Droit et Liberté n°190 - avril 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°190 (294) de avril 1960
    • Le racisme tue en Afrique du Sud: le cap des tempêtes par le Pasteur L. Vienney page1
    • Le dimanche 29 mai se tiendront au palais de L'U.N.E.S.C.O. les assises de la France antiraciste par Albert Levy page1
    • Bon appétit messieurs par Oncle Tom
    • Que se passe-t-il page2
      • Néo-nazisme: le M.R.A.P. et la R.A.T.P.
      • Allemagne: l'affaire Oberlander
      • Hier et aujourd'hui: un musée Pétain?
      • U.S.A.: la bataille s'intensifie
    • En marge de certains procès par Pierre Paraf page3
    • Vous dîtes: racisme et anticolonialisme par Roger Maria page3
    • La France unanime condamne le racisme Sud-Africain page4
      • Des personnalités nous déclarent: amiral Muselier; Maurice Vaussard; Louis-Martin Chauffier; Fernand Grenier; Jean Dresch; Marius Moutet; Laurent Schwartz; Me Henry Torrès; Françoise Rosay; Jean-Pierre Bloch; Albert Bayet; Alloune Diop; le pasteur André Trocmé; la L.D.H.
    • Une délégation du M.R.A.P. à l'ambassade d'Afrique du Sud page5
    • Le drame Sud-Africain:
      • création à Paris d'un Comité pour la justice et l'égalité en Afrique du Sud page6
      • La chronique de la haine
      • Un poème inédit de Marie-Magdelene Carbet: à Marie servante noire
    • Comment enseigner la Fraternité: les recommandations adoptées au colloque de la Sorbonne page7
    • L'action du M.R.A.P. page8
      • Le club amitié se présente
      • J'étais indifférent
      • La jeunesse étudiante dans la bataille antiraciste
    • Le danger vient d'outre-Rhin par Bernard Lavergne page9
    • L'internationale brune en action page9
    • Il y a 17 ans au cours d'un combar héroïque, insurgés dans le ghetto de Varsovie, 40000 "sous-hommes" tenaient tête aux forces nazies déchaînées par Olga Wormser page10
    • Lisez et faites lire "les cahiers du petit David" édités comme supplément à "Droit et Liberté" page10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• ou wu N° 190 (294) - AVRIL 1960 0,75 NF DIINf tE NUMERD: LE RACISME TUE • Albert BAYET, Al ioune DIO P, Jean DRESCH, Fernand GRENIER, Louis MARTIN - CHAUFFIER, l'Amiral MUSELlER, Jean PIERRE-BLOCH, Françoise ROS A Y, Laurent S C H W ART Z, Henry TORRES, le Pasteur André TROCME, Maurice VAUSSARD, flétrissent le racisme sud-africain. (Page 4.l en Afrique du Sud • Pierre PARAF : En marge de certains procès. (Page 3.l • Bernard LAVERGNE: Le danger qui vient d'O'utreRhin. (Page 9.l • Olgo WORMSER L'insurrectiO'n du GhettO' de Varsovie. (Page 10,) • Les recommandations du Colloque des Enseignants et Educateurs sur le racisme. (Page 7.l LE DIMANCHE 29 Mai se tiendront AU PALAIS DE L'U.N.E.S.C.O. les assises de la Fran'ce antiraciste T E M.R.A.P. a pris l'initiative, cetL te année encore, d'une Journée Nationale contre le Racisme, l'antisémisme et pour la ,paix, qui se déroulera le dimanche 29 mai, dans la grande sall~ de conférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O. C'est la 12" fois ,qu'auront lieu de telles assises. Au fur et à mesure qu'elles se sont succédé, depuis 1949, nos Journées Nationales ont marqué l'ampleur croissante du mouvement antiraciste dans notre pays.' et chacune d'elles a contribué à le développer davantage. Le Prix de la Fraternité, décerné pour la première fois en 19.16, la législ atio~ antiraciste déposée par le M.R.A.P. a Albert LEVY. (Suite page 7) L~ A LGERIE, Union Sud-Africaine : l'attention du monde est fixée sur les deux extrémités de l'Afrique. Ici et là, des orangers, de la vigne, un climat sain, propice à l'établissement des Européens dans des plaines côtières adossées à de puissants massifs de hauts plateaux limités par une zone désertique, Kalahari ou Sa.J:1ara. . . Même climat humam aUSSI, helas ! La presse, qui ne nous dit pas tout, nous parle de tension, de crise, de ~orts ~t d'arrestations en masse, de paSSIOns de· chaînées, de panique. Certes des mots différents doivent être employés pour décrire des réalités qui n.e se recouvrent pas exactement. Le probleme n'en est pas moins essentiellement le même. Quelles que soient ses raisons po· litiques invoquées ou sous-jacentes, nous Ce bâtiment ultra-moderne en forme d'Y, photographié ici de la Tour Eiffel toute ,roche, est devenu maintenant familier a ux Parisiens. C'est là que se déroulera la 12' Journée Notionale. disons bien raisons pOlitiques et n0n raisons morales, la double abstention de la France et de la Grande-Bretagne à l'ONU dans le vote de la motion condamnant l'Union Sud Africaine est révélatrice à la fois de cette identité foncière et d'une même mauvaise conscience. Au Nord comme au Sud. Il ne suffit pas que des Français désapprouvent la politique de la France en Algérie pour que ces Français se croient le droit de Vague d'indignation dans le monde entier A PARIS • Une délégation du M.R.A.P. à l'ambassade $ud-africaine. • Création d'un large « Comité pour la justice et l'ég-alité en Afrique du Sud ». • Des personnalités de toutes tendances nO'us font parvenir leurs protest. ations (Voir pages 4, 5 et 6) juger et de condamner sans plus ce qui se passe au Sud. Il y a aussi des pro· testataires en Grande-Bretagne et même en Union Sud Africaine, comme il y a des « libéraux » en Algérie. La solidarité nationale et la vérité sont plus exigeantes. Juger autrui c'est toujours se juger soimême et cela ne va ni sans amertume, ni sans tristesse. (Suite page 5) 75 centimes ••• NOTRE journal, dans la dernière période, a joué un rôle particulièrement utile. Organe d'information, tribune d'union, il a été aussi, face aux menées néo-nazies, le mobilisateur des antiracistes, dont il reflétait la protestation résolue et unanime. C'est en brandissant comme un drapeau le numéro spécial de Droit et Liberté, avec son gros titre : « A bas l'antisémitisme ! » que la jeunsse mani· festa le dimanche 10 janvier, de l'Hôtel de Ville à la Bastille, après le défilé devant le Mémorial du Martyr Juif Inconnu. Au cours de ces quelques mois, le nombre de nos lecteurs et abonnés s'est accru à un rythme sans précédent. La vente dans un certain nombre de kiosques parisiens, commencée en janvier, a donné des résultats prometteurs. Dans le' même temps, des améliorations notables ont été apportées à notre journal. Grâce aux deux pages supplémentaires, nous avons pu enrichir son contenu, tout en nous efforçant de le rendre plus attrayant (titre en couleur, clichés, nouvelles rUbriques, etc.). Il reste certes beaucoup à faire, et nous comptons sur les suggestions de nos lecteurs pour nous y aider. Mais nous devons en appeler à eux dans un autre domaine encore. Les nouvelles dispositions prises suffiraient à expliquer l'augmentation de nos charges. Il faut qu'on sache en outre que tous les journaux ont eu à subir récemment des hausses de 5 % sur les tarifs d'imprimerie, de 10 % pour les clichés, sans parler des tarifs postaux, des frais de routage et de l'ensemble des frais généraux, qui se sont élevés sensiblement il y a un plus d'un an. C'est pourquoi notre Conseil d'Administration a décidé de porter à 0,75 NF le prix du numéro, à 7,5 NF l'abonnement annuel, et à 15 NF l'abonnement de soutien. Toutefois, pour favoriser la diffusion, seule l'augmentation du numéro sera immédiate, et les anciens tarifs d'abonnements restent maintenus jusqu'au 31 mai. Les conditions matérielles de la presse font que, depuis la Libération, des dizaines de journaux, même soutenus par de puissants intérêts, ont disparu, après une existence plus ou moins éphémère. Droit et Liberté, lui, n'est pas à proprement parler une marchandise. On ne saurait monnayer la cause qu'il défend, l'action qu'il mène, l'espoir qu'il représente. Ne disposant pas de ressources occultes, s'il vit et se développe, c'est grâce au soutien permanent et actif de ses lecteurs, des amis du M.R.A.P. Car l'acheter, s'y abonner, c'est déjà participer au combat antiraciste, le diffuser, plus encore. Aussi, nous sommes certains que nos lecteurs, nos amis, apporteront très volontiers, chaque mois, 25 centimes de plus à ce combat indispensable. Mieux, nous sommes assurés qu'ils s'ingénieront à nous apporter un concours efficace, pour étendre toujours plus notre influence salutaire pour que triomphe l'idéal qui nous est cher : l'égalité, la tolérance, la fraternité des hommes. 2 qUE SE ~ IIIIIIIIIII I I!IIII ! III I IIIIIII I IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1IIIIIIIIIIIII I IIIIIIIIIIIIliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIJ~ ~ , . ~ 80n appellt, Messieurs ! ... LES magasins de diététique à l'enseigne de l'Aliment sain vendent des produits alimentaires sélectionnés ; c'est leur but. Ils y ajoutent, sous forme de livres, un rayon de nourriture intellectuelle ; c'est leur droit. On peut - s'étonner cependant que la culture de l'antisémitisme se justifie, dans ces magasins spécialisés, par une quelconque diététique de l'esprit. - Notre ami Henri Cohen, de Marseille, nous signale pourtant ce commerce inattendu de « produits de régime » que constitue dans ces magasins l'létalage des livres d'un certain Coston. Lequel, sous le titre ambitieux : Les financ)'e ris qui mènent le monde, par exemple, ressasse plus sordidement une prose antisémite. Donner à L'ARGENT une estampille juive, c'est lui attribuer une couleur qu'il n'a pas, ,pas plus qu'il n'a d'odeur. C'est se comporter soi-même en fauxmonnayeur. Et l'on sait, depuis Drumont, comment se fabrique cette fausse monnaie. Depuis Goebbels, on sait à quoi elle sert : à piller la boutique du juif d'en face. Pour commencer ... Mais que vient faire ce poison dans des boutiques alimentaires, entre le c~oux e~ le radis ? Le tout propagé par un organisme philanthropique et sanitairà, et. une revue qui s'intitule : « A table » ! Bon appétit messieurs ! 0 miuistres intè- - gres du poireau, conseillers vertueux de l'oseille. Entre le sucre de canne et le pain complet vous mangez aussi du juif ' ! Beaux végétariens ! A ce régime, si _ l'on n'y prenait garde, vous intoxiqueriez plus aisément votre clientèle que vous troubleriez la digestion des financiers qui mènent le monde. Oncle TOM. illlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllill'iiiiiiiiii1111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIi§ NEO-NAZISME • Le M.R.A.P. et la R.A.T.P. Mercredi 1:) avril, une délégation du Conseil National du MJ~ , A.P . , conduite par M" Manvill e et comprenant Mme Sluzny, Charles H utman et Bernard Kor sakissok, a été 'reçue par le Direct eur de la R.A.T.P. Cette délégation a exprimé à ce haut fonctionnaire l 'indignat ion de nombreux usagers du métropolitain devant les inscriptions antij uives qui recouv,rent les murs des stations, et lui a fait remarquer que quinze ans après les massacres hitlériens, ces inscri ptions constituent • Incendie à Marseille Un incendie dont l'ori gine crimine lle ne fo it oucun doute, se décloroit dons 10 nuit du 20 mors dons les locoux de l'agence « Pour Israë l » , cours Pierre-Puget, à Marseille. Le cu les incendia ires ont pénétré dans les locoux pm une porte débouchant sur unE; .our Inté rie ure . Le feu prit simul tanément dans les trois étages supé ri eurs qu'occupe l'agence. Dons un bureau, les pompiers ont découvert un tas de papier et un annuai re en train de se consumer lentement. Les doss ie rs d'archives avaient été arrosés d'essence. Heureuseme nt, les incendiaires avaient négligé d'ouvri r la fenêtre, et c'est le man- Devant l'immeuble de la R.A.T.P. Wl douloureux rappel pour les familles des victimes et une menace pour tous les survivants. D e plus, ces graffitis odieux donnent aux touri stes étrangers une image fausse et dés.honorante de not re capitale. E lle s'est étonnée que jamais un des a uteurs de ces inscr iptions n 'ait été j usqu'à présent arrêté et condamné. E lle a dema'ndé que des mesures urgentes soient prises pour mettre fin à cet état de choses, et Que les inscr iptions soient effacées rapidement. Le Directeur de la R.A.T .P. a indiqué Que des inst ructions avaient été données aux agents des stat ions pour une surveilla nce accrue. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél. : PRO. 82-78 que d 'air qui a étouffé les flammes. ,II fall ut . cependant plus d'une heure et demie d'efforts pour circonscrire le sinistre qui a fa it d'importants dégâts. Cet attent::Jt étant typique des méthodes qui furent toujou rs celles des fa scistes, l'enquête ouverte par la police devrait rapidement aboutir. UNE DEMANDE D'AUDIENCE AU P'REFET DE POLICE Au nom du M.R_A.P., le président Léon Lyon-Caen a adressé une demande d'audience au Préfet de Police, pour l'entretenir de la campagne de croix gammées et d'inscriptions antijuives qui, loin d'avoir cessé, continue actuellement à Paris, notamment dans le 3 e arrondissement. - P llSSE. T -IL " Un local saccagé Dans la nuit du 5 au 6 avril, un commando de jeunes voyous, probablement des nervis de « Jeune Nation », a pénétré par effraction dans les locaux de la Caisse de démarrage économique, à la Fédération des Sociétés Juives, rue St-Lazare, à Paris. Après voir fracturé les tiroirs des bureaux, saccagé les dossiers, les vandales ont pri$ la fuite. L'enquête ouverte par la police n'a donné aucun résultat ALLEMAGNE • L/ affaire Oberlnnder Dans que lques jours, va s'ouvrir en République Démocratique All emande, le procès du Min ist re des ré fugiés du gouvernement Adenauer, OBERLANDER. OBERLANDER est accusé d'avoir commis pendant la gue rre, de nombre ux crimes, en particulier d'être responsable du massa cre des juifs de Lwow, en Pologne . L'accusation lancée cont re OBERLANDER, est étayée par de nombreuses preuves, preuves irréfutables et irréfutées. Bien que le parlement de l'Allemagne Fédérale ait absous l'ancien SS et que le chancelier Adenouer lu i-même, au cours d 'un déjeuner déc lare que le cas d'OBERLANDER est rég lé et ajoute pour justifier sa sympathie

« Bien sûr, OBERLANDER était

national-socialiste, il était même tout à fait brun, mais il s'est opposé aux persécutions sanglantes. » Oui, OBERLANDER était un nazi, un nazi de la premiè re heure, déjà a vec Hitler en 1923. Puis il occupa par la su ite des foncti ons -extrêmement importantes dans le parti nazi. Il était le t héori cien fasciste de la so i-disant lutte du peuple allemand o vec, pour seul but, l'exterm ination et la d éportation des populations slaves et juives de l'Europe de l' Est. Bi en avant l'agression de l'Allemagne, contre l' U.R.S.S., OBERLANDER, déjà organisa it des détachements punitifs spéciaux destinés à accomplir des actes crimine ls sur les territoires de l' Union Soviétique, a démontré, documents à l'appui, au cours d'une conférence de presse, le 5 avril à Moscou, la Comm ission d' Etat désignée pour enquêter sur les crimes des nazis. Au cours de cette conférence de presse, de nombreux témoins orirent la parole. Plusieurs d'e ntre eux; fa its prisonniers, é tai ent plus ou moins liés a vec OBERLANDER. L'un d'entre eux a évoqué les premiers jours de l'occupation de Lwow. Voici dans sa brièveté et dans son horreur son récit : « Il n'y avait pas de rue de la ville sans cadavres; les hitlériens achevaient férocement à coups de crosse et à coups de talon les blessés qui perdaient leur sang_ )' Les unités qui ont pe rpétré ces massac res, étaient composées du régiment Bran: Je rburg et du bataillon NACHTIGALL, tous deux !ous le commandement politique d'OBERLANDER. Autre témoignage : M. Eliahu Jones, rédacteur à la radio de J é rusalem et qui viva iJ à l'époque à Lwow, a relaté, entre autres, les fa its suivants

« Sur la place devant la prison, on avait rassemblé des milliers de juifs. J'ai YU que d'innombrables juifs étaient torturés et pleins de sang. J'ai vu de mes propres yeux qu'on a jeté contre le mur un petit enfant qui est mort. ,. Cette unité spéciale NACHTIGALL, composée en majeure partie de fascistes ukrainiens, a ensuite organisé des pogroms dans le nombreuses autres villes, tant en Pologne qu'en U.R.S.S. Et il est prouvé, et OBERLANDER lui même l'a reconnu, qu'à l'époque de ces crimes, il était à la tête de ce bataillon, mais il affirme ignor e r les exactions commises. Comme c'est curieux, la tête qui ignore ce que fait le corps ... Devant les remous causés dans l'opinion mondiale par ces révélations, le gouvernement fédéral allemand a dû, devant le Bundestag accepter un débat .. Plusieurs députés de l'opposition ont violemment attaqué le ministre d'Adenauer, mais la majorité parlementaire l'a pour a insi dire blanchi. Tarif des abonnements - FRANCE : Un an : 500 francs EDITIONS LOUIS SOULANGES 20, r,ue de l'Odéon - PARIS ETRANGER Un an : 700 francs. Abonnement de soutien: 1.000 fr_ Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI. 1 PROCHAI N EMENT IL QUITTA SON ILE Un roman de Anna-Maria SWENT (L'histoire d'un Antillais qui n'a rien à envier aux blancs) PASSEZ VOS COMMANDES Tirage limité. Edition originale au prix de 40 NF l'e~empl,gire de luxe LE LlVRÈ OUVERT '- c.c.P. Paris 15.997-38 - - - - 1 1 1 Une décis ion a été pri se, cependant, qui équivaut à un aveu : OBERLANDER prendra immédiatement des vacances, et en mai sa retraite lui serait oct royée .. . une retraite bien dorée, avec une « petite pens ion » de quelque 450.000 francs par mois. Mais d' ici là, le procès, qui s'ouvre le 20 a vril devant la Haute Cour de la République Démocratique Allemande, permettra d'éclairer mieux encore les crimes d'OBERLANDER et la coupable mansuétude du gouvernement d'Adenauer. HIER ET AUJOURD'HIU • Un musée Pétain? On annonce comme imminente l'ouverture d'un « Musée Pétain» à l' Hôtel du Parc, à Vichy. En effet, l'appartement qu'occupa de 1940 à 1944, l'homme de la capitulation et de la trahison a été acheté, pour être transformé en musée. Pour protester contre cette injure aux morts de la Résistance, un Comité d'Union de la Résistance contre l'apologie de la trahison s'est constitué à Vichy_ Ce comité groupe la totalité des organisations de résistance et de déportés. L'ouverture d'LIn tel musée constitue une intolérable apologie de la collaboration ovec les envahisseurs hitlériens et un odieux outrage à ceux qui ont lutté et sont morts pour que vive la France. Il faut empêcher ce scandale. • Le Cercle fermé Une r éception de mariage devai t avoi1' lieu dans les salons du « Nouveau Cercle », 288, boulevard Saint-Germain, ci Par i s. Mais quelques j ours après avoir reçu la demande, l 'administration du Cercle revenait sur son accord parce qu'elle se trouvai t en présence d'un mariage de Noir s. Un administrateur du Cercle recevant la f emme d'une personnalité noire, ancien Ministre de la Républi que Française, a donné comme raison : 1° que les Etats de la Communauté n'étaient plus français et que leurs ressortissants n'étaient plus en possession du passeport français ; 2° que son Cercle, comprenant des membres américains, i l ne pouvait envisager de les mettre en contact avec des Noirs . Et que d'ailleurs cette dame noire « n'avait qu'à aller demander l 'organisation d'une telle réception en Amérique, qu'elle en verrait le résultat ». Précisons que le Cercle est présidé par Monsieur le Duc de Maille. U. S. A. • La bataille s/intensifie Si la démocr atie américaine peut s'nonorer d'avoir, avec Lincoin, aboli l'esclavage des noirs, les servitudes de la ségrégatiOn raciale ont d énaturé, depuis 95 ans, l'esprit et la lettre du XIII' amendement de la Constitution. Jusques à quand les inégalités, les inJustices les violences et les crimes persist eront-ils d ans ce pays ? On connait la condition des noirs aux U.S.A., des brima des les plus ridicules à la violation des droits civiques, des calomnies mesquines à l'horreur du lynch. On peut l'imaginer plus concrèt ement encore, grâce à l'expérience que vient de vivre l 'écrivain Howard Griffin : maquillé en noir, il en a subi les vexations et les craintes, et s'il a r etrouvé la blancheur de sa peau, il a perdu « la paix de sa conscience ». Et la lutte se développe. D'un côté les racistes qui utilisent les men aces et la t erreur pour s'opposer à l'intégration des noirs. Le chef de la police de LittleRock, qui a vait dispersé une manifest a.. tio~ r aciste, s'est « suicidé » il y a un mois après a voir été l 'objet de multiples attaques. C'est Un nouveau KluKlux- IKlan qui s'organise à Atlanta avec 42.000 membres, t andis que « l'ancien» fait allumer des croix le 25 ma rs à 22 heures en Alabama, en Géorgie, en Floride, en Caroline du Sud, etc ... De leur côté, les noirs a mplifient leur action par des manifestations paCifiques de plus en plus nombreuses, qui viennent de se dérouler d ans tout le Sud des Et.ats-Unis. Et partout ils r éagissent avec vigueur cont re les exactions des r acistes. Le boycott d es magasins qui pratiquent la ségr égation r acia le est organisé sur tout le territoire et déjà six magasins et une pharmacie de San Antonio, au Texas, ont ouvert leurs sn ack-bars à tous leurs clients sans ' distinction de couleurs. Dans de nombreux Etats, une r épressiOn brutale r épond aux manifestations paCifiques des noirs: gaz lacrymogèn es, lances d'incendie, a rrestations, sont les seuls arguments des r acistes contre une a ction dont le but est le r espect de la dignité humaine. Aveuglés par les passions r acistes, les (Suite page 3) qUE SE PASSE.T.IL ? 3 (Suite de la page 2) partisans de la ségrégation mesurent mal l'ampleur de la vague qui agite aujourd'hui les Etats-Unis. Ainsi ~e gouverneur de l'Alabama affirme; c(· Si les noirs continuent, ils vont avoir ce qu'ils cherchent, o'est-à-dire des ennuis. » MEDITATION DE PA QUES ... En marge de certains procès Et c'est dans cet Etat qu'un commando raciste attaque à leur domicile la mère et la soeur d'un étudiant noir arrêté quelques jours auparavant pour avoir distribué des tracts contre la ségrégation. C'est aussi, à la Nouvelle-Orléans, l'acquittement pen un jury composé uniquement de blancs, de trois policiers accusés du viol d'une femme noire. RE SISTONS en ces jours de Pâques à l'appel de la mélancolie. Alors que le rythme de la nature, les souvenirs de la plus vieille histoire, les pathétiques images des religions viennent évoquer en nous la Libération, la Résurrection, de timides messages de paix semblent sonner aux cloches du ,printemps. Des hommes se souviennent que leurs pères ont brisé les chaînes de la servitude, d'autres qu'un révolté, un dé fenseur des pauvres est mort des assauts conj ugués des autorités occupantes et du cléricalisme. Je pense à de récents ,procès dont les revenants sont réapparus comme des fantômes du temps du mépris. Je ne dirai rien de la défense des accusés et de leurs amis. Ils tenaient leur rôle et leur assurance témoignait que ces rôles étaient désormais sans péril. C'est devant l'accusation que nous avons éprouvé quelque impression de surprise et de malaise. Les témoins de l'histoire cncore saig-nante perdaient llied. Telles défaillances de pensées. tell es ex,pressions ridiculement servi les ct d'aiIleurs inexcusables, lorsqu' il s'agit du grand .• Conséquences tragiques Certes la Chambre des Représentants et le Sénat débattent actuellement d'un projet de loi sur les droits des noirs ; respect du droit de vote, abolition des pratiques discriminatoires, mesures pour faire assurer les ordres d'intégration, peines plus lourdes pOur les auteurs d'attentats à la bombe, etc. Mais il semble que la pression du {( lobby » raciste ait ralenti les effcrts du gouvernement fédéral pour imposer l'intégration complète des citoyens noirs. Si la Maison BLa·nche s'inquiète d'une situation qui se détériore de jour en jOur, le Président Eisenhower d éplore seulement les actes de violence contre les noirs lorsqu'ils défendent par des manifestations pacifiques leurs droits constitutionnels. Mais cédant aux pressions politiques et aux manoeuvres d'intimidation électorale des racistes du Sud, les autorités fédérales n'ont encore rien fait pour en faire assurer le respect. Résistons à l'appel de la mélancolie à l'heure où nos frères de l'Union SudAfricaine luttent courageusement pour une égalité que la conscience du mO~lde est confondue de voir encore contestée. p ar Pierre PARAF Et la tension augmente. Mais C0111ment devant certains procès où la Résistance est en cause, ne pas être pris d'indignation, de stupeur ? maître de l'Université de France. semblaient masquer les faits eux-mêmes, dont on n'arrivait pas à faire la preuve, noyel' les notions essentielles, celles de crimes de droit comll1un : dénonciations, déportations aboutissant à la mort des meilleurs panmi les Français. Comme si tout devait se réduire à une question de date, comme si la honte de 1944 s'estompant avec les années, se trouvait automatiquement absoute en 1960. A la suite d'incidents dont des noirs ont été victimes dans l'Alabama, Roy Wilkins, secrétaire de « l'Association pour l'avancement des gens de couleur », a télégraphïé au Président Eisenhower; cc Ces provooations oonstantes ne peuvent qu'aboutir à des conséquences tragiques. L'inaotion du gouvernement fédéral face à cette guerre faite aux citoyens noirs peut aboutir à un massaore qui déshonorer ·a les U.S.A. aux yeux du monde. » Pendant quatl'e ans, des millions d'hommes ont été traqués, déportés, assassinés dans les chambres à gaz ou au ,poteau d'exécution. Un nombre i'nfime de criminels de guelTe a été châtié. Et ceux que l'on appréhende aujourd'hui ne seraient plus que des patriotes méconnus, tout au plus des idéologues débiles ou maladroits ayant joué sur le mauvais ta.bleau... Gestapo et Milice se sont volatilisées. Les plus notoires collaborateUTs se sont transformés en héroïques résistants. Ou plutôt en excellents l'éalistes, vichystes lorsqu'il était de bon ton de l'être et qu'on n'avait pas, comme disait alors la radio, à se montrer plus patriote que le maréchal, puis .passant graduellement à l'autre camp, au fur et à mesure que les Américains et les Soviétiques sc rapprochaicnt et se préparant à revendiquer des honneurs et des places qui, quelques années plus tard, devaient leur être distribués. L'essentiel n'était-il pas d'écarter toujours ceux qui avaient commis la faute de se compromettre, eu le tort d'avoir mison trop tôt. Tel n'est .assurément pas le point de vue des parents, des veuves. des orphe- 1 ins. des camarades de combat, de tous ceux qui se souviendront, tant qu'ils vivront, de leurs amis morts à leur côté, peut-être à leur place. Sans doute sommes-nous am.plement fixés sur les erreurs et les sottises d'un faux « résiste'ntialisme » qui n'avait rien de commun avec la résistance. Qui de nous n'assistait avec pitié au « rasage» des chevelures de ces humbles filles qui avaient « fréquenté » un soldat allemand, avec surprise et parfois avec dégoût, à cette ruée vers les administrations de ceux qui n'avaient d'autres titres que le cynisme et la surenchère dans Ni les menaces, ni les violences ne viendront plus à bout de la volonté des noirs américains d'être des citoyens à part entière, libres et égaux en droits. Raph FEIGELSON. .*. VOUS DITES? « Droit et Liberté » répond aux mensonges racistes Nous reprenons le dialogue (1) avec ... Lucien Reba· tet, dont on se rappelle qu'il se déclarait « prêt à s'asso· ct cier à toutes les campagnes «possibles et imaginables « contre le racisme li - ce qui nous avait fait dresser l'oreille - à condition « que «le racisme soit condamné « indistinctement, quelle que Il soit sa couleur » «1 Riva· roI » du 7 janvier), ce qui annonçait une « vieille con· naissance » parmi ces nombreuses vessies ultra·réactionnaires qu'on voudrait nous faire prendre pour des lanternes de l'honnêteté intellectuelle et du nationalïsrne « éclairé ». Curieusement, Lucien Re· batet écrivait, dans le mème article ; « On ne peut pas « affirmer que telle race, en fi dépit de son retard, n'est « pas perfectible ( ... ) Le ra « cisme a fait dire trop de fi bêtises, couler trop de sang, « échouer trop de grands « desseins ( ... ) et il sévit plus « que jamais, rétrécissant « d'année en année notre plat( nète, la rendant de moins « en moins habitable, li Soit, bien que ces « grands desseins » compromis par les « excès du racisme doivent être, dans l'esprit de l'au· teur, de ceux que la ~.V.F. et le bombardement de Coventry et de Varsovie tentaient d'accomplir et qui ont mal tourné, n'est-ce pas, par· ce que Hitler et Julius Streicher sont « allés trop loin ». Passons. Ce que veut dire Lucien Rebetet, après avoir à la hâ· te stigmatisé les uns (( que l'on blâme, que l'on flétrisse les manifestations, oratoires ou non, des racistes blancs »), c'est qu'il feut, du même mouvement, condamner les autres, et il parle du « contre- racisme des opprimés » dont certaines violences nationalistes en Afrique, seraient une manifestation flairante. Ces thèmes alimentent d'ailleurs une campagne générale dans la presse fasciste, puisque « Le Charivari » de février, entre autres, qui s'at· taque, dans un court article collectif, à « Droit et Liberté », écrit de son côté ; «En pays noir et en pays « musulman, c'est tous les « jours que se déclenchent (1 des manifestations de ra « cisme » ; puis il évoque « les crimes racistes du F.L. (1 N. ( ... ) les manifestations (1 racistes en Guinée et au « Congo belge ». •• • Nous allons faire comme si nous nous trouvions en présence d'adversaires de bonne foi et répéter quelques notions assez simples qui devraient dissiper la confusion ainsi entretenue. Il ne faut pas tout mélanger et assimiler la lutte nationale d'un peuple pour sa libération d'un occupant étranger à un com· portement raciste, même si, dans une fraction des populations opprimées, s'expriment des propos que l'on peut qualifier de racistes. Nous le redisons ; il ne fallait pas - exemple brûlant attendre des résistants antiracistes, sous l'occupation nazie, qu'ils attachent une importance démesurée à l'erreur que pouvaient corn· mettre, à leurs yeux, des résistants chauvins, considérant les Allemands comme de ({ sales Boches ». Comme disait un magistrat de mes amis avec qui je m'entretenais de ces questions en camp de con .. centration « Mon cher, après tout, MM. les Allemands l'ont bien cherché. » Oui, le racisme, le natio· nalisme des peuples opprimés et IF' chauvinisme ou le co · lonialisme des peuples oppresseurs représentent trois phénomènes tout à fait distincts qu'il ne faut pas con· fondre sous peine de ne plus rien comprendre aux graves prOblèmes de conscience et d'intérêt national (bien compris) qui caractérisent notre époque. Pourquoi ? Eh bien, parce qu'un homme peut changer de religion, d'opinions poli· tiques et même de classe ou de nationalité, il ne peut pas changer de racé ; il n'est pas responsable de sa race. Dans la mesure où on peut parler de races et, dans notre esprit, il ne s'agit que d'une commodité, combien contestable, c'est pour distinguer, en gros, les blancs des jaunes et des noirs, mais on n'est pas plus avancé pour autant s'il s'agit de clarifier n'importe quelle question importante de l'actualité d'intervenir pour la rés:mdre. Prenons le cas le plus épineux, cité maintes fois par nos racistes ; ils prétendent que, dans certains cas où des missionnaires catholiques ont subi des violences en Afrique noire, c'était pour des raisons religieuses ' (Islam contre Christianisme) et de couleur de peau (Noirs contre Blancs). Mais non, c'est infantile de voir les choses ainsi ; outre que les missions sont venues derrière les armées coloniales et les marchands et les planteurs, pour tenter d'imposer leur religion contre celles qui étaient établies et que, sans la force matérielle de la co· Ionisation, l'opération dite spirituelle n'aurait pas pu être même entreprise, il ne faut tout de même pas oublier que la réaction des po· pulations assujetties contre l'occupant étranger est un phénomène qui n'a qu'un rapport accessoire avec la couleur de la peau, car vingt peuples de toutes les couleurs se sont dressés et se dressent contre ceux qui les dominent quelle que soit la pigmentation de leur peau. Quelle est la couleur des travailleurs cu-enins dressés cont.re l'impérialisme américain et celle des Cypriotes luttant pour leur droit à l'autodétermination contre l'occupant britannique et celle des Marocains? Ce n'est pas la même que celle des MauMau au Kenya et des Soudan! lis au Mali, mais ce qui saute aux yeux, c'est que, malgré de nombreuses différences secondaires, toutes ces luttes se rejoignent en un même front qui traverse le milieu de notre siècle ; c'est le combat multiforme pour l'indépendance nationale, donc contre le racisme de tous les occupants, quelle que soit la nature ou le degré de leur emprise, qui ont tous un . pOint commun ; ils ont BESOIN de croire et de faire croire qu'ils appartiennent à une race supérieure et que les peuples qu'ils « protègent » sont de race inférieure. On nous a fait le coup, si j'ose dire, à nous Français, il n'y a pas si longtemps. Mais au fait, à ce momentlà, de quel côté était donc Lucien Rebatet ? Du côté de ceux qui voyaient dans les Français un peuple bâtard bon à subi!' la loi de la race des Seigneurs, car tout raciste trouve toujours un plus raciste que lui pour lui imposer son mépris. Roger MARIA. (1) Voir « Droit et Libe.r· té » de février 1960. un patriotisme d'autant plus rigoureux qu'il avait plus à se fairc pardo11ncr. Les servantes d'auberges payaient pour les milliardaires du Mur cie I"Atlantique.

,[ais par delà ies sévérités suspectes

des UIlS, les regrettables faiblesses des autres qui relèvent cie I"oubli , les crimes dcmeurent que rien ne saurait pres- Ministre de Pétain, propagandiste de l'idéologie nazie dans l'Université françai. se, ami et complice des tortionnaires, Abel Bonnard, rentré d'Espagne, vient d'écoper ... dix ans de bannissement (déjà ac· complis volontairement) crire. ccux dont Victor Hugo s'agissant de forfaits bien moins Rraves' et d'o.rdre uniquement ,politique, écrivait dans les Châtiments Toutes les eaux de ton abîme Hélas passeraient swr ce crime o vaste mer sans le laver. Dénonciations, tortures, exécutions, mensonges di stillés chaque jour contre des patriotes, des juifs que l'on cherchait à déshonorer pour justifier, préparer les grands massacres. Voilà les crimes auxquels nous n'acco. rderons jamais l'amnistie. Parce qu'ils ne concement pas des positions de politique nationale ou internationalc discutables. mais d'atroces violations des droits de l'homme, de la morale humaine. Voilà ce. dont nos enfants, nos petits enfants qUI pourraient se croire étrangers à nos querelles doivent être ferlllen~ e1.1t avertis. Non pour perpétuer de VIeIlles rancunes, mais pour empêcher .roubli aveugle, ingrat qui offense la mémoire des morts, la douleur dcs survivants. L'oubli qui permettrait à de nouveaux nazis devant une opinion passive, ignorante, ré,signée, d'exterminer et de déshonorer encore l'humanité. Agence Poujade ? Le journa.l le l'Agence Fournier maison financi ère qui se veut sérietise ne craint pas de se vautrer, à l'occasion dans la plus basse vulgarité. Son l).uméro du 1" avril publie un reportage sur l'économie de Loir-et-Cher. L'auteur de l'article, dans un passage compte de ce qu'il sy pc;""" t~t dans l'agricultu· re que dans le lourisme. Ce ~ te rénovalion eXige quelques concessions à l'industrie et par campen. satio' .. - .. surtout de Ital L'industrie se manifeste par Ire. flses propres !ant par leur caractère que les gens qui y travaillent, et sont issus du pays. race est tenace et elle ne tient pas aux Pola In us nes e oeo par Auguste Poulain. enfant du Pays blésois. Ses produits sont célèbres et l'affaire est modernisée. F.M.B. fabrique. depuis 26 ans des s:ores bapti· sés paupières que l'on voit sur toutes les façades de la Côte d'A~ur Et! Itg~J,I.!:$. Les établissements aussi stupide qu'odieux (notre fac-similé) manie la plume dans le style cher à POUjade. Ce n'est évidemment pas en s'en prenant au boutiquier « métèque » du coin qu'on r ésoudra les difficultés réelles que rencontrent le petit commerce et certaines branches' de l'industrie. Mais cela permet fort aisément d'escamoter les vrais problèmes. Ces diversions, Qui rappellent une bien triste époque, trompent de moins en moins de monde. Comme le note le correspondant qui nous a transmis cette information, la. XénophObie, l'antisémitisme ne paient pas. On devrait y penser quand on s'occupe de finances. 4 LA FRANCE UNANIME CONDAMNE ... Des personnalilés nous déclarenl : L'Amiral MUSELIER Ancien Chef des Forces Françaises Navales Libres Les dramatiques événements d'Afrique du Sud sant la conséquence des erreurs des deux derniers siècles. Les luttes cruelles entre Boers et Cafres, la guerre du Transval, les massacres actuels, la politique d'apartheid ne sont que des épisodes du racisme. Je m'associe de tout coeur au mouvement de protestation contre la dure répression actuelle. L'écrivain Louis MARTIN-CHAUFFIER L'AFRIQUE DU SUD est le lieu de la terre où le racisme sévit à l'état pur, sans vergogne et sans frein. Les nouvelles violences succédant à de nouveaux abus de pouvoir et les appuyant, éveillent l'indignation, elles ne SUl;prennent pas. Ce sont là les derniers soubresauts d'un racisme rendu furieux par J'évidence que sa fin est proche. Pui sse l'horreur qu 'éprouvent toutes les consciences pour des crimes aussi stupides que monstrueux, hâter le terme d'une telle inhumanité. Mais je n'envisage pas sans effroi la fa;on dont peut s'achever l'excès de cette tyrannie et quels orages porte cette nuée sanglante. Fernand Maurice VAUSSARD Vice-Président de Pax Christi : LA situation anormale de l'Afrique du Sud, cette domination orgueilleuse d'une minorité prétendue supérieure sur une majorité d'autochtones tenus dans un demi-esclavage, devait fatalement abou· tir à une explosion. Il est particulièrement pénible de cons· tater que les principaux responsables en sont les descendants de ces Boërs pour qui tout le monde civilisé s'était ému ü y a soixante a,ns, lorsqu'ils luttaient euxmémes contre la puissance anglaise dési· reuse de les asservir. Triste exemple d 'in· conséquence auquel il faut toujours s'at· tendre quand les faibles d'hier deviennent un jour les plus forts, comme le montre toute l'histoire de l'humanité. Aujourd'hui nous ne pouvons que nous déclarer solidaires des nouvelles victimes de l'injustice raciale, demander que pren· nent fin des mesures de ségrégation à la fois illégitimes et dérisoires, car on ne comprime pas durablement le droit d'un peuple à la dignité de vie. Quand il l'aura obtenu, pUisque sa vic· coire tôt ou tard est certaine, souhaitons seulement qu'il se montre fidèle à la gran· de leçon de Gandhi, sur ce1te terre où son souvenir demeure si présent, qu'il triomphe par la non-violence et non par d'autre sang répandu, méritant ainsi dou· blement le succès de sa juste cause. GRENIER , s.atJ.om L'UNION SUD-,AFRICAINE GEOGRAPHIE. Superficie 2.800.000 km2, soit cinq fois plus que la France. Altitude moyenne: 1.000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Climat tropical au Natal, tempéré sur les hauts plateaux et sec ailleurs. ECONOMIE. La région du Cap, petite Californie australe, est la contrée la plus favorisée au point de vue agricole. On y cultive sur une grande échelle maïs, blé, fruits et légumes. Au Natal, on récolte nombre de produits tropicaux: canne à sucre, coton, café, bananes, etc. La région du Veld est spécifiquement réservée à l'élevage, d'immenses troupeaux de moutons y paissent. L'Union Sud-Africaine est le 6' pays prOducteur de laine dans le monde. Mais la principale richesse du pays réside dans son sous·sol : charbon. fer, étain, cuivre, plomb, nickel, etc. Et surtout, les mines d'or produisant 1/3 de la production mondiale, jouent un rôle essentiel. Les mines de diamants ne représentent, elles, que 10 % de la production mondiale. Député, ancien Ministre : PEUPLEMENT. J'AI toujours considéré toute manifestation de racisme comme ravalant son ou ses auteul's au niveau de la bête. Confirmation en a été donnée par les hitlériens. C'était le même Goebbels qui s'écriait : « Quand j'entends parler de culture, je sors mon revolver » et CJui, avec les autres monstres de la croix ga111l11ée, po.uvait envoyer sans frémir des millions d'enfants, de femmes, de vieillards juifs dans les chambres à gaz. Les préjugés et les sévices contre les Noirs - qu'ils se produisent à Littlerock ou en Afrique du Sud - doivent être combattus avec la même vigueur La grande actrice rrançoise ROS~A'y- HORRIFIEE par ces derniers événements d'Afrique du Sud, qui s'ajoutent à tant d'autres. Je suis de tout coeur avec vous. L'intérêt, la prétention, la mauvaise foi sont à la base de toutes les persécutions raciales. La sottise, l'ignorance, la lâcheté les tolèrent ! Jean-Pierre BLOCH ~ Ancien Ministre LE racisme déshonore les pays qui le tolèrent ; les événements d'Afrique du Sud où les autorités se sont livrées à d'atroces violences, doivent unir tous ceux qui, sans distinction de politique, condamnent le racisme. Je m'associe pleinement à votre campagne: Albert BA VEY Professeur honoraire à la Sorbonne : A peine est-il besoin de dù'e que la conscience ~miverselle proteste contre les inimaginables attentats do!»t l'A friq1oe du Sud vietlt d'être le théâtroe. Que de tels faits ptûssent se prodtûre an XX' siècle. cela prmwe que, quoi qn'on ait prétendu, le racisme, cette effroyable régression, tl' est pas mort. Veillons. Alioune DIOP Secrétaire général de la Société Africailne de Culture AVEC les peuples africains, tous les antiracistes du Monde sont profondément horrifiés à travers les événements récents par le contenu et les terribles conséquences de la politique de l'Apartheid. " est inadmissible que ces meurtres restent impunis, ni que l'O.N.U. demeure inactive devant ces assassinats qui risquent d'instaurer en Afrique la guerre d'extermination que connut naguère le Kenya. Nous invitctns les démocrates et les organisations démocratiques à alerter la conscience mondiale pour mettre en oeuvre toutes les initiatives susceptibles d'arrêter avec ces massacres le régime d'injustice sur lequel est fondée 10 Société sud-africaine. CJue les théories ou actes similaires qui faisaient des émules d'Hitler des barbares odieux et criminels. C'est défendre la dignité humaine que de condamner la législation antinoire de l'Afrique du Sud - et les tragiques événements qui en sont la triste et sanglante ran;on. Merci au généreux et vaillant M.R. A.P. de m'avoir sollicité, avec beaucoup cI'autres, pour le redire. ~ean DREiSCH Professeur à la Sorbonne : SERAIT-CE faire preuve de la supériorité cie la race blanche que de faire tirer la police sur des noirs parce qu'ils se refusent à cirouler avec cles laissez-passer, à accepter d'être réduits à une indignité iruliumaine ? Les blancs d'Union sud-africaine veulent-ils persuader le monde entier que, décidément, en Afrique du Sud comme en Afrique du Nord, une minorité blanche, ou tout au moins ses éléments les plus actifs, menacés dans leurs privilèges, sont incapables de cOl11jprendre qu'autour d'eux l'Afrique et le monde se transforment, que le régime colonial est mourant, que les hommes veulent vivre dignement et maîtres chez eux ? Ces blancs déshonorent les autres blancs et l'humanité tout entière : comme au temps du nazisme, le racisme apparaît comme le compagnon de la peur, de l'égoÏSil11e et des réflexes les plus vils d'hommes qui, pourtant, se disent croyants. Le peuplement européen est plus important en Afrique Australe que dans tout le reste de l'Afrique. Cela tient à l'immigration en 1652 Marius MOUTET Sénateur, ancien Ministre : JE suis trop heureux de vous faire par· venir pour votre journal « Droit et Liberté » mon opmlOn sur les événements d'Afrique du Sud. Doivent-ils laisser planer un seul doute sur ma position ? Toute ma carrière de militant et de mi· nistre socialiste a eu pour but la promo· tion sociale des indigènes et en particulier la défense des hommes de couleur, pour lesquels je me suis toujours efforcé d'assurer l'égalité des droits. Dans la pire périOde du racisme hitlérien, en 1936, j'ai n0111l11é Eboué, Gouver· neur des Colonies. Ils s'étaient présentés sans laissez-passer au poste de police •.• Tout ce que j'ai fait pour la suppres· sion du travail forcé, le vote d'un Code du Travail, l'institution des Assemblées loca· les et de l'élection des représentants de ·ces populations et de ces territoires dans les Assemblées françaises, le vote de la loi et des fonds du FIDES, pour le dévelloppement économique et social des territoires, a été la contribution la plus large qu'aucun pays n'ait jamais donnée aux pays sous-développés. C'est dire combien je considère comme odieuse l'attitude du gouvernement sudafricain à l'égard des Noirs et l'abominable mépris dans lequel les tient l'Apartheid. J'ai révoqué sur' l'heure un Gouverneur de la Côte d'Ivoire qui avait fait tirer sur la foule, et déplacé un Officier Général qui avait distribué des fusils aux colons. Je suis convaincu que ces événements d'Afrique du Sud auront des conséquences tragiques et redout!j.bles pour le gouvernement de ce pays et je m'associe à IlL protestation générale contre ces mesures de recul de la civilisation. Laurent SCHWARTZ Professeur à la Sorbonne : Je ne puis que m'associer aux protestations du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme, et pour la Paix au sujet des événements d'Afriq,ue du Sud. La ségrégation raciale et l'oppression des hommes de couleur en Afrique du Sud, est un scandale contre lequel les h0111l11es libres de tous les pays ont le devoi r de protester. Les dernières émeutes sont sans doute le présage d'événements ;plus graves. Le Gouvernement qui .aujourd'hui bafo. ue les Droits de l'Homme en Afrique du Sud, porte l'entière res'j)onsabilité de ces événements qui ne manqueront pas d'arriver. Le Pasteur André TROCMÉ Je suis aux côtés des Noirs qui luttent pour leur liberté ; et de tous les hommes libéraux et progressistes à quelque race qu'ils appartiennent, qui luttent pour la suppression de l'Apartheid. Secrétaire du Mouvement International de la Réconciliation : ... C'est avec conviction que je joins ma voix aU3' vôtres pour demander aux autorités de l'Union Sud-Africaine de modifier des lois si ouvertement contraires à l'esprit de l'Evangile dont elles se réclament et si opposées au courant de tolérance qui entraîne l'humanité vers l'égalité sociale et raciale. Toutefois, je ne voudrais pas que ma protestation tut utilisée comme une sorte de revanche française contre les erre· ments des Anglo-Saxons. Je sais trop de quelle manière les erreurs de la France en Algérie sont exploitées par d'autres peuples pour couvrir leurs propres fautes. Bien qu'il n'y ait pas en théorie de ségrégation en Algérie, vous savez que nous n'avons pas su y faire régner l'éga· lité raciale. La guerre d'Algérie est la triste conséquence de nos méthodes colo· niales. Il serait de mauvais goftt que des Fran· çais protestent contre les massacres en Afrique du Sud, sans élever en même temps leurs voix contre les massacres en Algérie. La violence et l'oppression, où qu'elles se trouvent, ont le même goftt amer de sang ... Me Henry YORRÈS Ancien Sénateur : LES assassinats des noirs en Afrique du Sud suscitent l'indignation du Monde civilisé et les étudiants londoniens expriment, pour l'honneur de la Grande-Bretagne, leur répulsion unanime à l'égard des crimes du gouvernement sud-africain. " convient peut-être de souligner que par une réciprocité qui m'est douloureuse, la France, depuis quelques années, a toujours vaté pour l'Afrique du Sud à l'O.N.U. cependant que l'Afrique du Sud votait pour la France. ... LE RACISME SUD-AFRIC~IN 5 de nombreux Hollandais, SUlVlS en 1685 de protestants françaic . (le':lrs descendants sont désignés sous le nom d'Afrika~ders). La lTuUnmlSe anglaise sur la colonie du Cap a lieu sous Napoleon 1" Les Européens : 3 millions environ (Anglais, 40 % ; Aîrikallders, 60 %). Les indigènes (Bantous) : Il millions 900.000. Hindous et Chinois : 410.000. Les métis : 1.250.000. lOELIGIONZ:.. L'église réformée hollandaise représente parm~ ,a population blanche la plus grande puissance religieuse groupant plus de 50 u'o des Européens. Ensuite viennent les sectes anglicane, méthodiste, luthérienne, puis les catholiques et les israélites. LES PARTIS POLITIQUES. En dépit des entraves de toutes sortes, il existe essentiellement deux organisations qui représentent l'opposition noire (ces organisations sont aujourd'hui dissoutes) : Le Congrès National Africain (250.000 membres). Président: Albert Luthuli (en prison). Le Congrès Panafricain, leader Robert Sobuwke, qui a lancé la campagne contre les laissez-passer. Ce parti revendique la création de syndicats libres et le droit de vote pour tous . •• • Les 'blancs sont groupés en deux partis, le Parti Nationaliste, créé par le Pasteur Malan, dont le successeur est le Dr Verwoerd, actuel premier ministre, et le Parti Afrikander. Il faut signaler le Parti Progressiste et le Parti Libéral, tous deux sans grande influence. LES INSTITUTIONS. La structure politique de j'Union Sud-Africaine repose en principe sur l'acte de l'Union de 1909 mais à la différence des autres' Etats dépendant du Commonwealth, elle est un Etat centralisé où le gouverneur représentant la Couronne britannique n'est qu'un simple citoyen. Le pouvoir appartient au parlement, 159 membres dont 3 seulement représentent les métis, et un Sénat de 48 membres. Les noirs et les métis n'ont pas le droit de se faire représenter par des députéS de leur race. Le parlement siège au Cap. Le gouvernement à Pretoria. Une délégation du M.R.A~P. l'ambassade d'Afrique du Sud Le 29 mars, une délégation orgalllsee par Je M.R.A.P., s'est rendue ;( l'Ambassade de j'Union Sud Africaine à Pari s, pour exprimer l'émotion de l'opinion française devant les événements sanglants cIe ces derniers temps. Cette délégation était composée de M. Robert ATTU LY, conseiller honoraire à la Cour de Cassation ; du docteur AUJOULAT, ancien ministre, Présidenl ÙU Mouvement Internationa.l pour l'Union F raternelle entre les races ; du Pasteur VOGE ; de Charles PALANT et Me MAN VILLE, secrétaire général et membre du Bureau National du M.R. A.P. Le Président Léon LYON-CAEN et M. Hem'i LAUGIER empêchés s'étaient associés à la démarche. Le eJap des tempêtes L'ambassadeur ne crut pas devoir recevoir la délégation. Charles Palan t, introduit seul auprès du second secrétaire de l'ambassade, protesta énergiquement contre cette attitude discourtoise. Il remit une lettre, signée de tous les membres de la délégation, dont voici les prin( Suite de la première page. cipaux extraits : REGARD EN ARRIERE C'est à la fin du XV, siècle que Barthélémy Diaz découvrit le Cap de Bonne Espérance. En fait d'espérance, celle du hardi navigateur, comme celle de bien d'autres depuis, ne dépassait pas les horizons du bien-être matériel et du profit commercial. Les Portugais établirent là une escale sur la route des Indes en attendant que les Hollandais y installent, vers 1650, des comptoirs de la Compagnie des Indes Orientales, fondant la ville du Cap. Survint en 1685 la Révocation de l'Edit de Nantes. Les protestants français franchirent en masse nos frontières pour cher· cher refuge dans les pays voisins. Beaucoup allèrent en Hollande, pays protes tant, dont quelques milliers sans doute furent dirigés vers l'Afrique du Sud où ils reçurent des terrains, du matériel agricole, un abri. Vint ensuite la Jtévolution française. La Hollande fut très provisoirement intégrée au territoire de la République. Par voie de rétorsion et pour conserver un territoire hollandais, Guillaume d'Orangp. obtint des Anglais qu'ils s'installent au Cap. La résistance fut vive mais vaine. Un Français, du Plessis, s'y illustra. La domination des nouveaux venus rap· procha Hollandais et Français d'origine dans une même résistance. Le résultat fut une nouvelle émigration et la fondation du Natal, puis du Transvaal. A noter qu'à cette époque, après 1830, les Boers voulant maintenir les populations autochtones en esclavage s'opposaient aux Anglais anti·esclavagistes. A noter aussi que ces Boers, les ancêtres des Afr1kan· ders d'aujourd'hui, menaient une lutte sans merci contre les indigènes, les Cafres en particulier, dont ils occupaienc la territoire. C'est contre ces Cafres qu'ils demandèrent; par nécessité, en 1877, l'aide de l'Angleterre, laquelle, très classique· ment, profita de l'occasion pour imposer sa loi aux uns et aux autres. Les Boers, toutefois, bénéficièrent rapidement d'un régime d'autonomie interne qui devint, grâce à la fermeté du président Krüger, une indépendance pure et simple. Des droits des populations autochtones, très classiquement encore, personne ne se préoccupa. A la fin du XIX' siècle, une découverte remet tout en question. Le sous-sol sudafricain renferme des gisements fabuleux d'or et de diamant ! L'uranium ne viendra que plus tard, mais il aura aussi son poids 1 Au nom de la Grande-Bretagne, Cecil Rhodes, après 20 ans de luttes implacables par la diplomatie, la ruse et la guerre, la fameuse guerre des Boers qui souleva en Europe, en France notamment, tant d'indignations verbales, mais verbales seulement, comme il se doit dans un pays où l'expansion coloniale est à l'ordre du jour, Cecil Rhodes annexa à la couronne d'Angleterre les territoires qui constituent aujourd'hui l'Union Sud Africaine, Etat souverain dans le Commonwealth britannique. NOUS SOMMES EN 1960 Plus de 13 millions d'hommes vivent actuellement sur ces territoires : environ 3 millions de blancs, dont 40 % sont d'origine anglaise, tandis que les autres ( 60 % ) sont des Afrikanders, (ex-Français et Hollandais mêlés). Le reste de la population est constituée par 9 millions de Noirs, 1.250.000 métis et 4lO.000 In· dienS. Les deux communautés européennes ne sont jamais parvenus 'à se réconcilier apr2s la guerre des Boers (1889-1902). Les Anglais dominèrent d'abord, imposant leur langue comme langue officielle, s'emparant de la direction de l'Etat, de la police, de l'armée, des postes de direction, dont les anciens colons furent progressivement · écartés. Détenteurs de la pUissance économique par la possession et l'exploitation des mines, ils sont encore aujourd'hui les maîtres du pays. Cependant, par leur volonté tenace et par le jeu de la natalité, les Afrikanders parvinrent, en 1948, à gagner la majorité à la Chambre et au Gouvernement, retournant complètement en leur faveur, sur le plan pOlitique tout au moins, une situation qu'ils estimaient' depuis longtemps insupportable. Ce fut la revanche de la guerre des Boers. Installés au gouvernement, les Afrikanders ont à leur tour systématiquement évincé les Anglais qui ne se sentent plus chez eux en Afrique du Sud. Les Noirs, les plus nombreux, réduits à l'état de main-d'oeuvre bon marché, se sont découverts des hommes ; quittant la brousse, de gré ou de force, pour travailler dans les villes (plus de 3 millions y vivent aujourd'hui misérablement), leurs bras sont indispensables, mais la politique dite d'apartheid les soumet à un régime qu'aucun être humain ne peut ac· cepter dès qu'il prend conscience de son humanité. Comme partout, la révolte est née d'abord chez les plus évolués, non comme un besoin de se libérer eux-mêmes, et eux seuls, mais comme un devoir de libérer leurs frères avec eux. Nous sommes en 1960, il n'est pas besoin d'autres commentaires. QUI EST RESPONSABLE? Le gouvernement de M. Verwoerd est totalement engagé dans l'application de la politique d'apartheid et ne semble pas prêt à reculer. Il sait que le contingent britannique ne sera probablement pas envoyé à son secours COmme le contingent français en Algérie, d'où une dureté qui est celle du désespoir. Les Noirs, au contraire, sentent -toute l'Afrique derrière eux. Pas plus qu'en Algérie, il ne peut y avoir en Afrique du Sud de solution militaire. Les Anglais de l'Union Sud Africaine souhaitent un compromis qui sauvegarde leurs intérêts économiques, ils ont surtout besoin de main-d'oeuvre. Les Afrikanders, plus liés à la terre (beaucoup de pelis colons n'ont pas la vie facile) redoutent le pire : l'abandon de leurs cultures et l'exil, alors qu'ils n'ont à proprement parler pas d'autre patrie que ce sol fécondé par le travail de leurs ancêtres. Personne ne peut dire maintenant où va l'Afrique du Sud, mais ce qui est clair c'est que la situation tragique actuelle est le fruit de plusieurs siècles de violence, d'injustice et de racisme. Ce fruit est amer : les hommes ont fait du Cap de Bonne Espérance, le Cap des tempêtes pour y avoir semé pendant trois siècles, le vent de l'égoïsme, du profit et de l'oppression, du colonialisme, pour tout dire. Qui est responsable ? La race blanche, c'est bien évident, avec son complexe de domination, avec ses faux dieux : le veau d'or, Bacchus, Mars, à peine badigeonnés de couleurs dites chrétiennes. Et ce n'est pas en abattant M. Verwoerd que le problème sera résolu, car cet homme a pout' lui l'homme de la rue, toute une majorité solide et décidée. Trois siècles d'injustice, de violence et d'exploitation de l'homme ne seront pas faciles à liquider, mais ce qui est sfir, c'est qu'aucune solution ne sera trouvée par plus de violence ou d'injustice encore, d'où qu'elle vienne. On n'efface pas l'injustice par une autre injustice en sens contraire. Le visage odieux et torturé de l'Afrique du Sud nous parle un langage très clair. Honte à nous si nous ne savions reconnaître qu'il nous montre en gros plan des réalités bien plus prOChes de nous, où notre responsabilité se trouve plus direc· tement engagée et que nous tolérons parce qu'elles nous sont profitables ou plus bêtement, habituelles. Qu'il me soit permis, pour conclure, de rappeler les paroles de Jésus, après que des hommes de son pays eurent péri, massacrés par le gouverneur romain « Croyez-vous que ces Galiléens étaient plus coupables que d'autres ? Non, vous dis-je, mais si vous ne vous repentez pas et ne changez pas, vous périrez tous de même Il. A bon entendeur, salut L. VIENNEY, pasteur. « Au nom de l'OPinion français e, tlOlIS adjurons le Gouvernement sud-africain, de prendre, avant qu'il ne soit trop tard, les mesures de iustice qui, seules, peuvent mettre fin aux troubles et allX efft/,sions de SMI.q . « Le, première de ces mesures devrait être la s1tppression de ce système déshonorant des laissez-passer, qui fait de la majorité des fils d'Afriqt!.e du Sud des étraf!qers snI' leltr pro,pre sol, et qui se troltve à l'origine des récentes manif(' stati01ls de protestation. « Aussi b'ien les dil'ectives formelles des Nations Um:es que les impératifs de la civilisation moderne et les sentiments d'hunUlIJllité exigent que les autorités respOt/ sables, entreprcwnent nn immense effort pO/llr fav o·riser l'égalité, l'entente ct l'harmonie entre toutes les communa,jttés, tOIlS les habitants qui, dans leur di v ersité, font la rich esse et assw'ent l'existence lIIême de l'Union Sl{d-A fricai.He ... » Notre cliché : de gauche à droite, devant l'ambassade, Me Manville, le Conseiller Attuly, Charles Palant, le Pasteur Voge, le Dr Aujoulat. Multipliez les protestations' Le M.R.A.P. a rendu publique, le 23 mars, une déclaration - qui a été reproduite par la presse - où il « flétrit avec indignation les violences perpét r ées en Union Sud-Africaine par les autorités racistes pour faire échec aux manifestations pacifiques des hommes et 1emmes de couleur r éclamant la justice ». « Cette répression sanglante, qui a fait des centaines de tués et de blessés, pour suit-il, est un défi à la conscience universelle, alors même que pour l 'ensemble du monde civilisé, l 'é tablissement de relations d'égalité et de compréhension entre tous les hommes et entre tous les peuples apparait comme Z'impératif et le trait spécifique de notre temps. » En conclusion, le M.R.A.P. « demande au Gouvernement français d'exprimer aux autorités sud-africaines, la protestation véhémente de notre peuple qui souhaite la cessation des discriminations, des brimades et des crimes racistes ». Il « appelle tous les gens de coeur à faire connaître leur indignation à l'Am. bassade de l'Union Sud· Africaine, 51, ave. nue Hoche. à Paris ». 6 LE DRAME SOUS LE SIGNE DE L'UNION Création à Paris d'un Comité pour la justice et l'égalité en Afrique du Sud SAMEDI 2 avril, un meeting organisé par Présence Africaine, avec la participation de nombreuses o,r~ anisations, s'est tenu, 6I, rue Madame, pour protester contre les événements sanglants qui endeui llent l'Afrique du Sud. .*. Devant une salle attentive, le professeur Louis Massi,qnon qui présidait, dans son allocution d'ouverture, fit un bref historique des récents événements et stig-matis. a ies crimes du gouvèrnement suclafricain. La parole fut ensuite donnée aux différents orateurs inscrits. Un étudiant noir, de nationalité anglaise, dans un langage émouvant, peignit la tragique situation de ses frères de couleur en Afrique du Sud. Tour à tour, Robert Barrat, représentant des étudiants malgaches, guyanais et guadeloupéens, les porte-parole de la L.I.C.A., de « Témoignage Chrétien », le Pasteur Voge, dé- Deu)( télégrammes Le M.R.A.P. a fait parvenir au Conseil de Sécurité un télégramme lui demandant de prendre des mesures pour le respect de la dignité humaine en Afrique du Sud. Il a également envoyé un télégramme de solidarité au journal progressiste te New Age », depuii interdit par le gouvernement sudafricain. noncèrent les crimes commis en Union Sud-Africaine et demandèrent que des mesures immédiaj:es s9ient prises pour y mettre un terme. Notre ami Me Manel Manville, membre du Bureau National du M,R.A.P., dans une intervention très ap.plaudie, apporta le soutien sans l'éseJ'IVe de notre mouvement à l'action unie contre le racisme. Puis le docteur Aujolûat, à qui le professeur Massignon céda la présidence, et Altoune Diop tirèrent les conclusions de ce meeting, se félicitant de l'unité qui s'y exprimait. UNE DÉCLARATION de la ligue Internationale des Droits de l'Homme Des, messages ou tél égrammes de solidarité avaient été envoyés notamment par les présidents Léopold Senghor, Tsiranana, le conseiller Robert Attuly, Emmanuel d'Astier et Joséphine Baker. Par la résolution adoptée, les participants

« Ex/Jrime l~t lenr prof~nde 1;ndi,Qnation devant la SG1wage répression qui s'abat sur le peuple noir privé des droits les plus élémentaires de l'1wmme. « S'inclinent devat~t les mOl·ts de Durban, dc Lanqa, de SharpeviUe, de Johal1- nesburq, etc. « Condamnent les massacres et s'en, ga.qent à soutClnir effectivemettt la lutte du peuple d'Afrique. « Décident la création d'un comité per, manent p01!r la justice et l'égalité en Afrique du Sud. » Cette résolution a été a,pprouvée par les organisations suivantes : M.R.A.P., L.I.C.A., Fédération des Etudiants d' Afr~que Noire en France, Témoignage Chrétien, Association Générale des Etudiants Guadeloupéens, Union des Etudiants Guyanais, Association des Etudiants d'Origine Malgache, Union Fraternelle pour l'Entente entre les Races, Christianisme Social, Société Africaine de Culture. Au cours d'une première réunion tenue quelques jours plus tard, sous la présidence de M_ Massignon, les représentants de ces organisations ont pris des dispositions pour élargir encore le Comité, en faisant appel notamment aux syndicats des mineurs et aux syndicats d'enseignants, ainsi qu'à plusieurs personnalités éminentes représentant tous les horizons de la pensée. Un plan d'action contre le racisme ..sud-afrioein a été élaboré. 1 1 1 SUD-AFRICAIN - - - - La chronique de la haine 21 mars. - A l'appel du Congrès Panafric!\in, 50.000 Africains se rendent devant le poste de police de Sharpeville, démunis de leur laissez-passer. La police ouvre le feu, Des dizaines de morts, des centaines de blessés. Simultanément ,à Lauga, 11 Baphelong et à Evation, les mêmes incidents se produisaient, faisant de nombreuses victimes. 23 mars. - A Nyang,a, la police ouvre le feu sur des manifestants, Des perquisitions sont effectuées dans les bureaux du Congrès National Africain, du Congrès Démocratique et du Conseil des Syndicats. Cinq membres du Congrès Panafricain sont arrêtés à Johannesbourg, dont MM. Sobuwke et Leballo. Le Congrès National Africain dé cide une grève générale pour le 15 mars. 25 mars. - L'ordre de grève est suivi à SO %, Nombreuses arrestations. L'opinion publique mondiale s'émeut, Manifestations à Londres, Une réunion du Conseil de Sécurité de l'Q,N.U. est décidée, 26 et 27 mars. - Des milliers de grévistes manifestent dans les rues des grandes villes malgré les mesures d'intimidation, et brillent publiquement leur laissez-passer. 28 mars. - 500,000 Africains partiCipent à la journée de deuil. Le gouvernement a pris la décision d'abolir provisoirement les laissez-passer. Le premier ministre déclare : « Les blancs conserveront leur suprématie ». 29 mars. - Nouvelles scènes de violence à Dube, Worcester, dans les faubourgs de Johannesbourg. Nombreux blessés. Un projet de loi portant interdiction du Congrès National Afrrcain est déposé au parlement, 30 mars. - Le gouvernement raciste a choisi l'épreuve de force. Vaste opération de police. 150 arrestations, dont celle du président du Congrès National Africain, Albert Luthuli, Des blancs antiracistes sont également arrêtés. L'état de Siège est proclamé dans plusieurs districts, Des unités territoriales sont mobilisées, A l'annonce de ces mesures, 30.000 personnes se rassemblent à Langa et organisent une marche vers le Cap pour délivrer leurs dirigeants, 31 mars. - Sous la protection de l'armée, le parlement siège pendant 16 heures. Dll.ns la région du Cap le gouvernement a donné l'ordre à la troupe d'encercler deux cités de Langa et Nyanga, où sont parqués plusieurs dizaines de milliers d'Africains. Leurs habitants peuvent encore y pénétrer mais ne peuvent plus en sortir. Dans tout le pays, la grève est totale, Des coups de feu ont été tirés par les poliCiers à Western, localité proche de Johannesbourg. Le Conseil de Sécurité vote une résolution à l'unanimité moins deux abstentions (la France et la Grande-Bretagne). Cette résolution exhorte le gouvernement sud-africain à « abandonner sa politique d'apartheid et de discrimination raciale ». 2 et 3 avril. - Depuis 4S heures, le gouvernement du Dr Verwoerd a déclenché dans la région du Cap des opérations de répression de grande envergure. Une véritable chasse à l'homme se déroule. La police et la troupe sont armées de matraques et de fouets, Les hôpitaux du Cap s'emplissent de blessés. 5 avril. - Les pogromes continuent. Les incidents les plus sanglants se sont déroulés à Nyanga et à Lamontville. Un témoin de ces crimes a déclaré : te Même ceux qui obéissent sont battus ». Pour le ministre de la Justice, la mort d'un bébé tué à coups de feu n'est qu'un « accident malheureux ». 6 avril. - 30S' anniversaire de l'installation des blancs en Afrique du Sud. Dans la région du Cap, des milliers de noirs gagnent la brousse malgré les cordons de police. Le Parlement a voté les pouvoirs nécessaires pour mettre hors la loi toutes les organisations politiques jugées subversives. M. Van Rensburg, membre du parti libéral, s'est réfugié au Swaziland, comme l'évêque anglican de Johannesbourg. 9, avril. - Au cours d'une exposition agricole, le Président du Consell des Ministres, le Dr Verwoerd, est victime d'un attentat. Son a'gresseur, un blanc, David Pratt, est un riche fermier. 10 avril. - Nouvelles mesures de répression. - - - Un poème inédit de Marie .. Magdeleine CARBET Méditant sur de graves mots humains « Justice, équité », mains abandonnées Et front soucieux, j 'allais mon chemin En fin de journée, J'allais mon chemin en fin de journée A travers le bois baignant dans la paix. Parmi les cailloux, os nus, décharnée, La sente grimpait. Serpent décharné, la sente grinW'c1it. Réduits aux tendons, deux noirs mollets, maigres, Lents, me précédaient. Chaque pas montrait L'cnvers du pied nègre. Chaque pas montrait le plat du pied nègre Fendillé, calleux, les doigts espacés. Pied de femme usé, autrefois allègre Et p.rompt à danser. Dans une lettre adressée à l'ambassade sud-africaine, la Fédération Internationale des Droits de l'Homme constate qu'étant membre des Nations Unies, l'Etat sud-africain viole cyniquement, non seulement l'article fondamental de la,. Déclaration universelle, proclamant l'égalité de tous les êtres humains aujourd'hui reconnue par tous, mais qu'il méconnaît même les lois élémentaires d'humanité que tout peuple civilisé tient à hOnneur de respecter, et l'adjure de revenir, vis-à-vis de ses ressortissants de couleur à une politique plus juste et plus humaine. Brûler les !aisse:&-paS5er, c"est le premier act. de révolte contr. la lervitude. Autrefois léger sans doute à dan!er, Agitant volants de dentelle blanche Sous la jupe à traîne aux plis ramassés Autour de la hanche. Perles ••• L'académie d'Aix Marseille, avait chai si un texte de Balzac paur l'épreuve d'arthagraphe du B.E,P.e. Après la dictée, les candidats avaient à expliquer entre autres les mots indigène et autochtone. Voici quelques « perles » relevées dans les copies. INDIGENE : Sens propre : un homme de couleur mêlée, c'està- dire un homme de deux tons. Des gens de bosse classe, des noirs, Gens qui ne sont pas seulement d'Afrique mais aussi habitant à côté de la mer. Les indigènes ne sont pas éloignés de tout bruit comme les autochtones. Le mot vient du temps où Christophe Colomb a décauvert l'Amérique. Crayant être aux Indes, il appela les habitants des Indigènes. d'inculture AUTOCHTONE : Agé de huit ans (ou bien âgé de 80 ans ou existant depuis huit cents ans environ), Famille de huit personnes qui se suffit à elie-même. Qui instruit lui-même ses enfants. Qui n'ouvre jamais sa porte à personne. Religion peu connue ou bien religion dont les partisans croient en Dieu, mais non pas à la Vierge. Les HOTTOCHTONES sont un peuple farouche et inhospitalier. Peuple qui parle la langue d'oc et qui suit les moeurs des anciens otochtones, Jupes ondulant autour de la hanche Tu veillas au soin des tables servie; Célébrant, d'autrui, fêtes et dimanches Au long de ta vie. Dimanohes d'autrui, Au long de la vie, Rien ne t'appartint jamais que la faim, Et puis te voici , toi, ma soeur Marie, Au bout du chemin. Tu touches, ma soeur, au bout du chemin, Ame endolorie et plantes blessées, Laisse que j'embaume, et qu'entre mes mains, Les ti enne embrassées. Permets, qu'en mes mains je tienne embrassés Ma part de remords et ton lot de peine. Pour prix du pardon, voici mon passé De misère humaine. 1 1 1 1 • COMMENT ENSEIGNER LA FRATERNITE 1 7 Les recommandations adoptées au COLLOqUE de la SORBONNE· Le Colloque des Enseignants et Educ ateurs sur le racisme, qui s'est tenu à la Sorbonne, le 14 février, a é té suivi de premiers effets. D'cres et d.sjà, différents contacts ont été pris pour la constitution d'un Centre de liaison des Educateurs contre les préjugés raciaux, qui va éditer un bulletin mensuel, ainsi que des dossiers de documentation périodiques. Après le compte rendu du Colloque et les textes des interventions et messages que nous avons publiés dans nos deux dern iers numéros, nous donnons ici les conclusions des différentes commissions que tous nos amis liront avec un grand intérêt. 1. - P'RESSE ET LITTERATURE ENFANTINES C'est M' de Félice qui rapporte en séance plénière au nom de la Commission de la presse et de la littérature enfantines. Il montre l'importance Que peuvent avoir les lectures faites et les dessins vus dans l'enfance pour la formation des idées et sentiments de l'adulte. La Commission souhaite notamment : - que soient dénoncées pUbliquement et concrètement lei manifestations ouvertes ou larvées de racisme qui se trouvent dans les bandl;s illustrées, dans les journaux et livfe-s pour enfants; - que les éducateurs veillent avec soin à l'application de la loi du 16 juillet 1949, lui prescrit les critères et règles que doivent respecter les éditeurs de journa)1x d'enfants; - Que cette loi soit appliquée de manière nette et sévère, d'autant plus que les préjugés ethniques y sont spécifiquement dénoncés, et qu'elle soit même renforcée dans un sens qui permettrait la condamnation certaine des publications excitant au racisme; - que soit encouragée la presse des Mouvements de jeunesse et la publication de lectures saines Qui, sans aboutir à un. « pré chi-pré cha » antiraciste, devraient néanmoins exalter et susciter l'esprit de fraternité humaine; - que les éducateurs, les enseignants et les familles soient informés sur ces problèmes, en particulier par la publication dans la presse quotidienne et hebdomadaire de critiques des livres d'enfants; - que se multiplient les bibliothèques pour enfants; - que soient encouragées les collections de livres d'enfants qui amènent 1\ la connaissance des autres peuples et des di verses civilisations; - que les écrivains pour enfants choisissent des sujets où se manifeste un large esprit de comp,réhension. La Commission constate aussi l'influence, parfois néfaste sur le plan du racisme, d'une certaine « presse du coeur » lue par les adolescents et même les enfants, et souligne qu' « en matière d'éducation, il n'y a pas de détail' : la lutte antiraciste est essentielle dans toutc éducation ». Il. - ENSEIGNEMENT ET MANUELS SCOLAIRES Au nom de la Commission de l'Enseignement et des manuels scolaires, Mme Olga Wormser apporte les observations et suggestions suivantes: l. Il faut envisager, dans l'enseignement, dans les conversations une certaine réforme du vocabulaire, excluant toutes les expressions péjOratives, ou susceptibles de provoquer l'hostilité à l'égard d'autres peuples ou d'autres races. (Un pédagogue anglais a proposé par exemple que l'on dise race rose et race brune, au lieu de race blanche et race noire.). 2. Les instructions ministérielles relatives aux programmes d'histoire et de géographie, qui condamnent déjà l'exaltation d'un patriotisme trop exclusif et chauvin, devraient également recommander la dénonciation du raJcisme sous des formes appropriées à tous les degrés de l 'enseignemen.t. 3. Les cours des différentes matières, en particulier biologie, histoire et géographie, doivent conver~er pour faire comprendre l'unité de l'espèce humaine. 4. En instruction civique, il convient de revaloriser les notions de tolérance entre les hommes, de compréhension entre les races. En histoire et en géogra~ phie de reconsidérer les données de la colonisation, de faire connaître les civilisations anciennes des peuples colonisés, 8. L'organiS3.tion de clubs d'élèves et de' débats est un moyen propre à favoriser l' élimination des préjugés racistes et antisémites. 9. Il serait utile de publier, à l'usage des enseignants et des élèves, des recueils de textes antiracistes des grands écrivains français, et d'études sur les grandes civilisations du monde entier. La Commission recommande, en generaI, d'agir en sorte « ,!u'il n'y ait pas de divorce entre ce que nous enseignons et ce que nous tolérons ». Quelques images du Colloque de la Scrbonne. De gauche à droite : M. Léonard Sainville, le professeur Zazzo, Me Armand Dymenstajn, Mme Fernande Seclet-Riou pendant leurs interventions. d'utiliser les textes antiracistes des grandS hommes du passé, relatifs à ces peuples. 5. Les manuels d'h;stoire et de géographie, même lorsqu'il n 'ont pour Objet Que l' étude de la France devraient, ne serait-ce que dans l'introduction, faire .apparaître aux élèves la simuJtanéité dans le temps et dans l'espace de l' évolution des civilisations. 6. Les manuels d'h'stoire devraient, surtout dans les grandes classes, faire état des persécutions généralisées déclenchées par le nazisme, et exalter l'idéal de la Résistance. 7. Il serait bon de fournir les bibliothèques scolaires en ouvrages a.n.tiracistes, en particulier les brochures et r evues de l'U.N.E.S.C.O. III: - CINEMA, RADIO, TELEVISION C'est le cinéaste Henri Calef qui lit la résolution de la Commission du Cinéma, de la Radio et de la Télévision. La Commission, « malgré les tentatives individuelles pour tra.i.ter du problème ra.ciste, auxquelles elle rend hommage, regrette qu'une prise de co.nscience insuffisante entraîne enseignants, éducateurs, membres responsables de la Télévisio.n, de la Radio et du. Cinéma à so.us-estimer les répercussions que peuvent avoir sur l'esprit et le comportement des enfants et des adolescents, certains programmes de cinéma, radio., télévision, trop souvent entachés de mépris racial n. LE 29 MAI, A L' U.N.E.S.C.O. (Suite de la première page) Elle recommande, « appuyant les tentatives déjà existantes pour la diffusion des idécs de tolérance, de co.mpréhension et de fraternité humaine : « 1") le développement des initia·tives tant auprès de l'opinion que des po.uvoirs publics pour une meilleure co.ntribution à la lutte contre les discriminatio.ns raciales et antisémites, l'Assemblée Nationale il y a juste un an, le Colloque des E ducateurs qui s'est tenu en février à la Sa.rbonne sont, par exemple, des réalisations ayant leur origine dans les débats et les directives de nos J om-nées Nationales. Cette heureuse tradition n'existerait pas qu'il faudrait absolument, cette année, sinon l'instaurer, du moins organiser une manifestation semblable, l-époncku1t aux mêmes préoccupations, visant aux mêmes obj ectifs. C'est dire que la 12' Journée Natio'nale vient à son heure. DANS la dernière période, d'innombrables Français ont pris conscience, brus'quement, que le racisme était un problème d'actualité. Chez nous, comme dans beaucoup d'autres pays, nous avons assisté, au début de l'année, à cet odieux défi lancé au monde civilisé par les néo-nazis en mal de revanche, menaçant à nouveau de la croix gammée ,es Juifs d'abord, et avec eux tous les T,euples. Puis, horribles, dramatiques forfaits, ce furent les crimes perpétrés en Afrique du Sud contre les noirs, qui ne nous font pas· oublier, bien au contraire, le drame algérien, à plus d"un égard comparable à celui qui se joue à l'autre bout du continent. Devant ces déchaînements de haines et de violences, la riposte s'est affirmée. Et nous avons constaté avec satisfaction la part active qu'y prenait la jeunesse. ainsi que l'inébranlable attachement de notre peuple tout entier à l'idéal des Droits de l'Homme, à la dignité humaine, AUTEURS, conformément à ses plus généreuses traditions. La 12' Journée Nationale sera l'occasion pour les antirascistes de faire le point de ces batailles récentes, d'en tirer les leçons, pour combattre plus efficacement encore cette idéologie antihumaine, ces crimes contre l'humanité que le racisme porte en lui. SOUS nos yeux, le monde se transforme à un rythme ver.tigineux. Le pér~ple en France de M. Khrouchtchev, après son voyage aux Etats-Unis, les prises de contact qui se multiplient entre chefs d'Etats, la Conférence au Sommet qui se prépare, les discussions en cours sur le désarmement et l'ar.rêt des expériences. nucléaires : tout cela témoigne d'un courant non seulement vers la liquidation de la « guerre froide », ma is aussi v~s plus de compréhension et d'amitié entre les nations. Para llèlement, le processus de 1. décolonisation » s'accélère. En Afrique, en Asie, en Amérique latil1,e, des peuples décrétés naguère « inférieurs », s'imposent, en dépit des heurts et des difficultés. comme des membres à part entière de ' la grande famille humaine, qui semble pouvoir s'acheminer, au terme d'une évolution hi storiquement rapide, vers une réconciliation générale. Dès lors, le racisme apparaît comme l'Un des obstacles majeurs à cette évolution, dans la mesure où des gouvernements l'utili sent (ou le tolèrent) pour dresser les peuples ou les hommes les uns contre les autres; dans la mesure LOUIS DROUOT - SOULANGES EDITEUR - LIBRAIRE ACCEPTE ET DIFFUSE DE BONS MJ\.NUS(jRITS « LE LIVRE OUVERT » 20, lIue de l'Odéon, PARIS-Vie - Téléphone DANton 25-38 c.c.P. PARIS 15.997-38 AUTEURS confiez-nous vos MANUSCRITS GRAND CHOIX DE LIVRES ET DISQUES ANTILLAIS « DROIT ET LIBERTE)} EST EN VENTE AU « LIVRE OUVERT )} aussi où il freine les rapprochements au niveau des individus. Tant que les haines raciales empoisot1illeront la vie sociale, tant qu'elles exciteront des esprits, pourra-t-on parler vraiment de paix? . Ainsi, la lutte antiraciste se trouve être le complément indispensable, sur un plan différent, des rencontres internationales, des négociations qui devraient, partout, mettre fin aux conflits armés. SE déroulant dans ce contexte nouveau, la 12' Journée Nationale revêt une importance exceptionnelle. Il s'agit, ni plus ni moins, d'aider kt conscience des hommes à se mettre au diapason des p,rofondes transformations que subit aujourd'hui le monde et d'oeuvrer par là même à ces transformations nécessaires. Une telle tâche intéresse tous les Français. Aussi, ne considérons-nous pas la Journée Nationale comme le fait de notr'e seul Mouvement. E lle doit être une vaste confrontation entre tous les courants de la pensée françaisé tous les milieux so.ciaux, politiques et' religieux. Tous les groupements, tous les citoyens - et ils sont légion - à Qui ce combat tient à coeur, sont invités chaleureusement, sans exclusive ni préalable aux assises du 29 mai. ' Comment les antiracistes ne trouve~- aient-ils pas un langage conunun, quand Ils se donnent pour mission d'unir l'ensemble des hommes? A. L. Pour permettre à la douzième Journée Nationale une étude approfondie des problèmes posés, un AVANT-RAPPORT sera à la disposition des militants et amis du M.R.A.P. dès la fin avril. Il pourra être discuté par les différents comités antiracistes et au sein des associations intéressées. . Les principaux thèmes discutés (dont certains feront l'objet de rapports particuliers) seront les suivants : les antiracistes et la détente; les diverses formes du racisme en France; l'internationale nazie; la jeunesse et l'éducation antiraciste; l'action judiciaire contre le racisme; l'évolution de l'Afrique. Pour tous renseignements sur la Journéa Nationale, pour y participer ou aider à sa préparation, s'adresser au M.R.A.P., 1 S, rue du Faubourg-Montmartre, ,Paris (9' ). Tél. PRO 82-78. On peut d'ores et déjà retirer les invitations et les mandats de délégués. « 2~ ) l'élargissement et la multiplication des contacts entre enseignants et éducateurs d'une part, et les responsables de la créa,tion artistique dans le cinéma, la radio et la télévision d'autre part Il. Soulignant « les responsabilités communes aux enseigna.nts, éducateurs et créateurs artistiques alors que cinéma, radio, télévision so.nt des moyens puissants d'expression n, la commission « invite les participants à la renco.ntre de ce jour, à poursuivre leurs effo.rts en s'assurant la coo.pératio.n de l'opinio.n publique ». IV. - LE ROLE DU M.ILlEU Le professeur René ,zazzo, exposant les conclusions de la Commission qui a étudié le rôle du milieu , constate tout d'abord que, dans ce domaine, il convient d'envisager « une action à très longue échéance », qui est liée .d'ailleurs, Il 3011 contexte politique et social ». La Commission fait les observations suivantes: 1. Le milieu constitue le facteur capital dans la formation de l'enfant, surtout en ce qui concerne l'acquisition d'idées racistes. 2. Les familles éclairées peuvent mener une lutte vigoureuse contre les préjugés raciaux. Leur attention est attirée sur l'intérêt qu'il y a à famili a.riser le plus tôt possible les enfants avec des enfants ou des adultes appartenant à d'autres groupes ethniques_ 3. En ce qui concerne les familles moins éclairées, l'action est à la fois nécessaire et difficile. Il est souhaitable que l' école exerce une influence susceptible de rectifier les jugements erronés des enf.ants et que s'éta~lissent e ntre les paren ts et les maîtres des rel a tians confiantes permettant d 'aborder ces problèmes. 4. Une actlOn indirecte efficace peut être menée en particulier sur le plan professionnel par les syndicats. 5. Les Eglises, fidèles à leur inspiration originelle, se doivent de veiller soig. neusement à ce que leur enseignement ne puisse en aucun cas favoriser chez les enfants le mépris envers les hommes d'une autre religion. 6. Il ya lieu d' encourager les échanges et correspondances scolaires entre enfants appartenant à des communautés ethniques et nationales différentes_ 8 Le Club Amitié Un ûub antiraciste est né, le Club amitié. Il n'a que trois mois d'existence et remporte déjà un vif succès ; il ira, nous l'esPérom , vers des succès croissants. L e C/;ub Amitié est issu dtt Ciné Club Amitié qui pendant 4 ans a mené .qrâce aux f iltns wne activité antiraciste importante. Nous .qroupions à l'é po,que 700 adhérents. lV! ais par suite de l'augmentation constante des frais de .qestion, nous avons dû abandonner cette activité, et aVons donc décidé de nous grouper à nmweau, mais cette fois-ci, au sein d'un club, qui, tout en conservant le meme objecti f , à savoir le combat antiraciste et la lutte pour la .paix, a étendu ses activités à d'autres domaines: con f érences, débats, sorties théâtrales, pro.iections, etc. Nous avons eu la .ioie dernièrement de recevoir parmi nous Claude Bernard Aubert, le r éalisateur des « T ripes au Soleil » ; le metteur en scè,ne et comédien Roger Blin nous a expliqué très amicalement la pièce « L es Nègres ». M. Pierre Rondière, rédacteur de « FranceU. R .S .S . » nous a commenté la vie en Union Soviétique. N ous avons é.qalement bénéf icié de tarifs rédtâts pOtlr « L es S équestrés d'Aliona » de J.-P. Sartre, et naturellement pour « L es Nègres » de Jean Genêt. Nous fJ,VOI1tS à nos r éunions, une a'l'J'l,biance sympathique sans vernis, de façon ERRATUM Publiant, dons notre dernier numéro, un article de M. Henri Mitterand : « Deux livres sur l'Affaire Dreyfus », nous avons donné par erreur à l'a.uteur le titre de secrétaire général de la Société des Amis d'Emile Zola . Le secrétaire général de la Société est en réalité M. Pierre Cagny, dont nous avons eu l'occasion de publier également un article, l'on dernier. Nous nous excusons auprès de lui. M. Henri Mitterand, qui est en fait le secrétaire de rédaction des Cahiers Naturalistes, nous adresse par ai lieurs le sommaire du dernier numéro de cette intéressante revue. Nous le reproduisons ici bien volontiers : VIENT DE PARAITRE LES CAHIERS NATURALISTES, revue de la Société Littéraire des Amis d'Emile Zola, nO 13. Au sommaire : Henri Guillemin: Zola et Claudel; Edmond de Goncourt, Lettres inédites à Emile Zola, présentées et annotées par Pierre Cogny; une lettre inédite de la Duse à Mme Emile Zola ; bibliographie des publications récentes sur le Naturalisme, etc. En vente à la librair ie Max-Ph. Delatte, 133, rue de la Pompe, Paris-16e. Ed. Fasquelle, 61, rue des StsPères, Paris-6e • ON m'a donné, plusieurs fois un tract à la sortie du lycée. Les trois premiers, je les ai jetés ; ce d~l!lier, je vais le lire : il m'invite à par~lcl~er, dimanche matin 27 mars, à la proJectlOn des films : « Nuit et Brouillard » et « Come !Back Africlli ». C'est gratuit, alors j'irai. Le cinéma car c'est une vraie salle de cinéma, est ' déjà assez rempli. Chacun est assis, la tête en l'air pour chercher des yeux un camarade de classe. Il y a de nombreuses jeunes filles. Je fais le tour de la salle, égaré, perdu, car contrairement à tous les autres, je ne rencontre aucune connaissance. Quelques jeunes de mon âge ont un brassard tricolore et sont très affairés, bien que tout semble bien préparé, leur visage préoccupé donne à penser qu'ils craignent un imprévu gênant. La salle est presque pleine. Tous les spectateurs sont des jeunes, filles e~ .garçons de 15 à 20 ans, et chose cuneUSl, ils n'ont pas du tout ici l'allure de lycéens, on pourrait presque dire qu'ils sont des jeunes hommes. Tous sont sérieux. Ils attendent je ne sais quoi. Je reprends le tract pour le lire plus amplement, il s'agit de Comités antiracistes et antifascistes de plusieurs lycées ou collèges : « Turgot », « C?arlemag~e Il, « Victor-Hugo Il et « Sophle-Germam ». Quelqu'un avec un brassard tricolore s 'approche de moi et dit : - Tu n'es pas en l~e ? - Si. Il poursuit : - Nous sommes environ 300. Nous allons commencer la projection. Une gravité d'adulte se lit sur les visages, c'est très surprenant. Quant aux inscriptions hitlériennes qui ont déclenché les réactions indignées des mouvements et des hommes antiracistes, je n'en ai pris connaissance que par les répétitions constantes de ces nouvelles à la radio ; vite cela me sembla factice et presque publicitaire, car au fond rien ne L'ACTION DU M. R . A. P. se présente ... à grouper un collectif de travail qui ,'épondra mt 1noindre a,ppel en cas de nécessité. Le Club Amitié a déj.à montré son efficacité au cours des derniers évéL nements. Nos adhérents ont participé à toutes les manif estations récentes : à l'H ôtel Modenne, au Mémorial du Martyr Juif, au Colloque des Universitaires à la Sarbonne, montrant ainsi sa présence dans le combat. Nos délé.qations ont exigé auprès des chefs de s tations de métro, la suppression rapide des graffiti antiGémites et nazis. Mais il reste du travail d'éducation à faire et , c'est notre rôle : aoqttérir une plus .qrande connaissance des Peuples, de f açon à resserrer encore nos liens d'amitié. Nous avons beaucoup de proj ets : visite du Musée de l'Homme, contacts avec les attachés culturels de di f fiérrents pays, avec les A mitiés Franco-Chinoises, avec Présence Africaine, projections de

films, conf érences sur tOtltes les grandes

questions d'actualité ... et pOllrqnoi pas? renaissance du Ciné-Club ... Notre programme de mars nous a permis de voir « L es Trois S oeurs» d'A . T chekozJ. L e 22 mars, nous avonoS parlé de la pièce av ec les réalisateurs, et le mercredi :w 'mars, soirée relaxe, ouverture de la bibliothèque, disques et discussion lib,'e. Nos activités prochaines? « chut! » ce ne sont encore que des proiets. L es brtti ts courent d'une sor tie champêtre, mais où? .. NOliS verrons cela très billi'!tôt, et nous espérons nous retro uver nombreux à nos soirées amicales. V ene.:'-' V ... Jacques K. LE PROGRAMME D'AVRIL ET MAI Mercredi 20 avril : Conférence sur l'Afrique du Sud, par Me Manville. Mardi 26 avril : Sortie théâtrale : cinq pièces inédites de Tennessee Williams, au Studio des Champs-Elysées (prix : 450 francs). Mardi 3 mai : Discussion sur la pièce avec l'un des réalisateurs. Mercredi 11 mai : Préparation de la Journée Nationale contre le raci sme, l'antisémitisme et pour la paix. Mercredi 18 mai : Connaissance des Etats-Uni s. Les réunions du Club Amitié ont lieu ou 120, rue Vieille-du-Temple (Métro : Filles - du - Calvaire). Renseignements au M.R.A.P. Notre ami Henri KRZYWKOSKI a 80 ans N OTRE bon ami, H enri Krzywkosk i a eu quatre-vingts ans le 1.') avril. Pour tous les amis. du M.R.A.P., pour tous les antiracistes c'est l'occasion de dire notre affection profonde et notre respect au v:al e u ~ reux et dévoué combattant r épublicain qUI depuis soixante-cinq ans n'a cessé de lutter pour les causes j uste!'. e~ inséparables d e .la dig nité huma ine, de la hberté et de la paix. H enri Krzywkoski, âgé alors de quatorze ans - c'était en 1884 - éta it 'a pprenti fou rr eur tout comme ses frères, Eugène, disparu il y a quelques années, et Isidor e, lor squ'éclate l'a ffa ire Dreyfus. La feuille antisémite de D rumont : « La · libre parole » d échaîne les passions antisémites. C'est la condamnation de Dreyfus et la dég radation du malheureux capitaine. Au milieu de la foule qui hurle « Mort aux Juifs » le jeune H enri crie « Vive Drey- Henri IKR:ZYWKOSKI fus », et c'est le d ébut d'un combat contre l'injustice et l'arbi t ra ire que plus rien ne fera dévier, et qui fera de Henri Krzywkoski le milita nt exemplai re que nous fêtons auj ourd'hui. . L 'affa ire Dreyfus . la guerre de 1914-1918 au cours de laquelle Henn Krzywkoski est biessé ~n Champagne ; toutes !es campagnes c~ntre ~'hit:Jéri sme dès 1933, la part a rdente qu'il , p,rend au 1evelÛippemer:t et a ~a. VictOire du F ront Popula ire en 1936; la Resl stance a laquelle Il participe sous l'occupation (il est membre du Réseau Alexandre - V.I.c. des F:orces Françaises Combattantes) ; et dès la Libération, l' acti ~n qu'il p?urs!-!1t contre les vestiges du nazisme, contre toutes les formes du raCisme, et blentot les menaces nouvelles du militarisme allemand rena issant - telles sont les étayes d'un~ exi stence tout entière consacrée à la défense d'un monde fraterne et pacIfique. .. " . Mais la vie d'H enri Krzywkoskl est exemplaire aUSSI, a un autre titr e. Combattre le mat n'est qu'un aspect de son inlassable activité. De son enfance difficile et laborieuse il a r etenu que c'est à la jeunesse qu' il faut offrir les conditions d 'une vie mei lleure et pour cela l'instruire dans la f r aternité et l'élever dans l'anlour et le respect du travail. source de toute dignité. Dès 1923, il fonde l'Ecole ,profes si~mnelle de la Fou: r~re, dont ~l est enco~e aujourd'hui le vice-président ~t présld~nt de la co~ml sslon. t echntque. P~PU1 S 1928, il est membre de la cai sse des ecoles du: 10 ar;omhss~ent, .ou Il est élu administrateur en 1939. Exempt de ~e:tan.sme, dt:fense';1r I?fatlgable d~ l'école laïque - « celle de tous sa.ns dzs fznctzon e» alme-~-Il dire -, I:I en~ 1 Krzywkoski ne compte que des amis. Dans le 10 a r rondissement, o~ Il VIt depuis près- d'un demi-siècl e, il est l'une des figures les plus popula ires, et il est unanimement estimé. Depuis la fondation d~ . M.R.A.P., H enri .Krzywkos~.i est memt;re du Conseil National. Et au mlheu de nous, parmi ceux qu Il a ViU na ltre et s 'éveiller à la pensée et à, l'action, il est l'ami fidèle dont la j eunesse de coeur, et la noblesse d'eStprit sont un précieux recours. Longue vie ! Bonheur et santé à Henrj Krzywkoski Charles PALANT. l a jeunesse étudiante dans la bataille antiraciste La participation active de la jeunesse étudiante à la bataille a ntiraciste ne s'est pas démentie depuis le début de l'année. Nous en avons donné de nombreux échos dans nos précédents numéras. Un comité de liaison des lycées parisiens s'est consenJ ... JI se faisait de la part du gouvernement pour les arrêter. Tout le monde s'indignait

personne n'agissait, ou si peu ...

Moi aussi, je faisais partie de cette foule des absents. Ici, au cinéma Panthéon, tout est différent. Tous ceux qui sont ici sont présents, corps et âmes. En entrant ils ne se connaissaient pas ; quand ils partiront, ils se diront : à bientôt camarade ! Camarade ! tiens un terme communiste ! Pourtant ils ne le sont pas ; il y en a ... Ils sont par groupes, ils parlent comme des gens déjà éprouvés, mais non aigris, révoltés mais non pessimistes. D'autres brandissent leur poing avec stupeur sur une abominable photo d'un journal. Les « Brassards » surveillent, les yeux méfiants. Les portes se' ferment. Silence, obscurité : il y a exactement la même atmosphère de recueillement que celle vécue lors de ma visite dans un ancien camp : Buchenwald. Un « Brassard » monte sur la scène, parle, il s'en suit un léger brouhaha . . Le premier fil~ passe, pUis l'autre. Tous les deux ne m'ont converti en un antiraciste et antifasciste militant, je n'en ai pOint le caractère, mais je sais maintenant comment je vais diriger mes lectures et discussions à venir. Le racisme, c'est affreux ! Non ! pas de racisme ! ... Les prOjections sont terminées. Deux « Brassards » font successivement une intervention parlée sur la scène, ils sont remplis d'un enthousiasme dû à la satisfaction d'une séance réussie. C'est vrai, c'est réussi. J e m'apprêtais à entendre de chaudes discussions, non, queIques échanges de remarques, à voix basse, de crainte de man, quer de respect aux images qui venaient de s'évanouir sur l'écran. La salle se vide. Chacun laisse quelques pièces en passant. J'étais venu, c'était gratuit ; pourtant je fais sonner ma pièce. Avant de se séparer, chacun désire continuer à penser, au sein de son groupe. Mais dehors l'atmosphère est si différente, si indifférente ... P.C.C. : André SIROTA. t itué au mil ieu de mars. Il caordonne l'organisation de conférences et de séances cinématographiques par les différents comités antiracistes de lycées, qui sant actuellement une quinzaine. Tautes nos félicitations à nos jeunes a mis pour leur belle et persistante combattivité ! UNE CONFERENCE ORGANISEE PAR LES LYCEES LAMARTINE, CARNOT ET JULES-FERRY Le 31 mars, à 17 h. 30, a eu lieu à la « Famille Nouvelle » , une conférence de MO Jean Scha'pira, membre du Bureau National du M.R.A.P., sur le thème suivant

.. ' Qu'est-ce que le racisme ? »

Cette conférence était organisée par les Comités antiracistes des lycées Lamartine, Carnot et Jules-Ferry. L'exposé de Me Schapira a passionné les jeunes auditeurs qui, pour :0 plupart, n'avaient pas vingt ans. Ils avaient tous entendu parler du racisme et du nazisme mais peut-être ne connai ssaient~ils pas ,avec ;précision les causes de ce mal et les moyens de le combattre. Les trois comités ont décidé de développer largement leurs activités au cours du prochain trimestre. Ils ont l'intention, en particulier, de faire éditer la conférence de MC Schapira, pour la faire diffuser auprès de tous les lycéens. « NUIT ET BROUILLARD» AU LYCEE CARNOT Dans le cadre de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, le comité antiraciste du Lycée Carnot" en accord ayec M. le Proviseur, a donne quatre: proJections du film « Nuit et BroUlllard », d'Alain Resnais. Les élèves ont participé nombreux à ces séances, qui ont eu lieu à 16 h. 45 et 17 h . 30, le mercredi 30 mars et le vendredi 1er avril.

  • ..

Le comité antiraciste et antifasciste du Lycée Carnot a d'autre part, adopté une motion condamnant le racisme en Afrique du Sud. AU LYCEE EDGAR-QUINET Une conférence du cinéaste Henri Calef, membre du Bureau National du M.R .A.P. a eu lieu le 31 mars pour les élèves du Lycée Edgar-Quinet. Tenue dans le local de la J.E.C., en présence d 'une assistance nombreuse, cette conférence, suivie d'un paSSionnant débat, a été fort appréciée par les jeunes participantes. Le film de Louis Daquin « Maître après Dieu » a été ensuite projeté. AVEC LES NORMALIENS ET LYCEENS' D'EVREUX De très nombreux jeunes gens et jeunes filles, élèves du Lycée et des deux Ecoles Normales, assistaient à la conférence orgaIÙsée, le 31 mars, à la mairie d'Evreux, pour la constitution d'un comité du M.R.A.P. Après l'exposé d'Albert Lévy, membre du Bureau National, un débat s 'engagea sur les meilleurs moyens de combattre le racisme. Des dispositions furent prises pour élargir rapidement le comité et développer son action. AU LYCEE VOLTAIRE Répondant au voeu des élèves antiracistes du Lycée Voltaire, M . Villain, professeur agrégé d'Allemand, a organisé, en accord avec le Ciné-Club, le Comité de Vigilance des professeurs et le groupe « Connaissance de l'Allemagne », une projection du film « Nuit et Brouillard », précédé de « Guernica ». Trois cents personnes s'entassaient dans la salle. Le débat qui s'instaura ensuite portait sur cette question, posée par le professeur : Qui est responsable ? De l'avis général, la responsabilité incombe à tous ceux qui n'ont pas réagi lors du développement du nazisme. « Aujourd'hui, il nous faut donc agir, déclara un élève, pour que les gens, qui sont pour la plupartJ de bonne volonté, prennent réellement conscience et 'soient amenés à. élever la voix devant les agissements racistes ». C'est pourquoi des tracts furent distribués, quelques jours après, pour la constitution d'un comité antiraciste. De premiers contacts ont été pris. Des mesures plus précises, et une activité soutenue sont prévues pour la rentrée de Pâques. (D'un correspondant de Il D. L. lt. ) AU LYCEE CHARLEMAGNE Une réuIÙon d'information pour les élèves du Lycée Charlemagne a eu lieu le 21 mars à 17 )1. 30, à la Brasserie Henri- IV, place de la Bastille. Elle était or- (Suite page 9) • ILS CONTINUENT ••• • le danger qui vient d'Outre--Rhin LE mois dernier, le New York Times a révélé q ue' M. Strauss, ministre de la Guer-- re du gouvernement de Bonn, avait fait à Madrid démarches sur démarches pour obtenir l'autorisa tion d'établir en Espagne les camps d'ent"raÎnement pour des formations militaires allemandes et spécialement la permission de construire du côté de Bilbao, centre du bassin minier espagnol, des éta blissements sidérurgiques et des laboratoires pour fabriq uer des bombes thermonucléaires et des fusées intercontinentales. Comme M. Strauss a engagé ces pourparlers en dehors de toute entente avec l'Etat-Major de l'O.T.A.N., la révélation du journal américain a fait scandale. De bonnes âmes auraient pu croire que, pris la main dans le sac, le ministre allemand de la Guerre se serait excusé. Ce serait mal connaître les dirigeants allemands. Quand ils se sentent le vent en poupe, il se paient d'audace et préfèrent crâner. C'est ce que n'a pas manqué de faire M. Strauss. Sitôt ses intrigues dé couvertes, il a déclaré à cor et à cri qu'il était inadmissible que la Bundeswehr ne dispose pas de camps d'entraînement suffisants pour toutes ses troupes. Le territoire de l'Allemagne Fédérale n'ayant guère que 200 kilomètres de largeur, le ministre allemand de la Guerre a posé comme un droit absolu pour l'Allemagne de disposer à l'étranger de dépôts où entasser toutes les munitions qui devraient suffire à la Bundeswehr pour 90 jours de guerre, de camps d'entraînement pour ses troupes et de rampes de lancement pour de futures fusées allemandes armées d'ogives nucléaires. C'est là le langage que le ministre allemand vient de tenir le 3 avril dernier à la conférence qui réunissait à Paris les ministres des Etats membres de l'O.T.A.N. L'Angleterre, qui redoute a juste titre le r éarmement de l'Allemagne et la création de bases allemandes à l'étranger, a fait valoir qu'une guerre nucléaire ne durerait sans doute pas plus de trente jours, qu'il suffisait donc de préVOir des dépôts pouvant contenir les munitions nécessairès pour un mois de combat. La conférence de l'O.T.A.N. n'a pas conclu. Nonobstant les conseils de modération donnés de toutes parts à son endroit, M. Strauss a engagé toujours dans le même but des pourparlers avec tous les pays dei l'Europe : outre l'Espagne, la Belgique, la Hollande, la France, l'Italie et la Grèce. La Belgique, toujours disposée à aliéner sa propre souveraineté à quoi elle ne tient plus beaucoup, aurait déjà accepté l'installation sur son sol de camps d'entrai· nement pour les troupes allemandes ! La ,..- --- -- PAR - ------; Bernard LAVERGNE Professeur honoraire à la Faculté de Droit Grèce aurait accepté l'installation de rampes de lancement de fusées. A voir que le réarmement actuel de J'Allemagne Fédérale est plus rapide que celui qu'a effectué Hitler après 1934 (les dépenses milide l'aveuglement des nations occidentales? ••• Comme l'a dit avec raison ces jours-ci M. « K. », l'U.R.S.S. ne craint nullement pour elle-même l'armée allemande, mais il est quasi mathématiquement certain que les généraux allemands actuels - qui tous ont été des généraux nazis (l'Allemagne fédérale est aux mains de nazis que partout M. Adenauer a placés aux postes de com· mandes) - après avoir minutieusement organisé une agression, ne résisteront pas un jour au coup de folie qui consistera à commettre cette agression. De même que les Allemands de l'Ouest ont organisé l'émeute de juin 1953 à Berlin-Est, de mê- On jouoit « Le Journal d'Anne Fran k » à Barcelone. Les nazis d'outre-Pyrénées n'ont rien à envier à ceux d'a utre-Rh in. taires de l'Allemagne de Bonn cette année atteignent déjà 1.000 milliards de francs anciens et atteindront très probablement 1.500 et 1.800 milliards de francs en 1961 et 1962), à voir la volonté des gouvernants alleman,ds de disposer au plus tôt d'armes atomiques, ainsi que l'ont proclamé non seulement M. Strauss, mais M. von Merkatz, le 2 avril (Le Monde, 3 avril), comment ne pas être rempli de la crainte qu'un jour ou l'autre l'armée allemande reconstituée pourra être le « détonateur » qui provoquerait la troisième guerre mondiale ? Comment ne pas être épouvantés me l'état-major allemand se décidera à envahir tôt ou tard par une action foudroyante l'Allemagne de l'Est et, s'il se peut, la Pologne. Comme très certainement les divisions russes stationnées en Allemagne de l'Est combattront vigoureusement les forces allemandes, on voit qu'une guerre générale pourra en résulter. C'est cet épouvantable danger que toute personne sensée veut conjurer en arrêtant le réarmement allemand, mais ni le Pentagone américain, ni même le gouvernement français n'a encore la moindre notion de ce danger cependant très grand ! .*. L'aCtion du III.R.A.P. (suite) Combien de Français ont un bandeau sur les yeux par rapport à l'Allemagne ? Comme l'a dit M. « K. » : jamais l'U.R. S.S. ne permettra la modification de la frontière pOlonaise sur l'Oder-Neisse. Dès lors l'Allemagne, repoussée à l'Est, ne pourra trouver de grandes tentations qu'à l'Ouest ; elle pourra annexer la Belgique qui ne ferait qu'une faible résistance. C'est aussi la France, c'est notre AlsaceLorraine qui risquera un jour d'être l'objet d'une agression de la part de l'armée allemande. Comme toute l'armée française est en Algérie, les forces allemandes pourront quand elles le voudront envahir la France pour la quatrième fois, et même le Général de Gaulle ne pourrait que rester impuissant devant la promenade militaire de la Bundeswehr sur notre sol ! Les gouvernants allemands entretiennent depuis plusieurs années un Bureau de J'Alsace- Lorraine au ministère allemand de l'Intérieur, car jamais le cabinet de Bonn n'a accepté de déclarer publiquement qu'il renonçait à l'Alsace-Lorraine. Le ministre fédéral allemand, M. Jacob Kaiser, a proclamé depuis longtemps que l'Alsace-Lorraine était partie intégrante de la GrandeAllemagne. Le jour donc où les généraux allemands voudront envahir l'Alsace-Lorraine qui sera sans défense, que pourrons· nous faire sinon crier au scandale ? mais ni les Anglais, ni les Américains ne viendront sans doute à notre secours. Seule une alliance pOlitique franco-russe nous mettrait à l'abri de ce danger. UNE BELLE REUNION A TOULOUSE Le M.R.A.P. a tenu à Toulouse, le 23 mars, une be lle réunion d'information, dans la grande salle du café Borias, place du Capitole. Parmi les nombreux participants, on notait la présence de plusieurs professeurs de l'Université, de nombreux étudiants africains, et des représentants de diverses' associations. L'exposé de notre ami Me Manvi lle, La • Jeunesse étudiante (Suite de la page 8) ganlsee par le comité antiraciste et antifasciste. AprèS un exposé de Me Manville, sur les menées racistes et sur l'action de notre Mouvement, un débat a eu lieu, et le comité a recueilli de nombreuses adhésions. CREATION D'UN COMITE ANTIRASCISTE AU LYCEE SOPHIE-GERMAIN Les lycéennes de Sophie-Germain ont décidé, elles aussi, de constituer un comité antiraciste. A cet effet, une réunion se tiendra 'le samedi 23 avril, à 17 heures, à la Brasserie Henri-IV (salle du 1er étage). Le débat sera ouvert par notre ami Roger Maria, membre du Conseil National du M.R.A.P. membre du Bureau National du M.R.A.P., fut suivi d'un débat approfondi, à la suite duquel fut élu un bureau provisoire, qui tiendra sa première réunion à la fin d'avril.

  • • •

Une grande réunion publique aura lieu à Tou louse, le samedi 7 mai, à 21 heures, à l'ancienne Faculté des Lettres, pour la commémoration de l'insurrection du ghetto de Varsovie. Me Jean Schapira, membre du Bureau National du M.R.A.P., prendra la parole. La soirée se terminera par la projection d'un film . UNE ASSEMBLEE D'INFORMATION A BORDEAUX Nos amis de Bordeaux ont organisé récemment une réunion de diverses personnalités de toutes tendances, qui ont déc idé d'apporter Iwr appui au M.R.A.P. Avec leur participation, une assemblée d'information aura lieu le samedi 23 avril, à 17 heures, à l'Athénée Municipal, pour l'élection du comité local. SOIREE CINEMATOGRAPHIQUE A LIVRY-GARGAN r Le Comité du M.R.A.P. de livry-Gargan et Pavillons-sous-Bois organise, le mardi 26 avril, à 20 h. 45, une grande soirée cinématographique, à la salle « Mon Ciné » (Livry-Gargan) . Les deux films « Nuit et Brouillard " et « Maître après Dieu " seront projetés. Un bref exposé sera fait par Roger Maria. La plupart des Français et le Général de Gaulle lui-même s'étant ralliés, sans en être conscients, à la politique de Munich - « l'Allemagne est notre bonne et éternelle amie, tandis que l'U.R.S.S. est notre ennemie numéro 1 » - ne faut-il pas penser qu'il y a en France quelque chose de troublé, comme disait Hamlet parlant du royaume du Danemark? Les Français des classes dirigeantes n'ont-ils pas perdu l'esprit ? C'est la question qui se pose à quiconque a encore conservé un atome de raison. 9 L'i nternationale brune en action La campagne de croix gammées, déclen.chée en Allemagne Fédérale la nuit de Noël, et qui rapidement, i~tantanément dirions-nous,s'est propagée sous une même forme dans de nombreux pays, était-elle orchestrée ? Cette supposition n'est pas sans fo~ dement, car nous savons que dans de nom.breux pays en particulier en Suède, en Espagne et en A1I/?magne Fédérale, de n01Tfbreuses organisations nazies ou pronazzes se sont reconstituées ou méme comme en Suède et en Espagne n'ont jamais cessé leurs activités. Des faits ? En voici. C'est e:z mai 1951, à Malmoe (Suède) que se tmt le premier congrès dit « du Mouvemen.t Social Européen » réunissant d~s militants fascistes et néo-nazis de differents pays d'Europe, qui créa une Internationale fasciste et antisémite. Parmi les 1!articipants à , ce congrès, Maurice Ba.rdeche, condamr:e par un tribunal françazs pour apologze du nazisme, et qui aujourd'hui, continue en plein jour son travail d'excitation à la haine. Le but de ce congrès peut se résumer par cette phrase : « éliminer complètement et définitivement l'influence exercée par le judaïsme, le libéralisme bourgeois et le marxisme ». Bardèche entre autres fut désigné pour faire partie du comité exécutif du groupement. Depuis sa création, le mouvement de Malmoe a tenu un certain nombre de ras· semblements plus ou moins clandestins sous les auspices de « Nation Europa » or: gane mensuel allemand de l'Internationale fasciste paraissant à Cobourg. Récemment s'est t.e.n1f en cette ville un congrès de la « Soczete des Jeunes Européens ». Parmi les orateurs figuraient le fuehrer de la presse de l'Allemagne nazie: Helmut SU~ dermann, qui est actuellement éditeur. ~ c:e congrès . figurait une exposition de lztterature nazze groupant 15 éditeurs dont un de Paris . ' Le « nouvel ordre européen » fait état de 16 pUblications qui ont pignon sur rue ent~e autres, en France « Fidélité » ci Pans et « La Bretagne réelle » dans les Côtes-du-Nord. En Allemagne Fédérale, les journaU% du « mouvement» qui compte 25.000 mem. bres, tireraient à environ 50.000 exemplaires, distribués gratuitement. ~ndépendamment de ce mouvement, il exzste de nombreuses autres organisations fascistes, toutes entretenant entre elles de n,ombreux contacts ~ur le plan internatwnal tels le « rassemblement nordique » les « croix fléchées » dont les filialeS sont : le « parti national socialiste danois », le « Mouvl'!men~ National Belge », le. « M01f~ement Pqpulazre Français» (son szglr: vmsme parfms avec celui de « Jeune Natwn » dans les couloirs du métro à Paris). ' En Allemagne de Bonn, il existe également le « parti du Reich Allemand » avec à _ sçz tête de hauts dignitaires de l 'ancien regzme, tel l'ex-général S.S. Heinderg, et Hans Rud~l, qU,i fut l 'adjoint de Goering. Ce « Partz » developpe des dizaines d'organisations néo-nazies. On estime à plusieurs centaines de milliers d'adhé.'ents /Ou de sympat'hisants ces néo-nazis . qui joui~sent de privilèges et de complzcttes parmt les dirigeants de l'Allemagne Fédérale. On estime à plus de 150 milliards les pensions versées aux ex-Hitlériens. Et en France ? L'Internationale nazie a elle aussi de nombreuses ramifications. Telle une pieuvre, sous le couvert de tel ou tel mouvemer: t soi-dis.ant national elle profite des momdres fazlles pour y glisser ses tentacules. Les multiples attentats contre les organisations fidèles à l'esprit de la Résistance, ou contre les synagogues les inscript~ ons injurieuses sur les mu;s, la destructwn du monument de la Résistance à Ly~m, les agressions contre les étudiants nOtrs! etc . . : nous pourrions citer maintes mamfestatwns 'de l 'activité néo-fasciste sans oublier les barricades d'Alger. ' Parmi tous les mouvements qui en sont les initiateurs, on peut citer le « Front Natio1}al Français », avec à sa tête Ortiz ce meme Ortiz qui après les événements d'Alger se s~rait rendu soit en Allemagne de Bonn, SOtt en Espagne où opère l 'ex-colonel S.S,. Skorzeny, dirigeant du mouvement naz~ en Europe, « Jeune Nation » à ~a crOtX ,celtique, fidèle copie de l~ cr.ozx gam11?ee, le M.P. 13 avec à sa tête Bzlger, anCten secrétaire du gaUleiter de ~oselle, le « Nouvel Ordre Européen» et d autres groupuscules, plus ou moins conn'ifs,

nais tous aussi dangereux. Ces organ!

satzons, .fascistes disposent de publicatwns qu tl est . nécessaire de dénoncer : celle de Bardèche, « Défense de l'Occident, », « L'Europe réelle », « L'Assaut », « Revolte », « Jeune Nation », « Rivarol », « Aspects de la France ». Leurs mots d'ordre comportent la « déf~ nse de la pureté de la race » la créatton d'une « union eiitre fes péuples de race blanche », en un mot le racisme c~mme aux heures sombres de l 'occupatwn. Les cr~ix gammé!!.s sur nos murs, sur les boutzques de commerçants israélites l e.s . plaques apppsées à la mémoire des re~tstants soutllees par des vandales serate~ t pour certains le fait de quez'ques gamms en mal de « taloches ». Non, le mal est plus grave, ', la racine plus profonde, le, fascisme n'a pas désarmé. Après d!!s annees de si.lence r~latif, il relève la tete. Cela ne dOtt pas etre cela ne sera pas. ' 10 1 Il Y a 17 ans au cours d'un combat héroïque Insurgés dons le GHETTO DE VARSOVIE 40.000 "sous-hommes" tenaient tête un mois durant aux forces nozies déchaÎnées MAI 1945. De l'hallucinante vision de Varsovie en ruines, des ruines vivantes, où les habitants commençaient à rev,enir pour compter leurs disparus et leurs biens en ce monde, 'Une image reste particulièrement frappante : le dés,ert du ghetto, silencieux, mort, 'une mer de pierres et de ferrailles, une sorte de monstrueux champ de batailles où l'on n·e pouvait imaginer que plus de quatre cent mille êtres vivants avaient durant trois ans, mené une vie concentrationnaire, peu à peu décimés par la faim et les déportations, jusqu'à ce que le 19 avril 1943, 'une révolt,e soulevât cette prison. Les 40.000 survivants n'y participèrent pas tous et cependant, cette révolte devait, durant près d'un mois, mobiliser les for· ces de l'ennemi. Lorsque le général de brigade S.S. Stroop prononce, le 16 mai 1943, la phrase lugubrement historique : « Le ci-devant quartier juif de Varsovie n'existe plus », les combats ne cessent pas encore ; « les grandes opérations ont pris fin », mais les survivants, les hommes des ruines, font encore des sorties nocturnes contre l'occupant. Ils mènent une existence menacée dans les caves, dans les égouts de Varsovie qui jouèrent un si grand rôle dans la préparation et le déroulement de l'insurrection. Un Kommando d'Auschwitz est envoyé pour déblayer les ruines du ghetto, pour récupérer l'or, les bijoux que les nazis espèrent encore y trouver. Mais ils ne trouvèrent pas les chroniques secrètes rédigées au jour le jour par Emmanuel Ringelblum. Il devait être exécuté le 7 mars 1944 àans les ruines du ghetto ; mais on peut voir aujourd'hui à l'Institut Juif d'Histoire de Varsovie, les bidons de lait dans lesquels une partie des chro· niques fut enfouie, chroniquJS essentiel· les pour saisir l'histoire d'ur;J.e des pages les plus terrib1es de la 2' guerre mondiale

la vie et la mort, la révolte et

l'écrasement du ghetto de Varsovie, un événement si hors de mesure qu'il n'a pas fini de susciter les passions des sur· vivants et des historiens. Une énorme littérature a été consacrée au ghetto et à l'insurrection, témoigna- Lisez et faites lire du petit !i.latûd De mars 1940 à juin 1942, dans un village polonais, un enfant de 14 ans, David Rubinowicz, a écrit son journaL' Dans de simples cahiers d'écolier, il racon~ te au jour le jour ce qu'était la vie difficile et constamment menacée d'une famille juive sous l'occupation nazie. David Rubinowicz a été déporté. Ses cahiers qu'on vient de découvrir, et qu'on a comparés au Journal d'Anne Frank, sont édités comme supplément à « Droit et Liberté », avec une préface de Pierre Paraf. Il faut lire et faire lire ce document bou leversa nt. Commandez-le dès maintenant à « Droit et Liberté », 1 S, faubourg Montmartre, Paris-9'·. C.C.P. 6070-98 Paris. L'exemplaire . 2 NF. La Cf~ CftUJe 1940 21 mars. - Le matin de barme heure, je marr.hois dans le village où nous habitons. J'ai vu de Iain une affiche sur le mur du magasin : je su is allé la lire. On y disait que les Juifs ne se déplaceraient plus en charrette (les trains leur étaient interdits depuis longtempsJ. 4 avril. - Je me suis levé plus tôt, je devais me rendre à Kielce . Je suis sorti après le petit déjeuner. J'étais triste de suivre tout seul les sentiers à travers champs. Je su is entré dans Kielce après un trajet de quatre heures. Arrivé chez mon oncle je les vis tous attristés et j'applÎs qu'on expulsait les Juifs de certaines rues. Je fu~ attristé moi aussi. Le soir, je suis a llé régler des affaires. 5 avril. - Je nai pas dormi de la nuit, des pensées étranges me couraient dans la tête. Je suis reparti aprè5 le petit déjeuner. 12 avril. - Papa m'a permis d'apprendre à monter à bicyclette . Je suis allé chez un garçon qui a une bièyclette pour qu'il m'apprenne à monter. Il a accepté .. 20 avril. - J'ai monté à bicyclette aujourd'hui aussi . Je sais déjà me mettre en selle. Le garçon n'a pas voulu m'en apprendre davantage. 14 mai. - Voici quinze jours que la pluie tombe et tombe. Je n'ai rien à noter tians mon journal. 28 mai. - Pour la première fois de ,no vie je suis .Jllé avec mon frère ramasser des champignons dons la forêt, bien que nous ne connaissions pas le chemin. Bien que nous cherchions des champignons pour la première fois, nous avons trouvé quelques mousse rons. Des champignons, il n'yen a pas encore. 9 juin. - Auj ourd 'hui il y a eu les manoeuvres de l'armée allemande. Tout~ la troupe s'est disséminée à travers champs ; il ont monté des mitrailleuses et ils tiraient les uns sur les outres. 18 juin. - La police à la recherche d'effets militaires a perquisitionné chez nous. Les agents m'6nt interrogé pour savoir où ceux-ci se trouvaient et j'ai toujour,; répondu qu'i l n'yen avait pas. Ils n'ont rien trouvé et ils sont repartis. 30 juin. - Je me sens faible, j'ai un peu de fièvre, Maman m'a dit de me coucher. J'ai la grippe. Je n'ai pas d'appétit, je mange seu lement un peu de bouillie. 7 juillet. ,..- Je suis malade depuis huit jours. Aujourd'hui je me sens mieux. Je me suis assis à la fenêtre et j'ai regardé les champs tout verts. Il me plait de les regarder, j'ai passé toute une semaine sans regarder par la fenêtre. 11 Îuillet. - Je suis rétabli. Je suis sort i, le so leil brillait et il faisait chaud. J'ai passé toute la journée dehors. Je ne voulais pas rester à la maison. 16 juillet. - Chaque jour je deviens plus gai après cette maladie. Combien le3 journées sont gaies et ensoleillées. 5 août. - Hier, le garde-champêtre de la commune est venu chez le mair~ . " a dit que tous les Juifs et leurs fam illes doivent aller se faire inscrire à la mairie. Nous y étions à 7 heures. Nous y sommes restés plusieurs heures. Les grandes personnes ont élu le Conseil Juif des Anciens. Puis nous sommes rentrés à la maison. ges de ceux qui défendent le Conseil Juif (Judenrat), de ceux qui font son procès, déroulement de la révolte au jour le jour retracé par les participants ou par les S.S. (les fameux ordres de bataille de Stroop), récits romancés comme « La muraille» de John Helsey, ou « L'Arche ensevelie » d'Axelrad. Des films ont transmis l'image du ghetto, de ses cachettes, de ses égouts. Mais l'image, le récit, le roman, les polémiques, peuvent-ils ressusciter les véritables dimensions de ces quatre années de terreur où s'engloutirent tant de vies ? T HEORIQUEMENT coupé de toutes communications avec la ville, avec le monde, le ghetto n'était pas sans recevoir l'écho de la gigantesque bataille qui se livrait et dont il se sentait l'un des enjeux. Par ses liaisons secrètes avec par Olga WORMSER Membre du Comité d'Histoire de la seconde Guerre Mondiale la partie « aryenne » de la ville, par la radio, par les messages clandestins, il lui était donné de frémir au récit des pogromes, de deviner que les déportés n'allaient pas « travailler de leur métier », de se réjOUir à la résistance de Stalingrad ou au débarquement en Afrique du Nord. Lorsque, comme une flamme, comme un défi, jaillit la l'évoIte ' du 19 avril 1943, elle couvait depuis longtemps déjà. A cette date, et depuis le 15 novembre 1940, le ghetto constituait un monde condamné où s'applique avant même qu'elle soit formulée par le général S.S. Pohl, la loi d'extermination par le travail. Peu à peu dépOUillés de tout ce qu'ils possé· daient, entassés, réduits à une nourriture de plus en plus inexistante, astreints au travail forcé dans les ateliers installés à l 'intérieur du ghetto, ces ouvriers misérables qui doivent oeuvrer pour l'industrie nazie, sont destinés pourtant à disparaître. Le 21 juillet 1942, le Conseil Juif an· nonce une déportation massive qui va devenir effective le 3 octobre. Cette annonce va mobiliser toutes les forces de résistance qui, depuis 1940, avaient pris de multiples visages, réunions clandestines, tracts, efforts de préservation des enfants, intensité d'une vie intellectuelle et artistique, qu'exacerbaient la menace de la déportation et la mort toujours proche, mais aussi attentats contre les Allemands et des collaborateurs. Nous n'avons pas à juger ici du rôle du Conseil Juif créé par les Allemands dans le seul but de faire admettre à la communauté le resserrement progressif de l'étreinte mortelle. Pour certains historiens, il a tenté d'atténuer la rigueur des ordres, de gagner du temps, de ruser avec ses maîtres, mais la majorité des survivants lui reproche ses compromissions, son inutile double jeu, puisque la fin était inéluctable. Quoi qu'il en soit, c'est contre le Conseil Juif également que va se mobiliser la résistance. Parmi les diverses couches sociales du ghetto, se retrouvent les éléments divers qui ont constitué toutes les résistances nationales, ceux qui voulaient seulement sauver des vies condamnées, ceux qui voulaient partiCiper à la lutte du peuple polonais tout entier pour sa libération, à la lutte pour l'écrasement du nazisme. Nous n'avons pas non plus à juger ici des rapports entre la résis· tance du ghetto et les diverses formations politiques. Disons seulement qU'à partir du 20 octobre 1942, se forme un Comité de coordination de tous les mouvements de résistanCe, révolutionnaires de toutes tendances, groupements ouvriers sionistes de gauche, plus tard, éléments de gauche du Bund, socialistes, communistes : tous allaient former un bloc antifasciste dont certains éléments avaient déjà, le 15 mai 1942, lancé un appel à la lutte contre le fascisme. Des dépôts d'armes se constituent, des groupes de com'bat s'exercent au tir, mais les attentats individuels, la résistance désespérée de quelques-uns, ne purent empêcher que, dès le 21 septembre, plus des trois quarts de la population eût déjà été déportée, plus de 300.000 hommes, femmes, enfants. LE Comité de coordination des mou· vements de résistance ne devait plus lutter que pour 40.000 vivants. Il sa· vait que c'était une lutte sans espOir « Nous organisons une défense du ghetto, non parce que nous croyons que le ghetto puisse être défendu, mais pour que !e monde voie le désespoir de notre combat, comme une manifestation et un reproche », Dans le ghetto, à la veille de l'insurrection, la radio lançait des appels, et des manifestes placardés par ({ l'organisation juive de combat » appelaient les hommes et les femmes à la lutte : « Au nom des millions de juifs qui ont été assassinés, au nom de ceux qui combattent avec tant d'héroïsme, et en notre nom à tous qui sommes condamnés à mourir, nous en appelons au monde entier ». La lutte allait se déchaîner pour empêcher la dernière action massive d'évacuation prévue pour avril. Il fallut près d'un mois pour soumettre ces « sous-hommes », épuisés par des pri· vations sans nombre, qui devaient forger eux-mêmes leurs armes. Dès les premiers jours. et de l'aveu même de Stroop, ils font reculer un tank et des chars blindés. Nous empruntons aux rapports de Stroop l'histoire du combat : ({ Les femmes faisant partie des groupes de cam· bat étaient armées de la même manière que les hommes, il n'était pas rare de voir ces femmes se servir de revolvers des deux mains à la fois ... Ils tirèrent jusqu'au dernier moment et se jetèrent ensuite dans la rue, souvent de la hauteur du 4' étage ... La plupart des membres de la bande, divisés en unités de combat, ont été tués ou se sont volontairement donné la mort ». Et ces hommes épuisés, lorsqu'ils sont faits prisonniers, se refusent à donner des renseignements sur l'emplacement des casemates, sur les dépôts d'armes, ces armes qui firent tant défaut aux insurgés. Ils appelaient la population à se défendre par tous les moyens, à prendre une hache, une barre à mine : « Que votre maison devienne une barricade, luttez ». 22 groupes de combat comprenant chacun 20 à 30 personnes ont tenu tête près d'un mois contre les troupes jetées dans la bataille par les nazis : 1.000 hommes d'infanterie, 1.000 S.S. de l'armée des blindés, 2 groupes d 'artillerie, 1 groupe de la pOlice de sécurité, etc ... HORS du ghetto, la résistance polonaise assiste impuissante à l'écrasement et à la lutte, malgré de multiples appels lancés : « Polonais, les Allemands ont condamné à mort 30.000 juifs. De vos demeures, vous entendez les coups de feu . Les femmes et les enfants euxmêmes se défendent les mains vides. Acrourez à leur secours ». Mais quels se· cours pourraient sauver les survivants ? Dans tous les ateliers, dans toutes les maisons, les combattants luttent pied à pied, mais s'épuisent ; l'évacuation d'une partie des combattants est décidée. Ils doivent gagner les bois en passant par les égouts. Stroop fait sauter leurs voûtes et fait garder les bouches d'égouts militairement, tandis que l'incendie s'étend. La résistance armée faiblit peu à peu, Le 7 mai, Stroop décide d'en finir et de s'emparer du 18 de la rue Mila où était retranché ,l'état-major de l'insurrection. Le 18 est encerclé ; malgré une résistance désespérée, l'état-major ne pourra tenir ; certains de ses membres se suicident pour ne pas tomber aux mains de l'ennemi. La lutte se poursuit dans les égouts. C'est le 16 mai que Stroop signe son bulletin de victoire, mais les hommes des ruines opèreront encore longtemps contre l'occupant. VARSOVIE devait trembler tout entière de l'explosion de la synagogue du ghetto décidée pour célébrer la victoire nazie, D'après Stroop, plus de 5.000 juifs périrent les armes à la main. La majorité des habitants du ghetto avait été exterminée durant l'insurrection, mais cette lutte ne fut pas vaine : elle coûta cher à l'occupant, mais surtout elle mobilisa la volonté de lutte de la Pologne et du monde. La résisance désespérée de ces ({ sous-hommes » méprisés devait sonner aux yeux du régime nazi comme le premier tocsin de sa défaite future. Aujourd'hui, les ruines du ghetto sont déblayées, un quartier neuf s'élève sur son emplacement, mais le monument qui rappelle son existence n'est pas seulement un souvenir de défaite : au bas-relief des déportations, de Massacre des Innocents qui orne l'une des faces, s'oppose l'image des résistants en armes, grâce auxquels la fin du ghetto de Varsovie s'inscrit dans l'histoire et la légende des peuples, comme une apOlogie du courage désespéré qui est peut-être le véritable héroïsme, et témoigne en faveur de l'homme.

Notes

<references />