Droit et Liberté n°438 - avril 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°438 de avril 1985

(numéroté 439 par erreur)

    • Face à la montée de l'idéologie et des crimes racistes: Vaste mobilisation
    • Une université d'été du MRAP
    • Mardi 7 mai: les fleurs du souvenir, de la lutte et de l'espoir
    • 21 mars: une belle réussite
    • Le racisme en justice
    • Afrique du Sud et Namibie: avec les combattants de la liberté
    • Attentats: le MRAP condamne les violences
    • Jean-Paul II et Le Pen
    • Education civique: se rapprocher du réel

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit . et liberté UNE UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU MRAP L ~ ,,, i n i s t ère deI' E d u ca ti 0 n Nat ion ale , q u l a r eco nnu le MRAP comme association d'éducation pop ul ai r e, vi ent d'accepter le projet d"'Université d'été" proposé par notre Mouvement . Ce stage aura li eu du 9 au 13 juillet prochain , au Cent r e Internationa l d'Etudes Pédagogiques , 1, avenue Léon Jou rn ault , à Sèvres . mensuel du mouvement ~ contre le racisme et. pour l'amitié entre les peuples • ~ Il a pou r thème: "Education civique: apprendre à vivre ensembl e dans l es éta bl issements sco l a i res ". Il s ' adresse à des instituteurs , des professeurs de Collèges , des professeurs de Lycées d ' En seignement Professionne l, des animateurs de stages "1 6- 18", de pré f ér ence à ceux qui exercent dans des éta bli sse men ts à forte proportion d'enfants d ' origines différentes. Avril 1985 - 5 F - N° 439 ISSN 0012-6411 (3uite p. 6) Face à la montée de l'idéologie et des crimes racistes Vaste mobilisation MARDI 7 MAI LES FLEURS DU SOUVENIR, DELA LUTTE ET DE L'ESPOIR Pour .arquer à la fois la fidéli té aux victi.es du racis.e d' hier et à celles qui ont été frappées dans la dernière période en France. le MRAP a pris l'initiative d'une .anifestation de di.ension nationale. le 7 .ai. sous la for.e de dépôts individuels de fleurs en un lieu sy.bolique dans chaque ville de France. "La Ligue des Droits de l'H omme a donné son accord en ex pri mant , co mme le MRAP l ui -même , le so uha i t d ' une large adhésio n du pl us grand nombre d'organisations, in vitées sans préséance et selon leurs modal i tés propres , à , participer au succès de cette mobilisation sur l' ensemble de la France" , A Par i s. le rasse.ble.ent aura lieu à 18 heu r es. à la Fontaine des Quatre Parties du Monde (Mé t ro: Port- Royal). Ce furent d'abord les agressions commises par des lycéens contre un ouvrier maghrébin. Saïd Zanati. à Notre-Dame-de-Gravenchon, en Seine-Maritime (13 février). puis contre un jeune Algérien de 16 ans, Smael Benelkadi, à Neuville-sur-Saône, près de Lyon (6 mars). Bientôt, comme par contagion, les crimes racistes se sont multipliés . . A Menton, le 21 mars, les deux assassins du jeune Marocain, Aziz Madak, 37 ans, qui blessent par ailleurs son ami martiniquais, Jean-Luc Louis-Jean, 17 ans, se justifient ainsi: "Nous, on n'aime pas les Arabes!". Le 29 mars à Paris, la bombe qui explose au cinéma "RivoliBeaubourg" , où se déroulait le Festi val du cinéma juif, fait 18 blessés dont 3 gravement atteints. Le 30 mars, à Miramas, après une altercation dans un café où l'on refusait de les servir, des jeunes d'origine algérienne ; sont pourchassés par deux excités ( qui s'étaient entretemps munis d'un 22 Long Rifle), et l'un d'eux, Noureddine Hassan Daouadji, 18 ans, est abattu Cette poussée de haine et de violences a soulevé une vague de réprobation dans tout le pays. Le MRAP a fait beaucoup pour qu'elle s'exprime dans l'union, jouant le plus souvent le rôle d' ini tiateur et de catalyseur pour les manifestations qui ont eu lieu un peu partout. Celles qui sont prévues le 7 mai, sur proposition du MRAP et de la Ligue des Droits de l'Homme, seront une nouvelle étape de cette mobilisation salutaire. En outre, les comités locaux du MRAP développent l'information, la réflexion pour faire reculer l'idéologie raciste, qui déclenche dans certains esprits un délire meurtrier. Ce travail en profondeur, permanent, n'est pas pour rien dans la prise de conscience et la volonté d'agir qui caractérisent la période actuelle. C'est dans ce contexte d'intense acti vi té, menée avec dynamisme et esprit de responsabilité, que se prépare le congrès du Mouvement, fixé au 8 et 9 juin à Pantin. - 1 - ACTION Crimes et attentats racistes Une vaste mobilisation C'est aux premières heures du mardi 21 mars, Journée internationale contre le racisme, qu'a eu lieu le meurtre de Menton. Bien que les deux assassins (l'un adhérent du Front National) aient été arrêtés presque aussitôt , la police n'allait faire connaître leur identité et leur motivation raciste , ouvertement proclamée, que le vendredi dans la soirée , de telle sorte que les médias n'ont pu en donner l'information que l e samedi 23. A Paris, cet après-midi l à, se tenait le meeting organIse à l a Bourse du Travail par le MRAP et le C.A. I .F. Plusieurs orate ur s , dont Albert Lévy , condamnèrent vigoureusement ce ,crime . De même à Strasbourg, où avai t lieu l'assemblée générale local du MRAP, Me R. le même jour , du co mi té Bli ndauer ne manqua pas de sou li gner à ce propos que "le racis.e n'est un courant de pensée, .ais une idéologie de .ort". Le MRAP, ainsi que SOS-Rac"Ïsme, appelle à faire du mardi 26 mars une journée de riposte et de sensibilisation, avec débats dans les lycées, arrêts de travail dans les entreprises, initiatives des municipalités, etc . La Fédération du MRAP des Alpes-Maritimes lance sans délai un appel dans ce sens, annonce qu'elle engage des poursui tes, en se constituant partie civile contre les deux criminels, et suscite la réunion du "Comi té de soutien contre le rac i sme" formé d' unè' vingtaine d'organisations pour préparer la manifestation de Menton, tandis que nos comi tés locaux du département prennent des dispositions pour en assurer le succès; les enseignants du MBAP, avec leurs syndicats , prévoient une heure de débat dans tous les établissements du secondaire. Deux à trois mille personnes - affluence exceptionnelle dans cette 26 mars: premières ripostes Rapidement , de nombreuses prises de posi tion traduisent l'émotion générale. Le communiqué national du MRAP constate : "Co .. e on pouvait le craindre, la banalisation de l'idéologie xénophobe, devenue un support de la dé.agogie électorale, conduit à la banalisation et à la .ultiplication des actes de violence ". Il demande "aux gens de coeur et de raison de se .obiliser contre cette escalade de la haine et de la barbarie " . ville - prennent part , le 26, au cortège qui se rend de la gare de MENTON à la mairie, avec un arrêt silencieux devant le café d'où sont sortis les tueurs . Dans la foule voisinent, souvent sur la même poitrine, les badges "Touche pas à • on pote" et "Vivre ense.ble avec nos différences " . En tête, de nombreuses personnalités, dont l'ancien ministré Max Gallo, les responsables du PCF, du PS, des syndicats, de la communauté juive. La - 2 - manifestation s'achève par les deux prises de paroles d'Albert Lévy, secrétaire général du MRAP, et d'Harlem Désir, animateur de SOSRacisme, l'un et l'autre venus de Paris . Au même moment, dans d'autres villes, de nombreux antiracistes étaient descendus dans la rue. Un millier de personnes , à MARSEILLE, défilent sur la Canebière , avec le MRAP, la LICRA , SOS-Racisme, le PCF, le PS, la CGT, la CFDT , l'Amica l e des Algériens en Europe ... derrière une unique banderole:" Vivre ense.ble avec nos différences " . Imposantes manifestations aussi à BESANCON, MRAP en tête . Plusieurs centaines de présents à MOREZ (Jura) . Au HAVRE, a lieu un bref rassemblement avec le MRAP et SOS-Racisme. A GRENOBLE, 500 personnes se rassemblent à Il heures, tandis qu'une minute de silence est observée dans les lycées et les universi tés . Ailleurs, ce sont les lycéens qui parcourent la ville: à RENNES , ils vont d'un quartier périphérique au centre en scandant "Le racis.e ne passera pas"; à BELFORT, où, du haut d'un pont, ils jonchent de fleurs la rivière La Savoureuse . Angoulême: Initiative originale à des militants du MRAP interviewent les gens dans la rue et enregistrent leurs réponses; la plupart affirment réprouver le racisme; ce reportage est ensui te diffusé sur une radio locale . Il n'est pas possible de recenser toutes les initiatives de cette journée . En VOICI quelques- unes: arrêts de travail et prises de parole des personnels i -- ACT/ON administratifs à Bobigny (avec M. Georges Valbon, président du Conseil Général de la Seine-Saint- Denis) , à Colombes, Champigny, Saint-Ouen, Corbeil, Morsang-sur- Orge, Palaiseau, Vigneux, Vitry, dans la région parisienne, aInSI qu'à Sartène, en Corse, à Audincourt, en Lorraine, Vaulx-en-Velin, près de Lyon . . . ; minute de silence de Conseils munICIpaux, comme à Eybens (Isère); adoption de motions par ceux de Lyon, Fontenaysous- Bois, ou déclarations des maires à Béthoncourt, Vénissieux; mise en action des sirènes municipales (Montluçon, Saint-Pierredes- Corps, Chalons-sur-Marne, Vaulx-en-Velin, Bethoncourt, Audincourt); signatures de pétitions dans des établ issements scolaires (Lycée Emile Dubois à Paris, Collège Elsa Triolet à Thaon-les-Vosges) et des entreprises (Alsthom, cheminots, postiers, C.A.F . à Marseille ; Renault-Billancourt; C. C. A.S. des Industries Electrique et Gazière à Montreuil; débrayages à Tours (CHIM-Inter, cheminots, postiers), Gentilly (CGSN) ..• Sans parler des innombrables sit-in dans universités .. . assemblées, les lycées débats, et les Le matin, Mme Georgina Dufoix, porte-parole du gouvernement , était allée symboliquem ent déposer une gerbe au cimetière franco-musulman de Bobigny. Le 26 mars également, M. Guy Ducoloné, député, posai t une question écrite au Garde des Sceaux pour demander une application plus stricte de la loi contre le racisme. dence universitaire: bre, tirs de carabine visant un étudiant le 20 décem- 22 Long Ri fle tunisien, Ben Jean Guidoni, Jean-Luc Marthe Mercadier), et du teurs Roger Hanin. Lahayes, réalisa- IIJuifs à Paris, Arabes à Menton" Ahmed Tyani, blessé à l'épaule; le 16 mars, un étudiant sénégalais, Seyna Diop, est à son tour blessé par balle. Le coupable vient d'être arrêté . C'est avec plusieurs associations d'étudiants que le MRAP a appelé à la manifestation . Dans l'Ardèche, c'est avec l'ASTI qu'il organise une marche silencieuse, du château au monument aux morts où sont accrochées des pancartes portant les noms des récentes victimes du racisme. Les 250 participants, de tous les horizons politiques, parmi lesquels des responsables syndicaux et des conseillers municipaux , ont déposé des fleurs. Le 28 mars, une veillée a lieu devant l'Hôtel de Ville de PERPIGNAN, à l'invitation du MRAP, que soutiennent diverses organisations . Des jeunes, surtout, sont présents. Le président de notre comité local, Alain Vibert, prend la parole. A POITIERS , le même jour, à l'appel du MRAP et de l'association "Le Toit du Monde", 300 personnes se r assemblent, parmi l esq uell es on reconnaît le député-maire, M. Santrot , l 'évêque, Mgr Rozier, le pasteur,M . Vatinel. La motion qui sera portée en cortège à la préfecture est présentée par Michel Loubignac, président du comité local du MRAP. C'est ce soir-là, à 2lh.45, qu'explose une bombe au cinéma "Ri vol i-Beaubourg". Cet attentat antisémite suscite de très nombreuses prises de positions . Parmi les premiers à réagir, le MRAP déclare: "Cet acte cri.inel con fi r . e, quels qu'en soien t les auteurs, qu'un racis.e ne va ja.ais seul. Quand la haine et la violence se déchaînent contre un groupe de la popul at i on, toutes les . i norités sont .enacées , et avec elles la paix civile". Le lendemain 30 mars , Charles Palant, vice-président du MRAP, est reçu à TF.l, au Journal de 13 heures , et une partie de ses propos seront repris à celui de 20 heures, puis le lendemain par Ivan Levaî, dans sa chronique d ' Europe 1. Il souligne notamment l a nécessité , pour quiconque est attaché à la démocratie, de bannir toute compl aisance vis-à-vis de l'extrêmedro i te , et appelle à l'union pour la défense des valeurs fondamentales de la Ré publique . L' après-midi , plus de 5. 000 personnes défilent à PARIS, de Montparnasse à l a Bastille. La Un sursaut impressionnant manifestation , prévue d'abord pour protester contre le meurtre de Menton , s'élève avec non moins de vigueur contre la bombe du "Rivol i Beaubourg"

"Juifs à Paris, Arabes

à Menton, c'est nos potes qu'on assass i ne". En tête, les représentants des associations qui avaient pris l'initiative: le Consei l des Associations d'Immigrés en France (C . A. I.F . ) qui groupe 15 associations, le MRAP, l'Association de l a Nouvelle Génération iss ue de l' Im - Après ces premières ripostes, improvisées souvent en quelques heures (avec un appui notable des médias locaux et régionaux), le sursaut antiraciste s'est amplifié de façon impressionnante, fortifié par de nouvelles provocations criminelles dirigées contre les populations juive et arabe . Aux deux bouts de la France, le 27 mars, cortèges dans les rues à LILLE et à AUBENAS. Dans le Nord, deux agressions racistes ont été perpétrées à Mons-en-Baroeul, près de la rési- Le 29 mars, à PERIGUEUX , se tient un rassemblement devant le Palais de Justice , à l'appel de douze organisations - dont le MRAP - qui s'étaient trouvées ensemble quelques jours plus tôt pour un meeting de solidarité avec le peup l e canaque. A PARIS, émission exceptionnelle à la radio FREQUENCE MON TMARTRE , avec la participation de George Pau-Langevin, présidente du MRAP, de Bertrand Delanoé, député du l8ème , d'artistes (Rachid Bahri, Michel Boujenah, William Sheller , - 3 - . migration (ANGI) , l e Collectif Féminin contre le racisme , et Radio-Beur . Une délégation de SOSRacisme se joint à elles . La encore, on s'arrache les badqes "Touche pas à .on pote", "Vivre ense.ble avec nos différences" ... et beaucoup d ' autres . A l a fin du parcours , les prises de parole des organisateurs se succèdent (Albert Lévy pour le ACTION MRAP) au pied de la Colonne de Juillet. Il s forment une délégation, qui se rend devant le IIRivoli-Beaubourg ll et exprime sa solidarité aux responsables du Festival du cinéma juif. Simultanément, un puissant cortège parcourait le centre de REIMS, la ville où habitent la mère et la soeur dl Aziz Madak, tué à Menton. Au MRAP, qui llavait proposé, slétaient joints nombre dlorganisations (notamment CGT, CFDT, FEN, PCF, MRG, PSU, ATMF, UNEM, AAE, USTI). Mais, comme devait le souligner Evelyne Cornet, vice-présidente du comité local du MRAP dans la déclaration lue au nom de tous: lIétiacun est venu individuelle. ent pour défendre des valeurs auxquelles il croit". Sur la banderole portée en tête figurait ce mot dl ordre: IIFaisons face ense.ble au racis.e". Encore 5.000 personnes à PARIS, le dimanche matin 31 mars, devant le IIRi voli-Beaubourg ll , à 11 appel de la LICRA, du MRAP, du CRIF (Conseil Représentatif des Insti tut ions juives de France), de la Ligue des Droits de 11 Homme et de SOS-Racisme. Une pléiade de personnalités politiques, ministres, députés, conseillers de Paris, dirigeants de partis, dlautres appartenant au monde du spectacle, sont présentes. La foule se rend en cortège au Mémorial du Martyr juif, où Me Théo Klein, président du CRIF, prononce une brève allocution. "Il faut, dit-il, refuser tout ce qui divise face au racis. e". Le quotidien algérien IIEl Moudjahid ll déplorera 11 indignation II sélectivell qui fait que les personnalités présentes ce dimanche étaient IItotale.ent absentes à la nni festation organisée la veille ll • Clest vrai pour certaines, et les arrière-pensées ou les réticences ne sont pas négligeables. Il reste que, pour la plupart des participants, pour de larges secteurs de llopinion, ainsi que pour la général i té des médias, ilIa preuve par le sangll a été faite que III'antiracis. e ne se partage pas ll • Du moins, cette idée, que le MRAP siest toujours efforcé de promouvoir, a-t-elle fait des progrès sensibles à travers ces tragiques évènements et llémotion évidente qulils ont provoquée. Lors de la manife s tation du 31 mars à PARIS, la nouvelle était déjà connue du nouveau crime antiarabe perpétré à Miramas. Tout comme à MARSEILLE où un rassemblement avait lieu, à Il heures également, sur le Vieux-Port, à llappel de plusieurs organisations, dont le MRAP. A cette même date, il faut signaler 11 action de sensibilisation réalisée par le comité du MRAP de GRAULHET, dans le Tarn: sur un marché, un stand de rencontre et dlinformation avait été installé pour 1I1 utter contre toutes les formes dlintolérance et le terrorisme ll • Le comité, soutenu par la municipali té, le député Charles Pistre, les syndicats, des personnalités religieuses et politiques a di ffusé des badges, cartes postales, affiches, fait signer des pétitions, recevant un accueil particulièrement favorable des passants. de la MRAP, tion. Xavier Schapira, président fédération départementale du participait à cette anima- Protester en essayant de réfléchir aux causes A llinvitation de la municipalité et de diverses organisations (Amicale des Algériens en Europe, MRAP, SOS-Racisme, CGT, Association des Marocains, Union des Femmes Françaises), plus de 3.000 personnes défilent silencieusement, le 1er avril, à MIRAMAS, du centrevi lle à la ci té La Rousse où le meurtre de Noureddine Hassan Daouadji a été commis. La famille du jeune marche en tête, devant une role où sont inscri ts les homme bandemots: "Racis.e, haine, violence, halte!". Ses amis portent une pancarte: IIVicti.e du raciue aujourd'hui: Nourreddine. Denin, qui?1I Devant 11 abri-bus, où Noureddine est mort, un verset du Coran est récité, suivi de prières et de chants funéraires. Des cou- - 4 - ronnes de fleurs sont déposées par des enfants, et une minute de silence est observée. Le maire, M. Georges Thorrand, décl are ensui te: liCe rasse.ble.ent est Je signe d'une prise de conscience qui s'élargit de jour en jourll • Le bar ilLe Mistral ll ; dloù sont partis les tueurs, fait llobjet dlun arrêté préfectoral de fermeture. Le même soir, des manifestations ont lieu à ALES, à llinitiative du MRAP et de SOS-Racisme; et à TOULON (LICRA, MRAP, Ligue des Droi ts de 11 Homme, Communauté juive, PCF, PS, MRG, LCR, CFDT). A noter, le 1er avri 1 également, la parution dans ilLe Matin ll dlun article dlAlbert Lévy, intitulé

IIPour un nouveau civis.ell •

Encore trois manifestations dans le Midi, le lendemain 2 avril. Dans la petite ville de MILLAU (Aveyron), 400 personnes défilent à llappel du MRAP, soutenu par la municipalité, les syndicats, les part~s de gauche, de multiples associations locales. A NIMES, la mani festation (1.500 participants) appelée par le MRAP et la LICRA, a reçu 11 appui du CRIF, de la Communauté des Musulmans de France, de 11 UTn, du PCF, ..d u PS, de la CGT et de la CFDT. Dans la foule, on reconnaît Mme Pierre Mendès-France. A MONTPELLIER, à la suite dlune réunion convoquée 11 avant-veille par 'le MRAP, c lest avec la Ligue des Droits de IIHomme, la LICRA et maintes autres organisations réalise un rassemblement cieux, pl~ce de la Comédie. que se silen- Le 3 avril, Cl est à GRENOBLE et PERPIGNAN que Si exprime dan s la rue la protestation contre le racisme. A GRENOBLE, le MRAP, initiateur et organisateur de l a marche silencieuse, soutenu par 11 Amicale de s Algériens en Europe, la LICRA, SOS-Racisme, le Cercle Bernard Lazare, le PCF, le PS, l a LCR, la CGT, la CFDT, la FEN, recuei Ile 20 adhésions au long du ACTION cortège, fort de 1.200 participants . Avant la dispersion, notre pr~sident local, J.J. Kirkyacherian, prononce une brève intervention: IINous devons, dit-il, notamment, nous indigner et protester en essayant de réfléchir aux causes ll • A PERPIGNAN, pour cette seconde manifestation en quelques jours, derrière une unique banderole: IIContre tous les racis.es ll , se sont joints au MRAP, la LICRA, le CRIF, de nombreuses associations d' immigrés, avec les syndicats et les partis de gauche. plainte et témoigné devant des journalistes. Fortement traumatisé, il est l'objet de menaces et d'intimidations. Il l'explique dans une lettre que présente à l' assembl~e son frère Hassina. En r~ponse au climat de haine et de violence, les participants prennent des dispositions pour développer dans le département la campagne IIVivre ense.ble ll , pour IIconstruire avec nos différences ll • Le même jour encore, à l'appel des comi tés locaux du MRAP, manifestations à PANTIN (Seine-SaintDenis) et à BREST. AGRESSION DANS LE TRAIN SAINTES-BORDEAUX Le comité du MRAP de Saintes (Charente-Mari time) a adressé à la presse, le Il mars, le communiqué suivant : IIJp:..~i dernier (7 .ars) D'un bout à l'autre de la France dans le train du soir SaintesBordeaux, entre Jonzac et Montendre, une jeune fe .. e a été injuriée, puis frappée par deux ho •• es qui ne toléraient pas qu'elle converse avec un étudiant .arocain. Ces deux ho .. es ont égale.ent blessé un voyageur 1 qui s'était interposé. Les deux agresseurs ont eu l'i.pudence d'arborer leur carte du Front National, avant de perpétrer leur agression et de prendre la fuite. Le jeune Réunionnais sur lequel trois jeunes gens ont déversé du white-spirit avant d'y mettre le feu, à la gare de CLERMONTFERRAND, le 30 mars, a-t-il été victime d'un crime raciste? La police ie nie. Les interrogations sur cette affaire douteuse rejoignent l'émotion au sujet de celles de Menton, Paris, Miramas. Le MRAP appelle à un rassemblement sur la place de Jaude; là encore, de nombreux concours: syndicats, partis politiques, associations d'immigrés et autres . Le 4 avril, plus de 1.000 personnes sont présentes pour entendre l'intervention d' Albert L~vy, invité à cette occasion . A SAINT - ETIENNE, le même jour, à une réunion organisée par le Collectif Immigration, avec l'active participation du MRAP et de son président local, Yves Le Stir, les intervenants soulignent que la ville n'a pas été épargnée par les agressions racistes: en mal 84, Abdel Maklouf reçoit une balle dans le ventre, place de l'Hôtel de Ville, et il est handicapé à vie; en mars 85, une bombe, heureusement désamorcée à temps, est déposée devant une mosquée; à Saint-Chamond, un immigré est injurié et passé à tabac dans une IIgrande surface ll • C'est à Saint-Etienne qu 'habi te Ali Belakhel, l'ami de Aziz Madak, qui se trouvait avec lui à Menton le jour du drame, et a échappé de justesse aux ba Il e s tirées contre lui. Il a porté Le 5 avril, la mobilisation dans l~s Bouches-du-Rhône prend une dimension nouvelle, - avec la tro. isième manifestation de MARSEILLE, consécutive, celle-là, au meurtre de Miramas. Ils sont 5.000, cette fois.., sur la Canebière. Le MRAP, l'Amicale des Algériens en Europe, les associations d'immigrés marocains et tunisiens, la LICRA, les syndicats, le PCF, le PS, la LCR et beaucoup d'autres ont concouru à son succès . Les consul s des trois pays du Maghreb sont présents. A l'issue du défilé, une délégation est reçue par M. Gaston Defferre, maire de la ville. A MIRAMAS, le lendemain, manifestation de jeunes sur le thème: IIArrêtez le délire, vive la vieil, avec SOS-Racisme. Une délégation du MRAP est présente . "Plainte a été déposée. "Le MRAP s'indigne de cette brutale agression et conda.ne tous ceux qui utilisent la peur et la violence pour i.poser leur loi raciste. Le racine .ène au fascis.e". Aucun journal local reproduit cette information. n'a avril, MRAP de Liévin local venir A mairie, non au à l'appel des comi tés du cette ville, de Libercourt, et Courcelles-les- Lens. VENISSIEUX, notre comité a invlt~ les habitants à dans lIn parc, près de la avec lIune racisme ll • ... fleur pour dire En présence du Fleurs et sit-in à Angoulême Ce même 6 avril, les antiracistes descendent dans la rue à MONTBELIARD (1.000 personnes) à l'appel du MRAP, de l a CIMADE, de la JOC, d'organisations de travailleurs immigrés, des syndicats, des partis de gauche. Ils protestent en outre contre la diffusion de tracts violemment racistes aux usines Peugeot. Des rassemblements ont lieu, avec le MRAP, au HAVRE et à BEAUNE. A OIGNIES (Pas-de-Calais), où une agression locale contre un jeune Algérien ajoute à l'émotion, une manifestation a lieu le 12 - 5 - ,maire et du Conseil Municipal, les fleurs sont piquées dans un parterre. A ANGOULEME, le 17 avril, de nombreuses organisations, entre autres la Fédération Léo Lagrange, la Fédération des Oeuvres Laîques les CEMEA, la JOC, ainsi que l'Eglise Réformée et la Communauté musulmane, se sont jointes au MRAP pour une double manifestation dans une artère piétonnière: à 17h.30 un II s it-in ll des jeunes; à 18 heures, un défi lé et le dépôt par chaque participant d'une fleur sur une silhouette dessinée au sol, avec ACTION les noms des récentes victimes du racisme; enfin , poursuite de la marche jusqu'à la préfecture, où une délégation est reçue par le Commissaire de la République . C' est cette forme originale de rassemblement avec des f l eurs , marquant la solidarité , la lutte et l'espoir , que le MRAP et la Ligue des Droits de l ' Homme ont appelé à généra l iser le mardi 7 mal . Des prises de position Dans bien des villes où n'ont pas eu lieu de manifestations de rues , le MRAP a par ailleurs alerté l 'opinion en publiant des articles et communiqués dans la presse (Pau, Dijon, Belfort, Metz, Nancy, Toulouse, Tarbes, Rodez, Bourgoin ), en faisant signer des pétitions , ou en distribuant des tracts (Longju.eau, Chilly - Mazarin, Sevran ). Les enseignants membres du MRAP ont pris une part acti ve aux débats dans les lycées , le 26 mars . Notre comité de BAGNOLET a écr i t à la direction d'Antenne 2 pour protester contre l e fait que , dans les compte-rendus des grandes manifestations de cette période, les différentes émissions d'informations . ont omis systé matiquement de citer le MRAP . Nous avons reçu des messages de sympathie de l'Association Fran ce- Algérie, de l'AEFTI-Paris , de l'Un i on Française pour l'Espéranto, de l a JOC-JOCF, du syndicat CGT d'Interagra, de l'ARAC, du maire de Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Comité de rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod N° de Commission paritaire: 61013 Imprimeurs Libres - Paris Drancy , M. Maurice Nilès , de l'Association des émigrés de Chartres, ainsi qu'un télégramme du Mouvement contre le Racisme , l' Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX), de Belgique. DERNIERE MINUTE: A ALENCON A l'initiative du MRAP , et avec le soutien de nombreuses organisations, dont le Grand Orient de Fr ance , la Ligue des Droits de l' Homme, la- FNDIRP, les syndicats (FEN, FO , CGT , CFDT), les partis politiques de gauche, un rassemblement es t annoncé pour le 24 avril à Alençon , suivi d'un défilé, d'une intervention du représentant du MRAP et du dépôt d'une motion à la préfecture. Charles Palant et Albert Lévy représentaient le MRAP à la réception organisée par le PCF à l'occasion du 21 mars, où Georges Marchais a fait une déclaration en présence d'un grand nombre d'associations d'immigrés, de solidarité et de lutte contre l e racisme . MRAP- SOLIDARITE avec l'A.T.E.Q. (Assoc iation théâtrale d' enfants du quartier) organise le 1er Juin Place des Abbesses (lBè.e) à 12~.30 une fête théâtrale sur le rac i s.e co.posée et réalisée par les enfants du quartier. Vous y êtes cordiale.ent invités. Université d'été du MRAP (suite de la p. 1) Il y a 25 pl aces pour des stagiaires logés au CIEP, plus 10 pour des stagiaires logés par leur s propres moyens dans la région parisienne . Suscitez autour de vous des candidatures. Ell es doivent être adressées avant le 15 mai: par les personnel s de l'Education Nationale , par l a voie hiérarchique au Rec t orat de leur Académie d'exercice ; par les autres candidats , au Rectorat de l'Académie de leur domicile . Le stage est gratuit et les frais de voyage des stagiaires peuvent être remboursés. Il ne faut pas le transformer en mini - congrès du MRAP: recherchez plutôt des "sympathisants" et des enseignants dont l'expérience pourra nous enrichir . Il ne s ' agit pas d' en faire l'occasion de "discours moralisants" sur le rac isme en général, mais un lieu d'échanges d'expérien ces et de co-formation, avec, pour objectif , de faire avancer la réflexion et l ' action pédagogique s de tous l es participants, d'améliorer l'information et éventuellement d'élaborer de nouveaux outils pédagogiques . Ce stage est l'occasion d' accroître notre action avec les milieux enseignants, de la faire connaître et de la rendre plus efficace. (L'équipe des responsables : Anne-Marie Goguel, Jean-Pierre Barlier, Mouloud Aounit , Jeannine Cuinat-Tripoteau) . LE MRAP VOUS PROPOSE Un récit historique : "C'EST ARRIVE EN POLOGNE", par Th éoph i le Gro l. Un li vre ind is pe nsab l e pour mieux co nn aître les rac in es de l' antisém i tisme en Po l og ne et l es lu ttes me nées pa r les j uifs polonai s sou s l ' occupation naz i e. 70 Frs + 9Frs50 de frais d'e nv oi. - Trois dossiers-pochettes de doc ume ntat i on, format 21,5 x 15 , 5: - 6 - · "LE RACISME, VOUS CONNAISSEZ?" 30 Frs + 6F rs50 de f rais d'envoi . · "PROJETS D'ACTION EDUCATIVE: A LA RENCONTRE DES AUTRES". 30 Frs + 6F rs50 de frais d'envoi. · "LES INDIENS D'AMERIQUE DU NORD" . 25 Frs + 6F rs50 de frais d ' envoi . Ces dossiers sont particul ièrement uti l es pour l es l ycées (e nseig nants et élèv es des cl asses supérieures) tout comme pour l'information des adhérents du MRAP. ACT/ON 21 mars Une belle réussite A l'occasion du 21 mars, Journée internationale contre le racisme, le MRAP avait organisé à Paris, avec le concours de la SNCF, une animation culturelle, gare du Nord, à laquelle se sont associés de nombreux artistes. Entre 14 heures et 15h . 30, les enfants des écoles voisines qui avaient été invités, ont applaudi les spectacles prévus pour eux. Puis, jusqu ' à 21 heures, la foule qui emplissait l'immense hall, dont une partie se renouvelait à l'arrivée et au départ des trains, a montré son intérêt incessant pour les chanteurs et danseurs, en même temps que pour le MRAP. Par ailleurs, des milliers d'adhérents du MRAP se sont faits pour quelques jours militants pour apposer les 8 autocollants qui leur avaient été envoyés. Beaucoup en ont redemandé. Dans toute la France, nos comités locaux ont pris, dans cette période, les ini tiati ves les plus di verses pour informer et sensibiliser l'opinion. Cette campagne a sans aucun doute contribué à la mobilisation qui a suivi après les crimes racistes dont le premier, à Menton, a eu lieu précisément le 21 mars . Les antiracistes dans la rue A Perpignan, le comi té local du MRAP qui avait, en janvier, "inauguré" fictivement au centre de la ville, une "Place des victimes du racisme", a organisé le 21 mars un défilé soutenu par diverses associations et auquel de nombreux jeunes participaient. Un mot d'ordre, entre autres, a été fréquemment scandé: "Pas de quartier pour le racisme, pas de racisme dans le quartier!" •.• A Metz, c'est un rassemblement qui a eu lieu le samedi aprèsmidi 23 mars. A Bagnols- sur-Cèze (Gard), les militants du MRAP ont présenté, sur la place de l'église, une exposition et des spectacles exprImant diverses cultures. A Besançon, animation de rue , également, de 14 à 18 heures, avec des groupes musicaux de différentes origines. Le soir, dans une salle de cinémd, un film sur la Namibie a été présenté, suivi d'un débat avec Tuliameni Kalomoh, délégué de la SWAPO en France. A Angoulêae , animation dans la rue piétonne, lâcher massif de ballons "Non au racisme". Concert en plein air de musique reggae. A Roubaix et Tourcoing, un e caravane de voitures contre le racisme est passée spécialement sur les marchés de ces deux villes, les 23 et 24 mars. Ce fut l'occasion de discussions intéressantes . Le tout, soutenu par une exposition i tinér an te. - 7 - Animations et spectacles A Oloron Sainte-Marie avec en toile de fond l'exposition "L'apartheid, le dos au mur", plusieurs interventions dans le monde scolaire, une soirée-débat avec la participation de Manouches, une heure d'antenne sur Radio-Oloron, et une soirée de clôture avec le groupe folklorique des Portugais de Pau. En outre, la fédération départementale a déposé une motion à la préfecture sur des questions intéressant plus particulièrement les Pyrénées-Atlantiques. A Roissy - en- Brie: un débat autour du film "Train d'enfer", un autre sur le thème: "L'école et les différences culturelles" avec Gérard Coulon, une rencontre sportive "la foulée de l'amitié" accompagnée d'une kermesse mul ticul turelle et d'un spectacle folklorique. Pour terminer le tout: un couscous géant. A Douai et Semaine culturelle tion des cultures Tunisie et du Maroc. ses environs, avec présentad'Algérie, de A Saintes , présentation du film "Train d'enfer" avec la participation de Roger Hanin; autour du film "Rue Case-Nègres", .soirée-débat animée par George Pau-Langevin; spectacle où se sont mêlés poésies, chants, danses et musiques. A Tre.blay-Ies-Gonesse, exposi tion sur le thème de l'amitié entre les peuples, dans le hall de l'Hôtel de Ville. A Apt, pendant une semaine, exposition d'oeuvres de peintres, de photographes, de travaux de lycéens. A Rennes , présentation de l'exposition des 150 dessins d'enfants du monde dans des établissements scolaires, distribution d'un tract à l'intérieur de la salle du concert donné par Touré Kunda avec la complicité des musiciens; conférence- débat sur l' extrême-droi te avec Marie-José Chombart de Lauwe; tables de presse dans certains R.U. et en fac de Droit. Signalons que la fédération d'Ille-et-Vilaine nous a adressé des projets de tracts sur le racisme. Ils ont l'avantage d'être ACTION clairs, sobres et . . • humoristiques. A Saint-Leu- La-Forêt, 4 heures d'animation interculturelle avec la jeunesse. A Bagnolet, distribution de tracts, projection du fi lm de Jérôme Kanapa: "En l'autre bord" et débat. A Sisteron, animation dans un lycée où un professeur avait tenu des propos à l'humour d'un goGt douteux à caract~re raciste. Fêtes et débats A Toulouse, au cours d'une même soirée, plusieurs cultures se sont exprimées à travers des chants et po~mes. Chiliens, Algériens, Kurdes, Arméniens se sont retrouvés ensemble pour proclamer la même ami tié. La veille, les enFants qui avaient participé au concours de dessins, soit une vingtaine d' écoles et de coll~ges, ont eu droi t à une séance récréative avant l'annonce des résultats . A Bol bec (Seine-Maritime), le 22 mars, présentation par Eve Griliquez de po~mes de Pablo Neruda, Nazim Hikmet, Philippe Soupault et Boris Vian dans le cadre des journées nationales de la Poésie. Le 23 , animation de rues par des musiciens sur des po~mes antiracistes

exposition et diapos sur le

th~me "Poésie vivante et lutte indienne". Le 24, le dimanche a été consacré au racisme d' aujourd' hui en France avec le Comi té d' Entreprise de Renault-Flins . A Agen , soirée avec Narendra Bataju qui a interprété au sitar des airs de musique classique et populaire de l'Inde . Une exce l lente ini tiati ve qui a allié une haute qualité musicale à la se nsibilisation à l'amitié entre les peuples. A Montpellier, expositions et six heures d'animation non-stop avec musiques différentes , projection du film "M . Klein", et des débats . Rassemb l ement sur une des pl aces de la ville . A Avignon, Sara Alexander, auteur-compositeur israé l ienne invi tée par le comi té local , inter- LE SPECTACLE Au spectacle de la Gare du Nord, conçu et réali sé par Bastien Guio, ont participé successivement: Gilles, Jules et Jean; Pascualito; Julie et Bastien; Martin; Gubitsch, Calo; Mosalini, Bey telmann, Caratini; Patrick Coutin; Mounsy; Klaxoned; Djamal Zaîdi; Elisabeth Wiener; Rachid Bahri; Jean-Félix Lalanne; Jean - Baptis t e Quenin; Pierre Bensuzan; Pierre Chér~ze; Los Machucambos; Jean Sommer; l'ensemble artistique de l'Union des Vietnamiens en France; le groupe Smurf de Vitry. D'autre part, plusieurs artistes sont venus prononcer quelques mots au micro: Jacques Rispal, Bernard Lavalette, Brigitte Fossey. D'autres avaient tenu à manifester leur sympathie par des messages: Judith Magre, Malka Ribowska , Micheline Presle, JeanPierre Darras, Nicole Courcel, Una Ramos, Isabelle Huppert, Popeck, Sacha Distel, Rika Zaraî, Catherine Sellers, Bernard Fresson, Jean Ferrat, Michel Piccoli, Jean Benguigui, Simone Signoret ainsi que le réalisateur Roger Hanin . pr~te ses chansons le jeudi 21 mars au cours d'une représentation unIque . Au Puy, soirée - thé à la menthe et dégustation de pâtisse ries arabes, qui a obtenu un franc succ~s. A Valence , débat autour du fi lm "Gaij in, les chemins de la liberté" et du cour.t métrage video tourné par les jeunes de la cité d'Oullins "La Saulaie" . A Cl erl ont- Fe rrand , conférence de Dulcie September sur la situation en Afrique du Sud, suivie d'un débat. A Belfort, exposition et po~mes sur l'amitié entre les peuples . Des enfants d'une classe de CM2 écrivent sur leur panneau: "C'est la couleur du coeur qUI compte". A Mon t-de- Marsan , so i ré e tr~s variée et tr~s réussie avec un groupe folklorique portugais, des danseurs guayens, africain, landais . A laotiens, des chants urudes blues, du rythme et un buffet campagnard Bollène, conférence-débat sur le racisme . A Bordeaux , rassemblement avec animation musicale sur une place de la ville; débat apr~s la projection du film: "Safrana ou le droit à la parole" . Des milliers de tracts diffusés dans les quartiers et les entreprises de la ville et de B ~g l es . Nombreuses adhésions. - B - A Bourgoi n- Jal li eu, soirée débat sur le th~me: "La vie quo tidienne pour un jeune Fr ançais et un jeune Maghrébin". A Gray, soirée poé s ie sur le th~me "vivre ensemble". A Vi ll eneuve-le-Ro i, Xlon et action proposée th~me "La nouvelle droi te" . ré fI es ur le A Drancy , rencontre interculturelle avec musiques diverses, danses, buffet. A Saint - Ouen L'AUlône , création d'un club contre le racisme au coll~ge Marcel Pagnol . Des films A Nancy , la Nui t du film du MRAP: de 18 heures à 1 heure du matin, projection de trois fi Ims: "Rue Case-N~gres", "Bourg la Folie" et "El Norte". Par aill eurs, "Le Vieil" homme et l'enfant" a été présenté à 1.800 él~ves du secondaire . A Aubervilliers , projection du film de Roger Hanin "Train d'enfer" suivi d'un débat animé par Albert Lévy et Mouloud Aounit . A Rennes , débat autour du film "La derni~re tombe à Dimbaza". A Rodez , soirée - débat avec le film "Rue Case-N~gres" . A Ajaccio, le 25 mars, soirée antiraciste , avec film et débat. .... ACTION Un meeting La Fédération parisienne a organisé le 23 mars un meeting à la Bourse du Travail avec des associations d'immigrés, sur le thème: "La crise mène au racisme, le racisme mène au fascisme". Albert Lévy y a pris la parole. Autres actions A Alès, conférence de presse, où deux responsables du comi té local, Françoise Turc et Gérard Blachère, ont présenté le MRAP, son action et ses projets . A Dreux, soirée-couscous, le 22 mars, organisée au Cercle laîque par le MRAP, l'Amicale des Algé~ riens et l'Association des Travailleurs Turcs. La fédération des Alpes - de Haute - Provence lance un appel pour le soutien à la lutte contre le racisme, par l'adhésion au MRAP, et s'adresse aux maires de toutes les communes du département. A Saint- Maur, distribution d'un tract. A Nantes et Cherbourg , publication d'un communiqué de presse . A Marseille, réunion-débat sur la Nouvelle-Calédonie avec la participation d'avocats du FLNKS. A Tours, cérémonie au monument aux morts avec dépôt de gerbe. A Bordeaux , un membre du MRAP, documentaliste dans une insti tution pn vee, a pris l'ini tiative d'une pétition qui a recueilli, au sein de l'établissement, 40 signatures tous personnels confondus. D'AUTRES ACTIVITES DES COMITES LOCAUX En raison de l' abondance des informations concernant le 21 Mars et la riposte aux violences racistes, nous publierons dans notre prochain numéro le compte-rendu des autres acti vi tés des comités locaux du MRAP pendant cette période. LE RACISME EN JUSTICE Un élu du F.N. conda.né: le seul candidat du Front National qui ait été élu consei 11er général (à Marseille) a été condamné, le 21 mars, par le TGI de cette ville, pour incitation à la haine raciale . M. Jean Roussel, avocat et président d'une association de défense du centre-ville, était poursuivi pour aVOlr diffusé au mOlS d'octobre 1984 un tract qui disait notamment: "Le centre-ville ne peut plus supporter le trop grand nombre de Nord-Africains . •• Le seuil de tolérance (est) très largement dépassé" . Le Tribunal l'a condamné à 5. 000 Frs d'amende , dont 4. 000 avec sursis, et le MRAP et la LICRA, qui s'étaient constitués parties civiles, se sont vu attribuer 1 F de dommages-intérêts et 2.000 Frs pour rn'Jvrir leurs frais de justice . Ratonnade: 6 jeun es gens, de 20 à 27 ans, qui, en novembre 1983, avaient frappé à coup de poing, de pieds et de bâton trois Nord-Africains, ont été condamnés par le Tribunal de Saverne , le 26 mars dernier, à des peines de prison allant de six mois à trois ans . Le MRAP, partie civile, a obtenu 1 F de dommages-intérêts . Cri.es racistes: le MRAP s'est constitué partie civile à Menton, à. la suite du meurtre de Aziz Madak, le 21 mars dernier, et à Paris, après l'attentat perpétré contre le ci né ma Ri·! _1 i-Beaubourg qui di ffusait un film dans le cadre du Festival du cinéma juif le 29 mars. Refus de s er vice: le TGI du Mans a condamné Patrick Oreiller, garagis te, à 6.000 Frs d'amende pour avoir refusé de vendre des accessoires automobiles à deux Africains, au seul motif qu'il "n'aimait pas les Noirs" . Les deux victimes ont obtenu le franc symbolique de dommages-intérêts (20 février 1985) . Diffa.ation : Marcel Bianconi, président du "Comité d'entente pour le réveil français" (CERF) avai t di ffusé , en septembre 1983, un tract indiquant notamment: "Il faut stopper d'urgence l'envahissement excessif de populations étrangères, ( ... ) il faut lutter contre l'immigration massive des races" .•• La 5ème Chambre du tribunal correctionnel de Marseille, saisie sur plainte du MRAP, l'a condamné à 5.000 Frs d'amende, à la publication du jugement dans 3 quotidiens locaux et a accordé au MRAP 1.001 Frs (19 mars 1985) . CARNET NOS DEUILS Notre ami Jarko Jovanovic JAGDINO, compositeur et interprète, membre du Comité d'Honneur du MRAP, a eu la douleur de perdre son plus jeune fils et collaborateur, Sloboda. Nous lui exprimons nos sentiments de profonde sympathie DISTINCTIONS Trois membres du Comi té d ,Honneur du MRAP viennent de bénéficier d'une promotion dans l'Ordre de la Légion d'Honneur: Marguerite YOURCENAR, promue Commandeur, E •• anuel ROBLES, promu Officier et Mgr Guy HERBULOT, nommé Chevalier. Nous leur exprimons nos très vives félicitations ainsi qu'à d'aut.res amis du MRAP qui figurent dans la même promoti on : Lucie AUBRAC, hérolne de la Résistance, - 9 - promue Commandeur; Philippe FARINE, président du CIEM, promu Officier ; Jean MERCURE, directeur du Théâtre de la Ville, promu Commandeur; le peintre TaI COAT et le sculpteur Etienne HADJU, respectivement Commandeur et Officier; le metteur en scène Stelio LORENZI; le journaliste Francis CREMIEUX et Marius BERTOU, chargé du service politique et d'action cul turelle de la CGT , nommés Chevaliers . Par ailleurs, nous avons le plaisir d'annoncer que notre aml Robert PAC, membre du Bureau Natio7 nal du MRAP, responsable de la Commission "Amériques" et membre du comité de rédaction de "Différences", a été nommé Chevalier de l'Ordre National du Méri te sur proposition du ministre des Relations Extérieures. ICI ET lÀ Afrique du Sud et Namibie Avec les combattants de la liberté Plusieurs associations (MRAP, AFASPA, MAA) appelaient, le 28 mars, à une veillée devant l'ambassade d'Afrique du Sud à Paris. Plus de 1.000 personnes ont ainsi protesté contre la répression raciste, qui fait chaque jour de nouvelles victimes au pays de 11 apartheid, et manifesté leur sol idari té avec les combattants de la liberté, dont plusieurs, dirigeants de 11 UDF, devaient comparaître un tribunal, peine de mort. le lendemain devant et risquaient la Un congrès de l'UDF (Front Démocratique Uni) siest néanmoins tenu au début d'avril, sous la menace des Le MRAP lui de soutien. forces policières. a adressé un message Le 19 avril, un meeting avai t lieu à Paris pour célébrer le 25ème anniversaire de la SWAPO, le mouvement de libération de la Namibie, occupée par 11 Afrique du Sud. Le représentant de la SWAPO en France, Tuliameni Kalomoh, a pris la parole, ainsi que Dulcie September, représentante du mouvement de libération de l'Afrique du Sud, 11 ANC. Jacqueline Grunfeld est intervenue au nom du MRAP et de MRAP-Solidarité. Albert Attentats Le MRAP condamne les violences Le "RAP a rendu public, le 17 avril , le co •• uniqué suivant: Quels que soient leurs auteurs et les prétextes invoqués pour les justifier, le MRAP (Mouvement contre le raClsme et pour l'amitié entre les peuples) condamne les trois attentats commis ce dernier week-end (ONI, Banque Leumi, Minute) . Il ne peut admettre que 11 intimidation et le crime se substituent au fonctionnement démocratique de la société, et que soient provoqués des affrontements entre diverses fractions de la population, à partir de différences ethniques, culturelles ou religieuses . Ces méthodes sont porteuses de confusion, de paralysie et de mort. Alors même qu 'elles prétendent slopposer au racisme, elles nlont d'autre effet que d'isoler les minori tés menacées, de consolider les attitudes néfastes et de précipiter l'engrenage des haines qUl ont déjà fait tant d'innocentes victimes . La lutte efficace contre le racisme exige aujourd'hui la plus large mobilisation 'des démocrates; la démystification de la propagande cynique désignant à la vindicte publique des "boucs émissaires" pour masquer les vrais problèmes et leurs solutions; enfin l'effort commun de tous, sans distinctions d 'origines, pour résoudre lucidement les difficultés et les tensions . DIFFERENCES, MAI 1985 IMMIGRES: PARLONS CLAIR. Pour la première fois, un dossier rassemble les situations diverses des étrangers vivant en France. - 10 - JEAN PAUL Il ETLEPEN Au cours d'une audience publique au Vatican où il se trouvait en co.pagnie des 15 autres élus de la droite européenne, Jean- Marie Le Pen a été l'objet d'une attention particulière de la part de Jean - Paul II. Si l'on en croit le journal Présent du 12 av ri l, le Pape aurai t encouragé Le Pen et ses a.is à "lutter avec vigueur contre la décadence de l' Europe" . Le MRAP s'est hu d'une telle bienveillance envers un personnage dont on connaît les slogans porteurs de xénophobie et racine. C'est pourquoi notre Mouve.ent s'est adressé aux auto ri tés catholiques de France pour leur de.ander d'accorder une audience à une délégation du MRAP. SERGE KRI~KOSK I A 70 ANS Notre aml Serge Kriwkoski vient de ftter ses soixante-dix ans. Les nombreux amlS qu'il compte au seln du MRAP, à Marseille, où il réside, comme à Paris, lui expriment leurs voeux fraternels de bonne santé et longue vie. Serge Kriwkoski est l'un des fondateurs de notre Mouvement dont il présida la première Journée Nationale (Congrès constitutif) en mai 1949 . Il est membre honoraire de notre Bureau National. Militant antiraciste dès avant la 2ème guerre mondiale, il prit part à la Résistance et fut élu en 1946 Conseiller Municipal à Marseille, dont il est aujourd'hui adjoint au Maire pour les 1er, 4ème, 13ème et 14ème arrondissements . Secrétaire National de l'Union Progressiste, Serge Kriwkoski est, depuis sa prime jeunesse, présent dans toutes les luttes pour les idéaux républicains" un militant inlassable pour la fraternité humaine, la paix . Charles Palant ICI ET LÀ Education civique Se rapprocher du réel Au .o.en t où de nouvelles di spos i t i ons . i nis tér i elles con cernant l a réfor.e de l'éco l e pri.ai re sou l èvent de no.breuses réact ions. il n'est pas i noppo rtun de pub li er la posit i on du MRAP sur l'éducat ion civ i que qui avai t été adressée à la pr esse en janvier dern i er et que nous n'avons pu présenter dans Droit et Liberté à cause d'une actuali té très chargée. Les orientations présentées le 22 novembre 1984 par le mInIstre de l'Education Nationa le au colloque "Etre citoyen", et confirmées depuis par divers documents et déclarations, préoccupent le fv'!RAP, dans la mesure où elles peuvent aVOir pour effet de ramener l'éducation CIvIque à un gnement théori que des réalités de l a française actuelle . enseIcoupé société Le MRAP souhaite que soit prise en compte la riche experlence des foyers socio-éducatifs, des clubs, associations, eXIStant depuis très longtemps dans les collèges et les lycées . Il estime que la VIe scolaire, dans la classe, et autour de la classe, est un élément essentiel dans l'appren tissage des données et règles de la VIe sociale . Le MRAP souhaite que les réalisations déjà menées sur ces bases soient encouragées, et que les jeunes puissent, à partir de la prise en charge dt! leur environnement immédiat, accroître leur maîtrise et leur compréhension d'un monde sans cesse élargi. Ces objectifs, qUI ont été ceux de l'enseignement français depuis un siècle, supposent la poursuite et l'amélioration de ce qUI a déjà été engagé. Le MRAP pense qu'une telle perspective ne peut être enfermée dans l'acquisition des fondements du Droit, non plus que dans l'étude des institutions . Celles-ci figurent d'ailleurs déjà dans les programmes, en particulier des classes de collèges : la réduction des horaires d 'Histoire/Géographie, l'insuffisance de la formation initiale des maîtres, peuvent, entre autres causes, expliquer le sentiment qu'elles n'y ont pas toute leur place . Les propositions du minIStre pourront peut-être y apporter des remèdes . Mais à condition de ne pas oublier q ue le monde du Droit n'a parfois que des rapports lointains avec le monde réel , et que, SI ses règl es essentielles doivent être con nues, elles ne sauraient être enseignées en dehors du monde ou elles s' appliquent . "La force injUSte de la loi" ne peut certes être expliquée SI on s'en tient aux règles d'un monde idéa l et abstrait . De même ne peuvent être enfermés dans les prescriptions du droit positif, par exemple les Droits de l'Homme, ou l'éducation à la tolérance et à la fraternité (ainsi qu'il nous arrive d' appeler une éducation luttant - 11 - contre les préjugés raCIStes ou sexistes), cruciale dans un pays tel que le nôtre ou vivent des millions d'immigrés dont les enfànts se trouvent en grand nombre dans les classes . Ces question s, q UI rel èvent de l' évol ution même de nos sociétés p1uriethniques, ne peuvent être appréhendées par les seuls textes juridi q ues . Elles re1èven,t d'approches philosoph iques ou mora l es, dont nous souh aitons q u' elles soient présentes dans l 'enseignement public . Si l eur aspect u tilitariste (au sens immédiat du terme) n'est pas évident, elles son t pourtant essentielles à l' établissement sans cesse recommen cé des fondements d' une société démocratiq ue . C'est pourq uoI le MRAP souhaite que l' Education Ci viq ue aIn SI con çue ne soit pas unI quement enfermée dans un cadre h oraire, malS soit présente dans toutes les disciplines, c'est-à - dire figure dans leur con tenu même. Les solu tions héri tées d'un passé loin tain (et idéalisé) peuvent p l aire à des adultes toujours tentés de VOIr remettre en vigueur les méthodes qUI les ont formés

elles ne sont pas

toujours adaptées aux besoins réels de la société présen te . ACTION Congrès 85 Comment participer? Tous MRAP peuvent Congrès: les membres du participer au les délégués sont élus par les comités locaux, à concurrence de l pour 10 adhérents (ou tranche de 10). Un participant peut être porteur de 5 délégations de pouvoir au maximum. les autres doivent demander une carte d'invité, à leur comité local, leur fédération ou au Siège national. Peuvent être également invitées des personnes qui coopèrent avec le MRAP au plan local ou national. - La liste des délégués et invités doit être adressée au Secrétariat National par chaque comité ~ocal pour être enregistrée avant le 31 mai. Les participants de province peuvent disposer de fichets SNCF accordant une réduction de 20% sur les frais de voyage: les demander aux comi tés locaux, aux fédérations ou au Siège national. Les frais de voyage d'l délégué par comité local seront pris en charge nationalement. - L'hébergement a lieu, MISERE DE LA SOCIOBIOLOGIE Le livre "Misère de la sociobiologie", nouvellement édité aux Presses Universitaires de France, sera présenté par les auteurs, .ardi 4 juin à 18h.30, à l'ancienne Ecole Polytechnique, pavillon Foch (amphithéitre Poincaré), 1 rue Descartes. Paris-Sème. Cette rencontre-débat est patronnée par les P.U.F., le Collège international de Philosophie, le MRAP, les mensuels "Différences" soi t chez des adhérents de Paris et Région parisienne, soi t dans des hôtels, dont la liste peut être communiquée par les comités locaux, les fédérations ou au Siège national. Prière de faire parvenir les demandes de toute urgence. Les adhérents de Paris et Région parisienne qui ne l'ont pas encore fait sont invités à indiquer au Secrétariat national s'ils peuvent héberger des participants de province. Des repas seront assurés au de 36 Frs (déjeuner congrès au prix l'un le samedi 8 et dîner) et le dimanche 9 (déjeuner). Pas ser d 'l'~ gence les commandes. - Les candidatures des fédérations pour le Bureau National (qui sera élu au Congrès) doivent être adressées au plus tard le 4 mai au Secrétariat national. Le nombre d'élus pour chaque département a été fixé en fonction du nombre d'adhérents et de comités locaux. Il est rappelé aux comités locaux qui ne l'ont pas encore fait, que chacun d'eux doit verser au Siège national 100 Frs pour la couverture des frais du Congrès. 8ULLETIN D'INSCRIPTION AU CONGRES M. Mme Melle Adresse ..... Téléphone PARTICIPERA AU CONGRES DES 8 ET 9 JUIN 1985. Désire être hébergé(e) chez l'habitant en Auberge de Jeunesse à l'hôtel ( 1 ) (une liste d'hôtels vous sera envoyée. Le MRAP n'assure pas la réservltion des chambres). nuit du 7 au 8 juin nuit du 8 au 9 juin nuit du 9 au 10 juin Désire prendre le repas du: samedi midi samedi soir dimanche midi (1) Barrer la ou les mentions inutiles . ( 1 ) ( 1 ) A RETOURNER AU MRAP, 89 rue OBERKAMPF, 75011 PARIS, AVANT LE 15 MAI, DATE LIMITE D'INSCRIPTION. N.B. Peuvent participer au congrès les .e.bres du MRAP ayant adhéré en 1985 avant le 31 .ars, et ceux des années précédentes ayant renouvelé leur cotisation avant le 30 avril 1985. Ces adhésions ou renouvelle.ents doivent être enregistrés au siège à ces dateslà. - 12 -

Notes

<references />