Droit et Liberté n°00002 - 15 mars 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Anciens combattants de l'antisémitisme par Charles Lederman page1
    • Le peuple français solisaire de la Palestine en lutte pour son indépendance (Moyen-Orient) page1
    • M. Pierre Cot dénonce les factieux qui créent un climat favorable à la xénophobie et au racisme page2
    • Du colonel allemand qui vend la mèche antisémite à la maison noire de Bâton rouge par Roger Maria page2
    • Les antisémites américains par B. Bliven page3
    • Il y a 77 ans ils ont lutté pour la commune par Marcel Cerf page4
    • Israël existentialiste? par Raph Feigelson page4
    • Le point de vue de M. Bloncourt sur le problème palestinien page4
    • Les maudits qui *savent nager (collaborateurs) par J.A. Bass page4
    • A Carpentras, les juifs du pape portèrent "l'étoile jaune" pendant deux siècles par Joseph Millner page5
    • Pour elle sachons vaincre ou mourir (Palestine) (Moyen-Orient) par M. Vilner page6-7
    • Le Marais bourré d'histoire possède aussi un vieux ghetto par Temerson page8
    • Une histoire de Pourrim: pauvre Berke! par M. Spector page8
    • Esther: texte de Gustave Kahn page8
    • Frères Bouquinquant et frères Jacques par Felix Fedrigo page9
    • Eisenstein démiurge des foules par Jacques Silvaire page9
    • Un sculpteur se révèle: Mane Katz par Henri Schinezer page9
    • L'Angleterre tire les ficelles du pantin Abdullah par Jacques Baron page10
    • Le discours de Jacques Duclos à la Mutualité page10
    • Jeunesse et vie page11
      • Moi la politique je m'en f... par Roger Fingel
      • Recherche d'un métier: l'avis d'un homme compétent
      • Examen de conscience d'un jeune de 17 ans nourri de Platon, s'intéressera-t-il à M. Tsaldaris et au général Markos
    • Histoire vraie d'un monde à l'envers: sauvé par un litre d' ... par Maurice Gluck page12

Numéro en format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Prix : 20 francs. , à ~ ~ df~ire c:fela. <foe3tii~~ Fondé dans la clandestinité 15 mars 1948 Nouvelle série N° 2 (70) ======================================================================================================================================='~ Bucleus comboltonls de l'onlisémllisme M. PILLET - que nous ne connaISSions pas encore - est le Secrétaire Général d'un « Mou$ vement Combattant Français », présidé par M. Mutter, que nous connaissons bien. Ce mouvement, nous a-taon expliqué, aurait été créé pour rassembler tous.les anciens combatta'nts des deux guerres « en vue d'une action civique ». Jusque-là, rien qui puisse particulièrement attirer l'attention, ni des an<:iens combattants qui ont su déjà choisir leur organisation, ni des citoyens, en général, qui n'ont pas attendu M. Mutter. ' Mais M. Pillet a fait à la presse des déclarations qui nous intéressent, des déclarations qui ressemblent singulièrement à des aveux: « Officiellement, a-t· il dit, le Mouvement Combattant Français ne prendra pas dl! position 'antisémite. » Jolie formule. Est-ce à dire qu' « offic~eusement » le M.C. F. serait antisémite? Les phrases qui suivent expliquent, il est vrai, suffisam. 1 par CharlesLEDERMAN 1 ment notre citation : « les Juifs qui ont fait leur devoir de Français. pendant cette dernière guerre pourront adhérer au M.C.F. Nous éliminerons de notre Mouvement tous les autres Juifs, ceux qui n'ont rien fait, la plupart d'ailleurs, et qui ont cet esprit commerçant que nous condamnons. » Si l'on comprend ce que parler veut dire, M. Pillet se propose - pour Je cas où des Juifs voudraient adhérer à SOI1 Mouvement - de leur faire subir une nouvelle épreuve du feu. M. Pillet se pose en super-viseur des livrets militaires, en censeur des fascicules de mobilisation, et, selon le nom ou l'origine du postulant, il se montrera plus ou moins sévère, dans son appréciation des services rendus et du courage militaire. Mais M. Pillet est sûr d'avoir peu de postulants, car - vous l'avez bien lu - la plupart des Juifs n'ont rien fait. Et pour cause. Ils ont cet esprit commerçant que M. Pillet condamne ... Mais au fait ? Ces pli rases ne sonnent-elles pas comme des redites ? N'est,ce pas Xavier-V'allat qui, en 1941, parlait déjà du Juif, ancien combattant « authentique» ? N'est-ce pas lui qui citait le chiffre, mensonger', il le savait, de 3.300 comme etant celui des Juifs morts au cours de la ~uerre 1914-1918, chiffre 'que six DIois plus tard « La Légion », jou'rnal d'un autre Mouvement d'action, réduisait à 1.365 ? Les honnêtes gens savaient que ces chiffres étaient faux Ils savaient que le nombre de .Juifs tués sur les champs de ~ataiIle durant la ~uerre de 1911·1918 est proportionnellement à la population israélite totale de France, sensiblement égal à celle de la population non-juive. Ils savent que, de 1914 à 1918 . le~ .Juifs ont fait leur devoir de Français aussi magnifiquement que leurs compatriotes non-juifs. Ils savent que des régiments entiers ont été constitués par des Juifs étrangers, engagés volon$ taires, qui ont accompli des actions d'éclat extraordinaires. Ils savent maintenant qu'il en a été de même dé 1939 il 1945, et que, combattants de la guerre ou soldats de la Résistance, les Juifs de France, Français et étrangen,' se sont distingués au' même titre que leurs compagn.ns de lutte. VOliS entendez bien que nOIlS ne voulons pas dire que , ~ les Juifs sont des héros ou qu'ils le furent à un degré plus éminent que les autres combattants ». Nous voulons simplement rappeler, devant des déclarations comme celles de M. Pillet, que les Juifs ont été « de bons, de vrais soldats de France ». ' Car nous savons par expérience à quoi, rapidement, peument mener des déclarations comme celles qui viennent d'êtrll raites par M. Pillet. On sème la divisiO,n. On empoisonne l'atmosphère. On pense aux camps d'internement. Et l'on emploie les moyens - mensonge et fourberie - qu'ont toujours employés les antisémites « officiels », ceux qui ont été, ne l'oublions pas, les meilleurs auxiliaires des ennemis de la France, ' dès que l' occilsion s'en est présentée. L'antisémitisme, avoué ou caché, est l'une des armes préf::!rées de la réaction. Les Anciens Combattants, juifs et non-juifs. saur.nt empêcher que l'on s'en serve encore aujourd'hui. Le peuple français solidaire ,de la Palestine e'n 'Iutte pour son indépendance Le mercredi 3 mars, ~est tenu au Palais de la Mutualité un meeting de solidarité et de protestation, organisé par le Comité National d'aide à la Haga: nah où sont ,représentées la plupart des organisations juives ,de France . . Au cours de cette importante manifestation dont il n'est pas exagéré de aire qu'elle aura des répercussions internationales, plusieurs milliers de person. nes' enthousiastes ont exprimé leur volonté de voir un Etat juif démocratique et indépendant s'établir en Palestine, réclamé l'application des décisions de l'O.N.U. et dénoncé les attentats et les provocations des agents de la puissan. ce mandataire. Ont pris la parole MM. Joseph Rouss, ancien député, Jarblum, pl'é'si. aent de la 'Fédération sioniste, Juchowiski, déJ.êgué de l'état-major de la Haganah, Rayski, secrétaire, général de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, dont l'intervention fut très remarquée. M. Jacques Duclos, député de la Seine, Secrétaire du Parti Communiste Français, a prononcé, au nom de son parti, un grand discours qui mérite d'autant plus l'attention qu'il constitue en la conjoncture présente la làeule pd. se de position officielle d'une grande organisation politiqlue française sur le problème de la Palestine. Nous en donnons ci-dessous de larges extraits. J'ai la conviction profonde qu',il y a un malentendu tragique, dont certains profitent, entre le peuple juif, qui a le droit de rester en Palestine et le peuple arabe qui a, lui aussi, le droit d'avoir sa place en Palestine. Et j'ai le sentiment profond qu'il ya à travers le monde des malfaiteurs publics, de .. gens qui ont dans les veines ... du pétrole cn g'uise ùe sang, qui ont intérêt, peut-être, à ,e que les Tuifs et les Arabes se dres.sent les uns contre les autrr;s, pour pouvoir assurer leur domination impérialiste sur l'ensemble du Pro· che-Orient ! Telle est la vérité. Je déplore, quant à moi, que des luttes fratric ides ensang-lantent ce coin du monde alors que j'ai la conviction que l'on pourrait mettre . lin terme à cette sit uation si .pénible, si l'on . appliquait les décisions, prises par rOrganisat'ion des Nations Unies, qui rendent. à cons-tituer en Palestine un Etab juif indépen<;la.nt et un Etat arabe. On ne veut pas réaliser ces décisions. ·Il y a des obstacles qui, chaque jour, se dressent pour en empêcher la réalisation, Peutêtre y a-t-il des hommes qui veulent empêcher le partage de la Palestine pour [:ouvoir rester plus lon.gtemps là-bas eb pour pouvoir prolonger leur mandat.,. Derrière tout cela, il y a, de toute évidence, des luttes d'influence qui se mani festent entre des sociétés de pétrole et les Etats qui sont derrière ces sociétés pébrolières. Les Etat's- Unis avaient proposé I~ partage de la Palestine en deux Etats et, finalement, l'Organisation des Nations Unies s'est rangée à cette décision, L'Union des R~publiques Socialistes Soviétiques a ao..--epté (SUITE PAGE 10) "M. Pierre eOT dénonce les lactieux qui Du colonel allemand qui vend la mèche antisémite créent un climat lavoraLle à à la maison noire de '(1 Baton Rouge" par Roger MARIA la xénopLoJ,ie et au raeisme Inutile de présenter M. soudl'a totalement le problème_ Pierre Cot à nos· lecteurs. L'expérience de l'U.R.S.S. où L' ANTISEM ITISME ne commence jamais par les pogromes, les chambres à gaz et les fours crématoires. Mais lorsqu'on en arrive là, c'est qu'un itinéraire connu a été suivi, jalonné par les erreurs de quelques Juifs et l'antisémitisme « innocent» de certains milieux; les deux entraînements s'accélèrent réciproquement jusqu'à des conséquences qui dépassent de loin et Israël et ses pires ennemis. Disons seulement que toute trace de haine nationale de mettre une teJle apprécia=tion sous le titre général " Israël l D48 », etc ... LE JEU DES DIVISEURS J'éminent député de la Sa. ou raciale a disparu, n'est-elle Mais, dans la genèse de la vez pourtant pas ignorer que, voie. qui a bien voulu ac. pas éclatante? Plus de cent peu- catastr-ophe, toutes les lormes n 'y aurait-il pas un Juif au mon. corder une interview à pIes autrefois divisés, « joués» de l'antisémitisme ont joué leur de, n'en eût·il jamais existé, te Droit et Liberté », n'a les uns contre les autres par rôle pernicieux . . Nous voulons l'Angleterre et J'Amérique n'aupas été surpris de nous en- l'autocratie tsariste, y cohabi- essayer, dans cette revue de raient jamais admis votre ·domi· tendre évoquer ce nouvel tent maintenant dans une union presse spécialisée, de 'les détec- nation mondiale. Nous n'allons pas, cette foisantisémitisme qui, sous fraternelle. ' ter et aussi de puiser, daps la Le colonel von XXX lui ré- ci, nous étendre sur le problème des forme dl'verses se C' t •. t • l'h masse des J'ournaux, les textes pond.' ~ , es au Juns e, a omme palestinien vu par la pressedév el op.n.. e d"" puI's quelque qUI. fa'i t au to'rtl 'e en mat l"e re d e .et. les df aits 1q ui ionntédree ssent la vie En la baptisant « juive », Nos amis ont déjà lu sans temps chez nous. droit constitutionnel, que nous JUIve ans e m. cette guerre, nous la rendons du doute le remarquable article -:.... Les campao-nes xénophobes poserons notre dernière ques- Peut-être" n'est-il pas sans si- coup odieuse à tout un monde, de M. Emile Buré paru dans et radstes menées par une cer- tion: gnification que ce soit un non- en raison d'une impopularité qui « L'Ordre)) du 28 février. Nous taine presse, les « dix-ans-de- - La Constitution actueJle juif qui tienne cette tribune de . s'-attache au nom de juif, pour nous contenterons, en dehors de prison ) accordés au sieur Xa- pose solennellement le principe combat, en faisant appel d'ail- des motifs d'ailleurs étrangers cette pièce capitale versée au vier V allat, les poursuites inten- de )"e gal 1' te' d es h ommes sans leurs à tous nos lecteu.r s afin et antérieurs à toute c~nsjdéra. d OSS. ler, d e noter, d ans .un art!. . . tée:3 à des immigrés juifs, prou- dl s tm· c ti on d e race ou d e re l1'= qu'ils nous signalent les extraits tion d'idéologie politique. c1e S.l gn é E 'H "N dsI aT « n" vent, ' nous dit M. Pierre Cot, gion. Or le Général de Gaulle de presse qui valent d'être rele- hune des N;\tions )), du 5 mars,. que l'antisémitisme va de pair rue. ne une campagne re,V l.S J.o n= vés et commentés. CEUX QUI VOUDRAIEN T cette remarque a f'I n que ne avee les offensives de la réac- lIiste. Pensez-vous que cette LE COLONEL ,AVOUE FAIRE CROIRE soient pas oubliées les prises de tion et du fascisme. campagne vise également le pa- Q'U' « ISRAEL EST ROI » positions de chacun : C'est un fait historique. ragraphe antiraciste? ' Laisso"ns tout d'abord la pa- Au moment de l'accord sur la Lorsqu'une faction ou un parti -- Je ne pense pas que le Gé- role à Julien Benda qui, dans Dans « Paris-Presse ), du 4 solution de partage votée le 29 veut détruire les libertés démo- néral de Gaulle demandera l'aho- « L'Ordre)) du 3 mnrs, rappor- mars, M. jean Balensi, dans le novembre 1947, certains micratiques, l'antisémitisme repa- lition formelle du principe en te une conversation qu'il eut, cadre de son enquête « Voici les lieux, au lieu de s'en réjouir, ont raît. Les exemples? Ils ne question. Mais ce dont je suis pendant l'occupation, avec un quatrièmes forces )', fait une aussitôt suspecté l'attitude prise mat:Jquent pas. Voyez Boulan- sûr, c'est que le gaullisme crée offi-rier allemand. présentation médiocre et super- par l'Union soyiétique et consiger en France, Hitler en Alle- un climat favorable aux mani- Voi ci ce que lui dit l'auteur fi cielle du rôle des Juifs dans la déré avec inquiétude la décision magne, pour ne citrr que ces festations deia xénophobie et de d' « F.leuthère )) : période actuelle. Il est tout de l'O.N.V. deux-Ht ... Et aujourd'hui, si le l'antisémitisme. Et j'fljouterai Je concois fort bien votre vo= à, fait tendancieux, comme il le Plus loin E.H,N. observe, racisme et l'antisémitisme sont que ce n'est pas la « Troisième Ionté, en' tant que nazis, d'ex- [rut, de mentionner comme une qu'aucune contradiction' irré. en progressIOn sensible aux Force), qui pourra s'y opposer. terminer les Juifs, du moins à présence juive le rôle de MM. ductible d'irttérêts n'o p p 0 se Etats-Unis, c'est bien parce que Au contraire. l'intérieur de votre pays. Le Léon Blum, Daniel Mayer, Re- Juifs et Arabes. le cours réactionnaire de la poli- En réalité, la meilleure garan- .Juif, avec son attachement aux né Mayer et Jules Moch au gou- D'une dépêche Reuter du 3 tique américaine s'est accentue. tie contre l'antisémitisme se garanties individuelles, son re= vernement. Lorsqu'il ecrit du Je considère, que les rega~ns trouve dans la démocratie qui fus de l'~béissance aveugle, son dernier nommé: mars: d d'antisémitisme sont un symp- devra soutenir encore un rude Dans cette redoutable mission La mise en application u tôme inquiétant qui intéresse, combat pour s'afll'rmer plp'"l 'ne- gmooeûut rs dde'e splari t cdriI~t~Iqususei,o en,s t l,seen~s (m'm ïstre del " lnt "e fleUr a. l" epo- plan 1d e f partaget dt e t la1 Pae lets t'imne au premier chef, la cause démo- ment. Mal's nous pouvons être nemi=tyne de votre syste. me. Ce qued es g'rev es) ,' 1) a mon tr"e , a pasrs 'baJ orcuen ee se nte0 nat empr énalaibl·e (tratique. Quand l'antisémitisme optimistes. C'est le peuple qui que ie- ~omprends moins, c'est l'épreuve d~ l'assaut commua po 1 e ; e reparaH, tous les démocrates, aUI'a le dernl'er mot. nue, J dans la guerre qui vous est niste, la ne• cessat• re mam• de f er edn'et rtoe uJtu iff"s coent Arabes s'impose sa'1s exception, doivent prendre .., . . d eu. '. g arde. Interview recuellie faite, vous vouliez VOiT une dans le pohtique gant e VI? Encore faut-il que des intépar . L. BIlUCK. guerre « juive )}. Vous ne pou- lours, il aurait pu se di spenser ê b . , _ Comment expliquer que r ts 0 scurs et pUIssants n enl'antisémHisme relève aujou~ 20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)Charles_Charles travent pas insidkusement toute d'hui la tête en France? possibilité d'ac'Cord entre deux - D'abord quatre ans 'd'oc- rj' ""r r~ j"i ....... r~ r- 1 po. t~ .. , 0 I~' 0 po groupes nationaux que « n'opé 'r f .'"'ll iiIIIIIIo. '4f" I~ 1..4 .... pose pourtant aucune contradic..; cupation hitlérienne ont laiss ..... ~ ..... ~ _ ..... tion irréductible d'intérêts )). ' des traces. Hitl,er a été vaincu, mais les racines du mal qu'il a implanté n'ont pas toutes été ~xtirpées. Il en est de notre pays comme de tous ('eux qui ont subi la tyrannie hitlérienne. Mais dans. les pays d'Europe centrale et ori e n~al e, des gouvernemen ts démocratiques .mènent '\Ine lutte victorieuse contre la réaction, et p;'~ là même détruisent les bases de:I'antisémitisme. Tandis que chez nous ..• ' . En France, les partis de réaction ont cherché, cherchent ct chercheront à utiliser les mauvaises passions, dans l'espoir de rallier le plus grand nombre d'adhérents. On ne décourage pas les profiteurs de la guerre dans leurs tentatives de vengeance, on sollicite les tendances antidémocr~tiques. On excite les bas instincts du spolia teur. - Quels sont les moyens ..• - _ .. pour lutter contre le mal? S'unir, avec toutes les for'ces de progrès, contre la r~~ction. On ne peut pas espérer vaincre les effets si l'on ne s'attaque à la cause. Et au fond il n'y a qu'un seul moyen radical 'de faire ' disparaitre à jnmais l'antisémitisme et toutrs les formes de racisme: abolir les antagonismes de classes. Autrement dit, seul le socialisme ré- Droit et Liberté Rédaction et adminlstration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Tél6phDne:PROv'enlCc 90-47 90-48 C .C.P. PariD 6Q7(}-98 Le gérant: Ch, OVEZAREK 2 ' La restitution en Roumanie La représentation des Juifs roumains au Parlement sel'a portée de trois à cinq membl'cs. Le Ministère de la Justice a soumis au Parlement un projet de loi qui facilitera la restitution des biens des Juifs de Transylvanie qui ont pel'du leur famille u?ns les ' camps d 'extermination na~is ou dans les camps de travl),il forcé. La nouvelle loi recommande que soient reconnues les revendications des parents qui demandent la restitution des biens appartenant à des· personnes « morres dans des circonstances exceptionnelles l> entre le 21 juin 1941 et le 9 mai ] 945. Jusqu'à présent les demandeurs devaient produb'e l'acte de décès des parents disparus. Bucm'est. - Le ministère roumain de l 'Agriculture a . demandé à l'O.R.'f. de créer un cours agrlcole pour la cOllduite et l'entretien de tracteurs. Les élèves, au nombre de ] 00, suivront d'abord, pendant trois m,ois, l'enseignement de l'école de mécanique O.R.T. de Bucarest et seront répartis ensuite dans divers ' <.iomaines de l'Etat. Après l'obtention du diplôme, tous les élèves recevrollt du Ministère de J'Agriculture un contrat de travail pour de,ux ans. Déclaration Je M. Kopecky Prague. - M. Vaclov Kopeeky, ministre de l'Information, a déelal'é: « Cc qni vient cie se pro.l1uire en 'fchécoslovaquie doit être essentiellemE} nt cOllsidél'é comme Ulle <1éfaite fies éléments antisémites de tendance fasriste. Le nouv'eau régime asBUl'era le respect des droits religieux, civils et sociaux des Juifs. ~ Des « illégaux :. A la suite de la délivrance de nouvenes cartes d'identité aux personnes ùéplacées, les autorités militaires cstlment qu'emiron 1.400 réfu giés juifs, arrivés dans ln zone américaine d' AHemagne ullrtlS le 21 avril )D47, vivent . c illégalement l> dans les camps de D.P. juifs. Les fonctionn aires du Gouverncment militaire américain sont ùéeidés à les expulser, à les priver ùe tous 'les priv ilèges lnévus par le statut de D.P. et les introduire dans l'économie allemande. Une centaine de Juifs déplacés ont été arrêtés à la fin ole la semaine derniiJre au calllp d'Eschwcjrc daDl le nOl'd de la Yonc amérkaJlle, par deI; membrcs de la policc Jnilitaite américaine. L'opération a eu lieu devant une foule d'Allemands massés à l'extérieur du camp, qui ricanaient ... Le Comité Central des Juifs Libérés ue la zone américaine d' Allemagne a envoyé au Conseil de Sécurité des Nati.ons Unies un câble exprimant la déception des Juifs Déplacés vivant dans les 'camps, à la snite de la nouvelle suggestiOll du qonseil, qui risque de ' returt1er l'applicatlOn du partage de la Palestine. . Accord Irgun-H aganah L'accord conclu entrc l 'Irgun et la Haganah ne prévoi t que la coordination des activités des deux groupes. Chaque organisation restera indépendante en tant qu'unité, mais le commandement supl'éme sera exercé par la Haganah. On pense que la première clause a été acceptée par l'Irgun, selon laquelle les attaques contl'.e lcs Britanniques doivent cesser. La presse anglaise agite le fantôme d'un 'Etat juif commu·niste Pour la première fois, on agite dans la presse britannique l'épouvantail d'un Etat juif communiste. L'he'boomadaire Ecollomist écrit: « Avant même que l'Etat juif existe, la polarisation de sa politique est très avancée. Le bloc pl'080viétique ùemande de nouvelles électionS' et donne le sveetacle d'une éoauche de front nabonal démocratique, du tYl)e familier dans l'est européen Sa contrepartie aux Etats-Unis est la masse des électeurs juifs qui ont élu à Bronx le candidat de Wallace et qui, maintenant traite Warren Austin et le Présibent 'fl'uman de nouveaux « Neville Chamberlain l>. De leur côté, les amis de l' Agenee Juive utilisent l'existence de ce bloc, en le considérant comme la préfiguration de ce 9ui pourrait arriver si l'Améri9ue n agit pas avant les Russes, en fournissant une ai.ile effective aux Juifs contre les Arabes. Sanglant attentat contre l'Agence juive à Jérusalem Jeudi 11 maTS, à !) h. 30, une voi tme américain hattant pavillon des Etats-Unis et portant 1 'inscription « Press ~, vénétrait !lalls la cour «e l'immeuble de l'Agence Juive à Jérusalem. A pehle quelques ~- nutea s'étaient·e1Jes écoulées qu'une terrible explosion détruisait l'immeuble. On déplore 50 morts et de nom~ br eux blessés. Le consul américain à Jérusalem a confi]'m~ qu 'une de .ses voitures a été volée dans la matinée. Un gar!liell Je l'Agence Juive a déclaré qu'à l'intérieur !le cette voiture se Ü'ouvaient deux personnes ressemblant il des Arabes, mais, respettant l'immunité du corps con sulaÏl'e, il les avait lai tsés passer, pensant qu'ils apportaient un meB,Sage du consulat. Il ne les vjt pas deBcenùre, mais, quel(IUeS minutes plus tard, il fut jeté à terre paT une explosion tern ble et perdit connaissance pour quelques secondes. Lorsqn 'il revint à lui, il vit des flammes, des vierres qui tombaient, des gens couru dans tous les sens. 11 pensa immédiatement aux Jeux « Ambes », mnis, ne put retrouver leur -trace ct ne sai t pas s 'i ls se sont échappés. Le bâtiment est sél'ieusement endommagé, surtout l'aile droite qui abrite les bureaux du Keren Hayessad et du Vaad Leumi. Cependant, toutes les archi\es et doeuruents sont intacts. Voici la première liste- des victimes: Tu~s: Leib Jaffa, de . l'Agence Juive; Tamar Neumann, du Vaad Leumi; ltzl!ak W oil~ lIu Km'en Kavemeth; Joseph .Na> ari, : .Bel'nard Spitzer. . Blessés: Edwin Rumuel, d.il'ec~eur de la Palestine Bro[\[Tcasting Conilla ny, et fils tle Lord Ramuel; Walter Eytan; Gershon Hil'Bch, porte·pa- 1'010 de l'Agene.e Juhe ; Iieuben Zaslany, ùe l'Agen, e .Juive; Zalman CutIer, du Keren TCayameth; Bhalom Boroehov, du Koren Kayemeth ; Eliahu Sas~OIl; du Depal'tcment arabe de l 'Agence Juive. Il y a de nom1 ,reux blessés légers p::ir les é'claf.l! de vitrcs. On est eneore sans llouvclles 'de M. llantke et de M. Gl'anowsky. Troubles antisémites au Pakistan Nouvelle-Delhi. - EllvÏl'on mille familles juives ont quitté le Pakistan pour se rendre aux Indes, il. la Buite d'un renouveau de l'antiaémitisme. Ulle organisation musulmane, Je « Khaksars l>, qui recrute ùell volontaires mu!".Jf .~,- aux IDlles pour la lutte contt'6 l~ Juifs en Palestine, a été mise I1.mr~.,.1. loi par le Gouvernement. ' A!U COlLEC,E NOIR DE BATON-ROUGE Terminons sur deux anecdotes extraites d'un article de M. Sivaraman, journaliste hind~u, dans le cc Collier's )) cité par « L'Ordre )) : Un lonctionnaii-Ei du ministère de l'A~'riculture de l'E.taf voulut inviter Sivaraman à dé·: jeuner et lui téléphona . . , . ' , « Je vous préviens, dit célui. ci, on me prend souvent potir, mi noir et je me considère moi-~?- : me comme un homme de cou- : leur. )} Il n'y ent pas d'invitation, 'Ce: que l'Américain expliqua en ces ; termes «Vous comprenez, mon ~ran4·père avait des escla· ves. )) ••• , • 10 •• 10 ••••••••••• • • - ~! Il visita le collège noir de Bâ'" ton-Rout!e avec un Américain blanc qui, le voyant serrer la main du doyen de l'Université noire, fit de même, mais lorsque cet éminent personnaJ!e eut Jl'ar~' lé « des droits constitutionnels' des noirs », l'atmosphère chan"' gea et, après la visite, le guide de Sivaraman lui dit: «Jen.'aj! pas voulu serrer la main de ' ce' type en partant à cause de son petit couplet sur les rlroits cons~' tituti()nnels. Il avait besoin d'être remis à sa pIace. Je 'ne' déteste pas ces nè~res mais il ne faut pas qu'ils exagèrent. » Tant il est vrai que la lutte ('ontre l'antisémitisme ne saurait être complète que si 1 'ori est Meirlé à dénoncer toutes les for-' mes du racisme. Car les jllge~ ments de valeur, nu moins li l'origine, sont les mêmes dans tous les cas. Roger MARIA. ImrJft', Cent!'. <lu Cl'ol<;6ll3'lt 19. r è-u Orol~lIiI't. Pa:rls-2" F. RoCI::ON, Imprimeur r es a a-t-il de l"antisemitis- Y me aux Etats-Unis? Oui, hélas ! et beaucoup plus qu'on ne le croit généralement. Dans plusieurs sec.oeurs oe l"économie, dans l'en .. seignement, dans les relations sociales, la maladie se développe parfois. ft une vitesse inquiétante. On ôi'ra qu'elle n'est pas toujours visible i Certes. mais elle n'en progresse pas moins. Elle pourrait ~ rooger le corps tout entier si nous n'y prenions ~3rdè. . Nous n'avons pas l'habitude (t'employer à tort ct à travers le mot de « fascisme li. Mais force nous est bien dc constater qu'ft certains égards les U.S.A. se trouvent dans une situation pré-fasciste et que beaucoup de nos antisémites p,-ésentent les inêmes caractéristiques mentales que les anciens fidèles de Hitler et de MUSSOlÎlli.

  • ' " ...

Dire que les individus qui vébiculent le mythe du racisme, s'jntègTent! qu'ils le veuillent ou non, dans le mouvement antidémocratique, est peut-être un cr tieu commun Il. Ce lieu commun recouvre en tout cas ' une

vérité historique et scientifique.

Bien' entendu, l'antisémitisme n'est qu'une des formes du racisme ct j'ajouterai qu'elle n'est pas la plus importante dans l'état de choses qui nous occupe. Ici, pour l'instant tout au moins, la haine antinègre est plus systématique et plus gra. ve que la haine antijuive. Mais nous pouvons moderniser le mot dê Térence ~ nous sommes des démocrates ct rien de ce qui touche à la démocratie ne nous est étranger. Nous savons que le combat démocratique est indivisible et que pour détruire le racisme il nous faut mener l'offensive sur tous les fronts ft la fois. En dénonçant l'antisémitisme. je porte un coup à la haine raciale et aux forees rétrogrades qui l'utilisent comme instru,ment poli.tique. En prenant la défense des Juifs, je secs. la cause de toutes les. au~ tres ,·jctimes du, racisme, et. par del~. de tous les hommes épris ck liberté. PLAISIR HONTEUX 1\1.1 cours de la guerre les anti- . sbnites. amêt-kaifloS sc seutatent plutÔt g'êoés aux eot<')\.Iroures. Il leur était difficile d'affiche.leurs vér.itab.\es sentiments al()f"s que des millions de leurs compatriotes avaient p,.is les :\rmes pour abattre un rég'ime qui dans le premier article de son évangile proclamait la supériorité de la « race aq'enne li sur toutes les autres, DepLI~s la fin des hostili .. ~s ils sont mieux li l'ai!>e, encore Qu'j.1S observen't une certaine pudeur. Les fours crêmatoires sont une d'alité que les G.I. qui ont lihêré Buchenwald o.ot pu voir de leurs propres yeux. Polir un homme qui calomnie et attaque Ot,lvertement les Jttifs., il "f en a donc cent qui se liveent tt l'antisémitisme comme ft un plaisir honteux. C'est dans cette espèce de racisme du silence que résidc le plus g'rand pé,.il. On haït d'abord comme on se masturberait... Pu~s arrive un jour où cette ·haine sccrèle se transforme en lynchage - ou en pogrome, SELECTION DES « INDIGESTES •••• Pour le moment les EtatsUnis connaissent encore une certaine prospérité. Les offres d"emplois restent lOupérie~lres aux demandes, Il est dOJ1C naturel que la « temperature " des discriminations qui visent les Juifs, 'es NègTes, Irs Chinois, les Japonais, les Me'ticains, etc., demeure à un niveau assez bas. , , • - - ,. '1 , . ., ...., '-4 ame, rl.C ' • s refoulés OU" sionistes" agitent l'épouvantail du D. P. au-couteau-enlre-Ies-dents Mais les économistes qui ne se foot {tas d'illusions savent bien que notr~ prospérité infla~ tiooniste sera suivie d'Une violente dépression et d'un éOOf"IF!e ch()mage. Alors, sur le ma.rché du travail, de plus en plus rétréci, les hommes qui appartiennent à. certaines minocités ethlliques deviendront de véritables parias. Une visite aux bureaux de place(tJent se révèle déjà fort édifiante. Dans huit grandes vil- [; ne g-;;'n;;· enquête 1 de B. --B- L_.IV E N ' gishteur, s'il a posé uo principe excellent, ne ' s'est guère soucié des modalités pratiqu~. Lorsqu'on ne met pas les points sur les i, tout peut res'ter lettl e morte .. , Et de fait, de nombreux directeurs de collège continuent à pmtiquer une politique de « triage", dont le'! ~em~mdit ,;Nutiom.n&t 'adl! . IUnnft80ta Dlt1otr,c\ Iflnnoit.)'9116f .. St.1Uil çr\", Ir.' r .... d~ • .m'p c{t .... a or "ta. '*r. ....... ot. eo"'\I'tlo. •• 3 .. bt (N!' 9" Grou; \C.~tII"t't"n ~e ar ... eSl""l .. ""' or,"",,, t-., .. Ul Ju.\U~ UW' ch.., to '.'na th. fltlUooSe:wlUc clillplhl ., lM Uld.ttla Stat... 'ft,..,.. eU .le. ~ Ure« Of hO"'l~ Ut .... I. .. ~ flf t. ... racl"1 .cu. Il'", t!ttval djlltt •• Un. lni-lletin d'l14h.éSOiPn du « parti Natixmal Dem.ocr(~ te »: Nous sommes p ersu.adés Que nous n'aurons la paix Que Le jal/JI" Où nous s/l<ons d ébarra.ssés des Juifs et des N ègres ». A dro~1 e, Un écr iteau «Entrée réservée aux Ar7lens » (en américam gentils) . les le nombre des emplois « ré~ servés aux chrétioos » a triplé depuis la fin de la guerre. A New~York la loi interdit' de sélectionner ainsi la main-d'oeuvre. Mais dans beaucoup d'Etat, 50 % au moins des agences ~e placement publient un questionnaire où le postulant doit mentioooer sa « religion ". Chicago détient un rocord. C'est la ville où une anaytse atteattve des conditions du travail mOfltre que les Juifs ont le moins. de chances de tl"ouver un j.... en liS:lnt les petit~s. anfloO{\ce .. dans le journal : 60 0/ .. des places vacantes leur SORt pratiquetnelJtt refusées.. RACISTES MAIS MARCHANDS DE SOUPE AVANT TOUT Depuis vingH::inq ans, un numerus clausus, plus ou moins pernicieux, toujours hypocrite, sevit dans l'Université américaine, et contribue, avec d'aNtres. facteurs, à y empêcher l'application des principes' démocratiques. n n'est pas rare qu'un étudiant se voit poser des. ques~ tioos sur sa relig-ion. sa race et même un éventuel changemefJt de nom. Ce racisme universitaire s'est surtout manifesté, au cours des dernières décades, dans les é<:ol.es de médec~ne. En règle g:énéralc sa malfaisance s'a-tténue en période' de crise. Cela se conço~t aisément : les élèves sont une c1ientele comme une autre, et lorsqu'un collège n'arrive pas li faire le plein, la direction, qui risque le .deficit, ferme plus volontiers les yell-x sur l'ofigine de tel ou tel çan~ didat; Aujourd'hui que voit-on ? Jamais il n'y a eu autant d'é-lèves dan~ les co\l('ges : de 1.200.000 le nombre total est passé à .2,700.000. Cependant, selon des estimations dignes de foi, plus de (jOO,OOO jeunes qui mériteraient de s'instruire ne franehissent pas I::t porte d'une école. Certes, le G.I. bill of rights consacre le clroit à l'instruction, par priorité, des jeunes hommes qui ont fait la guerre ; mais. comme il arrivc souvent, le léjeune!'; - et particulièrement les jeunes Juifs - qui ont paye de leU!' pcrs.onne dans la lutte cont, e Je fascisme, sont les premieres victimes. HOSTELLERIE ET CURIOSITES TOURISTIQUES Tout le monde sait qu'il existe aux Eta:ts-UnÎs deli. pttges elCclusivement OE aryennes li , au sable pur de tout c08tact d'anatomie juive ..• des lacf> et des étangs gardés par de~ écriteaux qui portent l'insc.,iption « Aux Y ouplOS : Défense de se baigner ! ...... des vitM~ees. où le solcil ne luit gue poue les " vrais Rlancs. JO... . Si ces OE curiosités touristiques », d'ailleurs uniques in the o IIDlGrlLur .. tait( . !3 Ca.1s *twil,'" &Ile jeW-e ••• 1ÏSt3 ÏI ftrkUoe If nrN ... _titI . HAVE CONSPIRED TO WRHCK The Alericu RePI~OO ad Eulare IfB PNpie UNOEJt A hm-CouIIM-Biflfltdip lIlEIIl'UIIISILIiEIT MIlS} lEm TlfII CIIIIfS YOU THE JURY MUST .DECIDE 1 :t,,...,.,--.. w60ll -." -~- ,'.r.W..ln.o. .,."Ir r.~ *';...t-t~ r .... .,." ... ". .. "...,. .. Off"'" e-.,.. • C « C » :r:::::::a .. .I!I===lE-=:::::IIa:::::=~ Sur /il couverture du 1 BtùLetm Patr10tique " on peut tire : -« Les Juifl1 dénoncé" PM un tUT'/I die représentants du peuPle amértoc:ltn ~ . -« La République américatne.~ ~ 14 . dlCta~)l.re ju#O-COfn.mum$lelt. world, sont rares, par contre l'antisémitismc est assez la.g~ ment répandu dans la corporation hÔtelière. Il en est pour les hôtels comme pour les collèges. Pendant les années ou les saisons ce-euses, l'hôtelier raciste accepte n'importe qui. Mais dans les pé~ riodes où il ·a la certitude que toutes les chambres seront louées, il accroche la panca.-te « No Jews l} ou « No Negroes ~ L'interdictiotl! peut s'appliquer non pas à une seule pièce, mais à toute une maison, puisque, dans certaines villes ou certains quartiers de villes, le propriétaire est lié li la municipalité par un contrat qui stipule qu'il ne louem ou ne vendra pas sa maif;on li une personne ap~ partenant à telle ou telle minorité ethnique ... Ce n'est pas assez de dire que l'existe~e de contcats. de ce genre est scandaleuse. Il semble bOeR. qu'cUe soit même cootr.aire à la C()Mtitutioo et pmchainement la Cour Suprême .... a sc saisir de la question. ANTISEMITES ... « SIONISTES • Comme il fallait s'y attendre, les événements de Palestine ont eu les répel"cussions 1<;$ plus diverses et les plus complexes sur le cours de l'antisémitisme aux U.S.A. C'est ainsi que beaucoup d'antisémites. se rec.ute~t dans des milieux nationalistes ehau" vins, isolationnistes ct anglopho.bes. Or, parmi ces gens qui a longueur de journée r&petcnt 10 leit-motil" : 1< Les Britann~ues nous ont cntraÎnés dans dcux guerres successives. l', figurent un certain nombt:e de catho~ liques irlandais. Irla.ndais, ils détestent eordialement les Ang-lais. Catholiques, ils considèrent tou~ les Juifs comme des communistes et des enncf.nis de la r<=1igia.n. En l'occurrence, leur senti~ ment est double. Ils ,-emercient les Anglais de mener la vie dure alllC Juifs en Palestine. Ils f;e félicitent de voir les Juifs causer tant de soucis aux Anglais. Et - ta chose ne manquerait pas d'une certaine saveur, si la réalité palestinienne n'était · aussi tragique - ils professent une sorte de 1( sionisme )} à la fois antisémite et antihritanniquc. en criant: « Tous les Juifs en Palestine ! " C'e<;t exactement le contraire que crient les agents de ta Li~ lIe Arabe qui opèrent aux Etals-Unis, et leur propagande porte tout aussi bien sur les anti, sémites, , '. Car dans le cerveau de l'antisémite les plus furieuses contradictions font excellent l1Jénage ! Les mêft!es qui s'opposent avec le plus d'acharnemcnt il l'intégration des Juifs dans la nation am~ricaine, tirent argument de 'l'idée d'Etat juif pour prétendre que les Juifs ne veulent pas. devenir de bons citoyens américains. Peu leur impo .. te le fait absolument évident ~e la grosse majOl'ité des Juifs d'Amérique ne songent pas du tout à. immig-rer et voient essentiellement dans la Palestine un refuge pour les D.P. Juifs d'Europe. LE D.P. AU-COUTEAU. ENTRE-LES-DENTS De ces D.P. Juifs, d'ailleurs, l'antisémite, traçant un pOI"traitépouvantail, dira qu'ils menacent d'cnvahir le NouveauMonde ..• Car il se trouve des Américains qui, pour avoir entendu ' dire que l'industrie améri'Caine a hesoin d'un nouvel apport d'ull million d'hommes ct que les réfugiés des camps d'Allemagne pourraient alimenter l'immigration, redoutent - le plus sé,-ieu~ sement du monde - de voir débarquer un jour li Ellis Island une terrible armée de Juifs avec des papillotes, le·,couteau-entreles- dents ! On se rappelle ilussi les alae~ mes de certains Congressmen, l'année dernière, lorsque "fut dis~ culée la loi Stratton. La vérité, c'est que dans la mcjlleure des hypothèses les immigrés juifs seraient tout juste assez nombreux pour constit'uer le cinquicme du nouveau contingent d'immigTation. MARCHANDISE D'EXPORTATION NAZIE Si nous devons accorder la plus grande attention li ce que j'appellerai l'antisémitisme irrationnel et infantile, parce qu'il est souvent le plus dangereux, il ne faudrait pa!':, pour autant, sous··estimer les efforts des anti~ sénlites organisés. La plupart du temps, ils oe sont pas assez bêtes pour croilie aux boniments qu'ils racontent. Et ils savent hien ce qu'ils veu. lent. Ils distillent eocore Il'l3inte~ naot 'leurs calomnies dans des dizaines de mitjtaûnes, de btioChures et de livres. AlI COtin, d~ la décade 1930-1940, pllA'sieurs groupes de marchands de haine émargeaient dir~t~ment au budget de Goebbels. 00 0/.,. des agents de l'Allemagne hitI&- ienne, dénoncés ou condamnés ' pour menées antiniltionales, propageaient l'antisémitisme en même temps que les all,~ tres doctrines totalitaires. L~s faits sont connus.. Les dirigeants. hitlériens ne lésinaient pas Sur les crédits de la cinquième' cotonne et le procès d'une organisation comme le fameux nURd germanO-américail\ n 'elOt plus it faire. li est vrai qu'cn cette année 1!H~ les professiormels du rad,>me antij1.li( s'ag'itent moins q.u'il y a d,ix ans. Ne nous en ré" jouiss.ons pas trop vite ! H serait naïf de ('roire que ces messieurs C»lt .été vaincus. Au· contt" aire, ils estiment eux-mêmes qu'ils ont en partie rénlisé Icurs objectifs et ils .n'ont pas teHoment tort de se décerner ce satisfecit. ROOSEVELT EST MORT ... Naguère, ils avaient suroom~ mé Jews Deal lc New Deal de Roosevelt. En r~alill~, les Juifs, <>n tan que tels, ne leur faisaient ni chaud ni froid. C'est à Iii politique ct aux: partisans de Roo,seveIt qu'ils en voul~ient. Ils les combattirent de toutes leurs forees. Dnns la bagarr' jls ex" périmentèrent l'arme de l'antisémitisme. Elle se révéla l'une Suite lJage 8 r t t ! f IL Y A 77 ANS ILS ONT LUTTÉ POUR LA COMMUNE "lsraiil, existentialiste? par Marcel CERF a 'HISTORIEN anti-dreyfu"ard G. DACOSTA s'étonnait Don sans perfidie qu'u .. grand nombre de Juifs aient lutté dans les rangs de la Commune. Pourtant, quoi de phu nonnal ~ que les victimes d'une oppression millénaire se soient dressés pour défendre la liberté? De nombreux ga .. des nationaux juif. sont tombés durant le co'mbat contre les ",bires versaillais, d:autre~ ont été fusillés OU d~rtés à la. suite de la ternble represalon. Ces cmnmunards furent des Juifs Dans la foule des combattamts, relevons quelques noms : le colonel Simon Mayer, commandant l'état-major de la place Vendôme, qui sera condamné à mort pour l'exé.,ution des généraux Lecomte et Clément Thom~, à laquelle il n'avait pas participé ; le capitaine Lévy, aide de camp du colonel BruneI, héros de la défense de la place de la Concorde ; le docteur Herzfeld, m~ecin- chef de l'Hôtel de Ville, organisateur des ambulances dé la Commune. Parmi les fonctionnail'e$ cie la Commune, les frères May, dans des conditions difficiles, réorganisèrent les services de l'Intendance

injustement accusé. de concussion, ils furent réhabilités

par Varlin. Une autre figure des plus intéressantes est celle de Lazare Lévy: membre du B,ureau de la Chambre F~érale des. Sociétés Ouvrières, il fut, avec Camélinat, l'un des principaux signatail'es de l'affiche, réalisée en commun avec la Première Internationale, qui invitait les travailleurs à voter pou.r la Commune. 11 sera nommé à la Commission d'Initiative siégeant au ministère des Travaux Publics, puis, par un arrêté du 4 mai, délégué avec Evette, à l'habillement militaire. Son enquête invite la Commune à refuser les bas prix qui lui ..,..t proposés par le" exploiteurs et à traiter directement avec la corporation des ouvriers tailleur.. Après examen de ce rapport, Léo Fraenkel, app,u,yant la thè.e de Lazare Lévy, demande que les marchés qui pourraient être directement passés avec les corporations leur soient confiés, les prix étant fixés avec l'lnte~. dance, la Chambre Syndic:a,1e de la Corporation et une délégation de la Commi ... io.n du Travail et de l'Echamge. Ce fut une grande victoire pour la classe ouvrière. Qua'n,d la parole était refusée à Garibaldi On ne sau,rait parler d,u mouvement communaliste sans citer la CO'IIlmune de Marseille et son chef Gaston Crémieux, avocat de grand talent et républicain enthousiaste. Lorsqu'à l'Assemblée de Bordeawc:, Garibaldi, défenseur de la France, s'était vu refuser la parole par les suppôts de la réaction, Gaston Crémieux ne peut retenir ses indignations et, s'adressant à la Droite, s'écria : • Honte 'de la France! » Cette phrase devait lui coûter la vie. ' A l'avènement de la Comm·une de Paris, Gaston Crémieux avait appelé les Marsemais à défendre le gouvernement de Paris cont..., les Versaillais. Le 23 mar .. , la Commune est proclamée à Ma.rseille, une commission départementale est nommée dont CrémÏ,ewc: e .. t le Président. Au délégué de la Commu,ne de Paris, il déclare : « lU le vois, ami, la Révolution tr:omphe sans une ' gouUe de sang ", et du balcon de la: Préfecture il annonce l'avènement de la Commune devant le peuple assemblé. Pourtant, le 4 a~ril, après une bene résistance, les troupes réactionnaires mettent fin à la Commune de Marseille, trahie par les radicaux timorés. Pourchassé par la police, Gaston Crérnieux se réfugia chez le concierge du cimetière israélite. C'est là qu'il fut appréhendé. Gaston Crémieux montra corn,ment u'n républicain sait mourir Cet homme probe et cou.rageux avait l'estime rnême de ses ennentis politiques. Des milliers de pétitions réclamant sa grâce furent adressées au gouvernement versaillais, mais la commis. ion des grâces n'avait pas oublié ses paroles cinglantes à l'Assemblée de Bordeaux. Il fut condarnné à mort le 30 novembre 1871. Son exécutiOl) eut lieu à 7 heures du matin au Pharo de Mar""; 1.1e. Les ganliens ne purent retenir leur émotion lorsqu'il leur dit : « Je montrerai comment un républicain sait mourir ». 11 demanda à ses bou·rreaux de ne pas lui bander les yeux et de le laisser commander le feu. Devant sa noble attitude, les officiers accédèrent à cette dernière volonté. . Crémieux cria aux soldats: « Visez la poitrine, ne frappez pas IL la tête. Feu ! Vive la Répu ... ». Le dernier mot fu~ coupé par la rafale du pel~ton. Le sur point de vue de M.. BIoncourt le problème palestinien DROIT ET LIBERTE, poursuivant son enquête auprès des personnalités françaises, publie, aujourd'hui, après les réponses de MM. Justin Godart, Emile Buré, JeanJacques Bernard et Rémy Roure, la déclaration qu'a bien voulu nous faire sur le problème palestinien M. Elie aLONCOURT, secrétaire général du Mouvement socialiste unitaire et démocratique (<< La Bataille Socialiste») - Que pensez-vous cle ln déci~ion de l'O.N.U. tendant à créer un étaL juJf cn Palestine? - Si imparfaile oue puisse appa,. raUre celle ~olulion, elle n'en a 1,as moins le mérile (/e C011SIl(TCr jUl'ic/iquelncnl la légitime aspiration drs Ju;fs (fUi enll"IH(I.'nl rilTe sur I.e sol anceSll'al dans Je cadi e (/'un élal soUverain. - Le choc entre Arubes el Juifs esf...il inévitable? - Vexpéricnce semble (/('mo11lrer que lcs Arabes ne tulère11l pas la présence dn Jui{s en Palestine. Il n'est pllS doltleu:c que l'on exploite Leur fanalisme el que leurs léorlaux exercent sur eu.c une pl e~s ion per1llanente. JI est ce/Lain qu'en ce qui t;01I.cerne la population laborjeus", eUe ne larderail pas à s'entendre avec les Juifs d" Palestine qui SO I1/, /Jux all.~si, dl's Irarai/ll'urs . IL fatldlrait potlr cela qu'elte fllt tibel'ée de Cetu' qui L'oppriment el qUi la tram/lent SUT ses l'érirables inlnets. - Les événemenls en Palestine nuronl- ils une ré'pcJ'('ussion sur les Juifs cn France ct dalls le monde ~ - NOliS croyOl!s qu'il n'y a pas c/'in/('I'ulïlenOalicc eUlre ccci el cela. Nov..s 110US ('/et'ons avec ri.Dueur contre tOlites les forilles (l'antisélHiiisme, mais 110US ne pensons liaS que L'él'oLution ues él'é/loI'rnenls en PalN'linc 7Juis.~c al'oir la moindre j!llluPllce sur la situation ([cs hrifs en Fran<:e el aillrurs. ,VOliS ne mmU/tU'l'iolls pas, te cas écllénn/, de nOlis r'll'ver avec la pllUs fenne Vi.'llleuT conl18 taule lellla/ ive pour {ui re rellivre le racl~m.1' quels que soient les dt'tours qu'il empru.nte POUT sévir à noiwoou • Dl N a dit des étudiants juifs qu'ils « devaient . ' - constituer dans un avenir plus ou moins pro- che les cadres sociaux, culturels et politiques

~ du judaïsme ~. Nous n'avons pas aujourd'hui

t 1..:; à d;",uter de la valeur de cette affirmation. Il

-- - ----... est cependant certain qu'ils auront à perpétuer

la Flamme de la culture juive. Tout abandon constituerait une lâcheté envers eux-mêmes et une trahison envers le monde. par Raph FEIGELSON c'est un caractère inhérent. à son être qu'i! fallt accepter ... quitte, sans doute, à se réfugier <lans l'angoisse et le désespoir pour Iaire plaisir à M. Sartre! SE LAISSER EXISTER ? Mais tandis que beaucoup relèvent ,le flambeau que les génocides hitlériens n'ont pas ,pl.1 étouffer, il en est d'autres qui"ne voyant dans le passé qu'un sujet d'angoisse, se raUient à des thèses métaphysiques pour calmer leur « inquiétude ~. Comment le judaïsme peut-il accepter une théOl'ie de désespoir et d'abandon au service des fOl'ces rétrogrades ? Comment l'optimisme juif (l'an prochain à Jérusalem - sYlnbole de l'attente du Messie, etc.) peut-il se concilier avec les malaises chroniques de M. Sart1'e? L'existen tialisme dit : Laissez-vous exister et vous verrez qui vous êtes. Qui nous sommes ? Des Juifs. Et le judaïsme qui s·e.st mai.ntenu dans les vicissitudes de la dinspora nous rappelle: ton existence est précaire, combats et tu ex isteras. Il n'y a pas de problèmes en soi. Il n 'y a que ceux que se posent les hommes. L'insatisfaction, le d échirel11ent, J'angoisse, la nausée putride qui sont à la base de cette mystique de la stérile résignation, de l'acceptation de la bassesse et de la misère, n'ont rien de commun avec « J'inquiétude juive D. « L'inquiétude juive l> est la conséquence d'une incertitude née des persécutions, mais a ussi une recherche des moyens nécessaires pour les dominer et par conséquent U'lle source d'action féconde. Nous voulons parler des adeptes de l'existentialisme, séduits par les résonances pseudo-révolutionnaires de sa terminologie. LE PHILOSOPHE QUI N'OSE PAS DIRE SON VRAI NOM Que de jeunes « bourgeois" cherchent la solution juste des problèm!! s de la condition humaine en partant de données fausses, ' nous nous en moquons. Mais nous crions « casse-cou» aux étudiants qui .. au contact de la quotidienne nausée de M. Sartre, glissent dnns le cloaque de son pessimisme. Nous n 'avons pas l'intention, aujourd'hui, d 'ouvrir le feu contre les principes de l'existentialisme; nous ne ferons que présenter quelques réflexions pour mettre à nu sa tactique : se présenter comme un d épnssement à la fois du matérinlisrne et de l'idéalisme, comme bne synthèse de la dualité matière-esprit à l'aide de formules nouvelles qu~ cachent habilement ce qu'il est en l'éalité, à savoir un système qui n'ose pas dire son nom. Car en ne se voulant ni matérialiste, ni idéaliste, il n 'est pas autre chose qu'un matérialisme honteux et un idéalisme honteux. SIGNES PARTICULIERS (DE L'HOMME) : NEANT Comme Berkeley, M. Sartre ra- , mène la r éa lité objective. à une vi- ' sion intuitive et subjective : « La pensée modeme a réalisé un progrès considérable en réduigant l'existant à la série des nppar;tions qui le manifestent " . (L'Etre et le néant). . lise limite ainsi à .l'apparition des choses. Reste à abo,der le problème <le la n a ture des choses. Il le fait en disant: « Le paraître suppose par essence quelQu'un à Qui paraître" et il pose alors une dualité entre ce qui est per(u et ce qui perçoit, entre la matière et l'esprit. Mais le problème reste entier des rapports justes de l'une et de l'autre, otlvrant ainsi la voie à toutes SQrtes de spéculations métaphysiques. Pour agir - c'est-ft-dire pour vivre pleinement - M. Sartre attend l'émotion, la révélation, « l'illumination intérieure ». II somhre inévitnhlement dans le néant, car « le plaisir - l'émotion - s'ajoute à l'action» (Aristote). JI refuse donc d'agir et se laisse exister

ses formules révolutionnaristes

cachent mal sa prope nsion à devenir le « chien cre"é all fil de reau ". M. Sartre sépare l'existence de l'essence, « la présence dans le monde l> de « l'ensemble co.nstant de pl'orriétés ». Pourtant celle-ci n'est que par la l'éalité de celle-là. L'existence en soi est un ]10n-sens, l'être pur un postulnt métal>hysique qui ne se prête à une analyse qu'" travers l'être de raison (l'homme considéré à la fois dans son existence et dans son essence). L'abstrail'e, c'est philosopher non sur une réalité, mais sur lU.e apparence. Sous un aspect nouveau, l'existentialisme conduit à une impasse oll l'esprit humain avide de connnissance et dévoré du d ésir de plénitude, se heurte au mllr de l'mlgoisse et verse dnns l'aba ndon. Le faux dilemme de la liberté miraculeuse du pCl'sonnalo-existentialisme ne cOllduit-il pns à un allaiblissement de la volonté qui s'évanouit en fumée? Bref, l'existentia li<me qui propaRe le désespoir, qui se compl:lÎt dans l'ordure et dont le confusionnisme est propice :. lïdéo!ogie fnsciste (Heide.l::.ger n'n -t-il point été accepté par le nnzi<me ?) :1pp"r,,;t comme un système qui détourne l'esprit des ré:11it é~ du monde. Rappelons auss: que sur le plan politique, l'e~i<te nti;disme conduit :. une « conciliation " entre le vakurs condamnées et les valeurs de l':,,'enir, entre une libe rl~ abstraite et idéalisle qui permet l'exploitation de J'homme par J'homme et la liber. té matérialiste qui supprime cet.te " libre" exploitation. En descenda nt 'd"ns l'arène politique, M. Sartre (voir son llrticle des CI Temps Modernes " : Qu'estee que la littérature?) se c1asSf parmi les défenseurs d 'une société dééadente et sa « conciliation » n'est que la conservation du support de l'exploitation. ANTISEMITES EN LEUR ESSENCE? Au cours de la conférence que Illon ami Albert Lévy et moi-même avons faite à la Mutualité en mars 1947 Sur la question juive, je crois avoir m'ontré comment la bourgeoisie ca,pitaliste développe l'antisémitisme '"" et le racisme - comme un palliatif à la lutte des classes, à l'orga nisation et à l'action consciente des travailleurs qui la menacent dans sa domination. Nous avons dit, d 'autre part, comment tll\ honnête citoyen, pour conserver un appartement ou une boutique ayant appartenu à U'll Juif déporté, devient antisémite .. Conserver un bien acquis ou garder le pouvoir, n'est-ce pas là « un phénomène extérieur, économique ou social" ? La sanction morale de l'idéologie antisémite (détruire le Mal représenté par le Juif : soit le capitaliste gorgé d'or, soi.t le ter,roriste m enaçant la propriété privée, selon les cas), destinée à cacher le caractère sordide et intéressé dè l'antisémitisme, vient ensuite et s'empare des .esprits, de façon à Iaire oublier la C;lUse première et Iondamentale. Cette conscience antisémite de" ient alors u.ne hallucination a\lto-' suggestive qui persunde les esprits lâches .ou incultes et à ce moment seulement elle s'inscrit dans 0: une attitude générale et r éfléchie envers le monde .... Si l'on accepte le portrait de l'antisémite de M. Sartre, toute lut~e est inutile puisqu'un individu serait antisé mite non pas à cause de sa présence dans une société déséquilibrée et en proie ,i des contl'adictions sociales - contre lesquelle .. on peut réagir - qui provoquent, entre autres, l'antisémitisme; il est antisémite dans son essence, L'ALCOOL EXISTENTIALISTE Nous nous refusons à enfermer dans notre conscience les produits de notre pensée. Le iudaïsme n 'a de sens que dnns sa relation au monde et à l'histoi re dont il participe. « Le peuple juif, disait Pascal, a ttire mon a ttention par quantité de choses admirables et s ing ulières quj y paraissent ». Abandonner ces ca,ractères historiques et èeHe universalité pour adoptër la mode du jour - ou plus simplement se séparer du monde - et chercher le salut dans l'inquié tude illorbide et la seule attente du miracle, c'est faire comme cet ivrogne · qui, traversant la place d e la Co n cord~ s'ace·roche à la grille de l'obélisque, en fait le tour et s'écrie: « Les salauds, 'ils m'ont enfermé k;m Ainsi semblent fa il'e les étudqnnts juifs qui ncceptent coin me un credo les théories malsaines prêchées par M. Sartre. Il est temps pour eux Ile . se ressa isir et, à la f:lcilité d 'un lâche abandon, de préférer la confIance en la d estinée humaine. Ce n'est pas dans un bavardage s'ur son âme mystérieuse et tourmentée que le Juif trouvera son ft authenticité •. C'est dans une société libre et juste qu'il réalisera son plein épanouissement. qui savent nager ... PENDANT l'?ccupation ennemie, la police de Vichy fut dirigée, de .194~ a la seconde 'moitié de l'année 1943, par deux marins felons : Le Rodelec Du Porzic (Maurice-Ann",-Marie) et A\lzanneau (Rabert-Stéphane) • .~Iors. que b~aucoup de valeureux officiers de la mar;ne française ~eJ~,~nalent des 1940 les formations militaires de la Résistance Interieure et de ~a France Combattante, l'intendant de police Le Radel,,\( Du PorzlC et son sinistre chef de cabinet Auzanneau préféraient changer de métier et se mettre au servi,~ des nazis e; de I_rs complices. On 'on naît la cha~e intense aux patriotes, la livraison des milita~ ts ~e la Résistance à la Gestapo, les jugements sommaires et les execuhons de combattants, la destruction d'une partie de Marseille et d'autres opérations du même genre qui furent conduites par Le Radelec et Auzanneau en personne, à l'entière satisfaction du commandement de la Wehrmacht et de la police hitléri,,'nne. ~uand, e.n 1942, les autorités de Vichy organisèrent la déport~ tIO~: m~s~,ve, ,vers les camops de la mort de l'Est européen, cks r~fugles JUIfs, c est Le Rodele, Du Porzic et Auzanneau qui furent d .. ~cteme.nt r~sponsabIE'5 des horreurs et des scènes d'épouvante q~, se der?ulerent notamment au camp de Milles, près de Mar- 5ellle, place sous leurs oedres. Ces deux sanglants salti·mbanques ont égalemt'l1t livré à la Gestapo deux anciens ministres soci'aux-démocrates allemands : Breitsc he id et Hilferding, qui furent assassinés. . Que sont-ïls devenus après la Libération 1 Par décret du 27 nOVE'mbre 1946, le capitaine de vaisseau Le Radelec Du Porzic a été admis à fai re valoir ses droits à la retraite. '! mourut tranquilleme nt dans Sa propriété, en 1947, et ses obseques furent annoncées d"ns les journaux mond~ins de Paris. .le liE'uten.a ~t . de vaisseau Au%anneau, du port de Toulon, reprenaIt son, actlvlle dans la Marine Nationale ... avec insc;iption, salls doute, a son état signalétique de services de tous ses exploits d'a uxiliaire de la Gestapo... ' D~vant cet inadmissible scandale, les \ni!itants de I~ Résistance, les Internés et les déportés politiq ues, les familles des massacrés et de~ fusillés de la région marseilfaise, de toutes t(·:tdances, se sont emus. Aucune c>f1quête sérieuse ne semble en cours. Si la vindicte pub! ique ne peut plus atteindre Le Rodelec Du Porzic, les crimes d'Auzanneau resteront-ils encore longtemps impunis 1 J.-A. BASS A CARPENTRAS (CODI'-at Venaissin') les,JuÏfs (DU PA E) portèren.t "I~étoÏle jaune ~~ • 1 PENDANT DEUXSIECLES· ~ Ohé, les JuHs 1 Soyez heureux.. N(}lls vous donn(}ns deux rues. - . Merci. Aurons-nous lit droit de franchir les port.es de notre ghetto ? - Oui, mais attention 1 · Respectez les réglements. Et , d'abord, que les fenêtres , de vos maisons ne dépassent pas les dimensions permises. Ne vous avisez pas de les agTandir. Sinon, gare aux procès 1 Et rappelez-vous qu'il vous est interdit de construire une fenêtre dans un endroit d'où · l'ori peut voir une /église catholique. Ce dialogue (historique) est adapté du dialecte que les habitants de Carpentras parlaient au début du MoyenAge. La charmante petite ville des bOr'ds de la Sorg'ue n'était pas encore connue pour la succulence de ses fruits et de ses primeurs. Où le Pape, Clement - révolutüm vestimen tai!"e - les remplaça par un chapeau. C'était en 1525. Les inlJ6ressés élevèrent une vive proLestalion, observant que leurs coreligionnaires de Rome ne portaient pas de signe dis.tiLctif. On leul' répondit que leg Juifs de Rome !étai(mt de pauvres gens, tandis que les Juifs da. Carpentras vivaient dans l'aisance. Beaucoup ne mulaient- ils pas en de splendides léquipag'es, tout comme les chrétiens? A ussi risquait-on ~par I~ MILLNER transigcance Ide ces anciens Juifs de Pologne et de Galicie, qui ne voulaient à aucun prix: quitter leur Straimel. « Nous ne prendrons pas des coutumes nH1-juives Il, disaient,- i IS, sans soupçonner qu'ils faisaient ainsi le jeu des antis:émites qui avaient institué cette mode pour abaisser le judalsme. TAILLEUR DE M •. L'ARCH EVEQUE Cependant, il ne saurait. être question d'adopter en tout !élat de cause « les coutumes non-juives Il . C'est c~ qu'avaib fort bie1. compris un petit ~ailleur juif qui vivait à Carpentras dans les premières anruées du xvwe sièc le. traînee de poudre, la nouvelle se répandi,t qu'il avait secrètement quitfJé la ville au milieu de la nuit. La réaction ne se fit pas attendre : par mesure de représailles, le ghetto fut fouillé de fond en comble, la, femme d'[saac Benestruc arrêtée, les baylons inculp~s. Q.uelque t-ernps plus -tard, l'archevêque 'de Carpentras reçut une lettre de son collègue de Nice, dont rsaac Benestruc était devenu le tailleur attitré r Son Eminence niçoise n'avait qu'à se louer des se1'- Les pouvoirs publics venaient d'y pf'omulguer une espèce de statut des Juifs, bourré de dispositions tracassières, mais, somme toule, assez· supportable .' Il s'appelai t Isaac Benestl'U~ • Cavaillon et coupait si bien les tissus qu'un beau jour l'archevêque lui commanda chas ub-I'e, étole et surplis. JUIFS DU PAPE Le Comtat Venaissin, qui conespondait grosso modo à ' l'actuel département du Vau- cluse, fut ,de 1274. à 1791, la propriété du Saint-Siège. Les enfants d'Israël q\li s'y établissaient devenaient du même · coup Juifs du Pape. A Carpen, ,tras, une charte pnécisa qu'ils' . étaient \ aussi sujets de Monsieur l'Archevêque. Jouissant d'une assez large ln.ctépendance, ils transforL'ancien ghetto de Carpentras de les confondre avec le res~e de la populaJion. Il fallait d-onc établir une distinction bien 'nette le chapeau ferait le JuiL .. UN CHAPEAU BAROMETRE Cai'renlras la Chrétienne se mit à jaser. . - C'est une honte ! rép6- laient les mauvaises lang·uc3, . sur la grand'place, à l'heu.re du marché .. Les mains d'un Juif ~eucbent e~ habillent notre sai nt archevêque 1 - Qu'il se convertisse proposa un prêtre. - Qu'il se fasse baptiser répondit la foule. . mèrent leur ghetto en un cen- Ave7.-vous jamnis imag'inlé tre culturel renommé. Leurs la somme prodigieuse. d'érur\ lbbins, leurs professeurs, dition que devrait déployer le leurs poètes, leurs docteurs monsieur qui cDnsacrerait -exercèrent une influence qui une thèse aux « coi ffures à s'létendit bien au d.elà des ' li- travers les âges )l 7 .. . ILe rôle mites de la ville. Les docu- qu'a joué l'olJj et que les homments en font foi, tel ce fa- mes se mirent sur la t~te - meux manusc rit dont certains du casque des primitifs au · historiens disent qu'il a ap- feutre mou - a var'ié dans des partenu à Rabbi Tarn, petit pr-oportions infinies. fils de Rachi. En l'esp èce, le cJl apeau juif Cruel dilemme! « Si je me convertis, je renie la foi de mes ancêtres, pensa notre tailleur, et jamais, de mémoire de Juif, pareit .reniement ne s'est vu à Carpentras. Si je refuse de me convertir, je perds un cl.ient pnéèieux .et un rare privilège. Il « - Alors, Isaac Benestruc, quand recevez-vous l'cau du baptême? II Les émissaires de l'archevêque, tous les jours, venaient le relancer, et tous les jours, il leur promettait de sc convertir, mais sans donner de Aujourd'hui, au ' mus~e de devint une sorte de baromèCarpentras, de vieilles pierres 'tre. TouL dép(mdait de sa coujudaïques, vestiges d'un cime- leur, qui était variable. Quand tière féodal, pQrtent .. encore' du jaune il virait à l'orange · quelques noms qui, jadis, fu- ou au l'ouge, le' temps était ' rent prestigieux. au beau ... Je veux dire que, date pr:écise. . « - Ma femme, ' disait-il, attend un enfant; toute ma 'famille se conv-ert,ira ' après le joyeux événement. )l LE CATECHUMENE AVAIT POSE UN LAPIN Et sur les ,murs de J.a svna- l'aI1tisém it.isme· s'atVénu,ant, gogue, classée monument 'his- . les Juifs se permettaient torique, on ne lit pas sans d'abandonn er l'étoffe ' d'infa- ' émotion : cc Cette ll-faison de mie. Lorsqu'il y avait de nouprières ,éclifi:ée en 1367 ... ) veau de l'orage dans . l'air, leurs persécuteurs rappelaient Benestl'Uc bluffait.. . Finaleaux Juifs que h; Saint-Père les mcnt, Carrentras perdit paavait voués au jaune. . 'lience et · l'archevêque, sous STREICHER NE L'A PAS INVENTEE ••• 1326 es', une année mémorable qùi prouve que Streicher manquait un peu d'imagination. C'est en effet à cette date qu'une ordonnance p,ontificale inventa l'étoile jeune, ou plus exactement la ro,uelle. ILe port en 'était obligatoire pour tous les Juifs de Carpentras et du Comtat, à partir de quatorze ans pour les garçons et de douze pour les filles ..• , En matière de discriminatîon, l'autorité eccllésiastique accordait une place particulière aux médecins. Déjà privilégilés sous plusieurs rapports, ils avaient le droit d'arborer une ... ficelle jaune sur la poitrine. Rour.lle et ficelle durèrent 'deux siècles, jusqu'au jour , MOISE, CHAPELIEP. la pression des fi'dèles, fixa lui-même le jour Où son tailleur embrasserait Ir. 'religion Da:ns une' !étude très intéres- catholique, apostolique et "r'Jsante, l'historien Jüles Bauer maine. , explique que les Ji! ifs com- Ce dimanche-là, [e peuple mencèrent par s'indig'ner carpentrassin , inondait en d'une mesure qui visait à les foule les portiques de l'église mettre au ban de la société, de Carpentras. On se bouscumais que, le temps aidant, ils lait pour assister au baptême s'en accommodèrent fort bien. d'Isaac Benestruc. Si bien, même, qu'en plei- 4'arcbevêque avait revêtu ne RévoluLion, lorsque sonna pour la circonstance le derl 'heure de l'émancipation to- nier chef-d'oeuvre de son tailtale, certains refusèrent d'en- leur juif: de splendi'des habits lever un signe qui les distm.' épiscopaux et une mitre à guaiL de ceux dont ils allaient nulle autre pareille. devenir les véritables CJ.l.ri· Les minutes passèrent. toyens . Ils en étaient arriVés L'énervement gagna la foule. à croire à la légende sel')n Le caLéchumène Isaac Benesla'quelle le chapeau juif !cur truc n'arrivait toujours pas ... aurait été apporté par Moïse Mais que pouvait-li bien du Mont Sinaï... faire ? Voilà qui nous rappelle l'in- , . :J',out à C9q~, .,c~lY\m~ li,ne ' Chapeau ct rouelle jaunElS vices du fugitif, mais promettait de le renvoyer sous peu à Carpentras. Cette nouvelle apaisa les esprits et les détenus furent relâchés. Mais, en fait, jamais Ciirpentras ne revit l'enfant prodig ·ue. TO~ljollrs tailleur, ' il réalisa un Véritable tour de France des archevêques en oubliant . de se convertir. AU MOIS D'ELOUL : IMPOTS LE JOUR DE POURIM ELECTIONS , Cc ne sont pas seulement de patUs tailleurs qui peuplèrent la communauté cie Carpentras. Comme ses soeurs d'Avignon, de Cavaillon et 'de l 'lsle- sur-Sorgue, elle n 'échappait · pas aux contradictions sociales. En simplifiant, on peut dire que ses memùres se partageaient en trois classes. Critère

la fortune personnelle.

Si vous possédiez un capital de deux cents livres, vous aviez droit au titr'e de « grand juif Il. Cent livres vous rangeaient dans la classe moyenne. Et moins de cent livres vous meLtaient · au bas de l'échelle. Le pouvoir politique était exercé sur la base du Comtat, par quinze députés traditionnellement lé lus le jour de Pourim. S'ils concentraient entre leurs mains l'exécutif et le législatif, ils n'en possl6daient pas pour au lant la pleine souveraineté, Un représenlant du Pape, le Vigu.ia, avait droit de regard suries affaires. Bien entendu, l'autorité publique n 'o uùliait pas de per- ' cevoir des impôts. C'est au mois d'E l 0 u l qu'il fallait s'exécuter. Et les « Finances )l ne badinaient pas : les fraudeurs du fisc deva.ienC payer une amende tl'iple de la somm. e dissimulée. ' 'I \0 .UJ".. \ ,. " ELaient exempL~s de l'i,mpôt les « V Il (ri ~IS de quatrevingts ans} eL ~c-s cc J2 l~ (rn~ns de quinze ans). Rabbins '(1t ~ deaux, étudiants et veUN'CS · jouissaient -aussi du privil~'ge des «( éwnomiquemcftt faihies.. Il. ' Quant au pouvoir judi il a.rpa.r~('noeit à ~n f.T'l,ru.'I'Ia.1 dont la com,p'étence S'6'L\)!l(llI'iili aux « Quatre Saintes Co "u'u.-~~ nautés Il du Comtat. el d~va.nt lequel ~taicnt évoquées toutes les affaires civ'iles et certaines affaires criminel tes. Il ~uvait meUre hors-la-lo.i cert.ains grands cou-pat.les. LE «CHALOM ALEICHEM~ DE CARPENTRAS Une diaspora nou frappé les commùnahl ves 'de Carp.entras et du tat Venaissin. Mais, de nos jours, leurs moeurs. et leurs coutumes ont trouvé un « Chalom Aleichem )l en la '~ personne d'Armand Lunel. - Né en 1892 à Aix-en-Provence, descendant de ces vieilles familles comtadines qu'il a dépeinl,('s, Armand Lunel fut élevé clans la connaissance et ["amour des vieilles traditions juives provençales. Professeu,r au lycée de Monaco, Où il vit touJours, CGIRbattant de 1939-40, rlésisl.ant de la première -heure, -il est bien connl1 dans les miHeu* littéraires français depuis, la publication de son re'man « Nicolo Peccavi ", ou . « ,Oaffaire Dreyfus à Carpenlras .l qui lui valu't le ' prix ' Théo~ phraste ftenaudot_ D'autres romans dei a même veine, « ~rusalem à Carpentras )l, « Esther de Carpentras Il, « Noire et Grisê" n, sont venus, depuis, peindre la vie. et l'agonie . çles communautks juives du Comt.at. ,LE COLPORTEUR EPOUSE LA Mt:RCIERE « Jérusalem à Carpentra~ 1) nous conte l'histoire d'.un ColpOl'teür juif, du nom ,.de Jérusalem, qui se fixe chez deux soeurs, deux vieilles mercières fières de Ir.ur · ascendance et fossilis'écs dans leur boutique de t'ancIen ghetlo. , ùlérusalem développe la mercerie, bouleverse leur existence morle, les nourrit et les engraisse, épouse la plu s jeune dont il a de nombremo enfants, ct devient un des citoyens les plus riches el; les plus honorés de Car'pentras. Toute l'oeuvre d'Armand Lunel met en lumière la ' plérennité des anciennes coutumes d'une communauté jadi~ florissante, la noblesse ,et le charme de traditions plusieurs fois sléeulaires, la .poésie 'de cc judaïsme ir:wndé du soleil de Provence, parmi les ombres des vieilles synag-ogues et des vieilles rues de ghetto. . Ses con tes et ses ronians pleins de psychologie e,t 'de poésie tout à la fois, d'une ironie sans aigreur ni amertume, l'ont fait comparer tour à tour à un Alphonse DaLldet j nif et à un Israël Zang-will provençal. Il est le peintre plein d' exac Li tude d'une des formes les plus originales du ,judaïsme occidental. .. , ":t , 1'1.1 \ ~ • \ r ,\ ". . ' ~,\ . ,)' .. " ,t"", la rerr&Ie exp:osion de la rUe Ben Yehuda à Jérus al e m a été cause de bien des malheurs ..• On sait raaintenant que ce sont des fascist~., de Mosley et des N a % i s allemands - ils ont avoué leur aime - qui ont détruit .tant de foyers paisibles. Mai s, hom!mes et femmes s'affairent pour sortir les victim~'$ des décombres et... déjà reconstruire. Les enfanh: Jussi, ont cessé leurs jeux et donnent un coup de main pour retrouver !> •• mi les ruines des objt1s domestiques. Tandis que les hommes valides s'engagent dans la Haganah, noyau de la future armée de l'Etat juif, les larmes aux yeux, le\krs mères font les adi e.·ux et donnent leur bénédiction. Au Conseil de revision., la bonne humeur règne. LA volte-facé américaine dans la quesfIon pi& lestinienne a brusquement aggravé une si .. tuation rendue déjà suffisamment tragique par les manoeuvres hypocrites de l'Angle. terre, par les méfaits de sa cinquième çolonlle .tant militaire que diplomatique. 'Ainsi a été remise en question la décision internationale du 29 novembre. Le partage de la Pales.. tine en deux Etats, juif et arabe, avait été propQoo rsé par les Etats-Unis par calcul électoral. L'As .. semblée générale de l'O.N.U. l'avait promis parce qu'il apparaissait comme une solution juste cl

nombre de pays démocratiques.

Aujourd 'hui les Etats-Unis reviennent sur leur~ propres propositions et à leur suite, la majorité des membres du Conseil de Sécurité semble bien; ne pas vouloir tenir ce qui a été promis et décid~ Devant le pétrole, les engag~ments les plus SQ-t lennels, la justice même, s'effacent .... ON ne peut pas 's'empêcher de voir une relà-< tion entre cette volte-face américaine et les avertissements de M. Forrestal, disant que si les U.S.A. soutenaient le partage, le rart vitaillement en pétrole des Etats-Unis serait m()l nacé. On ne serait pas, non plus, surpris d'apprendre que le souci de préserver l'alliance avec les chef$ réactionnaires arabes recherchée par les EtatsUnls en prévision d'un':! guerre antisoviétique ~ . a également inspiré ce changement d'attitude en .. vers la Palestine. La côte méditerranéènne n'est .. elle pas destinée à devenir la principale base de la: flotte américaine ? Le chantage de la Ligue Arabe proclamant qu'elle ne ratifierait pas le pacte qui doit permet .. trc aux pipe-lines des champs pétrolifères d'Ara.., bie 'séoudite d'aboutir à la côte libanaise,. les 66 POUR ELLE • au pêtrole américain, grand ami au roi Ibn Séoua~ envoyé en mission extraordinaire pour harmoniser les sympathies de l'électeur juif et les intérê(s du pétrole, découvre, paraît-il, des « solutions sensationnelles »., MAIS que deviennent dans tout ce jeu macabre les Palestiniens eux-mêmes ? . ~ncouragé par la politique anglo-amér ~-~ Tlcame, le commandant en chef des forces mercenaires arabes luttant contre les Juifs de Palestine, le tristement célèbre Fawzi el Kawakji vient de traverser la frontière à la tête d'un détachement oe volontaires et d'installer son Q.G. dans aes montagnes de Samarie. Dans ce même village il, avait d éjà dirigé l'insurrection de 1936. Il a précisé, dans son premier appel, que sa troupe n'est que l'avant-garde d'une grande armée qui .ff ne quittera pas le pays avant de le libérer ». Les attentats se multiplient, les victimes civiles ~ont chaque jour plus nombreuses. Une voiture anglaise f( volée» explose et détruit la rue Ben-Yahuda à Jérusalem. Une voiture américaine cc volée Il saute dans l'immeuble de l'Agence Juive et tue des dizaines de personnes~ MALGRE l'odieux chantage, le Yschuv palestinien, décidé à défendre sa liberté et son indépendance, a choisi la lutte: Uri large courant d'unité nationale dans lé combat a eu raison de toutes les conversations de coulisse, de toute~ les malloeuvres subalternes. En luttant pour leur indépendance les Juifs concourent à défendre la paix du monde et le sort de rO.N.U. contre les menées impérialistes. . Tous les démocrates, tous les Juifs sont avec le~ héroïques combattants de la Palestine. Dans l(j combat se forgera la victoire ! M. VILNER • SACHONS VADINICRE menaces de représailles contre la branche du pipe. line qui traverse l'Irak, la Syrie et le Liban ont certainement pesé dans la détermination des maî .. tres de la Ma.ison Blanche à abandonner leur posi .. tion première . . CEPENDANT que Washington laisse froidement torriber la décision du partage, Lon.o dres déploie une intense activité diplomati .. que pour remettre sur la table lç plan Morriss on selon lequel les juifs devraient se contenteJl d'un statut de minorité. . Que de projets " désintéressés)) pour revcni~ sur le principe, solennellement admis, d'une Pales .. tine indépendante et d'un Etat juif. On reparle d'Abdullah : ce bon roi de Transjordanie serait tout prêt à accorder 1'inrJ&pendance aux Juifs dans un empire agrandi si ... on lui accordait la Pa. lestine ! Dans le même moment, M. Thornburg, magnat « Prene% ces fruits pour la route et tene% bon ! l) Le c .. mbattant partage ~n temps entre le tract" .... et la surveiOance de la terre labourée. La récolte 1948 se fait avec le fusil lur l'épaule. Hier, travailleurs aux champs ; aujourd'h";, uillanl. combattants. Ils veillent sur k$ frontières . Cette terre, ils la défendront, et c:e sera enfin une terre libre. A c:haque provocation, de nouveaux c:ombattants se lèvent. Toutes les forc:es vives des Juifs de Palestine se sonl· massée •. Un gouvernement provisoire a été formé. Après Pinfanferie et les unités motorisées, la cavaru'ie surgit. Tou'S savent que le comb.t sera dur, mais que, finalement, la justice triomphera. Ils ont choisi la lutte. Pou,r l'indépendance, pour chasser l'occupant et pour faire régner, u,fin, la paix, ils sauront vaincre. Car, ils le savent, ils ne sont p;'s seuls: tous ,les hommes épris de liberté sont avec eux. " marais", bourré· d'histoire, ~ssède aussi un uieUR 6hutto Une fête joyeuse: POURIM Esther rêve droite, devant les grands archers d'émail et d~ turquoise qui soutiennent les piliers de -la grande alléè reine au centre du palais de Suse. U ne verrière ouvre sur le jardin de parfums. Le marbre d'une piscine éclate de blancheur 'aut-our de l' argent bleu d'une eau profonde et L E Marais, c'.est le nom d'un vieux qua:rtier de Pruris" qui s'étend à - la fois sur le 3" et I.e 4" arrondissement. Sas frontières pourraient être la Seine, l'Hôtel de Ville, le quarti. elt' du Temple et la place des Vosges. Qui dirait, en voyant ces marchandes de ~ quatre saisons :. de la rue Saint-Antoine, si fortes en gueule, qu'autrefois, à oe1lte même place; s'étJendaient de vastes et riches potagers que la Seine inondaIt ? C'est la Seine, en effet, av.ec ses premiers bateliers, qui fit la. fortune de ce quartier, et c'est ai~Lsl que naquit le ~ PGrt SaintPaul - ~. Soust Salnt Louis, de nom~ eux ordres mona,stiques (lCCU,... j pèrent le quartier, comme le ~ oouvent de Sainre-Catherine - 1& rue de Sévigné actuelle nous le rappellerait au bèsoin, puisq'U'elle portatt autrefois Le nom de « Culture Sainte-Catherine :. - le monastère des Célestins, le couvJ:lnt de l'Ave Maria et celui des Minimes, devenu de nos · jours une caserne. r,a rue du Roi-de-Sicile nous l'hôtel du même nom, fit construire le frère de Saint Louis, et qui devint, au XVIII" siècle" la prison de la Petite-Force. Le pala.is d.es TO'UrneIles, av€<; ses jardins, date du xv· siècle; Catherine de Médicis, l'ayant pris en haine à la mort de Hen, ./ ri II le fit détruire ct, sur S(';l emplacement, C.1arles IX fit .oonstruire des manôirs ... Henri IV Y fonda une manufacture de soieries... - DE LEUR BALCON LES BELLES DAMES ASSISTAIENT AUX DUELS Mais c'est LouiS XIII qui tnaugU'ra cette ~ Place I(.oyale :.~ en 1615. cette « Place Royale ~ qui, 'd'ailleurs, inspira Corrneille, pUfsqn.e l'une de ses premières ,oomédies porte le nom de Place Royale, ou l'Amoureux extravagant. Comme de nombreux duels y ava.ient lieu - auxquels les belles ' dames assistaient ' de leur balcon - le ~ Marais ~ devint bien.tôt le ce:n'tre de la Cour, et la «' Place Royale ~ - qUi s'appellera l'a Place des Vosges en 1789, en l'honneur de ce dépalrtement qui acquitta ràpidement . . 'l'ANTISÉMITISME aux ÉTATS - UNIS (Suite de la page 3) . ',des plus efficaces." Ils la mirent .donc au p.oint, , 'Aujourd'hui, R.oosevelt est ,.mQrt, sa politique enterrée, ses partisans · décriés, M. Truman .. installé- a la 'Mais.on Blanche, le . ';:Congrcs d.ominé par une c.oalitÏt> n c.onservatrice, les libéraux mis à l'index, la v.oix populaire . étoum'e. Que désirer de plus? Ne sommes-nous pas eng-agés dans la v.oie qu'ils préc.onisaient? En ces heures .où une vi.olente campagne antirusse échauffe les espr. ,ts, égare' le sens critique, 'ils peuvent même se payer' le ,kt'Ile de j.ouer aux hommes c1airvoyant~

l( N'avais-.je pas rai-

, sQn autrefois quand ... Je V.ous avais prévenu ... Je v.ous l'avais bien dit ... ». Il y a donc, comme n.ous ven. ons de le voir, des types intelligents parmi les antisémites qui utiliscnt l'antisémitisme a lcurs fins politiques. Mai" il n'y a sans doute rien 'de plus imbécile que l'antisémiti'sme lui-m ~me, gui c.onsiste a dire t.our a t.our : -- T.o\lsles Juifs S.ont des communistes. - T.ous les Juifs sont des banquiers internati.onaux. (A suivre.) ce mot ae trois lettres qui signtfi e « rituel :. ... • . [calme. [~;'~~EMECharles 20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)] ses impôts - fut le centre du Paris élégant, jouant à peu près le même rôle que le PalaisR01jal du XVIII" siècle ou les grands bOUlevards S011.S le Second Empire. Nau.s sommes ici au coeur du quartier juif de Paris, et d'aal'eurs la rue Ferdinand-Duval , ne s'est-elle pas appelée, pBndamt huit siècles et jusqu/en 1900, la rue des Juifs? Derrière elle, un léger balancement de palmes fait poelpiter l'air frais d'un souffle de caresse qui miroite en reflets doux d'onyx sur ses tresses. Une esclave porte, auprès d'ellè, le diadème et sa rutilance d'or gemmé d'escarboucles. Elle passe sa main frêle parmi les boucles cdpues d'une petite négresse qui tient ' « Place Royale :. ... C'est là que naquit Mme de Sévigné, c'est là qu'habitèrent ViCtor Hugo, dans' l'ancien hôtel de Rohoen-Guéménée. et a1tsst la grande Rachel, un peu plus lOin. DE LA« PRECIEUSE :. (RIDICULE) ASALAMMBO Dans cette rue du XIII" siècle - la rue des 'Rosiers - on 1WUS a montré le wgts de cette femme ~ à l'étoile :. qui se jeta par ~ fenêtre avec son enfant pour ne pas tomber aux, mains de la Gestapo._ Ces gens en ~rotte, ce sont les rescapés des récentés persécuti< ms. C'ei1t ainsi qu'au MaraiS, les moeisons seigneuria'tes. - véritables clr.d.teawx cttadm.s - ont su. malgré leurs tourelles et leurs balcons de fer forgé, malgré· leurs cadrans sdladres et leurs portes à mascarons, s'adapter de sa main d'ébène le poids d'un sceptre d'or. Elle a jeté aux bras d'une femme le manteau roide comme du métal et fleuri de pavots dessinés en feux serrés de pierreries. Elle apptFTaît vêtue d'une longue robe blanche. Elle médite. Elle attend! le roi 'passera ' par· lfil dans l'arroi guerrier et sacerdotal de la puissance. Alors, vers lui, elle lèvera des-yeux doux, ' brillants comme des fanaux du [soir 'parmi l'éclai laiteux d'une matinée blanche. Elle étendra les mains d'un geste de salut. Comment oubHer dans notre promen·ade cetJte ~ préc1euse :. du M:irais : Mlle de Soudéry et son salon littéraire de la rue de . aux rdcessités dé la vie couronte. Mais que de plafonds et de lambris détériorés ! Il J'emblera que devant tant de grandeur défaille tant de beauté: Un bTas enlèvera la taille De la jeun~ reine qui toute émue Ploiera 'f;omme un frêle roseau. Un coin du Marais la Beauce, où, chaque samedi, se retrouvaient Conrart. Chapelain, Pellisson et Tallemant? On y jonglait avec les madrigaux, et c'est là què naquit le ' fameux royaume du Tendre. C.omment ne pas citer Ninon de Lenclos, qui demeura rue des T.ournelles, dans l'hôtel de Mansart car chez elle fréqu.entaient Scarron. B.oileau, La Rocheroucauld, Condé, La Fontaine, Lully, Mignard ? « Le Marais:.? Mais il est intimement lié à l'hist.oire littéraire. Faut-il rappeler que l'auteur du Decameron, Bocéace, est né dans le 4' arrondissement, que Rabelais mourut rue des Jardins - S·aint - Pau,l, que . ~onsard servit camme éeuyer rue des Tournelles? Faut-il citer ici Deux qui fréquentaient les « salons » ehez Marion de Lorme, ou chez LamoignOri.., l'lIe Pavée, « au Marais» ? Sait-on que Pascal habita rue Ju Cloitre - Saint - Merri, qu'il y reçut Descartes, et que ' Molière - p-eut-être parce que l'IlLustre Théâtre était installé Quai des Célestins - habitait aru coin de la rue dês Barres 'et du .Tardin-:Saint-Paul? ., Sait -on que MiChelet ' enseigna au Lycée Charlemagne, où Théophile Gautier et Gérard de Nerval furent élevés ? Tout jeune. Balzac demeura ru'e Lesdiguières, et Victorien Sardou naquIt rue ' Bea·utreilIis. Boulevard du Temple, Flau": bert écrivit SalammN et l'Education... C'est là qu'il recevait Sainte-Beuve, Leconte-de-Lisle et Taine. Et, tandis que chez Victor Hugo, place des Vosges, fréquentaient Houssaye, Charles Nodier, Théodore de Banville, Lamartine et Berlioz, Alphonse Daudet, lui, atbendait chaque lJ1ercredi, rue Pavée, dans l'anci ·en hôtel des Lamoignon, la visite de ' Flaubert, Zola, Tourguéniev et des Goncourt ... AU COEUR DU QUARTIER JUIF DE PARIS Mais laissons là les cénacles et parcourons ce dédale de rues étroites, tortueuses et encombrées, qui grouilren.t et bOlurdonn(. nt de monde ... Escaliers à l'(J)CCès périJl.leux, enseignes barioléeS, effluves d'hufle et d'éVices, encens d'Orient, signeS hébraïques aux devan.t.ur.e~ ~ .J){Uiout ap."pa~~U Et prêtres et servantes Jusqn'où ira la pioche des dé>malissJuT's ? Car Le Mara,is, a.vec ses m'Ûsons au gros ventre, ses culs-de-sacs et, ses arrière-cowrs. est l'un de plus Vieux quartiers de Paris, et il suffit d'tm peu d'imagination pOur qUe - le;<; pierres « p.(J)rlant à ceux qui savent les entendre :. - la Cégénde rejaigne l'HiStoire en et soldais à par lents, partant à reculons les laisseront seuls, dans la beauté clémente du plus beau· ciel parant les plus purs horizons. Gustave KAHN, • nous res.tituant le passé. UNE -HISTOIRE DE POURIM PAUVRE BERKE Berké, le p·auvre étudiant de la Yuhiba, il porté tout l'hiver des bottes trouées, n'ayant pu amasser deux roubles pour s'acheter une autre paire; son seul espoir d'avoir enfin les pieds au chaud était : Pourim. Nuit ell jour, derrière le poêle de la Y cc hiba, il rêvait de Pourim..' Combien de jours et de nuits Berké a passés ainsi dans la douce attente de Pourim! II A Pourim, pensait"il" je , porterai I.es C helakh:M onoth ([). Je me ferai en un j.our diX' « guilden ». Il manquera enoore un demi·rou.Q.le, mais je le trouverai bien, l'essentiel, ce sont les .dix II guilden » .. .. Et les jours passa.ient. Berké se sentait plus jeune, plus heureux, à mesure que Pourim approchait. . . ' * Enfin; Pourim est arrivé! Dieu, qui veiltf! sur ta Lls les Juifs, s'est 'aussi apitoyé sur le sort de Berké eb lui a procuré une .occupation: pinter les C Itelakh-Monoth. Dehors , le sol ~st froid et glissant. On dirait que tous les vents de, la -terre se sont engouffrés cla.ns , les bottes de Berké,. que tous les lacs s'y sont cléverfés. Mais lui, Berké, va, avec devant ses yeux', un rêve d'or : encÛ're un sou dans sa roche, enc.ore un gros sou:.. Il amassera aujourd'hui assez d'argent 'pour. s'adhe-' ter des b.ottes neuves et demain .l"eàu ~e passera plus à travers ses semelles. ' C'est le soir. Beaucoup de Juifs sont déjà aSStS autour de leurs tables. De> chaque fenêtre s'échappe une joyeuse lumière. Une petite pluie fine, menue, une rluie qu·i vous mouille jusqu'aux os, tombe depuis une_ heure. Un plateau -entre les mains, Berké vole enmre plus vite que l'hirondelle. Insen~ible au froid, à la pluie. il sent une douce joie le pénébrer partout; il sent que S3. poche est pleine à craquer ... (Dieu sait combien il II Y » en a !) . Berké a peur de troll y penser, de toucher à si poche ... Et s'il y avait pl\L~ de deux roubles 1 II lui resterait encore quelques II groschen _ ... Non ! Non! Il ne veut pas y penser j il craint de clevenir fou ...

  • Pauvre Berké ! C'est -le premier jour heureux

de sa vie 1 Et tandis qu'il pense ainsi à son' bonheur, à sa poche pleine, son ' pied ' touche 'un enclroit glissant, sem pied se tord.. . Il veut se redresser. Impossible. Berké tombe, t.ombe à la renverse ... Et le plateau et les assiettes êle Cltelaklz- M onoth se brisent en mille m.orceaux avec un fracas terrible, les pièces de monnaie s'écha[h pent au milieu d'un bruit infernal. Un cercle de badauds regarde les ' C l!elallh-Monoth piteusement enfoncés dans la boue; on rib à en mourir; et l:\erké pleure, pleure toutes les larmes d~ .ses' ~~ : Le peu ,cI'argent qu'il a pu retrouver dans là. boue, Berké a· dû le donner pour les dégâts èau-. sés. " M. SPECTOR. (1) présent!! qu'an envole à Pourim à ses parents et amis. Ces pensêes semblaient lui donner lts ailes rapides 'de l'hirondelle, et notre Berké courait, volait, ave'c un énorme plateau cHargé t1' a.,siettes dans les ' mains. ' Ifa:v'ait ch(lud, chaüd , partout, ' même aux pieds; il se ' sentait heureux, joyeux, oomme il ne l'avait jamais été. Et pOLLrquoi ne l'aurait-il pas été? Les gros S<YI.1S ne poussaientils pas dans sa poche? ~I I20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)Charles 20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)==20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)~- ---' 'RECHERCHES M. Henri BLAUSTIN, 10, avenue Trudaine, Paris (9") (Trudain~ 91-15), serait reconnaissant à toute l'ersoone qui pourrait lui donner des renseignements utiles au sujet de : M. FEINMAN Ma.rtin, étudiant en médecine, engagé volontaire au 21" Régiment de Marche V.E., prisonnier de guerre rapatrié, incorporé au 881" groupe de travailleurs étrangers à ; NEUVIC-D'USSEL (Corrèze), le 20 octobre 1942, disparu entre OEe 4 décembre et le 22 décembre 1943 du Service <social des étrangers de SEREILHAC (HauteVialne) ou du Centre de BEAULIEU - SUR - DORDOGNE (Cor, r~eb " . -"'-~ ._ .. Elle ~st bien bonneT Un brave juif ' arrive à se fau_ filer au premier nang ' dans une assistance antisémite réunie pour entendre une conférence d'Adolf Hitler. Il écoute l'orateur en donn ... nt des signés de Joie si vjsl~es que Hitler vIent à luI, à ,la fin de la séanee, et lui demande brutalement la raison de sa présence et de 60n contentement. ' . - Voilà, Monsieur Hitler, répond le vleil1ard. Il y a cinq mille ans un . Pharaon très antisémite, comme vous, nous fit beaucoup de misères. Mals il est mort. sa famille aussi, et pour commémorer ces événements, nous mangeons à Pâques de bons « matzoth ». Deux mille ans après, un homme qui s'appelait Hal\18n nous fit aussi beaucoup de mal. Mals Il est mort, sa famille aussi, et en souvenir, nous mangeons à "t( Pourim ' " de bO"" petits gil.teaux qu'on appell~ " ",' Haman- Kuchle ». Eh bien f je me réjouis à la pensée des bonnes choses qu'on pourra manger mille ans après vous l , . Mas(a,ades de Pou,im '.' \~ [jJo.uquinquant E,' S E , '" Charles 20 novembre 2009 à 11:02 (UTC)-et Frères· 0acques DEM.IURGE DES FOULES par JatQues SIl VAIRE · B!EN entendu, ce film n'a pas ~ manqué d'émouvoir les bonnes âmes. Le lynchl\ge des nègres ins'Pire moins d'inquiétudes. Ainsi donc, ' Julie a'llirait dû renoncer au bonheur teI"res,tre et s'abîmer dans les prières pour mériter le ciel. Pierre, lui, aurait dû, sans doute, se faire moene ou Père blanc. Non, la vie a été plus forte que le bagout de l'aumônieiI' de la Roquette. Malgrê les préjugés, malgré le crime et le menoonge, Pierre et Julie ont affirmé leur droit à l'amour. Les bonnes âmes se voilent la fa,ce. Cachez ce sein que je ne saurais vojr ... par----. Félix FEDRIGO dre ce qu'il y a de singulier dans ce monde étrange des, bords de l'eau. . libére!l." de certa1ne influence religieuse. Au déIJar't, l'aumônier de La Roquette, 11 fa,ut bien le dire, avait beau jeu. Dans une prison., la chapelle peut consoler des misères de la cellule. Et de fait, Julie ne résiste pas dès l'abord' à la p'ression qui s'exerce sur elle. On la voit se confesser et prie.r. .t~,AIS l'~ssentiel est enco·re Elle sombre dans le sentiment du d'avolr montré deux êtres péché ... humains qui vivent, souf-- - - L' ES plus de trente ans ne se souvienne'nt pas sans émGtion de ces séances privées, en des saHes de fGrtune, où l'o'n prGjetait les prem.iers films soviétiques interdits par la censure. . De ces ~~vres-fruits-défendus, il en vint une qui s'impGsa aussdot pal" sa force et son pa{1hétique incom.parables

le Cui.rassé Potemkine, de S. M. Eisenstein. Ce fut

un COUIP de tonn.erre dans le monde du ciné.ma ! Une « bOOlbe atomiqùe » lancée au milieu de l'édifice en carton- pâte des productions niaisement sentimentales d~ l'époque .... frent et luttent contre les forces Eh bien, non, elle ne refusera obscures, en u~ drame dont la pas la vie. !., Elle comp!l'endra. morale empo'rte l'adhésion. Ca,r qu'elle a le dro-it de vivre, le il n'est pas si fréquent qu'un droit d'aimer! Les Frères Boure'all'. s ate ur ose b ouscu1 e r d'e s quinqua·m t s"achèvent sur une Eisenstein était né avec le s.iè- UNE GRANDE VE,DETTE ••.. 'consciences confortables. Il est belle victoire humaine, qui ne cIe. D'abord décorateur, il ne tarda même beaucoup plUS commer- plaira pas aux Frères Jacques. point à trouver sa voie : la mise LA FOULE cial de travailler dans une en scène. Les théâtres de l'Armée direction exactement contll'aire, Rouge lui doivent beaucoup. Bien- Un an plus ta;rd, Eisenstein sorr RTES, je comprends que la pour peu qu'on sa,che flatter leO N saura gré àM. Louis Da- tôt, sur le conseil du poète Maïa,.. tait le. Cuirassé potemkim.e, qu~ chose ait choqué certaine " Juin, encore qu'il fasse kovski, il aborda le cinéma et, à porta bIen haut la gloire du cinéma. "'-- espèce de vertueux et qu'iis conformisme avec intelligence: preuve parfois de quelque vingtrcinq ans, tourna wn premier soviétique à travers le monde. la . voyez, par exemple, l'habile hésitati()n, d 'aVioir traité ce film, La Grève. OEuvre audacieuse, principale vedette en est la foule se sonent donné toutes les pei- MonsÏ'eur Vincent... sujet audacieux avec un tact et. où, rejetant les formes figées et les aux visages divers exprimant la. nes du monde pour l'étouffer. 1 i f d 1 normes anciennes, il exaltait le douleur, l'angoisse, 1 a révolte et C'est après avoir passé de longs C. , une emme u peup e, une finesse qui ont bien leur prolétariat révolutionnaire en 1utte l'enthousia~me. On n'a pas oublié mois dans les « boîtes », soumis désemparée, lancée tout à coup prix. L'on n'assiste pas au déve- pour le bonheur de tout le peuple. ces terribles images de la fusillaide à ulIle censure particulièrement en plein dI'aIDe, proie facile, en- loppement d'une thèse. L'on voit Pour son coup d 'essai, le jeune ar- sur les grands escaliers d'Odessa. hypoclIite, que Les Frères Bou- cline à toutes sortes d'aliéna- de bou.t €IIJJ bout d€S hommes et tiste avait réussi un coup de Elles frappai.oort le spectateur comqui1l( luant, la meilleure des oeu- tions, parvient finalement à se d.es femmes vrais. maitre. mOen unn'a copuaps doeu bplioéi,n gn oàn lap lufsig, ulrees. v r e s cinématographiques de r------------------------------------------------: :;:équences de la révolte, leur ryth- M. Louis Daquin, l'une des plus me invincible, leur pouvoir si dygénéreuses qillJ'il nous ait été namique qu'elles vous soulevaient donné de voi[" depuis la libéra- l!J ' l ' l littéralement 'de votre fauteuil 1 tion, passe enfin sur nos écrans. n seu rpteur se ~e' /re' e · Njuusltlees gerta nsdijm.kp>lqeuse, noue,n ed eps hodtéotgarials- A ces frères, en effet, on peut • phie, un m.cm<tage iJIIlipeccables : reprocher UJrlJ manque total de tout concou,rait à faire du Cuirasressemblance avec tous les bro- sé Potemkine un chef-d'oeuvre Chers d'Hollywood. L'ecclé~jasti- exaltant ce qu'i! y a de plus pur que ici en cause n'a que de très MANE KATZ lointains rapports avec les abbés etE disee.npsltuesi np rroéfaolnlsda eenn :'n!uoiutes . La LieX'j)€ Tts en base-baIl, qui han- • - gne qenéraJe (192'-29). 'Ce film" tent les studios de Californie. ' • .• • qui retrace la formation des kol- L'héroïne n'a rien, non ' plus, khozes et la moderndsation des d ,. i campagnes, est un hymne au proune pm-up atom que. Sous la ~ grès : le lyrisme d'un cinéaste ivre robe, pas de seins en caoutchouc ~ de jeunesse et de vie y clame la mouss'€. ~ C'EST p ·resque une contwne, IGrsqu'un artiste revient soumission de la nature à l'hom- . Voici de « petites gens» de Charles d' 1 ' • ~ 1" d . h h ~ d' me. « Mon art, dit Eisenstein, pui:se chez ,nous, voici de gjmples tra- ~ un OIng seJGur a etranger, e c erc era e- sa force dans la riche et vivante vaill€luirs dont le palaiS est un ~ . cGuvrir dans son oeuVre l'éventuelle incide.~ de teTlre russe. » ponton-grue, sur les quaiS de la ~~ ses pérégrinations. CINEASTE Seine! ~ . Mané-Katz, qui est resté plus de cinq ans aux Etats- ET HOMME D'ACTION U'E jeune femme court au ~ Unis, n'a pas échappé, pGur sa part, lors de son retour à commissariat de· Grenelle. ~ Paris, à cette aimable inquisition. Elle hésite un instant devant les agents en faction. Un bec de gaz éclaire son visage ravagé. « Mon mari me battait, j€ me suis défendue, il est tombé dans la Seine ». Tout de suite, nous sommes pris par la « vu.lgaire » histoire de cette petite bonne de province que ses parent:s ont placée à Paris. Elle a rencontré dams l'une de ces kermesses où grincent les rengaines du musette, le pontonnier Léon Bouquinquanf., un homme Im1r, portant encore booJu. Il a susurré des mots tendres. Le soir même de son mariage, il s'est révélé tel qu'il est: une brute, un ivrogne. Julie trimait dur dans une cabine louche et humide. Mais le frère de Léon, PieTre .le mécano, est un garçon honnête, courageux et charmant. Il l'a consolée. en y mettalnt tout son coeur. Elle est devenue sa maîtresse et u,n enfant est né. Un soir, une bagarre a éclaté : Pierre, sans le vouloir, a tué U()n ... Julie s'accuse dru crime. Elle ira à la Petite Roquette. , L ne s'agit pas du tout d'une nouvelle version du mélo où se débat la - petite - marchande- de-violettes. Dieu sait pourtant combien de pièges le roman de J ean Prévost, qui a mspiré Les Frères BOuqutnquant, offrait au cinéaste! Bien secondé par M. Roger Vaillant dans l'adaptation et le scénario, le réalisateurr de NOUS, les gosses, en a tiré le meil_ leur parti. Rien ne sent le conventionnel. alors qu'il eût été si facile de fabriquer une atmosphère selon la recette populiste et de prOduire des personnages de série. Une émotion innomr\ ~ e n ous saisit à la vue des eaux glauques de Paris-sur-Seine ... Les quais, tilne péniche. un ponton- grue ... M. Daqwn a su ren- Disons lout de stûte que, pendant son voyage /ol'cé en A méri que, il a su, non seulement résisler aux attraits faciles de la mode - tenible épée de Damoclès - mais encore donner à son art une impulsion qui ne s'est iam.ais ralentie. Il a pu " penser » son oeuvre, et à aucun moment l' esprit d'auto-critique ne lui a fait défaut. C'est ainsi que, par un effor't continu, i.l a réussi, malgré les bouleversements de son existence, à alfir'mer la plénitude de sa peinWle. * Mais, veintl'e dans le sens complet du mot, Marn,é-Kat,z était capable ri'être plus encore ... A l'instar des maUres de la Ilenaissance, cet al'Lisle contemlJOrain, animé du besoin d'élargir> ses modes d'exp'ression, a (ait a1FpeL à la tec/tnif/ne de la Sltatuaire. C'est que oopuis sa ieunesse iL portait en lui un n"ve : faire parlel' la p·ierre... Du reste, su combalivité rw fllrelle le metta it en me· sU're de soumebtre à sa volonté un Mver'saire encore plus rebelle, plus " physique », que le trait et la coulenr.

  • C'est aussi dans la fièvre mondiale

des années de guerre q'u'il a pOsé les premiers jalons de son oenvre nouvelle. AlIjourd'!lui, dans l'atelier d.u boulevard Raspail, les sculptures s'accumttlent lentement. Peut·on espérer qu'à la fa vear d'une prochaine expo ilion le Pli/l/iC aur'a l'oc· casion de les admirer? Mané-Katz a déchaîné une effusion de formes qui, trop le 'l'r/ temps COlltenlies . jaillissenl il la c'Jnqw1./e de l'espace dans u.n dan 'illi'inciblc . Ses f'igures ravagées de passion se soull'vent et ballent u~ rythme même de son sang. Ce sont toujours les thèmes de la VÜ3 juive qui l'inspirent. V'isages de Talmudistes faméliq/les, siUlOuettes bouleversa nlcs des ghettos, musiciens errants a1J.~; cuivres immenses: toule ce 'le humanité ressllrg-1.t, pétrie celle fois dans la !llai.se et le brùtl.~e, et redevient nouvelle. Pourlant 1 Henri S~~INEZER 1 le contenu l'iltéraire du sujet n'impose jamais sa tyrannie. C'est d'abord et surtont par son langage plastiqlle que l'oert de Katz nous émeut ct nous conquient.

  • Pas de recherche d'étùl,u~tle,

pas de syslème précùn('u: ta sculpture de Mané-Katz se caractérise par sa sincérité ,totale. lIeflet d'une pensée plastique, elle n'11se d'aucun arlifice. C'est ce qui fail sa qualité et la rend si " attractive ». Les figures que Mané-1(ratz arrache à la pierre avec vne joie évidente por'tent les stigmates du combat de l'Homme contre la Nalu,re. La matière même, par son aspect orageux, con tribue puissam.ment à étobl:i'r la réalMé de cette l-ulle. Toules les l""des· ses, tous les ébran[.ements de la pierre sont laisses en clair, au grand j O'ur, comme autant de t1'Oph.ées de victoire. Cependant, che~ .Mané- Katz , la mesure ne perd jamais ses ({roils. 11 ne fait pas de concession à la fièvre passagère dru délil'e créateur. Chaque volume, chaque sailli' est voulu. Cette sculpture est une véri· table révélation! = .... _. __ ._ # ______ ... - • __ • __ 4 _.__ ~__ -. CeP.,endant, le gouvernettnent américain empêchai t le grand met,... teur en scène soviétique d'achever sa grande oeuvre Que vive Mexico: Nous n'avons donc pu en connaître que des fragments dont, d'ailleulfs, la composition et le montage ne wnt pas de lui : Tonnerre sur le Mexique, Kermesse junèàre etc. Mais, tels quels, ces « morceaùx détachés » suffisaient à notre joie. Pleins de violence et de contrastes da,ns leur réalisme sans conce~ion ils nous bouleversaient. ' Eisen.stein, d'ailleurs, aurait-il été le grand artiste d'avant-garoe que tout le monde connaît s'il s'était refuSé à l'action sociale ? Il professa à l'Institut Cinématographique de MoSCOU, dirigea le Centre d'histoire du cinéma de l'U.R.S.S., écrivit nombre d'3ITticles et de 11- vres sur le septième art. Au momenrt de sa mort,: il avait même mis en chantier toute une série d'ouvrages techndqueos : La mise en scène au cinéma, La théorie du cinéma en couleurs, La théorie du montage, etc. Sa culture étaît énorme. Il p0s.sédait à fond Pouchkine et Gogol su,r lesquels il avait entrepris de vastes recherches. Polyglotte, il avait constitué unê immense bibliothèque sur l'histoire de l'art et de la littéra,' u.re dans toutes les langues du monde. Si Ivan-le-Terrible (1945) a provoqué certaines déceptions, c'est que cette oeuvre marque un renouvellement technique qu'il était difficile de comprendre sans connaître toutes les étapes de la route d'Eisenstein. Démiurge prestigieux des foules, amoureux du d.étail pris sur le vif Eisemiein centrait. cette fois soo action su~' un héros unique et: s'attaquant a la reconstitution histolique à grand spectacle. portait toute son attention sur les poSSibilités du parlant. Il n'es,t pas douteux qu'il nous aurait émerveillés dans ce domaine si une mmt cruelJe ne l'avait ravi à notre a~miration. Quoi qu'il en soit, l'oeuvre d'Eisenstein restera. Elle a exercé, elle exercera encore une influence rrofonde sur le cinéma mordial Qui peut ruer que le nouveau r~êlisme italien, par exemple, ne S'En inspire la:rgement ? 9 ".. • -~~ _';"~ - ----'r../.-p ,. - 'fjt'- - -..,.." 'L'An~leterre tire es Ii~elles ~u Jlntin A BLAH " . " rOI , tire des plans sur la cOnlète , ... les AlDéricains, certains politiciens juifs de Pa- .. ORROELEMENT déçus par les Anglais, lâchés par .. lestine ne savent plus à quel saint se vouel!'. le: Roi ! )) en arabe. Le cri fut lancé, mais à contre-temps." God save the King ! anglais prenait le nom ete « r.e-présentant diplomatique n. En veine d'euphémismes, on décidait que les subventions ang-laises à la Transjordanie, au lieu d'être puisées daos la « Caisse poour le développement des colonies ", proviendraient li l'avenir de la « Caisse du gouverne'ment pour l'amélioration de la situatiO'fi 6c()llomique internationale ". Quant aux « conseillers .. et aux « teduHciens " britanniques attachés à Ammam, ils restaient Sl1r place et gudaient lel1f'S titoes. En. désespoir de cause, ils se tournent vers ... DES DEPUTES Abdunah~ le 'falDeux « roi ~ de Transjordanie, et tirent avec ce fantoche des plana sur la comète. QUI IMPRESSIONNENT -LE GENERAL SPIERS L'Ofl se ~appelte que naguère en- . «:ore Abdullah pr-Eife<;sait une théo-rie de r(l~paoe vita.l qui portait le nom de Gran.dl! Syrie. SSll.S le signe du « Croissant Fertile ", il prêchait une cr-OÎsade qui devait about1.r à la constitution d'un· -bloc ,oriental iflscrit dans le tA~n~le 'Ammam-Ank.arli-Bagdad et dingé ~ontr e j·U,R.S.S. Il envoyait t{)'l1S les sionistes a.u (fiable ct de la Palestine ne faisait ,qU'lUlC boucl16e, . Dans la couli'sse, l'A.ng'leterre tirait les ficelles. Aujourd'hui, tout est oUlhlié et IAbdu.llah fait les yeux: QOUX a ses lit nouveaux: amis ... Il accepte la ièlirection d'un gri\-nd· empire êtar!!i ~ la Pale s tin~- où, bon prince, il ~ccol'derait une « pleine indélJ~ndance " à tous ~es Juifs! Avant d'examilller la ouestion de savoir quelle S<lrte d'indépç.ndit'lcc oct Abdullah réserv~ aux auttes, . voyons d'ull peù plus près eü quo: ~nsisle la sienù~ , .. UNE GRANDE MISE EN SCENE II Y aura 1eollt ans dan:> q.udques jours,_ ~ 22 mars r9,.6, la !l'ransjordanie., jusqu'alors soumise • l,I'n mandat britannique, devellait .-ux termes d'ua trait-é d"üliance ang')o4ran'sjordanien, un Etat « êntièrement indépendant ", sous forme de « royaume parlementaire bérédilai re lI . Son Altesse l'Emir Ab.-lullah se

muait el' « premier roi souverain Il

de la dynastie des Hach: ' C'_llCS et s'apprêlait à monter sul un véritable trôl)e ... L'intrenisatioT). eut li<~u le 26

mai. Elle fut l'occas'.
'.-1 d'un.e: rejVue

de music-hall à. g~' aIl1 spectacle.,. comme seul un metteur en

.cène du talent de M, J3.evin, sait

~ monler. DECORS, COSTUMES ET COUPS DE CANON La fsul'C s'était assemblée devant le P-al;l;is royal d'Ammam, clI.'P itàlle -ae la Tr<Nlsjonlaaie, où l'événe~ Rt mobilisait \Ille distributioR et "ne f,ig-ttrMioo p:u-t-ic-Hhèremellt IIII0ll1breU ~66 et brill3!lltes. _ tr.[tt)di-s ql1'-A:bliuHall évoluait ~.~ IHl a6coc des mille et une .... lS;. -y,ne- salt'e de ceat \1ft coupa i4e can&n _ ill.lu.ait 'iOIl aCCes.o.lOll-, Le costume du nouVe1l1l roi était fQrt SY'1illl»l.iqu.e 1 il portait Ill\e ~rbe r~i'l\g~e et lI:ft. pllfttMo~ flOle de III. meü.J.el1Te c-()tlpe· OCCIMital. e, mm- il à'y3.ft {JlO'Ur la ~uleur localel le ch·ef surmonté ltJ'un turban d'uoe belle bla.ncheur let le petit doigt d.e sa main g-:w:ch<; .'Mnail d-'-un anneal1 d"or ennclu _'Ull scarabée v.çrt. Il gravit les m.a;rches du trône "l'OC u.ne infinie neblesse q-u:i souleva un murmure d'admin.tiO'[l pa.rmi les deux cents courti'SlI.ns multical eml!;, l'élite très stylée de ... Légion arabe « !-os trG-is g-ooé;:' ux: an.glais en _gran& telHle, qui Charlesaient l~ 110. tahleAIl eKotiq'U6 de Itaüte- qualité, Men l/upéJi, eur IUIX p-llls pu.isliantes réalisa.tions du Casino de Paris ou des I!olie!;-Berg~l'C. tE GRAND CHAMBELLAN FAILLIT SE CASSER LA FIGURE H éla;; 1 il Y eut plusieurs inci- 41ents t«hlliques qui scmmüent à jm.e mcle épr.euve 1es di.3phr!l.gm€S aes trois hôtes de la Royal Army, bien convaincu"! qu'i-ls s'agilsR-llit «'une fa,rce orien.tale et qu'AbdulJal1, roi salls couronne, était un

roi de la Couronn.e.

Ils durent faire u.n effort pour ~ pas rire lorsqu.e le Grand Chambellan qui apportait en ca; deau ail roi un splendide coffret d/or serti d.e pÎérres préci-eu:.es et C&Ill€.'nant un exemplaire I1nique d.u Cora.n, se prit les pieds dan~ de somplueux: tapis de Perse et manqua s' ('taler de tout son long jlevant le trÔn.e, Le pauvre homme ayant pu, in 'extremi .~, rétablir son équi libre, la !musique de la Légion arabe, pour donner le cil i)n ge , entonna lit 1 'hymne national II de la nou~ elJe Transjordanie indépendante. llO Ma.is sans doute les répétitions avaient-elles été insuffisantes : l'exécution du morceau donna lieu ~ une affreuse cacophonie. Cepe<ndant, Abdullah continuait sa comédie constitutionnelle et procédait à l'installation ck « nouveaux pouvoirs publics ". Ail programme, l'on avait prévu, comme il se doit, le cci de « Viv~ Il replâtrait \ln « gouverne .. ment " dont le schéma est classique en d,e tels lieu:.:. Le « résident .. Le discours de Jacques DUCLOS à là Mutualité Suite de la 1 .... page cetbe solution et rien ne permet de pensef qu'elle ne demeure pas fidèle à la décision de l'Organisation des Nations Unies. Mais, sans au~un doute, les oppositions anglo- américaines, oppositions d'intérêts, se sont traduites, sur ce point du monde, ' par des eKcitations contre la posiLion première qui avait été adoptée par les Etats-Vnis. Et ici, je sais que la Ligue arabe a déclaré que, dans le cas du partage de la Palestine, les Etats arabes refuseraient toute coocession pétrolifère aux Etats-V nis. STRATEGIE PETROLIERE Les Etat'l -Unis sont décidés a. revenir, •• semblent décidés - car il ne faut jamais jurer de rien - sur la décision de l'Organisation des Nations Unies. M, l'orrestal, qui est un personnage important ---: c'est le Ministre de la Défen'iC des Etats-VOIs et, en plus de cela, c'est un banquier, c 'est un administrateur de la Banque qui a été, du rant l' entre-deux guerres, le principal véhic ule de la pénétration des capitaux amé ricains en Allemagne - a m en ac~ de démissionner de son poste de Secrétaire d'Etat ~l la Défense Nationale si le partag<': de la Palestine avait lieu. Et le journal « La Croix" - "ous voyez que j'ai de bonnes lectures - ôu 26 février écrivait : « Hs se sont élevés - parlant de M. Forrestal et de M. Kennet Royall --c'Ontre la politique du Président pour des raisons de stratégie miliLaire et, plus exactement, de stratégie pét'rolière... " . Ainsi donc, vous le voyez, je ne m'étais pas trop avancé lorsque j'avais parlé de pétrole ! Oui, il y a du pétrole derrière tout .cel~ 1. .. E~ ce sont de sordides intérêts capitalistes qUl dl-essent des. hommes les uns contre les autres,et c'est ~lU nom de ces· sordides intérêts que l'on refuie au1t Juifs le droit de posséder une patcie ! Quant à l' Ang-leterre, pour rendre i,,?pr~ticable la décision de partage de l'Organisation des Nations Unies elle refuse une milice ooo~ pale'stinienne, eUe' or.g-anise et ent~a1ne les tmupes irrégulières de la fameuse lég-l<m tran:jordanienne, elle ne veut 1?as é~~cuer Tel~.Avly et mettre un port à la dispOSItion des Immlgra. nts juifs. Elle s.'oppose à la v~nue d'";oe mission de l'OrgamsatlOn des Nattons UOIes avant le 1~ mai prochain, L'on voit comment on peut appliquer à cette situation la fameuse fable de notre poète : " Selon que yous ser<:z puissants ou misérables, selon que vous plaIrez ou que vous ne plairez pas .. , à l'Angleterr<>, lei décisions de l'Organisation des N~tiGns V nies seront ou ne seront pas apphquées ! II Il n'y a pas pIllee en Palestinl~ pour ~ne mission de l'Organisation des Nations Unle~, mais pour aller inspecter, pour. aller soutenir l'odieulC gouvernement Tsaldans, en Gt-èce, peur <'ela, on a le droit d'envoyer une mission de l'O.N.V. t • Je n'insisterai pas. mais en to~t cas -Je peux bien faire appel à de:; ~o:nmeota-Ir~s de presse, J'ai ici sous les yeux uo comment~lre du « N~tional- Zeitung li de Bâl.!, sur l'attttude anglaISe

« Le Foreign OfOce prétend rester neutre

, et fait mine de ne pas voir que les Juifs ne veulent pas autre chose. que défendre la pos.ition de rO.N.V. 3U sUjet du partage, tandiS que les Arabes, en l'attaquant, se rendent c~upables d'un délit contre la plus haule autonté internationale fJui cxio;te actuellement, " Ain<;i les Juifs ne veulent que la mise en application des décisions de l'Organisalion des Nations Vnie5. Mais ces décisions sont combattue, ouvertement par l'Angleterre et violées implicit?l11ent par les Etats-Vnis. COMBA nus PAR L'ANGLETERRE LACHES PAR LES ETATS-UNIS Par conséquent, quelle est la situation des J uies de Palestine ? Ils sont combattus par l'Angleterre, ile; sont \ach{-s par les Elats-Unis. Les Juifs de Pate~tine allendent qu'on ne piétine pa,> les dlx-isions de l'O.N.U., et pourtant c'est ce qu'on est en train de faire ! Si les décisions de l' 0, N . V , Sur la Pa lestine, et sur le partage en deux Etats , sont foulées au pied, la preuve sera fa ite devant le monde qu'une politique de paix et de concorde interrationale cede le pas aux nécessités d'une politique ex:pansionniste et impérialiste, que les problèmes du pétrole prennent le pas sur le problème du droit des peuples à disposer librement d'eux-m€'mes . Vous àvez raison, vous, 'Juifs de France, de. soutenir tes Juifs de Palestine, vos frères, et je reconnais aux Juifs de Palestine le droit de lutter pour l'application des décisions de l'Organisation des Naûons Unies ! Je tiens à. vous assurer en cette circonstance de la solidarité la plus complete du Parti Communiste franç~is, qui a la certitude que parlout. à travers le monde, les forces de démc:r cratie, .de progres et d'indépendance nationale finiront par l'emporter malgré les pretentions insolentes des pétroliers et de tous les trafiquant., de l'univers, malg ré les prétentions ini'otentes de tous les exploiteurs de la souffra nce et de la misère des hommcs ! Nous avons la conviction profonde que le comhat des hommes de bonne volonté sera finalement victorieux, l'ai le sentiment que vous"mêmes, vous tous , vous savez bien que le droit des Juifs à demeurer en Palestine et à y faire prospérer un Etat juif indépendant, sera beaucoup moins le résultat de négociations de caractère diplomatique que le résultat de la lutle du peuple juif lui-même, et je salue la lutte çle CCl,IX qui veulent conquérir leur patrie. L'HEROISME N'EST PAS INUTILE Les larges masses populaire!i et .les peuple!i, de plus en plus, comprennent que ce sont euxmêmes qui doivent faire leur histoire. Jamais l'héroïsme n'est inulile, jamais le combat n'est slérile ! JI n'y a que les lâches pour croire que la I~cheté triomphe d,.1 coura~-e ; jamais, jamais au monde, la lâcheté n'a triomphé de quelque chose ! Nous, Comm-unish:5, sommes animés par une doctrine qui nous fait une obligation de lutter pour notré libération, pour la libémtion. de t'humanité. C'est un Juif qui nous a donné cette doctrine, un Juif de génie, _ un des plus gra.nds hommes que jamais la berre ait portés. C'est Karl Marx CJui, il y a un si~c1e, a écrit II! K Manifeste CQmm-uniste ", cette brochure d'une trentaine de pilg-es qui il révolutionné l'univers tout entier. Cette hrochure a été traduite · da.!ls toutes les lan~ues de la terre, elle a été ét \ldi~ par des hommes de ttutes couleurs, Elle '\(Iime, eUe exalte, elle donne des raisons -le viv,~ et des raisons de eombaUt'e aUl< peuples les plus divers de la terre, Nous qui avons été g-randis par la persécution - car les persécutés deviennent toujours plus forts que leurs persécuteurs - sommes prêts à regarder tous les persécuteurs les yeux dans les yeux avec la certitude de la victoire finale. Aussi, ne sera.it-ce que pour demeurer fidèles a. la grande leçon que MarK nous a donnée quand il a dit : « Un peuple qui en opprime un aülre ne peut pa.s être libre ~ ~ je pourrais même ajouter : « Vn peu pic qui regarde opprimer d'autres peuples sans ri cn dire, aurait un g-oftt singulier de la servilude et de l'esclavage » - ne :'lerait-"Ce que pour cela, nous !iommes à vos côtés dans la bataille que vous menez, q<le mènent vos frères de Palestine, pour le respect des décisions de l'Organisation des Nations Uoies, Cette biltaille vous devez la gagner même si vous ave7. des moments difficiles à paS'ier - nous en aurons tous, des moments difficiles à passer - car, comme dit notre vieux chant révol\llionnaire : « Après la pluie, le temps est beau, » C'est dans le combat ct dans la solidarité avec tous CCUl< qui se battent que se préparent le~ lendemains qui chantent ! rai cO'lfiance dans l'esprit de lulle du peuple juiC, de lransiordanie Il y a vait naguère un « Conseil Législatif Il transjorda l1i-en, crou~ pion et gouvernemental par essence ~-e n cas d 'opposition, il était dissous ipso facto. Seize « députés n le composaient qui, bien enlendu, se conte ntai.en.t d'opiner du turban. Ahdullall leur, adjoignit dix nouveau.x collègues et bap~'sa le tout du nom de « Pa.r~ lement Il, La séance d'ouvertllt'e fut improosionnanfé, EHe impressiooo.& le général Spief'S, lui-même, q\lt {;ut l'honneur d'y assister ail cours d'un « voyage d'études .. dans le Moyen-Orient : «( '" C'e!it une a.l'umf>lée idéale, souple, soltre tie paroles et sage, deVait 6crice daM le Daily TelegraPh, l'anclell mi:n.istre de Grande-Bretagne ea Syrie et au Liban, Les députés, de groeves cheiks en robe flotlante, étaient, ma foi, trè.l' saisissants avec leur cimeterre sur les genoux • .. Le roi trônait dans un fauteuil doré, sur une haute estrade. Il avait à son côté son fils, en uniforme .kaki et tenait par la maill sOIn petit-fils, un charmant bambin de <Cinq ans. Dehors, s'a'lignai ·ent les belles tronpes de la. Légiw arabe, « sPlendide exemfJle, ajoute le g énéral Spiers, de ce que petr:lJent produ.ire des officiers britanniques avec de bons maté~ riau,x ll . ET VOICI QUELQUES EXTRAITS DES MEILLEURES OEUVRES DE M. BEVIN Bien taillé pa.r les Ang:ais, Abdullah est le matériau le plus représentatif de « l'indépendance Il c{l'fif6r6e à la Transjordanie par un traité selon leq uel : ARTICLE 10 UJS !Tautes Parites Controclo,rvtes ont convenu qlUJ les concessions commerciales Q,{;cord.ées au trrri· toire de la Transjordanie, antérilJ'Uremenl Il. l.a signature de ce traité, conti.nueront Il. tHre ualailles powr la période spécifiée dans leur le,' ; /e. ANNEXE. ARTICLE PREMOE R. Sa Majesté I.e Roi (d'Angleterre) pou-ITa main'/'~nir se-s forces a.rmée.ç en Transjorda.nia lb. où a s'en trou. · ue â la d.ate r/;e f,a Si.gMture du pré· sent trotté, et en d'aul.res endroits SU'I' lesquels !'Q,{;cord pourra se ((tire, et san Atlesse l'~mjr ,ournira toules (,es facilités néoessaires: â /,eur tn .~I. al/.alion, /,euT entretien, et au ma.!1a .~in.a,!1e rU /,eUTS munition, ~t ma.lérieL, 11 compris la cession & • /Jail cie tous bes terrams néce.ç.ça.irèi. ANNEXE. AR'l'ICLE % Sem Atte~se l' Kmtr Ife TTan,jord.! I.nie flCCOrMrIl en LOO 1 , em/)& ete, 'MW.Ms 1fOur li! mOUt/elll1mt et t'entralnemfflt (je. foroes a.rméea ete S. ' M(f,;(!$Ié le Iloi, el pqur Be IransflOri (/;es OIIrlmrllnls, arm.cs. rmmili.onc et lIutre ma.Mriel nécesMire h. c~ ' forc<Js, flllr air, route, chemifI rie fer, eaou et pirc-/i.ntJ, et /Jar les paris M la Tr/JInsj()rdame . J'en passe et des meilLeuros. Il y il long-temps que 1e'S réalités du Proche-Orient ne se limitent plus à des paysages semi-désertiquC16 où quelqu-C16 tribus de pa~teurli mettent une note bibliquement pittoresque, A j'arrière-pla.n courent de célèbres tuyaux et se profile la. S!Ï1I~"YlH~tte !inquiétante des c hadli blindés de Sa Majesté le roi (d'Angleterre). Michel BARON CONFÉRENCE DE L'U.J.R.E. Le .. fi et 7 mars s'est tenue à Parla la deuxième CCHllèrence Na:lonale <le l'U. J. R. [! . , avec la I1MticlpatiOA <le 200 dtlégués de Parili et de la ,>rovlllce, Le grave problème de: la Palesllne la lutte contre l'anti.émltlsme el la 'délense de nouveaux Im.mlgrés ont partle ulléremcnt retenu {' at:enllOIl des déléguès. . La résolution adoptée docl.re no:.m_ meilt: « Les délégués élèvent une vive prote.. tatlon COtltre l'activité d'ilne nouvelle organisation de caracté.. lasci!'le et antlSlémi!e agissant sous le couve.-t d'un prétendit « rassemblement des combattants français • . « ... La Cenférence donne mandat. la directIon de l'U_J .R.E .• à l'ellet de déve. JollVer l'élillion de brochures pOlir faire conn.lIre à la popUlation nOI1- juive les div ers (lroblèmes concernant Ic~ Juifs et combattre la propag.nde nMaste des antisémites et constl ~ uer un Comité comfloSlé de rerrésent"n!s <les o'l;an15811011s et de personnalités pour lu !ter contre le relour du danger .n\tsémite. « .. . La Conléreoce ' regrette de const ater que. maigre les dlvcr ~ s promesst5li du Gouverntm ent, des dizaines de nOIlveaux l-mmlKrés son ~ tradullw devant les: tribunaux et condamnés ,\ des peines de priSOll, "M 0 l, la pÔlitique J'UeN mE 'en 1.·• •" phrase banale mar- , que souvent l'indiffé- . rence de certains jeunes pour tout ce qui, 'de près ou de loin, se rattache à la vie publique: Moi, la politique, ça ' ne m'intéresse pas! Doit-on en conclure que la politique - ce mot aux si nombreuses significations - n'est qU'e le privilège d'une ,« élite », le's , politiciens? Dans l'affaire, les jeunes 'ne ,joueraient donc qu'un rôle de .figurants passifs? C'était, en to'ut cas, la thèse de Vichy! Un vieillard « conseillait» alors aux jeunes de laisser la politique « aux gens compétents », Autrement dit, de laisser faire Laval et Darnand, Non! Tout jeune, et singulièrement tout jeune Juif, ne peut assister en simple spec. tateur aux événements, n ne peut pas pardonner à tous les Xavier Vallat, qu'ils soient « français;J) ou allemands, d'avoir causé la mort de ceux qu'un garçon de dix-huit ans a de plus cher's au monde: ses parents. ' Il doit faire effort pour analyser et comprendre les problèmes qui se' posent actuellement aux Juifs, méditer, par exemple, sur l'existence de ce nouveau camp de concentration qu'est devenue l'île de Chypre ... Comment, pour notre part, l'ester indifférents au combat que mènent .nos frères de la Hagana, ces camarades de vingt ans qui ; donnent leur' yiè pour l'Etat Juif? . . 'Dans les journaux, ' chroni-. quement, il est question des attentats; des 'raids, 'des explosions qui ensanglantent la Palestine. Les bandes du Mufti violent les frontières. Les responsables de la politique anglaise insultent q'héroïques combattants et · prétendent les juger au nom de 'la « civilisation ». Pourquoi tous ces troubles? Pourquoi toutes ces difficultés? Pourquoi toutes ces passions? L'autre matin, no,us avons appris qu'un fanacique habitant Neuilly avait expédié à plusieurs personnalités juives des lettres anonymes qui étaient autant de menaces de mort. Comment . une telle. monstruosité, 'après la tragédie des crématoires, est-elle possible? . A toutes ces questions, il y a des réponses ! A tous ces problèmes, il y a des solutions ! Avons-nous le droit de nt' pas les chercher? Notre jeunesse n'est pas une excuse, au contraire, Nous devons en profiter pour former notre jugement et marcher de l'avant. Partout, chaque jour, le monde bouge et nous sollicite. Roger FINGEL . , EXAMEN DE CONSCIENCE D'UN ETUDIAN1 DE 17 AN!l A la recherche d'un métier No urri ~e P,latc;>:.;t, s'intéressera-t-iIL' A VIS ... a M . . , T saldaris et au .gé.néral Markos ? d'un homme compétent J'appartiens à une franc-maçonnerie, celle des ba- bE'auté. Mais si, mort, il est à ce point admirable, chelien de> l'enseignement secondaire. Et c'est au nom com,bien ne resplendirait-il pas davantage en ressusde certains d'entre eux que je viens dépose.', eomme citant? Et, po"r qu'il ressuscite, ne suffirait-il pas témoin. Nous avons l'honnev, d'être les héritien que nous nous mettions à la recherche de ce qu'il pos- ,d"une tradition riche s'il UI fut, ceUe de la culture sédait a'utrefois, de CE·tte moitié de lui, même qu'il N0US sommes allés trouver M., classique gréco-romaine. Une tradition, c'est un hé- a perdue quelque part SUr le long chemin des siècles? BESSERMAN, secrét;lire 'del ritilge. Mais c'est aussi une hérédité : cette culture La culture classique se survit à elle-même grâce à la Tlnter-SynJicale )Jour les qui est nôtre est aussi riche 't"'elle €oost partielle. Ce- force de "inertie,un peu com'me un canard égorgé én~jgrés Juifs afin de lui tlemander, pendant, la civilisation hellénique que Rome nous a écha,ppe aux mains de son bourreau et conl'inue à son avis sur le problème Je la Ior~ transmise fut une civilisation complèt'e : l'idé<J! hu- cQurir un moment. Mais ce moment va prendre fin, mation professionnelle: main dll siècle de Périclès était avant· tout harmonie: et elle se trouve dp.vanl' une ahE'rnative : ou toMber c'était un . être pensant, m'ais aussi un être vivant; pour ne plus se relever, ou redécouvrir que l'idéa! • Notre jeunesse ne doit plus so une âme, mais a'ussi un co~ps ; il était mû par un n'est rien sans fa vie, qui est ' sE'IIle capable de lui diriger ver. les métier. qui furent; idéal, mais savait, au service de cet idéal, mettre l'ac- donner une existence. - ou sont - ceux de nos pères, tl'on '. 1'1 cult'lv'I't l, gym'n'stl'que en' me Ame temps que 1 1 l' maroqUInier, taileur, éOTdonniel', U A A Pourquoi répéter es exemp es q~i prouvent que · a 'a phl'Iosophl'e. Il ne mett,'lt rl'en au-de-sus du beau', ", '1 . tricoteur, dc... Ces métiers n'ont 1 A > vIe vlcnt touJours t.irtl'V de sa tour d ivoire ce ui qUI mal's 1'1 ne croya'lt p'.s la m·tl·e' re incomp·tible avec h h • 1 f • 0 . 1 pas un avenir immédiat et, l'artisa .. A A A • C crc e a a uir r n peut se revo ter contre cette lUI', et, en fl'n do, campt'e, ce siècle, BU; nous a légué . ,. "1 nat étant dominé par les te~hniques ~ ., necesslte, m·als 1 est impossi'ble de ne pas s'y soumet- 1 f'I'de'e du be'u et 'a recherche de la petfecti'~n, a' no'uve les, ils demandent de moins A r v tre, parce qUE' 1 hOlm.me est fait d'une chair q'ui ne prod'ul',t " 1. LOI'S PhI' d,',· et Platon. en moins de main-d'oeuvre, A A T' A. faillit jamais à la lui rappeler avec insistance. Par l'1alheur, ce système, cette civiliution, en tra- DemanlO~ ons, cependant, à 1' histoi re un enseigne- « La concurrence américaine les VE'lsant les sièdes, perdit cn route ce qui constituait ment d ont personne ne pourra contestE" l' autorit. e: a déJ'à fra'ppés, En Afrique du Nord, la moitié de son eS$ence, et nous parvient aujourd'hui Sacral'c prétendait ~e désintéresse' absolument des les grossiste,s qui ne pe'uvent pluS tronqué, incomplet, 'mutilé, Sans doute est-ce l'Egliseva,i nes passI, ons qUI. a,gIt ent 1e s h ommes - e.t, ces écouler leurs marchandis.,s, ont orqui, t'rans:mettant le Hambeau de, la civilisation davasinE's- pa,ssIo ns se nommaient patr'rotismhe ou rec er - ganisé des ventes aux enchères sique au}! temps modernr.'5, en er.camota 'la moitié 3'U che dtt pain Cjtuotidien ; il finit, cependant, par étr\", dont les . vingt premiers lots, adjugés passage, je veux dire 'au moyen âge, période pendant avec J,us.hc e, cond 3'mn'e pour co Il a bora'tle n avec 1e s pou,r vingt mîllions de francs cha.-- laquelle elle fut la seule détentriCE' de l'héritage de occupants lacédémoniens, l.es vaines passions des hom- cu", ont été dirigés 'sur la Franée. l'antiquité : quoi qu'il en soit, ce qui subsiste au- mes étaiE:ont donc allées le chercher, et elles l'éera- A '1 1 d ' J'ourd'hui de cette civilisation est de~séché, privé de « joutons a ce a a crise es prIX' vie, scolastin:ue. L'antiquE:' idéal d'harmonie el' d'équi- sèrent', au contraire, un l.amartine, Un Hugo s'aper- et de s sal a'H 'es qUI' .seV I' t en ce m'-,:.- libre entre .l.a 'matière' et l'~prit a été .'rahi : en se'- ç- urent qu'lb étaient hommes avant qu'il fut ho".. tard men t e t nous pourrons expJ I' quer 1e cret, sournoisement, avec une discrétion jésuitique, et a~~c om'pli:ent la tâche que leur assignait leur rang c. hAo mag.e d ans l" lnc l ust r'I e d u veA t e., on a déchargé l'un des platea'ux de' la bala·nce. Et d'hom'mes de génie. Je de,mande au penseur le plus m' ent (30 % a' Mar'sICII, e , 40 0/0 l'enseignement. secondaire, qui a pour mi~siol'l d'assu- détaché. des contingences matérielles si, do la concep- d ans 1a b ranc h e dame,i rat en' IS se· rer la continuité d,e cette culture, nie l'existence de la ti<ln étlrerée que lui donne de l'honne'ur sa position me·nt · du travail à Bordeaux, 3.000 vie, infiniment supérieure, le sort du philosophe traître licenciements dans la ha,ute coul:u>o Or, nous aimons ce COtipS sans vie, parce qu'on nous ' à sa patrie ,lui semble être le plus admirable, JI verra re, e t·c .).. , alors à quel point i! est impossible de Pl'étendre a appris à l'aimer, Nous avons passé sept. ans à. sucer demeurer dans « Dans la maroquinerie, le plas-- le lait cles Muses, et, tout au 40ng de ces sept années, tic importé de", Etats-Unis ne .Je,., nous avons été en contempbtion dE:vant sa sublime «Un mondE:' où l'action n'est p~s la soe .. r du rêve.)} mande pa.. d'ouvriers qualifié., d'ola DROIT ÉT 'LIBERTÉ r-------------------- ------r des licenciements dans toute la Marche, marche le oceùr en fête, MaTche sans fa:{blir, . Marche, marche la jOie en têt,e Vers ton avenir. Tu reverras le 8'D'lei l su,r la plaine Sans jamais t'arrêter; Tu te sentiroes l'âme pleine .Du bonheur, mérité. ••• Tu lutteras dans la pluie; la . tempête, PGJ" les soirs d"été, Mais tu iras, le coeur en fête, ·Vers la Li/:Jerté. Tu iras dans le jour, tu iras dans ·la nuit, Tu ira.s par les plJaines et par ·les grands monts Pour revoir le soleil qui .luit Sur un sol plUS fécond. Malgré la grêle et le tonnerre, Par les matins glacés, Da.ns lf!s dures journées de l'hiver, M arche vers la Liberté. . Et · quand l'aube nouvelle se lèvera, Ta ·s.cruffran.ce eessera. , GIO'lre ,à toi, · camarade, car, tu au l'as lutté Sans jamais désespérer ' PO'Ur le Droit et la Liberté, T.f-IELENE. COMMUNIQUÉS, 10 . Le Groupe Thomas Fogel organise une goguette l~ 20 mars à 21 heurès dans la salle du Yask, 14, rue de Paradis, 20 Le Groupe Paul L'angevin est heureux d'annoncer en son sein la création d'un nouveau cercle groupant les aînés, Réunions: vendredi à 21 h" 14, Tue f'e Paradis, . 30 Le Groupe des Oadets du 200 arrondissement organise lIDe grande . fête artistique le)O avril à la salle d'Iéna, Programm3 en· tièrement 'àssuré par les Oadets. Début : 14 h, 30. Billets à retirer 120, boulevard de B ellevi1l~, Les Cadets ont reçu les ' félicitations de la rédaction de « Droit et Liberté » pour la vente du pre- . miel' numéro, Nos jemles ont parcouru un dimanche matin plusieurs arrondissements et ont réussi à diffuser près de 400 journaux, Nous entendons ne pas en rester là 1 Brigades, Groupes, faites-nous connaître le résultat de vos diffusions, et mentionnez les camarades qui se sont distingués, Vous trouverez ici le classement et vous am-ez à coeur d'augmenter la vente, COURRIER' • « Aide. aux. étudiants .. " -suppression de la règle du « chacun pour soi »' .. facilités , pour tous, de poursuivre leurs études 1 j'ai lu avec le plus vif intérêt · le message lancé par votre eoUafjorateur Georges ' Vil- ' Jach dans. son' ,enquête « Fa l 'Iche~ , fanées et piitore~que noir' ». Vous dites vrai, hélas ! lorsqUe. VOliS écri- ~ vez que les appels aux pouvoirs pu- .<: blics « se perdent' aussitôt emportés :; par le vent du désert », Permettl!z-moi à ce propos de vous signaler - si vous n'êtes déJà vous-mêmes au courant - que, . les pouvoirs publics s'étant soudain intéressés à nous ... pour élever les frais du baccalauréat à J ,000 francs, la classe de philosophie du Lycée Jacques Decour a tenu à répondre à cette délicatesse des services du Ministère de l'Eduoation NatioTlale . par une protestation signée de tous les élèves, A une époque où le prix d!,s livres devient exorbitant et où les frais universitaires jouent un rôle sélectif parmi les: jeunes ger... n'est-il pas naturel que TlOUS défendions TlOtre bon droit i' » Pierre N .. " Lycée Jacques-Decour, Cla5se de Pltil0, Franc." . • No. jeun.,·s peuvent accéder ' & tou.. les JTlétiers techniques, Leu., avenir ec;t dans la mécaniq,ue ","r. de plus en plus, règne sur le monde. Jls doivent s'orienter ' vero l'in. dustrie aéronautique, l'ind,ustrie automobile, la ' mécanique de préç.i~ .sion, S'ils deviennent de bon. aijus" teu,rs, de bons tou.rnoeurs, de bor. électriciens, ils aur.,nt en main @~ métiers ,ù'arvenir. » (Interview recueillie par ALAIN ~JCHMA~); Les « Cadets » 'se rarpellent les belles vacance~ --: pleinement mérit ~es - qu'ils ont passées à' Hossegor. Pour qu'ils pui,scnt de ' nouveau y retourner cet été, ver- . sez votre obole à la gran.c!e souscriptic..... de la Commission ' de l'Enfance, L A · SRi,G'A'DE ' RA YMA N vous Etre jeulle! Que de souffrances cela rte représentait-il pas, il n' y a 1 pas lon.~temps encore : c'était à se demo1tder' si l'on oserait . Te prendre goût à la vie, dans le cas où l'on réchapperait de cetle période cruelle. , Eh! bien, ItOUS avons voulu survivre, et nous respiron,s ~~ aujourd' hui un al! purifié, Nous sommes membres d'un . mouvement JEUNE, plein d'entrain et de dynamisme, Noire but ? Nous réUNir POUT apprmdre à nous aimer, à nous aider, à grandir sainement dans les chants, les jeux et le travail, Nous réurtir, aussi, pour rester dignes de l'exemple des hommes qui sont tombés pour que vive une jeunesse heureuse et libre. Nos brigades porlmi leurs noms Raymond'e Royal, Léotl Bursztyn .. , Thomas Fogel, La nôtre porte le nom ,l!,lorieux de Marcel Rayman, Elle se compose de quarante membres, se réunit tous les mercredis, et orgalnse des sorties le dimanche, L'été, nous allons cc/mpeT, faire de belles ballades. Mais comme n()us aimons aussi nous imtruire, l'toUS nous livrons à des causeries, sci errtifilJu es, littéraires, etc, .. , où chacun exprime son point de vue. Pour créer une émulation entre Cadets (car tel est notre nom!) et resserrer nos contacts avec la jeunesse juive, flOUS éditons un bulletin mensuel. 1 eums 'lui lisez cette courte nous voir, 14, rue de Paradù. vite bons copains, note, l'l'hésitez pas à YJenir Vous verres : on deviendra J...- Vf\AIE A Sauvés par. ·un litre • • • • ARS I944, il Y a quatre ans aujour- .lljj~ï1' dau'hxu ia.b oHisi,t lmera iest esxeesr chenotr dteosu josuorn!ti leur tyrannie sur la France. Comme tous les soirs vers dix heures, quelques amis sont réunis dans ma chambre pour écouter la T.S.F., transmettant en langue allemande les informations de New-York. Ce soir Thomas Mann prononce une allocution 'destinée au peuple allemand. Dans son style précis et sImple, il parle du pouvoir maléfique de · celui qui gouverne le Reich et une partie de l'Eup'.) pe : « Hitler transforme en excréments toutes les beautés qu'il touche ; et tout ce qui est excré~ ment pour nous prend de la valeur à ses yeux ». Le discours terminé, Alfred, .ancien ayocat au barreau de Berlin, chassé de son pays par les nazis, nous regarde: « Vous me connaissez tous, n'est-ce pas et je crois que vous me considérez comme un homme sensé ... » Tout le monde acquies~ ça. « Mais que diriez-vous si je vous racontais qu'un jour je me suis promené, dans les rues d'une pe~ tite ville du MidI de la France une bouteille sous le bras, offrant beaucoup d'argent à celui qui consentirait à me la remplir d'urine ? )) Tout le monde s'esclaffa. Mais Alfred: « Le plus beau, c'est que je dis vrai ... )).

  • C'était en août I942.

Paris venait de vivre les journées des I6, 17 et 18 juillet où furent arrêtés, comme vous savez, des milliers et des milliers de juifs qui prirent le chePlin des camps d'extermination. Malgré la ligne de démarcation, les juifs de la zone dite « non occupée )) avaient appris avec hor~ reur le coup qui venait de frapper leurs frères restés dans l'autre zone, et ils appréhendaient de su~ pir le même sort. Nous habitions Boujon-sur-Libron, petite bourgade de vignerons, dans l'Hérault, à 4 km. de Béziers. Le hasard et l'arbi- · traire des résidences · assignées par l'admi-: nistration, y avaient fait échouer une dizaine de familles juives, pour la plupart venues de Belgique r après l'invasion de ce pays. Ils y vivaient en marge des 1.200 habitants et passaient la plus grande partie de la journée à Béziers, où ils se rendaient en autobus tous les matins. Le 20 août, si mes souvenirs sont exacts, le chauffeur, en ramenant son car, prit un des juifs à part et lui dit: « La gendarmerie m'a réquisi- _ tionné pour effectuer un voyage à minuit. Si je peux vous donner un conseil, ne soyez pas à la maison à ce moment-là ». . inutile de dire qu'aucun juif ne dormit chez lui et C.' .\ e les gepdarmes rentrèrent bredouilles dans le ~ar qu'ils avaient inutilement mobilisé. Tous mes amis s'étaient cachés à Béziers dans oes caves ou des greniers, partout où des nonjuifs avaient consenti à les héberger. Et ici, comme partout ailleurs en France, le peuple français s'était montré solidaire des persé~ iCutés.

  • ~'étais le seul juif à pouvoir me promener libre~

ment à Boujon. J'avais en effet de très bons pa~ piers de Russe orthodoxe, que je m'étais procurés .5 jours plus tôt au cours d'un voyage à MarseiUe. J'utilisais donc ma liberté - toute relative d'ailleurs - pour déménager les affaires de mes amis, à la barbe du garde-champêtre, promu à la dignité de séquestre des biens juifs. J'étais aidé par le Contrôleur des Contributions Indirectes, qui s'était ~éclaré prêt à commettre tous les cc vols )) que je

voulais, si cela pouvait servir mes amis.

Mes amis étaient donc provisoirement hors de oanger, mais leur situation devenait intenable. Aucun ne pouvait sortir de sa cachette, sans risq~ e d'être arrêté et envoyé au camp de Rivesaltes. par Maurice GLUCK Beaucoup étaient cachés dans des endroits oü l'on n'aurait pas osé tenir un chien. Tous aspi~ raient à la liberté'. Que faire? ... ,. * Un jour nous . apprîmes que les femmes enceintes et leurs maris étaient exempts de la mesure dite de cc rassemblement n. Je pris donc immédiatement contact aveC' un médecm bitterois qui consentit à nous délivrer des certificats de grossesse sans trop pousser son examen. Mais après avoir délivré le 6' certifi--• • -. cat, il commença à hésiter: cc Que dira la rréfecture, nous deinanda-t-il, si elle s'aperçoit que tou~ ces certificats proviennent du même docteur? Il Le problème était assez grave. Finalement, il nous conseilla d'étayer son attes~ tation en y joignant le certificat d'un laboratoire · médical, constatant la grossesse après analyse de l'urine de la femme. Alfred s'arrêta un instant pour allumer une ci~ garette, et au bout d'un instant il enchaîna: cc Je descendis donc Jes escaliers du praticien en . murmurant : ·(C Analyse d'urine, c'est très beau, mais à condition qu'elle provienne vraiment d'une femme enceinte.)) Arrivé en bas, je me frappai le front.: Mais la chose était toute simple ! Nous n'avions qu'à porter notre bouteille au la~ boratoire. Ce serait le diable si la Préfecture or~ donnait une enquête sur l'origine de son contenu. De retour chez mes amis, je leur exposai mon plan, qui fut vIte adopté. « C'est très facile à exécuter, me dit l'un; notre voisine du d~uxième est enceinte de quatre mois et elle nous rendra ce service avec le plus grand plaisir ». (C Comment, interrompit le propriétaire de l'appartement, vous ne voudrez quand même pas vous ouvrir à cette femme ; demain toute la maison sera au courant et la police ne tardera pas à l'apprendre à son tour. » Nous fîmes donc en esprit le tour de toutes les femmes qui, à notre connaissance, étaient dans une situation intéressante, et fixâme.s finalement notre choix sur une femme juive, qui attendait vraiment un bébé. Le lendemain, je lui Soumis ma demande. Après avoir réfléchi, elle me répondit :- cc Mon cher ami, demandez-moi ce que vous vou~ drez, mais pas cela )). (( Mais enfin, pourquoi? ») demandai-je étonné. (C Pour une raison très simple, me répondit~ elle, réfléchissez un instant. Votre amie sera li~ bérée comme étant enceinte, après avoir produit son certificat. Or, que fera-t-elle, dans quelques mois, quand le bébé n'arrivera pas ? Les autorités s'apercevront de la supercherie et feront une enquête pour savoir qui lui a fourni l'urine en question ». J'avais beau insister, rien ne fit fléchir la por~ . teuse du précieux liquide. Je mobilisai tous mes amis, en promettant une récompense à celui qui nous rapporterait l'objet recherché. Rien n'y fit.

Quand je reçus la visite d'un aml de Mont~ pellier .... Je luiracon~ai notre histoire. Après avoir ri, 11 me déclara: cc Si vous avez des difficultés à Béziers, vous n'avez qu'à venir avec moi à Montpellier, là je vous en trou verai autant que vous voudrez. » Le lendemain, je fIS donc ma valise, en prenant soin d'emporter un litre. Arrivé à Montpellier,. mon ami prit congé en me promettant de me rapporter la bouteille pleine pour tIlon train partant à 6 heures. A 5 h. 45, mon ami revint. Il avait l'air plutôt triste. « Ecoute, me dit-il, tu me croiras ou tu ne me croiras pas; ce que je vais te dire est la vérité., cc Dès que j'eus fini mon travail, je suis allé trouver mon amie en question. Je sonne à sa porte, pas de réponse. Je redescends, je fais les cent pas, je remonte, je resonne. Cette fois-ci elle m'ouvre. Heureux,' je lui soumets ma demande. cc Oh, fit~ elle, si ce n'est que cela, ce sera avec le plus grand plaisir. Mais il faudrait que vous attendiez uri peu .. Car si je ne vous. ai pas ouvert quand vous avez. sonné la première fois, c'était parce que j'étais précisément, disons ... quelque part en France. Et maintenant, voyez-vous, il faudra vraiment que vous attendiez un peu. )) C( Mais le train va partir dans un instant, lui répondis-je, et sur mes instances, elle fit un effort, et voilà le résultat. » . En disant ces mots, il me remit la grande bou~ teille, dont le fond était à peine couvert du li~ quide de plus en plus précieux. J'avais donc fait I40 kms sans ramener l'urine salvatrice. Le lendemain, un ami refit le voyage et le soir. il ramena en triomphe la bouteille, cette fois pleine jusqu'au bord. L'examen çlu laboratoire donna un résultat positif - ce qui n'étonna personne - et notre amie et son mari furent libérés.

  • Alfred avait terminé et se tut un instant..

Au bout d'une minute, il nous dit 1( C'est à tout oela que je pensais en écoutant ce soir Thomas ~ann nous parler des dons de l'homme qui est aujourd'hui à la tête de mon pays natal. » LES AMICALES de " DROIT et LIBERTÉ" se forment L'ancienne organisation A.I.C. a organisé un banquet solennel le samedi 13 mars en présence de notre ami M. Mon,ikowsky. Elle a pris la décision de se constituer en Amicale ' « Droit et Liberté ». Elle a collecté près de 35.000 francs et fait des dizaines d'abonnements pour le journal. L'Amicale a pOlir but de faire pénétrer Je journal dans les larges couches des Juifs fran~ çais l organiser des causeries, un travail culturel, des sorties champêtres, etc. Lt"s réunions sont fixées pour les mercredis 17 et :n mars au 14, rue Paradis local du Y.A.S.C. ' Nous espérons que dans toute la France des Amicales se formeront pour soutenir la ~oble tâche que se fixe ' le journal «Droit et Liberté ». L. B. EN PROVINCE A Marst'ille, sous l'initiative de M. Cohen Edouard s'est constituee la première Amicale de Droit et Liberté " en province. Le bilan Oc l'artivité de l'Amicale de Marseille se chiffre déjà par des dizaines d'abonnemenls et la somme de 35.900 francs a été versee pour la souscription de 1 million pour Droit et Liberté . La Direction du journal félicite les amis de Marseille ct leur souhaite bonne continuation dans leur tâche entreprise.


Notes

<references />

Format JPEG