Droit et Liberté n°248 - décembre 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°248 de décembre 1965
    • Hitler? Ils connaissent page1,6&7
      • Extraits de devoir d'élèves
      • Contre l'oubli par Vercors
      • Croix gammée sur la synagogue de Lille
      • Douze heures en Allemagne de l'Ouest par M. Imerglik
    • Le dossier de l'Afrique Australe page1,8&9
      • Rhodésie: branle-bas de combat dans la presse raciste en faveur de Ian Smith par Roger Maria
      • Rhodésie: histoire d'une rébellion par Georges Fischer
      • Afrique du Sud: le sens d'une abstention
      • Petit lexique de l'Afrique australe
    • Débat: la "déclaration sur les juifs", un apport important à l'action antiraciste
    • De Lincoln à dreyfus par Pierre Paraf
    • Arts: Philippe Bernard et Alain Boullet, une peinture de communication
    • Colette Magny chante notre temps
    • Prise de position et appel du "prêt à porter" contre le racisme en France et dans le monde
    • Des émeutes de Los Angeles à la marche sur Washington: des américains en colère par Shofield Coryel
    • Considération sur la bêtise raciste, entretien avec Guy Bechtel et Claude Carrière

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

nn année HITLER ?- ILS CONNAISSENT ... .. LA FORMULE « Hitler ? connais pas » ne saurait s'appliquer à tous les jeunes. Témoins, les lycéens qui, pour leurs dissertations sur les camps nazis, ont été récemment couronnés à la Sorbonne. On lira, page 7, des extraits de leurs devoirs, ainsi que de ('allocution prononcée ce jour.là par VERCORS . • ILS CONNAISSENT aussi Hitler, hélas, et voient en lui un modèle, les racistes qui ont peint des croix gam· mées sur la synagogue de Lille et en d'autres lieux. L'opinion exige des mesures qui les mettent hors d'état de nuire. (Voir page 6). LE DOSSIER DE L'AFRIQUE AUSTRALE • LA « REBELLION » rhodésienne pose le problème de toute l'Mrique australe, du Cap à l'Equateur, encore profondément marquée par la « suprématie blanche ». Une étude de Georges FISCHER, maître de recherches au C.N.R.S., un article de Roger MARIA sur les thèses des racistes, un petit lexique sur les pays qui entourent la Rhodésie vous apporteront (page centrale) nombre d'informations utiles. • D'ABRAHAM LINCOLN A ALFRED DREYFUS, par Pierre PARAF, président du M.R.AP. (Page 5).

  • • CONSIDERATIONS SUR LA

BETISE RACISTE, par JeanClaude CARRI ERE et Guy BECHTEL. (Page 16),

  • • DES AMERICAINS EN COLERE,

par S h 0 fie 1 d CORYELL, (Page 15). 2 14·XI. - Des combats acharnés ont lieu au nord du Mozambique : 5.000 Noirs massacrés par les troupes portugaises. 15·XI. - Vietnam : violents combats au· tour de Plei·Me (à 10 km. de la frontière cambodgienne) et de plusieurs autres camps américains. • Rhodésie : grève de travailleurs africains à Bulawayo et manifestations dans les faubourgs de Salisbury. • Le président Johnson annonce qu'il va demander au Congrès d'interdire la ségrégation dans les jurys des tribu· naux. 17·XI. - Deux llouvelles manifestations groupant plus de 3.000 personnes se déroulent à Bulawayo (Rhodésie) ; elles sont dispersées par la police à l'aide de grenades lacrymogènes. lS·XI. - Grèves et manifestations d'Mri· cains à Bulawayo et Salisbury (Rhodésie)

quatre morts et plusieurs blessés.

• Le Concile condamne la « guerre totale » et la course aux armements. Le Pape annonce l'ouverture des pro· cès de béatification de Pie XII et Jean XXIII. 19.XI. - Un appel est lancé en Allema· gne de l'Ouest, pour la libération des criminels de guerre encore détenus. 20.XI. - Réunie à Washington, une con· férence sur le problème noir aux EtatsUnis met en relief l'extrême complexité des solutions. 23.XI. - QUARANTE·SIX PROFES· SEURS de l'université de Rhodé· sie refusent de servir le régime de M. Smith. Un Africain est tué au cours des manifestations de Bulawayo. • Un appel en faveur de la paix au Vietnam est lancé dans les colonnes du « New York Times », signé notam· ment par les écrivains Arthur Miller et Saül Bellow, les acteurs Tony Randall et Rubie Dee, le sculpteur Alexander Calder, le dirigeant du C.O.R.E., James Farmer, etc. 24.XI. - Incidents entre Africains et Européens en Zambie. 25.XI. - La crise rhodésienne : le seul député européen de l'opposition est expulsé du Parlement de Salisbury. • Coup d'Etat au Congo : le lieute· nant-général Mobutu destitue le président de la République, M. Kasavubu. 26.XI. - A Paris, plus de deux mille étudiants manifestent contre la guerre au Vietnam. • Sabotage d'une ligne à haute ten· sion entre la Rhodésie et la Zambie. 27.XI. - Rassemblés devant la Maison Blanche à Washington, près de 50.000 Américains exigent la fin de la guerre au Vietnam. 29.XI. - CINQ EVEQUES CATHO· LIQUES RHODESIENS condam· nent la proclamation unilatérale de l'indépendance par le gouver· nement Smith. Deux bombes ex· plosent dans le quartier indus· triel de Salisbury. • Par 112 voix contre 0 et une abs· tention (celle de la France), l'Assemblée générale de l'O.N .U. décide la convocation d'une conférence mondiale du désarmement en 1967. 2-XII. - Pour la première fois, un jury blanc condamne un raciste assassin d'un noir, dans un tribunal d'Alabama: Hubert D. Strange, déclaré coupable, est frappé de 10 ans de prison. 3.XII. - Jugés par un tribunal fé· déral, après avoir été acquittés par un tribunal de l'Etat d'Ala· bama, les trois assassins de Mme Viola Liuzzo, la militante anti· raciste tuée en mars dernier à Montgomery, sont condamnés à 10 ans de prison, MAIS ILS SONT AUSSITOT REMIS EN LIBERTE SOUS CAUTION. 5.XII. - Elections présidentielles. Le général De Gaulle obtient 43,97 % des suffrages, François Mitterrand 32,04 %, Jean Lecanuet 15,78 %, Tixier-Vignancour 5,31 '%. Il Y a ballottage. S.XII. - Le Pape Paul VI CLOTU· RE A ROME LE CONCILE VA· TICAN II, au cours d'une céré· monie sur la place Saint·Pierre. 9.XII. - A l'O.N.U., la Commission des Territoires non-autonomes réaffirme le droit à l'indépendance du Sud-Ouest africain, actuellement sous la tutelle de l'Afrique du Sud. La résolution est adoptée par 83 voix contre 2 (Afrique du Sud et Portugal) et 15 abstentions, dont la France. 10.XII. - Pour assurer une représenta· tion plus valable des pays d'Afrique ct d'Asie, le Conseil de Sécurité de l'O.N.U. est composé, pour la première fois de 15 membres au lieu de 11. Les quatre nouveaux sièges reviennent au Nigéria, à l'Ouganda, au Japon et à la NouvelleZélande. Sont également élus, en dehors des 5 membres permanents : la Jordanie, les Pays-Bas, l'Uruguay, le Mali, l'Argentine et la Bulgarie. • Trois racistes assassins du Révérend James Reeb sont acquittés, aux applaudissements de l'assistance par le jury blanc de Selma (Alabama) . 14.XII. - Ouverture à Francfort-sur-le· Main (R.F.A.) d'un nouveau procès de trois 'criminels nazis ayant participé à l'extermination des détenus du camp d'Auschwitz. qUE SE PASSE-T-IL ? ELECTIONS • « T .... V. » ne renonce pas EN dépit des énormes moyens financiers dont il disposait, d'une avalanche d'affiches et de nombreux meetings, Tixier-Vignancour n'a pu réunir qu'un peu plus de 5 % des voix à l'élection présidentielle. Cet échec relatif montre que l'opinion française, dans son ensemble, ne s'est pas meprise sur la nature du personnage, malgré ses efforts pour jouer les « libéraux ». Lt" six-févriériste de 1934, le vichxste cle 1940, le poujadiste de 1956, le defenseur attitré de l'O.A.S., démasqué par notre brochure « Les racistes contre la République », activement combattu par cles démocrates de toutes tendances, ne peut se prévaloir du soutien qu'il avait escompté. Il ne renonce pas, cependant. S'appuyant sur les 1.260.000 voix recueillies et sur, dit-il, 107.000 adhésions, il entend poursuivre son offensive et le regroupement des éléments racistes et antisémites qu'il a, de toutes façons, réalisé. Fidèle à sa tactique basée sur la confusion il a, pour le second tour, appelé ses électeurs à voter pour le candidat de la gauche : nouveau moyen d'accrécliter son prétendu « libéralisme »; et aussi, sans doute tient-il compte de l'état d'es2.!:!t de certains de ceux qui l'ont suivi, notamment des «piedsnoirs », qu'il voudrait continuer à tromper ... Par ailleurs, il vise son objectif principal, que « Minute », !'organe de son ami François Brigneau s'empresse de confirmer (10-12-1965)': « lancer avant la fin de l'année le nouveau parti dans lequel il entend l'assembler toute la droite française ». La circulaire qu'il vient d'ad resser à ses fidèles s'achève par ces mots : « On ne démobilise bas. » Il peut compter sur l'activité des 'groupes d' « Europe Action », réunis autour ~e la revue qu'édite Mme Gingembre, epouse du trésorier de l'O.A.S. et que dirige le petit nazi Dominique Venner. Celui-ci. dans la dernière période, a con~inué à tenir ses propres réunions racistes à travers la France, sous le couvert de la campagne présidentielle : plusieurs ont eut lieu fin novembre en N 01'mandie. avcc la participation de François Brigneau. Pour appuyer Tixier-Vignancour, il y a aussi la Fédération de~ Etudiants Na~ionalistes (F.E.N.), la seule organisatIOn en France qui ait osé (sans auc'; 1ne réaction .des p~)Uvoirs publics), teml' une mal1lfestatlOn raciste dans la rue, à Lyon, sous prétexte de soutenir lan Smith contre le « racisme noir » cn Rhodésie. « Rivarol », enfin, sonne de plus belle le rassemblement des collabos et des fascis~ es dc tout acabit. « Le chiffre des VOtX rccneillies par l'opposition nationale ue nOlis déçoit nullement » écrit cette feuille (9- 12-1965) . ' « Ce chiffre, explique-t-il qui ne C01/vre pas l'ensemble de ce qn'on nomme l' « extrê1lle-droite », aurait été sensiblement pIns élevé, si un certain nombre d'erreurs n'avaiellt pas été commises. » Et il cite en premier lieu, parmi ces erreurs, le camouflage « libéral » du candidat qui ne peut qu'« Îtldisposer ses alliés naturels, sans acquérir par compensation, l'a ide contre nat1t:e qne l'on recherche ». Ains~, les prochaines semaines, ou tout au m0111S les prochains mois, verront sans aucun doute, un regain d'agitation .dans les mil ieux racistes. Nous sommes averti s. Restons vigilants. • Dans les départements d/outre ... mer LORS du premier tour des élections ,présidentielles, un fait. a frappe les observateurs les m0111S avertis : les pourcentages de voix obtenus par chacun des candidats dans les départements d'outre-mer ne correspondaient en rien aux pourcentages de la France métropolitaine. A ce propos, « Le l\Ioncle ' » publie une lettre de M. Hugues Constant, avoué près de la cour d'appel de Saint-Denisde- la-Réunion : « La fraude a été utilisée ltne fois de plus massivement pour parvenir à un taux de participation de 7},8 % et attribuer au candidat offinel près de 92 % des soi-disant suffrages ,~,t:pr;més alors que, da11S l'ensemble de l tie, les bur.eaux de vote ont été pratiquement désertés. » A la commune du Port, où seulement deux bureaux sur Bouli-Bouli... Mauvais boulot A VOIR le sens de l'humour ne signifie pas qu'on ignore jusqu'où on peut aller trop loin. Même dans le rire. J'aime bien les sympathiques chanteurs que sont Sacha Distel et Henri Salvador. Leur popularité - acquise à force de travail et de charme - devrait justement les inciter à je ne sais quelle 'prudence. Celle qui, pal' exemple, leur éviterait d'irriter une grande partie de , leurs admirateurs. En chantant à tous vents « Mamadou », cette histoire de colon blanc menacé par le nègre Mamadou, Sacha Distel a sans doute voulu imposer quelques jolis jeux de mots «( quand Mamadou, Mamadou m'a dit... »). Mais il se moque avec inconcience de la prise de conscience des « colonisés », et quand on sait l'histoire de la libération des peuples... on n'a pas le coeur à rire à cette moquerie. Plus grave est la chanson d'Henri Salvador : « Bouli·Bouli » : le président d'une nouvelle république africaine est à Paris et Salvador se met dans la peau, si j'ose dire, d'un de ses citoyens : « Ah ! je pense, quand il était petit, Il venait manger à la maison, Mon vieux ! Et maintenant c'est notre président. Tu nous a ramené beaucoup d'argent Finis maintenant les sous·développés Bouli-Bouli... » Je le dis tout net à Salvador : « Bouli·Bouli » c'est du mauvais boulot ! Voyons, vous ! si drôle ! si spirituel d'habitude ! vous faire féliciter par les petits voyous de « Minute » ! qlj.i n'hésiteraient pas à vous lyncher, à l'occasion et en d'autres circonstances ! Hé oui ! Sacha Distel et Henri Salvador ne sont pas racistes, c'est certain. Mais comprennent·ils qu'il y a des moulins qu'il vaut mieux ne pas alimenter ... au risque de s'y broyer les os ? cinq furent contrôlés par tics assesseurs représentant les différents candidats: la situation est signi ficative : « Dans "es bureaux contl'ôlés, Mitterrand obtint 46 et 48 % des voix, de Ganlle 42 et 40 %, Tixicr-Vignan conr 2 et 3,6 %, Lecat/net 3,9 et 0,9 %, Marcilhacy 1,4 et 1 %, Barbu 1,2 et 0,09 %. Dans les bur,eaux non contrôlés, 01" retro·ltve par contre les chiffres dn reste de l'île. » Et la « Croix du Sud », journal de l'évêché réunionnais, précise pour sa part: « C'est nHe malhonnêteté où l'on a forcé les HIIS à voter dans un sens, où l'un a changé délibé1'ément les votes des autres pour obtenir lin l'és1/ltat voulu d' avanc,e. » A la Guadeloupe, à la Martnique, la participation fut très faible (moins de 50 %) et l'on constate les mêmes anomalies dont des témoignages semblables confirment l'Ol-igine. On sait que M. François Mitterrand a déposé un recours devant ie Conseil constitutionnel, et que M. Marcilhacy, candidat malheureux du 5 décembre, a accepté de contrôler officieusement la régularité des opérations électorales du second tour dans les territoires et départements d'outre-mer. Ce qu'il importe de précise)', c'est que, bien au delà de cette compétition, la fraude électorale est une habitude ancrée depuis toujours dans ces territoires : l'immense majorité de la population, noire ou métisse (et asiatique dans le cas de la Réunion) n'a aucun droit à la parole ; seule peut voter la minorité blanche que constitue l'ari stocratie créole; dans les campagnes et agglomérations « indigènes » règne le « bourrage des urnes » le plus éhonté. Un seul critère pour pQuvoir s'exprimer : la couleur de la peau. Le cinéaste Yann Le Masson a admirablemcnt démontré ce mécanisme dans son film Sucre amer, retraçant l'élection cie M. Debré à la Réunion voici deux ans : la majorité - noire ou brune - de la population demeure exclue du « pays légal ». POSITIONS • Passer aux actes E N l'honneur de la venue à Paris du Pasteur Martin Luther King, un prêtre ouvrier, Joseph Robert a écrit clans Sept jours, hebdomadaire d'une paroisse de Lille, les lignes suivantes : «Si j'interrogeais le« Français moyen » sortant de son bureau, le « chrétien moyen » sortant d'accomplir son « devoir dominical » - Etes-vous raciste ? Je le verrais se récrier - Moi ? Comment ? Pour qui me prenez-vous ? Et il ne manquerait pas d'ajouter péremptoire

- Vous savez bien, cher Monsieur, que les Français ne sont pas racistes ( ... ) Mais si je laissais ces mots en « isme » ou en « iste » pour demander à Jules ou Ernestine, ce qu'ils pensent par exemple cles Algériens, ou des Juifs ? J'imagine cles réponses plus « nuancées ». Au surplus, si je passais des paroles et protestations, aux comportements, j'ouvrirais peut-être une fameuse brèche d'inquiétude. Un si1!lple coup d'oeil en clirait long Oncle TOM. sur les événements et les situations, qui depuis 3 mois simplement, relèvent du racisme. Sommes-nous en alerte ? Informez- vous. Le journal «Droit et Liberté » du M.R.A.P. (Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix) fait un bilan de vacances sinistre à ce suj et. A tous les Jules et Ernestine de mon quartier et cle mon usine, je propose donc : 1 ° - de convertir son coeur aux dimensions d'une fraternité sans rivages, comme le demandait Paul VI à l'O.N.U. 20 - d'aller au devant clu frère étranger, souvent isolé ; de se lier avec lui comme avec lm égal, et tout simplement; 30 - de manifester publiquement son indignation devant tout geste raciste - par la parole : au café ou dans la rue ; par la plume : en écrivant à son journal ou à la télé; 4° - de se vouloir mobili~ en permanencE', avec tous nos frères, dans toutes les actions qui militent contre la ségrégation, le racisme, l'antisémitisme ». • Le point de vue d'un Africain U N étudiant africain, à Bordeaux, a envoyé à l'hebdomadaire Jeune Af1'ique son point de vue sur le racisme en France. « En quittant son pays pour la France, l'étudiant africain s'y rend pour atteindre un de ses objectifs majeurs : pouvoir enfin acquérir une solide expérience aux sources même du savoir ... MalS l'étudiant, parti de chez lui avec de bonnes impressions, une fois arrivé, s'aperçoit tout dc suite que les choses ne se passent pas comme on le lui avait dit.

  • Suite page 3.

DROIT ET LIBERTE MENsUtL 38, rue des Jeineurs • Paris (11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franca ETRANGER Un an : 18 franci , . Compte Ch. Post.: 6070-98 Pa!'l. 1 Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. l , EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 . Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364·15 du M.R.A.P., 15, Square Prince-Léopold, Bruxelles-2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement azmuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PlI. ~ Journal composé et Imprlmf ~ por des ouvriers syndiqué. S.P.E.C. - ChAteauroUI La Directrice de publication : S. BIANCHI (Suite de la page 2) Les faits sont là et le prouvent. Il n'y a qu'à interroger les Africains et ils vous diront qu'ils sont toujours victimes de la discrimination raciale. Mon but est d'attirer l'attention des jeunes Africains désireux de poursuivre leurs études en France : sachez que vous aurez à payer

plus cher votre chambre parce que vous

etes noir, que l'accès à certains cafés ou bars vous sera poliment interdit et même lorsque vous pouvez y pénétrer comme au «Sandie Baby-Bar » face à la gare Saint-Jean de Bordeaux, tout ne vous sera pas permis avec votre argent. Ce n'est pas tout. On vous traitera ailleurs de cannibale parce que vous êtes Noir et que vous déformez le français en disant « jus de frouit ». Le Français qui lira ces lignes haussera certainement les épaules en souriant et nous taxera de gens susceptibles. Le plus courageux reconnaîtra la réalité. Et c'est à celui-là que j'adresse un éloge. Si on est raciste, il vaut mieux l'être ouvertement. Ce qui est scandaleux, c'est ce raci sme dissimulé. » Georges DAUSON • La vérité de « Minute» DANS l'Humanité du Il novembre dernier, André Wurmser commente la campagne raciste anti- . algérienne du journal Minute : JE n'ai jamais pu m'hab'ituer ... Depuis le temps, pourtant ... Mais j'ai le même haut le coeur en touchant ces journaux-là qu'autrefois en lisant Gringoire. Et le même petit frisson - de dégoût l' Certes, mais de v,ertige aussi. Car tin hebdomadaire comme Minute a des collaborateurs, q1ti sont mariés peut-être et, qui sait l' ont des enfants - il a des lecteurs qui ingurgitent ces chos.es avec le même penchant à s'y fier que l'on constata che3 des Allemands au temps du Sturmer. Le dernier numéro affiche en caractères énormes : « Assez de c.es viols d'Algériens. - Des récits révoltants ». Que ces « récits» « révoltants» et complaisamment développés reposent sur un fait divers vrai ott inventé importe asse3 peu ; est-ce que les Marseillais ont jamais été déshonorés par Sabiani, ou les Bordelais par PhiliPpe Henriot, ou le peuple sicilien par la Maffia f Mais NAISSANCE Nous avons la joie d'annoncer la naissance de la petite Anne MIJOTTE, petite· fille de notre ami A. Slanowski, secré· taire du comité du M.R.A.P. de Rouen. Nous lui adressons, ainsi qu'aux heureux parents nos cordiales félicitations. Et nos voeux les meilleurs. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion le décès de Madame Simone FRANCES, née Pesle, à l'âge de 38 ans. Nous exprimons à sa famille nos très sincères condoléan· ces. DISTINCTIONS Nous sommes heureux de féliciter le Sculpteur Alberto GIACOMETTI, qui vient de se voir décerner le Grand Prix Na· tional des Arts. Ce grand artiste a honoré à diverses reprises notre Mou·le· ment de témoignages de sa sympathie. 3 QUE PASSE.T.IL 9• ils se terminent par une « 'moralité » qui laisse passer le bout d'ore ille de l'âne. « Les Algériens n'ont pas voulu de l'Algérie fran çaise. Les Français n'accepteront jamais la France algérienne ). Ce qui signifie le plus racialement du monde, le plus hitlériennement d1! monde, que violer une femme, c'est « algérianise1' » la France et altssi que, si les Algériens avaient bien v01!lu continller de cirer les bottes d,es amis de M. Tùcier-Vignanconr, de M. Soustelle, de y. Salan, de M. Cltrutchet, de ces gaullistes du. premier jour - le 13 mai - Minute ne se soucierait point des « viQJs » el! question. Car à' q1~el gogo fera-t-on croire que les travailleurs algériens s011t, aujourd'h~!Î, plus « agresseurs » qu'autrefois l' Mais le peuple algérien a en le front de ne pas céder à l'O.A.S., dont on sait pourtant avec quel respect elle traitait les femmes algériennes, n'est-ce pas l' Il a supporté les tortures, les viols, les massacres. Il a conquis, sur les gens de Minute, son indépe.ndance. Alors, tant pis, hein : on entrettendra, on provoquera le racisme. et V01!S verre::: ... PRoeES • Les profession nels de 1 a diffa m.ation R ASSINIER et Malliavin, directeur de « Rivarol », ont été condamnés par le Tribunal de Grande Instance de la Seine (1). On connaît l'affaire : Rassinier a écrit, sous un pseudonyme, dans la feuille fasciste « Rivarol », une thèse bien personnelle : si la mortalité était considérable dans les camps de concentration nazis, la faute n'en incombait pas aux gardiens S.S., mais à certains détenus qui volaient la nourriture de leurs camarades; quant aux fours crématoires, Rassinier « n'y croit pas »; les détenus affaiblis n'étaient pas, selon lui, exterminés, mais envoyés dans des « camps de repos ». Cette tentative de réhabilitation du nazisme s'accompagnait de diffamations precises, à l'encqntre d'anciennes déportées (notamment Marie-Claude VaillantCouturier et Macha Spejter-Ravine, dont toutes les rescapées de Ravensbrück s'accordent pour célébrer l'extraordinaire dévouement). Une précision s'impose au passage. Rassinier, qui fut lui-même déporté, affirme (non sans contradiction avec sa thèse de l' « humanité» des nazis) qu'il était impossible de survivre plus de quatre mois dan;; un camp à quiconque ne volait pas la nourriture des autres détenus: or il fut lui-même déporté pendant 19 mois! Le Tribunal, déclarant mensongers et diffamatoires les propos cle Rassinier, a jugé coupables le rédacteur et le directeur de la publication. Il les a condamnés lourdement : « Malliavin à la peine de deux mois d'eIllPr'isonnement avec sursis et à cinq 111 ille francs d'amende; Rassinier à la peine de quatre mois d'emprisonnement avec sursis et trois mille francs d'amende; à payer chactm la somme de un franc de dommages-intérêts, à chacune des parties civiles. Il a en outre ordonné la publication du jugement « in extenso» dans le prelnier m~1nér() à paraître du jottrnal « Rivarol » a1l même lieu et place que l'article incriminé et dans les mêmes caractères, ainsi que la publication par extraits du même jugement aux frais des conda1ll1'lés dans les journaux «Le Monde », « Le Figaro », « Combat» et « L'H1tmanité ». (1) Voir le dernier numéro cie Droit et Liberté, compte rendu cie l'audience EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. AFRIOUE DU SUD • La défense . en pnson L« 'AavFeRugIQléUe Ep aDr Ula ShUaiDne brlaacnicahlee,, n'a aucune idée de la dette immense qu'elle a envers des hommes comme Abram Fisher, qui refusent le privilège de la société blanche et prennent position sans réserve aux côtés des opprimés. » Cet hommage fut publié, en novembre dernier, par l'African National Congress, le grand mouvement cie libération sud-africain. Abram Fisher venait juste d'être capturé par la police raciste de Verwoerd, après onze mois d'une débordante activité clandestine. Ce militant de toujours va être jugé ce mois-ci, à partir du 22 décembre. Lorsqu'on sait la haine que vouent les racistes aux « tmÎtres » qui choisissent, hors de tout préjugé, le camp des opprimés, on peut craindre le pire. Abram Fisher, âgé aujourd'hui de 56 ans, fit de brillantes études de Droit; il aurait pu devenir un homme en vue dans la bonne société blanche afrikander; mais il s'engagea très tôt dans une action politique sans concessions. D'abord antifasciste (à l'époque de la montée du nazi smc), il adhéra bientôt au Parti cOll1ll1uniste sud-africain, la seule organisation qui ait pris dès cette époque pos.ition pour l'égalité des droits des NOlrs . En 1946, première arrestation; Abram Fisher et le Comité du P.e. de J ohannesbourg a_vaient soutenu une grève (illégale) de 80.000 mineurs africains. Il fut emprisonné. Plu~ ta!"d, en 1956, il plaida pour les centaines d'accusés du « procès de trahison », qui dura quatre ans; il réussit à obtenir l'acquittement pour 156 accusés (parmi lesquels des anti racistes blancs). En 1964, il sauva la tête de Nelson Mandela et de ses compagnons, tous leaders de l'A.N.e. C'est alors que la police et le gouvernement sud-africains décidèrent cI'éliminer cet avocat qui gênait le oours de leur « justice ». En janvier 1965, un mandat d'arrêt fut lancé contre lui et contre treize autres Blancs antiracistes, au nom de la « loi sur la suppression du communisme »; Fisher parvint à éviter l'an'estation, et à plonger dans la clandestinité; « non pas, expliqua-t-il dans une lettre au tribunal, pour échapper à une peine dont il savait qu'elle serait infilliment plus . lourde s'il était repris, mais pour conttnuer la lutte contre l'apartheid ». Fisher. donc, va être jugé pour crime d'antiracisme. L'opinion internationale doit se mobiliser pour sauver Abram Fisher, comme il la mobilisa luimême, l'an dernier, pour sauver Mandela. Râdiola OU Grundig? Ribet-D. OU Telefunken ? En tout cas toujours moins cher Comment vous y reconnaître en· tre toutes les grandes marques et tous les modèles de téléviseurs ? Seule la F.N.A.C. vous dira tout sur tous les 'modèles existants. Avantages ou inconvénients. Que vous achetiez ou non. Si vous achetez, vous paierez beaucoup moins cher que le prix normal. Car la F.N.A.C. fait systé· A la fnac. matiquement les remises les plUS fortes. Et elle assume elle·même avec diligence le service après·vente. T.V., radio, haute-fidélité, disques, électro·ménager : vous verrez, à la F.N.A.C., tout est plus intéressant. 6 Bd de Sébastopol (métro Chatelet) Du mardi au samedi de 10 h. à 19 h. Le mercredi (et exceptionnement le jeudi 23 décembre) jusqu'à 21 h. Le lundi 20 décembre de 13 à 19 h. POUR TOUS VOS VOYAGES individuels ou groupés 1~~4 ~ L U.~.~.~_ U., ~_4. et tous autres pays ADRESSEZ-VOUS EN TOUTE CON FIANCE A L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE 18, rue Bleue, PARIS ge (Tél. : 770-91-09) Licence N° 423. - Métro : CADET 4 DEBAT • • PAS une place assise, ce jeudi soir 18 novembre, idans la grande salle de l'Hôtel Moderne, à Paris : une foule de plus de 600 personnes l'emplissait, attentive, chaleureuse, passionnée, pour le débat organisé par le M.R.A.P. : , quelle est la portée, quelles seront les suites de la Déclaration sur les 'ulfs adoptée par le Concile ? ... » La question avait été posée : fallait·i1, sur un sujet aussi controversé, réunir des orateurs dont les interventions seraient, à coup sûr, contradictoires ? Ne risquait·on pas de porter atteinte à cette union qui 'se réalise au M.R.A.P., quj est si nécessaire pour combattre 'l'antisémitisme et le racisme ? De telles craintes, on s'en aperçut vite, se trouvaient injustifiées. Car la recherche de la vérité ne peut jamais nuire, et la sincérité, la lucidité de chacun des participants devait contribuer, tout au long de la soirée, à resserrer les liens entre tous. UN APPORT ,IMPORTANT A L'ACTIO~ Pierre PARAF : « Une grande date ... » D'emblée, Pierre PARAF, qui préside les débats, situe ceux-ci dans le climat souhaitable. Après avoir salué les personnalités présentes, il présente les excuses de Jacques Madaule et de Charles Palant, tous deux souffrants, et poursuit

« Toutes les manifestations de notre Mouvement sont inspirées par le désir d'une libre et franche confrontation des idées, et aussi par le souci de l'unité française, de l'unité humaine. Le M.R.A.P. n 'a d'autrc eunemi que la haine, d'autre but que de servir la fraternité.» « N'oublions pas, affume encore la président du M.R.A.P., que l'antisémitisme. comme tous les racismes, procède d'abord de l'instinct d'agressivité qui jaillit du fond de la bête humaine - et qu'il a des causes multiples : politiques, économi· ques, sociales, psychologiques, mais aussi religieuses. S'il a existé bien avant le christianisme, il a malheureusement, non dans les enseignements de Jésus, mais dans l'interprétation que l'Eglise cn don· na, trouvé un solide aliment. » Soulignant l'absurdité de l'accusation de « déicide » et les liens fondamentaux qui eXIstent entre judaïsme et christianisme, il fivoque les efforts poursuivis au cours des âges, et surtout dans la dernière période, pour favoriser la compréhension, pour combattre les théories et les effets de l'antisémitisme. " Il a faUu, déclare-t-il, de genereux esprits, il a fallu le siècle des lumières. le grand mouvement démocratique et socialiste du XIX' siècle, pour promouvoir les idées de tolérance et dissiper les malentendus; il a faUu surtout l'atroce tragédie quc nous avons vécue de 1939 à 1945, ]a fulgurance des fours crématoires, pour que la conscience du monde s'éveille, pour que la grande re· pentance saisisse ceux qui pensaient avoir eu certaine responsabilité dans les crimes commis à l'égard des juifs. » Et il demande aux orateurs d 'apprécier la situation et les perspectives, « après la décision du Concile, qui marque une grande date dans l'histoirc de l'antira· cisme . .. Le R.P. Jegn-Marie AUBERT « Sur une nouve'lle route » Le R.P. Jean·Marie AUBERT, de « Pax Christi », présente une analyse approfondie de la Déclaration (1 ) , dont la phrase de Pie XI : « Nous sommes spirituellement des sémites » constitue l'arrière- fond. Puis il se réfère au texte de 1964, où se trouvait explicitement répudié le terme de « déicide » et où les sévices subis par les juifs étaient « condamnés », alors que, dans la version définitive, c'est le verbe « déplorer » qui figure. « Je ne cacherai pas, dit-il, les regrets que cette édulcoration a suscités, et les difficultés qui en résultent. » Cependant, « cet examen de conscience, cet aveu de culpabilité de l'Eglise sur le problème juif est un apport extraordinairement positif : donc, ne nous laissons pas polariser par les modifications dont le texte a été l'ob· jet, mais voyons avant tout son jmmense portée. » « Songeons, précise le R.P. Aubert, à ces évêques, dont beaucoup ont vécu à une époque où le mythe de l'antisémi· tisme était encore vivace dans les milieux chrétiens. A la lumière de ce passé, le texte adopté apparaît comme une véritable reconversion. Et même si nous l'aurions souhaité meilleur, il faut se réjouir en considérant le chemin parcouru. En le situant dans son temps, dans son contexte, on ne peut que dire c'est énorme! » D'autre part, indique l'orateur, il faut tenir compte des motifs historiques qui ont provoqué les changements : principalement les pressions émanant des Etats arabes et des chrétientés orientales, qui témoignaient des susceptibilités exacerbées au Moyen-Orient : « Le Concile, qui avait déjà fait un grand pas, a cru devoir tenir compte non seulement du ehristia- (1) Le texte intégral de la Déclaration sur les juifs a été publié dans le dernier numéro de « Droit et Liberté. » nisme en Occident mais de l'ensemble de la situation de l'Eglise dans le monde. » « Un texte de Concile est un point de départ, conclut le R.P. Aubert, l'engagement SUI' une nouvelle route. Il dépend de nous que le mouvement continue. Regardons l'avenir avec lucidité, considérons le terrain qui nous est offert poUl' une action commune à mener, l)our la suppression totale de l'antisémitisme dans le monde.» Suzanne COLLETTE-KAHN « De la doctrine à son application ... » Secrétaire générale de Fédération internationale, et vice-présidente de la Ligue française des Droits de l'Homme, Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, en évoquant ses souvenirs d'enfant catholique au temps de l'Affaire Dreyfus, souligne « le contraste entre la doctrine chrétienne ct son application par certains croyants. » De ses jeunes camarades d'alors, que les militants catholiques injuriaient et molestaient, « la moitié au moins ont été " J'ai pu constater, précise-t-il, les pressions extraordinaires qui se sont exercées contre les membres du secrétariat pour l'Union des Chrétiens, présidé par le Cardinal Béa, pressions visant à empêcher l'adoption d'un tel texte. A certains moments, il ne se passait pas trois jours sans qu'arrivent dans toutes les boîtes à lettres des évêques présents à Rome, des imprimés pleins de menaces, accusant le Cardinal Béa d'être juif, ses collaborateurs d'être vendus à la francmaçonnerie ou à la juiverie internationale, et Jean XXIII d'avoir été dupé par ces organismes. » Aussi, « solidaire de ses frères catholi· ques », le pasteur Richard-Molard affirme que la Déclaration, « si édulcorée soit· elle, est un résultat héroïque ». Et il en souligne toute J'importance : « C'est la première fois dans l'histoire qu'une assemblée officielle de l'Eglise adopte ainsi un texte en rupture avec le passé. Comme il s'agit d'une déclaration théologique, eUe est revêtue de la plus grande autorité possible. Désormais, les catéchismes pour les enfants, les prédications des prêtres les « Dans ces conditions, poursuit-il, les l'Cproches émis pâlissent, si justifiés soient·ils. Bien sûr, on est en droit d'exi· gel' de l'Eglise plus de rigueur envers le passé pour mieux préserver l'avenir. Mais le vrai problème est de savoir dans queUe mesure se réalisera l'application quoti· dienne de la Déclaration. De même que paraît spécieuse la justification de l'atti· tude de Pie XII par la crainte des représailles nazies, de même il est difficile d 'admettre que la craintc tle représailles arabes ait pu déterminer le comportement d'une puissance telle que l'Eglise catheliquc... Il faut donc que les millions de gens du monde entier qui sont à l'origine de la « mise à jour » recherchée par le Concile continuent, eux aussi, d'exercer leur pression. » Evoquant un passage du livre de Schwarz-Bart, « Le Dernier des Justes », où l'on voit des catholiques s'enfermer chez eux tandis que se déroule un pogrome devant leurs maisons, Alfred Grant conclut en montrant que, justement, nous n'en sommes plus là : « Le refus de participer aux événements de la rue. voilà L'lIe 7·/te de la triblllle ct Itlle vile de la salle /,elldallt le débat à l'Hôtel .~1oderlle . déportées et ne sont pas revenues ». « Après tant de persécutions contre tous ceux qui n'acceptaient pas la doctrine catholique, nous &vons appris avec satisfaction, l'an dernier, poursuit Mme Collette- Kahn, que I:Eglise reconnaissait avoir eu certains torts, et condamnait les persécutions antijuives.» «Quelle sera, s'interroge-t-elle, la portée du texte maintenant modifié ? Je gardais l'espoir qu'il aurait un certain effet, qu'n amènerait les catholiques les moins tolérants à réfléchir, à se souvenir que la doctrine du Christ est une doc· trine d'amour »... Mals elle s'inquiète de la proposition faite par le pape Paul VI de béatifier, en même temps que Jean XXIII, le pape Pie XII « qui n'a pas fait un geste pour empêcher les persécutions anti·juives non seulement en Allemagne mais dans l'Europe entière ». « Pour essayer d'éliminer l'antisémi· tisme, qui, pour certains, est devenu une seconde nature, je mets plus d'espoir. conclut-elle dans la Convention tendant à interdire toute discrimination raciale, discutée par l'O.N.U ... Dans l'ordre pratique, j'ai confiance dans l'action édu· cative que poursuivent des associations comme la vôtre, le M.R.A.P., et comme la nôtre, la Ligue des Droits de l'Homme, qui doivent travailler la main dans la main ». Le pasteur G. RICHARD-MOLARD « Une belle page de théologie chrétienne » Ayant « eu le privilège de participer aux quatre sessions du Concile », le pasteur Georges RICHARD·MOLARD, a cc pu voir de près le combat de quelques hommes pour que soit votée la Déclaration sur les juifs ». plus attardés seront bien obligés de changer pour en tenir eompte ; et nous pouvons espérer que dans les décennies à venir, la mentalité du peuple chrétien, si faussée au cours des siècles, s'en trouvera enfin changée. » « Il faut bien reconnaître, dit-il encore, que la réparation envers le Fils aîné de l'élection, Israël, est un pe", tardive. » Et il déplore, « comme d'ailleurs beau· coup de catholiques », la suppression des mots « déicide » et « condamne ». Pourtant, conclut-il, « un texte n'est rien par lui-même, il n'est que par la dynamique qu'il porte en lui, et qui, peu à peu, s'imposera. Ce texte, qui est une des plus beUes pages de la théologie chrétienne, est un signe d'espérance pour les lendemains ». Alfred GRANT « Ouvrir les fenêtres... » Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, voit dans la Déclaration « un progrès incontestable, un tournant vers la tolérance ». « On commet une erreur, estime-t-il, en sous-estimant la force didac· tique du document voté, dont il faut ap· précier l'esprit plutôt que la lettre. » Si ce texte « continue à pratiquer le missiOimarisme traditionnel de l'Eglise à l'égard des juifs, il s'inscrit, souligne A. Grant, dans la démarche générale du Con· cile en vue de s'adapter à la vie moderne, d'ouvrir le dialogue avec les non·chrétiens. II aurait été inconcevable en dehors de l'encyclique Pacem in Terris, de même que l'émancipation des juifs par la Révo· lution française eût été inconcevable sans la Déclaration des Droits de l'Homme. C'est la confirmation que les solutions du « problème juif » sont étroitement liées à la marche de l'histoire. » ce qui coûte cher. Il ne faut 1)lus fermer les fenêtres quand des victimes sont atta· quées... » L'Amiral Louis KAHN: {( Il Y avait un cri à lancer ... » « Que va-t-il se passer maintenant ? " demande l'Amiral Louis Kahn, président du Consistoire israélite de France. Avant de répondre à cette question, il examine dans quelles conditions la Déclaration a été débattue et adoptée par le Concile. « Les jnifs étaient présents au Concile, déclare-t-il, non pour exercer des pressions, mais par le souvenir de leurs six millions d'assassinés. Ils étaient présents aussi par leurs amis ... " Et l'orateur rend hommage aux prêtres, aux prélats français qui, sous l 'occupation, aidèrent à sauver des enfants juifs, li Jacques Madaule, président de l'Amitié Judéo-Chrétienne. Il rappelle également l'oeuvre d'historien de Jules Isaac, qui rencontra Jean XXIII, et dont les efforts furent sans aucun doute à l'origine de la Déclaration. Après avoir indiqué que, « si les canons ont tué beaucoup d'hommes, les idéologies en ont assassiné bien davantage, M. Louis Kahn analyse la « mise à jour » effectuée par le Concile comme « un alignement de la morale religieuse sur la plus simple morale laïque, celle de tout le monde, qui ne peut supporter l'agression contre des hommes pour cause d'une différence de peau, de foi, d'origine ou de nationalité " ... « Cela, s'écrie-t-il, il y a des siècles que « le siècle » le sait. » « Mais, ajoute·t-il, il y avait un cri à pousser. Nous aurions voulu le beau cri qu'aurait lancé Jean XXIII, et il n'est pas venu. C'est pourquoi nous avons ressenti une déception. » M. Louis Kahn regrette aussi que le texte adopté insiste moins que la précé· Il Y eut certes des instants où une prise de position vigoureuse faisait naître dans l'assistance des courants divergents de sympathie et de surprise ; mais bientôt, le même orateur, ou son voisin, se plaçant dans une optique différente, 'créait à nouveau une communion profonde ; et les applaudissements jaillissaient, soulignant non ce qui sépare mais ce qui rapproche, saluant l'unanime bonne volonté, manifestant l'espoir. Et, au total, l'exposé loyal des divers points de vue a permis de clarifier un problème dont l'importance est capitale dans le combat que nous menons. C'est la force du M.R.A.P. de pouvoir ainsi rassembler, sans distinctions, sans prévention, dans un climat d'amicale coopération, tous les citoyens qui, par delà leurs désaccords dans d'autres domaines, éprouvent un même attaéhement à l'idéal que nous défendons. De cette belle réunion, ·nous sommes sortis plus unis, plus confiants ... ANTIRACISTE dente ver sion sur l'action éducative, et qu'il prenne la forme d'une « absolution partielle » sans rappeler les conditions historiques de la Passion, inséparable de l'occupation de la Palestine par les Romains. Cependant, il se réjouit de l'hommage rendu au judaïsme, de l'évocation du milieu où vécut Jésus, qui est familier aux juifs. « Quand on parle au nom de la Fol, dit-il encore, il ne faut pas faire de concessions à la politique_ » « li eût mieux valu, conclut-il, en rester au texte précédent_ Telle qu'elle est, la Déclaration sur les juifs n'est, ne doit être qu'un commencement. » Gilbert MURY : « Un acte d'une portée profonde ~ « On s'est étonné du contraste qui existe entre la morale chrétienne, orientée vers la douceur, et la persécution acharnée des peuples chrétiens contre les juifs», souligne M. Gilbert MURY, du Centre d 'Etudes et de Recherches Marxistes. « De telles situations, affirme-t·il, résultent des liens des idéologies avec les structures sociales qui leur servent de base : c'est dans la mesure où le christiauisme s 'est fait l'idéologie d'une société injuste, qui avait besoin de s 'en prendre au bouc émissaire juif, qu'il porte une responsabilité dans les persécutions commises. » Concernant la Déclaration, il estime que « la pression des Etats arabes n'explique pas pourquoi on ne peut pas « condamner » ceux qui ont assassiné six millions de juifs, pourquoi il faut se contenter de « déplorer » un massacre sans précédent dans l'histoire ». « Je soupçonne ce recul, poursuit-il, d'être- pour le moins autant l'oeuvre de la fraction intégriste agissant à l'intérieur du Concile. Cette modification me paraît inexcusable. » « Mais, constate l'orateur, est·ce là l'es· sentiel ? Le principal mérite du Concile ne tient pas dans telle ou telle déclaration particulière, mais dans le fait qu'il a existé ... Chaque fois qu'une puissance spirituelle à travers le monde, fait un pas vers le progrès, les autres hommes doivent fraternellement se réjouir ... La Déclaration ne me satisfait pas dans le texte qui nous est proposé, mais elle me satisfait en ce sens qu'elle est, pour les chrétiens de l'Amitié Judéo-Chrétienne, pour les chrétiens du M.R.A.P., pour tous ceux qui combattent à nos côtés l'antisémitisme, à la fois une promesse, une justification, une espérance, et un moyen de développer leur action. » « L'adversaire ne s'y trompe pas et s'irrite de la Déclaration », montre Gilbert Mury; et il met l'accent sur ses aspects positifs, notamment le fait que, « même si l'accusation de déicide n'est pas expressément désignée, le texte interdit d'imputer aux juifs la mort de Jésus », il souligne aussi « son insistance sur les racines judaïques du christianisme, qui fera sentir aux masses chrétienne qu'elles ne peuvent condamner le judaïsme sans se condamner elles.,mêmes. » Et il conclut : « De tels mouvements sont irréversibles. Dans ce sens, nous pouvons dire que le texte est insuffisant, mais que l'acte a une portée profonde et une efficacité incontestable. » Jacques NANTET : ({ Nous irons plus loin » « Sachons lire et relisons »... Jacques Nantet reprend les principaux passages de la Déclaration, qui soulignent les origines judaïques du christianisme et montrent que le Christ est mort non en r aison d'un « déicide Il du peuple juif, mais « à cause des péChés de tous les hommes Il : c'est-à-dire, indique-t-il, « parce que moi, chrétien, n'ai pas été le chrétien que j'aurais dû être ». « Je suis, poursuit-il, le premier à r egretter que telle ou telle expression n'ait pas été employée comme elle aurait dû l'être. Mais je ne comprends pas que cc t exte, promulgué d'une manière majestueuse, dans un lieu où il pouvait faire mouvement, et où une page de l'histoire pouvait être tournée, soit l'Objet de critiques Injustes. C'est l'amitié déçue, nous dit-on. Je le prends ainsi. Mais moi qui me suis efforcé pour que cela fût meilleur, je vous dis pour autant : ceci est une marche en avant, ceci est une borne sur notre route, et elle va dans le sens de l'histoire ; nous avons progressé. » Jacques Nantet cite une lettre adressée le 9 novembre à une haute personnalité française par le Cardinal Béa : « Il faut que ceux qui examinent le schéma tiennent compte du poids exceptionnel qui lui est donné par le fait que c'est à la quasiunanimité qu'il a été adopté... Il est heureux que les désillusions soient peu à peu surmontées et que l'on comprenne mieux la valeur de ce texte quand on le considère en tant que tel, sans le comparer aux textes antérieurs... Il est bien vrai que cela ne prendra sa valeur que dans la mesure où les larges foules chrétiennes et juives voudront ensemble mettre en oeuvre ce qui a été édicté. » « Pensons, insiste l'orateur, aux immenses foules qui entendront ce texte, affirmant qu'il est défendu de détester les juifs, qu'il faut au contraire les considérer comme des frères. Pensons que cessera ce que Jules Isaac a appelé « l'enseignement du mépris » .. _ « Surmontons nos amertumes, conclutil. Nous, chrétiens, nous nous efforcerons de tirer le meilleur de ce qui a été fait, nous continuerons d'avancer sur la route de l'avenir, vers cet idéal qui est le nôtre à tous, celui du M.R.A.P. » Mc Armand DYMENSTAJN : « Une tâche rude et exaltante » C'est au nom du M.R.A.P. que M' Armand DYifmNSTAJN, secrétaire national, apporte à ce riche débat quelques conclusions. « Notre Mouvement, indique-t-i1, considère que la Déclaration sur les juifs adoptée par le Concile, constitue, telle qu'elle est, un événement capital, d'une importance extrême quant au développement futur des relations humaines, un apport substantiel à la lutte contre l'antisémitisme_ » Se plaçant non pas sous l'angle de la théologie ni. même des rapports entre christianisme et judaïsme, mais du point de vue de nos efforts pour combattre les préjugés e ~ les haines qui divisent les hommes, notre ami signale diverses initiatives prises depuis la fin de la guerre, notamment par l'O.N.U., et auxquelles la prise de position de l'Eglise apporte un indispensable complément_ « S'il est vrai, déclare-t-i1, que les fac-' teurs économiques apparus dans la seconde moitié du XIX' siècle ont donné une coloration différente au vieux problème de l'antisémitisme, nul ne conteste que, néanmoins, ses fondements idéologiques s'appuyaient le plus souvent sur la religion catholique_ Des voix, nombreuses dans le temps mais isolées dans leur époque se sont élevées, du sein même de l'Eglise, contre une interprétation dangereuse et néfaste des Ecritures, mais dans de trop nombreux cas, la voix écoutée fut celle de la tendance traditionnaliste, comme en témoignent l'Inquisition en Espagne, les pogromes de Russie et de Pologne, l'affaire Dreyfus en France... C'est au temps de l'horreur la plus sombre que des catholiques, de plus en plus nombreux, à l'image, en France, des cardinaux Salièges et Liénart, Béa en Allemagne, surent rejeter les interprétations traditionnelles, que « le bon Pape Jean :XXIII » mit au centre des feux croisés des travaux du Concile. » Après avoir montré que les remaniements subis par la Déclaration traduisent « la force des courants traditionnalistes et rétrogrades qui existent encore » , le porteparole du M.R.A.P. poursuit : « Ce qui importe pour l'heure, c'est qu'un débat d'une telle résonance se soit tenu sous les yeux convergents du monde, que l'antisémitisme ait été désavoué de la manière la plus solennelle qui soit. » « Nous savons, termine-t-i1, que les ra· cines d'un mal aussi tenace ne s'extirpent pas du jour au lendemain, et que nos amis catholiques devront oeuvrer opiniâtrement pour traduire dans la réalité quotidienne la Déclaration sur les juifs. Nous savons que cette tâche rude et difficile bouleversera bien des habitudes ancrées. Mais nous savons aussi, nous qui sommes des militants antiracistes, qu'il n'y a guère de tâche plus exaltante que celle qui conduit à la compréhension mutuelle et à la fraternité des hommes. Plus que jamais nous la poursuivrons ensemble. » 5----- De Lincoln a" Dreyfus PAR ------1 PIERRE PARAF Président du M .R .A.P. LE M.R.A.P. avait dédié ses activités de l'année qui vient de finir à la mémoire d'Abraham Lincoln. Tandis que des antiracistes noirs et blancs, de la Virginie à l'Alabama, souffraient et mouraient pour l'égalité civique et économique des noirs, notre Mouvement se tournait vers la haute figure du Président libérateur, le vainqueur de la guerre de Sécession, assassiné dans sa loge du théâtre de Washington pour avoir proclamé dans la loi cette égalité. Une exposition qui continue de circuler à travers les villes de France évoque le long cheminement, les combats, les victoires du digne successeur de John Brown, du digne précurseur de John Fitzgerald Kennedy. Des milliers de visiteurs ont fait ainsi connaissance avec cette Amérique lointaine des marchés d'esclaves, des immenses plantations du « Roi Coton » où une population nègre arrachée à son Afrique natale peinait et gémissait, accablée, résignée, sans autre espoir que les revanches incertaines de l'au-delà. Des cantiques graves montaient vers le ciel. Des bateaux à roue, chargés de cargaisons humaines, sillonnaient les larges fleuves. Et des justes témoignaient en la personne d'Abraham Lincoln qu'aux résistants rien n'est impossible, que l'avenir appartient à ceux qui n'acceptent pas l'iniquité. NOTRE année 1966 sera placée sous l'égide d'un officier français dont le nom a rempli l'histoire des dernières années du XIXe siècle et des premières années du XXe siècle, un innocent injustement condamné pour des raisons raciales et qui obtenait il y a 60 ans, en juillet 1906, sa réhabilitation solennelle, pour la gloire de ses défenseurs, pour la honte de ses bourreaux. La cause qu'il incarnait avait dépassé de beaucoup sa personnalité volontairement modeste, encore que d'un courage exemplaire. Ce militaire rigoureux symbolisait l'innocence que les faussaires s'acharnent par tous les moyens à travestir en culpabilité. Il symbolisait cette minorité juive que la haine, le mensonge n'ont cessé de poursuivre sous des accusations revêtant toutes les formes, du déïcide à la trahison. Il témoignait aux yeux du monde ce long martyre qui s'inscrit sur ,le mur des siècles avec des spoliations, des exodes, des potences et des bûchers, qui a commencé par la lapidation des Prophètes et la crucifixion de Jésus et qui a abouti aux chambres à gaz et aux fours crématoires des nazis. Après l'année Abraham Lincoln, voici l'année Alfred Dreyfus_ POUR les anciens, ceux de ma génération, il s'agit d'une histoire presque contemporaine. Nos premières batailles livrées dans la cour de l'école et du lycée avaient l'Affaire Dreyfus, l'Affaire comme on disait, pour raison et pour enjeu. C'est à cause de Dreyfus que nous revendiquions avec fierté ce nom de juif qu'on nous décochait comme la pire injure et qui pour des enfants français d'origine israélite ne représentait rien de précis. Le siècle commençait. En ce temps d'aurore, au foyer familial, des images é tranges jaillissaient des conversations des parents et des amis. - Alfred Dreyfus, un polytechnicien de souche alsacienne, était accusé d'un crime invraisemblable pour qui connaissait la rectitude, le patriotisme rigoureux de ses pareils. On l'avait déporté dans une île au nom infernal : l'île du Diable. Il jetait par-delà l'Océan le cri de son innocence. Des hommes, revêtus du même uniforme que lui, tentaient d'étouffer son cri, fabriquaient des faux pour le perdre et se sauver eux-mêmes. Son épouse, Lucie Dreyfus - une vraie « Hadamard » , disait-on pour résumer son admirable courage -, ses frères - Mathieu en tête - préparaient inlassablement sa défense. Et face à la bande du crime se levait la cohorte de la justice : des noms que pour toute notre vie nous allions apprendre à aimer, Zola, Scheurer-Kestner, Picquart, Trarieux, Pressensé, Jaurès, Anatole France. En 1899, après un procès au Conseil de guerre de Rennes condamnant encore l'innocent au mépris de toute règle juridique et de toute réalité, Alfred Dreyfus avait été grâcié, rendu aux siens. Mais la tâche de ses défenseurs se poursuivait. La France s'était déchirée à cause de lui. Le monde s'était soulevé pour lui. L'antisémitisme s'était déchaîné contre lui. Sept années d'efforts aboutirent enfin à la réhabilitation. Dans la même cour de l'Ecole Militaire où Dreyfus avait été dégradé, l'injustice était effacée. Le capitaine était promu commandant. Il recevait la Légion d'Honneur. Avec la même simplicité stoïque dont il avait témoigné aux jours de la pire épreuve, il accueillait la définitive réparation. Nombre de ses défenseurs étaient morts avant la revanche. Mais la France des Droits de l'Homme avait montré par sa protestation vibrante, par la victoire du Droit consacrée solennellement qu'il ne faut jamais désespérer d'elle. Pour l'étranger, la France de la Révolution, c'était aussi la France de l'Affaire Dreyfus. JE ne rappellerai pas lci les dessous de ce drame qui prit souvent l'allure du pire roman policier et qu'on ne peut vraiment comprendre qu'en le r eplaçant dans le contexte des guerres du contrespionnage. D'éminents historiens en ont éclairci les détours et tout récemment Maurice Baumont dans un ouvrage magistral. Ce qui me paraît essentiel pour la tâche du M.R.A.P., pour l'édification de nos jeunes camarades qui ont lieu d'être surpris de l'importance attribuée à l'aventure, si tragique fut-elle, d'un seul homme, c'est de rappeler que l'Affaire Dreyfus ne constitua qu'un des épisodes de la lutte millénaire entre racistes et antiracis tes. C'est aussi que nulle injustice ne saurait laisser indifférent un Mouvement comme le nôtre. Quelles qu'en soient les victimes, quel que soit le pays, le régime oppresseur. Henri Barbusse écrivait que chacun est un monde. Qui 'blesse un innocent a tteint la justice tout entière. Après avoir médité, retenu les leçons du grand p rotestant, le p résident des Etats-Unis, Abraham Lincoln, le M.R.A.P. se deva it, pour le soixan t ième anniversaire du triomphe du Droit, de situer son action de 1966 à la lumière du capitaine israélite français, Alfred Dreyfus. 6 Dusseldorf Lammerding, commandant de la tristement célèbre division SS Das Reich (643 victimes, dont 241 enfants, massacrés à Oradour ; 99 pendus à Tulle, etc.) vit paisiblement à Dusseldorf. où il est devenu entrevreneur. II fut condamné à mort l)ar contumace, le 5 juillet 1951 par le Tribunal militaire de Bordeaux. Mais la Révublique fédérale allemande a toujours refusé son extradiction ; à chaque demande, les autorités répondaient qu'une « enquête était en cours ». Or. on vient d'apprendre que le Service Central de recherche de crimes de guerre a décidé depuis un an et demi (le 10 mars 1964) de classer le dossier Lammerding. L'un des criminels nazis les plus impitoyables, est cedairt de l'impunité. II se permet en outre de porter plainte pour diffamation contre un journaliste allemand, Weiner Stertzenbach, qui rappelait ~ps crimes dans un récent article. Stamford Deux étudiants juifs anglais ont été poignardés la semaine dernière par une bande de voyous, et gravement blessés. L'une des victimes, David Libierman raconta ainsi la scène : « Un groupe de 5 ou 6 jeunes se tenait de l'autre côté de la rue ; de notre côté, il y avait un groupe d'une quinzaine. ~uand Je groupe le moins important nous vit approcher, il cria à l'autre : " Ce sont des juifs ». Toronto Sept membres du Canadian Nazi Party paradaient dans les rues de Toronto en brandissant le drapeau à croix gammée. Ils furent pris à partie par des passants, qUl Jeur arrachèrent Je drapeau. Une bagarre s'ensuivit ; la police intervint ; les nazis ont été condamnés à de lourdes amendes. Holyoke Dans cette petite ville du Massachussets une synagogue a été incendée. C'est la seconde fois en trois semaines qu'un attentat de cette sorte est commis dans cet Etat des U.S.A. Une enquête est ouverte. Bonn Erich Rastman, président de la « Fédération allemande des rapatriés, des prisonniers de guerre et des disparus » demande la libération des SS détenus à l'étranger pour crimes de guerre, et même des dirigeants nazis déténus à la prison interalliée de Spandau. « Ils ont expié leurs fautes pendant vingt et un ans )l, dit-il. Et que dire des quelque 100.000 nazis qui n'ont jamais été pour· suivis ? Ber'lin-Ouest Un homme de 34 ans et une petite ' fille de 12 ans ont été arrêtés alors qu'ils traçaient des croix gammées sur les murs. Leur arrestation fut suivie de 13 autres semblables. A Wiesbaden, un adolescent de 15 ans fut arrêté pour avoir profané 50 tombes juives. CROIX GAMMEES sur la synagogue de Lille EMOTION à Lille: des croix gammées ont été barbouillées sur les murs de la synagogue, rue Auguste-Angellier, dans la dernière semaine de novembre. Ces croix, peintes à la chaux, étaient accompagnées du mot Jude, et d'étoiles à six branches. La presse lilloise s'est fait l'écho de l'indignation générale, « Cet acte rappelle des souvenirs trop graves et trop récents ", écrivit Nord-Eclair ; et La Liberté précisait: « Il semblerait que les inscriptions soient l'oeuvre d'une bande de fascistes en train de peindre des inscriptions électorales pour soutenir, leur candidat" ; précision que confirme, en effet, 'la présence, près d'une des croix gammée·s , d'un V à demi effacé. Le grand rabbin Ouaknin et le secrétaire de ,la Communauté juive, M. JeanPierre Gerschel, se sont aussitôt rendus à la préfecture et ont porté plainte, Une enquête a été ouverte . Douze heures en Allemagne de l'Ouest JE désire vous faire connaître quelques informations glanées dans la presse de l'Allemagne Fédérale, au cours d'un séjour de 12 heures seulement à Dusseldorf : 1°) Le 14 novembre dernier était Journée de Deuil pour les victimes du nazisme. Sur les bâtiments officiels, les drapeaux étaient en berne, Dans la nuit du 13 au 14, des" inconnus " ont arraché ces drapeaux de divers bâtiments et ont souillé des voitures et des maisons par des croix gammées, Cela s'est passé à Be'rlin-Ouest. Les " inconnus " n'ont pas été retrouvés, (Allemeine Frankfurter du 15-11-65.) 2°) Dans une interview donnée au Spiegel (n° du 17-11-65) le nouveau Ministre de la Justice de Bonn se prononce : a) en faveur de l'abrogation du mariage civil obligatoire. Si ce projet recevait force de loi, les officiers du culte auraient à nouveau la faculté de célébrer des mariages religieux valant mariages civils, b) en faveur de la réintroduction de la peine de mort dans le Code pénal allemand. Pour comprendre ICI portée de cette prise de position, il y a lieu de se rappeler : 1) que cette peine a é té abrogée en Allemagne Fédérale immédiatement après l'écroulement du régime hitlé rien; 2) que la presc ript ion des crimes de guerre est prévue pour la fin de 1969, En d'autres termes, si la peine de mort est, ,à nouveau , introdu ite dans le Code Pénal allemand d'ici trois,quatre ans, son abrogation aura duré exactement le temps nécessaire pour éviter le châtiment suprême aux criminels de guerre, 3°) La Troisième Chambre de ,la Cour fédérale allemande de Karlsruhe (l'équivalent de notre Cour de Cassation) est chargée, tout particulièrement, des af,taires concernant la défense de l'ordre démocratique et de celles mettant en cause les principes fondamentaux sur la liberté des personnes. Elle est présidée par un certain M, Rotberg, Or, on vient d'apprendre : a) que ce Monsieur était, sous le reglme nazi , membre du Sicherheitsdienst de la S.S., c'est-à-dire de ,la Supergestapo ; b) [que le Ministre de la Justice, après avoir été informé, a déclaré que cette révélation n'était pas de nature à entraîner une modification quelconque dans la composition de cette Cour. (Allgmeine Francfurtar du 15-11-65.) 4°) Un arrêt, rendu par la Cour d'Appel administrative de Munster sous le numéro VIII A 1625/64 retire à un conducteur son permis de conduire. Motif: Il a été condamné pour exhibitionnisme. Selon cette haute juridiction, ce vice ferait apparaître, chez le délinquant, une méconnaissance de ses obligations à l'égard de la Société, ce ,qui le rendrait inapte à la conduite d'une voiture. Des faits ci-dessus énumérés, ce dernier n'est pas le moins grave. Cet arrêt est dans la tradition de la jurisprudence nazie ,la plus pure. C'est en invoquant « le défaut de sens moral " ou « le défaut de sens des obligations générales à l'égard de la Société " et en invoquant, surtout « le bon sens populaire ", que ,les magistrats allemands de l'époque nazie ont condamné n'importe quel délinquant à n'importe quell e peine y. compris 'à la peine capita,le. Nous voyons là une manifestation nouvelle d'arbitraire. Dans leurs discours, les dirigeants de J'Allemagne Fédérale invoquent, à chaque instant, la notion de « Rechtsstaat " (Etat de Droit) . Cette notion est invoquée, surtout d'ai,lleurs , quand il s'agit de soutenir la prescription ,des crimes de guerre , Tant que les Tribunaux allemands (et surtout. les Cours Suprêmes) seront présidés par des anciens S.S. ou d'anciens hommes de la Gestapo, et tant que les mêmes Cours se prononceront. non pas en vertu de textes et de règles de droit préétablis , mais en vertu " du bon sens " ou des « obligations générales à l'égard de la Société ", qu'on veuille bien s'abstenir d'invoquer des notions de cet ordre. M. IMERGLIK. Il Ces horreurs ne nous l· nt el ,.essen t pas Il Mme MARIE·JOSE CHOMBART DE LAUWE, ancienne déportée de la Résistance, nous transmet une lettre qu'elle a reçue, après la parution dans « FranceSoir . )) de son interview à propos du livre « Les Françaises à Ravensbruck )). Cette lettre est tapée au dos du tract « La fable des six millions )), édité par une organisation néo·nazie, et que nous avons déjà signalé. Signée « Titus )), elle paraît ne pas être seulement une initiative individuelle ; elle est significative, en tout cas, de l'état d'esprit existant dans les milieux d'où elle émane. « Les hécatombes des camps ont l'air de vous faire oublier ceux qui ont transformé en affaire commerciale ces moments terribles, peut-on lire notamment c..,) Vous étiez dans la Résistance 'contre l'occupant allemand. Très bien. Mais aujourd'hui, vous trouvez parfaitement normal (sic) l'occupation juive, l'éternel martyr, l'éternelle victime ... restant toutefois maître de ce monde grâce à votre service ( ... ) Vos récits d'horreurs ne nous intéressent pas, car ils favorisent l'occupant juif. » Et encore : « Madame, il y a 800.000 occupants juifs en France, sans compter les bâtards! 1.000.000 d'arabo-berbères, 150.000 Noirs. Vous avez donc souffert pour ça ? ( ... ) tant de Françaises et de Français morts cruellement pour rien ! pour remplir les poches de Lazare à Jacob. » La marque de fabrique apparaît clairement lorsque l'auteur de cet ignoble papier demande : « Avez-vous lu les récits de notre ami Paul Rassinier, un des rares déportés (sic) ayant eu le courage de dire la vérité. » Et après avoir indiqué l'adresse de son héros, l'auteur de la lettre invite sa correspondante à le consulter, car, affirme-t·il, « il vous remettra dans le droit chemin ». Tout commentaire serait superflu : ce n'est pas avec des mots que l'on répond à un énergumène de cette sorte. Le Comité du Nord du M,R.A.P., qui se porte également partie ,civile, ·a publié le jour même le communiqué suivant : « Dans la nuit de samedi à dimanche, des individus non identifiés, profitant de la campagne électorale, ont profané par des croix gammées la synagogue, située rue Auguste-Angellier à Lille. " Ces inscriptions injurieuses rappellent celles qu'utilisèrent les nazis au début de l'hitlérisme et qui ont abouti à l'extermination de 6 millions de juifs dans les fours crématoires. » Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, indigné par ces procédés racistes qui attentent à la dignité de l'homme, dénonce ces manifestations antisémites et s'élève vigou· reusement contre cette atteinte à la liberté humaine. " Le M.R.A.P. demande à toutes les organisations républicaines de joindre leurs protestations à la sienne. L'organisation se portera partie civile. » ... A CLICHY-SOUS-BOIS Un ami du M.RA.P, nous fait savoir qU"à la résidence Sévigné, où il demeure, 'il a découvert à sa porte un papillon collé, représentant une croix gammée. Le lendemain, il en découvrait une seconde ; une semaine plus tard, il recevait une enveloppe pleine de photos découpées \:le soldats nazis, d'aigles allemands et de nouvelles croix gammées, ... DANS LE 20· ARRONDISSEMENT Au 97 de la rue des Amandiers, des inscriptions et graffitis antisémites recouvrent régulièrement les parois 'de J"ascenseur et les murs du nouvel immeuble d'habitation, Parmi ces graffitis figurent notamment des croix gammée·s et J'inscription « mnrt aux juifs ". Ces agissements ont sou.levé un émoi d'autant plus grand que le quartier a payé un lourd tribut à l'occupation nazie. Le Comité de M,RAP. du XX' arrondissement a aussitôt appellé les habitants du quartier à dénoncer de tels actes, et à se réuni , (le 18 décembre) pour débattre des mesures à prendre. ... A BOULOGNE-BILLANCOURT Au 10, rue de la Tourelle, non loin de la piscine Molitor, des croix Çlammées avaient été tracées à la chaux. Sur intervention du M,R.A.P" les services de po.lice la firent effacer. Or, cette semaine, de nouvelles croix gammées ont été peintes au même endroit, C'est 'Ia preuve qu'une vigilance toute particulière s'impose , et surtout des mesures ' efficace's pour rechercher les coupables et les mettre hors d'état de nuire, UN symbole de qualité les LES PREMIERS DE FRANCE 7 « HITLER? JE CONNAIS ... » H ITl'ER? Connais pas; » Telle fut la réponse de plusieurs jeunes « à un cinéaste, Bertrand Blier, qui réalisait un « film -vérité » sur la jeunesse française d'aujourd' hui. Il fout croire que ce réalisateur manquait d'objectivité, ou qu'il avait mal choisi ses sujets. Sept mille jeunes, écoliers et lycéens, tous de moins de vingt ans viennent de démentir son film. Hitler, ils le connaissent tous, bién qu'ils soient nés après la tourmente ; ils ont écouté parler leurs aînés, CONTRE L'OUBLI DEPUIS .Ies âges les plus reculés, l'histoire de l 'espèce humaine a été r,emplte de guerres et de massacres, dont on se souvenait un temps, mais que les générations suivantes se dépêchaient, sinon d'oublie-r, sinon de pardonner, au moins d'oblitérer dans leur esprit, puisque sans ce sommeil de la mémoire la paix n'eût pas été possihle. Mais c'est que ces tueries, si fér?ces fussent-el'les, et si désastreuses pour Jes peuples qui s'y livraient, ne mettaient pourtant pas en danger le destin de l'espèce humaine. C'étaient des explosions de violences qui, sans être jamais justifiables, pouvai'ent pantois être explicables, de par la prospérité d'un peuple par exemple et la misère de son voisin. La guerre était alors la forme presqùe instinctive 'que prenait chez l'homme la grande loi de nature de ,la lutte pour la vie, à travers la férocité naUve des êtres vivants . ... Nous savons bien que l'homme, à l'origin'e, est d'abord un animal, avec tous ,les caractères des animaux; que ce ,qu'on appelle civilisation c'est l'effort des hommes ensemble pour régler et contenir en eux les plus bestiaux de ces caractères; que c'est leur honneur d'y réussir, l'eur malédiction tI'y échouer trop souvent. La guerre étant alors ,le plus grave de ces échecs. Mais, au cours des siècloes, c'était seu'lementà ces efforts, à ces échecs ,qu'on assistait, dans l'acharnement mi'lIénaire des hommes à remplacer la vioJence par ,la justice, par des accords librement négociés., Toutes les tueries, même les plus récent,es, même la grande tuerie de 14-18, n'ont été que les échecs suoce'ssifs à régler les problèmes de peuple à peup'ie par les moyens raisonnables et paci,fiques, c'étaient des rechutes explosi,ves dans une violence innée si diHiciie à surmonter. ... Mais ce à quoi nous av,ons assisté H y a vingt ans, 'l'exp'iosion de violence que nous demandons à la jeunesse de ne jamais excuser ni oubHer, ce fut tout autre ,chose; ce fut la première ttentative dans 'l'histoire de l'humanité, non plus de surmonter ces penchants désastreux, non pas même de trouver une raison plausible à un nouve'l échec, mais ,au contraire de justifier, et pis que cela, de prôner, d'exalter, oui, de gJori~ier ! le retour aux prati'ques les plus cruei'les, les plus sauvages, les plus féroces des instincts animaux. par VERCORS CAR nous ne de,vons pas nous aveugler ; un tel retour est encore possible. Le principe du mal n'a pas été extirpé, c'est une plante viv,ace dont seule la partie visible a été tranchée au ras du sol, mais dont la racine vit toujours. Nombreux sont en 'effet les hommes, nous avons dû, hélas, le constater, et non seulement en Allemagne, mais en France même et dans le reste du monde, à qui la défaite des nazis n'a pas dessillé les yeux, et ,qui n'attendent que l'occasion de recommencer. Car ce n'est pas la moindre abomination du nazisme que d 'avoir semé dans un grand nombre d'esprits sa graine empoisonnée. Et le profond terrain de nos instincts bestiaux est fertile où la graine mauvaise ne demande qu'à germer, à grandir et à prospérer. On a voulu rendre une primauté légal'e à nos instincts les plus féroces, on a voulu en faire une vertu , une morale, en se basant sur des conceptions mûrement réfléchies et prétenduement phi.losophiques. Séduits par cet aspect logique, beaucoup d'hommes, et même hors d'Allemagne, les ont adoptées, ces idées, et rêvent toujours de les appliquer. Oue sont-el'Ies donc, oes conceptions, que disent-elles? Elles disent que la loi de la vie , c'est la victoire du plus fort sur le plus faible, et que cette victoire est un bien , car les progrès de l'évolution ont toujours été à ce prix. Oue si les mammiotères ont triomphé des grands sauriens, ,et si l'homme domine aujourd'hui les mammi,fères, c'est grâce à la rigueur impitoyable de la Sélection naturel'le, qui a éliminé les espèces moins bien adaptées. ... Alors, des hommes se sont mis en tête de l'appliquer, cette loi féroce et cruelle, à l'espèce humaine ,elle-même, de la faire régner à Il'intérieur de l 'espèoe humaille, afin de provoquer et favoriser son évolution vers une race de plus en plus puissante. Ce qui voulait dire que la force brutale, qu'une férocité impitoyable env,ers 'les ,faibles, les pauvres, ,les vaincus, au lieu d'être tenue pour de la sauvagerie, deviendrait non seulement légitime, mais le fondement même de l'honneur. On décréte,rait Ique le droït et le devoir de faire .régner le nouvel ordre appartient à une race supérieure incarnée dans une nation, que toutes les autres races, 'qu'el'Ies soient s'laves, sémites, ,latines ou de couleur sont des races inférieures et que la justice, l'honneur et la vertu exigent qu'e'lIes soient en partie exterminées et en partie réduites au service eJQclusif de la race supérieure. OR ce qui fait que l'homme est homme, c'est justement son effort pour surmonter lhéritage de s'a contlition animale, et toute sa gloire, toute sa dignité ont tou1ours consisté à combattre la loi de la jungle, la loi d'airain qui nous a été imposée par la nature depuis les premiers âges, comme elle l'impose encore à tous .les animaux. Et 'ce qui nous distingue des animaux, c',est que ceux-ci justement subissent cetJ1e condition sans rien faire pour y échapper, tandis que l'homme, lui, la refuse, il refus'e le sort humiliant que la nature aveug'le lui impose par ·Ia faim, le froi,d, la maladie, la mort, il s'organise en société pour mieux combattre en commun ces maux et ces souffrances ; et tandis que l'animal subit, sans jamais tenter d'y remédier, l'ignorance colossale et cosmique que nous partageons avec lui, les hommes, eux, la r,efusent et n'ont de cesse qU'i,ls ne parviennent ensemble à la réduire, cette ignorance, et toutes leurs découvertes, depuis l' « Eureka ! " d'Archimède jusqu"à la phYSique nucléaire, sont la conséquence de ,ce refus. ... Ce combat"là, ce combat contre notre nature et contre l'ignor,ance, est un combat di,ffici'le, dur, patient, obstiné, et il n'est, il ne sera jamais terminé. 'Ce que les nazis ont voulu ignorer, ce ·qu'ils ont voulu nier, en quoi ils .furent conduits aux abominations que vous avez si bien décri,tes dans vos compositions. .. , Or, qui a mené ce combat plus désespérément, plus glorieusement et, ce qui peut-être était le plus difficile, plus dignement que les résistants déportés dans l,es oamps de I·a mort? Dans ces camps où ils ont trouvé, .Jigués contre eux avec la nature inconsciente 'et imp'iacable, des hommes conscients, eux, et mé- 1!hodiques, et admini'stratifs, et implacabl'es aussi jusqu'au sadisme, qui se faisaient les valets abjects de la nature en ce qu'elle a chez l'homme de plus avilissant. ils ont lu des livres,vu des films et des photos. Ils ont participé ou Concours 19615 de la Résistance organisé par les fédérations d'anciens résistants et déportés, et leurs devoirs ont prouvé qu'ils n'avaient pas cette indifférence dont trop de moralistes ou prétendus tels affublent la jeunesse contemporaine. ,La remise des prix du concours eut lieu le 13 novembre dernier, dans le Grand Amphithéâtre de La Sorbonne. Quatre mille jeunes étaient là, en compagnie d'anciens déportés et rés istants. L'écrivain Vercors était présent, et c'est à lui que revint la tâche de prononcer le discours traditionnel; mais l'importance du sujet fit que ce discours, justement, ne pouvait pas être un morceau d'éloquence traditionnelle. Nous publions ici de larges extraits de l'intervention de Vercors, et quelques passages des devoirs primés. Une vue de l'assistance lors de la remise des prix aux lauréats du concours 1965 de la Résistance. UNE LEÇON POUR L'AVENIR LES SUJETS • POUR LES ELEVES DE TROISIEME (fin du premier cycle) « D'après les lectures que vous avez faites, les films que vous avez vus, les récits que vous avez entendus, quelle idée vous faites-vous de la vie d'un déporté dans un camp de concentration nazi ? » • POUR LES ELEVES DES CLASSES TERMINALES '« La déportation ne fut pas seulement une entreprise d'extermination de millions d'êtres humains, mais aussi une tentative délibérée de dégradation de l'homme. » « A travers les témoignages des déportés, comment vous représentez· vous leur résistal,lce individuelle et collective au système concentratiO'l1' naire nazi et quelles leçons en tirez ·vous ? » « Le voyage avait été très dur ... L es plus faibles avaient déjà succombé. C'était ,en auelque sorte la première sélection. D'autres suivront ... » « ... Cet appel, ce long appel de plusieurs heures, j'ai l'impression de l'avoir VéCll moi-même. Celles qui s'affalaient, à demi-mortes de fatigue, de froid ou d,e soif, étaient relevées à ;oups ~e botte, de matraque. Les S.S. s amusalent parfo is avec leurs vict'imes. Les supplices étaient à craindr.e, les chiens également. » « Certaines déportées ont écrit des vers. D'autres un journal. Le paPier était interdit, pourtant. » « Un jour est phts qu'une année, une minute plus qu'une vie. » « Ces horri bles cheminées qui fumaient tout le jour et la nuit, et qui empestaient le camp, ce sont les prisonniers eux-mêmes qui les avaient construit,es, et qui les alimentaient de leurs corps me1trtris. »- - « Nous les jeunes d'après-guerre, nous savons, et nous sommes bien décidés à faire en sorte que d,e telles horreurs ne se reproduisent jamais. » « Je n'ai pas vécu la guerre. Je ne suis pas all~ dans un camp, et, en égoïste, je ne voudrais pas savoir. Je voudrais ignorer, cette Période est terminée. Pourquoi rappeler qu'elle existe f Voilà ma réaction première, mais elle n'est que passagère. Au contraire, il faut que tous les jennes sachent. Ces hommes et ces femmes ne seront pas morts en vain pttÏsqu'ils auront donné un sens à la vie et an mot « Liberté ». (Extraits de devoirs d'élèves de 3'.) . « To,us ~es gens capables de p,enser, tl fa~lal t, smon tout simplement les extermmer, du moins les « néantiser ». Il fallait les réduire à l'état de bêtes obéissantes et hargneuses les lmes envers les autres, leur supprimer la force de penser. Les « vider », c'était l'entreprise de la déportation. -» « ç e fut le plus ' dur échec d,es na:::is. l! on seulement ils n'ont pu vider les mtellectuels de leur savoir de leHr culture, n:tais, ce qui est admi:able, ils 1!' ont pu Vider les gens simples de le~tr « amour ». La solidarité le prOttve. Grâce à . ces témoignages, nous sommes conSClents de la puissance de l'humanité, et j'en retire /t lle extrao'rdina ire foi en l'hom1ne. » « La résistanoe dans les camps résistance qn'on aurait pu croire imp~ssible, an-dessus des forces httmaines avait en 1945, alleint ses trois buts principa~;.; : la sawvegarde de la dignité humaine, le sabotage de la machine d'extermination nazie .et la préParation à la victoire fi liale. » « Certains camps se libérèrent euxmêmes. Ainsi Buchenwald le 11 avril 1945, réussit à se procur~r des armes et après une insurrection à écraser seul ses tortionnaires. Dans beattcoup d'autr, es ca1nps, ils aidèrent les A lliés à les délivrer. » « Plus les 1'Ia:::is s'acharnaient à dét/: uire l'homme, plus la dignité de celuiCI se raffermi~sait. Le désir d'échappe1', de rester I!n Vie ppllr porter témoignage, pour exphquer et mettre en garde voilà des facteurs, des raisons dn courage des déportés. » ~ L'homme du néant, le nazi, a été vmncu dans le, camp même.,» « Oublier les crimes 'nazis, c'est oublier aussi la mor t d'innombrables déportés et résistants sans lesquels le 1'égime fas ciste n'aurait Pu être vaincu, C'est oublier la leçon de courage et de vigilance qn'ils nous donnent. C'est mépriser le sacrifice accompli pour que ne s,e reprod·uisent plus de semblables horreurs. » « Nous ne pouvons pas, nous n'avons pas le dr oit de considérer cette résistance comme un fait glorieux dans l' histoire, .d'une histoire passée. N ous devons en tirer une leçon patti' l'avenir en luttant pour qu·e leur inquiétude d'une guerre nattvelle, de souffrances nouvelles soit calmée et que la paix ne soù plus menacée par certains, et parmi eux les chefs de camp S.S. qui éProuvent le désir d'une « revanche ». Les autres hommes doivent dé fendre dans la paix tous les biens qu'ont voulu conserver dans l'enfer des camps de la mort l,es hommes qui ne voulaient pas renollcer à leur statut d'hommes. » (Extraits de devoirs d'élèves des classes terminales. ) Rhodésie En faveur de Ion SMITH HISTOIRE D'UNE « REBELLION» LA Rhodésie qui, au début de novembre dernier, a proclamé unilatéralement son indépendance (passant outre au veto du gouvernement anglais), s'étend sur une superficie de 389.331 kilomètres carrés. Sa population dépasse quatre millions; 93,9 % sont Africains, 5,7 % Européens dont la maporité ne sont pas nés dans le pays. Le reste se partage également entre les métis et les Asiatiques. Chacune des quatre communautés est régie pion- dcs lois et un statut différents. par Georges FISCHER maître de recherches au C.N.R.S. La Rhodésie était d'abord administrée par une c_ompagnie à charte, la South African Company, survivance tardive d'une méthode d'administration coloniale disparue partout bien plus tôt. En 1923, à la suite d'un référendum, la Rhodésie devient colonie de la Couronne. Se.llis participent à ce référendum 14.756 colons européens qui sont les maîtres du pays, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur celui de la politique, des institutions. Dans un rapport présenté aux Nations-Unies, le Ghana a eu donc raison d'affirmer qu'avant, comme ap~s 1923, la Rhodésie est gouvernée par une poignée de Blancs qui ont investi dans le pays ou qui bénéficient en raison de leur couleur d'un statut privilégié. Après la deuxième guerre mondiale, divers projets sont avancés concernant la création d'une Fédération de l'Afrique centrale destinée à englober la Rhodésie du Sud (aujourd'hui la Rhodésie), la Rhodésie du Nord (~ujourd'hui la Zambie) et le Nyassaland (aujourd'hui le Malawi). Ce projet reflétait la volonté des colons de la Rhodésie du Sud de mettre la main sur les richesses minières de la Rhodésie du Nord et cie disposer cie J'excéclent cie maind'oeuvre en provenance clu Nyassaland. Mais la croiss,!-nce rapide des mouvements nationalistes ne permit pas à la Fédération de vivre bien longtemps : créée en 1953, elle fut dissoute en 1963. pelHlant que les Européens disposent de 35 millions d'acres d'excellentes terres. Par le j eu des subventions, des achats gouvernementaux, des contrôles administratifs, la politique officielle favorise les Européens aux dépens des cultivateurs africains. La productIon agricole du secteur africain représentait en 1964, 6,7 % du produit intérieur bmt, celle du secteur européen 14.4 %. li y avait, en Rhodésie, en 1964, 622.000 salariés aft'icains dont le salaire moyen annuel se montait à 121 livres contre 1.241 1 ivres aux salariés europééns, asiatiques et métis au nombre de 86.000. La discrimination n'est pas moindre dans le domaine de J'éducation : en 1964-65, 4.814.000 livres sterlings sont affectées aux besoins de l'éducation primaire africaine et 2.372.800 à ceux de l'education primaire européenne; 925.000 à l'éducation secondaire et para- BRANLE-BAS DE COMBAT DANS LA PRESSE RACISTE LIES événements de Rhodésie ont été l'occasion, pour les racistes du monde entier. de se retrouver plus ou moins unis, malgré leurs divisions 'internes, dans leur soutien à l'opération d'indépendance . ultra-colonialiste à laquelle s'est livré le premier ministre lan Smith. Les racistes crient d'autant plus fort que leurs zones de puissance ne cessent de se rétrécir en vertu d'un « sens de l'histoire » qu'ils reiettent rageusement car il les réduit à l'état de séquelles d'une maladie honteuse. ~ur le plan idéologique aussi, la bataille est perdue pour eux; ils sont sur la défensive

il est d'un sinistre comique de constater

Qu'ils en sont réduits à reprendre à leur c-ompte les arguments d'une sorte d'ex-« ~auche » du colonialisme - aujourd'hui depassée - alors qu'il n'y a guère, ils racontaient d'insoutenables mensonges cent pour cent réactionnaires qu'il n'est plus possible en 1965 d'utiliser même pour tromper les plus crédules. Le racisme évolue. L'antiracisme aussi. Le grand titre, sur toute sa première page, de « Carrefour » du 17 novembre, était ainsi composé : « Entourée par les ruines de la décolonisation, la Rhodésie a rompu avec Londres ponr éviter l'autodétermination forcée et téléguidée par Moscou, Péllin ou Le Caire. Le geste de lan Smith, premier ministre de Rhodésie, représente . la seule chance qu'aient l.es Noirs d'échapper mtx travaux forcés et à la chicote partout rétablis dans l'Afrique décolonisée. » « La main de l'étranger » On est prié de transcrire. Relisez : cela signifie le chapelet de suggestions suivantes : 1) Depuis que les Blancs sont partis (alors qu'ils sont loin d'être partis de tous ces pays, qu'il n'a jamais été question qu'ils s'en aillent, que ceux qui sont partis ont souvent été remplacés par des hommes représentant les mêmes intérêts capitalistes, que c'est precisément cette transformation de la main-mise sur un pays qu'on appelle néo-colonialisme, etc.); depuis que les Blancs sont partis donc, ce n'est que ruines et deuil (alors qu'avant sans doute, les Noirs vivaient dans la paix et la prospérité ? .. ). ù la gestion de leurs propres affaires, quel que soit leur niveau relatif de civilisation, est un mobile tellement puissant qu'on le t-etrouve aussi bien chez les Gaulois dominés par les Romains, les Corse par les Gênois, les Hindous par les Anglais et les Africains par l'impérialisme. J) Autre chose : il paraîtrait que Il le geste de lan Smith» permettra aux Balltous de Rhodésie « d'échapper aux tra~'aIiX forcés et à la chicote », qui, comme chacun sai t, n'existaient pas dans le régime colonial antérieur, mais auraient été « partout par Roger MARIA rétablis dans l' rlfriqne décolonisée ». C'est toujours ce qu:ont prétendu les esclavagistes à toutes les époques : nous soustrayons ces malheureux aux mauvais traitements que leur infligent leurs propres « frères ». Le crime d' analphabétisme Savez-vous l'argument essentiel des racistes pour contester leurs droits aux Noirs de Rhodésie? « Ils sont analphabètes dans le~tr très grande majorité. » (Henri Lèbre, dans « Rivarol» du 18 novembre.) Ainsi les racistes ne se rendent pas compte que ce simple fait - qui n'est que trop évident - constitue un terrible acte d'accusation contre eux, un véritable constat de faillite pour tout un système, la déroute lamentable de leur pauvre jeu d'arguments! Comment? Après des dizaines d'années de main-mise totale sur un pays, les maîtres réels du pouvoir n'ont pas eté capables cie faire ce qu'il fallait - par étapes bien sûr - pour apprenclre à lire et à écrire aux popuLations sous leur contrôle? Tout le monde sait Qu'apprendre à lire et à écrire ne saurait en aucun cas dépendre des gosses qui vont à l'école, pas meme de leurs parents, mais de la loi et des crédits alloués pour l'enseig-nement. Dieu à la rescousse Depuis 1923, la Rhodésie bénéficie de J'autonomie interne. Les affaires étrangères sont de la com.pétence de la métropole qui dispose aussi cie pouvoirs réservés lui perme! tant de s'opposer aux mesures discriminatoires prises à l'égard des Africains. En fait ces pouvoirs ne furent jamais utili sés. Par ailleurs, conformément à une doctrine constamment proclamée, les partis politiques anglais furent unanimes à affi rmer que l'indépendance ne sera accordée à la Rhodésie qu'au moment où la majorité détiendra le pouvoir politique. Là encore, les promesses ne furent guère tenues. Discrimination dans t o'us les domaines Pendant que Wilson rencontrait le leader rhodésien Josuah Nkomo la police lâchait ses chiens sur la foule africaine qui manifestait dans les rues de Salisbury 2) L'autodétermination des pays colonisés d'Asie et d'Afrique a été « forcée », c'est-à-dire Que les principaux intéressés n'en voulaient pas. Si elle s'est produite, c'est qu'elle a été Toujours à propos de la Rhodésie, l'un des principaux lieutenants de Tixier-Vignancour

François Brigneau, rabâche,

dans « Minute» du 19 novembre, cet argument irrationnel de tous les racistes : « Je pense que Diett (sic) n'a pas fait les races pour les détruire dans tm métissage où chaçun s.e perd sans qlte l'enfant y gaPour comprendoe les événements, il est indispensable cie donner un rapide aperçu des relations raciales en Rhodesie. Cellesci sont clifférentes du système d'apartheid intégral que l'on applique en Afrique du Sucl et ressembleraient plutôt à ce qui existe en Afrique portugaise : on recherche la collaboration de quelques Africains soigneusement choisis et qui, en échange cie faveurs, sont disposés à soutenir l'autorité coloniale. La Constitution de 1961 établit deux listes électorales : la liste A sur laquelle les Europ~ens sont assurés d'être toujours en majorité écrasante et qui comporte actuellement environ 87.000 Européens et 2.500 Africains. Les électeurs inscrits sur cette liste désignent 50 membres du Parlement. Sur la seconde liste la liste B, figurent 681 Européens et envir~n 10.000 Africains qui désignent 15 memhres du Parlement. Il est impossible cie clonner des détails sur ce système extraordinairement com~liqué. Ql!'il suffise de clire que, par un s,~preme raffI.nement, on n'a pas réparti 1 electorat sUIvant les groupes ethniques mais qu'on a établi des conditions que doi~ v.ent remplir les électeurs, conditions relattves au revenu, au degré d'éducation etc. qui permettent d'aboutir au résultat r~cher~ ché sans qu'il soit besoin cie procéder à une discrimination entre électeurs en raison de leur race ou de la couleur de leur peau. Il es! d'ailleurs .int.éres~ant de remarquer que meme les Afncams elus clans ces conditions ont refusé de suivre le gouvernement sécessionniste de M. Smith. Plus de trois millions cie Rhodésiens noirs

ivent de l'a;;riculture. Les Land ApportlOnment

Acts ont alloué aux Africains 44 millions d'acres (1 acre : 0.4 hectare) cie terres de mauvaise qualité, mal situées, cesecondaire africaine et, dans le même secteur, 3.110.500 livres sont allouées aux Européens. En moyenne, un élève européen coûte 10 fois plus cher qu'un élève africain. D'autre part, dans les zones urbaines, les Africains ne peuvent demeurer que dans des réserves, à moins qu'ils ne soient employés par des Européens. Les droits syndicaux des indigènes sont réduits à néant, ainsi d'ailleurs que leurs droits d'association politique. La sécessio" Le premier parti politique nationali ste, le Congrès national africain, est formé en 1957. Les répressions, les interdictions se suivent et le parti change de nom. Actuellement il existe deux formations représentatives. Le Z8.-PU est interdit depuis 1962 et son dirigeant, J. Nkomo, est detenu. Tel est le cas également du ZANU et de son leader, le révérend N. Sithole. Les deux partis réclament le suffrage universel, mais le second paraît avoir un programme mieux élaboré, surtout sur le plan économique et social : il réclame la nationalisation de la terre et de certaines industries. Malheureusement - et c'est un des aspects les plus tristes de la situation - les deux partis sont dans l'impossibilité de parvenir à un accord. Ces deux leaders sont détenus - et ce fait est significatif - non loin de l'Européen Garfield Todd, ancien premier ministre, victime lui aus i cles extrémistes blancs du Front rhodésien au pouvoir depuis 1964. * Suite page 1 S. « téléguidée » de l'étranger. Comment expliquer à ces gens-là que, l'aspiration des peuples, quels qu'ils soient, à la liberté et Afrique du Sud COMME il a refusé de voter, à l'O.N.U., des sanctions contre le Portugal et contre les secession'stes de Rhodésie, le délégué françaiS a refusé, la semaine dernière de condamner le régime sud-africain de l'apartheid (1). Elle s'est abstenue, en soutenant -l'argument « qu'il s'agit là d'une affaire intérieure sud·africaine )J. En fait, le gouvernement françaiS semble s'orienter, depuis quelques années, vers un soutien de plus en plus actif à la minorité européenne de l'Union SudAfricaine. C'est à partir de 1963 qu'une sene d'accords a commencé à resserrer les liens économiques entre les deux pays. Les échanges, encore réduits (3 % du commerce sud-africain, 1 % du commerce français), ont augmenté d'un tiers en 1963-64. L'Afrique du Sud vend de l'or, des minerais dont elle est riche (antimoine, chrome, manganèse, uranium, cuivre, or, diamant, zinc, étain) ; en échange, la France fournit des produits manufacturés, des biens d'équipement, des machines. Mais. plus que les échanges commerciaux, le chiffre des investissements français en Union Sud-Africaine est significatif de la politique suivie en ce domaine. Dans ce pays, qui fut pendant cinquante ans une chasse gargne.

De quel droit t-i1... Dieu à ses sait-il pas qu'il ce personnage identifiepropres ignorances? Ne n'existe pas une seule • •

  • Suite page 11 .

LE SENS D'UNE dée anglo-américaine, la France occupe aujourd'hui la troisième place (5,6 % contre 60,3 % pour la Grande-Bretagne et 11,1 % pour les Etats-Unis), avant l'Allemagne fédérale, la Suisse et le Japon. Ces investissements portent essentiellement sur l'industrie mécanique et surtout automobile. La Régie Renault termine cette année la construction d'une usine de moteurs pour voitures de tourisme ; lorsque commencèrent les travaux, le directeur de RenaultAfrique, M. Pierre Acolas, précisa ainsi le point de vue français : « Comme la Régie Renault est une entreprise nationale, sous contrôle gouvememental, la décision de créer une usine en Afrique du Sud exprime non seulement la confiance de notre firme mais encore celle du gouvernement françaiS dans l'avenir de l'Afrique du Sud ". Peugeot va ' également collaborer au développement de l'industrie automobile sud-africaine. Enfin, la firme de camions Unie prospecte actuellement le marché sud·africain. Son slogan

pour tous usages militaires, nos camions

sont les meilleurs, et les plus efficaces. Car le marché militaire est celui qui intéresse le plus le gouvernement de Prétoria : Engins blindés, armes légères, avions et héliPetit le,xique de l'Afrique australe ANGOLA Colonie portugaise. A le statut de « province d'outre-mer )l. Géographie. 1.246.700 km2. 5 millions d'habitants (dont 200.000 Européens). Capitale : Luanda (200.000 habitants), ville principale : Benguela (20.000 habitants), débouché sur l'Atlantique du chemin de fer du Katanga. Economie. Culture du café, du coton, du cacao; élevage de bovins, mines de diamant et de cuivre. Vie politique. La lutte antiportugaise armée est commencée depuis le 4 février 1961 ; elle reste stagnante en raison de la rivalité des deux mouvements de libération, le Front de Libération National de l'Angola (dont le principal dirigeant, Holden Roberto, préside un « Gouvernement Révolutionnaire Angolais en exil lI) et le Mouvement Populaire de Libération de l'Angola (M.P.L.A.) dirigé par Mario de Andrade. BASUTOLAND Protectorat britannique enclavé dans l'Union Sud-Africaine. Géographie. 30.343 km2, 2.800.000 habitants. Capitale: Maseru (5.000 habitants). Economie. Cultures vivrières. Emigration saisonnière vers les mines sud-africaines. Vie politique. Un mouvement nationaliste. le National Congress, dont le leader est Ntsu Mokhele. BECHUANALAND Protectorat britannique. Depuis cette année, bénéficie de l'autonomie interne, doit accéder à l'indépendance en 1966. Géographie. 712.000 km2. 327.000 habitants. Capitale: Mafeking (5.000 habitants). Economie. Les frontières du pays coïncident avec les limites du désert de Kalahari; e pays très pauvre vit essentiellement de 'élevage extensif. Ancienne colonie allemande, confiée en ndat à la Belgique en 1918. Indépendante epuis le 1" juillet 1962. Géographle. 27.300 km2. 2.293.000 habitants. apitale : Bujunbura (40.000 habitants). Economie. Cultures vivrières. Or, tungstène, tain. Vie politique. La vie politique de ce petit oyaume (souverain : Mwami Mwanbutsa IV) st paralysée par les rivalités entre ethnies utu et Tutsi. Enclave portugaise située sur la côte atlanique entre le Congo-Léo et le Congo-Brazza. ttachée administrativement à l'Angola. Ancienne colonie britannique, indépendante epuis le 12 décembre 1963. Membre du ommonwealth. Géographie. 582.000 km2. 6.252.000 habitants. apitale : Nairobi (200.000 habitants). Economie. Café, thé, coton, canne à sucre. Vie politique. La Constitution fédéraliste troyée par la Grande-Bretagne en même mps que l'indépendance gêne considérableent le pouvoir central de Jomo Kenyatta ncien leader des Mau-Mau) dans ses efforts développement. Problèmes frontaliers au ord (dont les populations, d'ethnie Somali, bissent l'attraction de la république voie de Somalie). BSTENTION ptères (les fameux « Alouette • constituent e part appréciable des exportations français à destination de l'Afrique du Sud). A ce opos, le M.R.A.P. et le Comité de Liaison ur la Lutte contre l'Apartheid ont déjà prosté contre une politique qui ne fait que mplifier : un accord vient d'être conclu ur un échange d'informations dans la reerche atomique; le réacteur nucléaire sudricain Safari l, récemment inauguré à Johansburg, va être l'objet de la sollicitude du ut·Commissariat françaiS à l'énergie atoque. (1) Ce reglme a néanmoins été condamdevant la Commission Politique spéCiale r 78 voix contre 1 (celle du Portugal) et abstentions (dont la France). Lors du débat du 28 juillet, à l'O.N.U., le préSident du Comité spécial chargé d'étudier la pOlitique d'apartheid en Afrique du Sud, a cité dans son intervention, l'action du M.R.A.P. Ci-contre: le fac-similé du compte rendu publié à New-York. MALAWI Ex-colonie britannique (sous le nom de Nyassaland) indépendante depuis le 6 juillet 1964. Membre du Commonwealth. Géographie. 122.772 km2. 2.565.000 habitants. Capitale : Zomba (10.000 habitants). Economie. Pays essentiellement agricole : thé, tabac, cultures vivrières. L'économie est tant bien que mal éqUilibrée par une forte émigration de travailleurs vers la Zambie, la Rhodésie, l'Afrique du Sud. Vie politique. Le seul débouché sur la .mer est le chemin de fer du Mozambique. Cette dépendance incite le président malawien, Hastings Banda, à une politique de compromis incessants avec le Portugal. Selon certaines informations, il existerait un traité secret Malawi-Portugal par lequel le Malawi s'engagerait à interdire son territoire aux militants nationalistes mozambicains. MOZAMBIQUE Colonie portugaise. A le statut de « province d'outre.mer ». Géographie. 771.000 km2. 6.170.000 habitants. Capitale . Lourenço·Marques (100.000 habitants). Economie. Coprah, bananes, coton, canne à sucre. Elevage. Mines d'or et de pierres précieuses. Vie politique. Insurrection nationaliste déclenchée depuis septembre 1964, sous la direction du F.R.E.L.I.M.O. (Front de Libération du Mozambique), seul mouvement d'Afrique australe qui ait réussi à assurer l'unité des diverses ethnies du pays. NYASSALAND Voir Malawi. OUGANDA Ancienne colonie britannique, devenue indépendante depuis le 9 octobre 1962. Membre du Commonwealth. Géographie. 243.000 km2. 5.500.000 habitants. Capitale : Kampala (60.000 habitants). Economie : Coton, café, élevage. Vie politique. Président : Mutesa II. Premier Ministre : Milton Obote. Le pOUVOir central est gêné par de fortes tendances tribales. RHODESIE Protectorat britannique dont la minorité blanche vient de déclarer unilatéralement l'indépendance. Géographie. 390.000 km2. 4.000.000 habitants. Capitale : Salisbury (100.000 habitants). Economie. La Rhodésie du Sud est, après d'Union Sud-Africaine, le pays le plus industrialisé d'Afrique. Tabac, thé, maïs, coton, or, cuivre. Industries métallurgiques et alimentaires. Vie politique. Face au Front Rhodésien de Ian Smith, qui veut instaurer urt régime d'apartheid, le mouvement nationaliste est malheureusement divisé en deux organisations rivales (liées à des ethnies différentes), le Z.A.P.U. (Zimbabwe African People 's Union) de Josuah Nkomo, et le Z.A.N.U. (Zimbabwe African National Union) du Révérend Sitholé. RHODES lE DU NORD Voir Zambie. RUANDA Ancienne colonie allemande, confiée en tutelle à la Belgique en 1918, indépendante depuis le 1' juillet 1962. NATIONS UNIES ASSEMBLEE GENERALE 1 ___ / KENYA I~ ..... 1. RUANDA " CONGO-LE.O I~BURUNDI \ \ TA "-\ -, J "::\ 1 3 -,- ,,1- \ ,\ .". ZAMBIE o fAYS IIf!JlfEIf!JAII • PAYS COLOflISE.S ml PAYS RACISTES Géographie. 26.338 km2. 3.000.000 habitants (la plus forte densité du Continent). Capitale

Kigali (5.000 habitants).

Eeonomie. Polyculture. Etain. Tungstène. Vie politique. Comme son voisin burundi, la vie politique du pays est paralysée par la rivalité entre Hutu (dont est le roi Kigeri IV) et Tutsi. Le Ruanda est membre de l'Union Africaine et Malgache qui regroupe les anciennes colonies françaises d'Afrique Noire (sauf le Mali et la Guinée). SUD-OUEST AFRICAIN Ancienne colonie allemande confiée en mandat par la S.D.N. en 1918 à l'Union Sud-Africaine. Géographie. 822.000 km2. 524.000 habitants (dont 73.000 Européens). Capitale : Windhoeck (30.000 habitants). Eeonomie. Elevage extensif. Grandes richesses minières: diamant, or, cuivre, uranium, encore à peine exploitées. Vie politique. L'Union Sud-Africaine qui a reçu ce territoire en mandat (c'est-à-dire, théoriquement, sous contrôle de l'O.N.U.) a décrété, en 1950, l'annexion pure et simple du pays, y a instauré l'apartheid en créant des réserves (les « bantoustans lI). Là encore, le mouvement nationaliste naissant est déjà divisé selon des clivages tribaux : S.W.A.P.O. (Sud West African People 's Organization) et S.W.A.N.U. (Sud West African National Union). Jusqu'à présent, l'O.N.U. s'est inclinée devant le fait accompli. Mais la poussée croissante du Tiers Monde change le rapport de force au sein de l'Assemblée Générale; il est prObable que l'an prochain, l'O.N.U. décidera de retirer la tutelle du pays à l'Union SudAfricaine. SWAZILAND Protectorat britannique, enclavé dans l'Union Sud-Africaine. Géographie. 17.000 km2. 200.000 habitants. Capitale : Mbabane (1.000 habitants). Economie. Mines d'étain. La population vit Dlstr- L~ A/~C_115/L.146 28 juillet 1965 FRANCAIS • ANGLAISORIGINAl . FRANCAIS ,.1!'11rn!1 de l'émigration des travailleurs vers les mine.s de l'Union Sud-Africaine. Vie politique. Pas de mouvement nationaliste organisé ; quelques responsables sont en relations avec l'African Congress du Basutoland. TANZANIE Fédération (membre du Commonwealth) née en 1964 de l'union de deux territoires : Le Tanganyika, ancienne colonie allemande confiée en mandat en 1918 par la S.D.N. à la Grande-Bretagne, indépendant depuis le 9 décembre 1961 ; Zanzibar, archipel qui comprend deux îles principales, Zanzibar et Pemba. Ancienne c0- lonie anglaise devenue indépendante le 10 décembre 1963. Géographle : 1.200.000 km2. 10.000.000 d'habitants. Capitale : Dar Es. Salam (120.000 habitants). Le pays le plus haut de l'Afrique (Mont Kilimandjaro: 5.890 mètres). Economie. Sisal, café, coton, girOfle, diamant, or, plomb. Vie politique. La principale préoccupation du Président Julius Nyerere est d'assurer l'unification progressive de la fédération. DarEs- Salam est aussi la capitale du nationalisme africain au centre du continent, la base de tous les mouvements de libération du « bastion blanc» de l'Afrique Australe. UNION SUD-AFRICAINE République fédérative, née en 1910 de la fusion de quatre états coloniaux (Transvaal, Orange, Natal, Etat du Cap). Gécgraphic. 1.210.000 km2. 16.000.000 d'habitants (dont 3.100.000 Européens). Capitale : Prétoria (300.000 habitants) ; villes principales

Johannesburg 0.000.000 d'habitant.... ), Le

Cap (600.000). Ecollomie. Le seul pays développé du continent africain. Agriculture riche (mouton, fruits et légumes, vigne, céréales. Richesses minières considérables : or, diamant, houille, antimoine, manganèse, chrome, uranium. Industrie métallurgique très développée. Vie politique. Etat basé sur la ségrégation raciale, l 'apartheid : formation de réserves (bantoustans ) et d'un système de laissez-passer racial qui permet de surveiller un sousprolétariat noir surexploité. Les deux partis rivaux européens, le Parti Nationaliste (au pouvoir) et l'United Party, qui jouent entre Blancs au jeu de la démocratie parlementaire, sont également racistes. Les Africains sont organisés en deux mouvements rivaux, l'African National Con~ress, dirigé par Albert Luthuli (prix Nobel) et le Panafrican Congress (dont les groupes de choc forment le Poqo). Un mouvemenc antiraciste et progressiste blanc, le Congrès des Démocrates, est également en butte à la répression raciste. ZAMBIE Ex-Rhodésie du Nord, devenue indépendante le 24 octobre 1964. Membre du Commonwealth. Géographie. 752.000 km2. 2.800 .000 habitants (dont 76.000 Européens). Capitale : Lusaka (80.000 habitants). Economie. Agriculture vivrière. Maïs. Tabac. Coton. Riche industrie minière : cuivre, or, cobalt. Vie politique. Comme son voisin du Malawi, le premier Ministre Kenneth Kaunda prati. quait une politique d'entente à tout prix avec le Portugal qui contrôle ses débouchés sur la mer. La r écente crise sud-rhodésienne l'a mis dans une position difficile ; Kaunda semble préférer l'aide de 1'1 Gr'lnde-Bretagne à celle des autres pays africains. 10----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ARTS Philippe Bernard et Alain Boullet UNE PEINTURE DE COMMUNICATION APPELES en Algérie pendant la guerre comme bien des jeunes, Alain Boullet et Philippe Bel'nard en rappol·tèrent des peintures, des dessins significatifs qu'ils présentent ensemble à la Galerie Anne-Colin. Il s'agit de leur première exposition. Cette révélation est celle du talent, d'une haute conception de l'art, d'une expérience humaine qui me paraît exemplaire. Au coeur de la guerre, de l'immcnse tristesse éprouvé'e, ils ont cherché la permanence de l'être humain, son intégrité. Ils ont fait cie l'art le langage le plus direct, quand il était impossible de communiquer par la parole. Dès le départ, l'art pOUl' eux fut inséparable de l'amitié entre les peuples, entre les êtres. C'est pourquoi je leur ai demandé de préciser, pour les lecteurs de Droit et Liberté, leurs impressions, leurs souvenirs. Le désert a inspiré à Philip/!.e Bernard des paysages qui surprennent par la nouveauté des harmonies et l'espace comme un vertige, la rencontre d'un infini ... « Je n'avais jamais vu ... » - Qu'ave::;-volts l'essenti en a'rrivant là-bas? P. B. - Ce qui m'a surpris, surtout quand je fus envoyé dans un poste à vingt kilomètres de la base, c'est le silence, l'espace. Quelque chose de démesuré. Cela donne la même sensation qu'en bateau la mer, le cercle qu'elle forme à l'horizon. J'ai vécu des mois entiers dans ce silence. Nous étions huit dans le poste, où notre rôle consistait à filmer l'évolution des fusées. - Etes-vous resté longtemps a-/t Sahara? - Vingt-six mois et dix jours. J'étais dans le Nord Saharien, près de Colomb- COLETTE MAGNY CHANTE NOTRE TEMPS LORSQUE, ce soir-là, Colette Mag ny, annonça la chanson « Monan Gamba » (Travailleur sous contrat), précisant que l'auteur, le poète angolais Antonio Jacinto, était en prison pour 14 ans, une voix fusa dans la salle : - Qu'il y reste !.., C'était à Poitiers, au « Marquis Club ». Et quand el.le eut chanté, une demi-douzaine de jeunes gens, fidèles sans aucun doute d' « Europe Action ", l'entourèrent d'une façon peu rassura nte. - Vous nous avez insultés en défendant les sales nègres ... - On les déteste 1. .. - Des coups de pieds au cul, voilà ce qu'ils aiment ... 'Calmement, Colette Magny voulut discuter avec eux. Faisant appel à leur raison, à leurs sentiments humains, leur exp. liquant patiemment le sens de ses chansons. Colette Magny croit en l'homme, elle veut faire confiance à chacun. Peut-être que ses efforts ne furent pas tout à fait vains, puisque, partis au bout de trois quarts d'heure, en menaçant: « Attention! nous reviendrons demain, et il y aura du grabuge ! " les six énergumènes renoncèrent finalement à leur projet. Mais le lendemain, il n'y avait personne dans le cabaret pour écouter Colette Magny, pas même les auditeurs qui auraient apprécié son art et les thèmes de ses chansons, car ceux-là, jusqu'à ce jour du moins, ne voulaie nt pas se retrouver au « Marq uis Clüb » avec 'les propag and istes de Tixier-Vignancour ... Mais l'U.N.E:F. ayant été alertée, un récital s'était tenu l'aprèsmi ·di dans une autre salle ; 'et, le s urlendemain, les étudiants étaient nombreux au cabaret-même pour applaudi r Oolette Mag ny. Parmi eux, des Africa ins, dont beaucoup font le urs études à Poitiers, et qui , ve naient pour la première fois en ces lieux interdits .. .. IParce qu'el·le a choisi d'i ntrodu ire dans ses chansons un souffle de v·ie réelle, parce qu'elle ne craint pas ,d'évoquer - comme les jeunes chanteurs américains de la « nouvelle vag ue " - les gmnds problèmes de notre temps : le racisme, la guerre, le colonialisme, Colette Mag ny doit souvent faire face à des att itudes host iles. Mais, dût sa carrière en souffrir, el'le a to ujours tenu à placer son inspiration, sa conception de l'art, au-dessus de ,toute autre considération, sans céder aux chantages, ni aux pressions ... Sa foi ardente, son courage, tout autant que son indéniable talent méritent l'admiration et une sympathie active. En ce moment, Cole'tte Magny chante à Paris, à « La Vieille Grille ", 1, rue du PuitsJde-I'E·rmite (métro: Monge) avec le Trio François Tusques (Free Jazz) et plusieurs autres artistes. Le spectacle a ,lieu chaque jour (sauf lundi) de 18 à 20 heures (consommation : 5 francs). Allez-y. Béchar, puis à Hammaguir. Pen~ant les pauses, pJusieurs jours parfOIS, Je passais mon temps à me promener tout ~euL J'ai observé ainsi ces paysages andes, leur grandeur, leur beauté ... Le matin, je voyais ,souven~ d~s mira· ges. Une moptagne m apparalssal.t, diVIsée en colonnes de formes diverses. C'était très cUl'ieux. - La couleur vOttS a-t-elLe surpris? - Les couleurs variaient beaucoup suivant les heures de la journée .. Des blancs des bleus-verts le matin, des jaunes i~tenses mangés par le soleil vers midi, et des rouges le soir, des oranges, des bleus, des violets, des roses... Sur le sol complètement noir, une montagne s.e détache en rose, en orange au solet! couchant. Je n'avais jamais vu en France ces couchers de soleil extraordinaires. Cette plaine sans autre limite que l'hor~zon en forme de cercle complet, apparalt comme une terre surréelle, avec les sables gris et blancs semés de rochers sombres. _ Quelque chose d'autre VO ltS a-t-il impressionné? - D'entendre, quand il y a du vent, le sifflement bizarre (jui se produit. Et la forme de ces montagnes très anciennes, dont certaines ressemblent à des monstres préhistoriqucs. Au printemps, la Hammada se couvrait de fleurs magnifiques

des violets, des blcus, des

rouges intenses ... - y avait-il des bêtes? - Des dromadaires et des gazelles. Des chacals des fennecs, des vipères à cornes très' dangereuses. Et aussi des , aigles blancs, des faucons. - Ave:::-vous eu des contacts avec la populatioll algérienne? - Comme j'appartenais à une base spéciale, je n'ai pas vécu parmi les Algériens. Dans ce poste, je ne voyais guère que mes camarades, des Français de départements divers. Mais comprendre les hommes d'un autre pays, n'est-ce pas nouer avec leur terre cet acçord profond? L'émotion que communique à Philippe Bernard l'envergure et le rythme . d'un paysage, Alain Boullet l'éprouve devant un être humain. Sa passion du dessin cst celle d'enregistrer la vie, dc toucher au coeur des autres. « Pas une journée sans que je dessine. » - Dans quelles circonstallces Q'e::;vous pt~ d.essiner ces enfants? Ces /tommes et ces femmes d'Algérie? J A. B. - Les femmes dont j'ai fait le portrait étaient interprètes. Les autres dans la région étaient voilées. Elles ne se seraient pas volontiers laissées dessiner, je n'ai d'ailleurs jamais essayé de le faire. Je suis resté dix-huit mois dans des postes isolés de la montagne du Zaccar, au sud de Blida. J'ai même vécu dans un hôtel désaffecté où Saint-Saëns avait composé les Sttites Algériennes. J'avais alors vingt-cinq ans. Dans des villages de regroupement comme celui de Boumed- Fa, je tenais le rôle d'infirmier au poste sanitaire. J'y ai beaucoup dessiné. - L es Algériens dont ~'OllS ave:: fait le portrait parlaient-ils fran ça'is r - Non. Le seul lien entre nous s'établissait par le dessin. J'ai l'encontré pa rfois de l'indifférence, jamais un refus. Cela amusait beaucoup les enfants que l'on fasse leur portrait. Certains hommes '~F. ... ~ tx .;. ... ~'" .} Deux dessins d'Alain Boullet (ci·dessus et en haut à gauche ) ; une aquarelle de Philippe Bernard : « Paysage saharien ». voyaient pour la premièl-e fois quelqu'un dessiner. J'ai de~iné ce vieillard qui était venu du village se faire soigner. Je le revOIS assis, appuyé sur sa canne, immobile, d'une très grande noblesse avec son turban, son long voile... Et ce contentement, quand je lui ai fait voir le dessin. - Qlle représente pour VOliS 1.: dessin? - Je mets le dessin avant tout. C'est comme une écriture spontanée, di recte a vec ses élans, ses arrêts, ses repentirs. Le dessin est un moyen de communication entre les hommes, car il enregistre une chose, une é111otion, COl11l1le ~\t1 sismographe. Il llI 'est impossible de copier l'un de llles dessins. Car dessiner implique une espèce de fièvre, de tCf1: sion. Devant un h0111me ou un enfant, je le dessine en pensée, je cherche son caractère. Il ne se passe pas une journée sans que je dessine. L'être humain surtout m'attire. Je trom'e extraordinaire, alors que nous sommes si nombreux sur 1,\ terre, qu'il n'y ait pas deux visages qui se ressemblent. - N'ave:::-vous pas aussi dessiné des: i"oirs? - J'en ai dessiné, sculpté quand jü me suis trouvé dans un régiment noir de l'armée coloniale. Les soldats venaient de la Haute-Volta. Souvent j'écrivai!i leurs lettres, je faisais leur portrait au fusain. J'en ai sculpté certains dans la glaise de l'Oued, une belle terre à poterie. L'un d'eux est retourné dans son pays emportant la sculpture de sa têtc, grandeur nature, qui pesait une dizaiIHl de kilos. - Et depuis votre retond' - J'ai eu la révélation de la couleur en Espagne. Et jamais je n'ai cessé de dessiner. Car, pourquoi allons-nous voir auj ourd'hui un portrait de Rembrandt, de Corot, de Chardin? La permanence de leur oeuvre, c'est leur esprit qui vit. Mon rêve, c'est de toucher au coeur de l'être humain, d'aller en Alaska ou en Afrique Noire, ou simplement dans les hôpi!aux. N'y a-t-il pas là des thèmes extraordinaires? Au delà de la souffrance, exprimer les choses les plus secrètes; les plus humaines, les plus grandes, avec les moyens apparamment les plus simples. Je crois que l'essentiel est d'être infi~ lliment honnête, humble devant la vie. Juliette DARLE. LIVRES UN SURVOL RAPIDE L'année 1965, fertile en événements et en initiatives du M:R,A.P., ne nous a pas permis, autant que nous l'aurions souhaité, de rendre compte ,lors de leur parution des nombreux livres se rapportant aux problèmes du racisme et de l'antisémitisme. Avant les fêtes, nous ne pouvons pourtant pas fai're moins qu'un survol ~apide des parutions de l'année, une sélection qui n'a rien d'exhaustif. 'ESSAIS, THESES, REPORTAGES • « TOUSSAINT LOUVERTURE », par Roger Dorsinville (Julliard). « L'histoire des rapports entre deux révolutions, celle de Saint-Domingue et celle dite de 89 « la nôtre » - qui ne commença guère qu'une année plus tôt, mais qui allait déboucher pour nous sur l'Empire en cette même année de 1804 où sa soeur presque jumelle accédait à l'indépendance. » Cette histoire se situe entre 1789 et 1802 et dépasse l'aventure de Toussaint Louverture. • « L'EPOPEE DELGRES », par Germain Saint-Ruf (Librairie de l'Etoile) . L'action se situe en Guadeloupe en 1789. .« LES FRANÇAISES A RAVENSBRUCK », par l'Amicale de Ravensbrück et l'Association des Déportées et Internées de la Résistance (Gallimard). Un témoignage collectif. • « AFRIQUE AMBIGUE », par Georges Balandier (plon 10/ 18). Le professeur Balandier, l'un des trois africanistes de la Sorbonne, dégage l'ambiguité africaine : tradition et révolution. • « TROIS VIES POUR LA LIBERTE », par William Bradford Huie (Stock). « Récit dramatique et concret du tragique destin de trois jeunes Américains qui ont perdu la vie pour que règnent la justice et la liberté ». • « L'EGYPTE EN REVOLUTION », par Claude Estier (Julliard). Le journaliste du « Nouvel Observateur » présente le bilan du régime de Nasser et se penche sur les perspectives nouvelles. • « LE NIGER, PAYS A JJECOUVRIR », par Andrée Clair (Hachette). Auteur de nombreux ouvrages à l'usage des écoliers africains, Andrée Clair nous fait découvrir un pays en pleine transformation. • « L'APARTHEID », par Nelson Mandela (Editions de Minuit). Avec le dirigeant nationaliste nous suivons le processus qui ramène de l'opposition légaliste à l'action directe. ROMANS • « RETOUR A BROOKLYN », par Alfred Kazin (Vent d'Ouest-Seghers). Roman autobiographique qui emmène le lecteur sur les lieux de l'enfance de l'auteur. • « UN AMERICAIN EN ENFER », par Melvin Van Peebles (Denoël). Le Diable fait souffrir les Blancs en utilisant les Noirs. Le Noir Abe se lie d'amitié avec le Blanc Dave et tous deux retournent sur la terre pour parler aux hommes. Malheureusement ils se sépareront. • « BERTILLON 166 », par José Soler Puig (Les Editeurs français réunis). Vingt-quatre heures de terreur et d'opposition à Santiago de Cuba, sous le règne de Batista. Ce livre a reçu le prix décerné par « La Casa de Las Americas ». Il faut lire les ouvrages traduits des auteurs sudaméricains. Ils sont révélateurs de faits que l'on ignore ou que l'on oublie trop souvent. • « L'OPIUM ET LE BATON », par Mouloud Mammeri (Plon). La guerre d'Algérie, du côté du F.L.N. Des hommes et des femmes avec toutes leurs contradictions et tous leurs élans pendant la tourmente. • « LE PAIN DES TEMPS MAUDITS », par Paul Tillard (Julliard): Un ancien déporté, qui connut les pires conditions, exalte la valeur de l'homme. • « LES BAGNOULIS ", par Albert Ben Soussan (Mercure de France) . « Un contingent miné par l'ennui fait mollement une guerre absurde ». Un premier livre qui en fait souhaiter un second. ,BRANLE BAS DANS LA PRESSE RACISTE

  • Suite de la page 8

race biologiquement pure sur cette terre, même pas celle des imbéciles, que nous sommes tous le résultat de métissages incroyablement complexes depuis l'origine des temps jusqu'à nos jours et qu'il n'existe en réalité qu'une seule race digne de ce nom : la race humaine. Plus loin, le même François Brigneau s 'étonne que la qualité de « rebelles » des colons rhodésiens n'entraîne pas en leur fayeur les sympathies d'usage : « Eto11nante habitude. Inhabituel 1'éflexe . D'ordinaire les rebelles connaissent d'autres attenl ions. Le grand coeur généreu.1: dn monde bat ponr eux. » Où a-t-il vu que « le coeur généreux du. mOllde » devrait battre POUl- des rebelles parce qu'ils sont rebelles? Faut-i 1 répéter que c'est le contenu de la rébellion, sa signification, ses objectifs qui comptent? « Reprendre en mains la situation » De Bernard Cabanes dans « Carrefour » du 24 novembre : « Les cILamPio11s dn féodalisme et du tribalisme sont ceux qui veulent rame- 11er les 20ulolls sur le sentie?' de la guerre. » A quelle tribu appartient cc monsieur? Sur quel « sentier de la guene » promène-t-il ses guêtres? Autre rengaine ( Aspects de la France » du 25 novembre, sous la signature de Claude Chavin); il parle des « Afrorlsiatiques » qui, après les ultimes « abandolls supplémentaires des Occidelllaux » feront, paraît-il, d'amères réflexions

« Ils 1'isquent de s'apercevoir irop fard qu'à la place dn colollialisme, qlti '/l'a pas fait gue dit mal, ils allront laissé s'instaurer le 1'ègHe d'un racisme et d'1t11 impérialisme de couleur. » Pour Robert Anders, de « Rivarol » (du 25 novembre) : « on peut être c.eriain qU'1Ine inter'vention militaire européenne, suivie d'une reprise en main de la .iLuation, serait accueillie Q7'ec joie par les pa}'salls noirs. » - Monsieur le bon Blanc, voul ezYOUS être assez bon pour « reprendre el! ma'in la situation », c'est-à-dire pour nous aider par un bon bain de sang exemplaire à retrouver le droit chemin. Tel est le « cinéma » que se jouent à eux-mêmes ceux qui n'ont rien appris ct rien oublié. Ils l'auront bien cherché « Cc serait ulle erreur de croire que ce.l [chos,es l'illirollt par des cILa11ts el des apothéor scs », a dit Victor Hugo en d'autre temps. Une sourde crainte perce dans l'article de Raymond Lacoste, clans « Aspects de la France» du 9 décembre : « 011 est à la veille d'mie explosiot. en Afrique. Les fanatiques appltyés par le r;jza 11 a, l'Elhiopie, l'Egypte, la Tan.~ anie, le Kenya et les COIIl111l1l1isles dn /lIonde elltier préParent ll11e croisade allti-blanche. » Cette form ulation est absurde : quelle est donc la couleur de peau d'une pel'sonnalité aussi éminente que « l'évêque anglican de Salisbury, qui a prononcé un serlllon rec01lJzaissant aux fidèles le droit, sillon même le devoir, de 1'efuser obéissance alt gOl/'t'ernement rhodésien? » ( Rivarol » clu 18 novembre.) Dans l'article cl' « Aspects de la France » du 9 décembre, l'auteur ne peut pas s'empêcher de .Qualifier la plus haute autorité chrétienne d'Afrique du Nord de « cardinal fellaga Duval ». Non, les ultras du colonialisme, les acharnés de l'oppression des peuples d'Afrique ne sont ]J9-S « les Blancs » à eux tout seuls. Mais sans qu'il soit besoin cl'une « croisade antiblanche », il est certain que ceux qui veulent perpétuer le système antérieur portent d'ores et déjà la responsabilité de « l'explosion» qu'ils pressentent et qui s'annonce : ils l'auront bien cherchée. Il est temps encore d'arrêter la catastrophe. Roger MARIA. 11 ------ -Maurice Mend;isky HOMMAGE AUX COMBATTANTS MARTYRS DU GHETTO DE VARSOVIE ... « Et si la jeune femme qui se dresse, tranquille et muette devant un décor de ruines, n'ose ,pas tout à fait sourire, le sourire est proche pourtant au-dessus de la gerbe de fleurs qu'elle 'Porte comme l'espoir, et cet espoir et ce sourire, la mort ne les eftfacera plus n_ .. Ainsi s'achève, commentant l'ultime image, le texte admir,able de Vercors qui sert de prélude à ce livre poignant. Les dessins de Maurice Mendjisky sont préCédés encore d'un poème inédit de Paul Eluard, évocation magistrale du Ghetto de Varsovi'e, des combats et ,des souffrances , des espoirs aussi qui ont fait de la révolte des jUifs contre leurs bourreaux nazis, un grand moment de la conscience universelle. Les 35 dessins sur planches de cette " véritable symphonie pathétique du noir et du blanc ", que Matisse admira, son1: présentés en un luxueux album sous couverture forte et jacquette suédée d'une grande élégance, réalisé par les soins des Editions des Boulingrins à Monaco. . Tout homme de goût, tout homme de coeur s'honorera de posséder dans sa bibliothèque cette oeuvre monumentale d'une e~ceptionnelle valeur artistique, littéraire et humaine, qui constitue un magnifique cadeau de fin d'année. L'EXEMPLAIRE: 100 FRANCS (envoi franco) . P. H. Mau~orps, A. Memmi et J.-F. Held LES FRANÇAIS ET LE RACISME Préparée par une vaste enquête du M.R.A.P., cette étude constitue un ouv,rage de base, indi'spensable à tous les combattants antiracistes. Elle sera lue aussi, avec un intérêt passionné, par quiconque se préoccupe des réa,Jjtés de notre temps. (Editions Payot - Collection « Etudes et Documents .). LE VOLUME: 15 FRANCS. (Ajouter 1 franc pour les frais d'envoi.) Pierre Paraf LE RACISME DANS LE MONDE Cet ouvrage du président du M.R.A.P. paru l'an dernier, demeure d'une brûlante actualité. Il vient de valoir à son auteur le Prix Andiffred de l'Académie des Sciences Morales. (Editions Payot - Collections « Etudes et Documents •. ) LE VOLUME: 12 FRANCS. (Ajouter 1 franc pour les frais d'envoi.) René - Louis LAFFORGUE CHANTE POUR LE MRAP Dans ce disque 33 tours qui vient de sortir au Chant dJ Monde figurent deux chansons antiracistes: « Les enfants d'Auschwitz · et « Made in U.S .A. " que René-Louis Lafforgue a chantées pour la première fois sur scène au gala du M.R.A.P., le 21 novembre, salle Pleyel. Il a été ovationné par l'assistance bouleversée. Un disque à offrir à vos amis. I.'EXEMPLAIRE : 10 FRANCS. (Ajouter 1 franc pour les frais d'envoi.) LES BROCHURES DE cc DROIT ET LIBERTE ~~ « Les racistes contre la République" qui vient de paraître est la troisième broc~u.re édit~e en supp,!ément à notre journal. Son intérêt tout particulier dans ,la periode presente lUi vaut un grand succès : bien de nos lecteurs en ont commandé plusieurs dizaines pour les distribuer autour d'eux. Les deux précédentes sont encore disponibles en nombre restreint. • LES RACISTES CONTRE LA REPUBLIQUE ... 1 franc. • LE DRAME CONGOLAIS, par M' Jules Chomé ... 2 francs. • LA COMMUNAUTE DES NATIONS CONTRE LE RACISME (recueil de textes adoptés par l'O.N.U ., avec une préfa'ce de René Cassin) ... 2 francs. Le dl'ame congolais

.~' .ruh Charles 2 juillet 2010 à 10
20 (UTC):-'d"" ,~w;;:,,~ 9V(dU:'»"'«».\~"'~~

! 1 Ces livres, brochures et disques peuvent être commandés directement à « Droit et liberté n, 30, rue des Jeûneurs, Paris-II', C,C.P. 60.70,98 Paris. 1 t ~ 12 LA VIE DU M. R. A. P. AU CONSEIL NATIONAL UN ARTICLE DE PIERRE PARAF , dans une re\lue catholique italienne Vers de nouveaux progres La :revue ita,lienne « Studi Catto'lici • consacre sa livraison de novembre à • La paix dans Ile monde ». Une partie :importante du numéro étudie spécialement « le racisme, obstacle à la paix ". On peut y 'lire six articles sur cette question, dont .j'un sur « la genèse psychologique du 'P~éjugé racial., par le professeur Otto Klineberg, et un de Pierre Paraf, président du M.R.AJP., intitulé: " Le racisme dans le monde ». R EUNI à Paris le dimanche 14 novembre, à la salle de l'Encouragement, 44, rue de Rennes, le Conseil National du M.R.A.P. a longuement fait le point de l'action en cours et de ses perspectives Nouveau témoignage de la solidarité, il travers toutes les frontières, des de développement. hommes de bonne volonté 'qui entendent agir efficacement pour l'amitié et 'la compréhension, conditions d'une paix véritable. Contre les menées racistes Il ~C Il lE lf .) .) • L'EXPOSITION LINCOLN, organisée par le M.R.A.P. se trouve, du 6 au 24 décembre, dans les locaux du Comité d'entreprise d'Air-France, à Orly-Nord. A partir du 7 janvier, elle aura lieu à Clermont- Ferrand, où elle sera l'occasion de diverses manifestations antiracistes. d'Afrique Noire, le 24 novembre, bouIevard Poniatowski, et à celui de l'Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains, le 16 décembre. • LE LIVRE « LES JUIFS », de Roger Peyrefitte, ayant été introduit dans la bibliothèque du Centre des Renseignements Téléphoniques, à Paris, une partie du personnel s'en est émue, ainsi que le syndicat C.G.T. Pour que le livre soit retiré, des démarches ont été faites auprès du chef de Centre à qui ont été remis les articles parus à ce sujet dans « Droit et Liberté li. Examinant, pour commencer, le contexte dans lequel se déploient nos efforts, M' Jean Shapira, dans un premier rapport, trace un frappant tableau des menées racistes dans notre pays, qu'illustrent les campagnes de « Minute li contre les Noirs et les Algériens, les falsifications d'un Rassinier tendant à disculper le nazisme des crimes qu'il a commis, l'agitation des groupes comme « Europe Action Il sous le couvert de la candidature de Tixier-Vignancour. Il montre le danger de la création d'un nouveau parti d'extrême-droite, regroupant tous les éléments racistes et antisémites, dont l'idéologie antidémocratique et les métho· des violentes sont bien connues. • A LA CITE UNIVERSITAIRE DE PARIS, les résidents du Pavillon de la F.O.M. organisent, le lundi 20 décembre, à 20 h. 30, en liaison avec le Comité étudiant du M.R.A.P., un débat sur le livre « Les Français et le racisme li, avec la participation de J .F. Held. • A LA MAISON DES JEUNES DE GENNEVILLIERS, débat sur le racisme, le samedi 18 décembre, avec M' Mireille GLAYMAN, membre du Conseil National du M.R.A.P. • LES ELEVES DES CLASSES TERMINALES du lycée de Montgeron, organisent avec les documents fournis par le M.R.A.P., une exposition sur le racisme qui sera ouverte prochainement. • CONTRE L'ACQUITTEMENT DE COLLIE LEROY WILKINS, l'assassin de la militante antiraciste Mme Viola Luizzo, en Alabama, des pétitions ont été éditées par le Comité du M.R.A.P. de la région parisienne. Citons particulièrement un militant qui, en deux jours, a recueilli 120 signatures. Ces pétitions seront communiquées aux autorités américaines. Le débat qui suit, met l'accent sur la nécessité d'informer largement l'opinion, par des réunions et conférences, et surtout par la diffusion massive de notre brochure « Les racistes contre la République li. Nous devons riposter vigoureusement à toute manilestation de racisme. Nous agirons d'une façon plus pressante encore pour obtenir des pouvoirs publics l'interdiction des groupes racistes et antisémites qui relèvent la tête, ainsi que la condamnation exemplaire des au· teurs d'excitations à la haine. II convient, parallèlement, d'amplifier notre campagne pour l'adoption des deux propositions de lois antiracistes soumises par le M.R.A.P. au Parlement_ • LE M.R.A.P. ETAIT REPRESENTE par : Roger Maria, le 11 décembre à la conférence de Mme David, « Les tsiganes de l'Europe de l'Est li ; Joseph Creitz à la cérémonie commémorative organisée le 12 décembre au Père Lachaise par l'Amicale des Anciens Déportés Juifs ; Marie-Louise Kahn, Joseph Creitz et Alexandre Chil-Kozlowski, à la cérémonie de l'A.J.A.R. à l'Arc de Triomphe, le 15 décembre ; M'Fernand Benhaïem, au meeting de la Fédération des Etudiants • LE COMITE DU NORD a tenu, le 8 décembre dernier, son Assemblée Générale. Charles Palant, secrétaire général du Mouvement, prononça une conférence sur le thème « Où en est le racisme 20 ans après la Libération ? li. Un débat très animé et très positif suivit. Après l'adoption du rapport moral, et l'élection du bureau, un plan de travail fut élaboré pour l'année à venir; il prévoit, outre l'exposition Abraham Lincoln, une série de conférences, à propos des travaux du Concile, du problème racial aux U.S.A., du racisme en France, etc. « Des actes et des hommes » Concernant les problèmes d'organisa· tion et de propagande, Hugues Steiner, dans le second rapport, s'attache à définir les moyens propres à susciter la création de nouveaux comités du M.R.A.P., dans le cadre local ou professionneL Il préconise notamment l'organisation d'as-

LEGENDES TENACES J'ai reçu votre superbe brochure « Les racistes contre la République » et je vous en félicite bien vivement et j'en approuve entièrement tout le contenu. Vous faites bien de clouer au pilori le fasciste Tixier-Vignancour qui pendant la campagne des présidentielles montre patte blanche, mais ce bloc enfariné ne dit rien qui vaille. Quoiqu'il n'en fasse pas du tout ou très peu mention, il reste le pétainiste, le raciste., le fasciste et le réactionnaire et il a beau dire qu'il n'y a plus de droite ni de gauche, il est bien lui de l'extrême-droite. Encore une fois bravo ! J'approuve entièrement le 9' paragraphe de la page 42 de ladite brochure après le 3' car hélas, je sais combien sont tenaces les partis pris antisémites. En effet, combien de fois ne surprend-on pas de braves gens qui, par inconscience, par routine, par bêtise ou parfois un peu par jalousie pour certain ou par une certaine habitude en train de dire : « C'est la faute des juifs, un tel c'est encore un juil, il est radin, pire qu'un juif » ; et combien de fois j'ai dû en rabrouer en leur disant : « Mais dans cE' village, il n'y a pas de juifs. Ce n'est donc pas eux qui peuvent être rendus responsables de ce qui ne va pas et ton épicier qui est un grippe-sous, il n'est pas juif, quoique tu lui aies donné cette appellation péjorative et raciste, qu'est-ce que les juifs oni à voir làdedans ! « Mais l'on voit ainsi, insensiblement, se former une opinion antisémite qui ne repose sur rien de concret, uniquement sur ce que l'on a entendu dire des juils. C'est un peu l'histoire du breton têtu ou du corse fainéant ! Il Y a ainsi des légendes tenaces qui font du mal. Ci-joint une commande. Merci encore et bien fraternellement à vous. Clément BAUDOIN Erbalunga Brando (Corse) LES PRETENDUS « LIBERAUX» J'apprends que vous éditez une brochure sur Tixier et sa bande pourriez-vous m'en faire parvenir un exemplaire contre remboursement ? Je vous en remercie par avance. Il n'est, en effet, que trop utile que soient stigmatisés les prétendus « libéraux », vichystes ou activistes, en tout cas fascisants ... et racistes honteux. Claude LEVY Professeur d'Histoire Paris-XII" DES REGARDS ATTENTIFS Je suis moi-même abonné à votre journal « Droit et Liberté » que j'expose bravement dans la salle d'attente du cabinet de ma mère (qui est sagefemme). Dans le métro, j'ouvre largement les feuilles de votre mensuel et je surprends souvent des regards attentifs à vos lignes. J'ai bien sûr trouvé beaucoup d'intérêt à votre supplément du n° 247 « Les racistes contre la République ». Je ne suis pas le seul, d'ailleurs, je vous demande de me faire parvenir 8 exemplaires de cette 'petite oeuvre d'actualité. J'espère pouvoir vous procurer quelques adhésions au journal, je souhaite aussi vous redemander bientôt des petites brochures. Je ne sais pas si vous lirez ma lettre, Richard IHE-AUROY Paris-20' SUR « ANDORRA » La Comédie de Saint-Etienne, dirigée par Jean Dasté, ayant présenté à Grenoble, la pièce « Andorra », de Max Frisch, le « Dauphiné Libéré » a publié le lendemain 28 octobre, un article violemment hostile à la pièce. Il y voit une « exhibition de car~tère presque pathologique » qui « irrite dans la mesure où s'y révèle une volonté de provocation par trop arbitraire, se manifestant par l'emploi abusif des situations cruelles ». « On s'aperçoit, écrit encore le critique, que sa carcasse d'idéologie, de hantise grave, sa fausse valeur d'émancipation, son suc d'intellectualisme, cachent les entrailles d'un vieux mélo ». « Mais pourquoi, grands dieux, conclut-il, mais pourquoi se complaire toujours dans le morbide et la nuit ? Pourquoi ne choisir que des pièces meublant d'oripeaux nos tréteaux ? ( ... ) Sur la France, le pays du théâtre, il y a encore de belles clartés, des lumières qui réchauffent, du bonheur dans les branches et des rires dans les prés ( .. .) Plus de pièces où l'on se prend la tête entre les mains pour comprendre! Nous voulons du théâtre clair et sain ». Dès la parution de la critique, j'ai adressé au « Dauphiné Libéré li la lettre de protestation que voici : « Votre critique dans le « Dauphiné Libéré » du 28 octobre non seulement n'est pas Objective, mais semble , avoir comme but principal de nuire, bien que vous cherchiez par des jeux de mots à ne pas vous compromettre. « Vous ne dites pas un mot des décors très astucieux, et encore bien moins, car ce serait vous infliger une contradiction à vous-même, des applaudissements réitérés du pu-

  • blic, qui s'adressaient non seulement

aux acteurs excellents, mais aussi à la pièce. « Si le fond de cette oeuvre vous choque personnellement, vous vous moquez éperdument du public, et essentiellement de celui qui était dans la salle hier, avec vous. « Une rubrique du tiercé, et le tiercé, peuvent évidemment donner aussi un spectacle, de l'amusement, des illusions, sans avoir à réfléchir, à bien meilleur marché qu'une place de théâtre, ne fut-ce qu'un strapontin ». C.R. BRESLER Grenoble PAS D'ACCORD Un soi-disant « comité de coordination d'anciens combattants et déportés juifs de France » a diffusé par tracts un appel à voter pour le général de Gaulle en indiquant notamment « qu'aucune action antisémite ou raciale tentée par le nazisme renaissant n'a pu voir le jour sous les gouvernements du général de Gaulle li et que « le général de Gaulle est l'ami déclaré de l'Etat d'Israël ». Il me semble qu'il n'est pas dans le tôle d'une communauté juive de faire la propagande d'un candidat et de cette façon. .Je réprouve tout à fait une telle manière d'agIr. S.K. Audincourt UNE CONTRIBUTION Je vous prie de vouloir bien trouver sous ce pli les talons de 2 carnets de bons de soutien que je garde pour mon compte personnel, dans le but d'apporter une contribution à l'oeuvre si agissante qu'est le M.R.A,P. Mme MARX, Vitry-le-François. sises régionales, l'utilisation de films, l'organisation de manifestations artistiques et cuIturelles, en faisant toujours appel au concours de la presse. Il insiste tout particulièrement sur l'aide que les militants du M.R.A.P. doivent apporter au C.L.E.P.R. (Centre de Liaison des Edu· cateurs contre les Préjugés Raciaux) pour que se développe son action pédagogique, si utile pour la formation de la jeunesse dans un esprit de fraternité humaine. « Ce dont nous avons un besoin urgent, conclut-il, ce ne sont pas des idées, ce sont des actes et des hommes li. Dans la ' discussion, sont apportés de nombreux exemples concrets des pos· sibilités qui s'offrent au M.R.A.P. pour mobiliser de nouveaux militants et sympathisants. « Droit et Liberté » Le troisième débat porte sur « Droit et Liberté li après un rapport de notre rédacteur en chef, Albert Lévy, qui souligne le rôle décisif de notre mensuel dans le développement de l'influence du M.R.A.P., et le rassemblement des énergies pour le soutien de notre action. Un questionnaire à ce sujet avait été envoyé aux membres du Conseil National, et de nombreuses remarques sont faites en réponse. Nos lecteurs seront, eux aussi prOChainement appelés à donner leur point de vue sur les mesures à prendre pour rendre « Droit et Liberté » plus apte à poursuivre sa mission. D'ores et déjà, toutes les suggestions seront accueillies avec intérêt par la commission désignée pour cette étude.

  • Un compte rendu aussi bref ne peut

évidemment pas faire apparaître la richesse des débats, la multiplicité des décisions prises : c'est à leurs effets qu'il conviendra de les juger dans la pro· chaine période. Les travaux du Conseil National furent présidés par Pierre Paraf, président du Mouvement, puis par Me Armand Dymenstajn. Sont intervenus successivement au cours de la journée : M' Georges Sarotte, le Dr Hassoun, Louise Alean, Paul Guyard, M. Kremski, Charles Ovezarek, le Dr Louisette Hirsch, Alain Gaussel, Roland Hattab, le professeur Marc-André Bloch, Henri Citrinot, Jacqueline Marchand, M. Cukierman, Emmanuel N'Gassa, M' Yves Jouffa, Marie-Louise Itahn, Maurice Fenigstein, Mme Davisse, B. Kleinman, Henri Kziwkoski, Elyane Mo· reau. SoutIrant, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., n 'avait pu participer aux débats. Pour la diffusion de la brochure : « LES RACISTES CON IRE LA REPUBLIOUE » Un certain nombre de préSidents de Saciétés mutualistes juives ont adopté l'appel suivant: Les Présidents soussignés de Sociétés Mut'ualistes Juives, approuvant chaleureusement l'action poursuivie par le M.R.A.P. pour mobiliser l'opinion démocratique contre les groupes et les publications antisémites et racistes qui se rassemblent actuellement autour de Tixier-Vignancour, saluent avec un grand intérêt la sortie de la brochure « Les racistes contre la République » éditée sous forme de supplément à « Droit et Liberté ». invitent les milliers de familles juives adhérentes aux Sociétés Mutualistes à lire cette brochure, à la diffuser massivement, et à collecter pour que son tirage puisse être encore accru, s'engagent à soutenir activement la campagne du M.R.A.P. aujourd'hui si nécessaire, pour l'interdiction des groupes et des publications qui excitent à la haine contre les juifs, et pour l'adoption des deux propositions de lois antiracistes déposées devant le Parlement. Cet appel est signé par MM. Ankelevitch, préSident d'honneur ,de l'Union des Sociétés Mutua'iistes Juives de France (Société des Originaires de Konsk), Adolphe Berno (Varsovie et environs), M. Fenigstein (,Amis Israé'lites de France). Mme S. Goldadler (Enfants de Lublin), MM. Guberek (Minsk-Maz.owiec). Kanar (Secours aux Amis), J. Mlokier (Amis de Ciechanow), A. Poznanski (Kielce), Rosenblum, préSident de rU.S.J.M .F. (Société Kalisz), A. Sadenfis, président de l'U.S.J. MF (Société Pulawy), Schakowitz (Garvoline - Siedlec), Solnicky (Falenic - Ctwock) , Swarcenberg (Praga), Tajtelbaum (Chme',lnik), S. Wajsbert (Amis de Siedlec), Wloszojowsky (Nowo - Radomsk) , Wroclans (Censtochow), Zylberberg (Krasnik) , Zylberzan (Aide Fraterne:lle) . Aux étudiants LE Comité Etudiant du M.R.A.P., réuni le lundi 29 novembre, a défini ses buts : - informer objectivement les étudiants du danger raciste, trop volontiers minimisé ou nié ; - regrouper tous ceux qui sont convaincus de la nécessité d'une action antiraciste parmi les jeunes. Le Comité Etudiant invite cordialement les étudiantes et étudiants sympathisants à se joindre à ses prochaines réunions qui auront lieu au siège du M.R.A.P., à 18 h. 30, le Ijeudi 6 janvier, et les lundis 17 et 31 janvier 1966. Un débat à la Sorbonne Sur linitiative du Comité Etudiant du M.R.A.P., et avec le concours de 'ia Fédération des Groupes d'Etudes de Lettres (U.N.EJF.) un débat aura 'ii eu à ,la Sorbonne, amphithéâtre Descartes, le mercredi 12 janvier, à 20 h. 30, sur le livre « Les Français et le racisme ». Les auteurs, P.-H. Maucorps, Albert Memmi et J.-F. Held y participeront, ainsi que différentes personnalités universitaires. Une initiative des lycéens Le Comité des Lycéens du M.R.A.P. organise le dimanche 29 janvier, à 10 heures, précises, au cinéma Le Marais, rue du Temple (métro : Hôtel de Ville), la projection du très beau film « One Potato, Two potato » (Le procès de Julie Richards) . te Comité des Lycéens prépare également, entre autres, une conférence sur le thème : « Le racisme devant la science ». Renseignements et adhésions au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2' (GUT. 09-57). Belle soirée antiraciste au T.E.P. Un publiC particulièrement nombreux et attentif a assisté le Ijeudi 2 décembre au magazine de l'actualité organisé comme chaque mois par le Théâtre de l'Est Parisien. ta présence de François Mauriac, du compositeur André Jolivet, de l'écrivain Albert Memmi ainsi que du chanteurcompositeur Mamice Fanon, a conféré à cette soirée un éclat exc'eptionneJ. A cette occasion le Comité du M.R.A.P. du XXc arrondisse· ment exprima ses chaleureux remerciements à la direction du r.E.p. ·d'avoir bien voulu, à sa demande, consacrer une partie de son magazine à la présentation du livre « Les Fran· çais et le Racisme ». L'interven~ion de notre ami Albert Memmi, co-auteur Ide cet ouvrage, a suscité un grand intérêt comme en témoigne le dialogue qui s'est engagé entre l'auteur et le public. L'expérience mérite d'être renouvelée et élargie. Avez .. vous Voici les résultats du tirage des Bons de Soutien du M.R.A.P., qui a eu lieu le 21 novembre, au Gala de la salle Pleyel : UN BON D'ACHAT DE 5.000 FRANCS AU BAZAR DE L'HOTEL DE VILLE : N ° 44.062. UN MEUBLE ACAJOU RADIO-ELECTROPHONE: N ° 63.690. UNE CAMERA ET UN PROJECTEUR N ° 33.523. UNE ·CRAVATE DE VISON: N ° 45.825. UN POSTE DE TELEVISION : N ° 92.678. UN MAGNETOPHONE: N ° 83.156. UN COLLIER DE PERLES: N ° 128.026. UN POSTE A TRANSISTOR: N °s 471 59.256 - 120.912. UN APPAREIL PHOTO: N° 35.013. UN INTERPHONE: N° 50.667. UNE CRAVATE FOURRURE: NOl 35.450 . 120.392. UNE CRAVATE CUIR: N° 16.337. UNE CRAVATE DAIM: NOl 8.874 - 87.324 - 91.302 . 96.801 - 100.776 - 126.736. UN BRIQUET: N° 126. UN PORTE·DOCUMENTS : N" 83 . 53.803 . 109.681 - 122.152. UN SAC A MAIN: N° 188. UN LIVRE D'ART: NOl 1.188 - 1.710 • 7.001 - 7.975 - 24340 - 28.583· 33.913 - 40.242 - 46.257 - 51.539- 56.438 - 65.008 - 75.513 - 83.707. 88.039 - 92.711- 107.811 - 110.481 - 119.102 - 119,601. UN EXEMPLAIRE DEDICACE DU LIVRE DE PIERRE PARAF « LE RACISME DANS LE MONDE» : NOl 21.697 . 43.911 - 93.355 - 112.752 . 125.801. UN EXEMPLAIRE DEDICACE DU LIVRE « LES FRANÇAIS ET LE RACISME» : NOl 27,652 - 81.258 - 83.240 - 87.786·117.762 - 128.010. UN DICTIONNAIRE LAROUSSE : N" 139 - 21.446 - 25.489 - 27,571 - 53.453 - 64.136· 70.249 - 82.212- 100.298 - 125.586. UN LIVRE : N" 349 - 399 - 422 - 2.346 - 2.693 - 5.464 - 5.940 . 12,201 - 12.215 - 14,107 - 16.384 - 23.902 . 27.794· 28.549 - 31A31· 31.435. 31.786· 32.257 . 32A04- 34.429 - 36.505· 44.950· 45.257 - 45.984. 48.036- 49.161 - 50.601 - 55,656 - 57.316 - 57.400 - 57.885- 58.297· 58.998 - 59.446 - 61.181 - 61.915 - 66.866- 68.855 - 70.592 - 72.733 - 77.076 - 77.371 - 77.432- 83.186 - 83.262· 83,291 - 84.182· 84.396· 85.400- 85.584 - 88,596 - 89.975· 90,681· 94,416 - 96.213·


13 ------

UN BRILLANT GALA EST-IL besoin de dire que le gala du M.R.A:P., le 21 novembre à 'Ia salle Pleyel, fut un grarrd succès ? Maintenant, c'est une tradition. Chaque année, la foule se rassemble pour cette grande manifestation artistique dédiée à ,la fraternité humaine. Anne Béranger, qui avait composé pour la troisième fois ce spectacle et assurait l'amicale direction du plateau, avait réuni une pléiade de vedettes, dont la sympathie honore la cause Ique nous défendons. IRythme avec Hugues Aufray, avec Nancy Holloway et les Players ; chant sur d'autres registres avec René-Louis Lafforgue, qui créa ce soir-là deux chan· sons antiracistes, et l'interprète japonais des « Feuilles Mortes », Hidéokoh ; poésie avec Claude Winter ; danse olassilque avec Claire Motte et Jean-Pierre Bonnefous, et moderne, avec les ballets de Vic Upshaw ; mime avec Claude Kipnis ; esprit et fantaisie avec Anne·Marie Carrière, les Garçons de la Rue et Jacques Bodoin ; ce fut, d'un bout à l'autre, aVec un vif plaisir que :l'assistance applaudit tous ces grands artistes allègrement présentés par Françoise Dorin et Roger Carel. A:près l'entracte, l'allocution, traditionnel.le aussi, de. Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.tP., fut approuvée également avec chaleur. LES PERSONNALITES Dans la salle, on reconnaissait, autour du président Pierre Paraf et Ide Mme Mathilde Paraf, de très nombreuses personnalités: MM. ·Pleskot, ambass·adeur de Tchéco.slovaquie ; Ahmed Ould Dié, premier secrétaire de l'ambassade de la République de Mauritanie ; Gaye, représentant l'ambassadeur du Sénégall ; Futi, représentant "'ambassadeur de Hongrie; un représentant de 'I 'ambassadeur d'Israël; M. Rawatt, directeur de l'Office du Tourisme Indien; .Mme Madeleine Jean-Zay; MM. Roger Carcassonne, sénateur ; Robert Ballanger, député ; Charles Lederman, conseiller municipal de Paris, président de l 'U.J. R.E. ; Les professeurs Alfred Kastler et Henri Desoille ; le pasteur Jacques Lochard ; .le R.P. Ghys ; 'les écrivains Claude Aveline, Albert Memmi, Olga Wormser ; l'éditeur J.-L. Pidoux-Payot ; M' David Lambert. Le monde du spectacle était aussi représenté dans la salle même, notamment par Jean-Claude Drouot, Jean Poiret; Serge Mayat et Jean-Claude Arnaud, de la Comédie Française; Milorad Miskovitch, danseur-étoile de 'l'Opéra ; le pianiste Claude Kahn ; ·le compositeur Michel Emer, le cinéaste Louis Daquin ; MM. Jolivald, Paul Peyre, Jean Bacqué, de l'O.R.T.F. ; M. Gamsohn, organisateur de concerts ; M. Schapira, directeur du Théâtre National Yidisch de Roumanie. Signalons également lia présence de n0":lbreux dirigeants d'associations diverses : MM. Etienne Nouveau, vice-président de l'U .F.A.C.; le professeur Ge!rges Weil ers vice.président de l'U.N.A.D .l.f. ; Lemaire (Grande Loge de France) ; Mme Chabredier (Union des F.emmes Françaises) ; MM. Vollet (A.N.A.C.R) ; Stamfater, président de la Fédération d~s Artis_a~s et Façonniers; Guedj (Centre Communaut~lre Isra~'lIte) _ ; Vilner, président de l'Union des AnCiens .Deportes Juifs ; Isi Blum et Appel (Union des Engages Volon- , ., gagne .... 96.572· 96.694·105.356 - 107.711 - 107.715 . 111.784 . 112.025 - 112.780 . 114.010 • 118.845 . 119.621 . 122.806 . 125.085 • 127.250 - 128.246. UN ALBUM POUR TIMBRES POSTES : NOl 25.002 . 36.076 . 65.227. UN AGENDA: N° 20.195. UN STYLO: N" 38 - 55 - 416 . 3.250 - 6.990 . 12.210 . 12.464· 17.166 - 21.355· 21.625 - 24.200 - 24.344 ' 35.008 - 35.193· 40.140 · 41.311 - 49.315 - 55.210' 56.491 _ 58.341· 72.282 - 72.400· 76.385· 82,304· 84.403 - 84.852· 86.324 - 87.209 - 89.276 - 93.431· 93.596 - 95,284 - 95.412 - 103.922 - 104.647 - 111.781 . 115.846.119.613· 126.820 - 128.586. UN DISQUE 33 TOURS : N~' 3.248 - 5.176 - 93.610 119.505 - 128.590. UN DISQUE 45 TOURS : N" 1.732 - 5,460 - 9.499 - 9.861 - 15.005· 15.505 - 23.415 - 25.725 - 32,314· 52.420· 53.879 - 56.638 - 57.665 - 60.071 - 61.912' 62.377 - 69.860 _ 76.431 - 79.806 - 84.421· 89.026· 92.352 - 92.570 - 93.111 - 95.067 - 100.950 - 104.189 - 110.055 - 117.761 - 119.647. UN LIVRE POUR ENFANTS: N" 139 - 462 - 1.709 • 5.471 - 12.841 - 16.056 - 20.175 - 21.793 - 31.190· 32.737 . 32.805 _ 37.296 - 39.295 - 45,975 - 46.207- 49.724 - 57.664 - 58,486 - 62.376 - 63.020 - 63.456 - 63.664 - 65.556 - 71.100 - 71.121 - 74.171; 77.429- 79.722 - 79.319 - 79.426 - 79.940 - 81.577 - 83.098 · 86,076. 89.083 - 93.294 - 95.042 - 96.168 - 103.916 . 106.846 - 107.217 - 112.861 - 114.318 - 119.057 - 120.397 . 122.144 • 122.777 - 125.765 - 128.251 - 129.046. UNE BOUTEILLE DE WHISKY : N° 96.814. UN CHEMISIER: N° 42.890. UN LOT DE SOUS·VETEMENTS : N° 85.952.

  • Tous les numéros se terminant par 31 gognent

un abonnement d'un onn à « Droit et Liberté ». (Si le gagnant est déjà abonné, il est invité à en faire bénéficier une tierce personne.) RETRAIT DES LOTS Les gagnants sont priés de retirer ces cadeaux en échange de leurs Bons de Soutien, au sièqe du M ,R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2e• L~s lots non réclamés d'ici le 31 mars 1966 (inclus) demeureront acquis au Mouvement. taires et Anciens Combattants Juifs) ; Alfred Grant, secrétaire général de Il'Union des Sociétés Mutualistes Juives, ainsi que des délégués de la Fédération Mondiale des Villes Jumelées, du C.R.J.F., de l'A.lliance Israé'lite Universel·le, du Syndicat général de l'Education Nationale, du Secours Populaire Français, des Etudiants du P.S.U., du Comité d'Action du Spectacle. Parmi les personnalités qui se sont excusées, citans : le président Vincent Auriol ; MM. Guy Mollet, ancien président du Conseil ; Pierre Cot, Edmond Michelet, anciens ministres ; Léon Lyon·Caen, préSident d'han· neur du M.R.A.P. ; André Blumel, consei!ler municipal de Paris : Marcel Achard, de 'l'Académie Française ; Belcher, directeur du Centre Culturel Américain ; le mette:;r en scène Yves Ciampi ; le couturier Yves Saint-Laurent ; Henri Fauré, président de la ligue de l'Enseignement; les professeurs Evry Schatzman, Marcei Prenant, Théodore Monod, Emile Tersen. Pour remercier les 'artistes qui avaient apporté leur concours au gala. le M.R.A.P. leur a offert une amicale réception qui s'est déroulée après le spectacle en présence de nombreux invités ... • Lc présidellt Picrre Paraf, Mme Mathilde Paraf, Mmc lV1adeleine jean-Zay dans leur loge, au cours dn spectacle. • A la réception qui suivit Le gala, Jean-Claude Drottot en compagnie de sa femme, converse avec Claude 'Winter, de la Comédie-Française. • Anne Béranger (à droite), s'entretient-elle d'un nouveau spectac~e avec Nancy Holloway et l'impressario de celle-ci, Mme Voland? • Charlcs Palant remcrcle Françoise Dorin. A d'roite, Jean Poiret. • HHgues A 14my, tard dans la nuit, n'cn finissait pas de signer des autographes ... • A l'entr'acte on se I1'cssait G'lttoHr de la table où René-Lou.is Lattorgue '( invisible sllr la photo) dédicaçait SOl1 dernier disque.


14---------------------------------------------------------------------------------------------

PRISE DE POSITION ET APPEL , DU « PRET A PORTER» CONTRE LE Rt\CISME ET EN FRt\NCE Dt\NS LE MONDE Un certain nombre de fabricants et commerçants du « Prêtà- Porter» se sont constitués en Comité d'Action Antiraciste. Condamnant tous les racismes, don t la France elle-même n'est pas épargnée, ils se proposent d'alerter et d'entraîner les membres de leur corporation dans une ac tion publique. Ce Comité se donne pour objectif de combattre le racisme sous toutes ses formes. quelles qu'en soient les victimes. Il se propose de coopérer activement avec le Mouvement contre le Racisme .. l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) qui a fait, ces dernières anné es, la preuve de son dynamisme et de son efficacité . . LE COMITE PROVISOIRE PIERRE D'ALBY MAURICE CAMHI FEMIN MICHEL FLAM MAX JACOBS ELIE JACOBSON DAN 1 EL H ECHTER JEAN KOLPA MAXI L1BRATI CHARLES MANDEL CHARLES MAUDR!ET PIERRE MONCEY JULIEN OBAR CHARLES OVEZAREK MICHEL PELTA SOLANGE PELTA SERGE PERI ER JACQUES SYMA YVES INFORMATIONS ET CORRESPONDANCE: ELIE JACOBSON, 30, RUE DES JEUNEURS - PARIS 2"


,--------------------------------------------------- 15

Des émeutes de Los Ange/ès à ./a marche sur Washington DES AMERICAINS EN COLÈRE LA commission spéciale chargée par le gouverneur Brown de Californie, d'enquêter sur les causes du soulèvement du quartier noir de Watts, à Los Angeles, en août dernier, soumettait le 6 décembre un rapport attribuant cette explosion de colère au chômage, à l'insuffisance des écoles et à la haine de la police. Les auteurs du rapport prévoient « des troubles encore plus graves » dans les villes industrielles du nord si des mesures adéquates ne sont pas prises rapidement pour résoudre les problèmes brûlants d'ordre social et économique. par s'en souvien,t. par le meurtre à Harlem d'un jeune l~oir de 15 ans par un policier blanc) l'Etat de N ew-York vient de faire cot!lparaître devant le tribunal non pas le policier, qui n'a jamais été inquiété, mais un travailleur noir, William Epton, président de la section de Harlem d'une organisation marxiste, le Progressive Labor Party. Le « crime » Vietnam, Dave Dellinger, rédacteur en chef de la revue pacifiste « Liberation », ainsi que des représentants de diverses organisations militant pour les droits civiques ou pour la paix au Vietnam. Comme beaucoup d'autres dirigeants noirs, Epton a fortement pris position contre la guerre au Vietnam et demande le retrait immédiat des troupes américaines. Sans tous exprimer cette dernière exigence, les Noirs américains - qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits aux Etats-Unis mêmes - ne voient aucune raison de se battre contre le peuple vietnamien et élèvent, de plus en plus nombreux, la voix en faveur de la paix, Ce rapport a subi de nombreuses critiques de la part des organisations qui luttent pour les droits des Noirs - les mesures qu'il préconise étant jugées nettement insuffisantes. Il a cependant le mérite de faire ressortir les causes réelles du profond mécontentement des Noirs, yictimes, du seul fait de la couleur de leur peau, d'une exploitation économique poussée qui les empêche de jouir cles bie!,{aits cie la « prospérité » américaine. C'est dans le domaine clu travail que le système de discrimination raciale exerce les effets les plus directs sur la yie des Noirs aux Etats-Unis. Ce système réserve aux Noirs les travaux les plus durs et les emplois les plus mal payés. Dans les usines du nord, où affluent en nombre toujours croissant les Noirs clu sud, les Noirs constituent la main-d'oeuvre la moins qualifiée. Or ce sont justement les postes ne requérant que .peu ou pas cie qualification qui sont éliminés de plus en plus rapidement par le progrès technologique, ce qui se traduit par un chômage accru chez les X oirs, comme l'avait d'ailleurs récemment indiqué le vice-président Humphrey en parlant cI'une véritable Cl"ise économique chez les Noirs des EtatsUnis. SHOFIELD CORYELL Martin Luther King, par exemple, a demandé à plusieurs reprises au Gouvernement américain de négocier avec le Front National de Libération du SudVietnam. Les dirigeants clu Negro American Labor C ouncil (Conseil syndical des Américains noirs) affilié à la grande centrale , syndicale A.F.L.-C.I.O., comme ceux des organisations les plus militantes du mouvement pour les droits des Noirs, se sont également prononcés contre la politique de guerre des EtatsUnis. L'expres ion « derniers à être embauch és, premiers à êt1'e lic.enciés », qui a touj ours été un dicton pour les loirs, est de plus en plus vraie aujourd'hui. D'après les statistiques du ministère du Travail des Etats-Unis, 7,5 % des Noirs entre ,25 et 64 ans étaient en chômage en 1963, le chiffre correspondant pour les Blancs étant de 3,3 % - et cette disproportion ne fait que s'accroître. Aux yeux de beaucoup d'employeurs, les chômeurs noirs contituent une véritable armée de réserve dans les rangs de laquelle ils puisent une main-d'oeuvre à bon marche lorsqu'ils en ont besoin. Le Sud colonisé Ce système de discrimination - héritage de l'esclavage - ressemble fortement aux rapports qui existaient autrefoi s entre les pays européens et les peuples cI'Ahique qu'ils avaient colonisés. Cette analogie devient particulièrement frappante dans le sud - où est encore concentrée la plus grande partie de la population noire des Etats-Unis. L'économie du sud est en effet si largement triblltaire des grandes compagnies fin ancières et inclustrielles du nord, qu'on pounait ~ans exagérer considérer le nord cOll1me une métropole et le sucl comme ~a colonie. Ainsi, le plus gros propriétaire terrien des plantations cie coton du sud - où les Noirs travaillent pOUl' des salaires dérisoires - est la compagnie d'assurances Metropolital! Litc. dont le siège se trouve à N ew-York. HISTOIRE D'U~E

  • Suil'e de la page centrale

Ce gouvernement cherchait depuis quelque temps à obtenir l'indépendance et convoqua, à cet effet, en automne 1964, une assemblée des chefs traditionnels, par laquelle il faisait voter une motion appuyant sa demande. Mais les chefs et leur assemblée furent considérés par le gouvernement conserva.teur anglais luimême comme ne représentant nullement l'opinion des Africains de Rhodésie. Les négociations reprennent en automne 1965 et 1. \,yilson, chef du gouyernement travailliste, fait une concession importante en contradiction avec la politique traditionnelle de son parti : il n'exige plus que le pouvoir politique soit transféré à la majorité avant l'accession à l'indépendance. Cepenclant, M. Smith, le premier ministre rhodésien, ne se contente pas de cette concession et il déclare l'indépendance sans vouloir consentir. à son tour, la moindre concession au gouvernement anglais et à l'opinion publique mondiale. L'acte de sécession des colons blancs est d'une très grande portée. Il vient renforcer politiquement, militairement, psychologiquement les deux Etats fascistes et racistes : l'Afrique du Sud et l'Empire colonial portugais, bien que l'on puisse se clemander si la Rhodésie ne constitue pas pour eux plutôt un poids La surexploitation des ouvriers agricoles noirs se traduit par des bénéfices énormes pour ce trust gigantesque qui a un intérêt évident au maintien du système de discrimination raciale. l\Iais ce n'est pas seulement sur le plan du travail que les Noirs sont surexploités. Dans les ghettos noirs de toutes les villes industrielles du pays, les Noirs payent des loyers excessifs aux propriétaires blancs de leurs taudis surpeuplés et insalubres. Et dans les boutiques de ces quartiers réservés aux Noirs - non par la lQ.i, mais par la coutume et les préjugés - des Pl'ix exorbitants sont pratiqués par les commerçants, presque tous blancs. Les conditions déplorables de la vie cie ghetto créent inévitablement, pour les familles noires, de multiples problèmes qui se traduisent par un taux élevé de divorces, cie séparations, de naissances illégitimes, etc. Cette « instabilité et désintégration croissante » cie la famille noire était soulignée dans le « Rapport Moynihan » (du nom de S011 principal auteur) qui avait servi de base de discussion lors d'une récente Conférence sur les Droits Civiques orga11lsee en novembre dernier à la l\Iaison Blanche. Mais les dirigeants noirs participant à la Confércnce s'élevèrent vivement contre la tentati"e de présenter la « désintégration de la famille », non comme l'effet, mais plutôt comme la cause de la misère, du chômage. yoi re des brutalités policières auxquelles sont en butte les habitants des ghettos, et donc d'en faire endosser en grande partie la responsabilité aux Noirs eux-mêmes. La brutalité pol icièl'e est sans aucun doute la cause la plus directe cles soulèvements qui ont secoué récemment les ghettos no!xs du 110rd. Aux accusations lancées contre elles par les Noirs pour ce actes de violence, les autorités locales répondent trop souvent en rejetant la responsabilité des « émeutes» sur cles personnes innocentes de tout crime, choisies comme boucs émi ssaires. , Ainsi. plus d'un an après la rébellion spontanée de l'été 1964 (provoquée, on « REBELLIO~ » sur le plan économique. Mais cet acte représente surtout un défi aux principes fondamentaux de la Charte des NationsUnies, à tous ceux qui luttent contre le racisme, à tous les démocrates : déjà la Rhodésie des fascistes blancs est, de l'aveu de M. Wilson que l'on ne saurait suspecter d'extrémisme, un Etat policier, Les dangers de guerre ou de conflits en Afrique vont se multiplier : les Etats africains, bien que divisés, ne sauraient tolérer longtemps cette provocation : l'oppression de 4 millions d'Africains par une · poignée d'Européens. D'autre part, le régime de Smith aux abois pourrait saboter le barrage et les installations électriques de Kariba, situés en Rhodésie mais qui alimentent la Zambie. Il pourrait aussi rappeler les ouvriers et techniciens blancs tt'avail1ant dans les mines de cuivre de Zambie ou employés par la ligne de chemin de fer reliant ce pays à la Rhodésie. Il faut malheureusement admettre que ce personnel européen suit, dans son ensemble, avec sympathie la politique de Smith et de ses acolytes. Agir contre les racistes Quelles sont donc les perspectives? L'Angleterre, avec du retard, a pris des mesures de boycott économiques sérieuses

suspension de toutes les livraisons

d'armes, blocage des fonds rhodésiens, d'Epton, inculpé d'avoit, tenté de renverser le gouvernement de l'Etat de N ew-York, en vertu d'une loi archaïque sur les « menées anarchiques », consistait à s'être joint aux manifestants pour demander, au cours d'un meeting en plein air, que justice soit faite. Il risque pour cela 17 a,ns de prison. Du Mississippi à Saïgon Aux Etats-Unis comme ailleurs, les voix les plus diverses s'élèvent en faveur de William Epton, y compris celle du grand philosophe et partisan de la paix britannique, Bertrand Russell. Au cours d'un meeting de protestation organisé le 9 décembre à N ew-York, on pouvait noter parmi les orateurs l'éminent économiste Paul Sweezy, directeur de la revue marxiste « Monthly Review », Stanley Aronowitz, membre du syndicat des produits chimiques et organisateur d'un comité inter-syndical pour la paix au hl lJ, )' 1\'\1"·' " ;.. . ... '1'. ·' .~r. L d. C'est ainsi que le syndicaliste A. Philip Randolph, James Farmer, directeur du C.O.R.E. (Congrès pour l'Egalité Raciale) et John Lewis, dirigeant du S.N.C.C. (Comité de coordination cles étudiants pour la lutte non violente) figuraient parmi les signatai res de l'appel à l'imposante « Marche sur Washington pour la Paix au Vietnam » du 27 novembre dernier, tandis que Mme Martin Luther King, parlant en tant que mère américaine, faisait partie des orateurs qui prirent la parole au cours du meeting qui suivit cette marche, La convergence croissante cie la lutte pour les droits des Noirs et de la lutte pour la paix au Vietnam est illustrée par le slogan qui vient d'être adopté par l'avant-garde du mouvement noir : « La liberté a1t Mississipi et à Saïgon », Chers fils, je suis fier que tu défendes là,bas la liberté que (1'/.ous essayons d'obtenir ici. (Dessin de Fischetti ' New,York,Herald ;Tribune.) arrêt des transferts et des achats de produits rhodésiens. Les planteurs de tabac, principaux soutiens de Smith, se trouvent ainsi fortement frappés. Remarquons que les auh'es importateut's de tabac rhodésiens étaient par le passé avant tout l'Allemagne de l'Ouest, le Japon et l'U.R.S.S. Toujours est-il qu'un nombre croissant de pays se conforment à la résolution de l'O.N.U. et suspendent totalement ou partiellement les relations commerciales avec la Rhodésie. La fermeture du marché anglais, celle du marché de la Zambie et du Malawi aux exportations rhodésiennes ferait déjà perdre à la Rhodésie la valeur de plus de la moitié de ses exportations, ce qui représente l'équivalent de 65 à 70 % de ses importations. Il n'est guère vraisemblable ,Que l'Afrique du Sud ou le PortuO'al puisse compenser ces pertes. Par aifieurs, la Zambie et le Malawi, pays pauvres, pourraient aussi être affectés : les importations de remplacement seraient sensiblement plus chères; il incombe donc à la communauté internationale d'aider ces deux pays et de compenser intégralement leurs pertes. Mais d'après les estimations les plus autorisées, l'effet des sanctions ne se fera réellement sentir que vers le mois de mars, d'avril ou cie mai. D'ici là, de nouveaux événements imprévus peuvent se produire, de nouvelles complications intervenir. D'où l'importance de la résolution par laquelle le Conseil de sécurité des Nations-Unies a exigé l'application de sanctions pétrolières. Ces sanctions, pour être efficaces, demandent l'établissement d'un blocus des côtes de l'Afrique du Sud et du Mozambique. Une telle mesure serait COltte use, mais son COltt ne représenterait après tout qu'un infirme pourcentage de la dépense militaire de quelques puissances. Une telle dépense serait bien employée au service de la Charte et du droit; elle permettrait d'éviter bien des larmes, des misères, des conflits et des frictions. Il semble donc indispensable d'établir au sein de l'O.N.U. un comité spécial chargé d'organiser les sanctions et d'en surveiller l'application. De la sorte, M. Wilson ne pourra plus se croiser les bras lorsque des sociétés anglaises (au sein desquelles au surplus l'Etat détient la majorité) livrent clu pétrole à la Rhodésie, sous le l?rétexte que les autres pays (sauf l'Iran) n'ont pas décrété des sanctions pétrolières contre la Rhodésie. Il faut même aller plus loin et envisager l'emploi cie la force contre les usurpateurs blancs. Car il ne faut pas s'y tromper. Les démocrates du moncle entier luttent depuis des années contre les régimes racistes et fascistes cie l'Afrique du Sud et du colonialisme portugais. Ces régimes sont solidement établ is et nous savons que notre lutte sera encore longue. Mais si les N ationsUnies, si l'opinion mondiale, ne l'emportent pas rapidement sur les 220.000 colons blancs de Rhodésie, alors la cause de la démocratie, du droit et de la coopération internationale se trouvera en vérité sérieusement compromise. Georges FISCHER. ,. 16---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- CONSIDERATIONS ,- SUR LA ,RACISTE Entretien et Jean avec Guy BECHTE-L Claude CARRIERE Après tant de dictionnaires parus ces dernières années, des svnonymes, du cinéma, du jazz ou de la magie, en voici un d'un genre inédit : le dictionnaire de la Bêtise, de Guy Bechtel et J eanClaude Carrière, édité chez Robert Laffont. Les dimensions de ce volume contenant des « galimatias, bévueJ et cacographies, des pensées déréglées et absurdes, des hypothèses hasardeuses touchant l'histoire universelle ou la biographie des personnes, à quoi l'on a ajouté un certain nombre de sottises, des folies Oll imaginations de toutes sortes et plusieurs balivernes » ne sont pas sans inquiéter le lecteur; d'autant qu'une part non négligeable de ces sottises vise à fonder « scientifiquement » les préjugés raciaux et les inégalités sociales. Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière sont tous deux universitaires , et tous deux romanciers ; le premier est aujourd'hui attaché à la direction d'une importante entreprise de presse ; le second travaille pour le cinéma (avec Pierre Etaix, Luis Bunuel, Louis Malle, notamment). Ils ont bien voulu répondre aux questions de Droit et Liberté. -- Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière, vous venez de publier, un vaste Dictionnaire de la bêtise, qui porte en sous·titre : et des erreurs de jugement. Parmi les nombreux articles qui composent ce diction· naire, je relève quelques titres : Juifs, Nègres, Chinois, Arabes, race blanche, etc. Le racisme est donc un de vos sujets. A votre avis, le racisme est bête ? Evidemment. Et c'est précisément cet aspect qui nous a intéressés. On parle souvent de la cruauté, de l'injustice raciste, plus rarement de la bêtise raciste. Et pourtant ! -- Par exemple ? - Eh bien, un auteur américain du XIX· siècle, Hepworth Dixon, a soutenu, entre autres choses, que la couleur est le signe évident de la supériorité. En effet, en observant des fourmis rouges, il a remarqué - ou cru remarquer - que ces fourmis rouges utilisaient des fourmis noires comme esclaves. La conclusion s'impose d'elle-même : chez les hommes, c'est la même chose que chez les fourmis. Le rouge est supérieur au noir. Vous voyez, quelquefois, le racisme, c'est aussi simple que cela. Et aussi bête. -- Quelquefois, c'est plus compli. qué? Oui, mais tout aussi bête. Chez Gobineau, par exemple. Son essai sur l'inégalité des races humaines, qui est un des livres de base des théories racistes, nous a beaucoup servi. Plusieurs citations du dictionnaire en sont extraites. -- Je vois que l'article Juif est très important. Il occupe plusieurs pages, Est-ce à propos des Juifs qu'on a dit le plus de bêtises? C'est probable. Et de tous les temps. ~lus particulièrement au cours de l'explosion d'antisémitisme qui a précédé et accompagné l'affaire Dreyfus. Et aussi dans les années qui ont précédé la seconde guerre V OICI quelques citatiolls, glanées au hasard des pages dn « Dictionnaire de la HUise »; on \' 1'erra qlte certai/1s esprits -rép utés gr(l//r(, s'y révèlent à kurs z'éritablcs dillle/lsions. BETES ET MECHANTS AFRIQUE Aggltttinées, immuables, collées au sol, sans personnalité, adhérentes à /111 passé dans lequel elles crou_püs{'nt. les races de l'Afrique représentent les mollusqucs. (Philarète Chasles, 1868.) ARABES Les Arabes vivent de peu. Mais cette sobriété ne doit pas être comptée comlile vertu; ,elle est le résultat de le1l r paresse originelle. (Docteur Bodichol1. 1855.) On petit impunément bat! re l'A rabe, ce clown tout cabriolant: c'est un polichinelle en caoutchouc, s'aplatissant salis le poing et tout aussitôt rem is en forme ... ( Jean Revel, 1888.) AUSTRALIENS Indigènes) Ils ont tO'utes les choses mauvaises que ne devrait jamais présenter l' humanité, et plusieurs dont rOllgiraiellt les singes, leurs congénères. (Bust.cr Earp, 1857.) BLAGUE Blague! Blague! Blague! j;ant isél1litis! J:te d'Hitler (Charles Maurras, 1935.) BLANC C'est un fait reconnn que le Blanc qui fréquente les milieu.t' des nègres tombe dans tin état de dégénérescence le rendant inférieur aux nègres. (liVarrington Dawson, 1912.) BOLCHEVISME Le bolchevisme ~le constitue pas ttne e.t'périence socialiste comme trop de gens se l'imaginent. Il n'est pas atûre chose qlt'Ull essai de dictat1lre juive. J.a doc- IriJ/e l'st jui'l.'e, l'argent provient de la finaJ/ce juive intenlOtionale, les juifs .\Out li la tête du 111 0 Il'l.Je men t. ( Le Matilt ». 1943.) CHINOIS I.es Chinois sont les êtres les plus fa-ux ct les plus é~oignés des voies de la nature. (Charles Fourie1'.) CUBISME Les plus récentes tentatives picturales sont celles du cubisme et de ses dérivés. Il s'agit d'une fonne d'internationalisme intégral, d'une négation des sujets, du terroir, des sentiments. Il n'est pas étonnant que cette conception, si elle fut due en partie à des Français, soit adoptée d'enthousiasme par une forte majorité d'étrangers, Scandinaves, Germains ou ludéo-Slaves. (Camille M ancltais : Les métèques contre l'art français, 1930.) INDIEN Tl faut Pl'C ndre l'llldien pour cc qu'il est, lm débris de la nature. (H. Dixon 1877.) , JUIFS Satan anime les juifs - et je les vois avancer par son instinct. (Bossuet, 1696.) La tra.tio Il juive n'est même pas civilisée. Les juifs, avec leurs mamrs mercantiles. Ile sont-ils pas la lèpre et la peste du corps sociaU (Charles Fourier, 1841.) Il fant renvoyer ceUe race en Asie ou l'extennine1·. (Pro udhon, 1847.) , LYNCH ('a;oute qne je désapprouve tout crimmel, qt!'il soit Wit lvnché nègre ou un lyncheH1' blat/co (W. Dawson, 1912.) NEGRE C'est un animal qui mange le plus possible et travaille le moins possible. (B. Franklin.) L'infanticide est aussi commun daus les maréc!HJes nègres que dans u.ne nte chinoise ou ttne steppe tarta-re. (H. Dixon : La conquête blanche, 1877.) ORIENTAL L'Oriental manque de moralité, d'honnêteté, de franchise, de caractère; il est mythomane, intrigant, menteur, voleur, hypocrite, rapace, paresseux, superficiel, antiscientifique. (El-ie de Tchiokardeck, 1928.) PANGERMANISME Comme nous sommes le pcuple sllPrême, notre devoir est désormais de conduire la marche de l'humanité. C'est lm péché contre notre mission que de ménager les peuples qui nous sont inférieurs. ( Gazette de Vos », 20 août 1915.) PROLETAIRES Il apparait bien que, fait d'inconstance à l'atelier, de librli moquerie, de paresse fréquente, de colères spontanées, de pria.pisme constant, d'envie aveugle et furibonde, l'idéal nègre s'apparente étroitement avec celui de nos énergumènes les plus naïfs, mais les plus influents qui conseillent les foules des cités . indttstrielles. Le refus de travailler aux pièces ... Le sabotage, l'absurde hostilité du syndicat contre tout effort commun pOtwant accroître la prosPérité de l'entreprise... enfin cette tendance universelle des électeurs à ne porter vers le mondiale. Voyez d'abord ce texte de Fernand Grégoire, daté de 1888 : « Dans les accouchements laborieux, le tintement d'une pièce d'argent près de la patiente suffit à faire apparaître le moutard juif les mains tendues ». Il faut ajouter que ce texte est absolument sérieux, Il ne s'agit pas d'une « histoire juive ». Et savez-vous que de nombreux auteurs, Louis Martin par exemple, ont prétendu que tous les Anglais sont des juifs? Un autre écrivain, en 1894, donne cet argument étonnant: « Les fondateurs de la nation anglaise, aussi, descendaient des tribus perdues d'Israël, Saxon étant manifestement une corruption de Isaac's son, fils d'Isaac ». Il fallait y penser. -- Et les hommes de couleur ? Qu'ils soient noirs, jaunes ou rouges, ils n'ont pas été oubliés : « Si on lance une pierre sur la tête d'un nègre et qu'elle le touche, c'est la pierre qui se casse », affirment, en 1921, les auteurs de The american credo. Et un journaliste fait une curieuse . distinction, en 1925, dans l'Evening sun de Baltimore: « Deux hommes ont été condamnés à la pri· son pour trente jours, et un nègre pour six mois ». Il y a donc les hommes d'un côté, et les nègres de l'autre. Quant au Chinois, aux Indiens, aux « sauvages » en général, les textes abondent, affirmant la supériorité de l'homme blanc dans tous les domaines. Un technicien démontre que le noir africain est totalement inapte à la course à pied, à cause de la forme particulière de ses jambes. On croit rêver, et pourtant le texte est là. Il a été écrit, et pu· blié. Et voyez ce que Jean Revel, dans son livre Chez nos ancêtres, paru en 1888, dit des Arabes: « L'Arabe est prolifique à un point extraordinaire. Je crois bien que le hareng seul lui est sur ce point supérieur ». Il faudrait tout citer. -- Il y a trois mille textes dans ce dictionnaire. Comment avez·vous pu les rassembler? Nous y travaillons pratiquement depuis quinze ans. Au début, nous allions au hasard. Puis, nous avons procédé de façon plus systématique, en épluchant les catalogues de différentes bibliothèques. Et en lisant beaucoup. Jusqu 'à dix livres par jour, çhacun. -- Existe·t·j.J des bêtises antira· cistes? C'est possible. Mais no u S n'avons pas pu mettre la main dessus. Elles doivent être rares, d'ailleurs. Vous savez, la bêtise est le plus souvent agressive. Elle est rarement généreuse. pouvoir que des médiocres et des fous : ce sont là des sentiments très pareils à ceux des nègres, véritablement. (Paul Adam : Préface au « Nègre ait:!' U.S. A. », 1912). PROTESTANTS Tout protestant est à moitié jttif. (Edouard Drumont, 1886). RACE BLANCHE L'échelle de la couleur est-elle aussi celle de la puissance ? Dans tOtties les contrées d'Europe. les halltcs classes ont le teint plus clair que les classeS inférieures. En Espagne et en Sicile, pays occupés par une race basanée, les plus grandes familles sont blanches... Dans toute l'EuroPe méridionale, où les masses sont brô'Il::ées, les rois et les empereurs ont le visage pâle ... Le sultan l'est plus que la généralité des TltrCS ... Auclin peupTe blanc n'obéit à un monarque basané. Aucune classe aristocratique n'est uoire. (H. Dixon, « La Conq1tête blancire », 1877). SEGREGATION On 1/0US reproche les réglements établissant des tramways et des chemins de fer réservés aux nègres. Nous pourrions répondre en reprochant à l'Europe d'interdire l'accès des voitures publtques à des personnes atteintes de maladies contagieuses, Otl dans un état d'ivresse repoussante, Olt portant ostensiblement de~ armes prohibées. At! fond, l'Europe a les mêm,es princiPes que nous. (W. Dawson, « Le nègre aux EtatsUnis »). SON L'Arabe est incapable de pénét-rer les lois de l'acoustique : il ne va pas audelà de la sensation physique du son sur les me'mbranes de l'ouïe - phénomène purement animal. (Jean Revel, 1888).

Notes

<references />