Droit et Liberté n°136 - juillet 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Union sans précédent le 27 Juin, à la 6émé journée nationale: 1500 délégués et d'éminentes personnalités ont fait entendre avec force la voix de la France antiraciste page1
    • Le président Lyon-Caen: "nous avons le devoir impérieux de nous unir!"
    • Messages de: François Mauriac, Jacques Duclos, Léo Hamon, Henri Baruk, Jean Cotereau, Edmond Michelet, P. Metais, Dr J.A. Huet page1
    • Au peuple de France (appel des délégués et participants) page1
    • Une lettre inédite de Romain Rolland page1
    • Les Assises Nationales de la France antiraciste page2-3
      • Interventions de Charles Palant, Alioune Diop, Claude Roy, Dr Dalsace, Pierre Morhange, Me Ledermann, Henry Bulawko, M.Ouziri, M. Rahandraha, Maurice Lacroix, Claude Fréderic Levy, Florimond Bonte, Dr Weill-Hallé, Mme Yves Farge, Mme Denise de Courdemanche, le gal Petit, le gal Tubert, M. Le Gallo, M. Ould Aoudia, M. Pressouyre,Mme Edmond Cassin, M. Jacques Maitre, M. Adolphe Espiard, le pasteur Lenebach, l'abbé Marcel Grangier, M. Philippot
      • Messages de Lucie Aubrac, Jean Aubertin, André Bloch, René Cassin, Mme Chombart de Lauwe, Pr H Gougerot, Abbé le Masne, Pierre Paraf, Robert Sabatier, M. J.Ph Bapst, pasteur H. Bruston, Cercle Bernard Lazare, Mmme Irène de Lipkowski, Marcel Prenant, Cl Raybois, Henry Torres, Me Théodore Valensi, M. Maurice Vaussard.
    • De nombreux messages de l'étranger ont salué la 6éme journée Nationale page4
    • Les étudiants ne tolérerons pas le racisme qui s'infiltre au Quartier Latin page4
    • Les antiracistes célébreront le 14 Juillet fête de la Liberté et de la Fraternité page4
    • Plus jamais de 16 Juillet (rafle vél d'hiv) page4
    • W.Patterson frappé par le Mac-Carthysme page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• sans précédent le 27 jUin, à la OÙ 1500 délégués et d/ éminentes personna, lités de tous les milieux politiques et sociaux ont tait entendre a ee toree N° 136 (240) JUILLET 1954 30 FRANCS LA VOII DE LA FRANCE ANTIRACISTE Le Président Léon LYON-CAEN: " Nous avons le devoir l• mperleux , de nous · unir" ! I L appartenait à M . Léon LYON-CAEN, Premier Président h onorai r I! de la C,)U;' de Cassation, président. du J\J.R. A.P. d'ouvrir la 6" J ournée Nationale. En une al1')cllti'lll d'une h:n:te t enu e, riche en documentati ,'n, i! exposa Te·; buis de cc grano rassemblem0nt. - « Par un sV 1c'1ronisme singulièrement inquiétan t, sou liguat- il, pendant que se développe la campagne en faveu~ de la Le président Léon Lyon·Caen prononçant l'allocution d'ouverture. O'n reconnaît en outre, au premier plan, de gauche à droite: MM. Salzeào (Bayonne), Poznanski (Union des Sociétés Juives), Charles Palant (Secrétaire G&néral du M.R. A.P.), Elie Bioncourt (Union Progressiste) « Communauté Européenne de Défense» nous assistons parallèlement en France et en Allemagne occidentale au réveil, au renflouement de l'antisémitisme nazi. » « En même temps, dit-il encor e, s'aggravent d'autres formes du, racisme : de paisibles étudiants d'outre-mer, des travailleurs nord-africains, venus chèrcher avec peine un gagnepain dans la Métropole, sont fréquemment victimes d'actes de ségrégation raciale, de traitements discriminatoires Inadmi'ssibles, de la part de certains particuliers, quand ce n'est pas de la part de la police et de l'administration. » Et il souligne que « l'antiracisme est une longue tradition française qui remonte à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, et à laquelle notre Constitution du 27 octobre 1946 a donné une valeur constitutionnelle. }) « Aujourd'flUl, conclut-il, que renaissent les excitations à la haine entre les citoyens et aux discriminations entre les races, devant les périls qui menacent les droits de la personne humaine et les libertés démocratiques si chèrement acquises, le devoir Impérieux de tous les républicains dignes de ce nom, à quelq;, lb milieu social, philosophique, religieux ou culturel qu'ils appu ·tiennent, est de s'unir pour les sauvegarder. » Cher Aronson, chers amis Juifs, Je suis comme vous gorgé 'horreur et de dou,leur. Plus un ! C'est le poète André Spire, tion nation~le. Elle a bien vou-i salué par de vifs applaudisse- lu le faire en me chargeant, en ments, qui a présenté à la 6' qualité de vieux compagnon de Tr.. ........ An 1\T ..... : ""'-.... .",.1 1 I c. .... _ .. : .... A D __ ...... -"t":_ _-nl ' _ _ -I .--. .. .. ,._ EXIGEANT:: • la cessation de toutes les discriminations raciales • 1, arre" t des campagnes de haine antisémite • le rejet des accords de Bonn et de Paris • qUI aggravent le danger du racisme et de l'antisémitisme L ES « Journées Nationales :), qui se suivent depuis 1949, ne se ressemblent pas. Le cadre d'abord : cette année, la Salle des Sociétés Sa- _'@!!tes(a.l1~ne at,tre _v~t ,: bre à . PaTIs) débordaIt jusque dans le hall, qu'il fallut sonoriser, et, ['après-midi, jusque dans la rue. D'où cette atmosphère de joyeux, de fraternel bouillonnement, cette im ression d'une de MM. François Mauriac et Jacques Duclos, Mendès-France et André Monteil,. Félix Gouin et Léo Hamon, I~s interventions de MM. le général Pe'it et Jean .... nt r"' ~u Florimond Bonte _et .. _" .1.;\:: tialL (clllvigut Ué l'unan[me opposition du peuple français à toutes les formes de racisme. De même, dans la salle, se trouvaient des hommes et des Deux Images de la 6- Joumée Nationale, le dimatnche 27 juin. En haut, une vue de la salle des Sociétés Savantes, pleine à craquer. En bas, une partie de la foule qui. débordant la soUe et le hall, ne put entrer: l'opres-mldi. Fran~ois MAURIAC :: de l'Académie Fran'çaise, Prix Nobel "Le raC·ls me, C' els .l a guerre " • !:: tiens à ce que vous sa~ chiez que je serai de coeur avec vous. Depuis que Je suis entré dans la bataille politique, je me suis toujours battu sur un front ou sur un autre contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. Vous avez raison de croire qu'II ne faut pas séparer la lutte pour la ,paix et la lutte contre le racisme, car le racisme, c'est la guerre. L'histoire la plus récente est là pour nous le montrer. Jacques DUC!.OS:: Président du Groupe Parlementaire Communiste IIFi~èles à l' esprit ~e la Résistance" Vous connaissez notre attachement fondamental et traditionnel à, la cause que vous défendez. Nous tenons à rappeler que nous restons inébranlablement fidèles à l'esprit qui animait tous ceux qui sont morts dans la lutte contre l'occupant fasciste, dont le racisme et l'antisémitisme ont fait tant de mal à notre peuple. Et c'est précisément parce que nous n'avons pas oublié les malheurs de la Patrie que nous luttons de toutes nos forces contre la renaissance du militarisme allemand, encouragé par les partisans de la nouvelle collaboration. Dans la lutte que vous menez contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, vous pouvez être assurés de notre appui total. Léo HAMON:: Sénateur de la Seine "Défendre l'unilé fra nçaise" C'est un fait que l'atmosphère de guerre et de tension contribue à favorise~ le racisme sous ses formes diverses .•• Tout cela est contraire aux droits de l'homme et à l'unité véritable de la France, qui, pour demeurer elle-même, c'est-àdire une grande nation, doit continuer à Inclure moralement et sans restriction tous ses enfants de quelque couleur qu'ils soient. Lutter pour la détente internationale, c'est ainsi lutter contre le racisme. Lutter contre le racisme, c'est lutter ,pour la plus g·rande France. Le professeur Henri BARUK Médecin-chef de -la Matson~Nationale de Santé «Une lutte nécessaire» III U \lrU;, (J 1 111I.~ff --;~ .I1rilnr-'rl~r11rJrTCharles 25 mars 2010 à 11:03 (UTC)JT;a~r~ls~~e~o~rdrt:a~.-J;'u~s~upe25 mars 2010 à 11:03 (UTC)Charles-nCharles'-~--~-'nMe~pu~~enCharlesr.~a.apMr~es~-m~~I.---rr-25 mars 2010 à 11:03 (UTC)25 mars 2010 à 11:03 (UTC)Charles---r,nr.r.25 mars 2010 à 11:03 (UTC)~PftCharles----~ dans le hall, qu'i! fallut sono ri- l'~~an{me opposition du peuple ser, et, l'après-midi, jusque dans français à toutes les formes de Cher Aronson, chers amis juifs, Je suis comme vous gorgé d'horreur et de douleur. Plus un seul jour, plus une heure, sans que montent à nous, de tous les points de la terre, les cris de détresse de l'humanité out'ragée et égorgée : Allemagne, Espagne, Chine .•• Il faut tenir pourtant et crier au monde la malédiction contre les bourreaux. Grande, Allemagne que J'ai aimée, - que J'aime encore, - je sais que tes fils les meilleurs, les milliers de braves gens, terrorisés, sont écrasés de honte par les forfaits de ces déments et de ces criminels de droit commun, qui se sont emparés de ton gouvernement. Je le sais, car j'en al reçu maintes fols la confidence épeurées. Je ne doute pas que même les plus fiers et les plus probes de ton aristocratie milit~ire ne soient humiliés et révoltés de l'Indignité des actes d'Etat, auxquels Il leur faut assister en silence, de ce lâche déchaînement d'une populace ameutée par ordre contre des milliers d'hommes paisibles et laborieux, de femmes et d'enfants sans défense, de cet Ignobl~ acheminement de toutes les forces de l'Etat contre une race terrassée, dont tant de citoyens ont, dans la grande guerre, versé leur sang pour l'Allemagne, dont tant de génies ont fait la gloire de l'Allemagne. Aucun ennemi de l'Allemagne n'aurait pu lui faire l'outrage et le dommage incalculable que lui Infligent ces misérables maniaques du racisme, qui la déshonorent aux yeux de l'univers. La Révocation de l'Edit de Nantes a appauvri la France monarchique, pour des siècles. La proscl'iption du peuple juif d'Allemagne saigne celle-ci du meilleur sang de son Intelligence; et par la lâcheté, par la cruauté, par la bassesse des outrages, elle la marquera au front d'une infamie, qu'II faudra des siècles pour laver. Mais vous, amis juifs, que je vols prostrés, ne vous abandonnez pas au désespoir et au doute, qui est pire que le désespoir! Ne doutez point de la grandeur de votre race et de la Justice, que ses Livres Saints et ses prophètes ont, dans la nuit barbare des temps passés, manifestée et Incarnée, ~ comme ses grands fils des temps présents continuent d'être des précu'rseurs et des apôtres de la JUstice sociale. Votre place dans l'histoire du progrès humain est Immense. Vous la payez, d'une infortune sans égale. Cette infortune vous sera gloire. Su'pportez- la, comme vos ancêtres de la captivité de Babylone, avec courage et foi dans l'avenir! Votre peuple a vu, au cours des âges, passer et crouler les Empires. " verra crou: er aussi celui de ses persécuteurs d'aujourd'hui. 5 décembre 1938. C'est le poète André Spire, salu,é par de vifs applaudissements, qui a présenté à la 6' Journée Nationale la lettre inédite de Romain Rolland que nous publions ci-contre. Il déclara

tion nationale. Elle a bien voulu le faire en me chargeant, en qualité de vieux compagnon de Romain· Rolland de vous lire un passage inédit du Journal de Romain Rolland, de février 1938 à février 1939. la rue. D'où cette atmosphère de racisme. joyeux, de fraternel bouillonne- De même, dans la salle, se ment, cette impression d'une trouvaient des hommes et des « Lorsque le M.R.A.P. a organisé la 6" Journ ée Nationale contre le racisme, l'antisémi- 1 tisme et pour la Pa:x, le Président Léon LYON-CAEN a écrit à Mme Romain Rolland pour lui demander de s'associer à cette grande manifesta- « Ce passage est la copie d'une lettre que Romain Rolland avait écrite au sculpteU!r juif Nahum ARONSON qui habi.tait alors Paris, le 5 décembre 1938, et dont il avait envoyé 'copie à Alfred O. Mandel de New-York. » foule particulièrement chaleu- femmes de toutes origines, vereuse, dont les applaudissements, nus de tous les horizons : cales ovations vibrai ent comme un tholiques et protestants, juifs et tonnerre. musulmans, croyants et athées, appartenant aux milieux politi- Sans précédent aussi, était ques et sociaux les plus divers. l'union réalisée, tant parmi les De nombreux travailleurs nord- 1500 d élégu-~s que dans l'éven- africains et des étudiants d'outai! des personnalités qui tr~mer participèrent d'un bout s'étaient associées, par leur pré- à l'autre aux travaux de la Joursenee ou leu rs messages à cette née Nationale. Des associations grande manifestation. Les lettres culturelles, des group ements re- Au peuple NOUS, délégués et participants à la 6' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, réunis à Paris le 27 juin 1954, Salle des Sociétés Savantes, appartenant à tous les milieux sociaux, religieux, culturels et politiques français, Proclamons solennellement l'attachement du peuple français aux principes d'égalité entre les races, de fraternité entre les hommes et d'amitié entre les peuples. DIX ans après la Libération ,pour laquelle ce sont sacrifiés des hommes de toutes origines, nous ne pouvons admettre que réapparaissent les théories barbares au nom desquelles les nazis ont exterminé des millions d'innocents. Nous ne pouvons admettre que les bourreaux d'hier puissent, en Allemagne, se réorganiser librement en ligues 'et en formations militaires, embryons d'une nouvelle Wehrmacht appelée à renaître au sein de 1'« armée européenne ». Nous ne pouvons admettre que, sur notr~ sol, les anciens collaborateurs, qui ont Sur la conscience la mort de dizaines de milliers de Français, qui ont appliqué les mesures racistes et antisémites de Vichy, puissent se regrouper et éditer impunément plus de 20 journaux d'excitation à la haine éntre les citoyens, aux discriminations entre les races. Rappelant que le premier devoir des Pouvoirs Publics est de veiller au respect de la Constitution et des lois, nous ne pouvons admettre que, dans certaines sphères de l'administration et de la police, l'on tolère ou l'on encourage les brimades racistes à l'égard des travailleurs et des étudiants d'Outre-Mer. La Constitution qui stipule expressément

« Le peuple français proclame à

nouveau que tout être humain, sans distinction d~ race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés », doit être respectée. IL est de notre devoir de souligner les dangers que font courir à notre pays le racisme et l'antisémitisme, insulte au passé de la France, menace pour son avenir. L'histoire a montré maintes fois que de de France tels fléaux accompagnent inévitablement la tyrannie et la guerre. La liberté est indivisible; l'arbitraire frappant une catégorie de la population s'étend très vite à l'ensemble desi citoyens. La haine est contagieuse : en dressant les uns contre les autres des hommes d'origines différentes, on prépare les esprits aux massacres et à la guerre, à toutes les formes du génocide. F RANÇAIS, FRANÇAISES! A l'heure où la France entière se dresse, en un élan unanime contre la renaissance du militarisme allemand, imbu du racisme qu'il incarnait naguère, à l'heure où l'action des peuples pour la paix commence à porter ses premiers fruits, il est plus que jamais nécessaire et possible de juguler l'antisémitisme et le racismè. Nous qui ne voulons pas revoir les cortèges de femmes et d'enfants livrés aux brutes nazies et conduits aux fours crématoires, Nous qui ne voulons plus voir (les hommes persécutés, pillés, exterminés en raison de la couleur de' leur peau ou de leur origine, Nous qui ne voulons pas voir un conflit atomique se déchaîner sur le monde, Unissons-nous et agissons tous ensemble pour imposer silence aux propagandes de haintô! raciste et antisémite, qui ont déjà fait tant de mal à notre pays. Unissons-nous et agissons tous ensemble pour empêcher la ratification de la C.E.D. qui consacrerait le réarmement de l'Allemagne et aggraverait considérablement le danger du racisme et de l'antisémitisme. Unissons-nous et agissons tou~ ensemble pour faire triompher la justice, la fraternité et la Paix. AINSI, notre peuple rastera fidèle à ses nobles traditions d'humanisme, aux principes des droits de l'Homme affirmés avec tant d'éclat tout au long de l'histoire de France, de Montesquieu à l'Abbé Grégoire, de Schoelcher à Zola. Vive la fraternité entre les hommes! Vive l'amitié" entre les peuples! Vive la Paix! Paris, le 27 juin 1954. ligieux, des soci étés mutualistes, des syndicats, des organisat ions de jeunes, de femmes, d'anciens déportés, d'anciens combattants s'étaient faits représenter par dizaines, soit par des délégués, soit (comme les Sc'outs de France ou la L.I.C.A.) par des observateurs. Ce qui confère sa valeur à cette unanimité, c'est que chaque participant apportait, et faisait valoir ses raisons propres de se joindre à la bataille commune, l'un parlant au nom de sa foi, l'autre au nom d'une doctrine matérialiste, un autre encore en souvenir du passé ou se référant à l'avenir. Ce fut une passion~ nante confrontation, d'où se dégageait, de plus en plus puissante, une même volonté de faire échec aux discriminations raciales, aux propagandes de haine, au réarmemenlt des bourreaux nazis. Il y 'eut, tout au long de ces heures ardentes et graves, des moments particulièrement bouleversants. Par exemple, lorsque M. Bekerman, père du jeune héros Henri Bekerman, dont la plaque commémorative vient d'être arrachée par des vandales, appela à continuer le combat pour lequel son fils a donné sa vie. Int:erprète de toute l'assistance, notre secrétaire général Charles Palant, lui exprima la chaleureuse affection des antiracistes. Oui, le combat continue. Le combat de la Résistance, mais aussi celui que des hommes généreux ont mené, des siècles durant en France, de Montaigne à l'abbé Grégoire, de Schoelcher à Zola, pour le respect de la dignité humaine, pour le triomphe de la fraternité entre les peuples. La 6" Journée Nationale, si ,imposante, si féconde, confirme avec éclat que ce combat, le peuple français tout entier l'a fait sien, et qu'il sera inévitablement victorieux. Albert LEVY. Les personnalités Voici la liste des personnalités qui se sont, par leur présence, par des lettres ou par des messages, associées à la 6" Journée Nationale. M. François MAURIAC, de l'Académie Française, Prix Nobel; M. Georges DUHAMEL, de l'Académie Française M. Jacques HADAMARD membre de l'Institut;

    • * M. Pierre MENDES-FRANCE, Président du Conseil

M. André MONTEIL, Secrétaire d'Etat à la Marine

MM. Justin GODART, PAUL-BON COUR, PIERRE- BLOCH, anciens Ministres; MM. J.-Ph. BAPST, Florimond BONTE, Léon BOUTBIEN, Aimé CESAIRE, Pierre COT, Edouard DALADIER, André DENIS, Jacques DUCLOS, Félix GOUIN, le général JOINVILLE, Mme de LIPKOWSKI, M. Louis VALLON, députés à l'Assemblée Nationale

MM. Jacques DEBU-BRIDEL, Léo HAMON, Edmond MICHELET, le général PETIT, Henry TORRES, sénateurs ; ' MM. LA GRA VIERE, l'amiral MOULLEC, Emile VIVIER, Conseillers de l'Union Française;

    • * MM. René CASSIN et Georges HUIS MAN, membres

du Conseil d'Etat; M. GRUNEBAUM-BALLIN, président de Section honoraire au Conseil d'Etat; M. DIDIER, président de la Chambre des Mises en Accusation; M. le Procureur Général MORNET ;

Les écrivains Claude AVELINE, Julien BENDA, Henri BAS SIS, Marc BEIGBEDER, Alioune DIOP, Henri HERTZ, René JOUGLET, Renaud de JOUVENEL; KAGANOVSKI, Michel LEIRIS, Albert MEMMI, Pierre PARAF, Claude ROY, Robert SABATIER, M. SCHULSTEIN, André SPIRE, Gabriel TIMMORY, Tristan TZARA, Maurice V AUSSARD, VERCORS; (Suite en page 2) «Une lutte nécessaire» Bien entendu, je suis de coeur avec vous et je crois à la nécessité de la lutte contre toutes les excitations à la haine et toutes les formes de discrimination raciale. Jean COTEREAU Membre dU! Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme « l'humanisme, vocation française» Nous nous réclamons d'un humanisme laïque et, par conséquent, le plus haut que nous nous assignons est la reconstitution - ou plutôt la constit-ution - dans des formes solides de la grande famille '1umaine. Il est nécessaire que de temps en temps une volx s'élève. comma aujourd'hui, pour affirmer que la véritable France reste fidèle à ses origines, à la Décla>/' ation des Droits de l'Homme, à cet esprit humaniste qui est cslui de notre pays. Edmond MICHELET Sénateur de la Seine « Empêchons la revanche des nazis» Je vous redis mes sentiments de solidarité avec l'action que vous menez pour éviter qu'à la faveur du vote de la 101 dite de « communauté européenne de défense », les éléments les plus perniCieux de l'ancienne armée allemande trouvent leur revanche. P. METAIS Professeur au Musée de l'Homme « la science condamne tout racisme » L'inspiration qui anime le M. R.A.P. est noble et humaine. L'antisémitisme, comme tout racisme, ,est moralement hideux et scientifiquement sans fondement. Le Dr J. A. HUET Maire d'Asnières « En complet accord avec vous» Je m'associe de grand coeur à votre Journée Nationale contre le racisme èt l'antisémitisme, et vous pouvez me compter parmi les vôtres. z DROIT ET LIBERTE NA IONAL[S Le rapport de Charles PALAIT Secrétaire Général du M.R.AP. Avec les étudiants d'outre~mer MfSSAG(S «C'est au nom de la France, que nous combattons LE PROFESSEUR G. FOURNIER: /IlL y VA DU PRESTIGE DE LA FRANCE" M. Ouziri Président de l'Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains "Amitié et fraternité entre juifs et arabes" Mme Lucie AUBRAC Agrégée de l'Unvers:té Légion d'Honneur, Croix de Guerre Rosette de la Résistance • le racisme et l'antisémitisme» Développant le rapport qu'il présente au nom du M.R.A.P., notre secrétaire général évoque d'abord, la longue liste des méfaits hitlériens, durant l'occupation et déclare : ({ ... Au seuil de cette 6" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, gardons une pensée émue et reconnaissante à tous les héros, à tous les martyrs, à toutes les victimes de la barbarie hlltérienne, et plaçons résolument nos travaux sous le signe de la fidélité sacrée à leur pieux souvenir ... » Dans' la perspective d'une re, constitution de la \Verhmacht, contenue dans les accords de Bonn et de Paris, nous ne pouvons oublier les leçons du passé encore récent. ({ Que serait-II advenu du genre humain si les nazis avartrnt possédé la bombe A ou la bombe H ? », s'écrie Charles Palant. Aujourd'hui l'opinion mondiale, inst'ruite des effroyables c'onséquences qu'amènerait une nouvelle guerre, peut s'organiser et monter une garde vigilante autour de la paix en exig, eant notamment l'interdiction des armes de destruction massive car, affirme notre secrétaire général: ({ Il n'y a pas de peuple inférieur voué à l'extermination atomique, il n'y a pas de peuple supérieur au nom duquel un tel forfait pourrait être perpétré.» ",*", La lutte contre le racisme, l'antisémitisme est ir:séparable de la défense de la paix. Charles Palant faib une analyse des manifestations ré- Les personnalités (Suite de la page 1) M. Jules ISAAC, historien; MM. Henri BARUK, H. GOUGEROT, Mme Jeanne LEVY, M. WEILL-HALLE, professeurs à la Faculté de Médecine de ;Paris; MM. Maurice CURIE, Georges FOURNIER, Ernest KAHANE, Marcel PRENANT, Evry SCHATZMAN, professeurs à la Faculté des Sciences de Paris; MM. Hubert DESCHAMPS et P. METAIS, professeurs au Musée de l'Homme; M. Pierre BIQUARD, professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie; M. Bernard LAVERGNE, professeur à la Faculté de Droit de ;Paris ; MM. Vladimir JANKELEVITCH, Jean-Jacques MAYOUX, Jean WAHL, professeurs à la Faculté des Lettres de Paris ; MM. BETTELHEIM, Marcel COHEN, Albert DAUZAT, 1. MEYERSON, professeurs à l'Ecole des Hautes- Etudes ; M. Lazare LEVY, professeur au Conservatoire de Musique; Mme Lucie AUBRAC, MM.G.-A. ASTRE, Marc-André BLOCH, Mlle Jacqueline MARCHAND, professeurs agrégés ;

      • MM. Jacques MARION, Secrétaire de la Confédération

Générale du Travail; Daniel BONGARS, Secrétaire de l'Union des Syndicats de la Région Parisienne; M. SICARD DE PLAUZOLES, Président d'Honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; Mme Yves FARGE, de la présidence du Mouvement 'centes du racisme et de l'anti- Rappelant les propositions M. Georges Fournier, Maitre sémitisme en France qui vont faites à diverses reprIses aux de Travaux à la Faculté des s'aggravanL à mesur.e que s'est dirigeants de la L.I.C.A. pour Sciences, note que les récentes affirmé le désir de certains mi- conjuguer les efforts des deux tentatives de su",citer le racisme lieux politiques de souscrire à organisations dan" la lutte con- au Quartier Latin et dans le 5' la renaissance du néo-nazisme t re le réarmement allemand, arrondissement ont échoué. en All~magne. Charles Palant lance un nouvei Dans les Facultés, notamment, « On n'en finlra,lt pas de citer appel à tous les ant'iracistes: les étudiants de toutes races les Cousteau, Augier, Benoist- « ••• La solution des problè- s'entendent parfaitement. Méchin, Clémentl, Rebatet, hier mes qui nous plongent dans la « Nous devrions, dit-il, taire encore condamnés à mort, au- même angoisse, la victoire qui plus encore pour les étudiants de Jourd'hui libérés, qui ont repris couronnera notre commune es- couleur, parce qu'ils apportent leurs activités au grand jour, pérance, c'est l'unité dans la à la France et à l'Université un excitateurs Impénitents à la lutte menée au grand Jour, c'est enrichissement indubitable ». haine raciste et antisémite, hier l'union avec toutes les forces Et il cite le cas de cette jeune comme aujou'rd'hul nazis et «eu- généreuses de notre grand peu- fille vietnamienne qui a été reropéens ». pie ... » çue prem'è '1 d « La C.E.D., si elle était ratl- 1 re, l y a eux ans, fiée, serait le fourrier en Fran- Après avoir tracé les grandes au certificat de Physique et de ce d'un nouveau fascisme, com- lignes de l'action du M.R.A.P. Chimie. me le furent en 1940 les baïon- dans les prochains mois, le se- Déplorant que l'insuffisance nettes nazies. » crétaire général du M.R.A.P., des crédits alloués à l'enseignei ·t t 1 T ment ne permette pas d'accueil- '" * '" tnVl e ous es ml Itants à SO'1- lir autant d'étudiants qu'il se- Un des aspects les plus gra- enir toutes les initiatives tenves de la reorudescence du ra- dant à imposer le rejet définitif' rait nécessaire, « nous voucisme réside dans les mesures d es accord s d e Bonn et de Pa- drions, conclut-il, que la France discriminatoires et la répression rI.S . Et 1'! conc 1u t : continue à être la grande na- tion libre et généreuse, où l'égaparfois féroce qui s'abattent sur « Jamais nous n'oublierons les lité des hommes n'est pas un C'est au nom des Etudiants Musulmans Nord-Africains en France, et du Comité de Liaison des Etudiants coloniaux, que M. Ouziri salue la Journée Nationale. Indiquant que les étudiants 'rencontrent quotidiennement le racisme et l'antisémitisme, il souligne que ces doctrines sont liées au colonialisme « qui prétend fonder la domination de certains peuples sur la supériorité de certains autres ». Et il poursuit: « Le colonÎal:sme a voulu, pour mieux subjuguer les peuples nord-africains, essayer de diviser les divers éléments autochtones, dont les musulmans et les juifs. Je dois dire et j'en suis heureux tant pour les uns que pour les autres, que la sagesse des musulmans a fait échouer toutes ces tentatives de divis;on et n'ous avons de multiples exemples de fraternité et d' entr' aide pendant l'occupation. « Nous avons vu également nos frères juifs déportés dans le Sud Tunisen parce qu'ils demandaient que la Tunisie et, d'une manière générale, l'Afrique du Nord, retrouve la liberté. « C'est la preuve que l'élément juif d'Afr;que du Nord fait partie intégrante des différents peuples de cette région, et que nulle force au monde ne pourra faire cesser les manifestations d'indépendance, ne pourra empêcher les musulmans et les juifs de vivre dans la fratern; té et l'amitié. » M Rahandraha Prés;dent de l'Association • • , des Etudiants Malgaches "NOUS NE POUVONS DÉSESPÉRER" ... Les travailleurs nord-africains crimes commis par les assass',ns ' t t en France. fascistes. vt am mo, e vers laquelle se M . R a h an. d ra h a sa 1u 'e 1a Jour-Ip el crlue e ment marqué- -p-a-r -l.a ournent les jeunes de toutes ra- 'N t' 1 d ' . Charles Palant rapp elle que « Jamais nous n'accepterons ces et de tous pays. » nee a IOna e au nom es etu- repression, avec ses 90.000 depuis des' années le M.R.A.P. d'être dans le même camp que diants malgaches, fils de ce peu- morts. Citant des faits permaa mené campagne pou r les bourreaux nazis ! nents de discrimination à Madamettre fin à l'arbitraire qui ({ Par delà les travaux de cet- UNE LETTRE DES E'TUDIANTS GUADELOUPE'ENS gascar, il affirme cependant s'abat sans cesse sur ces tra- te 6' Journée Nationale contre avec force : vailleurs et saluant la mémoire le ,racisme, l'antisémitisme ret L'Association Générale des pris attaché à notre condition... Nd" des six algériens et du métal- Et d' t G d « ous ne esesperons pas en pour la paix, c'est au nom de la u ,an s ua eloupéens adres- Nous sommes au moment où, la France tant que de hommes lurgiste parisien Maurice Lu- France que nous poursuivrons se un salut reconnaissant au mûrs, nous réclamons le respect l' t t· s l' rot tombés, place de la Nation, grand Mouvement qui s'est se even pour con !nuer OEuvre le 14 juillet 1953, le secrétaire notre lutte. donné pour tâche la lutte en d? notre passé et de notre ave- de JAURES et de ZOLA, de é é nIr. Le temps ne peut plus être VOLTAIRE et de HUGO. Nous g n raI du M.R.A.P. ajoute : ({ C'est au nom de la France, France contre le racisme et pour des priorités et des infériorités ' « Ces hommes sont morts vlc- notre patrie que nous voulons la paix... inscrites dans la face des hom- ne pouvons ddesehsPérer ldorstque Urnes du racisme. A ceux qui Indépendante, libre et généreu- Fils d'anciens esclaves et nous voyons es ommes e ou- 'pouvaient douter du caractère se, que rious combattons le ra- hommes de peau noire, ,'1 nous mes. tes opinions ici présents, se don- Vienne la paix, p,our que nous ner la maz'n pour construz' e en raciste et antlrépublfcaln de la cisme et l'antisémitisme et que Importe de de'noncer solennelle- fassions la preuve de la dignité semble la 'ustic la fratre rnite-' fusillade du 14 juillet dl3rnier nous luttons pour la paix. » me, nt devant vous le double mé- e' gaie de to'us les peuples. et la de'mocJr atz'e e, ses auteurs répondent eux-mê-r------------------------------------------_________________________________ . _________________________________ ~ __ ~ ___________ ~~=:~~::~~.~~:~ ____________ __ mes : Ils prennent prétexte des incidents dont Ils sont responsables pour interdire, le 1" mal suivant, le traditionnel cortège ouvrier, remettant ainsi en cause un droit politique essentiel Inscrit dans la Constitution française. » ",*", Le rapporteur souligne ensuite que: ({ L'unité d'action de tous les antiracistes est la préoccupation constante de notre Mouve:' ment depuis sa naissance. » L'ABSURDITÉ A/ioune Diop Directeur, de « Présence Africaine :. « Des préjugés détruire» , a « Vil Africain n'~!st jamais embarrassé pour parler contre le racisme », commence M. Alioune Diop, directeur de « Présence Africaine "'. qui se livre à une critique se~ree des préj ugés existant dans certains milieux européens. DU RACISME Un groupe dè du Musée de chercheurs l'Homme Si les Français surent dans la Résistance lier la conq uête de la Paix à celle des libertés, au droit à la vie pour chacun, s'Ils l'Inscrivirent, à la Libération, dans le préambule de la Constitution, c'est parce qU'ils savaient que ces principes ne pouvaient exister l'un sans l'autre. •.. Continuant les traditions glorieuses de son histolr~ et de la RéSistance, la France n'accepte qu'une croisade: celle qui gagne la Paix, la Liberté et l'égalité pour tous les hommes. M. Jean AUBURTIN Membre et ancien vice-président du Conseil Municipal de Paris La renaissance du racisme d'où qu'il vienne, marquerait une regr-esslon spirituelle, sociale, humaine, économique, qui aggraverait le sort des hbmmes : Il faut donc que s'unissent dans le bon combat tous les hommes de bonne volonté de quelque famille spirituelle qu'ils se réclament. C'est dans cet esprit qu'il Im' porte de poursuivre, à mon avis la croisade que vous menez. Dr André BLOCH Président de l'Amicale des Médecins Israélites de France Je suis désolé de ne pouvoir me trouver présent parmi nos amis, étant absent de Paris. Je vous prie de m'en excuser et de croire que je serai, par la pensée, de tout coeur avec vous. M. René CASSIN Vice-président du Conseil d'Etat Votre 6< Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, a pris pour thème la lutte contre les excitations à la haine entre les citoyens et aux discriminations ent're les races. J'ai lutté toute ma vie pour ces Idéaux et je les soutiendrai toujours. Mais pour le succès même de cette grande cause, il faut que le combat soit dégagé des visées politiques particulières à certains Etats et d'autl'f part, soit dirigé contre les inégalités religieuses ou raciales dans quelques pays qu'elles se produisent. En particulier, celui qui Cdnsiste à dire contre tout bon L'ETUDE des races et des civilisations humaines faisant l'objet Mme CHOMBART sneennst qduees ti«nlé'E uàr oépdeu qeuset ~u nle :c; oanuti-- d e no t re a~}l"V I,'t é prof eS'Sl Onne Il e, nous sommes mi. eux p la-cé s DE LAUWE (MarloJ"o) trf!s hommes, à développer le:> que quicon<Jue P?ur mesurer toute l'absurdité et l'infAmie du Médaille de la Résistance ~r.i1cili:mt.j(l.l1s • .ef ,~Jle..Ji..eILucec M6!~r.q.F.... (,'.E>l>t pll.!lrql~j nov1-4.i~ .. !r~tlml.allomQnt lQS h;)m~. Croix de gu{[re 11 vOir en retour. » T ). tliêri sur, ;resüis dètôüt coeû" de la Paix; ~ . • 1 A et les femmes de toutes origines rassemblés en cette Journée Na- avec vous. J'ai trop vu dans les ,_ ___ ~ __. II'!!!!!. utre manoeuvre dangereuse: t· 1 1 .JI d t è . camps nazis, à quelles horreurs _1l. ..[ ..~. ._ ". ..._ . __. ._ ..~ _,_ ___ __I _ .._ _J. ..._ c::;e::..I:~le"_'1!u!!i...!t.:e::.n!~d:'-..,!à;~~o~s~e;r!._-t"ol.!.u!:.s;!.-lL.e.. .s ~I~_Iona e_e_t _ e_s_as_E_U_r_O"Ils __e_ n_o_t_r_e_en i_re_ s_o_li_d_a_rit_é_dans l_e_U_r_!u_t_te_ ,, __. ... _: __• _ .. dela Ligue des Droits de 'l'Homme;- Mme Yves FARGE, de la présidence du Mouvement de la Paix; Mme Edmond CASSIN, du Conseil Mondial de la Paix; M. Jean COTEREAU, délégué de la Libre Pensée Française; M. BAUZIN, Président d'Honneur de la Fédération Radical-Socialiste de la Seine; M. Jean LESCURE, Setrétaire de la Société E'uropéenne de Culture ; M. Maurice LACROIX, Président de la Jeune République; Me Etienne NOUVEAU, Vice-Président de l'Union Française des Anciens Combattants; Mme Denise DECOURDEMANCHE, Secrétaire Générale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; M. Maurice PRESSOUYRE, Secrétaire Général du Parti Socialiste Unitaire; MM. Elie BLONCOURT et Adolphe ESPIARD, de l'Union Progressiste; M. H. BULA WKO, président du Hashomer Hatzaïr; M. A. POZNANSKI, président de l'Union des Sociétés Juives de France;

    • * Mme la générale DUPONT-DELESTRAINT;

M. le général LE CORGUILLE ; M. le général TUBERT, ancien maire d'Alge.r ; Mme CHOMBART DE LAUWE, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre ;

    • * MM. les Pasteurs BRUSTON, LENEBACH, VIENNEY,

WESTPHAL ; M. le Révérend Père BERGER; MM. les abbés GRAN GIER et LE MAS NE ; M. SALZEDO, Président de l'Association Cultuelle Israélite de Bayonne ; M. Georges MONTARON, rédacteur en chef de « Témoignage Chrétien » ; M. Jean-Marie DOMENACH, rédacteur en chef d'« Esprit» ; 1

    • * MM. AUBURTIN, conseiller municipal de Paris;

GILLOT, maire de St-Denis; HUET, maire d'Asnières

LE GALLO, maire de Boulogne-Billancourt;

L'HUILLIER, sénateur, maire de Gennevilliers; Georges MARRANE, sénateur, maire d'Ivry; RAYBOIS, maire de Noisy-le-Sec; ROULAUD, maire de Drancy; Alban SATRAGNE, conseiller municipal de Paris;

    • * MM. les docteurs André BLOCH, président de

l'Amicale des Médecins Israélites de France, BARSONY, Michel-André BLUM, Pierre BROUDEUR, N. BRUMBERG, Jean DALSACE, DANOWSKI, président de l'Union des Anciens Combattants et Engagés Volontaires Juifs, B. GINSBOURG, Francis LAZARE, chef de clinique, P. LEVY, NILETZKY;

    • * Me. Armand BITOUN, Michel BRUGUIER, CRAISSAC,

DYMENSTAJN, DUPERRAY, GROSDESORMEAUX, Marc JACQUIER, Sikhé KAMARA, David LAMBERT, Charles LEDERMAN, Raoul LERAY, Claude-Frédéric LEVY, Gaston MAURICE, André MAYER, SAROTTE, avocats à la Cour; Me Félix ROCHER, avoué près la Cour d'Appel de Paris;

    • * Les artistes Joséphine BAKER, Gérard PHILIPE,

Madeleine SOLOGNE, Noëlle NORMAN, O'BRADY; M. Léonide MOGUY, metteur en scène ; M. Alexandre KAMENKA, producteur de films; Les peintres Jean AMBLARD, Marcel GROMAIRE, Jean LURÇAT, Marc SAINT-SAENS; Les sculpteurs Georges SALENDRE et CONSTANTINOWSKI. D 'AUSCHWITZ! Le D' Da/sace: (( Deux voyages ••• }) Le Dr Jean Dalsace, qui préside la seconde séance de la Journée Nationale, évoque en une brève allocution deux voyages qu'il fit, l'un en 1944 à Francfort, l'autre il y a trois semaines à. Amsterdam. A Francfort, il a vu, au milieu des ruines, le bloc intact de l'!. G. Farben, dont les dirigeants, condamnés à. Nuremberg, om, depuis, été remis en place. A Amsterdam, il a V"I un monument rappelant la grève des ouvriers de cette ville p:mr protester cantre la déportflt;on des juifS en 1942. Soulignant que « l'antisémitisme et l'anticommunisme se rejoignent », il conclut : « C'est l'unité avec la classe ouvriére, comme à Amsterdam, qui montrera la force nationale et internationale de la France contre ceux qui menacent la fraternité humaine, la paix et l'indépendance de notre pays ». Pierre, Morhange: «Halte à l'infection!» « Notre peuple a confiance en ses forces profondes, souligne le poète Pierre Morhange. Sa santé est solide, il ne demande, avec les autres peuples, qu'à créer dans la paix un bel avenir .. « Mais voici que dans sa gorge, d'ignobles microbes sont revenus, où il pullulent; il semblerait qu'une simple déficience de l'organisme sain de la France leur permettrait de redevenir virulents et de provoquer Me Lederman: une infection au danger mortel.» Ces microbes, ce sont, entre autres, ceux du racisme et de l'antisémitisme, répandus par une presse infâme. Pierre Morhange appelle à. ne pas sous-estimer ce danger. « Puisque les fascistes veulent nous diviser, déclare-t-il, notre devoir est de ne pas tomber dans leur piège et de nous associer plus que jamais aux forces profondes de la démocratie. » Président de l'Union des Juifs pour la Résistance etl'Entraide {( Des millions d'hommes unis •.• )} hl" Charles Lederman apporte le salut fraternel de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide dont les militants après avoir aidé à la naissance du M.R. A.P., sont Hers du large mouvement qu'il est devenu. Dénonçant dans l'antisémitisme un fauteur de guerre de tDUjours, l'orateur dénonce le!> fo~mes hypocrites qu'il revêt aujourd'hui la calomnie, l'utilisation de juifs lâches ou malhonnêtes comme complices - tél le juge KAUFMAN à jamais maudit, qui condamna à mort Ethel et Jul:us ! « Contre les antisémites, contre les racistes, contre tous les boute-feux, vous êtes parmi d'autres millions d'hommes présents pour lutter. Nous vous renouvelons chers camarades, s'écrit Me Lederman, l'assurance de notre soutien, nous sommes certains que l'action que vous menez dans l'union, chaque jour plus puissante, aidera à reconquér: r la fraternité et la paix. l> vlilr en refour. » Autre manoeuvre dangereuse: celle qui tend à poser tous les problèmes en termes de races, en vue d'accuser de « racisme » les Africains et les autres peuples coloniaux lorsqu'ils m ~ :l e nt pour leur émancipation un lé;( time combat. Enfin, M. Alioune Diop c!(>(lD'lce les actes arbitraires commis constamment en Afrique Noire et les tentatives faites récemment pour y remplacer tous les travailleurs autochtones par des blancs. Et il se félicite de l'action antiraciste menée en France et en Europe par les hommes de bonne volonté. et les femmes d~ toutès origines rassemblés en cette Journée Jo.tionale et les assurctts de notre entière solidarité dans leur lutte pour la paix, aujourd'hui menacée par le projet de Communauté Européenne de Défen~e et le r efus de fai re droit aux légitimes aspirations des peuples d'outre-mer. Tout ce qui peut contribuer à instaurer une entente véritable entre les peuples comme entre les races, sur le plan de la complète égalité, trouvera donc constamment notre appui. Jacqueline DELANGE, MiChel LEIRIS, Robert LIENSOL, attachés au département d'Afrique Noire du Musée de l'Homme; Simone DREYFUS-ROCHE, Gilbert ROUGET attachés au département d'ethnologie musicale du Musée de l'Homme. Claude Roy: ABJECTES SOTTISES 1

. n'est pas de plus absurde

et de plus funeste mystification que la soi-disant théorie de la race, que le mépris de l'homme blanc pour les hommes de couleur, la haine de l'antisémite envers les Juifs, le dédain du « nordique » pour les « latins », attitudes que rien ne fonde, mais qui engendrent toutes les iniquités et tous les crimes. J'ai cité dans « Clés pour la Chine » le missionnaire anglosaxon qui affirmait gravement que {( les Chinois n'ont pas de nerfs », et le médecin colonial français qui prétendait, nr>n moins gravement, que « la puiSsance sensorielle des différents organes de la race jaune est inférieure à. celle de la race blanche ». On est tenté de rire de ces calembredaines, comme de toutes les affirmations pseudo-scientifiques qui prétendent faire dépendre les qualités de l'esprit et les vertus du coeur des pigments de l'épiderme, de la structure du sq uelette ou des profils du visage. \ ' '~-;; Mais ces burlesques sottises servent à justifier les formes les plus abjectes de l'exploitation de l'homme par l'homme, de l'humiliation de l'homme par MARSEILLE l'homme, de la négation de l'homme par l'homme. Puisque le Chinois n'a-pas 'de nerfs, puisque ses sens sont moins subtils que ceux du maître blanc, on peut frapper l'homme jaune, le maintenir dans la misère et l'ignorance, le faire travailler !quatorze heures par jour dans les pires conditions, on peut, s'il se révolte, impunément le napalmiser. Et si les coups et la famine engendrent l'abrutissement, si la misère et l'esclavage éteignent les ressources intérieures, on en concluera à la vérité de la théorie raciste. L'homme, traité en inférieur, considéré comme un animal, risquera en effet de s'inférioriser, de s'animaliser. Michel Liberman, de Marseille, expose quelques-uns des problèmes qui se posent dans cette ville, où vivent 35.000 Nord-Africains, et où les compagnies de navigation pratiquent fréquemment le racisme à. l'égard des travailleurs d'outre-mer. Il rappelle la violente campagne antisémite déclenchée à. Marseille en novembre 1951 et la magnifique riposte de la population. DepuiS, les fomentateurs de pogromes n'ont pas tenté de renouveler leurs appels sanguinaires. L'orateur évoque enfin la belle Journée départementale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme qui a eu lieu le 20 juin à Marseille et à. laquelle ont participé de's personnalités et des délégués représentant les courants d'opinion les plus divers. TOULOUSE Un groupe d'antiracistes de T-oulouse a adressé un message chaleureux d'adhésion à la Journée Nationale, soulignant que {( combattre le racisme et l'antisémitisme, c'est faire oeu- L'histoire aujourd'hui dément vre nationale et oeuvre de sous nos yeux ces sanglants sopaix ». phismes. Dans toute l'Asie, du Viet-Nam à. la Chine, l'homme Ce message est signé notam- jaune est debout, comme dans ment par MM. les professeurs le monde entier se dressent et se GUILHEM, ·chef de clinique; libèrent les soi-disant races que Henry Bu/awko Président du Hachomer Hatzaïr DUENING, vice-président du les faux-savants et les vrais op- Congrès Français de Chirurgie; presseurs prétendaient, pour la «Le plus grave danger la : C.E.D.» M. Henri Bulawko, président de l'organisation sioniste Hach omer Atzaïr rappelle l'appui apporté par cette organisation au M.R.A.P. dès sa fondation. Et il évoque « deux sommets de la bataille menée en commun» : l'affaire Mac Gee et l'affaire Rosenberg. Il dénonce les campagnes de diversion qui tendent à diviser le mouvement antiraciste et souligne les dangers qui, de nouveau, menacent : « La fumée des crématoires d'Auschwitz n'a pas eu le temps de se dissiper que, déjà, l'antisémitisme a relevé la tête :l> ••• « La C.E.D., dit-il encore, est, à l'heure actuelle, la plus grave menace qui pèse sur la paix. Il nous appartient donc de la combattre de toutes nos forces, avec décision, clairvoyance et avec courage... Soyons vigilants et surtout, soyons unis, car notre unité est le gage suprême de notre victoire. :. le Dr O. NILETZKY, chef de la- commodité de leurs desseins, boratoire du centre anti-tuber- inférieures. cul eux de Toulouse; le Dr BARSONY ; H. DUPONT, direc- ~ Leur libération est aussi la teur de clinique; VERDIER et nôtre, dans la mesure où nous DUCEL, instituteurs, conseillers étions encore prisonniers des municipaux de Toulouse; AYA- mensonges et des mythes. CHE, professeur agrégé; GA- Je salue votre Assemblée et DROY, secrétaire de l'Union Dè- ses travaux. Elle doit hâter partementale des Syndicats; l'abolition de tous les esclava- MABRY, avocat à la Cour; SI- ges, celui des opprimés encore TREC, prof,esseur technique; livrés à. leurs bourreaux, celui BUREAU, président de «Fran- des oppresseurs encore prisonce- Espagne » ; EVALDIE, ingé- niers de leur haine et de leurs nieur civil des Mines, etc... mensonges. tsJen sur, Je SUIS -CIe tout coeur l avec vous. J'ai trop vu dans les camps nazis, à quelles horreurs pouvaient pousser le racisme. Je m'oppose à toutes les fo .... mes sous lesquelles il essaie de renaître. M. le professeur H. GOUGEROT de la Faculté de Médecine de Paris ... Mes meilleurs voeux pour votre réunion du 27 juin 1954. M. l'abbé LE MASNE (Lyon) Je suis dans le sud-oranals : pas question de participer à votre Journé~ du 27 juin. Je serai de coeur avec vous dans cet effort pour construire un monde plus fraternel. M. Pierre P ARAF Ecrivain En ce Quartier Latin, où vous vous réunissez, et d'où tant de grands messages sont partis pour le monde, permettez-mol de saluer dans le M.R.A.P. un de ces terrains de rencontre où les hommes de bonne volonté ,resserrent les liens de la grande famille humaine et préparent les rendez-vous de la fraternité. M. Robert SABATIER Ecrivain Hélas, il y a encore de par le monde, bien des hommes qui souffrent de la bassesse, de la veulerie, de la cruauté de certains. L'ignorance, la lâcheté intellectuelle aident aussi à tout cela, et chaque jour Il faut démolir les édifices de préjugés qui se font jour dans les plus banales conversations et qui, cheminant, peuvent devenir le pire mal. JI me semble que, chaque fois que se serrent une main noire et une main blanche, la civilisation vient d'avancer d'un pas. TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteauduu, Pari. ge Tél. : TRU 00·87 FRANCE et UNION FRANçAIsr Un an : 300 francs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franci \.BONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 f .. ancs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: 6070·98 Parh Pour les changements d adresse envoyer 20 francs et la dernière hande. Le gtant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N., 14, rne de Paradis, -:- P~IS (X') -:- 1 DROIT ET LIBERTE Of LA fRANCf AN ft tous les parlementaires Maurice Lacroix: Président de la ( Jeune République> «Une double tradition» Monsieur le Député, Les délégués et participants à la 6e Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, réunis à Paris, le 27 juin 1954, Salle des Sociétés Savantes, appartenant à tous les milieux sociaux, religieux, culturels et politiques français, constatent à l'issue de leurs travaux, que l'antisémitisme et le racisme se développent en France parallèlement à la renaissance du nazisme et . du militarism en Allemagne. Simultanément, en France et en Allemagne, collabor ateurs et criminels de guerre reprennent de plus en plus ouver tement leurs activités néfastes, s'appuyant sur la politique dite <~ d'intégration européenne » qui leur donnerait les moyens d'accomplir leurs desseins. Entre autres périls que feraient courir à la F rance et à la Paix la r atification des accords de Bonn et de Paris, celle-ci entraînerait fatalement une aggravation du racisme et de l'antisémit isme, aux développements incalculables. En conséquence, nous vous adjurons, Monsieur le Député, de vous prononcer pour le rejet définit if des accords de Bonn et de Paris, afin que soient sauvegardés l'avenir de la France et le rayonnement de son humanisme généreux. Nous vous prions de croire, Monsieur 13 Député, à notre parfaite considération. '-. LES DELEGUES ET P ARTICIP ANTS A LA 6" JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX. Me Claude-Frédéric Lévy : «Combattre la C. E. D. c'est combattre le racisme et l'antisémitisme» M' Claude-Frédéric Lévy, dans un exposé fourmillant de faits précis, montre pourquoi la C.E. D., « qui constitue pour la Fran- , ee un danger mortel est aussi un danger du point de vue de l ' idéal de solidarité humaine que nous sommes venus affirmer ici. » « Dans son idée même, constate- t-il, elle consacre un schisme entre une traction de l'Europe considérée comme destinée à défendre la civilisation, et une autre, stigmatis6e comme représentant la barbarie. » y incarnent de la manière la plus redoutable les tradi t ions nazies et l es haines dont h ier nos frères et nos parents ont été les v ictimes. » « Non seulement on leur permet de reconstituer une armée, mais on leur donne la possi bilité d'exercer en France même, dans nos foyers, dans nos entreprises et dans les services publies un contrôle analogue à celui de la Gestapo. » (art. 115 du traité de Paris.) Et M' C.-F. Lévy souligne que lutter contre la C.E.D. c'est lutter contre le racisme et pour la La lettre ci-contre a d'ores et déjà été envoyée aux députés à l'Assemblée Nationale. EII~ sera, de plus, portée directement à l'attention des présidents des g.r~upe~ parlementair'es par une delegatlOn du Bureau National du M.R.A.P. Le 10 juillet à l'Hôtel de Ville de Paris, et le Il juillet pour le r.este de la. F,rance, des délégatIOns organi sees par les sections du M.R.A.P., dans le cadre de la f,o.ur,!ée d'action civique pour l lndependance et la paix, ont communiqué cette même lett re aux élus municipaux afin qu'i!s la transmettent aux parlementaires. Dans toulte la France, d'autres délégations se préparent, qui, d~ns les prochains jours, in'terVIendront auprès des députés, leur demandant, au nom de tous les antiracistes, de se prononcer pour le rejet défi nitif des accords de Bonn et de Paris. M. Maurice Lacroix, président - ' té nationale : « En 1(( sauvant, de la « Jeune République:p, nous saunrons à la fois la. montre tout d'abord que tous les France et le grand messag,' aspects du racisme sont liés: qu'elle a apporté au monde. :p « Avec les 13raélites, traditionnellement el séculairement persécutés, ce sont les populations d'Afrique du Nord, du VietNam, de Madagascar, et toutes celles qui souffrent de l'oppression, qui crient justice. » Aux doctrines et aux pratiques racistes, il oppose « le vrai visage de la France ». « Le visage de la France, c'est celui d'un pays qui a réussi la synthèse de la grande tradition chrétenne et de la Déclaration des Droits de l' Homme m( tune et l'autre sont essentiellement fo ndées sur le respect de la personne humaine. » Et il appelle à l'action de tous les Français sans dminchons pour empêcher le rac isme et l'antisémitisme de b rlst' , l'un;- Une lettre de M. M6n~ès-franGe ({ Le Président MendèsFrance VOUs remercie de votre invitation pour assister à la Manif estation qui aura lieu le 27 juin. ({ Mal heureusement, pris par des engagements ant érieurs, il ne pourra pas s'y rendre et vous en expr ime tous ses reg rets. » LU DANS LA PRESSE paix. Elle constitue également un danger « parce qu'elle tire son origine des théories diffusées La presse a largement fait écho à la Journée Nationale soùs l'oc(:upation h itlérienne. »r------------------------------------------------------- ]ùa C.E.D. « donne la premiè___~ --;rf6'6 place non seulement à l'Alle- magne tédéra~(', mais ci ceux qui 1 Cessation des' dise ri mi na ilo'ns "raciales Mme Denise , .. , • • ••• • r • • • OE2EL5 3 RACISTf H FlorlUlond Bonte Député de la Seine "Tous ensemble, prenons la paix sous notre proteciion" M. Florimond Bonte, saluant la Journée Nationale au no,n du Comité Central du Parti Communiste Français, déclare [,0- tamment : « Le Parti Communist!! Français, qui a inscrit en let/res d'or, sur son long et douloureux marprendre la pafx sous notre protection, et la conduire à l'abri des coups mortels, jusqu'à la plus décisive des victoires. Il y a de la bonne b,esogne patriotique et pacijique à accomplir pour tous les hommes de bonne volonté. :P .tyrologe, à côté des noms glo-r-------------rieux de Gabriel Péri et de Danielle Casanova, les noms prestigieux de Georges Politzer [;f de Jacques Solomon, peut se présenter partout avet. fIerté, profondément con,ciellt d'al'oir toujours contribué avec dévouement n la défense arharnée de la noble cause à laquelle vous avez consacré votre 6" Journée Nationale. » « Nous ne fai;o-;;s, dit -il'~ re, flOUS n'avons jamais fait, flOUS ne ferons jamais aucune différence entre les exploités, entre les amis, les défenseurs de la démocratie et de la paix, quelle que soit leur race. Ils sont frères et solidaires. Mais nous ne fai sons non plus aucune différence parmi les exploiteurs, les fauteurs de réaction, les fomentateurs de guerre. » Analysant les succès remportés depuis un an dans l'action pour la paix et notamment contre la C.E.D., l'orateur souligne la nécessité de rester vigilants et de poursuivre la lutte : « Tous ensemble, quelles que soient nos opinions politiques nos croyances religieuses, nos conditions sociales, nous devons Mme Yves Farge de la Présidence du Mouvement de la Paix " Nous défendons la paix et la dignité humaine" ' '.'J E vous renouvelle l'ass~ rance de mon dévouement à la cause de votre Mouvement, qui dès sa fondation compta Yves FARGE parmi ses plus ardents défenseurs. Le Dr Weilt-Hallé Professeur à la Faculté de Médecine "p as aux d'armes nazis" ! Le Dr Weill-Hailé, professeulr à la Faculté de Médecine, examine divers aspects du racisme dans le monde. Il dénonce en particul ier certaines prat iques en cours aux Etats-Unis, <et singul ièrement l'antisémitisme constaté dans l'admission aux écoles médicales et aux Universités de l'Etat· de New-York. « Il y a là conflit permanent, déclare-t-i!, dans ce pays qui se flatte d'une Constitution méri~ toire, entre la « démocratie verbaie » et la démocratie réelle. » En ce qui concerne l'Afrique du Nord, il stigmatise la « liberté de faire suer le burnous », quv aboutit pour des millions d'hommes à la famine et à l'analphabétisme. Abordant le problème de la C.E.D. : « Respectons, déclaretoi!, le pacte franco-soviétiqll'e, au même titre que nous respectons l'alliance contractée avec nos amis anglais et américains. Mais attendons avant de rendre aux Allemands mal dirigés les armes dont ils seratent encore trop tentés de faire le plus triste usage. » Le pasteur Lenebach 1/ Sa ns fraternité/ il n/ est pas de religion 1/ Comment pourrait-on en effet « Je vous apporte en bloc mon lutter pour la paix et l'indépen- adhésion totale, déclare notamdance nationale sans se dresser ment le pasteur Lenebach. Chaen même temps contre le racis- que fois que vous vous soulèveme et l'antisémitisme, ces flé- rez contre l'injustice et la disaux qui toujou,rs ont préludé aux crimination raciale, je serai à atrocités du fascisme et à la vos côtés. Antiraciste, je crois guerre ? l'être profondément, du plus pro- Etre à vos côtés dans la lutte fond de moi-même » ... que vous menez, c'est à la fois « Mes amis, mes frères chré- ' déf~ndre la paix et la dignité hu- tens, s'écrie-t-il, si nous ne penmame, et surtout rester fid èle sons pas qu'un même sang couaux milliers de victimes inno- Je dans les veines de l'humanité, centes des hideux camps nazis 1 notre religion est nulle et ne que no Urs n'avons pas oubliés. peut être que sans effets. » ~----~------------ - - - - .. MfSSAGtS M. J.·Ph. BAPST Député du Bas-Rhin Fervent partisan de la tolérance de par mes conceptions philosophiques personnelles, j'e suis opposé à tout excès, à , toute violence contre quiconque désire la paix et l'entente aussi bien au sein de la nation qu'entre les peuples. Aussi, je porte à votre mouvement toute la sympathie qui lui revient de par le but qu'il poursuit. M. le pasteur H. BRUSTON (Lyon) Je ne puis que m'associel' à vot're appel, dont j'approuve le texte. Je forme des voeux pour le succès de votre Journée, en vue d'un sursaut de l'opinion publique de notre pays. Le Cercle Bernard Lazare Le cercle Bernard Lazare félicite le M.R.A.P. pour sa belle intiative, de cette réunion nationale de tous les organismes qu~ luttent contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix ... Mme Irène de LIPKOWSKI Député de la Seine Maire-adjoint d'Orly Je vous adresse un message de vibrante sympathie au nom de l'Association Nationale des Familles de Résistants et Otages Morts pour la France, dont les martyrs déportés ont communié dans la souffrance avec les victimes de l'antisémitisme. Avec vous, leurs, membres s'associent à la lutte contre toute action atteignant l'homme dans sa dignité. LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE Toute action ou, initiative destinée à renforcer la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, sera soutenue par notre organisation et nos militants. Nous ne pouvQns donc que souhaiter chaleureusement. un plein succès à vos travaux. M. Marcel PRENANT Professeur à la Faculté des Sciences Croyez à mon accord complet avec vos buts et votre vigoureuse action. Cl. RAYBOIS Conseiller Général de la Seine Maire-adjoint de Noisy-le-Sec Vous connaissez déjà, je crois, mon accord sur chacun des grands thèmes que votre association défend . 1 .... I .. tta ,.." n t"A ,.~~ ~n::lr.hro.,-,;... 1- .......... .., .-...... ~~_._- - - -- - ~ magne fédérale, mais ct ceux qui lessa Ion iles 15erlmlna Ions racla es le dans les veines de l'humanité, notre religion est nulle et ne Mme Denise peut être que gans effets. » DECOURDEMANCHE "Pour que la paix a l'é5ard des travailleurs nord· afritainsl re.g ne ". .. Mme Denise Decourdemanche a fait la déclaration suivante : « Au nom de l'Association Nationale des familles de Fusillés et Massacrés de la Résist ance Française, je salue votre Journée Nationale. « Je vous apporte tous nos voeux de succès pour vos entreprises. Comme vous, nous lUttons pour que la paix règne dans le monde entier. » Le général Petit: 1/ Pour l'honneur de la Fra nce ... 1/ « Je suis, déclare le général Petit, président de la Fédération des Officiers de Réserve Républicains, je suis, comme la grande majorité des Français, absolument hostile aU' rac:sme et à l'antisémitisme et partisan convaincu de la paix. Je le suis parce que simple Français, né dans une famille catholique et resté catholique. » De son expérience de chef militaire, de ses voyages en Afrique du Nord, en Syrie, en Amérique Latine, en Angleterre, en U.R.S.S., en Iran, en Egypte, en Chine, il a tiré la confirmation « qu'à travers le monde, les hommes sont tous frères ». Le général Petit examine différents aspects dangereux de la C.E.D. qui commence par couper l'Allemagne en deux, tout en prétendant réaliser une «Europe unie ». « Je vous demande en vér:té, déci a re-t-il, s'il y a une famille française qui acceptera que ses enfants soient emmenés en guerre par des offciers étrangers, en majorité allemands, qui disposeront de leur vie ou de leur mort ? Je dis : non, ce n'est pas possible. » « La France, conclut-il, doit r,evenir à sa tradition populaire: liberté des hommes ; égalité entre les peuples; fraternité entre les races. Notre pays s'honorera d'être à l'avant-garde. » M. Pressouyre Le M. T. L. D. : Il Notre entière 50•.- d ar.- te' " •.. M. Attoui, porte-parole de la dé.lé.gation du M.T.L.D. qui a SUIVI les travauiX de la Journée Nationale, a fait la décla ration suivante, saluée par de chaleureux applaudissements : « Au nom du Mouvement pour le Triompl'e des Libertés Démocratiques en Algérie, je viens assurer tous nos camarades français qui luttent pour la l:bération des peuples opprimés, de notre indéfectible attachement et de notr.e entière solidarité. « Mon intervention ne sera pas très longue. Elle a seulement pour but d'affirmer à tous nos camarades que le Mouvement que je représente se trouve et se trouvera toujours aux côtés de ceux qui se sont posés pour objectif la libérat;on des peuples, l'égalité entre toos les hommes, la paix dans les coeurs et les esprits de tous. » La municipalité de Gennevilliers: /1 Des traitements inadmissibles" La municipalité de GENNEVILLIERS est heureuse de saluer la 6" Journ ée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. En s'associant pleinement à cette grande manifestaion de paix et de respect des droits humains, elle es! sûre d'interpréter le sentiment de toute la population de Gennevilliers dont le liers est composé de Nord-Africains, victimes de traitements inadmissibles de la part dU' gouvernement français. Pour le Bureau Municipal: Waldeck L'HUILLIER, sénateur, maire. (Part: Socialiste Unitaire) ({ La République est indivisible )} « Ceux qui ont le cynisme de r eprendre les t h éories raciales. en Afrique du Sud ou ai llelLrs, sont les pires ennemis du ]'.'0- grès humain », déclare M l\iaurice Pressouyre, au nom du Parti Socialiste Unitaire. « On a toujours essayé, poursuit- il, de camoufler sous la diversion du problème des races, le vrai problème social, qui est en fait un problème de lutte entre deux cl asses ant agonistes. » « La République Française, conclut-il, est une et indivisible; il ne saurai t y avoir de différenciation entre les hommes que celles qui découlent de leurs apt itudes et de leurs talents. » M. Le Gallo « Que tous les Maire de Boulogne-Billancourt hommes de bonne volonté unissent leurs efforts» JE t iens à donner mon entier accord au but que poursuit votre Mouvement. Nous aurions pu penser que les heures tragiques et douloureuses que nous avons vécues durant l'occupation aient à jamais réuni très étroitement et sans aucune restriction les hommes qui, sans distinction de race ou de couleur, ont lutté pour la Liberté. Nous assistons malheureusement de plus en plus à des manifestations dans lesquelles s'expriment la haine entre les citoyens et les discriminations entre les races. Sur le plan partiCUlier de Boulogne-Billancourt, ville dans laquelle, en raison d'une importante activité industrielle, vivent de nombreux originaires d'Afrique du Nord, nous constatons à leur égard un sentiment infiniment regrettable dans une fraction de l'opinion métropolitaine ... Souhaitons donc que les hommes de bonne volonté, fidèles à l'idéal de fraternité sans lequel il ne peut y avoir de bonheur possible, unissent leurs efforts pour faire cesser les préjugés et les discriminations raciales. Ce faisant, ils oeuvreront en faveur de la fraternité entre tous les peuples, gage indispensable d'une paix véritable. Le général Tubert Ancien Maire d'Alger «Montée des périls»", S 'AGISSANT de racisme, il est urgent de dénoncer par priorité celui qui détériore gravement en ce moment nos rapports avec les populations musulmanes d'Afrique du Nord. En dépit de la montée des périls qui apparaissent spectaculairement en' Tunisie et au Maroc et sont latents en Algérie, les pouvoirs publics, insensibles aux appels et aux protestations des personnalités et des organ:- salions démocratiques, persistent aujourd'hui à jeter le voile sur les réalités nord-africaines, comme ils le firent hier pour les réalités indochinoises. Il faut qU'e l'opinion sache que les engagements pris dans la Constitution et dans les lois, comme par exemple le Statut de l'Algérie, sont tenus en échec par l'opposition des féodaux et par la carence de l'Administration. Me Ould Aoudla : "Que la France reste le pays des Droits de l'Homme" Rappelant l'exode de la faim qui a aj11ené en. France plusieurs centaines de milliers de NordAfricains, M" OULD AOUDIA, avocat à la Cour, dénonce les diff icultés qui leur sont faites : discriminat ion da ns le travail, dans les lieux publics et jusque dans les organismes officiels comme le service de logement des étudiants. Aux trafiqua nts de la faim et du sommeil font écho les trafiq uants de l'opinion ; une partie impo rtante de la presse crée et ent retient « un courant d'opinion dirigé contre les Nord-Africains accusés de nombreux méfaits, de peupler les prisons et les hôpitaux. » A cela répond l'admirable solidarité des Nord-Africains s'entraidant et parvenant à faire vivre leurs familles sur de maigres salaires. Il faut prendre conscience que le racisme a ses chemins et que de proche en proche s'il sent la voie libre c'est la lib erté de :tous qu'il étranglera. T émoin l'interdiction du défilé du Premier Mai dernier après les 'sanglantes provocations du 14 juillet 1953. OULD AOUDIA rend hommage à notre Mouvement et à son journal, exprimant par leurs luttes les vrais sentiments de notre' peuple. « Chers amis, conclut-il, prenons aujourd'hui la résolution de faire plus pou'r que la France reste le pays de la liberté et de l'égal:té. ;) \ Quelques délégués et invités. On reconnait notamment : M' · SaroHe, Ledermaln, Manville et M. Alioune Diop. EdDlond Cassin: Membre du: Conseil Mond:al de la Paix " Les enfants sont tous aussi menacés" Mme Edmond Cassin, membre du Bureau du Conseil Mondial de la Paix s'adresse particulièrement aux femmes, les invitant à combattre le racisme et la guerre. «En effet, comment pourraient- elles oublier la fragilité de l'enfant qu'elles mettent au monde, comment pourra:ent-elles être insensibles à une discr:mination entre l'enfant de France qu'on a emmené moU'rir à Auschwitz, l'enfant coréen mort sous les bombardement, et celui d'Hiroshima qui n'a peutêtre pas eu le temps de crier : Maman, j'ai peur! , .. « Si nous nous lancions véritablement à corps perdu dans ce combat déc:sif pour le pays, nos enfants et nos foyers, il serait impossible que la gU'erre passe. » M. Tacques Maître de l'équipe de « La Quinzaine » "l'antiracisme est le bien-' commun de .tous le b raves gens" L'abbé Marcel GRANGIER "Toul homme est mon frèr e " .. · JE fus témoin de 'ce que les israélites eurent à souffrir et surent mangnifiquement souffrir pour la cause de la patrie française e·t de l'humanifé : Je n'oublie pas leur martyre,. je ne cesserai pas de leur redIre ma fraternelle sympathie, je serai toujours à leurs côtés pour la défense de leurs personnes et de leu,rs droits. Tout ce que je vénère, tout ce que je crois, 10ut ce que j'espère, prêtre catholique, me vient d'Israël. Membre du clergé d'une Eglise qu,i donne accès au sacerdoce, à l'episcopat, au cardinalat aux hommes de toute race, de toute couleur, de toute origine, plus que quiconque j'ai le devoir, et ce m'est une joie profonde, de voir et reconnaître un frère très cher dans tout homme et de le traiter comme tel. M. Phllippot (Syndicat de la Coiffure) 1/ La classe ouvrière contre le ra:isme " Mandaté par la Fédération Na tionale des Syndicats d'Ouvriers Coiffeurs de France et d"s territoires d'outre-mer, M. Georges Philippot, analyse les m~faits du racisme, dont les travailleurs souffrent doublement : d'abord parce qu'il écarte du droit au travail ou aux poste .. Venant de la Rencontre Na- « C'est à nous, conclut-il, de de direction un certain nombre tionale du journal catholique montrer que l'antiracisme est le d'entre eux; ensuite parce qu'il « La Quinzaine », qui se tient bien commun de tous les hon- tend à diviser la classe ouvr lele même jour, M. Jacques Maî-~ _nê_tes_ g_en_s. »_ _________re._ C_'es_t p_ou_rqu_oi_ el_le l_e c_om_ba_ t . tre appelle les cb,rétiens à ({ ouvrir les yeux sur ce que l 'on fait au nom de la religion, au nom de la civilisation chrétienne ». ({ On voudrait nous faire croire, déclare-t-il, que de jeter du napalm sur les villes et les villages d'Indochine, cela n'a pas d'importance, puisque ça tombe sur des jaunes. L es r at issages du Cap Bon ? Aucune impor tance, puisque ce sont des Musulmans... Tout une sér ie de crimes, qu'il serai t diffici le de f aire accepter s'il s'agissait de blancs sont admis très aisément au point que l 'on tue des centaines de Japonais avec des bombes à hydrogène sous prétexte d'expériences, comme on tue des lapins ou des cochons d'Inde dans un laboratoire. » M. Adolphe Esplard au nom de l'Union Progressiste "Leur liberté ... et la nôtre" M. Adolphe Espiard apporte l'adhésion de l'Union Progrespropres libertés que nous défendons. » siste, dans la lutte contré) l'an-r-------------t isémitisme, « conception r éact ionnaire qui voudrait nous· ro,mener au Moyen-Age »; contre les mesures de discrimination et de r épression raciste ; contre les accor ds de Bonn et de Paris (f qlli sont tin encouragement au r àcisme, à l 'antisémitisme et à la guerre ». « En défendant la liberté des hommes qui n'ont pas la même couleur ou !a même origine que nous, ce sont conclut-il, nos Les Anciens Combattants Juifs Soulignant par divers exemples, la renaissance de l'antisémit isme, M. Herzkowicz appor te l'adhésion de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs à la Journée Na tionale. « Nous sommes convaincus, déclare-t-il, que l'union de toutes les forces républicaines de notre pays empêchera le retour des temps maudits. lt Vous connaissez déjà, je crois, mon accord sur chacun des grands thèmes que votre association défend. La lutte contre ces anachronismes que devraient être le racisme et l'antisémitisme fait, en effet, partie intégrante du problème de la difficile conquête de la paix. Elle devra inspirer cette démocratie rénovée dont nous 'ëspérons touJou'rs voir se lever l'aube . M. Henry TORRES Sénateur de la Seine Je vous prie de me croire d'esprit et de coeur avec vous. Me Thédore V ALENSI Avocat à la Cour Certainement, je vous donne mon adhésion, pleine et entière. La raison et le coeur ne nous commandent-Ils pas de combattre les doctrines néfastes qui conseillent de dresser des barrières entre les hommes ? M. Maurice VAUSSARD Ecrivain vous ne sauriez douter de ma sympathie pour les causes qUe vous défendez. AUTRES MESSAGES D a n ~ son précédent numéro, « Dr oit et Lib erté » a déjà publié les messages qui nous étaient parvenus avant la J{)urnée Nationale. Ces messages émanaient notamment de : MM. Georges DUHAMEL, de l'Académie Française; André MONTEIL, Secrétaire d'Etat à la Marine ; Justin GODART, ancien ministre; Pierre COT, Félix GOUIN, le général JOINVILLE, Louis VALLON, députés; l'amiral MOULLEC, Emile VIVIER, conseillers de l'Union Française ; DIDIER, président de la Chambre des Mises en Accusation

Des écrivains Julien BENDA, Henri BASSIS, Marc BEIGBEDER, René JOUGLET, Albert MEMMI, Gabriel TIMMORV, VERCORS; Des professeurs BETTELHEIM, BIQUARD, Marc-Andre BLOCH, Maurice CURIE, Albert DAUZAT, Jules ISAAC, Ernest KAHANE, Bernard LAVERGNE, Jeanne LEVY, Lazare LEVY, J.J. MAYOUX, 1. IV\EYERSON, E. SCHATZMAN; De 1\1M. Etienne NOUVEAU, vice-président de l'U.F.A. C. ; le g6n6ral LE CORGUILLE ; le Dr BRUMBERG ; Me. And ré MAYER, LERAY et ROCHER; Des artis tes Joséphine BAKER, Gérard PHILIPE et NoëlIe NORMAN; Des peintres AMBLARD, GROMAIRE, Jean LURÇAT: et SAINT:-SAENS. • De nombreux messages de l'étranger ont salué la 6e Journée Nafionale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix T El\IOIG~.\NT de la solidarité de tùus les "eUTl,es du monde qui aspirent à la fraternité et à la paix, de 110mbr eux mes~ages de l' étranger ont salué la 6· Journée Nationale contre le racisme, l'antisémilisme et' pour la paix. Etats-Unis Nous avons Citl~ , daus notre précédent numéro, celui de Mme Franklin Roosevelt. D'Amérique également, William Patterson, secrétaire général du Congrès des Droits Civils nous écrit: « Soutenu par le magnifique mouvement d'émancipation des .peuples coloniaux, par les luttes des noirs américains pour l'égalité, et par l'action de· tous les hommes de progrès, le peuple des Etats-Unis vient de remporter une grande victoire, qui s'exprime par la déclaration de la Cour Suprême condamnant la ségrégation dans les écoles. « Nous sommes certains que votre Journée Nationale nous aidera dans la lutte nécessaire pour affermir cette victoire. Le combat contre le racisme et l'antisémitisme est celui de toute l'humanité progressiste. » Le Comité Américain pour la Justice dans l'Affaire Rosenberg- SobeH a également adressé ses salutations fraterneHes à la Journée Nationale, Le Grand~Rabbin de Moscou 1\1. Salomon Scl1lifer, GrandRabbin de Moscou, nous a adressé un message qui déclare notamment : « La Communauté juive de Moscou a reçu avec Joie votre appel. Nous saluons la lutte menée ·par votre Mouvement contre le 'racisme, l'antisémitisme et pour la paix ... « Nous croyons profondément à la justesse de cette lutte, et nous nous associons aux effor.ts de tous les amis de la paix contre les forces de guerre, de destruction et de mort. « Dieu Tout Puissant bénisse votre Mouvement noble et humain! » Roumanie De Bucarest, nous sont parvenus cinq messages. Le GrandRabbin de Roumanie, M. Mose!> Rosen, écrit : « Je salue chaleureusement votre Journée Nationale, avec le verset dti psalmiste : « Oh, qu'il est bon et agréable que les frères se réunissent... » « La population juive de la République Populaire Roumaine qui a eu des centaines de milliers de victimes par suite de l'antisémitisme organisé, par les anciens régimes réactionnaires et la guerre fasciste, vit aujourd'hui en pleine liberté et parfaite égalité avec les autres citoyens grâce à notre régime de n.. n .... '.tolno ,..,.1 ... <1\0"'_ li, à travers la Constitution, toutes les discriminations raciales, nationales QU 'religieuses, en les sanctionnant sévèrement par la Loi. « Nous sommes auprès de vous dans la lutte contre toute tendance d'hostilité entre les peuples, contre .Ie réarmement de nos bourreaux d'hier, de la Werhmacht nazie, pour la cessation de toute effusion de sang et la réalisation du plus ardent désir de l'humanité : LA PAIX. » Les autres messages de Roumanie proviennent de M. Al 10- nescu, Vicaire Métropolitain de l'Eglise Orthodoxe de Bucarest; des prof,esseurs Stoilov eb P. Constantinescu, membres de l'Académie Roumaine et de M. Sadoveanu, président du Comité national de Défense de la Paix. Allemagne Le pasteur NIEMOLLER, (Allemagne Occidentale), après avoir exprimé sa sympathie à notre Mouvement, écrit : « Vous savez que je suis vigoureusement opposé au réarmement de l'Allemagne ... Je vois le danger dans le fait que ce réarmement offrirait une nouvelle chance également aux anciens nazis et que l'esprit 'qui nous a déjà menés à la catastrophe, pourrait alors renaître très facilement. ' « Je salue votre action qui contribue à conjurer ce danger. » Le Comité des Combattants de la Résistance Antifasciste d'Allemagne souligne dans son message : . « Aussi longtemps que le racisme et l'antisémitisme, ces idéologies néfastes, ne seront pas anéantis, la paix sera en danger. « Acceptez, chers amis, l'assurance que les combattants de la résistance et, avec eux, toute la population de la République Démocratique Allemande ne J!)e même, l'Union contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, de Belgique. Le Doyen de Canterbury « Tout en mol se révolte contre les discriminations raciales impl iquant qu'II y aurait des peuples supérieurs et d'autres inférieurs, et que les différentes .races ne pourraient coexister sur la base de l'égalité complète et de la fraternité », écrit notamment le Rev. Hewlelt J·ohnson, Doyen de Canterbury, qui conclut ainsi son message : « L'antisémitisme et le racisme appartiennent à un vieux monde qui est en train de disparaître et qui doit disparaître. Le nouveau monde tend vers l'égalité de toutes les races et de tous les peuples, dans une union fraternelle de toutes les nations. » Afrique du Sud Citons enfin l'émouvant message adressé à la Journée Nationale par le oomité de rédaction du courageux organe antiraciste d'Union Sud-Africaine « Advance .» : « Nous vous assurons que l'opposition croît en Afrique du Sud, contre le racisme, les persécutions et l'exploitation racistes. « Le gouvernement de Malan, héritier de l'hitlérisme et du fascisme l'eprésente le racisme dans sa forme la plus criminelle, la plus abjecte ... « Mais contre lui se dressent les 10 millions d'Africains, d'Indiens, de gens de couleurs, privés de leurs droits politiques et civiques ... « Amis de France, lorsque vous entendrez ,parler des crimes perpétrés par le gouvernement d'Afrique du Sud et ses alliés, pensez aussi aux millions d'opprimés qui luttent Ici, loin de vos rivages heureux, pour la lumière et la liberté. » souffriront plus jamais que lat--------------haine raciale et l'antisémitisme soient propagés. » Et le Conseil Allemand de la Paix: « Les tâches de notre Mouvement sont indissolublement liées aux vôtres ... Nous vous assurons que nous consacrons tous nos efforts à un travail d'éclaircissement, afin que, ainsi que l'a affll'mé ' plusieurs fois déjà notre Président de la République Démocratique, Wilhelm Pieck, jamais plus la peuple allemand ne puisse faire la guerre contre la France. » Bulgarie. Pologne Belgique Le Mouvement bulgare de la Paix et le Comité Polonais des Partisans de la Paix ont adressé à la Journée Nationale de chaleureux messages de sympa- 4,J.:,,;A Les activités antisémites en Allemagne Occidentale L'activité antisémite des groupements de « réfugiés » en Allemagne Occidentale, a été publiquement dénoncée au mois de juin par M. Zacharian Shuster, directeur européen de l' « American jewish Committee ». Dans une déclaration à la presse, M. Shuster a souligné que les fascistes ayant fui l'Allemagne Orientale et les Démo- .. atip De la Bastille à 10 Nation les antiracistes '.,. célébreront le 14 juillet Les éludionls ne loléreronl pus ffT[ de la llBlRTf et dt la fRAT[RNlTf le raeisDie qui s·inlillre 'Ii R'JE Soufflot, au Comité Pa- .' risien des OEuvres Socia- \ les en faveur des Etudiants Des guichets austères qui retiennent l'impatience d'une fouIe d'étudiants -, ils viennent pour un logement. Pendant l'attente on plaisante, on rit, mais la solution à ce problème : avoir une chambre où travailler, n'en est pas mJinJ essentielle pour tous. Il y a là des étudiants de tous les coins de France (accents de Marseille, de Bordeaux ou de Lille) et aussi des jeunes venus d'Afrique, de Madagascar ou de la Martinique ... Enfin on arrive au gui;:het. L'étudiant cherche dans la liste des chambres celle qui lui convient... ENFIN ••• Rardèche -.. _~_ ... ~ ........ ~.ib incarcéré' Le sinistre Bardèche, condamné pour son livre « Nuremberg ou la Terre Promise », impudente apologie des camps de la mort, a été enfin incarcéré. Malgré sa condamnation, Il se livrait depuis des années à une active propagande « européenne » et antisémite, collaborant à plusieurs feuilles fascistes, et dirigeant l'ignoble revue « Défense de l'Occident », organe en France de la nouvelle internationale nazie, dont il était un des principaux chefs. Son arrestation est un coup porté aux organisations hitlériennes et antisémites. Rivarol et Aspects de la France tentent de masquer leur désarroi par de grossiers appels antisémites, se déclarant d'accord avec Bardèche pour crier «A bas les juifs.» Il est clair que cette mesure, nécessaire, est insuffisante. Encouragés par ce premier succès, les antiracistes, les républicains se doivent de redoubler d'efforts, dans l'union, pour que soient mis hors d'état de nuire tous les racistes. pour que la presse de haine soit définitivement réduite au si~enae. , au Quarlier Lalin 1 - Ah ! vous êtes étudiant d'outre-mer, alors pOll'r vous, c'est cette feuille seulement... Eh ! oui, ces deux feuilles anodines signifient qu'on a affaire à une fo.rme de discrimination raciale. Elles reflètent les préjugés de certains particuliers qui louent de.s chambres aux étudiants. Les exemples en sont nombreux. Ici, c'est un jeune noir qui té' léphone à l'adresse indiquée : « Oui, la chambre est libre, il n'a qu'à se présenter ». 11 s'y rend, on regrette, on vient de la louer à l'instant même. Là, c'est un monsieur qui se rend au siège d'une organisation d'étudiants pour proposer une <:hambre à louer : « Mais ne m'envoyez pas de Noirs, surtout pas de Noirs ». A une darne qui veut un loca~ aire français on adresse un Français d'Afrique Noire. La darne surprise, refuse de lui louer sa chambre. C'est là, bien sûr, le fait de particuliers, d'individus isolés. C'est la preuve que, dans certains milieux, les calomnies racistes trouvent encore 11;1 terrain favorable. Mais il est fâche 'x qu'un organisme officiel comme le « COPAR » se prête à cett2 discrimination. re attendre jusqu'à ce que, desespérant de se faire sen'1r, les jeunes Noirs s'en aillent d'euxmêmes. On a même vu des agents, appelés par les gérants de certains grands cafés, intervenir pour disperser des étudiants noirs attablés aux terrasses. En effet, loin d'agir pour tuer au Quartier Latin comme dans tout le pays tout germe de racisme, üop souvent les pouvoirs publics ferment les yeux ou même prêtent la main aux racistes. D'ailleurs, comment Jutter efficacement contre les abus qu'entraînent les préjugés racistes si on autorise la publication de journaux ouvertemen,t racistes tels que J<ivarol, Aspects de la France, 'Défense de l'Occident vendus à la criée dans ce même Quartier Latin ? Il faut obliger les pouvoirs publics à mener une action conséquente contre toute forme de discrimination raciale. Les étudiants, dans leur ensemble, soutenus en cela par le M.R.A.P., sont bien décidés à ne pas laisser se poursuivre de telles pratiques, étrangères aux plus nohies traditions françaises, et qui terniraient l'éclat de géllérosi du Quartier Latin. Non seulemer.! il se pl:e. e~r------________ -I établissant de~)( liste3, a.H désirs des personnes à l'esprit faussé par les préjugés mais il va même jusqu'à suggérer cette idée d'une discrimination nossible, alors que son rôle dtvrait être de mener campagne, par <tous les moyens, contre les manifestatons de racisme. Il semble d'ailleurs que ce qui se passe rue Soufflot ne soit pas un phénomène isolé au Quartier Latin. Tout aussi inquiétantes sont par exemple, les deux entrées dans les bureaux d'inscription de la Fac. de Droit, l'une réservée aux Français de la métropole, l'autre aux étrangers et aux étudiants d'outremer. Et ces brimades auxquelles on assiste périodiquement dans certains cafés où les garçons ont ordre de ne pas servir _ ~; udia.l1ts noirs, ou de le;; fai- Hommage à SCHOELCHER L'IMMENSE joie qui illumina les coeurs des habitants des deux hémisphères le jour où la souillure nazie disparut du sol de la France, rappela au monde la pérennité du message du 14 juillet. Les idéaux de 89, qui révolutionnèrent les principes de l'éthi- , que politique du monde moderne, constituent le commun héritage de tous les peuples. Ce message, aussi puissant dans son universalité, que le furent jadis les Dix Commandements, a appris aux esprits généreux la réalité de la paix, de l'égalité, de la tolérance. Les Encyclopédistes enseignaient, que la guerre est un fruit de la dépravation des hommes... Que le genre humain n'est pas composé d'espèces essentiellement différentes... Que de tous les moyens qu'on emploie pour arriver à quelque but, la violence est assurément le plus inutile. Il n"est pas étonnant que les artisans d'agressions, les parti- ' sans de la force brutale, les professeurs de la « philosophie de la mort », les exterminateurs du genre humain aient entrepris de « rayer 89 » de l'Histoire de l'h umani té. Tâche grandguignolesque et vaine, car de Alfred Rosenberg à Goebbels et de Marcel Déat à Céline, ils ne réussirent qu'à endeuiller des peÎlples entiers, sans faire reculer d'u:l1 pas le progrès spirituel et matériel de l'humanité qui doit tant à 89. Pour nous Français, pour nous antiracistes, l'idéal de la grande Révolution constitue une source naturelle et familière \ d'inspiration, de joie et d'espoir. Les vieux murs dl!! Faubourg St-Antoine évoquant les ombres des patriotes armés de piques, le quartier du Marais d'où ils sont sortis, la Bastille, prison LE MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, s'associant à l'APPEL du Comité d'Organisation de la manifestation traditionnelle du 14 juillet, appelle tous les antiracistes à célébrer avec ferveur la Fête Nationale. A Paris et dans toute la France, le M.R.A.P. engage vivement tous ses militants et amis à unir leurs efforts à ceux des tous les républicains et patriotes pour que soient célébrés par la nation toute entière, les pl'incipes immortels des Droits de l'homme et du citoyen, affirmé$ à l'univers entier par la grande Révolution française de 1789. ~---~-~-- exécrée de Voltaire et de J'abbé Morelli, autant de réalités palpables pour les Français épris de liberté, autant d'exaltantes imagesd'Epinal pour l'imagination de nos enfants. . Pour les antiracistes, le 14 d'hui en pleine liberté et parfaite égalité avec les autres citoyens grâce à notre régime de démocratie populaire qui a abo- Partisans de la Paix ont adressé à la Journée Nationale de chaleureux messages de sympathie. w. PATTERSON frappé par le mac-carthysme William PaHersan avec sa femme et sa fillette Le valeureux combattant antiraciste américain, William Patterson, dont le message fut cité à la 6' Journée Nationale. a été, le 1" juillet, emprisonné à New-York, pour trois mois. Cette mesure est une nouvelle manifestation du maccarthysme qui, comme toujours, se teinte de racisme. Non seulement Patterson n'a commis aucun délit, mais le prétexte qui sert à justifier son arrestation est lui-même monstrueux : il lui \. iosé-antoni_o art -co iffu re -bea uté 1 26, rue la boétie paris-Se ély. 63-40 • est reproché d'avoir refusé de livrer à la police la liste des membres du Congrès des Droits Civils, dont il est secrétaire général. Cette tentative de controle poliCier en dit long sur l'atmosphère que l'on s'efforce de susciter aux Etats-Unis. En Patter son, on a voulu frapper l'homme qui dénonce inlassablement tous les crimes racistes, toutes les atteintes à la démocratie, l'homme qui a dirigé aux Etats-Unis la campagne pour Willie Mac Gee et, plus récemment, pour Wesley Robert Wells, et qui a été aux premiers rangs dans la défense des Rosenberg. C'est pour ces mêmes raisons que les antiracistes de Franc~ demandent sa libération immédiate. Le carnet de D. L. Pierre PARAF Lauréat de l'Académie Française Notre collaborateur et ami Pierre Paraf vient de se voir attribuer un grand prix de l'Académie Française pour l'ensemble de son oeuvre. Nous lui adressons nos vives félicitations. Naissance Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance du petit jacques- Bertrand, fils de notre ami Me Armand DYMENST AjN, membre du Buréau National du M.R.A.P. Nos félicitations aUlx heureux parents. presse, M. Shuster a souligné que les fascistes ayant fui l'Allemagne Orientale et les Démocraties Populaires éditent en langues allemande et anglaise de multiples publications antisémites « dont les arguments sont aussi haineux que ceux qu'on poulvait lire sous le gouvernement hitlérien ». Hommage à SCHOELCHER et plus encore un stimulant, en vue de ,parachever l'immense tâche assumée par les humanistes pour la libération de tous les peuples, de toutes les races, dans la paix retrQuvée. » CeHe gra~ure du 180 siècle symbolise !'égalité des, races, proclamée par la Déclaration des Droits de l'Homme. Elle a pour legende : « Les mortels sont egaux. Cen est pas la naissance, c'est la seule vertu qui fait la différence" Il indique également que [,es émigrés fascistes rassemblés en Allemagne Occidentale agissent en ltaison étroite avec des groupes semblables fonctionnant aux Etats-Unis, en Espagne et en Amérique du Sud. Ils disposent de sommes importantes qui leur permettent d'organiser des formations paramilitaires. En même temps que la Journée Nationale, s'est tenue à Paris une réunion consacrée à la mémoire de Victor Schoelcher. Les déléguésl et participants de la Journée Nationale ont tenu à s'y/associer par l'envoi d'une délégation, conduite par Me Sa-r---------~--------------------------------~ Juillet c'est l'abbé Grégoire c'est l'émancipation des juifs' votée par la Constituante en fé~ vrier 1790, c'est l'abolition de l'esclavage obtenue sous l'impulsion de la Société des Amis des Noirs. rotte, qui a remis un message où l'on peub lire : « Le M.h.A.P. et les antiracistes de France, rassemblés ~n leur 6" Journée Nationale ..• sont heureux de renouveler leur fervent hommage à l'immortel membre du gouvel'nement de la Révolution de 1848, dont le, restes reposent au Panthéon, à côté de ceux du, génial Jean Plus jamais de /6 juillet! Il va sans dire que ces groupes sont à la pointe du combat pour la « défense de l'Europe» et de la « civilisation ». Leurs activités sont directement encouragées par Adenauer, dont le gouvernement comporte un « ministère des réfugiés » où foisonnent l e~ nazis, sous la direction de l'ancien S.A. Theodor Oberlander, « colonisateur» de l'Est européen et assassin des juifs. Jaurès. « L'acte d'abolition de l'esclavage, que signa Victor Schoelcher, a ouvert une nouvelle phase de l'histoire, •.• « Que l'exemple du grand Schoelcher soit pour nous tous non seulement un motif d'inaltérable souvenir et de gratitude, mais aussi un enseignement I L y a 12 ans, le 16 juillet 1942, sur ordre du S.S. Hauptstsurmführer Dannecker, chef de la gestapo antijuive en France, et avec la complicité évidente des collaborateurs français, la police française arrêtait, parquait au Vélodrome d'Hiver et livrait aux fascistes allemands 30.000 hommes, femmes et enfants juifs. Aucune, d'entre ces victimes, n'est revenue des bagnes nazis. Toutefois un certain nombre de personnes, visées par les mesu- Notre caDlpagne financière Encore un million! L'OBJECTIF de un million, fixé au début de mal pour la collecte en faveur au M.R.A.P., a été atteint à la veille de la Journée Nationale. Que tous les, militants dévoués, tous les amis de notre Mouvement, qui ont contribué à ce résultat en soient Ici chaleureusement remerciés. La preuve est ainsi donnée une nouvelle fois que le M.R.A. P. ne fait jamais appel en vain aux antiracistes. Son action est approuvée dans tous les milieux. Partout, on lui manifeste une sympathie active. Il est certain qu'après la Journée Nationale, qui a revêtu cette année une ampleur sans précédent, et dont la presse s'est fait largement écho, le cercie de nos souscripteurs ne peut que s'étendre encore. Et cela, il faut bien le dire aussi, est plus que jamais nécessaire. La grande- manifestation du 27 juin a entraîné d'énormes dépenses qui ne sont pas encore entièrement couvertes. Et les frais de fonctionnement du Mouvement (loyer, salaires, etc ... ) continuent de « courir », même pendant les vacances. C'est pourquoi la Commission de Propagande élue à la Journée Nationale a jugé nécessaire de lancer une nouvelle campagne de un million d'Ici la fin Juillet. En une dizaine de Jours, près de 300.000 francs ont été collectés. Mais ce chiffre, encourageant, est loin de suffire. Il appartient à chaque militant de faire encore tout son pOSSible 'pour solliciter nos Innombrables amis, pour diffuser par centaines, pa'r milliers les bons de soutien donnant droit à une tombola, dont le tirage aura lieu début novemQre au gala annuel du M.R.A.P. La lutte contre le racisme et l'antisémitisme, la lutte contre la C.E.D. ne connaissent pas de vacances. Que chacun d'entre nous fasse donc un nouvel effort avant de partir à la mer, à la montagne ou à la campagne. Et même une fois partis, les possibilités sont immenses ... C'est de la permanence de nos Iressources qUe dépend l'existence même de notre Mouvement. Militants, amis du M.R.A.P., antiracistes, en avant vers le nouveau million ! • Le premier objectif SOCIETES: Prago 10.000; Tomaszow 10.000; Siedlec : 6.200 ; Kielc : 5.000; Fa!enic : 5.000 i Salut Public

4.000.

Total : 40.200. ORGANISATIONS U.J.R.Ei. : 100.000 i Haschomer 5 .000. Total : 105.000. SECTIONS: 2' : 13.000; 9' : 25.000; 10' : 15.000; 11 ' : 5.000, 18- : 1.200; 19' : 3.170. Total : 62.370. DONS: M. Bouchara : 25.000; Dr Emar : 10.000; M. Paul Levy : 5.000; M. Félix : 5.000 i M. Helder : 2.000. Collecté par des membres du Bureau Natio!1ol : 61.350. Collecté par le Dr Turkel : 10.000; par le Dr Greif : 5.000. Total : 128.350. Total de la présente liste . . 335.920 Total précédent .......... 664.390 Total général 1.(iOO.310 • La nouvelle souscription SOCIETES : Piotrkow : 25.000; Aide Amicale : 10.000; Piack : 5.000. T~al : 40.000. SECTIOHS : 2' : 1.500; 14' : 15.000; 13- : 1.200; 19- : 500 i 200 Avron : 8.900; Livry-Gargan : 3.100 i Bagnolet : 900. Total : 31.600. COLLECTEIS à Journée Nationale 75.670. BONS DE SOUTIEIN : 77.000. DONS : Georges Lévy (André) : 20.000; Wachspress : 15.000; Benidetson : 3.000 ; S. Lévy : 2.000; Dr Tubiana : 5.000; Dr Davidovic i : 3.000; Dr H1Inerold : 1.000; Dr Melamet : 1.000. Collecté par Dr Turkel : 5.000. Total : 65.000. TOTAL GENERAL: 289.270. res iniques, avaient pu échapper aux rafles, grâce à la solidarité vigilante de la population. Parallèlement . avec d'autres mesures, dirigées contre l'ensemble des résistants français, les nazis allemands et français préparaient de longue date cette « opération» d'envergure. Le gang du génocide sévissant en France, avec à sa tête « l'ambassadeur » Abetz et le « boucher de Paris » Oberg, dressait les plans d'une action concertée, dirigée contre l'ensemble des patriotes. Ces deu,x derniers criminels venaient notamment de rédiger le fameux « A VIS », annonçant les représailles contre les familles des patriotes et constituant le prélude à l'arrestation mons,fre de personnalités hostiles à la collaboration. Ainsi, le crime commis le 16 juillet, a manqué son but politique qui était pour les -nazis de démontrer, qu'il n'y avait pas en,

rance d'autres ennemis du fascisme

que les juifs. On n'écrit pas autrement confortable que les sinistres antichambres de la mort de ses victimes? Et « l'ambassadeur» Abetz, libé"ré et discourant à Aixla- Chappelle sur l'es vertus de la « communauté européenne » ? Et toute cette cohorte de généraux nazis, techniciens et exécutants du génocide, vétérans des charniers d'Europe, qui de Kesselring à Ramcke posent leurs candidatures aux postes de commandement de la future « armée européenne ». Et Rommel fasciste allemand éprouvé, 'glorifié ouvertement par la presse et le cinéma réactionnaire sous les atours d'u", « renard du désert » ? L'es familles et les survivants des massacres, juifs ou non, qui n'ont rien oublié, se dressent, avec toute leur énergie, contre les tentatives de renflouement dllJ militarisme allemand et de rentrée en scène des criminels sous le déguisement d'uniformes « européens ». Aucun des criminels ne doit échapper à la justice des peuples. Plus jamais de 16 juillet! . Mais aussi, 89 est une magnifIque leçon de savoir-faire civique. Les manuels d'histoire enseignent, qu'après la destitution de Necker par Louis XVI, le peuple -indigné, s'armant de 32.000 fusils, se précipita à la Bastille contre la volonté de la bourgeoisie, qui essayait d'enrayer le mouvement en prenant sa direction. La liberté et le droit fUirent donc conquis en 1789 par le peuple et de haute lutte. Les évènements qui se sont produits depuis 150 ans ne font que confirmer, à travers la cascade de dates et de noms prestigieux, le bien-fondé de cette synthèse de 89 : « LE PEUPLE + LA LUTTE = LA LIBERTE ». Le 14 juillet prochain les antiracistes, unis à tous l~s républicains, iront démontrer joyeusement, de la Bastille à la Naton, la justesse de cette équation. Elle est vivante dans nos esprits et nos coeurs, elle symbolise la libération humaine. qu'avec les larmes aux yeux, laî---------------------------- nécrologie de ces victimes innocentes assassinées dans les conditions les plus atroces. Les « accents humains » sont vite trouvés - ils sortent des entrailles. Mais le 16 juillet n'est pas seulement pour nous l'anniversaire du supplice de 30.000 morts. Les familles des victimes 'et les survivants des massacres ont le culte pieux de TOUS les lieux de supplice. Des hommes ont été crucifiés à Auschwitz, des mères ont été livrées aux chiens des S.S. à Maïdanek, des enfants ont été brûlés vifs à Oradou,r-sur-Glane, à Lidice et dans les villages de Biélorussie. Des Guide et des Rubens de la Cité de Paix de demain peindront le souvenir de ce MASSACRE DES INNOCENTS. Dans un grand nombre de pays les crimes fascistes ont été vengés et le régime barbare extirpé jusqu'à ses racines. Le commandant du camp de la mort de Maïdanek a été pendu sur les lieux mêmes de ses crimes et c'est un symbole ... Mais le « boucher de Paris » Oberg, non jugé, se prélassant dans une prison tellement plus Avec un SIRIUS j'écoute ce qui me plOÎt ~ {:}?i::>:{::{<' Les Voix 6 lampes rimlock - 4 gammes d'ondes de la Paix Ce Soir en France Etc ... Grand choix d'appareils de radio et de télévision Prix : 21.750 Francs de toutes marques Rayon d'appareils ménaqers FRIGIDAIRES - MACHINES A LAVER - ASPIRATEURS MOULINS A CAFE - MIXER - RASOIRS - ETC ..• En vente COOPÉRATIVE DE T. S. F. 192, Rue Lafayette - PARIS-IDe t Métro : Louis-Blanc Tél. : NOR. i Conditions spéciales aux lecteurs du Journal sur présentation de ce bon 33-99

Notes

<references />