Droit et Liberté n°195 - décembre 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°195 (299) de décembre 1960
    • Oui ou non ? (référendum) par Albert Levy page1
    • Les prix littéraires: un lauréat ancien nazi, une lauréate qui traite de poux les enfants du ghetto par Pierre Paraf page1
    • Européens sans spécialité par oncle Tom page2
    • Entre des intellectuels du bassin méditerranéen un dialogue original s'est ouvert à Florence: interview de Jacques Berque page3
    • Lettre d'un algérien page3
    • Hans Globke: criminel de guerre n°101: révélations de P.A. Lentin page4
    • Le procès Eichmann sera-t-il marqué par une nouvelle vague d'antisémitisme page4
    • Unanimité contre le racisme: Henri Faure, Alain Resnais, Marguerite Duras, Jean Dresch, Henri Sinjon, Claude Gaudez, Pierre Delon page7
    • Les douze signatures de Fourmies page8
    • Ecrit pour les jeunes par Me Jean Schapira
    • Ilya Ehrenbourg: préface au journal d'Anne Franck page9
    • Brillant succés du gala du M.R.A.P. page10
    • Après sa démission du jury Fémina, Béatrice Beck nous dit page11
    • Un peintre revient du Ghana: Hélène Hygreckos par Henry Bulawko page11
    • A la découverte de l'homme: Voyages d'hier et d'aujourd'hui: un entretien avec Alain Gheerbrant page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 195 (299) - DECEMBRE 1960 0,75 NF OUI ou NON' ? UN Mouvement comme le nôtre, même s'il a pour règle d'or d'écarter les discussions et les divisions politiques, ne peut se désintéresser du drame algérien. Mieux: s'il ne s'en préoccupait pas, il faillirait gravement à sa mission, car le racisme a une part importante dans les origines, le déroulement et les conséquences de ce douloureux conflit, qui vient d'entrer dans sa septième année. 12 PAGES Ils 'RIX lll I I RAIRIS • Un lauréat anci•e n nazI• • Une lauréate qui Iraite de '·pOUA" les enfants du ghetto ... LA fin de l'automne amène chaque année Dour les écrivains de France la distribution des lauriers. Le je me garderais d'en entretenir nos amis de Droit et Liberté. Mais ce sont les principes mêmes de Pierre PARAF. (Suite page 11) • • DIN' tE NIIMEIlD ': .. TROIS INTERVIEWS EXCLUSIVES : • L'ex pl orateur écr ivain Alain GHEERBRANT (page 12). • Jacques BERQUE, professeur au Collège de F rance (page 3). Be,ntrix BECK, dém issionna i re du Jury Fémina (page 11 ). lIya EHREN80URG : Préface au Journa l d'Anne Frank (page 9). • . P. A. LENTIN : Le crimi nel de guerre nO 101 , Hans Globke (pages 4 et 5). • Jean SCHAPIRA : Ecr it pour les jeunes. (page 8), ... Et les décla ration de personnalités diverses à l'occasion de la nouvelle année (page 7). Ce racisme, il se manifeste journellement dans certaines mesures de guerre (représailles et contrôles collectifs, camps de regroupement, etc ... ) qui visent les Algériens musulmans dans leur ensem· ble, considérés comme suspects en t an t que tels; ou encore dans les discriminations et les brimades dont sont victimes les travailleurs algériens vivant en France. traités en parias à raison de leur seule origine, de leur « faciès »; enfin. dans les préjugés, les incompréhensions, les haines, dans ce climat inhumain, en un mot, que toute guerre - et celle-cl particulièrement - engendre. Prix Goncourt, le Prix Fémina viennent en tète. En dehors du prestige attaché à ces deux récompenses (le premier a couronné entre beaucoup d'écrivains illustres Henri Barbusse et Marcel Proust), chacun d'entre eu?C représente aujourd'hui, pour une moyenne de cent mille ou deux cent mille exemplaires vendus, des droits d'auteur se montant il vingt ou trente mill ions d'anciens francs. QUESTiON RAciALE/ANNÉE ZÉRO ... MAIS le drame algérien, sans parler de l'hémorragie de sang et de . biens dont il est cause, doit retenir notre attention sur un autre plan encore. Depuis le 13 mai, les tenants du fascime ne cessent de marquer des points: non pas qu'ils gagnent les faveurs de l'opinion, mais parce que la guerre est pour eux l'état le plus favorable. Loin d'établir un équilibre entre deux (' meutes» opposées, le Pouvoir fait deux poids deux mesures, selon qU'il s'agit des factieux - qui sont quelques poignées - ou des partisans de la paix qui repr ésentent l'immense majorité du pays. Les uns, au milieu du procès qui leur est intenté, sont libérés avec éclat comme (Suite page 3.) Albert LEVY. Il est rare que le choix des jurys ne soit vivement discuté. Edouard Bourdet dans sa célèbre comédie Vient de Pa-raÎ.tre avait spirituellement dénoncé les manoeu vres mondaine~ et publicitaires auxquelles se livrent aux heures décisives éditeurs, parrains et marraines des candidats. La désignation d'André Schwarz-Bal·t comme lauréat du Goncourt 19.19 avait été l'une des seules à réaliser l'unanimité. Le Dernier des Justes, pour sa valeur humaine plus encore que pour sa valeur littéraire. avait emporté tous les suffrages. Un tel prix apparai~sait à la conscience française C0111me une protestation et comme une revanche. SI les deux Prix Goncourt et Fémina de 1960 ne méritaient la critique que sur le plan de l'écrivain, il s'agirait là d'un domaine purement subjectif où nous avons les uns et les autres des réactions souvent contradictoires et JJ Droit et Liberté" et le M. R. A. P. DIENTUT DANS DE NOUVEAUX LOCAUX Une souscription de 3 D'ANNEE en année, de mois en mois, l' influence du M.R.A.P. et le rayonnement de « Droit et Liberté » ne cessent de grandir. Dans les milieux les plus divers, à Paris comme en province et à l'étranger, les échos de notre action suscitent des dévouements nouveaux. En 1960, le M.R.A.P. a - soutenu et développé une ardente campagne de meetings et de protestation contre la vogue de croix gammées au début de l'année. - organ isé le Colloque des e nse igna nts e t éducate urs contre le racisme, ré uni à la Sorbonne à Paris. - déce rné le Prix de la Frate rnité à miJions est ouverte M. Jules Isaac en présence de plusieurs centaines de personnalités éminentes de toutes op'inions et de tous milieux. organisé la grandiose Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix au Palais de l'Unesco, à laquelle participèrent 1.500 délégués et invités_ (Voir suite page S.l Ma?tiage , a ,I, ,\~( ':f UN chanteur épouse une actrice de cinéma. Rien de plus banal, et pour les gens normaux, cela fait tout au plus, un couple de plus sur la terre. Mais Sammy Davis est noir, et May Britt une blonde Suédoise. Horreur ! Ce mariage a lieu aux Etats-Unis sous les yeux du Ku Klux Klan : effrayant cauchemar ! Alors, les racistes entrent en transes. Ils hurlent à la mort. Et leurs vociférations retentissent jusqu'à Londres où le chanteur noir est l'objet d'une violente manifestation de fascistes qui l'insultent, brisent les vitrës de sa voiture et font brailler leurs hauts-parleurs : « Sammy, retourne dans ton arbre ! » Qui est Sammy Davis ? Il se définit lui-même : « Je suis noir, juif et borgne », dit-il. (Suite page 2.) ,W/ .\(// ,,\V'// .\\'1 ~/ ,\V/ \tI- .\Y/ ~ ~ .~ \ 1/ ~V.v ,Vp ,\YI ,\V/ ,\V/, ,\1 ,\V/I' ,W/ Ce dessin de Jean Effel illustrait le program111e du qala antiraciste or:qanisé par le M.R.A.P. , le dima- nche 20 novembre. La foule qui emplissait la salle Plevel accueillit chaleureusement les qrandes vedettes de la scène et de l'éc1'On qui mlaient apporté leur concours à cette belle soirée. De 'l/ombreuses perso1Hwlités étaiellt présel/tes. (Voir notre compte rendu ell page JO.) Droit et Liberté pftésetde à .ses /.ecl:ew".s .ses ~ r- -- il Il l ' -- - -- - .. _-~- ,-- 2 qUE Européen sans spécialité - Bonjour M'sieur, je viens pour l'annonce. - Quelle annonce? - Celle que vous avez fait paraître, le 1" décembre, dans Le Parisien Libéré, et réservant des emplois aux Européens, sans spécialité. - Ah! oui. Je regrette mais c' es. complet. Laissez votre adresse. on vous écrira ... - C'est que je suis assez pressé. Et puis, je crois répondre pleinement aux exigences de votre annonce ... .... cut • . et au ... .... .. • " , ', Ba.rblzon IS,·et·M, ). .lln 'o.e., ser. rllt nla.Se pro - ... : S;u Dufour. 143. ad Cbanzy. J •. , • l't- MONTREUIL (Selae) 3 .. 11. J'pec~ 17·68. emeot , Parl6 BON SALAIRE PLUII irt!MBI offert. par FEMMES 18 ... ~ . aD' pAr G M. M FEN SE - Si vous avez des titres particu- rocl1.. HOM MES JUSQU'A lO ANS pOUt l Hers à faire valoir, je vous écoute. Mo Ma - Eh bien, je suis né à Nuremberg, après l'autre guerre. Très t'ôt, parmi la jeunesse locale, j'ai acquis la fierté d'être Européen. Par la suite, je me suis efforcé de faire partager cette con· viction à travers l'Europe même. Mais, pour construire cette Europe miliénaire, mes amis et moi avons été con· traints de démolir quelque peu l'ancienne, je l'avoue. Bref, nous n'avons pas été suivis ... Nullement découragé, je n'ai pas hésité, alors, à porter mes .8, POS· 17, ruprodull ., •• ~ .an. ape. .rClalla Clame lUV&l\ .. emportlr. m.I, FE ft Impor . renouvelable KIEN A VENDRE OQ, N~' ActlVlt& agr~~bl •• Bn. pré.enta.- bur • . I!}er. liOn. B ... nlé, 8' pré. SODEP. OUM' Post ~ rUe A -CrOQuette. Charenton. 110 • ttra.. Ecolee, de 10 ... 12 Il. 30 et de F' -:-;-;; If Il SO a 17 Il, eau! umeoll ··'J"RE-MER OUre POlltld'emplol - Lu dans le « Parisien Libéré » (1·12-1960) sentiments européens à travers le monde, et par le canal de Suez et celui de la Légion Et.rangère, jusqu'en Corée et en Indochine. Toujours rebuté, je me suis rabattu sur l'Afrique, où j'ai échoué à Tamanrasset, ville européenne - à ce qu'on m'avait dit - aussi bien que Dunkerque. - Et ensuite? - Ensuite, j'ai fini par me rendre compte que j'avais fait beaucoup de chcmin pour une idée de l'Europe qui, elle, n'avançait pas. J 'allais céder au découragement, quand je suis tombé sur votre annonce demandant des Euro· p2pns seulement, et sans spécialité. C'était ma chance. Même si je devais borner ma qualité d'Européen à l'échelle du commerce, mais après tant de déboires ... Enfin, monsieur le chef du personnel, vous conviendrez, à travers mon curriculum vitre, qu'Européen comme personne, je n'ai guère eu le loisir d'acquérir une spécialité quelconque, si ce n'est de m'être spécialisé comme Européen ... - Evidemment. Aussi m'excusant de la modestie de l'emploi, eu égard à vos titres et qualités, je vous embauche tout de suite. Oncle TOM. mllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllili1111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ ETATS-UNIS • Maringe à Hollywood (SUITE DE LA PAGE 1) Trois handicaps pour un homme qui veut faire carrière à Hollywood. Mais son talent, et dit-on sa cranerie, renyersent toutes les barrières : à 34 ans, il « vaut » une fortune, et les portes des clubs les plus sélects s'ouvrent devant lui. Une seule chose lui est interdite : le Le Carnet de "D.l. " NOS DEUILS Nous avons apprIs avec Deaucoup ae peine, le décès de Mme LEVINE, épouse du président de la Société « Lodz », qui est l'un des fondateurs de notre Mouvement. Nous lui exprimons, ainsi qu'à toute sa famille, nos sincères condoléances. Notre ami Daniel Vidal, le dévoué se· crétaire du comité du M.R.A.P. de Clermont- Ferrand, a eu la douleur de perdre son frère, Joseph VIDAL. Nous lui exprimons ainsi qu'à toute sa famille notre fraternelle sympathie. DISTINCTION mariage avec une blanche. A cette porte là aussi Sammy décide de frapper. Et c'est la blonde Kim Novak qui le reçoit avec les roses de l'amour. Premier scandale. Premi ~ res luttes, premières défai· tes : Kim Novak, vaincue par les pressions et les arguments des hommes de la Columbia s'incline, l'idylle est rompue. Mais Davis rencontre May Britt. Et c'est le coup de foudre réciproque. Nouveau scandale, redoublement de menaces, dé· ferlement de haine. La XX, Century Fox casse le contrat à May Blitt. Peu lui im· porte, elle aime Sammy et le défend. A toutes les objurgations, elle répond simplement

« Sammy est un homme de

couleur ! Mais moi aussi : je suis blanche. » Il faut pourtant faire face à la meute déchainée. Un soir, quatre voyous habillés en S.S. vont pousser des hurlements devant Huttington Hastfore Theatre. Mals Sammy Davis et May Britt font face, avec courage, avec le sourire. Et la foule de leurs amis s'attaque si fort aux quatre nazis que la police doit les mettre en cellule pour leur éviter un mauvais sort. Aujourd'hui, ayant vaincu vents et marées, le chanteur noir et sa blonde épouse, unis par le rabbin, pour le meilleur et pour le pire, goûtent un bonheur chèrement acquis. De·ci de-là, monte encore un cri de haine poussé par un raciste qui dévore sa défaite. Mais Sammy et May disent : « Nous sommes heureux, nous aurons beaucoup d'enfants » ... • Le feu aux écoles? La Nouvelle Orléans vient d'être le théâtre de violentes manifestations qui '-- PASSE.T.IL ? nous rappellent douloureusement les san· glantes journées de Little Rock, présentes dans toutes les mémoires. Vers la mi-novembre, deux écoles ouvrirent pour la première fois leurs portes à quatre petites filles noires qui, sagement, prirent place à leurs bancs. Pour les protéger, des cordons de police avaient été établis autour cles bâtiments scolaires. Alors un ouragan cie haines souffla. Tandis que les croix enflammées des lyncheurs de nègres font leur apparition, les vaillants « croisés » de la race blanche clescendent dans les rues, insultant, provoquant, frappant tous ceux que la nature a fait noirs. Des jeunes gens - des blancs - envahissent l'Hôtel cie Ville en scandant : « Nous ne voulons pas être intégrés », cependant que devant l'école élémentaire où l'une des quatre fillettes a été admise, une centaine d'excités accueillent par des huées la petite écolière. Cette noble bravoure répétée en clifférents endroits, partout provoque des bagarres. Pour réduire les fauteurs cie trouble au silence, les pompiers mettent leurs lances en action, et la police procède à 2.S0 arrestations. Mais curieuses coïncidence, la plupart des personnes arrêtées sont... cles noirs. - Après la bataille on releva les victimes; parmi elles se trouvait une petite fille de six ans lâchement assassinée d'un c9upe de poignard. Deux autres noirs ont subi le même sort. Mais un fait demeure acquis : les enfants noirs ont gagné leur bataille; une cie plus. Cela ne saurait faire plaisir à tout le monde, et les boute-feu racistes sont déchaînés. L'un d'entre eux, un certaine James Venable, dirigeant du K.K.K. à Atlanta, vient cie prendre la parole au cours d'une réunion. Il affirme oue « la seule solution à la question de l'intégration scolaire dans les écoles américaines, consisterait à fermer ces établissements, ou à y mettre le feu ». M,ais les choses ont changé en Amérique. C'est un signe des temps, que les deux candidats à la présidence, Nixon et Kennedy aient inscrit à leur programme électoral le problème d'intégration raciale qui, nous disent de nombreux observateurs, sera un test pour l'autorité du président élu. JUSTICE • L/ entant de Saint-Quentin Nos lecteurs se rappellent l'affaire de ce gosse de 6 ans, le petit Henri J acoubot, placé dans un réfrigérateur par un boucher cie Saint-Quentin, aill.é par ses commis, en novembre 19.58, au motif que l'enfant était juif, et de surcroît « polak ». Notre Mouvement, dès l'origine de cette pénible affaire avait dénoncé le boucher antisémite et ses complices. Nous avions chargé notre ami Me Manville, avocat à la Cour, membre du Bureau National, de soutenir les intérêts de la famille Jacoubot. Malheureusement, dès le début, les pouvoirs publics ont cherché à minimiser l'affaire, presque, pourrait-on dire, à l'étouffer. Cependant, le commis boucher, qui servit de bouc-émissaire, fut renvoyé devant le Tribunal de simple police, ce qui était un comble, vu la gravité des faits. Il fut condamné à une simple contravention, tandis que le boucher lui-même, Jandrain, n'était même pas inculpé, ce qui provoqua l'appel de la famille Jacoubot. C'est une amie de notre Mouvement, M' Catherine Ammar, ex-déportée de la Résistance, officier de la Légion d'Honmmr, qui a obtenu pour 1960 le Premier Prix du Palais Littéraire pour la Meilleure Nouvelle. Nous lui adressons nos vives félicitations. EXPOSITION « Le Syndicalisie Forain nous écrit ..• ~ Du 3 au 18 décembre se tient à la Galerk Zak, 16 rue de l'Abbaye (place SaintGermain- des-Prés), une exposition de notre ami AdJen. Il présente une série de toiles sur l'Ile-de-France, le Limousin et la Côte d'Azur. Nous &vons relevé dans notre dernier numéro un article du « Syndicaliste Forain » qui, parmi les forains installés de· puis la Libération citait « un contingent important d'étrangers proscrits dans leur pays d'origine par les événements politi· Pour l'acquisition et l'aménagement des nouveaux locaux de « Droit et Liberté» et du M.R.A. P., la somme de Nom .. Adresse • souscris Adresser ce formulaire et les dons à « Droit et Libarté », 15, Faubourg Mont· martre, Paris (lX' ). C.C.P. 6070-98 Par is. ques, et aussi des émigrants volontaires acceptés en France, pays traditionnellement hospitalier, sans limitation de nombre, et soi-disant venus pour y travailler manuellement et que l 'on vit, passé le dé· lai réglementaire de cinq années de présence, installés commerçants tantôt en bouti· que, mais le plus souvent sur les mar· chés ». Cette phrase, dans la situation présente, nous a paru de nature à entretenir une certaine xénophobie, que d'aucuns s'em· ploient à provoquer dans le milieu petit commerçant. L'auteur de cet article, M. A. Cansi, nous adresse une longue lettre, affirmant que notre interprétation était « à contre· sens » Et que ni son journal, ni l'organisa· tion dont il est le porte-parole n'admettent le racisme et la :;..énophobie. Nous lui don· nons acte de cette rectification. Il faut reconnaître pourtant que cette phrase, même dans son contexte, prêtait, à ,.."nTl1~;nn --- -~-- - La Cour d'Amiens, le 15 mars 1960, devait à son tour, malheureusement, suivre cette même orientation, tendant à considérer la scandaleuse attitude du boucher comme un geste bénin. Le commis boucher Therouanne fut cependant condamné, mais trop légèrement selon nous, et selon surtout la partie civile, qui fit un pourvoi en Cassation. La Cour suprême vient de rendre sa décision qui confirme la thèse de la victime, en reconnaissant que l'attitude du boucher méritait une sanction beaucoup plus sévère, puisque constituant un délit de coups à enfant, mais elle rejette cependant le pourvoi comme irrecevable pour des moyens de forme qui font apparaître l'indifférence sinon la carence du Ministère public qui ne jugea pas opportun de s'émouvoir de la légèreté de l'inculpation. L'affaire Jacoubot n'est pas finie, car la Cour d'Appel aura à examiner encore cette affaire sur le plan des intérêts civils. Mais, de toute manière, l'affaire Jacoubot ne sera pas finie tant que les racistes et les antisémites ne seront pas réduits à l'impuissance, tant que, en France et ailleurs, des hommes seront victimes de h:,ur originè ou de leur religion. Notre Mouvement, qui a pris dès sa naissance, l'engagement d'honneur de dénoncer partout les méfaits de cette plaie honteuse de notre civilisation, le racisme, continuera de mener le combat pour la fraternité entre les hommes et l'égalité des peuples. U.R.S.S. • Africains à Moscou Le 17 novembre, a été inaugurée à Moscou l' « Université de l'Amitié des Peuples », créée par le gouvernement soviétique à l'intention des étudiants des pays anciennement colonisés. Cinq cents jeunes gens appartenant à 59 pays d'Afrique, d'Asie ,et d'Amérique latine, SElf mêlaient aux jeunes Soviétiques qui, au nombre d'une soixantaine sont également inscrits à cette Université. Après les discours des recteurs des deux Universités de Moscou, du président de l'Université de Djakarta (Indonésie), du directeur de l'Université de Bombay, du directeur du Collège du Ghana, qoe présentèrent leurs voeux à la nouvelle institution, M . Khrouchtchev a prononcé une allocution accueillie par d'interminables ovations. CI Le gouvernement soviétique, a-t-il notamment déclaré, a créé, sur l'initiative de nos organisations sociales, cette (( Uni~ ·ersité de l'amité des peuples» pour aider les peuples qui se libèrent du joug coloDial à former les cadres nationaux indispensables... Le peuple soviétique comprend parfaitement que les peuples d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine veulent avoir leurs propres médecins, ingénieurs, professeurs, savants. D'aucuns prétendent voir dans cette initiative je ne sais quelle intrigue soviétique. Laissons ·les jaser ... Nous ne voulons imposer à personne notre idéologie... » Au moment précis où se tenait cette inauguration, et où l'D.N.U. commençait la discussion sur le projet de résolution soviétique demandant l'abolition totale du régime colonial, trois ancienli boursiers africains de ,l'Université de: Moscou ont rendu pUblique une « lettre ollverte }) adressée aux gouvernements d'Afrique, et qui constitue une violente (Voir suite page 3' ~------------------~ VITRIFICATION de parquets APPARTEMENTS PROPRIETES BUREAUX - MAGASINS POSE DE PARQUETS RABOTAGE PEINTURE - REVETEMENTS DE SOLS - Travaux exécutés par spécialistes Déplacement en Seine, Seine-et-Oise Sans majoration de prix Devis gratuit sans engagement BEMART 158, rue des Pyrénées - PARIS MEN 18-73 qUE SE PASSE.T.IL ? • 3 (Suite de la page 2.) diatribe contre l'U.R.S.S. Respectivement originaires du Nigéria, de l'Ouganda et du Togo, ces trois anciens étudiants, qui ne vivent plus en U.R.S.S., affirment y avoir été l'objet de calomnies et de discriminations. Ils prennent la défense d'un de leurs condisciples expulsés de Moscou pOUl' immoralité, accusation qu'ils déclarent calomnieuse, tout en précisant qu~ trois étudiants ont témoigné contre lui. Ils s'en prennent au « Comité de Solidarite afro-asiatique » et aux professeurs de l'Université qui traceraient « un tableau erroné de la situation en Afrique ». " A notre arrivée, beaucoup d'entre nous ont été somptueusement accueillis et fêtéb, écrivent-ils, au point que certains d'entrc nous ont été impressionnés » ; et ils critiquent " les échanges culturels, qui permettent aux communistes de faire de la pro!logande. )) Entre des intellectuels du bassin méditerranéen Un dialogue original s'est ouvert à Florence 1: n'est pas posslbie, d'apres ces attaques, dont l'aspect polémique est évident, d'évaluer la portée réelle des incidents qui peuvent les avoir suscitées. Cette affaire semble, en tout cas, revêtIr un caractères essentiellement individuel. « Le Monde », qui publie de longs extraits de la « lettre ouverte » souligne à ce sujet que " les tendances racistes sont à peu près inexistantes dans le peuple russe », et son correspondant à Moscou donne de multiples précisions sur « l'Umversité de l'amitié des peuples », qui contn, disent plusieurs des assertions des trois signataires. D'autre part, dans une réponse publiée dans la Komsomolskaya Pravda, un étudiant népalais de l'Université de Moscou, s'inscrit en faux contre les affirmations des trois anciens étudiants africains. " En U.R.S.S., écrit-il, il ne peut absolument pas être question d'une quelconque discrimination raciale. Lorsque les étudiants africains qui se sont laissé « attraper » par les persuasions américaines sauront ce que c'est que l'égalité des races à l\américaine, ils regretteront toute leur vic d'avoir quitté l'Union Soviétique. » Précisons que l' « Université de l'amitié des peuples », qui ne compte actuellement que 500 places, a reçu 43.000 demandes d'admission. LETTRE Récemment, s'est tenu, à Florence, un Colloque d'intellectue ls opportenont oux différents poys qui bordent 10 Méditerronée. Cette initiotive originale mérite l'attention de tous ceux qui entendent s'opposer au racisme . Pour la présenter à nos lecteurs, nous avons posé quelques questions à l'un des éminents participants de cette rencontre, M. Jacques BERQUE, professeur au Collège de Fronce. Voici ces questions et les réponses qu' il a bien voulu nous faire 1. Le C olloq~le de Florence, qni s'est tenn il y a q~telqHes semaines, et dont VOHS étiez l'un des participants, constittte une rencontre assez extraordinaire dans la période présente. Po7tvezVOltS préciser en quoi consistait son originalité '! Le Colloque de Florence est inséparable de la ville de Florence, et inconcevable sans Giorgio La Pira, qui en fut, et en reste, le principal organisateur. Dès sa première réunion, en 1958, est ressortie son orientation, qui est d'être, ou plutôt de devenir un joint-com111ittee d'intellectuels méditerranéens. Ces trois derniers termes constituent pour l'entreprise un véritable critère de réussite : saura-t-elle « conjoindre » (je ne dis pas « unir ») des intellectuels représentatifs de cette aire de civilisation ? 2. - Les questions débattues an C olloque ont-elles 1tn rapport avec les problèmes internationaux qui concernent les pays représentés à cette rencontre '! En fait, et surtout lors de notre première réunion, qui fut assez agitée, les problèmes politiques constituaient pour beaucoup la toile de fond. Ils animaient certains orateurs. Encore la dernière fois, il en a été ainsi, quoique de façon beaucoup plus réservée, trop réservée peutêtre. Mais, à mon sens, si les contradictions dont découle l'événement politique doivent être considérées et traitées par le Colloque dans son propre style, et à son propre niveau, il va sans dire Que l'événement en tant que tel et l'actualité directe doivent céder le pas aux réflexions de l'historien, du sociologue, du philosophe, enclins à penser « structure » plutôt qu' « accident ». Je ne suis pas sûr que les organisateurs aient eu dans l'esprit cette distinction- là. Mais le fait est qu'ils ont cru devoir, à la suite d'incidents qui s'étaient produits en 19,,8, écarter de ce Colloque, une délégation algérienne. Notre confrontation n'a donc pas été complète. Et d'ailleurs, beaucoup d'autres méditerranéens manquaient. C'est regrettable. ~ ' INTERVIEW DE Jacques BERQUE Professeur au COllege de Fr~ ,3. - Le Colloque et l'organisme qui le patronait se sont affirmés « méditerranéens ». Cette définition suppose-t-elle la constitution d'un « bloc », ctûturel Ott d'atttre nature, par opposition à d'autres parties du monde r Je vois dans la culture méditerranéenne, et dans l'humanité qu'elle touche, une personne ancienne et valable du monde présent et à venir. Cette personne doit se défendre des autres, certes, mais encore plus cI'elle-même. Bien plus, en s'affirmant personne, elle s'avère respectueuse des autres, et son affirmation clevient un facteur d'harmonie. A l'intérieur d'elIe- même, je pense qu'elle nous apporte, venu d'un passé très antique, mais revivifié à plusieurs époques de l'histoire, le message d'une authentique unité entre l'Orient et l'Occident, tous deux fils d'Héraclite. D'UN ALGERIEN Nous avons publié dans notre dernier numéro une importante étude de M'Armand Dymenstajn sur les brimades administratives dont sont victimes les Algériens vivant en France. C'est sous un angle différent qU'est analysée la condition des Algériens dans la lettre émouvante que nous reprodu isons ci-dessous : Eclair» prescrit à son personnel de n'lltiliser le mot « abattu » que pour les animmu et les arbres. Il considère donc les Algériens comme des êtres humains. N'est-ce pas pour faire échec attX adversaires de l'integration véritable, celle des « Nous n'acceptons pas de fleurs coeltrs '! des Algériens» m'a répondtl ce matin la concierge à laquelle i'offrais tm bouquet de fleurs en récompense de la régularité avec laquelle elle me remet le courrier. Excepté dans de rares milieux où je suis connu, je n'ai jamais eu l'impression d'être accepté en France. Je vis à Paris depuis tm an. A « Paris, la ville qui chante» pour reprendre le vers d'un Poète kabyle. Que de dérision renferment ces mots pour un Algérien ! Paris chante, c'est vrai, mais p01tr qui r Je vois toujours venir avec beattcoup d'appréhension le aimanche, car ce jourlà, Paris est un banquet où ie ne peux pas être convive. Je promène parfois mon teint bronzé et mes cheveux frisés dans la ville joyeuse, dans ses rues « st~réclairées » la mtit, obsédé par cette confidence d'tm jeune ouvrier algérien.' « le dimanche, il m'arrive d'aller trois fois au cinéma, tout seul, tellement ie m'ennuie l. Avant de venir en France, je m'entendais dire .' « tu verras le Français de France, le vrai Français ! ». En débarquant à Marseille par un matin ensoleillé de septembre je voyais se réaliser l'un de mes rêves. La vallée du Rhône et sa verdure, les paysages harmonieux, les longues routes droites, ombragées et le champagne offert par la famille qui m'hébergea à Chaqny me firent entrevoir ttn séjour heureu.'t' en France. Deux iours après, ie demandais mon chemin à· une jeune femme à Lille.' elle prit la fuite sans répondre. L'entrée des bals n'est pas interdite aux Algériens, mais il m'est arrivé de Passer plusieurs hettres dans les bals, à Paris ou dans le Nord, sans pouvoir danser ttne seule fois. Un soir i'allais tenter ma chance à Courtrai, en Belgique.' pas une danse ne me fut refusée. Il serait injttste de dire que t01~S les Français sont racistes. Certaines familles m'ont reçu comme si j'étais l'tin des leurs. Mais au milieu de la foule, je me sens indésirable. En .qénéral, le racisme ft' est pas apparent. On le reconnaît à cette impression de solitude qu'on ressent même dans les rttes les plus animées, à un re.qard ou à l'absence de re.qard. Les yetl% qu'on regarde ont l'air de miroirs ternis. Mais parfois, ce matin par exemple, il se découvre dans toute sa laideur et on se sent repoussé même par les objets inanimés. Je n'ai pas été victime de maladresses administratives. Je suis logé décemment et, si ie devais subir des tentations. ce seraient plutôt celles de l'aismlce. Je suis relativement familiarisé m'ec la langue et les moettrs fran çaises. Je n'en suis pas pour autant à l'abri du racisme. Faut-il donc admettre le dicton q1Û affirme .' « l'Arabe est t01tjours un Arabe. fût-il le colonel Bell Daolld » '! Atlra-t-il touiours raison ce compatriote qui me disait en Ic)S2 : « avec les Français tu n'auras droit ql/'aH mépris ou à la haine » .p Le malaise de l'Algérien eH France provient en réalité dtt fait qu'on ne le considère ni Français, ni étranger. En effet. leauel d'entre nous n'a-t-il Pas provoqué l'étonnement de son itl terloClüeur fran çais attauel il répond .' « je suis français» '! On soutient qu' ontre-mer l'Européen est raciste parce ml'il est en minorité. Comment exPliauer alors le comportement de certains métroPolitains '! Faut-il incriminer les « légendes i'mportées snr les Nord-Africains» '! Il me semble aue l'une des crr.uses du racisme est le stvle de certains iournaux qui titrent en gra"s caractères « Un N ordAfricain » a commis ttne ag'ression , 011 quelo.He autre viol"ëir.ce. N'étant pas statisticien.. i'irmore si la proportion des méfaits imputables aux « N ord-Afn'cains » est supérieur à la mo,'enne de ceux commis Par d'au.tres citoyens. Ouand même elle le serait. cel.a ne s'ei:pliollerait-il pa.ç par les conditions dans le.çql1elles s'est dérrmLPe l'enfance du couPable ou par ses conaitions de vie actuelles .[1 La lecture de certains iOU.Y11Olt% risaue de donner à tout Algérien tm complexe de wThl1bilifé et dresse le Français contre l'Algérien. Il est patent que ces iournaux « savent ce au'ils font ». On serait donc ten té de croire au'ils OElwrent pour l'Imification de l'Afrique du Nord. A notre éPoque de .aranrls enembles, cette entreprise n'est pas blâmnble. One dire. en outre. rf e l'emPloi rlu terme « abatltt » pour dire qu'un Algérien a été tué '! Le rédacteur en chef de « Nord- Dans tm récent article du, « Monde » sur ces problèmes, M. Pierre Renier met l'accent sur des nécessités d'ordre économique /Jour inciter le Français n plus de compréhension envers les Algériens. Ne serait-il pas plus conforme aux idées progressistes du XX· siècle d'écrire .' « le temps dtt racisme est révolu ; il n'y a pas de différences fondamentales entre les hommes quelle que soit la couleur de leur peau et le lien de leur naissance

il est temps de constrttÎre 1tne humanité

fraternelle ». « Tout cela demandera du temps et beattcOttP de bonne volonté », concltlt M. Pierre Renier. Hélas! De nos iours, l'Histoire n'attend pas ! OUI ou (Suite de la première page.) si l'on s'excusait d'avoir gêné pour un t~mps leurs activités criminelles. AtLX autres vont les coups de matraques et les insultes. Les déportés se voient interdire leur cortège de protestation contre l'installation de bases allemandes en France; mais les nervis de « Jeune Nation » et de l' « Action Française », peuvent, sans être inquiétés, descendre les ChampsElysées en hurlant leurs slogans haineux. On voit tenir le haut du pavé des hummes connus pour leurs positions racistes, des fascistes avérés, qui ne sont forts que de l'impunité dont ils bénéficient et de la publicité qui entoure le moindre de leurs propos. Ils ne peuvent poursuivre leurs complots contre la démocratie et contre la palx que dans la mesure où l'autodétermination, reconnue nécessaire, n'est pas loyalement et rapidement appliquée. UNE négociation avec ceux contre qui l'on se bat, dans la clarté et la dignité, offrant toutes les garanties réciproques d'une réelle et sincère consultation des Algériens (sans préjuger de leur choix) aurait d'emblée l'approbation enthousiaste du pays. Outre qu'elle couperait court aux espoirs des racistes et de~ factieux, elle replacerait la France dans le courant de l'histoire et lui permettrait de retrouver la confiance et l'amitié de tous les peuples. De multiples façons, la volonté de l'opinion s'est exprimée dans ce sens, de la 4. - Estime::-'voltS que les conflits existant dans le bassin méditerranéen (en particulier le drame algérien et l'opposition israélo-arabe) soient dans une certaine mesure conditionnés par les préjugés racistes' C'est presque toute l'histoire du monde qui, de proche en proche, se rattache aux tensions ethniques. Mais réciproquement, on peut dire que le racisme, aujourd'hui, tient surtout à des situations sociales et historiques. Le Sud méditerranéen, dans sa phase présente, connait, dans une certaine mesure un rajustement de ces situations : il s'expose donc à des tensions ethniques d'un type nouveau

entre Français et Algériens par

exemple, ou entre Arabes et Tuifs. Mais entendons-nous bien, il s'agit là du résultat très médiat de procédures historiques

affaire d'Algérie, affaire de Palestine

par exemple. L'origine· du mal étant historique, le remède l'est aussi.

. - Pensez-vous que le Colloque

puisse contribtter efficacement sur le plan de l'opinion publique et pas seulement des spécialistes, à combattre les préiu. qés racistes, à favoriser la compréhension entre les pettples ou les communautés en conflit r Quels moyens envisaqezvous personnellement à cet effet .P . Le Colloque méditerranéen, je l'ai dit cie sa trihune, doit traiter ces tensions par ce Que j'a ppellerai une médecine du dépassement. C'est-à-dire qu'il ne doit pas prétendre résoudre des débats trop actuels, et encore moins tenter entre les p.a!'tie~ des conciliations que Sartre quah fleralt « de mauvaise foi ». Mais il doit transcender le débat et respectant les positions des uns et d~s s'utres prouver Qu'à un certain niveau de pe~sée et de sérénité la Méditerranée existe. Elle est. Etre, c'est plus que faire. JI fallait sur ce point dissiper tout malentendu. Il .est regrettable que le dialogue de haute humanité auquel ont simultanément, encore que c~acun de son côté, participé des congressIstes a rabes, comme Adli Andraos, Georges Hénein d'une part, et d'autre part un professeur israélien comme Martin Buber, aient été interprétés de façon tendancieuse, comme une sort~ de .compromission mutuelle. aussitôt explOItable contre certains des intéressés. Il est aussi regrettable que quelques gestes de basse propagande se soient g-li ssés dans le Collogue... . 6. - Ol/clles rnn.clusiOl/ç tire::-vo'lts dH C ollnrl1fe .P Quelle peltt être .a, Portée '! Quelle seronl ses suites '! D'autres initiati7' es de même inspiration sont-elles envisagées .P Le !:pmède aux erreurs oue ie sig'nalais, réside : a) clans le choix cles nartenaires

seuls doivent p1rticippr - à ce

!!pnre de réunion des intellectuels capable~ de dépassement : et il résicle. non mOl11s dans b) le choix des su i et s. oui doivent rompre tout lien suspect avec la nropaQ'ande ou le renseiQ'nement. Un débat ainsi organisé, rejetant toute omission pudiaue et ne visant nulle compromission. contribuerait. ie pense. très efficacement. en profondeur. à la promotion cie l'homme mé(liten-anéen. NON ~ • grève unanime du 1" février aux manifestations du 27 octobre; tout récemment encore l'épiscopat et les dirigeants du protestantisme s'en sont faits l'écho ; les n 'présentants les plus éminents de la culture française ont pris position sans ambages. Cette volonté étant si évidente, et St claire la voie de la paix, on peut se demander s'il était besoin d'organiser un référendum, et si celui-ci permettra de faire apparaître vra.iment l'état d'esprit dt' la Nation. A l'neure où nous mettons sous presse, le texte du projet de loi soumis à l'approbation des électeurs vient d'être publié. Apporte-t-il la perspective d'un cessezle- feu? Un statut octroyé de l'extérieur à un peuple qui se bat pour avoir le droit de choisir son propre destin, est-ce cela l' autodétermination? N'est-il pas à craindre, une fois encore, que la magie de.,; formules ne suffise pas à modifier leS dures réalités? Telles sont les véritables questions, et qui restent sans réponses positives. Car ce sont les citoyens que l'on appelle aux urnes, qui, eux, seraient en dJ'Olt de demander à ceux de qui dépend l'avenir : oui ou non, voulez-vous faire la paix? Quoi qu'il en soit, les antiracistes poursuivront la lutte de toutes leurs forces, avec l'ensemble des démocrates, pour une solution pacifique, par la négociation, d'un drame auquel il est grand temps de mettre fin. qUE SE PASSE.T.IL ? • 3 (Suite de la page 2.) diatribe contre l'U.R.S.S. Respectivement originaires du Nigéria, de l'Ouganda et du Togo, ces trois anciens étudiants, qui ne vivent plus en U.R.S.S., affirment y avoir été l'objet de calomnies et de discriminations. Ils prennent la défense d'un de leurs condisciples expulsés de Moscou pour immoralité, accusation qu'ils déclarent calomnieuse, tout en précisant que trois étudiants ont témoigné contre lui. Ils s'en prennent au « Comité de Solidarite afro-asiatique » et aux professeurs de l'Université qui traceraient « un tableau erroné de la situation en Afrique ». « A notre arrivée, beaucoup d'entre nous ont été somptueusement accueillis et fêté!, écrivent-ils, au point que certains d'entre nous ont été impressionnés » ; et ils critiquent « les échanges culturels, qui permettent aux communistes de faire dt' la propogande. )) Entre des intellectuels du bassin méditerranéen Un dialogue original s'est ouvert à Florence 1: n'est pas posslbie, à'apres ces attaqu. es, dont l'aspect polémique est évident, d'évaluer la portée réelle des incidents qui peuvent les avoir suscitées. Cette affaire semble, en tout cas, revêtir un caractères essentiellement individuel. « Le Monde », qui publie de longs extraits de la « lettre ouverte » souligne à ce sujet que « les tendances racistes sont à peu près inexistantes dans le peuple russe », et son correspondant à Moscou donne de multiples précisions sur « l 'Umversité de l'amitié des peuples », qui contrEdisent plusieurs des assertions des trois signataires. D'autre part, dans une réponse publ1ée d3ns la Komsomolskaya Pravda, un étudiant népalais de l'Université de Moscou, s'inscrit en faux contre les affirmations des trois anciens étudiants africains. « En U.R.S.S., écrit-il, il ne peut absolument pas être question d'une quelconque discrimination raciale. Lorsque les étudiants africains qui sc sont laissé « attraper » par les persuasions américaines sauront ce que c'est que l'égalité des races à l\américaine, ils regretteront toute leur vic d'avoir quitté l'Union Soviétique. » Précisons que l' « Université de l'amitié des peuples », qui ne compte actuellement que 500 places, a reçu 43.000 demandes d'admission. LETTRE Récemment, s'est tenu, à Florence, un Colloque d'intellectuels appartenant aux différents pays qui bordent la Méditerranée. Cette initiative originale mérite l'attention de tous ceux qui entendent s'opposer au racisme. Pour la présenter à nos lecteurs, nous avons posé quelques questions à l'un des éminents participants de cette rencontre, M. Jacques BERQUE, professeur au Collège de France. Voici ces questions et les réponses qu'il a bien voulu nous faire - 1. Le Colloque de Florence, qai s'est tenu il y a quelques semaines, et dont vous étiez l'tm des partl:cipants, constittte une rencontre assez extraordinaire dans la période présente. Pottvezvous préciser en quoi consistait son originalité ? Le Colloque de Florence est inséparable de la ville de Florence, et inconcevable sans Giorgio La Pira, qui en fut, et en reste, le principal organisateur. Dès sa première réunion, en 19S8, est ressortie son orientation, qui est d'être, ou plutôt de devenir un joint-committee d'intellectuels méditerranéens. Ces trois derniers termes constituent pour l'entreprise un véritable critère de réussite : saura-t-elle « conjoindre » (je ne dis pas « unir ») des intellectuels représentatifs de cette aire de civilisation ? 2. - Les questions débattues an Colloque ont-elles un rapport avec les problèmes internationaux qui concernent les pays représentés à cette rencontre r En fait, et surtout lors de notre première réunion, qui fut assez agitée, les problèmes politiques constituaient pour beaucoup la toile de fond. Ils animaient certains orateurs. Encore la dernière fois, il en a été ainsi, quoique de façon beaucoup plus réservée, trop réservée peutêtre. Mais, à mon sens, si les contradictions dont découle l'événement politique doivent être considérées et traitées par le Colloque dans son prop're style, et à son propre niveau, il va sans dire Que l'événement en tant que tel et l'actualité directe doivent céder le pas aux réflexions de l'historien, du sociologue, du philosophe, enclins à penser « structure » plutôt qu' « accident ». Je ne suis pas sûr que les organisateurs aient eu dans l'esprit cette distinction- là. Mais le fait est qu'ils ont cru devoir, à la suite d'incidents qui s'étaient produits en 19.'i8, écarter de ce Colloque, une délégation algérienne. Notre confrontation n'a donc pas été complète. Et d'ailleurs, beaucoup d'autres méditerranéens manquaient. C'est regrettable. ~ ' INTERVIEW DE Jacques BERQUE professeur au COllege de Fr~ .3. - Le Colloque et l'organisme qui le patronait se sont affirmés « méditerranéens ». Cette définition Sttppose-t-elle la constitution d'un « bloc », culturel ott d'atûre nature, par opposition à d'atttres parties dtt monde r Je vois dans la culture méditerranéenne, et dans l'humanité qu'elle touche, une personne ancienne et valable du monde présent et à venir. Cette personne doit se défendre des autres, certes, mais encore plus d'elle-même. Bien plus, en s'affirmant personne, elle s'avère respectueuse des autres, et son affirmation devient un facteur d'harmonie. A l'intérieur d'elIe- même, je pense qu'elle nous apporte, venu d'un passé très antique, mais revivifié à plusieurs époques de l'histoire, le message d'une authentique unité entre l'Orient et l'Occident, tous deux fils d'Héraclite. D'UN ALGERIEN Nous avons publié dans notre dernier numéro une importante étude de M'Armand Dymenstajn sur les brimades administratives dont sont victimes les Algériens vivant en France. C'est sous un angle différent qU 'est analysée la condition des Algériens dans la lettre émouvante que nous reprodu isons ci-dessous : Eclair» prescrit à son personnel de n'tttiliser le mot « abattu » que pour les animaux et les arbres. Il considère donc les Algériens comme des êtres hwrnains. N'est-ce pas pour faire échec aux adversaires de l'integration véritable, celle des coeurs r //N 0US n'acceptons pas de fleurs " des Algériens» m'a répondtt ce matin la concierge à laquelle j'offrais un bouquet de flettrs en récompense de la régularité avec laqueUe elle me remet le courrier. Excepté dans de rares milieux où je suis connu, je n'ai jamais eu l'impression d'être accePté en France. Je vis à Paris depuis ttn an. A « Paris, la ville qui chante» pour reprendre le vers d'un Poète kabyle. Que de dérision renferment ces mots pour un Algérien ! Paris chante, c'est vrai, mais POftr qui r Je vois toujottrs venir avec beaucoup d'appréhension le aimanche, car ce jottrld, Paris est un banquet où je ne peux pas être convive. Je promène parfois mon teint bronzé et mes cheveux frisés dans la ville joyeuse, dans ses rues « sttréclairées » la mtit, obsédé par cette confidence d'ttn jeune ouvrier algérien.' « le dimanche, il m'arrive d'aller trois fois au cinéma, tout seul, tellement je m'ennuie ~. Avant de venir en France, je m'entendais dire .' « tu verras le Français de France, le vrai Français ! ». En débarquant à Marseille par tm matin ensoleillé de septembre je voyais se réaliser l'un de mes rêves. La vallée dtl Rhône et sa verdure, les paysaqes karmonieftx, les longues routes droites, ombragées et le champagne offert par la famille qui m'hébergea à Chaqny me firent entrevoir 1tn séjour heureu."r en France. Deux iottrs après, ie demandais mon chemin à une jeune femme à Lille .' elle prit la fuite sans répondre. L'entrée des bals n'est pas interdite attx Algériens, mais il m'est arrivé de Passer plusieurs heures dans les bals à Paris ou dans le Nord, sans pouvoir d~nser tme seule fois. Un soir j'allais tenter ma chance à Courtrai, en Belgique .' pas une danse ne me f!û reftlsée. Il serait injuste de dire que tous les Français sont racistes. Certaines familles m'ont reçu comme si j'étais l'un des leurs. Mais au miliett de la foule, je me sells indésirable. En .qénéral, le racisme n'est pas apparent. On le reconnaît à cette impression de solitude qu'on ressent même dans les rues les plus animées, à lm re.qard ou à l'absence de regard. Les yeux qu'on regarde ont l'air de miroirs ternis. Mais parfois, ce matin par exemple, il se décmtvre dans tmtte sa laidettr et on se sent repoussé même par -les objets inanimés. Je n'ai Pas été victime de maladresses administratives. Je suis logé décemment et, si ie devais subir des tentations. ce seraient pltdôt celles de l'aisance. Je .mis relativement familiarisé avec la langue et les moeurs fran çaises. Je n'en suis pas pour mtfant à l'abri dit racisme. Fmtt-il donc admettre le dicton qui affirme .' « l'Arabe est tottjours ~tn Arabe. fût-il le colonel Ben Daoud » r Attra-t-il tOIl.1oltrs raison ce compatriote qui me disait en 19 .~2 : « avec les Français tu n'auras droit qn'an mépris ou à la haine » r Le malaise de l'Algérien en France provient en réalité du fait qu'on ne le considère ni Français, ni étranger, En effet, leouel d'entre nous n'a-t-il Pas provoqué l'étonnement de son interlocuteur français auouel il répond .' « ie suis français ~ r On sOlttient qll'onlre-1Her l'E1tropéen est raciste parce mt'il est en minorité. Comment expliquer alors le comPortement de certaitlS 1/1étroPolitains r Faut-il incriminer les « légendes importées mr les Nord-Africains » r Il me semble oue l'une des causes dtt racis'HI_e est le stvle de certains iournaux qui titrent en g·rds caractères (( Un N ordAfricain » a commis fltle agression, ml quelaue antre viole1!ce. N'étant pas statisticien, i'iano·re si la proportion des méfaits imputables altx « Nord-Africains » est supérieur à la movenne de ceux commis Par d'autres citoyens. Ouand même elle le serait. ('da ne s'e'r blia1lI?rait-il pas par les conditions dans le.çquelles s'est déralllPe l'enfance du couPable ou par ses conaitions de vie actuelles .p La lecture de certains iournaux risque de dOtmer à tout Algérien lm complexe de C1Jl.fnbilifé et dresse le Français contre l'Algérien. Il est patent que ces iournawr « savent ce au'ils font ». On serait donc tenté de croire au'ils oeuvrent pour l'unification de l'A friQue du Nord. A notre éPoque de .qrands ençembles, cette entreprise n'est pas blâmable. Que dire. en outre. de l'emPloi du terme « abattu» pour dire qu'tm Algérien a été tué r Le rédacteur en chef de « Nord- Dans lm récent article du « Monde » sur ces problèmes, M. Pierre Renier met l'accent sur des nécessités d'ordre économique pOI~r inciter le Françai.ç n "'lIS de compréhension envers les Al.qériens. Ne serait-il pas plus conforme aux idées progressistes du XX· siècle d'écrire .' « le temps du racisme est révolu ; il n'y a pas de différences fondamentales entre les hommes Quelle que soit la couleur de leur peau et le lien de leur naissance

il est temps de construire une hlt'

Inanité fraternelle ». « TOIt! cela demande'ra dit temps et beaucouP de bonne volonté », conclut M. Pierre Renier. Hélas ! De nos jours, l'Histoire n'attend pas ! OUI ou (Suite de la première page.) si l'on s'excusait d'avoir gêné pour un t':!mps leurs activités criminelles. AtLX autres vont les coups de matraques et les insultes. Les déportés se voient interdire leur cortège de protestation contre l'installation de bases allemandes en France; mais les nervis de « Jeune Nation » et de l' « Action Française », peuvent, sans être inquiétés, descendre les ChampsElysées en hurlant leurs slogans haineux. On voit tenir le haut du pavé des hommes connus pour leurs positions l'acistes, des fascistes avérés, qui ne sont fcrts que de l'impunité dont ils bénéficient et de la publicité qui entoure le moindre de leurs propos. Ils ne peuvent poursuivre leurs complots contre la démocratie et contre la paiX que dans la mesure où l'autodétermination, reconnue nécessaire, n'est pas loyalement et rapidement appliquée. UNE négociation avec ceux contre qui l'on se bat, dans la clarté et la dignité, offrant toutes les garanties réciproques d'une réelle et sincère consultation des Algériens (sans préjuger de leur choix) aurait d'emblée l'approbation enthousiaste du pays. Outre qu'elle couperait court aux espoirs des racistes et de ~ factieux, elle replacerait la France dans le courant de l'histoire et lui permettrait de retrouver la confiance et l'amitié de tous les peuples. De multiples façons, la volonté de l'opinion s'est exprimée dans ce sens, de la 4. - Estime:::-volts qne les contl'its existant dans le bassin méditerranéen (en particulier le drame algérien et l'opposition israélo-arabe) soient dans une certaine mesure conditionnés par les préjugés racistes' C'est presque toute l'histoire du monde qui, de proche en proche, se rattache aux tensions ethniques. Mais réciproquement, on peut dire que le racisme, aujourd'hui, tient surtout à des situations sociales et historiques. Le Sud méditerranéen, dans sa phase présente, connaît dans une certaine mesure un rajustement de ces situations : il s'expose donc à des tensions ethniques d'un type nouveau

entre Français et Algériens par

exemple, ou entre Arabes et Tuifs. Mais entendons-nous bien, il s'agit là du résultat très médiat de procédures historiques

affaire d'Algérie, affaire de Palestine

par exemple. L'origine' du mal étant historique, le remède l'est aussi. s. - Pensez-vous que le Colloque puùse contribuer efficacement sur le plan de l'opinion p1tbliQue et pas seule~ ent des s,Pécialistes, à .combattre les pré- 1u.qés ractstes, a favonser la compréhension entre les peuples ou les comtmtnautés en conflit r Quels moyens envisaqezvous personnellement à cet effet.'i' . Le Colloque méditerranéen, je l'ai dit de sa trihune, doit traiter ces tensions par ce que j'appellerai une médecine du dépassement. C'est-à-dire qu'il ne doit pas prétendre résoudre des débats trop actuels, et encore moins tenter entl'e les p.a:tie~ des conciliations que Sartre qualifIeraIt « de mauvaise foi ». Mais il doit transcender le débat et respectant les positions des uns et d~s s'utres prouver Qu'à un certain niveau de pe~sée et de sérénité la Méditerranée existe. Elle est. Etre, c'est plus que faire. Il fallait sur ce point dissiper tout malentendu. Il .est regrettable que le dialogue de haute humanité auquel ont simultanément, encore que ch.acun de son côté, participé des congressIstes arabes, comme Adli Andraos, Georges H énein d'une part, et d'autre part un professeur israélien comme Martin Buber, aient été interprétés de façon tendancieuse, comme une sort~ de .compromission mutuelle. aussitôt explOItable contre certains des intéressés. Il est aussi regl'ettable que quelques gestes de basse propagande se soient glissés dans le Colloque... . 6. - Ol/cllps rrmclllsiol/s tire:::-vous dtl C olloalle ? Quelle peut être .a portée r Quelle seronl ses snltes r D'autres initiati7' es de même illspiration sont-elles envisagées .p Le !:,pmède aux erreurs oue ie sig·nalais, réside : a) dans le choix des nartenaires

seuls doivent p;lrticippr - à ce

!!pnre de réunion des intellectuels capables de dépassement : et il réside non moins dans b) le choix des sujet~. oui doivent rompre tout lien suspect avec la nropa!!'ande ou le rensei!!'nement. Un débat ainsi organisé, rejetant toute omission pudique pt ne visant nulle compromission, contribuerait. ie pense. très efficacempnt. en profondeur, à la promotion de l'homme méditerranéeTl. NON ., • grève unanime du 1" février aux manifestations du 27 octobre; tout récemment encore l'épiscopat et les dirigeants du protestantisme s'en sont faits l'écho ; les n présentants les plus éminents de la culture française ont pris position sans ambages. Cette volonté étant si évidente, et si. claire la voie de la paix, on peut se demander s'il était besoin d'organiser un référendum, et si celui-ci permettra de faire apparaître vraiment l'état d'esprit d-: la Nation. A l'neure où nous mettons sous presse, le texte du projet de loi soumis à l'approbRtion des électeurs vient d'être publié. Apporte-t-il la perspective d'un cessezle- feu? Un statut octroyé de l'extérieur à un peuple qui se bat pour avoir le droit de choisir son propre destin, est-ce cela l'autodétermination? N'est-il pas à craindre, une fois encore, que la magie de·., formules ne suffise pas à modifier It:s dures réalités? Telles sont les véritables questions, et qui restent sans réponses positives. Car ce sont les citoyens que l'on ap· pelle aux urnes, qui, eux, seraient en dJ'Olt de demander à ceux de qui dépend l'avenir : oui ou non, voulez-vous faire la paix? Quoi qu'il en soit, les antiracistes poursuivront la lutte de toutes leurs forces, avec l'ensemble des démocrates, pour une solution pacifique, par la négociation, d'un drame auquel il est grand temps de mettre fin. 4 'Hans GLOBKE C'EST en septembre 1945 que j'ai eu connaissance, pour la première fois, du nom et des activités de Globke. Chargé de mISSIOn au Ministère Public français près du Tribunal international des grands criminels de guerre, je venais d'être chargé par le Procureur Général de notre délégation et son adjoint, MM. de Menthon et Coste-Floret, de préparer plus spécialement, pour commencer, le dossier des crimes commis par les hitlériens lors de leur occupation en Alsace et en Lorraine. Une première enquête à Strasbourg m'amena à découvrir qu'au début 1944, le Reichsführer S.S. Himmler, trouvant encore incomplète la fusion dans le Reich de certains territoires comme les Pays-Bas et l'Alsace et la Lorraine avait désigné un haut fonctionnaire spécialement chargé « d'édicter toutes mesures nécessaires pOUl' leur incorporation définitive »_ Ce haut fonctionnaire, c'était Hans Globke. Je recherchai ce nom sur les listes - dont nous venions d'avoir communication - des criminels de guerre dressées par les différents gouvernements alliés, et je découvris que Globke figurait sur la liste américaine, au no lOI. Peu de temps après mon arrivée à Nuremberg, en octobre 1945, je profitai d'un entretien avec le Procureur Général américain Jackson pour évoquer le cas Glob· ke, qu'il connaissait assez bien puisqu'il n'eut pas besoin de faire appel à ses services pour me fournir les renseignement~ que je lui demandais. Il me dit que Globke était effectivement un haut fonctionnaire nazi fanatique, à qui Hitler avait conféré personnellement la « médaille de la fidélité ll, et que la délégation américaine en possédait les preuves formelles, puisqu'elle avait en sa possession certains documents comme le serment de Globke au Führer, enregistré le 27 août 1934, et une lettre adressée 4 ans plus tard (2 avril 1938) par le ministre de l'Intérieur, Frick, au délégué du Führer Rudolph Hess, pour appuyer une demande d'avancement dudit Globke. Il ajouta que Globke et l'ex-secrétaire d'Etat Stuckart étaient les principaux auteurs des lois racistes de Nuremberg, que les -deux hommes se trouvaient actuellement en zone américaine « sous bonne garde ll, et qu'ils seraient jugés parmi les premiers lors des procès ultérieurs au procés de Nuremberg (on n'avait pas encore décidé alors si les procès futurs seraient internationaux, au même titre que le grand procès, ou si chacun des occupants de l'Allemagne organiserait dans sa zone ses propres procès - solution qui devait fina·· lement être retenue). DE FRICK EN HIMMLER Ces informations venaient fort à point, puisque nous nous trouvions à peu de jours de l'ouverture du procès (20 octobre) et qu'à l'accusation, nous mettions à profit cette période pour interroger séparément et à tour de rôle, les 21 grands criminels de guerre. Dès le premier interrogatoire de Frick, j'ai demandé à l'ancien ministre de l'Intérieur de Hitler de me parler de Globke. Il me déclara que ce dernier, membre du Parti Catholique, du Il Zentrum Il, n'avait jamais été, avant la prise du pouvoir par Hitler, un militant du parti national-socialiste mais qu'en assurant la liaison entre ce parti et certains cercles du Il Zentrum Il qui sympathisaient avec les hitlériens, il avait rendu à la cause nationalsocialiste plus de services qu'un nazi patenté. Frick se flatta ensuite d'avoir largement récompensé ces services en poussant en avant le petit fonctionnaire ambitieux qu'on lui avait présenté en 1931 et auquel il fit faire, déclara-t-il, après la prise du pouvoir, une brillante carrière. Cette carrière est aujourd'hui bien connue. Rappelons-en tout de même les grandes dates. Le 28 juillet 1933, alors que le nazisme n'a même pas encore complètement triomphé, il rédige une Il directive sur les chan- Globke et Stuckart « doivent être consi· dérés comme officiels puisque leurs au· teurs ont du fait de leurs fonctions, col· laboré à leur rédaction ». Le juge Freis- 1er qui devait plus tard présider le sinistre Il tribunal du peuple » du Reich, en recommande par ailleurs la lecture à tous les magistrats. Chargé en mars 1938, après l'Anschluss, de la « mise au point de la législation sur la citoyenneté en Autriche occupée ,., Globke mérite très vite, par son zèle, la Il médaille du 13 mars 1938 Il qui lui est bientôt conférée. L'introduction par ses soins des Il lois de Nuremberg Il en Autriche, provoquera l'expulsion des 147.000 personnes d'origine juive' et, plus tard. l'extermination de 40.000 juifs autrichiens. Le 25 avril 1938, Frick intervient personnellement, et par écrit, auprès de Hess, pour faire nommer Globke, ce « fonction· naire capable et assidu », « loyal JO, « ar· dent et zélé au service » . (sic) au poste de « conseiller ministériel ». Révélations de P. A. LENTIN Ancien chargé de mission du Ministère Public Français au Tribunal international de Nuremberg gements de nom Il, d'inspiration antisémite, qui servira plus tard de base à la rédaction - par ses soins - des deux principales lois nazies en la matière : la loi sur l'état civil du 3-11-1937 et la loi sur la modification des noms et prénoms du 5- 11·1938 (cf le Il Bulletin des Lois Il déposé par l'accusation au procès de Nuremberg, avec la référence du tome l, page 1146 pour le premier texte, et du tome 1 page 1246 pour lA second). Globke prend ensuite une part décisive à la rédaction des lois racistes de Nuremberg et notamment à la « loi pour la protection du sang allemand et de l'honneur allemand» «( Gesetz zum Schutze des deutschen Blutes und der deutschen Ehre ll, 15 septembre 1935), et la « loi pour la protection de la pureté de l'hérédité du peuple allemand» «( Gesetz zum Schutze der Erbgesundheit des deutschen Volkes Il, 18 octobre 1935). Le commentaire officiel que Globke, à la même date, donne de ces lois en dégage d'une manière très claire l'inspiration fondamentale, et par exemple dans cette phrase initiale: « Le juif !'Ost un corps étranger dans la communauté des peuples eu· ropéens... C'est pourquoi il doit être éliminé de cette communauté ». En deux endroits au moins d'ailleurs, le commentaire, loin d'atténuer, tend à rendre plus rigoureuses pour les juifs les dispOSitions mêmes de la loi, et on peut faire la même remarque à propos de deux autres commentaires officiels de Globke, le « commentaire sur la notion de l'erreur en ma· tière de mariage » et le « commentaire sur l'application du Concordat de 1933 en ma· tière de mariage » (1) . Le 11 mars 1936, le Il Journal Officiel du Ministère de l'Intérieur Il écrit que les commentaires de En octobre 1945, je ne possédais pas le texte de cette lettre qui a été depuis retrouvée et publiée à Berlin-Est et dont le professeur Albert Norden a fait état, en juillet 1960, au cours d'une conférence de presse sur Il le dOSSier Globke Il, mais j'en connaissais l'existence par le prôcureur Jackson et je pus interroger Frick sur ses interventions en faveur de Globke. Il ne fit aucune difficulté pour reconnaître, non seulement qu'il avait écrit à Hess en faveur de Globke, mais que, deux mois plus tard il avait réitéré ses démarches en allant voir personnellement le gauleiter Axmann, chef d'état-major de Hess, et aussi Goering, si bien que l'affaire « était montée jusqu'au Führer lui·même », et que Globke avait obtenu rapidement la « promotion exceptionnelle » réclamée pour lui. Frick ne se souvenait plus de la date exacte de cette seconde intervention. mais il put nous dire que Globke était déjà « conseiller ministériel Il lorsqu'il rédigea « l'ordonnance sur l'Obligation pour les juifs de porter un deuxième pré· nom » et « l'ordonnance sur l'obligation pour les juifs de faire apposer la lettre J sur leurs passeports et carte d'identi· té » (2). Le procès Eichmann sera-t-il marqué par une ({ nouvelle vague » d'antisémitisme 'l C'Elst Eln tout cas au titre de Il Conseiller ministériel » - Frick, questionné sur ce point, s'en déclara absolument certain - que Globke se rendit à Prague, aprèS l'annexion des Sudètes, et conclut en novAmbre 1938, avec les nouvelles autorités tchécoslovaques, au nom du gouvernement du Reich, l'accord qui préluda à l'expulsion de tous les juifs et de près de 400.000 Tchèques de ces territoires. Après l'occupation de toute la TchéCOSlovaquie par la Wehrmacht, Globke, comme il l'avait fait après l'occupation de l'Autriche, rédige les textes étendant à ce nouveau pays conquis les Il lois de Nuremberg Il (ordonnance du 27 décembre 1939). Entre temps, il s'est rendu - toujours dans les fourgons de la Wehrmacht - dans la ville de Memel (Klopeida) arrachée par Hitler à la Lithuanie, car c'est lui qu'un ordre spécial de Hitler (29 juin 1939) a désigné pour « exercer les fonctions de représentant plénipotentiaire chargé de mener avec le gouvernement lithuanien les pourparlers sur les questions de nationalité découlant du passage de la région de Me· mel sous la souveraineté allemande ». C'est le 6 mors prochain que commen· cera le procès d'Eichmann annonce-t-on officiellement en Israël. L'acte d'accusation, que rédige M. Hausner, procureur général, sera prêt en janvier. Cependant, les documents accusateurs continuent d'affluer. Certains ont été découverts dans les archives du ministère nazi des Affaires Etrangères saisies par les EtatsUnis et la Grande-Bretagn·e. L'Union des Combattants Antifascistes de Tchécoslovaquie a fait savoir qu'Eichmann était directement responsable du meurtre de 180.000 juifs de ce pays. Les autorités yougoslaves et polonaises ont également décidé de fournir au gouvernement israé lien toute la documentation en leur possession sur les crimes d'Eichmann.

    • *

Comme nous l'avons indiqué dans notre dernier numéro, l'internationale nazie se prépare, elle , aussi, au procès. Sur l'inïtiative de Léon Degrelle, qui a trouvé refuge en Espagne, une réunion d'an· ciens chefs nazis aurait lieu prochainement, à Malmoe, en Suède. Son but serait de déclencher à travers le monde, au moment du procès Eichmann, une « NOUVELLE VAGUE D'ANTISEMI· TISME », selon les méthodes expérimentées ou début de 1960 lors de la campagne des croix gammées. UN HOMME SENSIBLE .•• La revue américaine « Life » a commencé la publication des mémoires d'Eichmann, qui auraient été dictées par lui en· tre 1955 et 1960 au journaliste allemand Wilhelm Stassen. Eichmann s'y présente comme « d'un naturel sen.sible » et nie sa responsabilité dons l'extermination des juifs. « Je n'aï personnellement jamais rien eu à faire di· rectement avec les chambres a gaz, dé· dare.t-il, bien que je sois allé nombre de fois à Auschwitz. Il y .régnait une odeur bien déplaisante ». « Un jour, explique-t-il encore, je trans· mis l'ordre d'extermination d'un quart de million de juifs polonais ». Mois il affirme ne plus se souvenir exactement s'il avait reçu cet ordre ou s'il l'avait rédigé lui-même, ajoutant : « Pour nous, un ordre était un ordre. Si j'avais saboté l'ordre du Führer du Reïch allemand, Adolf Hitler, j'aurais été non seulement une canaille, mais encore un cochon méprisable ». Le Dr Servatius, avocat d'Eichmann a nié avec force l'authenticité de ces « Mémoires », dont le style, pourtant, semble assez bien correspondre à ce que l'on sQit de l'homme. Lorsque Frick, lors de l'interrogatoire d'octobre 1945, m'eût présenté cet aperçu édifiant sur la personnalité de son subordonné Globke. je lui Dosai la question qui, personnellement, m'intéressait au premier chef : le rôle de Globke dans la législation et l'administration en Alsace et en Lorraine en 1944. Il répondit qu'il n'était pas en mesure de me fournir une réponse. En effet, expliqua-t-il, il avait, en tant que ministre de l'Intérieur, contresigné un décret du 29 janvier plaçant Globke - par ailleurs libéré de toute obligation militaire afin de se consacrer à cette tâche - à la tête de différents services d'organisation juridique et administrative des protectorats et provinces de l'Est. Frick ajouta que Globke avait cessé alors d'être sous ses ordres pour passer sous la coupe de Himmler, et qu'à partir de cette date (novembre 1940) il n'avait plus jamais eu aucun contact avec lui. J'eus la conviction qu'il mentait effrontément, mais je ne pus pas lui tirer un mot de plus, et j'arrêtai là mes questions. UN PROJET ',GLOBKE-STUCKART DE DEPEÇAGE DE LA FRANCE J:abandonnai donc la piste de Globke, maIs, au lendemain même de mon inter· rogatoire de Frick, j'alertai tous nos services de recherche pour leur signaler que je m'interressais à tout ce qui pouvait concerner l'activité de Globke. Quelque temps plus tard, je reçus la visite du commandant Graff, qui faisait partie de nos services judiciaires d'enquête et de recherches (3). Il revenait de Berlin où il avait pu, me dit-il, obtenir des autorités américaines l'autorisation d'interroger Globke. Cet interrogatoire, en date du 25 septembre 1945, n'avait pas été très fructueux en ce qui concerne l'enquête sur les crimes allemands en Alsace et en Lorraine, Globke se contentant de dire que, sur ordre de son chef, le Dr Stuckart, secrétaire d'Etat à l'Intérieur, if avait été chargé d'exercer, en plus de toutes ses autres fonctions, celles de Il rédacteur pour les affaires d'Alsace-Lorraine et du Luxembourg ll, mais qu'il n'avait jamais Il exercé sérieusement ces fonctions ll, pas même quand Himmler lui demanda en 1944 de Il mettre le pOint final à l'annexion de ces trois territoires au Reich ll. Par contre, me dit le Commandant Graff, Globke m'a fait des déclarations sensationnelles sur sa participation à un grand plan hitlérien de dépeçage de III France et d'annexion à l'Allemagne de bon nombre de ses provinces du Nord et de l'Est. Le projet, élaboré à la fin de 1940 fut abandonné en 1941, lorsque Hitler fut obligé de concentrer toutes ses énergies dans la lutte contre l'U.R.S.S. mais il m'apparut comme très révélate'ur de la politique nazie envers la France et je décidai de le retenir pour notre réquisitoire. Le Commandant Graff me fit valoir que Globke, désireux de se Il dédouaner Il en accablant ses anciens amis, avait été très explicite lors de son interrogatoire, et qu'à la suite de cet interrogatoire, il avait poussé Il l'esprit de coopération Il jusqu'à rédiger un mémorandum très précis sur toute cette affaire, et que ces deux textes pouvaient être précieux pour l'accusation. Mes COllègues du Parquet et mol-meme fûmes de cet avis, et, effectivement le procès-verbal d'interrogatoire et le mémorandum Globke furent présentés au Tribunal en audience publique le 1" février 1946, sous le no RF 602, par le procureur adjoint français Edgar Faure qui à cette date, avait remplacé Paul Coste-Floret. Voici quelques extraits de ces deux textes, qui montreront à quoi rêvait en 1940 l'adjoint du Dr Stuckart, sacré aujourd'hui « grand démocrate II et « grand ami de la France Il. A la question « Avez-vous eu connais. sance de plans qui prévoyaient l'annexion d'autres territoires français, lors de la con. clusio~ de la paix (Belfort, Nancy, Bassin de BrIey, Charbonnages du Nord «zone rouge ,.~ t~rritoires rattachés au g~uvernement general de la Belgique)?» Globke répond : « Oui, ces plans ont e~isté. Ils ont été élaborés P3;~ le Dr ~tuckart, sur ordre ~e~sonnel du _F~rer et Je les ai vus. Ils ont ete commuruques au Ministère des Mfaires Etrangères, à l'O.K.W. et à la Corn. mission d'armistice de Wiesbaden. Tous ces do~uments ont été détruits ». Et, dans son memorandum le Dr Globke expliaue . « Le projet d'nne' nouvelle frontière tran: c,o.a~e?Iande fut élaboré au Ministère de 1 InterIeur par le secrétaire d'Eta.t Dr Stucka~t, sur ordre qui lui avait été donné par . H~tler. Ce projet prévoyait que les terrIt?lres du Nord et de l'Est de la Fran. c.e qUI, pour des raisons historiques, poli. hq~~s, et~ogr~PI?ques, géographiques et varIees (SIC) etaIent considérés comme n'a~p~rt~nant pas à l'Europe occidentale, ?Ia!S a 1 Europe centrale, devaient revenir a 1 Allemagne (an Deutschland fallen soll. ~en ): .. Un~ première rédaction fut soumise a HItler, a son grand Quartier Général et elle fut approuvée par lui dans son ensem. ble. Hitler manifesta cependant le désir de voir attribuer à l'Allemagne des por. t~ons. de territoire plus étendues, en par. hcu~er, sur les côtes de la Manche... le tr,ace approximatif de la frontière envisa. gee partait de l'embouchure de la Somme suivait la limite nord du bassin parisie~ (Suite page 5)

1) Il Droit et Liberté ll, récemment, a

largement traité de. ces différents points dans un article tres documenté de M' Imerglick. .2) Le premier de ces textes est du 7 aout 1938, et le second, qui avait essentIellement pour but d'empêcher les juifs de fuir à l'ét!anger, du 5 octobre 1938. ~.lob.ke ne dedalgnait d'ailleurs pas de s :nteres~er p~rs?nnellement à cette tâche. C ~st lUI qUI dIscute avec les autorités sUIsses de toutes les questions relatives au Il contrôle de l'émigration juive ll. (3) J'ignore ce qu'est devenu cet officier. Son ,~émo!gnage pourrait être capital pour 1 etabllssement du dossier Globke. 5 criminel de guerre n° 101 (Suite de la page 4) ct de la Champagne jusqu'à l'Argonne. s'infléchissait ensuite vers le sud traversait la Bourgogne et enveloppait ia Franche- Comté et rejoignait le lac de Genève. Des solutions diverses étaient envisagées pOUl' quelques provinces » (4). JURISTE DES CHAMBRES A GAZ A Nuremberg, nous nous sommes servis de ce témoignage caractéristique de Globke sans chercher, faute de temps, à ap· profondir davantage la personnalité du témoin. Nous avons eu tort. Un certain nom· bre de documents découverts après la guerre démontrent, en effet, que loin de cesser en 1940, les activités criminelles de Globke n'ont fait que s'étendre au cours des années de la guerre. La grande spi!cialité de cet étrange Il conseiller ministériel » fut d'aller, dans tous les territoires directement ou indirectement occupés par le Reich, préparer les « modalités ju· ridiques » permettant la concentration et l'extermination des juifs. En janvier 1940, on le trouve en pologne, responsable des « actions de transplantation » (Umsied· lung), c'est·à-dire, pour parler clairement, de l'organisation des ghettos et des pre· mières mesures de « regroupement » qui aboutiront à l'extermination des juifs. Les résultats obtenus dans cette nouvelle tâ" he lui vaudront de recevoir de Hitler, le 15 novembre 1941, le « Silberne Treuedienst Ehrenzeichen » (médaille d'ar gent pour services fidèles ). En septembre 1941, Globke accompagne Frick et Stuckart à Bratislava. La délégation spéciale dont -il fait partie demeure une semaine en Slovaquie et dicte au « Quisling » local, Mgr Tiso, le « code » qui sera approuvé en Conseil des Ministres le lendemain même de son départ, et qui condamne pratiquement à mort des milliers de juifs slovaques. Au moment même où était conçue cette opération, le chef du I( Sicherheit Dienst » (le « Service de Sécurité » des S.S.), Heydrich se référait expressément aux « lois de Nuremberg » rédigées par Globke pour décréter l'obligation pour les juifs de por· ter l'étoile jaune. En janvier 1942, Globke, entré en Roumanie avec les troupes nazies ouvre immédiatement les négociations 'avec le générai Antonesco pour le transfert des juifs roumains vers l'Est. Les premiers convois commencen~ à partir - 125.000 juifs roumains, voués au massacre, ne reviendront jamais dans leur pays. Globke, lui, reçoit des mains d'Antonesco une haute décoration , « l'Etoile de Roumanie ». Il rentre à Berlin au moment méme où se tient à Wannsee, dan~ la banlieue de la capitale allemande, la fameuse réunion où Himmler annonce la misé en application systématique du plan de « solution définitive du problème juif » , c'est-à-dire, d 'extermination totale des juifs. C'est Eichmann q ui est principalement chargé ùe l'exécution du plan, mais c'est à cette date - et le fait est capital - que Globi\:e est nommé rappor teur des questions ;uives au Ministère de l'Intérieur «( Korrefe rent [ ür Judenfragen im Reichsministerium des Innern » ). Et c'est en collabaration avec Eichmann que Globke met au point, en juillet 1942, la déportation massive des juifs grecs dans des camps de conc~ntration (5). Après la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie et la Grèce, les Pays-Bas sont l'objet, en 1944, de la sollicitude par ticulière de Globke, sollicitude qui lui vaut les fé licitations spéciales de Hess. En 1945, Globke a contribué à la « solution définitive du problème juif » d'une manière suffisamment efficace pour que Himmler l'ait apprécié au point d'en faire un des membres les plUS fidèles de son entourage. Le « Reichführer S.S. et plénipotentiaire pour l 'administration du Reich » fait en effet savoir, dans un document officiel , que « le conseiller ministériel » :Br Hans Globke est désormais chargé de toutes les quest ions ayant. trait aux finances, au budget et au per sonnel de ce ministère. UN « TEMOIN » QUI A DE LA CHANCE Lor sque le procès de Nuremberg se termine en octobre 1946 et que le premier pat ron de Globke, Frick, . est condamné à mort et pendu, nous ne disposons pas, au Ministère Public français de renseignements aussi précis que ceux que l'on a aujourd'hui sur les activités criminelles de Globke, mais nous en pOSSédons tout de même assez pour le considérer comme un des leaders nazis que l'on peut placer immédiatement après les grands criminels de guerre jugés à Nuremberg, et qui doivent être successivement jugés à Nuremberg, mais cette fois-ci par des tribunaux exclusi\l.ement américains du fait que tous ces nazis se trouvent être prisonniers des Américains. Le procureur U.S. Jackson tient cependant à associer étroitement ses collègues du Parquet anglais et du Parquet françaiS , et, dans une moindre mesure, du Parquet soviétique, à la préparation des différents procès qui doivent être organisés au cours des années 1947 et 1948 (procès des « industriels », des « médecins », des « diplomates et hauts fonctionnaires », etc.). Ayant particulièrement suivi, pour ma part, les cas de von Ribbentrop, von Neurath, F'rick et Seuchel, et m'intéressant particulièrement de ce fait au futur procès des « hauts fonctionnaires et diplomates », j'eus, à nouveau, à cette époque (octobre 1946) l'occasion d'évoquer avec le juge Jackson le cas de Stuckart et de Globke (conjointement chargés de l'application des lois racistes dans les terri toires occupés) . Le magistrat américain me r évéla alors que, selon une décision qui venait d'être prise à Washington, Stuckart devait comparaitre à ce procès, dit « de la Wilhelmstrasse » comme accusé, mais que Globke n'y serait cité que comme témoih. Comme j'exprimai ma surprise, le juge Jacksnl ' assez gêné me dit alors que Globke avait pu produire pour sa défense des documents émanant des plus haut~ prince de l'Eglise catholique allemande (notammenT de l'archevêque de Cologne et de l'archevêque de Berlin, le Cardinal Conrad Von Preysing) et déclarant . que « non content d'avoir reconnu les erreurs du nazisme « (sic) Globke aurait « contribué à en limiter les effets ». Et le magistrat américain d'ajouter : « C'est un peu le même cas que Von Papen. Vous voyez ce que je veux dire '" ». Je n'eus effectivement pas de peine à voir ce qu'il voulait dire. Le Vatican n 'avait ménagé ni sa peine ni ses efforts pour faire acquitter Von Papen, et il venait de gagner la partie dans cette affaire. Dans le cas de Globke, comme dans celui de Von Papen, il ne tenait pa~. à ce que soient étalés ·au grand jour les liens, pourtant étroits, de certains membres éminents du « Zentrum » catholiQue avec le parti national-socialiste. Grâce à son intervention efficace, Globke ne figura pas dans le box des accusés lorsque s'ouvrit, en 1948, à Nuremberg, le « procès de la Wilhelmstrasse ;). Cette situation était d'autant plus paradoxale que Stuckart se trouvait, lui, parmi les accusés et que l'acte d'accusation lui re· prochait expressément d'avoir rédigé les lois de Nuremberg et toute une série de décrets d'application (6) qui avaient été également rédigés par Globke. Dans cette situation le « conseiller ministériel » ne se trouvait guère à son aise lorsqu'il fut cité par l'avocat de Stuckart. Sa déclaration fut p iteuse et pleine d'aveux : « Je savais que les juifs étaient assassinés en masse mais je croyais qu'il y avait 'lllssi . des julfs qui vivaient en Allem:\gne. ou bien à Terezin, dans des sortes de ghettos ... Je suis convaincu, et je le savais à .cette époque. que l'extermination des juifs était poursuivie systématiquement, mais .i'igno. rais qu'elle concernait tous les juifs » ... Les juges se mont rèrent sévères pour les auteurs ' des lois de Nuremberg. Le jugement du « procès de la Wilhelm strasse » décla re, en effet, que « ces lois et décrets étaient partie intégrante du programme tendant à l'extermination presque totalo des juifs, programme qui, en fait a été r éalisé » «( Diese Gesetze und Vel"Ornnun· gen waren ein wesentlicher Bestandtei! des Programms, mit dem die fast vollst.lil1dige Ausrottung der Juden erreicht worden ist ... » ). Si l'on ne s'était pas trouvé en pleine périOde de « guerre froide » et si, à la faveur de la « guerre froide », les leaders nazis n'avaient pas t rouvé auprès des au· torités américaines des protections de plus en plus ouvertes et de plus en plus puissantes, Globke, après ces attendus acca· b la~ts, aurait sans doute été arrêté au lendemain même du procès. Il ne le fut pas. Ses amis se contentèrent de lui con · seiller de « se f'lire nublier oendant qupIque temps ». Il partit se réfugier dans le couvent des Dominicains de \Valberberg, p rès de Bonn. l'EMINENCE BRUNE O'ADENAUER C'est à Walberber g que Globke repr8nd sérieusement contact avec Adenauer , qu'il a connu autrefois dans le « Zentrum » et qui, depuis la consécration de la cou· pure de l 'Allemagne, lui apparaît être, à juste titre, le politicien que les Améri· cains, après les Anglais, poussent vigoureusement en avant. Globke peut mettre à la disposition ri' Adenauer son réseau d'anciens hauts fonctionnaires nazis laborieux et efficaces, très solidaires entre eux et, en général, suffisamment discrets dans le passé et le présent pour avoir échappé à toutes les épurations. Adenauer peut apporter à Globke sa caution décisive pour une nou· velle respectabilité et une nouvelle carrière au sein du parti chrétien démocrate. Les deux hommes deviennent inséparables. Depuis 10 'ans, ils ne se sont plus jamais quittés. En 1950 Globke sort de l'ombre. pru· demment d'abord. Le voici d'abord vice· président de la Cour des Comptes à Dus· seldorf, puis, à Bonn, directeur ministé· riel, puis, secrétaire personnel à la Chan· cellerie, auprès d'Adenauer «( Personal· chef im Bundeskanzleramt »). Quelques protestations s'élèvent dont l'écho affai· bli parvient jusqu'au Parlement. Le 31 mai 1951, Adenauer lui-même prend avec fougue la défense de son protégé. « Il m'appartient de déclarer ici qu'au cours do ma longue vie de fonctionnaire et d'homo me politique, je n'ai que très exceptionnel· 1ement connu un fonctionnaire qui, comme Globke, ait su accomplir sa tâche avec Ull tel sens du devoir et une telle objectivi· té » (7). Lr SOli ri r e dll ,'all/q ll r ll r . Après un tel plaidoyer, un tel « dédoua· nage », plus rien ne s'oppose à l'ascension fulgurante de Globke. Il est bientôt sous-sectétaire d'Etat à l'Intérieur directeur de la Chancellerie, et, en 1956, l'hebdomadaire de Hambourg « Der Spiegel » peut déjà le présenter comme « l'homme le plus proche de Konrad Adenauer sur le terrain politique, et le plus important parmi les conseillers du Chancelier! » (8). Cette importance, il la doit d 'ailleurs à ses activités secrètes plus encore qu'à ses fonctions officielles. C'est un homme qui a toujours aimé agir dans l'ombre et il r,ontinuf'. A l'heu r I' actuelle. il supervise I p,~ srrvjces de r~r ;e l p"npm~nt fiu .~ ré~PfP l Gehlen », et comme Gehlen ne « travaille » pas seulement à l'étranger , mais aussi à l'intérieur des frontières de l'Allemagne de l'Ouest, Globke se flatte de posséder des documents compromettants sur la plupart des leaders politiques de Bonn, et notamment sur ceux ' qui pourraient l'attaquer au sujet de son passé nazi. Globke a, d'autre part, entre les mains un autre instrument de puissance aussi considérable puisque c'est lui qui dispose des confortables fonds secrets de la Chancellerie, et qu'en sortant de leur caisse noire, les « marks de la corruption » servent essentiellement à acheter bon nombre de journalistes et à inspirer certaines campagnes de presse. La dernièr e en date eut pour thème la défense d'Oberliinder, l'au- (Su rte de la première pagel orga nisé au Cirque d' Hiver, à Paris, un vaste Imeeting pour exiger le châtiment d'Adolf Eichmann assassin de 6 millions de Juifs. pris la défense des nombreux' Algériens vivant en Fronce et que frappent de multiples mesures racistes, liées à la poursuite de la guerre en Algérie. participé activement aux campagnes pour line solution négociée du drame algérien. poursuivi l'action ininterompue depuis l 2 ans, contre la rena issa nce néo-nazisme en Allemagne. continué sa compagne pour ,l'adoption de lais nouvelles réprimant les menées racistes et antisémites. engagé et soutenu diverses actions en justice contre la presse de haine raciste. Multiplié les rapports avec les antiracistes de nombreux pay~ jetant les boses d'une collaboration fructueuse. contribué aux manifestations de sotida. rité avec les victimes du racisme tre criminel de guerre du gouvernement de Bonn, mais la cause était vraiment si mauvaise que la campagne fut finalement stoopée. et OberHinder congédié. Globke, lui, est toujours en place, et bien en place. C'est lui qui filtre les documents soumis à Adenauer et qui les accompagne de ses commentaires. C'est lui qui rédige les discours du Chancelier et qui l'assiste de ses conseils chuchotés à voix basse E:t de ses petites notes écrites pendant les séances importantes du Bundestag. C'est lui qui assure la liaison avec les ministères pour nréparer l'ordre du jour du Conseil des 'ministres. C'est lui qui décide de l'avancement et de la carrière de tous les hauts fonctionnaires de Bonn. C'est lui enfin qui s'occupe tout spécialement des services de l'envoyé extraordinaire d'Adenauer à Berlin-Oues t, Vockel, et qui , à ce titre, ne cesse pas d'entretenir la « guerre froide » dans cette ville. Ne déclarait-il pas l'année dernière - à Bonn : « A ceux qui, à l'Ouest, veulent « déberliniser » le problème allemand. il faut répondre en dramatisant la question berlinoise ... Cette dramatisation doit s'ef· fectuer à n'importe quel prix ! ». Le Dr Hans Joseph Maria Globke est aujourd 'hui à Bonn un homme triomphant. Gras et r ose, le cheveu rare, mais bien lissé, l'oeil vif derrière des lunettes finement cerclées d'or , il découvre volontiers ses lèvres minces pour arborer le sourire du vn i \'ln " ~11r l\IT ~ i ~ l ~ roche T ar p,;ienne est près du Capitole, et, pour lui, le précédent d'Oberl iinder n 'est guère encourageant. Dans de nombreux pays qui furent occupés par les armées hitlériennes, des ~pécialistes dépouillent les archives pour retrouver de nouvelles preuves irréfutables des activités çriminelles de ' Globke. Celles-ci viendront s'ajouter aux documents déjà accablants présentés à la presse à f"o rlin-Est . le 28 juin dernier . par le professeur Norden. Contraint à passer à la défensive Globke est Obligé, tout comme au proèès de la « Wilhelmstrasse », en 1948, de laisser échapper certains aveux. Le 15 octobre dernier, il a reconnu dans une lettre au « Spiegel », Qu'il avait été " consulté sur la question de la mise en application en Grèce des lois de Nuremberg ». Et c'est avec la plus grande inquiétude que lui-même et son protecteur Adenauer voient se rapprocher l'échéance du procèS de son ancien patron Eichmann. Comme l'a écrit récemment un éditorialiste du « Monde » : « Dans l'atmosphère du prO' cès Eichmann il ('st !lmt à fait clair que Globke dQit paraître suspect à tout le monde. C'est une ~videl1ce à laquelle Bonn devrait penser à temps pour é' .iter une répétition du ca3 Oherl ~ nder. » (4) Cf text? officiel des déb'lts du procès de Nuremberg - tome VI, p . 442 et 444. (5) Cf, 1\ ce , ujet les n5vé lati~s du criminel de guerre Merten du journal « Hamburger Echo ». (6) Décrets du 14 novembre 1935, privant les Juifs de leurs droits politiques ; du 21 décembre 1935 et du 25 juin 1936 limitant les droits des médecins (et aussi des notaires et professeurs juifs) ; du '%7 c:eptembre 1938 et du 31 octobre 1938 interdisant aux juifs d'être avocats et avoués ; du 17 juin 1939 signifiant la méme interdiction aux dentistes, pharmaciens et vétérinaires juifs ; du 30 avril 1943, stipulant que les juifs n'appartiennent pas à la communauté nationale allemande, etc. (7) Compte rendu du Bundestag - 145' séance. (8) « Der Spiegel » n" 19. , - sanglant en Afrique du Sud. Etc .. . A l'étroit dans les bureaux exigus du faubourg Montmartre, le M.R.A.P . et « Dro it et Liberté » viennent d'ocquérir de n!)"vea ux locaux, au centre de Paris, aup~. des grands boulevards, et que déjà des amis dévoués s'efforcent de rendre accueillant~ à ceux qui de plus en plus nombreux viennent solliciter l'a ide de notre Mouvement au lui apporter leur concours. AMIS ET MILITANTS, Pour que ces locaux soient prêts ou dé. but de janvier prochain, il faut avant cette date recueillir la samme de TROIS MILLIONS de FRANCS (30.000 NF). Sons tarder, que taus se mobilisent, que chacun prenne sa part d'effort. Par dons individuels, listes de souscription, cotlectes, participez à l'acquisition et à l'aménagement de nos nouveaux bureaux. N'attendez pas pour foire parvenir les premières sommes recueillies. AVANT LE 24 DECEMBRE TROIS MILLIONS! (Voir le formulaire au bas de la page 2.) 6 IMAGES DE Jamais sans doute depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la question du racisme ne s'était posée de façon si a'iguë qu'en cette année 1960. Commencée avec la campagne des croix gammées, elle aura été marquée par un net accroissemant de la menace néo-nazie. Celle-ci va de pair avec la renaissance du militarisme et de l'esprit de revanche en Allemagne de Bonn, dont la plus récente manifestation est l'installation de bases paur la Bundeswehr sur le sol français. 1960, c'est auss'i l'année qui a bouleversé la carte de l'Afrique: des peuples maintenus jusqu'alors dans un état de sujestion et d'infériorité, ont fait solennellement leur entrée dons le concert des nations, tandis que de violents soubresauts agitent les populations encore opprimées et victimes du racisme. Et, en dépit des promesses fa'ites, des esp irs entretenus, le drame algérien s'éternise, l'autodétermination reconnue nécessaire n'étant pas mise en pratique. Ce conflit douloureux: traîne avec lui tout un cortège de violences et de haines, qui favorisent les menées contre la démocratie et portent gravement atte'inte au de la Fronce. La campagne de croix gammées, partie de Cologne (République Fédérale Allemande), la nuit de Noël 1959, déferle rapidement sur de nombreux pays. La France n'est pas épargnée. Dès le 7 janvier, le M.R.A.P. organi· se un puissant meeting à l'Hôtel Moderne, à Paris : une foule de milliers de manifestants envahit la grande salle, le hall, l'escalier, débordant bientôt sur la place de la République. Puis, le 10 janvier, c'est à la suite d'une initiative âe notre Mouvement, l'impressionnant défilé de 30.000 Parisiens devant le Mémorial du Martyr Juif Inconn~, suivi d'une manifestation de la jeunesse, de l'Hôtel de Ville à la Bastille (photos ci-dessus). Dans toute la France, les affiches du M.R.A.P. appellent les antiracistes à la vigilance et à l'action. Les grands meetings qu'il organise dans de nombreuses villes ras· semblent les républicains de toutes tendances. (Cicontre, le meeting de Montreuil.) Le 14 lévrier, à la Sorbonne, se tient, sur l'initiative du M.R.A.P., un colloque d'Enseignants et d'Educateurs, qui étudient le problème de j'action contre le racisme dans le. domaine qui leur est propre. On voit ici, à la tribune de l'amphithéâtre Descartes, pendant la séance plénière (de gat.:che à droite) : MM. Daniel Mayer, Hen· ri Fauré, le rabbin Sirat, le président Léon Lyon-Caen, le prOfesseur Etiemble, l'inspecteur général René Clozier, l'abbé Jean Pihan. Pour répondre à la poussée de néo-nazisme, une conférence mternationale est organisée à Rome. Douze pays y sont représentés (France, Italie, Autriche, Belgique, Danemark, Grèce, Hongrie, Pologne, République Fédérale Allemande, Tchécoslovaquie, Israël et U.R.S.S.). A la délégation française participent notre secrétaire général Charles Palant et M' Jean Schapira, représentant le M.R.A.P. r Ci-contre : une vue de la conférence.) Le racisme tue en Afrique· du Sud. Une délégation du M.R.A.P. va exprimer à l'ambassade sud-africaine à Paris, l'indignation de l'opinion française. De gaUChe à droite : Mo Manville, le conseiller Robert Attuly, Charles Palant, le pasteur Voge, le Dr Aujoulat. Un large comité pour la Justice et l'Egalité en Afrique du Sud se constitue peu après. 19& Le Prix de la Fraternité, fondé p en 1955, est attribué pour l'année historien Jules Isaac, pour l'ensl oeuvre. Au cours de la cérémonie de rem janvier 1960, à l'Hôtel Lutetia, le p Caen (à gauche) félicite le lauré! jury, en présence d'une assistance IMAGES DE Jamais sans doute depuis la fin de la seconde gue rre mondiale, la que stion du racisme ne posée de façon si aiguë qu'en cette année 1960. Commencée avec la campagne des croix gammées, elle aura été marquée par un net accroisde la menace néo-nazie. Celle-ci va de pair avec la renaissance du militarisme et de l'esprit che en Allemagne de Bonn, dont la plus récente manifestation est l'installation de bases pour sur le sol frança is. 1960, c'est aussI l'année qui a bouleversé la carte de l'Afrique : des peuples maintenus jusdans un état de sujestion et d' infé riorité, a nt fait solennellement leur entrée dans le concert tandis que de violents soubresauts agitent les populations encore opprimées et victimes e n dépit des promesses fa'ites, des esp irs e ntretenus, le drame algérien s'éternise, l'autahlilnati", n reconnue nécessaire n'étant pas mise en pratique. Ce conflit douloureux: traîne avec lui rtège de violences et de haines, qui favorisent les menées contre la démocratie et portent atteinte au de la France. La campagne de croix gammées, partie de Cologne (République Fédérale Allemande), la nuit de Noël 1959, déferle rapidement sur de nombreux pays. La France n'est pas épargnée, Dès le 7 janvier, le M.R.A.P. organise un puissant meeting à l'Hôtel Moderne, à Paris : une foule de milliers de manifestants envahit la grande salle, le hall, l'escalier, débordant bientôt sur la place de la République. Puis, le 10 janvier, c'est à la suite d'une initiative de notre Mouvement, l'impressionnant défilé de 30,000 Parisiens devant le Mémorial du Martyr Juif Inconnu, suivi d'une manifestation de la jeunesse, de l'Hôtel de Ville à la Bastille (photos ci-dessus). Dans toute la France, les affiches du M.R.A.P. appellent les antiracistes à la vigilance et à l'action. Les grands meetings qu'il organise dans de nombreuses villes rassemblent les républicains de toutes tendances. (Cicontre, le meeting de Montreuil.) Pour répondre à la poussée de néo-nazisme, une conférence mternationale est organisée à Rome. Douze pays y sont représentés (France, Italie, Autriche, Belgique, Danemark, Grèce, Hongrie, Pologne, République Fédérale Allemande, Tchécoslovaquie, Israël et U.R.S.S.). A la délégation française participent notre secrétaire général Charles Palant et M' Jean Schapira, représentant le M.R.A.P. (Ci-contre : une vue de la conférence.) Le racisme tue en Afriquedu Sud. Une délégation du M.R.A.P. va exprimer à l'ambassade sud-africaine à Paris, l'indignation de l'opinion française. De gauche à droite : Mo Manville, le conseiller Robert Attuly, Charles Palant, le pasteur Voge, le Dr Aujoulat. Un large comité pour la Justice et l'Egalité en Afrique du Sud se constitue peu 19&0 Le Prix de la Fraternité, fondé par le M.R.A.P. en 1955, est attribué pour l'année 1959, au grand historien Jules Isaac, pour l'ensemble de son oeuvre. Au cours de la cérémonie de remise du Prix, en janvier 1960, à l'Hôtel Lutetia, le président LyonCaen (à gauche) félicite le lauréat au nom du jury, en présence d'une assistance nombreuse.

Quinze cents délégués de toute la France, ri milieux les plus divers, participent le 29 mai, née Nationale contre le racisme, l'antisémitisI paix, organisée par le M.R.A.P. au Palais de Parmi les orateurs qui prennent la parole au cc portantes assises, où différents aspects de l'ael ont été examinés, citons : le président Léon conseiller Robert Attuly, le bâtonnier Sala, MM lupt-Esperaber, Waldeck L'Huillier, Hammado manuel Véry, Louis Rousselle, Mme Gratiot-j professeurs Philippe L'Héritier, Gt!orges We Tersen, les écrivains Edouard Glissant et P cinéaste Jean Rouch, M' Jean Schapira, le l Mme Louise Alean, Charles Palant et les re plusieurs groupements. Unani En cette fi n de 196 0, tout condamne progrès t echniques, l'évolution politique et défaite de Hit le" le racisme, existe, cambio personnalités dive rses ce qu'elles pensent d Henri FAURE Président de la Ligue Française de l'Enseignement Vous me demandez fine déclaration sur le racisme et l'antisémitisme ... Ma préoccupation et mon inquiétude, ma tristesse et ma colère viennent précisément du fait qu'au seuil de 1961 des hommes de bonne volonté aient encore besoin de faire des déclarations sur cette question là. Tant il est vrai que des siècles d'erreurs pèsent sur nOfts et ont ,.é·ussi à obscurcir les notions les plus simples de fustice et de fraternité ; tant il est vrai que dans le domaine de L'éducation il faut « cent fois sur le métier remettre son ouvrage ». Ayons confiance cePendant, le bon sens finira par triompher. Mais soyons vi,qilants. Trop SOftvent les mouvements de re.qression morale et de répression sociale ont débuté par des flambées de t'acisme et d'antisémitisme. Trop souvent antisémites et racistes ont préparé la voie au fascisme. Que du moins les leçons de l'histoire ne soient pas perdues! Alain RESNAIS Cinéaste Que l'on soit encore, à la veille de l'année 1961, obligé de souligner une fois de plus que le racisme et l'antisémitisme sont une hérésie, une attitude anachronique condamnée à la fois par la science et la morale, pOl' l'évolution technique, sociale et politique dans le monde, voilà qui me stupéfie. Je regrette de ne pas être écrivain afin de vous dire mieux quelle importance j'attache au combat que vaus menez, Ma rguerite DURAS Ecrivain Alors que je suis farouchement contre l'existence de la peine de mort, seul le racisme sous toutes ses formes - y compris celles, mondaines, des conversations orivées - pourrait m'incliner à la trou~

7 Un meeting fasciste était annoncé par « Aspects de la France » pour le 5 mai, à la Mutualité, avec la participation de Xavier Vallat, ex-commissaire aux questions juives du gouvernement de Vichy. Le M.R.A.P. alerte les anciens résistants, les rescapés de la barbarie nazie, les syndicats de toutes tendances, les organisations et partis républicains. Devant les protestations nombreuses, Xavier Valla! renonce, au dernier moment à venir au meeting. Mais en dépit de démarches multipliées, les pouvoirs publics refusent d'interdire celui-ci. Les antiracistes, unis et résolus manifestent plusieurs heures autour de la Mutualité, faisant face aux brutalités de la police, chargée de protéger la réunion fasciste. QUinze cents délégués de toute la France, représentant les milieux les plus divers, participent le 29 mai, à la 12' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R.A.P. au Palais de l'U.N.E.S.C.O. Parmi les orateurs qui prennent la parole au cours de ces importantes assises, où différents aspscts de l'action antiraciste ont été examinés, citons : le président Léon Lyon-Ca,en. le conseiller Robert Attuly, le bâtonnier Sala, MM. Jacques Fonlupt- Esperaber, Waldeck L'Huillier, Hammadoun Dicko, Emmanuel Véry, Louis Rousselle. Mme Gratiot-Alphandéry, les professeurs Philippe L'Héritier, Gt!orges Wellers et Emile Tersen, les écrivains Edouard Glissant et Pierre Paraf, le cinéaste Jean Rouch, M' Jean Schapira, le général Tubert, Mme Louise Alean, Charles Palant et les représentants de plusieurs groupements. Le dimanche 17 juillet, des « harkis », chargés de la répression contre les Algériens, commettent une agressioll. armée dans un café israélite de la rue François-Miron_ Un jeune homme est grièvement blessé d'une balle au ventre. Aussitôt, le M.R.A.P. fait connaitre cette graTa affaire. Une délégation du Bureau National se rend sur place, pour exprimer sa solidarité aux victimes ; deux avocats du Mouvement sont désignés pour assurer leur défense. Après l'arrestation d'Eichmann, le M.R.A.P_ orpnise un grand meeting au Cirque d'Hiver (21 juin) pour exiger le châtiment du criminel et de tous ses complices. A la tribune, on reconnaît, de gauche à droite : MM. Pierre Villon, Pierre Bloch, Henry Torrès, Léon Lyon-Caen, Charles Lederman, Georges Wellers, Francisque Gay tqui présidait le meeting), Charles Palant, le Procureur Général Boissarie. Unanimité contre le raci•s me - En cette fin de 1960, tout condamne le racisme : la Morale et la science, les progrès techniques, l'évolution politique et sociale. Pourtant, quinze ans après la défaite de Hitler, le racisme, existe, combien virulent. Nous avons demandé à des personnalités diverses ce qu'elles pensent de cette situation ... Henri FAURE Président de la Ligue Française de l'Enseignement Vous me demandez lme déclaration sur le racisme et l'antisémitisme ... Ma préoccupation et mon inquiétude, ma tristesse et ma colère viennent précisément du fait qu'au seuil de 1961 des hommes de bonne volonté aient encore besoin de faire des déclarations Stlr cette question là. Tant il est vrai que des siècles d'erreurs pèsent sttr nous et ont ,.é'ussi à obscurcir les notions les plus simples de itlstice et de fraternité ; tant il est vrai que dans le domaine de l'éducation il faut « cent fois sur le métier remettre son ouvrage ». Ayons confiance cependant, le bon sens finira par triompher. Mais soyons vi,qilants. Trop souvent les ,mouv~ments de regression morale et de represswn sociale ont débuté par des flambées de racisme et d'antisémitisme. Trop sotlVent antisémites et racistes ont préparé la '/Joie atl fascisme. Que du moins les leçons de l'histoire ne soient pas perdlles! Alain RESNAIS Cinéaste Que l'on soit encore, à la veille de l'année 1961, obligé de souligner une fois de plus que le rocisme et l'antisémitisme sont une hérésie, une attitude anachronique condamnée à la fois par la science et la morale, par l'évolution technique, sociale et politique dons le monde, voilà qui me stupéfie. Je regrette de ne pas être écrivain afin de vous dire mieux quelle importance j'attache ou combat que vous menez. Marguerite DURAS Ecrivain Alors que je suis farouchement contre l'existence de la peine de mort, seul le racisme sous toutes ses formes - y compris celles, mondaines, des conversations privées - pourrait m'incliner à ta trou- . Ter justifiable. Jean DRESCH Professeur à la Sorbonne Le rucisme peut être, c'est certain, un Ylce; il est chez beaucoup, Qu'on pourrait qualifier de « braves gens » une ignorance savamment cultivée. Nous devons donc foire tous nos efforts pour instruire, informer. Mois pour qu'une information soit efficace, il faudrait aussi et surtout réformer certaines habitudes, certoil1 ~ systèmes qui favorisent la manifestation des plus mouvais instincts. Ils DOUll A Fourmies ? Pensez-vous, ce n'est pas possible ... L'antisémitisme, c'était quelque chose d'inactuel, dans cette petite ville industrielle du Nord. Plusieurs m'ont raconté l'histoire de « la juive ». Marie-Louise Meyer était, dit-on, la seule juive habitant Fourmies pendant l'occupation. Un jour - c'était en 1942 - les nervis « francistes » ont sonné à la porte, et l'ont tuée, froidement, d'une rafale de mitraillette, laissant son cadavre sur le seuil. L'émotion fut immense. Toute la population suivit l'enterrement de la juive, qui fut une puissante manifestation antinazie. Aujourd'hui, une rue de Fourmies porte le nom de Marie-Louise Meyer. Mais aujourd'hui il y a les inscriptions sur les murs de l'entreprise « La Bergerie ». Le patron, M. Libermann, est juif et ne s'en cache pas. Son nom et celui de ses adjoints a été écrit à la peinture en grosses lettres, suivis de la mention : 1( vous serez pendus », le tout signé de plusieurs croix gammées. On comprend l'émotion de M. Libermann. Et malgré le conflit social qui l'opposait à une partie du personnel de son usine, tous les syndicats ont tenu à condamner l'antisémitisme. Le M.R.A.P., intervenu aussttôt, obtint qu'une déclaration soit adoptée en commun par ies représentants Henri SINJON Secrétaire général de l'Union Régionale Parisienne des Syndicats Chrétiens C.F.T.C.) Il est absurde de haïr quelqu'un parce qu'il appartient à telle race, à telle nation, à telle religion. Seul, le mal est haïssable. Le racisme, l'antisémitisme, ont fait mourir atrocement 6 millions d'êtres humains de 1940 à 1945- Qui peut encore oser se dire raciste et antisémite ? Claude GAUDEZ Président de l'Union des Etudiants de France Plus qu'une attitude condamnée par la science et la morale, ou l'évolution technique, le racisme et l'antisémitisme nous paraissent la survivance d'un mythe qui est utilisé à des fins politiques honteuses par des individus que cela même prive de toute dignité. La jeunesse d'aujourd'hui ne manque ni de lucidité, ni de courage : c'est ce qui nous permettra de reconnaître dans la réalité, la dignité de tout homme. Pierre DELON Membre de la Commission Administrative de la Confédération Générale du Travail Le racisme, l'iJ,ntisémitisme, les deux symptômes de cette peste criminelle : le fascisme qui a fait tant de mal à l'humanité. Et l'on assiste en France, en Allemagne, dans clivers pays, conséquence d'une impunité inadmissible, il. une renaissance certaine cie ces fléaux. Que tous les travailleurs, tous les braves gens cie France et clu moncle, s'unissent et agissent pour empêcher le retour cles horreurs cI'un passé récent. DI fOURMllS de tous les counmts de l'opinion, et édi· tée en affiches. Cette déclaration, intitulée, « Pas de ça chez nous ! », la voici : ({ Des croix gammées et des menaces de mort, qui ne peuvent être inspirées que par Z'antisémitime le plus abject, ont été inscrites dans la nuit du 21 au 22 novembre sur les murs de l'entreprise 1( La Bergerie» à Fourmies. « Ces inscriptions criminelles rappellent les méthodes employées il n'y a pas si longtemps par les nazf3. « Elles évoquent les massacres de mil· lions d'innocents perpétrés par Hitler, les assassinats et les tortures dont furent victimes tant de résistants et patriotes héroïques alors que notre pays était soumis aux horreurs et aux humiliations de l'occupation allemande. « Les organisations et personnalités soussignées, sûres d'interpréter les sentiments profonds de la population, dénoncent avec indignation ces méthodes inqualifiables. « Se plaçant en dehors de toute considération politique, et sans prejuger des litiges sociaux pouvant exister, elles tiennent à souligner que l'excitation à la haine antisémite ne saurait résoudre les probl 'mes posés, mais au contraire, l'antisétisme ne peut que favoriser. un climat dcm~ gereux pour la démocratie et pour Ious les citoyens. -:'.; « Elles dénoncent comme étrangers al'Z traditions et aux intérêts de la population fourmisienne les éléments qui se livrent à de tels actes visant à déchaîner les violences apeugles. « Les organi.~ations et personnalité, soussignées demandent que les coupables soient activement recherchés et châtié, de façon exemplaire pour l'honneur de notre région. » Elle porte les douze signatures suivantes

MM_ Jules Lassalle, maire de Fourmies
Georges Beaurain, pour l'Union Locale

C.G.T.-F.O. ; C. Blavier, pour la setion locale du Syndicat Autonome des Instituteurs

Dr Henri Danon, pour la section

du P.S.U. ; Paul Gomez, pour la section du M.R.P. ; Lucien Hamaide, pour la section de l'U.N.R. ; Emile Leduc, pour l'Union Locale C.F.T_C. ; Dr Jacques Loriau, pour la section de l'Union Démocratique du Travail ; Fernand Pêcheux, pour la section du Parti Communiste Français; André Sénéchal, pour l'Union Locale C.G.T. ; Julien Tellier, pour la section socialiste S.F.I.O. et pour l'Union Départementale de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance ; le Mouvement .contre le Racisme, l'Anti; sémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.). . Ainsi, Fourmies e!lt re!lté tiaèle à lIeII nobles traditions. , ' 8 Ecrit RECONNAISSONS-LE hanchement

le pays n'est pas, dans son

ensemble, scandalisé par la venue en France de bataillons allemands. Certes, en maints endroits, des commémorations ou des rassemblements traduisent le réflexe d'une partie de l'opinion . .\fais c'est la pilrtie là ' plus éduquée : résistants, victimes du nazisme, intellectuels ct ouvriers à forte conscience démocratique. La masse ne suit pas. Quant à la presse, même de gauche, elle ne s'est g:uère - à quelques exceptions près - )110- bilisée sur. l'événement. Comment s'explique cette rclati \'c indifférence ? D'abord, sans doute, par le caractère primordial de la préoccupation algérien · ne. Jamais, depuis 19.14, la paix en Algérie n'est apparue plus nécessaire. ni plus dangereuse pour nos libertés. la poursuite de la guerre. Cette situation relègue. pour beaucoup, les histoires de Bundeswehr dans la catégorie des affai res sans urgence. Les silences ch q tRéaliA-é8 ' L'étrange « confession d'un petit épi· cier » parue dans le numéro d'octobre de « Réalités » a valu à cette revue de nom· breuses protestations en dehors de la nôtre. Aussi, dans son numéro de novembre, « Réalités » publie une mise au point génée. Nous nous sommes efforcés d'expo. ser les préoccupations d'une catégorie dl' Français, expliqùe la rédaction. Le por· trait de l'épicier en question a été t!"ac~ « avec un réalisme total » et, estime-t-elle. les propos antisémites ainsi publiés étaient « condamnés par leur excès même». N'ayant pas cru devoir les condamner formellement en publiant l'article « Réalités » exprime « !:es plus vifs regrets » « a ceux que nous avons pu involontairement blesser ». Qu'il nous soit permis de faire deux re· marques: 1) « Réalités » p:étend n'avoir fait que reproduire les :propos recueillis auprès d'un épicier. Or, commp. nous l'avons dit. ceL épicier n'existe pas. Il s'agit, de toute évidence, d'une « confession » composée par l'auteur, Mkhel deI Castillo, et non d'un reportage. C'est donc bien volontai· r.ement que de tels propos ont été publiés. 2) Les excuses et les professions de foi antiracistes ne suffisent pas à détromper les gens qui peuvent avoir lu l'article du numéro préCédent. Le M.R.A.P. a adressé à « Réalités » une lettre réfutant les ca· lomnies antisémites ainsi répandues. :::ieu le la publication de cette réfutatiGn cons· tituerait une véritable réparation. -..-,....... .. _--------- pour Sans urgence et m(:nle sans gra\'ité : la iaiblesse numérique des premiet-s déche11lents donne l'impression que t-ien d'irréparable ne s·accomplit. A cet égard, des deux côtés du Rhin, l'opération est habilement conduite. Car les h01)1mes de Schirmer sont trop peu pour nous inquiéter et en assez grand nombre pour habituer à leur pt-ésence. Ils sont un test, mais, en même temps, un yaccin. D'ailleurs - et c'est l'essentiel - le « Pouvoir » s'eiiorce, par tous les moyens dont il di?pose, de fausser le prohlème

il lui suffit de parler du tournant

décisif de la réconciliation ft-anco allemande. Dans cette perspective, il classe les opposants en trois catégories : 1) ceux qu'il iaut méllager : les victimes de l'hitlét-isJ11(, et les comhattants de la Résistance : de\'ant eux, on s'incline - mais sans plus ; 2) ceux qu'il faut convertir en douceur : les nationalistes attat'dés, ceux qui ne savent pas dépasser la conception du « Reich de papa » ;

» ceux qu'il faut combattre : tous les

autres - obscurément soupçonnés d'être. C0111munistes ou non, des jouets de Moscou. Cette falsification réussit souvent, en particulier auprès d-es garçons et des fille" (fui, en 194.1, n'avaient pas JO ans. La jeunesse ignot'e concrètement le nazisme. Et. comllle, par bonheur, elle aime la paix, la manoeuvre est facile qui c.onsiste il lui présenter nos protestations comme une tcntati\'e d'échec il l'amitié des peuples. On yoit que nous ne saurions trop nous e-"pliquer, ni trop clairement. Le }r.R.A.l'. a, sous cet angle, une tàche parti cul ière à remplir. ( O}DrEN(ONS par constater ceci. Chez nOl1S. au ;\r.R.A.P .. parmi les ./ anti racistes, il en est - ils sont nombreux - qui ont des amitiés allemancies et qui ne conçoi vent pas un 1110nde paisible sans l'accord de nos deux nations. JI en est d'autres pour qui la situation internationale i usti fie le Pacte atlantique. Et pourtant les uns C0111me les autres se retrouvent avec l'ensemble du i\f oU\'elllent pour condamner, telle qu'elle se présente en fait, la renaissance de l'année alle111ande. Inconséquence ? Nullement. Cette unité prouve simplement que nous ne contestons pas le droit de la R.F.A. d'avoir un minimum de force armée : ce que nous combattons, c'est la force armée spécifiolle qu'elle est en train de se constituer. Cal- cette force-là, cette Bundeswehr pl-écise - et pas n'importe quelle hypothétinue Bundeswehr - elle est. par ses cadres. l'image même de la \\T ehrmacht hitlérienne. Puisque j'énis pour les jeunes, ou' Tens un dossiel' qui, peut-être. ne leur c, t pas assez connu : Pendant 12 ans (HH,-19-1-S). au nom de la slIphiorité raciale .rlcl"lllalliquc. un les hom1l1e - Hitler - et ses instruments - le parti national-socialiste et l'OI-gani~ ation militaire des v\'affen S.S. - ont e1l1prisonné, concentré, torturé, tué des millions d'êtres. Pour nc parlel- que des .T uifs - puisque c'est au racisnle que s'attaque le l\LR.A.P. - il en est "oIlOrt six millions dans les chambres à gaz, dont deux 1I1illions d'enfants. Dans cette tàche d'oppression, ' le régi1l1e hitlérien s'est appuyé SUl- une armée pariaitement obéissante et d'ailleurs, soulignons-le, parfaitement satisfaite, son ambition de conquêtes étant repue. Précisons en outre qu'un pOU1-centage élevé de lllilitail"('s 1 Me Jean SCHAPIRA 1 de tous grades, mêllle non S,S., a pris une part active à l'organisation de la terreur raciste et du génocide. A ceux qui ne croient que leurs yeux, je conseille, sur tout cela, les films « Nuit et brouillard » et « .Mein Kampf ». A la défaite, Hitler et eertains de ses lieutenants se suicidèrent. D'autres - , y compris quelques généraux - furent pendus par les Alliés comme criminels de guerre, l\lais la majorité se tena, en Allemagne ou ailleurs, ou encore, après un temps de prison, fut gl-àciée. Or, aujoufd'hui, en Allemagpe de l'Ouest, ccs mêmes illdividus - na:;is, S.S., collaborateurs du na::is/lle, criminels i/llpullis 011 ·relâchés - tiell1zellt le hall! du pavé. lis sont juges, policiers, fonctionnaires, chefs d'entreprise et même, jusqu'à ce que l'indignation mondiale ait contraint Adenauer à s'en séparer, ministres (Oberliinder, Globke). Bien entendu, -ils liellllellt lII·ze place de choix dalls l'ossaliwe de la Bundeswehr. De cette mainmise des pi l'es éléments de l'ancienne armée sur la nouvelle et de la position que, même sans êtt-e toujours dans l'armée, ils occupent dans l'Etat Duest-allemand - de tout cela les preuves abondent. « France d'abord ». organe de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, en a, récemment, publié un « digest » (octobre 1960). « Droit et Liberté» y reviendra, à son tour, précisions et références à l'appui, dans un prochain numéro. Voici, aujourd'hui, quelques cas typiques. Les généraux Foertsch, ad joint de Speidel à l'O.T.A.N., et Reinhardt, président de la Sociétés des sciences militaires, furent condamnés pour crimes de guerre. Il en est de même de Schi l'mer, colonel commandant au camp de .\ f ourmelon (2.1 ans de prison, de son propre aveu : il a dü en pur~er une dizaine). Les généraux Lammerding. hourreau d'OradoUl-, yainement l-éclamé il Bonn par la France, et }feyer, condamné à mort pour assassinat de prisonniers de guerre, se pavanent dans d'officiels congrès de 5.5" autorisés par le gOl1- \"ernement. Enfin, l'Association fédérale des anciens Waffen S.S .. c'est-à-dire une organisation reconnue criminelle. Cil tallt que telle, en 19-1-1, est déclarée (( d'utilité publique » en 19.~9 (référence : Der Frei\\"illiger, organe des \Vaffen S.S .. novembre 1().'i9). Et ce ne sont que des exemples parmi des milliers d'autres. Comment une telle situation s'est-elle instaurée ? Les causes sont Illultiples, mais voici l'essentiel : dans un pays gangrené par une longue phase de 11 ilzisme, celui-ci ne pouYlit disparaître qu'en y portant le fer. Cela, ni .:\denauer, ni les Américains ne l'ont voulu. Adenauer s'v est, dans les iaits, sinon dans les mots, refusé parce que, pour mener ù hien sa pol itique consenatrice et nationaliste, il lui fallait aussi l'appui de l'extrême-droite - et l'extrême-droite, ce sont les nazis. Les Amél-icains s'y sont opposés parce que face à l'Union Soviétique, il leul' cotl\'enait de sauver en AIlemag- Ile les spécialistes de la lutte antisoviétique - et ce sont cncore les nazis. E Xl'RESSTON d'une politique sans dénazi iication, cncadl-ée par des officicrs et des sous-officiers dont un grand nombre ;l loyalement servi leur Führel', crimes inclus - voilà donc l'armée dont Sissonne et :-fourmelon ont reçu les prpmiers spécimen. Cette armée, notre devoir est de montrel- aux jeunes POUHluoi elle ne peut l'tre un instrumcnt cie réconciliation. En expliquant que nous ne repoussons pas l'Allemagne. mais le nazisme - que la fraternité n'est pas en cause, mais son yisacre hypocrite - et que, si nous éle\' on; la yoix. c'est moins pal- fidélité à notre pas~é que parce que les hommes du 11 le R'eich sont, aujourd'hui cncore, de la graine de provocation il la guerre et de haine raciste. ERRATUM Une erreur malencontreuse s'est glissée, à la correction, dans l'article de M' Jean Schapira : « Voir clair », paru dans le dernier numéro de notre journal (page 3). La 7' ligne de l'alinéa b), dans la dernière colonne devait en réalité remplacer la 3' ligne de 'l'.f!linéa suivant, où,il s'~g!Ssait de l'assimilafion et non de 1 adm.lmstratiol1 des juifs. Au lieu de cette, lIgl!e mal placée on devait lire, dans 1 almea b) : Autrement dit, l'Etat applique aux juifs la politique d'intégration, etc. _ Signalons d'autre part, da~s ce me me articlc, il fallait lire : Ces theses, ~u lieu de leurs thèses (ln' colonne, 9' almea). La note (6), qui manquait, devait indiquer : Alerte, no 1, page 3. Nous nous excusons auprès de l'auteur de ces erreurs, qui n'ont pas empêché de nombreux amis de nous faire pflrt du vIf intérêt avec lequel ils ont lu 1'3rticle. Ceci préparait cela Voici (à gauche) l'un des défilés monstrl's org'anisé par le parti nazi aux environs de 1936, pour affirmer sa force, et entretenir le fanaiisll1c des foules. Ces démonstrations !)reparaieni les tueries perpétuées bientôt dans l'Europe entière, et la « solution finale de la question juive n, dont on voit ci-dessous u 11 aspect : il s'agit d'une photo prise dans le ghetto de Varsovie. ces deux images sont extraites du film (( Mein Kampf », projeté actuellement dans IJlusieurs cinémas parisiens_ C'est un signe !l·. ~s temps qu'au même moment, cc film remarquable, réalisé avec des bandes d'actualités, ct la llièce de Brecht, « Arturo Ui » (dont IIOUS avons parlé dans notrc dernier numcro) soient présentés avec un même succès,

\'OU5 ne saurions trop inviter nos lecteurs à aller voir ces deux oeuvres qui démolltn~

nt magistralement Je mécanisme du fascis me, Et à Y amenel' leurs amis et connaissan(' es,


.---------------------------- ---------------------- --- 9


- - - - - - - - -

- 

- - - EHRENBOURG • Préface • au ] OlUJ I~INIA IL ID' A INIINIIE IFI~AINIIK Le « Journal d'Anne Frank » a été édité il y a quelques mois, à Moscou en traduction russe. Il a rencontré un succès considérable, si bien qu' une nouvelle édition se prépare. D'autre part, une troupe de théâtre vient de monter sur une scène de la capitale soviétique la pièce qui a été tirée de cette oeuvre. Le livre est préfacé par lIya Ehrenbourg.· Nous nous faisons un plais'ir de publier le texte de l'illustre écr'jvain soviétique. l E destin de ce livre est peu commun. Il est sorti en Hollande il y a dix ans, a été traduit dans dix-sept langues, a été tiré à des millions d·exemplaires. On en a fait des pièces de théâtre, des films. On a écrit à son sujet des études. Ce n'est pas le roman d'un écrivain célèbre, ~'est Je journal d'une petite fille de treize an~ ; m~ls. Il bouleverse davantage le lecteur que des livres ecnts de main de maître. Comme chacun sait, les nazis ont tué six millions de juifs, appartenant à vingt pays différents, riches et pauvres, célèbres et inconnus. ~a bombe atOll11ql!e est tombée sur Hiroshima sans cner Rare, sans qu II soit possible d'y échapper. Pendant des années, les nazis ont fait la chasse à des millions de gens. comme on fait la chasse aux loups. Les juifs essavaient d'y échapper. Ils se cachaient cians des fosses.- dans des mines désaffectées, dans des tranchées : 'pelldant des jours. pendant des mois, pendant des années ils attendaient d'être arrêtés. Six millions d'entl-e eux ont été asphyxiés dans les chambres à gaz, fusillés dans les ra vins et dans les forts. condamnés à mouri r lentement de faim. Ils ont été i,tllés du monde par les murs des ghettos, par les harbelés des camps de concentration. Que pensaientIls ? Que ressentaient-ils ? Au nom cIe ces six mil lions cIe gens s'élève une voix, la voix non pas d'un sage ou J'un poète, mais celle d'une simple petite fille. Anne Frank tenait un j011fnal, comme le font souvent les petites filles de son âge ; pour son ànni\"~ rsaire on lui avait fait cadeau d'un gros cahier et elle s'était mise à y noter les événements cIe sa vie d'enfant. Cette vie d'enfant, par la volonté cIes adultes, sortit très vite cIe l'enfance. Le journal de la petite fi lle se tr'lnsforma en un document humain de grande ya leur. i't en un acte d'accusation. Qu'a vu A11111' ? Un grenier étroit où des Hollandais honn êtes et GlUrageux ont caché pendant vingtcinq mois huit condamnés : l'émigré allemand Otto Frank. sa femme. ses deux filles, Margot et Anne. le couple Van Daan et leur fils Peter, le dentiste DÜssel. Dans la pièce de Sartre « Huit-clos », l'enfer se présente sous la forme d'une chambre ordinaire où 80nt enfennés pour toujours trois réprouvés. Huit personnes ont vécu dans le « refuge », se disputant, ~e chamaillant : cc n'étaient ni des saints, ni des lôéros, c'éti;lient des gens comme tout le monde ; et Anne raconte leur vie au jour le jour. OTTO FRANK est né en Allemagne, il a étudié dans un lycée, puis à l'université ; il a fait la première guerre mondiale, pendant laquelle il reçut le grade de 1 ieutenant ; il a pris part à l'un des combats les plus meurtriers, en France, près de Cambrai. JI dit qu'il se considérait comme Allemand ; if dit :lu~si oue dans sa jeunesse à Francfort il n'a pas eu à souffrir de l'antisém itisme. Il pensait que sa vie était solidement ançrée. Mais Hitler vint au pou, oir et tout s'écroula comme un jeu de cartes. Otto Frank put gagner la Hollande et y faire venir sa fam ill e. Les petites filles allaient à l'école dans une école hollandai se. avaient pour amis des petits Hollandais. Otto Frank comprit qu'il fallait recommencer sa vie. Il la recommença mais tout s'écroula de nouveau quand l'armée allemande occupa la Hollande. Pourquoi la fureur des nazis s'est-elle déchaînée avant tout contre les juifs ? On a écrit sur ce sujet de gros livres. on a fourni de longues explications verbeuses et pourtant on n'a rien expliqué. Préjugés séculaires, légendes, superstitions érigées en sys.tème philosophique, envie, bêtise. nécessité de trouver un bouc-émissail-e, tout cela s'est tissé en un filet qui séparait Anne de ses petites amies hollandaises et six millions de gens de leurs voisins, de leurs compatriotes. Dans plusieurs pays beaucoup de livres ont paru sur le soulèvement héroïque du ghetto de Varsovie. JI y eut des soulèvements semblables dans d'autres villes. Dans les détachements de partisans en Union Soviétique. en Pologne. en France, en Yougoslavie, en Bulgarie et dans d'autres pays combattaient et mouraient ceux qui avaient eu la chance d'échapper lU ghetto. Mais des millions de juifs ont été conduits pal- les nazis aux camps cie la mort. C'est le sort qui attemlait la famille Frank. Il n'y a den dam. le journal d'Anne que n'aurait pu écrire une petite fi lle hollandaise, française ou italienne. Les nazis avaient plaqué sur sa robe d'enfant nne étoile à ,i x branches et elle avait accepté l'événement avec une incompréhension totale mais aussi avec heaucoup de dignité. En lisant certaines pages du livre. on sourit, mais le sourire se fige vit~ : on 5ait tr.op bien ~e .que ~era la fin du livre. La fillette de treize ans ecnt qu elle donnera le livre qui lui a plu à ses enfants ; elle se raconte à elle-même combien la vie est étonnante dans les romans : elle, par exemple, ne voudrait jamais vivre avec un homme ... Cela est écrit par un enfant qui grandit à vue d'oeil, qui grandit clans la clandestinité, emmuré. La voilà qui a quinze ans, ell.e a envie d'aimer quelqu'un, et dans le « refuge » II y a Peter. Alors elle se persuade qu'elle l'aime. . Dans les priso!ls, dans les camps de concentratIOn, les détenus supportaient les tortures les plus cruelles lorsqu'ils avaient devant eux un but, qu'ils étaient soutenus par une act ivité, m.ême iI1usoir~ .. Que. peut fai re une petite fille de_ treize ans ? S 111strl:l1 re . ? Anne essayait de s'instruire. Jouer ? Anne. Jouait, elle jouait à être écrivain. Elle tenait un Journal, elle ecrivait des récits elle avait même commencé un roman. C'est ce qui la soutenait et la sauvait : de tous les jeux, elle avait choisi le plus difficile, mais peut-être aussi le plus humain. L A lecture du journal finie, le lecteur, bien sür, demandera : « Et qu'est-il advenu d'Anne ? ». Ernest Schnabel a vérifié les documents des archives, a recherché les témoins .et dans son livre « Sur les traces d'Anne Frank », Il raconte quel fut son sort. La dernière note d'Anne est datée du rCC aoüt I944. A nne essaie de comprendre les contr adictions de son coeur. .. Et le 4 aoüt au matin la Gestapo fait irruption dans le « refuge ». Les juifs qui se .cachaient et les deux Hollandais. accusés de leur avoir donné asile. furent conduits en pri son. Quelques jours plus tard ils furent acheminés au camp de regrO).lpement de Westerbork. Le 1 septembre un convoi important de juifs fut dirigé de là, sur Auschwitz. Le ,0 octobre Anne et Margot furent transférées dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. Margot v mourut d'épuisement à la fin de février I94S. Queloues jours plus tard mourait Anne. La mere' d'Anne périt à Auschwitz. Düssel fut asphyxié dans une chambre à gaz. Peter fut tué. Les époux Van Daan moururent. Le Hollandais Koophuis, gravement malade {ut bientôt relâché. Kraler fut envoyé dans le camp d'Amersfort. puis en mars I94.5, emmené en Allemagne ; il réussit à se cacher. Des huit juifs qui se cachaient dans le grenier seul survécut Otto Frank. L'armée soviétique en prenant Auschwitz sauva les quelques survivants. Otto Frank retourna en Hollande en traversant l'Europe (par Odessa et Marseille), mais il ne retrouva pas les siens. Il ne retrouva que le journal d'Anne ... La Gestapo recherchait les choses précieuses, les cahiers d'écolier ne l'avaient pas intéressée. Les Hollandaises Elli et Miep rassemblèrent le journal d'Anne. Il prend envie d'ajouter à ces notes sèches deux récits humains. De Wiek, qui se trouvait dans le centre de regroupement de Westerbork raconte : « Je voyais AmIe Frank et Peter van Daan tous les jours. Ils étaient toujours ensemble ... Les yeux d'Anne brillaient ... Elle avait des tnOtwements si libres, un regard si droit et si ouvert que je me disais : mais elle est heureuse ici ... ». Anne écrivait dans son journal à propos de sa camarade de classe : « Hier soir, alors. que je m'endorfflais, j'ai eu tout d'un C01tP une vision : Lies. Elle se tenait devant moi, en haillons, épuisée, les .iOtteS creuses. Ses grands yeux étaient fixés sur moi. tristes et pleins de reproche, comme s·i elle avait voul1t dire : Anne, pourquoi m'as-ttt abandonnée f Aide-moi ! Tire-moi de cet enfer ... ». Anne écrivait ces lignes en novembre I943 sans connaître le sort de Lies. Lies survécut. Elle raconte que dans le camp . de Bergen-Belsen elle rencontra Anne : « Elle était en haillons, Même dans l'obscurité je pouvais voir combien elle avait mai,qri. Elle avait les Joues creuses. les yeux agrandis ... Et nous pleurâmes avec elle. nous nous tenions debout et nOlis pleurions. Un barbelé nous séparait ... ». UNE voix sur six millions est arrivée jusqu'à nous. C'est encore une voix d'enfant, mais il y a en elle une grande force, celle de la sincérité, de l'humanité, et aussi du talent. Ce n'est pas n 'importe quel écrivain qui aurait su décrire ainsi les habitants du « refuge » et ses propres états d'âme comme y a réussi la petite Anne. Le 29 mars I944, Anne écri vait : « Hier le ministre B olkenstein a dit à l'émission de la H ollandél d'outre-mer qu' après la guerre on ferait 1tne collection des lettres et des mémoires concernant notre époq! te. Bien sar, ce serait intéressant si je faisa-is i·mprimer le roman « le refuge ». (D'après le titre, tout le monde croirait que c'est ttn roman policier ). Mais parlons sériet~sement est-ce que cela ne semblera pas incroyable, après la guerre, mettons dans dix ans, que nous ayans pu vivre de cette façon, nolts famille jttÎve f ». Depuis ce temps-là ce n'est pas dix ans, mais seize ans qui ont passé. Anne s'est trompée : il n'y a pas longtemps, sur les murs de villes européennes des croix gammées ont de nouveau fait leur apparition. En Allemagne de l'Ouest il y a des gens qui disent à haute voix « Dommage Que Hitler ne les ait pas tous tués ». Ils regrettent que le. père d'Anne soit en vie ... La loi sur la « pureté de la race » fut mise au point sous Hitler par le docteur Hans Globke. Il a six millions de victimes innocentes sur la conscience. Six millions de gens ont péri, et le docteur Hans Globke est le bras droit du chancelier Adenauer, il dispose de l'argent de la propagande_ Quand les nazis firent irruption en Hollande, un autre « docteur », le docteur Herman Konrig devint commissaire du gouvernement. Anne Frank et ses parents suivaient avec effroi chacun de ses mouvements. Comment a-t-on puni le docteur Herman Kon_ rig pour les larmes et le sang d'Anne Frank? Il est à pré,ent député du Bundestag, membre de la fraction démocrate chrétienne du parlement. Je le répète : pas dans un grenier, pas dans un abri, mais au parlement de.. l'Allemagne fédérale ! Anne était dans le camp de regroupement de Westerbork. C'e~t là Qu'on formait les colonnes de condamnés. Le camp de concentration de Westerbork était soumis au S.S. Albert Konrad Hemecker qui auïourd'hui vit à Dusseldorf. Dans cette ville furent jugés les partisans de la paix. Dans cette ville on ne juge pas les chefs des camps de concentration ; et Albert Konrad Hemecker, sur ses vieux jours, a monté un commerce. Auschwitz travaillait pour le tmst chimique LG. et le trust LG. à son tour travaillait pour Auschwitz, lui fournissait le gaz asphyxiant .« Cyclone ». J'ai assisté ail procès de Nuremberg ; on y a beaucoup padé de tout cela. La liaison entIT le commandement S.S. et « l'industrie » d'Auschwitz était assurée par le conseiller intime de Himmler, Karl Wolf. A Ausch", i tz ont péri la mèI-e cl' A nne et le ' premier amour d'Anne. Peter. Karl Wolf fi nit ses jO,urs dans une jolie villa sm les bords d'un lac idyll ique. L'ingéIliC'ur- chcf d'Auschwitz, Max Faust, travai lle au trust LG. et jouit cie la vie. L A morale est claire : on peut impunément en plein xx· siècle tuer des vieillards, des enfants, empoisonner des gens avec des gaz, puis se t,li re le temps qu'il faut, attendre pour voir avec satis- . faction au bout cie Quinze ans défiler de jeunes candidats assassins. Anne Frank reconnaissait que la politique l'intéressait peu. Elle ne jouait ni au tribunal ni au parlement. Elle voulait vivre. Elle rêvait à l'amour, elle aurait été une bonne mère. On l'a tuée. Son journal rappelle à tous le crime accompli, il met en garde : il ne faut pas permettre que cela l'ecommence L Dcs millions de lecteurs connaissent Anne Frank comme s' ils l'avaient vue chez eux. Six millions de gens en rien coupables ont péri. Seule une voix pure d'enfant s'élhe : elle s'est révélée plus forte que la mort. (Traduit par Lise Gruel.) glllllllllllllllll!1111111111111111111I11111111111111111/111111111111111111111111111111111111111111111111111111/11111111111111111111::111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIifillllllll':? - Réunions et manifestations CONTRE LES BASES ALLEMANDES L'Amicale des Anciens Déportés Juifs a organisé, le 18 novembre, dans la grande salle de l'Hôtel Moderne, à Paris, un meeting de protestation contre l'installation de bases allemandes en France. Soulignant la nécessité de l'union, en ces graves circonstances, des orateurs de diverses tendances ont priS la parole : DANS LE 4", A PARIS Vendredi 18 novembre s'est tenue une réunion constitutive d'un nouveau comité du M.R.A.P. dans le 4' arrondissement. Ce comité, dont le bureau sera désigné dans une prochaine réunion, a choisi pour sa permanence l'immeuble du 10, de la rue des Deux-Ponts, dans l'Ile-St-Louis, d'où partirent en 1941-1942 cent quarante femmes, hommes et enfants qui furent exterminés dans les camps nazis. DANS LE 18- Notre ami Joseph CREITZ, secrétaire du Comité du 18', représentait le M.R.A.P. à la cérémonie commémorative organisée le 11 décembre par l'A.R.A.C. et la Fédération des Officiers de Réserve Républicains. A LILLE Conseil National du M.R.A.P., a fait, dans la Salle Industrielle, une conférence sur le rôle de la jeunesse dans les luttes de notre temps. Plus de 200 personnes étaient présentes. Un intéressant débat a suivi, dont la conclusion fut la création d'un Comité du M.R.A.P. A CLERMONT-FERRAND Le Comité du M.R.A.P. de Clermont a adopté une résolution contre l'installation de bases allemandes en France, qu'il a translnise au Préfet. A SAI NT -QU ENTI N fllIllIlIlllllllllllllllllllllllllllIlllllllllllIlllllllllllIII 1111 1111 1111 1111 III III 1111 1111 III 1111 1111 III:: M' André BLUMEL, qui preSIdait

Marcel PAUL, ancien ministre,

représentant la F.N.D.I.R. P.; FOURNIER·BOCQUET (A. N.A.C.R.) ; Mt Jean SCHAPIRA, au nom du M.R.A.P. et Charles LEVINE pour la L.I.C.A. ; M' Charles LEDERMAN préSident de l'U.J .R.E. ; Alfred SCHEER, président de l'Union des Etudiants Juifs ; A. SADENFIS (Union des Sociétés Juives ) ; Isi BLUM (Anciens Combattants Juifs ) ; Ralph FEIGELSON (A.J.A.R.). Le 2 décembre à Lille, notre ami Roger MARIA, membre du Notre Comité de St-Quentin a joué un rôle actif dans l'organisation du grand rassemblement contre l'installation de bases allemandes, qui s'est déroulé, sous le signe d'une large union, le 13 novembre à Laon. JO Jacques AM S, coiffeur, 17, rue de Nancy, Paris (l0°). Chaussures ANDRE. « AIDE MEDICALE », Dispensaire, 14, rue de Paradis, Paris (10'). - ARRITOURER, chemises, pyjamas, 4, rue Barda, Paris (3"), ARTISANS ET FAÇONNIERS, 14, rue de Paradis, Paris (10") : GRAND BAL le 12 février 1961, à l'Hôtel Moderne. ALESIA FOURRURES, 105, rue d'Alésia, Paris (14'). BAULIP, Tricots, 19, rue de Cléry, Paris (2'). Disques BEL-AIR. BIAL (Habillement Hommes-Dames), 8, rue La Fayette, Paris (9°). CERESOLE, Joaillier, 16, rue Royale, Paris (8'). J. W. CHUNN, Parfums, 43, rue Richer, Paris (9'). CHEZ CHALOME, Restaurant, 9, rue de Trévise, 2, rue Mont yon, Paris (9'). CLIMATS, Librairie, 43, rue de Clichy, Paris (9'). COOPERATIVE de T.S.F., 192, rue La Fayette, Paris (10'), COMPTOIR DU TRANSITOR, 7, Bd Saint-Martin, Paris (10'). COMPTOIR DU DISQUE, l, rue René-Boulanger, Paris (lO'). Rivoli Musique, 134. Rue dt:: RiVOli. DAJEZ, Papiers pe'ints, peintures. 98, Bd de Ménilmontant, Paris (20°). DOUBINSKI Frères, MeuÎJles, 14U-144, rue de Paris. MONTREUIL. ERRO, Vêtements Hommes et Dames, 21, Bd Bonne-Nouvelle, Paris (2°). EUROPCARS, location de voiture sons chauffeur, 11, rue du Champ-de-Mars, Paris (7°). FELIX et Fils, Vêtements de pluie ACQUAVIVA, 31, Bd Bonne-Nouvelle, Paris (2°)' FEMIN, Prêt à porter Dames, 45, rue de Cléry, Paris (2'). FISCHER Radio-Télévision), 96, Bd Magenta, Paris (lO'). Disques FONTANA. FUCHS (Imper-Habillé), 28, Bd de Strasbourg, Paris (10'). Librairie du GLOBE, 21, rue des Carmes, Paris (se). EDITIONS GRASSIN, pour le livre de Raph FEIGELSON « ECRIVAINS JUIFS DE LANGUE FRANÇAISE ». Henri HALPHEN (habillement), 52, rue de Passy, Paris (l6°). Grand HAMMAM ST -PAUL (bains), 4, rue des Rosiers, Paris (4°). Ets JACOBS Max (Prêt à porter), 53, rue Réaumur, Paris (2°). JOFFO, coiffure, 8, Bd de la Madeleine, Paris (8 e ) ; S, Place Victor-Hugo (16') ; 78, Avenue Raymond-Poincaré (16') ; 128 ter, Bd de Clichy (l7') ; lS, rue de Strasbourg (10°) ; 102, rue St-Lazare (9') ; l, rue d'Hauteville (10°) ; 86, rue de ClignancOl,rt (18') ; 7S, rue de Rivoli (4) ; VAL d'ISERE : Résidence JOFFO. IKAHAN et FILS, vêtements garçonnets et jeunes gens, 113, rue d'Aboukir, Paris (2"). RARPIK (vêtements dames), 39, Bd Magenta, Paris (10'). L.A.H.O., Matériaux Travaux Public~ 134, Avenue Aristide-Briand, Bagneux (Seine). MARSAL, chemisier-tailleur, 90, Av. des Champs-Elysées, Paris (80). Brillant succès du DEUX mille Parisiens ont envahi la Salle Pleyel, le dimanche soir 20 novembre, pour le traditionnel gala du M.R.A.P. Dans cette ambiance amicale, chaleureuse, tous furent enchantés par le magnifique spectacle que présenta André Chanu, de la ît.T.F. Le rôle redoutable de nous accueillir en musique était tombé, si je puis dire, entre les mains du pianiste noir américain Bart Taylor et de son trio de jazz. La salle crispée, au début, se détendit peu à peu en écoutant cette excellente formation qui brillait tantôt par la remarquable synchronisation de la batterie, de la contrebasse, et du piano, tantôt par les improvisations du pianiste. Puis apparurent sur la scène ... les « Enfants terribles n, de Colette Salomon. Terribles ! c'est bien le mot qui convient pour qualifier les prouesses de ces jeunes filles de 16-17 ans, élèves du professeur de l'école de danse du Chatelet. Elles évoluaient avec grâce et agileté, faisant des pirouettes ou des pas de polka, pour finir méme sur un frenchcancan endiablé. Après le jazz, a.près la danse, place au théâtre ! C'est ainsi qu'André Chanu annonça Renée Faure et Jean Marchat, de la Comédie Française. Très dignement les deux grands et no· bles sociétaires de la très respectable maison s'empressèrent de nous donner un échantillon de « l'Ecole des Femmes » de Molière, mais dans un language peu co'.}- EN BELGIQlJE Pour la première fois, nos lecteurs de B€:lgique auront une page spéciale dans « Droit et Liberté ». Cette page (qui remplace celle-ci dans l'édition belge) est rédigée par les soins du Cercle Culturel et Sportif Juif de Bruxelles, dont nous avons déjà signalé !'excellent travail dans le domaine antiraciste, et qui, depuis deux mois, s'emploie à la diffusion de notre journal.

  • Comme nous l'avons annoncé, le même

groupement a organisé le samedi 19 novembre, une conférence où notre secrétaire général, Charles PALANT, a parle du racisme et de l'antisémitisme en ld60. Cette conférence a remporté un très vif succès. Une foule nombreuse avait em;ahi la grande salle du Cercle, et occupait jusqu'aux couloirs. L'exposé de Charles Palant fut suivi d'une discussion passionnante, à laquelle seule l'heure tardive mit fin. rant au Français, à vrai dire, puis qu'il s'agissait de l'argot. Un immense éclat de rire emplit la salle. ... Et ce fut dans sa robe noire, l'apparition de la' très charmante chanteuse israélienne, Rika Zarai. Elle nous adressa le salut de son pays, par une chanson mi hébraïque mi français « Evenu chalom alekhem n. Nous eûmes le plaisir d'entendre quelques mélodies folkloriques israéliennes. C'est pourtant en français, . avec « Le petit chemin n, qu'elle nous quitta ... Le rideau tomba et André Chanu revint sur scène pour annoncer... 'André Chanu. Il déclama deux-très beaux monologues, nous rappelant qu'il est non seulement un présentateur, mais aussi un comédien de talent. Puis vint Renée Lebas ! Accompagnée par Emile Stern elle chanta quelques-uns de ses plus grands succès : « Deux tourterelles n, « Le soleil », « Margot n, le grand succès d'Aznavour « Je ne peux pas rentrer chez moi » ... et « Ma mère n, transposition en français du célèbre air yiddish « Ma yiddische Mammé n. Nous aurions aimé longtemps encore admirer sa belle voix grave, qu'elle sut tour à tour rendre gaie ou pathétique, avec cette envoutante sensibilité qui n'appartient qu'à elle. Lorsque les iumières s'allument, pour l'entr'acte, Charles Palant, secrétaire générai du M.R.A.P. remercie en quelques mots d'amitié le public, les artistes, tous ceux qui ont contribué au succès de la soirée. Brièvement, il évoque l'action du M.R.A.P. devant les grands problèmes de l'heure. L'entr'acte fini, c'est le tirage des bons de soutien du M.R.A.P .... Et l'on enchaîne sur la seconde partie du spectacle. Voici, sur scène, le premier Grand Prix Eurovision de la chanson, . Jacqueline Boyer. En robe bleue bouffante, la fille de Lucienne Boyer et de Jacques Pills apporte une bouffée d'air frais. On entend avec joie ses nouvelfes chansons, telles « Quand on s'aime n, ({ Comme au premier jour n, de même que « Tom Pillibi n. Tous ceux qui comme moi ont un faible pour la danse et pour la musique espagnoles furent séduits par l'apparition d'une des plus grandes danseures de flamenco du monde, une él ~ve de l'Argentina, Espanita Cortez, danseuse étoile de l'Opéra. En longue robe blanche à traine, puis en robe jaune à rayures multicolores, elle interprète tour à tour deux danses typiques

« Soleares n et « le Tango de Cadiz

n, accompagnée par le guitariste Francisco Gil. Et maintenant voici, un genre tout différent

René Louis La//orgue. En complet

beige, avec sa moustache célèbre, il vient nous tenir compagnie avec « Colom- La Cravate MARINA, cravate, écharpes, 15, rue de Cléry, Paris (2'). Les tissus J. L. MARMOR, Paris. Restaurant MAX, 3, rue N.-D.-de-Nazareth, Paris (3'). La « MONTAGNE PELEE », Restaurant, 13, rue Tournefort, Paris (5°). MODERNE PALACE HOTEL, 8, place de la République, Paris (11'). M. P., montres et bijoux, 8, place de la Madeleine, Paris (8'). Magasins « AU MUGUET ». B. MULAR, tapiss'ier-décorateur, 42) rue M Jnge (S') ; 1 10, rue du Château Paris (l4'). . Editions Fernand NATHAN, 18, rue Monsieur le Prince, Paris (6°) . NAUTIQUE SPORTIVE, 18, rue Pradier, Paris (19°). NIAGARA, vêtements de pluie, 23,2S, rue J .-J .-Rousseau, Paris 1 er. NICO-SUZANNE, tissus, 12, rue de Steinkerque, Paris (18°). OASIS, Restaurant, 12, rue Git-Ie-Coeur, Paris (18'). Julien OBAR, Habillement Fémin'in, 65, Bd Rochechouart, Paris (18")' ODIOVOX, Radio-Télévision, 124, Avenue de Général-Leclerc, Paris (14"). OFFICE VOYAGES LAFAYETTE, 78, rue La fayette, Paris (9"), O.S.I., disques étrangers, 26, rue des Rosiers, Paris (4°). .PAMELA, Elégance Féminine, 6, rue Halévy, Paris (9"). PARIS-CHENE, Meubles, 17, rue de Rivoli, Paris (4°). L'eau de table PERRIER. PIPOLIN-RIQUIQUI-ROUDOUDOU, jOllrnaux pour enfants. PERELMAN, Boulangerie-Pâtisserie, 40 bis, rue Fg-Poiss"'1nière, Paris (l0"), PHOTO RADIO CLUB, 6, Bd Sébastopod, Paris (4'). PLACAGE DU SUD-EST (Bois), Albigny-sur-Saône (Rhône). Librairie « PRESENCE AFRICAINE », 42, rue Descartes, Paris (5'). Q'TlPS, coton-boules, coton-figes. RAMS, chemisier, tailleur, l, rue Washington, Paris (8'). SILHOUETTE (Retouches-Service), 49, rue de la Victoire, Paris (9'). SCHNEIDER, Radio-Télévision. SOCRATE-TAI LOR, S2, rue La Bcëtie, Paris (8'). SPORT JEUNE, 103, rue Réaumur, Paris (3'1. Ets SOLFIN, 8, rue de la Douane, Paris (10"), SOSKIN, Meubles, 99, Avenue du Maine, Paris (l4'l. TELEMARQUE, 83, rue Fg du Temple, Paris (11°). TEXTILE-DIFFUSION, 22, Bd Rochechouart, Paris (18e ) ; 14, rue d'Avron , Paris (20°). __ T.'K.R. (IK. RICHMAN) TRICOTS, 243, rue St-Martin, Paris (3"1. _ TRANSTOURS, Voyages, 49, Avenue de l'Opéra, Paris (2°). TRICOTS VIENNA, 40, rue de Montmorency, Paris (3"). UNION DES ENGAGES VOLONTAIRES ET ANCIENS COMBATTANTS JUIFS, S8, rue du Château-d'eau, Paris (10' ), Grand Bal le samed'i 24 décembre 1960, Salons du Polais d'Orsay. VILEY, Habillement Masculin, 2S, rue La Boëtie, Paris (8"1. WAIS, Aux Poseurs de Lino, 46, rue de Rivoli,' Paris (4"). _ Chaus~ .. res WINDSOR, 38, Avenue de l'Opéro, Paris (2") ; 9, Bd des Italiens, Paris (2") ; 24, rue Royale, Paris (8e). gala du M.R.A.P. 1 bine », « Chiens et Chats », « Quand la valse est là » et le « Bois de Meudon n. Toute la salle '5uivait amusée, ses mimiques cocasses, tandis que sa voix chaude et nuancée semblait vouloir nous entraîner dans la danse. Nous aurions volontiers accepté, mais André Chanu repa· rut alors : le spectaCle était fini. Dommage! Max SEMORY. LES PERSONNALITES Les personnalités suivantes ont honoré de leur présence le gala du M.R.A.P. M. le Président Léon LYON-CAEN et Madame; Mme Suzanne COLLETTEn: AHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; M. le Pasteur BOSC, représentant le Mouvement de la Paix; M. Georges LAURE, secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale; M. Félix ANGEL, représentant 1a C.G.T.; M. Robert BALLANGER, député; Mme Suzanne CREMIEU X, sénateur du Gard; Mme Rellér DERVAUX, sénateur de la Seine ; M. Serge HUBER, membre du Comité Central du Parti Communiste Français; M. Léon HOVNANIAN, ancien député; M. Roger DAUPHIN, directeur de la revue de l'Abbé Pierre « F'aim et Soif »; Mme Georges HUISMAN; M. Georges. \\·ELLERS, vice-président de l'Union des Associations de Déportés et Internés et Familles (U.N.A.D.I.FJ ; Mme Denise DECOURDEMANOHE, secrétaire générale de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; M .. le Professeur Marc-André BLOCH ; les docteurs KLOTZ et BACCOUCHE; M . Haïm BENVENISTE; M. Justin BELSIE. président de la « Famille Antillaise »; M. Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et ]'Entr'aide; Mme ZERBIBE, représentant. l'Alliance Israélite Universelle ; M. STAMFATER, président de la Fédération der. Artisans et Façonniers ; M. MA.KOUKE, représentant l'Association Générale· cles Etudiants Guadeloupéens; Mlle Jacqueline STAR ER, secrétaire générale del'Union des Etudiants Juifs de France. Avez-vous gagné? Le tiroge des bons de soutien, émis en 1960, a eu lieu au cours de notrr Golo antiraciste. Ci-dessous, la liste des numéros gagnents : Un voyoge en U.R.S.S. . .................................. . Une croisière en Grèce . ..... .. . . , ............. . . ........ . . Un électrophone .............. _ .. ..... . ...... .... . . . ..... . Un transistor .......... .... _. . ..................... ... ... . Une montre-brocelet ....................................... . Un appareil « téfifon » .•...........•..........•..•........ Une trousse de toilette en cuir ............................. . Un Uvre d'art Picosso ....... _ .................. . .......... . Un appareil photo « Baby Flash " ... ....... .... .. _ .. . ....... . Un livre d'ort (Jean Effel) .................. _ .... _ ......... . Un livre d'art ( Le massacre des Innocents) ... " ................. . Une robe .... .... ... . .......... ... . ...... ......... . .. ... . Un manteau pour bébé .. . .............. . ................ . Une robe de chambre pour bébé ............................. . Un manteau pour bébé ................. . ................. . Un anorak pour bébé ........ .. ......... . .. .. ... . . ... . . ... . Un manteau pour bébé ........ _ . ..... . ........ .... .... ... . Un grand microsillon artistique ' . ... .... . . . _ ............... _ . Les numéros suivants gagnent un disque : 052.576 059.460 114.527 146.591 123.644 148.038 OS2.761 009.347 058.724 000.866 053.983 050.049 147.066 057.413 050.043 '054.237 050.869 055.936 006.357 - 006.668 - 006.704 - 007.531 - 056.489 - 102.371 - 110.667 - 145.007 - 147.305 - 149.654 - 159.9'04 Une reproduction de MCJtisse . .............. .. . .. . .......... . Une reproduction de Picasso ................... . . _ ........... . Trais paires de bas ... ..... . ... ... ........................ . Une paire de chaussures dame ............................... . Une chemise d'homme (popeline) ........................... . l.e~ numéros suivants gagnent un livre : 052.84~ 121,916 103,452 146.361 051.466 000827 - 006.585 - 050.509 - OS4.086 - OS5.386 - 056.187 - 056.935 103.599 - 112.115 - 114.308 - 114.504 - 120.069 - 120.853 - 121.247 122.742 - 122.765 - 124.775 - 148.743 LU • VU • ENTENDU 11 Racisme et Prix littéraires rJprtès sa dR»Ussiott eût J~ (SUITE DE L.A PAGE 1) BEeK, notre action Que ce double choix met en jeu. La décision du lauréat du Prix Goncourt, M. Vintila Roria, de renoncer à son prix ne met pas un point final à j'incident. Voici donc un écrivain Qui fut, de son propre aveu un nazi, notoirement militant, Qui écrivit des articles inspirés par un antisémitisme virulent et Qui à l'heure où la France sombrait dans le gouffre de la défaite n'avait pour elle Que des paroles d'une insolence maurrassienne, indignes de ce grand peuple roumain auquel il appartenait et dont l'amitié pour notre pays fut une des valeurs permanente~ de son patrimoine spirituel. Sans doute les jurés du Prix Goncourt ignoraient-ils tout cela et - soit par générosité, soit par jeu de compensation - jugèrent-ils élégant de se pencher sur le drame de l'exil comme ils s'étaient penchés à travers André Schwarz-Bart sur le drame de la persécution. Sans doute ce journal d'Ovide (Dieu est né en exil) n'est-il pas sans mérite et je ne retire rien pour ma part de l'éloge Que je faisais, en le lisant, de ce genre d'évocation, réserve faite d'une prétendue conversion du poète latin au christianisme Qu'aucune donnée hi storique n'autorise à imaginer. Mais les documents révélés sur le comportement de l'auteur devaient amener à reconsidérer entièrement le problème. Il n'est pas Question ici d'une position politique, mais de la plus élémentaire morale. - Un jury français ne peut couronner celui Qui s'est rendu par la plume complice des plus grands crimes de l'histoire et Qui offensa la France aux pires heures de son destin. Le repentir, même s'il est sincère, exprimé par l'auteur aujourd'hui, devrait comporter plus de modestie. Des millions encaissés grâce à cette récompense indûment obtenue devraient aller, selon le voeu d'André Wurmser, aux rares survivants de la déportation ou à leurs famjl1es ou aux organisations antinazies. Si les saints eux-mêmes, comme l'objecte M. Vintila Roria, ont commis des péchés en leur jeunesse, ils savaient les expier autrement et n'étaient pas candidats au prix Goncourt. Allons plus loin Que cette erreur personnelle accomplie par le jury. Dénonç? ns à travers elle, si elle n'était réparee - autrement Que par la seule renonciation du candidat - ce coupable oubli des sacrifices, cette lâche absolution inspirée par un prétendu « r éalisme européen » dont la France serait la première victime. Cette même indifférence Qui lais·· se r éarmer l'All emagne. qui abêtit de toutes manières la jeunesse. à ce point qu'elle montre souvent une totale ignorance ou une inconscience déconcertante devant la mort et la torture qui ont frappé ses parents il y a moins de vingt ans. 1 e porte trop d'estime à nos Goncourt pour leur prêter de tels sentiments. Leur bonne foi a été surprise. Les réactions de l'opinion se sont avérées des plus réconfo rtantes : Clue la F rance en t?u~ les domaines, témoigne de plu~ de VIgIlance et de plus de fidélité ! L ' « AFFAIRE» du Pri~ F émina est à la fois plus limitée et plus controversée. Si le suj et de la P orte R etombée dont T chekhov avait fa it un chef.-d'~uvre dans La Cerisaie. n'est pas sans attrait j'avouerai nettement que le style de la ro~ TIlanciêre, provinciale française m'a paru très infé rieur à celui de l'écri;ain étranger. Une déclaration du M.R.A.P. Voici le texte de la déclaration rendue publique par le M .R.A.P., Gprès qu'eût été révélé le passé na· zi du Prix Goncourt : C'est avec une prOfonde émotion que les antiracistes ont appriS l'attribution du Prix Goncourt à un personnage qui s'est signalé pendant la dernière guerre, par une propagande zélée en faveur du nazisme et par de violentes excitations à la haine contre les Juifs, alors livrés aux pogromes et aux déportations. L'oeuvre et l'écrivain honorés chaque année par le Prix Goncourt sont non seulement désignés à l'attention favorable de l'opinion française, mais appelés à témoigner devant le monde de notre culture. Si le choix de 1960 devait rester fixé sur Vintila Horia, ce serait pour le Prix une tache ineffaçable, en même temps qu'une intolérable atteinte au prestige de la France. Le 1er décembre 1960. Là, ce n'est pas la personnalité de l'auteur qui est en cause ; ce sont cert~ ins pas~age~ de son oeuvre, quelques lignes qUI m ont paru et pa raîtront à tous les militants antiracistes tout à fait inadmissibles. Je passe sur le personnage de « Se~f~t! , être immonde, petit métè- 9ue demt-Jutf astucieux » qui correspond a la sotte et conventionnelle vi sion de l'antisémitisme, pour relever cet indigne couplet sur les poux, prêté bien injustement à un courageux garçon de France qui part pour Londres et tombera dans l'aviation de la France Libre. Que ce jeune homme se dise : « les poux des ghettos de P ologne ou d'Autriche crasseux, sordides et (Jeut-être haïssables étaie1Jt des êtres humains » voilà une constatation offensante, quelqu~ soit le sentiment qui l'anime. Les poux ont-ils une nationalité du Languedoc à la Bukovine ? Et de quel droit Mme Louise BellOCQ se permet-elle de traiter avec cette condescendance les coreligionnaires de Bergson et d'Einstein dont la culture, sinon la fortune, vaut éviclemment celle des notables bourgeois dont se réclament les per sonnages de son roman. Je regrette que certaines dames du Fémina, dont l'intelligence est pourtant fort avertie, ne se s.oient pas montrées plus sensibles à de telles erreurs. Cellesci sont plus qu'une indécence verbale. Elles traduisent un état d'esprit, une commisération méprisante qui, si elle n'admet pas que l'on jette les enfants juifs au four crématoire, tient pour un dogme indiscutable la hiérarchie des races. Mme Béatrice Beck s'est honorée - et nous n'oublierons pas son geste - en se désolidarisant avec éclat d'une telle conception, d'un tel verdict. Toute notre action tend justement non point à P.sovoquer des réactions de pitié rétrospective (il n'y a guère de mérite aujourd'hui à pleurer sur le martyr des centaines de milliers d'Anne Frank) , mais à di ssiper_les mensonges qui préparent ces catastrophes. L ORSQUE nous dénonçons ce double choix, nous ne prétendons pas mêler littérature et politique - la république des lettres doit rester à l'abri de toutes les intrusions gouvernementales et partisanes - mais exiger pour de hautes récompenses françaises un minimum de moralité française et humaine. Le souvenir est trop récent, la blessure trop saignante pour que nous restions indifférents devant ce genre d'absolution d.'un ancien nazi, pour que nous acceptions de voir rééditer, fût-ce sous la forme la plus apitoyée, des mensonges qui ont entraîné la mort de tant de millions d'innocents. Pierre PARAF. Beatrix C'est dans la fièvre des grandes batailles que Beatrix Beek nous a reçus : interviews à la radio, articles, appels téléphoniques... En de· mlssionnant du jury du Prix Fémina, elle avait déclenché une tempête. Son geste toutefois. il faut le reconnaître - et elle le reconnaît elle-même - n'a pas toujours été compris Quoi ! Tant d'émotion pour quelques phrases dans un gros roman ~ C'est pourquoi nou,, avons tenu à lui donner la narole ici. - J'ai lu et relu , nous dit-elle, ces phrases, qui avaient d'emblée soulevé mon indi· gnation . .Teles ai analVsees de très près, p.t replaCées dans leur contexte. Et cela n'a fait que me confirmer dans mon attitude De quoi s'agit-il donc ? Le héros du livre de Louise Bellocq, « La porte rptombée », est un jeune homme, Miche!. que l'auteur qualifie de « merveilleux» et compare à Saint-Michel Archanae. Il s'engage dans la Résistance, où il mourra héroïquement. Et, avant son départ pOUl Londres, il se livre à un monoloaue intérip. ur sur les mobiles q'lÏ déterminent sa décision. Evoquant les Juifs persécutés, il se ré· fère tout d'abord à Raskolnikov, le héros de « Crime et Châtiment » : « Quand Raskolnikov a tué l'immondfl usurière, il a pensé : pourtant, ce poux était un être humain. » C'est le point de départ de son raisonnement. Il explicite ensuite la comparaison

« Les poux des ghettos de Pologne

ou d'Autriche. crasseux, sordides et peut-être haïssables étaient des êtres humains ». Et, deux pages plus loin, il insiste

« Il m'est une injure personnelle qUE'

des Juifs inconnus meurent en tas dans la 'chambre à gaz. Ces poux sont des êtres humains. Ces poux sont deI êtres divins. )l Béatrix Beek parle ave~ passion certes .. mais c'est la passion de la justice, de la vérité. Son analyse est indiscutablement solide. Elle dit encore : - C'est vrai, il y a de la part du personnage, ce qu'on pourrait appeler un « bon sentiment ». Mais il se mêle au me· pris, au préjugé. Même humains, même divins, il n'en considére pas moins les Juifs comme des poux, comparables à l 'usurière tuée par Roskolnikov ... - Parfaitement. nOlJS dit ... Beatrix Beek en conversation avec Albert Lévy - Cet antisémitisme « humanitaire )l, c'est justement ce que je considère comme particulièrement dangereux, plus peutêtre que les insultes et les appels au meutre. - Un écrivain peut cependant créer un personnage antisémite ... - Bien sûr. Mais il convient que ce personnage soit vrai : s'il est vrai, le caractère inhumain de l'antisémitisme apparattra, ce qui sera une condamnation. Celleci ressortirait normalement du portrait d'un antisémite réalisé par un authentique écrivain. Mais Mme Louise Bellocg a idéalisé son personnage, et de ce fait, l'antisémitisme n'est nullement condamné. Cela traduit à la fois la mentalité de l'auteur et les faiblesses littéraires du livre. - Nous avons, quant à nous été très touchés par votre geste. Mais des gens de bonne foi ont estimé que c'était beaucoup de bruit pour rien ... - Je suis heureuse de l'avoir fait, ce bruit. L'antisémitisme, c'est comme un barbiturique. Il fait le mal par petites doses qui peuvent paraître ino1fensives. Or il y a là un antisémitisme insidieux, dangereux, qu'il fallait démasquer pour empêcher l'intoxication du lecteur. Actuellement, l 'antisémitisme, le nazisme, se manifestent de nouveau, de tous côtés. Il ne faut rien laisser passer. Qu'on soit juif ou non, on doit être révolté par de tels sentiments. Ma satisfaction c'est que, maintenant, les lecteurs du ?rix Fémina, attribué ainsi contre ma volonté, seront au moins avertis, conscients de ce qu'ils lisent. Un peintre revient du GHANA ... Hélène HYGRECKOS L . AFRIQUE Noire est devenue le grand pôle d'attraction de notre temps. Hier , elle n 'attirait que les grands chasseurs, les écrivains en quête d·évasion. Aujourd'hui s'y succèdent hommes pOLItiques et journalistes, techniciens et savants. Et ce n 'est plus la découverte du « primitivisme » à l'état pur qui les amène dans la jungle, mais la conscience que notre société vit sur ce continent dés bouleversements appelés à la transformer irrévocablement. Une jeune Farisienne, une artiste, a vécu quelques années en Gold Coast. EH':! y a assisté à une étape décisive de la décolonisation : la naissance du Ghana. De retour à Paris, elle y couve une grande nostalgie des pays africains qu'elle a traversés, des hommes qu'elle y ft n.ncontrés et qu'elle a vu affronter avec enthousiasme les difficultés de l'indépendance retrouvée. Hélène Hygreckos, Parisienne de souche malgré ses deux noms d'origine heLl ène, a vécu au Ghana de 1955 à 1959. Engagée comme professeur de dessinpeinture et d'histoire de l'Art par le « British Council », elle y était, selon stf' propres termes, « la seule femme bla nche Qui travaillait ». - J'avais des élèves appartenant à toutes les classes sociales. Les cours étaient gratuits et des noirs, même démunis de moyens, venaient apprendre l'art de peindre. J'ai pu constater que les noirs font montre, en général, d'un goût très sûr. Pour ma part, l'influence anglaise a produit une déformation regrettable et qu'il n'est pas facile à combattre, - Mais vous n 'avez pas vécu tout Le temps dans votre école? - Non, bien sûr, le climat invite à sortir, à vivre plus près de la nature. Dès le matin, je m'installais sur des caisses parmi les vautours qui s'occupent encore avec efficacité du service de la voirie. Je cl'oquais et peignais les gens qui m'entouraient. Leurs portraits m'ont donné, à leurs yeux, un certain prestige. Ils m'avaient surnommée « the Maternité hand photographer « (la photographe à ma,in). C'est joli, n'est-ce pas ? - Très.. . mais les Ghanéens ont-ils des réalisations propres, notamment sur le plan artisanal? - Bien entendu. Les créations origi. naes des artisans noirs ont beaucoup plus de caractère que les objets et instruments sortis des usines anglaises. - Vos contacts avec la étaient-ils faciles? population - Il m'est agréablc de relever que ma qualité de Française m'a donné plus de facilité dans mes contacts avec eux. Cependant, je ne voudrais pas rejeter tout ce que les Anglais y ont fait. Ils ont été particulièrement habiles lors du passage du pays à l'indépendance. D'ailleurs, dans ce pays, où l'on parle 29 dialectes, l'Anglais - ou plutôt le « pitjin-english » - est restée la langue nationale et coul ·ante. - Comment s'opère la r encontre entre les traditions et le modernisme ? - Les Gahnéens, même ceux qui appartiennent à l'élite, sont actuellement les seuls Africains noirs à respecter le costume national, une sorte de sari long de 7 yards qu'ils nomment Ashanti Clotho Les noirs sont en général très curieux, avides de s'instuire et de connaître. Pourtant, l'assimilation aux coutumes a nglaises ne se fait pas toujours san~ que l'on puisse relever des conséquences négatives. C'est l'artiste qui s'exprime actuellemEnt plus que la sociologgue. - La l.\ature du Ghana est extraordinaire, c'est le seul coin d'Afrique où le modernisme agressif n'a pas encore détruit tout caractère authentique. De plus les noirs ghanéens sont très beaux (l'artiste en témoigne dans ses admirables portraits), ils ont un port de tête extraordinaire. Malheureusement, il ne m'est pas donné de partager la nostalgie de ma cna rmante interlocutrice. Je n 'ai pas vecu au Ghana. Ce que j'ai entendu renforce mon désir de partir à la découverte :lU continent africain. Henry BULAWKO. 12 A la découverte de l'homme Voyages d'hier et d'aujourd'hui EXPLORATEUR quil à partir de ce motl nia rêvé de voyages merveilieuxi pleins de périls et de découvertesl jalonnés d/aventures extraordinaires ? .. Il faut se méfier des mots. De celuilà en particulierl tout miroitant d/images d/Epilnal - souvent les mêmes d/ailleurs dont une certaine tradition a paré les conquêtes coloniales. Ainsi, Alain Gheerbrant est un explorateur. Son expédition Orénoque - Amazone est connue par le film et les livres (1) qu'il en a rappol'té. Il a voyagé à travers l'Afrique et son livre « Congo Noir et Blanc» (2), publié en 1955, reparaît dans les vitrines des libraires avec une bande soulignant son caractère « prophétique » ... Mais parce qu'aujourd'hui, il ne reste, de par le monde, plus grand' chose à « découvrir », et que l'exploration, d 'aven ture est devenue science ; parce que surtout, c'est là le sens même de sa vie, il voit dans l'explorateur, essentiellement un humaniste. Il penche son visage jeune et fin, aux cheveux déjà gris, au regard gris égale· ment, non pas comme i"acier, mais comme une eau courante, et, pesant chaque mot de cette profession de foi, il explique : RETOUR AUX SOURCES - Ce qui m'intéresse dans de telles entTeprises, c'est avant tout l'aspect humain DécoUVTiT d'autTes hommes, c'est tout simplement décoUVTiT l'homme. J 'ai été amené à paTtiT un JOUT, pOUT établiT le contact avec les hommes les plus éloignés de nous dans le temps (disons, les plus pTimitifs). Ce fossé qui existait entTe les La vision de l 'autTe homme était défoTmée par un certain nombre d'écrans, dont le pire est sans doute l 'exotisme. Je me suis beaucoup élevé, pour cette raison, contre ceTtaine conception du folkloTe. Dans mon livre SUT le Congo, par exemple, je paTle de ces fameuses danses specta.culaiTes du Ruanda. Les Belges les ont conservées, et même ont encouragé le Toi du Ruanda à en mainteniT la tradition le plus fastu eusement possible, parce que cela permet de tTès beaux spectacles quand aTTivent des visiteurs de marque, ou quand vient la commission de l'O .N .U. Mais le contenu de ces danses, quel estil ? Personne n'en sait Tien, peTsonne ne s'en pTéoccupe. Il a disparu . d'une règle du jeu pTatiquée de toute éternité, tant et si bzen qu'on ne pouvait pas en concevoir d'autre ... - Certes, les esprits ont parfois du mal à marcher au même rythme que l'Histoire. - PTenez la position moyenne de l 'EuTopéen que son travai l amène à occuper un poste en Afrique noire. Il paTt là-bas marze, donc transportant son pTopre foyeT, qui ne sera pas influencé paT le milieu qu'il va rencontTer. Il essaie SUT place de TeconstitueT le mieux possible sa cellu· le à l'image de ce qu'elle serait dans son pays d'origine et se ferme totalement à l'extéTieuT. Même s'il appTend la langue, c'est un!quement le vocabulaiTe usuel ; il ne s'intéresse pas aux NoiTS. UN ENTRETIEN AVEC Alain GHEERBRANT Et le même phénomène s'est produit pour l'ensemble de l'art africain . Tant que les artistes africains faisaient des sculptuTes ou des masques qui constituaient le SUPPOTt d'une tradition SpiTituelle, d'une culture, leuTs oeUVTes étaient belles et oTiginales. Le JOUT où on leur a enseigné qu'ils n'avaient pas de culture valable, tout en les encouTageant à sculpteT, leur pToduc· tion est devenue formelle, a perdu tout contenu. Résultat : l'effondTement total de l 'aTt africain en deux généTations. Les « grands voyageurs » - et même 'les moins grands - font en général étala· ge des trophées qui témoignent de leurs aventures. L'exoLisme, précisément, préside à la décoration de leurs appartements. - Vous avez parfaitement illustré cette situation en ce qUI concerne le Congo belge ... UN MONDE ABSURDE Lorsque j'y suis allé, la pTesse mondiale publiait des articles présentant le Congo belge comme la colonie modèle. On vivait sur un mythe. En fait, c'est d'une teTme modèle qu'il s'agissait. Le Noir était sorti de son milieu coutumier. Il était soumis à un « nettoyage » extéTieur et intérieur intense, destiné à en faire un homme neuf, dans lequel on pourrait veTser une autre forme d'esprit. Il y avaU notamment le système d'éducation. On ne voulait pas former d'élites : « Pas d'élites, pas d'histoires », disaient les Belges. Avec une certaine naïveté, ils cToyaient pouvoiT modeler ainsi des sortes de robots. D 'ailleurs, ils ne se posaient pas tellement de questions, étant donné qu'économiquement c'était une Téussite, surtout au Katanga ... Je crois que je n'ai jamais été dans un monde qui me paraisse aussi absuTde, au sens kafkéen du mot, que ce monde du Katanga et des grandes sociétés minières. C'était une machine parfaitement constn#· te, mais on avait seulement oublié qu'il s'agissait d'êtres humains ... Alain Gheerbrant penda nt une prise de y ues Tenez, je me souviens de cet ingénieur qui m'avait fait visiter les mines de Jadotville, le grand centTe de l 'Union MinièTe. En me montrant les installations établies pOUT les NoiTS, i l m'expliquait que ceuxci avaient le droit de boire du coca-cola et de la bièTe, que le samedi, ils avaient une séance TécTëative : le cinéma de la mission voisine leur faisait passer des films de Mickey ... Comme je lui demandais s'ils ne faisaient pas de temps en temps un tam-tam, il me Tépondit : « Le tam-tam est interdit, sous peine d'une amende, qui se monte à un mois de salaire » ... deux moments histoTiques que nous r eprésentions respectivement, je me suis po· sé la question de savoir s'il pouvait être comblé, si nous pouvions engager le dia· logue, et si ce dzalogue seTait ( c'est peut· êtTe égoïste) enrichissant pour moi. En fait, c'est par un besoin d'écrivain que je suis parti. L'ethnologie m'a paru répondTe à ce besoin de renouvellement du matériau de travail, au sOTtir de ce vase clos où la gueTre nous avai t enfe rmés. Pour natTe génération, il y avait un besoin d'aiT neuf, un besoin de tTouver l'homme, car le régime auquel nous avions été soumzs nous en avait donné une image déformée et partielle. J'ai commencé paT faiTe une SOTte de retour aux SOUTces ; et puis j'ai remonté le temps veTS nous, vers des communautés humaines de plus en plus pToches. J'ai fai t des voyages, des enquêtes dans différents pays, cheTchant tOUjOUTS la même chose. Je me suis pTéoccupé davantage de ce que ces gens m'apporteraient que cle ce que je pouvais leur apporter. J 'ai re· cheTché à la fois ce qu'il y avait de commun entTe nous et ce qui, dans les différences, pouvait m'enTichiT, en faisant abstr act ion de toute notion de progrès d'eux à moi. HERITAGES CULTURELS Le mot « explorateur » prend ici son sens le plus noble. C'est tout le contraire de ces images d'Epinal où l'on voit le « grand sorcier blanc » épater les « sauvages » ou juger de haut leurs moeurs « ridicules ». Alain Gheerbrant continue : - Pendant toute l'époque du colonialisme, la plupar t des Occidentaux arrivaient dans les pays lointains avec la certitude qu'ils possédaient la science infuse, et que les indigènes ne connaissaient Tien. Ils ne voya:ent aucun dialogue possible. Or ici, dans ce s tudio où Alain Gheerbrant me reçoit, il n'y a aucune de ces oeuvres d'art, authentique ou de série, que l'op. pourrait s'attendre il voir proliférer. Décidément, il n'est pas un explorateur « comme les aut res » !. .. - Ce que j'ai vu d'eftrayant au Congo belge, précise·t-il, c'est l'entrepTise de démoiition univeTselle, systématique de toute véTitable pensée, de tout l 'héritage culturel noiT. Chez nous, beaucoup sourient lOTs qu'on parle de l 'héritage cultuTel de peuples qui en sont tout juste, par exemple, à l'âge du bTonze. C'est absuTde : tout homme, quel qu'il soit, a un héTitage culturel. Ceux qui sourient, d'ailleurs, ne manqueTont pas, r. ['occas ion, de di re qu'ils aiment le~ « arts primitifs » parce que c'est la mode ; ils TegardeTont avec; admiTation les ob1ets en os du magdale· nien, reconnaîtront que ce sont des chefs .. d'oeuvTe et souhaiteraient en posséder dans le UT v.'tr ine. Mais i l:; dénient à ces hommes vivants le droit d'avoiT une culture. Dès lors, le d'a'oque est impossible. Un f ossé se creuse, qui ne peut étTe comblé que paT une explosion, paT la violence. UN EGOCENTRISME TENACE - Comment expliquez-vous cet état d 'esprit ? - Les EUTopéens font preuve d'un égocentTisme tenace. Il y a plusieurs années déjà qu'a eu lieu la conféTence de Ban· doung, et les gens commencent à peine à se r endTe compte que d'autres existent, avec les mêmes dToits que nous sur la planète. Et enCOTe ne sont-ils pas tTès convaincus . M ême parmi les diplomates occidentaux, combien sont secTètement, voiTe ouveTtement gênés devant les transfOTmations qui se manifestent à l'O.N.U. C'est comme si on faisait fi, tout li. coup, Cette phrase terrible m'a été dite en toute ingénuité. Et comme, à la fin de nos entretiens, je m'cttorçais de montreT à cet homme .l'absurdité et les dangeTs de ce système, il finit par me diTe : « Ecoutez, en tout cas, chez nous, les Noirs grandissent, grossissent et deviennent moins laids qu'en brousse ! ». Cette idée d'un peTfec· tionnement pUTement quantitatif, et paT Tapport à des canons fixés par les maîtTes seuls, voilà qui Illustre parfaitement l 'état d'espTit coloniali ste_ Je crois que c'est la phrase la plus teTTifiante que j'aie jamais entendue ... UN VERITABLE COMMERCE HUMAIN - Rares sont ceux qui aujourd'hul voyagent pour connaître les autres peuples ... - le fait que les voyages se soient généralisés depuis un si cie a diminué la qualité moyenne du voyageur. Au temps de MaTCO Polo ou de Bougainville, de Humboldt ou de Darwin, les voyageurs étaient vTesque tou jours des humanistes. très cultivés pour leur époque, i ls allaient r éellement à la découveTte des autTes hommes, et voulaient poser avec eux les bases d'un véTitab le commeTce humain, dans tous les sens du mot. Tout cela a disparu avec l'intensification des voyages, qui ont cessé d'être un moyen de se connaître et de s'éduquer, mais sont un mOJjen de gagneT de l'argent plus vit e et plus facilement... Les gens vont à î extéTieuT dans la pensée de rentTeT le plus vite possib le, et, f eTmant les yeux au monde qui les entoure, n'v puisent aucun enTi chissement . - Et ceux qUl ne voyagent pas ? ... - Ceux-là sont plus excusables. S'ils ne s'intéTessent pas aux autTe ~, c'est peut· être parce qu'ils n'ont pas le temps . L ·ac· célération de la vie, SUTtOUt la vie citadine, devient telle que la plupaTt des . gens ne recheTchent que la distraction Zif où, autTefoi s, ils Techer chaient la culture. Or la distraction, on la trouve dans l'exotisme, qui ne demande pas que l 'on cherche à compTendre quel est le système de perception et de pensée de l 'homme qui a été élevé SUT des bases dittéTentes des nôtTei.._ UN ESPOIR: LES AUTRES Ces propos amers, Alain Gheerbrant les tient en connaissance de cause. Faut-il donc se résoudre à ce cloisonnement de l'humanité que les progrès t echniques, l'évolution ~ ociale semblent démanteler chaque jour davantage ? A part quelques cas privilégiés, les dialogues qui s'instaurent par la force des choses ne peuvent· ils être que des dialogues de sourds : Non. Il y a une issue. - L 'issue, on peut l 'espéTer des autTes. souligne Alain Gheerbrant. ContraiTement à beaucoup de gens qu'inquiète cette ir.· trusion du « tiers monde » dans le concert des nations, je pense que la jeunesse et la curiosité de tous ces peuples peut être très utile à l 'humanité, et que nous POllvons nous-mêmes en bénéficier. Tenez, il y a six mois, j'étais en Algér ie. Dans une grande ville, j'ai Tendu visite à un important libraiTe. Je lui ai demandé comment maTchaient ses attaiTes, ce qu'il vendait. Il m'a Tépondu : « Je vends beaucoup de Sartre, de Malràux, de Bernanos. de Camus » et il m'a cité encore d'autres auteurs importants de notre époque. I( C'est tTès bien. Et à qui les vendezv01J. S ? » lui ai-je demandé. Il m'a répon du : « Aux Arabes ». Et comme je lui demandais ce qu'achetaient les Français. il m'a dit : « Il faut dire les Françaises, car les hommes ne lisent pas : les Fran. çaises, elles, achètent les hebdomadaires, les magazines » ... De mêm.:, si l'on parle avec n'importe quel étudiant noiT de Dakar, on simt che~ lui la présence vivante de la cultuTe française dans ce qu'elle a de meilleuT. Ce n'est pas du snobisme, c'est pour lui lU' besoin. Peut-être dans leuT dialogue avec nous pouTront-ils TéveilleT en nous le besoin de connaître, l'humanisme ... Et puis, l'évolution actuelle fait que de plus, les EUTopéens sont obligés de se mé- 1er aux autres non plus dans des rapports de maîtTe à esclave, mais sur un pied d'égalité. Il faut faiTe admettTe aux gens que ceux qui ne sont pas comme nous sont aussi des hommes, que nous n'avons pas à nous ériger en juges, mais d'abord d. essayer de comprendre. Tout en restant nous-mêmei. nous pouvons nous enrichir par les contacts avec les autres. C'est cette connaissance là, à laquelle les livres, les films, l 'éducation scolaiTe doi, vent contribueT, qui est Te fondement ae l'antiracisme. (Interview recueillie par Louis MOUS, CRON.) (1) L'Expedition Orenoque-iAmazone (N.R.F. 1952), Prix Vickings. - Des Hommes qu'on appelle sauvages (N.R.F. 1952). (2) Congo NOZT et Blanc (N.R.F. 1955). DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') T eL: PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER t Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse en· voyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin·Botanique à Bruxelles. Les versements peuv'ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journa l composé e t imprimé pa r des ouvri e rs synd iqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI.

Notes

<references />