Droit et Liberté n°351 - septembre 1976

De Archives
Aller à : navigation, rechercher
    • Agression nazie au MRAP page 3
    • Présumés coupables (chasse à l'immigré; des statistiques truquées...) par Monique Gervy page 6
    • Point chaud: Amandla Ngawethu (Afrique du Sud) page 8


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Dossier: Sports, les tricheurs (racisme et xénophobie dans le sport) par Théo Saint Jean et Robert Pac 11
    • Eruption culturelle aux Antilles page 18
    • Education à la fraternité: des renforts pour la rentrée par le comité directeur du Centre de Liaison des Educateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E.P.R.) page 21


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.


Diffusion de couture 'eEtL Créations Arlette Nastat vaGeI\Jnastat 43, rue d'Aboukir, Paris-2'. Tél. : 508-88-60 2 • dernière heure. agressi•o n nazi• e au mrap Une agression a été perpétrée à Paris, dans la nuit du 22 août, au siège national du M.R.AP., où les bureaux ont été saccagés et souillés, des dossiers et des fichiers fouillés et dispersés, tandis que des chéquiers étaient volés. Sur les meubles étaient peintes des croix gammées et l'inscription : « Groupe Joachim Peiper. Nous vengerons Peiper ». Après les agressions de même style qui ont eu lieu ces derniers temps contre d'autres organisations, l'affaire Peiper (voir page 10), dont bien des aspects restent obscurs, prend ainsi de plus en plus clairement la signification d'une provocation dirigée contre tous ceux qui condamnent le nazisme et luttent contre ses séquelles. Le M.R.AP., qui est absolument étranger à cette affaire, réprouve sans équivoque les violences et les attentats, quels qu'en soient l'objet et les auteurs. Son action s'est toujours poursuivie au grand jour, dans la clarté.Et il demande depuis sa création, que la Justice accomplisse la tâche qui lui incombe dans le châtiment des criminels hitlériens d'hier comme dans la mise hors d'état de nuire des racistes et fascistes d'aujourd'hui. L'agression contre le siège du M.R.AP. survient moins de deux semaines après sa conférence de presse avec l'A.N.C. et les syndicats de FRAMATOME contre l'apartheid; quatre jours après la conférence de presse, tenue avec les syndicats de la police et droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 Photo: Patrick Ghys ceux de la R.AT.P., contre le racisme quotidien visant les travailleurs immigrés; au lendemain de la participation de notre vice-présidente George Pau-Langevin à une émission de radio très écoutée; sans parler de maintes autres initiatives et interventions dont la presse s'est fait largement écho (voir pages 5 et 17). On ne peut s'empêcher de penser qu'il est des milieuxoù l'on ne peut pardonner au M.R.AP. son combat dynamique et son rayonnement toujours plus vaste. Les méthodes odieuses employées pour tenter de l'intimider sont évidemment vouées à l'échec; mais il ne fait pas de doute qu'elles contribuent au climat de tension et d'insécurité que certains s'ingénient à développer, pour l'utiliser à des fins inavouables. Dangereuses pour tous, elles tendent à justifier les déploiements policiers, les actes arbitraires qui se multiplient sans autre effet que d'accentuer à leur tour les peurs et les orientations antidémocratiques. C'est pourquoi le M.R.AP. demande avec force, une nouvelle fois que des mesures efficaces soient prises d'urgence par les pouvoirs publics contre ceux qui recourent à ces méthodes ou les inspirent. Il appelle tous les antiracistes, tous les démocrates, à lui apporter plus que jamais leur actif soutien. Et quoi de mieux, pour ce faire, que rejoindre ses rangs par l'adhésion. 3 _ courrier _ un raciste bien connu Vous avez sans doute lu comme moi le nO 1417 de Paris Match contenant l'interview de G. de Villiers connu surtout pour son arabophobie pathologique. A la fin de cet article on comprend que la lutte des antiracistes est comme le Rocher de Sysiphe, elle est toujours à recommencer. « Morte la bête, mort le venin " ; cet adage est donc faux puisque Hitler disparu, le nazisme a encore des héritiers. A preuve, Gérard de Villiers qui voudrait exterminer les Arabes qu'il situe au-dessous des chiens. Après de telles déclarations, on ne peut ressentir que honte et tristesse dans un pays qui est « naturellement humain et historiquement généreux " (Dixit De Gaulle) et qui a donné au monde la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Mais il faut se consoler en pensant que l'immense majorité des Français réprouvent le racisme, facteur de division et d'injustice. Sans beaucoup d'illusions, j'ai écrit à Paris Match pour lui dire qu'un tel article rappelle « mutatis, mutandis » les vociférations hystériques de Monsieur Adolphe contre les Juifs. Et on sait comment cela s'est terminé ... Après Hitler, Monsieur de Villiers voudrait peut-être rouvrir les fours crématoires, cette fois pour les Arabes « ce concentré des défauts humains " (De Villiers). De telles allégations semblent anodines, mais il faut se rappeler avec V. Hugo, qu'un mensonge répété devient à la longue une vérité. Et qui pourrait nier une remontée en flèche du racisme : le pétrole, c'est la faute des Arabes (comme s'il n 'y avait qu'eux qui produisent du pétrole). le chômage? mais voyons, tous ces immigrés qui prennent la place des Français! La délinquance? il suffit d'expulser les étrangers pour que la paix règne entre nous, les bons Français ... ARTICLES - CADEAUX MAROOUINERIE SERVIETTES· PORTE·DOCUMENTS Heureusement Que Droit et liberté est là pour réfuter toutes ces allégations mensongères et sensibiliser l'opinion sur le danger renaissant du racisme. Et comme l'a dit B. Bretch « Il est toujours fécond le ventre d'où est sortie la bête immonde ". Ci-après copie de la lettre que ma fille a envoyée à Paris Match de sa propre initiative. Cet exemple permet de bien augurer de l'avenir. La jeunesse assimile le racisme à la plus odieuse des injustices. M. BELARBI 50000 Saint-Lô Je préfère un père ouvrier gagnant son argent honnêtement à un père gagnant de l'argent en méprisant les autres races. Comme je suis heureuse de ne pas avoir un père qui vous ressemble. C'est la première fois que je VOIS un homme ayant l'audace d'écrire de pareilles sottises. J 'ai beaucoup d'amies de races différentes et cela me fait mal quand vous les traitez ainsi. Nathalie, 12 ans qui vous demande de faire un effort pour aimer tout le monde. art et caracul Visitant, à Venise, pendant les vacances, le Palais Rezzonico, j'ai eu la surprise de découvrir que le régime raciste de Prétoria ne manque aucune occasion de « soigner " sa publicité. Dans une salle, trois grands tableaux portaient une plaque indiquant qu'ils avaient été restaurés en 1972 grâce à la générosité de la Chambre du caracul, de Windhoek, Sud-Ouest Africain On sait que le caracul est une fourrure exportée en grandes quantités du Sud-Ouest Africain (Namibie) occupé illégalement par' la République Sud-Africaine. C'est sans doute en échange de contrats fructueux • dernière heure • agression nazie au m.r.a.p ................ p. 3 • l'événement. présumés coupables ....... .. .............. p. 6 • point chaud • amandla ngawethu ............. ............. p. 8 • dossier. sports: les tricheurs .. .. ................... p. 11 • action. août ...................................... ........ p. 17 • pleins feux • éruption culturelle aux Antilles ................. ..... .. ....... ... p. 18 • éducation à la fraternité • des renforts pour la rentrée _... .... .. ........... .... ........... p. 21 que les sociétés étrangères pillant les richesses d'un peuple opprimé, ont rendu ce service à la municipalité de Venise, qui a le plus grand mal à entretenir et faire fonctionner ses musées. Comme les tortionnaires nazis qui écoutaient de la musique classique avant d'envoyer un contingent de déportés à la chambre à gaz, ces défenseurs de /'« ordre » sanglant régnant en Namibie se posent aussi en défenseurs de l'art ... Quelle lamentable escroquerie! F. RENACLE Paris - 17· GROS 1/2 GROS ROMY 9afvucaüo.n de Sté Anonyme au Capital de 500.000 f. 9};tûrots. et 9;o.ute fabricants ceo.nlection IMPORT-EXPORT Société Anonyme au Capital de 200.000 Francs 70, RUE DU TEMPLE, 75003 PARIS 159, rue montmartre paris - 2 e Tél. ' : 887.72-11 .OE 236-28-37.OE 236 - 37·78 4 soyons sérieux C'est un vieil adhérent du M.R.A.P. et un abonné à Droit et liberté qui vous écris. De plus, étant en activité à Paris, j'ai eu l'occasion de faire entendre la voix protestante à tels de vos meetings. Je lis dans le nO iuill. -août 76, à la page 11 : « l'architecture des Arabes a inventé l'ogive à arceaux retournés ... Ils ont inventé aussi la coupole ... » Je ne suis pas un spécialiste de l'histoire de l'art, mais cette dernière affirmation m'étonne. Pour ne prendre qu'un exemple, Ste -Sophie, de la première de ses reconstructions successives, a connu la coupole et cela bien avant l'apparition de /'Islam au 7e siècle. De plus, un manuel m'indique que les Romains connaissaient la coupole. Je pense qu'il faut, en France, rappeler ce que la civilisation doit aux Arabes musulmans. Mais je pense que des affirmations contestables, voire même erronées ne rendent pas service à notre mouvement anti raciste, accusé alors de manquer d'objectivité et de sérieux dans ses affirmations. P. DUCROS 17640 Vaux sur Mer 120, rue salnt'denls, 75002 paris téléphone 231.09.57 - c .c.p. 6070-98 paris directeur de la publication albert lévy rédaction jean-louis sagot-duvauroux maquette lucky thipha ine publicité au siège du journal droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 _ éditorial _ si le m.r.a.p. n'existait pas Si le M.R.A.P. n'existait pas, il faudrait le créer. D'urgence. Cette évidence ressort avec éclat des événements actuels. Contre les étrangers travaillant en France, l ' injustice, l'arbitraire atteignent un degré alarmant. Il leur suffit de prendre le métro pour devenir suspects, et être l'objet, « au faciès », d'opérations systématiques de contrôle et de fouille. S'ils sont présumés coupables du moindre délit, s'ils luttent pour défendre leurs droits, sans autre forme de procès, sans la plus élémentaire défense, on les expulse comme de dangereux criminels. Dans le même temps où s'accentue pour eux ce climat d'insécurité et d'intimidation, tout est fait pour susciter à leur égard l'hostilité de la population : aux accusations de provoquer le chômage et le déficit de la balance commerciale, quand ce n'est pas la crise du pétrole, lancées par les plus hauts responsables de l'Etat, s'ajoutent aujourd'hui les statistiques tendancieuses du ministre de l'Intérieur sur lacriminalité. Comment s'etonner si les actes racistes se multiplient, si les préjugés et les incompréhensions s'aggravent? Il faut remonter à la guerre d'Algérie pour constater une entreprise comparable de répression et d'intoxication - dont les discours moralisateurs de M. Dijoud ne peuvent, bien entendu, supprimer les effets. Trente-deux ans après la libération de Paris, on ne saurait davantage considérer que le nazisme, avec son 'cortège de méfaits et de crimes, est définitivement vaincu . La trouble affaire Peiper attire l'attention sur l'impunité de centaines, de milliers d'assassins hitlériens et de leurs collaborateurs, ceux notamment qui, portant au paroxysme le délire raciste, ont pris part à l'extermination des juifs. Et, malgré les assurances maintes fois réitérées, les autorités semblent impuissantes à mettre hors d'état de nuire les auteurs d'attentats contre les synagogues, les institutions et organisations juives, ou encore les diffuseurs de publications comme L' Anti-Voutre où s'affiche la nostalgie des temps d'horreur et de honte. Certes, la France ne détient pas le monopole du racisme, dans ce monde déchiré, où les haines déchaînées font couler des flots de sang, où les àtteintes à la dignité humaine sévissent un peu partout. Mais comment ne pas s'indigner lorsque dans les deux paysLiban et Afrique du Sud - où les massacres suscitent en ce moment l'émotion de l'opinion mondiale, ce sont des armes françaises que l'on voit aux mains des massacreurs? Que sert de condamner l'apartheid, si l'on donne à ceux qui l'imposent des moyens économiques et militaires sans cesse accrus? Alors que le régime raciste de Prétoria rencontre une résistance sans précédent de la population noire, alors que la communauté internationale le condamne sans appel, que les peuples du Tiers-Monde élaborent de nouvelles mesures contre lui et ceux qui le soutiennent, la France, à vouloir le sortir de son isolement, s'isole elle-même à ses côtés dans la réprobation universelle. Fâcheux destin pour le pays qui fut celui des Droits de l'Homme que d'être le « meilleur ami », le dernier recours des héritiers les plus insolents du nazisme! Heureusement, le M.R.A.P. existe. Sa vigilance, sa pression permanente expriment l 'attachement du peuple françaiS à ses traditions les plus généreuses. Grâce à lui, les racistes sont sur la défensive, doivent se camoufler ; ils craignent les réactions de l'opinion et les rigueurs de la loi. N'agissant pas seulement en tant que tel, le M.R.A.P. est le levain de l'action, le catalyseur de l'union des forces antiracistes. Il l'a montré clairement dans la dernière période. Beaucoup lui reste encore à faire. Albert LEVV 5 _ l'événement _ présumés coupables C'est décidé, ,la chasse à l'im~igré dans le métro a été carrément désignée comme un nouveau sport, sans risque, aux f!rces de 1 ordre : tout~ latlt~~e I,eur .e~t d(:mné~ pour purger le pays de ceux qui sont présentés comme les premiers responsables du climat d Insecunte qUI atteint tout le monde. Les hommes en arme se multiplient dans les couloirs: à tel point que l'on sort son révolver pour contrôler le billet d'un Tunisien, et que cela peut se terminer par u!le f~s.llIade ~t deux morts. Dans le l'!1ême temps l'impunité donnée à un criminel nazi de haut vol, puis sa dl;;pantlo,:!, s accompagn~nt de m,ultlples attentats contre des organisations juives ou des mouvements democratlques. AI! cours d un~ confe~ence de presse donnée au M .R.A.P.le 18 août, les syndicats de la police etde la R.A.T.P. ont denoncé le climat creé par des déclarations tendancieuses du ministre de l'Intérieur climat de méfiance et de raci.sme. A la 'pe~~an~nce juridiql!e du M.~.A:P., les témoignages se multiplient. Nou~ en citons quelqu.es-uns parmi les plus significatifs dans les lignes qUI sUivent. On peut le dire, la cote d'alerte est désormais franchie. Récemment, un Algérien qui sortait d'un restaurant se voit interpellé par deux hommes en civil qui lui demandent ses papiers sans lui présenter leurs cartes professionnelles. Avant qu' il ait le temps de les leur montrer, ils le frappent. Alors qu ' il ne présente plus aucune défense et qu'il est à terre, ils le molestent à l'aide d'armes prohibées telles que des « menchakus »et des « poings américains ". On ne saura jamais s'ils faisaient partie de la police, car après avoir appelé un car de police-secours, ils confient la victime aux policiers et partent en toute impunité. L'Algérien reste 48 heures au poste et sera jugé sans avocat, sans avoir compris ce qui lui arrivait. De même, à la R.A.T.P., il arrive que des agents se croient autorisés à injurier des passagers à qui ils attribuent une origine ethnique « au faciès » • Ainsi un conducteur d'autobus a arrêté son véhicu le pour vérifier les titres de transport d'une des statistiques truquées ,M. Poniatowski, ministre. de nnt~rieur, a pris la redoutable responsabilité de developper une psychose antl-lmmlgres sur la base de statistiques manipulées, lançant la police contre les travailleurs immigrés et aggravant de ce fait l'insécurité de cette partie de la population. On peut lire dans le bulletin du ministère de I"lntérieur (29/7/76) que les immigrés commettent plus de crimes ou de délits que les Français. Droit et liberté et le M.R.A.P. mettent en cause la validité de cette statistique. Elle se fonde sur les personnes mises en cause par la police. Mais être mis en cause par la police, ça n'est pas une preuve de culpabilité, surtout lorsque l'on a la peau un peu brune! . On c~mpare, telle.quelle, la population française à la population immigrée. Mais les Immigres sont pnnclpalement des hommes adultes, tandis que la population française comporte femmes, enfants, vieillards, parmi lesquels la criminalité est moins élevée ou nulle suivant les cas. On met dans le même sac des délits qui ne touchent pas du tout le même type de personnes. Ainsi, il y aurait 69 % d'étrangers dans les personnes mises en cause pour trafic de stupéfiant. Mais s'agit-il des travailleurs immigrés qui vivent en permanence aux cotés des Français? Notons en dernier lieu qu'un nombre incalcu lable d'étrangers sont « mis en cause » pour des délits administratifs (cartes de séjour, attestations de logement, etc.) qui ne rentrent pas dans ce que « l'homme de la rue » a coutume d'entendre par le terme délinauance. Rappelons que les statistiques citées par droit et liberté, nO 349, p 18, et qui sont fondées sur les condamnations réelles pour des catégories de population comparables aboutissent à la conclusion exactement inverse de celle du ministre. Il faut donc bien se poser la question : pourquoi ne dit -il pas la vérité? 6 personne. Il l'a injuriée, la traitant de « sale juif » et affirmant contre toute logique que, bien sûr, les t itres de transport gratuits étaient au bénéfice exclusif de « cette sale race ». Une autre personne ayant osé protester contre cette attitude s'est vue promise dès la réouverture des fours crématoires une place d'honneur. Il n'y a pas à généraliser des attitudes de ce genre. Mais on peut s'étonner cependant du silence de la direction à laquelle le M.R.A.P. avait adressé une lettre de protestation, et qui n'a pas à ce jour communiqué le nom de l'agent incriminé. On voit ainsi qu'il est faitde nombreux obstacles à l' appl ication de la loi de 1972. Un policier antillais en a été lui-même victime. Il se trouvait dans un café, place d'Italie. Le patron du café a refusé de lui rendre la monnaie qui lui revenait. Parce qu'il protestait, il fut agressé. Sûrde lui, le patron appela la police. Les policiers refusèrent de prendre la déposition de la victime et d'entendre ses témoins, jusqu 'à ce qu'il fasse état de sa qualité de policier. Ce refus de prendre les plaintes des étrangers victimes d'agressions est malheureusement fréquent. Nous l'a vons constaté nous-mêmes dans un commissariat de quartier où, par deux fois, les policiers refusèrent de prendre la plainte d'immigrés. Curieusement, ils reviennent sur cette décision lorsque ceux-ci sont accompagnés de Français. Cependant, il faut souligner un cas remarquable où la collaboration des policiers a permis de mettre en oeuvre la loi de 1972, et surtout d'éviter que l'incident ne tourne au drame. A Compiègne, des immigrés s'étaient vus refuser l'entrée d'un café. Ils se rendent à la police où des inspecteurs acceptent de les précéder, en civil ; ils se rendent dans le café pour constater les faits. Le patron du café renouvelle son interdiction. Les immigrés insistent. Il sort alors une arme et les menace de mort. L'intervention des policiers les a sauvés d'un danger réel et a permis l'arrestation d'un dangereux raciste. Malheureusement, les interventions de ce genre ne sont pas touiours suffisantes. L'autre samedi, deux Marocains et trois Algériens se rendaient ensemble à Paris, sur l'autoroute. Ils sont arrêtés pour une vérification d'identité. Les policiers s'aperçoivent qu'ils venaient de Dampierre-en-Bruly, près de Sully-surLOire. Les deux motards les emmènent au commissariat de Nemours. Le commis- Il Au faciès )), dans le métro. pour que force reste à la loi Le racisme, lorsqu'il est le fait de membres de la police, prend par là même un caractère très grave, étant donné l'étendue des pouvoirs arbitraires et sans recours que le ministre de l'Intérieur a donné à des hommes qui ne sont ni faits ni formés pour cela. On doit, ~ême dire que les récent~s déclarations désignant tout spécialement les Immigres a leur vigilance ne peut qu accentuer les tendances racistes déjà existantes. Pourtant, c'est de la même manière que pour les autres catégories de Français que le racisme atteint le personnel de la police, et là aussi, là surtout, il faut développer l'information et la lutte antiraciste. Le M.R.A.P. a pris l'initiative de rencontrer l'ensemble des syndicats de police, pour leur faire part. de ses préoccupations. Un accueil particulièrement favorable pour les thèses et l'action du Mouvement ont permis que ces syndicats (Fédération autonome des syndicats de police, syndicats C.G.T., C.F.D.T. et le syndicat C.F.T.C. des personnels en civil) fassent lors de la conférence de presse du M.R.A.P., le 18 août, une déclaration com mu ne da ns laauelle on 1 isa it nota mment qu ' i Is« expriment leur inquiétude devant la montée du racisme et de la xénophobie ", condamnent tout acte de racisme « y compris, bIen entendu lorsqu 'jl est le taIt d'un des membres du personnel de police ». Mais ils soulignaient la responsabilité d'une campagne qui tente « de faire des travailleurs i;nmigrés des pr~sl!'!1és ~oup,!blf!s, des suspects. par priorité », et qui multiplie à leur egard « les 1J0sslbllltés d arbltralfe ». De plus « "s réclament Gue les moyens soient donnés à la police pour que l'application de la loi antiraciste de 1972 puisse être assurée », s'engageant pour leur part « à développer /'information à ce sujet, auprès de Ie.urs adhérents, en vue d'améliorer un travail qui a pour but la sécurité des personnes VIvant en France ". Déjà, certains syndicats ont décidé d'ouvrir les colonnes de leurs bulletins au M.R.A.P. pour que l'information puisse devenir effective le plus rapidement possible. Il y a partout des hommes qu 'indigne le mépris de l'Autre. Sur tous ceux là, repose la responsabilité de donner, face à ceux qui se servent de la diversion raciste, un visage digne et fraternel de notre société. droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 li E E li (: o ë .c "- saire refuse de les garder. Les policiers arguent qu 'ils font partie de « ceux qui ont assassiné à Sully-sur-Loire ", Le commissaire sermonne les policiers et relâ che les six immigrés, auxquels aucun délit n'était reproché. Mais ces mêmes policiers, sans doute atteints dans leur orgueil et leur racisme, poursuivent la voiture, l'arrêtent à la sortie de l'autoroute, emmènent les passagers dans un poste de police où ils sont victimes d'un sérieux passage à tabac. Bien sûr le climat raciste à Sully-sur-Loire dépasse le problème de la police. Une campagne de presse notamment l'émission de T.F.1, en laissant insidieusement la parole aux racistes, a trahi l'opinion formulée par l'ensemble de la population locale de Sully-sur-Loire. Celle-ci ne se prête pas à cette campagne raciste, qui n'est le fait que d'un ancien gendarme nostalgique des colonies et profondément raciste, et de quelques commerçants, fort heureusement peu nombreux, qui tentent d'éliminer leur clientèle en pratiquant une hausse de prix, illégale et discriminatoire. D'autre part, le vrai problème semble se situer sur Ozouer-sur-Loire, plus proche de la centrale nucléaire et des lieux d'hébergement, où sont« parqués ", au vra i sens du terme, les travailleurs immigrés. Il semble que ce soit là, d'ailleurs, que se situe l'origine du drame : les conditions d'hébergement, de vie et de travail, scandaleuses des immigrés. Ils vivent sans structure d'équipement, complètement isolés du reste de la population. On peut parler d'apartheid. C'est ce qu'ont tenté de faire apparaître avec le M.R.A.P., diverses organisations locales, les syndicats, l'Amicale des Algériens en Europe, le P.C.F., réunis pour élaborer un communiqué, et à l'occasion d'une conférence de presse, à Sully et à Orléans où ils ont dénoncé l'exploitation raciste d'un dramatique fait-divers. Il nous faut malheureusement finir une fois encore par l'aboutissement logique de tant de haine tolérée, orchestrée. Deux hommes ont trouvé la mort la nuit du quatorze juillet, sans autre raison, semble-t-il que le fait de n'avoir pas « un nom chrétien ». M. Saïd Irida est mort à Creil sauvagement attaqué par des individus armés qui l'ont jeté dans la rivière où son cadavre a été retrouvé quelque temps plus tard. Sans raison, comme ça , à Abbeville, c'est M. Cevik, d'origine turque, qu'un homme de soixante ans a assassiné d'un coup de couteau parce que la victime l'avait remis en place après qu 'i 1 a it proféré des propos racistes à son égard. Cette criminalité là n'entre pas dans les statistiques du ministère de l'Intérieur. Mais il est vrai qu 'on retrouve si rarement les coupables! Monique GERVY 7 1 _ point chaud _ Les grands panneaux qui décrivent l'univers concentrationnaire de l'apartheid jurent avec le décor apaisant et feutré du restaurant d'entreprise de Framatome. Ils révèlent bien pourtant la déchirure que fait la vérité face à l'inquiétante hypocrisie qui se développe. A l'appel du syndicat C.G. T. de cette entreprise qui doit construire deux centrales nucléaires pour l'Afrique du Sud. le M. R .A. P .• en effet a présenté son exposition sur l'apartheid. vendu de nombreux livres et brochures. badges. affiches. obtenu de multiples signatures pour la pétition demandant la libération des patriotes namibiens condamnés à mort. recueilli des dons de solidarité pour les réfugiés sudafricains victimes de l'apartheid. La même opération se renouvelait. quelques jours plus tard. à quelques pas de là. dans la tour E.D.F. On sait. en effet. que la compagnie nationale doit envoyer des techniciens (blancs!) pour livrer aux racistes le savoir-faire et la technologie nucléair@ acquis au fil des ans par l'Electricité de France. Hier encore, on faisait mine de présenter les travailleurs comme bénéficiaires du scandaleux contrat. Mais aujourd'hui, au moment même ou le gouvernement français en autorisait la signature, les syndicats C.GT et C.F.DT de Framatome répondaient au voeu exprimé par Oliver Tambo, président de l'AN.C. (mouvement de libération de l'Afrique du sud), en condamnant eux-mêmes cette honteuse collaboration. Au cours d'une conférence de presse organisée par le M.R.AP. le 10 août, les deux syndicats déclaraient en effet : « Si aujourd'hui. ce contrat signé est pour le groupe Empain une victoire, il est pour nous une indignation ». Ayant évoqué le fait que ce contrat vient dans un contexte général de collaboration qui dépasse de loin le simple personnel de Framatome, ils ajoutaient que « le poison du racisme ne peut être combattu par le silence » et 8 s'engageaient à développer l'action d'information et.de solidarité auprès des agents de l'entreprise. ils veulent la bombe On sait que le gouvernement et la direction des firmes impliquées (Fra matome, Spie-Batignole, Alstom, E.D.F.) ont développé plusieurs arguments, tendant à prouver qu'une utilisation militaire était impossible. (Et quand bien même !. .. ) Mais il y en a de plus nombreux, de plus forts aussi, qui montrent à l'évidence qu'il n'est possible de prendre aucune garantie réelle. On parle d'un contrôle effectué par Il Pouvoir pour le peuple )): des travailleurs du Cap. l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AI.EA). Mais l'Afrique du Sud elle même est membre fondateur de cette agence! Ces contrôles portent en particulier sur le combustible utilisé (uranium enrichi). Or, l'Afrique du Sud possède sa propre usine d'enrichissement à Valindaba, grâce à l'aimable coopération de la R.F.A Qui l'empêchera d'utiliser comme bon lui semble son propre uranium, enrichi dans ses propres usines? D'autant plus que le gouvernement raciste n'a jamais caché ses intentions de construire la bombe atomique et même de l'utiliser contre ses voisins, au besoin . On peut aussi se demander ce qui pousse l'Afrique du Sud à faire cet investissement, alors qu'elle possède l'électricité la moins chère du monde grâce à ses immenses réserves de charbon et à sa main d'oeuvre à bon marché. Le gouvernement hollandais a refusé la vente de centrales à l'Afrique du Sud parce que ce pays refusait de se soumettre aux contrôles qu'il exigeait. Le gouvernement français semble plus coulant. Mais le simple fait d'exiger ces contrôles constitue la meilleure preuve d'une possible utilisation militaire. D'ailleurs, Oliver Tambo déclarait lors de la conférence de presse, du M.R.AP., le 10 août 1976 : « La décision du gouvernement français d'échanger des centrales nucléaires contre des rands tachés de sang montre une attitude purement mercenaire vis-à-vis de l'Afrique. Nous ne pouvons associer ce geste criminel avec le peuple français. Nous sommes reconnaissants à ceux qui se sont identifiés avec notre cause, plus spécialement les travailleurs français. Nous leur demandons d'intensifier leur soutien sous toutes ses formes. » sharpeville tous les jours Pendant ce temps, l'Afrique du Sud a changé de visage. Une à une, les « townships », ces ghettos noirs à la périphérie des villes se lèvent, sur un fond effroyable et sanglant de massacres devenus aussi quotidiens que la misère et la colère de l'immense majorité du peuple. Ce ne sont plus seulement Soweto ou Alexandra, ces grandes plaies qui flanquent la ville minière de Johannesburg, c'est maintenant aussi Le Cap, avec ses cinquante morts, des enfants pour la plupart, ce sont les étudiants « métis » de la même ville, les étudiants « indiens » de Durban, et même les étudiants blancs, qui découvrent peu à peu la stupeur de vivre dans un pays où l'on tue, et manifestent dans les rues la solidarité de tout un peuple. Les massacres s'accompagnent d'arrestations massives. Et l'on sait ce qui se passe dans les prisons de l'apartheid, et que l'on est jamais sûr d'en sortir. Ainsi Mapepela Mohapi, arrêté le 16 juillet, retrouvé le 5 août, pendu dans sa cellule. ~.1\.4.,!, CAAAA Ulte rourmi ., dix-bait mètres Avec: lUI m.pHI" SIIr la tête ÇA N'EXISTE PAS UlM; rourmi cariant rrançak P·'t-':'N~~xiM-Ëp~ Des joueurs de rugby noirs mêlés à des joueurs blancs dans une équipe sud-africaine ÇA N'EXISTE PAS spectateur noir pris d'un blanc dans un stade sud-africain ÇA N'EXISTE PAS C'EST CA ... r APARTHEID 1 NON AUX GCUANGES SPORTIFS 4V~C L'AFRIQUE-IIU-SUD R4ClST~! c.lE"~""'l·~U"'-JllTUU - "' · '._""'I\WI!' _ "L nlAIl La répression ne connait en effet plus de bornes. On arrête les journalistes qui décrivent les manifestations et « osent » y voir un résultat des lois raciales de l'apartheid. On arrête les prêtres qui s'élèvent contre le massacre de leurs frères aux mains nues, les médecins qui n'acceptent pas de falsifier les rapports d'autopsie, les jeunes dans les rues, et leurs parents qui demandent leur libération. amandla ngawethu Après avoir tenté d'incendier sa maison, par provocateurs interposés, les autorités racistes ont arrêté une fois encore Winnie Mandela, femme du président de l'African National Congress, Nelson Mandela, condamné à la prison à vie. Ceci est très significatif des craintes et des fantasmes des racistes. Winnie Mandela, c'est le symbole vivant d'une résistance qui n'a jamais cessé. On a tout d'abord tenté de faire croire que le mouvement de libération traversait une crise, les jeunes opposés aux vieux, qualifiés de « modérés ». Pourtant, ils étaient partout, les slogans de l'AN .C., même si c'est une colère spontanée qui a jeté les foules dans la rue. L'AN.C. a d'ores et déjà décidé de développer la lutte sur tous les fronts, y compris celui de la lutte armée, seule recours contre un régime qui n'a de comparable que l'occupation nazie. Mais agir contre l'apartheid droit et liberté. nO 351 septembre 1976 ce ne sera pas à l'initiative du gouvernement raciste, qui a cru prendre de vitesse le développement de la libération en massacrant des enfants sans défense. Voilà trop longtemps que l'AN.C. lutte dans les conditions difficiles de la clandestinité pour ne pas se laisser manoeuvrer par ceux qui n'attendent que de voir les combattants de la liberté succomber à la colère pour pouvoir mieux les écraser sous la puissance des chars AMX et des hélicoptères « Alouette » . C'est un signe : la provocation contre Winnie Mandela a fait long feu puisque ses auteurs ont dû reconnaître implicitement son immense popularité en l'arrêtant sans motif. Oui, vraiment, il est désormais partout, son mot d'ordre, ce cri de la liberté: Amandla ngawethu. le pouvoir au peuple. Alors, la solidarité devient, plus que jamais, une urgence absolue : solidarité matérielle avec les réfugiés, victimes de l'apartheid, en participant à la campagne du M.RAP. (1), solidarité politique, par l 'information sous toutes les formes possibles, développement d'une campagne nationale pour empêcher la livrai son des deux centrales nucléaires et les contacts politiques avec l'Afrique du Sud, et en particulier dénoncer et faire interdire le scandaleux congrès franco-sudafricain de tourisme présidé par les ministres Médecin et d'Ornano, à Deauville, au début de septembre. Racine MAIGA 1) Envoyez vos dons au siège du mouvement avec la mention : « Solidarité contre l'apartheid ». C.C.P.: 14-825-85 Paris. ___ vonfl... __ fi!J~ . . .~ vlrtIer _ hlller le vrai visage de l'apartheid A~ dermr:..~ En vente au M.R.A.P., 10 fr les 3 affiches Prix spéciaux aux comités et organisations. 9 - au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours Peiper: pas la vengeance la justice - Peiper sera vengé! » Le voilà le cri de haine, et non la légitime protestation d'une région, marquée par l'occupation où cet ancien tortionnaire SS, coupable de nombreux - crimes odieux » croit de bon goût de venir finir ses jours, sans d'ailleurs qu'il semble avoir besoin de travailler. Est-ce à dire que nous justifions le meurtre, si meurtre il y a eu, lors de l'incendie de la maison de Peiper, dans un village de HauteSaône? Certes pas, et cela pour de multiples raisons. La première est que ce sont les méthodes criminelles des nazis que nous combattons, et qu'il serait singulier que nous admettions qu'on utilise le meurtre pour le faire. Mais la seconde, qui est la plus importante, tient dans le principe qui guidenotni action contre le nazisme et ses résurgences: ce n'est pas - la peau» des nazis que nous voulons, c'est la peau du nazisme. En effet, les millions de morts, les juifs exterminés et ceux qui restent, avec la mémoire de tant des leurs à jamais disparus, les femmes, les enfants, les prisonniers désarmés que Peiper et ses semblables ont exterminés au nom d'une croisade antijuive et antibolchévique que bon nombre de renient pas, tous ceux là ont droit à la justice. A la justice cela veut dire: à ce que la société fasse justice pour le respect du passé et pour la sauvegarde de l'avenir. Nous ne nous accommodons pas de la mort ou de la disparition d'un homme tandis que de nombreux autres assasliins coulent des jours paisibles sous une respectabilité d'emprunt. Il est urgent que le gouvernement prenne toutes les mesures pour qu'on ne dise pas un jour que d'une manière ou d'une autre le fascisme hitlérien pourrait être pardonnable. nostalgiques de la solution finale Notre vigilance n'est pas, beaucoup s'en faut, nostalgie d'anciens combattants. Il suffirait pour le prouver, de voir les attentats qui ont suivi l'incendie de la villa de Traves. L'U.J.R.E. (Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide), la LI .C.A. (Ligue Internationale Contre l'Antisémitisme), la Presse Nouvelle Hebdomadaire (journal juif progressiste), la Ligue des Droits de l'Homme ont successivement fait l'objet d'attentats de la part de groupes néo-nazis se recommandant de PeipElr. Des menaces de mort ont été faites à plusieurs reprises à l'égard de ceux qui ont permis l'identification du colonel nazi. Tous ces faits montrent qu'il existe des réseaux prêts à défendre par le crime les - idéaux » meurtriers et racistes du National-socialisme. La promptitude avec laquelle ces groupes ont agi oblige à se poser la question: n'existerait-il pas autour de Peiper, membre actif d'une amicale d'anciens SS, un réseau nazi que ne pouvait, en toute occurence, qu 'encourager la passivité et l'indulgence des pouvoirs publics? Lorsque par exemple nous nous indignons de la tenue en Allemagne Fédérale, à Hambourg,d'un meeting d'organisations nazies européennes, c'est parce qu'aujourd'hui encore, dans notre pays les propagandistes de la haine bestiale agissent contre ceux qui en furent les premières victimes. C'est une litote de dire qu'il est plus urgent de débarrasser le pays d'une telle vermine que de faire la chasse aux travailleurs immigrés syndiqués. Jean-Louis SAGOT -DUVAU ROUX 10 • A la conférence de Colombo, la solidarité des pays nonalignés avec le peuple de l'Afrique du Sud, a montré dans quel isolement international risque de se retrol:lver la France, si le gouvernement continue sa politique de soutien militaire et nucléaire aux racistes de Pretoria. Au moment même où les foules désarmées se font massacrer en Afrique du Sud, le pays des Droits de l'Homme s'honorerait en renforçant les liens d'amitié avec les peuples du tiers-monde et en interrompant une collaboration humiliante et criminelle avec les nazis de l'apartheid . . • Quel chrétien peut se reconnaftre -dans ceyx qui au Liban vont jusqu'à reproduire le supplice effroyable du Christ, jusqu'à crucifier leurs adversaires? L'extermination du peuple pa lestinien par les fascistes ne peut décidément pas être mise sous la responsabilité de la religion, d'autant plus que bon nombre de Palestiniens sont chrétiens, héritiers des toutes premières communautés qui a ient existées. • Les caprices de la Soufrière, menaçant la Guadeloupe, pays peuplé pour moitié de chômeurs, à abandonner tous leurs biens, cases et bétail. Sur elle pèse une lourde hypothèque qui ne pourra qu'aggraver les effets d'une politique coloniale, en dépit des mots employés. Toute notre solidarité va aux victimes de cette catastrophe et à leurs familles exilées en France. • M. Dijoud prétend qu' il apporte des facilités nouvelles pour la venue des familles d'immigrés en France. Outre le fait qu' il est difficile de discerner la nouveauté dans des dispositions qui sont en vigueur depuis des années, il faut en noter l'hypocrisie. Une des conditions consiste en effet dans le fait de pouvoir justifier d'un logement correct. Mais en bref c'est évidemment mettre la charrue avant les boeufs. Il faudrait d'abord donner la possibilité effective aux immigrés de trouver un logement décent, avant de donner des - facilités » dont l'immense majorité ne peut pas profiter. • Moussa Konaté, le travailleur malien illégalement expulsé par M. Poniatowski, est rentré eta pu reprendre son travail après l'action de solidarité entreprise et la décision du Conseil d'Etat désavouant le ministre. La solidarité doit se poursuivre afin que tous les autres expulsés puissent revenir eux aussi et que soit réparée une injustice que le M.R.A.P. a dénoncée depuis le premier jour. • 'Est-ce parce que la presse se complaît à tJonner à l'Afrique indépendante le visage grotesque et sanguinaire d'Idi Amine, que le massacre de plusieurs dizaines de soldats ougandais lors du raid d'Entebbe, est passé inaperçu? Ou bien y a-t-il une sorte de racisme inconSCient qUI fait considérer comme moins grave la mort d'Africains ou la violation du territoire national d'un pays d'Afrique? Le terrorisme qu'il faut condamner sans appel ne peut-il être renforcé lorsqu'on bafoue la dignité des peuples. Et il faut définitivement extirper des esprits l'image raciste des « rois nègres » qui a permis que s'effectue impunément un raid qui aurait provoqué d'autres réactions s'il avait eu lieu autre part Qu 'en Afrique. • Le festival de Bayreuth a eu lieu comme chaque année avec les rites douteux qui l'accompagnent. Mais cette fois, les nostalgiques du - pangermanisme » et du reich de mille an, à commencer par la famille du musicien, ont entendu u ne fort juste a lIocution du Président de la République, Walter Scheel, qui remettait à sa vraie place, un festival qui ne devrait être qu'artistique. avez-vous renouvelé votre abonnement à droit et liberté? _ dossier _ En 1962, l'Union d'athlétisme (blanche) d'Afrique du Sud prétendit vouloir sélectionner une équipe sur la base du mérite et non sur une base raciale, pour une compétition internationale qui devait se dérouler au Mozambique. Des compétitions séparées étaient organisées pour les Noirs et les Blancs, et la sélection devait se faire sur la base du meilleur temps. Quand il apparut qu'un athlète noir, Henry Khosi, allait être sélectionné, ayant battu d'un dixième de seconde un athlète blanc, le président de la dite Union, M . Matt Mare, décida de passer outre aux règles qu'il avait fait semblant d'énoncer, et pour justifier le fait, déclara sans désemparer

« Un dixième de seconde, ça ne

compte pas réellement! » droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 1 1 1 l , ' '1 1 1 ~ 1 " ; l '1," , " 1 les tricheurs Lorsque l'on parle de racisme dans le sport, c'est immédiatement cette gigantesque tricherie de l'apartheid qui apparait, négation des principes les plus élémentaires de l'éthique sportive. Mais dans de nombreux cas, le racisme, la xénophobie, le chauvinisme, viennent empoisonner ce qui devrait être compétition pacifique et fraternelle entre les hommes de tous les pays. Parce que le sport échappe pour une part aux divisions politiques, culturelles, sociales qui séparent les hommes, il mérite particulièrement qu'on le défende contre le poison du racisme. On a souvent dit de ceux qui militaient avec intransigeance contre le racisme dans le sport Qu'ils voulaient introduire induement de la politique là où il n'en devait pas avoir. C'est exactement le contraire qui est la vérité. Et qui nous fera croire que les mythes tenaces de la supériorité raciale ou nationale ne sont pour rien dans certaines manifestations de chauvinisme tantôt ridicules, tantôt lamentables, parfois tragiques. L'amitié entre les hommes, la rigoureuse égalité des chances sont au contraire une lutte pour le sport autant il est vrai que ce sont tous les aspects de la vie sociale qui sont abîmés, gâchés par le racisme. Le dossier qui suit permettra tout à la fois une information et une réflexion sur un problème significatif, qui dépasse de loin les limites des stades. 11 pour le sport Le déchaînement barbare de la haine raciste fait aujourd'hui de l'Afrique du Sud, le symbole ~e plus épouvantable du terrorisme d'Etat. Pour en arriver là, le système de l'apartheid a poussé jusqu'à la caricature, la ségrégation entre les hommes de couleur différente dans tous les domaines de la vie, entretenant le mépris sur un fond de misère et d'exploitation sans pitié. Le sport n'échappe pas à la règle, et il y a un sport de l'apartheid, comme il y a une religion de l'apartheid, une école de l'apartheid, etc. Il est donc particulièrement intéressant de se pencher sur cette situation, pour voir ce que peut amener le racisme dans le sport et quelles conclusions en tirer pour l'action. Pour ce faire, nous avons demandé à Chris de Broglio, secrétaire général du SAN-ROC, Comité olympique non-racial d'Afrique du Sud, et ancien champion d'haltérophilie de ce pays, de bien vouloir répondre à quelques questions. Pouvez-vous présenter en quelques mots le SAN-ROC (Comité olympique non-racial d'Afrique du Sud) dont vous êtes le secrétaire général? En 1962, l'aggravation constante de la politique d'apartheid et son application dans le domaine des sports d'une part, la menace de plus en plus précise de voir l'Afrique du Sud exclue des compétitions internationales d'autre part, ont entraîné la création du South African Non-Racial Olympic Committee (SAN-ROC) qui se donnait pour but d'organiser le sport sur ,une base non raciale sur le territoire même de l'Afrique du Sud. Le principe en était simple; nous voulions tout simplement que les compétitions se fassent, entre citoyens d'un même pays, sur la base de la valeur sportive et non sur celle de la race . Mais la logique n'est pas le fort des racistes et nous nous sommes très vite heurtés à une résistance multiple, tantdu côté de nombreux sportifs' blancs, victimes du préjugé racial, que, bien entendu, de celui du gouvernement. Notre action mettait en cause le principe sacrosaint de la discrimination raciale et ne pouvait donc pas être tolérée. La communauté internationale reconnaissait pourtant la légitimité de nos buts en excluant peu après les représentants du sport racial des Jeux Olympiques. Très rapidement, les persécutions dont 12 furent victimes les membres du comité, et notamment notre président Dennis Brutus nous contraignirent à installer notre « quartier général » à l'étranger, d'où nous nous appliquons à isoler davantage encore cette aberration que constitue le sport fondé sur des principes raciaux. Néanmoins, le mouvement sportif non-racial n'a jamais pu être tout à fait étouffé en Afrique du Sud, malgré les pressions incroyables qui s'exercent sur les clubs ou les fédérations qui refusent d'inscrire l'apartheid dans leurs statuts. Il faut dire également que la structure même de l'apartheid rend très difficile la pratique du sport non-racial, puisque les gens sont séparés par quartiers sur des bases raciales, et qu'il n'est théoriquement pas permis, par exemple, à des « Indiens» de jouer sur les stades qui se trouvent dans les ghettos africains. Cela ne rend que plus significative, la persistance de clubs refusant la ségrégation, principalement d'ailleurs dans la communauté africaine. Existe-t-il une évolution dans la pratique du sport en Afrique du Sud, comme le prétendent les dirigeants de ce pays? Le gouvernement sud-africain tente par tous les moyens de faire croire à une évolution dans sa politique sportive. Il Chris de Broglio faut savoir en effet que ces problèmes sportifs ont pris une importance énorme dans la psychologie des racistes en Afrique du Sud, comme en témoignent les cris de victoire indécents qui célèbrent chaque rencontre internationale dans la presse raciste. La politique sportive actuelle du gouvernement est qualifiée de « sport multinational », un nom poli qui cache tout simplement la pratique du sport « race contre race» comme le décrit si bien le titre d'un ouvrage récent (1). Comme dans la politique des « bantoustans », il s'agit d'institutionnaliser l'apartheid jusqu'au bout en faisant croire qu'il y a plusieurs « nations» en Afrique du Sud, et qu'il n'y a pas à revenir là-dessus. Mais la supercherie est totale quand on sait que les dépenses consacrées au sport étaient en 74-75 de 464317 rands pour près de 20 millions de Noirs, contre 1 217612 rands pour 4 millions de Blancs. En fait, l'application des théories raciales dans le sport, n'est qu'une pâle feuille de vigne qui cache mall'impossibilité pratique qui est faite aux nonBlancs de pratiquer le sport de compétition. Pourtant, si le gouvernement raciste est amené à toutes ces contorsions pour tenter de masquer le racisme cynique de sa politique sportive, c'est le signe de changements profonds dans l'opinion publique. Désormais, l'Afrique du Sud est exclue de presque toutes les fédérations internationales, et le mouvement s'accélère. Ainsi, à Montréal, en juillet dernier, les fédérations racistes sud-africaines ont été définitivement exclues des fédérations internationales d'athlétisme, de football et de natation. La fédération de voile, pour les « dinghy optimistes » en a fait autant lors du championnat du monde en Turquie. Nous pensons que les fédérations de tennis, de gymnastique et de rugby seront bientôt obi igées de suivre le mouvement. Toute notre action va désormais porter sur ces fédérations. On a accusé votre organisation, et tous ceux qui prônent le boycott des relations sportives avec l'Afrique du Sud, de vouloir introduire la politique dans le sport. Que pensez-vous de cette accusation ? Vraiment, cette accusation est singulière. Dans tous les pays du monde, le sport est un domaine dans lequel on juge les hommes sur la base de leur force et de leur habileté, indépendamment de leurs opinions ou de leur origine. Il n'yen a qu'un qui fasse intervenir directement le système politique en vigueur dans la sélection sportive, c'est l'Afrique du Sud. Et ce système, c'est le racisme le plus absolu qui interdit aux sportifs «nonBlancs », par le simple fait qu'ils n'appartiennent pas à cette minorité, de participer aux compétitions internationales, de représenter leur pays comme champions etc. Il faut que cela soit bien clair, c'est le sport que nous défendons, selon les principes énoncés dans la charte olympique; et c'est le régime scandaleux de l'apartheid qui introduit sa politique rétrograde, absurde et inhumaine dans le domaine du sport. Maintenant, si l'on appelle faire de la politique, défendre les principes les plus élémentaires du sport et tout faire pour les faire respecter par les pays - dont la France - qui ne se sont pas montrés jusque là très chatouilleux sur la défense de ces principes, alors, oui, nous faisons et nous ferons cette politique, pour le sport, pour l'égalité entre les hommes dans notre pays et dans le monde. Quels résultats positifs peut-on attendre du boycott des Jeux Olympiques par les pays africains? L'Afrique n'a pas participé aux Jeux Olympiques de Montréal. Le fait est très important et l'on doit en prendre toute la mesure. La Fédération de Rugby de Nouvelle-Zélande a vraiment pris une attitude provocatrice dans cette affaire. Non contente d'avoir fait de la collaboration avec le sport racial d'Afrique du Sud un principe de base de sa politique, elle a organisé une tournée sud-africano-néozélandaise de rugby au moment même où Pouvons-nous aller chercher notre balle, s. V.p. ? MAY WE fEfCH OUR ~u. 1UA5E? 1 droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 le pays envoyait ses athlètes et ses sportifs dans la plus grande compétition internationale. Nous ne nous sommes pas réjoui du fait que l'Afrique n'ait pas participé. Mais il faut comprendre que ce continent n'accepte plus, définitivement plus, d'être pris pour un continent mineur, auquel ont peut faire avaler n'importe quelle couleuvre. Qu'on en juge: alors par exemple que la Fédération européenne de Football peut suspendre n'importe quelle équipe en Sicile ou en Ecosse, on ne reconnaît pas à la Confédération Africaine de Football ou au Conseil supérieur des sports en Afrique le même droit concernant l'Afrique du Sud, qui bafoue à l'évidence toutes les lois du sport, en même temps qu'elle insulte à la dignité des peuples de l'Afrique. Cette situation ne pouvait pas durer. Déjà, à la suite de cela, plusieurs fédérations sportives ont définitivement exclu les équipes raciales d'Afrique du Sud. Mais surtout, le problème est maintenant posé dans toute son ampleur. Il ya une sorte d'hypocrisie qui n'est plus possible, et que nos frères de l'Afrique indépendante ne supporteront pas. Les pays qui acceptent de transiger avec les principes universellement reconnus du sport doivent en tirer les conséquences. Qu'est-ce que les sportifs antiracistes d'Afrique du Sud attendent des sportifs français? Les sportifs français ne doivent plus aller en Afrique du Sud, sous aucun prétexte, ils doivent refuser toute compétition avec des sportifs ou des équipes sud-africaines. Il s'agit tout d'abord pour eux du simple respect des règles qu'ils suivent dans leur effort sportif. Accepteraient-ils qu'on leur interdise en France de concourir ou de s'entraîner avec tel ou tel parce qu'il est noir, ou juif. ou qu'il a les yeux verts. Ça n'est pas digne, pour un sportif, d'accepter d'une manière ou d'une autre la sélection sur la base raciale, parce que du point de vue sportif, ça n'est rien d'autre qu'une tricherie. Et puis il y a aussi, il y a surtout le peuple d'Afrique du Sud, qui ne se sent absolument pas représenté par les équipes raciales imposées par l'apartheid. Une compétition dans les conditions de l'apartheid, c'est toujours une insulte faite à notre peuple, qui souffre sous le régime le plus inhumain qui soit sur la terre et auquel on a enlevé jusqu'au droit de manifester sur les stades, avec les hommes des autres peuples, sa force et son adresse. Propos recueillis par Théo SAINT-JEAN (1) Race against Race, de Joan Brickhill publié par I.D.A.F., 104 Newgate Street, Londres EC lA-7AP. prix :7 Frs. 13 jeux sans l'atrique Les 18e Jeux Olympiques, qui se sont déroulés à Montréal en juillet dernier, ont largement débordé le cadre des rubriques sportives de la grande presse. On a largement rendu compte à la « une » de plusieurs incidents majeurs qui ont marqué la grande réunion sportive. un combat prioritaire Celui qui nous intéresse le plus, fut le retrait de la compétition des équipes d'Afrique, au nombre de 19, après qu'elles eurent demandé en vain le retrait de la Nouvelle-Zélande qui organisait dans le même temps des matches avec les équipes de rugby de la minorité raciste d'Afrique du Sud, et cela en dépit de sa prise de position officielle contre le racisme. La décision des Africains n'aurait pas dû surprendre les spécialistes sportifs, puisque déjà le Conseil Supérieur du Sport Africain (C.S.S.A.), réuni à Nairobi du 27 au 29 avril dernier, avait lancé un avertissement solennel aux pays qui, « comme la Nouvelle-Zélande, ont maintenu les contacts avec l'Afrique du Sud », à la suite de l'annonce de la tournée des rugbymen néo-zélandais dans ce pays prévue pour le mois de juillet. « Le problème du racisme doit être combattu en priorité. Si des pays comme la Nouvelle-Zélande veulent maintenir leurs relations sportives avec l'A frique du Sud, alors nous nous réservons le droit de les boycotter », avait déclaré M. Abraham Ordia (Nigéria), Président du C.S.S.A. La tournée des rugbymen néozélandais avait rencontré également une opposition très vive en Nouvelle-Zélande. Depuis un an le mouvement antiapartheid H.A.R.T. (Hait Ali Racist Tours) a mené campagne pour l'annulation de la tournée en Afrique du Sud. On se souvient qu'en 1973 une campagne similaire avait obtenu l'annulation de la tournée des Springboks (les rugbymen sud-africains) en Nouvelle-Zélande, après que la question eût divisé le pays et que le gouvernement travailliste d'alors soit intervenu pour l'annulation. Le nouveau gouvernement conservateur actuel, lui, est un « supporter » de l 'apartheid et il encourage l 'établisse ment de liens sportifs plus étroits avec l'Afrique du Sud, ce qui avait rendu plus difficile l'action engagée pour annuler la tournée des Néo-Zélandais. C'est dire l'importance de l'aide internationale à de telles campagnes, ainsi que le soulignait 14 ci ci David Wickham, dirigeant du H.A.R.T. , lors de sa visite au M.R.A.P. en mai dernier. Pour sa part, le M.R.A.P. intervint auprès des ambassadeurs à Paris de la Nouvelle-Zélande et du Canada, dont une équ ipe devait se rendre en NouvelleZélande pour participer aux Championnats du Monde de soft-bail auxquels devait participer une équipe de l'Afrique du Sud. L'un et l'autre ont répondu que leur gouvernement respectif était opposé à toute forme de discrimination raciale (le gouvernement canadien a même décidé de refuser tout appui moral ou financier aux athlètes qui participent à des compétitions sportives en Afrique du Sud, ainsi qu 'aux organisations canadiennes mettant sur pied des compétitions où sont invités des athlètes sudafricains), mais que ces gouvernements considéraient « que c'est aux organisations sportives et aux sportifs euxmêmes qu'il appartient de prendre des décisions sur cette question des rencon tres avec des sportifs sud-africains ». Devant cette position ambigüe, qui est celle de la quasi-totalité des gouvernements occidentaux, on ne saurait trop féliciter les organisations sportives qui prennent position contre l'apartheid dans le domaine du sport, comme la F.I.A.C. (Fédération Internationale Amaen 1936 ... teur de Cyclisme) qui a interdit les Jeux Olympiques à quinze coureurs ayant participé en octobre dernier à la course Le Cap-Johannesburg en Afrique du Sud, ce pays n'étant pas affilié à la Fédération Internationale à cause de la ségrégation raciale qu 'il pratique dans le sport. Parmi les exclus, il y avait des Canadiens, des Italiens, des Anglais, des Portugais, des Américains et des Français. La sélection française pour la route dut être profondément remaniée. On se souvient en effet (voir D.L., nOS 344 et 346) qu'une équipe française avait participé à cette compétition et que la Fédération Française s'était vue infliger un blâme et une amende pour cela . de nouvelles exclusions A l'inverse, il faut condamner la Fédération Française de Tennis qui, non seulement refuse de s'opposer aux pratiques racistes sud-africaines, mais menaça de boycotter la Coupe Davis en 1977 si on ne prenait pas de sanctions contre le Mexique qui refusait de rencontrer les Sud-Africains dans cette compétition en juin dernier. Elle dut battre en retraite avec ses deux alliés en la Les Jeux Olympiques de 1936, qui se déroulèrent à Berlin, devaient être pour Hitler et le régime nazi, l 'occasion de démontrer au monde entier la supériorité des « aryens » germaniques; et les représentants de l'Allemagne avaient suivi une préparation intensive. Malgré le décor colossal du stade construit pour ces jeux et le déploiement de tout l'appareil nazi, le projet d'Hitler échoua piteusement grâce aux athlètes américains qui glanèrent la plupart des victoires en athlétisme, relèguant les blonds « aryens » au second plan. Ce fut le triomphe du merveilleux champion noir Jesse Owens, (quatre médailles d'or) qui déclarait récemment : « Nous (les noirs), étions venus pour démontrer à Hitler et à ses sbires que nous n 'étions pas des sous-hommes. Ce fut notre principale motivation et nous avons réussi. » A tel point qu 'Hitler préféra quitter la tribune officielle plutôt que d'avoir à serrer la main de Jesse Owens. ... en 1968 matière, les Etats-Unis et la GrandeBretagne, mais seulement parce que leur décision aurait sonné le glas de la Coupe Davis! Dans son communique du 10 juin 1976, le M.R.A.P. interrogeait : « Qui croira les dirigeants de la Fédération Française de Tennis lorsqu'ils prétendent ne pas vouloir « laisser les problèmes raciaux, politiques ou confessionnels PRESIDENT: Pierre PARAF; VICE-PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PI HAN, Me George PAU-LANGEVIN, Dr François GREMY; SECRETAIRE GENERAL: Albert LEVY; COMITE D'HONNEUR: Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Bâtonniel Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Emile POLLAK, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE, Emmanuel ROB LES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Bâtonnier Paul ARRIGHI, Robert ATTULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DALSAGE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE, Henri LAUGIER, Jean LURCAT, René MAHEU, André MAUROIS, Darius MILHAUD, Françoise ROSAY, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. droit et liberté. nO 351 septembre 1976 ci ci En 1968, une vertueuse indignation s'empara de certains commentateurs qui virent dans la dénonciation du racisme par les athlètes américains un danger pour l 'esprit olympique. C'était pendant que la lutte pour la justice et la dignité secouait violemment les ghettos noirs aux Etats-Unis, face à une répression féroce. Sur le podium, en levant leur poing ganté de noir, Smith et Carlos n'avajent fait pourtant que souligner le divorce entre les honneurs qui leur sont accordés sur le stade et les humiliations qui sont chez eux le lot quotidien des « gens de couleur.» Ils refusaient de jouer les « chevaux de parade » tous les quatre ans pour regagner ensuite, sagement, leurs ghettos. Cet hymne, ce drapeau qu'ils refusaient de contempler symbolisaient pour eux une oppression qui prend précisément le contre-pied de l'esprit olympique. On ne saurait leur reprocher de l'avoir signifié sur les lieux mêmes où doivent s'affirmer, en une compétition loyale, l'égalité de tous et la valeur de chacun. intervenir dans ies relations sportives? En fait ils apportent leur soutien zélé à ceux-là mêmes qui dénaturent le sport par le racisme et les pires considérations politiques ». « L 'honneur et le prestige du sport français exigent de ces responsa bles qu'ils se prononcent sans réserve contre le racisme sud-africain. » D'ores et déjà, à la suite des Jeux Olympiques, l 'Afrique du Sud a été exclue de la Fédération Internationale de Football (F.I.F.A.) le 16 juillet, de la Fédération Internationale d'Athlètisme (F.I.A.A.) le 23 juillet, et avec sa consoeur la Rhodésie, de la Fédération Internationale de Natation (F.I.N.A.) le 28 juillet. Ces décisions ont provoqué de très vives réactions dans les milieux du sport sud-africain. Une bonne part de celles-ci sont dirigées contre le gouvernement de M. Vorster qui interdit le sport « intégré » dans les clubs et les rencontres régionales. M. Lionel Murray, député, qui est chargé des questions sportives au Parti Unifié (opposition), a instamment demandé au gouvernement, le 17 juillet, de permettre aux responsables sportifs d'organiser des compétitions, tant nationales qu'internationales, comme ils l'entendent. « Nos propres représentants au sein des organisations sportives internationales ont été mis par le gouvernement dans le carcan de la politique et ce sont nos sportifs qui en font les frais. » Les tenants de l'apartheid, eux, préparent la mort du sport sud-africain face à l'excommunication dont il est l'objet. Seule, en effet, une « intégration » rapide du sport pourra l'éviter. Le boycottage du sport sud-africa in porte ses fruits dans la lutte contre l'apartheid, et la France s'honorerait en rejoignant les rangs des nations qui y sont déJ8 engagées. L'action doit en tout cas se renforcer pour que l'invitation faite à l'équipe de rugby des Springboks par les rugbymen français ne puisse arriver à réalisation. Robert PAC Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix J'adhère au m.r.a.p. Je m'abonne à droit et liberté • Nom (en capitale) .. ... .. .. .. .. .. .... ... ... ... ......... ... ... ... ... ..... .... .. ... ................ ............ ..... .... ........... ....... ..................... .... . Prénom .......... .... .... .. ............... .... ..... .. .. ... ......... .. âge ..... ........................... .......... ........ ............. .. ......................... . Profession ..... .... ... .. ....... .... ............................................................. .......... ... ... ... ... ... ...... ............. ...... .. .... .... ......... .. Adresse .. .... .... .. .. .... .. .. .. .. ... .. .. ... .... ... .. ....... ................... ................. ........ .. .... .. ... .. .. ... ... .. ... ...... ..... ........................... . Code postal .. .... .. .............. ........ .. .... .. .... .. .. .... Vi lle .... .. Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 30 francsl est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. Abonnement d'un an à DROIT et LIBERTE (50 FI. Abonnement de soutien (100 FI . Etranger (75 FI. C.C.P. 6070-98 Paris • Rayer la mention inutile. mouvement contre le racisme. l'antisémitisme et pour la paix (m.r.a.p.) 120, rue saint-denis - paris (2' ) - tél. : 231.09.57 - c.c.p.; 14-825-85 paris 15 16 max ley prêt à porter de luxe 14 rue saint-roch paris 1ER tél. 2605909 Case réservée à M. BERKOVITS Case réservée à la Sté R. afrique australe peuples enchaÎnés Une remarquable exposition sur l'apartheid, réalisée à Londres par le Fonds International de Défense et d'Aide pour l'Afrique du Sud, est désormais disponible en version française. Elle présen.te tous les aspects de la vie et les luttes des populations nOires sous 1 oppression quotidienne des régimes racistes de l'Afrique australe. Elle comporte, dans un coffret cartonné, 97 feuilles de papier fort, de 35,5 X 22,8 cm, sOient 80 photos, une carte et 16 séries de légendes groupées par thèmes. facilement ut,ilisable et transportabfe, cette exposition est un moyen d information d une exceptionnelle efficacité dont se serviront comités locaux, associations, Maisons de jeunes, établissements scolaires, centres culturels, etc ... ,Diff~sée par le M.R.A.P., elle est vendue 100 francs (+ 12 frsdefrais d envoI). M.HAP., 120 rue Saint-Denis, 75002 Paris (régler S.V.P. par chèque bancaire ou chèque postal 3 volets). _ action _ Pas de relâche en août. Le M.R.AP. a poursuivi ses activités pendant cette période de vacances d'une façon plus spectaculaire encore que les autres années. Il faut signaler tout d'abord les deux conférences de presse retentissantes qu 'il a organisées pour faire face aux évènements: - le la août, sous l'égide de notre Mouvement, c'est Thami Sindelo, représentant de l 'AN.C., mouvement de libération de l'Afrique du Sud, qui exposait à l 'opinion publique française la s}tuation . dans ce pays et soulignait 1 indignation des antiracistes suda~ r.icains devant l'aide apportée par les dirigeants de la France au régime de Prétoria. Il lisait un très important message d'Oliver Tambo, président de l'A.N.C. Ce fut aussi l'occasion pour les représentants des syndicats de Framatome (C.G.T. et C.F.D.T.) de faire connaître publiquement leur condamnation du contrat nucléaire signé avec l'Afrique du Sud, tandis que Jean-Louis SagotDuvauroux, membre du Bureau National rappelait les positions du M.R.AP. Un~ documentation précise sur ces problèmes était aussitôt diffusée à travers la France. - Le 18 août, initiative également vouée à de larges échos: sous la présidence de Me George Pau-Langevin, vice-présidente du M.R.AP., entourée de Jean-Louis Sagot-Duvauroux et de Monique Gervy, responsable de notre consultation juridique, notre Mouvement dénonçait les campagnes d'intoxication et les mesures répressives visant les travailleurs immigrés; et il était appuyé pour cela par les syndicats de policiers (Autonome, C.G.T., C.F.D.T., C.F.T.C.) et les syndicats de la RAT.P. (C.G.T. et C.F.D.T.) C'est le début d'une action contre le mensonge et l'arbitraire qui va sans aucun doute s'amplifier, se renforcer dans les prochains mois. En rapport avec cette situation, Me George Pau-Langevin a participé à l'émission « Douze-Quatorze », de Jean-Pierre Elkabach, le samedi 21 août. Après les attentats fascistes de groupes se réclamant du S.S. Peiper, contre les sièges de la L.I.C.A. de droit et liberté. n° 351 • septembre 1976 gros plan août l'U.J.R.E. et de la Ligue des Droits de l'Homme, le M .R.AP., là encore, a exprimé vigoureusement sa protestation, sa demande de mesures efficaces pour mettre fin à ces menées et châtier les criminels nazis, sa solidarité avec les organisations agressées. Notre Mouvement était représenté par Alexandre Chil-Kozlowski, secrétaire national, et Joseph Creitz, membre du Bureau national, à l'assemblée organisée le 4 août par l'U.J .R.E. à la suite de ces actes ignobles. De même, notre comité de Marseille avait aussitôt réagi après les attentats perpétrés contre une synagogue et diverses institutions juives à Marseille, quelques jours plus tôt. En dépit de l'absence, tout à fait normale, de nombre de leurs animateurs, bien d'autres comités locaux ont fait la preuve de leur vigilance et de leur dynamisme pendant cette période : diffusion de communiqués et d'articles (dont l'ensemble constitue une épaisse moisson de « coupures » de presse); participation aux fêtes de l'été (P.S. et P.C.F. à Limoges; P.S. et C.G.T. à Lyon ... ) ; collectes de fonds et de signatures par solidarité avec les victimes de l'apartheid. Le comité de Picardie, tout particulièrement, inscrit à son actif: la mobilisation de l'opinion par des communiqués, des articles, une émission de radio, après les assassinats de deux travailleurs immigrés à Abbeville et à Creil; des interventions concernant un cas de ségrégation dans le logement à Château Thierry; une plainte avec constitution de partie civile contre le quotidien France Picardie, édition régionale du Parisien Libéré pour un article violemment raciste, dont nous avons cité des extraits dans notre numéro de juin (pages 6-7), le Procureur de la République ayant refusé d'engager luimême des poursuites. Dans le Loiret, le M.RAP. était égaiement présent avec les syndicats et d'autres organisations pour s'opposer à l'exploitation raciste d'un fait divers à Ozouer-sur-Loire, et marquer sa solidarité aux travailleurs immigrés de la région. Il n'est pas possible d'énumérer, par ailleurs, les multiples initiatives prises un peu partout : ventes de droit et liberte, projections de films, préparation de soirées et autres manifestations qui auront lieu en septembre ou octobre. Signalons pour terminer que Jean-Pierre Garcia, secrétaire national du M.R.AP., et l 'abbé Jean-Pihan, vice-président, ont l'un et l'autre pris part, en août au stage international organisé à Vézelay par la Fondation Romain-Rolland . flash • Le M.R.AP. était représenté par Albert Lévy, secrétaire général, à la cérémonie commémorative de la rafle du 16 juillet 1942, organisée, le 12 ju illet, par l'Amicale des Anciens Déportés Juifs. • Une conférence sur la situation au Liban par Me Omeira Bachir, avocat libanais, repré ~ sentant des chrétiens engagés, a eu lieu à Annecy, en juillet, à l'initiative du comité local du M.RAP. • Le comité du M.R.AP. de la Côte d'Or a signé avec d'autres associations un appel en faveur de la grâce de Moussa Benzhara ancien harki condamné à mort - grâce qui ~ été par la suite accordée par le Président de la Républ ique. • Douze organisations du Val -de-Marne, dont le comité départemental du M.R.AP., ont diffusé un tract commun demandant le retour en France d'un travailleur portugais, José Fernandes, expulsé en novembre 1975 pour avoir « pris part à plusieurs manifestations publiques ». • Un comité départemental du M.R.AP. vient de se constituer en Haute-Saône, à la suite d'une réunion publique consacrée à l'apartheid, avec la participation de J.L. SagotDuvauroux, membre du Bureau national • Le M.R.AP. est l'une des nombreuses organisations annonçant le Festival de l'Immigration qui se déroulera à Lille, Roubaix et Tourcoing du 17 septembre au 17 octobre. Devant la recrudescence de l'antisémitisme en France, devant la remontée du nazisme, nous avons pris l'initiative de créer une commission « Antisémitisme et Nazisme ». La première réunion de cette commission aura lieu le samedi 25 septembre à 1 a heures au siège du M.RAP. Les personnes intéressées sont priées de se faire connaître. carnet nos deuils Nous avons appris avec émotion le décès de Mme Suzanne CREMIEUX, sénateur du Gard amie de longue date de notre Mouvement: Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. N,~tre ami Elie Bioncourt, ancien député, vient d etre douloureusement endeuillé par la perte de son épouse, Mme Delphine BLONCOURT. QU'II trouve ici, comme toute sa famille l'expression de notre profonde sympathie. ' 17 _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux éruption culturelle aux antilles Chaque été voit une floraison toujours importante de festivals, au point qu'aucun art, ni aucun fidèle n'est o~blié, dr?it et liberté s'honore pourtant de vous parler d ':In festival, pas comme les autres, puisque celui-ci baigne dans le plus grand silence: le Festival culturel de Fort-de-France. De ce festival, vous n'av~z jamais entendu parler, les Martiniquais non plus d ailleurs, pUisque les radios locales contrôlées par Pans, la T.V. - relais des émissions de FR 3 - sont plus soucieuses de servir aux auditeurs et téléspectateurs: « Cio-Cio ». « Les courses à Chantilly », ou « les histoires extraordinaires d'un gentlmat; fa~mer de la régiC?n de la Loire » ... que de les informer sur les realltes locales. Ce n est pas non plus la presse écrite dont le plus important tirage est celui de France-Antilles - propriété et Opinions de M. Hersant. leauel est en passe d'acheter InterAntilles, con.sidéré jusqu 'à présent comme seul représentant de la presse « libre» - qui reconnaîtra à Aimé Césaire le mérite d'avoir doté sa ville de cette manifestation culturelle d '~ne criante nécessité. sur fond de misère ... Vivant sur une terre merveilleuse, mais que la colonisation, ou ~on sub~tltut. : la départementalisation, appauvrit de jour en jour, 1 Ar:'tillais VOit son angoisse augmenter : angoisse de perdre le malwe emploi qui lui permet tout juste de survivre, lui et sa famille, ou de perdre même l'espoir de trouver un « « job » d'un mOIs ou de quelques jours, s'il est au chômage. Français « entièrement à part »plutôt qu'à part entière, s'il n'a pas la mince chance d'être fonctionnaire ou d'appartenir à la petite bourgeoisie commerçante ou libérale. Spolié des droits élémentaires, il percevra peu ou prou ses allocations familiales - quand encor.e les autorités représentant la France ne s'en servent pas pour faire pression sur lui en période électorale, (quant à l'allocation chômage, elle n'existe tout bonnement pas dans les Départements d'Outre-Mer). Les chiffres ci-après donneront une idée de la situation des Antillais. Pour ne parler que de la Martinique - mais la situation est tout aussi désastreuse en Guadeloupe, et que dire avec l'éruption volcanique 7- pour 70.000 personnes ayant un emploi (dont 1 ~ . OOO fonctionnaires et 15.000 employés de maison, dont le salaire tourne autour de 300 frs par mois), il y a 90.000 chômeurs (sans compter les milliers de jeunes et de familles expatriés en métropole). Et chaque année la politique sucrière de la France et des « Békés » (1), la mécanisation, augmentent le nombre de chômeurs, sans que pour autant des emplois soient créés dans d'autres secteurs pour occuper les bras des « macheteros ». Les « usines » (distilleries) ont fermé les unes après les autres et leurs carcasses rouillées surgissent encore au détour des mornes. Il n'en reste plus que deux en fonctionnement, et la production sucrière n'atteint pas le cinquième de ce qu'elle fut dans le passé. 18 ... et de solidarité Voilà la situation économique dans laquelle il fallait situer ce festiyal, :inqui~me. du nom, que ses organisateurs ont dédié cette annee « a la VictOIre du peuple angolais », La municipalité de Fort-de-France dont Aimé Césaire est le Député-Maire, a créé, anime et gère ce festival à la force de ses bras, de son coeur, avec le soutien de ses administrés, envers et contre toutes les difficultés dont les essentielles sont l'absence totale de subvention et le silence concerté des grands moyens d'information. C'est b~aucoup d'obstacles pour un petit peuple, grand par la force et 1 audace de ses luttes, comme ill'a montré depuis trois si,ècles. L'on peut dire, au 'aujourd'hui encore le son du lambi (2) resonne sur les pitons, dans les fonds et les ravines. . 11 ne suffisait pas en, effet d'affamer ce peuple, il fallait aussi nier . . son ~lstOlre, detrulre ses structures de pensée, ses traditions, Ilquid.er ses s~uches culturelles. En un mot, le système escla~aglste, 'pUIS le,sys!eme colonial n'ont cessé de dépersonnaliser 1 AntillaiS, de 1 allener en valorisant la culture européenne en substitua,nt aux valeurs d'une culture locale, les valeurs d'un~ clvllI~atlon etrangère et ségrégationniste dans les faits. VOilà pourquoi depuis cinq ans, le succès et l'audience de ce festvival grandit. C'est que, pour survivre, les Antillais n'ont pas seulement beSOin de la canne et de voir le ventre plein de leurs e~fants, mais aussi d'autres nourritures qui pour être de l'esprit n en sont pas mOins « terrestres ». Ainsi, Aimé Césaire nous disait lors d'une rencontre : « Bien que le niveau culturel de l'ensemble de la population soit très bas - le nombre d'échecs scolaires en témoigne - et l'aliénation profonde, Il fallait combler un vide, répondre à un besoin réel, assurer une présence culturelle indispensable.» Un public toujours nombreux et enthousiaste. pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ créer pour vivre Avec la participation de dix troupes théâtrales- dont trois invitées - la « Troupe Angela Davis », de Guyane, les « Kouïdor » d'Haïti, et le « Grenier de Toulouse » - pour la plupart excellentes, à commencer par le « Théâtre du Fer de Lance » dont on pourra voir cet automne au T.N.P. « Solitude la Mulâtresse », le « Théâtre Noir » avec une pièce malheureusement confuse du Congolais UTamsi, la troupe d'immigrés « Kimafoutiésa », le « Théâtre du Cyclone », « Marc Vial », le « Théâtre Populaire Martiniquais »" la « Flamme Pichevine », le créole rivalisait ou se mêlait harmonieusement au français. Avec humour, comique, gravité ou passion, les pièces ont traité de thèmes chers aux Martiniquais : le marronnage, la révolte, la liberté, la lutte et l'unité, le refus de désespérer, la colonisation, les abus de pouvoir, la domination capitaliste, l'existence moderne, le racisme, etc ... La danse et la musique, ont, bien sûr, des racines particulièrement Importantes dans la culture antillaise. Zadith, Lamorandière, Marijo Prajet et surtout Eugène Mona, sont parmi les meilleurs représentants de ces arts et déchaînent leur public. Un public toujours nombreux, attentif ou passionné, qui participe et fait corps av~c ceux qui s'adressent à lui, surtout quand il s'agit de spectacles d anciennes danses populaires. Présent également, le cinéma, lui. exalte les luttes contre l'impérialisme et le néo-colonialisme, tant aux Caraïbes, qu 'au Proche-Orient et en Afrique, ou la montée du fascisme en Amérique Latine Des expositions aussi: des meilleures oeuvres des meilleurs artistes martiniquais, dont le plus connu et le plus prolifique est sans doute René-Corail. Il éta~~ difficile ~'embrasser la totalité des spectacles proposés, faute d etre multiple. Remarquons que le festival s'est démultiplié, lui, pour s'offrir au plus grand nombre et aller là où se trouve le public des quartiers pauvres, répondant ainsi à deux nécessités

la décentralisation et la popularisation de la culture.

Fort-de-France qui ne limite pas son action culturelle, pour l'épanouissement des Antillais, à son Festival, a créé des ateliers ~e for,mation ~t d'échange d'expériences, favorise tout au long de 1 annee le deroulement de nombreuses manifestations culturelles, aide et subventionne plusieurs troupes, stimulant ainsi les vocations, exaltant la créativité, qui seule est la preuve d'une culture vivante. ,Bra.~o! Mais le chemin est encore long sur la voie de la desallenatlon, et Il faut tenir bon, « tchimbé raid! ». de notre envoyée spéciale Lucky THIPHAINE ------ - Bourgeoisie blanche locale, issue des familles esclavagistes. 2 - Gros coqui.llage utilisé comme une trompe par les esclaves en fuite, pour communiquer, ou appeler au soulèvement. droit et liberté. nO 351 • septembre 1976 livres la prose raciste cesse-t-elle de l'être après 35 ans? « Le pinceau de poils de Hitler a favorisé bien des malentendus entretenus à loisir par tous les ramasse-crottes de la presse judaïque ». Cette phrase qui figure à la page 22 de la nouvelle édition de l'ouvrage - si l 'on peut dire - de Lucien Rebatet « Les Mémoires d'un Fasciste », nous donnera une idée de sa violence antisémite. Ce livre, écrit par un fasciste notoire, raciste haineux et virulent, collaborateur de la première heure, eut un succès énorme, lors de sa parution en 1942, dans tous les milieux français favorables à l'occupation. Tout au long de ce gros livre, on ne trouve que haine et délation : haine « de la juiverie internationale responsable de nos malheurs », haine de la démocratie, haine de Léon Blum, « cette imbé cillité judaïque qui secoue le pays », haine du communisme... j'en passe, et il paraît que dans ce torrent de boue l'éditeur J. J. Pauvert a supprimé cent soixante paÇJes « par trop virulentes ». Voilà un livre qui ne peut que nous donner la nausée et le vocabulaire n'est pas assez riche pour exprimer toute l'horreur qui se dégage à sa lecture. Mais là se pose un problème : pouvait-on sous prétexte de donner au lecteur un « document historique » ou une « oeuvre litté raire » laisser publier une telle profession de foi antisémite? A une heure où nous assistons à une recrudescence de ce vieux démon déterrer ces immondices des pou ~ belles de l'histoire ne représentet- il pas un réel danger et ne constitue-t-elle pas une offense à ceux qui en sont ou en ont été les victimes? Ce danger est d'autant plus grand que cet ouvrage risque de donner un support idéologique aux nostalgiques d'une époque que l'on pensait révolue. Souvenezvous! Le cimetière juif de Bagneux profané, la synagogue de Marseille brûlée, des slogans du genre «Juifs dehors » qui fleurissent ici et là sur les murs de la capitale. Plus grave encore : la complai sance des pouvoirs publics vis à vis des actes de racisme, la mansuétude dont fait preuve le gouvernement à l'égard d'anciens tortionnaires et de leurs alliés: Paul Touvier n 'a t-il pas été gracié par le Président Pompidou? Des personnages comme Pierre Boutang n'occupent-ils pas des postes pour lesquels leur passé ne semble pas les qualifier ? Et la liberté de l'édition, direzvous? Au M.R.A.P., nous avons toujours fait campagne pour la liberté d'expression tant parlée qu'écrite ; mais au nom d'une telle liberté faut-il tolérer la publication d'ouvrages qui sont en fait des appels aux crimes racistes et tombent par là même sous le coup de la loi? Celui de Rebatet en est un. La reparut ion d'un tel « témoignage historique » va créer un précédent et on risque de voir réapparaitre d'autres insultes à la dignité humaine de cet acabit. Pierre KRAUSZ les namibiens Les Editions Entente, nouvellement fondées à Paris, ont eu l'heureuse initiative de publier le livre de Peter Fraenkel sur la Namibie sorti à Londres en 1974 sous les auspices du Minority Rights Group. Enrichi d'un entre tien avec M. Sean MacBride, Commissaire des Nations-Unies, de diverses mises à jour et de nombreuses annexes dont une bibliographie, cet ouvrage remédie à l'absence de livres français sur ce pays qui a pourtant occupé les Nations-Unies depuis leur création en 1946. Nos lecteurs qui se souviennent que nous avons consacré un dossier à la Namibie en septembre 1974 trouveront dans cet ouvrage un préci eux outil pour compléter leur information. Pour les autres, nous leur en recommandons vivement la lecture. A.B. Coll ection « Minorités ». aux éditions droit et liberté 7 livres indispensables La santé des migrants Par le Comité Médical et Médico-Social d'Aide aux Migrants. Postface de Pierre Paraf. « Un petit livre capital, qui détaille sans indulgence les éléments d 'un problème largement et - plus ou moins volontairement - ignoré » . (C .B., Le Figaro). " Livre très documenté etprécis où, au fil des pages, disparaissent les tabous qu'entretiennent trop facilement /'ignorance et la xénophobie ». (M.A.-R., Le Monde). Le logement des migrants « Sept associations, en liaison avec les émigrés, ont voulu attirer l'attention de l'opinion sur le logement des étrangers ... La seconde partie propose quelques solutions propres à « satisfaire les besoins » dans le contexte politique actuel. » (C.G. Population). Une famille comme les autres Lettres réunies et présentées par Denise Baumann. Préface de Pierre Gascar, Prix Goncourt. « Ce livre, document indispensable, contribue à éveiller la conscience des hommes d'aujourd'hui, qui doivent rester lucides, face à l'histoire toujours prête à recommencer. » . (Joseph Reis, Europe). « Nous avons là un document de très grand intérêt, qui éclaire cette époque et ravive la mémoire de ceux qui l'ont connue » (W.R., l'Arche). Un drame à Bordj-Hindel Récit de Claude Labarraque-Reyssac « Roman d'amour, roman témoin généreux, un livre émouvant qui s 'inscrit dans cette lignée courageuse des oeuvres et des écrivains qui s 'efforcent avec talent de lutter contre les abus du racisme ». (Sud-Ouest) " Témoignage et plaidoyer. Récit évocateur d'un moment de J'histoire de l'Algérie » . (Bulletin Critique du Livre Français). Une école chez les tziganes Par Jean-Claude Sangan. Préface de MarcAndré Bloch « Ce livre agréable à lire, simple, concis, enrichissant plaira particulièrement aux pedagogues et à ceux qui s'intéressent à la vie des nomades. » . (Sept-Jours). « Authenticité, expérience vécue par un jeune homme qui a su s 'intégrer à la vie des parents de ses élèves, et qui nous peint les caractères particuliers de leur société. ». (Suzanne Rossat-Mignot, La Pensée). Du côté de Barbès Photos de Dominique Antoni, textes de Jacques Gautrand. Préface de Max-Pol Fou chet. « Là, Paris confronte, durement souvent le sort des immiorés à leur exil » . (Marie-Louise Coudert, Humanité-Dimanche). " OEuvre artistique et militante » . (La Croix) Vient de paraître Servir en France par Annie Lauran Préface d'Albert Lévy Dans ce livre, nouvelle illustration de la « littérature de magnétophone », l'auteur met en scène des employées de maison espagnoles ou portugaises et leurs patronnes des « beaux quartiers » parisiens. Il s'achève par une étude de Me Fred Hermantin, qui analyse un certain nom- 20 bre d'affaires relatives aux employées de maison étrangères, traitées par les Tribunaux et Conseils de Prud'homme. Un ouvrage passionnant, projetant une vive lumière sur une expérience humaine qui se poursuit en permanence autour de nous. r------, BON DE COMMANDE Cocher les ouvrages demandés COLLECTION DOCUMENTS La Santé des Migrants .. .. .. .. .. ........ 10 F Le logement des migrants ..... ...... .. 10 F Une école chez les Tziganes. .. ...... .. 10 F Servir en France .. ........ .. .......... .... . 16 F RÉCITS Une Famille comme les autres .. .... . 25 F Un drame à Bordj-Hinkdel .... ......... 25 F ART ET POESIE Du côté de Ba[bès FRAIS D'EXPÉDITION (3 F 50 par volume) 32 F TOTAL _____ _ M _______________________ _ Adresse _______________________ _ Code postal ___________ __ Ville _____________ _ L ______ .J A découper et renvoyer à droit et liberté 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris C.C.P. 6070 - 98 Paris _ éducation à la fraternité _ des renforts pour la rentrée Depuis 1960, le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux milite en faveur d'une « éducation à la fraternité ». Les lecteurs de droit et liberté trouvent dans leur revue le témoignage de l'activité et des préoccupations du Centre, mais il est peut-être bon de leur donner aujourd'hui quelques notions plus précises sur cet organisme dont le sigle familier risque de leur paraître mystérieux. Nous le ferons en évoquant une assemblée générale des membres du C.L.E.P.R. qui s'est tenue à Paris, dans les locaux du B.E.L.C.-Migrants, le 22 mai dernier. Cette assemblée avait pour but de « faire le point » au bout de 16 ans d'action, longue période traversée par de nombreuses difficultés dues essentiellement au manque de moyens financiers. Le C.L.E.P.R. n'a cessé d'être comme tenu à bout de bras par une petite équipe, sans avoir un seul « permanent ». Il est né d'un colloque d'enseignants et d'éducateurs, appartenant à tous les horizons de la pensée, qui s'était tenu en Sorbonne aux heures sombres de la guerre d'Algérie. Or, le contexte politique, économique et social a bien évolué depuis. L'arrivée massive dans nos écoles de très nombreux enfants de travailleurs migrants a posé un problème grave qui a mobilisé pendant plus de trois ans les éléments actifs du C.L.E.P.R. Aux problèmes sociaux et administratifs se sont ajoutés des problèmes pédagogiques, non seulement pour la scolarisation des enfants étrangers mais encore en ce qui concerne l'attitude des enfants français, celle de leurs parents et parfois celle des enseignants. Ainsi le C.L.E.P.R. a-t-il été amené à organiser en 1974 un très important colloque qui s'est tenu à l'Institut National d'Education Populaire de Marly-le-Roi. Nous en avons rendu compte ici même, mais de plus les travaux .en ont été publiés dans une plaquette qui a connu un très grand succès, à tel point qu 'il a fallu la rééditer Les autres objectifs d'une lutte antiraciste dans le secteur enfance-jeunesse n'ont rien perdu de leur actualité. On assiste à une résurgence de l'antisémidroit et liberté. nO 351 • septembre 1976 tisme dans certains lycées, on voit des jeunes «jouer aux nazis » ... Plus positivement, la nécessité d'une revalorisation d'une véritable« éducation civique » dans les établissements d'enseignement, et à tous les degrés, reste patente. De même l'information des enseignants, qui ne sont pas unanimes à croire, ou à la présence indéniable d'attitudes racistes chez les enfants et les jeunes, ou à leurs propres possibilités d'action - dans le cadre de la pédagogie scolaire - à l'encontre de ces attitudes. Quant à ceux qui sont persuadés de la nécessité d'une action, ils demandent qu'on leur fournisse des outils de travail. A la suite de l'assemblée générale, le Comité directeur du C.L.E.P.R. a élaboré un programme d'urgence. Les groupes de travail sont crees : étude critique des manuels scolaires, recherche sur le « seuil de tolérance ", confection de fiches pratiques sur l'anti sémitisme, l'apartheid, l'immig'ration, etc .. . Un groupe se consacrera à l'étude des C.E.T., secteur scolaire défavorisé qui recueille la plus grande partie des enfants de travailleurs migrants. Unenouvelle « CharteduC.L.E.P.R. » est en cours de rédaction. En 1960, le C.L.E.P.R. présentait ainsi ses objectifs: « Prémunir l 'enfance et la jeunesse, par tous moyens pédagogiques appropriés, contre les tentations du racisme et développer en elles l'esprit de tolérance et de fraternité humaine ». Ces termes ont peut-être un peu vieilli .. . Avec la reprise de l'année scolaire, le C.L.E.P.R. appelle aussi bien les enseignants que les éducateurs extrascolaires à participer à ses travaux. Que les volontaires veuillent bien se « pointer » et indiquer à la secrétaire générale du C.L.E.P.R., Mademoiselle Renée Baboulène, les pistes de travail qu'ils souhaiteraient explorer. Pour les parisiens et les banlieusards, des réunions régulières ont lieu à l'I.N.R.P., 29 rue d'Ulm, Paris 5e. Nos nouveaux amis y seront accueillis avec joie. Le Comité directeur du C.L.E.P.R. La plaquette du colloque de Marly ; « L'éducation et la scolarisation des enfants de migrants » est en vente au prix de 15 frs franco. paiement par virement postal (3 volets) à l'ordre de M"e Baboulène, institutrice. C.L.E.P.R., 56 rue Lamarck, 75018 Paris - C.C.P. : 18.117.35. ~' 1 li), c Education à la Fraternité» est la rubrique mensuelle du Centre de liaison des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E.P.R.). Le C.L.E.P.R. développe ses activités : en organisant des rencontres et des débats entre éducateurs. en favorisant l'échange d'expériences entre enseignants. en leur fournissant de la documentation. Président d'honneur : Marc-André Bloch. Présidence

Yves Boulongne, Jean Pihan, Olga Wormser-

Migot. Montant de la cotisation: Membre actif: lOF. Membre donateur: 20 F. Membre bienfaiteur : à partir de 30 F. Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène 56, rue Lamarck, Paris-18", avec un chèque pos~ tal (3 volets) à l'ordre de Mlle Baboulène, Institutrice - C.L.E.P.R. (C.C.P. 18 177 35. Paris). 21 pieds sensibles les chausseurs du confort et de l'élégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (ge) Gare Saint-Lazare - 81, rue Saint-Lazare (MO St-Lazare -Trinité) (6e ) Rive gauche - 85, rue de Sèvres (Métro Sèvres-Babylone) (1Oe) Gare de l'Est - 53, bd. de Strasbourg (Métro Château-d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis Le cadre dans la maison dorure restauration de tableaux encadrements achat-vente restauration de meubles anciens antiquités-argenterie 32, rue Carnot 78100 VERSAILLES "6" 950.51.84 Rohm and Haas. ROHM~ ~HAAS FRRNCE S.R. Produits chimiques pour l'industrie et l'agriculture. 22 La Tour de Lyon 185, rue de Bercy 75579 PARIS Tél. : 345.24.21 Toute votre vie vous vous souviendrez du mariage de vos rêves ... PRONUPTIA® DE PARIS Tout pour les mariés, le cortège et les invités. 300 modèles de 249 F à 2500 F. MAGASIN PRINCIPAL: 18, rue du Faubourg-Montmartre - 75009 PARIS - Tél: 770.23.79 A PARIS, dans la région parisienne et les principales villes de France et de l'étranger. Catalogue couleur 88 pages contre 4 F en timbres. mode enfantine R I.E ...... PAR 1 S Case réservée aux Ets N. GIf~~ET 6, RUE DE CLÉRY 75002 PARIS pret à porter de style 'OiI" 231.27 .33 et 34 2 31. 3 8.11 et 1 2 La Meridienne ensemble Louis XVI Les ébénistes de la Méridienne fabriqu ent vos éléments sur mesure, bibliothèques, lits escamotables, tous bois, tous styles. Paris XI" 89, rue du Fbg-St-Antoine Tél. 307 43 83 Ouvert de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h sauf dimanche Case réservée L.V. IMPORT E URE C EXPORT Hen •• SEBBAN ACCESSOIRES EQUIPEMENTS MOTOCYCLES P n e um atiq u es METZELER 8. rue de Paris 93130 NOISY-lE-SEC Tél. 845.29.42 MI:TZELER Moulins d'Ollainville MINOTERIE Farine - Boulangerie - Pâtisserie FARINES D'EXPORTA TlON 91290 ARP AJON B.P. 11 - Tél. 083.04.54 STÉ S.T.I.L. Thermométrie industrielle et de laboratoire 500, rue des Frères Thibault Ij) 437.17.65 77-DAMMARIE-LES-LYS prévenir vaut mieux que guérir cOM,a9n • sénérGI. ilu Jouet b.p. 32 93700 drancy 284 13 13 droit et liberté. n° 351 • septembre 1976 23

Notes

<references />