Droit et Liberté n°448 - mars 1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°448 de mars 1986
    • Fraternibus: 21 mars journée pour l'élimination de la discrimination raciale
    • De la CGT à la RDA (rencontres du MRAP)
    • Positions: le doit au séjour et le droit de vivre en famille en France
    • Dans les régions: une fédéeartion ne cache pas forcément les comités locaux! par G. Coulon
    • Elections: ce qu'a dit et ce que dira le MRAP


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • . ~ No 448 • MARS 1986 . 8 F ISSN 0012·6411 Fraternibus 21 mars: Journée pour l'élimination de la discrimination raciale C'est .aintenant assez large.ent connu: depu i s 1967, le 21 .ars de chaque année a été procla.é par l'ONU, Journée internationale pour l ' éli.ination de toutes les for.es de discri.ination raciale. Pourquoi cette date? Elle .arque le souvenir du .assacre de Sharpeville, en Afrique du Sud: ce jour-là, en 1960, les Sud-Africains noirs, engagés dans un vaste .ouveunt de désobéissance civile, avaient décidé de brGler publique.ent leurs "passes" ces livrets hu.iliants qu'ils doivent présenter en per.anence à toute réquisition de la police, et que M. Botha, l'autre se.aine, parlait de "suppri.er" • •• pour les re.placer par d'autres for.es de contrôle. Le 21 .ars 1960, donc, à Sharpeville, la police a tiré sur les ho .. es, les fe .. es, les enfants qui .anifestaient ainsi pour leur dignité: 69 .orts, plus de cent blessés. C'est dire que la Journée internationale est une .obilisation, en particulier, contre l'apartheid. Mais c'est aussi le racine partout et sous toutes ses for.es, que les gouverne.ents et les peuples du .onde sont appelés à stig.atiser et à co.battre, d'un .he élan. En France, où le racis.e est aujourd'hui si préoccupant, le MRAP a voulu, cette année encore, insister sur son contraire: l' a.i tié, la joie d'être ense.ble, la rencontre et l'échange des cultures, la lutte pour la justice et l'égalité. D'où ce "Fraternibus", un autobus ancien à plate- for.e, qui parcourra Paris, grâce au concours de la R.A.T.P. A chacun de ses six arrêts, en des points où la foule est no.breuse, aura lieu une heure ou plus d'ani.ation, avec des chanteurs, .usiciens, co.édiens, écrivains. Il Y aura non seule.ent de la .usique, des chansons, des lectures de poè.es, des interviewes, .ais aussi des jeux, des dédicaces de livres et de di sques. Une journée pas co .. e les autres pour de no.breux Parisiens! La province ne sera pas en reste. Fête de l'A.itié à Li.oges. Soirée- débat à Montauban. Un peu partout, ani.ations aussi, sur les places, les .archés, débats, fiI.s, collage d'affiches et d'autocollants, distribution de tracts, é.issions, articles ••• Dans les établisse.ents scolaires, le MRAP suggère aux élèves et aux enseignants, une heure de discussion sur le racis.e, avec lecture, par exe.ple, d'un texte de Nelson Mandela, leader e.prisonné du .ouve.ent de libération d'Afrique du Sud. Enfin, pour que le 21 .ars ne soit pas sans lende.ain, chaque député (nouvelle.ent élu) aura reçu, la veille, une lettre du MRAP présentant une série de propositions concrètes. On en reparlera. UNIVERSITÉ ELECTIONS 21 MARS - PARIS D'ÉTÉ Six rendez-vous: Ce qu'a dit Place Saint-Germain : 9 h 15-10 h 30 Montparnasse ' 10 h 45-11 h 45 Identité, culture(s}, nation et dira le MRAP Fontaine Saint-Michel , 12 h 15-14 h 15 Place de /'Opéra : 15 h 15-16 h 15 (voir p. 6) (voir p. 7) Barbes ' 16hI5·17h45 Beaubourg : 18 h 45-20 h 00 - 1 - RENCONTRES De la CGT à la RDA Au cours de ces derniers mois, plusieurs rencontres de haut niveau méritent d'être mises en relief. Au niveau national Une dé l égation du MR AP co ndui te par sa préside nte , Geo r ge Pau- Langevi n, s ' est entrete nue avec un e dé l égation de l a C. G. T. co ndui te par son secrétai r e gé néra l, He nr i Kras uck i. Cet " entretien a porté sur les .oyens de co.battre le racis.e en France, auquel des forutions poli tiques n' hési tent plus aujourd'hui à faire appel, l'i .. igration étant uti lisée pour .asquer les véritables problè.es de notre société ou e.pêcher l'analyse de leurs causes". " Un échange de vues a eu lieu sur les droits ci viques des i .. igrés, le MRAP estiunt qu'ils devraient pouvoir être électeurs et éligibles dans les élections concernant la société dans laquelle ils sont pleine.ent i.pliqués". "Les deux délégations ont convenu que leurs organisations renforceraient leur coopération ••• pour faire reculer le racis.e développer la solidarité de; travai lIeurs et des populations de toutes origines, favoriser l'a.itié entre les peuples" . Une dé l égation du MRAP a re nco ntré des r eprése nta nts de l'Ac ti on Cat hol iq ue Ouvrière ( A. C. O. ) . L' éc hange de vues et d ' i nfor matio ns fru ct ueux a permis de dégager sur un ce r tain nombre de poi nts l es co nv erge nces existant ent r e l es de ux organisations et de dégage r des pe r spect iv es d ' avenir . Le 14 ja nvi er, au Pa l ais de l 'E ur ope à St r as bo urg , a été pr ése nté l e rapp or t étab l i par l a Co mmis s ion pa rlemen taire d ' enquête sur l a monté e du fascisme et du racisme en Eur ope , au co urs d ' une co nfé r ence de presse à l aquelle prire nt pa r t Cha rl es Pa l ant de l a pr éside nce du MRAP et Har l em Désir de S. O. S. -Racisme . " Bien avant le Pen, a souligné Charles Pa l ant , de ~ partis réactionnaires ont co •• encé à désigner l'i •• igration co •• e bouc-é.issaire du chô.age, de la Sécurité Sociale" . Il a terminé en " invi tant à ne négliger aucun terrain de lutte". Signa l ons que M. Jarko Jagdino Jovanovic, artiste rom, membre du Comité d'honneur du MRAP a été l' hôte de la té l évision ~ Zagreb , du 14 au 20 décembre 1985 . Pe nda nt son séjour , i l a pa r ticipé à deux émissio ns très pop ul aires en Yo ugos l avie exp l iquant aux téléspectate urs de l a Répub l ique croate ce qu'est l e MRAP . Au niveau international Invitée par la Ligue pour l 'Amitié entre l es Peup l es, cinq membres du MR AP ont co nstitué l a dé l égation du Mouvement qui a séjour né huit jours en R. D.A . en octobre der nier . I l s ont pu co nst ater, entre autres, que le combat contre l e racisme ou le fascisme et l'attachement à l a paix s'exp r ime à travers des sig nes très co ncrets traduisant un souci éducat i f co nstant da ns ce domai ne: l 'entretien du souve nir des camps de co ncentration " les jeunes générations doivent savoir pour ne pas revoir" -; la solidarité avec l a popu l ation noire d'Afrique du Sud ; l 'accuei l des étudiants étrangers l es pl us défavorisés; l a formatio n des travaille urs étrangers dans la perspective du déve l oppement de leurs pays d' origin e; l' ouvert ure sur l es pays en lu tte pour l eur l ibération. En un mot , ce voyage , de l'avis de tous , a été " un bon excercice à la pratique du respect de la différence". Dans sessio ns le cadre programmées - 2 - de par deux les services de l 'O . N. U. à Ge nève, l e MRAP était prése nt. Rose Mi chalowicz , représentante permane nte du MRAP auprès de cet organisme i nter natio nal y a participé. Il s ' agissait, d' une part , du 10 au 22 décembre 1985 , du symposium des ONG pour commémorer le 40ème anniversaire de la victoire sur le nazisme, d'autre part, du 20 au 24 ja nvier 1986, de l a Conférence des ONG pour l'inauguration de l'Année Inter nationale de l a Paix . A cette der nière , Franc i s Ange ll oz, préside nt du Comité Local d ' An necy et de la Fédération de l a Haute-Savoie, y a participé avec notre représenta nte officielle . Dans l 'un et l' autre cas, il a été souligné qu ' i l " existait une relation étroite entre toutes les idéologies totalitaires et les pratiques basées sur la supériorité raciale ou ethnique, ou l'intolérance, la haine, la terreur et la négation systéutique des Droits de l' Ho .. e et des libertés fonda.entales " . TSIGANES Du 2 au 24 janvi er , l'UNISAT (Union Nati onale des Institutions Sociales d'Action pour les Tsiganes) organisait une ses sion pour les travailleur s sociaux: "El éments pour une app ro che soc i ale-culturelle des Tsiganes et réponses sociales". Bert r and Bary y a participé comme invité au titre de la Commission "Tsiganes et Gens du Voyage) . Vient de pa raître une p 1 aquette très attendue sur une question qui a suscité bien des pressions et débats : l'Enfant tsigane yougoslave en Ile-de·France. Editée par l'Un i on Régi onale des Associat ions pou r l es Voyageurs d ' Il e de France (URAVI F) . et l'Aide à la Scolarisat ion des Enfants tsiganes (ASET). En dépôt au r--1RAP 30F. 27F pour les Comités. - -- ---------------------------------------------------------------------~ POS/TiONS Le droit au séjour et le droit de vivre en famille en France La réflexion du MRAP sur les centres de rétention avait conclu que le problème le plus grave était moins celui des centres eux-mêmes que celui de la réglementation actuelle du séjour et du regroupement familial , qui permet de "reconduire à la frontière" de nombreux immigrés qui ne sont ni des "clandestins" ni des l' délinquants':. Le MRAP avait décidé d'engager "une action énergique et persévérante pour une réfor.e de la législation sur le droit au s~j our et le droit de vivre en fa.ille" (1). Pour qu'une telle campagne puisse aboutir, il faut que les objectifs en soient clairs pour tous. Si l'on s'en tient à l'essentiel, ils peuvent être résumés en quatre points: - Préserver les acquis. - Accorder une carte de résident aux immigrés installés régulièrement en France depuis au moins trois ans. - Reconnaître dans les faits le droit des immigrés à vivre avec leur famille en France. - Accorder une carte de résident aux jeunes ayant été scolarisés en France. Préserver les acquis Il est vrai - nous allons le développer par la sui te - que la législation actuelle est insuffisante sur certains points. Mais nos critiques et nos propositions de réformes ne doivent pas être confondues avec celles qui cherchent à remettre en cause les progrès réalisés depuis 1981. Il ne faudrait pas que, par maladresse ou par effet de boomerang, nos cri ti ques et nos revendications aillent renforcer celles qui visent à réduire les catégories de bénéficiaires du droit au séjour ou à réviser d'une façon négative le code de la nationalité. Le HRAP esti.e que le disposi ti f régle.entaire actuel est un seuil .ini.u •. Et, sans renoncer à en améliorer les insuffisances, nous devons nous tenir prêts à le défendre et à participer à une riposte collective si une .ajorité parle.entaire nouvelle s'avisait de réduire encore les droits des i .. igrés. Contrairement à ce que croient certains de nos amis, cette atti tude de défense et de cri tique n'est absolument pas contradictoire. Au contraire: il sera plus facile de mobiliser ceux qui, souvent, pâtissent des dispositions négatives de la réglementation actuelle s'ils savent qu'en même temps que nous leur proposons d'unir nos forces pour défendre les acquis, nous sommes engagés dans une lutte qui va plus loin, dont l'élan veut avoir une force suffi sante pour faire sauter certains verrous qui, aujourd'hui, limitent injustement le droit au séjour et interdisent souvent de vivre en famille en France. Défendre les acquis, ce n'est pas attendre qu'on les attaque: il risque fort d'être trop tard. C'est dès maintenant que les comités locaux devraient prendre contact avec toutes les organisations d'immigrés, les associations de solidarité et les syndicats pour prévoir une infor.ation préventive des .ilitants et de l'opinion et envisager à l'avance les .oyens d' action co .. une en cas de besoin. 1 l n'est pas trop tôt pour se préparer car il n'est pas impossible que les - 3 - élus de la droite cherchent à masquer leurs di fficul tés à se mettre d'accord sur un programme de gouvernement en s'attaquant aux droits des immigrés: la fraction la plus fragile et la mOIns bien défendue de la population françai - 5 e . SOLIDARITE AUX HERES D'ENFANTS ENLEVES EN ALGERIE Pour frais de justice, pour voyages et frais de séjour, les "mères d'Alger" ont des dépenses énormes (200.000 Frs environ). Pensez à envoyer vos dons à "MRAPSol idari té" comme Droit et Liberté l'a déjà demandé. Ces dons peuvent être déduits des impôts et seront versés totale. ent aux mères. Carte de résident Uans l'état présent des textes de l a loi de Jui llet 1984 et des décrets et circulaires d'application, un certain nombre d' immigrés ayant séjourné avec des titres réguliers depuis plus de trois ans - notamment une partie de ceux qui avaient fait l'objet de mesures de régularisation en 1981 et 1982 - se voient refuser la carte de résident, contrairement à l ' esprit sinon à la lettre- de la loi. C'est notamment le cas des chômeurs qui se voient attribuer une carte temporaire, quand ce n'est pas une autorisation provisoire ou un récépissé avec lesquels il est impossible, dans l'état actuel du marché du travail, de trouver un emploi stable. Certains d'entre eux qui sont en France depuis parfois de longues années, vont finir par se retrouver, de récépis sé provisoire en récépissé provisoire, "sans papiers " et placés dans l'obligation l égale de quitter le territoire. C le s t alnsl qu Ion fabrique des "clandestins" . Nous demandons, sans remettre en cause, dans les conditions actuel l es, les princip es voté s à 11 unanimi té par 11 Assemblée nationa l e (à savoir l e blocage de la régu l arisation des entrées de travai l leurs étrangers à partir de 1981) que tous les immigrés (2) régu l ièrement autorisés à résider en France dep uis au moi ns trois ans soient inclus da ns les catégories auxquel l es l a carte de ré s ident est délivrée de plein droit . Etant donné que, depuis 1982, les i ntroduct i ons de t r av a i 11 eur s ét r an ge r s so nt sévèrement li mitées, notre dema nde ne ri sque pas d l augme nter l e nombre des immigré s , mai s permettra seu l ement de do nner à ceux qui so nt r ég.u li èreme nt r entrés en France depui s troi s an s ou plus une s écur i té qui ne l eur est pas acc ordée act uell em en t . (1) Voir Droit et Liberté , Déc. 85-Janv . 86, pp . Il à 13 . (2) Mi s à part l es ét udiants qui rel ève nt dl un s ta tu t pa r ticulier . Dans notre prochain nuaéro, la sui te de cet article : le droit de vivre en faaille en France et la situation des jeunes de 16 à 18 ans. Une action commune Voici le texte de la pétition présentée par les huit associations ci·dessous indiquées. Les soussignés, tout en restant conscients des iaperfections de la législation en vigueur, ont approuvé les aesures votées à l'unaniaité par l'Asseablée Nationale, en juillet 1984, en vue d'accorder aux travailleurs iaaigrés, régulièreaent installés en France, un titre un i que de sejour et de travail de dix ans, renouvelable de plein droit, appelé carte de résident. C'est avec surprise et tristesse qu'ils constatent que, contraireaent à ce qui avait été annoncé, certaines catégories d'iaaigrés se voient refuser une carte de résident alors qu'ils sont régulièreaent installés en France. Notaaaent: - des titulaires de cartes teaporaires (aention salarié ou co .. erçant) en France depu i s plus de trois ans; des conjoints ou enfants de travailleurs iaaigrés installés en France à qui l'on refuse le droit de vivre en faaille; - des jeunes de 16 ans et plus ayant été scolarisés en France; - des ressort i ssants algériens qui sont souais à des dispositions encore plus précaires que l es autres étrangers. Les soussignés, convaincus que la gauche se trahirait et trahirait la confiance de ceux qui lui sont fidèles, S1 elle n' affiraai t pas claireaent que les i .. igrés non clandestins ont le droit de rester en France et d'y être respectés, deaandent au gouverneaent d'user de ses pouvoirs pour faire débloquer d'urgence la si tuat i on de ces personnes, conforaéaent à l' espri t de la loi de 1984. UNE ACTION COMMUNE CAIF-ClAP-FASTI ET MRAP POUR lA DÉFENSE DES DROITS DES IMMIGRÉS Le CAlF, la FASTI, un collectif d'associations, le MRAP et dl autres encore, se sont évertués depuis des mois, ensemble et séparément, à défendre différentes catégories d'immigrés victimes, du fait de la réglementation ou d'une interprétation restrictive de celle-ci, d'un refus de délivrance d'une carte de résident . Les rencontres avec les représentants des po uvoirs publics nlayant abouti qu'à des résultats très insatisfaisants (l'amorce dlun dialogue bien tardif et la solution de quelques cas individuels, mais aucune mesure de portée générale), la FASTI, le MRAP, le CAlF, le CLAP et quatre autres as sociations ont pris ensemble deux initiatives: le lancement d'une pétition déjà signée par plus - 4 - d'une cinquantaine de personnalités (voir le texte ci-dessus)et l'organisation d'une conférence de presse qui s lest tenue à Paris le 25 février. La conférence était présidée par Dominique Lahalle et le MRAP était représenté par Cl aire Rodier . A quelques semaines des élections législatives, il ne pouvait être ques tion d'espérer une réforme de la régleme ntation; les associations Si étaient donc mises dl accord pour centrer leurs interventions sur le déblocage d'un nombre limité de cas ou de catégorie s précises . Le plus important est sans doute 11 affirmation pub l ique dl une volonté dl agir ensemble et de placer la défen se des droits des immigré s au-dessu s des aléas de la politique intérieure . ACTION Dans les régions Une Fédération ne cache pas forcément les Comités locaux! Le dernier congrès du MRAP a insisté sur la nécessité de développer les fédérations départementales non comme un échelon bureaucratique supplémentaire, mais pour améliorer l' efficaci té du Mouvement, notamment comme le soulignent leurs statuts, en créant et regroupant les comi tés locaux d'un même département. Ce mois - ci, nous proposons une réflexion rapide sur l' activi té de la Fédération du Val-de-Marne. Cette Fédération compte 18 comités locaux . Le dernier s'est cree en janvier 86 à la suite de la publication dans un journal local d'un article: "A quand une mosquée à L' Hay? " qui recensait les naissances d'enfants à noms "pas de chez nous ' ! Si, parmi eux, SIX comi tés n'ont qu'une existence juridique leur permettant avant tout de se mobiliser contre une mani festation locale importante de racisme, douze autres en revanche développent une activité importante dans de nombreux domaines et res sentent davantage la nécessité d'une Fédération. Sans parler au nom des comités locaux, mais en impulsant, en coordonnant l'information et l'action, le MRAP 94 fait circuler dans le département deux expositions : NOUVEAU-NES Ce ~ dernières semaines nous avons enregistré la création des comités locaux suivants

22. Lannion. 41. Blois. 75. CROUS de Paris. 82. Montauban 92. Colo.bes. 93. Le BlancMesnil. 94 . L' HaY-Les-Roses. 94. Li.eil-Brévannes. "Science et racis.e" dans des lycées notamment pour créer des clubs "bouillon de cultures" et "Dessins huoristiques antiracistes" dans des lieux culturels. Dans le domaine de l'école, le MRAP 94 a dénoncé les fermetures de classes , notamment dans les ZEP et intervient à l'Ecole Normale de Bonneuil ou avec le CEFISEM. La Fédération organise 2 stages par an (un samedi après - midi), le dernier sur l'apartheid, le 27 janvier, avec comme souci d'envisager des actions préc ises des comi tés. Ont été abordés précédemment: l'habi- · tat, le néo-nazisme, l'historique du MRAP. Pas de fédérations sans comités locaux La Fédéra t ion rencontre les instances départementales des associations d'immigrés, des syndicats, comme actuellement pour dénoncer les mesures de la CNAF supprimant les allocations des enfants de chômeurs restés au pays. Des réunions avec le Préfet ont permis de hâter la délivrance de cartes de séjour, d'améliorer l'accueil dans les commissariats, les services de la Préfecture et des deux sous - préfectures. Avec le Conseil Général, des approches communes ont permis de poser la question d'aires de stationnement pour Tsiganes et Gens du Voyage, du développement du logement social et de foyers de travailleurs dans toutes les communes. La Fédération organise cette année les 5èmes Journées cinématographiques du Val-de-Marne "L'oeil vers ... le Maghreb" dans 15 villes et 20 lieux culturels. Elle prépare - 5 - un concert au niveau départemental et une course-relais, " les foulées de l · amitié li • En outre, s'organise l'entraide entre co mi tés. Des équipes venant d'autres villes aident à la vente de Différences sur les marchés de comités locaux récents et permettent de contacter les gens, de faire des adhésions. D'autres aident à tenir un stand lors d'une manifestation locale ou départemen tale. Cela rompt 1 isolement des comités dont certains envisagent même des actions sur 3 villes voisines. Enfin, une équipe s'est cons tituée pour proposer aux radios locales une émission hebdomadaire d'une heure sur les aspects positi fs de 1 a présence de communautés différentes à l'entreprise, dans les ci tés, à l'école émission notamment en direction des jeunes. Une Commission Education départementale se constitue pour recenser et impulser les actions interculturelles, de l'école maternelle au lycée. Tout ceci se fait parfois avec difficulté, n'aboutit pas t oujours. Mais la Fédération - tout en jouant son rôle de partenaire avec les associations et les insti tutions départementales - regroupe des adhérents de différents comités locaux prêts à s'investir dans un secteur (école, logement, jeunes, radio, Journées cinématographiques, courses-relais, concerts, culture, promotion de Différences, etc.). Ainsi, la Fédération loin de remplacer les comités - les inci te à agir dans différents secteurs et plus en profondeur dans leur propre ville. Fédération et comités ne font pas double emploi; ils s'enrichissent l'un l'autre. G. Coulon ACTION ---------------------- --------- ---- -- UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU MRAP Le MRAP a déposé auprès du minis t ère de l'Education Nationale le projet d'une Université d'Eté du lundi 7 juillet au matin au vendredi 11 juillet (soir) sur le thème: Identité j Culture ( s) j Nation. Il s ' agit de mleux prendre en compte l'interculturel dans l'école de la République ( approche théorique et compte-rendu d'expériences pédagogiques) . Cette université d'été s'a dresse aux personnels de l' Education Nationale (enseignants de la maternelle à l'université, formateurs) et aux responsables d' associations, animateurs, etc. Comme l'an dernier, elle se tiendra vraisemblablement au Centre International d'Etudes Pédagogiques de Sèvres (métro: Pont de Sèvres) où des chambres sont disponibles. Logement, repas de midi et documents gratuits. Remboursement des frais de transport pour les participants de province. Parlez-en autour de vous. Inscrivez - vous. Contactez la Commission Education du MRAP (JeanPierre Barlier ou Gérard Coulon) 89 rue Oberkampf, 75543 PARIS CEDEX 11. CULTURES JUSTICE Refus de service, encore et toujours ... REFUS DE SERVICE: un délit réprimé par la Loi de 1972. Malgré quelques condamnations exemplaires, il est encore fréquent que des cafés, ou des boîtes de nui t, refusent l' entrée à ceux dont le "faciès" ne leur convient pas. Ainsi: à Besançon, le 5 mal 1984, M. Charif accompagné de sa femme et de sa belle-soeur, se voyai t refuser l'entrée de la discothèque "Le Babylone" à Besançon. Le portier expliquait qu'il avait des consignes: que les deux femmes (françaises) pouvaient rentrer, mais qu'en ce qui concernait M. Charif, c' était complet. Après beaucoup de déboires (la gendarmerie ayant, dans un premier temps, refusé d'enregistrer la plainte), l'affaire est venue devant le TGI de Besançon. Le comité local du MRAP de lons -ole-Saunier, défendu par Me Dufay, était partie civile aux côtés de M. Charif _ Le 7 janvier 1986, le Tribunal a condamné, en application de la I. oi de 1972, le responsable du "Baby lone" à 2.500 Frs d ' amende et 1.000 Frs de dommages et intérêts. à Villeneuve-sur-lot, le patron du bar "Le Tortoni" accepte "à la rigueur" de servir les Maghrébins à l'intérieur de son établissement, malS estime qu'en terrasse, ils risquent de gêner sa clientèle. Le 23 août 1985, un incident survenai t à la sui te de cette pratique, en présence de membres du comité local du MRAP et de la police appelée par ceux-ci. Une plainte a été déposée pour faire condamner le cafetier raciste. à Blois, lors de l'arrivée dans cette ville du cortège "Convergence 84", le gérant du café "Le Moderne" connu pour ses pratiques discriminatoires , refusait de servir les jeunes marcheurs, et ce, devant la délégation qui les accueillait et les journalistes présents. Là aussi, une plainte est en cours à laquelle le MRAP est associé. Par manque de place, nous n'avons pu signaler dans nos précédents numéros, un nombre important d'initiatives de la dernière période. un mois, aux Mureaux, en particulier avec "Laisse béton" où 2 enfan t s pris entre l'école et les H.L.M. r ê ven t des' en fui r a u x U . S . A .; à Do 1 e t ( 63 ), 4 courts - métrages réalisés par de jeunes immigrés ou le 5ème Festival du film antiraciste d'A.iens avec 2 thèmes notamment : "Black Hollywood" ou l'image des Noirs dans le cinéma hollywoodien des origines à nos jours et "érotisme et sexualité dans le cinéma brésilien. Enfin, des débats autour d'un film: Le thé au harem " à la Seyne, "Alamo Bay" dernière production de Louis Malle , où une petite communauté américaine est confrontée à l'arrivée de réfugiés vietnamiens (à lunel) . ' La voi x du purgatoire" sur l'apartheid à Villeneuve-sur-lot, "Shoah" de Lanzman sur le génocide juif à Saint-Etienne, "Un dessert pour Constance" de Sarah Maldoror à Creil, "Venus d'ailleurs" de Catherine et Claude Rich à Rechèvres (28). Le cinéma caraîbe sur le thème du voyage, du rebelle, de l' identi té culturelle a été abordé avec "Le sang des flamboyants", très beau film de François Migeat à Agen, ou "Rue Cases Nègres" à Yerres. La plus grande part revient aux projections de films. Qu'il s'agisse d'une semaine du cinéma antiraciste (avec aussi un après-midi réservé aux jeunes, des projections dans les lycées) organisée par le comité de la Corse-Sud qui prévoit des projections en langue arabe dans les foyers d' immigrés au printemps; du 6ème Festival du film antiraciste décentralisé dans les quartiers de Valence avec notamment "Train d'Enfer"; de la semaine de Fontbarlettes (38) en direction des maternelles et primaires avec "Julia chez les Berbères " (ou les coutumes et leur perception en France), "Johny" (qui traite de la circoncision), "Louise, l ' insoumise " (l'environnement d'une jeune Tunisienne) et même une représentation théâtrale par la troupe "Rose des Sables" sur "Les enfants d' Aîcha" (les filles face à leur famille et à l'entourage). De même, des séances pour enfants ont eu lieu tous les mercredis pendant - 6 - ÉLECTIONS Élections Ce qu'a dit et dira le MRAP Ce numéro de Droit et Liberté, que la plupart des lecteurs recevront après les élections du 16 mars, est mis sous presse une semaine avant. Quels que soient les résultats de cette importante consultation, ce que nous voulons souligner dès maintenant, c'est qu'en toutes circonstances, le MRAP entend développer l'action entreprise: contre les mensonges xénophobes, qui font des "immig rés " les boucs émissaires de toutes les difficultés; pour les droits de cette population, appelée nag u ère en France en fonction des besoins de l'économie et de la démographie, qui y a fait souche et prend part à tous les aspects de la vie économique et sociale; pour l'épanouissement de notre société plurielle, dans la reconnaissance de l' identi té de tous ceux qui la composent. Ces thèmes ont été ceux de la "campagne électorale" du MRAP. Ils ont été exposés à Paris, le 19 février, lors d' une conférence de presse qui a eu un certain écho dans les médias. La venue de M. Le Pen dans certaines villes a provoqué des rassemblements de protestation, à l'appel de diverses organisations, dont le MRAP, notamment à Valogne (Manche), Rennes, Orléans, Nancy. Les comités concernés, ainsi que d' autres, ont estimé par ailleurs nécessaire d' argumenter auprès de l'opinion publique , de la mettre en' garde contre la démagogie raciste, à travers des réunions publiques, des articles ou des émissions des conférences de presse, des tracts, des affiches. C' est ainsi qu 1 à Valogne, ont eu lieu également une fête interculturelle et une soirée cinématographique avec "Train d' Enfer", en présence du réalisateur, Roger Han in. A Rennes, George Pau - Langevin, présidente du MRAP, a prIS la parole, le 7 février devant 150 personnes, avec le sociologue Augustin Barbara . Elle intervenait également, le 28 février à Mourenx, dans les Pyrénées Atlantiques. A Gardanne (Bouches-du-Rhône) le 7 février , Albert Lévy, secrétaire général, a animé un débat inti tulé : ilLe racisme, un programme ?" Le matin, il avai t été interviewé par deux radios libres, à Marseille. A Béziers , le Il février, c'est le Père Christian Delorme, qui était l'invité du MRAP, soutenu par plusieurs autres associations, pour un débat sur le thème : "Les jeunes et l ' immigration". Racisme, je te hais ... Notre comi té de Li.oges, avec la Ligue des Droits de l'Homme, SOS-Racisme, la F.E.N., l ' Union Rationaliste, la Libre Pensée, accueillait, le 18 février, Me Michel Tubian a, secrétaire gé néral de la LDH . Les débat par problèmes le MRAP propos és au durant cette campagne notamment le droit de vote des immigrés - ont été le 7 février au coeur de l'Assemblée Générale de la Fédération de Charente (et des compte - rendus publiés dans la presse régionale). A Saint-Denis (93), c ' est après la projection du film "Black Bri tannica", que le Club Jeunesse et l'Association des Femmes des Francs - Moisins , l'A.T.A.F., le MRAP et SOS- Racisme, organisaient en - 7 - commun, le 15 février, un débat sous le titre: "Racisme je te hais. Egalité, je te veu x" . Dans le même département, le MRAP et SO S- Racisme dénoncent ensemble , par un communi qué, l'utilisation malveillante de 1 1 immigration "à des fins bassement électorales" dans le journal du candidat RPR. Aux Mureaux (7 8), le comi té du MRAP répond en détail, dans un communiqué repris par la presse locale, au discours de Le Pen, en déploran t qu 1 une salle municipale ait été accordée à celui - ci. Dans l'Oise, l'Appel Commun à la Fraterni té, publié le 15 novembre au plan national, a été contre signé et diffusé en février par les porte-parole des diverses confessions, les organisations maçonni ques, la Ligue des Droits de l'Homme et le MRAP de l'arrondissement de Senlis. A Agen le 8 mars, la Fédération du Tarn-et-Garonne a organisé une journée d' étude sur la délinquance et l ' immigration, avec le concours de plusieurs spécialistes . le MRAP était représenté par deux membres du Bureau National: Alain Miranda et Dominique Lahalle, anima t eur de la Commission Immigration. Signalons également que la Fédération de Paris a successivement distribué des tracts explicatifs sur la délinquance et sur le "coût social" des immigrés, lors d ' importantes mobilisations mili - tantes à la Gare Saint-Lazare, tandis que les comités locaux poursui vent dans plusieurs arrondissements la diffusion de Différences sur les marchés. Le comité 1ge - 20e a tenu, le 1er f év rier, un débat, en présence de 120 personnes, sur le droi t de vote des i m m i gré s , sui v i d 1 un con c·e r t a v e c le chanteur Faw zi El Aîdy. La presse annonce, d' autre part, qu'à La Rochelle, le MRAP et SOS-Racisme ont décidé, lors de la venue de Le Pen (4 février) de manifester le jour-même sous deux formes: par des affiches sur les murs de la ville et la distribution massive de tracts. ICI ET L.À IMAGINATION Les Comités Locaux du MRAP font preuve souvent de beaucoup d'imagination et de créativité. Nous nous plaisons à recommander les ouvrages suivants qui ont été récemment publiés par quatre d'entre eux: - Y'EN A MRAP B.D. sur le racisme. CL d'Angoulême. - VIVRE ENSEMBLE AVEC NOS DIFFERENCES

poésies antiracistes.

CL d'Agen. - CONNAITRE LE RACISME : Colloque de Formation, nov. 84. CL de Grenoble. - ESCLAVAGE ET MEMOIRE NANTAISE: Plaquette réalisée avec la collaboration du CL de Nantes. Tous ces recueils sont en vente, soit au siège des CL mentionnés, soit au siège national. LE RIVOLI-BEAUBOURG ENCORE EN RUINES Eh! oui. Il y aura un an L 29 mars qu'une bombe faisait sauter le "Ri vol i-Beaubourg", où se déroulait un Festival du Cinéma Juif. Di x-huit blessés. Et une salle dévastée. Celle-ci est aujourd 'hui encore dans le même état de désolation. La société qui l' exploi t ai t est au bord de la faillite (car certains frais, comme le loyer, ont continué de "courir" et des factures restent impayées). C'est que, malgré une aide accordée par le ministère de la Culture, il manque encore 700.000F pour entamer les travau x. Le maire de Paris a refusé jusqu'à présent toute subvention. Le MRAP, alerté, est intervenu auprès de lui et du président du Conseil Régional d'Ile de France; il s'est adressé aussi aux présiden t s des groupes des deux assemblées. L'actrice Jeanne Moreau a lancé un appel pressant aux membres de la profession cinématographique. Laisser cette salle en rui nes, ce serait permettre aux terro ristes racistes d'imposer leur sinistre loi! CARNET ____ _ NOS DEUILS Le peintre LORJOU qui vient de mourir, et dont l ' ar t était inséparable de sa volon t é d'éclairer la r éali té et de combattre les tares de la société, était un fidèle ami du MRAP A plusieurs reprises, il avait manifesté son soutien en offran t ses oeuvres lors d'expositions- ventes au profit de notre action . Le MRAP présente ses condoléances à sa famille. Le 22 février est décédé le général Jacques Par i s de Boll ard ière. Le MRAP s'honore de l'avoir compté au nombre des personnali tés du Mouvement . En effet, cet éminent officier, intègre et généreu x, après avoir été très actif dans la Résistance, a sauvé l'honneur de l'Armée française en 1957, s'élevant solennellement contre la pratique courante de la torture en Algérie, ce qui lui a valu alors 60 jours d'arrêt de forteresse . Mis à la retraite en 1961, son amour du pacifisme l'amena à consacrer toute son énergie au x grandes causes humanitaires de notre temps, dont la lutte contre le racisme et pour la pai x. Dans ce cadre-là, soulignons, entre autres. sa présence, le 23 novembre 1983, pour remettre - au cours d'une cérémonie à la valeur hautement symbolique - la Légion d'Honneur à Josette Audin, dont on sait l e rôle courageux qu'elle a tenu avec son mari dans la lutte contre l'oppression coloniale en Algérie, et la signature de la récente pétition sur les droits des immigrés qui a été un de ses derniers actes avant de nous quitter. Nous dis ons à sa femme et à sa famille nos sincères et fraternelles condoléances. - 8 - Nous avons appris avec étonnement et tristesse le brusque décès de Jacqueli ne BERNIS, âg ée de 62 ans. Ancienne secrétaire aux Etudes Tsiganes, elle avait apporté un précieux concours à notre Commission "Tsiganes et Gens du Voyage . Elle était membre du co mi t é d'Aubervilliers. Lors de ses obsèques à l'é glise de Bobigny, le lB janvier, on a pu découvrir les aspects aussi mul tiples que discrets de ses activités. Mouloud Aouni t et des camar ades d'Aubervilliers, Bertrand Bary pour la Commission "Tsiganes", étaien t là pour témoigner de l ' ami tié du MRAP. Nous avons appris avec peine la dispari tion du Docteur Benja.in GI NSBOURG , président- fondateur du Cercle Bernard Lazare, peu de temps après le décès de son épouse Mme Jeanne GINSBOURG . Le Docteur GI NSBOURG avait été membre du Bureau National du MRAP . Nous exprimons nos condoléances à sa famille et à ses proches. NA I SSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Yac i ne , fils d'Anne et Abdou ALAOUI, petit - fils de Renée et Jean BERTH IER, ce dernier Président du comité du MRAP de Clermont - Ferrand. Que tous trouvent ici, avec nos voeux les mei l leurs, l ' assurance de no tre amitié . Droit et Liberté 89. rue Oberka.pf. 75011 PARIS Téléphone : 48.06.88. 00 CCP 9 239-81 Par is Directeur de la publication René Mazenod lIaquette Véronique Mortaigne Secrétar iat de rédaction Monique Khellaf Co. it' de rédacti on Bertrand Barv. Gérard Coulon , Claude Gavoille. René Mazenod 10 de C088ission paritaire: 61013 I.priaerie de Montligeon (61) Abonne.ent d'un an : 80 r

Notes

<references />