Droit et Liberté n°263 - juin 1967

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Sauver la paix au Moyen-Orient page 3-4
    • "Terre des hommes" à Montréal
      • Entre la vie et le rêve page 6-8
      • Les indiens prennent la parole page 9-10
    • Le procès de Minute: avant le verdict page 14-15
    • Encore l'apartheid: ceux à qui profite la ségrégation en Afrique du Sud page 13
    • Le dossier du mois: Vietnam : une guerre raciste page 19-26
    • Chagall le magicien page 27
    • Babi Iar: Anatole Kouznetsov raconte l'odyssée d'une rescapée du massacre page 38-40

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix NUMERO 263 - JUIN 1967 - PRIX : 1.50 F 1 1 VIETNAM : UNE GUERRE RACISTE ? CHAGAll LE MAGICIEN Du 1" au 18 juin Du 20 juin au 9 juillet LYMPIADES DU MUSIC-HAlL ÉTAT S -UNIS LE SHOW DE SAMMY DAVIS Junior Une troupe de 40 Artistes avec Sammy DAVIS Jr Le 17 juin en soi rée, le • show » sera présenté sous l'égide et au profit du M,R.A.P. ROUMANIE 3" ANNEE LE GRAND MUSIC-HALL DE ROUMANIE Une troupe de 90 Artistes avec Stella POPESCO Du 11 au 30 juillet T C HÉCOSLOVAQUIE GRAND MUSIC-HALL DE TCHÉCOSLOVAQUIE Une troupe de 100 Artistes avec Hana HEGEROVA Du 1" au 20 août ISRAEL GRAND MUSIC-HALL D'ISRAI!L Une troupe de 70 Artistes avec Jonhatan KARMON Du 22 août au 10 septembre ARMÉNIE GRAND MUSIC-HALL DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE D'ARMÉNIE Une troupe de 100 Artistes Du 12 au 18 septembre BRASILIANA 1967 La nouvelle Production du Théâtre de Danses Populaires de Rio de Janeiro Du 21 septembre au 1" octobre ETATS-UNIS avec JAMES BROWN and bis FAMOUS FLAMES. Une troupe de 60 Artistes Les 2 et 4 octobre RÉPUBLIQUE ARABE U N IE RÉCITALS OUM KALSOUM Pendant toute la durée des Olympiades, TARIFS REDUITS sur présentation de la carte du M.R,A.P, ou de ce numéro de Droit et Liberté. Location au Service Collectivités, 8, rue Caumartin. ENTRE OCÉAN ET MÉDITERRANÉE EUGÉNIELES- BAINS landes colibacillose, maladies de la nutrition. du tube digestif, et des voies urinaires arthritisme. obésité. avril - octobre St-CHRISTAU Basses-Pyrénées peau, bouche, muqueuses, dents. avril - octobre AIt. 320 m. Stations agréées par la S. S. la chaÎne thermale du Soleil DAX Capitale du rhumatisme traumatologie, névralgies, névrites, lymphatisme, sciatiques, polyarthrites, spondylarthrites, landes ouvert toute l'année. BARBOTAN- statio.n de. la jamb~ .malad.e LES TH E R M ES circulation velne~s~ , phlebites, vance.s, - rhumatismes, sCiatiques. traumatologie Gers - avril · novembre Statiûn reconnue d'utilité publique MOLlTGLES- BAINS Roussillon GRÉOUXLES- BAINS Alpes de Provence affections de, la peau, voies respiratoires rhumatismes, obésité. station pilote de la relaxation. Altitude 450 m. climat méditerranéen tempéré ouvert toute l'année Rhumatismes Voies respiratoires arthroses, traumatologie, arthrites altitude 400 m., climat méditerranéen tempéré ouvert toute l'année Pour recevoir une documentation gratuite, complétez ou recopiez ce BON et adressez-le à L'OFFICE THERMAL et TOURISTIQUE dans la station de votre choix ou 32 Avenue de l'Opéra, Paris 2e •••• 11111' 11111. 11111'11' Il. 1.1. ""11111" .1111.1 ,11 ' 11"'1111111 1.1111.1 •• 1111 .. 11 ••• ,.1 ••• 1.11 •• 1""1 1 1 1 1"1" il 1 1 1 1. 1 I.IIIIIIIII.II! Veuillez m'adresser la documentation sur 0 DAX 0 StCHRISTAU 0 EUGENIE 0 BARBOTAN 0 MOLITG 0 GREOUX (marquer d'une croix la stati9n qui vous intéresse ) Noml _ ~ _ ~ _______________ ~~Adresse ___________ ~ _____________ ___ ': '. dans ce nUIllèro « TERRE DES HOMMES » A MONTREAL Entre la vie et le rêve 6 -8 Les Indiens prennent la parole . . . . .. .. . .... .. . . . . . . . 9-10 LE PROCES DE cc MINUTE » Avant le verdict . ....... .... 14-15 ENCORE L'APARTHEID Ceux à qui profite la ségrégation en Afrique du Sud 13 LE DOSSIER DU MOIS VIETNAM GUERRE RACISTE? CHAGALL LE MAGICIEN La genèse d'un art ........ 27 BABI IAR Anatole Kouznetsov raconte l'odyssée d'une rescapée du massacre . . .. .. . . . .. . . . 38-40 et toutes nos rubriques habituelles ILLUSTRATIONS DE COUVERTURE • Cantique des cantiques. Détail d'un tableau de Chagall (photo musées nationaux). • • OpératlC!n de police» au Sud-Vletnaln (photo Assoclated Press) . A la source du drame : le pétrole ... SAUVER LA· PAIX AU MOYE -ORIENT O UE va-t-il se passer au Moyen-Orient? A l'heure où nou,s mettons sous presse (25 mal) la tension monte dangereusement; les armées sur pied de guerre semblent sur le point de s'affronter; dans le monde entier, on s'interroge avec angoisse: le sang va-t-II coUler? Cette crise, quoi qu'il arrive, demeurera l'une des plus graves qu'ait connue cette région où elle paraît devoir modifier, dans un sens encore imprévisible, les données d'une situation complexe. Une fois de plus, nous assistons à un infernal enchaînement de violences, de menaces, de représailles, de contre-représailles: des attentats de commandos ' arabes aux raids israéliens, des défis verbaux aux concentr~tions de troupes, des manoeuvres de la flotte américaine en Méditerranée au blocage du Golfe d'Akaba, l' • escalade. s'accélère follement et l'on a l'impression accablante que plus rien, bientôt, ne pourra l'arrêter. Pourquoi cette course à l'abîme? Les décisions, les prises de position des parties en présence ne suffisent pas à l'expliquer. Elles ne font qu'exprimer un drame 'qui couve depuis longtemps. Il y a des années que menace l'explosion de cette poudrière du Moyen-Orient comparable à ce que fut celle des Balkans avant la première guerre mondiale, car les litiges I~issés ~a~s solutio.n, les co~tradictions entretenues, les passions aVlvees aboutissent touJours, pius ou moins vite à des échéances tragiques. ' Dans l'éoheveau embrouillé des réalités du Moyen-Orient, chacun, selon ses conceptions, son penchant, · peut faire un choix et il n'est pas facHe en effet ' d'atteindre à c1es appréciations objectives. C'est · un fait qu'Israël existe, reconnu par les Nations-U,nie.s, né du 'combat d'un peuple pour l'indépendance, et que 1 eXistence de cet Etat ne saurait sans une criante injustice et sans une abominable tuerie, être remise en question, Mais, d'autre part, les aspirations nationales du peuple arabe de Palestine ne peuvent être ignorées - ce peuple actuellement partll9é én trois fractions: l'une vivant en Israël ' ~'autre réfugiée dans les camps de Gaza, la troisième, la plu~ Importante, annexée par la Jordanie qui ,s'est octroyée une part 'notable du territoire palestinien. (ta création préconisée par l'ONU, il y a un peu plus de 20 ans, d'un Etat bi-national judéo-arabe n'a pas eu lieu, et on ne peut 'évidemment pas dire si elle se serait avérée moins sujette à conflits que la situation , actuelle,) C'est un fait qu'encouragées par le climat de guerre et malgré les protestatl~s en Israël même, des mesures discriminatoires, bien que récel1!ment atténuées, sont maintenues par les autorité~ israéliennes contre les habitants ,arabes, qui ne jouissent pas du même niveau de vie que les juifs; c'est un fait aussi que les préjugés anti-arabes sont profonds en IsraëL Mais réciproquement les communautés juives rencontrent, da'ns les pays arabes, des difficultés à participer à la vie nationale et les campagnes antHsraéliennes y dégénèrent trop souvent en préjugés antl-juifs, C'est un fait que parmi les Etats arabes, certains comme l'Egypte et la Syrie combattent l'Impérialisme des grandes puissances occidentales, réaHsent certaines transformations sociales et économiques (réforme agraire, nationalisation des grandes sociétés étrangères) ce qui leur vaut la sympathie d !.l Tiers Monde et l'appui dé l'U.R.S.S. Le gouvernement israélien, pour sa part, ne cache pas les liens qui l'unissent · à ces mêmes puissances occlde~tales. Mais celles-ci ont, au Moyen-Orient, d'autres points d'appui, y compris dans 'des pays arabes comme la Jordanie, l'Arabie Séoudite, Koweit dont les gouvernements fantoches sont totalement contrôlés par les compagnies pétrolières, Il est donc abusif de présenter la lutte contre Israël comme l'aspect unique et décisif de la lutte anti-impérialiste et de le comparer (comme l'ont fait certains leaders arabes) à l'Afrique du Sud dont le système est fondé sur l'exploitation coloniale d'une majorité indigène par une minorité d'origine européenne. Dénoncer la politique d'un gouvernement est une chose; prôner la disparition d'une nation en est une autre; on ne peut, en particulier, négliger le fait qu'en Israël existent des forces de progrès et de paix dont les positions, sur le plan national et international, rejoignent celles des progressistes et des pacifistes du monde entier. Ainsi chaque affirmation, dans un sens ou dans un autre, appelle inévitablement un • mais. qui la nuance et souligne la compleXité des problèmes posés. Cela tient selon nous, en premier lieu, aux agissements dans cette région de forces extérieures qui brouillent sciemment les cartes, et qui, de longue date, intriguent, complotent, misent sur les fanatismes, les nationalismes aveugles, le chauvinisme, la haine raciale. Au temps de l'occupation anglaise déjà, la présence des juifs, en même temps qu'on la favorisait, donnait lieu à des diversions systématiques. C'est contre eux que l'on détournait les colères, les révoltes des peuples arabes opprimés, exploités par les maîtres du pétrole. Avec un génial machiavélisme, les colonisateurs britanniques ont laissé dans tous les 'territoires dont ils ont dû abandonner la possession directe, des divisions susceptibles d'engendrer des conflits, Avec Chypre, avec l'Inde et le Pakistan, la Palestine en offre un exemple. Et ici, comme ailleurs, aujourd'hui comme hier, les Etats-Unis ayant pris, dans un large mesure, le relais, on constate la prédominance, à la base de toute l'affaire . d'intérêts économiques bien déterminés. Après quoi, certains pays peuvent s'offrir le luxe de se poser en • médiateurs» tout en entretenant les discorpes et en vendant simultanément leurs armes à Israël et à plUSieurs pays arabes, tandis que d'autres, pour des raisons de politique internationale, sont amenés à soutenir les positions d'un camp déterminé. C'est di're que le conflit israélo-arabe, quelles que soient les circonstances du moment, constitue en lui-même une atteinte aux intérêts des peuples de cette région. Leur intérêt serait de s'entendre, de lutter ensemble contre les mains-mises étrangères, de rechercher une solution acceptable sans ignorer aucun aspect des problèmes, en respectant les droits et les aspirations légitimes de tous. Les juifs, qui ont· payé à l'antisémitisme nazi le tribut de 6 millions de morts, et les Arabes, qui ont souffert et souffrent encore du racisme, ont une riche histoire commune et des liens culturels profonds. Ils peuvent, nous voulons le croire, retrouver ,le ohemin de la coopération et de l'amitié. Cela suppose certes un effort énorme de démystification et de réflexion la recherche opiniâtre du dialogue et cela suppose d'abord qu~ cessent d'être entendus ceux qui n'envisagent d'autre solution que la guerre, qui se livrent à des excitations bellicistes et racistes. A ceux qui gardent leur sang-froid, leur volonté de paix et de concorde, d'y aider de toutes leurs forces. C'est le cas des antiracistes que nous sommes qui, par vocation, luttons contre la haine, pour la solution pacifique des conflits entre les peuples comme entre les individus d'origines différentes. DROIT ET LIBERTE - No 263 • JUIN 1967 Alors qu'il faudra, un jour ou l'autre, négocier, nous ne pouvons admettre que la catastrophe s'abatte sur les peuples du Moyen-Orient, que des milliers, peut-être des dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants, soient, de part et d'autre, sacrifiés. Car, les partisans du combat à tout prix, les tenants de la guerre fraîche et joyeuse auraient tort de s'y méprendre: en cas de heurt, étant donné les armements en présence, aucun des deux camps ne serait épargné. Mais il y a plus grave encore: qui peut dire sur quoi déboucherait un conflit de cette sorte? La troisième guerre mondiale, dont U Thant évoquait récemment la menace, ne prendrait pas forcément la forme immédiate d'un grand duel entre les principales puissances opposées. On peut concevoir la multiplication de foyers de guerre naissant successivement en plusieurs points du globe, Américains et Soviétiques soutenant les parties adverses. Si le conflit éclatait au Moyen-Orient, les conditions existeraient sans doute pour un nouveau Vic.tnam, seconde étape vers un cataclysme universel. Dès ' lors, quelles que soient les divergences de points de vue sur les origines du conflit, sur les responsabilités et même sur les solutions à envisager, le devoir de tous les antiracistes, de tous les hommes lucides, est donc de réclamer l'arrêt des mesures de guerre, la recherche d'une solution négociée. Assez de menaces, de provocations, d'actes et d'appels belliqueux! Bas les armes! Dans l'intérêt des peuples israélien et arabes, pour l'avenir du monde, il faut la paix. UN APPEL DU MRAP Le M_R.A.P, a rendu public le communiqué suivant: Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A,P.)., qui oeuvre depuis de nombreuses années, au rapprochement des peuples et qui groupe en son sein des juif" et des arabes partageant loyalement le souci de combatire le racisme et l'antisémitisme, exprime l'angoisse des antiracistes devant la montée des périls au Moyen-Orient et les conséquences tragiques qui peuvent en découler pour la paix du monde. Le M.RAP. reste persuadé qu'il est pOSSible d'aboutir à une solution négociée de ce conflit si les puissances intéressées ont la volonté de tenir compte des intérêts légitimes et fondamentaux des peuples en cause tel qu'il résulte des données objectives de la situation: le droit irréversible de l'Etat d'Israël à l'existence aussi bien que les aspirations de la communauté nationale arabe palestinienne. . Il souligne que les peuples du Moyen-Orient qui ont déjà tant souffert de la guerre, du racisme et de l'antisémitisme sur cette terre, objet de tant de convoitises et d'intrigues sang:antes, ont besoin non de violences aveugles mais de progrès, d'indépendance et de coopération. " Le M.R.A.P. adjure les gouvernements sur qui pèSe la responsabilité de la paix de tout faire pour éviter ,un nouvel affrontement s'ajoutant au drame que connait ,dans le sud-est asiatique un peuple martyr. Tous ceux qui veulent sauvegarder l'avenir des peuples du Moyen-Orient et par-delà l'avenir de l'humanité; ont le devoir d'imposer la paix. Paris, 25 mai 1967. 1 ~.. ~---_.. " Le pavillon du Mexique : le passé et l'avenir. MONTREAL ENTRE LE REVE ET .LA VIE TERRE des Hommes: on pouvait, derrière ce thème de l'Exposition Universelle de Montréal, abriter le meilleur et le pire. Thème ambitieux: comment rendre compte de la complexité et du mouvement du vaste monde de 1967? Thème généreux: mais la générosité ne suffit pas à tout, et dans les pavillons thématiques surtout, on tombe vite dans la confusion, le prechi-prêcha et les questions oiseuses. Pourtant, cette Expo 67 propose un reflet souvent révélateur de la «Terre des hommes », non pas un monde idéal; mais celui dans lequel nous vivons. Tout en donnant à rêver à celui dans lequel nous pourrions vivre ... Bien entendu, on interroge d'abord les deux «grands », que sépare le chenal Le Moyne, et que rapproche la passerelle du Cosmos. L'immense vaisseau de verre du pavillon de l'U.R.S.S. est un hymne à la gloire de la science au service des hommes. Tout ici est ramené à l'homme, à son -accomplissement, à l'homme qui peut rendre chaque jour sa Terre meilleure, et qui a ouvert maintenant les routes du cosmos. En face, le pavillon des Etats-Unis étonne et déçoit. L'extraordinaire bulle • (De notre envoyé spécial Lucien Benoît) transparente où joue le soleil pourrait abriter Notre-Dame. Elle est presque vide. Dépouillement voulu, dit-on maintenant : les Américains ne souhaitaient pas faire étalage de leurs richesses. Peut-être. Mais l'Amérique est autre chose que la collection des acteurs de cinéma, les accessoires de westerns ou la célébration du gadget qui rapporte, que l'on propose à notre admiration. Autre chose aussi que les « marines» décorés au Vietnam, dont on a cru devoir faire l'un des principaux ornements du pavillon. On cherche ici le peuple américain, ses traditions généreuses. On ne trouve que ce qu'il y a de plus contestable dans l'Amérique de 1967. Et c'est dommage. L'Allemagne et ses « territoires perdus » Un seul coup d 'oeil sur ce petit univers de 400 hectares, planté sur les deux îles du Saint-Laurent (dont une créée tout exprès) situe ce que l'on a coutume d'appeler le «rapport des forces ». Les deux grands sont... les plus grands, en volume. Puis viennent les brillants seconds : la France, qui honore ses savants et sa 'réputation d'élégance et de mesure; l'Angleterre qui a exporté ici cette denrée précieuse, l'humour; le Japon, qw a confondu Exposition et Foire commerciale; la Tchécoslovaquie, célébrant la beauté et le bonheur de vivre; l'Italie, qui montre avec beaucoup d'originalité Clue son passé, le plus riche qui soit, peut déboucher sur le monde moderne ... un mot, à part, sur le pavillon de la République Fédérale Allemande: un journaliste américain a remarqué, le premier, que la forme de ce pavillon épousait étrangement les contours du grand Reich hitlérien - ce que personne, du côté allemand, n'a éprouvé le besoin .de démentir. De toute façon, des cartes bien placées, à l'entrée du pavillon, et illustrant la récente histoire de l'Allemagne, ne laissent place à aucune équivoque: on y montre les «territoires perdus en 1918» - l'Alsace-Lorraine. On y montre aussi l'Allemagne vue de Bonn. A gauche, la RFA; au milieu, la «zone d'occupation soviétique» (la République Démocratique Allemande, bien sûr, n'existe pas); à droite, les «territoires sous admlnlstration polonaise et soviétique », jusqu'à Kaliningrad. Pas nn mot sur les crimes nazis, sur les c. 'mps de la mort. Hitler? Il a déclenché une « terrible guerre ». Et il l'a perdue: c'est, apparemment, tout ce qu'on lui reproche. « Vous aussi, vous aimez la justice » Dans cette hiérarchie de volumes, il y a certes des exceptions: l'Iran tient autant de place que toute la Scandinavie réunie, et le Venezuela dresse d'énormes cubes alors que le Brésil, l'Argentine ou le Chili sont absents. Et qu'il a fallu créer une modeste « place d'Afrique» pour que les jeunes Etats noirs soient représentés (encore ne le sont-ils pas tous). Les jeunes canadiens qui, dans le vaste et confortable métro de Montréal, me demandaient «où ça se trouve, la Tunisie », sauront qu'elle a un riche passé, et de merveilleux artisans. Avec le Maroc, l'Algérie, la RAU et l'Ethiopie, cette partie de l'Afrique est 'fort bien représentée, dans des pavillons relativement importants_ Mais dans les petites salles réservées aux autres nations, autour de la « Place d'Afrique », on ne découvre que la richesse de l'art nègre et la pauvreté dans laquelle des années de ORO Il: ET LIBERTE - .No 263 . ; JUIN 1967 __ ~ontrèal

'~~."',. ,':~',:,-: .e~ t~aIl's:'::-:-ums-:f-r : ::y-. :.:--;'.:-:~ , --~

,:. .. (.-.': . tt·: . L'ETAT CIVIL DU CANADA Superficie: 9.986.n6 km2 (2" Etat du monde pour la superficie, qui épIe celle de l'Europe). Population: 19.272.000 habitants (densité: 2 habitants au km2) dont 6 millions de Canadiens français, 150.000 Indiens, 10.000 Esquimaux, 50.000 Asiatiques (ces derniers établis sur la côte du Pacifique). Les Canadiens français forment le peuplement presque exclusif de la province de Québec. L'accroissement naturel de la population est rapide (300.000 par an). L'immigration est importante (2.500.000 depuis la seconde guerre mondiale) mais elle est en partie compensée par les nombreux départs du Canada vers les Etats-Unis. Administration: Dix provinces: Nouvelle-Ecosse, Nouveau-Brunswick Québec, Ontario, Manitoba, Colombie britannique, Prince-Edouard, Alberta, Saskatchewan, Terre-Neuve, plus les territoires du Nord-Ouest et du Yukon. PrIncipales villes: Ottawa, capitale fédérale (400.000 habitants), Montréal (2.000.000), Toronto (1.800.000)", Vancouver (800.000), Winnipeg (5OO.()OO), Québec (300.000), Hamilton (275.000), ~dmonton (250.000), Windsor (125.000). Géo~aphie physique: A l'ouest, les Montagnes Rocheuses. A l'est, les Provinces Mantimes et les Provinces Laurentiennes au relief varié. Au centre, la Prairie canadienne, limitée au nord par une vaste plate-forme: le Bouclier canadien. Nombreux cours d'eaux et lacs (350.000 km2 d'eaux intérieures). Végétation et cultures: La forêt couvre 45 % du territoire canadien (c'est la plus vaste du mondel après celle de l'U.R.S.S.). La prairie est le pays du blé. Le sud-est et le sua-ouest (Colombie britannique) offrent des cultures très diverses. . Cllmat: Hivers très longs et très rigoureux; étés courts et chauds; printemps et automne très brefs. Pluies abondantes à l'est et surtout à l'ouest, Communications: Le troisième réseau ferroviaire du monde (70.000 km). avec deux lignes transcontinentales, le Canadian Pacific Railway et le Canadian National Railway. 250.000 km de routes. L'aviation est très développée. Activités et ressources: 11 % de la population active se consacre à l'agriculture, 35 % à l'industrie. Le Canada est le quatrième producteur mondial de blé et le deuxième exportateur. L'élevage (12 millions de bovins, 5 millions de porcs) représente plus de la moitié de la production agricole. La pêche est surtout active à Terre-Neuve. Le sous-sol est riche en charbon, pétrole et potasse. Le Canada est au premier rang dans le monde pour le nickel et l'amiante, au deuxième rang pour l'uranium et le zinc, au troisième .pour l'or, au quatrième pour le fer, le cuivre et le plomb. L'industrialisation, basée sur l'énergie hydro-électrique est récente, mais d'un développement rapide. Le·Canada est l'un des plus grands fournisseurs du monde de produits forestiers (bois de sciage, pulpe de bois, pâte à papier), le premier exportateur de papier journal, le trOlsième producteur d'aluminium (bauxite importée des Guyanes et de la Jamaïque). Les capitaux américains contrôlent une part importante des richesses du pays (les deux tiers de l'industrie). Bien que membre du Commonwealth britannique, le Canada appartient à la zone dollar. .., -+ « mission civilisatrice" des puissances coloniales ont laissé ces pays. n n'est pas mauvais, pourtant, que sur ce continent on connaisse mieux l':-\~ryqu~, ses poètes, ses artistes, sa cIVIlIsatIOn. Sur ce continent, dans cette Exposition où Cuba jette son défi, son appel à ceux des Américains qui peuvent l'entendre: «Vous aussi, vous aimez la justice •.. " A l'entrée du pavillon cubain, on passe devant la reproduction du plan d'un navire négrier, où pas une place n'est perdue pour l'entassement des corps, én long, en large et en travers

merveille d'organisation dont

on a eu, depuis, d'autres exemples. Mais ici, maintenant les blancs, les noirs, les basanés ne sont pas seule· ment des égaux : des frères. Les craintes et les espoirs Le monde en réduction? Non. n y a trop d'absents. L'île Maurice est là, qui fait revivre les fantômes de Paul et Virginie, mais on cherche en vain la Pologne, ou la Hongrie. L'Inde magnifique et pauvre est présente, et la Birmanie qui rêve de tracteurs et d'usines, mais pour l'Expo, ' la Chine, c'est Formose. Ne parlons pas du Vietnam ... n ne faut pas demander à une manifestation de ce genre plus qu'elle peut donner. L'Expo 67, par ce tableau, même incomplet, du monde dans lequel nous vivons, oblige à réfléchir : voilà ce que l'humanité a cree, à grand peine ; voilà la richesse, Ta diversité, la beauté de la Terre ' des Hommes de 1967, et aussi ses faiblesses et ses misères, ses craintes et ses espoirs. Qu'en ferons-nous maintenant? 8 la f,aibless.e principale de l'exposition de Montréal, c'est l'inégalité des representatlOns. la place de l'Afrique (à gauche) n'est pas à la mesure de l'I":1p.ortance d.e ce jeune continent. Par contre, deu ... pavillons de caractère religieux,. celUi des confessi~n.s chrétienn?s (en haut), et celui du judaïsme (en bas. la maquet~e du batlment) manifestent du climat oecuménique qui tend a se développer depuis quelques années. cc PARLEZ BLANC» . C'es! vrai, que l'effet le plus étrange qu'on éprouve, Français, en vivant a Montreal, c est de se trouver, parce que l'on parle la langue de Pascal et de R~cine, bruta!ement de connivence avec tout ce que la ville contient de • petits • et d. obscurs " domestiques, ouvriers, vendeurs de journaux, c~auffeurs de, ta:is, tous merveilleusement sympathiques et fraternels, - et sldéralement elolgnés de tout le gratin, votre voisin de chambre à l'hôtel, le chef de s~rvice à la banque, les gens distingués dans les restaurants, qui parlen~ anglais et vous • classent • du moment que Vous vous exprimez en français. Excusez le terme, mais on se sent traité un peu en • indigène " ce qui est une excellente leçon pour d'anciens colonisateurs. Etre Français de France, donc à la fois étranger pour les Canadiens français, et • indigène • pour la plupart des Canadiens anglaiS, est un curieux état. Bien qu'on ne m'ait jamais répondu, comme ce fut si' fréquent et comme cela arrive, hélas! encore, aux Canadiens francophones : • Spaak white! » (. Parlez comme un Blanc! • c'est-à-dire : parlez anglais ... ), j'Ili compris que, au Canada, ou l'on parle anglais, ou, l'on est trilingue. Le Canadien anglais, lui, parle anglais et . c'est tout. Il est majoritaire démographiquement, économiquement et politiquement. Le Canadien françaiS parle françaiS (ou à peu ilrès) avec vous, anglais avec les Autorités et avec les Canadiens anglais, et • joual • avec ses semblables. . Evelyne SULLEROT. ft Lettre de Montréal "; « Arts ", 23 mai 1967. Le paVillon indien présente au public une réalité Qui n'est pas la vérité officielle. LES INDIENS PRENNENT LA PAROLE SUR cette « Terre des Hommes 1967" que veut être l'Exposition Internationale de Montréal, une petite place a été réservée aux Indiens du Canada et - surprise! - on découvre- là.. les données réelles d'un prob~me '}\'uuain, jusqu'ici généralement inconnues. Un problème dont on n'a peut-être pas fini de parler. Récemment, l'Europe étonnée apprenait . que des Sioux avaient participé à la grande marche pour la paix, ,aux Etats-Unis. Combien de ~ens imaginaient que les Sioux existaient encore, ailleurs que dans les westerns? Même parmi ceux qui connaissaient mieux le sort fait aux Indiens, combien pensaient que la misère, la maladie, l'alcool généreusement dispensé par les civilisateurs, pendant des décennies avaient brisé ces peuples? Et puis, voilà qu'ils débouchaient, brusquement - et pour quelle cause! - sur la scène mondiale ... Pourquoi ne pas le dire: j'étais de ceux qui croyaient que les Indiens végétaient misérablement sur leurs réserves, ou n'en sortaient que pour s'assimiler, se fondre dans la masse américaine, ou canadienne. La réalité est plus complexe. Non seulement ces peuples il'ont pas été totalement brisés, mais, parmi eux, des hommes, généreux ont entrepris de rendre à leurs frères leur culture, les meilleures de leurs traditions, leur fierté, leur dignité d'hommes. DROIT ET . LIBERTE • No 263 • JUIN 1981 Que cela s'~xprime fort clairement dans ce Pavillon des Indiens montre que ces efforts ont déjà porté loin, même si des progressistes canadiens ont pu m'avoùer qu'ils ne connais,. saient guère mieux la question que ' moi, auparavant. Le drame d'un peuple Le pavillon a été financé par le « Département des Affaires Indiennes lo. organisme fédéral canadien qui décide de tout ce qui concerne les Indiens. Théoriquement, ceux-ci sont consultés, ou plus exactement, leurs représentants élus dans les diverses communautés. Mais ces représentants, choisis en fait par l'Administration, étaient le plus souvent des béni-oui-oui qui ne figuraient là que pour la forme. Ce sont des Indiens qui se sont chargés de l'aménagement intérieur du pavillon. Le résultat est-il exactement celui qui était souhaité par les autorités? On peut en douter. Car on l a exposé, avec beaucou:p de dignit , le drame d'un peuple qw ne veut pas mourir, qui trouve au contraire, maintenant, des raisons d'espérer. Le drame, d'abord: c'est le rappel des coutumes et des ' croyances, l'arrivée des blancs, açcueillis en amis, et que l'on guide à la découverte d'un pays qu'ils vont accaparer. "On nous a pris nos terres, on nous a donné les La longue marcha d'une famille èlravers les camps de la mort. ' Veilleur , ou en est la nuit? PAR ALEXANDER DONAT Un témoignage qui contient et surpasse tous les autres. SEUIL Saintes Ecritures ". dit une inscription, à la suite des traités où figure la marque des vaincus. n n'existe pas de journaux en langues indiennes, pas même de périodiques. Pourtant, on a depuis longtemps traduit en caractères latins le cree ou l'iroquois. Mais les seuls livres qui ont été imprimés sont des recueils de cantiqùes ou des catéchismes. Là encore, la protestation est mesurée, mais nette. \ Les petits Indiens vont à l'école des blancs, où Paul et Jeannette (dans le Québec), ou Peter et Sallie (dans les provinces anglophones) sont les héros des manuels de lecture illustrés - -+ • -+ par exemple. Mais les enfants indiens ne se reconnaissent pas à travers Paul et Jeannette, Peter et Sallie. Des photos montrent la déiresse des lointaines réserves où courent, pieds nus,' des enfants maigres. Des chiffres: c Moins de 15 % des' foyers m,. diens ont l'eau courante et des toUettes, moins de 50 % ont l'électricité, contre 90 et 99 % dans le reste des . foyers canadiens. JO • c Trois familles lndiennes sur quatre gagnent moins de 2.000 dollars (9.300 F) par an, alors que le seu1I de la misère est de 3.000 dollars, officiellement. JO D'autres encore, qui mon· trent, tout de même, les progrès dans le domaine de l'éducation et de la formation profe'ssionnelle : progrès qui semblent d'autant plus importants qu'ils partent de très bas. Des photos, encore, qui montrent des Indiens: artisan, prêtre, ouvrier, commerçant, ingénieur, journaliste... Et cette simple revendication: c Nous voulons pouvoir régler nous.mêmes nos propres affaires.,. Le pays qui fut aux ancêtres D'autres panneaux l'avaient expliqué: c Au début, nous éUons des prisonniers qu'un certain sentiment de culpabilité, peut-être, empêchait de trop mal traiter. Par la suite, d'ancIens mllltaires ont été chargés de s'occuper de nous. Nous n'avions pas à nous plaindre. Ils nous traitaient comme de gentUs enfants arriérés. JO J'ai . demandé, ensuite, à un chef indien traditionnel de la réserve iroquoise de Caughnawaga, près de Montréal, le chef Peter Diome, comment il voyait l'avenir, pour les Indiens. Ne valait-il pas mieux quitter la réserve, s'intégrer? c Vous êtes Français, m'a-t-il répondu, en souriant. Si vous quittez la France pendant dix ans, vingt ans, la France existera quand même. Et vous pourrez retrouver votre pays, sa culture, son mode de vie qui est le vôtre. Si les Indiens quittent leurs réserves, il n'y a plus d'Indiens. Est-ce notre faute s'U ne nous reste plus que de pauvres petits morceaux de ce pays qui fut celui de nos ancêtres ?,. , J'ai parcouru la réserve de Caughnawé:\ ga. Il y a de très pauvres maisons et une grande baraque en bois: l'hôpital. Il y a aussi des habitations qui, sans être riches, sont l'équivalent de ce qu'on voit dans les villages du Québec. Et quelques autres encore, fort cossues, sinon luxueuses. Il est vrai que cette réserve est proche de la grande ville. Ici habitent des Indiens qui ont pu se faire, dans la société des blancs, une place meilleure que celle de la plupart de leurs frères. Mais ils ne quittent pas la . réserve ... ID Et c'est là l'espoir qu'exprimait, après d'autres, le chef Peter Diome : c Nous voulons rendre à l'lncHen sa fierté, sa dignité d'homme. Nous savons bien que nous sommes au XX' siècle, nous tenons compte des réalités (son abondante bibliothèque le montre). Nous voulons avoir nos écoles, nos Journaux, nos llvres. Des Indiens sont Instituteurs, professeurs, Ingénieurs. Nous comptons sur eux. L'un des nôtres est un speaker réputé, à la radio, et n ne manque pas une occasion de rappeler qu'il est Indien. Mon ms est Journaliste ... ,. Les temps sont peut-être venus Sans doute, cette reconquête ne sera pas simple, ni facile. Les réserves sont dispersées sur l'immense territoire ca~adien, du Pacifique à l'Atlantique, et Jusque dans les étendues glacées du Labrador, où les pêcheurs et les trappeurs sont encore soumis à la toute puissante Compagnie de la Baie d'Hudson, qui les exploite honteusement. Certaines réserves comptent plusieurs milliers . d'habitants, d'autres à peine plus de cent. Et puis, les différents peuples indiens ne parlent pas la même lan~e_ Mais le Chef DlOme n'igno)"e pas ce qui a été fait en U.R.S.S. pour des peuplades numériquement peu nom~ breuses, qui n'avaient même pas d'alphabet, et qui ont maintenant des romanciers et des poètes. Est-cel possible au Canada? Pourquoi pafi, si les Indiens le veulent. Et ils semblent nombreux à le vouloir, et les temps sont, peut-être, maintenant venus. L. B. D~COUVREZ LA POLOGNE 1 avec les Voyages Organisés par L'OFFICE DE VOYAGES LA YA YETTE 18, rue Bleue - PARIS (9") CIRCUIT TOURISTIQUE de 8 · jours à travers la POLOGNE VARSOVIE NIEBOROW LODZ CZESTOCHOWA ZAKOPANE CRACOVIE LUBLIN VARSOVIE Aller-Retour par avion Prix par personne : 1 200 F. Par groupe de 15 : 1 050 F. Tél: PRO. 91-09 14 JOURS dont CIRCUIT DE 7 JOURS et SEJOUR DE 7 JOURS à ZAKOPANE VARSOVIE CRACOVIE WIELICKA Séjour à ZAKOPANE Aller-Retour par avion Prix : à partir de 990 F POSSIBILITE DE VISITER : AUSCHWITZ TREBLINKA MAIDANEK - !Pour tous autres Voyages nous consulter. - Demander notre luxueuse brochure qui sera adressée gracieusement sur simple demande. oIS, RUE DU SENTIER ANGLE Bd POISSONNI~RE PARIS 2' T~L. : 488 .31 .01 et 508_45.74 st • Je-JI' MICHEL PELTA QUE SE PASSE-T-Il ? 23 • IV. - Le N.P_D.(parti néo-nazi) obtfent6,9 et ~t8 o/~4es ,;)(pîx et quatre sièges dans chacurie des assemblées législatIves des lâri6ers de Rhénanie-Palatinat et du Schleswig-Holstein. Tracts LES AMIS D'EICHMANN 24 - IV. - Etats-Unis : campagne natlonalê conue la gui're au;! Vie. au cours d'un u été vietnamien,. décident les organisateurs des récentes manifestations S'EFFORÇANT d'exploiter à sa de New York et de San Fram::lsco. ., façon la tension qui rère au • Le Swaziland (ex-protectorat anglais en .Afrlqu~ austral~} acc,pe à 1 t,utq. Moyen-Orient! l~ «N;uve . 0drt: 25 • IV. _ Manifestation à Rochester (U.SA) contre la discrimination raciale a des sections en Suisse, en Belgique nomie Interne. ' +']' Européen », organlsatIOn neo-nazle qw dans l'embauche. ~ ..... d d !if d~p~is FCharles 5 février 2010 à 09:30 (UTC)e~:ni;~su:;t;:~:n:~! • L'av,tatlon américaine bombarde le centre de Haiphong et le gl'Iln port · ~ nous avons déjà dénoncé dans notre Hanoï : plus de 1DO victimes civiles. " numéro de mars. 26 - IV. - Installé à Mogadiscio (République de SomalÎe). le Front de L1bé'l'tlon Illustré par un dessin réalisé et de la Côte des Somalis décIde de ' recourir à la ;lutte armée' un. millier de Sb:ijlaUs 'jii imprimé en Allemagne (les corrections détenus près de Djibouti sont expulsés vers la 'République de Somalle, . apportés après coup aux noms des 1 - V. - Aux Nations-Unies. la France se prononce contre des sanctions sur pays inscrits sur le dessin, le proula question du Sud-Ouest africain. .. .. .... ..... t vent) ce tract s'en prend en termes 2 - V. - Le tribunal international des crimes de gUérre attVietnam. formé sous , grossiers aux «mauvais coups de~ sial'autorité du professeur Russell, tient sa première séance à Stockholm, sous la p~6- j nistes à travers le monde»: «cnmes, sidence de Jean-Paul Sartre. !II.".,..; agressions collectives, enlèvements, ,: espionnage et actes divers de bandi- 8 _ V. - Le boxeur noir Cassius Clay, champion du monde des pOids tisme » ... Les exemples cités confir- 1, ment, s'il était besoin, la signification lourds, est inculpé pour son refus q'être incorR?ré da~s a~ée amérl- I et l'origine de cette diatribe; il est caine, en raison de la guerre du Vietnam. Il est paSSIble de'"5 ans de !! question de « l'enlèvement de citoyens prison. " européens en Amérique du Sud » (l'al- ". !li lusion à Eichmann est claire) et de 10 - V.- Un médecin mllitaire, le capitaine flowardlêvy,bompara!t de,!antli une'!, « tentatives d'enlèvement d'un réfucour martiale américaine pour avoir .. refusé d'obéir à des ordres et d entramer des . gié politique en Espagne » (le nazi soldats avant leur envoi au Vietnam ". Degrelle, évidemment) 11 - V. _ A Nuremberg, le N.P.D. ne peut tenir son ,eongtàs, le$s~!Jes lui lyant Israël est traité d' « Etat-pirate, été refusées. ' ... ,.,)!;:;.,., ....••.. , .. " ...... .. ',,'" refuge des hors-la-loi» et accusé d'une • La garde nationale ouvre le feu sur des manifestants à l'Université noire série d'attentats. Et ces « patriotes eude Jackson (Mississipi). Un étudiant succombe à s~sÈlessur~.~. i... fT .. 5 février 2010 à 09:30 (UTC):vin{~~e~a~~e:~JCharlesi~~i°cf:~ 13 • V. - En présence dui::ardina\WSpellmpfi. maiiifestatioh à New yorl ëJi 'z campagnes anti-arabes et anti-juives, faveur de l'intervention américaine au Vietnam. affirment, pour l'occasion, « tendre 15 ~ V. - A la suite .d'attentats commis en Israël par descomml.ndos arabes, , la main aux peuples menacés du le général Rabin, chef d'étal-major israéliep, annollee de&hrep'rés~.u~s oontr.e la Syrie. ' Moyen-Orient ". • Sur la demande de l'Egypte, la force d'urgence de 1 O.N.U. - les .. casques On peut lire encore dans ce tract bleus JO - qui stationnait à Gaza. est officiellement dissoute. Elle .!'lst remplacée que « ces gens-là " (les juifs) « ne par ~:s_ ~i~éS Charles:~:t~~!~:n:lgr.~t!~;Charlesé nôÎte • 'Houston. Des '~bùPS _ kfeu .~ ~~!~e~~;;rà ':; ~~ ;~~t r!~t::r~~e~ sont échangés entre étudiants et poliCiers : un mort, parmi les poUciers, plusreu.rs noux devant la canaille . blessés parmi les manifestants; 188 étIJ~lants arrêtes.. .. ..}lé. H Cette tentative d'attiser simultané- 17 - V. ,,,,- L'àrmée égyptienne en état d'a'erte, concentre ses forceplen dtiêctlon Ji~ ment l'antisémitisme et l'hostilité du Sinaï. entre juifs et arabes doit être dénon- 18 • V. _ Rappel de réservlstes en ls.raël cée avec vigueur. Le M.R.A.P. a adres- .... ... .... à Lo. " sé au ministre de l'Intérieur une lettre 18 - V ••.. - le pasteur Martin Luther Klpg appéUe les !)tllunes , Atnétlo~in$ l't,lluse, 0 demandant que des mesures soient de combattre au Vietnam. prises pour mettre hors d'état de nuire l'O.~.~: !Jqpte Pi! ~~f~IO~on!~~ ~ lCharlese:: *~:1cai;+5 février 2010 à 09:30 (UTC),,~,. ~~é~, a~:tG::o~~ii ;i 1 . ~l~s ndeis cette b~~o;~:n~e inf~e;Fe~nsachargé d'administrer le territoire Jusqu'à son irt~pendanèe QUI\,fdevralt être procla~ mée en juio 1968. i.:i:. UN FOU 20 • V. - 3.023 délégués a42 Etatsg.néraux pour ,Ja paix 2l,U Vletpam, li Paris. 21 • V. - Deu~ enfants ~ol~s H!Ii més "volent un ~orceau (de :~ain ] N0US ~~:G~:Ed~~ncé (dans à Jeffersonville(U.S:A;) : d~.~ze , d L:;'" ii"',l!: J~] i~~)i~n e~ra~~b:~tt~;én1~~e illfh!~~ i. 22 _ V _ Le gouvernement duCatre;mnonce que, revenant 'à .Ia situation d'avant 1 dans le milieu universitaire, et signé 1956, il interdira te passage des naviré, hiraéUena dana.le golfe d'Akaf:la. qu'II consi- « George Ross Ridge, professeur d'unidère comme tai partlet des ~~u'!; 9 (t~1dllil!l{j!l' ": versité américain en exil ". Il Y est 23 • V. ~ R dès relatIons ~. Syrie et Jai Jordanie qui question, entre autres élucubration. accuse la première d'atteinte à la sécurité royaume. de la « conspiration juive internatio- 24 • !: ._- ~es . U.;~~J,I.. env!~agent, .. Jep.voJ éven~uef de ~;pateà~, de ~Irerr:'ji" :Charlese ;uf:esl~~iCharless d'~v~~n~ a;Charles:i~sé pout assurer le libre accès ' du golfe d'Akaba. Roosevelt » . DROIT ET LIBERTE · N° 263 • JUIN 1967 11 / ROMAN FEUlbLETON L A DEPECHE est un quotidien du Sud-Ouest fort honoré dans ' sa . région et qui veut être le " journal de la démocratie ». Bravo! Pourtant, au cours de deux déplacements dans son secteur, j'ai pu lire les extraits d'un roman-feuilleton intitulé « Je n'ai pas tué Peterson ", d 'un ~ertai,n M. Toulzet auteur dont j 'ignorais l'existence, et qui fait dans la séne norre comme d'aiItres fabriquent du boudin! Exemples choisis : « Peterson a prêté au Juif trois millions à 30 %. Le patron n'a pas hésité à ficher le couteau sur la gorge à un type de sa reUgion. Les affaires sont les affaires. ,. « Ces mecs là (les Juifs) sont de parfaits comédiens, et je n'ai jamais pu les blairer. C'est chronique, chez moi... JO ••• « Ben CUffa entre dans la pièce, et son museau de fouine s'éclaire d'un sourire lorsqu'il me voit. Je n'aime pas ce métèque à la peau luisante et grasse, au poil rare, aux cheveux crépus comme ceux d'un nègre. II m'inspire une sorte de répulsion : c'est physique chez moi! .. , etc. De deux choses l'une. Ou bien le collaborateur de La Dépêche veut peindre un portrait de salaud, et il y réussit parfaitement, et son héros est le plus répugnant personnage q~i soit. Ou bie? l'auteur s'~dentifi~ à sa ,créature (l'obsession : c 'est chromque, c'est phYSIque chez mm) et c est extremement grave. Troisième hypothèse : la direction de cet estimé journal n'a pas lu le fecillet on avant de le publier. J'aimerais savoir. -+ Or ce tract continue de circuler dans divers pays, ce qui prouve que l'internationale néo-nazie s'en occupe activement. Nous apprenons, en particulier, qu'il vient d'etre envoyé aux professeurs des universités ' d'Afrique du Sud. Nous avons pu recueillir des renseignements sur l'auteur de ce libelle. Ridge a été effectivement professeur assistant, de 1958 à 1960, à Atlanta, au Collège d'Etat de Georgie, puis professeur titulaire de 1960 à 1963. Il fut à cette date, interné à l'hôpital psychiatrique de Milledgeville, en Géorgie, pendant une année. Il exerça ensuite en Floride, puis en Louisiane, où il resta professeur de français à l'Université d'Etat jusqu'en juin 1966. Il vivrait maintenant à Paris où il fabrique et diffuse ses tracts, avec quels concours? avec quels fonds? Un fou, sans doute; mais un fou dangereux. Des mesures · de salubrité publique s'imposent. USAGE DE FAUX L'USAGE de faux est un procédé cher aux racistes. On connaît la célèbre affaire des « Protocoles des Sages de Sion ». Ici, il s'agit, plus modestement, d'un tract destiné à justifier les campagnes de ' haine contre les travailleurs algériens. Cette feuille, attribuée à l'Amicale des Aalgériens en Europe, veut faire apparaître ceuxci comme antisémites et r~cistes et se vantant des prétendus « viols » dont « Minute » les accuse. Pour plus d'authenticité, on indique qu'il s'agit d'une « circulaire parue dans « Le Démocrate du Périgord ». Renseignements pris, ce texte provocateur a bien paru' dans le journal en question . mais dans un commu- 12 Oncle TOM niqué du « Front National des Rapatriés ", pour etayer un article contre la coopération avec l'Algérie. Son origine s'éclaire lorsqu'on constate que l'adresse indiquée sur le tract comme le siège de l'Amicale des Algériens en Europe, est, en fait, celle d'une organisation qui fut liée, naguère à l'O.A.S. : le « Front de l'Algéne Française » ; les rédacteurs ont été trahis par l'habitude. Dès octobre 1966, la publication de cette prétendue « circulaire » aujourd'hui diffusée à nouveau, aux fins que l'on devine aisément, avait fait l'objet d'un ferme démenti de la part de l'Amical des Algériens en France. Cette organisation écrit au M.R.A.P. à ce 'sujet : « L'origine des positions radstes aussi grossièrement affichées est si évidente qu'il ne nous a pas paru nécessaire de mettre en garde les associations ramies et organisations ouvrières et démocratiques concernées par ce problème grave qu'est le racisme. Elles auront d' elles~mêmes reconnu le faux et les auteurs. » Et dans une mise au point, elle précise: « Les objectifs définis par notre association sont clairs et nets : développer tes rapports amicaux qui existent, en dépit des- attitudes négatives et déplorables, entre la France · et l'Algérie, entre le peuple français et le peuple algérien, entre n(Js émigrés et le. pays d'accueil. " Hier et aujourd'hui POURQUOI GOBINEAU? Au mois d'avril dernier se déroulait à l'Institut français d'Athènes une exposition commémorative « Gobineau à Athènes ». Il y a un siècle en effet, l'auteur des « Pléïa. des » était le chef de la mission diplomatique française dans ce pays. Diplomate, . écrivain, pOète, sculpteur, son philhélénisme transparaît dans tous ses actes, comme le dépeint fort bien un . long article du « Monde . . Mais on peut se demander avec M. B ... de Fontainebleau qui nous écrit: " N'est-il pas pour le moins curie~ que l'Institut français consacre son activité au théoricien de l' « Essai sur l'inégalité des races humaines »? Cet ouvrage fut « livre de chevet des raciologues du lUe Reich ", comme l~ soulignait naguère: M. André LeroiGourhan. Cette oeuvre « fondée sur une totale confusion entre la race et la culture », écrite alors que l'Occident « civilisé » dominait le monde, a fourni, il faut bien le dire, l'image de « l'aryen idéal» et a joué un rôle certain dans les entreprises qui aboutirent à l'extermination de millions d'innocents. . Ne peut-on pas, fi l'étranger, donner à la culture française, des « ambassadeurs » moins compromettants? Afrique du Sud COMPLICES OU DUPES? UNE série de manifestations favorables au régime raciste d'Afrique du Sud (exposition, banquet, réception de l'ambassadeur, conférence) sont prévues à Chateaudun (Eureet- Loiree), du 26 mai au 26 juin, sous l'égide de deux oq~anisati~ns qui, s'intitulent « Centre mternatwnal d Etudes esthétiques » et « Cercle PaulValéry ». Le M.R.A.P. et le COpUté de Liaison contre l'apartheid interviennent pour . que ces scandaleuses manifestations n'aient pas lieu. De nombreuses personnalités et organisations locales s'associent à leurs efforts. « JUDEN RAUS » Vendredi 5 mai au soir à Hillbrow (faubourg de Johannesbourg), deux cents policiers armés de matraques et de bombes lacrymogènes chargent un~ foule d'environ mille jeunes juifs qui manifestaient devant une taverne fr6. quentée par des immigrants de l'Allemagne de l'Ouest. Le mois précédent, un groupe de ces Allemands avaient célébré dans cet établissement l'anniversaire de la naissance d'Hitler (20 avril), a~ cris de « Juden Raus », et « Heil Hitler ». Ils proclamaient faire partie de la branche . sud-africaine du N.P.D., et l'organisateur de la cérémonie, Oskar Scheffler avait promis son soutien complet à l'un des leaders du parti néo-nazi, Adolf Von Thadden qw annonçait sa troisième visite en Afrique du Sud. -+ Les 6 et 7 mai, la conférence euro~DDe sur l'apartheid a tenu ses assises à Paris. C'est la première fois que les comités antl-apartheld de divers pays peu_t confronter 1 e url expérience.

lia ~talent venus d'An.

leterre, de Suède, des PaysBal, de Suisse, d'Irlande, d'AUemaple fédérale, du la~ n. Ebkm awnl pRsenta des cWIquéa des deWl mouvemeDta de UbératloD sud-' africains, l'Afrfcan National Congress (A.N.C.) et le Panafrican Congress (P.A.C.), du mouvement de Ubération du Sud-Oue.t africain (le SWAPO) et de l'organisation zambienne (le ZANU). Sur le plan français, un très large éventail d'organisations avait envoyé des délégués à la conférence : le Mouvement de la Paix, la C.C. T., la LIpIe des Droit. de l'Homme, le Parti communiste, la S.F.I.O., le Parti radical, la Convention des Institutions répubUc:aines, la F.E.A.N.F. (Fédération des· Etudiants d'Afrique Noire en France), la Société des Mlalions protestantes, l'Auodation des Juristes démocrates, etc. Le M. R. A. P., ~ur sa part, avait envoyé plusieurs délégués, qui p/Jrllclpèrent aux travaWl de toute. les commissions. A l'issue de ses travaux, la conférence pubUa une résolution finaie où elle : «Attire l'attention de l'opinion publique européenne sur l'aIde importante qu'ont a~portée et que continuent d apporter au racisme sudafncain les grandes puissances occidentales, à travers les investissements de capitaux, l'assistance technique, la coopération militaire, les fournitures d'armes de toutes sortes lt ; • De man d e aux gouvernements qui ne l'ont pas encore fait de rat if i e r la Convention internationale pour l'élimination de la discrimination ra c i ale, et d'a d 0 pte r une législation mettant hors d'état de nuire les organisations racistes. où qu'elles se manifestent, dont les activités apportent un soutien à la polItique d'apartheid lt ... • Invite les forces démocrati9: ues d'Europe à prendre 1 engagement solennel de tout faire, dans les Assemblées et aux gouvernements: - pour que soit suspendue toute fourniture d'armes et de matériel militaire au gouvernement sud-africain; - pout que cesse l'aide technique accordée à ce gouvernement, aide si importante aujourd'hui pour l'économie d apartheid. lt AFRIQUE DU SUD : A QUI LE CRIME PROFITE L'APARTHEID, ce n'est pas seulement l'oppresslo~ poli. tique de 12 millions de Noirs par une minOrité de 3 millions de Blancs; c'est aussi un régime d'exploitation sauvage dans lequel est Impliqué le grand capital occidental, qui profite beaucoup plus de la ségrégation que les «petits Blancs» l'Afrique du Sud est l'un des grands réservoirs minéraux de notre planète: 30 % de la production mondiale de l'or, 50 % de la production de diamants, 20 % de la production d'uranium. A quoi il faut ajouter d'énormes réserves, pas toutes explOitées encore, de platine, de manganèse, de chrome, de houille, d'antimoine. La production agricole y est aussi très Importante : laine, primeurs tropicaux (agrumes, en particulier), vigne, céréales, viande, tabac. Jusqu'à ces dernières années, la République Sud-Afri~aine était une colonie; colonie de peuplement, certes, et indépendante dans le cadre du Commonwe~lth (dont ~lIe. n~ sortit qu'en 1960). mais colonie quand meme; ce qUI signafiait, en termes économiques, qu'elle exportait des produits bruts, non transformés, et qu'elle importait des produits finis; c'était un pays sans industrkls, sinon extractives. Les grands trusts internationaux qui t~naien~. en main l'exp!oitatlon de ces richesses en tiraient d Immenses profits, encore accrus par l'exploitation systématique d'une maind'oeuvre indigène sous-payée, inorganisée, De manière très paradoxale, c'est le développement même de la politique d'apartheid qui accéléra l'industrialisation du pays. Lorsqu'on commença à parler de boycott et de mettre le régime raciste de Prétoria au ban de l'humanité, les trusts sentirent grandir la menace contre leurs profits dans cette région. « Il est significatif que, depuis 1960, les intérêts du capital étranger soient liés à la protection de l'économie sud-africaine contre les risques de sanctions économiques Internationales : ils ont fourni des ressources et de l'argent pour aider le régime sud-africain à créer une industrie plus autonome et une infrastructure pour les transports. - (1) Les Intérêts économIques internationaux en jeu se situent sur deux plans. D'abord le plan commercial. Les pays acheteurs des matières premières sont d'abord la GrandeBretagne, le Japon et les Etats-Unis, puis, par ordre d'importance décroissante, l'Allemagne fédérale, la Rhodésie, l'Italie, la Belgique, la France. Parmi les pays vendeurs viennent dans l'ordre la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l'Allemagne fédérale, le Japon, le Canada, l'Italie, la France. Mais si la France ne se situe respectivement qu'aux huitième et septième rangs, la valeur de ses échanges augmente très vite : entra 1960 et 1966, elle augmenta de 300 % ; Puis viennent les investissements. Là encore, la GrandeBretagne vient en tête (60,3 % des Investissements), puis DROIT ET LIBERTE • No 263 • JUIN 1967 les Etats-Unis (11,1 %); la France, là, vient en troisième position, avec 5,6 % des Investissements. Mal.s la part française augmente très vite, dans les Industries du textile, de l'électronique, de l'armement, de l'automobile, Cet effort d'Investissement permet aujourd'hui à l'Union Sud-Africaine de ne pas trop craindre d'éventuelles sanctions économiques; ses capacités d'auto-Investissement ne cessent de éroitre. Et les profits pourront ainsi résister à d'éventuelles offensives antl-apartheld. En outre, le boycott des produits sud-africains est extrêmement difficile. en raison même de l'Imbrication extrême des Intérêts internationaux dans l'économie du pays. 50 % des fruits et primeurs sud-africains (oranges, «avocats-, fruits divers) sont pris en charge et commercialisés par des firmes israéliennes; 80 % du tabac sud-africain est traité et vendu par la Suisse; une part Importante l'est par la firme Stuyvesant, trust international Implanté aux Etats-Unis et dans plUSieurs pays européens. De même, la production de laine sud·africaine, de diamants et de quantité d'autres produits bruts est pratiquement Indécelable dès qu'elle entre dans le circuit des échanges Internationaux. Ce réseau d'Interactions · - voire de compliCités devient de plus en plus complexe. La Régie Renault a installé une usine de montage à East London. Pour ne prendre que l'exemple de la France, les Chantiers de Saint-Nazaire construisent actuellement trois sous-marins pour la marine militaire sud-africaine (dont les équipages seront formés en France); Dassault fournit des avions, Panhard des chars; c'est surtout en matière d'armements, on le voit, que la France traite. Quant à la Thomson-Houston, c'est tout un programme d'études qu'elle mène, le Projet Cactus, pour doter Prétoria d'un arsenal de missiles. L'Allemagne fédérale est aussi partie prenante, surtout dans le domaine atomique. Les experts estiment qu'en 1970, les autorités racistes de Prétoria possèderont la bombe. Le gouvernement allemand, qui ne peut, en vertu des accords internationaux, fabriquer des bombes atomiques, a acheté à Prétoria 1 000 tonnes d'uranium, dont la plus grande part est restée en Afrique du Sud, «pour des raisons stratégiques -; c'est une façon de participer à la dissémination de l'arsenal atomique. Bref, les complicités, on le voit, sont multiples, et la lutte contre l'apartheid, pour être conséquente, doit en tenir le plus grand compte. C'est au niveau des gouvernements que les forces antiracistes et progressistes du monde entier doivent imposer une politique radicale et concertée. Georges CHATAIN (1) Rapport de Vela Pillay, professeur d'économie politique, à la conférence des 6 et 7 mal. la Le procès Étudiants algériens contre "Minute" .. IL FAUT FAIRE TAIRE qu'en 1939 à Prague, au congrès de la Fédération dont la lame luit faiblement. Le couteau qui « signe " les être entreprise? CETTE PRESSE Il rapports entre étudiants nord-africains et françaiS et sur la D situation matérielle des étudiants nord-africains. ANS ses Souvenirs de minuit (1). Vercors rapporte frêles poignets de l'enfant. L'autre main brandit un couteau pas seule qualifiée pour apprécier si une telle action devait mondiale des Pen-Clubs, alors que les nazis, ayant crimes nord-africains. Luce, à demi-morte d'épouvante, en- Maîtres Théo Bernard, Maurice Buttln et Joë Nordmann déjà perverti l'Allemagne, se préparaient à plonger le tend comme dans un cauchemar les ricanements rauques. firent valoir que la campagne de Minute ayait porté un Marchands de papier aujourd'hui, monde dans la tragédie que l'on sait, l'écrivain britannique Un pOids lourd s'abat sur elle. Tout le jeune corps s'arque préjudice réel aux Nord-Africains immigrés et tout parti- h d d d H.G. Wells s'opposa, au nom d'une certaine conception de en vain... Passons sur l'innommable qui succède... » la culièrement aux étudiants, ce que les témoins cités confir- marc an s e sang emain_ la liberté d'opinion, à une motion condamnant l'antlsémi- citation est longue mais elle permet d'apprécier le degré meraient. Il t -t t - t . -1 f Il 't f . tlsme. d,I magination d es gens de Minute. lCar i' s a véra que 1a M. Claudl'us-Petit, de' pute' -maire de Firminy et président ~aire recse tatle paurexs saev oqcuai s viat dmeo nl ar erc alpoomurnqiueo Ie t1 dea laal haainiree. C'est précisément cette conception - " la liberté de petite luce n'avait pas été violée. d'une société de construction de logements pour travail- Après avoir brièvement rappelé ce que fut la grande rafle polluer les cerveaux" selon l'expression du pasteur Mathiot Un autre article - « La colère gronde » - distillait leurs immigrés, indiqua qu '. il arrive que la population soit de juillet 1942, M' Théo Bernard, reprenant le problème posé _ qui était en cause le 12 mai dernier, devant la 17' cham- les mêmes calomnies ( Partout en France, la terreur basa- réservée ou même s'oppose à l'action de 1.' SONACOTRA par le procureur, souligna que si le ministère peut engager bre du Tribunal correctionnel de Paris, présidée par M_ née s'installe dans nos banlieues "), le même appel à la à cause des campagnes que nous connaissons "- d't -1 j't d lit" haine, à la violence. M. Raymond Barbet, député-maire de Nanterre où vivent es poursuI es, 1 ne OUI pas u monopo e en a ma fere, Braquemont. les deux articles étaient annoncés en page une : « Les 10.000 Algériens dont 5à 6.000 célibataires, rappela qu'à que celui qui est diffamé ou lésé peut engager l'action. Omar Benaï et Slimane Chikh, tous deux étudiants algé- F 0 0 F IC NS la Faculté de Nanterre, la fin des cours s 'arrêtaient à « Pourquoi les étudiants et pas d'autres? Ce sont eux qui riens, et Mourad labldl au nom de l'Association des étu- rançais en ont assez - LES VI LS N RD-A R AI - peuvent le faire. Ils sont de ceux qui savent lire Minute. d iants musu 1m ans No rd - Afri"c ains (A .E. M. N.A.) ava 1e nt C.l t é à Le martyre de la fillette de Bagneux. Des récits révoltants 17 h 30 par souci de • sécurité " à la suite de ces mêmes Il ne s'agl-t pas de Il-berte' de la presse. Ces gens ne sont pas compara•l tre J ean-Fr ançol. s 0 evay, d'I rec t eur d e M-mu t e(2.) ven, us de toute la France. Les vrais racistes. Attend-on campagnes. d des J-ournall-stes. Ce sont des marchands de papl·er. Demal'n, Ils accusaient l'hebdomadaire 'CIe s 'être livré " à de véri. qu explose la colère populaire? " M. Jacques Berque. professeur au Collège e France et ce seront des marchands de sang » (4) . tables appels à la haine et même à la violence », d'avoir laissons un instant les sinistres élucubrations de Minute spécialiste du monde musulman, nota que le rapport entre M' Buttin était, il n'y a pas si longtemps, avocat au Maroc. porté préjudice à l'A.E.M.N.A. « qui poursuit notamment pour l'exposé fait par le commissaire divisionnaire C. Hlrsch les crimes et les délits commis et les conditions sociales Il dit comme le rayonnement de la France r.este grand au l'objet d'encourager les Nord-Africains à venir poursuivre lors du Colloque sur la migration algérienne en France, or- qui sont celles des travailleurs nord-africains immigrés mon- Maghreb, ce que tous les Français qui luttent en Afrique leurs études » en France, d'avoir diffamé les travailleurs ganisé par l'Associatoin France-Algérie (octobre 1966) : tre que ceux-ci n'ont pas une criminalité particulière. du Nord pour le maintien du dialogue franco-maghrébin nord-africains « dans le but d'exciter à la haine », de les « Une campagne de presse encore récente veut voir dans M' Jean-Jacques de Félice dénonça cette campagne qui attendent de cette affaire. « Pour que le dialogue se pouravoir Injuriés dans la même intention. tout Algérien un sujet disposé à violer les femmes, à se rend beaucoup plus difficile les contacts avec les famil les suive, il est nécessaire qu'on fasse taire cette presse._. Depuis longtemps déJ'à les autorités J'udicialres avalent livrer à des attentats à la pudeur. Or, les chiffres des ar- algériennes. C'est la publicité de la haina qui entraîne la haine ... " matière à poursuivre Minute; elles ne l'ont pas fait. le restatlons survenues dans les dernières années dans le Pour ei ptas e ur Math1'ot, « 0 n ne pe ut pas me su rer 1e s M' Joë Nordmann démonta pièce par pièce la campagne jugement qui sera prononcé le 9 juin aura une certaine département de la Seine demeurent très bas. Par exemple, dégâts. Ils sont très profonds parce qu'ils atteignent les de Minute, montrant le préjudice que celle-ci avait porté importance en ce sens qu'il dira si le Parquet doit con- en 1965 (185.000 Algériens) : viols : 10; attentats à la mentalités. Ces campagnes atteignent les Algériens et dé- aux Nord-Africains en général et aux étudiants en particuserver le monopole de fait de décider quand l'ordre publie pudeur : 85; outrages à la pudeur : 83; outrages aux gradent les Français. " lier ( C'est au nom de la race et du sang qu'a agi le risque d'être troublé par une campagne raciste. bonnes moeurs : 15. » (3). Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., dit ce que nazisme ,,). En novembre 1966, Minute publiait un article s'insérant S'il est vrai que « le pourcentage se relève seulement représentent ces Nord-Africains « qui viennent s'offrir et MJurad labirli dit enfin pourquoi lui et ses compagnons dans sa campagne permanente et Intitulé : « L'ignoble viol dans l'exercice du métier de souteneur ou le proxénétisme que l'économie sollicite ". Et puis un verre dans un café s'étaient sentis concernés et comment la campagne de de la petite fille de Bagneux n'est que le dernier épis ad e où, avec 192 arrêtés en 1965, les Algériens sont 34 % du est re fuse' , une c ha m b re es t re fuse' e. « Le s campagnes d e Minute avait nui à l'intérêt des membres de l'AEMNA. mod'une longue série d'horreurs. Il faut que cela cesse. Atten- total », il faut connaître les travailleurs algériens immi- Minute nous font rougir quand nous pensons au jour où ralement et matériellement. tion aux Arabes 1 » grés pour savoir en quel méprIs ils tiennent leurs compa- ces t raval'1 1 eurs s a ur 0 nt 1-Ire e t pr e nd ro nt connal' ssan ce d e Chez les travailleurs nord-africains aussi, on a beaucoup triotes dévoyés _.. f 1 ft L'ignoble viol » contenait le passage suivant: ses ar IC es. " parlé de « l'affaire étudiants-Minute ". Et c'est avec une ft Les loups guettent ces deux proies fraîches. Soudain, Préjudice réel Julien laupêtre, secrétaire général du Secours Populaire certaine impatience qu 'on en attend le résultat... quatre silhouettes sortent de l'ombre. Quatre Arabes qui Français, d'une organisation qui côtoie quotidiennement la murmurent des invites obscènes. Terrorisées, les petites En début d'au dience 1,a utre jour, 1e procureur-, après misère, affirma que « contrairement à ce qu'affirme Minute, Jean-Pierre SAID_ f'llles se mettent à courir. Trop tard 1 Les hommes les rat- avoir insisté sur le fait qu'il ne voulait nullement faire ce ne sont pas quelques honnêtes travailleurs qui se sont (1) Vercors : • La bataille du Silence •. Presses de la Cité. trapent, les jettent à terre. La petite Ariane est Immoblli- obstacle au déroulement des débats, a soulevé un problème 9 1-Isse'sd a ns 1a pe-gre nor d- a fr'l cam- e ma.i s b-len p1 u t o-t .e. déb(2a)t s Mc.l osD. evuany cno'lelasbt orpaatse urv endue . Met' Tnelx iesr'-éVtaigitn anpcaos urf aeits t revpernéus endteemr.a nLdeesr sée, à demi-étranglée_ Luce, elle, est entraînée dans le de Droit qu'il a qualifié de « délicat " sans pour autant contraire ». un nouveau renvoi de I·affalre ... fourré voisin. Des mains avides la parcourent, palpent, prendre de réquisitions_ Omar Benaï, Slimane Chikh et Deux étudiants français, représentant respectivement le (3) On ne suspectera pas la Préfecture de police de la Seine d'araétendue au sol d'une seule main qui emprisonne les deux ment l'action publique .. ? l'autorité judiciaire n'était-elle les conséquences que la campagne de Minute a sur les écrit son Indignation devant la campagne de • Minute . l arrachent ses vêtements. Un des fauves la maintient Mourad labidi étaient-ils autorisés ft à mettre en mouva- Comité étudiant du MRAP et l'UNEF, vinrent ensuite montrer bor4~"i::'; . Edmond Michelet. ministre, président de France-Algérie. avait ..... ------------------------------------------------------------------~.------------------------------------------------ -------_. --------~ Les manifestants juifs, indignés envahirent donc la taverne mais durent l'évacuer devant les inultiples assauts de la police qui fit circuler la foule sous la menace des chiens, des matraques et des bombes lacrymogènes. Il y eut plusieurs blessés parmi les jeunes juifs. Les jours suivants virent se manifester plusieurs prises de position à propos de · ces incidents. Le Dr T. Schneider, président de la communauté juive d'Afrique du Sud devait exprimer l'inquiétude de celle-ci devant « l'accroissement des activités néonazies dans le pa'fs» et formuler l'espoir que les autontés « prendraient des mesures promptes et efficaces pour y mettre un terme ». 14 Immigrés UNE ACTION MULTIFORME A u cours d'un déjeuner amical qui eut lieu le 7 mai dernier, M. Sally N'Dongo, président de l'Union Générale des Travailleurs Sénégalais en France (U.G.T.S.F.) a présenté le rapport d 'activité de cette organisation pour la période qui s'étend de décembre 1965 à février 1967. Le but de l'action de l'UGTSF, M. N'Dongo l'exprime dès l'abord: « améliorer les conditions de vie et favoriser la promotion sociale de ses membres afin qu'ils participent au développement du Sénégal » et ceci dans « un état d'esprit démocratique et ouvert à tous. Respectant toutes les tendances et n'étant dominée par aucune, l'UGTSF poursuit une action purement sociale sans distinction de race, de nationalité, de religion ou d'opinion ( ... ) » Sur le plan social, l'UGTSF enregistre d'importants résultats : logement de nombreux Africains dans de bonnes conditions; 231 demandes d'emplois satisfaites avec parfois le logement assuré ; aide financière en nature - outre de nombreux Sénégalais, 160 Africains ressortissants ù'autres pays en bénéficièrent ; deux tonnes de vêtements furent distribuées ; une tonne de médicaments expédiée au Sénégal, etc. Si l'UGTSF a dû intervenir à plusieurs reprises pour dénoncer .certains abul et aider les travailleurs victimes de ces abus, c'est surtout dans le domaine des prestations familiales qu'elle formule certaines revendications. En effet, un travailleur africain dont la famille est restée au pays ne touche qu'un dixième des prestations familiales qui lui sont normalement allouées en vertu des accords communautaires. Le reste, actuellement versé au « Fonds d'action sociale » (1), devrait constituer, selon le voeu des Africains un fonds commun destiné à financer la construction de foyers dont ils auraient naturellement la ges- DROIT ET LIBERTE - No 263 - JUIN 1967 tion et l'administration. De même pour la Sécurité Sociale : un travailleur africain cotisant normalement à cet organisme et par chance, ne tombant pas malade, perd tout bénéfice des sommes versées pendant les années passées en France, lorsqu'il rentre en Afrique, en dépit des accords communautaires. L'action de l'UGTSF a porté aussi sur l'alphabétisation (40 % des travailleurs ont bénéficié des cours) et sur la formation professionnelle agricole. Outre les stages de week-end, les stages d'été en milieu rural sont passés de deux en 1965, à vingt en 1966; encore, il serait ,souhaitable que ces stages soient mieux organisés et plus nombreux afin que le maximum de travailleurs puissent en bénéficier et mettre ainsi leur expérience au service de leur pays. Enfin l'UGTSF a imaginé d'ouvrir au Sénégal des comptes bloqués destinés à recevoir les économies des travailleurs qui pourront ainsi investir dans leur pays lorsqu':!ls y retourneront. Afin de poursuivre et de développer leurs activités, les dirigeants. de l'UGTSF ont décidé de faire appel aux gouvernements intéressés et à etes organismes tels que la Ligue des Droits de l'Homme et le M.R.A.P. (1) Le « Fonds d'action sociale », créé en 1958 pour les travailleurs d'Afrique du Nord, élargi en 1964 à tOtiS les travailleurs immigrés, finance en principe la construction de logements ..... 15 " ous di •• s ? PROPOS DE PORTE A PORTE Du racisme? De l'antisémitisme? Chez nous 1 En _ France? Mals voyons, cela n'existe plus 1 C'est de la vieille histoire. En Amérique, je ne dis pu. Mals ici, cela n'est pas sérieux 1 Haussement d'épaules du monsieur, qui ajoute : Et d'ail· leurs, Il n'y a déjà que trop de liberté. Je forçai mon interlocuteur à expliciter sa pensée, l'obligeai à me donner les raisons qui l'empêchent de signer la pétition nationale du M.R.A.P.; j'appris ainsi que notre pays était le plus tolérant du monde. - Allez un peu ailleurs et vous verrez 1 J'insistai et eus comme preuve de notre libéralisme cette constatation péremptoire: L'on n'interdit pas aux juifs d'aller à la synagogue. Que voulez·vous de plus pour eux? Bien sOr. Je fis toutefois timidement remarquer què cela était tout simplement normal; je m'entendis répondre: - De toute façon, en France, les étranger. n'ont pas à se plaindre, ce sont eux qui nous gouvernent. Il suffit de regarder autour .de soi. Ce sont eux les maitres. Je manifestai mon incompréhension : - Je ne vois pas? Au gouvernement vous dites? De Gaulle, Debré, Pompidou? - Mals non, voyons. Le visage du monsieur se fit plus souriant, et penché sur moi, il ajouta en confidence : Mendès-France. - C'est un juif, ajouta-t-il pour mon édification. Bizarre, n'est-ce pas? Et tout à l'heure il m'affirmait qu'il Etats-Unis EN PRISON JUSQU'EN 1980 L 'AFFAIRE Rose1;tberg était-ell~ « un coup mon'te ou une terrtn'y avait plus d'antisémitisme en France. Et comme j'objectal cjue Mendès-France, de toute façon. était dans l'opposition : - C'est pareil, tous complices' C'étalt péremptoire et sans appel. P\Jls ce fut le couplet traditionnel contre les Nord-Africains (nous sommes li Mar· seille ... ). - Les Algériens font la 101. Il. tiennent la haut du PU'. et font du quartier où Ils sont r .... mblé. un véritable co...gorge. Essayez donc de vous y aventurer la nuit. Ces gens-a ont le rasoir facile. Et d'ailleurs, pourquoi cette manie de rester entre eux, de .e former en communautés, de sa séparer, comme les juif. d'ailleurs, et les Corses aussi? Mals les Nord-Africains ce sont les pires. Tous des fainéants. - On les trouve partout 'employés aux travaux les plus durs : routes, bâtiments, travaux publics, etc. - Ils sont voleurs, vicieux. Ils nous. prennent nos filles, nos femmes, et demain, Ils nous chasseront 1 Ailleurs, ce furent les récriminations d'un employé de bureau, cravaté et bien mis, malgré un très modeste salaire: - Ils nous prennent no. places, tous ces étrangers. Italiens, Portugais, Espagnols... Ils ont plus de droits que nous. Ils ont même droit au chômage. (Un comble 1) . Et Ils sont toujours malad ... J'eus aussi beaucoup de signatures, et d'encouragements. Mais combien encore n'ont rien appris, n'ont rien compriS, ne jugent les hommes qu'en fonction de leur origine, s'étonnent, se scandalisent presque que le Juif veuille rester juif, même après Auschwitz. Car Il ne suffit pas de reconnaitre à l'autre des droits semblables sous la condition qu'il perde ses particularités. Il faut aussi lui reconnaitre le droit d'être autre. Il faut chercher à comprendre les conditions économiques et sociales qui contribuent à le rendre différent. C'est cela la tolérance, le véritable respect de l'homme, la lucidité. C'est sur la diversité des peuples, des couleurs, des traditions que doit se fonder la beauté et la grandeur de notre humanité. . CIl Q)

ë

~" Robert PORTOS. De fait, Greenglass, p'ar exemple, fut récompensé de sa docIlité: inculpé de « transmission de secrets atomiques ». il fut moins lourdement condamné que Morton Sobell, qui n'était poursuivi que pour « conspiration en vue de commettre l'espionnage »; il bénéficia en outre d'une remise de peine, et fut très vite remis en liberté. - ble erreur nourrie par l'hystérie maccarthyste de l'époque?» Cette question, c'est le très orthodoxe New· York Times qui la pose à l'heure du 14' anniversaire de l'exécution (le 19 juin 1953) de Julius et Ethel Rosen· berg, et du 50' anniversaire de leur coinculpé Morton Sobell. Morton Sobell est en prison depuis 1950, depuis 17 ans. Il fut condamné à 30 ans de prison; il sera libéré en 1980; emprisonné à l'âge de 34 ans, il en aura alors 64. Car la Cour refuse obstinément la réouverture du procès, bien que chacun sache aujourd'hui que la réponse est « oui» aux deux questions posées par le New-York Times: l'affaire fut à la fois un coup monté et une terrible erreur. Morton Sobeli Outre ces trois témoignages, il existait deux pièces à conviction. La photocopie d'une fiche d'hôtel prouvant une rencontre entre Gold et Greenglass, et des croquis dessinés par Greenglass sur le fonctionnement de la bombe A. Or la défense ci toujours soutenu que la photocopie était un faux, et des savants américains sont formels : les croquiS, qui viennent d'être récemment publiés, ne présentent pas le moindre semblant d'intérêt scientifique. L'accusation reposait sur trois té· moignages. Le premier émanait d'un 16 certain Gold, déjà condamné pou r espionnage, le seconde d'Elitcher, un condamné de droit commun (pour vol et faux témoignage) « tenu» par le F.B.I., le troisième Greenglass, frère d'Ethel Rosenberg, inculpé lui , allssi. Le F.B.I. exerça un chantage sur les trois témoins : ils n'auraient pas à se repentir de devenir témoins dociles de l'accusa tion. De plus, ces très fragiles pièces à ronviction concernent beaucoup plus Greenglass, aujourd'hui libre, que Morton

';0 bell , toujours emprisonné; et

même si l'on admettait la culpabilité 'de Sobell, l'affaire date de la guerre froide; bien d'autres affaires ont été classées depuis cette époque, tant aux Etats-Unis qu'en U.R.S.S. . DES LOIS CONTRE LE RACISME? Les présidents des différents groupes parlementaires vienner.t de recevoir une correspondance du M.R.A.P., attiral1tleur attention sur les propositions de lois contre le racisme élaborées il y a maintenant neuf ans, et que l'Assemblée Nationale n'a pas .P"l adopter lors des précédentes législatives. Ces textes sont au nombre de trois. Ils visent respectivement à Interdire et réprimer toute propagande raciste sous quelque forme que ce soit; à Interdire et réprimer toute discrimination raciale, notamment dans l'emploi, dans les cafés, restaurants et hôtels; à déclarer Illégales les organisations prônant le racisme, l'antisémitisme et la Xénophobie. Déposées au Parlement en 1959, les deux premières de ces propositions l'ont été à nouveau en mai 1963, par trois groupes différents, sous les numéros 320 et 321 (groupe communiste), 322 et 323 (groupe socialiste), 332 (groupe de députés UNR-UDT, Rassemblement Démocratique, Centre Démocratique et non-Inscrits). La troisième, soumise aux députés à la fin de la dernière législature, avait été déposée aussitôt par le groupe communiste, et des députés de tous les groupes avalent donné leur accord pour la déposer égaIement, après les élections. ' Des lois inutiles ? Depuis, le M.R.A.P. s'est adressé à un grand nombre de candidats, à travers la France, et Il a obtenu des prises de positions favorables des leaders des grandes formations politiques: MM. Guy Mollet, Jacques Duclos, Edouard Depreux, Valéry Giscard d'Estaing, Roland Dumas, ainsi que du Centre Démoçrate de M. Lecanuet, et de plUSieurs députés U.N.R. (1). C'est pourquoi, il est raisonnable d'espérer que les groupes parlementaires, conformément à leurs engagements, déposeront à nouveau les textes qui viennent de leur être adressés, pour qu'ils soient discutés au cours de la présente législature. Cependant, l'expérience l'a prouvé, cela ne saurait suffire. Après le dépôt des propositions, que ce soit en 1959 ou en 1963, elles oht été envoyées à la commission de législation, un rapporteur a été désigné; mais le gouvernement, maitre de l'ordre du jour, n'a pas jugé utile d'inscrire un débat sur cette question, débat dont "Issue, pourtant, n'aurait pas fait de doute. Bien plus: répondant à des questions écrites ou orales de députés de tendances diverses, le Garde des Sceaux d'alors, n'hésitant pas à contredire les parlementaires de son propre groupe qui avalent signé les propositions de lois du M.R.A.P., affirmait que celles-cl étaient inutiles, le racisme n'existant pas en France. 25.000 signatures Entre temps, notre pays a voté à l'O.N.U. la Convention Internationale pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (21 décembre 1965). Les articles 2 et 4 de cette convention font obligation aux Etats signataires de prendre des mesures qui. correspondent presque mot pour mot aux textes de lois élaborés par le M.R.A.P. Adopter ceux-ci serait donc une conséquence logique du vote de l'O.N.U. Il est vrai que la Convention n'est pas ' encore ratl. fiée par la France, comme nous le demandons, et comme l'ont demandé de nombreuses personnalitéS politiques. Cette ratification devrait aller de pair avec l'adoption de la législation antiraciste. De telles mesures sont non seulement Indispensables pour s'opposer chez nous aux campagnes de haine raciale et aux discriminations de toutes sortes; elle montrerait à tous les peuples du monde, et particulièrement du tiers monde, que la France, fidèle à ses plus nobles traditions, poursuit avec fermeté le combat pour l'égalité et la fraternité entre tous les hommes. Nous ne doutons pas qu'elles seraient saluées partout avec une profonde satisfaction. Aussi le M.R.A.P. a-t-il lancé à l'occasion de la Journée ' internationale pour l'élimination de la ' discrimination raciale (21 mars) une pétition nationale, appuyant son action législative. A ce jour, plus de 25.000 signatures ont été recueillies dans t.outes les régions, et dans tous les milieux. Des parle, mentalres, des personnalités, des organisations s'y sont associés. Plusieurs conseils municipaux - notamment ceux de Lille, Nimes, Châtellerault, Nanterre, Le Havre - ont adopté des voeux en faveur des propositions de lois et de la Convention internationale contre le racisme. Cette campagne doit se poursuivre et s'amplifier encore (2) . Albert LEVY. (1] Ces déclarations ont paru dans. Droit et Liberté. no 261, d'avril 1967. (2) Demander les feuilles de la pétition au M.R.A.P., 30. rue des JeO. Rllurs. Paris (2'). FABRIQUE DE PRET A PORTER AlASCULIN . PIEDS SENSIBLES Smokings Petites Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - ' Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (~) GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare _ Trinité) (6") RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) .(10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Châtéau-d'Eau) .


Magasins ouverts tous les lundis --------

DROIT ET LIBERTE - No 263 - JUIN 1967 Gilles ESTIER mesures Conditions spéciales aux lecteurs de D.L. 100, rue VieiIle-du-Temple, Paris-3' Tél. 272 46-03 17 , 1 La Bataille S·ldU ·1 ence SOUVENIRS DE MINUIT Derrière ce récit 'sans bruit et sans fureur, c'est toute l'ambiance des années dramatiques de l' occupation que l'auteur fait renaître sous nos yeux. PRESSES DE LA CITÉ BAS-SLIP COMBINE Qualité indémaillable ou maille lisse Articles MERCERIE GÉNÉRALE' Fournitures générales pour l'industrie de l'habillement Galons, perles paillettes et passementerie. Garnitures en laine, coton, lurex, métal, etc. VELCRO ferme et fixe tout, véritable fermeture CHI C métal émail, fil nylon INVISIB LE qui prend la couleur du tissu. RICHFIL 12, rue du Cairè, PARIS-~ GUT. 43-08, 22-77 BAS FILETS DE PECHE sans vos bas ou sur vos bas !{yû.r-J'~ BAS-JARRETIERE adhère sans glisser 474 aiguilles 15 deniers grande finesse haute élasticité ALLURE EL~GANTE ET JEUNE AVEC . . TOUS LES ARTICLES cf~ DIstnb uteur-revendeur : N.S . BOUL Y, 71. rue de Provence - Pans-9' DROIT lIT LlBBBft - .JUIN 186'7 - N° 183 ViEl ••• UNE GUERRE RACISTE? ,UN PEUPLE-COBAYf L'ENSEMBLE des Français, mieux informés que naguère, prend actuellement conscience de la tra· gédie vietnamienne. Sur le plan humain, parce que tant d'épreuves et tant de courage vont au coeur. Sur le plan politique, soit par solidarité avec un peuple dont le combat nous concerne tous, soit par crainte du conflit mondial. Chacun de nous, selon son optique, son appartenance, ses possibilités, argumente, explique, signe, cotise, organise. Le M.R.A.P. a-t-il sa place dans cette lutte? Autrement dit: la guerre amé· ricaine au Vietnam a-t·elle aussi un caractère raciste? Certairies informations inclinent au moins à penser que le racisme n'en est pas absent. En voici deux, extraites du Monde (18 et 22 février 1967). La première émane du Pentagone: elle précise qu'en 1966, 11 % des combattants V.S. étaient des Noirs, mais que ceux-ci ont fourni presque 18 % des tués. Parmi les explications de ce décalage, le «manque d~éducation », qui oriente plus de Noirs vers l'infanterie, arme particulièrement éprouvée. Car, dit un officiel américain, « pe .... sonne n'a jamais demandé à un soldat d'infanterie d'être un cerveau ». En d'autres termes, et cela n'a rien pour surprendre, le corps expéditionnaire porte en soi, en Asie comme ailleurs, les discriminations de sa mère-patrie. DROIT ET LIBERTE - N° 263 - JUIN 1967 par Jean SctIapira La seconde information nous parvient du Than Ghung, journal gouvernemental de Saigon. Les Américains, ardents, on le sait, à proclamer urbi et orbi l'absolue souveraineté du SudVietnam, avaient cependant décidé de soustraire aux tribunaux sud-vietnamiens tout civil non-vietnamien travaillant pour le compte de leur armée. Commentant cette décision, le Than Ghung constate qu'il s'agit « de la meilleure preuve du mépris témoigné par les Américains à l'égard des lois et du peuple vietnamiens ». Certes, toutes proportions gardées, ce sont là des manifestations relativement mineures. Pourtant la bonne foi oblige à poser la question suivante: . si les Américains traitent de la sorte leurs propres soldats, quand ils sont noirs, et leurs propres alliés, quand ils sont jaunes, jusqu'où va leur racisme lorsque l'homme de couleur est leur ennemi ? La réponse, toute simple, la preise nous l'apporte chaque jour: SI l'adversaire est racialement différent, on ne se contente pas, au commandement américain, de lui faire la guerre: on lui applique une politique de destruction systématique, qui, si on la laisse réussir, aboutirait à un anéantissement aussi intégral que les massacres, au XIX' siècle, des Mohicans ou des Apaches. C'est la politique 'du génocide. . Si, cependant, l'aspect raciste de l'entreprise américaine au Vietnam est rarement isolé du contexte de la guerre elle-même et analysé comme tel, c'est, sans doute, pour trois raisons principales. Tout d'abord, la nature des buts de guerre de Washington. Qu'il s'agisse, en effet, de l'objectif allégué (défendre le Sud contre l'agression du Nord) ou de l'objectif réel (tuer l'indépendance du Vietnam pour lui interdire un libre choix politique), en tous cas, nulle perspective raciste ne s'y dessine. Pas même, il faut le souligner, si l'on met en relief la volonté d'hégémonie américaine, puisque, dans la logique de cette volonté, l'armée V.S., selon la circonstance, peut avoir à mater, tout comme des jaunes, les blancs récalcitrants. On est loin, ici, de la phraséolo~ie nazie. On en est d'autant plus lom que, par tradition constitutionnelle et par nécessité politique, la Maison Blanche est vouée au verbalisme inverse. Si étrange soit-elle, la deuxième raison tient aux procédés de guerre américains. Sauf à l'extrême-droite du style O.A.S., on s'accorde à les considérer comme atroces. Mais, précisément, parce que ces procédés constituent, au sens de la jurisprudence de -+ 19 DE LA CONQUETE A L'ESCALADE 1863-1867. Conquête de la Cochinchine et du Cambodge par la France. 1884-85. Conquête de l'Annam et du Tonkin. 1944. Occupation par le Japon. 2 septembre 1945. Proclamation de la République démocratique du Vietnam. Septembre 1945. Contre-attaque française : prise de Saigon. Juin-septembre 1946. Conférence de Fontainebleau. L'indépendance de l'Indochine est reconnue. 20 novembre. Dans un télégramme secret, le général Valluy ordonne aux forces françaises de .. se rendre maître par tous les moyens à leur disposition d'Haïphong e td'amener le gouvernement et l'armée vietnamienne à résipiscence ". 23 novembre 1946. Bombardement de Haïphong. 6000 morts. 18 décembre 1946. L'armée française occupe Hanoi. La guerre se généralise. 7 mai 1954. Chute de Dien-Bien-Phu. 20 juillet 1954. Accords de Genève, signés par la France, les U.S.A., l'U.R.S.S., la Chine Populaire, le Vietnam, le Laqs, le Cambodge. Ils prévoient la réunification du pays coupé en deux par l'armistice, sa neutralisation, l'Interdiction d'y implanter des bases militaires étrangères. 8 septembre 1954. Première violation des accords de Genève. Les U.S.A. créent l'O.T.A.S.E. (éqUivalent asiatique de l'O.T.A.N .) et décrètent Vietnam, Laos, Cambodge «zone de protection., c'est-à-dire zone d'Intervention éventuelle. 13 décembre 1954. Accord Ely-Collins. Les: U.SA prennent en charge l'instruction et l'équipement des troupes sud-vietnamiennes de Bao Daï. Deuxième violation des accords de Genève. Octobre 1955. Bao Daï est évincé par Diem, soutenu par les U.S.A. 20 juillet 1956. Date limite fixée par les ~ccords d~ Genève pour le~ élections libres et la réunification des deux Vietnam. Dlem refuse : trOisième violation des accords. Début d'une répression sanglante (de 1956 à 1960). 20 décembre 1960. Naissance du Front National de L1b'ératlon du SudVietJ1am. Août 1964. Premier bombardement de la République Démocratique du NordVietnam . . . 19-20 avril 1965. Conférence de Honolulu. Les U.S.A. décident la guerre .... à outrance.. . Les effectifs américa, ins sont portés jusqu'à 420000 hommes. ' Nuremberg; . de~ « crimes contre l'~umaDtté" le choix actuel de leurs VICtime's e~ devient · presque .. c~ntingent, com.me si, au reg~rd des :~sees à long terme qui les écrasent au 'passage, ces victimes étaient désignées par le hasard. Pour mieux dire, le problème est celui d'une haute technique au service de mégalomanes: il concerne le génre humain tout entier, jaunes inclus mais pas plus que les autres. Le ra~isme dans le conflit vietnamien, ne serait qu'un accident de l'histoire. La troisième raison, je la cite pour mémoire : c'est l'existence des Diem, des Ky et de leurs cliques. Puisqu'ils sont aussi Asiatiques que le F.N.L. ou les hommes d'Hanoï, ne jouent-ils pas le rôle d'un alibi vivant du non-racisme américain? On n'épiloguera pas sur un tel argument, qui pose simplement le problème des collabos. Par expérience, les Français savent qu'un collabo n'est pas un égal, mais un laquais: appliqué à Saigon, l'aveu, précité, du Than Ghung est là pour le rappeler. Des prétentions planétaires Avant d'évaluer le raisonnement qui précède, je remar.querai ceci: on ne le rencontre jamais sous la plume des laudateurs de la guerre américaine au Vietnam. D'une part, évidemment, 20 parce qu'il leur serait malséant de justifier la négation du racisme, dans le cas concret, par le caractère planétaire des prétentions américaines. D'autre part, parce qu'étant fonctionnellement dispensés des précautions de forme qui s'imposent aux généraux U.S., ils n'y vont pas par quatre chemins. Témoin, par exemple, un certain Florian de la Horbe, qui, dans une tribune libre du Monde (15 octobre 1966), situe franchement la guerre du Vietnam sur le. terrain. des races: « Les Américains sont les seuls parmi les Occidentaux qui ont encore la force, la vitalité, le dynamisme et le caractère pour aller défendre les frontières de l'Occident ... Il a pris la relève du légionnaire romain aux frontières de l'Occident menacé. Merci au soldat américain. » On constate, en revanche, que, chez de nombreux démocrates hostiles à l'agression U.S., l'aspect raciste s'en t r 0 u v e volontairement minimisé. D'abord, sans doute, par probité politique, pour ne pas risquer l'équivoque sur les causes véritables du conflit. Par souci d'efficacité également, pour ne pas s'aventurer en un domaine où l'on peut craindre que la présomption soit plus fréquente que la preuve. A ces amis, voici, ie crois, ce ' qu'il faut dire : • Lorsqu'on veut s'attaquer à un phénomène aussi complexe que la guerre du Vietnam, l'action militante doit elle-même se diversifier. C'est - aux partis et aux mouvements ad hoc de dénoncer les responsabilités américaines. Le constat des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité incombe aux commissions d'enquête et aux observateurs, leur condamnation publique aux juristes et aux autorités morales et religieuses. L'aide matérielle et médicale appartient aux organisations de secours et de soutien. Mais si, sur cette guerre, se greffe un facteur raciste, c'est l'affaire des antiracistes, que de le mettre à jour et d'alerter l'opinion. Etant précisé que ces tâches diverses, loin de s'exclure entre elles, se recoupent et se complètent. Etant souligné encore que, dans une oeuvre aussi difficile et aussi ingrate, la hiérarchie des importances n'existe que pour l'historien: l'expérience dénfontre que tout est important sur le plan militant, sous réserve d'une division du travail. Pour nous en convaincre, rappelons-nous 1940-1945. • S'ils veulent, contre la guerre du Vietnam, mener une lutte conséquente et irréprochable, les antiracistes doivent satisfaire à ' deux exigenc&s de lucidité. En premier lieu, préciser avec soin la portée de leurs griefs: dire que l'agression U.S. comporte un caractère raciste, ce n'est ni prétendre que sa cause est d'ordre racial . (laissons ces élucubrations à « Défense de l'Occident »), ni soutenir que ses victimes souffrent de procédés inven~ tés pour elles. C'est simplement constater que cette guerre, conduite contre des communautés ethniques que l'Américain moyen considère comme inférieures, s'accompagne, chez l'agresseur, d'un état d'esprit et de méthodes particuliers. La deuxième exigence concerne le contenu de nos griefs: ceux·ci ne sauraient consister en une reprise de l'inventaire dés crimes commis par le corps expéditionnaire et par ses satellites, ainsi que des infractions aux règles les plus élémentaires de la guerre, codifiées ou non. On doit, de cet inventaire, extraIre les indices de l'action raciste et procéder à leur synthèse. « Tirer sur tout ce qui bouge» Au stade actuel et compte tenu des informations portées à ma connaissance, cette synthèse peut, semble-t-il, se résumer de la manière suivante: L'idée de base ressort assez nettement d'une double comparaison. Comparaison, d'une part, entre la guerre actuelle et la campagne américaine contre Hitler: tandis que, -dans celleci, c'était un rival qu'il fallait vaincre, mais en réservant l'emploi de l'Allemagne pour les lendemains antisoviétiques, dans celle-là c'est un désastreux exemple à tuer dans l'oeuf: Ce qui conduit à la seconde comparruson, celle avec l'agression nazie en Pologne et en U.R.S.S.: la ressemblance est frappante, pu~sque, dans les deux cas, il faut que le monde (en 1967 le tiers-monde), soit frappé de stupeur par les moyens déployés. Et, toujours dans les deux cas, aucune limite ne s'op,pose à cet usage de terreur, l'ennemI, race inférieure, n'étant en sorte qu'un troupeau. En ce sens, le postulat raciste est une des composantes de la stratégie U .S. De ce postulat, le commandement américain tire une série de conséquences rationnelles. La pr.emière est, dans les faits, le refus de distinguer le militaire du civU. La guerre est faite à la collectivité vietnamienne tout entière, qu'il . convient de mutiler, torturer, amputer jusqu'à ce qu'elle demande grâce, comme une horde décimée. Au Sud, dans le delta, les "marines », "lors d'une opération récente, avaient la faculté de tirer "sur tout ce qui bouge lt. Et l'on ne compte plus les villages rasés c pour ne pas être utilisés par l'ennemi lt. Au Nord, on bombarde tout, y compris les écoles, les églises et les hôpitaux. . La seconde conséquence est la politique dite de ta terre br61ée. Vivres confisqués, récoltes incendiées, hameaux passés au napalm, défoliations, usages d'herbicides et de gaz toxiques, - des secteurs entiers, hachurés au crayon rouge sur les cartes d'étatmajor, se ferment à la vie. Lisez le livre de Michel Sakka, c Vietnam, guerre chim~que ~t biologique lt ( ~ ). Qu'importe SI ces Jaunes sont rédUIts aux conditions de l'âge des cavernes : ce ne sont ni des Anglo-Saxons, ni des Germains. La troisième conséquence rappelle encore le nazisme: le peuple vietnamien est traité en cobaye. De même que ces autre.s asiates, le~ Japonais, firent les fraIS des premIères expériences atomiques, de même, depuis 1961, les Etats-Unis inaugurèrent au Vietnam la "guerre expérimentale lt. Chars amphibies, bombes au phosphore, bombes à billes, produits antivégétaux, gaz de combat, gaz à effets psychiques, - le Vietnam est un yaste laboratoire. Le Figaro a pu écnre : «Le but est d'essayer sur un objectif vivant des inventionS qui pourront · être utlllsées par la suite sur' d'autres théâtres d'opérations lt (25 avril. 1965). Le Tribunal de Nuremberg avaIt condamné' avec la plus grande rigueur l'expérimentation d'armes sur la personne humaine. Ce bilan trace au M.R.A.P. son devoir. S'il défend, selon les nécessités de l'instant, les juifs, les arabes, les gitans ou les noirs, 1967 lui dicte de dénoncer les sévices qu'une puissante nation blanche se croit autorisée à pratiquer contre un petit pp.uple de paysans de c;ouleur. Et ce · ~'est pas un hasard SI, sur ce terram, nous nous retrouvons aux côtés d'un des grands porte-parole de l'antiracisme: Martin Luther King. (1) Editions sociales. DROIT ET LIBERTE • N° 263 - JUIN 1967 Au Vietnam, il n'existe plus oue des ' suspects qu'II faut faire parler à tout prix. DES CONTRE CRIMES L'HUMANITE par Mareel-F~aneis K~ . Le Docteur Marcei-Francis Kahn, médecin des hôpitaux de Paris, professeur agrégé à la Faculté de médecine de Paris a fait partie de la quatrième commission d'enquête au Nord-Vietnam et a témoigné en cette qualité au Tribunal International contre les crimes de guerre au Vietnam, réuni à Stockholm du 2 au 10 mai 1967 à l'appel du philosophe anglaiS Bertrand Russel. Le Tribunal présidé par Jean-Paul Sartre a procédé au cours de cette session à l'étude des deux questions suivantes : Y a-t-Il eu de la part du gouvernement amértcain acte d.'agresslon selon de Droit International ? Y a-t-JI eu, et à quelle échelle des bombardements d'objectifs de caractère purement civil et, plus particulièrement d'hôpitaux, de sanatoria, de barrages, etc... ? C'est sur quelques aspects de cette dernière question que le Docteur Kahn s'est entretenu avec Marguerite Kagan: L'EXEMPLE le plus formel et le plus rigoureux d'un bombardement de type génocide caractérisé, c'est celui de la léproserie de QuynhLap, dans la province de Nghe-An. Située sur une petite plaine côtière, offrant cependant des possibilités de cultures vivrières, encastrée littéralement entre la montagne et la mer, loin de toute agglomération, comme n'importe quel établissement de ce genre, loin de tout objectif stratégique ou militaire, à 12 km de la route . la plus proche, cette léproserie a été bombardée 39 fois depuis le 13 juin 1965. J'a:i été le premier visiter l'emplacement restait des bâtiments, tous détruits. européen à et ce qui pratiquement C'était à l'origine une véritable petite ville pour lépreux comportant environ 150 maisons et destinée à accueillir environ 2.600 malades 4.000 malades, en 5 ans, étaient passés dans ses murs et un grand nombre étaient repartis chez eux guéris. Elle était dotée d'un centre culturel, d'une pagode, d'un grand hôpital signalé d'une croix rouge peinte sur le toit ... Il n'était pas possible d'ignorer l'usage de ces lieux inaugurés en 1957 en grande pompe, et dont le centre de recherches avait attiré l'attention des autorités médicales et fait l'objet de nombreux articles scientifiques. A coups de roquettes et de bombes explosives, les Américains tuère!1t .lors des premières attaques 139 lepreux, et en blessèrent 150. Ils continuèrent au cours des jours suivants à 'mitrail- 1er les lépreux qui fuyaient dans tous les sens et qui s'étaient réfugiés dans les grottes situées à 5 ou 6 km; 30 autres malades trouvèrent la mort dans ces attaques. Bien qu'il ne subsiste plus rien si ce n'est quelques carcass.e s de b.â.ti.. 21 Le Docteur Kahn visite un hôpital au Nord-Vietnam . Cet enfant a été blessé par bombe à billes. -+ mc:nts et quelques lépreux revenus cultiver les terres, le pilonnage ne cesse pas ... Et de cela je suis témoin, puisque le jour de ma visite, nous avons constaté l'existence de trous causés par les bombardements de la veille. - Mais albrs, quelle explication donner? - La seule explication possible est que les Américains ont pris les lépreux pour cible, comptant sur l'effet terrorisant de leur dispersion dans la population civile; je dois préciser que les bombardements actuels ne visent plus la léproserie ou ce qu'il en reste, mais la route qui y conduit. Est-ce pour empêcher les gens d'y aller voir? Quand J.-P. Sartre au Tribunal m'a demandé : "Pourquoi à votre avis bombarde-t-on encore ce site?» Je n'avais pas d'autre explication logique... Si le pilonnage est incessant dans cette région, il est en m~e temps précis : les bombardements américains sont des, bombardements de précision soit effectués en piqué, soit précédés de vols de reconnaisance - Ce qui dément formellement toutes les Informations visant à définir ces bombardements comme des «erreurs»? - Absolument. D'une part, pour Quynh-Lap, la répétition des bombardements, même après les protestations officielles du gouvernement de la RD.V., est un argument irréfutable. D'autre 'part, nous avons été témoins d!-1 bombardement en piqué d'un petit VIllage situé en pleine rizière ne comportant aucun bâtiment suspect et bien sûr, sans la moindre D.C.A. Les Vietnamiens n'ont pas les moyens de défendre tous les villages. 22 Les avions sont arnves, tranquilles comme à la manoeuvre, ' d'abord en rase-mottes, pour déjouer le radar, prenant de la hauteur ensuite, pour attaquer en piqué et avec précision. Les réacteurs de l'avion font dans ce cas un bruit particulier que les Vietnamiens savent reconnaître et localiser, comme annonçant l'attaque. Ils se mettent alors à l'abri. Autrement, ils continuent à travailler avec beaucoup de courage,. de sang-froid, d'efficacité et d'organisation dans la défense. Un exemple caractéristique : celui de l'école d'un village où les « forts en maths" de la province de Nghé-An venaient de passer un concours. Nous avons assisté à un cours, niveau « maths-spé » pour des jeunes de 14-15 ans. On parlait d'équations pendant qu'au dehors les avions piquaient, les bombes tombaient pratiquement sans arrêt. Dans les districts côtiers où nous

lOUS sommes arrêtés, c'était toutes les

minutes, toutes les 30 secondes, vingtquatre heures sur vingt-quatre. - Les hôpitaux bombardés étaient-ils tous situés loin de toute 3l!me stratégique? - Pour la plupart, absolument. Certains n'étaient évidemment pas très loin des villes comme l'hôpital de Thanh-Hoa. Par contre le centre anti-tuberculeux, de cette même province, a été totalement ré\sé bien que situé très en dehors de la ville. La Commission vietnamienne d'enquête sur les crimes de guerre a UNE TONNE PAR MINUTE • 1 360 kg de bombes sont lancés chaque minute sur le Vietnam i • 77 000 tonnes de bombes ont été larguées pendant le mois de mars soit 60000 tonnes de plus que la moyenne mensuelle pendant le conflit de Corée et 48 000 tonnes de plus que pendant les pires ' heures de la guerre contre le Japon. .512000 tonnes de bombes ont été larguées sur le Vietnam pendant l'année 1966 seulement soit UN ,TIERS du total largué pendant toute la guerre mondiale sur l'Afrique du Nord, l'Europe du Centre, du Sud et de l'Ouest. soit TROIS QUARTS du total des bombes larguées pendant les 37 mois de la guerre de Corée. LES VICTIMES AU SUD-VIETNAM De 1954 à 1965, le chiffre des victimes au Sud-Vietnam s'élève à: - 170 000 personnes tuées ; - 800 000 blessés et torturés à devenir infirmes ; - 400 000 détenus dans les prisons et bagnes ; - 5 000 000 de personnes • regroupées -. LES DESTRUCTIONS AU NORD-VIETNAM .. - 294 écoles (la seule école primaire de Huong Phuc a eu, le 9-2-1966, 75 enfants tués et blessés) ; - 95 hôpitaux, sanatorla et Infirmeries- maternités ; - 80 églises et 30 pagodes (la seule église de Ha Tchach, province de Phuc Tho a eu, le 4-3-1966, 63 tués). - Attaques contre les barrages et les digues : • Les barrages de' La Nga, Camly, Bai Thuong, Do Luong, Thac Ba ; • Les digues du Fleuve La, du Ma, du Lam, du Day, dll Can, du Thuong et celles du Fleuve Rouge. • La digue côtière de Ha Dong (province de Quang Ninh) a entraîné la submersion de de 1 200 ha de rizières. signalé 95 établissements sanitaires détruits; 34 ont été vérifiés par les commissions d'enquête du Tribunal dans huit provinces différentes sur les douze qui ont été bombardées. TC?us ces éta~lissements étaient parfaitement reperables ... trop d'ailleurs-! - Vous avez certainement constaté les éffets de quelques-unes des annes utilisées contre la . population: napalm,. phosphore, etc ... - J'ai vu des victimes du napalm. Le napalm qui est de l'essence à laquelle on additionne des épaississants comme le palmitate de ~odium, est très visqueux, il ~-olle ct peut rester longtemps en brûl~nt sur les bâtiments et la peau des gens. Il provoque des brûlures horribles, très profondes ' et très sévères; il entraîne une importante mortalité : 88 %, car les soins nécessaires à un brûlé même léger supposent une considérable organisation médicale : chambres a~cel?tisé~s, bains de plasma, greffes, reammatlOn, etc. Les survivants que j'ai vus sont des individus robustes entre 20 et 30 ans mais qui conserveront des infirmités ou des cicatrices indélébiles. Les autres meurent de cachexie, de surinfection. - Et les bombes au phosphore? - J'en ai trouvé à Quynh-Lap. Le phosphore blanc provoque aussi d'horribles brûlures, . des intoxications hépatiques ' et rénales souvent mor- . telles. Comme le napalm, . qui a été utilisé par les Améncains en Corée, et le Corps expéditionnaire français en « Ihdochine », cette arme n'est pas nouvelle, elle a été largement utilisée pendant la seconde guerre mondiale y compris contre l'Allemagne hitlé· rienne à Dresde, Hambourg, etc. Ce qui n'excuse rien, surtout lorsqu'on se rappelle les conditions du bombardemènt de Dresde. Je voudrais aussi souligner que l'emploi des fameuses bombes à fragmentation, ou bombes à billes, contre les populations civiles nous autorise à parler de génocide. Les « containers» ou bombes-mères libèrent 300 à 400 petites bombes oblongues ou sphériques ( goyaves» ) qui cor .tiennent chacune 640 billes. Ce type de bombe est rigoureusement inefficace contre les obstacles en dur et ne peut détruire les installations matérielles. J'en ai vu l'effet sur des constructions en dur; c'est dérisoire. Par contre, elles sont extrêmement meurtrières. Ce sont les . bombes « an ti-personnel » par excellence. Imaginez sur un individu l'effet que peut produire 600 chevrotines explosant ensemble : c'est exactement comme si plusieurs mitrailleuses tiraient 'en même temps à feux croisés sur une UNE CIVILISATION MILLENAIRE Le Vietnam est un pays d'antique civilisation dont l'unité nationale est antérieure à celle de la plupart des pays européens. VIETNAM FRANCE Age du bronze Dynastie Hung vuong, Dolmens, menhirs. Royaume de Aulac Invasions gauloises. 1"' siècle av. J.-C. Annexion par la Chine Annexion par Rome. VI' siècle Indépendance du Vietnam La France démembrée en Royaume Van Xuan quatre royaumes ennemis : Neustrie, Austrasie, Aquitaine, Bourgogne. VU' siècle Deuxième annexion . . Dynastie carolingienne. par la Chine X' siècle Nouvelle indépendance Déruembrement féodal; invasions normandes et hongroises. Dynastie capétienne Dynastie Ly Fln du XII~ siècle Le Vietnam repousse Règnes de Saint-Louis, Philippe le Hardi, Philippe Le Bel. les invasions mongoles XV' siècle Guerre de 10 ans Fin de la guerre de 100 ans. contre la Chine Fln du XVIII' siècle Crises sociales. Révolution française. XIX' siècle Guerres paysannes des Tayson, antiféodales. Réaction féodale : Début restauration de la monarchie ' de la conquête française. même cible. En d'autres termes, si l'agressé n'est pas à l'abri, il lui est impossible de s'en tirer. - Les diverses commissions n'ont-elles pas enquêté aussi sur la destruction d'autres objectifs cl· vils? - C'est exact. Des rapports ont été produits sur la destruction, non seul~ ment des hôpitaux, mais aussi des l}eux de culte - pagodes, églises - des ecoles et surtout des digues et des barrages. Vous pouvez imaginer l'import~ nce vitale des digues - qui protegent contre la mer et régularisent les crues - et de tous les divers ouvrages hydrauliques, ' Gont la destruction constitue une grosse menace pour la survie de la ' population civile. La bombe à fragmentation, le Goyave est une arme qui ne sert pas à la destruction d'objectifs militaires ou stratégiques, mais à l'extermination des populations : inefficace contre les bâtiments. elle tue loin et beaucqup, par la projection d'innom- Si la réalité des bombardements de la population civile (les conclusions du Tribunal diront qu'ils sont « délibérés, massifs et systématiques») de l'expérimentation et l'usage d'armes nouvelles ou interdites par les lois de la guerre, a été démontrée par de nombreux rapports, de même a été démontré le caractère d'agression de la guerre que font les Américains au Vietnam. Ce caractère d'agression de la guerre que mènent actuellement les Américains au Vietnam est absolument brables billes. C'est une arme de génocide. DROIT ET LIBERTE - No 263 - JUIN 1967 , , -+ 13 N·OTES DE VOYAGE ..... Nous reproduisons Ici quelques-unes des notes prises sur le vif, au cours d'une récente visite au Sud-Vletnam, par un témoin qui nous a deman~é de conserver l'anonymat. Les enfants de H. Cette odeur de charnier. Ces petits (parfois tout-petits) comme de la viande, brûlés de haut en bas, écorchés vifs. Celui-cI (9-1-0 ans), le corps entier comme une plaie (fusée éclairante) avec un visage comme une tête lapin écorché. aux mêmes yeux noirs - mals vivants, et dont /'inexprimable souffrance, terreur, angoisse, se jettent dans vos yeux comme dans des bras. Et cet autre (4-5 ans) toute la poitrine brûlée lusqu'au menton (papa est mort de ses propres brûlures, 1 a fallu forcer la maman à laisser l'enfant) comme un Immense bavoir sanglant, au visage qui ne peut déjà plus se mouvoir. Et ce petit, faute de nourriture (maiS ils sont des millions au monde), au dos, au bassin, au derrière, couverts d'ulcères et de moisissures. Dites-vous devant cette quinzaine d'enfants brûlés - en cet état - avec ces longues jambes à la fois squelettiques et rouges, roses, violettes, pâte de douleur et de sang, que si nous rassemblions les milliers qu'ils sont ainsi, ici, au Vietnam, terre pourtant paridislaque; si nous ·Ies rassemblions tous, et les avions, ces 6.000, devant nous, 6;Q00 enfants écorchés vifs, dans cette odeur de charnier et ce rouge d'enfer, ce serait l'Insoutenable. Ou vous ferlez quelque chose, ou vous vous suicideriez. Plus par honte, dégoût et peine - de tant d'inhumanité - que par Impuissance. Hôpital central de A. Une seule infirmière. 2.300 malades. Lits : 450. Blessés chirurgie : 4.530 (?) pour un an Médecins : 5 et 48 infirmiers. Polio : ft Nous ne pouvons pas avoir les vaccins. » Enfants brûlés, enfants blessés. Les brûlés : par bombes au napalm (un enfant de 6 ans). Tr"n'loort 1 à Saïqon ft exclu faute d'argent » pour un enfant atteint de malnutrition. Conditions d'hyglëne et de soins absolument répugnantes. Les pauvres mamans ou femmes, auprès de leur malade, leur tenant compagnie, et les éventant (ce qui chasse une seconde les mouches). Unique hôpital de la province, véritable demi-pourriture. Hôpital Nhi·Dong, Saigon L'hôpital. Situation misérable habituelle. L'hôpital oI!limente les enfants comme il le peut, mais les familles reçoivent, . en suppliant, un bon qui leur permet d'aller quelque peu se nourrir ailleurs, abandonnant durant ce temps-là leur petit, auquel elles tiennent compagnie et qu'elles « 801- gnent -. Une ordonnance leur est remise, à elles de découvrir le médicament, en pharmacie, au marché noir ou pas du tout. Hôpital de B. Une cinquantaine de malades ou blessés, pêle-mêle enfants- adultes et familles. Aucune possibilité de diagnostic, manque total d'équipement (sauf des pipettes). Pas de laboratoire, désespoir total de l'unique médecin. Impossibilité de transporter ses malades ou blessés à Saïgon ~ aucun moyen, aucune sécurité. Dénuement absolu. Entre autres, son tout petit bébé sur les genoux, une maman • montagnarde - est blessée au bras (par balle), la plaie pourrissant sous le plâtre, aucun moyen de traitement. • Laisser mourir les gens - (Dr 1.). • II Y a un mols : deux à trois blessés par jour. - Deux brûlés au napalm, récemment. te Je ne savais pas comment arrêter la fumée des brûlures, cela brOie profoftdément et continue il brOler à l'Intérieur, Cela fumait à travers les pansements. » Hôpital H. Saïgon • Avons beaucoup de blessés de. guerre dont 40 enfants blessés de guerre par mois. Brûlures au napalm très étendues; chirurgie plastique poussée : exclue; pas le temps, pas de personnel. - Deux enfants abominablement brûlés au napalm. capital. Comme l'ont avancé les Vietnamiens, comme l'a reconnu le Tribunal, c'est lui qui conditionne automatiquement les autres crimes, les suscite, en provoque la continuation et l'aggravation. Partout, les Vietnamiens m'ont affirmé avec force que le retour de la paix n'est possible que par la fin de cette agression, aussi bien au Nord, par l'arrêt des bombardements, qu'au Sud par le départ des troupes étrangères. Nous avons vu, à Hanoï, des Sud-Vietnamiens horriblement torturés par les Américains et les gens du régime de Ky. - Ne pensez-vous pas que tout homme et particulièrement tout militant antiraciste devrait se sentir concerné par la guerre cruelle et inhumaine qui se déroule làbas ? tre «les Jaune~, les Noirs, les Métèques, les Juifs », etc. En tant que militant du M.R.A.P., il me semble qu'il n'est pas possible de ne pas souhaiter et oeuvrer pour qu'il soit mis fin à une agression de caractère génocide et finalement raciste, ce dernier caractère étant encore aggravé par l'utilisation par les Américains de Noirs aux postes les plus difficiles et les plus exposés au Il faut bien .comprendre que pour les Sud-Vietnamiens, la seule autorité légitime est le F.N.L., de même que pour les Français, en 1944,' ce n'étaient ni les Allemands, ni les miliciens çle Darnand qui représentaient l'autorité légitime. - Il suffirait de faire remar:quer que le camp ' de la bonne conSCIence américaine est rejoint par ceux qui sont racistes, par l'Afrique du Sud, l'Australie, et hier la Rhodésie, etc., tous ceux qui luttent pour une suprématie blanche, pour la «défense» de l'Occident. En France, leurs «supporters» se trouvent chez TixierVignancour et ses amis, chez les membres du groupe tlccident pour lesquels les Américains sont en quelque sorte les légionnaires aux marches de l'Empire Romain qui défendent la civilisation blanche concombat. . Je conclurai sur un exemple historique assez simple : les populations juives - et non juives d'ailleurs - d'Europe Centrale, de France et de nombreux pays ne se figuraient pas en 1936 que le combat des Républicains en Espagne pouvait avoir des répercussions non seulement sur leur sort mais sur leur vie. Et quelques années plus tard ... · LE REFUS DES NOIRS par Shofield Coryell L 'UNE des caractéristiques les plus remarquées - et les plus significatives - des manifestations gigantesques du 15 avril à New York contre la guerre du Vietnam fut la participation massive des Noirs dans 'ce ',puissant mouvement de protestation. En effet, depuis quelques temps, une liaison s'amorce aux Etats-Unis entre les deux tendances les plus progressistes dans la société américaine: le mouvement contre la guerre du Vietnam et le mouvement contre le racisme à l'intérieur du pays. Etant donné que l'oppression raciale aux Etats-Unis même, et la guerre à l'étranger sont deux sources extrêmement importantes de super-bénéfices pour les trusts les plus puissants du pays, on comprend facilement que les défenseurs et apologistes du pouvoir établi (comme, par exemple, les éditorialistes du bien-pensant New York Times) s'inquiètent vivemt:nt des implications et des possibilitéS de cette nouvelle coalition. Le mouvement des Noirs contr~ la guerre du Vietnam prend une allure spéciale puisqu'il est l'expression de ceux qui sont les plus exploités et les plus opprimés et qui voient dans cette guerre un exemple de plus de l'oppression raciale d'un peuple de couleur par les blancs. Aussi, les mots d'ordre sur les banderoles port~es par les manifestants Noirs, au mois d'avril, étaient-ils particulière. ment percutants: «Les Vietnamiens ne m'ont jamais traité de sale nègre », «Notre combat, c'est lei, chez nous». Les pauvres supportent le fardeau le plus lourd Parmi les manifestants noirs, ce jour-là, il y en avait beaucoup qui sympathisent avec la cause du FNL et sa lutte de libération nationale, tandis que d'autres s'opposent à cette guerre par réprobation morale ou parce qu'elle absorbe des sommes énormes qui auraient dû être dépensées pour l'amélioration indispensable des conditions de vie dans les ghettos noirs du pays: construction de logements, d'écoles, création d'emplois pour les jeunes et les chômeurs, etc. Cette idée était exprimée de façon claire et ferme par le Révérend Martin Luther King, prenant la parole devant l'ONU à la fin de la Manifestation de Printemps: «L'une des plus grandes victimes de la guerre du Vietnam est la Grande Société... Les pauvres, blancs et noirs, supportent le fardeau le plus lourd sur le front aussi bien que chez nous. On a estimé que nous dépensons 322.000 dollars par ennemi tué, aiC?rs que nous ne dépensons dans la soi,illsant Guerre contre ' la Pauvreté en Amérique que 53 dollars pour chaque personne classée comme pau· vre.» LES ACCORDS DE GENEVE Depuis la création de l'O.TAS.E., en septembre 1954 (voir la chronologie, page 20), les Etats-Unis n'ont cessé de violer de plus en plus les accords de Genève, et particulièrement les articles 16, 17, 18 et 19 qui concernent les clauses militaires des accords : . Art. 16. - Dès l'entrée en vigueur du présent accord, il est interdit de faire· entrer au Vietnam tous renforts de trQupes et personnel militaire supplémentaire. Art. 17. - Dès l'entrée en vigueur du présent accord, il est interdit de faire entrer au Vietnam toqs renforts en tous types d'armements, de muni· tions et autres matériels de guerre tels que : avions de combats, unités de la marine de guerre, pièces d'artillerie, engins et armes à réaction, engins blindés ... Art. 18. - Dès l'éntrée en vigueur du présent accord, Il est interdit sur tout le territoire du Vietnam de créer de nouvelles bases militaires. Art. 19. - Dès l'entrée en vigueur du présent accord, aucune base mlll· taire relevant d'un Etat étranger ne pourra être établie dans les zones de regroupement des (feux parties; celles-cI ,veilleront à ce que les zones qui leur sont attribuées, ne fassent partie d'aucune alliance militaire, et à ce qu'elles ne soient pas utilisées pour la reprise des hostilités ou au service d'une politique agressive. . DROIT ET LlBlRTE ' .NO 263 - JUIN 1967 Cette attitude vigoureuse n'est 'pas partagée cependant par · certains représentants de la bouregoisie 'noire, qui, eux, préfèrent que les deux questIons brûlantes - celle des dl'()its civiqu'! s et celle de la paix - soient rigoureusement séparées. Ajnsi, le bureau exécutif du NA.A.C.I': (Association Nationale pour le Progrès des Géns de Couleur) a affirmé, quelques jours avant la grande manifestation de printemps, que la fusion des deux mouvements contre la guerre et contre le racisme «ne servirait ni la cause des droits civiques, ni celle de la paix ». Cette . attitude prudente est dictée par l'idée que les Noirs pourraient bénéficier de la faveur du Gouvernement Fédéral en échange de leur soutien «patriotique» à la politique étrangère belliciste des Etats-Unis. « Je serais traître à mon peuple » Cette attitude conciliatrice est celle, par exemple, de Roy Wilkins, pr ésident du N.A.A.C.P., de Whitney Young, président de la Ligue Urbaine, et de Ralph Bunche, haut fonctionnaire de l'ONU. Mais la plupart des organisations qui défendent les droits des noirs - surtout les organisations les plus jeunes et les plus dynamiques - sont d'accord avec l'attitude de King sur la guerre du Vietnam. Ainsi, Floyd McKissick de CORE (Congrès de l'Egalité Raciale) et le propagandiste du «Pouvoir Noir », Stokely Carmichael de SNCC (Student Non-Violent Co-ordinating Committee) s'opposent à la guerre du Vietnam en termes plus intransige'ants encore que ceux employés par le pasteur King, parce que, dit Carmichael: « Cette 'guerre fait partie intégrante d'une politique étrangère américaine qui cherche à imposer partout le statu-quo, par la force, \ aux peuples de couleur luttant pour se libérer de la tyrannie et de la pauvreté. » Comme King, ces dirigeants ne manquent pas ' de souligner toute l'ironie du fait que les Noirs opprimés et surexploités dans leur propre pays, se battent au Vietnam dans une proportion double de celle des blancs, parce que les couches économiquement les plus défavorisées de la population américaine sont aussi les plus touchées par la conscription militaire. Le champion du monde des poids lourds, le boxeur noir Cassius Clay - . Mohammed Ali, de son nom musulman - vient d'irriter et de choquer profondément l~s pouvoirs établis par son refus de répondre à l'appel sous les drapeaux. «Si j'allais me battre contre les Vietnamiens, je serais un traître à mon peuple JO, dit-il simplement. Compte tenu du prestige énorme de Clay parmi la population noire, cette prise de position courageuse -+ 25 ... risque de faire rapidement tache d'huile. La réaction presque immédiate de l'Association Mondiale de la, Boxe et de la Commission d'Athlétjsme de l'Etat de New York a été de déclarer le champion déchu de son titre. Une preuve de plus de l'impopularité croissante de la guerre du Vietnam parmi les Noirs américains est le fait que le leader de la ~ande Mobilisation de Printemps étaIt un Noir, le Révérend James Bevel, proche collaborateur de King. Martin Luther King, lui-même figure parmi les signataires de l'appel pour un '" Eté Vietnamien", série d'actions variées contre la guerre dans le pays tout entier. Pour les Noirs - comme pour léS Indiens, qui ont manifesté pour la première fois en avril - la motion suivante remise par les manifestants de la Mobilisation de Printemps à Ralph Bunche, secrétaire général adjoint de l'ONU, prenait un sens particulièrement profond: «11 faut que le massacre prenne fin et qu'un holocauste nucléaire soit évité. Nous nous somines rassemblés devant les Nations Unies afin de réaffirmer notre appui aux principes de paix, d'universalité d'égalité des droits et d'autodétermination des peuples, inscrits dans la charte et approuvés par l'humanité, 1 mais violés par les Etats-Unis.» 26 LA POSITION DU MRAP Le M.RA.P. a défini sa position sur la guerre du Vietnam dans cette déci. ration, rendue publique le 2 novembre dernier: Chaque jour, se poursuit et s'étend le martyre des populations vietnamiennes, écrasées sous des bombardements plus terribles que ceux de la seconde guerre mondiale, brûlées par Je napalm, chassées des habitations et des écoles détruites, déportées, au Sud, dans les villages de regroupement sous contrôle militaire, vouées à la faim, à la peur et à la mort. Au Sud-Vietnam, dans des hôpitaux misérables, des milliers et des milliers de blessés civils, dont beaucoup sont des enfants, succombent faute de soins. de médicaments, de transports, Dans un pays mis à feu et à sang par les méthodes les plus Inhumaines, c'est un peuple tout entier qui se trouve menacé dans sa vie même. Le Bureau national du M.R.A.P. exprime son émotion profonde et souligne que ce drame concerne tous les hommes dignes de ce nom. Nul ne peut accepter sans douleur, sans colère, qu'en plein XX' siècle, après l'extermination de 6 millions de juifs et de 40 millions d'autres victimes du nazisme, après le sacrifice de 8 millions de Coréens et d'un million d'Algériens, après les 100 000 morts d'Hiroshima et de Nagasaki, s'accomplissent ainsi une nouvelle hécatombe, un nouveau génocide. Trop de haines ont été déchaînées, trop d'exactions perpétrées contre les peuples d'Afrique et d'Asie opprimés par le régime colonial. Trop longtemps, le mépris raciste entretenu à l'égard de ces peuples a permis de justifier ou de faire accepter leur misère, leur maintien dans une condition inférieure, les massacres d'innocents. Le Bureau national demande avec force que cessent Immédiatement les bombardements au Vietnam et que soit reche.rchée avec sincérité une solution pacifique, fondée sur le respect des actords de Genève, le retrait des armées étrangères, le droit reconnu à chaque nation de se donner le régime et le gouvernement de son choix. Le peuple vietnamien, en guerre depuis vingt ans contre l'oppression, a le droit de vivre indépendant et libre. Il a droit à la paix. ACUB~ • TROIS SEMAINES A CUBA: 1.595 F. Loisirs et Vacances de la jeunesse, 'organise de juin à septembre des séjours de vingt·dnq jours en hôtel et en village de toile à Cuba. Voyage en avion: visites de. 'La Havane, de Playa-Giron, de Varadero et de la province de Pinar· del-Rio. Rencontres avec la jeunesse cubaine et entretiens avec des représentants de différents ministères. Prix: 1.595 francs. Premiers départs les 17 et 21 juin; en juillet et en août les participants doivent payer un supplément de 200 francs, soit 1.795 francs. • SEJOURS EN HOTEL. - Vingt-cinq jours. Voya~e en avion. Tout compris: Hôtel catégorie TOUrIste (colina). 2.450 francs; Hôtel catégorie Luxe (Habana libre; ex-Hilton), 3.350 francs. Inscriptions et renseignements: M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs - Paris-2e - GUT. 09-57. • J'ai mal de penser que beaucoup d'intellectuels imaginent que le problème de l'antisémitisme ne les concerne pas; qu'il ne peut gêner leur création, que c'est quelque chose comme une inutile littérature pour leur art c pur ". c Quel art pur est-il possible quand, derrière leur maison, on tue les dmes et les corps des enfants?" J Marc Chagall à la Ir. Journée Nationale du M.R.A.P., le 22 mai 1949. CHAGALL LE MAGICIEN • Message biblique ., un ensemble imposant d'oeuvres, dont Marc Chagall vient de faire don à la France, sera exposé, du 24 juin au 18 décembre, au Louvre, galerie Mollien. Avant cette rétrospective historique, le critique Raymond Cogniat rappelle l'importance de l'oeuvre du grand peintre . l ES deux peintres qui ont actuellement la plus grande réputation internationale sont certainement Picasso et Chagall, et tous deux, inventeurs d'une écriture éminemment personnelle, se situent curieusement aux deux pôles de l'expression picturale, le premier justifié par tous les jeux de l'intelligence, le second par tous ceux de la sensibilité et de l'intuition. Si l'art de Picasso est souvent tenu pour diabolique, celui de Chagall mérite d'être qualifié d'angélique. Même dans ses périodes les plus marquées par la recherche d'un système, fût-ce dans le temps où elles semblèrent DROIT ET LIBERTE . No 263 • JUIN 1967 s'apparenter au cubisme, Cha~all reste toujours fidèle à une certame candeur. C'est-à-dire qu'il se livr:e aux apparences de l'irréel d'une façon si naturelle qu'on a pu croire à de la naïveté. Mais cette pseudo-naïveté n'est pas un état involontaire; l'artiste reste conscient de son attitude devant le monde, conscient au point d'avoir toujours su échapper aux influences des écoles, aux engagements des théories esthétiques. Comme l'a écrit récemment Jean Cassou, c'est dans sa mémoire, c'est-à-dire dans sa pro pre substance spirituelle, qu'il trouve ses thèmes et ce qui semble être sa liberté est une soumission à ses propres souvenirs. T:ols oeuvres, trois techniques égaiement maitrlsées: la sculpture (. Crucifixion .1. la peinture (. Cantique des Cantlqu~s "1. l'aquarelle (. Aaron devant le chandelier .) • Chagall ne s'est jamais départi de ses rêveries d'enfant ni même des images réelles de cette enfance. Son gé· nie est d'avair su donner aux unes et aux autres la même valeur, la même densité, d'aVQir su les mêler si étroitement qu'elles ont toujours été intimement liées. La vie qu'il a menée dans le ghetto de Vitebsk qui le vit naître, le monde qu'il a imaginé, tendre et un peu triste, ce paradis familier où les hommes et les animaux étaient proches les uns des autres, non seulement dans leurs pensées mais dans leurs formes, il les porte en lui et les extériorise non pour s'en libérer, mais pour entendre toujours la même cantilène familière. L'homme intégré au monde Lorsque plus tard, devenu peintre, lorsqu'il Hccède à sa maturité d'homme, lorsqu'il atteint la gloire, il ne fait pas autre chose que de puiser dans ce trésor d'images mi-réelles, mi-rêvées, d;ms lesquelles les poissons volent, les ânes dansent, les vaches jouent du violon, les hommes ont des' têtes d'oiseaux et les acrobates sont des constellations d'étoiles, les amoureux volent au-dessus des maisons et dorment dans les bouquets de fleu.r.s.. 21 ... Il ne fait que poursuivre l'accomplis- ' sement d'une réalité chimérique et sentimentale dans laquelle l'homme, enfin débarrassé de sa pudeur d'enfant, accepte ses songes. Probablement est-ce à ses origines qu'il doit cette imprégnation de fantastique dans le q,uotidien, ses talmudistes barbus touJours prêts à méditer ou à discuter: Il y a des .&ignes d'éternité dans les personnages, si modestes soient-ils, de Chagall et il croit tellement à leur mission, il y met si naturellement son espoir d'un monde meilleur, que, plusieurs fois dépassant l'attente du Messie, il est allé jusqu'à accepter la 'p'résence du Christ. Tout simplement 11 a dépassé sans rien renier de lui-même les notions de nation, de religion, donnant dans les images, fussent-elle$ les plus caractérisées, le sentiment que l'homme et son intégration dans le monde est sa seule raison d'être, une intégration si totale que dans toutes ses oeuvres il n'y a aucune hiérarchie de valeur, de sentiment, entre les différents éléments qui les composent. L'esprit le plus libre Notre époque, plus que toute autre, a été favorable aux théories et souvent les artistes .se sont volontiers soumis aux .règles des systèmes. Chagall a su s'en protéger. Il a conservé l'esprit le plus libre et si on le rat· tache dans les histoires de l'art à l'un ou à l'autre des mouvements dont est né l'art moderne, ç'est de façon assez arbitraire, et presque contre son gré! car lui-même ne' s'est jamais sentI lié ou dominé par les idées de qui que ce soit. Il a connu les mouvements les plus audacieux; il a assisté à bien des manifestations excitantes pour l'esprit, subi les grandes poussées . de son temps, mais sans se laisser aller à une adhésion officielle qui l'aurait limité. Tout au plus peut-on accepter de le situer parmi les précurseurs du surréalisme dans la mesure où son art matérialise des rêves." Encore est-ce · un classement bien arbitraire, d'abord parce que ce fut fait bien des années avant la proclamation du surréalisme, mais surtout parce que lës dits r ê v e s si obsédants et révélateurs soient-ils de ses inquiétudes, n'ont ja· mais le caractère de plongées drama· tiques dans le subconscient, ne bai· gnent jamais dans l'atmosphère mor· bide des aveux involontaires arrachés à contre-coeur. Ce don de transfigurer le réel, Cha· gall a su l'adapter à toutes les techni· ques car, amoureux de toutes cl1oses, il a exercé son génie dans les domai· nes les plus divers avec une curiosité d'artisan, passionné par tout ce qui permet à l'homme de faire parti. ciper la matière à la féérie du monde. Peintre du chevalet pour la confidence intime, pour l'évocation des souvenirs de sa vie, il aborde de plus grands thèmes lorsqu'il entreprend les gran· des décorations mprales, lorsqu'il compose des vitraux où son art d'ima· giner s'adapte merveilleusement aux exigences monumentales. Peu d'oeuvres de l'art contemporain donnent autant que la sienne un sentiment d'universalité, à la fois dans l'emploi des différentes disciplines' ct aussi dans la faculté d'atteindl'e tous les publics quels qu'en soient le niveau social, l'origine natioI;lSle, l'adhésion religieuse. Raymond COGNIAT que l'auteur, comme les in· terprètes ' ont maplfiquement ·servie ». dans une · certaine . mesure, 'l'auteur du film, en même temps que l'interprète. Sans Et, après avoir montré lui ce film n'aurait pas l'intérêt du film où • l'anti· sémitisme, prenant la forme de la bêtise, est vaincu par les armes de l'esprit », il évoque l'action menée contre ce fléau et contre tous les racismes, d'abord par le M.N.C.R. (Mouvement National Contre le Racisme) sous l'occupation, pui~. par le M.R.A.P., son héntler: existé. • . Emu, le grand acteur sou- 1i~e en quelques mots combIen il est heureux de ce succès: • Mon maitre Tristan Bernard disait:.. Je ne hais que la haine .... J'ai beau. coup pensé à lui en tournant • Le Vieil Homme et l'Enfant •. Claude Berri, lauréat- du prix de la Fraternité (à drOite) félicité par Michel Simon, Alain Cohen," Marcel Achard et Pierre Paraf. « On dit le racisme, on dit le M.RA.P.: le poison et l'antidote; le mal et le remède lO... constate-t-il en exprimant notre solidarité avec tous ceux qui souffrent de ce mal, tous ceux qui ' le combattent. LA REM.ISE DU PRIX ' DE LA FRATERNITE· ·1967 Plaçant d'emblée son intervention .sous le signe de l'humour, de l'amitié, Marcel Achard remet au lauréat le diplôme du Prix de la Fratel'rii té et le chèque de 1.000 francs qui I:accoml'agne - chèque aussitôt offert par Claude Berri au président Pierre Paraf pour le soutien de l'action du M.R.A.P. • Parmi les personnalités présentes à la soirée se trouvaient plusieurs membres du jury: les' cinéastes Jean-Paul Le Chanois et Louis Daquin, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. et le ' critique d'art George Bes· son; MM. Marboeuf, viceprésident du Conseil municipal de Paris, Robert Bal· langer, Serge Boucheny, Michel ' de Grailly, députés; l'écrivain Vercors, le pasteur André Dumas, l'abbé Paul Sénart, Alain Siritsky, de la firme Athos-Films, les peintres ' LegueuIt, André Marchand, Chana Orloff, Partu· rier, Sùrvage, Boris Tazlitsky, Terechkovitch,Wogensky, Zao-Wouki, Mlle Lesure, dIrectrice du Lycée PaulBert, M. Bouthey et Mlle Furst, directeur et directrice d'écoles, etc. 21 L E Prix de la Fraternité, . décerné pour 1967 à Claude Berri, . réalisateur du film Le VieU Homme et l'Enfant, a été ', remis au lauréaLle 3 mai, à l'occasion de la sortie de ce film dans une quatrième salle parisienne d'e xci u s i v it é, les Translux-Pullmann, rue de la Gaîté. Soirée chaleureuse, amicale, qui s'est déroulée en présence de nombreuses personnalités, invitées par le M.R.A.P. et son comité du 14'. Après la projection de l'oeuvre, que l'assistance ap- ' plaudit longuement Pierre Paraf, président du M.R.A.P:, Marcel Achard, de l'Académie française, membre du ' jury du Prix de la Fraternité, prirent place sur scène avec Claude Berri et ses deux principaux interprètes, Michel Simon et le petit Alain Cohen. • Ce Prix, déclare Pierre Paraf, se distingue par la grande idée qui l'anime, et • Lorsgue j'ai réalisé ce film, affIrme Claude Berri, j'étals inquiet, je me demandais si en provoquant ainsi le rire, je serais pris au sérleux. J'attachais beau-' coup de prix ' au jugement du M.R.A.P. C'est dire Q,ue le Prix de la Fraternité me comble .... Se' tournant ensuite vers Michel Simon, il s'écrie: • Michel Simon est aussi, Le cinéaste 'Christian-Ja- ' que, premier lauréat du Prix de la ' Fraternité (en 1956 pour son film SI tous les gars du Mondej avait adressé au lauréat un télégramme de félicitations . NEGRE, JUIF ET BORGNE Sammy Davis Jr est à Paris. Son spectacle attire les foules à l'Olympia, et le 17 juin en soirée il sera donné sous l'égide et au profit du M.R.A.P. Oui est Sammy Davis? UN homme peut être détruit. Il « ne peut pas être vaincu ». Plus je songe à Sammy Davis Jr., plus cette phrase d'Ernest Hemingway m'obsède. nègre pauvre est donc la honte de la société. A maintes reprises, la vie a pu espérer détruire Sammy Davis. Elle ne l'a pas détruit. Elle ne l'a pas vaincu. Bien plus, celui-ci a eu raison d'elle. La vie de Sammy Davis constitue un permanent défi. Défi aux autres, à tous les salauds qui vous jettent des peaux de bananes pour que vous vous cassiez la figure! Défi aussi à soimême, cette nécessaire petite guérilla qu'il faut sans cesse mener pour étrangler ses propres lassitudes, lâchetés, faiblesses. Très tôt, Sammy Davis commence à gravir les marches de son golgotha. A partir de l'ige de trois ans, il parcourt les U.S.A. en compagnie de son ' père et du partenaire de celui-ci. Enfant de la balle, il commence à apprendre les rudiments du métier. Samy, May Britt et leur fille Tracey Les limites de la décence Sammy Davis met les bouchées doubles, Chanteur, fantaisiste, danseur, parodiste, acteur de cinéma, il gravit les échelons de la célébrité. Il devient l'ami des grands: Frank Sinatra, Peter Lawford, Dean Martin. Il est à l'affiche des plus grands cabarets. Il touche des cachets mirobolants. Il est un roi. Un roi nègre. L'or ne ferme pas les vieilles plaies. La gloire n:efface pas l'humiliation. Sammy Davis est trop lucide, intelligent, pour jouer les nègres assimilés, les bons nègres. Années de formation, d'apprentissage. Faim, dénuement, cachets dérisoires, nuits sans toit. Misère, misère, désespoir mêlé de rage et de volonté, refus de s'avouer battu. Sammy Davis naît à Harlem le 8 décembre 1925. Il est noir, il est pau- ' vre. Aux Etats-Unis, un noir est un chien, un pauvre est un imbécile. Un . Mais Sammy Davis est plus fort que la bêtise au front de taureau. Il tient le coup. Il résiste à l'usure. Après la fin de la guerre, sans doute soucieux de rattraper le temps perdu, MARCEL ACHARD " L'entreprise était périlleuse ... " En remettant le diplôme à Claude Berri, Marcel Achard a déclaré: J E pense que vous vous demandez ce que je viens faire là - et j'avoue que je me le suis demandé moi- . même: à quel titre m'était échu le privilège et l'honneur de remettre à Claude Berri le Prix de la Fraternité? Le fait que j'aie adoré le film et que je l'aie déjà vu deux fois ne me paraissait pas une raison suffisante, car je ne suis 'sûrement pas seul dans ce cas. Alors, j'ai réfléchi, je me suis' posé des questions, je me suis dit: peut-être m'a-taon chargé de donner le Prix de la Fraternité parce que je suis un frère? Mais je ne suis pas le seul homme de bonne volonté sur la terre. Je ne suis pas le seul pour qui la fraternité soit une nécessité, je ne suis pas le seul qui aime son prochain, je ne suis pas seul à croire qu'il y a toujours quelque chose de bon dans le pire des hommes. Ce n'était donc pas pour cela non plus ... Alors m'est venue l'idée que c'était peut-être parce que, durant toute l'occupation, des journaux comme Je suis partout ou La Gerbe me traitaient régulièrement d' • enjuivé -, me reprochant mon amitié avec Pierre Wolff, Henri Bernstein, André Maurois ou Arthur Rubinstein. Mais, là encore, je n'étais pas particulièrement qualifié, puisque leurs injures ne m'avaient même pas valu la prison. Alors, je crois avoir compris : il y a, parmi tant d'autres, deux triomphes dans la vie de Michel Simon, celui de Jean de la Lune et celui de Le vieil homme et l'enfant, et c'est probablement au fait que j'avais permis à Michel Simon de faire la preuve de son prodigieux talent, à la fois si merveilleusement comique et si profondément humain, que je dois le redoutable honneur de paraître devant vous. Après Cloclo, après La chienne, après Quai des Brumes, après La fin du jour, après Panique, après Fric-Frac, après La Beauté du diable, après Du vent dans les branches de sassafras, voici l'extraordinaire « Vieil homme • du film de Claude Berri. Quelle perfection! DROIT ET LIBERTE - N° 263 - JUIN 1967 Chaque regard, chaque geste, chaque intonation est un trésor d'invention, de malice et d'observation. Et de tendresse. Ce qui m'a toujours frappé depuis quarante ans - car . j'ai fait jouer Michel Simon pour la première fois dans. Je ne vous aime pas» en 1926 - c'est qu'il y a, chez ce misanthrope, chez cet écorché vif, des réserves d'amour et de bonté inépuisable. Ce bougon est un charmeur. C'est peutêtre parce qu'il est rare que son sourire a tant de prix et de puissance. Michel Simon a éminement contribué au triomphe du film que nous couronnons aujourd'hui. La beauté des images, le sujet du film, son développement, la 'passion et surtout l'extraordinaire tact de Claude Berri ont permis au génie comique de Michel de se manifester une fois de plus. C'était une entreprise périlleuse que de faire un film comme celui-là. Gide l'avait dit: cc Rien n'est pire en IiUé· raturé que les bons sentiments ». J'ajouterai: la fleur bleue et l'eau de rose sont des acides corrosifs qui attaquent la pellicule. Or, quoi de plus attendrissant qu'un petit enfant juif traqué pendant l'occupation? " fallait d'abord que l'enfant fût un caractère, èt non un bêlant héros de la bibliothèque rose. Il fallait ensuite que le vieil homme ne fût pas un grand-papa gâteau, mais un vrai bonhomme, plein de défauts, un peu bête mais avec un coeur innombrable. Il fallait aussi que le drame jUif fût toujours présent et pour cela, les adieux à la gare et l'interprétation bouleversante de Charles Denner, prologue-coup de poing, créaient l'atmosphère. Je comprends qu'un Mouvement qui a pour but l'antiracisme, la fraternité et la paix ait choisi ce film, car toutes ces belles idées y sont magnifiquement servies. Je tiens à saluer Claude Berri et son tranquille petit chefd'oeuvre. Je suis heureux que Le vieil homme et l'enfant, dans une France qu'on dit pourrie et désagrégée, soit un grand succès de public et de critique, ce qui permet tous les espoirs. .. 29 -+ De provocation en provocation, il affirme son malaise, sa difficulté d'être. Nègre, un jour il se retrouve borgne, à la suite d'un accident. Nègre borgne, il se convertit au judaïsme. Le voilà nègre, borgne et juif. Toutes les tares réunies ' dans un même homme. ' Cela ne lui suffit pas. Il conquiert le coeur et le corps de la belle actrice suédoise, May Britt. Pire, ils sont heureux. Ils ont des enfants. Racistes du Sud et libéraux du Nord s'émurent. Sammy Davis avait franchi les limites de la décence. Ceux qui sont prêts à tout faire pour les noirs, sauf à donner leur fille en mariage à un nègre, tempêtèrent, comme les fanatiques du Klan. D'abord un artiste Sammy Davis ne cessa pour autant de provoquer. Il se jette dans la lutte pour les droits civiques, il milite en faveur du Parti Démocrate, il devient un membre du clan Kennedy. Ce petit homme de feu déborde d'énergie et d'initiative. Aujourd'hui, il est au sommet de sa gloire. Il n'a rien perdu de sa vitalité. Il continue toujours de marcher sur le sentier de la guerre: Yes, 1 can hurle-toi!. Oui, je peux. Il ne pouvait intituler mieux son autobiographie qui vient de paraître aux Editions Flammarion. Un gros paquet de mots crachant la force, l'amour, la rage de vivre, l'ardeur, l'appétit permanent de l'existence. Un homme qui, en voulant que le nom de Sammy Davis s'inscrive en lettres de néon géantes dans la nuit de Los Angeles, de Broadway, de New York désirait, sans bien le savoir, peut-être, effacer la boue dont on a couvert sa race. Certes, le triomphe d'un Sammy Davis ne saurait faire oublier ces ghettos noirs, la misère noire. Davis est d'abord un artiste. Il n'est point un Malcolm X. Mais je crois qu'à sa manière, il a servi et continue de servir les intérêts de son peuple. André LAUDE CANNES: UN BILAN POSITIF (De Dotre envoyé spécial Samuel Lacbize) LE dernier Festival de Cannes, s'il fut de l'avis de tous ses participants un « bon festival », ne le fut pas seulement sur le strict plan cinématographique. 'Qu'importerait la seule recherche esthétique, si les films présentés n'effleuraient pas les grands problèmes de notre temps, et en particulier le racisme, la guerre, les préjugés et le mode de vie. Or justement, le jury' du Festival a voulu cette année couronner en même temps les films de grande valeur esthétique et les films de grande santé humaine. Ce qui n'est pas toujours incompatible. Le palmarès ne comprend que des oeuvres de qualité (Grand Prix à« Blow Up » de M. Antonioni), et a notamment distingué le film yougoslave d'Aleksander Petrovic : « J'ai même rencontré des tziganes heureux ». Quant au prix de la première oeuvre, il est allé au premier film national algérien : « Le Vent des Aurès », de Mohamed Lakdar Hamina. « J'ai même rencontré des tziganes heureux }) est le premier vrai grand film sur les gitans. Jean Schmidt, qui avait, dans la mesure des moyens qui lui furent accordés et dans la limite de la censure, porté le problème à l'écran avec Kriss Romani, ne m'a pas caché son enthousiasme pour le film de Petrovic. C'est que Petrovic n'y va pas de main morte. Les tziganes sont les tziganes. Il faut les voir comTT'~ Le poète noir, américain (il était métis, en fait), Langston Hugues vient de mourir. Il avait 65 ans. Il laisse une oeuvre considérable, un personnage picaresque, Simple, et un recueil de poèmes qui a fait date dans l'histoire de la littérature, Weary blues, d 'après un thème de jazz, et dont voici un poème, Les blancs: LANGSTON HUGHES EST MORT 30 LES BLANCS Je ne vous hais ' point, Car vos visages sont beaux aussi. Je ne vous hais point, Vos visages sont aussi des tourbillons éclatants de splendeur et de beauté. Mais pourquoi donc me torturez-vous, Vous les Blancs qui êtes si forts? Pourquoi donc me torturez-vous? ils sont, et non pas comme nous voudrions qu'ils soient et qu'ils ne veulent pas être. L'indulgence, au fond, est aussi une forme de racisme. Ce qui compte c'est le coeur et l'intelligence. La lucidité, c'est aussi la fraternité. On rit et on s'émeut Les tziganes que Petrovic met en scène errent dans la région de Ljubljana, en Slovénie, et ils se partagent le marché des plumes d'oies. Important, ce trafic. Sans plumes d'oies, pas d'édredons, ni d'oreillers. Mais le conflit n'est pas là. Le héros veut épouser une fille jeune et jolie que sa famille marie à un adolescent impuissant, maladroit et stupide. En vérité, c'est un drame sordide, avec des « femmes objets » qu'on rejette ou qu'on répudie sans vergogne, un poste de télévision qui sert d'interminable monnaie d'échange, des rapports sournois mais fiers entre des êtres qui jouent sur l'honneur, des bagarres sanglantes. Avec çà et là, des épisodes comiques mêlant un moine paillards et ivrogne à des noces plus ou moins orthodoxes, des trafics honteux et des soirées de beuveries... On rit souvent, on s'émeut davantage. Personne, au bout du compte, ne sort diminué de cette plongée dans un monde ésotérique. Ni les héros (trois acteurs professionnels seulement incarnent les principaux personnages, les autres sont d'authentiques tziganes), ni les auteurs, ni les spectateurs. « Le Vent des Aurès », de Mohamed Lakdar Hamina est un film dont la guerre de libérati1n 'des peuples est la toile de fond. Mais au-delà de la haine, c'est une oeuvre à hauteur d'hommes et jU,stement un film contre la haine. Digne, simple, poétique - la poésie de la colère - c'est la simple histoire d'une mère qui cherche son fils, fait prisonnier par les 'uccupants, et qui ne parvient pas à communiquer avec les geôliers. Une poule à la main qu'elle veut offrir aux sentinelles, en~ va de camp en camp, toujours incomprise, toujours rejetée. Elle finira par trouver son fils et aussi une sorte de folle sérénité. Jusqu'au jour où quelque chose de terrible lui arrive : son fils est mort. Elle mourra à son tour ... Lakdar Hamina conte lyriquement l'histoire de sa propre famille pendant la guerre de libération. Il se tient au niveau de l'incommunicabilité de l'incompréhension qui alimentent les guerres. Le soldat français n'est pas représenté comme l'ennemi, mais comme celui qui ne comprend rien. Il a peur, même dans son coura6". pne vieille femme 6t une poule, dont Il ne comprend pas le langage, il ne sait que lui dire sinon : « Fiche le camp! }) Film digne, rude comme la pierre sèche des Aurès,' c'est une oeuvre de premier ordre, de première grandeur, réconciliant les êtres humains entre eu.x. Tout au moins ceux qui désirent la paix et la fraternité. Enfin en France! LA FAMEUSE BI~RE DE ZYWIEC IMPORTATION DIR'ECTE DE POLOGNE ) • distribu~e par ROBERT DALAKUPEIAN Importateur exclusif pour la France de la WODKA WYBOROWA (Varsovie 12 à 15, avenue du Petit Château PARIS BBRCY - Tél.: 343 19-38 DROIT ET LIBERTE - No 263 - JUIN 1967 (J'fu.,'e Lév" et Pflta' :J',il .... ,l Ce Jour •• : 16 juillet 1942 La grande rafle du Veld'Hiv ROBERT LAFFONT Pourquoi. comment 12.884 juifs ont été arrêtés U ce jour-là ft à Paris Ce livre acclamé par toute la presse, couronné par le Prix Aujourd'hui (décerné par 15 grands journalistes) répond à ces questions qui nous concernent tous. Chez Robert LAFFONT. POUR RECEVOIR CET OUVRAGE, préfacé par Joseph KESSEL, remplissez le formulalre ci-dessous et adressez-le avec votre règlement, à «DROIT et LIBERTE », 30, rue des Jeûneurs, Paris-2' C.C.P. 60-70-98 PariS Le livre vous sera immédiatement expédié. M. " " " " " " "" " " " " " " " Adresse " .. .. " " .. .' .' ,. .. .. .. .. .. .. " . ' souhaite recevoir "",. exemplaire (s) du nvre de Cl. LEVY et Paul TILLARD «LA GRANDE RAFLE DU VEL D'HIV». et vous envoie à cet effet la somme de (1) , ., . . """, par chèque bancaire, chèque postal (au C.C.P. de , «Droit et Liberté» : 6070-98 Paris, ou mandat-poste (2), (1) L'exemplaire: 18,55 F. Ajouter 1,45 F pour les frais d'elpédition. (2) Rayer les mentions inutiles. 32 La lutte tri conti nenta le par Albert-Paul LENTIN (Maspéro, éditeur) (Coll. «Cahiers Libres ») Un des traits dominants du quart de siècle qui vient de s'écouler s'impose à tous les esprits: l'écroulement du système colonial et son corollaire, l'accession à l'indépendance de l'ensemble des peuples d'Asie et d'Afrique. Mais cette médaille a un revers, sur lequel on peut lire : néH:olonialisme. Qu'est-ce que le néH:olonialisme? L'emprise de fait d'une puissance impérialiste sur un pays donné, sous des formes nouvelles, moins directes que la domination classique, comportant, dans tous les cas, le contrôle de dirigeants dociles et la mainmise sur les richesses économiques du pays. Comme cette définition correspond depuis plus d'un siècle à la nature même des rapports qui se sont établis entre les Etats-Unis et les pays d'Amérique latine, on comprend l,u'à la volonté de résister à l'impénalisme qui s'est manifesté parmi les forces neuves d'Asie et d'Afrique se soient joints les éléments progressistes de l'autre Amérique. Or, le processus du combat antiimpérialiste s'est accéléré depuis que Cuba a choisi la voie du socialisme. Albert·Paul Lentln C'est l'esprit même qui anima la fameuse conférence de Bandoung en 1955 et la retentissante conférence dite - de façon significative - tricontinentale qui se tint à La Havane au début de 1966. Albert-Paul Lentin 's 'est attelé à la tâche d'en rendre compte de façon détaillée, analysant ses multiples aspects, enrichissant son exposé d'une abondante documentation intelligemment sélectionnée. Il en vient à définir une véri table stratégie planétaire de la lutte révolutionnaire et démocratique contre les opér ations de l'impérialisme. Le travail de synthèse d'Albert-Paul Lentin transforme le sens d'informations fragmentaires que nous lisons chaque jour dans les journaux. Une perspectIve apparaît : la volonté d'être libres, le refus de l'arriération sociale profi table à une poignée de privilégiés soutenus par l'étranger. C'est sans doute l'un des plus vastes combats antir acistes qui soient. Roger MARIA. La vingt-cinquième heure d'Henri VERNEUIL On est toujours le juif de quelqu'un : telle pourraIt être la morale de La vingt-cinquième heure, un film qu'Henri Verneuil a tourné avec tout un luxe · de moyens techniques. A la longueur, (2 h 10), on en a pour son argent. Quant au contenu, c'est une autre histoire

l'aventure de ce pauvre paysan

roumain (Anthony Quinn) qui échouera sans Jamais comprendre, de 1939 à 1946, dans des camps de concentration roumain, hongrois, allemand, puis américain, pouvait être exemplaire des malheurs, des horreurs et de l'absurdité de la seconde guerre mondiale. Malheureusement, Verneuil n'en a tiré qu'une illustration superficielle et folklorique. Tout est du niveau de l'anecdote. Et il faut le talent de Dalio et, surtout, de Serge Reggiani, pour faire passer le souffle de la vie dans quelques trop rares épisodes d'un film pour l'essentiel morne et insipide ... La nuit des généraux d'Anatole LITV AK Quoi de plus exaspérant? Peter O'Toole dans son numéro désormais traditionnel de sadique (ici, en général SS), ou l'argument même de cette Nuit des Généraux? Vous avez l'embarras du choix. Mais disons pourtant qu'il commence à suffire de ces films «inspirés» dont le but avoué est de dédouaner les officiers généraux de la Wehrmacht, tous des antinazis, bien sûr ... La preuve, le complot du 20 juillet 1944 contre Hitler. .. Litvak, dans un mélan~e de fiction et de « reconstitution» hIstorique, apporte sa pierre à cette opération de dédouanement. Il y ajoute cette idée ori~inale selon laquelle les vrais nazis étalent tous des fous sadiques, en gros (la destruction de Varsovie) comme en détail (l'assassinat de prostituées), plus quelques notations annexes dont le «piquant» n'échappera à personne : par exemple, ce personnage de flic militaire allemand qui aide les flics français à sauver juifs et résistants ... Du mauvais cinéma, pas sérieux et souvent odieux! Raymond VIDAL. C la télévision L'hitlérisme sur nos écrans Parce que se souvenir est un devoir,

parce qu'il est indispensable q.ue les

Jeunes sachent ce qu'est le faSCIsme et quels ont été ses crimes, nous ne pouvons que nous féliciter que les programmes de télévision aient offert en avril et mai plusieurs émissions sur l'hitlérisme. Avec Cinq colonnes à la une, nous avons visité ce qu'il reste d'Auschwitz. Les paroles de notre guide, un rescapé, étaient glaciales dans leur simplIcité

«Les crématoires ne pouvaient

brûler que 25 000 cadavres par 24 heures... dans cette fosse, on activait la combustion des corps par économie, avec les graisses humaines. ,. Que dire après ces images d'un sol blanchi :par les os... de ces propos d'un anCIen médecin SS : «Je crois qu'un nouvel Auschwitz est possible,. ? Rien, sinon qu'il est extrêmement ytile de les voir et de les entendre. P'eutêtre aussi qu'un commentaire approprié aurait dû souligner le caractère scandaleux de la «bonne conscience,. étalée par ce complice des crimes hitlériens. Docteur Gundel, qui abordait la même époque, n'avait rien du reportage historique. Les faits réels - les tractations des nazis visant à obtenir des camions contre des déportés juifs - étaient mêlés à des personnages imaginaires, mais qui sans doute auraient pu exister. Nous savons combien il est difficile d'évoq.uer par l'image l'histoire contemporame. Dans ce cas précis, l'entreprise était particuliècement périlleuse. «Docteur Gundel, c'est faux de A à Z. Gundel n'a pas existé... A Budapest, il n'y avait pas de «bons Allemands », nous a dit, mdignée, une survivante d'Auschwitz qui, avant guerre, avait habité dans la capitale hongroise. Up. étudiant nous a affirmé par contre que cette émission donnait une idée sur la vraie nature des nazis. Les réactions ont donc été fort diverses. Quant à nous, retenons que bien des victimes du nazisme ont été choquées par les libertés prises par l'auteur avec la vérité historique. Certaines pa g e s d'histoire ne se prêtent guère à la fantaisie créatrice. L'excellente émission d'Armand Jammot Les dossiers de l'écran, après la projection de Mein Kampf, a permis par le document et par la confrontation de comprendre certains traits essentiels du naziSnk!. Le film d'Erwin Leiser répondait bien aux intentions de son auteur : témoigner, parler directement « à une génération pour qui ce temps sanglant fait déjà partie de l'histoire JO. Jean CONTE. tbéAtre Les races, c'est comme les' fleurs ... La jeune troupe «Théâtre Action,. a présenté à trois reprises, en mai, au Théâtre Daniel-Sorano de Vincennes une pièce de Perrine Planson et J acqlies Baillon' intitulée : « Les races, c'est comme les fleurs, y'en a de toutes les couleurs ». Il s'agit d'une série de sketches, sans liens précis entre eux, conçus dans l'esprit des chansonniers. Plusieurs d'entre eux sont efficaces, et toujours ils traduisent une volonté sans faille de démystifier les préjugés racistes et le colonialisme. Cèrtains sont discutables, et l'on peut regretter parfois une tendance à asséner des affirmations plutôt que d'analyser pour convaincre. De ce point de vue, mais aussi pour la réalisatio,n, ce spectacle n 'atteint pas lès qualités et l'intérêt de « Mille millions de sauvages et l'hexagone » monté l'an dernier avec .des objectifs semblables par le Théâtre-Ecole de Montreuil. Quoi qu'il en soit, l'initiative de Vincennes mérite, elle aussi, notre sympathie. La tribu par Jean·Hubert Sibney, à la Comédie de Paris, par le Nouyeau Théâtre Libre. , La scène se passe dans une nouvelle république africaine . . Amlil, le nouveau gouverneur, veut obliger la tribu à «muter », à sortir de son ancestrale léthar~ie, de ses vieilles coutumes. Il a faIt incarcérer le chef, le vénérable Asaldame, inculpé du meurtre de Namer. Est-il coupable? Pourquoi ' a-t-il tué? Personne ne livre le ,secret. Cependant, pour faire pression sur Amlil, qu'on sait amoureux de Sira, la fille du chef, celui-ci lui annonce son projet ge la marier à un vieux notable de la tribu, déjà pourvu de trois matrones. Amlil ne se démonte pas : lJIIJ.e nouvelle loi interdit. les mariages sous la contrainte. Mais.. Sira, circonvenue par sa famille, , acceptera. Pourtant, le soir de ses noces, elle s'enfuit. La famille, déshonorée, veui la ramener de ' force à son époux. ' Sira se met sous la protection du gouverneur. La tension, à son comble, se résout : deux lascars révèlent la vérité : Namer ,avait invité chez lu4 la fille de son chef, qu'il convoitait;' poursuivi par Asaldame, il trébucha, tomba dans le vide, s'écrasa sur les rochers. Les acteurs sont excellents, aussi bien Amlil (Gabriel Clissant) qu'Asaldame (Hilarion), très digne. Mais pourquoi n'avoir pa~ pris une actrice noire pour le rôle de Sira? Claude Chazel, certe5i joue très bien; mais elle est blancne et cela nuit, à mon avis, à . l'ensemble scénique. Edgar WOLFF DROIT ET LIBERTE " ND 263 " JUIN 1967 , les disques Musiques d'Afrique et d'Oriènt Le disque est le véhicule idéal pour une meilleure compréhension humaine'; · les barrières géographiques disparaissent , au fond du sillon de vynil et les interdits politiques sont emportés au rythme des trente-trois tours. Lors, qu'importent les difficultés de la langue, la couleur de la peau, la différence de religion ? Il reste le son, ambiance sonore ou musiques lointaines, instruments inédits, rythmes inha' bituels, autant de liens qui peuvent nous aider à nous découvrir des affinités de base. La caution de l'UNESCO est un garant indiscutable à la collection UNESCO, produite par BarenreiterMusicaphon, déjà fort appréciée des amateurs, et que nous pouvons désormais nous procurer en France par l'entremise de la firme Chant du Monde, qui la distribue. Alain Daniélou, l'éditeur, a publié cette C:ollection pour le Conseil International de la Musique, sous les auspices de l'Institut International d'Etudes Comparatives de la Musique. Deux séries sont déjà disponibles : L'anthologie "musicale de l'Orient, qui comprend une sërie de grands trente centimètres présentés sous pochette- livret illustré, avec des cartes, des pla:ns, des hors-textes -o.ont la qualité égale celles de la prise de son et du repiquage. Ce sont : Le Laos (BM 30 L 2(01), Le Cambodge (2002); L'Afghanistan (2003), L'Iran (2004 et 2005), L'Inde (2006 et 2(07), La Tunisie (2008), ,Le Tibet (2009, 2010 et .2011), Le Japon (2012 à 2017), L'Inde n° 3 (2018), La musique turque (2019). Le second' volet est consacré à une Anthologie de la musique africaine. ,. Il ne comporte encore que quatre disques, . mais d'une recherche poussée, d'une rareté telle que les discothèques ne peuvent que s'enrichir de les posséder. Ce sont la musique des Dan (BM 30 L 2301), la musique du Ruanda (BM L 2302), la musique "des Pygmées Ba-Benzele (BM L 2303), . l'un deS plus étonnants disques de cette collection; la musi9ue de l'Ethiopie (BM L 2304). La ,qualité des enregistrements mérite tous les éloges. On est ,confondu de tant de véracité, de tant de sincérité. Dans presque tous "ces microsillons, témoignages plus que reportages, pris sur le vif, un élément - que ce SOlt le bruit ' du vent sur une plaine, le cri épanoui d'un oiseau de passage, le rire d'un "enf~nt qui jaillit en contrepoint d'une berceuse - nous est familier, commun, et nous fait participer plus encore à la vie de ces hommes lointains, nos frères. Bernard SANNIER·SALABERT ,~~ laradi6 Les immigréS en France Deux émissions de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., ont été diffu· sées les 19 et 26 avril sur FranceCulture, consacrées, la première, à la situation des travailleurs et étudiants de couleur, la deuxième aux Gitans et aux Portugais. Dans une interview accordée au « Monde », Pierre Paraf devait préciser, parlant des travailleurs étrangers immigrés en France : « .•. On en compte environ 2.700.000 sur une population de près de 50.000.000. Algériens, Noirs d'Afrique, Antillais et Guyanais, Vietnamiens, Portugais, Tziganes et Gitans, ils se heurtent à un aspect de la France qui va à l'encontre de sa réputation traditionnelle de générosité. « A travers des propos d'une grande crudité, qui risquent de déconcerter l'auditeur, se manifeste avant tout chez eux une immense déception. Ces interviews menés par Pierre Debreuger, alternent avec des impressions de l'homme de la rue. De temps à autre, la. parole est laissée au conteur ou au poète : des textes de Léopold Cedar Senghor, Aimé Césaire, Driss Chraïbi, Kateb Yacine... viennent précise/' ou prolonger le thème 'central. » « Il s'agit d'une enquête objective qui ne cherche aucunement à condamner, ou à' tirer des leçons », a déclaré de son côté le réalisateur Claude Mourthé. Tous les ' témoins interrogés, quelle que soit leur origine, s'accordent pour mettre au premier plan leurs difficultés matérielles : accueil, logement, travail ; et morales : contact difficile avec les Français, discr iminations dans les lieux publics, hôtels, cafés, sentiment d'être exploité de ne pas être considéré comme des travailleurs et des hommes à part entière. L'Affaire Dreyfus Toujours sur France - Culture, dans la série « Les dossiers de l'histoire », les soirées des 8 et 15 mai furent occupées par une reconstitution de l'affaire Dreyfus composée par Anne' Denieul et réalisée par Evelyne Frémy. . Le nazisme souterrain Enfin, les deux émissions de Ma· rianne Monestier : « Les sociétés secrètes et le nazisme ", « Résurgence du nazisme,. furent diffusées les 10 et 17 mai sur France-Culture aussi. Partici:pèrent à , ces évocations des spécialistes tels que Jacques Delarue, auteur de « Histoire de la gestapo », Edouard Galic, auteur de «Himmler et son empire », Pierre Marie,J~ des c:crivains : Josette Bruce, ,nélène Toumaire ; des journalistes. : :' Anla Francos, Michèle Curcio, etc..: : . la vi•e du mrap 34 SEMAINES ANTIRACISTES Le Foyer des Jeunes Travailleurs de Quimper a organisé dans cette ville, du 3 au 12 mai, une « semaine Anne Frank », marquée par la projection du film Le Journal d'Anne Frank, plusieurs débats, et l'exposition du M.R.A.P., «Lincoln et le combat antiraciste ». Cette même exposition a eu lieu à l'Hôtel de Ville de Laval, du 21 au 26 mai, dans le cadre de la semaine antiraciste organisée par la Fédération des OEuvres Laïques de la Mayenne. Elle a été inaugurée par le maire, le Dr Le Basser, en présence de diverses personnalités et d'Albert Lévy, secrétaire national du M.R.A.P. qui avait fait l'avantveille une conférence au cinéma « Le Maine» sur les aspects actuels du racisme. D'autre part, une trentaine de projections de films antiracistes, suivies de débats ont eu lieu dans le département. La sortie du film «Le vieil Homme et l'Enfant» dans différentes villes de province, a donné lieu à des premières sous l'égide des comités locaux du M.R.A.P., à des débats et à la diffusion de « Droit et Liberté» notamment à Grenoble, Lille, Montpellier, Agen, Tours. A Lille, une réception a eu lieu, au cours de laquelle le président de notre comité, Michel Kerhervé, a présenté le film et son réalisateur. DIJON: QUATRE MOIS POUR RÉANIMER UN COMITÉ LOCAL S I l'on parle encore, hélas trop souvent, du désert français - le désert commençant bien entendu aux portes de la capitale - c'est sans doute que les centres d~ déc!SiOn ~rouvent ~ Paris un terrain d élection. C est aussI que les provinciaux nourrissent un complexe d'infériorité, fruit d'une longue tradition qui touche les différents secteurs de la vie sociale. Il est temps d'y mettre un terme. . A DÎjon, ville de 1'50.000 habitants mais relativement peu ouverte aux grands courants idéologiques et victime d'un conservatisme ancestral, les bonnes volontés, comme ailleurs, ne manquent pas: il suffit de les capter et d'en coordonner l'action. Quelques personnes avaient fondé, courant 1965, un Comité local du M.R.A.P. Toutefois celui-ci végétait comme bien d'autres groupes, faute de susciter autour de 'lui quelque émulation en se fixant un programme. Ayant pris' conscience de son inefficacité, les promoteurs décidèrent en novembre dernier de le réorganiser enélargissant son audience. Un. appel fut la~cé à quelque vingt personnalités pressenties, qui donnèrent leur accord : parmi ell~s des universitaires, des juristes, des militants syndicalistes ou politiques, des représentants de mouvements de jeunesse. Une réunion constitutive se tint le 15 décembre 1966, avec l'ordre du jour suivant

élection d'un Bureau définitif ;

choix de la forme juridique du Comité ; structure en commissions de travail; éta.. bllssement d'un plan d'action immédiat et à long terme. Le Comité ainsi rétabli choisit de se constituer en association déclarée en adoptant, à quelques modifications près, les statuts-types proposés par le Conseil National. Il décida de faire largement appel aux jeunes d~s mouvements et associations, qu'il s'agit de sensibiliser au problème racial et d'entraîner à lutter au sein du M.R.A.P. en assurant la relève des militants d'autres organisations, peu disponibles parce que trop sollicités par de multiples responsabilités. Un 'Bureau de sept membres fut élu (1), chacun d'entre eux s'Intégrant dans les quatre commissions créées : Informatlon-propa-, gande manifestations, questions Juridiques, 'jeunesse. Le Comité s'accorda un mois de délai afin d'accomplir les formalités nécessaires, préparer la campagne d'adhésions et d'abonnements à • Droit et Liberté -, diffuser bulletins et circulaires du Mouvement, populariser son action dans la presse locale, établir de nouveaux contacts avec les personnes ou organisations sympathisantes, organiser des manifestations. Une nouvelle réunion plénière, le 2 février, permit de ,faire le point des progrès accomplis. La Journée Internationale du 21 mars allait donner au Comité l'occasion de se trouver un motif d'encouragement pour manifester. Il fut décidé d'organiser, avec le concours des Clubs Unesco et des Maisons des Jeunes et de la Culture de Dijon, une séance cinématographique publique, avec 'la projection du film de Joseph Losey • Haines - suivie d'un débat sur le racisme. Dès lors, une campagne d'information et de propagande se développa immédiatement sur plusieurs fronts : - Tran:om ssion ['ux Hl candidats à la députation nu dép'll"tement, de la lettre les invitant à se prononcer sur les projets de lois antiracistes. - Diffusion aux chef d'établissements scolaires d'une centaine de circulaires avec l'appui officiel du Rect641r et de l'Inspecteur d'Académie de Dijon. - Prise de contact avec une vingtaine d'organisations, mouvements, syndicats, partis et associations leur donnant une information sur le M.R.A.P. et popularisant l'appel de l'O.N.U. - Diffusion massive de tracts et affiches annonçant la manifestation organisée par le Comité, en exposant ses objectifs. Grâce à cette préparation qui requit le concours de tous les militants, la séance obtint un remarquable succès. Six cents personnes répondirent à l'appel du Comité, parmi lesquelles de nombreuses personnalités représentant les milieux ou tendances idéologiques et philosophiques les plus divers. Parallèlement, une exposition présentant ouvrages et documents sur le racisme, la vente de nombreux exemplaires de « Droit et Liberté D, de multiples entretiens complétaient l'action du Comité qui commence à porter ses fruits en profondeur : plus de cinquante adhérents, davantage encore d'abonnés, une audiehce qui se confirme. Enfin, après avoir délégué son secrétaire aux pourparlers préliminaires en vue de l'organisation à Dijon d'une démonstration placée sous le patronage du Comité d'action pour la paix au Vietnam, le Comité local du M.R.A.P., s'appuyant sur la déclaration du 2 novembre : cc Vietnam, un nouveau génocide? » - qui fut reprodUite et largement diffusée - confirmait le 28 avril sa participation à la manifestation qui a eu lieu le samedi 6 mai avec un plein succès. 2.500 personnes environ ont défilé ce jour-là en silence dans les rues de la ville pendant une 'heure et demie, pour se rassembler ensuite place Wilson où un orateur du Mouvement de la Paix les haranguait longuement. Voilà un premier bilan qui, s'il est loin d'épuiser le potentiel d'action du Comité local, lui a donné le goût de servir une juste cause en prenant conscience de ses possibilités. J!lcques MALSAN, Secrétaire du Comité du M.R.A.P. de Dijon. (1) M. Oehaussy, professeur à la Faculté de droit, Qui Jouit à Oljo" d'une large estime. acceptant la .présldence. PRÎ1T A PORTERa UNE ASSEMBLÉE CONTRE LE NÉO-NAZISME I L y a environ un an et demi, quelques-uns des plus dynamiques, des plus jeunes et des plus renommés parmi les créateurs et fabricants du « prêt à porter» décidaient de créer un Comité d'Action Antiraciste. ' Et le 26 avril dernier, le Comité réussissait la gageure de réunir pour la troisième fois dans cette brève période, près de deux cents personnes dans la grande salle des Ingénieurs des Arts et Métiers. Daniel Vogelhut, secrétaire du Comité, adresse quelques mots d'accueil à l'assistance avant de céder la parole à Charles Palant. «A en juger par le public qui a répondu à votre invitation - souligne le secrétaire général du M.R.A.P. - on constate avec plaisir que le dyna. misme du Comité Antiraciste du Prêt à Porter ne se dément pas. Le mérite de ses animat~urs rejaillit d'ailleurs sur votre corporation toute entière, car il témoigne de l'intérêt que vous prenez tous au développement de notre lutte contre le racisme. La part prise par nos amis du Prêt à Porter rejoint en un même et impétueux courant l'oeuvre que poursuit le M.R.A.P. ( __ .).» Déceler les causes du mal Puis, Charles Palant brosse un tableau rapide des manifestations réalisées ou suscitées par le M.R.A.P. à l'occasion de la première Journée Internationale, le 21 mars : conférences" soirées de cinéma, de théâtre, meetings, expositions, concours de disserté;! tions; de dessins, pétition pour une législation antiraciste... et enfin, la grande soirée du Palais de Chaillot. Après avoir rappelé la manifestation du 5 décembre contre le néo-nazisme, Charles Palant souligne encore : «Depuis le début de 1967, et parce que nous y avons été encouragés par le Comité Antiraciste du Prêt à Porter, nous avons pris sur nos épaules la charge de refondre entièrement notre revue ct' Droit et Liberté D dont la nouvelle formuie est acueillie partout avec sympathie» ( ... ) C'est alors la projection des deux séquences diffusées à l'émission Zoom il y a quelques mois dans le DROIT ET LIBERTE • No 263 • JUIN 1967 A la tribune de la soirée, Roger Maria, Solange Pelta, Charles Palant, Daniel Vogelhut, Daniel Heëhter: julien Aubart, Jean Kolpa. cadre d'unè enquête sur le néonazisme en Allemagne. La puissance évocatrice de ces deux films, les réminicenses et les inquiétudes qu'ils peuvent légitimement . faire naître permettent au conférencier de la soirée, Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A.P. d'enchaîner tout naturellement : « Nous devons non seulement déceler les causes du mai, ses symptômes, mais aussi, mesurer nos responsabilités sans considération de celles des autres, fussent-elles très graves. Notre indignation doit nous conduire à un eng~gement: comment freiner et faire cesser un processus fatal que nous connaissons bIen." « Comment peut-on aider? » «Le N.P.D." explique Roger Maria, «qui vient d'obtenir des sièges parlementaires dans deux nouveaux Etats, et dont les divergences sont secondaires, comparables peut-être à celles qui opposèrent Hitler d'abon! aux frères Strasser, et ensuite au S.A. Roehm, le N.P_D. donc, prépare «un parti de cadres destinés à diriger les couches en état de décomposition sociale, prêt à surgir à l'occasion d'une crise politique, économique, intérieure ou internationale. D Après une brève parenthèse sur la carrière d!Adenauer, Roger Maria met l'accent sur la continuité du M.R.A,P. qui n'a jamais failli à sa mISSIon: savoir et faire savoir, agir et mobiliser. «Mais il importe que le M.R.A.P. - poursuit-il - franchisse une importante étape organisationnelle et abandonne des méthodes encore artisanales pour recourir à des méthodes plus modernes. » Le débat s'instaure très vite, véhément, animé, passionné même! Les questions fusent de partout: - Comment peut-onaider? - L'antisémitisme en France est-il plus vintlent, plus important qu'avant la guerre? - Exlste-t-il une législation antiraciste efficace? - Que faire en cas d'Insultes et voles de faits? etc. -+ 35 -+ Les réponses partent de la tribune et de la salle. _ Aider? En signant des traites, des chèques, s'écrie Sam Rykiel. Charles Palant déplore dans sa réponse les insuffisances dt: . l'arsenal Juridique, que nos propositlOns tendent à renforcer, et conseille de recourir aux avocats du M.R.A.P. dans tous les cas de litiges raCiaux. Il évr que la grande diversité des moyens d'action utilisables, selon les circonstances. Puis, c 'est Daniel Hechter, direct, spontané: _ Je ne veux pas faire de discours, mais vous dire seulement ,que nous avons besoin d'argent pour «Droit et Liberté », pour les manifestations, les actions à , venir ••• Quelqu'un dans la ~alle : _ Vous avez le micro, commandez! Cette recommandation pleine de bon sens se peI;d dans le brouhaha des approbations. Et c'est le cri du coeur de Julien Aubart : _ Il n'est pas pensable que nous n'ayons pas les moyens! Nous devrions être dix fois plus, mais de toute façon, nous ne pouvons pas nous disintéresser du travail déjà réalisé ou à faire. Il faut y intéresser beaucoup d'autres. Nous devons continuer cette action nécessaire 'à notre vie, cette action qui nous rend plus f()rts. La soirée sera un succès complet, moral et financier. Une seule illustration pour conclure: ~e gardien de la salle qui avait disposé les tables et les micros avant la séance, est venu remettre au Comité la gratification qu'il avait reçue, s'excusant de donner si peu, mais désireux de , verser cette somme au fonds de la lutte contre le racisme. • CONFERENC~S Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. a pris la' parole- à une soirée organisée à Lyon par diverses organisations Juives, à l'occasion du , 24' anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie. Sous la présidence du Grand _ Rabbin J. Kling, ont , pris, également la parole: le Dr Reich, du Congrès Juif Mondial, et M. Joseph Kam, au nom des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs. Une conférence de M. Jacques Delarue: • Les nazis parmi nous. Réalité et danger d'une renaissance' du nazismea eu lieu à Nimes, le 26 avril, sous l'égide du Comité local du M.R.A.P. et du Cercle nimois de la Ligue de l'Enseignement. C'est la dernière en date des initiatives multiples prises', ces derniers temps par notre comité, et dont nous donnerons un compte rendu · détaillé dans notre prochain numéro. ' A Aix-en-Provence, après diverses manifestations organisées le 21 mars, et qui ont rencontré un vif succès, le comité local du M.R.A.P. a suscité une conférence- débat sur les Gitans (13 avril) ,et une conférence de M. le pasteur de Pury (10 mai) sur le thème: • Signification universelle et p'ermanente de la Résistance -, à l'amphitéâtre de la Faculté. • POUR LA PAIX AU VIETNAM Différents 'comités locaux, notamment ceux de Champigny, Bourg-la-Reine, Nanterre, Dijon, Paris-1S', Paris-20", Rouen, Nîmes, Agen, Lille, ont pris part, ces dernières semaines, à des réunions et , manif~stations pour la paix au Vietnam. Charles Palant, secréta~,. . général du M.RAP., et plUSieurs me"l'lfures du Bureau National . ont p/1rticlpé aux • Etats Généraux 'de la paix au Vietnam -, les 20 et 21 mal, salle PI~ye', à Paris. Le carnet de D,L: Le grand rabbin Kaplan élu membre de l'Institut L'Académie des sciences morales et politiques a élu le grand rabbin Jacob Kaplan au fauteuil de Georges Duhamel. • Le grand rabbin de France qui, depuis 1955, est à la tête de la plus importante communauté juive d'Europe après celle de l'U.R.S.S., s'est illustré pendant , les demt . guerres par sa brillante conduite et en particulier par sa lettre de protestation qu'il adressa en 1941 au commissaire général aux questions juives, Xavier Vallat pour s'élever contre la politique de discrimination du gouvernement. Il est l'auteur de nombreux ouvrages_ Nous lui présentons nos sincères et respectueuses félicitations. Nos deuils Notre ami Paul Guyard, secrétaire du comité du M.R.A.P. de Champigny vient d'avoir la douleur de perdre son père M. Francis GUYARD. Nous lui adressons ainsi qu'à sa famille nos condoléances émues. Naissance Nous apprenons avec JOIe 'la naissance de Sandra, petite-fille de nos amis Suzanne et Lo.u~s KATZ à Audincourt. Mariage Nous avons le cer le mariage de Hervé KERIEN GNARD. plaisir d'annonnos jeunes amis et Annie GUINous leur exprimons nos affectueuses félicitations et formulons pour eux des voeux très sincères de bonheur. . BULLETIN. D'ADHÉsioN PRESIDENT D'HONNEUR : Léon LYON-CAEN (Premier Pré81dent Honoraire ' de la Cour de Cassatlon): PRESIDENT: Pierre PARAF; SECRETAIRE GENERAL: Charles PALANT. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI . Georges AURIC. Cl'aude AVELINE Robert BALLANGER. Roger BASTIDE. Jean CASSOU: Almé CESAIRE, Diomède CATROUX Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT! Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD, Hen" FAURE, Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles-André JULIEN, Alfred KASTLER , Joseph KESSEL, Alain , Le LEAP, Michel LEIRIS Jeanne LEVY, André MAUROIS, Darius MILHA'uD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU , Jean PAINLEVE, Jean PIERRE-BLOCH, Marcel PRE, NANT, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Françoise ROSAY, Armand SALACROU , Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. _ Robert ATIULY, Vincent AURIOL, Georges DUHAMEL, Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, . Frédéric JOLIOT-CURIE, Jean LURÇAT, Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER, André SPIRE, Cha· Approuvant le combat de ;( Droit et Libe~té ,. et désireux de soutenir l'action contre le racisme, "aniisémitisme et pour la paiX, j'ADHERE AU M.R,A,P., Nom , . . . · ·· · , · ··, · · , ...... , ... . . . .. . Prénom . .. . , . .. . · ··, ·· .. ·· · · · ·· ·· ·· , · . Profession . . . ....... .. .. . . . .. .. .. . . . . ... .. . .. ....... . . . .. Adresse, . ' . ' . ' . ' , . . . . . .... . . ... ... ..... . .. . ...... .. . ", ... ... ' . , .. . . Je vous envoie, à cet effet, la somme de .. .. , .. ... ... ... (1). Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P. , ... • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comit,és 'locaux ou professionnels. (1) Da 1 ~ 10 F: Ami du M.R.A.P.: de 11 • 50 F: Souscripteur; de 51 il 200 F: DonllteUr; au-dessus de 200 F: Bienfaiteur. , (2) Rayer les mentions Inutiles. nolne Jean VIOLLET. MOUVEMENT CONTRE LE RACiSME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M,R.A.P,~ ------....1\ ... __ ~---- 3D, rue des Jeuneurs - Paris (2") - Téléphone: 488-09-57 - C.C.P.: 14-825085 PIIrl. . ,,' CIlIIIER NUANCES Je viens de recevoir Droit et Liberté de mai contenant l'interview que j'avais donnée à votre collaborateur Georges Chatain, à propos de l'Afrique du Sud. Permettez-moi de vous signaler deux petites inexactitudes de transcription, erreurs banales, courantes, certes, mais qui me paraissent avoir leur importance. Je n'ai pas dit que Mosley est un « nazi » car cela n'est pas exact. Mosley est un . fasciste, ce qui est légèrement différent. Je n'ai pas dit non plus que Skorzeny est un « criminel de guerre » car cela n'est pas non plus exact. Il a été. poursuivi comme criminel de guerre mais n'a finalement pas été condamné. C'est un ancien S.S. et cela est stiffisant. Ce sont là, évidemment, des nuances, mais je crois qu'il faut toujours être aussi exact et pré~is que possible. Jacques DELARUE DIALOGUE AVEC UN ASSASSIN Vous êtes sans doute au courant de l'émission qui a eu lieu le vendredi 5 mai sur Auschwitz à la télévision. Après avoir montré les lieux du camp et donné le témoignage d'anciens déportés, on a eu le « courage » d'interroger un ancien médecin 55 du camp établi bourgeoisement médecin de campagne. Les questions posées par le journaliste étaient honteuses ' et de même les réponses, quand ce docteur a déclaré qu'il n'avait « aucun remords » et gue Mengelé, 'lu'i,l connaissaIt bien, n'en avaIt pas non plus. Je sup- DROIT ET LIBERTE - N0 263 - JUIN 1967 pose que beaucoup de familles de déportés ont eu du mal à admettre un tel dialogue avec un assassin. S. KATZ, 25 - Audincourt Le père de S. Katz, âgé de 70 ans, et plUSieurs autres proches sont morts en déportation. AU LYCEE En début d'année (scolaire), je vous avais contactés et vous m'aviez aimablement envoyé toute une documentation sur la lutte antiraciste. Une réflexion a été menée, pendant un mois et demi, avec les élèves de 3" (jeunes filles du Cours Libre de Tournon). Ces jeunes filles ont elles-mêmes dépouillé les documents, les ont triés et se les sont présentés en ma présence et les ont discutés. Des professeurs ont ajouté une documentation prise dans la Vie Cathollque illustrée de décembre 64 ou dans les journaux de 65, à l'occasion de la lutte du pasteur Luther King et de son prix Nobel... Je me suis donné quelques jours avant de tirer les conclusions. Vous m'aviez invité à vous les communiquer, je le fais volontiers en guise de remerciement. .10 Le sujet les passionne; il est dans l'air; d'avoir pu sur la question s'exprimer justement les a mises à l'aise. 2° Les filles sont consciemment antiracistes, et cela, « farouchement ». Ce qui les met en colère, ce sont les faits plus que les idées: c'est normal et c'est heureux ... 3° Consciemment et farouchement antiracistes, c'est ambigu. La fureur tourne vite au racisme et, inconsciemment, on y a quelque penchant. 4° Les autres classes ont parlé du racisme; les plus Jeunes plutôt impressionnées, les plus âgées plutôt étonnées de cette prise en . main de la question par des 3". Abbé Pierre BALAY, 07 - TOURNON Droit et Liberté m'intéresse de plus en plus. Je le fais circuler et au 'besoin je l'affiche dans la salle des professeurs et ma fille commence à s'intéresser aux problèmes évoqués. Mme CAYZAC ALGER (Algérie) PRIERE A UNE JUSTE CAUSE Notre amie, Mme H. Bougoin-Moudrova, membre du Conseil National du M.R.A.P. qui a dû, pour des raisons de santé cesser son enseignement au lycée Jeanne d'Arc à Rouen, nou~ adresse ce poème que nous nous faisons un plaisir de publier. A mes élèves du Lycée Jeanne d'Arc, de Rouen, leur professeur de philosophie. Vivez, oh! vivez donc vivez' longtemps ' ô vous les gens de bièn! Homme de bien tendre et pensif adolescent révolutionnaire et soldat volontaire, père, comme tes Mains de tireur d'élite et de ponctu-el lanceur de grenades ont ,soudain à jamais perdu le pouvoir de Délivrer et de Défendre - et même si mon coeur d'enfant sous le couteau de l'épouvante comme une biche forcée ô pitié dans ma poitrine battait la chamade Comme elles sont inertes tes mains - elles si fortes, elles si bonnes - depuis que la lourde argile d'Argonne' les a eu Recouvertes ! Mais qu'attendez-vous donc pour que -survivent par vous les enfants (fragiles pousses vertes, tendres rameaux porteurs de roses) mais qu'attendez-vous donc pour vaincre et pour survivre ô gens de bien ? Mais qu'attends-Tu pour triompher - ô Juste Cause! SOYONS PRECIS Je me 'permets de vous faire observer que votre article « Connalsj;ez-vQUs l'hérédité? ,. (n° 262, mai 1967) apporte des réponses erronées à quelgues-unes des questions qU'lI pose très pertinemment, et défend à l'aide d'arguments très contestables une cause par ailleurs excellente: Question 3. - Si vous avez bicn raison de rappeler qu'il n'existe pas, concernant leurs aptitudes mentales innées, de différences significatives entre les races humaines, il est faux que « les progrès de la biologie et de la psychologie concordent pour démontrer que, dans la formation du psychisme et des particularités mentales d'un etre humain, le milieu joue un rôle plus grand que l'hérédité » (voir question n° 5 !) Question 4. - La pigmentation d 'un enfant ISSU de parents dont l'un est « blanc pur » et l'autre « noir pur » sera, obligatoirement, « intermédiaire ». C'est l'union entre deux métis qui peut donner aux enfants des Die;mentations très diverses, éventuellement b eau cou P plus ou beaucoup moins accentuées que les parentales, selon des probabilités qui d'ailleurs sont très différentes de celles que vous indiquez. Question 5. - Il est démontré et incontesté que les aptitudes mentales sont déterminées par la constitution génétique, le milieu intervenant seulement, parfois puissamment, pour les révéler plus ou moins complètement; mais aucune action du milieu ne peut les développer au-delà de leurs limites constitutionnelles. Professeur Robert WEILL 33 - TALENCE. SYMPATHIQUEMENT Réabonnement, merci. Bon courage. Votre journal est bien fait et intéressant. J. WALTER, Foyer protestant 69-LYON. La nouvelle formule de votre revue est très bien. Avec toute ma sympathie. A. REICHMAN, 38 - GRENOBLE. Babl Jar, c'est un faubourg de Kiev, la capitale de l'Ukraine. En septembre 1941, 70 000 Juifs y furent massacrés, en l'espace de quelques Jours. Les massacres continuèrent au cours des mols suivants : prisonniers politiques, réslstant~l suspects russes ' et ukraInIens y tombèrent par dIzaInes de Dlllliers... Au total, Kiev (six cent ml11e habitants à l'époque) perdit, sous l'occu· patlon nazie, le tiers de sa population. Babl Jar fut chanté naauère par le poète Evtouchenko. Aujourd'hui. c'est l'écrivain Anatoli KOUznetsov qui publie un livre sur les massacres de Babl Jar. Koumetsov avalt 12 ans à l'époque, et les souvenirs qu'U en garde sont IndélébUes. Babi Iar, d'abord paru en U.R.S.S. dans la revue Iounost (Jeunesse), vient d'être publié en France (1). Voici, au début, le récit des exterminations de septembre 1941. Anatoli Kouz· netsov a recueilli les souvenirs d'une survivante du massacre, Dina Mlronovna Pronltcheva, actrice au théâtre des marlon· nettes de Kiev. Les juifs viennent d'être rassemblés hors de la v111e; Us croient qu'Us vont être déportés vers l'A1lema~e; brutalement, ~a1ns prennent conscience qu'Us sont rassem· blés loin de la 'gare, et qu'aucun moyen de transport ne les attend. (1) Aux Editewrs Français Réunis, 21, rue de Richelieu,Paris-l··. Traduction d'Andrée Robe!. Prix: 18 F. E LLE se dirigea vers la clô~ure. Il ~ avait, là , de nombreuses personnes qUi réclamaIent 9.u on les laissât repartir. Mais la foule affluaIt en sens inverse. Le moustachu à chemise brodée était toujours en train de vociférer des ordres. Dina se glissa jusqu'à lui et tenta d'expliquer qu'elle venait d'accompagner ses paren~s , ses e~fants étaient restés en ville; elle le pria de la laIsser sortIr. Il exigea son passeport. Elle le lui donna. Il regarda la rubrique « nationalité » et s'exclama: _ Ah! la sale, petite youpine! En arrière! Ce fut alors que Dina comprit une fois pour toutes qu'on massacrait les Juifs. Elle se mit à déchirer convulsivement son passeport en minuscules morceaux. Elle les éparpilla sous les pieds, .à droite, à gauche. Puis elle revint vers ses ~arents" malS elle ne leur dit rien pour ne pas les affoler prematurement. Bien qu'elle fût sans manteau, elle avait extrêmement chaud. Il y avait beaucoup trop de monde, une foule dense, en sueur des enfants qui avaient perdu leurs parents hurlaient · ~ertaines personnes déjeunaient, assises sur leurs ballot~. Une idée subite lui traversa' l'esprit: « Comment peuvent-ils manger? Comment se fait-il qu'ils n'aient pas encore compris? » A ce moment jaillirent des ordres, .des cris, on fit leve~ tous ceux qui étaient assis, on les fIt avan~er; ceux qUi étaient derrière poussaient et cela formaIt une ql.!-eue absolument insensée. Ici, on déposait certaines des affaIres, là les autres ' on se mettait en rang au milieu de la bousc~ ade. Dans' ce chaos, Dina perdit ses parents et, regardant autour d'elle, elle s'aperçut qu'on les conduis~it que.lque part en groupe, tandis que devant elle, la flle etaIt immobilisée. Dina et ses compagnons restaie~t ~el?out à at~endre. r:lle tendit le cou pour comprendre ou etaIent partls, son pere et sa mère. A ce moment, un colosse allemand s approcha d'elle et lui dit: - Viens coucher avec moi. Je te laisserai partir. Elle le regarda comme s'il se fût agi d'un dément et il tourna le dos. Enfin, on fit avancer son groupe. Le brouhaha s'était apaisé, tous se taisaj.ent comme hébétés, et, pendant un assez long moment, la foule avança en silence entre une double haie de nazis. Dina aperçut . un peu plus loin des cordons de soldats tenant des chiens en laisse. Elle entendit une voix dans son dos: - Mes enfants, aidez-moi, je suis aveugle. Elle prit le vieillard par la taille et le soutint. - Grand-père, où est-ce qu'on nous emmène? - Ma petite, dit-il, nous allons rendre notre dernier hommage à Dieu. A ce moment-là, ils pénétrèrent dans l'étroit passage ménagé entre deux rangées de soldats et de chiens. Ce couloir était étroit, un mètre cinquante environ. Les soldats se tenaient épaule contre épaule, les manches -retroussées, tous armés de matraques en caoutchouc, de gourdins. Et les coups pleuvaient sur ceux qui défilaient entre eux. Il était impossible de se protéger ou de parer les coups d'une violence extrême, qui mettaient le corps en sang, s'abattaient en grêle sur la tête, le dos, les épaules, de gauche et de droite à la fo~. Les soldats hurlaient: « Schnell, Schnell! » et riaient à gorge déployée, comme s'ils s'amusaient beaucoup; ils se débrouillaient pour porter les coups les plus violents aux endroits sensibles. Tous ses compagnons se mirent à crier, les femmes à pousser des glapissements, Comme un panoramique de cinéma, Dina vit défiler sous ses yeux un garçon qu'elle connaissait bien, qui habitait dans sa rue, genre intellectuel, bien habillé; le jeune homme sanglotait. Elle , vit des gens tomber. On lâchait immédiatement les chiens sur eux. Un homme était en train de se redresser en hurlant mais certains restaient à terre et, comme la foule poussa'it parderrière, les gens marchaient sur leurs corps, les piétinaient. Les ténèbres envahirent l'esprit de Dina, elle se redressa leva bien haut la tête et avança comme si elle eût été e~ bois, sans se pencher. Elle reçut probablement des coups sauvages, mais elle ne sentait rien, seules ces paroles martelaient sa tête: « Je ne dois pas tomber, pas tomber ». Complètement affolés, ses compagnons débouchèrent sur un espace délimité par les cordons de troupes, une sorte de rond-point envahi par l'herbe. Toute cette herbe était jonchée de vêtements, de chaussures, de linge. Les policiers ukrainiens '(à en juger par l'accent, ils n'étaient pas d'ici, mais d'Ukraine subcarpathique) s'emparaient brutalement des victimes, les battaient, hurlaient: - Déshabillez-vous! Vite! Vite! . Ils .arrachaient de fo:ce . leurs vêtements à ceux qu'ils Jugea,Ient trop lents, dIstnbuant les coups de pieds, de DROIT ET LIBERTE • No 263 - JUIN 1967 UR récit d' ARGtoU Kou~Bet.o v casse-tête, de gourdins, ivres de haine, en proie à une sorte de r~e sadique. Il était évident que toute cette mise en scène visait à empêcher la foule de reprendre ses esprits. De nombreuses personnes gisaient nuées et ensanglantées ... (Puis les prisonniers sont di1(isés en plusieurs groupes et conduits vers une tranchée sableuse qui mène à la carrière proprement dite.) Dina se trouvait approximativement dans le second groupe. Elle traversa le couloir cre\lsé dans la paroi et vit apparaître une carrière de sable aux parois presque verticales. Il faisait déjà presque nuit. Dina distinguait mal cette carrière. Les condamnés, en file indienne furent rapidement envoyés à gauche, sur un surplomb extrêmement étroit. A gauche il y avait la paroi, à droite le vide. Le surplomb avait vraisemblablement été aménagé spécialement pour la fusillade; il était si étroit que ceux qui y marchaient se plaquaient instinctivement contre la paroi sablonneuse pour ne pas tomber. Dina jeta un regard dans l'abîme et elle sentit la tête lui tourner tant il lui parut profond. Sur le côté opposé de la carrière, elle put apercevoir des mitrailleuses en position de tir ainsi que quelques soldats allemands. Ils faisaient brûler un feu de bois où probablement ils réchauffaient leur dîner. Lorsque toute la file fut arrivée sur le surplomb, un des Allemands s'écarta du feu de bois, saisit sa mitrailleuse et commença à tirer. Plus qu'elle ne vit, Dina sentit les corps tomber du surplomb et la trajectoire des baUes s'approcher d'elle. Une idée lui traversa l'esprit: « tout de suite, c'est pour moi... tout de suite ... ». Et sans attendre, elle se précipita dans le vide, les poings serrés. ' Elle eut l'impression qu'elle volait pendant toute uqe éternité car elle tombait réeUement de très haut. Lorsqu'eUe toucha le sol, elle ne sentit ni choc ni douleur. Elle fut t0ut d'abord inondée de sang tiède, il lui coulait sur le visage, exactement comme si elle était tombée dans une baignoire remplie de sang. Elle gisait les bras en croix, les yeux clos. EUe perçut des sons caverne'ux, des gémissements, des hoquets, des pleurs autour d'elle et sous elle, car il y avait toujours de nombreux vivants., Toute cette masse de corps grouillait presque imperceptiblement, s'affaissait, se condensait sous les gestes des vivants qui s'effondraient sur eUe. COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours PARIS • 27~ 12·95 pour Hommes Femmes Enfants Pantalon à pont Blouson Brando VÊTEMENTS SPORT ET VILLE li) Vestes • Nylon IP Blousons a Velours • Cabans • Tergal fi Pantalons • Gabardine • Foam.Backs • Lainages • Pantalons à ponts • Imperméables • et toutes les nouveautés teen· agers • et tous les pantalons taille·basse et pantalons marins Catalogue sur demande ILGRO 35 Rue du Caire - Paris 2° - Tél. : 508-48-78 (10 ligne. grou",' DfSTRIQUTEUR AGRtt 1er ENTOILAGE DE FRANCE LA FERMETURE INCOINÇABLE COLORIFIC FIL INVISIBLE LA DOUBLURE DE DUAl/Tt BABJ JAR -+ Les soldats montèrent sur le surplomb et se mirent à éclairer le fond de la carrière avec leurs lampes-torches, tirant des coups de, pistolet sur, les c~rp.s , qUI le~r semblaient encore anime,s. PourtaQt, a proXImIte de DIna, une voix continuait à gémir très fort. Elle entendit marcher à côté d'elle sur les cadavres. C'étaient les Allemands qui étaient descendus et se penchaient sur les morts leur prenaient quelque chose, de temps à autre tiraient sur ceux qui remuaient. Le policier qui avait exam~né ses papiers et pris son sac était là, elle reconnut sa VOlX. Un S.S. trébucha sur Dina et elle lui sembla s~sp~cte. Il l'éclaira avec sa lampe-torche, la souleva, se rmt a ~a battre. Elle demeurait inerte comme un sac, ne donnaIt pas , signe de vie. Il lui appli9ua ~ coup de. botte dans la poitrine, marcha sur sa ,maIn drOIte au ~o~nt que les ~s en craquèrent, mais ne tira pas et poursUIVit son chemIn. Quelques minutes plus tard, elle entendit une voix en haut: - Allez, on y va, jetons la terre! Il Y eut un cliquetis de pelles, les coups sourds du sable atterrissant sur les corps, de plus en plus près d'elle et enfin, les pelletées de sable l'atteignirent. Elle fut ense~elie mais ne bougeait toujours pas, jusqu'à ce que sa bouche fût emplie de sabl,~' Comme elle gisa~t la face en l'air, elle avala: du sable, s etouffa et son esprit se refusant à fonctionner ,elle se débattit en proie à une · terreur atroce, préférant périr abattue par une balle qu'enterrée vive. De sa main gauche valide, elle écarta le sable; elle s.'asphyxiait, elle risquait de tousser d'un moment à l'autre èt elle employa ses dernières forces à étouffer cette toux. Elle se sentit mieux. Enfin elle se dégagea. Là-haut, ils avaient achevé leur travail: après s'être contentés de jeter quelques pelletées de sable, ils étaient partis. Le sable aveuglait les yeux de Dina. Il faisait noir comme dans un four, une odeur épouvanta:ble flottait dans l'air. Dina repéra la paroi de sable la plus proche et longtemps, très longtemps, elle !;e glissa précautionneusement jusque là, puis elle se leva, et de la main gauche creusa de petits trous, puis, plaquée à la paroi, creusant les trous, elle s'éleva pouce après pouce, risquant à chaque seconde de lâcher prise. Un buisson poussait en haut, elle le palpa, s'y accrocha désespérément, et tandis qu'elle franchissait le rebord, elle entendit une voix fluette qui faillit la faire retomber en arrière: - Madame, n'ayez pas peur, moi aussi je suis vivant! C'était un petit garçon, en tricot de corps et slip, qui s'était dégagé comme elle. L'enfant tremblait. - Chut, fit-elle, en lui faisant signe de se taire. Rampe derrière moi. Et ils rampèrent 'dans une certaine direction, silencieusement, sans le moindre bruit. J CONNAISSEZ-VOUS LA COLONISATION L'histoire de la colonisation est une discipline récente. Il n'y a pas si longtemps que. les 1ivres d'histoire les plus officiels et les plus. ft sérieux» ne parIaient que de la «mission civilisatrice JO . à propos d'un système qui ,a ruiné des civilisations, plongé des continents en· tiers dans le sous-développement. C'est pourquoi l'histoire de la colonlslltlon reste si mal connue. Voici quelques propositions qui, sans prétendre cerner un sujet aussi vaste, vous permettront de mesurer vos connaissances •. De 14 à 20 points, très bien. De 10 à· 14 points, assez bien. A moins de 10 points, vous devriez vérifier vos connalssal:1ces. DROIT ET LIBERTÉ • N° 263 • JUIN 1967 LE CONSEIL DE REVISION , • Bon pour le service -, dit le médecin militaire. Georges Grosz, dessinateur allemand très corrosif. vécut et illustra 'Ies années de guerre 1914-18, la révolution spartakiste, la répression, les années de crise et la montée de l'hitlérisme. Ce dessin, parut r.?1' 1920 dans un re.cuell intitulé Gott mit uns (Dieu ave,e nous). Georges Grosz est aussi un grand peintre, très représentatif de l'école expressloniste allemande, qui fut mise au pilori par les nazis qui l'accusait d'être • décadente - et • enjuivée _. 1 Délices du monde entier LES POMMES FARCIES La recette des pommes ·farcies vient d'Europe centrale. Elles peuvent ~tre servies en guise de hors-d'oeuvre ou comme plat de dîner froid. Il faut: 8 pommes moyennes, 200 g de rôti de porc ou de veau, 2 oeufs durs, 1 cornichon au vinaigre, 2 jaunes d'oeufs, 2 dl. d'huile, 2 petites cuillerées de moutarde, 2 petites cuillerées de sucre en poudre, 1 ou 2 pincées de sel, selon le goût, quelques gouttes de citron, 2 dl. de crème fraîche. Nettoyer les pommes, évider le milieu, et faire cuire en entier quelques minutes dans de l'eau sucrée à laquelle on a ajouté un zeste de citron. Retirer, laisser égoutter, préparer la farce. Hacher et mélanger la viande rôtie, les oeufs durs et le cornichon au vinaigre, ajouter quelques cuillerées de mayonnaise (la mayonnaise à la hongroise est assaisonnée de moutarde et de crème fraîche). Garnir ' les pommes évidées de cette farce, placer dans un .plat et . 'décorer avec la mayonnaise. 1. Le Llbéria est le seul pays d'Afrique à n'avoir jamais été colonisé ................................ . ....... . ... OUI NON 2 2. Avant d'être colonisé par l'Angleterre, le Pakistan fut un . des plus florissants royaumes .asiatiques ..... . . . .. . ... OUI NON 3 1,3. C'est la révolte des Boxers qui, en 1900, empêcha le partage ' de la Chine par les grandes puissances européennes ............... ~ ............... ....•......... OUI NON 3 4. Cuba fut colonie espagnole jusqu'en 1898, date à laquelle elle devint indépendante ..• ........ .......... . ....... OUI NON 5. La première guerre d'Indépendance menée victorieusement par une colonie contre sa métropole est celle de Haïti contre la France, en 1804 ...... .. .......... .. .. ·OUI NON 2 6~ Actuellement, le continent .asiatlque est totalement Indépendant ... .. .... .... ... ...... ....... .. . ............• OUI NON 7. La France, le Portugal, la Grande-Bretagne et l'Espagne s.ont les derniers pays à posséder encore des colonies OUI NON 2 8. La Syrie est une ancienne colonie française .. ..... ... OUI NON 1 . 9. Il a existé en Europe des pays colonisés OUI NON 3 10. L'assemblée des Nations Unies condamne formellement et explicitement la colonisation ........... . ....... . .. OUI NON 2 • 41 42 LA PUBLICITÉ ET « DROIT ET LIBERTÉ» Janvier 1967 a marqué une date importante pour notre «Droit et Liberté» transformé en une revue élégante, pratique, agréable à lire. Cette transformation s'est accomplie pour faire face aux exigences nouvelles de notre époque et nos lecteurs peuvent apprécier, au fil des parutions, l'effort fourni au sein de notre Mouvement pour parvenir à ce stade. Bref, tout cela n'a pu se faire qu'en mettant en oeuvre toutes nos ressources, tant en énergie, bonne volonté, collaboration de nos amis, avis des lecteurs pour établir le «Numéro Zéro ». Ensuite nous avons fait appel à une imprimerie moderne pour obtenir un tirage de qualité. Le papier de qualité supérieure, le rendu des documents, du texte et des photos donnent une résonance nouvelle à nos articles et enquêtes. Vous avez J?u constater une augmentation du volume de la publicité sans que celle-cl empiète ou intervienne sur le contenu de notre magazine. Nous avons tenu à ce que l~ publicité présentée à nos lecteurs corresponde à ce qu'ils peuvent rechercher et toute précaution est prise pour qu'elle soit un moyen d'inJorm'ation et non d'intoxication. Des annonceurs, et non des moindres, considèrent notre revue comme un support valable pour l'audience publicitaire qu'ils peuvent y rencontrer auprès de nos lecteurs et de leurs familles. AMIS COMMERÇANTS, ARTISANS, INDUSTRIELS, considérez également «Droit et Liberté» comme un support pouvant vous intéresser et assurer le développement de vos possibilités. Réciproquement, nous demandons à nos lecteurs de faire confiance à nos annonceurs en leur accordant la préférence de tous leurs achats. La publicité dans «Droit et Liberté» est également, à notre avis, un moyen efficace pour aider à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix; c'est encore· soutenir notre action vers une meilleure compréhension mutuelle, une amitié sincère entre tous les hommes de bonne volonté. Bernaro KORSAKISSOK, Chef de publicité. CONNAISSEZ-VOUS LA COLONISATION? 1. NON. Le Llbérla, fondé en 1822 par des esclaves affranchis revenus d'Amérique en Afrique, resta colonie des Etats-Unis jusqu'en 1847. Elle acquit à cette date son Indépendance politique, mais reste, depuis, très liée économiquement à son ancienne métropole. Il n'y a pas un seul pays d'Afrique qui ait échappé à la colonisation, 2. NON. Le Pakistan n'existe que depuis 1947. Lorsque les Anglais durent abandonner leur empire des Indes, Ils le divisèrent en regroupant les musulmans dans deux territoires, Pakistan occidental et orientai, séparés géo\lraphlquement par l 'Hindoustan. Ils laissèrent ainsi des germes de divis ion qui leur ont permis de préserver leurs Intérêts. 3. OUI. France, Grande-Bretagne, Japon, Allemagne et Russie tsariste allaient se partager l 'Empire. La révolte des Boxers, atrocement réprimée, préserva l'unité et l'Indépendance du pays : les colonisateurs reculèrent devant les difficultés que laissaient présager cette révolte dans l'avenir. 4. NON. Elle devint ensuite colonie américaine, jusqu'en 1902 ; puis elle eut un statut de protectorat jusqu'en 1934. 5. NON. La première guerre d'Indépendance fut menée par les Etats-Unis contre la GrandeBretagne de 1775 à 1783. Il s'agissait là, il est vrai, d'une révolte de colons plus que de colonisés , Alors que la guerre d'Indépendance de Haitl contre la France fut menée par des colonisés et des esclaves, sous la direction du célèbre Toussaint Louverture.' 6, NON, La Grande-Bretagne possède l'enclave chinoise de Hong Kong, Aden, le sultanat de Brunél (enclave dans Bornéo), les archipels de Bahrein et les émirats de Qatar et des Trucial States (principautés de l'Arable du Sud) . Le Portugal possède l'enclave chlnolsf) de Macao et la moitié de l'île Indonésienne de Timor. 7. NON, Les Pays-Bas possèdent encore la Guyane hollandaise et quelques Antilles, et les U.S.A. Porto-Rico. 8. OUI. Elle est devenue Indépendante le 1" janvier 1944. 9. OUI. SI les pays des Balkans, conquis par les Turcs aux XVI' et XVIIe siècles, et occupés par eux jusqu'au XIX- siècle, ne furent pas à proprement parler des colonies mais plutôt des ethnies opprimées (ce qui est une autre réalité soclo·économlque), l'Irlande fut véritablement une colonie de la Grande-Bretagne, à qui elle arracha son Indépendance en 1921. 10. OUI. Dans plusieurs textes, et notamment dans la résolution sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raclal,e, • y compris les pratiques Inhérentes au colonialisme 0, VOYAGES BARBES 78, bd Barbès - Paris (18e ) Tél.: 076 09-00. a le plaisir d'informer ses nombreux CLIENTS . et AMIS de L'OUVERTURE DE SA SUCCUSALE DU MARAIS 2, rue Caron 2 - PARIS (4") (angle 86, rue Saint-Antoine) Tél.: 272 30-83 Les Lecteurs « DROIT ET et Amis de LIBERTE » y trouveront toujours le même accueil et le même service pour l'organisation de tous leurs voyages, ISRAEL - CANADA NEW YORK - POLOGNE Notre expérience domaine est une pour vous, dans ce référence GANTS - TETINES Chez votre pharmacien P.C,LI Il, rue Ferdinand-Gambon - Paris (2Qo) , b'onnes v'acances avec dans votre quartier. chez les meilleurs spécialistes de maillots'de lniin catalogue et~ste des dé~ositaires sur demande à Bilytis . B. P. 233-03· Paris R.P. LE GRAND ZOLA DU XXe SIECLE* édition nationale et définitive publiée sous l'autorité de la Société des Amis de Zola 15 VOLUMES RELIÉS PLEIN CUIR d'environ 1200 pages chacun sur QaQier bible PRIX SPÉCIAL DE SOUSCRIPTION: 26 F PAR MOIS La seule édition complète de Zola en 15 volumes (rel iés plein cuir, gravé à l'or fin 24 carats), et 18 000 pages sur papier bible. 20 % d'inédits. L'aventure d'une oeuvre, le film d'une vie. Pour la première fois, depuis quarante ans, on pourra lire du premier au dernier mot l'oeuvre du plus moderne de nos classiques. La vie de Zola, racontée par Armand Lanoux, ses romans, ses contes, ses lettres, ses articles sont illustrés par 2500 photos et gravures d'èpoque. Les photos, souvent, ont été prises par Zola lui-même. LA CRITIQUE ENTHOUSIASMÉE Zola aurait aimé les spécialistes qui, pour Tchou, s'occupent de son oeuvre Figaro Litteraire Une édition impressionnante L'Express L'intérêt de l'édition Tchou tient d'abord aux textes quasiment inconnus qui y sont rassemblés ... c'est la seule édition en cours qui puisse se réclamer du titre d'" OEuvres complètes » Le Monde Cette édition nationale etdéfinitive est la seule à bénéficierd 'unesubvention de la Caisse Nationale des Lettres. Etablie sous la direction d'Henri Mitterand, spécialiste n° 1 de Zola, d'après les textes originaux, elle est la plus riche de notes et de préfaces. Celles-ci ont été rèdigées par les critiques les plus compétents, de Michel Butor à Henri Guillemin. Les volumes (13 x 21 cm) sont maniables, élégants et sobres. Ils satisferont les bibliophiles les plus exigeants. "Article de J. PiaNe, : le Monde 15/1/67. UN CADEAU: .l' Jleeuse ••• ! lETTRE AU PRESIDENT DE lAREPUBlIQUE " J'accuse » : ce mot, jailli de la plume courroucée d'Emile Zola, vint un matin de janvier 1898 percuter le coeur d'une France déchirée par I!affaire Dreyfus. C'était le titre de l'un des plus grands textes polémiques de tous les temps. Ce document introuvable en librairie vous sera offert gratuitement en fac-similé à la taille réelle (tout un numéro de journal au format: 42 cmx60cm),sivous répondez dans les5jours. r--------------------------ëONP-ëü"R-ÜNË-OO-CUMEN-TinON-GRiTÜITE---------------------~-, à découper et à adresser au Cercle du Livre Précieux, 6, rue du Mail Paris 2e. NOM . . . . ... . ........ ... ... . .. PRÉNOM .... ... . .. . . .. ... ~ Veuillez m'adresser, sans aucun engagement de ma part, la luxueuse documentation gratuite concernant le seul Zola complet. ADRESSE . .... . .. . .. . .. ................. . . ... ...... . ... . . . ... . . . .. .. ....... . ... . ... . ... .. .. TÉL. .. .... . . . ... . . . . . N L _________________________________C_E_R_C_L_E_ _D_U_ _L_IV_R_E_ _P_R_É_C_I_E_U_X_ _(T_C_H_O__U_) _______________________________ ~

Notes

<references />