Droit et Liberté n°187 - janvier 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°187 (291) de janvier 1960
    • La France antiraciste reléve le défi des néo-nazis page1
    • Non! le racisme ne passera pas par Charles Palant
    • Que se passe-t-il page2
      • Droits de l'homme: la vérité sur l'affaire Josépovici; couvre-feu pour les antillais?; discrimination à Fréjus
      • Drame algérien: nouveaux témoignages
      • U.S.A. Lynchage autorisé... ou légal
      • Enfance: la loi scolaire
    • Les bessarabiens n'oublient pas page2
    • Actualité en Martinique par Marie Magdeleine Carbet page3
    • Vous dites? le bobard de la prétendue solidarité juive page3
    • L'historien Jules Isaac a reçu le prix de la Fraternité page4
      • L'allocution du Président Lyon-Caen
      • Jules Isaac: "j'ai toujours été un bagarreur fraternel"
      • Jules Isaac par Jacques Malaude
      • Deux romans et un poème par Pierre Paraf
    • La vague néo-nazie page6
      • Le signal de Cologne; au mémorial du martyr juif inconnu; complicités en France; l'épidémie s'étend
      • Puissante unanimité des parisiens contre l'antisémitisme
      • L'exemple des commerçants de la rue de Turenne
      • Partout des voix s'élèvent
      • Pour l'action unie des antiracistes
    • Le colloque de la Sorbonne: les enseignants et éducateurs face au racisme page8
    • La jeunesse contre le racisme page9
      • U.N.E.F. :tous sur les mêmes bancs
      • La fédération des étudiants catholiques: chaque homme notre prochain
      • Les jeunes travailleurs de la C.G.T. : réfractaires à ce poison par Jean Magniadas
    • Dreyfus à Kasrilevke: une nouvelle de Scholem Aleichem page12
    • Une chanson antiraciste est née: la barrière par Daniel Ringold

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 187 (291) - JANVIER 1960 . 0,50 NF Sous le signe de l'union puissantes manifestations a Paris el en province LA FRANCE ANTIRACISTE relève le défi ' des , . neo-oazls NON! LE RACISME NE PASSERA PAS G R~NDE est la st';lpéfaction indignée de mllh0!ls d~ t'ie!lS face à la vague d anbsemibsme qui depuis deux semaines déferle sur de nombreux pays. L'épidé· mie de croix gammées, de « Juden Halls », de « mort aux J uifs ~' est partie de cette Allemagne Occidentale, où le nazisme plonge encore tant de racine:3 profondes. La cont.llgion aidant tous les refoulés du ra- """"Charles 18 mai 2010 à 12:13 (UTC) ... ~.. . ~ ~ DAN,S CI i NUMERO: i • Le Président Léon LYON-CAEN, Jacques MADAULE, ?ierre PARAF et le lauréat, Jules ISAAC, pa rlent du Prix de la Fraternité ~ (pages 4 et 5). ~ • Marie-Magdeleine CARBET : Actualité en Martinique (page 3), • La vérité sur l'affaire Josepovici (page 2). • Le Colloque des enseignants et éducateurs (page 8). • LA JEUNESSE FRANÇAISE CONTRE LE RACISME : le point de vue de l'Union Nationale des Etudiants de France, de la Fédé- ~ ration des Etudiants Catholiques et des J eunes de la C.G.T. (page 9 ' . • Une nauvel le de Cholem ALEICHEM

Dreyfus à Kasrilevke.

(page 10). cisme croient leur heure venue. De Cologne à Madrid, de Londres à New~York, d'Amsterdam (6, Anne Frank !) à Rome. Paris et de nombreuses villes de province ne SOIl t pas épargnées . PAR Charles PALANT Secr étai re général du M.R.A.P. Partout l'on s'interroge. Comment c'El la est-il possible, tout juste quinze ans après Auschwitz? A cette question les colonnes de ce journal crient la réponse depuis dix ans : DANS L'ALLEMAUNE D'ADENAUEH., LE NAZISME N'A PAS ETE EXTIRPE 1 En reconstituant le militarisme allemand, on a réhabili té 1 e nazisme dont il étai t l'expression la plus virulente. Les magistrats hitlériens ont, par centaines, réintégré les prétoires ; les anciens S.S. unt ·été admis de nouveau à servir dans la Bundeswher, et d'authentiques hauts dignitaires nazis siègent en qualité de ministres autour du Vleux chancelier, tandis que sont poursuivis les militants de la paix et les dirigeants de J'association des victimes du nazisme. (Suite page 7) Face à Z'iglloble déchaînement de l'antisémitis'll/e 1/éo-na:::i qui. farti d'_rlllelIwgne occiden/ale. affecte de lIoIJlbrcu.1,· l'a ys (dollt la Fraucc) . le J!.R.A.P . a orgallisé une rifoste ill/média te cl ~,iqouTel~se. Le 7 iallvier, à son appel, un inoubliable meeting s'est tCl1t1l à l'Hôtel j),foderne

nl1e foule de plusieurs miUiers de manifestants envahit la qrmute sallc,

les couloirs. l'escalier. débordant bieutô/ lar.qcment sur la place de la Répltbliquc. (Photo ci-dessous) . Le IO jam·icr, c'est éqale'lll,cllt "ur l'illitiative dl/, NI.RA.P. - auquel se ioignùrent divi'rs groupements - qu'a eu !ii'U l'imfosant défilé de ~o.ooo Parisie'lls devallt le lVléllLOrial dn Mart\'r Juif JIICO'II11U. (Photo ci-dessus). On lira CH .paqcs '6, 7 et 8 les illform1/ioll'" relatives à cefle qrallde campaqne antiraciste qui se développe dalls 101l/e la Frallce. r '\ 1 2 qUE SE, PASSE.T.IL' .? ~l li l). IIII I I:llliIIIIIIIIIIIIIIIIIII I IIIIIII I IIIUIIIII1111111111111111111111111111111111111 1 111111111111111111II1111111l111111111111111111 1 1! 1 1 1 11111111l! ~ E § Nuit de bonté § ~ E L A Radio Na,tiona le, tout comme les restauran ts, s'était mise en f rais pour E la n uit du Réveillon. Après la 1 messe chantée, les propos de table, la

musique légère, vin rent les colites pour tenir éveillés les par ents qui

ê attendent l'heure de garnir les petits ',souliers. § ~ Dame Radio pimenta donc d'un~ pincée de sel empruntée à Alphonse ~ E Allais, l'atmosphère de circonstance. ~_ . Dieu (bien connu pour ses origillès) confie au père Noël non pas le rem- ~_ plissage malÏs le r amassage des souliers enfantins. Pour la vente, on trouve ~ a lors un grand choix d'occasion de chaussures d'en fants chez Meyer et Levy ~ §_ à l'eAnlspehigonnes ed uA l«l aPisè réet aNUo ëpl lu» .s spirituel que méch ant. Mais t riste coïncidence, §_ c'était l'inst ant même où Josepovici tombait dix fois sous les coups et les injures qui meur trissent l'âme, l'instant où les croix gammées souillaient la _§ synrugogue de Cologne, marquaien t les boutiques du Marais à Par is. _ "" Et p uis, Dame Radio, n 'avez-vous pas ~nsé aux millions ~ chaussures §_ d'enfants juifs en tassées à Auchwitz, enfant s qui ont pris dans les flammes §_ le chemin du père Noël ? ONCLE TOM. ~II I ' 11111 111 ' 111111111 11111111111111111 11111111111 1111 i 1111 11 111 1111111111111111111111111 i 1111 111111 111111 1111' 1IIII IIII IIIIIII illllllllll lill i Hl Il 1!1Ii7 DROITS DE L'HOMME • La vérité su r l'affaire Josépovici M. Rachmil J osepovici est un modeste ouvrier tailleur. Juif d'origine roumaine, il s' installa en France il y a douze ans, après avoir connu l'horreur des camps de concentration nazis et l'incert,itude des camps dc « personnes déplacées ». Il a connu, la nuit de Noël un véritable cauchemar. Au sixième étage du 29, rue du Château- d'Eau, où il habite, il est en butte depuis fort 10n,g t,eIlnps aux menaces et aux provocations de sa voilsine, l.a dame Goujon, connue dans la maison po,:!r, so.n caractère acariâtre, pour son antJsel11ltisme et son racisme virulents. Ce soil' là donc, elle vint une fois de plus l' insult~r et le ,provoquer. Après avoir frappé à sa porte, elle lui lan~a dans les jambes un seau d'eau sale, pUIS se mit. à crier « au secours ». Aussitôt après survenait le fils Gayon, qui est agent de police, accompagné de six de ses collègues du 10' arrondissement. }i[. Josépovici, refusant d'ouvrir, la porte fut forcée. Insulté, battu, menacé de plusieurs revolvers, il fut traîné dans l'escalier menot.tes aux mains, puis emmené successivement dans deux com" missariats (passage du Dtlsir et rue Hittorf) , où les coups, les injures antisémites continuèrent de pleuvoir sur lui pendant toute la nuit.. Affaibli, ayld.nt perdu plusieurs fois connaissance, il fut emmené le lendemain en fin de matinée au commi'ssariat Saint-Louis, où on lui dit qu'il était libre. Il exigea alors un médecin, lequel fi t au commissariat même un certificat constatant les blessures et les ecchymoses qui couvmient son corps, De retour chez lui, M. Josepovici s'aperçut que sa pa ie (11.000 fr.) qu'il avait laisisée sur un meuble, avait disparu. Le M,RA.P., saisi de cette affa ire, fit aussitôt une enquête et, décida de la porter à la fo is ?t la connaissance du Préfet de Police et de l'opinion publique. La presse a largement reproduit notrc communiqué. On ne saurait certes assimiler Callian et ses pm'eils à l'etuSe'1nble de la police parisienne. Mais ces faits sont d'a'ntant plus inquiéta,nts qu'en avril 19'i8, des incidents d1~ même ,qenre se sont prodtâts rue Fran ça is-Mù'on, dans le .1' arrondissement. A la suite des protestations qui s'ét, aient élevées, des sanctions furent prises alors contre les policiers coupables. Il est souhaitable que dans le 10' arrondissement des mesures non moins sévères répondent à l'indignation et à l'inquiétude des antiracistes, prouvant la volonté des pouvoirs publics de s oppo' ser énergi'quement à de t.elles moeurs. Oy, selon les propos tem~s par M, le Préfet de Police à l'H ôtel de Ville, où une in~erpellation avait été déposée, il semble que l'on envisa,qe d'attendre les décisio,ns de la iustice (M. J osepovici ayant porté plainte) avant d'ernvisa,qer la moindre sanction administrative. Cela pourrait durer des mois et d es mois, peut-être des années ... Et en attendant de discrétes prefssions sont exercées, des tentatives sont multipliées pour étouffer l'affaire ou pour falsifier la réWité. On prétend qu'il s'agit, d'une simple hi stoire de querelles entre voisins. N'a-t-on pas été jusqu'à dire (ou faire dire) que M. Josepovici s'était... blessé lui-même en se débattant alors que les policiers l'emmenaitent. Un cert,ain nombre d'éléments sont pourtant indubitables qui justifient des mesures disciplina ires - la porte de M . Jose povici a élé forcée; - il a été emmené menottes aux mains. salis la menace des revolvers; - le certificat médical prouve les bn#alités dOint il a été l'objet. Les I,nti racistes veilleront l cc que justicc soit rendue. Ils demandent en outre que la police soit épurée sans faiblesse de ses éléments anti sémistes et, racistes. • Couvre ... feu pour Anti llais? M' Ma nville, membre du Bureau Natiana l du M.R.A. P., et l'écrivain E. GLISSANT (prix Renaudot), ont été les victimes d'un a bus de pouvoir de la part d'agents en pa trouille du 10 ' arrondissement (encore !J. Sorta nt d'u ne maison amie, Faubourg St-Martin, vers une heure du matin, ils furent interpellés par des paliciers qui les menacèrent de leur mitraillette et qui les canduisirent au commissariat sous le prétexte qu'une « agression » venait d'être cam mise dans le voisinage sur un promeneur qui se tenait auprès des agents. Au commissariat, « l'agressé» se révéla LE CARNET DE D. L. NAISSANCES Madame et Monsieur Félix Zylberma:n sont heureux de faire part de la naissance de leur deuxième petite fille, Carina. Le M.R.A.P. a le pla,isir de félici~er les parents 'et grands-parents et de souhai- DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 500 francs ETRANGER Un an : 700 francs. Abonnement de soutien: 1.000 fr. Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. ter beaucoup de bonheur à la petite Carina. ••• Le M.R.A.P. félicite les grands-parents comblés, Madame et Monsieur Blaig-Blatmann pour les naissances de leurs deux petites filles, Joëlle Zask et Carole-Jacqueline Blatmann auxquelles il souhaite beaucoup de bonheur. Il félicite également les heureux parents Zask et Blatmann. NOS AMIS A L'OEUVRE Lors du réveillon chez Mme KARPIC, M. CHENCINSKY a callecté 110 NF. paur soutenir l'action du M.R.A.P. contre les menées antisémites. Nous remercions notre ami et Mme KARPIC pour cette banne initiative et pour son heureux résultat. NOS DEUILS Notre ami Georges Marchewka vient d'avoir la douleur de perdre SOn père. Nous lui exprimons au nom du M.R.A.P. et de « Droit et Liberté » nos très sincères condoléances. être un inspecteur en civil qui avait servi d'alibi paur une vexataire vérificatian d' identité accompagnée de menaces. Dans une lettre au Préfet de Palice, M" Manville et M. Glissant protestent vivement cantre cet abus de pouvair, pratestation à laquelle le M.R.A.P. s'assacie pleinement. • Discrimination à Fréjus SeLon que tu seras bLanc ou 1Wir, Les ju· gements de La Cour te rendront puissant ou misérable, aurait · pu dire, à l'inver se, L a F ontaine. Mais La discrimination s'exerce dans le malheur même. La parcimonieuse distri· bution officielle de fonds à ceux qui avaient tout perdu Lors de la catastrophe de Fréjus fut ainsi faite : Trente mille anciens francs par foyer plus vingt mille francs par personne. Mais les foyers nord-africains ne reçurent que quinze mille francs en tout, quelque soit l'importance de la famille. Prétexte : certains Nord-Africains auraient fait des déclarations f r auduleuses. Réalité : le seul individu arrêté pour ce motif se nomme Albert Edling. Il est né dans le Nord, à Anzin. DRAME ALGERIEN • Nouveaux témoignages La radio annonce triomphalement « l'in· tégration }) des chemins de fer algérien, à la S.N.C,F. métropolitaine. Est·ce là cette «( autodétermination » solennelle· ment proclamée il y a quelques mois ? ... On ignore quel est l'objet et quelles seront les conclusions de la conférence gouvernementale sur l'Algérie, prévue pour le 22 janvier. En attendant, tout parait continuer comme « avant ». Rien ne laisse prévoir la fin du drame. Ce drame, il a de multiples aspects. Sur le plan humain, des deux côtés, la mort frappe sans désemparer, Le fleuve de sang qui s'élargit sépare chaque jour davantage les mains qui se tendent pour l'amitié et la paix. Malgré les assurances données, de nouveaux témoignages viennent, presque quo· tidiennement, confirmer l'emploi des mé· thodes indignes où s'englue cette guerre par une sorte de fatalité. C'est ainsi qu'une délégation du Comité International de la Croix Rouge, après avoir visité 82 camps ou établissements pénitentiaires en Algérie, vient d'affirmer formellement la persistance des tortures et de signaler les mauvais traitements infligés en permanence aux détenus. Avec les « camps de regroupement », c'est sur des millions d'hommes, de femmes et d'enfants, suspects en raison de leurs seules origines, que s'abat le cauchemar de la « pacification ». Ces méthodes ne servent la France ni en Algérie, ni devant l'opinion mondiale, et il est clair qu'elles né cesseront désor· mais qu'avec !e conflit lui·même, lorsque des efforts nouveaux et suivis auront été accomplis vers une paix réelle. • Un nouveau 13ma i? Sur un autre plan, on voit une fois de plus les mêmes causes prOduire les mêmes effets : les ultras reprennent leur agitation savamment orchestrée et annon· cent « un nouveau 13 mai ». Ils lancent impunément leurs appels aux armes. Ils ne sont nullement inquiétés lorsqu'ils affirment l'existence d'une « Vendée militaire » organisée sur le sol français en vue d'abattre définitivement toute démocratie dans notre pays. Confirmation, s'il en était besoin, que, dans le drame algér ien, c'est l'existence même de la France qui se joue. Comment les antiracistes ne joindraient·ils pas leur voix à toutes celles qui réclament la paix ? u. S. A. • Lynchage autorisé ... En a,vrit dernier, le jeune Noir , Parker, était à la prison de Poplarville accusé du viol d'une femme blanche. L'accusation n 'apparaissant pas assez solide, et les avocats noirs de Parker dev, alDt interroger la victime supposée, les racistes de la ville, devançant le procès, après de nombreuses libations, saisirent l'inculpé avec la complicité du shérif et le lynchèrent. Neuf d'entre eux, dont le plus excité, un pasteur, qui acheva la victime, devaient être traduit devant le grand Jury du comité. Ce jury a refusé d'ouvrir des poursuites. •• ,. OU légal A Reidsville (Georgie) le 16 janvier, u .. Noir de 26 ans, Homer Burkley, a été électrocuté pour avoir battu une femme blanche et lui avoir volé 92 dollars. La culpabilité étant bien établie, on se demande quelle peine aurait s~bi Ull blanc ayant commis le même délit, que ce soit contrc une femme blanche DU noire. ENFANCE • La loi scolaire La nouvelle loi scolaire, avant méme d'être appliquée, révèle ses conséquences néfastes : d'ores et déjà, elle divise pro· fondément la nation. C'est un fait qu'il existe des écoles pri· vées. Mais elles relevaient en principe, jusqu'à présent, de l'initiative privée, les écoles de l'Etat étant ouvertes à tous les enfants sans exception, Le statu quo, qui assurait la paix, a été rompu. Et l'Etat ne . se contente plus de tolérer l'existence d'écoles en dehors des siennes : il les cautionne et favorise ltour développement. Dans la logique de ce système, il y a la ségrégation des enfants selon les options philosophiques et religieuses de leurs pa· rents. Pourtant, un enseignement digne de ce nom ne peut se concevoir que dans le res· pect scrupuleux des faits. Pasteur était un catholique croyant : ne peut-on admettre que les découvertes scientifiques de Pasteur, dont tout le monde reconnaît Je bien·fondé soient enseignées à l'école commune, et que la religion de Pasteur, que tout le monde ne partage pas, soit incul· quée au càtéchisme aux enfants dont les familles le souhaiteraient ? La grandeur de l'école laïque réside jus· (Suite page 3) Les Bessarabiens n'oublient pas ... Les associations de Bessarabiens en France ont organisé une émouvante céré· monie à laquelle participait notre secrétaire général Charles Palant. Nous pu· blions ci·dessous le compte rendu qu'elles ont bien voulu nous adresser, La B('ssarabie une des régions de l'U .R. S.S. occupées par les na.zis est parmi celles qui ont le plus souffert. Des dizaines de milliers de Juifs bessarll- biens, restés dans les villes et villages, furent massacrés où périrent en déportation dans les camps de Transnistrie, moins tristement célèbres qu'Auschwitz, mais également meul·iriers. En leur mémoire, d'un commun accord, l'Association Française des Bessa .. rabiens en France et l'Association Bessarabienne (Cercle Beltz), qui groupent les originaires de Bessarabie demeurant en France, ont organisé le 20 décembre dernier une commémoration solennelle à la crypte du martyr juif inconnu. A cet hommage suprême auquel furent associés les martyrs bcssarabiens de France, la masse des Bessarabiens vivant à Paris, est venue, dans un esprit d'union. Tout d'abord, les délégués des familles les plus éprouvées ranimèrent la flamme sur le iombeau du martyr juif inconnu. M. J.-Pierre Bloch, ancien ministre, qui présidait, après son allocution donna la parole aux représentants des deux Assocciations Bessarabiennes ,!ui rappelèrent les événements tragiques et les crimes nazis de la dernière gucrre, la pari héroïquement prise à la, lutte par les Bessarabiens dans les rangs de l'Armée F rançaise et de la Résistance. Chacun des oratcUl'S soulignant les dangers d'un renouveau du fascisme et du ra,cismc s'est réjoui de l'union réalisée des survivants. Dans une intervention aussi vigoureuse qu'émouvante, M. Cha.rles Palant, dernier oratcur, fréquemment applaudi, a dénoncé les menées antisémites et racistes actuelles. Il a situé les rcsponsa.bilité et a,ppelé à une vigilance et une riposte accrues. Il exalta en conclusion l'esprit d'unité qui animait organisateurs et pa.rticipants. Les assistants, tour à tour bouleversés et enthousiastes, garderont sûrement un souvenir ému de cette commémoration et tous ont la certitude que cette union des survivants est la meilleure fidélité à la mémoire des d'isparus. qUE SE PASSE-T-IL ? 3 (Suite de la page 2) tement dans cette recherche de la vérité scientifique dans toutes les matières d'enseignement, inséparablt! de la neutralité il l'égard des croyances. C'est si vrai que de nombreux instituteurs et professeurs croyants exercent à l'aise dans l'enseignement laïque. Et dans l'Université unique, les étudiants venus de l'école laïque et des écoles privées s'assoient sur les mêmes bancs, suivent les mêmes cours, sympatbisent dans les discussions mêmes qui peuvent les opposer. Actualité en Martinique Si, ça et là, des erreurs ont été commises, le vrai problème, le seul problème devrait être, nous semble-t-il, de donner à toutes les familles spirituelles la garantie fOI:lllelle d'une neutralité sans faille de l'enseignement commun. Car rien ne peut remplacer, dans la formation de la jeunesse, cette coexistence pacifique des enfants de toutes origines, de toutes confessions, dont l'école laïque a le privilège, et qui en fait l'école de la tolérance, de la fratemitt. Le 15 janvier a été inaugurée à l'U.N.E.S.C.O. une grande exposition sur l'écrivain yiddish Cholem Aleichem, organisée à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance. Nous invitons nos lecteurs et amis à s'y rendre nombreux. On trouvera en page 10 une excellente nouvelle de Cholem Aleichem, où apparaît l'humour si savoureux et si humain du grand classique de la littérature yiddish, dont l'oeuvre est un précieux apport à la culture mondiale. Avec les Antillais à la Mutualité Contre le racisme à la Martinique, un meeting a eu lieu à la Mutualité le 14 janvier. Sous la présidence de M. Robert ATTULY, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation, les personnalités suivantes ont pris successivement la parole: l'écrivain Michel LEIRIS; Daniel MAYER, président de la Ligue des Droits de l'Homme; Alioune DIOP, directeur de « Présence Africaine », qui lut un message d'Aimé CESAIRE; notre secrétaire général Charles PALANT; M" Marcel MANVILLE, l'écrivain Edouard GLISSANT, Prix Renaudot 1958; Rosan GIRARD, ancien député de la Guadeloupe. T OUS ceux qui, s'intéressant aux Antilles, sont initiés à leur tout, spécial climat social, sont d'accord Isur un point : les év®ements Qui vietment d'endeuiller la Martinique ne sont pas le fait du hasard. Il s'agit des conséQuence3 d'une crise née des « après-guerres » coloniales. Peut-être même, sont,-ce les suites lointaines ciels exactions perpétrées par les nazis. Le grand écrivain noir René Maran, originaire cie la Martinique, pondéré et sage entre tous, les avait en vain prévu3 et annoncés, V'Oid de longs mois. Tous Iels Antillais de la vieille école se sont signalés· par un ombrageux amour cie la « Patrie » suscitant chez les « continentaux » cie l'ironie padois, de l'étonnement toujours. Aujourcl'hui, sous les dehors courtois d'un calme précaire couve le feu de l'indig.nation et clu ressentiment au Isein cie la population la plus étroitement attachée na.guère à la France. Les troubles surviennent, à la_ faveur d'un banal incident cie rue. Ce n'est pour l'instant que fumerolles, aux dégâts limités, si douloureux soient-ils. Mais le volcan gronde. Gare aux inévitables éruptions, aux pui1ssantes coulées de lave qui emportent tout sur leU!- passage. Gare aux désastreuses explosions de haine, à l'irrésistible, à l'aveugle fureur popul, aire. Ce serait un crime Que d'ignorer l'étendue du danger menaçant, de considérer comme accidentelle la crise apparemment passagère Qui Isévit aux Antilles. Ni la matraque des c.R.S., ni les boulets éventuels du « de Grasse » n'en viendront à bout. Il faut remonter aux (------par Marie - Magdeleine CARBET sources, chercher les remèdes pendant qu'il en est encore temps. Le racisme autrefois endémique et souriant aux Antilles, va s'envenimant et s'exarcerbant cie jour en jour. Loe Blancs du pays. dits· « Békés » clans le savoureux ,patois cles îles, englobaient dans un mépris sans hargne aussi bien lets sang-mêlés Que les métropolitains de médiocre fot"tune. Tout en sauvant plus ou moins la face, ils tenaient soigneusement à bout de gaffe les étrangers à leur clan. Une attitude, en somme, de défense économique. On a vu rejeter de Un poème créole de Gilbert GRATIANT Vous venez de très loin, de Fronce. Vous arrivez par pleins bateaux. Vous atterrissez à l'aérodrome. Si c'est pour nous dire bonj our Comme les Français de jadis, Nous répondrons par deux sa luts L'un à vous Et l'outre à la Fronce. Vous vous promenez sur la « Savone » Vous roulez sons cesse en auto, Vous prenez photo sur photo. Si c'est afin de rendre hommage A notre tout joli pays, Nous vous offrirons deux bouquets L'un pour vous, L'outre pour la Fronce. (Traduction libre de Vous nous interpellez dons la rue. Vous vou lez vous introduire par le solon. Vous voulez forcer le secret de nos demeures Seraient-e lles cases en bambous. Au nom de l'amitié ou de l'amour Voici deux punchs tout préparés : L'un pour vous, L'outre pour la Fronce. Mois si vous croyez nous foire voir En vous une sorte de dieu, En nous une espèce de si nge Monsieur, Madame, écoutez ici, Ce bon et clair langage créole : Tous jeux sont jeux. La mer s'é tend Partout autour de ce pays, Que ce lui qui débarque, apprenne à nager. Marie-Magde:eine Carbet). VOUS DITES? " Droit et Liberté 1/ répond aux mensonges racistes A propos de la banque « juive » qui ne serait pas française d'après nos antisémites, et dont nous avons montré qu'elle était plus « bancaire » que juive, comme c'est le cas pour ses alliées catholique, protestante ou autre, il nous revient en mémcire une magnifique réplique de Charles Péguy, au temps de l'affaire Dreyfus: « Et la financl'l française, mon bon ami, est-cc qu'elle est française ? » Nous n'allons pas rouvrir le débat sur cet aspect particulier du racisme sinon pour faire observer - on ne met jamais assez, en ces matières, les points sur les i - que nos appréciations portent sur « la » banque, « la » finance et non pas sur tel ou tel banquier considéré comme homme particulier, ce qui est encore une autre affaire. Au reste, de notre propre mouvement, ces constatations nous paraissent tellement évidentes que nous serions portés il. n'en pas même parler; mais que ({ MM_ les assassins commencent » ! Tant (!ue les mensonges et inepties antisémites trouveront Quelque audience, nous opposerons les faits aux falsifications et le bon sens aux sophismes, ne chercha.nt nullement à convaincre les fabricants de paroles de haine, mais ceux qui, de bonne foi, peuvent se laisser COlltaminer par le virus. Il ne suffit pas d'opposer la géné-, rosité de coeur à la cruelle sottise; il faut tenir compte que l'ignorance fait plUS de mal dans le domaine qui nous occupe que dans beaucoup d'autres; car, pour que les chambres à gaz soient devenues possibles, il a fallu d'abord créer un terrain favorable dans les masses en les intoxiquant; il a fallu que d'énormes idioties soient acceptées comme des véri.tés par des gens sans défense. LI ne faut pas que ce processus se renouvelle. Le bobard de la prétendue solidarité juive Dans cet ordre d'idées, chacun sait l'importance que revêt, dans tant d'esprits dépourvus de sens critique, le fameux argument: " Ils se soutiennent entre eux. J) Plût au ciel! Si seulement c'était exact .. . Mais il n'en 'est rien" même devant le péril de l'antisémitisme. On a vu, avant guerre, un grand rabbin faire une déclaration au journal ultra-réactionnaire « Le Matin » pour désolidariser les Juifs français des immigrés provenant des 'ghettos d'Europe Centrale, qu'ils fuyaient et à cause des persécutions fascistes (PUsudsky, Horthy, Hitler, etc.) et à cause de la crise économique. On a vu Arthur Mc\yer, ce vieux domestique zélé de l' aris tocratie royaliste, directeur du « Gau, fuis », se rane:er parmi les antidreyfusards. Et il a, fallu, à Alger, en 1943, que notre ami le général Tubert, qui n'est pas Juif, prenne la tête d'une délégation se rendant auprès du Commissaire aux Communications, qui était Juif, René Mayer, pour que ce haut personnage songe à revenir sur les mesures discriminatoires prises par Vichy à l'encontre des employés juifs des chemins de fer algériens et Que le grand commis des Rothschild maintenait contre la plus élémentaire justice. En veut-en Un autre exemple, parmi tant de cas qui affiuent sous notre plume: En janvier 1955, MendèsFranoe, étant chef du gouvernement, envisage la fusion de la police algérienne et de la police métropolitaine, de façon à ne pas subir les pressions incessantes de groupes irresponsables, mais très puissants, et même menaçants. C'en est assez pour que « les maîtres du jeu » décident de liquider le gouvernement Mendès,France. Et qui est chargé de l'exécution ? Rcné Mayer, pour le compte des intérêts dont il a la charge, notamment les Igros colons du Oonstanti~ nois qui l'ont élu. Tous les antisémites illuminent ... derrière René Ma,yer. Bel exemple de solidarité juive d'un côté et de logique cartésienne chez les antisémites ... Et où se trouve la solidarite juive de Mendès-France qui, lors de l'expédition de Suez, a dénoncé l'agression israëlienne contre l'Egypte? Quand nous disions, plus haut, devant le propos: « Ils se soutiennent entre eux »: si seulement c'était vrai, - que l'on nous comprenne bien: c'est devant l'algression antisémite que devrait au minimum jouer une certaine solidarité; mais nous ne voyons pas pourquoi des petites gens et des intellectuels d'origine juive auraient à se sentir solidaires de gros hommes d'affaires juifs, à moins Que ces derniers prennent publiquement, cemme citoyens, et avec esprit de conséquence, des positions de combat contre les antisémites et leurs alliés. Il est beaucoup plus ·naturel que les petites gens et les intellectUels d'origine juive se retrouvent au coude à coude avec l'immense armée des démocrates français, des tra~ vailleurs dont l'action et l'unité constituent la garantie la plus sérieuse contre la lèpre raciste. D'ailleurs, réciproquement, des Français qui luttent contre le racisme interviennent, avec conscience, en faveur de la patrie et des libertés ctIémocratiques qui doivent être défendues sur tous les fronts pour être sauvées. Roger MARIA. leurs fami lles - et abandonner à la misère - tel fils assez audacieux ou léget' pour épouser une femme de couleur ou une Européenne. Lels Noirs, dûment averti s, savent à Quoi ils s'exposeraient en enfreignant les usages. Ils n'entrent Qu'à titre privé et clandestin dans l'intimité féminine blanche. Les Messieurs blancs dépensent des fortunes pour dels femmes noires à Qui ils consentent tous le3 dons, en dehors de leur nom. A son débarquement, l'Européen s'orientait, selon sa valeur marchande, vers l'un ou l'autre côté de cette société à double face. Rarement par goüt, du bOt-ci des Blancs, il faut l'avouer. Tant Que se sont fixés aux îles réputées Jleureuses des Français ayant la vocation du voy a,g-e , animés clu pur dési r cI'a,pprocher et cie co.nnaître d'autres êtres, les choses ont, bien marchél. Celui Qui aborde une tetTe toucllé par la curiosité cie la vie et cles vivants n'est pals loin de se laisser gagner par la sympathie. AltX Antilles on glisse sa:ns y prendre garde cie la sympathie à l'amour. Nulle tetTe, nul peuple ne montrent visa, g-es, plus souriants, ne retiennent l'étranger par davantage de charme, cie lumière. de chaleur cie coeur. Hélas! les crimes et les théories hitlériens ont souillé le monde. Des hOI11- mes. victimes ou coupables, contaminés par le virus, l'ont exporté d'Eu\"Ope. Les Antilles ont accueilli au cours cles vingt clernières années ceux Qui, marQués encore des humiliations subies ~prouvaient, un inconscient besoin cie revanche ... Elles ont hébet-gé ceux Qui, plus redoutables, étaient chassés par les événement's cles terres d'Asie, puis d'Afrique. Beaucoup se sont révélés clébordants de regrets, d'amertume. d'appétits. Peu à peu s'est constit,ué clans la société un troisième élément, le groupe des Européens non plus amateurs cI'exotismemailsaviclesdeprofitsrapides. refusant de se plier aux nécessités Quotidiennes

intimement persuaclés de leur

supériorité et cie leur droits souverains, ils renonçaient à tout effort cie compréhen: siol1 de leur nouveau milieu. Alors sont nés de cléplorable3 incidents. Pour commencer, blessa l'opinion l'adresse dite des « dix-huit ». Quelques serV'it.eurs de l'Etat réclamaient un traitement aclministrati f et financier de faveur se justifiant par leur seule origine européenne. li arriva à un enfant cie clix anis d'être appréihenclé par la police à sa sortie cie l'école pour s'être disputé en cour de réct-éation avec un petit, camat'acle il ,poou blanche. Au volant de sa voiture, un professeur cI'éclucation physique reçut un jour en gui'se de procès-verbal pour avoir soidisant contrevenu au code cie la rout,e, une maîtresse gifle cie la main d'un Monsieur « c.R.S. » On vit des fonctionnaires métropolitains encercler les nouveaux débarqués pour les mettre en garcle contre les promiscuités avec les gents cie couleur. Le cas est connu d'une jeune Parisienne mutée à la Préfecture de Fort-de-France. Lorsque ses collègues la prévinrent clu danger cie se mêler à la classe cie couleur elle se montra reconnaissante cie si précieux avertissements. Elle déplora seulement la malchance qui les voulait si tardi fs. Son mari élktit hélas! un nègre. Et elle portait son troisième enfant. Les faits cie ce genre sont d'ailleurs depuis longtemps dépassés. L'inimitié est désormais ouverte. Elle s'affirme chaque jour, à chaque heure, au marché, dans les boutiques, clans la rue. La preuve, cette collision de cieux véhicules qui fournit aux forces cie police prét.exte à charger cI'inoffens·ifs badaucls. Les gens heureux n'ont pas d'histoire. Il va sans clire Que si chacun, mangeant à sa faim ,avait loisir de consiclérer les choses avec sérénité, les heurts entre les hommes·, même cliversement pigmentés, n'affecteraient pas si gravement leurs rapports. Une ét,ude impartiale; à peu près corn, pIète, du malaise antillais a paru en première page clu « Monde » sous la plume d'un ancien professeur au Lycée de Fort-de-France, M. Christian Crabot. Economique autant Que politique et social, le problème cles départements cI'outre-mer est complexe. Ici, cet article se borne à jeter Quelque lumière sur le plus clouloureux peut-être de ses aspects, celui Qui touche l'homme nu clans sa peau, dépouillé cie tout. Notre ambition est de crier casse-cou à ceux Qui vont allègrement, vers la catastrophe, aveuglés par leur intérêt mal compris, compromettant ainsi avec la vie cles AntiJ1es, l'intérêt de la France elle-même. 4 -------------------.------------------------------------------------------------------------------------------------------__ __ • L'histo rien -..Jules Isaac a reçu le Prix de la Fraternité L'allocution du Président L YON--CAEN A la réception de l'Hôtel Lutetia, on reconna Ît r de gauche à droite : Alioune DIOP, fé lic itant les lauréat : le prés ident LYON-CAEN et Jacques LANZMANN ; Pierre ABRAHAM, directeur d' « Europe », en conversation a vec Charles DOBZYNSKI, Francois 'KEREL, Dora TEITELBOIM et sO'n mari; le président Daniel MA YER, a vec le recteur SARRAILH ; le R.P. DEMANN et M. VERONESE, rlirecteur général de l'U .N.E.S.C.O. ; à une même table, Albert BAYET, Francisque GAY et le généra l TUBERT. Décerllé pOlir 19S9 à l'historien fil les Isaac le Prix de la Fraternité a été l'emis ~II IUllréat !ar le Président L yonCaen,. 011 cO II'rs d' lIl1e brûlaI/ te réception à l'H ôtel Llltétia , le 6 ja llv ier. Da.1 l.s /'al/ oclltio l/ qll 'il prononça. notre Présidell t ra!pela d'abord l'o riqine dn Le Jury • • MM, Léon LYON-CAEN, Premier Président honoroire de la Cour de Cassation, Président du M.R.A. P. ; François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nabel

André MAUROIS, de l'Académie Française
Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain ;

MM. A TTU L Y, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation; Albert BAYET, Professeur à la Sorbonne; Georges BESSON, critique d'art; R. CLOZIER, inspecteur général de l'enseignement secondaire ; Louis DAQUIN, cinéaste; Alioune DIOP, secrétaire général de 'Ia Société Africaine de Culture ; Jacques FONLUPT-ESPERABER, ancien député; Max-Pol FOUCHET, ecrlvain; J.-P. LE CHANOIS, cinéaste; Jacques MADAULE, écrivain; Louis MARIN, Membre de l'Institut, ancien Ministre

Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain;

Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ; Pierre PARAF, écrivain; Claude ROY, écrivain ; Georges SADOUL, cri tique cinématographique ; Dr Jacques-Emile ZOLA. La Décision Le Prix de la Fraternité est décerné pour 1959 à M. Jules ISAAC pour l'ensemble de son oeuvre, et plus spécialement « GENESE DE l'ANTISEMITISME » et « JESUS et ISRAEL » rédité cette année. Ces deux derniers ouvrages, en effet, tant par leur rigueur scientifique, que par le souffle ardent de fraternité huma ine qui 1 les anime, constituent un apport capita l ou combat contre des préjugés a ntisémites 1 séculoires, et contribuent de façon remarquable ou rapprochement judéo-chrétien. L'attention du Jury a été en outre retenue 1 par plusieurs oeuvres antiracistes de valeur qu'il tient à signaler à l'opinion publique : « ROMEO, JULIETTE ET LES TEN EBRES », de Jeon OTCHENACHEK, traduit du tchèque par François KER EL ; « LES PASSAGERS DU SIDI BRAHIM », de Jacques LANZMANN ; « BALLADE DE LITTLE ROCK », de Dora TEITELBOIM, traduit du yiddi sh, par Charles DOBZYNSKI. Prix, fondé par le ,vI.R.AP. C,JI 19S5 ('t les ,pri'lIcipi!ls qlli moti'1'ent son attribut ion. Puis, s'adwessant à fuies I saac, assis à ses côtés, il poursuivit .' M. Isaac, le jury a estimé qu'en s'at,tachant à montrer historiquement, par l'analyse des textes, que juclaiisme et christianisme oot même souche et commune origine et que des liens étroits rat,tachent la tradition évangél i~:jU e à la tradition juive, vos ouvrages, d'une pro,bité scientifique et d'une élévation morale reconnue de tous, travaill ent à rapprocher chrétiens et juifs, à instaurer entre les tenanfls des cieux relig ions un climat de tolérance et de fraternité, dont le moins qu'on puisse dire est qu'il n'a pas souvent, à travers l'hi stoire, caractérisé leurs rapports. Vous vous efforcez cI'extirper l'anti sémitisme raciste, qui, dernièreme.nt encore, il y a moi'ns cie 20 ans, par la tragédie de la déportation. les camps d'extermination et les fours crématoires, a terrori sé et meurtri le monde, et qui n'a que trop tendance. malgré lels cruelles lésions d'un passé récent, encouragé par les CareJ1CeS de la répression, le. lacunes de la légi slation, ou l'indiff,érence des gouvernants, à ressusciter dangereusement aujourd'hui. Nul doute que c'est par une action comme la vôt\e qu'on parviendra à le tarir dans sa ·source. Car vous ne vous contentez pas d'écrire, vous donnez de votre personne. Votre act,ion prolonge l'influence de vos livres. En définitive, nul plus que vous, cher Monsieur Isaac, ne méritait le prix de la Fraternité. Nulle oeuvre, mieux tlue la vôtre, ne répondait à son but, conune aux idéaux élev& que défend notre Mouvement. Si les ci l'constances ont voulu qu'un seul prix a it pu êt,re accordé, nous nous félicitoos que trois autres oeuV'res, par leur valeur littéraire, leur portée antiraci ste et la haute inspiration qui les anime, aient att,iré l'attention du jury, qui a tenu à les signaler à l'opinion publique. Il a voulu d'abord rendre hommage au roman de l'écrivain tchécoslovaque J ean Otchenatchek. traduit par François Kerel « Roméo. J uli ett.e et les Ténèbres » . C'est l'amour touchant de deux j eunes gens « dans les ténèbres », c'est-à-dire au milieu du martyre de P rague pendant l'occupation allemande. L'avant-propos d'Aragon observe j ustement que l'hi stoil'e du jeune cou- Jules ISAAC: Il J'ai toujours été un bagarreur fr;1ternel Il « Mes che rs omis, et puisque nous sommes ré unis sous le signe de la frate rnité, je serais tenté de dire, mes chers frè res et mes chères soeurs, à l'annonce du prix qui m'était décerné par un très haut jury ou nom du M.R.A.P ., je me suis demandé, tourné vers le passé, non sons que lque in quiétude si j'a vai s bien méri té cette insigne fa veur » ... C'est ainsi que débute la réponse fai te ou président Lyon-Caen par Jules Isaac, dont la visible émotion n'altè re pas l'humour et qui se dit « fort mol préparé à un d iscours de réception de prix» . « J 'ai une réputation de bagarreur, poursuit- il, mais les deux oeuvres auxquelles vous attribuez ce pri x ont été conçues dons un esprit d'amitié et de fraternité judéochrétiennes, ce qui n'exclut pos une franchise parfois assez rude ... «' La meille ure définit ion qu'on pui sse donne r de moi, c'est que je suis un vieux dreyfusard, entré dons la vie militante aux côtés de Péguy, par cette affaire Dreyfus qui m'a marqué pour toute ma vie ... « J'étais marqué, c'est-à-dire que la vérité est devenue ma règle d'or, la libre et scrupuleuse recherche de la vérité, la loi de ma vie ... « Et je me suis rendu compte que la vérité est le vrai chemin qui mène à la fratern ité. « Si embroussaillé so it-il, il est le vrai chemin qui mène à la gronde Paix humaine encore si loin de nous. f" Somme toute, je crois que j'a i été un bagarreur assez fraternel et je concluerai ce bref, mois chaleureux remerciement, par trois simples mots : « Gratitude, amitié et naturell ement fraternité! » pIe, retracée avec un rare pouvoir d'émotion. « a le parfum du Jour'l1\l1 d'Anne F rank ». Elle en a la résonance. Elle le rappelle par le souff le humain , la fra îcheur mêlée d'angoisse dont le récit, est animé. La petite j uive de P rague s'apparente à la petite j uive d'Amsterdam par sa pureté, son charmant et douloureux visage. L'une et l'autre veul ent aimer et vivre en dépit de la ha~n e raciale qui les environne et de la mort qui les menace. Le jury a tenu également à accorder une mention 'Spéciale au roman remarquable de Jacques Lanzmann, « Les Passagers du Sidi-Brahim ». Ici, c'est le drame franco-algérien qui défile sous nos yeux, avec la misère .physique et morale de" travailleurs nordafricains

le mêpris avilissant dont ils

w,nt l'objet ; l'aventure, la désolation. l'amour d'un couple de pauvres musulmans, qui quittent les douars constantinois, où ils vivent dans le dénuement « tels des chiens attachés à leurs niches », pour les infectes bouges arabes de Marseille et les meublés de la rue Mouffetard à Paris. L e président LyOTn-Caen analyse l'oeuvre de Jacques Loenzmann qtt'il estime être l~n « ram~n poiqnoent, plein de vie, de tn01Wenwnt et de chaleur hmnaine. » Et il p01trmit : Le nom de Little Rock symbolise aux yeux du monde civilisé le raci3me sous une forme particulièrement odi euse, pui squ'il nous révèle une sorte d'esclavage hypocritement et haineusement dissimulé sous les dehors d'instit. utions libérales et démocratiques. Une femme, Dora Teitelboim, qui a vécu dans le pays le drame du peuple noir, a élevé la voix. comme un loog cri (le révolte, contre l'injustice et l'intolérance des discrimin ations qu'elle a eue. sous les yeux, sous la forme d'un poème yidich, « Ballade de Little Rock », traduit en français par Charlels Dobzynski. Tous ceux qui ont lu cette plaquette ne s'étonneront pas qu'elle figure pal': ni les oeuvres que le jury a estimé dignes de retenir son attention ... Pour terminer, conc/;ut le Pr-ésident L yon-Caen, laissez-moi tout en adressant aux lauréats du Prix de la Fraternité les plus vives félicitations du jury et du M.R.A.P. ,exprimer l'espoir que de nombreux autres créateurs, artistes, littérateurs, savants, philosophe" trouveront dans ces récompenses un encouragement à. exalter et à faire rayonner les idées ~u i nous sont chères, de fraternité, de tolérance, de solidaritê humaine, de respect de la dignité des persoones. Ces idées, il est plus que jamai3 nécessaire de les répandre, de les fortifier, de leSdéfendre aujourd'hui. A l'heure où je parle, ne subissent-elles .pas une inquiétante éclipse et le racisme nazi ne déferle-toi! pas à nouveau à travers le monde ? C'est un dur combat à mener. Poursuivons- le avec ardeur et foi . Car il est loin d'être gagné. Une brillante réception Le Président Lyon-Caen remet le diplôme Mt la1l1'éat. Tout Paris antiraciste a. fêté la remise du Prix de la Fraternité. Beaucoup d'a..ffeetion entourait le lauréat qu i dut a la fin céder aux ama,teurs de dédicaces. Ou tre les membres du Jury, le lauréat et les a u teurs cités dans la Décision, on notait dans la nombreuse assistance la présence de Mmes Renée Lebas, Gél'aldîne Gérard, de MM. Véron èse, diI'ecteur !l'énéral de l'UNESCO ; le recteur Sarrailh, le Président de la Cour d' Appel Rousselet, le Grand Rabbin Jaïs, Daaiel Mayer, Président de la Lirue des Droits de l'Homme, Rebert Ballanger, député de Seine-et-Oise, le doyen Châtelet , Paul Basti~ e , Francisque Gay, Jean Pierre-Bloch. les pasteurs Ducros et Vienney, le r évérend p ère Demann, André Spire, Rousselle, Henri Joubrel, André Philip, Claude Aveline, Grunebaum- Ballin, les professeurs Vermeil, Sammy Latt és, Hadamard, Félicien ChaUaye, BalUer; Mo" Auburtin ct Goutet ; du chef d'o.rchestre etc .. , Benny B.ennet, De nombreuses personnalités, plld.'mi lesquelles Joséphine Baker, s'étaient excusées. LE PRIX DE LA FRATERNITE


.------------------------------------------------------------------------------------- ..

CE n'est pas à tel ou tel ouvrage de Jules Isaac, c'e/st. à l'ensemble de son oeuvre que le Prix de la Fraternité vient d'être décerné. C'est justice. Certes la disparition de Mme et de Mlle Isaac a provoqué une tragique rupture dans la vie de celui qui fut le mari de l'une et le père de l'autre. Le grand fonctionnaire de l'Université, l'auteur de manuels justement célèbres sentit qu' il avait dès lors une autre vocation, une antre tâche danls le monde que d'enseigner il des jeunes Français une histpire vraie. N'oublions pourtant pas que Jules Tsaac avait été dans sa jeunesse le compagnon de lutte de Péguy au temps de l'affaire Drey fus; qu'il avait été ensuite un val eureux combattant de 1914-1918 ct qu ' il avait, entre les deux guerres, consacré une partie de son activité à la recherche des origines véritables de la guerre. Au fond, Jules Isaac aV'ait toujours été, au sens le plus fort et le plus noble du terme, un militant; il n'avait jamais pensé que sa tâche !i'éducateur pÎlt se confiner aux mut'5 de sa classe, il ceux de son cabinet de travail ou même à ceux d'un bureau de la rue de GreIlell e. Et. en pleine occupation, reprenant le combat, cette fo is clandestin, il publiait sous le titre Les Oliqarques le plus éblouissant. pamphlet qu'il m'ait été donné de lire à cette époque-là. Au service de la vérité et de la patrie, égaIement; outragées, Jules I saac, tel autrefois Pau!-Louils Cou.rier, mettait le trésor d'un admirable humanisme. Pourt.ant, c'est un autre I saac qui surgit de son atroce malheur. Disons simplement qu'il n'a pas à rougir du pr-emier. Brusquement, et de la pire façon, il ·a connu qu'il était Juif. Ce qui n'était iusqu'alors qu'une notion abstraite s'est inscrit. dans sa chair p01,lr jamais. II venait de subir, dans la personne de sa femme et dans celle de sa fille l'effet d'une haine singulière, puisqu'eHe ne ~'adresse pas aux individus, un par un, mais à toute une catégorie d'hommes et 1A" VqEuCi éccel aipraet hlé'utinq udee s dpolcuusm ternatgiques malentendus, revise l'un des verdicts les plus injustes de l'histoire - Jésus et Israël -- le Prix de la Fraternité a distingué trois oeuvres qui méritent l'attentive lecture, l'active sympathie de nos amis. Un long poème. Deux romans. &.a Ballade de Little-Rock La première, écrite en yiddish par Dora Teitelbo'im et traduite en vers français par Charles Dabzynski - l'un des meilleurs parmi les poètes de la jeune génération - La Ballade de Little Rack (1) est une vibrante épopée en l'honneur de nos frères noirs. Il est juste, il est nécessaire que ce soit une voix juive qui lance ce cri, que la so lidarité entre persécutés soit aussi forte ment affirmée. Les enfants de litte Rock sont les frères de ceux qui souffrirent dons les ghettos, de ceux dont le Dernier des Justes narrait aux débuts de l'hitlérisme les atroces brimades. Mais l'Amérique n'est pas l'Allemagne. Toujours plus nombreuse, plus indignée, l'opinion libérale des Etats-Unis se manifeste pour les victimes. Les israélites se doivent d'être ou premier rang parmi ceux qui réclament réparation et justice . Juifs et noirs doivent marcher vers l'avenir la main dons la main . Les Passagers du Sidi-Brahim Voici plus d'un on que je signalais à la radio, en espérant pour lui de hautes récompenses, le roman de Jacques Lanzmann, les Passagers du Sidi Brahim. livre de fraternité, lui aussi, pour ces orobes que nous cotoyons chaque jour perdus dons notre grand Paris, frileux, dépaysés, n'en connaissant trop sauvent que les rigueurs policières et l'indifférence méprisante de leurs camarades de travail. Les Passagers du Sidi Brahim incarnent toute la détresse du corps et de l'âme de ces malheureux travailleurs nord-africains lui, sur leur terre lumineuse aussi n'avaient guère aperçu de la vie que les ombres. L'aventure de la famille Ben Ousmane,

lepuis les douars constantinois jusqu'aux

quartiers orobes de Marseille et à la rue V\ouffetard de Paris, illustre de manière poignante l'isolement, la désolation de cette famille, entre tant d'outres, projetée en pleine tragédie : le drame franco-algérien, le drame personnel d'un père et d'une mère perdant successivement tous leurs enfants nouveau-nés. Mois ou milieu de ces ombres, surgissent les lumières des hommes de bonne volonté française. Elles ont d'autant plus de prix en ce document romanesque que l'auteur ne peut être suspect d'indulgence. Mois les braves coeurs ne. manquent pas'. Le bon petit bourgeois qui, à Constantine comme à Marse ille, se penche pa- JlUJlLIES IISAAC judéo-Chrétiellm: et s'il est particulièrement orienté ver., les chrétiens, son oeuvre s'adresse néanllloins à t,ous les hommes. Mais Jules Isaac a aussi voulu nous fai~e part d'une longue et riche ex périence, unique en son genre et il vi eut de nous donner le premier volume de ses mémoires, qui en compteront quatre. Il est presque entièrement consacré à P éguy, ce grand homme qu'on a tiré dans tous les sens. Là encore, c'est la probitlé de Jules Isaac qu'il faut a'\o'ant tout souligner. Une probité véritablement intré, pide, gui ne se soucie nullement des susceptibilités à ménager, mais bien de la vérité, et de la vérité seule. C'est aujourd'hui, et de tout temps, tellement rare que je crois qu'il vaut la peine de s'y arrêter un peu . Le courage propre à Jules Is·aac en toutes choses est celui de la vérité. Il pense qu'elle ne divise qu'en apparence, mais qu'elle unit plutPt, à condition d'être accueillie avec le même courage que l'on a mis à l"exprimer. ~~u _ u _-wu u __ ft __ ft • wu ._ de femmes coupables par le seul fait de leur origine. Comment l'historien qu' il était n'aurait-il pas fait de cette affreuse réalité l'objet de son amère méditatioo durant les mois qu'il passa traqué dans nos montagnes du Centre, tantôt caché par un paiSteur et tantôt par un curé, qui avaient toujours au moins un livre à lui proposer : la Bible? P eu à peu une conviction se faisait jour dans l'esprit de Jules Isaac : l'antisémitisme est d'autant plus scandaleux qu' il est d'origine chrétienne soUs ses formes actuelles, même quand elles sont les plus odieuses; il résulte d'un tragique malentendu

on prétend opposer J ésus ù son

peuple, alQrs que le Christianisme n'e/st que l'épanouissement et comme l'achèvement du judaïsme; le peuple juif est accusé d'être le peuple déicide, alors que la responsabilité du crime pèse sur les épaules de tous les hommes. C'est de là que sont sortis J éstts et 1 sraël et Genèse de l'Antisémitisme. On peut discuter sur tel ou tel point de détail les thèse!s de Jules I saac. On peut même ne pas les admettre du tout, mais on est forcé de convenir de deux choses. D'abord de la totale, de l'ardente bonne foi de l'historien. Si vous n'êtes pas de son avis, discutez au moins honnêtement car, lui, il est honnête d'abord. La Iseconde chose, plus importante c,ncore que la prelmère, c'est que jamais, à aucun moment, Jules Isaac n'opposa la haine à la haine. Certes, il est sévère pour les chrétiens, d'une sévérité Que eertams d'entre eux ont eu du mal à supporter. Mais s'il les condamne, c'est au nam de leur chdstianisme même. La leçoo qu'il leur donne, ils auraient dû se la faire à eux-mêmes et c'est parce qu'ils ternellement sur la détresse de Ben Ousmane, et, à Paris, ce professeur qui entreprend de sauver son nouvel enfant. Par une opération miraculeuse, une transfu sion de song totale qui scandalise le père (sa fille ne sera plus alors sa vraie fille ), l'enfant vivra. Et bien que les épreuves ne soient pas terminées, - voisins, bureaucratie, police - se lèveront encore sur les chemins , l'assistante sociale secourable et enfin un couple de Fronçais, messager audacieux d'une amitié qui sauve l'honneur et doit préfigurer l'avenir. Aux passagers du Sidi Brahim, à tous les Nord-Africains, ce roman déchirant, mois affectueux et courageux, tend des moins qui sont les moins de la Fronce (2). Roméo, Juliette et les ténèbres Roméo, Juliette et les Ténèbres (3) traduit excellemment du tchèque par François Kérel, je ne saurais mieux le commenter qu'en évoquant brièvement les scènes de ces amours de deux adolescents dons la tempête. Il s'appelle Poul. Elle s'appelle Esther. Ce Roméo, cette Juliette ne sont plus des enfants de Vérone. Leur idylle commence dons un jardin public de Prague, en ces temps maudits de l'occupation où les nazis, avant de l'exterminer, n'avaient pas réussi à étouffer l'appel de la jeunesse, à empêcher que l'amour reste l'amour. Parce qu'une petite fille, une soeur tchèque d'Anne Frank, qui porte l'étoile impo" sée aux Israélites et dont on vient de rafler les parents, pleure sur un banc d'un jardin public, et qu'un garçon « aryen " de dix-sept ons, qui vient de toucher, grâce à sa corte de rationnement, son premier poquet de cigarettes, se penche vers elle, un merveilleux et éphémère roman va commencer. Poul qui n'avait jamais eu de secret pour ses parents, se met à entrer lui aussi dons une vie clandestine, à leur dissimuler une moitié de son existence. Il trouve un abri coché pour sa nouvelle amie, s'initie à son tour à son univers. Celui des comps de concentration dont on devine à peine ce qu'ils recèlent, des trains de « nuit et brouillard )} qui emportent les êtres aimés. Entre l'ombre de ce qu i fut, les ténèbres de ce qui vous attend, il reste une toute petite frange de présent : quelques semaines, quelques jours peut-être où le soleil brille encore, où l'on se réchauffe à la lu - ne se la sont pas faite, parce qU'Ils se la sont faite insuffisamment; parce qu'encore a ujourd'hui ils laissent traîner aux pages de leUlis cathéchismes des expressions équivoques, des 1110tS qui peuvent servir de justification à l'aptisémitismc, c'est pour cela que Jules Isaac s'est levé parmi nous. Le Prix de la Fraternité a préçilsément été fait pour une oeuv're comme la sienne. Ici, le mieux, c'est, je crois, de raconter une histoire vraie : il y a quelques jours j'ai reçu la visite d'un homme jeune, qui venait d'être frappé par un grand deuil. Il me dit que, depuis, il était revenu à la pratique de la religion de son baptême, le catholicisme. Rien jusqu'ici que d'assez ordinaire. Mais il me demanda ensuite si je connaissais M. Jules Isaac; car c'était dans la lecture de Jésus et 1 STaël que cet homme éprouvé avait d'abord trouvé l'énergie spiritituelle dont il avait besoin. Qu'un tel livre refasse des chrétiens, comme il peut aussi bien refaire des Tuifs. comme il peut également confirmer des libres-penSeurs, il me semble que c'est là le signe incontestable de sa grandeur sp irituell e. Je voudrais dire à Jules I saac, moi chrétien, qu'en l'écrivant, il a fait aux chrétiens un don d'une valeur inestimable. Ce don que les Juifs ne cessent de nous faire depuis tant de siècl es. et que nous ne cessoos de repousser. Il y a là une des racines de l'anti sémitisme, qu'il n'appartenait pas à Isaac seul de mettre en lumière, mais qu'un chrétien devrait peut-être à ~on tour découvrir ct illustrer. Ce n'en est point ici le lieu ; d'autant que, si Jules I saac est le fondateur de l'Amitié miè re d'une amitié qui est tout près de devenir de l'amour. Poul se laisse prendre à ce « drôle de jeu », comme disait un de nos écrivains de la résistance, un jeu très dangereux et très doux où il apporte à sa camarade Esther de magnifiques tartines bourrées de margarine, un livre de Romain Rolland et les récits du brave soldat Chveik. Et les deux jeunes gens, dons la chambre poussiéreuse qui prolonge l'atelier du tailleur, le père de Paul, se découvrent tous deux. Il leur semble qu'ils se sont connus depuis mille ons, dans une vie antérieure . Comment ce jeune écrivain de Tchécoslovaquie, Jan Otchenachek, un des chefs de file de la 'nouvelle génération, dont Ara · gon nous révèle le roman, a-t-il retrouvé ici la ligne des oeuvres les plus hautes) Tandis que les fusillades du Polygone de Kobyla ne cessent de crépiter, que les canons des fusils n'ont pas le temps de refroi dir, les deux adolescents, ou bruit des salves, se chuchotent « Je t'aime ». Esther, malgré le péril tout proche, force Poul à donser, lumières éteintes. Esther, la fille du médecin déporté un jour à Teresin, et Poul, le fils du tailleur, ne peuvent pas ne pas aller jusqu'ou bout

le leur roman . L'amour s'accomplit selon

le vieille loi biblique qui enseigne qu'il est Il a raison, en dépit des réactions parfois vi"es; en dépit des colères qu'il lui est arrivé de soulever. C'est pourquoi nul n'était plus désigné que Jules Isaac pour recevoir le Prix de la Fraternité. Si nous ne fondons pas la fraternité sur la vérité, cette vérité que l'on se dit sans haine, les yeux dans les yeux, nous la fonderons sur le sable. Mais les dernières oeuvres de Jules Isaac ont justement la consistance du roc. Nous en aurons besoin, je crois, pour lutter contre la nouvelle vague d'antisémiti'sme que l'on voit poind.re _à l'horizon de l'Europe, moins de quinze ans après que s'est dispersée dans le ciel la fumée des crémat,oires. Je plaindrais ceux qui, sous la sévérité apparente, ne sentiraient point battre, dans la poitrine de Jules Isaac, un coeur fen 'ent, douloureux et fraternel. JACQUES MAdAUlE plus fort que la mort. Mois le père vient à

lécauvrir le secret. La Gestapo qui rôde assiège

la maison. Malgré la courageuse rési stance du tailleur, les nazis s'emparent de l'enfant, la moll ette et l'étoile jaune à la main. Devant les violences de toutes sortes qui la menacent, e lle réussit à fuir comme une chatte sauvage. Elle suit le tunnel obs· cur d'un passage qui traverse l'immeuble. Elle fuit follement, à la rencontre de son père, de ceux qui sont partis avant el le. Mois elle s'écroule sous les coups de feu, et devant le corps de la jeune fille, une ombre aux lourdes chaussures la retourne, la regarde, pour la première fois sons hai ne. 1942 à Prague. Ici Roméo n'a pas suivi Juliette, Après avoir vainement essayé de la rejoindre, en errant ou bord du fleuve Vltava, il lui a fallu surv ivre. L'h umble existence reprend dons la viei lle maison de Prague. , .. Un mince fil et d'eau fait vibrer l'évier de fer blanc. Quelque port tinte un rire aigu de jeune fille. La maison s'éve il le. Par la porte ouverte de la cuisine, 0 n entend le grincement du moulin à café. Jan Otchenachek, dons ce livre parfaitement tradu it par François Kerel, a écrit l'un des plus pathétiques récits de ces temps sur lesque ls coule déjà l'eau de l'oubli. Un récit qui évoque les plus grandes CJmaurs du passé et mérite de figurer avec le Jaurnal d'Anne Frank dons cette anthologie de l'adolescence piétinée, durant la deuxième guerre mondiale, que la haine des hommes empêcha d'aimer et de' vivre. PiERRE PARAt (1) Armand Hennc~s e , Lyon . (2) Julliard. (3) Editeurs Français Réunis . Le Service-Librairie de cc Droit et Liberté» vous o"re •.. Jules ISAAC : Jésus et Israël ... ... ... . ........ . .... .. ... .. . . Genèse de l'antisémitisme . . .. ........... . ....... . Expériences de ma vie .. . ....... . , ... . ..... . ... . 16,50 NF 8,90 NF 14,50 NF Jean OTCHENATCHE'K : Roméo, Juliette et les ténèbres (traduit par Français Karel) 6 NF Jacques LANZMANN : Les Passagers du Sidi-Brahim .... .. . .... . .. ... .. . 6 NF Dora TEITELBOIM : Ballade de Little Rock (traduit par Charles Dobzynskil .. Edition numérotée ........... . 9 NF 30 NF Elsa TRIOLET : Le Rendez-vous des Etrangers (Prix de la Fraternité 1957) 9,50 NF Ces livres vous seront envoyés sur demande, sons frais d'envoi. Prière d'effectuer les paiments à la commande par mandat-p,aste ou chèq~e bancai re ou MR,AP, 15, Faubourg Montmartre, Paris (9") ou par cheque postal, a II. DrOit et Libe rte », même adresse (CCP 6070-98 Paris. 1 . - r .1 LA VAGUE _____________ 6 ______ __ La synagogue d.e Cologne. LE SIGNAL DE [OLOGNE (ALLEMAGNE FEDERALE) Le « Juden Raus » souillant la synagoi1" ue de Cologne a stupéné l'opinion mon· diale, mais surtout la moins avertie. Car les symptômes de la peste brune étaient déjà apparents dans l'Allemagne FéderaIe, dès les débuts de la remilitarisation. Le tribunal de Nürenberg n'avait pas, tant s'en faut châtié tous les grands cnminels de guerre, et de l'avis des gens bien informés, plus d'un million d'Allemands cachent à l'Ouest un passé téné- 'feux sous une identité d'emprunt. Sans compter qU'enhardis par la guerre froide ét les perspectives de revanche qu'elle leur offrait, les anciens nazis et S.S. ont relevé la tète, se sont réorganisés à grand fracas de tambours, grand déploiement d'uniformes en attendant les mitraillettes qui ne tardèrent pas à venir avec l'enrôlement dans la nouvelle Wehrmacr. t. déporté allemand Willy Hahn, compagnon de lutte des déportés français, est venu dire la même chose .à Paris. Gertes, devant l'émotion causée par le renouveau spectaculaire de l'agitation antisémite, la police allemande a arrêté quelqu~s jeunes barbouilleurs de croix gammées. Deux ou trois ont été condamnés à des peines légères, la plupart relâchés aussitôt. Mais leurs responsables ne sont nullement inquiétés, pas plus que les criminels qui écrivent et éditent les milliers de livres et de journaux nazis publiés actuellement en Allemagne Fédérale. Et, en dépit des assurance données, le Parti du Reich Allemand, l'un des principaux groupements néo-nazis a été finalement autorisé, l'autre jour à tenir son congrès. Comment, dans ces conditions, l'agi' tation antisémite ne se développerait-elle pas? ... NEO-N,AZIE Le « matériel » des racistes français est le même. AU . MEMORIAL DU MARTYR JUIF INCONNU lf ROID glacial d'un Paris matinal, froid qui rappelait les appels interminables sur les « places d'appel » où la mort faisait sa comptabilité. Et pourtant, bien avant dix heures, personnalités et foule fervente se massaient aux .abords de la rue GeoHroy-I'Asnier, près du Mémorial du Martyr Juif Inconnu ce dimanche 10 janvie·1". A l'appel lancé tout d'abord par le M.RA.P., avaient fait écho ceux du C.RI.F. (Conseil Représentatif des llsraélites de France), de l'Association Nationale des Ancien~ Combattants de la ' Résistance, des deux grandes organisatio: ns de déportés (F.N.D.I.RP. ct U.N.A.D.I.F.), de la Ligue des DroiMs cie l'Homme (Fédération de la Seine), de l'Union Départementale des Sync\ioats de la Seine (C.G.T. et C.F.T.C.) , etc... La L.I.C.A. s'était jointe au M.RA.P. pour assurer le service d"ordre. Il régnait une atmosphère inde3criptible de fraternité, dans ce cortège silencieux et résolu, qu'animait une jeunesse pleine d'ardeur. De même, devant le Monument, 0 .11 notait, avec le Président du M.R.A.P .. M. Léon Lyon-Caen, la présence des peIisonnalités les plus diverses : M. Devraigne/ président du Conseil municipal de Pans, et des conseillers de tous les partis, M. André Tolet, secrétaire général de l'Union des Syndioats ouvriers de la Seine, M. Raymond Guyot, Mme Suzanne Crémieux, sénateurs, Jaoques Madaule, André Spire, Me Schapira, Laurent Casanova, MM. Kaplan, grand rabbin de France. Jaïs, grand rabbin de Paris, le docteur Modiano, président du C.RI.F., J-Pierre Bloch, Mathilde Gabriel-Péri, prési dente des Familles de Fusillés, les profesiseurs Jankelevitch, Evry Schatzmann, MM. Danowski, des Anciens Combattants Juifs, Bulawko et Vilner, des Anciens Déportés Juifs, Me Ch. Ledermann, président de l'U.J .RE., M" Weil Curie!, André Blumel, MM. Goldreich, Alfred Grant, Isi Blum, le peintre Màné- Katz, Louis Daquin, Renée Lebas, Charles Palant et les membres du Bureau National du M,RA.P. Voici que l'association « d'entraide » des anciens S.S. est déclaré d'utilité publique, tandis qu'on essaie d'interdire l'Association des victimes du nazisme. Que M. Adenauer s'étonne de la re· COMPLICITES crudescence du nazisme est bien étonnant, lui Qui a pour conseiller Globke, commentateur des lois antijuives, pour ministre de l'Intérieur Schroeder, ancien diplomate nazi et pour ministre des Réfugiés, Oberlii.nder, dont nos lecteurs savent le rôle qu'il prit dans l'extermInation des juifS polonais, notamment à Lwov. EN FRANCE Le président du Congrès juif mondial a confirmé flue la magistrature, la police, la haute administration, étaient truffées d'anciens criminels hitlériens et l'ancien En France aussi, nous assistons à un renouveau inquiétant de l'agitation néonazie. Après le quartier du Marais à Paris, on signale des croix gammées et des inscriptions antisémites dans de nombreuses villes: Bordeaux (à l'intérieur L'épidémie s'étend ... La vague de haine partie d'Allemagne occidentale a gagné rapidement de nombreux pays. Faute de place, nous ne pouvons ici que donner quelQues exemples des exactions commises, parmi les plUS significatives. A New-York: croix llammées sur une école israélite de Brooklyn, où éclate ensuite un début d'incendie; croix gammées sur les bureaux de trois fonctiollnaires du secrétariat de l'O.N.V. A Londres : inscription « Juden Raus » SUr la petite synagogue de Notting Hill (quartier où des atta().ues contre les .noirs ont eu lieu naguère); inscription sur le Royal Festival Hall : « moins de musique juive »; bombes lancées dans les bureaux du journal « Jewish Chronicie ». A Dublin : inscriptions « Juifs dehors» et « Heil Hitler» à l'entrée de Dalymount Park, le piUS grand terrain de football d ·Irlande. A Malm~ (Suède), centre Retif de l'internationale nazie: inscription « Quittez la Suède, la Suède aux Suédois» sur la synagogue. A Athènes : croix gammées sur l'immeuble de la communauté juive. A Amsterdam : lettres de menaces, or ·nées de croix gammées envoyées à de llombreux juifs, dont plusieurs rabbins. En Argentine, où les anciens hitlériens sont nombreux, on note de multiples manifestations antisémites: croix gammées . bombes, inscriptions: « Soyez patriote; tuez un juif ). Parmi les villes figurant à ce triste palmarès, citons encore Milan, Madrid, Vienne, Casablanca, Oslo, etc ... de la synagogue), Lille (sur les murs de la synagogue), Montpellier (sur l'ancien siège de la Gestapo), Douai, Lens, Nan c.y. Béziers, Niort, Toulouse, Limoges, Mar: seille, Lyon, Fontainebleau, 'Champigny, Boulogne-sur-Seine. A Troyes, un colis explosif a été adressé au. rabbin. Le M.R.A.P. s'honore d'avoir dénoncé sans relâche l'indulilence dont on bénéficié les collaborateurs de l'ennemi et leurs héritiers (lui professent cyniquement « l'idéolop;ie » hitlérienne, Depuis longtemps déjà les inscriptions odieuses de « Jeune Nation » sur les murs de la capitale it dans Itlli couloirs du métro avaient suscité la protestat1on du M.R.A.P. Mais aucune mesure n'a été prise pour mettre hors d'état de nuire les groupes néo-hitlériens, dont les Journaux continuent impunément d'exciter à la haine antisémite et raciste. Même dans la toute dernière période, aUCUn des coupables n'a été arrêt é. Dirons-nous que les nostalgiques du nazisme, les pourvoyeurs de crématoires trouvent en France non seulement des compl!ces, mais des complicités? En tête des manifestants qui se rendirent du Mémoria l jusqu'à ICI Bast ille, une jeune vendeuse de « Droit et Liberté l), LA VAGUE NEO-NAZIE 7 Puissante unanimité des Parisiens NON , à l'Hôtel Moderne et Place de la République contre l'antisémitisme le • • racisme A l'appel du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Poix, jeudi 7 janvier, un puissant mouvement d'opinion a fait accourir une foule de plus de cinq mille personnes emplissant la salle de l'Hôtel Moderne, les c ouloirs, bloquant le grand escalier d'accès et, bien avant l'heure prévue, s'étalant sur la place de la République. Les orateurs durent tenir de ux meetings parallèles, l'un do ns la salle, l'outre non moins vibrant dons l'escal ier. Foule compacte, solidaire, réagissant à cloaque phrase qui dénonçait la renaissance du naz isme, l' ignominie de l'a ntisémit isme, ou qui affirmait les droits imp resc riptibles de l'homme. Et ,surtout foule unanime, émouvantes retrouvoilles des générations grisonna ntes et d'une magnifique jeunesse si calomniée dons de récentes compagnes. Coude à coude, des familles cent fois endeuillées, des rescapés des camps de la mort aux traits marqués par la souffrance, des valeureux -combattants de la Résistance. Visages a ustères de savants, visages soucieux des commerçants, visages rudes et burinés des tra vailleurs manuels, enfin visages cla irs et radieux des jeunes resplendissants de vie, tous étaient marqués de la même volonté d 'a battre, cette fois défin itivement l'hydre fasciste, de la même certitude de la vict oire par l'union de toutes les forces républicaines et démocrat iques de not re pa ys. Maître Schapira, membre du Bureau National du M.R.AP. présida it; Charles Palant, secréta ire généra l du Mouvement, expose en termes sobres le ma rtyre de la nuit de Noël de l'ouvrier presseur en confection Ra chmil Josepovici. Il flét rit l'antisémitisme de ses agresseurs et réclame des sanctions sévères cont re les coupables: sévit jusqu'au sein du gouvernement de Bonn ». Notre ami Pierre Paraf avec chaleur et talent définit les sentiments qui an iment tous les démocrates, c' est-à-di re tous les antiracistes. 1/ exalte le combat pour la fraternité et sous les applaudissements affirme

« Nous ne haïssons que la ha ine

». Mme Suzanne Crémieux, sénateur R.G.R. du Gord, a ssure l'ass istance de l'appui de nombreux parlementaires antiracistes. MC André Weil-Curiel, consei ller municipal S. F. I.O. de l'arrondisement où habite Josepovici, exalte le sent iment d'unité qui se dégage de cette magnifique assemb lée : « Le souvenir de nos six millions de morts, nous impose un devoir impé rieux : nous un ir par-delà toutes nos divergences pour empêcher le retour des c rimi nels », déclaret- il. MC Charles Ledermann, président de l'U. J .R.E., s'en prend « aux responsables de l'internationale des croix gommées » et déne passera pas (SUITE DE ' LA PACE 1) Mais l'opinion veut connaître le « pourquoi? » de la présente vague anti sémitisme. L'apposition simultanée cl es croix gammées clans tant de villes ne laisse aucun doute sur le caractère concerté et ordonné de la campagne. Celle-ci survient au moment où la détente s'amorce dans les r elations internationales, où de part et d'autre des océans, les voix, les plus autorisées s'élèvent en faveur de l'entente entre les peuples . Cela bouscule les plans de tous les nostalgiques cle la guerre froide. Il s'agit clonc bien d'une agression c,ontre l'aspiration de tous les peup'les (y compris le peuple allemand) à de meilleurs rapports entre les nations. Il s'agit d'une manifestation spectaculaire des forc,es qui déjà ont jeté le monde dans le bain de sang de la guerre hitlérienne, et qui ne se tiennent pas encore pour battues définitivement. Puis il dénonce avec force 4( cette Allemagne occidentale où l'antisémitisme Des milliers, coude à coude C'est pourquoi, aujourd'hui comme hier, la lutte contre le racisme est l'affaire de tous les hommes attachés à l'avenir pa cifique et à la dignité du genre humain. L'exemple des commerçants de la rue de Turenne Le Quartier commerça.nt du Marais à Paris, dont la population juive a déjà tant souffert de l'occupation nazie a été le premier où: les nazis français ont répondu au signal cie Cologne. Nous avons été appelés la veille de Noël par une coumgeuse dame dont la boutique toute neuve était rayée de croix gammées profondément gravées dans la peinture. « J'ai .plus de cent morts dans ma famiIJe et nc veut pas que pareils malheurs reviennent pour persQnne », nous a-t-elle déclaré. Le surlendemain c'étaient les boutiques de deux commerçants anciens r ésistants qui étaient saliels par les nazis. Ajoutant leur plainte au commissariat à celle déjà déposée, ils firent circul er dans les rues voisines une pétition réclamant de la police une SU1'veillance plus efficace. Et ils s'aperçurent Qu'ils ét,aient plus de ISO à sign er. D'où l'idée, sur le conseil du M.R.A.P., de se réunir chez l'un d'entre eux et de constituer un comité de vigilance du quartier. T rois canseillerls municipaux du secteur, MM. T. Ligaret, MoscoV'itch et Pierre Mialet étaient présents, ainsi que Maitre Schapira et M. Levine, représentant 'respectivement le M.R.A.P. et la L.I.C.A. Les trois élus, d'opinions fort différ entes, proposèrent, d'alerter ensemble le P réfet de la Seine et le Préfet de Police, puis de tranlsmettre la requête des commen;ants au Garde des Sceaux. Me Scha,pira exposa les moyens de défense légaux et proposa le soutien en commun des plaÎ'ntes déposées au Parquet. La salle réclama unanimement que le comit,é formé ce jour lsoit composé! de membl'es de la L.I.C.A. et du M.R.A.P., et émit le voeu que les deux associations entrent en contact pour une action commune sur le plan national. Boutiq llc ct/ tièrement neuve av ec l'odie1lx stiqma.te. nonce la tentative d ' inte rdict ion de l'a ssociation des vict imes du nazisme par le gouvernement de Bonn qui, par ailleurs, est plus que « faible» envers les néo-nazis. Le pasteur Voge témoigne de la solidarité des Eglises protestantes qui ont fa it une démarche auprès du chef du gouvernement pour la ré press ion des menées naz ies. Clément Baudoin, consei 11er communi ste du 10c arrond issement, rappe lle l'action des é lus de son parti à l'Hôte l-de-Ville pour que des sanctions inte rviennent dons l'a ffaire J osepovici et ou Parlement· pour que le gouve rn ement mette un terme aux agissements des hitlé riens. Il affirme " que l'union et l'action brise ront dons l'oeuf, la re nai ssance de '10 barbarie naz ie » . M. Alfred Grant appe ll e à l'a ction unie ou nom de l' Union des Soc iétés juives de Fronce. .Albe rt Levy, sécréto ire du M.R.AP., évoquant Anne Frank, s'en pre nd à la « gangrène » qu'est l'antisémiti sme, mol contre lequel le gouve rnement n 'emploie pas les moyens chirurgicaux dont il dispose. MC Etienne Nouvea u, ou nom de la ligue des Droits de l'Homme, st igmatise l'obus de pouvoir, la barba rie dont a été vict ime M. Josepov ici et déclore: « Nous savons qu' il faudra que toutes les fam illes démoc rates se lèvent et s'un issent. On ne pourra pas sons ce la défend re dons ce· pays les droits de l'homme et du citoyen» . De nombreuses personnalités étaient à la tr ibune, parmi lesque lles A. Espiart, 1. Blum, Fé lix Brun, Maurice Ni lès, le Ra bbin Chenoun, Eugène Hénaff, Jacques Nantet, Michel Co t, Raymond Guyot. Des messages de solidarité de Mme Yves Farge, du Professeur Hauriou, de MM. Charles Hernu, Jean Cassou, Louis MartinChauffier, Emmanuel d'Ast ier, Simone de Beauvoir, de l'Amicale d'Auschwitz furent acclamés. Le Prés ident Lyon-Caen, souffront, s'était excusé. Aussi nous saluons les antiracistes courageux qui, par milliers, viennent à nous et que n'arrêtent ni la diversité des croyances, ni les différences d'opinions. Saluons particulièrement, au premier rang des foules immenses en mouvement, les jeunes dont l'enthousiasme et l'ardeur ont contribué ces jours-ci aux premiers succès de la riposte antiraciste. Et puisque la sagesse populaire nous fait un devoir de balayer devant notre propre porte, ce sont les r~cistes de chez nous - complices de ceux d'ailleurs - qu'il s'agit de mettre en échec. Que s'organise donc partout, l'indispensable et vigilante action de tous et que soient exprimés avec plus de force encore les mots d'ordre du M.R.A.P. : adoption rapide des propositions de loi antiracistes déposées au Parlement, châtiment immédiat, exemplaire de ceux qui propagent chez nous la haine et la violence racistes. Charles PALANT. J'adhère au M.R.A.P. POUR MENER UNE ACTION EFFICACE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME Nom .... . . . . .... ... . . . . . . . . . . .. . Prénoms . ..... ..... .. . . . ... . ... . Adresse ... . .1. . . ........ . . .. . .. .... . . . . ... .. . . . .. ... . ... .. .... . ... Je donne mon adhésion ou Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Poix (M.R.AP.) et vous adresse à cet effet la somme de .... . ........ . (par chèque bancaire, mandat au chèque postal ou c.c.P. de « Droit et Liberté ;, : 6070-98 Paris). A découper et adresser ou M. R.A.P ., 15, Fg Montmartre, Paris-ge , Tél. : PRO 8 2-78 . 8 LE COlL()QUE DU 14 F[\lR/ER A LA SORBONNE LES ENSEIGNANTS ET EDUCATEURS FACE AU RACISME L]j dimanche 14 février, à la So rb on ne, allra liell un Cqlloque d'enseig,wnfs et éducatell/1S sur le ractsme. le rôle de la radio, de la télévision, dn cinéma, le 1'ôle aussi du miliel~ où évoluent les jel~nes? Le Colloque devra examiner ces questions. Défà un questionn'ai'I'C détaillé cirC1tle daru les milieux intéressés .' nul dOlûe que les nombreuses réPonses qui sm'ont faites permettront de mieu~' ûrconscrire les origines dn mal. observat-iolls et le1/frs expériencCls, 'rechercheront, dans le cadre des proqrammes et sans sortù' de lem's attrib lltions, comment ils peuvent agir pour for1ller Cette initiative, ,prise PM le M.R.A.P. il y a plude iCIINes .qénérations résolw/te11·t (mtiracistes . sieurs mois, et patronée par d'éminentes personnalités, voit brusqwement son importance s'accroître en r(1ison des événements 1'écents, En effet, les ensei, qna1ltts et éd1~cateu,rs, opposés poer principe et par tradition Mt racisme, ne petwent aujottrd'htti qtt' être indiqnés profondément par l'offensive de la haine, de la bêtise et de la violence, qui va à l'enco ntre de leur enseignement. Mais cette enquête, si nécessaÏ1'e so"Ït-elle, serait h"suffisante, si elle n'était sttivie d'1!lne rechC'r'che approfondie des ·remèdes. C' cst nn débat passionnant q!ti se déro ulera, lc Lj. février, à la Sorbonne. Et nOlis sommes NI mesure d'all'llOllC er q1oe de [j'.ès importantes personnalités. écrivai'Ns ct universitaires. interviendront pe1jd,a,nt la séance plénière de l'après-midi. . Ce Colloque intéresse tous les antù'acistes. Nous invitons nos amis nOt~ seulement à ')1 participe1', mais à le faire connaître autOttr d)e1~x dans les prochaines se'llwines, en alertant spécialement les enseignants, les éd!tcateurs, et en g@néral tOl/S ceu,'!,' qui, à mt titre qllelconque, 's'ù,.téressent à l'enfance et au 1'Gcisme . A l'heure où les nervis foescist es se permettent d'attGi{fuer et de molester .qravement le sw'veillant . qé.1téral d'un gmnd lycée parisien, le problème se pose de façon aigttë de prémt~ni1' la jewnesse contre les tentations dl~ mC"Ïsme et de l'a,ntisémitisme. C'est pourquoi le Colloque m.wa à formuler des 'L'(t'ux, à don.ner de bons exemples qui devraient servir d'indications aux auteUirs et aux éditeurs tra' L'aillant pour la jeunesse. Il fera des suggestio1VS pour améliorer les émissions de radio et de télévision, la production de films destinés a,ux enfants et adoleswnts, de façon à SUlsciter en eu.Y l'esprit de to léroence et de fraternité htvmaine. C'est à rendre demain plus frate'mcl qu'alliourd'lllf i qlle travaillera le Colloque de la S01'bOlme . . Comm,ent ce vints pernicieux pent-il pénétrer les jeunes C1S/J'rits? Qnel est, dans ce domaine, le -rôle des .iouPlanx et des livres d' enfants ou d'adolescents, Etlfin, les ensei.qnants de ' tm!s les de.qrés, en apjJro fondissant ces problèmes, Cln échangeant leurs (Questionnaires et invitations peuvent être retirés nu M.R.A.P., l S, hubourg Montmartre, Pat'is (9' ). Tél. : PRO. 82-78.) LA Partout/ riUi.JtCe ... Parmi les prises de positions les plus marquantes en France, face à la vague de néo-nazisme, citons celles de la Ligue des Droits de l 'Homme, du Parti Communiste Francais. du Parti Socialiste Autonome. M. Raymond Guyot, sénateur de la Seine a demandé au Premier Ministre, par une question écrite, quelles mesures il compte prendre pour mettre fin à l'ae"itation antisémite. A MONTPELLIER Le 10 janvier à Montpellier, plusieurs milliers de personnes ont manifesté de la préfecture au- Monument aux Morts de la Résistance, à l'appel de diverses organisations. A la fin de la manifestation, une motion a été adoptée demandant « que soit effectivement interdite et réprimée la propagande raciste et ant,isémite, mises hors-la-loi les organisations de tendance nazie et interdits les journaux et publications au service de cette agitation violente, préjudiciable à la Patrie, à la paix et à la liberté ». MANIFESTATIONS ET MEETINGS Le M.R.A.P. a pris l'initiative d'une grande manifestation à Lyon, devant la statue du Veilleur de Pierre, place Bellecour, le dimanche 17 janvier. De larges meetings organisés par notre Mouvement', avec la participation de nombreuses personnalités et de divers groupements se préparent notamment à Rouen, Clermont-Ferrand, Nancy, Strasbourg, T.ens, Lille, Saint-Quentin, Valenciennes , Béziers, Orléans, et auront lieu dans leb tout prOChains jours. LA JEUNESSE DES LYCEES L'agression perpétrée par des nervis de « Jeune Nation» contre le surveillant général du Lycée Jacques-Decour, M. Royet, qui leur interdisait de distribue"r leurs tracts devant cet établissement, a suscité une vive émotion parmi les professeur;:; et les élèves. Sur l'initiative de quelques jeunes amis du M.R.A.P. un Comité de Vigilance contre le racisme et l'antisémitisme s'est constitué dans le lycée, avec la participation d'étudiants de toutes tendances. Au cours d'une réunion organisée le 12 janvier, en présence de 150 participants, notre ami M' Manville a pris la parole. Le Comité, confirmé dans ses fonctions, a lancé un appel aux lycéens de Chaptal et aux lycéennes de Lamartine qui constituent des comités semblables. AU CLUB {( AMITIE ) La première réunion du Club « Amitié », 120, rue Vieille-du-Temple a été un grand succès. Claude Bernard Aubert exposa les sentiments antiracistes qui l'avaient condUIt à créer « Les Tripes au Soleil » et la discussion fut animée. Naturellement elle aboutit à l'actualité, Charles Hutman, membre du Bureau National du M.R.A.P. dit ce que le Mouvement attendait du club S.P.E.C. ChQteauroux ~ Travail exécuté ~ar des ouvriers syndiqUés Gérante : S. BIANCHI 1 VAGUE NEO-NAZIE (suite) • des VOIX s/ e /1 e" ven t et ce qu'il entendait faire pour aider la jeunesse à se retrouver et s'organiser. Les memtres du club Amitié qui « ne haïssent que la haine » ont décidé de participer plus activement encore à la vie du M.R.A.P ., de constituer des équipes pour la vente de « Droit et Liberté », pour la « salubrité » des rues et des couloirs de métro. • •• En Allemagne même, des voix se sont p.levées_ nombreuses, pour condamner l'agitation n éo-nazie: celles des syndicats, du Parti Social-Démocrate, de diver'Ses p~rsonna,IiÎtés religieuses. 50.QOO jeunes ont manifesté à Berlin-Ouest avec des pancartes condamnant l'antisémitisme. ft Berlin-Est, l'écrivain Stefan Heym a sou)igné (lue « les exactions antisémi-' tes déclenchées à Cologne, le soir de Noël, n 'ont franchi ni l'Elbe ni la Porte de Brandebourg ». Le Front National de la République Démocratique Allemande a demandé que la question de l'antisémitisme, du n ationalisme et de la r emilitarisation en Allemagne de l 'Ouest soit examinée lors de la prochaine Conférence au sommet. Le gouvernement turc a d écidé de prendre des sanctions (refus de la publicité officielle et des annonces lé::ales) contre le journal d'Ankara Yeni Sabah. Motif : ce journal a écrit, le 5 janvier, que les incidents antisémites en Allemagne occidentale indiquent une r enaissance du nazisme dans ce pays. Dans cet esprit, des jeunes gens et jeunes filles de Montreuil, des jeunes sportifs du Marais ont décidé d'organiser leurs clubs, frères du Club « Amitié ». Au programme de ce dernier pour les prOChaines semaines : le mercredi 20, soirée au théâtre de Lutèce' pour voir « Les Nègres ». Le mercredi 27, discussion avec le metteur en scène Roger Blin et les animateurs de la troupe des Griots. M. Easterman, directeur politique du Congrès Juif Mondial, a été reçu à Bonn par M. Von Brentano, ministre des A,ffaires étrangères, et lui a demandé que tous les nazis soient écartés des postes responsables. Malgré des déclarations apaisantes, le gouvernement du chancelier Adenauer n'a annoncé encore aucune mesure pro· pre à réduire l' activité et l'influence des nazis. A Amsterdam, un lonll cortège de man. ifestants a parcouru les rues, à l'appel du Gomité des anciens déportés d'Auschwitz. A La Haye, la population a manifesté contre le ministre de Bonn Oberla nder, Qui a dû s 'enfuir. A Londres, une manifestation a eu lieu devant l'ambassade de l'Allemagne Fédérale. Notons encore que ,dans tous les pays, de p.ombreux journaux ont dénoncé l'antisémitisme et le nouveau nazisme, de même que de nombreuses associations, comme la Ligue Internationale des Droits de l'Homme, et des personnalités, entre autres, M. Lester P earson, Prix Nobel de la Paix. Cette photo soisissante, évoquant i la barbarie raciste des nazis, illustre la grande affiche que le M.R.A.P. vient d'éditer et qui est répandue ~~ dans la France entière. ! De format double-colombier, cette affiche en deux couleurs est un t élément capital de la riposte à la ~ vague néo-nazie et de la mobilisa- ~ tion des antiracistes autour de notre ! Mouvement. Nous invitons nos amis à l'opposer autour d'eux sur les murs, dans les locaux d'organisations, les vitr; - i nes, etc ... , l'exemplaire, 100 fr. Passer d'urgence les commande5 au M.R.A.P., 1 S, Fabourg Montmar- ~ tre, Paris-9°. (Tél. : PRO 82-78.) ~ . ~ ~~"vl Pour l'action • des antiracistes l A caradéristioue dominante des grandes manilestations antiracistes de ces dm'niers jours est l'esprit de larlre union qui préside à leur déroulement. Devant la flambée d'antisémitisme, se sont retrouvés unis, tous ceux qui avaient combattu naguère contre le na.zisme, renforcés par de nombreux jeunes dont l'impétueux élan est un apport décisif. Ce désir d'unité s'est natomment exprimé dimanche matin devant le Memorial du Martyr Juif Inconnu, où le rassemblement, dont le M.R.A_P. avait pris l'initiative, a rallié, pal' dizaines de milliers, les Pa,risiens sans distinction de croyances ou d'opinions, tandis que le service d'ordre était magnifiquement assuré par les militants aux brassards mélés du M.R.A,P, et de la L.I.C.A. Cette union ,!ue notre Mouvement n'a cessé de préconiser est aujourd'hui le levain puissant de la riposte de masse à l'offensive néo-nazie. II convient donc de tout mettre en oeuvre pour favoriser et développer le courant unita,ire qui porte les antiracistes à poursuivre la lutte ·avec confiance et courage. C'est dans cet esprit que les militants du M.R.A.P. se sont rendus au meeting de la L.I.C.A., au P,alais de la Mutualité, entraînant avee eux de nombreux 'amis que la dualité des organisations et leur absence dc contacts en ces heures décisives pouvaient déconcerter. On ne peut que regretter le refus opposé par le président de la L.I.C.A., B. Lecache, à la proposition faite la veille p,ar le M.R.A.P., de venir lire à la tribune un message fraternel de notre Mouvement. On comprend mieux l'attitude de certains dirigeants de la ·L.I.C.A., lorsqu'on prend connaissance des propos effarants tenus par M. Lecache le lendemain, lors d'une conférence à laquelle participait M. Jacques Soustelle : « Nous nous organisons ... pour lutter, s 'il le faut, les armes à la. main ... Nous avons déjà désigné des otages pour le cas où le mouvement continuerait... » De tels propos, dont la violence et l'outrance dénotent une singulière irresponsabilité, risquent de susciter des actes inconsidérés qui nuiraient à la cause antiraciste. Ils ne sont pas de Dature il. f,avoriser la mobilisation et l'UniOD contre le racisme. Encore soulignera-t-on qllile cette conférence qui se voulait antiraciste, fut empreinte d'un racisme antiarabe du plus mauvais aloi. N'eut-il pas mieux valu mettre à pr. fit la présence ministériclle pour rappeler qu'aucune mesure n'a encore été prise pour mettre hors d'état de nuire loe racistes, p,arfaitement connus des pou.voirs publics, et qu'en particulier, depllis des mois, dorment sur le bureau de l'A.Iisemblée Nationale des propositions 1Ie loi contre les !pcnées racistes. A l'heure, où par millions, des F,r_çais de toutes opinions condamnent avec mépris les résurgences de l'antisémitisme, l'exaltation de la violence ne peut qlle conduire les forces neuves et enthousi-.. tes qui entrent dans la lutte, à l'isolement et au fatalisme. La révolte désespérée qui conduit atP: extrêmes comme .la peUr qui paral)'»C. tournent le dos aux intérêts bien ~ pris du combat antiraciste. C'est à la solidarité des masses antinl.cistes, à leur action, à leur union q_e DolUS en appelons pour barrer la route .. l'antisémitisme et à tous les racismeli. LA JEUNESSE CONTRE LE R"CISME 9 L'U.N.E.F. La fédération des Etudiants Catf:1oliques Tous sur les mêmes bancs CHAOUE HOMME, NOTRE PROCHAIN DEPUIS quelques années, un certain nombre d 'étudiants ont jeté le trouble devant l'opinion publique par leurs men ées a ntiracistes. En effet , ce sont, a u début du conflit algérien , les appels de l'Associa tion généraJe des Etudiants d'Algérie en vue de combattre les libérau x. Ensuite, c'est l' incident du l estaurant u niver sitaire de Montpellier où des étudiants musulman s sont a ttaqués par des étudiants f r a nçais à la t ête desquels se t rouvait le Président de l'Association généra,le des Etudiants, Mousseron, ancien président de l'U.N.E.F . Plus récemment, les incidents occasionn es p a r des jeunes étudiants h 'a n çais à l't'gard d'étudia nts noirs à Besançon. Chaque fois qu'il s'est produit de tels inr-idents, l' Union Nation a le des Etudi. ants de France ou les di.ffércntes Association génér ales d'étudiants, ont émis des protestations et pa,r leur action on t démon t ré qu'elles n 'acceptaien t pas cette division profonde entre étudiants de différentes l'aees. Pour le Mouvement étudiant, que l'étudiant so.it Blanc, Noir, Juif, peu importe, tous sont étudiants. Tous sont assis sur les mêmes bancs de Faculté, tous ma ngent au même r estaurant, tous peuven t loger dans la même cite. Il est évident que les étudiants ne suivent pas les menées de certains gr oupes qui veulent faire croire à l'opinion pUblique qu'il existe un fossé qui s'élargirait de jouI' en jour entre eux. Il est un point où l'action d'li l\'Iouvcment étudian t a toujours été très énergique et a obtenu un certain nombre de résultats : celui du logement, en effet, un grand nombre de logeurs en France hésitent a donner leur chambre à des étudiants d·Outre-Mer. Chaque fois que les étudiants ont eu connaissance de ces faits, ils ont agi auprès de ces personnes pour essayer de les persuader et de les convaincre qu'entre un ~tudi.ant noir et un étudiant français , il ne devait y avoir aucune discrimination . Ce qui ne veut pas dire que l'U.N.E.F. ne reconnaisse )las que ces Et udiants d'Outre-Mer ont des prOblèmes spécifiques à résoudre. Il est évident qu'en face des menées des jeunes extrémistes que nous voyons se répandre ces mois-ci dans diffèrentes villes françaises ainsi qu'à Paris, l'U.N. E.F. ne peut que s' associe.· à tous les efforts ~ui sont faits pour essayer dc détruire ce racisme ct cet antisémitisme toujours si prompts à renaître dans les situa,tions difficiles où se trouve notre pa.ys sur le plan international. Notre attitude sur le problème algérien qu i divise tant les Français, suit la même inspiration

en effet, n oUS demandons dep uis

de longs mois que le dialogue ne soit pas coupé avec les étudiants algériens car nous pensons que c'est par une compréhension mutuelle au niveau des jeunes qu'une véritable collaboration sera possible, .efficace et dura ble. C'est le sens aussi de ces journées anticolonialistes du 21 f évrier . Certes, ce n'est pas le r acisme ,!ui est au centre de cette journée, cependant, pa r notre lutte contre le colonialisme nous espérons faire tomber les différents griefs qut' les uns et les a utres peu vent avoir. Nous pensons que si quelques étudia nts poussent leurs camarades à ext érioriser leurs préjugés r aciaux et à employer la manièr e forte pour faire sentir à cer tains de nos camar a,des d'Outre-Mer qu' ils ne les accep tent pas à leu r côté sur un plan d 'égalité, ils n e r eprésentent pas, et de loin, l'immense ma jorité des étudia nts de F ra n ce, qui da ns leur ensemble colla· bor ent et tra,vaillent avec leurs cama rades d'Outre-Mer , comme ils peu vent le faire a.vec leurs camarades f ra n çais et étran gers. Nous pouvons dire que pour beaucoup d'en tre n ous, c'est par la cohabitation que nOlis avons résolu le problème du racisme, et que da ns son ensemble, le milieu étudiant en connait pas le racisme ni l'antisémitisme. Le M.R.A.P., il y il quelque temps déjà. nous demandait de bien vouloir faire connaîtt'e ce que nous pensions au racisme. Depuis, des manifestations odieu1 es se sont, produites en cie no:mbreux endroits et nous saisissons ici l'occasion qui nous est offerte de dire, 110n seulement les raisons pt'incipales qui nous font réprouver le raci sme, mails a ussi la profonde indignation qui est la nôtre devant cette soudaine explosion de haine. Donc. c'est avec la trist,esse de savoir qu'il existe des esprits auxquels tout un effroyable palssé n'a décidément rien appris que nous effectuons cette prise de position rendue nécessaire par une consternante actual i t,é. Ce qui frappe, dans le racisme, avant même d'examiner ce qu'il est dans ses principes, c'est la haine qu'il développe dans le coeur de Ises partisans. Les mêmes souhaits de mort qu'i l y a 20 ans se retrouvent désormai s sur les murs; et l'on sait le monstru eux génocide qu'üccomplirent les racistes lorsqu'il,s eurent le pouvoir. Comment. dans ces conditions, un chréticn pounait-il ne pas sentir à quel point une semblable attitude est opposée à ce qui lui tient le plus à coeur, s'il est vrai que la charité, l'amour de t,ous les hom111 es, est la pre- Da1ls la bataille de ces de"niers j01trs contre les menées antisélllites et 'léo-1lazies, la. jel/Ilesse parisienne s'est montrée {JarticulièJrement combattive. Face 01/.1' ql/elql/es lIcrvis recl'/ltés par « !elme Nation» et eO,l1sorts, e'est l'al' III/niers ql/e les jeul1IJs qens el je l/l1es filles se sont Z,evés {Jol/r défendre l'idéal antiraciste. On les voit ci-dessl/s, l'al' exemple, tnanifestant le 10 janvier, de l'Hôtel de Ville à la Bastille après le délilé devant le Mémorial. Après les points df' Vl/f' des Eclaireurs Unionistes, de l'Union df'1,') Etudia/lts CO IIIIII UI1istes, et la Jeunesse Ol/zwière Chrétie,l1ne, {Jarus da,lls tlotre m'(lllt-de?:I1ier nllméro, 1I0l/S publiolls ici les réponses que tlOlM ont adressées les dÎI'IqCllts de trois alltres or,qallisalÎo lls de jeunesse. Les jeunes travailleurs de la C.G.T. mière de toutes les vertu s. Certains diront peut-être que le racisme n'entraîne pas néccssairement ces terr ifiants excès, qu'il s'agit là d'un cas isolé, et qu'en d'autres pointls du globe, des hommes sont soumis à une ségrégation faciale, sans que pour autant ils soient visés par des menaces de mort. C'est sans doute un moindre mal, Ma~s ce n'est certes pas là une situation dont puisse se ré jouir une conscience chrétienne. Encore une fois, un tel état de fait va directement à l'encontre du commandement évangélique fondamental : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». En répartissant les hommes selon deux catégories distinctes, la ségrégation raciale aboutit à une destruction radicale de toute charité. Car la charitè ne consiste pas là. se contenter d'aimer ceux qui nous sont proches par le sang, ,par la langue, par la race. Une telle attitude est même expressément désignée clans l'Evangi le comme caractérilstique des païens. Une pat'abole, celle du Bon Samaritain, est par ailleurs fort éclairante poUl' le chéttien qui. préoccupé par les questions raciales, cherche des réponses da:ns l'Evangile. Le docteur de la loi , à qui cette parabole est donnée en t'éponse à sa question : « Qui elst mon prochain? » est amené par elle à reconnaître son prochain, celui qu'il faudra aimer désormais, dans un Sama:ritain, c'est-à-dire un hOllTIme d'une race différente qu'on méprisait. En outre, si l'o.n se souvient de l'affirmation de Saint J ean : « Qui hait son frère est homicicie ». on voit, qu'un chrétien, non seulement ne ·saurait admettre ni la forme de racisme menant à des, assassinats collecti fs, ni la forme. apparemment moins violente, se tracluisant par une ségrégati on raciale, mais cncore ne fait guère cie différence entre les deux. Ainsi, les fmits du racisme sont la haine, la violence, l'assassinat. Faut-il ajoutcr que, dans son principe, le racisme ne nous apparaît pas moins haïssable, à nous chrétiens? Prétendant clrusser les honU11es d'après la considération de caractères génétiques fixés et voyant jusque dans les formes de culture des différents peuples des expressions de ces caractères génétiques, le racisme nie t'affirmation chrétienne de l'unité de la nature humaine et, par surcroît, apparaît, comme une doctrine matérialiste. Il n'est pas question de nier la diversité des cultures. Mais nous croyons que cette divetisité est destinée à mettre en lumière toutes les potentialités de l'âme humaine et qu'elle est appelée à se fon, ire clans une unité que nous avons le devoi r de contribuer à réaliser dès maintenant par le développement de l'amour entre les hommes .. Réfractaires à ce poison • • • LA jeunesse travailleuse 1960 est-elle raciste? A cette question, nous répondons non, sûrs de bien tradu ire l'attitude de la masse fondamentale de la jeunesse ouvri ère en dépit des pressions dont elle est l'objet. D'abord, il faut le dire, en dépit de ce(taim~ s campagnes de presse, la jeunesse dons son ensemble est saine, ses aspirations sont généreuses et nobles , Elle est portée naturellement vers la justice, Elle offre donc une rés istance importante à cette perversion intellectuelle qu'est la propagande rociste, la discrimination raciale sous tou' tes ses formes. Ceci est va lable pour toute la jeunesse. Et il faut, je crois, considérer qu' il existe chez les jeunes travailleurs le sentimen t, même s' il n'est pas toujours exprimé avec précision, d'une communanuté d'intérêts des travailleurs qui s'oppose aux préjugés ra ciaux, Le jeune ouv rier français se sent plus proche de son compagnon de travail algérien que du patron qui l'exploite odieusement, Le sens de classe chez les jeunes ouvriers, que la c.G,T, s'efforce de développer, aide à ce qu'ils saisissent le caractère de mystification que présente incontestablement le rocisme. Est-ce dire que la jeunesse est naturellement et dans n'importe quelles circonstances totalement et définitivement immunisée contre la propagande raciste? Tel n'est pas notre avis. La jeunesse, et en particulier la jeunesse de notre temps, est assaillie de multiples problèmes. Elle partage la dure condition ouvrière, encore oggravée par les discriminations qui frappent durement les jeunes, abattements d'âge, manque de moyens de formation professionnelle, crise du logement, etc ... La guerre d'Algérie, en elle-même et dans ses conséquences sociales, constitue un horrible gâchis dans la vie et les espoirs de la jeunesse. Elle est aussi de ces aventures qui tentent à pervertir le sens humain des jeunes. Plus, les jeunes durement exploités à un moment d'impétueux développements des techniques et des connaissances, devant le luxe insolent d'une petite minorité, ont l'impression de vivre dans « un monde à l'envers », ils se posent lég itimement un grand nombre de questions, La bourgeoisie française est bien incapable de leur apporter une réponse positive et de résoudre les problèmes des jeunes trqvailleurs. Comme ,toujours, en .pareil cas, elle tente et tentera davantage encor'3 d'utiliser la situation de la jeunesse, les questions qu'elle se pose, pour dévoyer un mécontentement et des aspirations légitimes vers de faux objectifs, Elle s'oriente ainsi vers la douleureuse mystification fasciste, Et il faut le dire, le racisme fait partie de cette énorme duperie socia le qu'est le fascisme. La mystification raciste en est le complément naturel et elle est tout entière résumée dans cette phrase du monstrueux Docteur GOEBBELS qui, s'adressant aux millions de châmeurs allemands, n'hésita it pas à écr ire « le socialisme ne peut être accompli que contre les juifs et c'est parce que nous voulons le socialisme que nous sommes antisémites », Pour nous, l'offensive de propagande et d'action racistes de cette période est étroitement associée à la restriction de la démocratie dans notre pays et à l'action des monopoles contre les conditions d'ex istence de la classe ouvrière française . Certes, l'histoire ne se répète pas, mais les mêmes mystifications, à peine rajeunies, sont toujours util isées, La fi 1 iation entre les s logans de « Jeune Nation » et ceux des nazis l'établ irait s'il était besoin. En raison même de sa situation économique, sociale et surtout de la continuation de la guerre d'Algérie, sous la pression des moyens considérables de propagande dont disposent les forces réactionnaires conjuguée avec l'action des services psychologiques de l'armée sur les jeunes soldats, action favorisée par la guerre d'Algérie et la durée du serv ice militaire, il ne faut pas nie r certaines possibilités d'une c::Jntamination éventuel le d'une fraction des jeunes par la propagande raciste. Mais est-ce là une conséquence inéluctable de la situation dans notre pays? La jeunesse ouvrière - et nous l'avons marqué dès le début - porte en e li e-même des forces de rési stance à la contamination raciste, Mais le problème se pose avan tout, nous semble-t-il, en termes de lutte entre les forces qui condamnent le racisme et celles qui ont intérêt à l'inculquer à la jeunesse, Si la propagande et la pratique raciste font partie d'un complexe social plus vaste comme nous le pensons, il n'en est pas moins nécessa ire d'organiser une vigoureuse protestation et une importante action antiraciste. La C.G,T, se trouvera toujours aux câtés des démocrates et hommes de progrès qui combattent la propagande raciste, la discrimination raciale sous toutes ses formes. Ce combat dont la C.G.T. n'a jama is été absente est d'une gronde actualité, notamment, par rapport à la jeunesse. La C.G.T. par ses fermes positions d'organisation de classe en agissant pour développer l'action unie des travailleurs et des d ifférentes organisations syndicales a conscience de faire barrage à l'odieux racisme à sa pénétration dans les couches populaires, chez qui, il s'est toujours développé, en Allemagne notamment, sur un arrière fond de misè re. Tous nos Congrès, toute notre action, ont été marqués de la préoccupatiçm de défendre les travailleurs imigrés. Les militants de la C.G.T. dans les entreprises sont au premier rang des défenseu rs de ces travailleurs durement exploités par le patronat, Ces travailleurs sont nombreux dans les rangs de notre Confédération, ce qui atteste de son efficacité dans la lutte contre les discriminations raciales sur le plan soc ial . Par ses positions, son ferme attachement à la solidarité internationale des travailleurs, la C.G.T. contribue grandement à éduquer la classe ouvrière et en premier lieu la jeunesse dans l'opinion de l'amitié entre tous les peuples. Les efforts plus nombreux qu'elle a déployés dans la dernière période en direction des jeunes travailleurs ont tous été marqués de cette orientation, Jean MAGNIADAS, Membre de la Commission Nationale des Jeunes de la C.G.T. 10 ~ .....

.1
,.•..• ..... ...: ....•. :... :....:. •.... .. . .:•...... .... :.i:~ ...:.:..... : .: .·.:. : .:·:.::·.:. ...·:. .. : :·.:. .: .·.:. : . ·: . ..: :·.. ... :·D~N DF.:·y·ii:· U~ lA ru ,a ~ fD Illil:Vru fi: !;~!~

.. IJ ~~ le ~ ~l lAI.ftCharleslI ~ v ....l .A...........I......... . 1.-....: .: ....: . :.. ..:. .:. :.:.:.: .::..: .::..:·.:• .~.. ·.t.! .. :.: ..~ :.\\}\.~\}:\:~:;;).}\\~}~\{\~~\\Charles 18 mai 2010 à 12:13 (UTC):~:.\\)~~\}).:~?\~:\Charles\~~:\\}\:~\}{X\\)~ .):', .::.::;:; .... ~:.:.::. ... ::.:~\: ....... ::::.~.:.:-:: .. : ... :-... ::;.:;::::?\?\\\:: ...... :-: .... :.:: ... :. .. -. .. ....... :-........:. :.. ..... :. .. -:.: ...« ....: ,-:;',: .. "_ J E ne sais si j'affaire Dreyfus a fait quelque part au monde autant de bruit qu'à Kasrilevké. On dit que même à Paris ça bouillonnait ferme, pi,s que dans un chaudron de sorcières. Les gazettes ne parlaient que de l'affaire et en gros caractères enco.e, les généraux se tuaie.nt, des bandes de jeunes gens couraient dans les rues comdes fous lançant leur casquette en l'air et faisant un boucan de tous les diables. Us uns criaient « Vive Dreyfus! », les autres hurlaient « Vive Esterhazy ! » Pendant ce temps-là, comme de juste, on salissait les Jui fs, on les traînait dans la boue, selon la coutume a:ncestralle, à qui mieux mieux ... Un vrai crève-coeur! Pourtant, notre Kasrilevké accumula une telle montagne de souffrances et de honte que, jusqu'à la venue du Messie, Paris ne pourra jamais rivaliser avec elle. D'où a-t-on appris à K,asrilevké la nouvelle concernant Dreyfus? Cela, mieux vaut ne pas le demander. Et comment en effet. a-t-o:n su Ique les Anglais avaient mené une guerre contre les Boers ? Et comment sait-on tout ce qui se passe en Chine ? Y a-t-il quelque parenté entre Kasrilevké et la Chine ? Serait- ce à cause du négoce que lels gens de Kasrilevké font avec le monde extfrieur? Le thé, ma foi, ils le reçoivent de Vysotski par Moscou, et quant au tissu qu'on appelle ,on ne sait trop pourquoi, « Tche-sou-tcha », on ne le porte pas à Kasrilevké, pour la bonne raison qu'il n'est pas à la portée de la bourse de ses habitan~s. Plaise à Dieu qu"on puisse se vêtir en été d'un mantelet de grosse toile, sinon il n'y a pas d'autre ressource que de se baljlder, sauf Vo,tre respect, en caleçon... et de suer tant et plus pour peu que l'été nous octroie de la chaleur en abondance. Cependant, la questio,n posée reste entière

comment Kasrilevké eut,-elle vent

de l'affaire Dreyfus ? Eh bien, par Zeidcl. Z EIDEL, fi ls de Chaïah, est le seul habitant de la ville qui soit abonné à « Hazfira » (r), et, toutes les nouvelles du monde. Kasrilevké les apprend par son entremise. Le bonhomme les lit et les traduit pour le bien de to,us Iels habita:nts. Et c'est à ceux-ci de faire les commentaires. Il dit ce qui est couché sur le journal, et, eux, ils en déduisent souvent le contraire, car, vo,yezvous, ils comprennent mieux que quiconque, eux. Un beau matin, Zeidel, fils de Chaïah, s'étant rendu à la maison de prière y raconta une histoire: à Paris. on a jug-é un capitaine j'uif, un certain Dreyfus, pour avo,ir livré à l'ennemi des documentis intéressant l'Eta t. Cette nouvelle leur est entrée par une oreille pour I"esso,rtir par l'autre. L'un des fidèles a dit en passant : - Tout· ce qu'un Juif est réduit à faire po,ur ne pas crever de mi sère! Un autre eut un 1110t vengeur: - C'est bien fait. Qu'un petit Juif ne fraie pas avec ceux de la haute et qu'il ne se frotte pas aux grands de ce monde. Plus tard, lorsque Zeidel \s'amena pour raconter une nouvelle version selon laQuelle toute l'histoire n'était qu'une calomnie, que le capitaine juif, le nommé Dreyfus, qu'on a déporté, est plus innocent quun agneau pascal, que tout cela é!tait une cabale montée par quelques généraux qui se sont querellés entre eux, à ce moment le village prit un peu d'intérêt pour l'affaire, et Dreyfus fut naturalisé pour ainsi dire Kasrilevkien ; à l'endroit même où se rencontraient deux habitants, il intervenait, comme un troisième. - Tu as entendu ? - Entendu. - Déporté pour toujours. - Déportation à vie. - Pour des prunes·, - Une calomnie. ET encore plus tard, lorsque Zeidel est arrivé déclarant qu'à ce qu'il paraît le jugement n'en est pas un el qu'on va réviser le procès et que de braves gem se sont jurés de prouver qu'il y a une erreur judiciaire à la base de toute cette affaire. Kalsrilevké fut ébranlée jusque dans ses fondements et pI"Ît une ' tout autre attitude. Premièremarchait sur leurs traces c'étaient « Emil Zol » et « Lambory » (2). Pour Emil Zol, chacun serait monté au bùcheT. Rien que le mot « Emil Zol ». Si par exemple, Emil Zol était venu à Kasrilevké, toute la ville serait allée à sa renco,nlre pour lui souhaiter la bienvenue, on l'aurait porté dans ses bras, cet homme. - Que dites-vous de ses lettres ? - Dels perles, des diamants, des brillants ! On tenait aussi Labory en haute estime. On se réjouissait, on se réconfortait, le mo,ral, on !savo,urait ses discours au point de se po,urlécher les babines, bien que personne, évidemment, ne l'ait i amails entendu de ses oreilles à Kasrilevké, mais, selon le bon sens, il était tout naturel qu'il possédât un parler d'or. Je doute que la famille de Dreyfus à Paris ait, attendu l'arrivée de Drevfus avec a utant d'impatience que les Juifs de Kasrilevké qui se mouraient littéralement de langueur de le voir revenir de la fameuse île. On peut même affirmer Une nouvelle de Scholem Aleichem ment, que cc Dreyfus est ex nostris et deuxièmement que de si vilaines cho,ses peuvent avoir lieu là-bas, à Paris. Fi donc, ce n'est pals beau de la part de la gent française ! On se mit à disputer et à parier : un tel disait Que le procès allait être révisé, un autre citait une sentence talmudique : ce qui est jug-é est j ugél, fini ! . Et 1'011 3e contentait de moins en moins d'attendre que Zeidel Ise grouille et qu'il s'amène clopin-clopant à la maison de prière pour raconter la suite de l'affaire Dreyfus: o,n se mit à quérir les nouvelles chez Zeidel à domicile, on n'avait plus la patience de l'attendre, on l'accompagnait à la poste quand il y allait chercher son journal, o,n le lui arrachait des mai'ns. On lisait la feuille sur place, on y mâchait et remâchait, on criait, se disputait, s'excitait et parlait touls à la, fois. Le directeur. de la poste leur fit plusieurs fois com,prendre, bien délicatement, il est vrai, que la poste n'est pas une synago·gue, révérence g-ardée. - Ce n'est pas une école juive ici, youpins galeux. Ce n'est pas une synagogue, sales combinards. Mais ce qu'il disait ne leur faisait ni chaud ni froid: il les injuriait. et eux li saient leur « Hazfira » et parla ient de Dreyfus. ET pas seulement de Dreyfus. Tout 1 e temps s'ajoutaient de nouveaux personnages: d'abo,rd Esterhazy, ensuite Picard, plus tard lels généraux Mercy, Pelli, Gonzi. A l'occasion, on fit, une découverte : que, dès qu'il s'agissait d'un général, son nom prenait un « i » à la fin. Cependa'nt, quelqu'un demanda: - Que fais-tu avec Boisdeferre ? - Tu parles. Aussi a-t-il été battu à plate couture. - Sic transit... Il y avait deux personnages à Kasrilevké que toute la ville chéri1ssait, et l'on qu'ils ont acco,mpagné Dreyfus en mer, o,n les isentait presque nager: d'un instant à l'autre, la tempête se déchaînera, la mer se creusera, béante, les '!.gues jailleront et assailliront le bateau qui, comme une coquille de noix, sera jeté de hil.Ut en bas, de bas en haut. .. - Seigneur, priaient-ils dans leur coeur. Amène-le au moins sain et sauf à l'endroil où doit avoir lieu le ,procès. Daigne ouvrir lels yeux des juges et rafraîchir leur entendement pour qU'lIs mettent la main sur le coupable et que le monde entier reconnaisse no,tre justice. Amen. LE jour où arriva ,la bonne nouvelle que Dreyfus était déjà là, il y eut fête à Kasrilevké; s'ils n'avaient pais eu honte, ils auraient fermé bout.ique. - .ça y est! - Que Dieu soit loué ! - J'aurais bien voulu voir sa pre1111ere rencontre avec son épouse ! - Et moi, j'aurails aimé voir ses enfants quand on leur a dit: papa est là ! Les femmes qui assistaient à ces co.\loques cachaient leur visage dans· 1001' fichu et; faisaient semblant de se moucher pour qu'on ne vît pas qu'e1les pleuraient. Si pauvre que so,it Ka1srilevké, chacun aurait ôté le dernier mo,rceau de pain de sa bouche pour faire un voyage là-bas et jeter un coup d'oeil, ne fùt-ce que de loin. Quand le procès commença, l'effervescence était li son co,mble, que Dieu nous en préserve. Ce n'était pas seulement le jo,urnal, mais Zeidel lui-même, que l'on réduisait; maintenant en charpie. On en perdait 1e boi.re et le manger, o,n ne dormait plus la. nuit. On aurait vo,ulu que ce so,it dem~in ou après-demain, et tous les jourls comme ça. Tout à coup, une panique s'empara du village, un vacarme, des cris, un tumulte. Malheur de malheur ! Ce fut au moment où l'on tira sur l'avocat Labo,ri. Les gens UNE CHANSON ANTIRACISTE EST de Kasrilevké ne tenaient plus en place. - Pourquoi? Pour quelle raison? Un tel banditi sme. P our rien. Pis que clans · Sodome. Ce coup de feu leur coupa le souHle. La balle les atteignit droit au coeur comme si l'on avait tiré 6ur Kasrilevké même. Dieu qui es au ciel. pri aient-ils dans leur for inté:ri eur, fais un miracle! T oi seul tu peux le faire, si t,u le veux, fais un miracle, un tout petit mimcle, que Lambori reste en vie! Et Dieu, béni soi t-il. accomplit le miracle: Lambori resta en vie. Q UAND vint le dernier jour du procès, les gens de Kasrileyké furent pris de fri~sons. comme pendant un grand accès· de mala ria. Ils auraient bien voulu s'endormir pour vingt-quatre heures et ne sc réveill.er qu'au moment où, Dieu soit loué Drevfus serait; tout à fa it libre. Mais, ' connne un fait exprès, personne ne ferma l'oeil de la nuit. Chacun se tournait et se retournait ~ans son lit, fa isant la guerre aux punaIses et guettant l'aube. Dès qu'il fit jour. Oll courut dar e-dare à -la poste. Celle-ci était fennée, et la porte-cochère verrouillée. La foule s'étant peu à peu assemhlée devant l'édifice, la rue regorgeait de monde. Le! Juifs allaient et venaient, baillaient, s 'étiraient, enroulaient leur papillote autour du doigt et chantaient, à voix basse des extraits de Alleluia. Quand Jeremka le concierge ouvrit la porte, les Juifs se ruèrent tous à la fois à l'intérieur. Jercmka piqua une gros e colère, et. voulant montrer que char bonn ier est maître chez soi, il se rua à son tour sur les T ui:f1s et les chassa dehors honteusement. et c'est là qu'ils durent attendre Zeidcl, qui arriva enfin. Et, quand Zeidel prit sa feuille et lut le verdict, sur Dreyfus. une clameur éclata, un cri fait de toutes ces vo ix monta jusqu'au ciel. Le cri n'était pas dirigé CO~ltre les juges qui avaient mal j ugé, ni coutre les généraux qui avaient prêté un faux :serment, ni contre la gent française qui s'était si mal conduite. oh no,n. le cri était contre ZeideI. 1 - Ça ne se peut pas ! cria Kasrileyké, d'une seule voix. Depuis que le monde est monde, un pa rci 1 jugement ne s'est jamais vu. Le ciel et la terre oot juré que la vérité finirait par surnager comme l'huile sur l'eau. Quelles hi sta iI- es nouls chantes-tu là ? - Imbéciles ! c!'iait piteusement Z eideI. (Et de to,utes ses forces il poussait la feuille sous leur nez). Regardez vousmêmes ce qui est couché sur la gazette. - Gazette, mazette! vociféraient les gens de Kasrilevké. Et si tu te mets ici, un pied sur le ciel et l'autre sur la terre, te croira-t-on ? Cette chose ne peut aVÇir lieu. Non et non. J amais de la vie. Impo,ssible ! La preuve ... Qui avait raison ? Traduit par B. CORIELL Extrait de « Domaine Yidicft ). . (r) Quotidien en hébreu qui paraissa it à Pétersbourg. . (2) Déformations des noms: Emile Zo,la et Labori. NÉE ••• Les spectateurs de notre 10' Gala se souviennent de l'émouvante chanson « La Barrière .» du jeune chansonnier Daniel Ringold, brillamment interprétée par Jeff Lawrence. Nous avons rencontré ces deux hommes si dliférents et liés d'amitié chez leur impresario M. Ribet « créateur » de grandes vedettes qui ont su imposer un répertoire de succès dus à la qualité, la finesse et l'humanité de leurs chansons. LA BARRIERE - ·Comment êtes-vous venu ~ 1;1. chanson, Daniel Ringold? - Je chante depuis mon enfance avec passion. A Bordeaux, étudiant aux maigres ressources, j'ai commencé à chanter dans un cabaret. J'ai déniché une mansarde ouverte sur le ciel. C'est là que j'ai écrit ma première chanson. J'exprime ce que je ressens, la poésie de la vie, la beauté de la fraternité humaine, l'horreur des crimes racistes de naguère. - Et l'admiration pour Mick Micheyl vous a poussé vers Paris ? - OUi, cette grande et généreuse artiste m'a. encouragé. Arrivé à Paris, depuis un mois, dans la rue Pigalle enneigée, j'ai fait pour Jeff Lawrence « La Barrière», car il est l'homme né pour chanter la fraternité. - Qu'en pensez-vous, Jeff Lawrence? - J'aime cette chanson, c'est pour moi la chanson de l'amour, de la complète libération de tous les préjugés. Je suis né d'une mère à la fois indienne et nègre d'origine et d'un père anglais. Pour moi, il n'y a qu'une race, la race humaine. - Vos projets? - pacra en ce mois de janvier et plus tard, Bobino ... l Des rues recouvertes de neige Ecrasées d'hiver et de froid. En Flandre, en Suisse ou en Norvège Ne se ressemblent-elles pas? Un arbre vert qui se balance Doucement bercé par le vent, En Chine, en Espagne ou en France N'est-ce pas aussi émouvant? Alors pourquoi y a-t-il une barrière Entre nos bras qui se tend'nt vainement? Pourquoi faut-il qu'il y ait des frontières Entre les coeurs quand ils s'aiment vraiment? II L'enfant dans les bras de sa mère Qui le serre contre sa peau En Afrique ou en Angleterre. N'est-ce pas le plus doux tableau? Des gosses qui chantent une ronde Dans ton pays ou dans le mien Autour de nous recréent le monde Pour nous indiquer le chemin. Car notre amour forcera la barrière Qu'ont inventée les préjugés humains! Qu'importe si ta terr' n'est pas ma terre Puisque ta main a su trouver ma main ! CODA Et nous rirons de nos peines anciennes Des larmes amères que nos yeux ont versée. Ta bouche, enfin, s'unira à la mienne Quand la barrière sera renversée ! Daniel Rn.-GOLD.

Notes

<references />