Droit et Liberté n°159 - novembre 1956

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°159 (263) de Novembre 1956
    • Faire la paix page1
    • Trois faits (vie du MRAP) par Léon Lyon-Caen page1
    • La loi des S.S. page1
    • Les évenements de Hongrie page1
    • Le Comité d'action du MRAP préconise l'union de tous les antiracistes pour faire face à la montée des périls page2
    • Nouvelles propositions du MRAP à la LICA pour l'action commune des antiracistes page3
    • Proche-Orient: du cessez le feu à la paix
    • Algérie: pour l'amitié judéo-musulmane page3
    • Contre la loi des S.S., une délégation du MRAP au quai d'Orsay: la lettre remise au ministre page4
    • La République en danger page5
    • De nombreuses personnalités s'associent à la protestation du MRAP: Mme S. Cremieux, Francis Jourdain, Yves Jouffa, J. Pierre-Bloch, André Spire, l'équipe de "Nuit et Brouillard", Henry Bulawko, l'Union des étudiants juifs page4
    • Qu'y a-t-il sous le "bitos" du pauvre Anouilh par Roger Maria page5
    • Elections américaines: comment les noirs ont-ils voté? page6
    • L'action contre l'antisémitisme en Pologne page6
    • Il y 50 ans, Alfred Dreyfus éait réhabilité, voici le premier article écrit en sa faveur, par Emile Bergerat page7
    • Le racisme ennemi de la culture: interview e Alioune Diop et J. Rabemanajara page7
    • Grand gala antiraciste dimanche 18 Novembre page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

DIBlanche 18. Noveulbre a" '" PLEYEL •• TOUS au GRAND GALA ANTIRACISTE N° 159 (263) 8 NOVEMBRE 1956 Faire LA PAIX! Le Bureau National du M.R.A.P. a rendu publique, le 31 octobre, la déclaration suivante: LES antiracistes qui connaissent la guerre, son cortège de ruines, de larmes et de sang, le poids des haines qu'elle engendre et attise, ont ressenti avec émotion le déclenchement des hostilités israélo-égyptienne, bientôt suivi de l'intervention française et anglaise. . Alors que l'avenir des nations en conflit dépend de la solution négociée des différends qui les opposent, la violence ne peut qu'accroître le fossé qui les sépare et entraîner de graves périls pour la paix mondiale, à laquelle les peuples aspirent. Saluant les initiatives et les efforts déjà tentés pour apaiser les passions, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix adjure les gouvernements intéressés de faire cesser immédiatement l'effusion de sang. Il adjure le gouvernement de la République d'entendre la voix des antiracistes de France, dont l'exigence de paix se fonde, par surcroît, sur la crainte de nouveaux déchaîne· ments racistes et antisémi- . tes que ne manqueraient pas de favoriser la poursuite et l'extension du conflit. En ces dramatiques circonstances, le M.R.A.P. appelle les antiracistes de toutes opinions à combat· tre partout les excitations à la haine et à la guerre pour faire triompher l'a· mitié entre les hommes sans distinction d'origine, de race ou de confession. La loi des S.S.· C'est plut6t: exception à la loi, qu'il laudrait dire. Exception en laveur des SS. Ordonnance, en tout cas, dont l'application, après tant d'autres étapes de la remilitarisation et de la renazilication, contribue à ce que les SS lassent la loi - comme autrefois - de l'autre c6té du Rhin... pour commencer ... Le document reproduit ci-contre est un fac-simile du Bulletin olticiel du ministère de la Guerre de Bonn. C'est en vertu de cette décision qu'a lieu la réintégration des anciens Watten-SS, jusqu'au grade de lieutenant-colonel: La Commission fédérale du per~ nnel a décidé, à sa réunion du 2 août 1956. Sur la base de l'article 27, alinéa 4, paragraphe 3, de la loi sur le service militaire du 19 mars 1956, il est décidé. pour la détermination du grade des militaires de carrière ou des engagés temporaires. une exception générale à la prescription de l'article 27. alinéa 4. paragraphe 2 de la loi sur le service militaire. Etant indiqué que: a) la nomination à un grade de l'Armée fédérale doit correspondre au grade que l'intéressé occupait: 1. dans l'ancienne Wehrmacht; 2. dans la pOlice; 3. dans les donanes; 4. dans le service du travail . 5. dans la Waffen-8S ... Pour les anciens membres de la Waffen-SS. la table des références s'établit comme suit. Suit la liste des grades dans la Watten-SS. du SS-Mann au SSObersturmbannführer, avec les grades correspondants dans la nouvelle armée allemande, de Grena~ ier à Ober~tleutnant, c'eS'b-à-dtre tùlaeenttwt:dotdriez. ' (Voir nos informations en pages 4 et 5.) (VOIR EN PAGE 8) 30 FRANCS TROIS FAITS LE 16 octobre dernier s'est réuni le nouveau Comité d'Action, élu aux dernières Assises Nationales contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, en juin, afi'n d'examiner la situation du M.R.A.P., de choisir les membres du Bureau National et de déterminer l'orientation future de son activité. L'attention doit être attirée sur trois faits principaux qui, au lendemain des vacances, affectent la vie de notre Mouvement. D'abord ses dirigeants ont jugé opportun d'amplifier son Comité d'Honneur afin d'y voir reflétée l'éclatante unanimité qui s'est exprimée à la Se Journée Nationale. Grâce aux efforts du secrétariat, dont il convient de le remercier et de le féliciter, 14 émi'- nentes personnalités ont accepté de se joindre aux 30 qui le composaient antérieu- PAR Léon LYON-CAEN Président du M. R. A. P. rement. ,On en trouvera la liste dans le numéro du 20 septembre de « Droit et Li .. berté » et on constatera qu'elles représentent les tendances les plus diverses de la vie sociale, politique, intellectuelle et religieuse de notre pays. Grâce à cet heureux élar. gissement de l'éventail de notre Comité d'Honneur, se trouvent affirmés à nouveau notre désir d'union, notre souci d'impartialité et d'ob- · jectivité, et marquée la volonté qui anima toujours le M.R.A.P. dans sa lutte antiraciste, et pour la rendre pleinement efficace, de s'affranchir de tout esprit de parti, de toute attache partisane, de toute inféodation à un groupement politique quelconque. EN second lieu, le M.R.A.P. a appris avec inquiétude la nouvelle, non démentie, de l'intégration dans la nouvelle armée allemande, en voie d'une reconstitution d'ailleurs difficile, des anciens officiers de la WaffenSS, jusqu'au grade de lieutenant- colonel inclus. (Suite page 2.) Les événements de Hongrie LES événements 'de HongrIe ont suscité, dans l'Jplnlon française et Internationale, une profonde émotion. Au M.R.A.P .• où se rencontrent des hommes de conceptions politiques très diverses, parfois op~ posées, l'interprétation de Ges événements, de leurs origines et de leurs conséquences' ne saurait évidemment être unanime. Mals c'est avec une égale douleur que tous les antiracistes suivent cette tragédie, dont les étapes. pour autant que les Informations contradictoires et fragmentaires puissent permettre d'en juger, semblent avoir été suooes.. (Suite page 6.) 2 - Ir - - - - - DROIT ET LIBE..,TE Le Comité L·UNION d'Action du M.R.A.P. préconise DE TOUS LES ANTIRACISTES pour faire .face Le 16 octobre, ·aux Sociétés Savantes, s'est tenue la première réunion du Comité d'Action élu en juin, à l'issue de laS · Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Le Comité d'Action a entendu le rapport du Burea,w National 'so rtant, présenté par Albert Lévy, et a discuté des problèmes posés actuellement ·au M.R.A.P.: la recrudescence de l' anti sémiti sme et du racisme, du fait des menées de Poujade et de s es c0111plices ; .l'intégration des officiers SS dans la MUvelle armée allemande; le drame algérien; la paix au Moyen-' Orient. Les débats ont été marqués par le souci d'unir toutes les forces antiracistes de notre pays. La réwnion s'est terminée par l'élection du nouveau Burea'u National du M.R.A.P. P RESENTANT le rapport du Bureau Nantonal sortant, Albert Lévy souligne que le Comité d'Action « se trouve placé en cet automne 1956, à la fois devant un très riche héritage et de très grandes responsabilités'». Les menées poujadistes ••• Examinant ensuite les problèmes, les préoccupations qui requièrent l'attention et la riposte des antiraCIstes, le rapporteur insiste d'abord sur les menées poujadistes. Evoquant le « rendez-vous d'octobre » (ou de novembre, ou de décembre) que poujade organise, avec la bénédiction de Tixier-Vignancour, au moment où l'on découvre des armes. chez le député poujadiste Demarquet, Albert Lé' ry souligne : « Il nous est permiS d'affirmer que le rassemblement à Paris des TROIS (Suite de la page 1) On peut s'étonner qu'une mesure aussi dangereuse n'ait pas frappé davantage le grand public, trop souvent, hélas! apathique et oublieux. Mais elle a justement alarmé un certain nombre de Français sincèrement patriotes et démocrates, qui n'ont pas perdu le souvenir douloureux des victimes de la guerre et des héroïques sacrÏ'fices de la Résistance. Pour eux, pareille décision apparaît tout à la fois comme un défi à la mémoire des millions d'hommes victimes de l'hitlérisme et comme une violation de la loi internationale. Faut-il rappeler les noms tragiquement célèbres d'Ora. dour, d'Ascq, d'Auschwitz, de Buchenwald, auxquels les forfaits des SS restent attachés, les camps de concentration où 208.000 Français ont trouvé la mort et dont les SS assuraient la gestion, les exactions et pillages commis par les SS, au temps de l'oc· cupation, contre les peuples d'Europe? Faut-il rappeler la décision du Tribunal de Nuremberg dénonçant la Waffen-SS comme une 'association criminelle et consacrant le principe de sa culpabilité à raison de ses crimeS' contre l'humanité, et la loi française du 15 septembre 1948, qui a fait entrer dans notre législation la doctrine dégagée à Nurembet'g et a permis le jugement des SS détenus en France? Le M.R.A.P. a considéré comme son devoir de s'élever publiquement contre une menace aussi grave, d'abord par la voie d'un communiqué à la presse, signé des noms de grands résistants d'opinions diverses, puis par le truchement d'une délégation, qui réunissait ces derniers et dont le soussigné a tenu à , prendre la tête, auprès du ministre des Affaires étran. gères. hommes excités par poujade constitue à la' fois un danger pour la RépUblique et une menace pour les biens et la sécurité de certaines catégories de la population, . notamment les juifs. » C'est pourquoi, ce rassemblement doit être empêché!» •.. et l'union des antiracistes Et il montre que ce rassemblement peut être empêché si les républicains s'unissent. Sur le-plan qui nous est propre, la lutte antiraciste, le M.R.A.P. a proposé à la L.I.C.A. une action' commune pour faire face plus efficacement à la menace poujadiste. « Cette lutte concerne tous les républicains, déclare le rapporteur. Nous pensons qu'aucune bonne volonté ne doit être exclue. Il nous appartient de solliciter et accueillir tous les ~oncours autour de notre plate-forme pro- FAITS , Reçus par le directeur de son Cabinet, nous lui avons fait valoir que la réceJlte mesure, outre qu'elle tend à prouver que la prétendue dé· nazification n'est qu'un mythe, n'était pas faite pour faciliter le rapprochement nécessaire des peuples français et allemand, la liquidation de ce qu'on est couvenu d'appe. 1er le contentieux francoallemand, ni la promotion de l'Allemagne fédérale au rang des grandes nations démocratiques. Nous avons insisté pour que le minïs,tre élève une protestation solennelle au nom de notre pays auprè,s des autorités allemandes et s'efforce, par la voie diplomatique, de faire rapporter cette néfaste décision. Le représentant du ministre nous a réservé le meilleur accueil et déclaré que M. Pineau, ancien résistant déporté, ne manquerait pas' d'être touché par notre démarche. Quelle suite y a été donnée par le Gouvernement? Nous l'ignorons. Nous nous pero mettons de douter, vu son souci de ne faire au chancelier Adenauer aucune peine même légère, qu'elle ait eu un résultat favorable. ENFIN, ne négligeons pas la propagande fasciste de Poujade, qui, pour être moins spectaculaire qu'il y a six mois, ne persiste pas moins à s'exercer d'une façon pressante sur certains milieux. Après son ~ Tour de France » où il s'est livré à ses habituelles et violentes diatribes antidémocratiques' et antisémites, il prétend rassembler à Paris ses troupes excitées contre le régime républicain. En face des menées poujadistes, le M.R.A.P. doit rester très vigilant et poursuivre son action pour la défense des idéaux qu'elles menacent. Léon LYON-CAEN. à la montée des périls pre». En particulier, il signale les organisations et personnalités très diverses « dont le M.R.A.P. et la L .I .C.A., ensemble, ont rencontré les dirigeants, au début de l'année, et qui noÙS" ont assuré de leur soutien sans réserve pour notre combat antiraciste» li énumère alors les propositions d'action commune qui seront communiquées le lendemain au président de la L.I.C.A. : - que soit élaboré un appel commun mettant en garde l'opinion publique contre la nocivité de l'antisémitisme et du racisme, tels qu'ils se développent actueUement. - que cet appel soit soumis Il l'aprobation des personnalités et groupement les plus divers. - qu'il soit ensuite diffusé dans tous les milieux, dans la France entière. - que, parallèlement, nos deux organisations interviennent auprès des pOUVOirs publics, pour demander le châtiment sévère de toutes les manifestations d'antisémitisme et de racisme, aujourd'hui impunies. Le drame algérien Abordant le drame algérien, Albert Lévy analyse le rôle des racistes, les poujade, les XavierVallat, les Tixier-Vignancour dans l'excitation à la guerre, « cette guerre d'Algérie, qui sert de point de départ à leur démagagie, à leurs campagnes racistes et antisémites, et dont ils essaient d'utiliser les conséquences néfastes pour accroître leur influence.. . ». li déclare: ({ C'est la paix ·qu'il faut, c'est l'entente entre les populations d'Algérie, c'est une coopération entre celles-ci et la France dans le respect des droits, des intérêts et de la dignité de tous. Telle est la seule voie qui rendra à la France son vrai visage que nous aimons.» Suez et le Moyen-Orient Après avoir rappelé qu'avant même la nationalisation du canal de Suez, Poujade et ses complices . réclamaient, « l'envoi d'une esC!1- dre française devant Alexandrie», le rapporteur souligne que le M.R.A.P. se doit de prendre, devant l'affaire de Suez et les problèmes du Moyen-Orient, une attitude Objective, en faveur de la négociation et de la paix. « Certes, dit-il, la compagnie du canal de Suee, compagnie privée à capitaux essentiellement franco- britanniques, a été nationalisée. Mais le canal de Suez reste ,-------une voie d'eau internationale, les autorités égyptiennes se sont déclarées d'accord pour renforcer • la Convention de 1888 sur la libre circulation. » Certes, les navires israéliens se voient interdire le passage et c'est là une violation effective, et scandaleuse de la loi internationale. Mais cette violation est entrée en vigueur non sous Nasser mais sous Farouk, sous le règne de la Compagnie Universelle, alors que les troupes anglaises campaient sur les rives du canal. Le libre passage doit être rétabli; mais il n'est pas juste de prétendre que la suppression de la nationalisation est nécessaire pour résoudre ce problème. » Certes, le régime de Nasser reste sous bien des aspects contestable mais nous n'admettons pas que l'on justifie par ce régime la nécessité d'une politique de force et que les munichois d'hier comparent aux agressions hitlériennes dirigées contre les peuples libres, l'acte de souveraineté du gouvernement égyptien. « Nous souhaitons que le problème de Suee soit résolu prochainement dans le respect des droits de toutes les nations y compris Israël. Nous souha.itons que l'O.N.U. et en particulier les Quatre Grands parviennent à supprimer rapidement de façon durable les conflits douloureux qui ensanglantent encore Israël et ses voisins. » Un scandale: l'intégration des officiers S S « Parmi les événements qui requièrent notre attention et notre action immédiate, déclare encore le rapporteur, il en est un qu'il faut souligner avec une force toute particulière: c'est l'intégration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. » Nous avions raison de combattre la C.E.D., et, quand la C.E.D. a été abattue, les Accords de Londres et de Paris. Nous avions raison de dire alors que la reconstitution de l'armée allemande, fût-elle camouflée sous un vocable européen, ne pouvait qu'entraîner, dans l'état actuel de l'Allemagne occidentale, le réarmement des SS. » li conclut en soulignant la nécessité pour tous les militants de redoubler d'efforts en vue de l'union et de l'action si nécessaires contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix. Le Bureau National Voici la liste des membres du Bureau National du M.R.A.P., qui fi été élu le 16 octobre, à l'unanimité, par le Comité d'Action: Léon LYON-CAEN, premier Président honoraire de la Cour de cassation, Président du M.R.A.P. Charles PALANT, Secrétaire général du M.R.A.P. Me Sylvère ALCANDRE. M" Rolande ATTULY. Adolphe BERNO. Armand BITTOUN. Anne BITTOUN. Albert BOROWSKI. A. CHIL. COME-CORNEILLE. Denise DECOUllDEMANCHE. Me A. DYMENSTAJN. Me FARDIN. . Pierre GERBAL. Dr B. GINSBOURG. Alfred GRANT. Dr GREIF. Me André HAAS. Maurice HAGLER. Charles HUTMAN. M. IMERGUK. S. KORNBLUT. Bernard KORSAKISSOK. Pasteur S. LEHNBACH. Albert LEVY. Henri LILENSTEN. M" Marcel MANVILLE. Jacqueline MARCHAND. G. MARCHEWSKA. Andrée MICHEL. Charles OVEZAREK. ThomasRAHANDRAHA. Me Georges SAROTTE. Dr A. SCHERR. Me SAINT-CYR. Pasteur Louis VIENNEY. Dr ZAIDMAN. LA 'DISCUSSION Après une introduction du président LYON-CAEN, qui fait le point de l'action du M.R.A.P. depuis la Journée Nationale, et le rapport présenté par Albert LEVY, le Comité d'Action a procédé à un intéressant débat. Tout en approuvant l'ensemble du rapport, plusieurs membres du Comité cf Action ont été amenés à préciset utilement leurs points de vue. Premier orateur, le docteur ZAIDMAN souligne 10 nécessité de poursuivre et d'élargir la protestation contre l'intégration des officiers 55 dons 10 no ..... velle Wehrmacht. Il regrette que, dons la lutte contre le poujadisme et l'antisémitisme, la L.I.C .A. n'oit pas encore répondu favorablement aux propositions du M.R.A.P, Notre Mouvement, indiquet- il, doit, tout en poursuivant ses efforts en vue d'une action commune, renforcer encore sa propre action. Le docteur Zaidman estime que l'article paru dons • Droit et Liberté • sur l'affaire de Suez aurait dû être, sur certains points, plus précis. Concernant l'affaire de Suez, Charles OVEZAREK estime que le M.R.A.P. ne doit pas entrer dons les polémiques, mois prendre une position positive en faveur de la poix. En conséquence, il fout s'opposer aux confusions et aux excitations racistes et belliqueuses. Roger MARIA, soulignant la compl~ xité des problèmes du Moyen-Orient, declare que le M.R.A.P., organisation de lutte contre le racisme et pour le poix, doit se prononcer pour 10 recherche d'une solution négociée. Au sujet de l'affaire des officiers Waffen-SS, il indique que leur rôle dons la nouvelle Wehrmacht sero notamment de combattre les Allemands de plus en plus nombreux, qui s'op~ posent à la remilitarisation et qui militent pour 10 paix. M. TORNER estime que, · dons les problèmes du Moyen-Orient, la seule position conforme à l'esprit du M.R. A.P. est de se prononcer pour la poix. Il ouro ainsi l'approbation de la gronde masse des juifs. ArmcMd DYMENSTAJN intervient sur le problème de l'unité d'action entre le M.R.A.P. et la L.I.C.A. Il souligne que l'union des deux organisations antiracistes pourrait amener tous les groupements républicains à soutenir leur action, comme on 1'0 vu lors du meeting commun du 9 mors dernier Sur sa propo~ition, le Comité d'Action approuve à l'unanimité, ou sujet " Appelle tous les ontiraclstes à faire entendre leur volx pour que soit rapportée cette scandaleuse mesure, véritable défi à la mémoire des victimes du nazisme i " Donne mandat au Bureau National, devant l'agltatl,,,,, accrue des élémenh racistes, de poursuivre activement les pourparlers avec la L,I.C.A. en vue de la constitution d'un large front antIraciste s'appuyant su~ l'ensemble ... de l'opinion républicaine. • M· André SAINT-CYR présente alors les candidatures ou nouveau Bureau National, Qui est élu à l'unanimité. de Suez, la position définie dons le,---------------- rapport du Bureau Notional sÇrtant. La résolution Puis est adoptée la résolution suivante: « Le Comité d'Action, rt!unl le 16 octobre 19S6 sous la présidence de M. Léon Lyon-Caen, « Constate l'aggravation du racisme et .de l'antisémitisme, en liaison avec les menées de Poujade et outres ennemis de la République, qui se développent à la faveur du drame algérien; " Estime que la recherche d'une solution pacifique por la négociation s'Impose en Algérie, pour mettre fin rapidemeont à un conflit douloureux qui engendre des v.iolations du droit des gens et de la légalité républicaine, et qui creuse chaque Jour davantage le fossé entre les populations de Fronce et d'Afrique du Nord; " Elève une vive protestation contre l'Incorporation dans la nouvelle armée aliemande des anciens officiers SS, condamnés comme criminels de guerre por le Tribunal International de Nuremberg; l' DROIT ET LIBERTÉ 91, Fba St-Denis • Paris-1(1t Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 Tarif des Abonnements Un an : 300 franc. PAYS ETRAN~I:RS Un an : 430 franea ABONNEMENT DE SOUTIEN 1 1.000 frsnes TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQ(;E Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari. Pour le. changements d'adres .. envoyer 20 franc. et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rlle de Paradis - : - PARIS (X") -: - Troo. eue. par da DUO. synd~N DROI'r l'r LIBER'" .. R" ; f~ - zr - 9 3 ~, f YS " -y oe- -, 'X - ç • Proche-Orient .• . _Ji du cessez-Ie·feu .. a la , . , paix A l'heure où nous mettons sous ·presse, le cessez-le- . feu vient d'être proclamé en Egypte. Ce n'est pas encore la paix, ce n'est pas encore le règlement des désaccords entre les belligérants, mais la raison, enfin, semble l'emporter. Tous les peu.ples, tous les gens de coeur s'en réjouissent. Les votes massifs de l'O.N.U., la prise de position des EtatsUnis, les multiples initiatives de l'U .R.S.S., la proposition suisse d'une conférence à cinq, l'irrésistible pression du peuple anglais et, en France même, les appels du Mouvement de la Paix et de la Ligue des Droits de l'Homme, les déclarations de personnalités politiques de toutes tendances et la vigoureuse protestation populaire, tous ces efforts ont pesé dans la balance. L'humanité entière, seCOUlant toute passivité, a voulu et, nous l'espérons, saura arrêter la course à l'abîme. Car, s'ils s'étaient prolongés, Algérie : Pour l'amitié judéo-musulmane Dans un article de son envoyé spécial il. Alger, « Le Monde » du 1er novembre apporte d'inté~ ressantes précisions sur le problème des relations entre Juifs et musulmans d'Algérie. Ce problème a été récemment éclairé. on s'en souvient, par un groupe d'Israélites de Constantine. qui se prononçait pour un rapprochement entre les deux communau., tés, dans un tract que nous avons reprOduit le mois dernier. « Disséminés à Alger, où ils nE\ se concentrent guère que dans la rue Marengo, qui traverse la Cabsah (et qui a été le théâtre de nombreux attentats), les Israélites, écrit « Le Monde », s'ils n~ sont pas comme au Maroc fixés dans des mellahs, se concentrent pourtant à Tlemcen, seule vieill€lj ville islamique de l'Algérie, à Oran, et surtout à Constantine, dans des quartiers déterminés. Plus loin, dans les « territoires du Sud », à Laghouat et à Ghardaia, ils constituent des communautés particulières. analogues ou presque à celles que découvrirentl sur tout le territoire algérien les soldats du maréchal Bugeaud. « Depuis 1870, en vertu du décret Crémieux, les Israélites sont mêlés aux Européens, confOndUS avec eux dans les rangs du « premier collège». Commerçants, artisans ou exerçant des profesd'Oran ou de Constantine. en dénonçant les attentats ou les représailles qui mettaient au:o pnses les . deux communautéSl comme autant de « manoeuvres colonialistes ». Un tract récent du Front de Libération exhortaitl les Israélites à ne pas céder à un racisme analogue à celui qui s'était emparé de « certains musulmans égarés » et les invitait à soutenir son action. Cet appel aurait recontré une certaine audience. Le « Comité pour la Pail) et contre le Racisme » appelait les musulmans et les Israélites (ainsi que les « Européens libéraux »), à déjouer les « provocations », cause des incidents de 1956 et même du pogrome de 1934. Plus sympt6matique est la déclaration_ faite au début du mois d'octobre par les membres du Consistoire israélite de Constantine. qui avaient adopté une pomtion similaire. » Et il conclut par cette question. qui souligne certains dangers du conflit déclenché dans le ProcheOrient: « Les événements actuels rendront-ils sans objet ces ettorts mutuels de pacification? » (1) Le pogrome de Constantine en 1934 et des incidents plu. récents ont montré le rôle des éJéments ultra-colonialistes dans l'excitation des juif. et des musulman ' les uns contre le. autres. les combats du Proche-Orient risquaient de s'étendre et d'entraîner une conflagration généralisée, aux conséquences incalculables. L'entrée des forces israéliennes en Egypte, aussitôt suivie de l'intervention franco-britannique, les bombardements de villes égyptiennes et du canal de Suez, les débarquements, les batailles du Sinaï et de Port-Saïd, autant d'événements qUtÎ, en quelques jours, ont suffi à recréer l'atmosphère et les inquiétudes que nous avions pu croire à jamais reléguées dans le passé. cette reglOn explosive où le pétrole est roi, avaient abouti à ces mesures fatales, à ce déchaînement de la force et des passions. Mais la voix qui, au-dedans de nous, s'élevait, anxieuse: « Non! non! arrêtezl », cette ·voix, maintenant, a été entendue. Les canons et les bombes se sont tus. Au tour des diplomates de parler. C'est un fait: J'occupation violente du canal de Swez ne saurait suffire, ·aujourd'hui, à imposer définitIvement une dédsion sans réplique à un peuple qui aspire à la souveraineté. C'est un fait aussi qu'Israël, tout autant que de sécUirité, a besoin de paix et d'amitié avec ses voisins. M. Ben Gourion ne disait- il pas, il y a quelques semaines, devant le congrès de son parti, que « même vit;torieuse, une guerre ne résoudrait aucun de nos problèmes»? Ce peup!e, rescapé des pogromes et des persécutions na'zies, a bien assez souffert pour que S'oit recherchée rapidement, dans un esprit d'indépendance et détruit .pas la cause même des désaccords. AUlSsi souhaitons-nous que, rapidement, dans l'intérêt de tous les peuples, le cessez-le-feu se transforme en négociation, sur la base du respect mutuel et de la justice. Nous ooUhiaitons qule l'espri~ de conciliation remplace les attitudes intransigeantes. Et si nous souhaitons la paix, c'est aussi parce que nous savons q·ue la guerre empoisonne l'atmosphère, excite les passions aveugles, . attise les préjugés et les incompréhensions, et cela pas seulement sur les lieux mêmes où elle sévit. Nous en avons déjà ~a preuve. ces jours-ci, à Paris. Puisse bientôt l'esprit de négociation triompher définitivement et ramener la' quiétude, le respect mutuel, l'amitié même, dans une région du globe trop longtemps ensanglantée par d'inexpiables conflits - et sauver ainsi la paix du monde. Restons vigilants. Nous avons, une fois de plus, regardé dans les journaux, avec tristesse, des photos de navires et d'avions de guerre en action, des photos de décombres, de cadavres couchés au sol, et nous savions que ces cadavres pouvaient être français, anglais, israéliens, égyptiens. La radio de Chypre - Chypre où, naguère, les Anglais parquaient les réfugiés juifs derrière les barbelés - relatait les opérations, diffusait les communiqués. Des hommes s'entretuaient. Des familles pleude bonne volonté réciproque, une ___________________________ . rent. Faute d'un terrain d'entente, faute d'une stricte application de toutes les décisions de l'O.N.U. (qu'il s'a'gisse de 5uez ou de l'armistice entre Israël et ses voisins), des différends profonds, de tragiques malentendus, des haines tenaces, des cruautés gratuites, de puissants intérêts enfin, dans solution basée sur la co-existence padfique, gage d'un avenir meilleur. Comme le souligne la · déclaration du Bureau National du M.R.A.P., les antiracistes ne savent que trop ce que la guerre engendre de haines de toutes sortes. Où passent les chars, fleurit drfficilement J'amitié. La force employée entre nations ne Une cQnférence de M. Massignon Le 30 octobre, à l'Hôtel Moderne, M. Louis MASSIGNON, professeur au Collège de France, a fait, devant le Comité d'Action du M.R.A.P., auquel s'étalent jointes diverses personnalités, une conférence sur le thème suivant: « La tension en Algérie et au Proche-Orient et le respect de la personne humaine ». A la tribune avaient pris place, autour de M. Léon LYON-CAEN, qui présidait, MM. le professeur Edmond VERMEIL, le pasteur VIENNEY, les écrivains .Jean AMROUCHE et .Jacques RABEMANAN. JARA, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. et Me André SAINT-CYR. Après l'intéressant débat qui suivit, le pr·ésident Lyon-Caen remercia chaleureusement M. Massignon pour son noble exposé et souligna, en conclusion, la possibilité pour des hommes d'origines et de conceptions diverses, de défendre en commun la dignité humaine. M. MIKOYAN IITous les pays doivent pouvoir utiliser le canal de Suez" Au, cours d'une réception à l'ambassade d'Afghanistan à Moscou, le 16 octobre, M. Mikoyan, vice-président du Conseil de l'U.R.S.S., Interrogé par des journalistes, a déclaré que « tous les pays -- y compris Israël - doivent avoir des droits égaux de passage dans le canal de Suez ». AUTOUR DE VOUS . FAITES CONNAITRE DROIT ET LIBERTE ABONNEZ FAITES ABONNER VOS AMIS mons libérales, ils demeurent,-------------------------------------------___________________________________________________________________________ _ pourtant en contact étroit avec les musulmans. dont ils connaissent souvent la langue. Mais les avantages qui leur étaient accordés, alors qu'ils étaient refusés aux membres du second collège, leur attirait l'hostilité de musulmans sporadiquement antisémites. » L'envoyé spécial du « Monde» signale d'autre part, il. l'égard des juifs, « la rancoeur de certains Européens, dont l'esprit conservateur est teinté de racisme ». « Il y a un demi-mècle ou plus, écrit-il, les Israélites. d'Afrique du Nord n 'avaient pas échappé au mouvement de nationalisme ou d'antisémitisme qui, dans la métropole, s'était déve~ loppé lors des attaires Boulanger et Dreyfus ». Nouvelles pour Nous avons publié, dans notre dernier numéro, la lettre par laqueUe le M.R.A.P. proposait à la: L.I.C.A. une adion commune contre les menées racistes et antisémites de Poujade et de ses complices. Suite à cette lettre, deux représentants du Burea.UI National du M.R.A.P., Albert Lévy et Charles Ovezarek, ont eu une entrevue, le 17 octobre, avec Bernard Lecache, président de la L.I.C.A., et M. Delbos, membre du Comité Central. Au nom de notre Mouvement, Albert Lévy et Charles Ovezarek ont souligné une nouvelle fois proposilions du IM.R.A.P. à la L.I.C.A. l'aclion commune des anliracisles que la recrudescence des activités antisémites et racistes rend nécessaire la riposte conjointe des organisations antiracistes. La gravité de la menace exige que soient placées au second plan les divergences qui peuvent exister sllIr différents autres problèmes. Les représentants du M.R.A.P. ont soumis aux représentants de la L.1.C.A. les propositions concrètes adoptées la veille par le Comité d'Action du M.R.A.P. Les voici: - Que soit élaboré un appel commun mettant en garde l'opinion publique contre la nocivité de l'antisémitisme et du racisme. tels qu'Us se développent actuellement; - Que cet appel soit soumis il. l'approbation des personnalités et groupements les plus divers; - Qu'il soit ensuite diffusé dans tous les milieux. dans la France entière; - Que parallèlement. nos deux organisations intervieIUlent au~ prèS des pouvoirs publics pour demander le châtiment sévère de toutes les manifestations d'antisémitisme et de racisme. aujourd'hui impunies. aucune exclusive, des républicains de toutes tendances. Elle sera'it, ·ainsi, assurée d'une grande efficacité. U a été décidé, d'un commun accord, qU'Uil1e prochaine rencontre aurait lieu vers la fin d'octobre. Pierre PARAF //S eu /e /'U ni' te' " ... N'ayant pu assister à la réunion du Comité d'Action, l' écrivain Pierre PARAF s'en est excusé dans une lettre à notre président, où il déclare notamment: AprèS avoir noté que le conflit lsraélo-égyptien et l'attitude prise par la France risquent « d'envenimer des rapports qui. parfois. étaient déjà ditticile » (1). il souligne les efforts tentés de divers côtés pour détruire les préL'action du · M.R.A.P. à Strasbourg Ces propositions, destinées à servir de base de discussion, sup. posent que .les deux organisations poursuivront l'action entreprise au début de l'année, et qui avait été marquée, notamment, par le grand meeting unitaire· du 9 mars à la Mutlllalité. Cette action corn.., mune, qui répond au voeu de la grande masse des antiracistes, susciterait, comme l'expérience l'a prouvé, le rassemblemertt, sans ({ Jamais l'action commune n'a été plus nécessaire contre les menaces de racisme, que seule l'unité de nos forces brisera, et en particulier contre la scandaleuse intégration des officiers SS dans l'armée allemande. » Jugés et les haines. « Les nationalistes musulmans, précise-toi!, s'ettorçaient, ces derniers temps, de rallier à la « cause algérienne» les Israélite$ La section du M.R.A.P. de Strasbourg a repris ses activités avec un nouvel élan, après les vacances. Sur son initiative. la résolution adoptée à la Journée Nationale Au Memorial du Martyr Juif Inconnu Le 30 octobre, en présence d'une foule nombreuse, a été Inauguré le Mémorial du Martyr .Juif Inconnu, situé rue GeoffroyL'Asnler, non loin de l'Hôtel de Ville de Paris. De nombreuses personnalités avaient pris place à la tribune. Des représentants des communautés juives de divers pays t'laient présents, notamment le grand rabbin Brodle, de Londres, et le grand rabbin SChllefer, de Moscou. Le président Lyon-caen, membre du. Comité de patronage, représentait notre Mouvement, ainsi qU'une déléga~ion du Bureau national. Sous la pr~sidence de M. Le Troquer. plusieurs orateurs évoquèrent le martyr des juifs sous l'occupation nazie et soulignèrent la nécessité d'empêcher le retour de tels crimes. Ce furent tour à tour: MM . .Justin Godart, Nahoum Goldmann, le baron Guy de Roth·schlld, Pierre Ruais, président du Conseil municipal; Tan_ guy-Prigent, ministre des Anciens Combattants; Tsur' ambassadeur d'Israël, et le grand rabbin Kaplan. La cérémonie se termina par l'hymne des Partisans du ghetto de Vllno et le Chant des Partisans français, exécutés par la musique de la Garde Républicaine. contre le racisme, l'antisémitism~ et pour la paix a été approuvée par diverses personnalités, notamment MM. Radius, sénateur; tes professeurs Aron, Sadron et Waitz, le pasteur Casalis. 500 exemplaires de « Droit et! Liberté » rendant compte de la Journée Nationale ont été dittusés. Le 5 novembre, le comité de la section doit tenir une importante réunion pour examiner la participation du M.R.A.P. à l'action du Comité Strasbourgeois de Vigilance Républicaine et Antifasciste pour faire échec à la manifestation prévue par Poujade à Strasbourg le 18 novembre. Des conférences se qui auront lieu au « Au Grand Pécheur du Jeu-des-Enfants. préparent, restaurant », 52, rue Les premiers sujets traités seront: le 15 novembre: l'antisémitisme en Alsace; le 13 décembre

l'affaire Dreyfus, par le

professeur Baudittier; en janvier 1957: la notion des races. par le professeur R. Rontchevski. Le Carnet Nos deuils Le cardinal Saliège Le cardinal Saliège, qui vient de mourir à Toulouse' avait, sous l'occupation, pris fermement position en faveur des juifs victimes des persécutions nazies. Ce grand prélat avait, par la suite, été amené à dénoncer à plusleun reprises le racisme et l'antisémitisme. Les antiracistes seront unanimes à rendre hommage à sa mémoire. M. Maurice de Barral Nous avons appris avec émotion le décès de M. Maurice de BARRAL, grand officier de la Légion d'honneur, dirigeant du Mouvement des Anciens Combattants e~ qui fut, dès sa fondation. membre de D. L. du Comité d'Honneur de notre Mouvement. Il était âgé de 69 ans. Le M.R.A.P. et « Droit et LIberté » expriment à la famille de M. de Barral leurs sincères condoléances. Notre sympathie à M. le Conseiller Attuly M. le conseiller ATTUL Y, membre dU- Comité d'Action du M.R. A.P., qui avait eu la douleur de perdre sa fille au !flols d'avril, vient d'être frappé d'un nouveau deuil. Son frère' est décédé à Madagascar, laissant cinq enfants. Que notre éminent ami trouve ici, en ces épreuves, l'expression de la sympathie et de l'affection de notre .Mouvement tout 6nU .. ,,_ Conlre la loi des S. S. Une délégation du M. R.A. P. au Quai d'Orsay Le 28 septembre, à midi, une délégation du M.R.A.P., conduite par le président LYON-CAEN, a été reçue au Quai d'Orsay par M. BEAU CHARD, directeur du Cabinet du ministre des Affaires étrangères. dont nous publions ci-contre le texte. La délégation a demandé qu'une protestation soit élevée, au nom du peuple français, en vue de faire rapporter la décision du gouvernement de Bonn. la lettre remise au ministre Cette délégation comprenait, outre M. Léon LYON-CAEN, !'.écrivain Louis MAJT/NCHAUFFIER, le professeur Jacques HADAMARD, membre de J'Institut; le professeur JANKE LEVlTCH, le 'pasteur VIENNEY, Charles PALANT, secré- M. Beauchard a pris acte de la démarche du M.R.A.P., qu'il s'engagea à faire connaître à M. Pineau avant sa rencontre avec le chancelier Adena'uer, auprès duquel il devait, le lendemain, accompagner le président Guy Mollet. Monsieur le Ministre, Nous avons l'honneur d'attirer votre haute attention sur l'émotion suscitée en Fi'ance par l'information publiée dans la presse Indiquant que par décision de la Commission fédérale du personnel, les anciens officiers des Waffen SS, jusqu'au grade de lieutenant-colonel Inclus, pourront reprendre du ser- De droite à gauche: L. Martin-Chauffier, B. Adam, M. Manville, Ch. Hutman, le professeur Hadamard, le président Lyon-Caen, Charles Palont, M. Schuskln, le professeur Jankelevitch, le pasteur Vienney, A. Levy. taire général du M.R.A.P.; Albert LEVY, Charles HUTMAN, Marcel MANVlLLE, membres du Bureau National; Maurice SCHUSKlN, membre du Comité d'Action, et B. ADAM. Elle avait pour but d'attirer l'attention du gouvernement sur l'émotion suscitée en France par la décision prise à Bonn d'intégrer dans la nouveHe armée allemande les anciens officiers Waffen-SS jusqu'a,UJ grade de lieutenant-colonel inclus. Après un exposé du président Lyon-Caen et une intervention de Louis Martin-Chauffier, la délégation a remis un bref mémorandum adressé au ministre, Et C, O conti·n ue .1.. . • DIX MILLEl aneiens Waffen-SS se sont réunis à Hinden, pour réclamer que les anciens généraux 55 . soient également réintégrés dans l'armée. Le principal orateur fut le général Kurt Meyer, ex-commandant de la division « Jeunesses hitlériennes ». la M. Pineau , reponse de M. Pineau; ministre des Affaires Etrangères a adressé oelobre, la lettre suivante au président Lyon-Caen: Monsieur le Président, le 18 Mon directeur de Cabinet a porté à ma connaissance les suggestions que vous lui avez présentées âu cours d'un récent entretien que vous avez eu avec lui. Il m'a remis, par ailleurs, votre lettre ' du 28 septembre demier. Je comprends très bien l'objet de vos préoccupations et croyez bien que nUiI plus que moi ne demeure insensible ,aux souvenirs cruels et aux souffrances de la déportation. Je n'a'i pas oublié non plus la solennel,le condamnation prononcée par le Tribunal de Nuremberg à l'égard . des crimes nazis. Au moment où se pose, comme vous le soulignez vous-même, le rapprochement nécessaire des peuples français et allemand, et ,\'indispensable promotion de l'Allemagne fédérale au rang des grandes nations démocratiques, la démarche que vous sollicitez ne peut manquer, comme vous le sentez bien, de se mouvoir dans un cadre singulièrement délicat. Je vous donne néanmoins, et bien volontiers, l'assurance que par la voie diplomatique je saisirai la première occasion favorable pour entreprendre ,la démarche en cause, de manière à ce que soit entendue la solennelle protestation que vous avez fait entendre au nom des héroïques martyrs de la Résistance française. , Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur le Président, l'assurapce de méIJ considération distinguée. Signé: Christian PINEAU. Quelques observations vice dans la nou'velle armée allemande, qui maintiendl'a éventuellement leur ancien grade SS. Cette mesure constitue en même temps qu'un défi à la mémoire des millions d'hommes, victimes de la barbarie nazie et des SS, une violation de la 101 Internationale. En effet, les SS ont été les artisans volontaires et les dirigeants de l'entreprise d'extermination, dont l'ampleur révélée au lendemain de la guerre, a saisi d'horreur l'humanité. A leurs forfaits restent attachés les noms tragiquement célèbres d'Oradour. d'Ascq, d'Auschwitz, de Mathausen. Ils ont assu,ré I.a direction et la gestion des Camps de concentration où 208.000 Français ont trouvé la mort. Soutiens les plus actifs du régime hitlérien, Ils ont été partout présents ,p,our exercer les plus sanglantes représailles et pal'ticiper aux exactions et pillages commis contre les peuples d'Europe, au temps de la guerre et de l'occupation. C'est pourquoi, à juste titre, devant les crimes commis contre l'humanité, les peuples et leu,rs gouvernements ont dénoncé la Waffen SS comme association criminelle. La décision du tribunal de Nuremberg a consacré- le .p,rin-, cipe de leur condamnation et la répression de leurs crimes. Notre pays, par la 101 du 16 septembre 1948, a fait entrer dans notre législation la doctrine dégagée à Nuremberg et permis le jugement des SS détenus en France. "(ous les hommes d'Etat français, même partisans de la 'reconstitution de l'armée allemande, ont souligné leur opposition à ce que les anciens criminels nazis soient réhabilités et incorporés dans leurs anciennes fonctions. Nous ne pensons pas qu'une telle mesure puisse favoriser le rapprochement et la réconciliation nécessaires des ,peuples français et allemand, ni la promotion de l'Allemagne fédérale au rang des grandes nations d'émocratiques. Le souvenir douloureux des victimes de la guerre et de l'occupation, les héroïques sacrifices de la Résistance française nous font un devoir de nous adresser à vous, Monsieur le Ministre, dans l'espoir qU'une solennelle protestation sera élevée au nom de notre pays contre cette grave menace et que par la vole diplomatique toute démarche sera entreprise dans le but de faire rapporter cette décision. Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expres!'ion de notre haute considération. La délégation. , • VINGT MILLE anciens soldats de l'Afrlka Corps se sont réunis à Dusseldorf, en présence de Sir Ricllard Gale, commandant en chef de l'armée brita~nique du Rhin; du général italien Lombardo, des ex-maréchaux Milch et Kesselring, et du Dr Schroeder, ministre allemand de l'Intérieur. Celui-ci a déclaré que • le gouvernement fédéral allemand 0 la volonté de ne laisser diffamer aucun groupe d'anciens combattants • et que • la cOmaraderie du front sera toujours encouragée ' . Il ressort de la lettre de M. le Ministre des Affaires étrangères r--------------que la promotion des anciens Waffen SS dans la nouvelle armée allemande n'est pas ignorée ni contestée par le gouvernement • c LA DECISION de réduire le service militaire à un on doit aboutir à la dotation en ormes atomiques de la République fédérale. Les ormes atomiques seront inévitables " écrit dans la Frankfurter Allgemeine l'expert militaire Adelbert Weinsteln. • DE NOUVEAUX groupements nazis vlennelnt de se constituer: le « Mouvement Social du Peuple ", à Hanovre; l' u Union· de Combat pour l'Allemagne indépendante ., à Dusseldorf; la « Société Allemande », à Berlin-Ouest. Leur programme est calqué sur celui des hitlériens. • L'ANCIEN officier SS Wilhelm Meinberg a été réélu fuehrer du Parti du Reich Allemand, qui a tenu récemment son congrès, et a décidé de prendre part aux prochaines élections. • « Adolf HITLElR, l'ami de la jelfnesse ., tel est le titre d'un livre de K. Kubizek, qui vient d'être publié par la maison d'édition « ReichsrllfVerlag _. français. La délégation avait fait ressortir dans son mémorandum que la réintégration des anciens SS dans la nouvelle armée allemande ne pouvait favoriser ni le rapprochement ni la réconciliation nécessaire des peuples françaIs et allemand, ni la promotion de l'Allemagne fédérale au rang des grandes nations démocratiques. La pensée de M. le MInistre des AffaIres Etrangères semble être que c'est au contraire la protestation de l'opInion française et une éventuelle démarche du gouvernement françaIs oontre la réincorporation des SS qui pourraIent nuire au rapprochement franco-allemand. Dans ces conditions, l'assurance donnée par M. le Ministre de ({ saisir la première occasion favorable pour entreprendre la démarche en cause, de manière à ce que soit entendue la solennelleprotestation des héroïques martyrs de la, RésIstance française », semble elle aussi, « se mouvoir dans un cadre sIngulièrement dellcat ». C'est pourquoi' le M.R.A.P. ne peut que renouveller l'appel lancé à tous les antiracistes, aux résistants, aux républicains et aux patriotes à exprimer avec plus de force encore la protestation indignée de l'opinion française contre la décision du gouvernement fédéral (lllemand de rendre leurs grades et leurs places aux ancIens SS, au souvenIr desquels restent liés tant d'horribles forfaits. Nous avons présenté à nos lecteurs, dans notre dernier numéro, l'importante brochure Pourquoi M. Einstein ne peut plus dormir' tranquille par Ruth et Max SEYDEWITZ. Edltée par le COMITE POUR L'UNITE ALLEMANDE, c'est une étude approfondie de 80 pages sur l'antisémitisme renaissant en Allemagne occidentale. Elle rassemble et ,reproduit en plusieu,rs pages d'illustrations des dizaines de documents du pl us vif intérêt. Cette brochure peut être retirée au M.R.A.P., 91, faubourg Sahit-Denls, Paris (10-). Envoi sur demande moyennant 100 francs par brochure. Le chancelier Adenauer, champion de la remilitarisaI De nombreuses s1 assoC•i ent , a Nous avons publié, dans notre dernier numéro, la résolution du M.R.A.P. protestant contre l'integration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. ({ Aucun Français, aucune vic_ time de l'hitlérisme, souligne ce texte, n'a oublié le rôle horrible joué par la Waffen-SS, qui fournit les cadres Impitoyables de l'entreprise d'extermination nazie et qui fut déclarée association criminelle par le Tribunal International de Nuremberg. 1. Cette résolution «( invite tous les patriotes, tous les antiracistes à faire entendre leur protestation » et ({ demande aux gouvernements français et alliés d'intervenir pour que soit rapportée la nMaste décision du gouvernement de Bonn ». Diverses personnalités ont fait connaître qu'elles s'assocIent pleinement à cette protesta lion. Ce sont: MM. Claude AVELINE, écrivain; Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement; Jean CASSOU, directeur du Musée d'Art Moderne; Mme Suzanne CREMIEUX, conseiller de l'Union Française; MM. Edmond FLEG, écrivain; André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit de Paris; Yves JOUFFA, avocat à la Cour; Francis JOURDAIN, écrivain; Mme Jeanne LEVY, professeur à la Faculté de Médecine de Paris; MM. Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain; Jean PIERREBLOCH, ancien ministre; o. POZZO DI BORGO, Inspecteur général de l'Instruction Publique; André SPIRE, VERCORS, écrivains; Paul VILAR, professeur à la Sorbonne; Alain RESNAIS, Mme Olga WORMSER, et l' équipe dU fllm ({ 'Nuit 'et Brouillard ». Mme Suzanne 'CREMIEUX Dans sa lettre d'approbation, Mme Suzanne CREMIEUX, conseiller de l'Union Française, écrit: ({ Il va sans dire que Je me joins à votre protestation concernant l'Intégration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. Il me semble vraiment que les Français ont la mémoire bien courte... » ({ Je regrette, ajoute-t-elle, de n'avoir pu être des vôtres auprès du chef de Cabinet du ministre des Affaires étrangères, vendredi, n'étant ,rentrée du Gard que samedi. » la prote, Francis JOU: ({ En faisant, dep nées, bénéfloler l'Ali cldentale de leul' agissante, nos go ont assumé une lou responsabilité dans leux oomportement souligne l'écrlval: JOURDAIN quI pOUl ({ Le M.R.A.P. moins cent fois 1'1 faire l'interprète d tlon qui s'est emp~ les antifascistes 81n~ prenant la cynique des tortionnaires 81 mée allemande. Ne le défi qui leur e81 serait, pour les l'équivalent d'une humiliante défaite. Yves JOt! De Mo Yves Jol! à la Cour: « Natul'ellement, à fait d'acoord ave testation ... ({ A mon avis, n tains pensent \!jue est dépassée, Il ~al nuer la lutte contI' même du réarmemc qui nous nwntre ch nocivité. » Jean PIERRE De M. PIERRE-BI dent du Conseil l'Aisne, ancien mln « Je m'emp~esl adresser mon aPI mon appui à votN de protestation. « Je forme des que celui-ci obtlel tion et je vous f naissant de voul~ tenir au cou,rant d vos démarches. .1 André S L'écrivain André tive en ces termes position' : « Membre d'une mée par les atroc des au cours de l', pendant les lutt Libération, Je Joln, tation à celle q u~ M.R.A.P. » L'équi de « Nuit et BI Alain RESNAIS, scène de « NuIt et et un certain no: collaborateurs dan tion de ce film : 0 A. Dauman, Am D'autres protestatiol Diverses organisations se sont élevées, en France, contre l'intégration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. Le Conseil Représentatif des Israélites de France (C.R.LF', dans sa protestation, « demande au gouvernement de la République française d'intervenir énergiquement pour que soit rapportée au plus tôt la décision, lourde de conséquences pour l'avenir 'de la paix, prise par le gouvernement de Bonn ». Le Comité Juif d'Action con,. tre le Réarmement allemand dénonce également « ce nouveau méfait envers la démocratie et la paix ». Citons égalemell tIons publiéeS par Nationale des m ternés Résistants F.N.D.I.R.P', l'A publicaine des An, tants (A.R.A.C.), Déportés d' Ausc~ ciation Nationale , Déportées et Int; Résistance et, sur national, le Board organisme repré juifs britanniques. Internationale de l'Exécutif europée: Juif Mondial.:. En Allemagne n testations sont s.s. d'Orsay u ministre la nou'velle armée allequi maintiendra évennt leur ancien grade SS. esure constitue en mês qu'un défi à la mées millions d'hommes, de la barbarie nazie et une violation de la 101 onale. et, les SS ont été les volontaires et les dlrie l'entreprise d'exter- , dont l'ampleur l'évélée main de la guerre, a orreur l'humanité. s forfaits restent attanoms tragiquement céOradour, d'Ascq, d'Ausde Mathausen. Ils ont direction et la gestion ps de concentration où Français ont trouvé la outlens les plus actifs e hitlérien, Ils ont été présents ,pour exercer sanglantes représailles ciper au x exactions et commis contre les peuurope, au temps de la et de l'occupation. pourquoi, à juste titre, les crimes commis conmanité, les peuples et uvernements ont dénonffen SS comme assoclaInelle. éclslon du tribunal de erg a consacré- le ,prin-, leur condamnation et la on de leurs crimes. No, par la 101 du 15 sep- 1948, a fait entrer dans glslation la doctrine dé- Nuremberg et permis ment des SS détenus en Tous les hommes d'Etat , même partisans de la Itutlon de l'armée alleont souligné leur oppoce que les anciens crlnazis soient réhabilités porés dans leurs anclenctlons. ne pensons pas qu'une esure puisse favoriser le hement et la réconclnécessaires des peuples s et allemand, ni la prode l'Allemagne fédérale g des grandes nations atlques. ou venir douloureux des s de la guerre et de l'ocn, les héroïques sacriflla Résistance française ont un devoir de nous r à vous, Monsieur le e, dans l'espoir qu'une Ile protestation sera élenom de notre pays contre rave menace et que par diplomatique toute désera entreprise dans le faire rapporter cette déliez agréer, Monsieur le e, l'expression de notre considération. La délégation. s avons présente à nos rs, dans notre dernier 0, l'Importante broch ure rquoi M. Einstein peut plus dormir tranquille par et Max SEYDEWITZ. ée par le COMITE POUR TE ALLEMANDE, c'est étude approfondie de 80 sur l'antisémitisme rent en Allemagne occidenrassemble et ,reproduit sieurs pages d'illustrations Izalnes de documents du vif Intérêt. te brochure peut être l'eau M.R.A.P., 91, faubourg Denis, Paris (100). oi sur demande moyen- 100 francs par brochure. ~-------- Le chancelier Adenauer, champion de la remllitarlsotion. (II était l'outre jour encore, à Parisl. De nombreuses personnalités s1 aSSOC• ient à la protestation du M.R.A.P. Nous avons publié, dans notre dernier numéro, la résolution du M.R.A.P. pro testant contr e l'intt: gration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. « Aucun Français, aucune victime de l'hitlérisme, souligne ce texte, n'a oublié le rôle horrible joué par la Waffen-SS, qui fournit les cadres Impitoyables de l'entreprise d'exter_ mination nazie et qui fut déclarée association criminelle par le Tribunal International de Nuremberg. 1. Celte résolution « Invite tous les patriotes, tous les antiracistes à faire entendre leur protestation » et « demande aux gouvernements français et alliés d'Intervenir pour que soit rapportée la néfaste décision du gouvernement de Bonn ». Diverses personnalités ont fait connaître qu'elles s 'associent plein ement à cette protes ta tion. Ce sont: MM. Claude AVELINE, écrivain; Albert BAYET, président de la Ligue de l'Enseignement; Jean CASSOU, directeur du Musée d'Ar t Moderne ; Mme Suzanne CREMIEUX, conseiller de l'Union Française; MM. Edmond FLEG, écrivain; André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit de Paris ; Yves JOUFFA, avocat à la Cour; Francis JOURDAIN, écrivain; Mme Jeanne LEVY, professeur à la Faculté de Médecine de Paris; MM. Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain ; Jean PIERREBLOCH, ancien ministre; O. POZZO DI BORGO, Inspecteur général de l'Inst ruction Publique

André SPIRE, VERCORS,

écrivains; Paul VILAR, professeur à la Sorbonne ; Alain RESNAIS, Mme Olga WORMS ER, et l'équipe dU fllm « Nuit 'et Bro uillard ». Mme Suzanne 'CREMIEUX Dans sa lettre d'approbation, Mme Suzanne CREMIEUX, conseiller de l'Union Française, écrit : « Il va sans dire que Je me Joins à votre protestation concernant l'Intégration des officiers SS dans la nouvelle armée allemande. Il me semble vraiment que les Français ont la mémoire bien courte... » « Je regrette, ajoute-t-elle, de n'avoir pu être des vôtres auprès du chef de Cabinet du ministre des Affaires étrangères, vendredi, n'étant ,rentrée du Gard que samedi. » Francis JOURDAIN « En faisant, depuis des années, bénéfioler l'Allemagne occidentale de leur sympathie agissante, nos gouvernements ont assumé une lourde part de responsabilité dans le scandaleux comportement de Bonn lt, souligne l'écrivain Francis JOURDAIN qui poursuit: « Le M.R.A.P. n'en a pas moins cent fois raison de se faire l'Interprète de l'Indignation qui s'est emparée de tous les antifascistes sincères en apprenant la cynique l'éintégration des tortionnaires SB dans l'armée allemande. Ne pas relever le défi qui leur est ainsi lancé serait, pour les Résistants, l'équivalent d'une honteuse et humiliante défaite. lt Yves JOllFFA De Me Yves .JOUFFA, avocat à la Cour: « Naturellement, je suis tout à fait d'accord avec votre protestation ••• « A mon avis, m~me si certains pensen\ flue cette action est dépassée, Il faudrait continuer la lutte contre le principe même du réarmement allemand, qui nous montre chaque jour sa nocivité. » Jean PIERRE-BLOCH De M. PIERRE-BLOCH, président du Conseil général de l'Aisne, ancien ministre: « Je m'empresse de vous adresser mon approbation et mon appui à votre mouvement de protestation. « Je forme des voeux pour que celui-cl obtienne satisfaction et je vous serais reconnaissant de vouloir bien me tenir au cou,rant de la suite de vos démarches. 1 André SPIRE L'écrivain André SPIRE motive en ces termes sa prise de position· : « Membre d'une famille décimée par les atrocités allemandes au cours de l'occupation et pendant les luttes pour la Libération, je Joins ma protestation à celle que propose le M.R.A.P. » L'équipe de « Nuit et BrouUlard ,) Alain RESNAIS, metteur en scène de « Nuit et Brouillard ;p, et un certain nombre de ses collaborateurs dans la r éalisation de ce film : Olga Wormser, A. Dauman, Anne Sarraute, D'autres protestations Diverses organisations se sont élevées, en France, contre l'intégration des officiers SS dans la nouvelle armée a llemande. Le Conseil Représentatif des Israélites de France (C.R.LF.), dans sa protestation. « demande au gouvernement de la Répu. blique françai se d'intervenir énergiquement pour que soit rapportée au plus tôt la déci· sion, lourde de conséquences pour l 'avenir de la paix, pri se par le gouvernement de Bonn ». Citons également les résolutions publiées par la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.LR.P.), l'Association Ré-publicaine des Anciens Combattants (A.R.A.C.l, l'Amicale des Déportés d'Auschwitz, l'Association Nationale des Anciennes Déportées et Internées de la Résistance et, sur le plan international, le Board of Deputies, organisme représentatif des juifs britanniques, la Fédération Internationale des Résistants, l'Exécutif européen du Congrès Juif Mondial ... Halfon, Philippe Lifchltz, ont également signé la déclaration du M.R.A.P., tout en soulignant que « le réarmement est très impopulaire en Allemagne même et que l'esprit revanchard est celui d'une minorité agissante ». « D'après les renseignements qui nous parviennent, prrcise Mme Oiga WORMSER, le réarmement se heurte à l'opposition de la majorité de la population allemande, qum ne faudrait pas Identifier avec les revanchards - mals au contraire l'Inciter à lutter contre les auteurs de ces excitations à la revanche. » Henry BULAWKO Dans une lettre au M.R. A.P., M. Henry BULAWKO, pr;lsident du mouvement « Hachomer Hatzalr », écrit: « Il va de soi que nous sommes d'accord pour toute protestation que l'on puisse imaginer oontre la réintégration des officiers de la Waffen-SS dans la nouvelle Wehrmacht. « Nous protestons également contre le fait que de simples S8 y soient admis. Il semble d'ailleurs que la situation des anciens nazis soit particulièrement enviable, vus les égards que l'on a pour eux en Allemagne. » ' L'Union des Etudiants Juifs Citons enfin cette lettre de l'Union des Etudiants Juifs de France: « Nous vous .p,rions de trouver ici l'assurance de notre participation pleine et entière à la protestation que votre Mouvement a élevée ... « Nous nous associons au texte de cette protestation et le diffuserons parmi nos adhérents. » La RépubliqUE POUJADE suit son idée. Usant, selIm les circonstances, de l'insinuation ou de la violence, il se prépare à étrangler la République. DepuiS quelques mols, Poujade a lancé le mot d'ordre du « rendez·vous d'octobre » à Paris. Par suite de certaines difficultés, c'est devenu « le rendezoo1JOus de novembre », puis « du troisième trimestre ». Mais il n'a pas renoncé, bien au contraire. Chaque semaine, Fraternité Française relate les préparatifs, dans des réunions en province, de ce qui est appelé indifférem· ment « le rendez-vous », « le factieux à Paris et en prOvince. Ils ont pu organiser des ma.nifestations de rues, se livrer à des agressions, provoquer des incendies et, se présentant comme des « défenseurs de la démocratie », ils ont bénéficié de la non-intervention des pouvoirs publics. Les événements de 1933 en Allemagne, de 1934 et de 1940 en France sont là pour nous montrer la signification de ce qui se passe aujourd'hui. Les violences contre les communistes risquent. dans de telles circonstances, de s'étendre rapidement à tous les démocrates et nous et mitiSJ pair crale: Déj antis gran( quarf L'b bliqu Il aux toute avec nace fin l'avel déplacement de novembre YI, « la .------------------,montée à Paris » ... Quelques phrases permettent d'imaginer dans quelle atmo- JUSTICE EST ~ sphère se fait cette mobilisation. Des « délégués », réunis à Rives, « font le serment d'engager leur vie et leur personne dans l'action définitive engagée par le Bureau national ». Ceux d'Apt annoncent qu'ils « ne se déplaceront . pas pour des discours ». Ceux de Sistéron « acceptent le rendez-vous, mais il est posé comme condition que nos parlementaires ne devront en aucun ' cas participer à une combinai· son ministéri elle ». L'appel aux « volontaires » leur fixe ces tâches: « 1. Venir à Paris à notre convocation . et pouvoir y rester plusieurs iours. - 2. PartiCiper au service d'ordre et aux di fférentes mesures de sécurité et d'organisation. » . Le 30 octobre, Poujade adressait à ses « présidents départe· mentaux » la « communication » suivante: « Mon cher ami, des événe-ments d'une exceptionnelle gravité sont éminents (sic). Ils ne sauraient laisser dans l'indifférence les responsables de mill iers de bons et loyaux républi· cains que nous sommes (sic). Ordre est donc donné à tous les délégués du Mouvement de mettre leurs adhérents et ceux des Unions parallèles en état d'alerte et de taire des réserves d'essence nécessaires. En ,cas d'un appel précipité, les véhicules et les volontaires doivent être prêts à toute heure pour répondre à notre convocation. » Une exploitation éhontée de la situation internationale a. déjà permis à Poujade, TixierVignancour et consort, une pre-mière mobilisation _des éléments Les revanchards sont là 1 ... Braves soldats, vaillants soldats, amoindris. Veuves -et parents e~ compagnon, ou votre fils, ou va combats de novembre 1942 au' meau MAROC, cessez de geindre, séah NOGUES, qui combattit le débarquelT sés - a reçu' son chttlment. 1 Avant. même que d'être oondal1) ,par la Haute Cour de Justloe, le Génj levé. Monsieur le Prooureur Général a tion : l'octogénaire général est sorti probation morale lt. Georges MANDEL est mort. Pal Le Capitaine NOIRAUD est mort tme. Les corps troués, IUchlquetés dl où français reposent quelque part e leurs Ames. Le Général NOGUES a reçu son Monsieur Xavier VALLAT, du 0 Juives, sur qui pèse également - cC reprobatlon: morale YI s'était fait viole affecté. Préférant les audiences au, d'un sourire aux sourires, d'une poig de mains qu'on lui tendait. Braves soldats, vaillants soldats veuves et parents endeuillés: Jus\ic Qu'y a-t-il du pa SAUF erreur de ma part, en la argot classique, un « bitos:. CI ' est un chapeau, et celui que av Jean Anouilh pose sur la perru- QU que poudrée de son soi-disant réf Robespierre d 'aujourd'hui est un sa chapeaUi melon. Vous voyez l'intention

ce couvre-chef passé de es'

mode est devenu un symbole de la médiocrité petite-bourgeoise ~~ qui caractérisait, paraît-il, l'in- du corruptible, les résistants, les dé hommes de gauche et, plus gé- m néralement, la grande majorité ni des Français. ' be Les mésaventures subies par les Ti collabos seraient dues non pas à da leurs trahisons, mais à la hargne, '1 fe~:n~!; ~;iv~i:i~~s I~~urst!t:u:tt~~ ~g sociale. Owi, c'est parce que ses ré camarades de collège auraient ti( brimé le jeune Maximilien et ~ pl plus tard - sa réincarnation en fa plus petit, celui qui allait devenir st: maj,{istrat épurateur en 1944-46, ra qU'lis se sont montrés, l'un et in l'autre, sanguinaires. Mêmes com- d, plexes devant les femmes, les aristocrates, le peuple, déclenchant chez les jacobins de 1793 et le résistant en 1944-45, le réflexe de la violence sociale de compensation. Certes, un tel thème se prête au la développement des idées qui courent les mes depuis bien long- jE temps chez les réactionnaires de pl tout poil. M. Anouilh, qui a tou- 11i jours été, par .Ia théâtre, un cl propagandiste de ses opinions, a " fait là une pièce exclusivement politique et qui doit être jugée tl comme telle. Car 's'il est convenu Qi qu'il a du talent, il n'est pas vrai p que, cette fois, il en ait fait il preuve. Sa pièce n'a auoUine valeur dramatique et tout est dit d dès les premières scènes; une a pièce en un acte aurait suffi et n le reste n'est que rabâchage de s, cuistre dépourvu de toute con- 1l fiance dans les hommes. c Le Comité Juif d'Action contre le Réarmement allemand. dénonce également « ce nouveau méfait envers la démocratie et la paix ». En Allemagne même, les pro.. testations sont nombreuses. Quelques-uns des 50 journaux et revues nazi. et militaristes paralssant en Allemagne occidentale. · Nous ne disons pas cela par a parti-pris, car nous n'avons pas t oublié les solides q Uialités de son }. « Invitation au château et J d' « Ardèle ou la marguerite . ~ Une bonne pièce réactionnaire est ti même parfaitement supportable q pour quelqu'un qui n'en partage ci pas les idées, comme le prouve (II était l'outre jaur encore, à Paris), personnalités tation du M.R.A.P. vous et mouvement voeux pour lne satlsfaclerals reconIr bien me la suite de PIRE SPIRE ino, sa prise de famille déclltés allemanoccupation et es pour la s ma protes- 1 propose le pe oulllard » metteur en Brouillard », mbre de ses s la réallsa- 19a Wormser, le Sarraute, ns les résolula Fédération portés et I~ et Patriotes ssociation Ré: iens Combatl'Amicale des witz, l'Assojes Anciennes ernées de la le plan intert of Deputies, sen ta tif deS! la Fédération Résistants, du Congrès Halton, Philippe Llfchltz, ont également signé la déclaration du M.R.A.P., tout en soulignant que « le réarmement est très ImpQPulalre en Allemagne même et que l'esprit revanchard est celui d'une minorité agissante ». « D'après les renseignements qui nous parviennent, prtlcise Mme Olga WORMSER, le réarmement se heurte à l'opposition de la majorité de la population allemande, qu,lj( ne faudrait pas Identifier avec les revanchards - mals au contraire l'Inciter à lutter contre les auteurs de ces excitations à la revanche. » Henry BULAWKO Dans une lettre au M.R.A.P., M. Henry BULAWKO, pr~ sident du mouvement « Hachomer Hatzalr », écrit: « Il va de sol que nous sommes d'accord pour toute protestation que l'on puisse Imaginer contre la réintégration des officiers de la Waffen-SS dans la nouvelle Wehrmacht. « Nous protestons également contre le fait que de simples SS y soient admis. Il semble d'ailleurs que la situation des anciens nazis soit particulièrement enviable, vus les égards que l'on a pour eux en Allemagne. » ' L'Union des Etudiants Juifs Citons enfin cette lettre de l'Union des Etudiants Juifs de France: « Nous vous .p.rions de trouver ici l'assurance de notre participation pleine et entière à la protestation que votre Mouvement a élevée ... « Nous nous associons au texte de cette protestation et le diffuserons parmi nos adhérents. » La République en danger POUJADE suit son idée. Usant, selon les circonstances, de l'insinuation ou de la violence, il se prépare à étrangler la République. Depuis quelques mois, Poujade a lancé le mot d'ordre du « rendez-vous d'octobre » à Paris. Par suite de certaines difficultés, c'est devenu « le rendez-vous de novembre », puis « du troisième trimestre ». Mais il n'a pas renoncé, bien au contraire. Chaque semaine, Fraternité Française relate les préparatifs, dans des réunions en province, de ce qui est appelé indifféremment « le rendez-vous », « le factieux à Paris et en province. Ils ont pu organiser des manifestations de rues, se livrer à des agressions, provoquer des incendies et, se présentant comme des « défenseurs de la démocratie », ils ont bénéficié de la non-intervention des pouvoirs publics. Les événements de 1933 en Allemagne, de 1934 et de 1940 en France sont là pour nous montrer la signification de ce qui se passe aujourd'hui. Les violences contre les communistes risquent, dans de telles circonstances, de s'étendre rapidement à tous les démocrates et nous savons que, pour Poujade et Tixier-Vignancour, l'antisémitisme et le racisme vont de pair avec la haine des démocrates. Déjà des tracts et des affiches antisémites sont répandus en grandes quantités dans certains quartiers de Paris. L'heure est grave. La République est en danger. Il appartient aux antiracistes, aux républicains de surmonter toutes les divisions pour réagir avec vigueur contre une menace sans précédent depuiS la fin de la guerre. Il y va de l'avenir de notre pays. Xavier Vallat attaque ... déplacement de novembre YI, « la ;-----------------------------montée à Paris » ... Le 21 janvier 1956, le journal « Le Travailleur Alpin », de Grenoble, publiait un article dénonçant les menées de poujade et de( ses complices, entre autres Xaviet Vallat. Celui-ci, s'estimant « diffamé », avait engagé des poursuites contre ce journal. C'est « Le Travailleur Alpin » qui fut· condamné, le 5 juillet, par le tribunal correctionnel de Gren~ ble, avec des attendus pour le moins... inattendus. Les voici: Quelques phrases permettent d'imaginer dans quelle atmosphère se fait cette mobilisation. Des « délégués », réunis à Rives, « font le serment d'engager leur vie et leur personne dans l'action définitive engagée par le Bureau national ». Ceux d'Apt annoncent qu'ils « ne se déplaceront . pas pour des discours ». Ceux de Sistéron « acceptent le rendez-vous, mais il est posé comme condition que nos parlementaires ne devront en aucun . cas participer à une combinaison ministérielle ». L'appel aux « volontaires » leur fixe ces tâches: « 1. Venir à Paris à notre convocation et pouvoir y rester plusieurs joùrs. - 2. Participer au service d'ordre et aux différentes mesures de sécurité et d'organisation. » . Le 30 octobre, Poujade adressait à ses « présidents départementaux » la « communication » suivante: « Mon cher ami, des événements d'une exceptionnelle gravité sont éminents (sic). Ils ne sauraient laisser dans l'indiffé~ rence les responsables de milliers de bons et loyaux républicains que nous sommes (sic). Ordre est donc donné à tous les délégUés du Mouvement de mettre leurs adhérents et ceux des Unions parallèles en état d'alerte et de faire des résetves d'essence nécessaires. En cas d'un appel précipité, les véhicules et les volontaires doivent être prêts à toute heure pour répondre à notre convocation. » Une exploitation éhontée de la situation internationale a déjà permis à Poujade, TixierVignancour et consort, une première mobilisation ,des éléments Les revanchards sont là 1 ... JUSTICE EST RENDUE ... Braves soldats, vaillants soldats. brisé •• eatroplés, déftgurés, amoindris. Veuves -et parents endeuillés qui pleurez votre compagnon, ou votre tlls, ou votre frère. \ombés lors des combats de novembre 1942 au· moment duo débarquement aillé au MAROC, cessex de geindre, aéchex voa pleurs: le Géneral NOGUES, qui combattit le débarquement - par corps Intef'posés - a reçu' son chltlment. 1 . Avant même que d'être oondamné à l'Indignité nationale par la Haute Cour de .Justloe, le Général NOGUES en a été relevé. Monsieur le Procureur Général BES80N a obtenu satisfaction

l'octogénaire général est sorti abSOut c mais avec la réprObation

morale ». Georges MANDEL est mol't. Paix à 80n Ame. Le Capitaine NOIRAUD est mort dans la misère. Paix à son Ame. Les corps troués, déchlque~s de 2.000 soldats américains où trançals reposent quelque part en terre Marocaine. Paix à leurs Ames. Le Général NOQUES a reçu son chatlment.. Monsieur Xavier VALLAT, du Commissariat aux Questions "ulves, sur qui pèse également - combien lourdement - c la rep-robatlori morale » s'était fait violence pour n'en paraltre pas affecté. Préférant les audiences aux salona, Il aut répondre d'un sourire aux sourires, d'une poignée de mains aux poignées de mains qu'on lui tendait. Braves soldats, vaillants soldats brlséiS, eat.1'oplés, défigurés, veuves et parents endeuillés: .Juatloe est rendue. A. D. Attendu que l'expression incriminée, « Kollabo entre les collabos », qui n'est pas suivie de la qualification de « traître à la patrie », ne renferme l'imputation d'aucun fait précis et n.8 saurait dès lors, par elle-même, constituer le délit de diffamation, que cependant étant incontestablement une expression outra. geante, une forme de mépris ou une invective, elle répond à la définition même du délit d'i~ jures; Attendu que la portée que le texte du « Travailleur Alpin li prétend attribuer à cette expression de « Kollabo entre les collabos » se trouve précisée par le 'graphisme de Kollabo avec un K, lettre considérée comme fréquemment employée dans la langue allemande ct q'l.l.'elle accentue davantage le caractère outrageant des mots employés à dessein ... » « Le Travailleur Alpin », on s'en doute, a fait appel. La Cour doit statuer le 15 novembre. Souhaitons que, cette fois, xavier Vallat ne l'emportera pas. Qu'y a-t-il donc ' sous « bitos» Anouilh? le du pauvre SAUF erreur · de ma part, en argot classique, un « bitos :. est un chapeau, et celui que Jean Anouilh pose sur la perruque poudrée de son soi-disant Robespierre d'aujourd'hui est un chapeaw melon. -Vous voyez l'intention: ce couvre-chef passé de mode est devenu un symbole de la médiocrité petite-bourgeoise qui caractérisait, paraît-il, l'incorruptible, les résistants, les hommes de gauche et, plus généralement, la grande majorité des Français. . Les mésaventures subies par les collabos seraient dues non pas à leurs trahisons, mais à la hargne, à l'envie d'individus frustrés dans leur vie privée et leur situation sociale. Ollli, c'est parce que ses camarades de collège auraient brimé le jeune Maximilien et ~ plus tard - sa réincarnation en plus petit, celui qui allait devenir ma~istrat épurateur en 1944-46, qu'tis se sont montrés, l'un et l'autre, sanguinaires. Mêmes complexes devant les femmes, les aristQcrates, le peuple, déclenchant chez les jacobins de 1793 et le résistant en 1944-45, le réflexe de la violence sociale de compensation. Certes, un tel thème se prête au développement des idées qui courent les r,ues depuis bien longtemps chez les réactionnaires de tout poil. M. Anouilh, qui a toujours été, par ,la théâtre, un propagandiste de ses opinions, a fait là une pièce exclusivement politique et qui doit être jugée comme telle. Car 's'il est convenu qu'il a du talent, il n'est pas vrai que, cette fois, il en ait fait preuve. Sa pièce n'a auowne va~ leur dramatique et tout est dit dès les premières scènes; une pièce en un acte aurait suffi et le reste n'est que rabâchage de cuistre dépourvu de toute confiance dans les hommes. la haute portée du théâtre de Claudel. Mais nous n'assistons, avec le « Bitos » de M. Anouilh, Qu'à une série de sketches qui se répètent avec une vulgarité croissante. Le procédé utilisé par Anouilh est plutôt ingénieux: un nobliau de province, ancien condisciple de Bitos, actuellement substitut du procureur le la République, décide de se venger spectaculai.rement du jeune magistrat en organisant un dîner de têtes (Mirabeau, Danton, Marie-Antoinette, Tallien, etc., et le fameux gendarme Merda qui tira sur Robespierre en l'arrêtant). Chaque personnage mélange donc, dans son rôle, ce qui a trait à la période révolutionnaire et l'actualité politique. Encore une fois l'idée était plutôt bonne, mais ce qu'en a fait Anouilh est d'une tel,le bassesse, déforme tellement les caractères et les situations qu'il est impossible, à tou1 spectateur doué de quelque esprit critique, d'en- Quelques Voici quelques échantillons de la « pensée » de l'auteur: Vulturne-Miraooau: Oui, ce que je dis est ignoble, la réalité est presque toujours ignoble. Au moins, puis-je choisir, si j'ai le choix, la forme d'ignominie qui me coûte le moins cher. ( ... ) Brassac-Talllen: On n'a jamais tant fait fortune que du jour Où on s'est mis à s'occuper du peuple. C'est devenu une véritable industrie. ( ... ) trer dans le jeu et de croire plus d'un quart d'heure à ce montage artificiel. Le travail des historiens permet de connaître assez exa·ctement Robespierre et il est à Ja portée de tout le monde, même du mi-, santhrope Anouilh, de savoir comment peut réagir ce genre de magistrats résistants qu'il a voulu porter à la scène. Bref, les personnages de « Pauvre Bitos :. sont des fantoches, reflets de cette médiocrité profonde qui peut fort bien aller de pair avec la réussite théâtrale, comme le prouve l'exemple même de l'étriqué M. Anouilh. Quant aux comédiens; mieux vaut n'en nommer aucun. Ils ont pu montrer du talent dans d'autres pièces, on ne s'en aperçoit guère dans ce ratage voué sa'ns doute, malgré tOlllt, aux applaudissements répétés des lecteurs de l' « Aurore :. et de « Rivarol ». Roger MARIA. « perles )} curieux effets de la ménopause a toujours été le snobisme des partis avancés. ( ... ) La force est chez les médiocres parce qu'ils sont le nombre. La critique p*a*r* isienne a été à peu près unanime à juger sévèrement la dernière provocation théâtrale d'Anouilh - sauf les feuilles de la collaboration, comme bien l'on pense: « Voilà la véritable année théAtraie qui pavoise • .Jean Anouilh vient de nous offrir notre bataille d'Hernani, notre affaire Dreyfus. Merci monsieur. Merci pour tout.» (Béatrice Sabran, dans « Aspects de la France ».) lême, les pronombreuses. Quelques-uns des 50 journaux et revues nazi. et militaristes paraissant en Allemagne occidentale. ' Nous ne disons pas cela par parti-pris, car nous n'avons pas oublié les solides qUllités de son « Invitation au château :. et d' « Ardèle ou la marguerite :.. Une bonne pièce réactionnaire est même parfaitement supportable pour quelqu'un qui n'en partage pas les idées, comme le prouve Bitos-Robespierre: Je n'ai pas d'ami. La poigne. C'est ma seule amie. Faire ce qui se doit durement, contre tous. Je n'aime personne, même pas le peuple. Il pue comme mon père qui me cognait dessus et comme les amants de ma mère qui ont continué après, quand il est mort. Et j'ai horreur de ce qui pue. J'aurais voulu que tout soit ne~, toujours, sans ratures, sans bavures, sans taches. Le sentiment' que je vous fait peur, à tous, est doux aussi. ( ... ) Maxime-Saint-Just : Un des « C'est que « Pauvre Bltoa » s'attaque à l'Inattaquable: à la RévOlution, à ses idoles et à ses mythes, et plus particulièrement aux petites plaisanteries carnassières dont s'est assortie notre dernière révolution (plus connue sous le pseudonyme de « libération »). (P.-A. Cousteau, dans « Rivarol ».) 1 . DROIT ET LIBERTI Ble~tlons aDlérl~alnes: Comment les noirs · ont-ils voté? . « LES DIX GRANDS PROBLEMES DE 1956 », la brochure éc1ltee Il y a quelques mois par le Parti Démocrate, ne tait aucune allU.::iiOll au problème des nOirs. r'ar la suite, à l'approche des électlOns, le Parti Democrate, êomme d'ailleurs le PartI Répubticam, a été amené à examiner de ' plus près ce problème. Une trentaine d'organisations nOires et antiracistes, syndicats, groupements r eligieux, etc ... , ont constitué à Washington un comité pour la défense des droits civiques. Ce comIté s'est donné pour tâche de définir un programme de défense des droits des no.rs à soumettre aux deux partis en compétitIOn. VOici ce programme: 1. - Application des décisions de la Cour Suprême sur l'intégra.tlOn scolaire. 2. - Vote de lois réprimant les manifestatIons raciStes. 3. - Protection du droit de vote. 4. - Vote d'une loi nationale contre les discriminations dans le travail. Insatisfaits et partaqés." Ainsi, le Parti Démocrate, lors de sa Convention de Chlcago, fut amené à tenir compte de ces exi- . gences. Auparavant, M. Stephen MItchell, anCIen président du COIDité NatlOnal du Parti Démocrate, avait rencontré les « Dixiecrats » (démocrates racistes d~ Sud) pour élaborer avec eux un compromIs sur le programme de défense des droits civiques. Et les démocrates du Nord et du Sud purent trouver un texte commun sur les droits des noirs à introdUire dans le programme d'en~ Lisez nos lecteurs ... De nomhreux préjugés « Je vous écria pour voua adre .. er toutes mes félicitations pour la bonne tenue de votre journal, ou plutôt de notce journal. « Vous avez raison de lutter contre le racISme et l'antisémitisme. Cependant, les Français affichent parfois de. , préjugés non seulement contre les peuples de couleur ou contre les juifs, - mais aussi contre les Anglais, contre le. Allemands, contre Jes Italien. (les , guerres que nous avons faites avec ces différents pays y sont pour quelque chose, à mon avis). « Aussi je pense qu'il ne serait pal inutile de présenter ces nation. 10US leur vrai jour. ·n faut faire comprendre, par exemple, que tous les Allemands ne sont pas leo nazis. semble du Parti, à la Convention de Chicago. DepuiS lors, les démocrates ont pu se rendre compte qu'ils ne bénéficiaient pas, parmi les noirs, de la même "faveur qu'au temps de Roosevelt. De son côté, le Parti Républicain aurait tort de croire que les noirs portent à son crédit tous les succès r emportés dans la défense des droits civiques, sous l'administration d'Eisenhower. , Les dirigeants noirs soulignent, par exemple, que ni le Parti Républicain, ni le Parti Démocrate n'ont aboli les mesures de discriminations dans les restaurants et théâtres du district de Columbia (1). au cancer de la ségrégation et. des discriminations, qui ronge les centres vitaux de notre nation ». Il ajoute: « Un cancer traité avec modération aboutit à cette fin inévitable: la mort du patient ». Un « troisième parti » ? Les délégués noirs aux Conventions des deux partis ont exprimé leur colère et leur ressentiment à l'égard du Congrès qui n'a pas voté les lois contre les discriminations, déposées par le représentant noir Powell . . Le programme d'aucun des deux partis ne donne satisfaction aux électeurs noirs. Les Démocrates « reconnaissent » les décisions de la Cour Suprême, les Républi- Urt distributeur de Coca-Cola, aux U.S.A.: Urt côté pour les blancs, un côté pour les « coloured _. En fait, si une attitude politique ' commune peut être attri.., buée aux noirs américains à la veille des élections, elle consiste dans l'intérêt qu'ils portent au, problème de 'leurs droits, essentiel pour eux. Au bout de la nuit Cela n'implique 'pas que les noirs soient indifférents aux libertés civiques en général, telles qu'elles sont définies dans la Déclaration des Droits. La presse des noirs a largement reprOduit un éditorial paru dans la H erald Dispatcn, de Los Angeles, dénonçant le recours des autorités de l'Alabama à une ancienne loi dirigée contre les travailleurs en grève, pour tenter de briser le boycott des autobUs que poursui~ vent les noirs de Montgomery. « De même que des lois destinées à frapper les noirs ont été utilisées contre les travailleurs blancs, déclare cet éaitorial, de même utilise-t-on contre les noirs, quand l'occasion le permet, des lois destinées à frapper ,les travailleurs. » Et il conclut en ces termes: « Il appartient aux noirs et à leurs organisations, de s'opposer activement à toutes les tentatives de porter atteinte aux droits cains les « acceptent »: ni les uns ni les autres ne les font leurs. Le représentant Adam Clay ton Powell, de Harlem, qui est démocrate, a déclaré qu'à son avis « un pourcentage important de noirs pourrait voter républicain pour protester contre l'atti. tude des démocrates... ». Par con"tre, un récent sondage indique que les noirs du Nord voteront massivement démocrate. Le préSident de ia conférence nationale de l'Eglise baptiste, J. H. Jackson, qui représente, 4 millions d'électeurs noirs, a fait récemment allusion à la possibilité de 'nombreuses abstentions de ces électeurs pour protester contre l'un et l'autre des programmes républicain et démocrate. Il a exprimé l'espoir, pour les élections de 1960, d'une puissante alliance des noirs et des travailleurs, dans le cadre d'un , « troisième parti ». Eugène GORDON. (1) C'est dans le district fédéral de Columbia que se trouve la capitale des U.S.A. Washington. (2) N.A.A.C.P.: Association Nationale pour l'ElWlucipation des Gens de Couleur. Les événements de Hongrie (Suite de la page 1) slvement les manifestations d' étudiants pour la correction des erreurs commises par les pouvoir publics, pour plus de bien-être et pour la d émocratisation; l'entrée en action, presque simultanée, de groupes clandestins armés, liés à l'ancien r égime (1); puis la première Intervention des troupes soviétiques et leUr retrait, l'une et l'autre en accord avec le gouvernement Nagy; puis l'activité accrue des éléments hostiles au régime de démocratie populaire qui, libérés et appuyés par des renforts venus de l'étranger, organisèrent UQe véritable Saint-Barthélemy, tandis que leurs dirigeants prenaient une place de plus en plus prépondérante dans le gouvernement Nagy, plusieurs filis remanié

enfin la constitution du gouvernement

Kadar et son appel à l'aide soviétique. L'avenir apportera sans doute des éléments supplémentaires d'appréciation sur ce drame, d'où il est résulté, semble-t-i1, un terrible chaos. Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons que déplorer prof,ondément que les choses en soient arrivées là. Il est certain que ces luttes sanglantes pèseront d'un poids très lourd sur l'avenir de la Hongrie. Son peuple se trouve placé devant de graves responsabilités et il faudra beaucoup d'efforts pour relever les ruines, pour panser les blessures matérielles et morales. CONCERNANT les problèmes qui préoccupent particulièrement notre Mouvem.ent, les informations qui commencent à percer ne laissent pas d'être Inquiétantes. Parmi les hommes qui se mani_ festèrent au cours des dernières journées du gouvernement Nagy (2), iln a vu des amis poIltiques de l'ex-régent Horthy, ainsi que de nombreux émigrés hongrois et d'anciens membres des « Croix Fléchées ». Le correspondant du « NewYilrk Times li) signalait, le 1er novembre, « des massacres de communistes et de juifs ». Le journal américain en langue -yiddish « Der Toug » révèle, dans son numéro du 2 novembre, que le rabbin de Satmar (U.S.A.) a reçu d'Autriche un t él-égramme dans lequel Il est indiqué « que le sang juif coultl en Hongrie ». Une lettre personnelle, parvenue de Hongrie en France par la Tchécoslovaquie et qui nous a été signalée, fait également état de pogromes antisémites. Nous nous inclinons douloureusement devant toutes les victimes du drame hongrois. Avec tous les gens de coeur, avec tous les hommes de progrès et de paix, nous souhaitons un rapide retour au calme en Hongrie, dans le respect de la démocratie, de la Charte des Nations Unies, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, des principes de l'indépendance nationale et de la non-ingérence dans les affaires Intérieures des Etats. Nous souhaitons que la solidarité de tous les peuples, quel que soit leur r égime, aide le peuple hongrilis dans sa lutte pour effacer les con~équences de ces douloureux fNenements. D'UN autre côté, nous ne p-ouvons que voir avec inqulétude, à l'image peut-être de ce qui s'est justement passé en Hongrie' les fascistes exploiter en France l'émotion publique et tenter d'entralner dans des mouvements Inconsidérés des citoyens de bonne foi aspirant à la liberté. Ces jilurs derniers, les TilderVignancour, les Poujade ont t~ té de tenir le haut du pavé. Se réclamant de l'Idéal démocratique et de la solidarité avec le peuple hongrois, lis se sont livrés à une agitation forcenée qui rappelle les menées factieuses de février 1934: bagarres, incendies, agressions, contre laquelle les pouvoirs publics ne semblent pas faire preuve de toute l'énergie désirable. Plus que jamais, sans distinction de tendances politiques, d'origines ou de confessiowr, l'union des antiracistes, des républicains s'impose, pour que 16 fascisme et son cortège de haines ne passent pas. (1) Le correspondant à Vienne d. raKence américaine United Pre... aignale c l'apparition du jour au lendemain - et même quelque. heure. après le début de la révolte - de milliers de drapeaux vert-blanc-rouge, frappés à la croix patriarcale, et d'autant de brassards tricolores aux br .. de. insurgéa ... Pour ne pas parler de. armes que les « prises :. ne suffileut pas à expliquer... :. Le Monde du 26 octobre .ignale déjà la présence, parmi les insurKés, d.. « résistants armés, une sorte d.,. maquis qui reçoit peut-être des ordre. de l'étranger ». (2) M. TiIdy, vice-président du dernier gouvernement Nagy, dirigeait le « Parti Nutional Paysan » sous le régime de Horthy. Le général Maleter, ministre des Forcee armées, avait servi dans la c Honved », armée qui participa à la guerre aux côtés de la Wehrmacht et dont les groupes, re-oonstituéa, ont notamment libéré le cardinal Mindszenty. « J'ai pu observer aussi que certains Français méprisent d'autres Français parce qu'ils ne sont pas de la même région; je pense qu'as confondent hérédité et hahitudes dues au milieu. constitutionnels de quelque partie ---------------------------------------------- « Avec toua mes encouragements, veuillez agréer ... :. C. PATURAUD, Chaudeney-sur-Moselle (M.-et-M.). de la population. » Cependant, la lutte pour l'éga.lité est la préoccupation dominante des noirs. Ils poursuivent la campagne lancée en 1953 par la N.A.A,C.P. (2) en vue d'obtenir que le centenaire de leur émancipation par Lincoln (c'est-à-dire l'année 1963), soit pour eux l'aube de la véritable liberté. Ils comp. tent sur les autorités législatives et exécutives qu'ils auront contribué à élire le 6 novembre, pour les aider - avec le pOUVOir judiciaire - à atteindre cette aurore. Sinon, leur semble-t-il, la nuit L'action contre l'antisémitisme en Pologne. Bon courage 1 « Ce mandat couvre mon réabonnement plus une très minime contribution supplémentaire à votre action si utile. « Excusez cette modeste aide, faible manifestation d'un faible vieillard mais de coeur assez fort pour vous admirer de combattre avec tant de courage l'antisémitisme abject. » Docteur Simon SCHWARTZ, Martizay (Indre). c Bon courage dan. l'action que vous menez! » M. GORDON, Struhour,. Paix et égalité 1 ... « Le peuple algérien a-t-il démérité pour être traité ainsi en paria? ... Doit-on toujours considérer le peuple algérien toujours bon il servir de chair à canon, dans toutes leo guerres, coloniales et autres, où la France a joué nn certain rôle? Que le. anciens combattants de 1914-18 se rappellent les régiments i8lus des territoires d'outre-mer, qui ont rendu tant de services en donnant leur oang pour la France, et dont les éléments plus ou moins amoindris, revenus dans la vie civile, ont été trouvés aptes à toutes les besognes, même les plus dégradantes, avec des salaires de famine et des conditions de vie atroces. ... c Il nous faut ouvrir, le plus rapidement possible, une véritable ère de , négociations: c'est la seule solution équitable pour une bonne entente réciproque, car il y a des droits à respecter de part et d'autre t ... George. POTrIER, ex-P.G .. Pari. (20"). pourrait être sans fin. Un scalpel contre le cancer C'est ce qui explique l'hostilité quasi-unanime des noirs à la « modération » prônée par le programme du Parti Démocrate. Le pasteur Martin Luther King, leader du 'boycott des autobus à Mon~gomery, fut applaudi avec enthousiasme par le congrès de la N.A.A.C.P. lorsqu'il déclara que si la « modération » doit ralentir la marche ·vers la liberté, c'est une tragique duperie que tous les hommes de bonne volonté condamneront ... « car, dit-il, nous aimons l 'Amérique et la démocratie, et si la démocratie doit vivre, il faut que la ségrégation meure » . La volonté des noirs de défendre les institutions démocratiques pour TOUS Jes Américains s'exprime dans cet article du Sun Reporter's; de San', Francisco, demandant « que· le scalpel des droits civiques' soit appliqué- Selon la règle que s'imposent notre Mouvement et notre journal, soucieux d'unir tous les courants de l'opinion antM-aciste, nous n'entendons pas prendre po.. sition sur les problèmes politiques soulevés par les récents événements de pologne. Nous croyons cependant pouvQir saluer les mesures prises pour corriger des erreurs parfois graves commises dans divers domaines, améliorer le bien-être de la p0- pulation, assurer le développement de la démocratie et le respect des libertés. _ Dans les bouleversements de ces dernières semaines, il semble que des «ourants idéologiques, sociaux et politiques très divers, se soient exprimés ou aient tenté de s'exprimer avec plus ou moins de succès. Ainsi, la presse française, dans la période où M. Oomulka a ac-- • cédé à la direction du gouverne-, ment, a fait état de manifesta., tions antisémites en même temps qu'antisoviétiques. Relatant par exemple les incidents qui se sont produits le 24 octobre à Varsovie, Le Monde écrit: « Il se confirme qu'une partie des manifestants ont lancé des slogans antisémitiques et que. d'autres mani festat ions antijuives ont eu lieu récemment pendant les cours à l 'université ». De ·son côté, le journal conservateur anglais Jewisn Cnrorncle s'inquiète de « la vaste campagne antisémite fomentée en Pologn~ par les éléments réactionnaires ». Des mots d'ordre antisémites avaient également été lancés, selon diverses informations, lors des émeutes de Poznan. Plusieurs journaux polonais, ainsi que des dirigeants politiques se sont vigoureusement opposés à cette tendance. Les travailleurs de diverses entreprises, l'académie politique de l'armée, au cours de réunions, ont adopté des résolutions condamnant l'antisémitisme. De même, le Comité Central du Parti Ouvrier Polonais a publié une déclaratioD! abordant différents prOblèmes et soulignant au passage : « Le Parti condamne les opinions et les méthodes qui introduisent des lignes de démarcation artificielles selon l'origine nationale. Il con.damne les signes de discrimina.tion contre un groupe quelcon.que de la population en raison; de son origine. Cette discrimina.tion encourage l'antisémitisme et toutes sortes de tendances nationalistes, étrangères à l'idéologie du Parti ». Cette même position avait été affirmée au mois d'août par M. Zawadzki, préSident du Conseil d'Etat, au cours d'un meeting du Front National, à Varsovie, où il déclara: « Partout où se mani .. festent des signes de discrimina.tion contre les minorités ou des tendances à l'antisémitisme, nous devons les combattre avec résolution ». Au cours de ce même meeting, M. Smoliar, président de l'.Association Culturelle et Sociale des Juifs de Pologne, avait précisé: ({ Les manifestations d'antisémitisme auxquelles nous assiston. çà et là prouvent que l'ennemi n'a pas renoncé à faire usage ~ cette arme empoisonnée, cner ... cnant à briser les relations frGternelles qui unissent les travailleurs ». il y a quelques mois également, M. Jyrankiewicz, président du Conseil, avait souligné, dans une déclaration publique, la nécessit6 de combattre l'antisémitiSme, en constatant que « des sentimenta enracinés depuis des générations ne pouvaient être extirpés en douze ans ». Il convient, en effet, de rap.peler que la Pologne fut, des siècles durant, un foyer d'antisémitisme virulent qui engendrait. fréquemment des pogromes. ne.. puis la fin de la guerre, les criminels racistes ayant été sévèrement châtiés, les Juifs qUi ont survécu aux persécutions nazie. se sont largement intégrés à la. vie polonaise, tandis que s'épa.nouissaient, avec l'aide des pou-voirs publics, leurs organisations· sociales et culturelles, comme en témoigne le théâtre Juif d'Etat de Varsovie, qui a connu dern1~ rement à Paris le triomphe qu~ l'on sait. DROIT Il'r LIBERTIl 7 ,. Il Y a 50 ans ·Alfred DREYFUS étalt-·-- rehablllté UN. OUBLI RÉPARÉ Dans une Interview publiée par la revue « La Pensée :P, notre éminent ami le professeur Jacques HADAMARD, membre de l'Institut, évoque ses souvenirs de l'at!alre Dreyfus. Examinant l'état d'esprit de l'opinion et l'attitude de la presse, lors de l'arrestation du capitaine Dreyfus, Il d-éclare : « Tous les Journalistes s'abstenaient; Ils se gardaient d'élever la volx, par IAcheté, tant on redoutait l'accusation d'êtl'e payé pal' les juifs. Je n'al oonnu que deux exceptions oourageuses : celle d'Yves Guyot qui' l'endant compte du prooès dans « Le Siècle » et parvenu au moment où le colonel Maurel s'était écrié : « Il y a ici d'autl'eS Intérêts en jeu que ceux de l'accusation et de la défense », ajouta en manière de commentall'e: « Et que ceux de la Patrie et de la Justice ». L'autre exoeptlon passa presque Inapèl'çue et, encore aujourd'hui, est Injustement tombée dans l'oubli: c'est l'admll'able article d'Emile Bel'gel'at, publié dans « Git Bias » sous le tltN « Le droit d'être Innocent ». Cinquante ans après la réhabilitation du capitaine Dreyfus (12 juillet 1906), nous nous faisons un plaisir de réparer cet oubli, en effet regrettable. Nous publions cl-contre de larges extraits de l'article d'Emile Bergerat. Cet article parut le mardi 6 novembre 1894 (Il Y a tout juste 62 ans), trois semaines après l'arrestation d'Alfred Dreyfus. Il m-ontre comment la presse, par une campagne habilement orchestrée, peut tromper de larges secteurs de l'opinion. Il montre aussi comment les hommes courageux, attachés à la v-érlté, savent toujours trouver un langage qui défie le temps parce qu'Il va dans le sens de l'Histoire. J 'AVOUE à ma honte (car peut-être eske honteux ?) ne pas très bien me rendre compte de l'attitude qu'a prise Ja presse parisienne dans cette affaire du Capitaine Dreyfus. A lire tous les articles qui én traitent, en un concert d'horreur unanime il semble qu'il ne soit déjà plus question que de choisir, entre divers supplices, celui auquel on va livrer le traître, et l'on en vient à se demander ce qu'il arriverait, tant l'indignation croit et grandit, si au lieu d'être protégé par les murailles de la prison du Cherche-Midi, il était en ce moment chez lui, à attendre impudemment... qu'on le juge ! Il est presque certain qu'il serait lynché depuis quarantehuit heures, et mis en pièces. Vous représentez-vous cependant, car tout arrive, que ce misérable ne réponde nullement à l'idée que le public s'eIll fait, d'après le haro furieux des journaux, et qu'il soit en mesure de démontrer son innocence ? imaginez qu'il y ait eu méprise, calomnie, ce que vous voudrez enfin, et que l'accusé -se redresse, son procès jugé et sa défense entendue, victime d'une fatalité extraordinaire; mes confrères se consoleralent- ils de l'avoir voué par avance, et comme ils l'ont fait à l'exécration du genre humain? That is the question. Je ne prétendS pas le moins du monde que tel soit le cas du capitaine Dreyfus. Je n'en sais rien. Je ne le connais pas, et, quelque gollt que l'on puiSse avoir pour le paradoxe, on ne risque pas de défendre un citoyen inculpé de haute trahison pour le plaisir de se singulariser bêtement. Il y va ici de l'honneur d'une famille, de la vie d'un homme et le paradoxe est phs intempestif encore, si paradoxe 11 y a, de le condamner à l'infamie avant que son prOCès soit ouvert, par mode de prevention morale. C'est affreux, savez-vous bien, et digne des Cararbes, cette justice sommaire, tumultueuse, aveugle, sourde et poltronne, qui décide le crime sur le fait seul de l'accusation - que dis-je ? - sur la religion même d'un accusé 1 Car on est allé jusque là en France, terre d'hommes libres et généreux 1 ENCORE une fois, je ne sais rien, absolument rien, de ce soldat français, sinon ce que ses chefs laissent dire de lui dans les feuilles, à savoir qu'il est incriminé d'avoir livré à un espion italien une partie de nos plans de mobilisation, et qu'lI est séquestré sous ce chef terrible d'accusation infamante. Or, comme il est ainsi mis au secret, jugés féodaux, c'est que la Révolution française est une bla8l-le immense et que nous pataugeons encore dans la mare aux grenouilles du moyen âge. Oh! le droit d'être innocent 1 C'est le plus sacré de tous, et si la justice humaine confine par quelque côté à la justice idéale et divine, c'est par ce privilège saint qu'elle y touche. La dégradatioft de DREYFUS (5 janvier 1895). il n'a encore rien pu répondre et l'on ne sait pas un mot, conséquemment, de ce qu'il allègue pour se disculper. Dans ces conditions, la plus simple droiture d'âme exige de tout citoyen qu'il attende l'ouverture, les débats et l'issue du procès pour prOduire son opinion écr.ite ou parlée et pour jeter sans iniquité ce nom d'Alfred Dreyfus à l'ignominie éternelle. Et si, en outre, dans la patrie française, le juif n'a pas, comme le chrétien, le droit d'être innocent et réputé pour tel jusqu'à la condamnation; s'il n'est pas, en 1894, indemne des pré- Ah? parbleu, oui, confrères, vous pouvez bien le lui laisser, au moins pour le principe et par respect pour nos lois, ce droit imprescriptible; fussiez-vous assurés, comme vous semblez tous l'être de sa culpabilité, d'ailleurs trop apparente ... Qu'est-ce que d'être fusillé lorsqu'on est déjà plus que mort sous une avalanche de boue et de crachats. Et si, d'autre part, il se disculpe, confrères, par ou apaiserez- vous vos remords professionnels et quelles réparations offrirez- vous au calomnié qui soient 1894) équivalentes à ce qu'il aura eriduré de vos informations mal contrôlées? Voilà pourquoi je n'ai rien compriS à l'attitude de la Presse dans cette affaire. Le silence s'imposait. DEPUIS plus d'un quart de siècle que j'en fais partie, je n'ai jamais cessé de batailler de mon mieux contre cette prévention morale dont l'horreur est l'un de mes dadas de chroniqueur. Cet homme; quoi qu'il ait fait ne peut endurer davantage que ce que lui en infligent les organes de l'opinion publique. S'il a lu, dans sa prison préventive un seul des journaux parus depuis huit jours à Paris, il doit avoir dans l'âme toutes les tortures de l'enfer et ie sang lui crève certainement la peau. Or il n'est pas jugé. Son avocat n'aurait qu'à déposer sur la table du conseil de guerre la pile des feuil;' les où son nom est prononcé, et à s'asseoir en constatant que l'arrêt est rendu avant tout interrogatoire. On lui refuse le droit d'être innocent ... Et il n'est pas jugé vous dis-je! VOILA à quelles iniquités don, ne lieu la prévention morale, baptisée par les esprits légers du nom d'instinct populaire ou de conscience de la masse. De là à crier « AU JUIF! » et à lapider dans le rue le contribuable, dont le nez busque plus que de raison, il n'y a qu'un pas. Je ne prétends pas que le capitaine DreyfUS est innocent du crime qu'on lui impute, mais je jure qu'il a le droit de l'être, et tout est là pour moi et pour la cause que je plaide. Et puis 11 a peutêtre quelque chose à révéler Cet homme, quand cela ne serait que le nom de son complice l'Italien, ou l'Italienne, que sauf le respect, Excellence, nous voudrions bien aussi un peu connaître, et pour cause. n a trop de chance, celui- là, on ne sait même pas· cOmment il s'appelle, et il échappe, lui, à la prévention morale par l'anonymat. Emile BERGERAT. • Le raCIsme, • ennemI de la culture l A presse a parlé abondamment du 1er Congrès Moudial des Ecrivains et Artistes noirs, qui s'est déroulé le mois dernier à la Sorbonne et dont ,nous avons fait le compte rendu dans notre précédent numéro. Aucun journal n'a pu passer sous silence cette manifestation de grande importance. Mais certains n'ont pas craint d'en fausser le caractère par les interprétations les plus tend'ancieuses, les plus fantaisistes. Afin de préciser, pour ,nos lecteurs, la véritable signification et le bilan de ce congrès sans précédent, nous donnons aujourd'hui la parole aux organisateurs euxmêmes. Nous avons été reçu au siège de la revue « Présence Africaine-:) par son directeur, Alioune DIOP, et par le poète malgache Jacques RABEMANANJAJA, qui, au cours d'une conversation amicale, ont bien voulu répondre à nos questions. Des accusations absurdes - Au congrès de la Sorl;lonne ont participé des noirs d'origines, de cultures et de conceptions diverses. Quels sont les traits et les 'problèmes communs qui les ont r.éunis? - Ce qu'il y a de commun entre nous a été indiqué au début du conKrès, comme dans la résolution fmale, nous déclcre Alioune Diop. D'une part, · nous avons conscience d'appartenir li un même passé. D'autre part, notre. vie sociale a été marquée par un certain nomb-re d'événements historiques communs: l'esclavage, la colonisation, le racisme. _.. 0". a préte.ndu qu'elJ no'l/$ -fétt-. nissant ainsi, nous risquions de verser nous-mêmes dans le racisme. C'est absurde. Ce n'est pas le fait de se réunir qui crée le racisme. Il existe, par exemple, des groupements culturels juifs, particulièrement justifiés, et qui ne sont pas racistes. Les Européens ne tiennentils pas aussi des congrès? ... De même, les hommes qui se sont réunis à la conférence de Bondoeng avaient à résoudre des problèmes politiqu-es, sociaux, culturels qui leur sont communs. Mais il ne s'est agi en aucune façon d'un mouvement raciste ... La même accusation est lancée parfois indirectement: on craint que nous soyons une organisation politique caractérisée par l'hostilité vis-à-vis de l'Occident. Or, les participants au congrès étaient d'origines, de conceptions politiques et philosophiques extrêmement diverses. Nous ne pouvons donc pas prétendre à une action politique. En fait, nous avons examiné les répercussions des co-nditions sociales sur les cultures noires. Nous avons constaté que la situation coloniale Ou semi-coloniale est défavorable non seulement à nos cultures propres, mais à la culture en général. L'un des rapporteurs, Franz Fan.on, a souligné, par exemple, ql/e toute société .colonialiste est nécessairement raciste et donc brime la culture des peuples colonisés. Il est compréhensible que pour combattre ce racisme, nOlls nous adressions à ces sociétés, C'est M. Ral;lemananjara qui répond: - Les deux luttes, en effet, se rejoignent. Nous combations un état d'esprit. L'antiracisme veut que tous les hommes soient égaux. Or, le régime colonial suppose l'infériorité des êtres colonisés, même quand il se donne pour alibi d' « élever:. ces êtres Une interview d'Alioune DIOP et J. RABEMANAJARA sur le Congrès des Ecrivains et Artistes Noirs tre existence, 'mais la question ne se posait même pa6 de savoir s'il existait une culture africaine digne de ce nom. C'était le néant. L'UNESCO elle-même, faisant un inventaire des civilisations, avait ignoré l'Afrique. ' Nous voulons -nous faire entendre. Nous voulons que l'existence des cultures noires soit reconnue. Les échanges nécessaires - Comment voyez-vous les rapports entre les cultures noires et l'Occident? - Il n'y a pC'6 incompatibilité entre cultures différentes, bien au: contraire, car une culture n'est valable qu'humaine. Aussi n'attaquons - nous perau niveau du colonisateur. Chez sonne. Ce que nous souhaitons, nous, par exemple, cet éf.~t d'es- c'est le dialogue _ une fois reprit apparaît dans la simple for- connue l'existence et l'intérêt de mulatlOn suivante: il n'y a pas la culture nègre. Pour des culde nationalité malgache, mais le tures qui s'ouv.rent l'une à l'auMalgoche peut « accéder à la tre, il ne peut résulter qu'un citoyenneté française. Cette con- enrichissement réciproque ... ception n'est-elle pas imprégnée Le malheur est que l'Europe de racisme? On peut la comparer s'imagine qu'elle a monopolisé la! au mépris manifesté à l'égard des perfection humaine ... juifs... _ Comment ce dialogue poulr- Ce que nous craignons le plus, ra-t-il, malgré tout, s'instaurer? c'est que nos amis mêmes ne nous _ Nous avons fait, nous dit comprennent pas. Nous rencon: Alioune Diop, un début d'inventrons souvent des hommes de taire des cultures noires. On ne bonne volonté mais qui restent . peut --eviGèmmenif se flatter de imprégnés d'une certaine condes- réaliser- en quelques jours un cendence à notre égard. Le paier- travail-- auquel des spécialistes, nalisme est une forme de ra- des orgCflismes qualifiés consacisme. crent des années et des années. Ce qu'il faut savoir et com- Toutefois, nous avons voulu Nos combats prendre, c'est que nous sommes montrer par quelques exemples actuellement dans une situation qu'il y a eu, en Afrique, un passé se rejoignent où nous .devons nous affirmer, ' digne d'intérêt, de considération. Votre position rejoint donc nous manifester. . C'est sur quoi nous souhaitons - le combat antiraéiste mené - par- Jusqu'à jJréseitr ·on-·· avilit -rzon--· ·amie; l'tillention de ,l'opinion pu- · notre. - M~BJ1t1-. -.. '-. - - .... ___ ptts .seulement_. OUliIié. -ou-· nié 1lO1t-·· blifJUB -etubpétmne .. . tI mfm~tifri .. caine. Cette réalité] nous semblet- il, devrait se relléter dans les programmes d'enseignement, - Quels moyens d'action envisagez- vous? - Nous avons évidemment un programme très chargé: programme d'ensemble que chaque région du monde noir doit ellemême compléter pour sa part. Nous devons encourager et aider les écrivains et hommes de culture à imposer les différents aspects de la culture noire. Nous devons encourager et aider les peuples, les communautés locales à prendre conscience de leur patrimoine et d l'exploiter. Nous devons luiter contre tout ce qui porte atteinte à la dignité de nos culures et, par conséquent, de la culture. - Si nous avons choisi Paris pour notre congrès, souligne encore Jacques Rabemananjara, si le français y était langue officielle, c'est évidemment parce que nous avons tenu à rendre hommage à la France. Certes, il est une Europe que nous n'aimons pas, parce qu'elle ne noUS a jamais aimés; mais nous ne nous opposons aucunement, je le répète, à l(!o culture européenne ou française. La sensibilité d'écrivains et poètes noirs a enrichi, peut eririchir encore la poésie et la littérature françaises. La France est ia seule nation en Europe à bénéficier de ce privilège. Elle peut s'en féliciter. C'est une raison _'de plus, pour elle, de ne pas mépriser li} culture noire. Qu'on cesse donc de nier notre riche passé, de nous contester l'égalité culturelle! N01J$ ne demamJons qu'à ClJUset; . -_. . -- _.. -'-.., _,--, '-::i! J • DROIT ET LIBBRTE ~-----I Dimanche 18 · Novembre à 20 h. 45 Vous serez TOUS avec leM. R. A. P. au (JIlIIPlD (JlIllI Il PI TI III tIf TE .Jacqueline FRANÇOIS Bachlr TOURE Carmen de SANTANA SALLE PLEYEL - 252, Rue du Faubourg Saint-Honoré UN PROGRAMME ÉTINCELANT pt~s(Znt~ pat Arlette PETERS la sympathique animatrice de la Râdio-Télévision Française La célèbre cantatrice israélienne Hanna AHARONI Rose AVRIL de retour d'Amérique La vedette de la Radio Henri DECKER Pierre DUDAN dans son tour de chant La grande artiste de la chanson . lacqueline FRANÇOIS Du charme, de la musique avec Roland GERBEAU Franck MELVILLE accompagné au piano par Gemma GABELLI Pour la 'Première fois en France Georges RICHARD et sa formation .de violons électriques Carmen de SANTANA dans ses chants et danses d'Espagne l'acteur et chanteur noir BACHIR TOURE Billets de 250 à 750 frs les retirer au Siège du M.R.A.P. 91. Faubourg St-Denis - PÂRIS X· oU auprès des militants du Mouvement On peut passer les commandes par téléphone Il TAI. 48·11 ou TAI. 45·26 Plèrre DU DAN Hanna AHARONI A ces grands noms, qui permetient déjà d'augurer de l'éclat de notre Gala, d'autres noms de vedettes almées du public viendront s'ajouter. Ils seront. indiqués par affiches et dans la presse. Frank MELVILLE

Notes

<references />