Droit et Liberté n°00024 - 15 mars 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ou l'on reparle de fours crématoires par M. Vilner -page 1
    • L'antisémitisme est-il un mal inévitable? par Gilles Martinet -page 3
    • Les derniers juifs de Berlin par Lydia Lambert -page 4
    • Le retour écœurant par J.A. Bass -page 4
    • La mort de Prairial par Michel Gour -page 5
    • Empereurs de Ramerupt par Joseph Millner -page 5
    • Droit et Liberté chez les antisémites -page 6,7
      • Officine publique, agence privée, "aspect de la France" trahie par Daniel Besser
      • "L'époque" en procès pour propagande raciste par Jean Paris
    • La leçon des 24 par Louis Labrosse; Légion par Paul Eluard
    • Vedettes, écrivains et visiteurs se sont pressés à la kermesse de la Commission Centrale d l'enfance -page 8
    • Arts et Lettres: Fière Espagne par Roger Payet-Burin -page 9
    • Les jeunes et le MRAP par Dany Senaz -page 11
    • Le Mouvement contre le Racisme, l'antisémitisme et pour la Paix est né -page 12
    • Appel aux juifs de France -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

•• • E CI •• •• E CI .• ' de Droit et Liberté" vous invitent à. leur ll~ Il lB lUJ INIIE IP' Â I~ IL lÉ lE qu i aura lieu le Jeudi 17 Mars 1949, à 20 h. 30 SALLE LANCRY - 10, rue de Lancry METRO : JACQUES-BONSERGENT, REPUBLIQUE Sous la présidence de M. J. M. HERMANN SUJET TRAITË : Qui veut la Guerre? Qui veut la Paix? (L'Etat d'Israël peut-il être un facteur de Paix 7) par M. Roger MARIA Rédacteur de c . Droit et Liberté , Membre du Conseil National des Combattants de la Paix, Ancien déporté, Médaille de la Résistance. DEBAT PUBLIC de Droit et Liberté" vous invitent à leur ll~ Il lB lUJ INIIE IP' Â I~ 'IL lÉ lE qui aura lieu le Jeudi 17 Mars 1949, à 20 h. 30 SALLE LANCRY - 10, rue de Lancry \ METRO : JACQUES-BONSERGENT, REPUBLIQUE Sous la présidence de M. J. M. HERMANN SUJET TRAI TÉ : Qui \Leut la 0 Guerre? Qui veut la Paix ? (L'Etat d'Israël peut-il être un facteur de Paix ?) par M. Roger MARIA Rédacteur de oC Droit et Liberté , Membre du Conseil National des Combattants de la Paix, Ancien déporté, Médaille de la Résistance. DEBAT PUBLIC / , l"ANTISEMIT SNE ' EST ~Il "IlN j. NAI INEVITABlE ? • par Gilles MARTINET e . .' l'rer rté J.-M. HERMANN et Roger MARIA à notre prochaine HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANbESTINIT. ë • ,/ . TRIBUNE PA'RLEELe jeudi 1 i mars 'Nouvelle série N" 24 (9Z) 15 MARS 1949· .(Voir page 3). ':. ! Prix 25 fr. 19%t f' Ctn' ~ep,,~~fe ICt~1i6 CJiématcU~e6 U moment où les négociateurs de Washington mettaient la dernière main au Paéte Atlantique, une nouvelle divulguée par le Dr Carpe~tier, maire de Biot, nous apprenait que le gouvernement envisagerait ({ la construction de fours crématoires ' pouvant incinérer 150.000 cadavres atomisés ». A 'peu près à la même 'heure. M. Etienne Gilson. de l'Académie fra .... çaise. se faisant l'interprète de la pensée du Département d'Etat, écrivait: « Le meilleur moyen d'éviter la guerre est de dire dans quelles conditions on la 'fera.' » Le rappel des fours crématoires ne saurait nous laisser indifférents. On ne parle pas de corde dans la maison d'un pendu!

Apparemment les fours crématoires 'd'Auschwitz-Birkenau.

dont la capacité n'atteignait que .({ 30.000 hommes », n'avaient d'autre but que « l'inèinération des personnes mortes » : ils engloutirent en fait des millions d"êtres vivants. A voir la violence avec laquelle certains 1 traitent déjà, pour ne pas dire de nouveau. les Juifs, les communistes et les militants syndicaux. on ne peut se 1-__ : défendre de quelques inquiétudes quant à l'utilisation éventuelle des fours crématoires 49 .. : ' '---- Il existe un grand nombre 'de livres et d'études sur la dernière guerre. mais une histoire, 'peu conJ1ue, reste 'encore à écrire: celle, précisémen.t, · ~es fours crématoires, qui commença en 1938, lors des négociations de Munich. quand une guerre antisoviétique fut directement envisagée. .,! En 1945, à la veille de sa débâcle:, Hitler entreprit lfiévreusement la construction dè noq'Veaux fours, ·plus

I~uissants, un peu partout à travers le
~eich. Et il donna

cl cette sinistre industrie la priorité sur .toute autre. , Pourquoi? Parce qu'il espërait un. renversement des ~lIiances. qui condu,irait à une « dernière phase anti ·soviétique », et qu'il pensait of.frir comme contribution à ses nouveaux partenaires une formidable machine de répression et de mort contre tous ceux qui « se refuseraient à marcher D. Sans d.oute, Hi'tler a-t-il manqué de ..• psychologie, mais ils se connaissait des amis et des alliés de poids en Amérique et en Angleterre. Voyes ce qui se passe aujourd'hui. En somme, Hitler, n~était pas si fou ••• OU.S qui, avec des centaines de millions d'hommes, voulons que l'ère des fours crématoires soit à jamais close. nous ne. croyons pas. contrairement à M. Gilson, que le meilleur moyen d'éviter la guerre est de dire'qu'on la fera. Un moyen plus sûr est de 'proclamer qu'on ne la fera pas et d'en dénoncer les préparatifs. De même que la construction de fours crématOires pour « cadavres atomisés » suppose l'emploi de l'arme atomique, de même l'agitation raciste et anti·sémite à laquelle nous assistons maintenant; suppose l'emploi, en cas de guerre, de l'arme de la persécution raciale. Les « Aspects de la France» et autres officines qui diffusent impunément leur poison, l'entendent bien ainsi. Qui lutte contre le racÎ"Sme et l'antisémitisme, lutte, par là même pour la paix, et vice-vers,a. Que l'affirmation 'd"une telle vérité mette M. Bernard Lecache, président de la « L.I.C.A. », en colère, peu importe puisque de plus en plus nombreux sont les gens qui voient clair et se rendent compte que seule la lutte est efficace : à préuve. la dissolution du groupe nazi M.S.U.F., grâce à la campagne de notre journal soutenue par tous les républicains. Les initiateurs du CongrèS-du 22 mai ont eu raison de lier le combat antiraciste au grand combat pour la paix. De telles mobilisations sont salutaires par les temps qui courent, et d'autant plus efficaces qu'elles se déroulent sous le signe de l'union. M. VILNER • ' . . d r.i:, 6 ml'1 1l' ons de nOS frères

'1 '1 mémolfe e", .' 1 s cham-

• E jure de rets,ter fi.de e a a de bataille, è~termmes dans e .. 11's tues au champ . foUsl e, :, . rématoires. ' .. . om- ' 1,.. s à gaz et les fours c . . .,; oublier les cnmes c vre t . de ne JamaiS " collabo- J E réaffirme mon ser~n f 'stes et 1eurs complices, , 1 ssasslnS aSCl , , mis par ,es a la Gestapo. rateurs et age~ts vichystes de t aUX alliances et auX forces ~e~: .l'E réaffirme mon attac~emen d l'ext~Fmination totale les , Re"S istanc. e qui sauverent e, . :i ' . du e.uple juif. , .: et pour la paix et de tiers P . l'antiséuutisme que les . d lutter contre d le même camp • E Jure e . de me trouver ans .. n'accepter jamaiS bourreaux nazis. Dessin de M. Bahet. Dans ce numéro : • LE RETOUR ÉCOEURANT par Joseph-André BASS Les derniers Juifs de Berlin par Lydia LAMBERT LE MORT DE PRAIRIAL par Michel GOUR Officine publi ue(c.D.D.H.)etA,ence privée (Gu~r~old): Deux " Aspects de la France ft ~~ } U FO~'D DU pu,·rs 24 CM QUI FONTLA CIVILISATION Je vie,ns d'avoir une discussion - pr,esque une dispute! - avec ma petite niè~ Fanny. Elle était venue m~ voir ce matin, comme il lui arrive souvent en sortant de son école de sténotypie, et je m'étais soudain rappelé que son anniversaire tombait le 20 de ce mois : - Alors, Faonny, qu'aime.aistu recevoir pour tes 18 ans? Et die, un peu rougissante, sous ses longs cheveux blonds : - Tu sais, j'ai très envie d'avoir un soutien-gorge correcteur ••• Je la regardai, un peu éberlué : son torse, bien mpulé dans un chandail aux couleurs vives, ne me semblait pas avoir besom de la moindre correction. - Un soutien-gorge correcteur? C'est plutôt à la grandmère Théodora qu'il faudra en oH,ir. Mais toi... - Ah ! tu ne comprends pas 'ce que je veux dire. On vient d'établir scientifiquement (elle appuyait sur ce motl que les deux seins d'une f,em'me parfaite devaient être' dista,nts de 24 centimètres. Et comme toutes ne peuvent 'malheureusement être bâties comme elles devraient l'être, une grande 'maison de lingerie vient de mettre au point un « soutiengorge correcteur » qui permettra à celles qui le po,teront d'avoir , le buste qu'elles désirent. - Mais tu es complètement folle, ma petite! Tu ne comprends donc pas que cette histoire , de charmes équi-distants est une invention d'agent de publicité dé_ sireux d'assurer le succès d'un nouveau modèle!

- Ah ! tu ne connais rien à
'~_ mode, toi non plus! Tu parles

cpmme papa... ' ,Elle était devenue rouge, toute prête à sangloter ; elle me dit un certain nombre de choses dé' sagréa'bles, notamment sur mo,; âge, mon « manque de' compréhension de "âme féminine » (et oui, c'est comme ça, il paraît), et Sur ce qu'el~ appelait en tapant du pied : mon sale t'empérament bourgeois. Je laissai passer l'orage. Puis, j'essayai de lui expliquer : - Vois-tu, cela , n'est pa~ avec un double-décimètre que l'on apprécie ' la beauté, le charme, le talent d'une femme. Chacune a sa personnalité propre ; et pour des hommes raffinés, c'est ce qui fait leur attrait: ne te laisse pas prendre au piège des femmes - standardisées américaines

da,ns nos pays, elles n'auraient

aucun succès! En outre, je te conseille de lire la lettre que l'actrice hongroise , Suzy Bauky (oelle qui joue « Quelque part en Europe ») a envoyée à la société américaine « Paramount » qui lui -: demandait Son poids, son tour de hanches et Son tour de poitrine : « •.• Chez nous, ce n'est pas ainsi qu~ nous évaluons le talent! », a précisé cette jeune femme en refusa..,t de partir pour Hollywood. Je la calmai de mon mie.,x. Elle partit, un peu rassÉrénée, après que je lui eus promis un sac en crocodile. J'espère l'avoir convaincue. Mais avec ces jeunes têtes folles et leurs mauvaises lectures, on ne sait ja'mais ..• L·INGENU. Droit et Liberté U LlO ...... _ .... '.1 _ ,. ~ .. ." ,,·c Rédaction et admirustration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X' Téléphone:PROvenèe ,"0-47 80·48 C.C.P. ParIs 607~98 Tarif d'abonnement : 3 mois ...... .. 150 frs 6 mois ..••.... 300 frs 1 an ••.••••..• 600 frs Etranger Tarif double. Pour tout changement d'adresse, prière de joindre la dernière bande el la somme de 20 francs. ' Le gérant: Ch. OVEZAREK ~,------_ .... DROtT, ET LIBERTE

.. 0 If ~.' ;.'

,..l5. ~s 194.9. - NO 21 492) ~ .. "1:Î. 0::';. ~, .: !)~ :. ,. . ILES ÉTONNEMENTS OlE LA QUINZAINlE. • • Bien bonne ! Fort complaisamment - et c'est bien naturel - l'organe parisien de l'ex-Irgoun o.u vre ses co.l onnes, pour une comIque « mise au point», à M. Bernard Lecache. Précédé de sa Légion d'honneur, ce farouche républicain qui porte le grand mérite {aux yeux de la réaction}. d'avoir torpillé l'Alliance Antiraciste et d'estimer aujourd'hui qu'il n'y a pas de meilleurs antiracistes que les vichyssois du R.P.F., ' tient à .•. Je vous le donne en cent, Je vous le donne en mille ... à « décliner toute responsabilité quant à la constitution » du M.R.A.P., dont il « n'entend' en ' allCUr.oe façon assumer la paternité ». V ra,iment, on ne le lui fait pas dire! Quand Mgr Hakim .•• C'est Mgr Hakim, prélat « grecocatholique » de Haiffa, qui a dirigé, à Paris, en sous-main, la campagne des services de la Ligue dite Arab"e sur les « atrocités juives en Palestine » et autres I( profanations des Lieux Sain'ls ». Comme par hasard, ces calomnies intervenaient au moment même où rO.N.U. 'tenait sa troisième session, et l'on ne saurait sous-estimer l'influence qu'elles exercèrent sur certains délégués à qui se poSait le problême de l'admission d'Israël dans l'organisation des Nations Unies. Mgr Hakim supervisa à cette occasion une série de brochures curieusement clandestines où .la Li- , Chalo'm ! Chalom ! La Paix! La ' }'aix ! C'est le cli énergique de millions d'hommes et de femmes à travers ,e monùe. Et l'on comprendra gue ceux qui ont le plu!S souffert de la guerre, les Juifs, veuillent participer au grand combat paciiïque engagé par l'humanité progressive contre les forces de l'agression impérialiste. D 'autant plus que l'autre guerre se rallume, celle que le racisme, à moins d'être écrasé, mè· ne sourdement contre les J ui fs, en prévision du grand massacre. Mais, cette fois, la réaction est vive et instantanée. Il ne faut plus, en effet, considérer l'antisémitisme comme relevant de la libert~ des opinions, mais très exactement oomme un acte de complicité avec le crime. Du Juif Suss à Fagin C'est ,ainsi que le film anglais Oliver Tunst, projeté à Berlin, a provoqué de la part des Juifs, une réaction collective assez forte pour témoigner que certains recommencements insidieux seront désormais ruinés dès le départ. Quoi ! direz-vous, Dicktns antisémite ? Assurément non. L'auteur de David Copperficld n'est pas en ,Cause. Maïs il Y a, dans le film tiré ù'Oliver Twist, un perSQnnage odieux, Fagio, qUI pousse une banùe de gosses dégue dite Arabe répétait grossièrement quelques thèmes de la propagande bevinienne. ••• récite le Confiteor . Aujourd'hui, l'E.minence grise est letournée là-bas pour « revenir à de meilleurs sentiments », « reconnaître ses erreurs » et même « faire acte de loyalisme » envers l'Etat d'Israël. Ce mea culpa vous éJonne ~ Il ne fait que confirmer ce que nous savions, depuis longtemps, de l'op, portunisme et de la souplesse d 'échine dont fait preuve certaine hiérarchie de combat. Mais serez-vous étormé d'apprendre que le gouvernement ' Ben Gourion et son ministre des Affaires Religieuses se sont empressés de recevoir à bras ouverts le prélat repentant ~ Le pardon des injures .•• ' Les pieds sur la terre Le pr,sident Weiszmann va se rendre prochainement aux EtatsUnis, ce qui permettra à M. Truman de lui serrer la main devant les ,photographe:, èt de se rappeler ainsi au bon souvenir de ses électeurs . juifs. En vue de ce voyage, J'Etat d'Israël a reçu J'autorisation d'acquérir un avion .américain. Il s'8f!it, nous disent les dépêches d'agence, d'un Dakota usagé. Tout à fait à l'image 4t (( J'aide américaine» . Le plus curieux, c'est que (( le S'late Department a spécifié que cet avion ne devait être ni transformé, ni revendu sans sa permISSion, car l'embargo sur les avions du Proche-Orient n'est pas encoré levé ». Ce n'est sans doute pas J'avis des soldats juifs qui ont descendu des avions « égyptiens » •• . voyés au vol et, en plus, les exploite. Ce Fagin a été caricaturé par le metteur en scène d'une façon insistante et tendancieuse : il l'a affligé d'un nez réputé juif, crochu et arCJué. Si bien que tout une partie du public, rarticu liè7 rement en Allemagne, s'échauffe ùe passion antisémite devant ce personnage et s'empresse de trouver ainsi ùes justifications rétrospectives à une haine raciale tenace et exterminatoire, puisque tous les Juifs SOllt comme FagJJ1. cumme l'a enseigné Alfred Rosen· berg et que, dans ces conùition .. , le krématorier est un acte de salu· brité. A partir du moment où une oeu' vre artistique entraîne de telles con s é q u ences psychologiques, c'est en fonction de ces considérations pratiques qu'il ,convient de la juger, en tenant compte de ce qu'un public anglais ou français peut voir sans étroitesse d'esprit, les intoxiqués ci'hitlérism'~ que sont encore les trois quarts des Allemands y trouvent un aliment ùe fait à leurs pires instincts révei~lés. Ce qui est dramatique, dans cette alTaire Oliver Twist, c'est que le film est un des cinq ou six grands chefs-d'oeuvre de ces dernières anriées et qu'il porte un témoign:lge accablant contre la borngooisie anglaise et les tares sociales de son régime. Seulement - dure servitude de La voix du salut Savoureux placard dans le journal sioniste d'Alger « In/armatiOf! ») : un officier général de la très philantropique Armée du Salut envoie un message aux soldats de la Haganah : . « le suis cerlam que votre peuple remplira les. hautes destinées auxquelles il est appelé par Dieu au cours des temps à venir. (( Je demande à Dieu que Son Plan s'accomplisse, selon 5a Parole ... ») Et vive le Plan ·de J'Intelligence Service! Casablanca ••• - Les deux procès de Casablanca, concernar..t les tragiques événements qui se sont déroulés à Oujda et à Djerada en juin dernier, n' onl élé qu'une parodie de justice, disent les honnêtes gens qui Ol1tt suivi de près les débats. C'est un fait que la Résidence s'est abstenue de poursuivre les vrais coupables, les vrais instigateurs, et qu'elle s' est ~abattue sur des hommes de main dont il ne saurait être question d'excuser les crimes, mais dont il faut bien dire qu'ils ne sont que des lampistes. Si J'on voulait aller au fond des choses, on' pourrait , bien s' apercevoir que ces fameux « incidents ») intervinrent 'juste à point pour détourner la population marocaine d'un mouvement revendicatif... , Comme qui dirait, le général Juin a' eu chaud, mais il s'est bien ~ardé d'aller se rafraîchir au fond du puit~ de vérité. Elle est pudique, la Résidence, elle n'aime pas les femmes n'ues. notre tep1ps - c'est d'un point de vue non artistique, mais politique, qu'il faut se prononcer sur une oeuvre d'art lorsqu'elle a des incidences politiques. Et celle-ù en a de cmelles. En oonclusion, voici la fin de l'article de M. Georges Blun sur cette question dans le f O/pnal de Gellève, du 1er mars : Tout cela aboutit à beaucoup de porcelaine brisée. Les Anglais' parce qu'ils manquent parfois autant de sens psychologique que les Allelllands eux-mêmes, om commis une .!!,rave taute lJ..ue les deux autres alliés ne leur pardonncront pas facilemC1lt . Berlin est un centre déjà suffisamment névralgique sans qu'on ressente le besoin d'ajo/Jter à ses difficulté5 d'autres difficultés, ni de faire de C harlolteltburg u1le anllexe du problème palestinien. « Oliver Tu.fst » a finalemcnt hé vaillC/l, mais il n'est pas resté seul sur le carreau. C'es,t encore un peu de « démocratie » qui s' Cil est al! é par la fallte des autres. Les autres, en l' occurrellce, Ile sont pas tous Allemands. Pour une fois, nous sommeS d'acc?rd a~ec M. Georges Blun, ce qlll ne risque pas de nous arriver tror- souvent. Israël et l'U.R.S.S. M. Pierre Joffroy est allé faire une enquête minutieuse en Js- Dans la tradition « ugifiste » (SUite) Après avoir sévèrement criti~ qué l'attitude du Grand ~abbin Salzt'r, de Marseille, qui a pris dans un meeting la défense de l'antisémite Mindszenty D~OIT ET LIBERTE, dan:; I~ numéro du 1er mars, a publié une lettre du M. It A, p. de Marseille, signée par son prési. dent, M. Serge Krikowski. Suite à cette lettre, M. Salz~r nous demande de publier sa ré. ponse. Nous le faisons bien vo. l'Onti~rs, tout en nous étonnant que le Grand ~abbin, au lieu de répondre de son artitude dans le cas Mindszenty, s'en' prend il ... M. Krikowski, dont l'activité résistante et les sentiments ré. publicains sont bien connus à Marseille . Monsieur Kri.kQwski, Vous faites précéder votre signa· ture du titre: mtel'prètes fidèles des Juifs de Marseille. Depuis quand avez·vous droit à ce tit.re' Pendant la p€rioùe des sou ff l' an cee de ce que vous appelez bien à 1a légère « notre » Communauté, je puis témoigner que panni les noms que je connais bien pour les avoir vus à mes côté1l pour essayer de souJ,ager ces souffrances, au prix de leur vie pour cer' tains d'entre eux, je n'ai jamais vu ni vQtre personne ni même votre nom. Et après la Libération même, guand Communauté juive et oeuvres juives, à Marseil'le, s 'effoJ'~.aient de se reconstituer en repartant prooque de zéro et multipliaient appeJs sur aJjYp{)ls, Il!dressés jusque par la poste au domicile de tous les noms juifs que tous ensemble nous pouvions connaitre, vous avez eu - e 'est la première lettre que j'ai lue de vous - l'incroyable courage d'écrire au president de notre Communauté en le priant de faire cesser cette multiplicité de circulaires diverses qui tombaient dans votre boîte aux le1itJ'es où elles n'avaient rien à faire. Mais vous êtes aussi dans l'erreur. Peut-être par p".sion politique, dont vous êtes entièrement 1ibre, mais vous montrez que vous ignorez qUE\ ce n'est r..as la règle, sur la,queDe, on mesure l attitude d'un mÏllÏstre du cuilte. Vous êtes dans' l'erreur, puisque d'autree Juifs, à Margeille t01lt au contraire, ont regretté que Je, rabbin de leur CQmmunauté 11 'ait pas parlé à cette tribune comme ils' sa,vent que cela lui était d·emrl1ldé :tvi'C insistance, dans l'esprit ha.bituCtl des bons rapIXJ'ts qui règnent d.uns notr" ville entre les trois eultllfi Je vous a{Jresse, etc ... · Signé : 1. SALZER. raël; il en est revenu avec une très belle série d'articles qui ont paru dans le Parisien libéré. C'est précisément en raisGn du c? r.actère rénctionnaire de ce quotIdIen que le témoignage suivant prend une certaine valeur (15-11): , S~ule ~a Russie a adopté et s'uim Jusqu au bout WU ligne de condUite favorable à la division du pays en deux Etats; seule elle toumissait des armes ou au moins, tolérait que ' ses sat:Uius e'l f ourniss e lit.' » ' : Israël et les Etats-'Unis , De la Semaùu écollomique, ,po_ lzüque et .financière du 4- 1 1: la Palestille juive, créée par, la Grande-Bretaglle, doit en g;01lde P?rüe s~n essor économique aux Ezats-l!nts, à ses notables juifs IJU clzret/el/S qUI honorent à la fois lef, Ecritures ct les grandes entrepflses t~lIlporc/!es, les spéculaIlons pluloso pl tiques ct finallcières. Tout commentaire affaiblirait, et'C ... Israël -et l'AngJeterre Dans le même jounlal nous trouvoris, sur les potasses' de la mer Morte, ces indications lourù~ es de conséC]uenc.es {)QUI le jeune Etat et son « SOCIalisme » : A u diTe de lord Samuel les seuls gisements de potass; se- (Suite page JO.) - , , DROIT ET LIBERTe ~'-----~-.....· ----~-_,..~-..----.-.- _.2"',II,!I;II ft&- ) , L ~ f\1 ,--rtsEtJtt--rtstJte est-il un loal inévitabl.e ? LORSQUE des Juifs dénoncent les , plus' récentes manifestations de .' l'antisémitisme en France, lorsqu'ils s'indignent des articles que publient « Paroles Françaises », « Aspects de la France », «Réalisme » et autres « Ecrits de Paris », lorsqu'ils protestent contre la diffusion des indécences de Maurice Bardèche, bien des gens qui sont ou se ciisent démocrates pensent qu'ils ont tendanc~ à exagérer les choses. , Il est vrai que les mêmes gens ont les mêmcs réactions lorsque les militants du mouvement ouvrier padent devant eux de la réapparition de certains phénomènes typiquement fascistes. • Si les Juifs et les militants du mouvement ouvrier sont si attentifs aux manifestations encore limitées et le plus souvent à demi-camouflées cie l'antisémitisme et du « fascisme pur », c'est 'qu'il., savent que der'rière ces avant-gardes, il y a toujours une armée en formation. Les avant-gardes tâtent le terrain, cherchent le, point f~ble où s'enfoncer. Si on les laisse faire, ' sous le prétexte qu'elles sont n~gligeables, l'armée ne tardera pas à se ruer dans la brèche. " Ainsi à la base de la vigilance juive il y a la conviCtion que les causes mèmes 'de l'antisémitisme demeurent comme à la base de la vigilance ouvrièrc, il y a la certitude que les fondements du fascisme n'ont pas été détruits. Les causes' de, l'anti~émitisme demeurent L ES causes de l'antisémitisme ? Immense problème si souvent débattu et abordé sous les ang'les les plus divers, mais problème dont il 'n'est, au fond, pasdifficile de fixer les données concrètes. Pour ma pa'rt, j'ai conservé un souve, nir très aigu d(' la première ,explosion d'antisémitisme à laquelle , j'ai assisté. Cela se passait, il y aura bientôt quinze ans, en plein Paris, dans notre Quartier Latin où l' « Action Française» avait déclenché une grève, « contre les métequ'es », qui paralysait l'activité de la Faculté de médecine et, partiellement, celle de la Faculté de Droit. Dans la lutte qus nous menions alors - tous les groupes d'étudiants antifascistes fraternrllement unis -- pour enrayer et briser cettc grève, nous étions, amcnés à découvrir .à chaque pas les aspects les plus réels du « problème juif ". Sans doute mettions-nous l'accent sur le caractère politique de la gTève. Mais c'cst un fait que nos adversaires en proclamaient la nature « rcvendicative » et que, sur ce terrain, leur propagande rencontrait des échos, particulièrement chez les futurs médecins. Noüs avions beau démontrer qu'on ne pouvait parler d'un corps médical pléthorique alors que le pourcentage des praticiens exerçant dans nos provinces demeurait, par rapport au chiffre total de la population, inférieur à celui de la plupart des pays évolués. 'Nous avions beau souligner qu'il y avait là un problèrne d'organisation lié lui-même à un problème de ?tructure économique et sociale. La plupart de nos interlocuteurs se souciaient fort peu de transformer la société. Ils s'étaient accommodés fort bien de celle dans laquelle ils vivaicnt jusqu'au j'où;" - encore récent en l(135 -,- Ol.! elle s'était engagée dans une crise profonde. Ils avaient alors dénoncé les brehis galeuses qui se trouvaient dans leurs raQgs, tous ceux qui portaient des noms en cc ein » ou en « ski ", la masse des «:, métèques », c'cstà- dire, pour l'essentiel; des Juifs, leurs « concurrents ... Or il y aV:1.it, préci!lément, entre 19~JO et 1935, afflux de ces « concurrents ». La raison en était fort simple. Les années

\0 sont celles Oll le cc numerus clausus

" s'étencl à presque tous les pays européens. . Le pourcentage des J ui[s admis il l'Université tombe de 25 % (période 1923-3:~) Il 13 % (1935) en Pologne, de 16 % (1920) Il 8 % (1931) en Lettonie, de 35 % (1918 il 10 % (19:31) en Hongrie. Dans le même temps les jeunes bourgeoi;ies polonaise, hongroise, etc., tendent à chasser les Juifs des positions commerciales qu'ils avaient entièrement occupées au temps du vieux système féodal. En cinquante ans, 'à Varsovie, le nombre des négociants et boutiquiers juifs est passé de 50 % (1882) il 51 % (1931) du total des commerçants de la ville. Et la presse gouvernementale polonaise publiait des communiqués de victoire annonçant la « conquête » de nouveaux magasins. partie dont la paix est l'enjeu, se trouve désormais le jeune Eta't d'Israël ! Israël et le mythe juif UN immense mouvement d,'enthousiasme a salué la naissance de cet Etat. Tous les ouvriers révolutionnaires et tous les démocrates ont rendu hommage, à cette occasion, au courage indomptable de tous ceux qui, durant de longues anpar e Gilles MARTINET d'Israël. L'idée du Juda'isme, étel'nelle~ ment semblable à lui-même et demeurant immuable jusqu'à la fin des siecles, n'cst qu'un mythe : « Le Judaïsme. disait Marx. s'est conservé nOn pas malgré mais par J'histoire n, signifiant par là que c'est la fonction économique remplie par les Juifs dans la société féodale qui est à l'origine de leur conservation en tant que cc peuple-classe ». membre du BureaLi Politique du Parti Socialiste Unitaire. En bouleversant la société féodale, le capitalisme a créé le cc problème' j,uif " moderne. Et ce problème ne peut [rouver de sofution qu'à travers la subversion du systemc capitaliste lui-même. L'émigration qui devait nécessairement en résulter s'étendit tant que les pay.} occiclentaux connurent une phase de relative prospérité. Le jour où la crise économiqw! s'abattit sur eux, les choses changèrent et l'on assista à une grande vague d 'anti~émitisme, dont la grève « contre leS métèques 'n ne constituàit, somme toute, qu'un petit épisode. C'est ainsi qu '\lne génération d'étudiants antifasci~tes français prit conscicnce du fait qlle le capitalisme, dans son essor comme da-ns sa déc-adence, créait le « problème juif » moderne. L'antisémitisme et la crise A UJOURD'HUI la situation s'est prol'ondénient modifiéc dans l'Est européen. En Franoe, elle demeure, en définitive, la me,me. Sans doute l'hitlérisme et ses complices vichyssois ont-ils soulevé un tel mouvement d'indignation et d'horreur que les champions dc l'antisémitisme ont dCl attendre... trois à quatre ans avant d'oser redécouvrir le,ur visag'e. Sans doute le gonflement considérable du secteur de la dIstribution (près de 400.000 comm.erça~ts nouveaux depuis la Libération) a-t-il placé, momentanément, à l'arrière-plan, la question de la cc concurrence » juive. ' Mais voici qu'une nouvelle période de dépression s'ouvre,. qu'une crise se 'dessine, que les vieux mots d'ordre réapparaissent. Et c'est encore - hélas !-dans une Facl}lté de médecine que l'un de mes amis a entendu, pour la premiere fois, l'horrihle phrase: « Ces fours nématoires n \\taient donc que des cOllveuses » ! Le phénomène est d'autant plus inquiétant quc l'expérience nous e'nscig-ne que, dans de telles périocks, le capitalisme ne se contentc pas d'cxacèrber les sentiments antisémiteS de certains milieux de la petite bourgeoisie, mais c;u'il cherche également à détourner la colère des masses ouvrièrès et paysannes contre les « exploiteurs .. juifs, et les" politiciens enjuivés ». Nous n'en sommes assurément pas encore Hl, mais la nO.llv~lle crise doit être suivie avec !?eaucoup d'attention, avec d'autant plus d'attention qu'die revêt aujourd'hui des forme.s particulicres, que le capitalisme américain, tête et coeur du capitalis~l1e mondial, cherche à .[a surmonter par la création d'une conjoncture d'armement (c'est-il-dire par la préparation de la guerre) et la mise en route d'unc audaci{'use politique expansionniste, .. et que parmi les nations qui ont à jouer un rôle çans cette g-ig'antesque née~, n'ont cessé de lutter contr'e leurs oppresseurs, impérialistes angJ,ais en tête. Mais l'événement - il faut le dire clairement - a soulevé 'chez de nombreux Juifs des espoirs qui ne correspondaient à aucune réalité. Dèpuis peu, certains s'aperçoIvent que la « question juive )1 n'en est pas, pour autant, réglée sur le plan mondjal. Ils constatent, d'autre part, que le nouvel Etat est maintenant placé devant le's mêmes problèmes qUt les amres pilys capitalistes et que, par suitc, l'opinion s'y divisc comme dans le reste du monde. Imprôssionnante, lorsqu'il s'agit (et s'agira) de défendre Israél, l'unanimité juive ne peut plus exister en {a..:e de la politique du gouvcrnement de Tel-Aviv. En vérité, les événemcnts de Palestine ont révélé ~u monde une, extraordinaire transformation accomplie sur plus de GOO.OOO personnes: La fable des prétendus caractères « éternels» du Juif s'évanouit, Tous les observateurs constatent que des conditions de vie nouvelles ont cré~ un peuple nouveau, nyant des traits natIOnaux nouveaux. Les Israéliens seront bientôt presque aussi différents des Juifs européens que les Canadiens des Français et, en général, les Américains des Européens. Ainsi, par un inévitable retour des choses, c'est au moment même où les sionistes les plus intransig-eal'!ts proclament que le peuple d'Israël a enfin réalisé son émancipation et va retrouvrr son antique visage que tout le monde peut observer que oette émancipation ne concerne qu'une fraction de la masse juive et qu'eIle s'accompagne d'une modification radicale du visage traditionnel Ou va l'Etat d'Israël,? O N le voit bien aujourd'hui quand le gouvernemcnt d'Israël est amené à prendre position sur les grands problèmes internationaux de l'heure. Nous ne sommes pills au XIX· siècle. ml temps ou l'rssor des nationalités était lié au développcment du capitalisme. Il n'est plus possible maintenant d'assurer une indépendance nationale delle sans lutter, du même coup, contre l'impérialisme qui domine les deux tiers du monde A l'instar des g-oùvernements I( nationalistes )' de Nankin, de la Nouvelle Delhi et de la République indonésienne, le cabinct Ben C;ourion semble malheurcusement avoir renoncé à cette lutte. L'indépendancc nationale si chèrement conquise se trouve' ainsi menacée au moment même Ol.! ellc vient d'être proclamée. Si Tel-Aviv persiste dans sa voil! actuclle eIle ne sera bientôt plus qu'une glorieuse mais fragile façade derrière laqueIle les hommes de Wall-Street établiront leur pouvoir. « La Palestine, déclarait en novembre dernier M. Morgenthau, peut constituer un important bastion contre l'U.R.S.S. Si une chan..:e est donnée al! gouvernement d'Israël, toute la région m~diterranéennc résistera au communisme... Chaque dollar versé pour Israël est un dollar pour combattre le communisme. » Le zèle dE. M. Morgenthau est d'autant plus touchant que ce monsisur n'est jamais parve'nu à se faire recevoir dans la cc bonne soc~été " antisémite de Washington, à l'époqllc ou il excrçait ("cpendant le. fonctions de ministre. Il serait vraiment insensé que sa voix soit écoutée par l'Etat d'Israël et que l'on assiste à ce spectacle pour le moins étrange: des troupes israéliennes se préparant à combntLre sous les ordres des généraux racistes américains, les soldats d'un pays où le temps des pogroms est à jamais révolu et Ol.! la « question juive » ne sera bientôt plus qu'un souvenir 1 L'attitude- de Bcn Gourion et de ses amis, si caractéristique des tenants de la cc Troisième force », est pleine de dangers pour la masse des Juifs européens. Car 'pour ceux qui, clans leur immcnse majorité, n'iront pas en Palcstine, la libération véritable, l'émancipation véritilble ne peut être trouvée Clue dans la transformation des conditions économiques qui sont il l'orig'ine de la plaie antisémite et l'idée qlle l'on peut prl-parcr cette transrormation avec la compficité - volontaire ou involontaire - du capitalisme le plus puissant n'est qu'une redoutable ill'usion. , , , JRIBUNE PARLEE de "DROIT et LIBERTE" le Jeudi 17 Mars 194-9, à 20 h. 30 SALLE LANCRY - 10, rue de Lancry METRO: }ACQUES-BONSERGENT, REPUBLIQUE Sous la présidence de M. J.-M. HERMANN Qui veut la Guerre? Qui veut la Paix? (L'Etat d'Israël petit-il être un facteur de paix?) - par M. Roger MARIA Membre du Conse il National des Combattants de ta Paix, Ancien déporté, Méodaille de la Résistance DEBAT PUBLIC .. DROtT fT 1II!E~TE )'5 MiIf's 19-49. - N- 2" 492) les derniers Juifs de Berlin de notre envoyée spéciale Lydia LAMBERT l E meilleur endroit pour saisir sur le vif la misère des Juifs de Berlin est la cave d'un édifice de la Joachimsthalerstrasse, appartenant à la communauté juive et où ont lieu les distributions mensuelles (ou' à peu près) du ~ Joint ». C'est en plein secteur américain, tout près du fameux Kurfürstendamm, 'les Champs-Elysées berlinois, où renaît déjà cette atmosphère de luxe frelaté, de misère obséquieuse, de vice affiché qui caractérisait 'l'AlIemagne d'après la première guerre mondiale. munauté, on peut dire qu'elle a été décimée, non pas dans le sens de « diminuée d'un dixième », mais dans celui de « réduite à un dixième » ... Et moins encore puisqu'en 1933, Berlin comptait l(}O.OOO jUifs et qu'en 1949 il n'en reste plus Que 7.000. Il faut remonter bIen loin dans l'histoire pour rencontrer pareil désastre. Pourtant, cette communauté avait été l'une de6 plus nombreuses, des plus brillantes, des plus prospères aussi, de toute l'Europe orientale. Une des plus anciennes également, puisqu'on trouve des familles jUives en Brandebourg, dès le XIII" siècle. Mais Hitler voulut rendre Berlin. « judenrein :. et Il y a réussi presque parfaitement .. Il était facile de s'acharner contre une minorité sans défense, pros facile que de réduire Stalingrad. - Quels sont les Juifs qUi Je ne pUis m'empêcher de penser au film admirable qu'on vient de réaliser en zone soviétique, cette « Affaire BlUm» qui allie si heureusement une technique irréprochable à une ligne politique qui ne l'est pas moins. Film antisémite en secteur occidental... Film antiraciste en secteur soviétique. Dénazification ,complète, grands coups de balai purificateurs dans la zone de l'Est, où les grands prOCès ont lieu dans les usines pour montrer à la population laborieuse l'odieux de l'hitlérisme. Comédies et Simulacres en zones occidentales, où les anciens nazis, ceux, du moins qui n'ont pas eu la sottise de se suicider en 1945, sont de nouveau bien pourvus de postes et d'honneurs et font la loi comme auparavant. (Fautil ( s'étonner, dans ces conditions, de la nouvelle vague d'an- . tisémitisme?) Une carte du parti national-socialiste est aujourd'hui une espèce d'introduction auprès des autorités occupantes de l'Allemagne occidentale. Se faire dénazifier? disent les gens... pas si bête. Et pour aller solliciter un emploi, on met discrètement une chemise brune sous le complet-veston d'aspect inol'fensif. Dans son infâme bouquin pour lequel il n'a pas manqué de trouver un éditeur (en zone occident \ :e na:urellement) « Monsieur » Schacht justifie l'antisémitisme allemand par le rôle trop brillant que les Juifs ont, de tout temps, joué dans la CUlture allemande. Singulier reproche, drôle de justification. Six millions de Juifs ont été anéantis p.arce qu'ils avaient osé produire Heine, Karl Marx, Ehrlich, Stefan Zweig, Mendelsohn, Einste-in... j'en passe, et des meilleurs! Défense d'écrire « Das Kapital », de trouver un remède contr~ la syphiliS, de 'concevoir la théorie de la relativité ... Pas trop de Prix Nobel, s'il vous plaît. Mais les Juifs sont incorrigibles... Là où on ne les empêche pas d'exercer leurs facultés intellectuelles, en zone soviétique, ' notamment, les meilleurs con.tinuent de faire de bons livres, d'écrire de bonnes pièces, de composer de la bonne mUSique. Dans la vie culturelle de la zone soviétique, les Juifs jouent de nouveau un rôle et ce rôle est brillant. Mais comment, dira-ton, travaillent-ils encore pour un pays qUi leur a fait tant de mal? Simpl;-ment parce qu'ils refusent de faire leurs les théories inhumaines des « génoeides

. hitlériens et que, ce faisant,

ils resten·t dans la plus })UJ'e tradition humaniste. . Là, ·au rez-de-cha·ussée d'édifices Qui ne sont plus Que des façades lacérées, t:.ies boutiques luxueuses eX'posent dans leurs vitrines des lingeries impalpables, des objets d'or et de platine follement coûteux, de fabule: lx diamants, des antiquités sans prix. Marchandages à tous les coins: on. vend de tout, des 'cigarettes, du chocolat, des bas nylon, des dollars. des femmes ... Des petits jei \ es gens vous frôlent en murmurant : « Ost? West? » Ils sont pr€ts à échanger vos marks «est» r.ontre des marks « ouest » et vice-versa, moyennant un modeste bén.éfiee, bien entendu, A côté, des mendiants sans bras, sans jamje:; ou sans yeux, sollicitent la charité des passants èn exhiban.t leurs décorations de guerre. restent encore à Bm'lin ? De ,---------....,...----....,...--------,......-----------......::..---------- DECIMES ..• Mais retournons à notre cave de la Joachimsthalerstrasse, éclairée par un lumignon (pas d'électricité dans les secteurs Ouest de Berlin: le courant élec ·trique ne Se transporte pas par avion). La distribution a eu lieu. L{'s bénéficiaires développent .leurs paquets dans l'escalier: ils n'ont pas la patience d'attendre pour « voir ce Qu'il y a dedans ». Les visages sont hâves, les vêtements minables, les regards éteints. Le docteur Fabian. président de la communauté juive, précise à coups de chiffres la misère que je viens de voir Ces Juifs sont bien les derniers Juifs de Berlin, les survivants d'une des plus grandes tragédies des temPS modernes, De cette comqUOi vivent-ils ? QUe pensentils ? Qu'espèrent-ils ? Le docteur Fabian me mène vers la fenêtre et me montre les groupes qui s'attardent à ré envelopper les paquets qu'ils viennent de recevoir. . . - Vous voyez, la plupart de ces personnes sont âgées et malades. Les plus jeunes, les plus énergiques parmi les rescapés sont déjà ailleurs. De qUOi vivent- ils? De l'aide que leur accordent des parents ou des· organisations... Qu'espèrent-ils? Partir ... DEUX FILMS - Et c'est contre ces lamentables survivants que s'exerce l'antisémitisme qui, ' dit-on, renait en Allemagne ? ....:... Hélas! oui. Comment en serait-il autrement pUisque certaines puissances occupantes, loin de décourager l'antisémitisme, importent en Allemagne des films qui attisent la ha'1ne ' contre les Juifs. - Vous faites allusion au film britannique «Oliver . Twist » sans doute? - Oui. La communauté juive a demandé aux autorités britanniques d'interdire ce film, dont le danger, en Allemagne, saute aux yeux. Savez-vo'us ce qu'il nous fut répondu? Que s'il y a, à Berlin, des personnes à qui ce film déplaît. elles n'ont qu'à s'abstenL' d'aller le voir. D'ailleurs, les manifestants qui exprimaient leur indignation furent brutalisés par la police du secteur. Parce que les peuples veulent vivre libres ... AFRIQUE DU SUD Bis repetita. - Il semble que le récenl pogrom d'Indiens n'ait pru encore satisfait le gouvernement raciste du docteur Malan. De nombreuses provocations indiquent en effet que les autorités cherchent à susciler un nouveau mrusacre. Plusieurs Zoulous notamment, onl été assassinés dans des condnions m!)slérieuses, et la police a au:.silôt affirmé que les meurtriers étaient de race indienne. La population, ayant compris qu'il s'agissait d'une manoeuvre et imagir.ant que les assa3- sins étaient à la solde des policiers. s'esi bien gardée de . réagir. A ussi, pour exaspérer les esprits, l'armée a-t-elle reçu l'ordre de faire patrouiller ' les blindés dans les quartiers indiens et zoulous. CREeE Ils v!sont toujours! - Tandis 'que l'armée gouvernementale, appuyée par des chars et de l'aviation, lance de furieuses . L'Extrême-Orient secoue le loug Mao T se T ung met au point son offensive du Yang Tse Kiang, et l'importanèe des moyens qu'il est prêt à jeter dans la bataille pour assuref le succès des armées populaires chinoises es! telle que les autorités nationalistes commencent à perdre contenance. Après leurs rodomontades des dernières semaines, · leurs propo, et leur attitude laissent clairement désormais percer leur désarroi : « Il faut entamer sans retard les négociations de paix! », a déclaré Tchang Haou T chéou, ]' un des membres de ]' ancienne municipalité de Changhaï. Ces événements ne sont évidemment pas sans inquiéter les puissances colonialistes en Extrême. Orient. D'autant qu'à travers les .territoires qu'ils contrôlent, les peuples opprimés ont entrepris, à leur tour, d'engager le combat pour leur indépendance nationale. . 'Aussi, les Hollandais ont-il convoqué une « Conférence de la Table Ronde » sur \'Indonésie au cours de laquelle ils espèrent mettre au point un plan qui leur permettrait de briser la résistance des républicains, De leur côté, les Britanniques, véritablement affolés par les coups qu'ils reçoivent en Birmanie, en Malaisie et même àux Indes, vont réunir à Ceylan, ail débllt du mois d'avril, une conférence des ministres des Affaires étrangères du (( Commonwealth ». Le gouvernement QueuillF, enfin, cherche par tou~ les moyens à donner quelque autorité au gouvernement fantoche de Bao Daï au Viet-Nam. Mais que pèseront ces pauvres tenta'iives en face de la volonté populaire de Ilbération nationale, exaltée par la victoire prochaine et définitive des forces démocratiques chinoises ? contre-attaques à Karpenissi (200 km. au nordouest d'A Ihènes),. l'armée démocratique a occupé toutes les positions stratégiques des monls Grammos d'où la propagande anglo-saxonne avait, il y a quelques mois, prétendu qu'elles étaient définitivement chassées. Par ailleurs, ses avanl-gardes approchent de Koni/za. AUSTRALIE Pas de totem avec un couteau entre les dents 1 - Les dirigear.-ts du mouvement scoul viennent Je lancer une vaste campagne ayant pour but d'exclure les communistes, syndicalistes et sympathisants adhérant à leurs organisations. ECYPTE L'ennemi intérieur. Malgré l'armistice conclu avec Israël, l'état de siège est mainienu : il permettra de retenir en prison les militants syndicalistes arrêtés depuis plusieur~ mois. LE IRIETOUIR ECOE[JIRA\~T Le 28 février, devait commencer dans la zone britan. nique d' occlJl)alion en Allemagne le procès du' meUeur en scène nazi, Weit Harlan, qui a réahsé pendant la guene ' le film antisémite : Le Juif SUMo Les premières arrestations de Juifs en France à la fin .Je 1940 et au début de 1941, ont cO:incidé avec la pro: jectio.l !ur les écrans de c.elte version ip:nominieu5e. C'est sans doute pour rassurer la population allemande. Îl)(Juiètt du sort d' un arti!le si parfait, que les autorités , 4:Ie la biwne !e sont empre~sée~ de procéder, au moment .Ju procès, à la première projection du film anillais Oliver Twist, où run des principaux personnages semble des~iné per la plume même de Julius Streicher : on a les héritiers .qu'on mélite. Il faut donc conclUfe que c'est pour donner le change que le ~énéral Clay vient de dénoncer la renaissance. dans les territoires sous contrôle anglo-américain. de groupes nationalistes d'inspiration na7ie. Le commandant américaiT! en chef en Allemagne nous a confirmé qu'Otto Strasser, ",n des fondateurs du parti nazi allemand. di s~ident hitlérien qui avait formé en son temps rorganisation dite « Front Noir », projetterait de quitter le Canada pour revenir en Allemagne reprendre personnellement la direction effective de son mouvement qui porte. depuis l'effondrement nazi, le nom de « Ligue pour la ReJlaissance allemande ». Nous entendrons bientôt parler de cet ancien et nouveau leader politique, qui s'est empressé de faire la déclaration suivante à la presse britanique : « Je ne conduis aucun parti, On peut dire de notre mouvement qu'il est Ull rassemblement du pellple d' Allemagne semblable à celui du général de Gaulle en France. Nous ne croyons pas aux partis politiques selon \' ancienne conception. La preuve de nos bonnes intentions est que nous avons demandé une licence. » On peut dire que cette licence a été accordée depuis ~ nombreuses .Innées ' à Otto Slrasser, qui avait quitté rAl1ema~ne en 1933 pour s'installer d'abord à Prague. ,par Joseph-André BASS puis à Londres. ensuite au Canada où il vit depuis cinq ail!(. . On' a . souvent ti!flcontré Otto Stras5er à Par·is dans les années qui ont precédé la' ~uerre. Il recherchait les petits cercles où certains journalistes et hommes politiques. essayaient déjà de tromper la vigilance des intellectuels antifascistes par le mot d'ordre d'une prétendue H troisième for('e )1. C'était le tilre d'un petit Rroupe fondé par Georges Izard. r actuel défenseur de Kravchenko, qui se 'consacra, un moment, sous r occupatiOf), à la formation des cadres du corporati~me vichyssois. A la même ~ue, le journaliste Robert Aron, iondateur du groupe CI Ordre Nouveau », adressait une letire ouverte à Adolf Hitler, pour engager ce dernier à oeuvrer dans la voie du .J( soc:alisme européen » (Sic). On peut apet'cevoir mainlenant le même Robert Aron dans les congrès des « Fédéralistes Européens ). à La Haye ou à Bruxelles aux côtés de Winston Churchill, qui salue, pour la préparation de la guerre antisoviétique, le retour sur la scène politique (, des grandes races et des peuples vaincus » (sic): C'es'! pourquoi un autre groupe nationaliste d'inspiration nazie, « le parti national-démocrate », vient de rendre publique une déclaration où il revendique le rétablis~ement du Reich allemand dans $es anciennes frontières et affirme qu'il ne pourrait tolérer III frontière de l'Oder et de Iii Neisse. ni les nouvelles frontières entre l'Allemagne, la Pologne et l'V.R.S S. Le joulOal Possev, édité dans la bizone par les agents nazis de langue russe et qui se réclame du contrôle d~s autorités américaines, nous donne. dans son numéro 7 du 13 Cévrier 194J. sous le titre '( Correspondance de F !ancfort Il, des renseignements .;ur la renaissance d'un véritable ré5eau international d'ex-agents nazis, sous If.: nom 4:Ie « solidaristes » 'déjà connu à Paris avant 1939. dont les membres étaient recrutés en France parmi les fascistes ruS!ieS pour le compte de \'Institut Otiental de R05enberg. Sous l'occupation, ceu1(-ci ont servi la Wehrmacht r Abwehr et la Gestapo. Ils se sont regroupés à Paris ei en Allemagne. Les di~ciples d'Otto Strasser, certains néo-fascistes italiens. ont adopté le même titre et se sont unis dans la IM'me action . . JI e!t curieux de citer le passage concernant la France . H Les solidaristés allemands ont déjà rendu leurs likts en France. Queloues officier5 Français trouve~t maintenant fadement· un langage comllllln avec les solidaristes alle~ ands ". occupés » .par eux, Le danger qui vient de 1 Est umt les ennemIs mortels d·hier. Demain il lèur sera possible de vivre et de lutter côte 11 côte 'dans un maqui~ européen. Il .A~ors que dans les premier~ jours de iuiliet 1944 les pTlnCIP~UX h.ommes de Vichv préparaient leurs bagage5 pour SIS~mann!ten. Marcel Déat publiait dans le iournal Combats, édité par la milice de Darnand. un article où il faisait miroiter aux yeux des complices pétinistes de tous les ~rime~ hit,lérien~,. r espoir de leur réhabilitation prochame grace a la dilIgence de leurs amis savamment camouflé~ et maintenus à leur poste grâce à d'étranges complicités et à de singulièles alliances. Comment s'étonner dans c~ cas, que le retour à la direction des affaires dans r Allema~ne occidentale des hommes des trusts nazis et d·hi·t1érie~s à peine camouRés. soit accompagllé de la reprise de campagneg d'excitation antisémitique, sous r oeil approbateur et parfois avec le concours des autorités anglo-américaines de la bi7.0ne ? Mais nous ne pouvOO! ouhlier les combattants et les victimes. et quelles que soif'nt les ténébreuses intrigues des provo ateurs à IJne nouvt:lle guerre, ces messieurs doivent être ;:-ersuadés que nous ne saurions en aucun cas devenir les a"ié~ des nazis. •

Jt5 M.".s 1949. -- N 24· (92) ---------------- DROIT ET LIBERTE 5

LE L E' IN" messidor an II, le quartier de la barrière de Flandre, qUI s'était assoupi pendant un des après-midi les plus torrides qu'on eût vus de' mémoire de Parisien, s'affairait pour regagner le temps perdu. Le soleil se couchait au-dessus de cette plaine Saint-Denis où tant de foi:. étaient venus pourrir nos tyrans morts. Devant la rotonde des ci-devant Fermiers Généraux, Un sectionnaire, pique en main, brûle-gueule en bouche, devisait avec trois commis d'octroi dont le chapeau s'ornait de la large cocarde des amis de la liberté. Ils parlaient des miracles que la foi républicaine, sans peur et sans souliers, accomplissait chaque jour au-delà de nos frontières. L'armée de Sambre-etMeuse, que commandait Jourdan, venait de gagner la bataille de Fleurus. Jourdan et Pichegru marchaient sur Brnxelles. La Belgique était à nous. .. ' Il:. s'interrompaient parfois. Ils lançaient un cordial « Salut et fraternité ! )) au citoyen Carneau qui, monté sur sa rosse, regagnait son auberge du village de la Villette, échangeaient un sourire avec l'accorte citoyenne Etiennette, lingère de son état. Ils SUivaient aussi des yeux le double courant de circulation qui franchissait la barrière : noirs de pous:.ière, c'étaient les deux cavaliers du courrier des armées du Nord, dont le galop d éjà décroissant le long du fauboltr g M arfin allait annoncer au Comité de Salut Public quelque nouvelle victoire; dans l'autre sens, traversant le n~lage de sable qu'ils laissaient derrière eux, des chariots cahotaient sur le pavé inégal de la route : les pays des villages de la Villette, de Pantin, d'Aubervilliers, du Raincy revenaient vers leur ferme, leur marché fait. A la porte de chacune des maisonnettes qui longent la ronte du côté opposé, des vieilles somnolent, qui :.ur une chaise, qui sur un banc. Une « malle )) sort de Paris au trot: c'est l~ poste aux lettres, qui demain soir déjà approche. ra des Flandres. Au même .moment, à Londres, à Saint-Pétersbourg, à Berlin, les bien-pensants frémissent à là description qu'on leur fait du régime de « terreur » et de carnage qui ensanglante la capitale du roi très chrétien de France et de Navarre. Les bon nés gens qui prennent le frais ce soir dans le quartier du ci-devant faubourg Saint-Martin ne semblent cependant pas particulièrement terrorisés. Il est vrai qu'elle:. ne complotent ni de renverser la République, ni de livrer Paris au sac de:. Prussiens de Brunswick. 28 PRAIRIAL. AN Il tiiiiIo1 OUDAIN, les yeux de nos com~ mis et de notre sectionnaire s'arrêtent sur un cortège auquel ils ne sont pas accoutumés, et ils ôtent leur chapeau à cocarde. Une troupe d~ Vlllgtcinq à trente hommes, presque tous barbu:., vêtus de noir avec autant de sévérité que de correction, marche en SIlence derrière une bière recouverte d'un ample velours noir. Quatre autres la portent sur un brancard. Et bientôt, s'arrêtant tous les cinq cents pas pour relever les porteurs, le convoi passe à son tour la barrière de Flandre, lentement, silencieusement, et :.'engage 3ur la route du Nord-Est. Il n'ira pas bien loin : avant d'arriver à la Villette, Il entrera à droite dans la cour d'une auberge, po~r passer dans un petit jardin qui se trouve derrière. Une vingtaine de stèles y sont disséminées, dont quelques-une:. porlent des caractères hébraïques, mais qUI sont pour 1:,- pl~lpart rédigées en français. Ce Jardlll n' est autre que le cimetière des Juifs de Paris. Une fosse y est préparée: on y fait descendre le cercueil. Un vieillard prononce une brève ora ison, exaltant le. vertu:. civ iques du jeune homme auquel on va dire adieu pour toujours, rappelant la douleur qu'éprouvent ses proches qui sont ici, et surtout les femmes, PRAIRIAL par Mi ch el GOUR la main ; si-tu aimes à méè~i:er tout en contemplant le désordre élégiaque de; qu'on a laissées en pleurs à la maison. Un homme d'âge mûr reprend le discours en français·. Chacun jette sa poignée de terre au fond du tro u, la pelle du fossoyeur s'approche ... C'est fini. Pas de kaddisch, pas ne rabbin, pas d'étoile sur la pierre qUI recouvrira la dernière demeure de Sades Rothschild de son temps. quelques sépulcres sur lesquels s'est ap- Il est aujourd'hui en plein Paris. pesantie la main du Temps, alOrs, lecC'est en métro qu'on y va, et l'on des- teur, alors ferme te:. yeux de chair et cend à une station dont le nom nous ' écarquille ceux de la foi. rappelle que Fleurus n'est pas la der- Imagine un vieux jardinet réd uit à nière victoire qu'ait remportée la démo- l'état de terrain vague minuscule, où cratie. Descendez . donc à S talingrad, l'herbe est rare et jaune, où trois artâchez de recon:.tituer la barrière d~ brisseaux rabougris tente'lt vainement de s'ouvrir à un printemp:. précoce, étouffés qu'ils sont par des murs interminables et noircis. Une trentaine de' Juifs dort ici, bercée par le ronronnement des machines- outils. Deux jeunes chiens ,se jettent dans tes jambes, et t'accompagneront fidèlement lorsque tu te pencheras sur les deux tombeaux et les quelque vingt-cinq stèle:.. qui constituent ce cimetière. Certaines se sont c Ichées, d'autres, couvertes de mousse, rongées d'humidité, condamnent à un éternel anonymat celui dont elles protègent le repos. . Tu y méditeras l'étrange destinée de tombes qui, datées de juillet, de sevan, de messidor, sont le point de concours de trois calendriers - le vulgaire, l'hébraïque et le républicain -,' de troi:. civilisations. 'Une vue du dmetière de la rue de Fla'ndre · Ailleurs, tu pourras déchiffrer: « Cigit la bienheureuse et bien-aimée AnneRachel, veuve de Mardochée Ravel, native de Bordeaux, âgée de 48 ans ... » mucl Fernandez Patto, mort, non pas en Sevan 5563, mais le 28 prairial an Il. Le jeune Israélite,' en devenant CItoyen de la République française, a renoncé aux rites qui trop souvent avaient servi de .prétexte aux persécuteurs de ses aïeux. Ses nouveaux compatriotes ont renoncé, en le recevant parmi eux, à un préjugé millénaire ; Samuel a abjuré le sien. Et tandis que les des, cendants dégénérés des barons de Philippe- Auguste complotent à Coblence et à Vienne l' écrasement de la France et son invasion par l'ennemi de toujours, lui, petit-fils de marchands espagnols, s'écrie du fond de sa ,tombe: « J'aime mieux ma situation que l'esclavage .1 )) I L existe toujours, le cimetière juif de la route de Flandre. Drumont y est venu cracher sur les tombes de ces Juifs dont il oppose la misère à l'opulence P OURSUIVANT les considérations sur la femme, commencées dans le précédent numéro, nous noterons que dès l'an 1000 It' talmudisle Guerchom, de Mayence, avait décha1né ses foudres théologiqu.es contre la polygamie ... Et de fait, dans de nombreuses communautés, la monog-amie ~tait de rigueur. Rares, les concubines et les maîtresses. A en croire, lout au moins, les vieux textes. Au foyer, la femme était à peu près libre et souvent elle participait à la vie spirituelle. De nornhr,.IIses juives, par ~ ~ exemple, exerçaient l'assez difficile métier de copiste; assez difficile parce que les manuscrits que leur confiaient les exégètes 11 'étaient pas aussi simples que !e courri er de nos dactylos. Rachi luimême, féministe prêchant d'exen.ple, choisit sa fille J acobed comme secrélaire littéraire. J acobed eut trois fi ls qui donnerent tout son lustre au fameux Empir.e de R'amerupt qui groupa, à certains moments, plusieurs cenlaines d'élèves. On raconte qu'il s'en trouva soixante pour connaÎlre pa;- coeur tout le Talmud. Mais qu'on se rassure : 60 traités, 60 élèves, un élcve par traité. ON observe dans le nom de nach· ham, composé des initiales de nabbi Ch8 ' ue! Bar Meir, le m~me processus otlo;nast iquc que dans le nom de son grand'père Rachi. Flandre si vous po·uvez en imagination abattre la gare des autocars - la rotonde d.es Fermiers Généraux existe encore - prenez la rue de Flandre et passez sous le porche du numéro 44 bis. Deux pierres jumelles abritent le dernier sommeil de Rachel Silva Lopes Lagona et d'Abraham Lopes Lagona, de Bordeaux, morts à six mois d'intervalle. Sur l'un des deux tombeaux, tu liras : « Ici repose la bien-aimée Judith Delvaille- Silveyra, âgée de 36 ans) née à MEDITATION SUR LA NECROPOLE Bayonne, décédée à Pantin près Paris L' AUBERGE des temps révolution, naires est toujours là. La cour qu'a traversée 1e cortège funèbre de Samuel Fernandez n'a guère changé sans doute. C'est à présent celle d'un garage, et les poules qui y picoraient encore il y a quarante ans ont fait place aux autos. On traverse un vieux hangar, au fond , duquel (l'amant de) ia concierge fait grincer les gonds d'un,:, porte vermoulue. On y est. ... Si tu es sensible à la d ouce mélan· colie des nécropoles, si en arrivant ici, Thomas Gray et Valéry te menaient par par Joseph MILLNER Ce sédentaire, qui ne sor~it presque jamais du village de Ramerupt, dessina amOLilcellsemell t une carte de la • Terre Sainte, qu'on ne saurait reeommander aux soldats de la Haganah, mais qui, plusieurs siècles avant la projection de Mercator, dénote ulle science réelle: Moins rationaliste lorsqu'il se mêlait d'exégèse, ô 'ailleurs influencé par la mystique chrétienne, Rachbam voguait parfois dans les nuages en compagnie des Ang'es, dont on sait qur le sexe tourmentait fort les Scoliastes. Mais c'est en bon linguiste et en bon grammairien qu'il expliqua le Pentateuque, l'Ecclésiast: èt le Cantique des Cantiques. Son frère cadet, Jacoh, recut le surnom de Tarn - « l'fntèg-re » - qui avait déjà ét(t décern~ Il Jacob le p8t riarche. ]1 apparaît comme b princ ipale tête de la Trinité sav~lI1te cie Ramerupt, curi eux de tout et singulihem nt de littéralure et de poésie. La poésie hébraïque? E1Ie était alors un peu rude, alourdie par l' érudition et les rémini;cenccs, mais sincère dans le Mveloppement de ses thèmes trag,iques. Thème lragique entre tous : ie 8 mai 1147, deuxième jour de la Pentecôte, la Seconde Croisad', que Bernard de Clairvaux avait prtch(;e , faisait soudain irruplion 11 R1m(' rupt, profnnant les rOllleaux de la Loi, pillant la maison de Jacob Tarn, traÎnanl l ' In ll'Rre hors des murs. Le fanatisme déchaîné contre les « assassins de Notre-Seigneur» prétendit rendre coup pour 'coup : cinq fois, Jacob Tarn fut frappé à la tête pour que fusle 9 de tri:.try de l'an 5563 de la créa . tion du monde, correspondant au 13 vendémiaire de l'an II » ; sur l'autre: « Ci-gît Moïse Salom, décédé le 18 sept~ mbre 1796 )). Et tu découvriras après moi la belle épitaphe du Juif qui mourut sous la Terreur: « Le Dieu suprême m'a rappelé l'an vingt-trolsième de mon tige. J'aime mieux ma situation que l' esclavage. Ici est le repos du bienheureux Samuel F ernandez Patto, de Bayonne, ' décédé le 28 prairial de l'an Il de la République une et indivisible ». sent (( vengées les blessures reçues par le Christ pendant la PassiOl'~ ". P AR bonheur, apparut un Chevalier qui n'était pas cel ui de l'APQcaIvp~ e. Il sauva la vie du 'talmudiste, dont il était l'J.mi, cn prO'rnetlant à la foule d'obtenir sa conversion. Et B('rna,·d de Clairvaux arrêta en partie les troubles qu'il avait lui-même provoqués ... Il avait violemment préché la Croisade, non moins violemment it prêcha la non-violence e,nvers les juifs. Mais, dans ces cas-là, n'est-on pas toujours, peu ou prou, l'apprenti-sorcier? • Efrectivcment, Jacob Tarn se vit contraint, en 1150 et en 1160, de réunir ses collègues en synode pour ré8 g-ir contre les nouvelles vexations antisémites des Croisés, ct il eut la douleur d'assisler, en mai 1171, quinze jours avant sa mort, au massacre qu'entraîna dans la ville de Blois rodieuse calomnie du « meurlre ritut\ n. Cepelld:Jnt, les Tosaphistcs continuaienl. A Dampiere. sur ~ Aube avec Rahbi Isaac. A Sells-sur-Yonne, avec un c-m in('nf 'docteur, surnommé (' Hasar Mi Sens» (Le Prince de Sens), dont plusil'urs disciples émigrèrent en Palestine: c'est pourquoi, pendant lon gl~ mps, on put voir au pied du Monl Carmel clc~ pierres tomb:t1es porlant les noms d'une ville et d'un fleuve de France. r ( • , DRorJ! ET L.IBERTE 7 "DROIT IEl lOBIERTlE" (HIEZ lES ANTOSEMOlES Le film des attentats au Dlastic. J. - 29 octobre 1948: Magasins Lévithan, 63, b'!d de Magenta. 2. - 3 Novembre 1948: Cl1em16«le Mioortz, 5, rue VOlney. 3. - 12 déoom'bre 1948 : Magasin de Cy",'" « ST AT Service 83 », 83, ave..... de la Grande-Armée. .c. - 20 janvl.". 1949. - CttemleeTle Jltaurlce, 59. rue de Rochechouart. Il. - :/2 févcier 1949. Magasin c Au C Ji~ Plaf'i6~n », 3, avenue die la Porl!-de-a~ourt. OFFICINE PUBLIQUE (C.D.D .. H.) et AGENCE PRIVÉ·E.(Guernold) •• ASPlfTS DIIAfRAH(I... -TRAHII - Le C.D.D.H., s'il vous plaît ? - Qu'est-ce que c'est ? un ticket de la carte d'alimentation ? qu'est-ce qu'on débloque avec ? . - Oh 1 pas grand' chose ! Juste les « inciviques » et les gens qui, ayant connu quelques ennuis avec les cours de justice populaires, sont encor~momentanément dans la gêne ... Le « Comité pour la Defense des Droits de l' Homme a usurpé Je titre glorieux de la Ligue çu m€'me nom, et spéculé sur le prestige qui s'y rattache pour battre le rappel des « Îtncurque!; », siège au 47, rue de la Victoire, dans un vaste immeuble qui abrite notamment le Groupement National des Réfracta~ res let Maquisards. Ironie ! Ce « comité " est créé 1e 3 janvier 1 !l48. Sitôt constitué, il fait concurrence à d'autres oHi. cine~ aux objectifs analogues' ; son développement est rapide, et bientôt s 'ouYrent diffcrents services : juridique, études sociales (sic), aide sociale, reclassement, commission parlomentaire; laquelle se chàrge de p'rendre en mains les cas nécessitant une action directe auprès des Pouvoirs Publics. Sur le plan général, il mène la C( bataille pour le cl)emincment dans l'opinion de l'idée d'amnistie ". Présidé par Mme de Suzannet, ancien député, il compte notamment parmi ses memhres: M. Mutter (qu'il est inutile de présenter), M. Aron, du comité (un de plus) directeur du R.P. F., Geneviève Tabollis, le colonel Rémy. },1:aurice Schumann, Claudius Petit, Avinin, elc. Le loup et l'agneau Programme politique ? Mais aucun. voyons ! On ne fait pas de politiqlie dans un tel groupement! Il n'est que de regarder la liste des membres influents pour s'en convai~re, et lire le bulletin intitulé C( Les Cahiers .1uridiqut: s et Sociaux du Bureau d'Etudes et de Publications Sociales ", qui ne manque pas d'assimiler les tortionnaires de la Gestapo et de la 55 aux F. T.P. « voire F.F.1. ». La grande devise du C.D.D.H. : Refus de la hàine ... mais, ça dépend pour qU;o Pleine indulgence pour les valets de ceux qui firent marcher les fours il hommes -pendant quatre ans. Pas un mot en faveur de ceux qui en rkh!1ppèrent et qui végètetlt derrière les barbelés des « Lager » occidentaux, par exemple. Pour Mme de 511zannet et ses distingués collègucs, Pétain est un ange; quant à Rayman, Burzstvn, Manouchian, c'étaient d'inf:1mes bourreaux, qui n'ont eu que ce qu'ils méritaient. Le bon L:1 Fontaine, s'il vivait à' notre époque, sèrait obligé de re,onsidérer s:t fable du " Loup et de l'Agneau ». Météorologie Je me suis attardé dix minu~ tes dans les locaux de cette en' treprise philantropique à sens unique. Dans une pièce simple, sobrement meublée, une secrétaire portant lunettes et cheveux lrisotés m'a fourni quelques rensei§'nemeilts, d'une petite voix neutre' 'et indifférente. Parlant pOur un mien oncle hypothétique, ' vivant à Lyon, je lui ai demandé du travaiL « Nous pourrons lui procurer une place ' en provin:e, comme représentant de COlllmerce. Ici, à Paris, c'est béaucoup plus difficile, car le marché est congestionné (sic). ' Il a été propagandiste du Maréchal? fort hien, il pourra encore nous rendre des services. Dites-lui qu'il écrive à M. Moisan, service du Reclasse- , ment, id au 47. » Le mot « congestionné )J me suggère une phrase banale sur la température: - Le temps a bien frakhï, eette semaine. - Oh ! oui, Monsieur, vous pouvez le dire ! Surtout pour ceux qui nous ont cause tant d'enmlis à la Libération. Heureusement qùe le vent tourne, et que c'est un peu à leur tour de con naltre les joies de l'épuration. Sans commentaires ! Sacré secrétaire, va ... Elle a l'h3bitude de toucher du doigt la réalité; que voulez-vous, c'est son métier ! L'Agence Gucrnold, au nO 7 de la rue cie L3borde, non loin de l'eglise Saint-Augustin, dispose du téléphone et d'un bureau dans l'appartement d'une certaine Mme Chig-anne. Pottrquoi me suis-je intéressé plus particulierement à cette age,nce? . Tout simplçment pu,e (]ll'elle occupe le local de « l' tJ nion des Victimes civiques ", lisez « de~ mal hlanchis ». La dactylo qui partage la pièce · avec quelques meubles s'est empressée de ... me poser des tJ uestions : - Vous aviez sans doute un dossier à déposer? Non? Alors, des pièces à retirer? Très bien, mais (petit air navré de commande) l'Union des Victimes civiques a été dissoute en juillet 1 !)48 : tout ce que je puis vous conseiller, c'est de vous rendre - à cette adresse: la personne' que je vais vous indiquer se charge dcs dossiers en souffrance. Les Mystères de Paris !J, quai aux Fleurs. La Seine clapote, et la petite rue en contre- bas, sombre et étroite, cache en ses recoins tortuel1x un air cie mystère; on n'a aucune peine à s'imaginer les drames terrible~ qui devaient se jouer clans ses dédales, au temps où Eugène Siie écrivait « Les Mystères de P:lris ». Combien de silhouettes inquiétantes ne rôdent ici, le soir venu, à la recherche d'on ne ' sait quelle aventure. Quai aux Fleurs .•. n:.m charmant qui évoque le bonJleUf de vivre, les jeies de . l'existence, les aveux passionnés, que l'on n'ose prononcer, mais qui s'expriment si bien dan's un mo- I)este bouquet. ' Je n'avais pas ' de fleurs à offrir à la concÎlerge du 9, mais le sourire que ,j'arborais dérida l'auguste guichetière. Décidément me voici revenu au temps de la Tour de Nesle ! Rendue volubile, la brave ft'mme m'apprit, qu'en elTet, il y avait bien une Mme Le('at, habitant ces lieux vétustes et austères, mais qu'elle 6tait partie en voyage ·depuis quatre ou cinq mois, saRS laisser d'adresse. Devant mon ,air consterne, Mme Pipelet: - Il ne ~ut pas v{)us en hire, mon hon Monsieur, vous n'êtes pas le seul, allez, qu i venez voir cette dame ; il en arrive tous les jours, des comme vous ! Qu'en dites-vous ? Chaque jour qui passe voit la trahison se regrouper toujours plus étroitem ent. Le bouquet! Mainten:lnt, . je puis vous dire que cette bonne dame a eu un accident, et qu'elle est allée se reposer en Bretagne ; mais le n'en sais pas plus. Si votre aff::lÎre est urgente, écrivez une lettre ici . Toutes les semaines, un monsi('ur prend le courrier. Av:tnt, c'et:!it le frère de Mme Lecat qui s'en chargeait, mais il n'a plus voulu continuer. Voulant tout de même « accrocher » cette fameuse Union des Victimes civiques, j'ai tél'ophoné à l'agence Guernold, en expliquant que la personne qu'on m'avait indiquée était partie, et que mon cas ne souffrait pas de ratard. Très g-entimoot, la dactylo m'a exprimé ses regrets de ne pouvoir fnire autre .cJlose : , seule Mme Lecat avait la possibilité " d'arranger ces affaires ». Nulle autre ne pouvait me c1épanner. « Discrétion absolue ", telle doit être la devise de l'agence Guernold ! Ce qui 11 'a ri en de bien étonnant, car j'ai simplement oublié de VOliS dire que cette agence, si au l'our:!nt des « combines pour collnbos " - et si discrète - est une officine de police pri... ·ée ! Le" Juifs, responsables du débarquement 1 (CD ANS le métro qui me conduit vers de nouvelles organisations antisemites, je parcours un numéro d'Aspects de la France. Grande aÎtaque contre Bardèche, articles grandiloquents qui exaltent Je patriotisme .de Maurras, Pétain ct Comp:!gl11e 1 Royaliste. heritl'er des traditions de l'Action Française, cet hebdomad:lire se place à la pointe de l'excitation à la haine antisémite. ,Et je me suis cru revenu aux temps de Signal et du Sturmer: ~ Sur un poinf sensible, la "l'EPOQUE" en torrettionnelle pour propagande ratiste ~ tn.. n' oubliera jamais J'infâme ..,. campagne orchestrée var Goebbels con Ire les juifs et reprise dans les colonnes des plus infectes feuilles de la collaboration qringoire et Je Suis Partout. Sous le titre : «. La médecine française envahie par les metèques », qui, à lui seul, donne le thème développé dans cinq articles publiés en octobre 1947, l'Epoque relève la bannière du racisme et adopte les méthodes chères aux Darquier de Pellepoi'x et auu-es chantres de l'antisémitisme. tune des journaux d'extrême-dl'oite. L'antisémite de servicé écrit : , « 97 % des {llédecins marrons, avorteurs, escrocs sont des étrangers » '" « des bessarabiens )), précise-t-il pudiquement, et plus loin il constate que : « •. . sur 436 roumains inscrits dans nos facultés, 377 sont israélites )). Nous y voilà, r------PAR-----.., Jean PARIS Instructive géographie des attentats racistes Groupés sous form~ d'enquête (3ic), les articles sont signés Van der Noot. Ce pseudonyme dissimule probablement l'inspirateur de ceUe prose grossière et anachronique, j'ai nommé le docteur Raymond T ournay, membre de l'Ordre des Médecins, nous l'allon-s voir tout à l'heure. c'est là que ça les démangeait à l'Epoque . Le Van der Noot ouvre son abcès, il déplore, le bon apôtre, « qu' 011 ait ouvert les portes de la médecine à toute la' cohue des victime~ raciales )). Ces victimes ra-' ciales qu'il compare froidement à question juive, la plaidoirie de M. Bardèche tourne au réquisitoire contre les Juifs, Réquisitoire légitime, mais déplacé et inoppartun. M. Bardèche n'a . pas tort de noter que la grande majorité d~s « Français » « déportés » par les Allemands étaient des Juifs. Il pourrait ajouter que ces Juifs étaient, pour la pUup~rt, des étrangers, 120.000 ou 130.000, donc les 90 %. Même nés chez nous, conclut-il, ces Juifs n'étaient pas nos compatriotes réels, mais des Français de contrebande, posti. ches ou fictifs, quelquefois d'une qualité médiocre. Il constate en outre, qu'ils ont souvent fait du mal, beaucoup de mal à la Franc~, par leurs lois, leurs moeurs, leurs conseils, léurs exemples. La dernière guerre est en grande partie leut' oeuvre. Ils sont respons'ables de quel: ques·,unes des pires conséqllences de cette guerre de 1939, à savoir : l'invasion de la Normandie et de la Provençe,)a fausse libération, l'épuration sordide et sanglante. Tout cela est vrai, vrai, vrai. Ajoutous ce que M. Bardèche I!' ajoute . pas comme nous : que LES JUIFS NOUS DOl VEN T DES COMPTES. » La gamme pauvre des apôtres du racisme, plus haineuse et plus sordide, a pris place et drpit de cité dans l'Epoque. On retrouve. avec quelle stupéfaction, ' cette littérature, digne du Pilori, qui fi'! la for- « une Buée de sauterelles - bessarabiennes )). A la manière 1 d'I~nace de Loyola . Bessarabiennes, bien sûr, il n'est pas question de juifs, mais de Bessarabiens. On est très catholique à LA LEÇ.ON DES 24 par Louis LA B ROS S E (\e " métèques)) alors qu'ils ~lajent parmi les mei lleurs patriotes; patriotes 'CIe France e t de l eur propre pays. Les journaux qui di s tribuaient en France le poison distillé à Berlin voulu rp1t m ontrer qU (\ ces hommes avaient agi po ur de l'argenl, alors qu'ils luttai ent, mal chaussés, mal nourris et connaissant d'l6normes privl1lionR. 'Parini les 2-'1, il y avait JO Juifs. C'est là que la propagandc ennemie porta ses plus grands effo rts. Ecoutezlà parler du jcune Rayman, Jui~ polonais, ùont la vie a élé un exemple de propre té, d'hon n êteté, de courage : Le 25 février, une émouvante ma·nifestation s'est dérouiae à 1. 'mémoire des « 24 »). A la tribune : Mme Pella Negra, mère d'un cre •. 24 ; C~arJe. d' Aragon, ~~e Mad~Je~~e Braun, Me Sarrante, M. Justin CoIart, M. P,erre VI,l1on, M. le Ceneral JOlnvll'Je et André Tollet. « Voyez le Juil polonais Rayman, ,'arme du crime au poing .. regal'dez la mlîehoire large du c'rimil1 el, son rega1' d pervers où passe en lueurs tout le sadisme de la race )). Cela commence comme un conLe de fées. Ils 'étaieni 23 jeunes hommes. et une jeune femme avec des . mllllers d'autres, venus de pays diHérenLs, d 'origines différentes, mais ayant Lous un même i'd:éül : le droit, la liberté, la .' j us Lice. Certains d'entre eux savaient que la , ùé[ense de cet idéal exigeait des sac~·i. fices. lis avaient payé pour le s.avou. EL, IOJ'sque la France fut envahIe par les hordes nazies ils mêlèrent la cause du droit de la 1; bel'té et de la justice •• avec la èause même du pays' qui. les · avait accueillis. Ils avaient eonSClence de leur devoir. Ils engngèrent la luLte aux eôlJés des patriotes français. Aucun ~oute ne vint troubler leur résoluLion. Ils pri- ' . renl ~es armes à l'ennemi et ,surent, s'en Lien servir. Par la su iLe, les 24 devüient four))lr mille p reuves d' héroïsme, !le' sang .. froid, d 'alJl1égation. Ils risquèrent qU()tidiennemenL Jeur vie, s'attaquanL aux S.S., aux bourreaux monocllts 'qui, aimaient, tout il. la fois, le champagne ct le sang français. ",..... lis abattirent, en tre autres, Von SchaumlJurg, Commandant du grand Paris, eL ;e négrier Ritter. lis ex~ulèrent des criminels ; ils tuèrent des tueurs, La presse nazie les appela « _teT~ . Torisles )) alors qU'Ils élaient justiciers. Celui qui a tcrit ces Iignes 'odieu3es, l'être il l'âme de boue qui a tenté de souiller le jeune Hayman, a mérité la cOlx!e. Mais, aujoud'l1ui, les mêmes ILes 2/] lom bère n~ dans les g'l'irfrs de la Gestapo. Lü même presse les traita l ... c: G t o 1'1 (Poème à la mémoire des 24) par Pau', ÉLUARD Si j'ai le droit de dire en français aujourd'hui Ma peine et mon espoir, ma colère et ma joie Si rien ne s'est voilé définÏtiveme,rn De, notre rêve immense et de no'tre sage'sse C'est que ces étrangers comm.e on les nomme encore Cryaient à la justice ici-bas et concréte Ils avaient dans leur sang le sang de leurs semblables Ces étrangers' savaient quelle était leur patrie La liberté d'un peuple orieme tous les peuples Un innocent aux fers enchaîne tous les hommes Et qui ne se refuse à son coeur. sait sa loi 11 faut vaincre le gouffre et vaincre la vermine Ces étrangers d'ici qui choisirent le feu Leurs portraits sur les murs sOtnt vivants pour tou- [jours Un soleil de mémoire éclaire leur beauté Ils ont tué pour vivre ils ont crié vengeance Leur vie tuait la mort au coeur d'un miroir fixe Le seul voeu de justice a pour écho la vie Et lorsqu'on n'entendra que cette voix sur terre Lorsqu'on ne tuera plus ils seront bien vengés Et ce sera justice. saletés, les mêmes calomnies xénophobes et antisémites s'étai ent dans une certaine presse, et, mème, à l'Assemblée Nationale, le mot « métèque l) est prononcé par le député MuLLer· qui IJO urraiL dire diJ'fi cil emcnL cc qu'il fai. s:liL lorsque les pat! iotes, français et immigrés, jui fs et non juifs, tombaient p our la lil1ération du pays. Les 2/] furent jugés par un tribunal militaire all emand. 23 d'entre eux furenL fu si llés le 21 février 10,]-1. La vingt-quatrième, Olga Bancic, fut décapilée li. la hache il Stu lIgart. Leur courage devant ln mort fut · digne de toule leur vie. Mais, ce n'est pas fini. Le dern ier mot appartient à ceux qui restent fidèles à leur m:émoire, à ceux qui continuen t la lulle contre J'injustice ct J'arbitraire, conlre la xén ophobie ct le racisme, pour la justice elle droit, pour la liberté eL la dignHé humaine, pour la PAIX que Manouchian appelait. de tous ses voe ux dans sa letLl'e d'adieu '. « Bon}lCur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté, de la Paix de demain! )) . Manouchian . l'Epoque, voyons, à la manière d'Ignace de Loyola. Justement indignée, rAssociation ,. des Médecins d' origine étrangère, représentée pal les Drs Boumberger et Rosenwald, s'est élevée contre cette campagne et a fait citer devant le tribun~l correctionnel la diredion de l'Epoque. Le directeur général responsable dé la publication du quotidien, M. André Bougenot, n'a fait qu'une brève apparition devant les juges de la 17' Chambre. Il n'a expliqué ni pourquoi éette campagne avait été engagée, ni sur quels éléments elle s'est appuyée. JI s'est contenté de déclarer : « 'Il vous appartiendra, Messieur.s, d'en décider. )l. Menson2es stvle « Pilori» Le Dr Tournay se charge de nous éclairer. Cité comme témoin il ne s'est pas présenté et le président, M. Becque, donne lecture d'une leUre qu'il lui a fait parvenir. Ce praticien. instigateur du numeru~ clausus appliqué pendan'! l'occupation au titre des mesures raciales, ce Dr Tournay suspendu un an à la Libération par un arrêté ministériel , résume parfaitement les arti~ cles attribués au mythique Van der No()!. Il écrit : « Le corps médical est - compte non tenu des éléments élrangers déjà introduits dans son sein - unanime à déplorer l'invasion toujours croissante de sa profession par l'étranger (à cet endroit7 il a écrit puis raturé le mot qui brûle sa plume ; juif) originaire à peu près toujours de l'Europe centrale. « Les organismes officiels _ • Conseil de l'Ordre, syndicats - n· ont cessé de protester contre cette invasion et de réclamer des Pouvoirs publics qu'il y soit mis un terme. « Leurs : protestations - comme aussi toutes les actions qu'ils ont pu mene, dans ce sens - n' ont jamais pu aboutir, les gouvernements successifs en naturalisant - malgré les avis défavorables donnés par les conseils départementaux de l'Ordre - les étudiants en médecin,e étrangers, obligeantyar cela même les conseils de l'Ordre à inscrire sur leurs tableaux tous ces indésirables. Mais trop est trop et le jour arrivera fatalement où les organismes représentatifs de la profession médicale seront forcés de s'insurger contre ceUe obliga'tion et d' avoir recours à des moyens extrêmes. )) A suivre ..• On n' es.t pas plus précis que ce brillant apologiste de l'antisémi. tisme. Le colonel Romans Petit, qui a eu de nombreux médecins étrangers sous ses ordres dans la_ Résistance, vient à la barre des témoins leur rendre hommage. Ensllite il fustige les procédés de l'Epoque. « Ce journal est mal placé. diol-il, pour jeter l'interdit sur des hommes qui ont acquis le titre de fra'nçais à force de sacrifices et c'est le dernier à pouvoir donner des leçons 'de patriotisme à quiconque. lI. L'affaire, demeurée en suspens, viendra en continuation le 31 mars prochain. Me, Haguenauer, )oé Nordmann et Darras demanderont réparation pour ceux-là qui trop longtemps opprimés s'indignen'! que de semblables menées soient encore tolérées dans une France PlUl la libération de laquelle ils ont donné leur fils, comme le Dr Rosenwald, ou payé de leur personne sans lésiner, comme le Dr Boumberger. '8 :[)ROtT. ET_ LIBERTE --------,---------·.· 115 Mll(s 1949.. - .N" 24 .(921 J VEDETTES, ÉCRIVAINS ET VISITEURS se sont pressés à la Kermesse de la C. C~ E. doni ils ont fait une réussite sans precédeni La Vente. de Solidarité organiS. ée par la Commission Centrale de l'Enfance, dans les Salons de l'Hôtel Moderne, au profit de SHi Foyers, a été in auguree le vendredi 4 mars, à 14 heures, sous le haut patronage de M. DELAHOCHE, Directeur de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de la guerre. M. Delahoche était accompagné de Mme Delahoche, de M. LEVY, Secrétaire Général de l'Office National, de M. TIRAND, Secrétaire Général de · l'Office Départemental, de Mme MILLAUD et de M. FARGETTE, de l'Office National, de Mlle BASTID, de l'Office Départemental. Mme S. BIANCm, Secrétaire de la Commission ' Centrale de l'Enfance, préside. Dans son diseours d'ouverture · officielle de la kermesse, M. Delahoche adresse ses félicitations à la Commission Ceritrale de l'Enfance, pour les efforts accomplis en faveur des jeunes victimes du nazisme et J'éducation ju~te et humaine donnée Les écrivaift5 Renaud ·de Jouvenel et , André Wurmser dédicacent leurs oellvres. aux enfants des Foyers. Il dit toute Sla satisf.action devant les résultats obtenus et assure la Commission Centrale de l'aide qui lui sera apportée, afin que la tâche entreprise au lendemain de la Libération, soit menée jusqu'au bout, M, TIRAND trànsmet aux organisateurs de la kermesse lesf- élicitations et les eneouragejolis corsages, la fine lingerie et Les artistes de l'écran; Clalre les poupées d'appartement de~ Maffei, Roger Pigaut et Berjeunes filles de Montreuil, les nard Blier connaissent un livres reliés par les garçons de grand succès en vendant au Montreuil, leurs beaux vases profit de n0S Foyers leurs phoainsi que le bateau et l'avion tos dédicacées. minutieusemt'nt exécutés. Les Egalement dimanche aprèsvisiteurs admirent la peinture' mIdi. le théàtre de marionnetde la jeune Eliane Gourevitch, tes fait la grande joie des petits, ainsi que le programme .------- par l artistique offert par nos en- Mar.",e LENOS fan~s . de Livry-Gargan, sans parlt'r du ,succès remporté par le bal du samedi · soir où l'.ardu Foyer de Livry-Gargan, qui fluence fut telle qu'à minuit les à l'âge de 15 ans, f.ait preuve organisateurs furent obligés de oeun talent certain, . fermer les portes et d'en empé- Toutes ces oeuvres &ont la cher l'accès, preuve éClatante de l'esprit Nous sommes heureux et fiers sain, dans lequel sont élevés nos de la . réussite de 'notre vente, enfants, de la richesse de leur La Communauté JUive de Paimagination et de l'expression ris nous a donné la meilleure libre de leurs tendances. preuve de sa confiance dans La grand sal'e de la kermesse . notre OEuvre, ainsi que l'assuoù sont installés les comptoirs rance de son aide constante et de vente, est 'dominée par un sans ré~·erve. immense panneau représentant Mais tout cela n'aurait pu une ronde d'enfants sur les- être réalisé sans le grand déquels étend ses ailes protectri- vouement de tous nos amis de ces la blanche. colombe de la Paris et de la Province, de nos paix. enfants qui pendant trois mois Sur le mur opposé, une Ibande- ont collecté inlassablt'ment les role : « Nous forgerons dans la objets de toutes sortes, qui ont paix, un avenir meilleur aux en- traversé les villes en tous sens "ams victimes d.u nazisme. ». ont pro$pecté chaque immeuble A 16 heures, les portes sont sont montés à tous les étages et ouvertes au grand public, Et ont frapPé à toutes les portes; c;est la ruée d'une foule énorme sans le travail de ceux qui pent. ù sont représentées toutes les dant cps Lrois jours, renonçant couches de la population. On au rt'pos et à la nourriture, ont admire les stands des enfants, assuré ra vente, l'organisation, on achètt' à des prix très inté- toutes les t,lches que posait une ressants tricots, lingerie, four- entrepr:se aussi complexe, rures, tissus, vêtements, chaus-:- ;------~. -------sures, objets de maroquinerie. livres. Pendant deux jours et demi, les salons de l'Hôtel Modt'rne ne , désempliSsent pas. Vend·redi et diml\llche après - midi, l'affluence est telle qu'il est pratiquement impossible de circuler, Le Livre d'Or de la Kermesse enregistre les remarques élogieuses des visi teurs. Dans l'après,-midi du samedi on fait queue pour aoheter les livres dédica·ces par C:aude Morgan et Mad·eleine Riffaud et dimanche après-midi, on se presse pour ceux de Jean MarCf'nac, Andrt:; Wurmser, Renaud de Jouvenel et des écrivains juifs M. Shulstein, B. Schlevin et A. Weitz. Si vous écoutez LA ~~J)I() Musique sur la ville (\ValBerg et wn gTand jazz symphoniqu e), tous les dimanches soirs il 21 h, .4G sur la chatne pariSIenne, Hommage à J,-It BlOch : « Les nuits Kurdes ", par la troupe d'André Dc:lferrière, jeudi 17, i.t 20 heures, chalne parisienne. Guitare, 1/4- d 'heurc hebdomadaire avec le virtuose Jean Fuller, le mardi à 20 h. 15, Paris- Inter, ments de l'Officë Départemen- ;-___________________________ _ tal. Mmes FINKEL, Présidente de l'OEuvre, POZNANSKI, Présidente de la Commission de l'Enfance de l'Union des Sociétés Juives de France et Sophie - SCHWARZ, Secrétaire Générale de la Commission, prennent successivement la parole. Elles retracent l'activité de cette Commission depuis quatre ans, · l'effort immense de l'OEuvre en vue de rendre heureux les enfants qUe les atrocités du na- · zisme ont rendu orphelins, les tâches énormes qui se dl'essent encore pour donner à ces en- ' fants un métier en rapPort avec leUlI"s capacités. Ces courtes interventions dégagent le désir profond de la paix que souhaitent toutes les mères et · celles qui les remplacent avec tant de dévouement. Après les discours, les personnalités et amis de l'enfance - (parmi lesquels nous rem ar- · qUQ:ns M, S. F ARBER, Secrétaire Général de la Commission Centrale de l'E!nfance, retour de son voyage dans les pays de l'Amérique du Sud, M, MONIKOVSKI, Secrétaire Général de l'U.J.R.E. et des représentants de la presse, visitent les stands et, en particulier, ceux de nos foyers, Ils s'extasient devant les Objets fabnqués dans les' ateliers de nos Maisons : les poteries d'Andrésy" les cadres. boites pyrogravées et modèles réduits de Livry-Gargan, les TOUS A L'ECOUTE VENDREDI 18 MARS 1949 à 19 heures -sur la Chaîne Nationale pour la retransmission du reporhge de Clara CANDI ANI, à notre Foyer de Livry-Gargan. Vous y entendrez vos enfants chanter et dOnner leurs impres- 8Ï&Ds. BULLETIN ECONOMIQUE Il Psychose de ba;ssè" par L. JUST L'appareil d'un oirigisllle in,ohérent, les prix taxés, l'appât démesu:-é du g-ain, une fiscalilé écras:.Il1te avaient engendré la pratique courante du marché noir et des ventes avec soultes. Les diffic ul~ és créées par la crise ont donné libre cours à l'esprit inventit des fraudeurs, et certains industriels offrent à leurs clients des murc1nndises au cours actuellement en vigueur, tout en leur fai snnt l'offre alléchante de leur ristourn'ér sur' le montant , des factures une somme occulte importante, au lieu de. pratiquer officiellement la haisse . . C'est un signe des temps et la preuve qu'on a besoin de reoflouer les trésoreries en rendant:-officiels les fonds perçus ~u Inarché noir ct qu'on !)'obstine à vouloir maintenir des cours élevés. C'est le gouvernement qui a cré-é la « psychOSe de baisse ,. pour assurer le sucees de l'emprunt, sans donner pour sa part le moindre exemple. On a ~au claironner h tous les échos que la .,ituation économique est en passc de se redré'sser, nous croyons {ju:lnt à nous que ce n'est qu'une apparence. On vend pcu, el c'cst pourquoi on a l'illusion que l'on regorge de tout. Jusqu'ici le seul résultat oc cette politique a été de provoquer un arrêt presquc tOlal des affaires, d'accroître Ic nombre des chômeurs, et d'a~cul["r Il la faillite de nombreux commerçants. Il faut donc augmentcr le pouvoir d'achat du consommateur, allécyer une fiscalité écrasante pour le~ classt'!' moyennes, réaliser uneobaisse crfeclive, et non une opération dictee 'par le souci de constitucr oertains stocks, s'efforcer, aussi, d'améliorer les échanges avec les pays de l'Est (qu'on songe que les Anglais ont signé un traité commert'ial :lvec la Pologne pour lfJO milliards d'échange pendant quatre ans). Celte nouvelle orientation serait plus avantageuse pour ia France que le plan Marshall, cause essentielle de bien des difficullés, et qui n déj1t plongé nos voisins bdgcs dans une situation catastrophique (2!j() 000 chômeurs ) . , Ce serait surtout un pas en avant Cn faveur dc la paax. La crise économique, qui, cn se prolongeant aurail pour issuc ifl(~luctable la guerre, n'est-elle pas l'oeuvre des fauteurs de guerre, pour qui elle est le plus sûr moyen d'en arriver Il leurs fins; et ils useront de tous les moyens pour empl'Cher un véritaille redressement. Slll-lOU E~r~rE par Michel DEBONNE l'ex-Fakir Birman émerge de l'oubli par la grâce d'un hebdomadaire parisien qui vient de lui consacrer tout un pa.pier. Aujourd'hui, le 'Fakir Birman (.pardon, M, Forez!) est u.n honorable industriel. Si vous lui parlez du passé •.• il se gausse avec bonne humeur de la niaiserie de ceux qui, croyant à ses « révélations », ont aS5\lré sa fortune : « C'était très amusant », avoue-t.il. Et cette histoire 'me fait songer à un mien ami. Qu'on m·excuse de taire son nom, il a horreur de la pu blicité ! Il était très grand. Il l'est demeuré. Quand on lui parle, on lève le nez en l'air. Il ne vous regarde jamais : il est dans les nuages. C'est un astrologue. Qûand il vous regarde, son regard vous perce sans trave~er : il s'arrête à l'occiput. Il vous exa. mine longuement, les yeux d'abord, puis le nez, 'es plis du visage, la couleur cks cheveux. Il 10up;re : « Quel médium extraordi'naire vous feriez!» N'y pre· nez point garde. C'est un spirite. Quand il se baisse, c'est toujours sur une table. Une feuille de papier y est posée. Il parcourt les lignes écrites à la main. Son doigt revien~ sur les lettres. Il fait des « ah ! » pour les dé.liés; des « oh ! oh ! » pour les ple.ns; quelquefois des « hé ! hé ,,» pour les p.araphes. Ce n'est pas grave : il est a,lIssi 1 graphologue. S'il est près d'une table et ne se baisse pas, c'est que sur la table t :ône une bouteille. Ne. soyez pa. m(disant : c'est .un fin connaisseur. Si vous consultez sa bibliothè. que, n.e cherchez pas de roman policier, de livre philosophique ou d'ouvrage sentencieux. Et pourtant, il possède quelque chose comme trois à quatre ·mille bouqu~ ns. Il y a là des formules magiques, des sources et des origi- ATTENTION! nes, l'explication des pOllvoirs de la couleur ou des chiffres. De quoi y consaC1er ses vies. Parce qu'il est également un fervent de métempsychose et qu 'i l étudia ja_ dis à fond l'art de la transmigration des âmes d'un corps danS l'autre. Remarqllez qu'en ces temps troublés, !;a doit être bien pratique de pouvoir ainsi changer de local, de déménager en quelque sorte, I( à la cloche de bois » ••. de transmigrer, comme il dit 1 Vous pouvez ' lui montrer vos lignes de la main. Droite ou gau. che, peu importe ; il transposera. Vous pouvez lui jeter des cartes, vous pouvez lui faire des signes mystérieux : rien ne lui est méconnu. • Donnez-lui vot:e date de naissance, il vous prédira passé, présent et avenir. Il sait tout, maÎ. t~ en tout. chez lui, partout. " pourrait gagner une fortune. Mais. n'est-ce pas, il est si bohème. Il porte un blouson de cuir rouge comme un ouvrier lithuanien et un grand, un long p.antalon de cow-boy én velours côtelé. dont personne, depuis des siècles, ne se rappelle b teinte initiale. Quand il veut prendre un objet dans sa poche, ses doigts glissent sur sa cuisse : il a ses poches sur les genoux. Ne VOliS en faites pas pour lui : il a le bras long. Si vous le rencontrez da.ns la rue, il est toujours disposé à se rendre justement là où vous al. lez, Quand vous avez un ennui quelconque, ne désespérez jamais

il vient dans la journée et

connaît parfaitement la .perso"n~ qui peut tout arranger. C'est l'homme le plus sympathique, le plus serviable, le plus fauché , le plus intelligent, le plus j"m'enfoutiste, le plus spirituel, le . plus bavard. le plus simple et le plus naïf que je connaisse. Mais si voUs êtes de ses amis, nli. lui p.arlez pas d'OCCultisme. Parce qu'il vous répondra: « Tout ça, c'est de la blague! » Le 26 mars, à 20 h. 30, au Palais de Chaillot CRAND FESTIVAL DES COMBATTANTS Organisé par l'Union Féd,;"rale de9 Groupements des Anciens Engages Vclontaires et Résistants d'orig ine étrangère (aHiliée à l'V. F. A. C.), Sous ' la prés;d"noe d'!JOnneU1" d" M, Vincent Auriol, P·résld"nt de la République Pra11911lse JEAN VERTENJ:LLE, producteur de l'émission. radiophonique (c DE TOUT UN PEU », présente : DENISE PROVENCE FRANCIS LEMARQUE ANNY FLORE CLAUDE et ROG~R CHRISTIANE HARBELL ROLAND TRUCHOT PAULE MARLENNE MARIO CARSY et, pour la premiète fois en France, LE QUATUOR DE CLAVIOlINES JARDINS D'ESPAGNE, tableau par ROSITA RIVERA J. Garcia-Bedenes, pianiste P. Hernandez, gu·itariste et JUAN VILATO, ténor Les vedsttes du cinéma et de la radio : NADINE ALARt JACQUES DUT~It.LY LES FRERES DEMARNY SIMONE FINOT CLAUDIE GIL r-I-E-V-A-~~-S-C-H---'I et, pour son retour ,en France, LA CELEB-RE DANSEUSE HINDOUE NYOTA INYOKA et SOli ballet Orchestre placé sous la directi(}n die PIERRE PAGL/ANO . Au piano d'accompagnement : CAMILLE MARTENS Direction arListique et présentati(}n . JOSETTE. WOLNY et MICHEL DEBONNE, de la RadiOdiffUsion Française Prix des places : à partir de 150 francs Location au "'allais de ChaiUot ou au Siège de 'l'UGEVRE, 61, rue Jouffroy IL EST PRUDENT DE LOUER ! 1 Si vous allez au fv1USIC-Ii~LL Aux Folies-Bergère, pour Joséph;' ne Baker et pour la somptuosité des décor .. • Mardi 22 mars, à 20 heures 45, la Fédération Nation-ale des Déportés présentera à la Salle Pleyel le premier film qui ait été réalisé sur la révo lte du ghetto de Varsovie : « La Vériloé .n'a pas de frontière ». A l'A.B.C., Carmen Amaya. Et, bien e~tend'u.. au gala de l'U.G.E.V.R.E,, Je. Zi mars! Location à partir du 9 mars, à la Fé-dération d!s Dép:Jrtés, 10, rue Leroux, à' l'Association des Déportés et Int!rnés Juifs, au 14, rue de Paradis, et à Pleyel. 15~s lf)~.'~ N ,24 (92)-------------- 'DROlT ET Ll8ERTE ---.------ ------------.....::..-

  • La ravissante

danseuse hindoue \... NYOTA INYOKA qui fera sa rentrée en France (avec tout son ballét) à l'occasion du gala de l'U. G. E. V. R. E.

lE DEPUIS TON DEPART (amér,) Ne V()US dérangoe pa$. Ça n'en vaut pas la peine! Que les Américains développent chez nous la culture massive du navet, c'est une chose. NoUs la devons aux accords de messieurs .Blu:m et Byrnes. Et il '. faut bien. n'est-ce pas, se débarl, rasser de la surproduction. Mais qu'ils ajoutent à ces navets de fraîche culture, de vieUx débris desséchés dont eux~mêmes ne veulent plus, voilà qui est plutôt coriace à digér,er. , Cette bande, au demeurant Q n moralisme et d'un mélo ripar Josette WOLNY di~ulements ~nventionnels, date dlU début de 1944. En fait de nouveautés, vOus n'aurie?' pas d'un peu plus fraîches n.ouvelles à fournir à nos cinémas de grandes exclusivités? Et puis, vous nous la baillez beHe de vanter à tous les éÇ'hos « l'exceIlente tenue de la famire américaine pendant la guerre ». Combien de bombes sont tombées SUr New-York, San Francisco ou Washington ? Claudette Colbert, vous fJ.es -charmante, jolie et pleine de talent, votre retour à l'écran nous est une joie, mais que diable fait: s-vous en cette galère? Quant au dou,blage". Hé'ène


,---------, Tossi, pourquoi persistez-vous à

Si vous allez au Théâtre ... ' (Sél ection notée de 0 à 10) Ne ma~uez pas : - Hamlet (Marigny) : 9. - Ardèle ou la Marguerite (Comédie des Challlf's-Elysées): ). - La putain re"pectueuse (Ambigu)

9.

- Lt.,-; temps difflcile,-; (Comédie Fran.çaise_Luxembourg) : ·8, - Le' silence de la mer (Edouard VII): R. -.,. Huis-clos (Ambigu) : Il . . - Comédie F ran çai!lC-R ichelieu . Tout (de 7 à 10 ), . AIJ~ voi.r : - L'incon nue d'Arras (Coméd i Français(,-Lllxcmbo\;rg) : 7. - AntIgone (Atelier) : 7. -'- Occupe-toi d'Amélie (Mari· gny) :. 7. - Knock (Athénée) : 7·

,- La reine morte (Comédie Françai

se-Luxembourg) : 7. . A la rigueur : - Lc~ mal aimé~ (Comédie Françai,-; e-Luxembourg) : 6. _ L'Immaculée (Théâtre de Pa: ris) . 6. - La tentation de Tati (Edoouard Vll) : 6. - La peine capita le (Comédie Française-Luxe'mbourg) : 5 . . - Interdit au public (Comédie WiJgram) : 5. A éviter: , - Les mains sa les (Antoine) J. - Partage de midi (Marigny) J. Les autres specta.t:les : - Mille rf.giets, je ne le ai pas encore vus. faire ce métier? Quand on ne sait pas doubler, on va pêcher la baleine. Avec 'IIOUS, c'est p()ur Cha.f!ue film la même histoire ! NANA (mexicain) Pauvre, pauvre Zola !... Vos mâ.nes dOÎve'nt frémir au fond de votre tombeau. Gageons que si vous aviez su ce que ·les Mexicains feraient de votre oeùvre, vous ne l'eUssiez pas écrite ! pourquoi ne pas laisser à Hollywood le triste prh,ilège de déformeT les p·us belles choses ? ... Est-ce une mOde ? .. Est-ce un ~oin ? .. Est-ce une phObie ? ... Que sont devenus dans tout cela le style noir, mordant. l'atmosphère lourde de Zola ? EstCe le 5O·eil mexicain qui les a submergés, noyés. perdUs ? Oripeaux, mascarade (ne sommes- nous pas, après tout, en pé- . r ·ode de carnaval ?) déhanchements, décolldés canaPleS (et... fanés !) L'oeuvre de Zola a pesé pour bien peu sur l'esprit des adapta. teurs et du metteur en scène. . Lupe Velez est belle (du moins c'est ce qu'on dit). mais ce film est odieux. Si vous aUez au tinéma La Vérité n 'a pas de frontière (le 22 mars, à P:eyel). Hamlet. Quelque part en Europe Les Parents terrib'es. La Chartreuse de P-';'11e. Dédée d·Anvers. Aux yeux du souvenir. Les Cass~-pie,Js, Festival Charlot. Jo la Rom~nce. Jody et le faon (pour vos enfants) " FU lE R lE - lES IP AGIN lE " ~ Roger PA YET-BURIN 1 L - ,ESPAGNE est une plaie ouverte en notre coeur. Au moment même de notre Libération, quand au bout de la nuit l'espoir nous était rendu et que nous bâtissions de si vastes projets, il y avait quelque chose pour ternir notre joie, et c'était l'Espagne, Jamais peut-être plus qu'alors la pensée de l'Espagne ne nous fut douloureuse. La pensée de son peuple emmuré et enchaîné, rivé à sa servitude au milieu de l'allégresse q,ui soulevait le monde. L'Espagne, c'est notre conscience, Pour beaucoup, une mauvaise conscience. Mais tel est le drame Oll a sombré ce pays. si épou~anhble, que les meilleurs se demandent encore s'ils ont fait tout leur devoir. Et c' est pourquoi dans les jours radieux de mai 1945, nous n'éprouvions pas une joie sans mélange. Mais ce n'est pas seulement le passé qui aurai'! dû nous assombrir. C'est surtout l'avenir ; la perspective d'un monde que d'aucuns prétendaient refaire en y laissant l'Espagne telle quelle, avec F ranco. sa Phalange, ses tueurs. Ce qu'il en est aujourd'hui, les journaux nOLIs J'apprennent chaque jour, ' par des nouvelles brèves, comme 011 dit, et il est vrai que ces choses-là se passent de commen,taires, On fusille, on exécute, on assas5iQe. L'Espagne est un champ ck cette République successivement bafouée. trahie et étranglée, non seulement par ëeux qui au premier jour s'étaient déclarés ouvertement ses ennemis. mais encore par ceuxlà mêmes Qui, investis de leur pouvoir par le peuple, avaient charge' de la défendre, Zamora, Caballero, Prieto ontils délibérément voulu la perte de la République ? Il est difficile de sonder les coeurs, et Constancia de la Mora ne l'entreprend pas, Mais ce qu'on peut dire - et qu'elle dit - c'est qu'ils ne s'y seraient ~as pris alltrement s 'ils l'avaient voulu. Leur négligence, leur mollesse. et d'un mot, leur lilcheté. apparaissent aveuglantes dans ces palles, Quant au peuple, il e~t magnifique. Sans défaut ? Non, mais des défauts qui honorent, Comme le donquichottisme avec lequel les républicains retour d'exil donnent l'ordre aux mécaniciens de changer l' horaire des trains pour éviter à la reine déchue l'humiliation d'une rencontre. ce qui était sans consé ·quence. Mais ce même donquichottisme sera plus tard autrement grave

par exemple, quand les miliciens

s'abstiendront de donner \' assaut décisif à l'Alcazar de Tolède, parce que les fascistes s· y étaient enfermés avec leurs familles. On sait ce qu'il en advint . Nobles et dangereux sentiments que la plupart des dirigeants, au lieu de les redresser, ~lretenaiel11t pour d~s motifs inavouables. C'es'! une grande leçon qui se déga~e de ce' livre, une leçon de lucidité, Le peu ole espagnol ra apprise au prix de ses souffrances. Il sait quels furent ses défenseurs et lesque.ls ses ennemis. de Franco à ceux Qui \' aidèrent ouvertement. en lui fourni ssant des hommes et des armes: ou hypocritement. sous couvert de la non-intervention (les uns et les autres n 'ont d' ailleurs pas changé). Ce livr,e éclairera tous ceux qui en doulent encore. li ne respecte que la vérité. clos doul l'angoissant sil~ce n'est ,-----------------------------coupé que par le bruit des balles, Le tyran peut agir en toute quiétude. Ne dit-on pas qu 'il est un pilier de la civilisation « occident; lle » ? Et ceux qui, le disent · ne pensent-ils pas. plutôt que de transformer l'Espagne en pays libre. à transformer les pays encore libres à l'image de l'Espagne ? Il vient de para:he un livre qui s'appelie Fière Espagne (1), d'une importance qu' on peut bien dire incomparable .' Certes. il existe sur le même sujet des témoignages remarquables à plus d'un titre. Mais le caractère exceptionnel de celui-là tient de ce qu' il a été écrit par une femme, Constancia . de la Mora, n.ée Espagnoli, mêlée dès son enrance aux affaires de son pays et, à partir de 1931, engagée dans la lutte politique qui devient après 1936 la lutte tout court, l'âpre Ruerre à laqudle Constancia apporte toute son ardeur républicaine. Pour en arriver là. Constancia avait fait un long chemin. Elle était la petite fille de Don Antonio Maura, dirigeant du parti conservateur, plusieurs fois ministre et chef du gouvemement d' Alphonse XIII. Qui n' avait pas de plus sûr soutien. On devine dans quel milieu Constancia fut élevée, .encore qu'il faille \' avoir lue pour ~e représenter cette aristocmtie e5pa~nole engoncée dans ses ltsa!1es, pétri fiée dans 'la dévot; on el la respectabili1é. Pour que Constancia échappe à ce milieu accablant. il faudra un concours de circonstances. Elle a fait. en toute ignorance des réalitcSs de la vie. u~ mariage si mauvais Qu'elle est décidée à le rompre en dépit des c';nventions les mieux établies. Il n'en Faut pas plus pour que son milieu la rejette. Cet événemem se si tue à peu près à \' époQue où le peuole em'lcrnol se débarrasse d'A Inhonse X III et se donne la R épu\-'Iique. Par svmpathie naturell e. Constancia épome la cause de son peup!e. Lor~qu'elle se sera remariée avec Ign'lcio Hidalgo de Ci~neros. \' un des premiers officiers aviateurs qui aient défendu 1", R'-;nllblique, elle aura fait le p;1S déhnitif. Dès lors. la vie de Conslancia et rJ'lrnacio se confond avec l'histoire (1) Ed. Hier et Aujourd'hui. ~rt-' Ef\ 'r J\ E :!-_R-"Og:......e~_p~_r A_R_IA---I LE SILENCE DE LA MER (de VERCORS et Jean MERCURE) LA TEN.TATION DE TATI (de Jean SCHLUMBERGER) Ce g:r:tnd si lence de la mer voile une vie intense ; chaque se· conde ùe ce silence est un pas l'ers la temrête certaine, La France occupée, la tentat ion de collaborer a\'~ l ' ennemi «( Ils sont corrects... ») s'offrit à tous ' les Français. ( Après tOllt, ce sont des hommes comme les autres ~) . lndéj)endamment deS éléments dirigeants du pays, les uns vautrés da"s l'fn fa mie, les autres prudemment attentistes, l ~ meil!eurs ùressés contre le maître provisoi re et ses va lets d'occasion, - la masse du peupLe observa une tenue persif lante ou mieux : s'organisa dans le silence. C'est cett': dernière attitude que Vercors représenta d'une façon inoubl iable dan-s ce chefd 'CCuvre de la httérature clanùestine et ,Je la Résistance : « Le si lence de la mer J. . Un film Vient de sortir qui illustre le su jet difficile choisi par Vercors. Je:m Mercure, de SOI1 côté, a su en tirer un acte dense et surpren ant, car c'était une gageu re que le porter à la scèlle ce monologue hâché de silences. Ce tour de force est une réussite complète. Pierre Blanchar se surpasse dans le rôle de l'officier allellland et Constant Rénl\' et Christiane Barry, dans les ' fa ·meux personl1,lges muets, apparaissent littéralement comme les porte-r-arole (OUI : leur silence est ù 'une élY]uence terrible) de la France \jui se \'eut la France et qui n'a plu, à apprendre ce qu'est la liherté. Et c'est du théâtre. Du meilleur. La gradation de l'intérêt est pa rfaitement assurée. Ces très r OtJrtes 5cène~ reliées par des interruptions fjui plongent la sa lle dans la nuit avec, parfois, un accompag~, eme l1l musical suggestif, mettent à l'épreuve les nerfs ùes s,pectateu rs et lèS portent à l'impa tience comme si c' ét ai t 1 eur a ff aire (ce fut la vôt re; (.1 mienne) que ù esavoir 'li l'oncle et 1:1 jeune fille « tiendrdi ent le coup &, IXHricadés dans leur si lence, alors même C]ue « l 'ennemi » peut ne pas man\juel de rharme, ce f]\Ie Vercors a sou 1 igné, en ce qui concerne "Verner von Ebrennac, avec une sage intelligence lu i renforce tel lement son témoignage. Il faut aller vibrer au .. Silence de la mer J ', il faut s 'v recueillir et applaudir, car'" nous n'a.vons I;as la mémoire courte" ; ' il ne ~ ' Jg i-t pa.., · là, seu lemeRt, ùe théâ tpe, maiS d'histoire.

  • Pour compléter le spectacle, le

théâtre Edou:lrJ Vl [, a donné UJI acte de M. Je.ln Schlumberger, La tentatio~ de Tati, qui n' a p.prendra rien à personne, mais fjui 'hahi!le SOll\'ent a\'ec esprit et poe. gle des ba' lalités hien fatiguées, Il en est du bon s;:1u \'age cOlllme du clochard philosophe (dans La t'olle d, Clwi!1ot ou L'Etat dl? siège, nal exemple) : c'est toujours lorsqu 'un penseur (homme de théiitre en l'espèce) fuit devant une léalité qui lui échappe qu'il donne un refuge à son impuissance en bariolant de fanL taisie gratuite des personnages vagllement anarchisants. Ce jeu facile peut au moins être renùu avec ql1 el'lut' bonheur et M. J ean Schll1mhergèr r- arvien t à ne pas nous ennuyer (son leyer de rideau n'es! pa, t)'()p long). Bonne interprét:ttion de K adine A 1:1Ti et Claire Gér:rrd , de Duvallès. Jean Parédès, IJiéral (le nain) et .Jacques Dynam, qui est un T:r r2.1n du PacifiC]ue impayable avec ;a voix du type avenue de SaintOuen, ... 10 .' __ 1 - ~_....;....;..;..o... __ ~._..:;.. ______ - ...... - ____ _ DROIT ET L.IBERTE -.-----..:;....;...-...;.;;..:.:.;~- ,1S Mari 1949. - N· ·24 (91 • . ' ., POUR VOS ACHATS ••• adresses que nous vous recommandons : A PARIS A MARSEILLE Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" Mo : St-Denis Réaumur. Sentier Tél. ~ eUT 78·87 AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Et:; MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant. PARIS.XX· M. : Pêre-Lachaise. Tél. ODE 12-55 Succur .• ·1.le : 40, rue de Rivoli, PARIS·IVL'ANNUAIRE DU JUDAISME qui sera édité pour la .premiè r~ fois en France. par la SQiCiété 1mpress, contiendra tous les renseignements sur la "ie juive tn France, Afrique du Nord, Belgi' que, Suisse, Hollande et Luxem_ bourg-. Il sl"ca entre toutes les mains un inst~um t.nt de trav'!.l indispensable. Profitez dè, maintenant des conditions spéciales de so uscription. Les Or{;anisali01/s qui n'auraient pas reçu le ql/estiollnaire type sont priées de le demander à la Socïété Impress. Pour tous les renseignements et pOUf' la publicité dans l'Annuaire du Jud.aïsme, s'adrl"ss~r à : IMPIOESS 6, Bd Poissonniè:e, Paris cf. Tél. : PRO 87-42. (Communiqué.) POMPES FUNEBRES ET M~RBRERIE Édouard 1 SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 UNE MAISON 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT OFFICIEL : PHI LI P S Conditions particulières aux lecteurs de « DROIT ET LIBERTE :. S ,oèl ÉTt. ,c:rI:tOR.LOGERIÈ: du DOUBS . , 1 06 r. L A F A Y E: T T E: _ PA RIS . o 44 MONTRE SUISSE L 44 OU GARÇONNET F 44 GARÇONNET. FILLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE.DAME. VERRE OPTIOUE 044 HOMME. TROTTEUSE CENTRALE 1450 1950 3285 3485 4885 THÉATRE DES BOUFFES DU NORD 209. rue du Fbg St-Denis (Métro: La Chapelle). - TéL NOR 34-79 La -compagnie d'art yddisch « YKUT » , présente ttLes Enfants du For:geron" (Dem Schmüds Kinder) ' Comédie musicale en 3 actes, de Perez Hirchbein Mise en scène de M. Kinman - Musique: H. Kohn Décors: A. Scheiner - Costumes: F. Herman Soirées les samedi. dimanche, lundi ' à; 21 heUres L(H:ation tous les jours de 11 h. à; 13 h. et 15 h. à; 19 h. Confiserie du Muguet ..............•.•........................•• Société anonyme au. capital de 10 miUions ete franc, 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS · ACIDULES, , CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES~ GRAINS D'ANIS .. CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - HALVA, etc ... , ARTICLES POUR FORAINS Achetez vos Postes de T. S. F. DIRECTEMENT CHEZ LE CONSTRUCTEUR Magasin : 46, rue d'Italie Ateliers : 8, rue Bedioz Tél. : LYCEE 67·06 MARSlllll CONSTRUCTIONS RADIO fLECTRIQUES Un condensé saisissant de la sl~atlon EconDmlque, Financière et POilitique du DUan de t'année 1948 et des pecspectloves pour 11/49, Cl LA FRANCE S'INTERROCE ») par Henri Claude Agrégé de l'Université Une p'laquette de 32 pages, 20 francs ,Edit. PROBLEMES DE FRANCE .1. 42, bou.ileVlaJrd Diderot, PARIS (12-) Maison R. CHALHON 14, rue de l'Académie MARSEILLE • LA MAISON DE L'IMPERMÉABLE COMMERÇANTS - ARTISANS: INDUSTRIELS Savez-vous que 35.000' lecteurs de tous milieux s'intéressent à ce journal ? .•• Canadiennes - Blousons Parapluies Tissus Confection - Bonneterie CES 35.000 LECTEURS SERONT VOS CLIENTS Si vou.,s lailes de la PuLlicilé dans" Droit el LiLerlé" Confier ' votre Publicité à c, DROIT ET LIBERTÉ" c'est augmenter vos recettes ! ad"e~/~etZ-(l.(J.'u~, à no.t'ie Se!tfl.ice fPu6licité 14, Rue de Paradis, PARis-xe " DROIT ET LIBERTÉ " ILU (Suite de la page 2.) raient estimés à 8.00 millions de ltvres , c'rst-à-dire à plus de 800 milliards de nos trancs. Ces potasses, déjà exploitées par la 0: Palestine Potaslt Ltd ~, ne laissellt pas indifférents les dirigeants du trust britannique de 0: l' 1 mperial Chemical 1 ndustries ». Quand nous aurons rappel~ que les potasser allemandes que assuraient les deux tiers de . la production mondiale sont situ.~es à concurrence de '60 % derrtere le « rideau de fer D, nous aurons montré toute l'Importance de 19 potasse palestinienne. Israël et son « socialisme » Analysant le socialisme propre Téléph. PRO. 90-47 )POlUR vous du gouvernement d'Israël,' au Mapai et ft son leader David Ben . Gourion, ' M. J ean Lugol,.· dans le Journal de Genève du 28-II, nous apporte d'utiles éléments de méditation : Sa doctrine ct ses princiPes d'ac(iol1 sont ceux de la S.F.I.O. et du Labour Party anglais. Aussi le projet de C onstiiution s'inspire- t-il nettement de la Il" Intefllationale, bien que l'étroite dépendance financière d' Israël envers le capitalisme américain en tempère les dispositions. Toul récemment, M. Ben Gourion, l'émule oriental de M. [éon Blum, proclamait « que !~ temps est venu de réaliser notre rêve sioniste-socialiste ». Puis, il ajoutait : « Nous mobiliserons et encouragerons l'afflux de capitaux privés, publics et internationa/{ x, afin de réaliser toute initiative productive, qu'elle soit privée ou collectj'Ve l. La future clzarte organique du nouvel Etat est faite de ce compromis nécessaire. Je serais tenté de dire ; 0: La Cour appréciera », car il est des voisinages, même intellectuels et des intérêts, surtout privés, qui pèsent d'un tel poids dans la balance des forces d'une nation qu'ils font irrésistiblement pencher le plateau des catastrophes. Seulement les gouvernements ne peuvent jamais décider seuls. Il y a les peuples et c'est cl'!!ux, en 'définitive, que dépend le cours de-l'Histoire. R. M. AMERIQUE DU SUp AMERIQUE DU NORD PALESTINE CC OCÉA NIA )) VOYAGES - TOURISME 4. rue de Castellane Tél. : Anjou 16-33 LISEZ DANS « ACTION 49 It' : JUIF ET COMMUNISTE par André Wurmscr « ACTION 49 » pour /.a Pal", et )Il Liberté, 3, rue des Pyramides, Paris-le •• En vente partout: 20 francs. COLONIE D'ENFANTS VACANCES DE PAQUES Envoyez vos enfants à la montagne. La colonie d'enfants de l'ISARD BLANC à ARGELES·GAZOST (HtesPyrénées) organise un convC'i spéCial pour Pâques. ~ Inscriptions et renseignements au Siège Social de l'Association:

L'ISARD BLANC •• 17, rue Morère,

PARIS-14' (porte d'OnléanSl), de 18 à 20 beures. • Prix spéciaux pour revendeurs 1.262.000 MORTS FRANÇAIS . La dernière gUei're a coûté à $a France t.262.WO morts, blessés ou ' InvaUdes, et 1.280.000 francs paf' habitant. E:.. soix·ante-qulnze ans, t·rols Invasions ont ravagé notre pays. Et l'on J)3.rie d'une nouveHe tue- · ~Iel plus épouvantable encore que 'a precédente. Que~" e.ot donc ceMe ({ fatalité .. qui précipite ainsi la cadence des guerres et teS rend toujours plU8 effroyallOles ? Nulle fatalité, nu.! mystère, répond te ~ra'nd magazine RECARDS qui lance à la face des « fall'rlcan~ d! guerre » l!8 32 pag!S sensatlonn! lIes de son numéro spécla'l en cou- , )eur : DECLARONS LA PAIX. ' En vente patrtout à partir du 15 mars, 32 pages: 40 francs . .. Les lois qui régissent la régularisation de l'Etat Civ il des Déportés sont très iogra tes 'pour les ressortissa."ts atrangers ainsi que pour leurs desoendants, même s'ils sont de nationalité française. - La Commission Centrale . de l'Enfance va s'~ployer proChainement '1 obtenir, dans l'intérêt des familles 'de déportés, des actes de di sparitions et de décès, ainsi que de faire adoptef' les s"fanl's par la Nation. . Ce service, qui fonctionnera dès le début du mois de mars, donnera, l'lOUS le souhaitons. de nouveaux débouchés aux -familles de déportés. Le Servicé fonctionnera à dater du 2 mars 1949, au 14 rue de Paradis, Paris- 10, au bâtimeo"t B, 3' étage, les lundis, mercredis et samedis de JO à 12 h. et les mercredis de 20 à 21 neures. et le M.R.A.P. O VI ne se souvient d'avoir vu, pelidant l'occupation, cette affiche qui montrait « 24 terroristes », pour la plup~rt étrangers ou Juifs. On nous les pr~sentait sous un aspect effrayant. et l'on énumérait leurs « forfaits ». Tout cela pour donner au peuple français une fausse image de la Résistance. Mais Elek, Manouchian, Rayman, représentés par l'occupant comme d'infâmes bandits, étaient des hommes animés de l'idéal ' le plus pur, celui de la lutte contre le fascisme, c'est-ài. !ire pour le bonheur de l'huma, nifé; ils sont tombés en héros dans le combat pour la Démoi cratie, pour la Liberté.

  • Nous avons commémoré,

dans la dernière semaine de février, le cinquième annivcrsaire oe leur mort glorieuse. Et cet anniversaire a une valeur d'exemple. . Ca,r aujourd'hui, les principes pour lesquels les 24 sont morts sont remis en cause. Non seulement la menace d'une nouvelle gu~rre se précise, mais encore on ne se gêne plus pour en parler ouvertement comme d'une chose inévitable, à laquelle on ne peut que se résigner. Eh . bien., non! Nul être hu. · main ne peut accepter la guerre comme une fatalité inévitable. En France, les principales or'. g an i s a t ion s démocratiques . s'unissent contre le danger. A leur exemple,. plus de 60 organisations juives· ont décidé de se rassembler dans un grand Mou- Vement contre le Racisme, tisémitisme et pour la (M.R.A.P.). Les jeunes y ont une place de choix. La jeunesse juive. elle non plus, ne veut pas la guerre, elle s'untt à. tous les combattants de la paix. Tel estJe cas pour les jeunes étudiants juifs, la Hashomer Hatzair, le Drov Borochov, les jeunes de la L. I.C.A., etc ...

  • Dans plusieurs arrondissements

de Paris, des meeting~ ont eU lien pour constituer localement des comités du M. R.A.P. Dans les 3·, 4", Il·, 18", ]9" et 20' arrondissements, les jeunes 'ÔM adhéré avec enthousiasme. La jeuncsse juivc démontl'C ainsi sans équivoque son dé~ir d'être au premier rang dans la lutte contre la guerre. La jeu. nesse juive n'est pas prête il mettre sac au dos, sous les 01'mettre sac au dos pour combat- . tre aux côtés des nazis.

Contr~ les nouveaux que 1'01~ prépare, un Im:l1ense· ·cri monte de partout. Un colère, encore chargé de les souffrances qùe nous véçues,' de la fumée des fours · crématoires mal éteints. Ce cl'i, c'est un NON, unanime et puissant. Adhérons au M.R.A.P., au sein duquc! nous lutterons, pour que la guerre ne devienne pas une cruelle réali té. Dany SENAZ. RUBRIQUE DES CONDENSÉS par LICI. MOIRI (ON(OURS DI PHOIOS' La liste des prix de notre Grand Concours de Pho:os augmente chaque jour. Nous n'avons pas assez de place cette semaine pou,' la publier i' Nous recevon~ . cha.lfue jour des photos, qui nous sont envoyées d'un peu partout, et même de Belgique. Maiheureusement, la .plupart ne sont pas nettes .• , et c'est bien dommage! Continuez vos envois, le thème pour cette semaine reste celui des photos humoris iques. Date limite de réception ;;avant la clôture de cette série: mardi '22 mars. Dépêchez-vous! Si. nous parlions un pendu Festival . des Jeunes .. ~ Dans le monùe entier, les jeunes préparent avec enthousiasme leur 2" Congrès Mondial, qui se tiendra à Budapest, au début du mois de septen-ibre 1949, et qui sera précéùé d'un nouveau Festival. Et qu:md le;; jeunes préparent quelque chose, ça en fait du bruit ! La jeunesse tchèque a déciùé que la participation au Festival ne dépelldrait 1):IS des possibiJités financières des jeunes, mais de leurs réalisations. 'Un « Concours ùe CréatiOl1 ùe la Jeunesse Il, auquel participent déjà 250. 000 jeunes sélectionnera ceux 'lui se seront ùistlllgués au cours de diffhentes manifesta- . t~on? : cultur~lles, artist iques, Iittcranes', muslcales, etc... N aturcllemcnt, les jeunes qui auront ilmélioré leurs normes de rendement da.ns la production, ce~x ayant faIt preuve des meilleures initiatives dans l 'oraanisation du t;avail, seront délég.ués au FestI val! La jeunesse libre ù' Autriche . (F.O.!.) prépare des C( réunions de fro~ltières » avec les jeunesses h.ongrOlse, tchécoslovaque, itahenne, suisse, allemande démocratif) ue, en vue de renforcer les liens d'amitié qui les unissent. Et le Festival n'en aura que plus d 'éclat! ACCIDENT DE TRAVAIL Conversation à la Santé : - Pourquoi vous a~t~o'n mis en prison? - Pour une maladresse. - On ne vous a tout de même ,,, ................................................................................................................................. : pas condamné pour une mala

BANDE A DÉCOUPER ! dresse?

1) Du péché originel à la chute du Niagara·

~ The' me pour 1a 2" s'e n- e: Pho tos h umorl.S t'I ques ~: - Si... En faisant tOJllbIOr ma

jeux de vilain: « File au seau, fi ! », ....................................................................... ................................ ....... ...... ................. pince-monseigneur, j'ai Téveillé de S.A. Chaguitry. J.. ..._.. ........._.. ................ ......._. .............._.. .......... ............... ........._.. ........ .............._.. .................. ........_.. ............................._.. ..............t toute la maison! Roman-fleuve tumultueux, par . Harry Cover. Condensé de l'ouvrage : ... «. Adam a inventé le repas et Eve le dessert ». . Niagara, Niagara pas 2 ) E~olutio~' de la pensée poétique de · Victor Hugo à Moi ·E)(trait du livre de jeux de ma L.. .. s , V ous avez 15 PROBLEME N° 1 Horizontalement: 1. Font d'excellentes confitures. Il . .oiseau du Nord. Instrl.J.lYl€l1t de · 'propu:sion. - Il 1. Co.urbes.- Eden- · té. Pr.é-f ixe. ___ IV. T raÎ,!lant sur le sol: On le reco...-rnaÎt dans les · mau.vais mom.ents. - V. Note. Bois de chêne ve,ndu , - VI. Mi, se â' l'ombre: Symbole d'un m é~ · tal. _ VII. Quantité négligeable. l'ête. - VIII. Etre surnaturel. - IX. Coureur australien Dure longtemps. - X. Sit·ue. Monnaies , d'Asie. Verticalement. - 1 S'intéretSsant au g:obe. - 2.' Cours d'eau. . Note. - 3. Poésies. Malihs. - 4.

. Céréale. Incommode l'entourage. -

.' -5. Fin dë verbe. Sans tache. --- 6. Foyer. Démonstratif. --- 7 Non çlerc. CO'ldensé de l'ouvrage : {( 0 combien de marins ! Combien de [capitain€s Qui sont partis joylo:ux pour des cour[ ser.; lointaines .. . » (V. Hugo.) o Lucinde d'amour ! D'où vient que vous mI•n utes ét·oile des rois [mages sentiez si fort [le fromage ? (Moi.) retourna chez so,. 8 . Meosures. Fleuve. - lisière. - 9. Rejetée. - 10. Concerne un élément reproouclieur. Cout·ume. (ARIlO~rESS) llA;r HIE RD NIE 000 Le snobiSme est, dit-.on, une maladie contagieuse. Ça doit être vrai. Quand on a vu COUrir toute la v.!le, dont les âmes Se précipitaiènt, se bousculaient, s'invectivaient au portir on du Palais de Chaillot, ()n croit dur comme fe·r au snobisme. Depuis quelque temps, un nom volait de bouche à oreille, s'étalait. s'enflait, grossissait: Kat he r i ne Dun h a m, Kat h e r i n e DUNHAM, KAT H ER 1 N E DUNHAM! Aussi, faisant par intuition Co.nfiance au bon goût, m'en allai-je un beau soir, bras dessUS, bras dessous, avec un mien ami, au fameux PalaiS de Chairot, voir la non moins fameusc vedette des Caraïbes qui, à . mon sens, devait illustrer brillamment la danse de la latitude' 40· grettes, veloUrs et satin, fourrures, brillant, cIilllquant, amloiance des soirées sélectes ... Palais de Chaillot, odeur de peinture fraîche et de parfums chics, fumée grise de tabac b·ond. La scène. DéCOrs somptueux et originaux. édairages étonnants (compliments aUx anonymes qui travaillent en coulisses!) Un Chant d'un barbarisme étrange et prenant en .ouve·rture. E. puis, on ne sait pourqUoi, brUSquement une débauC'he d'amériCanisme inattendue

les · Caraïbes vues

. par Hollywoo::l. Revue à grand spectacle. . Devant moi, un chapeau à plume. Pas une petite plume honteuse qui baisse la tête, non... une plume qui mO'llte drOite et fière ve·rs Je plafond, une plume glorieuse, s'agite en c,adence. - C'est mer-veil-leux, susurrent les bouches snobinardes ci pâmées. ExquiS. Extraord:naire. Formidable. Magnif,que. Tout le vocabulaire y passe... ma chère ! Les affiches indiquaient : « I\atllerine Dun'ha~, 20 représentations d'adieu ». J 'ai fait appd à ~es s&Uvenirs pour murmurer, avant le gra.nd départ : Hockey, bye bye, good luck.,. neVeT more, miss Dunham. En français, j'aurais dit : bon vent!... au plaisir de ne pas vous revoir. La plume mécontente m'en . a flanqUé un furieux coup dans l'oeil. Vou 's m'excuserez, 1 e snobisme n'est pas une maladie pour la jeunesse et je ne suis pas snob! . Mais voilà qu'« l'Ile» est reve'nue (ou plutôt qu'elle n'est pas partie) ... Que vouIf z-vQ.us, on ne quitte pas si faci1~ment un pays où l'américani& me est roi. DOUCE. sud . plume. . au . cliap-eau ! Dames empanaChées, ai- .••~ et r ~2 ------------------------------------------- DROIT ET-LIBERTE Le Mouvement contre l' Antisém.~tisme, le Racisme et pour la 'Paix est 'né Faites-moi figurer, je vous prie', . dans votre C.omité d'Honneur, car c.e n'est pas le moment o'ù le racisme se rép3nd dans le monde pour diminlLler nos efforts. Louis MARIN. Il va sans dire que j'accepte de figurer dans le Comité cl'HonnelLlr de votre mouvement, bien utile et indispensable par le temps qui court. E. VERMEIL. Professeur à la Sorbonne. C'est bien volontiers que je vous donne ma signature pour le C,nmité d'Honneur du Mouvement contre le Racisme, l'I..ntisémismè et pour la Paix. Armand SALACROU. Je vous remercie de la confiance que vous témoignez en me demandant de faire partie de votre Comité d'Honneur. J'accepte de grand coeur .•• Jean-Jacques BERNARD~ C'est bien volontiers que j'accepte de faire partie du Comité d'Honneur de votre organisation. Je vous· remercie d'avoir songé à moi. Marc SANGN 1ER. Je ne puis qu'accepter de grand coeur de participer au Comité d'une oeuvre qui travaille en faveur de la Paix et pour le respéct de la liberté et de la dignité humaine. Jean de LORME. APPEL AUX JUIFS DE"FRANCE Les repr~sentants de 60 organisations, agissant au nom de dizaines de milliers d'adhérents, se faisant le~ interprètes de l'émotion de toute la population juive de France devant le danger 'de guerre et l'agitation antisémite, ont pris l'initiative d'organiser un Congrès National contre l'Antisémitisme, le Racisme et pour la Pail(, le 22 mai 1949. au Cirque d!Hiver. Par 00 Congrès, fidèles à la mémoire de 6 millions de nos frères fusillés, tués au champ de bataille ou exterminés dans les chambrës à gaz et les fours crématoires, nous réaffirmerons notre serment de ne jamais oublier les crimes commis par les assassins fascistes et leurs complices collaborateurs et agents vichystes de la Gestapo. Nous réaffirmerons aussi notre attachement aux alliances et aux forces de la Résistanc grâce auxquelles l,es deux tiers du peuple juif furent sauvés de l extermination totale. Vous qui avez souffert physiq~lement et mora1ement, vous n'accepterez jamais l'idée d'un nouveau carnag)e où une place d'honneur serait réservée a-q.x agresseurs barbares dHa dernière guerre. Jamais les victimes ne consentiront à se placer dans le même camp que les bourreaux qui se croient encore la « race des seigneurs )). Ce Congrès donn~ra de nouvelles foroes au' grand combat que mènent tous les hommes de bonne volonté, en France et dans le monde, pour assurer à l'humanité le progrès dans la paix et la fraternité des peuples. . Vous qui avez senti l'odeur et vu la flamme des fours crématoires, Vous qui avez été les témoins du massacre de millions d'hommes, Vous qui avez cru que la clique des bourreaux naZIS serait châtiée et qui voyez les assassins s'agiter à nouveau, encouragés par la perspective d'une nouvelle guerre contre fIes peuples libres et pacifiques, Vous qui désirez, comme tous les pères et toutes les mères du . monde, défendre la vie de vos enfants et assurer la sécurité de leùr avenu, Vous qui n'entendez pas qu~ la lutte de la Résistanoe, la lutt~ . des ghettos, le combat du peuple d'Israël pour la Liberté et l'Indépendance soient vains, Rappelez-vous le cri qui s'est éteint sur les lèvres de ceux qui . sont tombés: PLUS JAMAIS ÇA ! CHATIMENT DES CRIMINELS, ! JAMAIS PLUS DE MASSACRE DES I~NOCENTS! . , JAMAIS DANS, LE MEME CAMP QUE LES EMULES DE HITLER! Unissez-vous au sein du MOUVEMENT CONTRE L'ANTIS, EMITISME, LE RACISME ET POUR LA PAIX ! Je m'empresse de vous donner mon adhésion au Comité d'Honneur du Mouvement ~ontre le Racisme. Jean MINIOZ, Député du Doubs. J'accepte avec grand plaisir de faire partie du Comité d'Honneur de votre Mouvement. Jean PAINLEVE. cinéaste. Je suis très honoré que vous ayiez songé à me pro- ' poset' de figurer au Comité d'Honneur de votre .' mouve- , cment et vous remerci.e en a·cceptant bien volontiers. ' Rémy ROURE. C'est avec grand pl'aisir que j'accepte de faire partie du Comité d'Honneur du mouvement que vous organisez contre l'antisémitisme et le racisme. Aimé CESAIRE, Député de la Martinique. Vous pouvez compter sur mon appui, Avec la conviction que' vos efforts, comme tant d'au-' tres 'similaires, ne resteron" pas vains... ils ne peuvent' .pas être vains • . Lou.is DAQUIN. J'accepte avec grand plaisir. Henri DESOllLE, Professeur à la Faculté de Métlecine. : C'est un grand honneur que vous me faites en me demandant de figurer dans le Comité d'Honneur de votre Mouvement. J'y suis très sensible et vous en remercie. Emile BURE. Etant persuadé, comme vous, qu'il s'agit là d'un mouvement de salubrité publique, j'accepte bien volontiers. Prof. Marcel PRENANT.

Notes

<references />

Format JPEG