Droit et Liberté n°137 - août 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°137 (241) de Août 1954 (numéro spécial)
    • Non à la C.E.D.!: union de tous les antiracistes pour empêcher le réarmement des bourreaux nazis page1
    • Interventions de MM. Lyon-Caen, Jacques Duclos, Triboulet, André Spire, Michel Leiris, M.G. Timmory page1
    • De la Wehrmacht à la C.E.D.: leur solution de rechange page1
    • La lettre remise à M Mendés-France à Bruxelles par le délégation du M.R.A.P. page1
    • Si les funestes accords étaient ratifiés page1
    • La C.E.D. ne peut être amendée par Claude Frédéric Levy page2
    • Nous ne laisserons pa bafouer nos morts page2
    • Les révélations dd'Otto John: l'état de Bonn aux mains des nazis page2

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

NUMÉRO SPÉCIAL 10 FRANCS N° 137 (241) 25 AOUT 1954 UNION DE TOUS LES ANTIRACISTES, pour 'empêcher le réarmement des bourreaux • naZIS M. Léol1 LYON-CAEN • A l'heure où le Parlement français abor- • de le débat sur la ra- Président du M.R.A.P. « Un synchronisme inquiétant » ••• Ouvrant la 6" Journr.e Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, le Président de notre Mouvement, .M. LéoR LYON-CAEN, Premier Président Honoraire de la Cour de C9ssation, définissait ainsi, le 27 juin dernier, la position du M.R. A.P. devant la réarmement de l'Allemagne : « Par un synchronisme slngutièrement Inquiétant, pendant que lie développe la campagne en 'aveul' de, la C.E.D., nous assiatons parallèlement en France et en Allemagne Occidentale au l'enflouement de l'antisémitisme nul. ({ Dans une pareille ambiance, la France ne peut, à notre avis, aonger à entrer dans une associatlo-n militaire avec une, Allemagne ainsi animée d'un renouveau de nazisme, sans risquer de donner aur not're territoire un aliment nouveau à la résurrection d'un antisémitisme mal assoupi, sans risquer de provoquer un nouveau déchalnement de raolsme, avec tout le cortège de souffrances, de persécutions, de dangers de guerre qu'II entraine à sa suite. » M. Jacques DUCLOS Député, Ancien Vice-Président de l'Assemblée Nationale • • tification de la Communauté Européenne de ' Défense, monte de toutes les fibres de notre peuple le « Non lt unanimé de tous les patriotes qui n'entendent pas que soit sacrifiée la nation aux revanchards nazis. M. Mendès-France qui, na· guère encore, se félicitait du soutien de l'opinion publique, a cru pouvoir obtenir à Bruxelles, l'adhésion des autres partenaires de la C. -BoD.'" ~ ....... _1 ... camouflant un peu plus la prédominance allemande au des désirs, pourtant mode!?tes, exprimés par la délégation française. Tout est clair. Privé de tout nouveau moyen de masquer la réalité du réarmement allémand, M. MendèsFrance n'entend pas moins soumettre la C.E.D. à la ratification du Parlement. LA granue bataille que le M. R. A. P. s'honore d'avoir menée depuis des années, aux côtés de tous les patriotes, fidèles à la leçon de trois invasions en moins d'un siècle, et fidèles au souvenir doulou- . reux des innombrables martyrs de l'occupation nazie, pour multiplier les initiatives qui permettront de faire s'exprimer l'opposition à la C.E.D. Pas une minute à perdre pour former des dizaines de délégations auprès des députés, porteuses de milliers de signatures. Les militants et amis du M.R.A.P., dans le présent moment, seront dignes des cinq années de lutte de notre Mouvement, dignes de notre serment inoubliable : JAMAIS DANS LE MEME CAMP QUE LES BOURNous devons, nous pouvons imposer le rejet défini- De la Wehrmacht à la C.E.D. LEUR •• solulion de rechange •• M. Jacques • • camouflant un peu plus la reux des innombrables Déput é, Ancien Vice-Président de l'Assemblée Nationale prédominance allemande au tyrs de l'occupation nazie, « Nous nous sommes toujours élevés contre la C.E.D. » sein de l'armée européenne. entre donc dal!s sa phase L'opinion publique qui ne ultime. Au nom du groupe parlementai re communiste, M. Jacques DUCLOS, député de la Seine, ancien Vice-Président de l'As sembl~ e Nationale, répond en ' ces termes au récent appel du M.R.A.P. : « "'al bien reçu l'Appel lancé « Le Groupe Communiste, que J'al l'honneur ue présider, s'est toujours élevé oontre le traité Instituant la C.E.D. « Notre opposition n"a pas changé et Je puis vous assurer que nous voterons oontre la ratlfioatlon de la C.E.D. » s'était pas trompée sur la valeur des protocoles proposés par M. Mendès-France, a pu constater, après l'échec dE' Bruxelles, le peu de cas qui était fait par Adenauer L'heure est donc, plus que jamais, à l'union de tous les antiracistes, pour empêcher le réarmement des bourrea ux nazis. Pas une minute à perdre par votre Mouvement. l'occa-. ___________________________________________ I sion du proohain débat • l'As. emblée Nationale aur la Communauté Européenne de Défense. M. TRIBOULET Député • • « Je me prononcerai contre la ratification» Répondant à la Lettre !lUX Parlementaires, adoptée p:lr les délégués et participants !t la 8· "ournée Nationale con~re le naclame, l'Antisémitisme et p;)ur la Paix, M. Raymond 'l'R .nOULET, député du Calvado'! (A R. S. ), nous écrit que « rapporteur pour la Commission de la Défense Nationale, de la C.E.D. et des aocords de Bonn », Il se (( prononcera contre la ratification confo'rmément au voeu de ceUe leUre. » M. André SPIRE: Ecrivain « Je m'oppose à tout réarmement de l'Allemagne » Le grand pdèle André SPIRE nous déclare : ••• « ole reste, comme par le passé, hostile • toute solution Impliquant le réarmement de l'Allemagne. « ole me Joins donc • tous ceux qui demandent. l'Assemblée Nationale de ne pas ratifier les Acoords de Bqnn et de Paris. » M. Michel lEI RIS · Sociologue « Pas d'équivoque 1 » Du sociologue et écrivain Michel LEIRIS, nous recevons cette déclaration : « Ce qu'il faut, ce n'est ni la O.E.D., ni une C.E.D. amendée, ma;s le rejet sans équivoque de toute combinaison tendant. faire des anoiens nazis les gendarmIS de l'Europe. » 2 inilLionil d'enlanlil Deux millions d'enfants exterminés pour la seule raison qu'ils étaient nés luifs : c'est aux auteurs de ce crime Inexplabl. que la C.r.D. rendrait des armes _ et la possl bUlté de récidiver. Tous unis, nous devons l'empêcher ! SI LES FUNESTES ACCORDS ÉTAIENT RATIFIÉS ... Une analyse attentive du Traité de Paris, instituant la « Communauté Européenne de Défense », montre aisément que celle-ci offrirait aux nazis la possibilité de prendre une· revanche éclatante. Ces derniers ne cachent d'ailleurs pas leurs desseins, et de nombreux faits, de multiples déclarations confirment chaque jour combien la France et la paix seraient menacées, si les funestes accords se trouvaient ratifiés. La reconstitution de la Wehrmacht La prétendue « politique européenne » a pour but i1nm ~ dlat la constitution d'une a t'mée allemande, forte d'environ 500.000 hommes. Le communiqué publié à l'Issue de la Conférence de Bruxelles confirme ce but. Que serait cette armée ? Ses cadres « La question des cadres ne présentera aucune difficulté » décla.rait, dès dé cemb[\, 1953, le « Commis!'<aire à la Sécurité » ùu gouvemement de Bonn, Théo dore Blank. En effet, les généraux. d'Hitler ont déjà. repris du service: von MANSTEIN, qui fit exterml· ner des dizaines de milliers de juifs en Ukraine; von MANTEUFFEL, qui réclame puur l'Allema.gne « 40 dlvlsll)ns de race pure» i GUDlOEIAN, qlli assigne il l'arme Pllrnprlr nnll, la mission de « triompher de l'homme Jaun!! et de l'homme noir» ; KESSELRING, qui COIllmente ainsi la C.I'; n. : « QUIconque porte des armes a gagné sa liberté (;'ile·ion. quels que soient les paragraphes qui en f'èglent le port... Armons d'abord. Nous· réarmerons mieux ensuite » ... Etc ... Evûquant la q uesti on des Warren S.S., nlank déc larait, en décembre 1953 : « Nous ne faisons aucune dlfférénoe entre les demandes d'engagements. » D'autre pal't, la revue Wiking Ruf, organe des Warren S. S., écrit (21 juin 19 53) : « Les hommes des anoiennes Waffen S.S. ont le droit de parIer de l'Europe, de la communauté européenne de défense. C'est dans nos rangs que, pra- (Suite page 2) Nous devons, nous pouvons imposer le rejet définitif de la C.E.D. Alors, les conditions st!ront créées pour la solution pacifique du problème allemand, conforme aux intérêts de la France, comme de l'Allemagne et dé tous les peuples, conforme aux intérêts de la Paix. Charle~ PALANT Secrétaire Général du M.R.A.P. ras uuc minute à perdre DES que fut annoncé le prochain débat à l'Assemblée Nationale, sur la rat;ficalion de la C.E.D., la vigilar1ce des antiracistes de notre pays, ne fut pas en défaut. Dans un appel, le M.R.A.P. exprimait sans tarder leur opposition irréductible aux accords de Bonn et de Paris, dont les nouveaux protocoles n'atténuent en rien la nocivaé. Cet appel, édité en tract, f1't rapidement diffusé dans divers d'exprimer son toute forme de réarmement revanchards allemands. Une lettre exposant les rarsons que les antiracistes ont de s'opposer à la C.E.D. fut portée dans la capitale belge à M Mendès-France, par une délégation de notre Mouvcment. Cette lettre était signée de (i(ltre secrétaire général Charles PALANT, des membres du Bu( Suite page 2) quartiers de Paris (notammeni. -,-------------------Kesselring, Gudérian, von Manstein, Ramcke, Speidel, etc... Les généraux n'ont pas changé. La plupart de ceux que l'on voit ici, entourant fièrement le Fuehrer, ont déjà repris du service à Bonn. Si la C.E.D. était ratifiée, ce sont eux qui dirigeraient la Wehrmacht reconstituée, avec - nul doute n'est possible _ les mêmes objectifs, les mêmes méthodes que par 1. passé. Seul \1 changé le personnage central. Mais le nouveau chancelier (que l'on voit sur la photo ci-contre dans une attitude significative) fait tout so" posdble pour qu'il n'y paraisse rien. De fait, QIn s'y tromperait ... le 2' le 3' le 4' le 19' le 20· Saint-Ouer!, etc ... ) où la 1 popula~ tion lui fit un accueil très favorable. Sa diffusion a commencé en prov;hce également. La lettre remise à M. Mendès-france Dans le même temps, il était adressé aux différents groupes parlementaires, . aux présidents de /' Assemblée Nationale et du Conseil de la République, ainsi qu'à la presse : plusieurs jourTlaux l'ont porté à la connf// ~ à Bruxelles par la délégation du M.R.A.P .. san ce de leurs lecteurs. Délégations Pendant la Conférence de -Bruxelles, le M.R.A.P. se devait Monsieur le Président, A la veille des graves décis ions que vous avez à prendre, concernant la C.E.D., nous nous permettons de porter à votre connaissance le point de vue de ,notre Mouvement, qui s'honore La iélégation du M.R.A.P. à la gare d.. Nord. De gauche à droite Lévy, M· Armand Dymenstatnr :tole«8 Morel, J. Furmanski Albert du soutien des innombrables antiracistes de notre pays, sans distinctions d'ori gi nes, de confessions et d'opinions. Nous proclamons que la C.E. D., ou tout autre forme de réarmement des revanchards allemands aggraverait considérablement le danger du racisme et de l'antisémitisme, et constituerait pour la France ainsi que pour la Paix une menace mortelle. Nous n'avons pas oublié les arrestations, les fusillades d'otages, les rafles, les déportations et les innombrables victimes de la dernière guerre. Nous n'avons pas oublié les enfants arrachés à leur mère, les cohortes d'hommes et de femmes marqués de l'étoile jaune, conduits aux chambres à gaz et aux fours crématoires. Or, vous n'ignorez pas, Monsieur le Président, que les auteurs, les responsables, les complices de ces abominables forfaits, loin d'avo ir été châti és, se regroupent et o'ccupent les postes diri geants dans l'Etat de Bonn. Un Globke, rapporteur de lois racial es au Congrès de Nuremberg en 1935 est, aujou rd'hui, l'adjoint du chancelier Adenau€r. Les ministres Schroeder Oberlander, Kraft sont de da~gereux criminels de guerre. L'actuel ministère des Affaire! Etran ~ ère s est aux mains des mêmes hommes qu'au temps d'Hitler l et la délégation allemande a la Conférence de Bruxelles, compte plusieu.rs hitlériens notoires. . Les industriels comme Krupp qui favorisèrent la montée d'Hitler au pouvoir et tirèrent profit de ses crimes, on,t repris leurs activités. Les généraux nazis qui, hier, mettaient l'Europe à feu et à sang n'ont rien perdu de leur hargne raciste. Et c'est à ces monstres que l'on rendrait des armes et par conséquent la possibilité de récidiver ? C'est sous les ordres et aux côtés des assassins de leu,rs parents que l'on ferait combattre, dans le cadre de l'Armée Européenne, les fils des victimes de la dernière guerre? Les agents de la Gestapo, leurs collaborateurs de France retrouveraient leur pouvoir sur notre sol? . Cela, nous ne pouvons l'admettre. Désireux d'empêcher le retour des horreurs passées, nous reprenons aujourd'hui avec une ardeur nouvelle, le mot d'ordre qui serv it de point .de départ il (Suite page 2 ) 1944 Us n'étaient pos f ie rs, les ct seigne urs li> de la « race superieure » : Pa ,is Insurgé avait eu ra ison de leur m'lrgue, a va it ml. fin à leur. crime. 1954 ils comptent sur la C.E.D. pour prendre leur revanche. Déjà Ils se reconstituent en unités militaires, tel ce grollpe de u garde-frontières, » co nst itué par le gOllvernement d'Adênoller MAIS Paris se .ouvi .... t et veille. Le 22 août, la foul e ra ssemblée pour commémorer la redd it ion de von Choliu, a proclamé avec fo rce .son ojlposit ion au réarmement des nazis. Lu C.E.D. ne peul êlre "umendéell Les révélations d'OUa JOHN L E drame approche de son dénouement. Dans quel ques jours" l'Assemblée Nationale sera appelée à se prononcer sur un traité qui, comme le constatait r écemment le grand juriste André Boissarie, consacre la disparition de la France. Jusqu'à la dernière seconde - et surtout à la dernière seconde - les menaces, les pressions et les mensonges vont s'accumuler. Jusqu'à l'instant du vote sera entretenue l'équivoque dont les tenants de « l'annexion » ont fa it leur arme maitresse. traitél semblent se l'être imaginé, d'un ou de deux articles qu'il suffit d'amender ou de suspendre pour parer au danger, mais, d'une foule de dispositions plus ou moins ignorées, in sérées, et dans le pac te, et dans les protocol es et qui dès le lendemain de la ratifi cation, permettront aux agents de ja Communauté de s'insinuel' dans tous les rouages, de J'adminis tration française et de contrôler non seulement l'armée, mais la poli ce, les finan ces , les chemins de fel', les P.T.T. et même l' économie privée. Au lenderr.ain de la ratification, on verra - fait sans précéd ent dans l'histoire sauf en période d'occupation - un pouvoir s'exercer SUl' notre sol, concurremment avec celui d·es autorités nationales et des agents étrangers disposer d'un droit de contrainte physique sur les particuliers et sur les entreposer à la volonté de la majorite. Les pressions qui s 'exercent a uj ourd'.]}ui sur notre nalion encore libre, la lutte que depuis trois années notre pays livre pour sauver son existence, l'exemple de la Conférence de Bruxell es, préfigura ti on des 1'11- turs Conseils de l'Europe - romme l'onl trrs jus lement. l'econnu deux parlementaires d' opinions opposées - et où l'on a vu cinq Etats de la C.E. D. indissolubl ement Iigups contl'e la Fi'ance seul e, montrent à tous ceux qui vouaraient en doute!' que c' est au .... peuple et au Parlement qu'il convient - aujourd'hui - de dire « Non ». C'es t le seul veto que la France puisse exercer. Si pour son maillelll", elle venait à y manquer, il n'yen aurait plus jamais d'autre. Claude-Frédéric LEVY. L'ETAT AUX MAINS DE BONN DES NAZIS Otto John, ancien president dz; services secre ts d' Ade.l01.€'r 1 dent le départ a causé à Bonn le desarroi que l 'on sait, a soul igré Q '.J cours d'une conférence de presse, le caractère I;e l - ~ liciste et agreSSif de 10 poll t iqu~ GU chancelie r. Il a, de pl us, fa it d ' importantes révélations, montra nt que l'Etat d'Allemagne Occidentale est jusque dans ces moindres rouages, aux moins des nazis. Voici quelques extraits de se, cléclara tions : ... « Je .ais également que Hou ' matn", A!;chenbach et l'anc ien ambas~ adeur Abetz, récemn,ent li b ~ ré dei prisons fran ç:aises, on" rC~t '5 du scr .. vice au gouvernement de Bonn oio ' Is ~ ssoient de placer le pius grand nombre possible de leurs ancien. compagnons ..• ( Jusqu'a ce jour le liroces de Nouma"" n'a pas eu lieu parce ~ue le gouvernement fédéral n'a aucun int,, - rêt à extirper le national-socialisme : aujourd'hui il lui fa lit de nouveOIl les nazis Incorrigibles pour sa croisade contre le cc bolchevisme » . « Le parti F.D.P. (pa rt i li béral allemand) est entièrem8'nt dirigé par des nazis dans l' Etat de Rhénanie-Westphalie ... « Là où de tels nazis détiennent le pOllvolr il est clair qlle les militariste. sont les bienvenus. A peine le maréchal von Manstein fut-il sorti de la prls"'n de Werl qu'il fut reçu officiellement et avec tous les honneurs par le gouvernement de Bonn ... C'est contre cette éqUivoque 'que nous devons nous montrer vigilants et lutter sans relâche. Le traité de Paris - il ne faut pas se lasser de le répéter - est un pacte avec lequel on ne compose pas. Il ne comporte ni aménag>ements, ni rectifications, ni tempéraments, ni paliers. C'est dans ses 132 articles, c'es t dans la vingtaine de conventions et de protocoles' qui l'accompagnent, c'est dans les accords secrets dont l'existence vient d'être confirm ée, c'est dans chaque phrase de ces textes qui, en cas de ratification s'imposeront à nous comme une loi, que réside un péril mor~el pour la France et pour la paix. prises. a--- -------- -----------------j « Pour donner un 4utre exemple, ne voit-on pas aujourd'hui le maréchal Kesselring défendre, comme " techniciens », des officiers hitlériens partisans de la lutte jusqll'ou bout r Le générai von Manteuffel qui .iège aujourd'hui au Bllndestag en qualité de dépllté F.D.P. est, .elon les dires de son meilleur ami, un nazi 100 %. L'ancien général Treftner, qui dans l'ombre dirige le. as.oclations d'anciens combattOlnts, ne se cache nullement d'avoir gardé son ancien état d'esprit nazi et d'être resté fidèle à la politique ~u Fuehrer. >le * >le LE Commissariat « supranational » où l'Allemagne Fédérale impt'sera sa volonté, tient ses pouvoirs non pas - comme les « correcteurs » du Et qu' on ne vi enne surtout pas nous parler de protéger ce qui restera de la France l'exercice, au sein du C d'un droit de veto inscrit dans les textes. C'est là une des plus l1'agiques illu sions qui puisse encore (' t re entretenue. Le gouvernement d'un pays qui ne di sposera plus librement ni de son armée, ni de ses finances, ni de sa police, el dont le territoire sera occupé par des forces r trangères, allemandes ou sous commandement allemand, n'aura Jamais la possihilité de s'op- Pas une minure a perdre 1 La lettre du M.R.A.P. à M. Mendès-France (Suite de la page 1) Y a cinq ans à notre Mouvement

« Jama~s dans le même

camp que les bourreaux nazis ! » « Jamais dans le même camp que les bourreaux nazis! », c'est ce qu'ont également affirmé avec force, le 27 juin dernier, les délégués représentant tous les mil ieu,x poli tiques, soci ~ u x, culturels et religieux, réu nis à l'appel de notre Mouvement pour la 6e Journée Nationale contre le raci l'antisémitisme et à lal'indépendance de la France, trois fois envahie en trois quarts de siècle par les militaristes allemands; au nom des Droits de l'Homme et du Oi- 10yen, menacés par les racistes qui relèvent la tête outre-Rhin sous le couvert de la prétendue « idée européenne » ; au nom de la Paix menacée par les fo rces agressives inté ressées à la ratification de la C.E.D.; au nom du passé doul oureux ' comm au nom de l'avenir, nous vous adjurons de vous opposer a ux J\ccords de Bonn et au Traité de Paris ainsi qu'à tou,te forme de « C'est une vé. :table catastrophe qu'u .. homme comme Zehrer, qui filt un des collaborateurs les plus actifs de Hitler, pos.ède à nouveau un grand journal en Allemagne Occidentale. u Klaus Me"'" ert, qui portage le. opinions de, Zeh ~er, a pris une part active à l'élaboration de la politique étrangère du parti démocrate chrétien (parti d'Adenauer)), ce qui prollve l'état d'e.prit qui règne dans ce parti. La montée con.tante des éléments national-socialiste. est la logique Inéllictable de la politique du docteur Adenauer. « La 'remilitarl.atlOll'l de l'Allemagne occidentale est incarnée par le minist ère Blank et par les services du commandant Gehlen, composés de mem- La frantfl entière se dresse tonfre la C. (. D. PARIS, la France. étaient calmes . Les vacances venues, les parisiens (et les autres) avaient fui la. ville et s'apprêtaient à passer quelques jours de repos bien gagné ... Puis, à la mi-aoUt, la nouvelle survint. Le parlement français serait appelé à ratifier la C.E. D. le 28 aoUt ! L'alarme fut lancée. Pas une minute à perdre, le temps presse. Il faut empêCher ça .. . Il suffit, pour se rendre compte de l'immense mouvement qui s'est prOduit à l'annonce du débat , de prendre n 'importe quel jour de la semaine dernière et de voir ce « qu'il s'est passé ». Tenez, voulez-vous le 20 aoUt par exemple. La Conférence de Bruxelles s'était· ouverte la veille, et . ce jour-là seulement, 50 délégations (cinquante) se présentèrent au Quai d'Orsay, munies de résolutions et représentant tous les courants politiques ou r eligieux. Il y avait-là, des ouvriers, des fonctionnaires, des intellectuels, des commerçants .. . Des FrançaiS partirent à Bruxelles, exprimer directement leur sentiment à la Conférence. Une dizaine de délégations quit tèrent la France. Nous avons rencontré là-bas, des déportéS qui savent ce que c'est que le militarisme allemand, de jeunes hommes, qui n'admettront jamais d'avoir pour frères d'armes, les bourreaux de leurs parents, de leurs frères. Mais Il y avait surtout beaucoup, beaucoup de femmes ... des mères de famille désireuses de protéger leurs petits, des jeunes filles, accompagnées de dames aux cheveux blancs, qui pleuraient un fils, un frère, un mari... Leurs visages étaient sérieux et résolus. Pendant ce temps, se préparaient chez nous les cérémonies commémoratives du 10" anniversaire de la Libération. Ces souvenirs n'él,ant pas de nature à faire oublier la C.E.D., le peuple français fit de ce 10' anniversaire, des jours de lutte contre le réarmement des nazis. Depuis, les délégat ions ne cessent d'affluer au Quai d'Orsay, auprès des députés. Elles viennent de tous les coins de France, et ceux qui ne peuvent se déplacer, font leur travail sur place, à Bordeaux, à Toulouse, à Marseille, à Lyon, à Grenoble... par tout jusque dans les villages les plus reculés, malgré les travaux des champs, malgré les vacances. Partout on signe des pétitions, partout on tient des réunions, grandes ou petit es, partout l'on se r end auprès des élus ... Qu'en ces jours décisifs, se multiplient les efforts, les initiatives, et le peuple de France, uni comme au temps de l'occupation, l'emporter a une nouvelle fois. La C.E.D. ne passera pas! as une min (Sui te de la page 1) reau National, et de diverses personnalités, doni MM. le pasteur Lenebach et le peintre Krol. l'appel de notre ment pour la 6e Journée Nationale contre le rac isme, l'a ntisémitisme et pour la Paix, à laquelle vous avez bien voulu vous excuser de ne pouvoir assister. C'est pourquoi nous vous adressons, Monsieur le Président certains d'être approuvés par toute la France a nti racis te, cet appel solennel et pressant : non1 aven , nous v jurons de vous opposer a cords de Bonn et au Trai de Paris ainsi qu'à tou,te forme de réarmement all emand afin de promouvoir, par la négociation, une véritable politique de sécur ité européenne et de Paix. Veuillez agréer, Monsieur le P résident, l'expression de notre parfaite considération. de occidentale est incarnée par le t ère Blank et por les services du com· mandant Gehlen, composés de mem· bres de la Gestapo et des S.S. qui jugèrent les résistants allemands sous le national-soc ialisme ou même les exé~ cutèrent. Les service. Blank et Gehlen abritent tous ceux qui OInt lutté iusqu'au bout aux côtés de Hitler et ne veulent, ni ne t iennent à se mont rer 'lU grand iour avant d'avoir le droit de porter à nouveau leurs décorations nazies lit ••• Deux d" légatlons (par~1 des centaines) se rendant ou Quai d'Orsay Cetfe démarche fut signalée à la presse, qu: s'en est fait l'écho le lendemain. Dans les différenis arrondissements de Paris ei en provInce, les ' seclions du M-R.A.P. ont également organisé et organisent encore des délégations qui se rendent chaque jour aupri:s des députés, pour leur demander de s'opposer à la C.E.D., sous quelque forme que l'on tente de la camoufler. Au nom de la sécurité et der-------------------------------------------------------------------------------------------------------------~-------------------------- Grand meeting le vendredi 27 août au Ver d'Hiv' Des listes de pétitions, éditées par noire Mouvement, c;rculent dans les :mmeubles, da 's les. rues, sur les marchés. De toutes parts, ies antirae;;tes, désireux d'empêcher le retour des horreurs passées, s'unissent, agissent ensemble, multiplient les initiatives. Ils met/ront tout en oeuvre en ces heures décisives, avant et p2ndant le débat de l'Assemblée Nationale, pour faire échec à la C.E.D., à loute tentat:ve de résurrection du militarisme allemand, pour faire triompher une solution pacifique du problème allemand, pour sauvegarder la sécurité de la France, et la paix. AIDEZ LE M.R.A.P. Si les accords de Bonn et de Paris étaient ratifiéS ... . Aidez le M.R.A.P. à poursuivre son act io n ! SOUSCRIVEZ s ou scri vez sans der! plus tar- Adressez vos do ns par man dat ou par C.C.P. : (Suite de la page 1) tiq uement, cette communauté eu'ropéenne a vu le jour. » VOilà donc l'Europe qui se prepare : ce lle des S.S., celle des tu eurs d'Auschwitz et d'Oradour 1 La Wehrmacht, ainsi reconstituée se rait à la disposition d'un gouvernement qui est aux mains de dangereux nazis , compromis notamment dans les pires, crimes racistes - tels Globke, Preusker, Schroeder, Oberlander, Kraft, etc ... Le vendredi 27 aoot, à 20 h. SO, à la veille même de l'ou vert ure du débat sur la C.E. D., le Mouvement de la Paix organise au Vélodrome d'Hiver un grand meeting contre la ratification des accords de Bonn et de Paris, pour la négociation à quatre, pour le salut de la France, son indépendance et la paix. Nous Inv itons les antiracistes à participer nombreux à cette importante manifestation. 10, Rue de Châteaudun, PARIS-&'. C.C.P. 6070-98 Paris. --_....::>-_....::>-....::>-....::>-_....::>-- " Deutschland uber alles" "Nous ne laisserons pas bafouer nos morts" mémorons la Libération, notre souvenir va vers 'fous ces morts ... Le peuple de France dans une union scellée à nouveall. face au danger, non seulement vous crie sa désapprobation, mais aussi tient à vous faire savoir qu'il est des morts qu'il ne permet pas qlle l'on bafoue ! » ... La « Communauté EUf'opéenne » assurerait inévitablement à l'Allemagne de Bonn la prépond," rance au sein de la « petite Europe » des s ix. En effet : • Ell e sera it le pa ys le \J lus peuplé de la « Communauté» : [}5 millions d'habitants, contre 43 millions à la France. • Son économi·e dépasserait de loin celle de ses « associés » : dès septembre 1953, la produclion des usin es d'outre-Rhin dépassait de 77 % celle de la France. • Son al'mée sprait rapidement la plus puissante : M. Max Lejeune indiquait le 17 mars 1954, Pendant la Conférence de re pour que la C.E.D. ne soif Bruxelles , et depuis, de nom- pas, c'est qu'ell plus des danbreuses personnalités, des vic- gers qu'elle représenterait pour .times du nazisme, des patriotes la France, se présentent à ma de toutes tendances ont an res- vue les lourds nuages qui obssé à M. Mendès-France et aux curcissent le ciel du monde. parlementaires des lettres indi- Vous n'êtes pas sans ignorer viduelles s'élevant contre tou,te que ces nuages proviennent des ratification de la C.E.D:, avec fou'rs crématoires, où pendant ou sans protocoles. une cruelle période, ceux que M. Léo LAB USQU lE RE, ar- vous voulez réarmer, brûlèrent. ___________________________________________________ --, liste-peintre, nous a fait parve- hommes, femmes, enfan/s, morts LEP EUP L E AL LEM AND nir la lettre qu'il adresse al.! ou vifs... parce qu'ils ava:enl Président du Conseil. En VOICI commis, aux yeux de leurs qu elques extraits : . bourreaux, la regrettable er- « S; je viens joindre ma VOlX reur de naifre juifs... rle 0 M BAT LUI 1\. U·S S 1 à cel/es des millions d'hommes « En ces jours où nous com- . ' U ! 1 j '-\ et de f e m mes d écid és à lout ta i- :----------------------------' La Communauté JUive de Nancy s'adresse au . Président du Conseil L'Associati on Culluelle Israélitoe de Nancy nous communique un télégramme qu'elle a adressé à l\L Mendès-France à la veille de la Conférence de Bruxell es. Le voici: « A la vei lle Conférence Bruxelles, Fédération Communautés Israélites Nancy présente ses respects à M. Président Conseil, lui exprime l'attachement qu'elle garde aux Martyrs déportation, ses craintes du réarmement Allemagne, ses espoirs pour une France libre. » On nous signale d'autre part qu'un Comité contre le réarmement de l'Allemagne a été constitué pal' les différentes organisations juives de Nancy. Ce Comité a rendu visite à les parl ementaires du dé" 1.ent, qui se sont pronon-. re le réarmement alle- Le peuple allemand, lui aussi s'oppose a u réa rmement et à la politique belliciste d'Adenauer et des généraux nazis. Ci-dessus : Une récente manifest a t ion de rue à Hambourg à la tribune de l'Assemblée Nati onate que, pour dégager un effe ctif « européen » égal à celui de l'All emagne, soit 450.000 hommes, la France devrait avoir sous les drapeaux un million de soldats, « effectif qui ' n'a jamais pu être atteint hors le cas de mobilisation générale ». « L'espace vital » Cette suprématie, Adenauer la soulignait dans une déclarati on en août 1953 : {( Grâce au \ralté de Paris, l'Allemagne a cessé d'être une puissance de second ordre·. Dans la Communauté Europé. enne, c'est elle ' qui aura le rôle dir igeant ». D'ores et déjà, le chant hitl érien

«Deutschland über alles»,

l'Allemagne au-dessus de tout, ast devenu l'hymne de l'F,tat de Bonn. Le chancelier lui-même reprend le thème de « l'espace vi tal ». Le 7 septembre 1953, il proclamait : « Quand nous aurons çréé une Europe unie, vous aurez ce dont, vous, Jeunes gens, avez besoin : de l'espace pour un développement économique et culturel. » On sait ce que cela veut dire. M. G. TIMMORY : Ecr.ivain « Pas de S.S. déguisés en Européens » M. Gabriel TIl\1MORY, écrivain, Officiel' de la L('gion d'Honneur, nous écrit : « "'e ne puis admettre que l'on nous ramène les S.S. déguisés en Européens. « "'e me déclare donc, une fols de plus contre la C.E.D. qui livrerait la France à ses pires ennemis. » Encouragement au 'racisme et à l'antisémitisme I!:n réarmant les bourreaux nazis, en favorisant les forces de guerre, la C.E.D. aggraverait considérablement le danger du racisme et de l'antisémitisme. • Déjà, en Allemagne Occidentale, le gouvernement Adenauer permet le développement de l'antisémitisme, et la reconstitution des organisations de pogromlstes. Il ne se passe pas de semaine, sans que ces organisations se livrent à des attentats contre des magasins Juifs, ou profanent les cimetières Juifs. • Les ministres et les. parlementaires de Bonn ne craignent pas de donner l'exemple. Seebhom, mlnlst're des Transports, mettant sur le même plan les Juifs et leurs bourreaux, déclare qu'II ne consentira « à la réparation des anciennes Injustices faItes aux Juifs » que si, p1'éalablement, on répare II: les Injustices » (sic) faites aux criminels de guerre. Hedler, député, proclame que les camps nazis n'ont pas tué assez de Ju ifs - et est acquitté. Horst Haasler et Hans "'oachim von Merkatz, députés, affirment que le massacre des Juifs par les hitlériens est « une vieille histoire que l'on devrait pas réveiller », etc ... • Des lois. racistes sont encore ' en vigueur en Allemagne Occidentale, notamment c'elle qui interdit l'abattage rituel du bétail, tel qu'II est pratiqué par les Juifs orthodoxes. • En France, parmi les plus ardents protagonistes de la C.E. D . . se trouvent les anciens collaborateurs, dont Rivarol se fait le porte-parole. Ils y voient la possIbilité de reprendre leurs méfaits et la virulence de leurs appels antisémites va croissant de semaine en semaine. " L'ordre " d'Hitler L'article 11 du traité de Paris permet à l'Allemagne de Bonn de reconstituer sans contrôle des forces de police. d'Adenauer à cette besogne de répression serait d'autant plus fruc tueuse qu'en vertu des ac cords de Bonn, les archives de la Gestapo et des camps de concentration lui auront été remises (5" part ie, chapitre l, ). Enfin , le Commissariat , qui Et le président des Etat.s Unis, le général Eisenhower, dont on sait ies press ions, qu'il ex erce pour ia ratifi cation de ' la C.E.D., affirmait , en septembre 1952 : « Il est de notre Intérêt, et c'est notre tâche, que l'armée allemande puisse s'engager dans n'Importe quelle dIrection que nous, Amér Icains, estimerons nécessaIre. » La Poix menacée Les ar co rds de Bonn et de Paris sont des trailés de guerre et d'agression : • Loin d' unifier j'Europe, ils ia coupent en deux parties (et j'Allemagne en premiel' lieu ), qu'ils tendent à dresser l'une contre l'autre. • Ils encouragent les militaristes allemands dans leurs rêves de revanche, de reconquête et d'agression, puisque leurs provocati'ons pourraient entraîner dans la guerre, à leurs côtés, les autres pays de la C.E.D. • Basés SUI' la politique du fait accompli, c ontraires aux accords de Potsdam, ils feraient obstac le' à la négociation pour une véritable sécurité européenne, pour la solution pacifique du probl i'me allemand et pour le renforremenl de la paix mondial e. Or, le Commissariat, 0 l' - ganisme dirigeant d·e la C.E.D. peUt confier aux agents dont Il dis Dose des missions et des enqlHites dans Lous les pays de la « communauté », dont la France. décide (art. 77 ) de « l'implan-I--;::============~ tatlon » des forces « européen- Le Commissariat, peut· aussi agir de son pt'Opre chef sur ie territoire d'un Elat membre pour « assurer la défense Intérieure », c'esl-à-dire pour réprimer toute opposition. La participa tiin de la police nes », pourrait, pal' exemple, faire venir an France des unités allemandes. On imagine avec terreur ce que pourrait être l'attitude de·s anciens .MUl;reaux, agents de la Gestapo et S.S., de retou r sur notre sol. Un donger mortel pour la France « L'intégration » entrainerait pOUl' ia France la perte de son indépendance nationale dans tous les domaines : militaire, économique, financiel', politique, diplomatique. Les déput.és ' na pourr'aient même plus fixer le budget du pays ni la durée du service militaire. Et l'expans ion territoriale de l'Etat de Bonn ne tarderait pas, comme sous Hitler, à menacer directement la France ainsi li gotée et baillonnée. Lisez les déclarations suivantes, et jugez : « Aussitôt que l'Allemagne Occidentale possèdera 20 divi - slons, on pourra tenir UA tout autre langage à MeSSIeurs les Français » (Ex-généra 1 nazi FRIESNER ). « Une Europe véritable ne pourra être formée que lorsque le bloc allemand sera reconstitué .... .e vous rappelle que ce bloc comprend, outr'e l'Allemagne, l'Autriche, une partie de la 8uisse, la Sarre bien entendu, l'Alsace et la Lorraine ... Quand Je 'pense à la cathédrale de Strasbouro, mon coeur se serre » ... (Jacob KAISER, ministre des Affaires Extérieures de Bonn,2 mars 1951 ). TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ HI, rue de Châteaudun, Paria ge Tél. : TRU 00·87 FRANCE et UNION FRANÇAIS!' Un an : 300 franco. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franca I.BONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 Iran CR TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte rh. post. : 6070·98 Pari. Pour le. rhangemen!8 d ad re .. e envoyer 20 francs et la dernièr. bande. Le gé'ran! : Ch. OVEZAREX:, S.I.F.N .. 14, rne de Paradi., - :- PARIS (X') -:-

Notes

<references />