év~uer aujourd'hl1i Si nous évoquons le 26 août I942 , c'est parce que l'idéal pour lequel sont morts tant de martyrs, était , vivant le 26 août 1'944, et aussi le 26 aol1t 1948. Le 26 août I944, Belleville, où habita tel c( Juif étranger~» qui de Rivesaltes fut conduit à Auschwitz, était complètement libéré par le peuple de Paris. Et le 26 aot"tt 1948, j'ai. lu, en ouvrant les journaux, que 10.000 Berlinois avaient, rappelant les noms 'prestigieux de Tf!aëlmann et de Breitscheid, manifesté contr"e le fascisme et l'impérialisme. Non, la bonne rOijte n'est · pas coupée. Les voyageurs y avancent, non sans heurts, non sans luttes, mais ils avancent. Aveugles, avons-nous pensé pendant ces vacances, ceux qui auraient tendance à croire que le monde n'est qu'une perpétuelle Vallée des Larmes. Et coupables aussi, puisqu'ils retardent les moments-de la joie Sur le visage des hommes. SON EMMYnence GOERING EMMY GOERING, ex-épouse du grand criminel de gue";'~ - vient' de comparaître devant le Tribunal de « dénazification » de Garmisch-Patenkirchen en Bavière~ Son cas IL été jugé bénin i ~lle n'a été condamnée qu'à un an de camp de travail, 'peine péjà accomplie du fait d'un · internement préventif, et à la confiscation d'un tiers de :oa fortune. Il a été é~abli q~elle achetait pendant de nombreuses années, en moyenne pour 31).000 marks de bijoux par mois, elle portait aussi les parures en or et en pierres précieu .. es que son généreux mari, chef de nombreux camps de déportés et propriétaire d'immenses usÎnes où travaillaient le. esclaves étrange .... , raflaient aux prisonniers politiques et aux morts de la répression hitlérienne. " montrent-ils pas une certaine va prêter la main à un mas- nous leS avons vues à Riveinsouciance, pour ne pas dire: sacre des innocents. Admirez saltes, petite ville des Pyrépassivité? - . la tactique des hitlériens! nées·- Orientaks, 9ù I4·000 . .- Vraiment? Demande-tOI Ils s'en prennent d'abord aux Juifs se trouvèrent entassés. un 'peu pourquoi le ministère Juifs, en essayant de faire Les agents de Vichy s'y Marie ·a été contraint de par- _ croire aux autres Français que tivrèrent à une odieuse propatir. Une opération du Saint- l'antisémitisme ne les concerne gande. Faisant courir le brUIt Espltt, ,sans doute?.. Ce pas. Et parmi les Juifs eux.!' que les détenus allaient partir sont les honnêtes ·gens, et mêmes, ils commencent par les en Polog!le (ce qui était vrai), avànt tout..les gens du peuple étrangers, en essayant de faire - Hitler, disaient-ils, a déqui ... vraincront parce qu'ils 1 croire aux autres qu'ils n'ont cidé de créer là-bas un Etat sont les plus forts - comme pas. grand' chose à craindre. Juif. .. Elle ne se déplaçait qu'en train spécial auquel était accroché un wagon, où se trouvait une vache pour lui fournir du lait pendant ",s voyage.. Goering n'était pas seulement un grand dignitaire du régime nazi: sans ressources avant son arrivée au pouvoir, il est clevenu un véritabte homme des trusb qui contrôlait toute la grosse in,dustrie .le l'Allemagne. de l'Autriche ~t, en partie, de l'Italie. ils .oot déjà vaInCU plusieurs Leur objectif est que tout le On sait que la Gestapo défois.

  • mbeosnodgen ey np'aessste , pmaasi s fcaocmilem, e illas ccolanrc aeintt raltai onmnaêimre~ s cdhuo seg heatutxo

La justesse de ce dernier · doivent recourir aux classiques de'Varsovie, promis a).lX chamjugement, le mois d'août, qui manoeuvres de division. bres à gaz. - porte avec SOI toute une série Vichy est là, qui peut ren- De lamentables files d'homde souvenirs tragiques ou glo- dre quelques services. Savez- mes, de femmes., de vieillards rieux, nouS' la confirme. . ·vous comment l'administration et d'enfants piétinaient, enca- Le 26 août 1942, je me trou- de cc l'Etat Français )) ba-pti- drés par les gendarrnes, devais en mission dans un petit sera la sinistre rafle du vant le camp. Une jeune fille hameau de 'la Creuse, le Mas- 26 août? Le « regroupement s'approcha de nous: gelier, près de Guéret. L'heur:e familial)) LII est des moments - Je suis Belge, je suis arn'était guère propice au ly- où la devise c( Travail, Fa- rivée à Anvers à l'âge de six risme du type c( Qu'elle était mille, Patrie » paraît plus hi- mois, qu'est-ce que je vais fa~re verte ma vallée ))... deuse encore que la croix gam- en Pologne? . Depuis plusieurs jours, le mée. Un aveugle cria: bruit s'était répandu que Pé- * - Vous êtes des bandits! tain et Laval avaient consenti A peme ai-je raccroché Sous le soleil torride de Rià livrer aux Allemands les l'écouteur du téléphone que la vesaltes, certains devinrent Juifs de la zone dite libre, tan- maison du Masgelier est cernée fous. . dis que l'oppression devenait par quatre gendarmes et un A une délégation qui venait de plus en plus lourde pour capitaine. Les voilà bientôt qui protester, le préfet des Pyrétous les Français. font irruption dans ma cham- nées-Orientales répondit: L'extraordinaire servilité des bre. - Vous m'acCllsez? Mais L'assassinat des déportés ét~if égàlement une industrie. Une fabrication de savons était organisée dont la matière première provenait dés corps de nos congénères... , Bien avant la guerre, prévoyant une défaite possible, Hermann Goering fit cacher par ses nombreux agents à l'étranger et notamment en Suisse, en Grande-Bretagne et ep Amérique du Nord, des participations, des devi.~ et des bijO'UX placés au nom de tiers. Une immense fortune fut ainsi confiée · à des citoyen. non allemands, solideIllent liés, et soumis aux ordres du service d'espionnage, de sape et de sabotage nazi, qui fut organisé dan a le monde entier, en vue de la défaite. Un de ces agents financiers de Goering, qui. réSIdait parfois à Witznau (Suisse) et venait souvent à Paris avant la guerre, noua fait la grâce à nouveau de ses nombreuses visites et commandite par ses acolytes, des affaires ..le filma. Il est maintenant citoyen américain. Le mois dernier, dans une boîte de nuit, un homme ivre se mit à hurler : « Nous en avons assez des attractions juives à Paris! » 1) fut reconnu par un officier de réserve frança·is qui se troùvait dans la salle, comme l'un des agents de la Gestapo, qui en 1944, l'avait fait torturer. Arrêté, il fut libéré le lendemain sur l'intervention très én.l:rgique d'une Ambassade d'Outre-Mer. . . Lorsque le jugement concernant Emmy Goering fut rendu, plusieurs centaines de felnmes allemandes, présentes dans la salle. d'audience, ·ont applaudi frénétiquement. Voilà les pauvres Allemands qu'on fait rentrer dans la bonne communauté « occidentale •. Va-t-on bientôt organiser des quêtes

« Pour le, assassins, s'il vous plaît •.

Tous ceux qui ont permis, depuis l'effondrement hitlérien, en si peu de temps, une pareil1e situation, ne sont que des complices. Leur homme d'Etat, leur type. c'est Judas! Joseph-André BASS. l 1 t Ala veille de partir pour le }(jooutz Negba avec quelques-uns, de .. ~s défenseurs, venus en conge vIsIter leurs enfants évac~és à ~erzlich, je reçois de leurs mams le Journal de combat qu'ils ont fait p~raître à partir du 25 mai. Eonéotypé dans les . t~anchées, c.e journal a été transmis de positIOn en POSItion sous les bombardements. 9.000 obus sont tombés sur Negba et n'ont pas réussi à le détruirè. En Palestine, « Negba ))' est d evenu un' symbole de la rési stance. On dit f( Negba-Grad ». Aujourd'hui encore, Negba est un front. Dans ce. pays qui n'est plus eil guerre, malS qui n'est pas en 'paix, la trêve est violée tous les jours, en particulier aux al~ntours de Negba, porte du Neghev: ce desert gr.and comme la moitié de la Palestine, parsemé de colonies juives, est attribué par le partage à · l'Etat d'Israël, mais les Egyptiens, en contradiction fiâgrante avec les clauses de la trêve tentent de barrer aux Juifs la route qui ~onduit au sud du Neghev;· ils empêchent ainsi le ravitaillement des colomes. Depuis le début de 'la deuxième trêve. Le 1"' Mai, ik fêtent le Travail •.. Negba', Gad (Kiboutzim juifs), Bir Asluj (village arabè conquis pendant la guerre par les Juifs) ont été attaqués à plusieurs repnses. Des convois juifs ont été bompardés. Il y a 'de continuelles esca rmouches. Le Neghev, convoité par le Gouvernement égypt:en, reste un des points brûlants de. la « drôle de trêve »; LE COMMANDANT DE NEGBA ,.RACONTE: f( Ii y a neuf ans; dit le ~ommandant de Negba, nous avoiJs planté le. drapeau de la liberté dans le Neghev, nous avons transformé en Jardin le seuil du déôert ct, après une déccn1lle, le sOCIal-démocrate Bevin a envoyé contre nous ses mercenaires féodaux:. il a détrUIt les malsons et l'économie de Negba, mais pas sès hommes, ni son esprit. " Grdce à notre camarade comrùandant tné au combat, ItZhak Dovno, nous avons appris non seulement à labourer, mais à tenir les arm es. Au lieu de nous procurer du con[ Vit, nous nous sommes procurés des armes. Il n'y a p ~s une femme, chez nous, qui ne sache tenir un "fu sil. Avant le 15 mal, nous avons prlS ÙU temps sur notrè journée de travail pour cre lser près de 4.000 mètres cubes de tranchées. Troi5 semaines, nous sommes restés couchés dans nos ,positions. NOllS avons été bombardés par- les canon, lourds, l'aviation et les mortiers. Comme no:; abns s'a. éraient bons contre le tIr, mais in- . Sil ffisants contre les bombardements. nous avons abandonné nos anClcnnes position,;, nous avons creusé toujours plus r rojondément, n o u~ nous sommes 'enfouis sous terre. \! La relraite, pour nous, n'existait pas. Les troupes égyptiennes étaient sùres, à la longue, de pouvoir nous démoraliser, surtout en nous as~()iffant - ellès ont détruit notre château-d'eau - mais nous avions préparé dans nos souterrains des réservoirs d'eau en fer et des d épôts de nourriture. - f( En même temps que ]a . lutte. pour les armes et les renforts, nous avons conduit le combat po~ l'éducation idéologique de nos soldats, et c ~st pour cela que nous avons faIt tous les Jours, sous le feu, paraître no-tre journal. )) , - Laissons parler ce journal de combattants, " Kol Negba )) (La Voix de Negba) : Camarades, en ces jours de lutte, nous n'admettrons pas de démoralisation. Ce jourllal sera notre re1p/ort, notre réconfort, notre voü, l'expression de notre vie inté- J - ~j tl '. ,.-irt.· t - g;~~-", el · : DROIT ET LlBERTI; s; 1 DE NEGBA,. CLeF DU NEGHEV rieurc, de notre, esprit. Il nous i"form'era d . nous encouragera, Ncgba ticndra, proclame le N° l, 25 t.tAI Plus loin: Nos victimes: Itzhak Dovno, notre C01ltmandant; tu cs lombé, nous porions ton deuil, nous te commémorons par noire lutte; Itznak est tombé la main levée, en donnant un ordre aux mitrailleurs, et cette main levée que nous' n'avons pas abaissée est un symbole de sa vie: commandant militaire, instructeur agricole et czilturel, il est tombé à son poste avec cinq camarades à ses cdtés, et nous l' enterrerons la main levée. .' Arrivage d'armes: Des armes antitanks et des matériaux de camouflage sont arrivés. Tranchées: La plus grande partie de notre temps est consacrée à creuser des tran- J chées : creusez plus profond, creusez encore, creusez toujours! N ou.r disons et rediso.ns: Creusez, creusez, creusez, enfouissez-vous sous t erre ; Dispersez les hommes dans les tranchées pour diminuer le danger. T rav ail: Les téléphones ont été réparés. L'électricité dans la 'buanderie f onclionne à nouvea:A.. Tant qu'il n'y a pas d 'eau, l'usage des W.-C. esf interdit. On construit des cabinets de campagne. La propreté la plus rigoureuse est une mesure de salut. Nouvelles de nos blessés: La camarade Esther est sortie 'de l' hdpital et a été transférie dans une maison de santé. Su~vent des nouvelles du front de guerre en Palestine, transm ises p ar la radio. N° 2, 26 MAI . Hier .... attaque de l'ennemi: Tir violent d e éanons et mortiers. Tous nos cOi'nbattants . sont ' rèstés à leurs postes. Le camarade II 0lzltacker1 placé en observation sur la tour d'eau, est tombé, il a été instantanément remplacé par ' un autre éclaireur qui Cl repris son Bren (fusil-mitrailleur automatique an· glais). . Nous avons réPondu aux mOl-tiers par "des mortiers. La radio 'du Caire annonce que « l'armée égyptienne assiége la forteresse de N egba »; elle a 'raison de nous appeler forteresse, nous en sommes une l N egba tiendra; Trai1slJlis~ion de notre journàl: Camarades, attention -' La parutioli quo,tidienne de notre journal représente un très grand efforl. ,A vous de faire passer Kol Negba par une chaîne, d'une position à l'autre, de sorte qu'il soit lu par chaque combattant. Le journal est remis à la position 1 qui le remettra à la 2, la 2 à la 3. La position 3 le gardera jusqu'au soir et le remettra au rédacteur qui viendra le ch ercher pour le repassa à la position 4, et ainsi de suite. Les combat' tants de chaque position auront le temps de lire le journal en entier. La demière posi· tion gardera le jo/.t7nal jusqu'à la venue du rédacteur. Renforts envoyés par les Kiboutzim ~ Des camarades de différents Kiboutzim sont arrivés pour nous. renforcer,' nous leur souhai· tons la bienvenue -' ' Nourriture: La viande des vaches tuées par les bombes est interdite. Nous ne vous · donno1ZS que de la viande fraîche . On constate un manque d 'appétit parmi les combattants. Le docteur insiste pour que vous VOliS fo rciez à manger, malgré la chaleur. D~rnière minute : Les bombes tombées ce matin sur la pelouse n'ont pas f àit de victimes et peu de dégâts: les' classes de l'üole ont été légèrement touclzées. Nouvelles du pays : Echange de tllégrammes entre Israël et l' U.R.S.S. N° 3, 27 MAI Télégramme du commandant du front Sud aux combattants de Negba ; , f( Camarades, soyez forts et courageux-' Tenez les positions.l Nous vous remplacerons dans la nuit. Bientôt vous parviendront des munitions. » par notre envoyée spéciale -én j)alestinf? duliette PARY Je n: oublie .pas que je suis le pr~mier fils du Kiboulz. Au revoir! Soyez forts et courag, l?ux. » Equipement : Nos camarades. réclament des casques. Nous avons transmzs la Téclamation. . Incendie: L'incendie du fDm, après l, dernier bombardement, Il été J/eint ropids,Hunt. . Un Chalom des enfants à tous Jes par;nts! Soyez tranqUilles, 'vos' enfana sont en pa;);! N° 4,28 MAI Eau: Les pompes du puits sont endommacé~ s, nous n'avons plus que l'eau 'des réserV02rs. Epargnez chaque goutte; Toutes les lampes de poche au service de' Nouvelles de nos enfants: Nos IHfants Lettre du groupe militaire qui a passé •.. qui lait. surgir les villages .•. huit jours à tJegba : , If Camarades de la colonie, nous vous quittons le coeur lourd '; votre Kiboutz est .pour nou~ plus qu'une position militaire, il est devenu une partie de nous-mêmes. Nous nous rencontrerons en des temps meilleùrs! li Réorganisation du commandement de la place,' Ut accord avec les commandants des troupes militaires venant d'arriver. Aucune barrière entre les soldats et les défenseurs de la colonie. La raâzo étant endommagée, nous n'avons pas, aujourd'hui, de nouvelles du monde. N° 5, 30 MAI Restez dans vôs tranchees ! Il est interdit de remonter à la surface. Demeurez sous terre, même quand il n' y a pas de bombardement. Renforcez les abris; Accumulez les sacs de sablel Creusez; N° 7, ter JUIN Ce numéro porte en manchette, en grands caractères, une citation de Garibaldi: « Je ne vous donnerai ni habits, ni- sa· laires; je ne ~ous promets que la faim, la soîl, la mort; mais celui qui aÙ1Z(/ sa patrie se lèveTa et vi~ndra a7Jec moi. » N° 8, 2 JUIN Visite de toutes les positions par l' ét?-tc ,major; Arrivage de nouveaux convois, renforts et ma~ricl . • Li~te des victimes, enterrement dans une ' fosse commune, brève co·mmémoration. J Cuisine; C est miracl~ que la répartition r~g2"ière des rations; La moindre inteT7upIzon du .bombardement, er déjà nos cuisiniers s'empressent de nous servir: sandwiches excellents, oe.ufs durs, ' conserves. Quand la pause se prolonge, la nouTTiture s'améliore. Nous avons toujours du thé chaud, du café, du potage. Le groupe de répartition de nouTTilure, surtout de' très jeunes filles , fonctionne sans arrêt. Le tir les force à tout moment à quitter la cuisine;-.on se demande comment, malgré toul, l'eau bout, la viande est cuite, les portions distribuées. Le boulanger n'a jamais quitté son poste, nous avons du pain comme en temps de paix. Disons, avec notre poète Bialik: « Bénies les mains de ceux qui font le travail.l ) Un volontalre arrive à Negba : Le Dr lI1areus Kaulmann, que nous avions libéré pour un stage à l' hdpital d 'A ffula, est revenu pour nous ,assister. N° 12,6 JUIN Butin de guerre: Un groupe audacieux a ramassé sur le champ de bataille, sous les balles de l'ennemi, deux fusils allglais, un mortier anglais, 2 inclzes , 5 bandoulières de cartouches, 150 balles de fusils anglais·, quelques grenades, 36- obus, 21 obus anti, tanks, des parties de fils télégraphiques. notre état-major -' . Aucune pour les besoins individuels. Il est interdit de s'approprier arbitrairement des habits, couvertures, 1'IIatelaJii, etc ..• Veillez à la pr opreté des tranchées! évacués sont passés en lieu sûr à H tTzliah ; Ils sont logés dans un Mtiment en béton, ioin de foute opération militaire. Les jardinières d'enfants n.ous annoncent qu'ils sont en bonne santé. Lettre de l'enfant le plus âgé de Negba, « Chers parents et camarades, je pense à N egba, mon lifJ de naissance. Ce qui me lait le plus de peine , c'est que Illon meilleur prof el copain est tombé.}e veux le veng.!r. Une fenêtre sur le monde: Malgré la destruction de l'électricité, nous avons une fenêtre s·ur le monde, grace à l'action courageuse d'une unité du Pal11lakh, composée d'hommes et de femmes, possédant un ap· pareil sans fil. Evacuation du bétail: Nous avons réUSSI à évacuer onze vaches et un jeune taureau, - - .......... AVEC LES CITOYENS D'ISRAEL AU JOUR LE JOUR VOl ;L!I;Z-VOUS cOIlllai"re la vIe ou JOI1 r le jour d'un simple citoyen en pays d 'Israël? Frappons à la pode de sa maison. La mai son est 1)leine de monde. Tel-Aviv est ce rtainement une des villes les' plus sUfpeupliées de- l' univer s. J'ni Vll (l es appal'temcnts de quatre pièces dont char,Ul1C abrite llOe famille, pres'1ue to ujoU,rs avpc. des ellfonts. "vlais si peuplé que so ir l'appartemen l, il r es te toujo\1r~ pl:Opre ct reluisant. VOIlS Irollverez bien 'des len ,· mes fatiguées et ex ll'nuées. Le I.nux des sGlaires a tnll,lou rs ô 1:(\ très bas rl1 Pnlrslinc ('oloninli sée. et g'ôn'éralemcnt insuffi sant pour perrneUrfl an Il'avnillr1lr d'assil' l'cr le bien-ètre familial. Souvent la femme participait à ·la bataille pour de mei ll ellres condilions de VII'. Aux trGvaux dll mén arre elle a jo litn iL une nctivitô ,extÙie lire. Ce qui n'empêclle nullement la coquelterie : les femmes et les jeu l1rs fill es des vill es .lorsqu'une mOode nouvelle !'le L1 éc lare quell]ue part, dans le mondo. ne veillent THl!" rester pn aJTièrp.. Aux jours r'ôcents de la paix, Tel-Aviv étail une ~o rl e de cen- , tre 'de la mode dan s le Proche, Orient. Dons ses salons de couture on pouvait rencontrer. parmi les clientes les plu forLunées, des femmes arabefl voi ]lùes de noir. J'y ai nlême rell co nll'é une jeune fille du Coire, vl'nue commander là sa garùe-robe . LES SIMPLES CENS 1\1als si vous voulez ('onnaitte la tenue vestummtOlirr de ln femme d'I sraël, ce n'est pèlS dGns les salons de couLure qu'il faut / _______ ' De notre corr.:spondant particu/Lr Ruth LlVITHE . aller, mais dans les r ues'- Vous y verrez d es chemise ttes blanches aux bords bro(1és. 'des lUpes })~eues as spr Lies d'une ceinLui'e ùe couleLd. Vous y verrez aussi des cos-lumes kakis. Les femmes du pays d'Isl'aël ne son· gent pus a ujourd'hui aux jupons. Elles atlfmel ent leur !ils, leu r ma· · ri 011 lem f iaIl cé parLi au Ironl - lorsqu 'elles n 'y partent pas el les-rnèmes - la letLre en re· tard. la visite inatLendue, le mes· sage apporté pOIl' un a~lli. Elle~ aLLendrn t rt cell! i qu 1 n a ]amûl8 attendu ne pe\ll pas les c~m- ' prendre. Le simple ci Loyen d' Israël n 'a j()[ntlls pense 1]\1'11 :élG iL appelè à une existell(:lJ, qlliète et ügOisLe. Du passé, il n'a guère gardé que le SOliv('lllr d'lin t.rmps QUI n 'était troublé par aucun c.ouv refeu ni aucune restricLion. Comme s tl'att'ge amateur, il es" capable de rendr.e des l'}o inLs à n'lmporLe qui. Mois il saiL aussi .souffl'li". Dans son journal, entre toutes sortes de sotLises. une nOuvelle rubrique aparu : Il ,t\rie Si Iberm'an, le H ichon -le-7,ion, salue ses parents et Shulamitl1 ~, fI A. Dall , de namat HaclJOfet : nous sommes inquiets, faites donner de vos nouvelles 'l. Deux petites li gnes fjlll rxprimellt le drame 'du citoy en d'Israel. QuallL à l'o uvri er juif Lie Palestine, il est Lantôt plus qU'Ull ouvrie r, tantôL moins. )Je IlOI[]breux 1:-'11 eslini('llS ~()n t devrnu s , ouvrie rs par suite d'un jj...Lranf:.,.... plantrnlr llL )) 'de leur pays (J 'or igine, ùnns un l)ays nouveau . Parfoi s, illpur manque CP sen lllllen.t, calme et r nraci né d'apparLenll' au pays. Mais l 'o l~ ll'on ve aussi un type d'ouvrier fi el' de sa m1 5- sion d'ouvriel: juif, eL mettant il la remplir beaucoup d'intelligence el de coeur. On renconLreégajemenl des ouvriers' éf'un niveau intellectu el fort él ev~, achetant Ùf)~ li vrrs Lou s It'.!ir mois. PI Comme [jans Lous les pays d'immigra ti on , les forLunes :;ouL J'loUanLes, les situations changent de maills. TantôL c'est le pass'ê qui prévaut,. tantôt c'est J'avenll 'l ui fni l il' I'nnfinn . f": 'psl 11n" nl- Une rue il Tel_Aviv abonn-t~s aux concerts de l'Urchestre Phi lûrmOl!iqu e. UNE NATION EN F.ORMATION Voici, pal' (~ xemple, une mni, 'son d 'halJ itnliun. Elle PI'llscnle ]'aremeIlL, à l 'enconLre de ce qUI SIl pl'oellliL d,II1S {l"alllres pays, une Iranc1Je rIe J' en ti té CO llllTlUIlU. S('S divers 10f!eml'nls l'epl'Ù, sentent non seulcment /Jive l cO l1tin cnl~, mai" aussi divrl'srs grllér(ltinn!". Lrs dirr"l'encrs vont du cll is innge des plals au cl10ix dps t;,'lld l'CS. Liun eu ' fOl'nwtiun, des elaS5es son t en voie de cdst;dllsa[i on. Le ci Loyen de l'El a t d' Jsra!\!, comme la :::'é ll él'al ilé des Juifs, esL attaché à l'idée à~ délllocl'a·· tie. fi fait ral'ement ]) l'eu vr. dp. la psyc hol Çlg ie uu (( ll eni-Oui-Oili JI. n estime aussi que sa j) l'og-c: nilu, l'e esL di gne et capable de z'éali· sel' beaucou p de ctoscs. Le pl'opl'i'élaire du Id osaue rI' eaux IWZl'lI:WS,' notre voisin, donL le fils éludiai t les malhématiques à l'Universit0 Je J érllsa' lem, est pl'obablemen t !;In cas plus fréqu eIlL' ,en Pa l e~ lin e q ue dans bien d"s .pays capi tali s tes. UNE. ETAPE DANS LA L'UTTE POUR LA LISERT[ Bi en ùilTél'cnle e;o;L la dénHwl'a· tie en pra tiqu e. Tren te années de manda t briLnnnique et. comme prélu'de peul-ètl'e, un bOllrg pourri dons la Pologne d'autrefois, ont .'é-I'é la seu le école de démoc ralie pour le ci foyen d'Israël. C'est, en un srlls. une I.I'ès mauvaise écol' . Des signes (le lucl'e el de filou terie SI' lolan ifcstr:l l à. côté L1' innom IJl'Qll lr ;; sac rifi ces. lL'évo lut ilJn l.lrtuellr le ln l'alesttne compOl'tc '(ll's tr':tg-élli r s. La guerre, e lltwg~ée dans le pay!", . n'a p"s '6té lJJ'él'ipi lér pnl' ulle nécessilé IIi. lOl'iql!r inévital,lp. l~lle aurait pu èlre évitée ail lit'u d'è lre monlée de toul rs pi0ccs par clrs fauteul'S de ~ ll rrrr profr!" sionnels. Crllé glll'ITC a a pporté, ~omme tOll le ~lI e r~r, non seul emrnt de~ explO its d l1éro\sme, ma is ~ IIssi une voguè de cha uvinisme hainrux. Ceppndanl, ell e a forgé. le peuple d' l sra~ l. En une brève periode, Il a eu sa " Libération 'de Paris » - ln nuit joyeuse quI suivit la proclamation de l'O.N. U., le 20 novPlllbrs. HPt7 - Il a eu son (( Lén ingrad )), sa Jérllsa- . lpm ù!"siégéf'. alTam'ée pl assoir- 1ée, b omhOr'clée jour eL nuit. II a connu SOIl nllnl,CI'qlle d'abandon f)L de rap l lire dons les monLognes d'Etz.ion. Au co urs de cette gurlTe bl'èvé, une Mystique s'est créée a\'cc ses héros. ses chonts, son épopér. Crlle iJl!rl'l'e n','st pas la dernière él;pe ùe la l uite pOUl' la lil lerLé, mois un grand pns l'n avant virnt d'('frf' rlil. . qui seront pris m charge par un kibo-uf. frère. . . Le camarade Ascher est c1/argé de su;veiller le bétail resté en vie et dispersé J ans. la colonie. . , . Congés: VÏ1/gt camarade~ €1Zvoyés par le C omué central' des Kiboutzim du II aclzomer Haitzaïr, pour remplacer nos membres les plus fatigués, vienne12t ·d'arriver. Vingt des . ndtrés partent en congé pour quatre jours. Propreté; Nous aVj)ns reçu du DDT (poudre contre les insectes). Apportez vos aspirat eurs et flaçons chez Naphtali pour les remplzr. Ne jetez pas de papiers! Couvrez les restes de nourriture avec des. napperons; . L'inspection d'hJ!giène a jugé que la position la mieux tenue du point de vue de la propreté est la tosition 5; suivez son exemple. l . N° 14, la JUIN . Action d'un groupe de reconnaissance du Palmakh, dans les environs. CilZq blessés . .•• _et la joie-de vivre Renforts: Un groupe de ' nouveaux arrIvants d'Argentine, à peine débarqués en Palestine, venus nous renforcer, sont déjà en plein combat. Rencontre de deux frères: Parmi les nouveaux arrivants se tro'uve, p-ar hasa~d, le frère .d 'un des soldats postés à Negba. Rm-. contr e. inatlcndue et poignante de deux frères après onze ans de séparation .' Arusl contmue cc Journal, qu'on aimerait citer de bout en bout, Ju squ'à ce que le N° 23, 14 l'UllLET annonce que le' journal du corps d'armée du Sud est con~acré à la défense dê Negba, qu'i'l surnomme « Negba-Grad )) : « L'attaque de l'ennemi s'est concentrée sur N egba, tou/es les 'collines ont tremblé, . maIS nous répétons

No pasaran ! Nous pensons au

triomphe final des défenseurs de Slalmgrad, et nous avons confiance .' Hommes de Negba, le grb.nd tournant est proche, v0!,ls le verrez .1 )) N° 26, 17 JUILLET La nouvelle trêve approche/ Après la première période de combat, pendant la première trêve (constamment violée par les .Egyptiens), il nous restait encore quelques maison5 sans toit, mais aujourd' /tui tout n'est plus que d écombres. Il n'est pas un pouce de terre qui n'ait été i!llPrégné de poudre à canon. Dès que- nos défenseurs remonteront de leurs souterrains à la lumière du jour, ils auront à se battre avec les problèmes de l' habztation, du Iravail, 'de la reconstructio·n ... » Aujourd'hui, Negba, porte du désert, cle.f de la route du Neghev, reconstruit, se fortifie et, comme elle a tenu tête à la guerre, tient tête à la guérilla, J • DROIT ET LIBERTE --------------..,.--Septembre] 948. - N° J 2-80 Suite de l'enquête de Raph FEIGELSOIV RlltEl MAIDITÊS' ? 1 Le rape est-il 1 SOus ce titre et signé GrosJean, nous lisons l'écho suivant dans « La Vie Catholique Illustrée li du 8 août 1948 : La scène se passe à Atlanta, dans le Sud des Etats-Unis, Un brave paysan noir, habitué à la séparation des races, va pour la première fois à la ville. Ait'moment de traverser une rue, il voit des signalisations à feux colorés... rouge et vert. I1 hésite un peu, regarde autour de lui, puis traverse quand le signal est vert. ': 'gnami deXavierVallat? OUS avons relu, il y a quelques jours, les « Lettres de FusiUés li, ce poignant et ultime témoignage de camarades qui sont morts pour qUe vive dans les faits l'idéal de la Résistance. ' Lorsque dans son message d'adieu le jeune F.T.P. Georges Gauthier écrit de Fresnes: « Je le racisme, sans le dénoncer, tout en le dénonçant. Autant dire qu'il laissait faire. Péché par omission. mourrai en Chrétien et en Français li, nous songeons à tous ces catholiques qui se battirent avec héroïsme contre Vichy et les à mattres de Vichy, tandis que de hauts prélats exultaient: « Nos . Saint Thomas &Aquin la rescousse de Rosenberg? idées sont au pouvoir, li ET aussi, en un sens, com-' C'est parce que leurs « idées li de même, ils y sont, qu'Us le plicité; M. Léon ~érard, étaient au pouvoir que Xavier veuillent ou non, pour quelque ~? meme temps qu Il. évo- Vallat a pu déclarer à son pro- chose. Pour moins que Laval, qu.e 1 mdulgence d.e la hlérarcès

(( Dans la législation fran- bien entendu, dans le cas qui , chie envers l.es JUIfs, rappelle

çaise (il s'agit du statut des nous occupe. Mais donner des avt;c complaisance qu'elle les J liÎfs) , ce qui a été considéré \ coups d'encensoir au régime dc r~leg ua dans d.es g~et~os . Et. ce par la doctrine catholique corn- Laval, c'était aussi ouvrir un dl~lon;a.te . qUI . ~ affirme. rien me légitime, normal ou possible camp de concentration: qUI n ait été vénflé par lUI aupour le pouvoir public a été • près . des représentants très observé et n'a pas été dépas- « .. ,o-n ne saurait pourtant ~lItor.lsés du gouvernem~nt de sé li. Et il prenait soin d'ajou- déduire, il s'en fa'u.t 1 ~gllse, résume la d?ctnne de ter qu'il s·'était toujours référé n Samt Th;)l1;as d 'Aqu~n :' tolé- « à ·des précédents enregistrés de beaucoup ... » rance .r~llgI.euse-, m~I~. SUr le par des conciles ou par des but- pJ~n cl\':lque et pohtJq~e , les les p91ltificales li. C 'EST ainsi: il faut comp- Jl;lfs dOIvent rester- des cltoye.ns Il n'avait pas tort de s'abri- ter le "Pape au nombre mlneU1:s,. dépourvus des dr;lltS ter de la SOrte derrière l'auto- '- des « amis de Xavier do~t JouIssent les non JUIfs, rité de la hiérarchie. Car il est Vallat li. Son avis fut sollicité. donc soumis aux brimades et bien vrai, hélas, que la hiérar- Il n'était pas défavorable. Le 7 aux persécutions sans possibilité chie soutint il fond le trattre Pé- aoÔt 1941, Pétain écrit à Léon de défense. tain et sa politique de collabo- Bérard et, dans une première Les :ai~o.ns de ce d~ble-jeu ration. note l'ambassadeur au Vatican du Srunt-Slège, ce n est pas d'hui les prolongements logiques, Que .n'a-t-elle pas « rendu il César l ? Dieu, sans doute, n'y trouve plus son compte, , De Gasperi, Bruning, Schussnig, démocraties chrétiennes capitulant devant les dictateurs, concordats, von Papen et le nonce Pacelli, encycliques contre le Bolchevisme, proclamation de neutralité dans le conflit, Mgr Tiso, Pétain c'est la France et la France c'est Pé- ' tain,- arrêtez l'effusion de sang (après Stalingrad), prières pour Frank, malédiction sur Gottwald, Rak6si et leurs pareils, dans l'urne Dieu te voit, notre cher ami Myron Taylor, Gott mit uns contre la zone · soviétique d'Allemagne, béni soit ' le plan X de M. Foster Dulles, bon j,our .à Franco ... Autant de têt·es de chapitres SUr lesquelles on pourrait ironiser. Mais est-ce pour cela- que sont morts le jeune Gauthier et tant ·de ses compagnons·, Chrétiens et Français ? Il se fait vertement tancer par le policeman de service. Et, naïvement, il s 'excuse : « Que voulez-vous, M'sieu l'agent, j'ai vu que les messieurs blancs· et les dames blanches traversaient au signal rouge. Alors,. j'ai cru que le feu vert était pour les nègres. li Cette histoire illustre, de façon frappante, la situàtion d'isolement et d 'infériorité où, dans beaucoup de pays, se trouvent encore l,es représen-' tanJ:s de ces races qu'on appelle de couleur parce' que leur peau est d' une autre couleur que la nôtre. Races parias, races maudites, Qui n'ont pas le droit de s'asseoir au banquet de la vie avec la race soi-disant supérieure. De ce· racisme, un chrétien ne saurait prendre son parti. Il ne juge pas un homme d'après la couleur de SOIl épiderme, la fGrme de son nez ou la contexture . de ses cheveux, m .... is d'·après son coeur qui, comme dit la chanson de Garin le Lorraia, v\ut tout l'or dun pays. Des cautions répo~d que le Saint-Siège n'élè. ' M. Bérard, mais Pascal qui ve ni critique, ni désappr~ba- nous. les donne : « Il - fallait, 1 ________________________ ..-,;;..... _ _ tion contre les mesures adop- écrit l'auteur des « Pensées ", tées. Vient ensuite lé long- rap- . que les Juifs fussent ni conver- I RA-T-ON prétendre qu ~el1e port du 2 septembre 1941 où tis, ni exterminés, qu'ils serviss'~ s.t élevée contre l'antisé- M. Bérard precise « la position sent de témoins à la ~loire de mltlSme ? Il y eut Certes du Saint.Siè~e devant te problè- l'Eglise, de témoins irréprochaque. lques prote-stations d'évê- me juif ", ' en spécifia"1t : « Je bles lI. Ainsi 'Rome défendait les ques _. nous en connaissons de n'affirmerait rien qui n'ait été Juifs €ontre la destruction topubliques et de courageuses. par moi vérifié ·ayprès des re-. tale, non par charité, t'nais pour Mais dans l'ensemble, elles ne présentants très autorisés du conserver un bouc émissaire. s'appliquaient qu'à la , forme gouvernement de l'Eglise. " Rompait-elle avec la vieille des o mesures àntijuives, non à Si l'Eglise condamne le ra- tradition antisémite à l'heure leur principe même, ét , elles cisme, \ on ne saurait pourtant où M. Bérard écrivait du Statut étaient étouffées par le concert déduire, il s'en faut de beau- des Juifs: « Il n'y a rien dans de louanges adressé à «l'hom- coup, souligne M. Bérard, ces mesure_s qui puisse donner me de la Providence li. qu'elle con damne 'nec esSa.l re· prise à la critiqu~ du point de Le 6 septembre 1941, Mgr ment toute mesure particulière , 'ue du SaiiIt~ Siège »? • Delay proclame : « Nous re- prise par tel 011 tel état contre conll'aissons bie!! que notre pays ce qu'on appelle la race juive )l. a le droit de prendre toute me- Qu'est-ce à dire, sinon que le sure utile pour se ·défendre con- «gouvernement de l'Eglise» ne tre ceux qui, en ces c.fernières condamne le racisme que du ' années surtout, lui ont fait tant bout des lèvres, se contentant de mal. » Nouvelle et utile cau- d'une vague dénonciation sut h' tion pour Vallat, qui com· plan de la doctrine pour aboumente'

(( Je, trouve là" person- tir, dès lors qu'il accepte le

nellement, la justification de ma principe de mesureS d'e-xcepposition. ,. tion, à de \5-Ïngulières conces- Tel archevêque qui, à l'au- sions sur le· plan pratique · ? tomne 1941, assure à un envoyé Nous voye-ns, ici encore, uo du Commissaire aux Questions bd exemple de déricalisme. En Juive", M, (~a7.ag-n.e, que « la effet, si le gouvernement de position de M: X·avier Vallat est l'EgliSe s'était borné à son rôle inattaqllable ", a beau, le 23 spirituel _ tel qu'il r a . lu.i-mêaoM 1942, quand le mal est me défini, _ il n'aurait pas fait. s'émouvoir des tragiques fondé sa djstinction entre' Juifs eOI1SL'quences. de cette (( position et non-Juifs sur un autre crit.l:re ili '1ttaquable » : il est un peu que la croyance relig-ieuse. ~'Iais tard, Monseigneur... l'Egli!'e;- dit M. Bérard, '! re- Parmi les responsables d'un connaît que parmi les traits disdram '! , "ous trouverez toujours , tinctifs de la communauté i!ra:é. des pergonnages , pleins de bon- lite, il existe des particularité:;., de-s intentions, qui « n 'avaient non pas raciales. mais etltnipas voulu ça ». Sans doute. Tout ques". NE FAITES AUCUN ACHAT al'ant d'avoir vu les enllemble-s pl'éS en t~-s par T L'HARMONIE CHEZ SOI 2~1. faubo-urg St-Ant~ine-. PRI'is Comment, devant de telles phrases, ,. ne pas parler de jésuitisme ? A l'heure où la- barbarie se décha?nait, une seule attitude était concevable et conforme au grand principe de I.a charité. 4s choses étaient parfaitement claires. Mais non, le gouvernement de l'Eglise trouve alors le moyen de dénoncer "Chez MAMMY" Restaurant célèbre pour' Les raisons du silence LE Saint-Siège, qu"'on a s,ouven~ p.résenté cOl~me 1 organlsatron ' la mieux renseignée du monde, ignoraitil les atrocités hitlériennes ? Ignorait-il l'existence d 'un vaste système d'oppression et de mort dirigé non pas seulement contre Ies Juifs, mais contre les résistants, contre les patriotes - contre d'admirables prêtres entre autres, - contre les peuples ? . Les. gouvernements, les alliés, les hommes libres savaient, ils ne savaient pas tout, mais ils sa~aient. Les murs d~ Vatican étaientils si épais qu'on n'y entendit point le râle des torturés ? Pourquoi le Pape n'a-t-il pas élevé la voix ? Selon un proverbe populaire: Qui ne dit mot, consent. A la vérité, ce silence du Pape dans la grande nuit, ce silence qui causa Ulle si douloureuse surprise à beaucoup de nos ca marades catholiques, apparaît comme la suite non:nale d'une politique qui, dès avant la guerre, n'étà it pas pure de compromissions avec le- fasci.s? 1e et dont on I?eut voir aujour- SES SPECIALITES JUIVES AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peInts, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XXM.: Pére-Lachalse, Tél. OSE 12-55 Succur . ." e : 117, tau., du Temple. PARIS-Xe. Métro : Belle ville et Goncourt dans lin cadre typiqUe et unique au mvnde. + DEJEUNERS DINERS 22, avenue Montaigne, PARIS Métr-o: Frankiin-Roo9ll-velt et Alma Tél. : BAL. 44-57 -et ELY. 24·18 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes . CLiNIQUI: DES PIEDS SENSIBLES PARIS : J 2. rue de la Boétie Anjou 15-30 NICE et VICHY AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PAL'ESTIHE (( 0 C É ANI A » VOYAGES - TOURISMI: 4, ru. de- Cuteltane Tél. : Anjou 16~3 HIPPOCRATE ET GALIEN , LE TRAITEMENT DE LA COQUELUCHE PAR LA STREPTOMYCINE Les- docteurs Maurice Lusl (Bruxelles) et Cathala ont présenté à IAssociation des P~iâ~ tres d'intéressantes observations concernant l'action de la streptomycine sur la coqueluch •. Comme ce produit est encore rare et d'un priX très élevé (en France deux usines commencent ACCIDENT AU COURS DE Il s'agit d'une otite suppurée et d'une méningite . . Supportant mal les sulfamides, I.a. malade fut soumiSe à la pénicillinothérapie générale et intrarachidlenne (inJections dans la colonne vertébrale). Au 10" jour à en fabriquer), le Dr. Lusi n'a appllqué le traitement qu'à · un nombre restreint de ,nourhssons. En tout cas, les résultats dépassent les préVisions les quintes diminuent en nombre et en violence et le bacille disparaît rapidement des cultures. LA PENICILLINOTHERAPIE de la maladie. 4 h. 112 aprèS l'inject~on, la mort survint, au cours d'une attaque épileptiQue. Il faut donc àéconsetller la pé~ nicillinothérapie par voie rachidienne. DECOUVERTE D'UN NOUVEL ANTIBIOTIQUE: L'AEROSPORINE Après lapénicilUne et la streptomycine, voici l'aérosponne, mise au point par les trots !biologistes Ainsworth, Brown et B'rownlee· et qui serait particu--. l1èrement active dans la typhoïde, ' la colibacillose; etc ... L'acrosporine est obtenue à part!r du Baxillus aérosporus q~'on isole du sol et qu'on cul- Les a ·nnonces tlVe sur les milieux sucrés. · On l'extrait de la même inanière que la streptomycine : d'abord absorbé sur du charbon actif, puis traité avec de l'acide sulfu~ rique dilué, enfin par l'acétone, A dose égale l'aérospérine ag-lt sur les microbes contre lesqueis la pénicilline reste inactive. Dr S.J. MUHLRAD. et abonnetnents pour notre journal peuvent être déposés au guichet des ETS IJIPBES8 6. boulevard Poissonnière - PARIS-9· U~GI::NT. CM, li cause chang. sit. BON~ETERIE CONFECTION FONDS DE COMMERCE Proche banl. Maison neuve. belle boutique angle, prox. marché, avec appart. tO t,l confort. SRi! 4 ans. Loyer. 10.000 tout oompris. Pri" net : 900.000. - l, (lvenue du Général-Leclerc, VfLLr.MOMBLE" (Autobus Mai rie de Montreuil). BOULAHCERIE-PATISSERIE dUIVE BERNARD 12, rue N .• D.-de·Nazareth. Paris-3;& Tél. : TU Rbigo 94-52 Pain de se;gle meilleure qualité Patiss~rle de la mellleure sorte Conditions spéciales pour mariage.; et banquets. On livre à domici/!'. Prix mCléTés Métro : Temple et RépttbUque Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue NoVe-Dame-de-Nazareth Métro : Strasbourg-Saint-Denis où vou! trouverez toutes les spéciaiités rownaÀnes, polonaises et russes , 1 POMPES FUNEBRES ET MARBR.ERIE E~ouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9· Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-6J + WILLY De J'ancienne c:inique popUlaire ViSites Piqûres - Ventouses 18, rue Ramponneau _ PARIS Métro: Belleville. Tél, MEN. 56.17 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS • chez ZAJ 0 EL 89, rue d'Aboukir - Paris-2· M. : St.Den.s . Réaumur. Sentier Tél : eUT 18-81 "-'-., Septembre 1948. - N° J2-80 DROIT ET LIBERTE Dans la . République Populaire Roumaine où règne l'égali.té des nationalités cohabitantes il n'y a ' plus' de ci'loyens rni'neurs . Au lendemain de la journée historique "du 23 août 19'14, la Ré:.. sis tance roumaine, avec l'appui de J'Armée Soviétique modifiait lol.alement les destins du pays (1). Lorsque la RoumaIlie fut libérée, la menace d'extermination qlli pesait sur les Juifs fut remplacée par de radieuses perspeclives. Pour la première fois dans leur hisloire ils allaient, avec tout le peuple, conq uérir une véritable liberté. Dès aoCtt 194~, les massrs juives parti cipèrent aux côl'és des 'éléments démocratiqu es à la ~ataille contre , la réaction et son expression politique: les partis d'e i\laniu et de Bralianu. Bien[.ôt s'achevait la première pllase de la libération, marqu:ée par ravènemrnl, le 6 mars HH5, du gouvernemf'nt 'du docteur Gro7.a. De nrJUvrllr.s voies s'ouvrllient alors. Il s'a!::rissait de conso lider le nouveau r('gimCr, par drlà la victoirp, du G mars. Sans quoi, la r eeon slruction 'économique du pays, pillé ('t ruiné par les hitlôrirns flUl'ilil 'éJé mise rn p('I'i1. UnI' trllc rvrntualil'é aurait abouti , sur le plan .illif, il un rrlolwau sllnglant passé rl à l'jmp~ssil)ilité dr toute int,6- grfltion à la vie nationale. me, qui fil t util isé pendant :Ie !:jn~ltes . décades par les llohenzollern, peut être définitivement extirpié. Au cours deS " élections du 28 IIHtr3 de eeUe année à l'Assemblée Nationale Constituante, un grand n{)mbr'~ de cience et de culte, garantit l'usage de ln langue malernrlle, prolège les mani resla tions artistiques et CU!LII relies de car'uctère spécifiquement national. Le vieux 'terme de l( minorité )l lié aux pers'écutions, a été banni du lan- A Bucarest, une ' foule -nombreuse saÎue la naissance de l'Etat d'israël Juifs SOLIS la dirrclion du C.D .• L, Il.j· hél'ant au F'ront Démocratique, aecomplissent leur devoir Civique, manil'e.,tant ainsi l'intérêt qll'ils porlent aussi bicn aux granü§ problèn.1es nationaux - l'él'ormes de slructure, projet cle Consti lu Lion présen l!é par le Fron t Démoeratique qu'aux problèmes gage politique parce qu'il au passé. Nouvelles structures appartienl AllJounD'Ilul l'ancirnne communaulé jllive. ayant à Sil t(\te pressif la (( resl.ratification · (7'estra tificarca ) : on compte à lileu're actuelte dix' coopératives de production, sept centres de formaLion agl'icole, six (écoles techniques, vingt-huit çours. Il convicnL de pf'éeiser à cet 'égard què les récrnt!'s-rérorrnes cie structure J'('alisées à,l"échellE' nationale (nêllionalisaLion des rnl1'e]1'l'i es industrielles, cles banques, des assurances, des mines et des transports) rn modiflanL de fond en comble J'économie roumainr facilitent, en m('nie t,prnps qu'elles o~lvl'ent cie larp'rs perspcclives an peupte roumain lout en!iPI", la transfurmation en tl'avfliltrurs' d'élémrnts jusqu'ici tenus à J'éeart clu nTlp tir la proctuc·tion. Drpuis févrirr HJ18 le C.D.J. a confié à la Frclrration clrs (:omrnunall\;és le soin de diriger l'oeuvre de « restra. tincation )1 rnlrpprise avec. J'aide du (( ,Joint ') et de l'o.n.:r. ' Essor culturel PARALLEUi.:Ml'::"JT à ers problèmrs c1'orclec économique et profr5' sionnrls, la n{'("('ssil:é d'urt efl'od cullurrl a N(' prérisüe. li s'agit cie cl iffus('r la cul t II l'e j li ive progrcssistr puisl'e aux mrillrllI'r,S sour ce,s C!(' la Ll'uclition rI. du folklorr, sans l ' isolr r clr la (' llllllf' mondiale en luLLe pour 'Ir progrès el la paix. , Pratiqu('mrlll, lps réalisalions' sont les suivantes: - 72 cenLres ell(tlll'cls. - 50 mai 'ons de la culture ct foyers populairps. - :13 crl'clrs 'cl'l,tudes. - 26 liibliotllèqu('s populaires. ' - 1G sallrs cIe lectures rC'('evant rlé- C'cst à ce moment que naît le Comité némnrralirf1lC JlI'if (C,D.J.) qui a pOlir rôlecl'orirntrr lrs maSSrS j\liv"s dans la voir de la démocratie rl dr défrndre dflcaeemrnl lrurs justes re,Vrndica[' inns. La nrcrssité d'une plalrrorme 'd'uoion est. à l'oT'ig'ine cie cet organisme qui comprrnd des représrnlants du PÙ'ti Ouvrif'r Roumain, drs organi· saLions sionisLes. ncl1lld, i\lichemar, ~:)oal,é-Sion) et de !l'Union des Juifs Roumains. _qui leur sont propTrs. , Sur les listes du Front Démocratique, flgurairnt , conformément au principe de l'égalité cles nationaliL('s cohabitanles, cinq candidals du C.D . .t. Tous ont :été élus. Ce sont : M. le' professe1ll' 1\ laxim i 1 irn POPPCI" pl'ésidrnl dû la Fédrration ües Communaulés, M. Barcu Felclman, membre du Comilé Crnlral du C.D.J., les avoc.als Leil~ovici-Sr('bafJ, sE'crélaire gén~l'al cIe la Ft"MI'ation, Marcel Fischer ' ct P.cluard i\'Ianolrsco membres du- présidium du C,D,J . . le doctcur l"il'drrmann, est devrnlle un obstacle li l'ôvolution économique et politiquc dr s Juifs de Roumanie. En erre l, la question essen· tirlle, dans le sujr t qui nous OCl'u[)r, rst erl lf' cIe l.a pal'Iicipalion iJrs. communautés à l'économie. Une aclion cI ' ass,lin i~ s(,Ill(, lll- de III vie juive s'imposc qui consiste à intégTrr ou à réint('gTrl' I('s massrs jlliv('s clans les diverses hranclles cl!' la pI'oduetion . C'est ce qll'ont parfailr!llrnt compris les nOllvraux clirigl'anl ' 'de la FC·c1él'a· - I.ion clrs l 'nions des Commllnaut,(,s (F. D.C,E.). Le LD.J. soucieux (\0 réalisa· tions concrètes a spé('illlemrnl ('réé.iI ccL rrfel lin ol'ganismc qui comprencl des sp,c lions de trchn iqu r, cie ('oop('- 'l'ation, ' de placrmenl, (\e pl'opaganclr, gu lièrrment les rrvues et journaux de n,Olllllanir ('1 dr l'éteanp'el'. .Cluj poss0clr unr lJil,!ioLllèque jllive riche cIe 40.000 volumes, . rependant qu'iJ Bucé\re"t [oncliollnrnt huit. AGaclémies populail'rs clont la ]lr1nc.ipalc porlr Ir nnm d!' ('l1alom .\I('ir·h!'m I,e Le C. D. J. Lnns' cles premièrrs élrct.ions en

eptt-mbrc H)'tG le c.n.J. mobilise

les mass!'s j ui vrs clans la béltaille du Bloc Démocrat.ique. . Deux drput:és juifs. élus en t'ant ((i](' tels, rntrent au Parlement pour y dé' fendre le progrllmme suivant: 1. Unité clénîocratique 'des masses - jUlvrs. 2. Participat.ion clt;\s ma;;ses juives à la dém()eratisatiorr et à la reconsll'UcLion. clll pa ys. /' 3. Intégration des masses juives il la vie 'rconomique, pol,itiquc, sociale et culturelle, IL Protrct ion drs masse.s jUives con- 1.r'c Irs ten ta li vrs réactionnai l'CS de cl iversion rt. cie division. Au [rrme de trois ans d'aelivi~é, quel bilan prrsrntc Ir C,D .. l. ? La lutte contre les (:Irmrnts juifs réactionnail'rs, hés aux « partis hisloriq\lrs ". a Né meniüe à bien et l'union cles organisations c1'llmocraLilluC's rst cl6sormais un fail él(·compli. D'autre part, raisant tlroit aux justes revenclicati.l.iJ:ts des masses le gouverncment a : - ahrogé tout!'s l!'s lois et TDesures racialrs du r'égime ' Antonesco' ; - rl':inbé,!:mfles ,lu ifs dans les enlrepl'is(' s doni ils fllrent ch.assés ; , - 'accorcfé des slIbvenlions aux institutions cle la C'ornm.una.ul ~ .. ; - jwomulgué P'O\!f la pl'emi{'re fois. un(' loi de naturalisation juste et compIète; '. ' - S:1nct.ionn'é Lou~e agitation ou pr'opag'ande raciste 'Oll 'Mlisémite ; - assimil'é tes vidimes des maSSflCl'rs ri déporta lions aux vielimes d,'\ la "'U('lTe : . b _ in stiLué une réelle égalilé entre toules I('s nat.ionalit.és au sein d l'appareil d'Elat, 'de l'école ct de J'arn (·e. Une Constitution antiraciste AVEC le renvers('ment de la monarchie le. 30 décembre J9n, ' , . eL l·in~laur~t\.jon de la. Rél'~Jhli. que POTHIlture Roumaine), ct Importants olJslaclr.s à la dém?t.:f ?ti:·atiop du pays. ont 'élé levés; A~n?l, e.,ntrc autres conséquences, 1 anlTs.cm,LJ::- On üégagel'a la porlér, de la victoire du 28 mars en pf"écisant que la nouveile Constilulion assure crux divrrscs nat.ionalités de Roumanie un lihre développemrnt, conclamne solennelt ement lOlile manif('station cre 11aine nationale ou raciale, proclame le droit au travail ainsi que la liberté de consdc prrsse el clr stal istiq ur. . D'ores ct déjà, les Juirs roumàin~ rne('gistl'ent d'importunts rl'sutLal::dans ce qu'ils app'ellcnt d'un mot ex- La question juive dans les pays de l'Est ~uropéen Mme Dominique Desanti. moment où les Russes d'un milieu artificiellela journaliste bien connue, sont entrés en Pologne, ment isolé. Il publie sous ce titre, un le- lès Juifs, comme les au- Et \' auteur 'conclut : portage fort intéressant dans tres habitants, pouvaient, ( Mon voyage dans le numéro d'août de la re- soit .rester sur les terriloi- l'Est 'européen m'a monvue de politique mondiale, res recouvrés par l' U ,R. lré à chaque pas que Démocratie Nouvelle (1). S.S., soit aemonder leur l'antisémitisme était en- Racontant.. .. ce,qu'elle a vu transferl dans le ( gou- tretenu, el sus.cilé au be~ au cours de ses yciyages en . Vernemer.,t général )). Ces soin, "par les instruments Pologn,e. en Hongne, ~n petits' bourgeois, soumis plus ou moins conscients , Roumanie et , en aulgane. à la ' propagande antiso- de l'A nglcterre et de Mme DESANTI ëonstate ' viétiqùc et influencés sans l'Amériqu'e, tandis que que, dans les pays de déma- 'le savoir pa;- Us discours les · .. ' sionistes, dans " le.s cratie populaire." J"antisemi- ,.du {!ouv'ernemenl Beek, pays où .Je socialisme tisme traditionnel. arme de .. leur ennemi. 'onl . préféré abolit déflJli(ivemept ks la ' réaction, n'a pas corilplè- pour la plupad partir Vers distinctions d'origine, sertement disparu, mais que les . Varsovie et Lodz. Il leur venl, eux' aussi, les mégouvernements s:appliquent à semblail que « les A lle- '1les A m é ri ca i n s en l'extirper des esprits après mands étaient quand mé- croyant {sans doule sincèen avoir détruit les racmes me un peuple " civilisé, remenl} détenrr la solusociales. Hitler ou pas Hitler, et tian du froblème juif. ), Cependant, la propagande qu'au moins 'avec eux il Nous ne manquerons pas ra~iste est dirigée de J'exté- n'était pas imerdit de de reveni~ sur cette étude de neur par les politicie~s an- faire des affaires H. Et Démocra/ie Nouvelle. glo-saxons ou leurs agents. c'est ainsi que, de l~ur (1) DémocratIe z.:ouvelle. 29. _ .... , _-110:. Cette a.nnée, la récolte est bonne en RoumaniE 8 juin dCJ;niel' a rlô inaug~ul':(~e dans la ' cap itale llnr ill1[)ol'lapte «( Maison de la Cull.ur-r Juivr n. ToutC's cr" mani{estfllions dr la ,vie juive sc rrfl~,tênt da,ns I~ hel.l1ehdom!l( ü,irr .. I( Th /il'('a » qlll paraTt [,no roumam à BUC:lrc 'l, cIans le jOl 'mal (t ,Egysce.)), pu]"tié à Gluj. on ûam\ l'il~1.Jl(jrtallt' bul- 1eLin·:.mensurl. .du 0.1),,1. Cilons l'armi .' les .organts sionisles" ( ,l ' iatz:a Evrcis~ ca Il, cl « lVèOlfl.ul !l.'t' I'l'i,r;ro Il, ' .. " Pou 'r ' que ' ce " rapicle ldu~ cl 'horizon' rie s.oit pas· lrop, ineomplet, menLion- 110ns E'llcorc ta I,rlle aelivilé que clé- 1'l6ie l 'lInlj cl l' E' nt.JlOlisiasmc qui acetiE'illit J'otlvrrluf'(' dn thé",-ilre rc1cIich de Bucarest à lac[u-ellc te g'ollvernem(' nl roumain {-tait ]'rpr(,senLé. La saison' a été inaugurée par la pièce de Chalom Alrirhrm (1 Le Gros Lot Il, très arrlall~e, qui e(·tt;). ('n"uite la place à. l( Nekuma NehmE'l' » de Sloves, couronnée d'un non moins grancl SllCC~S. Pour la combattre, il appar- propre choix, ces gens rue du QUiltre-Septembre, Patient également .aux Juifs,' souvent misérables et tou- . .-r_I S__2e_1_ . ___ -'-______ ---, estime Dominique DE.SAN- jours lra.qué:r, ont préféré M. B. TI, de tirer les I~çons de leghelto q l'égalité des l'.hlstoire récente : " droits ct les ch.ambre~ à . gaz à la vie de ci/oyem. « Quand je pense à la Je crois que ce récit donquestion juive, je ' pense ne . une vue assez exacle, toujours au roman d'un et de'S ravages de la pro- Une somme de 13.000 Ir. Il ~lé c Ilcelée (\' ChîlleaurOlIx par M. l\luurire norenbaum au bénéfice de colonies de va cances. (1) Voir dans « Droit et Liberté li No 11 - ('article intitulé « De Maniu à Antonescu li. Nous avons le plê\isir d:{\nnoncer la QaissUncc de la pelite' Dani~ne, fille ' clenolre colloool'lllcur Albert Lévy ct de Fanny LéVy. La ~éd~c:: tion dc " Droil el Lil.erlé • . adresse ses plus chaleureuses félicitlllions jeune auteur polonais, pagan de fasciste, el de la aux heureux parems. BrandY$. Il raconte qu'au faible évolution politique !--------------' Nous sommes tleuceu\' d'adresser nos plus vives félici lations Il M. cl t-lme LlSS~K, de strasbou rl::' à l' occa. ion de la naissance de leur fille, Lily-Mireille. - Septembre .1948. N° 12_80------------------------------__ __ DROIT ET LIBERTE ~ •~• •M• .. .. ,LA DERNIÈRE ÉTAPE POIESDEooo 48 ? Wanda J akubowska, ancienne démel et femmes - les 'prisonnières de droit commun .qui dirigent le travail sont ce qu'ils étaient, s,ans caricature: cela suffit amplement! APR'ES avoir vu le film sur Auschwitz qui doit sortir prochainement à Paris, on . a l'impression qu'aucun " autre moyen d'expression ne peut tOucher de façon aussi directe le public, par un alliage d'émotion et d'exactitude scrupuleuse, et connaître llne diffusion aussi large que celle qui attend toute oeuvre cinémhographique de"valeur. Depuis la fin de la guerre le besoin se faisait en ' effet sentir d'une oeuvre qui, par des moyens simples et frappants, per. mir à tous de comprendre ce qu 'avaient été les camps nazis, ce que signifia5t ' l 'extermination d'e millions d'êt~es humains dans 'Ie seul Auschwitz. ... Un [tIma teii,té cette gageure de dire, en moins ' de deux heures, la vie des femmes promises à. l'extermination, d 'être vrai,. vraisemblable. - ce qui, devant l'horreur de la réalité, était la difficulté su prême - et d'être en mêT]le temp .. , un messpge de foi en l'homme pt en son avenir. ,. « la Dernl:ère Etape » réalisé dans le camp de Birkenau par Telle l'.st donc cette réalisation cinématographique qui \ a .placé d'emblée la Potogne parmi les mèilleurs centres de poduction de long métrage, et lui -a valu le Grand Prix International au' récent Festival de Prague. Des détenues du camp d'Auschwitz Est-il nécessaire de dire combien une telle oeuvre 'est actuelle, dans lin monde où les menaces de guerre ne sont pas dissipées' ? . A. P. - Edmond Fleg: Et tu aimeras l'Ete·rnel (Gallimard)_' , Lucien Le Foyer : L'EnchanJement de l'Esprit (EditiGns de la Re. vue Moderne). ~êler au présent uri passé riche' d 'enseigll€ments, c'èt .il quoi vise M. Edmond Fleg, da.ns le quatri~e et dernier volume de sa l-égend€ des siècles juive ~ C'est une oeuvre de grande haleine que domine une visio."l d ' Israël indirectement inspirée des Ecritures. Voici Les AMlis du Ghetto qui apportent lUX juifs sympathie, aide ou . compréhension. Puis le Sel ~e la Terre où le poète, en d 'audacieux rapprochements, associe joseph et Disraeli, David et H€ i,"le , Bozz et Montefiore, Moïse et Herzl ... Enfi,, ' L'apo~. lyse ctu du Juif Errant qui conclut ce vaste pa no ralT\a. le recueil, traversé .cf'élan messianiques;- laisse par ailleurs perCer des accents de pessim i5n"_e et dé désespoi r : Et c;menbn boue, cadavre lur douleurs Le _nde e .. tier n'·ut qu'un monde de pleurs Ou encore: Et le Juif refusé par les cinq Continents Sur la mer sans chemin errait aux rues des vents ! M. Edmond Fl-eg ne restreint-il pas la portée de son oeuvre en

'églig€ant les véritables aspiratio.ns du peuple? Pour êtfe séduisant, le

« Rêve » ~ l'attente du Messie ou le retour à Jérusalem .-- ne nous apporte .ni l'essenti€1 de notre, espoir : u.ne vie libre dans un monde de paix, ni le~ l'T]oyens de le réaliser. . Malgré ces réserves, il serait injuste de méconnaître l'intérêt et la valeur qe cette fresque dont la langue atteint parfCYis une réelle grandeur. N~us avons particulièrement goûté Les Talmuds de Montaigne. De moi.ndre qualité ~st l'effort de M. Lucien Le Foyer, ancien parle~ menta.ire, qui, déçu dans ses aspirations terrestres, se tourne vers le ciel : Ciel qui est l'univers_ Ciel qui est' l'esprit. 'Visions idylliques ou' sombres mélancolies alternent dans cet Enchantement de l'Esprit, où l'auteur tend visiblement à lil perfection de la forme sur un fond qui reste vague. Ma~gre le pathétique de certains vers : Demandons aux Dieux morts qu'ils apaisent nos peines l'oe.uvre ."le dépasse guère le cadre d 'un bon €xercice de style. Pour dissemblables qu'ils soient, tant a·u point de vue de l'inspiration que de l'exécution, ces deux recueils de poèmes se rejoig_'1ent néanmoins dans une certaine impuissance à exprimer l'élan progress'if des hom,"Y'_es et le drame psychologique ' de l'individu pris dans un monde contradictoire_ Nous demando'ns, en fin de compte, autre chose à la poésie ... Max LOIRET. Écrivains juifs de langue arabe . , Arrrvee d'un convoi juif à Auschwitz . A l'époque des guerres de ::r1- tus et J'Hadrien, des JUlfs, fuyant la Palestine, al1ère~lt dans le nord du Hedjaz. Les tnbus de Qarizha, Sadal et Nad~ir. conservèrent longtemps la religIOn m~saïque, mais no~ la langue, hebreue. Le plus Illustre representant fut le poète As-Samaual (S,:mue]), petit-fils d'Adiyâ. C'étaIt un grand seigneur, maître ,du; ch~tealid' Ablaç.::), surnomme l Um- .' -terme d'Auschwitz, "retrace, dans t le cadre authentifJue, la lutte de 1-----:--~~-:---~~--~-:-----~--~7-~-~---1 la résistance clandestine centrée au Re~ier (infil'merie) du camp. -L'intrigue se concentre sur le pelsonnage 'lui symbolisait 'l'âme (le la résistance : la juive :àbla dl1!:t toutes les déportées du Ul1111) gar, dent le wu·venir. Autour dt (e ~hème central, la masse des -dépor-' tés - ks figurantes sont d'anciennes dttenues - reste soumise li. l'inexowbJe discipline 1e~ a,)pels, de la marche . en mesure ;lU son d'une musi'1ue de cirque, est la _ proie deE sélections toujours PO))sjbles. Ces scènes sont autant de documents de valeur historique,"plll~ . él()(juentes que toutes les photo, I.k charniers. On sent ces femmes vivre, sombrer dans le désespoir ou la bestialité, retrouver au contraire la vulonté de durer, à l'annonce ùes victoires soviétiques, que la Résistance fait parvenir jusqu'au camp. Les S.S. -- hom- PREMIERE REPRESENTATION . EN FRANCE du film de Wanda jAKUBOWSKA et Gerda SCHNEIDER, tourné à, AUSCHWITZ-BI RKENAU lA DERNIÈRE ÉTAPE Jeudi 23 septembre 1948 Salle Pleyel, à 21 heures GALA.' Au pian() : L. Kartun_ us billets son 1 l'en.lus à lu Fédération N"llionale .k!s Dl'porl,'·s et Internés Ih'sistonl.s pL ['atl'iles, l(}, rue Lcr{)ux, PAHt:5-X \'16 • Ford, cinéaste de batailles, OHN Ford est né le lr février 1895, à Portland (11'- d lande). A 18 ans, il s'int,ére5s~ ~ la fab~icatio!, des cha·ussures, mais son frere ·alne FranCI.S, qU,I trav- aill-e connne acteur -et metteur en scene aupres d'·Ediaon, lui conseille de ' f-aire -du cinéma. ~ Le jeune J-ohn Ford, àe son vrai nom, Seam O'Fil:nne, arrfve 00 I~ 4 en Californie. Il est cl 'abord accessoiriste, plJoÎs assistant metteur ·en scène, 'ét commence son, .apprentissage avec -des westerns a ~pisooes- .. . 1922 voit son premier long métrage 1( The Village Bluclromilh )), et 1 )3 'r , « Arrowomith .», film qui 1e classe défiJ'l·it·ivement. Pu,is, c 'est "La Patrouille Perdue») (19:4), " Le Mouchard)) (1935), H Les Rai. si/l:S de la Colère» ,( '940), H Qu'eUe était verte ma vallée» (19'P), et une quantité d'autres films tels " Le long voyage» et ~ Le Pugitit », ,H La Route au tabac » que nous n'avons pas encore vus en France. Bien SÙJ', fohn Ford e5t un grand metteur en scène et peut-ë're !1 en avonS-ROUS pas connu de plus grand, en tout cas de p'us sol Ille, mais en analysant sél'Ïeusement son oeuvre, on constate que les nombreux problèmes socjaux qu'il a s.oulevés, ne l'ont guère. été que pour leur valeur commerciale et n011 pas pou: leur valeur humaine. Un comprend . mal qu'il ait oonné de beaux et généreux « Raisins de la Colère » en 1940 et qu'il ait, ooe année plus tard, donné un très CP'1- furmiste et malfaisant « Qu' eUe étGit verle ma vallée )}_ On cO ..... - pre.nd mel enfin qu'il prenne, en 1~H6 a.vec i( Le Fugitif », la défense du haut cler.gé mexicain dont on SlIlt trop ~u'il est l'instrum1"J1t fidèle des trusts amér,icains au Mexique, les mêmes qui, autour des années 1930, expl1'isèrent des terres de l 'Oklahoma toutes les H familles Joad »_ Le M-assacre de Fort-Apache, !Ion nouveau liJm, va·ut surtout d'être vu pour ses bel,les ,ga lopades, ses bàtaines bien orchestrées et particulièrement pour sa photographie. C 't:st une petite histoire qui veut ;;'re une sorte de mise au point sur certains faits. Il faut dire que ,a forme prend de beaucoup le pas sur le contenu. Henrv Fonda joue le rôle ci 'un colone( 31néricain (ex-général dégradé), ambitieux et bête, doublé d'un escroc- Sa soif de gloire l'entraine dans un combat stupide contre les Indiens Ses troupes sont décimées, jl! est tué. Intervient le ( gouvernement qui veut préserver " l'honneur de l'armée ». 0 'un officier décave et veule, on fab! un héros tombé glorieusement, etc.-. Et voilà cOJTl.l11ent on falsifie l 'histoire. Mais tendons bien l'oreilie, car John For.;} nous dir cela tout doucemeJlt et nous risquerions de ne pas J'èntendre. Félix FEDRIGO. • par Maurice .MOYAL que, près de la ville de T eima . Cette forteresse ' avait été élevée par son grànd-père qui y avait fait CFeuser un puits. As-Samaual est jusfju'à nos jours cité rar les tribus bfdouines du N ejd comme un exem.ple pour sa fidélité à la parole donnée_ . Parmi les coreTigionnaires ùu 'Samaual, on peut citer Er-Rabi qui, à Bouât, se .battit vaillamment à la tête de sa tribu, contre Mahomet. Il se mesura avec Nabigha dans ce jeu poétique où l'un des interlocu-tebrs disait l'hémistiche d'un vers tandis que le second complétait impromptu le sens et la rime par un secelld hémistiche. Une autre- figure intéressante, Omayya, un Mec.quois né à Taif, « avait lu les livres et suivait les doctrines juives lt. Nous avons ùe lui des félicitations en vers adress~ es al1 Toi du Yénien Seif ben Dhi-Yeren à l'occasion de sa victoire sur les Abyssins. La lecture des traductions d'Ari~tote favorisa l'étude de la philosophie- par une élite de p~seurs . Le précurseur en fut C liihah- Eddiit-lbll-Abi'r-R.1Bl qui, sur la demailde du khalife AlMo'raçim composa un traité de politique, ' rrécédé de considérations sur la« psychologie des peuples ». Son « Solouk el-Mâl ik fi tedbir elMamalik » peut êt{e consIdéré comme le plus ancien ouvrage en Cl'! genre en langue arabe. C'est le pendant oriental du traité" Du Prince» de Ma,chi avel. Un exemplaire qu.i remonte à 840 est COIl servé à la Bibliothèfjue N ationa le. . Abo1l-Zéid II onein bon 1 silo.? (ls,tac) , iils d'un pharmacien juif de Hira, étudia la médecine auprès de Yahya ben Mâsa\\'éih, fJui ' vivait sous Haroun al Rashid. Nous citerons pour mémoire les voyageurs juifs Bmjalllill de Tolède et Petahia de Ratisbollne. Le premier, qui visita Jérusalem en Il7.), rapporte qu'il y rencontra « un petit nombre de Juifs viv.ant près de la Tour de David au bout de la ville ». Le second le suivit sept ans après mais il n'y trouva plus « qu'un seul Juif, teinturier de son métier, qui avait '-H.chet~ au poids de l'or du roi (èhrétien) la permission de vivre là ». - On ne sait généralement pas que . le grand A.vicemte était d'o_rigine juive. Il a non seulement influencé les Arabes, mais aussi tout le Moyen Age chrétiell, dénonçMt la sottise des astrologues. Maimo.ûde (Abou 'Jmran Mwsâ Ibll Iv:1aimoun) fut le grand médecin et· philosophe sJ1~ifiquement juif. Qu'on n'aille pas penser que l'apport juif se borne à ~es noms là_ Il s'agit des plus représentatifs. Un ouvrage qui vO\1drait épuiser le sujet devrait étudier la biogrnphie et les ,oeuvres d'une bonne centaine de phil0sophes, de mathématiciens, de physii:ien.s, de médecins et de voyageurs . . Récemment s'est fenu, " vVroclaw, Pologne, un importa."t Congrès Mondial des Intellectuels pour la Palx_ Sur netre photo, MM. Eluard et Picasso, membres de la d élégation française. ua ruS " DROIT ET LI BERTE Septembre 1948. - N 12.-80 AU'X ENFANTS DE FUSILLÉS ET DÉPORTÉS VOUS AVEZ OFFERT DE . BELLES VACANCES , NOS COLONIES TERMINEES ... NOUS ALLONS ROUVRIR NOS MAISONS ! Fin septembre; après les belles vaca.lces qu'ils ont passées grâce aux 7 millions collectés, petits et grands réintègreront leurs foyers. Les visages hâlés, les· muscles plus solides, ils affronteront une année d'études ou d'apprentissage. Notre devoir, comme nous en avons fait le serment aux parents fusillés ou déportés, est de leur assurer une année de bien-être et de préparer leur avenir. 01,' la situation actuelle est grosse de difficultés. Nos ressources financières proviennent essentiellement de dons et de cotisations mensuelles, que souscriv,!nt de larges couches de la population juive de France. Nous faisons donc appel à tous. nos amis et aux amis de nos amis 'pour que grandisse sans cesse le nombre des cotisants. Nous connaissons leur générosité, nous connaissons l'intérêt et l'affection qu'il portent à l'enfance, et c'est pourquoi nous sommes persuadés que notre appel sera en~en,d~. LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE. ~.----I Tarnos Dimànche, c'était la Kermesse Mont-sous-Vaudray , Un pap~ lD IMANCHE après-midi, la U colonie organise une ker; messe dans le parc. Depuis plusieurs jours, petits et grands préparent la fête, dans une atmosphère fiévreuse. La monitrice Mireille a interrompu ses vacances pour venir s' occuper des costumes et la direction a émis ... une monnaie Spéciale pour que tous les enfants possèdent de l'argent de poche, ' puissent s' amuser et faire des emplettes. Chacun a reçu un bon de 10 francs donnant droit à une part de gâteau et à une pomme. raconte: Le père d'une fi llclLe ayant passé un mois de vacances à Mont-sous .Vaudray, nous écrit la lettre suivante: !: Dans -un parc magn.iflque, où résidait jadis le Président de la République Jules Grévy, on entend les VOlX joyeuses de 150 enfants. Le parc s'étend sur 4 km. On y trouve des bosquets, des font aines, des clairières, tout cela entouré de haies Qui assurent la sécurité de nos gosse~ , Le r esponsable à l'éducation est le jeune et joyeux moniteur Maurice. On l' a d 0 r e. Il trouve un mot pour chacun, connaît les a ptitudes, sait les stimuler. enfants commentent les événements de la colonie. Or la sIeste n-a pas les suffrages des petits. • La nourriture est bonne et abondante. Chaque jour, lait et chocolat le matin. au goûter, de la v1ande,' d es légumes traIS, des fruits. Merci à la Commission: Cent, raIe de l'Enfance. Le stand le plus sensationnel est sans douté le « Cirque Ma!qventrus » dont « l'OURS BLANC » attire tout le monde. - Voici de \( grandes danseuses » dans des costumes aux couleurs châtoyantes. Voici une sombre chaumIère, « Chez Magy », où deux voyantes lisent les lignes de la main ~n réprimànt leur fou-rire . Devant )' antre de deux extra-lucides stationne une file de gosses, sé- ' rieux comme des pap~s. Un « grand » garçon de 5 am me montre ce quïl a gagné à la tombola : une belle carte postale et une pomme rouge; d'autres, une savonnette, une brosse à dents, une paire de culottes. 'Comme par hasard, chacun avait gagné ce dont il avait besoin (1a direction y avaIt veillé ... ). Les enfants s'étaient tous COStrlmés, qui en Chinois, qui en indiens, qUI en cow-boys (beàucoup de pel\ples étaient représentés). Les moniteurs, entrant dans le jeu, les avaient imités, tandIS que Henri, de Montreuil, dirigeait un orchestre endiablé, de ... couvercles. Et le « jeu péri lieux » ! Il s'agit de traverser une planche suspendue dans le vide et enduite de savon par un moniteur. Ah! le perfide! Les courageux (et rares) gagnants emportent une bouteille de bon Vin. C'est le d\l'ecteur. Jean Bonzon, qui jouait le rôle principal : déguisé et grimé en vieux cosaque et arborant d' énormes moustaches, il se promellait pieds nus, en portant une immense affiche : « Venez tous à la grande kermesse, vous y trouverez de la joie et de la gaîté ... on s'y amusera ». Les 300 t'nfants de la colonie ont répondu ,à l'invitation. Laz'are WEIN, ANCLETERRE '. Rien de chaotique dans les jeux. Ces vacances sont organisées a v e c m éthode. Au moment du rePQs, les moniteurs se réunissent, échangent leurs lmpressions et leurs expériences et. après une discussion amicale Ecoutez la B. B. C., et une cr:tique fra- 1 Il à 21 h. 15 ternelle, préparen L e J. ' le plvn pour le len- Le samedi 11 septembre,' à demain. ' 21 h, 15, on pourra entendre à la L 0 n e 1 B.B.C. (1.796 m., 267 m., 49 m., e per s n 41 m .. 31 m.), une émission l'ésel'- technique, très dé- vée à un ' groupe d'enfants Qui voué et expéri- pa:;se ,en ce moment ses vacances ment,é, est dirigé en i\nglet8t·re. par la directrice. La colome a Mon~-sou~- V'audray Nous remercions chaleureuse- Mm\: Génia, dont le seul 'soueL r-___ -'-__ ~_.:.... _ ~---'-...J , m.ent tous nos am~ ,ap,gljlÎs qll! se est de rendre les enfants heu- HOLLANDE' depeqsent sans relache pour assu-' , UN VOYAGE EN POLOGNE 20 de nos enfants ont dép~sé ùne gerbe au Monument du ghetto de . Varsovie Le gouvernement polonais a invité près de 800 enfantS""1'ésidant en France, pour ta plupart de nationalité polonaise, à r'asser leurs vacances en Pologne, Un groupe de 20 enfants juifs de nos Foyers, dirigé par nos amies JACQCELINE et HELENE, a participé à ce convo.i. Sa . ténue impeccable, son esprit collectif et fraternel à l'égard de!l autres enfants" s'est ·manifesté tant au cours. du vl\ya~e que durant le séjour qui a duré .six semaines. Les autorités llolonai ses n'ont pas manqué, à plusieurs reprises, de lui adresser leurs féUcitations, 1 Les enfants sont rentrés à P aris le 30 aoû~. Nous ne donnons ci· dessous que quelques-unes de leurs impressions car ils ont énormément de choses à nous raconter, et IIOJS espérons, dans notre prochain 'lU· Il(éro, leur ,ouvrir de 110l:lVefu nos cOlonnes. « En prelltler lieu, nous devons remercier les Juifs Polonais de France, aù/,si que la CommissIon Centrale de l'Enfance à qui 110;'5 dt:voltS ce magnifique VO?'lgc Nous adressons également 1/0S le· merciemellts aux membres du Co· mité Central Juif de Pologne qui nouS Ollt accueillis à la descente du train : Mmes Rapaport et lan· dau et lIf. Hertzman. Nous atti ne COt/lIaissÎons la Po· logr.e qu~ par des récits de po· groms, 1l0US avons été éblouis par les rrsultats auxquels eh 3 années d'elforts et de lutte, est parvenu ce pays si dévast~ par l' OCClI1In . / tion. Le problème de l' enfance el d ' la jeull esse a particulièrement retem/ l'qlte ll/ioll du gouvernelllellt et de grande{' réalisations ont ' té ob/mues dalls ce domaing. la M aiso'r/ d'enfallts de P etro· leJie, ancien foyer de la Jeuness e' ltitlérimrtC, Sitl(ée en face de l'an· cien camp où les Juifs attendaiwt leu.' dernier moment,' est un, IUO· dèle de LOnfort et de bien·être. Cette maison possède une crèche, une malemelle, de vastes sallt s d'études ft de jeux, Till terrain de sport et lIle est pourvue d'une ferme. la lIf al$on d'enfants de S:odorow e'st éf!.alement approvisi01mfe par une ferme riche 'de 400 poules, 60 porcs, 7 ruches et 6 vaches qui 'produisent TOO litres de ,lai ( par jour. L'ensemble' couvre 35 hectares. Des a/clias de Pll%graPhie, de bois, de tissage ,sont mis à la disposition des enfalltç do lit beaucoup, paT ail! curs; _ su'· vent des GOUTS de cliant .it de dan ~e et pratique1tt le sport. A H ellenowe!t , à Crac07tie ft bien d'autres villes, il existe des institutiolls tout aZ/Hi remarquables. ' A' l'occasion du troisT;'me (li1m· versaire de la Libéra/iolJ, 700 scouts juils 1/OIIS ont il17,ités 'dans leur « RéPublique de. ' KiJlillg -. .F.l7selllble, nous avons dansé les da1)SI!s rt chanté les' cllants du 10UfloT/' juif. . 4. W roclqw, à l'exposl(10,!I « '.('err('S RaOUT/rées _, nous vill01Z du cc Travailleur », une place a été faite aux coopératives iuives de travail. A lodz, I10tre visite aux usines d'électricité et aux filatures nous' a beaucoup appris. POlir ce qui est des enfallts et des je/mes, partout les frè clles, des écoles d'appren; tissage, des théâtres, dn stad~l Ollt été CO,J'Istruits à leur i17tel1lio n~ A Varsozie, nous aV011S été rr~ {US all foyer des étudiallts juifs et' avons dé/?osé mie gerbe au pied dd magnifique mOilI/ment, {:~Ii s'élève ait milieu de ce qui était le gllfttO. Là tout est détruit, c't:s! un désert de pierres, mais Tm monde nouveau s'édifiera sur les ruitleL . Dans :!taque ville, les ,zrtiste; juifs sont vertus nous dOl1/nqr ,1 ; ~ ~ rcpréselllalions. Les pllls grands Pédagogues,' un Secrétaire d'Etat au 'Gouvemimmt, Ull responsable sYlldical, des pcrsol1nclités une vcrsilaires, des intellectuels H S01lt intéressés à nous et cette amitié pol01laisc nous est a/lée droit ail '; oeur. n 'a/tlre part, l'f compositeur jll1j Wajner, des pro. fesseltrs de danse et de piano 1toliS 0111 , largeme'flt initiés cru fol/dore juif. , Et quels cadeal(."( nous O1i01IS reçus ! Des T'ases de cristal, dès fa'ln s, Tm cccordéo11, ttJl bal1jo, des vltrmeflts ... Ce fllt U1l beau vo)'age, trh beau vu J'age, et plein d.' enseignemen/ s. ' , ' reux, de leur faire passer le re,r ùn magnifiqUe séjour à nos pé~ tits, et qUi les ont reçus avec tant' temps de la . meilleure manière Glnelle ·donne ses d'! gentfllesse. .. , •... ' aiJoris v ,isitr le paT,mon de « l'[/pmme »; consacré. à la gloire 'des Héros du Travail. D,atls le pa- ~OSETTE, SUZANNE, FRANÇOl ~ SE, MONIQUE ' F., EVA, KATIA, FlORELLE, MARCel, ROGER,. SAMY ' G., : JACQUES, CLAUDE, CEORGES, LE+KA, SAMUEL, LENNA, MONIQUE M., MARGUERITE SA. possible. .. ' ., . ' '\ " .Nos dévoués amis MM. Water- '. La cloche sonne. Les enfants imprMslons de Rotferdam' man et Yvan nous fo'nt part ' des se réunissent avec leurs mom- "" , . , " fféaluitcsi,t atfiêotnéss qupea rtroeuçot iveent t andoms ieréns- , teurS, Chaque groupe devant sa C'est la , « Jood'se Cultuur Vereni- pour: leur discipline, leur tenue et salle à manger. Avant tout, il ging li , organisation culturelle juive .leur esprit de camaraderle. faut chanter une chanson. Ce- d'Amsterdam. qui a pris "initiative Un de nos amis anglais s'est lUi qui est en r etard est oer- d'organiser les vaànces de 50 de transformé en gUide pour promedant ... A lui de chanter une nos enfants 'en HoUande. ner nos enfants, il les a emmenés ,chanson' de plus. Les petits ont été accueillis 'par aux Jeux Olympiques et a mis a. Anrès manger, vient la sieste. d h~ur disposition à Londres un ap- L e généreuses familles qui, dès leur' pareil de télévision. , ~ a sieste est d evenue un pro- arrivée, les ont emmenés au bord de Un autre ' ami, particulièrement blême quI trouve son expreSS10n la mer. sympathique, M. Martin, patron dans le journal mural, où' les Mais laissons la parole à la jeune du "Lun'l-Park de West-Cliff~on-sea, PHOTOS , Des photos de , 90s colonies sont eh ,. v,ente 'à la Commission Centrale d e l'Enfance. . Vous y trouv-erez les jolies frimousses de tous les enfants Ci nette Rudingas, qui de Rotterdam, a offért à tous une agnlablle ' nous envoie une lettre dont nous ex_ après-midi sur les différents ' ma- ' trayons le passage suivant ': nèges de , la fête. cc ' Les gens ici' sont très gentils et font tout ce qu'ils peuvent pour nous rendre le séjour agréable. Nous 'parlons souvent de vo';s et du mal que vous vous êtes donnés pour que nous puissions partir en vacances. Nous tenons à vous en remercier et vous promettons de bien travailler ,'année prochaine. . FETE DES COLONIES Dimanche 17 octobre, 14 h. 30 Salle de la Chimie 28, rue Saint-Dominique Exposition des travaux d'enfants Partie artistique exécutée par les enfants de la colonie Le 25 septem. bre, aura lieu, ,à Metz, une matinée artistique avec les enfants de la colonie 48 et sous la direction du , docteur Oldak, Bonne chance. les amis ! ' MY B: ' La Colonie de Vacances de Strasbourl1 1 ~ 1 • 1 1 t .., Septembre 1948. - N° 12-80 ----------------- DROIT ET LI BERTE Bientôt finies les vacances FORCES NOUVELLES POUR LES LUTTES DE-LA PAIX ET DU BONHEUR EN donnant le dernier coup de collier, on rêvait déjà . aux vacances. Avant même la fin des vacances, on se préoccupe du retour au travail. Et on tire les pre, mières conclusions. . Dernières vacances d'écoli~r, premières vacances d'apprenti pu de salarié •.• Vacances mouillées et, tout compte fait, peu satisfaisantes. . r .. Une seule solution : connaissances et ses talents à l'absurde la disposition de tous pour exalter mIeux le véritable interna- . Combien de jeunes ont eu les tionalisme et. les combats paclmoyens économiques de partir fiques de l'homme. pour deux ou trois semaines où US ont voulu et comme ils ont Le château de la vie v~)Ulu? de se reposer complète- Admirablé apprentissage de la n'lent · ? .Combien .ont pu agir vie et de la liberté, en même sans subIr .l~ hant~. des pres- temps que détente profonde. sàntes ~éalltés quotIdIennes: les' Les gars et les filles de la preprix qUl mOI,ltent, la recrudes- mière « colonie '! sont revenus cence du cboma~e, la p~ychose avec une lumière de franchise de guerre, - ,reappa~Itl(?n de et de décision qu'ils n'avaient fan~ômes que Ion. es~era~t e?n- pas au ' départ, avec la peau bru-. foU1s dans un passe lomtam ' . nie et plus de .fOrce, plus aptes . Pro~(:mger d'e. quel~ues .heures à résoudre leurs problèmes. un seJour .agreable, faire un d'adolescents et les prOblèmes crochet au retour pour em~~as- divers qui empoignent le monde. ser un p;arent ?u ~n amI, se D'autres les ont remplacés au {Jayer la traverse,e d u~ lac sont Château de la vle _ si différent autant. de pro~lemes I.~solubles du Château des souvenirs morts, pour bIen des Jeu~es qUI ont eu qui !brisa l'âme du Grand la chance de partIr. · M l' •

' Ils ne pourraient être résolus eau nes ...

que par l'absurde, c'est-à-dire Routes par des privations i.rihumaines, Vacances sur les routes. Le sac une fois les ·' vacances finies. lourd, surmonté de la tente, fait Familles l'admiration des sédentaires, et les compagnons de rencontre lui Il y a mIlle sortes de vacances. tqpent joyeusement sur le ven- Pour moins de frais ou par je tre. . Et de temps en tem:ps - pourquoi pas - des danses et des choeurs, des journées d'im.mobilité, leétures, parties d'échec compliquées comme ],a vie. Mais en camp volant comme à la colom~, en p~tits groupes oU en grand nombre, l'essentiel est l'épanouissement total au centre- du vaste monde, la sensation de liberté bien employée. Lutter pour l'avenir Cela ne devrait pas être si rare. On devrait être ainsi, dans le travail également, si la vie ëtait ce qu'elle doit être, si les ennemis de la jeunesse et du progrès ne s'efforçaient pas de carrer les routes, d'obscurcir les pe.rspectives, de détourner le cours des fleuves et de renverser · les montagnes. (Ils savent que leur effort est désespéré, mals n'empêche qu'ils gênent notre essor). Vacances : agir sous sa propre responsabilité, bâtir du positif et du solide sans la gêne des empêcheurs de bâtir en commun. Vacances de lutte dans la joie, préfiguration de l'avenir. Louis MOySCRON. pe sais quelle peur de je ne saIS Verdures, spectacles neufs, quoi, on organise parfois des contacts humains, couleurs, va.eances familiales. Les vacan- ciels, Campagne de ré-insfruc- La chorale des jeunes que vous entendrez le 19 septembre à la Fête des ées de familles seules concen- tion: Cadets Croix-Sai.!1t-Ouen trent trop souvent en elles tout I....~----------------------_....::::.:.::.....::::..:..:::::.:::.:..:.....::;::::::.:.:....-_-------- ce que le passé · renferme de lourdes stagnations. La plagê se réduit à un cercle étroit de sable et d'eau que clôt une solidarité mal comprise; le vi:llage à un domaine limité· pour promenades circulaires; la montagne a une pyramide d'mévitable \ennui. Les arbres proches cachent la forêt de l'human1t,é. . ... ·Sans vouloir mettre en · cause la bonne volonté des parents - et la . plupart d'entre eux nous approuvent : ce n'est pas cela qu'il faut aux jeunes. n faut aux adolescents plus d'air, .lus de mouvement, des terres . inexplorées, au moral. comme au physique. On ne saurait concevoir de vacances fructueuses sans dépaysement .complet. Vacances et réalité ... Colonies de vacances. Au Château tlu Bac, par exemple, près de Compiègne, l'U.J.R.E., sous l'impulsion des Cadets, a offert à des centaines de jeunes vingt-huit jours de vie saine, riche, exaltante. Repos n'est pas inactIOn. Mais activité nouvelle. Mais plénitude physique et intellectuelle, inaccessible à la ville le reste de l'année. , Pour-les jeunes du Bac, deux objectifs essentiels : comprendre et vivre. Ils donnent ·leur corps au soleIl, ils endurcissent les muscle1L et perf~ctionnent les réflexes par le volley-baIl, la nage, la course - en olympiades plus passionnées peut-être, plus pures, plus déslntéressées sans doute, que celles de Londrea • • Loin d'être coupés du monde par la frontière de l'Oise et les frondaisons massives du parc, ils multiplient les contacts avec la réalité. Enquêtes dans la campagne environnante. Conférençes, discussions sur la sitüatian politIque, sur des problè- • mes de science et d'art. . Les groupes · qu'ils forment, organ i s é s démocratiquement, symbolisent les différents peuples luttant pour la paix et le progrès. Chaque participant met ses '.,' , t,.. " 1 AVEC LES CADETS U-ne NOUV.ELLE vie ·de çhâteau ! 'C· OINCE ·enlre l'Oise et la f~r.êt de CompIègne, enfoui dans un grand parc, le camp de vacances des cadets. organisé' par la Commission . Centrale de l'Enfance, au château du Bac, à La Croix-Saint-Ouen, est un monde plein d' entrain et de gaieté, où sonne clair et haut le rire frais d'une jeullesse libre, où résonnent' par-dessus les toits et les grands arbres des chants légers comme lâ rosée. Une légère brume recO\Jvrait encore le sol quand je pénétrai ce matm dans .le parc par un portail '~argement ouvert. Il était trè.s tôt, tout le monde dormait encore, hormis les gens de la cuisine qui préparaient activement le petit déjeuner. Sur la façade du château se détachait le mot « Amitié » en grandes lettré!' bleues. A gauche, dix marabouts se dressaient sous les feuillages. - C'est ici que dorment les gars, me disent les responsables que je questionne ; les filles logent au château. - . JI allais poser une question insidieuse quand brusquement jaillirent du château 5 monitrices ' et tout autant de moniteurs derrière mon dos. C'était le réveil, le branle-bas allait être dmmé, la journée commençait. lmagipez-vous près de 200 jeunes, gars et filles de 14 à 20 ans, entraînés par des moniteurs et des monitrices à peine plus Sgés que les jeunes eux-mêmes. Le « Centre d'intérêt » Dans le large bureau ' de la Direction, les 3 « pédagogues » : Armand, Dany' et Daniel - entourés' de moniteurs - répondent en souriant à mes questions. La colonie de la Croix-Saint-Ouen est organisée par la CommiSSion Centrale de l'Enfance et la direction pédagogique est assurée par le Mouvement des Cadets auprès de l'U.J.R.E. Notre ambition est de donner aux jeunes qui sont ici un mois de vacances plein de joie et d'amusements

leur apprendre aussi la camaraderie et développer

en eux le sens social. Nous n'oublions pas que la plupart des jeunes qui sont ici ont été victimes de la. barbarie nazie. - Comment lllettez-vous en pratique ces buts que vous vous proposez ) - C'est très simple ; nous avons un thème cen- . ·tral d'où découlent toutes nos activités: ce thème, c'est ks jeunes et la paix. Ils ont formé cinq groupes de jeunes suivant les âges et chaque groupe représente la jeunesse d'un certain peuple, c'est son « centre d'intérêt lI. Nous aVORS choisi cinq peuples en lutte pour leur indépendance et pour la liberté : la Palestine, la Grècé, l'E-spagne, la France de 1848 et !es Etats-Unis au .pJOmellt de la guerre de Sécession. ,Chaque jour, les « peuples Il font lu sport avec Charles, le moniteur sportif, de r Art dramatique avec Jacquot. Quand il fait beau, ils vont se baigner. Une réunion se tient tous les JOUN! pendant une heure au cours de laquelle les moniteurs font un expos{ On fait des charades mimées, des jeux, et tous les soirs, une petite veillée ou une balade nocturne; deux fois par semaine tous les « peuples Il participent à une veillée « internationale Il. Le dimanche est consacré aux « olympiades Il. Et ~uis, il y a les grands }eux, le camping, les excursions. r avais la tête bourrée d' explications, je regardais ces jeunes Rens et ces jeunes filles qui assumaient avec tranqUillité, le sourire aux lèvres,· ' la lourde responsabilité -de diriger près de 200 jeunes. , Et je devais être très drôle car c' est avec de grands éclats de rire que Dany m'emmena sur le perron pour assister au lever des couleurs, cérémonie solennelle Qui se déroule tous les dimanches. Olympiades Le dimanche, les compétitions sportives donnent lieu à une tutte acharnée entre les divers groupes. Et les Victoires sont saluées par des explosions de joie. Les premières olympiades de ce mois:ci ont été rehaussées par la présence d'un grqupe d'anciens colons qui ont campé près du chSteaù et ont ·participé aux épreuves. , Dans la palpitante course aux chars, remportée par le peuple Homère, 5 chars sur 12 arrivent au but. La course des pieds liés, la course du seau, soulèvent des tempêtes de rire. Mais la course au débrouillard est la plus appréciée. Après des épreuves mouvementées, un goûter, - auquel sont inVités les anciens colons, réunit tout le monde. Puis, un relais fantastique termine les olympiades remportées par le groupe Homère, devant le groupe George Sand. En attendant le dîner, un grand match de volleybail met aux prises Cadets et Moniteurs. Et cé sont les moniteurs qui perdent... , Grâce au labeur écrasant . fourni par la Commission Centrale de r Enfance et au ' travail des monitrices, des moniteurs et de la direction de la colonie, grâce au Mouvement des Cadets, les jeunes passent au camp du Bac des vacances inoubliables. ADEM. ·" 1 • 1 l t. Un pins de 20 ans aux "p.l e ds Nel e ke l e' s ".. « Il voulut tout revoir... It Victor Hugo (Triste~se d'Olympio) CE I( .plus de 20 ans » qui va voir les Pieds Nickelés s'y rend le coeur battant, comme un homme qui retournerait au lieu de ses premières amours. Retrou.vera-t-il le nez de Croquignol, les poils de Ribouldingue, le taffetas de Filochard ? Il se cale ùans son fauteuil, 'se compose une âme de jeudi, prépare une réserve de rire. Et le rideau s'ouvre. Amusant ? Sans doute. Pour être . un « pIus de 20 ans » on n'est pas pour cela ' desséché. Les Pieds Nickelés, les gendarmes, Les bandits, Skerlococos, Jo animent.le royaume de la dénivellation. Les hommes tombent : glissades, coups de bâton, cou.ps de massue j les dignités tombent ; amour bafoué, orgueil dégonflé ; les choses tombent : cascades de lustres, d'armoires, de bouteillés. Au sortir du spectacle on s'attend à .voir les murs des maisons s'affaisser, eux aus~i, sur un rythme mirlitonesque. On rit donc comme son voisin de huit ans. Mais sous l'hi-larité s'élargit \ll1e zone de déception : les Pieds Nickeles se sont laissés voler leur âme. , Ils ont rerdu un peu de cette malice ca.ndide, de cette truculence goguenarde qui al.longeait le nez de l'un, hérissait la barbe de_ l'autre, pochait l'oeil du troisième. Comme de purs héros, les Pieds Nick~lés allaient et sous leurs pas naissaient lés mythes : le maillot rayé du bagnard toujours en liberté. le melon, le parapluie et les moustaches de la « secrète li, le ooup de pied ,« dans la partie la plus charnue de son individu lI, 'les trente-six chandelles, les « quidams li ••• De tout cela il ne reste que les attrihuts des iimiers, mais la jeep a remplacé le vieux t:1:;ot. On ne se sent pas ·en terre ronnue. La modernisation rend gênante l'invraisemblance des situations. Mais les « plus de 20 ans li demandent peut-être ·à ce film plus qu'aucun film ne · pourra jamais donner. L'un y cherche la poussière d'un grenier où· il se cachait pour lire, l'autre la saveur des tartines qu'il dévorait en même temps que les pages, celui-là le « donne-moi tes ' Pieds-Nickelés, j'te passe IJibi Fricotin » chuchoté en classe à la barbe d'un mat-· tre. En un mot les « grands li voudraien.t y retrouver leur enfance. C'est dire qu'ils auraient désiré faire des Pieds-Nickelés un film pour adnlte. .. Les enfants, eux, s'y sentent à l'aise; Je présent leur suffit. Max MILIAN. Tous les amis des « Cadets » sont cordialement invités à la fête de la Colonie qui aura lieu le dimanche 19 septembre à la Croix-Saint-Ouen. ' . Départ par autocar. -Rendez-vous à 8 h. 30, 14, rue de Paradis. Les inscriptions seront reçues à partir du 10 septembre, 14, r. de Pararus (4· étage). Du chant, de la danse, des mimes, des choeurs parlés, et tout un spectacle de variétés préparé par les « Cadets ». Vous serez les bienvenus! " /

'

l'l DROIT ET LIBERTE 3 • ' NUI'f sur le.monde, nuit dans mon â~e. poings serrés. cc Les vaches, ils ne nous auront Une ombre recouvre mes souvemrs pas. » des temps maudils. L'ombre de la Le plus exlraordinaire, ce fut un quart d'heure . mort. Elle , est passée, elle!). fauché plus tard, lorsqu'on n ous eu distribué not.re raautour de moi. Et ils sont tombés, tion du jour. Un pain pour trois, une margarine mes copains, les braves types, les sin- pour tr.ois. J'ai reçu , ma part, J'ai rapidement cères, les purs . Ils !étaient six million~. étalé ma margarine, sur le pain et avidement tout J'en ai connu quelques-uns dont la seule pre- avalé. Et je regarde aut.our de moi. J'ai faim. J'ai sence était un . déni cinglant à la propagande faim, 'un 'poirit c'est tout. . nazie. Il y eut toutes sortes de gens d~ns les Les voilà, ils tiennent encore lem pain entier. camps d'extermination: il y eut {{es falbl~s et lis le parLagènt 1enLément, avec beaucoup' de soin. des ' lâches, il y eut des héros. lI. y eut aussl ce.s Pas une mieHe ne s'!ég-are. Ils confrontent, sou-. trois-là et ce fut. une chose vraiment extraordl- pèsent, mesurent. Chacun aura une part égale. naire. ' De même pour la margarine. Et ensuite, ,une Je les avais aperçus à Drancy. Je le.s r emarquai moitié pO,ur ce soir, l'autre pour-d emain malin. lors de la fameuse déporla tion du 20 juin 1943. Ce Je les regarde faire et je sens un fou-rire monter fut un' beau départ, n'es t-ce pas? Deux cents en moi. cc - C'est stupide. Quels enfants ! Ils veu- ' gars, des communistes, m 'a-t-on dit, qui a'laienl lent jouer aux colleclivis L"s ici Marrant'» m~;1 décembre 2009 à 10:37 (UTC)~i:l;ii?~!~fg: 4 \ . . .' . r en t sur la passerelle inVérieure ~ \ qui faisait le tour du -camp et se - ~ miren t à c ha nter la Mars eillaise, -. ' le Chant du Départ, des hymnec; "- névolulionnaires, et aussi, natur ellement le Chant ds Adieùx, 'des adieux qui signifient . (c au ' revoir ». . VaJll~dSSe, fou de nature et gendarme de profession, ne pouvait supporter un tel , affront envers ses maUres de la Gestapo.-Il chargea, à la tête des gendarmes -:-,-" peu c'onvaincus en vérité - mais les chants conlinuèrent. Vannesse dut piquer une- crise d'hystérie cette nuit-là. A l'aube, les autobus. vinrent faire leur plein. Les trois éLaient parmi les parLanLs : ITenl'i, Lucien et 'rhomas. JE partis un mois p lus tard et le hasard voulut que je les retrouve au eamp de Jaworzno. Le grou pe avait été cl isl oq LIé, quelques-uns avaient élé tués dès l'arrivée, d'a utres envoyés dans clivers kommandos. Je ne sais comment ils réussirent à, rester E'hsemb le. Pa rmi les Fran çais çlll camp, on les remarquait très vile: toujours ensemble, ou en quê te l 'un de ", l'autre. On aurait çlit trois membres d'un même corps, l'un ne pouvant vivre sans l'autre. Je venais d' être affecté à le UI' bloc et j'y arrivai un dimanehe. On travailla it comme les autres ' jours, et je devais attendre le · reLour du kommando pour p é n~Lrer dans le bloc. Allongié sur le sol boueux, je les vis reveni r, les sursita ires, ceux qui avaien't tété r econnus aptes pour le travail, ceux qui croyaient mal gré tout qu'ils pourraiE'nl sauver leur viE'.· Dans lE'urs vêlements ra~rés, quelle sinislre image ils orrraient ! Et dire que c'avait Iél-é des hommes, c1es hommes libres" des médecins, des avoeats, c1es ingénieurs, des int ell E'rtu els, E' l les voilà à préspnt. Et me voilà Ils sr lrmÎ~enL encore et moi je su is a ffa l'é, incapabk de me reléver. CE' rtains porlE'nt dejà la mort dans leur regard . L'espo ir, tout {phémère, ne ren aîtra que tout à l'heure, duran t les -quelques lIeur'es cIe sommei l olt nous r êverons, rêverons, en Suppl i;] nl DiE'll cie n e·pllls i :lTT~ ;) i s nOllS r{'vei l· 1er. Tout en a r r i('re ûl'ri v,e TII UIIlLlS, soutenu par se" deux camarades. JI marche pl'l1iblem ent, et ceux qui le sou.!iennenl, trébuchenl fi chaque -pas. Le'3 voilà tous les trois, les inséparables. Eneo rE' un pas, encore un . Pili s vite, le bâton frappe. Et ces hurl rmenls cle Ml,es sÇluvages 1 Ali g nr ment. Teflez-vous clI'o it. r: hapeau bn s. Chapeau baut. Veux-tu mourir, scé léra t ? Non! Mais pourquoi ne veux-tu pas Rloul'ir ? Pourquoi? , M AnRANT. Qu'esl-ce qui 'est marrant? Rien n'esl màrrant. Olt peul-êlre csl-ce moi qui . le s ui s, ' avrc 'Ina jnmbe gonn'ée ct l'autre en sang, avec mon ventre vide, d'un vide immense qui hurle ct lire ct la fairnqui le gl'iffe e~ y mord à pleines den ls. J e ' vous jUt'e que ce n' e~t pas marrant. Je ne r,irai plus, même en mOl-même. C'es t moi le marrant, LouL seul sur mon grahal, seul avec ma faim et mon dés'espoir. Vous êLes trois, et VOllS n'avez pa? ~jim, puisque vou s avez des co pains, C'est une chose formidable ici qu'un copain , Et vous êtes Ll'ois, avec vos vingtcinq coups et voLre pelit paquet g lissé sous le ma· telas et dont ie GOlll enu ,se ra à n ouveau partagé demain matin. • Comment tiennent-ils '! C'esl à n'y rien compl'endr ·e. Thomas csl mallïeureux sans luneLles. Il III i en res te un bou t; il a es;;ayé de les répare r pour mieux voir. ' Un jour, on nous a lran sfrrés dans I.e komman'cio de n llit. Nous 'é tions moins nombreux: nou s nous sommes rapprochés. TI faisait fl'oid el nous avons décid'é de dormir à deux, pnr coucheLLe. J'ai clOI mi avec 'l'homns. NO liS avons parlé, parl:é .. No us savions que chaque minllte de sommeil était prpcieuse el pourtant nous avons pal'I é, de Paris. des copains, cie l' avCl nce l'usse. TO US avons parlé .. Jamais un mol de regret de la part (le Thomas, jamais lill mot de 'd.ésespoir. Son plai sir: faire cles pctils plills en imag-i nation el les partagE'r avec Il rnri ct Luc ien. Même en rf:ve, ils sonl lrois. Trois pour sourfrir, trois pour .é~T e l ol, ler, trois pour rêver. 'Le l\Ommando de nuit. a 61é mortel pour beau- A partir du l ·r octobre ~948 .. Septembre .19 .. 8 . - Ne .12-iO -' I~ ns " coup. Pour eux, c'e fut terrible. Les forces lçs abandQnnaient. Je ne sais plus lequel parlait d'aller ,à la mine pour s'en sortir. Ils n'y sont pas allés. Un jour, ils sonl parlis pour le Schaunungblack, le « b)oc de repos ~). Ils n'y sont pas allés d'eux-mêmes. Ils ont tout fait 'pour rester dans notre kommando. Mais 'l'homas, Luci en et Henri ét.aiept des « musulmans ». Ils furent désignés d~ofIfce pour le repos. Nous nous perdimes devu'e. ET puis, un jour, j'allai les voir. On .m'avalit prévenu que le « bloc de repos») étai.L ter .. . rible, mais je ne savais pas combjenl 'Des loql!,es hu maines agonisaient sur 'des gra· bals. Je ne comprends rien à l'humour S.S. Pourquoi ce bloc? Pourquoi pas tout de suite les gaz? ' . " . Je leur a i parlé une rdernière foi s. Je ne le savais pas. Ils étaient tous les mêmes, un peu plus mai. gres, un peu plus faib les, mais toujours eux. C( - Les nouvelles 1) m'ont-i ls deman'd'é. Quelles nou- . velles pui~-je leu\:. raconter? Comb ien de pain cc soir? Où son t les Russes? Que ~e passe-l-il en Ita· lie? Je parle, et je parle, ct je sens qu'il me faut partir. Je ne peux plus rester . cc ~ C'est la mort ici » à dit quelq u'un. Je voudrais fuir. Ah'! si je pouvais p.leurer! . Sortir, m'en a ller. Je parl-e, qu'ai-je b ien pu raconter? Et je ,suis parli .. Thomas, Lucien et Henri sont -restés. Un jou'r, ils( sont partis, eux aussi, el -je n'ai jamais plus eu de leurs nouvelles. Où sont-i ls all:6s? Je ne v,eux pas le savoir . Je ne veux pas l'imagi- , n er. Je ne veux même pas me conso 1er en pensan t qu ' j Is é Lai enl ensemble. Ils sonl partis tous les trois, et je ne leur ai pas d it . « au rE'voir Il . Que savais-je de moi-même alors? IL ya qu elques semaines, j'ai vu uhe note dans « Droit el Liberté 1) an non('ant. une réunion clu Gro llp E' Th omas-FogE'I, ct 'Loul esL rE'venu à mon E'spriL _ Je né les avais pas o ulJli ~. Il s é laienl quelque parl clans mes sO llvenir's, clans ces sOllvE'nirs qll'on Ch("l'(: he en vain ti ruir. Ils me sonl T'6appanls t011S les trois, lous les trois avec un vi sage hâve, une vesle ra~' (~e , un cle r riè're gonOé par les coups, 'lill pain coupe: en ll'ois clans la main et une pel ite balancE' J'aile cI'unc ficelle el. de deux bouts de hois pOlir le peser. . , Et clE'vanl cux. la JlOrc!e des S.S., des C( I, apo's 1), des chefs cie bloc, clE's vendus, des ba ndils, des vai neus, de sr lorel re clr ri re, cie ri r p, de l'i l'e. El puis de s'écrou ler à Lerre ' en se tordant dans une ultime ago ni e. Et c 'est eux qlli ont sÙo rl , d'un sQUI' ire à prine perceptlhl e. Thomas ava il un V(' l'l'e sur un oe il qll'il mainlenail av('c la main , IJ.lIc Îen el IIenri élaient ft ses cô t:{'s, e l lous Irois me lança i'plll. : ~ On les a ells. Les Rlisses ont prjs I\IHlrkov, ct pu is Lodz, ct puis Vat'sov ie, E' l pü is Brrlin. Et nussi Auschwi tz en passant:' Hein . Qu'en ]1enSE'S- tl1 '! Ca valait v in g-I-c inq ~, o ups sur le derl'iùre'! . El puis, avant (le me q uiller ,: - Salue-bien nos amis. Dis-leur que nous sommes là. Nous sOJJlmes al" lJ/och-Schawtna, mais n ous r evi f'n'dron s . Tous les trois. Avec lOÏJs les autres. Àvec ceux cl'Ilier cl de clemain ... Je me s uis tl'aî né prüs c1'eux. Je les regarde eL j' en vois · tl'oi S, el ils ont IOlls le même pyjama sur les m (~ me s os qui sa ill{,111 SUT' une peau minee à crafJuE'r, Ir même visage allongé sous un cràne ras . . l 'rnlencls encorr Thom ~ls : « Jls m'ont cass:é Vous lirez dans" DROIT ET LIBERTÉ" mes lunE'Ltes, les salauds! )) Que s'est-il passé '! On me eh ucholte : (c - Th omas a r E'('u ving'L-einq coups sur le derr ière. ») Elon ajoute : c( - Et il vit encore! II ' J'{'coute ~t je ne réalise pas. Vingt-cinq coups sur le cle rrtè,re ... El il vit encore ... pourguoi ? POlll'qu oi vingt-cinq coups? Pourquoi n e de- · vra it-il plus vivre '! Thoma se rcdrE'sse. Vingt-cinq coups. [[ a tenu. 11 tiendra. Lucien eL !Ir nrl se tiennent à ses côl(~s . Vingt-cinq po ups, c 'est comme s'ils les avaient reçus tous les trois. Et ils vivent encore. Pot la vie se HL· dans leurs yeux eL dans leun PARAIT LE 1er ET LE 15 DE CHAQUE MOIS Deux enquêtes se.nsati0!1nelles : Enfants sans parents : Révélations sur le marché des enfants juifs dont les parents ont été déportés. A la recherche des collections des Les reportag,es de Juliette PARY, notre envoyée spéciàle en Palestine. Une nouvelle série d'études passionnantes sur l'histoire des Juifs de France, par Joseph MILlNER. oeuvres d'art et des bibliothèques pil- La nouvelle pag,e des lettres et des spectacles lées de la communauté juive de dirigée par Gilbert MURY et Roger PAYETFrance. BURIN. Envoyez votre abonnement à DROIT ET LIBERTE, 14, rue de Paradis, ,Paris (10). C.C.P. 6070-98. (Prix; 1 an. 400 Ir: ; 6 mois. 200 Ir. ; 3 mois. 100 Ir.)-. \ {,

Notes

<references />

format JPEG