Droit et Liberté n°187bis - 10 janvier 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n° spécial du 10 janvier 1960
    • A bas l'antisémitisme: puissante unanimité de la foule parisienne réunie à l'appel du M.R.A.P.
    • Après les brutalités de policiers antisémites du 10éme, des sanctions s'imposent page1
    • L'offensive de la haine page2
    • Avec le M.R.A.P. tous dans la lutte page2

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Après le:) brutalités de policiers antisémites du 10e arrondissement DES SANCTIONS S'IMPOSENT 1 • C'est pendant la nuit de Noël que des pOliciers racistes du 10' arrondissement se sont livrés à d'odieu&es brutalités contre up. ouv,rter tailleur juif, M. Rachmil Jpsépovici, anci,en déporté, demeurant 29, rue du Châteaud'Eau. Aussitôt qu'il fut saisi de l'affaire, le M.R.A.P. adressa au Préfet de Pol ice un récit détaillé, ainsi que des photos montrant les graves blessures de 1 a victime et le certificat médical établi au commissariat Saint-Louis, à la demande expresse de M. JosepovicL Plus de deux semaines se sont écoulées depuis ces pénibles incidents. Et aucune mesure n'a été prise par les pouvoirs publics pour sanctionner les coupables. M. Jooepovici ayant porté plainte, le Préfet de POlice a déclaré, devant le Conseil Municipal qu'il attendrait les déciEions de la justice avant de prendre des sanctions disciplinaires. Cela pourrait durer des mois, sinon des années ! ... Pourtant les faits sont clairement établis. Il eEt établi que M. Josepovici fut l'objet, ce soir là vers 21 heures, d'insultes et de provocations de la part de sa voisine, la dame Goujon, connue dans l'immeuble pour son antisémitisme, son racisme et son ,caractère acariatre. Il e&t établi qu'aussitôt après, le fils Goujon, qui est agent de police, arriva devant la porte de M. Josepovici, avec 5 ou 6 de ses collègues. Que la porte fut forcée et que les policiers, commencèrent alors à brutaliser et à insulter M. Josépovici, lui passèrent les menottes, le traînèrent &ans connaissance dans J'escalier. Emmené successivement dans deux commissariats M. Josépovici fut encc, re traité de « sale youpin», frappé, jeté à terre où il reçut des coups de pi-eds de plusieurs agents, ainsi que de la dame Goujon, qui avait suivi son fils. Ce n'est qu'à 13 heures, le jour de Noël que Josépovici fut libéré dans un troisième commissariat. A wn retour chez lui, il constata la disparition de sa paie 01.000 francs) qu'il avait posée sur un meuble ... N'est-ce pas ass'ez pour justifier des sanctions disciplinaires immédiates ? Il est intolérable que l'agent Goujon et ses complices soient encore en fonctions ... libres de recommenc'er leurs exploits. Avec le M.R.A.P., tous les antiracistes, tous les honnêtes gens demandent contre eux les mesures exemplaires que le Préfet de Police a Je pouvoir et le devoir de prendre sans délai. NU M ERO SPECIAL 10 JANVIER 1960 0,50 NF ft A l'Hôtel Moderne etlPlace de la République Puissante~'unanimité , de la foule parisienne réunie à l'appel du M.R.A.P. Convoqués pour « l'affaire Josepovici » les Parisiens sont venu en définitive riposter, à l'app'el du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et ppur la Paix, contre la vague d'antisémitisme qui se gonfl'e à nouveau, menaçant de déferler sur le monde. Un puissant mouvement d'opinion a fait accourir une foule de plus de cinq mille personnes emplissant la salle de l'Hôtel Moderne, les couloirs, bloquant le grand escalier d'accès et, bien avant l'heure prévue, s'étalant sur la place de la République. Les orateurs durent tenir deux meetings parallèles, l'un dans la salle, l'autre non moins vibrant dans l'escalier. Foule compacte, solidaire, réagissant à chaque phrase qui dénonçait la renaissance du nazisme, l'ignominie de l'antisémitisme, ou qui affirmait les droits imprescriptibles de l'homme. 1 Et surtout foule unanime, émouvantes retrouvailles des générations grisonnantes et d'une magnifique jeunesse si calomniée dans de récentes campagnes. Coude à coude, des familles cent fois endeuillées, des rescapés des camps de la mort aux traits marqués par la souffrance, des valeureux combattants de la Résistance. Visages austères de savants, visages soucieux des commerçants, visages rudes et burinés des travailleurs manuels, enfin visages clairs et ra- (E'uite au verso) En haut : la salle de l'Hôtel Moderne pendant le meeting. En bas: la foule débordant sur la place de la. République,

Notes

<references />