Droit et Liberté n°032 - 2 juin 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ces enfants sont menacés de mort (journée internationale de l'enfance -page1
    • Contre la bombe tueuse d'innocents, faisons signer sans relâche l'appel de Stockholm -page1
    • Une interview exclusive de Mme Eugénie Cotton (présidente du F.D.I.F.): l'antisémitisme attribut du fascisme est un moyen de préparer la guerre -page1
    • Partout on élit les délégués à la deuxième journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix -page1
    • Y-a-t-il un complot antisémite en France: le roi et les SS -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: bombes; la peau des hommes -page2
    • Contre la libération de Xavier Vallat: mme Jeannette Vermeersch, députée, reçoit une délégation du MRAP XVIII -page2
    • Skorzeny (le tueur personnel de Hitler) en Palestine? -page2
    • Un spécialiste vous dit ce qui se passerait si la bombe tombait place du Palais Royal.-page3
    • Il disait "je suis contre la bombe, mais..." -page3
    • Avec Schalom Aleichem: le petit village juif (de la Russie tzariste) comme si vous y étiez (livre: Motel fils du chantre) -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Ces enfants son menacés d"e mort CONTRE LA BOMBE tueuse d'innDcents FAISONS SIGNER SANS RELACHE L'APPEL DE STOCKHOLM TOUS LES VENDREDIS L'ANTISÉMITISME, POUR 2·g Juin 1950 LA PAIX N 32 (1361 20 fr. IlELGIQUE 5 fr. TOUS A BUFFALO 4 JUIN, Journee Inferna;io· nale de l'Entanc , NOIH Irons tous à Buffalo l « Interdict ion de la bom _f atomillue , sera le cri qui .aU, lira clu coe ur des mi nIS el du enfanh, r eunls tlOlI" I·imm."" stade ou se deroulera un I ran· diose spectacle. Dans lo t e la région Il sienne, les initiatlve3 Il ",,,,lU· plient pour taire ou 4 JUill UI'I II balle fête r.our petils et B,and s. Des enfanls d cfil e ron, len ..... ' leu rs vieul IlYres d'uol. : • Nous voulons dlll Il,.,., neuh ! Il. D'aulrea, pOr tllun d. ballons, réclameront d U ,er· ralns de Jeux, Le comite 6'ln l· IlaUve e propose d. r.lu .. mfJj'f 50,000 enfant! dan! ee .tlld •. JI1M. notamment slgne. , , cette semalne •• Simon FUKS, grand rabbin SCHILLI, rabbbin de Paris; du Haut· Rhin Un quart.·d'heure avec Blanchette Bruno Une interview exclusive de Mme EU ÉNIE COTTON LILIENBAUM, président de l'Union des Sio- Présidente (80 millio de la F. D. 1. F. nistcs de l'Est de la France, etc. • .. ile femme'l L A bombe a tomlflllt' l'st lIus pe ndut au.r IlQ' lNe-•. C .. ;te arme tueu.wo d'Innoct'ntl menace noe foy«!r. llO& fnf. nta. Btaucoup, cneole auJllut'd1lIl!. ne se renden t " :JI c.) tnplfl dU d. neu. lA Moo'remtnt (ORteil le RaClsMt':. 1'AntW'mltlsme ct. pour :a PRix (1'<'1Ifllll 1\ ce Jour plus de 2('1 000 :tltnat llrts en faveur de l'ApPl'I dl!' St.ockholm dans )a seule r l!!illon parlslenn" Nous n'avon,; pas ch' ré5ult llts pr écis pour la provlncr. mal:! nous savons que nos amis dt Pér igueux. Nancy. Metz. StrasbourG'. LtIl t'. Toulouse tnultlpl!tnt, 11"1; I!fforts et tes lnl tlatlvr,.1 t Qu'j)s ont obtenu, d'ores et dtJ A, ;rt' !mportant s ucc ès. . Pour 15 jours la vie en roses A Ta tiii au • JdK mo mar ' 11'\..1 .oJl!.lI. la 1 Qulnzalnr d" la Rou . d'dlf 1 1. lf-lne de noJ JIITd lns '" tbmme.net· Mignon"l'. allons vOir $1 .Ja r u, QuI. ('(' mlHln. lHaH déclose

 tJ. ,Ob" dl. tKlurprl. ll'U , :>l dJ .

Soud.ln mf'nt lf'lI ,Ut1n dt' la t'Plplt.le ,'5C' Hltlt Oeunn d,. MII' . !:Il Bananr S1I long rles ruN ,,\ (i(!S b nulcyard., Il suffit de Jeter \10 rtll::lJd u, tt··It':' !:' P'lur II-Pl""der 1111'n'N;t" dl" ()tpo,) QlOt . MIl I(l thf!ml'.s t'h annanlA sont Dro. d i autou r dl!!! la lIeur que Pu jo «Jebr,. Et Jf mlllu.,lll11 tcmp. ? Il a donne d .. IIJt'ur. ttCI!l1e..l 1). loui 1-, p . t laUJ;i('l. dl1 j;l( :U n ;? 1C!;!i'll"1l'IC ", Jlriunttt Je "' t'... t Il utel:enl ctat. En .se PTOn1rnant dam 1"· IlItt' dt) la rI)$I!t.ll.le de' J1la'-('J Ru,,.. 11 lIt:mble QUo! 1;1  ;ule ait d t eu plé leur lJ'i,e{', Blies St'nt dnq mille dlln Ntt" t o!(lral!!'_ Oc toutr, ell etl. Dnml! If' rosier .u va lle QuI ;rlmpr IUr IC'.I totm,.lJ,, d('. trrmes, 1!hqJ·/I. l't' ptc la plUl rtrht"M , ('(\fnmt l'Etoile d", Hollllndf, Îa no.t' dt , M II.Ii:Cl ou de L.auu:\'.rl', Une:- ode.ur klE!tc', é.cre Ct rnte ' Mt!!' mrlnt! de'. l'Ielalt ,

! lardln.,.r .. Ic! .,l(nt"nr , t!!'8

cou"ent comme ('\/rl cnfam , Flt or E' Inne all .... 1 (1,.. eotanl! q I" <: e-c n UT,!. (mles'es ne" dE' I!rol· Kl'morn!s 11'\ (].t" eombl!lJ.! on!, lcour vil!!! (' t Ihlt' il. de mUlu:pln ,wIIU, On 1 eQllnl!' lt'UT oolllr.ur· EHt'1l ,Ban t mUlU ,, , Et rOu'. tire Il ,-t'Clol ce Que tlt'r"t lin row. l. 'UPIfCtl .hm matin ... Chaque heure compte Ce n'est pou r!.llnt paS assez. St les Juifs de Fra nce. al Itl "n· t-Iraclstes. si It'a: mllltal\lI du M,R. A.P. eux-mèmt'a: se rendalt'nt pl e l n emen!. oompl(' du dlt.nger , slls \'oralent la m(,lf1, a tomique plnn()f su:, 1"-, "tr QuJ leur Itln t Jt' ohiS chtn,. CI' 0'('8\ pat. 2f)1ltJO J;lloa t ur f!S que nOI13 poumons com pt t'r , malS plusleur.t d iza ines de mllllerw. Nous ne sommes donc Qu'au dé· but de n t'Horts, Ceux qui fabrlquf'nt l'arme atomIque, ceux qui projettent d'en user von, "j Il llf/U-' t .. u lf'Agagner de vit esse, La guerre plllwt, avec toutes ses horrcu I'.li, lu fLI('1 de rHllglés mltraU1

  Nur Jca: rou tes, les bombardt!

mt!nts, la rtpressloll, les camps de cOllccn lZaUon, serait Incon1e. a;tablement moins meurtrièr e, mnh'l-* Inhum&lnt' Que la i uerre QUise parr '1\ guerre atomIQu i!'. Des jlersonnaUtes, de slmole1i get'l.l!l de tout4's opinions., Qui ont Ioutrer' et V<l l.anl JOuCfrlr W! la d mtt1t' CU4'J't'f, OIll sllnf' l'Appel d(' Stockholm pour ab pu tfO"l,.tr un -UQdf 1ll t1't"I1!IIt"'fIIIImnJ quI' ceJnl qu'lI IMt .,(cu. n ut dcne poa.a:lblt' dl' r&4IMtlbll'r th'.,. Cf' t.f' " " mpagnt' du d l zaln,. 1"1, d eI: dizain,. de mlllltra: de nDuveaux sjlT1atalr., ISrITl: l'AGE 3) lr4. L'ANTISÉMITISME attribut du fascisme EST UN MOYEN DE PRÉPARATION A LA GUERRE" Mme EU(1énie cotton, pré$idt n! /J d F! la Fédération Démocratique Internationale des F'emme3. maitre de la R!'eherche Sdel tifiqlle, est parmi Ics vcrS01l11eS les mJI!U.r. qualiliCes ct les pins autori-secs, dans lIotre pU,IIS, 1>01Ir se penck" sur ce problème an goissant,' la déf ense de l'enlance, Tlli d'U"1'l petit commerçant de.' C h«r '4., ttartlJ de S CI'!'If{'\!', l,hllslqueJ

 nfltu r elles. avreJ CI,,,tr tU rtr  ve dl! Mflri( Curie. elle (1(1 u;nt

d irretrfce de l 'Ecole de Sûres. Mère d l. Qliatre tnfGl1b. elle l ut . SOI/$ focntpalfoa. ,fdtt. .,. J'tdtfll de Inllir sa 1 le et rt10lrmtt les rangs des .iIICt.'Uorclllrll cnU'III,tUtt. 'f't (UJII"I",.J( /toCs. l.a Gdta". t1J'r lD. pltl.iell.rs IOi$ $011 mnrl, Je J7TQ/fnC1lr Cotlnn. (JI" dl! 11 .ru, 1"Otll-mIJ'n<tam dGnJ les rangs de la RA' , tttt ' iVme "1I11'"1I11! Collan est ch rvaller de la Lé" io,J d'Honneur. Ln l'fe rie Ct'Ue COII/'GO'tuse combaU.lIl,. d la paix ut Nute de la IIT obItl né. d'n",oVT de le de71ce , milta Gu,,1 ,famollr du hl'lrnm"n et de fo i dau& le prOf/r el et la dtmDcrat !c. « MOI, UN DE CEUX QUI ONT CONSTRUIT la première bombe ... » PhilIp Mrlnl on , run dn ph '· -- ('f' .plt 111 . n mr,, • "I1C'.r, 1'" p' ,-------- --------------------------- ---------------, pd de Stldh . I",! ... FlI r.1 1I · t',os, l' bon .. ,n lI1"Il1'!'. F.::II Tout .. Of'nne .... , ,. n-l-11 hf'a'WOllp d t< I t- ' '1111 1) 1._ 1 pOUr 11\ bombl' al<lwl(!u " f't. 't ul !>I nl em'Ie fif' ' <)Ir de pa lI r.nll"r 'i ,llwm·

, tI_ , ,1 (' .. ,. O mrll t"", , rl .. tf'nllnel

blr .. l' •• . ",fll"" l .. · J.ft· I "': Dans les ateliers. les ., , SOCIetes, les assemblées locales .kie-al< 1'I1.J1 d ll rt1H 1:1 prernlhf' wrnht' 11)ml'1ur , ;1 5 'Il:I, !'}."rel (1 .. hGlm . JI R Nort l 'ur n lJullet.n por. !.!Inl . ,i'P'l.hJr , 1. dklau fl on S!lI\'oliI11e ,,'.t I!llrl'rl_ IR dUlrmlRle t lIymp alhl"ltl' s... nd lf!l(e Ur.m,,., I gm

 1 . ri" la l""l\t r -&l ... qUt'lqlll» ml'

nu!p" IlVll nl If' It!'-.. r du rJd"au, au l l'lfAlrp. dll III Retttliss antlOt où .JUl[ ciltés de Gl'rma :ne MhfRt!ttl .. 1 J ;ln &'rv" j", ",Ue J "le l'-II Ul)ffl.mN prOjlO r-nt dl' C ron in, pou i"'. nt UIlI' r'TTI N" h .. u r puse. Partout on élit les délégués à la DEUXIÈME JOURNÉE ATIONALE • I\hd , ,'un dl!$ bo,"ml'..s QI1I. de h!tl rJ lRalliS • • 1 t ODllt,ult I IIrt Dl llre lIcImM . 1C\mlauf', r 1 l oujoun f'_t t1>livalneu que II!S peuII16 du Inondt U III":Ihr:nl Interdire dt t lIes . r en h;t.rrani b. rout(; .111. taelTts Iri pou. vllnt" .• contre le racisme et l' antisé mitisme, pou,r la Pai! [)f'vllnt mri II ppull it lIn <' jeun" lemme lIourlllot , j"  : ". au t<';nt ro!t<' ,S UITE lCL 3) CONNAISSEZ-VOUS 'PARIS? Le Marais, ses fantômes et ses vivants M ILLE Ir".It et déotours iluffiraient A peine il l'litre j{li d{" prome"

u r parmi lef< cent hôtc   du ;\Tarais. c{" , Ic u:\. quarlier

bourré d'histoire. Plu!I de :'louper! ùe princes et de cllu rl i !H\S. plus dt' c:ionacles Iittl?raire . Seul. Je PAriA lahorieux erst rc II?, ,' I \)'lr('use. m n \ lie à 1. pierre "'UII peu ille n#lt.I eur, HI IT jours ;'1 p"ine nDU8 lI é pll nt de la neux\l>me "o<lr . "(n.llo",,\., eont.re )e R"",II<me l'I l'A" I tI! OlIl ... ponr la Pah, qu i IIC ti f'njra au Cirqut' \l'HÎ' f'r ... Il ln. ria; ,r.ni Jnl r a p p.rt)rb .. l't plull !Ij'a cl;'!tM .. le r yl me impo'l'_""l1 al' ..... p pa r. tll)n . D'or el dé)'l, dMi dizllInt"'J dt! mllll"'" de p"f'lI""n ... , bOlf'lm<'$ el f('ma,.,... d .. I<;<.t ... &lndHIona. dt' ""'at OpinlOf't! ço 'tlqll l'l'l. ph i l!'QtI ... vu ,,,J'l:itru_ 0<11 J'Ir,. en m. l' .. tt ... no:.<vel!e "t dki&l"e b ll;U III .. p, arll r.il "\Ir propre IIIfa; rf', Tot!!! (·t \out('5 M'nt ent Ul! 18 gra vi t d f! r h"nr .. imJXllle· j,o. pluil IlIr; e r llssemb 'l'nt pou r ml"Jl f!r \'8 dion, "p\l1 .nn.)"'" li'IIhOI' t. r , R "n tJn.\ () t ml'et Îngll pr pa r8 t ()j r{' . 1 f' d:on5 Ùf'S déléR lM, a rt h.lllh')(!s d(' tou ten eort .. &, IIppf' \l'I .. 1. dér.larat iüns : ' nvt et! marqué au r.oin du lIéri .. u:x f t de l'f'nthol!sillsme , l)<'pui. 1" ,:! ma, de l'an l\h d<-ru ih e, Je :\f. R.A . 11 mnrfilé II. .,.n(fA p>l .!!, Il .'t'st r évélé, s .. lo" 1''jt-ll'$8ion de M- Amtr. Rl ullM'1 un volrll t hle ItI&II" .. mt'nt, Lé" Il juin 1I·"nnnnl .... rl)mfl'lf' Ull II Uto-l!8 C'OfIt Im1lnl rt dépa,;sant de L'HiUolre l"-.lt là, dJ.1UI Lf..1 Jar<1!n3 chom plutôt vers la l'\H' du Cio t.r e- Inl n 1 (E'MTr dl! II i r lchf> Ii<'l'hmlll, c il c'!' jour, Sr;llnt,..-P.aul 01) se rfpcrt'u t r le r lrr. Saint·Merrl, pour DOD.) Im;:.rulre La rabbin Fuks : K Le M,R.A.P, a eompris ... » é nl'H'me , de P a n t a grutl. V('rs 1,. des subtll!t.és m at.hém .t ul!'.lIo de p:alals dt'.ll T ourn('llNI li: a 1 0 P I! Pas<:al et de Desca J1('.s, ou pour P ol!lIqu.,., r "li"if'UlleII, ('ll lt urei! .. .s, 3C ' nt iriq.ws, )f' perJl'l( llc'lu'ley ebr. Ronsard, Qui médite, (SlIIT,.; PAGI: 4) n.llt 1_ p lu. qu.hfl ée!l eonll nu en t Il ern'oyf'r de" U .. rrn"t.re du 22 de lA,, ________________________________ -: - g- ('jO 01<0 sO_ l d a Nf' 4 ... Qilatrl'-Fils Diderot, Hr.l- rI!. Au M R.A,l'. Pt \'êtlus 1 Rue F rançois-Miron. des M More SANGNIER est mort (1", 50u lJI'n ;\ la no"', de o' .. "" n O'"' Mom ' • Jm"'_ "" 11 j"'". Qu i '"\1", Oh li! on se d Ispute Ci lons, parmi II'JS ferme da.n 1/1. n :." des Arch ives. !Ii, !liRre S!l l:l nler. ,U JK.h' ..... P ,u-I,., no _fnb,. ,b Cmnltll d'Hon1leur Il't t r rs rr<;'ues au- C'est Mo!l@re a Ul( p rlse A,VrC son Jlrl>!<l(lpnt tJ ·h.t".eur uu M_R.P .• e ... t du M_R_A J' 10)11' dt III prenlièr& joud'hu i, r "l,,"s de i' moucheur d cha ndrlles . mMt. Il 1..Jt I ct! d f' 77 ...... S3n ..... '"1'" 1Ul1J.ellllllf'. 1\ lI rt'"al  : t'l' MM. Lou is Marin, Inlpotla:lblt' d lrouvn un,. blJtUmle. Je r"noncl!' • la.!rf' foncUrm dl" d e!'l'Qfl d&IU ce d&l.alle de ,tUI"UU oCt ' Q1st,l-lUll'nt If's lanlâmcs_ Ml.r - nom r le .Uacllt! " li u'o!J, .. ax..t du Sillon, tlO1l1 Il f,,1 rl nh l.ate.llr a il fitbut du s l!lele : n n .fl' l r It:JIU d'l'n f"lre lin r"n!t l " f'mr nt f'lIrNlrn pour lA j ..... tl.;:I' ,uwf"lp. mrtf, .. br" '-n, /apport. ma "lU' rot df'pul l! ancÎen mil" HJrlttlùl'll If .. mgn "UOrt • otr" ,u.lre : Picrrr ( ...... "' ....... I.' .... n, c',..t parce quP )l'J 'Ofr deplil  : le ml,.. !!:d rp qu' " hfWI"'II vtrH-"IE" drllt Anoré F.-.ujtrron : le p "r q l" \IQII IC'fI humm,.. SO it f""'!1 Il l 1 p te li r Mark t"-'rflf/ - 1 'lu' iI est l'tflpon,8II.ble en S.'hwllrtz; :\1 , le q llr!quc ,-or \" , du sllTbl ',(i1l monde, nuid rabbin dn ."O'Jl;"", ': ... : t ' l"jl,-;III n:l.i: ",:-l" .,, . "" ... ,l,_.,. • Fon UI36. Il fil Imrtl d" Com;t,; .·,..nçlll 'III R.8>-"mblelllt'nl l \n"'('r et proUf III pail! (R. li,P.). L.. M. ft, A , r. l'!t DROrr F;T LIBf' RTF: a ,ltt" .. , nt leur!l cundnI;; nrt tf'  !)fil.!! ' I nlCt .. ]:, lamlUp ri ... )1. )Ia.fl' ...... cllJrr. Ilaut-B.h iu, Simon

'1,k .. qui d.'l"lafl'- : LI! "arlc rlO' L.111l idlt r  (lar Ir M,R.I' .P. l'ril( : 2.5 fr

VUe par J KAMB I) ,,,a,., 1' llIr .. Drf' ,. ' ns,Il prit une JlII.rl aCI I"t l , ,, lu it", l'ontre fil r"rj m e ft l'. nt l_f.1nlt l"nte.

 A(' :\f. R. A, p, QrI " ('0 ... •

PRIS Q('E LE COMBAT ct):-TRf 1.1': RAClS:\l},; DOIT ALtP!R DE l'Am A V C LA L lFn: poeR LA T' A I X, ,n:KVÙIE :\1 :S VOEUX DI': IU:l 'SSITE, IJ <' <lf1 rlltl', M, Af1.dré :\IAY1':R. nv "1" 1 ("'r ri" rH""'" l"t l l'! lu

I I r  : t  t. p'lrtkipcra;\ la Jourrlf"

du 11 j"ll' Mrrr-... " r! i r1é"r nil'r "1 la !l'allr Lancry, , eo:l t " IHI , " nll.'l la prfside'lc .. (SUin: 1'.\Gr:: %) , ('( "1!Z.'rD'J p ."r pour ne. le .. te'ns lJu ll"" MIrlt 1"" r IMlI 'lUI "lIll'nj t. FildJ\rattcn D Ill rll-uqll. I rl' el nll-ll9f\all' dm f' .. mm 1f cel .... hcer Ull'!'! JOUr iolt'Tllllhl"UA1e d. l'Etlfat!cf" ,. La t', O,].Y • • nll l l M'll-cf'. Il r • Il JII. pllll'lJt!lIu . nll fl",. nn:a nl..,.r=f UM ".r.# ... 'II! " r nr. n .... Il .... 1 orl"lr que If"< eD'. nl Iliii '1'1111 1 .. ltIlUldt' d. ,lemll ln Dnl ".f Il, IM)rJtl ll'I 111"11 <lrnUa l'.".' fi " ptll""IH r r ' entU."ort n u · ",(11111", ( t n" .... 1 Ir< "pP I D!U II. III ,'I . n n l 'I1 n ... _ ln ""-"P",IClJibl· tilr ,If' 11'11 ':dr ml rt', Il nOI1 '1' 1\ lIe.lbl" ".e tI'HIIU à 1"M'rJlIII,m !t'IUle ".,n .... IlIlrfa.llo.111" IliA' ""1111 Il,,ln.. ... plu. Il, rh .. n .. " tl '1I111r r r.llrnt l1»1 11 11 mnn:(. r o i 1er _lIr III. JllI .,,"nn lit' 1-".flllrD \ 11 ct> ur. tin; d Utj'r rflt". ril •• talllt i.lrr,,"t!nn.ID. fin •• Il-. • par lf: dt b. "UIIII'!n" th' l'I'fltn ..... lIab hno. IrJl "lf ll ".:.. 1,", /l!kt'S AfllIt vefluU IIIJWj dlt de!! fa.Jtjl telle. ment tll1t1UVAnl'i Qdf!< rt Oll'l ne vou· ViOD.II ", Iel' 1.cIllffrrnt t!!". ISL tTE r \' 1. t1 y -a·t-il un complot antisémite en France? L ET I ft 0 1 LES S.S, L'ACTION FRANCAISE - ,«' " t' " dlrt' A: 'prd. rJ." la l'rallu - p vn r : lAS t if tf'ult /!d abroçl"" 1.... f,t1nUlt' ro,&le • u t r.,,' lIJ .Iur lr sol trnncal,." Et rom· /Ill' 11l dit Ir .. Inl.-,", pdtI'J)I: IU; ptl"trr )J" \I;1Ilnt, la pf"C'wnce f'fr 1. $01 d'u!/? 117I,w'e ,rt' I,mtrg('tl trg. ditio llll 'II'IJI"'1I Ir, llbt,-U,t d III pat rlr p.'ut. l' 11lf'lIrf dil,ptr',!, I(U"I ht("r iru,. dl'frlu1'. (',.tu /n.rnll' e, ch 1 t Q rbU , p lt ttre tlp lt Il {}Qr Uflli, llne d.r",Io"r$ hbCTU, L'abr 1l IXnI d 1. 101 d'nU, dU'JC)6 rie> I mt'II po., _ Il,,,nr,Ui II.OU .. nTI .... m·l!.J t ,., n '-<lmp,'ttl't .:1'." mr!lur_'l' II" 1 GIll' • arun .. Ir aqx l'D1Labo., b 1.. !II:!"I'Jol d .. ""tU'" d,'.;,! 11 ,,.1 -é > Cktrl'l'\ C' ll:'c-' 1 Bl'r./Iur:t, 1 ... p ,r· .l.1Jj ...... 8r\.n ,"_' IJ'.rl. n.- d 14 I.,(, C:.t If'! ·11":> unt P"I'II rrl t tll'n' ,u'n. i" r If .nl",., d 1" Repub_K(1iC', qUI .no: i n 'IIJ e , ('oltl.,k,ttlll cl'Ints. 1. 1'n.llc 1:' , .... r .'r',, ' fi II I n r;t'I' d • )" l .... rll' » J '11'1.',..0,...1)1 p r .... IIb'l<1'16 po"r ;\{lI.nn i lrl r·f ))l'ur r fJlin. t. r IU" 1,,"n' 1} 1 tcflAtÀIJ"It du .t; L<I C' JI '1 I,IYr' dr lollre f't\'I\'tt v'Lh'F tStilTl r \ GR 2.) DEUX UÉPÊCHES D'ALLEMAGNE OCCIDENTALE .lULI AN4 A PA.IlS - lut lIllIIrI. mal, ' .... 11 c;omprl .. " lItn . ... QUHH AINE DE LA a.vant, c'tl.1t çeU. aIl,.. maJnl.".nl ... nDUS , .,.nt .". 111:1 rOi" ... _ "..1. j . n· . r PU l'enl.nt •• I1UII. C,.' .n.( pouf m IM .... J f ,&.I • BulAIHOU R AUX TRADITIONS - ("fi" libres 1

1t:.'o;H" B . -!I 1I11tl (A,T .J,) . -

1. , • o ur 'lIIJWI Supr m .. .'\m t' r ;, ':.I",. .('11 , Jl tlll1! " rrduit 1", p",,_ 04t' Ifoj .. ,\11 _01" •• ,1" '1','011' J.' .... "'0.1'1_ ot· .. "o.r r.HI ','.'· la .... ,,-cur 1/ .. ' 1.rl<lfrl(lll ... t'n 8""1'. 1" 'l:fj .f'., I f' mttr Itlll. n •• , CI"! .. U! ont' Il 1f'1U' l'ei .1' r 1.lt .. Il HI rJI h. • , mms de prt"" ott 1. I",hl tmt! ..... No n_,llln"tllti _ II. 1 lItui, dt< 1lf'1'"4)1I 'u"'" ..... L I flOlIf rI'A JlJlf I " iI .. ' ''''1 ,u",,,,'o' '_IH"" .hl (lib". .. ,,1 qui ", ;allll" I ., .t"f' 1 .. \ lTtlIa lIII,UN l'1l\i('nt ("f'1.l 0111 III IllrA tLr.l" ,le 11\ .:"_II'IClrue.

\tL !\1LIL ':t nl.a) IA,T. ' ·),

lhIl lem,",JI .. n i #01#0 "fIf.jI" 1III,1 ru1 1", elatrUÙfI JaU d* " ...... , h . 1 __ 2 DROIT ET LIBERTE PIJISQIJ'ON NE VOIJS lE DIT PAS ••• Contre la libération de Xavier Val/at Mme JEANNETTE VERMHRSCH député, 'reçoit une délégation Montreuil du M. R. A.P. du XVIII' DAns la. nUit, une bombe éclate de· "lnl un pavillon, a Montreuil. Un.e expl lon formidable, entendue III 10 kilomètres A la ronde. D ; vltre. brb.t6. de!! taçades r.!ldommll. l:é . . ru miracle, Il n')' Il l'laa EU de vic, Umts, O'I'.1 t. en deux ml'li , le eoelld lit· tmut commis contre M. Mantet. petit JJ)4\1.\t.tle( Juif. lIoUthode,o; fa.sel&f.«, méLhode.5 anU· IItmjtes - la. eh.ou ne &emble pal; dMl' ew;e. Loo cau.e Ocmmmtaire du journal Combat. de SolM. Bau.dja et David Rousset : isserons.nous échapper cette chance l , E EV6NP.IIoIENT anl prê-eédent . "J1I 1.t UI1.t1eÙ 1\"o l'1u4 - d eo nçr.hu.u msi.mnlptllei,' l 1 1. cllir, qui u_ ",u'«P'llble de m.ttre , 1 11'1«.-4 tt)'ll le. hDmmes qui l'eu· 1 Itlll la paix. Ce lutc. c'est l'Appei d. Stockholm, 1 Clr cet: " ' ' " l  ; IIOlnlr. ne munlrr. Il V1 .. e' d. lA- ,uerre. se eonstlLue un puluant _umaln contre l'elJlplol de de terreur et d'e:dernll. '!i, ,,;; ,")fo.n,RtA ,i rt,é. jamais trop oeu· de notre "ie d /l;ul nous ",oni ne faurlon

   ][ tli:        dt:: noir.! j

1 dan e lI i ct. lu hm·1 nCl dfman. . ! offede. lIue 1 l'lOI" IInlr, tou , de Nort. pour la tehappe'r C('tk.1 , 1)""-.,1...,,,, 1 LU PARTISANS 01: LA PAIX Revue edlUa lIar la Comlt6 du CQna.h Mo"dlal dIS 'a'lln" , de la Paix 15. '118 F.,.duu. Parts (2') t)lueUlur : Jt3U IAfnUo

 -\1IUf' pn Chf! : ClaudP Morl:lI.n

0\111 tflmllUclrt du . Il (Juin 1;501 _ 0. W-'II tau\ .Wllr -pour faire &lltn r "ADDf:l de IJt«kMlm _ L·un d_ U"l":'"VIUn: rie 1" PI'!!mlcJjt bambl alftM;<lue donllO 80n a.cUlkltMl _ Lea:e1t1 Il bftoln de 1110 Paix J.II; Nun.tro ; fS Irlnu Dta\&Adf l. " votre nbrall"f1 h bltuel ou au atc;e de la Revue TARIF DES ABONNEMENTS à Ll",-"L"", .. lIoUJ. Po"wnnlu, _ t'ARI. ("1 _ 'UL I ·PKO U·Gl e rAI '1·)4 - FRANÇZ ZT I.lNION f'R,uilÇI\lSIl: • m"i. ... ......... 600 fr. 1 m"l& ............ 300 If. l 1" ..... ".. ..... 1,110 tr. PAYS ETRANGERS, J m" ... .......... uo n. 1 mOi, ............ MO tr. 1 I.!I _,. ••••••••••• 1,600 tr. TARIF Spr;CLAL DOQr l. BELGIQUE en""'1 ehtqut D"!IOU 1 6010·'1 PARIS t'ollr ln etU.Jlle""ol d·adrpu. U"""1c r 20 Ir. el J. IItrnlt •• bu12l. COMJT Dt DUltl."l"ION : Andte "L U rot ..... M.url . ORIN6PAN O ulu L&OI:KMAN l'1 ..... ·Rol,,,1I L! v l' U dtut 1 Cft. OVnA,nlill N.M.p.r . •

 On. croil QU  l'or!yme /JlI mrmdlj

de /'industriel est la: cause de ·l'a.t· U"ta!. " Même xpJicatloll • dan5 le Pari. sicl Libéré. journal ga.ul1i !c. Or, en 1932, c'r./it prrCi.l;émellL mur pchaptpcr IIU a l" lons que le5 llazi, multlpllalmt contre lr.... Juifs, que M. Mantel  :e.<t enfui d'Allemagne .. On e5 objeet,ir. ou on ne l'e.o;t pu ! A propos ... En 1932.· aUli I. les nazis rnUltl· plla.lent lu Agrell5ions contre les ma· nltestatlons et l .s organisations d'ruacratiqucs. .,.sans être inqui te par b, police. Que font aujourd·hul Irs irauptl5 de choc du R.P.F. ? South Amboy Il était 16 h. M. Les iratte-elel de South Amboy, dlll'1.5 le New Jeuey tu.S.A'> tr mblèl'ent ur leur. bue&. 600 tonnes de munitions charr'e! pa.r quatre cargos venaient da sautcr dans un tonnerre épouvantable, Dejà vu Le }ournali.st.e Paul Koe lnll. rtpor· 1er il. l'EIlWillg NtlJ)$, Clui r.t trou\lait à cinq kllomttres de 111.. d lara a.volr vu dl':!: cercltli de turr ! concentriques analogues à ccux Qui resultent de l'explosion d'une bombe atomique. M. John Delaney, ancien ml..tre de South Amboy, attu(.e Que l'aecfd(llt pr nltc unc eurlellse Imaloa; ie liVe( l'txperitnce dt Bikini ; lUi ,rondement !ourd, puis l'éclo.. lon d'un hideux thamplgnon de gaz en·Uammés. Préfiguration? Quatre mille ma.i on.s endonun.., clS. Au rnJlieu de la. catastrophe, lell ,Ir Surt.out lorsqu·lI ' agit des .. Me· moir(l\ ,. tcrlt .. paf de 'nazi . D. L, a d jà eu l'occasion de hire Ulle compara.1Jiol1 cnt.p la i'HGioll !rl\llçalse (Le Figr.<1"01 et la Hr io!l al. Jr.mal1de {Qtdc!O du récit de Skor my. Question de cHcnt.éle, ét.ant bien en t ndu qu,' j'object:f, dc part et d'au tre, l'estait, au fnnd. le même. Un homme du milieu Vnici une nouvell préci ion : El' Frllnce. J'Aurore 110 tlt.ré les " M moirai

 de SCh.acht ; Selll cOlt!re

Hitler. En Allemagne oceilkntale, ils ptlrLent le nom de Uglement, <te compt avec ltit/er. M. Ie.o; l'rançais ava;cnt·i1s besoin d 'W1 titre truqué (comme le I.eli.te lui. m me) pour oublier que le firumcier numtro 1 dc r Allcm'Jlne hltJérienntl e!t un hGmme du._ milieu? Skorxeny prote,c Tifl' ... des .,enUi devant cette lm· prlmerle, 'l, rue de Roll, danll le XIV', - Que Be passe-t-i! dOllC ? - C'est M, Flammarion qui fait lm· primer les Mémoires» de Skorzeny. Tr,vall et uucisson forcé. I11.5tl'ucW. ce rapport présente au moll dt mats dprnler il. 1'0]: ,U. : c Ln lorme3 léga.le, et illifltl . jfu troetlatl /orct all:r. Et.a.ù·Ul'ltr • On y apprend, entn autl1lll, Que 200.000 Minier .. mtJClc..llU: t ra'.aillent

 au palr 1 daN 1  planU.\lDn& ct les

rrandt& entn!pr1st5 de;;: Etal./i-UnJ.5. On y apprend 1lu.q;1 qu'une firme 4e Srowley, en CalUornie, J',.tr«noe Impe_ /"id V!ÙUlI, paie 5tli ouvrieri; environ un doll"r par jOUf, Ce qui leur perlll t d'achettr une lIvre de pain et une deml·livre de i;aucluen (ebllgll.tolrement dam le;; mlo- ,uins de la firme). . ne.; qui hurlent. Des cadavrCli déehl., ________________ _ quetés. A la lisière d'un champ. un enfant décapité .. , Préfiguration de ce qui se paSllerait

I. ..

SI l'appel de Stockholm, couvert de millions et -de mllUoru de llI:natute.a , n'arrêtait pas. le bru criminel du marchands de mort, D'une langue à l'autre Curieux comme d'una I.ngue .. r.u· !.te la. pr!&fontation et l'esprit de l'oeu\lre peul'en ch.anJer ... II A LA MEMOIRE DE L'ABBE GREGOIRE Le diman l"e ! juin, à 10 h. 30 du m .. tln, l\ura lieu au clrnetli:re Mont,. rnasse une cerémonie pour l'a.nnlVer$ ai,·e de la mort de l'Ahbé GREGOlnE, i l'Ind combattant (mUrlciste, qui, pendant la. ntVOIUtiOll de 1 ;89, fit cntrcr dans les loJ.oç l'émancipation des JUl!s cie .France, et qui ru -en toute oceuJon un ap6tre de la fraternité humaine. Rendt:!i-vou$ à la porte principale du elmeUtre. ......... ...... 1 ,- LA PEAU DES HOMMES Une petite Noire et cinq Blanc5 Ulle petite !Ille noire de c pt ans e t, Jl"rlèvemell blel'. tt, POUl' 1& &aUVCl". li e. t indispCIISIIble de pl·aUquel' i;Ur

011 corps d   bretfe;; de pcau huml\lne,

de peau Vi\l ll.lltt, Un ctUrurgien de Mcmphis, (lans le Tr.nMl&f!e (U.S.A.) lance un Itppcl. en 1'r6clunL qUI!: la coulcur de la p au Ut. IDdUr rtnll Crn<J. Bl.n .... rtpondcnl It. rappel. ,,,M. aa le\Ltll t'I()!N ne sont p..1..5 révéPour un tOIij) ql;e le Ku·Klux-Klan leur tenll, un mauvais coup ct. metInlt. le ehIrurrUn dans l'obligation de laoen un nouveau 6.0.5 ... Rommel en technlcolor l'. (.Out 6tJfneur. ",",ut. honlleur. Honne'. lr. doDt. au J'Tt'\1X paladin R<:lm: nd. Un lJ1Tt. t'bl pru. a peme De InÇlnd -Vnu"., 1 .. tll('lfraphe rtu g llerlol d l'Afrika Korp$, Un Ih're, on peut ne pas le Ure, méme 10r&Que M, Churchill en a expres.stmcllt l'ccomUlandé la lecture, MIlIs un Ulm. un Srand film ? Et.

mtrl}è .. HoUYI\'ood, en kchnicolor,

&'U VOWl l'lIa it .. Desmond Young a donc vClldu S'II droit.!i d'adaptllLion la Fox. Et com- Ille il vell! l)kll faire le. chO t , Il 1\

o lllcité comme cO!1 eillrr t.echllique,

.lans lc.s scenes dc bah.illt, le gelleral Auchinlek lui-meme, l'Iln de v in ' queW·1I de Rommel. T.. .. dCfen.se (ir. la eh'iIIsat.ion occi· dentale a de ces cxigcncn. SlAN • Fariboles Certaines bonne.s amCli d'out reMAnche se &Ont tmues de l'lnt.erdietl( ln qu'on enulidait faln ;r.ux unis I!'l M. Ader.aucr de c Il a nt. r 1. J)njue,utrlld tI !ttr aUt.t. - Navranlts /ariofll . a dêclare M. Randolp.h Chm-chiU (le fils) cn ellt lldllllt lcs ar;umcnts de5 patriotes que acancllr.lii;..e la rèsul'l'ectlon du chant n .. uonallsle ct chauvin, Hymne officiel? Aw;.o;i bien, la famille Churchill se rll. np'c-t-elle l!u.." côte de;; 92 '!"i. de J-H:\CW"I du journal \léo-na:!:1 Neckar Zel t.l!nfJ q,uJ sont d'avis que le DtlllIIcltlalfd tt/)o!', allc$ doit devrnir ! 'hymne oUlcltl cUl l'Ital. de Bonn. Pom-qunl pas, (jua.n<! Ade\l 9.u r, .. l'Instlgat de Ilf& protecteur.';, I)rocla· me ouvertement ses pretentions sur les tettUOlrtl! au de:a dl: I·Odel··Ntif5f! 1 Quand ce n'cst pM sur l'Alslca' ct la Lorraill e. ttne df,ll6ration du M.R.A.P. du 18' arrolldipement a Ht reçue l  :21 mai p r M,ne Jeannette V ee rmcr c h , dr;putt du Mecteu r. Cctlr r1tltratloll comprenait MM. ('run. Gr t', et Simon, pruictrnt ... t liiecrtta ir", de la section du M.R.A.P, du 18'. Mmes Jn el , femme dc lusillt, et '.tldler. Mm/! Tesèhlm Tennenbaum, re pré . tn,ant les P'lImilll"li de mporles, Pt. Alj;)trl Ltvy de ., Droit et erté ». l '. pa, naient. l4. d't'ration flouJign le sr.andalf': que coo&tl tue la libération de Xavier Vallal, pre nlÎpr commissairf': aux QUNtioM juive ... df': Vichy. lIin",i Que l'action menée par hi )\. R. A, P. depuia le début de l'anntc pour l'annulation dr. celtc meeure provoca· tri eê ct dangereuse. Pro(ond mcnt émue, Mme Jeannp. lle Velrmerlich couta avec atten tiOl\ l'expoeil dCI!! fC11lmel!' de déporté!!!, des mères de famille 'relatant Ir'" souffrances physiques ct moralcs C'Ju'clll'8 ont enduréefJ du fait des lIé\' kc!! d'un Xavier Vallat. Elle exprima I!on indignation de ce qu'un tel crimi nel soit maintenant libre, libre de recomment:cr, Elle li'mtilret; 1\ ,'jvernent au récit oeil actions entr prii! ies dl'llls toute la jo'rance par les

nt j r a.cistPfi pour exiler le retour de

Vallat en prlllQlI. Mmc Jtannetle V(! rme rlleh rllp· p .. l ..... ue le roupe oommuniate de l'A1!l!emblée nll tiooale !luquel clle IIp- SKOR z ENI' EN PALESTINE ? D ANS Ion num!ro du 21 mal, le magazine anglais Il Sunday rial li 1I0llaallrt un. page spéolale au cas de Skorz&ny, 1& personnel de Hitler, eous la titre: Il Ihl Sont en train de faire un Pleto· tUflU" herol odieux Qu'Il a commlll et auxquels il s'cst. al'isoclé. Et Max Roth ose écrire noir SUl'· blanc, que le réeit da 0' fanatique nazi Il. etes aventures de Skorzeny nou!! Ce journal révèle. cntre autres choses, Que SkoTl'l(my aUI'alt l'intention d'aller en Pa.lestlne. li Depul. qu'il ,'"t Chappé d'AI· lema,ne, rcrlt le .: Suntlay Plctorial », on rapporte que Skorzeny ,'est rendu an AI'Ientlne, n Sui le, en Itali., et qu'II l'roidie dt gagner la Paltltlne pOlir '1 travail· I.r contre lu Juifa. » Cette Information confirme le rait QUt" Sko,rz,rny agIt cn accord avec tous les IUDCCt.s du nazism(·. y compris l'antisémitisme, et qu'lI apportera un cc réaonfort }l, entend poursuivre les crimes de Autre Impudence: l'auteur de ce Hitler, Il dirige une organisation panégyrique se permet d'insulter nazie clandestine, die Spin ne (l'A- le peuple français, écrivant qu'il raignép.). qui rayonne sur plUSieurs a été avant 1939 Il semblabla à pays d'Europe et l'Amrrlque, A Ro- l'autrucha qui Il. veut pas voir III me, se trouve un a:roupe de nazlll, dangar Il. Ce donneur de ll'!Çons dépendant du Splnn" et QuI a sur- ;\joute QUI!: « les Françail ont au tout pour mission de prépa.rer l'In· tort d. nll pas prandre au séreux liltratlon d':tgenLs hitlériens en h- le phénomène natlonal·socialiste If. rtli'l Il (,1I dirigé par le maÎor WU. Les Français. eux, voyaient bien helt'll n -I!'de. le dan 1er. Mals les dirigeants d'av Bunday Plctorlal afCIrme IOrll. "'II Bonnet. Daladier. Rey- C!Deore : naud, Ptl.ln. ont fait sciemment q Skorzeny, dapuia son haalon, le J u de Hllkr. Aujourd'huI. on a eu, "tOI1 clrtains Journaul du LenV de nouveau de leur cacher le conClnlnt, du rapports avec des danRer d 'une nouvelle guerre, dans alente fa'cistu. t1 A'e.t montr' laquelle un Skorzeny deviendrait impudemment dépoun'u dl tout I ur c fl.llIê Of. Et Max Roth est un repentir, danllreuaernent av ide de de ceux. préclsëment, Qui s'eHorreprendre du IlIrviee Il. ccnt d'endormir notre vigilance. (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) Et CP. journal souli,ne : On volt JusQu'où peut aller son cy.nisme. de M' A\ldr Brum l. une tr" belle conlérenc{' d'informlltion, qui a. r u· ni plUlI dl': ISO dlilégu , reprMentIlnt 13 !!!ociHM et 7 grande!; organ j. lutiona centr&les. Aprl!ls un rapport d Ma uricf' Grinspan, I!ecrétaire gêntnl du M.R.A,P., une !tconde discussion a'Mt ouverte &U courll de l · quelle 1 .. jeuny ae .ont rAv Ju partieuli6re1l'lent aclif. t dynamiques. Partout, 1' lection de<'! dél6ruê!! bat IOn plein, D", jour Itn jour l'ln peut ml!:me dire d'haUTe en haure, de 1101" veaux rkultata noliS parviennent. - 1. .. I!!ociét. Fa.lonle-OlwoC.tk : :1 déltguél!. - Lea Enfants df' Lnblln : 1:'1 d !t!gu&!. - Lit aOciélé Ciochanow : 6 dt!lé· 3'néS. - LI'i soci té Kiflce: 12 déléguh - LeI! Anus de Pari!! : J l dtlt , uN! (plu. le VIOtti .. l'l,It'l.n imlU du,n tlon de 10_000 tra.nca J'QUI' 1. fo:>ndfl cfe IU1L., COlI". !'llnU.llml. lLAf'I'Ifl). ,L.a . ..l O tl' 8fo3NUbi" : Il d'IéLa lOei.tl' p n;ytyk 9 dl'!ll'!gu é.s. La l'ecl ion ("jc l'U"Y.RJ.:, du 12' arrondilS&I!ment : 13 délégués. La ect h))) de l'U,J.R.E. <111 nI' arrondiMem!!'1\t : 17 délégué&. - La BccHol' du M,R.A.P. dl;' l'Iontfeull

17 d(!lét!JU (etdH,.. pro",

ltnire ). t::t qUllnd, ap r 1 avoir 110: oné CM

 uPlqlJea r flulU ts pl.rtlttt. J11f1W pr .
jaeront que pJLU de . 00 d4!ltl\lb ...:mt

1Ith'w, un. !u .teli,u, UI'S nml'1f,:r lu ilaKmblecs loc al s. nous n'Iuren; rlicore d on n q u'un taible p u du tl'IOU\'eP'lt"n\ Irréd.Uble qui 51 4tuloppe d,n tout le PIIYI. La .rociété Laskruw k Sobolew 1.1------------élu JO d légu&! el Illnce un appel où clle déclare notamment; c BENIES SOIENT LES MAINS QUI OEUVRENT A UNE TACHE AUSSI SACREE Ql1E LA DE,,' ENSE DE LA PAIX. Noul!I formel\!! de!! voeux pour II. pleine riluae ile de nOl5 eHora, t par noe cltorta nnue enltndone votre !tfort l notre effort. :> La SociUé Bf4!St·Liwwsk a élu 1(5 dél gu . La l'Iection du M,R.A.P. B lIe\·III . riS dél KU" provisoire) . du XX'. ( chiffre

 le IR <0 INI '1J" A ll.Il

Mme UBAS la maman de I grande Renée Lebas artiste lD)'IHI VIEIR ... ll't; formh du racl n1(' ct. de l'anI. lstmlthmt', Tous unis. nous t!vÎ terons

l no:.: Enfants et p!'tlts·
nrant.s le nouveau mu! aCl'e des

innocents qui se pr«!tlln::, Rasette FIGLARZ Il Pendant la guerre, on appelait Noue IIl pprouvon donc . la con- Skorzeny Il l'hommé le plui dan· cluslon du c Sunday Ptctorial :. : gereux d'Europe 11. Il ut probable cc Itant donné que Skorz.ny ut qu'il le soit encore, Il prêt 'il vendre lei dangereux eer. Ce commentaire d'un journal viCel ou qu'II trouve pren'ur, le conservateur montre eomblen E'st mondll lira un lI u plus aûr .t plus crIminelle la publication des Me· ,alubre quand il aera, de nouveau, moires truQu«!s de Skot:zt'ny. tAnt derrllre dei barreaux, li par le Figaro » que par la mal- C'est. le moins Qu'on pulu,", toU son Flammarion. halter pour Skorzeny et pour res Le traducteur de r:cs.: Memol- ,....:co::::m p:" c:e:'C. ________ _ res . , un nommé Max: Roth. Juif et ancien deporté, prl'!sente juslément cett.e· dé:oütante ta\.$Uica.tlon dans le catalogue de Flammarion. Il ne craint pas de prétendrl'! Que t! le recit de Skoruny est tout à tait objectif Il ct de {aire un élo· gc dit.hyrambique de cet assassin rte d portes : • garçon Intelligent il la tète froide II _ " Il faut incon. testablement lui rtc:ormaitra d1!ls qualitt!s vraiment lIlIuptionneltl!l de courale, de llIang-froid at d 'hlltlaUve JI. etc ... 11 Il·agi!. pour Max Roth et les amis tle Skofl'-ruy, de lJfCSel\ter 'Jl\ gangstr.r nazi comme un pur héros de roman d·avcn turr . comme un homme d'action sympathique.

ans consideration de la cause

Qu'il sert. On passe sous silenCe, systematiquement, les crimes Le dimanche 4 juin à 10 h., à Bagneux, les Juif. de Pari. rendront hommage aux Combattants iuifs morts pour 1. France L'Union de.\ tfllll •• " Volr:nf1lr6 __ t A"elen$ CombalUnt.$ Jtllt, .... t'lUt i r sion du dbuéme .mllV_lr. Ms bllUlUI .. de rnal_hlhl ,, . lU cnun d lH!lJtll un Jlr."d nombtl <III J\lib s, <lt tO;"ll'" ',J CIl.,...!> dlfoalnur, unt s::rande cumonJe du IInllVt>rtlr qui .u_ ra liN, le dlMltlche ", juin, .. 10 Ill'1.lru. dev.wt le Monufl't'U. lUX m tls, ail c1rnttlok-e de B.,r.eux. 1 Aec;rU/I riat du M.R.A,P, In,'It 101t les amis du Mouvem nl il ven:lr tondre hommage i. la memnirc dc twJa Cl'UX: qui fOnL tombé dam lA l\it P('U I' l:t liberl!!, Jl;uti !1t. li. pré$l"ntê, par la voix de M. Roger Roucllute, député d! J'Ard"" che, une dC!ll "ne d'inlerrellation sur le sClnnale VaJ:At, :'Iaia. a-t-! lle remarqué. hl mAjorité tourn le rt. c:lement qu'elle a'pst clle-méme don. né pou r éviter III di, cuu!on dc. prob l l!lm s qui la ;éntnL. .: La luite contrc l'anU'émill.m!! .. t le ra CÎllme est pllrlie intélrl.lIU, de notre luHe, a déch.r en I I!M_ unr:c )101(: J ann" U" Vet' rl1\e rarh. C'est notrr: inltr'1, I lnllttt de III clllfise ouvrîêrl'< de comb.Ure 1'11\l î· 6 mîl i1! mc. On fl'en pre"d aux com· munÎatCll. Of! .(ln prend aux JUlfl, cn S'Cil prend llU-=< Innt'e ra : rI_nfl tOUlI les cu, il .'A,lt d. divIAer It I)Puple rlr. Franr(:. polir mjt u: Il imJlOfier une pol lUque rt a rUllnn.Jre

t le mener A II. &uerrp. J',ilr con.é.

(IUC"!, la lutte cont r ll lan tlllémiti,ru!': CMt l' un de. ... peelll de notre lutte pour la pai:o=. :. )1m JCllnnttte Vo!::rmefsch, aQ COllrl! [fUll ehang-e lie. \'urA a m!!:ll l, a !.'Inulig-né quI" If'e l'ommun "VI, à l' Alll.'lemblte N UQll :tle. CUlntn!!: I. I(':urs, ne mllnqu fln lI. ucune OÇ('aSlon de dénon cer les anl latmltee, en par. ticulier Je P.R.L. l'ieull Andr tra· fiquant de biens j .;lU. ou. l'occupa' tion. };Ile a in d iqu qU'Polie Îuterntll1' drait encore pollr IH:ti vl!'l' 1. t.l18Cl,1I1·

ion d'urgtnce de J'lnt4!rpelJllMm de

),1. ROi; er Roucallt(l. "',n que jtlUlu MIll (!.'lite el Que XavIer VaUlt 8ùt t remÎS e priaou. La réponse édifiante de M, Joseph Denais Rtpondant â une demande d ' au dlence de la section du M,R.A·P. dll 18'. M. Joseph Denalll a refust de recevoir une délégation pour dl eutttr de l'action é. mener contre 1& libération de Vallat. BI n mieux, Il prend la dé!t'me de l'ancien corn· mls. aire aux questlonll juives, tell!. ede le laver de ses crlmcs, Voici la. lettre de M. JOlleph Denals : J'ai témoigne ct ,!!lis l'rU li témoigller e,!Core Q'UC 10 réprouv toute dIscrimination l'aclale ; nut ne doit Mrc lJerS C1LU. Ilui ne doit. Ure lavorise en railoll de "a rac. Olt d. "a. couleur. Cela dit. Il eat t IIU W qu, 1.'4)111 perdiez t)oUe tcmpl d m'e'luover ulte déUoation. QUant (lU cas de Xavl l!r V41lat. 00!t' 1'4111',;"f ... .,. ce me ,otmble. tri" i '4uu('te",cllt. Aunl longt' ps qUïl INt c-ommLtsdlrc auz AJ/a tr6' ' l'; 'r". Il • ,d bien. 1"lIt4 lelf ,slt't a cft" /cult , natuft"' uercte6 ( cl CI'Hll.rt" !el Juil, (lue 1eR Alteman4.1 ont imfJO. é son départ. CrO!le2 •.• C'est. Ilans aueun doute, la façon dont M. Joseph Denals apprécie le cas de Vallal qui est lout A lait Inexacte· La Cour d JUl'itlcc Qui ra Jua:é. avaIt. à sa disposition des documents (que D, L, , a r pro-. duit.!,. .... ee d 'a utres) prouvant Que Vanli n'attendait Que la victoire d ·HIUe-r pOur mettre en pratique lt-!I mesures de dlscl'imlna\Lorus raciale! dont Il est l'auteur. Loin d f r!1np r les sévIces des AIIC!mands, il a mla à leur dlspo8iUon sa COllnal.' IIonoo de !"ttat d'esprit fran l.&. n a adapté aux coudJ.UOIU dt' !,lOUe p.ay. lrs ordru n"l , dC)nn. n Il pluaJeura r ('pt'1&ta de. leçon 'l; .. 'I!'I malLttI, occu. pant.: ont e-'l plldlemf'n\ dtclaf't Que uns lui, Hi n 'a uraient. PU me. n r " 1)1-en leurs dfortl CIOW" 1 flI:. ' rmln.Uon des J ulh. Cm Xavlel \laIl1lf, QuI a_ notammeot d11'tM le fichier QUI dt'nlt f"'rY1r de MJ, aux aUC!\\taUon& et à rtlCtumJna. Ikm d .luit). 11 ... ur 1" COMcl!' trce l'aSAlMlna t de 1%0.000 'n e ntl M_ Ikna.ll :'le l.n.. . U 11'11.5 10U' ('('la 1 ... .on ptU«,. pourlan'. Xt.1'ln V.llat n'a ma.n1l"a aucu.n rtmort2& et a exprime h .. · .. tt.cn.n\ 'la h .. ln. an ilttmlL!. L· .. P fd.Uon do M, JOIéJih De, nal. r l".k>lm rUUto de d. c.wc qui Imjoord'bu\. tenttn, de r n.bUl\ ei VIC.h,y t de m andtn la lJ tt tII.ct de PeLaiT'! 0' d-e t.ow le3 coll.bo La l'IociH Zlra.rdow a élll 7 dé. légué8. - Les AD1I rlf'J Lodt, 11 dtltruéf!;, O's sa 'crtatlol1. j'al r jojnt, ks ran,s da M,R.A,P,. car. veuve dl'! d!porté. mère et g-rand-mtre. 11 étaIt de mon devoir d'agir pour rtster !Idèle à la mémOire de mes chers ·duparus. 16 ans - Iyceenne responsable il la diffus. de D. L. pour le mouvement des Cadets du 19' arr. LE ROI ET LES S.S. - La f;Oeiét Bendzln teurs. 8 OV$frVa_ La Il' Journl'!e Nationalc, qui s'annonce encore plus grandiose Que l'an dernier, sera, à mon Avis. Ul1 pas en avant du nécessaire combat mené contre toutes La .o<nclHt R"doUl : 26 La. .ociétt Yo)nmtn : 6 d Jt3'ui,. dt:léruêll. Mednllllg§ ré 2lr2lt nre§ à i2l

e1illxnèllll1le Jmullllée N 2lH@llll2liei

____A _'_'_'_u__' ___ I --o-rattur 1 IX' V, Lil'l'y-Gal'gan X' n' lU' IV' XI' XIII' XII' XIX' Nanc, Sainf...Quentin LIU, UM Toulouse Date PARIS ET BANLlEUE Vendredi 2 11111\ Same&. 3 juin Dim. -4 Juin Lundi Lund! 5 Ju!n 5 Juin Lundi Juin Mardi 6 juin Mardi 6 Juin MAnh 6 JUin Mardi 6 Juin MaIdl 8 Mn Samedi J JuIn samedi J Juin Mardi 6 Juin MJI'dJ 6 Jl#n M'raf>dl , JUla 17, rue 4 la Vlctolrt S:l.Ilt'l dc la Mutuill!t Caf .. MOulin Bleu ., avenu SUl.ly. Sa.lle de l"EntrC'l'ôl. Cllfli 1( 'Tout l'. Bit.n l, 15, Bd Salnt-Dent& 10, rue Dupetlt.-Thoua.rs saUe Pae!'a t , 10, Bd Buumuchalll 5. plUQle Dallery

U, a'I', St.cPllen·Pichon

Ctn n1a 1 KI.iI 1 1 :0 1 n bIs, ru, f!C Belleville PROVINCE 55. rue doe Pt-nt.s Sa.llt Ca.rpefltl r lie. f ur dc "Hôpital. MIIIW • SalJe: dl! li. .. K hUA

 Rlmuat., an nne

P.-B.. Lt\'y A. Grant M. Gril115plI.ll GrullIeld CtI. PIl I nt .M. Grlmpa.n I. Bl um K. Sa.!n"l':tdll A. Voudln(: M. Immel"glick P31ilnt Grin paD Ravine P.-R. LtvJ K.aUJr.hn Q\. PIllant ,. • ..J llaaa. Ei,re d!!ol i\ltc t à la. Ir JaLlTn e NatloIU I me semble unf' r 6- 1:ompen&ol'. AinsI. je pourrai s uil're de pres le compte rendu d 'un an de la bl'! ur DOur la. ca.use de la paix cont re l'an Usémltisme ef, le racls.me. Les 11!IHlCS qlL! rtl1':l/t d'vII monde meillcllr, Olt llO/lS pour, iOlu blcn 'il)rc tll Iravaillul/t. r />o"drollt : IJrC. n t.. le Il jUilL M. Bernard DUDKWICZ ancien deporté (matrÎc_ 57.131) Croix de guerre avec etoile de bronze pe-fjsJonné il 80 % Apres avnlr COll Il U l'cn!er d'Auschwitz et Dacbau. Il est lout à tait n or mal de Ju t.tor contre le ncls· ml.'. l'i\nUlllmi USInC et pour Ul1e paix durabh ·. C'est un e grande Joic pour moi Pl Ull honn .. ur d'etre délCiUé à la II' Journ&- Natlonalc. Unl& comme dans l!s camps. nous atflrmcrOn... avec Ics .luits d e toutes ttudanees. IJotre volunu' lie h.l\ttr en eommun a.'It l'en!f'mble du. ron: cH'mncnlfau"" -d,. nf)lj"f P"Y' pour nt' piUS J1ruais re'fOir ça. , (SUITE Us mi l'lr.:l! n'onl tl. 1"1Lt1l1té. Le& f a.0.c31f1!. d . JOHrd·hu' li(! 'rIl.IID n\ pa.s d'rltJp.:C!yer ln. IJI,:O ,ul on' t.a lruta preU\' L C· I.\ de plLUI e-I\ Dlu.s Ouy rumrnL qu Il, far.t apdèl " 1 AIlIlIiIi ml .. me, au I"fIOItm··. il. 1 .. X!!C10gh'lblr. dan leun> LorehOOIl libremenl tl4nHb N thHu és. Lit tradition de « Cringoire J) REprenant la lradlli .. n d,' Griliç" l e IBl!rllud n\·lll-i! pas Iibrr. ?), ca nA.. ehd de:!! camcloh dn l"oy. romllUl fiévrCUlicmr.nL 1.· Jourrlc.l Ollrcltl «. chaquc .">,'mi\1DL'. p\lblic la 1l&1f' t!. l' .\la· lu ral el »Cl"WIUlC!"S ayan l dlanr:;e dt nom : • A lerlet tolU lu /'IIO,v IER • f. crit-i\ avec 5trleux, tOU! lrs PlOT. tOU8 I/'!s RONCF-Y, fous le! SA.NDER, tous les TERJAN, 1,0ttS 1.,. BESSON de volr/: cOllluli$ (.lJlce: Jlrtl"lIl(; -/es Q .. j'Qil .'C lll'épan' li 8'r_J'l1rCl' Ile levr "um » Cour1"ier ,'><1. RlItr fcuille monfol,rchota.-. ciMe. s·c!l pj" lId a l rad, S"\llt'I' EN AVANT POUR LES 2 MILLIONS Nllus Uei lIonli lit. ce jour la 'flm me lol:\le dC!" : I:UiO.OS:O rn.nc!!' 180.101'1 francs ont êlf. oolleelé5 par Ips :111'1; <; du ;\LR.A.P. en r pace !l'un l'I:uJ .llllJlla ln _. t :N A VANY' l'OUR A'rI'EI!fDnF: LA SOll:\lE de UOO.OM FltANCS POUR LI': 8 JUIN. "'31 .. 11 .. III parullon d. D.L. N' 33. (\'oir II tp dlot .. III @oIo "'" la colleel. au nUln ro Slr1N'lIalJl de D, 1.. DE LA PREMIÈRE Un Watten S. S. parle .•• D ,I\\ l.,n:. de P(lr t, , re\ue à. pr ttn lh,u:a I.nldlttlJ,ldlc..o;, on d m:l.DQ.,· aw,.1 la lllHt1IlflOn de M'aqrn.s f:t <l1.l c M n!tha l 1. Dn t n t , dè T habillt.er II. 9 L.l,bontll'IJI_ Au "I I _ (In mon r: .l l'Ubnl rafI.loI iq llt !JII JuJt-s ql.J! l!n coooaml'Ml IlI'l (a.r$IJrullI de II. palnr_ PI'Mlt booC'flr la bouc p, "l'OIe! La SC" fJl! t'f. qUI, lIJl\ dfroln numtN. o:rr-e UDf: proletrMori w. fOL Ol1V r1 ... mtnl racu1a ; 1( L'.r'frr4t tClc"ll I/"i' loI e ild I"hl"Ml'rr dt I'tOIl qu.t lo qu, ae.s grollpci d·!to",mtt •• C<lmO(lUt'TIt. 1cJ " tn ,.1 ln IJppOU:JtI. I tort Jtlvli f'l.fJIt f ... • 1011" QUi! t'l'.l')lf'ru!o.'1 d" .. "Ill'I Q:l'lloI!:l7"nl311tet DB' RAC&: • • El c111PPt.tr .. ia Ituene "Onl:e 1( 1t.J h01'1kl 1DliJlU U Gcngfs Kho" :t • Un 4 !JI!. kri 1 lIhrue Binrl. noUf d uonJ f'IlJNlltblcr cru "..1" de MI pcuOlu tr. Il,,,..,",, C'\I"I.nIÜ'11 t l)rt bOuttf(l.ltwr rot nu r",'rJ\111! q I!I_ Mt. rt.lprlt fIL 1I" tf'. ft 't'lU b fll.n!tlV"Uf tl du deQIl--m.f'', fh ,'1 n· dtiltt el! rltl' qlJ'tnJ Ir cAni&l ,1 quf n',,", 11"" t'lllOI!l q" t'Ol LlUIt /f ACE: ..ILl 4 /"i J« llOt;'. PAGE) FaÎtts du allairt$ J'pr .; ,: U vc,," . Soliduit'-"

, tc.rme&$4!'
.. qui .. d'mu'.,.

1. -3 et .. juin .nxll.ltn '. -' 4am IC'I ulan .. 'ft l 'HOnl MOl)E ... ' pJ ... ta Ir-p"tl:liqu.e · EnVU)H. VOl! l'oll:> " (..lI .. UI,ul .... de Colltra,u r , 1 2i, Bd d" haUt_., _ PA 'US·" t • • , , , , t • J t .t l' 1 t • , . , , • · , • J t t • .' ". OROIT ET LIBERTE . -

(( Je 6,ui6 co.ntJte

'" combuU:ant ullth'uciste Place du Palais Royal la 6o.m&e, mat6 » 1.( C O BIE;\'T p o u1'1'i e7. - \ · oll douter que je suis confre la bombe '\.. ali,miqu e' .J'ai trois peUts eufanh, "OtiS vent'z de les ','oiL .. .\ls;wi cn, ct Juif . mu l'ami llt'. ct moi, nous "vons a se7. payé I?OUf aY o ir t;e qll'C I la lIerre. l o n père a connu dans sa vie frois Hlnl lOns. h(l l1lm.:: gui recClur r'liel'\t il l';,mpiN df;- la bombe atomique t'r.renl d"lrcs cl dé jit condfl.mnes rom rt'l c rilT.in l s, s'ils mettôlicnt Jeun mlPn'leu ct leurs projl"t;< • t'%èt:vtlon. Dall$ la rr,VIIE! Forc , Acri(:Il7U. França iSes ). le médecin lit.ute'tallt-col ncl GENA.UD. do teur é.i' sc iences. expliqur. ce Qvi &t passerait .n .1Iue ?<,mbe (:t olll!que ( l!i type de cclicil Qu i Jllrtlll em.plny6e. à. H!roûmua et a Naguulkll tombait à Parl,S. pl ll:cc du Palllls-ROllai. Nou . dOJLIIO'I. ici Ics priJI.cipauz passages de cet article qui COll fjrml! t'llcort: combicu il cst nécessaire de multipiier le$ eflorts pour faire signer autour de , oî contre la bombe atOutÎQ!le Il Pcrl eetinlln e " dep!ti NagasoakO_ SI une bombe :l.tomlqùc éclate . u- r.Ir.1lS1l6 lIu lrntre de Pa n !\. p:ace du Palais-Royal. les effets seraien t les suivants : 1ère zone)1 km. dl! rayOlll DESTRUCTIONS MASSIVES. Les maisons d'habltatlon l;cral en pulvérl es, Le Théitre-Françals. le Palais. Royal, le Palais du Lauvr!': seraIent ecra.sés, Le5 ponts de la S ai ne ietalent rompus. le métro !n o n d . L'oOéllsQue de III Concorde resterait sans doutc debout. Le" passants dam; lcs rues. Ih promeneurs d('s Tulleries scralent. t.ués sur le coup par le souffle. la chalcur et les radiat ions oonJuguê!':s, Quant aux très rares survivants. mortellement atteints d ·ailleurs. nul espoir de leur porter secours : les ru('s seraienL méconnalssablcs et tout Je quartlcr serait en flammes. 2' zonc (de 1 Il 2 km,) : DEvous avez· VOI.IS ., • APPEl DU OEMITÉ MONDIAL DES PARTISANS DE LA PAIX POUR L'INTERDICTION ABSOLUE DE L'ARME ÀTOMIQUE , Nous exl,feons l' Inlerl!ieUun ab.!>olue de l'arm .. aluluiQu . arma d tpoul'ante et d'exte rmlnatlon I\ItlSliil'e fll'S populaUOIJ.S. . NoWi eJ.l,eoft5 l'é(ablioSl!iement d'un rlj\!'oure,,:'\; !!onlr61e. inlE'rntl· t10nal peUr anur .. r l'applir. ... tlon d!l eelle me. ur" d·lnterdl ction. Nous OOnsJd tro qUIl I 'ouvltneml'nt qui, Ir. premIer. utllL!ieralt I!ontre 'Import l! quel par!' l'arme atomique commettrait un ctlme contre 1 hUlllanltt ct sefRlt tnUer eOlllnle criminel de ;:ouerre. NOua Jlppr.lon.ll wu 1e5 hommM de bonnl' "olonh! dans le montle à 81gorr cet appel. Adrelifle . . ...... . _ .. _ .... _._ ..................... _ ........... .. .. . . COlnmune de ••••••••••• _ •• _._._ •••••••••••••••••••••.• •.•••••• •• Noms dea membres du foyer : Signatures: .... -, ••••...............•...........••••• ......... -... ... -.... _ ... _ ............... . ....... -.-......... _ ..................... . . ........................... . ..... , ............. __ .................... , -.............. .......... ... . ................ ..... .................... , _ .... -.......•....... -...... . • Enfllnl. : ..... ......... . ...... , ..•...• ..................... , ................... . .......... -............. ... ........... ... . ........................................... ............ , ............................ . .............. _ .......................... . TOTAL !!JI "ou 1'-.\·f!1 pAS r.nOOfe lrn contre la bllnlhe r"n,'O" '& el'l bullttln. relllDIl a II: Droit et Liberté ». 6, boulLward' Pols!ionnlère P1rl,: (' ). ' Reprodut.h p>utout Of! bunttin dé MlLl'iultatioli. L'appel de Stockholm (SU ITE DE LA PREMIERE PAGE) ChaqUé hf.llre eMlptE'. NÜUfi ne "OUI pardonntrlOns pas d 'avolr khou!. Dcs personn.lités d. tout. opinion. Parmi les jlerSlm Ill1t l'! qui ont. tette . semaine. "l,ne l'.\!,pei de Bt«lr.holm. citons ; - Le Grand Rabb!n ,ie Colmar. M. llmotl FUKS. _ Le rabbJn SCHILLI, dè Paris. QuI. de p1U6. a .::om nlenc à faIre " mer l'AI'Jl'el t\ sts fldCle, . _ M. PERELMAN. sculpt.eur, président de l·AI;socltt \.!on d"'s peintres et sculpteurs Juih, Qui a. IlCcom'PIJ ce gene cr. ts.nt Llu'artiste tt que JuL' troyant - M. ,Ja,q:utt LlltENBAUM, de Metz. préSident de l'Unloll des 3kr nlatel de l'Est de la FrancE'. - M. LIPSCHITZ, prc!:sldent de la 5cctlon dc Metz dt, l'Union des Anclen15 cngares volontaires et combatt:m!s juifs. Lu docteur DAVID (Parls- Il· ) et r:"EII!RMAN (Par h,·g-). SABY MITELMAN CHItWIl:GtEN·OENTIST!: l't ;oj\ TOUS LES JOURS dt a , IS htu.ru tL .", R ",d e&-"'ouS 2. ru Gt"ltr,., .... I · ,\n . "'n. l'ARI!l_IV' T.l : TUn . 3: 1 Mtl.-.. : R.!lIbu( ôt" RMEUBLEMENT LITERIE • T.CI PISSE RIE fr, C .' " •• EP

  Aij! C Il\lM1G  (

M II R 5 E , ( l, f. --.- - Tri. ataud choix de Tissus GABARDINES· PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON Le porte.li porte Lt> c porte à porte. r'-ste Insu rfl s:Ult . Il est mené toutt'lols avec une particuJit)re erncaclté par tes

 cun('s du M.R.A.P .• qui totallsf::nt

a ce Jour 8.500 sllnaturcs. De nombrruses maisons visitées par les

lmt.ants du M.R.A.P. ont signé il

lunllnlmlté, Cil pa.rtlcullér Je Il' 3S de la rue des Rosiers. Dans les sociétés Plusieurs socl tês nouvelle!': vlcn' nent de sc pronOl' er A !'unanlmltê au cours de leurs asscmblëel; ,6. nerales pour l'Appel de Stockbolm. que frurs membres ont slané d·en. thouslasme. On nous signale 110. t,ammcnt les sociétés \11v,q,ntcs : FALENIK·OTWOIK .RZl:ZIN (affillée a la F.S.J.F.l: les Amis de LUBARTOW, MEZRIC.POOLASKI , ll's En!ant dr. LUBLIN, KOZI!.NIEe, LASKRIEW.SOBOl.lW. Dans les ateliers , Le comlt.e de :'Unl()O d s art.l. sans et peUts {llbrIC:l.llh: du TA t_ COT apPl"lIe t9us les melObreti d-e cette organisation si,nf::1' contre la bomb,.. Les tr!I.Vallleurs de d i. vers atcllf'rs de confection pour dames . ont. c\:alef'UC'nt apport.è I('urs slgna t urt's eet te st'malnc Wastr, 57 ign::.turl"': Abe. 16 : Rada, 8 ; Feldstein, 6 ; Stern, 4. les intellectuels Le 26 mal. s'cst trnue. au thtâ!. re Lan ry. une grande l'éulllon. eOllvoqu f" par l'Union des Intellec. t.uels juifs . Devant une salit': comble ct ct,·

 l1oLlBja.s t . ont pris la parole : les

et;.r1TIlJns KAGANOWSKI ct SLO· VES, h," p!lnt.re MENDJITZKI, I mctt u r en e ne FESSLER, le compo5itE'ur HOLODENKO ct Mnw Anna VILNE:R, pCdaliogur.. A 11,,suc or cl'tte assemblée. le$ signatures ont été recueillIes par centaines. Grâce à son emprunt à ÉLECTRICITÉ GATS CONSIDERABLES, Lc-s immeuble ordinaires s l' :l.irnt de · trults, Seuls subsl teraient.. à la périphérie. les bâtiment.s o:ldc s m is les portes ct ks fenètrr I.e raJ€llt arrachées, les t.o itures <'nfoncée- et l'interieur J<r,wemen t cnd omm gé. Lc rues ,sl'I'!!.ll·nt jonchée

 de décombres de matcriaux

de voItures détruit es. La coupolè de l'Opéra. celle de l'Hôtel des Invalide ... ct les tours de Notre-Damc seraient soufnées. l'Hôtel-Dieu inutîllsab!e. Les arbre!: du Luxembourg

eraîe ll t ébran lés t .  rlllés .

Les traln.'l sta t ionnes dans le!': gares Saint-Lazare. du Nord cl de \'!:5t seraIent détru its ou brulés. Ica rail. d lF.loqués, les systèmes ci l:' slgnaJlslltlon détruit&. Le feu ft:-. r ait ..... e dans toute ta zone_ Qlltl que& J)l"rsonnes seraIent tuH!'& lur 11\ (lOup. III plupart p ri!M'nteral nr. dta JelliolU f raves e généralement n1onallfll. A plus ou moins brheéctUlance. 3' zone (de 2 à 3 km,) : DEGATS MOYENS. Seules les maisons légères seraient atteintes. Les degtts seraient surtout lm portants dans les quartiers de Mon tm.ar re. Belleville, la Bast.1lJe. Les jl:rands immeubles dcs ChalnPI.Slysées sembleraient extérleur ment intacts, mals Jeun plafonds .<eraicnt effondrés et les cloisons démolies. La Tour EiHcl SE'ralt t.ordue. Le feu. pouué par le vent, propagerait les Incendies dan; une direction détermInée. Nombreux blessës et c brùlés par l'éclair •. Peu d'irradiés. 4' zone (de 3 li 5 km,) ; DEGATS LEGERS. Quelques maisons détruites et QuelQues incendies dans les Quartiers des -boulevards extérieurs. aux, portes de Paris ct de la prochc banlieue. Les blessés se· raient encore nombrellx. mals. en 2énéral, superrlclellement atteints par des projectlles de métérlaux et surtout pal' des éclats de v('ne. Il y aurait encore quelques 4: brillés pal' l'éclair ». mais pas d'irradlés. Il y aurait des carreaux cassés au delà de Versailles. Le bruit de l'explosion pourrait être entendu il. Poitiers et l'éclair i;1) voir jusqu·lI. Bayonne, Au total. 100.000 tués environ ct autant dc blessés. • paul RObeson, le p;ranrl chanteur noIr amlirltaln. a parllclpé cos Jours derniers. Il une rlémonlilrallon du ParU Proj;;res.slli te dlvant lil Maison Blanche, Il Washtniilon. Par la panneau qU'iI porto, 11 demande une lo[ contre le Iynch, l'ab01ltion de la tau éleçtonle Qui ellmlne sYSiematiqusme., t lea noirs de toute IctlvlU poli· tique, l'amendement de Iii. 101 antisyndll:: ale Taft-HflrUIlY, [a construction de logements. Ce SOIlt [a des revendications simples. Et pourtant, lelle esl la sltuallon aux Etats-unis ... L'INTERVIEW DE Mme Eugénie COTTON (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) amené 11 1:1 ruerre. C'est luUer pIlur la paix que de mo"lrer que le rarlsme n'a pu de bas scientifiQues. Il n'y a pu de race. il )' a une

-_ Alors. \'(J\IS  Irs il':uël'C)!',l N\'el: l'appel de Stockholm pour

Qui parl , IiIU ru tl!. de limiter 1. protestation il n ireSLlau ltomlQue? L'lIppel iii ce Yanlap d·ou· vrlr la vole â une nil'fKlat_ IDternatlonale sur un dè,.rmemt:llt ,::énér al. ver,; la ml bon la l6l de Iii iuerre tout court. l'inlcrdidion absoluc de \',\tIIl(', ;thunique 11 marque un temJls d'arrêt et la i  !>e !Iotter l<On fin rq;:ard Ilutour de lui. sur lous ces obj el Qut lui sont chers. la lampe de bronle rlu bu reau et LOC Talmud imprimé en Champagne au début du XVIs iccle. - Je ne vois pas t rcs bie n. dit -il cn!in. à quoi peuvent se rvÎr loute,; cc.'i signatur('s? L('s G:ouvcrnements l;ëivent bien que les peuples ne veu· lent pas la gucrre. ma.is ttla a·t-il jamail; change quel(jue c h o se' Et puis. pourquoi se limitcr il l'in 1er· diction de la bombe atomique? .Je n'entends pas choisir entre dC\ll< sortes de morts cl je ne croi pas qu'on puisse humaniser Il la guerre. Il s·agit. en eonc1ul\ion. d'une opération menée par les commu· ni te  : « Or. moi, je ne suis pu communiste D. L'homme qui me parlait ainsi l':Ft un espril loyal, habitué à n'obéir qu'aux ordrC's . dc sa conscJenc('. après avoi!' scrupuleusement pesé le pour et le contrc. C'cst pourquoi, rait à traiter comme criminel de guelfe ». La Croix-Rouge inlernationale a vott: la rt\solutîon suivante : «L'ftnploi d' arm s aveugles. « c'e$l4.dîre celles que l'on ne peul «dîr lcct' avec précision ou Qui « exercent leurs ravases sans dis· e crlminatioR sur de va.. Heue du.es. !'igniHera ît l'anéanHUf' « ment des personnes ct des VIII Iron humaines que la Croh · • Roo.e a pour mission de défc:a. rire. et mettrait Ml péril l'avenir • mf'rne de la dvilisatir:m. 1\ L.'U5a e de la bombe atomiqu '. .-'ut le crime contre l'humanité, Je l'rime de guerre défini d s 1945 par le stAtut de Nurcmbcq: ; «L'assaS!llnat des populations civiles, la destruction sans motif de . villes et des villages ou la dévastation que ne 'justîficnt pas les exl, eUtes milUair . » Or ehaqur. Eignature au bas de l'appel de Stockholm signifie sans équivoque Que les agresseurs, les ... LES ,*,Ie1 du Dhlit lJ!.lerutioMt ICMH -i t:lalre. Q\l& 1" plu. h1\fu m .... tnts dt- l'ordn J\l4l.. r-iallt ro-u' ne: pnndre qu'un U*B'1- pte (UI)(Il1f" .. t tlfl" ALIM l'appel. M PC\$Che-. mJn.l5&rt d . l'mInAf'. lit 1. ConNll f«'lènù hl:'h"flli· que ,"n\-l1. de. CT.)'"t n·tnu.uÙJtr

 P lU'tllleol.1.ls lH Idees e;l la

doctrt.M da!: communl,wl" Alon, !lmls Qu.l re<'u lllrr d Illnaturt-, • demand.ez slmpleme-nl , ux qui vous diraient : « L'appel de S\DCk· holm est une mauO'Iuvn ('OII]m\l· ni to » : - Faut·il avoil' tort rnntre ôl ('onscience. plut6t gue d'avoir . .!Iut cette que!ftJon vitale, r.llOn a'He les communt.tu Pierre Rolllnd LEVY je vous le dis tout de s uitE'. il :l r-------- --------------------- --fini par signer l'apppei de Stockholm, ct lia femme avcc lui. C 'e t là un acte mùrement réné('hl, et qui comple. et qui enlia:e,

 objections que mon ami m'opposait

sont d'une certaine ma· nière les objections-type. celles Qui, sous une lorme ou sou une autre. sont le plus souvent romlUlêcs par de Lod honnêtes ,Il;ens. Ils cherChCllt de bonne loi le cbemin de I!,I paix. mais ne liubi&1<enl-ib pal< li kut' insu l' insidieuse !nUucnc des ennemis de la paix ? Pourtant. l'eHici\.:itë de la signature apparait de jour en jour pills évidente. Nous voyons des assemhl6cs élues, conseils énérau)l, con·

eils municipaux nu autre  . ilpprOIJvet

· à. l'unanimite la résolution lie mise hors la loi de l'arme atomique. De hommes politiqucs de III milparité gouvcrnementRle. de ministres ou d'anciens ministres sont amenés .il. s'It ocier à la campa.(ne d('s comba ttants de la paix : comment serait-cc possible. pour la plupart d'{'ntre e\IX. s' lIs ne $'y en' laicllt pas irrésistiblement pousse . par la volonté commune de l'en (' mhic de ccux dont Ils sont les numdalaÎrcs? L'APPF:I;, ri(- Stockholm a l'énorme md'Îte de désÎiner il l'avance comme crlm.\nel de erre l'aJ'l'esseur: te Le gouvernement qui LE PREMIER utiliserait conlre n'Importe quel PIIYS l'arme atomique commettrait un crime contre l'humanité et se· BRIGADES POLYVALENTES Sept heures: on frappe à la porte et ce n'est pas le laitier UNE Mfiniliol1 de la delUol.Tatie nous avait ,léjà éte Lfllm.mÎUI par di"crs nig'est améric::lins. Elle nous Il été l'ecC!mmenl répetée. el de très hauL : il. Sll.\'oir le regime d14uS I"q l lorsque:: quelqu'lIn frappe il \'ol!'e porte il sept heure!! d u m tjn. VOU5 sa \'ez qu!': « c'est le laitier . Personnellement, nous n 'M,vons pas affaire au laitier a .!iept heures du matin. et nous croyons savoIr que de nombreux França.\s sont dans notre cas. Quoi qu'U en ·solt. la définition cn cause ne semble devoir s'appliQuer que par antlphrase au petit commerçant, réveillé de fort bonnc heure par la brigade polyvalente. Des policiers ont tait irruption dans la boutique de votre boulanger. Ils s'y Installent, prennent leu rs aise!, et en avant que Je te fouille. que je te vérifie tes campI!': S. Que je te questionne pendan t des heU L On cite le cas d'un petit eomm lnt de Paris chez quI les polyvalent& &Ont restés quatre jours duranL Election dt domicile, occupation • demeurl: 1 Ainsi, lorsque s'sdrtuaDt 1. un pet.it a rUu.n jutr fiançai .. l!.l lui disent : « Vous et vos compatrlo. tes ... ;', vous voyez tout d'!l I\lU-r. le sens que peut prendre ce c (J val! co,npatriotes .. , POUr tous renseigneml':t'li' ' D ' plémentk1tes. consulter le. oe\lvreJ complètes de Xavier Van.'. Qui fr.lppe l, porte des . CfOl1 a 7 heur.s dUo matin 1 L est' normal (lut n08 tlua le Dlln_ tl'l> p y5 oolonlaux pt " pen. <fanu d·A'!'I ... t d·AtTlque. !!'ost 1'1"11.l- tfminlltlOII 'I r. million .. d'enfants 5ncfi ll ,,, mlLliulie. 0\ 111. Inlllhl ... il une 11I1 #-r. tfrro · ble. (7 t )", " pll r.f! d millions de pttll<!l lundllE'ur-'! 5uccomblllnt, exlfllll S dès )'.11:" 1If': !llx nns. l'OIL" une "xp (lltal1on raee bumalne. __ ..,,----_--====== =--:_:== === La polyvalence provoque un débat à l'Assemblée A VEZ-VOUS assisté mardi dernier aux débat.s de l'Assemblée Nationale ? Il n'y était question que dfl perquisitions, d'intimld9.tians. de fouilléS en régie. d'opératlons envahissantes. de menaces de faillite. soient inqult és de eu pmtMh polynlentl. Notamment, M. Robert ChambeJron. df,Putf; du ,ro',Ipe des républlet.Ull prtJNlSYtu. n'a pas craint de metlfe lei poln' S sur les 1. Mats m!me kJr.lqu. la. critique ét-alt faite en lc:rmta mo-dér s. pour ne pas trop d.éplalre aux pou,OIn \ntéreMé' l'nralf!a r se faisaIT. l'écho d'un ltl\Ume tf'Ji! contellt.ement. Nul n'a oubUf: que le contrôle économ!C{ue de Vle.b.y s'est acharné sur les ptUts. t Qu'll n'a pas l.Ouchê .ux marpulln.5. aux requIns. aux roiS d.ll marcll6 n oIr. aux pontes des c. comJ\él d'orianlsatlon •. \f;Dominteul;e. Où en est la prêparat!on de cette grandiose journée '! Dans le monde entier. les organis a.tions démocratiques le" plus dlvers!': s sr. sont unies il des personbalit s de la science. des art5 et de la l'ifl sociale pnur c,oDstituer des comité nationaux. Quel sera d'après vous l'apport de cettc journée dans la lutte pour la paix ? Tous t.t1JX Qu':anroissent la sltualion el l'al'enir d l'enlanee S son' Joints à nous. ))Our la défendre et 1" s.aunr . I.e premier droit d l'mtanl. I!'est le droit â. la 'Vie. c'es' p<luJrqllol 1l0lOli r.l!lIlrons 1" journée sur l'appel de Stockholm en ronntrant â taules les mi: s qu'elles ont le dh'oir d'épargner à leurs petits ln sourtraDl'CS atroces d'une .t'uerre. Nous Ill'on r.-nl'on(ri des personnes qui Rvaient r elu,'>t\ de !ll, t'ner l'appel pl'ésenté par le Comb: l.ttants de la Pai . et lorsqu!': nous leur Rvons demandé de le liiper

ou  l'RII,t'le dl" I·('nrall [,. eltl'  onl

acrept6, se rendant compte. apri'is COIIP. que la ;lierre alomlque serait une chose terrible. La ll'uerre llréeédente nous'a montré combien les enfants ont "té t'prouvés. Aucun homme. aucune femme de coeur ne peut restel' illsensiùle del'ant la menace qui pèse il 1I0uveau sur eux. Sur dC's millions dt. vies humaines plane l'c.lPOIIvante de la bombe atomique. L'en. fance e \'oit frustrte de l'.id!! qu'elle devt:l.it nce\'olr de 1:1. NOr. iéU. La misère des famllle. . le l',hlima;e ·ae(·rolssent. et les enh. ntlil Sfl),tfrtnt df':< pri ' :l.llons. On , On parlait des exploi!.s de c s J)OIyv'alents. J ulltenlent. et d!':s deJ) u s tIe toutes les tendances 50UHgnalent que, sous couleur de COl)trôle. on avait tendance à traiter comme de, manières de criminels l'artisan, le petit commerçant, l'hOteUcr, le petit Indus riel. « Et v-os compatriotes ... J) l ' rA IS ml "Obl tt ,",CHef,. lu • "I ;ares d'.ft cUent. noua .. raconte cet ,.amI. qui e15t tallie-uT,

t don!. vous concevrez atltment

Que nous t&lslona le nom. nonobstan' la fat que d ans notR' pays. IOl'lQu'on rr.ppe li. sept heuru du matin Il votre porte. voU! savez qU'1l s'agit du laitIer ... J'etais ert train de prendre CIUl mesnres 10rll' QU!' deI messieurs ont frappé. En moins d!' ltmps Qtt'il n'en faut. l)OUr le dire. ils se répalldfrellt dans mOlt atcHer. mon apparteme1ll. Parce qu'id, il manQue une éllql,elte à une pièce de tissu nouVellement !Ivrée. je dois répolldre à un ver{ta le interro"atoire. St AUJoUl·d·hul. y a-t-il un II"'rtt ou moyen commer çant Cluf a.i &. k$ livres Impecca:olement terll,l3 lou .. Que ses bénéUeel l'ont en .,·,menuisant ct C{u'!l InU oH!eil .. l ulml: ml> dl" com pt tlle. aVlle une jO<1rMI! .ouvent eommencff l 5 heuTU Clu maUn ? Le 1'oUl lnt:n. le laitier! Peut-Il payer un spéclal1dt pour que: ,' ul!lbre:nt les colonne. c Gtbit • et cdclli • ., Le& trandes $,oclétés. 1e3 mal stms .. ,u uf'Plu multIples. les monopcl . entretJennent une .. rn ét de eomptablu tt de techntcleili pour Q\HI toIlt 601t • parfaltemml tn IJe •. Ceux-la. n'ayez cralntt', ne seron' pail rhtmts • RIl: bc:ur"1 411 matin par le polyvale-nt mlll par le lalUer. Et Ils pou rron t le f l1- citer des méthOdes uUII"ée.'I Ct/nite le petit commerce. comme !fune oPération dérr.agoglque pfOpr diviser lcs fournisseurs et la maue de la popula.tion. Mais Iii;, bra,'ell gens n·ont·lls pas appris a d JouU' les manoeuvres de leurs " nn 1!i communs? /'tt1qu.eUe manqu.e, c'cst que ma 1-;=============== ).liée!' tr!': figure pas da7lS ma comptabilt! é. VOliS perlsez bien... J'a! lcnt d'e:tlJliquer la suite, de dire que l'é/jqueUt était Sllr /a pièce qui lII'avalt . !':rvi il tai1!tr U)I vestO' 1 la . e maint: denlitrc, mais ... Mals ? Ma l il lie trouve par!ob dcS OOly\'altnt.s. )Xlur employer dt cu r leulies expresslon ... polyvalentes. elles aussI. POMPES FUNESR'S ET MARBRERIE E ouar SOENEEBERG n. rui de III Vl<:'hllu . .. ,,&.IS.!t T I, i TY.I U· NUt! : nu lI-4l rour 'I,,'il , 'h 'l':, nltr_ maman sir:ne conhe la bomhoe manque d'él'oles, on ne reronstruit • pas. Ile nombreuS('s fanliUes dol- r------ ------------------..:.---------- -------------Lo. meilleurs TISSUS Tout .. fourniture. pour Tailleurs vent vivre a\·t'e un salaire inférieur il 15.000 fran cs. ecu:'\; qui on\ l'e,.hlmae rempli ne pcDs nt IlitS il ('ellx qui l'ont \·Idt'. Pe nse7.-VOUs <lue l',mtisemitis:nc

ni t un aspect de la preparation à

la guerrc? Je pense que l'<tnlh.-ëmi!isme est un des ttribujs du fasch.-me . On s'attaque !lUX et)mmlJni tes. il. toutes les conSl'ienl:es libres. on s'attaque aux Juifs !':t c'est commr. cela qu'on a vu raire les chmil's qui' nous onl mA DU fiLM DE COURT MÊTRAGf i ?on:R('nI.:1H 1 .JUlN. io. 2n h, 1

Ul'a lieu

. u STUDIO DI.: L·J.;'!'OlU; un CO .. I .. du .'jlm 1I COUl't m tra c N d" Dc, .. a Itn in,

U (OU" dUQuel ft. _ fU-ln- ...._. J.'c nt l"ck',t"

on Pfut .tLlTU dt' 1 •• ,ULkl JI 1,1. JI.l) F. DE J'AM D I '!! pnme DE FRANCE de 010 11 1... l et! ':M!Ult b l u8 , Vtlur. d' lin LlH If'ur Jr ll, un foula rd ifnpr iIné n<l u  !lU I "II th" 'Iu'tllt' p<"<1ehr. genUIll .. nt f, cot è. ·r. ' lit I Ho,:On qu i 1)IHil t Rnl. ct:.<ns 11-118 t'lm." ... C'(,lIt Blanchette Bruno,.. TOllt en l'C m"'luil1(1,nt. l!;a 'l.!! r,t' h in' prier, ('li !') mc nrOfHe hill!olro:- . _ J·Na!. .. unr petlle fille <lui Il'nl_ nmlt pn:ol 1I1'rn f!tirr. I\. quoi bon Ira\' l<lI ler'! .I·ili 1)1t'1I cha nl:' d'n\' l deI) UI!:'. a.!nuta-I -rl l" ' ·lvi'lIltnt. Sli ns (' lIthOIl.i .... lll' .. ""tr i:, ,",,1 Con , o;ervaloi r .... ('Ue: suit I:l-"ll r() r" c'c! comédie. /:<;n ;;a,flr .1.\1 thH.trr. ri ... l'OEuvre. on lui ronll!" \IlL r61O) Irnl"orlant d a u1\ NU\.UfllI lr Il ' . - C'e t i l'" IlIIhnl'lIt 'lue fal comIIICl1t.( t i\ m'Inlé .... r vtrU.b'"lUtnl A 1,. eomedle lt à. "Imu Dion mI:U{'r.

  Ile 1"" "IIa1.  nLl lIl'tnfill '.Ire un

jOUf .Iu t'lné llla, (SU ITE DE LA PREMIERE PAGE·I la ('am rl\ pour la première fol5. Efl/Juite, clic tourne it LlI\ rythm ar;cé["'rt'l. Unf' qu rantlunc de f i lm I!.ont il n actif. Qui ne " IIOtlvienl de , l,... BHe humain e: , ... L'J';mpr" inle du Di!'11 ", Gouf'li - blntl r()u;{ ... ' . oc Vient de paraitrc 'o . LI!.

'Ilaternell.,,. et enfin", La MnTi!) du

P{)r . - Quela onl, ]C'.s rôles que \'ou,

1.imo: le mieuK Jouer?

- .Je n'al lit' d'ld"'Cl'I prêcon uefl. J'aiml': Ir .. beflU" rôles. lIu'tI. tiOI('nt ,liffcrl"nb Il'S unS UI!S au{rl'J. C4! que J" prU"'re dal1lj un film. c'f'st la pré· branehe Înlportante d.., III c ultu tr .. nçal)i;". V: rRcisme P.t l' Il ntil m iti me r BI!lnl'helt Brunoy avoue tr 8 fun' rht':'nlellt ne jllmai.!l ... voir pcnsé .\ lll,ire dt' dirUrcnc enlre un BI ne ou un Noir. un ChrHiNI ou un Juif. _ ,J'"J quand m llIe H amenl'& ,. .1' rHlérhir p ndll.nt Ir.g Ilnn s t,rrlhl e. <lUe n{lU6 ,\\'on. .. pll.s!lét'.";. mal5. pour U\oi. Il n'l'J.lste 'lue des hUA 1l1Rln . Tout "11 be.varda.nt, pres!.e, Blanclu lte Brunoy lS'ef\t maquillée. Elle apptu"il maintenant sous le malique ZAJDEL 89, r. d 'Abou kit p,ril-X Mh.l SI. ou .. Ruumur. Sen\le, Tel , OU! I&.n PENSION POUR ENFANTS DE S A 14 ANS (Hlule.V' •••• ) JOLI PARC FORET

Hourriture très saine ::

PERSONNEL SPEC IA Ll S pamtiOlI. t 't t-il.-lilre II!! II10meut nù d l'arUlSte . PeUl' IOU5 TtllRtlDmtt!/d. Il faut >il' mettre dO">! III pel"'" do son Les t r oi!! COUPII Of' mlLrtcau retl'n- Ju qu'au 15 Juill: T.t. DQlt n_11 pl'r"'Ollm .. C'e. tjlLS<'nt, le ridt'lLu VIL ILe lever. Pus teU. dU, t 100 .. I l .JUIII D BlaneheUe Bruno)'. enfant IUrbu·i-:;;;;:::: =::::::;: =:::::::::=:=:=::::==:::=====:: leot('. élèl'e peu IHudleust.. fieL au·

   :hui une grande artiste fun-   •• LA VIE AU GRAND AIR ••

EUf' a auui 8011 avis .ur la lIitu..; Maison de r.pos pour .nfants d. 5 à 10 ons 10, n .. Leon . MON. 81-41

 .". , c .. " ..  .Il ••  .

I,ourta étcndre ct renforcer ses lignes Ritn nt srrt de produirt si l'on n distribue pas Tandl. q<lC Ii('fl; ('ta m ar(l ('O., l tiom\<·nt ... pMIO, rt'RrlLaI" plI"! n'ell C'<'CIfllli! p::u. ur; I' ,.1 j)>' ,"t } '1.111 !lU C n"'lfIII - ·,..l bJ.", .. lIu,. J ." .... , JI'I".t · (lI ra U HOLa "InI,., lar.-q,ull' J"bnr4. t ian l'lu cln!!ma fran\;!l.i!J. 1. Cure d'air _ Conyalescents _ Déficients - N_"O\IIII' - I.e l'Inénlk t H> dfl nos prin_ -- . 1 1 dl ' "=- c..rs Zr'u. Mme 8ftU ... n _ "Ipa " nUl;Tlt.e.:I\ I':'1U Il rit l' !:!! Boulev .. rd 8ourdoo L. ... IC .... - I.. ;: fr pp"" I pr"n1lèr ......... rilm1!l roo- - ....Co.n. .cu.h..'. ' .. Ol .. t.J •. V. ... t"CI-)l"j S= tt!lll Ir" .... r. . , ( lU!" Il oa!!, 11 fl" f1!_ " " • pa.s ... aedllA lICIU &oue llle etHe «CIl' C. CIa1r!l.) U&b .... ft !$ • • DROI T ET USERTE LE MARAIS LE lantômes SCH tlLOifJ ." LI ICII En PETIT VILLAGE JUIF ses (de la Russie tzariste) et ses vivants (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) \ ur. \lC de 1 .. rut de! RQsll'u entend e les déclamations de Victor HUI" dans J'hotel de RohanO:, ltménée. plae, des ' Vosges. lA Carreau et la HanSI ! x\tlll<lrdl1'1arre dl""r té deJl. pt1. et du choa.ee C'(,81. ici le Ot.tfeau dU Tt'mpln. l1<r('e ses mUlien de pel lt.1ô s tn •. ac.beteuII t nndeur •• pC'u tMlln. aux aroMtI d 'Pftl.$fl. LI> CVI'UU ' D'abord unl" ndue martea gt"ust. que ra- • I ... n\ les eaux de la Seine. Enl utte. au XV" .II1"cle. un terrain fer, lU,. ç1llth'f. Çtrua, (li) 0'- sauraIt 1I01\ -.f'.u· m el" 1'1rnp(lrt-i.l1ce hl.torlque Ie n otre tleuvi! nat.lona] dans la nalsAtKe du Carreau. Les marchandS d't'lu. groupes dans la Hanse de Pari., nl:portent sur la Seine les mardumdl6u qu'Ils revendent. Ces OOul"I"eol ... qui ont le monopOle du comrml':r Cluvlal. aspirent à Jouer un 'MIl! politiqu e. Ils const.ltuent une admInistration municipale dlstlncWl, . VoUA expliquée du même coup l'orla1n!!!l des armoiries célèbres de la vme de PU!' : Fluctuat, neCl mOr.j ur. E:q,I1quée. au. sl, la prèp<) ndennco acquise dans la vie potidque pM le prévôt des mare lII.nd8 d'(Iriu Qu L rend la ' Justice au OhlUtN-. Marais 1950 n y a dix ans. ce n 'est pas l'Invasion nazie que dénonçaient les nazillons. mals .: l'invasion :. du Marals par le ghetto de ,'Est. De pauvres jeunes gens. persécutés · par les fascismes d 'Europe cent. r3If, aVll.lpnt 'été reç ueUlJs p.t le P'rttnl, Populaire. 01"-$ ( rep!'I.JU f'.s ., dieU&. par lit Pf'()J1A a.nll. ! i! a lt l les d sJ.n!rtnt aux po mes . VOUf pouvez vous la l.aKr séduire pa r les n lmeul"S de en ruts.. I l'lI; col'H'.111abuIM quJ s'y Uennl!l\\ a gran(!s -cou!'! d gt'stl!s Jar,es et convall;l.cants'. N'oubllez pali le sang qui a rougi chaque maison. N'ou· bilez pas Qu'à Varsovie n existait un Quartier juif. ct Que la gucrre !a clste l'a réduit à Htat de surface plane. C'est parce Qu'lIs aspirent à la paIx que de nombre'i'\( Juifs du Mnrais sont aujourd'hul aux cOtés dlô:s forces progressistes de notre pays. Vous êt cordid('m .. nt Inl'hé i. fI; l5ter ÎI. Il!. Grande Soirée Artistique eonsaer ÎI la d e u:rlêrn .IoUfntt nationale du M.R_4..P. tul a.ur. lieu le LUl\DI !; juin. io 20.J(j dan, la Salle de l'Enl pôl tt. rue y,·u.. Toudil" _\l 8 R",ubllq En prbence d iU. AI"'o SATRAG E. COOM'iill'r mllllh:llial du 10' atT_, sous 1" h t llllkllotll de M. KRIWKOl!lKI Prendra. la. parole: /If_ GR.Il\. ... ELD S erl-laJt'C du M.I1-A_P. Au .rOrrammf .r"dlqu. Mm. COMME SI VOUS Y ÉTIEZ

1 parie tout ce que IJOtlO t'OIIdrR%

qu'il ne .,'l1st trouvé pe rsonne nu monde prllIr SI1 rr.jouir de cette douce ;our!u?e pfeüle de oleil plus que )WU' IU le lim.o!' : moi. Motel, le lits du challve. d Mel i. le vcau dl! 'Iofre t;oiliill. C'f"f m.oi Qui avais troum! ce ! !Lrnom de Melli. Tout de suite. vous sere"/: sous le charme de St-halom Aleichem, le pJus grand krîvRin yidd ich. Ma is peut-ètr(' ne f<lve;;o;·vous pas Ic y iddich ? C'est dommage. Que de notations, d·expressions. de Irouvili lles SllvoureUliE:S dans l'origina l ; un délice ... Malgre wul. même c profanes ". vous dcvez lire MoleL ji!! du chanIre, dont une traduction vient justement de paraître en frallçai (1). A coup sûr, vous ne le regretterez pas. - Que ln ture t'engloutisse! Un grlllid dadais de bientôt neuf ailS s'amuser ri danseT Ilvec UI! veau! PHe d lu maison. rspèc(' de propr(' Il rien. Pere t fera voir ta suite. Que!!e blague! PeTf Ile me fera r ie1l voir du tout. Pere ut mal.ade. il ne peut mime plus aSSI/TCr d son Ilttri7!. depuü Simkhath Thora, . te chQllt de' offirel{. Ici. la t;; couleur locale:. n'est pas en simili. lainez-vous conduire lU petit yillage juif- Nous sommes au début de ce siècle - ou il la fin du prcoedent - d"n une de cr: règions occidentales de la Russie que le tsarisme a • réservés It aux Juifs.. Motel. ce titi. ce gavroche du ghello. vout< lienl par la main, Laisset, vou condl:ire. Ouvre', les yeu); et tendez bien l'oreille. Riche df: es per};onnages piltarc que ou Iragiql1C.'!;. le pet.it villaie juif déroule devant vous son ample I!omedie à cent actes divers. Il y a d'abord II!. mère et le !rèr de Motel. ses voisills. ses connais ( lnCM, la guéri eu se Menasché, le sacl'ificateur Mendel. le marchand de pommes R\lbin, le chantre Hersch-Berr. le bijoutier Jose!. et c!e dizaines et dc dizaines d'aulres quI'! VOliS rencontrerez dims la rue ou i la maj on. Sang oublier les fp.mrn(> .. commère haute en C0\1- )eur . braves ménagèreg. ou chipies au coeUl' l'l'or. L'humour de Sc:halom Aleichem

IAte au çoin de chacune de ses

phrases. alerte. primesautier, toujours original et colon! jamais en dHaut. Rien n'echappe au conleur du efl dre rlome.o;ti ue et filmi lic-r où Sf" meuvent ses ltefM, U porte UM t ndl"M Jntinle" aUK obJ.u de t'tUa le. .Im,/",- .(IIIX bëtl"ll. oIIml" 1&l' 1I 1JJ(, • la nalure, el son t:omique se d,;veloppe .ur un fond de .naturelle

,ie. .

tragédie de la mlsere des paU"Tes &ens da.ns le petit \'iIllll:e juif dc la Russie tsari h· . Vous entrez ave<: Motel dllns une petite chambre, en prenant soin dl: ne pas fai re de bruit II: pour ne pas gèner le malade 1. En l'honneur de Chobouotll, la réte j uive de! S ... ;500:'" 1" piè\:e est pourtant garnÎe ri'aimable,;: verdures. Au-dt"Ssus du lit.. une êtoile est suspendue. Sur le sol. la lamille il. répandu des huiles odorantes. Sur un !'Oigne de proche. son père, MoteJ s·.po- J'ai pCÎlle li le ,.econn(lÎtrt. Le vhage est blême comme du plâtre. lis r:h.eveux bllllles TehLi ellt. Quelques- Illls t.OILt debout sur la t!!te. Lu cheveux d'un incolIl'w. Le 1II'u.1: noirs sont e?l/OlICés pr%ndem.ent. I"omme e nd 6ués dons les orbite.'. Les dents mit l'ai?' d'appartenir li 1I1l dentier. Les dellts d'Im inconnu. Le COll est 31 maigre '(u'H (l peine â s01lll"lIÎr la léte. QueHe chn71e que pere ne ·plll. s'aS8eol r. Ses levre.1 fotlt dr.s mOIJ·!Je11"l!!nu sinputiert comin!!' celln d'u 't h011lme P,tI. trcil' de n.ager ... Cela. n'e t-cE' pas de lB grande Iittel'1l.ture! SchalùJn All".ichem ()fJserve tout cela d'un oeil ai,ç;;\1 et r:ilmpe seS Del" sonnages de main de maitrc. Le philanthrope Un pergonnage pil.rmi beaucoul-> d'autrcs: JOlii le Richard. Il pa· tl'onne la t;; synal:o ue des bou· cher.!; ,. et jou volon tiers les phiJan· thl'Opes. les mécènes auprès des petitcs gCIlS, Jadis boucher lu i-même. il est d -I"ml un gros maquignon et s'cst enrichi dans le comllH.'rce des peaux. L a scène l'.E' pR!<se IoI.Pl'ès la mort nu pèrc dc Molel : J o!!i IIgite les mai"s el gro'lde 11111 mère en la sermonna.nt : - Mnill commt'1'\1 donc. comment dOllc: Pou.rQu.OI Ile m·l.wo,r I)lU prf' 1)ellU que Pei t. le dlfllltre, était 8i malade (il n'arrive pas li prOllOlicer k1 1) . POUl'Quoi )Ie m'nvoir ri 11 dit,? - Et j u1!f1i l-i( donr: 1(' crier I)T l.n toits? s·r..lf1Jse 1110 lJ1i:re CI! l'er· sant des lo;rn nes. La l,it/e tout ell· Ht\ n'n flll S r-I que JI' me pri!)(Ii I)O\,I  !e saurl1/" à toUI. pri;r? Lui all-'5i: il .ufpl iait QU'tHl le a !ll 'r. Mais Jo, le Ri('h.rd 1 f' veul rien Cl'tC'udre. II l'si ..'.1 MI\fi11l' fUrle.ux d'avoir laissé echaplMr un cadavre au moment opp<lrtun. _ Q\I' &t-('t' q\ll' 1"(tta l!ll: "oeon- Une époque tf';--t4 U I 'lille  !Itrr. ? QIÙ'JI..ct' q 1k ("rft q l lCO ça, ln ... ,I!c e"l re 1 C'est n lait J'im.le (je Iii vie Il fll1 lltt le di" li moi. A m!)l, pour jujve dll.lU un'" ,wrloo.1e d.e r,'olllnd "lImolf dB ('!.t'I. Je pftlfd. IOtot • boult'Vff'e:ment I.I, .10 .... qt.I. II!! !nt' J,..u: 1't'lIt t'r '. 1,.. liedévrloppement Indu;.1rlol ('hAnl" l' 1 d Il 1 1 1 d d"'4r..z. 1 .. 1I1tCt'I1 .. _ face. t. VI aies es JI us cu 11 fi Tel 1. u lent de Schalom la Russie tsarist Que nou o ffre A.lel .tlem qu'en Quelques phrase, il l'oeuvre OP Schalool Aleichem. sal, trper un homme P.t en imposer Cet e !<or du caplUihlme qul pénè- 18 peTv'll lialilë il l'imagination du • ,ÇINÉMA _.. Combats avec tes (vrais) défens eurs Défense et illustrations du cinéma français Vive Victor Schoelcher! COEURS D'ACIER Vous ne consldére pa que la Reslstl'nce est un sujet dépassé ... t vou$. a v e raison. Alors vous verrez avec un respect frémissant ce film dur et exaltant Qui rct racl' la lutte farouche tics mineurs et meLallos nolonals contre l'occupant, C'est une oeuvre d'une I!;ne simole comme La Bal.alile du Rail b mals. cette fols. dans un décor de cheminées rumantes. de fours rougeoyants et de ronds de mines. Peu de d ialOGues : Ils sont en polonais et nos nombreux lecteufl> QUI patient cette langue n 'ecouteront pas $.ans tmotlon les parole .. de liberté armée Qui soulignent cette t.ranche de cruelle épopée. A travers des oeuvres çomme cellp.là. on volt s'afflrmer les principes d'une nouvelle morale . celle d'une cluse qui s'atrraneh!t : \es ou" rlers ct d'un peuple Qui se Ilbère à travers les combats d 'avant-garde d!! cette classe TROIS COURTS METRACES POLONAIS Le S tudio Parmentier, dont les programmCI dénotent un beau r,OUr8IC:-' n (M.ts offre. en outre. un reportfll't- ' ur les t.errlble$. inondations en Pologne en 1947. Je vous signale. pris :t la minute tragique. l'd!ondrr.men\. sous la pouSll e da Iii' crut . d'un Immense pont : C'tit sakll.J.&ant : seule la caméra pouvait t.ransmettre cette extraordinaire vision. s s cenclres au Panthêon . Le l!b!rateur des no!r . l'homme honl1ête et combatif qUI !Iut obtl1'nlr. par ses luttes Inl<lssables. par les ca.m pl\o;ncs d t' p<l:tlt lon Qu'lI organIsa, l'abolitlon d l'e5Clavage, n e batailla pas ain si seulement pour les malht'ureux éCfllSés sous les conditions colonialistes au siècle dern! er : Sch<elchcr avait. a Just .. ut re. con!iCJence d e lutter aU'l$I_ r n vérité. p'lur llbcr('r les esclavac15- l.cs cux- m(:mtll. rendus crut)s et (1- nalf ment malh .. ureux par lt ur opprelj .o n crt m-nf'lle contrft un peuple main tenu au Lrava ll par l tgnorance ct le f(luet Ce !!lm (' lIit puls.sammt'nt. Mu .. r.atit. Dans un m,y. vra.\ment. U .. bre. n(ln col onl.li , c'ell\-"--(lire naD"

 atlantiq ue " on d vra tt norm ....

lernenl proJ 'l" r , dt' t. n m ... I ... une :.clle oe u",", dan* Ir_ tMI I, Roger MARI A, _ STUDIO PARMENTIER us ... venue Pa"",.lIer _ NOR. 31-27 Le meilleUr Iilm polonais c;n \'e ,tJon otl,Ln •• COEURS D'ACIER (Stalome Serra) AU Ml'M r ,../tOOllAWt.t& Inondati!lons L'éclosion des oiu oux Un autre documcmta.lR e L'Ert. rlear. loenn dqf!uJ .olIqsueea u.xo nJeo -nOdUo4t-IUr alt!a evnie- :J D ' ' .' ' ' '" " ' ' " ' 'U ' ' " ' . quotldtmnr! d t" III ,fOnt plumes . On apprend e 0 11 s 'amUR Enlln le programme est como\eté par u!! deasln a nimé n agfaco- 10r. d'une racture originale trois petits ours aux prises - à cause du miel - avl.'C un essaim de furIeuses nbeUks. e'"est charmant l la musique nt d I rande qualité. L'ECRAN FRANÇAIS Not r e 'sympathique confrère vIent de changer de formule et d 'amf!llorcr a présentation. Quant II.U contenu. II donnait dP.jà satisfaction ' . aux nombreUX: 'al11'ateu:rs de cinéma. et si l'on fait un nouvel ·cffort. bravo: ...... . ...... . Vend.redl de rnl r. " L'E ran français" a organisé un gala. salle Pleyel. Yves Montand en était la . vedette. Il remporta' un suceè& d'enthousiasme. Il joue ses chansons: 'sr bien ttiolsles. s! 'blén chan'" t es., ayec des gestes .Qui. s.ont tout un s pectacle. L:A ·MONTAGNE · EST VERTE ·

  l'occasion de ce pla. on • pres!".

ntt-, e.ntre • mons 1> . d'An· nlck Bellon e un curieux documenta, lre sur .: Les Baux b • • vllle morte, un !Hm' sur Victor Schoelcher a l'occasion du transfert de ' EC IECS par le Maître 1. SHERNETSKY N" 29, - ETUDE C. Bogdassarianets • Sc111lc.hrnaty , III3tI ,•. li,- . G '" , '. 1 1 • ,- .•. • • , ·rHI· , .. , .. •• ... ..... • • r: ..

 _ .. -

•• C Of . Ç" , L .la_ ,toUt. ' U u ... k.. . Qmnmel'lt "Q ultt.e'r le Marals sans tmallner ln blU'bes et. les lévU"s drl enfantt "l .. ral!l qui • instalI rtnl U. U y , des slédes? Pendan\ SM a.nl ClulQu'cn 1900), l'actueUe ni, Pllrd.lna."tl.l)uval porta le ncm dl! 11It !tu Jld/$. L'an 1250 "OJalt a'opposer, n une chicane Iftn.,tlnrll\f'lIe: 1. J uif mystique Je'll\fol.h*" et Iefi ehtfUens fanatlquu quJ l'aecUla! t d'avolt fait euir" uDe hOl tl. Çln aerée ... près l'avmr p('J1.n ... Kallnovba' et d':a cn re ... edettu bien. I"n"nut& La He ' 8i on porte' avec elle ses syml'MnIfl de pomm('s, de poires. de cerises. d groseilles. d'abricots, de pf,ches. de frllmboi e . tre jusqu'aux rêllo n lei plus re- Icc-\eul'. culées - ellr c'CI't bien dc> oela qu ll ________________________________ _ s'agit - p.l!traine de .. drl1')"\('R dou- r Le eomposill"'tlr alm( 1·a.mlUâ li" leet ·· se ' r ll,, ne!'(\lt t-.mU$OUtte conclusion de notre numero 6 du mltne . auteur. 'C'e3t \lIle 'compl»ltlon' dU 'nI',,". J:f:llre que "OUf prénnton, t.ujollnfh'..li, G'est-ir-di re .. pour taire ·nn l . li' de"JeJlI apparent qu'il taut arriver II. \Ole ,- . tiCl df! • J'lU . : MlI.'is ;USlenfl"nl. enm ment y arriver? • Le5 pauvres gen5 ! loureux. La CRmpagne se paupérise. ' 0 X CAMPE' AODH OUVRENT L. v" ju;ve .. p""'; . .. ",,- LES EP U . da nt q\IC la J;!rande bourl«ll l e jui- UN GALA DE FILMS SOVIETIQUES SELECTIONNES .: Dessins animés, Films scientifiques, chants et danses populaires russes d'une qualite exceptionnelle vont sortir à partir du MERCREDI G('I!tSe inll"Ouclant mais dt'!jâ éveillé. Motel assiste à cette scène Inoubliable: la vente du' mobiller de la maIson par sa mère et son frère EUohou. Le pè-n! -elt. malade, et 11 fau t. trouver de quoi luI donner les Mins nll'letl'l51111'C.11. ve appara ît, avec ses pol nt.1tts ou dl" '" p<oit. "CO""""' ,,,,,'"x. un commerce e rUlts et primeurs Dans le villa;E', (if! difficultés de 7 Juin au « STUDIO DE L'ETOILE > , Sou. le!! mDI d lt"l .. t Lt'lI ,JtIJQtJoru oocaf5eol. M! denine ""j.iil la C1 JI/ .,trl. m.. rhrcl!". . tr. . Ir.-d'ntt pu IknJa.min Gcrlrh.1, 1f11Jo!1.l Groh rtout. e sorte ltrg.h&lll':n' tandis qu'à J'échelle de tout lI': ". la réaction et la rêpress;lon saccenlucnt. Dans; les années 80. pottl· déto urner la léJ: itime r:olère de la population sur le traditionnel bouc émi I"" Je gouvernement tsariste incite sa palice à déclenchel' de violents pogmmes.


• •

RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS M. NeW?II411. ch f da p«lolmd da". u", enrreprise de NeurYork. oluedi p tlr l'Hj qu'on le prcn-f. l'oue I!JI. Ju if finit par qui/tu Mm r;IQ,loi. Vellal'lt de .ra mari, r (luer Otr,r .. dt, la ,rcritaire; qll"ï/ Il 'aVGil pa "oulu .. mbllll;;:·lu'r_ io 1"' .... ' ll 1"""" t!lle J I/ Ive, il, parlent en I1OVag« dt: nvl"e - Dbirau/ /m.55er qud qlU"J fov.t dtllI ' 1411 l!t'llcl olÎ M. P OINT 50 e prt'iSùnte eomme un • centre de créations thdtu les '. ou encore un < point de renconU'e d·;mlmateun. d·acteurs. d'auteurA et d décorll,tcur '. C'l"st un pro<,ramme qUI nI! peut rallier que de .y mpalhle . Qui conllait la 'sc/me étroite de la M.Ison de la Pensée, rue de l'Elysée. le jugera peut-èlre bien am'oitieu . Et pourtant los plUs grande' innovatiON en matière d6 t.héâtre onL vu le jDur dal1- des Atl lout aussi modeste , sinon davllnt.ll&e. (Traduit de par Yvonne Desv;gnos) N wrnCjn a "lieu dall5 Ja It!lL'l ... J' .... li, $e voirnt n /usé UJI" cllamOI': rh<lld ut ,wlkI M llt CfImp.lel . .A. kI parte. 0 11 lit ces 111."'5 ; .: Client!!·, e/lni'ie J . Chlmene ou lu raldn d" vrll est IIne pièce de Janine BoWMoOU1\O \.ISe, mUe en IIt>$ntI par Clalide Lt SKI)i. 50US la dln'dlon amle.le de JulJ. n Bertheau SI Ion nit qlle Cfttl' Chi. mime ·otot IIY..II droit de Cocnellie n que Mml" BouiSSQun;mR • fottlt Ime t:omédfe. on Hyiner" ilia. Ptlno le Ion du spectacle. D e ' "x&Clement burletl, , que. comme tin dlllLlt du dhe,sepllttlWc eiokle de Uv=I ft Sfirr(l" tel. qlle C<lD,.rl,ht b7 Droit CI L/b rl; .1 EdWolII dt M/IIU/l, iCl1l1 dCDUa t.td'r I, Vlr;-lIe t rl"utl f t u nt d· ... Iltre...L ,"oeus - Qgl"nknds-tu par ; ne sut à rien? Quand on essaye .(If' peUt JIU avec moi, Je leur fais savoir qui je suis. 11 OU'PTtt 1110 bOuche pour parier et S'arrêta net. La pout.!! e . rd! Q' filoCC . u voI8 n . Il peta la main sur le l\anr:emnu l3e vll'* et emllil'llo,... - 0'- Vl\HU.· d rn"nrk·klle. li a.ll1'lmoblJ!.A, 11 1& 7ntait vibrer de fureur. Sans la rt'àfOer, Il IIlt ; _ U 1 .. un pcU pare. plu! lIa.:s eur la route. où oou PJUrnGu", dtj!unu au bord de l'nu. - M...I&.Ie n'-.j pu 1h'1, (l'ru, /lU bo:d de l'eau ! Je veux ... n tounu bclUqlOtCltn\ 111. uV' vcrs elle est 'se. paroles lombt:rt-nt. nntal\1,4lJI. -.Je: nt: CUlt pal rrtomm.tn«r-! Ça suHit malnt.cnant ! du-II d-un Ion pp"A!oP\olrt, rocUS pus!!; chez l\ll et de ce qu"ll en avait penN. - Ol'!r. cl lt-II. Elle I tourna vers lui, et lui. jeta un reiard ulç rt. Non, Il ne pouvaIt pas lui dire. Elle ne manqueraa JIll. cie ! e-rlUQutr parce qu11 n·éw.lt pas aUt': faire une al" 1\01 .. tolU CIlMer che:.: Pred, dès qu'il avait trouvt la ptntlJl!lle reLcl\lmlt(' ,III.mats elle ne comprendraIt pourquoI Il . talt au oontn.Jre rc nè.u ch e Flnk;el s eln. pour lui en parler, • luI. Et 1 U ne. pouv\!t lui C'KpUJtl.Ier. c'esJ. qu'iI ne Cllllltlrl:n. ll plus IUI-méme ce quI le J1Ifen.a l cfal, r CrIlRc hrm ' Il-Rider sa ca.uJlt: .Il})res de PTT'Ii MaiS c ·f't.11 la mèm chW qllfl de supplia l'hôtelier de: tW!:J1 VO\llalt I·admetlr . of't. ,no n éta it pas pJNlble : il n'fitalt t:ru ce Que san visaie pl'lv, lit lalrt cl'Oirf'. vol! lOut. _ Nous allons veil' s'lIs tnL des cla!Ull. Viens. dit-Il 11 savaIt q u'eUe en 1'!' ol all. _ M8l&, lU as horreur de ça, dit-cUe. _ Je If' deral manger. FOCUS Lés ateliers, .t la (nuche irise a vt.aql!P1.l!.C ' han l sur les pavéa. II'!I! ,1.lnn OCCUP.lllt de,. b-oe. .lllkq et lel.Jr {enétl' 5 co ppur d .. niu l e . 1 noi" Q.lI'\.w IUf :ea nlirches m ' de leur matlOtlt de bofs, le lIen çt: ru.aB de "" cl'eIHlSC'U1e d orn\ ni a1. l'tm l'l JIl d·un,· trhe le rr-3 t'fI 1 t Il r , Jt 0011 tranche de vic soulevt':e h !lot ..tu mmlde. De chaque 1:6 de la Pl q Ll1J. pa rxO ilrp il"nt. comm, n· calenl a IPI'&.r.l!lt.rc ,les m lIu_. .,. . II. ,JeuJ: Il,,., pul, dt'1I al br_ Iluts que qu 1i lIt!pa.eu non conrlru,tl-l - 1- a('l ,rO(; bal nl ,le cbez eu)(. I l •· • .rdta d.·vant un fl'U nw;;e. él ,ra H-S J:lm· 1)0 brtl:6,'s p3r le 601dl et n'marqua v ulo meru Que lc> Jour to:nbait. ::'>l"lj y",,); ét.aient sen;; ct e:l llatnlDU. _ Je crois bll n que notre jl1urnée Ole ba !in. dlt'II doucenlent. E1!e re;3J'da 1" ciel à travers la vitre el ne l é pondit rten, JI repartit devan, 1 .. signal d",venu vcrt. Tl cn va de m me p<)ur les pl"n onal; c Que Janine t:kluiuounou e a. Jepr is de Corne\lle. Lei tpoux C mpU. dor vivent dans un ('!tlt t au d e. Dmvince où Chimène l 'tnnuJe l Inour\.l'. RO'I rljtue. cet amant l lIl:'u ",. , dn. \'tnu uo exctlhlU mari. Hélas lU.·.· nru! .11 jlfdlol,ct e à: la botanloQ\lf" DIsn Dte!tlle,. en \·ielillma,.,t, ItfOt d e- ml ItADCbl'lnom1 IDfi'UPIKutalll.e Autre lfllveN ù" .Doon D 8ue : il court SIl!)& cel<SC'! les jupons. n r6clt autour des cuisinl"s et il ,. a dkuuVlU1., ... u ,"omeo! où cnmm'ne la p'ke, une ]lIQUalile brunette il l'oell noir fiul 3 dix-sellt ans et s'appd", Pfpi ta. Chim ne accueille II nouvd.'e liVe<: U/I grand u pu- de HoUstactJUII.. Enlln, il est arrive Que}rlll.e too.t· .. Mais e'e!t 114<1(fé/) n l un j<)ur b s1e. Uo v blteur dana[l e il sal r le Cid C.mpêador. C·est tlt1 hOfl'om •• t nla1llre. lu brjlf t omme. dIB ailes dit meulin, Don Quichottl" de (.a M&1Khe.. Ch,mène tombe Ir s vile allU)l.Ir UIltl «II Chc\'8I1er erflml. qu i .. n c on i\ beau_ coup d·embarras. De wn t:o ti_ Rodrieu

·.perçolt des chum ... d ...   ... I14_ Il
'cnsult Ull tnarlvau da e .. 1·l!IIpIl.Jnf)le

doit Je m'cn voudrtb de dëvolie-r les pérlpétlel!. Je dirai t'lLll emen! 9u'a la tIn, les époux Campéador dO!ll! amour Il été revigoré par ce lof'l' nl\'e:I. déci_ clenl, d'un commUl1 a"cord. " 'o\l\-rlr Ul1 commerce dc 'N'It el prU1le.u ra. .Jenine BoulUOllnOlUe ,ç. Mm dO'lIle pas eu d·aut.l." Imbilil:m gUI> cJ (lffrlr un diverU.men l "bls c'm dijk beaucoup \lu'elle y ait ril!,l""" . ç()mptet sur lu (I.iJI lb .peclu.c1n n elle_ ment divtTl.laants Que PitrL, "bU' ol_ rre u.ctudll'mul. L!I Jeune trouJlt'! de Point 5n : J:IIC(IUel inl" Zobler. Il:l('hiird n .. y. Jean-Pierre Vaiuer. LC Rivière. ne. joue /l\.et: beaucoup d'I"ntrain et de flnl"li:!e. Match' TchëcoslovaqYië-B·ùrgari. Le Ilfld lD\Ir[lol .de5 \·Wlod..l..... il. Budal'lf-st. tn aCCIl rRnt l'aetlUlltf, • qg.lq1l4l I"'f./ lePlt cc "rand m.tch. il. 1'.JTiêtll'l'l.n. DOn:t f c.r elt n'Nt VU toUs lH Jwr. fLua Wl m.c:rl:lde ft.

heC"t' a l·or:r,II..IL(1n de .ulvre -cJ.co.

Ir.DIU mal.l:hc. LnIe.matiOf\'Illl: I " " (1'1 1I' 10IOr... 5111\· ... JIlIT WIll !oWa n.oll\tlraLl.J«; .. n pr-tJtace, d.e Ilf1tnblen d .. dl!\l..S. )'l ,,, QU8'U r flnetlntr.- , nnt1'f' !lCMC fotuur'u d,.. 10 jOlleu.rl Il\Tl!. Ten' de IICl III"bre1Jlal f*rtlotI de bltw.. elas&f'. C"Mt flIl.a.lr.ml!nt la TWI!'OII)SIO'l'aqul. !Jill Nmp('ll:1.ol111 "lI:'totre r-r 2l\. 1 2 pL' a U 1'2. Au premltr tour. 1_ ICIDN tot o a .1 Hl faveur des T"'",,1Iot1. LAI "I lI\. trne IQ" \' Il \la illqllallrl' il nOU:V81l, mlli par .II 1/2 pa ... 11 Au -UOIrsJ a'te. ma1cla tlul. 30 • 30 14 d nl:\tfOf' IQW (on ct .. 1. IUPJ'till..Ur des 'kh quel "U \In. fIoOU"ellt vloctt>\re d1! Il (1 1. Void IIl1e M' "An,u )0\1«:' !lU dw. ,.Ien. tcl! iQ oil't_ N" 36, - Défens. Nim&QwÎtch Riehl er 'h"1"0" (Tehèt:odovllquie) IBulCIlrM) 1. d4, CU: 2. (i. t,: J, C.3, fb1 ; 4. é3. Q-G; , "'3. U • • . (""fU' Ul 1, "G. TéS: 8. c,a. PlfSl l, h , oH: 10. rUCbd •. \N'CHlIo IIr lfuOM 10 .. , ete: .lUi ... j de II bot e l 1=. ,.... "tH}1" h.n11l4l1l .. m'lit ... c •• · Ua4u:an' II\! pwa faJbL. ir 0;4 ) Il. IS! 'i n , ,.n. ('rI: U. H. çI.: H h l, 1ht1: ,Un • .Js.n errnni!'1 15. Dd2. t'h3; Ifl. 'l'fll, C,,6: 1'.'11. t' C : U. F1"3! j We:na,.;ull li. F:'lfti, iXlCi: 20. Ch5. Cd7. 2:1 . DM. eIC ... l la ... Dd. ,Gu 18.. Cd7, 1.. Cf , 2<1_ J' IlS! ayec une aUIQue Ailsnante. n I!IlIt ",l,Irht4.lX de cN,.la1\>r con1l'Dt:n1 le j C" det nrH" s·écl'lM.l!et mlUOlllflllnU Iii, ( .... J)et

o. 11,.111, Dee: (Ou 20 ... 9:d ; '1 DM,

OlS; n C';'II: rll . lv i de mil  :U. "a, nd,: U. h. . o c,: 3. CI8+  ! noin ob"n"'",nlt1l\. Solution du Nu 28 L. . ·O;\'1'AI :\.fl • rl'h • )14. L 1:4 . It : 1. 1 t • Rd$; 3. c·H . ReS: 4. d-f nl»; . t4 _ Rao'; ... . l. Sîmpk, al'l\IJ!.nt rt deUcteux' Lt 'oni de la flJU\e fI.il1klnI:I1t!. Il' fU'Ul/:r1!n, en IÙpor,,_ , duunu. etr.mJfft. P.rIOII. U II('ntaU l:ü mofl aux W:vrra du !!!,Ota qw M dupupJtn sans llVOI He prononce,. Il lM Ile dl'çldalt P<ls il hll l'aCQIlI"r ce QIII était RrJ lvp. ch c lui. Cela ,MllIleralt leurs )nurnées. cela se glisserait enue eul!, .nVt.nJm ant teur.s nuHII 11 avait souhaite in"lI1<.Jr.;r •• ec eUe lfr:le vIe nouv lte . et voilà que ceci. il nouveau, ntCIL1aJt dl! &out IUCMr. MaLI une cho c a.u moins HaU c l.lll' cr -qui. m.hlte.tn.n'. l'I"nfermait dans ce silenCl!. c' lt 1. ' açoll tlO l:lt. m;!.l gl'i! ... fu:eur. elle avait adopt

 po.lnt dt vue de I lel r . l'vur elle. il ne s·a,nssaJ. 'lUe

rI'ft lllbltr 1.I.n Ilrnblgu\té INn Idf'lltlUS. ::I.prÎ's Quoi ils pourru ent, d'un eoeur léger, _!Mllr de leur eéjour iJ, l'hôtel pé .. - cI .. nt III k-encl. Il ne savait lomment lui formuler ·.ue J'maLI; phI ... lui ne se· entjn.lt en paiX dans cet· hôtel. Il

ne: ,.noLt çomment lui liIoI comprendre qur. jamaiS il ne

r.ualt ten r dO pe-au llodn" 1.IIl hÔtelier ou qui que ce soit qul11 IUjen, aryet)a Il ,,'arrlvalt pas il. analv ('r re sentlfr. flnt, M.l1! ce era lt quelque cho!e cornille me;ldiEf. comme II! IOIJmet1re .. une Inspection. et. FXJur cc "este. pour unr. tlf,loIIt>, 1·.aJr autour d'e\lx do(I'temkalt hostile et pend8nt 10lIl' le 1VI'f' k-tnd. Il lu! faudrait montrer qu'au fond Il dait un . arçoll bien. nUa l·d'oC"Ç ... Ge sourire cn s igne de pardon ct lui dflcUN. lA m.aln '·n dt'sccndant de voiture. Sans se pres!oer. ill lon" erent la r:ve t1lsolc1llél et s'assirent à une t.able ronde

au milieu d'une OU"erture d'oil émergeait un vaste praraIlQl.

Elle contempla le fleuve miroitant. Il déplaça lieèrement le paraSllI . t; ol)s,-Ut'llé s·a .. çentuah rapidement. Un vil Lésl!" d·ttre rentré lUi fit p reMer le pIed sur ralXél ê h. ur ... être,},. la. mil ison, l ongea'HI, ;nec It's I\! mlêre a a"nle!s. dan .. il' calme ct p3rml les l'hases f.1mj!lcl·es. V',lcI deu); tYI"!S ,on

 ra nd'; tenue qu i lHIVf'rscnt en couru1 , Ull pe.it groupe

d" gens qui Btnenl {'n rev n:lnl d ... 't; !J,, ; un h','atml" de nllûte tallle pousse une "oiture d'enilln! en Lril.1nnnt un p,·th .h ! Tl qui r isl e en de rapan sur son IIrrlé,c-\raln : dfux m;lrchant1s de glace f:lll.sant tintl"r I ur!'! )"oI:titcl;t ciochetlf's a 'l,de u de boiles blan,-he:! ... N\O'rs CROI -:: Il q\ltUa la I1Io'Jt.e tandis qU'a;l7,musSIIlcot les chaleu dl! btlii du pAlU domaine el lit ha lte au bord (\(0 l'nu. A CllI.Iq"U(' m .... "'_ Ge4 rolJel; .".nt.. le nl'I.I CIlfj'lMtt k pll1'r du r:lngt D anfl.a Je mol.e\l!' C& \1.1 1Jr! oPUrftI!ft1 un lnatant • éeoU\.u Je eJlpoUa de l'e.u IiUr 1tJ; nd!ef\1. Il _ Vlurna 'l'ns tll , consrct.-nt Clu'f'lloe fi ait. toujou:- f hl'I! BU" ..... It. les deux m.a}t\a U,lelDtnl C7VIltes .!our loe'J ienO!lll, Pf,tlr..-ltre ftra l 1I mieux dCl hll parler de ce qUi Il' Il! - 100- 'Un sen'eur vlni prcndre les ordres. _ Mat4mC prendra des e:am . dit Newman. Le s('rveut demanda cc que prcndl'3.it monsieur. Il ouvrll it la .bouehe pour dire qU'il Ille prendrait rl , lorsque 50n regard tomba sur l e vIsage du serveur Un l'ague souvrnlr lui revint a re prit. et il réaliu que les Julf. ne mangent pas cie clams. __ Voyons ... Jr. Crois Que je vais cn pr ndrc aussI. dlt-I\. Le "CJ,'C'ur s· l oigna. Elle le dévisageait et il l'tendu r,m;orr. le bl'as t manipula le manche ripais dU ps.rasol. en{on llnt ses ong les dans le bois tendre. _ Nous aUons faire d lm-tmn' et e);plorer la l'oute 8'.lr quelqul" kilomètres. Il y il. ,urement un autre hôte!. dI \-tI tra.nquillr.ment, Elit ICljule5ÇR. cn .."Igne d'aCCOI'd p3.rfait. CKAPITRE XIV It y Il des . «.J k:s obje-t.;; le:; 11111.\ familiers stmbLe.nt lhllnC:t r d,.. cDl11ilUn el 1l1isx'r vers le fanlalll\que t l · p ore. li 1. cddltt de " lll<1er du ti!a.1'II 1.· l' IeUI: fallboura hMhliwWJ d LOD' .l1Jand City qu'lia ""VHN\elll tb ran· Ifllnt • une btul't peu avaoc e d, II) suivante .lama:. t!!I,'l."" 1 tÙIl'il "'-" rI'e que fant 4t' 1.','6 ma lll;l06 et.alc-nt 1 t,"U et cond unn.t . ; ni ecUe fumée qui lan&it en u.&pens d3-Da I·al r. ni son r< Il,t sous I('S r2JOdll liu sol"ll f"ouch.llnl qUl L... falS:ti<::nt n l rOlt.et sur le pare-b r1l,C comme de la r t!.. - 101- 1\ !t'onCa le sourcil, I(C rap]lelant h, clI.rrousel, I S e:l'g"lleJl blancs et de coul .. ur, les eygne Jaunes allant Il';.tvnnl en a.lrlèl , cl en·deuol,1l!'. dam le wl, , e irol\d m" nl Il1fel n;!.I ... Les l'éve\'b 1"e S ;i'éeiairl-l"Cnt d'un lI!u.l t. La. il lliL M lntenant Il fa1.salt nUIt.' Il alluma '\I flhllrl Il tOI/ma A dI'Jilc dans unI! petj'fI i 1,1" 'J:'n)js blocs pll1 loin, el. n elall t h .... z :ui. ::il'!:'; pha:'e blll.)':lient de- ("haQ:.Je e6tê 1,. troUo"'\rs \lé '· rts. _ :KIlt ftl un mO<lvemellt 11 entr ndil nit.ser M":s bas rOllune el lç de er()I "lt ses Jambes _ Qunnd Frt..t va à la. cha:s. ...... , ii (·mm'::ne EI le !:aN un hUlel qudque pari " Jeney. Pourquoi n'I"Slial'I"-lu pas d'avOir l'adrQ/Qll'! ? Nous pourrions pcut-etle y a llcr. On n'ttall pa.l trop ITIII:. IlOurta.nt, dam c t hôt .... L JJ ('.T)ma. ; _ Bon. _ Tu ne le fera! pas. _ M l, .1. d il'U .sans conviftion.. n . It .. la bauleur de son bloc IO:"'fqu'l.! . PtJ" 1 Mme i'lep:tw ttul. re tue de Sil. robe blll:1c a..m.H .. .M '· .... tMlt devant le blIUlr dont les vilreA n't UI"n, paa _lair4e.1. IDaguin élaU toujOU ' 1I oo\'l'r l le (l.m.I.Dch 4{1).r. _102 - • Problème n, 13 1101lIl011lll""MEI11 1. a· . ........ "un 'PO rUM _ 1 ..... tu. d'ull c_ lI<ro"' ''i . oO lflIl Ill' ""0011".', .. 0 '.... ). Pt", ;t .. . ... . . .. " .... u,t "'&-.11"" "". alLA,... IU" .... e. ' O.", id l .0· ... "'JI _ 'f ...... _ .- ...... ., • • U II.., '" a .... II:I... U\'Irt.t e. !"'/. _, III al ""·t .... II. , ·In I . It,.. ... ". " •. \0. .. U .. 1 _ .. (liIlt'.• , .. d' t .. llll 'Ill 4':11 Il '- _ .... ... IltoTa.U ." ;4118.1" "."_" •• V(RT1C:Atl:.MINT 1 lh", ,. d "" ... !,..., - Il .. " " " ... I \ ..... _ Il! h,_ rOi 4"' 0'1" 11 4. m. . l\ " " ._, J' , > ' wC" r. _ v t " ( • "h ' l " /'ft ... " - n.

lfinn. ""n",.  h .... ,"" .... -

'l- I Ltfl 1 _ 1I1 "Orl.« M" He.'. _ IX C-opM \1 ),. • ro..r 1oI  :u.. l'fi, _ J: b. ,...., M... . ,. Ul : .. ""'!ld <MI., :. Il 1 Solution du probr me n. 12 H6 1lIIC))f1'A UIol.CNI . 1 tlCh l.. A Ll-, _ 1 :010 ,'UIFtlll - l t:'I'I ,

t)L. pt 4 IInllC!ol.OOU*. _ • AN.

R' U '' 'l'or l 'rlll t> 1.ou. r. ft M'C'UifII - Il.. ,. - IG ""'JII.Ot:'UBIt .... fICAI.r:MUI' . L L-.cHA. . 'n:LI - Il OIRON ItJ;lP[ _ IIi. .liDo< ... 141 " - 1\' POtI1Q>!Oo' _ ", rvU:.I (H'Q \'1 \11.0," 1111 _ ru ralofl .lu. I ll u: C&AQB, _ U; .6UW IIlETT' _ li- .... , ... ... A NOS ABONNES (! u , do' \10' . m l donl 1',./".,,, ... nu:nt u t lH a np,r.",," ftOft,r.1l1 • n.a a., un hnPfI.' r.1l11ua. l. d un • l'ut, .ol larif d·a' .,'.uI,"I.L f t. d·.uln p, .. t , uni! 'ormul 41e ma.da&.

.rt" .. ,n."l .lil II" ttl41t1 leut adm",

et 1. IIlllt Il'pIo t.lloa dt leur . .... n men" '.

Notes

<references />

Format JPEG