Droit et Liberté n°177 - décembre 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°177 (281) de décembre 1958
    • Saint-Quentin: odieuses brimades contre un enfant juif page 1
    • Nancy: la haine étalée sur les murs page 1
    • Algérie: vive inquiétude dans les milieux israëlites page 1
    • Charles Palant au gala du M.R.A.P. : l'union, notre espoir page 1
    • De Montmartre à Pékin (film le cerf volant du bout du monde) page 1
    • Vingt ans après la "nuit de cristal" le nazisme éclate au grand jour en Allemagne Occidentale page 3
    • En battant la campagne (électorale) par Louis Mouscron page 4
    • Il faut une législation plus efficace pour réprimer les activités racistes et antisémites par Me Georges Sarotte page 5
    • Radio: un dimanche d'espoir (diffusion de la pièce de Morena Casamance) page6
    • Brillante réouverture du Ciné-club: "Amitié" par Georges korenberg page6
    • Livres: La Lézarde de Edouard Glissant prix Renaudot page 6
    • Pour la maison d'Anne Franck: appel de Mme Marguerite Jamois, directrice du théâtre Montparnasse Gaston Baty page 6
    • Schoelcher et le deux décembre par Léonard Sainville page 7
    • A propos d'un récent article de "Droit et Liberté": Racisme et névroses (lettre de Me Sarotte)


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

DECEMBRE 1958 N° 177 (281 ) 50 FRANCS Le M.R.A.P. et JI DROIT ET LIBERTE " SAINT-QUENTIN: NANCY: la haine ... tJo.uâ â6Ubailltnl une bon ne odieuses brimades el/)euc.eu«Je racistes contre Récemment, dans la région de Nancy et de Lunéville, s'est développée une campagne insidieuse de diffamation contre les juifs, alimentée de toute évidence par les milieux d'extrême- droite. Plusieurs correspondants nous ont signalé ces tentatives de discréditer d'honnêtes citoyens, à raison de leurs seules origines, au moyen de calomnies largement colportées. un enfant juif cAnnée 1959 Bouffée de fanatisme moyenâgeux en plein 20' siècle? Vestiges de l'hystérie raciste qu'Hitler fit déferler sur l'Europe? ... On ne sait comment caractériser les incidents, étranges et odieux, qui se sont produits l'autre semaine à Saint-Quentin (Aisne). On hésite à croire tout d'abord. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence. Jugez plutôt ... Cette campagne a atteint son paroxysme à la veille du référendum, s'accompagnant alors d'inscriptions sur les murs, notamment à Nancy, que nos amis ont photographiées. Les nervis qui les ont réalisées s'appliquaient et prenaient visiblement leur temps : ils ne semblaient pas craindre d'être inquiétés ... . .. étalée sur les murs Rien n'a été fait, à notre connaissance, pour découvrir et châtier les auteurs de ces odieuses excitations Le 14 novembre 1958, un enfant de à la haine. 6 ans, le petit Henri Jacoubot demeurant à Saint-Quentin, 38, rue Danton, jouait sur le trottoir, en face de chez ses parents, comme il le fait souvent après l'école. Il se trouvait devant la boutique d'un boucher, M. JandraIn, 23, rue Danton. Le commis du boucher sortit, le traita de « sale juif », de « sale pollak », et se saisissant de lui, l'emporta dans la boutique, où M. Jandrain l'insulta à son tour, lui barbouilla le visage de sang, et l'enferma dans son frigidaire. L'enfant ne reparut chez lui, le visage sanglant, les vêtements souillés et déchirés, qu'une heure après sa disparition, ses parents, inquiets, l'ayant cherché en vain dans le quartier pendant ce temps. Le médecin consulté par la suite a constaté que le petit Henri Jacoubot était atteint d'une bronchite et de troubles nerveux, consécutifs aux traitements subis. Le M.R.A.P. saisi de cette affaire a dépêché aussitôt à Saint-Quentin un membre de son Bureau National, qui a pu enquêter sur place et constater l'exactitude des faits. Longuement interrogé, le petit Henri Jacoubot a confirmé, avec des détails nombreux et précis, l'odieux attentat dont il a été l'objet. Sans aucune hésitation ni contradiction, il avait également relaté les faits à la police. Il a même précisé - ce que ses parents ignoraient jusqu'alors - qu'à une autre occasion, Jandrain l'avait enfermé dans la niche de son chien, et le traitait fréquemment de « sale juif ». Ce oui est significatif de l'état d'esprit du boucher. Autre donnée particulièrement instructivé

après l'ouverture de l'enquête

par les pouvoirs publics, le sieur Jandrain a pénétré par surprise, le 23 novembre, chez M. Jacoubot et a tenté, en terrorisant l'enfant de lui faire dire que c'était son commis et non lui-même qui l'avait enfermé dans le frigidaire. Bien que tremblant de peur, l'enfant a maintenu ses premières assertions. Il les a confirmées encore, le 26 novembre, au Commissariat, au cours d'une confrontation avec le commis et le boucher; et ce dernier a dû (Suite page 2) Voici quelques échantillons de leur prose au-dessous d'une affiche « votez oui avec la Convention Républicaine », cette « explication » complémentaire

« •.• et ne faites pas

comme le youpin Mendès-Judas ». Ailleurs (avenue du Général-Leclerc) : « Mendès-Judas-Tel Aviv ose dire Niet au Français De Gaulle ». Ou encore : « Le youpin Mendès a de magnifiques . ancêtres! L'un d'eux a nom Judas! 1 Ses frères habitent Moscou et Tel , Aviv. Quel beau Gaulois! », etc ... etc ... 1-ALGÉRIE: VIve inquiétude dans les milieux israélites, « Au cours des dernières semaines, nous sont parvenues des informations assez alarmantes dont nous n'avons aucune raison de mettre en doute la véracité, faisant état d'incidents antisémites dans diverses localités d'Algérie. et plus particulièrement à Constantine. » Ainsi s'exprime, dans son numéro de novembre, le journal « Information raient arrêté un jeune Juif, accusé d'être responsable de l'incident évoqué plus haut. Relâché le soir même, puis arrêté à nouveau le lendemain, ce jeune homme aurait été finalement libéré sous caution. Ces interventions ont été suivies de fouilles, de vérifications d'identité et se sont accompa- (Suite page centrale) Généralisations abusives A Nancy également, nous relevons dans le journal ({ L 'Est Républicain» du 22 novembre, le compte rendu d'un procès, qui révèle une étrange volonté (Suite page 2) Juive », organe mensuel du Comité ~------------------------------------ Juif Algérien d'Etudes Sociales. Et il apporte, concernant cette dernière ville, les précisions suivantes : « A la suite d'une altercation ayant oppose, au quartier juif, rue Grand, de jeunes Israélites à un Musulman qui, en état d'ébriété, insultait gravement des femmes juives 1 J cet individu aurait alerté une unité de parachutistes stationnée dans le quartier ( .. .J. « Peu après, des parachutistes et des gardes mobiles se seraient rendus dans le quartier juif pt auraient ordonné aux femmes juives de sortir de leurs maisons et de laver les rues du quartier, prétextant que les Juifs salissaient ces rues à dessein. Cet ordre déplacé et insolent n'a, heureusement, pas été exécuté. Par ailleurs, ils au- Charles PALANT au gala du M.R.A.P. • L' UNION, notre espoir. • • Dans l'allocution qu'il prononça le 7 décembre, à la salle Pleyel, au cours du grand gala antiraciste organisé par le M.R.A.P., Charles PALANT salua tout d'abord, sous les applaudissements, tous les artisans du succès de cette magnifique soirée: Jacqueline Joubert et les artistes; le peintre Lorjou, qui avait illustré le programme; et aussi les militants dévoués qui avai.ent diffusé les billets et se dépensaient sans compter. Puis notre secrétaire général se livra à une rapide analyse de la situation présente, dont nous reproduisons ici les passages essentiels: C1Tlo.nlmactcl! ... a (j)ékin Les derniers mois ont vu d'importants événements se produire dans notre pays. la destruction du militarisme nazi, voyait l'armée allemande renaître, tandis qu'un général hitlérien venait commander à une partie des forces françaises. Pierrot, le gamin de Montmartre, et Souen Wou Kong, son opain de Pékin sont les deux héros du film de Roger Pigaut, « Le Cerf Vo. lant du bout du Mon de», qui vient de sortir à Paris. PetiLs et granQs seront enchantés par leurs aventures merveilleuses. Dédié \ l'amitié entre

lUS les enfants

'u monde, ce film, aux images admirables, s'est vu attri( luer cette année .me men t'on spc~; a!e nar le Jury du Prix de la Fraternité. Evénements qui ont souvent confirmé les appréciations portées par nous sur les dangers que nous avons vu grandir et s ' affirmer. La 4e République a succombé faute d'avoir vu ses dirigeants demeurer fidèles aux idéaux pour lesquels tant de femmes et d 'hommes avaient sacrifié leur vie dans les combats de la Résistance et de la Libération. Tout au long des années que nous venons de vivre nous avons vu s'élar' gir le fossé entre les espoirs, la volonté des masses populaires et l'action des gouvernements, délibérément contraire aux grands intérêts de la nation. Le peuple qui s'était battu pour la justice et le droit voyait revenir à la surface les hommes de la trahison vichyste. Le peuple qui avait combattu pour la liberté et la paix voyait se prolonger indéfiniment de sanglants et ruineuses aventures coloniales. Le peuple qui avait lutté et souffert pour l'indépendance française et C'est de tout cela que sont nées les conditions dans lesquel1es il a été possible de détruire la 4e République. Ce n'est pas la conscience du peuple français qui a été ruinée, c'est la confiance placée en des hommes bientôt pressés de tourner le dos aux promesses et aux engagements les plus solennels. Les observateurs politiques les plus autorisés ont souligné le rôle du racisme dans la dégradation de la 4e République. Le racisme exacerbé et favorisé par les milieux intéressés à la poursuito de guerres imbéciles et sans issue. L'antisémitisme renforcé par le. amnisties consenties aux « collaborateurs », et après lesquelles on voyait ceux-ci se reconstituer en ligues factieuses et bientôt disposer de puissants moyens. Et l'on connaît maintenant un cou- (Voir en page 8 la suite de l'allocution de Charles Palant, et le compte rendu de notre gala.) QUE SE PASSE-T-IL ? L!~ éeole deâ- • nee,Olâ. A chacun de ses numérGs « Jeune NatiQn», feuille infâme s'il en est, s'effQrce de reculer ~ejs bornes de lai gGujâterie rao,iste. Il vient, en la matière d'accomplir un CQUP d'éclat. ' SQUS le titre « La. saison des Prix », il publie cette nQte : « Lauréate du prix Fémina: un écrivain belge. Lauréat du prix Goncourt: un 'écrivam belge. Lauréat du prix Renaudot: un nègre. Les écrivains français à peau blanche sont invités à 'aller se faire couronner ailleurs ». Les critiques ne se fGnt pas faute, chaque\ année, de cQntester l'QPPQC tunité de telle GU telle distinctiGn littéraire. 'C'est nGrmai. Mais c'est bien' la première fQis - depuis la fin de la gu~rre en tQut cas - qu'un jQurnal se permet de justifier son pGint de vue par de's critères ra.cistes et xénGphobes. Il faut clGirE1 que « Jeune Nation» n'a l'ambitiGn de cGnvaincre que des ignares, de fGrm 'r des brutes, prêtes à tGut. Comme qUGi racisme est bien synGnyme de barbarie. On ne le savait que trGp, depuis cet~ sincère prQfession Ile fo~ d'un dignitaire nazi: « Quand j'ClIltenlls parlel1 :de culture, je SQrs mGn révolver! » ... Oncle TO:\l 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)4 mai 2010 à 12:37 (UTC)4 mai 2010 à 12:37 (UTC)~--4 mai 2010 à 12:37 (UTC)192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC) ...... RACISME ~ flllez coucl"e~ailletu- s ! .•. Des étudiants africains nous ont fait part, ces derniers temps, des difficultés particulières qu'ils rencontrent, dans le domaine du logement. Il existe, rue Soufflot, un organisme où les logeurs peuvent offrir des chambres aux étudiants. On peut s'étonner que cet organisme oficiel, le C.O.P.A.R., accepte d'établir des discriminations, en indiquant sur les fiches les chambres réservées aux « métropolitains » et interdites aux étudiants étrangers ou de couleur. Son rôle nous semblerait être, au contraire, de s'opposer de toutes les façons possibles au racisme des logeurs éventuels, d'autant plus que ceux-ci, en louant à des étudiants, bénéficient d'une exonération d'impôts sur la location. Nous comprenons l'amertume de nos amis africains lorsque, passant outre à ces barrières et trouvant une chambre vi-iblement inoccupée, ils s'entendent répondre' « C'est toué depuis une heure ... » ou même (ceci est authentique): « Puisque vous voulez être indépendants, allez cherchQr des chambres ailleurs ! ... » Ou alors, on leur en propose au prix fort, qu' il leur est impossible de payer en raison de 1;; modicité des bourses. C'est ainsi que, selon les chiffres officiels, -600 demandes de chambres déposées par des étudiants africains restent non-satisfaites (alors que 1.500 vivent à Paris). Le fait de se trouver très loin de leurs familles ne peut évidemment qu'aggraver leur situation. AUSSI EN APPELONS-NOUS A TOUS NOS LECTEURS pour qu'ils aident, selon leurs possibilités, les étudiants d'outre-mer à troluvcr d.ls chambres. N:luS souhaitcr:s aussi que les étudiants mét,'opolitains f"ssent tout leur possible pour aider à creer autour de leurs condisciples, victimes du racisme, un climat d'amitié, conforme aux traditions généreuses de l'Université française. ~ Les 'n.èntes la,-ules Le racisme a joué un rôle indéniable, nous semble-t-il, plus que tout autre sentiment, dans le geste meurtrier de Claude Crevel, qui vient de comparaître devant les assises de Versailles. L'autoritarisme exacerbé d'un jeune patron jaloux de ses prérogatives, ne suffit pas à expliquer le renvoi de l'ouvrier consciencieux qu'était Sadou, le refus de lui payer son dû et lorsqu'il vient dignement le réclamer, son assassinat. Parler de légitime défense contredit tout ce qu'on sait des événements et du caractère de Sadou, d'autant plus que Claude Crevel reconnaît avoir poursuivi sa victime, déjà blessée, pour l'achever. Mais voilà, Sadou était musulman; et il ne fait pas de doute que, non content d'exploiter son travail pour un salaire des plus modestes, Crevel éprouvait à son égard une haine aveugle, inspirée essentiellement par les origines raciales du malheureux ouvrier. Certains propos tenus à l'audience par les parents de l'accusé, qui ont provoqué l'indignation de l'avocat général, confirment à quel point, dans la famille, on pouvait mépriser « les Arabes », sur la base de préjugés aussi ridicules qu'odieux. Ces attitudes que peuvent expliquer l'ignorance, la faiblesse d'esprit, le désarroi ou la douleur, on s'est étonné de les voir cautionner, de sang-froid, par le défenseur, qui n'a pas craint de reprendre dans sa plaidoirie un certain nombre de thèmes plus ou moins racistes. « Ne vengez pas Sadou, messieur3, mais sanctionnez Crevel, devait s'écrier l'avocat général Toubas dans son réquisitoire. Accordez-nous l'égalité de la justice. Il faut juger les hommes quelS qu'ils soient, quelle que soit la victime, à quelque méridien que l'accusé appartienne. La justice doit demeurer égale... Si les Arabes, Crevel, un cri différent lorsqu'ils meurent, ainsi qu'on nous le disait hier, les filles des Arabes savent pleurer elles aussi... » Les jurés entendirent ces paroles émouvantes. HIER et AUJOURD'HUI ~ IJn b,-ave ..• \ Le 4 décembre, à la Télévision, une émission a évoqué, à propos d'une vente de charité, l'histoire de la Médaille Militaire. Après quelques images montrant des médaillés des différentes guerres, des poilus de 1914-18 aux parachutistes d'Algérie, on crut devoir également présenter comme un brave entre les braves, le traître Pétain. Nul ne saurait nier le rôle de Pétain dans la bataille de Verdun. Mais était-il opportun d'exalter la mémoire de ce personnage sans rappeler la trahison de Montoire, la collaboration avec l'ennemi et les crimes qui s'ensuivirent? Pétain a été condamné par la Haute-Cour de Justice. Il serait bon que la télévision nationale s'en souvienne. ~ ocl" con/on~lu Depuis le 20 octobre où s'est ouvert à Varsovie le procès de Erich Koch, aux 13 volumes de l'acte d'accusation se sont ajoutés les témoignages précis sur les crimes qu'il a ordonnés. Incapable de réfuter les pièces d'accusation Koch « plaide non coupable » ! Parce que d'autres nazis sont en liberté et occupent des postes responsables en Allemagne occidentale. Depuis des ministres et des généraux jusqu'aux 18.000 fonctionnaires nazis réintégrés avec leurs grades, au cours de. l'été 1957, dans l'administration de Berlin-Ouest. Non pas que Koch voulut que ces « gorilles de Himmler » soient également jugés. Son seul regret est de n'avoir pas repris du service ... Du service ? Les témoignages ont montre avec précision, prouvé irréfutablement en quoi consistait le service de Koch. (1 Si vous n'en finissez pas avec les juifs, disait-il à ses subordonnés, j'enverrai les S.S. et la Gestapo qui sauront eux remplir mes ordres. » Ses ordres ? Le témoin Josef Romanowski rapporte comment Koch fit massacrer en novembre 1941, 20.000 juifs à Rawny en Ukraine. Un autre témoin communique la déposition d'un officier S.S., Waldemar Macholl, condamné à mort en 1948 pour crimes de guerre, confirmant que « toutes les opérations d'extermination » étaient soumises à Erich Koch. D'audience en audience les témoignages se succèdent : assassinats à Koenigsberg, le 1~ " août 1932, dès avant la prise de pouvoir de Hitler, de militants de gauche; crimes au ghetto de Bialystok sur lequel Koch, VOUS DITES ? «Droit et Liberté,. répon~ ! • aux mensonges racIstes l « Le Canard E;'chaîné» a rue qui parle de « petits né- Devant une telle insinuadéJà relevé ce beau « dou- grillons», tl peut croire y tion raciste, j'ai déci d ~ rl ~ ble» raClste: lu _dans « Le mettre de la gentillesse, cett' ne pas citer. dans cette reFIgaro » du 20 aout, en par- gentillesse protectrice et dis- vue.de presse, les coupures faite symétrie, ces deux ti- criminatoire oui est telle- de « Jeune NatiGn » que tres de faits di.vers: ment couranté, mais quand j'avais mises de côté, car je cc Un FrançaIs mus~lman il S'agit du collaborateur considère Que « Paris Match" cG~le en vGul~nt seCGurlr une averti d'un magazine comme bat, dans ces trois lignes, mel'e et sa fIllette». celui ,de M. Prouvost, ce tous les records de la per- Et : _ n'est plus du tout la même versité. Voulez-vous que nous cc Deux campeu.rs. attaques chose, car il parr irj'-'~ ~ u .. décortiquions ce petit papar des NGrd-Afru:ams ». près de ses millions de lec- quet de poison. Ce changement d'appe.lla. teurs, à cette forme d'éduca- Tout d'abord. n'oubliez pas tlon qui dévoile une rare tian pervertie des esprits qui que ce magazine a le plus bassesse d'âme fait penser â conduit au racisme populaire. fort tirage de la prE'sse fra" ces parents qui disent. selon L'explication de faux bon- çaise, qu'il a des millions de les cas: « Ton» fils a cassé homme du commentateur de lecteurs familiaux et que des le sucrier ou « Men» fils est « Paris-Match» nous fait gens qui ne liraient pas oremier en r écitation. penser à cette réplique typi- cc Rivarol» ou « Aspects de Je que que le jeune auteur la France» p.arce que le~r x x d'une pièce antiraciste « La racIsme ObseSSIOnnel leur de- Dans la artie de cc Pari~- Reine blanche». qui èut du plaît, aval'7nt .avec syn:pa- Match» ré~rvée aux lettres succès il y a quelques années, thle la cUlsme !ou:nalIstlque de lecteurs on pouvait lire met ,dans l'a bouche d'une attrayante ,des eqUlpes du rOI (n0 du 11 octobre): brave. femme, qui répond de la lame. De M. G. E., de BaYGnne: « g:entlment» à un enf~nt Dans ces conditions, me~cc Un petit mGt m'a fGrte- qUI lUI demande pourqu~l le tez-vous à la place d'une mement chGQué. PGurquGi : mons.leur a la peau nOIre: re de famille: les enfants. cc Les petits négriIlGns de Ta_ « MaIS ce n'est. -pas de Slt c'est sacré et la poliomyélite. ranarive, etc ... », page 24 de fal!te, VGyons, s'Il a la peau c'est la grande peur; aussi VGtre numéro. 490. Il serait si nou'll, »... le mythe du « grand professimple d'emplGyer le terme Je seur» qui consacre ses jours « enfa.nt ». x x et ses nuits à rechercher les A quoi « Paris-Match» ré Dans le même numéro de moyens de sauver les gosses pond: « Paris_Match», on pouvait de la terrifiante paralysie en cc Le mGt n'a rien de néjG- lire: fait-il un saint du xx- si"c'n de familles, pères très conscients, que pouvez_vous penser de ce peuple africain et de son chef, ce Sékou Touré. qui, du fait qu'ils ont r émndu « non» aù référendum ... empêCheront sans doute les exportations de singes à destination de l'Institut P?steur alors qu'avant, quand « nous» étions les maîtres à Conakry... Conclusion: ce sont de sales nègres. sans coeur, barbares, insensibles devant la menace du virus maudit contre nos C~(T~ tits, etc ... Je n'exagère rien: il ne faut jamais lire de tels nropos par rapport à soi; il faut faire l'effort .d'imaginer leur cheminement concret dans des esprits moyens, SUPP'lter la trace Qu'ils oeuvent laisser dans !e -juge'Tlent. Quant au fond, si je pui.s dire: de quel droit cc ParisMatch » évoque_t-il l'éventuel arrêt des envois de singes de Guinée depuiS la proclamation de l'indépendance? N'est-ce pas l'intérêt éviden~ de la Guinée indépendant~ de pousser au maximum ses exportations, et pas seulement pour les singes? ratif. PGur nGus, e'l'tait un cc CGnséquence du « n ... " » très respecté. Or le « grand RGger MARIA simple terme de gentillesse ,!. de Sékou Touré: le profes- professeur» estime que, pour 1 Je le dIS tout net: Je ore- seur Lépine se demande s'il protéger nos enfants. Il a be- (VGir page ' 7 une lettre. de fère le racisme fran~ et Gbtiendra demain CGmme soin de milliers de singes 1\'[. SarGtte (!ue nGU~ 1'. valU agressif de « Jeune Nation» hier le,s singes de race gui- d'un certain type: ils ne peu- l'article publié SGUS cette mèà cette hypocrisie SUt rée. néenne nécessaires pour le vent venir Que de Guinpp. me rUbriQue, dans nGtre der- Quand c'est quelqu'un de la vaccin anti-poliG». Je vous le demancie, mères nier numérG). ~n192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)/V~nf~~/V~nfVV~/V~nfVV192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)VV192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)VV192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)VV192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)VV~~v'VV192.168.254.42n/vv~rv~n/vv~rv~n/VV~

par un décret signé par Hitler, le 15 août 1941, disposait « de pouvoirs spéçiaux » et dont plusieurs témoins disent toute l'horreur : « ... milLe cinq cents aliénés et cinq cents enfants sauvagentent ntassacrés sur ordre de Koch qui avait décidé de supprimer les bouches inutiles » : « les nazis tiraient sur nous comme sur des lapins ... »; « à Grabowska, 16.00U personnes gisent dans les fosses communes », etc .... Des massacres, des morts, des tortures tels sont les services de Koch qui, dans un télégramme à Himmler, proposait de raser par le feu un territoire large de 50 à 100 km le long de la voie ferrée Bratislava-Gomel... Et Koch qui persiste à ne pas reconnaître ses crimes conteste aujourd'hui la compétence du tribunal polonais pour le juger. Mais il est inutile de demander l'avis de la Cour internationale de la Haye : les six millions de victimes de Koch, les ruines de Varsovie et de son ghetto hércïque dénoncent avec le procureur général Smolenski « l 'arrogance de ce criminel de guerre hitlérien, enhardi par la renaissance du fascisme et des forces revenchardes en Allemagne occidentale ». Saint -Ouentin (Suite de la page 1.) reconnaître enfin que c'était bien lui l'agresseur. On comprend l'émotion de la famille Jacoubot, qui a déjà payé un lourd tribut à l'antisémitisme, et dont plusieurs membres sont tombés dans le combat contre l'occupant hitlérien. M. Jacoubot, le père du petit Henri, est lui.-même un engagé volontaire de la guerre 1939-54, et il est résolu à ne pas laisser sans riposte cette agression qui, estime-t-il, dépasse son cas personnel. « On a attaqué mon enfant, nous a-t-il déclaré. Mais si on laissait faire, sait·on où cela pourrait s'arrêter ? Il ne faut pas que de tels actes, en restant impunis, puissent encourager les antisémites ... . Nous ne devons pas ou· blier le passé. » C'est pouquoi il a porté plainte. Le M.R.A.P. a désigne un avocat qui l'appuiera dans son action judiciaire. Et il s'est fixé comme première tâche d'alerter, par la presse, l'opinion publique. Nul doute que les honnêtes gens de ce pays suivront avec vigilance le déroulement de cette affaire, et condamneront avec indignation de pareilles moeurs, que l'on ne saurait tolérer chez nous. NANCY (Suite de la page 1) de diffamer toute une catégorie de la population. ' Que l'inculpe, M. Pick, soit un escroc et mérite la condamnation à un an de prison et 100.000 francs d'amende qui lui a été infligée, ce n'est pas ce que nous entendons examiner. Nous ne connaissons rien de cet individu ni de son affaire. Mais ce que nous contestons, c'est le commentaire xénophobe auquel le rédacteur a cru devoir se livrer. Il commence ainsi son article : « Le noble peuple polonaiS », ainsi , . qu'il fut maintes fois qualifié à juste titre, a toujours trouvé en France, peut-être plus spécialement en Lorraine, un accueil très amical. « A ce titre, M. Joseph Pick trouvait à Nancy un terrain de prédilection pour exercer une honnête activité commerciale. Aptitude également conforme à certaines prédestinations de certains polonais. « ... Hélas, le commerce ne manque pas d'aléas, et il est curieux d'observer que quand Les affaires s'enlisent, nombreux sont ceux qui rêvent de résorber une situation obérée, « par tous les moyens même légaux » ... et même en marge de la loi ... », etc ... , ·etc ... Ces généralités ne permettent éVldemment pas de mieux comprendre la situation de l'inculpé. Elles ne servent qu'à jeter la suspiscion sur l'ensemble du groupe auquel on l'assimile

ces Polonais, que l'on a accueilli

en Lorraine ... et surtout « certains pOlonais », dont les aptitudes sont « conformes à certaines prédestinations ... » Relevant dans notre dernier numéro un discours tendancieux prononcé par le président du Tribunal de Commerce de la Seine, nous montrions qu'il allait dans le sens des campagnes xénophobes actuellement fréquentes à propos des commerçants. Nous en avons ici un exemple flagrant. J l ' 1 : 1: FinCt ans après la «~uit de Uristal » le n.l,ZI• Sllle éclate a ,ll crand • .JOllr AL'OCCASION du 20' anniversaire de la fameuse « Nuit de Cristal» (le 9 novembre 1938). des cérémonies ont eu lieu un peu partout en Allemagne de l'Ouest. en Allemagne Occidentale Les autorités de Bonn, avec à leur tête MM. Heuss et Adenauer, ont rappelé ce que fut cette fameuse nuit, au cours de laquelle 277 synagogues furent incendiées et 20.000 juifs arrêtés, déportés ou tués . Les regrets exprimés par ces autorités pourraient etre émouvants, si la réalité ne venait pas cruellement démentir les belles pa1otes. Alors même qu'ils les prononçaient les nazis cou- ~.:-4 mai 2010 à 12:37 (UTC) vraient de croix gammées les murs de l'Université de Munich, dans la nuit du 9 au 10 novembre, célébrant à leur façon ce tragique anniversaire. En fait, comment croire aux regrets et au repentir, quand on retrouve les hommes qui furent avec ou parmi les organisateurs de cette Saint-Barthélemy, aux leviers de commande de la -::---4 mai 2010 à 12:37 (UTC)~~ eelle nuil-Là ... LE PRETEXTE. - Les persécutions contre les juifs se développaient depuis de longues années déjà en Allemagne hitlérienne: brimades, arres. tations, spoliations, excitations à la haine, mesures d'isolement. Dès septembre 1935, le congrès nazi rie Nuremberg avait adopté les fameuses lois sur « la citayenneté du 'Reich» et « la protection du sang allemand», r édigées et présentées par Hans Globke (aujourd'hui, bras droit d'Adenauer). Mais pour accentuer ces persécutions, pour jusLifier de nouveaux crimes. il. fallait un prétexte. Ce fut l'attentat d'un jeune juif, Herschel Grinspan (dont les parents avaient été victimes des nazis) contre un fonctionnaire de l'ambassade allemande à Paris, Ernst vom Rath. La mort de vom Rath, le 9 novembre 1938, fut le SIgnal du pogrom contre tous les juifs d'Allemagne. LES ORDRES. - Ce soir-là, se tenait à l'hôtel de ville de Munich en présence d'Hitler, une r éunion du parti nazi. Un témoin, le chef de la pollce de Munich, von Eberstein, rapporte que « Hitler était profondément affecté par les nouveUl1s .. . Il eut une grave discussion avec Goebbels. Quand il partit, on l'entendit dire; « Il faudrait que le~ S.A. fassent une sOl·tie». Goebbels prit alors la parole, attaqua les JUIfs en termes enflammés, et son discours fut entendu comme un appel sans éqUIvoque aux violences (bien que celles-ci aient été déclarées « spontanées »). Dans le méme temps, partaient les appels téléphoniques et les télégrammr:; aux brigades de S.A. dans toute l'Allemagne: « Faites sauter ou incen'li0! immédiatement toutes les synagogues »... « Tous l'els magasins juifs SC::-3"'t détruits sur te champ » ... A Lesum, près de Brême, l'ordre précisait: « Les synagogues seront aussitôt incendiées. Les pompiers ne devront pas intervenir... L~ Führ::," désire que la policc n'intervienne pas ... L'identification des magasins ou dépôts appartenant à des juifs se fera cn liaison avlejc les autorités municipale:; compétentes. Tous les juifs seront désarmés. Les tuer à la moindre résistance». TEl\1.0IGNAGES. - De nombreux t émoins ont relaté l'horreur de ceth! Kristalnacht (nuit des glaces brisées), qu.'on appelle aussi « la nuit des g!'ands couteaux» . « La h!line raciale et l'hystérie,' écrjt l'un d'eux, semblaie.nt !"être complètement emparées de gens tout à fait corrects par ai.Hi'1Urs. Je vis d.;!; femmes élégamment vêtues battre des mains et crier de joie, tandis que des mèl'e~ de classe moyenne tenai-dnt en l'a.ir leurs bébés pour leur [aire veil' « comme c'était amusant » ... Un autre constate: « ... Le rôle de premier plan joué au COUl'S de ces dévastations par les garçons de la :eunesse hitlérienne - qui ont le même âge que les bey-scouts en Angleten-e - est intéressant à observer. En général, ils sont conduits pal' if ou 5 garçons un peu plus âg~s, m:li.s tous vont au travail avec une volonte bien arrêtée et parfois avec des haches, scandan.t 1:c\:Irs effol'ts des cris de « Allemagne, réveille_tni», « A mort les juifs». ,. D'un autre encore, ce r éCit hallucinant: « ... Les S.A. arrêtèrent un jeune ménage juif. La femme demanda la permission d'emmener avec elle son bébé âg:! de 10 moi~. On le lui refusa. Après le départ des parents, on enferma r~ bébé seul dans l'a!lpartement vid!', les scellés furent apposés et un homme de garde pla.cé devant la purte. Pendant deux Jours, on ent:endit encore crier le bébé - puis il se tut.» Citons enfin ces observations de l'historien britannique Lionel Kochan ({ Les nazis ne firent pas de distinctions entre les jeunes ~t les vieux, les hommes sains et les malades. A Dinslaken, en Rhénanie, l'orphelinat .TUit fut mis à sac... A Emden, le,s pensionnaires d'un asile de \vieiIIa.rds, tou'1 âgés de 70 à 80 ans, furent emmen és devant la synagogue en flamrrJes ct, Obligés à chanter » ... BILAN. - Le chef de la Gestapo, Reinhard Hey,drich, établit ainsi le bilan de 110'. « nuit de cristal.»: « Huit cent quinze entreprises juives sa.ccagées, 29 grands maga~. !ns "J.;r" incen.diés ou saccagés, 191 synagogues brûlées et 86 autres saccagées, zO.oon juif:; al'l'êtés, 36 juifs tués et 36 autres grièvement blessés ... » LES REACTIONS. - En Allemagne même, cette rage destructrice des naziz fut loin d'être approuvée unanimement. De nombreux chrétiens aidèren~ des juifs à échapper au pogrom. Le consul général britannique à Francfort. M . R. T. Sma.llbones, devait même écrire que « si le gouv'el'llement de l'Allemagne dépendait de la volonté du peuple, les hommes au pouvoir, l'esponsahles de ces atrocités, ,seraient balayés par une tempête d'indignation », Le journal des S.S., « Das Schwarze Korps» se fit d'ailleurs l' éch~ de la réprobation populaire, dans plusieurs a.rticles où il dénonçait « ces rep!' "sentants de la charité chrétienne au coeur tendre», qui « sont partout», pt qui «sont encore pires que les juifs ». Six semaines plus tard, un autre journal nazi trouvait « Plutôt é~!'a.n~,' que l'on ait constamment à s'oppos l ' à ceux qui s'apitoient sur le sort des persécutés » ... Et il dénonçait « ces faux prophètes qui, solennellement, lèvent le doigt pour annoncer que « les affaires juives» nous feront tort à la longue ». Sans doute faisait-il allusion à l'éditorial paru le 18 novembre dans b journal chrétien « Aiigemeine Evangelisch-Lutherische Kirchen_Zei.tung», qui, après avoir critiqué « la grande joie» des pogromistes, poursuivait: « Avant le Déluge aussi, les gens vivaient dans l'exultation, mais survint alors J.e· Déluge qui les fit tous disparaître. Les hommes sont aveuglés par une fausse jaie. Ceux qui regardent plus profond, verront le signe de l'a mort - des nations disparaissant dans le sang des années futures, la vérité ench&înéc, la justice gisant dans le ruissea.u ... » . GOERING INQUIET. - A l 'étranger surtout, l'émotion fut considérable. Ces événements se déroulaient quelques semaines à peine après le traité de Munich, par lequel les gouvernants d'Europe occidentale, cédant aux chan .. tages d'Hitler, l'avaient autorisé à annexer une partie de la Tchécoslovaquie. S'il se trouva des complices des nazis pour affirmer qu'il s'agissait là d'une « question intérieure» allemande, une vague ,de protestation s'éleva dans le monde entier, des secours s'organisèrent en faveur des jUifs allemands, qul émigraient en masse. C'est ce qui préoccupait Goering, qui désapprouva les méthodes employées, les jugeant trop « voyantes». Sous son influence fut établi un plan systématique d' « aryanisation», à la fois plus efficace et plus discret. LES SUITES. - Une amende collective de un milliard de marks fut imposée à la communauté juive d'Allemagne. Et toutes les indemnités versées par les compagnies d'assurances pour les dommages causés furent confisquées par les nazis. Des ,dizaines de milliers de juifs furent envoyés dans les camps de concentration de Dachau, Buchenwald et Sachsenhausen, où la plupart périrent dans des conditions atroces. La grande extermination était commencée. Un pas de plus était accompli vers la domination des barbares nazis sur les peuples l'Europe. 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)~...-4 mai 2010 à 12:37 (UTC)~..,.4 mai 2010 à 12:37 (UTC)..-192.168.254.42 ... politique et de l'économie allemande. Comment ne pas rappeler que 600 juges i n scrits souvent sur la liste des criminels de guerre, sont à nouveau magistrats en Allemagne de l 'Ouest (ainsi par exemvle, le juge Riepenhausen, actuellement conseiller au Tribunal de B,emberg, ou Gerhard Wallis actuellement conseiller au Tribunal de Bochum, après avoir été conseiller supérieur au tribunal des Forces armées allemandes pour la B elgique et la France, en 1943-44) ? Sait-on que l'Obersturmbannfuhrer S.S. Krumey, r esponsable de l'extermination de 80 enfants de Lidice, est actuellement député cantonal à Francfort ? Régulièrement, les S.S. et autres criminels de guerre se réunissent librement en Allemagne de l'Ouest, pour entretenir le souvenir de leurs hauts faits. Et le gouvernement allemand, si regardant quand il s'agit d'indemniser les victimes des événements qu'il déclare maintenant regretter, ne verset- il pas généreusement des retraites confortables aux dignitaires nazis ? Paul Koener, ancien adjudant de Goering, touche actuellement une pension de 200.000 francs par mois. Erich Raeder, ancien Commandant en Chef des forces navales, reconnu coupable de crimes de guerre au procès de Nuremberg, reçoit mensuellement 250.000 francs . Au total, c'est environ 80.000.000 de francs que le gouvernement allemand verse chaque année à ceux qui organisèrent cette nuit de honte. Mais ce qu'il y a de plus grave, c'est le maintien de l'esprit qui a conduit à la « Nuit de Cristal ». Plus de 50 périodiques paraissant actuellement en Allemagne de l'Ouest, prônent ouvertement le chauvinisme, le militarisme, le racisme et l 'antisémitisme. Il suffit de rappeler auelques titres, pour avoir une idée du contenu de ces écrits " Der Stahlhelm (Le Casque d'Acier), Wiking Ruf (Appel Wicking), Nation Europa, Deutsche Soldaten Zeltung (journal du soldat allemand), etc ... Et pour financer une partie de ces périodiques, le ministère de la Guerre de Bonn dépense environ 850 millions de francs par an. Parallèlement, des maisons d'édition spécialisées publient des livres nazis, notamment les « oeuvres » d'Alfred Rosenberg, le théoricien du racisme, et des dizaines d'ouvrages exaltant Hitler, sa politique et ses complices. Tant qu'un seul nazi occupera un poste officiel en Allemagne, tant que l 'antisémitisme et le racisme seront ouvertement prônés, les regrets et les larmes officiels ne pourront être considérés autrement que comme une tentative éhontee de couvrir la triste réalité de la renaissance de l'esprit nazi. M. 1. Antisémitisme à Berlin-Ouest... Un député britannique, M. Arthur Lewis, a interpellé, fin novembre, le gouvernement de Londres au sujet des menées antisémites qui se multiplient à Berlin-Ouest, notamment dans le secteur britanniaue. M. Ormsb')J-Gore, ministre d'Etat, a reconnu que de nombreuses inscriptions antijuives avaient été relevées, et a affirmé qu'une enquête était ouverte. .. . et à Heidelberg Au cours d'une réunion organisée à Heidelberg (Allemagne de l'Ouest) par la section loca ~ e de la « Ligue des Etudiants Nationaux », un ancien dirigeant nazi, Helmut Suendermann, a prononcé un discours à la gloire de Hitler. Un contradicteur qui intervint pour rappeler les crimes nazis, fut interrompu par les cris de " « Menteur! Exagérations! Slogans politiques! )l, et finalement frappé et expulsé. Les victimes du nazisme ? Des ennemis de la Constitution Le docteur Schroeder, ministre de l'Intérieur de la R.F.A. a récemment prononcé un discours, à Stuttgart, dans lequel il a notamment déclaré .. « Ce n'est vraiment pas une page de gloire pour nous tous que des orga.nisations ennemies de la Constitution soient interdites dans certaines provinces tandis qu'elles ne le sont pas dans d'autres. Il s'agit d'organisations telles que, par exemple, 1'« Associa.tion des Persécutés du régime nazi » (V.V.N.) qui ont gardé de larges champs d'action dans certaines provinces allemandes. Il est évident qu'il fau t trouver des moyens pour mettre un terme à de telles oasis d'activité régionale. Des propositions législatives sont en cours de préparation. » Notons que l'accusation d'« ' ennemie de la Constitution » portée contre la V.V.N. est fondée sur le fait que celle-ci s'oppose à la remilitarisation du pays et à la réintégration des nazis dans leurs anciens postes. Un nouveau « Juif Süss » ? Le producteur bavarois Peter Goldbaum vient d'annoncer son intention de tourner une nouvelle version cinématographique du « Juif Süss ». Le film portant ce titre, tourné sous le régime hitlérien, a valu à son auteur, Veit Harlan, d'être deux fois poursuivi pour incitation à l'antisémitisme. Mais il n'a pas été condamné. La décision de Peter Goldbaum a suscité de nombreuses protestations. Le Conseil central juif d'Allemagne a déclaré que tout nouveau film rappelant de près ou de loin le « Juif Süss » nazi ne pourrait que provoquer des réactions dé;;Zaisantes. Espace vital... « La France compte quarante-trois millions d'habitants, dont un million et demi d'Allemands en Alsace et en Lorraine, environ un million de Bretons en Bretagne, plus des Flamands dans le Nord et cent vingt mille Basques dans les Pyrénées occidentales, des Italiens, des Catalans et des Africains dans le Midi. » . Cette « statistique » figure dans le Nouveau Brockhaus, édition 1958, le dictionnaire le plus répandu en Allemagne. L 'édition de 1949 se contentait d'affirmer que la France était « principalement peuplée de Français )J. Cette définition raciste de la nation française, directement inspirée des théories nazies, vise évidemment à relancer le thème de « l'espace vital », en présentant comme des Allemands les habitants de l'Alsace et de la Lorraine. Ce thème, le « Journal du Soldat Allemand » le développait, lui aussi, il y a deux mois à propos de la Prusse Orientale, aujourd'hui territoire polonais, dans un article intitulé .' « Le pays reste allemand... » Quant au ministre de l'Agriculture d'Allemagne Occidentale, M. Lubke, il vient de recommander aux réfugiés de l'Est « de se tenir prêts à cultiver les larges et riches terres à froment de France, aujourd'hui peu ou pas du tout mises en valeur. » Il est vrai que c'est, paraît-il, dans le cadre du « marché commun )J. ~ ROBES, MANTEAUX, JUPES, VESTES, TAILLEURS Prêts à porter au prix de gros Sur mesure et avec essayages sur demande N!\oeso" MINCIS 27, rue Tailleur pour Dames du Faubourg-Montmartre Tél. : PRO. 01-20 - Paris-ge Métro Montmartre Autobus; 20, 39, 74 etc ... L'e meilleur accueil sera réservé aux p orteurs de cette annonce II En battant la campagne ( élec TOUJOURS, les passions se déchaînent en période électorale. Mais, depuis la Libération, jamais l'antisémitisme n'avait été aussi virulent qu'au cours de celle que nous venons de vivre. L'excitation à la haine antijuive a joué un rôle certain, par exemple, dans la campagne menée dans l'Eure contre M. Mendès-France. Le Monde du 22 novembre signalait, en particulier ({ les affiches injurieuses et de style antisémite que l'on voyait fleurir sur les murs » de sa circonscription. Plusieurs de ses réunions furent troublées par des cris racistes, notamment la dernière, tenue à Louviers, où le « Mouvement Jeune Nation » se vante d'être à l'origine des incidents ( Jeune Nation », 27 novembre). Il faut citer enfin un tract, ainsi conçu : « Voter Mendès-France, c'est voter contre de Gaulle, c'est voter contre la France, c'est voter juif. Alors, votez Français, VOTEZ U.N.R. ! » Ce tract ayant été reproduit, le 5 décembre, par « La Tribune Sioniste de France », M. Soustelle s'est empressé de déclarer qu'il ne pouvait pas avoir été édité par l'U.N.R. et qu'une enquête allait être ouverte à ce sujet. Il reste, en dépit de ce démenti tardif, que ce tract a été abondamment diffusé pendant la campagne électorale et a contribué à créer contre un candidat particulièrement attaqué, un climat d'antisémitisme. Dans l'Hérault, Pierre Boutang, suppléant du candidat Abel Pomarède n'a pas manqué, lui aussi, de recourir aux excitations antisémites, d'autant plus que sa campagne était dirigée spécialement contre M. Jules Moch. {( Vous serez tous avec moi contre M och, proclame Pomarède, dans sa circulaire électorale. Le mont Sinaï ne m'a pas inspiré! Je vous écris de mon village, Pomérols, de mon pays, la France ... » A Paris, dans le 10' arrondissement, Mme Brigitte Gros a été l'objet de vives attaques. Sur un grand nombre de ses panneaux revenaient chaque nuit les inscriptions : « Sale juive! » ({ Les juifs à la porte! », etc ... Au cours d'une réunion, les nervis de « Jeune Nation» se livrèrent contre elle à une odieuse agression, qui fit plusieurs blessés, tandis que les vociférations antisémites se mêlaient au slogan ({ Algérie Française ! » Le « Chef » du « Mouvement Jeune Nation », Pierre Sidos s'est vu offrir la parole, au cours d'un meeting contradictoire, dans le 8' arrondissement, où s'opposaient deux candidats d'extrême- droite, Jacques Féron et le colonel Laure. Après que ses hommes de main eurent lancé un balai contre le buste de la République et scandé longuement le mot d'ordre : « Les députés à la Seine », il put développer les thèmes qui lui sont chers, dénonçant « le système », ({ les métèques » et la « négrification de la France ... » Il se posa en « défenseur de la civilisation blanche, du nationalisme français, de l'oeuvre impériale, et du corporatisme communautaire ». Quelques « nouveaux » Si quelques racistes notoires, comme Tixier-Vignancour, Poujade, Dides ont été écartés par les électeurs (ou par les hasards du découpage des circonscriptions), nombreux sont les élus susceptibles de les remplacer avantageusement. LE PEN, élu en 1956 comme tête de liste poujadiste, reprend sa place à l'Assemblée. Mais la grande « nouveauté », en la matière, est l'élection de BIAGGI (U.N.R.), chef de bandes racistes et fascistes qui, après le 13 mai s'est mis sans réserve au service du général de Gaulle. Très significative est aussi l'élection du colonel BOURGOIN (U.N.R.), organisateur, en mars 1957, sur les Champs-Elysées, d'une manifestation appuyée par tous les groupes fascistes, qui se termina par des actes de violences et les cris répétés de ({ mort aux juifs ». L'enthousiasme avec lequel la presse vichyste salue certains « nouveaux» députés ne peut que susciter l'inquiétude et la vigilance des antiracistes. « Rivarol », par exemple, souligne POUSSEE D'ANTISÊMITISME (Suite de la page 1) gnées de vexations diverses et même de brutalités. » {( Quelques jours plus tard, indique encore « l'Information Juive », il nous fut signifié que des rumeurs insid.euses étaient répandues dans la ville, déclarant que les Juifs, hostiles au général de Gaulle et à la France, s'abstiendraient d'aller aux urnes lors du referendum. » Dresser les uns contre les autres ... L'insistance avec laquelle ({ l'Information Juive » s'attache à réfuter ces {( insinuations », est en elle-même assez significative du climat politique regnant en Algérie au moment du referendum. De même, d'ailleurs, que ceci: « Signalons nu'un tract aurait circulé dans le faubourg St-Jean, affirmant que M. le Grand-Rabbin de France aurait recommandé aux Juifs de voter « non » lors du referendum et de faire cause commune avec le F.L.N. (!). « Ceci est tellement stupide, qu'en ne sait si on doit en rire ou en pleurer. » « Ces insinuations, constate le journal, émanaient sans doute de milieux que nos coreliGionnaires de Constantine connaissent bien. On sait que dans cette ville l'antisémitisme et le racisme ont toujours été à l'honneur chez certains Européens, dont le but plus ou moins avoué paraît bien être de soulever les Musulmans contre les Juifs et vice-versa. » Dans d'autres villes ... Et « l'Information Juive» poursuit « Nous avions tous espéré ici, écrivait notre correspondant, voir disparaître après le referendum toutes les provocations et les injures. Il n'en est malheureusement rien. De multiples incidents ont eu lieu depuis. » « Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre, vers 22 heures, sur la petite placette se trouvant devant l 'angle des rues Desmoyens et Chevalier, quatre gendarmes mobiles descendent d'une auto, encadrant deux Musulmans qui se mettaient aussitôt à coller des affiches patriotiques. Durant ce travail, les représentants de l'ordre se seraient plaints, parlant aux 'Musulmans, de voir ces affiches déchirées régulièrement par des Juifs, soulignant que partout à Constantine de tels faits se sont produits à cause ries Juifs (. .. ). « Dans la nuit du 1er au 2 octobre, vers 22 heures, devant le n° 6 de la rue de France, quatre jeunes gens de confession israélite, appartenant au corps enseignant, sont pris à partie par sept ou huit paras (bérets rouges) dont un est ivre. « Ils sont interpellés de la manière suivante : « Vous vous promenez alors que nous nous battons pour les Juifs, sales youpins ». « Le parachutiste ivre malmène un des jeunes gens, sans toutefois le frapper ( .. .). « Grave incident enfin dans la nuit du 5 au 6 octobre, rue du 3' Bataillon d'Afrique, ayant opposé un sergent de parachutistes à un 2' classe israélite d'une Unité territoriale. Ce dernier a aussitut saisi ses supérieurs hiérarchiques ( .. .). « D'autres faits, concernant d'autres villes, et notamment Nemours, nous ont été signalés. « A Alger même, on nous a affirmé qu'au cours d'une manifestation tenue le 21 octobre, au stade Bialès à Belcourt, un officier dont nous tairons le nom, s'adressant en arabe à plUSieurs centaines de Musulmans, aurait conspué le président MendèsFrance, déclarant que s'il revenait au pouvoir, les Arabes d'Algérie deviendraient les esclaves des Juifs. « C'est avec plaisir cependant que nous avons appris qu'à ces paroles outrancières ne succéda qu'un silence gêné. « Des réflexions nous sont rapportées. « Cela fait deux Juifs de moins », tel est le seul éloge funèbre de certains policiers après un attentat terroriste dont ont été victimes ces malheureux. » cc Nous ne permettrons pas ... » Et le journal conclut : « Nous voulons malgré tout garder l'espoir qu'il ne s'agit là que de velleités te quelques isolés militaires et civils, nostalgiques de l'antisémitisme, et nous voulons rester convaincus que les responsables de l'armée et de l'administration y mettront bon ordre. « Le Judaïsme algérien ne permettra pas que ressurgisse un passé révol::. qu'avec Jean BAYLOT (élu comme candidat de la « Démocratie Chrétienne », de Bidault et Tixier-Vignancour), « bradeurs et progressistes trouveront l'adversaire le plus coriace ». Il se félicite aussi de l'élection de Pierre PASQUINI (U.N.R., Nice), président des Français d'Afrique du Nord, de FRAISSINET (Marseille), ancien supporter du P.S.F. et du P.P.F., du colonel THOMAZO (Bordeaux), dit « Nez de Cuir », l'homme du coup de force d'Alger puis de Corse, qui développa longuement, dans sa campagne électorale, le thème du ({ péril jaune ». Les applaudissements (plutôt gênants) de ({ Rivarol» vont encore à : Francis RIPERT (indépendant, Marseille), neveu de Georges Ripert, qui fut . ministre de Pétain; Gabriel DOMENECH (Basses-Alpes) « qui, le premier, sans doute, dans la grande presse, osa dénoncer les crimes commis sous le couvert de la Résistance », Jean TAITTINGER (indépendant, Reims), fils de Pierre Taittinger, qui fut, sous l'occupation, président du Conseil Municipal de Paris; Camille BE GUE (Castelsarrasin) qui fut directeur de cabinet dans le gouvernement de Pétain; Henri CAILLEMER qui collabora à ({ Rivarol » sous le pseudonyme de Charles MA UBAN, et qui est élu en Vendée ... Quant à « Aspects de la France », il salue tout spécialement - et pour cause - l'éleotion de M. Deshors (Haute-Loire) : « En 1949, (car ce « nouveau » était déjà député) il a osé déposer une proposition de loi en faveur des épurés. Cet acte méritoire lui vaut notre reconnaissance eternelle ». Tels sont les hommes, entre autres, pour qui les groupes vichystes et fascistes appelaient à voter, en demandant aux électeurs, comme le fit « Rivarol » (20 novembre), de « discerner si la part inévitable de concessions au goût du jour s'accompagne ou non d'un funeste et redoutable aveuglement ... » Il en est d'autres, d'ailleurs, qui, eux, n'ont pas été élus, mais à qui les soutiens fascistes n'ont pas man- EN ALGÊRIE « Que les provocateurs se le tiennent pour dit. » Un sentiment d'inquiétude A la suite de ces incidents, le Comité Juif Algérien d'Etudes Sociales a adressé au général Salan une lettre de protestation. « L'Information Juive » n'indique pas si une réponse lui a été faite. Fin novembre, commentant ces faits au cours d'une assemblée du Conseil fédéral sioniste d'Algérie, M. Jacques Lazarus, a longuement analysé la condition des juifs algériens. « A la suite des événements du 13 mai, a-t-il déclaré, selon le « Jewish Chronicle », il n'y a pratiquement pas eu de contacts entre les comités de Salut Public et les juifs, dans les grandes villes comme Alger, Oran et Constantine. » Il aurait insisté sur « l'inquiétude » des juifs d'Algérie, qui ne cesse de s'accroître. Des sanctions sévères s'imposent Examinant ces faits dans un article de « la Tribune Sioniste », M'André Blumel écrivait récemment à Paris : « C'est d'Algérie que partit _ la fin du siècle dernier la flambée d'antisémitisme francais . Il y eut des parlementaires élus comme antisémites; Edouard Drumont, le leader incontestable de l'antisémitisme en France, fondateur de la Libre Parole, fut député d'Alqer. qui eut d'ailleurs comme maire antisémite, le fameux Max Régis, orqanisateur de pogromes qui devait plus tard abjurer ses conceptions pour finir marié à -une juive fortunée ... » Et après avoir constaté qu'il ne semble pas Gue les incidents (cités plus haut) soient suscités par les arabes », il ajoutait : « Il est nécessaire de ne pas laisser s'étendre, ni s'aggraver ces incidents et des instructions sévères doivent être données par les autorités dirigeantes ou responsables pour juguler tout antisémitisme, qui dans les circonstances actuelles, ne serait pas seulement grave pour les Juifs! » Les antiracistes, les républicains de ce pays exigent que des sanctions exemplaires soient prises contre tous les responsables de ces menées. Demain, il pourrait être trop tard ! qué : Pierre-Christian TAITTINGER, frère de l'autre (Paris); Charles SPINASSE (Corrèze), « socialiste, écrit « Rivârol», qui en 1940, se rallia à Pétain »; René BOUSQUET (Marne), ex-secrétaire général de la Police du gouvernement de Vichy; J.-M. DEMARQUET (Jura), ex-poujadiste investi par l'U.N.R.; le général CHASSIN (Bordeaux), fondateur du « Mouvement Populaire du 13 mai »; le Dr MOREAU, chef des groupes fascistes de Marseille; le colonel LAURE (Paris), fils du général Laure, qui fut chef de cabinet de Pétain; Albert FROUARD (Montrouge), ancien dirigeant du « Rassemblement National» de Tixier-Vignancourt, investi par Bidault; Louis ALLIONE, de même tendance (Paris), investi par Duchet, Bidault et Morice; Michel TRECOURT, du même Rassemblement National, investi en Vendée par l'U.N.R. de M. Soustelle, etc., etc ... Ce qu'en pensent les racistes Toute la presse a fait écho aux inquiétudes des républicains devant les résultats du scrutin. La politique menée dans la dernière période, les équivoques savamment entretenues ont abouti à un net glissement vers la UVAROL l.es élections en Algérie n'on~ le fostisme ne pas~ero pas ! " « Rivarol » no droite et même l'extrêm~-droite, que le découpage arbitraire des circonscriptions accentue encore. Il suffisait Dour s'en convaincre, de parcourir la presse fasciste et raciste ... « Pourauoi dissimulerais-je que le scrutin du 23 novembre 1958 provoque chez moi une jubilation intense ? », écrit Xavier Vallat dans « Aspects de la France (28-11). Son compère Louis Olivier de Roux, « président des comités directeurs d'Action française » renchérit (12-12): « Certains jours nous ont paru bien lourds, mais nous ne re,Grettons pas d'avoir affirmé que la malice des hommes n'emvêcherait 'pas le mouvement sauveur du 13 mai de développer ses effets logiques ... « De nouveaux 13 mai seront peutêtre nécessaires; du moins avons-nous encore beaucoup de bon à tirer de celui de cette année ... « Pouvions-nous raisonnablement espérer franchir en six mois une plus grande étape ? « Je ne le crois vas ... Cette étape était la 'TJlus difficile, car elle était celle sur laquelle nous avions le moins d'action. Nous ?Jouvions la prédire, mais nous n'avions guère les moyens de la provoquer et de la conduire. Maintenant que le buldozer est passé, notre heure arrive où nous pouvons aair sur les orientations futures. Aucune exclusive ne nous entrave ?Jour faire pénétrer dans la cire molle de l'ovin ion. les doctrines expérimentées de l'Action Francaise ... » Et le même journal met ainsi les points sur les i : « M. Fre1/ a prétendu Gue Tes voix obtenues par son parti (l'U.N.R.) ne venaient pas de la droite ... « Si. dans maintes circonscriptions, les électeurs et électrices de droite n'avaient pas voté pour les candidats de l'U.N.R., ceux-ci auraient mordu la poussière. Oui, M. Soustelle n'aurait pas été élu à Lyon. Le colonel BourgOin n'aurait pas toutes les chances de l'être à Paris-XII'. De même, M. Garnel à Nîmes, etc ... » Dans « Rivarol », Lucien Rebatet, (qui officiait sous l'occupation à « Je Suis Partout ») voit dans les élections récentes « un spectacle assez digne de compter dans l'existence de ceux qui ont vu l'arrOGant délire du Front Populaire, l'affreux retour, en 44, d~ tous les vaincus de 40, et plus près de nous, les fameuses semaines de la grande espérance 'ttendésienne. » (4- 12). Et Pierre Dominique, dans le même numéro, ajoute : « Voilà ce qu'a fait l'électeur, et qui n'est pas mal du tout. Souvent berné, souvent trompé, souvent aveugle, cette fois-ci il a - et nous y sommes peut-être, par nos campagnes, pour quelque chose - vu assez juste et frappé assez fort . » Analysant d'autre part le rôle de l'U.N.R., P. Dominique souligne, lui aussi, que « beaucoup de Poujadistes, beaucoup d'adversaires du Système, d'hommes désireux de changement, d'amis de l'Armée a'Afrique » ont voté pour ses candidats. mpagne ( électorale) Jean BAYLOT (élu comme t de la « Démocratie ChrétienBidault et Tixier-Vignancour), ~. urs et progressistes trouveront 8ai re le plus èoriace ». félicite aussi de l'élection de PASQUINI (U.N.R., Nice ), prédes Français d'Afrique du de FRAISSINET (Marseille ), supporter du P.S.F. et du du colonel THOMAZO (Bor, dit « Nez de Cuir », l'homme ~ de force d'Alger puis de CorI- développa longuement, dans pagn e électorale, le thème du jaune ». applaudissements (plutôt gêde « Rivarol» vont encore à : RIPERT (indépendant, Marneveu de Georges Ripert, qui f istre de Pétain ; Gabriel DOH (Basses-Alpes) « qui, le prens doute, dans la grande presdénoncer les crimes commis couvert de la Résistance », TAITTINGER (in dépen dant, , fils de Pierre Taittin ger , qui us l'occupation, président du Municipal de Paris; Camille (Castelsarrasin) qui fut dide cabinet dans le gouvernee Pétain; Henri CAILLEMER labora à « Rivarol » sous le yme de Charles MAUBAN, et élu en Vendée ... t à « Aspects de la France », il out spécialement - et pour - l'éleotion de M. Deshors -Loire) : « En 1949, (car ce eau» était déjà député) il a oser une proposition de loi en des épurés. Cet acte méritoire t notre reconnaissance etersont les hommes, entre autres, i les groupes vichystes et fasppelaient à voter, en demanx électeurs, comme le fit « Ri- 20 novembre), de « discerner si inévitable de concessions au lu jour s'accompagne ou non neste et redoutable aveugle » est d'autres, d'ailleurs, qui, ont pas été élus, mais à qui tiens fascistes n'ont pas man- ALG ERIE e les provocateurs se le tienur dit. » sentiment d'inquiétude suite de ces incidents, le Coif Algérien d'Etudes Sociales sé au général Salan une lettre testation. « L'Information n'indique pas si une réponse ê faite. ovembre, commentant ces faits s d'une assemblée du Conseil sioniste' d'Algérie, M. Jacques , a longuement analysé la cones juifs algériens. « A la suite nements du 13 mai, a-t-il déelon le cc Jewish Chronicle », a pratiquement pas eu de s entre les comités de Salut et les juifs, dans les grandes omme Alger, Oran et Cons. » ait insisté sur (c l'inquiétude » fs d'Algérie, qui ne cesse de tre. anctions sévères s'imposent 'tinant ces faits dans un article Tribune Sioniste », M'André écrivait récemment à Paris : st d'Algérie que partit - la fin le dernier la flambée d'antisée francais. Il y eut des parleres élus comme antisémites,' d Drumont, le leader incontesle l'antisémitisme en France, mr de la Libre Parole, fut déAlger, qui eut d'ailleurs comme zntisémite, le famGux Max Réranisateur de pogromes qui deLS tard abjurer ses conceptions 'inir marié à -une juive for- » Irès avoir constaté qu'il ne semt aue les incidents (cités plus loient suscités par les arabes », tait :

st nécessaire de ne pas laisser

re, ni s'aggraver ces incidents instructions sévères doivent mnées par les autorités dirii ou responsables pour juguler '1-tisémitisme, qui dans les cirwes actuelles, ne serait pas mt grave pour les Juifs! » mtiracistes, les républicains de 's exigent que des sanctions aires soient prises contre tous ponsables de ces menées. Depourrait être trop tard ! qué : Pierre-Christian T AITTINGER, frère de l'autre (Paris); Charles SPINASSE ( Corrèze), « socialiste, écrit « Rivarol», qui en 1940, se rallia à Pétain » ; René BOUSQUET (Marne), ex-secrétaire général de la Police du gouvernement de Vichy ; J.-M. DEMARQUET (Jura), ex-poujadiste investi par l'U.N.R.; le général CHASSIN (Bordeaux), fondateur du cc Mouvement Populaire du 13 mai »; le Dr MOREAU, chef des groupes fascistes de Marseille; le colonel LAURE (Pa ris ), fils du général Laure, qui fut chef de cabinet de Pétain; Albert FROUARD (Montrouge), ancien dirigean t du « Rassemblement National» de Tixier-Vignancourt, investi par Bidault; Louis ALLIO NE, de même tendance (Paris), investi par Duchet, Bidault et Morice; Michel TRECOURT, du même Rassemblement National, investi en Vendée par l'U.N.R. de M. Soustelle, etc., etc ... Ce qu'en pensent les racistes Toute la presse a fait écho aux inquiétudes des républicains devan t les résultats du scrutin. La politique menée dans la dernière période, les équivoques savamment entretenues ont abouti à un net glissement vers la Il VAR OL Les soixante-et-onze « LE FASCISME NE PASSERA PAS ? MAIS SI... LA GAILLARDE EST PAS,SE. » C'est RivaroL du 4 décembre qui nous prévient, dans le gros titre d'un article consacré aux élections en Algérie. « Lagaillarde étant à ma connaissance, écrit l'auteur de cet article, le seul député à avoir le courage de se dire « fasciste », avec tout ce que cette étiquette imprécise comporte de nationalisme « exaspéré » et de courage lucide, je salue en sa victoire l 'entrée du « . fascisme » dans la V' République. » Lagaillarde est le symbole même des « hommes du 13 mai ». Il était à la tête du groupe qui pénétra au siège du Gouvernement général, au balcon duquel Massu devait lancer, peu après, son fameux ultimatum aux autorités républicaines : c( Moi, gén éral Massu ... » C'est aussi de « l'esprit du 13 mai » que se réclament les 70 aut res députés d'Algérie. Pa rt isans de « l'intégration », tous sont opposés fa rouchement à tout e n égociation, et n 'envisagent que la guerre à out rance comme « solution» du problème algérien . Si les déclarations faites par le géhé raI de Gaulle avant le scrutin l.es élections en Algérie n'ont intéressé que les candidats le fosdsme ne passero pas ! "06 si... loaoillorde est passé « Rivarol }) nous avertit... droite et même l'extrêm~-droite, que le découpage arbitraire des circonscriptions accentue encore. Il suffisait nour s'en convaincre, de parcourir la presse fasciste et raciste ... « Pourauoi dissimulerais-je que le scrutin du 23 novembre 1958 provoque chez moi une jubilation intense ? », écrit Xavier Vallat dans {( Aspects de la France (28-11). Son compère Louis Olivier de Roux, c( président des comités directeurs d'Action française » renchérit (12-12): cc Certains jours nous ont paru bien lourds, mais nous ne regrettons pas d'avoir affirmé que la malice des hommes n'emvêcherait · pas le mouvement sauveur du 13 mai de développer ses effets logiques ... « De nouveaux 13 mai seront peutêtre nécessaires ,' du m.oins avons-nous encore beaucoup de bon à tirer de celui de cette année ... cc Pouvions-nous raisonnablement espérer franchir en six mois une plus grande étape ? « Je ne le crois vas ... Cette étape était la 'Olus difficile, car elle était celle sur laquelle nous avions le moins d'action. Nous 'Douvions la prédire, mais nous n'avions guère les moyens de la provoquer et de la conduire. Maintenant que lé buldozer est passé, notre heure arrive où nous pouvons aair sur les orientations futures. Aucune exclusive ne nous entrave '!Jour faire pénétrer dans la cire molle de l'ovinion. les doctrines expérimentées de l'Action Francaise.. . » Et le même journal met ainsi les points sur les i : « M . Frell a prétendu Gue les voix obtenues par son parti (l'U.N.R.) ne venaient pas de la droite ... c( Si, dans maintes circonscriptions, les électeurs et électrices de droite n'avaient pas voté pour les candidats de l'U.N .R., ceux-ci auraient mordu la poussière. Oui, M. Soustelle n'aurait pas été élu à Lyon. Le colonel BourgOin n'aurait pas toutes les chances de l'être à Paris-XII'. De même, M. Garnel à Nîmes, etc... » Dans {( Rivarol », Lucien Rebatet, (qui officiait sous l'occupation à « Je Suis Partout ») voit dans les élections récentes « un spectacle aSsez digne de compter dans l'existence de ceux qui ont vu l'arrouant délire du Front Populaire, l'affreux retour, en 44, de, tous les vaincus de 40, et plus près de nous, les fameuses semaines de la grande espérance 1;tendésienne. » (4 12). Et Pierre Dominique, dans le même numéro, ajoute : c( Voilà ce qu'a fait l'électeur, et qui n'est pas mal du tout. Souvent berné, souvent trompé, souvent aveugle, cette fois-ci il a -et nous y sommes peut-être, par nos campagnes, pour quelque chose - vu assez juste et frappé assez fort. » Analysant d'autre part le rôle de l'U.N.R., P. Dominique souligne, lui aussi. que c( beaucoup de Poujadistes, beaucoup d'adversaires du Système, d'hommes désireux de changement, d'amis de l'Armée a'Afrique }) ont voté pour ses candidats. avaient pu susciter quelques espoirs {ou illusion s), il faut bien constater a ujourd'hui d'une part que les élus, comme d'ailleurs l'ensemble des candidats, ne se différencient pas notablement les uns des autres sur le plan politique, et que, d'autre nart, les élections se sont déroulées dans des conditions appelant les plus extrêmes réserves. Plusieur s personn alité de tendances lU 'bérales, ou simplement non-conformistes, qui avaient l'intention de se présenter, ont dû finalement renon;.: er, parce qu'elles n'avaient pu obtenir les garanties nécessaires. C'est le cas, n otamment. de MM. Chevalier, ancien maire d'Alger, Alain Savary (socialiste autonome), Paul Cianfarami (radical), Dominique Crevaux, maire de Philippeville, et J acques Fonlupt-Esperaber , catholique et gaulliste. Dans une mise au point courageuse, ce dernier a dénoncé c( ceux qui « organisent » les élections du 30 novembre » avec l'objectif « de tenter de confirmer par le choix des hommes cette contre-vérité manifeste que la population musulmane réclame l'intégrat ion ». {( L es listes de candidats, a-t-il encore déclaré, n'ont pu être formées qu'avec la collaboration et, le plus souvent, sur l'initiative des autorités militaires substituées au pouvoir civil », notamment « dans Zes circonscriptions où il n'existe qu'une liste unique et dans celles où s'affrontent deux listes généralement de même tendance, et qui ne s'opposent qu'en raison de rivalités personnelles ». {( T rès souvent les deux listes ont été constituées par les mêmes moyens : l'une devant être assurée du succès, .'autre étant destinée à donner à une désignation d'office les apparences d'un libre choix. » Et M. Fonlupt-Esperaber ajoutait : « Les cadres militaires locaux seront les maîtres du scrutin, qui sera organisé dans le sens de l'approbation de l'intégration... Aussi bien, comment pourrait-on imaainer que les électeurs musulmans, victimes depuis quatre lonques années des pires traitements - lesauels, je suis prêt à en apporter la preuve, n'ont pas pris fin - et vivant dans la peur jour après jour, oseraient désobéir. }) « Il paraît donc certain, concluait-il, '7ue les élections prochaines donneront des résultats tout aussi illusoires que celles du passé.» Le déroulement et le résultat des élections algériennes semblent ,iustifier pleinement_ ces apnréhensions. Les abstentions ont été massives (80 % dans certains régions); les querelles et contestations entre candidats ont mis en lumières de graves irrégularités, que confirment maints té7 moignages. On ne peut juger de la situation présente en Algérie qu'en tenant compte de ces données essentielles : elles ne permettnt pas d'entrevoir pour le moment la fin de l'effusion de sang. Louis MOUSCRON. Sur ' la base des projets élaborés Il faut une législation pour réprimer les acti~ et antisémit~ LE racisme et l'antisémitisme jouissent du rare pri vi lège, dans notre pays, d'ê tre l' une des manifestations anti-socia les et anti-républicaines qui demeurent impunies. Aussi comprend-on pourquoi les provocations et les agressi.ons racistes peuvent se multip lier et augmenter de vio lence de jour en jour, constituant ainsi un grave danger pour l'ordre socia l. Sans doute, la lutte que les démocrates et les défenseu rs des d roits de l'homme mènent contre ces activités dangereuses parvient-elle à mettre souvent en échec toutes tentatives de créer un climat de désunion civile. Les résultats obtenus seraient plus efficaces, pl us décisifs si les pouvoirs publics se désintéressaient moins qu'actuellement de ces menées coupables, apportaient la consécration de l'autorité législative à cette lutte engagée depuis longtemps par des citoyens courageux. Cependant, nous devons à la vérité de reconnaître que le gouvernement, sur la pression des anti racistes, avant la dernière guerre mondiale, s'était efforcé de donner satisfaction, dans une certaine mesure, à l'opinion du pays. A cet effet, M. Marchandeau, alors ministre de la Justice, a fait promulguer un décret- loi du 20 avril 1939 punissant la diffamation commise à l'encontre d'un groupe de personnes appartenant, oar leurl orig ine, à une race ou à une religion déterminées, lorsqu'elle aura pour but d'exciter à la hai ne entre les citoyens ou habi tants. Ce texte a été incorporé dans l'art. 32 de la loi du 29 juillet 1881 sur la libe rté de la presse. DE L'I NSUFFISANCE DES TEXTES ... De cette initiative, qui marquait alors un premier pas en avant, le moins qu'on puisse dire aujourd 'hui, c'est qu'elle était à la fois ta rdive et à peu près inefficace. Elle était tardive, car, à l'époque, quelques mois avant l'agression hitlérienne, la propagande raciste avait gangrené une bonne partie de l'opinion dans notre pays, en sorte que la possibilité de faire appliquer ce texte s'est trouvée fortement compromise. Du reste, le gouvernement du maréchal Pétain n'allait pas tarder à l'abroger. Ce n'est qu'à la fin de l'occupation allemnde, quand sont intervenues les ordonnaces rétablissant la liberté républicaine, que le décret Marchandeau a été remis, en vigueur. Mais, outre cela, le défaut principal de ce texte, c'est qu'il est incumplet et d'une application difficile. Incomplet, il l'est parce qu'il ne sanctionne point toutes les formes du racisme et de l'antisém'itisme, mais seulement celle qui présente le caractère de la diffamation et encore celle-ci n'est punie que si la preuve est faite (alors qu'une présomption légale devrait suffire), qu'elle sert de moyen pour créer un climat de haine et de violence. Quant à la difficulté d~ son application, elle consiste en ce que les victimes de la diffamation raciste ne sont point des individus pris isolément, mais des catégories de personnes ayant pour seul trait commun d'appartenir à une race ou à une relig ion déterminée. En un mot, il s'agit d'une diffamation d'ordre collectif. On est ainsi en dehors de la diffamation de droit commun, qui concerne les personnes physiques ou morales, et l'on entre dans la diffamation envers des catégories sociales dépourvues de personnalité. Ce n'est qu'exeptionnellement, pour sauvegarder l'ordre publ ic, qui exige le respect envers les grands corps constitués de l' Etat, que la loi sur la presse a prévu la répression de la diffamation dirigée contre eux. Comme ceux-ci non plus n'ont pas la personnalité civile, étant intégrés dans l'Etat dont ils ne sont que des orga nes, c'est l'Etat lui-même, représenté' par son gouvernement, qui se trouve atteint par les diffamateurs, et c'est le gouvernement qui juge de l'opportunité de demander contre eux l'ouverture des poursuites judiciaires. Or, tel n'est point le cas de cette catégorie sociale constituée par un ensemble racial. Aucune fiction légale ne saurait être util isée pour lui conférer une personnal ité et en faire ainsi un sujet de droi ts. Car, quel serait dans ce cas son reRrésentant qualifié, puisque ce groupe est amorohe,

.~ns aucune structure comportant organes

de direction et de contrôle '1 Il aurait fallu plutôt que le législateur lui désigne un ou plusieu rs tuteurs. On verra tou t à l'hE que cela est possible grâce à la techni dont il sera question pl us loi n. En attend il faut reconnaître que ce groupe ~ocial, l'état des choses, n'est poi nt absolurr sans protection : il y a en effet le Mi tère public, dont il convient de défini rêle en pareil!e matière. ... A LA « NEGLIGENCE » DES POUVOIRS PUBLICS Ce rôle ne laisse point d'êt re de r mier plan. Un éminent magistrat, M. 1 land, conseiller à la Cour de cassation, signa lé dans une étude récente parue c la Semaine juridique et concernant la r sion de préventions des infractions majel qui échoit au Ministère public. Il déc UN ARTICLE DE Me Georges SAROTTE Membre du Bureau National du M.R.A.P. que les poursuites engagées contre ceux excitent à 1" haine raciale -résentent ca ractère préventif, car elles permet' d'éviter le pire en arrêtant la contagi.on virus raciste. Malheureusement, l'on doit penser qu le conseiller Rolland s'est donné la p' de se livrer à cette étude, c'est ~ aucun doute une façon pour lui de sugg au iVlinistè re public de ne point négli du moins en certaines matières, cette r sion préventive qui lui incombe. Car c un fait que, en ce qui concerne la ques du racisme, sa diligence n'est point ren quable (comme du reste dans ceile d, répression des contraventions en matièrE sécurité des travailleurs sala riés, parti liè rement les mineurs, dànt il est ég. ment question dans l'article de ce f magistrat) . On peut, pour la décharge Parquets, supposer que c'est précisérr le peu d'efficacité du second alinéa l'actuel article 32 de la loi sur la rn qui permettrait d'expliquer cette carel car comment serait-on encouragé à f appliquer une loi dont l'application ingrate et alors qu'on s'attend à voir meilleures réquisitions achopper contre relaxes fréquentes? CONTRE TOUTES LES FORMES DU RACISME C'est en présence d'une telle situat qu'il faut déplorer - et qu'il serait ~ d'espérer voir réparée grâce à un retc nement de la jurisprudence, chose iml bable même avec la meilleure volonté tribunaux - que le M.R.A.P. a pris l' tiative de mettre sur le chantier une gislation plus efficace, s'appuyant sur nouvelles bases. Celles-ci comportent c éléments: d'une part, une modificat ion la qualification pénale en lui donr une extension dépassant la simple di mation, et, cela, par l'inclusion d'au manifestations de l'agressivité raciste , d'autre part, l' établissement d'une pre dure grâce à laquelle les groupements ciaux auraient des tuteurs légaux pour protéger en justice. En ce qui concerne le prem ier élém le M.R.A.P. demande que, au lieu l'objet de l'i ncrimination consiste seulen dans la diffamation, elle englobe dans l', nir d'autres manifestations auxquelles livrent des racistes en vue de créer un mat de haine et de violence à l'égard citoyens ou habita nts appartenant à race ou à une religion déterminées. Pour l'élément procédura l, il est cer que la possibil ité accordée à des grOl ments antiracistes de poursuivre d ire ment les manifestations du racisme., dal reuses par définition pour la paix publ et pour l'ordre socia l, présentera cet a' tage d' épauler le Ministère public dan~ poursuites, en exerçant l'action suppli de la partie civile. Mais pour cela, il dra un texte exprès, puisque la Char criminelle de la Cour de cassation, s puyant sur l'article 2 du Code d'instruc torale) Les soÎxante-et-onze « LE FASCISME NE PASSERA AS ? MAIS SI... LA GAILLARDE ST PAS,SE. » C'est Rivarol du 4 déembre qui nous prévient, dans le gros üre d'un article consacré aux élec ·.ons en Algérie. « Lagaillarde étant ma connaissance, écrit l'auteur de et article, le seul député à avoir le ourage de se dire « fasciste », avec out ce que cette étiquette imprécise omporte de nationalisme « exaspé' é » et de courage lucide, je salue en 'a victoire l'entrée du « , fascisme » ans la V' République. » Lagaillarde est le symbole même es « hommes du 13 mai ». Il était la tête du groupe qui pénétra au iège du Gouvernement général, au ,alcon duquel Massu devait lancer, eu après, son fameux ultimatum aux utorités républicaines : « Moi, généal Massu ... » C'est aussi de « l'esprit du 13 mai » ue se réclament les 70 autres députés 'Algérie. Partisans de « l'intégra~ ion », tous sont opposés faroucheent à toute négociation, et n'enviagent que la guerre à outrance come « solution» du problème algérien. Si les déclarations faites par le gééral de Gaulle avant le scrutin intéressé que les candidats 6 si... loaoillorde en passé avertit... vaient pu susciter quelques espoirs ou illusions), il faut bien constater ujourd'hui d'une part oue les élus, omme d'ailleurs l'ensemble des canidats, ne se différencient pas notalement les uns des autres sur le plan olitique, et que, d'autre nart, les élec, ions se sont déroulées dans des conitions appelant les plus extrêmes ré, erves. Plusieurs personnalité de tendances éraIes, ou simplement non-conforistes, qui avaient l'intention de se résenter, ont dû finalement renonr, parce qu'elles n 'avaient pu obteir les garanties nécessaires. C'est le as, notamment. de MM. Chevalier, ncien maire d'Alger, Alain Savary socialiste autonome), Paul Cianfarai (radical), Dominioue Crevaux, aire de Philippeville, et Jacques onlupt-Esperaber, catholique et gauliste. Dans une mise au point courageuse, e dernier a dénoncé « ceux qui « oranisent » les élections du 30 novemre » avec l'objectif « de tenter de onfirmer par le choix des hommes ette contre-vérité manifeste que la opulation musulmane réclame l'in tération ». « Les listes de candidats, a-t-il enore déclaré, n'ont pu être formées u'avec la collaboration et, le plus ouvent, sur l'initiative des autorités ilitaires substituées au pouvoir ciil », notamment « dans Les circonsriptions où il n'existe qu'une liste nique et dans celles où s'affrontent eux listes généralement de même endance, et qui ne s'opposent qu'en aison de rivalités personnelles ». 1 Très souvent les deux li stes ont été

onstituées par les mêmes moyens :

'une devant être assurée du succès, 'autre étant destinée à donner à une ésignation d'office les apparences 'un libre choix. » Et M. Fonlupt-Esperaber ajoutait: « Les cadres militaires locaux seront es maîtres du scrutin, qui sera orgaisé dans le sens de l'approbation de 'intégration... Aussi bien, comment ourrait-on imaainer que les électeurs usulmans, victimes depuis quatre onques années des pires traitements lesauels, je suis prêt à en apporter a preuve, n'ont pas pris fin - et viant dans la peur jour après jour, oseaient désobéir. » « Il paraît donc certain, concluait-il, ,Ille les élections prochaînes donneront es résultats tout aussi illusoires que Icelles du passé.» Le déroulement et le résultat des lections algériennes semblent justiIfier pleinement. ces apnréhensions. es abstentions ont été massives 80 % dans certains régions); les oueelles et contestations entre candidats ont mis en lumières de graves irré' gularités, que confirment maints té~ Imoignages. On ne peut .iufler de la situation rrésente en Algérie qu'en tenant compte de ces données essentielles : Iles ne permettnt pas d'entrevoir pour le moment la fin de l'effusion de sang. Louis MOUSCRON. Sur' la base des projets élaborés par le M.R.A.P. Il faut une législation plus efficace pour réprimer les activités racistes et antisémites LE racisme et l'a ntisémitisme jouissent du rare privilège, dans notre pays, d'être l'une des manifestations anti-sociales et anti-républicaines qui demeurent impunies. Aussi comprend-on pourquoi les provocations et les agressions racistes peuvent se multiplier et augmenter de violence de jour en jour, constituant ainsi un grave danger pour l'ordre social. Sans doute, la lutte que les démocrates et les défenseurs des droits de l'homme mènent contre ces activités dangereuses parvient-elle à mettre souvent en échec toutes tentatives de créer un climat de désunion civile. Les résultats obtenus seraient plus efficaces, plus décisifs si les pouvoirs publics se désintéressaient moins qu'actuellement de ces menées coupables, apportaient la consécration de l'autorité législative à cette lutte engagée depuis longtemps par des citoyens courageux. Cependant, nous devons à la vérité de reconnaître que le gouvernement, sur la pressi()n des antiracistes, avant la dernière guerre mondiale, s'était efforcé de donner satisfaction, dans une certaine mesure, à l'opinion du pays. A cet effet, M. Marchandeau, alors ministre de la Justice, a fait promulguer un décret-loi du 20 avril 1939 punissant la diffamation commise à l'encontre d'un groupe de personnes appartenant, oar leurl origine, à une race ou à une religion déterminées, lorsqu'elle aura pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants. Ce texte a été Incorporé dans l'art. 32 de la loi du 29 juillet 1881 sur la 1 iberté de la presse. DE L'INSUFFISANCE DES TEXTES ... De cette initiative, qui marqua it alors un premier pas en avant, le moins qu'on puisse dire aujourd'hui , c'est qu'el le éta it à la fois tardive et à peu près inefficace. Elle était tardive , car, à l'époque, quelques mois avant l'agression hitlérienne, la propagande raciste avait gangrené une bonne partie de l'opinion dans notre pays, en sorte que la possibilité de faire appliquer ce texte s'est trouvée fortement compromise. Du reste, le gouvernement du maréchal Pétain n'allait pas tarder à l'abroger. Ce n'est qu'à la fin de l'occupation allemnde, quand sont intervenues les ordonnaces rétablissant la liberté ré publ icaine, que le décret Marchandeau a été remis, en vigueur. Mais, outre cela, le défaut principal de ce texte, c'est qu'il est incumplet et d'une application difficile . Incomplet, il l'est parce qu'il ne sanctionne point toutes les formes du racisme et de l'antisé m'rtisme, mais seulement celle qui présente le caractère de la diffamation et encore celle-ci n'est punie que si la preuve est faite (alors qu'une présomption légale devrait suffire), qu'elle sert de moyen pour créer un climat de hai ne et de violence. Quant à la difficulté de son application, elle consiste en ce que les victimes de la diffamation raciste ne sont point des individus pris iso lément, mais des catégories de personnes ayant pour seul trai t commun d'appartenir à une race ou à une relig ion déterminée. En un mot, il s'agit d'une diffamation d'ordre coll ectif. On est ainsi en dehors de la diffamation de droit commun, qui concerne les personnes physiques ou morales, et l' on entre dans la diffamation envers des catégories socia les dépourvues de personna lité . Ce n' est qu'exeptionnellement, pour sauvegarder l'ordre public, qui exige le respect envers les grands corps constitués de l'Etat, que la loi sur la presse a prévu la répression de la diffamation diri gée contre eux. Comme ceux-ci non plus n'on t pas la personna lité civile, étant intégrés dans l'Etat dont ils ne sont que des organes, c'est l' Etat lui-même, représenté ' par son gouvernement, qui se trouve atteint par les diffamateu rs, et c'est le gouvernement qui juge de l'opportun ité de demander contre eux l'ouverture des poursu ites judiciaires. Or, tel n'est point le cas de cette catégorie socia le constituée par un ensemble racial. Aucune fiction légale ne saurait être utilisée pour lui conférer une personnalité et en faire ainsi un sujet de droits. Car, quel serait dans ce cas son reRrésentant qualifié, puisque ce groupe est amorohe, ~·tnS aucune structure comportant organes de direction et de contrôle? Il aurait fallu plutôt que le législateur lui désigne un ou plusieurs tuteurs. On verra tout à l'heure que cela est possible grâce à la technique dont il sera question plus loin. En attendant, il fau.t reconnaître que ce groupe social, en l'état des choses, n'est point absolument ~a ns protection: il y a en effet le Ministère public, dont il convient de définir le 1 ê le en pareille matière. ... A LA « NEGLIGENCE» DES POUVOIRS PUBLICS Ce rôle ne laisse pOint d'être de premier plan. Un éminent magistrat, M. Rolland, conseiller à la Cour de cassation, l'a signalé dans une étude récente parue dans la Semaine juridique et concernant la mission de préventions des infractions majeures qui échoit au Ministère public. Il déclare UN ARTICLE DE Me Georges SAROTTE Membre du Bureau National du M.R.A.P. que les poursuites engagées contre ceux qui excitent à !o haine raciale ~résentent un caractère préventif, car elles permettent d'éviter le pire en arrêtant la contagi.on du virus raciste. Malheureusement, l'on doit penser que si le conseiller Rolland s'est donné la peine de se livrer à cette étude, c'est sans aucun doute une façon pour lui de suggérer au illlinistère publ ic de ne point négliger, du moins en certaines matières, cette mission préventive qui lui incombe. Car c'est un fai.t que, en ce qui concerne la questi()J1 du racisme, sa diligence n'est point remarquable (comme du reste dans ceile de la répression des contraventions en matière de sécurité des travailleurs salariés, particulièrement les mineurs, dont il est égaiement question dans l'article de ce haut magistrat). On peut, pour la décharge d es Parquets, supposer que c'est précisément le peu d'efficacité du second alinéa de l'actuel article 32 de la loi sur la rresse qui permettrait d'expliquer cette carence, car comment serait-on encouragé à faire appliquer une loi dont l'application est ingrate et alors qu'on s'attend à voir les meilleures réquisitions achopper contre des relaxes fréquentes? CONTRE TOUTES LES FORMES DU RACISME C'est en présence d'une telle situation, qu'i l f'lut déplorer - et qu'il serait vain d'espérer voi r réparée grâce à un retournement de la jurisprudence, chose improbable même avec la meilleure volonté des tribunaux - que le M.R.A.P. a pris l'i nitiative de mettre sur le chantier une législation plus efficace, s'appuyant sur de nouvelles bases. Celles-ci comportent deux éléments: d'une part, une modification de la qualification pénale en lui donnant une extension dépassant la simple diffamation, et, cela, par l'inclusion d'autres manifestations de l'agress ivité racis te , et, d'autre pa rt, l' é tablissement d'une procédure grâce à laque lle les groupements raciaux auraient des tuteurs légaux pour les pro téger en justice. En ce qui concerne le premier é lément, le M.R.A.P. demande que, au lieu que l'objet de l'incrimi nation consiste seulement da ns la diffamat ion, elle englobe dans l'avenir d'autres ma nifestations auxquelles se livrent des racistes en vue de créer un climat de haine et de vio lence à l'égard des citoyens ou habitants appa rtenant à une race ou à une re li gion détermi nées. Pour l'élément procédural, il est certain que la possibi l ité accordée à des groupements a ntiracistes de poursuivre directement les manifestations du racisme., dangereuses par définition pour la paix publique et pour l'ordre social, présentera cet avantage d'épauler le Ministère public dans les poursu ites, en exerçant l'action supplétive de la partie civile. Mais pour cela, il faudra un texte exprès, puisque la Chambre criminelle de la Cour de cassation, s'appuyant sur l'article 2 du Code d 'instruction criminelle, refuse aux associations toute action civile dans les poursuites au sujet desquelles elles ne justifient avoir subi un préjudice direct, à moins toutefois qu'elles ne bénéficient d'une dérogation légale à cette règle inexorable. Or, en ces derniers temps, diverses lois sont venues accorder de tel l es dé rogations et permettre à des associations, après les syndicats professionnels, de poursuivre les individus ayant commis des délits portant atteinte à leur objet social. On peut citer comme exemple, déjà; relativement ancien, les associations fami- - liales (pour les délits concernant la famille et la natalité), puis les ligues antialcooliques, les associations pour la protection des appellations contrôlées, etc ... C'est sur cette double base que le M.R. A.P. a fait élaborer, par son Comité juridique, une proposition de loi qui a été soumise à l'approbation de son président, M. Léon Lyon-Caen, premier orésident honoraire de la Cour de cassation et que notre Mouvement a suggéré au Conseil Représentatif des Israélites de France (C.R. I.F.) de soutenir également. Ce texte, qui sera soumis au Parlement, recevra sans aucun doute l'appui de tous les anwacistes et de toutes les associations préoccupées de faire échec à l'antisémitisme et au racisme. CONTRE LES DISCRIMINATIONS Il convient, en terminant, d'annoncer que, outre cette propOSition de loi, le M.R. A.P. a mis sur pied, dans les mêmes conditions, une -autre proposition de loi tendant à ounir les faits de discrimination raciale, t~ls que refus d'embauche, de prestation de fournitures ou services, ou encore de titres, émanant soit de personnes privées ou de leurs préposés, soit de fonctionnaires publics, toutes les fois qu'il existe à la charge de ces personnes une obligation juridique d'a t tribuer ces droits aux réclamants. Il ne sa urait être objecté. à ce sujet, que

es victimes de telles pratiques ont déjà

à leur disposition des recours non répressifs, soit administratif, soit de droit privé. En effet, de tels recours, outre qu'ils ont moins d'efficacité que la perspective de sanctions péna les, sont souven t d'un maniement difficile, surtout quand les intéressés sont des économiquement ou socialement faibles, comme on en trouve beaucoup chez les persécutés raciaux. Du reste, notre législation répressive commence à s'enrichir de di spositions diverses concernant les procédés de discrimination à l'égard de personnes formant des catégories socia les particulières. On connaît la loi qui punit les propriétaires bailleurs ayant refusé de louer à des candida tslocataires parce que ceux-ci sont chargés d'une nombreuse famill e. En 1956, le Parlement a apporté un complément à la sauvega rde de la liberté syndicale par une loi punissant ceux qui se sont rendus coupables envers les travailleurs de di scriminations basées sur leur appartenance ou non- appartenance à un syndicat. La proposition de loi, dont il est ici question, ne fai t donc que refléter une tendance de plus en plus forte de l'op inion à voir di spa raître à notre époque les d iverses formes de d iscrimination qui perpétuent les iniquités et l'exploitation des faibles. Du reste, de plus en plus, dans plusieurs pays, de telles agressions contre les droi ts de l'homme tombent sous le coup des sanctions pénales du droit pùsitif, celui-ci se dégageant a insi de la sphère des grands principes qui constituent plutôt des recommandations d'ordre moral que des normes impéra t ives. C'est ainsi que d'après une information récente, une loi dans l'Etat de New-York réprime la discrimination raciale, quand elle est commise par des propnetaires refusant de louer à des candidatslocataires dont la race est considérée comme un vice redhibitoire. En Russie Soviétique, et dans les démocraties populaires, existent des lois très rigoureuses contre le racisme. En con~~q u ence, la France, où un timide essai a été fait il y aura bientôt vi ngt ans, ne doi t point demeurer en arrière sur ce terrain; elle tiendra certainement à honneur de développer sa législa t ion contre le racisme, jusqu'ici incomplète et peu adéquate. Il y va de la sauvegarde de la paix sociale et de la démocratie. !1!l!!ltg192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)gggg~~::4 mai 2010 à 12:37 (UTC)gmgU192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)'~I.!!!:~i m~llllllli1jjjilllllll~ ljjjjjj!jjljjjjljjjjjjjjjjljjjjjjjjjjjjjjji;iilHHllll Le lundi 1er décembre à 14 h . 30, la "a diodift'usion française a présenté, sur la chaîne « France III»: Un dimanche d'cspGir, de Morena Casamance. Nous tenons à saluer cette pièce antiraciste et à en féliciter l 'auteur. Comédienne et chanteuse neire, More na Casamance se défend d'être autew , dra matique car. dit-elle, elle n'a écrit cette pièce que pour permettre à l'acteur de couleur de s 'exprimer cians des rôles différ ents de ceux Qu'on lui conLe d'ha. bltude (à savoir: les domestiques, S ~ yl f ~ ou pas, et autres figurations plus ou moins intelligentes) et aussi , parce que les crimes commis au nom du racismE' l'ont r évoltée à un tel point qu'elle a sen Li l 'impér ieux désir de les stigmatiser p ar tous les mnyen s 'à sa disposition. Or. bien qu'elle se dénie la qualité d'écrivain Mer en3. Casamance fait preuve d'un talen t d'au teur qui ne peut être méconnu ; e!:e s exprime dans un style n euf et h ardi Cette scène montre les différents protagonistes en train de commenter une photo publiée par un journal, et représentant des racistes blancs qui poursuivent des enfants noirs, pour les empêcher d'entrer à l'école (la presse a reproduit plusieurs photos de ce genre, lors des récents événements de Little Rock). T ina est une petite fille d'une dizaine d'années ; Lucia, une jeune femm e; Thi motée, un viel homme; Ludovic et Arthème, des jeunes gens ; Nazai re, leur père; Eglantine, leur mère. TIN A. - Ah ! regardez la photo de celui-ci qui lance un coup de pied! il ressemble à ce d vmon qui est sur mon image de 1re communion ! Il f a it la m ême grimace en tordant la bouche ! (bruits de tiroirs qu'on ouvre). Rega rdez ! la même bouche, les mêmes yeux! LUCIA. - Donne un p eu cette image! Ma is... elle a r a ison... la m ême bouche tordue, les m êmes yeux de bia is ... et le cul en l'air .. comme sur la photo! T OUS . - Oh ! Oh ! c 'est bien vrai, bien vrai... m a is c 'est terrible çà... terrible! C'est pas possible une chose comme ç à... pas possible ! pas possible ... THIMOTHEE. - Une chose comme ça est possible! D'abord qui a dessiné ou peint cet te image ? LUCI A. - (lisant ) « L'Enfer des damnés »... p a r Cimabue... m il deux cent Qua r a nte, mil t rois cent un ... LUDOVIC. - Il faut prononcer « Tchimamboué » et non pas Cima bue! TOUS. - Ah ah ! Tchimamboué ! Tchimamboué ! ~!~!:::':::::::::::Ei,~,:,~,~:,::;:',~~I~ Le Prix Renaudot a été décern é, cette année. à un jeune éc riva in martiniquais. Edouard Gli ssa nt, pour son roman, « La Lézarde» . Les antiraci stes ne peuvent qu 'êt re sens;bles à cette décision, qui souligne l' imoortance cro issante des écri va ins de coul eur, et en général d'outre-mer, dans la 1 i ttérature contemporai ne. Issu d'une famille de travaill eurs, Edouard Gli ssant connaît bi en la vie misérable des ouvri ers des pl antati ons, surexploités par les gros colons. dont il .dépei nt , di' ns son livre, la misère et la révolte. Ma is « La Lézarde » n' est pas un roman réa liste au ~e ns habituel du mot et pas dava ntage une oeuvre « à thèse ». Si le suj et est a ttachant, et ne manque pas de « suspense », si les personnages di scutent d èS grands probl è- (j)GUT la mai~(fJn d~ 04nn~ Ç}z:ank Mme Marguerite Jamois, dir ec trice du Théâtre Montparnasse-Gaston Baty, nous adresse la let t re suivante : Quand la nouvelle que la maison où Anne Frank vécut pendant l'occujJation allemande à Amsterdam, devait être démolie et remplacée par une usine, tous ceux qui senta ient que cette maison était devenue un symbole d'Anne Frank ont jJrotesté. De cette protestation est née la Fondation Anne Frank. Le but de cette Fondation est de réparer et de remett re en état cette maison, et d'y créer un Centre de Jeunesse International, sans barrières de nationalité ou de religion. Dans tous les pays où on a joué « Anne Frank ), les théât res ont bien voulu apporter leur cont ribut ion en consacrant une représentation à cette Maison du Souvenir. A cette occasion, le Théâtre Montparnasse- Caston Baty donnera une MATI N EE EXCEPTIONNELLE LE SAMEDI 27 DECEMBRE à 15 HEURES. Nous ne sa urions trop recommander à nos lecteurs de répondre à cet appel. LU • VU Un dimanche et cette pièce, qui a été écrite spécial ement en fonction du moyen radiophonique, est vibrante de vie et de vérité. L'action se passe aux Antilles et . ccmme l'indique son titre, un dimanche. FourquOl un dimanche? Parce que C:!St le jour de repos, le jour de paix aussI par excellence ou. du moins, celui qui devrait l 'être en a t tendant Que tous les jours de .la semaine le soient également. Et l'espoir? Eh b ~en! c'est Justemem l 'espoir en des jours meilleurs pour tous les hommes. quelles Que soient leur ongine. leur race. leur r eligion ou leur cc ndition sociale. Mais . si elle veut impo ser cette grande idée d 'amour à l'humanité. cette pièce n'a rien d'un sermon et les personnages en sont bien vivants. avec leurs qualités. leurs défauts. leurs joies et leurs peines. Ils sont là. ce dimanche. r éunis à l'heure du punch comme peuvent se r éunir les hommes de n'importe quelle partie de la terre NAZAIRE. - Mais çà fait africain çà ... comme Malinké, Soukélé ! TINA. - Bankoulélé ! (gros rires) . TIMOTHEE. - Assez rire vous autres! Quand l'intelligence et le savoir ont parlé, il faut vous taire ! NAZAIRE. - Alors. mes fils, vu les sacrifices que j'ai fait pendant des années pour vous envoyer au-delà des océans acquérir de l'instruction, pouvez- vous nous dire quelque chose sur ce Cima... Tchima ... LUDOVIC. - Tchimamboué! NAZAIRE. - C'é t ait un nègre d'Afrique? LUDOVIC. - Non, un Italien! Contemporain de Dante Alighieri! ARTHEME. - Maître de Gioto! TOUS. - Alighieri! Giotto! Ah ! que ça sonne bien... Que c'est beau ! , LUCIA. - Ah oui, c 'est beau de conna î tre tous ces beaux noms ! NAZAIRE. - Et de savoir ce que ça veu t dire ! Mes fils ne sont pas des perroquets ! TOUS. - Ah non a lors ! pas des perroquets ! NAZAIRE. - Mais tout ça ne nous dit pas pourquoi des photos tirées en 1958 peuvent se trouver identiques aux personnages d 'une peinture exécutée il y a d es siècles ? TOUS. - Il Y a des siècles! c'est vra i, il y a des siècles ! Terrible ça ... terrible tout bonnement ! ARTHEME. - Simple coïncidence ! THIMOTEE. - Il n 'y a pas de coïncidence! H an !. .. avec les découvertes modernes, si on pouvait montrer à tous les haineux une photo de leurs grimaces ... Si on pouvait leur met tre sous les veux la preuve qu'ils La Lézarde mes posés à un peupie qui s'émancipe, ce 1 ivre apparaît surtout comme une sorte de long poème en prose. une épopée au style luxuriant. Edouard Glissa nt, dans son oeuvre, comme dans sa vie. ne sépa re pas la poés ie d~ la conna issance obj ect ive du monde et de l' act ion pour le transform er. Ecrire est pour lui un acte d'une grande portée humaine et politiqu e. Dénonçant la « dépersonnalisation» culturelle des peuples indigènes, cOmrne « une des fo rmes les plus sournoises de la colonisation », il a récemment expliqué le sens qu ' il donne à cet acte: « L'Antillais doit réaliser sa person nalité p.'opre, qui peut être vraiment une harmonie totale entre un fond ancestral africain et un apport, un acquis culturel européen. « Je pense que cela pourrait donner un êt re assez réussi. « Je crois à l'avenir des cultures métissées. Je crois à l'exemple symbolique, pour l'avenir d'une culture métissée. Et il a joutait: « Mon but est d'essayer de contribuer à une littératu re qui fonde la culture antiljaise dans la dignité, qui déliasse le stade du régional isme, et qui essaie d'amener les vÉrités de la culture antillaise au stade de l'universel» . LE PRIX LOUIS-DELLUC A JEAN ROUCH Très sati sfa isa nte auss; est l'a ttribution du Prix Loui s-De lluc à l'et hnologue Jean ROUCH, di recteur du dépar tement Cinéma au Musée de l'Homme, pour son film : « Je suis un noi r ». Ce film, tourné à Treichville, faubourg d' Abidjan , retrace les périgri nations d'un Nigér:en venu chercher du t ravail, et orenant contac t avec la vill e, incon nue pour lu . Tous les person nages ont été choisis dans la populat ion du qua rtier où se sit ue l'ac t ion. (On a pu voir récemment à Pa ris un autre fi lm remarquable de Jean Rouch : « Fi ls de l'eau ».) • ENTENDU d'espoir lorsqu'ils ont besom d 'un peu de frat ernité ils sont là avec leur envie de r ire et de chanter, avec leur envie de s'aImer et de vivre. de vivre surtout comme des hommes dignes de ce nom. Pour in terpréter sen oeuvre. Mor ena Casamance s est entourée des meilleurs comédiens noirs d'expresion française Entre autres, Habib Ben glia dans le rôle du vieux Thimotée. Douta Seck dans celui de Na zaire. etc ...• etc . .. L'auteur joue le rôle de Lucia. qui est u.le belle jeune femme abandonnée par un mari volage; elle chante également, des biguines. bien sûr. et aussi un blues, ce chant typiquement n ~gr e américain Que. mainten ant. même les blancs ne dédaign ent pas de chanter . Mais, pour mieux vous faire préjuger du ton et du style de la pièce. ncus allons en reproduire ici unE' courte séquence que l'auteur a bien voulu nous communiquer. sont en tous points semblables à des démons ... LUCI A. - Ça ferait des frais! THIMOTEE. - Ça ferait des fr a is ... EGLANTINE. - En tout cas ils sont à plaindre, je trouve ! THIMOTEE. - Franchement oui, ils sont à plaindre. Ce sont de pauvres bougres. je l'ai toujours pensé! NAZAIRE. - Qu'est-ce que j'entends ? Ils sont à plaindre ? Il n'y a au monde que des nègres pour tenir un tel langage ! Dis-moi, Thimothée, est-ce parce que tu es ici, dans ton pays tranquille et tout, que tu te permets de dire pareille chose ? THIMOTEE. - Ce n 'est pas parce que je su is un nègre d ans un pays tranquille, non! Même si j 'étais leur victime je les plaindrais encore. Tenez, regardez la photo des enfa nts : quelles têt es font-ils ? TINA. - Ils ont l'air triste bi.en sûr, mais ils marchent droit et ne font aucune grimace... ils ont l'air d'être p a t ien ts et bien élevés ! THIMOTEE. - E t voilà! Et les a utres ? On dira it des possédés ... Enfin vous l'avez vu vous-mêmes ! ( bruit de journal) celui-là ... et encore celuilà... Belzébuth est content quand il voit çà ! Je n'en démords pas et je répète : les persécuteurs sont plus à plaindre que les persécutés, et tels qu'ils sont là, ces pauvres enfa nts et leurs pauvres parents, ils sont mieux dans leur peau que dans la peau des autres! TOUS. - Da n s ces conditions, oui... Ils sont mieux dan s leur p eau... çà. c'est vrai... c 'est bien vrai! NAZAIRE. - Et moi cont ent d'être dans m a peau à moi si je pouvais leur casser la gueule ! (Silence) . THIMOTEE. - Pourtant on peut dire que ces gens devraient être les meilleurs du monde, car tout ce qui les environne devrait les porter à la générosité. D'abord, au temps où ils émigrèrent d ans cette nouvelle terre, il y avait un véritable trésor : bon climat, du bois en abondance, tout ce qu'il fallait pour construire bateaux, m a isons , meubles. La mer regorgeait d'huîtres, de crabes, de morue, de thons, de langoustes. Dans les bois, il y a vait des dindons gra s et lourds, des c a illes , des faisa n s , des oies, et tan t de m anicous, de daims, de cabris, de bisons , que le gibier était considé ré comme une via nde ordinaire ! LUCIA. - Comme une viande ordinaire ! THIMOTEE. - Et des fruits qui pous s a ient partout : mangues, avocats, pommes de liane, pommes canelle, caïmites et cachimans, barbadine et corossols ... Ah ! mes enfants ... tout ce qu'il fall ait pour bénir Dieu et avoir Je coeur bon! LUCIA. - Au lieu de cela ... Brillante réouverture du Ciné-tlub " AMITIÉ " Créé en novembre 195'i par un groupe de jeunes ant iracis tes le ciné-club «Amitié» a connu une brill ante ac t iv ité pendant trois années consécutives. Ce qui, aux yeux du specta teur averti constitue une prouesse, quand on conna ît les difficultés de tous ordres. et surtout financières. auxquelles se heurte la gestion d'une pareill e ent reprise. Entreprise ambitieuse, cert es. ma 's de quel intérêt, compte t enu de l'audience qu 'a le cinéma. Entreprise neuve. ce ci néclub n'é tant comparablè à aucun autre, en ra ison de son ca ractère antiraciste. On ne peut qu 'admirer le courage et l'a rdeur de ces jeunes, épris de cinéma et de liberté. A l'heure où l'homme, cet éternel Icare. songe le plus séri eusement du monde, à prendre pied sur la lune, à peupl er le ciel de sa tell ites. comment ne pas les. remercier de contribu er à plus de compré hension et d' amiti e entre les peuples et les. races de notre propre pl anète ; Il faut avoir parti cipé à ces débats, après chaque film. Jeunes et moins jeun es la nça ient leurs idées, leurs impress ions, pas sionnés de vé rité. che rchant à extraire de chaque séquence la moelle de vie qui leur permettra it de mieux comprendre les problèmes réels de notre temps. Nous avons eu le pri vilège d'être appuyés par d'éminentes personnalités. comme Simone Dubreuilh, cri t ique ci nématograph ique, qui ne nous a pas ménagé sa sympa thie. comme l' écrivain Armand La noux. le produ cteur Léopold Sch losberg, !e réa lisa teur Pierre Laroche ... Enumérer tous nos grands amis demanderai t plus de place que ne peut en avoir cet a rt ic le. Ma is comment ne pas souli gner l'aide précieuse et désintéressée de notre président, Yves Ciampi, le brillant réalisateur de « Typhon sur Nagasak i », « Les Hé ros sont fa t igués», « Un Grand Patron », etc. .. Combien de fois n'est-il pas venu présenter lu i-même un de nos fi lms, nous conseill er ou encore nous éc la irer sur l'art Ci nématograph iqu e. Grâce à lu i, en parti culie r. nous avons pu pénétrer la vie in time du Japon, son histoi re. ses traditi ons, à travers les com mentaires qu' il nous a fa its des deux fi lms merve ill eux que sont « Okasan » (La Mère) et « Les Amants cru ci fi és ». Et notre but n'est- il pas a tteint chaque fois que cette arme ' redoutable qu' est la camera permet aux spec tateu rs de mieux ccmprendre des hommes viva nt de l'aut re côté du globe. des gens qui aiment comme nous, qui souffrent comme nous, qu i luttent et meurent comme nous ) .. Ce fut le cas, encore une fois. le mardi 9 décembre. pour la réouvertur e annuelle de notre Ciné-Clu b. avec la présentat ion du magnifique fi lm de Richard 8rocks « Une Ile au So leil ». où Harry Bell afonte fai t une créa ti on sensa ti onn ell e. Ce beau film ant irac iste prend tout son sens quand on sa it qu'Harry Bellafonte, ap rès une triomphale tournée en Eurooe, a vu une de ses émissions à la télévision américai ne sabotée. alo rs que dé jà il n'avait dû qu'au courage d'un gérant d'immeuble. d'avoi r pu t rouver un appa rtement à NewYork, hors de Harlem, le quarti er noir. La projec ti on fut sui vie d'un débat animé, qui permet de bien présager de la sa ison 1958-59, de même que le succès remporté . une sema ine plus tard par l'excell ent film iapona is « Bateaux de l' Enfer ». Auss i. vous qui aimez le bon cinéma, et qui êtes anti racis tes. ne manquez pas, si ce n'es t dé jà fai t. d'adhérer bien vite au Ciné-Club Amit ié. d'y amener vos voisins. vos amis qu i, en passant d' inoubliables soirées, s'a rmeront pour le combat quotidien contre le rac isme. Cette belle ent reprise doit être aussi la vôtre. Georges KORENBERG, Les séances ont li eu au cinéma ({ Artistic- Volta ire », 45. rue Richard-Lenoi r, Paris-Il " (Métro : Volta ire ). ,.... ...... ~..,.~..,.4 mai 2010 à 12:37 (UTC).,..~~..,.4 mai 2010 à 12:37 (UTC)192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC) .... ~ """"" . Office de voyages Lafayette Licence de Voyage N° 338 SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER CIRCUITS EN AUTOCAR TOUS BILLETS : FER· AIR . MER LOCATION THEA TRES 78, rue La Fayette VOYACES ORCANISES Entré~ 18. rue Bleue pour le 10 Anniversaire Métro Cadet de l'indépendance d'Israël PAR 1 S - IX· ré 1. PRO. 96-52 TAI. 68-23 En rai son des nombreuses demandes, réservez dès mam1enant vos place:; dan:; les nouveaux avions « Bri ta nnia » et les bateaux « Théodore Hertzl » et « Jérusalem» ainsi que vos chambres d' hôtel ...~ ..,.~~..,. ... ~.....ir-~ 192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)"'~~"'~"'192.168.254.42 ... .::r- ........, " CHRONIQUES SCHOELCHER et le Deux Décembre OUI. en France, dans les temps singulièrement chargés d'inquiétudes, de mystifications et de faux problèmes que nous sommes en train de vivre, se rappelle encore le nom' et le message de Victor Schoelcher, qu'un centenaire édifiant entré tous, avait contribué à faire sortir de la cendre de l'oubli, il y a dix ans de cela? Et pourtant cet homme peu connu, ce philanthrope qui fait honneur à son pays et à sa génération, cet antiraciste convaincu, garde plus que jamais son actualité. par Léonard SAINVILLE Antiraciste parce que républicain, Victor Schoelcher, le libérateur des esclaves, combattit toute sa vie et paya de sa personne, pour faire admettre dans la pratique courante de l'existence, l'égalité complete des races et le respect de la personne humaine, sous ses aspects les plus variés. Seul ou presque seul, il batailla pendant longtemps pour faire entrer de plein-pied dans la cité avec tous les droits et devoirs des Métropolitains, ceux dont la France avait recherché le travail créateur et qui vivaient sous d'autres climats. Sans jamais renoncer à une seule de ses idées ni se compromettre par d'inutiles concessions, il réussit dans sa noble tâche et s'acquit la reconnaissance éternelle de centaines de milliers de parias et de leurs descendants. Il y a soixante dix ans, il y a cent an's de cela. Mais on sait encore moins que ce parfait honnête homme, ce politicien parfaitement désintéressé, avait été d'abord un républicain, et c'est parce qu'il fut un républicain conséquent, qu'il devint un antiraciste déterminé. Dès l'âge de vingt quatre ans, il était entré dans la lutte à côté de 1)es amis des loges maçonniques et des journaux, pour travailler à abattre la royauté des Bourbons qui voulait rétablir en France l'ancien régime. 1848 vit le triomphe de ses idées. Les «( passions coloniales )) déchaînées Lors du coup d'Etat du 2 décembre, il sait risquer sa vie pour la défense de son idéal. On le voit en tête des représentants ceints de leur écharpe, devant la barricade du faubourg Saint-Antoine, où sont également présents, Victor Hugo et Baudin. Il évite de justesse un coup de baïonnette qui ne lui enlève qu'un pan de sa redingote. Il pouvait compter heureusement sur son ami Legouvé, l'auteur d'« Adrienne Lecouvreur ». « Si M. Legouve sait où est M. Schoelcher, qu'il le fasse partir au plus tôt, car s'il est pris, les passions coloniales sont tellement ameutées contre lui, que le Prince lui-même (il s'agit de Louis-Napoléon) s'il le voulait, ne pourrait pas le sauver; on le fusillerait Il fit dire un Ministre du coup d'Etat, Lefebvre-Duruflé. Auparavant, Legouvé, après l'avoir caché pendant deux heures, l'avait successivement conduit chez un de ses amis médecin, puis chez Madame L ... , chez Geoffroy Saint-Hilaire, Serres, professeur au Muséum, enfin chez deux ecclésiastiques, les frères Blanc, pour dépister la police, lancée sur la trace de tous ceux oui étaient suspects au régime qui s'installait. Schoelcher se cachait; mais il ne cessait d'essayer de rejoindre ses amis, pour reprendre la lutte contre Napoléon III. Il fut contraint de prendre la route DROIT ET LIBERTE 15, Fg Montmartre - Pari. 19'1 Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 fr.ne. PAYS ETRANGERS Un an : 700 franel ABONNEMENT DE SOUTIBN 1.000 francs TARIF SPEOAL POUR LA BELGIQUB Cpte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 40 francs et la dernièr~ bande Le gérant : Ch. OVEZAREK Imp. Ab6c~. 176. quai de Jemm~ de l'exil dès le 22 décembre. Il reJOlgnit d'abord la Belgique et enfin un asile sûr en Grande-Bretagne. Il ne devait rentrer dans son pays natal que le 6 août 1870, alors que l'Empire s'écroulait et qu'il fallait barrer la route à l'envahisseur allemand. Le combat de l'exil L'histoire de Schoelcher, républicain exilé, ressemble curieusement à celle de l'illustre proscrit de Jersey, Victor Hugo. Comme lui; il refusa jusqu'au bout de se soumettre à la tyrannie. Comme lui, il méprisa tous LES RENIEMENTS ET TOUTES LES TRA- . HISONS, et surpris autant qu'indigné par l'incompréhension politique de ses compatriotes, il persista à ne voir dans les hommes du coup d'Etat, que des forbans et des assassins. « L'histoire des crimes du 2 décembre » et « Le Gouvernement des Décembriseurs », ouvrages parus en 1852, sont à ce sujet, fort éloquents et significatifs; et nous ne parlons même pas d'un pamphlet plus violent encore, mais moins notoire, intitulé « Les amours de Napoléon, III ou le lupanar élyséen dévoile ». Quand ,en 1859, une nouvelle loi d'amnistie, permit à tous ceux qui avaient participé au mouvement de révolte contre Napoléon III, de rentrer en grâce, Schoelcher s'écria: « Depuis quand les violateurs de la loi sont-ils autorisés à pardonner à ses défenseurs ? Lui, nous aonner amnistie! Comment le pourrait-il ? Il est sous le coup d'une accusation de la Haute Cour de Justice du 2 décembre 1851 qui le traduit devant Les tribunaux pour crime de haute trahison. » Un démocrate exemplaire L'abolitionniste et jacobin Victor Schoelcher, l'homme qui siégea à la Montagne, à l'extrême-gauche de l'Assemblée de la deuxième République, est un adversaire résolu du pouvoir personnel, un partisan fougueux de la démocratie avancée. Pour lui, la source du pouvoir ne peut résider que dans une Assemblée unique élue au suffrage universel, à laquelle est soumis le pouvoir exécutif, et quand il analyse les causes de la défaite républicaine, il les impute uniquement à la désunion des forces de gauche (( Histoire des crimes du 2 Décembre ») et à la lâcheté des députés modérés, mais pas un instant au « gouvernement d'Assemblée ». Pour lui, en face de l'attentat violent ou permanent contre les institutions républicaines, les diverses libertés, l'insurrection armée « est le plus saint des devoirs » (( Haïti », 1840). Enfin il adopte entièrement la thèse de Montesquieu, qui démontre que le fondement de la démocratie est avant tout la vertu des citoyens. En évoquant ce pur visage de l'honnêteté républicaine, en rappelant l'action de ce militant de la fraternité entre les peuples et les races, nous sommes bien amenés à penser une fois de plus à nos propres problèmes, et nous concluons après examen qu'ils étaient aussi ceux de Schoelcher. Son courage, sa haine du despotisme et du pouvoir personnel, restent l'un des plus be.aux exemples, pour tous ceux qui veulent rester des hommes, pour tous ceux qui ne renoncent et ne renonceront jamais au progrès, loi fondamentale du devenir des hommes. il IU-O/JON d'u,n I)-eeen' "".tJete ,le " O,,-oit et Liberte " R4CISME ET NEVROSES A propos de l'article de Roger Maria « Les névrosés », publié dans notre dernier numéro sous la rubrique « Droit et Liberté répond aux mensonges racistes », notre ami M' Sarotte nous adresse la lettre suivante : L'article de mon ami Roger Maria, dans le dernier numéro de ce journal, m'a vivement intéressé, pour ce qu'il tente de rechercher les causes du comportement détestable de jeunes voyous londoniens, lyncheur:; de noirs. Mais l'explication qu'il en a donnée appelle de ma part des réserves. Certes, ce sont bien les succès amoureux de certains Noirs auprès de certaines Anglaises blanches qui sont à l'origine de ces réactions vio4entes. Mais je me sépare de Roger Maria, quand il en trouve la cause dans une jalousie sexuelle maladive. et collective. C'est qu'il explique un phénomène social par un état psychologique particulier et alors que celui-ci n'est pas susceptible de présenter un caractère de contagion coLLective. En effet, il fait appel à un état de névrose sexuelle qui se serait emparée d'un groupe d'individus. Il verse ainsi dans la méthode ambitieuse des psychanalistes qui ont voulu étendre ce mode de diagnostic médico-psychologique à l'étude des comportements collectifs, méthode qui, aux Etats-Unis tout particulièrement, a abouti à des résultats extravaaants. Cette explication est d'autant plus à rejeter qu'il me semble, si j'ai bien compris, que c'est cette jalousie collective qui a été génératrice chez ces lyncheurs de la pratique du racisme. Evidemment, un sentiment comme la jalousie - dont il ne faut pas perdre de vue que c'est un phénome7!ei à éclipses et qu'il présente des degrés d'intensité variable - est susceptible de conduir-e au racisme un individu pris isolément, mais de telles possibilités auraient peu de chances de se présenter dans un ensemble a'inaividus. Dès lors, quelle cause a excité ces jeunes fanatiques à commettre' leurs agressions criminelles ? Cette cause est tout simplement leur racisme plus ou moins invétéré, qui préexistait aux faits ayant provoqué leur réaction violente. Or leur racisme s'est trouvé exacerbé parce que ce qu'ils abominent le plus, abstraction faite de tous autres sentiments, c'est le mélange biologique des races, contradictoire au racisme. Cela dépasse de cent coudé·es, en importance et en gravité, une humiliation sexuelle (qui peut être rachetée par un succès de même nature par ailleurs). C'est pourquoi un raciste s'oppose toujours aux croisements. Il acceptera à la rigueur que, dans la vie sociale, des êtres de races différentes puissent se rapprocher, entrer en relations paisibLes, voire même amicales, mais ces relations n'iront jamais jusqu'à l'accointance des blanches avec des noirs. Ce comportement existe encore anx Antilles françaises, bien que les blancs indigènes aient rabattu beaucoup de la morgue et de la fierté qu'ils manifestaient dans un passé assez récent à l'égard des gens de couleur; mais jamais ils n'inviteront ceux-ci dans leur foyer, et ce serait un crime pour une des leurs de se donner à un noir. C'est là le dernier refuge du racisme, le réduit quasi impénétrable. Les nécessités économiques et sociales exigent de plus en plus que les Etats, même ceux qui ne se distinguent point par un excès de démocratie, cherchent à faire disparaître le racisme dans ses manifestations extérieures les plus voyantes, celles qui intéressent directement l'ordre public, comme les activités économiques, scientifiques, l'éducation, la défense nationale, les relations de travail, etc. Mais S'ils peuvent agir sur ces relations (car elles sont le plus en prise directe avec les rapports de production), il n'en va pas de même pour les conceptions et les sentiments qui se sont ancrés depuis pas mal de siècles et sur lesquels le droit positif n'a aucune atteinte. Ce sont des survivances dont la disparition sera très lente bien longtemps après la disparition des manifestations extérieures de caractère spectaculaire. C'est cette mentalité, qui n'a pas besoin d'être définie par une théorie psycho-pathologique, qui est le facteur déterminant des incidents racistes de Londres. Les racistes sentent qu'ils sont placés devant une alternative

ou le métissage des races, et

alors plus de racisme ,ou bien le racisme et alors coûte que coûte combattre le mélange des races. C'est ainsi que les Américains combattent celuici avec la dernière vigueur, puisqu'ils mettent à mort les noirs qui ont eu des relations avec des blanches, après les avoir inculpés de viol. Les jeunes Anglais, n'ayant pas l'appui des pouvoirs publiCS comme en Amérique, en ont fait moins; c'est déjà trop. Si tant de violence est déployée en ce domaine, c'est que les racistes sentent qu'ils ont affaire à une force énorme dans la formation de laquelle se combinent des impulsions naturelles et sociales, conduisant non pas seulement à la paix entre les races, mais à leur véritable fusion; c'est ce que j'appellerai la loi de « complémentarité biologique », qui fait que l'attrait sexuel entre deux êtres de différente race est très puissant. Cet attrait existe tant pour les hommes que pour les femmes. Mais la susceptibilité des racistes est moins offusquée quand c'est un blanc qui a des relations avec une noire que dans le cas contraire; et cela pour deux raisons .: d'abord parce que en pareille matière, c'eJt surtout le blanc qu'il faudrait frapper, et en second lieu, parce que de tout temps l'homme s'est arrogé plus de liberté que la femme en matière sexuelle, et il serait difficile de sevzr sous prétexte d'assurer sa défense contre un viol. '" *' " Et voici maintenant une mise au point que nous communique Roger Maria: Non, je n'ai pas voulu donner d'explication du com1Jortement des jeunes voyous racistes de Notting Hill - et d'ailleurs - par les névroses sexuelles; je me suis contenté de braquer pour quelques minutes les projecteurs sur cet aspect que ie sais secondaire, mais dont nous ne parlons pour ainsi dire jamais. J'ai cru utile d'en souligner les traits universellement constatés qui font apparaître les racistes sous un jour tel que leur masque à prét.entions doctrinales (pureté de la race, moralité publique, défense de groupe, etc.) s'en trouve arraché et que les honnêtes gens peuvent scruter leur vrai visage : les racistes ne sont pas seulement de cruels imbéciles, mais aussi de pauvres types qui camouflent leur infériorité réelle sous des dehors glorieux. Il faut aussi déshonorer les racistes et il n'est pour cela que de les peindre tels qu'ils sont au delà des appare,nces, qui ne sont déjà pas très flatteuses. Selon cette optique, il est inutile, je pense, de préCiser qu'il ne saurait s'agir, dans mon propos, de tout le racisme, mais d'une certaine catégorie d'individus et d'une fraction s-eulement de leurs mobiles. Si l'on se propose d'explorer les causes mineures et aspects particuliers du comportement raciste, hélas, {( il n'y a que le choix », - et ce n'est pas beau. M ais notre combat quotidien, pour être correctement conduit, pour toucher juste a, semble-Nl, besom de tenir compte autant des caractères communs, objectifs, et des raisons profondes du racisme que de la forêt des mobiles particuliers. Je n'ai voulu éclair-er d'un peu près que les broussailles de la lisière. FAITES CONNAITRE, DIFFUSEZ « DROIT ET LIBERTE» PRENEZ VOTRE CARTE D'AMI DU M.R.A.P. POUR 1959 4 mai 2010 à 12:37 (UTC)~~..-4 mai 2010 à 12:37 (UTC) Eclatant , sucees du GRAND GALA ANTIRACISTE Pour la neuvième fois, le gala annuel organisé par le M.R.A.P. a rempli la salle Pleyel, le 7 décembre, d'une foule de. Parisiens, dés;reux tout aussi bien d'assister à un spectacle de qualité, que de manifester leur appui à notre Mouvement. Après l'ouverture brillante de l'orches_ tre Jimmy Goldstein, Jacqueline Joubert sut, en quelques mots, créer un cou_ rant de sympathie entre la scène et la salle, et à plus d'une reprise, au cours de la sO·.rée, des applaudissements exprimèrent la reconnaissance du public non seulement aux artistes, mais à la charmante présentatrice. Spectac~e de val'iétés; le mot convient parfaitement, puisque cette soirée offrait toute la gamme possible de numéros qu'un gala de ce genre peut comporter: chant, danse, rpcrt, musique, humour. A Caroline Cler, ravissante et spirituelle à souhait, succède le chansonnier Jean-Marie Proslier, qui provoque aussitôt l'hilarité générale, par sa façon très particulière de commenter l'actualité. Et voici que, tout à coup, un ring se dresse sur scène: Alphonse Halimi, le champion du monde des poids coqs, après avoir répondu avec gentillesse aux L'UNION, (Suite de la page 1) rant chauvin et xénophobe rrui trouve des échos jusque dans certains milieux officiels, courant par lequel on tente de masquer les responsabilités dans la crise économique --~ s'amorce. Un grand mouvement efficace Mais ce serait tenir le peuple de France en profond mépris que croire qu'il pourrait se reconnaître dans la promotion r écente d'hommes qui ne se prétendent nouveaux que pour autant qu' ils tentent de dissimuler des tares anciennes. Le peuple de France ne laissera périr ni les Droits de l'Homme et du Citoyen, ni le contexte de démocratie et de paix qui, à travers les siècles, a façonné le rayonnant visage de notre pays. C'est la feuille fasciste « Rivarol» qui sous la signature de Cousteau s'indignait l'autre semaine de ce qu'en France tous les intellectuels - et il nous plaît de considérer comme tels tous les citoyens qui pensent et à quelque classe qu'ils s'apparentent - ~taient unanimement opposés au raCIsme. C'est dans ces conditions que peut se développer un grand mouvement antiraciste comme le nôtre qui, en toutes circonstances, rassemble et unit les plus larges masses issues de tous les courants politiques. Uu mouvement qui a su porter des coups vigoureux aux racistes et aux antisémites. n y a douze mois nous avons infligé une rude défaite à Tixier-Vignancour qui, devant les tribunaux, prétendait obtenir contre nous une lourde condamnation. En avril dernier, à la suite de notre action résolue, après l'affaire de la rue François-Miron, trois policiers racistes furent définitivement suspen- . dus. A la même date nous obtenions l'inculpation du directeur de l'hebdomadaire raciste « Dimanche Madu 7 décembre, , a Pleyel questions de Jacqueline Joubert, montre comment il s'entraîne, puis fait deux rounds contre le jeune espoir Hashas. Maintenant, la danse: danses d'Afrique

NOS PHOTOS En haut Gérard SETY; ci-contre, à droite Monique BIANCHI et Michel DESCOMBEY; à gauche : les WALYANES; ci-dessous

BilJy NENCIOLI

et Lazzara FERRARI • notre espOIr tin)) et nous espérons bien aboutir à sa. condamnation dans un proche avenu. A Vitry-le-François, le M.ILA.P. suscite la réprobation antiraciste unanime du Conseil municipal et de la population contre une grossière tentative de provoquer l'antisémitisme. A St-Quentin le M.R.A.P. engage des poursuites contre un boucher odieux qui enferme un enfant juif dans son frigo après l'avoir 'barbouillé de sang. L'union, notre espoir ... Oui, plus que jamais, un M.R.A.P. puissant est indispensable étendant son influence partout, animé par de courageux et dévoués militants, matériellement soutenu à la mesure des tâches qui lui incombent. Cela est indispensable et cela est possible dans ce grand pays, alors que tout ce que la France compte d ' intelligence et d 'honnêteté se dresse contre le racisme et l'antisémitisme et la xénophobie. Toute notre action passée en té- 1 moigne. Nos dix Journées nationales, dont la dernière s'est déroulée dans une incomparable atmosphère d'union le jour même où s'effondrait la 4e République, le 1er juin. Si nous déplorons la désunion si néfaste des républicains de ce pays, c'est notre fierté de les voir tous surmonter les obstacles pour se rassembler autour de nous quand il faut faire face au racisme. Et après avoir souligné que ce soir encore, réunis autour du président Lyon-Caen, de nombreux amis sont venus apporter au M.R.A.P., de tous les horizons, leur précieux témoignage de sympathie, Charles Palant conclut: C'est dans cette union de tous les républicains, de tous les démocrates, que nous puisons aujourd'hui notre espoir, notre certitude que le racisme et l'antisémitisme seront vaincus, que la liberté et la dignité l'emporteront. Travaillons ensemble et sans relâche à cette grande victoire! Noi e, dynamiques, trépidantes, avec la magnifique troupe des "Wa.lyanes»; puis, un pas de deux. «Renaez_vous», exécuté avec un art consommé, une exquise sensibilite par Monique Bianchi et Michel Descombey, du Corps de Ballet ::le l'Opéra. Chanteur et compositeur, Billy Nencioli présente ensuite quelques-unes de ses cré_ ations récentes, suivi par ]\'licheline Ra_ mette dont on applaudit la voix cha_ leureuse et nuancée à la fois. Après l'entr'acte, l'orchestre de Jimmy Goldstein occupe de nouveau la scèn", et ce dernier chante quelques morceaux du folklore yiddish, très appréciés. Chants d'un tout autre genre. avec Lazzaro Ferrari, de la Scala de Milan : sa voix, évoquant le .soleil de Naples, lui a valu le titre (e mouveau Caruso».

Fine. souriante subtile. puissante. Ha_ zel Scott, la célèbre artiste nOire amé_ ricaine, est maintenant au piano. Dans une ambiance devenue étrangement in_ time, elle joue et chante, dit-elle, quelques- uns de ses airs favoris. La souee ne pouvait mieux s'achever, sur une note de francne et saine gaîté, qu'avec l'inénarrable, l'irrésistible Gé_ rard Séty. Les vêtements de tous les jours lui suffisent pour se transformer tour à tour en soldat de la guerre de Cent Ans, en arChevêque, en scribe de l'Egypte antique, en grenadier de la garde impériale... On ne se lassait pas d'admirer ses prodigieuses métamorpho_ ses, assaisonnées d'un commenta,re, lui aussi plein d'imprévu. ... Non, les antiracistes parisiens n'ou- Les personnalités De nombreuses personnalités avaient tenu à s'associer au Gala de Pleyel, soit par leur présence, soit par des messages. Citons notamment: MM. Fernand GRENIER, député; Pierre COT, Guy DES SON, Jacques FONLUPT-ESPERABER, Léon lIOVNANIAN, anciens députés; Mme Suzanne CREMIEUX, ancien sénateur; Les écrivains Madeleine ALLEINS, Francis JOURDAIN, Albert MEM· MI, Pierre MORHANGE, Jacques NANTET, Pierre PARAF, André SPIRE; Les professeurs C. ARNAVON, Henri DESOILLES, Marcel PRENANT, Evry SCHATZMAN, Edmond VERMEIL; MM. le pasteur VOGE, le Dr. DALSACE, Adolphe ESPIARD, M' Nicole FRIED, avocat à la Cour; L'acteur Habib BENGLIA, le metteur en scène Yves CIAMPI, le producteur de films Alexandre KAMENKA; Mme Maxa NORDAU, artistepeintre, M. Georges BESSON, critique d'art; MM. ODET·DENYS, président de l'Association des Guadeloupéens en France; Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide, ainsi que les délégués de plusieurs autres associations: Alliance Israélite Universelle, U.G.E.V.R.E., Union des Femmes Françaises, Union des Sociétés jUives de France, Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France, Amicale des Anciens Déportés Juifs, Cercle Bernard Lazare, etc ... fVV\AIV\ " blieront pas de sitôt ce beau gala, cette soirée si agréable, si fraternelle. Unanimes, à la sortie de Pleyel, ils disaient leur satisfaction, leur joie. Remercions donc, en leur nom à tous, les artisans de ce succès: la commission du Gala, le Burea National du l'vI R. A.P., les militants dévoués de notre Mou_ vement ... en même temps que les arr. istes qui avaient apporté leur concours avec tant d'amicale simplicité. C'est un puissant encouragement li notre action, aujourd'hui si nécessaire C·est. la oro messe de nouveaux succès. LE TillAGE DES BONS DE SOUTIEN Au gala du 7 décembre. à Pleyel, il a éte procédé au tirage des bons de soutien diHusés par le M.R.A.P. VOici la liste des numéros gagnants: 20.672 - Une crolSlere en Grèce 30.561 - Un magnetophone 13 ... 09 - Une caLnéra 27./51 - Un tourne-disque 13.105 - Une montre-oracelet 6.041 - Une asplrette 27.117 - Une lampe de chevet 32.724 - Un rasoIr électrique 19.746 - Un grand disque microsillon 14.508 - Un grand d,sque microsillon 19.557 - Un grand disque microsillon 27.086 - Un petit disque m~crosillon 3.771 - Une trousse toilette 34.760 - Un briquet 2.0Z3 - Une loupe Les numéros suivants gagnent un livre: !JI!; 2.010 - 2.283 _ 2.307 _ 2.381 - 2.717 2.803 - 2.969 _ 2.984 3.205 - 3.427 - 3.433 3.!.J11 3.617 3.779 4.116 - 4.546 5.231 - 5.284 7.0';6 - 7.086 9.291 - 9.353 4.588 5.340 4.817 5.385 5.820 10.181 11.059 12.384 11.576 • 11.670 13.293 - 13.334 - 13.350 - 13.562 14.567 - 14.631 _ 14.914 15.5!:1 17.106 - 18.169 - 20.162 - 22.775 23.123 17.921 - 17.965 18.199 - 18.772 - 18.900 20.791 25.6;3 - 25.739 - 25.844 26.202 - 26.236 - 26.569 - 26.979 27.070 - 27.101 - 27.155 - 27.311 27.345 - 27.676 28.841 - 28.971 29.025 - 29.194 32.678 - 32.784

Notes

<references />