Droit et Liberté n°352 - octobre 1976

De Archives
Aller à : navigation, rechercher
    • Ni haine ni faiblesse par Henri Nogueres président de la L.D.H. page 7
    • Les nostalgiques de l’étoile jaune par David Douvette page 8


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Sur le vif: Afrique australe page 10
    • Le pouvoir blême (Afrique Australe)
    • Dossier: ou commence le racisme par Marc André Bloch page 19
    • Vos droits, vos libertés: en cas d'expulsion par Monique Gervy page 25
    • Action: du débat aux actes par Jean Pierre Garcia page 28



Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

le seul spécialiste Hi-Fi Télévision qui·",o se vous signer le 2 "CONTRAT DE CONFIANCE" 93-BONDY: 123 à 155, Av. Gallieni. Bus 147 0 (A, Poli$sard). , 50 , rue des Francs-Bourgeois 75003 PARIS TISSUS - DOUBLURES Tél. : 277.53.20 BOUTONS BOUCLES FERMOIRS GALONS Téléphone: 260.31.93 113, rue d'Aboukir PAR 1 S aE"~'1-~"O~ ~écdeonj NOUVELLE VAGUE DANS LA PEAU ~o!?HOP lOT. RUE DE TURENNE, 75003 PARIS ~ 272 62-14 • prêt à porter masculin mesures 11, rue Léon Gambetta - 59000 LILLE Ouvert le Dimanche matin Tél: 54.91.44 l REMYREL CRÉATIONS 6, rue des Filles du Calvaire 75003 PARIS 272.39.90 tjaJ!1eü - mtll0'luinfuie - ~tzes excd.Il8i~ pOlll ClltlUSSelll$ !ll06 - 1 2 !1l(16 im'P0lt - (lX'Pt1lf l1latais ~ btJ~ Jé'Positaitll ba91l9ll6 'lUions llt Itat~~itll 28, tUll Ju tem'Pie 'Patis 75000 oe 278-48-50 la mécanique des bons canapé-lits mica diffusion de créations françaises et étrangères 13, rue Vauquelin 75005 PARIS 707.17.60 331.72.16 BONNETERIE . LAYETTES CORSETS SUR MESURE - Etablissements BERCEPAS Madame F. WAECHTER 2, rue,du Grand Rabbin J. Bloch, 67 HAGUENAU Fabrique de confection ALTA 24-26 et 33-35c passage du Caire 7500ZPARIS Télé"phome 236.09.89 ec.éalionâ. (~I~l'IIISSIA prêt à porter ROBES ENSEMBLES 50 ter, Rue de Malte 75011 PARIS Téléphone : 355.86·28 3 _ courrier _ assez de haine! Rapatriée d'Algérie avec mon père inspecteur des douanes et ma mère en juin 1963, et bien qu'handicapée physique ne touchant que 1 000 francs par mois, je tiens à participer au soutien de tous les musulmans qui sont venus en France se faire casser la figure en 1914 et 1945. La manière dont ils sont traités et logés à Blagnac, me révolte. Je ne suis allée à l'école que 4 ans et demi en tout et j'ai peu d'instruction. Puisque je ne peux plus travailler mais que je sais tricoter et crocheter, je vais me mettre à leur disposition. Il faut que la France nous dédommage du mal qu'elle nous a fait et qu'elle ne mette pas 130 ans pour nous comprendre. Assez de haine dans nos coeurs, qu'il n'y ait plus de guerre fratricide. Nous avons tous tant perdu! Mlle Renée GALEA 31780 Blagnac ., . J al vu ... Je vous signale, dans la revue Télé-Poche, un roman-photo qui sembie faire montre d'un certain racisme, en présentant de bons Européens, purs, honnêtes et innocents, victimes d'un odieux trafiquant de drogue (basané, épaisses moustaches) répondant au nom d'Abdal. Autre fait : à la station Montparnasse, à 0 h 30, le 24-25 août, j'ai vu trois individus (blouson kaki, avec un insigne portant /'inscription: « Assermenté ») importuner un jeune Nord-Africain. Parce que, parait-il, il n'avait pas payé, ils lui demandaient ses papiers. L'un d'eux déclara qu'ils n'étaient pas de la police. Je n'ai jamais pu savoir s'ils avaient ou non le droit d'appréhender les gens. J. NEGONI Paris-15e un degré dangereux L'article de Théo Saint-Jean dims le numéro de juin de Droit et liberté n 'a fait que me fortifier dans /'impression que j'ai à chaque retour en France, celle de constater que le racisme et la xénophobie atteignent dans notre pays un degré dangereux d'hystérie collective (soigneusement exploité par le gouvernement, d'ailleurs, mais ceci est un autre problème). 4 J 'ignorais par contre, faute de lire Minute et ses semblables, que certains journaux excitaient aussi ouvertement les sentiments'de la population. J'ai été satisfait de voir que le M.R.A.P. poursuivait en justice les auteurs d'incitations au racisme et les journaux qui les publient. Je souhaite que le M.RA.P. ait les moyens de poursuivre cette action. Je serais heureux si ma modeste contribution pouvait aider le Mouvement dans les poursuites judiciaires engagées ou à engager à l'encontre d'auteurs d'écrits racistes. Il y a en effet des choses que l'on ne doit pas laisser dire. Dr Jean-Pierre DEDET Sidi Ferruch (Algérie) oncle jacob Votre revue? Une bouffée d'humanité! Bravo et merci. Pour que l'utopie devienne réalité, voici ma contribution financière. A toutes fins utiles, je vous signale l'excellent travail du Théâtre Populaire de Lorraine qui avec sa pièce (( Histoires de l'oncle Jacob» ne peut vous (nous) laisser indifférents et mérite une audience nationale. Bien cordialement. M. O. JUNG 54700 Pont-à-Mousson coup-bas Je tiens à vous signaler que des inscriptions ont été faites à la peinture au pistolet sur la porte de ma cave, dans l'ensemble où je réside, suivant le schéma ci-après : Je ne peux déterminer à quelle date exacte cela s 'est produit, n'étant pas descendu depuis 3 à 4 mois dans ma cave. Il est, par ailleurs, obligatoire de posséder une clé principale pour l'accès aux caves. Je vous serais obligé de bien vouloir me signaler si ce genre de problème s'est déjà produit dans ce quartier, et quelle attitude dois-je adopter? N.D.L.R. B.T. 92100 Boulogne Plusieurs cas nous ont été signalés, récemment, d'inscriptions antisémistes dans des immeubles, à Paris. Nous pensons que ceux contre qui elles sont dirigées doivent porter plainte immédiatement et alerter le M.R.A.P. Notre consultation juridique reçoit, rappelonsle, le mercredi de 18 à 20 heures et le samedi de 10à 12 heures. au sommaire _ l'événement _ ni haine, ni faiblesse ........... p.7 les nostalgiques de l'étoile jaune ............... p.8 _ sur le vif _ l'afrique australe ............... p.1 _ point chaud _ le pouvoir blême ............... p.12 _ dossier _ éducation à la fraternité _ où commence le racisme? ................... p. 19 _ vos droits, vos libertés _ en cas d'expulsion ... . .. . ...... p.25 _ action _ du débat aux actes ............ p. 28 et nos rubriques habituelles ... la couverture est de jean-yves treiber paris-prétoria Voici la lettre que j'adresse ce jour au directeur de France-Inter : Je paie ma redevance, j'écoute votre poste. Je suis parfois tenté de vous écrire, mais ne le fais point. Ce matin, pourtant, je me décide, après avoir subi le commentaire fait à 7 h 30 sur la vente d'une centrale nucléaire à l'Afrique du Sud. Je conçois que le métier de journaliste à la radio soit difficile, en France, en 1976. Mais on peut, me semble-t-il, rester dans les bornes de la décence. Je ne crois pas que cela ait été le cas, et je tiens à le dire. A l'exception de quelques phrases plaquées en conclusion pour donner /'illusion de l'objectivité, c'est à l'apologie dithyrambique de la décision gouvernementale qu'était consacré ledit commentaire. Toutes les justifications étaient avancées, y compris les plus démagogiques (avoir arraché le marché donnera du travail aux chômeurs). Rien, bien sûr, n'était dit des motivations réelles du gouvernement, rien d'essentiel des desseins de l'Afrique du Sud. Ce n 'était pas de /'information, même orientée, mais la « couverture », habile sans doute, de ce que je ne suis pas le seul à considérer comme une infamie politique de première grandeur. B. TOULAS 94400 Vitry deux crimes Il y a quelque temps, un meurtre atroce a été commis à Roubaix : une fillette a été violée, puis étranglée et jetée par la fenêtre du 3· étage. Le meurtrier était ivre. C'est un homme qui avait chassé de chez lui sa femme et ses trois enfants. Cette information n'est passée que dans les journaux locaux, et à la télévision régionale. Pourquoi tant de discrétion sur un tel crime, alors que, peu après la France entière était en émoi lors du meurtre, tout aussi répugnant, du petit Philippe, à Troyes. On ne peut s 'empêcher de penser que le racisme joue un rôle dans les réactions de la presse et de l'opinion: la fillette sauvagement assassinée à Roubaix, Nora Medhani, était algérienne, et son bourreau français. Imaginons ce qui se serait passé si les nationalités avaient été inverses! Ne peut-on pas éprouver la même émotion devant un même crime, quelles que soient les origines de la victime et du coupable? J'espère que vous dénoncerez cette injustice. Geneviève de BEAUCORPS 59200 Tourcoing 120, rue salnt-denla, 75002 parla téléphone 231.09.57 - c.c.p. 6070-98 parla directeur de la publication albert lévy rédaction jean-louis sagot-duvauroux maquette lucky thiphaine publicité au siège du journal ABONNEMENTS • UN AN 50 FRANCS. SOUTIEN 100 FRANCS ANTILLES REUNION MAGHREB AFRIQUE FRANCOPHONE LAOS CAMBODGE NOUVELLE CALEDONIE 55 FRANCS AUTRES PAYS 75 F - CHANGEMENT 0 ADRESSE 2 F droit et liberté. nO 352. octobre 1976 _ éditorial _ ., pieges La réprobation du racisme pèse aujourd'hui d'un tel poids dans les consciences et dans la vie nationale qu'on voit se multiplier les tentatives pour en réduire la portée, pour dévoyer la lutte antiraciste. Ces manoeuvres en recul sont de bons signes. D'abord le camouflage. Après le génocide des populations juives d'Europe, à l'heure de la décolonisation et de la révolte contre l'apartheid, les racistes ne peuvent guère se montrer à visage découvert. Ils doivent biaiser, se justifier laborieusement. S'adapter aussi: le plus souvent, ils parlent de vrais problèmes, avec des faits et des chiffres, sans haine apparente en faisant appel au Il bon sens Il. Il faut parfois beaucoup de clairvoyance et une bonne information pour démasauer leurs tricheries, pour reconnaître les pièges qu'ils tendent à travers les innombrables difficultés de la vie quotidienne. D'autant plus qu'ils enveloppent leur démarche d'un brouillard tranquillisant: (( Je ne suis pas raciste, mais ... )) Certes, des groupes nazis et leurs publications annoncent carrément la couleur. Ils représentent un réel danger, et il faut donc les combattre, exiger des pouvoirs publics leur mise hors d'état de nuire. Mais ce serait tomber dans un autre piège, et de taille, que de les isoler du contexte, et de fonder l'action antiraciste sur une (( chasse aux nazis )) vengeresse plus ou moins tournée vers le passé. Ceux qui portent la responsabilité du racisme présent et qui le fomentent par des moyens plus subtils, sont toujours prêts à se dédouaner en condamnant, la main sur le coeur, les héritiers directs d'Hitler et leurs provocations grossières: l'essentiel, pour eux, étant d'apparaît re antiracistes pour avoir prise sur les esprits désarmés. L'un des moyens les plus fréquemment employés pour tromper autrui (ou se tromper soi-même) est l'antiracisme sélectif : on prétend défendre certaines victimes du racisme, tout en manifestant de l'hostilité envers d'autres. Se poser, par exemple, en soutien des juifs et propager, en même temps, la haine anti-arabe n'est pas plus acceptable que l'attitude inverse. La situation au Proche-Orient reste génératrice - de part et d'autre - des confusions les plus profondes, des invectives les plus outrées. L'antiracisme ne saurait consister à les encourager, mais, au contraire, à favoriser la compréhension des droits et des aspirations de tous, surtout quand le conflit politique déborde sur le terrain ethnique ou religieux. On ne peut combattre un racisme sans les combattre tous ... Il n'est pas étonnant que les passions politiques jouent un grand rôle dans les déviations de la lutte antiraciste. Pour certains, la condamnation d'un parti, d'un gouvernement, d'un régime vient d'abord, et ensuite l'accusation de racisme pour les déconsidérer le plus possible. On insistera plus ou moins sur des méfaits réels, on les grossira ou les amenuisera selon que les coupables sont des amis ou des adversaires politiques. Ainsi naissent maintes diversions tendant, par exemple, à faire oublier les crimes de l'apartheid ou ignorer la gravité du racisme dans notre propre pays. On n'en finirait pas d'énumérer les obstacles qui surgissent sur notre route. De bonnes âmes vont répétant que le racisme existera toujours, quoi qu'on fasse: on imagine aisément la satisfaction de ceux qui l'entretiennent - parce qu'ils en tirent profit - lorsqu'ils entendent proclamer que ( nous sommes tous coupables! )) ... Ici, l'on se refuse à voir les implications politiques de la question, ce qui est une autre façon d'éluder les responsabilités. Là, on incite les victimes à se terrer, à regarder ailleurs, ou l'on tente de discréditer à leurs yeux ceux qui combattent effectivement le racisme. Dire, par exemple aux immigrés que (( les Français )) sont racistes, et dire aux Français que (( les immigrés )) les menacent, ce sont en quelque sorte les deux mâchoires d'un même piège ayant pour but de détourner les uns et les autres d'une défense unie de leurs intérêts communs ... Nous ne pouvons progresser qu'en démasquant ces erreurs ou ces attaques. Agissons sans relâche, et ne laissons passer aucune occasion d'apporter la clarté! A lbert LEVY 5 6


-----~---------------------------------------------------------- --- - ---

Toute votre vie vous vous souviendrez du mariage de vos rêves ... PR~NUPTIA® DE PARIS Tout pour les mariés, le cortège et les invités. 300 modèles de 249 F à 2500 F. MAGASIN PRINCIPAL: 18, rue du Faubourg-Montmartre - 75009 PARIS - Tél: 770.23.79 A PARIS, dans la région parisienne et les principales vil/es de France et de l'étranger. Catalogue couleur 88 pages contre 4 F en timbres. IMPORT-EXPORT PARIS NEW-YORK SPÉCIALISTE DU VÉRITABLE VÊTEMENT AMÉRICAIN JEANS - T. SHIRTS - SWEAT - SHIRTS VESTES TRAPPEURS - BLOUSONS 27, RUE DE TURENNE, 75004 PARIS TÉL : 622.41.03 - TÉLEX: 640392 F 11e. RUE RÉAUMUR. 7e002 PARIS ____ TÉL. : 233.e8.14 +. ___ _ 5 A II. L au capital de 100.000 PraDcl - M D AR 1 S MA NTEAUX - TAI LLEU RS - ROBES MAISON DE COUTURE 107, RUE REAUMUR,75002 PARIS EN GROS Têlêphone : 231 . 13 .10 + ROMY JUNIOR 257, rue Léon Gambetta, 59000 I.nIE Téléphone 54.84.36 CRÉATIONS EXCLUSIVES Prêt à Porter Féminin prévenir vaut mieux que guérir 97. rue d' Aboukir. 75002 PARIS 'm 236.36-59 , droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 7 les nostalgiques de l'étoile jaune Rarement. les groupes néo-nazis n'avaient déployé avec une telle impudence leurs nostalgies nauséabondes et criminelles, rarement on avait vu tant de frénésie chez les sycophantes de la solution finale et autres amoureux de l'ordre botté: 18 réunions d'anciens SS et d'hitlériens déclarés en R.F.A. pour le seul mois de septembre, un congrès nazi à la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis. Le M.R.A.P. peut néanmoins s'honorer d'avoir fait interdire par le Préfet de la Loire la manifestation nazie organisée le 26 octobre sous le prétexte de rendre hommage à l'ancien aumônier de la L.V.F. de la division de SS français Il Charlemagne Il, Mgr Mayol de Lupé. C'est en effet sur une information donnée par le Mouvement, que le conseil général de la Loire, a été saisi de l'affaire et que plusieurs organisations de résistants et de déportés ont fait entendre leur protestation. Pendant ce temps, le groupe Il Joachim Peiper Il; auteur de l'agression contre le siège national du M.R.A.P. continue à se manifester: saccage des éditions E.F.R., lettre de menaces adressées au M.R.A.P., comme si ne suffisaient pas les déprédations considérables dont le Mouvement a été victime lors de leur visite, et qui l'ont mis dans une situation difficile. On constate en outre, et parallèlement une recrudescence de l'antisémitisme dont témoigne l'activité de la permanence juridique. Ce n'est pas étonnant, puisque les groupes et les personnes qui ne se cachent pas d'en faire leur doctrine semblent pouvoir s'exprimer ou agir impunément. Toutes ces raisons nous ont amenés à lancer une information sur les réseaux néo-nazis et leurs activités, ainsi que leurs liens avec les criminels de guerre qui passent des jours paisibles en R.F.A. et ailleurs. Henri Noguères, Président de la Lig'ue des Droits de l'homme a bien voulu par quelques réflexions, montrer le sens vrai du débat. Nous commenceront l'information par un article de David Douvette qui montre l'extension internationale de la recrudescence du nazisme. Nous livrons également des informations que nous a fait parvenir le journaliste Patrice Chairoff, l'auteur de (( Dossier B comme barbouze Il. L'auteur est connu pour avoir longtemps fréquenté les milieux qu'il dénonce, aussi est-il bien placé pour en parler. C'est pourquoi nous avons pensé, dans un souci d'information, qu'il serait utile de faire connaître à nos lecteurs les précisions qu'il nous a donné. Mais l'enquête n'est pas finie, et nous poursuivrons dans le prochain numéro. L'Europe est depuis quelques années le théâtre d'une activité intensifiée des groupuscules néofacistes, qui, bénéficiant d'étranges tolérances dans leurs pays respectifs, proclament publiquement leur h'aine de la démocratie, se répandent en violents propos racistes que ne renieraient aucun de leurs pères spirituels nazis, tiennent congrès et participent légalement à la vie politique. Brûlant les étapes et ne pouvant maintenir leurs agissements antidémocratiques dans ce qu' il est convenu d'appeler la légalité bourgeoise, ils multiplient les complots, les attentats, les rapts et la violence afin de tenter de réitérer les coups de force de leurs modèles mussoliniens et hitlériens. Ils peuvent ainsi développer leurs agressions comme en témoignent les événements survenus en Italie ces trois dernières années et qui ont provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes. Ceux, plus récents, qui ont eu lieu en France, sous l'égide d'un pseudo groupe Peiper se proposent de venger à leur façon la mort supposée de l'ex-colonel S.S. et criminel de guerre Peiper par le plasticage et le saccage des locaux d'un certain nombre d'organisations antifascistes, juives, et antiracistes comme ce fut le cas pour le M.R.A.P. le 22 août dernier. 8 Les auteurs de ces attentats sont d'autant mieux connus qu'ils avaient bien avant leurs forfaits, annoncé leur détermination d'user de la violence pour faire aboutir leurs idées. Le M.S.I. en Italie, est mêlé très directement à tous ces crimes. En France, l'avocat Paul Léandri, membre du bureau du « Parti des Forces Nouvelles» avait lancé un appel dans ce sens lors d'un meeting de l'ex-(( Ordre Nouveau » au cours duquel Jean- François Brigneau, le rédacteur en chef de cc Minute)) avait exprimé en termes très clairs sa haine des travailleurs immigrés. 1973 et 1974 ont vu l'assassinat d'un grand nombre de travailleurs maghrébins, notamment dans la région de Mar- Allemagne en 1933? Non! Paris aujourd'hui. 0.: ci ci Z u.: o ë -c'. seille. On ne sème pas sans récolter. Ces crimes sont à ce jour encore impunis et sous des sigles sans cesse renouvelés, les néofascistes continuent très librement leurs activités en France comme en Italie, en Espagne, au Portugal. en r.f.a. Si les néo-nazis font parler d'eux à coups de bombes, les anciens nazis ne restent pas inactifs. Les S.S., depuis quelques mois, multiplient les rencontres dites amicales. Ils étaient à Hambourg le 8 août dernier; trois cents d'entre eux se sont retrouvés à Wurtzbourg les 19 et 20 septembre. L'autorisation avait été accordée par les maires socio-démocrates de ces deux vi lles. Wurtzbourg a la particularité de se trouver en Franconie, dans le land de Bavière, où règne, avec plus de 60 % des suffrages, l'ultra-revanchard Frantz Joseph Strauss dont les sympathies nazies ne sont plus à démontrer. Ces réunions ne sont certes pas les premières du genre. Ce qui est nouveau, c'est la publicité qui a été faite à celle de Wurtzbourg et l'annonce officielle de la présence d'anciens volontaires français, belges, hollandais ainsi que l'objectif clairement exprimé de tout faire pour effacer les « calomnies concernant les prétendus crimes qu'ils avaient commis » alors que prétendent- ils, ce sont les Alliés qui se sont rendus coupables des crimes dont on les accuse : et ils citent en exemple le camp de concentration de Dachau dans lequel auraient été martyrisés et assassinés les S.S. internés après la capitulation . De leur activité sanguinaire dans ce camp d'extermination, il n'est pas question. Ces déclarations n'ont pas fait sourcilier le gouvernement allemand. Comment s'en étonner? Depuis la capitulation nazie les S.S., criminels de guerre dûment jugés, condamnés par le Tribunal International de Nuremberg, n'ont cessé d'obtenir des libérations anticipées, des procès aux arrêts ridiculement dérisoires. La guerre froide sévissait et l'on avait besoin de leur compétence. Ils furent utilisés comme mercenaires, instructeurs, conseillers. Les délégués français à Wurtzbourg sont les anciens de cette Division « Charlemagne » dans laquelle furent versés les engagés volontaires français dans la Waffen S.S. la fameuse L.V.F. que Pétain salua un jour par ces propos : « Vous détenez une part de notre honneur militaire ». Les rescapés se retrouvent dans tous ces mouvements nostalgiques du nazisme et du pétainisme, qui placent leur espoir de voir triompher leurs idées dans le succès des mouvements néofascistes. droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 le feu mal éteint . Les deux néo-fascistes italiens impliqués dans l'attentat de la Banque de l'Agriculture, piazza Fontana à Milan, qui fit seize morts le 12 décembre 1969 ont été remis en liberté le samedi 28 août. Franco Freda et Giovanni Ventu ra, arrêtés le 28 août 1972, ont été libérés en stricte application de la loi sur la Il decorrenza dei termini Il qui rend obligatoire l'élargissement si l'accusé n'a pas été jugé après quatre années de détention. Les deux terroristes ont été assignés à résidence dans l'île de Giglio, au large de Livourne. Franco Freda, propriétaire des Il Edizioni di Ar Il (Via Patriarcato 34, à 35100 Padoue), continuait depuis sa cellule à diriger ses affaires. Il vient de faire publier, 55 ans après la première édition italienne, le faux tristement célèbre de Serge Nilus : ft Les Protocoles des Sages de Sion Il, ce classique du nazisme. Ce texte qui a fait en son temps les délices des antisémites, d'Henry Ford à PierreAntoine Cousteau, en passant par Streicher, Gobbels et Rebatet. se voit cette fois-ci augmenté d'une notice Il sur les circonstances mystérieuses dans lesquelles les Protocoles ont été rendus publics Il, de notes sur (( la correspondance eHective entre le plan exposé par les Sages de Sion et quelques évènements de l'histoire contemporaine Il. Le néo-nazi ·Claudio Mutti, proche collaborateur de Freda avec Massimiliano Facchini, a fourni sa quote-part avec une ft mise au point précise des termes de la question juive Il. La préface est celle de l'idéologue fasciste Julius Evola, rédigée pour l'édition de 1938 réalisée par Giovanni Evola : Il L'authenticité des Protocoles prouvée par la tradition hébraïque Il et ft Hébraïsme et occultisme Il ainsi qu'un texte de l'antisémite hollandais H. de Vries de Heekelingen : Il L'attitude du Talmud faee au non-juif Il et une fiche sur la question des noms de famille des juifs d'Italie termine l'ouvrage. Une édition française de brûlot haineux (dont le procès de Berne a largement démontré avant-guerre qu'il n'était qu'un faux grossier) est prévue dans les semaines à venir. M. Michel Poniatowski montrera-t-il autant d'énergie contre ce torchon haineux. qu'il vient d'en produire contre les magazines pornographiques 7 Nous l'espérons, en tout cas la balle est dans son camp .•• Pour l'heure, comme leurs « compagnons d'armes » de R.F.A., ils perçoivent des autorités fédérales allemandes des pensions militaires, alors que nombre des victimes du nazisme attendent encore la réparation des préjudices subis. Les associations d'anciens S.S. sont pour la plupart officiellement reconnues et sont regroupées au sein de la H.I.A.G. Ces criminels ont le droit de porter leurs médailles militaires dont la plupart ont été gagnées dans les massacres de juifs polonais, de Russes, de Français et autres populations civiles des pays occupés. Et pendant que les S.S. paradent et sont à la fête, les autorités ouestallemandes font la chasse à « l'ennemi intérieur» en privant de leurs emplois au nom du Berufsverbot un certain nombre de fonctionnaires coupables d'être communistes, démocrates, antifascistes. Avoir été interné dans un camp nazi est, dans ce climat une raison majeure d'être suspect. Les quelques poignées de manifestants qui ont tenté de s'opposer à la réunion de Wurtzbourg ont été brutalement chargés par la police. Le ministre de l'Intérieur a estimé que ces réunions étaient parfaitement légales et ne contrevenaient en Patrice CHAIROFF aucune fa çon à la Constitution allemande. D'ailleurs, n'est-ce pas un sénateur socialiste de Hambourg qui, en 1965, fit parvenir un télégramme de soutien aux revendications des anciens Waffen S.S. réunis à Redsburg? Ce sénateur avait pour nom Helmut Schmidt. C'est l'actuel chancelier fédéral. qui entend peser sur l'électorat de la France, de l'Italie et du Portugal et n'est pas prêt d'abandonner les politiques des « Interdits professionnels ». M. Schmidt pense que les ennemis de la démocratie ne sont pas les nazis mais ceux qui les combattent. D'autres avant lui ont pensé de même, qui furent, ensuite parmi les premiers internés des camps de concentration. David DOUVETTE A la suite du vol des chéquiers du M.R.A.P. et de droit et liberté lors de l'agression fasciste qui a eu lieu dans nos locaux, nous avons dü changer le numéro de C.C.P. de droit et liberté, qUI devient: 923981 Pafl.ç 9 • sur le vif. 10 Enfants namibiens dans une « township )) africaine. Misère d'un peuple auquel on a volé son pays ... Prises en Afrique du Sud et en Namibie, ces quelques images inédites nous informent à leur manière sur un monde où règne le racisme, mais aussi, au coeur des luttes pour la liberté ... l'espoir! Sur les murs de la ville blanche du Cap, l'inscription: « Give God a chance )) (donnez une chance à Dieu), transformée par un opposant anonyme en « Give detenees a chance )) (donnez une chance aux détenus). .., 1::

°ë -0 0 ë .t:: a.. -" ~ ~

-ë -0 ~ .t:: a.. Un enfant vend le journal dans la ville blanche du Cap. On peut lire en gros titre: « Soweto pupils dots : six dead )) (émeutes d'élèves à Soweto: six morts). droit et liberté. n° 352 • octobre 197:6 11 _ point chaud _ le pouvoir blême Il Y a un an des hommes d'affaires français déclaraient avec cynisme au journal sud-africain le Financial Mail (24/10/ 75) : « Les Frllnçais ne connaissent rien à l'Afrique du Sud si ce n'est l'or, les Springboks et le moU( apartheid )), Mais le reste n'est pas réellement une préoccupation en France, hormis pour un petit groupe de journalistes et d'intellectuels. » Le diraient-ils à nouveau aujourd'hui? Certes beaucoup a été fait, et notamment par le M.R.A.P., pour que la situation soit mieux connue, que la solidarité s'organise. Les luttes héroïques des peuples du sud de l'Afrique, les centaines de martyrs qui ont ensanglanté l'hiver austral de 1976 ont signalé ces pays à l'attention de tous les démocrates. Il reste pourtant beaucoup à faire, et le M.R.A.P. compte pour cela organiser une tournée de solidarité dans toute la France avec la participation d'un membre de l'A.N.C. (mouvement de libération de l'Afrique du Sud). C'est pourquoi, nous avons pensé qu'il serait bon de donner à nouveau dans droit et liberté, la fiche signalétique des trois pays d'Afrique australe soumis aux régimes racistes: la Namibie, le Zimbabwé et l'Afrique du Sud. afrique du sud Apartheid : un mot afrikaans (la langue parlée par les Blancs d'origine hollandaise) qui veut dire séparation. L'apartheid est la politique officielle de discrimination raciale qui rend le racisme obligatoire dans tous les domaines de la vie des habitants de l'Afrique du Sud. 12 1 250 000 km2 dont 13 % sont affectés aux Africains (bantoustans) et 87 % aux Blancs. Blancs : 4 millions; II' non-blancs» : 19 millions. Capitale : Prétoria. Premier producteur d'or du monde cal'i taliste. Depuis 1961 , l'Afrique du Sud est sortie du Commonwealth et est une République. Sur beaucoup d'aspects, l'Afrique du Sud peut se prévaloir d'être le premier en Afrique. Premier pays industrialisé du continent, mais aussi, premier pays « chrétien )) d'Afrique, première puissance militaire etc. etc. Mais au développement économique correspond une arriération morale et politique qui en fait un monstrueux fossile du colonialisme et de l'esclavage les plus rétrogrades. Au XVIIe siècle, les premiers colons hollandais s'installent dans la province du Cap. Les Boshimans et les Hottentots qui forment la population de la région sont pour la plus grande part massacrés, le reste réduit en esclavage, dépouillé de ses terres. Les descendants de ceux qui survécurent forment la communauté « métisse )) (coloured) du Cap. Tout le dix-huitième siècle fut une suite de guerres de conquête des Hollandais contre les royaumes qui se trouvaient plus au nord, installés là depuis parfois plusieurs siècles. Peu à peu repoussés dans de petites poches de résistance, dont les limites sont à peu près celles des réserves africaines actuelles (bantoustans). les premiers occupants du pays se virent contraints de se soumettre aux lois des Blancs. Au XIX· siècle, les Britanniques entreprirent de s'emparer du pays et menèrent une longue lutte d'influence contre les Hollandais qui se termina par la guerre des Boers et la défaite des Afrikaners (d'origine hollandaise). en 1902. Mais rapidement, les colons devaient faire cause commune, et former l'Union Sud-Africaine un dominion britannique qui jouissait de pouvoirs autonomes étendus. Jamais pourtant les résistances ne cessèrent dans la population africaine. En 1948, le parti Nationaliste, parti afrikaner, d'inspiration nazi, prend le pouvoir. Il instaure la politique de l'apartheid, qui officialise la discrimination raciale déjà existante, en lui donnant un cadre légal et répressif particulièrement rigide. Depuis lors, ce sera une succession de nouvelles restrictions aux libertés les plus élémentaires des « non-blancs )) , une accentuation permanente de la répression qui aboutira à l'interdiction des organisations politiques populaires, et en premier lieu, de l'African National Congress (AN.C.) mouvement de libération de l'Afrique du Sud, qui lutte désormais dans la clandestinité pour la libération totale du pays et la fin de la discrimination raciale. Les gouvernements de la Cinquième République ont apporté un soutien constant à l'Afrique du Sud, notamment dans le domaine militaire puisque la France est le premier fournisseur d'armes de l'Afrique du Sud. Mais l'Afrique du Sud constitue un enjeu économique et stratégique déterminant pour les dirigeants du monde occidental, ce qui explique leur acharnement à courir à son aide. C'est dans ce cadre qu'il faut également comprendre les grandes manoeuvres et petits conciliabules de M. Kissinger, pressé de trouver une solution moins explosive à la préservation des énormes intérêts américains dans la région. En faisant soigneusement la distinction entre l'Afrique du Sud d'une part, et la Namibie et le Zimbabwé de l'autre, il cherche à trouver pour ces deux derniers pays un accommodement qui ne mette pas en cause la dO'11ination blanche en Afrique du Sud. De la sorte, il espère que ce pays, économiquement puissant, et surarmé, pourra assurer sur ses voisins un contrôle que l'on prépare en cherchant une relève « noire )) accommodante. On comprend pourquoi le Secrétaire d'Etat n'a pas eu un mot pour les milliers de victimes qu'a fait la répression raciste depuis plusieurs mois, notamment parmi les étudiants et les élèves (plus de 400 morts « officiels )), des milliers de blessés et de personnes arrêtées sans jugement). Mais déjà se profile derrière la résistance héroïque du peuple sud-africain, les difficultés puis la défaite du régime d'apartheid, quoiqu'y fassent ses alliés. Avant la guerre de 14/ 18, le Sud-Ouest-Africain était une colonie allemande. Le père de Hermann Goëring, l'adjoint de Hitler en a été l'un des gouverneur. L'administration allemande s'est rendue coupable d'un effroyable génocide contre les Herreros, massacrant neuf personnes sur dix. Les Blancs de Namibie célèbrent encore publiquement Hitler; ici, la rue Goëring, à Windhoek. namibie 821 000 km2, plus d'un million d'habitants dont moins de 100 000 Blancs. Les réserves affectées aux Namibiens de souche forment 39 % du territoire. Second producteur mondial de diamant. Ancien territoire colonial du Sud-Ou est-Africain, actuellement occupé illégalement par l'Afrique du Sud. La Namibie a un produit national brut d 'environ 600 000 000 frs mais son revenu n'est que de 280 000 000 frs. La différence s'explique par les bénéfices prélevés par l'Afrique du Sud et d'autres pays comme la France. On comprend dès lors pourquoi l'Afrique du Sud refuse d'abandonner ce pays, alors que le mandat lui en a été retiré en 1966 par l'O.N.U. et que de multiples résolutions de l'Assemblée Générale et du Conseil de Sécurité l'ont enjoint d'abandonner immédiatement son occupation illégale. On comprend également pourquoi la France, ainsi que les USA et l'Angleterre, se sont toujours contentés de résolutions morales et ont régulièrement mis leur véto lorsque des sanctions devaient être prises contre l'occupant raciste. L'Afrique du Sud a établi le système de l'apartheid en Namibie. Après la défaite allemande, en 1918, la S.D.N., ancêtre de l'O.N.U. a donné mandat à l'Union Sud-Africaine, devenue depuis la République Sud-Africaine, d'administrer le territoire du Sud-OuestAfricain (Namibie) . Depuis les premiers jours de l'occupation allemande, les Namibiens ont lutté pour préserver leur indépendance .. Aujourd'hui, la lutte est menée par la S.W.A.P.O. (organisation du peuple du Sud-Ouest-Africain). seul mouvement de libération reconnu par l'O.N.U. Au moment où l'Afrique du Sud organise à Windhoek une soi-disant conférence constitutionnelle avec l'aide de personnages vendus, pour maintenir la domination raciste sur les richesses du pays, la S.W.AP.O. mène une courageuse lutte armée, avec le soutien de la population, en vue de la libération totale du pays, de son unification sur des bases modernes et antitribalistes, en vue de l'accès de tous les Namibiens aux richesses du pays. Le président de la S.I/IJ.A.P.O. est Sam Nujoma. Le 31 août dernier, l'ultimatum de l'O.N.U . enjoignant à l'Afrique du Sud de quitter sans aucun délai la Namibie est parvenu à expiration, L'Afrique du Sud n'a pas l'intention de s'y soumettre. La France refusera-t-elle une fois encore que soient prises les sanctions qui s'imposent? droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 zimbabwé En 1965, une pOignee de colons anglais entrent en rébellion contre le gouvernement britannique et proclament unilatéralement l'indépendance de l'ancienne Rhodésie du Sud. Cette « indépendance )) assure à 270 000 personnes tous les droits politiques, les principales richesses, la possibilité de perpétrer par le moyen du racisme, une domination coloniale anachronique et exécrée par le peuple. Alors que toutes les résistances populaires au colonialisme britannique, ont été noyées dans le sang, cette fois, rien n'est fait contre une infime minorité qui ne s'est rebellée que pour pouvoir conserver ses privilèges exorbitants. lan Smith, le {( führer )) de la « République de Rhodésie )) a déclaré de la facon la plus claire: . « " n'est pas question d'un régime majoritaire, ni aujourd'hui, ni dans mille ans )). On comprend que Joshua Nkomo et le Conseil National Africain (AN.C. du Zimbabwé) aient décidé de rompre des négociations auxquelles le gouvernement raciste avait du se soumettre sous la pression internationale et populaire. Dans ces conditions, la lutte armée se développe très rapidement. Elle est devenue le seul moyen de parvenir à la liberté. Les deux principales tendances du mouvement de libération (le ZAPU, la plus ancienne et la plus radicale, ainsi que le ZAN U, né d'une sission du ZAPU) se partagent la direction militaire de l'armée unique de libération, à laquelle le Mozambique indépendant apporte une aide stratégique déterminante. De grandes sociétés françaises profitent de l'esclavage imposé aux Zimbabwéens par les racistes. C'est le cas de Total. et de Peugeot, notamment. Les USA s'approvisionnent en chrome dans ce pays, au mépris des directives de l'ONU. La Grande- Bretagne et l'Afrique du Sud possèdent de puissants intérêts dans le pays. Quant à M. Kissinger, il n'a pu proposer d'autre voeu que celui d'enlever au mouvement de libération ses seuls atouts' la pression militaire des guérilleros et la pression international~ du blocus décidé par l'O.N.U . Il s'agissait en fait de laisser au régime raciste et à ses « patrons », les mains libres pour mettre en place un gouvernement noir « modéré », c'est-à-dire modérément attaché à la liberté du peuple et à l'indépendance du pays. Zimbabwé est le nom de l'impressionnante capitale de la confédération Rowzi (notre photo). puissant Etat du XVIIIe siècle. Les patriotes ont décidé de restituer ce nom à leur pays. Rhodésie vient en effet du nom du colonisateur Cecil Rhodes qui se signala par sa cruauté et son absence totale de principes dans les négociations. 390 000 km2. 270 000 Blancs; six millions de Noirs. La surface totale du territoire est affectée pour moitié aux Blancs, pour -noi tié aux Africains. Capitale : Salisbury. Ancienne colonie britannique de la Rhodésie du Sud, où les colons blancs ont fait sécession en 1965. 13 ET MAINE-MONTPARNASSE Itlewr. -"ft 23JI r"e lé8. 88mltett8 &8888 lille tél 54.24.18 Dominique Buci 10, rue de Buci 75006 PARIS • Tél. 326 74-91 14 afrique australe peuples enchaÎnés Une remarquable exposition sur l'apartheid, réalisée à Londres par le Fonds International de Défense et d'Aide pour l'Afrique du Sud, est désormais disponible en version française. Elle présente tous les aspects de la vie et les luttes des populations noires sous l'oppression quotidienne des régimes racistes de l'Afrique austra le. Elle comporte, dans un coffret cartonné, 97 feuilles de papier fort, de 35,5 X 22,8 cm, soient 80 photos, une carte et 16 séries de légendes groupées par thèmes. Facilement utilisable et t ransportable, cette exposit ion est un moyen d' information d'une except ionnelle efficacité dont se serviront com ités locaux, associations, Maisons de jeunes, établissements scolaires, centres cu lturels, etc ... Diffusée par le M .R.A .P., elle est vendue 1 OOfrancs (+ 12 frs de frais d 'envoi) . M.RAP., 120 rue Saint-Denis, 75002 Paris (régler S.V.P. par chèque bancaire ou chèque postal 3 volets). 1 . _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours j'étais au congrès touristique sud-africain Notre informateur ne s'était sans doute pas trompé. Les quelques voitures disséminées, chauffeur nonchalamment attentif au volant, autour de l'hôtel Hilton-Suffren, c'est l'assurance qu' il se passe quelque chose d'insolite. Plus aucun doute lorsqu 'au détour de la rue, c'est un car entier de policiers en uniforme qui attendent, en tenue anti-manifestation. Toutes les précautions prises jurent avec les calmes ombrages de ce quartier chic, au bord du champs de Mars. Je me suis, pour l'occasion, contraint à la cravate et au costume, déguisement obligatoire de ces lieux filtrés. On entre facilement dans l'hôtel et je demande avec assurance à un liftier de m'emmener à la réunion touristique sud-africaine. Il m'indique les sous-sols, visiblement indifférent. Là, un vaste drapeau sud-africain, puzzle assez laid fait des couleurs des différents pays européens colonisateurs, flotte insolemment. Le suivent les emblèmes des différents pays d'Europe occidentale, dont le drapeau tricolore de la Révolution Française. Dans la salle, la réunion se termine. Une trentaine de stands repré se ntent les différentes institutions touristiques du pays de l'apartheid; mais aussi des firmes étrangères, comme la compagnie française U.T.A. qui figure en bonne place. Le public est clairsemé, et devant la salle à moitié vide, un Sud-Africain fait un discours, parsemé d'allusions politiques. Il ne peut en effet s'empêcher de donner à ses paroles le ton du défi : Nous ne sommes pas des idéalistes, mais des commerçants, prêts à tout pour gagner des clients en présentant l'Afrique du Sud comme le dernier (( paradis colonial )} où il soit possible de jouir des splendeurs tropicales sans se voir imposer une importune promiscuité. Débordement de prospectus et de livres luxueux qui ont tous la double mission d'attirer les touristes et de dédouaner le pays du racisme obligatoire. Les conversations sont édifiantes; elles montrent assez la crainte que les Sud-Africains éprouvent désormais face à l'opinion publique. L'un d'entre eux, jovial et bien nourri, me fait part de son enthousiasme devant le tour joué aux « communistes »! Feint-il d'oublier que l'assemblée ne réunit pas le tiers du nombre prévu et que toute l'entreprise a été réduite à un des « workshop il initialement prévus. N'empêche qu'il me convie incontinent à le suivre à la Tour Eiffel pour un cocktail qui marquera la fin de la réunion . Je décline poliment son invitation, pressé de rentrer au M.R.A.P., pour que le Mouvement puisse faire immédiatement connaître la nouvelle à l'opinion publique et sa protestation contre la tenue à Paris d'une telle réunion . Malheureusement trop tardivement su, le déroulement de cette manifestation n'a pu faire l'objet d'une action immédiate du Mouvement. Au moins avons-nous pu faire savoir aux racistes et à ceux qui les soutiennent que le peuple martyr d ' Afrique du Sud a des amis vigilants et qu'il leClr sera chaque fois plus difficile de se jouer de l'opinion démocratique française en prenant la France comme un no man's land pour leur propagande nauséabonde. Théo SAINT-JEAN droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 un esclave au libéria Des journalistes ont surpris une conversation d'une haute tenue philosophique entre M. Nelson Rockefeller, Vice- Président des Etats- Unis, et M. Albert, Président de la chambre des représentants. Après que le vice-président ait affirmé que les Noirs américains se comportaient, au Libéria, comme les Blancs du Sud des U.S.A., M. Albert s'écria en riant que le Sénateur Brooke (seul membre noir du Sénat) « aurait été un esclave s 'il avait vécu au Libéria ». On comprend qu'un large mouvement de soutien se soit exprimé pour que quatre jeunes Noirs américains ne soient pas extradés vers leur pays comme le demande le gouvernement des U.S.A. Melvin Mc Nair, Jean Mc Nair, Joyce Tillerson, et George Brown, réduits au désespoir par le racisme ambiant, refusant en outre de participer à la guerre du Viet-Nam, avaient détourné un avion vers l'Algérie en 1972. Bien entendu, il n'est pas question d'admettre de tels actes. Mais le gouvernement français doit-il pour autant livrer ces jeunes gens à la justice d'un pays ou le fait d'être noir pèse, en lui-même, très lourd dans la balance et ou les plus hautes autorités de l'Etat montrent en quelle piteuse estime, ils tiennent les quelques officiels noirs qui ont pu passer au crible d'une sélection raciste? affaire Lévitch Alors que plusieurs milliers de juifs soviétiques ont quitté l'U.R.S.S. ces dernières années, un certain nombre de cas douloureux attirent l'attention de l'opinion publique mondiale C'est ainsi que la Société Internationale d' Electrochimie vient d'intervenir pour protester contre les brimades visant le professeur Levitch, de Moscou. Celui-ci, ayant demandé un visa d'émigration en 1972, est l'objet de multiples vexations dans son travail et se voit interdire des rapports professionnels normaux avec ses collègues de l'étranger. Les autorités soviétiques allèguent qu'elles ne souhaitent guère la Il fuite des cerveaux ii vers un pays hostile, alors que les chercheurs concernés ont bénéficié en U.R.S.S. de toutes les facilités pour leurs travaux et peuvent être en possession de données scientifiques nécessitant une protection nationale. Cependant ce n'est pas par des procédés de ce genre que de tels problèmes seront résolus. Des mesures devraient être prises, excluant les pressions administratives, et autres, pour respecter, là et ailleurs, les choix individuels, en application de la convention in ternationale contre la discrimination raciale qui affirme (§ 5) le droit de tout homme « de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays il. En ce qui concerne le cas particulier des juifs, les ambiguïtés d'une information qu i, bien souvent, laisse dans un flou dangereusement efficace les nécessaires distinctions entre le sionisme, la politique d'Israël ou le fait d'être juif, ne facilite pas, c'est le moins qu'on puisse dire, l'insertion des citoyens juifs de l'U.R.S.S. Et ce n'est certainement pas de cette façon qu'un régime qui affirme depuis plus de cinquante ans son attachement à l'égalité entre tous les hommes, règlera son sort à un antisémitisme qui subsiste, en dépit des affirmations officielles. annonces matrimoniales Lorsque les petites annonces matrimoniales du chasseur franç ais indiquent qu'un breton « dynamique, tendre et idéaliste rencontrerait jeune femme, catholique, option gauche études supérieures il, il est difficile de considérer, en la matière, les « discriminations » indiquées, en' ce qui concerne la religion ou les opinions politiques, comme relevant d'un quelconque racisme . C'est que la vie privée, incidemment devenue publique, le temps de trouver l'élue de son coeur, ne peut être régie par les lois qui s'appliquent à la vie en société. On relève d'ailleurs que certains demandeurs spécifient « race in'différente il. L'antiraciste vigi lant ne devra pas non plus se formaliser de voir écrit « mariage blanc il ! Il ne s'agit pas là de coutumes sud-africaines... D'autres par contre, peut être impression- 15 16 ....".• '.. ~ .... 'VIRGINIE ~:;$ 58, RUE DE CLERY - 75002 PARIS ~ 233-59-91 - 236-96-01 - 508-14-08 porter féminin 48, FAUBOURG SAINT-DENIS - 75010 PARIS - 1' 770-29-50 loeYf~oecli~grt prêt à porter Tél-: 887.74.46 - 887.67.51 16, rue Montgolfier, 75003 Pari. R. C. Parla 72 B 831 8, rue Oberkampf, 75011 PARIS Téléphone 805.05.27 aOLIOIi MANTEAUX - TAILLEURS - ENSEMBLES di FABRICANT CONFECTION DAMES ET ENFANTS 110, Rue du Molinel T. 54.49.55 LIllE CEINTURES HAUTE FANTAISIE DIFFUSION HAUTE COUTURE "MIMOSA " 20. Rue de Rochechouart PARIS-ge TRUdaine 14·69 CONFECTIONS EN GROS HOMMES DAMES ENFANTS SWIERCZ et Cie S.A. 100.000 128, RUE DU MOLINEL LILLE SPWALlT"S l - CUI R S TÉL . 54.74.06 TERGAL & 54.96.20 COM PLETS PANTALONS _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours nés par le ff body-body )) thaïlandais indiquent ff Epouserait dame très raffinée, asiatique particulièrement )), et là perce déjà un des clichés les plus courants dont on affuble les gens de l' Extrême- Orient. La précision est parfois plus discrète comme cette dame qtji ff épouserait monsieur, grand, distingué, situation, ... , même outre-mer )). Est-ce pour répondre à cette ff antillaise célibataire... désirant rencontrer monsieur européen ))? Certains pourtant préfèrent indiquer tout de suite ff la couleur )), comme cette « jeune femme, race noire, désirant épouser monsieur uniforme )), ou cette homme ff de confesion israëlite )) qui pourtant n'exige pas de restriction quant à la religion. Est-ce pour se prémunir contre les déboires que semblent indiquer des annonces comme celle- ci : ff 30 ans, un mètre soixante, belle brune, bien faite, douce, simple, désire rencontrer vue mariage, monsieur 32/45, sérieux, accepte toute origine, sauf juif )). Une société a les petites annonces qu'elle mérite. (Annonce du (l Chasseur français Il du mois de septembre.' Le racisme tue c'est un constat que l'on fait malheureusement de plus en plus souvent en France. Récemment, un réfugié bolivien Sacha rias Plaza et un de ses amis sortaient d'un café d'Ivry vers 22 heures 30. Lorsqu'une voiture s'arrêta à leur hauteur. Au seul motif semble-t-il que ce café est généralement fréquenté par les nords-africains, les quatre occupants de la voiture se mettent à injurier les deux amis, Comme cela ne suffit pas à assouvir leur rage, ils se précipitent sur eux pour les rouer de coups. Alors que son ami parvient à se sauver et cherche du secours, Sacharias Plaza git inconscient sur le trottoir. Un couple de français alerté par son ami demande ce qui se passe. Ses quatre bourreaux prétendent qu'il est malade et qu'ils apartheid à nice (suite) Régulièrement, les provocations racistes se succèdent à Nice, la ville que M. Médecin, secrétaire d'Etat au Tourisme et maire de la localité, a jumelé avec la ville sud-africaine blanche du Cap, un jumelage qui ne laisse pas d'ailleurs de provoquer des remous jusque dans le conseil municipal, puisqu 'un conseiller a mis en cause la régularité de la procédure suivie par le maire. On sait également que c'est la solution sud-africaine des « townships » qui a été retenue pour le relogement des travailleurs immigrés, jusque là logés dans des bidonvilles. Le M.R.A.P. avait mis en garde contre les effets d'une telle politique qui ne pouvait que développer l'incompréhension et le racisme. Malheureusement, il n'a été ils tuent l'accompagnent à l'hôpital, le chargent dans la voiture et disparaÎssent sans que les témoins abusés par cette fable ne pensent à relever leur nO d'immatriculation. Ce n'est qu'au matin que l'on découvrit dans le bois de Vincennes, le corps horriblement mutilé de Plaza : la voiture de ses bourreaux fascistes lui aura passé plus de dix fois sur le corps. On ne peut qu'être scandalisé une nouvelle fois par le peu d'empressement de la police française à retrouver les coupables. D'autant qu'en l'espèce, c'est l'ami de Plaza qui fut interrogé très longuement, et par la DST, sur ses opinions politiques!! On peut se demander s'il ne s'agit pas d'une manoeuvre pour· faire croire à un règlement de compte entre réfugiés boliviens ainsi que cela s'est déjà vu à droit et libeljé • n° 352 • octobre 1976 tenu aucun compte de ces avertissements et droit et liberté reçoit chaque mois de multiples informations sur la dégradation de la sisituation sous ce rapport. Cette fois-ci c'est M. Bègue, secrétaire général de l'Association départementale des amis et des parents de l'enfance inadaptée des Alpes- Maritimes qui a été vi ctime de ce climat. Il a en effet reçu deux lettres anonymes, l'invitant, sous menace de mort, à déguerpir au plus vite. ff Nous les Blancs, à Nice, nous en avons ras le bol de voir les sales gueules de moricaud, de sang colorés, de moitiés nègres. Hors d'ici les négroïdes. Fous le camp, directeur noir. Sinon .- 1° Nous plastiquerons les bureaux de /'A.D ,A.P,E.I. 2° Nous y mettrons le feu; 3° Ta famille; 4° Une vendetta de 20 cm entre tes épaules couronnera ta carrière. Signé .le groupe blanc. Premier avertissement. )) Voilà le texte abject des menaces qui touchent un homme marié, père de quatre enfants, et qui a valu une double plainte de la Ligue des droits de l'Homme et du M.R.A.P. l'occasion des nombreuses affaires C( marseillaises li. Cet inquiétant Il laisser faire li de la police favorise les réactions individuelles de racisme. Ainsi M, B ... en visite à Chaumont pour quelques jours, fut par deux fois, la victime de violences racistes : une première fois de la part d'un chauffeur de taxi qui, n'acceptant pas de voir discuter par un CI nègre li le prix exhorbitant de sa course, sortit un nerf de boeuf; la seconde, par le tenancier d'un bar qui après lui avoir refusé une consommation le battit avec un gourdin et le poursuivit dans la rue. Les deux affaires citées sont révélatrices du climat de tension qui résulte de la montée du racisme en France. Nous en sommes tous responsables : c'est à nous d'exiger des autorités les mesures nécessaires à assurer la sécurité des étrangers en France; c'est à nous de prouver notre civisme par notre vigilance. M.G. oradour ou la démocratie pluraliste Le parti de Vorster, premier ministre nazi de l'Afrique du Sud, a pris u ne décision ff historique )), celle d'abandonner l'apartheid. On parlera désormais de ff démocratie pluraliste )). Mais attention, rassurez-vous, il ne s'agit en aucun cas de changer le contenu de la ff chose )). D'ailleurs l'Afrique du Sud n'est-elle pas depuis longtemps, un membre à part entière du ff monde libre ))7 Ce sont donc les mérites de la ff démocratie pluraliste )) que le chanteur Charles Aznavour (peutêtre refroidi par les rigueurs fiscales de la ff démocratie avancée ))) doit chanter dans un film de propagande commandé par l'organisme de tourisme sud-africain Satour, comme le révèle le Sunday Times de Johannesburg (5/ 9/76). Ce coup de main de la chanson française aux massacreurs de l'apartheid advient au moment où la minorité privilégiée arme des milices fascistes pour faire des cartons sur tout Africain cc suspectn, et l'on sait ce que cela peut vou loir dire dans un pays où des décennies de racisme obligatoire ont développé une monstrueuse et inhumaine indifférence devant les souffrances et les aspirations de ceux qui sont considérés comme des esclaves ff par nature )). Les centaines de réfugiés zimbabwéens qui ont été massacrés dans des conditions particulièrement horribles, sur le territoire du Mozambique par les forces racistes du régime rhodésien, au mois d'août, sont une preuve de plus que les minorités racistes ne reculent devant aucun « Oradour » africain pour maintenir leurs privilèges exorbitants. avez-vous renouvelé votre abonnement? 17 aux éditions droit et liberté 7 livres indispensables La santé des migrants Par le Comité Médical et Médico-Social d'Aide aux Migrants. Post ~ face de Pierre Paraf. « Un petit livre capital, qui détaille sans indulgence les éléments d'un problème largement et - plus ou moins volontairement - ignoré » . (C.B., Le Figaro) . « Livre très documenté et précis où, au fil des pages, disparaissent les tabous qu'entretiennent trop facilement /'ignorance et la xénophobie » . (M.A.-R ., Le Monde). Le logement des migrants « Sept associations, en liaison avec les émigrés, ont voulu attirer l'attention de l'opinion sur le logement des étrangers ... La seconde partie propose quelques solutions propres à « satisfaire les besoins » dans le contexte politique actuel. » (C.G. Population). Une famille comme les autres Lettres réunies et présentées par Denise Baumann. Préface de Pierre Gascar, Prix Goncourt. « Ce livre, document indispensable, contribue à éveiller la conscience des hommes d'aujourd'hui, qui doivent rester lucides, face à l'histoire toujours prête à recommencer. ». (Joseph Reis, Europe). « Nous avons là un document de très grand intérêt, qui éclaire cette époque et ravive la mémoire de ceux qui l'ont connue » (W.R ., l'Arche). Un drame à Bordj-Hindel Récit de Claude Labarraque-Reyssac « Roman d'amour, roman témoin généreux, un livre émouvant qui s'inscrit dans cette lignée courageuse des oeuvres et des écrivains qui s'efforcent avec talent de lutter contre les abus du racisme ». (Sud-Ouest) « Témoignage et plaidoyer. Récit évocateur d'un moment de J'histoire de l'Algérie » . (Bulletin Critique du Livre Français). Une école chez les tziganes Par Jean-Claude Sangan. Préface de MarcAndré Bloch « Ce livre agréable à lire, simple, concis, enrichissant plaira particulièrement aux pedagogues et à ceux qui s 'intéressent à la vie des nomades. ». (Sept-Jours). « Authenticité, expérience vécue par un jeune homme qui a su s'intégrer à la vie des parents de ses élèves, et qui nous peint les caractères particuliers de leur société. ». (Suzanne Rossat-Mignot, La Pensée). Du côté de Barbès Photos de Dominique Antoni, textes de Jacques Gautrand. Préface de Max-Pol Fouchet. « Là, Paris confronte, durement souvent le sort des immigrés à leur exil ». (Marie-Louise Coudert, Humanité-Dimanche). « OEuvre artistique et militante ». (La Croix) Vient de paraître Servir en France par Annie Lauran Préface d'Albert Lévy Dans ce livre, nouvelle illustration de la « littérature de magnétophone », l'auteur met en scène des employées de maison espagnoles ou portugaises et leurs patronnes des «beaux quartiers » parisiens. Il s'achève par une étude de Me Fred Hermantin, qui analyse un certain nom- 18 bre d'affaires relatives aux employées de maison étrangères, traitées par les Tribunaux et Conseils de Prud'homme. Un ouvrage passionnant, projetant une vive lumière sur une expérience humaine qui se poursuit en permanence autour de nous. r------, BON DE COMMANDE Cocher les ouvrages demandés COLLECTION DOCUMENTS La Santé des Migrants .. .. .............. 10 F le logement des migrants ............. 10 F Une école chez les Tziganes. .. ........ 10 F Servir en France ...... .. .. ... ..... .. .. ..... 16 F RÉCITS Une Famille comme les autres ....... 25 F Un drame à Bordj-Hinkdel ...... .. ..... 25 F ART ET POESIE Du côté de Ba[bès FRAIS D'EXPÉDITION (3 F 50 par volume) 32 F TOTAL _____ _ M _ __________________ _ Adresse _______________________ _ Code postal, ___________ __ Vi Il e ___ ________________ _ L ______ .J A découper et renvoyer à droit et liberté 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris C.C.P. 9239-81 Paris. _ dossier _ éducation à la fraternité _ où commence le racisme? droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 Le travail ci-après, dû à M. le professeur Marc-André Bloch, président d'honneur du C.L.E.P.R., membre du bureau national du M.R.A.P., est relatif à une enquête à portée limitée peut-être, mais que l'on peut considérer comme exemplaire. Nous nous permettons d'ajouter que les réflexions qu'elle suggère à M. Bloch sont, elles aussi, exemplaires. « Les étrangers chez nous » : nombreuses sont aujourd'hui les études qui paraissent sur ce sujet; les militants et spécialement les enseignants et les éducateurs auraient à les connaître et surtout à les analyser comme il a été fait pour celle-ci, de façon à bien voir comment on peut faire évoluer les attitudes et les mentalités. Ce genre d'analyse conduit toujours, si on le veut bien, à des conclusions pédagogiques. Bien des incompréhensions sont dues, parlons net, à un manque d'information et d'éducation. Parmi les interrogations que les enquêteurs se sont posées, au terme de leur travail, il en est une sur laquelle nous attirons l'attention de nos lecteurs comme elle a retenu particulièrement celle de Marc-André Bloch: où commence le racisme proprement dit? L'incompréhension, la méconnaissance à l'égard de l'étranger, est-ce racisme, est-ce autre chose, et quoi? En tout cas, n'y a-t-il pas, pour l'éducateur, un impérieux devoir de chercher par l'éducation et en la commençant auprès des plus jeunes enfants, à (( gommer )) cette (( autre chose )) pour y substituer la co mpréhension, la reconnaissance des différences, l'amitié? L'éducation à la fraternité reste l'objectif numéro un. J.P. 19 20 « Les étrangers chez nous» C'est le titre - peut-être un peu ambitieux - sous lequel le centre lillois d'études socio-religieuses (39, rue de la Monnaie, 59 - Lille) nous présente les résultats d'une enquête sur les rapports entre Français et étrangers effectuée dans la région, à fort pourcentage d'étrangers. Les militants du M.R.A.P. ne peuvent manquer de s'intéresser à cette étude, qui souligne toutes les difficultés de ces rapports, particulièrement dans le cas où ces étrangers appartiennent à des ethnies différentes de la nôtre, mais qui surtout met bien en lumière les circonstances de nature soit à atténuer, soit à aggraver ces difficultés et est, à cet égard, riche de leçons. Les auteurs signalent eux-mêmes dans leur introduction le nombre restreint d'acteurs ou de témoins qu'ils ont interrogés

47 au total ; et reconnaissent en

toute bonne foi qu 'il ne saurait donc « s'agir d'un échantillon statistiquement représentatif »; ni sur le plan local, ni a fortiori, sur le plan national, auquel les résultats de leur enquête ne peuvent être considérés commé applicables. Il faudrait bien d'autres monographies semblables pour savoir si elles recouperaient ou non celle faite ici sur les populations de Denain. Ces mêmes auteurs ont, par ailleurs, assez d'esprit critique pour savoir que jamais les réponses recueillies ne garantissent pleinement leur authenticité : ils notent (p. 43) qu' (( il peut y avoir, de la part des interlocuteurs, une tendance à se présenter sous son beau jour et donc à ne pas parler de ses attitudes ou pratiques négatives à l'égard des étrangers »; en pareil cas (( l'image obtenue est une image probablement embellie par rapport aux pratiques et à l'opinion réelles ». Excellente remarque dont on ne saurait trop recommander la méditation à tant d'au- - ... ~A~.f kI1 RV~ ... tres praticiens, plus naïfs, des « sciences humaines ». La méthode suivie est celle des entretiens, tantôt librès, tantôt semi-directifs. Les questions successives que l'on cherche à élucider au cours de ces entretiens suivantes (p. 76) : 1° - Ce qu'il y a comme étrangers dans le quartier, l'entreprise ou l'atelier. Quelles nationalités? Où les rencontre-t-on? Depuis quand sont-ils là? 2° - Les rapports avec la population .' comment ça se passe? En général.' rapports bons ou mauvais ou pas de rapports. Problèmes particuliers selon les nationalités. Problèmes particuliers selon les âges.' jeunes - adultes - enfants. Ce qu'on pense d'eux dans le quartier .' selon les nationalités, selon les catégories de populations. Y a-t-il eu une évolution des attitudes à leur égard? 3° - Et vous, qu 'est-ce que vous en pensez? Leur façon de se conduire .' leur caractère, leurs qualités, leurs défauts. y a-t-il des différences selon les nationalités? Leur genre de vie, leurs coutumes, plus ou moins différentes des nôtres. Leurs conditions de vie .' conditions de logement et conditions de travail, situation de famille, difficultés particulières? A vezvous personnellement eu l'occasion de fréquenter des étrangers? Si oui, dans quel cadre? Qu'avez-vous retiré personnellement de ces contacts? Si non, qu'est-ce qui vous a amené à vous faire une opinion à ce sùjet ? » des témoins privilégiés L'étude se divise en deux parties, qui diffèrent par la nature des interlocuteurs choisis : dans la première, ceux auxquels il est fait appel sont ceux que l'on considère comme témoins privilégiés; ils sont encore désignés comme les militants; si ce terme n'est pas très clair et ne paraît pas convenir également à toutes les catégories visées, entendons que l'on s'adresse à des personnes dont les liens professionnels ou fonctionnels avec la population étrangère sont particulièrement étroits : (( militants syndicalistes ou de quartier; animateurs sociaux, éducateurs, au plan de la société civile et de la société religieuse .' animateurs de foyers de jeunes, de centres socio-culturels, institutrices, prêtres » (p. 9). Ces militants sont naturellement plus enclins en général que le tout venant de la population frança ise à des attitudes positives vis-à -vis des étrangers. Ils ne sont pas pour autant aveugles: s'ils sont (( délibérément favorables aux étrangers, on pourrait croire qu'ils ne diront d'eux que du bien; or il n'en est rien» (p. 14). Ils peuvent être aussi sensibles que quiconque aux gênes qui peuvent être causées aux Français par la présence autour d'eux d'hommes et de femmes dont les coutumes, les modes de vie, les comportements ne sont pas les leurs. Empruntons à l'un d'eux (p. 16) cette observation prise sur le vif : (( Les abats de mouton dans le vide-ordures, ou dans l'escalier ... Les cageots et les paquets de semoule qui vont boucher les caniveaux ... Les Italiennes qui discutent le coup en parlant très fort pendant que le voisin, qui a fait la nuit, est en train de dormir ... » On ne relève aucune tendance, chez ces témoins privilégiés, à se masquer, ou à minimiser les différences : (( Le comportement des étrangers est différent.. . Ils ont des réactions différentes ... Nier absolument les différences, c'est refuser de les voir tels qu'ils sont... Ils n'ont pas la même notion du temps ... , pas les mêmes habitudes » (p. 17). Il est vrai que ces différences sont plus ou moins accusées selon les groupes étrangers concernés : droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 (( ... Il y a davantage de problèmes de rapports avec un Algérien qu'avec un Portugais ou un Italien; dans l'optique des militants, c'est une question de différences plus ou moins grandes dans les coutumes, les façons de vivre » (p. 34). ce qu'en dit l'homme de la rue Quant au questionnement de ces militants, non plus sur leurs rapports personnels avec les étrangers, mais sur ce qu 'ils ont pu observer autour d'eux des réactions de la population française à leur égard, il révèle, ainsi qu'on pouvait s'y attendre, que contrairement à ce qui se passait pour eux-mêmes les réactions négatives tendent ici nettement à l'emporter sur les réactions positives (p. 22). Ils relèvent cependant que ces réactions négatives sont loin d'être univoques, et constamment négatives : il y a beaucoup moins de problèmes et de tensions au plan du travail qu'au plan de la résidence : (( à l'usine, c'est le travailleur, et en dehors c'est l'Algérien qui reprend le dessus; au niveau de l'usine, au niveau de l'entreprise, on se connaÎt, mais au niveau de l'habitat on ne se connaÎt plus » (pp. 24 et 26). Tout dépend cependant ici des conditions de l'habitat: selon que les étrangers sont (( regroupés dans certains quartiers, certains immeubles » ou au contraire (( mélangés à la population française ou aux camarades de travail français» (p. 27); là où existe (( un coron de Maghrebins, ... un coron entier d'Européens, c'est comme s 'il y avait des barbelés entre les deux» (p. 32 ); au contraire(( vous avez des corons où, par exemple, sur cinquante maisons, vous avez deux familles algériennes ... , les gens du quartier en ont pris l'habitude .' les Algériens sont un peu devenus du quartier » (p. 28). Notons encore qu'au gré des témoins les rapports sont généralement meilleurs, les tensions moins vives et moins durables entre enfants qu 'entre adultes: (( les enfants sont beaucoup plus vite adaptés » (p. 27); on observe par exemple que, partout où l'habitat s'y prête, (( les petits algériens jouent avec les autres » (p. 32); plus tard, et là où (( les jeunes (français et étrangers) ont pris l'habitude de se connaÎtre au niveau de l'école », ils se retrouvent sans problèmes dans les Foyers de Jeunes (p. 25). au réfectoire de l'usine ou dans les équipes sportives (p. 23). Dans la seconde partie de l'enquête, on a interrogé non plus ces témoins privilégiés, mais 34 personnes prises dans la masse de la population et appartenant exclusivement aux milieux populaires (p. 38). Si je passe rapidement sur cette seconde partie, c'est que, sur bien des points, ses résultats ne font que confirmer ceux de la première partie. Ils montrent ainsi que nos témoins privilégiés ont su parfaitement observer les faits, et cela qu 'il s'agisse de la variation des attitudes selon les terrains de rencontre, ou en fonction de l'âge, ou encore du fait que, dans cette masse aussi, (( des attitudes personnelles très positives peuvent aller de pair avec une description du comportement des étrangers qui en souligne assez forte ment les aspects négatifs.' non seulement ce qu'ils ont de différent de nous, mais aussi les défauts» (p. 47). Seulement ces attitudes très positives sont plus rares que chez les témoins privilégiés. Et d'autre part, à la différence de ce --. 21 qui se passait pour ceux-ci. les jugements portant sur les attitudes des autres Français sont ici très directement influencés par les attitudes personnelles: « les personnes qui ont des attitudes personnelles plus positives observent autour d'elles davantage de comportements et de rapports positifs que celles qui ont des attitudes personnelles moins positives : il y a concordance entre ce que les personnes interrogées révèlent de leurs propres attitudes et ce qu'elles observent dans le milieu où elles vivent: plus l'attitude personnelle à l'égard des étrangers est positive, plus on note de comportements positifs de la population à leur égard » (p. 58). où commence le racisme? Et voici une question, fort intéressante, que se posent les enquêteurs, aussi bien dans la seconde que dans la première partie

les attitudes les plus négatives

peuvent-elles être indistinctement qualifiées de racistes, le terme de ra cisme est-il bien le mieux fait pour les caractériser? Ils estiment pour leur part qu '« au niveau d'une appréciation générale sur le comportement de la population» ce terme « apparaÎt comme une notion ambiguë et finalement mal appropriée à décrire les faits »; car. par ce comportement. « c'est moins la question du racisme qui est posée que celle de la rencontre de civilisations. de cultures différentes. la question de savoir comment faire cohabiter des communautés qui ont. des modes de vie différents » (p. 22). Aussi bien. il est frappant que le mot de race n'intervient qu 'une seule fois au cours des nombreuses réactions recueillies et citées: « Les Algériens. c 'est quand même une race qui ne devrait pas rester ici, c'est la plus mauvaise race qui reste en France, c 'est une race que nous on n 'aime pas tellement » (p. 43). Encore faudrait-il se demander ce que la personne qui s'expri me ainsi a exactement dans l'esprit quand elle parle de la race algérienne. si elle prend bien Je mot dans son sens propre d'une entité biologique dont les caractères se transmettent par voie d'hérédité; il est bien permis d'en douter. On a noté qu'il y a plus d' hostilité à l'égard de ces Algériens que des 1 taliens ou des Portugais; cependant. remarque un autre militant (p. 34). « c 'est une question de différences plus ou moins grandes dans les coutumes, les façons de vivre et non pas une différence de nature : quand les Français décrivent les étrangers, il n'est pas question pour eux de race, de choses qu'ils auraient dans le sang )). Pour notre part. nous ne conclurons cer- 2 lb 22 , certes pas de ces remarques qu'il faudrait proscrire l'usage du mot racisme dans le sens souvent très extensif dans lequel nous l'employons jusque dans les sigles qui désignent notre mouvement. mais seulement qu ' il est prudent de ne l'employer qu 'à bon escient et en pleine conscience des implications. en réalité fort diverses. qu'il peut comporter. faire tomber les barrières Et voici une dernière. leçon que l'on peut tirer de l'étude lilloise. Ses auteurs insistent très justement sur le fait que les attitudes racistes - pour continuer à user de ce terme commode, habituel et difficilement remplaçable, même s'il n'est pas toujours le plus adéquat - sont d'autant plus rares que les sujets ont une connaissance plus directe, plus personnelle et plus approfondie des milieux étrangers, comme c'est le cas pour nos témoins privilégiés. Ils comptent beaucoup, pour le redressement de ces attitudes, sur le développement de ce qu'ils appellent (p. 28) le facteur de /'interconnaissance; « tant qu 'on ne se connaÎt pas », dit un de ces témoins (p. 24). « pourquoi on s 'accepterait? »; et un autre de tirer (même page) ce précieux corollaire pratique : « /1 faut faire quelque chose ensemble (dans les réunions de parents d'élèves, dans l'Association familiale); travailler avec des étrangers, c 'est aller toujours dans la découverte ... On voit alors des barrières qui tombent ». C'est dans cette perspective que l'on a vu déjà que l'habitat séparé, le ghetto, constitue la plus mauvaise des solutions. Encore ne s'est-il agi jusqu'ici que de la connaissance pratique, vécue, celle que permettent dans la meilleure hypothèse les contacts quotidiens. La volonté et l'effort de connaissance sont poussés plus loin chez nombre de ces témoins privilégiés, pour lesquels cette connaissance offre un intérêt plus fort, et parfois vital. C'est chez eux surtout qu'intervient cette démarche explicative (pp. 59 sqq) grâce à laquelle les comportements des étrangers - y compris ceux qui, de prime abord, risquent le plus d'étonner, voire de choquer - seront non seulement de mieux en mieux connus, mais de mieux en mieux compris parce que rattachés à leur situation (circonstan~ s et nature de leur présence en France, connaissance de leurs conditions de vie, etc.); les enquêteurs ont pu constater (p. 66) qu' « à partir d'un certain degré de démarche explicative ... , l'attitude personnelle bascule nettement du côté du positif ». un jour, en classe c.i.e.p.r. En dehors des quelques remar- ' ques générales sur les variations des attitudes avec l'âge que nous avons eu l'occasion de relever, il est peu question au cours de l'enquête des enfants, en particulier des problèmes spécifiques que posent leur scolarisation et leur acculturation. A cet égard, ceux de nos lecteurs qui sont membres du C.l.E.P.R. ou suivent avec sympathie ses activités en éprouveront peut-être quelque déception. Voici pourtant, quelque peu épars, trois témoignages excellents, dont les auteurs sont des institutrices : « pour que les enfants », nous dit l'une d'entre elles (p. 20), « apprennent à se côtoyer, à s 'aimer, à se connaÎtre, il faudrait que les enseignants aient le désir de les faire échanger leurs modes de vie, leurs coutumes, les fassent se comprendre; il faut provoquer l'échange ... Je ne veux pas dire que je sois la seule à y avoir pensé, mais enfin ... » Une autre institu- PRESIDENT: Pierre PARAF; VICE-PRESIDENTS: Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, MO George PAU-LANGEVIN, Dr François GREMY; SECRETAIRE GENERAL: Albert LEVY; COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLAN GER, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur Andr~ DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Emile POLLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE, Emmanuel ROB LES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Bâtonnier Paul ARRIGHI, Robert ATTULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DALSAGE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE, Henri LAUGIER,Jean LURCAT, René MAHEU, André MAUROIS, Darius MILHAUD, Françoise ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 trice, prêchant l'exemple, « a un jour, en classe, expliqué à ses élèves la coutume du henné : une teinture rouge que les petites copines algériennes se mettent sur les mains au moment du Ramadan» (p. 12); la suite de ce témoignage nous relate les manifestations de gratitude dont cette institutrice est ensuite l'objet de la part de ses élèves algériennes, enchantées qu'on ait évoqué avec sérieux et sympathie leurs coutumes. Ailleurs (p. 25) c'est une enquête que l'on propose, en histoire, « sur la façon dont vivaient nos parents, nos grands-parents ... » Aux petites Algériennes j'avais dit: « Vous raconterez comment votre papa, votre maman vivaient quand ils étaient en Algérie. Alors ca a été une découverte pour les Fran çaises

c 'est ça qui est enrichissant ...

Je crois que ce problème, si on pouvait le résoudre au niveau des enfants, ce serait bien. » Marc-André BLOCH " Education à la Fraternité" est la rubrique mensuelle du Centre de liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux (C. L.E .P.R.). Le C.L.E .P.R. développe ses activités : en organisant des rencontres et des débat s entre éducateurs. en favori sant l'échange d'expériences entre enseignants. en leur fournissant de la documentation. Président d'honneur : Marc-André Bloch. Présidence

Yves Boulongne, Jean Pihan, Olga Wormser-

Migot. Montant de la cotisation: Membre actif: 10 F. Membre donateur: 20 F. Membre bienfaiteur: à parti r de 30 F. Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène 56. rue Lamarck. Paris- 18". avec un chèque pos~ ta l (3 volets) à l'ordre de Mlle Baboulène Institutrice - C.L.E.P.R . (C.C.P. 18 177 35. Paris) . . Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix J'adhère au m.r.a.p. Je m'abonne à droit et liberté • Nom (en capitale) ............... ........ .... ........ .. .. ......... ... ...... .. .... ... ....... ... .... .......... ... .. .. ...... ........ .... ... .. ... .. .. ........ ..... ... . Prénom .... ... .. .. ... ..... ... .. ..... .. .. .. ..... ........ ... ... .. .... .. âge ..... .... ... .. ... .. .... ........ .. ......... ... ........... .... ... ........ .... .... .... ....... . Professi on ...................................................................................................................................... ..................... Adresse .... .. .. ... ............. ... ..... ... ............ ..... .. ........ .. ........................ .. ...... .. ... ........... ... ....................... .. .. .......... .. ..... . Code postal .. ..... .. ... .. .. .. .. ... .. .. ....................... Ville ... .. .... ... ... .... .... .. .. ... ......... ... .. .... ... ......... ...... ... .. ....... .. ........... .. Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 30 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. Abonnement d 'un an à DROIT et LIBERTE (50 F). Abonnement de soutien (100 F) . Etranger (75 FI. C.C.P. 9239-81 Paris • Rayer la mention inutile. mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (m.r.a.p.) 120, rue saint-denis - paris (2e ) - tél. : 231.09.57 - c.c.p. : 14-825-85 paris 23 tHIIRIIIIl JUNIOR S. A. R. L. AU·CAPITAL de ôOO.OOO Francs 241, Rue Saint-Denis - 75002 PARIS 31, M 233·86-36 PRÊT A PORTER FEMMES ET ENFANTS RUE 75002 DU MAIL PARIS Téléphone 236.38.97 et 260.57.03 JUPES - PANTALONS MANUFACTURE DE PR~T A PORTER SARL 14. rue Saint·Claude 75003 PARIS ta' 887 60.30 24 SCIAKY S.A. 119, Quai Jules-Guesde 94400 VITRY-sur-SEINE Tél. 680.85.07 L K 64, Rue Grenéta 75002 PARIS Tél. : 508.90.11 - 508.98.29 prêt il porter - vos droits, vos libertés _ encas d'expulsion Le droit de séjour du travailleur étranger en France est fondamentalement précaire. Il est menacé, prioritairement par l'éventualité de l'expulsion du territoire français. Cette (( expulsion » au sens large peut prendre trois formes qui seront illustrées par des exemples tirés des consultations juridiques. Il faut distinguer: a - le refus de séjour: une décision préfectorale de refuser l'admission de l'étranger qui n'a pas encore de carte de séjour régulière. Il touche particulièrement les travailleurs entrés en France clandestinement ou en touristes qui ne peuvent faire valoir aucun droit au séjour. Ainsi, M. S., Malien, qui, entré en France en 1972, dû s'absenter plus de six mois de France en 74 pour soigner sa femme malade restée au Mali. Il rentre en France en décembre 75. Il travaille toujours chez le même employeur, mais l'administration, moins compréhensive, refuse de prolonger par un titre de séjour valable son visa de touriste. Cette mesure touche également les femmes des immigrés lorsqu'elles ne se plient pas à la procédure « d'introduction de la famille» que l'on sait très stricte. On assiste souvent à des situations dramatiques où des époux qui se retrouvent souvent après une longue absence, sont à nouveau séparés par décision administrative. b - Refoulement : décision par laquelle l'administration retire la carte provisoire ou temporaire de séjour ou refuse de la renouveler. Elle est malheureusement très fréquente. Elle touche principalement les travailleurs en chômage depuis 6 mois. On a vu récemment au M.R.A.P. un travailleur sénégalais qui, depuis déjà 4 mois, versait des « pots de vin » considérables à un employé de la Préfecture pour faire prolonger son autorisation temporaire de séjour. Il fut néanmoins refoulé sous le simple motif : (( présence en France sans intérêt »/ ce qui montre assez la façon dont l'administration considère les étrangers: un potentiel déshumanisé de profit. Plus souvent, l'autorisation première de séjour temporaire est délivrée avec la mention (( pour départ » c'est-à-dire que, dès son obtention, quelle que soit sa conduite, l'immigré est assuré d'un refus. droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 Le refus de renouvellement, même si l'immigré réside depuis plusieurs années en France, reste toujours possible . La coïncidence du renouvellement de la carte de séjour et la carte de travail accentue encore ce risque. Cela souligne assez la précarité du statut du travailleur immigré en France. A ceci s'ajoute le fait, qu'actuellement, l'administration tend à remplacer d'une façon systématique les cartes de séjour par le titre de séjour temporaire renouvelable tous les mois ou tous les 3 mois. Le travailleur est ainsi maintenu sur le qui-vive et il est la proie des intimidations de toutes sortes. c - l'expulsion: l'administration peut expulser de France un étranger quel que soit sa situation administrative. Le ministère .de l'Intérieur n'est pas obligé de la justifier et il n'y a pas de contrôle du juge sur les motifs. Mais l'administration est tenue de respecter une procédure purement administrative : l'immigré peut se faire représenter et présenter ses moyens de défense devant une commission qui rend un avis consultatif. La consultation juridique du M.R.A.P. a pu, à côté de la notion d'ordre public qui permet l'arbitraire le plus débridé, cerner trois types d'expulsions malheureusement fréquents : - l'expulsion prononcée contre un travailleur algérien victime d'un accident du travail très grave l'ayant rendu invalide à 100 %; et déclaré inapte au travail : (( /1 n'était plus rentable, il devait quitter la France»; - l'expulsion d'un jeune Nord-Africain de 19 ans qui, à la suite d'une condamnation minime pour un délit mineur, s'est vu rapatrier chez lui. Ses parents vivent en France et essaient de le faire revenir; - enfin, les nombreuses expulsions qui ont suivies les grèves de foyers d'Africains considérés comme meneurs au motif qu'ils portent atteinte à la (( neutralité politique )}. C'est assez souligner que les étrangers n'ont que le droit de travailler et celui d'accepter passivement toutes les injustices. Comment s'étonner des réactions racistes d'une partie de la population lorsque l'administration elle-même donne l'exemple. Monique GE RVV que faire? En pratique: - Au niveau du renouvellement des cartes, il faut être extrêmement vigilant et surveiller les moindres détails annonciateurs d'un refus; malheureusement, en ce qui concerne le refus de séjour et le refoulement, aucune action juridique n'est envisageable. La seule possibilité reste de solliciter une mesure de bienveillance de la part du Ministère de l'Intérieur mais cela ne constitue en aucun cas un droit. - En ce qui concerne l'expulsion, il faut solliciter le concours d'un avocat pour s'assurer une défense cohérente devant la commission, de façon à obtenir un avis favorable . L'immigré détenu a intérêt à envisager a priori l'éventualité d'une procédure d'expulsion dès son incarcération et à faire préparer sa défense. Il existe aussi pour l'administration un moyen très sûr de faire pression sur le travailleur immigré: c'est la suspension de procédure. L'administration rend l'arrêté d'expulsion, par exemple, mais sursoit à l'exécution. Le travailleur doit ainsi renouveler périodiquement son autorisation de séjour (parfois tous les 2 jours comme nous l'avons vu récemment). Il vit dans l'angoisse d'un refus, ce qui a été à l'origine de plusieurs tentatives de suicide. La proposition de loi du M.R.A.P. Le M.R.A.P. a rédigé une proposition de loi en 5 points pour atténuer l'arbitraire qui existe en matière d'expulsion. Article 1 - L'expulsion ne sera prononcée que si l'étranger a gravement troublé l'ordre public et a été condamné pour les faits qui lui sont reprochés à une peine d'emprisonnement d'un an minimum. Article 2 - L'expulsion ne peut être prononcée qu'après que l'intéressé ait accompli la peine et par un tribunal autrement constitué. Article 3 - Ne pourront pas faire l'objet d'une expulsion : - l'étranger ayant séjourné en France au moins 5 ans; - l'étranger dont le conjoint est Français; - l'étranger ascendant d'enfants français; - l'étranger titulaire d'une carte de résistant ou d'ancien combattant - l'étranger ayant fait son service militaire en France ou ayant servi à tout autre titre dans l'armée française; - l'étranger réfugié ou apatride; - l'étranger invalide du travail. Article 4 - L'expulsion est prononcée par l'autorité judiciaire. Elle peut être prononcée à titre temporaire ou définitif. Dans ce cas, la mesure peut être rapportée passé un délai de 5 ans sur demande de l'intéressé. Article 5 - L'étranger est convoqué 15 jours au moins avant la date prévue pour l'audience. La convocation précise les motifs et l'informe de la possibilité de se faire assister par un avocat. Si l'étranger comparait seul. le Tribunal est tenu de commettre un avocat d'office. Il est prévu l'assistance d'un interprète sur la demande de l'intéressé ou si le tribunal constate que son français est imparfait. 25 - pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feu cinéma antifacisme à l'écran Septembre et octobre sont aussi les mois de la rentrée cinématographique et plusieurs films ont retenu notre attention. Les fi lms italiens sont les plus nombreux; citons en premier lieu : « 1900» de Bertolucci. Gra ndiose chronique de cette Italie vue à travers deux personnages nés le même jour du début du siècle et appartenant à deux classes différentes. Ils traverseront et participeront de façon opposée aux guerres, aux crises économiques, à la montée du fascisme et à ses retombées encore trop présentes. Film fleuve (la deuxième partie sortira début novembre) qui apporte son soutien aux partis de gauche ita liens mais qui tombe parfois dans le manichéisme et l'affirmation facile. Malgré cela un grand film pou r tous publics et une date importante dans le cinéma ital ien. A ne pas manquer également, les deux derniers films de Dino Risi (auteur de « Parfum de femme ») (( Une vie difficile » et (( La carrière d'une femme de chambre ». Le problème de la réussite individuelle et du sacrifice des idées d'un journaliste de gauche est au centre de « Une vie difficile ». De la résistance contre les forces de l'axe à nos jours, une vie bien diffici le pour ce' journaliste. Très certainement, le meilleur film de Risi. « La carrière d'une femme de chambre » nous entraîne dans le monde cinématographique sous l'époque du Duce. Dénonciation impitoyable du fascisme et de son ci néma par Risi. On se prend à rêver d'un cinéma de cette qualité et de cette intensité en France où un seul (mais quel!) film retient notre attention : il s'agit de « L'Affiche Rouge» de Fra nck Cassenti bien connu des amis du M,R,A.P. Le film de Cassenti est remarquable tant sur le plan de l'intérêt du sujet que sur celui de sa construction. C'est le groupe Manouchian, que Cassenti a décidé de faire revivre. Ce groupe composé de « métèques Il, de juifs, de communistes, au total 22 hommes et une femme presque tous étrangers et qui furent exécutés par les nazis. Franck Cassenti a vou lu rendre par le biais de ce film la place qui revient aux immigrés dans la résistance, une place que l'Histoire, avec un grand H, celle l'idéologie dominante, ne leur reconnaît pas et qu'elle a réussi à occulter ... « qui peut savoir aujourd'hui que des étrangers qui savaient tout juste parler français sont morts sous la torture nazie ou fusillés en chantant « La Marsei llaise» ? Ces étrangers organisés dans des unités de combats ont, à Paris, été pratiquement les premiers à poser des bombes et à attaquer l'occupant. Ils étaient, pour la plupart, juifs et communistes et avaient fait la guerre d'Espagne. Une image de juif évidemment qui n'est pas conforme avec celle du « passager pour Dachau ». Voilà, en pa rtie, la raison de 1'« Affiche Rouge ». C'est sur l'histoire et sur la mémoire que Cassenti a bâti son film, ainsi il déclare : « Le fait qu'il exist(J peu de documents sur la résistance immigrée m'a obligé à rechercher la trace de la mémoire. J 'ai pu ainsi recueillir les témoignages de Melinée Manouchian qui vit à Paris, ainsi que des survivants qui ont participé aux actions de la résistance immigrée, des responsables politiques et syndicaux, des anciens de la guerre d'Espagne des brigades internationales. Ces témoignages sont l'essence même du fil71 et le principe de l'interviewa donné au film sa structure )). (( L'émotion que j'ai ressentie à l'écoute de ces combattants immigrés 26 a été tellement forte que mon souci dans la mise en scène a été essentiellement de la communiquer au spectateur )). Deux films, enfin, nous rappellent que le 11 septembre 1973, 3 ans déjà !. .. un coup d'état militaire faisait basculer le Chili dans la nuit du fascisme. (( Une minute d 'obscurité ne nous aveugle pas » des cinéastes est-Allemands Heinowski et Schenmann, déjà connus pour leurs films précédents sur le Chili (( La Guerre des Momies », « J 'étais, je suis, je serai »). Ce film a été tourné à Santiago du Chili, malgré la surveillance encore accrue concernant les étrangers. Une partie de ces documents furent présentés au tribuna l d'Athènes sur le Chili. Miguel Littin, cinéaste chilien, exilé, a choisi de nous présenter avec (( Actes de Marusia » l'un des plus grands massacres que la classe ouvrière ait subi au Chili. Grèves dans les mines appartenant à des compagnies étrangères, intervention sanglante de l'armée. Cela se passait en 1907 ! 1907 - 1973, cruelle similitude. , Pascal POUILLAUX "Une vie difficile" : les milliards fuient à l'étranger la veille des élections. "L'affiche rouge" : l'éxécution 0:: ci pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ livres au plus noir de la nuit Le premier roman d'André Brink tradu it en français « Au plus noir de la nuit» est justement le premier ouvrage écrit en Afrikans qui ait été interd it par les autorités racistes d'Afrique du Sud en 1974. Attaqué après sa première sortie qui connut un succès de scandale, par toute la droite bête et méchante qui règne à Prétoria et notamment le chef du Broderbond, Treurnicht devenu depuis janvier dernier ministre des « affaires bantoues Il, ce titre est allé rejoindre les milliers d'ouvrages mis à l'index pour des ra isons (( politiques )) (mettant en cause l'apartheid) ou (( morales )). L'histoire que raconte Brink n'est pourtant pas bien subversive. Mais en Afrique du Sud il suffit de na rrer avec ta lent les mésaventu res vraisemblables d'un acteur métis dans tout le réalisme kafkaïen de ce pays, pour aller trop loin au goût des racistes au pouvoir. Brink a donc eu l'honneur d'être le premier boer interdit par le régime boer, mais il ne resta pas seul longtemps puisque le dernier recueil de poésie de Breyten Breytenbach alla bientôt le rejoindre dans l'enfer bibliographique du pouvoir. C'est bien là le signe de l'inquiétude grandissante des maîtres de l'apartheid qui en sont arrivés à interdire et à emprisonner les meilleurs de leurs propres enfa nts. André Brink en a tiré la conclusion. (( Pour survivre, dit-i l, la littérature afrikaans doit passer à la clandestinité. » En attendant que la lutte du peuple tout entier mette fin à l'apartheid, déni de l'homme et de l'esprit. Editions Stock. Frantz Fanon Véritable prophète de la libération par les armes, l'un des meilleurs analystes des t raumatismes occasionnés par le colonia li sme sur peuples coloni sés, Frantz Fanon est resté attaché à la libération de l'Algérie au service de laquelle il a dévoué sa vie, lui l'Antillais également colonisé. Irène Gendzier, professeur à l'université de Boston, donne au public une somme sur la vie et l'oeuvre de Fanon, posant la question « cette vie et cette oeuvre sontelles oubliées aujourd'hui et ontelles une actualité, 15 ans après la publication des (( Damnés de la Terre )). ? Par Irène Gendzier, éditions du Seuil. littérature algérienne C'est une véritable anthologie de poèmes, de nouvelles et d'études que présente ici la revue Europe qui conti nue ainsi son exploration méthodique des cultures nationales. De l'émir Abdelkader, en 1832, le grand résistant à l'invasion frança ise aux plus récents « jeunes poètes en colère» d'aujourd 'hui, du théâtre au cinéma, de la littérature dialecta le à ce lles, citadines de langue f rançaise ou arabe littéraire. Voici un panorama complet de la culture moderne en Algérie. N° spécial de la revue Europe. la littérature algérienne d'expression française Ces « approches socio-culturelles » du professeur Ghani Merad forment un essai incisif sur la littérature de langue française de son pays: l'Algérie . Des « algérianistes coloniaux » et de 1'« Ecole d'Alger » d'avant et pendant la guerre d'indépendance, on passe aux « grands » d'aujourd'hui : Mohammed Dib, Kateb Yacine, Nabile Farés. Son jugement sévère sur Camus, longtemps écrivain « algérois », est révélateur de l'opinion d'une large fraction de l' intelligentsia algérienne qui ont vu, avant tout, dans le créateur de « La peste », un nationaliste f rançais et « européen » qui a vu la naissance de l'Algérie nouvelle avec les yeux de « l'Etranger ». Cet essai ouvre aux Français la porte d'une f rancophonie riche et ombrageuse. Editions P.J . Oswald. droit et liberté. n° 352 • octobre 1976 les travailleurs algériens en france La réédition très augmentée et mise à jour d'un ouvrage de base sur l'immigration algérienne en France est de première importance par le matériel qu'elle offre sur les dimensions humaines de ce phénomène socia l très important pour la vie du pays. Basé sur des enquêtes « sur le tem!Jin », le livre de Zehraoui va au coeur du racisme et de l'exil. Par A. Zehraoui, éditions Maspéro. la culture des autres La « mondialisation» actuelle de la cu lture, et alors que les sociétés « développées » ont transformé celle-ci en produit de consommation, oblige à se mettre à l'écoute des autres cultures, des « continents oubliés » et de notre tie rsmonde intérieur. Cet essai stimulant a été écrit par un militant du développement cu lturel et social, conseiller international en la matière. Par Hugues de Varine, éditions du Seuil. Yves THORAVAL. frimaldjézar Evoquer en un roman l'Algérie, autrement que par la haine ou le mépris raciste, quand l'auteur, Français, y est né et a connu les chemins de l'exil, n'est pas, à l'évidence, facile. Faire connaître son pays, « la baie qui s'étale généreusement ouverte de gorge, le cap en avant, la Bouzaréah derrière Il, le restituer en son enfance avec amour, humour et poésie, au-delà du factice et du larmoyant, c'est cela, Frimaldjézar, d'Albert Bensoussan. Et il lui a fallu poser le déchirement, clamer l'illusion définitive de tous ces hommes, « Espagos, Italos, boules de suif et pied de neg », et dire: « Nous bâtissions sur le sable en sabrant la poussière, mais on te croyait d'aplomb comme ces socles de béton qui, sur l'amirauté, masquaient l'avance des lames Il. Ecrire Frimaldjézar « en ignorant les embûches, les entraves, les angoisses, les affres du départ encageant les tourments Il, n'est pas pour un Pied-Noir, même antiraciste, un moindre mérite. Qu'est donc Frimaldjézar? C'est l'Alger - El Djézaïr en Arabe - de l'enfance d'un petit garçon juif, entre synagogue et mosquée, entre école et théâtre. Frimaldjézar, c'est la frime, c'est le masque que prennait l'enfant quand il lui fallait assurer ses premières figurations : « L'opéra était dans la vieille ville et vivait du battement impulsif des marées coloniales, au coeur des mensonges, des travestissements et de toute cette pompe importée de métropole Il. Cette enfance dans une famille juive vivant sur les hauteurs d'Alger a des accents d'une authenticité si grande que Frimaldjézar est plus qu'un témoignage. Frimaldjézar, encore plus que les souvenirs d'un enfant. c'est toute la mémoire d'une communauté juive d'Afrique du Nord qui a longtemps vécu en bonne intelligence avec les maghrébins musulmans, bien avant la colonisation française. Frimaldjézar, ce sont les racines mauresques de nombreux juifs, c'est la maman au beau nom drAïcha, c'est l'évocation du combat commun que menèrent Juifs et Arabes, au XVIe siècle contre cet autre envahisseur qui avait nom Charles-Quint. Frimaldjézar, c'est enfin ce drame d'aujourd'hui, vécu par tant de Français qui ont quitté l'Algérie, ce drame qui est le mien : « ce n'était plus que cela, ma ville, mon lycée, un endroit de coeur que quadrille votre absence Il. J -P G 27 r _ action _ gros plan du débat aux ·actes De même se développe de façon inquiétante le racisme, de même, de plus en plus nombreux sont les antiracistes qui rejoignent le M.R.A.P. et qui demandent à militer pour que ce fléau soit partout combattu. La situation nouvelle appelle également de nouvelles formes d'action. Le responsable du comité local d'Amiens nous envoie cet appel à l'action, qui est également une prise de position, tant sur les causes du racisme que sur le développement du Mouvement. Un tel appel ne peut laisser indifférent et nous invitons tous les lecteurs de droit et liberté à réagir. Dès le numéro prochain, en effet, des pages ouvertes permettront à chacun de s'exprimer sur les points évoqués dans le texte qui suit et sur tous les problèmes relatifs à la lutte contre le racisme. Répondez nombreux, c'est de la diversité des opinions et des expériences, que peut naître une richesse et une efficacité nouvelle pour le M.R.A.P. Le M.R.A.P. existe, mais, d'une certaine façon, il faut le réinventer. Même si, jeunes militants du M.R.A.P., nous nous sentons forts de l'expérience accumulée par des générations d'hommes antiracistes, face au nouveau visage de la (( politique d'immigration )) du gouvernement, il nous faut aujourd'hui nous doter des moyens de notre action, il nous faut quitter le terrain des déclarations et des pétitions de principe pour entrer directement dans la lutte contre les discriminations raciales. Il nous faut créer des comités qui agissent véritablement au niveau local et régional. La lutte contre le racisme ne saurait s'organiser efficacement autour des seuls communiqués de presse ou des délégations indignées. Le M.R.A.P., c'est-à-dire l'ensemble de ses adhérents, doit prendre la mesure des responsabilités qui lui incombent. Son originalité, son ouverture à tous les courants de pensée ne doivent pas signifier pour autant que le M.R.A.P. n'est qu 'une structure d'accueil et de réflexion. Le M.R.A.P., c'est aussi, c'est surtout l'action . Les victimes du racisme attendent de nous que nous agissions seuls ou à leurs côtés selon les circonstances, que nous donnions forme et vie à cette réflexion permanente, collectivement élaborée dans notre Mouvement. De tous temps, les responsables du M.R.A.P. se sont attachés à développer la vie locale du Mouvement en animant des débats, en aidant à la création de comités locaux, etc. Ce stade est aujourd'hui en partie dépassé. C'est chaque adhérent qui doit prendre en charge l'action contre le racisme dans sa ville, dans 28 son quartier, dans sa vie professionnelle. Il ne suffit plus d'être antiraciste, voire même de s'affirmer antiraciste dans son entourage. Il faut créer une structure locale du M.R.A.P., et cela n'est pas incompatible ni concurrent. Les mois qui viennent de s'écouler ont vu se développer avec une extrême acuité les campagnes d'intoxication raciste menées à l'encontre des immigrés. Il a déjà été dit le triste rôle joué en la matière par le ministre de l'Intérieur (depuis les expulsions du Vendredi Saint jusqu'aux rafles dans le métro). Et il ·nous faut convenir qu 'aujourd'hui, rendre les immigrés responsables de la crise n'est plus une tentation passagère et circonstanciée mais une manière de gouverner. Une crise profonde secoue cette société, cela n'est un secret pour personne. Des échéances électorales de première importance sont proches. Nul doute que certains feront appel aux bons vieux épouvantails et croquemitaines divers si pratiques pour masquer les véritables problèmes. La situation est suffisamment grave pour que le racisme, une arme d'ailleurs à double tranchant, soit mis en avant. Et M. Poniatowski donne le ton ... En fonction de tous ces éléments, des mutations de fond sont en train de s'opérer dans l'opinion publique à l'égard du racisme, et donc de la lutte que certains mènent à son encontre. Il ne faut pas isoler de ce contexte le fort courant de sympathie qui vient vers le M.R.A.P. et même a contrario, l'intervention du groupe nazi (( Joachim Peiper )) qui a saccagé notre siège national. Le M.R.A.P. est visé parce , que son action commence à toucher de plus en plus l'opinion publique, tant dans sa dénonciation (et son analyse) des méfaits racistes, que dans la mise en cause obstinée du soutien accordé au régime de l'apartheid, avec d'autres activités militantes au plan syndical, religieux ou politique. Le racisme existe. Il suffit de créer un comité pour que sa gravité et son ampleur vous apparaissent plus concrètement. Créez un comité là où il n'y a que de simples adhérents et vous verrez affluer les témoignages. Créez un comité du M.R.A.P. et vous verrez, peut-être avec désespoir, à quel point le racisme est une réalité tristement quotidienne. C'est à chacun qu'il appartient de prendre en charge l'avenir du M.R.A.P. Le Mouvement prend forme dans la région parisienne, des comités locaux, pourtant récemment créés, semblent vouloir se doter des structures d'action nécessaires pour aller de l'avant et faire croître le M.R.A.P. autour d'eux. La participation de nombreux militants de la région parisienne à la commission (( animation-développement )) laisse favorablement présager des actions à venir. Jean-Pierre GARCIA initiatives à la r.a.t.p. A la suite de la conférence de presse organisée par le M.R.A.P., le 18 août, avec le concours des syndicats de police et des syndicats des transports parisiens, l'Union Syndicale C.G.T. de la R.A.T.P. a édité à 15 000 exemplaires un tract intitulé « Halte au racisme )). (( L'initiative du M.R.A.P. est venue fort à propos, souligne ce tract, pour éclairer l'opinion publique sur ce problème très grave de la montée du racisme partant des sphères officielles )). Il dénonce le racisme comme (( Une tentative de division des travailleurs)) et appelle ceux-ci à le combattre. Enfin il reproduit le texte de la déclaration commune des syndicats de police (que droit et liberté a publié dans son numéro de septembre). D'autre part, le conseil syndical des agents de, maîtrise de la R.A.T.P. a inscrit un débat sur le racisme à l'ordre du jour de sa session du 14 septembre. Ce débat s'est ouvert par un exposé d'Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P. nos commissions La commission Antisémitisme et Nazisme a tenu sa première réunion le 25 septembre. Animée par Pierre Krausz, elle a pris diverses dispositions pour l'examen de ces problèmes, en vue du renforcement de l'action du M.R.A.P. Sa prochaine réunion aura lieu le mercredi 20 octobre à 18 h 15. La commission Immigration se réunira le mardi 19 octobre à 18 h 30, également au siège du Mouvement. fêtes Tout au long de l'année, les comités du M.R.A.P. ont participé par des stands d'information sur le racisme, à de multiples fêtes, qu'elles soient organisées par le Parti socialiste, le P.C.F., les syndicats des Amicales laïques ou des groupements confessionnels, des associations de travailleurs immigré.s ou s'intéressant au Tiers-Monde. Les 11 et 12 septembre, les militants de la région parisienne ont remporté un vif succès à la fête de « L'Humanité » : la visite à leurs stands de milliers de personnes a permis la vente de très nombreux livres et journaux, près de cent adhésions et des dizaines d'abonnements, à droit et liberté. Lors d'une réunion de tous ceux qui avaient pris part à cette importante entreprise, il a été décidé d'étendre systématiquement cette forme d' activité, pour faire mieux connaître le M.R.A.P. dans tous les milieux et dans toute la France ... sans oublier les ressources non négligeables qui en résultent pour le Mouvement. (.Oflr~. tG K1c.~,r. '. . t",:r:r.' tl' f .. ··"P::.:,. rD OH ER..:EZ:...:.I __ _ droit et liberté. nO 352 • octobre 1976 après l'agression Le saccage du siège du M.R.A.P., dans la nuit du 22 août, par des agresseurs se réclamant du criminel nazi Joachim Peiper a causé une vive émotion dans les milieux les plus divers. A Paris et en province, la presse en a largement rendu compte et a reproduit le communiqué de notre Mouvement. Le 27 août se tenait sur les lieux mêmes de l'attentat, sous la présidence de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., une assemblée où les membres du Bureau National accueillaient les représentants de multiples organisations venues exprimer leur sympathie. On notait la présence de Mme Mathilde Gabriel-Péri, ancien député (Association des Familles de Fusillés de la Résistance). de M. M. Joineau (F.N.D.I.R.P.). Steinman (U.J.R.E.). Anselme (Ligue des Droits de l'Homme). des délégués de l'A.N .A.C.R., de la C.G.T., de l'Amicale des Algériens en France, etc ... Outre les très nombreux messages de sympathie adressés au M.R.A.P. par ses dirigeants absents de Paris, ses militants et amis de partout, d'autres sont parvenus des organisations suivantes: Pax Christi, Mouvement International des Juristes Catholiques Pax Romana, Grand Orient de France, Vie Nouvelle, S.N.E.S., L.I.C.A., COCIAA!CAO, Union générale des Etudiants, Elèves et Stagiaires Sénégalais, Fédération Française des Clubs U.N.E.S.C.O., Fédération Sportive et Gymnique du Travail. Dans bien des cas, les lettres étaient accompagnées de versements à la souscription ouverte pour réparer les dégâts, renforcer les dispositions de sécurité des locaux, et développer l'action du M.R.A.P. contre les néo-nazis. Que tous nos amis connus et inconnus soient remerciés. la souscription Georges Chatain, Limoges: 100; Korenfield, Champigny: 100; Dr Dreyfus-Brissac, Bourgla- Reine : 100; Joseph Creitz : 100; Robert Pac : 150; Dr Cernes, Paris 5" : 100; Comité local, Nîmes: 250; Andrée Blum, Paris: 100; Dr Baragan, Paris 7" : 100; Anonyme : 45; Loizil, Saint-Nazaire : 100; Rodinson, Paris 7" : 100; Sznaper, Arcueil: 250; Guillier, Paris: 600; M. K. : 200; Reiner: 200; Rosenberg: 500; Anonyme : 30; Stein, Champigny: 500; Coullet, Chenove: 50; Dr Dedet, Alger : 1000; La Vie Nouvelle : 300; Berthod Augustine, Nice: 200; Gérard Blitz, Paris: 70; Cling : 50; Anonyme : 15; Anonyme : 30; D. Wormser : 250. Présent dans les fêtes : en province (à gauche Orléans), à Paris (ci·dessous Fête de l'Humanité) 29 30 mode enfantine •• I.E,.,. PAR 1 S pieds sensibles les chausseurs du confort et de l'élégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (g') Gare Saint-Lazare - 81, rue Saint-Lazare (MO St-Lazare- Trinité) (6') Rive gauche - 85, rue de Sèvres (Métro Sèvres-Babylone) (la') Gare de l'Est - 53, bd. de Strasbourg (Métro Château-d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis FABRIQUE DE VÊTEMENTS EN PEAUX ET MOUTON LAINÉ n p liT JE IL II JE IR Il IL T(Q) 26, RUE BICHAT - PARIS (Xe) Tél. : 208·25-92 F abricantsdeBonnelerie • POUR VOS FILS CLASSIQUES ET FANTAISIE • POUR VOS BOBINAGES A FACON YalmY-Texti 1 e s 93. quai de Valmy Tél.. 206-94-73 PARIS-1oe 607-32-80 Dépositaire des Eh DELMASURE (laine peignée Nm 2/28. 1/28. 1/40) S P o R T S W E A R FABRIQUE D'IMPERMEABLES Société Anonyme au Capital de 1 00. 000 Francs 10, RUE DES FILLES DU CALVAIRE 75003 PARIS \ 607_39.33 ( 887_24_06 Metro : FILLES DU CALVAIRE Dépôt légal nO 2290 Commission paritaire nO 21340 Imprimerie Landais 84, rue d' Hautevilie - 75010 Paris une brochure: justice pour les immigrés Le M.R.A.P. vient d'éditer une petite brochure de 30 pages polycopiées, intitulée

« Non aux expulsions! Justice pour

les immigrés )), qui sera très utile aux comités locaux et à l'ensemble des militants. Elle contient les interventions de Pierre Paraf, l'abbé Jean Pihan, Me George PauLangevin et Albert Lévy à la réunion publique organisée par le M.R.A.P., le 28 avril dernier, après l'expulsion de 16 travailleurs immigrés de la SONACOTRA. Elle se termine par le texte de la proposition de loi réglementant l'expulsion des étrangers, que le M.R.A.P. a élaborée pour protéger ceux-ci de l'arbitraire actuel, proposition qui est soumise aux députés et sénateurs. Cette brochure est en vente au M.R.A.P. au prix de 5 F (que l'on peut régler en timbres- postes). Pour les comités, à partir de 10 exemplaires: 3 F l'un. flash • Un festival de l'imigration se déroule à Lille, Roubaix et Tourcoing, du 17 septembre au 17 octobre, comportant de nombreuses représentations théâtrales, des spectacles de variétés, des projections de films et des débats. Le M.R.A.P. est l'une des 25 organisations qui en ont pris l'initiative. Jean- Pierre Garcia, secrétaire national, animera un débat le 6 octobre, à Roubaix. • Le Comité du M.R.A.P. de la Haute-Marne a lancé en août une campagne d'information sur la situation au Liban et de solidarité avec les victimes des massacres perpétrés dans ce pays. Il a collecté 460 F, deux camionnettes de vêtements, médicaments et vivres. Le comité a tenu une conférence de presse sur ces problèmes ainsi que sur les crimes de l'apartheid en Afrique du Sud et les campagnes calomnieuses visant les immigrés en France. • Le comité de Toulouse a participé; avec diverses autres organisations à des démarches pour le relogement dans un immeuble municipal d'un groupe de travailleurs marocains vivant dans un bidonville. Il a pris part, à l' U.E.R. de géographie à un « forum )) sur les problèmes de l'agglomération toulousaine, où étaient examinées entre autres, les conditions de vie et de logement des immigrés. Il s'est constitué partie civile dans l'action judiciaire engagée par une travailleuse espagnole insultée publiquement. • A la suite des incidents et des campagnes racistes qui ont eu lieu cet été à Sully-surLoire et à Dampierre-en-Bruly, le comité du M.R.A.P. du Loiret a entrepris une enquête sur la situation des travailleurs immigrés dans cette région et a largement diffusé un tract. bien accueilli par la population. • « Racisme + A_M,X_ + Alouette 150 morts et 1 000 blessés à Soweto » : tel est le titre du tract imprimé et diffusé par notre comité de Nice, pour expliquer le rôle des armes françaises dans la répression en Afri que du Sud. Ce tract se termine par cette interpellation ironique : « Niçois, soyons fiers de notre jumelage avec la ville du Cap! )L • Le campement de gitans sous le Pont-Canai ayant suscité un conflit avec la municipalité, le comité du M.R.A.P. d'Agen a lancé un appel mettant en garde la population contre les réactions racistes, et demandent que des solutions soient recherchées dans un esprit de compréhension et d·humanité. • Dans un tract, le comité d'Ermont (95) répond à un article du journal local, l'Echo Regional, intitulé : «La vérité sur les foyers SONACOTRA )) qui prétendait notamment que les travailleurs immigrés sont logés « gratuitement )). Le 26 octobre, le gouvernement raciste de l'Afrique du Sud s'apprête à commettre un nouveau forfait contre le peuple de ce pays en déclarant la pseudo-indépendance du Transkei, qui ne vise qu'à faire des Sud-Africains, des étrangers dans leur propre pays. l'apartheid tue ... Rassemblement massif, le 26 octobre à 18 h, devant le ministère des affaires étrangères (Quai d'Orsay, MO Invalides)_ Halte aux massacres racistes la france l'arme A rappel du M.R.A.P. et des 25 autres membres du collectif des organisations luttant contre l'apartheid, tous les antiracistes, tous les démocrates, tous les amis de l'Afrique manifesteront leur solidarité avec les peuples d'Afrique australe. Halte à la collaboration nucléaire et militaire entre la France et l'Afrique du Sud droit et liberté. n° 352 • octobre 1976 Liberté pour les peuples de Namibie et du Zimbabwé Non à la soi-disant indépendance du Transkei- 31


Notes

<references />