Droit et Liberté n°00014 - 15 octobre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ceux qui regardent et ceux qui agissent par M. Vilner -page 1
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • Clémence intéressée par J.A. Bass -page 2
    • Visiter le Maroc par Pierre Cener -page 3
    • Prévenir et réprimer la persécution raciale -page 3
    • La vie économique: un curieux référendum par L. Just -page 4
    • Attention les actionnaires et l'Irak Petroleum reviennent à l'offensive (Moyen-orient) par Henri Nider -page 4
    • Réhabilitation de Franco? -page 4
    • Des lois morales de Joseph Bonfils au Cromwell de Victor Hugo par Joseph Millner -page 5
    • M. Seldes vous parle des murs invisibles (U.S.A.)
    • A propos d'une lettre par Ilya Ehrenbourg -page 6,7
    • La campagne de lancement de Droit et Liberté -page 8
    • Pour nos enfants, le développement de l'esprit d'initiative dans une maison de jeunes -page 8
    • Spectacles: -page 9
      • L'oubli des injures ou le retour de ferdinand par Roger Payet-Burin
      • Maitre après Dieu par Roger Maria
      • Le mur invisible par Felix Fedrigo
    • L'H.E.F.U.D. habille des enfants en donnant un métier à des adultes par A. Berger -page 10
    • Jeunesse: nous luttons pour la Paix par Dany Senaz -page 11
    • Appartements libres à louer par Annette Joubert -page 12


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

·1 •• A PROPOS D·'UNELE·TTRE LE GRAND BEBBOMADMRE DE LA VIE JUIVE Prix : 20 francs. Fondé dans la clandestinité 15 Octobre 1948 . Nouvelle série N° i 4 (82)

&uoe qui ugwtdent Dans ce numéro:

et ceux qui agi,6-6ml LE hasard a voulu que nous voyions, l'un après l'autre, dans deux salles parisien~es, en ce mois d'octobre 1948, alors que la paix est affreusement maltraitée, Le Mur Invisible et La Dernière Etape. Images édifiantes du présent américain et images terrifiantes du passé hitlérien. Départ et arrivée d'un mauvais chemin. Au sortir du cinéma, après avoir pris le métro à 10 francs, un journal du soir à la main, d'autres réflexions vous viennent à l'esprit. Rappel à la réalité de notre condition humaine. Le langage précis des faits agit, plus· convaincant que la fumée de l'argumentation compliquée des diplomates. La nouvelle selon laquelle les Américains s'apprêtent à grâcier 139 tortionnaires du camp de Dachau après la libération de la « chienne de Buchenwald », lIse Koch, éclaire la troublante discussion ,sur Berlin. Le fait que le maréchal anglais Montgomery vient d'être nommé « Commandant en Chef de l'Europe Occidentale» et le réarmement massif ne laissent-ils pas entrevoir le danger d'une guerre, et ses· origines et ses causes ? Le rejet d'une convention effic~.ce contre la persécution raciale, par . les délégués américains, anglais et. français, ne provoque-t-il pas une . angoisse chez les Juifs que ne peuvent apaiser les souhaits de bonne . année de M. Truman ! Le général de Gaulle déclarant « illégale» la légalité républicaine et excluant de la nation des millions de Français, pourquoi se gêneraitiJ, le moment venu, de s'en prendre aux Juifs puisque ses .troupes l'exigent et que lui-même est partisan « de quelque rudesse dans les procédés » ! ET puisque une autre réalité, celle de notre existence même dans des conditions bien déterminées, veut que les autorités restent insensibles à nos soucis et suivent une logique différente dans les événements, le« Mur Invisible »ne devient que trop visible. Ce- . pendant, humains, engagés dans le cOlnbat pour la vie, nous ne saurions rester impassibles, regarder en spectateurs. Ici, le peuple de F;ance redoute, lui aussi, la guerre, le fascisme, le désastre économique, les discriminations, et il sait que notre persécution l'atteindrait. Ce peuple agit, se défend avec force 'et annule par son action quotidienne la réalisation des mauvais desseins. C'est bien lui qui tient ainsi en main la solution de notre difficile « question juive» ! Comment, alors, prétendre que l"intérêt national des Juifs est de pratiquer une sorte de refoulement pour « ne pas donner de prétexte»? Ainsi raisonnent les faibles, les lâches ou ... les rusés. La loi des forts est d'affronter la réalité et non pas de vivre dans le rêve pour s'éveiller dans Je brasier. Il y a dix ans, on a fait « Munich », uniquement dans l'espoir d'une guerre antisoviétique. Il en est sorti d'abord la misère, les décrets-lois· et puis l'extermination des peuples. Aujourd'hui, un deuxième Munich se prépare dans le même but, mais ceux qui ont compris sont bien plus nombreux. Ils jugent que la première chose à faire est de défendre les conditions de vie, car tout le reste découle de là. C'EST bien cela ! Pas de hausse de prix, pas de profits démesurés :les nuages de guerre se dissipent et pas d'antisémitisme. Quand le peuple libre est maître de sa destinée, il soutient toujours les luttes pour l'indépendance, celle d'Israël comme les autres. Et puis, n'avons-nous pas nous-mêmes, ouvriers, artisans, commerçants, indu~triels, intellectuels, les mêmes soucis du présent et de l'avenir ? Non, on ne saurait prétendre que le s~rt des Juifs suit une l·oute indépendante des luttes sociales, ni que l'avenir des Juifs français se décide en dehors de !a France. Ceux qui le prétendent font assurément mauvaise besogne. Même librement consentie, cette première distinction du Juif ne peut qu'aboutir aux autres, au génocide. M. VILNER SA\ .. ((D . ~ .... . Un reportage de Pierre CENER • A ENQUETE SUR L'INDUSTRIE PALESTINIENNE par Henri NIDER • L'OUBLI DES INJURES OU LE RETOUR DE FERDINAND par Roger PA YIT -BURIN l' , LIBERALITES - Avec mon sCHAchT et ma CHIENNE, c'est un peu d'Adolf que vous me rendez. BPPBRTEMENTS LIBRES B LOUER t? Démarches d'Annette JOUBERT .... o . ... Voir page 7 .~"~._ _" '_"'I..'-' ,..,. .,. ,.....'. ..- "'.,...,. ... -~---~.~~.~ ... _-~ ......- --.,.p. .... . ..... ~.- 2 -------------------------------------- I)tIDIT ET U8!.RTE ---------------)5' Octobre )948. LES ÉTONNIEME TS DE LA QUINZAINE. • • la bénédiction de M. Jules Romains ••• M. Jules Romains (de l'Académie française), collaborateur de la première heure, qui accusa les juifs de tous les maux à \' époque où il jouait le rôle de Il jeune premier » ault réceptions d'Otto Abetz , dans les salons du ~mité France-Allemllgne (rôle semblable à celui que M. Andr ' Malraux joue en ce mom~ nt dans les salons F ranco-A méncain~), a transmis à travers le canal de l ' Ir~oun, ses meilleurs voeux aux juifll à J'aube de cette année 5.709. ."ty M. Jules Romains dit que l'indépendance d'Israël est non seulement une exigence de l'esprit de justice, mais une nécessité. Méfions-nous de cet homme de bonne volonté 1 ••• et celle de M. Coste-Floret Une autre adresse, du député R.P.F .• A. Coste-Floret, laisse-telle entrevoit le bout d'oreille que cache J ules Romains- A. Coste-Floret écrn : (( Les vingt-six mille kilomètres carrés de J'Etat d'Israël qui, perdus dans J"immensité du monde. constituent pour eux (les Juifs) le sol de la Patrie. » Est-ce l'indication qu' on s' apprê. te. dans les mil ieux R.P·F" à remeUre en question la citoyenneté française de$ Juifs} « Ligue pour les Droits des Hommes non juifs » • Ce sont les fascistes d'Argentino qui ont eu fi l'ingénieuse idée » de 'nommer ainsi leur nouvelle oraanisation antisémite. Les tracts distribués portent r adresse suivante : (( Mouvement D8tional-socialiste révolutionnaire )1 cl sont ornés de la croIx gammée, Li&ez-donc : H Ligue pour le Droi t aux Hommes (du fascisme) de poursUIvre J'oeuvre hitlérienne. ». f( Carden parties » 1948 Les demiers prisonniers allemands qui ttent l'Angleterre pour retoUTner, après (( rééducation », au V a. ferland. Cette (\ rééducation li. ils l'ont reçue dans de nombre.J.Ises 1( C ar· Droit et Liberté, li .......................... . .... ,,"/'ff Rédact10n et adminIstration 14, RUe de Paradis, 14 Paris X· TéléphOne:PROvence "'.47 !tit.41 C.C.p. ParIs 607~98 Tari! d'abonnement 3 mols ........ 100 t'rs 6 mois ........ 200 trs 1 an _......... 400 frs Etranger : Tarif double. Pour IOut ebangemtnt d'adres~e. prih .. d. jqlndre la dernière bande et la s mme de 20 Iranes. Le gérant: Ch. OVEZAREK lmpr. Centr. du Or"olsaant 19. r 4u Crot&a.nt, Pa.rI&-20 •. IlOCH'ON. Impr1m ur den Parties )! auxquelles Sir Osward Mosley et ses hommes les convient pour lier l'utile à l'agréable. En dehors du bagage (e théori· que », ces pnsonnlers ont amené dans leurs valises, pour distribution, plus cle 10.000 exemplai res d'un (( pamphlet » intitulé (( Deut5Ches nugblatt » et siRné Mosley, Il F uehrer du mouvement de l'Union »_ Ce mOU\'ement préconise le une Allemajll1e unie et libre dans J'Union européenne. ». Etant bien entendu que : ( La première réaltié de l'Union euro· péenl)e est la conception de la race, ». La science a ct un coin réservé " Un congrès de (( \' Association américaine pour le développement de la science » s'est tenu à Washington. Dans sa naïveté, le Ras Imra, ambassadeur d'Ethiople,a cru pouvoir pénétrer dans la salle du Congrès. Il ignorait qu'il insultait ainsi à la supériorité de la race blanche. On le pria, conformément aux principes de la (1 sCience occiden. tale ) , de reioindre le (( coin réservé aux nègres ». Où les métèques sont assimilés aux Arabes Racisme, antisémitisme, xénophobie servent également de leit-motif aux collabora'teurs « Français » d'hier qui tournent mamtenant leurs espoirs vers l'Amérique. Ainsi. dans (( Ce Matin - Le Pays », l'organe de M. Lépinaux. l'homme de l' ((Inler-Fran<:e » hit1ér~ en, un certain Jean Prieud, relatant les derniers débrayages à Clémence l'usine Renault, écnt : « Survient une bande de métèques, des Ara. bes, enfin des anonymes,.. ».' Tiens, tiens 1 Le directeur de (( Ce Matin )) n'est-il pas M_ de Chevigné. haut commissaire R.P.F. il Madagascar) . Antisémitisme f( Pourquoi pas ? » Sous le titre AnNsémWsme. (( Pourquoi Pas? ». du 24 septembre. fait quelques (( réRexions » il la suite de l' assa~inat du comte Bernadotte. La malice con&Îste. à faire de l'antisémitisme. tout en faisant parler une tierce personne inventée. Nous lisons : (( La monstrueuse persécution, dont les Juifs furent victimes de la parI de Hitler. leur avait valu un singulier retour des sympathies dans tout le monde civilisé. L'étoile jaune que le F uehrer leur avait imposée comme une fl étrissure fut considérée comme une décoration. Mais. depuis la Libération, il, ont pns leur revanche. Et comment ») 1 Et de conclure : (( Le meurtre du comte Bernadotte leur a fait perdre cette sympathie. Rien à faire avec ces genslà", dit l'homme de 'la rue, ce sont des destructeurs, des révolutionnai· res impénitents. Ah ! Si les Arabes pouvaient nous délivrer des JUIfs et les Juifs des Arabes! » 1.' auteur. qui se prend pour J'homme de la rue, semble ajouter: (e Pourquoi Pas? ». Et. comme pour confirmer ses opinions, il met J'exclamation après les guillemets ... Les cagoulards résistants! Un public compact s'entasse tant bien que mal dans cette 13" Chambre correclionnelle où sont jugés six membres du «( Mouvement social révolutionnaire » fondé par le ca· goulard Deloncle. Gigolos, dames di5tinguées, têtes inquiétantes ou peu intelhgentes regardent sans antipathie Harispe, Delioux, Caudiot. Locquet, Macon, Corrèze, six IraÎtres, six assassins. La défense veut démontrer le contraire : (( Messieurs les jurés, les hommes que vous avez devant vous sont d 'àuthentiques ré. sistants. » Macon, entre autres crimeS', a dénoncé une Juive : acte de résistance, dit-il sans rire! Mais les jurés ne J'entendent pas ainsi. A ., , Interessee r: E pauvres na~i6 s'étant plaint des jugements que les tribunaus O militaires américain" avaient prononcé à leur endroit, M. Kenneth C. Royall, Secrétaire d'Etat aux Armées, s'empressa aussitôt de charger M. Gordon Simpson, Juge à la Cour Suprême d u Texas, d'une enquête .péciale sur les crimes de guerre commis dans la zone américaine d'occupation. Cette nouvelle a été confir mée, en une conférence de pre.se tenue à Heidelberg, par M. J.-L. Harbaugh, Con.eiHer Juridique du aénéral Clay. - En fait, l'exécution des criminel. de perre nazis condamnés à mort, dans la zOne américaine d'occu·pation, a été suspendue sur l'ordre du oommandement de l'armée américaine depuis décembre 19<t7. Environ J40 condamné. de la prison de Landsberg, dont quinze de. co-accusés du procès- d'lise Koch, la Chienne de Buchenwald, "râciée récemment sur un ordre venu des Etats-Unis, bénéficient de cette mesure; il est interdit aus militaires américains, sou .. peine de sanctions très gTaves, de critiquer les grâces accordées. Admirons la clétnence du ministre américain, de ses officiers et de ses magistrat... Il. aunent les bra, aux SS. prodigues, si malheurew<! Ceux qui ont organisé fassassinat industriel des hommea de tOlU les paya occupé. p.r la Wehrmacht, qui ont fabriqué cliver. p roduit.. avec le. corps d u victime. et de la maroquinerie ayec la peau hum aine, ne sont que de joyeux farceurs, de facétieux polisson •. • Qu'ila embr.uent leurs juges et que tout soit oublié •. On les a tellement calomniés ... Après tout, il. ont trouvé à notre époque de recherche du rendement, des moyens effica"e. pour lutter contre les démocrates, le. libéraux, le. syndicaliol .... le •• <><:ialitea, les communistes, tes hommes de couleur et les juif •. Ils ont peut-être un peu exagéré, mai. l'intention était bonne; il faut les conserver aoigneu"ement puiaqu'oD manque de technic:iens spécialâsés el de c.dre . ... Serait-ce donc l'application du plan Marshall, de cette aide généreuae des Etah-Unis, aw< vraia hommes de l'ordre"! Joseph-André BASS. J'énoncé clu verdict, les têtes inqu iétantes ou peu intelligentes grincent des dents. Ce beau monde, y compris les accusés, nous le revoyons dans le procès de la Casoule, où manquent les véritables chefs. La Cagoule ! Les Français devllient en apprendre J'existence par celle annonce parue dans la presse. le 16 novembre 1937 : (( Le Parquet de la Seine ouvre une mstruction 'pour complot contre la sûreté de \' Etat. ») Que d' assassinats, oue d'attentats 1 Que de manoeuvres aussi pour minimiser le complot contre la «( G ueuse » et étouf fer le scancla.le ! Pourtant, elle est longue la tradition cagoularde qui va de la provocation de la rue de Presbourg au Plan Bleu ... Un penseur de la D. C. E. R. Au mOIs de juillet 1940, Passy, cagoulard notoire, se trouve en place pour former une fameuse police polillque, "bÙ les cagoulards ne manquent pas. La première victime est )' amiral Muselier. patriote sincère, Gu'i1s accusent de haute trahison. La manoeuvre est déiouée mais Muselier devra quand même se retirer. Par la suite, de mystérieuses disparitions défrayent la chronique. La police cle Passy possède égaIement ses penseurs. Il leur arrive d'écrire dans le style de Maurras. En 1941, le professeur Pierre Tissier, chef de la section financière de la France Libre. grand amI du général de Gaulle, publie un livre à Londres: ( ... Le problème juif, écrit-il. sans être exactement celui des étrangers, doit être traité par les même$ méthodes... Il faut tout d'abord priver les étrangers ou les juifs de tout ce qui les rattache à leur nation d' origme... 1\ faut, dans (oute la mesure du possible, les éparpiller dans le territoire. ). Et comme ~ur ne pas être en reste avec les hitlériens. il y va de sa théorie du surhomme : (( ... Reste encore la question plus délicate de la sélection des nouveau-nés. lei encore, il serait vain de se mettre des oeillères. La France ne doit pas avoir des enfants à tout prix et n'im· porte quels enfants. Elle doit recourir à l'eugénisme et - il est inutile de reculer devant les mots - à la pratique contrôlée de la stérilisahon_ ». L· .. bondance des lll,at:ères nous oblige il reporter à DOtre prochain numéro l'intéressante étude de Roser Maria: DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE ... ainsi que la suite de l'enquête de Max Loiret' SANS F AMUIE 1948 Nous avons reçu de 11.4_ La,e~ de Montreuil, cette lettre i l'a .... tention des f( Juifs du R.P.F~ qu'il nous .. p .. ru int14lres!HInt ... publier. A 7Jt~-VOus tout o-ublié : Plu;".. la Gestapo, Ausch'ltlitB 1 A 'liéE-VOUS o-ublit I N .",,1(,$ III lutte contre la jJeTSüutifJ1l fuf. nouS frbfrpoit en commun. A'l'i'Z-l'tnlS oublié la Résistllnâ' DÙ les Jnrillrtlrs t1' kltTe 1/DuS ont: laissé lrur vie POUT que vous .puissiell rf/lrOU11fT la Zibent qu, "ota. avicz perdue '! C'est à VOl/S, Juifs t}lIi n1héJitell pas à 7'OUS embrigader dans les rangs du R.P.F., que nous nous adrfssons. Nous 07)iolls cru que quatr~ amiérs de .wu/frauces communes, ~u cours dnq,ul/es ItOUS nOlis set'riolls les coudes, 7'0115 aUTaient détoILN'rs de ?!OS tTrrors. Puis cc fut 1'euPhorie de la Lioé .. ration , ct l'Olt put esPérer que Il' problùne était résolu; MIDJ 1 il faUfil dJel mltrT, et pour ret10uver, l'emploi v olé (ni Zes biens spoliés, il fallut encore lutter côte à côte, pour 1/01/S faire rendre justice, et ceci malgré les belles prom.esses qu.t, dt, LOlldres, 011 nOus aV/l.;t 1mit.!. Quatre amuies se sont écoulées;, Vous v oici re7'f/}IlIS à vos erreurs d'mltan " 01~ réussit à vous faire a'l'ali'T ln minus couleuvres. Ce n'ESt PlU ('(mtre vous q'u' est il 1UIUveau dirigé l'a1ltisémitis1lle des fac .. tieux, mais à uouveau, pOlir commoiter, eontu les juifs immigrés.: Mais craig/tea que l'antisémitis.me des assassins du résistant gre .. nl/blois, L. V oi/rin, ne se retourne un jour, comme 1laguère, C01ltre '/.'o·us. Regardez les vives forces de Id N atiotl qui s'opposent avec 'Vigurur aux 110117)eaUX dangers de guerre et d.'une réaciÏo1z déKrll>dallte et rn'f/nez, '/)OUS aussi, dans le chemin dont, jamais vous' 11'auriez dû 'l'OUS écarter, parce lJue .!OUS ne 'l'iJ/llez pas étre une fois el/cOre les 'l';ctimes de votre aveuglf! 1nellt. Pf'ut-être a'iJeZ-V01~S oublié, 1ffais les é7J/inements sont là pour vous rappeler m)Qnt qu'il soit trop tord, que la Démocratie est le seul réKime qlli puisse assurer nolrl! liberté et 'JOtre sauvegarde. Sontce des lutéTéts sordides qui 'l'QUS n'l.euglfllt ainsi f Nous savons que l'antisémitisme es/. l'Mme la moins coûteuse el la Plus sûre de la Réactitmj car nO'UlS~ 'WIIS n' 0.7'15 pas ouolié. A nos fidèles abomtés ! u llécente hausse 4es tarifs posl.1ux nous Illet dant t'impossibilité de Multiplier les a"it de fin d'abonnement. Par conséquent - et afin d'é·viter tout dérangemoat i nos am:. abonnés _ _ __ feron' présenter dorén .. " .... t. aU • IIIOment de réchoéance, Ulle urterentllounement par la poste s'élennt il III I_e de FRS 235, c'elt-i-dire 6 IllOis d'abonnement. 200 fn et les fraq pot~ taux, 35 fr. Penuadës que nos amis _dront bien réserver le meilleur accueil au facteur, nous l'es remercions • l'avance de leur fidélité il t( Droit et Liberté D. L'ADMINISTRATION. "GRINGOIRE" a reparu P ARM 1 les divers genres de manifestations racistes, il y a de « l'antisémitisme de bonne foi ». La presse parisienne nous en a donné dern ièrement deux exemples caractéri stiques. L'un dans « france·Dimanche » avec Céline : « Vive les Juifs: Bon Dieu! », dont 1100S parlons par aiUeurs. L'autre dans « Ici Paris » du 30 août, nec un artide sur quatre colonnes en tête de page, Nous y lisons qu'il « .. .faut enfoncer dans les tê· tes des vil'ants, à faire sonMr dans celles de la posterlté cette multiple vérité: Hitler était juif, Hitler le savait, Hitler savait qu'il était un juif honteux, morbide,. haineux, désespéré et a vide de tlfer ven~ea nc:.e de son propre désespoir. » L'invraisemblance de cette « enquête » sur « l'orchestration internationale d'Hitler juif» JllOur reieter sur les juifs la haine des crimes hitlériens dont ils fu. rent les premières victimes, n'. d'égal que son cynisme. Pour Claude.Henry Leccmte, autenr de cette énormité, la « trouvaille » d'uu Hitler juil donne « une explication totale d 'une des plus grandes énigmes de l'Histoire ». D'aiDenrs, M. Le~onte est obligé d'ajouter lui.même (eo petites lettres) que cette information est une dernière « offensive » hitlérienne qui « aura son f:.;yer principal à New.York, puis rayonnera vers diverses capita. les européennes plus proches do « berceau :& de Hitler : Amsterdam, Stotkbolm, Paris Bcr6o .. Vic •• t enfin ». • f .\ 1 " , 1 ~5 Octobre 1948. - N" .1 4-82--- ---...;....--------- DROIT ET LI BERTE ________________________~ ·~.u__ ___. .s _~ _______~ ______ _ 66 VDSD1TEZ LE MAROC de notre envoyé spécial Pierre CENER IL était deux heures de l'après-midi et l'avion, tout secoué par le mouvement des moteurs, semblait vouloir s'arracher à la piste. La voix de l'hôtesse de l'air se faisait câline et protectrice: (( Mesdames et Messieurs, attachez vos ceintures. Nous allons traverser la Loire à la hauteur de Blois et, si nous avons de la chance, nOliS verrons le château ... J) Nous n'avons pas eu de chance - sauf celle de découvrir, cinq heures plus tard, Casablanca, ses quartiers, ses habitants: femmes voilées, Arabes déguenillés, Juifs vivant dans les plus bominables ghettos; en un mot, le .Maroc avec ses misères. Lorsqu'on descend de l'avion, encore tout l~merveillé et fier' de la victoire de l 'homl1le sur l'espace, la misère qui s'étale ici il chaque pas, VOLIS frappe au visag-e comme un COHp de fouet. La fierté fait vite place a la honte. Qu'cHe ne nous empêche pas de re~arder comment vivent ici des hommes. Nous sommes dans le quartier Prostituées attendant la douche heb. domacbire ••• juif de Casablanca. C'est aujourd'hui vendredi : de larges files de mendiants, couverts de loques noires, vont psalmodiant d'une échoppe à l'autre. Des centaines de mendiants juifs, parmi lesquels l'on est effrayé de trouver tant d'aveugles -bien souvent jeunes ~, ont en· vahi les ruelles. D'autres sont assis à même la terre et récitent des pl' i ère s. Une PRÉVENIR et RÉPRIMER la persécution raciale Depuis trois s,emaines, la sixième commission de l'O. N.U. discute un projet de convention sur le Rl~noc ide, présenté par lc Conseil Economique et Social. On comprend aisément que les Juifs, si éprouvés par toutes sortes de persécutions, portent le plus grand intérêt ~l cette convention. Droit et ~iberté a d{'j!t analysé, dans ses numéros précédents, les faiblesses du projet présenté. Cependant, plusieurs propositions ont été formulées pour rendre efficace et améliorer le texte initial. On ne peut que regretter l'acharnement que l11('ttent les déh\gués aml~ricains et, à leur suite, la m"jorité de::: pays, pour escamoter une législation si attenduc par tous les opprimés. Ainsi fut rejeté, le 6 octobre, le projet de préambule il la convention prés~nté par l'Unio'1 So\'i{,tique, que nous, reproduisons ci-dessous ct qui nous semble donner les g-aranties nécessaires. (Les additions pr0posées par l'U.R. S.S. sont en gras). PREAMBULE LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES, déclarant que le g'énocide est un crime atroce contre le g'enre humain, tendant à l'extermination de certains groupes d,e population pour des motifs de race, de nationalité ct de religion, crime qui est en contradiction avec l'esprit et' les fins des Nations Unies (eL). que le monde civilisé condamne. et qui marquent d'opprobre les pays où se [erpètrent encore de tels crimes et où on se livre encore oà une prropagande ou à des excitations qui amènent à l~ commettre; Révoltées par le nombreux cas récents de génocide, liés or~aniqllement avec .e fascisme et le nazisme et autres « théories » racistes analo~ues qui mènent une propagande en faveur de la haine raciale et nationale, de .Ia domination des races dites supérieures et de l'extermination des races dites inférieures. Tenant romp te dll fait que le tribunal militaire international !'>Î,"geant h Nurembeq:!" par sa scntenre du 30 septembrc- lor octohre HI.tG, a condamné sous une qualification jurirlique dir r~'re nte certains indi\'idus qui a\'aient commis des artes similaires 11 cellx que la prl-sente Convention vise ~l ~ p rinlcr; Com'aineucs que tous les peuple~ ciyilisés doivent aussi bien .en temps de l,aix qu'en temps de guerre, prendn.4 des mesurcs énergiques pour ~s~ur('r l~ pn"\'c!ll ion ct I~ répr(' s" ir)ll du g-t"l1ocid,' ainsi que la suppression et la l'réyen. tion de l'incitation ft la haine raciale, nationale et reli~ieu. se et la pllnition rigollreuse .de ccux qui se reildent c01lpa, hIes de l' excit:ltill'l a!1xdits crimes, d!! l' exé cutif\n ou de la l'répara tion Ih: c,es crimes , ct qu 'à ces fins la rnlbhnratiol1 int c'rnat ion alc e st 1lt" f T,.. ~rlir~ : (Sui n 'nt k" J ,1 :1. rt i..t (' ~ de b C"!lvell tic'!1.)

  • E ntrt: k's diverses mr>clifil"al ions 'propos':'es p:1.r le proj'ê't

s('lv iI~ t i "lIl' , rl'Ievnns l':1.rlid s ui vant que ee proj't propose d'insl~[-c r dans ln Cl)I1\'clltion : « Les Hautes Parties contractante s'en~ agent à dissoudre le' orga nisations ap nt pour hut d' a ttiser les haines raciale' , nationales ou religieuses et de po us~r à l'accomplis CUlent des crime ' de génocide, et à ne pas tolérer il l 'avenir l'ex istence dl: t elles organisations. » foule de gens, JUIfs et arabes, se pressent devant les bou· tiques. Voici un Arabe, avec ses femmes voilées. devant une bijouterie où il va acheter un bracelet à chacune. A côté, on marchande f,erme une coupe de tissu, un sac. des babouches brodées ... Et partout des gosses. Beaucoup ont les yeux abteints de trachome, presque tous ont la pelade. Le Dr Jacques S. qui m'accompagne, me cite les chiffres effroyables de la mortalité infantile. Ce ghetto est un véritable foyer de tuberculose; le quart de la population '~n est atteint. J'ai visité une maison où, dans chaque pièce, vivent une dizaine de personnes. Aucun confort: l'eau courante est dans la rue, à la fontaine, ct les loyers mensuels, pour ces taudis, atteigrent des sommes qui feraient frémir 'les :earisiens. Non seulemen't les gens vivent dans ces taudis, mais ils y travaillen t : tailleurs. brodeurs, graveurs. Des enfants de s:x t'u sept ans commencent .leur apprentissage. Aucune loi ne les protège. La misère en fait de jeunes ouvriers à l'âge où ils ne pensent encore qu'à jùue':. La charité du vendredi. Parfois, lu misère fait pJre encore. Un peu en dehors de Casa, se trouve un énorme qmtr~ier réservé à la prostitu:tion. En vérité, c'est toute une ville, avec ses habitants, ses boutiques, son hôpital, ses restaurants, et il y a aussi des restaurants kasher ... J'ai vu, dans ce quartier, des petites filles juives, des prostituées de douze et treize ans! Elles vivent dans le Quartier réservé, dans un ghetto, (:ntourées de l'a haine des autres prostituées. Lorsque nous nous dirigeâmes vers le groupe des maisons occupées par les juives, on nous cria : « N'allez pas par là, ce sont des youpines! » Ces filles, une fois entrées là, ne peuvent en sortir Que très rarement, sur permission spécial,e. A la porte du quartier, la police du P::lC'l~ ot lp~ ~flldgtg v?i1lent. T ype de Juive marocaine. Mendiants. Que fait la <l: Communauté israélite» de Casa .pour lutter contre cette honte, cette abjec· 'tion? Rien. Parler d'une solidarité entre les Juifs de Casa, où certains possèdent des situations commerciales très « enviables » et, où d'autres croupissent dans la misère la plus dégr::tdanie. est une dérision. Que font les Juifs riches? Ils font la- cnarité le vendredi. 11s préparent la veille des pilES de bonnes. Les Arabes ont besoin de nous et nous avons l1081lin d'eux. Des échanges ('ommcrciaux fructueux se font de part Clt d'autre. En L:sne l a:~1i l!é . pour les fêtes de Pe.')<l(!h . les Arabes envoyaient des presp , t,s aux familles juives, nous fa isions de méme pour les id es arabes. Il y a des villages où la moitié de la population (;st juive et l'autre arabe. Depuis la guerre, en Palestine, ces rela- Un aspect du quartier 'uif de Casablanca. pièces de dix et vingt sous qu'ils distribuent. Ils pensent à lellrs affaires. Ils pensent à la meilleure façon de participer aùx spéculations fructueuses Qùi se font au Maroc, grâce à l'afflux des milliards de francs qui désertent la métropole. Quant au gouvernement chérifien, il ne fait absolument rien pour les masses juives au Maroc. Il est vrai que pour les Arabes il ne fait pas plus, et que la situation des paysanS et ouvriers arabes au Maroc n'est pas meilleure Que celle des Juifs. Même misère physiologi· que. mêmes taudis, même exploitation. Contre les ennemis des Juifs et des Arabes. La situation, à Casa, apparaît d'autant plus révolt:mte que dans d'autres vilLes du Maroc, les communautés israélites sont arrivées à des résultats intéressants. J'ai visité à Meknès une synagogue qui, dans la journée, était transformée en école. Les enfants y sont, certes, très ,\ l'étroit, mais on ne rencontre pas de gosses traînant dans les rues. Ils reçoivent un el ',seignement religieux assuré par des rabbins et un enseignement genéral en langue française. Aucun mendiant jüif dans les rues. La mi::;èn' est certainement très grande, mais on sent l'effort de la communauté pour venir en aide aux plus malheureux. Les j cunes Juifs, !oin àe se détourner de la vie de la communauté. y participent trÈs activement. J'ai eu 1:1 clIanep. de réunir un soir quelques-uns de ces jeunes. Laissons-Ie,!r la parole: q: Nous sommes 15').000 J ui fs au milieu de 6 miilio;.\ô d'Ar - bes. Nos relations étalent très ti\IPs se sont gâtées. Ce n'est pn le discours du Sultan : «Nous sommes de tOll't coeur avec les Arabes qui combattent en Palestine... quant à vous, Juifs. souvenez-vous -que vous êtes mes sujets ... », ce n 'est pas ce discours qui a calmé le esprits. Des pogroms ont eu lieu. La protection qu'offrent les troupes françaises est minCe. n suffit de se promener dans les rues de Meknès pour entendre des soldats en uni forme f rançaIs parler ... allemand. Ce son t d'anci,ens S.S., enrôlés dans la Légion étrangère. Drôles de protecteurs pour la population juive du MaroC! Un certain nombre de jeunes tournent leurs regards vers la Palestine, mais l'admin istra tion marocaine refuse le visa de sor· tie aux Juifs. Tous, en tout cas, sont attlrés par la France, par ce qU'elle représente de liberté et de progrès. Nous essayons d'apprendre le français, de prat iquer des sports. Mais on nous refuse des terrains de sport; les colons français ne pensent qu'à nous exploiter. Nous essayons d'acQuérir des connaissances professionnelles; beaucoup dc jeunes Juifs sont méCllnlciens, électric iens. mécan icien - entistes. etc ... l\:ais la vie est terriblement ch~re et les sahirt·s trl's bas. » Jn Que très t rd dans la n u it, ces jeunes J tu ts de Meknès me parlèrent de leur misère, m aussi de leur lut te. Dans ce coin d'Afrique où l'exploitation coloni a liste, un régime féodal, des divisions racinles. des superstHutions religieuses, maintiennent d ms la misère des mllllons d'hommes. ces paroles de jeunes sonnaIent comme la promesse d'un avenL. de liberté. 4 OROIT ET LIBERTE ----------------.15· Octobre'9"t8. - N" 14-82 La vie , . economlque ATTENTION •• UN CURIEUX., REFERENDUM Les actionnaires de par L. ..JUST , , "l'Irak Petroleurn reviennent à l'offensive LE Conseil National, d'ac- satioIlB de défense des petits et cord avec le Gouverne- moyens commerçants. 15 MAI 1948 : cependant qu'à Tel-Aviv des cris d'en- de la production mondiale, lame nt, a donc décidé que La plus 1mpor tan te de ces 1 . d' 1"1 quelle est contrôlée par le cartel dorénavant la politique de cré- Confédérations organise un ré- thousiasme saluent la proc amatlon srae, un international de la (1 Diamant Cradit s uivIe par les banques serait férendum monstre, grâce auquel silence de mort plane sur les raffineries de Haïffa. ding Company». C'est ce cartel de plus en plus restreinte, elle espère recueillir 800.000 Les occupants ont éteint toutes les machines et qui dirige la (( Pale~tine Diilmond A l'Issue de sa dernière réu- signatures; cette consultation réussi ce beau désordre dans l'organisation duquel ils sont Manufactures Aswciation». Un nlon. un communiqué oWclel a est, parait-li, destinée à faire MO. aspect, parmi d'autres, de cette été pUbllé d'où 11 ressort que rapporter certaines mesures désormais passés maîtres en oyen- rient. interpénétration des trusts (lui met tout le système de crédit ban- gouverneGmentales. ~ous savlonés Mais point n'est besoin de 50rtir cards de production du Moyen- en) péril les indtpendallces nati~ "" aire se..-.. régi par la Banque de que cle' ....... dr· oupemd en1t eCs t pfé dac' d e C am bfi' d ge ou d e' Y a 1e pour Orl·ent. naI Ie sf. ' " France, d 'une part, pour l'tm- sous oV<:' ·.ence e.a, on e- faire tourner une usine : en quel- · La production des industries aut reserver une mentIOn spe- WV\rtance des crédits, d'autre ration Nationale du Patronat l" 1 . é ' é 1 L ' L ciale au trust Rutenbcrg que la Y" F Ls Il 'té d to t (lU ,es ,se. maine.s) 5, 0.US 1(l1pU SIO!l m camques. và u"e a 21 5.000 . . d' 1 p art, pour la qualité des entre- rança, a e , ans u es < 'lOgemeurs lsraeiIens, tout étaIt P. en 1936, atteignit 2.100.000 L. pUIssance man atalfe c I.ugca, en prises auxquelles u., seront les dernières réunions syndlca- remis en marche. l'. en 1943. Pour les industries 19::/', de l'électrification clu pays. a""""o rdés. les patronales, fait part de cette On oubliait déjà les anciens ac- textiles, la va1 e ur f1 e la pro duct'lO n Le capital jluif y' vo isine pai sible- De plus, il serait question de campagne, et l'ordre a été tionnaires anglo _ américains de est pOl sée' de 29:Z :000 L.P. en 1939 ment nvec e capItal de la City, . 1 f ilité de rées donné de signer sans aucune 1'1 1. P t l . d ~ 6 ml'Il l' on", cJ,h lJ.P, cn In44, cc ~ans que la mort de soldats de la suppnmer es ac s - défaillance, ce qui prouve Indis- rll, e rO eUnI, quan ces mes- il w " '} llaganah sous cles balles anglaises compte accordées aux banques cutablement la partie liée. sieurs se rappelèrent tout à coup qui, ~i nOlis tC'nons compte ùe trouble le moin!> du monde cette p a r l,a Banque de France , au 0 au bon souvelll'r de leurs exploités l'él';v"~ tion d"... s prix, correspond à Ilc.SOCI· ~t· 1. 011 .•r• 'l nt .Il est vrai que mm. us d ans u ne certaine me - uvertement on déclare que en so IlICI t an t d u gouvernemen t une au"nl.cl;lt,'lt l'Oll (le 700 0IV/ ' l'ci ntérêt et la ~olidarité de classe sure ces 800.000 signatures (et on juif des \"i sas pour reprendre la n · It 't é 1 t u'une escompte qu'1l n'y aura aucune <ltrc,cti011 (Ill" business n. para ra. ga emen q - S f(;N~T,ONS é<" ralcment deux in. préQvu;lalnent t. il. ~}llaT «to uPta llees tirneest eP. otasch oCllquête faite auprès des ban- défection) permettront aux re- Après quelqucs difficultés, ils dustries particulières qui Co 1', qui possède le monopole de Ques aurait abouti à démontrer présentants de la C.N.P.F. (!jsez obtinrent sati sfaction et aujour- doivent essentiellement leur l'exploitation dC's .ressourccs miné- Que le total des découverts les trusts) à l'Assemblée de s'op- d 'hui les fjuatre millions de t!lnnes ('s~or;l l' immigration. raies <Il! la Mer Morte pour une accor dés aux entreprises privées poser aux légitimes revendica- de pétrole rnffinés annuellement D'abord, le bùtiment : le~ nou- dur~e tle 75 ans, c'est un trust qui "'epul's le pre' le' vement excep tions des salariés et des mouve- à Haïffa f'~ mblcnt (le noùveau des· velles colonies et les nouvelles u - .. ~ réali~e de~ bénHices d'autant plus tion.nel, correspondrait exacte- ments de grève qui se produi- tinés à grossir les superbénéfices importants qu'il est le seul prom ent aux versements effectués sent dans le pays. impérialiste~. (II) J ducteur cie potasse <le l'Empire à ce titre. Ains1, Ce referendum servira Une enqu~te 4le britl)nnÎque. Ces décisions seraient, dit-on, à des fms purement polltiques, Cf.TTE histoire nous parait asdictées par les U. S. A. par alors que ses signataires en scz caractéristique de la si- Henri NID ER FACE â ces capitalistes, où en l'entremise des autorités du attend.aient une aide matérielle tuation où ·se trouve l'in- e~t l'o~'g~nisation des trav.~i!- Plan Marschal, SOllil le prétexte et efficace. du!'tric pale~tinienne. Israël pos- sur ['économie leur~ r 1:,n 1()44, la Confeded'éviter l'mflation, et une o.n explOite le m~contente- ~ède tous les moyens nécessaires ration Géntrale des Travaill eurs hausse constante des prix qui ment du petit commerçant et 11 un es~or économique, mai9, ici palestinienne Juifs (Histadruth) réunissait déjà en déCOUler ai t, et paralyse~alt du petit industriel, en les en- comme aill<,urs, h~ men ace d'une 148.000 adhérents sur une populanos exportation s. traînant à la remorque de la mainmbe étrangère nc la isse pas tion totale de 600.000 J uif-. Quelle que soit la valeur de C .N'P .F. dont 1e s 11 1 té rêts sont d'être inr'1o uiétante. villes - Tel-Aviv compte au.]·onr- A(f'1l '(I": e a 1a r1 ,' .•S . 1\'61 . ceI.t e cences prétextes, on ne devine le forcément à l'opposé de ceux Pour des rHi ~on5 que nous avons d' hui près de 200.000 habitants - traIe syndicale a donné lieu ré- Sen.a ré el de cette m anoeuvre, des classes moyennes françaises. déjà expliquées d:tns notre précé- ont néce<;~ité un gros effort de c.emmcnt à plusieurs critiques qu'e..,n prenant connaissance de Contrainte et forcée, La classe <le n t Olr t'J.~.l e , 1(". ~ Anoh-llll.'s aV'u~ I'ent construction et des inve sti~s(mcnts dont I: l pl Us se'r l' eusc n 'ets pu~S la troisième mesure prise; les ouvrière a engag~ la lutte pour fn:iné le développeml"nt indus- de capitaux con, id érables. celle que M. A. Koestler, par ailcré<! its n e seron t accordés Que le maintien de son standard de trie l, m ai ~ la lutte antihitlérienne Ensuite le diamant, qui brille leur'; ag-ent de l'Intelligence Serlorzque les entreprises présen- VIe. TI n e peut y avoir de véri- fit n nitre unp, importante industrie d'un assez vif éclat, mai, ~eule· vice, lui a<lresse danH le Figaro_ teron t une « utt1isé éoonom1- table prospérité pour le pays, si ayant pour fon ctIon de suppléer à :~I~tef.~.uL~l}ct:~~t Charles 7 février 2012 à 15:50 (UTC)r~'~~rR;J~ La }Ji.~tadruth dirige une banque ' ou 1: natlonale ,. le pouvoir d'ach a t des masses l'arrèt de im~ortatÎon~ dans le que ouvrière et une banque agriclomaine dl! 1 ali mentation aussi dans le pays, en 194 J, de tliaman· cole (la Ni7') qui accordent des A quoi vont a boutir de telles est Insuffisant. biOE qtH' clan celuÎ dt! textile ou taires anversois qui ont in,tallé crédits aux colonies. Elle est l'csmesures et à qui vont-elles pro- Dans les mols à venir, les de l'outill'ng métallique, Et ce des ateliers de poli'S<lge pour poir des forces progres~i;;tes qui, titer ? classes m oyennes, qui, elles développc!ment se trouva favorisé pierres bflltes. En janvier 11)45, le soucieuses d'y faire régner la plus Certes pas aux artisans, p etits aussi, luttent pour leur exls- prtr le débol1C.hé que con,tituaient "Colonial Office» Ilutorisn l'im. large délllocratie, ne voient pas commerçants, petits Ln.c\tlstrielset tence, se rendront compte que les :jrm'~e5 du Moyen-Orient, avec pOl-tation directe des c1iari1.ants sucl- ~l.lns une certaine inquiétude les ~ ceux quI. nombreux parmi n os leur In térêt véritable est lié à leurs commancles d ' uniformes mi- africain s, en abroge~nt l'obligation tend ances opportunistes <le plulecteurs ont dft a u prix d'un celui de la classe ouvrière et litaircs, de conserVe!; alimentaires pn:al able de pas~er par Anvers. sieurs de ses dirigeants, tra vail op1niAtre, remettre en non à celui de groupements 011- et même de màtériel d ' optique. La Le contingent de diamants attri- C~ pf,lIdilnt, l'avenir de l'ind ém arche et en état leur com- garchiques. Palestine battit aors tous les re- bué à la Pales tine représente 30 % pcnfbnce nationale dépend aussi merce pillé par l'occupant ou de, conditions extérieures. Nul ne fadminlstrateur prov~oire . 7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)7 février 2012 à 15:50 (UTC)~Tsaurait nier qu'Isra~1 a besoin de Il sera facHe de décréteyue crédits, mais il convient de sou- RévUlon ou Chapal est d' è"'i'Itl-Pli 1 - I-b ligner qu'une aide' normale est lité économique ~, mais il sera arce que es pe es veu ent VIvre 1 res plus d iffi cile de faire admettre . . . incompatihle avec des conditions Up ••• "marshalliennes». Le salut ré- Que le labeur de centa1nes de ~ide dans le commerce avec tous petits fourreurs présente le les p.ays, et d'abord avec les voi-

même Jntérêt. (Nous avons cité CREeE Re'hab,.l,.faf,.on de' Franco ? INDONESIE sin5 du Mn)'en-Orient, malgré le

cette corporation pour exemple, boycott, odieux et si contraire aux mals il e st valable pour toutes A Athènes, sept _ La pfJlice hollrl1l- ,,(lritabl~5 Înté:rêts de leurs suiets les. corporations). femmes oui été fl/sillees Ce n 'était d'abordqut' rumeur légère .. Mais tltlÎ.'e multiplie les arr es- qu'ont c1éer·été les féod:tux arabes: La deuxIème m esure envlsa- pOlir a'voir ra7JÎtaillé les depuis .quelques jours, elle a pris suffi'i:lmment de tatiolls de mililollts dé- Nous n 'oublions J>à5 les échanges gée aura des conséque11ces plus partisallS: la Plus ;el/lle <.onsistallce pour "'ue l'on .puisse 41ssurer sans t' pl· économiques avec la FranC'c, non eatastropq,lques encore. Tous les fl'iJaÎt 17 ans, la Pllls âgée craindre les démentis ; le Gouvernemc:nt améri- mOcro l'lUes : zlSleurs p.lu~ qlle les heuTcuses répercus- ....., ~., tltg commerçants dont les loIS· ' 79 alts. cain songe à faire entrer l'E spagne franquiste à c'e1l/ tadine·s· 'd 'endtre el/Xl out Slons du commer"" c av c. Je~ démof In anCières successives ont - Le Quartier Gimé- 1'0 NU' 1 f' .... , 'f" d Pl 1\K l II elc ITlges, urant es craties popul:lircs, Savez-vous que 1 ~ . .•. '1 a a ;\lre ucne ICler u an 'lars 111 d " . 1 . é p ..... '.n..,A.. la trésorerie, aval". ."..>.. t d·Û Ta e de l'Armée Delll o- et a, lUI faire' J ouer un rc'1 e tssentl.e 1 cl <lns d erll/t!resP ,çde mal1les, ,<'ers es Jeunes fill es de Sofia ".-"-rtent recourir à des demand es de cré- craiique aWIO/lce de 11011- l'Alliance militaire occidentale dont le Mar.échal cs caltl s c C(muntra· les dernières rohes de Tel·Aviv et d it '.p .... s de leurs four n'Meurs. vell.IIX ('Ilins de ten',JiIi s/(r " l "1· tio·/1 situés dans des ré- que les 501(13ts d ' I sraël triomphent ...... ~ o:: ..,., l) Montg<>mery l'ient d être nomme e genera 15- . p. r Et e'est grâce aux facUltés tous les fro/lts, Des pri- ~ime. glOllS artJcl/ lerement :tu moyen <l'!jrmes qu'ont forgées d 'escompte accordées p ll.r l~s sonniers ont été captllrh Ce plan a été .élaboré .aussitôt après le voyage Î1ISa.lubTu. les ouvriers de Skoda? banQuei, que la plupart des pe- et Ul/.8 KTi(lJde quantité "privé" que viennent de fairt! en Espagne le utes entreprises ont pu soutenir d' Ilrmes ft de mil/ériel Sénateur Chan Gurney, Prési·dent de la Commis. la lutte contre la fa11l!te. -'st tomM~ il/t.ute nitre sion Militaire du Sénat Américain, le Généraux: Seules les entreprises" d'uti- les maius des partisans. Pe.arson et Beatner aln i que l'Amirul Dev.anoy, lité publique ~ (traducUon : les et a'l cours dU<j uel il ont eu de l'ombreux éntretrust6) détentrices de toutes leS TURQUIE tiens avec le Général F rancl) assifité de ~on Chef matières premières nécessaires à _ Dil'.sePt 'militants d'Etat-M;tjor, le (;énéral Vigon. On devine aisé· l'Industrie et au commerce, ont sYlldicolistn Ollt dé or- ment sur quels sujets ont porté ces <:onversatlon~ contln.u~ à exiger de leur cUen- réth par hl police seat/./! lor~(lue l'on sait que dès le retour <les « touristes» tè1e le paiement strictement au fmilue: cette qpùatio/l américa in. iL \Vashing toJl,. ceux-cise sont cmpre5- comptant,. Je police /l'il /Jos et'; jus- sés de décl:uer " Le Gé nc ~ ral F ranco pourrait faire Les petits et moyens 1ndus- ti/ire Officiellement et des observations trè~ pe.rtinentes aux chefs des trlem dont les Intérêts SClnt l' 011 ignorr le lieu de dé- forces alliées ; il pourrait en tous cas facikment étroitenrent liés à ceux des tiJltioll d l's prisoJllliers, leur montrer que l'Efpagne sera la base idé.1le petits commerçants, avalent dû pour II! d"harqtltmtnt de lct;rs troupes et de leur pour !aire face à ces conditions CHINE matériel de g uerre n. E t d'ajouter : f( Il f .. ut d raeoniennes, rec{)urir .à l'es- d' urgence indure l' E ~ p a" ne franqui ste dans compte des traites tirées sur - Sous le liOrûlemellt l'A lliance Occidentale con tre le bolchevisme ,,. leurl$ l1entB. de l'Ilf/llée populaire Ces déc\:natÎ.Jns doi vent être pri~es d'auùtnt SI donc demain, une telle chinoise, Ùl ",trllile de pills au 5é rieux qu'une " f,ource· militaire autorifacUlté Jeur ~tait reUrée, la [Cl11l11g Ka; CiteR se sée )l, annonce de \\' a ~hi ngton : " Dans les cinconséquence Immediate serait tfl/I/,'/orme e1l déhade/ quante diviqiollg n6ce ~air~~ au M2réchal Montla ruine simultanée d u petit d'orl'S l't déil~, i1 a rc- g.omerr pour défe ndre la liR'ne du Rhin, il filut eommerce et des petites et IJollcé à dé/el/ore la compr 'IH lrf! in,:rt division p~l~nol(- 1» .moyennes indtatrles. (Ainsi se Mlwdcl/{}mÎ<.'; il S,OlI~e- Mais, pe ndant ce tem , on Ol nnonce de nou. trouvera',t ré a1.'.-,..'<,' 1e programme rait même à I1bllJ/tlonll fr " ea ux m;'\8IIacres ::n E~ p~glle l A rre ~t:ltiDns, ex é - d'éllEwnatlon des petites entre- Moukden. c utMlns cr :ilI>S1Is~il101ts wmmaires se ~uccèdcnt; p rises, tentative commencée du BIRMAN lE quarante-Iroi! p~lr Îott3 COlld"mnés par les tr ibutemps de Pétain, SClUS le p:ré- n IIX mili ires sont · !ur le fX'linc d'êt re exécuté ; texte de la ~ concentJ:aUon ~ et - Les parUsfllls ~u r- la terreur. à traver~ le pa)'", attein t IiQn nul n'B pu se rérulser, crâce à .mi.'m t leu.r pro,~/e.fsiQIZ ~rDx~me .... la défaite: du fasc181Ile). le IOll,ft Je III route ie A" oci 'r, dans ce~ condition, l'E pagne fran- La crainte d'une telle éven- N4I1gOO/I. lis Ollt fiût ,1.6 qU~le ;lUX _ Mion' ni S rlJil reconnaître offitualité pousse un grand nombre Ilomb,e-u-x -j;risollllins, cicllu)l.cot qu'Hiller al'ait rOii on : car c:e se~t _'entre eWl ~ se ~er sous la parHl; lcsqJuls plu.riturs s';llliec à son plus fid èle dio;eiple. bumlère de prétezlduea organ1- olfidus brjtA~lIWJMlS. NOll! Fr:mco ne 40it p3S êlre réhabilité 1 Josette DA YDÉ que vous ë1pplàud,rez au bal de 4( DROIT ET LIBERTE » le samedi Q FIOlo<embte SS Octobre _'948. _.N" . . , .. -U-------....... ------ s Des lois morales de Joseph Bonfils au Cromwell de Victor Hugo par Joseph MILLNER S OUSle Directoire, la Constitution de la France comporta, précédant la Déclaration des Droits, une Déclaration des devoirs, du genre édifiant et moralisateur, dont un Barras, par exemple, aurait bien fait de s'inspirer. . Il Y était dit, entre autres picu es prescri pLions, que nul ne pouvait briguer une charge publique s'il n'ët it « bon époux. Il, « bon père II ou « bon fils Il. C'est à peu prùs du même es!)rit que procèdent les {( lois morales )) élaborées vers 1lfJÜ par Joseph Honfils. Ce gran'\l rabbin qui avait traduit en françai8 son nom h!ébraïque, {( Tob Elem li, apparaît comme l'abbé Si:éyès d'une vieille communauté juive de l'Anjou et du Limousin. l»oète et codificateur des jeux On lui doit une sort.!'. de déclaration des devoirs dont l'un Yl'S principaux llrlicll'S s tipule: " Tout argent g<lgné au jeu doit c-tl'C restiluô au pel'dant. 1) Joseph Bonms cspl~I'n it qu'à ce compLe-là, le client du tri. pot ne jouef'ûit plus. ,Joseph Bonfils, aussi bien, létait un poèle. Il ne composa pas moins de soixan te-douze can til1ues, ou IJiyoutim, qui entl'è.l'ellt en quelque sorLe dans le repûrtoire liLurgique. On les réc ita ou les chan la jusque dans les synagogues de la loinlaine Pologne. L'oeuvre m'érilait une exégèse, ' ~S, un Brelon-, Rabi ben Salomon, de Falaise, qui s'en ehargea en 12'1.0, l'année même de la « dispuLe )l organisée pa r SainL-Louis autour du Talmud. Au siècle précédent, ~n j1 ï 1. un véritable Saint - Synode avait réuni ù Angers t~u·s les rabbins de J'Anjou, sous la présiQ.ence de BaLi Jal'ob 'l'am, pelit-fils 'de RJchi, cl. fondateur de J'école t.almudique dite de « Teslalll )1, Parmi ks meilleurs talmudi sles de ceUe époque, fig'ure ln fanH'l1x Samuel, élève du gTclnd raoi Isaac de Dampierre (Jura). Le premier ghette Les Juifs angevins v'éeurent en paix jusqu'en 1271, daLe à laquelle, SUI' l'ordre du Pape, tous lems bif'ns furenL confis- M. SELDES qués, tandis que la « rouelle n, ancêtre de l'éLoile jaune, faisait son apparition, Onze ans plus tard, Charles Il expulsait les cc indésirables li sans autre forme de procès. Cerlains émigrèrent ca Italie où bientôt la nostalgie s'empara d'eux, comme plus tarù de Joachim du Bellay : Plus que le mOJet,re dur me ,lait [l'ardoise fine Et plus que "air marin la douceur [angevine, Des enfanLs d'Israël relournèrent donc cl Angers au début du XIV· Siilelû. Rt'ç'us sans manifestation hosLile, ils ne s'en virent pas moins confinfés dans une étroite ruelle. Ainsi naquit le premier ghetto c.onnu dans l'histoire des Juifs de France. Deux ulil-res, environ la même p(~rio'de, allaient se formel' à Saumur et à Baug-é - peLites villes qui consl'rvèrcnt à travers les siècles leur « Rlle . des Juifs II. De Pictavia à Poitiers PI.us au Sud, le Poitou fut livr'é Ih>ndant quelque temps au vandalismc de plusieurs bandes ambulantes qui, la croix en tète, - avaient déjà exercé leurs talents en BreLagne. C'est ainsi que 500 « maudits Il furent sommés, sous peine de mol't. de sc convrrUr à la. religion du Dieu du nt ils ~laient considéeés, ici encore, comme les assassms. Cependant, Niort, Bressuire, Thouars et d'autres villes et villages possédaient des communaut.és fi 0 rissant.es. Leurs habilants, h'élas, eurent un jour affaire aux « Pastoureaux lI, pilla rds bien peu bucoliques qui terrorisaient tout le monde sans distinction, et auprès desquels les « Croisés )1 faisaient figme d'enfants de choeul', Quant à Poit.iers - la Pictavia laline et hébraïque - siùge ùe plusiems « yeschibOU1S )) célèbres dans les allnales, ellc fut cn 124.0 le thé,ltre d'un échange de vues, fort courtois lIIais d(~pourvu d 'aménité tl1éolog iquc, enlre le rabbin Nal,llûll ben Joseph et l'al'chtw(!que de la ville. L'archlwèfJue opposait les Evangiles au Ttllmucl, le rab--bin le Talmud aux Evnngil-es. Mais c 'cst l'archevèque qui avait le roi avec lui. Vint Philippe le Bel qui di.'tedeWi d'un j6wtnal t'tè6_ mal v.u de la "COMMISSION DES ACTIVITÉS ANTIAMÉRICAINES" vous parle des murs invisibles LA libre Amérique possède, comme chacun sait, une institution fort démocratique

la Commission d'Enquête sur les

~ctivités Antiaméricaines. Pour peu que vous 50yez suspect de sentiments progressistes ou de =>impathies pour ce qui n'est pas la façon- trumanienne de définir la liberté, la Commission vous prie de comparaître devant elle et de répondre à certaines questions. Par exemple : ({ Lisez-vous le joumal ln Fact ? » De quelle redoutable feuille s'agit-il ? M. George SeIdes, son fondateur et directeur, de passage à Paris, a bien voulu répondre â son tour à nos questions. ln Fact ne omporte pas "de pourtant premiers h abItants du titres tapageurs ni de phologra- pays - .toutes les d lscrimlnaphies sensationnelles, mais qU3- tians raCiales, enfin, en vigueur tre pa.ges de petit f,-wmal où dans la vie Quotidienn e, autant l'on lroU\'e simplement les nou- d'aspects. tristeme~t connUs de la socIété américame. vell '5 q~le la gran ~e pres e .se - Tout d'abord, a t.enu l\ prégal'de ~! n de (>ubher, les f~ut.s oser le directeur de In Fact , il t.els qu Ils sont et non lei que serait fa'ul de dire que le peul s prés~nlent les fnbi(jl'at 'UI 'S pIc amér icain est antisémlte. On aux orc!r-e5. In Fact, a ussi, dé- peut très bIen vIvre plusieurs n n c au pav du Iyn h g-e ct années aux Etat.s-Unls sans du nll~erus dallSus ÎOIL'I les ra- s'al?ercevoir d'au~u.n.e rnanifes- . ' tation d'antlsémltlsme. Pour- CI me.. tant, il existe un peu partout Il !l'est pas surprenant que sous différents aspects. certains hommes trouvent ln - Quelles sont à votre avis Faet peu à leur goüt, que les les causes principales de l'anti: bailleurs de fonds de certaines sémitisme aûx E.tats-l'nis :' organisatio~ de caractère ne~- - C'est une question trop tement faSCISte ragent de se vOIr complexe pour être tranchée en condamnés par I n Fact. Ceux quelques phrases. Je pense cequi évoluent derrière la façade pendant que l'antisémitisme de Christian Nationalist Crusa- chez nous trouve un aliment de, groupement antisémite, extrêmement substanciel dans que dénonce le numéro de .sep- l'éducation religieuse dispensée tembre d,e In Fact et qUi. ne dans les écoles catholiques. Les groupe d ailleurs que ses dlrl- catholiques américains n'engeants, n'alment pas non plus voient pas leurs enfants à l'écoqu'on en parle: ~a publication le laïque, si bien Que la grande des fon~ dilaPides par. c~tte or- majorité des citoyens apprenganlsatlOl1 pour sa littérature nent, dès leur enfance. à croire antisémite les met plutôt mal à. qUe les Juifs. par leur déicide l'aise. Aussi ne ménagent-ils pas sont maudits à jamais. ' à In Faet et à: son dIrecteur les Les causes fondamentales de att;aQu,es ~lll:ssiques, allD:,nt j~s- l'antIsémitisme sont évidemqu à. 1 aSSimiler - supreme In- ment économiques et politiques, fa mie ! - aux communistes. mais cela n'est pa.~ particulier Le racisme, virulent aux à l'Amérique, c'est l'éternel facEtats- Unis, préoccupe partic-u- teur de division. Il est édifiant lièrement M. SeIdes. de consater quels hommes ou Le tcop célèbre Ku-Klu.x- organismes connus d'Amérique Klan, la pratique du lynchage sub ventLonnen ~ et encou ragent des n ègres dans les E ~ts du des organisation antisémites en Sud, l'imposSibUtté pour la plu- mémE' temps QUE' fascistes. part des noirs de voter comme - Peut-on dire Qu'il 11 a une tous les cltoJelli>, le mépriS avec agitatWn antisémite en Amtrilequel ttn traite les IncUens - QUe 7 - Il n'y a pas à proprement parler d'agitation antisémite. C'est un peu chez nous comme une maladie honteuse - quelque chose qtÙ, la plupart du temps, reste clandestin. En 1937, j'avais entrepris une enquête sur la question et m'étals adressé à l'InstItut Gallup pour me procurer des statistiques. Cet institut qui avait effectué à ce sujet, un sondage de l'opinion, n'avaIt jamais voulu en publier le résultat. Il n'existe aucune loi discriminatoire aux Etats-Unis, officiellement tous les citoyens sont égaux, c'est dans l'application des lois que réside l'hypocrisie. S'Il arrive qu'un homme de couleur gagne un procès contre un blanc, jamais le jugement ne sera appliqué. De même un Juif a, en prin· cipe, les mêmes droits que tout autre citoyen. Or s'il veut. par exemple, se rendre acquéreur dans une grande ville - je ne parle pas de New-York où les préjugés sont moins courants - d'une maison ou d'un appartement situé dans un quartier bourgeois, il se verra opposer, neuf fois sur dix. une fin de non-recevoir lorsqu'il a'ura décliné ses nom et origines, Ce qul revient, en fait, à r E'jeter les Juifs de certains quartiers. Dan.s les nombreux clubs de la haute société américaine, où pourtant vous rencontrez toujours deux ou trois membres juifs, l'antisémitisme est de bon ton. J'ai. en ma po.~session, un document aooarten:1nt à un professeur d'UniversIté. C'est un papier sur lequel il avait marqué d'un signe distinctif ses élèves Juifs et ceux qu'il soupçonnait de n'être pas de <trace pure~ et blanche. La chose est courante dans la pratIque : cependant les personnalités de l'Université ont protesté de leur bonne fol et nié leurs préjuges raciaux. On a souvent parlé des hôtels interdits aux ,JuIfs. n existe, en effet. dans certaines stattons balnéair s et utres lleux de vUléfP, ature des hOtels portant une inscripUon maiS QI l ne cite per sonne. C'est une hypoertsle de plus. L'interdiction, en effet., ne peut s'adresser qu'aux Juifs puisque les noirs et les autres gens de couleur s'excluent d'eux-mémes et ne songeraient même pas i se présenter dans ces hôtels pour hommes blancs. - Il y a pourtant d~s voix ou des groupements qUi s'élèvent, en Amérique même, contre le racime," - Oui. Ce sont les partis et organisations de gauche, c'est le Tiers Parti de M. Wallace, ce sont quelques hommes au sein du Parti Démocrate. - De ce que vous vene'! de nous déClarer, il ressort que le racisme, tout en étant un sentiment artifiCiel et en tretentL, exploité par les classes dirigeantes pour les besOins (J'une po"ti.tique réactionnaire, est ancré dans les esprits et les moe1lrs amé,ica:Înes. Comment pensezvous que ce fléau ]Juisse aller en régressant pour disparaitre un jour? M. < SeIdes réfléchit quelqu~s instants et dit : - Je vous l'ai afflnnê, le peuple américain dans son ensemble n'est pas antisémite. L'antisémitisme se manifeste surtout dans les sphères de la haute bourgeoisie, mais, sous d'autres formes, la classe ouvrière n'en est pas complètement exempte. Cela tient probablement à ce que la classe ouvrière américai:ne est en retard sur celle des

LUtres nations. qu'elle manque

de conscience politique. « Or, des deux grandes centrales syndicales, le C.I.O. est celle qui groupe des millions d'ouvriers. san s _ distinction d'origine et de couleur de peau. L·A.F.L., ? ar contre. exclut les noirs et les autres hommes de c: race inférieure ». c: C'est cette plate-forme. à mon avis, Qui doit servir en partie à :a rééducation de mll1k>ns d'hommes et de femmes d'Amérique dans un sens ant1rnclste. Déj , le ractsme ~st exclu du C.I.O .. c'est une base solide pour extraire des ames ce poLson, ,me des plus ~o.ndes bon tes de notre pal!S, • avait une façon toute p r onnelle de r'~o-Ier les désaccords - en meLLant les gens à la porte ou mème en les br'ÛlanL. Ce sont des mélhodes dignos de ce monarque féodal qu 'utilisèrent les vichyste~ t les nazis conLre les Ju ifs du camp' de concentration cl PoiLi rs ; on se rappe lle surtout le martyre du rabbin EIi~ III h. Mais le r ·vérend Pi','e I~ll'ury, de POi liers, n'avaiL pas 1 mùmes id,é s que J'antique archevêque 1 Cet aùmil'at,~ prètre organisa, au ~ril de sa. vie, l'aide aux d6Lenus. Cosmographie poétique Si nous poussons vers la mer, nous aboutirons il la R.ochelle où nous aLlend Nic las Donin, un a·odeur juif c.ollverli qui s'égale aux pi res Tol'tjuemadas. Rarement antisi!m ile fut plus enragé que ce (1l'étlliccsseur d(~ Darquier ri ' Pell 'p ix. qui in~pira t.oute la politique du Pape el de Louis XI env 'I's ses anciens ~o rô l ig iùnnaires. De son quartier gén Irai de la Hoc.!wl 1 C:', il diri"cu tople une série d'auLodafés et d.e violcGc. es. Néanmoins, par la sui te, la petite communauté rochelloi e a pu s'enorgueillir e la présence en son sei n d'une pleiaùe de savanLs, 'ext'gètes eL d'intellectuels, où se d~lach ('nt les figllres de Sir Dur n, de Simon Deus eL ct Haïm b~n Isaac de la R chell \ un d' conespondanls de Jos .ph lIacohen d'Avignon. Mais c'est surtout l'arriv~e des Juifs de Lisbonne qui fait date d ns I"hisLoire q ui nous occupe. En 100'1, une familL fllyant l'Inlluisilion porlugaLe ct ébarquait à la Roehelle avant li'aller s'i nslall r d~finitivemen\. à Amslerxlam : dans le port français, n aquit alo rs le c(~l ô bre Menass', ven ISI'alQ. On connaît 1 -roI . ct, cet homme, l'une d'. plu puissantes fl r onnalil' du judaïsme dll XVlt ' Siè l , ct nolamml'nL 1 s démarclt ~ 'lll Il enLrrpril auprüs de r.r-om well cn favem III retour d' Juifs en Angl('-tcrre. nans s li « Cromwell Il, Victor Hugo ne J'ouhlie pas, Ct~ qui nous vaut, enlre autr \'s, c Lf.c co, rn 19raphie 'p ()Miq ll~ cie Mf'n ~gé disant au p r 'sli 'i<'ll x" OlivÎf>r : Mon fils, je vO\l~~ais nine_nt Te Ratter, on ne peut ... ent;~ a .. ,.... ( manient. Je ne puis te cac.he .. qu'en .. ... arche [elliptiq ... Ton utre ne hit pu le tria ngle lIIys[ tique. - Mademoiselle Lill, acceptezvous M. Zed poUr épou>( •.. - Oui, s'il promet de m'emmener au bal de nu,t de li( Droit ef Liuerte • . Le.à.edi 6 _v ...... i 1 J'AI reçu tme lettre d 'Ale:"a nc1re R., de Munid1. Il écrit ; Ma lettre peut VOlis étonner, mais j'ai lu fJutlfJucs-uns de vos li~;f{s, et je m'adresse à vous, à l'écrivain, pour m'aider à m'orimter dans une question di/ficz/e. Je SUlS 1 s1aélite allemand, naturellemcnt anlijaciste, émdia.m ell mideci1lC. En 1938, j'ai réussi à m'échapper oz France, et lorsque ce pays fui envahi paT les nazis, je me suis c~ché, puis j'ai passé deux ans dans le maqUl~, où j'ai combattu dans le groupe des parttsans CI Cabriel Phi ». Je suis revenu à M 11- ,ziclz après la victoire. Je dois avouer que j'ai tlé naïf; j'ai cru que le fascisme était ex ·tïrpi. A ujoltrd' hui je suis quotidiennemen,t en butte à des vexations, Lorsque HitLer était au pouvoir, jé croyais que c~ n'é'.ait ,qu'~n.e éclipse 11fome1Uanée, je conszdbau 1 antzsemitiJ- me comme l'un des symptômes de la ~, peste brune l). Mais pourquoi dois~je aujourd'hui lire d,es inscriptions abomznables sur les 1I1urs ? Pourquoi dois-je entt11dre les ü udiants me crier; «Décampe en Palestine .. ? Pourquoi mon ami n'a-t-il pas été admis au pTofessorat et pourquoi lui a-t-011. 4it brutalement-,' 1( Il n' y a pas de place ICI pour les Juifs ))1 Vous ne pouvez vous imaginer c0f!Zbict~ il est pénible de supporter ces attemtes à la dignité. l'ai la nostalgie d'une chose ~lémentaire: le droit d'exister salis marque d' opprobTe. Les nazis faisaient porter .une étoile jaune sur la poitrine; aujourd' llUZ on est pills subtil, mais c'est la même chose. Les mêmes nazis occupent tous les postes Importanls sous la protatioll des Américains. V o'Us le savez probablement, et je ne vous écris pas POUT me Plaindre où pour VOltS mformer. le vo·udrais savoir quelle alti/udeon a en Union Soviétique e1/vers l'Elat d'Israël? Peut .on y voir la solution de ce. qu'on appelle le problème juif? Pou.r mOl c~ ne sont pas des réflexions abstraites, lIlalS le problème de ma propre vie. Dans votre .romati « La TemPéte l) je tTollve de terrzftanles doscriptions !iu massacre des Juifs à A.uschwitz et dans d'alitrcs lieux. Toule ma famille a étt exterminée par les nazis. Comment foire 'pOUT que ces horreurs ne se renouvellent plus ? Hier j'ai f'ntcndu un de mes. collègues dire à haute voix: « Il faut en fmlr avec les luits » . Je n'ai jamais été sioniste mais ie commente à avoir foi e1Z l'idée de l'Etat J utf.· j'al/nzds votre réponse, C(1r .. vous êtes un ürivain du pays auquel je CTOIS de tout mon CaJur ••• • Je pense que la question qui m'est posée par mon correspondant inconnu. intéres:,e non seulement lui-même ou le peupe JUl f malS tous les hommes doués de raison et de conscience. Ct'st pourquoi j'ai résolu de répondre non pa ~ par un lettre personnelle mais par un article de journal. Alexandre R. demande quelle attitude on adopte n U nion Soviétique envers l'E~at d'l sraël. Je peux répondre à oette question d'une façon brève: le gouvernement soviéti-. que a été le premit'r à reconnaît rc le nouvel E tat, il a protesté énergiquement contre les agTes~eu rs, et lorsque les armées d'Israël défendaient leur sol contre les légions arabes, commandées par des officiers anglais, toute la ~yOl[>atbi e des hommes soviétiques était du côle des offensés et non du côté des offenseurs. Ceci est aussi, naturel que la sympathie des hommes soviétiques envers les patriotes du Viel-l am, envers les patriotes indonésiens et non envers les forces de répression françaises ou hollandaises. On peut néanmoins répondre d'une façon plu. a~te à la première question d'Alexandre R. Les représentants de l'Union Soviétique auprès des Nations Unies ont dit que notre peuple comprenait les sentiments des J uifs qui ont vécu la plus grande des tragéd ies, et qui ont enfin acquis le droit d'exister sur leur propre sol. Outre l'invasion des h rdes anglo-araoes, Israël COllnait UllC ::Jutre invasion moins bruyante ma is non moins d:mgcreuse

celle ou ~ ca pital anglo-am(ricain.

P our les impérialiste, la T' ah lÏ lle c'est avant tout le pétrole. L a concurrellCC .les rapace .. de la « Standard Oil " d'un c.:,t.:' de la " SheU )) de J' a utre, illt ervi nt dans la vie d 'lin état qui n'a pas encore recou vré taules Si S rc,rce~ . Les int ,lrHs ÙU Consortium t( Pot a~h P alt"!>line Compnny l'. la quce;ti0n du pil LliJle Kirl·ouk-HrlIffa, le;; p r jets a mér icains de conoe5S1ons et de bases nI1l11:a1Ies., vo il :1 Ct' qui ruenilc )<::rad à. la suite des lllasliaCf urs tl u roi :\ hr! 11 l1 n.lt. Les replésentants d,' tra\adleurs ne ~ont.pas il. la lLt de 1':E.ta.t DROIT 'ET LIBERTE .7 A PROPOS D'UNE LETTRE les cito)' ns du pays ù l'exploitation de l'horllme par l'h 11111,e ll'Cxlste plus. E n I<)3 J , lorsqu'un terriL;c nua ge s' amassait audessus de l'Europe, d eux ans avant la prise du pouvoir par Hitler, J05eph S taline, prévoyant l.es crimes ùes sauvages, a d it : d'Israël. Nous avons vu .comment la bourgeoisie des pays européens avec leurs grilndes traditions, leurs vieilles conception,; de l'Etat a ti-ahi les intérêts des nations 3U nom du dollar. Les hommes soviétiques peuvent-ils escompter que les bourgeois d'Israël feront preU\'e de plus de conscience et de perspicacité que ne l'ont fait les bourgeois de France ou d'Italie ? C est peu probable. Notre confiance va aux peuples, mais si en Israël. le peuple combat, et s'il combat vaillamment, cela ne signifie pas que le peuple gouverne, Dans l'Etat fj'Israël les ouvriers citadins et agricoles ne manquent pas. C'est sur eux que pèse tout le fardeau de la défense du . pays. Le secrétaire du Comité Central du parti communiste de l'Etat d'Israël, Mlkounis a déclaré récemment: (( Il" n'existe chez no~s ni impôt sur la propriété, ni iin·pôt sur les revenus, chez nous les industriels ont h~mteusement augmenté leurs bénéfices ». Ainsi les travailleurs doivent lutter non seulement contre' les envahisseurs, mais aussi contre l'avidité de leur bourgeoisie, pour laquelle comme pour toute bourgeoisie, la guerre est avant tout un profit. J'ai la certitude que les hommes d'avantgarde d'Israël, ses travailleurs, trouveront la voie juste dans des conditions extrêmement pénibles. Je suis convaincu que le socialisme vaincra dans le monde entler et qu'il vaincra en Palestine. Mais si j'ai foi en l'avenir d'Israël, je dois néanmoins répondre négativement iL la deuxième ques.tion· de mon correspondant qui demande 51 la création de cet Etat est la solution de la soit-disant « question juive ll. • J'ai toujours pensé et je continue à penset' que « la question juive» ne ~u~ être r~solue partout que par le progrès general SOCial et par conséquent mor·al. Elle peut être résolu.e non par des utopistes, ni même par des diplomates, mais par les travailleuLi de tous les pays. J'admire la vaillance de~ combattants d'lsraël lorsqu'ils repoussent les attafjues des mercenaires anglais, mais je sais que la solution de la " question juive » dépend non pas des succès militaires en P a lestine, mais de la vi ctoire du socialisme sur le capitalisme, de la victoire des principes internationaux élevés inhérents à la classe ouvrière sur ie nationalisme, le fascisme et le racisme. Les obscurantistes ont depuis longtemps inventé des balivernes qui veulent représenter les Juifs comme des êtres il part, ne resselllblant pas aux hommes d" leur entouril ge. Les obscurantistes disaier.t que les Juifs menaient une vie particulière, qu'ils ne partageaient pas les joies et ks peines des peu pIes au sein desguds ils vivent; les o.bsc urantlstes o~t prétendu que les JUifs étal ent d es ~e]j s pr~vés du seNtiment de la patrie, d'éternels mlgratcurs

les obscurantistes jUr<lient que Jes

Juifs des différents pays étaient lmis entre eux par des liens mystérieux. T outes ces inventions ont trouvé leur expression suprt'me dans le livre abject de Hitler " Mein Kampf n, et ont été répétées par les SS qui enterraient vivants les Juifs et jetaient les enfants dans les fosses et les fours crématoirs. Oui, les J ui f s menaient une vie. séparée, particulière, lorsqu'on les y força it: les CThettos ne sont pas une invention de J ui fs ~1ystiques mais de caholiques fanatiqu es. Au temps où les hommes étaient aveuglés par la fumée de la religion, il s'est trouvé des fallatiques parmi les Juifs, comllle il y en a eu parmi les catholiques, les prot estants, les orthodoxes et les musulmans. Et dl·s I"juc les portes des ghetto~ se sont ou'vertes, dès que s'est d issipé k brouillard de l'ob curant isme médiéval, les Juifs dcs diffllents pa)'!'; sont entré;; d<l Il, la ,·ie COll1 lTUne des peuples. Oui, bea!JCoilp de Juifs ont r]u illé kur pani c, ûnt émigré en Amérique. Mai s ils ont (wi gré non parce qu'ils n'8illwicl1t 1 a ~ leur sol, mais parce que la violenoe ,t 1('<; vexat ions le,> F rivair nt de c sol qui l, ur éta it h('T. Le. JuiI ~ ont-i l~ bi"n d~ lr:5 . elll~ il cllcr;:.lIer refuge dans d ' autres pays ? "ont- ils pas agi de mêwc ces Ital iens, ces J rlandais. ces Slaves des ays qui se lrouvaient sous le joug 'd Turcs et ~ Allemands, ces An. éniens, par ILYA EHRENBOURG - Il Y a diverses façons de desservir les intérêts nationaux des peuples, des Juifs en l'occurrence : l'information déformée en est une. Il La Terre Retrouvée », du 1" octobre, pounuivant un mauvais dessein, fait allusion, sous le titre malicieux Il l'organe officiel communiste condamne le gouvernemènt d'Israël » à un article d'lIya Ehrenbourg, dont le moins qu'on puisse dire, est qu'il vibre d'amitié agissante pour la cause d'Israël. Il est tout naturel que lIya Ehrenbourg exprime le voeu de voir en Israël, comme ailleurs, s'établir une véritable démocratie. Un deuxième titre, dans le même numéro de « La Terre Retrouvée D, confirme que les dirigeants sionistes sont prêts à tous les abandons de l'indépendance nationale et cherchent à faire accréditer la légende de la IIbonne volonté» de l'impérialisme américain. Ce titre : (( M. Marshall demande l'admission de l'Etat d',sraël à l'O. N. tJ. », sans dire dans quelles conditions, est déjà en soi-même un acte de capitulation. En publiant ci-dessous l'article de lIya Ehrenbourg, nous avons l'intention d'ouvrir, dans nos colonnes, une tribune libre sur les problèmes qui y sont pcnés. Lecteur, vous avez la parole! . ces Russes appartenant à des secte~? Les travailleurs juifs sont fortement attachés à la terre sur laquelle ils sont nés et ont grandi. Les J ui fs vivent dans di fférents pays, beaucoup vivent sur une terre oll leurs and~ tres sont venus en des temps immémoriaux, les premiers monumf'nts jllif s de Tunisie, de Géorgie, d'Italie appartiennent à une lointaine antiquité. Les obscurantistes disent ma mère m'a appris la poésie et les chants polollais, parce que lorsque j'ai élro/l',é les premiers frissons de la poésie, ils sc sont exprimés par des mots polonais. Plu!; loin, Julian Touvim explique quel a été son lien avec les Juifs: Le sa1lg peut être' df!. deux SOTtcS .' celui qui coule daizs les 1Jeùzes et celui qui cst v erse. L'etude du premier est du domaine de la rible souvenir, mais quelque chose de vlvant, de protégé, de cultivé. P~ut-être dans ces conditions ne reste-t-il plus rien d'autre à faire à Alexandre R , que de contourner les barbelés po~és par différents « olYiervateurs )) et rejoindre la Palestine. Mais si cela est une solution à la tragédie personnelle d'Alexandre R., cela ne peut devenir une solution à la tragédie des Juifs vivant Les travailleurs des villes et des campagnes -forgent l'indépendance d'Israël. qu'il existe un certain lien mystique entre les Juifs du monde elltier. Or, il y a peu de troits commUllS entre un Juif tunisien et un Juif habitant Chicago, qui parle américain et pense en Américain. S'il existe en réalité un lien entre eux, ce n'est pas un lien mystique, . c'est un lien produit par l'antisémitisme .. , La sauvagerie: inouïe des fascis tes allemands, l'extermination lot a.lc de l<l. population juive orga ni sée et réa.lisée par eux dans cert ains p<l ys, la propagande raciste, le3 vexations d'abord, le:; four~ de l\r;üclanC'k ensuite, tout cela a fait naitre parmi k5 Juifs des différents p a y~ le .. 'l1 t imc'llt d'un lien prufn llcl. C 'est la s lida ri té d 5 Qfîcnsés ct des n:vplt ~~ . l'en d ,lll t 1a gmTrC', l' a <llllirahlc roi·tr polonais Julian Tt'ill\im a écrit 1111 arti cle: " N n'JS , l("; .lui Cs ru:, nu is n. Il écri vait de

.011 !J "t r inti ~rlll" 

/ C SIl;S [',,/, I",i-,·, trlrrt qll ' MI J/le l'Il d it 1'71 paJol/rli\" d 1J. la ma;/o;! put. lt.' ,'/l , P ,/,,_ lIais , par(t' 'JilL d, ma tblf l<'I:d,c eN/tll1Te O/~ ",'a II I1.tU i JI, /';l' b UL' piJl<Jllt i.;,,:, p ell ((, tj i/ t! physiologie. Celui quiatiribue au sallg , l.'1Z plus de ses particularités physiologiques, d'autres pa1liclllarités, mu fOTce inystérieuse quelconque, celui-là, comme nous le voyons aujouTd' hui, rédllit des villes (;n cClldres, égorge /es hommes ... L'autre Sa,;I/{, c'cst ceilli que le cite! du fascisme internatiol/al fait couler des '/.Jt!Ïn cs de l'humanité pour l'rou- 7Jf!7 la 'uùtOiTC de SOli sallg Sur mail sang, c' est le sa1lg de /IIilli olls d'ili .'I" cents li1a ;.;ûrrh·, le salir; d er Juits et 11 0 11 pas le " sau g juil \1. PÛUr'litoi d is-ie " ll {l /iS, les Juifs» ? ,1 C(/UJ(~ de cc j allg ... · • PuurqUOl mün corres[XtUdan:: AJe.>: <l ll tlre R c't-J! l)rct n. voir 1 .:;alut ,Tsrai'l ? P arce qt;<.: Il s h'~'lIlllit'S <lui l'ont prive" ù:o. p,ltrie cr,ntin uenL à [ai re la loi (" 11 Ba\ièrc-, ['il f e 'll\e les racistes allcmands ont trouvé d('~ pr"tcctell!"'; hicll places: les racistes d.e t-! 'w-J IT~"Y et d'Alaban" l : pan' '1pe pour Ull Juif u..l - oi- l' h i ll ér i~llle e;,t iF Il ~~ul ~mellt ~n !t'Jr. dans les différent 5 pays ou règnent l'argent, le mensonge et les préju gés. L'élu communiste français Elie Mignot répond au journal sioniste" La gazette d']sraël " ; " Lej- Juifs i7all ~'aiJ s(lnt de.\" citoyens français, il,- ne font qll'Ull avec la lIûti01l française, ils 0 lit COll/ balt It clIs,;mbl C, t117,'lIill é enSEmble. POflr cu.!', r o;w JI." pour /01/5 /;"s Fran( ai..-, 1'an:lI,r est '/1t Ls i a'-hl ·~.~ cl', 'ut rc' <\1 !31' tique olIc.l1s:ll ~ ll t la d .g'l1i te des Jl1lI" des NOirs, des ClIiw.lis . de;., ltal icll s. Chacun coml .rencl que le racisTllf: cw i!-:':lnt lI\i>naLC les JlI l fs a ll,iricilin s. tt ,1 1;"" 111 C " :l I J I C>~](.1 'lue le ~1ltl t de" J ui [s 11 '!'St pas dans l 'E at cl' Israël , CJ ni ne rK1UIfi.lÏt aCl"llLillir Jl!C:lIlt' une fdil,l .. J lrlie cl'cltrc: , U.· , mais da.ns la \'lCt Ulre de l'Arut'riqlle progr· .. ssi5tc sur l' /\Ulériquc des rOl Cl~ les . Les 'sionistes disent que la tragédie vécue par les Juifs d'Europe au cours de ces récentes années s'explique par le fait que ks Juifs vivaient dispersés au sein d'autres peuples. Souvenons-nous; en automne 1942 les hordes de Hitler ont envahi l'Egypte, elles n'étalent pas loin de la Palestine. Même si à cette époque un Etat juif avait existé, il n'aurait pas pu endiguer les divisions blindées de RommeL Qu'est-ce qui a sauvé les Juifs de Palestine? Stalingrad, la victoire d es hommes soviétiques sur les fascistes, car au lieu d'ltne marche sur Jérusalem, Hitler s'est vu forcé d'entreprendre l'édification de sa défense. Le peuple soviétique a vaincu dan" un duel 'décisif l'ennemi de tous les peuples: le san· glant fascisme allemand . Par cela, le peuple soviétique a sauvé la liberté de l'Europe, il a,sauvé aus3i la vie à des n,illions de Juifs ... Il n'exi"te qu'une solution au " problème juif )) : la victoire des forces progressistes de l'humanité. Si l'on admet pour ~n instant un tableau terrible pour se représenter la victoire de la réaction mondi ;11~, 1'0n peut àire en toute certitude que l'Etat d' l sraël sera transformé en un nouvel Auschwitz ou un Maïdanek. • Le fascisme a régné d ans différent:; pays de l'Europe et du s1ld-est. Les JUIfs y üaicnt opprimés, et il suffit de se rappeler la " garde de fer» et les pogroms d t l'ancienne Polog ne. Vinrent les hitlérien s. ·lIs encourageaient les maraudeurs parmi la lie de la populatioll, ils organisaient la tunic en masse des J ui fs. Mais yoici que sous la poussée de l'Armée Soviétique les gouvernants . fascistes sont tombés, et les messieurs qui rêvaient à la renaissance de l'ordre d'avant guerre, tous ces se:rni-libéc;jux, "e,ni·a~sa~5ins se sont enfuis au delà de l'océan. Les travailleurs ont pris le pouvoir .. Et alors j'ai vu avec quel acharnement, avec quel patriotisme les Juifs des différents pays de démocratie pop ul a ire reconstruisent les. vdles ùhru j t~, travai llent, étudi ent, écrivent des livres, plantent d es arbres . .. Le fondateur de notre · Etat, Vladimir Lénine , a plus d'une f ois dénoncé l'antisémitisll1 e, le quali fiant d e honte dans des art icles indignés. La Révolution d' oeLubre a apport6 la libèflé et l' égalitt': en drol!., à tous le., citoyens ùe la patrie sovi{lIque, et parmi eux aux Juifs. Cert<Jins d'entre eux con s idi~ rent le ru sse connlle kur langue matern ellt', d'a1ltrC's l'ukrainien, d',lUtres encore le y iddish, mais ils sont tous fiers d'être Le Chall'l'illisme nationaliste et ra ciste est Ull ves/i ge des Jl/oellT S haineuses de l' homme, caractéristiques de la période du ca1wibaIis1lle, L'antisémitisllle, en tant que forln' extrémiste du chall1.:ini.l'lI/e, est le vestige le plus dangereux du callnibalisme. Lorsque .le Cilnnibalisme a tenté de dévorer l'Europe, le peuple soviétique avec Staline à sa tête, a anéanti les mangeurs.d'hom. mes. Les J ui f s soviétiques, Ul1lS aux hommes des autres nationalités, ont défendu avec abnégation les grandes idées de notre société, ont défendu leur sol nataL, Les jeunes filles, les adolescents, les vieillards, quittaient le~ ghettos de Vilno et de Minsk pour rejoindre les partisan~. Le sol natal est devenu encore plus cher à chaque Juif so\·iétique : il se rappelle la :\lort des victimes innocentes du . fascisme, il SI! l appelle les combats difficiles, les héros tombés; il est lié à chaque homme soviétique par l'amitié des combattants, il est lié à! chaque pouce de terre soviétique par des tombes qui lui sont chères. • Que mon corresponùant Alexandre R_ réfléchisse aux événements de la dernll:re décade, et il comprendra, qu 'Ilne seuJe chose peut résoudre la « question JUl\'e ., : c'est la suppressio:l de la " qu c;;tion jUl\e ll, Notre sympathie' va, dans leur lutte, aux travailleurs d'Israel; ils ont de leur côté non seulement la sympathie des JuiL de l'Union Soviétiauc, mais de tous les ~10~:'1 meS soviétiques

nous n'avons pas de partisans de

Glubb Pacha. Néanmoins d laque citoyen soviétique comprend qu ' il ne 3'a~lt pas seulement du caractère national de J'Etat, mais aussi de son ordre social. Le ritoycn de la société sociali5te considère le'; homTi\~s d'un pays bourgeois, et parmi eux les l1c1li1 JllCS de l'Etat d'Israël, comme des voyageurs, qui ne sont pas encore· sortis d'une èpmsse forêt. Le citoyen de la société soùaliste ne sera jamai3 séùuit par le sort. dèS hommes qui trainent le joug de l'exploita tic.'n capitali ste. Le sort d es traVailleurs juifs de tous les pays est lié au sort du progrès, au sort du socialisme. Les J u! fs soviétiques reconstruisent leur patrie sov;ftiC],ue avec tous les hommfS so vi étique". Ils ne tournent pas leurs .r ~ga rds YCrs le Pwcl1c-Orient, ils ell\·is,lgent 1"\V"llir. Et ie ]-,e11o';: aue les' travailleu rs de l'Etat d'lsra~l, 'étrang~r~ à la mystique des 5i'Jni ste, ct cherchant l'équi té, tournent leurs rcg a rd s vers le ~ord, vers l'Union Soviétjque qui marche en tè-te de l'Illm1anité vers un avenir metlleur. '. -, _ - ~ ~::. ~ - ... .:.... _ - - i::' • '" ..,r.: -- .... -.• : - ;. .•• , .' _' ~ ... , ~ •. '_ -.' .• . _ ,,":,," '-: .... :.~.: .. Un événement parisien que vous ne pouvez manquer: ILlE G~ANID) ISlAll Doe: MlUJOI de li DROIT ET LIBERTÉ" SAMEDI 6 NOVEMBRE 1948, de 21 h. à l'aube dans les HOT E L splendides Salons de l' C ON TIN E N T A L 2, rue Rouget-de-'·lIe. - Mélro : Concorde /SI Vous danserez; avec Fernand BOUILLON et sa grande formation Vous applaudirez; Rene ' e lEBIlS la grande ~edette de la ChanSOn)osette DAIOÉ et la petillante fantaiS iste vedette du folklore juif et le ténor de l'Opéra PASTOR CONCOURS DE CANSE BUFFET TOMBOLA Inv itations à rellrer : 14, rlle de P ~radi5, 120, boulevard d_ eclleville, chez tous 15 di ff useurs du i\.;urnal On peut relenlr des 1 b'es : S'adresser il l'Admi niSlral ,on du iournal. - T,,;ephone : PRO 90-41 - 90-48 • IJRQtT ET' LI~TE ---------------,j5 Octobre '~8. _ ,N- H -~ ·La campagne de lancement 'POUR NOS ENFAN7S ·de 't DROIT ET LIBERTÉ" pour Le dévoloppement de l'esprit d'initiative 3. 000 nouveaux abonnés a dans une maison' de jeunes d ébuté dans I~ enthousiasme Dan" certaines Maisons d'en- amère et d'échecs qui risquent En bref. habitués à la vie < fants. les responsables pensent d'avoir des répercussions pro- facile dans les Maisons ils apporter le maximum aux jeu- fondes sur leur avenir. s'aventurent sur le chemin de la ILes délégués des sections et des "Cadets" s'engagent à dépasser l'objectif en deux mois nes en leur assurant le bien- En effet, ces jeunes s'adap- facilité dans la vie. être matériel, c'est-à-dire une tent difficilement aux différen- Il n'en est pas de même ohez bonne nourriture, un vestiaire tes branches de métiers indus- n()us. Les mêmes problèmes convenable et un cadre agréa- triels; changent fréquemment économiques qUi se présenble, et cela malgré les difficul- de métier pour satisfaire leurs tent dans toutes les Maisons se tés économiques de l'heure. besoIns personnels et se détour- posent chez nous d'une façon Plas de 200 délégués Iles secHom, pari$iennes de l'U.J.R.E., de - « Cadets », des amicales et des organi 'ations diverses ainsi que de nombreuses personnalités et to nab~rateurs de notre journal , sont venus avec empre:;. ' em~ut le jeudi 30 septembre, à l'a , emblée d'information de « Droit et Liberté Il. CERF, administrateur du journal, fit un tableau du chemin parcouru, depuis sa reparution, par « Droit et Liberté », tri· plant son tirage. mais souligna également les difficultés aduel· les de la presse libre. Parlant de la nécessité d'obtenir 3.000 nou· "eaux abonnés avant la fin de l'année, l'oratrice indiqqa le chif. fre fixé pour chaque ville, section et organisation. Cependant, les jeunes sont te- nent parfois de la voie du tra« brûlante. Nous voulons les renus à l'écart des problèmes so- vailleur honnête. soudre en collaboration avec les Ce fut une très belle réunion, qui démontra les grands progrès réalisés par le journal et t'admirable attachement dont il est entouré. Sous la présidence de M. VILNEIt , rédacteur en chef, M Charles LEOERMAN, directeur du journal, traça l'historique de « Droit et Liberté », ses buts et son rôle dans la situation actuelle. A .a suite de cet exposé clair et fort applaudi par tout l' auditoire. une courte discussion s 'engagea. A son tour, Mme Cécile N omhr,e d'organisations ont demandé d'augmenter le chiffre des abonnements qui leur était fixé et toutes se sont en~agées à atteindre et dépasser l'objectif. On a particulièrement remarqué le grand enthousiasme de l'assemblée, où la jeunesse dominait. Bruxelles est entrée la pre. mière dans J'action, a\'ec 36 abonnés. NOlis donnerons, dans le prochain numéro, les résul· tats de la première manche. ciaux ainsi que des difficultés int{Ïrieures de la maison en rapport avec les circonstances sociales. Ces jeunes des Maisons sont appelés à affronter les difficultés quotidiennes de la vie à 18 ou 19 ans; ils courent au devant d'une déception PLAN DE LA CAMPAGNE Chiffres à atteindre PARIS Total Oct. Nov. Déc. Total Oct. Nov. Déc. 2" . . ' . ............ . 3· . ... ............ . 100 50 25 25 175 100 50 25 Len.s . .. . . ... .... .. Valenciennes ...... 25 15 5 5 10------:5=---:5:- ---


~ . . ......... . . ... . 225 150 50 25 Saint-Quentin .... 10 10 5 -6" ......••.... . . 75 4~0 --2'5- ' 10 Chateauroux .. , .. . - ------ 15 10 5 9~'-.. -.-.-. -.. -.-.-. -.. -.-.-. -.. ---:100 60 30 10 Montluçon ....... .


'---c::----

10 5 5 100 Bld ............ 125 80 25 20 ~1 ~1.--.-. .- .-.~..-.- .-..-.- .-.-.-.--~125 80 25 20


_.,---=-

Clermont-Ferrand. 25 15 5 5 Avignon ......... . 25 15-----:5=---5

l:-2:~" -. -..- ..-.- .-..-•- .-.-. .- ..- --40--25--16 --5

13·~..- .-.- ..- .-.-. .- .-. -..- .-. ---:4-0- 25--10-- Ç Marseille ...... ,... 250 175 50 . 25

N:":::i-c-e- .-.-. -.-. .- ..-.- .-..-.- .- --50----3-0--10---10-

- - _ . __ ._--- ---- 14" ......... . .. . •. 50 30 10 10 15· - ..- .-.-. .- .-.-. .- ..- -..- .---:50 - '-3=0-:'---c1-0::-- - 1,-0:c- Toulouse .. . . . . . . . 100 60 30 10 . , Perpignan ... .... . . 10 5 5 l/l-'--.-. .- .-.-.-..- -. -..- .-.-.-.--1-=75 100 50--25 Limoges . .... . .. . . 25 1:;5-=--__5 ;::--__5 _ 19"- -. . -.-. -. . -.-. -.. -. -.. - .-. - ----:40--2-0--10 10 Périgueux ._. . _.. _ ._._._. ---:1c5=----:1~0-0 --5~--- 20· Belleville ...... 150 100 25 25 Saint-Etienne ..... 15 ~-- 2::Co:---A--vr-o-n-.-.-.-. .- .-.- ..- -'50 30 10 10 Roanne ........... 25 15 5 5 10" S .L ..•....... . . 75 50 15 10 L-y-o-n- .-.. - .-.-. -.. -.-. -.. -.-. - -'2=-=00 100 50 50


Montreuil ...•... . . 25 15 5 5 ~L~lv-r-y-~Ga~r-g-a-n--.-..-.- .----25 1-5----5----5 Grenoble .......... 2{l 10 _ __ 5 ____ 5_ Belfort .......... / 40 20 15 __ 5_ VILLES DE PROVo Dijon ......... .. .. 2() 10 5 5 :B.....e::..s.:..a_n_Ç:.Q..n-_ _. _._._. .. _ .~._. --:-1,5 10 5 Montceau-les-Mines 10 5 5 Rouen ........... • . 15 10_ __5 ___ Metz . . . . ...... . .. 25 15 5 5 Atx-les-=Ba:ins ..... 10 10 N::=-a-n-c-y-- .. -.-. -.~. -. -.. - .-.-.---;25 15---5---5 L~U--Dé~v~il~l-e-. -. .-.- .-..-.- .-.----1~0~-~5--~5 Sedan .. .. . . . ....• 15 10--- -5=- --- Cadets ... . . . ...... 500 350 100 50 Strasbourg ...... . . 200 150 25:---:2"5"- D-=t--y':e" r-s- .-..- .-..-.- .-..-.- .-.- ~300---200 75 25 Lille .............. 20 15 Belgiq-u-e--.-. -..- .-..-.- .-- 600 30-0 -150- -15-0- 1. -A. BASS à Strasbourg Ll' ;l' rl'Ie Il 'S 1['(1 !UI'S lit! « Dr il c ~ Lil'l'l'lé • dt: Slt!t ~l~ lI l'g il i ll v il,~ M. ~\J:-' 'pll . :\l ldn! B:I;". 1I11'IIIlIre d,! IIOtl·· 1 :olllilé (je ft ·,htrli uli . ' vl'nir le ~ ol'lohre 1\Hil . da Il c('t ft! \' i Ile, l'lIrler, 1I 1I P:llni.o:; de;, Fd .. " , ~Hr «U's Juif de Fran,-e et l'El 1 d·"rr,(ôl -. lIan 1II1 exposé ln . do.'u lIll'u- Il', l'onill'ur monln' "on lln/'nt l's JUif ' li l"runre. ('n pr, !' tli"ll'all l nCII· VI'OIt'lIl il la lu tt dl' 10 11 '; Io' s 1·(·I'III1Ii(' a ill" rr"lu clIi" et des 11l'1lI0tT.oI l'S du 1lI1l1llte en l[ef , peuv('IH '.1 idl'!' d ril'(\{'(" [11'111 III r ",' U IlIl I.;'~(l n c~ et j, la COII:.lruetiol\ dl: 1'I~ inl dïs'·IH' I. Il Il [J il r f'., ~orlir III n('I'Ils i I6 l l'llIIil', dUi tS ce comlt" t. to u ~ le:; Id . tlll'ub LI" la popll iation j lI il'e d' FI·Ollrl'. f rllflçoi<i d i lll l1li ~1' .~ . (1\ " lCo\l" 11"$ hommes ui 0'11 \ n ·nl IIU r. r()~rl·s l ù la paix . 1, ;\[1~ l'I'lle 1.1- d'l' ~i liq;elll " un jourllal t·.' Il III! urlll(" 1'1 nolré réùddeur a " " 1"'1,· Il'" Slt"" ... llOlIr~('o is il vlnl i!' tl\ t!c HOll.; dill i. C \Iut. 1.(' 3 \!CI br!' 5'e~l l,'1I111' 11111' 11," ... ·11110\1'" de mtlit lllll:: ,t ' ct' ",,(l ll n~s {):I 1'1 irllllt'l"('llI('nt Cll'llrs dl' lIolre Jo" r llfil, il 1 QU'Ile onl (l ..." i~h·· le" l'C· prt'!'>"nlilnls ,, '\)r~ 0"'/1 1"'11;; r l~l' lI h \i l'f n'· ... l'l l"\\s6 Iflll' .1(' ~I m . " 1Il')! . I ltwr · 1l1Oyi'l!· .Ie Imrll,>"JII 1111 lit éIU(.li(·!> eL mi ' II \! pOIN !.. I.e B II/'I"IUl Il ril'ien ,11' l' U.JJU·:, II fn'~ "l'.R plus \I \'f' r.:'hcilillioll.': il 1\1 . \ . J LlE:'II. lIlelll tm.> "rllC d" la ,..·,·U n du I X~ d li --II ~"'1I 11 11" ('-1'41l1;-.(\ . a r 'Of' "';(}fI ~ f ,. ~ ~l tll SSi4w: e .:k Ielolt' peLale ::.-) L \ IL 5 U.S.J.J. (Union Sportive Jeunes Juifs) Be1lique GRAND BAL DE N1J1T le ija rn ed i :1{) octohre 1:)\8 à 20 lt 111' :; à la Solle n "aut\oin C hall ~:;é d ',\ nv(' I'S l:lI \ lJ .' 1·:L. L E~ LI cc Roger n ODG rmS cl ~ a g ranile fUlïnal iUIl cl 1 ~) 1lI11 c;ici cflS Atlr ac li o n ~ dl' cll oix T ml ,nla. - B\lHet. ju q u'au malitl. LA SOCIETE MUTUALISTE BESSARABIENNE adresse ses mei 1 leurs voeux à tous ses adhérents et amis à l'occasion de la nouvelle annce. Elle les invite à venir passer des heures agréables lors de son CRAND BAL ANNUEL Dimanche 14 Novembre .te 14 heures i "'nuÎt Miline du 5· Arrond (Pan théon) N'oubliez pas que La Chorale reprend LE MARDI 19 OCTOBRE A 8 h. 30 - Salle A Bàtiment C - 1·· Etage 14 , rue de Paradis L,A TECHNIQUE ELECTRIQUE MODERNE mElt à votre sarv;ce des procédés nouveaux des accessoires pratiques pou~ amêliorer votre travail et augmenter votre rendeO'Jent. Nous pouvons vous fournir et installer tout l'appareillage de force et de lumière sans alourdir votre budget CJr nous vous ferons CREDIT Notre rayon de T.S.F. vous offre les mei lleures marques également à crédit Etablissements STELLUX 3 , rue de Mirbel - PARIS-V' T61.: COb.. 17·18. Réduction ~cl !e su pOrte-vr d~ III prè3ente ~ 1tImCe. 1 jeuues. Conscients de ces difficultés et confiaruts dans leurs possibiUtés, ils nous ont apporté leur aide précieuse. ils ont r éfléchi et des initlativessont nées; telles l'exploitation du jardIn, l'utilisation rationnelle de l'atelier, création d'une caisse commune avec particIpatlon et contrôle des jeunes (tous ces travaux étant exécutés par des équipes qu'ils ont formées). Oui, ces jeunes appelés dana le combat quotidien de la vie, sauront résoudre les problèmes économiques et sociaux qui SO poseront à eux d'une façon honnête et juste. ANDRE et HENR'I. En haut : Des icenes travaillent au jardin de leur mai- Ion ••• Ci-contre : ... tandis que d'autret s'initient aux travaux de bureau. Nos grands face à la . vIe Dans notre Maison 9 bis, lue Dombasle, à Montreuil. vivent 21 jeunes de 15 à 18 ans. Tous apprennent un métier ~ur se faire une vie dIgne et honnête. Vers quelles professions se dirisent ces enfants de C usillé~ et de dé-portés / Deux d' ent'e eux sont apprentis maroquiniers. troIs sont apprentis fourreurs ; un est apprenti tailleur; deilx, apprentis aJu leurs ; un garçon de 15 ans apprend la mécanique : un autre suit le cours industriel section moteurs d' avions ; un ;,.utre. l'école professionnelle de dessin industriel ; oous y avons également \ln 14.pprenti horloger ; un S4rç'lll. de 17 ans est à J'école d'élèves officiers de marine; le jeune Roger est au cours complémentaire agricole et va devemr ingémeur aglOnome ; Bernard est apprenti peintre en bâtiment ; M:.uius "'pprend la batterie : enfin, Marcel est apprenti labarentin en biologie et se dirige vers la recherche scientifique électro-physique ; et Jacques sera prépamteur en pharmacie. Et nous allions oublier Samuel qui se prépare à devenir lRécanicien dentiste. Comme on le \'oit. tous les métt ers sont représentés dans notre Fayet de Montreuil. La Commission Centrale de l'Enfance attache à ce chOIX de la profession une très grande attenfion. Combien la vie est plus agréable quand on travaille selon ses capacités et son ooeur 1 Mais r apprentissage n' épuise pas tous les problèmes qui se posent devant nos grands enfants de Monrreuil· C est pourquoi nous avons demandé au ieune et dynamique Dilecteur de la Maison qui a la grande tiche, hien plus compliquée que d, liS les foyers des petits et des moyens, de donner une onentatlon déCinitive à nos grands garçons, de nous parler des problèmes éducatifs quïl a ren~ ontrés. A lui la parole. Amis de l'Enf.ance ! Parents! Venez nombreux, dimanche 17 octobre, à 14 h . 30 A LA FETE DES COLONIES 1948 SALLE DE LA CH 1 MIE. 28 bis. rue Saint-Dominique (Métro 1 nl/alides) Expositi3n des travaux d'enfants Partie artistique exécutée par les enfants des colonies L.\ ~I A \.-::: UN DI':S PI:~T1TS (.Iantin (l'C'II[ Ilt-) , 18. \'illa SOOj·Carnot, Pal'i ,·l~I.. \11<\11'0 : 8o \.7.a ri ~. I'I" ,' e 0,',\ FNeô, l klflUI)c, Pré Saillt·Gcr\' ab. La Commission Centrale de l'Enfance a le plaisir d'annoncer la naissance d'Ariane. f1lle de notre dévoué collaborateur Docteur Dvorin. HI. ,il tic r nlan \s de 3 il G ~IIS , dl.' • h . :10 il 1" h .• SaIl.> interruption. Dt'i" unl'!' f'l ~o"ll l·r . Ch..,s ~Iollk';;ùni. kllx ('t prom~ · na(i< . . III , ripli n n ,~ il r,arlir du .t o<; lolJre, de lS il 1 T h',·lIl'Cs. FAITES REPARER VOS MONTRES en toute tonnante Horlogerie Louis GRUNZWElG 31. r u e BeaubOllr& Métre. Rambuteau Nos voeux les meilleurs atl bébé. et tou'tes nos félicitations aux heureux parents.

  • A l'occasion de l'anniversaire

de Claude Eisenberg, M. Frendzel. un ami bien connu de nos enfants. a collecté t.. la somme de 13.000 francs. Nous r etllercions cordialement M. Frendzel et souha ltons beaucoup de bonbeur au jeune E1senlJerg. La Commission Cent rale de l'Enfance. as Octobre '1 948. - N- )'-4-82 DROIT rr LIBERTE ---------------------------------------------- - 9 L'oubli des iniures· retour de Ferdinand ou le par Roger PAYET·BURIN Il manquait celui-là. Son retour va parachever cet oubli des injures qui s'est exercé avec tant de mansuétude au' bénéfice de collaborateurs d'espèce littéraire comme Montherlant, Thérive ou Sacha GUItry. Non que ces collaborateurs, de par leurs fonctions et du genre particulier de trahison qu'ils ont pratiqué, aient été J'objet d'une indulgence spéciale. Mais simplement ils ont bér.éh~ cié, à leur place et à leur manière, du vaste pardon qui depuis quatre ans tend à confondre bourreaux et victimes -dans le même apitoiement hypocrite. Donc, Céline nous revient. De quelle manière, on va le due aussitôt. Mais auparavant, et en admet~ 1 tant qu'il en soit besoin, rappelons d'un mot ce qu'il hi!. Celui qui, du jour où les Nazis occupèrent la France, se mit à f.aire une écoeurante danse du scalp autour de son pays abattu, le bafouant, l'inju o riant, s'en donnant à coeur aise, crachant enfin impunément sur tout ce qu'il haïssait depuis. longtemps : la démocratie, la république, les idées qui les expriment, les hommes qui les défendent. Céline s'était fait un nom dans aux mauvaises moeurs littéraires. Céline, comme on sait, s'est enfui au Danemark' après la Libération et s'y est terré comme un lièvre. Il ne peut rentrer en France, un mandat d'arrêt ayant été lancé contre lui. Mais il a ici des amis, amis comme cochons, pourrait-on dire. L'un d'eux, qUI s'appelle Albert Paraz a commis à son tour un livre, intitulé Gala des Vaches. A paraître bient6t aux éditions de J'Elan. Le jour que vous ouvrirez ce livre, vous y trouverez, pieusement enchâssées, trentre-trois lettres de l'ami Ferdinand. Le tour est joué. La rentrée littéraire de Célme est donc imminente. On imagine ce que dans son douillet exil de Copenhague, l'ignoble individu a dû livrer d'insultes contre la Résistance, contre la Lbération, contre la F rance· Certains, les mêmes qui battent la caisse pour annoncer ce . retour, font savoir que Céline n'est plus du tout antisémite, bien plus, qu'il est le premier à crier: {( Vive les Juifs. » La /icelle est un peu grosse. Céline reste un crimmel de guerre, pour avoir quatre ans durant soutenu de ses clameurs ceux qui massacraient à Auschwitz et ailleurs. La fumisterie à laquelle se prête une maison d'éditions doit être dénoncée et empêchée. Car n'en doutons' pas, elle constitue 'un ballon d'essai. Quand l'opinion sera ,( faite» à la prose de C él ille, on fera venir son auteur. Et bien sOr, Céline n'est qu'un misérable et il peut paraître excessif de s'emporter à son sujet. Mais son cas prend /igure de symbole. Il faut dire que si le nom de Céline devait, d'une mamère ou d'une autre, reparaître en veàette, ce serait un signe que la Libération a été vraiment tlllhie. la httérature - aù pire sens du r-------------------___________ 'mot - par le scandale. Mainte. nant, Von Stulpnagel, commandant Paris, il devenait une gloire de la capitale enchaînée, à force de hurler avec les loups. Et comme il fallait choisir une spécialité en matière de trahison, Céline avait tout simplement repris la profession pour laquelle ses patrons hitlériens le payaient de longue date : il était antisémite. C'est ainsi qu'à plems poumons, quatre ans durant, il put cner tout son saoul : MorT AUX " Le mur. inviJi6!e " p A voir. M:üs il pas d'aller au ne suffit cinéma ... JUIFS. Il fallait rappeler ce passé pour apprécier à sa mesure la petite filouterie qui suit, et qui appartient ET .Jllif par ci .e. t J.t lif par Ut. VODS ne Illungl'7. pas à volre faim? C'pst la faute allx .Juifs. Difficnllés, vie ("1I,',re ? Encore les youpins. Vans nvcz mal au foie'! Lcs Juifs. Il fnit mauvais l.emps? Les .Juifs. Ah! Quund s.crollt!-nous déLar- M. SCHULSTEIN , MON ARMEE {TradUit du ydd ch par H. Bulawko} Je suis le chef, Et voici mon armée Faite de petites lettres, La route - de longues feuilles (le papier. Elle va, elle marche, Regmdez-Ia et voyez comme elle est gr.mde! Au brusque :'lppel Du clairon sonnant l'éveil ----c ma plume, Elle bouge, Elle OTt OU coeur - hl sombre caserne. Elle va, elle m'lrche A mon comm~\I1dement Dans l'ordre, en colonnes De soldats attentifs et fidèles i En strophes - En longues cohortes, Qui s'étirent sans cesse Sur d'immenses esp:'lces JUsqU'Olt porte mon reg.lrd A leur rythme sonnent Les armes polies, tranchantes De tout genre, de tout Gllibre - Des balles - les points d'exclamation. Des fusils - les apostrophes rimées. L,a voici IllOl1 armée Oui franchit toutes les frontj~res, Et tous les pays, tous les monts et tous les fleuves, Mais ne touche .à rien - Ni au clwrbon, ni au pétTQ)e, ni .lU fer, Ni .à J'holll me, ni :lU pain, ni à 1:.1 terre, Elle ne veut conquùir Que l'esp.l 'e d'un coeur hum ~lin. 19-Uj. rassés {le cette E'ngeunce ? L'antisémili" me prend \In nouveau départ, mais Cè sont toujours le",' mèmcs qui s'en "crvent. Ils n'ont fuit que changee de livrée. Mais les yeux l'oient plus clait' aujourd'hui. TI"';s simplcment. On sait Lien qlle le Il juif)) Hotschild n'u rien il voir uvec :vI. David, pelit nI"lisan, (lll'il est le frère de classe du 1( cntllolirpIe )) lie \Vendel; on ~.ait que lc~ cxploilcurs rei>t.ent de:'," exploilems quelle que soit leur " t'el igion n. L'intérêt dc r,las!3c dOlllÎlle tout et. l'untisémitiBme qui pcrlllPl il certains de Icurs poli 1 ici CIlS de délourner l'attClIlion, de divi:-;el' pour régner, cd ulle de leurs 1I1"11lCS favorites. .Je rt'pr':tr, UIlC (:1108e connue? Sans doult', mui:'> l'on IIC dira jamaiS trop Ù qui et il Qlloi sert l'antbémitisme, et CUIlJhicll scs lli'è5es sont a.l.>surdCF. Ali puys de., " super-man )l, des Il I/irls hygiëniqul!s » et de la 1( rtJclle démocral.ie ", Leullcoup Ije J lIifs sont marqués'. Certnins hMrls leur sont inlerdits et ils subissent, cOllime les nèJ.lres, tOlllet! sortes de discriminatiünF. Mais l'ilcneif'uses, invif,ibles, le plus "ouvenl. L'anti5émitisme, plaisil' honteux C011lme la lilastuJ'iXtlioJl. JI v '-lvait uue foi~, à HollywOOlI. IIll rénlisateur qui s';lp;>eInit Ed\\"ill"d 11IIlylll)"t;k. Il fit \ln film conlre l'alllhiémitisme. La COIllIlIÎS"ioll des Activit(>g anti. rtlllélica illes le Il'alIlu devuut set! /.rillllllaUX et l'expuba de ln Cité, V{)ilil pOlll" la dérlloaatie. Le lïIm 1:,.osll/j j"G est ~u ssé &ur nos écr arh el c lluc uli de lions Il pu l'app:allCtil". l)i~olls-te, c·, nit une dell Illeilleures U!\IvrC's 'lue nous ayoll!'. viles depu i~ IOllgIClllpS. Ln " >iule gueule '1 d'url assassin antisémite y apparuissait sous son vrai jour. La fOl"lllc s'alliait avec )onllCur UII conlellu. Nuus Ile pOllVlllrl', en dire autant flu Mil.,. Incisiflle, d'Elia Kazan. Le lIé1"OS rev ê t nne i;,or te dc Lllre ct part ell croi;;ade. Cela donne parfois de LOlllles ti rtlùes, Illai~' c'c;ot lO\lt. L'cn>'emIJle- se prbenle sous lu 1000Ille d'lin culéd, islne pour Illilitnnis de putronas;: e en niai de pensée noLle. C'est oeut-.l lre bien ra seule fo r me de e mba t Cûl il l"e \' nti:;éluill:; ll J.e q ll 'on v uille Liell ndl1l~ltJ'e flO Amél i'Jue. Cela <wno • il j'Oc~:-; it}n. une Ollie de Il prognls " et tle " c;j ilisulioll Il. Be.aucoup ~ " nt fn J'é.alll , Le moulin de l"UltisémitlSnle tul1él'iell in li '.en LE THÉATRE par Roger MARIA Maître après Dieu EN I938, un cargo hollandais attend une offre de fret en raùe de Hambourg, lorsque 146 Juifs menacés par les nazis d'être ùéportés et exterminés supplient le commandant, propriétaire de la J eUlle Nelly, de les prendre à . bord pour les conduire en Amérique du Sud. Ils ont tous des visas en règle. Jaris Kuiper, n'écoutant que sa conscienCe de chrétien, les embarque, malgré de multil:les difficultés. Les trois actes se déroulent dans la cabine du commanclant. Au premier' acte, le cargo est en rade cie Montevidéo. Les autorités refusent de laisser entrer les réfugiés. La suite va montrer que partout, aux Etats-Unis comme ailleurs, les portes de la liberté se fermeront devant les Juifs qui fuient b mort certaine. Partout les « autorités» conseillent au jeune officier de la marine marchande néerlandaise de les ramener au point de départ; mais lui, comme les 146 Juifs, sait parfaitement que ce retour signifie la mort pour ces gens innocents; il le sait, mais ceux qui le poussent à faire demitour le savent aussi ou le soupçonnent; pourtant, ils vont multiplier les efforts pour le persuader à renollcer à tenter un débarquement clandestin, qui échoue d'ailleurs trois ou quatre fois au fur et à mesure que l'action se développe. C'est la succession même des avocats de la rentrée à Hambourg, affrontant la résolution inflexible du commanùant, qui constitue l'essentiel de la pièce. I1~ plaident bien et l'auteur hollandais, M. Jan de Hartog, a représenté sous des dehors tantôt violents, tanlôt « humains J) la position de différents représentants de la société CI raisonnable D et, en définitive, criminelle: le commandant en seconù et le chef mécanicien, le consul des PavR-Bas à :"fontevidéo, le commandant d'un autre lIavire hollandais, deux ca[. itai nes de corvette, attachés navals, l'un Américain, l' autre N ~r13ndais, un pasteur enfin. Quant au commandant, il apparaît comme lin protestant au coeur pur: Diéu ne peut pas vouloir la mort de ces Juifs; lui, chrétien, a pris la responsabilité de les sauver. Commcnt? Après des échecs répétés, au bord du découragement, il trouve l'introuvable solution. Des régates vont avoir lieu au large des côtes arnéricaines;' il va ,;aborder son navire et, pendant que les réfugiés seront entas,és clans Jes embarcatioJls, son raclio lancera un S.O.S. qui ne pourra être entendu que par les yachts de la haute so,'iélé américaine, croisant à quelques milles, qui ne pourront faire autrement, en vcrtu des lois cie la mer, que de recueillir les Juif,;. P OUT 'Ju'ils puissent restcr aux Etats-unis, il faut que l'opinion pLJhliqu~ soit alertée; elle le sera par ce sabordage spectaculaire et en raison de la qualité des sauveteurs fOr~l; . L'intérêt est soutenu d'un bout à l'autre par un dialo,gue sobre et juste, traduisant les caractères avec la variété même . de la vie. Peut-être le commandant ramène-t-il trop le problème à ses préoccupations religieuses, alors que point n 'est besoin d'être chrétien pour faire l'On devoir d'homme, ainsi que le fait observer un personnage de la pièce. Une :lutre ir.suffisance tient à ce que l'auteur a représenté les J \li fs par I1n ral!lJin humble et larmoyant et que les émigrés~ 'apparaissent guère que comme une oC('asion, pour le commandant, et les autres, d'éprouver leur l'on~rience. Ces réserves étant faites, disom que l'on se trouve devant une oeuvre passionnante, toute pénétrée d 'humanité et 'lili rappelle utilement les crimes nazis et les complicités « mscrètes » qui les ont rendus [.ossihles ; ce ttmoignage de notre temps, pour nons, hélas! assez familier, paraîtra sans (lo\lte monstrueux à nos arrière-neveux. Du moins, nous l'espérons. La troupe du théâtre Verlaine, très homogène, <l. inlerpr<!té cette pièce avec soin et, semble-t-il, avec foi. Signa loos particulièrement deux personnages rendu!; avec \ln talent complet

le consul des Pays-Bas à Monté\'idb:l, joué avec l'~Jj f

par M. Henri Beaulieu et l'attaché wlVal américain, par M. Clande Lac1oche. Le décor de DO\Jking, la mise l'n scène (le Je.·m Mercure, antellf de l'adaptation, et même le hruit:lge de J ean R:lI.lÛna témoignent, en rln~ des qualités de l'interpr tation, d 'tome réussite de grande classe qui fait dt. la Coopérative du thé:l- Ire Verlaine une équipe qui m~rite la foule des mei lleurs salles. tournc pas plüs mal. Il est couvert d'lin voile pieux et humalli~ te. Ne craignez pas qu'Elia Kazan s'aUirc !cs foudre:; de la Commission des' Aclivités antiillnério: aines. POlII' certaines firmes américaines. les €cénuree un t i racistel:' semlJleu t être aujOllrd'hni une excellf'nle affnire. Le légitime f'tuccès de Cross/ire incite cerlains PI'otlucteuJ"!'l à r enouveler Ull thème à succès. l\!. OUllyl p. ZalIucl\, jJ/"odllcer ùu M 111" Inl'isiblc. Il 'est pas un si gm nd philonIl'( lpe n i un homme ~i é pri de 1l~I 'lé et de pl' ~rès , allez. CetOt Ru l'loul un businessman adloil. Les Ilaisins de la Colère ont été fin nncés pur lui. Il y 0 d'au tres films sociaux. Rin qu'une peULe Laree aux pui. Sûnlli de ce !l'lenà • juste pour rail'e croiI:e qu'on ~t avec les paUVI'ftl. Sous la dlf~ll1i~e prvpre, le COI' ~ est sale. Voilà c.es hommes LI"1lves qu.i, avec un peu d'Bun de Califor ·l1ie. une balTe de I>c ll ewiJl~gum et IIne mine de circunstnuce. espèl·rnt. au fond, (l ue le I lollde. leul' IlltJwlc, ne c1HI11~ IOU J)QS OeaIlCO\lD. li l"c:sle que dans la III ~\.Ire oit le développement de .. idées: rlêmocmliques le:i obli~e il. t"ail J" tle gram!>; J)roLlèmes huu uin '. leurs film'l peuvent av ir une \ al UI· progl·csfl ive. Jci le J)rQblèm ~L trè!l in. u rrisnrument t railé. mais n 'ernpl'che ' Ine mien' vaut vf"li" le jOIIl'nali'te du Mm' III j ilJle Que le gang, ler, la !l·in-lIf) \1 l'allLé Il lIywoodien Qui en lDbl'e. nL les écrans de ';os boulevanl::;. Félix fEDit 100. ,10 DROIT ET LI SERTE ----------------J5 Octobre 1948. - N 14-82. LIH. E. F. V. D~ hab ·"e des enfants l en donnant un méfier'â des adultes- ~ PAR BERGER gré.es dans la vie économique du pays. poursuivre la vie avec plus de cOllrage, tandis que d' a utres les ont remplacés! l ES guerres, lorsqu'elles se terminent, donnent naissance, dans les pays qui les ont subies, à des problèmes nouveaux et ~omplexes, On a dit des prisf\oniers qui, de retour, n'ont pu se réadapter pOUr des raisons diverses à une vie normale, des jeunes soldats démobilisés qui n'avaient pas eu le temps d'acquérir un métier et parvenait diHicilement à stabiliser leur existence, qu'ils étaient des « déclassés ,». Ces situations, répétées sur une grande échelle, constituent en effet un problème national. Problème qui s'est présenté d'une façon particulièrement ai~uë dans les pays occupis, pendaut .cette dernière guerre, par les nazis: la rapine organisée par l'f\ccupaut, la ferme b.rûlée, l'atelier occupé par un « coilabo », le magasin vendu ou les machines et les outils disparus, autant de facteurs venant s'ajouter à ceux qui, après guerre, ont pu faire d'un homme un « déclassé ». Et les déportés échappés par miracle à l'extermination - hélas! si pcu nombreux! - ont eu à S"I·l11ontCr les dirFicultés particulières qui sc plaçaient lit, entre eux et la vic des autres qui avaient continué sans eux. Dirricultés d'ordre matériel : la majeure partie des déportés Jurent en même temps spoliés et c("ux qui ont pu revenir ont rar ~lIle nt retrouvé ce' qu'ils posséd aient. Il leur fallu tout recommencer. Difficultés d'ordre moral: on ne n:\'ient pas d'un camp de la mort, de la torture quotidienne q ui a duré pendant des mois ou d es années, avec un coeur et une âme prêts à reprendre l'exist nce là où on l'avait laissée! Et lorsqu' au retour on ne retrouve ni famille, ni foyer. il faut tout de méme qu'on soit aiclé pour l'eprendre sa place dans les ra ng's. même temps que les a.utres jeunes, dans les centres de formation professionneIle de la C,G. T, L'O,R,T. a, à son actif, un Un atelier de couture de l'H.E.F.U,D. important travail de reclassement ~ 'un grand nombre de jeunes JUIfs. Et il est extrêmement intéressant de soulig-ner l'oeuvre accomplie par l'H.E.F.U.D. qui, lui, s'est fixé simultanément pour but la formation professionnelle et l'habi Ilcment des oo[an ts de fusillés et déport{~s. L'H.E.F.U.D., Fédération interprofessionnelle et inter-oeuvres pour Ic reclasscment professionnel et l'Habillement des Enfants de Fusillés et Déportés, a été crl-é en fonction justement de l'existcnoe du prob)cme des « déclassés" et, pour essayer, dans la mesure de ses possibilitês, d'apporter une solution. 1.J n trop grand nombre de dépoll" és rapatriés, de femmes cle déportés, de nouveaux émigTés, sans 1l10vens d'existence, hantaient le~ bureaux des oeuvres sociales. Une liaison étroite s'est établie entre les comités cie secou~ s du C.O.J,A.S.O.R., le Service sorial des Jeunes, le Centre d'Orientation sociale des Etrang-ers et l'H.E:F.U.D. afin que ceux d'entre ces hommes ct ces femmes, en mesure de tra" ailler, soient dirig'és sur les atcliers-école de l'H. E.F.U.D. Ces comités versent, pour chaat'eIiers- école, des moniteurs parfàîtement qualifiés réalisent la performance de fOI·mer en trois ou six mois des ouvriers pour le tricot il la machine, des coupeurs et mécaniciennes pour la fourrure, pour la con rection, des cordonniers, des lingères, des couturières, toutes professions enfin se rattachant il l'habillement. La formation professionnelle y est d'autant plus efficace que les élève.> effectuent tout de suite des travaux pratiques, ils confectionnent des vêtements qui seront ensuite distribul's aux maisons d'enfants de fusillés et déportès, adhérentes à la Fédération. 2.000 personnes réintégrées dans la vie économique L 'H.E.F.U.D., dont le président d'honneur est :M. Tollet, président du Comité parisien de Libération et secn" laire de la C,G.T" est né en 1 ~· G. Animé par son directeur, M. Anghert, il s'est trcs rapidement développé, grâce à l'apport d'un grand nombre cl'org-allisations parmi lesquelles l'U.J. R.E., l'O.S.E., l'Intersyndicale de la C.G.T., Ics Spoliés de l'Habillement, qui lui ont apporté leur aide. Grâce aux or-' ganisations professionnelles telles que l'Amicale des Fourreurs, l'Association professionnelle des Tricoteurs, la F {'dération natior. ale' des Syndicats ouvriers des Cuirs et Peaux et quelqu:,s autres, grflce aux dons individuels, les ateliers peuvent être alimentés en matières premières ct en machines indispensables. C'est au 120, rue Vieille-duTemple, que sont installés la · plupart des ateliers. 260 élèves y travaillent actuellement, en gT~nde partie des Juifs de toutes nalionalit~s, mais aussi des réf ugiés espagïlOls. Depuis 19!6, l'H.E.F.U.D. compte 2.000 personnes rt'inté- La guerre a changé le cours de leur existence. S'ils ne peuvent plus exercer leur profession d'origine, ils n'en sont pas pour cela des inutiles, poids 1l10rt à la charge de la collectivité, ils partagent le sOrt de tous ceux qui travaillent, en butte certes aux difficultés actuelles de l'existence dans notre pays, mais ,intéressés, autant que tous les Français, il ce que quelque chose change. On réapprend à tout âge L Ejeune garçon de 19 ans qui, cl 'origine roumaine, avait été déporté à l'âge de 15 ans ct qui n'a plus de famille, apr!:s avoir COnnu Auschwitz et autres camps, est venu en France. Il était trop jeune pOur avoil' un métier, l1lai,1tenant il cst prêt, après un st<lge rue Vieillc-du-Temple, à fail'e un excellent ouvrier du tricot. Cet homme, assis ü son t'tabli, dans l'atelier de cordonnerie, a la silhouette d'un \'ieillard. Il n'a pourtant que 48 ans. Il' a vécu en Poloo'ne avant d'être déporté et a p~du IiI-bas ses enfants. Avant" il é~ait réparatl:llr de parapluies, Maintenant il est de\'enu cordonnier. E't cette felllme de déporté qui possédait, à Paris, avec son mari, une fabrique de tricots, Les machines ont disparu; elle n'a jamais pu remonter l'affa:re. ]'l'laintenant, elle a appris la couture, dans ce vaste atelier de l'H.E.F.U.D. où les machilles s'alignent eonlI'ne les pupitres dans une classe d'école communaJ. e. Aujourd'hui, elle peut Lravailler et retrouver une vi,~ normale. Comhien d 'hommes et de femmes, si divers, mais si semhla; bles par leur tragique histoire, sont pass('s là, puis repartis Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2' Ma : st.Den;s , Réaumur, Sentier TéL : eUT 78.87 _1- WILLY De l'ancienne clinique POPUlaire Visites - Plqüres - Ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville, Tél. MEN. 56·17 AU POSEUR DE LII'K>S grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE loVAIS j"Iais la question des « décla ssés » subsiste. Les efforts 'de l'H.E.F.t;.D. ct d 'autres organismes sont remarquables ct leurs résultats appréciables, cependant, le retour complet il une vie normale de tous ceux dont la g·uerre a bouleversé l'e >: istence est un problème · de poli. tique et d'eeonomie qui les dé.passe singulièrement. PETITES ANNONCES Angl., Franç., Allem. pro. fesseurs expérimentés, Miss HoI., 69, r .Cardin,·LemOÎne. Odéon 62" 18.

  • Rédacteur « Droit et Li·

berté », cherehe 2 chambres et cuisine, Paris ou proche banlieue, S'adresser au j:mr, nal.

  • ECHANGE. Log. deux

chambres, cuis., entr~c, cau, gaz, électr, , quartier RéïJu, bliquc. Plus joli studio enso· lei!, quartier Latin, contre app. 3 pièces dans le 19"' Ecrirc seulement Pacholder, 14, rue Crussol, Paris (II'). AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE (( 0 C É ANI A » VOYAGES - TOURISME 4. rue de Castertane Tél, : Anjou 16-33 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 8.8-61 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la BoétiQ Anjou 15·30 NICE et VICHY BOULANCERIE·PATISSERIE .UIVE BERNARD 12, rue N .. D,·de·Nazarelh, Par is·3· Tél. : TURbigo 94·62 Pain de seigle me1l1eure qualité Pailss~rle de la meilleure sorte Conditions spéciales pour mariages et banqueta, On livle à dorniCil~, Prix modérés Métro : Temple et Républlqu(> NE FAITES AUCUN ACHAT avant d ·avoir vu les enSembles présen tés par L'HARMON,IE CHEZ SOI 221. faubour .. St.Antnine, Paris Aux déportés rapatriés et aux fan illes des disparus, s'est ajoutée la nouvelle immigration des Juifs \'enus des camps de « Personnes déplacées ". Ceux que la f urie fa ciste a persécutés au p in t qu'ils n'avaient pas le courage de retourner dans leur pays où ils craignaient de retrouver leurs horrifiants souvell~rs, où leurs proches avaient l·té massacrés et leurs biens dl~truits. Ceux qui ont pu gag-ncr la Franc ': y ont pal·fois rejoint un pal'ent, d'autres n'ont n:joint per~ onlle . Toujours ils ont été dépaysés , quclqucfoi~ tentés par l'arpât du gain facile et les exemples de spéculation - tolérée ou encourag'èe par des Pouvoirs publics incapables ct l Cl lllplices - trop SOU\Tnt à la c..:hnrg'e d 'oeuv/'es sociales. Clin de Icurs assistés, une hourse r----------------, 98. boulevard Ménilmontant, PARIS·XX· M,: Pèr<' -Lacl1al~e , Tél. OBE 12-55 SUCCllr.';'fL :e " 1:lis b majori l.é d'cnl r::: eux ont le désir cl tJ'~lvai\! e r; il s'agis<;ait , li! aussi, de les y aitk'r el de sm'oir C' lIlrloYl'· ces Ln:l..:ies au ;;('(" \ · i c! · de 10 11S . Le rôle de l'H.E.F.U.D. Q L" .\-T-IL l'ré fail pour n!'souclr ·e le prnhlbne des (( d~d a $_ és ,,? Du cf>te officiel, rien. Seul des org-anisme ont assum ~ ln t:khe qui aurait cl li re ·ewiir l'appui a,'issant d s auloril ', : Un grand nomhre de jeunes J ui ts o nt ainsi été forme , en de 7.000 francs par mois et 7.r)OO irancs pour le del'l1icr Illois d'apprcll tissag'e. L'H.E,F.U.D, est, cn fnit, un rCll~I'c de forma lio!l profcss ionn (' ll~ accélér{·e. Dal1s scs dix LISEZ HEiDOHADAIRE O[ l'lNOOatOAHU fRAHUIS( Ses échos, sa tribune pollUque, ses grandes enquête:>, ses pages litteraires et sociales, ses nouvelles .. , TOUS LES MERCREDIS 16 pages illusLrées [a \'cnle pOl'I.ouL •.•• 4' francs Deux nouveaux cours de l'O. R. T. Procl ,l i l lUTIC ltl i;,~ronl ouverts dC'Il~: r O L V('~II'-;: t'o u['~ : l' r 'l'f) oIl1 il ~ ,hl " (I ul ,~ lC'Jurs P,) lll· h Ltm ull'~ .'1 fJ.lJ1!o! (tSl ; '2 ' Cblfllir - ' O~111~ ilI!I" ·1 I'P lir. ·:c

.'uur,·, JI' ,U I' ""/Ill l'" .scUII'II I' "I ),

L~ nnn d'l·' dl.' f' 1 " ' C~ • 1;' lIL limill', hs iuln,',.-,',"; th.' T"!Il Illsn ·le tLn: rlill lell'l ll 1 l : ~L ' I ~Cf) l e O,H,T,. ,t,J. rue r. J~ p, I!l, à ~,rù!l t rc lJll (lndro : llùl, ~i;{J i . 'ITl'),

117. taub. du Temple, PARIS·X·. M&tro : Bell eville et Goncourt 1 Restaurant CHEZ ALBERT 57, rue Natre-Dame.de·N azareth ~r~tro : SLrtl.' bou rg.-S ~l.lnt-D (;n~5 CLj vous trouve rez toutes les spéciali tés roumain~, pGlonai~es et russes HChez MAMMY" Restilurant célèbre pour COl'r1S [JI~ COUPE l'U n Ll :'olCil':nm SES SPEf~IALITES JUI VES dans un cadre typiqu.e.. et unique au 'monde L'O,H,T , Ot.vrlra, dall'; les pro· clt:dns j urs, un (",lur" de lingerie

ch '!lIiH', l' yj;llIl U,.;; , l'"il\'O liS , elr.). 22, avenue Montai"ne, PARIS

L' C')(lr.;; 1111 s,i l' e<,l df', tIué aux .. DEJEUNERS DINERS !Jrof· slollnt'I.,; ayauL rlu:>ieurs un ' Métro : Frankl in-RGosevelt et Alma Iléus de prtlllquc. . ..._ _______. T. ;.;';.';..;..;:..;;B;.;.A.;.;L;.; •4 ;.4;.-5;,;1;..•.;; . ;.t.;;E;;;L;.;Y;.•;. .;2;.;".;.,.:.;8;... ______. ..J 1 15 Octabrt 19-411. - .N'" H..82,-------------- --------------------------------------~~ ~t No us 1u t t ons po. ur 1a P.A. IX I\'U-X~ Ct=I~iN~T(T)~fv~1U~ ~ Et vollà 1 Les va<:anoes sont finies 1 On ·reprend sa place au travail ou il l'étude. De "llouvcau, les problèmes difficiles, ardus de 1 existence, s po 'ent à chacun; encore plus sévères cependalit aujourd'hui. fe Comment payer mes études ", fi comment arriverai- je avec ce que je: gagne " ? Telles sont les questions qui se posent, chaque jour pour une plus grande masse de jeunes. La majorité réagit à <:et état de choses, en SErrant les coudes, en rev encJ.iquant de meilleurs traitements, en demandant des bourses. Quelques-uns, parfois même de jeunes Juih, mal éclairés sur la manière d'améliorer leur existence et les conditions de la liberté, se laissent entraîner dans des ligues factieuses dont les chef.s exploitent à leurs fins personnelles, la misère et, nous dirons même, la combativité de' la jeunesse. Les jeunes Juifs S;jvent ce qu'est le fascime. Ils connaissent la terreur, la d:lctature. Là n'est pas la ~olution ! Sur le plan international, les menaces de guene commencent à poindre à l'horizon. Une gigantesque bataille a lieu : la bataille pour la PAIX ! Oui, il faut se battre et l'on se bat pour la Paix, contre les quelques .fauteurs de guerre qui changent de visage, mais non de fi qualité ". Les mêmes qui gracient les chiennes de Buchenwald et refoulent dans le coin " réservé aux nègres» l'ambassadeur d'Ethiopie, venu assister à un congrès fi pour le déve. loppement de la scien<:e », les mêmes font verser le sang en Grèce, en Espagne, en Palestine, en Indonésie... Ils exploitent la famine, la détresse de beaucoup de gens et grâce à leur argent, en font leurs valets, tel le mercenaire arabe de Glubb Pacha, tel le soldat monarchiste g-rec. Mais nous disons avec Paul Eluard: Et mlus ViVO~lS cOntre la mort •• N (Jus 11011S oattollS contre la guerre. Camarade adv';rse Entend's-tu le canon tonner) JI tonne pour eux, Il tonne contre nous deux, JI tonne contre la vie. Camarade ad "erse . Ton corps sanglant jonchera le sol ... En ligne, au feu, à J'assaut, ... Feur à volonté, au corps la corps ... F aites donner r artillerie. C'est contre la vie. Camarade adverse, Ta. mère t'a porté en son sein Tu es venu au monde Pour continuer la vie. Les tranchées, les destructions, C'est lutter contre la vie. Camarade adverse, Noir, Juif, Espagnol, Grec, Fran- . l,ais, D'où que tu viennes, Les hommes sont toue frère. Pour travailler, pou~ construira Pour vivre. Camarade adverse, Les peuples en marche Pour leur liberté, Les travailleur. en grève Pour leur pain. Au Château du Bac, à la Croix-St-Ouen~Jjendant les vacances, 350 jeunes Juifs ont, sous la direction du Mouvement des Cadets, non seulement ri, chanté, dansé, crié, mais pris ronscience de J'enjeu de la lutte. Les mères en d élégation ,.Pour leur$ enfanle. C'cat lutter pour 1. vie. Nous voulons nous unir pour Que (n06 enrants puissent I{!andir [dans la PAIX, Le choeur parlé, dont on peut lire ci-contre de larges extraits, a été dit à la fête finale du cb:lteau du Bac, par 150 jeunes qui ont compris, avec des miIlions d'hom m~s; qu'il fapt s'unir pour que la guerre ne passe pa~, Nous voulons n'ous unir, nous vou .. ~!ons nous t:lonne:r la main pour faise une ronde, uno· grand. Dany SENAZ. ronde, la ronde de la PAIX ... Lesjeunes gens et les jeunes filles des Foyers de Montreuil disent leurs impressions sur ••• Quatre ans se sont écoulés depuis que nos parents, ceux qui nous sont chers, sont partis pour les camps de la mort. Quatre ans ... et lIse I{och a été graciée par le général Clay, innocentée par M. Ke. nett Royal. Dimanche der~ 'nier, les souvenirs tragiques des heures vécues se sont ré. veillés, et c'est avec angois. se que nous sommes allés v:;ir « La dernière étape ». Ainsi, nous aIJjons vivre le martyre de ceux dont, malgré tout, nous espérions le retour ... primer nos sentiments, à nous qui somme·s si près de ces martyrs, mais nous ne pouvons garder le silence devant de teIles images: elles Se gravent profondément dans nos coeurs. Et le sentiment de vengeance, de lutte, qui «les» animait là-bas,trouve un écho en nous, et dépasse notre douleur. Des visages émouvants, poignants de vérité se détachent de la masse anonyme des déportés, dont ils incarnent l'esprit de résistance et la volonté de vÎl're. Car, plus que jamais au camp, vl\'re, c'est lutter, c'est résister à l'oppression, à la terreur, Un camarade soustrait à la mort, c'était une victoire sur les nazis. Comment oublier l'infirmière du « Rel'ier », Anna, qui collecte vivres et médicaments pour arracher à la mort ceux qui tombent d'épuisement, comment oublier 'Eugénie, la doct~resse, diffusant les nouvelles des victoires remportées par les armées alliées, et qui périt, affreusement torturée, pOlir avoir crié la vé. rité aux délégués, indifférents ou inconscients, venus visiter le camp? Comment exprimer ce que nous ressentons devant cette magnifique femme-soldat soviétique qui « préfère mourir debout que vivre à genoux»? Comment exprimer notre émotion devant la fierté et la douleur de cette femme, qui pourrait être DanieIle Casanova, criant sa révolte, et aussi son espoir, dans une « Marseillaise » vibrante en partant pour le crématoire? Et le sacrifice de Marthe, fièrement dressée sous la potence, exhortant ses compagnes de misère à poursuivre la lutte et qui meurt dan" le grondement des avions soyié. t i q Il e s, annonciateur,; des avant-gardes de l'Armée R:ouge libératrice ... Eugénie, Anna, Marthe, incarn'ation d'un parent, d'un ami... Plus que jamais, nous, les jeunes des Foyers d'Enfants de Fusillés et Déportés, forts du courage et du sacrifice de nos parents, nous poursuivrons leur combat pour que ne reviennent plus de telles horreurs, et pour que les générations à venir connaissent enfin une ieunesse digne dans le trava'iI et la joie. Auschwitz ! Image s'aisissante de baraquements délabrés, dans la boue et la fange, où le soleil ne semble noir jamais pénétré, sur un ciel toujours gris. Dans cet enfer où la vie humaine a perdu toute signification. où un geste, un mot, un regard sont une condamnation à mort dans des souffrances horribles, nos parents, tant d'êtres aimés dont nous conservons encore vivace le souvenir du visage si famil~r, ont endur,é un calvaire qui dépasse toute imagination et dont le film ne peut nous restituer qu 'une partie. Les mots sont impuissants à ex- ... La dernière Étape (qui existent) ES demier~ arrivants ont traversé l'Oise sur le. bac du pas- L sem - le sort en est jeté! - franchie la grille, malgré les banderoles souhaitant la bienvenue à tous, ils ont pénétré en terre étrangère et errent un pen dépaysés dans cette tour de Babel où se coudoient, avec une tranquille désinvolture, Palestiniens, Grecs, Noirs d'Amérique, Espagnols et Français. Outre que le château a pris un air de fête et qu'un soleil anémique allume les vitres du premier étage, quelque chose est changé pour les anciens du premier mois: oubliant l'ambiance ordinaire des jours de colo, ils trempent dans l'enthousiasme et l'effervescence de la grande journée Internationale qui va 1 clore les deux mois de colonie des Cadets. Le hall a été aménagé en galerie de journaux muraux: pour lire les écrits du groupe' Lorca, II faut, d'une main audacieuse, explorer la robe à volants d'une fière Andalouse épinglée au mur; quant à ceux du groupe Lincoln, Il faut forcer la porte d'un ~ Black Home :), maisonnette faite de vrai bols, de vrai chaume, d'où s'élève un vraI panache ... de fausse fumée! ... Notre chant monte quand même t Né dans les rangs impeccables de ces jeunes garçons en shorts bleus et chemises blanches, le chant prend son vol, allume des échos çà et là dans la foule et jusque dans les' étages du château. Inaugurant la journée, le mëme air de marche accompagnera les mouvements d'ensemble ,exécutés sous la dlreetion d'un Charlie très fler et très droit: - Une, deux, trois, quatre ... - Dis donc, regarde: mais c'est Bouboule! - Oui, sur le troisième cercIe: celUI qui se trompe régulièrement une fois tous les cinq temps! - Et là-bas: Jeanine, Chamois, La Bresse ... Les rangs se reforment; le chant reprend: « il lance ses accents Joyeux vers l'avenir ra- Ce grand luxe de chemises à carreaux. cette sarabande de visages passés au noir, grimaçallt sur le rythme accéléré de J'ai du bon tabac, recréent l'atmosphère d'un music-hall à Broadway, où l'on trouve que les « coloured men » ont du rythme. mals au'ils sont vraiment trop noirs, De même pendant ia folle corrida madrilène. Franco trCluvera- t-ll trop rouge l'étendard du torero? Pendant tout.e cette joyeuse première partie. les anciens ont retrouvé sous le coloris et l'étrangeté des costumes la bonne gaîté et l'humeur cadet et leur~ rIres. un tantinet moqueurs, en font foi. Le contraste est frappant: les mêmes jeunes qui, tout à l'heure. étalent superbes de cocassen e. vont à présent illustrer la tra,édie du chômage en France, la brusque paralysle des métiers, la brutalIté des répressions dans une série de tableaux vivants; les mêmes qui affirment encore, sur un marché palestinien, la volonté du peuple juif de chasser pour U1ujours les impérialistes et les diviseurs. Enfin, présenté par le groupe Homère, un dialogue s'établit, au delà de la mort, sur le modèle des Nuits de la Colère, entre des tparUsans ·grecs qu'on a vus tout à l'heure couchés sous le feu d'une fusillade silencieuse. Du deuxième étage, cinq hauts de formes à rajes rouges et étoiles planches approuvent ... Car, de là-haut, les cinq capitaUstes ve1l1ent. chacun devant préslde.r aux destinées du pays Qu'il représente et, pour ce faire, déléguant son spectre redouté. Sur une muSique aux djssonnances suggestives. la danse des Spectres prélude à la seconde partie : Racisme s'avance en pyj ama rayé, décoré de trois K (Ku-Klux-Klan) et d'étoiles jaunes

il est suivi de Tyrannie,

ChOmage, Impérialisme et Famine. La lutte des peU'J)les pour leur liberté et leur bien-être sera toute l'histoire de la lu.tte contre les fantômes de ce ch~teau - qui existent. La chorale de la coto « La chorale de toute la colo ! En place ! :.. Cette voix au registre étonnant, Qui porte si juste et si loin, c'est celle de JacQues. Il est bientôt grimpé sur un tabouret dont la fragilité n'altère en fien son calme et sa maitrise. « En parle qui voudra, j'aimerai qui m'aime, m'aime ... :). ' La force de 150 jeunes gosiers amplifiée par la masse du château ébranle un moment les rangS des spectateurs. Puis ce sera le choeur parlé final ~rit par un de nos camarades, Au moment de :a 8éparation, les m~moires étaient troublées par des tourbillons d'images et les échos des derniers chants ; ayant demandé à un cadet ce Qu'lI pensait de la fête, il me repondit sur un rythme sponta~: « En parle qui voudra, j 'aimerai Qui m'aime, m'aime... :) LlCK. Les vacances termi n~s, les Cadt>ls 01ll repris leur I\di, it~" . Le diUlalwhe 10 oc!.obl't', .,la fl \lue belle i\ ~~e OlbJ ~e genl'ra Ir len ue à la salle Lanery, plus de .wo ~ uIl 's Juifs se sont Ij{'c:lal'és da· conl aw'c l'acti vité des Cadets, qlll est de lutter ilUX .:ôl,'~ Ù 5 fOl'C 5 qui feronl lriQlllpher la c1 l.'mocro tie et la paix , \>1 se 8(\nt s('pal' S (j\'('C ln fel'me r-é< JuLion ùe la ire du OIou,'emPlI l d CDù~ t.. )'Ol'gnnisill lon Ile 1 ule la jeunesse juive de France. - La prochaine fois, 'YO'IIS lirez un reportare de Sam Bcleki sur les jeunes de PoJOcne. • .' JE n'en croyais pas mes yeux : « Appartements à vendre en , toute propriété li, cc Faites . un placement-or », cc Pour parer aux augmentations de loyer, devenez propriétaire )) ... Lorsque les premières affiches commencèrent à fleurir sur les murs de la capitale, les Pari:.iens, intrigués, s'a rrêtaient, revenaient sur leurs pas, iisaient avec étonnement les alléchantes propositions; même s'ils ne cherchaient p as d'appartement, ils connaissaient toujours quelqu'un qui en cherchait un. C'était troublant, ces affiches ... Chacun sait parfaitement que la crise du logement sévit en France sans que, depuis quatre ans, la moindre amélioration se soit faite sentir. Nous avons tous entendu parler de telle famille de six personnes vivant entassées dans une chambre d'hôtel à 3.000 fr. par mois, de tels jeunes gens remettant leur mariage de mois en mois, faute de logis, ou d'un jeune ménage dont les moindres projets d'avenir se heurtent icrémédiablement aux quatre murs d'un infâme cc garni ». La crise du logement? Allons, c'était une farce. Passons maintenant aux choses sérieuses : Que vou,> faut-il ? Un hôtel particulier, un appartement de six pii'ces ? Oubliez donc la chambre d'hôtel et le « garni )l trop étroits, puisqu'il y a de quoi vous satisfaire. Des log'ements vides? Il Y en a quelques milliers et c'est écrit sur les murs de Paris.,. ~n toute propriété SI vous voulez vous documenter sur la question, lisez donc les petiles annonces d.:- certains journaux. Rien de plus réconforta.1t, Les appartements !i~ rt"s s'y étalent à longueur de colonnes et les sous-entendus pour initiés, d'il y a encore quelques mois, sont démodés. VOLIS pouvez y voir, en toutes lettres, qu'un hôtel particulier dans le XVI' arrondissement, avec 10 pièces libres, VOliS rOlltera, vide, ï millions. Si vous hé_ itez, un autre fait s'lvoir, par con· tre, qu'il achèterait \".,],mtiers un appartrmcI"\ t de quatre à six pit'ces. PriX ind if férent. 1~ -lI lle à la mise're et à l'insécurit,~ des uns; ainsi 5'éla!e scandaleusement la plus éhontée des spl~culations. Tandis que 500.000 personnes, qUI s'entassent dans les hôtels et meublés de la Scine, y vivent souvent dans le" pire~ conditions d'in alubrité et d'lDconfort tout en payant des prix exorbitants," des milliers d'appartements vi- DROIT ET LIBERTE ---------------- J5 Octobre 1948. - N° H-82 E s LI E Démarches d'Annette JOUBERT des attendent d'être vendus au plus offrant. Car si vous téléphonez au numéro ;ndiqué sur l'annonce, si vous prenez rendez- vous, dans une agence, avec le monsieur-très-bien chargé de faire visiter, vous saurez bientôt que lorsque l'affiche indique 30.000 fr. rar pièce, c'est un attrape-nigaud, que l'hôt~1 particulier deIO pièces pOUr sept millions, ce serait vraiment pour rien. En réalité, il faut compter en moyenne 1 million la pièce, soit 30.000 fr. le mètre carré. A ce prix-là, vous visiterez quatre, cinq, six appartements vides et on vous en proposera, dans le quartier de votre choix, une douzaine d'autres. Pas si libres que cela 1 Mais vous pouvez aussi vous perdre dans une agence qui vous répondra ccci

« Versez-nous 800 fr. et vous re-

,. ",. ,l AI \ \1 " F "s. . ,', . .~' . . l " ., \ ~,' ~f: :':; .. .. t:~'; ccvrez pendant six semaines une liste de logements à louer », soit-disant 01- bres. A vous, ensuite, de vous débrouiller. Combien de naï fs se laissent prendre à ce petit jeu ? 800 fr. pour avoir la chance de trouver à se loger ... On peut toujours eS5ayer. Excellente affaire, par contre, pour de telles officines ! Illusions, bien souvent. Car si vou~ ne pouvez vous offrir un logement à 1 milhon la pièce, il Y a peu de chance que celui qu'on vous proposera à trois ou quatre cent mille francs soit libre. La vente d'appartements déjà occupés a pris, durant ces derniers mOIS, une ampleur inquiétante. Il e::it incontes·able que, de noS jours, ce qu'on appelle un immeuble cie rapport n'est p fus guère rentable. C'est la principale raison pour laquelle les prùpri~ taires cherchent à s'en débarrass('t. Ils les revendent par appartements, ce qui est, d'une part, beaucoup plus avantageux et libère, d'autre part, de:> capitaux qui sont immédiatement investis dans des affaires plus lucratives que ne l'est actuellement la construction. L 'acheteur d 'un appartement peut donc être le locataire lui-même, ou une tierce personne qui, avec les ressources qu'offre aux propriétaires la nouvelle loi sur les loyers, pourra dans certains cas expulser le locataire de fait, ou bien encore un de ces innombrables spéculateurs qui, au moyen d'une forte somme d'argent, peut obtenir parfois du locataire qu'il s'en aille. L'appartement ainsi libéré sera avantageusement revendu. Et toute une quantité de spéculateurs, intermédiaires et rabatteurs plus ou moins louches, gravitent autour de telles entreprises. Ils lancent à l'acquéreur éventuel des appâts dans le genre de celui·ci : « Appartements en tle propriété loués verbalem. av. possib. reprise sous six mois pour certains bénéficiaires de:,- nou'l'elles lois. » L'appartement est habité? Ne vous arrêtez pas à cela. Dans six moi:;, vous pourrez jeter dehors le locataire actuel, si vous êtes aS5ez habile pour faire appliquer la loi à votre avantage. Depuis que la nouvelle législation sur les loyers a paru, on devient pourtant plus réticent. Bien qu'elle soit profitable aux propriétaires, elle ne conSélcre cependant pas, comme ils l'avaient espéré, le droit de reprise immédiate, ceci grâce à l'action des groupements de défense des locataires. Pourtant, une menace continuelle va peser sur les familles : (c Le propriétaire d'un immeuble n, dit la loi, cc acquis depuis plus de quatre anS peut être autorisé par justice à exercer le droit de reprise s'il établit que son acquisition n'a été faite que pour se loger ou pOUl satisfaire un intérêt familial légitime à l'exclusion de toute idée de spéculation. " La solution par le vide Demain, telle famille pourra être priée de vider les lieux si un propriétaire a fait l'acquisition du logement depuis quatre ans et prétend- voulOir « satisfaire un intérêt familial ». Aucun tribunal n'étTlcttra de jugement défavorable au propriétaire. C'est probablement ainsi qu'on esp~re résoudre la crise du logement. Expulser les uns pour en in staller d'autres, essayer d'exécuter 500 explllsion~ par mois contre les bén~ficiaires de réquisitions et les locataires en hÔlel s, déclarer que les 30.000 réquisitions de la Seine sont illégales, c' e;;t la politique de l'autruche. Pas si aveugle que cela ... puisqu~, en définitive, elle favorise les aH airistes et les ~,ociétés de gérance. Il restait au moins un lieu sûr : le:; B.B.M. ct les immeubles appart(~nant à la Ville de Paris. l'dais voici que, dans les solutions préconisées par j\-f. If' Préfet, entre également la vente du 0 0maine immobilier de la Ville de Paris. Ne nOllS étonnons pas pour si peu. Le projet, qui date de 19.n et avait ét~ établi par des conseillers de Vichy, est bien dans la ligne actuelle de nos dirigeants. Les B,B.M., construits avec l'argent des 'contribuables, passeraient à la propriété privée, à la grande joie des trafiquante; d'appartements. Que fera l'Etat de l'argent ainsi ré· colté ? Il fera construire, nous dit·on, de nOU\'eaux immeubles . Or, U)lC étude portant sur gOl loge. ment;; démontre, chiffres à l'appui, que ces \)00 logements, une fois vendus, produiraient tout jl\.~te de quoi en construire IOO, compte tf'IlU du prix acluel des matières premières. Çes 100 logements seraient vend us à leur tour, et comme il n ' y a pas de raison que cela s'arrête, le nombre des 10gement5 ainsi construits irait en 'ame.nuisant el, un' jour, il n'en resterait plus rien . . Aggravée par les destructions de la guerre, la crise du logement à Paris, dans les villes de province, dans les campagnes, réclame d'urgence une solution. L'inaction des Pouvoirs publics n'a que trop duré, dans ce domaine comme en combien d'autres. Les plans et les dossiers sont restés dans les tiroirs des ministères; les bonnes volontés se sont lassées. Construire Les sinistrés s'entassent toujours dans leurs baraques, les prioritaires continuent de se buter à la force d' inaction des seryices pré fectoraux d LI relogement. On est en fermé dans un cercle vicicllx. Le seul moyen d'e n sortir : la construction. Or, auiourd'hui, les hausses sur les mal é nall~ sont telles qu'il est impossible il un a rchitecte de iixer un prix qui sera encore valable demain. Impo::.sible à un particu! ier cie construire dans de telles conditions. Et, ·alors qu'il manque il la France trois millions de logements, on compte dans l'industrie du bàtirnent 180.000 chômeurs. Lor;;qu'on songe que les ruines cie ia gurrre sont évaluées à 8.000 milliards et qu'il la fill de 1948, les crédits accordés à la reconstruction n'a tteindront pas plus de 500 milliards, on est en droit de se demander jusqu'à quand les taudis subsisteront, jusqu'à quand l'on verra encore des familles vivre entassées comme' du bétail. . Pourtant, on peut trouver des crédits. Là comme ailleurs, il faut une autre pol itique. La guerre d'Jndochine engloutit des milliards qui seraient mieux employés à la reconstruction. Dt's centames de mill iards encore, appartellant aux trafiquants du nra rch~ noir, les biens confi~'lués des traître;;, attcndent toujours d'être [('COUvrés. Une partie suffirait pour financer un commcncelllent de construction. Ce ne serait plus, alors, 450 loge-. ments que l'on conslruiralt ;::omm )'on fait a tuellement dans le dép art~ m ent de la Seine, mais des centa ines de mt/ liers. Les spéculateur et trafiquants ne seraient pa contents . Mais tîlnt pis" </div>

Notes

<references />

Format JPEG