Droit et Liberté n°346 - mars 1976

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • L’arme du rire (Wolinski, Guy Bedos) page 4
    • Djibouti: l'agonie de l'oncle T.O.M. par Racine Maiga page 8
    • Dossier : USA black Story réalisé par Robert Pac page 13
    • Gitans: camper et décamper page 21
    • Le nazisme au présent page 23
    • Education à la fraternité: les antisémites ne connaissent pas les juifs page 28



Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 t IJRr4€. pv RiRe. • • vi """ '" COURRIER A propos de notre dossier sur le Proche-Orient C'est avec soulagement que j'ai lu votre article intitulé (( Proche-Orient .' négociation ou violence)) dans (( Droit et Liberté)) de janvier. Vous avez. maintes fois condamné . - à juste titre - les méthodes de certazns groupes se réclamant de la cause . palestinienne et qui desservent celle-a par des attentats ou des rapts faisant des victimes innocentes.' enfants ou adultes qui n'ont aucune responsabilité directe . . dans la politique israélienne. Or, cette fOts-a, vous dénoncez. - à juste titre aum - les bombardements israéliens contre les camps des Palestiniens au Liban, qui ont fait également d'innocentes victimes par dizaines. Il ne s'agit pas de renvoyer dos à dos Israéliens et Palestiniens .' d'autant Plus que nous avons d'un côté un Etat . structuré et de l'autre des groupes dwers plus ou moins contrôlables, .plus ou moins maniPulés, dans les conditIOns de l'occupation de vastes terntOtres arabes. Il ne s'agit pas non Plus de discuter à l'irfzni pour décider qui a commencé à recounr aux violences, et pourquoi .. . L'essentiel à mes yeux est de rompre le . (( cycle infernal Il et d'aboutir à une s?lutwn politique fondée sur l'ensemble des resolu/IOns de l'O .N.V. Même sije ne vous approuve pas en tous points,je vous suis reconnaissa,nte d'agir dans ce sens. Votre domer de fevner sur le Proche-Orient donne utûement à penser. Claudine VERGER Paris 14e L'auteur - anonyme - de l'encadré paru sous le titre .' (( Proche- Orient - Violence ou négociations)) dans le nO de décembre 1975-janvier 1976 (2e partze, p . Il) se flatte au début de son article de porter « sur les derniers développements de la situation au Proche-Orient un jugement qui ne soit entaché d'aucune subjectivité, d'aucun parti pris Il . Cependant le contenu même ~e l'article nous montre combien cette pretentIOn est illusoire. Car c'est précisément, à mon sens, faire preuve de (( parti pris Il et de « subjectivité Il que de condamnt;r unilaléralement les razds lsraelzens sur les camps palestiniens du Liban (raids qu'il ne saurait être question de justifier ici) en omettant d'indiquer que des deux côtés, hélas, on « assassine femmes, enfants et vieillards Il. Tandis que l'on met en accusation les seules représailles israéliennes, on trouve toutes les excuses au terrorisme palestinien, que l'on se refuse même à 2 AU SOMMAIRE en direct L'arme du rire .............. . ........... . .............. p.4 l'événement Djibouti, l'agonie de l'oncle T.O.M. . . . . . . . . . . . .. ~ . . . . . . . . . . . . p.8 dossier U.S.A. : black story . ..................................... p. 13 sur le vif Gitans: camper et décamper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 21 Le nazisme au présent ................................... p.23 éducation à la fraternité Les antisémites ne connaissent pas les juifs p.28 Et nos rubriques habituelles Le dessin de couverture est de Wolinski appeler de ce nom, puisque l'on écrit que (( les derniers bombardements au LIban .. . ouvrent la voie à des actes désespérés q u' il sera fac ile alo rs de taxer de « terroristes ». Deux poids et deux mesures, est-ce là l'eJfort d'impartialité et d'objectivité que L'on nous avazt promlS .~ L'auteur de l'article incrimine encore le (( refus Il des dirigeants israéliens (( de s'asseoir à la même table que L'OLP. à l'O.N.V. Il et oublie tout simplement de rappeler.'a motivatfon essentielle de ce rejus .' a savOtr qu aucune. négociation n'est possible avec des gens qUI contestent votre existence, et déclarent vouloir vous détruire en tant qu'Etat; c'est aux Palestiniens, au prix d'une révision de leurs positions, qu'il appartient de rendre enfin, comme nous le souhaitons tous, cette négociation possible. Marc-André BLOCH Paris je tiens à vous dire ma satisfaction pour votre « Dossier Proche-Orient ». j e pense que tout homme de bonne foi ne pourra qu'apprécier cet eJfort pour essayer, comme vous dites vous-mêmes, « de donner à chacun les moyens d' une réflexion dépassio nnée ». Les 4 textes pr~sentés (auxquels iljaut ajouter la dernure page, illustration poétique, mais aussi combien dramatique des antagonismes) me sem~l~nt d'une haute qualité tant par la « q ual! te » de certains signataires que par le (( ton » général de chacun. En quelques pages vous arrivez. à présenter un « doss ier » (où bien entendu il manque beaucoup de choses) - véritablement capable de faire poursuivre la réflexion et la recherche dans un climat de respect. j e crois qu'il est rare de trouver en si peu d'espace quelque chose, qui, sur ce sujet, ait cette valeur. j e vous en remercie pour tous (eux qUI pourront en bénéficier. J acques LHABITANT Des frontières de l'amour ... Metz. De nationalité tunisienne, ayant été fiancé pendant un an à une jeune fille française de la Haute-Savoie, je voudraIs atltrer votre attention sur un incident de caractère racial, lors de ma visite à T., chez. mes futurs beaux-parents. . J'avoue que l'accueil de Mons!eur M. a été très correct à mon égard et n'a manifesté aucun signe raciste; par contre, celui de safemme, Madame M·,fut manifestement hostile. Elle refusa tout dialogue, ne voulant pas d'étranger dans safamille. Par conséquent, j'ai pris la décision de rompre avec leur fille, l'obstacle étant incommensurable. je voudrais s'il vous est possible de me passer un article dans votre revue, sous le titre (( L'amour n'a pas de frontières sauf chez. Madame M. à T. )). j e vous prie de croire, Monsieur le Directeur, en mes sentiments les plus respectueux. Hamadi TEMMAR Ste Maxime La médaille de vermeil de la ville de Paris à Pierre Parai Au cours d'une brillante réception à l'Hôtel de Ville, la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris a été remise, le 23 février, à Pierre Paraf, président du M.R.A.P. au nom de M. Bernard Lafay, président du Conseil de Paris, par M. Albert Listambert, vice-président; Mme Georgie-Myers, Conseiller de Paris a également prononcé une allocution. De nombreuses personnalités étaient présentes. Parmi les amis qui entouraient Pierre et Mathilde Paraf, Charles Palant, vice-président, et Albert Lévy, secrétaire-général du M.R.A.P., ont exprimé à notre président les félicitations affectueuses du Mouvement tout entier. ... aux amitiés sans frontières Nous, pensionnaires de la Fondation Jacques Leten, avons prisconnaissance, d'une part de l'agressivité de caractère entièrement racial de Mme M. à l'encontre de notre camarade Hamadi Temmar et d'autre part de votre lettre du 24 décembre 1975 adressée à ce dernier. Nous ne pouvons qu'être fiers de votre intention de publier dans un de vos prochains numéros le texte intégral envoyé par notre camarade. Veuillez. savoir que dans toutes vos luttes nous vous soutenons avec beaucoup d'enthousiasme. Les pensionnaires de la (( Fondation j acques Leten)) à Ste-Maxime sJaroit& 11b ertè MENSUEL 110, rue Salnt-DeaIa, Pad8 'II' ra 111.811." - c.c.P. Parts ....... • D1recte~1a ~ltcatiOD : • Rédaction : lean-Loula SAGOT·DtrV AtJR01JX . Laeky TR•lPIJA•IM !: ... • Public1té : au 11ère du journal • ABONNEMENTS • Uuan :40F • Soutien : 101 F . . Antilles, Réunion, Magbreb, Mr1Gue franCOIlhone, Laos, C8mb0da'e, Kouvelle dalédon1e : 40 P. Autres pays : a& P. Chaqement d'ad.reue :.2 P. • DROIT ET LIBERTÉ. N" 346. MARS 1976 • éditorial • nazis d'hier et nazis d'aujourd'hui Le soir, ils doivent jouer de la musique pour une fête de l'amitié entre Français et étrangers, dans une ville de province. Les jeunes gens partent, au petit matin, pour prendre leurs instruments, dans le Quartier Latin, à Paris. C'est Paris, on est en 1976. A un poteau, dans la rue un homme est attaché, tandis que quelques personnes qui lui font vis-à-vis s'en amusent. L'homme, subit les lazzi des buveurs attardés, impuissant à se défendre. Ils n'ont pas grand-chose à craindre du traitement qu'on lui fait subir. C'est un Noir. Et un Noir un peu saoul qui n'a d'ailleurs rien à faire dans « nos» rues à cette heure là, un Noir qui raconte en bafouillant des excuses inaudibles, qu'il n'a pas de quoi payer sa consommation, un Noir louche, quoi! Est-ce qu'il va se trouver un policier assez incompréhensif pour trouver repréhensible cet innocent divertissement ? Les jeunes gens qui passent par là interviennent. L'un d'entre eux est Sénégalais, l'une est Française. « Fille à Nègre! Macaque! On va vous fa ire votre f ête )). Les insultes, les coups pleuvent. Le soir, les jeunes gens doivent aller jouer de la musique pour que l'amitié soit possible, pour qu'elle existe, pour qu'elle se développe. On tremble à l'idée que la France puisse un jour s'habituer à des scènes de ce genre. On aimerait que les forces de l'ordre réagissent avec la plus extrême fermeté contre les agissements de ce genre; ils mettent en cause toutes les conquêtes de la civilisation, la vraie! Il y a dans le racisme un singulier renversement des valeurs. Ainsi, un homme pourrait perdre tout droit à la dignité; ainsi il deviendrait possible de s'en jouer, comme d'une bête malpropre dont la vie et les sentiments ne portent pas à conséquence. La révolte qui naît à expérimenter de tels faits ne suffit pas, l'histoire le montre. C'est notre liberté que nous défendons en réclamant une vigilance rigoureuse. Car enfin, Serge Klarsfeld se fait arrêter en Allemagne alors que l'assassin qu'il vient dénoncer, le bourreau nazi qui a sur la conscience la mort de centaines d'enfants juifs, mène une vie libre et tranquille; d'anciens O.A.S., fascistes notoires, prennent des otages, mettent des bombes devant les représentations diplomatiques de pays dont tout devrait nous faire des amis. L'impunité des nazis, des racistes n'est-elle pas une menace pour la ' sécurité des citoyens honnêtes, un danger pour la société tout entière? Le Premier Ministre nazi de l'Afrique du Sud vient d'annoncer qu'il préparait un projet de loi permettant au régime de l'apartheid d'intervenir militairement, quand bon lui semblera, sur n'importe quel point de l'Afrique situé au sud de l'Equateur. Il y a une logique profonde entre le racisme et la guerre. Comment en effet accepter que sa domination soit remise en cause par des gens que l'on considère comme des sous-hommes; comment tolérer la règle démocratique que tente d'imposer le Mouvement de libération, si l'on pense de ceux qui la réclament, qu'ils sont par nature incapables de l'exercer. Le 21 mars 1960, la police sud-africaine tire sur une foule pacifique qui manifeste, pour que des hommes ne soient pas traités comme des étrangers dans leur propre pays : Sharpeville! dizaines d'hommes, de femmes, d'enfants assassinés, centaines de blessés! Nazisme d'hier, nazisme d'aujourd'hui, le dossier n'est pas classé. Faire de la journée internationale contre le racisme, une grande manifestation de solidarité entre les hommes, c'est se donner les moyens d'une société fraternelle pour la France, c'est mener le combat pour la liberté, c'est préparer un monde de paix. Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX 3 • en direct • l'arme du rire Guy 8edos Il Pas Belge, pas Suisse, pas juif, Blanc, normal quoi ! Il Faut-il en rire? Le racisme est incontestablement devenu un trait important de notre société. Ces réalités ne pouvaient pas ne pas trouver un certain écho dans le monde du spectacle. Mais les préjugés du « mec» de Coluche sant-ils toujours conçus comme tel? Les reprendre, même «pour rire », n'est-ce pas risquer de les propager, en quelque sorte, de les authentifier par le succès? propose à ses lecteurs. Nous publions donc une interview de Guy Bedos. Sa pratique du spectacle l'a amené à préciser sans ambiguïté -une position antiraciste. Qu'on se souvienne de la controverse qui a eu lieu à propos du sketche « Le voyage à Marrakech». Wolinski, pour sa part, a bien voulu apporter directement sa contribution d'humoriste en dessinant la « une» du journàl et en nous autorisant à publier un de ses dessins. Nous joignons égaIement, sous forme de «propos », certains éléments de la conversation que nous avons eu avec lui au sujet de sa pièce, Le roi des cons, jouée au théâtre de la Gaité-Montparnasse, et qui reprend, en s'en moquant, certains des préjugés racistes qui alimentent les conversations de trop de c ... (excusez !) gens. " nous a semblé qu'il serait éclairant d'interroger sur ces questions les intéressés eux-mêmes. C'est pourquoi nous avons demandé un entretien avec Guy Bedos, Wolinski et Coluche. Les deux premiers ont répondu à notre demande avec beaucoup de sympathie et ont bien voulu contribuer à la réflexion antiraciste que Droit et Liberté propos de Wolinski « J'ai lutté toute ma vie contre le racisme, c'est la pire des choses et ça entraîne les pires catastrophes. Le racisme, ça veut dire nationalisme, frontières. J'ai eu la chance d'être invité à La Havane; j'ai vu un pays complètement débarrassé du racisme. Les gens sont de toutes les couleurs et, autant que l'on puisse en juger, tout ce monde là est mélangé sans aucun problème. J'espére que c'est cela l'avenir. ~ 4 une interview de Guy Bedos O. : Ou'est-ce qui a motivé le retrait sur les ondes de votre sketche « Le voyage à Marrakech ». R. Premièrement, le sketche est un peu long; il y a aussi le fait qu 'en général, ceux de mes sketches qui ne sont pas « anodins », (si tant est qu'un de mes sketches soit anodin 1. .. ) passent beaucoup moins souvent que les autres. Censure ? Je n'ai pas eu la «chance» comme Jean Ferrat d'être réellement censuré, aussi est- il difficile de conclure. Mais peut-être y a-t-il une autre raison : l'ambiguïté même du texte qui a provoqué des lettres d'approbation de la part de racistes ou la colère d'immigrés maghrébins. C'est d'ailleurs dans ce cas une incompréhension bien compréhensible, si l'on peut dire, J 'ai du mal à m'expliquer sur la distance qu' il y a entre mon personnage et moi-même, dans la mesure où je l'incarne. Et pourtant je crois être arrivé à le faire par divers moyens. Ainsi. je le dis en scène, de même que je l'explique dans mon livre qui va sortir sous le titre «Je craque». Je suis Pied-Noir, et là aussi il y a une ambiguïté, car pour beaucoup, Pied-Noir égale raciste, et pour cause ... Lorsque j'étais enfant, nous vivions dans la peur, car c'était la guerre, mais une « Dans la pièce Le roi des cons, là où il y a eu ambiguïté, c'est dans ce qu'on appelle la « gauche intellectuelle ~, où ils se sont posés la question, gravement, de savoir si c'était bien ou pas bien de rire à certaines plaisanteries. Ce qui les a gêné, c'est toujours ce sentiment de supériorité de l'intellectuel qui est assez rigolo, mais inquiétant. Ils se disent: Moi, je suis intelligent, je comprends, ça n'est pas dangereux; mais à côté de moi, je vois tous ces cons bornés qui rigolent et eux, ils ne sont pas intelligents, ils ne comprennent pas, ils rigolent aussi. Alors, est-ce qu'il faut rire? Est-ce que ça n'est pas périlleux de faire rire des cons du même rire qu'un homme intelligent comme moi !» « Le racisme, ça existe partout. Moi, je suis juif. Lorsque je vivais à Tunis, ma famille se considérait comme des juifs d'occident, des juifs italiens; et il y avait un mépris profond pour ce que l'on appelait les juifs « arabes ». Une fille qui épousait un juif « arabe », c'était la honte de la famille. Un peu moins que si elle avait épousé un Arabe, parce que ça, c'était même impensable, la fin de tout, inimaginable. » « Dans ma pièce les racistes rient au premier degré. Mais quand même, il y a un malaise. Ils sentent bien que ça ne colle pas. Il y a tout de même des gens qui en sortent mécontents. Une autre catégorie de public, ce sont les bourgeois libéraux. Le bourgeois a toujours été un peu maso, il a toujours bien aimé qu'on lui crache des injures à la gueule. » ~ fois, j'ai vu un ouvrier qui travaillait dans la scierie du mari de ma mère, et qui s'est fait sectionner les doigts. Pour un enfant c'est un choc. Remarquez, ç'en est un également pour un adulte qui se fait couper les doigts ... même s'il est Arabe 1. .. Et je me souviens que le type s'est fait engueuler, en prime. J 'ai vu et entendu toutes sortes de choses et c'est tout cela que j'ai voulu retransmettre dans ce sketche, en me servant du véhicule de l'humour. O. : Et si vous expliquez tout cela dans le spectacle, c'est dans le but que le malentendu se dissipe? E. Oui, parce que j'aurais pu l'entretenir; ça m'aurait fait des clients en plus. C'est vrai qu'après, on est venu me dire : «Qu'est-ce que tu leurs mets aux ratons! C'est tellement ça, c'est tellement vrai!)} Et puis il y avait l'autre côté. Ecoutez, c'est simple, j'ai failli me faire descendre; j'avais d'ailleurs abandonné ce sketche car ça ne m'amusait pas de ne pas être compris «cinq sur cinq» p'ar tout le monde. On a arrêté dans les coulisses de Bobino où je jouais, un Arabe avec un couteau à la main. Comme je l'écris dans mon livre, je déteste recevoir des coups de couteau quand je joue la comédie, ça me donne des trous de mémoire. Il est vrai que ça ne m'aurait pas amusé du tout, mais ça allait au bout de l'incompréhension. Si j'avais été assassiné par un Arabe, je devenais un « martyr de l'Humour!)} O. : Ce type d'humour au second degré n'est-il pas particulièrement difficile à supporter pour les travailleurs immigrés eux-mêmes, qui sont sans cesse en butte à ces moqueries que vous reproduisez, en vous en moquant vous-même? R. Quand vous parlez d'humour «au second degré», sur ce thème là, je ne vois pas à quel autre degré on pourrait le faire; à part entrer en scène et dire : « C'est dégueulasse d'être ra ciste! Ceux qui sont des racistes sont des salauds. » Mais ça devient un discours, un cours du soir, et ça n'est pas mon boulot. Vous comprenez, je suis obligé, moi, pour exprimer ce que je veux exprimer, d'incarner le personnage, et c'est ça le théâtre. Quand Molière incarnait Tartuffe, il n'était pas Tartuffe. Il a voulu le faire pour exciter la réprobation du public contre ce personnage. Hitler incarné par Charlie Chaplin, ça n'est pas du nazisme! Là, c'est le problème du spectacle en général qui est posé. Un homme de théâtre n'est pas un personnage politique. Que ces choses là aient un aspect pol itique, c'est évident, mais ici, c'est très exactement du travail théâtral qu'il s'agit. O. : Il est sûr que les effets ou les connotations que provoque le fait d'imiter l'accent arabe, ne sont pas du tout les mêmes que dans le cas où l'on se moque de l'accent bourguignon ou de l'accent du midi. R. Je vous reprends sur le terme « se moquer )}. On me dit souvent : « De qui allez-vous vous moquer, qui va être votre prochaine tête de turc?» (Encore une forme de racisme !) Ça n'est pas si simple. Il arrive que l'on se contente d'un croquis et non d'une caricature. Dans le sketche Il Nazareth Il, j'incarne un guide arabe qui fait visiter la maison de Jésus, en Israël. La situation m'a fait rire. Je suis allé en Israël et ce guide existe, il s'appelle Mustapha. La rencontre fortuite des trois religions, ça me paraît intéressant du point de vue de l'humour. Mais pour incarner le personnage, je prends l'accent, j'essaye de faire honnêtement mon métier. Pourtant, il n'y a là aucune critique, évidemment. C'est en fait un simple croqu is. Ça nous ramène aux dessins de Daumier, (pas Sophie, l'autre !). C'était quelquefois des caricatures, c'était quelquefois des choses vues, en somme. Cela, je le fais aussi parce que c'est la vie que j'ai envie de mettre sur la scène. O. : Peut-on rire d'un raciste, d'un acte raciste, de propos ou d'une mentalité racistes, quand on sait les drames qu'entraîne le racisme dans la vie de tant de gens. R. C'est une question fondamentale. C'est la question de ma propre vie. J 'ai tendance à penser que l'on doit, non pas rire de tout, parce qu'il y a des moments où l'on a pas envie de rire, mais que l'homme finit toujours par rire de tout. C'est une sorte de respiration parallèle, l'humour. On parle beaucoup de l'humour juif. Les juifs sont les champions de cet humour un peu masochiste qui consiste à rire de son propre malheur. Le malheur fait rire, c'est vrai, et parfois ceux-là mêmes qui en sont les victimes. Et pourquoi rient-ils? C'est une sorte d'oxygène; se moquer MDI/siEII( 9VANO (JA) A/CHE FItIT VN éNFAAI1 C'EST UN ~T/r RiCI/E Dé l'ûIS PI/liAI/} VIII PAUV~~ rAir VAl EAI'&"ANr ,eST $/ ON ~",'o(Jlt~ 6-E (.~5 /ficHES ~ FAiltfi;. ()E's ENFIINrS Er Si • ON EMPECHE LéS PIHlVl'léS O~EN FN~I!" UN l'ET ir PIiIIII~ fi 1Jé" t/ oS • (,~ IVOH8~1!" PFS II/cHES At/~A.IENrE DROIT ET LlBERTË. W 346. MARS 1976 ~T LE" NDNIUE" PE"S PAIlIlI'US DIJ."iNt/~, Vov~ Er~5 D'Aa~I'lO ? 5 6 Après Il La Santé des Migrants Il, Il Le logement des Migrants, Il Une Ecole chez les Tziganes Il, les Editions Droit et Liberté ajoutent à leur collection « Documents » un ouvrage qui passionnera ses lecteurs : Il Servir en France Il, d'Annie Lauran. flmon &J. Rue SEDAINE Tél 7001945 flmon 2 64. Rue SECAINE lél &:)5.9523 Metro: VOlTAIRE un nouveau livre aux éditions droit et liberté (collection: documents) Annie Lauran (*) a interviewé des bonnes espagnoles et portugaises CI servant" dans les CI beaux quartiers Il, ainsi que les personnes qui les emploient. Son livre reproduit en alternance, les déclarations spontanées des unes et des autres, regroupées selon des thèmes qui éclairent crûment la condition particulière de ces travailleuses immigrées et l'attitude des CI patronnes II, souvent révélatrice d'un mépris de classe mêlé de lieux communs xénophobes. Préfacé par Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P., l'ouvrage s'achève sur une étude de Maître Fred Hermantin qui analyse un certain nombre d'affaires concernant des bonnes étrangères, traitées par les Tribunaux et les Conseils des Prud'hommes.

  • Annie Lauran a déja publié plusieurs enquêtes réalisées selon

la même méthode, notamment : « L'Age scandaleux » et « La casquette d'Hitler » (Editeurs Français Réunis). Jusqu'au 15 avril, CI Servir en France" est diffusé en souscription au prix de 12 francs (au lieu de 1 5 francs). Passez immédiatement vos commandes à « Droit et Liberté Il, 120, rue Saint- Denis, 75002 PARIS. C.C.P. 6070.98 PARIS (ajouter s'il y a lieu 3 francs pour les frais d'envoi). case réservée à la Société 0 PIEDS SENSIBLES ffirnrnoeoeOE~ D~rn~ Les chausseurs du super-confort et de l'élégance [iillmrnr OEIT [~oe[E]TIOE Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en BOTTES Femmes du' 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81 , rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6") RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST. 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d ' Eau) Magasins ouverts tous les lundis J --. « Moi, je ne suis pas systématiquement pro-nègre, pro-arabe. Ils ont le droit d'être aussi cons que nous! » « Je crois que l'humour fait réfléchir, parce que l'humour, c'est la lucidité et l'intelligence, c'est aussi le refus de se prendre au sérieux, un certain recul sur les choses. Mais surtout, le rire, c'est libérateur. Les gens qui viennent voir Le roi des cons, où on leur assène, comme ça, des fausses vérités, ils se détentent, ça les libère. En faisant rire les gens sur leur propre sort, on leur fait du bien. Peut-être auss~ les pousse-t-on à se résigner? C'est une question. Les gens se disentils

les choses sont ainsi, on n'y

peut rien, l'important c'est de le savoir? » « Le racisme, c'est avant tout une affaire d'éducation. A l'école, on apprend bien aux enfants à respecter la nature. Le racisme, c'est pareil. Le sentiment stupide de supériorité que l'homme a vis-à-vis de la nature, il l'éprouve vis-à-vis de lui-même. Si les gens apprenaient la façon de vivre des autres, je crois qu'il n'y aurait plus de racisme. » « Sommes-nous des dessinateurs « politiques ». Oui, nous nous intéressons à ce qui se passe autour de nous. Nous disons ce que les gens pensent confusément, et nous clarifions leurs idées en essayant d'être amusants. Quant à apporter un message! Je ne suis pas un militant; je me contente d'avoir un regard. Et il y a des gens qui aime bien ma façon de regarder les choses, et puis c'est tout. » DROIT ET LIBERTÉ. N" 346. MARS 1976 de soi, ou des autres, férocement aussi, notamment de ceux qui vous oppriment, c'est Guignol et le gendarme, c'est une des parades que les hommes ont trouvé contre le désespoir. O. : Est-ce que l'humour antiraciste peut avoir une efficacité? R. Si je vous répondais « non », je serais vraiment un salaud. Cela voudrait dire que ce que je fais, c'est seulement pour me faire remarquer à la radio ou à la télévision. En tant qu'artiste, je ne peux pas ne pas me poser la question. Chaque fois que j'ai incarné tel ou tel personnage et que je le rencontre dans la rue, je me dis, «Ben! Mon vieux, y-a encore du boulot». Mais il faut bien y croire un peu; si je n'y croyais pas du tout, j'arrête, vous savez. Sinon ça deviendrait seulement du commerce. C'est un métier que j'ai appris à faire, c'est vrai, mais j'essaye de m'en servir comme d'un instrument. L'humoriste que je suis ne mets pas l'humour avant tout. Il y a des moments où je pense que fini de rire, et où il vaut mieux apprendre à tirer ... qu'à rire. Je suis un être humain et la vie m'intéresse plus que mon métier, je vous l'assure. Je me sers de ce que je sais faire comme d'un cheval de Troie, pour faire passer quelque chose. Je crois que nous pouvons servir d'écla ireurs, de détonateurs quelquefois, c'est une forme de résistance. Sans entreprendre de polémique contre les pays de l' Est, quand les Soviétiques sont entrés à Prague, les Tchèques ont fait des tas de choses drôles et féroces là-dessus. Je pense qu' ils ne se contentaient pas de cela, mais enfin, en prime, il y avait cela, aussi. Les journées sont longues 1. .. O. : L'artiste a une responsabilité dans la formation de l'opinion publique sur ces questions, et plus généralement. R. Oui, mais beaucoup de mes camarades n'en ont pas conscience. Le nombre d'«apolitiques» qu' il y a dans ce métier! «Moije ne m'en mêle pas, moije m'en fiche!» Ils ne se rendent même pas compte qu'ils en font, qu'ils sont totalement engagés ... à droite! O. : Est-ce qu'un raciste et un antiraciste peuvent rire de la même chose? R, Oui parce qu'un raciste est un imbécile et qu'il ne comprends pas. O. : Est-ce qu'il ne peut y avoir d'hu"mour que tant qu'il y a des hypocrites, des racistes, etc. Est-ce que l'humour est nécessairement lié à la « méchanceté» de l'homme? R. Il est en tout cas lié aux travers de l'homme. Il est un miroir un peu cruel de la société et c'est ce que je réponds aux gens qui me reprochent d'avoir durci le ton de mes derniers sketches. Plus la société est dure, plus les humoristes sont durs. Quand on a de la température, il ne faut pas accuser le thermomètre. Souvent, pour rire, je dis : « Heureusement qu'il y a des cons, heureusement qu'il y a des salauds, sinon, je serais en chômage.» C'est quand même une plaisanterie. Dans une société pius humaine, il y aurait toujours à dire, bien sûr, mais ça deviendrait un peu farceur, un peu taquin, ça ne dépasserait pas cela. J 'ai quelquefois dit aux gens: « Vivez mieux et vous rirez mieux ». O. : Sur quoi aimeriez-vous conclure? R. Pour moi, les racismes sont l'expression de ce qui est ma bête noire, c'est-à-dire la bêtise. Il y a un décalage formidable entre les progrès scientifiques et la sensibilité - j'aimerais dire la sensiblerie - contemporaine. D'un côté Roissy, les voyages dans la lune, et de l'autre France Dimanche, Minute, vous voyez ce que je veux dire. Il faut bien dire qu'il y a une formidable imbéci lité ambiante. Mais je ne suis pas misanthrope; ce qui me console des gens, c'est les gens! Sans jouer les missionnaires, l'être le plus borné qui soit peut s'améliorer; et puis il y en a d'autres ... on en rencontre 1. .. On se console comme ça. Pendant l'occupation allemande, il y avait beaucoup de gehs qui collaboraient, il y avait aussi ceux qui collaboraient sans le savoir, par leur passivité, et puis il y avait les résistants. Les résistants auraient pu être désespérés. Ils devaient se dire: «On est là, une poignée de types, et puis les autres ne fichent rien». Moi, j'ai l'impression d'être une sorte de résistant. Il y a une sorte d'occupation intellectuelle, idéologique, du monde, et il y a, en face, des hommes et des femmes qui luttent contre ça, chacun à sa place, et qui, parfois, se désespèrent, mais qui espèrent aussi. Propos recueillis par Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX 7 e l'événement e-----------------___ --, 1 onl• e. la France est actuellement le dernier pays européen à administrer un territoire africain. Bien des facteurs peuvent expliquer cette situation manifestement anachronique; il n'en est pas moins nécessaire qu'elle prenne fin, et dans des conditions honorables pour la France, bénéfiques pour le peuple de ce pays. l'importance des fraudes électorales dans les T.O.M., le peu de respect apporté aux coutumes et à la volonté de la population locale, ont fait un peu partout de l'administration française, un corps étranger, marqué par la mentalité coloniale, peu propice à une évolution harmonieuse vers l'indépendance. A Djibouti, que les récents évévements ont mis sur le devant de l'actualité, le refus crispé de l'administration d'admettre les changements inéluctables, de favoriser une véritable prise en main de son destin par le peuple du territoire, le maintien au pouvoir contre vents et marée, de l'homme que l'on avait mis en place pour empêcher l'indépendance, provoquent des troubles et menacent la paix. le peuple français connaît le prix de la démocratie; souvent. il s'est battu pour la reconquérir. l'histoire a uni le destin du peuple du T.F.A.I. (Territoire Français des Afars et des Issas) à celui de la France. Ne peut-on pas légitimement espérer qu'il en reste autre chose que de l'amertume? Il nous faut faire pour cela un effort de lucidité. l'article qui suit y invite, en rétablissant les faits, face à ce que l'on entend le plus souvent dire dans les grands moyens de communication et qu'il faut bien appeler de la propagande. « Un territoire français pour les Afars et les Issas.» En 1884, la France conclut avec le sultan somali Tadjoura, un traité ainsi libellé : «Article 1 : Amitié. Article 2 : Le sultan Hamed donne son pays à la France, pour qu'elle puisse le protéger contre tous les étrangers Il (sic). C'est le début de la colonisation de ce territoire qui devient rapidement la colonie de la Côte française des Somalis. Les Somalis sont les pasteurs nomades qui vivent dans le pays et se déplacent depuis le sud de l'actuel Kenya jusque vers le 8 village de Djibouti. Leur pays est alors partagé entre trois puissances : la France, l'Angleterre et l'Italie. En 1948, l'Angleterre propose la réunification des différentes régions peuplées de Somalis, niais la France et l'Ethiopie s'y opposent. Lorsque le territoire devient Territoire Français des Afars et des Issas, le changement de dénomination traduit en fait une politique délibérée. Le nationalisme somali est suffisamment vigoureux pour qu'on s'en inquiète au point d'effacer le mot qui fait peur. On donne aux habitants d'origine somali leur nom local .' - Déportés en plein désert d'Issas; qui, parmi les Français fera le rapprochement? On insiste sur la division du pays en deux groupes. Lorsqu'il s'avère que la Somalie indépendante s'oriente dans une voie de développement de plus en plus progressiste, tout est fait pour que l'éventualité d'une unification avec ce pays soit écartée et le général de Gaulle conclura un traité secret avec le pouvoir féodal éthiopien, lui assurant la main-mise sur le territoire en cas de départ de la France. En vue de cette éventualité, la prédominance est donnée à des hommes du groupe Afar, dont la population la plus importante se trouve en Ethiopie. (( La France doit maintenir sa présence pour éviter un bain de sang entre les Afars et les Issas.» Le système colonial a toujours cherché à diviser pour régner; le tribalisme, c'està- dire l'action politique fondée sur les origines ethniques, est un des fruits les plus détestables qu'ait laissé la domination européenne. Nous avons vu que le changement de dénomination lui-même reflétait cette politique dans le T.FAI. Mais ici. c'est avec application et persévérance que ce but est poursuivi. Les Somalis (Issas) sont des nomades; ils ne limitent évidemment pas leur recherche de pâturages au minuscule terri toire que le pouvoir colonial s'est découpé sans tenir compte des habitudes du pays. Quoi de plus facile, dès lors, que de refuser à un grand nombre d'hommes de cette origine, la possibilité d'intervenir également dans le destin du pays, sous prétexte qu'ils ne sont pas (( français)J. A cela, s'ajoutent les multiples mesures d'expulsion. Ainsi, Djibouti est scientifiquement ratissé, tout «non·Français)J expulsé; quant à savoir qui est (( français)), qui ne l'est pas, on peut faire confiance au sens démocratique de M. Ali Aref pour que les critères de ce choix ne nuisent pas à ses intérêts électroraux. La ville de Djibouti est désormais entourée d'un ((fideau de fen), barbelés et mines qui empêchent le retour des indésirables. Face à cette répression anachronique, une intense propagande menée par la bourgeoisie Afar au pouvoir tente de faire croire que le départ de l'armée coloniale signifierait pour l'ensemble des Afars la perte de toute influence, voire les débordements d'une guerre ((tribale)) animée par la République Démocratique de Somalie.Ali Aref n'est-il pas allé jusqu 'à prendre parti pour les féodaux éthiopiens révoltés, cherchant ainsi un soutien bien compromettant, jusqu'à organiser l'immigration d'Afars éthiopiens, tout de suite titulaires d'une carte d'identité (( française )). En fait, il apparaît urgent que le pouvoir colonial cède la place à des hommes conscients de leurs responsabilités, à des hommes modernes qui puissent permettre au pays de vivre en paix. Ces hommes existent et sont reconnus par la majorité de la population, indépendamment de leur origine. C'est eux, et non l'armée coloniale qui peuvent maintenir la paix civile. (( La France doit maintenir sa présence militaire pour défendre le territoire contre ses voisins.» La Somalie n'a jamais caché que les multiples partages dont elle a fait l'objet ne l'ont pas fait renoncer à la réunification dans un même Etat de tous les Somalis. Cependant, la tâche de décolonisation lui est toujours apparue comme prioritaire. L'Ethiopie pour sa part a dénoncé les prétentions du pouvoir féodal sur cette région. Afin de permettre l'accession la plus rapide du territoire à l'indépendance, les deux pays se sont portés garants de son intégrité territoriale et du droit de sa population à une véritable autodétermination. Encore faut-il que cette autodétermination ne consiste pas à remettre tout simplement le pouvoir à un homme isolé qui a clairement exprimé qu'il se ferait le serviteur loyal de l'ancien colonisateur. En fait, si l'armée reste en Côte des Somalis, ce ne sera pas pour défendre la population contre une intervention étrangère dont personne ne veut, mais DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 pour protéger un gouvernement de rencontre, discrédité par ses méfaits, contre un peuple excédé d'être tenu à l'écart de ce qui le concerne au premier chef. (( Ali Aref est un élu du peuple. » Ici, point n'est besoin d'épiloguer. Nous avons vu dans quelles conditions s'organisaient, à la base, la discrimination entre (( Francais)J et «non·Francais)J. La fra ude électo~ale, répression aidant, atteint la taille d'une institution. Mais - tous les témoignages concordent - l'immense majorité de la population ne veut plus d'un homme qui a déclaré en 1963 : «Je resterai tant que la France sera là )). Un fait est particulièrement significatif à cet égard, c'est l'affluence qu'ont connue les dernières manifestations organisées par la L.PAI. (Ligue Populaire Africaine pour l'Indépendance) (entre 30 et 60 000 personnes) tandis que le parti de M. Ali Aref, rebaptisé pour la circonstance Union Nationale pour l'indépendance (U.N.I.) réunissait péniblement pou r son «nouveau départ)), trois mille personnes. Quand on sait qu'à Djibouti, tout rassemblement de plus de cinq personnes est interdit (à l'opposition 1), on peut juger de l'importance du fait. (( La France doit rester pour protéger le pays contre les ambitions soviétiques dans la région. » La façon dont la «guerre d'un quart d'heure)) a été présentée à la radio est à cet égard très significative. On a pu entendre en effet que les chars de l'armée française se trouvaient en face des tanks (( soviétiques )J. Admirable sophisme qui veut faire croire qu'une arme garde la nationalité de celui qui l'a construite et qui, donc, interdirait à tout pays qui ne possède pas d'industrie d'armement moderne, le droit à une défense nationale? Il est coutumier, sur les ondes, de présenter la République Démocratique de Somalie et, de l'autre côté de la mer Rouge, la République Démocratique et Populaire du Yémen, comme des «agents de Moscou)J, leur déniant dès lors toute responsabilité dans leurs choix politiques et stratégiques. C'est faire fi de toute l'histoire de ces deux pays qui, pour refuser de vivre de la mendicité internationale, pour se donner les moyens de déterminer euxmêmes leur destin, se sont vu boycotter par les puissances occidentales. En fait, comme l'a indiqué le général Lescure, inspecteur des forces armées d'outre-mer, Djibouti n'a aucun intérêt stratégique pour la France. Pour quels intérêts donc, risque-t-on de s'aliéner l'amitié des peuples de la région et, au premier chef, de celui de Djibouti? Ou bien faut-il reconnaître qu'au mépris des traditions françaises d'indépendance nationale et de démocratie, la France s'aligne sur la stratégie américaine au risque de maintenir une situation de tutelle sur le peuple du T.F.A.1. ? (( Les opposants à la solution Ali Aref utilisent les moyens du terrorisme, ce qui la discrédite pour conduire les destinées du pays.» Rien ne peut justifier l'acte irresponsable d'hommes qui pensent régler des problèmes politiques aussi importants que l'indépendance d'un peuple en monnayant la vie d'enfants innocents. C'est joindre le crime gratuit à la stupidité. Toutes les instances responsables, du gouvernement fran:;:ais à celui de la Somalie, en passant par la L. P.A. 1., l'ont souiigné. Ce qui pourtant donne à penser est l'attitude étrange du Ministre des D.O.M.-T.O.M. face aux déclarations de l'ambassadeur de Somalie en France. Alors que celui-ci avait nettement déclaré à France-Inter sa réprobation devant ce type d'action, le Ministre s'indignait, dans l'après-midi. de ce que le diplomate ait osé «justifier le crime.)) Il faut dire que la désapprobation du représentant somalien n'était pas à sens unique et" qu'il s'était permis de rappeler ce qui se passait dans le même temps au village-bidonville de Belbela. Ce vaste campement était le lieu de refuge des hommes que l'administration française avait expulsé de la ville de Dj ibouti. Lorsque l'affluence était trop grande, on remplissait quelques camions - on a même vu des gens enfermés dans des wagons scellés - que l'on allait ensuite déverser dans le désert, à proximité de la Somalie. Une solution plus radicale vient d'être trouvée, en prévision du référendum, avec l'expulsion de tout le village (1). Djibouti. la ville barbelée, Belbéla rasé, que d'enfants, que de familles entières vouées au malheur! Méfions-nous des indignations à sens unique; pour le peuple-otage du T.F.A.I., ni ceux qui maintiennent un système partout condamné par l'histoire, ni ceux qui croient régler ces problèmes par le crime, ne sont qualifiés pour construire l'indépendance du pays. Racine MAIGA (1) La presse a fait état de l'incarcération de 72 enfants de 8 à 15 ans, dans les prisons de DJIBOUTI. Ces enfants ont commis le crime de ne pas avoir de papiers français, dans la ville de Djibouti. Ils sont dans des conditions effroyables, enfermés avec des condamnés de droit commun. Et leur libération signifiera l'expulsion !... 9 baur • SALONS depuis 1922 • LITERIE MEUBLES ANGLAIS 38, bd. richard-Ienoir, 75011 paris métro: bréguet-sabin - bastille tél. 700.09.89 + 116. RUE RÉAUMUR. 75002 PARIS _____ TÉL. : 233.58.14 +, ___ _ SA R L au capital de 100.000 Franc. FABRIQUE DE VÊTEMENTS EN PEAUX ET MOUTON LAINÉ il P II1rJEILHJErRII IL 1rQ 10 26, RUE BICHAT - PARIS (Xe) Tél. : 208·25-92 HOLfTER 30, RUE DES JEUNEURS - Tél. 236.91.25 et 233.53.14 British Motor~s 13, RIlI' G/O' - ]JI/ri\-!fip 2:!.J-.rJ:!-01 - :!:!1-rn-8(j Spécialistes Rolls·Royce & Bentley 19, RUE D'UZES • 75002 PARIS Tél. 508·18·21 SCIAKY S.A. 119. Quai Jules-Guesde 94400 VITRY-sur-SEINE 'l'é/. 680.85.07 Claude Marjorie Créateur COLLECTION PRESENTEE EXCLUSIVEMENT SUR TISSUS • MODELES 12, BOULEVARD POISSONNIERE, • TAILLEURS 75009 PARIS • MANTEAUX • ROBES • IMPERMEABLES SUR RENDEZ-VOUS 0770.67.63 - 246.68.97 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil de Les foyers se révoltent Les conditions de logement des travailleurs immigrés sont à l'heure actuelle une des discriminations les plus graves que notre société impose aux étrangers qui y participent par leur travail. En effet, elle est une cause permanente de gêne, de misère, d'angoisse. On a souvent dècrit les conditions de vie effroyables qui sont celles des Africains vivant dans des foyers taudis. La situation reste souvent inhumaine dans les foyers «modernes .II. Mais les travailleurs immigrés commencent à en avoir assez d'attendre la charité de la part de pouvoirs publics qui, lorsqu'ils ne participent pas directement au scandale, font preuve d'une désespérante inertie. 4 7 foyers de la société Sonacotra sont à l'heure actuelle en grève des loyers. Mais le mouvement ne se réduit pas aux foyers Sonacotra, et d'autres sociétés, ainsi que des foyers privés, sont touchés par des actions de ce type. Dans beaucoup d'endroits, le M.R.A.P. manifeste une active solidarité avec les travailleurs en grève, pour obtenir des conditions de vie tout simplement décentes et pour jouir des libertés les plus élémentaires, que leur La R.A.T.P. donne l'exemple Bien souvent, les travailleurs immigrés se sentent exclus d'un monde où l'on trouve normal qu'ils travaillent mais où rien n'est prévu pour les aider à vivre. Deux initiatives récentes sont particulièrement positives, de ce point de vue. La R.A.T.P. a, en effet, publié, un tract pour expliquer le fonctionnement de la «carte orange .II. Ce tract est rédigé en Espagnol, en Portugais, en Arabe et en Français. La R.A.T.P. mérite d'être félicitée sur ce point; il est assez rare, en effet, qu'un service public soit attentif à cette catégorie de consommateurs que sont les travailleurs immigrés. L'Association Syndicale des Familles a également publié un dépliant en Français et en Arabe concernant le démarchage à domicile. Les travailleurs immigrés et leurs familles sont d'autant plus sou- DROIT ET LIBERTÉ. N° 346. MARS 1976 refusent des règlements draconiens. Dans les Yvelines, à Montgeron, à Verrières le Buisson, les comités locaux sont présents et participent à la lutte pour créer un courant de solidarité et de compréhension entre les français et les travailleurs immigrés en lutte, selon la mission spécifique du M.R.A.P. Le comité parisien, en ce qui le concerne, a mené une action très importante, après les tentatives, par l'administration de déloger les travailleurs immigrés des foyers de la Porte des Lilas et de la rue des Panoyaux. Manifestation, tracts appelant à la solidarité contre cette mesure illégale, création d'un comité du M.R.A.P. pour les 19" et 20" arrondissements. Une des tâches que le M.R.A.P. s'est fixé lors des assemblées régionales du 29 février est la recherche de renseignements et l'action sur le problème des foyers de travailleurs immigrés. Ce sera d'ailleurs un thème important de la Journée Internationale contre le racisme du 21 mars. C'est pourquoi nous prévoyons pour le mois prochain, une enquête sur la question, dans Droit et Liberté. vent victimes d'escrocs qu'ils ont moins de moyens de se défendre contre eux. L'idée d'avoir fait ce dépliant bilingue traduit un souci qui honore ses auteurs. Parce que je suis algérienne On a retrouvé le texte sui,vant dans les papiers personnels d'une lycéenne algérienne morte accidentellement, l'an dernier. Nous le publions, avec l'accord de ses parents. C'est un témoignage poignant de ce que peut-être, pour un jeune, le racisme quotidien. « Je ne suis rien, je n'ai pas de raison d'être, d'exister, pourquoi suis-je là, puisqu'on ne m'accepte pas? Ne pourrais-je donc avoir aucune joie dans la vie, et non que des déceptions ou des humiliations! Je vois bien qu'on me méprise, et qu'on se moque de moi. Pourquoi? Parce que je suis Algérienne. Et alors? N'ai-je pas le droit de vivre comme tout le monde ou bien suis-je obligée de me tenir à l'écart de tout, de me cacher pour que j'épargne ma vue aux autres? Mais moi, je n'accepte pas cela, car je vis, donc je pense et je crée; je fais partie de la société, alors, j' ai droit à une place, si petite soit elle! Les autres n'ont pas de but dans la vie, ils restent dans leur coin, jouissant de leur bien paresseusement; moi, je dois me battre. » Le Sahel et le Rallye Nous reproduisons ci-après des extraits de la lettre que fit parvenir au Monde le 15 janvier dernier, le Professeur Marc Gentilini, chef du service de parasitologie et médecine tropicale à la Pitié-Salpétrière, et président du Comité médical et médicosocial d'aide aux migrants, à propos du rallye auto-moto Côted'Ivoire - Côte d'Azur. Bernard Thévenet au pays de l'apartheid Apartheid sur 2 roues Le Bureau de la F.I.A.C. (Fédération Internationale Amateur de Cyclisme) a décidé d'infliger un blâme à la Fédération Française pour avoir autorisé des coureurs Français à disputer des courses cyclistes en Afrique du Sud l'été dernier. Rappelons que l'Afrique du Sud a été exclue de l'Union Cycliste Internationale en raison de sa politique de ségrégation raciale. De ce fait, les fédérations nationales affiliées à la F.I.A.C. n'ont pas le droit d'autoriser leurs coureurs à rencontrer des sportifs Sud-Africains. Dans cette affaire, il semble bien que le Président de la Fédération Française, qui avait personnellemimt autorisé le déplacement des coureurs Français, ait confondu ses fonctions de dirigeant sportif avec celles de Secrétaire général du Syndicat National de l'industrie du cycle qu'il assume également. «Le Sahel, aride et affamé, aura donc bénéficié de la radieuse traversée du rallye automobile reliant la Côte-d1voire à la Côte d'Azur; ses enfants auront pu, eux aussi, contempler les voitures et motos de choc d'une civilisation de passage. Le financement de chaque équipe est évalué à 200000 francs (20 millions anciens). Il y a cent équipes environ. Coût total, 2 milliards de centimes; sans compter le secours aux blessés, qui, de plus, désorganise les frêles services de santé des Etats parcourus. Ces chifJres, nous les découvrions le jour même où un organisme de recherches scientifiques nous avisait qu'il n'avait pas trouvé la modique somme sollicitée pour entreprendre un travail sur l'une des grandes affections sévissant en H aute-Volta, au Mali et au Niger! ... Si les chauffeurs ont un impérieux besoin de piloter à travers sables et pistes de latérite, ne pourrait-on leur proposer le même parcours, mais, avec à chaque étape, un village à prospecter, une école à vacciner, des lépreux à soigner. Dommage que -+ 11 • au fil des jours ~ les organisateurs prijèrent les yeux àJermer. JI Vacances à l'ombre au Maroc Deux travailleurs marocains rentrent chez eux, en décembre dernier pour y passer les fêtes musulmanes. L'un et l'autre sont arrêtés à la frontière marocaine et incarcérés sans qu'ils puissent savoir pour quelles rai sons. La nature des interrogatoires qu'ils vont subir, pendant quinze jours, dans des conditions de détention atroces, les renseignent rapidement. Tous portent sur la nature de leurs engagements politiques et syndicaux, en France. Ces faits ne sont pas les premiers exemples de ce genre d'intimidation. L'arrestation immédiate, les interrogatoires très circonstanciés, ne permettent pas de laisser planer un doute. Il y a en France des organismes qui se font un devoir de livrer complaisamment des renseignements à la police marocaine. Il ressort d'une conférence de presse, tenue par l'Association des Marocains en France, que des liens très étroits existent entre l'Amicale des Travailleurs et Commerçants Marocains et la police, l'administration, certains syndicats patronaux. De plus en plus cette amicale fonctionnerait comme une véritable police parallèle, avec le silence bienveillant, et parfois même la complicité de certaines autorités françaises. On ne peut que s'inquiéter de telles méthodes, qui visent à intimider des travailleurs étrangers, en bafouant les droits de l'homme les plus élémentaires, et qui constituent une discrimination particulièrement grave pour une catégorie de travailleurs étrangers. 12 Victoire en Angola La république Populaire d'Angola ' est désormais un Etat reconnu par la plupart des pays du monde, dont la France. La division de l'Afrique qui s'était manifestée, lors du sommet de l'O.U.A., s'estompe avec la victoire de plus en plus nette des Forces Armées Populaires de Libération de l'Angola contre l'agression sud-africaine. Cepen- • au fil des jours • au fil dant les racistes de Prétoria ne renoncent pas de mettre au pas les pays africains indépendants d'Afrique australe, et le gouvernement nazi de Vors ter vient d'annoncer qu'il préparait un projet de loi, lui donnant la possibilité d'intervenir en n'importe quel point d'Mrique, situé au sud de l'équateur. La consolidation de l'indépendance de l'Angola et du Mozambique sera, dans les mois qui viennent, un atout majeur, pour empêcher le régime de l'apartheid de mettre à exécution ses desseins désormais avoués. En effet, la guerre est désormais ouverte contre les racistes de Prétoria; la S.W.A.P.O. multiplie les actes de résistance, la guérilla s'intensifie au Zimbabwé et l'A.N.C. renforce sa cohésion dans la perspective de luttes prochaines. Vraiment, la victoire du M.P .L.A. et du peuple angolais, c'est une victoire pour l'humanité. Attentats contre l'Algérie Va-t-i1 devenir vraiment dangereux d'être Algérien en France? La vague d'attentats qui a eu lieu durant le weekend du 19 au 21 février contre des locaux officiels algériens n'augure pas bien des recherches sans cesse annoncées mais rarement efficaces, contre les bandes racistes qui se sont fait profession de ce type d'intimidation criminelle. Le vendredi 19, peu avant une heure du matin une bombe éclate au Consulat algérien qui se trouve près de la place de l'Etoile et quelques heures plus tard une autre bombe est désamorcée sur le perron de l'Office du tourisme algérien, avenue de l'Opéra. Ce n'est que partie remise puisqu'un autre engin explose au même endroit, le dimanche matin, vers une heure, alors qu'un grand nombre de passants se trouvent encore dans la rue. Par miracle, on ne déplore que quelques blessés légers. La nuit précédente, deux bombes éclatent également, mais en province; l'une, à Strasbourg, devant le Consulat d'Algérie, l'autre à Lyon, devant l'agence de la compagnie Air-Algérie. n y a en France beaucoup d'anti-algériens connus, anciens de l'O.A.S., nostalgiques de la colonisation, racistes notoires, qui trouvent d'ailleurs des journaux pour les accueillir. Ce qui est plus grave, ce sont les protections dont ils semblent jouir, comme on l'a vu au moment de l'affaire Hazan ou de nombreux anciens O.A.S., militants de parti néo-fascistes, se sont trouvés avoir des liens inquiétants avec certaines personnalités officielles. N'est-il pas anormal qu'un ministre français M. Médecin, Secrétaire d'Etat au Tourisme, se soit permis lors d'une émission de radio, au moment même où commençait cette vague d'attentats, de faire part en public de son regret d'avoir vu la France « abandonner » l'Algérie. Lorsqu'à la télévision, le Premier Ministre déclare que le chômage n'est pas un problème insoluble dans un pays où il y a quatre millions de travailleurs immigrés, que veut-il suggérer? Est-ce une attitude responsable de la part d'un dirigeant, dans l'atmosphère actuelle de montée du racisme? Les Algériens qui se trouvent en France sont-ils fondés dans les conditions actuelles à se sentir protégés, alors que la plupart des enquêtes concernant des crimes ou des attentats racistes n'aboutissent pas? Les militants anti-racistes savent par expérience que l'insécurité est grande chez les travailleurs immigrés. Mais c'est le peuple français tout entier qui paye un manque de vigilance qui permet aux anti-algériens d'agir impunément. Car l'amitié que nous aurions pu sauvegarder avec ce grand pays qui nous est si proche, reçoit de plein fouet les déflagrations de ces attentats honteux. en bref . cr Les poux attaquent ! » L'apocalypse capillaire dont Minute nous menace sur toute sa dernière page est présentée comme la treizième plaie d'Egypte. En fait cette invasion est une manoeuvre de l'étranger, aidée en cela par l'ennemi intérieur. L'article se termine en effet ainsi : cr Cheveux longs et immigration sont en quelque sorte les deux mamelles du super-poux. » • Hens Filbinger, Ministre-Président du Bade-Wurtemberg a été nommé grand officier de la Légion d'honneur par le Président de la République Française pour son activité dans le domaine culturel. L'ami de la culture avait aussi condamné un de ses compatriotes à six mois de prison, en 1945, quelques semaines après la victoire alliée, parce que ce dernier avait déclaré que les nazis étaient responsables de cette guerre. Et Touvier court toujours ... • Le Chah d'Iran exécute, torture; son peuple vi dans la misère et la peur, tout opposantdéclaré se retrouve en prison et bien souvent, on apprend rapidement sa mort, .. alors qu'il tentait de s'évader. JI Vingt étudiants iraniens viennent d'être expulsés de France pour avoir manifesté, dans les bureaux de la télévision iranienne à Paris, leur indignation devant les dernières exécutions d'opposants. L'empereur-bourreau, assure-t-on, n'est pas mécontent de la mesure. • La Librairie-Arabe de la rue Saint-Victor a été l'objet le l3 janvier, d'un attentat qui faisait suite à celui qui y avait déjà eu lieu le 3 décembre. Quel est ce « Front d'auto-défense juif» qui revendique de tels actes? Y at- il des juifs qui puissent se sentir If dijendus .ll par de telles provocations? • Une directrice d'école de Montreuil a été, récemment, arrêtée et gardée à vue pour propos antiracistes! Elle avait en effet eu le culôt de protester contre les insultes racistes que deux hommes adressaient à une Gitane. Or il se trouve que les deux honorables Messieurs étaient des policiers en civil, qu'elle avait donc troubiés dans l'exercice de leurs fonctions. Le député et la municipalité de Montreuil ont protesté auprès des autorités contre cet abus de pouvoir particulièrement scandaleux. Les Etats-Unis d'Amérique fêtent cette année le bi-centenaire de leur indépendance. Inutile de rappeler l'importance qu'eût la constitution démocratique de ce pays sur le mouvement révolutionnaire en Europe. Elle restait cependant marquée d'une insuffisance notoire et significative, car elle maintenait la structure esclavagiste de la société, refusant aux Noirs, cette même liberté dont elle proclamait la nécessité inaliénable pour tout homme. Depuis lors, jusqu'à présent, le problème racial reste une tare majeure de la société américaine. Le dossier qui suit permet à la fois de se faire une idée du problème sur le plan historique, et de se rendre compte de ce qu'est la situation à l'heure actuelle. Il montre également l'apport fondamental des Noirs et des autres minorités à la civilisation américaine. DROIT ET LIBERTÉ. N" 346. MARS 1976 13


~-~-~---~-----------,,----------~-~--

une déll10cratie esclavagiste En 1976, les Etats-Unis vont revenir occuper le premier plan de l'actualité politique avec la commémoration du Bicentenaire de la Déclaration de l'Indépendance du 4 juillet 1776 - dont l'anniversaire est devenu la fête nationale des Etats-Unis - et qui coïncidera avec la fin des « élections primaires» et précèdera les élections à la Maison Blanche et au Congrès. Ce document est considéré comme la charte fondamentale des Etats-Unis et aussi comme l'origine de l'onde révolutionnaire qui, reprise et amplifiée par la Révolution Francaise, va au fil des temps battre les régim~s établis jusqu'à la Révolution de 1917. Et pourtant, ce document capital ne met pas en cause le principe de l'esclavage qui a pourtant commencé à diviser les Etat~ à cette époque. Thomas Jefferson condamnait l'esclavage dans le projet original de la Déclaration de l' Indépendance, mais les passages s'y rapportant seront exclus de la Déclaration finale qui tient compte de 86 Amendements d'ailleurs jugés « déplorables» par Jefferson. La question de l'esclavage avait laissé perplexes les pères de la Patrie; Washington, et surtout Thomas Jefferson, se rendaient compte de la contradiction entre la démocratie, sacralisée dans la Déclaration de l'Indépendance puis dans la Constitution de 1787, et le maintien de l'esclavage. Mais ils n'avaient osé y toucher, étant eux-même propriétaires d'esclaves. Washington se contenta d' affranchir tous ses Noirs sur son lit de mort. D'ailleurs, les Noirs se virent refuser le droit de s'enrôler dans l'armée Américaine au début de la guerre d'Indépendance, en 1775. Pourtant, les Noirs avaient déjà pris une part active au combat pour l'Indépendance. Le premier Américain qui mourut pour la liberté fut sans doute un Noir de Boston : Crispus Attucks et il y avait des Noirs parmi les soldats de Bunker Hill. Il fallut le manque d'effectifs, et la crainte de voir les Noirs s'engager dans l'armée Britannique qui leur promettait l'émancipation en échange, pour amener le Congrès à autoriser le service militaire des esclaves qui furent émancipés à titre de récompense. C'est ainsi que 5 000 Noirs gagnèrent leur liberté. Onze ans plus tard, un article de la Constitution de 1787 qui déterminait la répartition des Représentants, établis- 14 sait la distinction entre les personnes libres et... les autres, parmi lesquelles se situaient évidemment les Noirs qui valaient les 3/5 d'un homme libre! Les Indiens, quant à eux, étaient tout simplement ignorés parce qu'ils ne payaient pas d'impôts! On voit avec quelle circonspection il faut considérer l'imagerie Américaine qu'on ne manquera pas d'utiliser des deux côtés de l'Atlantique à l'occasion du Bi-centenaire de l'Indépendance des Etats-Unis. Cette imagerie est encore employée jusqu'à la fin de la Guerre de Sécession et force nous est de considérer cette période de l' Histoire Américaine comme plaéée sous la marque de l'esclavage. Une chose est certaine : c'est que le problème noir a influencé toute l'Histoire des Etats-Unis depuis 300 ans. Mais le schéma : bons contre mauvais, esclavagistes contre abolitionnistes ne peut être accepté en bloc. La dualité entre le Nord et le Sud, qui devait aboutir à la Guerre de Sécession, relève en fait d'un processus moins idéaliste. S' il est vrai qu'il y avait des abolitionnistes sincères dans les Etats du Nord et que ces Etats avaient tous aboli l'esclavage à l'intérieur de leurs frontières à l'aube de la Guerre de Sécession, il n'en est pas moins vrai que les abolitionnistes étaient des isolés généreux et exaltés et que dans ces Etats régnait une ségrégation de fait, même si le mot n'était alors pas utilisé. Les Noirs n'avaient pas le droit de vote, ils étaient exclus des églises, des écoles, des moyens de transport. Le mouvement pour l'émancipation des Noirs était d'ailleurs s0J.lvent le fait des Noirs eux-mêmes qui mirent sur pied une organisation, la Convention Nationale Noire dont la première réunion se tint à Philadelphie en 1830. On ne peut dire que l'esclavage est à la base de la Guerre de Sécession que dans la mesure où celle-ci relève pour beaucoup d'un conflit économique entre le Nord et le Sud et que la prospérité de l'économie sudiste était bâtie sur l'esclavage. «Ce sont les tarifs protecteurs et non l'esclavage qui ont commencé à rendre le Sud agressif)} a écrit On éminent historien. Le Nord voulait un tarif élevé pour protéger la croissance de son industrie contre les produits fabriqués Anglais; le Sud, qui vivait de la vente de son coton Nous tenons pour une vérité d'évidence que tous les hommes ont été créés égaux. au Lancashire, condamnait le système du tarif qui risquait de lui aliéner un client vital. Il s'ajoutait aussi l'impérialisme du Sud qui ajouta au territoire des EtatsUnis le Texas, le Nouveau Mexique, la Californie dans lesquels se posait à chaque fois l'irritante question de l'esclavage. Et puis, il y eut la Sécession, il ne faut pas l'oublier. Le Nord ne s'est pas battu d'abord pour l'abolition de l'esclavage. Même Lincoln n'avait pas l'intention d'abolir l'esclavage quand il se décida à se battre. Et s'il avait annoncé alors qu'il le faisait pour libérer les esclaves, la guerre aurait été peut-être encore moins populaire qu'elle ne l'était déjà dans le Nord. Le Nord se battait pour le maintien de l'Union. C'était le grand souci de Lincoln qui ne cessa de le répéter. En même temps, il y était poussé par des raisons économiques : la sauvegarde de l'Union était dans l'intérêt économique du Nord. Voilà comment on peut dire que, si le Nord eût à se battre pour l'Union, ce fut à cause de l'existence de l'esclavage, sur lequel était bâtie la puissance économique du Sud. Les Noirs se virent encore refuser le droit de servir dans les rangs de l'armée Nordiste. Il fallût attendre août 1862 pour voir le Gouvernement Fédéral s'acheminer, non sans hésitations, vers l'enrôlement des Noirs. Malgré de très importantes mesures de discrimination, 186 000 Noirs au total combattirent dans les armées de l'Union et 36 000 d'entre eux périrent au cours des batailles. L'Union fut sauvée et les esclaves libérés. Mais la re construction est l'histoire d'un échec. Les Noirs connurent alors la ségrégation et furent livrés sans défense à l'exploitation capitaliste à laquelle rien ne les préparait. A ce propos, il est remarquable que, depuis la fin de la Guerre de Sécession, les Noirs Américains n'ont obtenu que des victoires théoriques dans leur combat pour leur dignité et leur égalité avec les Blancs. La reconstruction, les promesses du 'New Deal puis les Droits Civiques, autant de conquêtes stériles si l'on n'en trouve pas d'application dans les faits, et malgré des progrès visibles, les Etats-Unis restent divisés en deux blocs : les Blancs et les non-Blancs, car aux Noirs, s'ajoutent les Indiens, les Chicanos, les Porto-Ricains, les Chinois, etc ... DROIT ET LIBERTÉ. N° 346. MARS 1976 o o ' if: J'ai été la victime. Les Belges me coupaient les mains au Congo. On m'a lynché au Texas. Langston Hughes. les indiens Les Indiens étaient environ 1 000 000 à l'arrivée des Blancs sur le territoire actuel des Etats-Unis. La « conquête de l'Ouest » s'accompagne d'un véritable génocide et les Indiens ne sont plus que 220 000 en 1910, dépouillés de la plus grande partie de leurs terres (au mépris de quelques 370 traités dont aucun ne fut respecté par les Blancs) et complètement tenus à l'écart de la vie du pays. Ils sont maintenant 800 000. 350 000 d'entre eux vivent dans des « réserves » et dépendent uniquement du Bureau des Affaires Indiennes (B. LA) dont le caractère paternaliste est particulièrement critiquable. Leur niveau de vie est très bas. Le taux de chômage varie çle 40 à 80 % selon les réserves. La population des réserves tend à diminuer. Les Indiens qui choisissent de sortir des réserves deviennent citoyens Américains de plein droit. Mais ils rejoignent alors les membres des minorités non-Blanches et leurs lamentables conditions d'existence. La cause des Indiens est défendue par le Mouvement Indien Américain (A.I.M.), créé par les Indiens eux-mêmes en s'inspirant du Black Power. L'AI.M. lutte pour les Droits Civils, refuse l'assimilation et la société Blanche et veut reconstituer les nations Indiennes. L'AI.M. s'est signalé par l'occupation de la prison d'Alcatraz en 1969, l'occupation des locaux du B.I.A au Département de l' Intérieur en 1972 et de la localité de Wounded Knee en 1973 et en 1974. la situation des • nOirs en 1975 Pour le public français, qui ne dispose d'autres sources d'informations que les média, le calme semble régner aux Etats-Unis sur le front des luttes raciales. Les journaux ne relatent pas de manifestations pacifiques des Noirs, pas plus que de soulèvements violents dans les ghettos. Ce calme apparent signifie-t-il que les Noirs ne sont plus un problème x Etats-Unis? Les Noirs ont-ils obtenu satisfaction à leurs justes exigences de dignité et d'égalité? Ont-ils abandonné la lutte ou le calme qui règne actuellement est-il le même que celui qui précéda les sanglantes émeutes de 1967 ? La situation des Noirs aux Etats-Unis ne s'est pas améliorée depuis 8 ans et la crise économique actuelle est évidemment plus durement ressentie par les Noirs que par les Blancs. L'armée des chômeurs Américains, forte de 8 250 000 individus, représente plus de 8 % de la population active, mais ce pourcentage passe à 16 % pour les Noirs et bien davantage dans les ghettos urbains (25 % à New York) . Et encore (comme en France!). ces chiffres officiels sont contestés et l'on pense qu'on pourrait presque les multiplier par deux. En tous 16 cas, ils ne tiennent pas compte de ceux qui ont abandonné la recherche d'un emploi, ni des 3 700000 travailleurs exécutant un travail partiel, faute d'obtenir un emploi à temps complet, et dont les Noirs doivent constituer une partie importante. Et, comme toujours, le Noir est le dernier embauché et le premier licencié. La situation des Noirs s'est même dégradée par rapport à celle des Blancs ces dernières années, puisque le revenu moyen d'une famille noire représentait 61 % de celui d'une famille blanche en 1969, alors qu'il n'en représente plus que 58 % aujourd'hui. Trente pour cent des familles noires vivent dans une misère profonde contre 8 % chez les Blancs et, alors que les Noirs constituent 11 % de la population des Etats-Unis, ils sont 32 % des familles pauvres, ce qui est un pourcentage supérieur à celui de 1969. Ce sous-développement des Noirs se situe dans les domaines du logement, de la santé, de l'enseignement. Les Noirs paient davantage que les Blancs pour un logement équivalent et sont probablement quatre fois plus nombreux à vivre dans des logements médiocres. Dans les quartiers noirs, la densité des logements (près de ' 1 200 logements au kilomètre carré) est le double que dans les zones d'habitation des classes moyennes et cent fois plus grande que les américains d'origine latino- ,. . amerlcalne Des statistiques récentes établissent que, vers la fin de ce siècle, les Américains originaires d'Amérique Latine seront devenus la principale minorité aux Etats-Unis, remplaçant ainsi les Noirs. Ils sont déjà 16 à 20 millions à résider sur le territoire des Etats-Unis et l'immigration de ce groupe est la plus élevée. Le taux de natalité de ces nouveaux Américains est le double de celui des Noirs, lui-même très supérieur à celui des Blancs. Le revenu moyen de ces familles, bien qu'ayant progressé rapidement l'année dernière, reste encore inférieur d'un quart au niveau national et 23,2 % de cette population vit avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Les émigrés Porto-ricains sont les plus pauvres. 55 % des enfants de ce groupe ethnique quittent l'école avant la fin de leurs études. dans les banlieues. Le phénomène d'abandon des villes pour les banlieues par les Blancs ne cesse de croître; 5 % seulement des Noirs vivent dans les banlieues où, précisément, se trouvent 80 % de l'ensemble des industries nationales. Dans les quartiers noirs, les alertes au feu se succèdent, les rues sont encombrées d'ordures non ramassées et de « cadavres» de voitures abandonnées, les logements sont insalubres, surpeuplés envahis par la vermine. La pauvreté et la discrimination condamnent les Noirs à un mauvais logement, d'autant que les programmes fédéraux de construction de logements sont ' inadéquats et les crédits insuffisants. On découvre ici un autre aspect de la ségrégation : sur les 24000 membres de l'Institut Américain des Architectes, 450 environ seulement sont Noirs et 80 environ sur les 8 500 urbanistes Américains. Les conditions de vie des Noirs ont leurs répercussions sur le plan sanitaire. Ainsi, un Noir a quatre fois plus de chances qu'un Blanc de contracter la tuberculose, 12 fois plus, la syphilis et 17 fois plus, la blennoragie! La mortalité des femmes Noires en couches est le double que pour les Blanches. La mortalité infantile à moins d'un mois est de 25 pour mille pour les enfants Noirs contre 15 pour les Blancs; elle passe à 12,5 pour mille contre 4,7 pour les enfants morts entre un mois et un an. La longévité des Noirs est inférieure à celle des Blancs (64,6 ans contre 71,3). La misère des ghettos entraîne égaIement ses séquelles: alcoolisme, drogue, prostitution, délinquance, surtout chez les jeunes. L'insécurité règne dans les quartiers noirs. Pour toutes les catégories de délits, le taux d'arrestation est 4 fois plus élevé chez les Noirs que chez les Blancs et les statistiques établissent qu'en 1972, on comptait 59000 Noirs en prison, soit 42 % du total des prisonniers. Mais les Noirs sont victimes de crimes dans une plus large proportion que les Blancs. 80 % des crimes et délits commis par les Noirs le sont au détriment d'autres Noirs. Une autre conséquence de la misère des Noirs est l'abandon de famille par le père qui afflige un très grand nombre d'enfants du ghetto noir. 25 % des foyers noirs sont sans père et la femme élève seule les enfants. L'arrêt Topeka-Brown du 17 mai 1954, en établissant l'intégration scolaire, devait être le premier maillon de la chaîne menant à l'intégration tout court. Vingt ans après, la désillusion est grande. Malgré quelques progrès, il est clair que l'intégration ne peut se réaliser dans les écoles puisqu'elle n'a fait aucun progrès dans les autres domaines. Le problème scolaire a seulement changé DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 Muhammad Ali: les poings du défi. d'aspect en se déplaçant du Sud vers les grands centres urbains du Nord et de l'Est où le problème s'est même aggravé. Dans le Sud, 46 % des enfants noirs vont maintenant dans des écoles à majorité blanche (contre 2 % en 1965); dans le nord et l' Est, cette proportion n'est que de 28 %. Seulement 58 % des écoliers noirs terminent le cycle primaire contre 73 % des écoliers blancs et 40 % des adolescents noirs terminent leurs études au lycée (High school) contre 62 % chez les blancs. Le nombre d'étudiants noirs a plus que doublé entre 1967 et 1973, passant ainsi à 730000 (remarquons en passant que ce nombre est supérieur à celui des étudiants en France ... ) Ce chiffre est celui des étudiants inscrits et près de la moitié sont dans des collèges noirs, principalement dans le Sud. Le niveau de l'enseignement prodigué dans les écoles noires est inférieur à celui des écoles blanches et les Noirs diplômés des Universités sont très peu nombreux. La ségrégation s'abat aussi sur les enseignants noirs pour lesquels la promotion est parcimonieuse, et encore cette promotion des éducateurs noirs ne conduit-elle pas à l'égalité des revenu~.· Ainsi un Blanc qui enseigne dans le primaire gagne plus que le Noir enseignant dans un lycée. Les diplômés Blancs des lycées gagnent plus que les Noirs après quatre ans et plus d'Université. L'école aux Etats-Unis est donc le reflet de la ségrégation qui continue de régner sur l'ensemble du pays et les tentatives d'intégration scolaire dans ce contexte ne satisfont personne, comme l'ont prouvé les récents indicents provoqués par l'instauration du « busing» à Boston, où les familles blanches des secteurs concernés lapidèrent les autobus assurant le transfert des élèves noirs après avoir interdit à leurs enfants d'alle~ en classe, prirent en chasse des Noirs isolés et tentèrent plusieurs lynchages (1 ). (1) Voir « Droit et Liberté» nO 341 de septembre 1975 et 342 d'octobre 1975. 17 les noirs face à la discrimination Des élèves noirs dans des écoles blanches, plus d'inscriptions Il colored only Il dans les lieux publics dans le Sud ou de séparation dans les autobus. Plus de lynchages organisés. Les médias s'extasient sur la réussite de tel ou tel médecin ou avocat noir, sans parler d'artistes ou d'athlètes professionnels aux salaires fastueux. Dans les « séries» télévisées, les noirs « de service» sont policiers, médecins, avocats, ingénieurs, journalistes ... Tout cela ne peut cacher que la discnmlnation raciale continue massivement de tenir les Noirs à l'écart de la vie active du pays. La discrimination de fait, on l'a vu, s'exerce dans le travail, le logement, l'enseignement, la santé, la culture, dans les prisons, dans l'armée où le Noir se heurte au même processus de discriminations dans que dans la vie civile, et même jusque dans la religion chrétienne où seulement 15 % des Noirs sont membres de cultes à prédominance blanche. Les Noirs sont plus que jamais au bas de l'échelle sociale. Face à cette injustice qui se perpétue, on ne note plus de révolte de la part des Noirs. Aux étés chauds des années 60 semble s'être substituée une indifférence placide. Le « problème noir» n'en seraitil plus un ? Les soulèvements des ghettos ont été réduits par une répression implacable, le « Black Power», les « Black Panthers» ont été relégués à l'arrière-plan. Les groupes d'auto-défense sont contraints à la clandestinité et les rêves nationalistes se sont envolés. Martin Luther King et Malcolm X ont été assassinés, Eldridge Cleaver est en exil, tout comme Stockely Carmichael, le S.C.L.C. (1) de Luther King végète sous la direction de Ralph Abernaty, le S.N.C.C. (2) (S.N.I.C.K.) s'est évaporé, le C.O.R.E. (3) n'a guère d'influence, les Black Musli ms se développent toujours à l'écart. Voilà un bilan rapide des principaux mouvements noirs connus jusqu'ici en Europe. Les Panthères ont échoué parce que ce mouvement n'a pas su faire une analyse objective du contexte américain, peuplé de 90 % de Blancs et n'a jamais agi en mouvement de masse véritable. La masse de la population noire, tout en admirant les Panthères, s'est refusée à les suivre dans le suicide. Ce que l'on peut dire du déclin des Panthères s'applique également à d'autres organisations noires comme le S.N.C.C. de Stockely Carmichael et le « Black Power». 18 Depuis 1967 - 1968, on a vu se consolider deux types d'organisations noires. D'une part, des organisations comprenant divers groupes de pression, apparemment modérés, qui préfèrent la voie électorale; de l'autre, des groupes d'action de travailleurs noirs, beaucoup plus significatifs, dans les usines et les syndicats et qui associent conscience raciale et conscience de classe et combattent le racisme au sein des syndicats. Ceux qui ont choisi la voie électorale ont créé une nouvelle classe jusqu'alors négligeable, celle des politiciens noirs dont le nombre s'accroît au fil des consultations électorales. Ils affirment qu'aux Etats-Unis, en dehors de l'émeute, l'influence politique est la seule à pouvoir attirer l'attention et forcer le Gouvernement Fédéral à augmenter ses efforts en faveur des minorités, et que cette puissance n'est accordée qu'aux élus. Pour garantir ses droits, toute communauté doit s'assurer du pouvoir local. Ils rejoignent par là la pensée de W.E.B. Dubois, fondateur de la N.A.A.C.P. (4) qui préconisait déjà le contrôle des institutions locales. Dans plusieurs circonscriptions californiennes, des candidats noirs ont eté élus en 1974 par des électorats à dominance blanche. Les Gouverneurs adjoints de Californie et du Colorado sont noirs, tout comme les Maires de plusieurs grandes villes : Atlanta, Los-Angeles, Washington, Newark. Mais, malgré les progrès réalisés, les Noirs ne constituent cependant que 0,8 % des 500 000 élus locaux du pays. Pourtant, le trop célèbre George Wallace, Gouverneur de l'Alabama, a nommé un Noir à son cabinet tandis que le Président Ford a désigné un Noir (William Coleman) comme Secrétaire au travail. Mais sans doute n'estce pas sans arrière-pensée électorale dans la course à la Maison Blanche. Les autres groupes noirs, ceux qui ont choisi une forme de lutte plus « progressiste », analysent la situation en termes de lutte de classe. Ils ont dépassé le stade des nationalismes et des rêves d'intégration sans changer la société actuelle. Il y a les exploiteurs et les exploités. Parmi ceux-ci, il y a des . Blancs et tous les Noirs. Le combat du (1) S.C.L.C. Southern Christian Leadership Conférence (conférence chrétienne). (2) S.N.C.C. Comité de coordination des étudiants non violents. (3) C.a.R.E. Congrès pour l'égalité raciale. (4) N.A.A.C.P. Association nationale pour l'avancement des gens de couleur. Pour /' égalité raciale. les travailleurs iml11igrés aux U.S.A. Depuis plus d'un siècle, les immigrés aux Etats-Unis sont les victimes d'une oppression ininterrompue harcèlements, arrestations arbitraires, expulsions. Le Gouvernement poursuit consciemment cette politique afin de contraindre les immigrés à travailler pour les salaires les plus bas, sans avantages ni sécurité d'emploi. Il exige de plus que ceux-ci se tiennent à l'écart du mouvement social pour changer les conditions de vie aux Etats-Unis. Quelle que soit la manière dont ils sont entrés aux U.S.A., - « légale» ou « illégale» - les immigrés sont assujettis à une suite accablante de lois et de règlements spéciaux. Il n'y a pas de prescription aux charges qui peuvent mener à I·expulsion. Les immigrés sont obligés de faire la preuve que leur entrée aux U.S.A. a été légale. Une audience d'expulsion est considérée comme une affaire civile et bien des immigrés qui risquent à jamais l'exil pour eux et leurs familles ou qui sont menacés de mort si le Gouvernement les expulse dans un pays fasciste, ne jouissent pas des droits accordés au défendeur dans une affaire criminelle. Les travailleurs immigrés n'ont pas le droit de se syndiquer. Dans la majorité des cas ils n'ont pas droit à l'assistance publique. Ceux qui sont sans permis de travail risquent de perdre l'indemnité de chômage et la sécurité sociale, bien que la loi les oblige à y sacrifier une partie de leur salaire. Il est défendu aux immigrés de fréquenter ou d'adhérer aux organisations « communistes ou anarchistes» aussi bien que d'exprimer oralement ou par écrit des idées « communistes ou anarchistes ». Le caractère vague dans lequel ces règlements sont rédigés a permis au Gouvernement de tracasser et d'expulser nombre d'immigrés qui avaient participé aux luttes pour améliorer la condition des classes laborieuses aux Etats-Unis. Les étudiants immigrés sont eux aussi en butte à toutes sortes de tracasseries. Ils n'ont so!Jvent pas le droit de chercher un emploi pour subvenir à leurs besoins. Il est interdit à tous ceux qui ont un visa, de travailler pendant les grandes vacances. Comme ce visa n'est valable qu'un an, le Gouvernement peut refuser de le renouveler sous toutes sortes de prétextes arbitraires, comme, par exemple, l'activité politique de l'étudiant en question. On ne peut s'empêcher d'établir une comparaison avec les travailleurs immigrés dans notre pays et de conclure qu'il s'agit là d'un problème mondial lié à notre système économique. Ces renseignements nous ont été fournis par nos amis du Committee Against Racism (C.A.R.) dont la section Immigration lutte pour l'égalité des droits économiques, politiques et sociaux pour les immigrés, aux U.S.A. DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 peuple noir des Etats-Unis doit finir par se fondre dans le mouvement ouvrier Américain pour mettre fin au règne des classes dirigeantes actuelles. Mais cela n'est pas si facile. D'abord, parce qu 'en plus des préjugés raciaux, les Blancs n'ont pas conscience d'être opprimés. Ensuite, parce que la bonne volonté des Noirs a souvent été victime de la trahison de la classe ouvrière blanche qui se servait seulement des Noirs comme force d'appoint. On note encore la multiplication d'orles noirs ganisations Noires « clandestines» dont les leaders ont tiré un enseignement de la décapitation des Panthères Noires et n'ont pas l'intention de commettre les mêmes erreurs. On ne peut évidemment nommer ces mouvements. Ce qui caractérise donc le mouvement Noir actuel aux Etats-Unis, c'est son manque d'unité. La lutte requiert maintenant l'abandon des stratégies employées jusqu'ici par le plus grand nombre. Les données du problème dont différentes et la solution n'est toujours pas trouvée. et le langage américa.in Dans Time du 6 avril 1970, le romancier Noir Ralph Ellison traitait de l'apport déterminant des Noirs à la culture Américaine. Il nous a paru intéressant de faire la synthèse de son propos. Le rêve d'une Amérique sans les Noirs est au moins aussi vieux que celui de créer une société vraiment démocratique dans ce pays. Non seulement ce vieux rêve persiste chez les Blancs, mais cette forme de néoGarveyisme (1) continue aujourd'hui de fasciner les Noirs comme elle a fasciné les Blancs. Elle refait surface à chaque fois que la nation se fatigue dans le combat pour l'égalité. Elle fait du Noir le bouc émissaire et, sous prétexte de le sauver, essaie de l'éliminer. Ce qui est le plus étonnant dans le rêve d'une Amérique sans Noirs, c'est qu'il semble que personne ne se pose la question de savoir ce que les Etats-Unis seraient devenus si on n'y avait pas importé les Noirs. Il est évidemment difficile de l'imaginer. Sans les Noirs, pas d'économie esclavagiste dans le Sud, pas de guerre de Sécession, pas de K.K.K., ni de système « Jim Crow, (2)). Et sans l'affranchissement des Noirs et la manipulation des craintes raciales des Blancs par les politiciens, il est presque impossible de concevoir ce que serait devenu le système politique aux Etats-Unis. Mais ce qui est peut-être le plus surprenant, c'est que personne ne paraît conscient du rôle étonnant joué par les Noirs dans la création de la culture Américaine. C'est que les Blancs croient que cette culture est seulement la leur. En fait, malgré toutes les injustices sociales et (1) MARCUS GARVEY fondateur en 1914 de l'Association Universelle pour le Progrès des Noirs (U.N.I.A.). Pour libérer les Noirs, il proposait leur émigration massive vers l'Afrique et s'opposait à l'intégration. (2) Le système de ségrégation dans le Sud. économiques à l'aide desquelles les Blancs ont tenté d'écarter les Noirs des principaux courants culturels, ceux-ci y ont joué un rôle prépondérant. Dans tous les domaines: musique, danse, peinture, littérature, etc. On connaît Langston Hughes, Richard Wright, James Baldwin, Duke Ellington, Louis Armstrong, Charlie Parker, Paul Robeson, Marian Anderson, et tant d'autres, peintres, acteurs, champions sportifs ... Mais il est un domaine essentiel de la culture Américaine que les Noirs ont particulièrement marqué de leur empreinte. Il s'agit du langage. Dans un sens, la nation américaine est le produit du langage américain, bien particularisé, qui commença d'émerger bien avant que les colons Anglais et les Africains soient transformés en Américains. C'est un langage qui s'est développé à partir de la langue anglaise, mais, s'appuyant sur les réalités de la terre américaine et des institutions coloniales - ou du manque d'institutions - il s'est développé très tôt comme une révolte nationale contre les coutumes, les moeurs et l'autorité de la mère Patrie. C'est un langage qui est né de la fusion de beaucoup de langues réunies ... Et qu'on le veuille ou non, le son de ce langage dérive du timbre de la voix africaine et des habitudes de l'oreille africaine. C'est ainsi qu'il y a des traces du langage des esclaves dans le plus distingué des accents d'Harvard et, s'il existe un accent de Yale, il y a néanmoins en lui la plainte du nègre,"""sans doute introduite par ses fondateurs et ses premiers étudiants qui, probablement, l'avaient héritée de leurs nourrices noires. La flexibilité du langage des Noirs, sa musicalité, son rythme, sa diction très 19 --... 1----------------------------------~--·-·-----·--------------------------------- sion et que le vrai secret réside dans une remise en cause permanente de l'existence, à la fois réaliste et humoristique. C'est cette attitude qui explique le mystérieux pouvoir et l'attraction de ce style négra-américain connu sous le nom de « soul». Il est l'expression de l'opposition et de la complémentarité de cultures et de traditions des Noirs et des Blancs et la preuve de l'existence d'un combat créateur contre les contr-aintes de l'existence. libre et imagée, ont été extraits du folklore noir et assimilés par les grands écrivains du 19" siècle, alors que la grande majorité des Noirs étaient encore des esclaves. Mark Twain ra célébré dans la prase de Huckleberry Finn; sans la présence des Noirs, le livre n'aurait pu être écrit. Ni Huck, ni Jim, ni aucun roman. Car non seulement le Noir est le co-créateur du langage que Mark Twain a élevé à un niveau littéraire, mais la condition de Jim en tant qu'Américain et l'engagement de Huck pour la liberté sont le centre moral du roman. Ce dossier a été réalisé par Robert PAC. ,..--------BIBLIOGRAPHIE -------- Livres de base, valables, disponibles et ... accessibles. En d'autres termes, s' il n'y avait eu les Noirs, une source de création née de l'affrontement entre Blancs et Noirs n'aurait pas existé. Non seulement il n'y aurait pas eu Faulkner, mais il n'y aurait pas eu non plus Stephen Crane qui a trauvé les thèmes de base de son oeuvre dans la guerre civile. Et il n'y aurait pas eu Hemingway qui prit Crane comme source d'inspiration et comme guide. Sans l'existence du style Négra-Américain, l'humour, le burlesque et le roman américains, et même les sports, auraient manqué des rebondissements inattendus, de la liberté et de l'audace, des changements de rythme soudains (tout comme la musique de jazz) qui servent à rappeler aux Américains que le Monde n'est jamais totalement exploré, qu'une complète domination de la vie n'est que pure .illu- COLLECTION « EDMA Il - LIVRE DE POCHE N° 4455 - Les Américains. COLLECTION « QUE SAIS-JE? Il N° 38 - Histoire des Etats-Unis par René Rémond. N° 914 - La Guerre de Sécession par Jacques Néré. N° 1191 - Les Noirs aux Etats-Unis par Claude Fohlen. COLLECTION « ARCHIVES Il JULLIARD N° 23 - « Carpetbaggers» et Ku-Klux-Klan - Godfrey Hodgson. N° 38 - Esclaves et planteurs - Michel Fabre. HISTOIRE DES NOIRS AUX U.S.A. par Herbert Aptheker Editions Sociales. Collection : Ouvertyres n° 3. LE PEUPLE DU BLUES par Leroi Jones Collection: Témoins Gallimard. LE RAPPORT Noir - Collection: Edition Spéciale. Publications Editions Premières/ Diffusion Denoël. L'AMERIQUE NOIRE par William Gardner Smith Collection : Politique - Histoire - Casterman Poche. LA PROCHAINE FOIS LE FEU par James Balddroin Collection Idées - N.R.F. UN NOIR A L'OMBRE par Eldridge Cleaver Collection : Combats - Seuil. PANTHERE NOIRE par Eldridge Cleaver Collection: Combats - Seuil. LES FRERES DE SOLEDAD par George Jackson Collection: Témoins - Gallimard. PRESIDENT , P'",. PARAF: P IAl é -Dé-'-i-"-UX--d-.-m-'-in-fo-,-m-e-,-e-t-d-e-s-o-ut-e-n-i-'-1-' a-c-t-io-n-c-o-n-t-,e-I-e-ra-C-is-m-e-,-· VICE·PRESIDENTS : Charles PALANT, [ l'antisémitisme et pou, la paix Jean PI HAN. Me George PAU-LANVEGIN, Dr François GREMY: SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY: COMITÉ D'HONNEUR Henri AlLEG . Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC. Robert BAlLANGER, BAtonnler Albert BRUNOIS, Almé CESAIRE. Charles de CHAMBRUN. André CHAMSON. Pierre COT, louis DAOUIN. Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS. Henri DESOILlE. Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE. Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX. Pierre JOXE, Alfred KASTLER. Jean LACOUTURE. BAtonnler Berna~ LASSERRE. Michel lEI· RIS. Gérard lYON.CA~. Jacques MADAUlE. René MAHEU. Albert MEMMI, Robert MERLE. Théodore MONOD. Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART lE DOUX, Emile POlLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE. Emmanuel ROBlES, Armand SALACROU, Jean·Paul SARTRE. lau· rent SCHWARTZ. Georges SEGUY. Jean SURET·CA· NAlE. Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME·PATE· J'adhère au M.R.A.P. * 20 NOTRE. VERCORS. Jacqueline VICTOR BRAUNER. Doc· teur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Robert ATTUlY. Vincent AURIOL, Docteur Jean DAl· SACE. Georges DUHAMEL. Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLlOT·CURIE, Henri LAUGIER. Jean LURCAT. André MAUROIS. Darius MILHAUD. Fran· çolse ROSAY, Marc SANGNIER. André SPIRE. Cha· noise Jean VIOLET. Je m'abonne à Droit &. Liberté * • Rayer la mention Inutile. Nom (en capitale) Prénom ____________________________ _____________ Age _______________________ _ Profession _________________________ _____________________________ ------------- Adresse ___________________________________________________ ----------------- Code postal ____________ . ___ __ ___ ______ _ Ville ________________________________ _ Le montant de la cart. d'adhésion (Ii partir d. 30 fr _ ) est lai." li l'appr6cl.tlon du aouacrlptaur, .. Ion s.s possibilité., compte t.nu de la n6caslté d'apportar 1. soutlan 1. plu. efflC8C41 li l'action du M.R.A.P. Abonnemant d'un .. Ii DROIT et LIBERTE (40 F). Abonn_ de aoutlen (100 F). Etr"'gar (60), C.C.P. : 6070-98 - Paris. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.l 120, rue Saint-Denis - Paris (2e ) - Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris • témoignage • GITANS: [camper et décamper 1 Les communautés de Tziganes et de Gitans ont payé un tribut des plus lourds à la barbarie nazie : on estime qu'environ 700 000 d'entre eux, soit 90 % des Tziganes d'Europe, furent exterminés par les nazis. Malgré les promesses formelles données à la Libération par tous les partis politiques, les (( voyageurs li n'ont pas cessé d'être en butte à toutes sortes de brimades qui; sous divers aspects, constituent souvent le lot quotidien de leur vie (1)- Tenus en suspicion par les populations sédentaires qu'ils côtoient et qui sont confortées dans une ignorance génératrice d'intolérance, de préjugés et de peur diffuse, par les clichés que distillent les media (presse à faits divers, romans, films), les Gitans ont vu, ces derniers temps, se multipplier à leur encontre les vexations, voire les menaces. Tel fait divers, bruyamment exploité, a tôt fait de réveiller chez le sédentaire les récits ataviques où se mêlent les fantasmes sur le Bohémien, le rôdeur et la diseuse de bonne aventure. A cette méfiance ambiante de la part des sédentaires, s'ajoutent, pour les « gens du voyage li, les mille et une tracasseries « officielles dont les gratifient les pouvoirs publics qui, plutôt que d'entreprendre des efforts d'information et d'aménagement des conditions pratiques pour faciliter la compréhension entre voyageurs et sédentaires, ont préféré s'adonner à la chasse aux Gitans : contrôles de police multipliés et souvent effectués sur le mode vexatoire, réglementation draconienne des conditions de séjour sur les terrains municipaux, promptitude à céder aux exigences de quelques bruyants échauffés racistes, constitués en prétendus comités d,e quartier et autres « milices d'autodéjense li. Voici quelques exemples, tirés d'une liste malheureusement non exhaustive, des brimades qui ponctuent trop fréquemment la vie des « gens du voyage li. « Contrôle li de police : une famille de Gitans (plusieurs caravanes) stationnent sur un terrain à proximité de Villiers-lesNancy. Ils en ont reçu l'autorisation et se DROIT ET LlBERTË. N° 346. MARS 1976 sont soumis au contrôle de gendarmerie, formalité d'usage. Or voici que deux jours plus tard, les Gitans sont tirés du lit, aux aurores, sans le moindre ménagement, par un grand déploiement de gendarmes; les ~ chiens policiers sont aussi de la partie. .~ Hommes, femmes et enfants sont parqués ~ avec les aménités de langage, voire de a geste, auxquelles s'adonnent si volontiers§fl les forces de police lorsqu'elles ont affaire :11 à ce qu'elles jugent être des marginaux. Le chef de famille, ayant eu l'outrecuidance de demander des explications, est vivement rabroué et molesté. Les gitans ne sont pas encore au bout de leurs surprises; ils doivent maintenant monter à tour de rôle dans un fourgon de police afin d'y être photographiés de face et de profil. Leurs empreintes digitales sont relevées, comme s'ils s'agissaient de délinquants ou de prévenus et, ce, sans que l'on daigne leur fournir la moindre explication, le tout entremêlé d'injures et de bousculades. Il est à noter que parmi les gendarmes opérait un contingent d'élèves de l'Ecole de Gendarmerie; s'agissait-il donc d'un cours de travaux pratiques, où la possibilité est donnée aux élèves de pratiquer sur du « gibier li humain? Le fait que les Gitans aient coutume de stationner dans certaines municipalités est prétexte à certains riverains pour donner libre cours à leurs humeurs racistes. Ainsi, Le Pays Dauphinois, journal de propagande des R.I., laisse filtrer des insinuations haineuses dans son nO 192. Au nom du « respect de l'environnement li, ces messieurs s'indignent qu'un terrain ait été mis à la disposition des Gitans. Et de menacer de se constituer en comité de quartier pour empêcher que leur commune ne devienne le «paradis des nomades li (sic). D'autres cas révèlent que l'intolérance et les brimades ne sont pas le seul fait de quelques excités, mais procèdent également de la froide résolution d'autorités muniCipales ou préfectorales : témoin l'épisode révoltant de Villemoisson-sur-Orge, en novembre 1975. Des voyageurs stationnent sur un terrain de la commune, le père de famille est à l'agonie et les Gitans ont fait halte afin de le veiller et de pouvoir lui apporter les soins nécessaires. Le 22 novem- Rejetés même sédentaires bre, des camions viennent déverser des chargements de terre, systématiquement, sur chaque mètre carré du terrain non occupé par les caravanes. Des monticules de terre sont même déversés autour et entre les caravanes, malgré les protestations des Gitans, dont la sécurité se trouvait menacée puisque.l'accès aux caravanes et le mouvement de celles-ci devenaient impossibles. Un fait supplémentaire confère à ce déchargement, 'scandaleux en soi, l'allure d'une provocation : l'opération s'est effectuée sour la surveillance de la police, dans le but prétendu de prévenir d'éventuelles bagarres! Pour sa part, la municipalité de Lille a publié en avril 1975 un arrêté interdisant le stationnement « aux nomades voyageant soit isolément, soit en bandes» (curieux langage !), à l'exception d'un enclos où le permis de séjour ne pourra excéder 48 heures et s'accompagne de restrictions humiliantes et discriminatoires vis à vis du reste de la population lilloise : droit de perquisition permanent dans les caravanes et interdiction de déposer quoi que ce soit (même le linge à sécher) à l'extérieur des véhicules. Nous ne devons pas permettre qu'une communauté martyre continue d'être traitée en paria pour satisfaire les désirs des promotteurs immobiliers, ni que l'on se serve des Gitans pour éluder les véritables problèmes de société (délinquance, etc.) qu'engendre l'absence d'infrastructures socioculturelles dans les grands ensembles où notre société encaserne les populations laborieuses. B.M. 21 ETABLISSEMENT_S __ J4/ TEX 70, rue du Molinel, L1LLE_ 22 Tél. 54.86.21 BONNETERIE GROS ET DEMI-GROS NÉGOCE-AUTO MARIUS WAISBERG 32. RUE DES FOSSËS LI LLE T~L. 54.92.82 FRERES CRÉATIONS EXCLUSIVES Prêt à Porter Féminin 97, rue d'Aboukir, 75002 PARIS ~ 236.36-59 CHAUSSURES ~EL')l SOLDE TOUTE L'ANNÉE à 50 mètres du marché de Wazemmes Tél. 549557 5 et 5 bis, rue Jules-Guesde - Lille ~~-------------------------------------------------------------- • sur le vif • le nazisme au présent Halte à la propagande hitlérienne ! Le dimanche 15 février devait avoir lieu dans un Hôtel des Ventes de Versailles, la dispersion d'une collection de livres, médailles, uniformes, casques, fanions, sabres, fusils et autres armes de guerre allemands, l'ensemble couvrant une période allant de 1870 à 1945. Cette dispersion qu'accompagnait l'inévitable exposition des objets, les jours précédant la vente, a immédiatement provoqué l'indignation du M.R.A.P. On pouvait en effet y voir tout un déploiement d'objets de la période nazi, dont la présentation publique avait évidemment un aspect provocateur étant donné les souvenirs qu'ils rappellent et la curiosité morbide qu'ils ne manquent pas de soulever dans toutes les occasions de ce genre chez les nostalgiques jeunes ou moins jeunes. L'action du comité local du M.R.A.P. a été immédiate et efficace. Une lettre adressée au Ministre de l'Intérieur, au Préfet des Yvelines et au maire de Versailles disait notamment : « On ne peut considérer de telles ventes uniquement sous l'angle de la curiosité historique et des collections privées. Il y a là, de fait, une forme d'apologie de l'idéologie nazi, difficilement admissible. il Dimanche matin, 300 manifestants appartenant au M.R.A.P. et à différentes organisations (F.N.D.I.R.P. Communauté juive, U.F.F., P.C.F.) se sont rassemblés devant l'Hôtel des Ventes et ont expliqué le sens de leur action. Tous les objets de la période nazi (1933-1945) ont été retirés de la vente. Une démarche commune du M.R.A.P. et des organisations qui avaient participé à la manifestation est envisagée auprès du Préfet du département. Les organisations comptent lui demander de prendre un arrêté interdisant des insignes, uniformes et autres objets rappelant le règime nazi. Untel arrêté a d'ailleurs dèjà été pris en 1970 pour les départements de Paris, des Hauts-deSeine et du Val-de-Marne. On ne peut que féliciter le comité local de Versailles pour son action particulièrement rapide et efficace. Elle montre, si besoin était, que la vigilance reste nécessaire et que l'action est payante. DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 Au-delà du Rhin Cependant, l'impunité des criminels nazis au-delà du Rhin prend des formes de plus en plus scandaleuses au fur et à mesure que se rapproche la fin du délai fixè par la convention franco-allemande pour le jugement en R.F.A. des criminels jugès et condamnés par contumace en France. Rappelons que ce sont des dizaines et des dizaines de bourreaux, à côté desquels certains bandits, dont la presse a abondamment parlé ces dernier temps, font figure d'enfants de coeur et de débutants, qui coulent des jours paisibles en R.F .A., jouissant de la (( considération» de leurs concitoyens, et souvent à des postes de responsabilité. Rappelons également que le M.R.A.P. s'est toujours montré plus que réservé sur une convention qui ne reconnaît pas dans les faits les décisions de la justice française et qui n'a jusqu'à présent eu aucun effet. On a d'autant moins de raisons d'en attendre qu'un grand nombre de responsables nazis ont à l'heure actuelle des fonctions importantes dans la justice de la R.F.A. La scandaleuse - proprement effarante - arrestation de Serge Klarsfeld, le mois dernier vient confirmer notre appréciation tout en perpétrant une nouvelle injustice. L'avocat français s'était rendu en Allemagne pour faire des révélations concernant le SS Ernst Heinrichsohn, adjoint de Kurt Lischka, chef de la police nazi à Paris. Curiosités historiques à Versailles? Heinrichsohn est à l'heure actuelle avocat. .. après avoir directement participé à la rafle du Vel d'Hiv., et être responsable du massacre de nombreux enfants juifs! Or c'est, Serge Klarsfeld qui a été arrêté, sous le prétexte qu'il avait, trois ans auparavant, tenté d'enlever Lischka pour qu'il soit remis à la justice française. Le M.R.A.P. a immédiatement exprimé son indignation devant cet invraisemblable déni de justice. Notons que la rigueur dans la recherche de la justice, concernant le plus effroyable génocide de toute l'histoire de l'humanité, ne saurait en aucun cas signifier pour le M.R.A.P., un quelconque chauvinisme antiallemand. C'est ainsi que nous condamnons sans détour l'attentat commis contre le siège parisien de la compagnie ouestallemande d'aviation « Lufthansa». Ces procédés, loin de développer l'amitié entre les peuples ne peuvent qu'introduire des sentiments troubles et passionnels, en plus de menacer injustement la vie et la santé de personnes innocentes. C'est pour que l'amitié entre les peuples devienne une loi des Etats, et pour cela d'abord, que nous voulons que soient jugés les hommes qui avaient fait de la haine, du racisme et de la barbarie, une règle. Théo SAINT-JEAN Quelques criminels que vous pouvez rencontrer dans la rue en R.F.A. - Kurt Lischka, chef de la police nazi de Paris, devenu homme d'affaires. - Herbet Hagen, bras droit du général Oberg, chef des S.S., devenu industriel. - Ernst Achenbach, chef de la section politique à l'ambassade allemande, devenu avocat et homme politique. - Heinrich Illers, chef de la Gestapo de Pari s et adjoint de Lischka, devenu président du tribunal des affaires sociales du Land de Basse-Saxe. - Ernst Ehlers, chef de la police nazi du nord de la France et de la Belgique, devenu juge au tribunal administratif du Land de Schleswig-Holstein. - Horts Laube, chef du service des représailles en France, devenu président du tribunal des affaires sociales du Land de BadeWurtenberg. - Waldemar Ernst, chef de la police du commandement militaire allemand, responsable de la première déportation de mille juifs français, devenu président des Aciéries de Bade-Wurtenberg. - Auguste Moritz, adjoint au chef de la police nazi de Lyon, a livré Victor Basch, président de la Ligue des droits de l'homme, à la Milice. - Hans-Dietrich Ernst, chef de la Gestapo d'Angers, quatre fois condamné à mort par contumace, responsable de nombreuses exécutions, de tortures et de déportations exterminatrices de civils français en Indre-et-Loire, Loire-Atlantique, Sarthe, Mayenne, Maine-et-Loire, Vendée, Loir-etCher et Deux-Sèvres. Ernst est aujourd'hui encore avocat à Leer, en Basse-Saxe. 23 - CONFECTIONS EN GROS HOMMES DAMES ENFANTS J. & L. SWIERCZ S. A. 70.000 F. 128, RUE DU MOLINEL LILLE TÉL. 54.74.06 8. 54.96.20 SP'C"L"'S l • CUI RS - TERGAL COM PLETS PANTALONS Créations ezclusives albert léon 23 r. d:Amiens. Lille Téléph . 570334 PRÊT A PORTER R.C. Lilie BOA 99109 s. raphaël 145-147 rue d'aboukir 75002 paris tél. 508 56 70 2332261 FABRIQUE DE MAROQUINERIE Spécialiste de petite Maroquinerie Maro-Lux Porte-Monnaie Porte Cartes Portefeuilles Articles de fumeurs BOTzaris 99-42 NORd 72-20 8, rue Alibert, 75010 Paris 24 1 JEAN'S • JACKETS - DRESSES • SPÉCIALITÉ DE BORD-COTES JS ~ 203-65-78 métro colonfll fabien 3 et 4. rue Henri- Feulard 75010 PARIS fronce nouveautés bijouterie fantaisie. articles de cadeaux 152-154-156. rue du temple. 75003 paris tél.: 277.91.90 (5 lignes groupées) vente exclusivement en gros import - export s.a. au capital de 500.000 f pleins feux • pleins feux • pleins feux • pleins feux • pleins Il faut sauver Oswald La P.J.O. est en péril. La P.J.O. c'est-à-dire - rare et précieux, l'édition libre mais engagée, et l'éditeur parfaitement honnête. Un dévouement entier - dix heures par jour, lui et sa femme - pour servir par la poésie les causes de l'Homme aux quatre coins du monde. Et cela donne d'admirables collections. Ce Théâtre Africain dont je vous ai dit la portée et qui a révélé Boukman l'indomptable. Le Théâtre en France avec l'oeuvre entiére de Benedetto, et Brisson. La Poésie de Pays Socialistes, qui témoignent par de brillants talents que le socialisme même avec ses erreurs et péchés, n'est jamais l'éteignoir Pinochet. La Poésie des Pays Ibéro-Américains, avec Yupanqui et César Yallejo. La Poésie des Pays Arabes et la Poésie Palestinienne de Combat. La Poésie d'Oc et le Romans Bretons, après « l'Aube Dissout les Monstres » née de la guerre d'Algérie - et dont montent, après les poètes du M~ghreb, ces insurgés Rouquette et Lafont, Y ouenn Coic et un Keineg. Enfin l'admirable « La Source de la Liberté ou La Solution Intégrale » traduction ou reprise d'oeuvres universelles et introuvables. Mais pour les banques, tout cela, ce n'est que « du papier ». Il faut sauver Oswald. Ceux qui ont de l'argent peuvent lui accorder un prêt : il rembourse par traites. Aux autres il offre une occasion qui en est vraiment une : quinze de ces livres pour 100 F, et quelque soit leur prix au catalogue. Ecrivez ou allez 7 rue de l'Ecole Polytechnique, Paris ye ou téléphonez 033-90-07. Et au nom de l'Homme, merci. 1 LIVRES Travailleurs étrangers et responsabilités collectives Une bonne description de la situation que nous connaissons, mais aussi une analyse sévère des responsabilités de tous ordres, des organisations spécialisées aux syndicats, des Eglises aux partis politiques et aux gouvernements, et au-delà, des systèmes économiques et politiques mondiaux. Enfin, un appel à l'action collective, « la seule efficace » et une mise en garde « contre l'utilisation des immigrés ». En finale, un projet de statut des étrangers. Par Pierre Lanier - N° spécial de la « Chronique sociale . Travailleurs immigrés Témoignages de militants C.G.T. (M. Apostolo) et C.F.D.T. (P. Evain, A. ThiolIent). Témoignages des mouvements ouvriers chrétiens: A.C.O., J.O.C., A.C.E. (Enfance). Ce dernier témoignage intéresse particulièrement nos camarades du C.L.E.P.R. Deux autres articles ont encore paru dans le nO de novembre 1975 DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 Jean CUSSAT-BLANC de la même revue. Réflexions importantes au plan pédagogique. N° 322 de « Masses ouvrières ». Jean PIHAN Jean Suret-Canale et JeanClaude Mouchel viennent de publier aux Editions Sociales une très intéressante étude sur le problème de cr la faim dans le monde ». Battant en brèche les théories apocalyptiques selon lesquelles l'humanité serait vouée à la famine pour des jours prochains, et les explications cr naturelies » du déficit alimentaire dans le .. Tiers-Monde JI, ce livre montre de façon convaincante les responsabilités humaines et politiques de ce phénomène. Il invite par là même, à envisager les solutions. Les mythes fondateurs de la nation américaine Créés volontairement et de toutes pièces, les Etats-Unis ont très tôt ressenti le besoin de se créer des mythes ·pour justifier le génocide des Indiens, puis l'esclavage des Noirs, au nom d'une If civilisation Ji yankee, blanche, anglo-saxonne. Les années comprises entre 1763 et 1800 ont été cruciales, comme le montre bien ce livre pour l'élaboration d'un « inconscient collectif » qui hante toujours les américains d'aujourd'hui. Par Elise Maspéro. Marienstras, Editions Guide des films antiimpérialistes Un répertoire très utile, régulièrement mis à jour qui signale et analyse 300 films anti-racistes et anti-impérialistes de plus de 50 pays et mouvements de libération. De plus, .i1 donne les adresses en France où l'on peut se procurer, pour la location ou l'achat, ces films militants. Par Guy Hennebelle, Editions E. 100, 70, rue de Belleville, Paris 20' . La poésie arabe des origines à nos jours A Bagdad, au Caire, à Damas, les travailleurs achètent souvent des recueils de poésie vendus à bon marché sur les trottoirs. Car la poésie, depuis des temps immémoriaux est le genre littéraire favori des Arabes. La belle anthologie que vient de publier René Khawam, après une présentation simple de la métrique arabe donne au lecteur un panorama complet de la poésie arabe · depuis l'époque pré-islamique jusqu'aux poetes palestiniens les plus engagés d'aujourd'hui. Le chant d'un peuple à écouter. Par René Khawam, Edition poche chez Seghers. Journal d'un agent secret Un ancien employé de la CIA, pour laquelle il a travaillé 10 ans, révèle des forfaits, des violences et aussi des noms d'exécutants de la plus puissante organisation terroriste du monde, financée et soutenue par l'Etat et le Président américains. La CIA y est représentée comme une force de subversion inouïe. Par Philip Agee, Editions du Seuil. Yves THORA Y AL THEATRE Les musiciens les immigrants Les spectateurs sortent perplexes, surpris. Les uns par la mise en scène, dont le décor, fait de caisses et de cartons ficelés, étonne, mais exprime, dans l'esprit de l'auteur, « l'errance des juifs », les autres, par le discours, dont l'incohérence déroute souvent, et où se retrouvent des nations telles que le « retour à la terre des ancêtres Ji ou l' « unité du peuple juif Ji; d'autres n'y ont vu que la critique du traitement psychiatrique, parce qu'insensibles à une foule de faits, de rites séphardites, illustrant les pratiques religieuses d'Afrique du Nord. Mais Liliane Atlan donne à réfléchir, car, crûment exprimée, apparaît l'idée que la victime s'est faite bourreau. Ce passage d'un état en son contraire est une donnée fréquente de l'Histoire. La référence au Yiet-Nam, à l'Erythrée, à l'Afrique, devrait inciter le spectateur à voir dans le tragique de la situation et l'étude d'un cas, que le génocide est un fait tristement réel, lié à la réalité d'une société sur son déclin, à la veille de sa chute. La masse des faits, leur accumulation, favorise-t-elle une telle prise de conscience, le dépassement du particulier pour déboucher sur une généralisation?... . Il est néanmoins regrettable que le public boude ce spectacle. Cette pièce cernée, discutée, doit permettre une prise de conscience. R.B. A Paris, au « Palace ». Pièce écrite par Liliane Arlan, mise en scène de Fabio Pacchioni. 25 Moulins d~Olloinvilie MINOTERIE Farine Boulangerie Patisserie FARINES D'EXPORTATION 91290 ARPAJON B.P. 11 - Tél. 083.04.54 t:arage TURENNE société anonyme au capital de 156.000 francs 66, rue de turenne, paris-3 tél. 272.34.23 STATION -SERVICE MËCANIQUE GËNËRALE CARROSSERIE PEINTURE ELECTRICITË ACHAT-VENTE REPRISE NEUF - OCCASION TOUTES MARQUES CRËDIT case réservée à la Société M.G. [ts GËMONT TERGAL PLEIN JOUR 26 VOILAGES TERLENKA Société Anonyme au capital de 500 000 F 30, rue des Jeûneurs, 75002 PARIS Téléphone 488.11.11 et 508.93.76 Télex: GEMONT 21306 F CHARLES KARNIER PRËT A CHAUSSER 27. RUE MESLAY 75003 PARIS 272.18.83 T 1 S S US DE COTON s. GELDNER SpECIALITE DE INLET MOLLETON DAMAS - AMEUBLEMENT LINGE DE TABLE PARURES DE LIT PLUMES DUVETS RIDEAUX - VOILAGES 88. RUE DU MOLINEL 59 - LILLE TÉL.. 54.85.39 57.28.90 GROS- DEMI-GROS 7, Rue des Filles du Calvaire 75003 PARIS 278-66-04 ~ 272-32-09 278-37-12 ., eleotre 131 -133, RUE DE TURENNE, 75003 PARIS t!' 272 91-72 - 887 40-60 • pleins feux THEATRE Le Juif de Malte Une grande pièce? Oui! Re· marquable en tous cas par son sujet même, et par l'interpréta· tion qu'en auront les uns ou les autres. Ecrite par Marlowe en 1590, c'est-à·dire à la fin de la Renaissance et à l'aube du capitalisme, elle nous donne à voir la tragédie du «Juif il aux prises avec son époque : le bien et le mal n'existent pas il n'y a que des rapports de force. Déjà il fallait un bouc émissaire dans le sys· tème naissant et si Barrabas, le Juif de Malte ressemble trait pour trait aux stéréotypes antisémites de tous les tçmps, au physique comme au moral, c'est qu'il doit se défendre. Pour cela il n'a pas le choix, il sera le juif qu'on veut qu'il soit, et tous les moyens lui seront bons. Pièce provocatrice, révélatrice du jeu hypocrite d'une certaine pratique de la religion chrétienne, elle est d'un abord difficile pour qui est mal averti, aussi complexe que le sujet qu'elle traite, elle peut en première lecture paraître anti· sémite. A voir à plus d'un titre, (de préférence si l'on ne travaille pas le lendemain, car elle est très • DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 pleins feux • longue) cette pièce nécessite une bonne documentation sur Marlowe et son époque, sur le pro· blème juif en général, et qu'on lise le programme auparavant. Créée à Gennevill iers. A partir du 10 mars à Chaillot. CINÉMA La Ville Bidon Tiré d'un premier métrage intitulé « La Décharge », filmé en 1970, « La Ville Bidon » est agrémenté de séquences supplé· mentaires et en fait une oeuvre tout à fait remarquable, de part son sujet et de part son approche. Il n'est pas facile de parler de ce monde des laissés pour compte, des non·intégrés à la société capitaliste, en les respec· tant, en leur laissant la parole. C'est ce que fait pourtant Bara· tier, avec une méthode très proche du reportage sur lequel on appose un scénario permettant l'approche du problème. C'est le monde des bidonvilles, et villes bidons, des chantiers qui n'en finissent pas, de la misère, de l'ennui de ces cités de transit dans lesquelles on parque les non· assimilés. Baratier s'est fait le porte parole de ces zonnards. Ainsi, il nous est donné de voir leurs peines (expul· sions, exploitation, mépris, in· compréhension ... ) la peine de ce pleins feux • pleins feux • pif sous·prolétariat composé aussi bien de travailleurs immigrés que de travailleurs ou chômeurs français. Face à eux, les promoteurs, les architectes, un député (Lucien Bodart est impressionnant de réalisme) qui pense société sans classe et têve profit. La caméra, pleine de tons chauds et de poésie est utili sée pour transformer les casseurs de banlieue en un objet de froide analyse, pour filmer ces hommes ; les couleurs elles-mêmes sont devenues vives; les propos calculés s'opposent aux propos spontanés, etc ... Un film soigné dans les moin· dres détails qui montre sous un jour cru la « qualité de la vie » de tant d'hommes en France. Lebon et les méchants Le nouveau film de Claude Lelouch est encore un film à la sauce rétro, catégorie dans laquelle excellent les cinéastes français. De plus, il s'agit d'un film sur l'avant·guerre, la guerre et l'après·guerre. Si vous êtes las d'entendre parler de Février 34, du Front Populaire, de la montée des périls, de l'arrestation des juifs, etc ... allez voir le film de Lelouch. Et tant pis pour les résistants, les soldats, les juifs et autres personnes de la popu· lation s'ils n'ont pas retenu de cette période la formidable épo· pée de la traction· avant. Seulement voilà, Lelouch c'est l'adepte du « sy stème D ». D comme Divertissement, D comme Démobilisateur. De plus Lelouch tente de façon insidieuse de glisser dans l'esprit des spec· tateurs diverses petites pensées du style : les juifs étaient tous très riches, ils avaient du pero sonnel (et le personnel, cela se venge, sous·entendu, quand il est exploité). La seule perquisi· tion que l'on voit dans le film se déroule dans un somptueux hôtel particulier avec porte déro· bée et dizaines de tableaux de maîtres camouflés. C'était bien entendu très courant chez les juifs! D'autre part, aucune expli· cation sur les motivations des personnages. On a gommé tout déterminisme politique, c'est le grand spontanéisme. En résumé, un film ridicule sur le plan hu· main, faux et malhonnête sur le plan historique. Que reste·t·i1? Des bandits au grand coeur et un hymne à la traction-avant, et une fin en happy end. Vraiment na· vrant. .. Pascal POUILLOT La momie L'un des films égyptiens les plus beaux et les plus importants passe à Paris : il s'agit de la « Momie », de Shadi Abdelsalam (1970), Prix Sadoul de la Ciné· mathèque française, primé à Venise et Locarno. Splendidement joué et photo· graphié en couleurs dans des paysages admirables, La Momie » est une parabole; dans les années 1880, le gouvernement et le musée du Caire enquêtent, avec canonnières et soldats sur des pillages de tombes pharao· niques en Haute Egypte. Abdessalam montre alors l'irruption brutale et irrémédiable de la rationalité de l'Etat moderne dans le genre de vie traditionnel. A voir pour ses qualités plastiques étonnantes, ce film est une interrogation sur la modernité qui concerne l'Egypte mais aussi le Tiers·Monde en général. Yves THORAVAL Nos excuses Nous avons omis d'indiquer, dans le numéro de février, que le poème de Charles Dobzynski était tiré de son recueil Capital terrestre, paru dans la collection « Petite sirène il des E.F.R. (vol. JO x 13,112 pages,' 18 F). Cette omission est d'autant plus malen· contreuse que ce livre est certai· nement par sa force poétique et les sentiments qui l'animent, de ceux que se doivent de lire les amateurs de poésie contempo· raine. Les lecteurs de Droit et Liberté ne sont d'ailleurs pas à convaincre puisqu'ils ont pu en juger par eux·mêmes, à travers le « Dialogue à Jérusalem " Nous demandons donc à l'auteur et aux E.F.R. de bien vouloir nous en excuser. Signalons également que la photo de M. Kalak p. 14 du N° 345 est un cliché de l'agence Photolib, et que c'est par erreur que nous avons signé la recen· sion que Bertrand Bary nous avait faite de l'ouvrage « Billy Francarabe » du nom de son auteur, Michel Michel. 27 • éducation à la fraternité • les antisémites ne connaissent pas les juifs Charles Péguy, ce n'est pas seulement le poête chrétien évoquant la majesté des grands pélerinages - et l'élan spirituel qu'ils supposent - c'est aussi, surtout peut-être, l'ardent polémiste, plein du feu de sa passion de justice, de sa foi. Il y a dans la prose de Péguy une rare symbiose entre la rigueur polémique et une profonde humanité à laquelle nous invitent les rgéandres de ses mots qui semblent se reprendre sans cesse, mais qui, chaque fois, introduisent plus avant dans la compréhension intime du problème. Le texte que nous reproduisons ici est de cette veine. C'est une critique particulièrement pertinente de l'antisémitisme. Il nous a été envoyé par M. Philippe Tessier, Professeur agrégé de Lettres modernes au lycée Lamartine de Mâcon, accompagné d'un commentaire qui est en fait un corrigé de devoir, à propos du texte. Il nous a semblé qu'il serait particulièrement bienvenu de le publier dans la rubrique « Education à la fraternité»; c'est en effet un exemple pratique de ce qui peut se faire, sur le plan pédagogique, contre le racisme. 28 Quittez ce vil trafic. renoncez à l'usure ... Le sujet du devoir était ainsi intitulé

« Militant de la première heure

pour la révision du procès de Dreyfus, Charles Péguy témoigne quinze ans plus tard, dans « Notre jeunesse» (1970), de sa fidélité à son idéal premier de justice et de fraternité. 1/ y renouvelle ainsi son opposition à l'antisémitisme dont il sent croÎtre autour de lui la menace... Vous analyserez ou résumerez ces pages puis discuterez de ce qui en fait, à votre avis, l'intérêt.)) Les antisémite~ parlent des juifs. Je préviens que je vais dire une énormité : les antisémites ne connaissent point les juifs. Ils en parlent, mais ils ne les connaissent point. Ils en souffrent, évidemment beaucoup, mais ils ne les connaissent point. Les antisémites riches connaissent peut-être les juifs riches. Les antisémites capitalistes connaissent peut-être les juifs capitalistes. Les antisémites d'affaires connaissent peut-être les juifs d'affaires. Pour la même raison je ne connais guère que des juifs pauvres et des juifs misérables. Il y en a. Il y en a tant que l'on n'en sait pas le nombre. J 'en vois partout. Il ne sera pas dit qu'un chrétien n'aura pas porté témoignage pour eux. Il ne sera pas dit que je n'aurai pas témoigné pour eux. Depuis vingt ans que je les ai éprouvés, nous nous sommes éprouvés mutuellement." Je les ai toujours trouvés solides, d'une tendresse propre, autant que personne, d'un attachement, d'un dévouement, d'une piété inébranlable, d'une fidélité à toute épreuve, d'une amitié réellement mystique, d'un attachement, d'une fidélité inébranlable à la mystique de l'amitié. L'argent est tout, domine tout dans le monde moderne à tel point, si entièrement, si totalement que la séparation sociale horizontale des riches et des pauvres est devenue infiniment plus grave, plus coupante, plus absolue si je Ruis dire, que la séparation, verticale des juifs et des chrétiens. La dureté du monde moderne sur les pauvres, contre les pauvres, est devenue si totale, si effrayante, si impie ensemble sur les uns et sur les autres, contre les uns et contre les autres. Dans le monde moderne, les connaissances ne se font, ne se propagent que horizontalement, parmi les riches entre eux, ou parmi les pauvres entre eux. Par couches horizontales. Pauvre, je porterai témoignage pour les juifs pauvres. Dans la commune pauvreté, dans la misère commune pendant vingt ans je les ai trouvés d'une sûreté, d'une fidélité, d'un dévouement, d'une solidité, d'un attachement, d'une mystique, d'une piété dans l'amitié, inébranlables. Ils y ont d'autant plus de mérite, ils y ont d'autant plus de vertus qu'en même temps, en plus de nous, ils ont sans cesse à lutter contre les accusations, contre les inculpations, contre les calomnies de l'antisémitisme, qui sont précisément toutes les accusations du contraire. ( ... ) Des riches il y aurait beaucoup à dire. Je les connais beaucoup moins. Ce que je puis dire, c'est que depuis vingt ans j'ai passé par beaucoup de mains. Le seul de mes créanciers qui se soit conduit avec moi non pas seulement comme un usurier, mais ce qui est un peu plus, comme un créancier, comme un usurier de Balzac, le seul de mes créanciers qui m'ait traité avec une dureté balzacienne, avec la dureté, la cruauté d'un usurier de Balzac, n'était point un juif. C'était hélas un « chrétien» trente fois millionnaire. Que n'aurait-on pas dit s'il avait été juif. Jusqu'à quel point leurs riches les aident-ils? Je soupçonne qu'ils les aident un peu plus que les nôtres ne nous aident. Mais enfin il ne faudrait peutêtre pas le leur reprocher. C'est ce que je disais à un jeune antisémite, joyeux, mais qui m'écoute; sous une forme que je me permets de trouver saisissante. Je lui disais : « Mais enfin, pensez-y, c'est pas facile d'être juil Vous leur faites toujours des reproches contradictoires. Quand leurs riches ne les soutiennent pas, quand leurs riches sont durs vous dites : c'est pas étonnant, ils sont juifs. Quand leurs riches les soutiennent, vous dites : c'est pas étonnant ils sont juifs. Ils se soutiennent entre eux. - Mais mon ami, les riches chrétiens n'ont qu'à en faire autant. Nous n'empêchons pas les chrétiens riches de nous soutenir entre nous.)) C'est pas facile d'être juif. Avec vous. Et même sans vous. Quand ils demeurent insensibles aux appels de leurs frères, aux cris des persécutés, aux plaintes, aux lamentations de leurs frères meurtris dans tout le monde, vous dites: «C'est des mauvais juifs.» Et s'ils ouvrent seulement l'oreille aux lamentations qui montent du Danube et du Dnièpr, vous dites: « Ils nous trahissent. C'est de mauvais Français )). Ainsi vous les poursuivez, vous les accablez sans cesse de reproches contradictoires. Vous dites : «Leur finance est juive, elle n'est pas française )). Et la finance française, mon ami, est-ce qu'elle est française? Est-ce qu'il y a une finance qui est française? Vous les accablez sans cesse de reproches contradictoires. Au fond ce que vous voudriez, c'est qu'ils n'existent pas. Charles PEGUY Extrait de « Notre Jeunesse» DROIT ET LIBERTÉ. W 346. MARS 1976 un exemple de pédagogie antiraciste « Les antisémites parlent des juifs; je préviens que je vais dire une énormité : les antisémites ne connaissent point les juifs lI. C'est par cette phrase que commence le texte : sa position liminaire souligne évidemment sa portée, car c'est bien là en fait la note dominante de cette page, et le témoignage de Péguy en faveur de ses amis juifs en est comme l'explication, la contrepreuve en quelque sorte. Aussi aimeraisje m'y arrêter. Les antisémites parlent des juifs, affirme Péguy, ils en parlent pour s'en plaindre, ils prétendent en souffrir, mais en fait ils ne les connaissent pas vraiment, c'est-àdire humainement, affectivement : ils n'ont pas avec eux de rapports d'amitié. Les antisémites riches connaissent peut-être des juifs riches, mais les défauts qu'ils leur reprochent sont ceux de leur classe, non ceux de leur communauté religieuse. S'ils avaient avec eux des rapports d'amitié, et surtout s'ils connaissaient des juifs pauvres - lesquels, souligne pertinemment Péguy, sont beaucoup plus nombreux que les riches - ils verraient qu'ils sont dépourvus des défauts qu'on leur attribuent calomnieusement. Ainsi, et l'analyse de Péguy le montre clairement, l'antisémitisme - comme d'ailleurs toute forme de racisme - repose-t-il toujours sur l'ignorance de l'autre. L'inconnu, l'étranger, parce qu'étranger, suscite la crainte et la méfiance, lesquelles engendrent bientôt l'agressivité. Comme le souligne Pierre Paraf dans son ouvrage sur « Le racisme dans le monde » (Payot), les origines du racisme plongent dans la nuit de la préhistoire où l'homme éprouvait pour tout étranger à son clan une extrême méfiance. La horde primitive avait son terrain de chasse et ne permettait pas qu'on lui prenne... Tout étranger sur le territoire devenait un intrus, une menace. Puis à travers les stades de l'évolution humaine le racisme passera du clan à la tribu, de la tribu à la nation. D'où le caractère irrationnel, quasi animal des craintes sur lesquelles reposent le racisme - et c'est pourquoi tous les humanistes, et notamment les philosophes du XVIIe siècle qui croyaient en la raison, s'y sont opposés. Parfois cependant, il arrive que l'irrationnel mime la raison, qu'il emprunte des arguments tirés le plus souvent de préjugés - de ce qui se dit - ou d'une expérience partielle, et partant partiale. Ainsi font justement les antisémites, qui, parce qu'il existe des riches qui se trouvent être de religion israélite, ou qui ont eu des parents ayant pratiqué cette religion, attribuent à tous les juifs les défauts qu'ils relèvent chez ceux-ci, en ne voyant pas qu'ils sont uniquement l'expression de leur condition sociale. Il est intéressant à cet égard de souligner qu'en France notamment, l'antisémitisme fut surtout le fait des milieux bourgeois - comme si ces milieux avaient projeté sur certains d'entre eux les défauts de l'ensemble, pour s'en libérer symboliquement en quelque sorte - et surtout pour détourner sur un petit nombre, faisant fonction de « bouc émissaire lI, l'agressivité populaire à l'égard des possédants, si intense au début de ce siècle. Car c'est une des fonctions essentielles du racisme que de jouer un rôle de diversion politique. Et tel est à l'évidence aujourd'hui le rôle du racisme anti-arabe, soigneusement entretenu par une certaine presse, il permet de rejeter sur une ethnie la responsabilité de la crise et de faire l'économie de la prise de conscience des causes réelles de celle-ci : l'exacerbation actuelle des impérialismes et la juste et croissante résistance des nations du Tiers Monde. Dans tous les cas, il y a ignorance de l'autre en sa réalité humaine. Et Péguy nous montre bien quelles sont les antidotes à ce cancer moral : en premier lieu la connaissance exacte, précise, impartiale, d'autres traditions culturelles et religieuses que la nôtre, comme le fit Péguy, découvrant peu à peu la grandeur spirituelle de la tradition juive - comme nous avons aujourd'hui à le faire à l'égard de l'Islam... Mais surtout, et ceci implique cela, la rencontre concrète, effective avec l'autre, l'instauration entre lui et moi d'une relation d'amitié durable et solide. « Connaître, c'est co-naître» disait Claudel, c'est-à-dire naître avec - ce qui évoque l'idée d'une croissance, d'un développement commun, au cours duquel peu à peu se révèlent les richesses de chacun. Et comment ne pas évoquer ici l'amitié qui unit Péguy et Bernard Lazare - l'une des personnalités juives les plus attachantes

lu début de ce siècle - dont la mort affecta

profondément Péguy, et auquel il rend un vibrant hommage dans « Notre jeunesse lI. C'est à lui qu'il songe sans doute en évoquant cette « mystique de l'amitié » à laquelle ils crurent l'un comme l'autre. A lui et à tous ses abonnés juifs, qui passaient de temps à autre le saluer aux « Cahiers " et à qui le liait un sentiment de camaraderie, de cordialité d'homme à homme qui est la meilleure expression de la fraternité. Le racisme en effet ne résiste pas à la connaissance sympathisante d'autrui. Encore faut-il précisément avoir cette sympathie d'évidence, cette foi en l'homme qui est le signe de toute vraie culture. Aujourd'hui comme hier, plus qu'hier, elle s'impose, à l'heure où « le monde fini » commence, et où peu à peu, en dépit des divisions, s'élabore une civilisation universelle. 29 , • la vie du m.r.a.p . • --"'urFR 10 mars : pour la seconde fois, Tribune Libre du M.R.A.P. sur F.R.3, parmi les organisations qui disposent d'un quart d'heure (par an) pour s'exprimer à la télévision. Me George Pau-Langevin, vice-présidente, Albert Lévy, secrétaire général et Jean-Pierre Garcia, membre du Bureau National, ont répondu à la question de l'enquête lancée en octobre dernier : cr Le racisme, vous connaissez ? .. )) Une sociologue qui participe au dépouillement de cette enquête, Véronique de Rudder-Paurd, ainsi que deux immigrés, Babacar Sembe et Ahmed Mannaï, ont apporté leurs témoignages. L'émission, illustrée de nombreux documents, soutenue par la chanson de Catherine Le Forestier, « Venez voir mes voisins )), a été réalisée par Paul Paviot. cinq assemblées régionales ce sujet. Ils étofferont l'enquête lancée par le M .R.A.P. depuis plusieurs mois (( Le racisme vous connaissez? ») et dont le 21 mars sera le terme. Pour la première fois, le dimanche 29 février, le M .R.A.P. a organisé simultan ément cinq assemblées régionales à travers la France: à Paris, Nancy, Nantes, Toulouse, et Lyon (1 ). Cette initiative découle des directives du dernier Congrès du Mouvement. Constatant à la fois la réalité préoccupante du racisme dans notre pays et la volonté de le combattre dans les milieux les plus divers, il a préconisé le renforcement rapide de notre implantation locale. Faire le point de nos activités pour les étendre encore, élargir et rendre plus efficaces les comités locaux existants, en créer de nouveaux partout où c'est possible : tels étaient les objectifs des assemblées du 29 février. A travers leurs débats s'est dégagé la spécificité du M.R.A.P., seule organisation pouvant unir des antiracistes de toutes origines, de toutes tendances, et assurant la continuité de l'action contre toutes les formes, toutes les manifestations de racisme. Ainsi, s'agissant par exemple de la défense des droits et de la dignité des travailleurs immigrés, de la lutte contre les inégalités, les discriminations et les préjugés, les réal isations du M.R.A.P. ne sauraient se substituer (1) Ces assises étaient animées, au nom du bureau national, respectivement par JeanPierre Garcia, Jean-Louis Sagot- Duvauroux, Katia Favard, Georges Cukierman, et Albert Lévy. 30 à celles des syndicats, des partis politiques et d'autres organisations concernées. Il doit y avoir complémentarité, non confusion, et il appartient à nos militants de définir, dans chaque situation concrète, les tâches propres du Mouvement. pour le 21 mars C'est dans une telle perspective qu 'ont été débattues les mesures à prendre en vue de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, fixée par l 'O.N .U. au 21 mars de chaque année. , Cette date tombant, en 1976, un dimanche, c'est donc dans la semaine précédente que les ,comités locaux et le M .R.A.P. au plan national s'attacheront à donner le maximum d'éclat à ce grand rendez-vous des antiracistes du monde entier. Le thème central en sera le logement des travailleurs immigrés, comptetenu de l'acuité de ce problème dans la période présente, où se multiplient les grèves de loyers dans les foyers, pour protester aussi bien contre les mauvaises conditions de l' habitat que contre les règlements attentatoires aux libertés les plus élémentaires. De multiples faits illustrant cette situation seront partout recueillis et rendus publics, démentant les multiples déclarations officielles à Bien entendu, nous n'oublions pas que le 21 mars est l'anniversaire du massacre de Sharpeville, en Afri q ue du Sud, qui fit en 1970, plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés, victimes de l'odieuse politique d 'apartheid. Nous n'oublions pas non plus le soutien apporté à cette politique par les dirigeants de notre pays. La commission d'enquête qui prépare la mise en procès de l'apartheid, et où des personnalités et des organisations très diverses coopèrent avec le M .R.A.P., tiendra une session un peu avant le 21 mars et certains comités locaux prévoient des manifestations sur ce thème. des milliers ... Pour le succès de la Journée internationale, pour le développement de l'action et de l'implantation du M.R.A.P., avant et après cette date, il importe que tous nos amis se mobilisent. Il n'est pas d'autre moyen de consolider nos bases que le recrutement de milliers et de milliers d'adhérents au M.R.A.P. et d'abonnés à Droit et Liberté. Des décisions ont été prises à cet effet dans les assemblées régionales du 29 février. Les faire entrer dans la vie est le devoir quotidien de chaque militant. Comme il est du devoir de chaque antiraciste, quand il ne l'a pas encore fait, de venir d'urgence se joindre à notre noble combat. NOTRE CARNET René CASSIN René Cassin, qui vient de mourir à 88 ans, fut à la fois un éminent juriste et un fou gueux combattant. Professeur de Droit, délégué de la France à la Société des Nations, il rejoignit le général de Gaulle à Londres après son appel du 18 juin 1940, ce qui lui valut d'être révoqué de tous ses postes et condamné à mort par contumace par le régime de Vichy. Compagnon de la Libération, il représenta la France, en 1945, à la Commission d'enquête des Nations Unies sur les crimes de guerre; il prit une part décisive à l'élaboration de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Il exerça les plus hautes fonctions au Conseil Constitutionnel, au Conseil d'Etat et dans d'autres institutions nationales et internationales. Président, de 1943 à 1970, de l'Alliance Israélite Universelle, il manifesta à maintes reprises son soutien à l'Etat et aux gouvernants d'Israël. Ses prises de position dans des domaines divers sont multiples. Il milita plusieurs années pour la ratification par la France de la Convention européenne des Droits de l'Homme, qui eut lieu en 1974. En 1974, il participa vigoureusement à la campagne contre la grâce accordée au nazi Paul Touvier, et présida le meeting tênu à Paris, à l'appel de 14 organisations, dont le M.R.A.P. En 1963, René Cassin avait préfacé une plaquette éditée par le M.R.A.P. : « La communauté des Nations contre le racisme ». Naissance Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de Michaël, fils de nos amis Josette et Marc TICHAUER. Nos félicitations et nos voeux les plus chaleureux. deux journées d'étude sur l'apartheid Le M.R.A.P. organise à l'intention de ses adhérents et amis deux journées sur l'apartheid, les samedi 24 (après-midi) et dimanche 25 avril 1976. L'objectif est de renforcer l'action contre les régimes racistes d'Afrique australe et les complicités dont ils bénéficient, grâce à une connaissance plus approfondie de la situation. Cette rencontre aura lieu au siège du M.R.A.P., 120 rue Saint-Denis, à Paris 2e , Les personnes intéressées sont invitées à se faire connaître dès maintenant. au jour le jour • Jean- Louis Sagot-Duvauroux, membre du Bureau National du M.R.A.P. a pris part à une émission sur l'Afrique du Sud, avec un représentant de l'A.N .C., M. Thami Sindelo, le 7 février sur France-Culture (le Monde Contemporain). • Remerciant le M.R.A.P. qui lui avait témoigné son accord après son homélie sur la vente des armes, le Cardinal Marty, archevêque de Paris, écrit: «Je souligne que je fais une distinction entre la défense nationale et le commerce des armes »; il rappelle ses précédentes prises de position et celle des évêques français sur cette grave question. • L'abbé Jean Pihan, vice-président du M.R.A.P., participera à une soirée organisée le 16 mars par le Comité local de Mâcon. • Au nom de 31 organisations, une délégation a été reçue, le 29 janvier au ministère des Affaires étrangères, ou elle a demandé la reconnaissance par la France de la République Populaire d'Angola, l'arrêt des envois d'armes aux forces d'agression et de l'aide, directe ou indirecte, au régime de Prétoria. Marcelle Vernhes, membre du Bureau national, représentait le M.R.A.P. Le Comité du M.R.A.P. de Saint-Denis (93) organise une sene de débats dans les Maisons des Jeunes de la ville; en avril, se déroulera, avec sa participation, une Quinzaine de l'Immigration, soutenue par la municipalité. A Saint·Quentin-en-Yvelines, Flavin, Elancourt et Trappes (78), c'est avec l'Association pour la Promotion des Activités Socio-Culturelles que le Comité du M.R.A.P. participe, en février et mars, à de multiples manifestations : débats, projections, soirées théâtrales et de variété avec des artistes portugais, espagnols et maghrébins, expositions, podium et Il souk )) (vente d'objets artisanaux de différents pays). Autre initiative à signaler : la Semaine des Immigrés, à Amiens, organisée par la Commission municipale des Immigrés, avec le concours actif du M.R.AP. et de diverses autres associations; le dimanche 22 février a été marqué par une éclatante Fête de l'Amitié. • Une assemblée départementale du M.R.A.P. des Yvelines a eu lieu le 31 janvier à Elancourt, avec la participation de Bertrand Bary et Georges Cukierman, membres du Bureau national. • Des débats animés par des membres du Bureau National du M.R.A.P. ont eu lieu le 24 janvier à Pontault-Combault (77). avec Bertrand Bary, le 29 janvier à l'Ecole d'Assistantes Sociales, à Paris, avec Sally N'Dongo, le 30 janvier au lycée Paul-Eluard, à Saint- Denis, avec Alex SantosCastanheira. • Le dimanche 21 mars, le Comité du Rhône présentera, l'après-midi, à Vénissieux, le film (da guerre du peuple en Angola », et le soir, à Lyon : «Nationalité immigrée)}, en présence du réalisateur. • Le 26 février à Boulogne (92). débat sur l'affaire Rosenberg, organisé par le Comité d'Etablissement de L.M.T., autour du livre Nous sommes vos fils. Participation de l'acteur Gilles Ségal et de Georges Cukierman. • Une interview d'Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P., sur les données actuelles du racisme, a paru le 12 février dans le quotidien tunisien Le Temps. • Pierre Paraf, président du M.R.A.P., a présenté et dédicacé son livre Le racisme dans le monde, au Club du Faubourg, le 7 février. Il a participé, le 29 février, à une séance d'animation pour les jeunes, au cercle «Le Livre vivant}}. Il fera une conférence le 21 mars à l'Université Populaire de Lille. • Débat le 18 mars à la Maison de la Culture du Havre, le 18 mars avec Albert Lévy, sur le thème «Immigration et racisme }}, dans le cadre du cycle « Regards sur un exil )}. DROIT ET LIBERTÉ. N" 346. MARS 1976 l\AISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE MOUVEMENT CONTRE LE RACISME , L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX .lEUDI 11 rlVRllR '6 SUIVI D'UN DËBAT AVEC LA PARTIC IPATION DE MESSIEURS mrap FOYER MJ C LANGEVIN CITE LANGEVIN 31 , 1 1 1 1,

,

1 1, • 1 i i , 1 ,(, , 1 1, i q ~ i,"t~ il t H ~ ~ ~1 F· ~ ~ H" ~ gi ~·1·!.n;:l;" ~l nl;:1!I-:~ c t- !~ -f: UHj~di;' ~1i ! H' .e~~ -~ii~ ... i:;i!~3 il;;; ,LI· Ji·""" .•. 1' .. Pi!~t.~!,··.~·tc "" .h ,'. '.-'.' ' • °t '.j q_.'_.' .~ q-~~i~lCharles 29 avril 2011 à 09:50 (UTC)'~~!Charles fl"i;'l !~!.i~5~~r:i:IU!Charles Illi,ftl;!)r!lll. 1~I:t rjlllfl!li !.jf1tll l!~;:- ... I ë' ~if ~-~fiO afi"~~'" t 31 ;rii":- !l:Qid.I!Q.~ e~~!:n~-~~;t~~h~ ~à-~~. :.!th:·Charles ;l~nS!fi"~g ~f:~H·f}.,,!,)t~;rh,...~!,c ',-'~",~;, l'l-I'i"!- ~ i'l; i" :l~.l,. ~~ll ~ .. ~." ;o;_l~' - . ... 33 .. ' ... l! t'·li"'ii~.,,~Il-:;p.-~~g· ... ~ ,;;fi"~S"~ '! ~~e .... -.,.,,-~~_.~ "' '2-;pl. "ji"l.& .!,I,.: ...~. :~" fi".~'~ !.,.-~. ~!!."_~ ... ""6t-~"~· ~'!f. .; " 'lI! . C .~ 3: -i"'" ~ l ô!n~~a~$~~rt~'~ ~ Ui~' 3E:~'~ltl ~!;..~J. Charles ~~H5-:'~.~:t-§!.;I ':'i!~ !,?M)Oi- l'"},,"'l!~ai5: ~~i?-.· - 'i;l ~ ~ ~I~' "', .... ~i~ ~~ n' 8-",- ~1~;oe~-;:;~' 'lI;;- ."" ... ~ ~~;:.fl.~.H~"",ji:t..'!·Mi~1r ~ ~lJ !i._.::;;à",·~;, ~.;:!( ~~;;~ ~~ .~" M.... -, ,~!.,-.,.,,Q,'". !~' "~ '_ !Charles'~ _ '.. .:Ii.i" .I ,• I"" ,. ;- ... -~ .. '~ .. "Qa"~~ e li_·1!:~5",. lift" ~I'i ..... ~~l!;"8 .. ~·~"'"Charles·.,.,;l::: 2.i'" _~~'~'c~E·! ~~;;.~., ifS!:. ~ ~M ~.~ ~,l;'~ ~~ ~p ~i~ ~ l!!' g'~'2-i'§;""':' iiH:~ !.e:i 'i'.~ .,.Il:",~ ... , ' :l' ... "Charles 0", O',3.~?! li. _., ,'. ~';;~;O-i"M~~·alO.; ",.!!;",'l..' ;'! .' .·;;·,~·a~'i"_ ..... 2_ ~.~"

':!i',!"~ 2 i!"~ ~ 33 q II'~ ~ '.f~-l~ _ 'i - 1f~ ~ i"U~111' în

~~ " ::~l-·&'if~"'~~""~.1~g ~_ .. - ~-!ls!l:""':::["~! !!~ 'pCharles_ !; . ,i.~;~~ild_! ': 3~ '!li~!;~~'f' H~ go 1'" -. -..' -- '. '., ., ~ .. ,,Charles 29 avril 2011 à 09:50 (UTC)I·~ 'cf~!!1'i?lL~~Ê:8-:~:~BAf~~: ~ !ft~ -~2~!; 3",~ ,~--9iP,lI'lI'i:ll.l;-~~'~3a-~~- ~!!î~! -:1-.:1._ - "o!!- "" -? ~ II " ~ ~ n F ~ :. -l; ~ ~ 1: ~. â [f t~ ~ ~ ~ ~l:! l ~ ~ iï ~ ~ .. n [ Hh~t:ia iln~Tiil~l-~i··~ ~a ~!~lCharles.'~.~;;i.l~tau p ' ~~'!I ~"'i~H·~~if, !!.i !t~~:'II'!nll~;:"i ~a:: 8 &~i-':i~' f!.~. ~"~i- .. !:~~t5.g ~- 8.~ ::i-!§:'i~';:--l~ .. li;;~.,,~·:~': lÎ~",-F·-t!gft·'1!:i .• ;~ :;",,·.a~~iii~ .:~ ~~.~ """, 01 • ,,8 :l 3"~ '" CI.~!f"."i!'" :I.)! . ~ ij' 2~"lIaCharles ... n_"g 'i- ".", ;,:: ~ .. ,,~ 13'~_'3' "n :i's- ~~5*"3~2:5 ""~i e:~ c ~;~-"'~iS:!'.~- :5"" a·ft o1!i; ~~'j ~ i ~ ~U g il1,~, ~~ ll~~l; l! ~~ ;,:: ~ Ü~ -&:~i;;ii.i· "" ~~ g. -'li-&~ n.g -~l: .. ~~ ", ,, Ir" P';îii-d ~X1lf!~~ni~,,;'h ra ~~i~&;"l ~~ifCharles;-!! I~.g1 ir;~·"~;I~~if~:.; ~.fJ~"g~~;:~ ~"8 ~;l9-i 5' ~ .15oiriCharles-~ .. :~all n~'~ ::: :-"n ail i~;,ni:" H~~p 'PH.li-3 ~'i1 tli~~P:~gi g~ ~ ~.;j";:.-l2~ ~M~_i- !!: ~";: 'i! ~ ~ ~M_:r~" ~'" t ~l~i21~11i' a·~.·l!i· .. fll~i~J i ~' !f~'i~"',-ti ;;- "~ :!:: iH".~~o!~! .H~ •~ ii'8hH~j3J~i ti--f". i hh·L~~ f~ n~ ' - 'Ii ~

1 ./"1"1 n

• V 1 Ijl!! "I! - ~ 1 Ut 1 ~ 1ft · , i 1 1 • ! •

0 He

!: 0 p• m .,: Z ' L; -t :: ;m0 , •

m • OCC"D:::: s .. m - i ~ _.n ~ Cir 3 CD CD ,• ~ , .... • , III ' ~ • ID • ·• ~ 0~ .'" . _. ." . ;;' 0 .. ! a~ 8 :::1~ g. II) - .. 1 . ~ ::cn 'Q ! ~ . ;'O g ~ ~ Il z " "-' .... ::1'"_ 2 :': .. 1 " ::;;- (» m m . ... 0 :::1 z J ; ::I~, ~ "' .. .t- ,,~ •

Notes

<references />