Droit et Liberté n°435 - janvier 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°435 de janvier 1985
    • Le MRAP de l'an nouveau
    • Nouvelle-Calédonie: des droits retrouvés
    • Le racisme en justice
    • Tsiganes et gens du voyage
    • Voyage en Allemagne: délégation du MRAP en RDA par Roger Bismuth
    • Le droit au logement

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Nouvelle-Calédonie droit Des droits retrouvés et liberté Le MRAP sui t avec attention le développement de mensuel du mouvement ~ contre le racisme et. pour l'amitié entre les peuples • ~ N ° 435 - janvier 85 - 5 F ISSN 0012-6411 la situation en Nouvelle-Calédonie . A deux reprises, il s lest prononcé récemment sur cette importante question le Bureau National du 5 janvier 11 a mise à son ordr~ du jour et Différences de ce mois consacre à ce problème complexe un article de son rédacteur en chef . Le MRAP souhai te "qu' une solution confor.e aux droits des peuples à disposer d'eux- .ê.es soit apportée de toute urgence pour éviter que la France ne s'engage dans une situation dra.atique co.parable à celle de la guerre d'Algérie". "Sans doute, les Canaques, pre. iers occupants de l'Ile, jouissent d'un droit i.pres criptible à accéder dans de bonnes conditions à la gestion des affaires de leur pay s . Ce droit ne saurait être exercé au .épri s des autres co •• unautés installées 1985 : Le MRAP de l'an nouveau Au cours de cette année 1984 qui s'achève, nous avons mené ensemble bien des actions et nous pouvons considérer notre bilan certes sans forfanterIe, mais aussi sans fausse modestie. Nous avons enregistré nombre de satisfactions sur les sujets qui nous sont chers, que ce soit la carte de dix ans attribuée à certains immigrés, que ce soit l'extension de notre champ d'action juridique grâce au projet de loi permettant aux associations comme la nôtre d'intervenir en matière de violences raciales, que ce soit la prise de position solennelle de Claude Cheysson contre l' apartheid aux Nations-Unies, ou encore la déclaration unanIme des différentes confessions religieuses sur le raCIsme. Il s'agit d'avancées dont nous ne pouvons que nous rejOUIr. Avoir mené à bien les Assises nationales, être présents dans la campagne "Vivre ensemble", aVOIr soutenu loyalement Convergence 84, être de plus en plus sollicités et consultés, prouve que notre Mouvement asseoit son autorité. Nous devons cependant r.ester vigilants et ne pas désarmer. D'abord gardons un regard lucide sur la France d' aujourd' hui dans laquelle la percée fulgurante de l'extrême-droite n'est que le signe plus manifeste d'une imprégnation diffuse de ses idées dans une grande partie de l'opinion. Tâchons de mieux comprendre ce à qUOI nous sommes en train d'assister pour pouvoir mieux le combattre. Certes, des périodes d'incertitudes, comme celles que nous traversons, accroissent le George PAU- LANGEVIN (suite p. 2) - 1 - de longue date sur le territoire, où sIest créée une société pluri ethnique destinée à vivre dans le respect de ses diverses co.po santes". Quelles que soient les dispositions prises par le Gouvernement sui te à la déclaration solennelle de son représentant , le 7 janvier, le, MRAP restera vigilant. "Devant la volonté polé. ique des partisans du statu quo qui cherchent à conserver leurs privilèges basés sur l'injustice, les intérêts sordides et la négation des droits i.prescriptibles d'un peuple" , le MRAP "adjure le Gouverne.ent de tout faire pour ne pas se laisser entraîner dans une guerre coloniale". Toumi Djaidja libéré Le MRAP s Iest réjoui dans un communiqué de la libération de Toumi Djaîdja , initiateur de la Marche pour llEgalité . "Son action sy.bolisait la dé.arche nouvelle d'une jeunesse .arginalisée en quête d'une .eilleure insertion, dans le respect de ses droits et de sa di gn i té ... Mais les déchaîne - .ents de haine consécutifs à la .esure présidentielle confir.ent que le co.porte.ent de certains .ilieux attisant expressément les tensions est d'autant plus significatif que Tou.i est de nationalité française et fils de harki: il s'agit donc bien de racis.e au plein sens du .ot". ACTION Le MRAP de l'an nouveau ·(suite de la p. 1) be soin de recourir à un bouc émissaire, mais pourqUOI au cours des siècles les sociétés ont- elles toujours, en se cons t r uisant, eu besoin de haïr, d' exclure quelques- uns de leurs membres? Aujourd' hui , de nouveaux appels à la reconstru c t ion de l 'uni té nationale tentent de corriger comme par un mouvement de balancier, l'exploitation pervertie faite par certains groupes de l'éloge de la différence, mais sur cette pente aussi, les souvenirs historiques nous crient prudence. Tous mots d'ordre , tous slogans, toutes idées s'usent ou se corrompent au fil du temps, et ajuster en permanence notre réflexion à notre action et au milieu ambiant, consti tue une de nos tâches essentielles. Enfin, malgré la fascination que peut exercer sur nous le fo i sonnement d'initiatives auxquelles nous pouvons assister, soyons assurés qu'une certaine permanence que nous représentons est aussi nécessaire. Nous avons la chance dans notre organisation de bénéficier d'un poste d'observation quasiment unique sur notre société et sur le monde, d'un angle privilégié d'analyse et d'intervention. Nos prIses de position peuvent irriter nos adversaires, étonner quelquefois nos amIS, mais c'est que nous aussi, "notre trésor, ce sont les valeurs pour lesquelles nous avons toujours lutté", et que nous devons continuer à défendre. En ce début de 1985, soyons donc mieux armés, mieux éclairés, mieux informés pour pouvoir remplir notre rôle, mais veillons à demeurer aussi fidèles, indépendants et exigeants à l'égard de tous. George Pau-Langevin Présidente-déléguée MRAP- SOLIDARITE CONTRE L'APARTHEID Le samedi 24 et le di manche 25 novem br e , s'est tenue à PARIS une RENCONTRE NATIONALE contre l' APARTHEID or ganis ée conjointement par l'A FASPA et le MRA P. Pl usieu r s mem br es de notre Mouvement ont pris une part act i ve da ns l a pr épa r ati on et le déroulement de ces deux journées . Parmi eux , des re pr és entants de la Co.mission an ti-apa r theid et de MRAP-Solidarité . Après les évènements sanglants d' Afr i que du Sud au cou r s des derniers mois, après la manifestation du MRAP devant l'ambassade d'Afrique du Sud , le 15 novembre dern i er, cette rencontre s' i mposait pour conjuguer les efforts des ant ir ac i st es contre le système d'apartheid de Pretoria, renco ntre dont l es actes seront pub l iés . A·u nom du MRAP , Jacqueline GRUNF ELD a pris la pa r ol e . El le l 'a fait en mettant l ' accent sur les drames vécus pa r les femmes et enfants d ' Afrique du Sud en dé cl ar ant notamme nt: "Savez- vous qu'actuelle.ent croupissent en prison au .oins 1.000 enfants et adolescents, et 3.500 nourrissons?" Cette année , une telle situation permettra sans doute au MRAP et à MR'AP - So l idarité de mene r une action dans leur direction , à l'occasion de "l'Année de la Jeunesse" . - 2 - Ce que vous avez gagné après le second tirage des Bons de Soutien (12.12.84) magnétoscope : 007.551 ; un mIcroordinateur Yashica YC 64 (norme MSX. Importateur exclusif: SEGIMEX); 028.120 ; un week-end à Londres: 155.931; un échiquier russe : 095.423 ; une minicalculatrice: 025.314. Albums: 'La No.rvège: Ghetto de Varsovie : 254.229 ; 268.847. 057.389 ; 143.354; Maison : Plats anciens: 003.671 ; 020.269; 089.747 ; 095.808 ; 156 . 051 ; 172.560 ; 202.176 ; 276.131 ; 298 . 728. Un réveil: 202.328. Un aspirateur auto: 133.774. Une bonbonnière

236.481. Un vase:

047.907. Une nappe + serviettes: 103.323. Un cadre pour photo: 130.149. Une ombrelle: 043.664. Une cloche: 170 . 282. Papier à lettre: 020.208; 028.532; 048.792 ; 135.343 . Planches à découper: 156.440 ; 216.072; 291.481. Thermomètre pour le bain : 041.074 ; 094.741; 115.031 ; 126.718 ; 139.790; 253.928 . Jouets: Une poupée Gavroche: 254.586. Une poupée + vêtement s : 157.683 . Trains en bois : 057.516 ; 260.687. Un bus en bois: 125.885. Un train japonais: 103.743. Chariots en bois : 033.829; 134.344. Un culbuto russe : 254.791. Poupées chiffon: 005.584; 014.691; 246.245. Une boîte de marionnettes: 262.151. Jouets à emboîter : 042.007; 298.345 Poupée russe à embo î ter: 049.448. Camion en bois: 070.718; Petit cheval de bois : 254.397; Poupées russes en bois: 017.841 ; 024.512 ;- 084.612 ; 127.145 ; 254.397. Livres : Le livre des otages: 040.583 ; 125.228; 132.215; 137.983 ; 253.903 ; 267.852. On condamne l es innocents : 037.804 ; 097.128 ; 232.750; 236.133; 266.136; 298.560. La France de l ' affaire Dreyfus: 028.593; 050.210; 069.514 ; 073.140; 143.970. Diviser pour régner: 033.961; 060.620 ; 117.949 ; 230.819 ; 253.635; 254.559 . Soleils Fusil l és : 006.208; 033.131 ; 043.349 ; 046.456 ; 170.910; 298.194 . Un drame à BordjHindel

004.396 ; 054.263 ; 074.814;

148.196 ; 187.111 ; 232.735; 294.539- Abonnements de 6 mois à "Différences": numéros se terminant par 34. ACTION LE RACISME EN JUSTICE "Ces gens -là , c'est co •• e les clochards" : c'est l'opinion sur les Marocains d'un cafetier de Dinan qui avait refusé de servir Habib Abdallan en mai 1984. Le 21 novembre 1984, la 3ème chambre correctionnelle de la Cour d'Appel de Rennes l'a condamné à 3.000F d'amende pour avoir refusé de servir un client en raison de son origine . F.A.N.E. Le mouvement néo-nazi de Marc Fredriksen avait été dissous à la demande du MRAP par un décret du 3 septembre 1980. Le Conseil d'Etat a annulé cette dissolution (31 octobre 1984) pour vice de forme; il aurait fallu que "la motivation de la demande comporte l'énoncé des considérations ( ... ) qui constituent le fondement de la décision". Or, le renvoi à la loi du 10 janvier 1936 sur les milices privées et à celle du 1er juillet 1972 ne pouvait tenir lieu de motivation explicite ..• Le MRAP étudie les suites à donner à cet arrêt. Mustapha. M. Louvel, directeur d'un foyer de jeunes travailleurs, avait distribué le tract "Mon cher Mustapha" en septembre 1982. A la sui te des poursuites du MRAP contre lui, il avait déposé plainte en diffamation . Le Tribunal de Grande Instance d'Argentan l'a condamnant le MRAP 10;000 F de dommages Le MRAP fait appel. approuvé, en à lui verser et intérêts. Le MRAP débouté: deux fois, par la 17e chambre à Paris, le 6 décembre 1984. D'une part, pour une plainte 'contre Minute, qui avait publié un article inti tulé: "Un congé sur deux est bidon", où les abus des travailleurs immigrés en matière de congé-maladie étaient plus que suggérés. D'autre part, pour aVOlr poursuivi Présent pour un article sur la condition féminine où il étai t exposé entre autres que "le féminisme et l'antiracisme sont deux choix totalement incompatibles". Appel du MRAP. Contrôle au faciès. Après l'arrêt salutaire de la Cour de Cassation sur les contrôles d' identi té dans le métro (voir commentaire dans Droit et Liberté de novembre 1984), la Cour d'Appel de Bordeaux a rendu, le 29 novembre 1984, une décision qui va dans le même sens: elle a relevé que la condamnation par le Tribunal Correctionnel de Périgueux à un mois de prison, et à la reconduite à la frontière de deux Turcs interpellés en situation irrégulière, était nulle parce que fondée sur une interpellation effectuée dans des conditions illéga- .les . Elle précise, à propos de celle-ci: "accepter qu'on puisse de.ander leurs papiers à des individus en se fondant sur leurs seules caractéristiques raciales, linguistiques ou vesti.entaires, aboutirait à faire une distinction entre les personnes interdite par la loi et constituerait des pratiques contraires au caractère non discri.inatoire de notre droit". Sin é • Su i te , à un e pl ai n te dép 0 sée par le MRAP et la LICRA pour des propos que le dessinateur avait tenus lors d'une prestation sur une radio libre, en août 1982, Siné a rédigé un texte à l'intention des deux associations, dans lequel il exprime ses regrets . "Mes essais de provocation, d'humour au pénultième degré, que je manie d'habitude avec dextérité , étaient, cette fois, complètement ratés et odieux". Pas 'couvert. Le Pen, poursuivi par le MRAP pour son intervention sur Antenne 2 le 13 février 1984 et pour le contenu de sa plateforme électorale lors de la campagne des municipales de 1983, arguait de son immunité parlementaire en tant que député européen pour échapper aux poursuites. 18 Le Tribunal décembre 1984, a estimé, le que cette imne jouait pas pour les dont l'instruction étai t munité affaires décl enchée avant les élections européennes. Une date de plaidoirie sera fixée prochainement. - 3 - TSIGANES ET GENS DU VOYAGE Après l'assassinat d'un arbi tre, le 20 octobre, par de jeunes Gitans à Montpellier, le comité du MRAP est intervenu à la ci té Chantal pour éviter des affrontements entre les différentes communautés et lors d'une opération de police qui a failli mal tourner. L'évêque de Montpellier, Monseigneur Boffet et le maire, M. Frèche sont également intervenus pour évi ter de faire porter aux Gitans une responsabilité collective . Mai s rl en n'a été fai t jusque-là pour trouver des solutions aux problèmes posés par la concentration de Gitans dans des endroits ressemblant à des "camps", à des bidonvilles comme à Celleneuve . CARNET-- Michèle Zalc.an, responsJble du comité local de Lons-Le-Saunier, a le plaisir de nous annoncer la naissance de' son deuxième garçon, Elie, le 18 novembre 1984. Diane Behlow, secrétaire administrative au siège du MRAP, a la joie de nous faire part de la naissance de sa fille, Sarah, le 10 décembre 1984. Martine Mehl , collaboratrice de la Permanence Juridique du MRAP, est également l'heureuse maman de Mathieu, né le 21 décembre, Félicitations aux parents, longue vie et bonheur à Elie, Sarah et Mathieu. Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Morti1igne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Comité de rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod ,N° de Commission paritaire: 61013 Imprimeurs Libres - Paris ACTION DU côté des cOlnités Apprendre à lire . . . Le Mrap de Ni ce , le CEFISEM, la Ligue de l'Enseignement, des libraires et maisons d'édition ont organisé une semaine de la lecture dans les écoles du quartier-ouest de la ville. Chaîne de l'A.iti é . Une pétition signée par plusieurs milliers d'habitants du versant nord-est de Roubaix-TourcOlng , à l'initiative du comité local . Nous n'acceptons pas que des hommes et des femmes soient exclus parce qu'ils ne sont pas "français" . Apprendre à vivre en s~.b l e. Deux journées organisées par le co mi té de Grenoble sur le comportement raciste avec MM . Mache, généticien, Morsel, historien et Taguieff, sociologue. La deuxième partie de cette démarche a abordé les moyens quotidiens à mettre en oeuvre pour vivre ensemble, riches des différences. Dé s enclaver la cité. Le comi té de Mas sy (91), avec l'Amicale de Locataires de la ci té "La Poterne", a réuni plus de 50 personnes de cette cité pour rénover les immeubles, intervenir dans la ville contre l'image (dévalorisée sans raison) de ce quartier isolé, développer des solidarités quotidiennes et demander des services d'autobus . Soirées- débats dans les quart i ers. Angoulêlie , autour de la Journée internationale des Droits de l'Homme, le MRAP-Charente organise une série de soirées-débats dans les quartiers, après la projection de courts-métrages: "logement au rabais", "la vie avec les autres". Face aux obstacles au "vivre ensemble", comment agir ensemble pour favoriser la bonne entente . Conse i l Co .. unal de Prévention de la délinquance. Réunion à Mourenx du Conseil de prévention sur le thème: "Immigration et racisme" le 22 novembre. Deux responsables du MRAP de Pau ont animé le débat. Voyage en Allemagne Une délégation du MRAP s'est rendue en RDA du 11 au 18 novembre 1984. A l' invi tation de la Ligue pour l'amitié entre les peuples, une délégation du Mouvement a séjourné en R.D.A. durant une semaine . Les très nombreux contacts pris tant à Berlin qu'à Schwerin, au nord du pays, ont permis de constater l'importance de la place qu'occupent l'amitié et la solidarité dans les préoc cupations des responsables d'associations, de mouvements. Les dessins d'enfants pour la paIX et l'amitié dans les jardins d'enfants, l'émulation entre les classes et les écoles pour, par exemple, collecter de l'argent pour l'achat de lait destiné aux enfants du Nicaragua, les manifestations diverses de solidarité à l'égard des peuples en difficultés, autant de formes données à l'expression de l'amitié . Sur un autre plan, la formation de dizaines de milliers de jeunes travailleurs des pays en voie de développement venus acquérir une qualification, donc l'autonomie dans la maîtrise d'une technologie et d'une technique nécessaires à l'indépendance est encore une façon de matérialiser cette amitié et cette solidarité. La volonté de paix qui transpar:ai t en permanence dans la condamnation de la guerre conduite Un nouveau type d ' act i on. Après la profanation du Clmetière israéli te de Nice, le comité local, dans un tract, demande aux personnes qu'atteint le scandale raciste sous toutes ses formes, d'envoyer une réaction individuelle ou collective à la B.P . 623, 06011 Nice Cédex. LES BOLIDES ARRIVENT A DAKAR 'Différences les avait précédés. Lisez et faites lire le numéro de Janvier. - 4 - par le s nazis, se traduit par la dénonciation de leurs crimes et forfaits, à l'école , dans les lieux publics . La visi te du camp de Sachshausen à 25 kms de Berlin, a été un moment particulièrement émouvant et éprouvant . La solidarité entre les victimes de 48 pays d'Europe est largement au centre de la réalisation que constitue le musée rappelant leur sacrifice. Cette volonté de paix et d'amitié nous est également apparue dans cette manifestation que constitue le regroupement de mi lliers de conscri ts d'un régiment portant 1 nom d'un déporté mort à Sachshausen, sur la place d'appel où ont souffert et/ou sont morts les internés sous le froid et la schlague de leurs tortionnaires. Sous le regard de leurs parents et amis, ils ont fait le serment d'empêcher que cela recommence . La place nous manque pour tout dire sur tout ce que nous avons vu . Nous revenons , non seulement particulièrement satisfaits de l'accueil chaleureux de nos homologues, ou presque, de R. D. A., mais convaincus qu'ils conduisent une action semblable dans des formes spécifiques. Roger Bismuth Création de co.ités locaux La Seyne (83), Vienne (69), Gardanne (13), Béz i ers (34), Millau (12), Sallanches (74). En préparation: Les Sables d'Olonne, un comité des Vosges, Maisons-Alfort (94). La multiplicité et la diversité des actions engagées dans cette période par les comités locaux nous conduisent à n'en retenir que quelques-unes . Dans "Droit et Liberté" de février, nous accorderons une place plus importante à l'activité des comités . ACT/ON Le droit au logement (( Il ne se passe pas de jour sans qu'on apprenne qu'un appartement a été refusé que la construction d'un foyer a été bloqué ... " Situation tendue contre laquelle il faut lutter. Le droit de se loger constitue un des droi ts fondamentaux garantis à tout homme, d'abord parce qu'un logement constitue un préalable indispensable à la possibilité de Vlvre dignement et de vivre en famille . Le logement est également le point d'ancrage dans la Société autour duquel peut s'organiser la cohabi tation entre familles , entre cul tures , entre ethnies di fférente s. Les polémiques récentes autour du regroupement familial ont démontré encore plus combien les vérités précédentes ne pouvaient s ' éluder. Or, aujourd'hui , paradoxalement, on est contraint de considérer sombrement la situation existant quant au logement des populations venues d'ailleurs . Il ne se passe pas de jour sans que la presse , ou les plaintes individuelles n'apprennent qu'un appartement a été refusé ici à telle ou telle personne, ou que telle ou telle municipalité a refusé la construction sur son territoire d'un foyer. La décentralisation semble avoir accru les blocages existant précédemment . Ce paradoxe apparaît d'autant plus singulier que certaines véri tés d'évidences sont aujourd ,hui communément admises , et notamment: - que l e seui l de tolérance n'est pas une notion scientifique. Qu'il s'agit d'une explication purement mécanique invérifiable et évitant d'aborder des problèmes de fond ; que l' habi tat pour être , onforme aux besoins fondamentaux des hommes d'où qu'ils viennent , doi t respecter avant tout un certain nombre de règles sur la dimension des résidences, la qualité du bâti , et notamment de l'isolation phonique, sur une desserte suffisante, mais également sur l'environnement socio-culturel du quartier, lequel concerne l'école, la santé, VOlre les activités com~rciales ou artisanales . Si aujourd' hui la si tuation est tendue, s'agissant du logement social, c'est sans doute parce que les aspirations de la population ont changé. Une grande partie de la clientèle qUl, il y a 20 ans, vivait dans certains quartiers d'habitats sociaux, aujourd'hui soi t, a pu réaliser son rêve de Vlvre dans un pavillon, VOlre de retourner au centre ville, soit est en passe de le faire . Y demeurent souvent des familles qUl ont été stoppées dans leur ascension SOClale et qUl en sont déjà quelque part frustrées . En revanche, ceux qui aspirent aujourd' hui au logement aidé, ne sont plus une clientèle intéressante pour les organismes, s' agissant précisément souvent de famil~ PROPOS Il IOBS D' AC TIONS POUR TROUVER ENSEMBLE DES SOLUTIONS AUX TENSIONS GENERATRICES DE RACISME DANS L'HABITAT. Un comité local du ~iRAP oeut agir à 1) Le ment dit : trois niveaux: loge.ent propre- Inciter l es habitants, comités et associations de locata ires à intervenir pour amé l iorer l'insonorisation, la pei nture , l'entretien des par t i es communes (couloirs , halls, caves , pelouses) . 2) L' i.age de la cité: - Enquêtes , reportages, expositions (à la bibliothèque municipale , dans d'autres quartiers ou écoles) montrant la spécificité du quartier , ce qui s'y passe . Développer la vie associat i ve , demander avec l es jeunes un lieu de rencontre , une M. J . C., un terrain de spo r ts , des commerces, un marché , des équipements socio- cu l tu r e l s , un l ocal pour une coo pérative gérée par l es habitants , s'occuper des jeunes enfants après l'école (en responsabilisant les plus âgés) . - 5 - - Organiser des fêtes de l'Amitié sur les quartiers . 3) Le désenclave.ent de la ci té (souvent isolée géographiquement par une route , une voie ferrée, un canal, des murs ou des grillages • . • ). - Des transports (notamment des autobus) - Un marché - Des commerces - Des terrains de sports - Un lycée ou un collège ce qui conduit à un mouvement de population et évite la cité-dortoir pour laquelle souvent personne ne se sent concerné . Ces actions per.ettent de définir ense.ble des objecti fs a.éliorant la .al vie. Elles aident dans l'action co •• une à .ieux se c~nnaître et e.pêchent au racis.e de jouer son rôle de' division entre les usagers et de di version des véri tables causes des tensions. ACT/ON Le droit au logement (suite de la page 5 ) les fragiles sur · le plan économique, ou sur le plan social, de familles qui ont des difficultés à accéder à un autre habitat. Parmi celles-ci, évidemment, nombres sont Issues de l'immigration ou des DOM-TOM. La tentation est alors forte pour chaque commune d' accepter la solidarité, quand il s'agit de familles originaires de la commune ou bien de chez nous, mais de s'y dérober dans le cas contraire . L'appel à la solidarité nationale dans l'aide aux plus défavorisés de notre société, lesquels comprennent bien des "all og ènes" (comme il est d'usage de dire aujourd'hui) se conçoit parfaitement. Mais les espOirs ou les tentatives de rééquilibrage ne se heurtent-elles pas à cette donnée simple : parmi les classes laborieuses, et surtout dans les emplois moins qualifiés, on trouve un pourcentage bien plus important de gens venus d'ailleurs, et notamment de pays d'u Tiers Monde que parllfi les cadres ou les capi taines d' industrie? Or, la ségrégation du logement est avant tout sociale, certains quartiers abritant plus de riches que d'autres. Est-il réaliste d'imaginer inverser ces dellx courants? Des Maires ne désespèrent pas de le faire , mais c'est alors au prix de refus opposés à des familles candidates au logement , et ce , au mépr.is total de la loi contre les discriminations en la matière qui est toujours en Vlgueur . De surcroît, de la sorte, on contrar i e les efforts déployés pour insérer les populations déjà fixées dans la commune puisqu ' on leur insuffle la conviction qu'elles sont seulement tolérées à dose homéopathique et que , finalement, dans bien des cas , l'idéal serait de voir leur nombre dans la commune diminuer. Or, les débats au cours des Assises l ' ont montré encore cla i rement: si on peut réussir la cohabitation, c'est d'abord et avant tout par la participation des di verses communautés en présence . Les Français dits de souche, ne doivent pas se sentir dévalorisés par le fait de vivre dans un quartier stigmatisé, étant observé que l'image que donnent du quartier les médias ou les spécialistes, est souvent fort différente de la réal i té vécue et de l'attachement réel qu'ils y portent. S'agissant des populations qui ne sont pas d'origine métropolitaine, il est vrai de dire que leur tendance spontanée serait souvent de rechercher la proximité de leurs compatriotes . On a déjà écri t bien des choses sur la chaleur du ghetto it la possibilité d'organisation , de résistance qu'il offre, notamment à la première génération . DONNEES CONTRADICTOIRES Il est vral également que les mécanismes actuels d' attribution de logements, notamment dans le secteur public, accentuent considérablement cette donnée et que des concentrations excessives peuvent être dangereuses par bien des points de vues pour les immigrés eux-mêmes. Face à ces données de fai ts contradictoires, les tentatives de solutions sont demeurées pragmatiques et modestes . Peut-il en être autrement? Les réflexions théoriques fournies par le rapport Dubedout, le rapport Marangé et le rapport Bonnemaison, les documents sur la planification ont permis de fonder une démarche attentive aux microréalisations permettant de reconsti tuer le tissu social des quartiers grâce à la participation des habitants , de favoriser le brassage social et la communication. Face à l'urgence de la crise toutefois peut-être la montre jouet- elle contre cette démarche. Des mécanismes plus élaborés sont pos- - 6 - sibles avec les contrats d'agglomération auxquels d' ai.1leurs nombre de militants du MRAP se sont intéressés déjà, comme pour les Commissions départementales de l'habitat. dans lesquelles un rôle utile peut être joué . Un pas de plus vient d'être franchi grâce à une loi votée par le Parlement récemment qui a pour objectif de rendre effective la - solidarité nationale d'accueil par l' établ issement de règlements départementaux prévoyant les modal ités d'attribution du logement, et 'définissant les prioritaires, notamment parmi les personnes mal logées ou défavorisées. Si ce règlement n'est pas correctement appl iqué, un délégué spécial peut être désigné, chargé de prononcer l'attribution des logements. Il s'agit, dans certains cas, de limi ter un peu la liberté de quelques-uns, pour assurer une meilleure égalité de tous . Mais est-il rassurant de voir définir comme objectif gouvernemental aujourd'hui, pour éviter précisément les concentrations excessives, de tenir compte de "1'équilibre social" des quartiers et des communes? Il est décidément bien difficile d'arriver au quotidien , à organiser la cohabitation et à gérer la société pluri-ethnique! Aux Edi tions DROIT ET LIBERTE un livre populaire, vrai et passionnant: "e 1 EST ARRIVE EN POLOGNE" de Théoph ile Grol. Passez vos commandes Siège . Prix public: 70 Frs. au Prix spécial aux comités locaux .

Notes

<references />