Droit et Liberté n°206 - février 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°206 de Février-Mars 1962
    • En ce matin de février par Pierre Paraf (manif tragique du 8 février) page1
    • De nombreuses personnalités s'associent à la journée nationale du 25 mars page1
    • Racisme, antisémitisme,fascisme par Suzanne Colette-Kahn
    • Un peu de pudeur! par Oncle Tom page2
    • Vous dîtes? En feuilletant les dictionnaires par Roger Maria
    • Poujade fait 'impunément) l'éloge de Salan page4
    • Quand j'entends parler de justice (menaces de l'O.A.S.) page4
    • Les enfants de Morton Sobell: notre père est innocent page5
    • Les harkis agresseurs de la rue François-Miron condamnés page5
    • Le choix par le pasteur P. Ducros (vaincre le racisme) page6
    • De février 34 à février 62: souvenirs et comparaison par Me E. Nouveau page6
    • Février 62: une déclaration du MRAP page7
    • Algérie d'hier et de demain par Paul Tubert page7
    • La vie du MRAP: vers la journée nationale page8
    • Après l'élection de Pierre Paraf page9
    • Les deux aspects de l'action antiraciste par Georges Sarotte page9
    • Revue: "la voix mondiale des tziganes" page10
    • Cinéma: une fille a parlé de André Wajda page10
    • Avez-vous des préjugés? : 3000 ans d'erreurs quotidiennes passées au crible par le Pr. Bergen Evans page12
    • Considérations sur l'antisémitisme par Francis Kaplan page11

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

lS FEVRIER-1S MARS 1962 De nombreuses personnalités s'associent il la JOURNEE NATIONALE le raCisme, l'antisémitisme et pour ~/a paix (Dimanche 2S mars, au Palais de l'U.N.E.S.C.O.) Quelques semaines nous séparent maintenant de la Journée Nafionale contre le racisme, l'an'tisémitisme et pour la paix. Aussi se prépare-t-elle activement. Déjci, de nombreuses personnalités se sont associées à cette initiative, ainsi que des groupements divers. Dans les arrondissements de Paris et plusieuTs grandes villes de province sont annoncées les assises antiracistes locales ou rég'ionales qui précèderont le grand rassemblement du Palais de l' U.N.E.S.C.O .• (Voir nos ' informations en pages 7, 8 et 9.1 En ce matin de février C E matin du 13 février où l'hiver et le printemps violemment sem· blaient se combattre, où les offensives de la grêle se brisaient brus· quement contre la promesse d'un rayon de soleil, ce matin de dou· leur et de dignité résolue, de la République au Père-Lachaise, nous avons enti battre le coeur de Paris. Autour des jeunes morts, dont la Maison des Syndicats était la dernière 'êtape avant la tombe, nous avons, mes camarades du M.R.A.P. et moi, pris notre tour de garde. Et comme ce million de Parisiens auxquels nous étions confondus, nous avons senti sur nous ce grand souffle de l'Histoire. Nous avons écouté ce silence plus pathétique que toutes les ,clameurs. Celui de l'âme d'un peuple qui sait glorifier ses mar.tyrs, dresser- son im· m~nse protestation contre les criminels qui oseraient spéculer sur son

indifférence et sur sa peur.

Epreuve de morale. Epreuve de 0,75 NF N" 206 MILLION •• rarement on a vu à pa'ris cortège au "III . puissant dans sa calme résolution, Unis, les antifascistes ont rendu un digne hommage à ceux des leurs qui ont trouvé la mort dans la manifestation tragique du 8 février, Ge faisant, ils ont aoffirmé sans équivoque leur volonté irrésistible de continuer leur combat pour empêcher que s'instaure la terreur fasciste, pour que t.'iomphent la démocratie et la paix. On voit ici une partie de la place de la République, au début de la ma1tinée, alors que le cortège venait de s'ébranler. puissance, telle est la double leçon de ce matin de février. Nous la retiendrons avec d'autant plus de ferveur que nous avons toujours tenté de faire entendre l'appel à l'union qui est la condition de la victoire. Ra[isme, antisémitisme, fas[isme Un Mouvement comme le nôtre ne s'embarrasse d'aucune considération pa .. Pierre PARAF ,Président du M.R.A~P. de stratégie politique, d'aucune allé· geance, d'aucune arrière-pens~e ~e concurrence. En tous ceux qUI menent le même combat nous ne vouIons que des amis. Réunir le maximum de concours autour de cette Journée Nationale dont l'annonce suscite déjà dans les milieux les plus divers, les plus actives sympathies; mener sur tous l~s plans la lutte contre tous les raCISmes, dénoncer le néo-nazisme partout où il menace, préparer malgré les mercenaires du plastiquage, devant les perspectives de paix en Algérie qui s'annoncent enfin, l'apaisement et la coopération entre tous ceux qui bâtiront l'avenir sur cette terre, voilà notre but immédiat. En assumant cette tâche sans sectarisme et sans faiblesse, le M.R. A.P. reste fidèle au serment de la Résistance, aux aspirations de ses frères et de ses soeurs qui sortaient dans le rue ce soir du 8 février parce qu'ils ne voulaient pas voir assassiner des enfants sur le sol de France, à la volonté du peuple de Paris. CES trois termes, que certains séparent dans leur esprit, sont en fait liés entre eux comme les doigts de la main. Car ils ont un trait fondame.ntal commun

Ils répudient en droit comme

en fait le principe liminaire de la Déclaration des Droits de l'Homme proclamant que : « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». PriiT1cipe qui marque l'aboutissement d'un long effort de civilisation, et demeure la condition première de la paix entre les hommes, Qu'est-ce en effèt que le' racisme? Ce n'est rien d'autre que la manifestation des instincts les plus primitifs de l 'humanité, tristement illustrés par le proverbe : 4: L'homme est un loup pour l'homme. » Erigé en corps de doctrine à une pé riode relativement récente, le racisme considère que du seul fait d'être né sous d'autres cieux un peuple est nécessairement inférieur, donc méprisable, voire même haïssable. Selon lui, on peut donc impunément priver ce peuple de tout droit, le brimer, l'exploiter, l'opprimer jusqu'à le réduire à un esclavage total ou partiel. Ce fut là - hélas! l'un des aspects du racisme qui a nom colonialism(! - état misérable et humiliant dont se sont dégagés peu à peu les peuples colonisés : certes pas toujours par des méthodes Qui sont celles de la civilisation, comme nous en avons eu au Congo l'exemple récent - mais qui, en définitive, est responsable du retard de plusieurs siècles imposé à la marche de ces par Suzanne COLLETTE-KAHN Secrétaire Générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme peuples vers la civilisation, si ce n'est le système colonial lui-même? Qui ne voit, d'autre part, que l'antis~mitisme ne constitue qu'un aspect partlcuLer du racisme? C'est la manifestation cI'une haine à la fois ethnique et l'e1jgieuse remontant aux premiers temps de l'ère chrétienne. Persécutés pour n'avoir pas adhéré au Christianisme, condamnés à l'exil, d'abord étrangers dans leurs différents pays de refuge, et de ce fait suspects par définition, tra' qués délibérément par l'Eglise parce qu'ils persistaient dans leurs croyances premières. affirmant leur personnalité avec une ' constance remarquable, donnant maintes fois des preuves de leur supériorité intellectuelle sur le milieu ambiant, suscitant par là les jalousies les plus basses et les plus féroces, les Juifs ont été sans doute les plus anciennes et les plus constantes victimes du racisme. Le drame atroce de notre époque c'est q~e leur martyre a atteint son apogée, sous les formes les plus odieuses en plein (Suite page centrale.) 4 juin 2010 à 08:05 (UTC)4 juin 2010 à 08:05 (UTC)4 juin 2010 à 08:05 (UTC)4 juin 2010 à 08:05 (UTC)4 juin 2010 à 08:05 (UTC)192.168.254.42.4 juin 2010 à 08:05 (UTC)~~ ~ d'hier et de demain (page i Dllrlf tf NUMfll" : • Pasteur Pierre DUCROS : Le choix (page centrale). • Etienne NOUVEAU . Souvenirs et comparaisons (page centrale). • Paul TUBERT: Algérie centrale). 1 • Berge'n EVANS: Ave%.vous des préjugés? (p. 12). • Georges SAROTTE : Les deux aspects de l'action antiraciste (page 9) . • Francis KAPLAN : Considérations sur l'antisémitisme (page 1 1)· • Mme SOBELL « INDESIRABLE ,) EN FRANCE! (page 5).


2

11-1. - Soixante ({ pélerins de la liberté ll, qui manifestaient contre la ségrégation raciale, arrêtés dans le Maryland (U.S.A. ). • Attentats au plastic à Paris, Alfortville, Montpellier, Marseille. Manifestation anti-O.A.S. à Lons-le-Saunier. 14-1. - En 48 heures, 51 morts et 120 blessés en Algérie. A Oran on a compté un attentat ou une fusillade toutes 18 30 minutes. 1 .. 1. - Le tribunal militaire de Reuilly acquitte trois officiers inculpés pour avoir torturé à mort une Algérienne. 1'1·1. - Un immeuble plastiqué dans un quartier musulman à Bône : 10 morts et 10 blessés. La police tire sur des manifestants qui protestent : 4 morts. 18-1. - A Paris et dans la banlieue, 18 plastiquages en une nuit. • Quatorze musulmans tués à Oran par les forces de l'ordre. 20-1. - Cinq mille manifestants à Troyes devant le monwnent de la Résistance, profané par l'O.A.S. 21-1. - Plastic à Bordeaux, Toulouse, Marseille. 22-1. - - Roger Boissier, manutentionnaire au ministère des Affaires étrangères tué par une bombe au plastic. 23-1. - Douze mille manifestants · protestent, autour du quai d'Orsay, contre l'assassinat de Roger Boissier. • Une école juive incendiée à New York. z.t.1. - Dans la région parisienne 21 plastiquages en 24 heures, dont 7 en plein ~. Les ultras manifestent liibrement en Algérie pour commémorer la « semaine des barricades !t. • Rassemblement antifasciste à Tarbes

8.000 manifestants.

26-1. - Plastic à Neuilly et Beauvais. • Le directeur musulman d'une école à Alger . assassiné devant ses élèves par deux tueurs de l'O.A.S. . 27-1. - Vingt mille Parisiens rendent un c1ernier hommage à Roger Boissier, assassiné par l'O.A.S. • Manifestation antifasciste à BeauYBis. • A Athènes, des racistes tentent i'incendier le " Club Juif !t. 28-1. - En Algérie l'O.A.S. tue 10 personnes, dont une enfant de 8 ans. • On apprend que les quatre détenus algériens enlevés le 13 janvier par 1'0. A.S. à la prison d'Oran ont été brûlés flfs. • Manifestation antifasciste à Pu· teaux, Lannemezan, Hennebont, Epinal, Montceau-les-Mines, Le Creusot. • Attentats O.A.S. à Nancy, Orléans, Nice, Annecy, Toulouse. 2S-1. - Georges Bidault fait l'éloge de Salan à la télévision allemande. 31-1. - Dix-huit personnes ont péri, estime- t-on, dans l'explosion d'une villa d'Alger, siège d'une brigade anti-O.A.S. • Arrestation du chef plastiqueur Philippe Castille, à Paris. 31.1. ~ Arre5tation du chef plastiqueur Marcel Bouyer, ex-député poujadiste. • L'avocate parisienne Mireille Glaymann enlevée par l'O.A.S. près d'Alger. 1.11. - Un tunnel secret avait été creusé à partir du secteur français de Berlin pour pénétrer en R.D.A. révèlent les autorités de l'Allemagne orientale. 2-11. - Un lieutenant activiste s'évade de la Santé, où les ultras organisç.nt des manifestations. 4-11. - M' Mireille Glaymann réussit à échapp:l', saine et sauve, à ses ravisseurs. • En 24 heures, 18 morts et 20 blessés à Oran. 6-11. - En dépit des mesures spectaculaires annoncées par le gouvernement, attentats au plastic à Paris, Lyon, Strasbourg, Montpellier. • Imposantes manifestatio!!s univer· sitaires pour la défense des libertés. "·11. - Dix attentats au plastic, en plein jour, à Paris. Six blessés dont l'écrivain V. Pozner, et la petite Delphine Renard, âgée de 4 ans. 8-11. - Soixante mille Parisiens manifestent contre l'O.A.S. autour de la pla· ce de la Bastille. Huit antifascistes tom· bent, victimes des violences policières. Dans le même temps, 12 plastiquages ont lieu à Paris. • Manifestations antifascistes à Lille, LOiient, Clermont-Ferrand, Marseil· le, Montpellier. g.:U. - Deux millions de travailleurs pa· risiens font une grève d'une heure pour , protester contre les violences policières. 10-11. - Quatre membres du G.P.R.A. arrivent en Suisse, où ils rencontreront des représentants du gouvernement français. ' , 11.11. -- En 24 heures, 28 morts et 36 bles5és à Oran. 12-11. - Manifestations antifascistes à Pa· ris, autour de la ploce de la République, à l'appel des pal"tls socialiste, communiste, radical et de diverses autres organisations. 13·11. - Un million de Parisiens font des obsèques grandiosfls aux martyrs du 8 février. Grève générale d'une demi-journée dans toute la France. AttERIE • Le GPRA et les Européens A l'heure où nous mettons sous presse, nous ignorons quel sera le résultat des pourparlers en cours entre les représentants du gouvernement français et du G. P.R.A. Ce qu'on sait en tout cas, c'est que le problème qui donne lieu aux négociation, s les plus ardues est celui du statut futur de la minorité européenne. En effet, il s'agit d'un prOblème beaucoup plus économique que politique : l'insurrection al· gérienne a pour but de mettre fin au régime colonial, et aux inégalités qui en résultaient. Le G.P.R.A. a toujourS affirmé son désir de garantir cc les intérêts légitimes de la France et des Européens d'Algérie Il, com· me il le rappelait dans son communiqué du 10 janvier, en même temps qu'il demandait toutes les garimties sur cc l'application sincère et loyale du droit du peuple algé· rien à l'autodétermination et à l'indépen· (lance Il. Rappelons que dans son cc Appel aux Eu· ropéens d'Algérie », le 17 février 1960, M. Ferhat Abbas, alors président du G.P.R.A., déclarait : cc Dans la RépUblique algérienne que ' nous édifierons ensemble, il y ·aura de la place_-POur tous, du travail pour tous. L'Al· gérie nouvelle ne connaîtra ni barrière ra· CUlle, ni haine religieuse, Elle respectera toutes les valeurs, tous les intérêts légiti- 1nes. » Son successeur, M. Ben Khedda, précisait en octobre 1961 : cc Pour nous, l 'indépendance n'est pas la négation du problème posé par les Français d'Algérie, mais bien le point de départ d'une ère nouvelle où, tout en cessant d'être des super-citoyens d'une époque révolue, ils auront une place conforme à leur rôle. à leur diqnité d'hommes, et à lcm ~ intérêts bien compris. » o~ relève enfin dans une récente interview de M. Saad Dahlab, ministre des Af· faires Etrangères du G.P.R.A., cette affirmation

c. Nous sommes peut-être les seuls parmi les colonisés qui voient la possibilité de vivre avec leurs anciens colonisateurs ; ce que nous leur demandons, c'est de ne plU3 se considérer comme des super-ci· toyens. Nous sommes décidés à leur accorder tous les droits qui leur permettront de s'épanouir en Algérie, même s'ils ne veulent pas être Algériens. » Mais il est évident que le climat créé par la guerre et par les menées de l'O.A.S. rend chaque jour plus .difficile l'application de tels principes au niveau des individus. Plus tôt la paix sera établie, plus grandes seront les chances d'une coopération hu· maine, voire fraternelle entre Algériens d'origines diverses, o. A. S. • L/internationale , . neo-nazle L'O.A.S., montrions-nous dans notre dernier numéro, apparaît cladrement comme la branche « française» de l'internationale néo·nazie. Plusieurs faits intéressants, d'inégale importance, mais tous s1- gnificatifs, sont venus illustrer, ces dernières semaines, les liaisons internationales de l'organisation de Salan. En voiCi la bréve (et incomplète) chronique: • Confirmant les informations parues dans « Europe Nation », « Le Monde» du 30 janvier souligne que les « militaires » groupés autour de Salan ont harmonisé leurs vues avec le groupe d'Ortiz, qui se trouve en Espalgne. Or, c'est ce dernier qUi entretient les relat.ions les plus nombreuses avec l'internàtionale nazie. • Le ministre belge de l'Intérieur a confirmé l'existence de liens étroits entre l'O.A.S. et le M.A.C. (Mouvement d'Action Civique), organisation des ultras de Belgique. Il a annoncé des « mesures administratives » visant à limiter leurs act1- vités. • Il est étrange que, pour faire l'éloge radiophonique de Salan, « homme sage, prudent et courageux », Georges Bidault se soit vu offrir les antennes de la télévision officielle de la RépUblique Fédérale Allemande. De même, Radio-Cologne a donné pendant 25 minutes une interview du capitaine Sergent, chef du réseau métropolitain de l'O.A.S. • Des pancartes portant en grosses lettres les inscriptions : « Vive Pétann, vive l'O.A.S. » ont été accrochées, au début de février sur les portes de la chancellerie et de l'ambassade de France et sur celles de deux immeubles occupés par des missions officielles françaises, à Washington. • Les méthodes de l'O.A.S. sont d'aUUn peu de pudeur! DEPORTATION, régime concentrationnaire, courrier des BastUies : c'est par cus mots falsifiés que (c Rivarol , « Aspects de la France » et autres concessionnaires cherchent à nous attendrir sur la prétendue rigueur dont on fait preuve envers les (quelques) activistes soumis à l'internement administratif. En réalité, la bienveillance et les complicités inouïes dont bénéficient ces individus sont notoires : visites à gogo, liberté totale de mouvement, télévision et cinéma, évasions spectaculaires, et tout récemment encore, mariage au camp de l'Ardoise du « centurion déporté » Jean-René Souètre, capitaine parachutiste, sanctionné tout de suite après la cérémonie par une promotion au grade de commandant. Voilà qui illustre bien le martyre enduré par ces gentlemen de l'O .A.S., dont on connait pourtant la délicatesse et l'attachement indéfectible à la civilisaion occidentale. Nos amis, nos pères qui portent inscrit sur leur bras, le matricule bleu, pourront comparer les tra1tements. EnCore une fois. messieurs de « RiV8lf'ol )1 (et tous autres) un peu de pudeur ! N'oubliez pas qu'il existe une différence fondamentale entre les vrais concentrat ionnaires de la dernière guerre et vos fascistes : la culpabilité. Votre apitoiement est à sens unique. Sans parler de votre sympathie, 51 souvent affichée, pour les bourreaux hitlériens, avez.vous seulement écrit une ligne en faveur des Algériens victimes eux, de vrais sévices ? De même, MM. Lejeune et Lacoste qui, avec leur « Comité de la gauche pour le maintien de l'Algérie dans la République française» (nuance !) nous font part de leur « émotion » à la vue de « l;univers concentrationnaire d'ores et déjà reconstitué sur notre sol », n'ont guère manifesté leur « angoisse » devant les cc regroupements l) et les tortures infligés aux musulmans. De tous · temps, que ce soit sous la Révolution françaçise ou au lendemain de la Libération, il s'est trouvé de bonnes âmes pour- verser des larmes sur les criminels, à l'heure du juste châtiment. Dans le cas présent, nous serons d'autant moins dupes de cette cc humanité » à retardement que les tueurs de l'O.A.S., leurs complices, leurs inspirateurs demeurent pratiquement impunis, tandis que chaque jour s'allonge la liste de leurs victimes innocentes. leurs reprises, aux Etats-Un1s par l'organisartion fasciste {( John Birch Society». Elle s'est livrée ces derniers temps à plusieurs attentats au plastic. • Un journal autrichien à révélé que les néo-nazis qui se livrent à. des attentats au plastic dans le SUd-Tyrol, sont entrainés à Anvers, dans un centre commun de l'O.A.S. et au M.A.C. Les instructeurs seraient d 'ex-officiers belges revenus du Congo. . • On apprend que le colonel ChâteauJoubert, qui avai1t brusquement· disparu, a gagné l'Algérie en passant par l'Espa· gne franquiste. Il a emprunté une fllière organisée par {( le représentant de Salan à Sain Sebastian ». • Le journal fasciste « Aspects de la France » annonce la création à LisbOnne d'un poste émetteur qui, sous le titre (l La Voix de l'Occident» donne chaque soir des émissions à l'intention des auditeurs français. Etec .. .. etc ... • Récidivistes Les pouvoirs publics ont fait grand bruit sur les mesures anti-O.A.S. prises dans la capitale et dans l'ensemble du pays : « quadrillage », perquisitions, arrestations. Pourtant, depuis que ces mesures sont prises les plastiquages n'ont pas diminué, bien au contraire, ni à Paris ni ailleurs. De plus, il faut constater que les personnes arrêtées ont toutes été déjà entre les mains de la police. Elles ont été soit acquittées au cours des procès consécutifs aux putscbes, soit libérées après avait purgé une brève peine de prison, soit placées - - comme Castille - dans des conditions qui ont permis leur évasion. On annonce d'autre part la libération de quelques-uns des jeunes plastiqueurs a rrêtés à grand fracas; et les premiers procès des criminels de l'O.A.S. n'ont pas témoigné de la rigueur souhaitable à leur égard. Pour que cesse cette situation, il faudrait

• Prendre des mesures partjculière~ ment sévères et rapides contre les plastiqueurs et autres criminels arrêtés ; • Mettre hors d'état de nuire tous ceux qui prononcent des discours ou publient des écrits en faveur ç1e I:O.A.S. de ses chers ou de son idéologie. • Epurer sans défaillance la police, l'armée et les grands corps de l'Etat des éléments favorable~ à l'O.A.S. ou faisant preuve de mollesse à sQn égard. C'est pour imposer de telles mesures que luttent tous . les antifascistes. POSITIONS • Pour les parents Un de nos amis nous signale un a r ticle paru récemment dans la revue « Pour vous Madame », sous le titre : « Ce Que les parents devraient expliquer à leurs enfants ». S'inspirant d'une brochure pédagogique de l'U.N.E.S.C.O., parue en langue anglaise et actuellement adaptée en fran ~ ~ai s, cet article donne des conseils judi- Oncle TOM cieux sur la fa~ol1 d'éduquer les enfants dans un esprit antiraciste. En termes simples, il s'emploie tout spécialement à détruire un certain nombre de mythes concernant le sang, les races « aryenne », « juive » et « arabe », la classification des groupes humains, les différences entre peuples, etc,., JI conclut : « C{!lUX qui ont des préjugés sont qe- . néralement convaincus qu'ils ne risquent nullement d'en Mre un jour à leu.r tour victimes. Et pourtant, auwn groupe n'est à l'abri des préju.qés! » Nous souhaitons que beaucoup de revues s'associent à de semblables efforts de clarification, car la famille a un rôle primordial à jouer dans l'action antir!l~ ciste. ANTISEMITISME • Juste châtiment C'est une petite affaire comme il y en a souvent : querelle entre voisins. Mais dans ce cas, l'antisémitisme s'en mêle, et 'c'est même l'origine de la querelle . Cela aussi, hélas, a rrive trop fréquemment. La dame Arrighi éprouvait régulièrement le besoin d'insulter ses voisins, M,. et Mme !van oH. « Sales juifs ! youpins! métèques! sales moujiks ! », telles éta ient les injures qu'elle leur l a n~a it à chaque r encontre. Le 26 mars I96I, elle alla même jusqu'à les attaquer chez eux. Mme l vanoff eut plusieurs blessures au visage, qu'elle fit dûment constater par un médecin. Ses lunettes et celles de son mari furent brisées. Après audition de trois témoins et plaidoirie de notre ami M' Armand Dymenstajn, la dame Arrighi est condamnée, par le juge de paix du 19" arrondissement, à 400 NF, de dommages et intérêts, ainsi qu'aux dépens. ' : DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des JeÙDeurs - Paris (2) Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post. : 6070-98 Par1s Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière , bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le nwnéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : ISO FB. u. S. A. • Le programme du parti nazi Lt chef du parti nazi américain George Lmcoln Rockwell a déclaré à l'agence de presse « United Press Ir.ternational )} : Il Nous sommes pour que les traîtres soient envoyés dans les chambres à gaz. 80 % environ des juifs adultes sont des communistes ou des sionistes, ce qui signifie qu'ils sont des traîtres. Nous les anéantirons. Il n a ajouté en ce qui concerne les Noirs: " Nous créerons un pays industriel en Afrique où nous les expédierons. Ceux qui désireront rester aux U.S.A. se plieront aux lois de ségrégation. li Ainsi un dirigeant nazi peut impunément faire d'aussi effarantes déclarations sans qU'alucune mesure ne soit prise par la justice américaine, alors que les ant!racistèS, qui luttent contre la ségrégation, .sont fréquemment jetés en prison pour avoir défendu les principes de fraternité et. de d'émocratie. Le même George Rockwell a précisé que son parti avait ouvert plus de 50 bureaux dfms les grandes villes américaines telles que Los Angelès, Chicago, New York ... On apprend, enfin, qu'il a demandé l'autorisation de tenir le 20 avril, une réunion publique à l'occàsion de l'anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler. M. Moris, commissaire pour les parcs de New-York décidera s'il convient qu'une telle réunion soit tenue, o. N. U. • La France seule Par 99 voix contre 2 (Espagne, Afri que du Sud) et l abstention (France) l'Assemblée générale des Nations Unies a demandé au Portugal de « n1;l!ttre immédiatemet! t fin aux mesnres d.e ré pression contre le peuple angolais» et « d'elltreprendre sans pl,tS attendre de vastes réformes et mesnr,cs politiques, économiques et sociales ... dans le but de transférer le pouvoir à la population ». La résolution adoptée invite « les Etats membres de l'O.N.V. à refuser au Portugal tout applû qu'il p014rrait emplo~ r à des fins de répression contre le peuple congolais ». Nous ne pouvons que regretter l'abstention de la France en présence d'un texte accepté par la quasi-unanimité des Etats membres de l'O.N.U. D'autant plus que cette abstention ne peut qu'avoir l'approbation de pays CQmme le Portugal, qui n'a pas pris part au vote, l'Espagne franquiste et l'~tat raciste d'Afri que du Sud, qui ont voté négativement. Prôner la décolonisation et l'autodétermination des peuples membres de la Communauté française et, d'autre part. refuser d'apporter son appui à une résolution tendant à faciliter la décolonisation et l'indépendance de l'Angola, ne semble guère témoigner d'une bonne logique. On souhaiterait une attitude plus positive, conforme à la fois à l'esprit de la Charte de l'O.N.U. et aux meilleures traditions françaises. A cela, il faut ajouter que la France n'a pas jugé utile de poser sa candidature au Comité cie décolonisation dési gné par le président de l'Assemblée générale. Le comité a pour but de suivre l'application de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux peuples coloniaux. y figurent entre autres, l'Angleterre, les Etats-Unis. l'U.R.S.S., 1'1n.cle, Madagascar, etc ... HIER et AUJOURD'HUI • Géographie munichoise Un atlas édité à Munich par le « Harbeke Verla.q » en septembre I()6r donne les caractéristique dénw.qraphiQ1tes suivantes sur la France : « -4.~.800.000 habitants français ; mais en Alsace J .500.000 Allemands, en Bretagne 1.200.000 Bretons, dans les Pyrénées 100.000 Basques », etc., etc ... On ne pC1M s'empêcher de se souvenir qu'en 1940, ces « I..'ioo.Ooo AUemands » furent rattachés an Ilr Reich par l'anlleXiotl de l'Alsace, que les occ14pants souhaitaient ardemment que les r .200.000 Bretons devinssent « autonomes », la France étOt1l réduùc à l'lle-de-France, à la rigueur. . , Les services c·ulturels du Quat d Orsay ne pourraient-ils intervenir auprès de Bonn pour que les .'i.'iI.208 km. et ses 45.800.000 habitants soient considérés càl11l11e Français? ., Journal d'outre tombe Le journal d'un détenu d'Auschwitz, écrit en yiddisch et en hébreu, a été découvert récemment sur l'emplacement du comp. Il était enfoui sous des cendres humaines, à proximité de l'un des fours crématoires. Ce document de 354 pages est actuellement étudié par l'Institut d'Histoire juive de Varsovie. L'auteur avait été amené du ghetto de Lodz, dont il décrit la vie terrible. Il donne aussi une description hallucinante des conditions existant dans le camp d'Auschwitz. • Les mémoires d'Eichmann Hitler est mort trop vite, trop tôt. Cette réflexion al dU hanter l'esprit de certains éditeuts dont l'objectif est de vendre du sensationnel. Peu importe la provenance ! Rendez-vous compte, les mémoires d'Hit- 1er! Quelle pâture ! Mais ces mémoires n'ont pu être rédigées ; une importante affaire commerciale a été r éduite en cendre. Heureusement pour eux, vivent encore les acolytes du dictateur. L'un deux, Eichmann, a bénéficié d'une si long repos pendant un si long procès qu'il peut ainsi rédiger à loisir ses mémoires, et offrir ainsi le best-seller des prochaines années à son avocalt, M. servatius, qui compte ainsi être dédommagé des frais du procès et à l'occasion en tirer un solide bénéfice. On dit même que l'avocat allemand souhaiterait que l'ouvrage paraisse en Israël en première mondia'le. Peut-on penser que des hommes, des femmes, des jeunes gens, rescapés ou descendants des suppliciés des camps de la mort puissent se délecter à la lecture de tels crimes, et tolérer que l'assassin aux six millions de victimes puisse tenter ainsi de se justifier ? • L'espoir des collabos Les obsèques de la veuve de Philippe Pétain ont été, pour les vichystes l'occasion d'une rencontre nostalgique et ... d'une manifestation en faveur de l'O.A.S., qui porte aujourd'hui leurs espoirs. En l'église Saint- Pierre-du-Gros-Caillou. se sont retrouvés : Xavier Vallot, ex-commissaire aux questions juives ; les anciens ministres Scapini et Borotra ; l'avocat de Pétain, Isorni ; Lochai, ancien président de la Légion ; l'ancien chef des .. chemises vertes ", Dorgères ; les amiraux Decoux et Auphand, le général Weygand, et... le maréchal Juin. A la sortie de la messe, celui-ci fut salué aux cris de .. Vive le Maréchal ! ", « Maréchal, sauvez-nous ! .. et aussi : .. O.A.S. au pouvoir ! ». On n'en attendait pas moins. . \ - .. . . . VOUS DITES ? "DROIT ET LISERTE" ré~ond • aux mensollges racistes . '. En feuilletant les dictionnaires l'extermination physique des dits financiers, leurs gosses compris! l ORSQU'ON se heurte à une hésitation sur le sens d'un mot, on a recours, en France, au « juge de paix », c'est-à-dire le dictionnaire élémentaire le plus usuel: le Petit Larousse illustré (mon édition est celle de 1952). Si l'on est bien équipé, on possède aussi le « QuilletFlammarion » (1956). Si l'on veut raffiner, on peut toujours demander ses réponses au très respectable cc Littré », malgré ses cent ans d'âge (j'ai la nouvelle édition de Jean-Jacques Pauvert). ne manque pas de rappeler « N. m. Fig. Usurier ». C'est trop ou pas assez. Passons. 3) Enfin, cette définition suppose que les juifs en tant que tels exercent une influence déterminée, ce qui est une conception purement antisémite sur laquelle nous nous sommes expliqués maintes fois. ces deux mots la même différence qu'entre avoué et procureur. C'est la même signification

mais juif et procureur

pouvant se prendre en mauvaise part, on s'est nom· mé israélite et avoué ». TI nous a paru intéressant de revenir sur les mots: juifs, israélite, antisémite, SiOIÙSte, israélien, hébreu, etc ... sur lesquels, sans aucune prétention à la définition de dictionnaire, nous avons tenté, dans deux précédents IIII'ticles, des ' variations d'éclaircissement qui sont loin d'avoir épuiSé la matière de nos réflexions (1).

La maison Larousse n'a pas bonne presse parmi nos am:s, en raison d'une grossière erreur d'inspiration antisémite à ,propos du nom de Léon Blum, et voilà qu'elle publ1e une Encyclopédie du sport, établie sous la direction d'un ancien collalbo qui hurla à la ,hail}e contre les juifs, sous l'occupation. ' Le « Petit Larousse illustré », à l'article « Juif », après les nécessités d'usage, D'autre part, il tranche - à mon avis à juste titre - un désaccord apparemment minime entre nous: Juifs, avec une majuscule, désigne l'appartenance à l'origine juive historiquement parlant ; s'11 s'agit de « celui qul professe la religion judaïque », le mot s'écrit avec une minuscule, ' comme pour un chrétien, un musulman, etc... d'un côté, un Arabe, un Ecossais, un Arménien, de l'autre. C'est logique. La nuance est d'importance

elle concerne finalement

le fond des chose!. Mais voici le scandale : « Antisémitisme : doctrine de ceux qui sont opposés à l'influence des juifs )1 .(2) 1) Selon la définition du Larousse lui-même, il aurait fallu orthographier « Juifs Il, avec une majuscule, car l'appartenance r eligieuse, pour les antisémites, reste , secondaire pM' rapport à l'origine , ethnique et historique, dont la r eligion est loin d'être l'ex~ pression suffisante. 2) Mais dire ,que l'antisémitisme est seulement opposé à « l'influence» des Juifs constitue une honteuse falsification, une minimisation complaisante. Voyons: je suis opposé, par exemple, à « l'influence » des groupes financiers sur les maisons d'éditions, mais sans conclure à Le Quillet-Flammarion consacre une assez longue notice à l'Histoire des Juifs, rappelant ce que furent les pogroms en Europe orientale et soulignant nettement que « dans l'Allemagne hitlérienne, une doctrine officielle tcnd à l'extermination de la race juive II. Cette mention est très importante, cM' de tels manuels sont appelés à être ut1l1sés surtout par des jeunes, et les « oublis » d'un dictionnaire peuvent participer à cette campagne de l'oubli à l'égard des pires crimes racistes que certains ont Intérêt à entretenir.

Quant au Littré, il ignore, bien entendu, antisémitisme, pogrom" sioniste, etc... En revanche ses définitions des mots ' juif et israélite, sont comme toujours avec Littré, assez littéraires, et il les accompagne de maintes citations puisées dans les meilleurs auteurs classiques. Un ,détail intéressant à retenir. Littré tente d'expliquer la nuance de sens entre israélite et juif; il écrit: « il y a entre L'acception des deux termes a évolué depuis cette époque et ni les juifs, ni les honnêtes gens ne se sentent gênés d'employer le mot juif ; ce sont plutôt ceux qui emploient israélite « pour faire bien » qui prennent le terme « en mauvaise part ». L'usage semble de plus en pilis réserver le mot israélite pour désigner les juifs en tant qu'adeptes de la religion judaïque. Un juif, les juifs, les populations juives restent les expressions les plus générales sans addition religieuse ou idéologique. Roger MARIA. (I) Voir « Droit et Liberté» de décembre 1961 et de janvier 1962. (2) Cette définition a été corrigée de façon satisfaisante dans les toutes dernières éditions, après les protestations qui se sont élevées l'an dernier. La voici: « Antisémitisme

doctrine ou attitude

de ceux qui sont hostiles aux Juifs et tendent à faire prendre contre eux des mesures d'exception ». Ma1s d'autres définitions du « Petit Larousse » restent fort contestables... Et tout le monde ne dispose pas de l'édition de 1961. 3 ------ . " ~ ,', '. ,t DES FAITS .qui donnent A PENSER ... • LE PROJET DE LOI ANTIRACISTE déposé il y a plusïeurs années déjà par M. Fenner Brockway au Parlement britannique a été une nouvelle fois écarté de l'ordre du jour, le 2~ janvier, à la dema"de du gouvernement. • LE CONGRES DU « MOUV!MENT POUJADE ., qui devait avoi,. lieu les 18 et 19 février, • Montauban, a été ajourné à la 'suite des protestations vigoure.ses des organisation, républ'icalnes qui demandaie",~ son interdiction. • CONDAMNATION de Ja maison Larousse, pour avoïr ,.epris dans le fC Petit Larousse 1960 ,. Ja calomnie selon laquelle LéoII Blum n'était pas d'origine française, et .. serait appelé en réalité Karfunkelstein. • DANS LE BUDGET 1962 de la République Fédérale Allemande, le poste le plus important est celui des dépenses militaires: 16,5 milliards de marks. Ce pos_ te est en augmentat'ion de 4 milliards de marks (198 milliards d'anc'iens francs) sur celui cie l'on dernier . • COMMENT EMPECHER les enfa_ blancs et noirs de jouer ensemble ? dema.de le Dr Martson .. directeur de l'hôpital universitaïye de Jackson (U.S.A.). Il se désole

lorsque les pe-Hts malades vont mieux,

ils se ,.encontrent en dehors de leur cham- . bre, en dépit de la ségTégation. • BILAN DE JANVIER (oHic:iel) : SSO morts en AlgéTie, dont 335 musulmans. 990 blessés dont 608 musulmans. • LA MAMAN DE LA PETITE DELPHINE FENARD, grièvement blessée par l'O.A.s. accuse : quelques jours avant l'attentat elle avait demandé au commissaire de po_ lice de faire garder le côté de sa maisan (où habite M. Malraux) où précisément _ !.~ bombe a été placée • • « LES ANGES, DES IMAGES SAINTES! sont toujours des, blancs, tandis que le diable est présenté comme un noir avec des cornes et une queue ", a constaté M. Jamo ,Kenyatta, leader national africaïn au 'Kenyo . • « J'AI QUITTE L'ECOLE A HUIT ANS, et par la voie la plus d'Irecte - par la '1enêtre », explique dans ses Mémoires, qui viennent de paraître aux U.S.A., le célèbre Harpo, l'un des Marx Brothers. Il explique aialSi les persécutions don'~ il était l'objet: « J'étais petit pour mon âge. J'avais une petite voix de tête. J'étais le seul juif de la classe ... • JOUET EN VOGUE EN ALGERIE

un petit soldat mécanique

rythmant avec des cymbales et un tambour le slogan .. AI-gérie- frCUl-çaise ». Il est fabriqué en République Fédérale Allemande. • « LE GOUVERNEMENT IIENNEDY n'. remporté que peu de succès dan. sa lutte contre les discriminations racistes dont les diploma'~es africains et asiatiques sont l'objet aux Etats-Unis », a ,.évélé le Département d'Etat. • Le KU 'KLUX KLAN a auvert une .. succursale »en Grèce. Plusieurs per$onnes d'Athènes ont reçu des wacts édités par lui, e-t appelant à « la lutte pour Jo race blanche, contre l'organisation hébreue qui, en coopération avec le communisme et le capitalisme, s'emploie à établir s. domination sur le monde •• • « APRES TOUT, « TRAVAIL, FAMILlE, PATRIE ", ce n'é-~ait pas mal non plus., écrit dans « Carrefour " Georges Ifidault qui fut - il y a longtemps - président du Conseil National de la Résistance. (Cette formule est celle qui remplaçait, soui Pétain, la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ».) • DES CROIX GAMMEES ont été barbouillées, au milieu de janvier, sur les murs de Caro.., vaggio, ville d'ltaHe du , ~O,d~ La police les a effacées • 1 f 1 i i~ 1 l 1 .t f i ~ 1 Il il , 1 1 1 4 Après ses diatribes antisémites "quand j'entends Poujade fa il (i mpunément) parler de justice• •. " l'éloge de Salan l E 2~ janvier dernier l'on pouvait lIre dans la presse qu'à l'escale de Marseille, la police avait interdit à notre ami Me Manville de poursuivre son voyage vers Bangui, capitale de la République Centre-africaine, où il devait assister deux anciens ministres dont Abel Goumba, leader du parti de' l'opposition. Quant aux victimes de l'O.A.S., iortes de la ympathie et de la solidarité populail-es, elles affirment -toutes leur détermination de continuer leur mission . Le M.R.A.P., pour sa part, les assure de son soutien le plus actif, et félicite le Club Amitié pour son heureuse initiative d'assurer la protection de Me Manville qui a été l'objet, devant son domicile. d'une chaleureuse manifestation de solidarité. POUJADE, dans sa feuille « Fraternité Française » s'est livré deux fois en quelques mois à de violentes diatribes antisémites qui lui ont valu les poursuites du M.R.A.P. (1). Il Y a plus. Il peut se livrer à l'apologie de Salan et de l'O.A.S., lancer des ap. pels à la subversion fasciste, reconnaî. tre qu'il organise des troupes fascistes - cela dans la plus totale impunité. Et c'est l'hebdomadaire cc Le Nouveau Candide », dont les attaches avec certains milieux gouvernementaux sont notoires, qui lui offre ses colonnes pour diffuser sa propagande et ses mots d'ordre ! Dans l'interview publiée le 8 février, le journaliste Gilles Perrault, qui a rencontré Poujade, rapporte qu'il lui a de· mandé: - L'O.A.S., vous êtes pour ou contre ? A quoi Poujade, prudent, répond tout d'abord: - cc Je ne crois pas que la question soit à poser Il Une nouvelle plainte du M. R. A. P. La plainte déposée par M.R.A.P. à la suite de l'article raciste publié le 16 juin 1961, dans « Fraternité Française », sous la signature de poujode, a incité ce dernier à' 7écidiver, et à aggraver son cas. L'article paru le 22 décembre, et que nous avons commenté dans notre dernier numéro, non seulement dévelappe les th.èmes du précédent mais constitue une diffamatIon caractérhée envers le M.R.A.P., qu'il accuse d'être un « provocateur » excitant à la haine raciale, de « dépasser la meSU7e » et de servir « une bande de vampires de hau'~ vol ». En conséquence, notre Mouvement o adressé une seconde plainte au Procureur de la République, et s'est constitué partie ciVIle. - Pourquoi ? demande le journaliste. Et le dialogue se poursuit ainsi : Poujade : -« Questionnez-moi sur des choses précises. L'O.A.S., c'est pas précis. Les Bouyer, les Castille, les Berthommier, je les connais bien " tout ça, c'est de la graine de ravagé ! - « L'O.A.S. - Algérie? - cc Ah ! c'est autre chose ... - « Vous êtes « Algérie française » ? - « Je l'ai toujours été. - « Donc vous marchez avec l'O.A.S. ? (1) Voir le dernier numéro de « Droit et Liberté ». - « Nous luttons pour le même but. » Et, plus loin, voici, ouvertement, l'éloge du condamné à mort Raoul Salan, dirigeant d'une organisation déclarée criminelle par les plus hautes autorités de l'Etat : - « Le général Salan, est-ce qu'il nous a demandé de mettre le paquet ? Est-ce qu'il a dit " « J'ordonne à tous les Français de foncer» ? Non, il ne l'a pas fait, Salan . C'est un homme sérieux et prudent ( .. .) Il pourrit la situation. Et pas besoin de s'en faire ,' il manque d'argent? Hop! il leur pique leur pognon ! Il manque d'armes ? Hop ! il se sert dans les rateliers ! C'est un champion» ( ... J - En somme, demande ensuite le journaliste, vous avez ouvert en France un second front ? A quoi Poujade répond : - cc ... Vous pouvez être sûr que le général Salan juge mon boulot plus utile que les pétards de Bouyer ( ... J Si Salan me dit " cc Il faut déclencher le cirque », je ne resterai pas le cul entre deux chaises. Avec les dix mille hommes de mon service d'ordre, j'ai de quoi foutre la baraque en l'air. J'aime au,tant vous dire que ça sera plus sérieux que les plaisanteries des Bouyer et compagnie ... » En somme, tout en reconnaissant sa complicité avec Salan et en minimisant la gravité des plastiquages, Poujade reproche aux plastiqueurs qui se réclament ' de lui, tels Bouyer et Berthommier, de n'avoir pas joué dans le complot fasciste le rôle imparti au poujadisme. De même, dans « Fraternité Française » du 9 février, Alex Rozières, tout en se refusant à « accabler des égarés dont le courage (car il en faut) n'a pu survivre aux traquenards d'un système machiavélique », estime qu'ils se sont livrés à une « agitation tumultueuse et vide ». On chercherait en vain, dans les propos et les écrits de Pqujade, une condamnation sans équivoque des méthodes de l'O.A.S., puisqu'il va jusqu'à approuver les hold up et les vols d'armes. Il faut bien que ces armes, et cet argent (qui paie les tueurs) servent à quelque chose ! Mais lui, se réserve un rôle différent. cc Quand Salan aura pris le pouvoir, déclare- t-il, il faudra qu'il gouverne. Ce pays ne marchera que quand il sera encadré syndicalement. Je suis pour le syndicalisme obligatoire. » Et il pose sa candidature pour « encadrer » le pays avec ses milices fascistes, selon des méthodes bien connues. Il évoque une conversation qu'il a eue en septembre 1957 avec le général de Gaulle, qui lui a dit : cc Au revoir, Poujade. Si j'ai des responsabilités à prendre, je serai heureux de travailler avec vous ». Et il espère bien entrer dans le ministère que Salan formera s'il parvient à ses fins : - cc J'entre au ministère avec cent mille adhérents. J'en ressort avec un million. Autant dire que je n'en ressors pas !... » Tels sont les plans de Poujade, antisémite, raciste et fasciste, qui rêve de prendre le pOUVOir avec l'aide de l'O.A.S. Nous sommes avertis. MalS de tels aveux, de tels appels ne devraient-ils pas entraîner immédiatement des mesures contre celui qui les profère ? Qu'attend-on, en haut lieu, pour sévir ? Notre ami n'a même pas eu l'autorisation de reprendre le prochain avion pour Paris ... Mme de Gaulle et un ministre se trouvant à bord ... Curieux hasard, le- lendemain, Me ManviIIe recevait de l'O.A.S. un « avertissement », rédigé dans ce style d'une haute élévation d'esprit, qui reste l'apanage des fascistes : « Prenf!!z garde, le châtiment est là « l'O.A.S. frappe qUI: elle veu.t « où elle veut ' « quand elle veut. « comme elle veut... » Ces menaces font suite à nombre d'aubres «avertissements» de ce genre adressés à Maitres Lederman (déjà victime de deux attentats), André Blumel et · Pierre St'ibbe entre autres, dont l'activité proiessionnelle ou les prises de position ne sont pas du goût de l'O.A.S. Les émules des nazis s'inspirent, en la transposant, dans le domaine de la justice de la tristement célèbre formule de Goebbels : « Quand j'entends parler de culture, je sors mon "revolver. » Le revolver n'étant plus assez efficace, l'O.A.S. se sert du plastic ou de la mitraillette, Quand ce ne sont pas d'autres moyens contestables. La conception O.A.S. de la justice est pour le moins simple et expéditive : le rapt de notre amie Me Mireille Glayman, qui a échaupé de justesse à l'assassinat, et la mort atroce de quatre détenus musulmans, enlevés d'une prison oranaise et brillés vifs en sont les illustrations les plus récentes. Cependant les méthodes hitlériennes de l'O.A.S.. destinées à intimider les victimes désign~es et à frapper de terreur l'opinion publique, sont loin d'avoir l'effet es·compté. Les prises de position communes lors des récents événements, des partis ' politiques et syndicats, la participation de plus en plus large et unie de la population à la lutte contre la menace fasciste. le confirment. A DI.JON G. S. Un militant du M.R.A.P . de Toulouse menacé par l'O. A. 5,. Un jeune militant du M.R.A.P., étudiant en sciences, à Toulouse, a reçu la lettre suivante, portant l'en-tête « O. A.S. - Métropole _ Section Toulouse ~ : « M onsie-I~r, « Depuis déjà pas mal de temps, nous vous avons rePéré pour vos activités anti-O.A.S., en particulier lors des dernières manifestations organisées à Toulouse cont're notre organisation. Il va sans dire que cette activité fâcheuse ne peut que VOlts être nuisible. A partir de ce jour, tâchez de vous faire moins remarquer car nous VOlts tenons à l' oeil. à toute heure d(?l la journée, même à. là. Faculté. Songez à vos parents qui seraient si peinés d'apprendre qu'il vous est arrivé quelque ennui. « Soyez raisonnable et cessez donc tOl(te activité politiquf!!, sinon ... « A bon entendeur, salut ! » II va sans dire que notre ami n'est pas décidé à céder à ce chantage. Il a porté plainte au Procureur de la République. Et surtout, il continuera la lutte, soutenu par tous les antiracistes, tous les républicains, qui verront dans cette lettre une raison supplémentaire de pOUfsuivre activement le combat contre le fascisme. Condamnation des agresseurs racistes ... et du défenseur de leur victime C'est par une sorte de « jugement de Sa.lomon » que le Tribunal correctionnel de Dijon a conclu, le 30 janvier, l'affaire de racisme débattue le 16, et dont nous avons rendu compte dans notre dernier numéro_ cain Cissé CheIk, qui s'était interposé pOUT défendre ses camarades et avait repousse les attaques de Mass011, est condamné. pour sa part, à payer 500 NF de dommages et intérêts à ce dernier, ainsi qu'à un mots de prison avec sursis. En somme, le Tribunal a estimé que Les responsabilités étaient partagées : se refusant à considérer les mobiles, pourtant confirmés par plusieurs témoins, qui a111- maient Monnayeur et Masson, il a entendu réduire l'agression raciste à une banale bagarre entre étudiants. Nous poursuivons ci-dessous l'édifiante comparaison Commencée dans notre dernier numéro) entre ce que Poujade a écrit dans son ar~lcle du 22 décembre et ce que d'autTes ont dit au écrit naguère, au service de Hitler, Il serait aisé de poursuivre longtemp$ encore ce jeu instructif... L'agresseur raciste, Jacky Monna.yeur qui, voulant « se payer un noir », blessa à coups de couteau, l'étudiant Bal Abdoulaye ûst condamné à 4 mois de prison avec sursis et 1.000 NF d'amende ; de plus, 11 devra verser une provision de 500 NF à sa victime, en attendant qu'une expertise fixe le- montant exact des dommages et intérêts. Son complice Yvon Masson est condamné à un mois de prison avec sursis. Mais, assez étra.ngement, l'étudiant afri- Quant à la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire, qui s'était constituée partie civile, elle a été déclarée irrecevable . Ce que Poujade écrit ••• « On n'en voit pas beaucoup (des juifs) Bur nos champs de foire de province, nt sur les plaques de marbre de nos monuments aux morts ». « Ce sont ces gens-là qui sont les pires adversaires de leurs coreligionnaires moins fortunés ( ... j. St un jour se lève la vague d'antisémitsme que ces messieurs cherchent à provoquer, qui sera persécuté ? Encore le petit boutiquier du IX" ou du IV' ». « Où sont les racistes ? ( ... j. Eh bien, ce sont les provocateurs du Mouvement en question ! ( ... J. Ils ont voulu ce procès. Eh bien, ils l'auront 1 Et je vous jure qu'ils s'en mordront les doigts ! ». ... D'AUTRES L'ONT DÉJA DIT 1 • « Les juifs ont perdu parce qu'ils ne savent pas se bat tre et que les François sont de mauvais mercenaires» he Le Réveil du Peuple », 1 el' novembre 1940). « Ces morts ne sont pas nos morts » (Maurice Bardèc he au sujet des juifs dans son livre « Nuremberg au la terre promise » pour lequel il a été condamné). « Les ju ifs sont responsables de notre défaite :a (. Le Petit Parisien », septembre 1940). q' Les juifs qui arboraient à côté de leur étoile jaune diverses décorations militaires françaises (, .. ) étaient payés par des compères ... " «( Office Français d'Information JI, février 1943': ' 1 1 ~ ! " 'II 1. « Partout, la moin des juifs existe dans cette guerre, qui est un des derniers moyens qui leur restaient de conserver leur rang et leur rôle dans le mande :a (Goebbels, dans ft Dos Re'ich JI. 7 mai 1943). « L'antisémitisme le plus violent (est) la réactiori noturelle et vitale de légitime défense des peuples qui ne veulent pas être a sservis, minés, .civilis et brimés li «(. La Libre Parole ». 1 5 juin 1936). « Veillons à ce 'que,:deux ou trois israélites de marque, en relations directes avec certaines puissances financières internationales ( .. .l ne déclenchent 'pas une vague de réprobation dont leurs coréligionna.ires 'seraient victimes li (Colonel de La 'Rocque à une réunion Croix-de-Feu; mars 1936). leront » « Que chocun sache que nous ferons rentrer les juifs d ans leurs tanières. (. Le Réveil du Peuple JI, 15 novembre 1940i. « L'antisémitisme est né du racisme juif" ( La Comm unauté Nationale -, 15 avril 1942). « Ces maîtres juifs oublient de quelles indulgences il ont bénéficié ces derniers temps. Les justices endormies se réveil(( La Libre Parole ,., 15 avril 1936. 5 LES ENFANTS DE MORTON SOBEll • • /1 Notre père est innocent' ff LEUR MÈREI HÉLÈNE SOBELL est Il'indésirable Il Paris « J 'AVAIS 10 Cons qua nd mon père innocent a été mis en prison.. . » « Monsieur le Président, toute ma vie, je n'ai vu mon père, MOI'~on Sobell, qu 'en prison ' s' il vous plaît, la issez- le revenir à la maison, il est innocent. ), C'est ce que proclomoient Sidney et Mork Sobel!, devont la Maison Blanche, à Washington, au cours d'une récente manifestation. Sidney Sobell, l'aînée, a maintenant 22 ans ; san frère Mark a 12 ans. CI NQ CONVERSATIONS Condamné à 30 ans de prison en mème t/Omps que les époux Rosenberg étoient envoyés à la chaise électrique, Morton Sobell, leur père, n'a cessé, comme ses co-accusés, de s'affirmer innocent. Malgré les pressions, les menaces, les brimades - il a été envoyé plusieurs années au terrible bagne d'Alcatraz - il refuse de se déclarer coupable, et avec lui les Rosenberg. Pourtant, tout ce qui lui est reproché c' est d'avoir « eu cinq conversations avec Julius Rosenberg au cours d'une pétiode de deux ons et demi, à des intervalles de six mois ». Mais en 1951, dans le climat d'hystérie belliciste et de mac-carthysme qui régnait aux Etats-Unis, après les campagnes odieuses menées contre ces juifs progressistes, il fallait e' faire un exemple » qui intimidât, en les présentant comme des « espions » réels ou en puissance, taus les simples gens attachés à la paix, à le démocratie. C'est pour cela que les Rosenberg ont été exécutés, que Sabell a été ieté en prison, en dépit de l'immense mouvement de protestation qui s'était élevé dans le monde entier. « Ce procès est un sous-produit nécessaire de l'âge atomi,que », devait déclarer le procureur Irving Saypol . LE 14 FEVRIER AU BOURGET Mais le temps travaille contre l'injustice. Les Rosenberg sont morts, et des gens de coeur continuent la lutte aux EtatsUnis, de plus en plus nombreux, pour que leur procès absurde sait révisé. Quant à Morton Sobell, de toutés parts s'élèvent des voix en faveur de sa libération immédiate. Des savants, des ecc lésiastiques, des juristes éminents participent à cette campagne, animée courageusement par l'épause de l'empri sonné, Mme Morton SobelJ. LES HARKIS AGRESSEURS de la rue Fran,ois-Miron CONDAMNESI Pour qu'en Europe aussi an soit informé de ce drame, paur que cette Europe qui s'était dressée si spectaculairement en faveur des Rosenberg, réc lame elle aussi, la mise en liberté de leur compagnon, Mme Hélène Sabell a traversé, ces jours derniers, l'Alt lantique. Après Londres, Amsterdam, Bruxelles, avant R0me et Stockholm, elle devait venir pour cinq jours à Paris. Sous l'égide du Comité National pour la révision du procès Rosenberg, el le deva it prendre contact avec des personnalités et groupements divers, avec la presse. LA 14" Chambre du T ri buna l correctionnel de la Sei ne a rendu son jugement le 1l'J" fév rier 1962 dans l'affa ire des deux harkis a g resseurs du café « Chez Zizi », 11, rue Fra nçois-Miron. Toute le monde se souvient de cette scandaleuse agression survenue, un tranquille après-midi, le dimanche 17 juillet 1960, au cours de laquelle de paisibles consommateurs furent frappés à coups de crosse de révolver et Emile Dana grièvement blessé d'une balle dans le ventre. Tout le monde se souvient aussi du communiqué émanant de la Préfecture de Police qui avait affirmé que les deux supplétifs, auteurs de l'agression, « intervenaient à la snite de renseÎ.qnements qui leur avaient été donnés au slt.jet d'un trafic de stuPéfian.ts », ce même communiqué précisait même que « lelw intervention a amené, effectivement, la découverte de drogue » et la Préfecture le Police justifiait les coups de feu par cette phrase : « c'est la réaction des consommateurs qui a suscité le reflexe dn policier auxil·iaire... craignant pOllr sa sécnrité ». (1) UN CINGLANT DEMENTI Le Tribunal il. réduit à néant toute cette élucubration. Dans ses attendus, il rétablit la vérité toute simple, celle que nous n'avons cessé d'exposer dans nos colonnes. A savoir : « Que des élémellts de l'information Judiciaire, comme des débats, il est résuJté que Barkat et Clzebab. gardiens de la l'ai:!: alM;iliaires, de service pendant la iournée dn 17 iuillet 1960 au poste de la rue de la Gaîté, où ~tne permallence est assurée, se sont absentés de IC'I/r service alors qu'ils attraient dli demeu.rer rue de Texel penda11t la Période de repos de' leur gronpe. Qu'e1l compaqnie de Zenr brigadiel', Ben Bemou, il apparaît qu'ils ont el1trepris sans ordre, ni mission régulière une rnnd01lllée qui. d'abord limitée à des cafés et bars dlt 1.4" les Cl amenés ensuite dans le qrtartier de la rue VieiUe-duTemPle. de la rue dn Roi-de-Sicile, puis dal1s la rue François-Miron. On'il est certait! que dans ce-s divers Nablissi'J/lents, les trois homm.es en uniforl/ le o/bl cmlsommé et que Barkat et Chebab. plus spécialement, ont absorbé u.n~ certaine quantité de boissons alcooIHee ... Quc' c'est alors que Barkat et Chebab se Présentèrent an débit à l'ellseiqne « Chez ZIZI », II, nte Fratlççois-Mira n, Ben Bemo!! demi'lIrant à l'extérieur. Qu'il résulte _des témlo(qnages recueillis tan tait cours de l' IN/qu ête de police. de l'instruction ef des débats à l'audience aue Chebab entra le premier dans !-'établissement, Pistolet en 1110 il1S , inti- (1) Voir « Droit et Liberté» n° 193, octobre TC)OO. lIlallt l'ordre à tous les consolUmatenrs de sc ranger dans le fond de la salle de débit. Qu'il appela Barkat, qui était demeuré dehors ; que les dell~; hommes alors proférèrent des injlwes à l'é.qard des COnS011!lllateurs et se livrèrent à des violences à leur é.qard frappant certains de COltps de CI'osse de pistolets et se conduisant comme de véritables déments. Que c'est ainsi· ql-te fltl'ent frappés successivement les nommés Nabets, patron du café ,et infirme, Illouz, A m.ral1 e, Nakache et Mimolln. Que c'est Olt cours de cette scène d'mt caractère p01,tic'lllièremellt odieux qne ,Vabets n'ayant pas obtemPéré e't ayant hé frappé par B01'kat, 'un COIlSOlnlllateur, le sieur Dçma, fttt amené à faire remarquer à Barkat qu'il brntalisait lm infirme. Que c'est alors que Barkat s'en prelIait à son interlocuteur qu'il fraPPait au ·visage et contre lequel il tirait lm coup de son arme, presque à bout portant. Qlle Dana s'écroulait alors gravement blessé an ventre. 01!e Chebab, estimant tOltt d'abord qu'il s'agissait d'u1le mimique, intevrpellait Dana à terre le frappant même de,7a crosse de son révolver ; que s'étant aper(lt que Dana perdait son san.q en abondance. Il invitait son collègue Barkat à se retirer ... Qn'au comble de leur frayenr, deux gardiells mt.:riliaires forcère1lt sous la menace de leur arme, un chauffellr de taxi à les prendre en char.qe ; Qlt'il est encore établi que, montés il l'arrière dlt véhicule, ils frappère1lt le sieur Boniface, conducteur dlt taxi, et se livrèrent à des vioknces sur la fille de ce dernier ; Qu'enfin et toujours da1ls le bnt de se .wustrail'e allx poursuivants, Barkat tira (!/Icore deux balles de révolver ... Qlt'il résulte de ces témoignages qlle contrairement à ce qui est prétel/dn par les deux inculpés, ils n'ont été l'objet d'auclwe menace, ni d'aucu1le tentative d'a.rlrelSsion. Qft'ils ne peuvent mieu,'I' invoquer /'e.t·cltSe de l'action justifiée par des ordres éma/wnt de l'autorité suPérieure dont ils dépendaient ... Qlt'il est manifeste que si Ba.rlwt et Chebab étaient .qardiens de paix aU.'I'iliaires, ils n'ont pas commis une faute de service, mais une fatüe p.ersonllelle ca' ractérisée par le fait d'indiscipline 'résulfant de leur absence irrégulière de lellr elldroit de stationnement. Qlte i.e fait que les prévenus anraient commas les actes qui lettr sont reprochés à l'occasion de l'exercice de leur fonctions ne sauraient contredire les actes persoltnels auxquels ils se sont livrés de leur propre all.torité. » Ainsi Jonc le Tribunal apporte-t-il le plus cinglant des démentis aux allégations de la Préfecture de Police. En ces jours douloureux où le peuple de Paris a rendu le plus solennel et le plus extraordinaire hommage a ux huit victimes antifacistes des brutalités policières, cela méritait d'être souligné, pour d'autres communiqués, tous aussi péremptoi rcs. LES CONDAMNATIONS Le Tribunal a condamné Barkat à ~ ans d'emprisonnement ; Chebab qUI avait pu bénéficier d'une mise en liberté provisoire pour le moins intempesti\' e, a été condamné à 18 mois de prison. 1\1. Emile Dana se voit allouer .1.'i.OOO NF de doml11ag-es et intérêts. 1\1. N akache qui , bien que blessé, a eu la présence d'esprit de conduire Dana tout sanglant à l'hôpital. se voit accorder .';00 NF de dommages et intérêts. M. Nabets, le patron infirme du café obtient ISO NF et Mme Hagège so NF. Il faut maintenant que les victimes soient effectivement dédommagées. Les autorités ont déjà réparé le préjudice subi par le chauffeur de taxi ; il importe désormais qu'elles versent les indemnités allouées aux yictimes. Le M.R.A.P. se félicite de cette décision de justice, mais il se félicite aussi que les victimes aient été défendues par nos am.is Maîtres Mainville et Maître Dymentsztajn, du Bureau National du

-tR.A .. P , d'une part, et par Maître Gérard

Rosenthal et Maître Badinter, de la L.I.C.A., d'autre part; gageons Que tous les antirascistes se réjouissent avec nous de cette rencontre symbolique qui devrait faire place à des contacts plus étroits et plus cordiaux entre nos deux organisations antiracistes, pour le grand bien de tous. Mais, arrivée au Bourget, le 14 février au ~ oir, des policiers l'ont immédiatemënt refoulée vers Bruxelles, sur ord,.e du Premier Ministre. UNE JUSTE CAUSE A-t-on peur en haut-lieu que cette jeune femme trouble l'ardre en France ? Ou a-t-on peur que la vérité sait dite sur une affaire qui avait si profondément ému notre pays? Cette mesure, à la fois ridicule et cruelle heurte les sentiments de justice et de liberté de, notre peuple; elle est incompatible avec les tradi tions de notre pays, qui se fit si sauvent le défenseur des justes causes, qui accueillit fraternellement tan't de victimes de l'arbitraire et de l'oppression. Est-ce ainsi que se conçoit la politique de grandeur? et d'indépendance ? Le M.R.A.P., animateur en 1952-53 de la campagne en faveur des Rosenberg, s'associe pleinement à la protestation élevée par le Comité qui devait recevoir Mme Sabell. Av/Oc lui, il demande que Mme Sabell soit autorisée. à venir en France, comme elle a pu aller dans les autres pays d'Europe. Il appelle taus les Français épris de justice à protester également et à intervenir auprès des autorités améri ,' caines pour demander la libération de Morton Sabell. JJ Noir et Blanc ff : non-lieu La revue « Noir et Blanc » du 30 septembre 1960 publiait un article sur les différentes formes de vols. Dans un passage consacré aux vols de diamants, sous le titre : « Champions de l'escamotage )l, il écrivait: « Comme les israélites occupent des postes importants au sein de l'industrie mondiale qu'est la joaillerie c'est essentiellement parmi leurs corréligionnaires que se recrutent les voleurs à la substitution. « Mieux que d'autres, ceux-ci sont rompus à la psychologie, à la langue... et aux roueries de leurs victimes ... )/ Et ainsi de suite. Ces diffamations visant les juifs, et plus particulièrement les diamantaires méritaient d'être sanctionnées. Le M.R.A.P. por· ta plainte aussitôt auprès du Procureur de la République. Mais l'instruction engagée vient de se terminer par un non,lieu. Cette impunité sera ressentie par les an· tiracistes comme un encouragement pour tous ceux qui entendent exciter à la haine. • Le Comité de liaison de la Résistance a demandé une nouvelle fais au gouvernement français d'intervenir auprès des outorités de Bonn pour exiger l'extradition' du général Lammerding, le bourreau d'Oradour. 6 ANS la vision apocalyptique D qui termine le « Nouveau Testament » , l'apôtre raconte « Et voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute race, de tout peuple, de toute langue· » Il y a 1.900 ans, pour contempler cet extraordinaire spectacle, cet hallucinant mélange de toutes les nations et de toutes races, le voyant de l'Apocalypse devait lever les yeux vers le ciel et vers un avenir combien lointain. Nous n'avons plus à prendre cette peille. i\ujourd'hui le spectacle est sur la terre. Point n'est besoin d'être visionnaire: point n'est besoin de scruter l'avenir. Cette foule immense, échappant à tout recensemenl tant soit peu précis, elle est là devant nos yeux. Aux actualités cinématographiques, à la télévision à mesnre que celle-ci étend son rayon. Ces langues innombrables. nous les entendons à la radio, aux multiples radios dont les postes émetteu1'S couvrent maintenant toute la terre. Du ciel. ce spectacle est descendu dans nos rues. où se promènent et où nous coudoyons des hommes de toutes races par le Pasteur Pierre DUCROS Présidetl.t du « Christianisme social ». et rIe toutes langues. Et ce brassage de la population mondiale. loin d'être un phénomène accidentel et passager. ne fera que s'amplifieL 11 fut un temps - au lendemain de la guerre 14-TR - où l'on souhaitait : pl1is~ent les peuples se rencontrer; les contacts entre hommes de toutes nations ~ c multiplier: la connaissance réciproque des races s'approfondir! Voilà oui est fait. Et nous pensions (Iu'il résulterait de tout cela compréhen~ ion, réconciliation et paix. HELAS! les choses ne se sont pas passées ainsi. Notre optimisme et • ïlOS espoirs ne se sont pas réalisés. Nous pourrions dire : au contraire. l~e racisme, qui a toujours existé. mais dont l'action néfaste était limitée. s'est aggravé dans la mesure où se multipliaient les contacts entre les races, entre un nombre touiours plus grand (l'hommes de races différentes. Nous avions oublié que, si tous les hommes sont frères, pas plus Que nos enfants qui ont pourtant mêmes parents, ils ne sont identiques. Se connaître mieux. c'est découvrir des différences de niveaux de civi li sation. de moeurs. de psychologie. individuelle et coll ective. et tant d'autres encore. La tentation était grande de se laisser envahir par ce mépris de l'homme Qui est la racine de tous les racismes. Respecter l'homme dont la manière de vivre est tout autre Que la nôtre. découvrir les valeurs humaines au sein de civilisations dites inférieures et considérée ~ comme telles. comprendre des modes de pensées étrangers aux nôtres exige un niveau d'évolution intellectuelle et plus encore spirituelle Qui est loin rl'être celui du plus grand nombre. Avec le mépris de l'homme s'ouvrait toute grande la porte de la violence. ~el est le spectacle auquel nous avons assIsté. Et nous S::\\'0115 maintenant Que le raci sme a été et reste tou jours l'un des princioaux fourriers de tous les fascisme!. Oue, partie du mépris de l'homme trop J"ongtemps et trop. comn~uném~nt prltiqué. la v a~ue fasClste ait attemt notre p::WS (lu'elle essaie de courber sous la terreur. il n'y a pas lieu de s'en étonner. 11 est des logiques fatales, fatales dans tous les sens du mot. Il faudrait en effet tout ignorer de l'homme pour s'étonner de voir surgir. en certaines circonstances. cet instinct (lui trouve une abominable satisfaction à mépriser. à écraser. à ~air~ ,so~ffr.ir. c~ lui rlont on a d'abord rlecrete 1 111fenonté rléfinitivl'. Si la civilisltion. comme 0\1 nous l'a touiours appris et com111e nous le croyons. est essentiellement le triomp~e !'ur les instincts bestiaux. alors le raC15- me et tout son cortège (l'orgueil impie et (le violences sadi(lue5. est un pur re-' four à la barbarie. P EUT-ETRE aurait-il mieux valu (lue la multiplication des rencontres et des mélanges humains se . oit produite plus tard, dans une humanité mieux . préparée! V?-il} re.gret. C'~st chose faite en notre generatlOn. Bien impossible ,de revenir en arrière: , Nous VOici donc devant une 1Il0xerable alternative : - ou bien nous ne parviendrons pas à vaincre le racisme, à extirper cet horrible chi endent et celui-ci envahira tout, pourrira tout et ce sera la grande barbarie clu 20' siècle, - ou nous le surmonterons. Alors non seulement nous sauverons cet héritage cie liberté et de respect de l'homme Que nous devons à notre tradition chrétienne et humaniste dans ce Qu'elle a de meilleur, mais nous assisterons à · un extraordinaire enrichissement du patrimoine humain. Car lorsqu'elle se fait dans un respect compréhensir, la rencontre des hommes, des cultures et des civilisations donne aux esprits une magnifique amplitude. Et s'il s'y ajoute une entr'aide fraternelle, la communion des coeurs sera le plus sl1r cim.ent de la paix. Notre génération est devant ce choix. Que tout soit fait pour que le peuple de France soit l'un des bons ouvriers de cette humanité de demain Qui, si les hommes le veulent, peut présenter une figure toute nouvelle. mais tellement plus helle que celle d'aujourd'hui. 13 FEVRIER, DE LA REPUBLIQUE AU PERE LACHAISE : Dans le groupe de tête de l'immense cortège. parmi les dirigeants des organisations invitantes, voicl le Bureau National de notre Mouvement. On reconnaît, de gauche à droite, au premier rang : Pierre Parai, président du M.R.A.P . ; Charles Palant, secrétaire général

Charles Ovezarek ; Marcel Man,

ville ; Julien Aubart ; Charles Hutman ; De lévrier 1934 à 13 février 1962 : obsèques des hui t vic Limes de la répression policière à la suite de la manifestation interdite « anti-O.A.S. ». 12 février 1934, manifestation du Fro[ü Populaire en gestation contre le coup d'Etat fasciste du 6 février 1934. Deux années plu.'; tard, le « Front Populaire » triomphait pour un temps, avec ses résu ltats immédiats tangibles pour la gauche qui avait su s'unir : congés payés, semaine de 40 heures et conventions collectives. Ces deux dates devaient être rapprochées e t elles l'ont été souvent dans la presse de ces derniers jours. Pour avoir été de ceux qui peuvent dire « J 'étais là :t-, perdu dans la foule innombrable en 1934, ~ t l'un des délégués de la Ligue des Droits de l'Homme en 1962, le rapprochement de ces deux manifestations Armand Dymenstajn Alexandre Chil. Albert Lévy Au second rang, partiellement masqués

Jean Schapira ; Maurice Imerglik ;

Justin Belsie ; J.-J. Recht; Sonia Bianchi

Simon Arbitourer ; Adolphe Berno ;

Albert Borowski ; Maurice Hagler ; Raph Feigelson .; Henri Kriwkoskl et Léonard Sainville, Racisme, antisémitisme, fascisme (SUITE DE LA PAGE UNE) vingtième siècle, dans une grande nation qui compte en dehors de la bande de monstres Qu'elle a enfantés les plus nobles esprits, les penseuts les plus célèbres et les plus gran,ds savants parmi ceux Que le monde ait jamais connus. Qu'est-ce, d'autre part, que le fascisme? C'est, cette fois, une doctrine moderne, de caractère essentiellement politique. Répudiant ouvertement et cyniquement les Droits de l'Homme, adepte de la violence, il entend s'emparer du pouvoir par la force, modeler la société humaine selon ses propres vues et asservir l'ensemble de la collectivité à laquelle il appartient. Pour parvenir à ses fins, tous les moyens lui sont bons : le rapt, le meurtre, le vol, l'extermination totale de ses adversaires. Si la guerre civile ne suffit pas, il ne craint pas de recourir à la g'uerre étrangère. Le fascisme, c'est en somme le retour conscient et délibéré d'hommes qui sont nos contemporains, à la barbarie ancestrale. LE nazisme hitlérien représente une effarante synthèse du racisme, de l'antisémiti sme et du fascisme conjugués. ,. Qu'il ait grandi en Allemagne, QU il \' ait réussi comme l'on sait, n'est pas l'effet cI'un pur hasard. Né au début du 19" siècle, cultivé par l'Etat prussien, le nationalisme allemand a rapidement dégénéré en pur racisme au moins dans certains milieux. Il est assez caractéristique Que les théories du Français Gobineau, sur sur « L'inéqalité des races hwnaines » demeurées alors sans écho dans notre pays (car la France avait vécu la Révolution de 1789 et connu l'abbé Grégoire) aient eu en Allemagne dès le mi~ lieu du 19' siècle un retentissement considérable et durable. II régnait dans la masse profonde de ce pays, moins doué d'esprit critique, il faut le dire, Que le peuple français, un antisémitisme latent plus prononcé Que dans les pays latins. Ajoutant à cela Que non encore préparée à la vie démocratique l'opinion allemancie obéissait clans son ensemble, ou bien à sa passivité naturelle, ou bien à sa tendance à la démesure, on en conclut naturellement Que le nazisme trou" ait en Allemagne un terrain assez bien préparé ... Ce qu'ont été les manifestations du nazisme hitlérien et ses consé_Quences, nous en avons tous trop souffert pour l'avoir oublié, et -pour n'en point reclouter le retour. Comment l'oublierions-nous puisque hélas nous en constatons la résurgence dans ce néo-.l1azi sme Qui s'intitule l'O.A.S. ? ET comment ne serions-nous pas emplis d'angoisse, de tristesse et de honte en constatant Que certains de nos compatriotes comptent parmi ses instigateurs et ses séides, tandis Que d'autres - surtout en Algérie se font inconsciemment par leur aveuglement ou leur silence, complices de criminels de droit commun? Ces derniers oublient Que mensonge et camouflage font partie de l'armement . néonazi. Ceux Qui ont recours aux vlOlen-' ces fascistes, aux ratonnades racistes pourront aussi bien revenir demain aux pogroms antijuifs ... Dans la métropole, le peuple de France l'a heureusement et parfaitement compris. Il vient de le démontrer avec force ct dignité le q février dernier ... S. COLETTE-KAHN. lévrier 19&2 et oetnpW historiques a pr is dans mon espr it une force particulière. 1934. Il Y a 28 ans ! Nous marchions d'un pas alerte de la place de la Bastille jusque vers la place de la Nation où deva it avoir lieu, sa ns r.eurt, la dislocation. Dar Me Etienne NOUVEAU Devant nous, pas de cercuei ls.. . Mais l'espoir grandissant d'une Républ.ique meilleure, « du peuple, pO',lr le peuple et par le peuple » selon la formule de linco ln . En cours de route, je revois encore les chefs des parti s, Daladier, Blum, Cachin ... Sur le côté gauche du vieux Faubourg 5tAntoine en montant vers la Nation, une formule apparai ssait: celle du serment par lequel les manifestants juraient de défendre la République . Tous juraient, poings levés ! ... Deux ans plus tard, la gauche unie triomphait aux élections d'avril-mai 1936. Les usines étaient occupées. En toute hâte le potronat jetait du lest, de peur du pire. Les grands magasins étaient occupés, les personnels collaient des affiches sur les "ares, annonçant les salaires plus que mode.stes dont la plupart des employés devaient vivre. Pour nombre de clients, c'étb'ii-' une révélation ... Et le grand potranat se lamentait, les plus intelligents convenant qu'il eut été plus sage de jeter ce lest plus tôt et qu'on avait un peu exagéré avec le scandale de l'affaire Stavisky et cette attaque du Palais Bourbon ... au point d'unir radicau)( au)( socialistes et aux communistes. Quelle faute ! ... Vainement, Tardieu et Laval devaient, pendant deux ans, utiliser les troupes du Colonel de La Raque, dans les défilés plus ou moins squelettiques d'hommes en chemises bleues pour les manifestations sur les Champs-Elysées, tandis que les Républicains partaient de la Bastille vers les quartiers popula ires. De La Roque était là. Tardieu devait dire, lorsque plus tard le sca ndale éclata et la scission gronda avec un Pozzo di Borgo, à « l'Action Françoise» : « Je l'alimentais tous les mois... ». Mais cela, en fin de compte, n'avait rien pu empêcher ! Deux ans plus tard, en 1936, vint l'échéance utile, efficace pOUr un temps, et même pour longtemps, puisque les grandes réformes de ce temps, complétées après la libération, survivent à la deuxième guerre mondiale. Car il faut ne pas désespérer. La marche en avant, avec ses éclipses est irrésistible, à moins d'un retour au)( temps préhistoriques et plus ou moins désertiques que seule une guerre atomique peut nous infl:ger. En 1934, la droite fasciste avait présumé de ses forces . ••• En 1962, il n'est plus possible d'utiliser à plein les jeunes « patriotes » du genre de 1934, ni les milices du temps de l'oc cupation, ni un scandale Stavisky quelconque. Le temps des hommes en chemises de couleurs diverses : noires, bleues ou brunes est passé ! Elles sant trop évidemment le signe extérieur d'une accupotion étrangère au)( sa des ml AlOI trouvé quand sitôt ! fait p( La ce à seau)( tre le! voit g terreu. par lei levés me en veler, même tuelles nisme me al, de la et mèl fondai vouée, à un Le ment te ch, pulssa a don

el

souve. vers 1 11 r et cel. tain ~ San plus r cette de 4 de 10 Peu loin, en me se hUI foule · La en le~ Je core 1 D couri publ ne d cruel Pc voeu: et d çais para POl lancé! heur sulm2 On me al on a écon( aspec main! sable: AlI ramè de fa me homr gés 1 ger ( En es!?ri QUI 0 relig A tives [ 0 révol irrév ou c nisat 2 0 passi ces ( sant riant intér revel les r . ~(' "llle De lévrier 1934 il 13 février 1962 : obsèques des hui t victimes de la répression policière à la suite de la manifestation interdite « anti-O.A.S. » . 12 février 1934, manifestation du Front Populaire en gestation contre le coup d'Etat fasciste du 6 février 1934. Deux années plu!; tard, le « Front Populaire » triomphait pour un temps, avec ses résultats immédiats tangibles pour la gauche qui avait su s'unir : congés payés, semaine de 40 heures et conventions col lectives. Ces deux dates devaient être rapprcchées et e lles l 'ont été souvent dans la presse de ces derniers jours. Pour avoir été de ceux qui peuvent dire « J'étais là JIo , perdu dans la foule innamen 1934, ~ t l'un des délégués de la Ligue des Droits de l'Homme en 1962, le rapprochement de ces deux manifestations Albert Lévy second rang, partiellement mas: Jean Schapira ; Maurice Imerglik ; Belsie ; J.-J. Recht; Sonia BianArbitourer

Adolphe Berno ;

Rn,rn1wsl~i ; Maurice Hagler ; Raph Henri Kriwkoski et Léonard isme, fascisme 19' siècle un retentissement conet durable. Il régnait dans la de ce pays, moins doué critique, il faut le dire, que le français, un antisémitisme latent que dans les pays latins. à cela que non encore prépaa vie démocratique l'opinion alleobéissait dans son ensemble, ou sa passivité naturelle, ou bien à à la démesure, on en connaturellement que le nazisme trouen Allemagne un terrain assez bien Qu'ont été les manifestations du hitlérien et ses conséquences, ell avons tous trop souffert pour r oublié, et pour n'en point redouretour. l'oublierions-nous puisque en constatons la résurgence néo~11azisl1le Qui s'intitule T comment ne serions-nous pas emplis d'angoisse, de tristesse et de honte en constatant que cercle nos compatriotes comptent parses instigateurs et ses séides, tandis d'autres - surtout en Algérie - inconsciemment par leur aveuou leur silence, complices de nels de droit commun? Ces deroublient que mensonge et camoufont partie cle l'armement néoCeux qui ont recours aux violen-' fascistes, aux ratonnades racistes aussi bien revenir demain aux antijuifs ... la métropole, le peuple de Franet parfaitement comvient de le démontrer avec force le n février dernier ... S. COLETTE-KAHN. lévrier 19&2 hi storiques a pris dans mon esprit une farce particulière. 1934. Il Y a 28 ans 1 Nous marchions d'un pas alerte de la place de la Bastille jusque vers la place de la Nation où deva it avoir lieu, sans r.eurt, la di slocation . par Etienne NOUVEAU Devant nous, pas de cercueil s. .. Mais l'espoi r grandissant d'une RépubUque meilleure, « du peuple, pour le peuple et par le peuple » selon la formule de Linco ln. En cours de route, je revois encore les chefs des parti s, Daladier, Blum, Cachin ... Sur le côté gauche du vieux Faubourg StAntoine en montant vers la Nation, une formule apparaissait: celle du serment par lequel les manifestants juraient de défen dre la République . Tous juraient, poings levés! ... Deux ans plus tard, la gauche unie triomphait aux élections d'avril-mai 1936. Les usines étaient occupées. En toute hâte le potronat jetait du lest, de peur du pire. ... Les grands magasins étaient occupés, les personnels collaient des affiches sur les yltres, ann0'1çant les solaires plus que modestes dont la plupart des employés devai~nt vivre. Pour nombre de clients, c'était' une révélation ... Et le grand potronat se lamentait, les plus intelligents convenant qu'il eu t été plus sage de jeter ce lest plus tôt et qu'on avait un peu exagéré avec le scandale de l'affaire Stavisky et cette attaque du Palais Bourbon ... au point d' unir radicaux aux socialistes et aux communistes. Quelle faute !. .. Vainement, Tardieu et Laval devaient, pendant deux ons, utiliser les troupes du Colonel de La Roque, dans les défilés plus ou moins squelettiques d'hommes en chemises bleues pour les manifestations sur les Champs-Elysées, tandis que les Républicains partaient de la Bastille vers les quartiers populaires. De La Roque était là. Tardieu devait dire, lorsque plus tard le sca ndale éclata et la sc ission gronda avec un Pozzo d i Borgo, à « l'Action Française» : « Je l'alimentais tous les mois .•. ». Mais cela, en fin de compte, n 'avait rien pu empêcher ! Deux ans plus tard, en 1936, vint l'échéance utilel efficace pOUr un temps, et même pour longtempsl puisque les grandes réformes de ce temps, complétées après la Libération, survivent à la deuxième guerre mondiale. Car il faut ne pas désespérer. La marche en avant, avec ses éclipses est ir ré sistiblel à moi ns d'un retour aux temps préhistoriques et plus ou mains désertiques que seule une guerre atomique peut nous infl 'ger. En 1934, la droite fasciste avait présumé de ses forces.

  • • •

En 19621 il n/est plus possible d'util iser à plein les jeunes « patriotes » du genre de 1934, ni les milices du temps de l'occupation, ni un scandale Stavisky quelconque. Le temps des hommes en chemises de couleurs diverses: noires, b leues ou brunes est passé ! Elles sont trop évidemment le signe extérieur d'une occupotion étrangère aux soucis de justice, de poix, de liberté des masses populaires ... Alors, à la place des chemises, on a trouvé le plastic Cest moins voyant etl quand cela se voit, cela éclate tout aussitôt ! Cela tue OUI tout au moins, cela fait peur. La question posée était de savoir si, grâce à certaines tolérancesl à certains réseaux utilisés dans les manifestations, contre les manifestants anti-OAS, on pouvait gouverner le peuple français par la terreur ou lieu de tenter de le gouverner par les chemises et por les scandales soulevés - contre les nommes de gauche comme en 1934. Si I/histoire devait se renou veler, en ses enchaînements essentiels et même en tenant compte des difficultés actuelles, du succès re latif de l'anticommunisme viscéral et de l'exploitation du dra me algérien pour maintenir à la direction de la Fronce un gouvernement de droite et même fasciste . '" Je dirai que, pour les mêmes raisons fondamentales, la tentative actuelle est vouéel à plus ou moins brève échéance, à un échec total. Le peuple français réagit et n/est vraiment pas prêt et ne se résoudra pas à cette chute profonde. Il a déjà des réact ions puissantes, dont la journée du 13 février a donné le meilleur .e.x.e mple. •• Telles étaient mes réflexions et mes souvenirs, au cours de cette lente a scension vers le Père Lachaise, derrière nos morts. Il n'y avait pas de chantsl pas de cris et cela favorisait les évocations de ce lointain passé ... Sons aucun dOute, en 1962, nous étions plus nombreux qu'en 1934 puisque, sur cette avenue de 2 kilomètres de long et de 40 mètres de large, le défilé dura de 10 heures à 17 heures. Peut-être faudrait-il remonter plus loin, jusqu'aux obsèques de Victor Hugo, en mai 1887, pour évoquer une telle masse humaine et le caractère solennel d/une foule - endeuillée. La voix d'un peuple entier les berçait en leur tombeau ... Je me plaisais à penser qu'une fois encore le fascisme avait joué et déjà perdu . 25 MARS •• contre le raci•s me l'antisémit I•s me et pour la paix De nombreuses personnalités s' associent à l'appel l ' ES soussignés, hostiles à toutes manifestations de racisme, en quelque lieu qu'elles se produisent, quelles qu'en soient les victimes, soucieux de préparer, ~ntre toutes les communautés, entre tous les peuples, un avenir lIe compréhension garanti contre les violences, s'as· socient à cette initiative. Ils souhaitent qu'elle contribue au rassemblement et à l'action efficace de tous les citoyens de bonne volonté sans distinction d'origine, d'opinion politique et philosophique ou de croyance, qui ont à coeur de défendre et de faire triompher les nobles idéaux d'égalité et de fraternité entre les hommes, de démocratie et de paix. » Ainsi s'acchève l'Appel lancé par le M.R.A.P. pour la Journée Nationale du 25 mars, et dont nous avons publié le texte complet dans notre dernier numéro. En quelques jours, il a recueilli des dizaines de signatures, provenant des personnalités les plus éminentes comme de simples gens de toutes tendances, sollicités par les comités locaux de notre Mouvement. VOici quelques-uns des noms relevés sur les feuilles qui nous ont déjà été retournées: Henri LAUGIER, professeur honoraire à la Sorbonne, ancien secrétaire général adjoint aux Nations Unies; René CASSIN, vice-président honoraire du Conseil d'Etat ; Robert ATTU.LY, c nseiller honoraire à la Cour de Cassation, membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer ; Edouard DALADIER, ancien Président du Conseil ; Jean PIERRE-BLOCH, ancien ministre, conseiller général de l 'Aisne ; Fernand GREJ Un NIER, député de la Seine, ancien ministre; Paul TUBERT, ancien dép' gèr; Elie BLONCOURT, Robert CHAMBEIRON. anciens députés ; .Léon maire de Saint-Gratien, ancien député; SICARD DE PLAUZOLES, pr neur de la Ligue des Droits de l'Homme; René CERF-FERRIERE, groupe de la Résistance à l'Assemblée Con sultative ; Clément BAUDO municipal de Paris ... Algérie d'hier et de demain Des écrivains aussi : Ani de l'Académie Française, NE, Jean CASSOU, Max-I Jacques MADAULE, Pierr4 Jacques NANTET, Emma André SPIRE, Charles VII DISCOURS officielsl déclarations politiques, articles et commentaires de' pressel cours de boursel incitent I/opinion publique à croire à une fin prochaine de la plus absurde et de la plus cruelle des guerres. POur des raisons différentesl les voeux du gouvernementl du F.L.N. et de -la m'àjorité du peuple français et des populations dl Algérie paraissent se reïoindre. Par 1 PW192.168.254.42'P!~i~!I;;T Pourtant la guerre continue sur sa lancée depuis plus de 7 ans pour le malheur commun des Françaçis et des Musulmans. On a beaucoup discuté de ce problème algérien devenu un drame sanglant ; on a analysé tous les aspects politiques, économiques et sociaux, alors que son aspect raciste, c'est-à-dire moral et humain, emble avoir échappé aux responsables. Alors que l'essentiel du problème se ramène à trouver la solution permettant de faire vivre paisiblement, sur une même terre également affectionnée des hommes qu'aveuglent encore des préjugés racistes ravivés par le désir de venger des morts. En bref, il convient de substituer un eSl?rit de solidarité humaine à la haine qUi oppose des communautés ethniques et religieuses différentes. A cet égard des constatations objectives s'imoosent aux uns et aux ;utres : rO Le tènlps des empires colonidux est révolu ; il s'agit là d'un fait historique irréversible qu'onl connu, connaissent ou connaîtront toutes les nations colonisatrices . 20 Dans l'Algéric d'aujourd'hui, la passion a effacé. la raison. et les violef!ces en chaîne deferlent sur le pays, fatsant des victimes innocentes et retardant la ~olution acceptable pour tous les intéressés, c'est-à-dire, sati sfaisant les revendications légitimes, mais écartant les prétentions abu~ives. 1" Pendant des année, la morale (di\" i;J(~ ou humaine) la plus élémentaire a été sacrifiée ù des intérêts égoïstes, t andis que les pouvoirs publics laissaient sans sanction des élections truquées, des humiliations racistes et des tortures renouvelées du haut moyen âge, préparant ainsi la voie aux atrocités et aux attentats d'aujourd'hui, qui engendrent des peurs justifiées et des craintes légitimes quant à l'avenir. C'est donc tout ce passé qu'il faut li Qllider spectaculairement pour ramener espoir et confiance au lieu d'envisager des regroupements et des partages heurtant les sentiments profonds, tant de la minorité européenne que de la majorité musulmane. L'une et l'autre communauté se sentant - sentimentalement et économiquement - liées à la personnalité et à l'intégrité cie leur terre natale, à qui la paix et la coopération acceptéts loyalement vaudraient un si bel aveni r plein de promesses pour les enfants de tant cie races rassemblées enfin dans le respect mutuel de leurs particularités ancestrales. De nombreux universil BATAILLON, professeur France; Pierre GUILLON l'aire, professeur à la Fac\ d'Aix ; Emile HALPHEN, P raire à la Faculté de Médl Pierre WERTHEIll'IER, pro: cuIté de Médecine de Lyo SOILLE, professeur à la ] decine de Paris; ETIEM DRESCH, professeurs à la dré HAURIOU et Bernar4 professeurs à la Faculté de Marcel PRENANT, professe des Sciences; Marc-André fesseur à la Faculté des Le Hubert DESCHAMPS, prof titut d'Ethnologie et à l'In Politiques ; Paul CHAUCHJ à l'Ecole des Hautes Etude: HAT, maître assistant à la fesseur à l'Institut d'Etuè Paul-Henry CHOMBART D (Suite pa! Une déclaration du M.R.A. A u.x ontifascistes porisiens qui manifestaient contre les crimes de pouvoirs publics ont opposé ull'le répression d'une violence extrême, celle dont fUTent victimes les travoilleurs olgériens en octobre dt a huit morts, dont trois femmes et un enfant de seize ans, ainsi qu'un déterminé, mois considérable de blessés. Ces tragiques événements confirment que lorsque des méthodes sont employées contre une minorité ethnique, c'est "ensemble des puis .Ia masse immense de la pop~lation qui, de proche en proche, se danger. Le Mouvement contre le Rocisme, l'Antisémitisme et pour la Paix s'incline avec douleur devall'lt les victimes tombées pour avoir voulu défi dre républicain menacé, pour avoir affirmél en vertu d'un droit inolié. amour de 10 liberté et de la paix. En regard de ces motraquages meurtriers réservés aux républicoin: A.P. dénonce avec indignation la mansuétude dont bénéficient les crim cistes et racistes de l'O.A.S., qui pour!uivent leurs me Mées dans une impl si tO'~olel et dont les inspiroteurs peuvent foire librement, dons leurs leurs écrits, l'éloge de la subversion. Alors même que les policiers obat antitascistesl les plastiqueurs exécutaient laur série quotidienne d/ottenta Convoincu que le combot antiraciste est inséparable, aujourd'hui jamois, du combot contre le fascisme et pour la poix en Algériel le M.~ pelle à l'union et à une action résolue, les républicains. C' est à ce prix que sera sauvegardé l'ovenir et que triompheront nobles 'idéaux de démocratie, de fraternité humaine, auxquels tous les sont attachés inébranlablement. Le M.R.A.P. oppelle ceux-ci à parti ciper massivement, dans I/ordre gnité à l'hommage qui sera rendu aux martyrs du 8 février, par les de toutes tenaancesl ull'lis face aux graves périls courus par la Nation. Paris, le 9 février de justice, de poix, de liberté popula ires ... la place des chemises, on a plastic C'est moins voyant et, se voit, cela éclate tout ausla tue ou, tout au moins, cela ion posée était de savoir si, grâines tolérances, à certains réés dans les manifestations, con anifestants anti-OAS, on pourner le peuple français par !a lieu de tenter de le gouverner mises et por les scandales soue les nommes de gauche com- 4 . Si l'histoire devait se renouses enchaînements essentiels et enant compte des difficultés acsuccès relatif de l'anticommu' rai et de l'exploitation du dran pour maintenir à la direction ce un gouvernement de droite sciste. rai que, pour les mêmes raisons ales, la tentative actuelle est plus ou moins brève échéance, total. le français réagit et n'est vraiDrèt et ne se résoudra pas à cetrmonde. Il a déjà des réactions dont /0 journée du 13 février • meilleur exemple. ~ .. •• éta ient mes réflexions et mes ou cours de ce tte lente a scension re Lachaise, derrière nos morts. ai t pas de chants, pas de cris orisait les évocations de ce loincun dOute, en 1962, nous étions eux qu'en 1934 puisque, sur e de 2 kilomètres de long et t res de large, le défilé duro res à 1 7 heures. faudrait-il remonter plus 'aux obsèques de Victor Hugo, ~7, pour évoquer une telle mase et le caractère solennel d'une ~ illée. d'un peuple entier les berçait rbeau... - aisais à penser qu'une fois enisme avait joué et déjà perdu. 7---_ 25 MARS •• Journée Nationale contre le raci•s me l'antisémitisme el pour la paix De nombreuses personnalités s' associent à l'appel l ES soussignés, hostiles à toutes manifestations de racisme, en quelque lieu qu'elles se produisent, quelles qu'en soient les victimes, soucieux de préparer, I:ntre toutes les communautés, entre tous les peuples, un avenir de compréhension garanti contre les violences, s'associent à cette initiative. Ils souhaitent qu'elle contribue au rassemblement et à l'action efficace de tous les citoyens de bonne volonté sans distinction d'origine, d'opinion politique et philosophique ou de croyance, qui ont à coeur de défendre et de faire triompher les nobles idéaux d'égalité et de fraternité entre les hommes, de démocratie et de paix. » Ainsi s'acchève l'Appel lancé par le M.R.A.P. pour la Journée Nationale du 25 mars, et dont nous avons publlé le texte complet dans notre dernier numéro. En quelques jours, il a recueilli des dizaines de signatures, provenant des personnalités les plus éminentes comme de simples gens de toutes tendances, sollicités pa r les comités locaux de notre Mouvement. Voici quelques-uns des noms relevés sur les feuilles qui nous ont déjà été retournées : Henri L.'\UGIER, professeur honoraire à la Sorbonne, ancien secrétaire général adjoint aux Nations Unies; René CASSIN, vice-président honoraire du Conseil d'Etat ; Robert ATTFLY, c nseiller honoraire à la Cour de cassation, membre de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer; Edouard DALADIER, ancien Président du Conseil; Jean PIERRE-BLOGH, ancien ministre, conseiller général de l'Aisne ; Fernand GREUne vue du Palais de l'U.N.E.S.C.O., où se déroulera lat Journée Nationale. NIER, député de la Seine, ancien ministre; Paul TUBERT, ancien député-maire d'Alger

Elie BLONCOURT, Robert CHAMBEIRON. anciens députés; ,Léon HOVNANIAN,

maire de Saint-Gratien, ancien député; SICARD DE PI,AUZOLES, président d'Honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; Rcné CERF-FERRIERE, président du groupe de la Résistance à l'Assemblée Con sultative ; Clément BAUDOUIN, conseiller municipal de Paris ... r~~---~~ ~~--l lérie d'hier et de demain Des écrivains aussi: André MAUROIS, de l'Académie Française, Claude AVELINE, Jean CASSOU, Max-Pol FOUCHET, Jacques MADAULE, Pierre MORHANGE, Jacques NANTET, Emmanuel ROBLES, André SPIRE, Charles VILDRAC. ~., Pour participer à la Journée Nationale OURS officiels, déclarai rs politiques, articles et rnmentaires de· presse, bourse, incitent l'opinion à croire à une fin prochaiplus absurde et de 10 plus ~s guerres. es raisons différentes, les gouvernement, du F.L.N. mbjorité du periple fran- ~es populations d'Algérie t se reioindre. r------ Par ~I TUBERT député-maire d'Alger. la guerre continue sur sa is plus de 7 ans pour le malun des Françaçis et des Mulaucoup discuté de ce problèdevenu un drame sanglant ; ~é tous les aspects politiques, s et sociaux, alors que son ~te, c'est-à-di re moral et hule avoir échappé aux respone l'essentiel du problème se rouver la solution permettant ' re paisiblement, sur une mêégalement affectionnée des 'aveuglent encore des préjuravivés par le désir cie venrts. il conviellt de substituer un olidar ité huma ine à la haine des communautés ethniques et différen tes. ard des constatations obj ecsent a ux UIlS et aux : utres : ~s des empi res colonidux est s'agit là d'un fa it historique qu'ont connu, conna issent ont toutes le~ nations colol'Algérie d'auj ourd'hui, la ffacé la raison, et les vi olen ne déferlent ur le pays, iaiictimes innocentes et retarItion acccptable pour tous les c'e,t-à-di re, sati,faisant les ilS légitimes, l11ais écartant ons abu ~ives. nt des année, la morale (c1imaine) la plus élémentaire a été sacrifiée iL des intérêts égoïstes, tandis que les pouvoirs publics laissaient sans sanction des élections truquées, des humiliations racistes et des tortures renouvelées du haut moyen âge, préparant ainsi la voie aux atrocités et aux attentats d'aujourd'hui, qui engendrent des peurs justifiées et des craintes légitimes quant à l'avenir. C'est donc tout ce passé qu'il faut Iiqllider spectaculairement pour ramener espoir et confiance au lieu d'envisager des regroupements et des partages heurtant les sentiments profonds, tant de la minorité européenne que de la majorité musulmane. L'une et l'autre communauté se sentant - sentimentalement et éco-, nomiquement - liées à la personnalité et il l'intégrité de leur terre natale, à qui la paix et la coopératioll acceptét:s loyalement vaudraient un si bel avenir plein de promesses pour les enfants de tant de races rassemblées enfin dans le respect mutuel cie leurs particularités ancestrales, De nombreux universitaires: Marcel BATAILLON, professeur au Collège de France; Pierre GUILLON, recteur honoraire, professeur à la Faculté des Lettres d'Aix ; Emile HALPHEN, professeur honoraire à la Faculté de Médecine de paris; Pierre WERTHEIMER, professeur à la Faculté de Médecine de Lyon ; Henri DESOILLE, professeur à la !'aculté de Médecine de paris; ETIEMBLE et Jean DRESCH, -professeurs à la sorbonne; André HAURlOU et Bernard LAVERGNE, professeurs à la Faculté de Droit de Paris; Marcel PRENANT, professeur à la Faculté des Sciences ; Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen ; Hubert DESCHAMPS, professeur à l'Institut d'Ethnologie et à l'Institut d'Etudes Politiques; Paul CHAUCHARD, directeur à l'Ecole des Hautes Etudes ; Jean BRUHAT, maître assistant à la SorbOnne, professeur à l'Institut d'Etudes Politiques; Paul-Henry CHOMBART DE LAUWE, di- (Suite page 9) Une déclaration du M.R.A.P. A ux an~itascist~s parisiens q,ui man!festa~ent ~ontre .Ies crimes ~e l'O.A.S., les pOUVOirS publics ont oppose une represslon d une Violence extreme, rappelant celle dont tUTent victimes les travailleurs algériens en octobre dernier. Il y a huit morts, dont trois femmes et un enfant de seize ans, ainsi qu'un nombre indéterminé, mais considérable de blessés. Ces tragiques événements confirment que lorsque des méthodes i"humaines sont employées contre une minorité ethnique, c'est "ensemble des démocrates, puis Ja .nasse immense de la population qui, de proche en proche, se trouvent en danger. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.l s'incline avec douleur devant les victimes tombéas pour avoir voulu défendre l'ordre républicain menacé, pour avoir affirmé, en vertu d'un droit inaliénable, leur amour de la liberté et de la paix. En regard de ces matraquages meurtriers réservés aux républicains, le M.R. A.P. dénonce avec indignation la mansuétude dont bénéficient les criminels fasc~ stes et racistes de l'O.A.S., qui pour.uivent leurs menées dal'ls une impunité quaSI to'tale, et dant les inspirateurs peuvent faire librement, dans leurs discours et leurs écrits, l'éloge de la subversion. Alors même que les policiers abattaient tes antitascistes, les plastiqueurs exécutaient leur série quotidienne d'attentat$. , .Canvaincu que le combat antiraciste est inséparable, aujourd'hui plus que lamaiS, du combat contre le fascisme et pour la paix en Algérie, le M.R,A.P. appelle il l'union et il une actian résalue, les républicains. C'.es~ il ce pri;C que sera sauvegardé l'avenir et que triompheront enfin les nobles Ideaux' de democratie, de fraternité humaine, auxquels tous les antiracistes sont attachés inébranlablement. Le M.R.A.P. appelle ceux-ci à parti ciper massivement, dans l'ordre et la dignité à l'hommage qui sera rendu aux martyrs du 8 février, par les républicains de toutes tenaances, unis face aux graves périls courus par la Nation. Paris, le 9 février 1962. J ~ ~ $ $ ~ i 1 li v aura deux séances à la Journée Nationale : de 9 h. 30 à 12 h. 30 et de 14 h. 30 à 18 heures. Si VOlIS voulez en suivre les travaux (que ce soit aux deux séances ou à une seule) il vous faut avoir une CARTE DE PARTICIPANT. Elle vous sera envoyée sur simple demande. Il vous suffit d'écrire, à cet effet, au M.R.A.P., 30 rue des Jeûneurs, Paris-2e • POUR PARTICIPER AU BANQUET A 12 h. 4.'), aura lieu un banquet amical des participants et invités de la Journée Nationale, en présence de diverses personnalités. Ce banquet se déroulera dans le cadre magnifique du restaurant de l'U.N.E.S.C.O., situé au dernier étage dl\ hâtiment, face à la tour Eiffel, et d'où l'on domine la totalité de Paris. Le prix du repas (vin, café et service compris) est fixé à 25 NF. Le nombre des piaces étant limité, IL EST RECOMMANDE DE S'INSCRIRE DES QUE POSSIBLE. (On peut réserver les places par téléphone à GUT 09-57, et effectuer le règlement au C.C.P. de « Droit et Liberté » : 6070-98, Paris.) COMMENT NOUS AIDER Tous les lecteurs de notre journal souhaitent, nous e~ som~es con.vai~cu s, le succès de cette grande mamfestatIOn antIraCIste qu'est la Journée Nationale. Beaucoup voudront, sans aucun doute, contribuer à ce succès. Ils le peuvent de diverses façons. 1) En faisant signer autour d'eux l'Appel pour la Journée Nationale, dont ils peuvent demander au M.R.A.P. autant d'exemplaires imprimés qu'ils le désirent . 2) En participant aux assises et réunions locales qui précèdent la Journée Nationale, et même en aiclant à leur préparation. Le M.R.A.P, peut leur donner le détail des réunions dans leur quartier ou leur localité. 3) Sur le plan finan cier, en nous adressant leurs dons ou en plaçant autour d'eux les Bons de souscription spéciaux édités par le M.R.A.P. (à 1 NF, 3 NF et 5 NF). . Sachez-le : votre concours, quel qu'il soit, nous est ~ utIle. Le succès de notre action nécessite TOUTES les $ .~ 8 La vie du M. R. A. P. Avec tous les républicains DANIEL FERY, qui n'avait 16 ans ; Anne CODEAU, au r egard si limpide ; Fan71y DEWERPE, dont l'enfance fut traquée par l'occupant nazi ; Jean-Pierre BERNARD, si vivant, si actif ; Suzanne MARTORELL, mère dévouée et lucide; Edouard LEMARCHAND, qUJ aimait tant les forêts et les livres

Raymond WINTCENS et Hippolyte

PINA, inlassables militants depuis de longues années: ces femmes, ces hommes simples et laborieux sont tout à coup, par leur . mort, entrés dans notre vie. Martyrs du 8 février, leurs noms symboliseront désormais les luttes antifascistes de notre temps ; et c'est pour continuer leur combat avec plus de force encore qu'un million de Parisiens, au coude à coude, les ont accompagnés le 13, de la République au Père-Lachaise, que des millions de Français, unis, ont cessé le travail. , LEUR combat: le nôtre. Car le . fascisme, quel qu'il soit, ne peut être aujourd'hui séparé du racisme. A la base de l'O.A.S., il yale refus raciste d'admettre que les musulmans sont des hommes à part entière. Alimentant les menées de l'O.A.S., il Y a la guerre, qui oppose et déchire les peuples, et compromet chaque jour davantage l'avenir. Au service de l'O.A.S., il Y a les nervis de « Jeune Nation », les légionnaires anciens S.S., qui ont troqué la croix gammée pour la croix celtique. Les méthodes de l'O.A.S. sont la terreur, le chantage, le cri- . m~, méthodes qui ont conduit aux chambres à gaz. Ainsi, qui que nous soyons, au M. R.A.P., rescapés des camps de la mort, citoyens attachés depuis toujours aux vieux principes de 89, jeunes avides de justice, de logique et de bonheur, notre antiracisme est, pour chacun de nous, une raison supplémentaire de combattre le fascisme, de défendre la liberté et la paix. C'est pourquoi le M.R.A.P., sans hésitations et sans réserves, s'est associé aux manifestations antifascistes de ces dernières semaines, comme de ces derniers mois, contribuant de tous ses efforts à l'union des républicains, gage indispensable de la victoire. ET tout naturellement, dans la mesure même où le racisme est un élément de la menace fasciste nous considérons le front antiraciste, que nous avons pour mission particulière d'organiser et de tenir, comme l'un de ceux où se livre de façon décisive la grande bataille républicaine. C'est dire la responsabilité qui incombe à notre Mouvement. La Journée Nationale du 25 mars permettra de donner sur ce front antiraciste un nouveau et puissant coup de boutoir. Que toutes les énergies se tendent donc pour assurer à cette manifestation un immense retentissement ! Nous avons pu d'ores et déjà constater que, dans tous les milieux démocratiques, les concours les plus divers, les plus précieux, nous sont acquis. Partout les républicains, les gens de coeur font leur cette initiative. Son succès, notre oeuvre commune, sera une étape prometteuse de notre commun combat. Albert LEVY. __ Journal composé et imprimé ""',"",:'.c~'~-"I par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. Vers la Journée Poriicipont sur le plon nationa l à l'action poursuivie par les grondes organisations républicaines, le M.R.A.P. figurait notamment permi les signataires de l'appel invitant la population parisienne à rendre un sofennel et digne hommage à Roger Bai ssier, assassiné par l'O.A.S., ou ministère des Affaires étrangères. Apres les odieux attentats du 7 février qui firent plusieurs blessés, entre outres l'écrivain Vladimir Pozner, atteint d'une fractu-re du crâne et la petite Delphine Renard, dont on ignore encore si elle recouvrera la vue, notre Mouvement s'associa également à l'appel des organisations syndicales et des· diverses formations républicaines, pour la manifestation du 8 février. Le lendemain, le Bureau National du M.R.A.P., réuni d'urgence, rendait publique la déclaration que nous reproduisons en page centrale. Il s'était associé à l'appel à la grève d'une heure dons la région parisienne, qui a e:.l lieu le vendredi 9 février, de 15 heures à 16 heures. Le parti socialiste S.F.I.O. oyant invité la population à déposer des gerbes, le 12 février, devant les monuments aux morts, et, à Paris, devant la statue de la République, le parti communiste fronçais, le parti radical apportèrent leur soutien à cette initiative, ainsi que plusieurs outres groupements, dont le M.R.A.P. et la l.1.C.A. Enfin, le M.R.A.P. figure parmi les 30 organisations qui se sont associées à l'appel des syndicats de la Seine (CGT, CFTC, FEN, SGEN et UNEF) pour les obsèques des victimes du 8 février, appel qui est à l'origine de 10 grandiose démonstration du 13 février, de la République ou Père Lachaise. Le Bureau National du M.R.A.P. se trouvait, dons le groupe de tête, parmi les dirigeants des organisations invitantes. Outre la couronne du Bureau National, les comités des différents arrondissements avaient apporté de nombreuses gerbes, acquises grâce à des collectes. Le lendemain, le M.R.A.P. était représenté par nos amis Sonia Bianchi et A. Chil aux obsèques de Fonny Dewerpe, dont les parents sont des omis dévoués de notre Mouvement . . I..'VON . Le comité lyonnais du M.R.A.P. qui prépare activement les assises antiracistes locales, est membre du cartel groupant 42 organisations en vue de la lutte pour la paix en Algérie, contre l'O.A.S. et le fascisme. A l'appel de ces organisations, d'imposantes manifestations ont eu lieu ces derniers temps. En particulier, 25.000 personnes ont participé au défilé qui a eu lieu de la place Bellecour à la place Carnot pour rendre hommage aux victimes de la manifestation parisienne du 8 février. A Marseille, le M.R.A.P. participe au Co· mité départemental de lutte antifasciste, qui groupe 26 organisations et partis, notamment le Parti Communiste, le P.S.U., la Ligue des Droits de l'Homme, le Grand Orient, la C.G.T., la Libre Pensée, etc. Il est présent dans toutes les actions antifascistes. Pour la grande ma~estation qui s'est déroulée le 12 février aux Mobiles, dans l'union la plus large, le M.R.A.P. avait lancé un appel, invitant « les antiracistes et les victimes de l'hitlérisme » à venir nombreux. « La défense de notre vie même» ... Au cours d'une récente réunion de la société mutualiste juive « les Amis de Kalisz », le président de cette société, M. Rosenblum, a souligné, dons son rapport d'ac:tivité, la nécessitA d'un soutien actif ou M.R.A.P. Nous reproduisons cidessous son. texte, qu'il a bien voulu nous communiquer: « ••• Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher que les farces obscures dont l'antisémitisme est une des bases principales, soient en mesure de devenir un danger. . IIUI& " Le comité lillois du M.R.A.P. a déployé, ces temps derniers, une remarquable activité. Le 24 janvier, il tenait une soirée cinématographique, avec les films « Come Back Africa » et « La Montagne est verte ». 600 personnes y ont participé. Le débat qui suivit était animé par M. Pierre Descamps, secrétaire général de la Fédération Française des Ciné-Clubs. D'autre part, le comité multiplie les efforts pour réaliser l'union des antiracistes. Un appel condamnant le racisme a été signé en commun, à son initiative, par les formations les plus diverses : Parti Communiste, P.S.U., S.F.I.O., M.R.P., Fédération de l'Education Nationale, S.N.I., Association Générale des Etudiants, Ligue des Droits de l'Homme, C.G.T., C.F.T.C., A.J., etc... Le M.R.A.P. figure en outre avec 20 organisations parmi les signataires d'une déclaration appelant à la lutte contre le fascisme et pour la paix en Algérie. Le samédi 3 mars, auront lieu à Lille des assises antiracistes. Notre président, Pierre Para!, y représentera la direction nationale du M.R.A.P. NAISSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Claire, fille de nos amis Serge et Hilda POUILLOT. Toutes nos félicitations et nos voeux les meilleurs. MARIAGES Nous apprenons le mariage de M. Jean SCHWARTZ avec Mlle Hélène BLANKFORT. Nous leur présentons, ainsi qu'à nos amis M. et Mme Schwartz, nos félicitations et nos meilleurs voeux de bonheur. Nationale L'assemblée générale des militants de Saint-Quentin a pris toutes dispositions pour la préparàtion des assises antiracistes locales, fixées au 9 mars. D'ores et déjà plUS de 20 personnes se sont inscrites pour participer, le 25 mars, à la Journée Nationale. Des assises antiracistes locales sont ac · tuellement annoncées dans les arrondissements suivants : 3e et 4' (le 2 mars, salle de l'Epicerie Française, 12, rue du Renard), 5', 9', 10' (le 17 mars à l'Hôtel Moderne), 12', 14', 16' (15 mars, Maison des Centraux, 8, rue Jean-Goujon), 18'. D'autres sont en préparation, notanunent dans diverses localités de banlieue. Signalons la constitution d'un nouveau et actif comité dans le 10' arrondissement, sous la présidence de notre ami R. Feigelson. Dans le 18e, notre ami Joseph Creitz a pris la parole au nom du M.R.A.P. dans di· verses manifestations : le 23 janvier, au cinéma Myrrha, au meeting anti-O.A.S. ; le 28 janvier, à la mairie, à l'assemblée générale des anciens déportés ; le 30 janvier, à la conférence locale du Mouvement de la Paix. Dans toutes ces interventions, il a appelé les auditeurs à participer à la Journée Nationale. Rouen prépare également ses assises antiracistes, tout en participant aux activités antifascistes avec toutes les organisations républicaines : meeting du 9 février, manifestations du 12 et du 13. « Paris Normandie» a re'produit intégralement la déclaration du M.R.A.P. après les tragiques événements du 8 février . Me Jean Schapira représentera le Bureau National aux assises antiracistes locales.

Notre dévoué ami Charles KORSAKISSOK s'est marié le 15 janvier a,vec Mlle Paulette RIOU. Nous leur préseritons nos félicitations et nos meilleurs voeux. NOS DEUILS Nous avons appris le décès de Madame ARCISZEWSKA, née Téa Lipsk3l. Nous prions notre ami M. Jean Fréville, son beau-frère, et toute sa famille de trouver ici l'expression de nos condoléances. DON Nous remercions vivement Mme et M. MLOCKIER qui, à l'occasion du mariage de leur fils, M. Robert Mlockier, ont effectué un don de 100 NF à notre Mouvement. Pour nous, il n'y a qu'un seul moyen : c'est de travailler de concert et à l'intérieur d'un Mouvement qui a donné des ~euves de lutte acharnée : le M.R.A.P. Il ne suffit pas de se contenter de donner de temps en temps une petite somme d'argent, mais de prendre une part active à ce grand Mouvement, d'avoir dons son comité un délégué permanent, de propager son journal, de participer à toutes ses entreprises, d'être toujours présents à ses meetings, etc ... A l'occasion de la JOURNEE NA TIONALE Cela ne s'appelle p cs de « la politique» c'est simplement l'autcdéfense, la défense de notre vie même » .

M' Armand Dymenstajn a pris la parole à cette société, et également, le 26 janvier à l'assemblée de l'Association Française des Originaires de Bessarabie, et le 10 février devant la société « Secours aux. Amis ». Une collecte effectuée sur place en faveur de l'action du M.R .A.P. a rapporté 260 NF, s'31joutant aux 100 NF versés par la Société. C'est M' Jean Schapira qui prendra la parole à l'assemblée générale de la société « Nowo Radomsk », le samedi 17 février. Faites connaÎtre JI Droit et Liberté" Indiquez-nous trois adresses de rons deux spécimens de notre journal ment M. M. M. personnes à qui nous enveren sollicitant leur abonne- Vous aurez ainsi contribué au renforcement de notre Mouvement et de san action. A découper et adresser ou M.R.AP., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2e. 9 Après l'élection Les deux aspects de r action antiraciste de Pierre Paraf L'ELECTION de Pierre PARAF à la présidence du M.RA.P., qu i a eu lieu, le 14 janvie r, ou cours de la réunion du Conseil National, a été saluée avec sympathie pa r les militants et les omis de notre Mouvement. Quelques jours après cette élection, avait lieu une réunion du Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme, dont Pierre Paraf est membre. Le président Daniel Moyer tint à lui exprimer publiquement les félicitations amicales de l'ensemble des participants. Parmi les autres témoignages qui sont parvenus à notre président, citons cette lettre de M. Robert ATTULV, conseiller honoraire à la Cour de Cassation : " Je vous félicite de tout coeur, et je me félicite 'de votre nomination à la , présidence du M.R.A.P., en remplacement de mon cher et grand collègue et ami, le Président Lyon-Caen. " Je m'excuse aussi d'être mai ns assidu qu'autrefois aux réunions et aux activités de votre groupement. J'a i 78 a ns et les forces m'abandonnent lentement. Mois je demeure fidèle aux idées que défend le Mouvement que vous dirigerez désormais avec l'autorité du talent, de l'intelligence et d'une riche et féconde maturité, .. je vous adresse sous ce pli, signé l'appel que vous avez bien voulu me foire teRir, en vous priant d'agrée r, mon cher Président, l'expression de mes sentiments d'affectueuse admiration et d'e nt ier dévouement. • M. Guy BESSE, di recteur des Ed itions Sociales écrit' : .. Mes félicitat ions, cher ami, pour votre brillante élection à la présidence du M.R. A.P. Je suis toujours avec beaucoup d'attention l'activité du Mouvement, et sa pres se - très documentée. .. Je me fois un ploisir de joindre ma signature à celles, très nombreuses, que l'Appel recueillera sans nul doute ...• M. Jacques DEBU-BRIDEL, a ncien sénateur, adresse à Pierre Paraf ses .. très vi ves et $incères félicitations ». .. Voilà, écrit-il, un choix excellent dont je me réjouis très sincèrement ... De même, M. Clément BAUDOIN, conseiller municipal de Paris, félicite notre président, en s'associant à l'appel pour la Journée Nationale, dont il salue « l'heureuse initiative n . Enfin, M. Endre 5005, président du Consistoire israélite de Hongrie, où Pierre Paraf a fait récemment un voyage d'étude, .. souhaite, dans un télégramme, bon travail et grand succès au nouveau président du M.R.A.P ... L L racisme. cette pla ie de l'humanité, car il a de tout temps, existé, - ce qui ne veut pas dire qu'il durera toujours - ne se présente pas aux regards des observateurs sous une forme homogène. tou jours identiqup. à elle-même : suivant les milieux et les incons ta nces politiques, on peu l déceler un racisme bestia l et vir ulen t, concentré, d'une part, et un raci3lTlè larvé, diflus et à demi-conscient d 'au tre part. Le racisme, sous son aspect de haine, de violence et de meurtre, est le mieux connu, parce Que plus spectaculaire. L'histoire est toute gonflée de ses cr imes, de ses explosions de fureur démentielle et des rumes Que ses adeptes fanatisés ont accumulées. Ses deux caractéristiques principales sont le mépris et la haine de l'homme. On méprise l'homme Qu'on sait faible, Qu'on exploite et .Que, par dessus le marché, on maltra ite, et vu Qu'on l'exploite à outrance, on le considère comme un sous-homme. Et pour confirmer cette supér iorité prétendue de la race Pl'ivilégiée, des savants, ivres de spéculat ions fumeuses, ont recours il. la biologie pour constituer des échelles de valeur des races humaines. Quant à la haine, elle éclate invariablement dJ!s l'instant Que la victime du racisme réagit coutre les t raitements Qu'elle subit, le mépris dont elle est l'objet, car en cherchant à s'élever, elle met à nu le mensonge de sa prétendue infér iorité raciale, en même femps Qu'elle cesse d'être exploitable. Tel qu' il vient d'être défini, le racisme vu sous cet aspect est engendré par les condi tions objectives du mil ieu social, économiQue et politique. Il naît dans toute société où l'homme est aliéné et où le respect Qui lui est dÎt est vaci llant et trouve son aliment dans toute différence extrinsèque, sociale ou ethnique (car il existe une affinité entre la xénophobie et le racisme, et si celui-ci l'emport e sur la première, c'est parce Que les différences de nationalités sont moins voyantes Que les différences de races et donnent par conséquent moins de prise aux sentiments malveillants). De tels états d'esprit sont en contradiction avec les progrès de l'humanisme, et c'est pourquoi les racistes appartenant t cette catégorie sont des atta r dés, tournés vers la régression politique et sociale. Ils se recrutent à peu près exclusi\'ement dans les cercles réactionnaires - - dont à la vérité une fai ble minorité réussit néanmoins à se préser ver de la contagion raciste - mais les autres, les plus nombreux, en devenant racistes, impriment à leurs 'tendances réactionnaires une allure brutale, confinant à l'hystérie collective. Il en résulte Que favorisant le goût de l'aventure, ainsi Que le sadi sme, ce racismelà devient doctrine politique et même doctr ine d'Etat pour certains gouvernements, car elle présente à ses adeptes la possibilité de faire diversion aux réalités sociales et de fournir aux masses abusées des boucs émissaires quand la réaction au pouvoir voit grandir le malaise et gronder le mécontentement. A LORS Que les racistes dont les t raits viennent d'être esquissés sont des militants, Qui luttent et se remuent pour assurer le succès de leurs visées subversives. les racistes de la seconde manière ne font Qu'exprimer des sentiments des préjugés racistes, sans même parfois, se douter Qu'ils propagent un venin insid ieux, Ils se borneront à considérer en bêtes curieuses les gens d'une autre race (peut-on être Persan ?), s'étonneront naïvement en constatant Que beaucoup d'entre eux sont inst ruit s et cultivés, ne pourront s'empêcher, en présence d'un juif ou d'un noir, par exemple, de formuler des opinions où l'un et l'autre seront j ugés péjorativement, ou encore ils se livreront il. leur égard il. des plaisanteries de mauvais goût recueillies dans des journaux dits humorist iques. Certains même manifesteront Quelquefois de l'antipathie, mais plus sOllvent le désir de ne pas frayer avec des gens d'une autre race. évitant de les admettre dans leur intimité et considérant comme une intolérable mésaniance le mariage de leurs en- PAR rc;::;es SAROTOE] fants avec des prétendants de la race défavorisée. Dans cette catégorie de racistes, les nuances sont très var iées, allant d'un racisme assez net et caractérisé, mais toutefois sans host ilité, jusQu'à une simple absence d'esprit critiQue, qui fait Qu'on n'a pas suffisamment réfléchi à l'unité du genre humain et à la richesse des éventualités Qu' il renfe rme. Ce second état d'es prit raciste procède de conditions objectives différentes de celles dont procède le précédent. Il faut l'attribuer à l'influence d'un milieu social où l'égalité, bien Que p rocl a~ mée, n'existe concrètement pas ou fort peu, où les rapports sociaux et les conditions d'existence flétrissent le sent iment de fraternité Qui gît presque toujours dans le coeur humain et ne demande Qu'à s'épanouir. Il est dÎt aussi pour une grande part à l'ambiance créée par les racistes de la manière violente, et Qui fait Que beaucoup de braves gens se laissent impressionner défavorablement par l'état peu reluisant ou misérable dans lequel les victimes des racistes mili tants se trouvent plongées. Et même si cet état excite souvent leur pitié par sa gravité, il n'en demeure pas moins en leur esprit Que ceux qui s'y trouvent sont des gens Qui ne sont pas du même bord Qu'eux-llIêmes et avec lesquels il leur est difficile de sympathiser. En Quoi consiste cette diffé rence entre ces deux genres de racisme, Qui vient d'être analysée ? S'agit-il d'une simple différence de degré ou d'une différence de nature? Nous sommes assez enclin à opiner pour cette dernière, car ces deux genres de racisme ne procèdent point tout à fait des mêmes facteurs objectifs. Cependant l'un et l'autre ne lai ssent point d'avoir des points communs de contact : en ceci , d'abord, Qu'ils se rejoignent dans l' irrationnel, qu' ils prennent naissance dans les légendes et les mystifications forgées dans les cercles racistes ; en outre, ils s'influencent mutuellement. Il est ce l'ta in en effet Que les racistes militants, les racistes factieux, trouvent dans la masse diffuse des racistes de la seconde zone, sinon des complicités, ni non plus des ~ pprobations, du moins suffi samment d'inertie pour encourager les premiers à perséYérer dans leurs menées çriminelles : d'où une certaine responsabilité dérivant de cette passivité. Et inversement les actes perpétrés par les excités du raCisme, leU!' propagande véhémente et tintamaresQue ne laissent point d'impressionner peu ou prou beaucoup de bonnes gens Qui, de leur nature, ne seraient pas disposés à aller aussi loin dans la Il lanifestation des sentiments ra cistes, que ne le font les racistes organi sés. DEla constatation Qui précède, de ces différences et de ces points de contact, on peut dégager la tactique à suivre par les groupes antiracistes et démocrat iques pour combattre efficacement l'un et l'autre genres de racisme, tactique dont les modalités doivent être adaptées aux caractéristiques respectives de l'un et de l'autre, Aux racistes militants, organisés, dangereux pour la sécurité et l'o rdre publics, il faut opposer résolument le combat politique, l'action de masse. C'est cette ligne Que le M.R.A.P. a toujours suivie et qui comporte des for mes très diverses : pressions sur les pouvoirs publics par voie d'intervention et de l1Ianifestations massives ; appels aux forces populaires et aux personnalités exerçant une influence dans la Cité et dans les milieux intellectuels, politiques, professionnels ; action pour la défense des victimes de la brutal ité raciste et pour promouvoi r la promulgation d'une législation répressive du racisme, etc. Dans l'autre genre de racisl1le, l'action à mener doit être avant tout, une action d'éducat ion morale et civique. C'est dans cette voie Que le M.R.A.P. s'est déjà engagé en s'assurant le concours des enseignants poU[ éduquer l'enfance et la jeunesse dans le respect de la personne humaine et renforcer en elles le sentiment de la fraternit é ; il s'agit là d'un programme extrêmement vaste et de l'exécution duquel peuvent sortir les résultats les plus féconds. A côté de cela, mener une action culturelle dans la masse du public : dans cet objectif rentre le Prix de la Fraternité institué par le M.R.A.P. et Qui a un profond retentissement, en intéressant les esprits à la connaissance des oeuvres d'art Qui exaltent les plus nobles sentiments, magnifient les actes les plus généreux dans l'ordre de la solidarité humaine. A ioutons à cela la commémoration solemi.elle des grands apôtres oe l'affranchissement humain, des Abbé Grégoire, des Schoelcher, et leurs cont inuateurs, Qui jalonnent la voie de l'histoire des progrès de l'humani sme.

  • Répondant à l'inquié t~llde de ses nombreux

ami... nous sommes heureux de , faire savoir que M' Georges Sarotte va beaucoup mieux, et que sa convalescence se poursuit normalement. Les Signataires de l'Appel (SUITE DE LA PAGE CENTRALE) recteur à l'Ecole des Hautes Etudes; Marie-. José CHOMBARD DE LAUWE, attachée de recherches au C,N.R.S. ; les historiens Jules ISAAC et Henri MICHEL ; Gilbert BADIA, Jean BOUVIER, Robert MISRAHI, Emile TERSEN, professeurs agrégés; Léo MONBOUYRAN, professeur honoraire ; Guy BESSE, directeur des Editions Sociales. Citons encore: les pasteurs André DUMAS, Pierre DUC~OS, Louis VIENNEY; l'abbé GLASBERG ; Elie GOZLAN, de 4 juin 2010 à 08:05 (UTC)"'192.168.254.42 . 4 juin 2010 à 08:05 (UTC)~! Deùx messages de sympathie Parmi Is nombreux messages de sympathie qui nous parviennent pour la Journée Nationale, voici celu i de M.Vincent AURIOL, ancien Président de la République. cc J'aurais été très heureux d'assister à votre manifestation du 2S mars contre le racisme l'antisémitisme et pour la poix. Je m'en serais fait un devoir. Et je serai de coeur avec VOUI. u Mais du 6 mars au 4 avril, je prédderaï à Bangkok les assises de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants qui, vous le savez, au nom de 22 millions d'anciens combattants et résistants de tous les continents, mène le même combat que vous - puisqu'il y a trois ans, je préddai à Genève, une grande Conférence de tous les 9'l'oupements affiliés contre le racisme et l'antisémitisme. Je suis navré de ce contre- temps ... JO D'autre par, M. René CASSIN, vice-président du Conseil d' Etat, ré pondant au Comité du M.R.A.P. du quatrième arrondissement, qui l'invitùit aux assises locales prévues peur le 2 mars, écrit : u Il est 'inutile de vous dire que le sympathise totalement avec tous les hommes répudiant le . racisme. Je crains cependant de ne pouvoir être à Paris le 2 mars, étant en suspens entre la 'Cour Européenne des Droits de l'Homme à Strasbourg, et mon départ pour New-York pour la Commission des Droits de l'Homme des Nations-Unies. cc Mon combat continuel est mon excuse. cc Veuillez agréer, je vous prie, mes regrets et l'expression de mes sentiments les meilleurs. » ~ l'Union des Croyants Monothéiste, ancien dirigeant de la communauté juive d'Algérie

le Dr Jean DALSACE ; le cinf.aste

Louis DAQUIN ; le producteur de films Alexandre KAMENKA; l'actrice Clara GANSARD ; Pierre BOITEA U, ancien directeur du Parc Zoologique et Botanique de Tananarive, membres de l'Académie Malgache; Fernande THERIAU, membre du Conseil National du Mouvement de la Paix; Jean DE LORl\'J.E, ancien conse:ller municipal de P!lIris ; Henry BULA WKO, Journaliste ; les avocats Micbel BRUGUIER, membre du Conseil Mondial de la Paix, Charles LEDERMAN, Joë NORDMANN ... Mais cette liste, si prestigieuse et si diverse soit-elle, ne peut donner qu'une idée incomplète du retentissement de l'appel pour la J ournée Nationale. Chaque jour elle s'allonge de nouveaux noms. D'ores et déjà il est certain que 1111 Journée Nationale r assemblera, parmi ses nombreux pa r ticipants, les r eprésentants qualifiéS de tous les courants de la pensée française. LE DEROULEMENT DE, LA JOURNEE NATIONALE Les débats de la Journée Nationale auront lieu sur la base d'un rapport de notre secrétaire général, Charles PALANT. sur le thème suivant : cc Racisme et action antiraciste dans la France de 1962 ". Divers aspects de l'action antiraciste, en liaison avec l'actualLé, donneront lieu à des exposés particuliers, présentés par des personnalités qualifiées. En voici les thèmes: 1) Après la condamnation d'Eichmann, le nazisme n'est pas mort : a) L'i nternationale néo-nazie et ses menées en Fronce. b) L'Allemagne, 17 ans après. 2) Le drame algérien : pour une solution pacifique et fraternelle. 3) Les ~ducateurs devant le racisme. me. 4) L'action judiciaire contre le racisme. 5) Connaissance des peuples d'Afrique. Nous publierons dans notre prochain nu- 'méro la lis:e des personnalités qui présenteront ces exposés, et celle des divers oro. teurs annoncés. DE MULTIPLES CONCOURS Tant sur le plan national que sur le plon local, des organisations républicaines de toutes tendances apportent leur soutien à la préporation de la Journée Nationale. Plusieurs ont décidé d'appeler leurs adhérents à participer à la Journée Nationale. et d'envoyer des représen iants qui prendront port aux débats. _----- 10 LU - C~ UNE FILLE 1 NI -MA André Wajda est sans doute l'un des cinéastes polonais les mi eux connus en F rance. Bien que rormé à l'école d'Alexandre F ord. le style de Wajda ne s'apparente que de très loin à celui de son maître. Son premier film, « Une fille a parlé », projeté avec un grand succès en « Floride », le classe d'emblée parmi les mei lleurs. Wajda y affirme une intelligence viv:e et pénétrante et des qualités cie techmci en que l'on retrouvera clans ses deux autres films « Kanal » et « Cendres et Diamants ». Dans « Une fille a parlé » la caméra de Wajda fait revivre la triste réalité de la vie quotidienne dans Varsovie, sous l'occupation allemande. Avec une tendresse teintée d'humour il s'attache à montrer l'évolution d'une jeunesse désemparée par la guerre et les privations, en butte aux vexations systématiques et il la répression sanglante de la part de l'occtipant nazi. La mort tragique d'un de ces· jeunes, tué par une sentinelle allemande sur un wagon transportant du charbon, entraîne Je spectateur, dès le début, dans le vif du sujet.

  • * TOUSSAINT LOUVERTURE, par Aimé

CESAIRE (présence africaine). « Présence Africaine » vient de publier en seconde édition et avec une intéressante préface de Ch.-A. JUlien, le (( Toussaint Louverture» d'Aimé Césaire. n n'est certes pa5 nécessaire de présenter aux lecteurs de « Droit et Liberté» un des plus grands poètes de ce temps. Toutefois, ce n 'est pas de poésie qu'U s'agit cette fois, mais d'histoire et d'histoire au sens plem du terme. A partir des événements complexes qut eurent pour théâtre la colonie française de Saint-Domingue de 1789 à !803, Aimé Césaire a tenté de dégager les caractéristiques d'une révolution de type colonial. Sa thèse, très convaincante et solidement étayée, est qu'il n'y a pas eu de Révolution française dans les colonies, mais « une révolution spécifique, née à l'occasion de la Révolution française, branchée sur elle, mais se déroulant selon ses lois propres et avec ses objeotifs particuliers ». Ces lois et ces objectifs, Aimé Césaire en historien familier des penseurs marxistes, les dégage de la dynamique particulière des trois classes qui constituaient la société de la colonie, celle des colons bI8.ncs, celle des mulâtres libres, mats sans droit.s politiques, enfin la plUS nombreuse, celle des esclaves ; ces trois classes apparaissent tour à tour en peu d'années sur la scène de l'histoire. Avec précision Césaire montre que l'antiracisme humanitaire des penseurs révolutionnaires (à l'exception de Marat) n'était pas synonyme d'anticolonialisme et que la bourgeoisie française ne pouvait songer à exporter tel de ses principes (par exemple la déclaration des Droits de l'Homme) qui eût pour effet, par l'aboli- J l -, t gCUWVz, do1UtWt .•. c'est , . , 6lUJOVt fJUPl.e EN VENTE dons toutes les bonnes Moisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. A PARLÉ Toute ) 'action du film a pour toile de fond le ghetto de Varsovie, invisible et pourtant présent avec ses prisonniers qui souffrent, luttent et meurent. Les sentiments de chaque habitant du secteur « aryen » envers les Juifs servent de test au cheminement de sa conscience. Il s'en dégage l'évidence que l'on ne peut séparer la solidarité envers les Juifs de l'esprit patriotique, que la véritable résistance ne peut se concevoir sans le soutien actif aux combattants juifs contre le même ennemi. Wajda ne triche pas avec les hommes. Il ne cherche pas il. cacher que ces idées, d'apparence si simples, ont pourtant dû se frayer un long et difficile chemin avant de pénétrer dans le coeur et l'esprit des gens, en particulier de la jeunesse. Le travail en profondeur des militants clandestins du parti ouvrier polonais y a contribué d'une façon décisive. Mais l'amour y a aussi eu sa part. La rencontre à la sortie d'un cours obligatoire, entre le héros du film et une militante de la jeunesse résistante, marque en effet un tournant dans l'évolu- · tion de ce dernier qui trouve dans la lutte commune, dans le danger, d'autres raisons d'aimer. tion de la traite et de l'esclavage, de. léser les intérêts non seulement des colons, mais de toute une classe d'armateurs et de marchands, bénéficiaire de ce que l'on a appelé plus tard le {( pacte colonial ». Ainsi la liberté conquise finalement par les masses nègres de Saint-Domingue fut le fruit de leur seul courage et de l'action de l'homme de génie que fut l'ancien esclave Toussaint Louverture. Génie, le mot n'est pas excessif. On sera surpris de constater à quel point cet homme était en M'ance sur son temps. Que ce soit dans le domaine militaire, politique, é:onomique ou diplomatique, la prescience de ses vues confond. Ou destin ignominieux que lui réserva l'hypocrisie et la déloyauté du premier Consul, on peut dire aussi que ce fut, suivant le mot célèbre attribué à Talleyrand au sujet de l'exécution du Duc d'Enghien, plus qu'un crime, une faute. Quelques mois après la mort de Toussaint, les débris des troupes françaAses battues par Dessalines, l'ancien lieutenant de Toussaint et décimées par la fièvre jaune, quittaient Saint-Domingue pour toujours. Haïti avait conquis son indépendance et sa liberté.

  • « MONSIEUR TOUSSAINT » par

Edouard GLISSANT (Editions du :::;eUll. On ne quittera pas saint-Domingue et son héros avec la pièce d'Edouard Gl1ssant, « Monsieur Toussaint » (Editions du Seuil). Il s'agit d'une vaste évocation historique et poétique. Toussaint, dans sa cellule du Fort de Joux, vit ses derniers jours de captivité et simultanément les heures glorieuses ou tragiques de son passé. Très remarquablement écrite, c'est une oeuvre de poète autant que de dramaturge, qui a sa place tout indiquée dans le répertoire d'un théâtre populaire. -* LA VIE DES FRANÇAIS SOUS L'()('~ CUPATION, par Henri AMOUROUX. (Editions Arthème Fayard - Grandes études 'contemporaines). Ce livre s'appuie sur une documentation importante constituée de témoignages directs, oraux ou écrits, d'archives d'institutions spécialisées (dont le C.D. J.C.), de journaux, brochures, écrits pu· blics ou clandestins, discours, etc... La bibliographie d'un éclectisme assez inquiétant va du communiste Mousslnac .. _ à Luci-en Rebatet et ne comprend pas moins de 226 titres_ On notera l'abondance particulière des témoignages provenant d'ecclésiastiques ... Le résultat de ce considérable travall de recherche qui se veut objectif est un gros livre de près de 600 pages où sont passés en revue tous les aspects de la vie quotidienne des Français de 1940 à 1944 : Exode, restrictions, S.T.O .. persécu. tions raciales, Vichy, la collaboration, le maquis, les bombardements, la Libératior.. Ceux qui n'ont pas vécu (ou ceux qUi ont oublté) ces jours sinistres trouveront donc ici une ample moisson de faits et; - ENTENDU HE , VOUS r f ROTTEZ PAS! Dans un discours récent, M. Guy Mollet, reprenant des affirmations publiéet; quelques jours plus tôt dans son journal, accusait le dessinateur Mittelberg, qui colla bore à « l'Express » sous le pseudonvme de Tim. d'être « un des plus beaux antisémites que nous ayons vus ». - , On regrettera que la polémique politique puisse entraîner une accusation aussi grave, formulée en termes volontairement vagues, et ne :;'appuyant sur aucun fait. Ces propos sont d'autant plus effarants que, comme le précise le rédacteur en cher de « l'Express », le père et la mère de Mittelberg « ont péri brûlés vifs pa·y le.nazis dans le ghetto de Varsovie, pendant qtte ltti-même, évadé des camps allemands pa.r 11 Russie, combattait au seit~ des F .F.L. qu'il avai·t rejointes à Londres ~.

  • d'anecdotes. Cependant, je crois utile dt:

les mettre en garde contre quelques jugements contestables sur le camportement du peuple français considéré dans son ensemble, jugements qui me paraissent être la conséquence de l'optique résolument bourgeoise de l'auteur. Guy BAUDIN.

  • LES CONTES D'ANNE FRANK (Calmann-

Lévy). Tout le monde connaît le Journal d'An ne Frank qui étreint le coeur d'une indicible amertume et qui pourtant nous fait souvent sourire. Anne avait une grande fraîcheur et un sens d'observation aigu. Pendant ses longs mois de réclusion elle a écrit, à côté de son journal, des contes qui viennent de paraitre chez Calmann-Lévy, illustrés d'une façon douce et discrète par Domi· nique Rolln. Ces histoires pleines de charme plairont aux enfants de 8 à 12 ans et feront peutêtre réfléchir les parents. En effet, ils nous livrent, sans malice, quelques points de vue de l'enfant. Certains jeunes lecteurs se reconnaîtront dans Kaatje qui aime à rêvasser ... et qui se bouche les oreilles quand sa ma· man lui dit de faire les courses. L'histoire des deux lutins Dora et Peldron les amusera et ils rêveront à la petite marchande de fleurs, si heureuse de s'allonger le soir dans l'herbe et de contempler le ciel. Bref, ces contes sont simples et frais. Les petites personnes les liront sans peine et les grandes avec intérêt. Pour eux mêmes, pour le contexte, pour les rappro· chements à tatre avec certaines pages du J ournal. Anne Frank est décidément une petite fille qui nous émeut, nous fait réfléchir et nous fait rêver. Andrée CLAIR. Pour son action pendant la guerré, Mittelberg fut. de la main du général de Gaulle, décoré de la Croix de guerre avec palme. Ses origines lui valurent d'ailleurs d'être attaqué naguère par « Rivarol ' » qui écrivait : « La vlJ'dette va à présent aux ignobles dessins de Mittelberg, venu dl? ie ne sais Quel ghetto d'Europe Centrale, cela si/ue mieux le tem~/JS où nous vivons ». Dès cette époque, Mittelberg avait affirmé - et pour cause! - son opposition au racisme par de nombreux dessins, entre autres celui que nous repro duisons ci-dessus. et qui paru dans « Droit et Liberté » en J9,)1. 1 THÉATRE 1 Sur l'intolérance « Trois fois le jour »; la pièce de Claude Spaak jouée actuellement au Théittre de l'Athénée, a pour thème l'intolérance. A trois époques différentes (16' siècle. en Angleterre, 18e siècle en France, de nos jours à la Nouvelle-Orléans) l'au teur a montré, dans des situations comparables des cas d'intol~rance religieuse, politique et raciale. Dans les trois cas, la vie d'un homme est en jeu, et le problème posé est celui des responsabi1i1:é~ cie chacun pour éviter l'injustice. Mise en scène par Daniel Leveugk, la pièce est jouée par Robert Murzeau, Nicole Berger et Alain Saury, qui tiennent successivement trois rôles diHé~ rents d'un acte à l'autre. ({ La Voix mondiale des Tziganes» Le numéro 1 de la première revu!! rédigée par des Tziganes pour les Tziganes vient de paraitre. C'est un événement. Jusqu'ici, au moins en langue françaoise, les gitans n'apparaissaient, dans .diverses publications, que comme un sujet étranger, auquel on accordait l'intérêt du pittoresque, du mystère, mais non pas le droit de défendre leurs revendications dans une société qui les ignore. A notre époque, ce sUence n'est plus possible : le gitans doivent sortir du cercle enchanté où ils se trouvent trop souvent enfermés. Il faut qu'ils sachent qu'Us ont des millions de frères pour les comprendre. Pour que les liens de l'amitié se tissent avec eux, le mieux est qu'ils s'expriment

({ Voilà qui nous sommes, nos

problèmes, nos aspirations » et que leur prise de conscience s'affirme au delà de leurs tribus. Un premier pas dans cette direction vient d'être accompli par la parution du cahier 'no 1 de « La Voix Mondiale des Tziganes '», « mensuel de la vie des Communautés gitanes ». c'est une petite brochure modestement ronéOtypée, mals dont on peut prédire à coup sûr qu'elle connaîtra un grand rayonnement, qu'eUe améliorera et son contenu et sa présentl1- tion quand ce ne serait qu'en raison de la curiosité et de la sympathie qu'elle ne va pas manquer de susciter. . Le M.R.A.P., dont l'organe « Droit et Liberté » a publié déjà une interview dU président de la Communauté mondiale d~s Roms, S.A. vaïda Voëvod III, n'a pas manqué et il continuera - de faire coI1- naître la vérité sur les gitans, les mesures d'extermination prises par le pouvoir hitlérien contre eux, leurs luttes actuelles pOUl' le respect de leurs droits, de leur . dignité d'hommes. ' Nous sommes contre tous les racismes. pour un humanisme militant. .. R. M.·- 11 ----- --- CONSIDÉRATIONS lE '.-DÉBAT' sur l'antiséDlitisDle (ONTINUE .. -. 'L ES juifs ressentent l'antisémitisme , comme un phénomène exceptionnel, sans aucune commune mesure a"ec les oppressions qu'ont pu subir d'autres peuples au cours de l'histoire. Graetz s'exclame : « Combinez tous les malheurs que des tyrannies ecclésiastiques et temporelles ont jamais infligés à des hommes ou à des nations, et vous n~aurez pas encore atteint la pleine mesure des souffrances que ce peuple marty. r à dû endurer, siècle après siècle ». Ahad Haham envisage une époque où tous les peuples pourraient vivre en bunne intelligence et cependant, ajoute-t-il. cette paix universelle ne concernerait pas les juifs qui continueraient à être persécutés - comme si l'essence du peuple juif était d'être une éternelle vit:time. Combien de sermons de rapbins reprenant ce thème ! Combien te conversations de particuliers l'enchérissant sur ces affirmations ! Aussi parle-t-on de mystère d'Israël ; aussi fait-on appel à la théologie ou à la ' mystique pour le résoudre : Israël, peuple prophète (thème qu'exalte un beau poème d'Edmond Fleg : la Vision If Isaac) ; la souffrance d'Israël, expia~ tion pour les fautes des autr:es peuples (c'est ce que développe le Dernier des justes de Schwarz Bart) ou expiation de ses propres fautes à la mesure de sa mission (tradition juive) ou de son crime (le déicide, selon la tradition chrétienne). Rien de cela n'est satisfaisant, ni moralement, ni rationnellement. Et le mystère resterait entier, si ce n'était pas nous qui l'avions créé de toutes pièces. En fait, j'antisémitisme est loin d'avoir ce caractère exceptionnel qu'on af. firme, fasciné par un passé tout proche et effectivement atroce et ignorant les souffrances qu'ont endurées les autres peuples. C'est d'un historien peu sérieux (même quand il s'agit de Graetz) que de réduire l'histoire du peuple juif à celle de ses persécutions. Personne ne saurait soutenir que le sort des Hébreux tant Qu'ils furent indépendants, fut essentiellement différent de celui des autres peuples de l'antiquité : Syriens, Phéniciens, Egyptiens, etc ... La conquête de la Judée par les Babyloniens, puis par les Romains, ne se distingue pas réellement de la conquête d'autres pays par' ces deux empires. La condition des Judéens en Babylonie fut florissante, dans J'empire romain, privilégiée. La cc Nous souhaitons avoir des relations internationales avec le monde entier, dans le cadre de la lutte contre le ' racisme, pour la coexistence pa. . cifique, le bonheur de tous les peuples vivant sur terre et pour le désarmement. cc .Nous regrettons. H. A. FREITAS vivement de n'avoir pas été informés plust6t de l'eXistence de votre organisation ; aussi nous attendons une étroite et stncère collaboration sous toutes les formes dans la solidarité et la Irctternité. .If Nous serions heureux d'être abonnés à la revue cc Droit et Liberté· Il, et nous pourrions la diffuser largement auprès des amis épris de paix. /( Nous vous prions de . trouver ci-joint, ~ statuts de la Jeunesse Africaine, qui s'est donné pour but de. grouper les jeunes d'Afrique Noire et de Madagascar /( dans l'amitié, la fraternité, la solidarité et le travail pour l'édification et la restauration de l'Unité Africaine Il. Elle est cc ouverte à tous les jeunes gens et jeunes filles, sans discrimiTTation raciale ni religieuse" Il. Elle a encore pour but cc d'aider les jeunes à se connaître, s'aimer, s'unir, de 1cJ!?oriser le développement, l'émancipatjon, l'éducation de base africana-malgache et. l'accès à tous les métiers Il. Nous adressons nos sincères et vifs r.emerciements ainsi que nos salutations au M.R.A.P. Albert FREITAS, Secrétaire général de la Jeunesse Africaine, (République du Dahomey). Nous remercions M. Freitas de cette lettre amicale. Nous souhaitons de tout ooeur que s'affirme la solidarité entre les antiracistes de France et ceux de l'Afrique tout entière. situation a-t-elle changé avec l'apparition du christianisme et l'islamisme ? Les juifs étaient nombreux en terre d'Islam et le livre récent de M. Poliakov - qui couvre tout le moyen âge - est loin de les présenter comme de malheureux opprimés. Je dirai même, bien au contraire. L'Espagne, justlu'à la conquête chrétienne, était le pays par excellence, de la tolérance. Quant à l'Europe chrétienne, il convient de préciser et d'abord de distinguer entre l'Europe occidentale et l'Europe orientale. Les véri- . tables persécutions ne commenceront en Europe occidentale qu'avec les croisades (pratiquement vers le XI" siècle). En Europe orientale qu'avec la révolte cosaque (au XVIIe siècle). Jusqu'alors - et cela représente des siècles de paix et de prospérité - la condition tion des juifs n'etait pas sans doute égale à celle de la noblesse ; elle était souvent supérieure à celle du bas peuple. Il reste, certes, qu'à partir du XI' siècle dans le premier cas (pour relativement peu de temps d'ailleurs - puisqu'expulsés, les juifs vont quitter cette région), à partir du XVII" siècle dans le deuxième cas, ",ont se multiplier oppressions, vexations, entraves de toutes sortes, massacres. Mais, étendre à toute l'histoire juive qui dura .w siècles, ce qui caractérise quelques siècles, c'est un pas .qu'on n'a pas le droit de franchir. N'OUBLIONS pas d'ailleurs que si l'histoire juive n'a incontestablement pas seulement des aspects heureux, celle des autres peuples non plus. Je ne prendrai qu'un exemple, celui des noirs à l'époque de la Traite. Dans l'ile de Saint-Domingue, en 50 ans, ont été importés 2.200.000 esclaves ; et comme il n'yen a jamais eu que 600.000 vivants à la fois, le rapport entre ces deux chiffres manifeste avec évidence l'importance de la mortalité. En fait, le tiers des esclaves importés, mourait dans les ~ premières années et la vie des autres dans l'île, ne dépassait pas 15 ans. On a calculé que, compte tenu de ceux J'ai le plaisir de vous expédier ce jour, un mandat-carte de versement de NF .' 30 à votre C.C.P. MerCi pour votre travail. Nous l'apprécions, même si nous n'avons pas toujours le temps de vous le dire. Mlle M. ROZENBERG, Besançon (Doubs).

cc Je serai très heureux de prendre connaissance de votre revue cc Droit et Liberté Il. cc De tout mon coeur et de toutes mes forces je suis contre le racisme et l'antisémitisme. Comment un être humain et particulièrement un noir est-il responsable de la couleur de sa peau ? Il a droit à la vie tout comme le blanc. Tout être humain quelle que soit la couleur de sa peal!- a le droit de vivre, et doit vivre. /( Personne n'a le droit de rester étranger aux graves problèmès du racisme et · de l'antisémitisme. » M. René BRUNEI., Montbrison (Loire).

cc Ait seuil de 1962, je viens souhaiter pour le M.R.A.P. et pour cc Droit et I;iberté Il que la nouvelle année soit une grande année. /( J'entends par là qu'elle vous permette de lutter avec efficacité contre le racisme. Pour cela, je vous souhaite de bénéficier d'une audience toujours plus grande parmi ceux - et ils sont nombreux - qui aspirent à la justice et à la paix. ~l vous faudra être puissants car ceux contre qui nous luttons le sont. Les racistes et les fascistes doivent admettre la réalité .' l'immense majorité est contre eux. Les manifestations populaires l'ont prouvé et doivent continuer à le montrer avec encore plus de force. » François PIGNON, Livry-Gargan (S.-etrO.). qui ont été tués dans la chasse à l'esclave, en Afrique, ceux qui sont morts dans la marche entre l'endroit où ils ont été capturés et la côte, ceux qui sont morts en bateau et ceux qui ont été livrés vivants en Amérique, le nombre des victimes noires de la Traite, durant les deux siècles qu'elle a duré, atteint 100 .à ISO milhons d'êtres humains Quant aux conditions de vie en captivité, l'effrayante mortalité indiquée plus haut est déjà significative à cet égard ; la case de l'oncle Tom a décrit la 'séparation des mères et des enfants vendus à des ;g:heteurs différents ; d'autres récits nous' montrent un bébé noir noyé sous les yeux de sa mère parce que ses pleurs gênaient la maîtresse de l'esclave, et l'esclave elle-même cruellement fouettée pour avoir tenté de se suicider, désespérée par la mort de son enfant. Cela se passait au siècle dernier. Il y a à peine trente ans, André Gide a pu témoigner du travail forcé qui était imposé aux noirs et des terribles excès qu'il entraînait - et cela, dans une colonie française. le Congo - sous la responsabilité de tous ceux d'entre nous qui, à cette époque. étaient majeurs et avaient clonc leur mot à dire à ce sujet. Il me semble nécessaire d'ajouter un autre exemple parce que c'est jusqu'au paroxysme antisémite des nazis, qui n'est pas sans équivalence ': sait-on que les camps de concentration allemands ont détruit près de la moitié des gitans européens ? Il y avait avant-guerre, en Europe. environ 1.100.000 gitans (Martin Block : Moeurs et cutumes des Tziganes, Payot 19.36) ; on évalue à 500.000, ceux que les nazis ont massacrés. D'une mal1lere générale, il valait mieux être un juif qu'un paysan au Haut moyen âge, qu'un esclave noir au XVIII" et au XIX· siècle, qu'un ouvrier en France au XIX· siècle, qu'un noir libre actuellement aux U.S.A. ou en Afrique du Sud, qu'un musulman en Algérie. Et si l'on fait le bilan, il est loin cI'être sûr que ce soit le peuple juif qui ait le plus souffert au cours de l'histoire. TOUT cela nous montre en tout cas que l'antisémitisme n'est qu'un cas . particulier d'un phénomène bien plus ample : banalement de l'oppression des peuples 'les uns par les autres. De fait, on retrouve une attitude analogue chez les juifs eux-mêmes. D'abord entre eux : on n'ignore pas le mépris des juifs alsaciens en France pour les juifs immigrés, en Israël, celui des juifs al- . lemands ou russes pour les juifs pol04 nais, roumains et surtout nord-africains. On retrouve aussi cette attitude à l'égard des autres peuples : par exemple, à l'égard des arabes ou des noirs (que n'ai-je entendu. sur les arabes ! P.t quant aux noirs, comme je comparais les souffrances cles juifs et celles des noirs, quelqu'un, qui d'ailleur_s n'est pas n'importe Qui - m'a répondu : « Oui, mais les juifs ne sont pas d~s noirs »). A quoi est dû ce phénomène général ? Il semble que les individus, lorsqu'ils sont clans le désarroi, se réfugient clans le gr'oupe auquel ils appartiennent. confondent leur personnalité avec celle de leur groupe, cherchent à se valoriser ; en valorisant leur groupe, et le font , d'autant mieux qu'ils rejettent, méprisent et oppriment les autres groupes. On . a qualifié cette attitude d'ethnocentrisme et les enquêtes psychologiques menées aüx U.S.A. sur l'initiative cie l'Améri- . can Jewish Commitee ont montré ~qu'ef- . fectivement l'antisémite est un être qui, . Dans cette page, chaque mois, des antiracistes de toutes tendances exposent librement leur point de vue sur les problèmes divers que pose l'action contre le racisme et l'antl. sémitisme. Tous nos lecteurs peuvent partielciper à ce débat. sous des apparences rigides, a peur de lui-même ; iJ est timide, troublé. D'une manière générale, il est antidémocratique

. il a besoin de se soumetre à une

autorité, de s'agréger au pouvoir. Son antisémitisme n'est qu'une manifestation, parmi d'autres, de son opposition aux autres groupes pour mieux affirmer son appartenance à son groupe : cie fait, la plupart du temps, l'antisémite est aussi antinoir, antijaune, antiarabe, xénophobe, etc ... Le cas clu Ku Klux Klan d'abord antinoir, ensuite anticatholique, antijuif, anti-étranger est significatif A cet égard - montrant bien que la haine contre un groupe ne s'explique pas d'abord par le groupe visé, mais par l'attitude du sujet, haïssant tous tes groupes, autres que le sien. L'ANTISEMITISME n'est donc qu'une forme de la xénophobie. Celle-ci sans cloute a des causes occasionnelles - et on a raison d'insis ter sur les causes économiques (je renvoie à cet égard à un livre trop peu connu, écrit penclant l'occupation, au milieu des soucis que l'on devine, par un tout jeune homme, chargé par ailleurs de lourdes responsabilités clandestines : La concertion matérialiste dtt probl~me fuif. d'Abraham Léon). Mais, plus profondément, ces causes économiques, ne font que manifester une possibilité toujours latente de haine, liée à la division de l'humanité en nations et en classes. Le nationalisme maintient la xénophobie - comme inversement la xénophobie maintient le nationalisme. Voilà la racine du mal. Moralement parlant, nous, juifs, ne. pouvons lutter contre l'antisémitisme sans lutter en mêine temps contre notre propre nationalisme. Et pourtant, si j'ai entenclu beaucoup de sermons qui condamnent - et pour cause - le premier, je n'en ai guère entendu qui condamn~nt le second. On peu.t interpréter de plusieurs façons le messianisme; il n'y a qu'une seule interprétation qu'on a le devoir de retenir : l'unité de l'humanité que svmbolise l'unité cie Dieu et qui suppose l'abolition des nations et des classes. Nous avons approuvé Sartre affirmant

« Pas un Français ne sera en

sécurité tant qu'un juif en France et dans le monde entier pourra craindre pour sa vie ». Sachons en tirer la conséquence logique (je l'ai déjà écrit ailleurs, je m'excuse de me répéter) : Pas un juif ne sera en sécurité et n'aura te droit d'être en sécurité tant qu'un homme sera opprimé en raison de la couleur de sa peau, en raison de sa religion, de son peuple, cie sa classe, tant que le monde sera tel, que tout cela sera possible. Pratiquement, contre l'antisémitisme, c'est peut-être aussi finalement le chemin le plus court. Utopie, dira-t-on, cette hu- , manité unifiée et reconciliée avec ellemême? En est-on sûr, que c'est une utopie ? Or. cie toutes manières, nous n'avons pas le choix. C'est cela, ou c'est la, guerre. l'oppression, le massacre. A nous .de décider et cI'agir. ! .... A PROPOS Of: L'A.PPEL POUR LA. JOLJRNffN4TION4lE Nous avons reçu de M. Hubert Deschamps, professeur à l'Institut- a'Ethnologie,: membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., la lettre suivante: - " Je vous retourne ci-joint, apr~s l'avoir siimé, votre appel contre le rdcism~. cc L'oppression coloniale il, me choque. J'espère que vous ne réduisez pas toute la· colonisation au colonialisme, ce qui serait une erreur grossière. Toute colonisation a' · ·.comporté, en proportion très diverses, une face' positive et une face négative (Voir ma . . CI Fin des Empires coloniaux 1), collection CI Que sais-je Il). " Que le racisme n'ait " cessé d'être le fourrier du fascisme » apparaît aussi à l'historien comme une affirmation légère. Le racisme est vieux comme le monde, le fascisme est d'hier. La tâche des antiracistes déborde de beaucoup l'antifascisme, qui n'en est qu'un aspect momentané. " J'ai néanmoins signé !'ensemple, approuvant l'esprit qui l'anime, et etant plus que jamais persuadé de la nécessité d'un Il idéal d'égalité et de fraternité Il auquel je serais heureux, si l'occasion s'en représente, de voir joindre la liberté. cc Croyez, Monsieur le Président, à mes sentiments dévoués. 1) -- 12 - Avez-vous des préjugés? DE MAUVAIS JEUX DE MOTS ON croit communément qu'il existe une corrélation étroite entre certains traits physiques et les qualités morales, l'intelligence et le caractère. C'est là un corollaire à la croyance, encore plus répandue, selon laquelle les caractères spirituels se trahissent par la cbnformation du corps. Ainsi, l'intelligence se mesurerait à las hauteur du front. Des littérateurs sans imagination et dénués du sens de l'observation parlent sans cesse de bouches « cruelles », de mentons « volontaires », de nez « patriciens» comme si la signification de ces traits ne faisait aucun doute. En réalité, elle n'est fondée que sur de masuvais jeux de mots. Un menton ({ fuyant » indiquerait la lâcheté, tandis que des tempéraments batailleurs s'orneraient d'un menton « agressif ». C'est oublier un peu vite que le plus célèbre menton en galoche de l'histoire, celui des Habsbourg, fit pendant des siècles la distinction d'une famille particulièrement pusillanime et fantaosque. 'Certes, il serait absurde de prétendre qu'il n 'existe aucun rapport entre l'aspect physique et la personnalité, mais les corrélations sont si complexes et si ténues, elles dépendent de tant de facteurs, qu'on ne peut fixer de règle stricte permettant de les déterminer à coup sur ... L'I NTELLIGENCE N'A PAS DE COULEUR D · E nombreux tests ont été mis au point pour déterminer s'il existe une r elation entre l'intelligence et lai race. Les partisans de la supériorité intellectuelle de la race blanche n'ont pas manqué de retenir les résultats favorables à leur thèse tandis qu'iIs rejetaient les autres avec indignation. Ainsi on a fait grand bruit autour d'un test d'intelligence oû des enfants noirs avaient moins bien réussi que des enfants blancs, mais on a bel et bien passé sous silence les cas où au contraire les petits noirs avaient affirmé leur supériorité ... Car le livre « Les Races de l'Humanité» (The Races of Mankind) avait montré que si, dans l'ensemble, des soldats blancs avaient obtenu de meilleurs résultats dans Jes tests d'intelligence, les Noirs instruits de certains Etats du Nord a'Vaient mieux rwssi que les Blancs instruits de nombreux Etats du Sud (1). Des noirs instruits de l'Ohio par exemple, avaient ootenu une moyenne supérieure à celle des blancs instruits de huit Etats du Sud. Bien sûr, si l'on souligne que les Blancs du Nord ont eu de meilleurs résultats que les Noirs du Nord, et que les Blancs du Sud ont eu de meilleurs résultats que les Noirs du Sud, on pourra prétendre la supériorité des Blancs net,ement établie. Ma'Ïs on se trouve alors devant un dilemme: ou bien il faut admettre que les Blancs du Sud sont, d'après ces tests intel:: lectuellement inférieurs aux Blancs du Nord ainsi qu'aux Noirs du Nord, ou bien tout simplement que les tests prouvent qu'une ambiance meilleure (celle du Nord) favorise le développement de l'intelligence. Les tests de l'armée ne prouvent donc pas la supériorité d'une race sur une autre, ni d'une région sur une autre région, mais démontrent que la pauvreté se réllète dans le niveau intellectuel «( Intelligence Quotient ») de tout un peuple. L'intemgence ne dépend pas de la pigmentation de la peau, elle dépend du régime aliment8, ire, des possibilités de s'instruire, des conditions d'habitation et de la situation économique générale. LES HOMMES SONT -EGAUX, MAIS ... COMMENT en est-on arrivé là? Comment le mot « race» a-t-il pu acquérir cette valeur sinistre? Quand il apparut au XVI' siècle il était encore assez inoffensif... C'est avec la grande lutte intellectuelle contre l'esclavage (qui précéda la lutte bTmee) que le mot prit son sens moderne. Les colons améticams avaient bien déclaré que « de toute évidence les hommes ont été créés égaux» ; ils n'en tinrent pas moins des millions d'hommes en esclavage pendant les quatre-vingt-sept années qUi suivirent cette déclaration. pUisque tous se gargarisaient du mot de « démocratie », que l' « égalité» n'était pour eux qu'un vain mot, les avocats de l'esClavage durent trouver une justification à cette situation paradoxale. Ils la trouvèrent daris la théorie de la race. Lorsqu'on disait « tous les hommes », il allait sans dire que les nègres étaient exclus, puisqu'ils n'étaient pas à proprement parler des hommes, mais une sous-espèce de l'humanité, mentalement et moralement inférieurs aux Blancs. On ne pouvait rien faire pour eux car ils étaient inaptes à recevoir toute culture et, pour décourager les excentri- Avez-vous des préjugés? Certains de nos lecteurs s'offusqueront de cette question. Qu'ils nous excusent. Et s'ils n'o" eux:-mêmes oucun préjugé, qu'ils pensent « aux ou'tres D. Même de bonne foi, il est si foc'ile d'admettre pour vraie te lle affirmation qui « va de soi ,), que l'oll n'o jamois cherché à vérifier, et qui, pOUTtont, n'est qu'une e rreur, venue du fond des ôges. Le progrès, conquête permonente de la vérité ·sur l'héritage envahissant d'erreurs, de men songe~, d'ignorances que reçOit chqque générofion, loisse derrière lui bien des ilô'b de résistance qu' il faut r éduiTe au jour le jour. ' 0 Un sovont oméricain, le professeur Bergen EVANS, s'est employé à édifier lUI « monument d'érudition ironique » , publié l'an dern ier en traduction françoise sous le titre: « Histoire naturel le des sottises. Trois mille ans d'erreu rs quotidiennes» (J). Décortiquant d' innombrobles id ~s ,reçues, couramment admises, il les 0 soumïses à la lumière de la ' science, ou simptement du bonsens, impitoyoblement . On liro ci-dessous quelques passages extraits du chap itTe sur les races humaines, qui fa it apparaître les préjugés raciaux comme une portie intégrante des 'idées fausses dont choc un peut être porteur. On y trouvera, sinon des révélations, du moins des orguments simples et percutants pour combottre ce racisme inconsc ient que l'oll rencontre si souvent. Et l'on y aplWéciera l'esprit lucide, le style pétillant qui an'iment en entier ce livre, dont la préface indique qu'il est à la fo is le plus' surprenont, le plus proYOCOftt, le plus stimulont qui soit. (1) Plon, éditeur, 424 pages, avec de nombreuses illustrations hors-texte, 18,50 NF. ques et leur éviter une perte de temps inutile, la plupart des Etats du Sud votèrent des lois faisant un délit de toute tentative d'instruire les Noirs ... MITRAILLEUSE ET REFRIGERATEUR POUR l'homme de la rue la différence de niveau culturel existant actuellement entre les Blancs et les nonBlancs suffit à justifier 181 supériorité de la race blanche. Si les Jaunes, les café-aulait et les Noirs sont nos égaux, pourquoi, demandera-t-il triomphant, pourquoi ces races n'ont-elles pas inventé les réfrigérateurs, les automobiles et les conserves pour chiens? 3.000 ans d 'erreurs quotidiennes passées au crible par le pro fesseur Bergen EVANS Pressé de questions, notre homme admettra! sans peine qu'en tenant cinquante Noirs en respect avec une mitrailleuse, le Blanc se sert d'un avantage acquis et non pas inné; il sera toutefois plus difficile de le persuader que certaines idées sont tout autant des acquisitions que la mitrailleuse et assurent à ceux qui les possèdent un alvantage certain. Des connaissances de médecine ou de méc~nique donnent une supériorité et un pouvoir indéniables sur ceux qui sont moins instruits, aussi bien dans la métropole qu'à l'étranger. Mais quel qu'il soit un homme doit avant tout étudier une science; et l'ostracisme des écoles de mécanique ou de médecine, aux U.S.A. et aux colonies, à l 'égard des étudiants de couleur, montrent bien que, malgré toutes leur dénégation, les Blancs ne sont pas surs d'être les seuls capables d'accéder à la culture ... GRANDEUR ET DECADENCE L 'ATTI'l'UDE scientifique des Grecs est, en fait, à ~ ' origi~e ~e notre civil~sation mécamque, amSl que de la medecine, de l'astronomie et des autres arts pour lesquels les Blancs ne cessent de féliCiter leur « race ». Malis les Grecs, qUi sQnt là pour nous rappeler que les civilisations sont susceptibles de reculer aussi bien que d'avancer, ne sont guère ~onsidérés de nos jours comme étant à la tête de la race blanche. (C'est sans doute l'opinion de ceux qui de nos jours veillent à ce que les Grecs soient évincés tant à l'émigration aux Etats-Unis qu'à l'admission dans ses Universités.) n ne faudrait pas oublier non plUS que les Grecs tirèrent une bonne partie de' leur savoir des Egyptiens qui n'étaient pas du tout de race blanche. LES NORDIQUES BLEUS LES Romains vivaient à peu près de la même façon que nous. Ils avaient des restaurants publics, des piscines, des villas d'été, des stades et se servaient de rouge à lèvres, tandis que nos ancêtres nordiques se peignaient encore le corps en bleu, habitaient des maisons de toue et offraient des sacrifices humains aux chênes de la forêt. n est humiliant de le constater mais les intellectuels de l'époque ne les estimaient guère, même en tant que sauvages: « Ne faites pas venir vos esclaves de Bretagne, conseillait Ciceron à Atticus, parce qu'ils sont d'une telle stupldité et si incapables d'apprendre qu'ils ne sauraient faire partie d'un foyer civilisé ... » LE MEME SOLEIL POUR TOUS PRETENDRE que le Noir « se défend » mieux contre la chasleur que le Blanc, sert en fait à cacher qu'il y est aussi sensible que n'importe quel autre homme. Des millions de Noirs travaillent en plein soleil pour le compte des Blancs et il est plus économique et plus confortable de croire qu'iIs « s'en fichent pas mal », que de réduire leurs heures de travail, d'organiser des paUses et de leur distribuer de l'eau fraîche. Et pourtant, contrairement à ce qu'un vain peuple pense, la pigmentation de leur peau n 'eSI pas une cuirasse efficace contre les brûlures du soleil. C'est ce qui explique que la mortalité due à des insolations, est de deux fois plus élevée chez les Noirs que chez les Blancs, particulièrement dans les Etasts du Sud des Etats-Unis. ET LA RACE CHEVALINE? NON seulement l'anatomie du Noir se· rait totalement différente, mais encore toute sa physiologie. L'expression si souvent entendue de « sang noir » est là pour nous le rappeler. Et c'est une opinion si enracinée que, pendant la guerre, la Croix Rouge dut en tenir c: mpte au point d'observer la ségrégation des sangs de Noirs et de Blancs dans les banques du sang. Sans doute les fonctionnaires responsables d'avoir sacrifié au préjugé ne partageaient-Us pas l'opinion vulgaire. Peut-être auront-ils pensé qu'il serait intolérable à des Blancs de savoir qu'on leur injecta·it du sang noir, et auront- ils estimé, à juste titre, que cela eût nui à leur moral. Ils ont donc cru de leur devoir d'entériner l'erreur. Mais ce faisant, c'est le moral des soldats noirs qu'Us ne se gênaient pas pour miner. Le préjugé du sang, dans la mesüre où il n'est pas pure répulsion physique pour tout ce qui touche au Noir, tire son origine de l'idée très ancienne que le sang est porteur des car!l)Ctères raciaux. Le sang n'est pourtant rien de plus qu'un élément des systèmes digestif et respiratoire. Il est le véhicule qui transporte l'oxygène et la nourriture aux cellules individuelles et ramèFle les déchets de l'assimilation. Il n'a rien à voir avec la reproduction. Le sang des Noirs est, à tous égards, identique à celui des Blancs. Les groupes sanguins sont distribués différemment selon les groupes humains et, chez les Noirs, certadns groupes sanguins sont plus fréquents que chez les Blancs. Mais le sang « noir » possède tous les groupes sanguins du sang des Blancs ; et sa composition, dans la mesure où la science a pu la déterminer, est exactement la même, Quantité 'de gens qui ont peur d'être contaminéS par un « sang noir » n'hésistent pas à se faire injecter dans les veines du sérum obtenu à partir de sang de cheval (sérum antityphoïdique ou antidiphtérique , sans craindre de se mettrè à hennir ou de voir leur coccyx s'orner d'un panache de crins. LE SEMITE ET SES MYTHES EN prenant' les descendants d'Israêl commes ({ bêtes noires », les racistes ne pouvaient tomber plus mal, car 11 serait difficile de trouver sur terre un groupe humain qui fut biologiquement plus mélangés qu'eux ... Les Juifs qui ne sont pas marqués par les stigmates ineffaçables de la couleur, ont l'avantage de passer inaperçus, s'ils ne ressemblent pas à l'image stéréotypée qu'on se fait d'eux. C'est le cas de m.ilions d'entre' eux. Ce qu'il y a d' ({ insidieux » chez eux, c'est qu'on ne peut être certain qu'un homme soit juif ou ne le soit pas. L'antisémite, loin de s'en trouver ébranlé dans ses convictions, en fait un grief supplémentaire : les JUifs « se cachent Il sournoisement; ainsi les gens ({ polis» doivent se montrer très prudents en compagnie d'inconnus et faire preuve de perspicacité avant de manifester leur préjugés ... JUIFS NOIRS ET JAUNES LE fait est que les JUifs, dams leur c:lWpersion, se sont croisés avec tant de groupes ethniques différents qu'ils ont fini par prendre les traits du groupe , dans lequel Us vivent ou ont vécu en der- , nier lieu. Ainsi en Allemagne, en 1933, environ 35 % des Juifs avaient épousé des femmes non juives; à Vienne, en 1932, la proportion était de 16 % ; en Bohême, en 1933, de 31 '%. ; à Trieste, en 1927, de 61 % et en Russie Centrale, en 19211, de 21 %. De nombreuses enquêtes ont révélé que ces croisements ont donné aux juifs les traits physiques du peuple dont ils font partie. Or, si chez les Juifs, la proportion de : blonds est la même que dans le groupe au sein duquel ils vivent, cela revient à dire que les Juifs ressemblent aux autres gens. Les Juifs espagnols sont bruns, les Juifs allemands et anglais sont bruns et blonds dans les mêmes proportions que les Anglais et les Allemasnds, les Juifs baltes ressemblent aux Baltes. Et qui plus est, il y a des Juifs chinois qui ont l'air de Chinois ; et, à New-York une synagogue ' de Juifs noirs compte plus de 5.000 fidèles . Peut-être certains d'entre eux sont-ils des renégats du Méthodisme, séduits par le son du « shophar », mais la plupart d'entre eux se proclament strietement « k08- cher ». FAUSSES NASALES LES antisémites les plus acharnés a.Q- , mettent bien l'existence de Juifs ' blonds, et cette preuve vivante de métissage n'en est à leurs yeux que plus accablante. Mais ils affirment que le nez busqué, lui, est la marque universelle des israélites. Tous les Juifs ont Ce nez; les Gentils ne l'ont pas. Dans « The Bab Ballads » de W.-S. Gilbert, on voit un conducteur d'autobus juif subir une opération de chirurgie esthétique spontanée au moment de sa conversion par un évêque : L'organe qui, chez l'homme, Pousse entre les sourcils Se détacha de son visage et à sa place Apparut un nez de Chrétien. En réalité, seule une minorité de JUifs ont le privilège de partager ce genre de nez aovec les Indiens d'Amérique, certaines races asiatiques, méditerranéennes et alvines. Feu le Dr Maurices Fishberg, grand arpenteur d'appendices nasaux, a mesuré le nez de 4.000 Juifs new-yorkais et a constaté que 14 ,%, seulement avaient le nez 'juif « typique ». NI PLUS NI MOI,NS DIRE que les Juifs sont pM' nature « plus intelligents' que les autres », revient à leur décocher un compliment empoisonné. C'est une fprme d'antisémitisme, car il sous-entend que les Juifs sont différents des autres gens. Il justifie dès lors les mesures discriminatoires prises contre eux ou tout au moins endort l'indignation qu'elles peuvent susciter, en laissant entendre que les aptitudes supérieures des Juifs leur permettent de toute , façon de surmonter , les plus graves hanQicaps. Toutefois de nombreux Juifs, qUi ', par leur comportement' démentent cette" assertion, sont assez VlllinS pour s'en montrer flattés ... Certes, les israélites ont une longue tra- . dition de' respect p:mr l'étude ; au surplus, des contraintes économiques et sociales ont souvent fait d'eux des intermédiaires, des hommes de professions libérales, tant et si bien qu'un grand nombre d'entre eux se trouvent, en effet, engagés dans des recherches intellectuelles. Mais il n'y a aucune raison de croire qu'Us soient en général plus ou moins intelligents que les autres hommes. (1) Enquête effectuée aux Etats-Unis parmi les jeunes recrues de l'armée,

Notes

<references />