Droit et Liberté n°00028 - 15 mai 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°28 (96) du 15 mai 1949 [Moyen-Orient; MRAP]
  • Ne veuillez pas vous perdre par André Blumel -page Une
  • Lu pour vous par Roger Maria: ou va l'état d'Israël -page 2
  • Les dessous de la crise par L. Just -page 2
  • Le peuple d'Israël a gagné la guerre, saura-t-il préserver la paix par Catherine Varlin

-page3

  • Derrière le rideau de mensonges: la tchécoslovaquie renaît par J.A. Bass-page 4
  • Avec qui êtes vous combattants antiracistes par Charles Feld
  • Le 22 mai, journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix
  • Xavier Vallat libéré le 16 juin? par Pierre Pari
  • Le chef d'oeuvre de Racine par Michel Gou

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

..... : :. 22 Mai AU CIRQUE D'HIVER JOURNÊE NATIONALE CONTRE lE RACISME, L' ANTISEMITISME ET POUR lA PAIX • _.poir ibepré NOllVelle série. - N° 28 (961: HEBDOMADAIR~ FONDE DANS LA CLANDESTINITE ,15 MAI 1949 Prix ,: 25 fr. ___1i'" ' Af.-e (teUifLe,z p;a6 lUJ-U6J p,euke ! _ par André BLUMEL ON numérote ' maintenant les guerres, en série, comme en Egypte les dynasties des pharaons. La' deuxième guerre mondiale vient à peine dès'éteindre que déjà s'agite la question d'une troisième. A quand le vaccin contre la gllerre, le virus immunisantet donnant 11 paix? Nous ne pouvons plus penser comme l'Arioste: « Maintenant que la poudre est inventée, il n'y aura plus jamais de guerre ». Le secret de l'atome est à peine percé qu'il devient aussitôt le germe d'u,ne i,nvention diabolique multipliant par millions la puissance explosive connu,e. Le M. R. A. P. ne peut pas se contenter de réflexions philosophiques désabusées, ni de pleulrs sur les massacres. Il doit agir. Nous sommes des partisans. Des partisans de la paix. L 'ANTISEMITISM!E est une cause de guerre. De la minuscule « histoire juive» que l'Otn chuchote à la théorie hyperbolique et n.$rtstrueuse d'Hitler, il y a certes des degrés, mais ils sont plus ou moi,ns rapidement franchis ; puis, quand la guerre se pr.écipite, les Juifs en sont les victimes, souvent comme les autres, parfois plus que les autres. Si uln conflit éclatait, comment ne saisit-on pas qu'ils seraient presque les victimes immédiates ou médiates ! La discrimination contre les Juifs est un cas original, mais un cas de discrimi'nation raciale. On l'a vu chez les nazis: d'une prétendue race infé, rieu1re à "autre, le glissement est à peine perceptible. De ce chef, les ju,jfs sont tous des nègres f Préjugés antisémites et préjugés racistes sont équivalents. 'Un seul r'émède : la démocratie. mais attention, pas la démocratie FO:RMELLE qui se gargarise de formules qu'elle renie dans les actes. Là démocratie R'EELLE qui : trad'uit ses principes dans son action. Et cette démocratie contient la paix dans son essenc,e. Le cercie est parfait. Les véritables partis~ns de la paix c,ombattent les discriminations raciales et tous ceux qui com1prennent l'unité de la race 'humaine nè v'eulent pas la détruire. , En combattant pour la paix, on combat l'anti- \ sémitisme et le racisme, e,n' combattant le racisme et l'antisémitisme on combat la guerre. , Ce s~nt les as'pects complémentaires d'vn mêmei ef- Charles,.,...;r-. ., . . ~;:,,~E..::'. fort ,-' ~ / ' ;';;'. ' . !J ;-::.;~ •. , • ~s juifs doivent être p~rt,isans de la ,paix et: .;/' fiJ.. §è'T:;: - . Xavier YAllA T ~ L l B É RÉ LE is 'JUIN ? (Voir pages 6 et Jl se ,mêler aUlX efforts de tou.s ~eux qui veulent la ~ I.'!J #;, ',;~~:' paix. ~ ~J.';" :;r-' . ~ .:,: . ~~ .... ~~:::;-:. ,.... .-' .. to..... .u· ... ,.',. . ... ~ .......... -L E !:rs~:n!!a!t CharlesrCharles 12 janvier 2010 à 10:09 (UTC):ppepe~te::Squ~:r d::: ~..l.: : ~/,i f.J /~;:;;i.{t/~~,~~1T ,_'~.'. ... '-",(,,.,.w.' ~~'::;~:::~,." ... w .. " _ t. \.. .. ......... .. • ..;.;;... . ;: .O;:. ..~ .~J'!..~.: la Pal ix, sans ~~ela" 'à peirie Ré, il sera sub- r i \ .1(: ::'.:; • . _~~ti: #;!;E;';, m!l'gé par a tourmente clans ce point névralgique ' r-----------------------------..,;~-------------de la terre. - Les juifs d'Europe et du monde ' avaient leur : Dans ce numéro: p'ace au Congrès Mondial de Pleyel., Le$. Juifs de' ~;2::~~7E~~::~~;:usu:·,e:~ ::.:::: .. : Israël a GaGné la Guerre ... Saura-t-il préserver la poix! tin? Nous leur répéterons inlassablement avec le LA, TeH,' 'É COS L 0 V A QUI E R ENA l' T vieux Corneille: « NE VEUILLEZ PAS VOUS PERDRE ET VOUS SEREZ SAUVES ». , tombatfants antiratistes, avet qui, êtes. vous ? , - _. ! -, , UN ,MUSEE" D'ART JUIF1 • A, PARIS Il,': Un poèl!'e. inédit de ~' ~angston HUGHES 1 : f)R()tJ: ET LlBERlI Ils Mai ,1949. _ N" . 28 .(961: ,r, -----1d'~ OU VA L'ÉT AT D'ISRAEL ? • LES ÉTUDIANTS JUIFS SONT LES PARTISANS DE LA PAIX , ' , Lumières sur l'économie israélienne Il est sans doute superflu de rappeler, dans ce jo~rnal, à des lecteurs particulièrement avertis, l'importance déterminante des fâiteurs economiqu'es dans ~e dénlUlement historique. On peut discuter à perte de vue sur les programmes politiques des groupes ct des partis, sur les de:;seins des personnes et des Etats, - toujours (car « le's f~its sont têtus ») il faut reve~ nir aux termes de l'équatio'n de notre temps ou le jeu des intérêts capitalistes pèse de tout son poids dans la destinée des peuples. Or, en ce qui concerne lé jeune Etat d'Israël, on ne ' se troùve pas devant un phénomène « à part », car il n'y a pas de réalité « à part » ; le monde actuel, déchiré, exige ·une luçi~ lité' sans faiblesse, dépourvue de tout r6màntisme ; vous pouvez le regretter ; moi aussi; mais c'est ainsi. Encore une fois, il ne s'agit pas de demander aux forces agissantes de notre époque des déclarations de principes, des

programmes, des intentions et

des hypothèses, mais des faits et des chIffres. Et vous serez priés de conclure. Interrogeons Israël ; scrutons sa jeune anatomie ; demandons aux observateurs sérieux les ' matériaux de notre construction. Observateur sérieux, - c'est le Fin3nclal Times que je :veux dire (des 17 et 18 février dernier). Ce journal reste l'un des bulletins autorisés du monde capitaliste (sécteur 'anglais) et nous ne voulons pas laisser sans les relever les deux articles de son correspondant particulier récemment revenu d'Israël. Void des faits : Les Potasses de Palestine, bien oonnues en Angleterre, SO!,1t uù exemple d'entreprise mixte anglo-juive. Elles exploi. tent les ·immenses riches,ses de la mer Morte. ( ... ) ( ••• ) On compte deux s.)ciétés d'électricité dans le pays : Ja puissante Electricité de Palestine et l'Electricité de Jérusa- BULLETIN ÉCONOMIQUE , les dessous de la erise Le, grand. capital, aidé dans sa tAche par Je gouve-rne. ment, s'eSt fixé deux objectif~' oose.ntiels à p.tteindre: 10 Empêcher le rewur à la Iioorté des salaires, amoindrir l'influence des syndicats et, par là même, dissocier l'unité ouv;rièr~. ·tOl'lt en reduisant le droit de grèv~. . 20 Faire diSlpa.rattre plusieurs , centaines de millie,fg de pelile~: entreprises - coci sous la pression des Am~rioeins - soi·disnnt pour assainir I~ marohé, en réalité parce qu'elles conlrarien,t le p.rogramme traeé. . Elles sont gênantee parce qu'elles ne .font, pqu:r la "Iupart, pas partie des grandes organisatiQIls syndicales patron& le~:, ' p]a.oées sous le conlrôle de la C.N.P.F., qu'elles emJ) loient chacune des salariés en petit nQmbr-e et que ceux-ci échappent, de ce fait, aux . gran1es manoeuvres patronaloo, et surtout par leur trop grâDl nom.bre, elles constituent une entrave sérieuse à . la main-mise du capi,talisme améri- , i. , cain sur l'é.conomie français~. . , " P()ur atteindre ce but, et quel qu'en dut être Je prix on el1t recours à' un eXrj}édlent empirique: 'd.éclencher une ~dse' artificielle et brutale. . Le processus fut extrêmement simple: on commença pa.r faire monter les prix en flè:he et ils alteignii'en.t des ' cours: auxqu'els les " techniciens » . n 'eHectuèren t aucun achat; cette hausse fut suivie d"uhe baisse brutale, sans que toulefois les cours de septembre 48 nient jamai-s été en recul (exemples: cuirs, textiles, alimentation, etc ... ). . Parallèlem~t, Une savante campagne de p.resse tut déclenchée, annonçant sans' ces'se des baisses, sans fournit d'indicaWons précises, mais dont le résultat ne s'est pas fait attendre: Le consommateur, alléché par ces cOJltinuelles perStPeclives de baisse, s"est troové !peu enclin à e.fféctuer des achats, tant pour le né!essaire que pour le 'superflu (et pourt.a.nt J'indice du coût de la vie n'accuse qu'une diminution de 1,3 p. 1(0). , Quelle aura été la conséquence, pratique? La mévente Mtralne le Clhômage; seules, les grandes entreprises peuvent se permettre d'emmagasiner des' stocks' en prévision de, ventes éventuelles, et ceci avec le concours des banqueS, ma,is les petites enlrepr:ises, à qui J'on refl~se tout crélit, se vo.ient co.ntraintes de licencier 1111 personnel, don.t la s'eule resso.Uorce est d'aller pointer au bureau de chômage. Et l'ouvrier en place, de peur de la perdre, ne recrimine pas, car il sait quelle difficulté il éprouvera il en tr~uver une autre. D'ailieurs, s'il tentait d'élever la voix, un simple coup de t.~%phone à la section an:tigrève de la Préfocture aurait vite fait de le mettre à la ra~on. Quant à la petite- entreprise, ' sur qui pèsent 100 plus .' .JouTdes charges et qu'un chiUre d'affaires infime ne lui. permet plus de supporter, il ne lui re.ste qu'à fermer ses porle6 ou, si elle est quelque peu engagée, à porter ses livres de comptabilité au greffe du Tribunal de Comme!,~e, Nous savons, quant à n()us, que tou.tes ces manoeuvres n'au,ront pour seul résullat que de resserrer les liens qui. unissent employeurs démocratiques et travailleurs el déjà les premières conséqüences se font sentir. • La confiance n'aura été que de courte dupée: l'or monte à nouveau; le gouvernemerït, aJprès une nouvelle opération sur le cours de~: changes, est d~ nouveau ~ l'affiH de cent , milliards, dont la plus grande partie ' d()it servir à filflancer les opéra lions d'Indochine. ' li lui est impossible de re-courir à · un nouvel empruntle demier ayant été, en fin de compte, une ,p.pération médiocre pour les So.uscript.el,ll's. . Et il est léj.à question d'amnistie fiscale pour les capitaux clandestins! : Les capitalistes croient peut-être avoir gagné la , }Xl;rtie, mais, à la veille des St.alingrad, tous les Hitler ne se sentent- ils pas victorieux? L. JUST. lem, de moindre enve'rgure, toutes deux Jargements finao:ées par des capitaux britanniques. ( ... ) ( ... ) P'armi les banques, l'Anglo- Pa:lestine-Bank, dont les acti()ns « A » sont traitées à Londres, joue le rôle ' prin.:ipal. C'est aussi la Banque d'émis· sion, mais le département des émissions est entièrement séparé du reste de la ' banque. 11 existe -quelques banques repré. sentant les capitaux américains, britanniques et Sud·Afrkaios et un grand nombre 'de banques plus petites, mais l'A.P.B. les dépasse toutes. ( ... ) ( ... ) La Gran.cJe-Bretagne a touj'Ours été le plus g'f()S acheteur de la plus importante denrée d'exportation du pays : le citron. - Ce que nous voulons prouver en insistant sur ces... détails ? Je vais vous le dire et ce ne 'sera une révélation pour personne : il n'est pas de libération (ô'af. firmation) « nationale» (( Eretz Isra~ ! ») qUÎ ait quelque valeur profonde 'si elle est détachée des dures exigences de la libération sociale; car to.ut capitalisme « national » obéit né' cessairement à la 'loi de sa 'conservation et si sa défense l'obli- . ge à: chercher des' alliés contre les forces ~ocialistes, il les t'rouvera' (et le moyen de faire autrement ? ... ) dans 'celle des forces capitalistes qui s'affirme comme la plus puissante. A vous de conclure ... Où sont les assassins ? 'Et pour vous a'ider à conclu-. re; permettez-moi de reproduire la fin d'un article de , M. André Falck dans La Marseillaise (de Châteauroux), du 12-4-49. M. André Falk revient d'Israël; il analyse It: paysan-~oldat de la nouvelle république : . LorsqU'il év~ue les heures ,cie ., , la « résistance », alors que ses camarades les plus enfiévrés attendaient la corde, à la forte· resse de Saint~Jeao d'Acre, dans fhabit rouge des oondamnés à mort, Ce n'est certes plus aux fripiers de Grodno ou aux bro: canteurs de Cernauti que l'on pense, mllis à ces soirs lugubres de la révolte de Pâques, à ces Irlandais sans peur et sans pi. tié, au maire de Cork mort de faim, aux crucifix balancés par des fran(:Ï.scaÙ1s dans la tempê· te, SUr un cantique enroué pendant l'agonie des « Sinn.Fei· ners ». Eh oui, il n'y a pas que les Juifs qui ont dû luUer pour obtenir 1eur Etat : les Irlandais aussi, - et contre le même ennemi. Comme je suis « sectaire », je ne peux pas ne pas faire observer que ce ne sont pas les Soviétiques ou les Polonais de la démocratie po.pulaire qui ont, par tçus les moyens, par R. FEIGELSON membre du Comité Exécut'ï de l'UmM des Etudio1lts Juifi de France. P ARMI toutes les manoeu. vres et provo.cations qui constituent la préparation psychologique à la guerre, l'antisémitisme et le racisme, armes d'obscurantisme et de divisoni,. tiennent une place de choix •. Hitler avouait : « L'Antisémitisme, c'est la dynamite avec laquelle je ferai sauter l'Europe. » Et lorsqu'aujourd'hui, les autorités américaines d'occupation en Allemagne oc'Cidentale re1achent le chef des . unesses hitlériennes, Arthur Axmann, cette remise en service d'un spécialiste, d'un organisateur du génocide pro.uverait - s'il en était besoin - l'imminente et la gravité du danger. Ces menaces, la majorité des dirigeants de l'Union des Etudiants juifs de France, veut les ignorer. Le y;efus officiel de l'U. E. J . F. de participer à 1 a lutte pour la Paix, s'il A étonne les, ét:u" diants, ne les empoche pas d agIr. Ils o.nt salué le Congrès des Intellectuels de Wroclaw, ils ont adhéré au Congrès Mondial ' des Partisans de la Paix, etc. Les étudiants juifs o.nt conscience du grave danger que représente la renai.9Sanoe de l'antfisémitisme, tenté d'empêcher le.s uns et les ill'i se souviennent qu'après les autres d'être une nation : ce premières ipsultes, bavées dans sont les ba'rons du pétrole, du . l'excitation de la guerre froide, coton, de la navigation et du il yale Numerus clausus, les caoutchouc de Grande-Bretagne rafles, les tortu-res et les cremaet leurs soutiens de fait (qu'en ' toriums .,-- Axmann n'est pas repensent Andr@ Philip ' et ' Léon laché pour rien ! Blum ?). Cela étant rappelé, Ces. menaces pt!uvent être pour rafrakhir quelques mémo.i- écartées _ et elles le seront _ res défaillant~s, soulignons que si les leçdns du Temps' de's as.. les Vietnamiens, les Coréens du sassins ne sont pas ()ubliées. Les Sud et les Grecs; entre tant . étudiants juifs ne les ont pas oud'autres, veulent aujo.urd'hui ce . bliées. ! Un .exemple, parmi tant que les Juifs ont su vouloir .pour d'autres: les étudiants en mé" la Palestine .. Alors, lect~u.rs?e' decine onf constitué un Comité tels et tels Journaux « JUIfs .», d'action pour la Paix, et nos cacomment pouvcz-vou.s! en faIt, marades juifs y participent. vous trouver (les cntJques ver- , . . baies n'y changent rien) du côté , 'L' E 22 mai se tiendront à Paris, des · Jules Moch ct des Coste- au .Cirque d'Hiver, les assi- Floret qui dirigen~ to.us leurs ses contre le Racisme, l'Ancoups contre les communistes et tisémitisme et POUt la Paix. La leurs alliés, - avec votre corn- Commjssio.n des Relations extépréhension à la Po.nce-Pilate, rieures de la Sectioo de Paris' de quand ·ce n'est pas avec votre l'U.E.J.F. adhère à' cette jo.!HJée complicité ?... (S"ite page 10.) Parce que les peuples veulent vivre libres~ •• MALAISIE . Les crimes dont' on se félicite: M. Rees Wil- · liam, $oru - secrétaire J'Etat britannique aux colonies a annoncé oificiellement qu'II ' au cour~ J'opérations Je police parliculière~nt , satisfaisantes, 557 rebelles arA été tués ~n Malaisie Il! Par ailleurs, la ' Fédération Syrxlicale 'Mondiale proteste Jans un communiqué contre l' (Wa5Sinal pa; les autorités britanniques Ju P~ésiJent des syndicats malais, Ge11Opothy, pendu Jans sa ':prison le -4 mai, et cool~. celui de ~on successeur, Veeranse~ net!, abattu Je jOfIT suivant par une patrouille. IN,DONESIE Tandis que TCHANG s'énfuit atec la caisse LA VÉfENSE DE CHANGAI S'EFFONDRE Changhaï, investi depuis dix j~urs, ' n • ~st plus qu'un fruit mGr qui s'apprête à tomber. Le commalld~ enf des troupes populaires ayant , regroupé ses, forces a déclenché samedi l' ofIensive finale sur la . grande capitàle politique, historique, économique et q,llturelle de la Chine médiévale qui s'écroule. Il ne ~ble pas que les troupes nationalistes soient à même de résister à leurs adversaires car, malgré une censure impitoyable, tautes les infonnations indiquent qUe leur moral est au plus .bas. T andis que J'on pendait sur les places publiques, de nombreux (( terroristes » (les Français connaissent la signification de ce terme ... ), le commandement Kouomintang promulguait en effet la peine du fouet pour ses ,soldats coupables de {( mauvais esprit, manque d ardeur ou corruption ». Quand on !ait que cette peine constitue pour.des Chinois une irrémédi~ ble perte:.. de .Ia f~ce, on ?'(it ~ien imaginer. que 1 E1at-Ma}or. nahonah~te ne S.y est lésolu qu'à la toute dernière extrémité. '. Dans la ' soirée, les défensès exlérieure~ d~ I~ v.iUe étaient percées. Cette opération avait été facilil~ e par ,le fait. que Ka-~ing et Ping-Po, posiliol)~ . des de la Gemture forh fiée , étaieni tombées sans grande résiçtance. . ' leurs opérations de 'gllé. . rilla. A ussÎt6t, ils en ont profité . pour Intensifier lèurs propres opérations militaires. Naturellement, les prisonniers n'ont pas 4té reliÎchés. C'est la irai$ ème' fois en deux moi& que les ' Hollandais via- . /-ent leurs 'propres engagements. ESPACN_E Rien k nouveau 1 Le délégué américain à 1'0. N. V., repoussant au nom de son pays une résolution polonaise de condamtl6- Hon de l'Espagne Jranquisie, . a déclaré 'que, « depuis deux ans, aucun , fait nouVeau n'est infer. Cenu en Espagne ». Rapperons simplement qu'-en 1947 et 1948, 1 AO(} Espagnols ont été fusillés ott tues dans leurs prisons, que des milliers d'amre3 ont été assassinés par la police et l'armée dan3 diverses circonstances, et que, d'après les chiffres -' " Parol~' d'h~~; . occi-· dentale : Les Hollandais ont une fois de plus fait preuve de duplicité , PC1l1Ttâcher de rétablir leur~ positions chaque jour davantage. compromises. En promettant la remise en liberté des mÏr.ùtres républicains, ils ont obtenu des partisans qU'ils ralentissent . Au. Sud, l'ayance des forces démocratiques se po~rsult: Les vOies ferrées sont isolées et les troupes 'nahonahsles ne ~uvent plus les utiliser. La capi' tale d~ Chang-SI est menacée à son tour. La base d~ T Slu-Tao. - où l'escadre des .u.S.A. a précipitamment pns le large - est aItaquée. officiels eux· mêmes, ,. , Pendant c~ temps, Tchang-Kai-CheLs'est enfui a F 011l!05e : Il a emporté avec lui, en barres d'or et en deVIses, les restes du Trésor nationaliste ... 110.000 détenus politiques (dont, 20.000 femmes) croupissent encore Jans les prisons. 1 t 15 Mal 1949. - NO 28 (96) DROIT ET LIBERTE Le peuple d'Israë/··ci gagné la guerre Saura.-.t -il la' "Paix? LE 14 mai 1948, au milieu du fracas des batailles, naissait Israël, salué 'd 'enthousiasme dans le m-onde dém-ocratique. Sur le berceau d,e l'enfant se pen chaient les fées de la liberté, et leur éblouissante lumière était trop vive pour que l'on ait pris garde en même temps aux quelques carabosses attirées elles aussi par la venue du nouveau-né. Une année a coulé. Et si, le 14 mai 1949, il nous faut tenter de tracer le bilan de vie du jeune Israël, définir la voie qu'il entend suivre d'après le chemin, déjà parcouru, l'entreprise apparaît complexe. Qu'est devenu Israël? Et l'on découvre que l'enfant - n'est 'plus un, qu'il ne l'a jamais été, qu'il n'y a qu'un ensemble de corps multiples dont chacun' guide son char sur des chemins différents. On peut alors suivre chacun d'eux sur sa route rocailleuse, -et se demander où elle va. Où va le Gouvernement, où va le peuple d'Israël par eietriple ? ' Attelage israëlien cocher américain Au printemps 1948, on avait quelque peu mêlé leur destin. C'est que le peuple avançait sur la yoie royale de sa libération, ' et le Gouvernement, ne voulant pas être de reste, avait entrepris de lui servir de hérault. On les a vus alors cheminer de manière parallèlè, mais bientôt leurs routes ont divergé, elles se sont écartées. Déjà, en vérité, elles se tournent le dos . • , En vérité, au cours de la guerre, les , diffiCultés ' étaient apparues. La guerre ~ été le ' piemier acte de vie du peuple d'Israël. Contre un im- . . , preserver 1 par 1: , L-_C_at_h_e_rl_·n_e_V_' A_R_L_IN_-,_ périalisme qui lui déniait l'existence, et qui massait contre lui les bataillons de ses esclaves, le peuple d'Israël engagea la lutte, comme le gouvernement d'Israël, semblait-il. Or, tout en se battant, le peuple n'avait pas les moyens de proclamer ses « buts de guerre », et le Gouvernement n'avait pas intérêt-à #finir les siens. Ce qui , fît qu'on ne vit que plus tard que le peu pIe combattait l'impérialisme; mais que le Gouvernement ne 'voulait écraser que les esclaves, h istoire, plus tard, d'amadouer l'impérialisme et de se ranger à ses côtés.' On ne comprit cela, et bien d'autres choses encore, qu'à la manière dont , l~, guerre fut menée. Alors que' le cheval ' du peuple fonçait toujours vers les points les plus importants du dispositif impérialiste, vers les brigades transjordaniennes de l'anglais Glubb Pacha, La guerre à peine terminée, le peUlple d'Israël s'est remis au traYa~t Mais Silura-t-il voir les embûches qui le .. r sont tendues 1 vers le canal « sacré » de Suez, vers faire. Tendant une main fraternelle à le golfe d'Akaba, un mors le retenait Abd Il h dT " d . B G que Ben Gourion avait en mains. Tan- . a a . e r~nsJor ame, en ~':- dis qu~ le vrai cocher de l'attelage, ' r~o,n sac;lfi~ allegre;nent la POSSI?Il'ambassadeur américain Mac Donald, h~e de 1 eXIstence d un. Etat ar.abe l~réglait la longueur permise des rênes, depe.ndant en Palestme, qUI" ie~., et le moment où il faudrait, en les a,uralt. pu, appor;er ~u, peuple d Israel tirant à soi, freiner la course du trop 1 e~I?olr dune secunt,e sans cesse ~ef 'V" 'ugu eu x chev a l. ' n. ace,e. pla' r les volontes et les beSOInS lmpena lstes. Ce système, a.uquel se prêta le Gouvernement d 'Israël, permit aux impérialismes anglais et américain de tirer sans trop de doinmage leur épingle" du jeu. Seuls les juifs et les arabes laissèrent des cadavres sur les sables du Neguev et' dans' ies monts de Galilée. La cessation des hostilités montra plus clairement encore, si besoin en était, que le Gouvernement d'Israël préférait composer avec l~~ pir~~ , tenants de l'impérialisme que de 'les dé- 1er Mai d'union à Tel-Aviv On ne peut être en même temps avec Noury Saïd ' Pacha et avec les martyrs des prisons d'Irak, on ne peut être en , même temps , avec le « grand roi Farouk » et avec les travailleurs du Caire, on ne peut être en même temps avec' Abdallah de Transjordanie et avec le .peuple arabe de Palestine. Comme on ne peut être avec Mac Donald et avec le ' pt;uple tout court. pas encore les limites, mais dont on mesure la gravité ,lorsqu'on sait que 210.000 immigrants sont entrés en Israël , en 1948, et que le 'même nombre, sensiblement, est prévu pour 1949. Il y. a . un an M. Shertock . disait • • Le Gouvernement Ben Gourion entreprit donc ' de séparer son peuple d'avec le peuple arabe en Israël. Il fit en sorte, tout d'abord, qu'il restât en Israël le moins d'arabes possible. En cela, il paracheva l'oeuvre du défunt gouvernement militaire britannique en Palestine. Puis il décida d'opposer, autant que faire se peut, les intérêts apparents des nouveaux immigrants juifs et des travailleurs arabes. Puis il créa à ces travailleurs . d'effroyables conditions de vie. Or, pour en « sortir 1), le gouvernement Ben Gourion n'envisage rien d'autre que de lier Israël plus solidement encore aux destinées du capital anglo-américain. Et de solliciter l'investissement de celui-ci tant sous forme de crédits d'Etat que de fonds privés. Oui, mais le mécenat désintéressé n'étant pas le fort des banques d'affaires américaines, celles-ci exigent certaines conditions préalables. Q.ue' le gouvernement Ben Gourion a promis de leur créer : à ' savoir, faire d'Israël un réservoir de main-d'oeuvre à bon marché. Il faut, pour cela, bloquer les salaires des travailleurs juifs (cette première étape est, déjà réali~ sée), pour les réduire, plus tard, selon les desiderata du capital étranger. Les travailleurs d'Israël, sI l'on en juge les récentes grèves et manifesta~ tions, ne semblent pas disposés à sùivre le gouvernement Ben Gourion sur ce chemin-là. 1;~é légramm e envoyé à M. Molotov, le 16 mai 1948, par M. Shertock : ' . Je vous exprime les sentiments de très profonde gratitude qui animent la population juive de Palestine, et qui sont 'aussi les sentiments des, juifs du monde entier, pOUr la très ferme position prise à l'O.N.U. par ta délégation soviét-ique en vue de la création d'un Etat juif indépendant en Pales· tine, pour la défense opiniâtre d,e ce , principe en dépit de toutes les difficultés, pour la c'Ompréhension sincère que l' Union Soviétique a manifestée à l'égard des juifs en Europe qui ont souffert sous le joug, fasciste, et l'OUT le soutien par l' Union Soviétique du point de vue selon lequel les juifs en Palestine constituent une nation qui a droit à la souveraineté et à l'indépendance. Dans sa réponse à ex· télégramme, le 18 'mai, le ministre des A ffai r~s étrangcrcs de l'U :R.S. S, décla rait : Le Gouvernem'ent soviétique espère que la création par le peuple juif d'un Etat souverain servira la cause de la paix et de ta sécurité en Palestine et dans le Moyen-Orient, et que des relations amicales se développeront entre l'Union Soviétique et l'Etat d'Israël. CE QUE PENSE LE P,E'UPLE ISRAELIEN Extrait du di scours prononcé par Meir Jaari, présiden t de la délégation israélienne, le 22 av ril 1949 , au Congres Mondial. des Partisans de la Paix: à Pa ris, Salle Pleyel. Nous appartenons à un peuple qui, bien que la guerre ait pris fin, ne con. , naît pas la paix. L'expérience n'Ous a enseigné que l'impérialisme qui men'ace la paix de tous les peuples met également en danger notre sécurité et l'indépendance de notre pays, aussi bien que l'existence même du peuple juif. Pour construire notre Btat sur les bases de l'indépendance èt du progrès, pour absorber des centaines de miiliers des nôtres , nous avons besoin de la paix et de l'alliance avec ks forces de progrès d'an.s un monde en paix. Nous ne venons pas ' ici seulement ' avec des déclarations; mars nou's nous engageOns à défendre ' Ia paix avec tout notre dévouem~nt et avec toutes nos forces. Nous nous engâ'geons à lutter contre la chaine ' des intrigues ' qui veulent nous' entraîner, dans le complot impçrialiste liIenaçant les peuples du Proche-Orient. Nous mobiliserons n~ f'Orces F'our empêcher que ' notre pays serve de base à l'agressiori impérialiste contre l' Union Soviétique et 'les for,ces dé. mocratiques dans le monde. Nous ferons toùt poùr réaliser dans notre pays une eriteÎIte fraterneUe entre les peuples juif.. et arabe, pour dresser un front commun dans notre combat »'Our l'indépendance, en amance avec les forces de progrès et 'de paix dans le monde entier. On dit pourtant quJà Tel-Aviv, ' dans le cortège du 16r mai, des groupes de travailleurs arabes et j,uifs défilèrent ensemble, mêlés côte à côte. Et 'que sur leur passage, les applaudissements ne cessaient point. Le peuple ne ve~t pas d'un pacte ' " méditerranéen" Une année a coulé. La guerre palestinienne s'est terminée en armistices batards. Des élections ont eu lieu en Israël qui ont marqué et cristallisé les premières grandes luttes des partis politiques. M. Mac Donald vient sou- " L'aide Marshall s'installe ... " vent rendre visite à ~es amis dit Gouvernement iSl'aëlien, mais celUI-ci n'a pas encore jugé utile de nommer un ambassadeur à Moscou' en remplace- Le peuple d 'Israël avait lutté pour gagner son droit à une vie décente, à une immigration libre et constructive, à un travail assuré. Là encore, les solutions du peuple et du Gouvernement n'étaient pas les mêmes. La gérance gou'vernementale se solde aujourd'hui par une crise économique grandissante et aiguë. Ben Gourion a orienté le chariot de l'économie israëlienne, au pas de charge, dans la direction « Marshall~ . Il fait face maintenant à une cherté de la vie sans précédent et à la montée d 'un chômage dont on n'entrevoit ment de Mme Golda Meyerson devenue ministre. Dans ,-le monde, on a signé un Pacte Atlantique. Et on aspire à 'lui créer un pendant ' au Moyen. Orient. M. Ben Gourion ne dit pas « oui ~ tout haut, mais ne dit pas « non ~ tout bas. En somme, il a choisi la direction dite « occidentale », Mais le peuple d'Israël ? Il a dernièrement manifesté sa volonté de se joindre au bloc de la paix qui se lie dans le monde. Il découvre l'identité de sa lutte et celle de toutes les forces progress~stes de tous les pays. Le bilan d'Israël ? Ce sera son peu· pIe qui le tirera. I ~ I~ •

..... ,'.-. 4 k . _. . .c . DROIT ET LlBERTt .15 Mai .19 ... 9. - N- 28 (~; -V'UNESEMAINE A L'AUTRE ... Pour le 8 Mai Maurice Bardèche, auteur de « Nuremberg ou la Terrp. Pf"omise », vient d'être libéré au moment même où se p.récisent les attaques contre la Rési9t.3nce française. L'apologiste cynique du nazisme, Qui a pleuré sur \'a défaite cie Hitler, regrettant que les bourreaux n'aient pas « suffrsam;l1e.nt » exterminé de Juifs, a tranquiMement fêté chez lui lE 8 mai 1949. Ce n'est pas du quatr.ième anni" versai.re cie la Victo;re sur le nazis me que nous voulons parler, mais de la création, le même jour, d'un Etat allemar.:d de l'Ouest où les amis de M. Ba rdèche auront une place d'honneur. Qui est « arriéré » ? Et ceux du Bund ? Quant au représenta.'1t du Bund, c'est un humoriste qui ne veut pas faire la moind:e peine à M. Bevin .et à M. Aliheson, et s!arrange pour 111'€ttre l'absence de dénazification en Allemagne occ.identale sur Je 'compte de.. . « la friction entre l'Est et l'Ouest » . Maintenant vous saurez pourquoi lise Kqè::h a ·été· graciée ! Et aussi pourquoi le chef de la H:tlerjugend Arthur Axman'l, orphelin de Baldur von Schirach, vient d'être adq:té par les « Occidentaux ». Ayant fait trois ans de cïetentiori, i,1 a été condamné à trois ans oe prison et le voilà de nouveau libre ! En vérité, qui pourrait nier encore que les fauteurs de guerre donnent d 'autant plus .volontiers lé! main aux criminels de guerre qu'ils ont de bons antécédt~"1ts en matière de « croisade contre I,e bolchevisme » ? Mais ils' feraient bien de méditer un peu sur la dèconfiture des précédents « croisés ». Bon départ du M. R. A. P. a" Strasbourg « Les bourreaux de Stalingrad, d'Auschwitz et d'Orad'our-sur-Glaoe, relèvent la tête. Nous ne le permettrons pas. Combattre le racisme, c 'est défe.r.xl·re la pa.ix . ! ». C'est par cet appel que le Comité strasbourgeois clu Mouvement contre le Racisme, l'Antisétniti9me et pour la Paix (M.R.A.P.) convia les habitan.t5 de. Strasbourg à la CC)'lférence donnée, le 5 mai, pa: Me André Blumel Joseph- A'1dré B'ass et divers orateurs strasbourgeois. Me Adrien Kaüffman, à qu.i revient t' initiative de ce comité, ' évoqua l~ grandes révolutions de .17 89 et 1917 .qui ma.rquèrent dies étapes capitales de l'évolution de l'humanité. M. le Professe.lr. Renucci donna s'uccessivement la parole à M. Jacques Eisenberg, secrétaire du Conseil Communal ,povr 1.3, Paix et la Liberté et Qui rteorI1Plaçait M. le professeur Sackon, puis à M. Joseph Mohn, secrétaire de l'Union Dépafrementale de la C.G.T. Un travailleur vietnamien dénonça ensu ite la guerre menée par le colon ialis:ne et l'.impérialisme raciste contre le peuple du Vlet-Nôm, et applaudit la lutte des peuples israélien et c~inois pour leur indépendance. Dans lJj'1e conférence du « Mouvement sicniste démocratique », M. Joseph Fisher a donné lia fYlesure de S~ sentiments racistes et chalNins en op.posant les « Jui fs d'Israël qui rEp. égenrent une civilisation supérieure » aux « Arabes arriérés »: ce qui est l'expression, sar16 fiorit'Jres, des tendances à la discrimination raciale qui se font jour dans la politi~ A L'APPEL DE l'U. 1. R. E. M. Benno Gross, professeur de philosophie; M. I.e p ~of,es9€ur Rontchewsky, des Chrétiens progressi stes; Mme H.ilda Gold , au nom du Parti Communiste, dénoncèrent à leur tour l'arme de division du rilc isme co:rme de l'antisémitisme ... « L'AI~ aoe a une place spéciale dans le p:a:1 des faute'lJrs de guerre, dit Mme Gold, mais les Strasbourgeois ne feront jamais la guerre aux libératEurs d'Ausc.hwitz ». que de M. Ben Gourion.. ' Su.périeu:s, inférieurs." Pourquoi I1€stler en si bon ch€min et ne pas réclamer, pou; les Arabes d' Israël, le port obligatoire de." l'étoile jaune ? Lacunes Le 4 mai, la Fédération sioniste de "rance et. d'autres organisatio.'1s sionistes avaient organilSé au Pal!ais de Ghai:'lot une manifestation pour le premier anniversaiFe de l'Etat d'Israël. Imposant meeting à la Mutualité pour le premier anniversaire d'Israël • Ce fut emuite Me André Blumel, président du M.R.A.P. qui, après avoir salué l'a.'1niversaire de l'indépenoe.'1ce d ' Israël , mit en évioence le grand problème de l'heure : celui de la Paix. « Qui veut la paix ? ... Qui veut la guerre ? » Des centaines et des centa4'1€S de mil lions de gens du monde entier vèulent la paix. Ils sauront s'u.'1i'r contre les fauteu:s de guerre de la civi lisation du Iynch. L'Union des Parti sans de la Paix triOt'l'\Dnera du racisme et des marchands de bombes atomiques », s'éc,.ie Me Blumel. Si dam les d'scours qui furent prononcés, les grandes tirades nationalistes re mlnqL'èren'. pas, c'est en va 'n que l'on aurait cherché la moindre .oeuvre juiv.a d'importance dans le programme artistique . Et pourtant . le répertoi're juif ne- manque ni de variété, ni de · riche9Se ! L'hospitalité de M. Schuman Dimanche dernier, à l'appel de l'U . .l.H..E. j 3.000 personnes ont fêlé à la Mutualilé le premier anniversaire de l'Elat d 'Israël, c6l6braLion qui C{)ïn · La L.I.C.A. Au terme d'un accord conclu e'1- tre les autorités amé: icaines et le quai d'Orsay, 20.000 Allemands se- • ront adtnis en France. Cette mesure jnrervient après l'auto:isation d'immigration donnée à 87.000 travailleurs ital i ens. de Toulouse donne l'exemple de l'union H nous souvient qu'il fut un 'telnps où le gouvernEme'nt se montra infiniment moins accueillant envers les D. P. ' juifs de·s camps d' AII~m3- gne, su~vivants de l'extermi·nation nazÎle. Et à · r'heure actuelloe nombreux sont. les im •., .,.igrés qui S'€ voient re: f·user le droit au travail. M. Schuman a-t-i,1 ëttend'-l que le châmage s'accrois~e dans des proportions inquiétant-es en France pour .'faire montre d ' urle « h05,p 'ta lité » condamnée pa,. tO'Jtes les o:ganisatic." 1s syndicil'k,s et qui ne peut que desservir les intérêts de la classe ouvr ière N3'nça i se ? Qu'en' pensent !es militants de la L. 1. C. A.? Significative, la publicité que l'A. T. j., par a;"lIe.1rs muette sur les travaux du Congrès de la Paix et le magnifique ' ra6sembleme.'1t de Buffalo, a cons;loée à la journée dite de « résistance à la dictature et il la guerre » et aUlX ir:lterventions qu i y fu."'€flt faites p.3r MM. Lecache et Riba au flO.T) de la L. 1. C. A. et du Sund. Du fiasco de cette pauvre machiflatiO' 1 montée par « Franc-Tireur » et des agents trotsky~tes, nous retie_' 1drons donc le; savoureux propos de M. Lecache Qui , cou"",a,.,t de fleurs le R. D. R., a déclaré sam rire qu'il « refusait de s'aligner sur lee partis» et, se prêtant à une tentative fl'\aonifeste de diversion et cie division des forces de paix, n'an a pas moins prétendu: « Nous sommes pour la concentration de tous ceux etui, à travers le mo..de, ,ont persécutés : Juifs, NlIirs, Jaunes ». ... des Juifs et des Noirs aux côtés de M. David Rousset pour qui, dans un pays de « numerus cla~s » et de lynchage des nègres, « la démocratie existe D • •• des jaunes aux côtés cie Tv!. Depreux et des dirigeants socialistes sous le ministère « homogè'1e » desquels l'.,gression contre le VietNam a été déclenchée et qui portent aujourd'hui une grave r~nsabilité do:n6 la continuation d'une 8uerre colonl., liste. Une réunion générale de l'Alliance Antiraciste L.1. C. A., a eu lieu à Toulouse, le 25 avril. Me F olus, secrétaire provIsoIre de la section de Toulouse , après aVOlr fait un compte rendu du Congrès, a défini la position de la L. 1. c.A. par rapport au M.R.A.P. M Folus s'est · vivement fail critiquer par la majorité de!. dssistants pour sa façon d'agir . En effet, il a envoyé une lettre à l'U :].R.E. attaquant le M .R.A.P. à travers cette organisation. Cette let"lre a été reprodui. te dans le journal (l Droit de Vivre )) sans même que soit consulté le comité de l'A. A. La majorité des assistants, après avoir constaté qu'au moment où l'antisémitisme prend de l'extension (Kremlin-Bicétre), où les préparatifs à la guerre avancent à pas de géants, l'Allemagne recons'iituée, la Ruhr rendue à ses magnats, au moment où le mouvement pour la paix est si vigoureux et que la L. 1. C.A. ne prend pas position, s'élève contre cette attitude et vt'!e la résolution suivante par quatorze VOIX contre quatre : « La section, de Toulouse, au cours de sa réunion du lundi 25 avril 1949 « Après avoir entendu les déclarations de M' F olus et lès interven- tions de différents membres de la section, estime que la L.I.C.A. ne saurait se désintéresser d'une organisation qui ~utte contre la guerre, pour la paix, et qui dénonce les fauteurs de guerre, et, par là même, contre r antisémitisme, décide d'adhérer au M.R.A.P. et demande égalemeJIt à la L.l.e.A. à Paris d' y a&Jérer. Spé : PASTERNAK. Toulouse, le 29-4-49. cidait avec celle de la vicLoire sur le na~i sme. MO Charles Ledehnan, qlll présidait celle imporlante mfl. nifeslalion, 6Lait entour.é de nombreuses pers on n a 1 i tés, parmi lesquelles on remarquait notamment les membres de la déléga Lian israé lienne au Gbn grès Mondial des Partisans de la Paix le d~pulé ara be 'L'allfik-Toub i, Mme 1'0· ba Jaffe cL l'écrivain Alexandl'e Pen. M. Monikovsld, secrétaire 'de l'U.J.R.E., après avoir saIw6 les so ldais de la I-Iagannl1 cL du Palmacll, les ouniel's cl les pa~'sn n s d'Isl'në l, a exalté la solid nl'ilé des masses juives le France uyec le pellplc d 'Israël en lulle pour la conslruc· lion d'un Elal inlépendant et clDmocral iqlle. Aux a!JpléludissC'men ls du pulJlic, il a cl('cléli'é « Nous l'endons 'ltonlllw(]e à la al'a1lde l'nion Sori lJ /iqll e pour son am'ilié salts faille cl. son' aide déc isive à [ sl'ad )). Dén onçanl l'orienlt1 lion réaclionnaire du gOllyel'llement Bell Ourion qui pûrait ayoir olllJlié le récent pûSS(\ il exprima l'indignûtion des d'émoerales juirs cOl1ll'e le" tendances il la cliscrim inalion rû ciale Yi sant la population arabe: « Les J'li ifs qui ont tant souffel'I de la poli/ique raciste n'admflll'onl ta mais de [elles proliqlles ))./ EL 1\f. Monikowski concluL en appelant tous les .luifs de France à s'u nir en vue de la Journée Nalionale du 22 Mai donL nous ferons une !uande date de la bata i Ile contre le ra('i s m~, J'anli sémiLi sme, et pour la pûlX. Joseph-A'ndré Bass, succédant Zt Me Blumel, démontra à son tour que ceux qui veul ent la guerre remettent à l'heure actuelle les bou.rreaux nazis e.'1 bonne pliace et font arrêter les meilleurs combattants de la ' Résista.' lCe. « Par not.re unité et notre action, nous imposerons la paix », démont'ra l'orateur. Le ~o,,:ité du M.R.A.P. prépare au)our? hUI sa. venue à Paris pour le Congces du 22 lT'..:li au CirqU€ d'H ive r. Gràce au Mouvement contre l'e Racisme, l'Antisémitis.:ne et pour la PaiX, la guerre et le racisme ne passeron t pas en AI32ce républicaine et françai~e ! A la mémoire de Maurice TRUGEBOFF Le 2 mai 1916 nous a été a rrach é le mil tant qui toujours s'était dé"onc' p()ur I,!- ca use des enfants de fusilles ct dep?rtes ; l\1aurice l'rugebotl'. C est avec beaucoup d'émot'on que nous I!~noron s sa mêmoire, et nous e' le. ,'ons, a c!'tte occasion. une prot~stat i on rolcnnelle contre les faut~ urs de guerre. Sans la. guerre, qui a occasionné !la mort, Trug'eboff travaillerait enrore avec nous. Aujourd'hui, nous continuons la. mission qu'il nous a Jëguée avec touJours plus d·amour pour nos entants de fusillés et Mporté. qui sont del'enus notre raison d'être. Alors ~ Qu'une nou\felle menace de guerre pese sUr nous sur nos enlant' ensmble avec les ... '., miIJÎons d·ho~: mes f't de femm'es, nous crions: POl 1R L~ PAIX! ~ous ne voulons pas qu'auKmente encore Je nombre dts orphelins et_dei YÎetimes de guerre. Nous ~ 'Vou~ Ions plus que soient arraehés' à Ja vie Ie$ meilleurs d '('ntre nous. La Section de l'U.J .R.E. de LlvryGargan exprime sa. Dius yive sympaUne et ses regl'ets sincères à la ~amme de Mmtrice Tru()eboJ/ à a loccaslon du 3e anniversaire de la mort de leur mari et père. --- -- 1 Israül membre de l'O.N.U. 1 - L 'ASSEMBLEE généra.Je de l'O.N.U vient d'admettre l'Etlat d'Israël a~ sein des N . .,hons U",es' par 37 voix confire 12 et 9 ab.tenhons. ParmI les abstentionnistes se trouve la Crande-Bretagne. . Ain~i se termine une période dipl~a.tique marquée par les int" glles et les voUe-face des Etats-UnIS et de l'Angleterre et la comtant.e f.e~é de ~'Union Soviétique, fidèle aux princ~es de la coopera!,Oft, InternatIonale et de soutien aux peuples en lutte pour leu' Indépendance. Puisse le Couvern~ent d'Israël ne pas ouboJier le rôle décisif ,ue IfIl forces de paIx et de progrès ont joué dans la création du Jeune Etat, en rendant possible "acte qui vient d'être accom,m. 1 A l'Arc d~ Triomphe Une délégation comprenant des représentants de nombreuses organisation.') d'anciens combattants juifs des deux .guerres, s'est rendue, le 9 mai, à l'Arc de Triomphe pour ranir mer la flamm~. Une foule nombreuse, composée d'anciens combattants, prisonniers, déportés et familles des victimes du nazisme, s'est recueillie devant la dalle sacrée. Pour la défense des immigrés A la Mairie d'Aubervilliers, une réunion organisée sous l'égide du « . Comité Français pour la Défense des Immigrés ~ a réuni, dans une atmosphère fraternelle, un grand nombre de Français et d'immigrés. Après une brèv~ allocution de M. Charles Tillon, député-maire d'Aubervilliers, qui a assuré les immigrés de la solidarité de la MunicipaIlté, M: Julien Racamond, secrétaire de la C.G.T., a notamment déclaré «Défendre les étrangers, c'est détendre la classe ouVTièr.e française. ':. La leçon de Pithiviers Il Y a huit ans, le 14 mai 1941, des milliers de Juifs parisiens reçurent les fameuses convocations sur· papier vert, qui les sommaient de se présenter, dans le plus bref .délai, au commissariat de leur quartier; le lendemain, 5.000 d'entre eux furent dirigéS sur les camps de concentration de Pithivie'rs et Beaune-la·-Rolande. Un an plus tard, ils furent déportés à Au~ schwitz d'où 'très peu sont revenus. Ainsi . co~mença l'exécution du plan nazi d'extermi'nation des JuifS de France, dont Xavier Vallat réalisa la première phase : les immigrés d'aboed, les Juifs français ensuite ! Aujourd'hui, il est question de mettre en liberté le premier pourvoyeur des camps de la mort. Mais les survivants n'ont pas ou!blié. Hier, ils se sont rendus en pèlerinage à Pithiviers où, fidèles à la mémoire des morts, ils ont affirmé leur volonté d'union pour faire re·culer le racisme et la gu,erre. • Une conférence de M. Claude Morgan Invité par «L'Union Culturelle Juive », M. CIOEUde Morgan, dlre~teur dES Lettres FTOEnçaises, a fait, mercredi 4 mai, dans les locaux du 14, rue de Paradis une trè.s intéressante confé~ rence sur le thèqle «La Bataille littéraire en France ». Etudiant les kndances de la littéra ture française depuis la Libération., M. Claude Morgan a montré, à l'aide de nombreux exemples, que la lutte entre le progrèS et la réaction, entre les forces nationales et celh,s qui se mettent au service d'intérêts étrangers, en sacIifiant les valeurs 'de la culture, trouvent leur expression sur le plan llttéra! re. Chaleureusemen,t ap- plaud!, le conférencier a exprimé sa confiance dans l'issue de cette bataille qui rejoint le combat général pour la paix. Roger MARIA Chevalier de la Légion d'Honneur Nous apprenons que notre ami et collaborateur Roger Maria vient . d' être· no~é cheoo!ier Je /a Légion J' hormeur pour services excepliormels Je guerle et Je. ré3~ance. La réJacticm et l' oJmini3lration Je Droit et Liberté lui oJreS5ent leurs plus vives félicitations. ~ . ." Ml!{ .1949. - N- l8 (96} ~OtT. ET LIBERT! , Derrière le rideau de mensonges UNE ENQUÊTE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL ] .. -A. BASS U nÎYersité K ...... ICL1D EPLOYEZ la carte de. l'Europe où .s'.entrecroisent routes, riVIères, can3; ux, lignes aériennes et {hemlOS de fer. La Tchécoslo; vaquie est au centre. Partant de Prague, on peut atteindre directement la mer du Nord par voi.e (luviale et la mer Baltique par Stettin où les Tchécoslovaques disposent d'un port franc. La capitale de la Tchécoslovaquie est le grand centre des échanges COl;nmerciaux et culturels entre l'est et l'ouest de l'Europe, II. d'événements pa§sés et présents et d'attitudes souvent mal e~pli_ quées. On y apprend; entre autres choses que Mgr. Josef Tiso n'était pas seulement président d'une « répubiique slovaque " nazie, mais également administrateur de plusieurs sociétés industrielles à direction allemande. On comprend plus facilement pourquoi M. Paul Auer, minis_ tre de Hongrie à Paris, a quitté avec ostentation sa Légation quand le gouvernement démocratique a pris le pouvoir dans son pays: c'est qu'en 1940 Ce diplomate, qui prétend avoir " chojsi la liberté ", figurait dans cet annuaire comme présidept, directeur et administrateur d'importantes affaires sous rontrôle nazi en Hongrie et en Yougoslavie, et avait également des participations dans des maisons françaises. LES MUNICHOIS VAINCUS Et, à côté des noms tchèques et slovaques, combien de noms occidentaux, bcitan- · niques, suisses, belges et même français, ne trouve-t-on pas sur cette liste, des gens qui « ne voulaient pas mourir pour Dantzig" et profitaient de tous les bénéfices de l'industrie nazie, qui s'étendait, on le sait, La Tchécoslovaquie renaît jusqu'à. l'exploitation des corps des suppliciés des camps d'ext~ rmination. Mais ils ont tout fait, après la ·Iibération de la Tchécoslova_ quie par l'armée , soviétique, pour revenir en maîtres sur le iieu de leurs crimes et de leurs machinations et vendre le' pays au capitalisme monopoliste nordaméricain, comme ils l'avaient déj~ vendu en 1938 aux trusts hitlériens. A l'approche de la victoire' des nations unies et jusqu'aux événements de février 1948 qui ont consacré la victoire de la démocratie en Tchécoslovaquie, les profiteurs directs ou indirects 'ie l'Est ou de I~Ouest, de l'occupation allemande, voulaient il tout prix assurer à la grande industrie et à la haute banque anglo-américaine, le contrôle des industries· tchèques et slovaques où les hommes des _ trusts nazis se voyaient à leur tour obligés de céder ou de ca-· moufter les intérêts puissants acqui~ par eux entr.e Munich et le début de la deuxième guern' . mondiale. Cela a entièrement échoué. Les Tchèques et les Slovaques n'ont pas voulu de nouvel esclavage, même déguisé, et des tristes « libéralités " du plan Marshall dont tous les pays de l'Ouest Européen perçoivent maintenant les désastreux effets. OU LA LIBERATION N'EST ·PAS TRAHI'E Conformément à la résolutions des alliés à la conférence de Postdam, les Allemands de T èhécoslovaquie, à l'exception de ceux qui ont combattu pour la libération, furent transférés en Allemagne. Une loi du 19 octobre 1945 a institué des mesures d'échange et de blocage de monnaie pour lutter contre l'inflation p.articu_ lièr.ement menaçante à la -suite des événements :te guerre. Lil loi du 24 octobre 1945 proclama la nationalisation des sources de financement et de production et de tous les biens des Allemands et des traîtres à la cause nationale. Une autre loi du 15 mai 1946 a oretonné la confiscation de tous les bénéfices de guerre, profits illicites et bien spoliés. Le 26 mai 1946, pour la première fois depuis 1935, des élections eurent lieu. Le Parti communiste obtint 93 sièges dans . les pays tchèques et ·21 sièges dans les pays slovaques, devenant ainsi le parti le plus repré_ sentatif, . (A su,tvre.)· Vue de Prague. Dès avant 1914, la Bohême était la première région industrielle

le l'Empire Austra-hongrois,

·avec la moitié de la pro_ duction du fer, les trois-quarts r-------------------------------------------------------.;.....-.,..- - - de l'équipement textile, le monopole de ses farpeuses porcelaines et c ristalleries, ses vieilles industries du bois,' du papier, dlt cuir. La République tchécoslôvaque a, entre les deux guerres, orienté son activité économique vers les ·industries de luxe et la mécanique de précision, . expor. tant SUl;tout vers l'Occident. La majeure partie de .son commerce extérieur passait par l'Elbe internationalisée et par le port franc de Hambourg. L'Allemagne fut sa cliente la plus importante. La bonne moitié des industries tchécoslovaques se trouvait concentrée dans les régions périphériques de la Bohême et de la Moravie-Silésie, où la population d'origine allemande était en majorité et où ·les intérêts allemands atteignaient 70 % des capitaux, in; vestis. Ceci a rendu plus aisé l'assassinat de l'Etat tchécoslovaque par les hommes des trusts inter~ tionaux, lors de la mise en scène de Munich et de la trahison des « Allemands des Sudètes ". L'HISTOIRE DANS UN ANNUAIRE Depuis les honteux accords de Munich jusqu'à ce que les Allemands aient été chassés, la Tchécoslovaquie a été pillée systématiquement par eux, vidée de . toutes ses réserves, avec le concours des profiteurs de guerre de l'intérieur et de l'extérieur. Au hasard d'une promenade à Vienne en 1946, j'ai trouvé chez un bouquiniste l'annuaire pbur 1940 (les administrateuI's et des dire~tcurs de Sociétés de l'Europe Centrale et Orientale déjà occupée par les nazis. Passionnante lecture, bien qu'il ne s'agisse que d'une énumération de noms et d'adresses, et fort utile pour comprendre tant A ve. c qui ê tets·-vou·s t, .c ol7~1 ,battants par Ch or/ e. s FELO' a n Iracis es J". . LE Congrès mondial des Partisans de la Paix laissera un souvenir inoubliable. Dans la salle Pleyel, où battait le coeur de toute l'humanité éprise de paix et de liberté, s'étaient rassemblés des hommes et des femmes. venus de tous les continents! Malgré la diversité de leur langage, malgré la divergence de leurs opinions ou de leurs croyances, ils avaient trouvé une langue commune pour parler de la paix et des moyens à employer pour la préserver. La signification profonde de ce congrès qui fut un triomphe, c'est que la paix est devenue affaire des peuples eux-mêmes, que nulle barrière ne peut désormais les séparer dans leur volonté de défendre leur bien commun. Ils forment une seule pensée, une seule action. Du même coup sont tombés en poussière tous les mensonges selon lesquels le monde serait divisé en' deux blocs. La chose est claire aujourd'hui

if y a la minorité des

gens qui veulent la guerre et puis la multitude de ceux qui veulent la paix. Il n'y a pas de place pour une troisième catégorie parce qu'il n'existe pas de 'troisième force. Depuis Munich les peuples ont appris à discerner sous la paille des mots le grain des choses. Le loup, en prenant la voix de \' agneau,

ache mal ses crocs.

Sollicitée en la personne de son président, la L.I.C.A. avait refusé de se joindre au Congrès des Partisans de la Paix . Ce refus, on le conçoit aisément, a produit quelques remous parmi ceux des adhérents que n'aveugle pas un antisoviétisme forcené et qui se rappellent encore où se situait, avant lluerre, l'ac{ion de la L.1. C.A. - La raison d'être de cette organisation, et ses slatuts lïndi(Juent, était dan5 ta lutte contre l'iotolérance, contre le racisme, contre r antisémitisme qui se développent si dangereusement dans un climat d'excitation guerrière. Ces fléaux véritabies se nourrissent de la guerre. Faut-il rappeler les millions de . Juih perséculés, martyrisés, passés aux fours crématoires durant la dernière? Tout commandait, à la fois r expérience du pâssé èt les dangers du présent, que la L. N. C. A. fût présente à Pleyel parmi les délégués des peuples qui ont ttavaillé à nous préserver, tous, cl' une nouvelle et sanglaRte catastrophe. Elle y serait allée comme toutes les autres organisa!ions, en. toute liberté, en pleine indépendance pour y faire entendre la voix des survivants, des rescapés des camps de la mort. Elle ne l'a pas voulu. Les antiracistes jugeront. Au lieu de cela, M. Lecache a publiquement exposé les raisons de ce refus. 1\ a écrit : « Nous semmes avec tous les pacifistes sincères qui lraoaillent à ce rapprochemeT. lt, à cette union, qu'ils sorent à Moscou. à Washington, à Londres ou à Paris. Nous ne sommes pas aoec .les uns contre les autres. ». Que voilà de nobles pensées et de bonnes paroles 1 Avec notre bon fabuliste, nous dirons qu' (c à l' oeuore ·on conr.lJÎI l'artisan )). Au reste, personne ne lui demandait d'être avec les uns contre les autres, puisque tous les ~combattants de la paix étaient représentés à Pleyel ou pouvaient s'y faire repré~ nter, aussi bien ceux de Washington, de Londres, de Moscou, comme ceux de Paris. N'en étaient e"c1us que les maquilleurs d,.-: cartes, faisant plus ou moins le jeu des fauteurs de guerre. Pour éviter la confusion, on aurait pu poser une simple question à M. Lecache avec qUI, contre qui, êtes-vous? . Avec ou contre ceux qUI installent des bases militaires au Groënland, à Dakar, ~u Maroc, en Grèce? Avec ou contre ceux qui, sacrifiant notre indépendance ·nationale, attendent r ordre de mobilisation générale de r Etat-Major étranger de F onta.inebleau ? Avec ou contre ceu" qui gardent le monopole des armes atomiques et qui signent des pades de guerre ? Avec ou contre ceux qui « avec des dollars veulent une fois de plus acheter notre sar:g ) ? Avec Paul Robeson, ou avec les trop nombreux F orrestal encore en liberté? ' Avec la maman de Zoïa, ou avec la chienne de Bucheo}-Vald, lise Koch? NOliS aurions pu en effet demander cela si M. Lecache n'avait déjà répondu par avance, s'il ne s'était . cantonnée dans sa douce et quiète c( neutralité )). A la · fable, il préfère la comédie et le rôle de Tartuffe lui convient mieux que celui de Gribouille. Au momen! m€'me où il écrivait les lignes citées plus haut, il acceptait de participer à la soi-disant cc journée internationale contr" la dictature et contre la guerre )). On en connaît le lamentable résultat. M. Lecache a confondu une fOIS de plus la lutte contre le racisme et l'antisémi tisme, avec les oe3chinations antisoviétiques de certains services du State Department ou du Foreign Office. Les mauvaises causes ont ceci de caradéistique que leurs justifications ne résistent pas aux faits. Leurs serviteurs, non plus. Mais laissons là M. Lecache avec sa vaillance et le non moins vaillant aréopage au milieu duquel i1 ,. est produit, Je veux m'adresser aux antiracistes convaincus, aux partisans sincères ge la paix - ce sont les mêmes - qui sont à la L.I.C.A. Nous sommes de vieilles connaissances déjà et MUS avons suffisamment confronté nos opinions, avec rudesse parfois. avec franchise toujours, celles qu'on se doit entre combattants d'un même idéal, pour qu'aucun malentendu ne . soit possible entre nous. Vous savez comme nous qu'elles ont été dans le passé diverses, voire divergentes. Elles le sont sans doute restées, mais de notre volonté de lutter contre le racisme et l'antisémitisme, même si nous · différon~ sur les causes principales qui I-:s suscitent, vous ne pouvez douter. Vous ne doutez pas davantage de cette vérité qu'une nouvelle guerre, avec son cortège de misères et de deuils, serait la revanche des barbares qui ont exterminé nos plus proches parents et qui auraient la satisfaction de faire mieu)!; cette fois. Je sais que vous ne pourrez rester insensibles ou passifs devant ce fait et qu'aucune divergence, si grande soiI-elle, ne peut prévaloir devant ce fait. _ Refuserez-voll; de serrer la main que fraternellement nous vous tendons? Ne pouvons-nous ensemble nous retrouver dans un mouvement qui précisément lutterait contre le racisme, r antisémitisme et pour la paix? Je ne doute pas, pour ma part, de votre réponse. Je sais combien vous êtes fiers de votre passé de militants antiracistes. Je sais qu'avec nous vous pensez que l'action présente et notre détermination commune sont le plus bel hommage et le témoignage te plus fervent de fidélité au souvenir de nos chers diaparus, t PROn lT 'LIBERte 1, • Journée alion e conlre· e a me, , li 'milism' el p r. ·P-I Les ~p,résenltà.nt,s. d~ 82 ~rg-anisa,tions et de nombreuses personnalité6, agissant &11 nom de dlZaUJeS de Inllllers d adhérents et se faisant les i'ntllrprètes de l'émotion de toute la populatiOill juive de France devant le d'a.nger d~ guerre et l'agitation antiséniite ont pris l'initiative d'organiser UJne ' • r _ • • .' " _ \' ... ' ~ .' " ,. ~ ... --: .'.' .: • ' "','.". •• ,;-;-' ... '. • ~ ., _ ,. ~ , ... .. _, '.. •• ,.. Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, le 22 mai 1949 au Cirque d'Hiver 22 MAI! li fallait - comble du cynisme - qu'on choisisse' le jour même de l'anniversaire de ia victtrire de la 'coalition d émocratic;ue sur le fascisme, pour annoncer au monde qu'un:e noùvelle Allemagne occidentale de 50 mtllions d' habitants, non, dénazifiée, non démilitoerisée, avec l'arsenal de la Ruhr, est née aux frontières de la France. ' En ce quatrième anniversaire du ~ mai, tous les anciens déportés, toutes les Vtctzml'S du nazisme sont partagés entre la joie et l'inquiétude. A nouveau, le spee:;e de ta guerre et de no'uvelles persécu'lzons 'laczales hante l'humanité à peine guerrie de ses blessures. Ce que les esprits éclairés redoutaient et annonçaient est devenu réalité. Déjà une propagande orale et écrite par' court l'Allemagne de l'ouest: « Nous réglerons notre compte avec ies luifs bien plus viie que certains le supposent. » Et l'ancien chef de l' Etat-Major hitlérun, le gén: éral Halder, ajoute: « l e m'engage à cO,nstttuer. très rapidement une grande armee allemande. » Quoi qu'en disent les aveugles, le danger 'de guerre' existe. On prépare. la guerre d'a..u."{]\ fIt plus hâtivement, que l'zmmense mobz~zsation de to'us les partisans de la Pazx inquiète les bellicistes. ll~ n' ~nt chang1 gue de tactique. C'est une zlluszon de detente qu'ils voudraient créer, pour pou,sser ~eurs préparatifs. APrès le pacte Atlan~lr;ue, Il e~t question déjà d'Un paae d,u Paczfzque, put! éun bloc du Moyen-Orient, dont les généraux nazis de J'armée de Rommel, recevnaient le commandement. Cependant les forces de Paix 4 travers le . monde, grandissent, et a~'ec elles" 1: esp'érance. Pleyel ne restera pas dans 1 hzstolre comme un éclat sans suite . C ommé l'a proclamé Frédéric foliot-Curie, ' ce Congrès n'était PllS une apothéose mais un commencement. Entre tous, les luifs ont le plus à redouter de la reconstitution d'une Allemagne agressivè et d'une nouvelle guerre, Aus!i est-il légitime qu'en prolon-geant le Congres M ond/al des Partisans de la Paix, ceux de France se sont jetés corps et âmes dans la bataille et préparent dal't.r l'enthousiasm,e leur jo'urnée nationale de lutte crmtr~ l'Mlfzsémitisme le racisme et pour la paz x, dont les assise; se dérouleront le 22 mai au Cirque d'Hiver. Quelques jours seulement nous séparent de ce grand événement . Partout,. dans toutes les villes dans tous les arrondzssements de Paris d~ns les quartiers, dans les ateliers, des :neetings se tiennent où des délégués sont élus. Instruits par le proche pa'ssé, sachant quel est le prix de la passivité, tous veulent se joindre à l' eff ort commun. -Dans la journée du 22 mai, le Cirque d'Hiver verra une manifestation d'une rà;e amp!-eur. La France 4es' D-roZts de 1: H 0m,me, ' Pans seront une folS de plus le heu dune vaste' mobilisation contre les discriminations de race et le rayonnement de ces assises à travers 'le monde aura les répercussions des plus heureuses. , On s'esi attaché, de :divers côtés, à minimiser le mouvement. D'autres se sont

eiforcJ de mel/re des bdtons dans les Toues,

sans craindre de recourir 'aux basses provocations. Mais ta vague mente, les adhésions' affluent. "'Non, l'antisémitisme n'est pas un mal inévitable. Non, la guerre fl'eS! pas fatale. CIt.af; un peut garder ses opinions, appr,éct" , di.fféremment .jes' événements et la société. Tous s'unissent cependant' pour combattre 'l'antisémisme et pour défendr,e la paiX. ' . « Droii " et Liberté » s' honore 'd'avoir " 'appelé, depuis de nombreux mois, à ce grand" rassemblement. L'appel a ,été entendu. On aperçoit déjà les bo'urgeons et la flore de ,'action salutaire. Les fruits ne tarderont pas. M. VILNER LES BUTS DU CONGRÈS Ce Congrès Jait ~tre : 10 La plus large mobilisation Je3 moMes juives de toute5 tendances et opinions, Jans unoe volonté commune Je lutle con,ire le relèvement Ju nazisme, cmire l' tmtisémftisme ei en faveur Je la paix; 2° Ce Congrès s'er.'CaJre Jans l'aclio~ générale Je lulie pour la paix. 11 est la suite et partie intégrante du Congrès MonJial Jes Partisans de la Pllix. 3 ° Cette j0111Tiée n'est pas seulement une manife3/ ation, mais c'est un acte de lutte; 4° L'opinion publique française viendra exprimer à cette tribune ses sentiments amiraciste3. La Journée Nationale soulignera que la luire menée corrlre le racisme et l'antisémitisme est intimement liée avec la lutte d'ensemble que mène tout le peuple français pour la paix. • , , DEROULEMENT DU CONGRES Samedi 21 mai, à 20 h. 30 Séance des Commissions. Elaboration des projets Je résolutiOll3. Dimanche 22 mai 10 Séance de 9 heures à midi : Oùverture. Rappart du Comité d'Organisation. IBllls el programme de la lutte conlre le relève. ment du nazisme et ses conséqUences : le racisme et l'antisémitisme. Discussion. Inlervenlioru Jes Jélégués. ' 2 0 Séance Je 14 à 16 heures : Reprise Je la discussion. 30 Séance: 16 heures: Séance pu'bliqut. Interventions Je perso1f/l~rités française3. Lecture des résoltrlions. Elecfi~ des membres du Comité du Mouae. meni, Lee/ure du Serment de Fidélité à la mémoire des victimes du nazisme. Défilés d'anciens combattants, résistants. déportés et enfants de fusillés et dépariés. CMture de la manifestation. Taules les organisatiOtlS démocratiques, des représeman( s des Eglises, des hommes poliiique~ Je toutes tendances, des intellectuels, ainsi que diverses personnalikEs, prendront la parole au cours des travaux et particulièrement en séance publique. Xavier Vallat libéré le i6 Juin? •• Par cette, Journée NationMe, fidèles à la mémoire des ,6 millions de nos frènts fusillés, t.ués au champ de bataille 0I\l exterminés dans lts cham bres à g~ et les fours crématoires, IIIJOUs réalfirmerons 'notre serment de ne jamais oublier les cr:imes commis par les assassins 'ascites et l,euI'S oem,plices, collaborateurs et agents viChy~ de Ja.. Gestapo. Nous :réaffirmerons notTe atuwhement aux alIifll).Ces et aux forCes de la Résistance Tandis que, parallèlement aux attaques congrâce 'lI/Uxquelles ' les deux tierS du peuple jUjf furent sauvés de l'extermination totale ' tré la Résistance, se développe la camllagne pour l'amnistie aux collabos et la liberati.on de Pétain, il est question d'accorder une mIse en liberté conditionnelle à Xavier :v allat. Si ses amis avaient réussi à conyaincre l'Administration pénitentiaire de compter comme détention cellulaire les quelque cinq ou six mois qu'il 'a passés en cc résidence surveillée» dans sa confortable villa de l'Allier, ce pourvOy'eur des camps de la mort aurait pu fêter le jour de l'an hors de Clairvaux. Ils sont à peu près s()rs désormais de le voir quitter la Centrale le 16 juin prochain ! Leur cynisme est ahurissant : " Si on l'a condamné, si on ne le relâche pas encore, disent-ils, c'est qu'on a voulu et qu'on veut toujours le tenir à l'écart de l'arèpe politique. » Nous avons déjà démontré, à l'aide de témoignages et de documents accablants, que Xavier Vallat est responsable de la mort de 100.000 hommes et que les 10 ans de prison dont la Haute Cour, devenue une entreprise de " blanchissage de la trahison », le gratifia 'en décembre 1947, constituaient un véritable déni de justice - auquel seuls les jutés communiste's 'refusèrent de s 'a ssocier. ' Noüs prîmes soin d'ailleurs, dès ctrtte épo- _ que, de mettre en doute la v'alcur de ces cc _ 10. ans » de ,prison, sachant bien que la scanda- , leuse :indulgence dont Vallat venait d'être l'objet encouragerait les vichystes, les traltres de tout poil et leurs protecteurs à demander sa grâce. , Politicien d ' « Action Française », assez ambitieux pour demander à la « gueuse » une place de député, ennemi ' a-charné du « Front Populaire ", munichois en :onta:t (dès 1936) avec la Centrale de propagande nazie d'&fürt, hystérique de la répression contre les militants ouvriers en 1939-40., rivalisant de haine avec les Georges Barthélémy et les Tixier-Vignancourt, Xavier Vallat a été poussé par le « nationali sme intégral » dans les bras de Hitler et de Pétain. Cet agent du granâ complot contre la Franoe - la trahison a des racines qui plongent loin - a été chargé, l'heure venue, d'exécuter la première phase du plan nazi d 'extermination des Juifs de France dans le cadre de « l'ordre européen ». Car il est bien évident que, si puissante que f()i la ;\Vehrmacht et tentacupar Pierre PARRI laire la Gestapo, l'ennemi ne pouvait pas du jour au lendemain envoyer 100.000 hommes à la mort. La nécessité de procéder par étapes a eonduit les hitlériens à recourir à un Vallat d 'abord, a un ' Darquier de PeIJepoi:;: ensuite - deux traîtres dont l'oeuvre est inséparable, deux valets dqnt.le procès est le procès même de Vichy. Yves Farge à qui l'on demandait un jour quel était, à son avis, l'homme-type de Vichy, son incarnation la plus parfaite, répondît : « Vallat 1 » C'est Vallat qui, au moyen d'une législation antisémite au crescendo savant, fondée sur l'expérience des spécialistes de Berlin, et d'une tactique, dont la création de l'U.G.I.F., sur Je moôèle nazi du Zen traIes Judenamt; ' montre l'ignoble machiavélisme, a créé les conditions de la persécution, de la spoliation, du recensement, sans lesquelles la ' déportation à Anschwitz et à Buchenwald_ auraient été impossibles ' 1 C'est 11 la lumière des fours crématoires qu'il faut apprécier le jargon de la pédante canaille qui mielleusement, devant les journalistes réunis dans un hôtel de Vichy. établit des di~tingos entre les Juifs et les-sémites-fécondés-par_ le Talmud, et cite un passage de la prière « Alenoü »! Comme c'est à la lumière des fours crématoires qu'il faut apprréÏer l'antisémitisme qui ya du Palais Berlitz de 1941 au .vél ' d 'Hiv' de 1942 1 Lorsque, ayant bien mérité du fascisme, Xavier Vallat quitta le commissariat aux questions juives, Pétain et Laval l'appelèrent à de nouveaux postes, dont le plus important consista en la succession de Philippe Henriot. Quel déroulement logique, quelle belle carrière de traître, sans hésitations ni remords : des chahuts A. F. du Quartier Latin aux entrevues avec Abetz; de la tartuferie des premiers corn. mentaires sur le statut des Juifs à l'ignomjnie , ouverte, étalée, de l'éditorialiste qui, jusqu'au dernier jour, jusqu'au dernier souffle de Vichy agonisant, crache sur les résistants, les patriotes, les alliés, l'armée rouge! . ~ \, l" '. • VOus qui avez souffe'rt p'hysiquem.ent et moralement, v~us . n'acccpterez jama,is l'idée d'un nouveau carnage où une 'place d'honllleur seraIi't réservée aux agre;sseUrs· barbai-e.s de la llerniçre gue!ITe. J~mais. les vidimes ne COillSeIl,tiront à se phcer aux côtés des bourreaux nazis qui rêvent de redevenir la' « raee dies seigneuTS li. , Cette Journée Natiou"a!e do~er:a de nouvelles forces au gra.ncl Combat que mènent tous les hommes de bonne volonté, en Franee et dans le mOonde pour assurer à l'humamté le progrès dll.ns la. Paix et la fraternité dts peUples. VOUs qui a.vez senti l'od~r et vu la flamme des fours crématoires. VQolls qui: avez été les témoins du m.assacre de milliOilJl! d'hommes. , Vous qlI.Î avez cru que la clique des bourreaux n.azis serait châtiée et qui voyez les , assassins s'agiter à nOlUveaU, encouragks par la perslN~ctive d'une nou~lle gUelT!e contre les peuples libres et pa.cifique\S. , Vous qui dfli~z, comme tous 1e\S pères et toutes )e\S mènes du mQnde, d~fendJre la vie de vos enfants et assurer la sécurité de leur avenir, Vous qui no'entendez pas que la lut,te die la Résistance, la lutte des ghettOs, le wmbat du JMlu,p.le d'Israël pour la Liberté et l'Indéperuiltnce sOiÏent vains, Rappelez-vous le cri qui s'est éteint sur l'es lèvres de ceUx qui SOnt tombés: « PLUS JA..MAIS ÇA! » Châtiment des criminels! Jamais plus de massacres' des innocents ! Jamais d'alliance avec les 'émules'd'Hitler! Unissez-vous dans la lutte contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour ,la Paix! TOUS LE DIMANCHE 22 MAI AU CIRQUE D'HIVER ORGANISATIONS ADHÉRENTES: A son procès, Xavier Vallat a su jouer sur les profondes affinités qui lient la famille bourgeoise, en dépit de divergences provisoires, ' et . il s'est justifié en proclamant que des " deux équipes, il avait ,été de celle qui s'était sacri_ fiée ». Il est bien vrai q\le la bourgeoisie a joué sur les deux tableaui: et qu'après J'orage de la guerre, elle a réussi à sauver la plupart de ceux 12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)Charles 12 janvier 2010 à 10:09 (UTC);~' 12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)Charles ~ des siens qui s'étai~t vautrés aux pieds de de l'occupant. , Union des Julf'S pour la Résistan.çe et FEl1tr'aide; Union des Sodétés Juives ' de Pr~nce;' Fédt·ratiori des Artlsan.s ct façonmers; W Commüision IntersyndJ.cale Juive; Uoion des Engagés Vo,lonlaires et 'Anciens C6mbatlanls Julls 30·45; ASSOCIation des Déportés JUifs; SyndIcat des March an ds forains ; Comité Pop",laire d'Aide à IsraëS i Organi.satlon des JuHs PoJonais ; Union des JuHs Séphar.a.lis; Parti PoaOé Sion de Gauche; - . Parti Hachorner Hatzaïr j Assodatlon CultllreJle Juive j COIm.misslon Ce'ntraJe de 1'Enfance ; Mouvemel'lt de JeunesSe .: Ca/dets »; Les Commissi'ons ùe propa.gan·de des Syn dh,;ats C.O. T. : Confe.ction pour DameS, ConfectiOn pour Hommes, Tf.leM Texti~e Ohaussures, Syndicat Généraq des Ouvriers et, Ca.dres Teclmiques en CI,au .. ur. ; Comité Syndic .. de' l'D,R.T.; Comité Syndioal de l'RE,f,U.D, ; Associations ft Sociétés: Td1",toohow, Amis Isra8ites de France, Konsk, Ozerow, A,mis de Zyrardaw, Sled'lee) Enfan.ts de LubHn, Kidce. Brest-Litowsk, Union des V.llnojs, , Fraternelle.' Israé.lite, Amis de KaHsch, Amis_ de Wtoc4awek, Amis de MinskMazowie'Ck NowMwor Amis de Lubartow, Amis de T.chedhanow, Amis de Kraschnik, Les Amis de Paris, Les A·mis de ' LO'dz. Scco~rs aux Amis, Epicit1's, Chme-lnik, Amis de VOIlomin, Sa·1,ut Public ,et Israélite de , Be~lt!vÎlt. le, Amicale du XVfI Soci.éte Gobelins, EOItr'aide Fra tcrncJlle, Soci"été de Varsovie, Chfllm, V01.cl ner , Praga, lock-Ze-leC:;how, O1ku.s~, Powozek, Fraternité-Yask , Sodété Mutua~iste « Para-d!s 1, Amis de Szydlowie-c, Amis- (COlWHTE M' A~dré BLUMEL, Président. Gabriel d'AR,BOUSSIER. Jean-Jacques BERNARD .. Emile BURE. Aimé CESAIRE. Raymond CHARPENTIER. Louis DAQUIN. Docteur Jean DALSACE. Professeur Henri DESOlllE. Mme Marthe DUPUY. Yves FARGE. Joseph KESSElAlain LE LEAP. Jean de LORME. Louis MARIN. Jean MINJOZ. Jean P AINLEVE. pierre PARAF. Professeur Marcel PRENANT. Armand SALACROU. Marc SANGNIER. Professeur VERMEIL. --" ... ~-_ .. - RACIS E, L'A ./ 1 Le gredin qui à Vichy glorifiait (C l'homme provic!enticl dont Dieu a voulu qu'il devînt notre che[ légitime '» a su, dcvant ses juges, trouver, les trait-d'union nécessaires : " En condamnant les terroristes, je ne faisais qu'appliquer la directive du général de Gaulle : " .le donne la consigne de ne pas tuer d'Allemands. " Et cette phrase qui dit tout haut ce que d 'a utres pensent tout bas : ,( J'ai souhaité la victoire de l'Al1emllgne parce que je savais que la victoire alliée serait aussi tllèe victoire soviétique. " de Pulavy, Przytyk, Amis de K3'luzSi-n , Be-ssa.rabla, Ciechanow, Mlendzyc-PodIJ.oski J Amis de' Pietrikow, Société de Secours Mutu el d es Is r a-é.Jites de Pari.g, Souvenir d'Isaac, ' " tolombe de la paix par Mauriu GAHAUD Ainsi se réalise aujourd'hui, dans la prépa~,ation, sous un nouveau maître étranger, d'un troisième conflit mondial, la solidarité d.'une classe décadente! I LS velaent nous arracher laJ'~x des peUmes. . Ils veUlent nous pré(:'l;ptter dans leur guerre monstrueuse. Ils sont, ces C'l'fmine~s ' en habits nOirs, des asM,ssins de fUs du poople. pet et ton dos frémit sous la tourmcnrte, 'L'ordre part.ait de ton lisse plumage est maintenant bouleversé. ' MaiS, Colombe, ton oeil est brillant, lnf et ,ré. WIU, en alerte tel ,celui de ton Espagne héroïque qui lutte, Picasso. . Que ceux qui ont survécu aux entreprises de Mais petit Oiseau fragUe, notre eSpoir! des millions de mains invis-cbles étrm"tement un:'es, celle de l'01J.V1ier à celle dJe l'artilfte, du paysan à l'intellectuel, celle cf,u savant à ce4'e de la mère et de l'enfant te gardent des rapaces. Bataille contre le fasc:u;me, batame p()IUr la Vallat réfléchissent au sens que prendrait sa PA/J( . libération : l 'heure serait arrivée où ce cri minel de guerre pou rrai t redevenir une des « utilites nation ales" dont parle le chef du R.P.F. Vivamte et blanche qUIJ.1«j même, blanc de lutte semblable au drapeau défraîchi par la ba;taille, mais qUi revient victorieux. A ce retour dl'; Vichy, ;1 ne peut y avoir qu ' une reponse : l'union et l'action contre le Racisme l'Antisémitisme et pOur la Pajx, aux côtés de' tous les honnêtes gens de ce pays qui sauront empêcher de nouveaux massacres. Regardez cOmme i;l est campé SOlidement. Il tient bien. NOUs le tenons bren ! Elle ~-e dresse, fière et calme, sûre d'elle, sûre de nIOUS, jaUlissant sur le fond sombre, 7lL{)Uvant, instable des !o:rces brutales qUi , l'a ~sailTel Anthée, il p:rend sa fo:rce invinc."lJle dans lent et qu'elle maîtTise. la terre des peuples. La tempête déchaînée contre toi par les forces nO'ires agite tes plumes, hérisSe ton hou- Non, VOUs ne noUs la prendrrez pas, vous ' ne. l'asservirez pas, car. son nom est LIBERTE et, pOUr se sauver, elle est prête au combat. A T. RAVERS LA FRANCE La Journée du 22 Mai a trouvé un large écho dans la papul.; tion au~si bien de Paris que de toute la Franc,e. De nombreU5es réunions se oeroulent daons di,Hére...,ts quartiers de la capita,le et de sa bafllieue, ainsi que' clans toutes les villes cie province, où des oelégués sont é-Ius pour pa.rticÎper aux travaux du Congrès. . , Une conférence importante rcun lssant les représentants de 82 soc,iétés ayant donné leur adhésion au M. R. A. p, a eu lieu le jeud i 5 mai, salle Lancry, Les què~tions pratiques touchant l ' organi~tion de la Journée Nationale furent mIses à l'ordre du jour, a i.ns i que le prog, ramme détailllé de c~"'2- Ci, cette _ journée de""nt avoir un eclat p"rtlcuher. ' Un Comité d 'Initiative comprenant 75 perso.'1Oa lités 9 été nommé avec mission de préparer la joumée du grand rassemblEment contre le Racisme, l' Antisémitisme et pour la Paix. A PARIS Da1s tous !-es aorrondlssements, des réuniMs ont ~ieu pour préparer la Journée Nationale, et des comités locau')( '" sont créés, linsi qu 'en ba. ... lieue. Des dé légués du Comité d ' Initi ative assistent il cie f1()fT1breuses réunions pour, expliquer l'importance de la lutte eng"gée et des adhésions entnousiastes SOcTI signalées un peu partout. Plusieurs sociétés ne fai~a.,t pas pacHe de, la Fédération des sociétés juives de F,rance, ni le l'Union, ont donné leur adhésion au M, R. A. P, D~s réunions ont lieu égal~el'\t dans de f'lClII'l')breuses entreprises, ateliers, où des ouvr.iers et artisa,ns sont réun is pour nommer leurs délégués au COflgrès du 22 mai Notol's ~tre autres l'adhésion de l'Association des Marchands et Petits cOl1'1ll'ne'çants jUifs, de plusieurs miHtams de la L, 1. C. A. , qui adhèrent au Mowement à tit,re person."el, Parrr.i les nombreuses ad!hésions d ' intellectuels, artistes, e tc" figure la grande artisfe française Françoise Rosay, qui a déclaré « Je suis de tout coeur avec vous D. EN PROVINCE Dans de 'nombreuses viII-es, des réunions se déroulent éga,lement en vu€ de la part icip"tion au Cc."grès du 22 mai. Comme nous le signalons pa,r ail:eurs, un grand n'e€t ing a eu lieu le 5, mai à Strasbourg, avec la participation d2 Me André Blumel, président du M.R,A. P., J ,A. Bass, rédacteur il « Droit ,et liberté », et d 'aut.res personna:ités; .. Des meetings ont eu I:eu à Clermoilt- Fer,rand, Roe . .,."e, Lens. Valenc iennes, Lille, Metz:, Toulouse, Grenoble, ' Lyon. Sisnalo."S que la section de la Lica dl! Toulouse au cours d'une assemblée !l~~ ' nérale OÙ la polit ique des di rigeants de la Lica fut sévèrement critiquéè: à décidé de d)nnet son adhésion\,au ' M, ,R. A, p, et d 'elWoyer Oes dé légués au Congrès. NOMBRE DE DE'l..ECUES Le nombre de délé gués qt.i prendront part au COl'grès du 22 mai est fiKé li J .500, Est prévl€ également la p"rticipation de 2 .000 invités. Loe mode d 'élect ion a été fixé de 'la façon suivante

.

- cha!lue organisation nomme cinq ' délé gués plus deux délégués' pa, 100 adhérents ;, , -'- les réuni,OM du M. R, A, ,p, ncmment un déllégué par dix assi~tqnt': ,;. ~ chaque atel ier ou entreprise a droit il' deux délég~s; ," , - .:..... dans les 'ateliers ' mixte; ' oÙ irava'iN- ent des ouvriers juifs et" non-jùffs, des ouvriers non-juifs dOivent' être nom- l'I'\és é-gàlem&nt ,comme délé,gués,~ .. - les memhres des comités du M,R. ' A.I;', sont ' délégués d 'office~" - CARTE, DE , LA JOURNEE DU ,22 MAI Une carte de' solidarité, qui d0Îf COllt~. ibver à, couvrif les frais de la jour,née a été émise par le Comité d 'organisat ion, Cette carle, qui représente une colombe, emblême de la paix et de la vie, planant sur les vestiges du récent passé (camps de concentration el fours crématoires), sera la rge.ment diffusée , • - Bots d·ébène. le 20. & ft h. 25 iii Petites nouvelles- (chaine parisienne). . - La gutnguette est !auJouTI (&eu: Ca ..etnaÏne prochaÏDe yjendl'a en rte. tous les samedIs à 13 h . (cha.Ine discussion au Parlement le budget parisienne). - Les trente militons ~ G!acttator. cie la Radiodiffusion française. v3iudeville de Lablche et Gilles. le 21. I:.e mini.stre propose de demander à 15 h. 30 (National). à l'auditeur. sous forme d'au~men- - Radio·Prague t'Onne cbJa,que jour talion de la taxe, 971 millions de deux "émissions en langue francaise: l' de ro h. 15 à 20 h. 30 : 2" de ph .. que l'an dernier ; alors que 22 h. 15 à 22 h. 30 sIXr ondes caurtes l'Etat lui-même en USllillt de. servi- (lOngU~ur d'ondes : 31 m. 51)). ces' de la Raclio pour les émiSlSions r----.;.,..--~--------de prapagande (Y'!I'S l'étran,ger et à destination des territoires d'OutreMer) des ministère.s des Aff!lires étrangères et des Colonies, accroît, sans intérêt pour l'aucliteur français, les dépenses de la Radio, financées upendant par ce detlllier. ·Le co~t de ces émissions atteindra, en 1949, 1 miJ.liard et demi de francs qui remboursés à la Radio en 1950 réaliserait largement l'équilibre du- budget sans augrn:entation de la tau:. QU&/qU68 émissions théâtraZe.s à 8igflllÙer : Dimanche 15, à 13 h. ]5 (National) La huitième fMTIme iJ,e Barbe.Bteue, d'Al. Savoir; mardi 11, à 21 h. 05· (National) Siegfried, de J. Giraudoux; jeudi 19\ à 20 heuIres (Parisien) L'lfomme ae chaw &t l'Homme de brO'llz-e, de N. Jonquille (wpectacle Delferrière), et samedi 21; à 20 h. 35, La montre magiq'/W, de P. Seize et J.-P. Le Chanois (National). . Q~beolqueS vonnes emMStons lyri' ques: Diman-ehe 15, à 15 h. 40 (National) Martha, musiqUe de Flotow; 19 h. 20 : La Farce de Maître PateUn, musique de H . Barraud (National), et samedi à 20 lleures (Inter) Manon, musique de J .Massenet. - La Kermesse aux chansons. t005 les dimanches. 13 h. 15 (lParislen). - C'es! po·urlan.! vrat. de Francis OW:xJ. tous les dimanches. 19 h. (parisioo ). · . - MustqU;e sur la vUle. par WalBerg et Je grand jazz symphonique. tous les. dimanches. 21 h . ~ (parisien). - Voyaoe sqns départ. toll5 les dllII'_ anches. 12 h. (National).. - Ptèces pour guttare. ))II.r Jean F\}ller. WU8 les ma:rdls & 20 h . 15 (PariiHntér). - Marta .tnderron chante... (.meroroo. i 1~. chaine parisIenne). 21 h. 10. -De l'opérette à l'opéra. tous les Tendredis à 14 h. 18 (Pall'1s-Inter). - Beaumarchats. évocation radio" l\o()nique. le 90. à. ro h. 35 (National). Si vous visitez les expositions ••• - La vaissellle de notre époque (exposition de pièces de Ginette Renoux et Henri PIi.s.."On). présentée chez Claude Tabet tous les jours sauf le dimanche, 213 bis, boule\'t;rd Saint-Germain. NE MANQUEZ PAS : - L'exposition de la Paix, à la fauve-rie du Cirque d'Hiver. - 600 Salon des Indépendants. av. de New-York. _ Galerie de la Cité, Richard Kimbault (jusqu'au 21 mal). 41. quai de I·Horloge. - Galerie André Pouiet, Céramiques. sculptures et de&."ins de Ivanoft Jean Krizek. Jacqueline Manou. Maria (jusqu'au 28 mai), 52, quai des Orfèvrea. - Galerie R. G. Michel. Eaux-fortes et lithographies originales de Cézanne. Dufy. Bonnard. Degas. Gauguin. Ma-';' lse •. Goya. Picasso. Chagall. Renoir, .. ouault. Toulouse-Lautrec Utrillo. etc., 17. quai Saint-Michel. A NOS LECTEURS Nous avon~ ·le plaiSir de faire savoir à nos lecteurs et aux adhérents 'lte l'V.l.R.E. que Droit et Liberté a obtenu des conditions très avantageuses (environ 50 .% de rélfuction) sur les prix des places dans les théâtres suivants : Théâtre du Palais-Royal, Théâtre Mon~u, Théâtre des N'&lthurins, Théâtre de l 'Humour, Théâtre ~ Paris, Théâtre Hébertot, Théâtre Marigny, Théâtre de .1 'OEuvre, Studio des Champs-Blysées, Théâtre cie l'Ambigu, Théâtre Michel, Cirque d'Hiver. Pour tous renseignements et billets. s'adresser au Centre cul/turel auprès de l'V. l . R. E., 14, rue de Paradis. LES BONNES CAnTES, 'de Marcel Thiébaut (théâtre Gramont). - Veulerie, vulgarité, basses attaques contre la Résistance

c'est là tout ce qu'apporte

cette comédie qui n'est même pas drÔle. LES ENFANTS D'EDOUAQD, de Marc-Gilbert Sauvajon (Théâtre de la Madeleine). - Du cousu-machine dc bonne qualité. Trois actes de divertissement sans prétention, qui occupent déjà l'affiche de['\ lis des mois. Dialogue de cinéma. Denise Cray conduit le jeu avec un humour plein d'autorité. LES VIGNES DU SEI. GNEUR, de Robert de Flers ct Francis de Croisset (Théâtre de Paris) sont de la même veine, mais avec quelque rides. Les préoccupations de ces gens-là ne nous intéressent plus guère et leurs plaisanteries sont bien usées. Les amateurs retrouveront la fameuse scène de l'ivresse où . s'illustra Victor' Boucher auquel suoeède, cette fois, l'excellent Pierre Dux. Mary Marquet · s'efforce d'être vulgaire dans un rôle qu'elle écrase de sa puissante person- . nalité dramatique. Non, décidémetn, j'aime mieux Mary Marquet dans « Athalie » ou « La Rabouilleuse »; elle s'y trouve à son niveau et sa voix d'orgue n'y -détonne pas comme dans ce rôle de fausse bourgeoise des « Vigncs du Scigneur » qui est par trop médiocre pour son grand talent. ONDINE, de Jean qiraudoux (reprisc au Théâtre de l'Athénée). - C'cst un chant d'amour, ruisselant de poésie, qui jaillit " MI{ .t949. - ... 28 M •. ~AJ)I() THEATREPar Roger MARIA autour du personnage de rêve . éveillé qu'est Ondine, ni femme ni créature de légende; c'est la jeune fille et ses mystères, son innocence et ses ruses. Giraudoux n'a certes jamais offert à notre ferveur une grâce plus touchante que celle d'Ondine, un festival de poésie et d'h'umour auss riche et divers que ce conté dramatique. Là mise en scène (de -Jouvet); les décor!; et les costumes (de Pavel f('helitchew, la musique (d'Henri .Sauguet, l'interprétation (conduite par Dominique Bianchar et Louis Jouvet) tout concourt à la symphonie de notre joie. A ce spectacle, si vous riez ou souriez ce sera sous l'effet de déclics absolument nouveaux. L'aüteur et ses exécutants apparaissent comme des semeurs 'de sensations latentes. LES MAITQES NAGEUQS, de Marcel Franck (Théâtre de la Potinière). - Une bonne comédie de moeurs; le « Topaze li de notre après guerre. Les hommes d'affaires, les petits industriels particulièrement, y retrouveront beaucoup de leurs préoccupations quotidiennes. On rit franchement, car la satire est souriante. Henri Vilbert joue avec truculence un rôle plein de vérité. LE IWI PECHEUQ, de Julien Cracq (théâtre Montparnasse). - Une longue punition. Pendant deux heures et quart le pur chevalier Perceval (l~ Parsifal de l'opéra .de Wagner)' tourne autour du Graal. « L'on y passe il travers des . forêts de saints-bols li et c'est accablant d'ennui. C'est à peine si l'intelligente Maria Casarès parvient, à travers ce brouillard médiéval, à faire scin~iller quelques fugiti ... yes beautés verbales. LE QOI EST MOQT, d6 Louis Ducreux (théâtre des Mathurins). - Tous les personnages de cette comédie sont des fantoches, mais les fi~elle~ (grosses) sont assez bien tirées,: - selon les règles du genre. Quel genre ? Il est usé jusqu'a la trame : un royaume d'opérette le roi et son sosie. C'est tout. C'est peu. Mais c'est sup~ portable. Jean M~rchat joue un 1'ôle sans intérêt humain avec des trésors de tempérament dramatique. Michel Bouquet se révèle de plus en plus comme une mécanique à répétition dont les tics sont vraiment .pcl! variés. s( VOUS ALLEZ AU THEATRE ' (Sélection notée cIe () 1 10) Ne manqtleZ pas : - Hamlet (dernière: le 2() mai): .'9. - Plhè-dre : 9. _ - Ardèite ou la Margue.rite : 9 . - Les Tempos dlffici.les: 8. - Les Fourberies de- Sca{lin : 8. - Les OEufs de l'autruche: 8. - COolI1é«ie-Fr;wçaise-Riche-1!eu 4: tOut (de 7 à 10). Aillez vole·: - La Soif: 7. - L'lnc()nnue d'Arras: '7. - La Reine morte: •• - Sébastien.: 7. - La Seconde surp.rise de \' amour': T. - Le Lever du soleil: 7. - Le Pa in dur: 7 • - Ondine: 7. - Les Maitreg nageur-s : 7. _ Une Femme libre:. 7. - Le Vrai procès de ' Jeanne d'Arc: 'J. A la rlg1le1H' : - His de persoone : 6. - Les Enfants d'Edouard: 6. - Ip-higénie : 6. - Les Ma'I-Ai-rnés: 6. - La Pei-ne ca{litale : 5. ...::. Interdit au public : 5. ' - Ce Roi est mort : 5. - Les Vignes dJ Sel·gneur : 5. A évl~: - Le9 Mains sales. - Partage de Midi. - Les Bonnes cartes. - Du èo.té de cheoz Prou.st. - Le ROI pêcheur. LE DE 1'AIR PDR POllR 2·.500 EN·FANTS ••• c o l N DE LA c. c. LISTeS No' 8 ET 9 II' arr., 27.025; 20e (BelI~ vtlle). 45.000; 2()e (Avron), 3.500; Les Ca.oets, 3.42(); 10- arr. (St-Loui9). 37.30(}; 19" arr. (Pêtes), 15.f»l; Les Artisans, 14.100; Union . des • Sociétés Juives de Fr-alce ' 50.000. Totatl des !18les no' 8 et, 195.345 LISTE No 10 20- arr. (Bedlevi'lIe), Presse Nottvelle, 18.500; M. Krlege. r, de New-York. 25.oo(); 11- arr., 3.000; 3· arr.. 2.000; 14' arr., 7.500. To!a1 de k liste nO 10... . 56.500 Cdecte l oe jour.... 1.25rl45 Le Comit6 de Soutien des deux Foyers pOur Enfants de Fusillés et Dép,ortoo de M011treuil organi&e SAMEDI 21 MAI 1949 UME GRANDE SOIREE . DE PRINTEMPS Suivie d'wn Bal de NU·it Salle Marcelin Berthelot (Montreuil) Au programme ; - Le oélèbre orchestre JACK SINEL: - L~ « CARDANS » (premiers danseurs des Ballets ·J. WEIT) Où faire' inscrire vos enfants? Les inscriptions l'our les cmonles de vaCllflceil de la CommIssIon Centrale de l'Enfance (en!a1ts de six à quatorze ans) sont priosos aux adresses suivantes: 20 arr. - 14. rue de Paradlll (s31Ie 53) : mArdi de 21 à 23 lieure,;. Jo arr. - 8, rue Saintonge: lundi et mercredi, .de 21 à 23 heures. 4- arr. - 9, rue Aubriot: maNiI et jeudi, de 21 à 23 heurell. 5-. (jo et 7' arr. - Il. square Albi-nClOChan, chez Mme Sarab Lévine: lundi de IS à 20 heures. . ge arr. - 1'4, rue Orange-Batedi~re, chez Mune Wei9berg: IUdl, de 19 h. à 21 heures. lOe arr. (bollevards). - '14, we de Paradis (salile 58) : jeudi, de 21 à 23 1:. lOe Saint-Louis .. -' :9, rue du f'g-4uTOOIpie

mardi de 21 à 23 heures.

Il' arr. - 5, passag·e Oharles-Dallery: mardi et vendredi de 21 à 23 h. 120 ar r. - 31, boul. de ReuiUy, chez Hanela : je .. dl de 21 à 22 heures. 13- arr. - 21, pv. Stephen-P!-chon: mardi et jeu-di de 21 à 23 heures. 14. arr. - 13. rue de 1"Eure, chez Rotbar : lun.dl et mercredi, de 19 l 21 . heures. 18- arr. - 2, pa·ssage Pesnel: ieudl de 21 à 23 heurej;. Ige arr. (Fabien) . _ 5, rue Chau~ m()nt : jeudi, .de 21 1 23 heur~s. Ige arr. (Fêtes) . - Café, 221, rue de BeI\eviUe : lundi de 21 à 22 heures. 20e arr. (Belleville). _ 120 Bd de Be~levIIe (mardi et jeooi' de 21' à 23 h. Montreult. - 221 rue Et'Ienne-Mar- ' cel, ellez Mme Mi'l9teln: lunldl . de '14 à Iû heures. Livry-Gargan . - 2, av. Quenay, chez Outmaoher: tous les soir~ de 19 h. 1 2t heures. LES INSCRIPTIONS DES JEUNES DE 14 A 17 ANS Le·s inocriptlons des jeunes 0.. quatorze à dix-S"{lt ans sont faites 6eulemen ·t au 14, r·ue de Pa.radis, escalle'r B, 3'- étage, tous le9 mardis de 16 à 18 h. et tous les jeu·dis de 21 A 23 h. E. - Julren BERTHEAU. de la "Comédie- Francaise: -;------------ Comme l'an paué, on dansera cet été dans let colonies. CAMPAGNE DE SOUSCRIPTION LlS11! No 3 TotaJ prêcMe.nt (Hstes no. 1 et 2, p.arues dans notre préc'Ment numéro ': 305.000 !rallCs. . 18' arr., le Comité. 11.000; IDe arr. (Fabien), le Comité, 20 versement, 17.800; LivryOargan. 1" verllem. , 50.000. Tota.! de la liste nO 3.... 78.800 LISTE N0 « Union des Sociétés Juives de Pran-ce, 5().000; IS' arr. (coJledé par ·M. Awel). 21.000; 14' arr .• 11.050; SocIété Pszytek. 15.000 ; 120 arr., 8.500; 120 arr. {eo"..:té par Mme- Bydfowsky, 10.000. Toilai de ~ IIs~ no 4.... 115.550 LISTE No • zoe arr. (Bel(evrwe) (dont .'.000 collecté Il PiU Mme Chtndlnl .............. .... 28.000 LISTE No 6 Union des Sociétés Juives de France, 75.000; 10e .rt. (Boulevards) - c U"lo-nPress ~, 23.000: 5' arr ., 5.0()0; J3' arr., Il.000; 18 arr., 12.800; Ige art. (Fabien), 8.900; 20e arr. (BIlevrLle). 38.000 ; 15' arr., 12.000. Total die il! liste nO 6.... 185.700 LISTE No 7 Or,ganisation des Juifs Polonais en France (1 0 ' versement), 50.0()(); Les Cad·ets. 20.oo(); 3' arr.. 25.000; 4- arr., 30.000; 5- arr., 10.000; 12' arr., 17.?5(); 13 arr., 20.0~0; Livry-Oargan. Le Com,té. 3().000; 20e arr. (Avron), 20.000; 3" arr. (coll&cté par M. Or.jek. 1.500; Levallois (collecté par M.T R..o..s eooIU). 12.000. de ta .. ~ •• ,.... Uf.200 - Mme CLINICKA-WEINER cantatrice

- et le, JEUNES des deux FOyei'S {fa;n-" leurs récita1liOns. chants et danses. BILLETS : 21 , rue Franco~s.-DebargUe (Montreuil) - 9 biS, rue Dombasle (Montreuil). Pour des raisOns ill~épendantes de notre volon t,go cette grande soi1'ée. prévue tout d'abof'od pour le 7 mai 1949, a dû ~tre rep~rtée au SAMEDI 21 MAI 1949. Une somme de 4.500 francs a eté collectée au profit des Enfants de Fusillés et Déportés à l'occasion du 65- anJlivc~u'e de M. Sa,polsky. La Commission Centrale de l'Enfance adresse son souvenir le plus respectueux il Mme Trougoubof! à l'occasion du troisième anniversaire de la mort de son mari. notre déVOué eL rcgreLLé ami de l'Enfance, qui a fait preuve à l'égard de nos foyers d'enfants d'un dé\ouemenL in. fatigable et que Lous nos enfants et nous-mêmes regrettons sincèrement La Commission Centrale de l'Enfance. Pour leur bonheur, le 22 Maie •• 'APPEL Que nous avons lancé à La population jUive de France a trouvé un écho profond auprès de tous les gens de coeur. De toutes parts. nous arrivent des dons, de pr-ovince, de Paris, de ,sa banlieue. Les ~is dévoués de l'Enfance ,rivalisent partout d ardeur pour recueIllIr les sommes Qui permettent d'env, oyer 2.500 enfants juifs à l'air et au soleil. Quelle joie de sentir un tel élan en faveur de l'Enfance! Ce n'est pas pour rien Que la chanson parle de la « mère juive :. car l'am?ur pour l'e~f~t, l'esprit de sacrifice total à son égard, ne sont-Ils pas cons~derés comme nos Qualités proverbiales? Et cet amour n'existe pas seulement dans la mère pour son propre enfant, ~ais aussi pour les enfants des autres, et surtout pour ceux QUI. en ont tant besoin parce Que leurs parents ne sont plus là ... Pour l'amour de cette Enfance, pour lui éDargner de nouvelles horreurs, de nouveaux massacres, tout .en collectant pour les colonies de vacances 1949, n'oublions pas Que sans la PAIX tous nos efforts seront vains. Avec les hommes de bonne volonté de toutes tendances déployons, nous Juifs de France. notre plus grande énergie pou; faire de la Journée Nationa.le du 22 Mai une grandiose démonstration en faveur de la PAIX. contre l'ANTISEMITISME Dour le BONHEUR DE NOS ENFANTS. ' Marte LENOS. • Mal 1949, - N" 28 ~%) DROll: ET LUlERTE U~· ~usée d'arl populaire juil "L'Internationale des traitres" à Par,is G GEOnGES HUISMAN, Con' $eiller d'Etat, Directeur général honoraire des · Beaux-A.rts, a inau(Jul'é dimanche le musée d'art populaire juil de la me des Savles, en plein Monlmartre. Ce musée prend Ul1e importance pal'ticvlière cal' t'a?'t populaire juif à subi pendant toutes ces entelles années les perséc'ulions et les dépravations que l'on sait, risl]uant ainsi d'ê tre à tout jamais dé- · capité de ses U'ésors de style. Ce musée, aÎ1lsi que le fit, dans son bl'illant discours, j'emarque?' M. Geol'ges Huisman, n'est pas un musée « statique », vn dépôt, mais au contl'aire, « un musée en pej'péwelle évolution, en constante transformati(m, c'est-à-dire WI musée vivant Il. rents remous du peuple juil, saisir maint aspect de son histoire. Ici aussi l'oeuvre d'art est révélatrice et Ülscr·it des faits hi.storiques. Il y avait naguè1'e des musées d'art iuif dan s plusiew's grandes villes de l'Europe. Ils subi1'ent les persécutions u:u nazisme et n'existent plus. Les synaqogues turen t Ï11 cendiées ou rasées. C' est un~ sorte de rassemblement de ce qui sllbsiste que semble ten ter d'organiser ce nouveau musée, à quoi son t anne~rées des archives et une bibl'iothèl]ue déjà imposante. , M. Léon Meiss esHë présidc'nt actif du Comité des Archives et dn At IIsée d' m't populaire il/if du 12 de la ru e des Saules. La visite qu'on peut lvi j'endre est passionnante, elle est même 7léce ssaÏ1'e si l'on vevt se familiariser avec une histoire (J~'alldiose d'un ' peu p l e e,T Ira07'dinaircm en t sensible et tourné vel's les choscs de l'ar t. Comme tout musée mode j' · ne, au lien d' être une accu" mulalion d'obtets, il constitue -un remar'luable instmment de travail el permet de suivre l'évolution du pcuple iuif depvis ses ori(Jines el avec les -,-____________ _ t'fOns/onna/iolls que lui imposait la oabitation dans lès divers pay.c; . . Il est divisé en sections : une section d'architeélure avec des maqllettes ... de synagogues polonaises et lilhvaniennes, la plupart cons/j"uites en bois, dissiniulant sovs des toils éla(Jés les coupoles interdite s. l-rl aussi sont des piert'CS tom bales avec leur décor. symbolique. Une seconde salle apporte drs 01ltels sculptés, objets de cvlte pour la plUl)art, des orfèvrcries curi el/ses el d'Vil o.!]1'ande valellr artistique, et e1l fin, en /l'oisième liell, on lI'o'Uve de., repl'oduclions de leTtes sacrés, CQll/m/s de maria(Je enluminés, des l'el iures, l]uelQllCS b'roderies ma(Jllifirzues. Par l'ol'1l ementa /ion des uns cl des autl'es, on peut suivre di{fé- /J . I \ 11'04 st..! I·L.·I/L"" A l'/tr'tuiTle du film pulv llo is ... Chansons interdites Une bande channante et sympathique que cette histoire (dont le titre polonais est " Zakazane Piosenki li) des chans()!ls polonaiset; que .les Allemands n'aimaient pas. Ce film qui vient de nous être présenté en séance privée et qui, le 15 mai, au Palais de Chaillot, sera donné en soirée de gala par l'U_ ~. R. E. et la Société des Juils PolonaIS de France, raconte naïvement comment le peuple polonais, pour se donner du courage dans la lutte COlltre l'oppresseur, chantait en toute ocCasion (( La Varsovienne », (( Buvons le Vin» et bien d'autres de ces chansonnette's dont certaines é-'.aient écrites poue narguer l'occupant. Dans tous les pays qui eurent à rèsister, tl en fut ainsi et je me souviens 'personnellement de deux jeunes filles qui, montées sur leurs bicyclettes, tous les matins alors que les AIl€mands se rendaient au Bois de Boulogne en hurlant leur tradittonDel f( Heïlo, Heûo, heïla... », chantaient, elles, le plus innocemment du monde et de toutet; leours f~ces : f( Allons enlants de la pa_ trie ... " A TRAVERS LES MUSÉES CONSERVATOIRE DES ARTS ET METIERS, 270. rue Saint-Martin: Les ohe.fs.dl'oeuvre die l'.horaoget'ie, jusqu'au 31 mai. _ . MAISON DE VICTOR-HUGO. 6. place des VOSgES : sauf mardis. MUSEE CARNAVALET, rue de Sévigné

sauf mardis, Nouvelles' salles,

première mo;tlé du XIX •. MUSEE DU LOUVRE, Palais d'u Louvre

~rande galerie (nouvelle présentatlon).

Chets-d'oeUvre d' Italie et d·Espagne. Entrée.s porte OhampOllion, COUr carrée, voûte lu pont det' Arts. Sauf mardis. Installations HOU velles des antiqu. tés égyptiennes. .' ARCHIVES ET MUSEE D'ART POPULAIRE JUIFS. 12 r. des Saules (170 ) : Expo·!tion ouverte jusqu'ali 31 mai 1949. MUSEE D'ART MODERNE, av. du Pl'ésident-Wil~ on : L'oeuvre de Zad'kin'e, d'c:;sins.. gouaches, pièces SCUlptées de 1919 à 1949. Sauf mard.s. C'oet la chanso.n qui a su, clans les mom.ents les plus_ pénibles, remonter le moral des peuples et ridicul; ser l'ennemi. C'é ait une arme que les Allemands crai\ll1.3ient, qu'ils cherchèrent à étouffer, mais en vain. Ici, c'est la Résistance des habitan1s de Varsovie par les annes, comme par la chanson, que nous. voyons - dans un style alerte - se dérouler devant nos yeux. Dans (( Chansons Interdites », sont retracées les terribles épreuves des habitants de Van;-ovie, le drame du ghetto qui domine la vie qu.ot;dienne de toute la vilte, la tragédie de l'Ln- . surrection, l'exode et la libération finale. L'image est bonne, l'interpré:.aHon également, quant à la musique oui en dehors des chansons, sou-. tie~t l'action, elle colle magnifiquement au film. C'est une réussite du. cinéma polonais, de ce cinéma qui n'a pas fini de nous surprendre Taras l'indompté (Russe). Quel b~au p€rso1ltlOge, ce Taras...~. Une vraie forcc Ik la natu,,-e. hrais il n'e.st q1U! Z'üncge d'un pez~ple. Et ce que c?1·tai1~.'! ont pu prendre pour une tllvl'olSe1llblance (ces longues théories de palwres êlres qui chetnillent S'Ur les routes à la rechel'ohlJ d 1111 ra'i itailJ,e11lo(J'lIt prob lém atique; 1Iwlgré la prés~nce des QCC11.pallts) lU! 1ItOntre que mle1/.X le fait qlUJ les A lIe·mouds ne so.nt pas arrivés à « ào'mpter ~ les .nào, np tab les. .. . . Le dra·me indnzduel reJomt c1/.Core le (lra1/l.e coUectif qua1ll1 se Cf'oÎ..ye,it à la pf:riphérie de la petite viUe le cortège f1l.néraire d '1111 compag1W1I de Tarass et le corUge des Juifs que des S.S., les 'M'nches retroussé6,~ amènent à l'abattoir. Car c'est ell ~ba"toir 'hutllcin qu ',~ transfor_ nt la elairière où ils VOllt ftw.ehn" coups de mitraillettes ües oo.,.tai- Roger PAYET-BURIN C 'EST une ironie assez amère de lire, sous un livre qui s'appelle L'Internationale des Traîtres (1), la: men lion : Noul'elle édition augmentée. li est pourtant vrai qu 'un an après sa publication, l'ouvrage de Renaud de Jouvenel se trouvait « dépassé Il. A certaines périodes le mouvement de l'histoire s'accélère. Pour détruire le~ nouvelles démocraties de l'Europe orientale, il fallait agir vite, ne pas laisser passer le temps de la consolidation définitive. C'est ainsi qu'en l'espace d'un an, du printemps 1948 à celui-ci, les tentatives se sont multipliées pour renverser les gouvernements de l'Albanie, de la Bulgarie, de la Hongrie, de la Pologne, de la Roumanie et ~e la Tchécoslovaquie. Ces gouvernements ont été désignés d'une manière parfaitement légale. Depuis la rébellion de Franco, nous savons à quOI nous en tenir. il est vrai, sur le souci que d'aucuns accordent à la légalité quand elle les gêne. A cet égard, on a même accompli quelques progrès. On invoque maintenant le droi'i à la trahison, au mépris des lois constitutionneiles et au nom d'instances supérieures, teIles que la défense de la « civilisation occidentale », la h;tte con1re le cormnumsme, etc. C'est en somme le triomphe de Maurras, dont un 'des dogmes était la distinction entre le pays légal et le pays réel. Mais les traîtres que Renaud de Jouvenel cloue au pilori de l'histoire n' ont pas ·seulement . refusé de se soumettre aux lois de leur pays. Ils se sont mis délibérément au service de l'étranger, rejoignant en cela les émigrés de Coblence, pendant la Révolution française, et plus près de nous les Kravchenko passés et présents dont le rêve est de rentrer en Russie dans les fourgons de l'étranger. Au service de qui se sont donc mis ces conspira/eurs ? Ici l'on est bien obligé de citer J'IntelIige)1ce lies il 'hommes, de f emmes, d'enfants. Ce sont des bouchers, ces Al·lem.allüs qui tl'avers,enl le charlJ:[i de lItOl'('8 et dc m01lral//s po'u.r acnever ces derllier.~ à coups de revolver tirés à bout porlant. Et q1itl conll'osle entre ces bêtes hU./IU!Ïl/fS et les 711unbles travaiUeU1's l'llS"es qui, al~ moment des pires sonffrances de 1 'oocllpalion, font tOI~t sill/plemc?l t leur dcvoi'r le solidarité ft l'égaT(Z de leurs compatriotes .il/ifs et. .. se (li.~p1Jtenl j)01liT savoir pCI!' où commencer la recoMlruction rie leur usine. . L'action, 1)WIhe1treU!lClIIent, est lm peu l.ounle et lente. La 1'er8ioll flo1~blée, rontrail'elI/. t'1/ t à l 'ort1\lIa~re, e.Yt infin'Î!lltCnt meilleure 'l'Ile la versiOtt origitwle. C'est UlIe b{)nne note. Scandale a JX Champs-~Iysées (Français) Une iltrigue policière dans le cadre d'une maison de couture. Jacques Fath fait se.s dèbuts au ciriéma, mais il ne semble pas que le maltre de la couture fasse dans cet art, nouveau pour lui, une bien importante carrière. L'intrigue est dans l'ensemble-bien menée. Cependant, l'action ralentit à la fin de la bande, ce qui cause une . désagréable impression de longueur. Et quelle ' idée d'avoir donné à l'excellent comit.ue qu'est ordinairement Parédès un rôle qui n'est pas à sa mesure, celui de l'assassin 1 Etranges vacances (Américain) . Ginger Rogers a un peu vieilli, mais si peu qu'elle demeure belle et, par surcroît, bonne com~ienne, Joseph. Cotten est agréable à rega- der et Shirley Temple a grandi... Tout cela ne suffit pas pour faire un bon film. Service et son pendant américain, le Federal Bureau of Investigation (F .8. J.), à cause de )' énorme faisceau de preuves réuni contre eux, certaines de ces preuves étant d'ailleurs constituées par des déclarations très officielles. Le Département d'Etat a publié lui-même, en nol'embre J 947, une brochure intitulée Aspecls de la Politique américaine. Il y était donné certaines consignes à )' usage de)' « Organi~ation paysanne » qui siège à Wasbington et groupe les dirigeants des partis « paysans » d'Europe Centrale, « paysan » étant ici à peu près synonyme de « celui qui possède la terre, mais ne la _cultive pas Il. Voici ces consignes : « 1 ~ Soutien inconditionnel de touies les politiques antisoviétiques; « 20 Amélioration des services de renseignements sur l'U. R.S.S. et les différents pays du Bloc So'cialiste; « 3 0 Organisation de l'in.spiration. » Maniu est l'homme qui en 1937, s'alliait avec Codreanu, chef de la fameuse Garde de Fer, et qui, en 1940, appelait Hider « le sauveur de la Roumanie », simplement. En pleine guerre, Mikoiaczyk poussait le généràl Anders à lutter, non contre la Wehrmacht, mais contre l'Armée rouge. C'est le même Anders, toujours soutenu par le leader « paysan » qui en 1945 et 1946, provoqua les lamentables pogroms de Kielce el d'ailleurs. II s'agissait de mettre en échec le gouvernement polonais sur la ques~ tion de l'antisémitisme. Or, on sait que ce gouvernement a liquidé le terrorisme ;t que depuis, l 'antisé- . mitisme s'est pratiquement éteint en Pologne. Le cas Mindszenty es·l peut-êlre celui qui a provoqué le plus vif apitoiement. A-t-on bien dit, dans (il La Bibliothèque française, Avant-ptopos d"André Wurmser. (Suile page 10) par 'osette WOLNY La bataille du feu (Français) Un bon documentaire sur la vie d&.l sapeurs-pompiers, leur formation, l'entraînement auquel ils sont soumis, leur utilité dans la vie des collectivités, etc .. _ Une bande qui s'imposait. r..lterprétée par ·Yves Deniaud, Larquey, Armontel, dont le talent n'est plus à démontrer et un jeune qui a de l'avenir, Jean Canne .. Agrémenté d'une charman!e et fraîche histoire d'amour, il ne d'Onne pas, cependant, dans Ioe conventionnel. A travers des images émouvantes ou comiques, à travers des gags sympathiques, l'intérêt et l'utilité d'une armée, f( la seule qui S'Emploie à sauver les gens au lieu de les tnec Il, S!lnt mis en. valeur d'intelligente manière, et la de·vise des sapeU!'S : " Sauver ou périr. prend toute sa significa:.ion pour le profane. Cette bande a èté tournée av« le concours des Sapeurs-pompiers de Paris. ~.ET SI VOUS AIMEZ LE CINEMA - T'liTas J'indompté. - L 'Ecole buissonnière. - Les Casse-PieJ~. • - Chansons interdites. - La Vérité Il';] pas tle frontière. - Les Parents terribles. - QuekJue part en Europe. - Le Silence de la mer .. ~ Les Amants de Vérone. - LI Bat"il1e lu feu. - Les Trois Caballeros_ - J_, Chartreuse de Parme. - 1..., Kermesse héroïque. - Les Dieux du IiIHaoche. , Deux jeunes vedetiPs de " ratas L'indompté» t boîte a" cancans • En vue d'encourager les intelleCtueLs dans le sens de :a défense de la Paix, le Congrès Mendial MS partisans de la paix a déc.àé de créer trOis « Prix Inter1UIti01faux de la paix », dlu1le valeur de cinq miLLions àe francs chacun, pour les meilleurs fi. ms, prOducHcns littéraires et artistiques. qui con.cOUrent iL consolider la Paix entre les peup;es. • Le trio Victor Fratellini a émi$ un protestation à la suite de san inscription d'office·"u proeramme du R.P.F., à l'occasion des fêtes du 1 et' mai. Les clowns, stupefaits ue cette mise au programme sans leur assentiment, ont ad·ressé une letlre au R,P.F. • Le metteur en scène Jean Courguet donnera le 16 11UÛ, iL la frontière franco-be.ge ,. le premier tour de manivelle d'un nOuveau film : « Zone frontière ». Les principaUX frmterprètes seront Alexandre Ri-gnault, Andlré Le Gilll, et dEUX dllbutants

Perrette Soup:ex et FranCis

Valois. • Pic!USO vient 'de faire don à la pologne de 32 gravures inspirées du folklore polonais. • A Bruxelles vient de const·ltuer l' Ulllon des Ecrivains et Artistes de Belgique. EI;e a P1lbLi.é un nWhifeste intituLé : « Pour la Cultur/l pOUr la Paix ». .. A la Cinémathèque Française, tous les lundis et vendredis, à 21 heures, Jean Boullet présente des spectacles {j'ombres chinoiSles. • Une exposoiiion consacrée iL LewiS carroU et iL AliCe au pays des merveilles s'est cuverte iL la Li'lYTaiT'le des Nations Untes 48, av. Kléber. • Roger Richebé a commencé « Monseigneur », d':tpr\!s le Toman ue Jean Martet, Bernard ~·lierJ Yves Dcniaud, Maurice Escande et Nadia Gray sont en tête ùe la di&triblltion. • Joris Ivens (Ho:lande) , Jersy Tap. itz (Pologne) et. Bela Balasz (Hongrie) ont rarticipé iL prague iL une session du Com:'té àe 1 Unien mond; ale des Auteurs de fi,ms documentaires. .. \'I"dim[r Gl,chmann est 'rentré des Etat9-Unis, où i·1 vient de dirigcr plU6 ode cent concerts à la tête de son orchestre, « The St. Louis $ymlhony ». • Nikita Maga/ot donnera un unique récilal Le 25 mai. iL La saLLe Ga.veo'lI, S01.ls I·e patr01lage du COl1~ité 11 atie /lat Chopin • Le Quator hon!"rais. dans sa première tournée en Scandil13vie, remporte SOn habitue-) succès. J.l vient ll'ê1rc engagé rour quarante concerts dans le6 principales "id1e& d' A m~rique du Sud. • Le v~/oni.te hongra;s Jerzy Carai et le pianiste l1XJ'l' Petri cLonner011lt' une série de concerts dans 1111{sie1trS viaes de PO.ogne su.,- la base de l'MeUr(/ c'(./I //{'l (PII/!/I/I'U·liUiOlI.ljS. • Le mercredi 15 juin, coucert lieHetz, avec orchestre, au Palais de CI,.i.J1ot. Le' 20 juin, à la mê!,lc salle, récital lieifetz. • Le pianiste ano/ais Jan Smeterlin a1lnonce un Técital Chopi1l, iL la salle Plel/el, le 19 mM. • I.e violoniste Jacques Th ib:I ud a donné à Trieste un conce~t qui a remporté un vil !Iuccès. • Le prochain festival internaoti01WI de musique contempOraine se tiendra iL BruxeLLes. en iuin 1950. Ainsi en a-t-il été décidé por les délégW!s participcrnt, iL Palerme, au. festiVGZ actlU't. • Ali, de faciliter l'éclosion de nouveaux talents musicaux roumains, 'e Gouvernement de Bucarest vient de créer deux COllcours dotés de cinq prix chacun. • Le festivâl de Diion. qui se dllroulera dans cette ville d-u 29 mai au 5 juin prochai/l sera consocrll au c/w,nt chora; et à l'orgue. • A Sofia a .. te in?ugnré réc"m·ment le train-exposition consacré aux réalisa1ions !les Brij!ades de la JeulIEsse. Clrcu~ant dans to-ut le pays, ,1 permettra aUlI visiteurs de se rendre c0111pte par l 'i )ll~ge dt:; succès obtenus par les volontaires du travail. • Le j'LU,/ du prix pOpUliste que 11"1-" ide Uon Lemonnier vient ck Ile rwnit. Il a Ilté déCidé que le J1TI:I: "erG" déCerné le lu~ 16 mai. Le Coucou

10 ----------------------- DROIT ET LIBERTE . 15 Mai 1949. - N° 28 (96)

NOUS VOUS RECOMMANDONS • • • (OMMElltANTS Savez-vous que 35 .. 000 lecteurs de tous milieux s'in'téressent à ce journal ? .~. .. ARTISANS. Confier c'est votre Publicité à augmenter " DROIT ET LIBERTÉ" vos rece·ttes , • , INDIJSTRIE1S " DROIT ET LIBERTE " 14, Rue de Paradis, PARis-xe - Téléph. : PRO. 90-47 AU POSEUR DE LINOS POUR ALLER EN ISRAEL POUR ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES grand stock de linoléum. Rémoléum. Balatum Toiles cirées, Papiers peints. etc. Ets MAURICE WAIS ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE 98. boulevard Ménilmontant. PARIS-XX· M.; Père-Lachaise. Tél. OBE 12-55 Succur."'lle : ,- PAR 1 S (9C) Tél. : PRO 12-56 et PRO 53~78 • 10, rue de la Chaussée-d'Antin ..... ~. .. seule agence possédant ses propres bureaux à HAIFFA, JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous 40. rue de Rivoli. PARIS· IVe POMPES FUNEBRES ET MARBRER lE donneront toute leur assistance CORRESPONDANT A MA R SEI L L E Édouard SCHNEEBERG 43. rue de la Victoire. PARIS-9· Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez:

i ZAJOEL

89, rue d'Aboukir- Paris-2" Mo : St-Den:s Réaumur. Sent~er Tél. : eUT 78-87 BOUlANCERIE-PATISSERIE ISRAELITE . Sp~cialités ~trang~res Pains cie seigle 1BJ1E~INIIA\RD 18. rue N •• D.-de-Hazareth. PARIS (3e) Tél. : TURblg~ 94-52 Méme maIson : 1, rue Ferdinand.·Duval Métro : Saint-Paul

,.

AMÉRIQUE '. DU SUD AMÉRIQ.U. E DU NORD ' ISRAEL «OCÉANIA» VOYAGES -TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph. : ANjou 16-33 LES ÉTUDIANTS (Suite de la page 2) l'la.tionale, et les étudiants juifs de Paris y enverront des dé lé~ ués. Nous avons la certitude que . 1~ étudiants juifs de Provtnc:~, enverront également, malgré leurs difficultés, des délégations qui joindront leurs ~OlC(OS au Ijarrage qüi se dres ,e coe.tre les fauteurs de guerre, allié. au· jourd'hui et complices demain, des criminels de guerre n-azis, bourreaux de plus de 6 millions de juifs, qui oùrdi~ent le n .ir complot de d,khaîner un COll Elit dont nous serions les prcrnièn:s victimes . . Non ! plus jamais ça ! Les étudiants juifs avec tous les partis;; ns de la Paix sont « résolus à Kagner la bataIlle de la Paix, c'est-à-dire la bataille de la vie. ,. R. F. 44 MONTRE SUISSE A RUBIS. FILLETTE L 44 OU GARÇON'NET 1450 1950. 3285 3485 4885 F 44 GARÇONNET. FilLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUE D 44 HOMME.T. ROTTEUSE CENTRA.L E DIMANCHE. 15 MAI à 21 HEURES • PALAIS DE CHAILLOT Première de gala du grand film Polonais CHANSO~S INT[RDIT[S " (ZAKAZANE PIOSENKI) Location Palais de Chaillot et 14, rue de Paradis " L'INTERNATIONALE DES TRAITRES" (Suite de la pa~ 9) la presse « occidentale )), q.uel homme était Mindszenty, grand seigneur féodal, raciste· et antisémite 'déclaré, ami des «( Croix fléchées )), les S.S. de Hongrie. Voici Ce que cet étrange cardinal a dit d'une réunion à laquelle il prit part en 1938 : «( Nous avons déclaré que nous tenions pour nécessaire de répondre à la question juive, à' I"insta~ des « Croix FléchéeS )), par des lois raciales. Nous avons fait re~rtir que le Parti Chrétien (Parti W 01 H) que nous soutenions a, jusqu' ci. été le seul à faire voter 1" unique lo~ raciste appeiée " loi du nu,merus clausus )). Et que pourront penser. ceux qui, de bonne foi, ont pu prendre parti pour le Cardinal, en écoutant la réponse, si peu évangélique, qu'ü fit en juin 1947 à un journaliste de' Vienne. - Comment, lui demandai-l-on, votre Eminence juge-t-elle l'extermination de 8 millions de Juifs, dont 650.000 étaient Hongrois? A ma connalS5!..'lCe, répondit Mindszenty, seulement 5 millions de Juifs sont morts en Europe, et en Hongrie, en tout . et pour tout, 500.000. Celui qui lira - ou reliraL'Internationale des Traltres en apprendra bien d' autres. C'est un livre alerte, acerbe, et mieux encore, avec tous les matériaux et documents que Renaud de Jouvenel a su patiemment et minufieusement rassembler, c'est un livre vrai. R. P._B. A MARSEILLE Confiserie du Muguet ...•..........•.••........•.••.......••.••• Société anonyme au carntal de 10 millions de francs 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ' ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - HALVA, etc ... ARTICLES POUR FORAINS UNE MAISON IA\UIDUT@ROlUJMJ ~ADOO 97, rue de Rome - MARSEILLE . . AGENT OFFICIEL : PHI LI P S Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE :. L'ANNUAIRE· DU JUDAISME SERA BIENTOT SOUS PRESSE • AVEZ-VOUS Envoyé votre documentation? Retenu votre emplacement publicitaire? Souscrit un exemplaire? Il est encore temps d,e le faire ( R,enseignernents : JMPRESS. 6, bd Poisso"nière. - PARIS 9" Téléphone: PRO 87-42 l" ~l~ll KlVUl [J( KlPOKIAt.l~ PHOrOGMPHIQlJES ET O '~crUAure; UniQu~ /Zn 40n '1/Znr/Z ABONNEMENTS .. MlKIT~ 1 1 M PRE S S. 6. Bd P",'~ •• P ... ;.~. '.' POo. SI . ., COMMUN IQUES La se-ction U.l.R.E. de Livry-Gar • . gan exprime ses meilleurs voeux de bonheur à Madame Trougeboff vi-ceprésidente de la Sution et à sa' famille à l" occasion de la naissam:e de son petit_fils Mï-chel. ..

  • * Les parents sont in/ormés que le

séjour des petits de 6 à 8 ans à notre -colonie de La Fedaz (Savoie) est pr~vu du 15 juin au 15 Juillet. Les inscriptions pour ce départ seront doses le 20 mai. 1 Maison R. 'CHALHON 14, rue de l'Académie MARSEILLE • LA MAISON , DE L'IMPERMÉABLE Canadiennes - Blousons P~rapluies - Tissus . Con fection - Bonneterie • Prix spéciaux pour rev~ndetlrs Rédaction et admirustration 14. Rue de Paradis, 14 Paris X' Téléphone :PROvence ~O-47 . 90-41 C.C.P . ParI.a 6070-98 Tarif d'abonnement : 3 mols ••..••.. 150 frs 6 mois .... • . • • 300 frs 1 an •.••••••.• 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse pro~re de joindre la dernière band~ et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK Imp. Cmtrale du ·Crot"""'!, lI. ru. dU Cro1aaant. Parla. ....... '. Mal 1949, -- N- 18 196)' DROll: ET LtBERTI ,YI NOS RAISONS' DIIUTTIR LE 22 ';""i, se 1iendra, flU Cirque le racisme, l'antisémitiSlT)e, à unir la d'Hiver, à Paris, le Coogrès jeunesse juive oens le Cc:nIDôt contre AMOIJR DES' ANIMAIJX ••• AMOUR DES HOMMES ••• 'National du Mouvement National le fascisme, pour la Pflix.

ontre _le Racisme, l'Antisémitisme T L 'AUTRE dima.nch~. -J'é4àis

1 P C ous et toutes, nous pa,rtic.iperons dans un autobus de ban- 'et pour a aix. es aS'Sises sonot ap- à ces aSsemblées de jeunes; tous et lieue. Devant moi : une pe'lées à' un grand retentissement toutes, nous vieoorons, le 22 mai, dame élégante (cbemisier: de dans toutes les couches de la popu- au Cirque d'Hiver : là, devant les soie natllrt!üe bleu nuit et taill. ation juive de France et, notamment, centaines de déléguès venus de toute , leur grèce), un monsieur 'un parmi ~ jeunes. la France, nous dirons bien haut : peu chauve et imposant, et un Les jeunes Juifs ne veulent Pl5 la « Paroe que nous vOUolons vivre, petit chien roussatre du genre .".",-erre. Nous l'avons so~"v.en.t ..r lt, re' _ parce que la guerre est la négation loulou de Poonéranie. pété et p~ouvé. Mais il est plus que même de la vie, unis aux centa,ines Et tout d'abord, avant de jamais nécessaire, aujourd'hui, de de mil~ions d 'êtres huma,ins qui aspi- poursuivre, il faut que je vous voir, ensemble, jeunes JUifs organi~ rent au bonheur et à la tranquillité, dise que tout, ab-sO-lu-ment ~és, que·1 que soit le mouve'7rlent au- nous gagnerons la paix. » tout, ce que je peux YOUS conquel nous çwa'rtenions. et - jeunes ter au hl de ces chroniques, morganisés; ' sans distinction d 'opi - ,Daniel BfSSER. part de faits précis et abwlu- ' de r-'-----~--------- ment autnentiques. Certa.inli nions et croyances, ql.lelles sonot lectelU's ont cru qu'il s'agissait les raioons qui nous poussent à lutter LE SPORT d'oeuvres d'imagination pure. à l'avant-garde du vaste mouvement C'est très flatteur. Mais. je ne pour la Pai,x. ;, 1 vous rapporte - sans imagina- Hon aucune - que des taits 1° : Juifs, nous avons souffert des eco e de l'he'ro·l·sme exacts qu'il m'a . été donné de ! persécutiOns 1 raciales '; combien de " voir au cours de,' mes promena· l'lOS patents., 'de nos frèreS, de nos des. amis sont morts oens Ie~ chambres à Chaque année, depuis la fin de la 01' ça, dit Panurge, reveno.!:\~ 1 n.. .... c ' guerre. le YASC honore la mémoire de • to gaz . .-"', ",ez-vOUS que ceux qui ont ses héros tombés au cours de la lutte a nos mou ns ... tSln-vécu pui~ent, demain, cotoyer clandestme,' Le petit chien avait sort .. son leurs bourreav,x ? Croyez-vous qu'un . Aujourct:huil, plus que jamais, ~ museau du cabas de toile qui jeu'le, échappé à l'enfer d 'Auschwit!:, noms. glOrIeux : Julien Zarman, Chal'- l'enfermait. Le receveur dit à les Wolmark. Marcel Rayman Samuel 1 se sente le coeur agréablement sur- Melman, Philippe Urbach. ~n Bursz.. a bestiole : " Il ne faut pas te pris lorsqu'if apprend, par exemple, tyn donnent sa pleine valeur au sym~ sauver », puis s'en alla. vers .ql,le le dirigeant des Jeunesses Hilt l'é- ' bole qu'ils représentent. d'autres voyageurs. Il avait dit . A th Sportifs, IIIs ne Jl()uvaient séparer c~a ge;ntiment, dans un sounennes, r ur Axm.ann, vient d'être les loisirs, la culture, de la lutte me. l',lre. libéré par les Anglo-Américains ? ~ée 1,ar !es ~asses pOpUlaires pour Il doit sans doute se di,re : -«' Si 1\I alem. élioratIon de leurs conditionl' de fle-xionJse, dni'ta ilme em onpsa~se urc es à rlêiales horrJmes qui libèrent de tels En véritables fils du peuple Us ont voisine, on ne wt pas ... ça lui ,monstreS éta ient passés par les « en- lutté pour l'indépendance n'a~'ionalè fait peut-être · ~al à lui. droits» que j'ai connus, ils seraient IpiOOnutr mlao rdtsé mhoécrroaïtqieu,e mpoenutr dlaa nps aliex o. omi~- Il Lui )), c'était le petit chien sans doute mains pressés de tendre ,la bat antifasciste. au regard caDude qUI ne semmain aux torfiOhnair~ nazis' ; Ils avaJent su puirer dans notre asso blait pas avoir beaucoup sou(- dation ces qualités qui ont nom vo- :....::::...Charles-:::...:.-:::::..::~ 2° : Juifs, nombre d'enotre nous ont lonté, ténacité, amour de l'effort et r reJ'oint les rangs des ,partisans ou des qui firent d'eux les premiers combat. tants de la Liberté et de la Paix armées al1-iées. Ecoutez un de ces Le ~SC est fier de ces hommes qui jeunes gars: « J;ai vu les corps atro- ont su créer une telle tradition. Notre oement mi,Jtilés de mes cama~ades', Club saura également lutter pour obte- , ntr des condition~ meilleures en faveur DoIJ)hé, lorsqu'il Pst veilU de Bel· Là d j. ..a.. i_ Vu1 les Il5 5 incendier les fermes dl'e tous les sportifs : au moment où giq;~"'!-, m'en a J'acon"""" une bl'en uhhvn ~~e. ' deme. uerses uJs',ê vDeuOr.l phJe' jnaSlllustme e~ suar p&ipae'V oeitr ..,., ... s esque es mes camarades sont on augmente considérablement les -:- Alors, tu sais, hein 1 il Y avait C'-l qui S'e8t passé : '" morts, t-ranoSformés en torches vivan- ,scérqéudeItnsc em, iloitna irreésd. u'oitù , à padre s vopireo pdoer ticOonnS.. ntr'oeisst 'cho p~aisn s "dte 'lJ'U ,S,Jt ,J.' de1 Bruxe'tl e~s , i- Et apèrs' ? Qu' e st·ce qui est al'· tes. Je me suis battu contre ces bê- squelettiqu~ le budget de 'l'Eduration leur 'k,roe 'a lor.:, s 1?/1 y v~u GasCharles rt~ l' vé? ' 'tes, à la g'renade, à la mitra,i1lette, au Nationale, et, avec lui, tous les (rédits connaiS, vrai, C&lui qui 5& graUe U-s~~;ss~I~~s, c~1ss~~Ph, hein ! ... ,corps à corps: je les ai vll'. prison- :12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)e.ll faut que notre voi" soit- l 'oreille gaUChe avec J'l pied droit, (Htstotre envoyée par Georges niers, tremblants de peur," r_"."'"..".. 'ant Jeunes gens, Jeunes filles sportifs, ' dhe'uinn- ! seIlu la cporuisp , u,hnl Jle'au ddée c[h,2i rcéa lr tes et, ' Brenge'r, Parts-90l. 'comme des vers. Aujourd'hui, de ces en venant commémorer la mémoire de « Alors, ce feignant d'Oetave, qui a Deux fous se Jl()ursulvent 'dans l'l br~tes, on fait des officiers qui, de- nos héros, le mercredi 18 mal 1949 ,à attraPé une her'ni& en soulevant 1'l JaNliQ'l de l'asile main, esncadreront une nouveille lé- Ï2'0a thad. i3s0, , vaouu sS ièagfefi rdmue rYezA Sveo, tr1e4 , vrouleo'n dfeé VOl' 1e " qUI en t oural' t Je m,)'stère du ISl gr'im pent da' ns un arbre et s'ins· gion antibolchevique. Comment pour- de créer de meilleures conditions pOur Charlesesd~04M~llCharles 12 janvier 2010 à 10:09 (UTC)!~!~'I~U a sa~~én iia:' Charles'::~in~U1~ ,~~s S!~;tr!:aCharles :'~;~::; rais-je, moi, partJsan, moi, soldat des le 8JlOTt populaire, vous viendrez gros- sès, -et. vlan 1 il les'a décbirés '! ' lOm.ber, lête première ... Bang! L'Ml' 81r les rangs de ceux qui affirment ' , . FFL, me mettre au garde-à-vous de- qu'iJ ne peut y avoir de """rt Ubre que • Là-d'lssus, il y a Josepb que tu .re, toujours ]Jerché: off ' , "'- 1 b ... - connais bien aussi, ~el ul qui C6t ban· . - Hé ! Tu es JOU? Pourquoi tu t'es vant un ISter qui a peut-être "ans un pays 1 re. cal ou cerveau, alOl's il a pris une laIssé tomber?

assassiné ,mes camarades, me5 ' pa- Jean W,EYSER; :, grosse ,buche Qui t.üsait un mètre de , - Je ne me suis pas laissé tOlll1ber.

fert de Il la réflexion »... MaiS là n'est pas le plus beau ! Le reoeve~ avait. parait-Q, Il un nez juif ». Et tout le monde salt que cet or~alle trahit son hOJDlaJA!. De là à conclure qu'il n'aimait pas les animaux cc parce qu'il était juif )) et que, d'ailleurs, aucun Juif c'est bien connu, ne les aime 'il n'y avait qu'un pas. Le mon~ietir le franchit à grandes enjambées. - D'ailleurs, asséna-t-il pèr. o:JrIlItoi.r.ement, tu n'as qu'à chercher si, parmi tous les Juifs que tu connais, il en est un seul qui aime les bêtes". Il n'yen a pas un ! - Devant un argument aunl massue, la dame ne put qu'opiner du bonnet. F .ndant ce temps, on prépa. rai!t Buffalo. J'y songeals à ce Buffalo. Je voulais conseiller au monsielU' de s'y rendl'e... je songea.s Inême à lui offrir mon entrce personnelle Quand je ml;! suis tour:née vers mes voi~ns, . ils descendaient de l'autobus. Sans doute aUaient-ils p'asser llne journée à la campagne. Dom- ' mage! Et je m.;l suis souvenue, ta~ dis que l'alltobus poursuivait sa rout.e, de tous ces Juifs ehoe qui le chien e.st sacré, soigne à l'égal ' d'un mernbl:e de la fa- ' mille et où le chat a un pelage si briUaQ.t et soyeux que l~idée ne viendrait pas de lui accorder un regard de pitié et des canaris qui chantent danS,leurs cages. Je me suis souvenue aussi de tous ceux qui ont recueilli des ënfants - de ces' pauvres gosses dont les parents ne sont pas revenus de cc là-b~s )) - qui sont aimés -et choyés, auxquels on a créé un cadre de calme, une -ambiance de tendr,esse. Il est vrai que ce mOllsieur n'avait visiblement, lui, le cO:!lU' t"mrli. que de t'amour de bon chien et de sa femme. Aimer les animaux, tous le. anima.ux, c'est un droit que je reconnais à quiconctue cODime à moi-même. Aimee lei honunes tous les hommes de la. teue: qu'ils fussent , blanCli ou nOin, juifs ou non juifs, pourvu qu'ila soient dè braves g(,ns, ct lutter pour Ja paix, contre la djv;~ion du racisme, c'est un devolr. r~nts ? IQng et dans les 20 cm. oe' oiamètre, j 'étais mOI' l , SouvenOnS-nous de cela ! Pierre Hervé présidera cette soirée ia l'a souJ€'Vé comme ça, tu te JY)nds (:lltslOtre envoyte par MUe ' Ct· to!O,~t:~o~:r;~:~~n~~ T_d_U_IOUY elU _·_t'_.:-___________~_ ~m_jsse_p_te_i_et._. _ ._V_1_an_'1_- il_J'_a:.'._Je_l_ée_S_U_r_lI_a ___. .:b..:j:::.:.:.:g.::.a'l:~::..:.u)_t_tm_a_c_ner_.-:-d_e-:-_L_t_V1_'Y_-_- ________~ DO_,~U::...::C.:E.'__ le chômagè nous menace, la misère nous guette ; les usines de guer~e FA L' B A' LAS MAD E ,ravaillent à p1ei'n rendement dans un .. ' , :, ' • Etat allemand reconstitué le jout même du 4· anniversaire de la vic- IN U. S. A. toire ' sur le ."azisme, et fabr,- TRACAS POUR NO que')t du matériel de guerre ou tout ' S ce qui peut servir à l'armée. Ne , ' ,'. MIDINETTES croyez-'VOus pas que le jeune qui tra- , l,vai,lle chez Pillot et qui vient d 'être licencié se réjouisse à' l',idée d 'être chaussé de brodequins fabriqués et'! AIl6'Q1oagne' ? 4 0 : Juifs, quanti'té d'ent{e nous S04'lt 'partis en Palestine COll5truire ou reconstruire un foyer : que pe.'1ISoeraient- ils si, demain, le général HaI- ' der,' chef d 'état-major de ia ,Wehrmacht, ut,ilisé à l'heure actuelle par les services américains de r6"'Seignements, venait insta.I,ler le P.c. cie son armée « occidentale » au Kibboutz Buchenwald, édifié 'avec la sueur et le sang des jeunes reScapés de cet enfer? . Camarade jeune, qu'en dis-tu? Toi, qui appartiens ' au Mouvement les Cadets, et qui participes déjà si activement à la 'luite 'contre l',,,tisémitisme et les menaces de guer,re, tu viend~"s ' à ce' 'grand congrès. Toi, ~un.e de la Ha~home.r Hatzaïr, qui rêves d'aller en I~raël bâtir un nouveau IUbboutz, tu vi~ras ' ég'al'e'ment à .c!,! c,ongrès ; camarade , ~iQ niste, que tu soisde droite ou de gaouche, religfeux ' 6u non, tu viendras 'à ce congrès, ,des Juifs pour 1. . P,aix, car tu saiS que rien de durable ne peut être entrepris sans la paix. Déjà', un grand fravail 'a, éte entrepris

et'" province, à Paris, dans la

plupart des arrondissements à Montreuil, de jeu,nes Juifs, d'appartenances diverses, préparent Gies meetings au cours desquels i:ls élaboreront tes ' méthodes d'action propres à enrayer paie des .Jeunes, 14, radis, Paris (10"). '* Nous pubïons cette semaine, rue die Pala suite' d:e ' ,l'enquête entreprise par notre amie Renée MuUy, sur le t,hème ' : « La vie de la jeunoesse Juive en 1949 lt. Maris ce n'iest paIS le tout, d'aller vOir « Je travaillais dans la hoeute quelques jeunes et de les fain: coutttre... plUS de travail ! Je parler sur leurs conditions de me rabats sur la confection ... vie. Nous sommes I~adés pl-ws cLe travail au bout de peu qu'il y a des pl'oblêmés partiCu- de temps. J'ai ensuite travaUlé }jeTS à nombre d'et1Iti-e eUx et que un mois dans un atelier d'e robes nous ignorons : pour les connaî- et·' manteaux, ' pttis, du jour au tre, il fMJt que les jeunes nous ' lendemain, ie ' 1J1.e suis retrouvée écrivent, il faut qu'ils noUs di- dans la rue avec plusieurs casent queUes sont les -diffoeuJl.és marades. qu'ils rencontrent dans leur t,ra- En' ce moment, je suiS finisvaiI, en *dehors elle leur travail, ' seuse en jupes, mais ,ça ne du" en un ,mot, daills leur vie de tous rera pas ,longte.mps,. Après ... '. les ' jOUl'S. , ' JeUnes, écrivez-nous ; peut- Den~se m~a , ,r,aconté tout ,ceci, ,être aimeriez-vGus avoir des reD- d'un petit air très gentil, mais seig-nemiC1lts SlUIl' tel o.u tel mou- a.vec une lueur d'angoisse da.ns vement de jeunesse. Peut- ,,,les yeux. être aimeriez-vous co'nnaître .. -:- Il faut b;en Que. j~ pate ma d'autres jeun.es ql\li, comme vous, chambre et gue je mange. Dans seraient ,désireux de . parler t'héâ- la grande maiSon' de robes et , tre, ,d'al(eT ,au cinéma, de fa.ire manteaux cJ.a,ns laquelle je tradu camping (nous nOus adres- vaillais, on reçOit maintenant de sons surt.out a.ux « inorgan.i- la &nfec:ticn 'toute 'prête : pas' ,sés )1). beso:in de demander d'où ça Et puis, s'il y a des choses quJ v.'ent. Il paraît· que nos amis vous dépIaisemt dans notre page, ,'américains , cm.t ' peur .que les dans notr.e journal, n 'hésitez pas Françaises manq,uent de robes " à le dire ;' et si vous avez des ils ont peur aussi qu.e nous mansuggestiOiIls à nous communi-, quions de matériel de gueTte : quer, ce se,ra encore mieux. on ne parle que de bombes et Jeunes, cette page est la vô" de canons, depUis quelque temps. tre ! Ecrivez-nous, voici notre Alors que les jeunes FrançaiS adresse : « Droit et Liberté., SOInt en Ch6mage, il n'est questian que d'armement et de réarmement. Et Denise d'a.jouter aussitôt : - MOi, mon avenir, c'est ,ttn foyer et des gosses, et je ferai tout pour le défend,re. Qtt'on nous donne du travail. et qU'on nous fiche la parx, c'est tout ce qu'on clemande 1 Tu as bien raison, Denise ! Et je crois que, dans le monde ent~ er, l'ambition de tout jeune, fIlle ou garçon, ne diffère guère de la tienne : la Paix; et du tra" yaU. '" cations sur ce fameux « abattement d'âge :. : -:-, Il Y iL longtemps que cetJte lOi existe, mais tous 'Les pll1trons ne l'appliquaient pa,os. Mon patron, qui est loin d'être c.e qu'on: appelle « un gros " est écrasé de charges, à'tmp6ts " alors, naturellemen: t, il essaye de « récup~rer " là Où il peut, ~ l'abattement d'âge s'est réinstalU chez nous, en même temps que le licenciement d'une partie du per- , sonnel. - Comment expliques-tu ceci? - Oh ! tu sq..is, ce n'estpa3 bien dtttici1e. Tu n'as qu'à lire Edmond F... a 18 ans . c'est ' un p.!çon remuan~; blagu~ur et optiml$te. Je lui ai demandé ce qu'il 'faisait, comment allait 'son , les journaux, qui parlent chaque jour de l'augmentation des , crédits militaires .. qUi les pai'e" ces augmentatiOns J Ce sont les artisans, les Pet'l.'ts industriels, les petits . commerçant~, et, en définitiVe, c'est n~ les jeu~ qUi subfssons la préparation des guerres qU'on entretient ou qû'on envisage. Mais tu peux dire une chose : c'est nous qui faisons les frais de la préparation à' la .guerre.. salaires insuffisants, ch6rnage ,'. on a déjà du mal à vivre, alors, tu penses bien qu'on n'ira pas encore fa;i.re des soldats ... nous n'irons pas sacrifier notre vie powr ceux qUi nous la rendent dêjà si ditticile ! ' travall : , « Oh ! men, je suiS vrnfment un type verni! Je ne suis qu'au ch6mage poertiel. SeUlement, dans mon atelier (je suis fourreuT), le patron applique l'abattement d',âge, c'est-à-OEire que les jeunes ne sont pas payés selon, le travail fo:urni, mais (t'après un tanf ayant pour base l'âge de l'ouvrier. J'ai déjà trOis ans d'apprentissage dans le 'métier et je ne gagne que 1.800 fr. par semaine. Tu te rends compte ! Comme si à 18 ans, on n'avait pas les' mêmes beSOins qU'à 22 ! Je lui al demandé des eXpJ.i- (A suivre.) Renée MULLY. , Il ---....,-.:.---------------...,.-------,,,., , DROIT,El' ~l8Bt« , "Le chef d' lIv're eR,QcÎne" , 'É 21 avril 1699, alors due le jour L, se levait sur la paroisse Saint, Sulpice, le porche d'une ~aison bourgeoise de la rue des Marais 'se tendait de noir. Sur les dro.ps funèbres, un écusson: cel,ui du maitre dé' la maison, qui 'depuis qua-' tee heures du matin n'était plus: il portait d'azur au èygne d'argent. C'étaient des armes parlantes, car autrefois un rat surplombait ce cygne. ft Trésorier de France, secrétaire du roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, et l'un des quàrante de l'Académie frànçaise li, Jean Racine était mort à l'âge de cinquante-neuf ans. - Il y a donc deux siècles et demi qu'il succombait à une maladie de foie. Il succombait laussi à son excessive sensibilité, il mourait d'être demeuré con. fiant, sincère et constant dans ses ' affections au milieu de la forêt de Bondy la plus dangereuse qui fût en Franoe, laquelle se trouvait à Versailles et se nommait Il!- Cour. Le poète avait aimé le roi, mais d'un amour désintéressé qui ressemblait sans doute beaucoup à ce que nous ' appelons aujourd'hui patriotisme. Historien de Louis' XIV, il s'attacha à lui comme beaucoup d'auteurs s'attachent aux héros de leurs oeuvres; Mais ce fut sans rien attendre de lui; ce ne fut pas en courtisan; et voilà ce qui le perdit, La cour vers 1695 ... autour du soleil qui décline, autour du roi chaque jour plus dévôt sur qui règne en Mme de Maintenon le pharisaïsme incarné, certains nobles continuent à dilapider le revenu de leurs dOmaines, à moins qu'ils ne figurent sur la lfste des pensions, auquel cas le fisc les entretient. Cette génération née à Versailles n'a jamais vu les terres dont elle porte les noms; elle a perdu tout contact avec ceux qui les habitent, Racine est un oourgeois, et n'a été capable d'appren' dre ni l'hypocrisie pi l'art d'intriguer. Son affection pour le monarque est le seul lien qui le retienne ici; par contre, ' il sait ce que représentent les revenus des domaines seigneuriaux et ceux du fisc ..• ••• Aussi, dans une société où le moinrue mot susceptible de déplaire au maître trouve à coup sûr une âme charitable pour le lui faire parvenir et perdre son auteur, Rac~n,e n'hésite pas ' à faire un mémoire cc' 'aussi solidement raisonné que bien écr.It », nous dit son fils, sur les misères du peuple. Il les confie à la tortueus,e Maintenon, qui ~'Iarrange pour que ,: ~e roi surprenne l'écrit entre ses mains et s'exclame: « Parce qu'il est grand poète, veut-il être ministre?» ::: ( .. Le grand poète: aime le roi de France. Mais il refuse aussi de lui sacrifier l'affection filiale qui l'unit à ses maîtres persécutés de Port-~oyal. Assurément les informateurs complai~ nts n'ont pas manqué pour' porter à lta C0nnaissance du:" monarque cette maladroite fidélité. :: ' Dès lors il était pë~dti dans l'esp;it 'de Louis. Le maître fuyait son r,egard, lie lui adressait plus 'guère la parole, ne l'appelait plus la : 'nuit pour qu'il trompât, de son înco~paraible talent de lecteur, les royales insomnies. Alors qu'il n'avait plus rien à espérer, l'auteur de Phèdre jeta encore ce cri déchirant

cc Un homme aussi dévoué au roi

que je le suis, un homme qui passe sa vie à penser au roi, : et à inspirer aux autres les sentiments' 'd'amour et d'ad" miration qu'il a pou~~ le roi,:, )Y C'est cet homme-lé).' dont le "roi fit violer la sépulture à:Port-Royal, et qui repose derrière le maître-autel de SaintEtienne- du-Mont, 011 la plaque qui par lYliehel GOUR

11I~lIIlIIlIllIIlIIilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllII O UE nous sommes loin ici 'de la: trà-

gédie de 1670, de la « conversa.tion ~ous un lustre )), cie Bérénzce!. porte son nom mérite bien aujourd'hui Du grand- règne qui décline tandis que frère d'Athalie, fut enveloppé dans la des perspectives nouvelles s'ouvrent une visite ... : 1 •'.• ruine de la maison d'Achab, et tué par devant les esprits, le poète a ill1!stré 1'ordre de 1 éhu, que Dieu avait fait avec "aisance, avec édit une des. formel, sacrer par ses proPhètes pour être le artistiques, tout en la chargeant d'UQ A' U siècle des lumières qui s'ouvrait, ministr~ de ses vengf,ancés . .léhu exteT- contenu également nouveau. Athalie Racine laissait le plus généreux mina toute la postértté d'Achab, et fit est un modèle de tragédie classique, la testament poétique. Il y avait qua- jeter par les fenêtres 1 ézabel ... Athalie, règle des unités y est respectéè sans , tre ans qu'il dormait sur la montagne ayant appris à 1 éruS'alem tous ces mas- peine, l'action en est saisie au moment Sain,te-Geneviève, et qu~lques mois qu~ sac~~s, entr~prit 4e son, côté Jd e ' éteind.rc de li cc ' crise » pour ne se dérouler. LO~llS XIy avalt reJomt ses pères , a enttere'!"ent la rac.e royale Davzd" u'en fonction de l'évoiution psycholo-. Samt-DeDIs lorsq1:l'on donna la pre- ' en fazsant 'mOUrtr tous l~Ms' ~nfhan-,s _ iique dès protago?~stes.-~ Ef'pourtant mière représ.entation p' ublique d'Athalie, d' Ocho'sias, ses petits-fils. azs eu- , " ,' , '1 ' d 'O h " les roIll'antIques n avalent-l s pas ral-' le 3 mars ,1 7 16 . reusement losabeth , ' soe"u r c oszas son qUl' da ns l eur ,ha'm e d e R acm' e . • 1 avouaierit un faible pour ' Athalie, tragédie parfaitement dassique qui élargit le cadre de la tragédie classique, de' l'art classique? Avec elle, le, théâtre' devient spectacle: les évolutIons du, choeur, la grande mise en scène finale s'adressent enfin à nos yeux; avec elle surtout, Dieu entre en scène, Dieu.: c'est-à-dire la légitimité, la vérité et aussi l'indépendance de la nation qui finissent par l'emporter sur l'hypocrisie, l'oppression, la tyranniè de l'étranger ... Dès la narration du songe de la reine, dès le second acte, c'est sa présence invisible que nous serl.tirons, de plus en plus palpable, de plus en plus décisi.ve, jusqu'à l'hallucination, jusqu'au cri désespéré d'Athalie: Dieu des luifs, tu l'emportes / ... Impitoyable Dieu, toi seul a tout con[ duit 1 • * * Et c'est sans peine que dans le cadre si étroit de cinq heures de l'histoire de Jérusalem le poète nous fait entrevoir toute la société moderne en nous faisant entrevoir le Christ... Racine lisant « Athalie» à Madame de Maintenon Athalie était pour Boileau le chefd'oeuvre de R~cine, qui de son d3té avait pour sa dernière-née une tendresse secrète. L'échec de celle-ci à la Cour fut certainement un des chagrins de ses dernières années. Mais le roi pouvait-il tolérer que l'auteur du mémoire sur la misère populaire. dît à un r01 : L'auteur d'Esther avait rêvé d'une nouvelle pièce d'inspiration biblique. Il avait ouvert le second livre des Rois pour y relIre une des pages les plus sombres de l'histoire d'Israël, l'épisode d'Athalie. Voici comment il le résume dans la préface de sa tragédie: cc Tout le monde sait qUe le royaume de Juda était composé des deux tribus de Juda et qe BenjamIn, et que les dix autres tribus... compOsaient lie royaume d'Israël. Comme les rois de Juda étaient de la maison de David, et qu'ils avaient dans leur partage la ville et le temple de Jérusalem, ,tout ce qu'il y avait de prêtres ' et 'de lévites se retirèrent auprès d'eux, e't leur de- "meurèrent toujours attachés ... cc Joram, roi de 1 uda,. fils de lo-saPhat, et le septième roi de la race de' David, épousa Athalie, fille d'Achab et de 1 ézabel, qui régnaient en Israël, fameux l'un et l'autre, mais principalement 1 ézabel, par leuTs sanglantes persécutions contre les prophètes. Athalie, non moins impie que sa 'mère; entraîna bientôt le roi son mari , dans l'idoldtrie, et fit même construire dans lérusalem un temple à Baal, qui était le dieu du pays de Tyr et de Sidon, où 1 ézabel avait pris naissance. loram, après avoir vu Périr par les mains des Arabes et des Philistins tous les princes ses e'n/ants, à la réserve d' OchO'sias, mo'urut lui-même' misérablement d'une lo!Zgue maladie qui lui c,onsTf#ta les ent7' OJilles. Sa mort funeste n'empê'cha pas Ochosi'as d'imiter son imPiété et celle d'Athalie sa mère. Mais ce prince, après avoir régné seulement un an, étant allé rendr~ visite au roi d'Israël, Dessin original de Calmé (1812) et fille de lor:am, mais d'une autre mère qu'Athatlie, étant arrivée lorsqu'on 'égorgeait les princes ses neveux, elle trouva moyen de dérober du mi~ lieu des morts le petit loas encore à la mamelle, et le confia avec sa nourrice au grand-prêtre, [J oïada], son mari, qui les cacha tous deux Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge? dans le temple ... » Athalie crut ainsi avoir exterminé toute sa postérité et régna tranquille pendant six ans, Mais au bout de ce temps, Joïada dévoila aux principaux chefs de l.'armée royale l'identité de l'e n fan t sans nom qu'il élevait dans le grand temple. Aidé . par les lévites, il sacra roi le jeune Joas qûe le peuple reconnut comme seul héritier légitime de David. La reine alors, attirée par le bruit, · se présenta au temple, d'où on, l'arracha sur-Iechamp pour la ~ettre à mort. Les événe~ents qui ont précédé ce meurtre, point fi~l de la rivalité de deux clans inlassablement oçcqpés à s'entreassassiner en représaîJ.Ies d'une extermination antérieure

tel est le su jet de

la 'dernière pièce du cc doux Racine H. Le grand écrivain noir amencaln LANGSTON HUGHES, nous adresse ce poème inédit que nous s~es heureux de présenter à nos lecteurs Lois . "- antlnegres ' QUAND je m'en vais \ Aux environs, Les gens s'en vont. Jusqu'à l'étranger S'il peut s'en aller - qui veut s'en aller. , Pourquoi donc ? La lune ne s'en va pas, Le soleil ne fait pas un pas. A Chicago, 115 ont des lois 'Contre moi: Enfermé Quartier-Sud. Pis libre de respirer. Mais, ici, le' vent n'a pas le souffle court. 'Je dirai même que le vent court Un' grand danger .... Ce poème a été traduit par Jan Simon ..

Notes

<references />

Format JPEG