Droit et Liberté n°272 - avril 1968

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Martin Luther King assassiné
    • Le passeport de la honte (législation raciste en Grande Bretagne) page 8
    • Après le crime: assassinat de cinq Africains en Rhodésie page 9
    • L'or et le sang par Georges Chatain (intérêts économiques en Afrique Australe) page 10
    • La Pologne et les juifs page 14
    • Une nouvelle escalade (Moyen-Orient) page 16
    • Dossier: le racisme aujourd'hui page 19
    • Les poètes du ghetto en lutte page 38


numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

evue me.nsuelle du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix AVRIL 1968 - N' 272 - PRIX : 2 FRANCS MARTIN LUTHER KING REVEILLEZ-VOUS EN MUSIQUE avec le nouveau TRANSISTOR-REVEIL SIGNAL Petit récepteur pocket à 7 transistors + 2 diodes PO, GO, muni d'ljne pendulette marquant l'heure avec trotteuse centrale. Ce transistor peut se mettre en marche automatiquement et réveiller en musique à l'heure voulue. L'antenne est ,incorporée Prise d'écouteur et prise • d'antenne extérieure • HP 7,5cm, ' puissance 160 milliwatts. Alimentation par pile de 9 volts à pression. Coffret plastique deux tons housse en cuir. Largeur 12 cm ; hauteur 7,5 cm; prof. 3,5 cm. Franco Envol recommandé contre chèque, mandat ou contre remboursement NOM o Prénom CI ~ BON DE COMMANDE ~LA_d_re_ss_e _____________________ ~ SO.DI.MAC. FRANCE 29, rue des Petites Ecuries PARIS 10· Tél. 523-02-90 payscape VOYAGES pour ETUDIANTS et JEUNES ISRAEL et TURQUIE, chantiers de travail, cirèuit et séjour .... , .. . . . GRECE, 15 jours ...... . . .... .... . . TUNISIE, 15-21 jours ............. . PORTUGAL, 15-21 jours .. . .... .... . IRLANDE, 20 jours ...... . ........ . YOUGOSLAVIE, 24 jours ......... . SARDAIGNE, 15 jours ...... ..... .. . COTE D'IVOIRE, 35 jours et nos . grands voyages: KENYA, 21 jours . .. . ............. . U.R.S.S .. 18 jours INDE, 24 jours . ................. . . JAPON, 25 jours ......... .... ...... . 725 F 665 F 690 F 710 F 890 F 930 F 670 F 1.885 F 1.885 F . 1.475 F 2.890 F 3.800 F MEXIQUE, 35 jours . . .............. 3.150 F

CUBA, 23 jours .................... 1.545 F
Vols universitaires vers les Amériques, Europe,

~ Moyen et Extrême-Orient - Crédit possible 1u5 _-________ --- -- -- _____ _ Renseignements et Inscriptions 9. rue du Helder, Pa ~s·9 ' - Tél. 523-25-34 GAGNEI UN VOYAGE A CUBA Grâce au concours d'abonnemenls de (( Droil el liberlé Il ARTICLE l ARTICLE II ARTICLE III ARTICLE IV ARTICLE V Un grand concours d'abonnements à Droit et Liberté est ouvert le 1~' avril 1968; il se terminera le rr mars 19[,9. Ce concours est ouvert · aux Comités locaux du M.R.A.P. et à quiconque, abonné ou. non à Droit et Liberté, souhaite y participer à titre individuel. Les abonnements recueillis seront ainsi comptabilisés : un abonnement normal (20 F) sera compté un point, un abonnement de soutien (40 F) deux points. Les renouvellements d'abonl1ements en cours ou à échéance ne peuvent pas être enregistrés. Les p~rticipants doivent adresser dans un délai maximum d'un mois à l'administration de Droit et Liberté (1) les abonnemeIlts recueillis, pour que les nouveaux abonnés puissent recevoir aussitôt la revue. ARTICLE VI Le premier prix du. concours, accordé au participant qui aura \ totalisé le plus grand nombre de points est un séjour de trois semaines pour deux personnes à Cuba, offert par "15 Club". De nombreux autres prix - livres d'art, postes à transistors, disques, appareilsphoto -- seront distribués. ARTICLE VII Le jury du concours est composé des membres du secrétariat du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) . ARTICLE VIII Le jury proclamera les résultats le 21 mars 1969. (1) 30, rue aes Jeûneurs, pâris-z' - C.C.P, 6070-98. Les concurrents qui le désirent peuvent demander à Droit et Liberté des formu. laires qui leur permettront de contrôler sans cesse la progression de leurs efforts. DROIT ET LlBtRIt . N" 272 . AVRIL 1968 3 4 L'Inde et l'Occident Jerne dois en conscience de vous écrire au sujet de l'article de Jacques ' , Helle paru dans votre numéro de mars: J. Helle semble aveuglé par un anticléricalisme intransigeant et rigide qu'il croit valable pour tous les pays et toutes les églises. Sait-il qu'en Inde, pays le plus religieux dU! monde, et parce qu'il est le plus religieux, les prêtres ne jouent aucun rôle dans le culte? Que l'Inde est le pays où les prêtres ont le moins d'influence sur les croyants? Peùt-être J. Helle, comme beaucoup de gens, confond-il « cléricalisme » et « religion » - notions totalement différentes? Autre méconnaissance des faits réels : l'intouchabilité (abolie depuis Ganclhi) n 'est pas, comme l'écrit J. Helle, d'origine sociale, mais d'origine religieU'se : à peu près l'équivalellt de l'excommunication au Moyen-Age. Contrairement à ce que laisse entendre J. Helle, tous les Occidentaux (Européens, Canadiens et citoyens des U.S.A.) que j'ai rencontrés pendant les six mois et demi de mon séjour en Inde', qui vivent là-bas depuis de nombreuses années, disent à peu près comme cette vieille Suissesse de Rishikesh, : « Notre dette envers l'Inde, pour la lumière spirituelle q,ll"elle a donnée à l'Occident, est si grande que, quelle que soit l'aide matérielle que nous lui apportions, nous ne pourrons jamais nous acquitter ». R.R.K., un Américain qui s'est donné totalement à l'Inde misérable, me disait : « Depuis 40 ans que je vis là, parmi ces pauvres gens misérables, j'apprends d'eux tous les jours. Que voulezvous

ils ont 6 000 ans de

civilisation en eux, qu'ils sucent avec le lait maternel. » Et Lanza deI Vasto écrit (dans « Pèlerinage aux sources ») : « Lorsque l'on rentre en Occident, venant de l'Inde, on a l'impression que les Occidentaux sont des sauvages grossiers ». 4 Eal'in ,.C!iuwnenL prétendre à une érode sociale serieuse sur l'Iride si l'on tait ce qu'il y a de plus positif et de plus intéressant pour l'Inde et, avec l'expérience de Cuba, de plus intéressant pour le monde' : la Révolution non violente menée par Vinobâ (le vrai successeur et fils spirituel de Gandhi) et Jayaprakash Narayan, par le Sarvodaya

le Boodhan et le

Gramadan ? A elle seule, pareille lacune capitale suffirait à fausser l'article de J. Helle. Germaine ASCHKINASI Paris·20" , Précisons qua notre collaborateur n'avait nullement l'intention de traiter l 'ensemble des problèmes de l'Inde, mais seulement celui de la fai'!' . Impossible Dans votre dernier numéro, j'ai lu un article d'un de vos lecteurs condamnant l'impolitesse d'un Antillais. S'il ne s'agit que de condamner une impolitesse, je lui donne entièrement raison, mais s'il s'agit de tirer de cet incident banal un motif de racisme, je me crois obligée d'apporter ici le témoi· gnage d'une Antillaise noire qui vit depuis huit ans uni· quement en milieu blanc. Je dois ajouter encore que d'e vis en milieu' intellectuel. r qu'ai-je constaté? Nombreux sont ceux (surtout les jeunes) qui passent devant vous, vous bousculent sans dire pardon. Il y en a qui baillent sans se mettre la main devant la bouche, qui se grattent comme s'ils avaient des puces, qui ne savent pas écrire correctement une lettre et encore moins la présenter, qui ne savent pas se tenir correctement à table; qui parlent haut et rient fort dans le train sans se soucier de leurs voisins; qui ouvrent leur puste de radio ou leur T.V. au maximum; qUI sentent mauvais ou ont les dents jaunâtres parce qu'ils ne se lavent pas, etc. Or je n'en ai jamais conclu qu·:;! cela me rendait raciste, mais tout simplement qu'il s'agit d'une question d'éducation. Chez les Antillais comme chez d'autres peuples, il existe des gens de toutes sortes. Si votre lecteur veut que tous les Antillais rencontrés dans la rue soient polis, courtoïs, distingués, je le remercie de cette aimable intention, mais' cela me paraît impossible. ' Jasée EURICLIDE 41·Blols Frères ennemis Lors du conflit israéloarabe (quoi que vous ayiez pu écire par la suite), vous n'avez pas pris la positio.n que j'aurais aimé vous VOIr prendre. Au lieu de condamner formellement la politique de poker du colonel Nasser, vous avez prêché la paix à un moment où elle signifiait le gel d 'une situation que les vrais démocrates de tous les pays étaient d'accord pour considérel comme intolérable. Cependant votre action est à ce point nécessaire que je ne puis vous condamner totalement. Vous faites bien de jeter des ponts à ces frères ennemis. Il se peut que je rejoigne vos rangs quand les passions seront calmées. Mais pour l'instant, sans me sentir le moins du monde inconditionnel, je me refuse absolument à céder sur les points suivants : 1° on doit reconnaître Israël, car c'est un pays comme les autres (ainsi que l'a dit un de ceux qUq se sont joints à M. Rodinson, l'autre Jour il Paris, pour condamner les représailles israéliennes); 2° on doit négocier avec Israël, car c'est un pays comme les autres. Le reste est de la littérature... pour diplomates. Je ne suis plus démocrate si par démocratie on entend

processus de fanatisation

de foules abusées par la plus haineuse des propagandes. Vous avez, je , crois, qll'elque chose aussi à faire en ce sens. M_ BORNSTEIN Paris-S' SI nous pouvons aujourd'huI • jeter des ponts entre ces frères ennemis " c'est précisément parce que nous nous sommes efforcés de ne pas céder aux passions, de prendre en considération tous les aspects des problèmes qui se posent au Moyen-Orient, Une telle attitude, fondée sur la nécessité d'une solution pacifique et juste, assurant l'existence. le respect des droits, la sécurité et la compréhension mutuelle de tous les peuples en cause, est tout à fait dans le prolongement des efforts que nous poursuivons en permanence, qu'il s'aglsse du Moyen-Orient ou de quelque autre région du monde. Concernant l'interprétation pollnque de la situation, nous avons donné à nos lecteurs la possibilité de faire connaltre leurs points de vue fussent-ils contradictoires: on peut le constater une fois encore dans le • courrier • de ce mols-cl. Solidarité Je m'étonne de vous voir affirmer qu'il faut vouer son amitié « d'abord " à Israël dont « seule l'existence est encore contestée ». Quand il s'agit, le 21 mars, de manifester pour l'élimination de toute discrimination raciale, peuton accepter la discrimination inscrite dans la « loi du retour » ? Plus encore, peuton oublier la répression, les opérations de « nettoy~ge , » menées contre les vamcus dans les territoires occupés, par des vainqueurs qui utilisent aujourd'hui les lois « d'urgence de défense" édictées en 1945 par l'occupant britannique contre eux? Un juriste juif écrivait alors que ces lois « n'ont d'équjvalent dans aucun pays CiVilisé même pas en Allemagne nazie » ... Aujourd'hui, Israël se sert de ces lois ; la répression collective s'abat sur les Arabes; on dynamite leurs habitations; on détruit leurs villages; des prisons se referment sur de jeunes résistants palestiniens ... Devant cette violation flagrante des Droits de l'Homme (récemment' dénoncée par la Commission des Droits de l'Homme de l 'O.N.U.) dont sont victimes les Palestiniens, c'est d'eux d'~bord que nous devrions être solidaires : ce peuple vaincu, persécuté, est dépossédé de tout : son existence en tant q.u'e peuple n'est pas « contestée » : elle est niée par Israël. Que notre amitié doive aller, d'abord aux juifs est une évidence , chaque fols qu'ils sont persécutés. Mais peut-on confondre ces mil· lions de juifs victimes naguère d'une persécution dont l'horreur ne s'effacera jamais, et ces militaires israéliens, imbus d'un triomphe militaire qui ne peut rien régler? Pour toutes ces raisons, mon amitié va d'abord aux réfugiés arabes, à ces Pales· tiniens dont la lutte doit être comprise comme une lutte de libération nationale-: c'est de cela, précisément, qu'il s'agit, et non, comme· on veut nous le faire croire, d'une lutte des « Arabes ,. contre le « peuple J)lif ». Jeannine VERDES·LEROUX· Une position indépendante HUGON Paris. Je prends à la ~ecture de votre revue un grand intérêt et vous approuve dans toutes vos initiatives. Vous avez su prendre une position indépe~ante dans le conflit du Moyen-Orient et constater les droits et les torts des deux parties en présence, ce que bien peu font ... René BERETZ, Argenteuil. Que peut-on faire? J'apprécie beaucoup la nouvelle formule de « Droit et Liberté » et vous félicite de votre àction. Ne pourriez· vous pas consacrer un article clair et précis sur la conduite à tenir dans l'état de la législation actuelle, si l'on est victime ou témoin d 'un incident raciste dans un lieu public (autobus,-café, etc.) Le recueil de témoi· gnages est·il valable? Peut· on demander à un agent de « prendre note » ? Mme BAU MANN, Paris 6'. En présence d'un cas de dis· crlmlnatlon ou d' Insultes ra· cistes, Il convient évidemment de prendre fermement, par tous les moyens possibles. la défense, de la victime. D'abord en affirmant sol-même ouvertement ce qu'on en pense, et en faisant appel au bon·sens des autres personnes assistant à la scène, /1 faut essayer d'obtenir un procès·verbal et demander aux témoins de donner leurs noms et adresses. soit en faisant appel à un agent, soit en se , rendant au commissariat le plus proche. Ainsi , la victime aura la possIbilité de porter plainte . Ne pas' manquer de prévenir le MRAP qui apport/lra son e'ntler concours. DROIT ET LIBERTE . No 272 . AVRIL 1968 MARIIN IUTHER KING ASSASSINE L'homme qui avait fait de la lutte pour la liberté et la Justice :;la raison de vivre, le leader 'antiraciste américain Martin Luther King a été assassiné le 4 avril à Memphis. Ainsi, après Medgar Evers, Mickey Schwerner, James Chaney, Andy Good. man, Malcom X, le Révérend James L. Reed, Mme Viola Gregg liuzzo, Jonathan Mirick Danials, Wharlest Jackson, après des dizaines d'autres, Noirs et Blancs, pour avoir lutté comme eux avec courage et obstination contre les discrimina. tions raciales, le Pasteur Martin Luther King a trouvé la mort. Dans le monde entier, la disparition de Martin Luther King a provoqué une très vive émotion. Aux Etats·Unis même, la stupeur passée, des manifestations ont été organisées à travers tout le pays. L'homme qui avait écrit : « Les Blancs et les Noirs ont besoin les uns des autres. Nous sommes liés par le même et unique destin » avait été tué par un Blanc ... Les amis du Pasteur ont dit leur volonté de poursuivre son rêve de justice et de liberté. Ainsi, la « mar· che de la pauvreté • que devait conduire à Washington Martin Luther King a été confirmée. Sitôt la nouvelle connue, le Bureau national du M.R.A.P. s'est réuni et a appelé tous les antiracistes de France à multiplier les cérémonies d'hommage à Martin Luther King et à exiger l'arrestation et le châtiment des meurtriers. Le M.RAP. déclare : cc Le prestigieux combattant antiraciste américain, prix Nobel de la Paix, le Pasteur Martin Luther King a été assassiné. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, tous les antiracistes éprouvent, comme un deuil personnel" la mort tragique de celui qui incarna av~c tant de grandeur l'espoir de millions de noirs américains de voir reconnaître leurs droits à la dignité, au respect et à une vie décente. Martin Luther King s'était aussi fait le champlon de la noble aspiration des plus clairvoyants de ses concitoyens la la cessation rapide des combats au Vietnam. L'assassinat de Martin Luther King porte la marque de ceux qui, aux Etats· Unis, sont à la fois les adversaires de tout progrès humain et, en toutes occa. sions, les partisans de la violence ". Beaucoup de travail Je suis particulièrement intéressé par les questions du tiers monde et inquiet par le racisme des Français. Pendant la guerre du Moyen· Orient, on a senti que le ra· cisme en France etait toujours vivace. La haine des Juifs à l'époque de l'affaire Dreyfus et au moment de Vi .. chy a été remplacée par une ha me des Arabes entraînée par la guerre d'Algérie. « Ces sales bicots qui violent nos fllIes! .. - comme dit l'infâme torchon qu'est MInute. Il vous reste, il nous reste beaucoup de travail à 4'aire. Anonyme Alain DUPONT, Viry·Chatillon. Virulents parasites, viles pourritures que vous êtes. Un jour! vous serez brûlés comme des ratS'! en combat· tant le racisme qui est un sentiment naturel chez l'in· div!du qui tient à la conser· vation d'une race pure et noble, vous agissez comme le virus sur la nation. Qui que vous soyez vous n'avèz droit à aucune indulgence. Ceux qui vous paient, les juifs, les promoteurs du pourrissement de l'Europe doivent disparaître de la surface de cette terre ou alors ça sera le blanc aux profit du nègres. Réflé· chisser imbéciles français avant qu'il ne soit trop tard. Nous recevons souvent des lettres anonymes. Par prinCipe nous ne les publions pas. , Nous avons exceptionnellement reproduit celle-cl . à titre d·échantillon. afin que nos lecteurs mesurent la fureur que suscite notre action dans certains milieux. Nous laissons à notre correspondant la responsabilité de sa syntaxe et de son orthographe. D'un grand secours ... Antillais résidant en France depuis quatre ans, membre du M.R.A.P., je tiens à vous témoi~er mOI:1 estime et m!! connaissance pour votre genéreuse action. Croyez oue ie ne manque Avec nos 'excuses ... pas une occasion de faire con· naître notre Mouvement, et « Droit et Liberté » m'est d'un grand secours. Précision Daniel DUTEUIL, Pantin. M. Serge ' Lamotte, cité dans notre article de décembre 1967 sur la presse racIste en France, nous demande de préciser que s'il figure, bien sur la liste des membres de la S.A.R.L. Editions Jacq.ue- , mart (qui publie" Le Cha· rivari ~), il n'a, à aucun moment de son existence, appartenu, de près ou de loin, au « Cercle La Tour du Pin ", ni à l'Institut d'Etudes Corporatives et Sociales parrainé par Pétain, comme nous l'avons écrit dans notre nu· méro de février, page 37. Une série malencontreuse de difficultés techniques a fait que ce numéro de Droit et Liberté parait très tard. Nous nous en excusons auprès de nos lecteurs: Notre prochain numéro paraîtra vers le 10 mai, puis U! parution reprendra aux 'dates habituelles. 5 Indispen sa ble ? tous ceux qui s'intéressent à l'Afrique Pour la p remière foi~ une publicatio~ entreprend cie faire le po i n ~ sur l'ensemble du contl!lent. Q~arante journa lis tes spéc~alisés é.t1;ldient .depuls . le debut. de l 'année la situa tIOn pohtlque, economl9.u e, ~o~ lale et culturelle de chaque pays. Documente e t . seneu ~ , vivan t et facile à lire, AFRIQUE 67-68 rep ond a toutes les questions que vous pouvez vous poser . C'est un ou til d 'information incomparable. Date de pa rution : Décembre 1967. . , Deux éditions sép arées, l'une en Français, 1 a utre en Anglais: 400 pages, 500 p lanches en couleurs , forma t 22 X 28. Bon à retour ner à Jeune Afrique. 51 , avenue des Ternes - PARI S-17' . Veuillez 1 1 m 'abonner à prix Jeune Afrique (25 semaines à 25 F) . Ve uillez 1 1 m 'envoyer Afrique prix àe p rép u blication. 10 F pour l 'édition française , 25 F pou r l'édi tion anglai se; NOM : . ADRESSE: .. . ... . . .. . . . ..... . ... . réduit à 67·68 au (Jeune Afriq ue c.c. P. Paris 16675511 Enfin en France! di.tribuée par LA FAMEUSE BI~RE DE ZYWIEC IMPORTATION DIRECTE DE POLOGNE R. DALAKUPEIAN Importateur exclu.if pour la .France de la WODKA WYBOROWA 12 à 25, avenue dn Petit Château PARIS BERCY - TéL . 343 19-38 dans ce nUDlèro LE PASSEPORT DE LA HONTE La Grande-Bretagne ferme ses frontières à ses ci toyens non· blancs, par une législation raciste 8-10 APRES LE CRIME L'assassinat de cinq Africains par le « gouvernement » rhoel, ' ·.ien de, [an Smith . ..... ,.. 9 L'OR ET LE SANG Les problèmes de l'AfriqlK australe sont compliqués par l'imp[,Ul ta tion d'intérêts économiques ~onsidérables .......... ... .... . .. 10-11 LA POLOGNE ET LES JUIFS Un document : le discours de Gomulka à propos des cvénemen ts qui ont défrayé la chronique . '., 14·15 UNE NOUVELLE ESCALADE Au Moyen-Orient, la situa tion est plus figée que jamais ... .. ,. 16- 17 Le dossier du mols LE RACISME AUJOURD'HUI par Georges Balandier , Charles de Chambrun, Pierre Juquin , Pierre Paraf, Vercors, des syndicalistes et des spécialistes des problèmes de l'immigration '. : ., .. . . '.. . 19-26 LES POETES DU GHETTO EN LUTTE Des inédits de quatre poètes polonais qui ont vécu l 'i nsun'ec tion 38·40 NOTRE COUVERTU.RE le palt.ur Martin luther King (pholn ~! i l'! Kagan) , , i~ MENSUEL 30, rue des Jeûneurs ". Parls t2 J tél. 488-09-57 • C.C.P .• Pans 6070-98 t~t~ ABONNEMENTS • Un an : 20 F • "bonnement de soutien : 40 F • Etr anger : 30 F BELGIQUE MltAX il le ,·u. ~lsme, la xénophobie).. 'f 43. avenue de Berl.i1em. Sainte· j Agathe. Bru~elles ,8 " Tél. 27-56-39. Abc,mnements ~ MRAX, J3, Square Léopold - Bruxelles 2 · C.C.P. 13-64-1.5 • Un 00 FB. • So 400 PB, • \li; SUISSE Ub.rairte"'9usseau . 36, rUe Jean· JacQ.uéi.ltqusSéâu - Gentve. • C.C~. 12.7249. 'n . •... - t- ,r-ù a- l'l,Charles.) 18 17' DROIT ET LI BERTE . N" 272 AVRI L 1968 SI RICHES ET TEllEMENT PAUVRES Â travers tout le pays, des dizaines de manifestations rassemblant des foules de jeunes; à Paris, la brillante soirée de la Sorbonne et l'exaltante journée de solidarité avec les travailleurs immigrés; partout un même courant .d'intérêt, une même volonté d'agir: telle fut , en France, ce 21 mars, la seconde Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Dans une lettre du 27 mars, la direction du Centre d'Information de l'O:N.U. nous dit « tout le prix que le Secrétariat des Nations Unies attache aux initiatives récemment prises par le M.R.A.P. » Une fois de plus, notre Mouvement, qui a mené tant de campagnes retentissantes, qui assure a .. ~::: une continuité sans faille la défense des plus nobles traditions françaises, trouve dans les succès obtenus et dans les hommages qu'il reçoit, une récompense: EN dressant le bilan de la Journée internationale, il convient de souligner combien elle doit aux militants connus et inconnus qui, dans nos comités locaux, les Maisons de Jeunes, les écoles; les usines, les associations culturelles et sociales, se sont magnifiquement dévoués. . Cette fervente mobilisation autour de nos idées, de notre action, cette coopération confiante et désintéressée de citoyens de toutes tendances, ce souci loyal dt. surmonter les divergences pour atteindre à la vérité commune et à la plus grande efficacité, voilà ce ' qui constitue notre richesse, notre espoir. Au vu de telles réussites, trop de nos amis, même les plus proches, croyant p~ut-être au~ miracles, omettent de s'interroger sur les moyens qui ont permis d ~y parvenir. PROCLAMONS donc bien haut, afin que nul n'en ignore, que . nous devons louer les salles, si prestigieuses soient-eUes, où se tiennent nos assemblées; que nos tracts et nos affiches ne s 'impriment pas gratuitement ; que les timbres-poste nous coûtent le même prix qu'à tout un chacun ; que la documentation diffusée par nos soins comporte des frais inévitables de réalisation et d'expédition

qu'enfin les « permanents » travaillant à nos bureaux ne

pourraient pas vivre sans manger. De même, bien que sa présentation nous vaille des éloges, bien qu 'elle soit riche de collaborations éminentes et bénévoles, de talents, dè dévouements, on voudra bien admettre que notre revue n'échappe pas aux difficultés matérielles qui sont le lot de toute la presse, En un mot, disons-le clairement : nous sommes pauvres. De toutes les vérités que nous avons pour mission de faire entendre, c'est sans doute la plus durable, et peut-être la plus urgente. Notre combat ne serait qu'une vaine agitation , promise à une e,..tinction rapide, si les finances du M.R.A.P. n'étaient que la préoccupation de quelques « spécialistes » et non pas l'affaire de tous. En prenant part au grand concours d 'abonnements lancé dans cc numéro, en plaçant des cartes d'adhésion, en effectuant son don personnel et en collectant autour de lui beaucoup d'argent, chaque antiraciste peut et doit contribuer à l'existence, à la persistance et au rayonnement du M.R. A. P. Charles PALANT. ur, jan Smith (au centre) el deux de ses • r('Iinistres " Peter Van d"!r BV, I (à "" auchel et Jack Howman. Deux de leurs victimes. condamnés il mort et assassinés le mois dernier. En Rhodésie, des combattants antiracistes noirs ont été pendus ; d'autres sont menacé~ de mort comme sont menacés de mort en Afrique du Sud et dans le Sud-Ouest africain. plusieurs dizaines d'Africains littéralement enleves par. la police de l'Apartheid au cours de ces der.mers m'ois. Cependant, la Grande-Bre~agne, ~ncle~ne métropole des deux ~ays de. 1 apartheid v~ent d'adopter une législation vérltablel'!lent raciste pour fermer ses frontières à ses citoyens nonblancs chassés du Kenya par .Ies mesur~s d'africanisation. Si l'ère des empires coloma~x .est close, les difficultés nées de la ~olomsatlOn, les oppositions, les affrontemen~s qu ~lIe a suscités entre peuples, races, ethme~, tribus. et c~tégories sociales ne sont pas ~re~ .de ?Ispara~tre. D'autant que les puissants Interets econo~11Iques Qu'a fait naître et prospérer la conqu~.te coloniale sont restés, ellx, bien vivac.es. et q~ Ils demeurent souvent les véritables maltres du Jeu. LE PASSEPORT DE LA HONTE LE 2 mars 1968, à 0 heure, la nouvelle loi sur l'immigration en Angleterre est entrée en vigueur. Cette loi, qui est un amendement au Commonwealth Immigrants Act de 1962, ne prévoit que 1.500 autorisations d'entrée par an en faveur des re~sortissants du Commonwealth, detenteurs de passeports britanniques. ~aJ?pelons que la loi de 1962 autonsalt l'entrée de 8.500 chefs de famille par art qui pouvaient obtenir des contrats de travail. Les femmes et les enfants âgés de moins de 16 ans ainsi que. les parents âgés de plus de 60 ans, avalent également accès en Grande-Bretagne et n'étaient pas , soumis au contrôle médical. Le projet de cette nouvelle loi 1968 avait été déposé par M. Callaghan, ministre de l'Intérieur, et approuvé à la Chambre des Communes le mardi 27 février par 372 voix contre 62, et quelque '150 abstentions. Le 1· ' 8 mars, la loi a été adoptée à la Çhambre des Lords (sans vote) apres un débat qui a duré p!t;1s d~ 19 ~eures . Ainsi le temps qw s est ecoule entre l'élaboration et l'application de cette loi, qualifiée de raciste, a été d'une brièveté qui . bat tous les ' records. tt Le Kenya aux Kenyans ,. Les raisons qui ont poussé le gouvernement de M. Wilson à la vote! découlent apparemment de ~a déCIsion « d'africanisation » pnse par M. Kenyatta, président du Kenya. Ce jeune pays africain, indépen~ant de~ puis décembre 1963, c,?mptalt parmi ses habitants 180.000 ASIatIques, 60.000 Européens et 40.000 Arabes. Ces Aerniers n'ont jamais vécu en ml!Ieu fermé comme les d~ux autres. mmorités, d'où une certame expanSIOn de l'islamisme dans le pays. Par ~ontre, les membres de la communaute asiatique, Indiens et Pakistanais, « ont joué au Kenya, comme dans toute l'Afrique orientale, le rôle, conscient ou inconscient, d'agents de l'impérialisme britannique ». (Révolution Africaine, 18-1-64). . . L'histoire de ces ASIatIques commence en 1895, année où ~e K~n'Ya devient un Protectorat bntanmque. Les Anglais avaient emmené au Kenya des « coolies » indiens, pour construire un chemin de fer reliant le Kenya à l'Ouganda. C'est ~ pa~ti~ de 1923 que la communaute ~sIatIque s'accroît au Kenya pour attemdre le chiffre important de 180.000, lequel n'a cessé de diminuer depuis qu.el~ues semaines. Il est vrai que cette ~n~ rité asiatique préféra garder son mt:grité maintenir ses traditions extreme- orientales bien enracinées, si étrangères au monde africain_ Indiens ,:t Pakistanais ont vécu en comm~aut~s bien distinctes et ne se sont Jamais AP ES l PAR deux fois ce mois-ci, un gardien est sorti de la prison de Salisbury (Rhodésie), a placardé sur la lourde porte un avis, est rentré aussitôt derrière les murs. Dehors, des manifestants silencieux et des journalistes se sont approchés pour lire l'avis, qu'ils avaient attendu toute la nuit. C'est ainsi que le monde entier a appris cinq assassinats légaux: trois Africains pendus le 6 mars, deux autres le 12 mars. Un d'eux était peut-être un criminel de droit commun, les quatre autres des patriotes capturés les armes à la main par les troupes du go.uvernement raciste de lan Smith. La Reine d'Angleterre avait commué la peine de mort des trois premiers condamnés; Londres voulait ainsi rappeler que. malgré la décision unilatérale d'indépendance prise à Salisbury, la Rhodésie restait possession de la Couronne. La quintuple pendaison servit à lan .Smith de réponse: « Seul· le gouvernement rhodésien est habilitée à exercer le droit de grâce » riposta-t-il à la décision britannique. JI s'agissait de prouver que l'indépendance était un fait acquis. Ces cinq assassinats sont cinq preuves. ' Les troubles qui s'annoncent 116 patriotes, africains sont emprisonnés et condamnés à mort en Rhodésie. Leur vie est en danger. La grâce de . plusieurs d'entre eux a déjà été refusée par la Cour Suprême dè Salisbury. Et personne ne leur viendra en aide. Le gouvernement britannique a fait savoir, par Wilson. que c malgré ses CIE sentiments d'horreur et de profonde indignation ", il n'était pas Question d'entreprendre une a;tion militaire quelconque contre des gens qui ne représentent pourtant, à ses yeux, qu'une .minorité rebelle. Salisbury et Londres ne laissent aux Africains qu'une voie vers la dignité. celle de la violence. Il sera facile aux bonnes âmes de jouer les Ponce-Pilate lorsqu'éclateront les troubles 'sanglants qui s 'annoncent. Des combats ont eu lieu dans la vallée du Zambèze entre les troupes de lan Smith et les maqUisards du ZAPU (Zimbadwe African People's Union). Malgré l'intervention de l'aviation, les c rebelles " africains continuaient, aux dernières informations, une progression qui vise à établir des zones d'insécurité aux portes même de Salisbury. De leur aveu même, lan Smith et ses complices s'attendent à de graves diffiqultés dans les mois à' venir. ' Accentuer la pression tes cinq assassinats de Salisbury ont soulevé l'indignation du monde entier. De Moscou au Vatican, la protestation fut unanime. Il s'agit maintenant d:accentuer la pression Internationale pour faire reculer des hommes qui ne comprennent que ,la force et qui sont, pour l'instant, les plus forts. Et cette pression doit s'exercer, en premier lieu, sur les gouvernements des pays qui continuent à commercer avec la Rhodésie et avec son complice et tuteur l'Afrique du Sud, en violation des décisions de l'ONU . C'est notamment le cas de la France. mêlés aux autochtones noirs. Ils constituaient au Kenya une puissance con:sidérable par la domination des circuits commerciaux, des banques, et par la colonisation agraire, celle-ci de moindre importance. Leurs rapports sociaux avec la population noire étaient peu amicaux, et cela explique en partie que les Kenyans aient souhaité voir tous les postes occupés par des Asiatiques passer à des mains autochtones. can Sand'ys, défenseur de la nouvelle loi, leur avait promis à l'époque que les portes de la Grande-Bretagne resteraient ouvertes devant eux.) Donc, le gouvernement kenyan avait déclaré que les permis de travail seraient refusés aux Asiatiques, à moins qu'ils n'occupent des postes que des Africains seraient incapables de tenir. de quelque 100.000 personnes se trouve sans abri, en passe de devenir apatride. Il est certain que le Kenya fut le premier à "'oser ce problème. Il fut le promoteur même du problème. La Grande-Bretagne l'a parachevé. Comme la presse ne cesse de le répéter, le passeport britannique a subi une « dévaluation honteuse ». La « parole donnée » du gentleman anglais ne vaut plus grand chose. Les citoyens britanniques, sujets de Sa Majesté, ne sont nullement égaux devant la Couronne. La loi fraîchement votée au Parlement ne s'applique pas aux sujets blancs, mais aux ressortissants « de couleur» du Commonwealth. Ces gens de couleur à la peau brune se voient interdire l'accès en Inde, qui ne les considère pas comme ses citoyens, malgré leur origine indienne. D'autant plus qu'en 1963, le gouvernement kenyan avait fixé \ux minorités un délai de deux ans pour leur permettre de choisir entre la nationalité britannique et la nationalité kenyane. 10.000 Asiatiques avaient opté pour cette dernière, mais des milliers d'autres avaient préféré la citoyenneté britannique, persuadés que le passeport bleu constituait l,me garantie contre 1es vicissitudes du ' monde actuel. (Rappelons que M. Dun- DROIT ET -LIBERTE N° 272 . AVRIL 1968 A qui la faute? Ces mesures « d'africanisation », bien que compréhensibles et justifiables à certains égards, n'en ont pas moins un caractère discriminatoire. Elles n'auraient pas eu une signification aussi apocalyptiq\le si les portes de l'Angleterre étaient restées ouvertes. Mais la Grande-Bretagne a, petit à petit, verrouillé ses portes. Et un autre problème est venu s'ajouter à la longue liste des problèmes raciaux ' déjà existants : une minorité brune Par contre, le Pakistan a déclaré que d'après la loi du pays, quiconque ~ 9 -+ désire s'y installer sera le bienvenu. Donc' les Asiatiques, même d'origine indie~ne, pourront obtenir un visa d'immigrant sans difficultés (il y a environ 8.000 Pakistanais au Kenya) . Néanmoins, la bonne foi d'un seul pays ne suffit pas, d'autant plus que les milliers d'Asiatiques « mis à la porte " se considèr~t véritablement comme des sujets britanniques et ne s'identifient plus entièrement à leurs frères indiens ou pakistanais vivant en' Extrême·Orient. Le malheur est qu'ils ne s'identifient pas non plus à leurs « frères » adoptifs : les Anglais. Et les citoyens britanniques sont loin de les considérer comme égaux. Home, sweet home ... Au cours des dernières semaines du mois de février les aéroports d 'Heathrow et de Gatwick ont vu l'arrivée massive d'Asiatiques, munis de 100 livres sterling chacun, montant maximum autorisé par le gouvernement de Nairobi. Pendant la semaine qui précédait la date fatidique du 2 mars, 6.000 personnes ont atterri à Londres. Au cours des huit derniers mois, l'arrivée des immigrants du Commonwealth a atteint 25.000 personnes. Les 26 Asiatiques débarqués à Heathrow le 2 mars, dépourvus de permis de travail, ont été autorisés à entrer en Grande·Bretagne malgré la nouvelle loi. Car les autorités britanniques « font preuve de souplesse », comme l'avait d'ailleurs déclaré M . . Callaghan, affirmant que le quota de 1.500 par an était « flexible ». C'est là une contradiction avec l'énoncé de' la nouvelIe loi, contradiction qui témoigne de la confusion règnant au Parlement britannique lors de ses délibérations de la fin février. Les promoteurs et partisans de cette loi la défendent en avançant que l'économie britannique ne peut se permettre une charge supplémentaire de milliers de travailleurs. ' Qu'il faut maintenir un équilibre entre la population blanche et la minorité « de couleur ». Et· que, « pour mieux réussir une intégration parfaite » (quelle ironie!) des immigrants déjà vivant en Angleterre, il est nécessaire de restreindre le nombre des nouveaux immigrants. Parmi les 62 députés qui ont voté contre~ on compte 15 conservateurs, 33 membres de l'aile gauche travailliste. Les 12 membres du Parti Libéral ont voté en bloc contre la loi - , il faut ajouter à cela le vote d'un nationaliste gallois et d'un nationaliste écossais. Quant à la presse anglaise, elle dé- 10 nonça unanimement cette loi comme étant raciste, et déplorait l'action du gouvernement, Des articles virulents furent publiés, qui soulignaient l'affaiblissement du gouvernement travailliste actuel et faisaient état de la situation humiliante et désastreuse dans laquelle se trouvent des milliers de personnes. De nombreuses protestations ont été adressées au gouvernement. L'Archevêque de Canterbury a démission· né de la présidence du N.C.C,I. (National Committee for Commonwealth Immigrants) . A vrai dire ce Comité est destiné à être dissout par le nouveau Race Relations Bill, que le gouvernement est censé voter avant Pâques, Rappelons que le Race Relations Act de 1965 interdisait l'incitation .à la haine en public, et ne proscrivait la discrimination raciale oue dans un nombre limité d'endroits publics. Le National Council for Civil Liberties avait adressé, lui aussi, des lettres aux députés,. leur demandant d'exercer une pression sur le gouvernement afin que celui·ci renonce à ses intentions discriminatoirès tendant à établir un quota. ' Quelques manifestations ont eu lieu à Londres et ailleurs, au cours desquelles blancs et gens de couleur ont exprimé leur profonde ' consternation et leur dégoût. . Et l'opinion publique? Malgré la vague de protestations publiées par la presse, le public anglais refuse de se sentir coupable, Les Britanniques considèrent ces . immigrants comme des étrangers, La communauté asiatique en Angleterre souffre de la diserimination raciale. Il existe un racisme latent, et même plus que latent. L'inscription N.C, - " No Coloured » - est courante lorsqu'il s'agit d'offres d'emplois ou de logement. D'ailleurs, la Grande·Bretagne connaît un chômage et une . pénurie de logements (le problème est aigü dans une ville industrielle comme Birmingham) que la communauté de couleur ne fait qu'aggraver, disent certains. Cette opposition des exploités entre eux n'est pas nouvelle, hélas; c'est même l'aliment principal de tous les incendies racistes. Toujours est·il que la population blanche est hostile, plus ou moins ouvertement, à la minorité de gens de couleur déjà installés e~ l'a~rivée' massive . des nouveaux ImmIgrants n'a pas été accueillie avec beaucoup de chaleur... , , Oui, le « gentleman's word )~ a ete dévalué; mais est-ce que les CItoyens blancs de Sa Majesté en ont la conscience noire? lIana SHAVIT. L'OR ET LE SANG l ES cinq pendaisons de Rhod~sie, celles qui risquent de les SUIvre • ces prochains jours, sont autant d'étapes d'une escalade .. Il y a lo~gtemps que le colonat raciste de Sabsbury a pris ses premières mesures dis,criminatoires ; avant même l' « indépendance » que prononça Ian Smith en novembre 1965 - l'independance pour quelque 250.000 Européens, mais une déperidance accrue et cruelle pour les 4 2 millions de Rhodésiens non.blancs '- commencèrent les dé· portations de familles « indigènes » et la mise en pratique de l'apartheid: aux blanès la moitié des terres (la plus riche), aux noirs l'autre moitié, la partie sous-développée du pays. Dès que la métropol!! angl~ise ~ronça timidement le sourcIl et fit mme de condamner ces pratiques, l'indépendance blanche, donc, fut établie. Depuis, elle se porte bien. Si la poignée d'hommes qui a pris . le pouvoir en Rhodésie a su rendre inopérantes, deux ans après son coup de force, les sanctions prises par le monde entier, c'est bien évidemment parce que les sanctions sont très imparfaitement respectées par les partenair~ s commerciaux habituels de la Rhodésie; le chiffre des exportations, qui s'élevait à 164 millions 'de livres en 1965 0,64 milliards de francs) demeure aujourd'hui de 104 millions de livres, et remonte assez rapidement. Màis c'est surtout parce que la Rhodésie fait partie d'un bloc uni, solidaire dans la colonisation, le racisme et la répression, bloc dont la République Sud-Africaine est le chef, et qui compte, outre la Rhodésie et le Sud·Ouest africain, les deux colonies portugaises de l'Angola et du Mozambique. 72 millions de dollars Cet ensemble de plus de 4 millions de kilomètres carrés est en fait une entité économique très intégrée dont 1es richesses minières sont incalculable'S - or, charbon, diamants, amiante, uranium, métaux non-ferreux de toutes sortes, pierres précieuses - - et concentrées entre les mains d.e ,tnlsts internationaux aux ramifications multiples. Les deux principaux, l'Anglo. Amerlcan Co, et la Consolidated , Gold Fie~ds , sont entourés d'qne pléiades de . soclétes soeurs ou filles où les capitaux, les richesses, les hommes et les p;ofits sont à peu près communs. L Anglo Amerlcan contrôle la Tanganyika Concessions, installée à Salisbury, et la De Beers Consolidated qui détient un quasi-monopole sur le' cH". mant dans le monde entier. Harry Oppenheimer, président de l'AngloAmerlcan l'est aussi de six . autres compagnies qui contrôlent ·la production minière d'une bonne part de l'Afrique australe, son collaborateur le plus proche, Van der Straeten est en même temps directeur de la' Société Générale de Belgique et de l'Union Minière ~u Haut.K~tanga. Laquelle, dépossédee de ses richesses congolaises par Mobutu, n'en reste pas moins florissante, grâce notamment à quelques possessions et participations en Afrique australe. Concurrent, la Consolidated Gold Fields, qui produit 60.% de l'or mondial, a aussi quelques filiales, parmi lesquelles 1a Rhodésian Selection Trust, laquelle s'est entendue avec ses rivaux de la Tanganyika Concessions et de la branche sudafricaine de l'Anglo Amerlcan pour créer l'empire Argus, qui contrôle toute la grande presse sud-africaine et rhodésienne, dont le Rhodesia heraid et le Budawago Chronicle. Bref dresser le tableau des inter-dépendan~ ces qe~ divers trusts qui se partagent la regIon est aussi difficile que de retracer la ' généalogie des rois mérovingiens. Ce qui importe, en l'occur- · rence, c'est que la famille reste unie pour son plus grand profit. Les seul~ bénéfices de la De Beers, par exemple se montent à 72 millions de dollar~ annuels, la moitié du produit national brut de pays comme la Mauritanie, le Togo ou . le Cg,ngo-Brazzaville. "ROIT ET LIBERTE . Nv 272 AVRIL 1968 Mais tout ceci ne va pas sans pro blèmes. Si, depuis le siècle dernier lorsque Cecil Rhodes jeta les bases de l'Empire de l'or sud-afriCain, les profits furent énormes et incontestés, s'ils permirent en notable partie le développement industriel de l'Occident, cet empire n'est plus incontesté aujourd'hui. Pire : il devient l'empire du sang et des supplices. Le reste de l'Afrique est indépendant; le CongoKinshasa a récupéré les richesses détenues par l'Union . Minière du Haut· Katanga, le Ghana a repris à la De Heers sa production de diamants. Au coeur même du bastion \ austral, les maquis tiennent de grandes zones de l'Angola et du Mozambique; l'agitation s'accroît dans le Sud-Ouest Africain et voici maintenant que la Rhodésiè est « contaminée » à son tour. Sous le dernier bastion' de la colonisation, le mouvement d'émancipation des peuples pousse ses sapes pied à pied. Contre ces dangers, certains se · sont déjà prémunis. Le centre du bastion communique mal avec la mer; l'axe ferroviaire principal . atteint l'Atlantique en Angola du Sud, à Benguela. Or l'Angola n'est plus sûr. La De Beers y possède quelques mines de diamants, qu'elle exploite par l'entremise de sa filiale la Companhia de Diamantes de' Angola. La Companhia a consenti un prêt au gouvernement portugais de Salazar. 5 millions -de dollars à un intérêt pratiquement nul : 1 % - pour qu'il assure la sécurité de ' la ligne. L'armée du colonisateur devient la police aux ordres de la Companhia de Diamantes ·et ·aussi de la société Benguela Railways, elle-même possession de l'Angola Amerlcan_ Une police aux ordres Il serait faux pourtant de prétendre que la haute-finance qui préside aux destinées du bastion sud-africain soit le promoteur de l'apartheid. Ses fabuleux profits sont certes' possibles grâce à la surexploitation de la maind'oeuvre noire, mais la présence même de cette main·d'oeuvre noire est en contradiç:tion avec l'apartheid rigoureux qui voudrait confiner les noirs dans les Bantoustans et les réserves; ce n'est pas par hasard si les syndicats blancs sont partisans de la ségrégation totale : la promotion de la main-d'oeuvre noire mettrait fin à certains privilèges que . favorisent la pé- ·nurie actuelle 'de main-d'oeuvre qualifiée; ainsi est entretenue une situation classique, qui divise le monde ouvrier contre lui-même, et qui permet ainsi aux bénéfices des sociétés de se maintenir au beau fixe. Les plus fermes partisans .de l'apartheid sont les colons, les agriculteurs. lan Smith, en Rhodésie, comme jadis Vervoerd et maintenant Vors ter en R~publique Sud-Africaine, représente bIen plus les planteurs de tabac, de maïs, de coton; de canne à sucre, les ·éleveurs de bétail et de moiltons, les producteurs de laine, que les industriels et les financiers. Ces agricul. teurs sont directement menacés par la poussée démographique des noirs, confinés sur la moitié des . terres la moins fertile alors qu'ils représentent 80 !Pli de la population. La vieille rivalité' entre les Afrikanders, descendants des Boërs hollandais" regroupés dans le Parti riationaliste, ~u · pouvoir, et les « Anglais» de l'United Party (l'opposition officielle) n'e~ pas le vestige d'un passé révolu, elle est l'expression du rôle économique différent que jouent les deux communautés européennes. Au beau fixe Or les industriels estiment volontiers que l'apartheid est périmée, qu'il mène le .pays à sa perte en attisant les tensions raciales; qu'il aurait en outre l'inconvénient, s:il était idéalement appliqué, de les priver de la main· d'oeuvre noire, enfin que le manque de main-d'oeuvre qualifiée qui en découle freine le rythme de développement, qui pourrait être supérieur 'aux 6,35 % actuels. Il est symptomatique qu'un petit parti d'opposition, le Progressive Party dont le seul député au Parlement préconise une « intégration raciale limitée pour les non-européens instruits JO bénéficie des largesses financières de l'Anglo Amerlcan et du soutien personnel du septuple P.D.G. Harry Oppenheimer. Les grands ,trusts s'accomoderaient fort bien d'une entente avec une bourgeoisie . noire locale qui, en échange d'une indépendance formelle et d'une suppression de l'apartheid, désamorcerait les tensions sociales qui en résultent ' et sauvegarderait les bénéfices que la politique des Afrikanders met en périL Cette entente est réalisée . entre l'Anglo Anlerlcanet la Zambie indépenda~te de Kenneth Kawnda. Les actionnaires du cuivre, du plomb, du cobalt, du sélénium et de l'améthyste n'ont certes pas à s'en plaindre. De ces histoires de gros sous qui ' tracent des clivages entre les maîtres du bastion colonial, les forces antiracistes et antkolonialistes de l'Afrique australe commencent à tirer profit · dans leur action. Elles sont malheureusement divisées elles aussi. Ce qui rend actuellement le combat très confus, Georges CHATAIN. 11 QUE SE PASSE-T-Il ? 22-11. - Pour la première fois depuis le début de la guerre américano-vietnamienne, la station de Radio-Hanoi est bombardée. 23-11. - Les chefs d'état-major amencains demandent le rappel de 50.000 réservistes tandis que la banlieue de Hanoi est bombardée au napalm. 24-11. - A New York, plusieurs milliers de personnes manifestent contre l'éventuelle utilisation d'armes atomiques au Vietnam. 25-11. - Le président du Cpngrès juif mondial, le Dr Nahum Goldman, estime qu'Israël doit se montrer généreux dans la perspective d'un règlement du èonflit israélo-arabe •. - Un groupe d'étudiants et de professeurs israéliens de Tel Aviv manifestent en signe de solidarité avec Khalil Touamé, dirigeant d'une organisation d'étudiants arabes d'Israël qui comparaît devant le Tribunal militaire de Lod. 26-11. - Au nom de trente-deux pays, le Conseil africain du sport . décide. le boycottage des Jeux olympiques de Mexico. 28-11. ...::..... Neuf membres du Front de Libération de la P'blestine sont condamnés à des peines de 4 à 20 ans de prison par un tribunal israélien. .. 29-11. - Le procureur général du Transvaal (Afrique du Sud) annonce que huit nationalistes africains accusés de' cc terrorisme » vont compaitre devant la ' Cour suprême de Prétoria. 1-111. - Six peines de prison avec sursis. treize acquittements à Paris dans l' « affaire des Guadeloupéens ». 2-111. - La Commission des Droits de l'Homme de 1'0.N.U. condamne l'Afrique du Sud pour avoir ouvert un procès illégitime contre des ressortissants du Sud-Ouest Africain. - A Washington, le rapport de la Commission présidentielle d'enquête sur les troubles raciaux de l'été 1967 est publié. 6-111. - Triple assassinat en Rhodésie: trois Africains. grâciés par la reine d'Angleterre, sont exécutés. Antisémitisme quand ses livres, notamment La France juive, furent réédités à titre posthume pour servir la propagande de l'enL'HÉRITIER nemi. DE DRUMONT E DOUARD DRUMONT connut deux fois la gloire : au temps de l'affaire Dreyfus, quand il fut le chef de file d'une virulente campagne antisémite d'ampleur nationale; au temps de l'occupation nazie, 12 Etait-il nécessaire de publier aujourd'hui une anthologie de ses écrits? On nous permettra d'en douter. S'il' s'agissait de donner matière à étude historique, dé mettre à la disposition de tous ceux qui veulent s'informer de « la littérature de combat de totis les temps et de toutes les tendances », 7-111. La Haute-Cour de Salisbury cond9mne à mOi t huit autrès Africains. 8-111. - Il avait refusé d'entraîner des pilotes pour le Vietnam: le capitaine américain Dale Noyd est reconnu a coupable " de désobéissance volontaire par une 'cour martiale. 9-111. - A Sacramento (Californie). Noirs et autres Américains, d'origine mexicaine, mettent au point un plan d'alliance nationale sur les problèmes posés aux deux communautés, en particulier ceux de l'emploi et du logement. - La République Démocratique Allemande interdit l'accès de son territoire aux membres du N.P_D. 10-111. - Progrès du N.P:D, aux élections muniCipales de"Hamm (Rhur), 13-111. - Trente-cinq Africains, condamnés à mort par des tribunaux rhodésiens, sont grâciés • . ' 14-111. - Cinq autres Africains sont condamnés à mort à Salisbury pour des motifs politiques. 15-111. - Le service de protection des Indiens s'est livré à une vaste opération de génocide contre les tribus amazoniennes, révèle le ministre brésilien de l'Intérieur. 18-111. - Un ancien colonel SS, Oswald Schaefer, accusé d'avoir participé -à l'exécution .en masse de prisonniers de guerre et de civils jUifs en territoire soviétique est relaxé par la Cour d'Assises de Berlin-Ouest. 19-111. - Emotion eo Israël: un autobus scolaire saute -sur une mine, près d'Eilath. Deux morts, vingt-huit blessés dont neuf grièvement. 21-111. - les forces israéliennes franchissent le Jourdain et lancent une vaste action contre la Jordanie. 24-111. - le Conseil de Sécurité. de l'O.N.U. condamne à l'unanimité l'action' militaire d'Israël et déplore toutes les violations du cessez-le-feu. , 25-111. - Les anciens 'membres de la division SS « Tête de mort » fondent, en Allemagne fédérale, une association, Ils veulent « obtenir une retraite au titre d'ex-employés du Reich D. 26-111. - Le parlement sud-africain examine des projets de loi qui visent à interdire les partis multiraciaux et à abolir la représentation des non-blancs à l'Assemblée, 27-111. - Ouverture à Paris du procès intenté par les familles des victimes de Charonne. il semble que l'éditeur JeanJacques Pauvert et son collaborateur Jean-François Revel, qui dirige la collection « Libertés nouvelles ", auraient dû s'y prendre d'une autre façon. On comprend mal, en effet, qu'ils aient confié la présentation de Drumont et de son oeuvre au médiocre hi'Storien qu'est M. Emmanuel Beau de Loménie, « personnalité » de l'extrêmedroite raciste, qui se livre à une tentative de réhabilitation de son héros. En s'efforçant de mettre Drumont au goût du jour, en le présentant comme un « anticapitaliste national » (pourquoi pas national-socialiste, après tout?), le présentateur appelle les Français d'aujourd'hui, en particulier la jeunesse, à continuer dans la même voie. Si bien qu'au - lieu d'un pamphlet antisémite, c'en est deux qui viennent d'être publiés : celui de Dr.umont et celui de Beau de Loménie. Que cette opération se fasse au nom de la liberté, voilà qui laisse rêveur. 1. Etats-Uni. UN TABLEAU PESSIMISTE D'IMPORTANTES et viôlentes manifestations de Noirs s'étaient déroulées durant l 'été dernier aux Etats-Unis. Certains avaient expliqué ces manifestations par une conspiration politique et non par les discriminations raciales et la misère dont sont victimes les noirs. La Commission chargée par la Maison-Blanche d'enquêter sur les émeutes de l'an dernier vient de publier son rapport dont les conclusions étaient prévisibles. La Commission indique en effet qu'il n'y a pas eu d' « émeute typique » et que ce sont les chômeurs et les jeunes qui sont les plus actifs parmi les noirs. Elle souligne qu'il n'y a pas eu de conspiration et que les événements de 1967 ont rendu encore plus difficile le raD- ~ Comment la guerre au Vietnam dévore les ressources -indispensables à la lutte contre la pauvreté (dessin de Fred Wright , U.6. News). UNE COURSE DE VITESSE de notre correspondant Ernst B. Poirier L ES accusations qui furent portées ces derniers jours contre Heinrich Lübke, président de la République fédérale allemande ne sont certes pas nouvelles; partout dans le monde on connaît son activité passée de constructeur de camps de concentration. Lui-même n'a-t-il pas déclaré: « 'Je suis presque sûr (!) de n'avoir pas signé de plans pour la construction de camps ; mais je ne peux plus aujourd 'hui l'affirmer sur la foi du serment -. Un tel système de défense fera école, n'en doutons pas, parmi les anciens nazis qui auront à se disculper devant la justice d'activités semblables ou même pires. Ils pourront s'inspirer des propos du journal Politische Soziale Korrespondenz, lié au parti chrétien-démocrate au pouvoir, qui écrit, pour excuser, voire pour justifier, les activités passées de Lübke: « Aurait-il été plus humain de laisser ces malheureux détenus en plein air? » En somme, Lübke rendait service aux déportéS en leur donnant un toit! Il est probable qu'il n'y aura plus de procès contre les anciens nazis à partir de 1969. Le N.P.D. promet au peuple allemand que lorsqu 'il aura des députés au Bundestag - ce qui sera fait l'an prochain - il fera fermer définitivement le « Centre d'information sur les crimes nazis » de Ludwigsburg. C'est un devoir primordial pour les forces démocratiques ouest-allemandes que d'empêcher un tel « coup de main - : cet institut peut instruire encore bien des dossiers contre les criminels nazis qui mènent des jours paisibles et surtout une activité politique débordante en Allemagne fédérale. N'oublions pas que 120.000 anciens nazis ouestalle. rnands n'ont jamais encore rendu le moindre compte! « Mieux vaut mort que rouge» Les dirigeants de la R.F.A. veulent aller plus loin. On parle déjà ouvertement d'une loi tout à fait spéciale: une loi centre les • Undeutsche» attitudes, contre les attitudes anti-allemandes. Ils pourraient ainsi expédier, sans autre forme d~ procès, les anti-nazis devant la justice fédérale. Cette loi est calquée sur la fameuse législation de ·Ia « chasse aux -sorcières - de feu le sénateur MacCarthy. A l'heure où l'opposition ouest-allemande de gauche recommence à exister, où ·une proportion grandissante de militants sociaux-démocrates refusent la collaboration, qu'ils estiment contre nature, avec le C.D.U. gouvernemental truffé d'ançiens nazis, une telle loi jette les bases d'une répression DROIT ET LIBERTE - Nu 272 - AVRIL 1968 qui, si on laisse faire Heinrich Lübke et ses collaborateurs, risque d'être sans merci. Malheureusement, cette opposition reste faible et divisée. La plus remuante est celle des étudiants, qui manifestent contre le gouvernement; ils défilent avec des portraits de Karl Liebknecht, de Mao, de Ho Chi Minh, de Trotzski; ils se nomment les • Communards ", s'organisent en « clubs républicains -; ils sont pacifistes ou anarchistes. Mais leur agitation dissimule mal leur inaptitude actuelle à penser en termes politiques clairs et efficaces. Leurs principales revendications concernent essentiellement leurs études et l'organisation de l'université allemande. Ils demeurent complètement coupés des grands syndicats, et donc de la classe ouvrière allemande. Si cette jeunesse ne trouve pas le chemin de son union avec les forces populaires, l'Allemagne fédérale évoluera à coup sûr, de plus en plus, vers la droite. La preuve? Lorsque les étudiants manifestèrent à Berlin, le mois dernier, contre la politique américaine au Vietnam (et ce fut une manifestation disciplinée), c'est le Sénat de Berlin lui-même qui a organisé une contre-manifestation violente, ."u cours de laquelle des étudiants furent molestés, où furel~t ressortis quelques vieux slogans hitlériens, et notamment lieber tot ais rot (mieux vaut mort que rouge). C'est une course de vitesse qui se joue en Allemagne. Ou l'opposition mûrira et se renforcera, ou Heinrich Lübke et ses amis. prendront les mesures qui fermeront la bouche aux « agitateurs - antifascistes, et ouvriront les portes pour l'arrivée au pouvoir des nazis anciens et néo. Jne délégation de la Fédération Ilra611enne des Anciens dépOrtés venue de Tel- Avlv, a été reçue le 8 mars demler à Bonn par M. HeInrich' Luebke. • Cette audlance, indique l'Agence France·Presse, a eu lieu à l'Initiative des Anciens déportés qui ont exprimé au chef de l'Etat fédéral leur sympafble à la suite des attaques dont Il a récemment f.,lt l'objet pour ses activités durant la guerre. _ Le même jour à Essen (R.F.A.) un avocat, devant la Cour d'Assises, demandait l'audition d'Heinrich Luebke . L'avocat a fondé sa demande sur le fait que les crimes reprochés à l'un des trois anciens SS du camp de concentration de Mltelbau-Dora jugés n'ont pu être commis que parce que l'entreprise Schlempp dirigeait des travaux dans ce camp et qu'Heinrich Luebke travaillait à l'époque dans cette entreprise.,. Précisons que I,a ~ 'Fédératlon des Anciens déportés, qui n'hésite pas à se porter garante du passé de M. Luebke, ne s'était jamais manifestée jusqu'à présent ni pour la défense des déportés ni d'l'ne autre façon. 13 Comulka : (( LA POLOCNE ET LES JUIFS)) Au cours des r è.oents événements de Pologne, les v igoureuses a ttaques lancées con tre le sionisme, différent es prises de position concernant les juifs et les sanctions frappan t plusieurs d'entre eux ont suscité une émotion considérable, plus particu lièrement ·en France, parmi les jui fs d 'origine polonaise. Pour que nos lecteurs puissent juger objectivement de la façon dont les autorités polonaises ont abordé cette question , nou , publions (ce que n'a fait aucun journal français) le passage qui lui est consacré dans le discours prononcé par M. Gomulka, le 20 mars, à une réunion de militants de Var sovie. -+ UNE part active dans les événements qui se sont déroulés a été jouée par Line partie de la jeunesse étudiante. qui est d'origine ou de nationalité juive. Les parents de ces étudiants occupent des postes élevés dans notre Etat. Ce fut essentiellement la raison pour laquelle le slogan de lutte contre le sionisme . slogan qui . a été parfois dénaturé. est apparu au cours de ces événements. y a-t-il des nationalistes juifs. des adhérents à l'idéologie sioniste en Pologne ? 1\ Y en a. cela ne fait pas de doute. Mais ce serait une incompréhension que de voir dans le sionisme un danger pour le socialisme en Pologne'. pour le système socio-politique de Pologne. Ce danger .- s'il devait jamais apparaître. ce qui est très improbable - peut surgir à partir de sources réactionnaires variées dans le pays. sources soutenues de l'extérieur par les centres de la réaction anticommuniste internationale. Mais cela ne signifie pas que nous n'ayons pas en Pologne le problème de ce que j'appellerai la ;:!éfinition de leur position propre par certains des juifs qui sont citoyens de notre Etat. J'en donnerai quelques exemples pour montrer ce que j'ai à I·esprit. Nous avons ouvert nos frontières L'année dernière, au cours de l'agression israélienne de juin contre les Etats arabeS, 11h t:êlt!ltit hombre de juifs ont manifesté sous des formes variées leur désir d'aller en Israël afin de prendre part à la guerre contre les. Arabes. 1\ n'y a pas de doute que cette catégorie de juifs. qui sont des citoyens polonais, ne sont pas liés à la Pologne émotlonnellement et intellectuellement. mais avec Israël. Peut-on les en blâmer ? Seulement de la façon dont les communistes blâment tous les nationalistes sans tenir compte de leur nationalité. Je suppose que cette catégorie de juifs quittera notre. pays tôt ou tard. Durant une période. nous avons ouvert tout grand nos frontières à tous ceux qui ne désiraient pas être citoyens de notre pays et avaient décidé d'aller en Israël. Aujourd'hui aussi, nous. sommes prêts à donner des passeports prochement entre noirs et manifestation, un noir fut tué. Ainsi se trouvent tragiquement illustrées les conclusions de la Commission d'enquête. blancs. Elle établit un tableau très pessimiste de la situation et c'est un véritable réquisitoire qu'elle dresse, par ses constatations, contre la condition faite aux noirs. Elle prévoit notamment un été sanglant dans les ghettos des grandes villes. La Commission souligne encore l'urgence de l'amélioration dans les domaines de l'emploi, du logement, de l'éducation. Autant de conclusions auxquelles . les antiracistes des Etats-Unis - noirs 'et blancs - étaient arrivés depuis longtemps. Tout dernièrement encore, à Memphis, au cours d'une 14 DÉCOLONISER L'AMÉRIQUE A la surprise des EtatsUnis et du monde entier, le président Johnson, dans son discoL.'I's ' du 31 mars, a annoncé à la fois la suspension « unilatérale » des bombardements sur 90 % du territoire nord-vietnamien, excluant les zones à proximité du 17' parallèle, et d'émigration à ceux qui considèrent Israël comme leu r' patrie. Une autre calégorie de gens d'origine juive sont ceux que présente M. Sionimski dans un article publié dans le périodique Wiadomosci Literackie, n° 35. de 1924, sous le titre « La sensibilité juive ,». Comme l'article est extrême· ment antisémite, j'en cirerai seulement la conclusion : « Oh, si je pouvais seulement me sentir juif » , écrit Slonimski. « Mais dans mon coeur, j'appartiens à une patrie, petite mais noble, de gens perdus dans le monde, gens éparpillés, sur tout le globe, non liés entre eux par des rubans de souvenirs, gens qui n'ont pris racine dans aucun pays_ Je peux me traverser le coeur et dire que je n'al pas de sentiments nationaux du tout. Je ne me sens ni Polonais, ni juif. Ce n'était pas sans un sentiment d'envie que j'ai regardé les pionniers juifs plantant leurs tentes dans la plaine de Saron et que j'ai écouté leurs chansons hébraïques autour du feu de camp, dans le soir ; de même qu'une fois, avec un certain sentiment d'envie, j'ai écolJté une chanson chantée par les soldats polonais allant à la guerre dans la Russie lointaine ». Slonimski a écrit ces mots il y a quarante ans. 1\ est difficile pour moi de dire quels sentiments il nourrit pour la Pologne actuelle, il n'y a que lui qui puisse nous donner · la vraie réponse. 1\ ne fait pas de doute qu 'à présent également il y a dans notre pays un certain nombre de gens, citoyens de notre Etat. qui ne se sentent ni Polonais. ni juifs. Nous ne pouvons les en blâmer. Personne ne peut leur faire sentir qu 'ils appartiennent à une nation s'ils ne le sentent pas eux-mêmes. Mais. du fait de leurs sentiments cosmopolites. ces gens doivent éviter les domaines de travail dans lesquels l'affirmation nationale est essentielle. Le seul critère Finalement; il Y a un troisième groupe, le plus nombreux. de nos citoyens d'origine juive, qui sont profondéson retrait de la course électorale_ S'il est encore trop tôt pour préjuger l'évolution de la situation au Vjetnam, la déclaration du président transforme le tableau de ' la compagne présidentielle. Restent en lice l'ancien vice-président Richard Nixon, se,u,1 candidat officiel à l'investiture républicaine, et, du côté démocrate, les sénateurs Eugène Mc Carthy et Rober! Kennedy. La guerre du Vietnam et le problème noir sont naturellement au centre des préocc.wpations des trois candidats. Pour M~ Nixon, qui, lors d'une allocution télévisée, a vivement critiqué le rapport de la commission présidentielle sur les désordres · civils qui, d'après lui, avait « tendance à faire peser la responsabilité des émeutes sur tout le monde, à l'exception des émeutiers ". « La montée de ces violences survient au moment où la violence a le moins de raisons d'être, où la rebeilion est le moins excusable. Nous n'avons jamais été aussi près, a-t-il ajowté, de la réalisation d'une société d'abondance et de justice, où les causes séculaires d'insatisfaction des deshérités seront éliminées. " Thème bien sûr controversé par les candidats dé· mocrates qui, à l'inverse de M. :Nixon, relient dans leur az:gumentation les deux prom~ nt enracinés dans le sol sur lequel ils sont nés et pour qUI la Polo~ne ~st la patrie. Beaucoup parmi eux ont des postes de d,rec!,on dans les domaines variés de notre vie. Beaucoup parmi eux. par leur travail et leur lutte ont rendu de grands serv.ices à la Pologne populaire .. à la cause ~e la construction du socialisme dans notre pays Le Parti les apprécie hautement pour cela. . Ma~s , quels que ~oient les sentiments que peuvent avoir les citoyens po!onals d'origine juive. notre parti est résoI~ me~t, o~~ose a toutes les manifestations ayant des traits d antlsemltlsme. No~~ combattons le sionisme. en tant que programme politique. en tant que nationalisme juif e~ cela est juste. C'est quelque chose de tout à fait dif: ferent . de I:antisémitisme. JI y a antisémitisme lorsque quelq~ ~n sen pre.nd aux juifs simplement parce qu 'ils sont JUifs. Le _ slonlsn:'e . et l'antisémitisme sont les deux faces de la meme medaille nationaliste. Le seul .critère pour évaluer un citoyen . de notre pays e~t son attitude envers le socialisme et envers les intérêts vlt~U~ de notre Etat et de notre nation. Chaque citoyen ~éf!nlt sa n~tion~lité suivant sa propre conscience. Et il JOUit. ~e drOits egaux. indépendamment du fait qu'il se co.nsl.dere un Polonais. un Bielorusse ou un Juif. Mais le pnn?,pe de la loyauté à l'égard de' son pays, de sa mèrepatne. la Pologne populaire. est également obligatoire pour tous. C .. -document appell .. , selon nous. plusieurs observations d 1. - Comment le conflit opposant au pouvoir des étudiants et ~s .pr:ofesseurs a-!-iI pu conduire à aborder de tels problèmes? S agIt-ri. comme 1 estiment certains. d'une volonté délibérée de les mettre au premier plan? En fait. ce texte n'est qu'un bref ~XV:lt b du discours du président du Conseil polonais qui a /8 t O:,aucoup plus. longuement des autres aspects de la sltuaron. autre part, ri semble qu'en Pologne. comme cela s 'est P!odrit également en Occident (et aussi au Moyen-Orient ,) le ~~on sre et les juifs se sont trouvés au centre d'une bataille smp e,ur Intem!'flonale quI dépasse leur propre cas Il a 2~ ilO!' a 25 ~ ,ulfs en Pologne; mals. depuis la « g~erre ~s Sl~ Jours -, c est en s'afflrmant .Ies amis d'israël et donc des ~urf~. 1 qu~~es opposants ont manifesté leur hostlll'té au régime n lU n 7. ces ~sants ont. souligne l'Express du 18 mar; iSr/ftl" - '~ cortrePled d." l'attitude officielle dans le conflit dl 0 ara e . ."ur aversron pour les Soviétiques leur faisait d:e t ' • nos (jurfs ont battu leurs Arabes •. Un certain nombre • en re eux !In peut le supposer par comparaison avec: ce ui s est ~ssé ICI) n étaient sans doute que depuis peu des 1 q des JUIfs. « am s - 2. - !' y a toujours un risque de confusion entre antisionisme et antlsemltlsme. En fait. les premiers adversaires d 1 1 hlstodquement. furent des Juifs et Il a des us?" sme. eroptent les positions sionistes'. Dans fa mesure n:-ju~~e q~! pace s!lr le terrain Idéologique ou POlitique la contestat! du sionIsme ne saurait être a priori qualifié'; d·antlsémltlsme:. blèmes, voyant dans la fin de la guerre du Vietnam la seule possibilité d'améliorer le . sort de la communauté nOIre. Ainsi, le sénateur Kennedv dont la candidature était soU'tenue par le paste.wr Martin Luther King, lançait le 21 mars, à l'université de l'Alabama, un appel à « la réconciliation nationale ,.. « Le pays est divisé plus que jamais, devait-il déclarer, divisé par une guerrl: cadteuse 'et amère; divisé par des crises de structures à l'intérieur; divisé par l'âge, les croyances, par la couleur de notre peau... " De son côté, M. Eugen Mc Carthv, sénateur cru Minnesota, affirmait, au cours d'un dîner offert en son 'honneur à Newark (New-Jersey)

« Nous ne pouvons

pas financer la guerre du Vietnam et en même temps apaiser le désespoir qui conduit aux émeutes ( ..• ) ». «Au. jourd'hui, a-t-il dit, reprenant un de ses thèmes favoris, notre devoir est de décoloniser l'Amérique en esprit et en fait. Un siècle après .l'émancipation légale des esclaves, nous vivons encore dans une sorte de société coloniale où vingt millions de '· noirs sont parqués dans un ghetto culturel et éconoDÙque comme des citoyens prisonniers d'un . groupe distinct dont le niveau de vie et les espoirs DROIT ET liBERTE . Nu 272 . AVRil 1968 d 3 . . -:- l·a.nalyse psycho-sociologique des différentes attitudes ~s IUlfs "arte par M. Gomulka peut être admise ou contestée . e e , aura t toutefois été plus complète et d'une plus gr~

rrtee si le déracinement. le désarroi et même le nationalisme

!In certain nombre d'entre eux étaient expliqués par leur raIson profonde : le~ ~rsécutlons et les souffrances subles et 51 avait été ' soulognee en même temps la nécessité d • ...; effort perm,!nen'. pour réparer et atténuer les effets de ces malh~rs seculaIres. La Pologne nouvelle n 'a-t-elle pas déjà montre .combien elle se préoccupait du sort des rescapés et r~spectalt les aspirations de la petite communauté Juive 1 l,Association. cultur,:lIe des Juifs de Pologne. le Théâtre juif d Etat. les ecoles Juives. l'Institut historique. les éditions en Ylttish i diffusées par le monde entier - que le gouvemement su vent onne - en apportent le témoignage. .4. - le fait de distinguer ainsi les juifs parmi ceux ul ~ opposent. a~tuellement au gouvemement risque de donner r~e a la susprsclon envers tous, et à des attitudes dlscriminato':res., que, M. Go~ulka condamne per liji lleurs. C'est ainsi ue u "Pres son ~Iscours. si l'on en croit certains articles de q

es
'

les autorites universitaires de Varsovie, en révoquant pl~sleu"'; ~rofes.se~r'" ont cru devoir souligner que ceux-cl avalent soutenu ~5 . etu ants « pour la plupart d'orlgine Juive _. Une telle d~srgn,ation !le !",ut. qUE donner· aliment aux inquiétudes qui s expr ment a l'etranger. UN COMMUNIQUE DU M.-R.A.P. I:-e Bureau . na(i~.nal du M.R.A.P. estime devoir exprIm~ r son mquletude et son appréhension devant certames campagnes et mesures prises à l'encontre de ~Jto'yen.s polonais d'origine juive. dans le cadre ~e. 1 a b &1 l . tatlon poli~ique que connaît actuellement la epu lque populaIre de Pologne. d Dans je pays, l'antisémitisme donna lieu nagu""re à e sang antes persécutions. II fut un moyen de - gourerne~ ent. a.[ temps des colonels fascistes. Trois mil~ ons . e , J.Ui s Y furent exterminés durant l'occupatIOn hItlerIenne .. cependant qu'en 1943 Ja révolte du ~hetto de Va-,;sovle fut Iii première insurrection armée d ans une ~apltale envahIe par les nazis. A 1"IV,ènement 1 u p~ufvOJr p.op,wIaire prirent part en grand nombre es JUi s survIvants. II est auj0o/d'hui inadmissible que soit soulignée en trop de CIrconstances, l'origine juive de cito eD~ p~l,?nals, dès }ors que leur attitude donne lieu àY des crI~lques ~u a des sanctions d 'ordre politique . il y a , la. I;m rIsque certain de réveiller un courant d'antisemitisme. Alo~s ql!e le .g~uvernement polonais a été l'un des f.l.ml.ers . a rdatlfler la Convention internationale sur e ~mmatlOn . e . toutes les formes de discriminations dacliles et temOIgn!! ~0!l souci de respecter la culture e B: ~ommuna.ute JUIve, le M.R.A.P. demande aux au.tontes polonal~es de prendre toutes mesures nécesstalllres 'dl?ouz: e.mp~cher tout ce qu~ peut favoriser de e es lscnmmatlOns. diffèrent de ceux des autres Américains. " Un quatrième candidat' peut se présenter en la perso~~ e de M. Humphrey, vicepreSIdent et « dauphm morai » de M. Johnson. Peut-on pourtant formuler un pronostic? « Nonnalement - si tout ce que nous observons depuis un mois peut être qualifié de « normal » dans le contexte de l'histoire américaine - écrit Alain Clément dans Le' Monde . du 2 avril, le téléphone du sénateur Robert Kennedy devrait être occupé jour et nuit par des potentats locaux du parti démocrate qui ... offrent leurs bons offices électoraux à celui qui paraît le mieux placé pour en hériter. » Justice LES ESCROCS DE LA MISÈRE R ENE Botte, clerc de notaire à Grenoble présentait il y a quelque temps toutes les apparences de l'honorabilité. Mais il était un escroc de l,!- p~re espèce, celle qui s'enrIchIt de la misère des autres. René Botte proposait en effet à des travailleurs algérIens de leur louer un logement, .leur demandant une « avance ·» de 100 à 500 F. " Je vous ferai visiter la chamb.re demain et je vous ... 15 ~ , remettrai les élefs ", disait-il à ses victimes. Au total, René Botte a ainsi escroqué 10.00'LF. Il vient d'être condamné à deux ans de prison par le tribunal correctionnel de Lyon. Deux autres escrocs, JeanPierre Desportes, chef de chantier, et Gilbert Garot, conducteur de travaux, pratiq, uaient, dans la région parisienne, le chantage au per~ mis de résidence enyérs les travailleuf's portugais. Ces derniers, on le sait, sont. le plus souvent à l~ur ::\l'riv~e en France «en ~ltuatIOn Irrégulière ». ' Ayant pouvoir d'embauche sur leurs chantiers, Desportes et Garot réclamaient 150 à 450 F pour obtenir des permis de résidence. Une quinzaine d'immigrés portugais ont ainsi été escroqués et, en un seul mois, Desportes et Garot avaient «gagné » 6.000 francs lorsqu'ils furent arrêtés. Brésil DE LA « PROTECTION» AU GÉNOCIDE L E' Service de Protection des Indiens s'est livré à une vaste opération de ' génocide contre les tribus autochtones de l'Amazonie et du Matto-Grosso , a Une jeune amazonienne et son enfant. Peutêtre a-t-elle été cômme des milliers de ses compatriotes, assassinée par les services' brésiliens chargés de sa • protection •. 16 indiqué récemment le ministre brésilien de l'Intérieur. Cent-quatre ~ sur les sept cents fonctionnaires que compte le S.P.1. sont directement impliq\Jés dap.s, les massacres. Selon les témoignages déjà recueillis, ils ont exterminé deux tribus de l'Etat de Bahia par l'inoculation de la variole ; dans le Matto-Grosso, ils ont décimé les Indiens par des cartouches de dynamite lancées par avion cependant que des complices tuaient à la mitraillette ceux qui tentaient de fuir. Ailleurs, on réduisait les Irtdiens à l'esclavage, on tor' turait, on forçait les femmes à la prostitution, on arrachait les enfants à leurs parents (le seul directeur du S.P.I., un officier de l'armée de l'Air, est, impliqué pour quarante crimes différents par les en9,uêteuI'S). Les lois brésiliennes assurent aux Indiens la propriété des terres sur lesquelles ils vivent. La commission d'enquête formée sur l'initiative des autorités précise que les massacres ont été faits au profit de compagnies de vente de terre (le seul chef du S.P.1. a reçu plus de 400.000 dollars pour services rendus à ces compagnies.) , Les révélatioq faites sur les massacres ont provoqué au Brésil et à l'étran~er, une très ~rande indignatIOn. Et l'opimon ne se satisfait .J?as ~ Moyen-Orient: Dans un pays arabe, un instructeur d'Al Fatah apprend à de 'nouvelles recrues à se servir d'un fusil-mitrailleur. Associated press A Karamé, en territoire jordanien, des soldats israéliens pré par e n t le dynamitage ,d'une habitatiorf dont le propriétaire é t ait soupçonné d'avoir abrité un commando. UNE NOUVELLE ESCALAO"E ? • LE 21 mars dernier, les forces armées israéliennes - fantassins, blindés et aviation - ont lancé sur un front €le 110 kilomètres une violente attaque contre la Jordanie, offensive considérée officiellement à Tel Aviv comme «une action de représailles contre les centres d'entraînement des commandos palestiniens ». Le déroulement de l'opération et surtout la raison invoquée ne sont pas sans rappeler les tragiques événements de Saki et Sidi Youssef. Le 8 février 1958, en effet, l'aviation française bombardait Sakiet, faisant des dizaines de victimes, toutes tunisiennes et toutes civiles. Dans les ~emaines qui avaient précédé, on avait beaucoup parlé à Paris et à Alger - de détruire les bases algériennes de Tunisie. La suite des événements a montré que cette .opération allait gravement détériorer les relations francotunisiennes déjà difficiles et n'affaiblir en rien le mouvement national algérien. A Tel Aviv, on tient le roi Hussein pour responsables des agissements des mouvements palestiniens. Mais le voudrait-il que le monarque ne serait. pas en mesure de contrôler ces organisations. Quand, au mois de février, il a condamné l'action des commandos, le Premier ministre l'a aussitôt désavoué en proclamant «la détermination de son gouvernement de s'aligner sur la politique de tous les pays arabes, s'inspirant ainsi des recommandations du roi Hussein (l) J. Cette fois , le roi s'est déclaré pleinement solidaire des résistants à l'occupation . Le régime hachémite est en fait le plus fragile des pays arabes, de par ses origines (il est né par la volonté anglaise), et surtout de par l'implantation palestinle~n.e entre le 1er juin et le 1er août 1967, 240.000 Palestmlens étalent déjà venus rejoindre dans l'exil leurs 387.000 compatriotes et l'exode ne s'est pas arrêté. à cette de~n.ière date ( la Jordanie comptait en 1967 environ deux millions d'habitants et sa seule partie fertile, la Cisjordanie, est occupée depuis juin) . Ebranler le régime hachémite Après avoir espéré une évolution solitaire du. roi !-lussein, il semble bien que les dirigeants de Tel AVlv ont voulu ébranler le régime · d'Amman et, par contre-coup, l'unité relative du monde arabe. ' A Tel Aviv cependant, le général Haïm Bar Lev, chef d'état-major de l'armée israélienne, a affirmé : • Trois bases terroristes ont été nettoyées ; il n'y a pas eu de victimes parmi la population civile J. On imagine mal qu:on puisse atteindre les seuls commandos dans une opération de cette envergure. . .. Au Caire, le journal AI Ahram, dont on affirme qu Il reflète les vues du président Nasser, écrit : «Par sa nouvelle agression, Israël a fait échouer toute possibilité d'un règlement non militaire ». Et à Tel Aviv, le général Dayan déclare : « La lutte contre AI Fatah, Nasser et Hussein sera longue et il y aura d'autres batailles.» Ainsi se trouve souligné le danger d'escalade provoqué par l'offensive israélienne. ' Au Conseil de Sécurité de l'O.N.U., il ne s'est trouvé qu'un délégué pour justifier l'opération de Tel Aviv : le ?élégué israélien. En Israël même, plusieurs journalistes I~fluents se ,sont interrogés sur l'opportunité de l'offensive de mars et sur ses conséquences possibles. _ Aprè~ de longues discussions, le Conseil a adopté une resolutlon par laquelle il condamne l'action militaire du 21 mars et déplore toutes les violations du cessez-le-feu. Une urgence Le 21 mars même, un responsable d'AI Fatah indiquait au correspondant du 'Monde à Beyrouth, Edouard Saab, que les raids et attentats ne devaient en aucun cas être dirigés contre la population civile juive. Au même journaliste. M. Yahia Hammouda successeur d~ tonitruant .A~m~d Choukeyri à la présiden~e de l'Orgamsation de LIberatIon de la Palestine (O.L.P.). avait dit : «Avec , de~ juifs « désionisés D, rien 'ne peut nous empêcher dé vIvre et de partager une même communauté de ~rt et d'intérêt. Entre Juifs et Arabes, il n'y a jamais eu m haine raciale ni animosité» ~ependant, . dans la situation confu'se qui règne au MoyenOrient, certams éléments palestiniens ne s'embarrassent pas de tels principes, qui pourraient trouver dans' l'intervention militaire du 21 mars un prétexte à de nouvelles actions. Comme toujours dans de telles situations on voit se développer l'escalade des violences aveugles: Par ailleurs. cent intellectuels israéliens avaient lancé avant mêmf" le 21 mars, un appel à leurs compatriotes: Dénonçant • la violation des droits de l'homme en Israël et dans les territoires occupés", ils déclaraient : «Où nous conduisent ces méthodes . sinon vers un gouffre de haine ? De tels actes ne peuvent que renforcer la résistance clandestine, . faire , de nouvelles victimes dans ,les deux camps e~ ,favorIser une nouvelle guerre aux conséquences impréVIsibles (. .. ) Citoyens juifs ! Rappelez-vous comment des non-juifs courageux s'étaient tenus à nos côtés dans les moments de détresse. Le malheur s"est maintenant abattu sur I,e peuple arabe frère. Pensez-vous qu'il soit juste que vous vous en laviez les mains, que vous vous taisiez ? ». Et à l'Université de Tel Aviv, des centaines de pr?fesseurs et d'ét~diants avaient participé à une assemblee, sous le mot d ordre : • La paix et la sécurité - oui ! Des annexions - non ! ». . Les derniers événements montrent l'urgence qu'il y a a mettre en application la résolution de l'O.N .U. adoptée en novembre dernier. On l'a bien vu, le rejet de cette résolution porte en lui le danger permanent d'un nouvel embrasement du Proche et du Moyen-Orient. 280lT ET LIBERTE • No 272 • AVHIL 1968 LA RESOLUTION DE L'O~N.U. En novembre '1967, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. a adopté, sur proposition du délégué britannique et à l'unanimlté, la résolution claprès. Le Conseil de sécurité, Exprimant l'inquiétude que continue de lui causer la. grave situation au Moyen-Orient, Souhgnant que l'acquisition de territoires par la guerre est inadmissible et qu'il est nécessaire d'oeuvrer pour une paix juste et durable permettant à chaque Etat de la région de Vivre en sécunté, Soulignant en outre que tous les Etats membres, en acceptant la charte des Nations unies ont contracté l'engagement d'agir conformément à l'article 2 de la Charte; ' 1) Affirme que l'accomplissement des principeS de la Charte exige l'instauration d'une paix juste et durable au Moyen-Orient, qui devrait comprendre l'application des deux principes suivants : a) Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés pendant le récent conflit; b) Cessation de toutes les invocations de belligérance ou de tous les états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté de l'intégrité territoriale et de l'indépendance politique de chaque Etat de la région et de leur droit de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reCOnnues à l'abri de menaces ou d'actes de force. 2). Affirme en outre la nécessité : a) de garantir la liberté de navigation sur les voies d'eau internationales de la région; b) de réaliser un juste règlement du problème des réfugiés; c) de garantir l'invi~labilité territoriale et ,'indépendance politique de chaque Etat de la région par des mesures comprenant la création de zones démilitarisées. 3) Prie le secrétaire général de désigBllr un représentant spécial pour se rendre au MoyenOl'ient afin d'y établir et d'y maintenir des rapports avec les Etats -intéressés en vue de favoriser un accord et de seconder les efforts' tendant à aboutir à un règlement pacifique et accepté, conformément aux dispositions et aux principes de la présente résolution (1). 4) Prie le secrétaire général de p~ésenter aussitôt que possible au Conseil .de sécurité un rap' port d'activité sur les efforts du représentant spécial. (1) M. Junnar Juring a été et reste ce représentant spécial et sa mission a été entourée d'une 'très grande discrétion (N.DL.R.). 17 -. des seules déclarations faites par les autorités. Ainsi, le grand quotidien Correio da manha réclame la publication intégrale du dossier, soutenant que les responsables ne sont pas les seuls fonctionnaires du S.P.1. Des pressions politiques auraient en effet été faItes sur les enquêteurs. Le Jomal do BrasU réclame pour sa part des «châtiments foudroyants pour ces monstres qui ont rangé le BréaU parmi les nations coupables de génocide.,. Sur les quelque 90.000 Indiens recensés, on pense que plusieurs dizilines de milliers ont été exterminés. Antilles « L'OPPRESSION EST LA» A IME CESAIRE a récemment accordé une interview à l'hebdomadaire politique ouest-allemand Der Spiegel. Evoquant la situation politique qui règne en Martinique et en Guadeloupe, - LES INCURABLES ENCORE Minute', mais il n'est pas question d'en sortir ... les incurables du raci~me, héritiers de la , presse hitlérienne du type Stürmer n'ont gardé de leurs maltres que la vulgarité, I:ignorance et la séjleté. Plus même d'arguments. On démolit I.e nègre à coups de slogans (qui figurent toujours dans la publiCité de Bananla, celà dit entre parenthèses) : « y'a plus bOn Bokassa ", pour Injurier le président de la Républi9ue cântrafricaine. Par ailleurs la cu'lture au revolver, comme naguère les nazis: « Il sen passe de belles au campus de Nanterre " •.. Et de dévoiler la « peur. qui règn~, ~'activité des « Nord-Africains ., les « réseaux. d'étudiants musulmans, les gangs « antillaiS • etc. Incurables, les racistes étalent leur prose au grand jour. Des députés de la maj?rité reprennent leurs arguments à leur compte. Personne ne réagit. Minute distille I.e pOison. Aujourd'hui on se contente de ricaner. Demain on ricanera encore. Après demain il sera t rop tard. J'al peur, oui , j'ai atrocement peur quand je vols les chiens enragés courir les rues et mordre. Qu~1 moderne Pasteur saura-t-il nous débarrasser de la rage raciste? Et de Minute? le député a précisé : «Le rac. isme n'èst évidemment pas le même qu'en Amérique, mais il serait enfantin de croire qu'il n'y a pas de ' ra· cisme. L'oppression est là. Il existe une population noire qui est dominée par un petit groupe de fonctionnaires blancs." , A Paris, tout au long du procès des Guadeloupéens, ce racisme avait été dénoncé, y compris par des témoins venus d 'horizons politiques opposés. Oncle TOM Un nouveau procès devait cependant s'ouvrir le 3 avriol à Pointe-à-Pitre. Trente-qua' tre autres Guadeloupéens, arrêtés à la suite des évt!11ement de mai dernier doivent être j~gés par le Tribunal correctIOnnel. De tels procès ne font en définitive que souligner les problèmes qui se posent aux Antilles. gaie comme son soleil ....~ :s:-~~ Sciences 8.000 ANS D'ÉCHANGES MARITIMES 18 13. rue Laborde 'Paris 8" Tél.: 522.05-59 NOM PR~NOM .......................................... · ADRESSE ................................................... . L ES peuples ,de la Méditer, rannee commerçaient entre eux à une époque que l'on croyait, la semaine dernière encore, à ,peine émergée de la préhistoire. Trois archéologues anglais viennent de déco.uvri.r à Chypre des armes prImItives faItes dans une obsidienne importée de Turquie à une date qu'ils ont pu préciser grâce à la radioactivité : 5690 ans avant' Jésus-Christ. On naviguait donc en Méditerranée à l'époque où, dans la vallée du Tigre et de l'Euphrate, les hommes inventaient l'agriculture. On croyait naguère encore , que les diverses civi.lisations (mycénienne, crétOise, hébraïque, égyptienne, mésopotamienne, etc.) étaient nées isolément, inventant chacune pour son propre compte les étapes de son prpgrès. La connaissance de plus en plus grande que l'on a de cette période floue qui, sépare l'histoire de la préhistoire prouve de , plus en pLll'S que la civilisation n'est pas née d'un peuple privilégié pour se répandre ensuite, mais du . contact même, du métissage intellectuel. technique, religieux et même physique, de divers groupes humains. Le racisme ~~t un -!phénomène fort complexe. Au niveau de l'inlli-JidU: . comme dans son contexte social,. il . se tr~uve mêlé, par ses ongmes comme par ses fottnes~..ses ; expressions, à de multiples données qui relèvent notamment de la psychologie, de l'histoire, de la politique, de l'économie. Selon la ,discipline scientifique ou le système philosophique qui sert de référence, l'analyse du mal peut, donc varier, l'accent être mis sur tel ou tel aspect. 'Le ,biologiste et l'ethnologue, l'idéaliste et le marxiste, le prêtre et le militant syndicaliste, la victime et celui qui se solidarise avec elle, ont inévitablement une approche différente. L'essentiel est que, aboFdant ·ce problème bten précis avec une égal~ rigueur, un égal souci de la . vérité , et de la dignité humaine, les uns ' et'les autres aboutissent à des diagnostics à 'peu près seml;lables, proposent . des remèdes complémentaires,. et agissent ensemble, avec la volonté de vaincre- ensemble un fléau que chacun 'condamne au nom de sa propre conception du monde. Cette réalité, qui conditionne aujourd'hui l'examen du phénomène raciste~t toute action antiraciste efficace, a trouvé .une'femarquable illustration dans deux manifestations récentes que le M.R.A.P. a organisées à l'occa'sion de la 2e Journée interna- DROIT ET LIBERTE - No 272 - AVRil 196~ DROIT ET LlBBRTi: - No .171 - AVRIL ,1888 lE RACISME AUJOURD'HUI tionale pour l'élimination de la discrimination raciale. .' La soirée qui s'est tel;lUe le 21 mars dans. le grand amphithéâtre de la Sorbonne était présidée par M. Charles de Chambrun, député, ancien ministre. 'L'assistance a applaudi tout à tour Pierre Paraf, président du M.R.A.P., le professeur André Lwoff, Prix Nobel de médecine, Georges Bal~dier, professeur à la Sorbonne, Pierre Juquin, député, agrégé de l'Université, l'écrivain Vercors, Charles Palant, s-ecrétaire général du M.R.A.P. ' A l'assemblée d'amitié et de · solidarité avec les travailleurs immigrés en France, ' qui a eu lieu le dimanche 24 mars, furent entendus avec une même sympathie chaleureuse, les interventipns d'Alain Goussel, secrétaire national du M.R.A.P., quj présidait, de Me Fred Hermantin, avocat à la Cour, du R.P. Jacques Ghys, directeur de' Hommes et Migrations, de Mme Cadoret; adJointe au maire de Gennevilliers, de Jean Dubois, s~crétaire de l'Union régionale C.G.T. de la région parisienne, ainsi que les · messages de la C.F.D.T. et du Centre National des Jeunes Agriculteurs. . Nous avons réuni ICI l'essentiel de ce~ prises de position, dom on observera à la fois la diversité et la convergence. Nous publions d'autre part, pages 34 et 35 un compte rendu complet des initiatives qui dnt marqué la Journée internationale . 19 21 ·MARS •• LA SOIREE DE LA SORBONNE Pierre para' 1 «Le chèmiri est court de J'injure au crématoire» J E vous remercie, au nom du M.R. A.P., d'avoir marqué par votre présence votre sympathie à notre cause. J'exprime notre gra~itude pr?fonde aux orateurs qui des dlvers honzons de la pensée Médecine, Sciences et Lettres, Ethnologie 'et Sociplogie, sont ~enus consacrer l'importance ' · d'une soirée dédiée à l'é~a1ité, au ' respect de la personne humame. (00') Cette soirée est dédiée. au noir auqll;el on refuse l'égalité du vote, du saVOir, de l'emploi, que l'on sép~re dans les logements, les écoles, les éghses et n,tême les cimetières, jusqu'à ct: que la SClenc7 vienne abolir pour certams morts la segrégation infâme, l?rsQ.ue des C~'I'S de noirs peuvent servlr a ressuscIter des coeurs de blancs. Elle est dédiée aux Gitans, aux Tsiganes des ghettos errants q~i PI'?mèneilt ,}(:ur. nostalgie depuis des mdlénalres au mlheu d'un . monde hostile et soupçonneux. , [ 20 LE M.R.A.P. 'DOIT AGIR IL A . BESOIN DE VOUS C.C.P. 14·825·85 Paris Elle èst dédiée il ces israélites, échappés du massacre de 1940 à 1945., que dC?s nostalgiques du nazisme, auxquels les SIX millions de morts des chambres à .gai . ne.suffisént pas, s'acharnent à poursUlvre de leurs mensonges 'et de leurs haines. Elle est dédiée aux travailleurs immigrés et singulièrement aux hôtes . de la République française qui sont venus ~pporter, loin de leur ~eITC? et de .1C?ur clel, chassés pàr la persecuhon pohhque ou par la misère, leur main-d'oeuvre au pays d'accueil. . Nord-Africains, Africains noirs, Portugais compatriotes antillais, efforçons-nous de 'leur assurer des conditions d;e vie matérielle dignes du pays des Drolts de l'Homme. ' Et pûis.que celles-ci dépende~t. plus directement . de nous, des condltlOns ~~ raies mettant fin à leur isolement, defnchons pour eux ce grand désert d'indifférence de \los villes. '(00') , Le racisme revêt les . aspects les plus divers : du ~arlicularisme à l'invective, du refus de l'mtégration - refus de lo~, ment; refus de donner sa fille à un nègre comme on dit - aux restrictions et au meurtre. Le ~hemiri est plus rapide tu'on ne , croit de l'injure au four crématoire. Mais,. si sombre que soit encore cette géographie . rac,iste du monde, jamais la prise de conscience du mal ne .fut plus répandue. Jamais, dans une majorité qui voulait l'ignorer ou qui l'acceptait docilement, comme elle acceptait la misère et la guerre, le racisme n'a semblé plus immoral et surtout .plus absurde_ (00') Et cet appel que nous adressons aux gouvernements, aux éducateurs, aux peuples du monde, en cette année des Droits de l'Homme, alors que, du nord au sud et de l'est à l'ouest, tant de ces droits sont défiés, n'est-ce pas en notre Paris qu'il devraif avoir sa plus profonde résonance en notre vieille Sorbonne, d'où les plus hautes pensées du monde ont pris leur vol? André Lwoff : « C'eft le mépris qui est responsable» S« I Becnedrata, imnsé prhiusemnat idn'sa,u tréecsr iht umJualiinesn, c'est uniquement parce qu.:us ~ . confèrent ainsi une primauté, une supériorité. Je te méprise, donc je te suls supérieur. Le mépris engendre la haine, la haine condult aux persécutions, et les persécutions dégénèrent en massacres lt. (00') . ., L'homme ne peut toutefOiS mepnser tous ses semblables. Il reconnaît une certaine communion de lui à d'autres hommes - qui ont la même langue, les mêmes idées - et qui sont de la même race. Les hommes semblables s'UJ,lissent et . excluent les autres, ceux qUl sont différents. On ne l«;s comprend pas. Ils parlent une autre langue. 11s sont. au-delà des frontières. Ce sont des ennemlS, donc bons . à conquérir. . . . ! Le' respect de la personne humame ne s'est pas ~évelopp.é spo~tané~ent. Il n'a acquis drolt de clté qu au pnx de durs combats. La lutte est d'ailleurs loin d'être terminée car dans de nombreux pays du monde 'il existe encore de véritables esclavés que l'on v~ml et que l'on achète . . De tout cela, et · de beaucoup d'autres tragédies, c'est le mépris qui est responsable. Le mépris des autres hommes a engendré le racisme, le mépris des autres nations ·fait naître le nationalisme. Du nationalisme vient la i';lerre, Et commela guerre ne peut durer éternellement, il 'j a aussi la paix (00.) , Spinoza a dit cependant: « La paix n'est pas l'absence de la guerre; c'est une vertu qui nait de la force de l'âme. La paix ne sera donnée aux hommes que par la volonté qu'Us en auront lt. Et Benda écrivait en 1930: « Si cette volonté manque, les plus belles institutions donneront de minces ' résultats. " Cette remarque ou cette prophétie, comme vous voudrez l'appeler, est aujourd'hui plus . actuelle et plUS vraie que Jamais ( oo.) C'est au respect des valeurs universelles que l'on juge et reconnaît une civilisation digne de ce nom. Il est évident 'pour tous que si le critère de la raison et de la j1,lstice, de la science et de la beauté èst l'intérêt d'une nation ou d'un gouvernement, ou la conformité aux idées d'un parti politique, ces valeurs cessent d'être universelles pour devenir des instruments de pouvoir · et de domination. Car, et ceci est très graveë il n'existe pas un racisme, mais deux. ar, en plus du racisme physil.ue, corporel. du racisme des peuples, 11 y a un racisme de l'esprit'. Ce racisme de l'esprit vous le connaissez. Il dit: c'est .moi qui détiens la vérité. Si tu ne penses pas comme moi, je te brûle ou je te déporte. Cela dépend des époques. Le procès de Galilée est une manifestation du racisme intellectuel; l'affaire Oppenheimer également. Ce racisme n'est pas fier de lui. Personne n'a jamais plaidé en faveur de l'Inquisition. Personne ne le fera jamais. Il n'est pas fier de lui mais il est cependaRt l'un des dangers qui nous menace (oo .) Qu'un comité ou qu'un homme puisse prétendre posséder seul la vérité dans tous les domaines est une monstruosité Qu'un comité ou qu'un homme ait l~ pouvoir d'imposer sans contrôle ses juge- DROIT ET LIBERTE ' No 272 • AVR'IL 196'1 Au vou,s de la partie artistique qui suivit les exposés: Maria d'Apparecida, particulièrement remarquable dans les mélodies de Villa-Lobos, et Bachir Touré. ments ct ses décisions en matière d'art, ete littérature, de science et de justice est une manifestation de racisme intellectuel, c'est-à-dire un danger grave. Le culte de la personnalité, aujourd'hui condamné, est un contre-coup de ce type de racisme. Dans une démocratie, la personne humaine doit être inviolable dans son corps et dans son esprit. Ce sont les principes même de la justice et de la tolérance. Pour que ,se développent les valeurs, universelles qui sont la civilisation, il est essentiel que l'artiste, l'écrivain, le savant, puissent créer et s'exprimer en toute liberté ' (.oo) Georges Balandler: «Une maladie du corps social» V OICI vingt . ans, 'après une guerre qui perIIl:it au r~cisme de pO!'ter s.es, ravages a un mveau statlshque Jamais atteint, la déclaration universelle des Droits de l'homme fut pL"Oclamée. Son principe fqndamental doit être rappelé

« Tous les êtres humains naissent

libres et égaux, en dignité et en droit ». L'affirmation de l'idéologie raciste s'exprime sous une forme rigoureusement inversée : « tous les êtres humains ne naissent pas égaux en dignité et en droit, leur liberté est conditionnée ». L'inégalité se trouve ainsi constituée en principe, en système théorique ( 00') Le racisme menace toutes les sociétés. Mais toutes ne l'ont pas subi au long de leur histoire. Certaines d'entre elles ont connu malheureusement des périodes 'racistes et- certaines autres ne porteRt pas de traces, ou guère de traces du racisme. La forme la plus remarquable du racisme s'associe à l'impérialisme, à l'établissement des rapports de domination coloniale ou de ' dépendance. Les idéologies expansionnistes justifient toutes les violences accomplies au nom du droit de mettre en valeur les richesses .dominantes, au nom du devoir de diffuser des techniques efficaces et la modernité, comme l'.on dit aujourd'hui, et aussi au nom (le l'obligation d'assumer une mission proclamée civilisatrice. Le colonialisme porte en lui un racisme plus ou moins m,asqùé, pour 'maintenir sa. domination et pour la légitimer. Ce racisme-là a été mis à mal à la suite du succès d'un grand nombre de mouvements d'indépendance. Mais il n'est pas' entièrement aboli ('00) La domination , ët le mépris Après les pays dépendants, ce sont les nations . ou les unions nationales hétérogènes, hétérogènes ·du point de vue des races et des cultures associées, qui sont les plus menacées par cette véritable maladie du corps social qu'est le racisme. L'exemple le plus remarquable à cet égard reste celui de la démocratie américaint; qui capitulà devant le fascisme anti-nègre durant les dernières années du 19" siècle. Le problèmé noir, comme l'on dit pudiquement, est aux Etats-Unis un reliquat de la période coloniale, une séquelle du colonialisme de naguère. Il s'est ensuite perpétué, pour des raisons économiques et politiques d'un caractère moderne. Le pouvoir noir exprime le refus radical de cet état de choses, à tel point qu'il se transforme en une remise en cause révolutionnaire de la société américaine et de ses copies du dehors. Les sociétés plurales, comme disent les sociologues, moins affectées par le racisme ne sont pas entièrement protégées contre son retour offensif : le Brésil, qui se veut terre de coexistence raciale, connaît aujourd'hui un drame national : des fonctionnaires chargés d'assurer la protection, la défense des communautés indiennes ont accepté de « liquider ", si vous me permettez cette formule, des tribus entières afin de favoriser la spéculation et d'en tirer profit. Aujourd'hui les pays nantis, relativement pr.ospères, s'ouvrent de plus en plus aux . travailleurs étrangers, qui y constituent un prolétariat externe, me- ~ nacé à tout moment de fixer un racisme latent. C'est le cas en France, il faut l'admettre, avec , les travaillel.lrs venus , d'Afriqùe du Nord et d'Afrique Noire, en Angleterre, où les racistes dénoncent l'addition des périls de couleur, le dernier de ces périls étant le péril brun qui ~ résulte de la migration d'un certain nombre 'd'Indiens ou de Pakistanais venus d'Afrique orientale. ' Telles sont les situations, les types de structures qui apparaissent comme plus propices à la diffusion de l'idéologie raciste. La lutte contre le racisme, si elle relève de l'infonnatIon et de l'é~- 21 .. cation, exige d'abord l'élim,ination des structures vicieuses. Elle reste fragile si la pédagogie antiliéciste n'est pas associée à une aCtion politique ( ... ) : les nuits et brouillards du racisme peuvent toujoùrs s'abattre sur toute société où l'inégalité, la domination et le mépris se trouvent associés. Pierre Juquln : «Un a.peet grave des luète. sociales » R APPELLE-T-ON assez aux jeunes l'affaire Dreyfus, les pogromes, les camps . pour la « solution définitive de la question juive' » ou la persécution des passagers de J'Exodus? Leur dit-on assez ce que fut l'extermination des Indiens d'Amérique du Nord, ou l'élimination des aborigènes d 'Australie? Saventils bien de quelles exactions furent victimes les peuples arabes ou noirs? Lutter contre le racisme, c'est accomplir un ·àcte moral, qui trouve un fondement scientifique dans la connaissance ' de la spécificité de l'homme et de son' , évolution. Il s'agit bien de surmonter des préjugés -raciaux. Non, certes, que nous puissions considérer l'homme comme un être achevé, et le plus p'arfait de la nature. L'homme évolue, li est destiné sans doute à se dépasser Lu~-même. Sans doute n'est-il pas seul intelligent dans l'univers, et bien faible est la probabilité qu'il constitue l'espèce la plus évoluée. Nous ne connaissons pas encore les lois profondes, ni tous les passages des l'évolution. Et il n'appartient ni aux philosophes, ni aux politiques de juger à la place des savants. Dans ce cheminement de la 'recherche, un fait s'impose de soi-même. Si l'accum. tJ!lation des connais.sances biologiques a permis, pour justifiet l'idée que l'homme est le produit du 'développement gradué du monde animal, si l'anatomie comparée, la paléontologie, l'anthropologie, l'embryologie n'ont cessé de corroborer, cette thèse, il apparaît avec certitude que l'homme diffère qualitativement de toutes les espèces animales, que l'hominisation s'est effectuée par le passage à une vie en société fondée sur le travail, que des changements anatomiqtres et biologiques ont dû certes créer les' conditions nécessaires à ce passage, et qu'il en èst résulté . 1 un développement soumis à de nouvelles lois, des lois socio-historiques. ' \ Le matérialisme moderne montre en l'apparition de l'homme non la simple variation d'une espèce animale, mais une' continuité et une dissonance ( ... ). Des racistes, : il est vrai, cherchent des arguments dans la morphologie comparative et dans la génétique. Mais les tentatives répétées pour :{rouver la présence de différentes anatomies dans le cerveau des hommes appartenant à des races différentes ont échoué. Le racisme n'est pas ,\.l'Il phénomène fondamental, mais un aspect grave des luttes . sociales et idéologiques engendrées par les rapports sociaux. Peut-on comprendre le fascisme salazardien, ou le franquisme si on les définit essentiellement par l'antisémitisme? Réduire le régime hitlérien à la persécution des juifs n'explique pas pourquoi des communistes 'furent jetés avec des socialistes et des chrétiens dans les camps de concentration dès 1933 ( ... ). Le système social est fondamental. Faire adopter des lois La France' n'est pas à l'abri du racisme. De l'affaire Dreyfus à l'occupation nazie et la guerre d Algérie, son histoire l'a prouvé. Les préjugés antisémites et racistes survivent. Des groupes et des publications suscitent systématiquement la haine raciste. Des campagnes sont OI'i8-nisées contre les travailleurs algériens ou noirs. Des brimades visent les .-srltahs, des édifices j,wfs sont profanés. Récemment, dans le Midi, des nostalgiques du nazisme se sont .groupés dans un camp pout s 'entraîner aux méthodes de combat, et étudier ces ' doctrines exaltant la suPériorité biologiqpe de la race bla.nche. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du ,super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE e~ CHEVREAU, ~n SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 . au 43 - Homr:nes du 38 au 48 . 6 largeurs différentes (9'). GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (M" Saint-Lazare - Trinité) (6) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau).


'Magasins ouverts tous les lundis ,---------

Si 'ces faits restent · minimes et isolés, ils n'en sont pas moins intolérables. Les tra-, vailleurs lDIIPigrés, maiDtenant au ' nombre de trois millions, soit 7,5 % ~la populatien française totale, sont victimes de discriminations dans .l'emploi, 1.. salaire, Je loge~ent. Ils connais~n~ l'isolement, souvent la détresse; c'est le cas en 'particulier pour les quelque 100 000 immigrés réduits à vivre dans les bidon' villes, et les dizaines I;te milliers d'autres qui . se voient rejetés dans des caves, des baraques, des ,foyers délabrés. , La France . devrait ratifier rapidement . la Convention internationale sur l'élimination de toutes les fo~es ële discrimi, nation raciale, 'le Parlemènt français devrait adopter dans les meilleurs délais les propositions de lois q1,l'a déposées le , groupe auquel j'appartiens poUl' interdire . et dissoudre les associations ou groupelDents de fait incitant à la haine raciste, pour renforcer la législation sur· la répression des menéès racistes et antisémites, pour modifier les articles 187 et 416 du Code pénal, afin de réprimer -pénalement la ségrégation et les discriminations raciales. Les dépùtés devraient 'voter, comme nous le proposons, un statut des im- ' migrés, tout en exigeant du gouverne, ment qu'il débloque des fonds s.upplémentaires Pour construire des logements' à ces travailleurs, qu'il fasse supporter au patronat la charge financière essentielle du relo~ement décent des travailleurs immigrés, qu'il impose l'inscription dans les contrats de travail des nouveaux arrivants du droit à ' un logement convenable dont la fourniture incombera - à l'emI? loyeur. Un effort est nécessaire en matière d'enseignement. Selon nous, la notion de laïcité implique une éducation civique et . morale, dont la lutte ' contre le racisme sous toutes ses formes est un aspect important. , L'histoire a malheureusement' prouvé Q.ue le pasSage a . une forme sociale supéneure ne suffit pas à détruire Ipso facto tout préjugé raciste, mais le socialisme crée les conditions et rend plus efficace cette lutte tIlécessaire et profondéfllent conforme à seS finalités ( ... ). .' Vercors: « Ce n" est pas ~assez . d'être vigilant» I L nous faut reconnàitre avec tristesse, au vu d'événements récents, que l'homme a le racisme bien chevillé au corps. ( .. ,) .. En fait l'homme naît raciste comme il n,ait iUerrier, c'est sa , condition natun: lle. . L'antibellicisme comme l'antiracisme sont une lente et diflicile conquête de l'esprit, et c'est là leur noblesse. Tout cci qUi est humain dans l'homme, c'est ce qu'il 'a conquis à force de vplonté soit sur ses ignârances, soit sur ses pulsions innées. ( ... ) La discrimination nazie nous vouait allègrement à un monde antérieur au monde antique, à un retour aux moeurs préhistoriques aggravées par la ptHssance industrielle. Celle à laquelle se résigrie l'Angleterre n'~st qU'llI!- ' acCident mortifiant qu'on rçglera des qu'on pourra . . Mais, du seul fait qu'il ait 'pu se · produire: l'accident ouvrirait les yeux, s'il le fallait, aux plus aveugles. Nous avons cru, ' après la guerre, après les atrocités nazies, .qu'ènfin l~ monde entier avait pris conscience de l'avilissement humain que le racisme représentait. ( ... ) Nous avons dû re.venir de · ce bel optimisme; et ce ·qui se passe en ce 'moment un peu ,partout, ces résurgences. d'un ins- . tinct raciste qui, à la. première difficulté, cherche un bouc émissaire dans « l'autre », le métèque, l'homme qui. n'est pas tie ehez nous, qui n'est pas comme nous, ,ce q\Ji se passe même dans les républiques socialistes, eh Polo~e où la presse 'officielle ten t~ de discréditer les étudiants trop turbulents en les appelant juifs, en Ulkraine où un Kitchko, l'auteur du scandaleux « Judaïsmç sans fard », est non seulement réintégré, mais décoré pour ses services, ce qui se passe en Est et en Ouest nous montre que nous n'en sommes encore qu'au début d'un chemin' rocailleux, escarpé, plein d'épines, que nous n'en sommes encore qu'au commencement de nos peines, de nos efforts. A la première menace Quant au Moyen-Orient le racisme flambe des deux côtés, -quand des foules arabes, spoliées, misérables et fanatisées, menacent d'extermination le fragile Israël, . mais que le riche Israël ne trouve d'autre solution que la guerre, le napalm et la .confiscation de régions fertiles qui augmentera la détresse arabe ; quand, au Brésil, Qù les - fonctionnaires d'un organisme d'Etat char~é de protéger les dernières tribus pnmitives d'Indiens se hâtent de les anéantir pour s 'empa&er de leurs terres ; qoond il est de grandes compagnies pour acheter ces terres volées au prix du sang ( ... ); 'quand ainsi nous nous trouvons, au vin~ièJTle siècle, rèplongés dans les moeurs féroces du MoyenAge mourant, ce qui se passe dans le monde nous mOI),tre qu:il ne suffit plus d'être vigilants. Et ' 'Certes no,us dèvons l'être, et la progression .angdissante du . néo-nazisme dans une Allemagne mal 'guérie de Hitler n'est pas faite pour pous rassurer: Mais ce n'est pa\ assez d'être vigilants car nous voyons malheureusement qu'on ne transforme pas J'homme -à coups de bons sentiments. Que . ces bons s~ntiments restent superficiels' et qu'ils s 'effondrent à la première tentation,' au premier danger, à la première épreuve sociale, à la première menace d'être' concurrencé dans son' tr,avail, de perdre sa place aU! profit d'un autre. Et dès lors nous voyons que le racisme, pour disparaître vraiment, comporte pour première condition que 'disparaisse aussi cette. première menace, qui repose tout d'abord sur la misère du monde. La lutte contre le racisme et la lutte cohtre lafaim sont ainsi une seule et même ll,ltte. ( ... ) DROIT ET LIBERTE - No 272 • AVRIL 196~ Les Occidentaux ne peuvent s'illusionJ. ler : 11- pauvreté des peuples pauvres s'accroît actuellement au mêm~ rythme que s 'enrichissent les peuples riches. -S'il n'est pas mil! promptement un . terme à ' cette situation intolérable, l'équilibre précaire où se tiennent encore les continents ne . poutra durer bien longtemps. L'époque n'existe plus où cet équilibre se maintenait grâce à la résignation des mll'ltitudes, qu'aucune information n'atteignait sur ce qui S6 passait en des lieux plus heureux. Désormais elles le savent, dés colèr:e~ï déjà \se manifest~nt, et :ce qui se prépare pourrait bien être un jour une immense jacquerie. Que feront alors les peuples nches? Il est à craindre , qu'ils n'entendent sauvegarder par la force ces richesses menacées, au besoin par .l'arme atomiq,ue. Nous en avons un début de préfiguration dans l'odieuse guerre du Vietnam, où le peuple le plus puissant du globe se retient miù d'anéantir un des plus faibles. Lutter contre le racisme dans les p,ays prospères est 'bien, mais c'est loin d être 'suffisant. ·Nous devons nous atteler à un labeur bien plus Immense, 'celui d'élever lOUS les peuples, avant qu'il soit trop tard, à . une égale pro5,12érité, pour que . se trouvent enfin au meme niveau tous les. hommes de la terre; et afin qu'en même temps que ' cesséra )a lutte pour l'existence, disparaissent les sentiments racistes que cette lutte entretient au coeur 'de notre espèce depuis qu'il y a des hommes, et qui. mangent. Charle. Palant z « Donn';ns-nous l,cs moyens d'agir» C 1 E~ jours-ci, à l'initiative ' de notre Mouvement, et dans ,25 villes ' de 1France, sè déroulent des cérémonies et des manifestations à l'occasion de la Seconde Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. , Partout, surmontîmt toutes les bonnes et les mauvaises raisons qu'ont les hommes d'être, sinon divisés, du moins d'opinio; ns' partflgées, les foules s'assemblent autour de nos militants antiracistes, pour se convaincre et convaincre autour d 'eux d'autres foules que le racisme 'est la plus' grave atteinte qui soit portée il la dignité de l'homme, puisque le racisme trop souvent justifie tous les autres manquements au respect -de la ' personne humaine. Cependant .que tardent, les initiatives gouvernetpentalc:s au plan de la dérnystificatiop, . de l'instruction, de l'information, et quand 'C'est nécessaire de la répression, il app'artient'. à"un Mouvement · comme le nôtre . d'opposer ses moyens trop souvent dérisoires aux moyens combien plus puissan~ s donLdispqsent les propagateurs du r.aclsme. -Des quatre points car dina\U', de ,tous les continents; montent v.ers nous les cris des suppliciés, du racisme, ' de la violence, de la guerre (. .. ). Mais nOli.S, là, dans ' ce palais de la Sorbonne, haut ' lieu de l'intelfigence . et du ' savoir, réunis pat le. devoir' que nous fait l'Organisation des Nations UnieS' de lutter par tous les moyens contre la sottise et la méchanceté racistes, dont {'O.N.,u. nOl~S invite à comprendre et à déraciner les causes, voilà définis le devoir et le pouvoir de notre, action. . Le devoir, tous nos militants' s'y obligent avec un dévouement remarquable. Le pouvoir, il n'a d'autres limites que votre générosité .. ' Et, ' à la vérité, le M.R.A.P. est pauvre, très pauvre. Son action n'est PaS de celles qui enrichissent, sinon la 'conscience de :ceux qui y. prennent · p~, et, pas plUS que ses militants, le M.R.A.P. ne choisit les positions ' qui, aU! gré des événements, assurent le confort. . . Bien des vérités ont été di$es ici. Fallait- il vpus laisser ignorer celle de notre déquement, qui est aussi le sort de notre r eVue Droit et Liberté_ Merci d'avoir écouté aussi cette vérité, et surtout, je 'l'espère, merci de l'avoir entendue. Donneznous les moyens d'agir, de tenir -les promesses que, tous ensemble, nous formulons ce soir ... Charles de Cham""'un : « Trouver le'~ moyens économiques » En conclusion de la soirée, Charle. de Cbambrun a évoqué le fossé qul se creuse' entre les pays Industrialisé. et ,les paya e pauvres ». ' UN point n'a pas été tout-à-fait souligné

c"est véritablement le fossé

économique' qui se creuse d 'année en année entre les pays dits , développés et les pays dits Cil voie de développement. Même des conférences internationales comme celle que l'on a .aJ?pel~ le " Kennedy round " dont à l'origule J;lul ne peut .contester qu'elles par taient de bons sentiments n'ont finalement abouti qu'à être une négociation entre pays riches, laissant totalement les .pays en voie de développement écartés des bénéfices qu'ils pouvaient retirer .. L'apP'lication par l'ensemble de ces nations d'une économie absolument libérale à l'extérieu,r de · chez eux ne fait qu'appauvrir progressivement ,~ par un phénomène économique très connu les . pays en voie de dévelo:{pement ( ... ) . C'est aussi un devoir. je CroiS, du M.R.A.P, de l'affirmer avec farce, : il nous faut retrouver et trouver les ', moyens économiques pour redonner, dans la dignité, des possibilités éeonomiques a~ pays ,en voie de développement. Ça aussi, c 'e~t lutter con' tre le racisme. SOUTENEZ L'ACTION DU M.R.A.P. _ C.C.P. 14.825-85 PARIS 23 24 MARS ·IVEC lES TRAVAillEURS IMMIGRES AlaHl Gaussel 1 « Il faut agir en Fr.nce même» •• I L Y a deux ans, l'O.N.U. décidait que . le 21 mars serait proclamé Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Le 21 mars a été choisi pour commémorer la sauvage répression dont furent victimes en 1960, à Sharpe'Ville, . les noirs d'Afrique du Sud venus manife"ster pacifiquement contre les lois de ségrégation raciale. La décision de l'O.N.U. aurait pu, très facilement passer inaperçue. Le M.R.A.P. a voulu qu'elle soit célébrée avec éclat. . Mais la lutte contre le -racisme ne doit être ni ,-affaire d'un jour par an, ni celle d'une poignée d'organisations spécialisées. Ce devrait être un des soucis quotidiens de l'instituteur et du syndicaliste, du journaliste et du libraire, de la mère de famUle et du curé. C'est pourquoi le M.R.A.P. a invité leS associahons les plus diverses, les comités d'entreprise, les commerçants, les écoles, les municipalités à organiser, un peu dans toute la France, expériences, débats, réunions, dont un ~s buts essentiels doit être de permettre ~des militants de toute tendance de s'unir pour réfléchir ensemble à ce qu'ils pourraient entreprendre par la suite, soit chacun de leur côté, soit mieux, tous ensemble, pour s'opposer aux manifestations du racisme, si souvent condamnées en paroles, mais trop facHement acceptées dans la vie quotidienne. Protester avec. énergie contre la ségrégation raciale en Afrique du Sud, I(t cootre l'aide militaire et économique 24 SOUTENEZ L'ACTION DU M.R.A.P. C.C.P. 14.825-85 PARIS française à ce pays, est nécessaire. Mais interrogeons-nous d'abord ' sur ce que nous faisons en France même pour empêcher la ségrégation de fait dont sont victimes tant de travailleurs immi~és. Elevons-nous avec force contre les cnmes racistes commis au Brésil, où ceux mêmes qui avaient pour mission de protéger les Indiens ont préféré les extenniner pour s'en approprier les terres. Protestons contre les crimes racistes en Rhodésie. Mais n'oublions pas que les centaines d'Algériens, de Portugais, de Noirs qui meurent, en France même, victimes ap· paremment de la tuberculose ou des accidents du travail, ont en réalité été condamnés à mort sans jugement par les exploiteurs qui ne leur ont assuré ni la sécurité dans le travail, ni les conditions matérielles nécessaires à la vie. Et de ces condamnations capitales sont complices non seulement les indifférents, mais tous ceux qui ne font rien pour que cela change. Me Hermantln 1 « Des discrimination" de fait» DEPUIS .1789, toutes les. c?nstitutions françaises sont égalitaires. Elles donnent aux étrangers les mêmes droits entre eux. Malheureusement, il n'en va pas de même dans les faits, et les étrangers en France ont un statut tout à fait différent selon leur pays d'origine. Depuis 1957, les six pays de la Communauté Economique Européenne (France, Italie, Allemagne fédérale, Belgique, PaysBas, Luxembourg) ont établi une législation qui donne à leurs ressortissants respectifs un statut satisfaisant. L'Espagne et le Portugal ont signé des traités bilatéraux, qui donnent aux immigrés de ces pays un statut particulier, très inférieur à celui, par exemple, d'un Italien ou d'un Allemand. Les Grecs et les Turcs sont dans une situation pire encore. ' Avec les pays du Maghreb et d'Afrique noire francophone, des traités bilatéraux ont également été passés. Il existe des discriminations de fait, variables selon l'origine des immigrés. Et puis il y a Je problème des Antillais. Nous, Antillais, nous sommes français, .du moins jusqu'à ce que notre destin en décide autrement. Et pourtant personne ne peut dire qu'un ' Antillais soit ici considéré au même titre qu'un Français. . Et ces problèmes ne sont pas spécifiques à la France. Et lorsque nous voyons· la Suisse ou l'Angleterre fermer leurs frontières Selon des critères discriminatoires, nous sommes inquiets. . Mais qu'en est-il, en France même, dans le droit pratique ? Eh bien les discriminations de fait sont nombreuses. Il y a d'abord les disparités des droits s~dicaux. Beaucoup d'immigrés, lorsqu'Hg entrent · dans une entreprise, se voient confisquer leur carte de travail ; elle leur est rendue après plusieurs mois, lorsqu'ils ont fait la preuve de leur docilité. · La crainte, en outre, de perdre ' son travail, est un obstacle réel à l'exercice de ses ' droits syndicaux. Ces travaHleurs, qui" cotisent à la Séc~ rité sociale, se voient en outre. p~vés d'une partie de leurs droits lorsque leur famille est rentrée dans leur pays d'origine. Lorsqu'un travailleur français touche pour sa famille, 362,42 francs d'allocations, un Italien, qui a versé les mêmes cotisations et dont la situation est la mème, ne touche que 117,07 francs, un Espagnol Ill, un Portugais 55. Les Pouvoirs puQlics connaissent parfaitement ces discriminations, de même qu'ils connaissent les conditions de vie des immigrés. Voici un siècle, le docteur Villermet décrivit dans un rapport resté célèbre la condition du prolétariat de l'époque, qui vivait dans des caves et des taudis, était ron~é par la tuberculose. ' Il suffit de connaltre les immigrés pour voir qUe la situation n'a pas tellement changé depuis ce' temps. Et pour que cela change, le premier point à obtemr, c'est pour les i m m i gré s l'égalité entre eux, et l'égalité avec les travailleurs français dans tous les domaines q.ui se rattachent à leur activité de salanés. R.P. Jacques Ghysl ' « Le problème c~ncerne chacun de nous» Pennettez-moi tout d'abord de me faire ici l'écho de Celui quoi a dit, voici vingt siècles : « Aimez-vous les uns les autres _. Il était juif, comme vous savez, ' mais il n'a pas dit" juifs, aimez les juifs; blancs, aimez les blancs; arabes, aimez les arabes »... Sa leçon est toujôurs vraie, et nous avons le devoir de la méditer. On a fêté cette année la naissance du . 50 millionième Français; or, dans le décompte qui a été fait, on a inclus les 3 millions d'immigrés qui vivent cliez nous; c'est admettre implicitement le droit qu'ils ont d'être là, et qu'un immigré vaut un Français. Et Dieu sait si pourtant ça n'est pas le . cas. . Alors que fai~? Il y a d'abord un problème de réglementation. Il s'agit d'accueillir et de promouvoir dans les entreprises ces travailleurs; ce n'est que justice puisqu'ils sont indispensables à l'économie française. En attendan.tJ le ·problème regarde chacun de nous. NOUS pouvons nous soucier, individuellement et collectivement, des difficultés des travailleurs immigrés; chac. un de nous peut avoir à coeur / de les aider quand il ' faut se défendre contre des employeurs, ou contre des · logeurs abusifs. . Et surtout il y a l'alphabétisation; chacun de nous peut se mettre au travail. C'est possible. Des enseignants, il y en a, des instituteurs, des professeurs qui ne demandent qu'à encadrer les enseignants . bénévoles; des locaux, il y . en a partout. Je connais un centre d'alphabétisation qui fonctionne dans la crypte d'une église. Au début, les immigrés étaient très méfiants

« VQUs voulez nous évangéUser -,

disaient-ils. Et puis ils ont vu qu'il ne s'agissait pas de prêcher chacun pour sa chapelle; a.ujourd'hui, ces cours marchent très bien, ./ Louge cadoret 1 « Pour un statut économique et socia'» A Gennevilliers, le problème est patticulièrement aigu puisque y vivent 16.000 travailleurs immigrés. Afin de voir s'améliorer la situation des immigrés, le Parti Communi~te a prop?sé un projet de statut démocratique ~t SOCial 'qui a été déposél en avril 1967, par les députés commumstes sur le bureau de l'Assemblée Nationale. Ce ,statut n'a pas encore vu le jour. Que préconise CI! statut? Des _ ~oyens d'existence nonnaux pour les travailleurs immigrés, qu'ilssoient reconnus des tra-' vailleurs à part entière. . L'ëgalité des droit~ sOCial?', à savoiI." : la Sécurité Sociale l'allocation de salaire unique au même t~ux qu'aux travailleurs français pour la famille résidant eil France ou au pays natal. Cartes de priorité aux femmes enceintes et aux mères de famille nombreuse, la médaille dt: la famille. Les congés payés, la retraite des Vieux, les secours de chômage. Tous les avantagl(s sociaux. Le bénéfice des droits syndicaux et du travail, droit de grève, droit de vote dans les élections prud'hommales et les élections de la Sécurité Sociale. Le d~oit d'être élus en qualité de délégués au Comité d'Entreprise.. Aucune discrimination dans les conventions collectives. ..,. MESSAGES DE SOLIDARITE De la C.F.D.T. deux messages étaient parvenus à l'Assemblée du 24 mars. Au nom d~ la CommIssIon Confédérale des travailleurs immigrés, M. PIerre Manghettl, écrit: . Dans le cadre dè la 2' Journée Internationale pour J'élimination de la discrimination raciale, la C.F.D.T. salue fraternellement les travailleurs de toutes nationalités rassemblés en cet après-midi sur l'initiative du M.R.A.P. i.a C.F.D.T. rappelle que ses militants, tant français qu'immig.rés . s.ont engagés en permanence dans la lutte contre toutes les formes de dlscr.lmmatlons exercées par les Pouvoirs .publics et le patronat, d.o~t les travalll.eurs immigrés sont les victimes principalement dans les condItIons de travaIl et de logement. Meilleurs voeux pour vos travaux et bien cor,dialement. D'autre part, du message 'du président de la Fédération générale de l'Agrlcuiture C.F.D.T., M. MIchel Rolant, nous extrayons ce passage: Nous souhaitons vivement que les manifestations que vous organisez connaissent un plein succès, et nous vous félicitons de l'initiative prise, notamment en ce qui concerne J'amitié et la solidarité néeessaires de tous les Français avec les travailleurs immigrés. . . Nous saluons votre initiative avec la plus profonde sympathIe et nous nous proposons de faire connaître à nos adhérents les conclusions de votre colloque. Enfin le Centre National des Jeunes Agriculteurs a adressé au M.R.A.P. une lettre de son secrétaire général, M. Raoul Serleys, où l'on peut lire notamrm:nt: Nous organisons des stages dans des exploitati.ons agricoles, de ~umze jours à trois semaines en été, et des week-end en hIver, pour les travaIlleurs immIgrés qui séjourllllnt dans la ~égi,on 'p~risienn.e . Ces stages permet!ent .aux travaIlleurs Immigrés de déCOUVrir 1 actIVIté agncole sous un, J;u.r tres dIfférent de celui 'sous lequel ils l'ont connue dans leur pay~ d ?ngme, et ~onc de les sensibiliser aux problèmes du développement de 1 agnculture, qUI est une des tâches primordiales dans le développement du tiers monde. En outre, la vie partagée, pendant quelqu~s jo~rs, a~ec des familles ~'agrl: 1 culteurs, .est un moyen très efficace pour faIre dlsparaltre de part et d autre les préjugés et - les barrières de toutes nature~ . ,. Je tiens à vous assurer de tout notre appuI dans 1 actIOn que vous menez. . LA' RESO.LUTION .FINALE L ES participants de J'assemblée réunie à Paris à l'occasion de. la deuxième journée internationale pour l'éliml)1atlon de la dlsorlmlnatlon · raciale, à J'appel du Mouvement contre le Racisme, J'Antisémitisme et pour la Paix (M.RAP.), de plusIeurs organIsations syndicales, .sociales et culturelles _ demandent que soient intensifiés les effort~ entrepris . pour l'alphabétisation, la . formation profeSSIOnnelle et la promotion des travailleurs immigrés ; s'élèvent dontre les discrImInations nombreuses et les . campagnes de presse calomnIeuses dônt sont victimes en France les travailleurs immIgrés; _ approuvent les efforts ' poursuivis pour faire adopter. la légIslation antiracIste proposée par le M.R.A.P. et pour l'amélioration des lois et règlements concernant les travailleurs immigrés; . réclament pour eux une réelle égalité des droits socIaux, syndicaux, économiques et culturels, ainsi que des con, ditions d'accueil et de logement ' leur permettant de bénéficier effectivement pe ces droits; _ souhaitent que soient développés et favorisés les ' efforts déjà entrepris par de nombreuses organisations syndicales, politiques, socIales et culturelles poyr la défense des travailleurs immigrés et pour une meilleure compréhensIon' ehtre les travaIlleurs immigrés et la populatIon française DROIT. ET LIBERTE • N" 27-2 AVRIL 1961i _ appellent toutes ces organisations à collaborer plu.s étroitement encore à l'ayenir et leur proposent notamment de mettre . en .commun toutes les informations qu'elles possèdent sur les discrimina~ion~ quotidiennes dont sont victimes ces travailleurs ImmIgrés, afIn de pouvoir efficacement organiser ,une ripos~e }mmédla.te et étudier les moyens propres a mettre fm a ces dlsçriminations

_ estiment nécessaire qu'un très vaste effort d'informa- , tion soit fait par la presse, les enseignants: les organisations de jeunesse, les syndicats, etc. ~ur les conditions réelles de vie des travailleurs immigrés, leur apport très constructif à J'économie do pays, la richesse de ce qu'ils peuvent nous apporter également sur le plan culturel et humain ; • l ' _ demandent instamment qu'un effort soit fait tant p!lr les pouvoirs publics que dans l'opinIon pour favoriser la constitutIon et l'action sociale et culturelle des' associations d'immigrés. \ 25 ~ Prise en charge par l'employeur du rix du ~oyage pour ceux qui sont obligéf de ~arhr d~ns leur pays pour graves raisons e saIller médl~alement établies. q-arantie de 1 emploi au retour à ceux : qUl .se doivent d'aller accomplir leur devoir électoral dans leur pays natal. ,En c~ ' qui concerne le logement : fonds ïecessalres ~u fonds d'action sociale pour , ": construction de logements et foyers d! gndes de. ce nom. Plus de bidonvilles nI ~ cabanes à la~ins. Ce sont ùes homm~ s e"t .. non . rl;e~. chiens, ce qui supprimerait les actlVltes ~e trafiquants et marchands de sommeil. . Dllroits '~litique,s, d'associations cultu· re es, sociales ou sportives. ' , P!lrler la langue. dU' pays d 'accueil est dd~spensable. Combien perdent leurs rOits par~e que ne comprenant pas ou ne pouvant s'exprimer pour les deIiland,,: r. ~e p~uvant remplir aucun formu- , lalre, Ii~ dOivent avoir I;'ecours à des tiers pas toujours scrupul~ux, qui se font payer pour rendre ce ser:VIce. -Nous, communistes français, considéron~ que tous les travailleurs du monde en~l.er son' frères. Tous ensemble nous SUulssons l'exploitation. ~ol nc, c'es! tous e~semble que les tra, ' ~al e,!rs ,dOlve~t sUivre la même route Jus.qu ~ 1 ~boutlssement de Ie.urs justes revindlcatlOns. Réservé aux 55, Jean Dubots 1 « Combattre aussi tout paternalisme» L E~ problèmes' de l'immigration ' sont d autant plus ~ctueis ' et d'autant . ,plus graves que le nombre d'immigres ne cesse d 'augmenter. Aujourd'hui !!n F,rance, un ouvrier sur quatre est uri Immigré. ' ,Cet ac:r~issèment est la conséquence d une politique voulue et élaborée par le ffa~d patronat et par le gouvernement ' . s agIt de peser sur les salaires N'ou: blions pa~ que le cin9-uième plan prévoit un ". chomage fonctIOnnel » .de 610 000 travalll~urs en 1970, soit près de 4 % d~ 1 populatIoQ' salariale totale. a II s'agif aussi de mettre en co"nc~enceles travailleurs français et immigrés d ~es dresser les uns contre les autres' d: Jelter des '.f~rments ' de' division dans la ' c asse ouvrière. ' , d,~a ç.G.I:. est opposée à la politique ImmigratIOn du pouvoir; mais elle il sur ce pr~blème une position de classe Le!, traval.lleurs immigrés sont des tra: v~Illeurs a part entière; ils sont dès notres l car nous ne considérons pas tel ou te' selon son Qrigine, son âge, son MEU-BLES Boulevard Barbès, ~ea;es °lu sa rdelig~on, mais selon sa place a pro uctIon. , n . existe ~es. ~ens qui réclament l'exfo~ lsqSI~I?-l'r des Iml~IUgr~s. Déjà actuellement, y a .. lcencI~ment, les immigrés font • les pre.~leres vlctjmes. C'est oublier e ,ro J:' déciSif que joue aujourd'hui la mam- . oeuvre immigrée dans l'économie française. Dans le bâtiment ):lar exempil - e~le est majoritaire. Chez 'Citroën po~ citer. une entreprise connue 40 ÔA d PO~~[tys osont des 'immigrés. Leur rôle ' e~~ 1 . ~ ne cesse . de nous dire ue la ,populatIfn fr~nçaise doit encore atgmeJ:. lter, qu elle ~ a pa~. atteint son niveau optimum. Eh ~Ien, Iimmigration représente 30 % de. ·1 augmentation annuelle de notre populatIOn. ' d'pour It:s ra!so-,?s que j'ai dites, la main-

euvre Immigree pose des problèmes au

sem de 1,,: .classe ouvrière, suscite parfois ~e hostIht~. La C.G.T. s'est toujours .~alt dl!n. ;levOir de combattre ces ferments e IVlS}On, et de combattre .aussi -tout pate7ahsme .. C'est p~urquoi eHe réclame dl!e e~ travadl~urs Immigrés bénéficient e!, memes drOI!S syndicaux que les trav~! lleurs f~ançaIs, 'j compris ' le droit d.etr~ élu a tous les niveaux des or ru~atIons syndicales. La défense des ~: Il:ll~rés . ne peut se faire efficacement quq d ~s dlmmlgr~. eux-~êmes obtiennent le rOi e parhclper a leur défense Cal pelèrsonne à , ne connaît, ne vit leurs' prob mes leur place. 55 u c;: • Chicago . et • Drôle de carraque • à l'Odéon, • Les charognards . , L'Amérique infectée par la guerre au Viatnam. lES CAUCHEMARS DE l'AMERIQUE FACE au Vietnam écrasé sous, les bombes; face à la misère noire qui, chaque été, explose et ensanglante les Etats-Unis, qu'est-ce qu'une pièce de théâtre?' On pourrait répondre, paraphrasant Jean-Paul Sartre, qu'aucune littérature, qu'aucun spectacle ne fait le poids devant la mort. L'utilité dernière de la parole est d'empêcher le crime, dans l'instant elle échoue à cette mission. Mais il n 'est pas d'aveuglement, il n'est pas de meurtre qui, tôt ou tard, n'engendre sa propre condamnation. Ainsi, une jeune Amérique, coincée entre les guerres impérialistes et l'illusion des drogues, DROll ET LIBERTE - N" 272 - IIVRIL 1968 naît à sa propre conscience. Nous voulons prr:ndie comme illustration ces trois jeunes auteurs dont les pièces sont actuellement représentées : Sam Shepard ' (24 .ans), Adrienne Kennedy (28 ans), Robert Weingarten (29 ans). Tous trois ouvrent les volets sombres de ce qui ne peut plus s'appeler le rêve de r Amérique mais bien le cauchemar de l'Amérique : dés-utilité de l'homme ; race vécue comme déchirement; Vietnam, ce lieu qui fait de chaque Américain un criminel en puissance. . On ne peut en vouloir à M. Gautier de n'avoir lien compris à Chicago. L'angoisse ne se dit pas avec les arguments clairs qui font l'attrait du thMtre de " boulevard " où la sérénité bourgeoise s'alimente au spectacle inchangé des vérités humaines. Il Y a pourtant dans la pièce de Shepard un homme que sa femme quitte mais ce n'est pas drôle : l'amant ou la soubrette manque qui rendrait cette situation aux normes de la comédie. Cet homme monologue dans une baignoire, abri précaire et ridicule. Cela n'a aucun sens; on ne reste pas dans sa baignoire en pareille circonstance; on ne mange pas dans une baignoire; on ne devient pas fou d~s une baignoire. On peut tout juste se· féliciter que Marat ait été assassiné dans cet ins' troment sanitaire, tombeau de -la terreur rouge d~enu berceau de la terreur blanche. En un mot, il Y a quelque chose de sale à parler quand on se lave. Il Y a quelque chose d'insupportablement sale à laisser sa raison dériver, sa femme partir, dans une société qui vous offre toutes les bonnes raisons d'être rassuré sur soi-même, d'avoir un rôle utile, d'être un homme vraiment libre dont l'amour et le travail sont quasiment garantis par laloi constitutionnelle, par les déclarations d'un Pré ident Johnson, ou, dans l'histoire, par le discours de Gettysburg. Alors, monsieur Shepard, vous ne croyez plus ! Que vous .arrive-t-it -+ 27 28 CRÉATIONS FÉMININES 134, rue d'Aboukir, 134 ~aris 2" • Tél. 488.2~.33 VENTES SUR· STOCKS PERMANENTS -+ d'imaginer vos semblables s'entre-pêchant, s'entre-dévorant comme les barracudas sanguinaires en attendant de trouver une paix bien méritée dans l'étouffement des tapis du confort tissés avec obstination et désespoir. Presque blanche Drôle de baraque, d'Adrienne .Kenne. dy, ~ise en scène par J.-M. Serreau, fait sUIte à Chicago au Petit Odéon. El~e en est, ~i l'on veut, le contrepoint nOir. Une Jeune métisse Sarah se trouve déchirée par sa d~uble appartenance ethnique. Née d'une mère « presque blanche », son destin aurait pu être celui d'Une blanche mais son pèr~ ~oir le lui a interdit. Elle voudrait ! assommer .de ce masque d'ébène qUI demeure rivé à son visage com~ e le symbole de sa condition de colorusé. Mais il est difficile de nier ce qui est e~ ~oi : faudrait-il que le père negre se SUICIde en ~pprenant l'assassinat de L\plUmba, et disparaisse ainsi de luimeme, avt;c l't:spoir de sa libération '} Serait-il souhaitable qu'il meure à s~ propre. négritude en devenant un homml! qUI « mange sur des tables blanches en verre » ? La solution de cette faus~e alternative n'est pas donnée Les multiples images de Sarah sont d?nc cpndamnées à agiter devant . leur vI~agel ce masque blanc, trompeur et faux c0!Dme les rapports des · deux races 1 qUI, en la femme métisse se trouvent en conflit. ' le sommeil heureux . L.es Charpgnards que Roger Blin, mVllé par le théâtre de Carouge vient de . monter e~ Suj~se dans une' adaptatIon de CélIne Zms (trois représentations ont eu lieu à Lausanne la pièce sera reprise à Genève en avril), présentent ce corps malade qu'est l'Amé- ,rique infectée de la guerre du Vietnam. Il ne s'agit pas tant pour Weingarten de montrer l'horreur de la ~e~re que de mettre en évidence l'ignom~ rue d!l menson~e qui permet de la faIre. SI le premIer acte comme le dernier sont occupés par Johnny Wren parachutiste U.S. demeuré s.ymbolique~ ment, suspt;ndu au-dessus de la jungle, 1 essentIel du drame se livre pourtan t dans les consciences américaines. Nous voyons ces dernières subjuguées par un~ sorte de bateleur .représentant, tant à la fois, le pouvoir la C.I.A., les milieux d'affaires et tous les . moyens d'informations. La fonction de ce « régisseur des rêves » est d'assurer le sommeil heureux des citoyens des Etats-Unis, sommeil parfois troublé par l'apparition inopportune de Vietnamiens.' Les armes de ce personnage tout puissant sont une propagande judicieuse renforcée par de nombreux gadgets, crèmes de jouven. c~~, bou~he-oreilles émettant la Ban. mere éto~lée, parol~s, jouets de la bon. ne conSCIence et de l'illusion, Mais la guerre ne s'efface pas si facilement. Johnny Wren reste suspendu à son parac~ute, prisonnier des songes et du VIetnam. Il est ce soldat naïf et dé~irant qui crie sa peur trop tard et, vamement, cherche une issue à travers une réalité obscurcie 'et faussée par la propagande officielle. Sa délivrance sera aussi s.a perte : le meurtre de paysan~ dés~rmés rompra le charme q~ mamtenalt le parachutiste dans les CIeux, l'envoyant rejoindre l'immense tas de fumier qui, dans le cauchemar américain, prolifère. Marc NACHT. CHRISTIAN Trois millions de • Max'. ont vécu en Algérie des aventures qui commen: cent juste à entrer dans la littérature. REMANENCES ... T ROIS millions d'appelés sont en sept ans passés par l'Algérie. Trois millions de jeunes gens ont vu là-bas leur enfance mourir et parfois leur chair dans une guerre qui n'osait pas porter son nom. Trois millions d'enfants ont sacrifié à l'égoïsme conservateur des assis de Paris et des colons d'Alger; dans cet holocauste offert à la médiocrité, ils sont devenus un peu coupables, à moins d'être morts, à moins d'être bourreaux ou déserteurs. Du meurtre de leur innocence ils écrivent aujourd'hui. L'histoire commence par l'ignominie c ë! ij constatée par Jacques Frémontier (1) : pourrissement des · hommes et des choses inhérent aux ' rapports de domination coloniale contre lequel se dressera, d'abord ambigüe parce que chargée des matières mêmes 1 de la colonisation, la révolte et peut-être la Révolution. Dans cette colonie . gouvernée par des désespérés et des impuissants où « chaque homme se définit d'abord par son sexe », le mensonge imprègne toute pensée, dénature toute action. Les digues s'écroulent, les bons sentiments,' l'humanitarisme social-colonial, se changent en l'acceptation la plus plate de la torture et du sadisme. La confusion s'établit, se révèle à elle-même : qui se bat? pour qui? qui est !ibn:? quels sont ces esclaves et qui sont ces soldafs? Guy Croussy (2) fait sonner ces questions dans le creux des ravins kabyles. Là où un capitaine fou donne sa mort en -+- DE CHALONGE RECOIT LE PRIX DE LA FRATERNITE Le Prix de la Fraternité, attribué chaque année par le M.R.A.P., a été décerné cette année au jeune cinéaste Christian "de Chalonge pour 0 Salto. o Salto, sorti depuis le début de l'année dans le circuit commercial, raconte « le saU!t » que font quotidiennement les travailleurs portugais en France; la traversée clandestine de l'Espagne, puis des Pyrénées, les livre aux marchands d'esclaves qui les amènent à pleins camions jusque dans les grands centres industriels ; là, les nouveaux arrivants sont soumis à un racket légal au moindre problème à résoudre (papiers, travail, logeII)ent...) ; l'horizon où ils vont vivre désormais, c'est le bidonville de Champigny, dans la pire banlieue parisienne. La décision Le Prix de la Fraternité pour 1968 est décerné à Christian de CHALONGE pour son film « 0 Salto », oeuvre d'une puissance austère et d'une grande beauté, qu~ exprime dans toute sa réalité dramatique la condition des travailleurs portugais immigrés dans notre pays et souligne le devoir impérieux de compréhension, d'amitié, de solidarité humaine qui en résulte ' pour chaque Français. Le Jury tient, d'autre part, à rendre hommage aw roman de Claire Etcherelli, Elise ou la vraie vie, en se félicitant qu'un prix littéraire ait déjà couronné ses grands mérites. Le 21 mars 1968. Les précédents lauréats 1956 CHRISTIAN-JAQUE pour la réalisation du. film Si tous 'les gars du monde. 1957 ELSA TRIOLET pour son roman Le rendez-vous des étrangers et GABRIELLE GILDAS-ANDREIEWSKI, pour son roman Pas de cheval pour Hamida. 1959 MARGUERITE JAMOIS, PASCALE AUDRET et GEORGES NEVEUX, pour la réalisation théâtrale du Journal d'Anne Frank. 1960 JULES ISAAC, pour l'ensemble de son oeuvre, et plus spécialement Genèse de l'antisémitisme et Jésus et Israël. DROIT ET LIBERTE . Nu 272 . AVRIL 1968 1961 JULES ROY pour son livre La guerre d'Algérie. 1962 ROBERT MERLE, pour son roman L'Ue. 1963 JEAN SCHMIDT, pour son film KrIss Romani. 1964 VERCORS, pour l'ensemble de son oeuvre, à l'occasion de la création par le T.N.P. de sa pièce Zoo ou l'Assassin phUanthrope. 1965 LE THEATRE DE LA COMMUNE D'AUBERVILLIERS, pour la réalisation successive de trois pièces consacrées au racisme : Andorra de Max Frisch, Les chiens de Tone Brulin et L'Instruction de Peter Weiss. 1966 MAURICE BEJART, à l'occasion de la création en France de son ballet sur la ~ Symphonie de Beethoven. 1967 CLAUDE BERRI, pour son film Le vieil homme et l'enfant. Membres du jury Mme Marcelle AUCLAIR, écrivain. MM. Marcel ACHARD, de l'Académie française. George BESSON, critique d'art. René CLAIR, de l'Académie française. René CLOZIER, inspecteur général de l'Enseignement. Louis DAQUIN, cinéaste. Odet DENYS, avocat à la Cour. Hubert DESCHAMPS, professeur à' la Sorbonne. A1ioune DIOP, préSident de la Société Africaine de Culture. Jean DRESCH, professeur à la Sorbonne. Jacques FONLUPT-ESPERABER, conseiller d'Etat honoraire, ancien -.député. Max-Pol FOUCHET, producteur à l'O.R.T.F. Jean-Paul LE CHANOIS, cinéaste. Jacques MADAULE, historien. .' . . François -MAURIAC, de 'l'Académie française, Prix Nobel. . Louis MARTIN-CHAUFFIER, écrivain, membre de l'institut. '. \ Jacques NANTET, ~crivain. C~arles PALANT, s~crétaire général du M.R.A.P, Pierre PARAF, préSident du M.R.A.P. Guy RETORE, directeur du Théâtre de l'Est Parisien. Claude ROY, écrivain: 2'J 3D Exoeptionnel ! à l'occasion de l'anniversaire de l'héroïque résurrection, l'ouvra. ge du peintre Maurice Mendjli; hy HOMMAGE AUX COMBATTANTS MARTYRS DU GHETTO DE VARSOVIE est vendu 50 F .au Heu de 100 F ,. 3S dessins sur planches sous jaquette et couverture forte .numérotée. ' • Préface de Vercors. • Poème inédit de Paul Eluard. Le boIj. de 'commande ci-dessous doit être adressé à Droit et Liberté, 30, . rue des Jeûneurs, Paris-l. C.C.P. 6070-98 Paris. EON DE COMMANDE M ........ . . . ...... . .... ........ Adresse ....... . ... ......... ~ ,: .. ......... ................... . . . .. . .. désire ~cevoir un exemplaire ~e rou'Vrage de Maurice Mend- . JJSkl. . Ci joint la somme de 50 F par . ............. ........... . .... . .... . ..1' ... réponse ; là où Mahiedine, le chef des partisans, tend ses embuscades comme autant d'affirmations mystérieuses. L'armée française possède la puissance, elle peut tUer· les enfants en armes, brûler le village de Benni Yenni, et jeter ses hommes dans l'égarement d'une lutte sans fin. Mais elle n'est jamais maîtresse du Destin qui, lui, appartient aux partisans comme cette terre aride hantée de morts familiers. Philippe Labro (3) nous ramène à la conscience des Max, nom générique des soldats du contingent. Les siens sont, pour la plupart, issus de SaintGermain- des-Prés, où l'on pense comme chacun sait. Ils apportent dans leur cantine un humanisme douillet étayé de l'étonnant lexique des très nombreux seconds rôles du cinéma américain. Dans Alger aux trottoirs bornés de « tas des disparues JO, chaus- _sures, s~ç, foulard, restes de musulmanes assassinées par l'O.A.S., certains Max font face et prennent contact. avec des groupes libéraux; eux aUSSI sont tués. D'autres discutent jouent aux cartes, se font tirer des: s.us, meurent parfois comme une peIhcule flambe en mêlant des imae:cs . devenuse absurdes. Les survivants s'ten retourneront profondément flétris vidés, avec la mort au bout de ch~que souvenir et la haine probable des seconds rôles dont les tripes ornent à peu de frais les erreurs historiques. M. N. (1) La Coloniel Ed. Robert Laffont. (2) Ceux du djebel. Ed.du Seuil. . (3) Des feux mal éteints, Ed. Gallimard. Nicole Berger et Harry Baird dans un'e scène je '. la permission ". c: co Cl co ~ cc UN MESSAGE SANS DOULEUR )) T OUTE mon enfance a été hantée par le cri .. Melvin! ne fais pas ça, ça fal! bamboula .( courir cJans la rue par exemple), ou Melvin! Il ne faut pas faire ça. tu as l'air d'un nègre » . A l'époque, j'étais à moitié dans le jeu et j'essayais de me défendre en disant · que les blancs en fa~saient .alftant, réponse qui me coûtaI! aus~I~.ot ,,!ne ,paire de baffes, et m~me .SI ] aVll:~~ r~pon~u, ~omme j'auraIS du,. que] etaIS nOIr, J'aurais reçu une paIre de baffes aussi. « Ce n'était pas une fouÙ prête au l)!nc,hage qui me hurlait ça et qui me tlral[ les oreilles, c'était ma -mère MCfintenant j'ai . compris ce que m~ mere voulazt dIre quand elle criait e~le ,!,oulàit dire . qu'1!ant noir, j~ n avalS pas le droIt . d etre ordinaire, LU . VU . ENTENDU • Le Théâtre-école de Mon· treilll. lors du 3' l~stival de la ville, présente deux spectacles

une adaptation de

La cerisaie. de Tchékpv, et un montage poésie-expression libre Lénine et l'insurrection. extrait de Chant profond de la Révolution. Tous renseigÏJ. ements au service culturel de la mairie (287-49-49). Halles de Paris », lance un appel pour c obtenir des pouvoirs publics qll"ils veuillent bien revoir la question dans un sens plus conforme aux intérêts de la population et de la culture ». Ont notamment signé cet appel : • Le T.N.P. présente Roméo et Juliette. Après le succès qu'elle a obtenu· salle ' Gémier, l'oeuvre de Martin Walser, Chêne et lapin angora. sera reprise, du 16 avril al,1 11 mai. Edouard Pignon, Hélène Parmelin. René Huygue, Claude Roger-Marx, Jacques Prévert, etc. • L'Union des arts plastiques, « inquiète de' la tournure que prend le plan de rénovation du quartier des • Des « Entretiens avec Emmanuel Roblès ". qu'avait diffusé Jean-Louis Depierris sur les antennes de « FranceCulture ", viennent d'être publiés par les éditions du Seuil. Le romancier y parle à bâtons rompus de son enfance oranaise, de ses rencontres. chez l'éditeur algé- ,Un dessin de Nira Nisènholt! que j'étais obligé d'être extraspécial· bon ( ... ). " J'essaie d'être un ecrivain avec mon coeur d'homme qui ne veut connaître ni temps. ni lieux ni teinte de peau ». Ecri,va in , juurnali s te, pei ntre, homme de . théâtre, musicien, composi teu r, Melvin Van ' Peebles s'emparé maintenant du cinéma PQu,r mettre en scp;" oette exigence dans '"son,. premier '.Jn ) mét rage La Permission qu'il a t ,tièrt.!ment écrit et réali sé, La Permission c'est celle dont bénéficie un G.!. t;loir (interprété par l'excellent Harry Baird) à l'occasion d'une promotion que lui a. accordée un «bon» capitaipe. Turner. le G.!. se rend donc à Paris, fringant, guilleret malgré les admonestations de son double qui lui reproche d'oublier qu'il est noir. Le soir, dans une discothèque, il fait connaissance de Miriam (l,e dernier rôle à l'écran de Nicole Berger, morte dans un accident de voiture). ' Face à son double Miriam accepte de passer le weekena en Normandie avec Turner. Et c'est merveilleux! Tous deux découvrent l'amour. le plaisir de partager les mêmes goûts ... ils font des l'rojets. Mais la . rencontre fortuite de 'trois soldats blancs de la base jette une . ombre sur leur bonheur. Turner . sait que sa promotion sera annulée : le capitaine qui se fait une idée parti· culière du « bon » soldat. lui avait fortement déconseillé toute aventure féminine. DROIT ET LIBERTE . Nu 272 - AVRII:- 1968 Rentré à la. base, Turner est donc consigné dans les quartiers.. Quand il sera libéré quelques semaines plus tard grâce à l'intervention de visi' teusés noires. il ne pourra joindre Miriam ... n se retrouve face à son double qui le nargue. Il l'envoie « promener ,,! . « Il conquiert enfin son unité. dit Melvin et tJ.e l'assurance_ C'est à cause de son' double qu'il n'était pas sûr de lui. 'Son double est c.... plus c... que lui: il est moins qu'un homme! Mais . je ne pense ' p~s que sa déception. si déception il y a, soit à l'origine de· son affirmation. N.'importe quoi. un ' acci· dent de voiture aurait servi de catalyseur. Le gars était au COUrant de ce qui l'attendait s·il · enfreignait . les ordres du - capitaine dont il avait parfaitement analysé le jeu. Un noir américain est très tôt au courant du fait qu'il est noir. » Si tout au long du film. les proÙigonistes affrontent les multiples manifestations du racisme quotidien. Melvin van Peebles se défend colllme un beau diable pour peu qu'on interprète son film comme l'expression d'tqle sensibilité particulière qui tiendrait à la couleur de .sa peau. c ' Je n'ai pas fait ce film parce que je suis Noir ou parce que ça me touche au coeur. Bon! je connais les données de la situation mais d'autres aussi - qui ne sont pas noirs ' - les connaissent. Et après. tout s'imbrique, se m.et en place naturellement. « Et puis il importl!! peu que Turner -soit noir. Au début. on le sait. nat~rel. lerÎtent, mais on l'oublie vite. Ce 'n'est plus le . pauvre gars. mais le meç! et ça .c·est une victoire. On le juge enfin rois Ch31':.n, avec Albert Camus, Max-Pol Fouchet, Jules Roy, de la gue.rre, de ses voyages ... • « Un noir a quItté le fleuve " vient de paraître aux Editeurs Français Réu· nis. C'est un témoignage direct

un travailleur immigré,

sénégalais, a parlé devant un ' magnétophone. Annie Lauran a recueilli ce témoignage (172 pages, 10,80 F) . • Notre amie Nira Nisenholtz ' vient d'exposer ses oeuvres à l'UNIFLAC (Centre Universitaire Franco-LatinCiAméricain). Née en 1937 en Argentine. Nira Nisenholtz a exposé en Amérique latine et en Israël. comme un être humain, il est devenu sympa, on voudrait bien qu'il couche avec Miriam! " Tout à fait Tintin Et là c'est le miracle du rire qui gomme ce que lell! situf;ltion. banal~ après tout, pourraIt aVOir de " choquant ». A leurs actes se superposent en effet comme en • rêve., l'imagerie folklorique. les stéréotypes, toute .la mythologie qui nourrissent leur Inconscient et celui du public. Turner se transforme en gentilhomme du grand siècle - perruques poudrées, dentelles, révérences, amours et jardins à la française, Miriam. la robe déchirée. se voit enlevée par une bande de sauvages qui l'entraînent au coeur de la forêt. selon les termes consacrés. ( ,Tout à fait Tintin li. dit Melvin). '" Je fais :rire les gens en utilisant leur· propre racisme mais contre eux. Tout le monde veut mourir sur un champ de bataille mais on meurt aussi dans une petite chambre! Qn ne gagne pas ' for'cément la guerre parce que la stratégie est héroïque. Si je remporte une victoire par le rire. ça ne veut pas dire que je ne sais pas sérieux. Et puis, le rire c'est comme .de l'huile; ça glisse après comme un supposito.ire à la glycérine. « Les gens sont souvent trop masochistes dan~ leurs déplacements: Pourquoi doivent-ils s'ennuyer? Moi, j'estime que l'artiste doit aller au public et on peut. le faire sans bais: ser les cutottes. Mon film est peut-être un film ',« à message It mais c' est ·un message sans dou~eur ». . . (Propos recueilli. par MlII'gUerlte K.gan) 31 32 les livres Mille et un jours par Vladimir Pozner. Editions Julliard. 345 pages. 20 F. Mille et un jours, c'est un long par-, cours sentimental en U.R.S.S., à travers le temps et l'e~pace, dont le leitmotiv est la fenêtre que l'auteur, Vladimir Pozner, recherche, qui ouvre sur son enfance et par laquelle il vit tlhe partie de la RévolutIon d'Octo- 'bre (1). . Dans ' cette recherche, il fait surgir tour à ' tour le passé et le présent. Le passé, ce sont des noms cél~bres: Tolstoï, Pouchkine, Lénine, qui , vint , dormir un soir chez lui, Gorki qui le guide durant ses études en Russie. Le présent, ce sont les inconnus rencontrés au hasard du voyage: des. jeunes qui sont ou deviendront ingénieurs, médecins, physiciens, chimistes ou professeurs; des gens plus âgés qui ont vécu douloureusement la période stalinienne, mais qui n'en parlent jamais comme d'une fatalité. L'un d'eux dit simplement: " Nous nous efforcions de comprendre et ne comprenions rien avant la mort de . Stalin& ". Depuis 1953, ils semblent avoir retrouvé l'espoir et le bonheur. La force qui se dégage de leur personnalité tIent autant à leur caractère qu'à l'amour avec lequel l'auteur les écoute et nous rapport~ leurs· paroles, leurs gestes, leurs émotions. Et comme tout amoureux, Vladimir Pozner témoi~ ne de quelque indul~ence envers l'objet aimé: la RévolutIon. Mais il donne cependant des preuves impartiales de ses bienfaits: des gens, jadis illettrés, font maintenant la queue devant les librairies; les femmes ne portent plus le voile et deviennent les égales des hommes. A aucun moment quelqu'un ne parle d'argent. Les Nénetz, peuple de l'extrême-nord, ont . maintenant dans leur vocabulaire des mots qui n'existaient pas voici cinquante ans: ' élève, instituteur, méd~ cin, bibliothèque, journal. . La Révolution d'Octobre eut lieu, écrit Pozner, l'histoire commençait à entrer dans la préhistoire. Et l'on comprend que lorsque tous les hommes seront instruits, toutes les anciennes coutumes oubliées, l'histoire aura définitivement pris le pas sur la préhistoire. ' , Paule ~EHAMA les disques Un festival de' la fraternité Le Cam den Festival de musique vient de s'achever et, tandis que les bravos s'estompent, le spectateur, qui durant près d 'un mois a vécu au stade universel, mêlant dans le même amour les arts venus des quatre coins du globe, retrouve ces difficultés inhérentes aux races et aux frontières ... races et frontières que le Festival avait su lui faire oublier. Ouvert plus que jamais aux oeuvres et aux artistes étrangers, le Cam den Festival, dans un des quartiers les plus créateurs de ce grand Londres, a réuni outre des Britanniques, tout un public passionné, des Africains, des IndIens, des continentaux et tout un petit monde de connaisseurs pour qui le . Cam den Festival est en train de prendre une des meilleures places parmi les Festivals internationaux. D'un programme riche - ô combien! - il faut retenir les concerts du Royal Philharmonie Orchestra qui, sous la direction de son nouveau chef, Igor Butekoff, est sans conteste l'un des ensembles les plus homogènes et les plus nuancés qu'il soit donné d'applaudir actuellement. Passant avec une rare virtuosité d'oeuvres aussi tempéramentalement opposées que celles d'Arnold Bax à ce spirituel concerto pour I?iano, trompette et cordes de Dimitn Chostakovitch, il ' fait de chacun de ses concerts une éblouissante démonstration musicale. Ce merveilleux orchestre a enregistré chez RCAVictor quelques unes des pièces qu'il nous offrit : l'Ouverture pour une Comédie picaresque de Bax (SB 6730) et la 3' Symphonie de Roger Sessions (SB 6739). Il n'existe pas, à ma connaissance, de disque du Concerto pour piano et trompette de Chostakovitch par l'étonnant pianiste Shura Cherkassky. qui y fut fougueusement spirituel, maIs je vous signale celui, disponiblè en France, de Maria Grinberg et Serguei Popov à la trompette (Chant du Monde LDX A 78355). Ce brillant enseIJ? ble servit heureusement le pianiste JulIUS Katchen dans une séduisante interprétation du 3' Concerto de Proloofîeff (Katchen enregistre chez DECCA). Le Camden Festival a su, comme ces manifestations artistiques savent le faire, cristalliser l'intérêt et les passi~ns ~es participants sur un plan humam ou toutes les ouvertures sont possibles . Bernard SANNIER;SALABERT Picasso ~ la Galex:ie Loui~e Leiris, on a pu VOIr, le mOIs dermer 82 dessins de Picasso. On s 'étonne' encore de voir. la force et la jeunesse de ses lavis, crayons, plumes tendres et cruels à la fois. Guerrier Jusqu'au 6 avr il, à la Galerie de Paris, on peut encore rendre visite aux. oeuvres peintes les plus récentes de Guerrier. On aimera la générosité de leur matière, la noble simplicité de leurs formes. E. D. - n( ·W la poèsie Diverse et une Ecoutez les cent voix du poème, y retrouver diverse et une la voix humaine confiant, plaignant, oubliant, déliant son angoisse quotidienne d'être et devenir : tel est le privilège du lecteur de poci.sie. Précisément, si les revues sont trop nombreuses et médiocres, moins rares enfin deviennent les éditeurs de bonne poésie. A l'avant-garde du témoignage de qualité : Oswald. Seghers a conservé ses collections. consacrés : Poètes d'Aujourd'hui, Autour du Monde etc. Mais Flammarion sous la direction de Marc Alyn, apporte une collection où je choisirai aujourd'hui Le sismo' graphe appliqué, admirablement jeune et mûr de Jean-Claude Walter. Je mesure plus loin que le bout du rayon de la lune ...La morsure d'aimer me délivre ... L'amour, la ' mort rien n'est perdu jamais. II suffit d'un brin d'herbe pour arrêter le temps Pierre Gabriel qui est, en la Provi~ , un de nos meilleurs poètes de l'heure (je vous le dirai) édite et compose sur sa Presse à Poèmes un feuillet Haut-Pays (1) qui présente une anthologie de choix des poètes actuels. Pierre Albert Birot (2) mort ! voici le premier tome de son édition classique. Si la fantaisie y devient quelquefois douloureusement puérile, vous le pardonnez sur 450 pages, à « une vigne... chargée de grappes de poèmes », à un pr estigieux « marchand de quatre saisons ». La sympa thique revue « Idées Pour Tous » (3) dont le titre est la règle, publie des suppléments où l'on r encontre et retrouve quelques poètes qui retiennent l'a tten t ion : nommons PauÎette Godefroy. Dans la Tour de Feu (4) , Chabert par Les Mots Sauvés présen te ' Boujut, rare poè te qui pousse vers 'la communauté des hommes le chant et le destin; mais on ne vaudrait retenir que l'extraordinaire pureté à laquelle il atteint souvent. ( 1') 32 Condom. (2) Ga llimard. (3) Nîmes. (4) Jarnac. Jean CUSSAT-BLANC ERRATUM Dans mon article « Il nous faut aimer ou bien périr " paru dans le numéro 269 (page 37), il fallait lire (27e ligne) bonheur et non boudeur comme me l'a fait dire une « coquille » typographique. Le paragraphe incriminé était donc le suivant : « L' individu, l'homme-individu . est très vieux. urs de ses désillusions religieuses, politiques , SCienti stes. économiques - vo· lontiers il se repose, se réfugie dans de courte,s , étroites perspectives ou assurances de confort, de pl a isi r , sinon bonheur certain . DROIT ET LIBERTE . Nu 272 . AVRIL 1968 Dans la chaleur de la nuit de Norman Jewison Ce film apporte une fois de plus la preuve - s'il en était besoin -. que si les idées généreuses ne suffIsent pas à faire des oeuvres d'art valables, on peut (aussi) faire des oeuvres excellentes avec des bons sentIments. Encore faut-il bien entendu, certaines conditions, q~i se trouvent, ici, réunies. Dans la chaleur de la nuit est un film policier, et des meilleurs, avec tout ce que cela suppose de suspense, de fausses pistes, de menaces pour le héros de conflits entre détectives de diver~es écoles. Il s'agit aussi d'un film psychologique, dont aucun des personnages n'est sc1!-ématiqu.e (le « bon » commet au mOIns une Importante erreur, le « ma.uvais » n'est pas antipathique, et son évolution est toute en nuances); les mouvements de la caméra, les gros plans (parfois énormes) fouillent les visages, nous font pénétrer avec une étonnante précision les moindre variations des pensées et des sentiments. Sidney Poitier campe avec une maîtrise sans faille le policier noir venu du Nord des Etats-Urtis dans une ville du Sud au moment même où un blanc est assassiné, qui se trouve tout d'abord accusé de ce ' crime et qui, avec les méthodes les plus scientifiques parviendra à découvrir le coupable. (Dans la version doublée, il faut noter le remarquable concours que prête à cet artiste la voix de Bachir Touré). En face, le commissaire blanc, .que Rod Steiger interprête, lui aussi admirablement, se débat entre ses propres préjugés racistes, ceux dU! milieu dont il dépend, les routines policières d'une petite ville de province et l'admiration qu'il éprouve pour son collègue noir qu'i! finira par aider entraîné par la conscience professi~ nnelle et une sorte de curiosité prudente devant la tournure prise par les événements ... Le' dernier train de N e/o Risi. Géraldine Chaplin est charmante, elle joue bien, et l'on voudrait pouvoir se laisser . émouvoir par elle. Mais cette h.istoire de déportation d'une jeune juive yougoslave avec son petit frère ave.ugle, après une incursion des S.S. au cours de laquelle son fiancé est blessé, et son père tué, comporte tant de poncifs, et une ex- . ploitation si mélodramatique, qu'elle -risque de ne pas atteinlire le but recherché. Dommage, car il y a de belles ' images, une belle musique et le sujet' était de ceux qu'il demeure nécessaire de traiter. A. L. C'" Ut . ~ . . , .. ,- la télévision Actuéllités dans la classe En octobre 1967, la télévision scolaire diffusait la première émission d'une série intitulée « Actualités ». Dans le flot quotidien des images elle passa inaperçue pour beaucoup de télespectateurs. Pourtant c'était un événement. Pour la première fois une émission pédagogique avait pour sujet les informations de l'actualité quotidienne et se proposait de former des télespectateurs avertis. En même temps cette série jetait un pont entre la télévision scolaire et la télévision de tous les soirs. Avec elle les grands thèmes du quotidien allaient enfin pénétrer dans la classe. On imagine les difficultés qu'ont eu à surmonter les auteurs de la série: « actualité », signifiant pour eux promptitude de réalisation sur des sujets faisant parfois l'objet des controverses des adultes. Il leur fallait en outre conserver un langage clair et simple accessible au plus grand nombre des jeunes de 12 à 15 ans. Depuis octobre nous avons pu voir des émissions bâties sur les faits les plus variés : le fascisme, les paysans, Chypre, la greffe du coeur, la violence, et la dernière, - le 27 mars à 15 h . 06 - devant traiter du chômage. Cette série est encore au stade expérimental. Naturellement, en cours de , route des divergences ont surgi entre pédagogues sur les émissions ayant une résonnance plus politique. Des débats 'ont été ouverts. L'école doitelle, sous quelque prétexte que ce soit, ignorer des faits ou des idées dont l'élève aura connaissance après l'école d'une façon souvent confuse et incohérente? M. Guy Perriot, qui est un responsable de la Télévision scolaire a répondu à quelques objections fondamentales (1): " On nous a reproché de faire des émissions trop violentes et c'est peutêtre vrai; mais l'actualité nous conduit irrésistiblement à accorder une place à la violence. Je crois d'ailleurs que si l'on effaçait complètement cet élément de nos émissions, elles ne . répondraient plus exactement à leur' titre. De toute façon, -la prudence est de règle dans ce domaine. » La tâche des enseignants est, on le conçoit, très délicate sur ce point. Mais, à notre avis, elle mérite d'être encouragée. Il est 'vrai que les enfants de 1968 vivent dans un monde tourmenté et cruel. C'est le devoir des adultes d'apprendre aux jeunes à le regarder. ' . Jean CONTE -Ù) Bulletin de la Radio-télévision scolaire - Février 1968. 33 34 C •• emOIS-Cl ••• Mercredi 3 avril. - Présentation des films « Derrière la fenêtre » et « L'affaire Dreyfus » sur l'initiative de la section d!,! Saint.Valéry (Som. me) de la Ligue des Dr oit s de l 'Homme. Samedi 6 avril. - Conférence sur le, racismt; à la M.J.C. de Malakof f . Debat ammé par Charles Palant. Samedi. ~ et dimanche 7 avril. - ExpOSItion sur le racisme à la salle. des fêtes de Nanterre. Vente de lIvres. Vendredi 19 avril. - Conférence de ~oger Maria sur le racisme et présentation d'un film à la M.J.C. de Morsang-sur-Orge. Samedi 2!1 avril. - Conférence d.e Jacqueline Marchand sur le racisme et présentation d'un film au lycée technique du Perreux. . yendredi ' 26 avril. - Conférence~ ebat SU! « La greffe du coeur et 1 ~par~held ". , avec la participation d un Journaliste, d'un avocat d'un conf~rencier du M.R.A.P. et' d'un cardiologue. ..:.. A l'université' populaire de Tours, conférence de Pierre Paraf s1}r l'éducation populaire et le niclsme. ' 1 ~ samedi rI au mardi 30 avril -;. A DlI!flmarie-les-Lys, semain~ d mformatl0!l .sur la Résistance et la déportation : exposition présentatIOn de films, débats. ' lA SECONDE JOURNEE INIERNAlIONA1E UN. p~u partout en France, sur l 'Initiative des comités de notre mou, ve,ment, ou avec leur participation, a eté. c~lébree la deuxième journée in. te~n~tlO~ale pour l'élimination de la dis. crlmlnatlOn raciale. L~s manifestations, nombreuses, ont revetu des formes différentes _ dlffé. rentes mais complémentaires _ selon les endroits. C'est que les organisa. teurs ont le plus souvent voulu les adapter aux problèmes locaux: Ainsi.. le Comité du M.R.A.P. de ~,hamPlgny, qui présentait Le Journal Anne ~.rank et 0 Salto, tenant compte de .' Importance de la communauté P?rtugalse de la commune, a largement diffusé ~n tract en portugais sur le second film. A Aix-en-Provence, le clnéclub UNESCO présentait Kriss Romani' « Le. problème gitan ne nous étAit pa~ familier, nous écrit Mme D. Dadoy (de nomb~eux Gitans vivent pourtant dans le Midi). !l'0us avons eu la chance de pouvo!r faire commenter le texte par un Gitan très connu à Aix _. A Montrouge, la Maison des Jeunes et de la Cult~~e a édité un journal spécial, et Derriere la fenêtre a été projeté. A. Dunkerque, le Centre culturel a organisé ~n.e ta~le-ronde-débat à laquelle ont participé Pierre Paraf et MM. Sougan Agblemanion, délégué du Togo à l'UNESC~, .l'abbé Leman, responsable de Pax Christi. et J.-F. Held, journaliste, et dont, La VOIX du Nord a rendu compte. ~ I.L Hay-Ies-~oses ont été évoqués .Ia o le nucléaire ", «la guerre et le racisme "', « .Ie Vietnam ". A Nanterre, c'est une semaine du cinéma africain qui a é!é organisée au Théâtre des Amandiers, en collaboration avec le Comité Le ~ .RAP. vient d'éditer des timbres de . petit et de grand format dont nos amis peuvent passer commande (MRAP C.C.P. : 14-825-85 Paris). , Les til!'bres de petit format - qui peuvent etre collés sur les enveloppes le papier à lettre, etc. - sont vendu~ 1 fr~n~ pièce ; ceux de grand format _ destines aux vitrines et aux voitures tout· particulièrement - sont vendus la francs pièce (une remise de 50 % est accordée aux Comités locaux du M.R.A.P. et aux différentes associations dans les deux cas). En diffusant ces timbres, vous aiderez le M.R.A.P. tout en faisant connaître vos sentiments. contre l'~partheid. Les comités locaux d.e Créteil, du 9" arrondissement de PariS, etc., les Ciné-clubs de Montreuil ~t de Vernon, l'Union rationaliste _ sectIOn du Var, les Maisons de jeunes et de la .Culture de Tassin-la-demi-lune et ~e Chateau~Thierry, la Commission des Jeunes de 1 usine Alsthom, le C.L.E.P.R .. ~tc. o.nt organisé des manifestations . ; a Paris, ,les Sociétés juives ont tenu un.e soiree au cours de laquelle ont priS la parole Pierre Paraf, Charles Pa. lant et Alexandre Chil-Klzlowskl ~ Ag~n, de nombreux jeunes ~nt p~rtl~ lpé a une marche silencieuse contre la discrimination raciale décidée à l'occasion de la Del,lxième journée. • Non il la discrimination -, • Alphab6tlsatlon _ • ,Halte au N.P.D. - étalent ' les mot; d ordre répandus dans la ville. Le 21 mars, France-Inter a diffusé une ~ntervIew_ de Pierre Paraf. La veille, la meme chaine de radio avait présenté un débat organisé à l'occasion de la Jo~rnée ,int~rnatlonale auquel partlci. paient 1 actrice Jean Seberg M de Chambrun, le professeur Hu"bert' Des~ champs et Pierre Paraf. . Enfin, le. 21 mars et le 24 mars avalent lieu à Paris les manifestations dont on trouvera le compte rendu en page 19. A l'occasion de cette seconde Journée internationale, beaucoup ont pris conscle~ce de la gravité des problè. mes qUI se posent dans les rapports entre communautvs ou de la méconnaissance dans laquelle Ils se trouvaient de la situation des travailleurs Immigrés. " importe donc maintenant que le~ efforts fo~rnis à l'occasion du 21 mars se poursUivent. ~"nrJlfIlIlIJlhll"l? Charles -~~,, '" .,'" ,S~s: ~~ ~ .. jl ~~UgJI'JIIÎ'\~ 1 BlANC 1 NOIR IIAUNE 1 HOMME NHAP 10 f La manifestation d 'Agen . au C_L.E.P _R. Sous le titre « Nos enfants sont-ils racistes? ", le Comité de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) a organisé le jeudi 21 mars un débat à l 'Institut Pédagogique Natioilal. La matière de la discussion fut fournie par un document sonore réalisé à partir d'une discussion sur le racisme, entre enfants d'une école primaire du 20' arrondissement et par le film de Jean Schmidt « Derrière la fenêtre ". La séance, présidée par le professeur Marc-André Bloch, fut très animée; les participants intervinrent, pour faire préciser à l'instituteur qui avait réalisé le montage ses méthodes de travail et ses intentions, et pour traiter plus préciséInent des problèmes de pédagogie. DE NOMBREUSES PERSONNALITES A la Sorbonne: Â la soirée de la Sorbonne. diverses personnalités étaient présentes. Citons notamment M. Glbson Parker, directeur du Centre d'Information des Nations-Unies à Paris, les représentants des ambassadès de la République Centrafricaine, d'Italie, de Hongrie, de RAU., de la République Démocratique du Congo; MM. Jeandet, représentant le Parti Radical-socialiste, Marius Apostolo, représentant la C.G.T., et les délégués de nombreuses autres organisations: Ligue des Droits de l'Homme, F.N.D.I.R.P., Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance, U.J.R.E., Anciens Combattants Juifs, Fédération Mondiale des Villes Jumelées; Association Mondiale de Lutte contre la Faim, etc. S'étaient excusés: les Ambassadeurs de Belgique, du Canada, d'Irlande, d'Israël, d'Islande, des Pays-Bas, de Suisse, de Tchécoslovaquie, le Délégué général de la République Démocratique du Vietnam ; MM. le. professeur Jacques Monod, Prix Nobel, Maurice Druon, de l'Académie française, Jean Roche, recteur de l'Université. le professeur Marcel-Francis Kahn, médecin des Hôpitaux, Edmond Michelet, min,istre de la Fonction Publique, François Billoux, Gaston Defferre. A. Duroméa, Fernand Grenier, Gilbert Millet, Achille Peretti, Louis Perillier, Alain ,Terrenoire, Georges Vinson, députés, l'actrice Jean Seberg et Jean Vilar. Aveo les immigrés: A l'assemblée d'amitié et de solidarité avec les travailleurs immigrés, 'étaient présents: Pierre Paraf, président du M.R.A.P" Charles Palant, secrétaire général, Mme Suzanne Collette-Kahn, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; M. Vincent, représentant la Fédération Léo-Lagrange, les responsables de nombreuses associations d'immigrés, et des autres organisations qui s'étaient joiotes au M.R.A.P. pour appeler à cette assemblée: Accueil et Promotion, Aide à toute détresse, A.MANA (Hommes et Migrations), Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés, C.G.T., C.I.M.A.D.E., Fédération Unie des Auberges de Jeunesse, Groupe Amitié-LoisirsEducation- Travail (G.ALE.T.), Ligue des Droits de l'Homme, Soundiata. ..m'~~ .~~_, , ,~" ~~ ~. P mler Président Honoraire , de la ' Cour de Cassa· tlon); PRESIDENT: Pierre PARAF; SECRETAIRE GENERAL: Charles PALANT. BULLETIN D'ADHÉSION COMITE D'HONNEUR BAtonnler Pau.! ARRIGHI, Georges AURIC, Claude AVELINE. Robert BALLANGER'. Roger BASTIDE. Jean CASSOU. Almé CESAIRE. Diomède CATROUX. Charle •. de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT. Docteur Jean DALSACE, Louis. DAQUIN, Hu· bert DESCHAMPS, Henri DESOILE, Michel DROIT. Maurice DRUON. Pasteur André- DUMAS, Adolphe ESPIARD. Henri FAURE. Max·Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU. Charles·André JU· LIEN, Altred KASTLER. Joseph KESSEL. Alain Le LEAP, . Michel, LEIRIS. Jeanne LEVY. André MAU· ROIS. Darius MilHAUD. Théodore MONOD. Etienne NOUVEAU, Jean PAINLEVE. Jean PIERRE·BLOCH. Marcel PRENANT: Alain 'RESNAIS., Emmanuel RO· BLES. Françoise ROSAY. Armand SALACROU. Jean· Paul SARTRE, Laul1lnt SCHWARTZ. Jean SURET. CANALE. Jacquel1ne THOME·PATENOTRE. Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. Robert ~TT.UL Y. Vincent AURIOL. Georges DUHA· MEL. Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN. Jules ISAAC, Frédéric JOLlOT·CURIE, Jean LURÇAT. Amiral MUSElIER, Marc SANGNIER. André SPIRE, Cha· nolne Jean VIOLLET. Approuvant le combat de « Droit et liberté » et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, .i 'ADHERE AU M.R.A.P. Nom. , .. , ., . . , . . . . . . . ,.' . . " . , . ,' .. ' Prénom , . , .. , .... , . . . ..... ... . , . , . .. , profession , , . , Adresse ~" . . .. . ' Je vous envoie, à cet effet, la 'somme de .. . .. .. .. (1). Je souhaite (2) : • recevoir urie documentation complète sur le M.R.A.P. • être invitê à ses réunions et manifestations, ,. participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. . ', ' 11) De 1 Il 10 F: Alnl du M.R.A.P. : de 11 à 50 F: Souscripteur; de 51 Il 200 F: Donllt8Ur; au·dessus de 200 F: Bienfaiteur. (2) Rayer les mentions Inutiles. MOUVEMENT CONTRE L1: RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) ... ------- 3D, rue des Jeuneu!:s - Paris (2") • Téléphone: 488-09-57 • C.C.P.: 14-825-85 Parlli -------.. ùROIT ET LIBERTE . N" 272 AVRIL 1968 , 35 V" A.nniversaire 36 '1 .', . ·1 1/ ,/ POETES DU GHETTO REVOLTE Voici vingt-cinq ans, le ghetto de Varsovie prenait les armes contre l'oppression nazie. Pour commémorer cet événement, l'anthologie Le Luth brisé sera réédité ces jours prochains, augmenté de poèmes inédits. , Irène KaD:fer, q'!i a pris l'initiative de cette anthologie, qui a collecte les textes a paraItre,· les a traduits et commentés a bien voulu nous communiquer les quatre inédits que voiCi. Le texte d~ liaison est de la rédaction ·de Droit et Liberté. . E 19 avril 1943, le ghetto de Varsovie, comme chaque L jour, souffre derrière le mur qui l'emprisonne. Un fort détachement de S.S., comme chaque jour, monte -la garde au carrefour de Nalewski. l'un des centres nerveux de la ville prisonnière. Il est six heures du matin. Soudain, la fusillade éclate, Les grenades tombent des baicons, les balles sifflent du haut des toits. Les soldats nazis refluent précipitamment; ils laissent 40 morts sur le terrain, L'insurrection du ghetto de Varsovie vient d'éclater, en plein coeur d'une Europe toute entière livrée aux robots criminels de Hitler, • ceux qui peignaient ., comme les appelle le poète Léopold Lewin Tout d'abord Il peignait des croix gammées sur les murs Plus tard Il arrachait tes frères à la blancheur du lit Les Jetait à travers de froides ténèbres. Dans le feu des armes Ces ceNelles s'accrochaient aux murs Les mêmes murs aux croix gammées. Tout d'abord Il peignait des croix gammées sur les murs j'iius tard Il pourchassait de rage les maisons SaIsissait les pieds de tes enfants amis Leur écrasait la tête contre les murs Les mêmes murs aux croix gammées . Tout d'abord Il peignait des croix gammées sur les murs Plus tard Il lisait des romans à l'eau-de-rose Sous un abat-Jour en peal! de ton ami torturé Mals ... Tout d'abord il peignait des croix gammées sur les murs. Sans doute l'Armée Rouge vient-elle de remporter oà Stalingrad la première victoire, la victoire décisive; sans doute les Anglo-Américains ont-ils pris pied en Afrique du Nord, Mais c'est aux confins de l'empire nazi que l'on se bat, et personne n'ose encore penser que le sort des armes vient de tourner, . La réalité de l'instant. ce sont les convois de déportés, qui cO'nvergent à travers l'Europe vers les camps, ce sont les cris des résistants suppliciéS et le claquement des salves qui" les achèvent. L'ordre nazi, de toute évidence, est installé pour longtemps encore, La révolte ne court encore que souterraine; · les meilleurs sont encore seuls, à se compter, à préparer dans la nuit les combats futurs, Quelques poètes résistent sur le front de l'art, Roman Bratny, par exemple, qui publia da'ns Varsovie occupée un recueil clandestin, Le mépris, dont chaque page avait la vigueur d'un tract; un court poème, surtout . intitulé justement : Ghetto : Hure du gendarme dans "écart de secondes JoJe rageuse des étuis à revolver Ils chargent le désespoir vivant Aveugle sifflet des trains à vapeur Sur la ville d'angoisse transIe Regards en hurlement rejettent le transport Dans une tombe Inconnue Volent las essIeux qu'un cri brOie JuIf errent éternel Part. DROIT ET LIBERTE . N" 272 . AVRIL 1968 ', ' Dessins de Kathe Kôllwitz 37 COMBINÉ MAILLE USSE EXTRA-SOUPLE 1 .. ,P'iIIIIt .. ~:.",: ~ _ ........... __ (1 partir de frs Dbtrtbudon : Sanafne . Merci NS. Bouly, 71, rue de' PrOvence,Parts·" T~1. : .744-67·59. 38 POÈTES DU GHETTO RÉVOLTÉ -+ C'est alors que le ghetto se révolte ; sans autre espoir que d'être ariéanti. Mais la révolte vise à bien plus qu'à sauver des vies, c'est l'âme d'un peuple qu'il s'agit de sauver; c'est l'âme de l'Europe toute entière qui est en jElU. Le ghetto peut bien mourir, la victoire est déjà acquise du moment que ceux qu'il fallait réduire à merci saisissent leurs armes et se lève'nt, Jan Kott, poète, aujourd'hui professeur de littérature ,il l'uni· versité de Varsovie, fut parmi les combattants de l'époque, Il écrivit entre deux batailles une adresse « aux défenseurs du Ghetto lt. Au milieu des ruines ce mur, monument de mépris; Sur ton corps vivant par l'ennemi dressé Au Palais Brühl (1) , l'entends-tu 7 On relève la garde Ton pavé martyr brOie le pas 'du gendarme. Injurié, tu te tais, qui rompra ce silence 7 Nuit de pierre sur la ville et le rempart muet. Ombres d'arbres, de vivants et ombres d'églises Couronne de tours, gibets, ville dans les nuées. Quelles tombes à présent craindrais-tu, lapidé? Mur du ghetto trois ans regardaient dans tes yeux. Telle une plaie, ville des morts, dans ton corps saignant Tu dures, inébranlable, et tu es sans mot dire. - Te rappelles·tu l'Incendie en bourrasques de feu 7 Tu demeurais sans peur, ton pavé flambait, Tu préférais les ruines, les maisons effondrées Aux chaussées frémissantes sous le pas .ennemi, T'en souvlens·tu? Mol, je n'ai pas oublié ton fier regard. Poing et baïonnette face aux tanks, c'est bien toi Fumées noires ici, tes maisons : des cercueils Dans chaque square des cimetières... et ton murmure un Jour viendra... . Ton silence de fantôme enfin s'est brisé la ville des morts combat, tu penches ton visage Et vois la rose lueur ... tu recules ton bras, Pierreuse sur la rivière et sans faire un pas. Le ghetto ne se lai slla pas assassiner -facilement, Le général S,S, Jurgen Stroop, comm.ii1dant I,e • front de Varsovie -, donna trois jours à se.s hommes peur mâter la révolte : 10000 homo mes, deux bataillons d'élite de la Waffen S,S .. chars, avions, artillerie lourde, lance·flammes furent jetés dans la répression. Il fallut pourtant plus d'un moil! ava'nt que, le 16 mai, Jurgen Stroop puisse annoncer que .. les grandes opérations avaient ( 1) Le Palais Brühl (Va rsovie) , monument historique du 17' sièr. le, pris fin -. Des combats sporadiques se prolongèrent un mois durant. Du ghetto, il ne resta rien. Rien, sinon l'épopée qui allait servir d'exemple à toutes les résistances de tous les pays occupés ; stnon une page d'histoire qui grandit l'humanité entière, et que Suzanna Ginczanka, toute jeune poétesse, coucha sur papier, avant d'être fusillée par les S,S. à Cracovie, sous un titre emprunté i:l Horace, Non amnis moriar, (je ne mourrai pas tout entier) . Non omnls moriar (1) mes biens orgueilleux Les prés de nappes neigeuses, châteaux-forts d'armoires Draps spacieux, duvets sans prix Et robes claires robes resteront. Je n'ai laissé ici aucun héritier (2) Donc mes richesses juives à ta main fureteuse Dame Chomin, femme de Lwow, épouse courageuse d'un délateur Indicatrice ailée, des volksdeutsch (3) respectable mère A toi tous mes biens, non pas aux inconnus. Que mes amis... Est-ce un luth? Un nom irréel? Je pense à vous - au pas sonnant du gendarme vous m;avez [évoquée Ne m'avez pas oubliée dans sa brève mémoire - Que mes amis prennent place autour d'une coupe taillée Qu'ils trinquent à ma mort boivent à mes obsèques y noient leurs richesses, tapis et chandeliers Qu'ils s'enivrent la nuit entière, puis au bruit de l'aube Qu'ils tailladent les matelas, explorent les couvertures Le travatl est rapide à une main si zélée Les échevaux de crin, pelotes d'herbe marine Nues d'oreillers blessés, nuages d'édredons Leur colleront aux paumes, y lèveront de blanches ailes Soudain .. , en anges changeront. (f) Le t itre dénote une Inspiration classique : le célèbre non omnis morlar (je ne mourrai pas tout entier) d'Horace, (2) Le poème de Glnczanka est une transpOSit ion Ironique ,et douloureuse du célèbre poème Mon testament dû au grand pOète romantique polonaiS Jules Siowacki , (3) Durant la deuxième guerre mondiale, nom donné par l 'occupant nazi aux ressortissants des pays conquis, se réclamant de leur origine allemande, Le dimar.che 21 avril, à 20 h 30, aura lieu une grande soirée commémorative à l'occasion du 25' anniversaire de l'insurrec· tion du ghetto de Varsovie, Cette soirée, présidée par . Pierre Paraf, présiclent du M.R.A.P" se déroulera dans la grande salle de la Mutualité, rue Saint·Victor à Paris (S' ). Diverses personnalités y participe· ront, notamment M. Pierre·Bloch, ancien DÛnistre, et Georges Koenig, rédacteur en chef de La Presse Nouvelle. Une partie artistique suivra, avec la participation de la chorale populaire Juive, de l'actrice Emmanuelle Riva, et la projection d'un film sur la destruction du ghetto. DROIT t T LIBERTE . No 272 . AVRIL 1968 [OFFICIEL DU PRETAPORTER est fa REVUE PRESTIGE de la profession Sa présentation. sa qualité l 'importance de sa diffusion en font un support publicitaire INDISPENSABLE pour votre maison CHARLES MANDEL, 17, Faubourg Montmartre . . Paris·9' COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours pour Hommes Femmes Enfants eQ -)' ' Blouson Brando I-,-,---J. ~ Pantalon à pont L ~' B IR\I II ~12. Rue St· Martin (1 ,ARIS • 272 12·95 'vÊTEMENTS SPORT ET VILLE • Vestes • Nylon • Blousons • Velours • Cabans . • lergal • Pantalons • Gabardine • Foam·Baeks • Lainages • Pantalons à ponts • Imperméablas • et toutes 1 •• , nouveautés taan· agers • et tous les pantalons tallle·b .... et pantalons marins Catalogue sur demande V' 39 40 SUR LA ROUTE ' DE VOTRE SANTÉ Choisi~$ez les stations de détente de la stations agréées par la S.S. Demandez la documentation sur la station qui vous intéresse il : LA MAISON DU THERMALISME 32 Av. de l'Opéra, Paris 2e Tél. 073 67-91' ou à l'Office Thermal et touristique dans chaque station. chaine thermale du soleil DAX landes Capitale du rhumatisme traumatologie, névralgies, névrites, lymphatisme, sciatiques, polyarthrites, spondylarthrites. Ouvert toute l'année. ST -CHRISTAU Bouche, muqueuses, dents, dermatologie. Basses-Pyrénées Avril - octobre - Altitude 320 m. EUCiENIE-LES-BAINS Colibacillose, maladies de la nutrition, du tube landes digestif et des voies urinaires - Obés.ité. Rhumatismes. Avril - Octobre. BARBOTAN-LES-THERMES Station de la jambe malade , Gers circulation veineuse, phlébites, varices. Rhufllatismes, sciatiques, traumatologie. . Station reconnue d'utilité publique. Avril - novembre. MOLlTCi-LES-BAINS Affections de la peau, voies respiratoires Roussillon rhumatismes, obésité, station pilote de la relaxation. Altitude 450 m. Climat méditerranéen tempéré. Ouvert toute l'année. CiREOUX-LES-BAINS Rhumatismes, voies respiratoires ' arthroses, Alpes de Provence traumatologie, arthrites. Altitude 400 m. Climat"méditerranéen tempéré. Ouvert toute l'année. i \ LES MAITRES-CHANTEURS OE NUREMBERG En juin 1933, 'le célèbre opéra wagnérien inspira au caricaturiste hollandais Hahn ce dessin sur le nazisme triomphant. A l'époque, Hitler . avait fait de Nüremberg sa capitale; ' les fastes et les excès des sections d'assaut y défrayaient la chronique. Ce dessin parut dans le journal satirique d'Amsterdam De Notenkraker. CONNAISSEZ-VOUS LA DEPORTATION fi) e • Hltler? Connais pas 1 -, disaient naguère des jeunes interrogés par un . cinéaste. Et même si cette Ignorance était le fait de quelques-uns, Il n'en est pas moins vrai que la déportation hitlérienne est aujourd'hui oubliée ou ignorée de beaucoup. Voici dix questions. SI vous marquez plus de 14 points. bravo. De 10 à 14, bien. A moins de 10. vous devriez préciser vos connaissances. 1. Les premiers camps de concentration furent construits I~ en 1939. après l'Invasion par les nazis de la Pologne '1 2. L'Internement des Juifs allemands commença après la

arc;;:,':!t~:0~9:s .ICharles. CharlesI.S.é.~~t~.~ .~ . ~~r.e.~.r~ .. ~~

3. Les nazis veillèrent à ce qu'aucun camp d'extermination ne soit édifié sur le sol de l'Allemagne proprement dite 4. En France, les autorités de Vichy construisirent des camps de concentration de leur propre Initiative . . ... . 5. Les extennlnetlons massives de déportés commencèrent en 1944, lorsque les nazis comprirent que la partie 6. ~I:uip~:,:ude i:x d~~ti~~' 6bit' d~' fCharlesi~ 'ci~ la malnod'oeuvre à bon marché à la grande Industrie allemande .. . ................... , ........ ... . . . . . .. . 7. Les Gitans figurent. pannl les victimes principales du génocide hitlérien ...... . .. . ... , .. . .... ... .... . . , .. . . 8. Il y eut 150 000 déportés français, dont les quatre cinquièmes étalent Juifs .. . ..... .. . . ... ... . .. . . ... . . 9. C'est au camp d'Auschwitz qU'eut lieu le plus grand nombre d'exécutions de déportéS : 4 millions . .... . . . . OUI NON 2 OUI NON 3 OUI NON 3 OUI NON 2 OUI NON 2 OUI NON OUi NON 2 OUI NON 2 . OUI NON 10. Les camps .~ concentration et d'extermination firent au total 12 millions de victimes . . ....... ...... .. . .. OUI NON 1 (Réponses en page 42) DROIT ET LIBERTE . No 2'12 . AVRIL 1968 Délices du monde entier LES « PIROJKI» A moins que vous ne leur en dévoiliez le secret, votre famille ou vos invités ne sauront pas jusqu'à la première bouchée, quelle est la garniture de ces « chaussons russes JO . Il faut: 250 g de farine, 50 g de beurre, 1 cuillerée d'huile, 1 oeuf, 1/2 cuillerée à café de levure. chimique. Comme garniture : viande hachée cuite avec des· oignons ou bien poisson cuit, haché et relevé au poivre et aux herbes. Avec la farine, le beurre fondu, l'huile, l'oeuf, la levure et un peu d'eau tiède, faites une pât~ sèche que vous abaisserez à 3 mm d'épaisseur. Découpez qes 'ronds de 12 cm. de diamètre. Au · centre, déposez une cuillerée de garniture. Mouillez le bord et rabattez une moitié sur l'autre en forme de chausson. Appuyez pour coller. Disposez sur une plaque beurrée, passez un peu de beurre fondu sur le dessus de chaque pirojok et· cuisez 40 minutes à four modéré. 41 V êtelllents de luxe en peaux lainées pour hommes femmes enfants S. A. TEXTILEFOURRURE 30, rue Beaubourg - PARIS-3' TéL TUR. 20-62 et· 34-65 CONNAISSEZ-VOUS LA DÉPORTATION? (réponses de la page 41) 1. NON. - La création des camps est la première initiative des nazis au pouvoir. Orianenbourg est ouvert en mars 1933, Dachau également. En avril, la législation concentrationnal're est promulguée en Allemagne et des camps proviSOires s'ouvrent un peu ' partout, Les démocrates allemands, marxistes et chrétiens, en sont les premières victimes. 2. NON. - Les lois antisémites de Nüremberg furent une première étape où le racisme prit une allure de ségrégation ; spoliation des biens, Interdiction d,es lieux publics. numerus clal!sus à l'université. C'est en novembre 1938 que les nazis organisèrent la • nuit de cristal • - pogromes , incendies de synagogues - qui marqua le début de l'Internement des Juifs en tant que tels : 30.000 furent arrêtés pendant cette • nuit de cristal. du 9 au 10 novembre. 3. NON. - C'est une phrase volontairement ambigüe que l'on retrouve souvent sous la plume des avocats du nazisme : • Aucun camp d'extermlnatlon ne fut co.'strult sur, le sol allemar,d •. Cette phrase a le mérite de laisser planer un doute sur I"ex.,tence même de camps d extermination. En fait. s'II est vrai que les nazis préférèrent édifier en Pologne les Installations. spécialisées . dans l 'extermlnation: Treblinka. Soblbor, Belzec. Chelmno [qui ne SOl1t faites que de chambres à gaz et de crématoires). Il , n'en reste pas moins que les grands camps Installés Sur le sol allemand lui-même, Ravensbrück, Dachau , Orlanenbourg , Sachsenhausen, Buchenwald, Dora, Nenengaume avalent leurs dispositifs d'extv: ,"lnatlon: chambres Il gaz comme Il Ravensbrück et Orlanenbourg; salles de dissection, de tortures et de pendaison comme Il Buchenwald ; champ de tir pour fusillades comme à Dachau. ~ . OUI. - Outre les grands camps de transit de la zone occupée, qui étalent sous l'autorité théorique des autorités françaises, mals où Il était possible de plaider la • nécessité ., lDranc~, Pithiviers, Beaune-la-Rolande, etc.). les autorités de Vichy ouvrirent de leur plein gré des camps de concentration où furent enfermés des Juifs, des résistants, des réfugiés espagnols qui allaient ensuite être livrés aux nazis et exterminés . Les plus Importants de ces camps de concentration étalent ceux de Gurs, dans les Hautes-Pyrénées (17.000 déportés, dont 13.000 iUifs) , d'Argelès-sur-Mer (15 .000 déportés, dont 13.000 espagnoJs). Agde (5.000, dont 3.000 juifs). 5. NON. - La première extermination massive dans la chambre à gaz eut lieu Il Auschwitz, le 3 septembre '1941,. Il une époque où l'Allemagne nazie pouvait se croire victorieuse. 6. ' OUI. - ' Des négOCiations eurent lieu entre les grands trusts allemands et les autorités nazi"s pour fournir de la' main-d'oeuvre puisqu'elle était renouvelable Il mercI. Krupp, Volkswagen, la firme électronique Siemens (autour de laquelle était bâti Je camp de femmes de Ravensbrück), 10 firme photographique Zelss-Ikon, pour ne citer que les plus connues, doivent ainsi à la mort ci" millions d'être humains la fortune qui fait d'eux, aujourd'hui , les principaux bénéficiaires du Marché commun. 7. OUI. - 600.000 environ furent exterminés, à Treblinka, Belzec, -Chelmno, Lodz; parmi ~ux, 15.000 gitans français. Extermination d'une cruauté d'autant plus dérisoire que les Tsiganes, origlllaires du bassin de l'Indus, sont sans doute les descendants les plus • purs. de ces Aryens sur lesquels les nazis avalent échaftaudé leurs aberrations racistes. 8. NON. - Il y eut 238.000 déportés français environ. Parmi eux. 50 % étalent Juifs, ~O % des résistants français. 20 % des réfugiés politiques, espagnols, allemands. autrichiens. hongrois . etc. 9. OUI. - Parmi eux. 3 millions de jUifs. dont la plupart étalent exttlrmlnés Immédiatement 10. OUI. - Sur ces ' 12 millions. les Juifs constituent environ la I1"IIltlé (5.890.000) .. Mal~ à ces 12 millions . Il faut ajouter 18 millions de civils tués sommairement, exterminés SlJr place ou morts du fait des opérations militaires sur les champs de bataille. le bilan d". victimes directes ou Indirectes du nazisme et du fascisme s'élève Il 47 millions de morts pour le temps de la seconde guerre mondiale. LE CARNET DE D.L. - M_ et Mme Alain Coyaud nous informent de l'arrivée en France de la petite vietnamienne Xuan-Mai (Fleur de printemps), née le 25 juillet 1967 à Saigon et qui est maintenant leur fille. Nous souhaitons la bienvenue à XuanMai. Naissance - Nous sommes heureux d'annoncer la naissance de Mériem, fille de JeanPierre et Anne-Marie Said, le 18 mars 1968 à Paris. Mariages - Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage de Mlle Marie-Claude Blomet, petite-fille de Pierre Paraf, avec M. Bernard Meyer. - Mlle Monique Zara et M. Francis Danflous se sont mariés le 6 avril dernier_ ...:.... Josette Saïd et Simon Rabenbach se sont mariés le 27 mars à Courbevoie. A tou§, nous présentons nos voeux de bonheur. Décès - Nous avons appris le décès, survenu à . Perpignan, de M. Gustave Ruellant. Nous présentons à Mme Gustave Ruellant nos plus sincères condoléances. .GANTS - TETINES. Chez votre pharmacien PETITES ANNONCES Ami en chômage (niveau B.E.P.C.), accepterait tous travaux d'écritures, manutention, etc. Ecrire au journal. Pour toutes photos de mode, prêt-àporter, publicité, écrire ou téléphoner à J.L. COARDS 90, bd Garibaldi - XV· 306-20-57 ImprimeriE COTY . Il . rue Ferdinand-Gambon. PARIS-20 lé directri« : Sonia. Blanchi à traîne· en gros-grain, forme empire: 349 F. 12 février 2010 à 10:27 (UTC)~To~; p12 février 2010 à 10:27 (UTC) Clémenceau :;RENOBlE 15, rue de la République REIMS, 7, Galerie d'Erlon ANGERS, 53, rue Saint-Aubin LA ROCHELLE, 38, rue Saint·Yon RENNES, 6, rue de la Monnaie AVIGNON, 40, rue Bonneterie LENS. 75. boulevard Basly ROUEN, 13, rue Grand-Pont BASTIA, 10, bd Auguste-Gaudin LILLE, 50, rue Faidherbe ST-ETIENNE, 29. ay. de la Libération BAYONNE, La Féria, allées Paulmy LIMOGES, 1, rue Jean-Jaurès SETE, 18, rue Alsace-Lorraine BELFORT, 3, avenue Wilson LORIENT, tl. rue du Couëdic STRASBOURG, 4, r. des Fcs-Bourgeoi. BESANÇON, 17, Grande-Rue LYON, 8. place de. Jacobins TOULON 15 rue d'Alger BEZIERS, 4, avenue A.-Mas . MARSEILLE. ,79. rue d. Rome TOULOUSE: 5. rue de Rémusat Personnalité, budget ?- Pronuptia tient compte de tout __ _ « De quel budget disposezV'ous ? .. Lorsque l'hôtesse d'accueil vous a discrètement posé cette question, tout devient merveilleusement facile ch~z Pronuptia : vous savez que la toi/ette de vos rêves, celle que vous allez choisir parmi des centaines de modèles e,xclusifs ne va pas vous entrainer à une dépense ' excessive, dépassant vos possibilités. Et pour accompagner et harmoniser votre robe, toujou rs selon votre personnalité, Pronuptia vous propose un choix prodigieux de coiffes, .voiles, jupons spéciaux, lingerie' fine, gants et chaussures blanches ... Absolument tout ce dont vous avez besoin pour la cérémonie de mariage se trouve chez Pronuptia, à tous les prix_ (Robes de mariées de 159 F. à 2000 F.). PRONUPTIA PARIS, 18 Faubourg Mont~artre 770-2379 ouvert de 9 h. 30 à 20 heures (jusqu 'à 22 heures le mercredi) Thérèse-Boutique, 106, av. Général Leclerc (14·) 828-1869 BORDEAUX, 12. cours d'Intendance METZ, 15, rue de. Clercs TOURS 6 rue Nationale BREST, 39. rue Emile Zola MULHOUSE, 25. rue de. Boulonger. TROYES', 24, rue de la Répuhlique P-------------------_____________ . CAEN 6 1 NANCY 20, rue Gambe .. a VALENCE, 36, rue de. Fayentine. 1 BON: CARCASSONNE, 43, rue du Marché NICE 2 , ,p ace de la Ré.istance NANTES, 3. rue de Gorge, s VALENCIENNES, 25 rue de Fama~1 veuillez me faire parvenir gracieusement votre documentation CHATEAUROUX. 12, av . de la Gare , ., avenue Malausse"a. VENDOME, 6 bis, Fg Chartrain . CHERBOURG, 3 bis. rue Christine NIMES. 31, rue de la Madele,ne NOUMEA. S, avenue Foch 1 Nom: ----------__________ __ _ CLERMONT FE ORLEANS, 54, rue de. Carmes 1 DIJON - RR D. 14b. pl Gaillard PAU, 14, rue des Cordeliers BRUXELL , 22. rue M,chelet . - PERPIGNAN, 20, rue de l'Ange ES, 16, rue Jule. Van Praot 1 Adre .. e (viUe. rue. n', départ.) DOUAI, 14. rue de; Ferronn,er. POITIERS, 164. Grande Rue LAUSANNE, 35, rùe d. Bourg l ,-- ----- ------ - - MONTREAL, Galerie Bonaventure • 1 1 • Date du mariage A retourner '. la Mlison PRDNUPTIA la plus proCh.~ ~ ~ Catalogue at . liste' des dépo5itaÎras , sur 'r dama"de à Rainatt B;P. 233-11'2 ~ Pari; ;R.P,

Notes

<references />