Droit et Liberté n°214 - octobre spécial 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°214 de Octobre 1962 numéro spécial
    • Poujade devant la justice: le 17 Octobre le M.R.A.P. et ses avocats ont fait le procès de l'antisémitisme page1
    • Ce qu'en dit la presse page2
    • Les plaidoiries: Me Jean Schapira; le bâtonnier Paul Arrighi;Me Etienne nouveau page3
    • La lettre du président Auriol page3
    • Versé au dossier: citations diverses page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Poujade devant la Justice Le J7 Octobre à Limoges le M. R. A. P. et ses avocats ont fait 23 OCTOBRE 1962 LE PROCES . . 0,75 NF NUMERO SPECIAL DE ·L·ANTISE ITIS L E procès intenté par le M.R.A.P. à Poujade fera date dans les annales de la lutte antiraciste en France. Dans sa feuille intitulée par antiphrase, « Fraternité Française », Poujade publiait, en juin et décembre 1961, deux articles virulents, reprenant parfois mot .pour mot les slogans antijuifs diffusés avant et pendant la guerre par Hitler et ses complices. Les thèmes - trop connus - de ces diatribes se ramènent à peu près à ceci: - les juifs constitueraient dans notre ,pays un corps étranger, inassimilable, et devraient se contenter d'une situation de parias, dans la mesure où les « patriotes}) du genre de Poujade veulent bien les tolérer, les « héberger » ; ... Entourant le président Pierre'" Paraf, la délégation du Bureal! National du M.R.A.P., venue de Paris, arrive au Palais de Justice de Limoges. On reconnaît, de gauche à droite, Albert Lévy, rédacteur en chef de « Droit èt Liberté )) ; Pierre Paraf, président du Mouvement ; Hugues Steiner; Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. ; Joseph Creit.z ainli que, à droite, le Dr Danowski, président de l'Union des ):ngagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, qui s'etait constituée partie civile. Etaient également présents, notre ami Henri Kriwkoski, membre du Bureau National du M.R.A.P. et M. Golgevit, de l'Union des A.C· juifs (non visibles sur la photo). - ces indésirables a bus e rai e n t de « l'hospitalité» qui leur est accordée, se livrant à toutes sortes de méfaits, portant la responsabilité de tout ce qui va mal en France - en particulier des difficultés que ren_ contrent les classes défavorisées; - enfin, les juifs seraient par essence et collectivement coupables, les crimes imputés aux uns justifiant le dé:: haînement des persécutions con t r e tous. C OMME l'a souligné le Bâtonnier Arrighi devant le Tribunal de Limoges, c'est là du racisme à l 'état pur : une diversion qui prétend e~pliquer 'par des critères de races ou de confessions les conflits politiques ou économiques, les divergences ou les heurts qui se manifestent dans la So· ciété . P.ouj-ade et ses pareils voudraient faire croire, par exemple, que tous les capitalistes sont juifs (et réCiproquement) et, Iplus généralement, que la conduite de tel ou tel juif qu'il prend en exemple, dépend non pas de sa situation sociale, de son orientation pOlitique, voire de son tempérament ,personnel, mais-de son origine juive et d'elle seule. Il prouve ainsi qu'il n'est guère préoccupé de combattre les causes réelles des maux qu'il dénonce. On sait trop bien, en effet, que si de semblables mystifications n'ont jamais amélioré en quoi que ce soit la condition des déshérités. elles ont engendré, par contre, le massacre de millions d'innocents. N'en déplaise à l'avocat tPOujadiste qui plaida àt Limoges - et qui osa déclarer, avec une odieuse suffisance, que son client, lui, « n'eXipose pas ses morts à l'étal de sa boutique» - nous n'oublions pas les .victimes de l'antisémitisme hitlérien. Leur martyre, qui témoigne de l'horreur du racisme, et qui demeurera toujours, désormais, pour tous les hommes, comme un terrible avertissement, ne ,peut pas ne pas inspirer les antiracistes, juifs ou non, qui entendent empêcher le retour de pareils crim.es. Et il est juste, il ·est bon que nos avocats, 8dJprouvés par le Procureur, aient invoqué ce passé douloureux, ,pour demander que soit sanctionnée sans pitié, selon la formule de Me Schapira, « l'agression la plus grave qui ait été commise depuis longtemps contre les juifs de France lI. e'ETAIT la ,première fois que Poujade était incuLpé d'antisémitisme. En dépit -de multiples violations de la loi, les Parquets n'avaient pas cru devoir jusqu'à présent, comme les textes actuels .leur en donnent la charge, engager des poursuites sur ce terrain. Le Mouvement contre le Ra- ' cisme, l'Antisémitisme et pour la Paix a donc fait oeuvre de salubrité publique en suscitant ce procès. (Suite pa~e 2i Inlassablement le MRI' poursuit SI lutte' contre le racisme et l'antisémitisme 'AIDEZ LE ' M. R. A. P. Souscrivez •• Les versements peuvent être effectués à « DROIT ET llBEJtTE », 30, rue des Jeûneurs - Paris-2e - ' C.C.P. 6070-98 Paris Le Bâtonnier Paol ARR 1 G H 1 « Poujade a trouvé sa doctrine: c'est le racism.e à l'état pur, à l'état primaire ... » Me Jean SCHAPIRA « Une véritable agression dans le plus pur style de Goebbels conire 'les juifs de France. )) Me Etienne NOUVEAU « Poujade reproche aux Juifs de n'être pas tous morts. )) ---4 juin 2010 à 08:13 (UTC)192.168.254.42-- . {Voir en page 3 les plaidoieries des trois avocats. Ce 1 quen dit la .presse Dimanche . SOIr 18 Novembre 1962 I~a presse française a fait écho très largement au procès de Limoges. On tr-ouvera ci-dessous quelques extraits 'des articles publiés. UN PROCES IMPORTANT L'envoyé spécial du ~ MONDE» à Limo': ges, M. ].111. Théolleyre note en particulifl' l'absence de Poujade à son propre procès « M. Pierre Poujade avait écrit dans « Fraternité Française » : ~ Ils ont voulu ce procès. Eh bien ! ils l'auront. Et je vous jure qu'ils s'en mordront les doigts ». On pouvait en déduire que le leader de l'U.D.C.A. prenait la chose à coeur et qu'il se préparait à venir en personne montrer qui il était à ses adversaires dans le prétOire grisâtre du tribunal correctionnel de Limoges où l'affaire était plaidée mercredi. Mais M. Poujade n'est pas venu et, la loi ne pouvanu l'y obliger, le débat s'est limité à des plaidoiries. Il n'en garde pas moins sur le fond toute son importance, car il ne s'agit pas s~ulement d'un différend entre parties, mais bien, comme l'a souligné le procureur d'un ~ délit dont la répression revêt un caractère d'ordre public ». UNE DOCTRINE ... « PARIS-PRESSE » note, lui aussi, l'absence de Poujade, ainsi que de Jacques Tattran, directeur de ~ Fraternité Française », également poursuivi .- « Tous deux, précise-t-il, se sont 'contentés de se faire faire le récit de l'audience, ce matin par leurs avocats ». Et il résume aimi l'affaire : « M. Pierre Poujade avait publié dans son journal deux articles jugés violemment antisémites, l'un le 16 juin, l'autre le 22 décembre 1961. Son défenseur, Me Lapeyronnie, du Barreau d'Agen, a tenté de justifier son client en expliquant l'antisémitisme par des causes « sociologiques ». « Voilà que le poujadisme s'est trouvé une doctrine : le racisme! » a raillé le bâtonnier Arrighi ... » ' L'ACTION ANTIRACISTE EST EN CAUSE « L'AURORE» et « LE PARISIEN LIBERE » publient de brèves informations sur le procès. Ils titrent respectivement : c Pierre Poujade inculpé d'excitation à la haine » et ~ Pierre Poujade répond en justice de ses écrits. » « COMBAT » consacre une place importante à l'affaire. Il cite l'article de Poujade .( La France est un pays hospitalier, jusqu'à l'excès », etc ... ). Puis il . rep-roduit de larges extraits du document adressé à la presse par notre Mouvement, soulignant que ce q1!i est en cause au procès de Limoges, « c'est l'action antiraciste elle-même ». « LA CROIX », évoquant, elle aussi, l'affaire assez longuement, souligne l'absence de Poujade et le fait que le procureur a demandé «qu'un condamnation sérieuse frappe l'attteur des a~ticles '. FAIRE PAYER AU « CANARD Il ? Le jour même où s'ouvrait le procès de Limoges, ~ LE CANARD ENCHAINE, » apprenait qu'il était poursuivi. par Z:0u1ade en: « diffamation» et que ledIt POUjade ne lu, réclamait pas moins de 10 millions d'anciem franCf, pour un écho paru trois mois aupard' vant. « Pou pou, écrit le « Canard », doit comparaître aujourd'hui même ( ... ) sous l'accusation de racisme (exéitation à la haine) sur plainte du M.R.A.P. ( ... ). Celà pour un article antisémite publié le 16 juin 1961 dans « Fra~ernité Française ». Le 22 décembre dermer, Poupou remit ça : « Si je m'appelais Lévy, écrivai.t-il ( ... Longue citation) '. • ' « Mais s'il s'appelait Lévy, poursud le « Canard », il ne serait peut-être pas content qu'un Poupou le traite d'étranger dans son propre pays ! » . « Si l'on comprend bien, Poupou voudrait faire payer au « Canard » les frais des procès que lui vaut son racisme. » « A ce compte-là on préférerait s'arranger directement avec le M.R.A.P. » (1). A L'HEURE D'UN AUTRE OURAGAN ... SOUS le titre ~ Quand Poujade se prend; pour Streicher », « LIBE,RATlON ». Ii p~bll8 un « billet ' de Madeleme Jacob dISant " c Poujade, ce failli de I~ politique ~st traduit aujourd'hui en correctionnelle. à Limoges pour certains articles qu'il ' ~u?ha da~s sa feuille confidentielle « Fraternite Française ». (1) Et nous donc, cher « Canard ». A NOS LECTEURS Ami lecteur, si vous êtes abonné à « Droit et Liberté », il se peut que vous receviez DEUX exemplaires de ce NUMERo SPECIAL. Il s'agira d'un accident dû à la rapidité avec laquelle nous l'avons conf" ectionné et expédié. Mais profitez de cette aubaine pour faire connaître ce journal autour de vous. Et si vous ne recevc7, qu'un seul exemplaire, ne le jetez pas après l'avoir lu. FAITES- LE CIRCULER. C'est un moyen d'aider à notre lutte commune antiraciste. Fraternité, il y a là une prostitution du verbe intolérable. « Poujade, ce corpuscule, aux ambitions politicaillardes donne a corps perdu dans J'antisémitisme grossier. Il le crache comme un crapaud sa bave. Bave de Poujade. Cela s'essuie avec dégoût, là où il crache. « Les lauriers de Streicher ( Der Stürmer ») le tentent. Et peut-être ceux des maîtres dudit. Lès uns ont été pendus à Nüremberg ou à Jérusalem, les autres se sont suicidés à temps. Poujade ne rêve pas aussi loin. « Du délire de Poujade au délire de feu Streicher, aucune différence. Ça s'est très mal terminé pour Streicher, Poujade. A l'heure d'un autre ouragat;l... » DES SANCTIONS EXEMPLAIRES L'hebdomadaire « FRANCE-NOUVELLE» commente ainsi le procès .- « Cette affaire, qui témoigne que le racisme, fourrier du fascisme, n'a rien perdu de sa virulence, sera suivi avec attention par tous les antifascistes et les ' antiracistes'. Avec eux, tous les gens de coeur, qui n'ont pas oublié l'horreur des crématoires, exigeront que des sanctions exemplaires soient prises contre le raciste Poujade. » « L'ANTISEMITISME EST-IL UN DELIT? Il Alain Guérin, envoyé spécial de ~ L'HUlyfANITE » à Limoges, pose la questi011 . « L'antisémitisme est-il un délit? Peut-on, ou ne . peut-on pas dans la France actuelle, reprendre les cris de haine des hitlériens contre les Juifs ? Telle est la question qui v.i,ent d'être débattue devant le tribunal de Grande Instance de Limoges et à laquelle les juges limousins répondront le 7 novembre prochain en rendant leur jugement... Cette question, c'est le M.R.A.P ... qui avait voulu qu'elle fÎlt posée et il avait voulu qu'elle le fut à propos d'un fasciste notoire, le nommé Poujade. » « UN RACISME QU'ON VOUDRAIT CROIRE PERIME Il « LE POPULAIRE DU CENTRE », qui ,end compte très largement du procès, affirme

« C'est une affaire simple, ce pourrait

n etre qu'une affaire banale. En fait, elle acquiert des résonances singulières, et par les adversaires en présence et par la qualité de leurs défenseurs et par les courants d'idées dont elle illustre l'antagonisme: d'un côté un racisme qu'on voudrait' croire périmé et qui demeure, hélas ! très actuel, la violence de langage, l'injure, indignes d'une presse qui a le respect de ses traditions d'honneur et dë vérité ; de l'autre un Mouvement qui, quelles que soient ses attaches - que nous ignoron~ - est respectable par' son inspiration, car il s'élève contre toute discrimination raciale .au nom d'un idéal de justice et dé fraternité ». « L'HOMME DE SAINT-CERI; N'AVAIT PAS LA PARTIE BELLE ... Il To,~t comme ~ CENTRE - PRESSE », « l'ECHO DU CENTRE l souligne l'absence volontaire de Poujade à son procès. Seule Mme Poujade était là. « Il s'était dérobé, laissant à son défenseur, Me Lapeyronie, le soin de le représenter. Il faut bien reconnaître que l'homme de SaintCéré n'avait pas la partie belle et sans doute son courage n'allait-il pas jusqu'à lui permettre de venir s'expliquer sur ses écrits antisémites '. il a S a II e PIe y el , a aura lieu le GRAND GALA ANTIRACISTE organisé par le M.R.A.P. De nombreuses vedettes y participeront, parmi lesquelles COLETTE RENARD, FRANCIS LEMARQU~, JEAN FElR'RAT, PIERRE DAC. Ne manquez pas cette soirée Places de 3 NF à 12 NF, en locatioll au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneùrs, Paris-2' (Tél. : GUT. 09-57) Le procès de l'antisémitisme (Suite de la page 1) Aussi a-t-il été l'objet, en tant que tel. des grOSSières attaques de Poujade dans son second article. Pour Poujade, La rÏIPoste du M.R.A.P. ne peut être inspirée que par la volonté tle défendre les « vampires» dont il parle; et c'est une « .provocation» de la part des gens qu'on « héberge », de ne ,pas subir sans broncher les insultes et les menaces. Peut-être encore devraientils remercier! l . Ce que Pouj,ade et les siens n'ont pas compris, c'est que la lutte contre l'antisémit~sme et le racisme n'est pas l'affaire de ceux-là seuls que visent directement les excitations à la haine. « Les juifs sont nos camarades, nos frères Il, a dit Me Nouveau, au nom des Anciens Combattants. Il traduisait ainsi le sentiment de tous les citoyens qui refusent de se laisser berner et diviser. De tous les hommes attachés à la démocrati.e et à la dignité humaine. Car le racisme et l'antisémitisme n'ont d'autre but que de favoriser le règne de la violence et du mensonge: ils sont à la fois le symptome et le levain de la terreur fasciste. Avec le M.R.A.P., des millions de Français, sans distinction de c01Ûession ou d'origine, sont décidés à s'y opposer, IERIES AMBIA~CE inhabituelle, ce mercredi après-midi, au Palais de Justice de Limoges : sur le grand escalier, photographes et cinéastes guettent les arrivants; une vive animation règne dans la salle des· pas perdus et lès couloirs ; dans. la salle du Tribunal dC( Grande Instance, il y a foule ; la table réservée aux journalistes est nettement insuffisante, et plusieurs correspondants parisiens devront se placer sur l'un des ban'cs des avocats ; ces derniers sont eux-mêmes ,-enus nombreux, inême s'ils n'ont pas à plaid()r ... Le Paul ARRIGHI: "II faut, dans l'intérêt de la' France, une condamnation sévère" Bâtonnier L'affaire qui suSCIte tant d'intérêt, et dont la presse locale a déjà padé le matin même, c'est le procès engagé par le M.R.A.P. contre Poujadei pour ses excitations à la haine antisémite. Il appartenait au Bâtonnier Paul Arrighi de situer l'affaire dans son contexte général, en démontrant le mécanisme de cetoe « agression » 'antijuive perpétrée par Poujade. Ille fera dans une plaidoierie d'une grande hauteur de vues, avec un mélange d'indignation et de cinglante ironie, mettant visiblement mal à l'aise le représentant de la partie ,adverse .. De Paris sont venus une large dé- sation, Me Etienn\:l NOUVEAU. légation du M.R.A.P ., conduite pàr Dans l'assistance, on reconnaît en le Président Pierre PARAF, et les outre les représentants l'ocaux des deux avocats du Mouvement, le Bâ- organisations de déportés, d'anciens ' tonnier Paul ARRIGHI et Me Jean combattants de la Résistance, de la ·SCHAPIRA, ainsi qu'une délégation Communauté juive. cc Poujade parle en 1962, comme parlaient les nazis pendant les années noires de l'occupation )), déClare l'avocat du M.R.A.P. ; et il justifie aisément cette assertion en citant les statuts du parti nazi et des phrases prononcées ou écrites naguère par de l'Union des Engagés Volontaires Qua'nt à Poujade, bien qu'on l'a;t et Anciens Combatt,ants Juifs (qui vu dans les parages, il ne se .prés'est constituée partie civile), condui- sentera pas devant le TribunaL C'est te par son président, le Dr DA- sa femme qu'il a chargée de suivre NOWSKI et l'avocat de cette organi- les débats ... des hitlériens notoires. ' Ayant souligné que Poujade, loin d'être le « défenseur des petits», . comme il le .prétend, est devenu « un . diffamateur professionnel », le Bâtonnier Arrighi poursuit : M~ Jean SCHAPIRA : "Une véritable agression" Le Président Teyssier, après avoir donné lecture de la citation, énumère les condamnations figl,lrant au casier judiciaire de Poujade. Comme le soulignera ensuite Me Jean Schapira, la plupart de ces con_ damnations, celles en tout cas de ces dernière ,années, ont pour ca,use des diffamations et injures, « Poujade a une vie judiciaire assez remplie, déclare Me Schapira, qui est, le premier avocat à plaider. Pourtant, il semble - et c'est regrettable - qu'il est iuculpé aujour~'hui pour la première fois d'injures et diffamations raciales. » Résumant les données de l'affaire, Me Schapira évoque d'abord l'article du 16 juin 1961, dans « Fraternité Française », qui constitue « une véritable agression contre les Juifs français dans le plus pur style de Goebbels)). Pouj,ade, commentant une élection partielle.; y parle' du « ghetto du ge arronaissement » et menace les Juifs, qu'il présente comme un groupement à part, hors la nation, d'un « ,retour de flamme », d'un nouvel « ouragan » : « ce qui, indique Me Schrupira, s'appelle en français un pogrome! )) - UN DELIT CARACTERISE Et puis, le -M.R.A.P. ayant déposé une pl,ainte au Procureur de la République, vient le second article, c'elui du 12 décembre 1961, qui entraînera une nouvelle plainte. Là, Poujade s'indigné d'avoir été inculpé, il treuve scandaleux que lui et ses pareils ne puissent pas tranquillement injurier les Juifs et les menacer d'un retour des persécutions qu'ils ont connues naguère. Déchaîné, il renouvelle injures, calomnies et menaces, non seulement contre les Juifs, mais contre le M.R.AP. lui-même, traité de « provocateur » (1L (( Nous ne faisons pas à M. Poujade un proeès d'opinion, déclare l'avocat du M.R.A.P. Ce que nous plaidons c'est 'un délit pénal parfaitement carac~érisé, qui met en lumière une culpabilité. )) Relevant le fait que Poujade considère les Juifs comme étrangers à la France, et que selon lui, le M.R.A.P. serait le porte-parole de , certains d'entre eux, Me Scha,pira -met les choses au point. « Le M.R.A.P., déclare-t-il, n'est pas un mouvement d'auto-défense juif. Il lutte contre tous les aspects du racisme, quelles qu'en soienll les victimes )). Et il cite plusieurs procès in-tentés, par exemple, pour faire condamner des écrits calomniant les noirs. (( iJNE MONSTRUEUSE,' IMBECILLITE Il (( Quels seront les moyens de défense dé Poujade ?)) Me Sch8ipira répond !par avance aux argumentsque peut avancer l'avocall ,de la !partie adverse - lequel s'en trouvera quelque peu désarçonné:- • « Poujade nous dira sans) doute qu'il n'a fait qu'user de la libre expression permise à une journaliste en régime démocratique. En cela, il reprendrait le mot fameux : (( J'exige la liberté au nom de vos principes, et je vous la refuse au, nom des miens )). « M. Tauran, directeur' de la publication'incriminée et 'également poursuivi, a dit au j'uge d'instruction qu'il n'avait fait que publie!' des opi- (1) Nous reproduisons en page 4 quelquesunes des phrases les plus significatives des deux articles de Poujade ... ainsi que des ph ra- • ses semblables déjà prononcées ou écrites avant lui. nions très générales comme on en trouve habituellement dans la presse. Mais de quelle presse veut-il parler ? De (( Jeune Nation )), sallS doute, QU des écrits pour lesquels Maurice Bardèche 'a été condamné, à moins que ce ne soit la presse de 1940 à 1944. « M. Poujade nous avait promis aussi des témoignages en sa faveur de petits commerçants juifs. Ils ne sont pas là, mais en aurait-il trouvé que cela ne prouverait rien en faveur de sa thèse: Xavier Vallat lui-même, ex-commissaire aux questions juives de Vichy, n'avait-il pas trouvé trois ou quatre anciens combattants juifs qui venaient faire son éloge dans les prétoires, après la Libération )). En conclusion de sa brillante plaidoierie, d'une remarquable rigueur logique et juridique, Me Schàipira cite la lettre adressée au M.R.A.P. par le préSident Vincent Auriol, flétrissant « cette monstrueuse imbécillité qu'on appelle le racisme et l'antisémitisme ». « Le poujadisme, au fil des ans, s'est fascisé, comme se fascise tO,ut mouvement semblable, remarquable par son absence totale de pensée politique... Poujade a maintenant atteint son plein développement intellectud

il a trouvé sa doctrine 

le racisme. Pour lui, les problèmes 'politiques, les malheurs de la France, les difficultés des uns et des autres ne peuvent s'expliquer que par la volonté des juifs, de l'Islam, des noirs. C'est le racisme à l'état pur, à rét,at primaire. ' . cc C'est de cette indigence intellectuelle que naît le fascisme, qui a besoin de fanatiser les masses. A cet effet, il lui faut un bouc émissaire: ce sera le Juif. )) Le Bâtonnier Arrighi rappelle cette déclaration d'un ancien, « compagnon » de Poujade : « L'antisémitisme, c'est la seule idée sur laquelle comptent . Poujade et son entourage pour pallier à leurs insuffisances politiques )). Et il montre, que malgré ses dénégations, l'éditorialiste de La lettre du Président AURIOL Etienne M. Vincent Auriol, ancien Président de la RépUblique, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., avait adressé la lettre suivante à notre Mouvement avant ·le !procès: Cher Secrétaire Général, J'aurais bien voulu être près de vos Présidents, le mercredi 17 octobre prochain, au Palais de Justioo de Limoges, pour flétrir cette monstrueuse imbecillité qu'on appelle le racisme et l'antisémitisme ... Quand, on pense aux millions rIe 'Juifs morts pour la liberté et dont j'ai inauguré le monument au nom de la France et du monde libre; quand on ' se rappelle les souffranc~s qu'ils subirent, et leur combat à nos 'côtés dans les maquis ou sous l'uni. forme, on préfère' être avec eux ou fidèles à leur' mémoire qu'avec ceuxlà qui se rangent aux côtés d'Hitler qui, comme eux, les injuria et qui les ,martyrisa. . Il faut en finir avec ces diversionl'l de honte et de guerre civile provoquées par des hommes qui, par dérision, veulent se faire les champions de l'unité nationale. Veuillez m'excuser de ne pouvoir être présent à Limoges et croire à ma sincère et fidèle amitié. NOUVEAU • "L es juifs Dans son article du 12 décembre 1961, Pouj-ade avait écrit: « On n'en voit pas beaucoup (des Juifs)... sur les plaques de marbre de nos monuments aux morts. )) C'est cette phrase qui a amené l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs à se constituer partie civile dans ce procès. jade leur reproche, en somme, c'est ,de n'être pas morts. )) Remettant au Tribunal divers ouvrages et documents sur la partictpation des Juifs à la défense de la France tant en 1914-18 qu'en 1939-45, M' Nouveau s'écrie: (( Les Juifs ont fait leur devoir cQmme les autres, ni plus ni moins. Ce sont des Français comme vous et moi. Ce sont nos frères, nos camarades, pour nous qui n'avons pas cette infirmité de l'esprit qui s'appelle l'antisémitisme. )) M'Etienne Nouveau, qui plaide au nom de cette association, déclare : « Les Anciens Combattants jl,lifs sont gravement atteints dans leur honnéur par cette expression de mépris et de diffamation. Ce que Poucc Et au-delà de nos combats communs, dans lesquels les Juifs ont pu « Fraternité Française » s'en prend non pas « aux gros », mais à l'ensemble des Juifs, qu'il menace des pires catastrophes. « L'évolution cérébrale de M. Poujade, constate-t-il, ', est calquée sur celle de Hitler )). IL FAUT BRISER CES FORCE~ DE DESAGREGATION NATIONALE Puis le Bâtonnier Arrighi en vient au problème pénal. Il rappelle que le décret Marchandeau, dont il demande l'application, fut introduit en 1939 dans la loi sur la diffamation !pour (Suite en page 4). Quelques témoig'nages ... ... Je tiens à vous exprimer et à faire connaître au tribunal le sentiment de dé· goût et d'indignati'on que ne peuvent man,. quer de m'inspirer les propos antisémites de' M. Poujade ... ' D'innombrables Français non juifs, dont je suis, se sont battus pen. ' dant quatre ans pour ne plus entendre de paeilles abominations dans le pays de l'Abbé Grégoire ... JEAN CASSOU Conservateur en chef du Musée National d'Art Moderne. Ecrivain.' Commandeur de la Légion d'Honneur. Compagnon de la Libération. Commissaire Honoraire de la Répu. blique. ... Je veux croire que les juges, dans cette affaire, répondront, selon la loi en conscience à la diffamation. Trop de magis. trats, trop de membres 'du Barreau ont payé de leur vie la défense de la liberté et de la dignité humaine sur les champs de bataille ou. dans les camps, pour qu'il ne sait pas répondu comme il faut à la provo. cation. DIOMEDE CATROUX Ancien Ministre ... Vous devinez quels sont mes sentiments sur cette révoltante et lamentable affaire. S'il vous était d'une quelconque utilité pour le cours du procès lui. même, que je les traduise noir sur blanc et que je vous les communique, dites-le moi, et je le ferai ' de grand COEur. De toute façon, vous savez que vous pouvez utiliser mon nom, si tant que cela puisse vous apporter le moindre secours, comme vous l'entendez, durant les débats. MICHEL DROIT Journaliste ... J'approuve entièrement l'action du MRAP contre lé racisme en général et contre la recrudescence de l'antisémitisme que l'on 'observe aujourd'hui. Considérez· moi d Jnc comme absolument solidaire de , vous dans le procès intenté contre le ra. ciste Pierre Poujade. MICHEL LEIRIS Ecrivain ... Je regrette bien vivement de ne pas pouvoir être présent à vos côtés au procès de Limoges, mais vous pouve.'/! vous servir de mon nom pOur porter , témoiJnage de mon soutien total au MRAP. Amira,1 MUSELIER Ancien chef des Forces Françaises Navales Libres ... Je vous autorise bien volontiers à affirmer mon indignation contre les polé. miques antisémites dont vous demandez réparation. ANDRE SPIRE Ecrivain {Les signataires' de ces messages sont tous memhres du Comité d'Honneur du ' M.R.A.P.). ,sont nos frères" lutter les armes à la main, il y a, les camps nazis, où six millions d'inno. cents ont péri : si bien qu'on ne peut rencontrer un Juif dont la famille n'ait été endeuillée par les crimes d'Hitler. )) Et M'Etienne Nouveau termine son émouvante plaidoierie en dénonçant avec vigueur « ceux qui osent" dans ce pays de France, diviser les gens avec de tels procédés dont l'ignominie nQus répugne. » Au nom des traditions françaises de générOSité et de fraternité, il demande, lui aussi, une ~plication stricte de la loi. ' VERSE AU DOSSIER •• • 1 Le Bâtonnier Arrighi a soumi's à la méditation du Tribunal de Limoges les textes que nous publions ci-dessous et qui sont tirés de numéros antérieurs de ({ DROIT ET LIBERTE ». La li ste de ces citations n'est, hélas! pas li'mitative, et nous pourrions la prolonger à l'infini. Mais ces textes, qui figurent ma intenant dans le dossier Poujade entre les mains des juges de Limoges, sont suffisamment éloquents. Ce ' :que Poujade ,écrit ••. « La France est un pays hospitalier. Jusqu'à l'excès ... Si je m'appelais Lévy (j'irais) travailler de mes mains... en I s· raël, au lieu d'intenter des procès aux gens qui m'hébergent ». (La France ' 'est) «sucée par une ' bande de vampires de haut vol qui va des Kas· pereit aux Rothschild, en passant par les Bleustein et les Mendès. Des valets politiques aux maitr~s ban· quiers, ils trustent banques et grands ma_ gasins, Bourse et Supermarchés ». « Bien symbolique de leur comporte· ment est le cas de Rothschild, dont la for. tune s'est constituée en spéclûant à la Bourse sur le désastre de Waterloo, et qui règne aujourd'hui.. ». « On n'en voit pas beaucoup (des Juifs) sur nos champs de foire de Province, ni sur les plaques de marbre de nos monu· ments aux morts '». « Ce sont ces gens-là qui sont les pires adversaires de l e u r s coreligionnaires moins fortunés (. .. ). Si un jour se lève la vague d'antisémitisme que ces messieurs cherchent à provoquer, qui sera persé. cuté? Encore le petit boutiquier du IX' ou IV' ». « Où sont les racistes ? ( ... ) Eh bien, ce sont les provocateurs du Mouvement en question! ( ... ) . Ils ont voulu ce procès. Eh bien, ils l'auront! Et je v ous jure qu'ils s'en mor· dront les doigts! ». • • • D'AUTRES l'ONT· DEJA DIT! « Un juif ne peut pas être un compatriote » (Progromme du parti nazi). « Les juifs ne sont tolérables dons la société qu'à dose homéopathique » (Xavier Vallot, dons" Paris-Soir » , 1941). « Le jui f, reconnu en tant que race inass imila ble sera cons idé ré comme un ét range r, et comme te l recensé ... » «( Au Pilori », 11 octobre 1940). « Vous ê tes des ju ifs, et un juif n'est pas un Françai s. Un ju if est un juif, comme un chien est un chien » (Le Réveil du Peuple, 8 novembre 1940) . . Les· Chinois comme les Ju ifs ' ont le droit de vivre, mois chez eu5" en Chine, ou en Palestine » «( La Communauté Nationale l, 15 avril 1942): « La France, sous l' hypocrite prétexte de mai ntenir une trad itio n de bon accue il est devenue le dépotoir du monde » (Darqu.ier de Pellepoix, futur commissaire aux questions juives, au Conseil municipal de Paris, 4 juin 1936). « Ce sont des r~poces, des vautours, des corbeaux ». Il faut ,« inte rdi re à tous les juifs les fonct ions où leur rôle est le p lus da ngereux : ,presse, radi o, ense ignement, justice, armée » ... (Charte anti-judéo-maçonnique, « Le Réveil du Peuple ", 1 5 novembre 1940). .« L'économie, les rouages essentie ls de l'Etat, la presse, les professions libérales, en un mot tous les secteurs importants de l'act iv ité na t iona le sont envahis par les juifs » «( La Libre Pa role, l e, mars 1936). « L'emprise j uive sur la France . est clairement démontrée » (" Au Pilori », 11 septembre 1941). « Judos règne sur nos malhe u.rs, établit son empire sur noo ruines, et prend possess ion de· notre Patrie c. . .! Le véritable coupable est le juif, ri en que le juif » «( La Libre Parole », 15 juin 1936). « L'éducation nati onale, la politique religie use, l' intégrité de notre empire colonial , la solidité même de la famil le fra nçaise, ont é té et sont encore fortement influencées por l' intervent ion des juifs » (Darquier de Pellepoix, ou Conseil Municipal de Paris, 4 juin 1936). « Par le gigantesque vol que constitue la Bou rse, Rotschild, l'émigré de Francfort, est devenu roi de France» «( Le Réveil du Peuple », 8 novembre 1940). « Les juifs ont perdu porce qu'ils ne savent pas se battre et que les F ~an çai s sont de mauva is me rcenaires» «( Le Réveil du Peuple », 1 er novembre 1940). . . ' « Ces morts ne sont pas morts , » (Mau~ice Bardècche au sujet des ju.ifs dans son livre « Nuremberg ou la terre promise » pour lequel il a été cand'amné,). « Les juifs sont responsables de notr.e défaite » «, Le Petit Parisien ». septembre 1940). « . Les ju ifs qui arboraient à côté de leur étoile jaune dive rses décorations militaires frança ises 'i ... ) éta ient payés por des compères ... » (" Office Français d'Information », février 1943). « Parto ut, la main des juifs existe dans cette guerre, qui est un des de rni e rs moyens qui leur resta ient de conserver leur rang et leur rôle dans le mo nde » (Goebbels, dans « Das Reich » . 7 mai 1943). L'antisémitisme le plus violent (est) la réaction nature lle et vitale de légitime défense des pe uples qu i ne veulent pas être a sse rvis, minés, avilis et br.imés » «( La Libre Parole », 1 5 ju.in 1936). « Veillons à ce que deux ou trois israélites de marque, en re lations directes avec certaines puissances f inancières inte rnationales ( ... ) ne déclenchent pos une vogue de réprobation dont leurs coréligionnaires seraient victimes» (Colonel de la Rocque à une réunion Croix-de-Feu, mars 1936). L ___ _ « Que chacun sache que nous ferons rentrer les juifs dans leurs tanières» (" Le Réveil du Peuple », 1 5 novembre 19401. « L'antisémitisme est né du racisme juif» «( La Comm unauté Nationale », 1 5 avrit 1942). « Ces maîtres juifs oublient de quelles indulgences ils ont bénéficié ces derniers temps. Les justices endormies se réveil leront » «( La' Libre Parole .», 1 5 avril 1936). LES PLAIDOIERIES Il attèndait au café d'en fac.e ... Dans son anic1e raciste du 22 décem· bre 196 1, Poujad~, emporté par son élan, avait lancé ce défi : « Ils ont voulu re procès. Eh bien, ils l'auront ( Et. ie VOUf iure qu'ils s'en mordront les doigts ». (Suite de la page 3) parer à la propagande antisémite et raciste considérée à juste titre comme une propagande antinationale, comme un élément de la guerre psyChologique menée par . Hitler contre la France. Abrogé par Pétain, ce décret a repris effet à la Libération. ({ Actuellement, poursuit-t-il, on constate qu'il y a des gens qui poussent encore au génocide. En 1959, la nuit de Noël, une vague de croi.x gammées, partie de Cologne, s'est repandue' sur les murs de nos villes. Et il est fort probable que les amis de M. Poujade n'ont pas hésit~ à prend. re leur part de ces barbouIllages •.. « Il ne s'agit donc pas d'une af· faire banale. Il s'agit de briser ces forces de désagrégation nationale qui, une fo}sAde plus, vont à l'encC?ntre des interets de la France, des intérêts de tous ». Et le Bâtonnier Arrighi insiste sur le fait qu' « une simple amende ne suffirait pas ». « Nous vous demandons une condamnation sévère, conclut-il. J'ajoute que c'est votre devoir de magistra.ts de la prononcer: il ne faut pas laiSser Poujade en liberté. C'es.t. pour cela que nous sommes venus ICI. » « DROIT ET LIBERTE» 30, Rue des Jeûneurs, PARIS-2e Tél. : GUT. 09-57 c.c.P. PAiRIS 60-7098 Le numéro: . . . .... . . . 0,75 NF Abonnement d'un an : 7,50 NF Abonnement de souti en : 15 NF Géra hte . S. BIANCHI I .M.P .• 40, rue des J e(lneurs PARIS-Il' LoE PROCUREUR MAZABRAUD : « Un délit anachronique » Dans un bref réquisitoire, le procureur Mazabraud s'associe sans réserve aux plaidoieries de trois avocats. « Je n'y ajouterai, dit-il, que deux observations. « La .première, c'est qu'il ne s'agit pas d'intérêts privés, mais de la sauvegarde de principes essentiels. « C'est pourquoi je vous demande de ne pas prononcer 'seulement un~ peine de principe, afin de prouver a tous, et au prévenu le premier, que ce genre de délit est périmé. » UN AVOCAT POUJADISTE Enfin l'avocat de Poujade, Me Lapeyronie, se livre à un pénible plaidoyer montrant surtout... qu'il est lui-même un poujadiste convaincu. AprèS avoir brodé sur le thème de « l'antisémitisme éternel», qui serait dû au « sémitisme» des Juüs, il donne de celui-ci deux exemples qui l'ont « profondément déçu », : d'abord le fait que le procès Eichmann se soit déroulé en Israël ; ensuit~, les poursuites enga gées par le M.R ,A.P. contre poujade. Il en tire « la preuve» q4e les Juifs constituent « une communauté trop homogène», qui continue de ({ lancer un défi au monde ». Et d'insinuer que les JUllS ne sont pas, ne sauraient être Français; et que, pourtant ils occUIPent de nombreux postes dirigeants, etc., etc .. . Après avoir fait l'éloge de Poujade qui, lui, est né à Saint-Céré (mais dont il ignore s'il s'est battu pendant la guerre) l'avocat co~clut : « Poujade n 'est pas de ceux qUI exposent leurs morts à l'étalage de leur boutique ». LE JUGEMENT SERA RENDU LE 7 NOVEMBRE. Il Par son compte rendu du procès de Limoges, « Fraternité Française» (qui, pour cela, a paru avec un jour' de retard) confirme. s'il était besoin, combien les poursuites contre Poujade étaient justifiée •. On y retouve les injures et diffamations, les slogans racistes qui émaillaient les deux artïcles incriminés. En particulier, le M.R.A.P. est accusé de n'être intervenu que pour défendre... Rothschild et les banques apatrides. Il écrivait encore ; « Je ne me ferai pas faute de citer il la baire du tribunal les commerçants fuifs qui sont de mes amis. 1/s sont nombreux. :. Le 17 octobre, Poujade n'avait CIté aucun commerçant juif.. et pa~ cause. Quant à lui, dont on attendait la pré· sence, il a préféré, en dépit de ses menaces, rester dans le café d'en face, le « Versailles

., plutôt que

d'affronter les débats du Tribunal. Bel exemple de courage ! récidive , •••• L'article revient avec insistance sur la c ~nclusion de l'avocat poujadiste (qui, déci. dement semble en être très fier), affir. mant que « ces hommes » ( les Juifs », les dirigeants du M.R.A.P.l « savent mettre leurs morts à 1'étal de leurs bou. tiques lorsque ces morts servent les inté_ rêts des oligarchies financières ». Le M.R.A.P. (et tous les antiracistes), tireront de ces nouvelles attaques les con. clusions qui s'imposent. "

Notes

<references />