Droit et Liberté n°155 - avril 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°155 (259) de Avril 1956
    • Il faut briser le complot raciste et antirépublicain page1
    • 10 Juin: 8ème journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix par Charles Palant page1
    • Les racistes hitlériens n'ont rien renié... et continuent par Armand Bittoun page2
    • Le scandale Pétain page3
    • Les orateurs poujadistes applaudis par les nazis page3
    • Une interview de M. Maurice Caillet: "j'ai pu constater quotidiennement l'antisémitisme virulent de Poujade et de ses collaborateurs" page3
    • Dans l'union les républicains disent NON à Poujade! page3
    • Au cours d'une brillante réception, le prix de la Fraternité a été remis à Christian-Jaque pour son film "Sitous les gars du monde": le Pdt Lyon-Caen: "une oeuvre conforme aux plus généreuses traditions de notre pays" page4,5
    • Geordes Huisman 'à télé Paris); "Si tous les metteurs en scène du monde..." page 4
    • La vie du M.R.A.P.; de nouveaux combattants; des fonds pour la lutte... page6
    • Joséphine Baker: "Ce n'est qu'un au revoir" page6
    • Algérie: trois aspects d'un drame page7
    • Cessez le feu au moyen Orient page7
    • Les arrestations au faciès redoublent page7
    • Un ouvrage de Michel Leiris sur la Martinique et la Guadeloupe par Andrée Clair page7
    • Mme Sobell de passage à Paris nous déclare: "Pour arracher mon fils au bagne d'Alcatraz, il faut que de nombreuses voix dans le monde s'élèvent en faveur de la clémence et de la justice" page8
    • Bertrand Russel: La raison et l'humanité exigent la révision du procès Sobell page8
    • "Le Monde" rouvre le dossier Rosenberg-Sobell page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 155 (259) 30 AVRIL 1956 30 FRANCS Il laul briser le complol racisle 110 JUIN lue Journée Nationale Charles;~~!27 avril 2010 à 12:19 (UTC)Charles.!,i~!~~ Vallat, de Cousteau, de Tixier• Les anciens résistants et déportés, exprimant une nouvelle fois la conscience de la nation, ont riposté vigoureusement. A la suite de leurs protestations, les pouvoirs publics ont interdit la manifestation projetée par les vichistes à l'Etoile - mais non les provocations de Cauchy-la-Tour et de Verdun. • • contre le raCisme, l'antisémitisme et pour la paix Vignancour et autres factieux ont eu l'impudence d'organiser des manifestations publiques pour LE 10 juin prochain se déroulera la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R.A.P. Pour la huitième fois depuis 1949 Paris verra affluer de toutes les reg IOns de France des hommes et des femmes résolus à lever plus haut le drapeau de la lutte contre l'arbitraire raciste, contre les discriminations de tout ordre qui opposent les hommes à raison de leur origine ou religion ou encore de la couleur de leur peau. Ces hommes et ces femmes savent que les efforts déployés par eux ces dernières années ont permis de transformer chez d'innombrables braves gens les élans généreux du coeur en de puissantes campagnes pour la défense de la noble cause de l'égalité. Animateurs inlassables de la pensée antiraciste militante du peuple de ce pays, ils ne méconnaissent point l'importance de leur tâche, dans le moment présent et ils n'ignorent pas que précieuse aussi est l'union de tous les antiracistes pour la poursuite efficace de leur action. Le peuple de France a marqué son profond mépris pour leS' théories discriminatoires qui dressent les hommes les uns contre les autres en affirmant, le premier, les droits de l'homme et du citoyen, et maintes fois depuis, en prenant le parti de Dreyfus contre la réaction obscurantiste et, pluS' près de nous, en consentant les plus lourds sacrifices dans les combats de la Résistance afin de libérer la patrie du nazisme dégradant. De nos jours, la lutte des meilleurs fils de France pour une solution pacifique du drame algérien est également marquée du désir d'épargner à la jeunesse française les sacrifices d'une guerre dereconquête et par le sentiment que nous avons du droit de tous les peuples, sans distinction, à la plénitude d'un libre développement, conforme à la marche du temps!. CES derniers mois, des profondeurs du peuple monte un courant de résistance au fascisme et à la guerre dont les récentes démarches ont été les puissantes contre-manifestations antipoujadistes dans presque toùtes les villes de France. Le M.R.A.P. peut à juste titre se glorifier d'avoir alerté l'opinion et largement. contribué à l'effort d'unité agissante contre les racistes et les chercheurs d'aventures. Nos vastes campagnes pour dénoncer les propagandes de haines menées par la presse raciste et antisémite, nos protestationsi vigoureuses contre la reconstitution des ligues factieuses sont présentes à toutes les mémoires. Notre action opiniâtre po'ur unir toutes les forces antiracistes dans l'action commune ont connu leSt échos les plus favorables dans l'opinion publique. Les premiers mois de ]a présente année ont vu ces efforts commencer à porter leurs fruits et le meeting commun organisé avec la L.I.C.A. a été suivi par des milliers de Parisiens, tandis que son exemple était repris en banlieue et en province. Il appartient à tous maintenant, de mettre tout en Les résistants manifestent, devant Notre-Dame, contre les SCanëiâleu.çes oeuvre pour la tenue, le 10 d~monstratio!"s pétainistes, dont certaines ont finalement été interjuin prochain, d'une triom- dites par sUtte de nombreuses protestations auxquelles le M .R.A.P. phale huitième Journée' Na-______ s'est associé. Au cours d'une brillante réception tionale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, expression de la volonté notoire du peuple de France d'en finir avec le Le Président racisme et de raffermir la LYON-CAEN CHRISTIAN-JAQUE Prix de la Fraternité a . remis paix. a.. Charles PALANT. Secrétaire général du M .R.A.P. le Christian-Jaque parmi les interprètes de « Si tous les gars du monde ... » photographiés avec le président Lyon-Caen et les membres du Bureau Natirmp.l du M.R.A.P., le 20 avril, au Royal-Monceau, pour la remise du Prix de la Frate~ité. (Voir pages 4 et 5.) -------------------------- 1 • Dans le même temps, les campagnes racistes et antirép"Jblicaines s'intensifient impunément dans « Rivarol », « Aspects de la France », « Fraternité Française » et les autres feuilles liées à poujade. • Les dirigeants poujadistes annoncent la « réorganisation » de leur mouvement ». Il s'agit, en fait, de tourner de plUS en plus le dos aux objectifs définis avant les élections et de s'orienter vers des activités nette1!'-ent fascistes. • En particulier, au moyen de leurs commandos, ils voudraient, avec certaines complicités, créer une atmosphère de terreur et de haine, favorisée par l'aggravation de la guerre en Algérie, qu'ils réclament à cor et à cri. On les a vus à l'oeuvre, l'autre jour, salle Wagram. • Quant à l'antisémitisme de Poujade, il vient d'être dénoncé avec force par M. Francis Caillet, qui vient de démissionner du poste de secrétaire du groupe parlementaire poujadiste. • Cependant, à l'exemple de Toulouse, après le meeting commun du M.R.A.P. et de la L.I. C.A. à la Mutualité, c'est dans tout le pays que se développe irrésistiblement, sous le signe de l'union, l'action des gens de coeur pour faire échec au complot raciste, antisémite et antirépublicain. (Voir en pages 3 . et 7.) -- , 1 - DANS CE NUMERO PAGE 2 : ' Les racistes hitlériens n'ont rien renié et ••• continuent, par Armand BITTOUN. PAGE S: Une Interview exclusive de M. Francis CAILLET, ancien secrétaire du groupe parlementaire poujadiste. PAGES 4 et 5 : L'attrlbüiion du PRIX DE LA FRA'rERNITE. PAGE 6: La vie du M.R.A.P. PAGE 7 : Michel LEIRIS, auteu. r d'un ouvrage sur la Martinique et la G.uadeloupe, nous dit •• , " PAGE 8: Rencontre avec la mère de Morton SOBELL, co-accusé des Rosenberg, 2 DROI'r ET LIBERTE Libérés, réhabilités, revenus aux postes dirigeants de l'IÉtat de Bonn • LES RACIST-E- S HITLERI.NS n'ont rien renie ... et continuent L E rapport « ANTISEMITISME ET CRIMES DE GUERRE :. sur l'année 1954, publié par M. Anatole Goldstein sous l'égide du Congrès Mondial Juif, comprenait une première partie relative à la renaissance de la propagande raciste dans le monde; il en été rendu compte dans le précédent numéro de « Droit et Liberté ». La deuxième partie de ce rapport nous renseigne sur le traitement réservé aux criminels de guerre en Allemagne fédérale. L'attitude du gouvernement de l'Ouest dans ce domaine, y lit-on en substance, a, comme précédemment, tendu à deux fins : poursuivre d'un côté des efforts sans relâche pour obtenir la libération ou l'amnistie des criminels condamnés par les tribunaux alliés; d'autre part, poursuivre devant les tribunaux allemands (et nous verrons comment!) les Allemands accusés de crimes contre l'humanité et en particulier contre les Juifs. Adenauer acclamé Un fait des plus symptomatiques de la première de ces tendances a été la réaction du président de la République fédérale allemande et de son chancelier lors de la libération par les Alliés, pour raison de santé et en considération de son grand âge, de Konstantin VON NEURATH, ministre nazi des Affaires ét!rangères et ancien « protecteur » de la Bohême. Le président Theodor HEUSS lui adressa un télégramme de félicitations pour la « tin de son martyre »! A la même époque, KESSELRING, l'ex-maréchal de Hitler. qui joue un rôle politique éminent à l'heure actuelle, proclamait dans un programmE' de télévision que les Allemands ne pourraient coopérer vraiment au système de défense occidental tant que tous les soldats allemands, y compris les S.S., n'aUl:aient pas été complètement réhabilités ... Dans cet ordre d'idées, le rapport cite la visite du chanèelier Adenauer au camp de WERL, en zone britannique, pour faire savoir aux criminels de guerre qu'il s'occupait activement de leur situation; une foule enthousiaste acclama le chancelier à la porte de la prison. Transfert de juridiction industriel. Tous trois furent reconnus coupables. Ils furent condamnés: le premier à un an et 9 mois d'emprisonnement et les deux autres à 6 mois. Aucun ·n'eut à subir sa peine, grâce à la loi d'amnistie. Un autre procès relatif aux mêmes pogromes eut lieu ~ la Cour d'Assises de Francfort le 24 octobre 1954. Deux chefs nazis d'Usingen, Paul SpHOPPAN et Heinrich STEINMETZ, furent reconnus coupables d'avoir enlevé de leur domicile un juif nommé HIRSCH et son épouse, et de les avoir forcés à courir sous les coups de bâtons de leurs concitoyens aryens jusqu'à ce que HIRSCH, ancien blessé de la grande guerre, succombât sous les coups et que son épouse eût la poitrine fracassée. Une troisième victime, Carl ROSENTHAL, fut battue jusqu'à perdre connaissance, puiS STEINMETZ, son ancien camarade de classe, le chargea sur une brouette et le jeta dans la rivière. Le préSident de la Cour estima que 16 ans aprèS il était difficile de comprendre la « psychose de masse » qui régnait alors, ce qui commandait un verdict d'indulgence: 10 mois de prison à SCHOPPENZ et 1 an et 3 mois à STEINMETZ. La « solution finale» du problème juil Il y eut un certain nombre de procès relatifs à des nazis accusés d'avoir travaillé à ce qu'on appelait « la solution finale du prOblème juif ». La Cour d'assises de Darmstadt eut à connaître notamment l'affaire de Karl NOELL, ex-commandant de compagnie, et du sergent Emile ZIMBER et de Wilhelm MAGEL. Tous trois avaient participé à l'assassinat de soixante juifs, parmi lesquelS des femmes et des enfants, dans un village près de Smolensk en 1941. NOELL fit plaider qu'il avait agi sous les ordres d'un supérieur, mort à la guerre. Dans cette affaire, le préSident estima que tous les Allemands convenables considèrent l'extermination des Juifs comme une criante injustice et qu'un pareil ordre criminel n'aurait jamais dû être exécuté par les accusés. Condamnations: 4 ans de prison à NOELL, 3 ans de travaux forcés à ZIMBER. Quant à MAGEL, qui avait fait le guet: acquitté. 1---- PA R -----. Armand BITTOUN Il s'était évanoui en entendant le récit des atrocités commises sur les femmes et les enfants. L'idée de la cc race supérieure » Le jour même où NOELL était jugé à Darmstadt, comparaissait devant la Cour d'assises de Lunebourg Paul SCHNURPEIF, surnommé « le bourreau de Neisse », et qui était accusé, lui, d'avoir livré aux Polonais des Allemands qui devaient, par la suite, être exécutés. SCHNURPFEIL devait être condamné à l'emprisonnement à perpétuité, c'est-à-dire au maximum de la peine encourue, la peine de mort étant abolie en Allemagne. Commentant les deux verdicts si différents dans des cas absolument analogues, le « Frankturter Neue Presse » soulignait que dans le premier cas les victimes n'étaient que des juifs tandis que dans la seconde affaire, il s'agissait d'êtres de sang allemand et en concluait que la conception de la race supérieure héritée de Hitler était toujours vivante et non seulement dans le domaine judiciaire mais dans tous les domaines culturel, économique ' et administratif. Emmanuel SCHAEFFER, exgénéral nazi et chef de la Gestapo de Cologne, s'était enorgueilli d'avoir exterminé les Juifs de Serbie. Retrouvé après la guerre, son extradition fut demandée par la YougOSlavie mais refusée au motif que les lois allemandes s'y opposaient, un criminel allemand devant être jugé par un tribunal allemand. SCHAEFFER fut donc jugé à Cologne et reconnu coupable de la mort de 6.300 juifs internés dans un camp de Serbie. Un tel crime, estima le préSident de la Cour, est tellement révoltant qu'il n'a été prévu par aucun Code pénal et qu'en conséquence on ne pouvait le juger. Condamnation: 6 ans et demi de prison. Au défenseur protestant que cette peine ne pourrait être effacée par la loi d'amnistie en vigueur, le président répondit qu'il était souhaitable qu'une autre loi d'amnistie intervint mais que c'était l'affaire du législateur. SCHAEFFER s'évanouit au prononcé de la sentence et ne put assister à un autre procès Où il était poursuivi pour la déportation de plus de 9.000 juifs entre 1942 et 1944: on lui donna 90 Jours d'emprisonnement supplémentaires. Et le rapport de conclure

un jour de prison par

centaine de juifs exterminés. Circonstance atténuante La circonstance atténuante généralement admise est que les accusés avaient en général si grOSSièrement violé la loi qu'ils en avaient perdu le sens de la légalité et qu'on ne pouvait les considérer comme responsables. Ainsi, pour 22 policiers jugés par la Cour d'assises de Dortmund (qui ont conservé leur place sous le régime actuel), qui furent acquittés quoique coupables du meurtrè de 110 juifs dans le ghetto de Varsovie en 1942. Les attendus du jugement indiquent « qu'en raison de leur peu d'éducation, les accusés n'avaient pas réalisé qu'ils commettaient un méfait ». Ceux-ci avaient expliqué que leur chef était un ({ fanatique antisémite » et qu'il considérait que circuler en auto dans le ghetto sans tuer des juifs c'était du gaspillage d'essence ... Les mêmes •.. Cette parOdie de justice ahurissante ne peut plus nous étonner lorsqu'on sait comment sont composés les tribunaux qui rendent ces jugements. La brochure « Ombre de la croix gammée sur Rome », éditée en 1956 par le Comité pour l'unité allemande, cite les noms de 16 ministres et hauts fonctionnaires fédéraux qui s'étaient particulièrement compromis sous le régime hitlérien et 11 noms de ministres et hauts fonctionnaires de gouver:t:lements provinciaux. On apprend que « 80 % de tous les magistrats d'un grade tant soit peu élevé 011 t été des hitlériens convaincus ». Sur le seul « Annuaire de la Magistrature », il a été relevé une quarantaine de noms de magistrats qui sont . inscrits sur les listes de criminels de guerre. La liste nous en est donnée et les matricules de ces derniers! L'armée, les partis, la presse sont entièrement priS en mains par les anciens nazis. La conséquence en est la renaissance de l'antisémitisme en Allemagne occidentale. Et la revue racist~ ({ Der Weg » dont nous parlions dans notre précédent numéro, journal de langue allemande paraissant en Argentine, est librement introduit en Allemagne. On peut lire dans la livraison de juillet 1954 de cette revue: « 1°) Il n'y a eu aucun massacre organisé de juifs. ({ 2°) Il n'y a eu dans aucun camp de concentration ou d'internement, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Allemagne, de voitures à gaz ou de tours crématoires pour l'extermination d'êtres humains. » On commence par nous dire d'oublier. Ensuite, 11 suffit de nier purement et Simplement. Nuit et brouillard ... Ce n'est pas de gaîté de coeur que pour conclure une telle étude il nous faille rappeler que c'est un ministre français, d'un gouvernement républicain, qui a cru devoir retirer de la sélection française au Festival de Cannes l'admirable film d'Alain Resnais, « Nuit et Brouillard ». Ce film, témoignage irrécusable, réquisitoire impitoyable contre les camps de concentration et les atrocités nazis, choquait certaines sensibilités. Les protestations de toutes les organisations de RéSistance n'ont pas eu assez de poids pour contrebalancer les représentations d'un diplomate de Bonn venu notifier au ministre que le gouvernement de M. ADENAUER ne souhaitait pas voir le film d'Alain Resnais participer à la compétition internationale de Cannes. C'est la « Council Law No. 10 »..,-------------_______________________________________________ _ Charlesm~n~~a~!fér;ge~:nttrà~~nCharles !PAS • lj)lUJ~SQlUJ'OINI INIIE VOUS ILE ID~J PAS • IJ)U"SQU'OINI INIE minels de guerre. Il était sous- _____________________________________________________________ _ entendu que ces tribunaux de-. vaient néanmoins appliquer la législation instaurée en la matière par les autorités d'occupation: en fait, il n'en a rien été. Une jurisprudence s'est rapidement établie en vertu de laquelle on ne pouvait juger les crimes commis « au cours d'une période d'illégalité totalitaire », en vertu d'une législation de droit commun. Les tribunaux se sont mis à considérer ces criminels non comme des êtres responsables disposant de leur libre arbitre, mais de « robots » exécutant « mécaniquement » les ordres - et ce, quel que soit leur rang: médecins, juristes, hauts fonctionnaires ou militaires de haut grade ... Le fait d'avoir été membre du parti nazi devenait en quelque sorte une cause de non-responsabilité ... 1 Quelques cas typiques Des exemples? En voici parmi différents cas d'espèce relevés dans le rapport. Un de ceux-ci se rapporte aux pogromes organisés minutieusement et qualifiés de « réaction d'indignation spontanée » à la suite de l'attentat contre le secrétaire à l'ambassade à Paris VON RATH par le jeune Grinzspan. Paul VENTEN, chef local du parti nazi, suivant les directives venues de Frankfort, prenait la tête d'une quarantaine de membres du parti et se rendant dans la petite localité de HEDERSHEIM, pillaient, démolissaient, saccageaient les demeures des Juifs et profanèrent les synagogues. Paul VENTEN était jugé en même temps que Otto SAUTER, ingénieur, et Friederich LOTZ, De l'argent L'Esso-Standard, la société Michelin, la banque Worms, les prOduits Damoy, l'Office du Lait, MM. Dupuy, Prouvost, Pinay, etc., etc.. . ont porté sur... les fonts baptismaux leur journal nouveau né Le Temps de Paris. Ces messieurs de la famille ont voulu lui constituer un trousseau digne d'eux: plus d'un milliard de francs de capital, chuchotet- on. Le Temps de Paris a du répondant ... L'air du temps ..• Nul doute qu'il réponde aussi aux espérances de ses parrains, avec la brillante équipe de collaborateurs chargée de l'élever. A la direction, M. Boegner, qui fut de Paris-soir jusqu'au bout, a retrouvé M. Canavaggio qui, lui, quitta Paris-soir pour suivre Laval. Le rédacteur en chef A. Guérin avait choisi L'OEuvre et Déat. Avec de tels moyens, on va s'efforcer de convaincre le Français moyen que l'Algérie c'est la France et que la plus grande France c'est la petite Europe. Le plus fou des deux •.. Si Poujade n'avait pas fait sa fausse sortie de l'U.D.C.A., nous aurions du même coup été privés de l'époustouflante lettre que lui adresse un fidèle de Moissac. Dans un style biblique il l'exhorte à mener son peuple vers la terre promise, mais sur sa lancée il abandonne vite la comparaison avec Moïse pour identifier « Pierrot » avec Jésus-Christ! S'il est vrai qu'en France le ___ C(5cO-p d ~ bumaiu3 - - SOUS ce titre, M. André Siegf,rled, de l'Académie Française, a écrit dans « Le Figaro. un article auquel on ne saurait reprocher trop d'humanisme .•• M. Siegfried, après bien d'autres depuis Malthus, s'Inquiète de la surpopulation du globe. Chiffres à l'appui, Il développe une Implacable argu,mentation pour démontrer que faute de pOUVOir se nou,rrlr, l'espèce humaine est tenue à se limiter elle-même. Il écrit: ' « Partout où une bonne administration [ ... celle de la race blanche OCcidentale ... ] établit la paix et la stabilité, l'effectif humain aussitôt monte en flèche. C'est ce qui s'est produit, préclse-t-II, en Afrique du Nord avec la paix française. « Nous connaissons maintenant le danger de ces excédents [de population, N.D.L.R.] dont on ne sait que faire et que notre morale nous interdit de laisser se liquider eux-mêmes par un processus naturel trop efficace. l Nonobstant la paix française, les statistiques sur la misère physiologique des masses, la paupérlatlon endémique, la mortalité Infantile en Afrique du Nord pou,rralent rappeler à M. Siegfried que le fait. raciste et colonialiste se passe des Interdits de sa morale. Mals elles ne rentrent. pas dans le cadre de son article. C'est pourquoi M. Siegfried est un économiste distingué. Grâce à une morale académique, Il peut habiller de vert. la réalité la plus féroce. La morale de son article? Vraiment., Il n'yen a pas. bon sens est la chose la mieux partagée, nous accorderons au jobard délirant de Moissac le bénéfice du doute: sa prose ressemble tellement à un canular. Quant à Poujade lui-même, qui a froidement fait publier une telle lettre par son journal, aucune hésitation n'est permise. Il s'était déjà laissé comparer à NapOléon et à Jeanne d'Arc. C'est un récidiviste. L'ONCLE 'rOM. L'honneur n'est pas sauf .•• Parlons un peu de M. Roger Ferdinand, puisqù'il fait parler de lui. Il publia en 1941 un ouvrage: « Ces messieurs d'hier » qui, à l'époque, n'était rien moins qu'un appel au meurtre des juifs. « Le sang de ces gens-là ne vaut pas un regret ni une hésitation », écrivait-il. Président d'honneur de la Société des Auteurs, M. Roger Ferdinand vient d'avoir les honneurs de l'actualité en recevant une distinction honorifique italienne. Tant d'honneurs pour un homme sans honneur! Sang et pétrole "Tandis que d'autres s'efforcent de trouver une solution au conflit israélo-arabe, M. John Foster Dulles vient de faire des déclarations où la sottise le dispute à l'odieux. Les Arabes, affirme-t-ll, nourrissent leur haine des juüs depuiS que ceux-ci ont assassiné le fondateur de l'Islam Mahomet. Est-ce là le langage du secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères d'un grand pays, ou bien M. Dulles parle-t-il comme le représentant de l'Arabic American Oil Company, chargé de Jeter l'huile et le pétrole sur le feu? Chacun sa guerre Sans remonter à Mahomet comme J. F. Dulles, L'Impartial (D, hebdomadaire du Vexin, exprime lui aussi sa petite idée sur la tension au Moyen-Orient. L'intérêt de la France, selonlui, c'est à la fois de mener la guerre contre le monde arabe t;t de s'opposer ' à « l'influence juive ». .. en France. Et de répéter une série de calomnies et de bobards rivarolesques bien connus. L'intérêt de la France, en toute impartialité, n'est-ce pas plutôt, confrère, la pàix, tant au MoyenOrient qu'en Afrique du Nord? Alors, f ... -nous-la ! Le scandale PETAIN TOUr le gratin de la collaboration s'est mobilisé, ces derniers jours, pour célébrer le \raftre Pétain. Un comité spécialement créé, comprenant notamment les généraux 'Weygand et Herlng, avait étabH .un progl'amme fort ambitieux ~ défilé devant l'Al'c de Triomphe, manifestation à Vel'dun et à Cauchy-la-Toul' (lieu de naissance de Pétain), messe à Notre-Dame, vente de livres 'pétalnlstes à l'hôtel Lutétla (où fut organisé, à la Libération, un centre d'accueil pour Pourtant, les anciens collaborateurs de l'occupant ont pu comprendre que, contrairement à leurs propos, le moment n'est pas encore venu pour « l'oubli » des grimes dont ils portent la responsabilité. Lè's Français n'ont pas la mémoire courte. Qu'Ils viennent de Xavier Vallat ou de Tlxler-Vlgnancour, d'Isornl ou de Poujade, le fascisme et le racisme, chez nous, ne passeront pas! DROIT -,. LIIIIUITIE à Une Interview exclusive de NI. Francis CAILLET ancIen secrétaIre du 9,oupe pal/ementa/re pouJadiste: " J'al DU constater quOtidiennement l'antisémitisme uirulenl de POujade el de ses collaborateurs" M FRANCIS CAILLET, ancien député de la Seine, était, depuis les élections du 2 janvier 1956, secrétaire administratif du groupe parlementaire U.F.F. (poujadiste). C'est de ces fonctions qu'Il vient de se démettre en annonçant dans un communiqué qu'Il a donné sa démission en raison de son désaccord sur la position antisémite que le groupe poujadiste a adoptée. Ayant accepté de recevoir les représentants de Droit et Liberté, M. Caillet a fait, pour ' nos lecteurs, une déclaration qui confirme combien nous avons raison de poursuivre notre inlassable action contre le mouvement Poujade, dont le caractère fasciste et antisémite est aujourd'hui dénoncé par des hommes dont la bonne foi et la confiance ont été un moment abusées. les déportés rapat~és), p~e~-27 avril 2010 à 12:19 (UTC)Charles- _27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)27 avril 2010 à 12:19 (UTC)~_ nage à l'i1e d'Yeu, etc ... Fort heureusement, la protestation active des résistants unan~ mes, appuyés par tous les patriotes, Il mis en pièces ce plan scandaleux. Le Comité de Liaison de la Résistance et le C.A.R. sont Intervenus par des délégations auprès de la présidence du Con$ ell et ont organisé, quand pela s'est avéré nécessaire, de puissantes contre-manifestations. Le M.R.A.P., pour sa part, est égaloment Intervenu auprès des pouvoirs pUblics et s'est associé à toutes les Initiatives de la RéslsLes .orateurs poujadistes M. Caillet nous précise d'abord que son rôle consistait surtout à conseiller les députés poujadistes dans l'exercice de leur mandat parlementaire, dont la plupart ignoraient absolument tout et n'avaient par surcroît aucune idée à formuler sur aucun des problèmes qui se posent deapplaudis... par les nazI• s vant le pays. tanoe. SI, devant ces protestations et les contre-manifestations effectuées ou annoncées, le ministère de l'Intérieur a Interdit les défilés pétainlstes de l'Etoile et de Verdun, ainsi , que la vente de livres de l'hôtel Lutétla, il reste regrettable que, violant la 101, les nostalgiques de Vichy aient été autorisés à se rassembler sous d'autres formes. C'est ainsi que, le 21 avril, au cours d'une réunion dite « privée », weygand et Isornl ont prononcé des discours à la gloire do Pétain en présence d'hommes tels que Xavier Vallat, ex-commissaire aux « questions juives»; Borotra, Rivolet, Estèbe. anciens ministres de Laval; Talttlnger, ex-chef des « Jeunesses patriotes ., et l'ambassadeur de Fi'anco. De plus. le maréchal Juin s'était fait l'eprésenter à cette manifestation antlrépu bllcalne. A Cauchy-la-Tour, le 22 avril, comme devant Notre-Dame le 24, o'est seulement grâce à la protection de la police et des C.R.S. que les pétalnlstes ont dO de ne pas être dispersés par les patriotes rassemblés dans l'union la plus complète. « Pour ses ennemis, la France est encore le bastion de la chrétienté ... C'est à ce bastion qu'en ont les marxistes, les francsmaçons, les technocrates, les internationales juives, les pays mahométans » ... Ainsi s'exprime un collaborateur de « Fraternité Française » (7 avril 1956), le « théoricien » Michel Rohart. Les doctrinaires hitlériens et vichystes n'écrivaient pas autrement. Et il suffit de parcourir la feuille poujadiste pour retrouver, sous forme d'allusions ou d'invectives, les mêmes thèmes visant à susciter les mêmes haines. Comment pourrait-il en être autrement, alors que le principal rédacteur de « Fraternité Française » n'est autre que Claude Jeantet, ex-directeur du « PetitParisien », ami de Doriot, qui signe chaque semaine un article sous le pseudonyme de EDU ALe ( Claüde » écrit à l'envers)? « Fraternité Française » n'est autre chose qu'un torchon raciste et fasciste rejoignant les campagnes haineuses des « Rivarol » et autres ({ Aspects » de l'antiFrance. Quant aux campagnes verbales menées par Poujade et ses acolytes, elles vont évidemment dans le même sens. C'est de moins en moins des revendications des petits commerçants que s'occupent les orateurs du « mouvement de Saint-Céré ». Tous leurs efforts sont destinés à susciter l'antisé- Dans l'union, les réPublicains disent NON A POUJADE! Poujade enrage. Tel le voleur qui crie « au voleur », dans son journal nommé par antiphrase « Fraternité française », il titre sur toute la page: « Le fascisme ne passera pas 1 .». Comme si les manifestations organisées dans toUt.e la France par les républicains avalent pour but de « faire passer » le fascisme au lieu de l'arrêter 1 Comme si lui, Poujade, était un antifasciste! De fait, malgré ses commandos casqués, armés de matraques et marchant au sifflet, Poujade rencontre échec sur échec. Il ne peut plus, avec la même tranquillité, prononcer ses harangues antiparlementaires et antisémites. Ses provocations ne passent plus. Chaque jour, la liste s'allonge des victorieuses ripostes républicaines Toulouse, Rouen, Châteauroux, Coutances, Brive, Bayonne, Ambert, Le Puy, Castillon, Le Mans, Gulncamp, Argentan, Brest... Chaque jour se resserre l'union face à la menace fasciste: socialistes, communistes, radicaux, démocrates et antiracistes d'appartenances politiques diverses, font front, oubliant les querelles secondaires, conscients des nécessités de l'heure. Le meeting organisé en commun à Paris, le 9 mars, par le M.R.A.P. et la L.I.C.A., avec la participation des représentants de toutes les formations républicaines, IL été une importante étape, en même temps qu'un exemple dans cette lutte pour le respect des traditions françaises. Dans le même temps, le mouvement poujadiste se disloque. Les démissions pleuvent et un congrès sp-écial est organisé en vue ' d'une « réorganisation ». A Romans, lors d'une élection partielle, le « papetier de SalntCéré » a perdu 3 sièges en quel_ ques semaines. C'est que, rapidement, les honnêtes gens qui avalent pu être trompés voient clair. Grâce à l'action des démocrates, des antiracistes, l'aventurier a été démasqué. De plus, .après les débordements démagogiques de la campagne électorale, Poujade, placé au pied du mur, a mieux montré son véritable visage politique, ses positions réactionnaires n'ayant aucun rapport avec la défense des commerçants et artisans. L'homme, pourtant, reste dangereux. Son état-major d'anciens oollaborateurs, les complices qui favorisent çà et là ses merrées n'ont pas renoncé. Il nous appartient de continuer notre campagne avec une vigueur accrue. Partout, nous devons agir pour faire mieux connattre la vérité sur Poujade, ses alliés. Partout nous dev{)ns nous attacher à renforcer l'union agissante des antiracistes, pour faire détlnitlve_ ment échec au complot dirigé contre la République et contre la France. métisme et l'hostilité au régime républicain. Une feuille nazie, « Reichsruf » ( Le Cri du Reich »), paraissant en Allemagne occidentale, vient de publier, avec satisfaction, une série de citations de discours poujadistes, prononcés avant et après les élections. En voici quelques échantillons, d'après le dernier numéro de « La Vie Juive ». De Brettin, député de l'Ain: ({ Tout est vendu et corrompu dans ce pays ... individus achetés qui appartiennent à la potence ... Ils vendent l'Empire comme un Juif marchand d'habits ses vie1l1es friperies ... Il faut un balai de fer pour balayer la patrie de ces ordures » ... De plus, divers journaux dits « d'information », se livrent en permanence à une propagande sournoise en faveur de Poujade. Sans parler de ceux qui, répondant aux voeux des factieux, demandent la « réforme des institutions », trop démocratiques à leurs yeux. La République a le droit et le devoir de se défendre. Les manoeuvres dirigées contre elles doivent être brisées. La propagande. contraire à ses principes, notamment l'antisémitisme, doit être punie. Antiracistes, tous ensemble, exigeons que soient prises au plus vite les mesures qui s'imposent! De Salvette, député de l'Aude: I---------~--- « La France perd son empire et sa grandeur parce qu'elle est submergée et abâtardie par les étrangers... La lie criminelle de toute l'Europe s'est incrustée chez nous... N'importe quel Itzig ou Moïse de Roumanie, qui s'est offert un beau nom français, fait aujourd'hui, en tant que vieux Gaulois, de la pOlitique française. » Etc., etc ... Les « juifs », les « étrangers» boucs émissaires, désignés comme responsables de tout ce qui va mal: ce procédé a toujours été employé par tous ceux qui veu.lent poser faussement les problèmes et dont la politique inavouable va à l'encontre des intérêts nationaux. Ces campagnes odieuses sont la toile de fonds sur laquelle un Tixier-Vignancour, par exemple au « procès des fuites », s'efforce de mettre en accusation le régime répUblicain. Tixier - Vignancour, allié de Poujade, reçoit chaque semaine les éloges dithyrambiques de la presse de haine. Il a fait ses preuves en la matière. Antisémite de toujours, il s'est précipité dès 1940 au service de l'occupant et de Pétain, dont il fut ministre de « l'Information ». Ces menées sont d'autant plus graves qu'elles rencontrent des complicités dans divers milieux d'extrême-droite. Il est particulièrement significatif, par exemple, qu'un Jacques Bardoux, ancien député indépendant, ait publié un article dans ({ Fraternité FranQaise » et que Pinay et son groupe s'associent fréquemment aux poujadistes à l'Assemblée Nationale. -Des menaces· Plusieurs de nos amis nous ont communiqué des lettres de menaces qu'ils ont reçues récemment. Ces lettres, violemment antisémites, tantôt manuscrites, tantôt dactylographiées, sont toujours bourrées de fautes d'orthographe et prennent parfois un caractère de chantage. L'une d'elles, reçue par un commerçant de la rue Lafayette, porte l'en-tête suivante: ({ Comité antijuif de la Région Parisienne - Opéra, Paris. Chancellerie régionale n° 7 », et est signée: « Le Grand Chancelier » ... Elle porte cette simple phrase: « Tu es averti par le présent avis que l'heure du châtiment approche pour toi de 24 heures tous les jours (sic) et que cela dépend de toi. )} Une telle « littérature » ne mériterait aucune attention si elle ne révélait un dangereux état d'esprit favorisé, sans aucun doute, par les menées de Poujalie et de ses pareils. Il faut signaler, dans le même ordre d'idées, les graffiti antisémites qui se multiplient sur les murs de Paris et dans les couloirs du métro. Il appartient aux pOUVOirs publics de réagir rapidement contre ces activités. Trouver les coupables est facile. Et il faudrait aussi mettre hors d'état de nuire les inspirateurs de ces campagnes odieuses, con-' traires aux lois. L'AVEU Interrogé (complaisamment) par un journal du soir, Poujade s'est récemment expliqué (si l'on peut dire) su.r ses positions antisémites. Voici ce que cela donne: QUESTION. - En ce qui concerne l'antisémitisme, il semble que certains de vos dirigeants avaient tenu des propos peutêtre plus violents que les vôtres? REPONSE. - Pour l'antisémitisme comme pour d'autres questions, vous en avez déjà qui font de la politique. Les uns bouffent du JUIf, les autres bouffent du curé; c'est le plus souvent un prétexte pour aller ramOESser des sous en disant qu'il faut lutter contre l'antisémitisme. Si l'antisémitisme n'existait pas, il faudrait qu'on l'invente. Cette réponse appelle quelques commentaires: l. Poujade traite de la question par des boutades, avec une cynique désinvolture, pour ne pas s'expliquer réellement. 2. Il ne nie pas son propre antisémitisme, mais reproche simplement à certains de ses lieutenants d'avoir tenu des propos antisémites « plus violents» que les iens. JI croit nécessaire de faire preuve d'une certaine « mesure » (pour des raisons tactiques) et de ne pas donner une apparence « politique» aux attaques antij uives. 3. Il s'efforce de discréditer l'action menée contre l'antisémitisme. Bientôt, le bureau du groupe U.F.F. à l'Assemblée Nationale prit l'allu re d'un repaire vichyste et il n'était pas rare d'y voir arriver tel ancien condamné aux travaux forcés pour collaboration qui venait s'y entretenir amicalement avec les uns et les autres. Poujade, que M. Caillet décrit comme un monsieur tout imbu de sa personne, aussi plein de luimême que vide de toute idée constructive, vient là dicter leur attitude aux porte-voix du poujadisme, dont on sait avec quelle grossièreté brutale ils se comportent à la tribune de l'Assemblée Nationale. Même si, dans certains cas, Poujade doit masquer ' son attitude en public, son antisémitisme se donne souvent libre cours et ses propos visant les juifs sont dépourvus de toule aménité, quand au milieu de ses proches, il commente les échecs subis par ses députés au oours des séances de l'Assemblée. Alors il insulte et tempête sans retenue et 'lccuse les juifs de tout ce qui lui arrive. ({ L'antisémitisme, nous a encore affirmé M. Caillet, c'est la seule « Idée» sur laquelle comptent Poujade et son entourage pour pallier à leurs Insuffisances politiques et parer à la désertion des membres de l'U.D.C.A. aujourd'hui éclairés SUI' le caractère aventurier du poujadisme. Ils n'hésiteront pas à aller très loin dans l'excitation à la haine. lorsqu'Ils le jugeront opportun. » Et il conclut: ({ En démissionnant d'un poste où j'avais cru pouvoir venir en aide aux petits commerçants et artisans dont Je connais la situation difficile, j'al voulu exprimer comb1en Il était vain pour eux d'attendre quoi que ce soit de Poujade'. J'al, au surplus, tenu à me désolidariser d'une dangereuse tentative de raviver un antlséml. tlsme virulent qu'aucun F,rançals digne de ce nom ne saurait tolérer. » Premier bilan Coups de poing et agitation /Janti" Sous prétexte qu'un certain nombre d'entre eux, élus frauduleusement, ont été invalidés (malgré l'appui de Pinay et ~ l'éloquence» de Tixier-Vignancour), les députés poujadistes ont cessé de siéger à l'Assemblée Nationale. Ils font tout leur possiUe pour discréditer et affaiblir le r égime républicain pour mieux pouvoir ensuite l'attaquer. Dans un !lrticle du « Monde », M. Raymond Barillon dresse ainsi, fin avril, le bilan d'activités des élus poujadistes depuis le 2 janvier: « Pratiquement, l' « action politique » du nouveau parti ne s'est traduite que de deux façons: « 1 0 Par la manifestation dans l'hémicycle ~ du claquement de pupitre au coup de poing ~. les manoeuvres d'obstruction ... ; ({ 20 Par la manifestation publique, les thèmes développés de préférence étant ceux de l'antiparlementarisme, de l'antisémitisme, de l'antljournallsme et de ' quelques autres {( antl ». Au cours d'une brillante réception au LE PRIX DE LA FR~ 1. Christian-jaque reçoit des mains du président Léon Lyon-Caen le diplôme du Prix de la Frafernité. 2. Jean Paul-Boncour, ancien président du Conseil, a dit en arrivant: « J'aime becrucoup votre Mouvement et j'aime beaucoup Christian-Jaque, c'est pooerquoi je suis là ». 2 3 3. Pierre Dac: « Ah! si tous les gars du monde ... » 4. Come-Corneille, président des « Amis de Schoelcher », paraît vivement intéressé par l'argumentation passionnée de l'écrivain Pierre PCN'af, membre du jury. Le Président Léon LYON--CAE N : 5. En vers ou en prose? Le poète Rouben Mié li k, secrétaire du P.rix de la' Fraternité, et l'écrivain Claude Roy, membre du jury, s'entretiennent amicalement. 6. Le professeur Paul Rivet, directeur honorqire du Musée de l'Homme, membre du jury, féücife Christian-Jaque. 7. L'écrivain catholique jacques Madaule, professeur d'histoire, membre du jury. . 8. L'avocat Charles Lederman plaide la cause de la fraternité, à laquelle semble 1tre to~t acquis son interlocuteur qui n'est autre que 1 atfoeche culturel des U.S.A., M. Aggrey. (Reportage photographique de Georges Papo.) LES PERSONNALITES En nous excusant de ne pouvoir les citer toutes, nous publions ici une liste des personnalités présentes à la r éceptions du Royal-Monceau: MM. Léon LYON-CAEN, pre_ mier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P.; R. ATTULY, conseiller h onoraire à la Cour de Cassation; Jacques MADAULE, Pierre PARAF. Paul RIVET. dIrecteur honoraire du Musée de l'Homme; Claude ROY, G:eorges SADOUL. membres du jury; MM. les at tachés culturels des ambassades des Etats-Unis, . d'Allemagne, d'Indonésie; MM. PAUL-BONCOUR, ancien président du Conseil ; Raphaël LEYGUES, conseiller de l'Union Française; Jean CHAINTRON, sénateur; le général TUBERT, ancien maire d'Alger; Etienne NOUVEAU, vice-pr,ésident de l'Union Française des Anciens Combattants; Jean AUBURTIN, conseill er municipal de Paris; Mlles Hélène PERDRIERE, de la Comédie Française ; Diana BELL; MM. Gilbert GIL, Doudou BABET. Jacques DHERY, Jean CLARIEUX, Pierre GOUTIS, Pierre LATOUR. Alain NOBIS, André VALMY. interprètes du film; Robert GYS, chef décorateur; Roland BERNARD, assistan t; MM. MNOUCHKINE et Alexandre KAMENKA, producteurs de films ; Jean VIDAL, metteur en scène; membres du Bureau National du M.R.A.P.; S'é taient excusés: MM. François· MAURIAC et André MAUROIS. de l'Académie Française; Mme Marcelle AUCLAIR, MM. Albert BAYET, Jean-Paul LE CHANOIS, Louis MAR'rIN-CHAUFFIER, membres du jury; M. René PERCHET, directeur général au ministère de l'Education nationale; Mme ROMAINROLLAND; Mme Rachel LEMPEREUR. député ; M. Edmond MICHELET, s énateur; Mme de LIPKOVSKI. ancien député, maire-adj o;nt d' Orly ; Mme Jeanne LEVY, prof esseur à la Faculté de Médecjne; M. Marcel PRENANT, profes- •• One oeuvre conforme Iradilions de Voici l'allocution prononcée par le président Lyon-Caen: OUS connaissez le Mou- V vement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, que j'ai l'honneur de présider et sous les auspices duquel se déroule cette brillante réception. Il a pou,r but de rassembler les citoyens courageux et lucides, de toutes tendances politiques Ou confessionnelles, dans la lutte contre toutes les formes de discrimination raciale et dans la défense des grandes idées d'humanité, de fraternité mondiale et de pacifisme. C'est le 12 juin dernier, lors de son 7" Congrès annuel, que le M,RA.P. a, dans la ligne de son activité, décidé la création d'un prix, dit 4: de la Fraternité ». A l'heure où les idéaux qui sont la charte de notre M9uvement, sont trop souvent bafoués ou battus en brèche, - où nous assistons à des tentatives pour ranimer les campagnes antifrançaises d'-un fanatisme xénophobe, dissociateur de la nation, - où certains individus qui n'ont rien appris et oublié, ramassant tou,tes les séquelles du nazisme et du fascisme, cherchent à ranimer, onze ans après la défaite de l'hitlérisme, les haines raciales qui, naguère, ont meurtri la France, - il nous a paru opportun de fonder ce prix, « destiné, comme l'indique « le règlement du concours, à « couronner, chaque année, « l'oeuvre ou la réalisation fran « çaise, dans les domaines "lit « téraire, artistique, philoso «phique, qui aura le mieux « contribué à servir ou exalter « l'idéal d'égalité et de frater « nité entre les hommes, sans « -aucune distinction d!or.igine, 4: de race ou de religion. » Un jury a été constitué, composé de 19 éminentes personnalités, dont je salue la présence parmi nous et que je tiens à remercier de leur précieux concou, rs. Après avoir examiné un certain nombre d'oeuvres susceptibles d'être couronnées , après avoir délibéré, le jury a adopté à' l'unanimité le procèsverbal suivant: « Le jury du Prix de la Fraternité est heureusement impressionné par les nombreuses réalisations portées à sa connaissance, dans les différents domaines de la cultu,re, susceptibles de contribuer à servir et à exalter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes. Il félicite chaleureusement les auteurs de ces oeuvres: écrivains, artistes, hommes de science, philosophes, qui s'inspirent des généreuses traditions de notre pays. « Soucieux de couronner une oeuvre qui réponde aussi exactement que possible à l'objet du prix et qui soit, en même temps, d'une grande portée, le jury décide de décerner le Prix de la Fraternité pour l'année 1956 au film de Christian-jaque: « Si tous les gars du monde... ». Monsieur Christian - jaque, Les écrivains Jacques REMY, auteur de « Si tous les gars du monde ... »; Henri HERTZ, André CHOURAQUI. Ruben MELIK, KAGANOVSKI; Dans les jardins, après la remise du Prix, Christian-Jaque photographié au milieu des interprètes du film . votre film est un beau film. Vous-mêmes avez défini votre travail en ces termes: « je n'ai voulu faire qu'un film très simple, très généreux, avec de seur à la Faculté des Sciences; aux noire plus pays simples et braves gens; un film couleur de l'espérance et qui exalte le thème le plus beau du monde: la solidarité humaine ». Vous avez, monsieur, pleinement réussi dans votre dessein. Votre oeUivre réalise, respire, si je puis dire, les nobles idées de tolérance, d'amitié et d'égalité entre hommes . et nations, plus que jamais nécessaires à répandre et à fortifier aujourd'hui dans un pays qui ne donne que trop de signes d'une conscience civique défaillante. En même temps, elle répond à merveille à la volonté de compréhension et de coopération mutuelle, d'échanges culturels, d'échanges humains, qu,i anime aujourd'hui tous les peuples du monde. Les créateurs verront dans cette récompense un encouragement à exalter l'idéal de FRATERNITE. Respect de la dignité de la personne humaine; union de tous les hommes par dessus les frontièr'es, la politique, les règlements, les différences de races, telle est votre idée directrice. C'est un fait-divers qui est à l'origine du scénario, mais combien r,évélateur de la grandeur de l'homme et développé avec quelle émotion contenue, avec quelle sobriété et quelle vérité! A Paris, comme dans les principales vilfes du monde: Rome, New-York, Oslo, Moscou, où le film poursuit actuellement sa brillante carrière, des milliers de spectateurs, bien différents cependant de pensée, de traditions et de croyances, en suivent sur l'écran, avec le même élan du coeur, les péripéties dramatiques, tant est prenante ..g e, ne, - la réalisation ments qui insi virile, saine e Monsieur 0 vous remettaIT a été j ustemen moi, au nom \ jury, vous a sincères félicl dressent en réalisateurs, artistes et t concouru à 1 l'interprétation V(·us ne vou le j' En termina poir que de créateurs, art verront dans dans la récol est l'objet, un exalter l'idéal de solidarité forme aux phI françaises. Les artistes Pierre ASSO, Pierre DAC, Moune de RIVEL. Edmond TAMIZ, Marle MERGEY. Bachlr TOURE, le chansonnier GILLES. MM. COME-CORNEILLE, président des « AmIS de Schoeelder »; André BLUM, conservat eur au Louvre; Benoit BALLA, président de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire ; le docteur SCHERR, président de l'Union des Etudiants Juifs de France ; le docteur André BLOCH, médecin des hôpitaux; Me Charles LEDERMAN; Le pein tre Jean LURÇAT. les artistes Pierre BLANCHAR, NOEL-NOEL, Tino ROSSI, le chansonnier Edmond MEUNIER. Georges HUISMAN (à Télé-Paris): JI SI TOUS LES METTEURS EN StENE DI MM. P. GOLICKI, président du Ciné-Club « Amitié » ; STAMFATER, président de l'Uuion des Artisans Juifs, et les Commandes de photos Les nombreuses photos prises au cours de la r éception du Royal-Monceau peuvent être consultées et commandées aux bureaux du M.R.A.P., 91, rue du Faubourg- Saint-Denis .. Elles seront fournies 48 heures après la commande. A l' émission « Télé-Paris », un entretien sur le Prix de la Fraternité » a eu lieu vendredi 20 avril, à 13 heures. Après que Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P ., eut exposé les objectifs du Prix, M. Georges Huisman, conseiller d'Etat, membre du jury, r épondant à Roger Féral et Jacques Chabannes, justifia le choix du film de Christian-Jaque. « li n' y a pas de question, déclara-t-il, un seul film pouvait remporter le Prix: « Si tous les gars du: monde ... ». « Si tous les gars du monde voulaient se donner la main, la paix, l'amitié, ta bonté règneraient sur le monde. « Si t,ous les metteurs en scène et les producteurs le voulaient, Il y aurait moins de rififi et de grisbi, de films « noirs » et démoralisants. « J e s uis, bien sûr, pour la liberté totale en art, maIs je pense que l'initiative de Christian-Jaque devrait servir d' exemple. « Ce film, c'est une fenêtre ouverte sur la fraîcheur, sur la vie saine, sur l'avenir ... » Christian-Jaque remercia le jury et le M.R.A.P. et dit combien il avait été ému par la distinction dor l'objet. - Je croi qu'on peut f ti on avec dE bons sentim ment avec ( Georges ) et conclut: - Vous y pourquoi nOI bué le Prix ~ne brillante réception au Royal-Monceau DE LA FRATERNITE Léon LYON-CAEN: vre conforme Iradilions de n'ont rien appris et oublié, ramassant tou,tes les séquelles du nazisme et du fascisme, cherchent à ranimer, onze ans après la défaite de l'hitlérisme, les haines raciales qui, naguère, ont meurtri la France, - il nous a paru opportun de fonder ce prix, « destiné, comme l'indique « le règlement du concours, à «couronner, chaque année, « l'oeuvre ou la réalisation fran « çaise, dans les domaines "'iit « téraire, artistique, philoso «phique, qui aura le mieux « contribué à servir ou exalter « l'idéal d'égalité et de frater « nité entre les hommes, sans «aucune distinction d!origine, « de race ou de Teligion. :. Un jury a été constitué, composé de 19 éminentes personnalités, dont je salue la présence parmi nous et que je tiens à remercier de leur précieux concou, rs. Après avoir examiné un certain nombre d'oeuvres susceptibles d'être couronnées, après avoir délibéré, le jury a adopté à' l'unanimité le procèsverbal suivant: « Le jury du Prix de la Fraternité est heureusement impressionné par les nombreuses réalisations portées à sa connaissance, dans les différents domaines de la cultu,re, susceptibles de contribuer à servir et à exalter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes. Il félicite chaleureusement les auteurs de ces oeuvres: écrivains, artistes, hommes de science, philosophes, qui s'inspirent des génére'uses traditions de notre pays. « Soucieux de couronner une oeuvre qui réponde aussi exactement que possible à l'objet du prix et qui soit, en même temps, d'une grande portée, le jury décide de décerner le Prix de la Fraternité pour l'année 1956 au film de Christian-jaque: « Si tous les gars du monde... ». Monsieur Christian - jaque, votre film est un beau film . Vous-mêmes avez défini votre travail en ces termes: « je n'ai voulu faire qu'un film très simple, très généreux, avec de aux noire plus pays simples et braves gens; un film couleur de l'espérance et qui exalte le thème le plus beau du monde: la solidarité humaine ». Vous avez, monsieur, pleinement réussi dans votre dessein. Votre oeUiVre réalise, respire, si je puis dire, les nobles idées de tolérance, d'amitié et d'égalité entre hommes _ et nations, plus que jamais nécessaires à répandre et à fortifier aujourd'hui dans un pays qui ne donne que trop de signes d'une conscience civique défaillante. En même temps, elle répond à merveille à la volonté de compréhension et de coopération mutuelle, d'échanges culturels, d'échanges humains, quj anime aujourd'hui tous les peuples du monde. Les créateurs verront dans cette récompense un encouragement à exalter l'idéal de FRATERNITE. Respect de la dignité de la personne humaine; union de tous les hommes par dessus les frontièr'es, la politique, les règlements, les différences de races, telle est votre idée directrice. C'est un fait-divers qui est à l'origine du scénario, mais combien r,évélateur de la grandeur de l'homme et développé avec quelle émotion contenue, avec quelle sobriété et quelle vérité! A Paris, comme dans les principales vilTes du monde : Rome, New-York, Oslo, Moscou où le film poursuit actuellement sa brillante carrière, des milliers de spectateurs, bien différents cependant de pensée, de traditions et de croyances, en suivent sur l'écran, avec le même élan du. coeur, les péripéties dramatiques, tant est prenante ..g e, ne, reuses - la réalisation des nobles sentiments qui inspirent cette oeuvre virile, saine et fraternelle. Monsieur Christian-jaque, en vous remettant le Prix qui vous a été justement dccerné, laissezmoi, au nom du M.R.A.P. et du jury, vous adresser nos plus sincères félicitations. Elles s'adressent en même temps aux réalisateurs, metteurs en scène, artistes et techniciens qui ont concouru à féiaboration et à l'interprétatioJ1 _ du film et dont V(·us ne voulez pas être séparé. En terminant, j'expnme l'espoir que de nombreux autres créateurs, artistes, littérateurs verront dans cette oeuvre ' et dans la récompense dont elle est l'objet, un encouragement à exalter l'idéal de fraternité et de solidarité humaine, si conforme aux plus pures traditions françaises. (à Télé-Paris): JI SI TOUS LES METTEURS EN StENE DU MONDE fi ••• « Il n' y a pas de question, déclara-t-il, un seul film pouvait remporter le Prix: « Si tous les gars du: monde ... ». « Si tous les gars du monde voulaient se donner la main, la paix, l'amitié, la bonté règneraient sur le monde. « Si tous les metteurs en scène et les producteurs le voulaient, Il y aurait moins de rififi et de grisbi, de films « noirs » et démoralisants. « Je suis, bien sûr, pour la liberté totale en art, mais je pense que l'initiative de Christian-Jaque devrait servir d'exemple. « Ce film, c'est une fenêtre ouverte sur la fraîcheur, sur la vie saine, sur l'avenir ... » Cliristlan-Jaque remercia le jury et le M.R.A.P. et dit combien il avait été ému par la dlstinction dont il vient d' être l'objet. - Je crois, dit-il notamment, qu'on peut faire des films d'action avec des gens qui ont de bons sentiments, et pas seulement avec des gangsters ... Georges Huisman le félicita et conclut: - Vous y avez réussi et c'est pourquoi nous vous avons attribué le Prix de la Fraternité. f·1 er. ..,. JI Répondant à l'allocu tion du président Lyon-Caen, ChristianJaque, vivement applaudi, a déclaré

Je suis doublement heureux de l'attribution de oe prix. D'abord en qualité de oinéaste, je suis très touohé que vous ayez bien youlu déoerne .. le Prix de la Fraternité à un film. Ensuite, Je suis également très fie .. que oe film soit « SI tous les ga .. s du monde ... ». J'al voulu faire, une oeuv .. e généreuse, humaine, qui exalte la solidarité. Pour tous oeux qui y ont oollaboré, o'est une très grande .. éoompense. Je vous exprime mes remeroiements et je lève mon ve .. re à la fraternité de tous les gars du monde. a été remis à pour,son film "Si tOI VENDREDI 20 avril, en fin d'après-midi, dans les salons de l'Hôtel Royal- Monceau, en présence d'une foule nombreuse d'artistes, de personnalités diverses, de journalistes, d'amis et militants du M.R.A.P., le PRIX DE LA FRATERNITE a été remis à Christian-Jaque pour son film « Si tous les gars du monde ... ». Dans une ambiance des plus sympathiques, les membres du jury présents à Paris se firent une joie, confirmant leur verdict, de féliciter de vive-voix le metteur en scène ainsi que les interprètes et les techniciens du film qui, bien entendu, étaient de la féte. Tous les invités tenant à féliciter aussi le lauréat et ses collaborateurs, il fut échangé, au cours de ces deux heures, des centaines de pOignées de mains chaleuTeu'!!es et l'on porta toast sur toast à « tous les gars du monde » (avec et sans jeu de mot). RENCONTRE DES MATELOTS Ici, Paul Rivet s'entrettent avec Christian-Jaque " là, Hélène Perdrière confie au président Lyon-Caen et à Charles Palant ses impressions sur la réalisation du film: - Il est plus agréable, ditelle, de tourner un film dédié à la bonne volonté, à l'amitié. Malheureusement, il n'yen a pas beaucoup de cette sorte. D'ailleurs, je joue surtout à la Comédie Française ... Mais voilà qu'interrompu dans sa conversation, ChristianJaque est maintenant abordé par d'autres amis et admirateurs: Raphaël Leygues, conseiller de l'Union Française; le producteur Alexandre Kamenka, l'attaché culturel de l'ambassade d'Indonésie, Pierre paraf qui se dirige ensuite vers M. Come- Entouré du conseiller et de Mme Attuly, de M· Manville et du docteur Fanon, Doudou Babet (ci-dessous) est plus détendu que dans cette scène du film (ci-contre) dont, peut-étre, il leur raconte la réalisation. ~orneille, président des de Schoelcher ». On fait cercle autour ~ dou Babet, l'un des pril héros du film, le Nord-~ d'abord victime du raci qui, se jetant à la me ramener les médicaments par avion, sauve tout l'é( du chalutier « Lutèce » Justement, voici plusie' « matelots », qui se retl avec un plaisir non di autour d'André Valmy Gilbert ail: - Nous avons fait UI travail d'équipe, nous ils. Dans ce film, comm avez pu le voir, aucun n'est mis particuliêreml vedette. Nous avons tl dans un esprit de cama tout à fait particulier: 1 même du film a influé réalisation ... - C'est ce que Chj Jaque voulait, précise d'eux ... MIRCI MONSIEUR CHRISTIAN-1 - Merci, Monsieur Cru Jaque, s'écrie une jeune à quelques pas de là, J sant au metteur en scène - Merci pour quoi? - Vous avez fait Uli film et vous m'avez ail mieux comprendre certai! blêmes, à mieux aimer peuples ... Christian-Jaque a de par,tager le monta~ Prix de la Fraternlta au fit des enfants de dép et des oeuvres sociale oinéma. Traversant la salle. l'G culturel d'Allemagne dem être présenté à notre pré suivi de peu par Paul-B~ toujours vif malgré son âge, qui s'écrie: - Je ne pouvais pas être là L .. Près du buffet. le rel tant de l'ambassade des Unis s'entretient avl conseiller Attuly et M· ( Lederman. A côté d'eux. . Dac déclare. pour « D: Liberté» : - C'est tellement rf c'est tellement normal récompensé ce film! 0 pond à tout ce que no\: sions depuiS longtemps. J'appartiens à la L, mais nous poursulvQns 1 mes objectifs que le M.R. je suis heureux d'être l à cette belle réception. Comme membre du j comme critique cinématol que, Georges Sadoul est ment qualifié pour jugel vre choisie: - Ce film. déclare-t-il a profondément touchés. volonté de paix d'amitll les peuples qu'il exprime Et il ajoute, se tourna: Doudou Babet: - J'ai été particuliè ému par le personnage, hammed : il est l'incarna la fraternité humaine. Non loin de M, le réal Jean Vidal parle avec 1 africain Bachir Touré, Royal.Monceau ERNITE 15 MONDE " ... il vi ent d' être dit-il notamment, des lilms d'acqui ont de et pas seulegangsters ... le f élicita CHRISTIAN-JAQUE : " Je suis heureux et f·1 er. ..,. JI Répondant à l'all ocuti on du président Lyon-Caen, ChristianJ aque, vivement applaudi, a déclaré

Je suis doublement heul'eux de l'attribution de ce prix. D'abord en qualité de cinéaste, Je suis très touché que vous ayez bien voulu décerner le Prix de la Fraternité à un film. Ensuite, Je suis également très fIer que ce film soit « SI tous les gars du monde ••• ». J'al voulu faire· une oeuvre généreuse, humaine, quI exalte la solidarIté. Pour tous ceux qui y ont collaboré, c'est une très grande récompense. Je vous exprIme mes remerciements et je lève mon verre à la fraternité de tous les gars du monde. 7 a été remis à CHRISTIAN-JAOUl pour son film "Si tous les gars du monde JJ VENDREDI 20 avril, en fin d'après-midi, dans les salons de l'H6tel Royal- Monceau, en présence d'une foule nombreuse d'artistes, de personnalités diverses, de journalistes, d'amis et militants du M.R.A.P., le PRIX DE LA FRATERNITE a été remis à Christian-Jaque pour son film « Si tous les gars du monde ... ». Dans une ambiance des plus sympathiques, les membres du jury présents à Paris se f irent une joie, confirmant leur verdict, de féliciter de vive-voix le metteur en scène ainsi que les interprètes et les techniciens du film qui, bien entendu, étaient de la fête. Tous les invités tenant à féliciter aussi le lauréat et ses collaborateurs, il fut échangé, au cours de ces deux heures, des centaines de pOignées de mains chaleure~es et l'on porta toast sur toast à « tous les gars du monde » (avec et sans jeu de mot). RENCONTRE DES MATELOTS Ici, Paul Rivet s'entrettent avec Christian-Jaque ; là, Hélène Perdrière confie au président Lyon-Caen et à Charles Palant ses impressions sur la réalisation du film: - Il est plus agréable, ditelle, de tourner un film dédié à la bonne volonté, à l'amitié. Malheureusement, il n'yen a pas beaucoup de cette sorte. D'ailleurs, je joue surtout à la Comédie Française ... Mais voilà qu'interrompu dans sa conversation, Christian - Jaque est maintenant abordé par d'autres amis et admirateurs: Raphaël Leygues, conseiller de l'Union Française; le producteur Alexandre Kamenka, l'attaché culturel de l'ambassade d'Indonésie, Pierre paraf qui se dirige ensuite vers M. Come- Entouré du conseiller et de Mme Attuly, de M· Manville et du docteur Fanon, Doudou Babet (ci-dessous) est plus détendu que dans cette scène du film (ci-contre) dont, peut-être, il leur raconte la réalisation. -:::orneille, président des « Amis de Schoelcher ». On fait cercle autour de Doudou Babet, l'un des principaux héros du film, le Nord-Africain d'abord victime du racisme et qui, se jetant à la mer pour ramener les médicaments lancés par avion, sauve tout l'équipage du chalutier « Lutèce » ... Justement, voici plusieurs des « matelots », qui se retrouvent avec un plaisir non dissimulé autour d'André Valmy et de Gilbert Gil: - Nous avons fait un beau travail d'équipe, nous disentils. Dans ce film, comme vous avez pu le voir, aucun acteur n'est mis particulièrement en vedette. Nous avons travaillé dans un esprit de camaraderie tout à fait particulier: le sujet même du film a influé sur sa réalisation ... - C'est ce que ChristianJaque voulait, précise l'lm d'eux ... MERCI MONSIEUR CHRISTIAN-JAQUE - Merci, Monsieur ChristianJaque, s'écrie une jeune femme, à quelques pas de là, s'adressant au metteur en scène. - Merci pour quoi? - Vous avez fait un beau film et vous m'avez appriS à mieux comprendre certains problèmes, à mieux aimer tous les peuples ... Christian-Jaque a décidé de par·tager le montant du Prix de la Fraternlt6 au profIt des enfants de déportés et des oeuvres soolales du cinéma. Traversant la salle, l'attaché culturel d'Allemagne demande à être présenté à notre président, suivi de peu par PaUl-Boncour, toujours vif malgré son grand âge, qui s'écrie: - Je ne pouvais pas ne pas être là !. .. Près du buffet, le représentant de l'ambassade des EtatsUnis s'entretient avec le conseiller Attuly et M· Charles Lederman. A c6té d'eux, Pierre . Dac déclare, pour « Droit et Liberté» : - C'est tellement régulier, c'est tellement normal d'avoir ré~ompensé ce mm! Cela répond à tout ce que nous pensions depuis longtemps. J'appartiens à la L.I.C.A., mais nous poursuivons les mêmes objectifs que le M.R.A.P. et je suis heureux d'être présent à cette belle réception. Comme membre du jury et comme critique cinématographique, Georges Sadoul est doublement qualifié pour juger l'oeuvre choisie: - Ce mm, déclare-t-iJ, nous a profondément touchés, par la volonté de paix d'amitié entre les peuples qu'Il exprime. Et il ajoute, se tournant vers Doudou Babet: - J'ai été particulièrement ému par le personnage de Mohammed: il est l'incarnation de la fraternité humaine. Non loin de là, le réalisateur Jean Vidal parle avec l'acteur africain Bachir Touré, d'lm certain projet de film qu'i l a ... Mais les conversations s'apaisent et la foule se tourne vers le micro, où notre secrétaire général, Charles Palant, annonce la remise du Prix. UNE BELLE ACTION Le président Léon Lyon-Caen prononce alors la belle allocution que nous reproduisons ci-contre, hachée de vifs applaudissements, et remet à Christian- Jaque le dipl6me du Prix de la Fraternité et le chèque de 100.000 francs, montant du Prix. Le lauréat, visiblement ému, remercie en quelques mots qui, de nouveau, soulèvent des applaudissements prolongés. C'est l'heure des photos « officielles ». Les photographes de presse se précipitent. Le président Lyon-Caen et ChristidnJaque se prêtent volontiers Il leurs exigences. Une autre photo est prise dans le jardin tout proche: l'équipe entière, souriante et unie, de ceux qui ont fait du film ce qu'il est. Puis, dans une atmosphêre détendue, une dernière pose réunit les représentants du M.R.A.P. , les interprètes du film et Christian-Jaque qui déclare: - C'est une véritable photo de famille! ... Les conversations, les congratulations continueront encore pendant une bonne demi-heure. Comme si chacun voulait prolonger cette rencontre, heureux non seulement d'avoir pris part à une brillante réception, maia de s'être solidarisé avec une belle action. Chez Robert Lattont lisez le roman de JACOUES REMY qUi a inspiré leur film à CHRISTIAN .. JAQUE (j. H. et CLOUZOT 1 volume sous couverture illustrée Je Ferraci: 480 fr. Collection 1/ Un roman, un film If édité par ROBERT LAFFONT 30, Rue de l'Université, PARIS 8 DROIT ET LlaERTE • lA V~IE DU MRAP • lA VIE DU MlRAP • lA VIE DU MRAIf) • ILA V~IE ' IDU De nouveaux combattants ••• Notre Bal, un succès NOTRE campagne d'affiches et de pétitions contre les menées racistes et antirépublicaines de Poujade rencontre dans toute la France l'accueil le plus favorable. Chaque jour nous parviennent des signatures, des demandes d'adhésions au M.R.A.P. ou d'abonnements à « Droit et Liberté», accompagnées d'encouragements qui témoignent de la profondeur des sentiments antiracistes de notre peuple. De nombreux républicains viennent dans nos bureaux nous exprimer leur approbation. Même dans des localités où la M.R.A.P. n'a pas encore de section, des gens de coeur r épondent spontanément à notre appel et se consacrent à la diffusion de notre Journal et au placement de nos 14 MAI Réunion du Comité dl action Le lundi 14 mai, à 20 h. 46, aura lieu, à l'Hôtel Moderne, place de la République, une réunion du COMITE D'ACTION DU M.R. A.P. A l'ordre du jour, les aspects actuels de la lutte oontre le racisme et l'antisémitisme, e,t la PREPARATION DE LA S' JOURNEE NATIONALE. Les délégués des sociétés et organisations affiliées au M.R.A.P. sont Invités à oette réunion. cartes d'amis. C'est le cas, par « Je vous serais reconnaissant exemple, de Montluçon. D'autres de m'envoyer une carte d'adhé- Le bal annuel du M.R.A.P. est amis nous envoient des listes de sion. » devenu, désormais, un événement personnes à abonner, que ce soit Citons enfin cette lettre de parisien. Il a obtenu, le 24 mars à L111e ou à Marseille. à Stras- M. Paul FARAUD, vice-président dernier, le plus vif succès. bourg ou à Bordeaux, tandis que du Conseil général des Bouches- Sous le signe de la bonne de nombreuses sociétés décident du-Rhône, maire de Plan-d'Or- humeur, la Jeunesse antiraciste d'abonner tous leurs membres et gon: de ParIs avait envahi la salle des versent leur contribution pour le « J'ai été très vivement i nté- SocIétés Savantes qui reflétait, soutien de notre action. ressé par vos affiches « Le M.R. dès 10 heures ,du soir, l'anlma- Il faudrait citer toutes les let- A.P. s'adresse à l'opinion publi- tlon des grands Jours. tres que nous recevons. « J'aime- que», que j'ai eu le plaisir de cette anImation ne s'est pas rais adhérer à votre Mouve- lire sur les murs de la ville de relâchée un Instant Jusqu'à l'aube. ment » .. .. « « Je crois de mon Marseille. L'excellent o,rchestre dirigé tour devoir d'adhérer à votre Mouve- à tour par Georges Jouvln et ment »... sont les phrases qui « Désirant faire. dans mon can- Yvon Allain, attirait de nombreux reviennent le plus fréquemment. ton, .la même propagande contre couples sur la pIste bientôt trop Parmi des dizaines d'autres cor- le poujadisme qui menace nos petIte. Ceux qui ne dansaient pas respondants, M. Claude GAN- institutions républicaines. je viens se retrouvaIent joyeusement au concours, furent des attractions vivement applaUd ies. Et l'intervention de notre secrétaIre général, Charles Palant, appelant , à l'union des antIracistes contre le danger poujadiste et exaltant la fraternIté des peuples, fut accueillie avec enthousiasme. Q.uant à Benny Benn et, retenu dans une autre sall e, il vint en toute aml~ié saluer le bal en quel_ ques mots qui all èrent droIt au coeur de tou s. Un grand bal dont on parlera ... et qui laisse bie n présager du prochain. DILLON, Paris (17' ), nous écrit: vous demander s' il vous serait buffet« International» et au bar. * « Je viens de lire votre petite possible de me faire parvenir une C'était plaisIr de v~,lr oette am- Le M.R.A.P. adresse ses vIfs attiche. Je suis à fond contre les centaine de vos attiches que je blance fraternelle, faite de la remerciements aux nombreux amis racistes et les antisémites. et je me chargerai de diffuser ... » rencontre de tant de jeunes de qui, à l'occasion de notre bal, ont désire lutter contre ce Poujade Tels sont les échos que ren- toutes origines: Africains, Antll- manifesté une no uvelle fois leur qui. Bur des refrains patriotiques, contre partout notr~ action. Que lais, ParisIens, Algériens ... Il n'y inlassable dévouement. En dlffune prêche que la haine entre les nouveaux amis qui s'associent a ,pas deux bals comme celui-là. sant les billets, en ass urant la Français. à nous pour de nouveaux succès La grande chanteuse Fania Fé- tenue du buffet, en participant « Je voudrais me faire inscrire trouvent ici le salut chaleureux nelon, de, même que la troupe de aux diverses a utres tâches, tous au plus vite à votre Mouvement. » du M.R.A.P. et de « Droit et danseurs d'Afrique noire, qui ont été les artisans du s uccès de De M. Jacques LORIOT, Paris, r_L_i_be_r_té_l_~ _! __________a_ v_a_le_n_t_p_r_êt_é_g_ra_o_le_u_s_e_m_e_n_t_l_eu_r _c_ et_t_e_b_e_"_e_s_o_lré_e_. _____ 4" arrondissement: « Je serais très heureux d'adhérer à votre Mouvement. J'ai toujours eu des sentiments prOfondément antiracistes et fai été plus d'une fois touché par des actes portant atteinte à l'honneur des gens de couleur. « Les événements d' Algérie me poussent encore à venir vous rejoindre, car je suis persuadé que le racisme est une des principales causes de ce soulèvement. J'ai fait mon service militaire au Maroc et j'ai vu de quelle manière les Français traitaient ces gens. .Joséphine BAKER •• Ce n'est qu'un " au reVO•I r " initiative antiraciste, d'où qu'elle vienne. Il y a quelques semaines encore, nous recevions d'elle une lettre de sympathie. à l'occasion de notre bal du Quartier Lat in . Des fonds JOSEPIDNE BAKER a fait ses adieux au théâtre et à Paris l'un de ses « deux amours ». Le public bouleversé qui l'acclamait, les nombreux artistes qui l'entouraient à l'Olympia, au cours de l'émouvante soirée du 11 avril, ne saluaient pas seulement en elle la grande artiste dont le nom restera lié à toute une époque du music-hall. Ils saluaient aussi la courageuse. l'inlassable combattante antiraciste, dont l'action va droit au coeur de notre peuple. Aussi, quelle que soit notre émotion devant le geste de Joséphine Baker, renonçant au théâtre en pleine gloire, nous, antiracistes, ne lui disons pas adieu. Nous la reverrons, nous en sommes certains, plus souvent que jamais, souriante et active, sur pour le chemin de la fraternité et de EN avant pour le second million 1 disions-nous dans notre dernier numéro. Avec un nouveau bond de 462.250 francs, nous n'atteignons, fin avril, que 1.493. 730 francs. C'est dire que nos efforts, quoique fructueux, sont encore insuffisants. Après la campagne vigoureuse de ces derniers mois (affiches, tracts, meetings), voilà qu'approche la 8' Journée Nationale contre le racisme. l'antisémitisme et pour la paix. Cette grande manila lutte! 25.000; Ami. des Gobelin. : 20.000; Ozarow : 25.000; Alde Fraternelle Israélite

15.000.

Total : 360.000 francs. Cartes d'Amis Trégler (2 cartes) : 1.000 ; Pierre Loève : 500; Elle Kagon : 400; Baulip

10.000; Armand Megglé : 5.000;

Théo : 15.000; Belvenlste : 10.000; Goldsteln : 25.000; Anonyme ,: 20.000; Rosen : 10.000; Sadenfls : 10.000; Cha nover : 5.000. Total : 111.900 francs. « En France. lui déclara le chansonnier Pierre-Jean Vaillard, en France. Madame, il y aura toujours quelqu'un dans l'autobus pour vous céder sa place » ... Quant au clown popov. du Cirque de Moscou, qui avait tenu à être présent, il déchaîna l'enthousiasme lorsqu'il sortit de sous sa veste un gros coeur rouge et l'offrit gentiment à Joséphine, qui l'embrassa devant -la salle debout. « C'est vrai que je vous dis festation, plus importante encore, ;------------------------------dans la conjoncture actuelle, que toutes les précédentes, verra le puissant rassemblement des forces antiracistes de ce pays. Or, une teUe entreprise présente un aspect financier qu'il est inutile de souligner. Des dizaines de milliers d'affiches, de tracts, de brochures devront être édités; des dizaines de réunions et de meetings organisés ; des milliers de lettres envoyées... . Porter à deux millions le résultat de notre souscription apparaît donc aujourd'hui comme un objectif beaucoup trop modeste. Il nous faut encore au moins autant d'ici la Journée Nationale, s! nous voulons lui assurer le retentissement nécessaire. Alors, amis et militants, poursuivons, intensifions notre effort 1 Faisons partout connaître et comprendre l'importance de la lutte menée par le M.R.A.P. et les difficultés que nous rencontrons. Intéressons à cette lutte tous ceux qui y ont intér êt . . Plaçons dans les cercles les plus larges la Carte d'Ami du M.R. A.P. et la carte qui sera éditée d'ici peu pour la Journée Nationale. La souscription Sociétés SAfants de Lublin (collecte) : 10.350; collecte par M. Jucht à la société « Les Amis de Paris .. : 25.000; Tarnow : 10.000; Lodz : 50.000; Société Culturelle de Nîm.. : 5.000; Amis de PI'zI· tyk : 10.000; Tomachov : 50.000 Vllnoi. : 10.000; Siedloviec : 15.000 Olkvsz 1 10.000 ; Kiev: 10.000 Ami. Ilraélltes de France : 50.000 Zyzrordov : 20.000; Seçours aux Amis Le Carnel de D. L. Mariage Nous avons le plaisir d'annonoer le mariage de notre amI Maurice RAJADE, vice-président de notre sectIon de Montreuil, avec Mlle Marle FOGEL. Toutes les félicitations et les meilleurs voeux du M.R.A.P. et de « Droit et Llberti )t. Erratum Le Prix de l'Unanimité Le Prix de l'UnanimIté décerné par le Conseil National des Eorivains a été attribué à M. Gustave COHEN, pour l'ensemble de son oeuvre. Nous adressons nos vives félicitations à l'éminent historien de la littérature qui, fervent défenseu, r de l'idéal de la paix et de la fraternité, a honoré « Droit et Liberté }), de sa collaboration et s'est associé fréquemment à Nous nous exousons vivement l'aotlon du M.R.A.P. de l'erreur qui s'est glisSée , ___________ -:-__ _ dans le « Carnet » de notre dernier numéro, "à la rubrique « Mariage ». Préoisons que les heureux mariés auxquels nous adressions nos félloltatlons et nos voeux sont M. Bernard AKERMAN et Mlle Régine JABLONSKI, tous deux militants de Montreuil. Décès Nous avons appris aveo douleur le déoès de M. FERST, préSident de la Soolété Klelc, amI dévoué de notre Mouvement. Que sa famille trouve Ici l'expression de notre profonde sympathie. ••• Le chef d'orchestre Sigmunt BERLAND, brutalement décédé au oours d'une reprélent&tlon, avait' maintes reprises manlf-esté son attachement à la cause antlraolste, • l'occasion de galas organisés pa.r te M.R.A .... Nous exprimons à sa famille noe slnoères condoléances. CINE-CLUB " AMITIE " Jeudi 26 avril • LES AMOURS DE LIANG SHAU-PO ET CHU YIN-TAI, de Shang Hu et Huang Sha. (Chi)lols. ) • CHARLOT BROCANTEUR. (Américain. ) Jeudi 17 mai • LE PUITS, de Léo Popkin et Russell Rouss, avec Henry Morgan, Henry Barry et Lafter. ,( Américain. ) Les séances o'*nt lieu le deuxiè_ me et quatrième jeudi de chaque mols, à 21 heures, salle YvesTouille, 21 , rue Yves-Toudic (métro République) . Un débat suit, avec la participation de nombreuses personnalités. Inscription : 200 franos. Cotisation mensuelle : 200 francs (pour deux s éances) . adieu ». déclara la célèbre vedette, des larmes dans la voix, au soir de sa dernière représentation. « J'ai l 'impression que c'était hier mes débuts... Le temps a passé si vite. « A présent, une autre t tlche m·attend. Dans mon village. en France, il y a sept petits enfants de toutes les couleurs que j'ai adoptés, qui tant battre mon coeur de maman. Je veux qU'ils soient heureux et qU'ils m'aiment; Je vai s m'occuper d·eux. Qu'importent les couleurs, qU'importent les races devant l'amour?... » « Que feront mes enfants, plus tard? dit-elle encore. Je n'en sais rien. chacun choisira librement sa voie. Puissent-ils seulement. par leur exemple. amener les hommes de tous les pays à mieux se comprendre et à s'aimer! )} Ainsi, Joséphine Baker ne nous quitte pas vraiment. Elle poursuit son action humaine aux côtés de tous les honnêtes gens, de tous ceux qu'anime la foi en l'homme et en sa dignité. Il n'est pas de grande campagne du M.R.A.P., pas de Journée nationale. de gala qui ne nous aient valu, ces dernières années, un message de solidarité, un mot d'encouragement de la grande artiste qui, généreusement, fi. toujours tenu à s'associer à toute la paix. ' Il Y a 13 ans Le Ghetto de Varsovie s'insurgeait Il Y a 13 ans coup de tonnerre dans l'Europe ~sservie, le ghetto de Varsovie s'insurgeait contre l'occupant nazi. Plusieurs semaines durant les combattants héroïques, décidés à mourir debo.ut, résistèrent à l'immense machme de guerre nazie. Cet anniversaire a été marqué par une soi rée organisée, le dimanche 22 avril à la Mutualité, par 47 sociétés et organisations juives. En présence d'une fo.ule extrêmement nombreuse, le film d'Al ain Resnais, « Nuit et Brouillard », a été projeté pour la première fois en public. D'autre part, en commémoration de l'insurrection du ghetto, le ciné-club « Amitié » a organisé une projection exceptionnelle du film polonais « La vérité n' a pas de fron tière ». Simone Dubreuilh en fi t un commentaire très applaudi. DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fbg St -Denis - Paris-taTél.

TAI. 48-11 et 45-26

Tarif des Abonnements Un an : 300 franci PAYS ETRAN-;I:RS Un an : 430 frauCli ABONNEMENT DE SOUTlEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQLE Compte Ch. Post. : 6070- 98 Paris Pour les changements d'adr esse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14; Rue de Paradia - : - PARIS (X') - : - Trav. eUe. par dei ouv. syndiquh DR.Ol'r 1E'r L,IBERTE 7 LOII!RIE •• CESSEZ -LE -FEU lrois aspec~s drame au Moyen -Orienl A la faveur des opérations d'Algérie, les groupement racistes se font de plus en plus virulents. Ils réclament une aggravation toujours accrue de la guerre, les mesures de répression qui creusent un fossé sanglant entre la France et les populations d'Afrique du Nord. UN ({ GRAND COUP » ... Si ces groupements demandent, avec poujade, {( un grand coup qui règler ait déf initivement la question », c'est qu'ils sont solidaires, à tous points de vue, des ~ ... Birmingham (U.S.A.). • LE CHANTEUR NOIR Nat King Cole a été assailli sur scène par des racistes à deux reprises et a dû chanter sous la protection de la police. Il a annulé son cont rat. Bucarest. • « J'AI PU me convaincre, Il ma grande satisfact ion, de la réalité d'une vie commune des diverses minorités nationales, sans que cela nuise aux traditions de chacune. Je suis persuadé que le gouvernement roumain- o$'Sure la liberté du culte la plus complète -, a déclaré le Dr Kurt Wilhelm, grand rabb in de Suède, à la suite d'un voyage de deux semaines en Roumanie. Bonn. • « IL Y A DE L'ANTISEMITISME parce qu'II y a des juifs », écrit la revue nazie c Nati on-Eu ropa • dans son numéro d' avril consacré aux cc problèmes du Judaïsme » et qui s'efforce de justifier par des calomnies contre les Juifs les chambres à gaz et I~ fours crématoires. • SOIXANTE GROUPEMENTS et 27 journaux néo-nazis existent actuellement en Allemagne occidentale, itndique un récent rapport de l'Agence Fédérale pour la protection de la Constitution. Haïfa. • UNE JEUNE ARABE, Edouard Méron, lors d'un grave Incendie, a sauvé au péril de sa vie une fillette Juive menacée d'êt re brûlée, alors qu'aucun autre témoin du drame n'avait pu pénétrer dans l'appartement en flammes. Huntsville (U.S.A.). • UN BLANC, Dock Hill, a été inculpé d. l'a ssassinat d'un prédicateur noir. Le Cap. • LE BOYCOTT des autobus pratiquant la ségrégation dans la capitale sud-africaine a été décidé au cours d'un grand meet ing, en présence de 4.000 perso ~ne s parmi lesquelles un grand nambre de blancs. Montgomery (U.S.A,). • LE BOYCOTT des autobus par les noirs cantinuera en dépit des procès intentés à leurs dirigeants. La décision a été prise au cours d'un grand meeting. Moscou. • DES MANIFESTATIONS ARTISTIQUES importantes sont en préparation, pour célébrer le 400 anniversaire de la mort de l'écriva in yiddish Schalom Aleichem. Plus de vingt cancerts et récitals d'artistes juifs ant été donnés dans la

apitale au cours des dernières semaines;

plusieurs ant été ret ransmis à la ,radio. On annonce la traduction et l'édition des oeuvres de nombreux écrivains de langue yiddish. Rabat. • UNE ASSOCIATION judéo-musulmane a été constituée, pour la première fols au Maroc, sous la présidence d'honneur du pri'nce Moulay Hassan. Son conseil d'administration comprend un nombre égal de musulmans et de Juifs. Elle a pour but d'oeuvrer au rapprochement des deux communoutés. Stockholm. • EINAR ABERG, connu pour ses activités antisémites et pro-nazies, a été condamné à deux mois de prisan par la Cour Suprême de Suède, confirmant un précédent jugement. Tunis. • « QUELLE! QUE SOIT la politique extérieure de la Tunisie, il y a une chose certa ine, a déc laré M. Habib Bourguiba, c'est que notre politique Intérieure est basée sur l'entente et la participation, de tous les Tunisiens Sans distinction cl l'orientation du régim.. _ gros profiteurs de l'exploitation coloniale, que l'on ne saurait confondre avec la masse des européens vivant en Algérie. CONTRE LE RACISME POUR LA PAIX LA tension qui règne au MoyenOrient est-ell~ sur le point de se dissiper? Au cours de ces dernières semaines, une série d'événements ont eu lieu, qui apportent l'espoir Orient, au cours des récentes négociations de Londres. « Le Royaume-Uni et l'Union soviétique, souligne le communi- Le jusqu'auboutisme, le racisme (Sui te page 8.) ont pour objectif d'aider à sauvegarder les privilèges dont les dirigeant de « Présence -Française » se sont faits les défenseurs. On sait que cette organisation a salué avec éclat les succès électoraux des poujadistes, de Tixier-Vignancour, Georges Bonnet et Dorgères. Une étroite collaboration s'est établie pour préparer le 6 février d'Alger entre les éléments racistes d'Algérie et les poujadistes, qui continuent là-bas une intense propagande Nous, antiracistes, nous plaçant en dehors des débats politiques et n'ayant pas à nous prononcer sur les détails d'une solution algérienne, sentons néanmoins le devoir de faire tout notre possible pour ·que le sang cesse de couler. d'une heureuse et rapide évolu- 1---________________________ __ antirépublicaine. Ainsi, racisme, fascisme et guerre, l'indissociable trilogie, s'affirme plus que jamais dans la situation présente. En France même, nous en trouvons également de trop évidentes illustrations. On volt au « procès des fuites », comme dans toute la presse poujado-vichyste, comment les ennemis de la République se font de la guerre un tremplin pour attaquer les démocrates et les institutions démocratiques. Quiconque se prononce pour la paix se voit accuser par eux de trahison et ils revendiquent des atteintes de plus en plUS graves aux libertés et aux institutions républicaines. Mieux. Ils organisent des groupes de chocs pour faire régner la terreur, en empêchant les réunions. L'avocat poujadiste Biaggi a été jusqu'à se faire photographier pour la presse avec un groupe de nervis armés de mitraillettes sur un terrain d'entrainement de l'armée. Laissera-t-on, sous le couvert de la « défense » de l'Algérie, se constituer · sur Fidèles aux principes des Droits de l'Homme, nous affirmons que les aspirations des populations algériennes, qu'elles soient individuelles ou collectives, doivent être respectées. Nous disons que les Algériens sont des hommes, nos frères, et que s'ils avaient4 été considérés comme tels, nousT ne serions pas dans la cruelle situation où nous nous trouvons. Nous avons conscience, en demandant un cessez-le-feu et. la. paix plutôt que les ratissages, les représailles et contre-représailles, de faire obstacle au déchalnement ·de la haine qui, sans cesse, se nourrit d'elle-même. Nous avons conscience, en nous prononçant pour la paix, alors que partout la détente est à l'ordre du jour, de défendre, la République ainsi que le renom et les véritables intérêts de la France. Nous sommes certains, enfin, en parlant d'entente et de fraternité, de répondre au voeu profond du pays, qui s'est exprimé en ce sens, sans équivoque, le 2 janvier. Avec les Français de tendances les plus diverses qui manifestent de plUS en plus leur volonté, les antiracistes redoubleront donc d'efforts pour une solution pacifique du problème algérien, dans le respect de la dignité et des intérêts de tous. tion. La mission de M. Hammarskjoeld, secrétaire généraI" de l'O. N.U., a abouti en quelques jours à un cessez-le-feu, signé le 19 avril entre Israël et l'Egypte. Et les négociations continuent pour un renforcement des mesures d'armistice, sous l'égide des Nations Unies. Ces premiers signes de détente ont été, incontestablement, favorisés par la prise de position du ministère des Affaires étrangères soviétique, qui a publié, le 17 avril, une déclaration accueillie partout avec le plus vif intérêt. Cette déclaration, qui adjure les Etats arabes et Israël de « s'abstenir de tout acte qui pourrait conduire à une aggravation de la situation », précise, en conclusion: « L'Union soviétique estime que, dans l'intérêt du renforcement de la paix et de la sécurité, il est urgent de parvenir à une solution durable et pacifique de la question palestinienne, sur une base acceptable 'mtre les parties intéressées et en tenant compte des justes intér~ts nationaux des Etats en présence. « De son c6té, le Gouvernement soviétique est prêt à contribuer, aux c6tés des autres Etats, à la solution pacifique des problèmes en suspens. » Particulièrement significatif aussi, est le fait que les dirigeants soviétiques et britanniques aient examiné ensemble la situation dans le Proche et le Moyennotre sol des groupes de guerrer---------------~----------------------------------------T-- civile? DES MESURES REGRETTABLES Il faut dire que la poursuite de la guerre, qui entraine la mobilisation d'un nombre croissant de jeunes Français, suscite certaines mesures des pOUVOirs publiCS qui risquent d'encourager les partisans de la haine et de l'arbitraire. Une déclaration comme celleci: « Il faut aller quérir les rebelles pour les capturer et les exterminer », faite par un ministre, ne contribue évidemment pas à apaiser les haines, de même que cette affirmation, qui en contredit d'autres, émanant des mêmes milieux gouvernementaux: « Il ne saurait être quest ion de négocier! » La perquisition effectuée chez M. Marrou, prOfesseur catholique, l'arrestation de M. Bourdet pour leurs articles en faveur de la paix apparaissent également comme de regrettables ' concessions aux fomentateurs de haine. Enfin, il est tout à fait inadmissible que les forces de police se soient jointes aux commandos de Biaggi, Tixier-Vignancour et Xavier Vallat pour frapper, l'autre soir, les Parisiens venus à la salle Wagram défendre la liberté de la presse et la paix. Un contre le et Co'mité pour la Poix, , , cree Racisme A.I 9 e r , a Un Comité juif pour la paix et contre le racisme en Algéri1! vient de se constituer à Alger. Il nous fait parvenir son premier appel, qui a recueilli l'approbation de nombreûses personnalités. Nous 1!n publions ci-dessous le texte, auquel nous nous associons pleinement: « Nous nous adressons à tous les hommes de bonne volonté qui, comme nous, ne peuvent plus rester témoins du drame qui bouleverse l'Algérie. La guerre à outrance ne peut engendrer que la terreur, la haine et la misère. ({ Nous voulons que le sang cesse de couler. « !l faut imposer une trêve qui permettrait à chacun de confronter loyalement ses aspirations et ses thèses en vue d'une solution pacifique. ({ Aucun honnête homme ne peut vouloir que l'état de choses actuel se poursuive. « Aussi nous, Juifs, qui avons souffert de l'antisémitisme, condamnons les mouvements de caractère fasciste et raciste qui exploitent l'inquiétude générale. Nous stigmatisons leurs agissements. « Nous, signataires de cet appel, conscients qu'il reflète l'opinion générale de nos coreligionnaires, vous demandons de nous aider à créer le grand rassemblement, rejoignant l'ensemble des forces démocratiques de toutes confessions au service des mêmes causes, qui fera triompher la JUSTICE et l'HUMANITE dans la PAIX. » UN OUVRAGE DE MICHEL LEIRIS SUR LA MARTINIQUE ET LA GUADELOUPE DANS la collection « Race et Société » publiée sous l'égide de l'UNESCO, notre ami Michel LEIRIS, chargé de recherches du Centre National de la Recherche Scientifique, vi'ent de faire paraître « Contacts de civilisation en Martinique et en Guadeloupe ». (1) Ce livre très sérieux et quJ, avec rigueur, va au fond des choses, étudie d'abord la géographie et l'histoire, puis la culture française et enfin les « relations entre catégories fondées sur l'origine ». Dans ce dernier chapitre, qui intéresse intensément tout antiraciste, l'auteur traite du préjugé racial, du type physique, généalogique et classe, et des rapports entre métropolitains et originaire. .... Je suis allée, pour les lecteurs de « Droit et Liberté :., demander à Michel Leiris les raisons pour lesquelles il a écrit cette étude. Manifestement, je le dérangeais. Mais c'est avec sa bonne grâce coutumière qu'il s'est tout de suite prêté à cet interview. Qu'il en soit encore ici remercié. « En écrivant ce livre, m'a-t-i1 dit, j'ai voulu. montrer que ce qu'on interprète généralement comme conflit de races (aux Antilles françaises) est en fait un conflit de classes, immédl'oet ou reposant sur des idées, des préjugés venant d'anciennes situations de classe, car personne n'oublie que le Noir antillais est un descendant d'esclave. « j'ai voulu aussi contribuer d débarrasser les gens de couleur du sentiment d'infériorité qu'ils ont trop souvent. Et je suis tout d fait d'accord ll'1'ec Aimé Césaire,' les gens doivent perdre le sentiment de honte qu'li ont eu trop longtemps d'être des descendants d'Africains et ils n'ont pas à rougir des nombreux traits culturels africains qui survivent aux Antilles. « Enfin, j'ai .désiré faire prendre conscience aux meilleurs des blancs de leur racisme inconscient. » ... Quand les lecteurs de « Droit et Liberté » auront lu ce livre, ils verront que Michel Leiris répond aux buts qu'il s'était proposés. ' Ce livre, rempli d'exemples absolument sûrs et précis, sera tout à fait à sa place dans votre bibliothèque. Andrée CLAIR. (1 ) UNESCO, N.R.F. /leél acceéllaliônél ~~au taeièél~~ cedoubLenl ... L~ conflit algérien domine plus . que jamais l'actualité et l 'opinion publique s'inquiète devant les mesures militaires déployées comme devant les mesures judiciaires frappant les personnalités de tous horizons qui expriment leur désaccord avec ces méthodes de « pacification ». Parallèlement, on assiste en France même à une recrudescence de l'arbitraire envers les travailleurs algéri ens, qui est loin de concrétiser les affirmations officielles sur la volonté de régler humainement l'ensemble de ce grave problème. On a pu voir mobiliser contre eux, à Paris, 66.000 poUciers le m~me jour avec, comme bilan, des milliers d'arrestations, des détentions arbitraires, violations de domicile et autres illégalités, sur une grande échelle. Le tout bien souvent déterminé par le « faciès » des victimes. A Lille, Roubaix, Longwy, Metz, Douai, Lyon, Thionville, etc ... , aux mêmes droits de manifestation, de libre circulation des Algériens, la police a opposé les mêmes mesures discriminatoires, auxquelles un certain nombre d'employeurs ont cru devoir apporter leur contribution par des licenciements de caractère répressif · Ainsi, tandis qu'on les proclame toujours plus haut, les libertés fondamentales sont de plus en plUS contestées aux Algériens travaillant en France, lesquels sont le lien le plus naturel entre leur peuple et le n6tre. Participant par dizaines de milliers d la 'vie économique de notre pays, et souvent aux postes les plus ingrats, ils ont droit au respect de leur dignité d'hommes et de travailleurs. Les leur refuser c'est tourner le dos à une juste solution du conflit tout entier. La sincérité des déclarations officielles vole en éclats sous les coups de matraque qui défigurent aussi le visage traditionnel de la France. Ce visage, humain, fraternel, ce sont les simples gens de chez nous qui ont pris à charge de le protéger, de le maintenir: voisins de quartier empêchant l'expulsion par leur employeur d'Algériens logés dans une usine désaffectée de la Société Générale des Tuileries de Saint-André à Marseille ; compagnons de travail s'opposant, chez Jaeger, à Le vallois, au licenciement d'un ouvrier algérien désireux d'aller chez lui à la mort de son enfant et lui assurant, par une collecte, les moyens de faire face à ses dépenses ... Ceux-là, parmi tant d'autres, indiquent le bon chemin aux aveugles comme à ceux qui ont des yeux et ne veulent pas voir. Le chemin de la fraternité. • DROIT ET LIBERTE Mme SOBELL, de passage , a Paris, nous déclare •• " Pour arracher mon fils au il faut que de nombreuses bagne d'Alcatraz, voix dans le 'monde s'élèvent en faveur de la clémence et de la justice " EN dépit de ses cheveux blancs, des pressions exercées sur elle, des difficultés qui l'attendaient et de l'immensité de son entreprise, cette petite femme, fraîche, à l'oeil vif, après avoir parcouru l'Amérique en tous sens, a pris le bateau, seule, pour l'Europe. Inconnue, ne connaissant personne, elle s'est rendue en Angleterre, puis en Italie, et la voici en France, plus étrangère encore da'ns ces deux pays dont elle ignore la langue. Une mère témoigne La force qui l'anime? C'est son amour de mère et c'est aussi la conscience de défendre une cause juste et noble: Mme Rose Sobel! s'est donné pour mission d'alerter partout les gens de coeur, de faire partout connaître l'innocence de son fils, Morton Sobel!, co-accusé des Rosenberg, empri §onné pour 30 ans à Alcatraz, l'Ile du Diable américaine. Voilà pourquoi, au cours de son vaste périple, elle rencontre partout la sympathie, l'amitié. Sur son visage rond et clair transparaît sa longue souffrance et, quand elle évoque M'orton, isolé là-bas, dans une forteresse, on sent les larmes proches. Mais à aucun moment elle n'exprime le moindre découragement ou l'amertume. Elle témoigne, cela suffit. Elle est une mère à qui, brutalement, on a enlevé son fils; une grand-mère qui ne demande qu'à vivre heureuse entourée des siens, mais un drame absurde, horrible s'est abattu sur sa famille. Elle témoigne. Elle explique aussi. L'affaire Rosenberg-Sobell, elle en connaît toutes les données, tous les détails. Depuis des mois et des mois, elle l'expose, jour loi reçue, nous dit-elle. Il me parle de ses lectures. Il lit des ouvrages scien./ifiques, mais seulement ceux qu'a peut trouver dans la bibliothèque de la prison. Il ne peut recevOir aucun /Ivre de l'extérieur.

...- A-t-il aussi des journaux?

- Non. Nous ne pouvons lui envoyer aucune publication. Il ne lit que l'hebdomadaire Time, seul autorisé à la prison. Nous lul donnons quelques informations ... mais les lettres sont censurées. Mme Sobell revient à la lettre qu'elle ne fait que parcourir, - Quand l'avez-vous vu pour la dernière fois? - En mai dernier ... Bientôt un an. Je retournerai le voir à mon retour aUx Etats-Unis. Nous habitons à New-York et c'est à New-York que nous devons être pour tautes les démarches, pour organiser la lutte. C'est à près de 4.000 kilomètres d'Alcatraz. Le voyoge coûte très cher et nous consacrons le plus possible de nos ressources à la défense de Morton. D'ailleurs, il ne peut recevoir qu'une visite par mOlS. Hélène, sa femme, se rend à Alcatraz assez fréquemment, mais il n'a jamais revu ses deux enfants depuis qu'il est emprisonné. - Comment vit-il là-bas? Elle nous montre un passage de la l'ettre: - Voyez, il me dit que la nourriture est terrible. Il travaille à la blanchisserie de la prison; c'est très dur. Mais il a beaucollp de courage et, comme je vous l'ai dit, il trouve le temps de lire, d'étudier; il réfléchit beaucoup, à tous les problèmes. Pour la révision - Où en est la campagne menée en sa faveur aux Etats-Unis? - Elle prend de plus en plus d'ampleur. Lors de la lutte pour sauver les Rosenberg de la chai'se électrique, le cas de Morton avait Mme Rose Sobell. moindre emphase mais avec la certitude qu'il s'agit là d'une vérité d'évidence: - En définitive, tout dépend du nombre de gens qui parleront, qui demanderont justice. Ainsi s'explique son voyage. A Londres, à Rome, à Paris, inlassablement, à toute heure du jour. elle témoigne, elle explique et elle convainc. Partout où elle passe, des consciences s'éveillent, des hommes et des femmes de coeur prennent la décision de « faire quelque chose ». Et des lettres partent vers le Président des Etats-Unis pour demander la grâce du condamné, vers la Cour Suprême pour demander la' révision du procès, et la presse publie des articles, et des débats, des réunions, des meetings ont lieu. Oui, soyez-en certaine, madame Sobell, en France également il sera grand le nombre de ceux qui parleront, qui demanderont justice. Nous vous rendrons votre fils! Louis MOUSCRON. La philosophe anglais Bertrand RUSSEL été volontairement laissé dans ,.--------------" La raison et l'humanité Iliglnt la révision du procès SOBELL " Dans une lettre au Manchester Guardlan, publiée le 26 mars, le célèbre philosophe bl'itannique Bertrand Russell a demandé la r.évislon du procès Sobell. Voici quelques extraits de cette lettre: cc .Je VOUs écris pour vous demander votre appui en faveur de Morton Sobell, homme Innocent oondamné par suite de l'hystérie politique à 30 ans de prison, actuellement Incarcéré à Alcatraz, le plus terrible bagne des EtatsUnis. Il a été condamné comme complice des Rosenberg .... cc .J'al honte de dire qu'au moment du procès Rosenberg je n'ai pas examiné le dossier • .Je viens de le faire maintenant. .Je suis presque certain que les Rosenberg étalent Innocents et je suis tout à fait certain que les charges retenues contre eux n'auraient .pas été jugées suffisantes 51 le procès ne s'était pas -déroulé dans une atmosphère d'hostilité. « Mais Les Rosenberg sont morts et rien ne peut plus être fait pour eux, sinon dénoncer l'Infamie de leurs meurtriers. Sobell, quant à lui, est vivant, et Il n'est pas trop tard pour que le Gouvernement des Etats-Unis répare cette Injustice ... » Après avoir analysé et dénoncé la machination montée par le F.B.I. contre les Rosenberg et Sobell, Bertrand Russell conclut: te P·our des raisons d'opportunité politique aussi bien qu'au nom de la justice et de l'humanité, il est souhaitable que l'on fasse échec au F.B.I. Un p,remle.r pas pourrait êtl'e la libération de Morton Sobell ou, pour le moins, la révision de son procès. » Morton Sobell et sa femme, Hélène. après jour, avec conviction, avec clarté aux foules rassemblées dans les meetings, comme aux personnalités les plus éminentes. Une lettre Dans le salon de cet hôtel de la rive gauche, où elle est descendue, Mme Sobel! sort pour nous de son sac une feuille de papier qu'elle déplie avec précaution: une lettre de son fils. Des deux côtés de la feuille, une écriture fine et régulière couvre la page. Visiblement, Morton a utilisé au maximum la place dont il disposait: il ne peut envoyer, chaque semaine, que deux lettres comme celle-ci - ulDe à sa mère, une à sa femme. - C'est la dernière lettre que qu'elle pourrait rédter par coeur, c'est bien le cas de le dire, tant el!e l'a lue et relue. Il n'a pas . revu ses enfants •.• Je lui oevais écrit d'Angleterre et je lui faisais part de quelques observations ... Il me dit qu'en apparence les peuples se ressemblent tous: les gens mangent, dorment, travaillent, mais qu'en réalité il y a des différences profondes entre les nations. Pourtant, tous les peuples ont en cammun l'amour de la justice, de la démacm/ie, de la paix._ Il me demande quand je reviendrai. l'ombre: Ethel et Julius étaient en plus grave danger. Au lendemain de leur exécution, le comité Rosenberg s'est transformé en comité Sobell. Il faut sou ver une nouvelle vie. Des gens de plus en plus nomureux sont convaÎ'ncus de l'innocence de 'mon fils. Et il est encourageant de voir que la Cour Su'prême a pris, ces temps derniers, quelques décisions qui annulent des condamnations prononcées dans le même esprit que celle de Morton. L'atmosphère est donc meilleure pour la révision du procès que nous demandons sur la base de deux faits .- - l'illégalité de l'enlèvement de Morton et de sa famille, qui se trouvaient au Mexique au début de l'affaire Rosenberg,· - l'aveu par des témains, en particulier ElUcher, qu'ils ont émis des faux-témoignages au procès. Nous vous rendrons Morton! Et Mme Sobel! ajoute, sans la "Le Monde" rouvre le dossier ROStNBtR6-S0BtLL Divers journaux français ont publié, ces dernières semaines, des articles relatifs à l'affaire Sobell. Citons, en particulier, Le Monde, qui écrit le 13 avril, sous la Signature de Claude JULIEN: « Si les Rosenberg sont morts, Sobell est bien vivant, et encore en prison pour 25 ans. Son cas mérite d'être examiné ... « Les Rosenberg n'auraient pas pu être condamnés sans le témoignage de Greenglass. Sobell n'aurait pas pu être condamné sans celui d'Elitcher. « Si vous ne croyez pas le témoignage de Max Elitcher, déclare le juge Kau/man au jury, vous devez acquitter Sobell ». Mais ce témoignage contient autant de contradictions qu~ celui de Greenglass. Car les deux hommes sont dans le même cas: ·Greenglass a volé, Elitcher a commis un parjure; leur sort est entre les mains du F.B.I. qui leur promet l'indulgence s'ils se transforment en dénonciateurs; tous deux sont déséquilibrés; ils deviennent des instruments dociles et répètent ce que la police leur suggère. Toutefois, l'affaire est assez compliquée pour qu'ils commettent des erreurs. D'après l'accusation, Sobell a accepté de travailler pour Rosenberg le 15 juin 1944 et Elitcher le 6. Or, ce dernier déclare qu'il n'a accepté d'entrer dans le « réseau » que parce que Sobell y participait déjà ... A maintes reprises, les dépositions d'Elitcher se contredisent elles-mêmes. Or, Sobell a été condamné sur la foi de ce seul témoignage ... « Bien plus, le juge Kaufman admettra ne posséder aucune preuve que Sobell ait participé à une affaire d'espionnage atomique qui, pourtant, pouvait seule lui valoir d'être condamné. à 30 ans de prison ... « M . John Wexley s'est livré, dans son livre « The judgement of Ethel and Julius Rosenberg », à une étude minutieuse du procès. Cet ouvrage a relevé très exactement toutes les failles de l'accusation et sa valeur documentaire a été reconnue par un tribunal de Dayton (Ohio) qui, après en avoir pris connaissance, rendit un non-lieu en faveur d'un ingénieur qui était, lui aussi, accusé d'espionnage. . .. « L'analyse du dossier est irréprochable, elle révèle le détail de la machination policière, avec la complicité du procureur et du juge. « Cela devrait su!1ire à justifier une révision du procès qui ne pourrait pas, en 1956, se dérouler comme en 1951. Une telle révision aboutirait. cela paraît hors de doute, à la réhabilitation des accusés. Si les Rosenberg sont morts, Morton Sobell est encore, dans sa prison d'Alcatraz, soumis aux pressions du F.B.I. qui, depuis plus de cinq ans, s'acharne sans succès à lui arracher les aveux qu'il n'avait pu obtenir de Julius et Ethel Rosenberg. »' , i -..::.... CESSEZ-LE-FEU au Moyen-Orient Suite de la page 7.) qué final, ont la ferme intention de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faciliter le maintien et la paix et de la sécurité au Proche et Moyen-Orient. « Dans ce but, ils accorderont le soutien nécessaire aux Nations Unies dans la tentative que font celles-ci pour renforcer la paix dans la région de la Palestine et pour faire appliquer les décisions appropriées du Conseil de Sécurité. « Les Gouvernements des deux pays considèrent que des mesures e!1icaces devraient être entreprises à cette fin dans l'avenir immédiat. en harmonie avec les aspirations nationales des peuples intéressés, avec la nécessité d'assurer leur indépendance et en cqmplète conformité avec les principes exprimés dans la Charte des Nations Unies. » Alors que, dans le monde entier, souffle le vent de la détente (le voyage à Londres de MM. Boulganine et Khrouchtev en est précisément une éclatante manifestation), il serait anormal que l'incendie continue de couver dans le Proche et Moyen-Orient. L'heure n'est plus aux blocs militaires, aux interventions étrangères visant à défendre, au prix du sang. d'inavouables intérêts stratégiques et pétroliers. L'heure est à la négociation, à la paix, à l'indépendance des nations, aux libres échanges commerciaux et culturels. Au Moyen-Orient, comme ailleurs, la haine, la tension qui suscitent les haines aveugles, ne profitent pas aux peuples dressés les uns contre les autres. Seuls quelques monopoles, quelques boutefeux peuvent en tirer profit . Aussi, est-il compréhenSible que, ces derniers temps, de nombreuses voix se soient élevées, en Israël et dans les pays arabes, pour un règlement pacifique de conflits qui ont fait couler déjà trop de sang. Puissent les premières initiatives prises, aboutir, dans les plus brefs délais, à une paix réelle et juste, au règne de l'amitié.

Notes

<references />