Droit et Liberté n°149 - octobre 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°149 (253) de Octobre 1955
    • Châtiment des lyncheurs du jeune noir Emmett Till: continuer ensemble par Albert Levy page1
    • Dans l'union, Paris a manifesté sa colère contre le scandaleux verdict de Sumner page1
    • Ratissages et rafles "au faciès" par Armand Bittoun page1
    • Apprendre la Faternité: une conférence internationale a étudié à Paris le problème de l'antiracisme à l'école: interventions de M. Barbag (Pologne), M. L. François (France), M. Hendry (U.S.A.), M. Comas (Mexique) page2
    • Paix en Afrique du Nord page3
    • Fraternité de tous les jours page3
    • Poujade tel qu'il est page3
    • Tous unis, imposons le juste châtiment des lybcheurs d'Emmett Till page4,5,6
      • L'affaire par André Saint-Cyr
      • L'émotion en France: messages de Marc Roegner, Jacob Kaplan, Marcel Prenant, Robert Merle, Simone Signoret et Yves Montand, Jean Vilar, Georges Duhamel, Jean Cocteau, Pierre Gascar, Pierre Mac Orlan, Gérard Bauer, Roland Dorgelès, Gaby Morlay, Louis Daquin
    • Sous le signe de la Paix et de l'Amitié: bref séjour en U.R.S.S. avec le "Batory" par S Kornbluth page7
    • Cinéma: "un homme est passé" presenté par Colette Morel page8
    • A Emmett Till par Edmond Meunier page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

MOOLOOn)1 • Modo ROBIN • Colelle MA'RS • les VINITZKI Edmond MEONIER • S. -BEBLAN! ••• le 13 Novembre à Plegel AU GRAND GALA ANTIRACISTE organisé , par le M. R. Â. P. (Voir a e 8) N° 149 (253) 15 OCTOBRE 1955 30 FRANCS CHATIMENT DES LYNCHEURS du Jeune noir EDIDlett Till 1 4[4D~lrll ~ 'U lE IR lE ~ § lE r\Y1IB IL lE •.•.•. Le 7 novembre, Bryant et Millam, les deux meurtriers du petit Emmett Till, doivent comparaître de nouveau, cette fois-ci pour «rapt d'enfant » . POUR OUE JUSTICE SOIT RENDUE venez tous au L'INJUSTICE, où qu'elle se manifeste, es,t comme un défi à notre peuple. Une fols de plus, il a relevé le défi. Sa réaction est unanime. Toute la France a flétri, Indignée, le lâche lynchage d'un enfant noir de 14 ans, puis vembre, l'aspiration enfin de notre peuple à la Justice - tout nous Impose de continuer ce combat, et de le continuer ensemble. Albert LEVY. (Suite page 6). GRAND MEETING qui aura lieu le VENDREDI 4 NOVEMBRE, à 20 h. 30 SALLE 0 E LA MUTUALITÉ (24, rue Saint-Victor. Métro: Maubert-Mutualité) le scandaleux acquittement des __________________ _ bourreaux. Un crime aussi barbare, la complicité ouverte d'un tribunal, l'Indifférence calculée d'un gouvernement - voilà qui dépasse nos Imaginations. L'émotion, chez nous, est telle que toute la presse s'en est fait l'écho. Des écrivains, des artistes, les personnalités les plus diverses, conscience de . la nation, ont protesté. Paris a frémi de colère. I L fallait, dans ces circonstances, que la volx de notre pays retentit sans discordances, dans l'unité. Il en fut ainsi, grâce au M.R.A.P. Notre Mouvement a montré avec éclat, à cette occasion, sa volonté, aa vocation unitaire. Dans le cadre de la campagne qu'II menait depuis plusieurs semaines pour le châtiment des coupables, le M.R.A.P. éleva une vigoureuse protestation et décida un meeting, aussitôt connu le verdict de Sumner. Mals, la L.I.C.A. annonçant elle-même un meeting, notre Bureau national, dans un souel d'union, annula la manifestation qu'il préparait et appela tous les antiracistes à se rendre aux Sociétés Savantes, le 27 sep,tembre. Le résultat? Ce fut cette affluence, cette atmosphère d'union et de confiance. Union dans la salle, union à la tribune, où siégeaient les dirigeants des deux organisations. Union soulignée par plusieurs orateurs, union saluée d'applaUdissements chaleureux lorsque s'acheVa la lecture de la déclaration du M.R.A.P. LA manifestation, certes, aurait pu être plus puissante encore, et donc plus efficace, 51 les deux organisations l'avalent entièrement préparéé en commun. Réjouissons-nous pourtant de cette première rencontre. Et surtout, préparons-nous à aller de l'avant. Le' souvenir d'Emmett TITI, l'Impunité des assassins, l'ouverture d'un nouveau procès en nole 27 septembre 1 PARIS A MANIFESTE SA COLERE contre le scandaleux , verdict Ratissages et rafles "au faciès" deS u m ne r A L'HEURE où 11 semble que la voix de la raison ait, enfin, de sérieuses chances d'être entendue pour le règlement pacifique de la question marocaine, quel vent de folie ré~ pressive semble animer les ,autorités pour tout ce qui touche l'Algérie? Fidèle à sa lutte constante pour l' action ~ommune de tous les antiracistes, le M.R.A.P. avait appelé les Parisiens à se rendre en nombre aux Sociétés Savantes, où la L.I.C.A. organisait un meeting. .... Le meeting de. Sociétés $civantes. En haut, on reconnaît notamment, à la tribune, Joséphine Baker, Bernard Lecache, et les représentants du M.R.A.P.: notre secrétaire général Charles PALANT, M' Manvllle, membre 'du Bureau National, M. l'abbé Grangier. En ba.: une vue de la salle. Le dernier bilan des morts et des blessés au cours des man~ festations du dimanche 9 octob11' en province est effrayant. Après les événements de la Goutte-d'Or, Jacques Estrinnes écrivait «( France-Observateur »., 8-9-55 : « ... Le samedi de la Goutted'Or a tait plus pour le « Front National l que six mols de propagande. La police prend peur, la rue de la Goutte-d'Or est en état de siège permanent, partout, chaque soir, des hôtels meubl és, des cafés sont envahis par les « agents de la paix l , des hommes sont emmenés, passés à tabac, la terreur multiplie les Indicateurs de police mals durcit les r ésolutions; peu à peu le « Front National » r entre dans la clandestinité. » Ce dernier dimanche aura creusé un peu plus le fossé. Finlrat- on par comprendre que c'est par de tels procédés qu'on risque d'envenimer à tout jamais les rapports entre la Communauté française et la Communauté algérienne, qu'on perd une à une les dernières chances qu'il reste de créer cette « association dans la frat ernité l qui r épond seule au véritable Idéal comme au vérl':' table Intérêt de la France? Armand BITTOUN. (Suite page 3). • DROIT ET LIBERTE APPRENDRE LA FRATERNITE 1 -....:?-_....:?-_--_....:?-_....:?-....:?-_....:?-....:?-....:?-....:?-....:?-_....:?-....:?-....:?-....:?-....:?-__ ....:?-__ ....:?-....:?-_----_....:?-....:?-....:?--....:?-....:?-_- Une conférence internationale a étudié à Paris 1e pro b 1è me de l'antiracisme a" l'école Le problème de la luite contre les préjugés raciaux dans le cadre de l'enseignement scolaire a fait l'objet, du 19 au 23 septembre, d'une conférence internationale organisée à Paris par l'U.N.E.S.C.o. Des éducateurs et des sociologues de huit pays y participaient. racistes pour aider au dévelop-r-----------La conférence s'attacha spécialement à mettre au point un ouvrage destiné aux instituteurs, leur apportant une riche documentation ainsi que des exemples et des suggestions qui leur permettront de donner plus facilement une orientation antiraciste à leur enseignement. La discussion portait sur deux projets établis respectivement par M. Cyril Bibby, de l'Université de Londres, et par M. Charles E. Hendry, de l'Université de Toronto. Entre autres conclusions, la conférence propose qu'if soit fait appel aux différents gouvernements, aux organisations d'enseignants, aux auteurs de livres scolaires, aux organisations antipement de l'esprit de tolérance et de fraternété dès l'école. Le M.R.A.P. ne peut que souscrire à de telles propositions. A maintes reprises il a insisté sur la nécessité d'immuniser les enfants contre le virus raciste. A la Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par notre Mouvement en juin dernier, ce problème a été largement débattu. Une commission d'enseignants créée à cet effet a élaboré un plan d'action, dont la réalisation permettra de sensibles progrès dans le même sens qu.e les projets de l'U.N.E.S,C.O. Au cours de la conférence qui vient de se dérouler, et qui a été suivie avec intérêt par le M.R. A.P., nous avons pu demander leur point de vue à plusieurs délégués. Nous publions ci-dessous les déclarations qu'ils ont bien voulu. faire à « Droit et Liberté ~. M. BARBAG (Pologne) : 1/ Voici comment nous Il combattons le • racisme ... Voici la déclaration que nous a laite M. Joseph BARBAG, représentant du ministère de l'Education de Pologne: rences de niveau dans le développement culturel des nations, mais ces différences sont liées aux conditions du développement social et historique. M. L. FRANÇOIS (France) •• • 1/ Il faut donner aux leunes des exemples réels ... 1/ Le racisme, nous a déclaré M. Louis FRANÇOIS, président de la Commission française de l'U.N.E.S.C.O., est . en général étranger à l'enseignement dans notre pays. J'estime toutefois qu'il était nécessaire d'attirer l'attention sur ce problème, de sorte que M. HENDRY (U. S. A.) : /1 Une dangereuse ma 1a d·le ... 1/ M. le professeur Charles HENDRY, de l 'Université de Toronto (U.S.A.), nous a déclaré: Voilà une vingtaine d'années que je me consacre aux études sociales, et en particulier au problème des préjugés raciaux . J'ai dirigé une enquête sur le comportement des individus devant l'antisémitisme et le racisme. Plusieurs des documents que nous avons ainsi établis ont servi à la Cour Suprême des Etats-Unis pour étayer la décipuisse être développée une action positive contre les préjugés qui menacent l'enfant et l'adolescent. C'est surtout à ce dernier que je pense. La brochure que nous allons élaborer servira surtout, me semble-t-il, dans les classes terminales, pour guider les débats. Pour frapper les jeunes, il faut des faits précis. Il faut expliquer à l'aide d'exemples concrets ce qu'est le racisme, quelles sont les conditions dans lesquelles il se développe. Un enseignement vraiment antiraciste devrait, à mon avis, examiner les causes du racisme en Afrique du Sud, expliquer pourquoi il a disparu en U.R.S.S., pourquoi il n'existe pas au Brésil, étudier la lente évolution qui s'opère actuellement aux Etats-Unis, etc... Cet enseignement, en un mot, devrait être basé sur le réel. Un tel enseignement serait particulièrement utile en Afrique du Nord, où le prOblème du racisme se pose de la façon la plus brt1- lante et demande une action continue. Je suis très heureux des contacts que j'ai pu prendre au cours de la présente conférence. " Israélites s'abstenir" « Israélites et étrangers s'abstenir »: ainsi se termine une annonce parue dans le numéro d'août de l' « Avenir Médical », revue mensuelle lyonnaise. Il est vrai que l'auteur de cette annonce, qui cherche « un jeune confrère sérieux » pour lui donner son cabinet... et sa fille, se déclare lui-même fatigué. Quant" à la revue en question, elle devrait revoir mieux les textes qu'elle publie. Car, en depit du mot « avenir » qu'elle arbore dans son titre, de telles discriminations relèvent plutôt du passé. Un passé que nous voulons révolu. Interdit aux AISériens Le directeur d'un club de jiujitsu d'Amiens a adressé à deux membres de ce club une lettre ainsi conçue: « Monsieur, « Par suite des événements fâcheux qui se déroulent en ce moment et sur la demande de nombreux élèves, Je me vols dana l'Obligation et le regret de vous demander de ne plus venir à la salle d'entraînement. J'espère que vous comprendrez la situation. Recevez, Monsieur, mes salutations. » Précisons que les deux destinataires étaient des Algériens. Nous voulons croire que la me_ sure odieuse prise par un directeur non seulement raciste mals indélicat n'a pas l'approbation de ses « nombreux élèves » qui, eux, sont sportifs. Gageons que des amateurs de jiu-jitsu le feront sentir au directeur amiénois qui se repentira La lutte contre le racisme à un jour de ce coup bas. l'école intéresse tous les pays, et pas seulement ceux où subsiste la ségrégation raciale, tels que les Etats-Unis ou l'Afrique du Sud. Nous montrons aux enfants que tous les hommes, toutes les races, toutes les nations ont la possibilité d'acquérir le même niveau de culture et de technique pourvu qu'il n'y ait pas à leur égard de discriminations et que leurs conditions de vie soient favorables. Nous montrons concrè.tement que certains groupes ethniques, une fois débarrassés du système colonial, ont pu se développer considérablement au point de vue culturel et technique dans de nouvelles conditions sociales et économiques. Les meilleurs exemples sont ceux ' de la Chine et de l'Extrême-Orient soviétique. sion qu'elle a prise de faire ces-, _____________________________ _ Ce prOblème n'est pas étranger, par exemple, à la pologne, bien que, dans notre pays, le racisme n'existe plus. C'est un fait que notre société a été sous l'influence · de l'idéologie fasciste avant et pendant la guerre. Des traces de cette intoxication demeurent çà et là. Nous devons donc combattre, notamment par l'enseignement, les préjugés qui pourraient subsister. Nos méthodes diffèrent selon les classes. Chez les jeunes enfants nous nous efforçons de créer la sympathie à l'égard des autres races, au moyen de récits, d'histoires et par des textes reproduits dans les livres. Dans les grandes classes nous abordons le point de vue scientifique, en expliquant ce qu'est et n'est pas une race. On ne peut évidemment pas nier l'existence de races différentes: c'est un fait biologique. Mais nous montrons que les différences raciales n'ont pas d'influence sur les 'capacités intellectuelles, techniques, ni sur les qualités morales des individus. De même, il existe des diffé- DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fbg St-Denis - Paris-ta- Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE Un an : 300 francs PAYS ETRANr,rRS Un an : 430 fran.,. ABONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQ!';E Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis -:- PARIS (X') -:- Trat. eue. par de. out. syndiqué. A tous les niveaux de l'enseignement, nous nous efforçons de montrer que le développement de la culture universelle n'est pas dt1 seulement à l'homme blanc. Les cours d'histoire, de littérature nous permettent d'insister sur la richesse des vieilles civilisations de la Chine, de l'Inde ou de l'Amérique du Sud. La lutte contre le racisme n'est d'ailleurs pas seulement une question d'enseignement: c'est tout le climat social qui importe. Dans des régimes sociaux déterminés, certains groupes sont intéressés à développer le racisme parce qu'il favorise l'exploitation d'autres nations où peut servir, sur le plan intérieur, à créer des diversions aux problèmes qui se posent réellement. Le racisme ne peut trouver chez nous de telles bases. Nous avons banni de la littérature, du cinéma, comme des livres scolaires, tout ce qui peut exciter à la haine d'autres nations ou d'autres races. De plus, étant donné le caractère émotionnel, antiscientifique des préjugés racistes, il est bon de les combattre aussi sur le terrain émotionnel. A cet égard, les rencontres entre jeunes de nationalités ou de races diverses constituent la meilleure école de fraternité. Il est clair que le Festival de la Jeunesse, qui s'est tenu cet été à Varsovie, a été pour nous d'une grande utilité dans ce domaine. La diminution de la tension ,internationale nous permet d'es' pérer que les liens pourront être encore res5el:rés entre les jeunes de tous les pays. C'est, contre le racisme et les préjugés, le remède le plus efticace possible. ser la ségrégation dans les écoles. Des progrès sensibles ont été réalisés dans ce domaine, y compris dans le sud des Etats-Unis. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire. L'enseignement à l'école peut contribuer très efficacement à combattre les préjugés raciaux. Mais l'enfant est également sous l'influence du milieu où il vit en dehors de l'école. Il faudrait pouvoir lutter contre le racisme dans tous les domaines à la fois. C'est là une affaire de gouvernement. Je pense que la présente conférence aidera à faire reculer cette dangereuse maladie qu'est le racisme. M. COMAS (Mexique) : 1/ Nous sommes sur 10 bonne voie... 1/ Le professeur Juan COMAS, de l'Université de Mexico, nous rappelle les initiatives déjà prises par l'U.N.E.S.C.O. pour combattre le racisme sur le plan de l'éducation: En 1949 et 1950, sous l'égide de l'U.N.E.S.C.O., des savants ont élaboré un document définissant le concept de .race et proclamant l'égalité de toutes les races. Puis, ont été publiées une série de brochures destinées à contrecarrer les différents préjugés raciaux. (M. Comas lui-même a rédigé l'une de ces brochures: « Les mythes raciaux »). J'attache une importance primordiale, nous dit encore M. Comas, à l'action des organisations non gouvernementales et à la presse. La campagne pédagogique que nous envisageons devrait être accompagnée de vastes campagnes de presse. Car un enseignement antiraciste serait sans résultats si les enfants rencontraient le racisme à la maison, dans la rue, au cinéma ou dans leurs lectures. Dans tous les pays, aujourd'hui, il y a des progrès dans ce domaine. Je combats les discriminations raciales depuis 15 ans: je pense que nous sommes sur la bonne voie, surtout si se précise la perspective d'une détente Internationale. Un Ciné-Club est "AM ITI É " , ne • • Un ciné-club est né. Il a nom « Amitié ». Son but est à la fois de développer la culture cinématographique et d'exalter, au moyen de films appropriés, l'amitié et la fraternité entre les peurpies, entre les hommes. Le M.R.A.P. salue cette initiative, à laquelle il s'associe pleinement. Il apportera tout son appui ·au groupe dynamique, formé surtout de jeunes, qui assure la gestion du ciné-club « Amitié ». Les séances seront bimensuelles; elles auront lieui le 2" et 4' 800.000avortements por on Ln FEMf!1ES SONT·ELlES COUPABLES? /liel~ ,--~ mardi de chaque mois, à la salle Yves-Toudic, à deux pas de la place de la République. La séance d'ouverture aura lieu le 29 novembre. Nous y reviendrons. • Inscription: 200 francs. Cotisation: 200 francs par mois (2 séances). Renseignements: 91, faubourg Saint-Denis, Paris (10'). Tél. : TAI, 48-11. f DROI:r: Il,. LIBIIRT,II • PAIX EN AFRIQUE DU NORD ! POU J ADE Ayant examiné les problèmes d'Afrique du Nord, le Bureaur--------------- national du M.R.A.P. a adopté la r ésolution suivante, qui a été TEL QU'IL EST Charles:::é:e à tous les groupes parlementaires et communiquée à la Pou r l'a mif i é L E Bureau national du Mouvement contre le Racisme, l'Antlsé- J"ude'o _ musulmane mltlsme et pour la Paix souligne, u·ne nouvelle fols, que la politique de force et de répress.lon aveugle ne sauraient f'ésoudre les graves 'problèmes posés en Algérie et au Maroc. Fidèle au,x traditions et à l'Intérêt de la France, il dénonce les méthodes racistes pratiquées notamment dans. le Constantinois, qui ne peuvent que créer des haines et creuser un fossé entre la France et les populations d'Afrique du Nord. Le Bureau national proteste énerglq uement contre les mes,ures discriminatoires qui frappent les Nord-Africains résidant en France, telles que les rafles « au faciès » et autres procédés révoltants, rappelant des temps que l'on pouvait croire révolus. Aux tentatives visant à dresser musulmans et juifs les uns contre les autres, à provoquer des divisions et des effusions de sang, Il oppose la solidarité des victimes du racisme, leur fraternité dans le respect des convictions et des- intérêts de chacun. Il salue avec espoir toutes les prises de position en faveur d'une entente entre les différents groupes· humains vivant en Afrique du Nord. Certain d'exprimer la volonté de tous les antiracistes, le Bureau national du M.R.A.P. demande qu'en Algérie et au Maroc soient réalisées, sans tarder, les réformes souhaitées par tous, dans le domaine économique et social, et que soient recherchées sincèrement des solutions de paix dans· l'esprit de la Constitution qui garantit à tous, sans distinction de race ni de religion, l'exercice individuel et collectif des libertés et des droits fondamentaux. Il appelle tous les antiracistes à s'unir et à agir ensemble, pour que triomphent les immortels principes de justice et de liberté. Paris, le 6 octobre 1966. Dans une interview au journal britannique Jewish Chronlcle, M. Abdel Kader Benj elloun, secrétaire du Parti Démocratique de l'Indépendance (P.D.I.) , a déclaré que le fuLur gouvernement marocain donnerait « l'égalité complète à tous les hommes et femmes, sans distinction de race, de couleur et de religion ». Il a souligné que « le Maroc de demain sera aussi bien réalisé par les citoyens de religion Juive que par leur compatriotes musulmans ». Peu avant, le P.D.I., dans un appel explicitement approuvé par Si Bekkai, auj ourd'hui membre du Conseil du Trône, avait invité « tous les Marocains - musulmans ou Israélites - à s'épauler dans tous les domaines, afin de réaliser cette union nationale qui, plus que jamais, demeure l'impél'atif pour la réalisation de leurs communes aspirations légitimes ». DE nouveau, ces temps-ci, Poujade est passé au premier plan de l'actualité. Non qu'il défende de façon particulièrement efficace les revendications des artisans et des commerçants. Au contraire, il démasque de plus en plus ses ambit ions politiques, ses conceptions et ses méthodes fascistes. Ce qui explique les nombreuses lettres de démissions qu'il ne cesse de recevoir. A maintes reprises, nous avons mis en garde contre l ' antisémit isme et la xénophobie de Poujade et de ses lieutenants. Nous avons montré qu'une telle attitude aboutit, d'une part, à diviser des hommes qui ont les mêmes intér êts à défendre; et, d'autre part, à poser f aussement le problème des r esponsabilités. Or, Poujade r écidive, ou plut6t continue. Dans ses plus récents discours, i l s'en prend plus volontiers aux « juifs », aux « métèques » qu'aux véritables respon- FRATE.RNITE DE TOUS LES JOURS ••• Le peuple français n'est pas raciste: chaque jour nous parviennent des témoignages de sa solidarité avec les travailleurs nord-africains. Nous en donnons Ici quelques exemples, tirés de la vie quotidienne. Dans un café lyonnais C'est un café fréquenté par des journalistes et des imprimeurs après leur nuit de travail. Ratissages et rafles Il au faciès Il (Suite de la page 1) A Paris, les forces de police mises en place le 9 octobre ont été si importantes que, selon les termes du communiqué du ministère de l'Intérieur, elles ont « r éussi à empêcher les manifestations prévues ». Ce même communiqué annonçait « qu'en fin de matinée l'ordre était partout r établi ». Cependant les informati ons de presse annonçaient qu'à 22 h. 15 le chiffre des arrestations dans la capitale s'élevait à 913! Pour empêcher la manifes tation, il suffisait d'arrêter « PREVENTIVEMENT » tout Nord-Africain rencontré dans la rue. Il n'est même plus bewin pour cela d'invoquer la moindre justification juridique. Et pendant ce temps, sous le couvert de « l'état d'urgence en Algé rie », les arrestations opérées en France sur mandat de juges d'instruction près des t ribunaux algériens continuent à un rythme toujours plus grand. L'indignation soul evée par l'arres tation de Robert BARRAT a imposé sa mise en liberté. Il est cependan t touj ours en danger ; une perquisition a été opérée à son domicil e et il es t touj ours sous la menace d'avoir à subir des in te rrogatoires à Alger. Par ailleu rs, c'est par centaiIles que des Algériens sont arrêtés et t ransférés en Afrique du Nord pour y être incarcér és. Lorsque rien n'a pu être retenu contre eux et qu'ils sont relâchés par les juges, ce sont les poli ·ciers qui les arrêtent et ils peuvent être déportés pour des motifs de « sécurité », et touj ours en vertu de « la loi d'urgence ». Au moment où l'Assemblée Nationale va avoir à décid er d'une poli tique algérienn e, il appartient à tous les antiracistes de faire entendre leur voix pour que les s olutions de sagesse et de justice soient 1doptées et pour qu'avant toute chose il soit mis lin à la r épression arbitraire. Entre un jeune homme qui commande un café. Le patron le met dehors en di sant: « C'est un Algérien, je ne les aime pas! » Ce même jeune homme reparaH peu après avec un ami et ·tous deux vont s'enquérir poliment auprès du patron qui s'écrie: « Si 'Vous ne partez pas immédiatement, j'appelle la police. » C'était compter sans les consommateurs présents. Ceux-ci invitent donc à leur table les deux Algériens, travailleurs en grève du ba rrage Saint-Pierre-du-Cognet, et leu1r offrent des consommations. • A la tenancière du café qui tentait d'expliquer que « Je ne peux pas « les » voir depuis le jour où un Al gérien a fait du scandale ici », un consommateur réplique

« Mais est-ce que vous

refusez de servir les consommateurs franç ais parce que l'un d'eux a un jour fait du scandale chez vous? » Et la patronne dut servir les cafés que les Algériens offrirent aux antiracistes. En gagnant son pain •.• A Serre-Ponçon (Hautes-Alpes), l'entreprise « La Générale » pénalise le:, Algériens qui ne veulent pas prendre leurs repas à la cantine. Elle perçoit 100 francs par repas qui n'est pas pris ... et retient ainsi 3.000 francs par mois. Cette brimade raciste s'apparente fort à une escroquerie. C'est pourquoi tous les travailleurs de l'entreprise, dans un vaste mouvement antiraciste, se sont unis aux travailleurs aIgériens pour imposer par la grève la suppression de cette retenue. La bouteille brisée Un Algérien circulant à bicyclette à Argenteuil fait une embardée - sa chaîne ayant sauté - et casse une bouteille. Un agent de police, visiblement désireux de l'humilier, exige que cet Algérien rama'sse jusqu'aux plus petits morceaux de verre avec ses mains. U ne personne obligeante ayant Jusque dans leur postérité ••• assisté à la scène lui offre un balai pour lui faciliter sa tâche. Fureur de l'agent raciste, qui exige alors que l'Algérien répande de la sciure de bois. C'est un commerçant complaisant qui exécute cette besogne. C'en était trop. L'agent exige alors les papiers de l'Algérien et se permet de menacer de ses foudres toutes les personnes qui ont osé faire acte de solidarité anti raciste! Si le racisme tue la fraternité sauve ••• Des tentes sont plantées sur les berges de la Seine, près du pont Sully à Paris. Là vivent plusieurs familles de sans-logis. Fin septembre, un enfant sort d'une tente et tombe à l'eau. Un Algérien a vu le drame. Il plonge et ramène la petite victime saine et sau,ve sur la berge.

A Aubervilliers, par contre, c'est M. Le Riguier, 8, rue Albinet, qui plonge à deux reprises dans le canal et en retire M. Atmaniou Saïd qui se noyait. Nous saluons ces deux courageux sauveteurs antiracistes. ... Les discriminations dont sont victimes les travailleurs algériens frappent aussi leurs enfants. Alors que le. cotisations ouvrières et patronales sont Identiques, les prestations des AliocatlOins familiales et de la Sécurité Sociale sont neHement . inférieures pour les Algériens, même lorsqu'Us travaillent en France. sables des difficultés économiques. Mieux (ou pire) : il s'associe ouvertement à la politique de répression en Afrique du Nord, qu'il voudrait plus féroce encore. Il n'ignore pourtant pas qu'une telle politique, outre son caractère dangereux pour la France, doit entraîner de nouveaux imp6ts, de nouvelles charges pour les commerçants et artisans: le mini stre des Fi nances, M. Pfimlin, l'a indiqué. Dans une lettre récente à un juif membre de l'U.D.C.A . du Bas-Rhin, Poujade, en se déclarant hostile à l 'anti sémi tisme, ne fait que confirmer son attitude. Désignant « les usuriers en Algérie ou ailleurs », il déclare qu'on « ne doit pas en accorder le bénéfice exclusif aux israélites ». Ai nsi , i n sinue-t-il que si tous les usuriers ne sont paB juifs, tous l es juifs sont usuriers. Plus loin, maniant la calomnie antisémite avec la même grossièreté, il se déclare luimême « honnete et juste » et demande à son correspondant « d'intervenir autant que tu pourras auprès de tes correligionnaires pour que des sentiments identiques préSident il leur ligne de conduite ». Une telle généralisation n'est-elle pas signi ficative? Qui se ressemble s'assemble: Poujade vient de fonder à SaintCéré une « école de cadres », et n'a rien trouvé de mieux, pour en assurer la direction, qu'Albertin!, ancien collaborateur de Marcel Déat et le doriotiste Henri Barbé. Ce sont les « cadres » formés par eux qui sont destinés à entraîner les militants poujadistes dans des expéditions punitives comme celles qui ont eu lieu récemment à Chartres, à Châteaudun, à Pont-t'Abbé-d' Anoult. Ces diversions dirigées contre d'humbles fonctionnaires, la création de sortes de « groupes d'assaut », rappellent dangereusement les méthodes hitlériennes. Sans doute, il est temps de sévir contre les agissements de Poujade. Aussi peut-on s'étonner que les poursuites engagées gênent si peu le « chef» de l'U.D.C.A. et qu'un ministre, M. July, i ntervienne personnellement pour faire libérer un poujadiste arrêté à Châteaudun. Il faudrait également que de telles poursuites contre un homme qui mène ouvertement campagne contre le régime républicain, ne soit pas une nouvelle tentative d'éluder les revendications des commerçants et artisans qu!. elles, sont légit imes. Il appartient aux intéressés, sans se laisser détourner par les diversions, de poursuivre leur action dans l'union la plus complète. Le carnet de DL Ch. PALANT accidenté Au nom de tous les amis du M.R.A.P., nous adressons nos voeux de prompt et complet r.établlssement à notre ami Charles PALANT, secrétaire général du Mouvement, qui souffre d'une fracture du bras, par suite d'un accident dont Il a été victime au début d'octobre. Mariages Nous avons le plaisir d'annon_ cer le mariage de Mlle Monique Furmanskl, fille de notre dévoué ami J acques Furmanskl, avec M. Léon Hepner. Nos félicitations et nos voeux les meilleurs. ok * ok Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Estelle GROSS, fille de nos amis M. et Mme Gross, de la société « Kalisch », avec M. Léon SCHOR. Toutes nos fé licitations et nos meilleurs voeux. TOUS· ·UNIS, imposons le juste ch ~ -L·élllolion en France Le pasteur Marc BOEGNER "'exprime le grand espoir que la vague de réprobation soulevée aux U.S.A. et dans le monde entier par l'acquittement des deux blancs accusés, contribuera puissamment à persuader les Américains, qui pratiquent encore un si abominable racisme, qu'à semer le vent on récolte tôt ou tard la tempête. M. Jacob BJ\P~ Grand Rabbin de France Nous, qui avons atrocement souffert du racisme, voulons tout d'abord exprimer notre vive et fraternelle compassion à cette malheureuse mère. Ceux qui ont été capables de commettre Ce crime se sont targués de leur supériorité raciale. Nous ne connaissons pas de supériorité raciale ... Le verdict du tribunal de Sumner aurait été obtenu au bénéfice du doute. Certes, la Justice exige qu'II n'y ait pas de condamnation en cas de doute. Mais nous pouvons nous demander, à lire les journaux, si vraiment II. y a eu doute dans l'esprit du jury. Il est temps que cesse cette haine bestiale des races. Il est temps que cesse toute haine entre les hommes. Puisse le réveil de la conscience universelle rendre désormais impossible le renouvellement de tels actes Indignes de l'humanité. Marcel PRENANT Professeur à la Sorbonne Un jeune noir siffle d'admiration au passage d'une femme 'blanche: c'est une gaminerie. Deux brutes racistes le punissent en I.e massacrant: c'est un atroce et répugnant faltdivers. Il se trouve toute une presse pour prendre leur défense, un tribunal et un jury pour les acquitter, une foule surexcitée pour les acclamer et pour traquer la famille de la victime: c'est la faillite d'une civilisation. Robert MERLE Prix Goncourt Ce verdlot est une chose très grave. C'est une victoire Importante du racisme et qui dit racisme dit tôt ou tard fasclsmo. C'est cela surtou,t qui est In- ' qulétant. Nous devrions y prendre garde, nous aussi, en Afrique du Nord, où le racisme antlarabe des colons est tout autant à déplorer que le racisme ant!noir des Etats du Sud en Amérique. D'un autre oôté, le fait qu'il y ait eu à New-York un meetIng où des blancs ont protesté contre le verdict des ju·ges du Mississipi est un indice encourageant. Il montre que l'opinion publique américaine est en train de réagir contre la cruauté et le sadisme Inhérent au racisme. Il Importe en tout cas de fortifier cette protestation en y joignant la nôtre. Simone SIGNORET et Yves MONTAND Nous tenons, ma femme et mol, à nous Joindre à tous ceux que l'affaire 'rlll a Indignés. Et nous, pensons d'ailleurs que ne pas s'Indigner pUbliquement confine à la complicité. L'af_ faire Till est haïssable comme tout ce qui a trait au ·raclsme ou au colonialisme. Jean VILAR Directeur du T .N.P. Il est regrettable qu'II y ait deux formes de justice. La justice 110 doit pas être une question de couleur de peau. Et puis quoi qu'ait pu faire un enfant, on ne le tue 'pas et on ne libère pas comme ça ceux qui l'ont tué, dans quelque pays que oe 801t. L'A F FA 1 RE PRES de irois siècles se sont écoulés, au ter.me desquels les hommes venus du vieux continent ont pu conquérir la terre sa'uvage et dure du Mississipi. Près de trois siècles pendant lesquels les noirs, utilisés, exploités, asservis jusqu'à la découverte de nouveaux moyens de production ont permis à l'Amérique de se couvrir de buildings et d' usines - d'être une nation puissante. En abandonnant l'Europe, les colonisateurs d'alors poursuivaient l'achèvement de leur personnalité dans leur lutte avec ce pays nouveau. S'ils ont mérité d'avoir le sentiment d'être chez eux, il est permis de penser qu'en abo rdant ces mêmes rives, les hommes d'Afrique avaient au fond d'eux~mêmes des aspirations analogues. Qu'ils aient été vaincus et asservis, c'est la loi du plus fort, un fait historique, sur lequel il serait vain de revenir ma'intenant pour tenter une quelconque critique des moeurs de la colonisation. Qu'il nous suffise de constater que sans eux l'Amérique ne serait peut-être pas ce qu'elle est aujourd'hui - qu'il y aura bientôt cent ans qu'Abraham Lincoln supprimait l'esclava'ge et que, dans tous les EtatsUnis, y compris le Mississipi, les hommes sont assurés de certains droits inaliénables - entre autres la vie, la liberté, la poursuite du bonheur. Pourtant, c'est un fait: l'Amérique lynche ses noirs et, dans l'ensemble de ce pays, si le crime d'un nègre est un préte~ te pour terroriser toute une population noire, le crime d'un blanc contre un noir suscite les mêmes prétextes. I! y a là un paradoxe étrange qui, en traversant le mouvement d'émancipation irrésistible développé depuis Lincoln, risque de compromettre dangereusement l'avenir de l'Amérique si sa Justice s'obstine à se différencier selon la couleur de ses citoyens. Dans le sud de l'Amérique, l'affaire Emmett Till n'est, paraît- il, rien de plus qu'un fait divers dans la colonne des chiens écrasés ... Histoire de justice américaine, ajoute-t-on, mais à travers l'indignation qu'elle a suscitée dans le monde entier, il est réconfortant de penser que , l'injustice, d'où qu'elle vienne, Icontinue à révolter la conscience des hommes. I! est encore temps pour les juges de Sumner de reconsidé- -Ter leurs tradi,tions et de prendre garde à leurs coutumes. Ainsi le veut, à défaut d'humanisme, une certaine décence. RAPPELONS brièvement les faits. Mme Caroline Bryant est, paraît-il, une jolie épicière de Money et Emmett Till, un Emmett TILL. jeune noir, a, en l'apercevant, poussé un sifflement d'admira~ tion. Il n'en faut pas davantage pour qu'on découvre, quelques dans le verdict, car jamais dans le Sud un blanc n'a été condamné pour le meurtre d'un noir - dans une saUe seulement étonnée de l'existence d'un 1el procès. Ce qu'il avait vu, Willie Reed? Emmett Till dirigé vers une grange, propriété du frère de l'un des accusés - un blanc en sortir, puis rentrer avec un revolver. Ce qu'il avait ~ntendu'l Les coups tannant vIgoureusement la peau none d'Emmett Till et ses cris de douleur. En dépIt de ces témoignages accablants, les accusés, bons pères de famillt~ - tai!'ant danser leurs enfants ~ur leurs genoux - plaident non coupables. En somme, ils étaient venus sermonner un petit nègre incorrect, l'avaient sorti dans la nuit on ne sait trop p wrquol, puis l"étant apen.Js qu'ils s'étaient trompés sur son identité, l'avaient rendu à la liherté et à la vie. Quant au cadavre repêché dans la rivière et fGlmellement reconnu par la mère comme étant celui de son fils, :le seraitce encore que par l'anneau d'argent que son père lui avait d ~ nné, mensonge que tout cela. I! ne s'agit ni p.us ni moins que d'une honteuse mise en scène de la population noire du Mississipi pou'r procurer des ennuis aux blancs ... Voilà qui a suffi pour susciter dans l'esprit des jurés de Sumner « un doute raisonnable ». D'ailleurs, un verdict de culpabilité aurait réveillé les cadavres des premiers maitres. Et cela, il ne le fallait pas. Aussi, la justice de l'Etat du Mississipi fut-elle rendue dans l'allégresse générale, lonforme au voeu des racistes blancs. Roy Bryant et John Millam ne sont pas des assassins. Il n'y a eu, ni préméditation, ni lâcheté de leur part. Ils ont été victimes d'une cruelle mystificat ion imaginée par la haine des noirs, les seuls et vrais coupables. LE vieux patriarche Moses Wright, Willie Reed et Mamy Bradley, mère d'Emmett Till, n'ont plus qu'à quitter le Mississipi s'ils tiennent à leur vie. Le sheriff de Sumner prendra soin d'Emmett Till. Car Emmett Till n'est pas mort. Dans ce Sud des Etats-Unis, tout imprégné de la sueur et du sang des noirs, feJmé à toute influence humanitaire, perdu au fond d'un conservatis'me larvé, jl suscitera longtemps l'indignation du monde et le déshonneur du jury de Sumner et maintiendra dans le coeur de 19 millions d'hommes une révolte que nul ne saurait fl étrir. André SAINT-CYR. Lo de a tar reu ~ 1 eni ra ~ pal plu l déj chi bal pré exi Dou Dra dlE mett Harle vant u jours plus tard, son cadavre af- , ________________________________ _ freusement défiguré, dans la rivière Tallahatchie. Tout simplement parce qu'il ava'it, avec toute la spontanéité de ses 14 ans, rendu hommage à la beauté d'une blanche, le mari de celle-ci s'en est offensé au point d'organiser contre lui une expédition punitive. Quatre blancs composaIent cette expédition: Roy Bryant, l'offensé, son demi-frère John Millam (-t deux autres qu'on n'a guère eu souci d'identifier, encore moins d'inquiéter. Il était nuit, quand ils découvrirent le ~amin chez son oncle, Moses Wnght, Jn vieux pr~dicateur à qui « on conseilla avec énergie d'oublier ce qu'il avait vu :.. Ce qu'il avait vu? Emmett interrogé brutalement et enfin kidnappé ... Ce qu'il n'avait pas vu, ce qu'il n'avait pas entendu, un jeune homme de 18 a'ns, Willie Reed, est venu le dire, à douze hommes d'une race différente et hostile à la sienne, dans une salle menaçante mais confiante DANS L'U N aux Sociétés Sa TOUTE la presse a reflété l'émotion unanime des Français devant le verdict raciste de Swnner. Cette émotion devait se traduire, à Paris, par une manifestation également unanime. Le M.R.A.P., désireux de faire -tout son possible pour que s'affirme l'union des antiracistes, gage d'efficacité, décida' d'annuler le meeting qu'il préparait et s'associa au meeting prévu par la L.LC.A. Après une rencontre entre une délégation du Bureau national du M.R.A.P. et des représentants du Comité central de la L.LC.A., notre Mouvement, dans un appel publié par les différents quotidiens, invita ses militants, adhérents et amis, à se rendre nombreux, le 27 septembre, salle des Sociétés Savantes. Ainsi, dans une salle trop petite, des hommes et des femmes de toutes races, de toutes origines, de toutes opinions, exprimèrent d'un même élan leur colère, leur ardente volonté de justice et la satisfaction de se trouver au coude à coude, sans distinction d'organisation, dans le même combat. A la tribune, on reconnaissait notamment: Joséphine Baker, Bernard Lecache qui présidait, plusieurs dirigeants de la L.LC.A., et les représentants du M.R.A.P.: notre secrétai're général Charles Palant, M' Manville, membre du Bureau national, et M. l'abbé Grangier. La dont la chaleur soulign. té qui, comme mettra porter leur luf Parmi tour, ( crime q chage d tement sieurs égaleme si néces M. Ri1 bangui-( « tous L'ÉTRANGE PROCÈS DE La presse américaine donne d'étranges descriptions de la salle du tribunal de Sumner, où Roy Bryant et J. W. Millam ont été jugés pour le meurtre du petit Emmett Till. e Les jurés en manches de chemises fumelnt le cigare. Les enfants des accusés piaillent ou menacent le juge de leur pistolet à eau •. e L'un des enfants portait des bottes et un chapeau de cow-boy 1 » « Des cris de cr; Bonne chance • Jaillissent du public, quand les deux accusés, rasés de frais et l'air lovlal, pénètrent dans la salle... » « Les femmes des accusés sont assises à côté d'eux... • En famille ...

La ségrégation était pratiquée dans la salle même du tribunal, où l'on n'ovait laissé entrer qu'une cinquantaine de noirs, pour environ 250 blancs. Les noirs, qu'ils soient spectateLlrs, témoins ou journalistes, étaient placés dans le même coin, à l'écart des blancs. Le représentant noir Diggs, lui-même, dut, malgré ses protestations, se plier à ces mesures racistes. - Voilà longtemps que nous maIntenons les race. séparées. Nous n'avons pas l'int~ntlon de changer aujourd'hui, a déclaré le sherif Strider.

Lorsque Mme Bradley, la malheureuse mère, arriva à Sumner pour t4- moigner au procès, elle demonda à la pol ice d'assurer sa protection. - Vous n'avez pas plus besoin de protection que mail lui répondit le sherif en caressant le revolver attaché à sa ceinture. Et il refusa son appui. Mme Bradley reçut 50 lettres de menaces. Mais aussi, Il est vrai, 2.000 lettres d'encouragements.

Pas un noir et pas une femme dans ce jury chargé de punir les assassins d'un enfant noir. Neuf des douze jurés étaient des fermiers, exploitant eux-mêmes des travailleurs • de couleur " représentants de cette aristocratie blanche du Mississipi, si fière de ses traditions racistes ...

Le procureur général Chathom a révélé que deux noirs, Leroy Collins et Henry Logan, ont été contraints par les assassins à assister au crime. Ces deux témoins ont disporu. De même ont disparu deux autres témoins qui avaient entendu Emmett Till crier dans la grange où ses bourreaux le torturaient. Mais les enquêteur. n'ont pas cru devoir les foire rechercher. Et pas davantage les deux autres blancs Qui se trouvaient dans la camionnette de Bryant 1. loIr du meurtre. Après le courageux témoignage de Moses Wright, ne pouvant nier qu'ils avaient emmené Emmett Till, Bryant et Millam ont prétendu l'avoir abandonné sain et sauf, au bout de trois Le courageux témoin M_ WRIGHT. kilomètres, car il n'était pas le garçon qu' ils recherchaient. - Ce n'était pas le bon, ont-ils affirmé. Ce Qui est un demi-aveu : à supposer qu'ils aient trouvé • le bon " ils lui auraient foit ce qu'on les accuse d'avoir fait à Emmett.

C'est le sherif Strider qui a soufflé aux jurés leur verdict. Appuyant la thèse cynique des accusés, il a affirmé qu'il était impossible d'identifier le cadavre repêché dans la rivière Tallahatchie. - Même si ç'avait été mon propre fils, je ne l'aurais pas reconnu, a-t-il affirmé. Et le verdict a été prononcé, contre l'év idence même, sur la base de ce seul témoignage.

En fait, le cadavre a été reconnu d'abord par l'oncle d'Emmett, le vieux Moses Wright. Ind ice irréfutable: la bague que portait l'enfant, et qui lui avait été donnée par son père. Quant à sa mère, Mme Bradley, elle a témoigné en ces termes : - J'al absolument Identifié le corps... J'al regardé le visage, le. oreilles, le front, les cheveux, le nez, les lèvres, le menton. Je l'al examiné très minutieusement et j'al vu alors que c'était mon fil •. Il n'y avait pae d. doute ~Ibl •• Elle a e la photo buna!. - Si m ajouté, Je D'ailleur vont, n'at Etrange~ avocats c Breeland, pour c foi: - Quel lement 1 Defender noirs 1 ... Un auh aux jurés, - Je vc le soleil liberté et vous ~/ac( vos ancêtl retournerai « Quand tombe so~ un sommE que vous bras, que vos frères paur qu'Il ter ces de Un out" que toute ns le juste châtiment des 1 AIRE dans le 'Verdict, car jamais dans le Sud un blanc n'a été condamné pour le meurtre d'un noir - dans une saHe seulement étonnée de l'existence d'un 1el procès. Ce qu'il avait vu, Willie Reed? Emmett Till dirigé vers une grange, propriété du frère de l'un des accusés - un blanc en sortir, puis rentrer avec un revolver. Ce qu'il avait ~ntendu? Les coups tannant vIgoureusement la peau none d'Emmett Till et ses cris de douleur. En dépit de ces témoignages accablants, les a'Ccusés, bons pères de famillt: - tai~ant danser leurs enfants !lur leurs genoux - plaident non coupables. En somme, ils étaient venus sermonner un petit nègre incorrect, l'avaient sorti dans la nuit on ne sait trop p wrquOl, puis ~'étant apel'l"JS qil'ils s'étaient trompés sur son identité, l'avaient rendu à la liherté et à la vie. Voilà qui a su.ffi pour susciter dans l'esprit des jurés de Sumner « un doute raisonnable ». D'ailleurs, un verdict de culpabilité aurait réveillé les cadavres des premiers maitres. Et cela, il ne le fallait pas. Aussi, la justice de l'Etat du Mississipi fut-elle rendue dans l'allégresse générale, IOnforme au voeu des racistes blancs. Roy Bryant et John Millam ne sont pas des assassins. Il n'y a eu. ni préméditation, ni lâcheté de leur part. Ils ont été victimes d'une cruelle mystification imaginée par la haine des noirs, les seuls et vrais coupables. LE vieux patriarche Moses Wright, Willie Reed et Mamy Bradley, mère d'Emmett Till, n'ont plus qu'à quitter le Mississipi s'ils tiennent à leur 'Vie. Le sheriff de Sumner prendra soin d'Emmett Till. Car Emmett Till n'est pas mort. • A~ous les gens de coeur. ENCOURAGEE par le scandaleux verdict de Sumner, la haine raciale se déchaîne dans le MISsiss1pi. Après le lynchage du jeune noir de 14- ans, Emmett Louis Till, après l'acquittement et la libération des deux assassins, le courageux témoin Moses Wright a dû quitter son domicile pour échapper à la mort, tandis que deux autres témoins, victimes' de la terreur raciste, ont disparu. Ce défi à la conscience universelle doit cesser! Une mère éplorée, des hommes, des femmes et des enfants, sur qui pèse la menace de nouveaux crimes racistes, réclament que justice soit rendue, appuyés par de vaillants antiracistes américains, de plus en plus nombreux. L'opinion française qui, dans un élan unanime, a déjà exprimé son émotion indignée, demande le châtiment exemplaire des coupables, dont l'impunité bafoue la dignité humaine et constitue un terrible précédent. Gens de coeur, antiracistes de toutes tendances, exigeons que justice soit rendue au cours du nouveau procès qui doit avoir lieu en novembre. Par d'innombrables pétitions, lettres et délégations à l'ambassade des Etats-Unis, par de multiples résolutions et manifestations, faisons entendre, tous' ensemble, notre voix. Faisons- triompher la justice et la fraternité des hommes! LE BUREAU NATIONAL DU M.R.A.P. cheurs Terreur dans le • DANS LA NUIT du 7 mai, le Rév. Georges W. Lee, prêtre li. Belzoni (Mississipi), a été tué par balle dans sa voiture, après qu'il eût refusé de céder aux pressions exercées sur lui pour lui faire retirer son nom du registre des électeurs. Ses meurtriers n'ont pas été appréhendés. • LE MATIN du 13 août, un homme de 63 ans, Lamar Smith, de Brookhaven (Missis ·sipi) , qui avait mené campagne pour le droit de vote des noirs, a été tué par balle en plein jour, devant la porte même de la Cour de Justice. Les trois suspects arrêtés pour ce crime n'ont pas été poursuivis. (Ici, le document cite l'affaire Emmett Till.) • LE 18 AOUT, le journal Enterprise, d'Indianola (Mississipi), li. l'instar des autres journaux de l'Etat, a publié un éditorial adressé « li. tous les hommes et femmes de race blanche ». Il invitait tous les citoyens blancs de la ville à se tenir prêt pour se mobiliser « à l'appel du ' clairon », contre Sous le titre « Halte à la sipi }), l'Association Nationl de Couleur (N.A.A.C.P.) a 3 octobre dernier, un l publique américaine. Le s sphère qui règne dans l'E é té assassiné: « Trois meutres impunis. contre la ségrégation scola de nombreux leaders noirs 1 Représailles économiques. 1 de faire entendre leur volx Nous donnons ci-dessous ment. « l'humiliation de la déségréga· tion » ordonnée par « une CoU! Suprême subversive ». • EN NOVEMBRE 1954, l'Etat du Mississipi a adopté ur. amendement constitutionnel exi· geant des électeurs qu'ils soien1 capables de « lire et écrire et d'interpréter la Constitution de l'Etat ». Les aptitudes des élec· teurs sont jugées par les comi· tés électoraux locaux. Ces mesures ont abouti à réduire le nombre des noirs inscrits SUI les registres électoraux, de 22.104 à 8.000, sur une populaQuant au cadavre repêché tion de 986.500 personnes. dans la rivière et fGI mellement reconnu par la mère comme étant celui de son fils, :le seraitce encore que par l'anneaw d'argent que son père lui avait d:nné, mensonge que tout cela. Il ne s'agit ni p.us ni moins que d'une honteuse mise en scène de la population noire du Mississipi pou'r procurer des ennuis aux blancs ... Dans ce Sud des Etats-Unis, tout imprégné de la sueur et du sang des noirs, fermé à toute influence humanitaire, perdu au fond d'un conservatis'me larvé, il suscitera longtemps l'indignation du monde et le déshonneur du jury de Sumner et maintiendra dans le coeur de 19 millions d'hommes une révolte que nul ne saurait flétrir. La nle"'" re parle ••• • LE 2 SEPTEMBRE dernier, le président du Comité Démocratique de l'Etat du Mississipi a refusé l'accès de la presse à une session extraordinaire de ce Comité, convoquée pour étudier le moyen de réduire encore le nombre des électeurs André SAINT-CYR. Douloureuse et digne, Mme Bradley, la mère du petit Emmett Till, a pris la parole à Harlem, le 25 septembre, devant une foule de 20.000 mani- DANS L'UNION aux Sociétés Savantes TOUTE la presse a reflété l'émotion unanime des Français devant le verdict raciste de Sumner. Cette émotion devait se traduire, à Paris, par une manifestation également unanime. Le M.R.A.P., désireux de faire tout son possible pour que s'affirme l'union des antiracistes, gage d'efficacité, décida' d'annuler le meeting qu'il préparait et s'associa au meeting prévu par la L.I.C.A. Après une rencontre entre une délégation du Bureau national du M.R.A.P. et des représentants du Comité central cie la L.I.C.A., notre Mouvement, dans un appel publié par les différents quotidiens, invita ses militants, adhérents et amis, à se rendre nombreux, le 27 septembre, salle des Sociétés Savantes. Ainsi, dans une salle trop petite, des hommes et des femmes de toutes races, de toutes origines, de toutes opinions, exprimèrent d'un même élan leur colère, leur ardente volonté de justice et la satisfaction de se trouver au coude à coude, sans distinction d'organisation, dans le même combat. A la tribune, on reconnaissait notamment: Joséphine Baker, Bernard Lecache qui présidait, plusieurs dirigeants de la L.I.C.A., et les représentants du M.R.A.P.: notre secrétai're général Charles Palan!, M' Manville, membre du Bureau national, et M. l'abbé Grangier. La décla'ration du M.R.A.P., dont la lecture fut suivie de chaleureux applaudissements, souligna cette rema'rquable unité qui, si elle s'affermit encore, comme nous le souhaitons, permettra aux antiracistes de remporter d'éclatants succès dans leur lutte. Parmi les orateurs qui, tour à tour, dénoncèrent le double crime du Mississipi - le lynchage du jeune Till et l'acquittement des meurtriers - plusieurs s'attachèrent à exalter également, au passage, l'union si nécessaire. M. Rivierez, sénateur de l'Oubangui- Cha'ri, salua notamment « tous ces hommes unis parce (Suite page 6). restants. Debout entre son père et son cousin, qui l'avaient accompagnée au procès de Sum- Mme BRADLEY. ner, elle a déclaré notamment: talement mutilé de mon fils, J'al été glacée d'horreur... Ce n'était plus le beau visage de mon enfant que J'avais nourri eL aimé ... Quelque chose a bondi en mol et J'aurais voulu que le monde entier puisse voir ce qu'on avait fait de mon enfant. « Pères et mères, pensez-y, cela pourrait arriver à votre fils aussi. Cela pourrait arriver à tous les enfants noirs. Pensez-y eL prenez la décision de mettre fin à cela. Ce n'est pas pour Emmett, car on ne ·peut plus rien pour lui j mals si ce que nous voyons nous sert de leçon, la vie sera plus sQre pour d'autres enfants ..• « Devant Dieu et devant les hommes, le verdict de Sumner est une honte. Après l'acquitte_ ment de Bryant et Millam, le lynchage devient légal. « Tous ceux qui se sont dressés pour protester ont le devoir de continuer la lutte pour empêcher que cela soit encore possible. « Nous avons encQre beaucoup à faire. li « En pleurant toute une vie, -------------Jo ne parviendrais pas à répandre toutes les larmes qui apaiseront ma peine ... C( Quand J'al vu le corps bru- Une lett.e de W. PATTERSON PROCÈS DE SVMNER Le jour même du verdict de Sumner, le M.R.A.P. a fait connaître sa protestation aux orga_ nisations antiracistes des EtatsUnis. En réponse, notre Mouvement a reçu de William PATTERSON, secrétaire général du Congrès des Droits Civils, une lettre ,où l'on peut lire notamment: Après le courageux témoignage de Moses Wright, ne pouvant nier qu'ils emmené Emmett Till, Bryant ont prétendu l'avoir abansain et sauf, au bout de trois Le courageux t6moln kilomètres, car il n'était pas le garçon qu'ils recherchaient. - Ce n'était pas le ban, ont-ils affirmé. Ce qui est un demi-aveu: à supposer qu'ils aient trouvé • le bon _, ils lui auraient fait ce qu'on les accuse d'avoir fait à Emmett.

C'est le sherif Strider qui a soufflé aux jurés leur verdict. Appuyant la thèse cynique des accusés, il a affirmé qu'il était impossible d'identifier le cadavre repêché dans la rivière Tallahatchie. - Même si ç'avait été mon propre fils, je ne l'aurais pas reconnu, a-t-il affirmé. Et le verdict a été prononcé, contre l'évidence même, sur la base de ce seul témoignage.

En fait, le cadavre a été reconnu d'abord par l'oncle d'Emmett, le vieux Moses Wright. Indice irréfutable: la bague que portait l'enfant, et qui lui avait été donnée par son père. Quant à sa mère, Mme Bradley, elle a témoigné en ces termes: - J'al absolument Identifié le corp.... J'al regardé le visage, les oreille., le front, les cheveux, le nez, les lèvres, le menton. Je l'al examiné très minutieusement et j'al vu alors ftUO ,--"."'. _"" .. &11. .. 'n _u_l. --- Elle a ensuite reconnu formellement la photo que lui présentait le tribunal. - SI mCln fils était vivant, a-t-elle ajouté, je crois que je le saurais ••• D'ailleurs, si Emmett Till était vivant, n'aurait-il pas été retrouvé?

Etranges arguments que ceux des avocats de la défense. L'un d'eux, Breeland, demande à Mme Bradley pour • démontrer _ sa mauvaise foi: - Quel journal lisez-vous habituel. lement 1 M'est-ce pas le • Chicago Defender ", ce journal qui défend les noirs 1 •••

Un autre avocat, Kellum, déclare aux jurés, pathétique: - Je vous demande où serait, sous le soleil de Dieu, la terre de la liberté et la demeure des braves, 51 vous n'acquittez pas ce. deux gars; vos ancêtres, sans aucun doute, se retourneraient dons leur tombe •.• • Quand vous descendrez dans votre tombe solitaire et silencieuse, pour un sommeil sans rêves, Je souhaite que vous portiez la polme dons vos bras, que vous ayez servi Dieu et va. frères humains: le seul moyen pour qu'II en soit ainsi, est d'acquitter ces deux gars. _

plot. monté par Moses Wright, Mme Bradley et les organisations de noirs, « pour porter aHeinte aux vieilles traditions du Sud _. - C'est notre mode de vie qui est menacé, déclare-t-i 1.

Dans le Mew-York Post, l'éditorialiste Max Lerner a pu écrire: • Le poison du racisme a ruiné si profondément les Milam et les Bryant, et les avocats, et les g""'s qui ont acclamé le verdict, qu'il les a immunisés contre la vérité et même le sens du réel. _

Le juge, Swango, bon enfant, s'abreuvait de coca-cola, buvant à même la bouteille ... Le procureur général Chatham, certes, prononça un réquisitoire accablant. Mais il annonça d'emblée qu'il ne demanderait pas la peine maximum. Où sont donc les circonstances atténuantes? Tout au long du procès, il s'accommoda fort bien de la ségrégation pratiquée dans la salle. Lui-même, interrogeant le témoin principal, ne l'cppelc pas autrement que • oncle Mose _: dans le Sud, il est indécent d'appeler un noir: Monsieur. Les accusés n'ont pas cru devoir Intervenir dans les débats. Seuls sont « Nous avons bien reçu votre télégramme exprimant votre protestation contre le verdict raciste de Sumner (Mississipi) « C'est pour nous un grand encouragement dans notre lutte pour les droits humains et pour la défense de la Justice, que de recevoir de telles expressions de solidarité, venant des peuples d'autres pays. De plus, l'expérience nous a enseign& que, dans cette lutte, le soutien moral des peuples du monde entier, Joint à l'action de notre propre peuple, est d'une grande Importance, d'une grande efficacité. C'est pourquoi nous tenons à vous témoigner notre chaleureuse reconnaissance. » Nous tenons, pour notre part, A saluer lei une nouvelle fols la lutte courageuse des antiracistes américains qui, de plus en plus nombreux, ont manifesté avec une puissance sans Dessin paru dans le " Me noirs. « Les noirs ont probablement joué un trop grand rôle dans les dernières élections », a déclaré le président. Dans tout l'Etat du Mississipi, les leaders noirs sont menacés et boycottés. Des mesures d'intimidations visent li. réduire au silence et à l'inactivité les citoyens noirs qui voudraient défendre leurs droits constitutionnels. Les témoins noirs d'actes de violence, dans l'affaire du Rév. Lee, comme dans l'affaire Emmett Till, ont dû fuir l'Etat. Des Conseils de Citoyens Blancs, organisés pour maintenir et renforcer la ségrégation entre les deux races, appliquent INTERVENTION DU exigent les antifCl L'odieux lynchage du Mississipi et l'acquittement des deux assassins a suscité une profonde émotion à travers l'ensemble des Etats-Unis. 50.000 personnes assistaient, à Chica'go, ,aux obsèques du jeune Emmett Till. 20.000 manifestants ont n:atirinQ . ment des lyncheurs us les gens de coeur. Terreur dans le M,ississipi URAGEE par le scandaleux verdict de ner, la haine raciale se déchaîne dans le 1fÎs's'ipi. le lynchage du jeune noir de 14- ans, Emmett 11, après l'acquittement et la libération des assins, le courageux témoin Moses Wright tter son domicile pour échapper à la mort, e deux autres témoins, victimes' de la ter' ste, ont disparu. i à la conscience universelle doit cesser! ère éplorée, des hommes, des femmes et des sur qui pèse la menace de nouveaux crimes réclament que justice soit rendue, appuyés aillants antiracistes américains, de plus en breux. on française qui, dans un, élan unanime, a rimé son émotion indignée, demande le It exemplaire des coupables, dont l'impunité dignité humaine et constitue un terrible e coeur, antiracistes de toutes tendances, que justice soit rendue au cours du noucès qui doit avoir lieu en novembre. nnombrables pétitions, lettres et délégations ssade des Etats-Unis, par de multiples résoet manifestations, faisons entendre, tous' , notre voix. triompher la justice et la fraternité des LE BUREAU NATIONAL DU M.R.A.P. • DANS LA NUIT du 7 mai, le Rév. Georges W. Lee, prêtre à. Belzoni (Mississipi), a été tué par balle dans sa voiture, après qu'il eût refusé de céder aux pressions exercées sur lui pour lui faire retirer son nom du registre des électeurs. Ses meurtriers n'ont pas été appréhendés. • LE MATIN du 13 août, un homme de 63 ans, Lamar Smith, de Brookhaven (Mississipi), qui avait mené campagne pour le droit de vote des noirs, a été tué par balle en plein jour, devant la porte même de la Cour de Justice. Les trois suspects arrêtés pour ce crime n'ont pas été poursuivis. (Ici, le document cite l'affaire Emmett Till.) • LE 18 AOUT, le journal Enterprise, d'Indianola (Mississipi), à l'instar des autres journaux de l'Etat, a publié un éditorial adressé « à tous les hommes et femmes de race blanche ». Il invitait tous les citoyens blancs de la ville à se tenir prêt pour se mobiliser « à l'appel du · clairon », contre a Ble"" re parle ••• se et digne, Mme mère du petit Empris la parole à 25 septembre, dele de 20.000 mani- ON ntes tion du M.R.A.P., ure fut suivie de applaudissements, rema'rquable unis'affennit encore, le souhaitons, perntiracistes de remtants succès dans rateurs qui, tour à èrent le double ssissipi - le lynne Till et l'acquiteu; rtriers - pluhèrent à exalter passage, l'union , sénateur de l'Ousalua notamment ammes unis parce (Suite page 6). festants. Debout entre son père et son cousin, qui l'avaient accompagnée au procès de Sum- Mme BRADLEY. ner, elle a déclaré notamment: talement mutilé de mon fils, J'al été glacée d'horreur... Ce n'était plus le beau visage de mon enfant que j'avais nourri eL aimé ... Quelque chose a bondi en mol et j'au,rals voulu que le monde entier puisse voir ce qu'on avait fait de mon enfant. « Pères et mères, pensez-y, cela pourrait arriver à votre fils aussi. Cela pourrait arriver à tous les enfants noirs. Pensez-y et prenez la décision de mettre fin à cela. Ce n'est pas pour Emmett, car on ne ,peut plus rien pour lui i mals si ce que nous voyons nous sert de leçon, la vie sera plus sare pour d'autres enfants ... « Devant Dieu et devant les hommes, le verdict de Sumner est une honte. Après l'acquittement de Bryant et Millam, le lynchage devient légal. « Tous ceux qui se sont dressés pour protester ont le devoir de continuer la lutte pour empêcher que cela soit encore possible. « Nous avons encQre beaucoup à faire. li « En pleurant toute une vie, ,--------------je ne parviendrais pas à répandre toutes les larmes qui apaiseront ma peine ... « Quand j'al vu le corps bru- Une lett.e de W. PATTERSON llMNER Le jour même du verdict de Sumner, le M.R.A.P. a fait connaitre sa protestation aux organisations antiracistes des EtatsUnis. En réponse, notre Mouvement a reçu de William PATTERSON, secrétaire général du Congrès des Droits Civils, une lettre ,où l'on peut lire notamment: reconnu formellement lui présentait le triétait vivant, a-t-elle que Je le saurais ... Emmett Till était vipas été retrouvé?

ments que ceux des défense. L'un d'eux, nde à Mme Bradley rer:t sa mauvaise 1 lisez·vous habltuele pas le • Chicago ournal qui défend le,

cat, Kellum, déclare étique: mande où serait, sous ieu, la terre de la meure des braves, si pas ces deux gars; ans aucun doute, se ans leur tombe ... descendrez dans votre et silencieuse, pour • rêves, Je souhaite la polme dans vos ayez servi Dieu et oins : le seul moyen It ainsi, elt d'acqultrs .•

ln, Whllten, prétend re n'est qu'un • complot. monté par Moses Wright, Mme Bradley et les organisations de noirs, « pour porter atteinte aux vieilles traditions du Sud •• - C'est notre mode de vie qui est menacé, déclare-t-il.

Dans le New-York Post, l'éditorialiste Max Lerner a pu écrire: • Le poison du racisme a ruiné si profondément les Milam et les Bryant, et les avocats, et les geins qui ont acclamé le verdict, qu'il les a Immunisé. contre la vérité et même le sens du réel ••

Le juge, Swango, bon enfant, s'abreuvait de coca-cola, buvant à même la bouteille ... Le procureur général Chatham, certes, prononça un réquisitoire accablant. Mais il annonça d'emblée qu'il ne demanderait pas la peine maximum. Où sont donc les circonstances atténuantes? Tout au long du procès, ils' accommoda fort bien de la ségrégation pratiquée dans la salle. Lui-même, interrogeant le témoin principal, ne l'appela pas autrement que • oncle Mose .: dans le Sud, il est Indécent d'appeler un noir: Monsieur. Les accusés n'ont pas cru devoir Intervenir dans les débats. Seuls sont intervenus en leU' faveur trois témoins de • moralité '. « Nous avons bien reçu votre télégramme exprimant votre protestation contre le verdict raciste de Sumner (Mississipi) « C'est pour nous un grand encouragement dans notre lutte pour les droits humains et pour la défense de la Justice, que de recevoir de telles expressions de solidarité, venant des peuples d'autres pays. De plus, l'expérience nous a enseigné que, dans cette lutte, le soutien moral des peuples du monde entier, Joint à l'action de notre propre peuple, est d'une grande Importance, d'une grande efficacité. C'est pourquoi nous tenons à vous témoigner notre chaleureuse reconnaissance. » Nous tenons, pour notre part, à saluer Ici une nouvelle fols la lutte courageuse des antiracistes américains qui, de plus en plus nombreux, ont manifesté avec une puissance sans précédent, contre le verdict du MississippI. Sous le titre « Halte à la tyrannie raciale dans le Mississipi », l'Association Nationale pour l'Avancement des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.) a lancé, par voie de presse, le 3 octobre dernier, un bouleversant appel à l'opinion publique américaine. Le sous-titre r ésume ainsi l'atmosphère qui règne dans l'Etat où le jeune Emmett Till a é té assassiné: ({ Trois meutres Impunis. Le décret de la Cour Suprême contre la ségrégation scolaire ouvertement Ignoré. La vie de nombreux leaders noirs menacée. Mesures d'Intimidation. Représailles économiques. Impossibilité pour 900.000 noirs de faire entendre leur volx dans les affaires du pays. » Nous donnons ci-dessous de larges extraits de ce do èument. ({ l'humiliation de la déségrégation » ordonnée par « une Cour Suprême subversive ». • EN NOVEMBRE 1954, l'Etat du Mississipi a adopté un amendement constitutionnel exigeant des électeurs qu'ils soient capables de « lire et écrire et d'interpréter la Constitution de l'Etat ». Les aptitudes des électeurs sont jugées par les comités électoraux locaux. Ces mesures ont abouti à réduire le nombre des noirs inscrits sur les registres électoraux, de 22.104 à 8.000, sur une population de 986.500 personnes. • LE 2 SEPTEMBRE dernier, le préSident du Comité Démocratique de l'Etat du Mississipi a refusé l'accès de la presse à une session extraordinaire de ce Comité, convoquée pour étudier le moyen de réduire encore le nombre des électeurs des sanctions contre les noirs ayant une activité civique, qui sont privéS de travail, de crédit et de logement. Çà et là, quelques blancs expriment individuellement leur indignation, mais ils ne rencontrent pas une large audience. Tel est le MiSSissipi 164 ans après que la Déclaration des Droits ait été ratifiée, · 92 ans après la Proclamation d'Emancipation ... De même qu'il est vrai que notre nation ne pouvait alors exister en étant par moitié esclave et par moitié libre, de même il est vrai, aujourd'hui, que chaque élément de la population de notre pays est en danger si tous les éléments ne jouissent pas de la protection de la Déclaration des Droits et de la Constitution. En fait, à moins de réaliser cette unité, nous sommes con- Dessin paru dans le " New York-Amsterdam News _. noirs. « Les noirs ont probablement joué un trop grand rôle dans les dernières élections », a déclaré le président. Dans tout l'Etat du Mississipi, les leaders noirs sont menacés et boycottés. Des mesures d'intimidations visent à réduire au silence et à l'inactivité les citoyens noirs qui voudraient défendre leurs droits constitutionnels. Les témoins noirs d'actes de violence, dans l'affaire du Rév. Lee, comme dans l'affaire Emmett Till, ont dû fuir l'Etat. Des Conseils de Citoyens Blancs, organisés pour maintenir et renforcer la ségrégation entre les deux races, appliquent damnés en tant que nation et comme dirigeants du monde libre - non pas de l'extérieur, mais de l'intérieur ... En conclusion, l'appel du N.A.A.C.P. invite le peuple américain à lutter pour: 1. assurer effectivement l'application de la loi et la protection de tous les citoyens; 2. supprimer les restrictions raciales au suffrage universel; 3. assurer l'application de l'édit de la Cour Suprême interdisant la ségrégation dans les écoles publiques; 4. Mettre fin aux représailles économiques frappant les citoyens noirs qui défendent leurs droits constitutionnels. INTERVENTION DU GOUVERNEMENT exigent les antiracistes américains L'odieux lynchage du Mississipi et l'acquittement des deux assassins a suscité une profonde émotion à travers l'ensemble des Etats-V nis. 50.000 personnes assistaient, à Chica'go, ,aux obsèques du jeune Emmett Till. 20.000 manifestants ont participé à un meeting à Harlem, au lendemain du verdict. On voyait dans la f?ule des noirs, qui occupait plUSieurs rues, de nombreux visages de blancs. La mère d'Emmett Till, Mme Bradley prit la parole, ainsi que MM. Ea'rl Brown, conseiller municipal de Ne,w,-Vork, et Philip Randolph, preSident du syndicat des porteurs de gare. De semblables manifestations (Suite page 6). TILL 1 • L·émolion en France Georges DUHAMEL de l'Académie Française Je suis contre la peine de mort en quelque circonstance que ce soit, car les hommes ne sont jamais sûrs de ne pas se tromper. Mals le meurtre d'un homme est Inexcusable, Impardonnable, et. mérite un châtiment. Quand un crime a un caractère racial, Il m.'est particulièrement odieux. Pourquoi? Parce que, quelle que soit la couleur de leur peau, les hommes sont des hommes. Tous ont les mêmes organes aux mêmes places. Ils sont toujours frères. Rien ~e peut excuser le lynchage. Mals tuer un enfant de 14 ans est un double crime ... Même si cet enfant avait fait un crime en Europe, nul n'aurait pris le droit de s'en faire justice par lui-même ... Par con_ tre, la non-p,unition entretient une erreur grave dans un pays qui devrait s'en délivrer au plus tôt. Jean COCTEAU de l'Académie Française Tout homme qui insulte une race étrangère déshonore la sienne. Mals Ici le problème est encore plus grave, et ne pas punir ces, deux Ignobles voyous, c'est se rendre complice de leur crime. Pierre GASCAR Prix Goncourt Comment n'être pas Indignés, rév~ltés ? En d'autres temps un racisme semblable, un racisme légal et triomphant, a déshonoré un pays voisin du nOtre. EstIl tolérable que les tortionnaires d'outre-Rhin trouvent aujourd'hui .des successeurs? A J'heure où se lève sur le monde un espoir de paix, l'Inqualifiable crime et le scandaleux procès simulé, dont J'Etat du Mississipi a été le théâtre est comme un retour d·e la nuit. . Pierre MAC ORLAN de l'Académie Goncourt Ce jugement me paraît stupéfiant. Je ne peux pas m'expli_ quer qu'un assassinat commis sans circonstances atténuantes - et encore! - puisse ne pas provoquer un châtiment! Gérard BAUER de l'Académie Goncourt La sentence rendue est d'une ~njustlce si flagrante qU'il est Impossible de ne pas la ressentir comme une faute douloureuse contre la dignité humalne! Roland DORGELES de l'Académie Goncourt Ces deux assassins et J'Ignoble mégère qui a causé le drame ne sont pas superstitieux. Ils devraient craindre que leurs enfants blancs ne vivent pas vieux. Gaby MORLAY Tous les acteurs du théâtre des Nouveautés ont signé avec mol. Je trouve ce verdict tellement écoeurant et répugnant que je pense que ~eaucoup pl~s de gens auraient lIû faire ainsi. Louis DAQUIN Metteur en scène Bien sûr, de telles Ignominies ne sont point le fait de tout le peuple américain, comme le racisme des colons d'Afrique du Nord n'est point le fait du peuple de France. Tant que de telles haines, de telles discriminations existeront encore, nous ne devons pas avoir de repos. Noua avons encore beaucoup à faire. Nous devons encore faire beaucoup. Et nous, les créateurs, ne pas nous contenter de déclarations mals nQUs efforcer, pal' nos oeuvres, d'effacer du coeur et de l'esprit des hommes, CM Ignobles mensonges qui les enchainent. e DROIT ET LIBERTE Pour la justice dans l'affaire Emmett TILL Le Il.R.A.P. propose à la L.I.C.A. Dans l'union, aux Sociétés Savantes de poursuivre l'action en commun Le M.R.A.P. vient d'adresser au président de la L.I.e.A. la lettre suivante : L'affaire Emmett Till n'est pas, terminée: les deux meurtriers doivent de nouveau comparaître devant un tribunal d'ici quelques semaines, cette fols-cl pou,r rapt d'enfant. L'opinion publique, qui li protesté avec véhémence contre leur acquittement, suit cette affaire et souhaite qu'une action de tous les antiracistes soit menée en France pour obtenir leur châtiment exemplaire. En outre, les antiracistes de France se doivent. de soutenir et d'encoul'ager les antiracistes américains qui se révèlent. de plus en plus nombreu,x. Lors de l'entrevue qui a eu lieu le 26 septembre entre vousmême, MM. Aidenbaum et Rimarz pour la L.I.C.A. et. une délégation du Bureau national de notre Mouvement., nous avons été d'accord pour constater la nécessité de poursulvl'6 une telle action antiraciste. Comme vous le savez, notre Mouvement a appelé ses adhérents et. amis à participer au meeting organisé par la L.I.C.A., le 27 septembre, salle des Sociétés Savantes. L'ampleur et le succès de cette manifestation justifient la prompte réaction de nos deux organisations et confirment l'efficacité d'une action commune. Afin de répondre à l'appel de l'opinion publique et d'aider à Imposer par nos efforts communs le triomphe de la justice dans l'affaire Emmett Till, nous vous suggérons d'examiner ensemble les propositions suivantes: - Le développement d'une campagne de pétitions, de délégations et de manifestations diverses; - Une intervention auprès de la Commission des Droits de . l'Homme de l'O.N.U.; - L'organisation d'un grand meeting à la veille du second procès. . Etant donnée la proximité de ce nouveau 'p,rocès, nous vous prions de bien vouloir nous fixer aussi rapidement que possible la date et le lieu d'une rencontre au cours de laquelle les représentants de nos deux organisations pourraient discuter de ces problèmes et prendre les décisions qui s'Imposent. Veuillez agréer, etc ... Le Secrétaire général du M.R.A.P.: Charles PALANT. (Suite de la page 4) qu'une injustice a été commise, dans une commune pensée, dans une commune volonté, tous ces hommes dont l'union représente une force. » « Nous sommes tous liés les uns aux autres, dit-il encore, pour la défense de la justice. » Pierre Paraf se félicita de « cette atmosphère d'indignation, de fraternité, et aussi, je crois pouvoir le dir.e, d'unité. » « Il est juste, il est nat11'r.el, souligna-t-il,' que tous les compagnons du combat antiraciste soient réunis ce soir, retrouvant autour de cette jeune ombre l'indispensable unité de la Jésistance. » Daniel Mayer, enfin, souligna « l'unité de notre combat audessus des divergences de pensée ». C'est à l'unanimité que fut a'doptée la résolution finale, par laqu elle les manifestants: « flétris sent le verdict de Sumner, qui restera la honte ineffaçable des jurés racistes, et qui consacre, aux Etats-Unis, la légalisation du lynchage; « adressent leur salut ému' et indigné à la famille du martyr et aux courageux noirs qui témoignèrent au procès; « se déclarent prêts à soutenir de toutes leurs forces les Américains, noirs ou blancs, qui luttent pour les droits des hommes de couleu'r; « espèrent que les instances judiciaires suprêmes des U.S.A. Les anliracisles '. . amerlcalns se lournenl vers Washinglon (Suite de la page 5) de deuil et de colère, d'une ampleur sans précédent, ont eu lieu dans un grand nombre de villes américaines : à Chicago et à Det'roit, à Baltimore, à Milwa'ukee, à Newark, etc ... Outre les organisations et les personnalités noires, tels M. Digg, membre du Congrès, plusieurs personnalités blanches ont flétri le crime et le verdict du Mississipi. Citons en particulier MM. Walter Reuther, prési dent de la centrale syndicale c.I.O.; Vidor Anfuso, membre du Congrès ; Jacob javits, procureur de New-York; le sénateur Douglas. Soulignons également les protestations 'des deux grands écrivains américains Richard Wright et William Faulkner. Au Gouvernement d'intervenir! A travers toutes ces protestations s'exprime l'exigence que BLUES DU -MISSISSIPI par Dora TEITELBAUM. Au Tennessee, terre de rêve Dès l'aube le soleil ruisselle Et les blues du Mississippi Tourmentent les gens assoupis. Vivant éventail des ramures Nulle part le ciel n'est si pur Ni le matin plus transparent. Les s'aisons ne font qu'un printemps Les plantes sont comme du pain Et les fleuves, vers les lointains Charrient des secrets, des messages Murmurés aux gens de pa'ssage. Au Tennessee, terre de rêve Sur les a rbres gonflés de sève Des noirs mains liées sont pendus Des vents et des vautours mordus. Sur les chemins des croix s'allument Et dans la nuit des bûchers fument De blanc masqués d 'étranges lords Mènent les nègres à la mort. Regarde, Lune, sois témoin, Ferme leurs yeux, serre leurs poings Et toi, vent, porte à nos mémoires La complainte meurtrie des noirs ... (Traduit du yiddisch par Charles DOBZYNSKI.) les coupables soient châ~iés. Un!! résolution adoptée à Harlem, par exemple, demande au Président Eisenhower la convocation immédiate du Congrès pour le vote d'une loi condamnant le lynchage et défendant les droits des citoyens noirs. U ne autre résolution demande l'ouverture d'une enquête sur la disparition de deux témoins du meurt're d'Emmett Till. De nombreuses voix s'élèvent pour demander au ministre de la justice, M. Herbert Brownell, d'intervenir dans cette affaire, comme il en a le pouvoir, ·afin d'imposer le respect de l'équHé. La Constitution, ainsi que la loi sur les rapts d'enfants, dite « Loi Lindbergh », permettent au Gouvernement fédéral de provoquer lui-même une procédure contre Mill am et Bryant. Mais le ministre de la justice a déclaré à une délégation du N.A.A.C.P. qu' il n'avait pas l'intention d'user de ce droit. Nouveau ... proces le 7 Novembre Pourtant, sur le plan judiciaire, l'affaire Emmett Till n'est pas terminée. Acquittés le 23 septembre à Su mner, sous le prétexte falla- · cieux que le visage de leur victime ,était méconnaissable, les deux assassins, Bryant et Millam, doivent comparaître de nouveau pour « rapt d'enfant» (kidnapping) . Le 30 s.eptembre, après avoir été entendus par le juge du • comté de Leflore, Ils ont été mis en liberté 'provisoire, ayant accepté de verser chacun une caution de 10.000 dollars (3.500.000 francs). C'est le 7 novembre, estimet- on, que Bryant et Millam seront de nouveau jugés. Bryant et Millan doivent être châtiés! réviseront ce verdict infâme qui insulte à la conscience du monde civilisé... »

k * :k

L'affaire du Mississipi continue. Encouragée par le scandaleux verd ict de Sumner, la haine racia le se déchaîne dans le sud des Etats-Unis. II est question, cependant, en raison de l'émotion provoquée par ce verdict, de faire comparaitre de nouveau les deux assassins, pour « rapt d'enfant ». Il est question d'exhumer le corps du petit Emmett Till pour l'identifier plus sOrement. Antiracistes, il dépend de nous tous qu'il en soit ainsi. Il dépend de nous qu'un nouveau procès répaTe quelque peu l'injustice du précédent. Le meeting du 27 septembre nous fait un devoir de rester unis, d'agir en commun pour mener jusqu:'au bout la tâche que nous nous sommes fixés ensemble. Il dépend de notre union de notre action commune, 'que not're espoir devienne une réalité, que triomphent la justice et la fraternité des hommes. Le message du M. R. A. P. Voici le t exte de la déclaration du M.R. A.P . qui a été lue à la t ribune de la salle des Sociétés Savantes, au cours du mee ting du 27 sep tembre 1955. L E Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix salue fraternellement les antiracistes parisiens dressés une fois de plus pour la défens·e de la cause sacrée de la dignité et des droits imprescriptibles. de· la personne humaine, pour protester contre l'acquittement des deux meurtriers du jeune noir Emmett. Louis ' Till à Summer (Mississipi). Innocents, Wlllie Mac Gee, les sept noirs de Martlnville, Ethel et Julius Rosenberg, pour lesquels notre Mouvement a mené d'inoubliables campagnes, ont été condamnés à mort et exécutés sur la chaise électrique. Et voicI que de·ux lyncheurs, assassins d'un enfant de 14 ans, dont le père est tombé sur les champs de bataille pour défendre la liberté américaine, sont acquittés en vertu des mêmes ' préjugés, des mêmes haines raciales. Nous avons, au cours des semaines écoulées, multiplié les protestations et les démarches pour qua justice soit rendue. Devant l'initiative prise par la L.I.C.A. d'organiser la manifestation d'aUjourd'hui, notre Mouveme·nt, dans l'esprit de la piUS large union antiraciste, a renoncé à !a manifestation qu'II préparait et a appelé ses militants, adhérents et amis., à venir ce soit Salle des Sociétés Savantes. Il se félicite que caux-cl aient répondu nombreux à son appel, à l'exemple de son Bureau national, ·présent au complet dans la salle. Aujourd'hui, Paris antJ.raciste clame DANS L'UNION son indignation, et nous dicte le devoir de poursuivre DANS L'UNION une action concrète pour Obtenir le châtiment des coupables et empêcher tout nouveau crime raciste. En ce qui nous concerne, nous déclarons solennellement souEcrlre à ce devoir. L'affaire du Misslppl n'est pas terminée. Tandis que, partout dans le CONTINUER (Suite de la page 1) C'est pourquoi le M.R.A.P., sûr d'être approuvé par tous les antiracistes, vient de proposer à la L.I.C.A. une entrevue pour organiser en commun la campagne des prochaines semaines. Tous ensemble, sans distinction d'organisation ou de tendance, nous devons faire circuler les pétitions, former des délégations qui feront connaître aux autorités compétentes le point de vue des antiracistes français. Tous ensemble, nQus devons demander au gou vernement des monde, la conscience des hommes se réVolte contre les méfaits du racisme, et qu'aux Etats-Unis les antiracistes se dressent de plus en plus nombreux, Il nous appartient, antiracistes de France, et en premier lieu nos deux organisations, de 'poursuivre nos efforts communs pour que le second procès, où les assassins doivent. comparaître pour rapt d'enfant, ne soit pas une nouvelle parodie de justice. Il nous appartient d'Intervenir, au nom de la France généreuse, auprès de la Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. Notre unIon est voulue, espérée pa,r tous les gens de coeur de ce pays. Elle répond aux nécessités de notre temps, face à la montée du péril raciste dénoncé par les plus hautes Instances mondiales, par les plus éminents représentants de la pensée française. Vive l'amitié et l'action commune de tous les antiracistes pour la défense de la dignité humaIne, pour le respect des droits de tous les hommes. A MARSEILLE Une importante délégation organisée par la section du M.R.A.P. s'est rendue, le 30 septembre, au consulat des' Etats-Unis à Marseille. La résolution remise déclare notamment: « Nous nous élevons avec la plus groode véhémence contre l'acquittement inique de Sumner ... « Les lyncheurs racistes d'Emmett Till doivent être châtiés. La justice et l'égalité entre les hommes doivent l'emporter sur la haine et le racisme barbare ... » A MENTON Un groupe de lecteurs de « Droit et Liberté », è. Menton, ont adressé è. l'ambassade des Etats-Unis une lettre où ils « expriment leur profonde indignation du crime' barbare commis contre un enfant noir dans le Mississipi, et demandent le châtiment sévère des assassins racistes ». ENSEMBLE ... Etats-Unis d'Intervenir dans cette affaire, comme Il en a le pouvoir. Tous ensemble, nous devons alerter la commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. ' Tous ensemble, nous devons multiplier les réunions locales et. assurer le succès du grand meetIng qui aura lieu le 4 novembre à la Mutualité. Tous ensemble, nous devons, nous pouvons faire triompher la justice et la fraternité des hommes. A. L. D"OI,. ET L;IBERTE sous LE SIGNE DE LA PAIX ET DE L'AMITIÉ Bref séjour en U.R.S.S. avec le Il Balory" Ayant vogué quatre jours sur le « Batory », c'est bien avant d'accoster à Léningrad que nous avons rencontré l'Union Soviétique et son peuple. Inoubliable rencontre ! ... Par ce beau soir d'été, la mer, au large de Cronstadt, était sillonnée d'embarcations légères d'où montaient des chansons et des flots de musique: des groupes de jeunes gens, des pionniers, qui rentraient probablement d'une promenade dans le gOlfe de Finlande. Dès qu'ils nous ont aperçu, ce ne fut, autour de nous, qu'une clameur chaleureuse où se mêlaient, en russe et en français, les cris cent fois répétéS de Vive la France! Vive la paix! Paix au monde! ... Et un cortège bruyant s'est formé derrière le {( Batory », auquel devaient se joindre, un peu plus loin, deux vedettes militaires montées par des marins de Cronstadt, manifestant eux aussi, par leurs cris et leurs gestes, leur sympathie aux touristes français. Nous entrions dans l'embouchure de la Néva. Massés sur le pont, les 761 passagers eurent alors la surprise h eureuse de voir la foule accourir des quartiers riverains. Des hommes, des femmes, des enfants clamant leur joie, agitant bras et foulards, escortaient, de la berge, le bateau. Ce n'était pourtant qu'un avant-goût de l'accueil qui nous attendait au débarcadère. Plusieurs milliers de personnes stationnaient sur le quai. Des ouvriers, par centaines, pour mieux nous voir et nous montrer leur joie, s'étaient juchés sur les toits des entrepôts et des ateliers. A peine avions-nous franchi la passerelle que déjà la foule, rompant les barrages de police, se précipitait au-devant de nous, se jetait dans nos bras. Chaque habitant de Léningrad, venu là nous saluer, avait apporté un petit cadeau, un souvenir. Un gamin de 6 à 7 ans s'avança vers ma femme et lui remit une carte-postale au dos de laquelle il avait écrit {( Vive la France! » et son adresse. On imagine aisément notre émotion à tous devant un tel accueil, devant tant de monde et de fleurs, tant de gentillesse spontanée. Nous comprenions que ce qu'exprimaient avant tout les Léningradais, au cours de ces scènes émouvantes, c'était le fervent désir de sauvegarder la paix, de vivre en amitié avec la France comme avec tous les peuples. De ces sentiments, nous devions avoir, en quelques jours, d'innombrables témoignages ... Sur la Perspective Nevsky ... Dès le soir de notre arrivée, nous avons, par petits groupes, visité la ville à notre gré. J'étais avec six autres touristes. Nous voulions voir tout d'abord la célèbre Perspective Nevsky. De jeunes lycéennes, rencontrées dans le tram, nous indiquèrent, en français, le chemin. Longue de 7 kilomètres, illuminée comme les grandS boulevards de Paris - mais au moins deux fois plus large - la Perspective Nevsky vibrait d'une foule joyeuse. Des promeneurs, des gens qui allaient au théâtre, au cinéma ... Nous avons marché dans la foule, puiS sommes entrés dans ' un grand café. Comme il n 'y avait plus de grande table libre, la serveuse demanda à deux jeunes gens de changer de place. Mais ceux-ci nous propOSèrent aimablement de nous asseoir avec eux. C'étaient deux étudiants, des polytechniciens, arrivés récemment à Léningrad aprèS un stage en province. Apprenant que nous venions de Paris, ils se mirent à fredonner des chansons d'Yves Montand et une discussion s'engagea sur la musique française contemporaine. Je dois avouer que leurs connaissances sur notre pays nous orit, plus d'une fois, étonnés et que nous avons eu parfois du mal à répondre à leurs questions. Comme nous h ésitions sur les consommations à prendre, nous eûmes la surprise de voir apparaître deux bouteilles de champagne commandées discrètement par nos hôtes. Puis ce furent des bonbons et des fruits, puis une bouteille de vin rouge dénommé « Bordeaux », lorsqu'ils eurent - D'ici 1960, nous a-t-il expliqué, il y aura ici un nouveau quartier comptant 2 millions d'habitants, Un temps viendra, qui est proche, où l'Université sera au centre de Moscou .. . Tous, nous avons été frappéS par le nombre des librairies et des bibliothèques publiques, par le fait que partout, dans le métro ou l'autobus, dans les squares aux heures du déjeuner, on voit des gens lire des livres, des brochures, des journaux. A tout âge tout le monde semble .vouloir s'instruire. Chaque Soviétique a l'ambition de posséder une riche bibliothèque personnelle. Une journaliste de la Pravda m'a dit avoir actuellement 2.000 volumes, bien que tous les livres qu'elle possédait avant guerre aient été détruits pendant le Siège de Léningrad. Plus jamais de guerre 1 La construction, partout visible, l'essor économiqUe! et culturel, autant de faits qui expliquent cette véritable passion de la paix qui anime les Soviétiques. Et aussi les souvenirs de la guerre. Notre guide, prOfesseur de français dans un lycée de Léningrad, répondait avec bonne grâce à nos questions les plus diverses. Mais lorsqu'un jour, je lui ai demandé des renseignements sur la bataille de Léningrad, elle m'a répondu: Je peux vous parler de j'avais rencontré des Juifs, et ce qu'Us font. J'en ai rencontré beaucoup. 300.000 juifs vivent à Léningrad, la plupart venus des régions occupées pendant la guerre, et 600.000 à Moscou. J'ai pu constater qu'ils étaient en tous points les égaux des autres citoyens. J'ai parlé à des juifs prOfesseurs de lycée ou d'université, à des ingénieurs. Un de mes amis a été invité chez un colonel de l'armée soviétique, qui était Juif ... En un mot, il y a des juifs dans toutes les professions (beaucoup dans l'industrie et moins dans le commerce), dans tous les milieux. Tous sont heureux de contribuer au bien de leur patrie. Tous ceux à qui j'ai parlé ont insisté également sur la nécessité de lutter contre la guerre, pour empêcher le retour des sombres années de l'invasion et de l'occupation hitlérienne. Sur le plan religieux, la liberté est complète pour les Juifs comme pour les croyants de tous les cultes. De nombreux touristes du « Batory » ont visité la grande synagogue de Moscou. A Léningrad les pouvoirs publics font reconstruire dans toute sa splendeur d'avant guerre la belle synagogue détruite par les nazis. Au revoir 1. •• ... L'ambiance, sur le « Batory », n'était évidemment pas la même au retour qu'à l'aller. Devant l'Université de Moscou. __ _ tout ce que vous voudrez, - mais je vous en supplie, ne parlons pas de cette noire période ... Le scepticisme, les préjugés avaient cédé la place à une connaissance des réalités. Tous les passagers sans exception, quelles que soient leurs conceptions philosophiques ou politiques, se trouvèrent d'accord, aprèS quatre jours (et presque quatre nuits) de conférences, de discussions animées, où ils échangeaient leurs expériences, pour conclure que le peuple soviétique est préoccupé essentiellement de construire dans la paix un avenir meilleur. appris qu'une touriste de notre groupe était Bordelaise. Maints toasts furent portés à la paix, à l'amitié entre nos peuples, au renouvellement des rencontres de ce genre ... Inutile d'ajouter que nous avons invité ces deux étudiants à venir en France pour que nous puissions leur rendre la pareille. - Travaillons au maintien de la paix, faisons que règne une véritable coopération entre les peuples, nous ont-ils dit en nous quittant, et nous aurons la joie de connaître Paris et votre beau pays que nous aimons tant. De l'Ermitage à l'Université de Moscou . .. Six jours durant, sans trêve ni repos, nous avons parcouru Léningrad et Moscou, prenant Elle avait perdu son mari et son frère dans cette terrible bataille, et enduré de telles souffrances pendant les 900 jours de Siège, qu'il lui était impOSSible de l'évoquer sans pleurer. La victoire sur l'hitlérisme a coûté 17 millions de morts à l'Union Soviétique. Les hommes et les femmes que nous avons rencontrés étaient heureux de notre venue, signe d'une détente certaine. Tous nous ont dit leur volonté de défendre la paix et demandé à mainte occasion si, en France, aussi, on désirait empêcher une nouvelle guerre. Comment vivent les juifs? A mon retour d'U.R.S.S., de nombreux amis m'ont demandé si - Revenez, chers amis! Au revoir! criaient les Léningradais qui, sur la berge de la Neva, couraient aux côtés du « Batory » pour nous raccompagner le plus loin possible. Leur souvenir restera gravé dans l'esprit des 761 touristes français, conscients que leur voyage a contribué grandement au rapprochement, à la compréhension de nos deux peuples, et à la paix . S. KORNBLUTH. contact avec la vie soviétique ...-_____________________________ _ sous ses multiples aspects ... Nous avons visité des musées, entre autres celui de l'Ermitage, connu pour sa collection de l'Ecole flamande, unique au monde, et où la peinture française occupe douze salles. Nous avons admiré des Renoir, des Picasso, des Toulouse-Lautrec et de nombreuses autres toiles françaises, anciennes et modernes. Nous avons visité une usine, un kolkhoze, des h abitations ouvrières, des magasins. A Moscou, nous avons admiré le Kremlin et sa riche exposition des trésors des anciens tsars. Nous avons vu les cathédrales et les églises, dont certaines sont actuellement r énovées. Partout nous avons côtoyé une foule de visiteurs soviétiques venus de tous les pOints du pays. Nous avons rendu visite aussi à l'Université de Moscou, immense construction de 32 étages, à l'image de l'immensité de l'U.R.S.S. Là se rassemblent 30.000 étudiants de toutes origines, de toutes r aces, qui apprennent non seulement la science, mais à se connaître, à s'aimer , à vivre fraternellement. Construction et culture Lorsque nous avons demandé pourquoi l'Université avait été construite loin de la ville, le gUide nous a montré tout autour les chantiers, les grues actives. ZOLA, JOURNALISTE « L'article qui, d(1'{!S l'histoire de la presse, a provoqué la plU's grande sensation, celui qui a eu le retentissement le plus éclatant est « J'accuse! », d'Emile Zola. Si je l'affirme, qui songerait à me contredire? Mais sontils nombreux ceux qui reconnaissent dans cet article - acte prodigieux, écrit exceptionnel l'apogée d'une carrière de journaliste, que la renommée de l'écrivain a injustement placée dans l'ombre. » Ainsi débu~e l'allocution prononc ·ée par M. Jacques Kayser à Médan, le dimanche 2 oelobre, à l'occasion du 53° anniversaire de la mort d'Emile Zola (1). On i ~ nore en effet trop souvent les actIvités de Zola journaliste, sur lesquelles M. Jacques Kayser thologie de l'oeuvre journalistique de Zola, occuperait la place d'honneur, M. Jacques Kayser a déclaré en concluant: « Je n'aurais pas eu beaucoup de peine à vous présenter un Zola actuel, à découper dans ses articles des phrases, des paragraphes qui sont d'une impressionnante actucmé ... « C'est que Zola, lorsqu'il se penche sur le monde qui l'entoure, est animé de ce souffle humain qui reste éternel, même si les problèmes posés aux hommes varient jusque dans leur substance. « Le langage de la Justice et de la Fraternité ne se prescrit pas - et tel est le langage de Zola, et telle est sa pensée. » a mis fort justement l'accent. ~-------------L'écrivain déjà célèbre qui, au moyen de la presse, a changé le cours de l'affaire Dreyfus, a écrit une quantité impressionnante d'articles sur de multiples sujets, il a été correspondant de plusieurs journaux et même chroniqueur parlementaire. Se référant à plusieu·rs reprises à « J'accuse » qui, dans une an- (1) Le texte complet de cette aHocution est reproduit dans les « Lettres Françaises ~ du 6 octobre. NOTRE SOUSCRIPTION CARTES D'AMIS. Birin, 1.500; Michel Colin, 5.000; Verdelllne, 1.000; Hirsch, 2.000; Delka, 5.000; Llberman, 500; BiHoun, 1.200 ; ~ufau, 1.000, Dr Gudys, 1.000 ; Perelman, 2.000; Voize, 1.000; Stabowltz, 5.000; Sack, 1.000; Frankiel, 10.000 ; Azuelos, 5.000; cartes placées par Dr Leibovlci, 6.000. SECTIONS. Lyon, 5.000; ROllen, 5.000; Parls- 100, 6.500. 7 "- a •• • Anvers • UNE SERIE d'articles grosslèremet/ lt antisémites a paru dans le quotidien catholique « Het Handelsblad _. De vives protestations se sont élevées dan. les milieux tant chréti,!ns que juifs. Berlin (Ouest) • L'ANTISEMITISMEl et le nazisme renaissent; il est du devoir de tous les démocrates allemands de s'y opposer ", a déclaré le sénateur Joachim Lipschitz au cours d'une cérémonie organisée à la mémoire des victimes du nazisme. « Les lois raciales de Nuremberg, a-t-il ajouté, ant porté atteinte à l'honneur du peuple allemand tout entier. » Birmingham • DES CROIX GAMMEES et le slogan (( Mort aux juifs " ont été peints sur la synagogue centrale. Des papillons antisémites ont été collés sur plusieurs magasins et un cinéma. Bonn • LE DANGER croissant du néonazisme a été dénoncé dans une émission radiodiffusée, par le pasteur Heinrich Gruber. • LE MINISTRE des Affaires sociales du Schleswig-Holstein, ancien nazi, vient de prendre pour adjoint Gustave Schierholz, qui fut attaché au ministère hitlérien de la Propagande. • LES PREMIERS soldats de la nouvelle Wehrmacht seront sous l'uniforme dès la fin du mois. Cambridge • LA CELEBRE UNIVERSITll de Cambridge vient de recevoir un dcm de 50.000 livres destiné à faumlr de. bourses d'études médicales. Le testament du donateur précise que les étudiants bénéficiaires ne doivent être « !ni noirs ni juifs ", mais « de pure race Irlandaise, écossaise au anglaise ". Essen • LA SYNAGOGUE de la ville, l'une des plus belles d'Allemagne, Incendiée en 1938 par les hitlériens, ne sera pa. reconstruite: la municipalité a refusé toute subvention. Istambul • LES EMllUTES anti-grecques de septembre ant pris également, annonce- t-on, un caractère antisémite. Des magasins lulfs oint été aHaqués, leur. propriétaires blessés. On estime à 50 milliards les dégâts causés. • LE CHEF ANTISEMITE Cevat Rlfat Atllhan vient de publier un nouveau livre, dans le style de. « Protocoles des Sages de Sion -. Johannesburg • L'UNIVERSITE demandera désormais aux étudiants d'inscrire leur religion sur leurs demandes d'admission. Il s'agit, précise-t-on, « d"encourager l'éducation seloln les principes chrétien. et nationaux ". Après les noirs, 1 .. juifs sud-africains sont menacés de discrimination. Londres • AUCUNE DIFFERENCE ne doit être faite entre travailleurs blancs et noIrs, souligne le syndicat des mineurs de Henaby, protestant contre le refus de la direction d'engager un mineur jamaïcain. Moscou • LEIS CORRESPONDANTS du « NewYork Times " et du «Jewlsh Chronicle " (Londres) soulignent qu'une foule nombreuse a célébré les récentes fêtes juives dans les synagogues de Moscou et de Léningrad. A cette occasion, le grand rabbin Schlieffer a déclaré, dans un message: cc Au nom des nombreuses communautés juives d'Union Soviétique, l'adresse mon salut fratertnel et mes meilleurs voeux aux juifs du monde entier. - Nations Unies • LE RACISME pratiqué par le gouvernement d'Afrique du Sud a été Inscrit à l'ordre du jour de l'assemblée générale de l'O.N.U., avec la seule opposition de la délégation sud-afrlca ine et 10 abstentions. Prague • POUR LE 10- ANNIVERSAIRE de la Libération un monument a été inauguré à l'emplacement de l'ancien camp nazi de Térézin, où de nombreux juifs oint péri. Des représentants du gouvernement et les dirigeants de la communauté juive participaient à la cérémonie. Washington • DE MEME que Paul Robeson, le. acteurs noirs américains de la troupe « Everyman's Company » se sont vus refuser l'autorisation d'aller en U.R.S;S., où Ils devaient représenter l'opéra de Gerschwln: .. Porgy oInd Bess _, 8 DROIY E'r LIBERTE TOUS A PLEYEL. le dimanche 13 novembre. à 20 h. 30 A\ 'U 4G- IR A\ ~ ID 4G-A\ IL A\ A\ ~ l f ItlR A\ 4C Il ~ lf lE Un programme éblouissant présenté par Jacques ANGELVIN animateur de « Télé-Paris » avec (par ordre alphabétique) : Le fameux animateur yiddlsch Sigmund BERLANT 1'etouJ' d'Amérique, et Virgi"ia COPERS La talentueuse artiste de la chanson Co 1 ette MARS Le chansonnier du « Grenier de Montmartre » Edmond MEUNIER La grande vedette du music-hall MOULOUDJI La célèbre cantatrice de l'Opéra Mado ROBIN Les VINITZKI leur orchestre et leurs attractions MOULOUDJI Billets de 260 à 760 francs. Location à Pleyel, auprès des militants du M.R.A.P. et au siège du Mouvement 91, Faubourg-Saint-Denis (TAI. 48-11). Il est prudent de retenir ses places. Colette MARS chante pour & • • • et le TOUT enfant, 11 vendait des oranges et criait les journaux. Puis, au groupe « Octobre », il pénétrait en scène sur patins à roulettes, une guitare sous le bras. Il était là pour permettre aux copains de changer les décors, entre deux scènes. S'il met un nom sur leurs visages, il vous parlera de Prévert, de Marcel Duhamel, de Roger Blin, d'Yves Deniaud et d'autres encore. « Les disparus de Saint-Agil » fut son premier film. Depuis, il y en eut bien d'autres. Homme de tous les talents, Mouloudji n'est pas seulement acteur et chanteur. Non, il est écrivain, poète, peintre à ses heures. Si, en 1935, il a obtenu le prix du disque avec « Comme un petit coquelicot », il avait eu avant cela (1946), le Prix de la Pléiade pour son roman « Enrico ». On a joué ses pièces à la Renaissance (Quatre femmes) et à l'OEuvre (Les Sargasses). A Paris et à Alger, les amateurs Be souviennent de ses expositions de peinture. Mais Moulou, comme l'appellent ses amis, Moulou a décidé de se consacrer plus particulièrefC Il ~ lE ~"1 A\ son plaisir nôtre ment au chant. Depuis quelque temps, il refuse les contrats cinématographiques qu'on lui propose. Il chante sur toutes les scènes de France. « Je chante pour mon plaisir », dit-il, et c'est vrai. Il chantera pour le nôtre aussi, au gala du M.R.A.P. Moulou sera là, avec son air de grand gamin et ses chansons nouvelles pleines de poésie et de charme. Ce tendre, à qui l'on fit jouer si souvent des rôles de « durs », interprétera pour tous les amis de notre Mouvement, « Si tu t'imagines », « Je crois en toi », « Ballade en si bémol », « Un jour du verras ». Enfin, toutes ses chansons à succès. Si Mouloudji a accepté d'être des nôtres le 13 novembre, ce n'est pas par hasard. Il est opposé tout naturellement au racisme. Il l'a dit, l'a prouvé bien souvent. L'affaire du Mississippi l'a particulièrement ému. Par sa venue au gala du M.R.A.P. il manifestera, une fois de plus, sa sympathie à la cause antiraciste. C'est un grand artiste et, qui dit grand artiste, dit aussi homme de coeur. A bientôt, Moulou ... [ Un homme est , passe Un vétéran de la guerre contre le fascisme (allemand et japonais) a perdu un bras au cours de la bataille de Cassino. Il ne dut la vie qu'à un jeune Japo~ nais, profondément démocrate, engagé dans l'armée américaine, et qui périra en le sauvant. La guerre terminée, Mac Cre die se rendra à Black-Rok, ville perdue de l'ouest américain, remettre sa croix de guerre au père du jeune Japonais qui l'a sauvé. Là, il découvrira qu'un crime odieux a été commis. Au lendemain de Pearl-Harbour, la famille Kimoko a été assassinée en représailles ... Les criminels, aux mains desqueIles se trouve la ville, décident de le supprimer. Mac Credle, que son infirmité conduisait au désespoir, reprendra goût à la vie en même temps qu'à la lutte. Grâice à son courage et à la mise de conscience de quelques citadins, il fera arrêter les criminels racistes et s'en ira ... n est bien évident que ce film, présenté après l'affaire du Mississipi, peut porter à sourire à ,cause de sa conclusion de bon aloi: des racistes sont emprisonnés, jugés et châtiés, et cela se passe aux Etats-Unis 1 Il est vrai que c'est en 1945 ... Il n'empêche que, malgré tout, « Un homme est passé » constitue une condamnation du racisme, que Spencer Tracy est toujours un excellent acteur et que, pour une fois, le cinémascope nous permet d'admirer de magnifiques et sauvages paysages du Far-West Colette MOREL. A EOIDle" Till par Edmond MEUNIER L'affaire du Mississipi a inspiré au chansonnier Edmond Meunier trois couplets su:r une musique de Georges Brassens ( Chanson pour l'Auvergnat », qu'il a chantés à la radio, à l'émission du « Grenier de Montmartre , le 2 octobre dernier. Il a bien voulu nous en communiquer le texte, que nous publions ci-dessous. Il chantera cette chanson au Gala de Pleyel, le 13 novembre prochain. Elle est à toi, cette chanson, Toi, le p'tit nègr' qui, sans façon, Te promenais, le nez au vent, Tout fier d'avoir tes quatorze ans. Toi, qui, d'admiration, siffla Quand un' femme blanche passa j Tu ne croyais, en vérité, Que rendre hommage à sa beauté. Un coup d'&ifflet, c'n'est pas joli Mais, çà, qui te l'avait appris ? .. Sinon les Amériwins blancs Qui n'se gên'nt pas d'en faire autant! P'fit nègr', quand tu as vu, Saint Pierre; Il a da t'dir', montrant la Terre: « R'gard' donc passer les femm's d'en bas Et siffl' tant qu'tu voudras 1 :. II Elle est contre vous, ceit' chanson, Les accusés qoei, sans façon, Pour les photographes souriaient Dans le box où l'on VOUs jugeait. Vous vous étiez installés là, Comme on viendrai( au cinéma j Attendant qu'le dram' se dénoue, Sars qu'il finirait bien pour vous! On ,espérait vous voir blêmir, Baisser la tête, vous trahir, Mais vous ewiez l'regard absent Des crétins les plll's inconscients. Vous deux, quand vous 'mourrez, pénards, Probablement dans votr' plumard; Vous n'aurez, pauvres abrutis, Encore rien compris! III Il est contre toi, ce refrain, Contre toi, l'juge américmn, Qui acquitte, tout simplement, Les assassins quand ils sont blancs. Toi, le jug', pour qui, avant tout, Les blancs jou'nt et gagn'nt à chaqu' coup; Devant leur geste meurtrier Tu n'as pas tell'ment sourcillé! Bah, c'n'était rien qu'un p'tit négro; Un de plus ou d'moins dans le lot Çm n'empêch' pas l'coton d'pousser! D'autres noirs iront l'ramasser! Toi, le juge, quand tu mourras; Au Ciel, on ne t'enverra pas Car le p'tit nègre y est logé ... Et faut pas vous mélanger 1 ou la vocation victorieuse BI E N qu'Oranaise, COlett.e Mars a été élevée à Paris. AprèS des études de philOsophie, elle décida d'étudier le droit et la littérature étrangère. Mais, en elle, rien n'égalait la passion du music-hall, de la chanson et de la musique. Elle prenait des cours de diction, en cachette, car sa famille n'aurait jamais permis qu'elle « s'exhibât sur les planches ». Elle le fit pourtant, mais ce ne fut pas sans peine. Au cours d'une soirée réservée aux amateurs, en 1939, elle gagna le premier prix qui lui donnait la possibilité de se prOduire pour un soir à Bobino. Sa mère protesta avec une telle force que Colette Mars refusa le bénéfice de son prix. Mais elle avait fait la connaissance de Jean Delettre qui avait décidé d'être son parrain et qui, à ce titre, ne cessait de la pousser à travailler. Ce fut facile, elle aimait déjà tellement le métier qu'envers et contre tous elle voulait faire. Elle chanta dix jours au cabaret qu'il venait d'ouvrir: « Le Pont-Aven ». Mais les drames avec sa famille recommençaient de plus belle et, de guerre lasse, elle cessa... Par pour longtemps cependant. AprèS la guerre, elle ouvrit « La Vie Parisienne », et c'est là qu'elle fit ses véritables débuts et connut ses premiers et durables succès. DepuiS, hormis la radio, elle a chanté à -l' « Olympia », au « Moulin Rouge », au « Drap d'Or », au « CarroI's », au « Pavillon de l'Elysée », à .« La Villa d'Este », etc., etc... Mais on la connaît et on l'apprécie aussi en Belgique, en Suisse, au Portugal, en Grèce, en Amérique du Sud, aux Etats-Unis, en Egypte, en Angleterre, en Italie, enfin partout ... Ce sera une grande joie pour tous nos amis, le 13 novembre, d'entendre sa voix chaude et prenante. LIVRES REÇUS • RUE DE LA LIBERTE - Dachau, 1943-1946, par Edmond MICHELET (Editions du Seuil). • LA ROUILLE, roman par Herbert LE PORRIER (Editions du Seuil). • LES ENFANTS DES MORTS, par Heinrich BOLL (Editions du Seuil) .

Notes

<references />