Droit et Liberté n°00029 - 1er juin 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°29 (97) du 1er juin 1949 [MRAP]
  • Grandeur de ce combat par André Blumel
  • Lu pour vous par Roger Maria: connaissance d'Israël
  • On blanchit les parvenus de la crise et on augmente le coût de la vie par L. Just
  • Faut-il cacher ses titres de résistant pour être naturalisé par André Fray
  • Jamais dans le même camp que les bourreaux nazis par Marcel Prenant
  • La liberté inséparable de la paix par Jacques Friedland
  • Compte-rendu de la journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix
  • Droit et Liberté en Belgique
  • De la littérature considérée comme champ de bataill

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

LE, COMPTE REN

CONT~RE LE :RA CI'SM,E,

U COMPLET DE LA J URNÉE NA nONAllE L'A TISÉMITISM'E, POUR ·LA PAIX ,; 1 . ,HEBDOMADAIRE FONDE ,DANS ,LA CLANDESTINITE . '. . 1- ÙJi~\94s. . ' , ' '.1,'" ' ~ .Nouvelle,' ~érie, - 'N" 29 (97) Dessin de M. BAHEL Dans ce numéro : Le Professeur Marcel PRENANT

LE GRAND RABBIN J.' KAPLAN

Serge KRIWKOSKI

" DROIT ET llBERTE " EN BElGIQUE' Prix ,: 25 fr. 1 Discrimination raciale ,à la F Dire de Paris Le Comité d 'organisation de • PoIre de Paris a-t-ll liait 9C'emment une dlsc~~mlllatlon ra~ dans la l1épartit(on des !lia,. 't-, On peut, en -ef~et, vw daris le bail de l',.meublement exposallts juifs ' et étràl1g\et'S soIgne __ t ~af'& des autres expo9lUlt!i,- Somrnes-nous toujours au kmp8 I~-::":'~~ __ e~andeu~ de ce C6-mliat par AndréBLUMEL Président du M,R,AP. n E nombre des délégués, leur CGnscience et leur assilb duité, l'éclat des orateurs invités, l'enthousiasme méthodique : tous ces' traits qui ont marql,lé le congrès, tout cela prouve que b fondation du M.R.A.P. correspGndait à un besoin profond des masses. Elles sentent avec précision qu'il faut sortir des bêlements, des aspiratiGns vagu·es, des désirs velléitaires pour venir à une actiGn réglée, fondée SILn l'expérience tragique de ces vingt dernières années. Maintenant, les délégués sont rentrés chex eux. Il ne faut pas qu'après le feu d'artifice du 22 mai, après l'enthousiasme ils retombent dans un train-train quotidien, comme Gn laisse, dans les ruisseaux, les lampions mouillés du 14 Juillet. Il faut d'abord qu'ils lient dans leur esprit les ,CGnceptions, les pensées d'une journée aussi chargée de substance que celle du 22 mai. Ils savent maintenant qu'antisémitisme et racisme SGnt intimement liés et en réalité synonymes. Si les Juifs dans leur pr~pre combat contre l'antis-amitisme doivent s'appuyer aussi sur les races que les fas-cistes qualifient d' {( inférieures )) pour mieux les asservir, ils doivent aussi les aider inlassablement dans leur lutte spécifique pour l'affranchissement ou la libération. Ils ne doivent pas oublier que la « sale guerre 'n, si eUe a cessé dans le Proche-Orient, se poursuit en ExtrêmeOrient. Q UE chaque Jour des hommes dont I~ cGuleur d~ la ~ , peau ne ,oue pas pour nGUS, continuent de s entre- tuer. Que les guerres, même dites coloniales, ont toujo ... rs été parmi les causes des guerres dites mondiales. C'est parce que la Paix est indivisible, qu'ayant forgé leur cGnception de lutte contre .e racisme et l'antisémitisme, nos délégués doivent l'utiliser pGur le combat contre la guerre. Inlassablement, ils doivent se prononcer pour la paix et contre tous ceux qU'i, sous les prétextes les plus précis ou , les plus vagues, appuient et soutiennent les fauteurs de guerre. Et pGur cela un fil directeur est apparènt et solide. Sont contre la Paix ceux qui repoussent l'arbitrage, ou la conciliation, ou les transactions ou les conversations internationales. Sont co'ntre la Paix ceux qui créent l'obsesslGn de la guerre au p'oin't parfois, de n'échapper à la fGlie que par le suicide ••• « Ce n'est pas en faisant la guerre, disait Jaurès; que l'on se débarrasse de la guerre. » AU fOI '0 DU pu,·rs 'MAMAM, us P'TITS BAlIAUX ... _ Il Papa - m'a tout â l'heure demandé mon fils avec l'air fauSSement naïf qu'il prend 10:'$CIu'~1 eSlSaie de m'et.ma.-rasser _ papa, crois-ht qu'il ne fa.io~e pas plu:s 10ngten!1;lS po.ur construIre un avbn qu' une trottinetre. 1» _ « Sûrement si, imbécile ! _ 1u1 ai~je répondu, sentant vaguement que cette conversation insolite allait t_er ~ "'" confllsion. Pourquoi poser des questions stupides 1 Tu me rappelles en ce 'Jm)Q1ent la chanson que tu chantais quand tu avais quatre ans: « Maman, les p'tits bateaux qui sont sur reau ont-ils des jambes ,... li Seulement, tu oH pUlSé l'âge des enfantillages ». _ I( C'est bien mon avis. , Car, si tu admets qu'il faille longtemps pour construire un avion tIIocIerne, tu dois, par la même occasion, reconnaÎtre que tu t'es jusqu'à maintenant tr~é et que, surtout, tes jouTnaux et ta radio se sont moqués de toi ! }) - « Que veux-tu dire· 1 » _ Il Ecoute : dep'uis deux anIS, tu répètes fidèlement ce que tu entends et ce que tu lis. Et, consciencieusement, tu esuies de · m'expiiquer que l'on n'a rien fait de sérieux pour con5~ ruire en France des avions moderlTe5. Tu me prétends que les ministres et les tedaniciens de la libération étaient des inca;pables, des saboteurs ou des Ipréva:icateurs. Tu affirmes qu'ils n'ont pa. fabriqué un seut appareil susceptible de r.valiser- avc: la production étran~ gère. Et tu soutiens que c'es.t leur carence qui oblige le go,.vernement français à acheter systématiquement du rnoatùiel amé:icain! » - « Et puis a'près ? Tout cela me semble certain : les journaux l'ont dit •.. » - Il D'accord, c'est là la versÎon officielle, diffusée pat' la presose à la dévotion du gouvernement. Mais MOrs, explique-rnoi, si tu peux, comment il se fait que · cette même presse est aujourd'hui amenée à reconnaître que le . Salon de l'Ailia·tion est un triomphe pour l'Aéronautique · Française et que les avions expo- · lés font miièuX ' que ,concurrencer lesappareik angfo-saxons ! li - « Peut-être est-ce qu'il s'agit d'a,ppareils mis en construction depuis un an ou deux ? " -.:.. Il Malts non, justement! Un avion moderne Jtécessite au moins quatre ou ciftq ans de constructÎon. Tous les modèles ex,posés '.nt éti Conçus, dessiMl5, '..us en chantier et réalisés par cette équi. 'pe de la J.ibérat'on que l'on essaie de ridiclliiser et de déshonorer

aujoltrd'hui. 'Ce Salon est leur

oe.,wre. It ri rept'ésente pour eux un succès tet qu'il est impossfbte .à fa presse gouvernementale de le passer totolkment SMIS silence. » - « Tu as peut-être raison - ai_je dû reconnaître. Mais alors, peut-être va-t-on maintenant équiper 1es lignes françaises d' .. vions francais l » - I( Vrai, tu es encore !plus Cllédule que je ne le croyais ! - s'est exdatné mon fih, méprisant. Tu n'as donc pas compt'is que l' on trouvera encore autre chose pour continuer cf,'acheter' du · matériel. étranger. "ToutS les prétextes seront bons. L'INGENU. Droit et Liberté If .... ~ .•• ".0_ .. 14,." DI J ..... "Ht .. Rédaction et admimstrati,m 14, Rue de Paradis, 14 Paris XTêl~ phone:PROvence lfO-47 941-48 C.C.P. ParIs 607()'98 Tarif d'abonnement : 3 mois ••..••.. 150 fIs 6 mois ..• • . .• • 300 frs 1 an •••••••.•. 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse, prière de jOindre la dernière bande et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK ~ Imp. C .... trale du crol ...... t, .~ 111, rue du Cro\sl&Dt. Pa.lU. DROIT ET Ll8ERTE 1- Jutn 1949. - N' 29 (91) ,' : .: . \ , par ROGER MARIA Connaissance d'Israël Nous nous excusons de signaler avec quelque retard la copieuse étude de Ri cardo Enquin, parue dans le numéro de mars-avril des Cahiers internationaux sous le titre l'Etat d'Israël est-il une force progressive? C'est un tr-avaij très documenté, dans lequel nous allons relever des éléments d'information et de jugement qui viennent compléter notre revue de presse du ~5 mai sur le même sujet. LES KIBBOUTZIM Il ne manque pas de bons esprits (bien superficiels en l'espèce) qui considèrent que l'écoIlomie israélienne est de struc'ture socialiste. C'est oublier les réalités élémentaires. En ce qui concerne notamment les ' kibboutzim (collectivités agricoles d'Israël), Ricardo Enquin met les choses au point en appelant l'attention sur un aspect trop volontiers oublié de lew: fooctionnement.

Dans ses rapports avec le monde extérieur qui l'entoure, le kibboutz israélien agit comme n'importe quel propriétaire pri yé. Par exe~ple, dans l'achat et la vente de ses prodÛlts, avec la diHérenoe aggravante que tous les établissements agrioo. les d'Israël ne sont pas des kibboutzim. LES REACTIONNAIIOES D'ISRAEL Ricardo Enquin nous informe utilement sur les courants réactionnaires dans la vie politique du nouvel Etat et sur leurs liens internationaux : Les Si.onistes généraux et les Religieux olihodoxes, avec lesquels Ben Gourion forme son gouvernement, ont présenté cer taines revendications conditionnelles au vieux leader sioniste du Mapai, concen'tant Je libre développement de l'industrie privée en Israël. Ce détail révé'lateur l'est d'autanf plus lorsque l'on sait que les Sionistes généraux (qui ont obtenu sept sièges sur lies oeot vingt de rAssemblée ' Constituante d'Israël, c'està· dire ont subi un écbec évident aux dernières élections et n'ont par conséquent plus la puissance qu'ils détenaient auparavant dans la vie politique palestinienne) continuent cepend'ant d'être la grande majorité de la coBectivité sioniste des Etats-Unis. Cette collectiviité sioniste nord. ·américaine prend de plus en plus d'influence extérieure sur le oouvel Etat. C'est cette 001· lectivité qui influe directement sur la politique du Département d' Etat et sur la politique personnelle du président Truman en ce qui concerne le Moyeo. Orient. Ce n'est Un secret pour personne qu'à cbaque élection intérieure cbez l' Oncte Sam, les politiques yanliees se disputent les ({ voix juives» qui représentent, à New-York seulement, en. viron deux millions . et demi, de votants. TROISIEME FORCE ET CANDIDAT DICTATEUR Menacbem neigin, qui aspire à jouer le même rôle à l'égard des Etats-Unis 'lue celui joué par Abdullah de Transjordanje à l'égard de la Grande-Bretagne, est fort bien vu dans certains milieux ultra-réacüonna1l1'es du State Department, 'du Départc ment" de la Défense et des mi· lieux du « big business ) de Wall Street. Mais c'est une force de choc que les Nord Américains gardent eu réserve aduelJement dans le Moyen. Orient. Pour l'instant Oncle Sam préfère l'action plus suave, moins énergique du MaF'aï et de Ben Gourion. Cette manoeuvre américaine entraînant agents stipendiés et dupes compiaisantes dans le même jeu néfaste, ça ne vous rappelle rien ? UNE QUESTION DECISIVE Ricardo Enquin est amené à poser la grave question qu'il est impossible, en toute conscience, de laisser sans réponse : Pourquol, si t'Etat d'Israël est effectivement une f«)l'ce Faut-ï'cacher ses titres Je résistant pour être naturalisé? B ÉCDDOENT, il m'a été donné d'assister à une cérémonie à l'Arc de Triomphe, au milieu d 'un groupe d'Anciens Combattants Volontaires et ~istants étrangers. La, plupart d'entre ete{ portaient des décorations; nombreux' étaient les muti; és. De quoi parlaient-ils, tous ces braves ? De naturalisation. Et de constater qu'un tel et un tel, et tel autre encore s'étaient vu ajourner - ou refuser - leur demande. Un « malin ' m'expliqua qu'il avait tout de même obtenu la nationalité française: comment? Tout simplement en omettant - à dessein - de mentionner sa participation à la résistance ! - VQilà où on en est, quatre ans après la Victoire. Que d'amertumes provoquées par la façon étroite avec laquelle les naturalisations sont examinées. Que de déceptiOns assaillent aujourd'hui l'ancien volontaire, l'ancien résistant étranger. Mais l'amertume peut devenir une · nouvelle source d'énergie. C'est ce qu'ont magnifiquement compris les dirigeants de ru. G. E. V. R. E. (Union Fédérale des Groupements .d'anciens Engagés Volontaires et Résistants étran ·gers).· Sans se laisser rebuter, par André F RA Y sa:nS relâche, ils défendent chaque jour les intérêts qui leur sont confiés. Leur Congrès National qui se tiendra les 17, 18 et 19 juin, au Cercle Militaire, à Paris, promet, ' dès à présent, d'être une belle manifestation d'unité en permettant le ralliement des r. Anciens ' étrangers de toutes tenda,nces. En luttant pour la défense de leurs bien modestes desiderata, ils réaffirmeront leur amour pour une France qu'ils ont contribué à défendre aux heures les plus sombres de son histoire et leur 'Volonté de paix. Nous apprenons avec peine le décès de la fjlle die no1re ~xcel· lent ami William RUBINSTEIN, Administrateur de l'U .... R.E., décéd'é e à peine âgée d.e six semai, nes, après. une pénible maladie. L'Administration et la Rédaction de I( Droit et ' Liberté n. ainsi Que la C.e.E. et tous les membres de l'U .... R.E., adre6Se-nt 1'8Ss-urance de leur aftei:tueuse sympathie à M. et Mme RlJ'binst~ n, dians les circonstances" ~uloureuses Qui les frappent. l'abondance des matières nous oblige à remettre au p 'ochain nuntéro \.a suite de la grande e~ quête d~ notre envoyé spécial. J. A. Bass: «DERRIERE LE RIDEAU DE MENSONGES »: « progressiste », toutes les for. ces réactionnaires actuelles, soit en France, où l'appui du R.P,F. du Général de Gaulle au sionisme est notoire, soit -en' Allemagne, soit aux Etats-Unis, se précipitent-elles avec tant d'ardeur à la défendre? Nous entrons ici dans le vif de tout le problème du siOllisme intégral. Dis-moi qui t'appuie, je te dirai qui tu es, mieux que par tes déclarations de principes et l'étalage de tes bonnes intentions. PERSPECTIVES CONDITIONNELLES Si l'Etat d'Israël continue sur . la voie dangereuse où Ben Gourion et le Mapaï l'ont engagé, les conséquences désastreuses ne tarderont pas à se faire sentir ,ainsÎ que le prévoit Ricardo Enquin

Après un voyage de six semaines dans tout ce secteur du Moyen-Orient, n'importe quel journaliste honnête et objectif est obligé. d'admettre que Ben Gourion et ses partisans social démocrate 'sont en train d'ameraé1ienne), le Mapai de Ben Gourton est en train oe traîner Israël dans l'orbite de l'influenc:e du State ' Department. Si, au contraire, le peuple israélien défend activement, dans la paix, par l'extension du socialisme, ce qu'il a su gagnet dans la g-uerre qui lui a été imposée, 4llors Isra\H sera vrai_ ment Ulle citadelle de la liberté et de la paix. Le DfMAtreHE 12 .JUIN 14 h. 30 81, av. du OOlonel-Fabien LIVRY-GARGAN le KERMESSE du Foller des enfants de fusillés et ~rtés Organisée au pr~fit des Colonies de v:wances 1949 Au Pt"ogrllmme : Cborales, danses; - Numér(}S s-portifs; - Buffet. tombOla. stands dt.. "Vers; - Ex)O\Sition et l'ente d'Objets exécutés dans les ateliers du 1Oyer. L&6 Amis -dé$irant 1;e rendre à oette tête, fe 12 iu;.n, ~ont priés de se fa.jre mscrire, au 14, rue de Paradis, bâtiment B, 3- é-tage. avant le 9 juin. Nous prévoyons en effet, un service dlautO'Cars. Aller et retour : prix 200 francs. ner le pays sur la' route des ...-____________ _ oontradictions sociales et vers une dihérellciattoll de classes qw tôt ou tard fera crise. Nous verrons bientôt comment, au travers de sa philosophie consti· tutionnelle, au travers de la carenee d'un plan total d'économie socialiste, au travers de sa politique à l'égard du capital étranger et à l'égard des conces sions pétrolifères, au travers de sa politique à l 'i'lltérieur de l' « Hîstadrut » (on C.G.T. is- ON NOUS COMMUNIQUE : Le Service de récupération ~es Biens juifs en Grèce eL {jans l'île de Hhodes (J 2, rue de kl. Victoire. à Puri) in [orme les personnes pos~ éd a nt des biens en Grèce Ou dans l'ile de Hho de~, que leurs delllülldes de r écupération de ces biens de· vl'ont êlre introduiles devllnt J€S tribunaux grecs avant 'le 1er juille t 191.J. NoIre Serviee ne pourra, en cnnséquence, s'occuper des demandes qui lui seront soumises après le 10 juin 1J·~9. BULLETIN ÉCONOMIQUE On blOD(bit les parvenus de rO((upation et on auamente le (oût de 10 vie On discute fenne les projets financie.rs au sein du gouvernement, et si pufois quelque désaccord se fait jour, on sent bien, qu'en t'm de compte, c'est le consommateur seul qui va faire les frais de la fête. Tout parait graviter autour de la h"berté de l'essence. mais on a bien l'impression que toute cette agitat:ïon fadice a pour but de ne pas retenir l'attention publique sur oes décisions qui a.uront sur le coût de la vie des répercussions beaucoup plus sensibles que le prix du litre de carburant. Il est d'abord questi~n d'augmenter Je prix du pain et le tarif du gal/;; et à. la veille des congés payés, il est probable qll'une nouvene hausse du tarif des' transports mettra D.QJDbre de salariés à. revenu fixe dans l'impossibilité de se rendre en vacances. Et l'on se demande d'ailleurs jusqu'oû ils pousseront la patience; et en face de tarifs perpétllellement en progression, il parait impossible de continuer à leur. refuser une révision des salaires. En face de ces mesures qui frappent uniquement la masse et le consommateur, M. Petsche soumet deux séries de projets: La première en faveur des grosses sociétés, seules capables d'exporter (c'est snus le couvert de l'exportation que sont proposés les articles de loi). Allègement de l'impôt sur les bénéfices (art. 25), eJl;onération fiscale des opérations portant sur les marchandises exportées (art. 26) possibilité pour lesdites sociétés de conserver 50 % du montant des paiements en devises. On entrevoit déjà toutes les Il combines » possibles. Et quant!ité de produits indispensables à. la consommation intérieure seront expédiés au delà des frontières, alors que nous serons forcés d'importer les mêmes produits de moins bonne qualité. Oû sera le profit? La deuxième série de projets a pour objet de blanchir défi, nitivement: toutes les fortunes acquises en travaiUant avec les Allemands; tout ce qui a trafiqué, tous ceux qui ont expédié leurs capitaux SQit à. Zurich, soit au delà de l'Atlantique, et qui vont, du fait des articles de loi suivants, se trouver désormais à. l'abri de toute poursuite: 1" En maMère d'impôt de solidarité nationale, l'Administration qui, en principe, avait 20 ans pour reViser les évaluations, devra dès l'entrée en vigueur de la loi cesser toutes recherches (art. 31) ; 20 Sont prescrites les infractions à. la législation économique, à. la législation des prix et de la répartition (art. 32 et 33) ; l" L'article 35 concerne l'amnistie en faveur des capitaux dissimulés à l'étranger. La politique financière est donc conforme à. celle qui est 'présente en matière de just!ice. Elle a pour simple objet de réhabiliter les collaboratcurs de toute espèce. Ces derniers le comprennent si bien que déjà ils relèvent la tête, et les incidents survenus lors de la l'ente des objets ayant apparienu à. Pétain, sont assez sil:"nificatifs. La canne à. la main (arme des troupes de l'A.F.) le colonel de Bclleval, ex-palefrenier de Pétain, a pu tout à 5(}n aise clamer que Il Je l\laréchal avait sauvé la France lI. J'entrevois déjà le moment proche où ses compères clameront que ce sont les Juifs qui l'ont perdue. L. Just. - , '" 1 ,1er Juin 1949. - N" 29 (97) DROIT ET LIBERTE ,. JAMAIS DANS ' li MIMI (AMP QUI US BOURRIAUX HAllS! Q UAND, l'autre dimanche, se termina l'émouvante Journée Nationale du M.R.A.P., l'assistance entière écouta, debout ct dans le recueillement, la magnifique formule du serment ,que chacun répétait dans le fond de son coeur. Et chacun en a certainement gardé en mémoire au moins la dernière phrase : « Nous n'accepterons jamais , d'être dans le même camp que les bourreaux nazis. » Cette phrase est claire pour tous : pour tous ceux dont les proches ont péri sous la torture ou clans les chambres à gaz; pour tous ceux qui, par euxmêmes, ont connu les démons de la Gestapo et l'enfer des camps de concentration; et même pour ccux dont la chance a voulu qu'ils ne souffrent de la barbarie, ni dans leur corps, ni. dans les êtres qu'ils aimaient, mais qui on t gardé les yeux ouverts sur la misère des autres. Cette' phrase est donc essentielle, dans notre lutte pour la paix. Vouloir la paix est bien. Mais il est indispensable, pour la éon~erver et la rétablir, de savoir comment la vouloir. Toute une presse, toute une propagande s'acharne à brouiller les choses, et le moins qu'elle fasse est de tenter de renvoyer dos à dos, comme égaleme'nt rcsponsables, les ag'resseurs et les victimes. Nous avons connu cela en 1936, quand le peuple espagnol, égorg'é par Hitler et Mussolini, était présenté par certains comme le fauteur de gucrre. Et, de la même manière que celui qui accumulait les armements vous était alors dépeint comme un ange dc paix, uniquement soucieux du bonheur dc l'Europe, de la même manière 00 nous dépeint ceux qui accumulent les bombes atomiques comme le rempart qui se mais autre chose que des ban_ dits. Dès lors le problème des fauteurs de guerre est simple : où sont, dans le conflit actuel, ceux qui suivent ces bandits, industries de guerre, y extirperaient les racines du nazisme, y compris ses racines " économiques, et châtieraient les crimi_ nels de guerre. Ils prévoyaient que l'Allemagne dénazifiée, seule pourrait recevoir le droit de se gouverner. dresse dans le monde contre la C ES accords ont été scrupuguerre. , leusement exécutés dans Il faut avoir la tête solide l'Allemagne orientale, sous ocpour résister à l'avalanche des cupation soviétique. Les crimimensonges. Il faut avoir des nels ont été puni$. Les grands loisirs pour se documenter sé- ' trusts industriels et les grands rieuse ment 'sur les préparatifs propriétaires fonciers, soutiens de guerre du grand capital du nazisme, ont été mis hors améri('ain, comme sur la volonté d'état de nuire. Les usines de de paix des peuples du monde, guerre ont été démontées. et en particulier de ceux qui Mais en Allemagne occidengouvernent leurs propres desti- tale! Les cendres des crématoinées, dans les pays de j'est eu- res et celles d'Oradour étaient à ropéen. C'est pourquoi trop de peine refroidies que déjà, en gens se 'laissent aller à la solu- septembre H)45, le chef du goution bcile : dire leur horreur de vernement provisoire français la guerre, sans plus. Ils oublient adressait aux Allemands des pa- , que l'on ne lutte vraiment et ef- rolcs d'encouragement, et, sans ficacement pour la paix que conditions préalables, parlait de lorsqu'on attaque directement par Marcel PRENA.NT « fairc renaHre » l'Allemagne. les fauteurs de guerre, et qu'on Puis ce fut la série des conceSles dénonce sans ambiguïté. Professeur sions, des acquittements scan- Mais nous . avons une expé- daleux ct des grâces, si nomrience, douloureuse et décisive: à la Faculté des ScienceS' breuses qu'en vérité ceux qui celle des années 1939-45. Nous ont payé leurs crimes de lcur vie avons vu le nazisme à l'oeuvre sont des malchanceux, ou insiavec: ses complices de tous pays. qui en font leurs amis et leurs gnifiants, ou par trop voy.ants. Nous savons tous qu'il n'était , alliés, et qui les réarment, en Von Papen est en vie, ct la pas une doctrine de paix, mais prétendant s'en servir pour dé- chienne de Buchenwald aussi, le monument le plus effroyable , fendre la paix? el ceux qui à Tulle pendaient de la barbarie humaine. Et nou's tl'un seul coup 99 patriotes. Les ne pouvons plus croire que les Les accords de Yalta, puis de" assassins d'Oradour ne sont pas hommes qui ont été les instiga- Potsdam, prévoyaient que les encore jugés, et l'on attend sans "teurs, les complices ou les exé- Il lliés victorieux désarmeraient doute un moment plus favorable cuteurs de ses crimes soient ja- l'Allemagne, démantèleraient ses a leur acquittement. L'àbbé A cctte Allemagne où les al~ liés occidentaux favorisent la renaissance du nazisme, on vient de donner un gouvernement, en violation des accords de Yalta et de Potsdatn ct mal_ gré lés légitimes protestations de l'Union Soviétique. En janvier dernier le journal américain « United States News and World Report » imprimait : « Avec le temps, au cas olt un nouveau gouvernement serait créé en Allemagne occide-ntale, on pourrait disposer d'au moins 500.000 soldats allemands. " C'est donc maintenant chose faite, et sans dotIte, quand on établit des compteS précis, en tl'ouve-t-on plutôt 800.000 que 500.000 Mais qui d,ispose de ceS 800.000 soldats? Qui, sinon le capitalisme américain, qui a recrM l'Allemagne nazie. ~------------------________________________ ~ Bauer, sous-officier de la ~eh~ macht, qui avait abattu, le 20 août 1914., un F;F.I. prisonnier à Issy, a été acquitté par le tribunal militaire de Paris." Et le G mai Lord Hcrlderson, sous-secl'étaire au Foreign Office, annonçait que le maréchal von Hundstedt et le général Strauss, qui devaient être jugés comme criminels de guerre, seraient libérés, « étant trop malades ~ur supporter les fatigues d'un procès ". NOUS voilà prévenus, et nous comprenons mainte. nant pourquoi les indulgences, les acquittements et les attentions bienveillantes. D'ailleurs, dès il présent, on fait combattre des jcunes gcns de chez nous aux côtés des pires assassins S. S., et souvent sous leurs ordres, dans la sale guerre du Vietnàm,. Un colonel revenu de lil-bas, et qui était, tout simplement, un offic:ier honn(lte, me disait un jour la honte qu'il avait éprouvée à avoir dans s(m rég"iment une pareille racaille, qui recommençait là-bas les ex. ploit's auxquels elle était accoutumée à Auschwitz ou à Maidanek. La racaille nazie qui, dès maintenant, g'ouverne l'Allemagne occidentale s'enhardit. Il serait trop long de raconter ici comment, sous couleur d'internationaliser Strasbourg pour en faire la « capitale de l'Europ\! », elle- aspire à i rentrer en maitresse, et comment, par exempte, la résistance de l'Université de Strasbourg vient de remporter une victoire sur ces plans nazis, qu'appuyait notre LA LIBERTÉ INSÉPARABLE DE LA PAIX .E:.r r~~U~_CharlesL!!lE.J UN hurlement de joie bondit hors des murs des prisons. Le soir, s'organise une fiévreuse écoute à l'aide des postes à galène dont on est largement approvIsionné. D'une fenêtre à l'autre, volent les répliques qui tournent toutes autour d'un même mot : amnistie. Les juristes de service, au ministère de la Justice, ont enfin terminé le projet de loi d'amnistie dont leur a passé commande le gouvernement de M. Queuille. Il parait même que ce projet est inattaquable, « en parfaite harmonie avec les plus pures traditions du droit pénal français ». Les déportations, les fusillades relevaient peut-êtr,e de ces mêmes et pures traditions ? En tout état de cause, les collaborateurs et les traîtres font leurs 'paquets, s'apprêtan t à quitter les cellules de Fresnes et d'ailleurs. Ce ne sera pas un déménagement à la, cloche de bois, mais un départ en grande pompe, ratifié par une majorité parlementaire docile. Ce qui permet de poser la question suivante

ceux qUi prêchent tant

l'indulgence, que firent-ils dOnc pendant l'occupation ? Ceux-là eurent-ils à payer le prix des SOUffrances et de la trahison ? I L est un reproche que l'on ne saurait faire à la politique du gouvernement : elle ne manque pas de logique. Et cette logique s'est empressée de trouver la contre-partie d'une indulgence pour le rrwins odieuse et insultante ' aux honnêtes gens. Il ne leur suffit pas de vouloir libérer ceux qui ont vendu notre pays, mais encore leur faut-il les remplacer dans les prisons par ceux: qui combatttrent L'occupant, ne ménageant ni les sacrUlces, ni le sang. Il serait difficile d'évoquer ici - faute de place - tous ceux qu'une impitoyable justice de classe a déjà poursuivis. Je ne rappellerai que Rousseau et Phillipot, respectivement condamnés " à cinq et virigt ans de réclusion sur le réquisItoire de magistrats dont il a été prouvé qu'ils entretinrent de fidèles rapports avec Vichy. J'ai rencontré le l1eutenant Rousseau, héros de la résistance. Dans une cellule de Fresnes, mêlé aux "condamnés de droit commun, il conservait intact un moral qui a déjà fait ses preuves. Mais la peur du gouvernement 'était telle que Rousseau se voyait régulièrement transféré d'une prison à l'autre, de crainte des manifestations de sympathie qui se faisaient joUi' et s'amplifiaient sitôt que sa présence était connue dans les localités entourant la prison où il était incarcéré. Il y a quefques ' jours, Rous- . seau était enfin libéré. Mais il reste encore des Philippot, des Kaminsky, des Serbat en prison ... At. UJOURD'HUI, cette répreSSIon .l1I. cherche de nouveaux développements. On arrête le lieutenant- colonel 'Coiss3,rd, chef départ",emental des F.F.I. dans les Ha:utes-Pyrénées. Je le connais personnellement, puisque j'ai servi sous ses ordres, alors qu'il s'appelait le colonel Servière. Je sais quelle fut sa conduite de résistant, et cela explique - la même logique aidant - les poursuites dont il est l'objet. On arrête le colonel Felix, des officiers résistants de Chatou, d'autres encore. Les capitaines Regnier et Serbat sont jetés à la Santé. Je connais également le capitaine Serbat. A Ma,rseille, en 1944, il était le lieutenant-colonel Cayrol, chef d'état-major des F.T.P.F. Son rôle, le commandement qu'il assurait, la façon dont il l'exerça, épargnèrent bien des ruines et des blessures à la ville qu'il a défendue et libérée. Ce sont ses hommes qui ont empêché la de.struetion des installations portuaires minées par les Allemands. Ces mêmes hommes arrêtèrent les divisions nazies qui fuyaient devant les Alliés, et , qui s'apprê- , taient à saccager Marseille. Quatre ans'plus tard, le capitaine Serba,t. dont l'amour qu'il ressent, pour son pays et pour la liberté, n'est plus à prouver, est inCUlpé d'atteinte à la Sûreté de l'Etat, sous le prétext-e qu'il détient ses cahiers de cours , d'état-major. Ce qui n'est que normal. ft U'EN pensent ceux qui ont ~ perdu tant des leurs dans les camps ' de la mort, qu'en pensent ceux qui sont revenus de Dachau ou d'Auschwitz, ceux de la M.O.I., des F.T.P., des M.U.R., tous les résistants ? Ils l'ont dit : l'unité de la résistance saura se dresser contre ces provocations, et les briser. U ERTAlNES similitudes ne peuvent échapper aux yeux les moins avertis. Je pense au cas de Gerhard Eisler, cet antifasciste juif et allemand, réfugié aux U.S.A. devuis quinze ans bientôt. Dès !a fin de la guerre, alors 'que la 'grande finance déclenchait une campagne déchaînée sur le thème de l'antisoviétisme et de l'anticommunisme, créait la fameuse commission des activités dites antiamériealnes, Eisler était Séquestré, en dépit de toute légalité. Il devait le rester de longs mois, accusé, lui aussi, de je ne sais quelle fantaisiste espionnite colorée de rouge, Il y a tro-is semaines Eis·· 1er parvenait à s'enfuir, prenait place sur un cargo polonais, dans l'intention de regagner son pays, où sa place de combat était déjà marquée, déclarait-il en substance il y a un an. Dans les eaux territoriales britanniques. Scotland Yard arrêtait Elsler rompant ainsi tous les principes de droit international et maritime, puisque Elsler se' trouvaH sur un navire étrange- r, jouissant par conséquent de l'exterritorialité. Le gouvernement américain demandait l'extradition. Mais il a subi un éehec retentissant. Devant la protestation indignée de l'opi': mon mondiale, les juges britanniques ont dû libérer Gerhard Eisler. Cc qui est pire, c'est qu'à ces nazis libérés on a laissé toutes les bases de leur action en Allemagne oecidentale. Non seulement des' nazis occupent les postes décisifs de l'administration, non seulement on a respecté l'industrie lourde de guerre, non seulement On a fait renoncer la France aux réparations qui lui étaient dues, mais on n'a pas exproprié les trusts qui avaient 'Commandité Hitler, et l'on va jusqu'à renclre aux Krupp et aux Thyssen leurs industries de la Ruhr. gouvernement. L'arrogance du' nazisme grandit et, si nous nous laissons aller dans la voie ou l'on nous mène, nous serons bientôt subjugués , par lui, avec les horreurs racistes que cela comporte. Si nOLIs ne voulons pas recommencer la triste expérience d'il" y a dix ans, il nous fa ut exiger la dénazification de l'Allemagne, conformément aux décisions de Yalta et de Potsdam, et répéter le sel'ment: « Nous n'accepterons jamais cI'être dans le même camp que les bourreaU)( nazis. " Une belle déclaration du 'rond Rabbin J. KAPlAN Le grand ra,bbin Jacob KAPL.AN, membre du Comité d'Action du M.R.A.P., retenu Ml Porl,ugal lors de la JOurnoée du 22 mai, noUs communique cette belle et nobLe déclarati()iIl .' « Ce ne sera jamais un. des nôtres qUi exall era les sPlendeurs barbares de la guerre fraîche et jOyeuse. C'est que les Juifs, tout en sachant, s'il ~e faut, combattre et mourir pour détendre ce qu'ils ont de plUS cher .' leur foi, ~eur. pat'rie, leur indépendance, et toute letlr histoire le prouvent aUssi bien en Terre Sain.te que dans les pays dont ils sont , les citoyens, sont toujOUrs ceux qu'un dicton talmudique a appelés .' humains, profondément humains, tenant de leur ancêtre Abraham et de la Bïble, le sentiment aigu de III fraternité universelle. « La suppreSSiOn des guerreS et le règne de l'équité. de l'amour, de la frater-mité, en un mot .' le royaume de Dieu Sur la terre, tel est le sens de l'annonce meSsianique 4: U1l) rameau sortira de la bOUche de Jessé )} ... C'est une image, l'image des relations paCifiques qUi s'établi'Tont entre leS hOmmes qui, auparavant, vivaient trop souvent comme des loups, mais qui désormais ne chercheront plus à Se nrurbr'e heureux de maintenir la concorde parmi les peuples. ' « TravaUlorn; i1Ùa8sabl{'ment à. l'avènement dJe l'époque nouvelle où selon une autre parole du même prophète Isaïe .' « Les peuples forgeront de leurs glaives des SOC" de cha:rrue; de leurs lances, ils feront des serpettes; une natiOn ne tirera plus l'épée cO/7)tre Une autre et 1'(JIjz. 'n'apprendra plus l'art de la gUerre. ~ -~~"""----"""--_ "!'\!!·. L~--------...- - ~-· iAorr ET Llsrràt " 1 IF toP D'UNE SEMAINE A L'A UTRE . •• ALLEMAGNE OCCIDENTALE ({ PARCE QU'ILS N'A· VAIENT PAS CONSCIENCE de l'illégalité de leurs actes », les 2 5 A llemands responsables du pogrome de Wumiedel (Bavière) organisé le 10 novembre 1938, ont été acquittés par le président du Tribunal de Dénazification {le Munich, JosePh Ring. LE MINISTERE BAVAROIS de la Dénazification annonce qu'il va reconsidérer le jugement du tribunal local qui a conùamné à une peine déjà très légère Max WillmYJ ancien rollaborateur de Julius Streicher au « Stuermer ». M. GORDON GRAY, un des secrétaires par intl§rim à l'Armée américaine, a ordonné de surséoir à l'exécution de tous les criminels de guerre nazis conùamnés à mort à Dachau. L'ECRIVAIN ANTIFASCIS. TE allemand Thomas Mann a déc1lré dans une conférence à Londres: « Les nazis m'ont appris une haine profonde qUe je n'avais jamais ressentie aupara. vant. Engendrée par leurs cri. mes, elle a contribué à leur défaite ». tTATS-UNIS 1 LA COUR SUPREME des Etats-Unis vient d'annuler la oondamnation du R. P. Arthur Terminiello, journaliste et orateur exclusivement antisémite. Motif de l'an.nu.lation (décidée par 5 voix contre 4) : « La liberté de parole doit être maintenUl, même lorsque le discours d ~ l'orateur remue la foule, trouble l'audience et la met en colère » GRÈCE 1 POUR « CONTACTS AVEC LES GUEIULLAS .», un jeune officier de réserve grec, M cir ltzack Lévy, vient d'être condamné à mort' par la Cour martiale ù' Athènes et ex,§CUté selon les instructio:ls du « ministre de l'ordre ». Ganellopoulos. JI ressort netten'lent du « procès » et du refus oppos'~ à la protestation des communautés juives de Volo, et Trikala, qui s·étaient soliùari.; ées avec M. I. Lévy, fl\le le gouvernement Sophouiis-Tsalùaris a tenu à marquer d'antisémitisme sa politique de répression. LE GO UVE R N E MEN T D'ATHENES ayant désigné comme représentant en J sraël M. Joseph Mollah, membre du p:n.ti de M. Tsaldaris, le journal d'extrême droite « Istia » s'~t livré à une attaque contre le n,!nistore des Affaires Etrangères « 'lui a choisi comme représfntant un marchalld juif dont le nom Il ',a même pas /Ille consonance grecgue, pour protéger les intérêts orthodoxes grecs C1l Te,,:: Sainte, alors que de nombreux ambassadeUTs d'origine grec gue reste/lt à Athènes salis poste ». SUITE A cette attlque, un porte - parole de M. Tsaldari~ a fait une mise au point précisant que M. Mallah a été désigné no.1 pas comme ambassadeur, mais comme simple agent diplomatique, et Il qu'zm représentant d'origine grecque (sic) sera 'I01!lmé dès que des relations diplomatiqucs llormales seront établies entre Athènes et Tel Aviv •• Le bout de l'oreille nazie ..• Dans un article intitulé « Le parti des faux-nez ), parU' dans le dernier numéro de Paroles Françaises, un certain Jean Jacoby cite un discours qu'aurait récemment prononcé à la Chambre Haute lors Vansittart. - Nous vivons à une ère d'alias, a déclaré l'hommedEtat britannique. Par exemple, Staline n'est pas Staline, Molotov n'est pas Molotov et Tito n'est pas Tito. M. Rakosi n'est pas Rakosi, son nom eSt Rosenkrantz et son assistant, M. Rajak, n'est - pas le' mOJl1s du monde M. Rajak, mais M. Reich... son autre assistant et collègue, M. Vas, n'est pas du tout M. Vas, son nom est Weinberger, etc. ». Quel horreur! Le monde était rempli de ces" faux-nez »-Ià et nous n'en savions rien! Comme quoi les surprises sont toujours possibles (.t nous ne serions pas autrement étonnés d'apprendre un jour que lord Vansittart lui-même n'est autre ' que Goebbels et que l'organe de M. Mutter s'appelle en réalité Der Sturmer ... Les vichys tes bafouent la loi En plein Paris, à la Salk des Ventes OÙ éta'ent mis aux enchères, conformiment à la loi, divers objets ayant appartenu à Pétain, plusieurs centaines de vichystes, jeunes muscadins, dame$ du noble faubourg, mesaieilrs cosSUs et monoclés, se SOM livrés il une scandaleuse manifestation aux ais cie : te Vive le Maréchal ! _ La salle était bite "'avance, la provocatÎoft yisitt!e_t prémé- 4itée, le service d'ortf,oe réduit il quahe a,ents. Après que - les premie... lots aiellt été aclju,és .tans le calMe, on yit un JII.1rquis - ,ants blancs, unite il pom... eau, chapeau ,ris - Pft..dre yiole_nt il partie le crieur et réclamer l'arrêt de la vente. te Dans l'honnew et la di,nité _, bien entendu. Il se présenta luimême

te Marquis Oonfxais de

BeUeval, commandant de cavalerie, nommé colonel sous Pétain ». Un autre personnage le secondait

le « général de Serigny,

chef d'état-majew de Pétain ». Sous cette double direction, les péta'nistn déchaînèrent le tumulte sans être le moins du monde inquiétis par la police, plus prompte à intervenir dans ,d'autres cas (les 1 ~unes ouvriers catholiques. sc,ou-ts, campeurs, ajistes, U. R. J. F., etc., qui, samedi dernier, réclamèrent à la Care de l'Est le collectif à 50 p. cent en savent quelque chose.) Un fonctionnaires des domaines ,'inter.posa courageusement : « - Je demande l'awlication de la loi JO. Ce qui mit en rage les factieux qui, finalement, il 14 heu4'e. 30, quittèrent la salfe, heureux de ,!ew indécente exhibitioll, derrière le JII.1'41uis et le général. te Aucune arrestation n'a été opérée _, précisent ingénue- _t les agences de pr_. ~ conclusion de cette histoffe, noue la trouvons dans te Paroles Françaises _ qui s'est empressé de detttander une interview au te hé,," _ de" ",anifestatioll, Ompuis de Belleval : te LA PORTEE DU · CESTE QUI DEVAIT ETRE FAIT, dit~il. DEPASSAIT A MON AVIS LA PERSONNE MEME DU MARECHAL JO. On s'en doutait. A trayers la réhabilita-tion de Pétain, les collabos et -les traîtres cherchent la le..,. propre. Un Xavier Vallat doit ~e réjouir de ce qui s'est paHé à la Salle des Ventes. Mais à ce retour offensif de Vichy et des antisémites, l'union de tous les patriotes et de tous les honnêtes gens saura donner une belle riposte. ._~_. __ .....•........... LES JEUNES SPORTIFS DU uy ASC" N'OUBLIENT PAS LEURS HÉROS HOMMAGE à l'abbé Grégoire Le 1~ mai, s'est déroulée une soirée commémorativ.e Mdiée au souvenir des jeunes héro.o d'e l'AssOciation Sportive « Fra,ternit,é-YASC » tomhés oendant la Résistance ou morts en déportation. En présence des parents cre us jeun.es Juifs, ,des ora:teurs (au nombre desquels s'inscrivaient Pierre Hervé et Raymond Rousseau, secrétaire de la F.S.G.T.), exaltèren(la mémOire de ces quelqu.e cent cinquante noms glorieux,' tombés 'pour dl( meilleures çonditions de vie, pour un avenir plus sûr, pour un sport libre, pour l'unjon fraternelle de tous les peuples. La mère d'un de ces jeunes lUTacha des larmes à J'assistalnee en c'amant sa volOnté, la volonté de tOutes les mères UNE BELLE RÉUNION ANTIRACISTE A LYON Le 19 mai, la section lyonnaise du M.R.A.P. a organisé, dans le cadre de la prép.aration de la journée du 22 mai, un meeting Qui, ma'gré la pression tentée par certaines personnalités sur la populat:on juive, a obtenu un succès considérable. Placée sous la présidence d.'honneur du grand chirurgien Wertheimer, et sous la présidence effective de M. Schachtenberg, cette belle manifestation d'union contre le racisme et pour la paix a été marquée par des interventions de Mme Aubane'l, déléguée au Congrès Mon-dlal des Partisans de la Paix. de M_ Aubry, conseiller général de l'Isère. et de M. Friedman, membre du Comité du M.R.A,P" saluées de vifs applaudissements. A la mémoire de Max AMRAM n y a 7 ans Max Annam. membre de la résistance française tombait sous les balles enneuu€s, C'était un homme du peuple, simple, généreux, toujours prêt à rendre service aux autres. n est arrêté en septembre i9U. Sous d'atroces tOf'tures il reste calme et digne jusqu'au bout. Dans sa lettre d'adieux il deman· de à ses enfants d'obéir à leur mère, de bien travailler et de devenir des hommes courageux et utiles à la société. Lt C_ C. E. a accueilli trois de ses enfants à' Andrésy. du monde, poUr une Paix dUrable, pour qUe ne reviennent jamais ces jours sombres de la guerre avec leur cortège de mort, cre haine raciale et d'antisémitisme. te Devant les manoeuvres des faut,eurs die guerre, ~ssOns- noUs poU1l" faire front cOntre le danger commun, dlit Pierre Hervé. UnissOns-nous pour faire échec ' à la guerre qu'On noUS VOUdrait imposer, uniSSO'ns-nous pour affinner notre volonté de Paix, et pour assurer des lendemains qui chantent ». cette soiree s'est termjnée avec la participation d'a,rtistes dont la célèbre Nucia Go'd" qui djrent divers pOèmes et s'aCheva dans l'ent.hoJ.lsiasm, e d'une même VOlonté de lutte pour la paix. De nombreuses personnes se sont rassemblées, dimanche dernier, autour de la tombe de l'abbé Grégoire, au cimetière Montparnasse, pour honorer la mémoire de cette grande figure de la Révolution française. Plusieurs discours furent prononcés, noramment par M. Grutlebaum Ballin et M. Vaniko[f, président de la Fédération des anciens combattants juifs, qui exalta, en termes éloquents, l'oeuvre de l'abbé Grégoire, pionnier de la lutte antiraciste, qui joua un rôle si important dans l'émancipation des Juifs et des indig-ènes des colonies. Le M. R.A. P _ était représenté il cette cérémonie par un membre de son Comité d'Action. ][~R,AEL Le geste d'un honnête homme C'est celui que vient d'accomplir à Tel-Aviv M. Isaac G-unbaum, hemme politique éminent, prerr/ier min:stre de l'Intérieur d'Israël, un des vétérans du Sionisme mondial. M. Isaac Grunbaum joua avant gu.erre U'1 rôle de tout premier plan d3ns le s;onisme polonais et fut l'une d~s personnalités les plus écoutées des différents congrès sionistes. Pour être un homme (Ol itique de formation bourgeoise, il n'en a pas moins vu à' quelles compremissillns Deux votes d'Israël à l'O.N.U. M. Aubrey Eyban. représentant Israël auprès des Nations Unies, a voté contre une proposition tendant à placer la Cyrénaïque sous administration anglaise. La délégation d'Israël a également voté contre la proposit:on de la Bolivie recommandant la liberté pour les pays membres de l'O.RU. d 'établir des relations diplomatiques avec Franco. Un voyageur de marque Sir William Strang, sous-secrétaire permanent au Foreign Office, entreprend un « voyage d'études:. à travers le MoyenOrient, qui le conduira au Caire, à Amman, à Jérusalem, à Tel Aviv, au Liban, en Syrie, en Araa~ l'impé.riali~~ ékanger cCl'1duisai, t lia politique des dirigeants du · « Mapai » et de lEurs alliés. Soucieux de défendre l'indépendance et la sécurité d' Israël, M. I~aac Grunbaum a donné une retentissante adhésiCl'1 au Congrès mondial des parti~ ans de la Paix. Et les ovatiO"'lS qui ont salué son geste dans un immense meEting tenu à Tel-Aviv montre.,t qu.e le peuple' d' Israël a bien comp,is quelle était la voie du salut, bie Séoudite. en Irak et en Iran. Dans les milieux autorisés de Tel-Aviv, « on déclare que Sir William Strang sera le bienvenu en Israël :P. (A.T.J.. Accord polono-israélien Le 20 mai, a été conclu entre la Pologne et Israël un accord . d'échange de marchandises, valable du 20 mai 1949 au 31 mai 1950. La Pologne exportera les articles suivants : charbon blé prOdUits alimentaires divers' produits méta·lurgiques, bICY~ cle~tes, m.achines agricoles, prodmts chImiques, tissus verre porcelaine, papier etc.. ' , Israël enverra à la Pologne : ' agrumes (notamment des cédrats) , confitures, jus 00 fruits matériel dentaire, prodUits chi~ miques spéciaux, lames de rasoir, etc ... POLOGNE DIX BOURREAUX na z i s, polonais et ukrainiens, reconnus coupables de l'assassinat de plusieurs milliers de Juifs, viennent d 'être condamnés à mort par ùifférents tribunaux de district p0- lonais. Parmi les criminels, figurent

Fritz Fisher, ancien chef

de la Gestapo de Radzin, et August M (le hall, surnommé « le bourreau de Byalystock ». QUEL EST ACTUELLE· MENT le nombre des Juifs en Pologne? Selon ies dernières données statistiques le nombre des Juifs en Pologne atteint actuellement environ 100.000, dont 50.000 sont installés en BasseSilésie, 5.200 à Varsovie, 13.700 à Lodz, 6.000 à Szczecin, les autres dans des villes de province et des villages. ENVIRON 10.000 ouvriers juifs travaillent actuellement dans 200 coopé'ratives' de production, des milliers d'ouvriers sont ,employés dans des usines, des mines et dans l'agriculture; beaucoup sont des ouvriers d'élite. ' ROUMANIE LE NOMBIOE DES ECOLES roumaines enseignant le yddisch a él1§ élevé à 1 l : 5 écoles prima! res pour garçons, 4 écoles primalTes pour jeunes filles, 2 ~oles seco:1daires. En outre, une école de Bucarest offre un em;eignement uniquement yddisch, avec des cours sur l 'histoire et la 'culture juives. TCHÉCOSlOVAQIJIE DE SOURCE A.T.J., on apprend que le gouvernemen't tchécoslovaque ne limitera pas l'émigration en Israël ou le transi.t de Juifs d'autres pays désirant se rendre en Israël. HONGRIE EN VERTU D'UN ACCORD qui sera bientôt signé entre le gouvernement de BlIdaçest et les autorité~ israél ieunes, les parents des Juifs habitant Israël auront toute facilité pour émigrer, s'ils le ùé,;;irent, en Palestine. " ARGENTINE LE BLOC PERONISTE ùe la « Chambre ùes Députés » a « renùu hommage » à Israël, il l'occasion de son premier anniversaire et ' de son admission à l'O.N.D. Un porte-parole gouvernemental a exalté le nouvel Etat « dont la cf'~ation est intervenue après les terribles souffra, nces endurées par le peuple juif pendant la guerre ». LE GOUVERNEMENT PERON à donné l'ordre de fermer l'office d'immigration d'Jsraël à Buenos-Ayres, sous prétexte que cet orga,nisme « fonctionnait comme consulat, sans que notification en a it été officiellement faite ». 1 ITALIE TANT QUE DURERONT les mesures de « contrôle d'identités »auxquelles procèdent ses policiers, le ministre de l'Intérieur Seelba interdit aux réfu.giés juifs, sous peine de sanctions très sévères, de ortir de l'enceinte é des camps italiens de D.P. On annonce la conclusion, prochaine d'un accord LR.O.-gouvernemeut de Gasperi qui « réduira au minimum les allées et venues. » - ..... J'*' 1949. - N- 2.9 (91) DROIT ET U BERTE , :: ~;; : 1 : ~ • LJ. JOUR.I IÈE lA TIOI r LE DU 12 tlJ. 1 eontre le Raeisme, l'Antisémitisme ei pour la Paix LE soleil ne fait pas grise mine en ce lIill-tin, dll 22 mai lorsqll'llne fO~te déjà nomi.rc.use se presse aux portes du Cirque d'Hiver. A l'int4rieur, dévoués volontaires du service d'ordre, portant l 'écharpe tricolore, sympathiques électriciens à la ~uaille bien parisienne, brunes ou blon- . des dactylos, cameramen échangeant des , a postrophes en une langue fort technique, mettent la dernière main, dans une atmosp hère fébrile, à l'installa tion matérielle de ces assises contre le Racisme, l' Antis émitisme et pour la Paix. Il y en a qui sont là dedans ~puis une heure du matin ! 9 h. 15· Par .toutes le:s bouches dll cirque, le flot grondant de plus de 2.500 d élégu6s et invités déferle... Travées et ~ ralins rapidement garnis, au milieu d'un JOy,eux brouhaha. Visages souriants et confiants de personnes de tous âges et de toutes conditions, hommes et femmes, jeun es et vieux, ouvriers, intellectuels, professeurs, artisans, commerçants, indust riels, venus de tous les coins de France, fraternellement rassemblés sans distinction d'opin ions ou de croyances, représentant plus de cent organisations diverses ... « incarllation 'l-Ï'l'iznte, dira tout à l'heure le rapporteur général, de l'1tnior~ qui se développe partout ". On se montre les banderoles qui portent, tout autour de la salle, en lettres rouges, les mots d'ordre synthétisant les raisons pour lescj uelles on est venu là : - Combattre le racisme et l'antisémitisme, c'est défe1tdre la paix. - La paix, condition de l'essor et de l'i1ldéPendance d'Israël. - La fratern'té des peuPles fera la paix du monde. -Mais .c'est surtout, lettres n9Îres sur fond jaune et bleu, le serment du M.R.A. P. qui domine cette imposante assemblée

cc le JUTe de rester fidèle à la mémoire

des 6 millions ... jamais dans le même camp que les bqllrreallx 1ta:nS 1 n. En face, à l'autre pôle de l'enceinte : une gigantesque colombe:, symbole du bien Je plus précieux défendu par des centaines de millions d'hommes à travers le m()nde. LE RAPPORT GÉNÉRAL • • Hors de l'nnion,pas de salut: M. Serge Kri7l'k01/sl?i, secrétaire de la section marseillaise du M.R.A.P., conseiller mutli:ipal de Marsei lle, qui préside cette premiè re séance, est un radical de gauche qui a su traduire ses convictions republicaines dans une résistance courageuse. Mettant une grande culture au service de ' l'action, il évoquera ici Lam; u-tine, là Jaurès, et tout à coup ... Scholem Atei:hem . . II appartient d'abord à M. f si Blum, ~rétaire général de l'Ullion des Anciens Cuml,attallts et. Engagés Volontaires Jrlifs, secrétaire général du Comité de Préparation, de présenter le rapport d'activité .. En un discours sobre et nourri de faits, l e. rapporteur dénonce « les menaces de guerre devant lesquelles nous devons Olt, 'Iif'j r les -yeux" : milliards engloutis dans l~ OOdgets militaires, recherches scientifiques orientées vers de sinistres objectifs, créati()n de bases aériennes et navales, " Mai's il ne s'agit pas seulement de frréF er des armes matérielles. Il fl1:ut encOre préparer le terrain p.ychologique ·tne1It. Il faut en premier lieu des hommes gtû portmt la Itai1le et la dh,;sion. Notes ,Sa'lNJNfS aujourd· hui 01; ils sont et qui ils ,Iflnt J . . Et l'orateur s'écrie: (( On comprend miellx alljol/1'cl'lmi pourquoi les /lsa Koch et les Arthur Axma,m s(mt [ibéré-s, pourquoi, selOn des bruits persistants, il est question d'accorder rme mise en liberU conditionnelle à X ({vier Vallat, tal1dis que des glorieux résistants sont pours"lli~ ,is ". Le péril allemand renaît Pendant ce temps « SE CONSTITUE AUX FRONT/ERES DE LA FRANCE, UNE ALLEMAGNE AGRI;;S,s·/VE NON D ENAZ/FIEE, NON DEMILITARISEE, DE 50 AffLUONS D'HABIT ANTS, QUATRE ANS, fOUR POUR 10U!.', APRES LA VICTOIRE SUR LE N AZISME. C'~st 1/n 'I,'hitable réseY7'oir de cltaU'l'Ïnisme revallchard ql/e les fauteurs tic guerre esPèrent trom'er dro1!s ce pays. Ce sont le:smÎ'mes qui ont animé et fa'r1orisé- l'i,lsfaurali01/ a'Url régime sanglant en Allemagne / ils. passent mi!i1!~enant l'éPonge sur leS CTrmes com1lus. Ils _ utent absoudre ce plIssé cruel pour taire admettre à l' OPillirm le re/om des mêmes hommes et des '~Iêmes cr;lII;lIds H. . Et après avoir fait état de déclarations typiq~es du Dr Alenauer, d'Otto Strasser et d'autres nazis revenus à la surface, M. Iii Blum pose cette question : « POlivOrtS-1tOttS, tlICt; au péril alleman1 qui renait, rester paSSIfs et cOl1s~1Tta1tf~ . Pou'l,ons-Irous ollblier les tours cremat01rl:S et les chambres à gaz, ol/M'er les six millions de nus frères massacrés .t Il s'agit de tirer les leçons de l'expé- ' r ience : « La passi77té serait la possibiliu offerte aux mêmes de reC(mlmel1Cer les m;'nes horreurs sous u1le forme perfection1tée Il. C'est pourquoi, . . « Nous ne serolls 1alftalS les all'és de ecu:r: qui a.rmellt . les bfWrreallx . (vifs appl.) d'aula71t plus que cette rnlt/se l'II selle de 1lazis s'acCompal!."e, tout naturellement d'une recmdescntce de l'alltisémitisme et dit raÏsnlc ,. car c'est ft/te loi qlle ces fléau.!! sont 1I:s compag1/ons inséparables de III gllerre H. . Le rapporteur cite maints exemples d'une propagande lléf:t~te, d'inspiration n azie, et notamment les cyniques déclarations des Halder €t des C;uderian , ou les articles du journal de Hambourg" Hamburger Allg€meine Zeitung H qui imprime sous licence des autorités d'occupation, que « le procès de Nuremberg e5t une manifestation de l'esprit , revanchard juif " et que « la dernière guerre fut une guerre totale· au cours de laclueHe certaines cruautés furent nécessaires, y compris la aestruction complète de sectes, de cIa,-_ ses, de r,aces et de communautés ». De ces apôtres, ·plus ou moins décl.arés, des « cruautés nécessaires ", n'en trouvons- nous pas également (( aux EtatsUrris où 27~ lycées sont soumis ait llumérus cZal/SllS ", « en An~leterre où M osley accnrtue impunément ses provocations " « en Esp,'g1te où, à la suite d'un discour; de Frallco~ les tHta)angistps défilent dans les rues aux cris c01fjugllés de « Mort aux juifs ! " et « A bas la France ! ". En France aussi, les collabos et les traitres relèvent l~ tête, encoura~és par lindulgence, et cc les résidltS de Vielty mme"t ollverlinnent campag"e pOlir l'am- , nistte et l~ libération de Pétain n. , Le journaI {f Aspects de la France ". cette (1 a,ction Française ») à pe:ine camouflée, dédare que « les juifs ont des comptes à rendre ", et l'on assiste à deS attentats au plastic contl6 les boutiques juiveS, tandis qu'un Hardèc~ ose se livrer dans (( Nuremberg ou la Terre Promise ,. à une ignoble apologie. des horreur's hitlériennes et se trouve libéré après quelques jours de détention. Cependant, (( Hardèche et ses pareils qui rmt soif de sang, peuvent avoir confia, rce dans lellr a'l'en;r ... qUtZllt à nous, .. nOus leur d;so"s : déchanter:, nous serons 'l'igilants, nOlIs saVOlls qu'il dépe1td d.e nous tOltS, de tous les peuPles éPris de liberté d'emPêcher les émules de li iller de recommencer. Non, Hitler n'aura pas sa rl!'1Jatlclte. POUT cela. il faut s'lIl1ir avant qu'il 1fe soit trop fard ». Or, note le rapporteur, tout démontre aujourl'hui que- les masses juives ont compri: la nécessité de l'union la plus large, sans laquelle les victoires ne peuvent être obtenues: (( C'est grâce à l'union que des millions d'êtres llumains out frrt être sa'1Ivés, que la Rtisistance a pu porter des coups décisifs à l'etmemi, que les Allih Ont frrt écraser la bête !zitlériemte ». Aussi, c'est avec joie que le M.R.A.P., ouvrant toutes grlndes ses portéS, enregistre l'adhésion d'hommes et de femmes (( de tous 1Ioriz01ls sociaux et politiques qu'ils soient sionistes, sans parti, socialistes, communistes, croyants ou non », et il a confiance en l'avenir parce qu' (( il sait que des !tommes de bomle foi, 1tlomeiltanéme, tf méjia"ts 01/ abusc., sauront se joindre à l' ef lort commun Il. Les tâches du M.R.A.P. Dans cc combat, le M.R.A.P. aura notamment pour tâche de dénoncer devan t l'opinion la propagande raciale de division et de haine, nui-sible- à l'intérêt nal. Î.()nal, profitable atix: seuls fauteurs de guerre ; - de rappeler, s'il en est qui veulent oublier les horreurs nazies, la vérité en toute occasion ; - de réclamer et l'obtenir, avec l'appui des organisations démocratiques, la dissolution de toutes les ligues anti~émites et l'interdiction de toute publication de caractère raciste ;de soutenir toutes les actions en faveur de la paix et de la démocratie, seules garanties contre le racisme et l'antisémitisme. Que chacun comprenne que la so lution dépend de lui-même, sans vain sfntiment l'impuissance, conclut le rapporteur. Car « les forcts de paix sOlli puissrnzles dans le mOllde, el tOIlS el/semble 1tOuS formolls unt armée immense, l'armée des soldaIs dc la pt~i1:, munis d'uJl idéal de vit et de b OJI Il {"lIr. GrAce à cette armée, le racisme, l'o1,tisémit;sme et la guerre IIf! passl'rollt pas 1 » (applaudissements prolongés). La discussion Après l'élection des membres des diverses commissions, c'est une veuve de fusi. llé,. Mme H,élène HAUM qui ouvre, en Yiddish, la serie des interventions. C'est une émouvante évocation qui déroule de l:exode de 40 au:c rafles et aux dép~rta! l()US, les scènes des années terribles. « Les cris des eulant. arrachés aux bras de leurs mtlmans, le 16 juill.et '9 .. 2, rrfso1~nent Nuore df.l'1ts mes oret lies. Notre devoir est de ne pas permettre- le- ret01lr de cëtte- horrl"l(r ", s'écrie Mme Baum très applaudie. ' Second orateur M. HOLZER, représentant de la (( Société Bendzin ", après avoir lancé un vibrant appel à la vigilance et à l'union, juge sévèrement l'attitude de certains dirigeants qui ont poussé la compromission jusquà s'allier à des factieux lot à des vichys tes. (( Le 8 mm '945, J 3 !tnlres de l'aprèsmidi, des s;".ènes {tI/-mollfainlt dans tO'ule l~ Frant;e la diffaite de l'Allemag1le nazu;" rappelle d'abord M. FENIGSTEIN 9ui évoq.uera, au cours d'une éloquente mterventlOn, le"!; promesses bafouées la libération trahie, la violation des acc~rds inter\lIiés, qui devaient aboutir à la reconstitution d'une Allemagne de l'Ouest raciste et g,uerrière. Petites et grandes questions Chaleureusement approuvé par l'assistance, il soulignera l'obligation pour tous les honnêtes gens, et tout aussi bien pour « une simple société mutuelle comme les " Amis 1 sraéliles » qu'il représente de prendre :onscÎence des périls de l 'h~ure et de réagir en con,séquence. D'où :ette remarque du président Kriwkoski : - (( Il est réconforttZlrt de voir qu.e dans TIne organisation de secours mutuels, on a co·mpris que si l'on 'lInlt se protéger sur les pet.tes questions il falll d'abord se protéger sur les g7a·ndes. Il tut un tem ps OÛ l'on attrait dit dans une telle société : mais la paix, c'est uue affaire qui lIe 1IOl/.S cOllcente pas ! eh bie1', elle 1tOUS cOi/cerne tOtlS sallS exceptior" il y va de la 'l'Ïe et de la sécurité de chacun, et vous a~e8 bii"j eu r~i~oll de le dire " (a.pplaudiSliements). Après que M. Victor DULMA , premier ministre officiant du Culte israélite (Consistoire- Israélite) ait pris place au p .. aésidium, le jeune SIBBERSTEIN prend la parole au nom de ses camarades de l'O.R.T. Pouvoir travailler dans la paix ... D'emblée, cette question qui nous jet te ~u coeur des questions , préoccupant les; Jeunes travailleurs, et smtout les élèves de la formation professionnell e : (( Parce fJ"e je SUIS 1111 jerme qui apprend lm métier, je 't:ell:t potlv()ir tra7?oiller dans liJ paix. " Le' racisme, la guerre ?,' BeateCOU? de jeunes juifs sa·mmt le sn.s a.troce de ce. mots. Et c'cst pourquoi '/OltS a'Vl»IS 1I0tre place ici!" (Vifs applaudissements.) De M. Michel KOTSKT, ancien déporté: (( NOliS, rescapés des chambres à K'zz et des fours crhnatoirl's, ne POU1'011S 1IOIIS taire lorsque nous apprenons qu' llsc Koch et Xavier VaU" t seront bientôt libérés, lorsque 1IOIIS (m /endons des velldeurs de (( Paroles frallçaises " crier « Vive Pétain, mort au:r luif sI» Le président KRIWKOSKl. - « Ce cirque où 1/01lS nous réunissons librement ([ulmlrd'Im;, nOus rre- POU'l/OIlS pas 111: pas 'l,oir qu'il est rond... cOllccntrati071naire. Song{,(JrlS q'l'rl spratt possible, si HOUS n'étions pas unis, que nous nOlis retroumans ici dalls d'autres conditions que if! ne sOllhaitl" pas! » M. René LANG -: Nos ennemis, eux, ne font pas de distinctions ••• Ap.rès un ouvtier, M. MICHEL, porteparole des 'travailleurs juifs affiliés à la C.G.T., voi:i mainte:nant, non. moins ovationné, ur. chef d'entreprise à la tribune - tant il est vrai que les couches sociàles les plus diverS€."S sexpriment au sein du M.R.A.P. M. René LANG, qui se présente luimême comme « lm i1ldustriel, mais aussi ' comme le représentant d'une viejlle famille J·ui'lfe d'Alsace haMie ni Fr01!Ci!' dPuis es si.èc!cs qui, m 1&70, n'hésita ·"fIas un instant à quitter tOtlS ses bie,l's 1o14r fuir la tyrannie allnnande, et qui a fOurni asser: de gages et de v'es au cOll rs de trois guerres pour o'l-'oir droit aTt titre de citoyen frança.is » (vifs applaudissements) va tirer, en termes saisissants, les leçons de l 'a veugkment, de l'incompréhension, voire du mépris que manifestent certains . Juifs envers les « immigrés» ': « Une autocritique s'impose. L'a'Vène. metlt de Hitler et de sa clique n' otl'l/rit pas les yel/x de beaucollP tE' entre 1'OUS, et pour ma part, je dois confpsser à regret que j'ai commis l'errellr de refuser une aide à des fu.ifs réfugiés en France pal·ce qu'ils haie'lt AZlemouds trt que le fait qu'ils fussmt Juifs n' Hait à mes 'j'eux qu'rm facteur secondaire. » Vint la terrible g uerre. La même clio que internationale qui avait laissé Hitlel au pouvoir commença avec l'aide de Vichy sa sinistre besogne. (( Lesquels turcnt atte;,t/s les premiers, parmi les Juifs? Beal/coup de cel/x qut se croyaient le mieux à l'a br. des lois scé. lérates : les anciens officiers, ll"S M'ucats, les doctenrs, les commerça~lt.r, les jl/ausfriels. Après tJ'l,ojr supp'imé leur il1flue", ce, 011 décida de Supprimer tout" fail les Juifs. Bi'.!ni.1t, tOitS les J1Iifs français, face au danger commml, comprirent, mais 1/.11 peu tard, la Plupart llUS dl!'1Jat/t le fOllr ... » Lorsqu' il y Ya de leur défense, les J uifs ne peuvent a~ir dans l'i solement et la division, démontre M. Lang, qui observe ensuite.

(( Si de gr,mds mouvements semblables à celili-ci a'l'aielTt existé N~ 1939, sans doute a1lri01ls-nous réussi à limiter le dé~ sastre qui nUits il si durement frappés. " Or, déclare l'orateur, des T uifs semblent se désintéresser du M. R. A. P. ou même le critiquent. (( O~tl-ils d,:jà oublié? C'est à craindre. Nos eml{",.,is, e1I,Y, n'ottt pas oNblir! " U\pplaudi~sements.) M. Lang ajoute qu'il a adhéré au M. R.A.P. parce qu'il estime « que c'est sel/leme/ Il daJls cl p!r l'lInion de t r;us que 7101IS pO/lrrOllS aSsurer notre sécurité. faire pntendre ltoire voü', et !triter l't/icaCl'mellt contre la cause initiale de tOitS les ma":t qui tlUIlS frappcnt : la gllerre.l Et il conclut, vivement acclamé : (, NOns ti/!'~"s lllUer" polir tllll';"dre ces ollject.I:, par tints les tnoynLs dont 1lOltiS dis-;OS011S : les jeunes per l~lr disûj;l;1U et le"r courage" et 1tOIlS - ponr faire f1l(mt mu' organisations ad-uerses qui tiisf'Ose1tt dt moye11s lina1tc;"s importants - 1Ii11l Se1llemeHt par 110S ell'coleragements, mais ellcore frar notre soutint matériel. ,. Deux générations Une femme de fusillé, mère de cinq ffifants, Mme ZAl·&f:R.~r.-\N, s'avance, pâle, toute simple dans Sa petite robe bleue. Minute boulc\"ersante : l'état d'émotioll de Mme Zauberman tS! tel qu'elle demandc:: à une amie de lire à sa place une déclaration qu'elle a rédigée en yiddisch. Et voici unt' enfallt de '-' ans, Régine PRO: HOVER, du Foyer de Livry-Gargan: « Je me sOIl't'iendra' toute Hia 'l'Ïe ditelle d'une voix: claire et .accusatric~ de ce paPier Ifloe reçut mon Phe : il ~{ait C01!'l'r-Qllé 011 com~!ziSS(lritlt .. il partit pour ne plus jamais re1'cJtir. !vi a mère "l' cessait de pleurer. Moi, j'étais trop petite, je ne comprenais Pa.s. Plus tard, je dlls partir à la cllll1pagl1e che.~ des pûrlicllliers, ('e n' l'St qll',rl1l bout dl: del/or: mIs qllP je reçus Ül 'l'isite de ma cousine qui ?/l'apprit la déportc!tio1! de mtl mère. Alors, ce - fut.ull îOllfr teTriMe pour moi. J'd'l'ais déjà dil" a1JS et je comprenais. » Quand, après ces mots inoubliables, la petite Régine remettra une · gerbe de fleurs à Mme Zauberman, tous les dt'Ié~ués, ' dehout, - dt:s hommes ont les larmt"s aux yeux - acclameront ce g este de piété, ce symbole d'amour! Les Jeunes de la L.I.C.A. Jeune, combatlif, développant avec aisance une argumentation solide, M. Charles P,\LANT, président des « Jeunes de la L.I.C.A. ", ancien déporté politique rescapé de Buchenwald, a tenu tout d'abord à apporter « le "émo'gnage de sa COIIscier/ ce parfaite des fautes et des ~rre-urs com.mises par .la [.-.l.C.A. " Au point que « St ceux qm vtVellt, ce sont cellor: (/Ili luttn,t, les l'l'fallts de la L.I.C.A. font figure d'orphelins ». Et l'orateur raconte comment il a fait la connaissance du M.R.A.P., un soir, -dans une petite salle de la rue de Lancry, lorsqu'il a Vll (( drs hommes de bonne 1'0!01l/é qui tentaient de faire Ct! que, pour /lotre grande !tonfe, nOlis n~ faisons pllls. " _ C'est avec fierté qu'il évoque douze ans de comhats au sein de la L.I.C.A.. r • _ DROIT ET lIBr:RTE --.ii' g... '7 OUR-NEE NA TIONALE DU 22 · MAI 1949 l'expérience des c.amp.s de concentration, puis le grand espoir qu'avait snscité la llaissance de l'Alliance 'Intiraciste qui,. de Florimonl Bonte 11 Louis Marin, groupait des rél'nblicains de toutes tendance,. " MaiSJ minée de l 'intérieurJ l'Allianù a·ntiraciste a échoué. En ont été exclu, des hommes et des femmes qui méritent tOut notre respect. De les rCtrouver iciJ et de voir La diversité des opiniolls refrrJsentées, nous nous sentolls regonflés de confiance. » Puis, M. Palant analyse en détail les méthdes désinvoltes avec les.quelles M. Lecache, passant p'lr-dessus sections et fédérations, . ap' ès avoir refusé d'adhé. rer au Congrès des Partisans de la Paix, a engagé SO!) organi'ation dans un autre Congrès qui a tourné à la confusion. Et, dénon çant les dangers de guerre qui se précisent : « Puisque nous serions tous dt's mclimes désignéesJ l' helfre a sOlmé d'une wlion large dans le M.R.A.P. » (Applaudissements prolongés.) ' . .Le président Kriwkoski : " Un écrivain juif" 'crit : « je suis hellreu~'J je suis un orPhelin J parce que chacun maii/tenlutJ s'occupe de moi. » Eh b,enJ mon cher PalantJ nousJ ellfants de la [.l.C.A. J orphelà,,, majeursJ nOlis pouvons dire: " NousJ nous restous dignes de notre pheJ tl/hile si uotre Pi're n'est Plus digue de . ses fils: " . Tour. à lou r intervÏ.nnent ensuite: M" FRANK,;LJ qui ;ffre au M. R.A.P . deux tab!e.lux repré~entant la déportation et les atrocités nazies, et M. WUfFMANJ Elél égu~ d~ l' " UlIion des Anciens Combattan(s MAMADOU DIA j uifs », ainsi que le Dr CAMARCAJ de l' (f Amicale des Médecins lu ils ». Enfin, salué par plusieurs salves de bravos M.. MAMAOOU DIAJ présicknt. du « Groupen/ent des Etudia~lis AJricains ", salue le M. R.A.P. au nom de ses compatriotes noirs, dont" un grc/1Id ./Ombre apportent à cetle lutte leur collaboratiOl' frauche et S012t décidés à combatlre toutes tes discriminati.?ns fondées sur autre chOSe qUe la vùleur iutriwèqlle des hommes libres lI. Deuxième , seance Ouverte à '4 h. 30 par M. POZN.~NSKIJ préside nt de l'Union des Sociétés Juives, la deuxième séance -commence ,par cleux belles 'inteTVentions de Mmes Berthe MAISON et DOAIEN]OZ. La première, membre du syndicat de la mnroquinuie, résistante catbolique du M.N.C.R., exalte l ' union dans laquelle ouvriers juifs et non-j uifs luttent pour améliorer leurs conditions de vie. Evoquant la solida ri té agissante les patriotes français envers les victimes des rafles du ,6 ju.il1et 1942 : (f On (est Ven,. nous proposer de fOrmer U'l comiié pour aider et cacher des enfants. j'ai compris qu'il ne fa1lait pas perdre de temps », déclarer sous les applaudissements, Mme Maison, qui conclut à la nécessité de se sener les c()ud~ s toujours davantlge. « OuiJ il faut s'unirJ satlS différence de races ou de religions, pO'ur ne plus jatuais re'l'Oir ce que t'Ous avOtls vu pendallt la guerre» répond Mme Domenjoz, déléguée de 200 locataires d'une mai son de la rue Saint-MJur. M. RÉMY RONTCHEWSKI (STRASBOURC) (( Toute insulte antisémite est une atteinte contre le christianisme.) T.'attachement qu'elle garde fnvers la direction de la L.I.C.A., n 'empêche pas Mlle Jacqueline WOLKEN, membre de. la " (-légation les J euniS de cette orgamsation, intervenant en son nom person nel, c1è " souhaiter de tout coeur borme chance au M.N.A.P. ». C'rst au nom du " C01isail Communal pOlir la Paix et la Libert~ de ,?trasb~urf? »J ville martyre qui a subI troIs agressIOns a llcmanles en troi" quarts de siècle. que M. JauJues E1SENBERG s'inquiète du danger lui renaît à nos fro,;üèl es, et se fait l 'interprète de la protestat1on di tous les pa triotes et de tous les int~l!~luels de .la glorieuse cité, devant la deClslOn de f;::lre de Strasbourg la capitale de cette « UnIOn Européenne » si chaleureusement prônée pnr un Duncan Sandys et ses amis hitlériens. Après M. Jo SEIDEN, qui montre que l.a préparation à la guerre menace l' ?-venlf des étudiants en réduisant les croolts de l 'enseignement, et qu'elle conduirait vers Au moment où se réunit votre Congrès, laissez-moi exprimer le s~uhait de voir votre Mouvement ré{l'andre la conviction que lutter contre le Racisme et l'Antisémitisme, c'est faire oeuvre de paix. Simon FUKS, grand rabbin du Haut-Rhin. les « numerus clausus " et les massacres si nous n églig ions de nous unir, on en tend l 'a.clmirable profession de foi a ntiraciste d 'un aulre Strasbourgeois, d'un chrétien prog ressiste, M. Rémy RONTCHEWSKY, agrégé de l'Universi té : . " Un camarade juif sioniste a parfailemeut dit que cette lutte ne consistait pas à demander pitié pour les juifs. N ous chrétiensJ nous nous unissons à vous pou~ réclamer au nom de la justice un traitement rigoureusemeu·t egal pour tous les hommes ... Toute insulte con tre les j UlTl La Paix peut seule faire rentrer dans \le néant le racisme et l'antisé_ mitisme, générateurs de tant de misères, de tant de crimes. Je salue bien bas le serment signé par l'ensemble des organisations. Alban SATRAGNE, consei ller municipal de Pilris, conseiller général de la Seine. est UUe attcinte contre rlotre christianisme " (vifs appl audissêment s). Lui succèdent M. SCHATENBERG représentant de Lyon, et Mlle Mon'ifJue MILSTE IN .(] U " F-oyer de jeunes Filles de M ontre"il ", qu i soulève une tcmpète dl! hourras, en administran l la preuve que les jeunes savent d(sormais où sont les ennemis cle la jiunesse, de la form ation professionnelle, de la culture, de la p"ix, et en gloJ'ifiant " l'u"iol1 forgée dats l ';,,surrectur/' l du ghett o. de Varsovie comme dans les comba-ts du. Néguev". Les poètes, aussi, ont une place dans notre -combat et voici l'artiste Kurletuler Jui réci te à la tribune' un poème yddich de Sc/mlsuin: " J'ai vu une montagne Il ... " La po /ulation juive de N allcy J comm.e celle de StrasbourgJ a des ra isons particulières de sOllteuir U1l tel mouvement puisque noire ville est de celles qui ont le plus s:ouffert des invasions de l'Allenra{{ne, prUsSletme ou nazie », décl are M. Gilles EDELSON. Puis, Mlle Thérèse -GRIMBEnG apporte le s~ lu t de la jeunesse du ,,'Drtr BOrochov », et Mme Lé" WEINTRAUB celui du " Hacl/omer llailzair "; " Pour I sraelJ pOur les juifsJ comme pour tous les peuplesJ une solution s'impose: U1/t()1/ de tous pOlir la paix Il. Entre temp ~ l')rrivée au présidium de M. Léon ME 1 SS, président du " Con,istoire Central Israélite de }' r~nce », présidenl du C.R. J. l'., est saluée d 'a rdentes acclamations. M. YVES M.OREAU Avec M. Yves MOREAU, c'est la voix Ile 200.000 an-ciells combattants de la Rés i, tanoe unis 1ans les As.sociations des ancic.ns FFI: FTP, qui ,;e fait entendre. " Il nt mIturel ' que ceux qlli, hierJ ottt luttéJ arnles à la main, contre les envaJ!isseurs hitü'nenSJ participent aujourd'hu,' à un gra1ld mOuvement contre le racisme et pour la paix! » « L'idéalJ pour lequel. nos camarades SOlll morts, eSt aujourd'hui bafoué» et M. Yves Moreau stigmatise, aux applaudi ssenH.nts de l'assistance, ceux qui libèrent les nazis a ssassins de tant de Juifs, et poursuivent des patriotes et de~ résistants gl orieux. Les collab05 ne cachent plus leurs désirs de r5pr~ s'lÎlle s, mais les deux meetings qui vienumt de rassembler, à quellues jours d'intervalle, à Wagram et à la Mutualité, les représentants de toute la Résistance, " témoig1tff1lt de la volonté de tOIiS les bons Français de faire frMit coutre ces attaques odieuses tt de les briser ». M. JEAN de LORME M. Jean D~ LonME, fond.aleur du « Co. lIlité Franco-Malgache », association fondée à l'occasion du pro·cès de Tananarive, celte autre Affaire Dreyfus à l'échelle de /1,1adagasCtlr, commente avec esprit les .a-ccusations dont il fut l'objet ·de la part des racistes et des colonialistes pa r:e qu'i l avait pris la délt'use d'uil peuPle coupable de réclamer le droit à la liberté et à l'égalité ». « C'est en quelque sorte un " criminel de Paix » qui sc présentf' Ù71aut 7H/Us. lZ eH arcepte volo1Jtiers l'épdhi-teJ alors que l'o~, gracie ct libère à présent de purs crimil1els de guerre qui 01lt llTt:té la main à tant d'abomi1lations ». (Vifs "l'pl auèlissemen ts). Et ap' ès avoir cité un texte très actuel de Jules Henard, mordante satire des antidreyfusards qui condamnèrent Zola, M. Jean de Lorm e exprime en phrases éloquenles, sa solioari té avec tOutes les victimes de l'arbitraire e·t du fal1atisme . En fin, après lecture d'un poème de Péretz par Mme . Dora KALINOVSKA, Mme Nell~ DAT, institutrice qui sauva de nombreux enf~n ts pendant la gUe1'Te, clôt la série des discours de la deuxième séance pM une évocation émouvante : « je devine un gra1Td nombre d'amis personnels dans celle Jalle et los souvenirs qui nOit liellt sont entre tous doulouTeUX et exultants puistJu'il s'aKit des gos' es .. .. En 42, de VIllage en village, nous avons expliqué la situation avec toute la comliction dont 110US étions capables. Et · beau,oup de portes s'Ouvraient. Ainsi, dans de petites COll1mUlles de l'A iSne et de Seine-el-MarneJ autour de Château-Thierr') l , de la Ferté-sOlts-Jo·u.arreJ de la FerUMilon J de Soissolls, d' humbles mél?!ges ()u?nitrs , des paysonsJ des petds rentlOrs 4ccePtaiunt de prendre nos enfa?lts ct tlOUS av;o1ls le coeur 1111 l'eu soulagé ». Fidèles à l'esprit de la Résistnnce, nous nous engageons, s'éc rie Mme Nelùa DAT, -à lutter éllerg;qucment contre le retour des forces mall-paises de guerre et de _Jascisme ! UN MESSAGE du Professeur VERMEIL Ceux qui ont cru devoir, dans une des plus terribles crises que la France ait coimues, collaborer avec l'Allemagne h;tlérienne, relèvent aujourd 'hui la tHe et préte'ndent reprendre leur place au grand jour. Avec eux peuvent reparaître parmi nous, malgré les redoutahles expérieJllCes d 'un récent passé, Ile fascisme et son inséparable compagnon

l'antisémitisme. Or 1 "anti·

sémitisme, te·1 que le troisième Reich l'a pratiqué, n'a pas seulement engendré les borreurs que l'on sait , 1\ a tenté tic détruire tout esprit, toute instituti()n d'ortlre international. II a dressé n·ations contre nations, dans une atroce atmosphère de guerre éterne)\e, Il S'alimente aux pires sources de la violence, de la haine et de l'envie. Il entretient l'esprit de lutte et de destruction. Et il se sert du judaïsme comme d'un houe émissaire, pour voiler de fatales ambitions et détourner d'eUes l'a'ttention publique. Jamais on ne le combattra avec trop tI 'énergie ; jamaÏ's on ne protestera trop contre ses méfaits. Edmond VERME'lL, professeur à la Sorbonne. --P.. JOUR C ELU! qui n'a pas, assisté à la journée nationale contre le Racisme, l'Anti_ semitisme et pOur la Paix, ne peut realiser toute l'ampleur de cette manifestation qui, .l'Iésor~ mais, marquera une date ' dabs l'histoire de la lutte antiradste. Les quelques 2.000 déléguésrt'presentant plus de cent orga. ni sati i)tJs groupant des miniers d 'a dhére nts, assistés de plusieurs centaines d'auditeurs fai. saient craquer la large enceinte du Cirque d'Hiver; La volonté inéLranlable de tout un monùe .·compose d'élements les plus divers a prouvé, qu 'au-dessus dt's idéaux polili. ques, des conceptions religieuses, cles divcrgences d 'opinions;,· ~11le union totale pouvait se faire contre un danger commun. - Le fa it le plus saillant de celte journée a été la prise de conscience des masses juives de la nécessité d';lssocier au corn. bat 'Contre le Racisme et l'Anti ... semitisme' l 'i mporlant problème cie la Paix, faute cie quoi au. cune nction dans ce sens ne saurait être efficace. - Les magnifiq\1es interve ntions d~s . jeunes, cles Anciens. EE DECISIVE Comba ttants, des femmes de fusillés, des déportés, d'hommes, de femmes, d ' enfanls, victimes de la barbarie hitlérienne ont soulevé l'enthousiasme de l'auditoire. D ANS toutes les déclarations en pleine communion d'iclées avec les nombreux délégués de Paris et de province on retrouve la même volonté par Serge KRIWKOSKI r.eselue de d én oncer les crimes de 'ceux que l'on libère aujour. d'hui , cie ne pas oublier les horreurs commises par les bourreaux nazis et leurs acolytes :vichysles, de rester unis a la résistance et à nos grandes al. liances qui nous ont permis d'échapper à l 'ex termi nation totale. Dans l 'aClion e nt reprise, le Mouvement naissant sera fort de l'appui q ue sont venus. lui apporte ,- Alain Le Leap au nom de", 5 millions cie travailleurs que groupe la C.G.T., d'Yves Farges au nom des milliers de combattants de la Liberte, (J'homtnes de couleur comme d 'Arboussier qui lie son combat au nôtre ; de chretiens comme Marc Saugnier ... L'EMOTION fut à son comble qua nd dans le halo des p rojecteu rs défilèrent sur la piste clu cirque les délégations des an ciens cleportés dans leur tri ste tenue rayée, des enfants de fusillés por teurs d 'albums pOl lr la Paix qu'ils offrirent au grand peintre juif Mjrc Chagall, des Anciens Combattants, -la poi trine bar.n!:e de decorations et cles porte-drapeaux cie nombreuses sociélés. Minute poignan le que celle où ful lu le serment de rester fidèles a ux 6 millions de nos f rcres morls da ns les fours cr ematoires et de ne jamais se t rouver dans le même camp que cel ui des bourreaux nazis. Journée inoubliable et spectacle indicible que ceux où tout un monde prend cons'CÎence de sa force et jure cie rester uni pour mener un combat ne dans le malheur et la sourIrance jusqu'à son terme fi nal. M. ALAIN LE LEAP : «Nous ne reconnaissons que le sang qrii a été versé dans la défense du progrès. » « Les tr)vrulleurs crient toujours contre les injustices par-ce qu'ils souffrent euxmêmes d'une injt..stice permanente ». C'est après avo;r cité cette phrase de Jaurès que M· Blumel donne la parole à M. Alain Leap, secrétaire général de la puis.sante c.G.T'J accueilli par un triple ban . « VOUIS défendez ulle causeJ que le mouvemerd syndical a laite sienne depuis toujOurs », déclare M. A Iain Le Léap, qui s'indigne _ le l'eyemple particulièrement odieux de racisme que vienl le donner le gouvernement de l'Afrique du Sud .t ajoute ~lu' i1 y ) encore pire : " Nous savo ns comment dans cette démocratie qUI se tT:)uve de l 'autre côté de l 'Atlantique on reOEnnaÎt l'égalité des citoyens. » Réfutant les mythes racistes : « On a parlé des liens du sangJ On a dit que le sang qui coul",it dans les veines n'était pas le même. NOUS NE RECONNAISSONS, NOUSJ QUE LE SANG QUI A ETE VERSE DANS LA DEFENSE DU PNOGRES SOCIAL ET DE LA LTBER TE (7/;ls applaudissements)., et nous disons très haut que les juifs français sont des citoyens fraI/fais, au même titre que les attires. qu'ils partlgent les trava,ux de lt'urs frères, et qu'ils 07lt exactemeut leS mémps drOits. " Pour eux comme pour les autres citoyensJ l 'avenir demeure dans la victoire Sur l'injustice et dans la fin de l'exPl07tatzon dl' l'hOmme par l'homme " (vifs applaudissements). Et M. T.e Léap montre les ' iens qui existent entre cette exploitation, la h~ine raciale, la gutlrre les livreSJ dans les écoles s'exfrriment dc fafon magnifique les idées de fraterniÛ ei. de pal.t· on Ile ?'(!ut pas et on ne préPaic· Phs la guerreJ zncontestablemclll » (vifs applaudi sse me ~ ,ts . ) M. MARC SANGNIER J!:t vùici ~ . MARC. SANGNIER, député, p'resldent d h?nneur du M.R.P., ~uquel 1 assistance fal! un acc ueil très chaleureux. " Ce qui me touche le PlusJ. déclare le grand orateur c.atholique qui depuis l 'Affaire Dreyfus n'à jamais cessé de mener une lutte- généreu~e, c'est que 710US Ile 'I)OUS ad~es:sez PilS seulpment à des hommes d'utte reùgtOn ou d'un parti mais à tout homme de oO'llne vololtté. E;'semOZe nous devOls créer !l11e Union fraternelle p'our barrer la rOUie au racisme el à la gl/erre. LA PAIX NE PEUT ETRE ASSUREE PAR LES s..EUL'i DIPf_OMATES, ELLE DOIT LTRE IMPOSEE PAR LES PEUPLESJ GAGNEE DANS LA LUTTE .(Vifs applaud,ssements prolongés). « Un chrélieu cOI1SéqUC11t qui considère t()1tS les .'LOlI!mes: cOmme ~cs jrères apporte sa co"trzbutzoll a celle lutie. /lIais souvent mm'que le couralte pOlir :mposer la pI,ix. Les vrais pacifiques oeU7/relit s,ms cesse chaque jourJ à la paix/» ( AppJaucii sse~ ments prolongés.) M. LERMAN ap porte l'adhés ion du Parti « Poale Sion de gauche » et déclare : « L'Etat d' J srt,iil "e peut exister que dans un monde en Paix l » Une clameur en t hou~iaste suit l'apparition à la tr;bune clu professeur M.mn;! PRENANT,gloire de la science fra nçaise ancien chef d'état-mojor des F.T.P.F., an: cien déporté 11 Be. gen-Belsen. LA SÉANCE PUBLIQUE « Nous a7'Ons connu la Garde de Fer roumaineJ les pogromes de l'allciem'e Po- 10gneJ les massacres de juils par les bandits hitlérie"s. Tout cela n'existera Plus jamais si nous le vvulons et nous sommes des centaines de millions à le vouloir à IrmJers le monde / Déjà cela n'existe Plus dam (es pays où les peuples ont pris le Po17l (1ir et conduisent eux-mêmes leur destitt n (a ppl. ). Là, vraiment tous les hommes sont égaux sàns ·di sti nction de races ou de' couleurs, et M. Le Léap qui, invité par les syndicats soviétiqu es, vient de faire un voyage d'un mois en U.R. S.S., nous apporte son témoignage : M. MARC CHAGALL Lorsque le président annonce 11 veutle à la tribune du . grand peintre MARC · CHAGALL, les ovatlOns sa llS fin qui le salueJ~t mOlltnn t que toute la foule rassemblée ici sait gré à l 'artiste de son effort de s'exprimer par la parole a fin de contribuer lui aussi, au g rand combat CQilltre tout c~ qui rétrograde l ~hu m a nit é. , magnifique rassemblement d'énergies anti racistes La salle est archicomble et beaucoup de personnes n 'ont malheureusement pas pu y pénétrer fa ute de place . A l6 h. 30, au milieu des ovations, M' An(hé BLUMEL, présidtnt du M.RA.P., a ouvert la séance publ iqu e, marquée à la fois de s.érieux et de bonne humeur de combativité et d'enth ousi.asme : ' - Nous Ile nous contenterons pas de souhaiter l'antiraci sme et la paix. Nous, n~ voulolls jJas de la guerre non pas parce que, dejmis l 'Arche de Noë J nous avons de telles rell~ti ons avec la colombeJ mais parce qlle Mnus sommes des combattants de la PlCÜ ! M. GABRIEL D'ARBOUSSIER Sa Piace est à côté de 1I0USJ comme la .. ô/re est à côté de luiJ dit Me Blumel en p rés ent~nt )VI . Gabriel d'ARBOUSSIER. E.u &lyle net et incisif; k président du " RaS.fel"hlemeut lJémocralir;ue Africain " p~· ouve1'a que la lJl,tte a~ti~ ~d ste est indivl~ l b l e porce que TantJ ,e nut1 sme et le racisme colonial senent le, int érêts d'une rnêlne mi norité lna]faisJnte, . « Nous, hommes d,' l'Afrù/lte N oire, a?lOIIS compris que le prolétariat et les peuPles colO1ûaw: étaient OpprimlS par lme même minorité qui 7"'1/ étcudrc rhaquc jour davantage son el1tpr;se SIIT le 1nondc.J de même que 1I0lS aVOl"lS o,pftfls dcms la der., nière gllerre 1IlnIld",le que les hitlérietlS flnt ish/litcs étaient m{ssi IfS nmemis de loutes lc.! races et de tnus les peuPles. (App!audis"emenb). Dès que nOliS 7'OyOns ~u7~ir le racismc" ell Uil point 'lueZéonq1if' il/{ globe, sous qltellLIIC fOrme 'llt'il sc prhent eJ '1u'il s'a. gisse de théories de praitque ou de dispositioll.,. UglSlll/1.'esJ que ce soit en Amé- . ri'lue du Nord ou ell Afriqlle du S udJ nuIJrc vigilan ce est mise en 67)eil. E t cette vig ilance active ert la g rande c~use le la paix : Le R.D.A. a pris résdlmll/ ml POSitlOIl dans le clllnp des peup'lef COll/te le cam ft des exPlûill'MSJ des. d,VI: Slurs, des porteurs de la. haiue raCIale a qu, la {{1IC7re apparaît comme le seul moynl de , sauver l,'urs Izoli/eux P,iv ilêges. (Appla udissements prolongés). Mm~ JEANNE LÉVY 01atrice il la fois fine et dynamique, Mme Jt:AN'IE LEVY, profes,c ur à la Facu! t(, de Médecl11e, milit~nte éprouvée du com?at an tir:lcistr, retr~ce les épisodes glo nellx de l'époque du M.N. C.R. Elle dénonce les manoeuvres qui ont M. ALBERT YOUDINE " j Il peux 7JOUS affirmer que dans un pays où par ,a t,esseJ par la radioJ par « Ces impr;sa·ntes assises té moignent de la vololltp des II/asses juives de prendre urle place impnrtante dil1ls les rangs des cOmbattants de la Pa.x », constate au début son importante intervention, M. ALBFJl.T YOUDINE. Fa-ce aux fauteurs de guerre, se dnsse le front uni des ·combattan ts de la Paix, grandi ssant de jour en jour : des centain€JS . de millions cl'hommes ct de femmes, clont la volonté s'est exprimée au Congrès de Pleyel, " fùrge·12l Ulle arme im"-ncible plus ,puissante que l'al me alo"'i9"e Il. ....... abouti à la :ni,e en sommeil de l'Alliance Antiraciste. Aussi accuei lle-t-elle avec JOIe la naissance d'un grand mouvement qui travaill era, lui, avec efficacité. Mettant en lumière la corrélation existant entre le regain du racisme et les préparatifs .de guerre, elle dénonce n otamment les . go uve.rnemento; qui veulent diriger la oSCit;nce vers des objêcüfs meurtriers. Mais nous 710yons 111' pays soucieux de bien-Ure et qui grâce au:!: récentes découvertes de LYSSENKO cst en train de reboiser une surfa Ci' dl{ globe deu.1: fl'Jis plus grande que la Frrm cc. LorsqU'Oit entreprend UI/. tra1'ail pareilJ peut-on MlOir l'idée de faire la gUerre .f C ertuinemCM lion / (Vifs. applau: dissements.) " Il s'agit d"11l combat pacifique COntre la 1/at/{re pour améliorer le sort de l'Hu,nlani.lé )J . M. YVES FARGE M, Yves FARGE monte à la tribune. ,Les appla udi ssements qui saIllent le glorieux rési.tant - l ui poussa même la t émérité jU5qu'à pl encire comme nom de guerre le pseudonyme de « Lévy " pour narguer la Gestapo !. - les vivats triplés, et quadruplés en 1')lO nn Eur de l 'ancien commissair~ de l~ R~publique à Lyon, du ministre IUtèg re qui fu ,tigca les" copain de la c()rruption ", du pré"ident des Combat/iI.lls de la Paix Jt de la LibertéJ s'apais€mt avec peine. Enfin, il p,:nle : . " je SUIS sûrJ dit-il , que le.f pensées qUI s~J es ?Iôtres SOllt les "ôtres. Au ",oml'/lt où da:" s le pays de Fra1lce lm frhllisseme-nt Pour u" rassemblelllclI! réPublicoin se taIt SOt/ti" i! .,jtait bOIl que dalls tous les d Offl,lÏ- 1Ies où· l'oll mh,c la lutl e. -pour la libn!" et la diguité dc. l 'holl/me 011 sr re/rùitJe àallS le 1t,éme combat ». M. Youdine s0uligne la nécessité d'une union toujours pl us l:llge pour ln Paix devant la renaissance officielle, le jour même du 4" anniversàire de la victoire sur le 11azisme, d' une Allemagne' agressive. La violation des accords de Yalta et de Pots dam a con{luit :l « la "remise des grandes usmes et des mines de la Ruhr aux magtMts 1lazisJ à ceux qui furent les cannibales modemes. P our rejter fidèles à la mémOire de nos ml~rt)'rsJ nous jurons s'éc.rie M. You line, de Ile jamllis prendre place dans le même camp que les bourreau'" nazis / Il . ..... Et après avoir SOuligné qu'en fondl1nt le grand mou vement les « Combaliants de la Paix et de la Liberté », des hommes et des femmes libres ont entendu faire eU sorte qu'à tout instarlt le ser1l1!nt de la Résista'lCe soit rappelé ct rcntre dans la réalite ", M. Yves Farge évoCJue la belle réponse du président Masaryck qui, sommé ............... M. HENRY BULAWKO C'est maintena.nt au tour de M. H~nry B lIL-\WKO J au nom d il « fl achomer fl atzaïr ", d 'expliquer· les motifs qui l'on t amené au M.R.A.P. li le fait en jetant un reg~rd en alTière sur les années ter ribles et il constate qu' il aurait été p ossible de S'lU ver benucoup de vies humaines si les juifs avaient été prêts à la paracle, s' ils avaient eu " dès le débltt une notion juste dit danger qui les menl1!fait Il ... Après le grand soupir, la gr ~ncl e espér~ l1c e dt 1945, voici que se manifestent à nouveau les relents de l'hitlérisme. Tl cite de nombreux eXI.'mples ùont celui des frères Tharaud, qui imprim ent dan.s le " Figaro Il que· " les Jui fs prennent encore trop de pl ace », sans ùu.blier tous les échos qui nous A l'occasion de la Journée Nationale du 22 'mai, le bureau provisoire du M. Il .A.P. a reçu de très nombreux me'ssages et télégramm.es des organisations et f'~rsonna;ités. ' Citons notamment : Le grand peintre Henri MATISSE. Edmond FLEG, bomme de lettres. JeancJacques BEIlNARD, homme de lettres. Loui·s MARIN, député. Jean MINJOZ, député. ANKEIl, secrétaire de la Ilobert CHAMnEIRON, Dr AIlON, de Limoges. Dr Jean DALSACE. Fédération de l'HabiJitement. député. Pierre·Roland LEVY, membre du Conseil supérieur de la Magistrature. Cinquante signatures de jeunes juifs de Marseille. Parmi les messages reçus de l'étranger, signalOns entre autres c~ui du « Consistoire des Juifs de Bulgarie ». de remplir un q uestionnaire à son arri vée a ux Etats-Unis, en face de la demancJ.e : « Quelle est votre race· ", écrivit : " La race humaine " (vifs applaudissements). M. YVc.s F.arge, déc1,a Înant un vérita ble tonnerre d 'app laudissemen ts, s'écrie : "11 est bin, COllll 11 qu'en Frml{e ()n jC retrouve toujours da/ls le 1/1alheilr. Lp problème 'lue nOlis e1lteudolls poser et résoudre oujo ll rd '/lUi dalls l'action ci1'iqur pst le sui? Jard : iL FAUT CETTE FOIS SE RETROUVER AVANT LE MALHEUR ET POUR CONJURER LE MALHEUR ». vi enn ent d'une All emagne ·non-dén azifiée. L'orMCl1T se fé licite du succès (lue constitue ce Congrès . fa ce à tous -ces dangers. rntesJ dit-i l, nO/l f sll.,Ons -quelle puissance meurtrière /-//! être mise en 1I10uve meilt cm.t" les juifs. Et 1IOIIS savons combien I10US SOmlNCS t"iblN dans 1/ol7e d;jpersion . Mais une chose doit être claire ... : si notre 'solell/nlt Pit sylloll)'me de fmblesse .. 1/OUS POU7'OUS Cepf'ntlilllt frlttser à Ulle 'sol./.ree. im'h/clble parce ql'" ',;o/llel// .s'y jeter tous les COIltOllts de p{/;",. de pro.l(rès 'L.de dé- 1nocratie que recèle l' li IInZa'lli.It:,. •.. ,,.~ Ia.l Il règle leur :ompte il ces int elJ ectt\els qui « s'imagi1!C1lt que le problème de l'i1.1lti: rémitisme ne les concerne pas eH fait ..• Quel art Pit, est-il POssibleJ quand derrière z,."r maisOll on tue les âmes et les corps des elfantsJ nu piétine les demierJ' restes dé la consciellce de Dieu ï A l'extréme rigueurJ un tel art sera un assemblage d'exercices de beauté froide... L'antisémitisme mutile la '/Jerso1t"'Nûité h1lJna;1Ie. il mène jusqu'à la drcadcnce une nation elltière. " E t dans sa péro raiso n, suivie' d'une ·véritable vague de fonds d'applo:l clissement il clnme sa foi en la so lution (inale 1e l'a~tisé mitisme. L'ACTION ne 1011 que commencer 1 Ma rc CHAGALL reprend sa p lace aux côté, ùe Me BLUMEL où tout à l'heure, il r t'Ctvra - profond ément ému - les ouvrages que les enfants de fu s ill és et déportés tiennent à lui remettre sou" les ovations de la fou le. LES discours sont acllevés. . Tous les yeux se dirigen ts ve. s l'entrée où sont apP'HUS, en costume rayé, les représenta nts des anciens déportés - ropp01 vivan t l'un tl ~g;que passé contrê le retour dnquel cette journée a dressé Un pui" ant. ba rrnge. Ils sont suivis d'une délégation d'lnClens Combattan ts et de nombreuses dél ~gations cle sociétés, bannières et drapeaux en tête. Et, enfin, symbole d'un :;vnir que tous ensemble nous ferons radieux : un gruüpe d'enfants a uxque ls va toute J':l ffcction des milliers d'hommes et de femmes. Me GRYNSPAN donne lecture du Manife ste, adopté il l'unanimité qui deviendra la Charte antiraciste. ' Puis, dans un si lence pl ein de fel veur t our à tour, M. Arm\nd DEMENSTAlN' en français, et M. \VEITZ, en yildish; martell~nt k s phrases du SCrmi'llt : « J a lllaIS,.. ») La « Marseillaise 1 éclate reprise en dloeur par toute l 'assistance, 'qui ento·nne ensuite " Ha tikva ». Et pour ~J ore cette grande journée, la Chorale J~lve .et la CllOrale poPllbirc de Pans réunIes, Interprètent, le « Chant des Part! sans du Ghelto 1. Trois hymnes qui expriment la mêine volonlé de gagner la bataille du bonheur. • DAOtT ET UBERTE • .' ..... , , l. , 1 DROIT ET LIBERTÉ en Belgique ••• NOUS pUiblions, aujourd'hui, pour la première fois, une page qui, désormais, sera consacrée à la vie en Belgique. Notre plinci.pale préoc:UlJaticn sera de refléter les événements de la vie juive au delà de cette fron 'tière franco-belge et la lutte que mène une n .. tion amie contre le Racisme et l'Antisém'tisme. Nous sommes heureux d'accueillir ces nouveaux coDaborateurs de « Droit et Liberté » et les prions de trouver ici l'expression de nohe sympathie et l'assurance de la plus large compréhension. Cl DROIT ET LIBERTE », lE RIDEAU DE FUMÉE par Ph, GRATVOL T. c: Séjour forcé à l'étranger tion des Chambres. Ce gou. La du roi Léopold III, s'il lui vernemenf, devait durer 25 ans a permis de se perfeclionner d'après M. Spaak, mais en dans la technique du golf et deux ans il a fait un énorm~ iles voyages tropicaux, aura travail : 250.000 chômeurs, la ~onn é de magnifiques occa- reconstruction reslée lettre sions de noyer le poisson, à morie, la Sécuriié Soci.ale meceux qui ont précipilié la Bel- nacée, les blénéfices des trusts gique dans la crise économi- allant croissant, les salaire3 quc. Plus ou moins périddi- bloqués, l'exportation unilatéqucment, Léopold III annonce l'ale et trop faible vers l'Ouest, q\.l'it va rentrer au bercail, une fiscalité écrasante pour eL que la Régence n'a plus de les petits, la signature du Pacraison d'être. te de l'Atlantique, le soutien La coalition Sociale-Chré- de Franco à l'O.N.U., la totale tienne-Socialiste qui a d irigé suj,éLion aux U.S.A. Ils onL la Belgique pendant deux ans, donc préféré ne pas trop insisvient de provoquer la dissolu- LeI' sur ce lLe poliLique et à la ____________ --, veille des 'élections, ' ont falt surgir LéopoJld III. Ainsi que le veut le dicton populaire : « vous regardez le cerf-volan t qui file vers le ciel, et je vous vole voIre porLefeuille. ») ON NOUS RUUSl )USTIOE L A jurisprudenoce discriminatoire instaurée par le tribunal de Bruxelles sur les demandes d'o'ption de patrie introduites par les Israélites, soulève l'indignation non seulement des intéressés mais aussi de la grande majorité des juristes . ~e d ernier numéro de « Justice Libre ", organe indépendant belge, consacre Un éditorial à ce " déni de justice ". Il est vrai que, saisie des appels formés contre les jugements rejetant des options de patrie d'Israélites, la Cour d'Appel de Bruxelles a réformé la majorité de ces décisions marquées au coin d'un parti pris douloureux à constater. Mais, la Cour ayant ainsi restauré en matière d'option le droit et l'équité, on il inventé un nouyea u mécanisme : aujout'd'hui, en première instance, les demandes d'option des Israélites continuen t d'être instruites, mais une fois en état, elles ne sont pas; portées au rôle. Devant la Cour, les causes nouvelles ne sont pas fixées ; celles qui l'étaient sont, à la demande du Ministère Public, indéfiniment remises. Le ParLi Social-ChréLien peut ainsi monlrer à ses élccLeu rs l'ampleur des efforLs déploylés pour fait'e renlrer le roi, et ie Parti Socialiste déploie une brusque ferm eté, allant !u:;qu'à obtenir de la i1'édéritLf'n Générale du travail une TIldlace de grève en cas de reLour , du roi. La question est claire de. puis lon gtemps: le roi Léopold III a vu d'un bon oeil l'ordre nouveau nazi, et après avoir rompu avec le gouvern ement belge 'CIe Londres, s'est plu à encourager la ~resse vendue pL il échanger des télégrammes avec Hitl er. !Léopold III doit abdiquer, car son retour s ig-nificra it le -pardon des inciviques et la Lt'ahi son élevée au rang de marLyr. Mais son reLour ou son ab · di cation nC' changera rien à la s ilualion économique d'6saa· Lt'euse. Les problèmes essentiels demeurenL. Les !électeurs belges sauront trouver le bon chemin. Le rideau de fumée -de l'affaire Royale n'aura pas faiL long feu . .&6; 'm&ttUlIUl6; 6~ pwdÏ6~, maÏ6 ••• l'a".ti6.émitÏ6me oit toajo.wt6 LES JUIFS NE SONT-ILS PAS BELGES,? Une gronde enquête de notre (orrepondant portimlier en Belgique: (RARliS ROY ON a souvent répandu l'idée que l'antisémitisme étaIt inconnu en Belgique. Malheureuse~ent, pas un jOlur ne passe sans que l'un ou l'autre fait ne vienne détruire cette allégation. Comme toujours, l'antisémitisme prolifère, tel un champignon vénéneux, sur les terrains malsains. Le climat belliciste qui baigne encore le monde a son incidence directe Sour les Juifs, en favorisant le développement des haines raciales, Nous savons que la discrimination raciale ne se soucie guère de justice, cependant elle revêt un caractère particulièrement sournois lorsqu'elle est le fait de magistrats chargés eux-mêmes' d'appliquer la Justice (avec une ~ajuscule, parce qu'elle est au-dessus des préjugés et sereine dans son essence), T EL est cependant le cas dans plusieurs villes belges et plus spécialement à Bruxelles. Les lois belges, très ruictes en matière de naturalisation ou d'option de nationalité, prévoient que tout adolescent né en Belgique, âgé de plus r adolescent s'il parle le polonais ou le hongrois, mais bien s'il connaît le yiddish. Une fin de nonrecevoir a été signifiée à une jeune fine de 16 ans... parce que le magasin de sa mère est fermé le samedi. A l'issue de l'enquête, le E()~J()UI2 E~Lt3I(2U~! Entrez, vous qui luttez" 1Jotre place est prête Entrez, les temps sont durs, la vie est à nous Vos chants ônt traversé ma fenêtre ouverte Entrez dans le combat, je suis avec vous Ch. MOISSE. raissant devant r appareil solennel et glacé du cabinet d'un substitut, on comprend aisément que dans la plupart des cas, un verdict de refus soit prononcé pour «( non-assimila~ tion ». Cette sacro-sainte assimilation nous rappelle une anecdobt authentique se rapportant à \In débat parlementaire qui se tini récemment au Sénat belge. Un projet 'de loi avait été déposé en vue d'octroyer la naturalisation gratuite aux prisonniers politiques et aUll veuVe5 des résistants étrangers morts pour la Belgique. Le rapportew de ce projet, 'un séna'le1ir socialiste des environs çle la capitale, se prononça contre une telle mesure en alléguant que ( le ' fait d'avoir cornbaUt! r ennemi ne fa isait pas nécessairement du résistant un être assimilé à nos moeurs ». En fait de moeurs, l'honorable parlementaire en avait plutôt de singulières puiSque peu après il était inculpé d'abus de confiance (lisez: escrcquerie). L 'A ITITUDE de certains magistrats est anticonstil\ltionnelle, la liberté du culte étant un des principes fondamentaux -cie notre collectivité nationale. L'ob.servance rdigi.euse des candidats à l'option ou le milieu qu'il héde 16 ans et de moins de ?2 ans, requérant comparaît devant un ma- quente ne peut pas leur faire repeut acquérir la nationalité belge gistrat qui, trop souvent, transforme tirer le bénéfice légalement prévu par option pour peu qu'il ait résidé ce qui bit être ' un simple entretien de ta nationalité belge. habituellemént en Belgique et qu'il en un examen serti de nombreuses Les victimes de cette jurliiplUsatisfasse aux conditiOlls de moralité cone~ dont voici deux échantil- dence discriminatoire sont , des requiSes. Ion s jeunes gens nés sur notre sol,' ins- Lorsque les déclarations d'option , (( -Qudle est la' spécialité de truits dans nos écoles. Ils ne coosont effectuées au Tribunal de pre- l'industrie herstelolse ) et (( quelle naissent pas d'autre patrie que celle mière instance, une enquête est ou- est la différence entre la dentelle où ils ont grandi et les exploits des verte afin de déterminer l'adaptation de Bruges et la deptelle de Ma- communiers flamands leur sont plus du, candidat au milieu national belge lines?» Aucune loi à notre con- familiers que ceux de Josué. et sin manque d'affinités avec sa naissance ne stipule qu'une agréga- Serait-ce pour eUll une tare d' avoir nationalité d'origine. tion universitaire est obligatoire échappé, grâce à la solidarité du En fait, les officiers de ta police pour l'acquisition de la nationalité peuple belge, aux chambres à gaz. judiciaire chargés desdites en- belge. Lorsqu'on sait le trouble qui d'Auschwitz~ quêtes font S()tlvent une singulière s'empare d'un adolescent cOOlpa- (A suivre). confusion entre la nationalité d'ori- 1 ___ .._----------------------__ _ gine et la religion ou les traditions de famille des requérants. Nous avons eu sous les yeux des dossiers établis par r autorité judiciaire sur r aptitude des candidats à la naticnalité belge. Dans les interrogatoires auxquels sorit soumis ces jeunes gens, on ne trouve jamais trace de la fameuse nationalité d'origine. On ne demande pas à M. Fer'nand PIET'I'E nous parle de Jacob MONSDORF Régisseur du Théâtre Populaire juif pePnsoiuornq udoui. cocuetrtse dei nlsao lJitues tiscues?- 1-____________________________ Il est diffic ile de lui trouver des le cas où il en acquerrait une nationalité israélienne aux J ui~ raisons. On craint, hélas, d' en nouvelle». En prolllulgant ,cette nés en Belgique et qui n'ont ja- ..- A vie théâtrale juive en Bel..... gique se développe de plus en plus, c'est un fait. A quoi faut-il attribuer cette renaissance réjouissante qui marque bien la volonté des Juifs demeurant dans ce pays de revivre, de refaire. de continuer la vie intellectuelle ? C'est bien simple. tre de l'Equipe )). C'est un homme aux yeux vifs, souriant, nerveux et tO,ut ce qu'il y a de plus aimable. apercevoir les mobiles. disposition, le législateur sc mai s eu envers le nouvel Et-at _ Au moins un prétexte est-il prémunissait avant tout contre la la moindre allégeance; il fauloi qui permettait au citoyen al- dra"ît supposer en outre que cetLe alléLge-u Pé a?r quet s'inquiète, paraît- 1e man d d ' acqu é n.I ' une na tt ona- natl'o[)all'té )'srae'l)'cnne serait it, cie l'incidence éventuelle de lité étra ngère tout en conservant conférée d'office aux intére5Sés, la future législation israélienne sa nationalit{, d'origin e. sans leur consentement et sans sur la nationalité. Comment le texte de cct arti- manifestation expresse de leur AlIX termes de l'art'Icie 7 de c1e 7 pourral.t -I'[ e' t re appl 'I cab le volonté et avec effet rétroactif. "arrêté royal du 14: décembre aux: Israél ites qui réunissent Nous nageons là clans l'invrail! i32 coordonnant lès lois sur la toutes les conditions légales de semblanoce complète : jamais nationalité « l'option Il'est point naissance, de résidence et d'ido- une telle loi sur la nationalité recevable lorsque la loi nati(p néité pour acquérir la 'nationalité n'a été instituée da ns un état nale (d'origine) de l'intéressé belge par option ? Il faudrait quelconque. lui permet de se faire autoriscr imaginer quc la législation de Il est à espérer que "interrupft conserver sa nationalité dans l'Etat d'Israël conférerait la tion injustifiée des procédures Le Comité Exécutif de 1'0 RT BeIgoe A.S.B.L. a le pleAslr de Y'OUS Invil!er l la visite publique du Certtre Efedro-Mét1lll, 87, rue Van Soust, l AtIIIef-- 12 fT 13 JUIN 1949 D_t ces deux journées, de ~ à 12 betoc'es et de 14 à li heures, tes ~è_ des éco1e8 seront au travail clat18 les .teI~s sttlvant: RADIO, BLECTRJC 1 T'E, Ml!CAIIIIQUE. SOUDURI'!, MENUISERIE, COUP!; ET COUTURE. , Le matériel d'études aIn&I que ~ prlnclpaux travaux des élèves geront exposés. Des séonces permanentes de elctéma montre ront aux visiteurs l'ensemble des réaUsatlons de l'ORT. Entree )ibre. 1 T1'8WII : 20, 33, 35, 60, 77, P, M, V. d'option ne sera pas de longue durée. La mauvaise volonté de quelques magistrats De doit pas Jeur faire oublier qU'iI s'agit là d'uo devoir régi par les disJl'()Siti. ons très nettes du Code Civil sur te « Déni de J ustiee ». En vertu de l'article 506, les Juges ne peuvent refuser de répondre aux requêtes ou négliger de juger les affaires en état et en tour d 'être jugées. Le cours de la justice ne peut être freiné pnr l 'usage de prétextes inventés de toute pièce par un antisémitisme malfaisant. c, Z. M. Jacob Mansdorf - un .des plus grands acteurs juifs du moment - est venu en Belgique, a vu ... et a vaincu. Une Association des Amis du Théâtre Populaire juif est née et son bilan est déjà fort positif. Le. amoureux du théâtre juil Une troupe s'est constituée, pleine d'enthousIasme et sous la direction avisée et combien compétente de M. Mansdorf, des spectacles d'une Qualité extraordinaire ont permis à un nombreux public de se retremper dans une ambiance presque famlliale. En effet, Schalom Aleichem a été ressuscité avec sa « Sorcière », puis nous avons eu c Notre Terre :t, une pièce palestinienne d'Ashmon, et toujours ce fut avec émotion que nous avons applaudi à cette renaissance, grâce à une poignée d'amoureux du théâtre juif. F ernantl Piette nOU$ dit Fernand Piette est ce remuant bonhomme qui dirige le c Théâ- Nous l'avons rencontré. par hasard, lors d'une représentation de la troupe de Mansdorf. On jouait, ce jour-là, « Othello :t, de William Shakespeare. Mansdorf jouait le grand rôle, le rôle du mari bafoué et vengeur. Ce fut - faut-il le dire - un succès triomphal. Fernand Piette en était enthoosüismé. - Je ne comprends pas le Yddlsch, mais je suis bouleverSé par la façon de jouer de Mansdort. C'est puissant, cela vous serre la gorge. A mon avis, c'est la première fois, en Belgique, que le rôle d'Othello a été si bien compris. Je suis d'ailleurs heureux de le connaître car nous allons pouvoir travailler ensem~ ble. - Comment ça? - J'al l'intention de jouer une pièce juive en français. e Tovia le laitier », de Schalom Aleichem. Mansdorf me sera d'un grand appui dans cette entreprise. Il est certain que cette initiative contribuera, de façon efficace, à faire comprendre la culture juive à la population belge, DENIS. DROIT ET 1I1lERTE , DE LA LITTÉRA TURE CONSIDERÉE COMME UN CHAMP DE BATAilLE LE r~JH[EArJr ·~E Par Roger MARIA U N h.ebdomadaire p'lrisien, qui ne se tient pas à la croisée des chem.ll~s. l!lalgré son titre, m ais qui suit sans écart la voie de la reactlOn, a proposé à ses lecteurs un referendum. Il leur a dem~nc1é d.e bien vouloir désigner leurs auteurs fa\·oris. Ce genre ?e. dlstrl:ctlOn ne trompe personn e. Le palmarès auquel il a abouti ICI tradUit les goûts d'un certain public, et rien d·autre. Toutefois, il n'est pas sans intérêt de conn'lître les goClts de ce public-là qui, s'il pa.rtage par ailleurs les opinions de son hebdomadaire habituel, mépnse ks intitutions républicaines abomine l'Union Soviétique et applaudit le chef du R.P.F. ' L'heureux gagnant du con COUTS a été M. de Montherlant. S'il en a eu connaissance, M. de Montherlant a dû penser que ses compatriotes, tout au moins les gens de son bord, étaient sans rancune. Car cet homme superbe a maintes et m\intes fois professé que tous les Français, indistinctement, étaient des dégénérés. Dès avant la guerre, il ne cachait pas que les Allemands formai en t à ses yeux une race bien supérieure. L'occupation venue et la race d{.s maîtres Installée à Paris, M. de Montherlant prit figure de grand écrivain. II l'a donc gardée pour certains. .Nous n'en serions pas là si les engagements pris en matière d' édition avaient été tenus. Montherlant, Céline, Jouhandeau, pour ne · citer qu'eux, n'auraient plus lû être publiés après la Libération, puisqu' ils avaient tous trois effrontément collaboré. C'était une chose convenue. Ma is iI en fut de celle-ci comme de tant d'autres, on l 'oublia "ite. On se disputa entre éditeurs la gloire (et le profit) d 'être le premier à republier Monterlant ou Jouhandeau. Pour Céline, ce n'est pas encore fait. Mais au train où vont les choses, ça ne saurait ta rder. par R. PAYEl-BURIN _IIIIIIIIIIIIDDIIIIIIIIIIII_ L E peuPle ne hait poi"t lm homme à cause de la forme de S01l lIes. Le peuple est affranchi des Sllperstitions qui abêtissC1lt les bourgeois et les relldent méclumts. il ne croit pas que les juifs ont U11e figure de bouc, des contes au front et lin appelldice caudal, qu'ils ré pa l1derlt du sali g par le 1I0mbrii le 7'cndredi saini et qu'ils crucifient u" entant ell r-érémmlÏe. il sait qu'il y a des juifs cuPides, C11richis par l 'usure et l'agio et qui Il'Out que des pensées de lucre. Mais il sait aussi qu'il y a d'autres juifs occuPés uuique ment de justicè ' sociale et qui consacrent leur 7,ie ,el/fière à l'attrùllch'ssmeut des prolétaires. l.es distillctions de race rie le préoccupent poiut, parce qu'elles. SOnt chimériques et qu'il vit daus le réel, au dltr contact de la réalité. Une femme libre d'Armand Salacrou_ (reprise au Théâtre Saint-Georges) Un troisième acte émouvant, d'une résonance originale. Un caractère attachant et vrai: Lucie (la femme libre). Un comédien bien sympathique doué de qualités d'une riche diversité: Yves Robert. Les oeufs de l'autruche d'André Roussin (au Théâtre de la Michodière) Une comédie pleine de vivacité, qui ne faiblit pas d'une réplique. Nous sommes introduits dans une famille de moyenne bourgeoisie, dont le père (Pierre" Fresnay) découvre - un peu tard - que son fils cadet (17 ans) est l 'amant d'une comtesse polonaise jeune et riche, et son fils aîné un inverti. D'où un drame, atuluel l'auteur, homme de théâtre à cent pour cent, confère les charmes d'un comique étincelant. Pierre Fresnay, qui vaut à lui seul le déplacement, comme on dit, continue de s'affirmer comme un des trois ou quatre meilleurs coOn lit en très bonne place, sur ntédiens actuels. le même palmarès, les noms de Céline (avant Roger Martin du Gard) et de Jouhandeau (avant Aragon). Le premier est assez connu pour qu'on nlit pas à revenir sur sa répugnan te personne. Le second l'est moins. Il se signala sous l'occupation par une se rvilité sans borne, et pour complaire aux 11a7is autant · que pour sa délectation personnelle, il écri\·it un li. vre, Le Péril jllif où il disait notamment

0)Ed. Emile Paul. L E racisme pénétrant à nouveau ,..... ______________ _ la littérature, il s'agit pour un antir\ciste d'être ,·igilant et de lutter sur ce terrain-là comme il le fait sur d'autres. 11 s'agit de bien comprendre, et surtout de bien faire comprendre qu'un écrivain raciste est toujours, d'une manière absolument néces,aire, un antidémocrate et un antipltriote. L'expér. ience de l'occupation est conclu\ nte. Du coté de ch~z Proust de Curzio Malaparte H Je serni désormais fonlé à soutenir que c'est faire une injure ·grave à la France et aux Français (lue de considérer. un Juif, quel qu'il soit. comme un citoyen français, et que c'est une des plus profondes inconséquences le la Révolution française que d 'avoir donné aux Juifs droit de cité parri1i nous. » 1 L y a là un état de ch~ses inquié- . tant. -On dira que la prédilec- .tion des lecteurs en question pour Montherlant, Céline ou J oubandleau n~ leur est pas dictée seulement par le racisme et. l'antisémitisme de ces auteurs. Qu'en sai ton ? Aujourd' hui, il est encore impossible de proclamer trop fort (IU'On déteste les Juifs. D'aill eurs, en mett'lnt pour ainsi dire les choses au 'mieux, il est suffisammen t grave que les Franç~i; plIissent lire Céline en acceptallt l'âme sereine, cette haine qui coule à chai: une de ses pages. De même qu'un écrivain profondément démocr3te est toujours contre les préjugés de race. Il faut lire à cet égard le recu('!il que vient de publier Claude Aveline, sous le titre Trente ans de vie sociale (1). et qui r3ssemble tous les écrits ·politiqut's d 'Anatole France, sur une période allant de 1897 à 1924 (le lor tome, encore seul paru, conduit jusqu'à 1)04). De ces textes groupés et commentés avec un soin et une intelligence 3d mirables se dégage enfin le yisage de France tel qu'il fut et non plus comme ses ennemis se sont plu à le défigurer. C'est un livre pa;:sionnant, qui fait revivre .wec le frémissement de l 'actualité, les éyénements qu 'il rapporte. On hésite à en citer tel endroit plut."t que tel autre. Mais puisque nous sommes sur le cha-, pitre cie l'antisémitisme, écoutons ce qu'Anatole Fr:\nce en di sa it en '904, à un moment où les dreifusaros repassait à l'offensive Vient de paraître Aux éditions du Pavillon MISTER THOMSON EST MORT . DANS LE GRAND NORD, par T. Semouchkine, tradui~ du RUSSe P6r E. Makoti'llskaïa : Un roman d'averture comme vous n 'en avez jamais lu ...... 250 ir. SCIENCE, MARXISME, GUERRE. par J. B. S. Haldane ...... . . 350 fr. LA FRANCE DEVIENDRA-T-ELLE UNE COLONIE AMERICAINE, par G. Soria ..... ... ... ...... 220 fr. FORCES DE GUERRE DANS LA RUHR, par J. Baumier .. 180 fr. également aux Editions du Pavillon. LES COMMUNISTES (février 39- Sept. 39 ), par Louis -AragOn, à, la Bibliothéque Francaise. 1'\ous avons renl ul.e lellr-e du compositeul' II. I~onn qui exprime sa recOllnaisSllIlt:e au " Centre Culturel ", à l' « Association des Juifs POIOllhis ., et à la Sociélé « ' ·arsoV1e- Oc:hotsk ., pour le concours qn'il& ont bipn voulu lui pr-êter dans l'organisal ·on de son dernier COllcert à Paris. ~1. KO lln nOlis prie de r-emeI'cier publiquement en son nom la gr'nlHle artiste :-:cho~ hana Al"ivilh, ainsi lue \lJl1PS Judith Berg, Sonia BO\("hkoyslw, Ir(;lle :-:teillhcrg. Maria

-'I;;je\\·ska e l r-1~1. féJ:x fibich,
';. BIIII11 et B. fessier'. .

Il ex pri illE' ses senti Il ~n ls de respe(; llHl llse reC,1nll:!is :lIlf"e Ù M. l'Am· bils'iadeur le p ologne, J. Pull'amenl. 'lili fi hien voulu i'e faire représenter ù ce rOllcen par :-'1. le Conslll g{'lJrrn! CZ\\ n I"la,"k" et l'Atloché cu llul'el ~1Î"hc;lo\Vsky. complète, en la gâcnant, une soirée si bien commencée. Marcel Proust, ce précieux de génie, était (tout le monde le sait). atteint d'asthme; le voilà donc, à titre posthume, affligé d'un Malaparte. On ne saumit mieux réussir dans le mauvais goût, le manque de tact et la désolante invmisemblance. Tout lycéen quelque peu doué qui découvre Proust à la seizième année, peut être tenté de se libérer sur le papier de l'obsédante découverte de ce magicien; c'est un sous-produit de ce genre que nous livre avec lourdeur l'auteur du grotesque « Das Kapital ». La voix si intelligemment modulée d'Yvonne Printemps, qui chante cinq airs à ravir, ne suffit pas à dissiper l'irritation unanime que soulève ce laborieux' pensum. Demain il fera jour d'Henry de IUontherlant (Théâtre Hébertot) C'est la suite de « Fils de personne li ; les deux pièces sont jouées dans la même représentation. Nous sommes à l'été 1944. Le père, sentencieux du type fasciste pot-aufeu . se démasque comme un collaborateur et même pire. et le fils. qui, parait-il, « manquait de qualit{ · » s'engage dans la Résistance et est tué dès sa première mission. Nous ne sommes pas sûrs que Montherlant soit tellement qualifié pour traiter un sujet aussi délicat et l'on observera l'art très personnel avec lequel il pose de travers les problè- LE ClINÉMA\. par Josette WOloNY Le Point du jour (français) J'avais promis, dans un. précédent numi:.o, de revenir sur ce film admirable que vient de réaliser Louis Daquin. Le 20 mai, il fut lancé dans le circuit commen:ial. S'il en est qui pouaaient douter du succès d'un film réalis.e, qu'ils se rendent dans cette salle de grande exd!lSivité oU je m'en fus certain ooir de la semaine et qu'ils juget't, par eux-mêmes, de la réaction du public 1 C'est un film qui doit avoir un retentissement mondial. Il n 'est pas . permis ,d'en douter. . On ne disserte pas sur la valeur technique d'un tel film. On ne chicaroe pas sur l'oppcortunité de telle ou tel!e image. Mais devrait-l)J1 le faire ici qu'on ne trouverait rien il red"ire à la qualité de cette bande, à sa mise en scène ni il son interprétation, d'une si émouvante simplicité. Le début es·t surprenant et attachant. La caméra se promène dans la grisaille du coron : ambiance. Et ,uis, brusquement, c'est l'action. On est plongé d'un coup dans la rudesse. de la vie de la mine. On prend part à la lutte de ses homme/! pour la vie, pour la sécurité. Qu'ils sant beaux et émouvants ces visages de mineurs, penchés sur. le pic, apparaissant dans l'ouverlure d'une saillie, rudes et âpres. Qu'elles sont adùlÏrables ces femmes courageuses qui luttent aux côtés des bOlDmes. La misère est là, contre JaqueHe on se bat chaque jour. La misère qui épuise. La misère qui lue. La misère qrui engendre la lutte, cette lutte il laquelle Daquin nous fait assister. Un film qui, par sa réalité et sa simplicité, éclipse celui que Beker avait pourtant fort bien réussi: " Antoine et Antoine~te 1. Il Y a cependant une certaine analogie entre ces deux bandes. Ces dames aux chapeaux verts (Français) C'est la troisième lois, SI 1e ne m'abuse, que l"on ttJurne un film sur ce sujet et, pour ma part, me sou ven ant particulièrement de rune de ces vel'sions, force rn'est de reconnaitre que je préfère la dernière, celle qui tient actuellement l'affiche. Un regret cependant, lïnoubliable création de René Lefèvre que nOlis auTions aimé retrouver da)IS cette dernière. Point n'est besoin de rappeler que ce film est adapté du roman de Germaine A cremant, r01nan qui parut en 1922 et fut inspiré à son auteur par sa vie dans une petite ville du Pas-le-Calais (sa viUe natale) : Saint-Omer. Ici, on trouve une adaptat'ioll très libérale de l"oeuvre initiale. Le ca~re de la petite ville du Nord a été transporté dans un ravissant village méridional, et personnellement, je ne regrette pas la grisaüle que n'eût pas manqué de nOUS va],rnr le tournage à SaintOmer. Les qwa.tre vieilles filles, « ces dames aux ch4peaux verts », ce sont: Marguerite PierrJJ (Telcide) , Jane Marken (la gourmande), Elisa Ruis (l'amoureuse qUi sOUpire depuis dix ans après S01t rêve enfui), et Mag Av. il (la bègue), tO lltes quatre exceUentes, même remarquables. Arlette, c'est Colette Richard, charmante et malicieuse àinsi que l'exige son rôle. Le p'rofesseur Ulysse Hyacinthe, c·est Henri GUii OI qui anime de si belle fcu;on cette bande. Une tl·ès bonne distribution, on le voit. Des 1·ôles bien tenus. De jolies photos. Pour la premiè1·e fois, [ai e?ttendu la salle rire sans inteTT1'.pti011 d'un bout à l'autre de la ban'de ... et, souvent j'ai ri l1~:i-1nê1ne, ce qui pour un critique est un record. Un bon film dans l'ensemble, et bie?l français. Sinbad le marm (américain) Lent, lourd, monoto.ne et grandiJr quent. Me souvenant de Douglas Fairbanks Junior j'avais voulu le revoir. Il en est, hélas, demeuré au temps du muet. Aucune évolution. Un film qui eût été sans doute intéressant et très prisé il y a vingt~inq ans ct qui, aujourd'hui, n'est plus d'époque. Il semble qu'on visionne une vieille bande. Effets de buste. Effets de bras. Effets oratoires aussI. Un manque de simplicité totale. Aucun naturel. . Une bande des plus ennuyeuses. Colette Richard. mes les plus Simples; l'absence de sincérité de cette oeuvre saute aux yeux à plusieurs répliques. L'interprétatio. n est médiocre, mais l'auteur ne lui facilite guère la tâche. Un inspecteur vous demande de J.-B. Priestley adapté par Michel Arnaud Studio de l'Etoile) . Ce n'est pas une pièce policière, bIen que le rôle principal soit celui d'un inspecteur de police: c'est une remarquable satire sociale intelligente, juste qui traduit l~ réalité quotidienne de la lutte des classes sous un aspect ingénieux et selon un développement qui maintient toujours la pièce dans les meilleures conditions du théâtre bien fait. Le Roi Candaule d'André Gide Pavillon de France) . Une trouble et grandiose aventure tlsychologique et amoureuse sitl)ée a la cour du roi de Lydie à la fm du VIII' siècle avant notre ère. Une langue riche de poésie, allusive. peu conforme aux exigences de l'art théâtral. L'interprétation et la mise en scène traduisent quelque inexpérience, mais beaucoup de ferveur aussi. Les gaités de l'escadron de Georges Courteline et E. Nores .(La Renaissance) Il n'est pas certain que nos compagnes trouveront le même plaisir que nous à ce spectacle savoureux Mais je garantis que ceux qui ont connu la vie de caserne s'abandonneront volontiers à la tentation du rire courtelinesque. On s'esclaffe à jet continu au déroulement de ces scènes caricatu:·ales de la vie militaire, retracées avec une joyeuse bonhommie par le grand Courteline; je dis bien: le grand Courteline. Observez, pdr exemple, ce p.ersonnage . humain et finement typé qu'est le brave ctlpitaine Hurluret. Décidément, la Compagnie Grenier-Hussenot représente un des ef lorts les plus réussis du théâtre d'aujourd'hui. , La boîte f"J cancans • C'est le mardi 14 jufn, à 20 h. 20, que le jeulle guitariste vinuose Jean Fuiler donnera sur le.!' antennes de Paris- Inter. un concert d'oeuvres du célèbre compositeur espagnol Joaquin Rodrigo. • Fabienne JlWquinot, qui se trOUve actuellement en Suède, a effectué ces derniers mois pLusieurs tournées en France. BellJique, IlollMtde, Suisse et Scandinavie. Au cours de la gramde saIson de Paris, elle donnera pour s.a. rentrée un COncert avec Z"'OIrChestTe COlonne sous la directiOn de Jean Fournet, le samedi 11 juin, à 21 heures . salle Gaveau. • Marcel Achard vient de terminer " La Demoiselle de petite vertu » Qui sera jouée à la Comédie des ChampsElyrWs à la saison prochai ne. • Denis d·17.ès qui jOuait à Ra-me s'est cassé le bras au cours d'une re·présenta/ ion. • Dans le cadre des échanges entre Conservaloires de différents pays, Roger Boutry, p:aniste. Pierre Germain, chanteur, et Jacques Wiederher, VIoloncelliste. viennent de faire une très brillame LOurnée en Belgique et aux Paysras. • APTés vingt-cinq années, Serge Koussevitz'y vient de quitter l'Orchestre symphonique de BoslOn. IL ne Quitte pas pour Qutant le dOmaine des activités musicales. Il ÙO'it d011ner cLes concerts à Londres et

Paris ainSi qU'en pa.lesti11e.

• Alexandre Arnoux (Académie Goncourt) va publier un ouvrage sur Paris connu et ignoré : « Paris ma grand' ville ». • La Gaité-Mon/parnasse Jera prOc: hainement sa réOuverture avec une pièCe irlandaise : « La lune dans le fLeuve Jaune », de Johnston. • Un concours aura lieu en vue de l"admission dans le cadre des chreurs du théâtrl national de l'Opéra. l~ .ieudi ~3 juin. MorceaUX" imposes. Renseignements et inscriptions : Régie deI' choeurs de l'Opéra, t.ous les jours. de 14 h. 30 à 18 h. (sauf jeudi et dImanche). .. C'est du 16 au 27 août qU'al/m lieu, à Deauville. I.e G'·and Prix de ta Chanson. • Deux récitals Heifetz les 15 et 20 juin à 21 h. au Palais de Chaillot. • Christian-jaque est rentré de Suède et P01LT'Suit à BiliancouTC la réalisa/ion de Singoala. Sa distribution comprend potLr les 'Principaux r61e.~ Viveca Lind/ors et MicheL Au.. clalT. Le Coucou / ! ' ... ~ 10 DROIT ET LIBERTE " .r JuIn '949. _ Nt 29 (97' NOUS VOUS RECOMMANDONS • • • AMÉRIQUE DU SUD AM~RIQ..U E DU NORD ISRAEL , «OCEANIA» VOYAGES -TOURISME 4, RUE DE ,CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 BOULANGERI E-PATISSERIE ISRAELITE Spic/alités étrang~res Pains de seigle 18, rue N •• D.-de.Nàzareth. PARIS (3e) Tél. : TURbigo 94-52 Même ,maison : 1. rue Ferdinand·Duval Métro : Saint·Paul ,'·,.S_oc,ï~ T t:~: ~~ H'OR:LOG 'É-r:ilÉ: 'd~ 'Dou es . " , -"," ,106 •• LAFA·YETT~ _ PARIS '. MO E SUISSE OU GARÇONNET F 44 (j,ARÇONNET. FilLETTE ANCRE ,IS RUBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUE 1450 1950. 3285 3485 044 HoMME. TROTTEUSE CENTRALE 4885 L/\ ,.UU ReVUl 1), KlPORfAClS PHOTOGRAPHIQUES El (YACTUAUfE: Uni Quit (/n ~on '1"nr. AIlONNEtrtENTS et PuBLlCI f~ • 1 M PRE S S. G, Bd r"""",n,èe, r,,,,.9', !iC ,l't!Q. /11." AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAlS 98, boulevard Ménilmontant. PARIS.XXM.: Père-Lachaise. Tél, OBE 12-55 Succur,llLle : 40, rue de Rivoli, PARIS.IV. A MARSEILLE Confiserie du Muguet ..•........................................ Société anonyme ,au capital de 10 miUions de francs S, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES, CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINE'S, BONBONS FOURRES, HALVA, etc, .• ARTICLES POUR FORAINS UNE MAISON POUR ALLER EN ISRAEL POUR 'ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE Édouard SCHNEEBERG 97. rue de Rome - MARSEILLE • 10, 'rue de la Cha u,ssée-d , Antin PAR 1 S (9') Tél. : PRO 12-56 et PRO 53~78 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 A(;ENT OFFICIEL: P'H 1 LI PS seule agence possédant ses propres bureaux à HAIFFA, JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous donneront toute leur assistance Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE ~ CORRESPONDANT A MA R SEI L L E Un renseignement ne coûte rten. chez . Confier votre publicité à "DROIT et liBERTÉ " ZAJDEL c'est augmenter votre vènte 89, rue d'Aboukir - Paris-2a Mo : St.Denls Réaumur, Sentier TéL: eUT 78-87 Demandez nos conditions exceptionnelles au Service Publicité « DROIT ET LIBERTE» 14, rue de Paradis - Paris (10°) - Tél. : PRO 90-47. LE c o l N DE LA c. c. E. DE L'AIR PUR' POUR ENCORE UNE MÈRE Campagne QUI COMPTE SUR NOUS ' Total des !lstes de sousc~iption pré()édentes : 1.251.145 francs. Aujourd 'hui, je V01.«lrais vous Liste nO 11 3.350; M. Izraël, 500; Piermont Fréparler cl 'une 'Inère de quatre enfants res, 550; M. Dancygler 6ryka, 5,000,' que je suis allée voir en ma qu-alité Les fabricant.s maroquiniers 25.000; M, Bacherik, Dieppe, 5.000,' M. FI'rd , 't . ,- Grand Cercle. 30,000: PrOvince, aiNi'/,8 ante SOCUI.., . 38,919; Amis de la. Presse Nouv. 10. berti 100, Veuve cl 'un mu.sicien à4J, théâtr8 ..-Bds, 30.000; Lyon, 30,000; 50 Arrt, TOtal de la liste no 11 : 182.069 fr, juif qui, arrêté à Mar'seille, fut dé· 3,500; 13. Arrt., 6.000; Rozenberg, Liste nO 12 porté en 191.1, elle habite da'ltlS une Limoges, 4.150; Rachmel, Luneville, L'Union des Sociétés Juives de ruelle d't' S- arrondissement '!lin ... J---------------, France, 50.000; 20- Avron, 22.900; 190 garage. Sur le rnur de l'i7l1meuble, Fabien, 7,000; NOisy-le-Sec, 6.000; une affiche: « Danger d'écroule- COllecté par M Rozenblit, 7.100; ment » ... Et j'apprends que la Pré. Les enfants du Foyer OJllecté par M. Blumenkranc, 5.100; feeture a ordonné d'évINcuer la mai- de Livry-Gargan COllecté par .[1. Presse Nouvelle. son qui doit être dérnolie,' mais que 1.. d "1' 8'~tal de la liste no 12 '. 107.000 fr, faute d'un autre logemen't trois seront neureux e vous accueIP Ir tooataires sont restés parmi lesquels dans leur maison, 80, av, du Liste na 13 la 7Ilaman et ses quatre en/uniS, Col. - F. bie.." le dimanche 12 juin, Les Cadets, 20.180; 15. Arrt 4,000' J'entre dans I.e garage, Le sol: (lu à 14 h. 30, à leur Nos amies Schwaré et Doutgevltch b · D chacune 5,000 10.000; Amis de la ttume. e'tw; lits de te/T" pour cinq ame KERMESSE Presse Nouv, 190 Fêtes, 6,700; Amis pel'sonnes, l,ne commode, une table, de la Presse Nouv. 11e, 13,000; La quelques chaises, I.e tout dans 'tm Section de Montreuil, 25,000. état Ùlmentable. Naturellement le Total de la liste no 13 : 78,880 .fr. soleil n'entre jamais (Ùlns ce «ICI ' Program:ne exécuté par les engelnent l) qui, méme pendant l'ét~, fants : Qu'ü fait bon jouer dJans le S'able chaud! sent le moisi. La mère s'estime ce- Chorale. Dan$es. Numéros sPortifs ______________________________ ..1 plJndant heureuse de pouvoir y l'es· Théâtre de marionnettes . t er, - eal' la ville de Paris ne lui A l'occasion du 7° an"iverversa ire de la mort héroïque de Le stage des moniteurs, par ANA VILNER récÙllne pas (/,e loyer. Buffet. TOimbola. Stands divers L(, f ille aînée, la seule capable de Métro : Egl. de Pantin travaûlor (eUe a dix-sep t ans) l8t A b 14 MAX AMRAM 2,000 fr, pour les enfants des D épo ~té-s et Fusillês, JI avril 1949. Nous vISItons la mai50n située au 48, Allée des Coteaux au Raincy. Une, mai~on comme les autres, entouree cl un jardin, d'arbres en fleurs, Une cinquantaine ~f! jeunes, avec leur équipe d'éducateurs, sout arrivés tôt clans la matinée, pour fai re un stage en vue de dtvenir moniteurs dans des colonies dlC vacances. On ne parle pas beaucoup à ce stage. C'est l'esprit du travail qui rè"ne ici au lit. Ses derniers examens médi. uto us 7. Desc. à Chanzy caux ré1lCltent des ta.ches aux pou· Dora, Sacha e't Sioma. obsp.rvations et se mettent à les mons. Très rnaladive, Ùl mère ne 1----------------------------- . tmvaiUe pàs non plus, et a :même du ~ expnmer à travf-rs leurs travaux nlal à s'acquitter des travaux mé· POUR LA DEFENSE 'DE VOS ORO TS manuels et vein~es. na,qers, 1 Les stagia ires du Raincy parti- [,f'S trois autres enfants sont cipent à leur manière a ux événe- (l'â,qe scolaire. Ils ont de belles fri· ments de ces dernières semaines: mouslles éveillées et ne clemandent L'\ Commission Cwtrale de la causerie, fa ite par M. Viln er, qu'à vivre. Snbiront·il.q le même sort l'Enfance a ouvert au début à l'occasion de l'anniversaire de qnp- leUr gnm,(Zc samr' du mois de mars) un service la révolte du fYheUo de Varsovie, Tâchon .. au moins de leur offrir qui s'emploie à obtenir les actes " un mois (le beUrs va.canccs dqns nos ém('ut profondémen t les jeunes. colonies. de d écès, de disparition, pour les En liaison avec le Congrès Hélène NEU. familles de d'érorlés, ainsi que de Mondial des Partisans de la Paix, 1-______________ , faire adopter les enfants par la les instmctcurs du. sta.ge intro- TAla jounes gens et jeunes filles de Nation . . prentissag-e Ü'U de mal.adie'. accordre par l'Office D«partemental des Pupilles de la Nltion, ainsi que d'une bourse très importante dans les facultés. Pom les jugements déclaratifs d:. décès, ainsi que pour les autres actes , les familles nécessiteu- - Les éducateurs aident à créer l'atmosphère qui d{)it exi~ter clans une colonie d'enfants: le gOÎlt du travail, la gaîté) la bonne organisation. Un bon exemple est l'excur~ ion « à la découvel te H, org- ani~ée au stage, Les jeunes parcourent les environs clu Raincy, rp.utrent a\cc les implc5sions, des duisent ce sujel et les futurs mo- di..x-huit à vingt-,cinq ans qui vou· Nous f1rpelons à nos lecteurs niteurs élaborent un Cahier de la draient partir en qua.lité de moni- que les actes dl' disparition sont Paix) cc de rni e r, ainsi que la cler- teurs dans les colonies de vaeanc,e,~ de indispensables ~ l'obtention êles n ière veillée consacrée il ce pro- la Commission Centrale de J'Enfan· acles de décès, et ceux-ci notamblème, nous montre que le stag-e ce, du ]5 juillet il la fin du mois de mE'nt à l'adoption par la Nation. était une bonne et saine collect;,- soptcmbr" sont priés cle se présenter LES mineurs ~doptés par la N'lses pourront bénéficier d'une réduclion ou même, s'il y a lieu, de la gratuité complète, suivant leur situation avec preuves et pièc.s à ~{ l'appui. , . au 14, rue de Paradis, bâtiment B, . hé 'f' . vilé de jeunes qui Qnt complls il. ét:tge, tous les marcU at mercredi tlon peuvent 'ne ICler de réduccQmmcnt "travailler avec les eh- de]4 houTes à 16 heures. (S'adrosger tion de frais scolaires et de cantants, comment 'es aider dans au Sorvice Pédagogique des Coloniea tine dans les écoles communales, leur marche vers le bonheur. de Vacances.) d'une subvention d'étude , d'ap- Ce Service fonctionne ,,!U 14, rue de Paradis, Paris (fOO), Bâtiment B, 4" étage, les lundis, mercredis et samedis, de ro à 12 heures et les mercredis de 2() ~ 21 heure!. .... ,1- JuIn 1949. - NO 29 (97) DROIT ET LIBERTE .' ': . "

Quel enthousiasrn.e le 22 Mai ,

• L'unité des jeunes? ,UNE RÉALITÉ Peut-on réalissr l'unité de la jeu. nesse juive" Oui. Et le samedi 21 mai jeunes des Cad&te (groupe Zer,man) et du Dror Boroehov l'ont bien démontré. . 118 étaient une centaine réunie

pour la Journée Nationale du M..R

1 A.P. Unanimes, ils ont déclaré; , • .A. l'union criminelle de ceux qui

préparsnt la guerre, les jeunes juifs,

avec tous les autres jeunes, O?pose,

ro.llt ] 'union de ceux qui veulent ]a

, paix. » Samedi dernier, tous ces jeùnes proclamaient solennellement;

Des Buchenwald et des Treblin'

ka, noue n'en voulons plus jamais, jamais. » .Et la résolution qu'ils adoptaient à la fin ct e sOO.nee, protestan t vi gou reusement contre la remise en liberté d'Arthur bman, Führer de la ,Ritlerjugend et demandant que ce erimillel de guerre paie ses exactions les trouvaient déjà unis dans la lutte contre ceux . qui pl'éparent une noUvelle guerre. Pourtant, bien ùes divergences d'idées, bien des points de vue différents existaient entre eux. Pourtant, l'accord paraissait bien difficile à réaliser, Mais sionistes ou non, ils avaient leur jeune sang à défen· dre, et pour ça, ils étaient bien d'ac. cord. Dans la lutte contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, les jeunes juifs p6m·ent et doivent trou· ver un terrain d'entente. Cet exemple, pourquoi d'autres jeunes ne Je seuivraient-ils pas' N'oublions pas que· de notre mu· tuelle compréhension dépend notre avenir; inspirons'lIous de l'exeru!}le que les jeunes des Cadsts et du Boro· chov nous ont dOIDJé, celui de l'unité d'action pour la paix.. Maintenant, nous sommes sur le bon ehemln. Line FRENK. E N avait.,(lu parlé, parmi les jeunes, de cette fameuse Journée Nationale contre le Qacisme, J'Antisémitisme et pour la Paix ! A Paris, en province, ça boue geait : meetings, réunions, contacts avec d'autres mouvements de jeunesse, « rappel }) des « inorganisés :l, etc. Partout, ûne jeunesse fébrile, enthousiaste, s"apprêtait à venir crier sa foi en l'avenir, dans la lutte et le travail. Eh bien, le résultat est magnifique 1 Quelle ambiance, mes amis; je ne V()US dis que ça : f()rmidable ! Le deuxième balcon était plein de jeunes visages attentifs, sérieux, des visages de jeunes gens, de jeunes filles qu'on sentait captivés par les interventions des différents orateurs, Et puis, sans prétention au cune, dans la plus objective réa. lité, il faut bien reconnaître que les jeunes ont su donner un ca· ractère encore plus dynamique aux assises du Cirque d'Hiver. Vive comme I.e sang qui coule dans ses veines, cette belle jeu nesse était la première à donner le signal des applaudissements : et allez ! ça claquait, ça crépi- ERRATUM La rubrique d'echos estudiantins " Sous la Pa(u(:be !'} ayant été attribitée par erreur à notre ami R. Feig. lson, notre échotier prote&te et demande une mise au point. Voilà qui est fait. ·2.500 ENFANTS l.iste nO J 4 20 'Belleville, 40.500; 20 Belleville, • . 400: 10 St-Louis, 13.900; 51 Arrt .. 15.000; Limoges. qui deman~e qu'on 8ulve fiOn exemple, 9.000. TotGl de la liste no 14 : 82.000 fr. Liste nO 15 14' Arrt., 59.000; 20 Belleville, '9.()()(); 12' Arrt., 10.000; Mme Berman, 2.100. 'l\Ital de la liste no 15 : 80.100 fr. Uste nO 16 2. Arrt .. 2: versement, 100.000; 3- Arrt.. 18.730; 10 Boulevards. 8.200; He Ant., 12.000; 12- Arrt., 10.000; 1.8 Arrt., 29.000; 20- Belleville, 8.200: .3~ Arrt., Amis Presse Nouv .. 17.325; 200 La Presse NouvelIe, 8.000; Artii! 8.IlS façonniers. 17.000; Les Cadets, 17.220. Total de la liste n" 16 : 245.675 fr. 'l..i1te nO 17 Lille commence la campagne, 100.000; g. An·t., premier versement, 50.000; 200 Avron, 15.100; 20e Belleville. 3.300; 100 BOulev3rds, 5.000; 13' Arrt., J3.000; 3e. par M. Ciroulmik, 8.000; MM. Taubman •. Pulacz, KofIlliWl, 2Jj()(). Total de la liste no 17 : 196.900 fr. liste nn ] 8 L'Union des Sociêtés Juives de France, 50.000; ae Arrt., U.J.R.E., 10.000; -te Arrt.. 14.700; 11- Arrt .• 5.000' 2(j. Belleville, 16.100. Total de Ja liste no 18 : 96.800 fr. . Liste nO 19 Société« Egalité », de sa caisse. 10.000; Société « EgaliLé », collecte 5.600; MaisOn Pamak. par M. Booser. glik. 20.000; 3e Arrt. la sectiOn, 22.700; 10 St-Louis. 6.960; 18- Arrt., 6.100; Dons individ. par chèQues, 17.800. Total de la liste no 19 : 89.100 fr. . Liste nO 20 Comité de Montreui] par M. Frendzel, 41.400; 5" Arrt., la section 3.000; 18- Arrt., la section. 6.790; 2()e Belleville. 7.000: Dons individ. par chêques, 26.750. Total de la. ~iste no 20 : 84.940 fI. Collecté à ce jour ; 2.494.4d'9 fr. Revue de Presse C OMME chaque année, b" CQill' . mission Centrale de l'Enfance collecte des fonds pour en voyer etes enfants juifs en vacances. Que sont ces coloniES ? Corn· ment s'y trouv nt les enfants? Nous ne voudrions pas faire de grandes phrases, nous voulons tout simplement mettre sous les yeux /{;O nos amis, les réflexions des journalistes qui, l'année dernière, vinrent v}3iter une de nos colonies chants, à des daI/ses folkloriques et artistiques, à ries trm'aux ma. 1/./t{'ls les Plus di7.,erf... et dont 011 1l0US a montré des spécimens qui" jO/lt hour/eur à l'ùdresse et à l'inKhdosilé des petits colons. » Et le journaliste de reproduire le menu du 18 juillet: « Matin: chOcolat, pain, beurre. Midi : potage aux légumes, rôti tait, une, d~, une deux, une vague de frappements de mains qui se transformait eu un ban torrentuellX. Et toute J'assistan~ ce,entraînée, suivait la cadence. Et je vous jure que ça faisait mal aux mains, quand on avait fini d'applaudir 1 . Quel silence, quand la petite Qégine . parla, quand eUe rappela ce que fut le martyre · des enfants de fusiHés et déportés, de ces gosses qui deviennent des hommes et des femmes daos les maisons de la Commission de l'Enfance. Chaque 'jeuoe,à ce moment, se « penchait sur son passé » : les heures maudites, les souvenirs cruels repassaient devant leurs yeux, à ces jeunes qui, pour la plupart, ont connu les horreurs de )'-occupation et de la guerre. Q uand Qégffie a eu fini de _ parler, le torrent d'appl'au_ dissements et de cris qui la salua ressemblait davantage à une étreinte fraternelle que lui dO:J naient ces jeunes, plutôt qu'à une approbation. Je ne parlerai pas de leurs réactions à tous ces gars, toutes ces f.illes, à tous ces « Cadets », ces « l1ashomer », ces « Dror »; et puis, d'ailleurs, je crois qne c'est inexact de les différencier ainsi: ce n'étaient plus les adhérents de tel ou tel mouvement ou groopement qui se trouvaient là, c'étaient des jeunes, C1vec tout ce que ce mot comporte de drJ veau, pâles, pmnes. (;{)ûter : lait, pain, cOllfitures. Soir : pota· gt!, carottes et pommes de terre, salade verte. Port·salut. De plus, à 10 heures, c/taque ell. lant reçoit deux morceaux de sucre et chaque dimanche, Pâtisserie fai· te par les cuisinif'Ts . Les déficients mIt un régime de .suralimelltation, soit foie de ?'eau ou jam/;ol1, Olt beurre, Olt jromage~ n . Quant à -l'envoyé du Ré7'eil du jura, il a pris plaisir à s'ébattre

lvec les enfants et il se plaît à reconnaître,

dans Je numéro du '15 septembre 1948 : ' « Ces malheureuses victimes des théories racistes de Ilitler sout aujourd'hui en Plein paradis. La colollie rés01we de leurs cris joyeux, de leur joie débordante de -7'i71re, sillon dallS leur vraie famille., t01lt aù moills dans la gym/de famille fJ/(i a été reconstituéepour ellx. » Les journalistes, les vl~lteurs ~ont repartis à la fin d'une belle journée, sur des impressioJls que le rédacteur de La Fra 11 c!u:· C om!é Républicaûze résume aimi : « Nous q "it tons le cluiteaou, ?Zou sa.JlS complimf'lIter la directrice et t01l le perso/11/el, car /IOIIS elll por. ,ons Ulle ilttpressioll récolljorltmle de la' 7.'Îsite de cette col ollie sani. taire si bÎfm orgaJlisée, si vi7.'allte et si gaie, où toute lme jeuuesse f~~it provision de sa1/té et de joie, reprend goût à la vie Ct à l'acti01Z. J) M. CHAPIRA. de vacances dans le Jura. r-------------------------------- . Le rédactEur du journal : La Franche.Comté RéPublicaine écrit, dans le numéro du 9 SEptembre J948 : " (Le~ moniteurs et la direction) se sont ingéniés à faire dt; ce séjour à la campagne un havre de joie et de samé : soins physiques, d'strac.'iorz et édltcalÏ.D1z vmrt de pt#r. Un gros effort est tait 014 point de ?lue éducaJif pour occuper tout ce petit /IlolIde à iles acti· vités sportÎl'es dosées et modérées, à ùs jeux d,e pleill air, à. des At/, banquet de l'AlIl1.cale Israëlite ~ Mootreuil il a été ooUecté par M. Fren;,el, président du CO'/l~ité de Soutien de M01l.treiLii la somme de 16.tOO tra1/,C8 au profit des ooZoonies de V(K'1!We« de la Coml1lission Cen· traie ik l'E'Ilfallce. • A J'occasion des quarante ans de mariage de leurs parents, Mme et M. Frutkjn ont organisé une soirée où il a été collecté 20 . .200 fr., au profit des coJonies de vacances de la Commluion cent~ale de , l"el)fance, par M. Frenzel. président du Comjté de SouUen de Montreuil. • M. et Mme Mjnkof, de New-York, amis intimes de M. et Mme Fieu· "el, président du (JOInité de Soutien de Montreuil, offrent 5.000 francs pour les colonies de ,'aeances de la Commission Centrala de l'Enfance. • La Société de SUOUq'$ Mut-ucl du 18 " ve1'sé la S0111me ~ 10.000 fr. au profit des colonies de vacances de 'la Commission Centrale de l'Enfance. beau, de sain, d'enthousiaste : tous, ils étaient venus dire et entendre dire qu'ils aimaient - et qu'ils défendraient la Paix : et quand on aime quelque chose, quand on veut quelque chose, tous ensemble, alors on est U"'I. Ils' m'ont fait penser à une équipe de football, ou de volley, une équtpe composée d'éléments divers, souvent très dissemblables, mais qui unissent, et fon dent leurs efforts pour un but commun : vaincre l Et là, le but, c'est la Paix, et parce qu'ils sont ,unis, parce que tous ils veulent la même chose, ils vaincJ'Oll1t. Tout ce que je viens de vous dire, Monique, de Montreuil, l'a développé, l'a dilt, l'a crié avec fougue, et Sammy, ·de Montreuil aussi, qui était à côté d'ene lorsqu'elle parlait, le di· sait également : tous. deux, en· leurs origines, leurs idées, leurs convictions, ne seront demain des mouton§ qu' on poussera à l'abattoir ; les jeunes veule'nt vivre, vivre, ils veuJ.ent du tra.. ,'ail, des études, ils veulent des stades, des piscines, iJs veulent apprendre un bon métier : tout ça, ils l'i-uront un jour, mais jls \avent bien qu'on n'a rien sans mal.. Aussi, leurs applaudisse:' 'IIH!nts prenaient-ils le seflS d'un engagement.: « parce que nouS voulons vivre, nous _ oous unirons encore plus, afin de dé. tl'uke les obstacles qui n()us barrent le chemin d'une vie heu .. reuse -: la misère, la guerre. » Et quand L'ai entendu un de leurs chants, j'ai eu la certitude de la victoire : « Tous unis dans Un même [effort,: Nous aurons vaincu la mort. » Daniel BESSER. fants de déportés, étaient com ,..-_________ ~ __ , me un vivant symbole de notre avenir : elle, parlant avec la fJamme de la jeunesse, lui, im. mobile, vivant espoir de notre avenir: force, joie, oonfiance. L es applaud~ssement~, lorsqu'elle s'est tue, n'en fi· nissaient plus : tout le 2 bal. wn, entrainant l'assistance en tière, disait clairement : Moni. que, tu as bien dit ce que nous pensons, tu as bien su exprimer ce que. nous l'CS sentons : jamais les jeunes Juifs, jamaioS les jeune. s de France, quels que s'Oient Le Mouvlment des Cadets li lancé une ca-mpagne en vue de collecter 500.000 francs. Cet argent financera la colonie de vacances que les Cadets organisent, cet été, à La Baule. Les différlnts groupes du Mouve-Ment rivalisent d'ardeur et les premiers fonds commencent à affluer. Jeune, garçon ou Eme, n'hésites pas à apporte!' ta contli"ution, joinsfoi aux . éqcuipes . de collecteurs et .•• surtout, fais de la propagande auto .... de toi. Par ton action, tu auras per", ls à de nom-breux autres jeunes de passer de saines et joy~uses vacan .. cesàra_! QUESTIONS DE SANTÉ L Aguerre, l'occupation et leurs conséquences ont laissé :eur marque sur un grand nombre d'enfants, en France comme dans la plupart des pays d'Europe. Que dire de leur répercussion sur la santé physique et morale des en~ fants juifs! Aussi, chez beaucoup de ces enfants qui ont subi des privations prolongées, dont le régime alimentaire a été surtout déséquilibré, pauvre en vitamines et en calcium, voyons-nous encore maintenarl'l: un retard appréciable du développement physique, le poids et la taille restant inférieurs à la moyenne de leur âge. Souvent aussi ils présentent les déformations osseuses du rachitisme, en particulier une poitrine creu~e, étroite, à faible ampli: tude respiratoire, en môme ~emps qu'un ventre saillant, en raison de l'atonie musculaire. Les scolioses (déviatioos latérales de la colonne vertébrafe) sont également fréquentes, ainsi que les pieds plats. A UTRE conséquence du régime alimentaire inapproprié des premières années: la fréquence de troubles digestifs persistants, manque d 'appétit, entérite, constipatioo, aérophagie, insuffisance hépatique, qui entravent à leur tour la croissance. Chez beaucoup de fillettes, la puberté s'établit péniblement, parfois avec un rdard de plusieurs années. Mais c'est surtout la tuberculose, sous ses diverses formes: ganglio pulmonaires ou externes (ostéo-articulaire, adénites cervicales, etc ... ) qui est le plus à redouter chez des enfants 00 des adolescents à l~état général déficient et qui vi~ent scu~ par le Docteur ARAGER vent encore dans des conditions peu satisfaisantes La primo-infection. curable presque à coup sûr si elle est décelée à temps. a pu passer inaperçue, ou bien les moyens manquent pour envoyer à temps l'enfant dans un établissement de cure, et la maladie continue alors à évoluer, avec ses conséquences redoutables Enfin une assez forte propOI·:ion d'enfants juifs sont atteints de troubles neuro-psychiâtriques, consécu~ tifs -aux effroyables chocs émotionnels qu'ils ont subis à l'âge où l'on ne devrait penser Qu'à jouer et ~ rire: instabilité motrice et psychique. tics, incor.·:inence nocturne d' urin~, complexes d'infériorité, idées d~ persécution, telles sont quelque .. unes des traces laissées par cee années terribles. D . AlITRES enfants so~t retardés dans leur développement psychique et dans leur scolarité. Même chez ceux, 'nombreux heureusement, Qui paraissent sensiblement normaux, il persiste une fra~ gilité physique et psychique qui exige une vigilance attentive. A tous ces innocents, victimes à des degrés divers de la pire des barbaries. les membres adultes sur~ vivants de la communauté juive de France doivent. par leur sollicitude constante, assurer les meilleures con. ditions possibles pour refaire ou pour maintenir leur santé physique et m0- rale, en particulier par des séjotml annuels au grand air, appropriés au cas de chacun ': mer, montagne ou simple campa.gne. . Aucune oeu~re n'est plus nécessaire, et ne saurait être aussi féconde en résultats immédiats et poUl l'avenir. • , ,'1 • .[12 ------:----:---------------- DROIT ET LIBERTE ·T S NIS t n re le Ratisme et pour la Paix·! ~ ..-' -' ~.". '- . -----·MANIFESTE ~.~ .' SILENCE ' "~. ~. Charles •• , . 'AUX TR·AITRES . Nous, délégué. élus en Assemblées ~opulaires à Paris,. dans les villes de , ~rance et .représentants ~e 102 .&rgan~saiioD.a, ' . , Nous, femmes. hommes, jeunes, de toutes conditionS 'sociales, de toutes opinions et AS·S.URER, f! ,lE NERF,,. DE LA: PLUME Les délég,/!-és à la 'Journée Nationale contre . le Radsme, tA ntisémitisme et pour la Paix, philosophies, '. . Nous; en qui jamais ne s'éteindront la douleur et le souvenir de l'extermination de millions de nos frères gazés, brûlés et fusillés par' les nazis, sommes vènus clamer notre colère face au danger croissant du racisme et' de l'antisémiti8OEJle au moment où gra.idit la ' menace d'une nouvelle guerre.. : DE LA PAIX La' CommisSion des Fin-ances 'composée de 45 délégués représentant lrt plupart des organisations et des sociétés adhérentes au M.R.A.P. a décidé, afin de procurer les moyens financiers indispensables au bon -fonctionnement du M.R.A.P. . Convaincus que l'antisémitisme ne commence 'jamais par les chambres à gaz et les fours crématoires, mais par un empoisonnement idéologique ayant pour objet de faire dévier le mécontentement populaire vers la haine raciale, Tiennent à souligner que cette propagande multiforme tend à ren' dre possible une situation où la déportation et le massacre des juifs arrivent comme une conclusion terriblement logique de la propagande 'et de la littérature anti ·sémites. Constatent que l'on as sis t e actuellement, sans qu'interviennent les pouvoirs publics, à une série d'offensives des 'éditeurs de la trahison et de l'antisémitisme qui encombrent les librairies complaisantes de leurs tivres et publications, Soulignent que ces ouvrages, journaux et revues créent un climat dont la généralisation ne manquerait pas de conduire à un fascisme nouveau nécessairement raciste, Estimen.t par conséquent qu'il est du devoir de tous de s'associer activement à toutes les for ces démocratiques dont l'union et le développement sont le plus sûr 'garant de. la sécurité /le chacun, Quatre ans après la défaite de l'hitlérisme, un nouvel Etat allemand est reconstitué à l'Ouest, qui n'est ni dénazifié, ni démilitarisé, un Etat allemand où la chienne de Buchenwald est graciée et où les criminels de guerre, officiers, 5. S., chefs nazis, magnats de l'industrie de la mort, occupent les postes les plus importants. • La réhabilitation et la libération des assassins de millions d'hommes est un encouragement aux crimes ,de demain. La reconstitution à nos frontières d'une Allemagne de l'Ouest dont la population de cinquante mali ons d'habitants est animée par l'esprit de revanche constitue un danger pour la paix du monde et particulièrement pour la sécurité de la Francé, qui a été au cours des 80 dernières années, trois fois enva hie et pillée. Le danger est d'autant plus grand que cette Allemagne aurait pour mission de fournir les 'troupes mercenaires à ceux qui pr éparent une nouvelle et sanglante tuerie mondiàle et pour qui la bombe atomique re,présente la forme perfectionnée du four crématoire, l'instrument de l'assassinat en masse de millions d'êtres innoce.nts. La renaissance du nazisme est accom pagnée d'une nouvelle vague de racisme et d'antisémitisme, tant en Allemagne que dans notre pays et les éléments qui ont formé, pendant la guerre, les cinquièmes colonnes fascistes et qui ont été les auxiliaires les plus précieux de l'occupant, devlennent chaque jour plus arrogants. En France, alors que le danger grandit à nos frontières, les fascistes de l'intérieur préparent leur revanche et forit reparaître j o'urnaux, tracts et livres qui prônent l'idéologie du racisme et l'antisémitisme, de la xénophobie et de la .guerre. Nous savons par notre expérience tragique que le racisme, . l'antisémitisme et la 'xénophobie sont les signes avant-coureurs de la guerre. _ Ce sont les armes dont les bellicistes .se servent toujours. La lutte contre l'antisémitisme et le racisme est la cause de tous les partisans de la Paix. Notre place à nous qui c;ombattons le racisme et. l'antisémitisme est dans le camp des Partisans de la Paix. C'est pourquoi nous affirmons notre plein accord avec le Manifeste et les décisions du Congrès Mondial des Partisans de la Paix qui sont pour nous un engagement sacré. Nous lutterons parmi les centaines de millions d'hommes de toutes langues et (Je toutes couleurs qui se sont levés pour défendre la Paix et l'amitié entre les peuples. . ' Nous sommes potn' la charte des Nations Unies et pour l'entente entre les alliés dont l'unité a permis la victoire sur l'hitlérisme. Nous sommes contre les alliances mili taires qui sont contraires à la Charte de 1'0. N. U. et qui mènent à la guerre. Nous sommes pour l'intërdiction de l'arme atomique et de toutes les autres armes d'agression. La lutte pour la Paix est inséparable de la lutte pour la Fraternité entre les peuples. Nous somm.es contre toute oppression nationale et coloniale, pour l'indépendance des peuples. Nous saluons à cette occasion la naissance de l'Etat d'Israël qui, à l'exemple d'autres peuples, a su conquérir son indépendance et nous nous élevons contre toutes les intrigues et contre toutes les manoeuvres impérialistes qui menacent l'indép~ndance et la sécu-. rité de l'Etat d'Israel. Nous ne permettrons pas qu'Israël soit transformé en une base militaire d'agressiol7 et en un tombeau de ses enfants. Nous déclarons que nous ne pouvons pas être neutres à l'égard des assassins de mil· , lions d'être~ humains. • Nous disons qu'il ne saurait y avoir d'avantage de neutralité à l'égard de ceux qui ,préparent une nouvelle guerre. . Nous, qui avons vécu les horreurs de .. 'hitlérisme et les souffrances de millions de femmes et d'enfants martyrisés, gazés, brûlés et fusillés, Nous, qui avons défendu comme résistants, combattants ou engagés volontaires la terre de France contre la barbarie hitlérienne, Nous qui, dans les rangs des partisan s avons aidé à porter des coups mortels à l'ennemi nazi, Nous qui sommes fidèles à la mémoire de millions de martyrs, à la mémoire des héros légendaires du ghetto, à la mémoire d es Combattants de la Hagana, Nous jurons de ne jamais être les alliés des nazis et d'être toujours aux côtés des Combattants de la Paix et de la Démocratie. Restons unis pour maintenir et renf.orcer le puissant front contre l'antisémitisme, le racisme et pour la Paix. • 1 ° gue la Commission desF'tnances aevienne la Commission permanente . des Finances du M.R. A.P. ; 2° qu,'une cotisation mensuelle soit instituée pour toutes les organisations et sociétés adh6- rentes au M.R.A.P. et qu'un acompte de 10.000 francs soit versé par chaque . organisation et société avant le 15 juin prochain; 3& qu'à toutes les soirées et' grandes entreprises des organisations et des sociétés adhérentes du M.R.A .P. un insi~ gne au profit du M.R. A .P. soit vendu; 4° La Commission Fi· nanc'tere propose de créer un timbre du M ouvement qui devra obligatoirement être apposé sur les cartes d'adhérents de toutes les organisations e t sociétés adhérentes du M. R. A.P. ; 5° Le Congrès proclame une campagne de 10 millions de francs pour un fonds de lutte contre l'antisémitisme. La Direction du M.R.A .P: décidera de la date et des modalités de cette campagne; 7' Les membres de la Commission des Finances ont cotisé sur place 45.000 fr. et font appel à tous les présents pour qu'ils versent leur obole aux quêteurs qui se pré- Exigent avec tous les résistants et pa.triotes une ac,tion énergique contre les traîtres de la plume et leurs éditeurs. • ___i Im_ _____i i3a;_ __I IiIIi __I I2_ __I II!II ___. .I OEi'!I·I_~_. .I IiIIJIailIIliIiIIa:all!ll~senteront parmi e'lJ,fl}. M. ANKER, David, Secrétaire générai de la Fédération de l'Habi,llement. _ M. APPEL (U.E.V.A.C.j.). _ Dr. ARAGER, médecin. - Dr. AVERBUCH, médecin. - M. j. A. BASS, ConSeil jurid ique. - M. BENN, artiste peintre. _ M. BERGER (U .S.j.F.). - M. BERGMAN. - Mme BERMAN, ferY\l1".e de fusillé. - Mme BIANCHI (e c. E.). - M. BLUM 1. (E. V. A. C. j.) , secrétaire général du M. R. A. P. - M~ BLUMEL André, avocat à la Cour, président d.u M. R. A. P. - M. BRAVERMAN, vice-président de la Synagogue du IS" arrondisse.-nent. _ M. BRAU5R, président de l'U .F. A..C. du 13" arrondisSement. - Mme LE COMITÉ D~ACTION DU M. R. A. P. BREMAUD, femme de fusillé. _ M. BULAVKO, jour,na,liste. _ Mme .BURSiEIN, femme de fusi,lIé. - M. DAVIDOVITCH, _ M. FELD Charles, journaliste. - M. FESSLER, metteu.r en scène. - M. GAMERMAN. - M. GLEB, artiste peintre. _ Mme GLiCER. - M. GORDON (Presse Nouvel\.e). - M. GOROSZ, président de la Société des Gobelins. _ M. GRANT Alfred, secrétaire général de l'U. S. j. F. - Dr. GRINBERG, directeur du dispensaire « L'Aide médicale ». - M. GRINFOCE: L. _ M. GRINBLAT. - M. GRUN. - M" GRUNSPAN, aVQCat à la Cour. _ M. HALTER (Fédéra- . !ion des Artis3I1S Juifs), - M. HENRI (Mouvement des Cadets). - Dr. HIRSCHMAN, médecin. - M. HOLODENKO, musicien. - M. HOL T ~ ZER.· _ Dr. jALNA, médecin. - M. JUCHT. - M. jUDIN. _ M. le Grand Rabb~'1 j. KAPLAN. _ M. KATZ Mané, artiste ·peintre. - M. KINMAN, metteur en scène. - M. KORNBLUTH. - M. KORNHENDLER. _ M. KRIWKOSKI Serge, secrétaire de la Section marserllaise du M. R. A. P., Conseiller muniCipal de Marseille. _ M. KURICKI, ingénieur. _ M. LADOWICZ (Synagogue Fleichman) . M. LANG René, industriel. - M, LEDER MAN Jacques, secrétaire de l'ln~ tersyndicale juive. - MO LEDERMAN Charles, avocat à la Cour. - M. LERMAN, secrétaire gé.'1éial de Poal eï Zion Gauche. - M· LEVIN. - Mme le Prof. Jeanne LEVY. - MO LEVY Claude-Flédéric, avocat à la Cour. - Dr. LlNDENBERG. - M. LOOS. - M. MAGRISO, ancien combattant de 14-18 (Juifs séphardites) . _ M. MASSELIN. - M. MILLER. - M. MINC joseph, chirurgien dentiste. _ M. MOSSE, secrétaire de la Mairie du 13" ar,r, - Mme MUTTER Mela, artiste peintre, - Mlle PAZANOWSKA, art.iste peintre. _ M. PALANT. _ M. POZNANSKI, président de l'U. S. j. F. - Dr. NEYDORF. _ M. OSTROY. - M. ROSENBERG. _ M. ROZANES, président de l'AsSociation sioniste des juifs Séphardites. _ M. SANTOS, Bey de Sê.mo, - M. SCHNEIDLEDER. - M. SCHULSTEl N, poète.- Mme SCHWOB Ma.gverit. e. _ M. SIMONOWITCH. - M. SINEL Léon. _ Mme SOSNOWSKI Gi·nette, mère de fusillé . _ M. SOROKA. - M. SZTAMFATER. - M. STEIN . _ M. STROCHLlTZ. - M. SZTERN, préside'1t des Co~ mités Populai.res d'aide à Is'raël. _ M. TAUB. _ Mme TENENBAl1M, seclétaire de l'U. j_ R. E. - M. VILNER, secrétaire général de l'U . j. R. E. - M. WACHSPRESS (Commandant Robert) . _ Dr. WAYSBERG. 41 - M. WEIL B. (Intersyndicale j~ivelo - .M. WEITZ, écrivain. (A sutvre.) 1

Notes

<references />

Format JPEG