Droit et Liberté n°00013 - 1er octobre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Après l'assassinat du comte Bernadotte, cherchez à qui profite le crime par M. Vilner -page 1
    • Génocide par Charles Lederman -page 1
    • Derrière le rideau de soie par Roger Maria -page 2
    • La libération de la chienne de Buchenwald soulève une vague de protestations -page 2
    • En Allemagne la Hitlerjugendavide de revanche découvre "Ostara"et dénonce le sang juif "pour faire triompher l'esprit sur la matière" -page 3
    • Glubb Pacha espère que l'assassinat du comte Bernadotte aura des répercussions défavorables pour les juifs -page 3
    • Palestine, potash, monoculture du citron et chapeau haut de forme par Henri Nider (Moyen-Orient) -page 4
    • Appel aux soldats arabes -page 4
    • L'abbé Plojhar souhaite de solides relations entre Israël et la Tchécoslovaquie. par Raph Feigelson -page 4
    • Des Bretons (antisémitisme) par Joseph Millner -page 5
    • La Corée martyre -page 5
    • Exclu du droit de vote pour fait de résistance par Joseph-André Bass -page 5
    • La route d'Auschwitz passait par Munich par Michel Baron page 6-7
    • Wroclaw grande victoire de la Paix par Roger Payet-Burin -page 8
    • Tous les tableaux marqués H sont pour le Furher, ceux marqués G sont pour moi par Alain Adler -page 8
    • Sur le livre de Jules Isaac: Jésus et Israël par Gilbert Mury
    • Spectacles: Othello par Roger Maria, Le beau gangster et le businessman par Felix Fedrigo
    • A travers les professions: le tricot enquête de Annette Joubert -page 10
    • La commission centrale de l'enfance vous parle: rentrée des classes -page 11
    • Sans famille 1948 par Max Loiret -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

lA ROIITE -0' IIS[UWITZ PASSAIT PAR MIJNI[U pages 6 et 7 LE GRAND HEBDOMADAIRE DE LA VIE JUIVE Prix : 20 francs. Fondé dans la clandestinité 1er Octobre 1948 Nouvelle série N° 13 (81) APRÈS L'ASSASSINAT DU COMTE BERNADOTTE l E meilleur moyen de rendre hom. mage à la mémoire du comte Bernadolle, a déclaré M. Bevin à la Chambre des Communes, la meilleure façon de rendre justice à son martyre, c'est d'adopter le projet ' qu'il a élaboré avant sa mort ». Ce 'disant, le chef du Foreign Office ne fait que reprendre le motif entonné par le Stale Department au lendemain même de l'assassinat du médiateur de l'O.N.U. Bernadotte assassiné, la diplomatie anglo-saxonne croit pouvoir arracher ce que, Bernadolle vivant, elle osait à peine espérer. Ainsi cherche-t-on à se servir d'un aLlentat odieux pour annuler la décision internationale du 29 novembre 1947 et frustrer une jeune et héroïque nation d'un élément vital de son territoire, pour la livrer, poings et pieds liés, à l'impérialisme. Sachant à qui profite le crime, ne peut-on pas ,echercher r.1us facilement les meurtriers et ceux qui les ont armés? La vérité est que, {ace à la résistance d'Israël d'une part, au~ visées des grands monopoles pétroliers américains d'autre part, la Grande-Bretagne a subi trois échecs. Le premier lorsqu'elle n'a pas réussi 11 empêcher le vOLe favorable de l'O.N.D. Le second lorsqu'elle n'a pu anéantir l'Etat d'Israël, par l'intermédiaire des Arabes, au moyen des armes en plaçant le monde devant un fait accompli. Le troisième lorsqu'elle s' es't aperçue qu'elle ne pouvait laisser se prolonger éternellement l'état d'armistice actuel. Dans la rivalité anglo.-saxonne, . ce . sont les ~tats-Unis qui s'assuraient la position prédomin.ante, tandis que Quelques points du Rapport Bernadotte .• Le Néguev ira aux Arabes et la Galilée aux Juifs . • Haïfa et ses installations seront transformées en un port franc où' les Etats arabes auront accès . • Lydda deviendra un aérodrome libre . .• Jérusalem sera placée sous la protection des Nations Unies. Ce rapport mutile l'Etat d'Israël et ne prévoit pas d'Etat arabe indépendant en Palestine. Dans ce numéro: OST ARA Organisation antisémite de la Jeunesse allemande (p. 3). GLUBB l'Etat d'Israël s'imposait de plus en plus dans la réalité. Un grand coup de théâtre ne pouvait dès lors seryir que les deux puissances rivales. ACTUELLEMENT, la plus S'érieu se menace qui pèse sur Israël, tandis que l'O.N.D. discute de s~r'\ sort, réside dans les projets américains de concessions et de bases militaires. Le projet Bernadotte est conçu de telle manière qu'Israël, une fois mutilé, ne soit plus viable sans lesdites concessions. Et il serait condamné économiquement et politiquement, à la merci des impérialistes, une fois ces concessions arrachées. L'indépendance. du pays est en jeu. C'est pourquoi cerLaines attitudes du gouvernement d'Israël, en cette heure critique où il lui faudr ait s'appuyer résolum~nt sur les amis. déri.~téressés, ne laIssent pas sans lOqmeLude tous les hommes libres. qui sui- . vent avec aLLcntion le drame palestinien. Pourquoi n'avons-nous pas entendu un hommage de gratitude envers le délégué soviétique Malik il Ne fut-il pas le seul, tandis que l'assassi nat de Bernadolle déchaînait une vague de h~ine contre Israël, à dénoncer la povocation il Mais nous savons qu'on peut:- faire confiance au peuple qui lutte si magnifiquernent et qui connaît ses amis. L'expérience nous prouve qu'une juste caURe sera toujours soutenue par l'U. R .S.S., par les républiques populaires, par Lous les démocrates. . Contre tou tes les . attaques, ils défendront l'indépendance de la Pales·. tine 11 l'O.N.D. et ailleurs . Et, maigre de lourdes menaces, l'Etat d'Israël ira de l'avant vers plus de liberté. M. VILNER GE~' OC·IDE L E 11 décembre 1946, l'Assemblée Générale des Nations Vnies avait, dans .une résolution unanime, proclamé que le crime de Génocide est un crime aux termes du Droit international. It avait été décidé que toutes mesures seraient rapidement prise.s pour faciliter la prévention et- la répression de ce crime côntre l'humanité. La question, inscrite à l'ordre du jour de l'actuelle session d-e l'O.N.U. à Paris, n'est pas enco·re venue en discussion à l'heure où nous écrivons. Sur le projet de convention proposé par le comité de l'O.N.V., Droit et Liberté s'est expliqué déjà. Il nous apparaît aujourd'hui plus que jamais, que si le principe de la répression, de l'excitation ou de la provocation 'directe ou indirecte au Génocide est adopté, l'organisme international aura fait oeuvre utile. Il .ne faut pas pe·rmettre aux criminels de poursuivre leurs forfaits. Le danger est là, pourtant, qui menace. Et ce n'est pas un hasard si le troisième congrès des juristes démocra,tes qui a récemment tenu ses assises ' à Prague sous la présidence de .M. René Cassin, vice-président du Ccnseil d'Etat de noh-e pays, a souligné la nécessité de mettre l'accent sur la condamnation du racisme et d'en prévenir le retour et toutes les manifestations. L'aide apportée par les puissances occidentales aux gouvernements, fascistes, l'appui donné par elles aux éléments impérialistes .d'une Allemagne non dénazifiée, l'indulgence systématique des Anglo-Américains envers les criminels de guerre officiellement connus comme tels, doivent être dénoncé:; comme les plus sûrs moyens de faire, par avance, échec à toute décision de l'O.N. V. de réprimer le Génocide. EST-il possible d'imaginer que les gouvernements qui se refusent souvent à extpader des criminels de guerre, ont rée~lement le désir de punir d'autres criminels dont la pouy.suite et la livraison sont cependant prévues par l'article 9 du pl'Ojet qui décide que les « hautes parties contractantes s'engagt'lIlt à accorder l'extradition en cas de Génocide» ? Est-ce parce que la convention n'est pas encore signée ou parce que, chez certains, on s'apprête déjà à ne pas l'appliquer, qu'lIse Koch, la « chienne de Buchenwald» vient d'être graciée ? Tant il est vrai que s'il est indispensable que soient codifiées certaines dispositions, il faut que les hommes et les peuples soient vigilants et exigent impitoyablement leur stricte application. Il y a de notre part, de la' part de tous, un effort sans précédent à fournir pour contribuer, en prévenant et en réprimant les crimes contre l'humanité, en réduisant à ' l'impuissance les criminels de guerre, à cpnstruire une paix durable dans le respect des Droits de l'Homme. Charles LEDERMAN. a VUE SUR L'ASSEMBLEE DE L'O.N.U. AU PALAIS DE CHAILLOT. A DROITE, VICHINSKY ET LE DELE GUE POLONAIS MODZELEWSKI P A CHA, particulier .1.tE TRICOT .cP. lO} -'- !. britannique SANS FAMILLE (p. 12)


'"".Ler Octobre :1918. - N° .1.3-81] . , . .

F ails divers par J.-F. DOMINIQUE Herr Doktor Schacht, le sinistre financier du Crand Reich National~ Socialiste, a ~té acquitté par un Tribunal dit de dénazification siégeant en zone américaine. DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE (2) Le général Halder, chef d' EtatMajor général de Hitler, a été libéré par la même juridiction comme « n'ayant jamais apparte. nu au parti national-soci3liste }). lise Koch, la fem'me aux chiens, a été amnistiée par les autorités américaïnes. Les Juifs, encore internés dans les camps des zones occidentales, Se sont vu refuser l'espoir de recouvrer leur liberté et de quitter enfin l'Allemagne pour rejoindre Israël. , Et la grande presse dite « d'information }) n'a nulle part accordé plus de trois ou quatre lignes en bas d' une page à aucune de ces nouvelles ! Parmi les faits divers ... Car c'est bien là ce que veulent, trois ans après l'écroulement du nazisme, lés politiciens, ~i1itaires, affairistes et journa~ listes qui ont choisi de miser sur la discorde des nations hier victorieuses : ramener la guerre hitlé, ienne .et ses dizaines de mil' ions de victimes aux dimensions d'un simple fait divers ! Fait divers, lè docteur Schacht organisant la machine de guerre na%ie .•• Fait divers, le général Hald.er faisant déferler ses troupe. à travets l'Europe, terrorisant, incendiant, pillant, violant et massacrant .•• Fait divers, lise Koch lançant ses chiens sur les détenus de Buchenwald et collectionnant ses abat-jour de peau humaine ... Fait divers, deux cent mille Juifs croupissant toujours derrière leurs barb.elés ... Mais le relèvement des usines da l' I.G. Farben « miraculeusement Il intactes et l'accroissement constant de leur production d'engins de guerre, ce n'est plus un fait divers : c'est l'éditorial des . grands journaulC financiers ! Poursuivons la lecture du livre de Bartley C. Crum, dont nous avons commencé l'analySte dans notre dernier numéro. Le nouveau double jeu Crum est américain ; il n'en juge pas moins sévèrement la politique de son pays à l'égard de la question palestinienne. Dans le cadre de l'enquête menée par la Commission anglo-américaine, on lui remet un résumé du dossier secret du Département d'Etat sur la Palestine : Je m'appliquai à étudier avec beaucoup de soin ces Pièces confidentielles du D;partemmt • d'Etat. Elles révélaient 'lue nous n'avions cessé de faire des promesses fobliques aux Sionistes et des promesses privées al/X Arabes ( ... ). D'après ce dossier, depuis le 15 septembre 1938, loutes les fois qu'une promesse était faite aux Juifs d'Amérique à propos de la PaLestine, le Département d'Etnt se hâtait d'envoyer au{X souverains arabes des messages démentant ladite promesse et destinés à les rassurer: quelles que soimt les prom'esses faiTes 1)Ubliquement aux Juifs, rien ne serait fait pour changer la situation en Pale"stine (p. 56). Das Cross Mufti Cette politique de 'sourde duplicité conduit inévitablement à l'utilisation des pires éléments dans l'âpre défense des intérêts La libération de la Chienne de Buchenwald soulève une vague de protestations L'armée américaine d'oc· cupation en Allemagne con· tinue à recevoir une impressionnante quantité de protestations, selon l'aveu même des hauts fonctionnaires, Le « Washington Post)} et A nos fidèles abonnés! La récente hausse des tarifs postaux nous met dans l'impossi- .. bilité de multiplier les avis de fin d'abonneltlent. Par conséqu·ent - et afin d'éviter tout déra ngement à nos amis abonnés - '10us ferons présenter dorénavant, au moment de l'échéance, uné cartere'mboursement par · ra poste s'éle ·vant à la som.me de FRS 235, c'est:à-dire 6 mois d'abonnement, 200 f·rs et les frais postaux, 35 frs. Persuadés que nos amis vou· dront bien réserver le meilleur aCcueil au facteur, nous les remercions à l'avance de leur fidélilé à (1 Droit et Liberté )J. L'ADMINISTRATION. Droit et Liberté Rédaction et admimstration 14, Rue de Paradis, 14 Pari1i xe TéléphOrte:PROV6nce bO-47 90·48 C.C.P . Paria 6()7~98 Tarit d'abonnement 3 mots ........ 100 frs 6 mois ........ 200 frs 1 an .......... 400 frs Etranger : Tarif double. Le gérant:· Ch. OVEZAREK .~ Impr. Centr. du CrOlS8aJJ.t 19, r du Oroissant, Paris-2- P. ROCH'ON, imprimeur le « N ew~Y ork Times }) con· damn"!!nt eux aussi cette ·me· sure de « clémence ». De Paris des protestations sont parvenues de l'Union des Juifs pOlir la Résistance et l' Entr' aide ainsi que de l'Union des Sociétés juives. De son côté l'Association des Anciens Internés et Déportés juifs a déçï"dé d'envoyer à la presse, aux organisations juives représentatives en France et aux U.S,A, ainsi qu'à l'ambassade américaine à Paris ta résolution suivante: « Emue par la mesure de grâce à l'égard d'lise Koch (la chienne de Buchenwald) par les autorités d'occupation américaines en Allemagne, l 'Association des Anciens Dé. portés et Internés juifs élève la protestation la plus énergique et demande au Gouverne. ment américain de ne pas ra· tifier cet1e décision et d'in· f1j~er à lIse KOch le cbâti· ment bien mérité pour les forfaits monstrueux dont elle s'est rendue coupable. )} AUX EDITIONS DU PAVILLON · 32, rue de P.enthièvre. Paris-S" Tê!. ~alzac 02-17 Georges SORIA LA FRANCE DEVIENDRA-T-ELLE UNE COLONIE AMERICAINE? Un volume................ 220 fr, J.B.S. HALDANE Professeur de BIométrIe à l'Unlvt:'rsité de Londres SCIENCE - MARXISME - OUERRE Un volume............... 350 fr. Jean BAUMIER FORCES DE GUERRE DANS LA RUHR Un volume............... 180 fr. ·Le service de vente aux libraires est Msuré en exclusivité par les Editions Hier et Aujourd'hui, 24, rue Racine, Paris, 4'. ODEon 77-95. étroitement compris. C'est ainsi qu'un criminel de guerre comme' Amin el Hû seini, ex-grand Mufti de Jérusalem, son clan et ses agents peuvent impunément continuer l'oeuvre pour laquelle l:t Gestapo les avait engagés en les appointant pendant la guerre. Si les pièces du dossier sont accablantes pour le Mufti, elles le sont bien plus encor.e pour ceux qui lui ont assuré l'impunité et qui le laissent réaliser aujourd 'hui ses ~inistres provocations. Voici deux faits suffisamment significatifs

Ainsi que je devais l'apprendre, l'ancim Mufti de Jérusalem, qui se trouvait aLors à Berlin, fut à même, le 5 juin 1943, d'oMmir du gou'uenzement bulgare dominé par les nazis, qu'il refusât le rachat de quatre mille enfants juifs. Ces en! ants finalemmt fu rent massacrés ( ... ). Le 4 mars 1944, le Alufti mettait le comble à ses exhortations aux Arabes. Le Service d'Ecoute aux Etats-Unis l'entendit dire au mOllde arabe : « Arabes ! Levez-vous comme U11 seul !tomme et combattez pour 110S droits sacrés. Tuez les Juifs partout où vous en trouvez. Vous servirez aif/si Dieu, l' liistoire, la religion. Vous sauverez votre honneu. r. Dieu est avec vous J » (pp. 58. et 59). Bevin et Cie Ce rapl-~l vient utilement placer sous une lumière crue les textes suivants sur la trahison travailliste à l'égard de la cause des Juifs de Palestine : En décembre 1944, le Labour Party avait inscrit à son .programme, au sujet de la Palestine

« Un Foyer national juif ne

peut avoir de sens et représenter un espoir que si nOlis Sommes préParés à l(lisser les Juifs qui le désirent y entrer en nombre suffisant pour cOllstiwer une majorité. Il y avait déjà de puissants arguments en faveur de cette solutioll avant la guerre ; aZ/jourd' hui, après les atrocités indicibouche du député travailliste Thomas Reid. (p. 70). Que dit, entre autres, Thomas Reid? Il 1Ie me semble pas q!J.C la Commission doive attacher trop d'importance à- de vagues résolutions VOlées au cours des c Ingrès travaillistes (p . 71) . A veu précieux, combien de fois confirmé par les faits, et pas seulement en Grande-Bretagne. Cita~t un autre passage de la résol·ution de décembre 1944, Crum conclut : A u cu n orateur sioniste ne s'était jamais exprimé en termes aussi vifs. Et voici qu'à présent un membre travailliste de la Chambre des Communes (Thomas Reid) venait affirmer qu'il fal- · lait interdire aux Juifs l'entrée de la Palestine et qu'un esprit pratique devait cc admettre que le gralld roi guerrier Ibn Séoud valait bim la peine qu'on cultivât SOit amitié D, puisque l'Arabie séoudite est riche en pétrole dont le monde a besoin! (p. 75). Le point d'exclamation qui ponctue cette déclaration cc sociaJi~ t~ li est de Crum, libéral m..odere ..• Sur le Livre blanc Recueillant des déclarations de personnalités anglaises, la Commission entend notamment sir Simon Marks qui se préséntait au nom de la lî'édération sioniste de Grande-Bretagne et d'Irlande : Sir Simon - dortt la générosité en faveur de la Palestine est biell connue - mit en relief le fait que c'est au moment où les Juifs se trouvaient dans le Plus grand désespoir, au mome1tt où il leur fallait fuir les massacres orga~/ïsés par Hizler, que parut le Livre Blanc de 1939 qui leur fermait les portes de la Palestine. Il accusait, en conséquence, le Livre Blanc d'avoir causé la mort de centaines de milliers de J uifs qui auraient pu trouver un refuge en Palestine (p . 79) . Qui est le plus coupable, en effet : le bourreau ou ceux qui livrent ' au bourreau les victimes dont ils entravent systématiquement la protection ? Un ennemi actif de.la France et des Juifs C'est du fameux général sir Edward Spears qu'il s'agit. Rappelons tout d'abord que ce personnage réalisa cette performance d'être à la fois l'ancien président du groupe par.lementaire d'amitié franco-britannique et l'prganisateur dans des conditions ignobles, de i'expulsion des Français de Syrie et du Liban au profit du gang du Colonial Office (je dÏ$ bien : le gang), ainsi que le rappelle sans ménagement Crum luimême p. 82 ùe son livre. . Il faut retenir soigneusement les indications <l0nnées par Crum et sur Spears et sur ses déclarations trop mal connues jusqu'ici : Ce fut le général sir Edward Spears qui se livra ClJn tre les Juifs de Palestine à l'attaque la plus violente qu'il nous ait été . donné d'entendre jusqu'à ce moment. Le général avait été pendant quelque temps un fauteur de troubles dans le Moyen-Orient. Bailu aux élections de 1945, il avait perdu son siège de déPuté conservateur et,. je crus compren4 d;e, était . en relations ave-c le Bureau arabe. En 1942, 1943 et 1944, il avait été délégué britanrlÎque pour la Syrie et le Libal1, mais on l'avait rappelé à la suite de la découverte par la France des intrigues qu'il ourdissait dans le but de cltasser cette . puissance du il! oyen-Orient. n ,l'avait que du mal à dire des Juifs. Ceux-ci étaient le.s agents provo.cateurs qui poussaient les Arabes à des actes de violence. Les Sionistes avaient la tOl/mure d'esprit des nazis. Si un Etat juif était" créé, ses reSsortissants ne seraient pas les amis loyaux de la Grande-Bretagne. Il était (le fait que pendant la deuxième guerre mondiale, l'Angleterre (rvait dû masser des troupes dans le Moyen-Orient afin de prévmir une révolte juive contre la Grande-Bretagne. (Le public s'esclaffa et sir John dut faire ~'ltûques rappels à l'ordre.) S'il nous faut conclure, pour a'ujourd 'hui, nous dirons simplement que la Grande-Bretagne, comme toutes les « démocraties ID dotées de territoires coloniaux est nécessairement fasciste à, l"usage externe. . bles du Plan germal/o-nazi, froidement calculé pour exterminer tous les Juifs d'Europe, ces arguments sont devenus irrésiSTibles, D C'était là ulle promesse t;.ui ne p r êta i t à aucune éqmvoque. Quelle allait être à présent l'atti- . tude des députés travaillistes de- ,----------------------------vant un pareil engagement? Nous eûmes une réPonse partielle de là UNE SEMAINE DE MAIDANEK Dans la I·ég ion de Lublin en Poo. logne vienl cl 'êlre inaugurée" La Semaine de ~laidllnek )l, camp de concenll'UI ion, où plu!) de 3 millions de pm·sonnes de tOllles les nalionalilés onl été exlerminées durant l'occupalion nazie. 30.000 personnes étaient présenles tt l'illl\ugnrnlion de la semoine, Ù Inquelle 1eR ministres polonais de la Juslice et des l3eaux-Arls ont pris la parole pOUl' flouligncl' le martyre des ~lnves, des Jllifs et des autres peuples qni onl romballu pour la liiJel'lé dn monde. Le l'oprésf>ntant du Comité Central drs Juifs rl1 Pologne a rappelé ensuile les persécutions monslnl(>llSefl dont a souffel't le prupte juif sous l'occupalion nazie el le 1"0Ie jOué par la résisInnce juive lors de l'insurrection du ghel.to de Val'sovie et dam: d'aull'es secteurs du maquis polonais. Pour clore _ la manife5tation, une résolulion a été lue, a ffirmant 'que ~1a id:mek est un averlis" ement conlre les forces renaissanteS" du fasCimle. "GRINGOIRE" a reparu c( Rassemblement Ouvrier li, journal du R.P.F. , reproduit .dal}S son numéro de septembre cette caricature antislialit~ de «1'Ass~~tte au B.~.xrell de 1901. .., , f 1 [tw Octobre 1943. - N° H-s_t--------...;....;..----- OROfT srr LIBERTE • En -Allemagne la " Hit/erjugend " avide de revanche découvre déesse du printemps, en déesse des . sCiences transformée occultes et dénonce le sang Juif " .pour faire ·t riompher l'espr~ sur I~ matière " CHASSEZ-LA, c'est une juive ! » 'se sont exclamés deux jeunes gens, Wagner et Scholz, il y a vOlrs d'Allemands et savons nous imposer une moralité scientifique ». l'Union Soviétique. qu'en dit Wagner : Voici ce tal, peut-il ignorer le ' regain de voter à l'O.N.U. une con .. vention efficace contre le gé- - trois semaines, à la Con- « Il y a trop de sang férence Internationale « spiritualiste ». de Londres. juif en Angleterre » C'est ainsi que le monde a ap- T raval'1 1 eurs agn.c 0 1 es en pris l'existence d 'une vaste or- Grande-Bretagne depuis i946, ganisation antisémite prônant . la renaissance du nazisme en Wagner et Scholz se sont fait « La Russie doit être détruite, . sinon elle détruira. Tout le monde doit savoir que le communisme est une invention juive pour la destruction en masse ». d'antisémitisme qu'autorise la politique « occidentale !) ? Après Ostara, après l'acquittement de la éhienne de Buchenwald, lIse Koch, après l'acquittement des magnats d'I. G. Farben et de Schacht, peut-on prendre au sérieux la « volonté anglo-américaine» nocide ? 1 Non, il n'y a pas d'autre planche de salut pour les Juif~ que de se mettre résolum~nt. corps et âmes, du côté des dém9crates, dont la victoire est la seule garantie contre tous· les Ostaras. une opinion « apolitique » sur Allemagne de l'Ouest, avec des ramifications dans divers l'Angleterre: « Mais nous avons de nombreux amis en Angleterre », déclare Wagner en conclusion. Ost ara a été créé dans le r----------:.-------------------~ « Nous avons pu constater, pays et surtout en Angleterre. en Angleterre, l'existence de Cette Ligue a pour nom Os- d ' . tara. Ostara est une ancienne sang juif et· de signes e de- . . sordre mental empoisonnant le déesse germamque du prin-' monde. Les juifs mènent vers temps. Son but, disent les or- l'obscurantisme et la folie. Là ganisat~urs, est de , « recher.- où le spiritualisme n'est pas cher divers phénomenes spin- t'l' d' t' 't d tualistes et d'oeuvrer à la vic- con ro e en vue es 111 ere s e toire de l'esprit sur la matiè- la nation, on est victime d'une re ». Ses dirigeants sont d'an- propagande occulte élaborée ciens prisonniers allemands dans les loges secrètes des « dénazifiés» aux Etats-Unis juifs». et en Angleterre. On apprend En réponse à une question avec stupeur que les élus d'Os- concernant la politique hitlé- tara S.I ègent of.fl.c l.e l1 e ment, d e- rienne, "VIf agner s- e déclara inpuis quelque temps déjà, à une compétent et ajouta : « Hitler Diète allemande. était le pilier de l'AlIémagne tout entière et donna l'impul- . sion spirituelle à tous les bons Allemands, à l'époque du national- socialisme » •. cc Il faut détruire la Russie» Ostara a également une position (( apolitique » envers camp de prisonniers allemands de :beland - Mississipi (Etats-Unis). Chaque membre (ils furent 600) devait jurer fidélité au mouvement avant son retour en AllemagnÇ!. Le Foreign Office prend la défèn'Se d'Ostara Interrogé sur le danger que représente l'existence d'une telle _organisation, un représ~ntant du Foreign Office a déclaré

« Il se peut que ce mouvement soit dangereux, ma.is nous voulons que la paix règne en Allemagne. Nous compromettrions nos buts si nous interdisions cette or ganisatioJZ . Les adhérents d'Ostara ont été élus au Landstag et ont droit de propager leurs idées. » Un Juif, devant une telle déclaration, peut-il se déclarer neutre en face du bloc occiden- Camp de concentration 1948 Les autorités am-éricaines d'occupation en Allemagne ont pris la décision d'in~ terdire a u~ J u ifs des cam p $ de partir vers la Palestine • Sur n 0 t r e ph 0 t 0, un cam p d" Juifs en Alle .. fiI.<gne. CC Simple particulier ~ritannique qui n'engage pas la responsabilité anglaise " GILUJImIm JP>A\<CHA\ ESPÈRE 'QUE L'ASSASSINAT DU COMTE BERNADOTTE AURA , " K~~n;'~~n~::st ::w~:Charlese:l% , DES REPERCUSSIONS DEFAVORABLES POUR LES · JUIFS Lorsque la déléguée Greta Freund, « pure aryenne », exprima à cette Conférence I( innocente » et « apolitique » quelques idées trop « matérialistes » au gré des représentants allemands, Kurt Wagner (24 ans) et Erwin Scholz (28 ans), anciens membres de la I( Kriegsmarine » accusèrent l'oratrice d'être juive, s'indignèrent que cette Autrichienne pût parler au nom des \ Allernands, et exigèrent son expulsion de la salle. Cet incident a valu aux interpellateurs de nombreuses interviews. Ils répondirent avec aisance, « Nous combattons la Juiverie » « Ostara, déclare Wagner, demande à ses membres de lutter contre toutes les formes du matérialisme et notamment contre les communistes et les juifs. » « Avant la guerre, continue Wagner, en Allemagne, il fallait contrôler l'éducation paree que les communistes et les juifs s'en servaient à leurs fins politiques. C'est pourquoi la jeune génération allemande se refuse à collaborer avec « les représentants politico-démocratiques et spiritualisto-communistes ». « Nous sommes apolitiques, mais nous connaissons nos de- UESTIONNE sur l'assassinat du comte Berna- Q dotte, Glubb Pacha a répondu : ({ J'espère qu'il aura des r~percussio"s défavorables sur les Juifs ». . Questionné sur le cas de Glubb Pacha. un porte-parole du Foreign Office a répondu : {( Il va reprendre le commandement de sa Légion ». corda H. Brave Glubb Pacha! In-lassable artisan du progrès et de . la civilisation t Qui donc a pu . dire que les vocations ée perdaient et qu'il. n'y avait plus d'apOt.res sur cette terre? Voyez ce mis ~: ionnaire qui, depuis près de vingt [IDS, des monlagnes du Yemen aux déseds de Transjordanie, de s "ieil1es nlCS de Jérusalem aux puits de pétrole de Mossoul, est un vi\( 1I1t (( Sursum - Allo Gluhb? Intervenez, je compte sur vous, dit Bevin. Le bon Glubb a le sourire. Il n'en e"t pas il 'la première sortie, c'est un vieux de la vieille .. DIGNE rejeton du général Glubb, épécialisé dans' le (mauvais) trait emen t des A.mes primitives de l'Afrique du Sud, John Bagott Glubb exerça d'abord ses talents sur les populations arabes de l'Irak. Il avait bien retel'u les leçons de son maUre Lawrence - corruptions, rm:es et violences en Lous genres. Ce n'est pas pour rien qu'on lui donne en 1026 le tit.re d' {( In specteur' d'administration des désr. rts du Snd ll . Il se met fébrilement au travail, et rêve de dépasser (( les sept Piliers de la Sagesse n. Veillant parlout au s'alut de l' Empire. il apprend , à l'inslar de La wren cc, la langue, les moeurs, les coutumes du pays où il séjourne, mais les AraL es ne marchent pas. Di[ficlle, vraimeni., ce mrticr de Tracts· 8IJtisémites Un nombre important de circulaires antisé mites ont été reçues par de nombreuses personnalités londoniennes. Elles avaient été postées à Fjetermaritzburg (Afrique du Sud) qui, dit.on, doit devenir un nouveau centre de propagande mondiale antisémite. Les circulaires ont été envoyées à des Anglais de professions libérales aifltSi qu'à des '~roupes littéraires par la « Ligue pour le Fair.Play et la décence ». cam:lléofl . Mais au falt, P"'J !'(]uoi ne se convertirait-il pas, comme l'autre? LE voilà 60nc musulman! Une fameuse Iml;ostur e': Uui, mais' c'est pour leur bien, à tous ces (( indigènes n. La presse, la r'id io, tout le pays en parlent. Un beau jour, à la Mosquée de Jérusalem, John Ba· gott Glu bb, déchaux, deyient le Bédou in Abou-Kl1ouneik. Et voilà, le tour est joué . Il s:'agit, en premier lieu, pour Abou-KtlOuneik et "es hommes de maio, de mener un travail de, sape con tce l'Arabie Séoudite, la Syrie et le Liban, qui ne sont pas très chauds' envel's le (( Commonwealth n. Mais le nouveau Bédouin va un "pC'u fort en IraI< el le roi Fayçal, craignant le méconlenlemerit du peuple. demaode au Foreign or(jee d'éloigner son agent. Il est alors envoyé en Transjordanie pour rétaJjI il' (1 t'ès clas~ iql!ernenl) l'ordl'e el soutenir Abdnllal!. Tout en faisanl son tt'antil, il !"'arange pour donner: de (( l'Emil' II el du (( TIoi ". à la marionnC'tlc d'Ammam, (]u i lui i'e-. vaut ç'a en lui envoya lit du (( générat n, pui>: du (( pacha ll, le toul sur un air de L(imlJourin. G LUr.B Pacha habile une sombre villa sur les hauteurs de la cap itale transjordanienne. C'est là que se réunit un Etat-Majol' qui trame de mauvais coups conlre les Arabes' et les Juifs. ' Et a lOl"s, fini de rire. Le bonhomme devient Ilideux - et san~ glant. Le crime n'est-il p~s une ll\éLhode de gouvernemem? Plusieurs assass inats, tel que celui de l'Ymen Yahia, pOrlent la marque du faux Pacha. Bien entendu, Londres ne veut pas le savoir. ou bien annoncé que Glubb, (( simple particulier, britannique n n'engage pus la. )'esponsubi l i lé anglaise. Qui le travailliste Bevin croit-. il pouvoir tromper encore? . A.près la pénétrai ion de ses' bornrne5 en Palestine, en violation dil'ce te de la déc ision de l'O.N.U., Glu!.>b Pacha se prépti.re à rep.I'C'ndre du service. Mais les plaisanl el'ie5' les plu!;.' cou l'tes sont les meilleures. On ne se moque pas impunément des peuples. LISEZ chaq.ue .s.e maine rlNClEPEliOAHCE FRA~Cll5E Ses échos, sa tribune polItique, ses grandes enquêtes, ses pages littéraires et sociales, ses nouvelles ... TOUS LES MERCREDIS 16 pages illustrées En \'ente partout ...• 15 francs Le célèbre Restaurant SIM 0 N 13, rue Notre-Dame-de-Nazareth, PARIS souhaite une bonne année ~ tous ses clients et. amis ,r J 4 DROIT CT LIBERTE :J er Octobre :1948. - No 13 -8-') Bilan économique de l'ancienne Palestine PALESTINE POTASH, MONOCULTURE du citron et chapeaux hauts de forme APPEL AUX SOLDATS ARABES LE TRACT SUIVANT NOUS PARVIENT AVEC UN RETARD DE 2 MOIS. IL EMANE DE LA LIGUE ARABE POUR LA LIBERATION NATIONALE DE LA PALESTINE. Frères soldats! I I fut un temps où les Anglais tentaient encore de faire accroire que leur présence en Palestine se justifiait par des raisons morales : nécessité de « favoriser » la création du Foyer national juif, devoir d'arbitrage entre Juifs et Arabes pour faire régner la paix en Terre Sainte, et autres pieuses hypocrisies. Bien entendu, une étude, même élémentaire, des réalités de la Palestine soumise au mandat révélait un aspect beaucoup moins séduisant, tout empreint de « matérialisme sordide ». Nous étions en présence du type même de l'exQloitation coloniale. L'héritage, aujourd'hui. n'est pas léger. Il ne sera pas' inutile de se livrer à une rapide rétrospective économique pour mieux voir d'où sort la Palestine, et mieux comprendre ce qui est en train de s'y passer. Une économie dépen,dante COMME il est normal dans toute politique impérialiste, la présence (I.e l'Angleterre répondait (J'abord à des objectifs stratégiques. En 1916, le Foreign OfJice apprenait que Guillaume II avait l'intention de promettre la ,Palestine aux luifs. Le Gouvernement britannique, en publiant la déclaration Balfour, devança l'emperetir et s'assura par là même l'appui de capitalistes j'uifs américains intéressés au pétrole et à la route des Indes. Tour bien joué mais qui, dans l'esprit de ses auteurs, _devait aussi rapporter beaucoup d'argent. En premier lieu, la Palestine libérée des Turcs devait constituer un débouché pour l'industrie britannique. Toujours « fair play >l, le gouvernement de la Métropole se con forma à l'article 18 du mandat interdisant toute politique des douanes dans le pays. les matiè(es premières importantes, comme le pétrole, à des taxes fort élevées. Tout,es méthodes qui n'avaient rie n d'original, puisqu'elles étaient « monnaie, courante » dans les pays coloniaux et dépendants. Pêches de Califo·rnie et hauts de forme CEPENDANT, la deuxième guerre mondiale de- vait apporter des changements notables dans cette politique de malthusianisme. Deux causes principales : la Palestine se trouvait dès lors partiellement coupée de sa cc métropole >l, et la lutte contre Vichv en Syrie et R.ommel en Egypte PAR ,Henri NID E R 1 exigeait une sérieuse mobilisation industrielle. On vit donc se développer la métallurgie et le textile. et la classe ouvrière s'accrut du double. Evidemment, cet essor économique et social ne laissa pas de causer certaines inquiétudes aux impérialistes. Ils 5 'employèrent à le restreindre, fût-ce au détriment de l'effort de guerre allié. Des commissions anglaises qui n'accordaient' pa$ de licences d'importation pour les ':>iens d'éqùipement industriels, se montraient très généreuses dès fa, pendant plusieurs mois : situation qui ne manqua de provoquer une pénurie artificielle favorabl,e aux spéculateurs. Toute celte politique de ra-, pine et de misère n'était certes pas du goût de la population laborieuse. C'est pour cette raison que la 'haute administration britannique de Palestine enleva le droit de vote aux non-possédants. Qu'on songe qu'à Jérusalem, sur 70.000 adultes, 7.000 seulement avaient le droit d'élire des conseillers m\lnicipaux. Afin de combattre la résistance. du peuple à l'arbitraire, la plllssance mandataire consacra 33 % de son budget à l'entretien de forces de répression. S'il y avait un policier pour 652 habitants en Angleterre, il y en avait un pour 18 en Terre Promise en 1947. Cette superstructure mérite, d'ailleurs, une analyse détaillée, que nous nous efforcerons de faire dans un prochain article. Aujourd'hui, l'héroïque effort de la Haganah et· l'aide des forces démocratiques ont fini par débarrasser le pays de la sangsue coloniale. Et cette victoire nationale, remportée sur l'impérialisme étranger, est aussi une victoire des peuples malais, nègres et même arabes gémissant sous le joug. Mais la lutte n'est pas terminée, la finance anglaise garde encore des sympathies en Palestine et le faux oncle d'Amérique est prêt à prendre la relève de la livre sterling. Ne parle-t-on pas déjà d'une' sorte d'application du Plan Marshall à Israël? Pou'r conjurer ces menaces, l'union cie tous les Juifs groupés dans le camp des peuples libres s'impose plus que jamais. Dans quel but vos gouvernements vous envoient-ils vous faire tuér sur les champs de bataille de Palestine? Est-ce réellement pour la libération de la Palestine. comme ces gouvernements réacticnnaires le prétendent? Pourquoi ces gouvernements réactionnaires ne_vous ont-ils pas permis de libérer l'Egypte. le Soudan, la Transjordar;lie. l'Irak et le Liban des forces d'occupation britanniques? Ne sont-ce pas ces gouvernements qui, de tout temps, ont donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les travailleurs, sur les étudiants. sur le peuple lorsqu'il demandait la liberté et réclamait l'évacuation ? N'avez-vous pas des centaines de victimes, fils natifs de J'I'rak et du Soudan tom_bés en mamfestant contre l'occupant. ' Qui accapare les ressources de l'Egypte et du monde arabe tout entier? Qui met la main sur l'huile, le coton, l'or, les dattes et les autres produits de l'Egypte et du monde arabe? Qui donc, si ce n'est l'impérialiste anglais, l'impérialiste américain? Pendant trente ans, les Anglais opprimèrènt la Palestine. Pourquoi les gouvernements des pays arabes ne pensèrent-ils pas à vous envoyer libérer la Palestine avant le J 5 mai et non aussitôt après la fin du mandat britannique? Pour ces gouvernements réactionnaires, le problème n'est pas de libérer la Palestine. C'est avant tout de réaliser les plans qui visent à empêcher l'indépendance palestinienne qui a été accordée par l'O.N.U. Ce n'est rien d'autre qu· un effort pour annexer la partie arabe de la Palestine au royaume d'Abdullah. agent des impérialistes anglais. Frères soldats! La liberté de la Palestine ne sera gagnée que dans un commun combat des peuples juif et arabe. Elle ne sera pas gagnée d,ms une mutuelle extermination. ' Vos gouvernements persécutent les travailleurs, les paysan!, les étudiants. le. hommes épris de liberté. Maintenant, ils se sont armés, ils ont proclamé la loi martiale; ils ont transformé vos pays en un véritable ènfer de terreur et de famine intolérable. Frères soldats ! Votre présence en Palestine ne sert que les impérialistes et les réactionnaires. Libérez l'Egypte et le monde arabe du joug de l'impérialisme et de ses valets ! ' Longue' vie à la solidaùé de l'Egypte et des autres peuples arabes dans leur commun combat contre l'impérialiste anglo-américain 1 Pour la libération et l'indépendance! Pour l'établissement de gouvernements démocratiques des peuples! , Longue vie, libeflé et indépendance à la Palestine! Ligue pour la Libération Nationale de la palestine. Ainsi, les industriels de Londres ou de Manchester, libres d'inonder le marché palestinien de leurs marchandises, renclirent di Uicile, sinon impossible, le développement d'une industrie nationale. Il est vrai qu'ils furent imités il partir de 1933 par des capitalistes allemands et japonais. D'où! un·e ccrtaine conCUrrence, limitée d'ailleurs par l'existence de cartels internationaux. qu'il s'agissait de bas nylon ou r------------------------------------------ « Monnaie courante » L A seule industrie importante, avec quelques secteurs secondaires, appartQnait aux monopoles britanniques

c'est ainsi que la Palestine

Potash Company exportait - la potasse de la Mer Morte, en jouissant de privilèges d'exterritorialité. De même, les culonialistes s'.efforçaient d'orienter l'agriculture dans un sens exclusivement favorable à leurs intérêts financiers. Ils s'opposaient à la polyculture parce qu'en éYitant les importations alimentaires coûteuses elle aurait permis aux Palestini{'ns de se nourrir mieux et moins cher. On favorisa sur~ tout la monoculture du citron t.out en refusant le moindre crédit aux travaux d'irrigation des cc H;lIoutzim ". D'une manière g~nérale, la puissance mandataire sabota l'effort de construction juif. Tandis qu'e1Je favorisait la vente de l'alcool, e1Je soumettait de pommes de Ca li f ornie, évide 111m e n t indispensables à l'écrasement du fascisme ... D'autre part,_ en vertu de ses obligations impériales, la Palestine faisait partie du bloc sterling. Toute quantité de cloHars gagnée par exportation de marchandises en Amérique devait êtr~ versée à un fonds commun à Londres. La C'ity, moyennant ces devises, en complicité avec \-Vall-Street. gratifiait les Juifs de pêches de Californie ou ... de chapeaux hauts de forme, comme venaient d'en recevoir les Transjordaniens t r ans formés tout à coup en parfaits gentlemen ! Superstructure adéquate NON content·e de gêner , ainsi le commerce extérieur, l'Angleterre tenta de le couler complètement par l'inflation. Les grains achetés par les Juifs dans le MoyenOrient devaicnt être payés deux fois plus cher que les grains en provenance du Canada. Double bénéfice pour les capitalistes anglais et juifs de Palestine et les propriétaires féodaux a,rabes ! En même temps, les Anglais poussaient li la hausse des prix de la viande, des engrais, de la margarine, etc. C'est ainsi que des bateaux chargés d(' kopra l'estèrent, en plein conflit, au lalge de Haïf- A tous nos clients, amis et c~nno issonces les meilleurs voeux pour la nouvelle ann~e LE SCHONOH TAUWOH Restaurant CHE Z MA M MY 22, avenue Montaigne - PARIS ce:èbre POur ses spéCialités ju'ives UNE INTERVIEW DE .. DROiT ET LIBERTÉ" par Raph FEIGELSON l' AB BEP L OJ H A R SOUh8~!e de SOlitleS, relaiions e.Dfre Israel ef la Tcheto:ilovaqlne . Nos lect~urs n'ont san~ ~ou~e pas oublié le différend qui opposa l'abbé Plojhar et le Vatican au sUjet de sa participation au Gouvernement tchécoslovaque. . A ce prê.tre catholique, a.nci;n. déporté de Buchenwald et homme d'Etat d'une République populaire, nous avons Juge Interessant de poser quelques questions sur le problème palestinien. C'~~t avec bonne grâce qu 'i~ nous a r~P?n du et ses déclarations dépassent la simple prise de position pour acccuser les pUIssances spmtu elles' et temporelles dont la feillte sollicitude co~vrc une complicité passive. QUESTION. - Comment les catholiques de votre pays ont-ils accueilli la naissance de l'Etat d'Israël? Réponse. - La nation tChèque, catholique pour 80 rio de sa popUlation, a souffert pendant longtemps de l'oppr&sion allemande. C'est pourquoi les Tchèques comprennent que leur liberté et leur indépendance nationale sont liées à la liberté et à l'indépendance des autres nations. En Bohême, où le nazisme et l'antisémitisme étalent l'ennemi commun, la lutte et la souffrance commune dans les camps de concentration ont forgé cette unanimité démocratique qui se manifeste, entre autres, par 18. sympathie à l'égard de la naissance d'un état indépendant d'Israël. QUESTION. - Que pensez-vous du conflit judéo.arabe et à qui en incombent les responsabilités ? RépOlfLse. - Je suppose que les responsabilités n'incombent, ni aux Juifs ni aux Ara'bes qui ont vécu pendant de longues années en paIx et en bonne amitié. Ce sont le:; puissances anonymes du monde capitaliste qui en sont respo~sables parce qu'elles tirent profit d'un tourbIllon qUI provoque la haine et l'antipathie entre deux peuples. QUESTION. - QueUe est la position de votre .gouvernement sur les événements de Pal~sttne et que pensez-vous de cette position ? Reponse. - La position du Gouvernement Te~ecoslovaque s'est manifestée par la reconnaIssance de l'Etat d'Israël et je ne puis qu'approuver cette décision. QUESTION. - Croyez-,'ous possible une entente judéo-arabe et Sur quelles bases ? A R,é1?onse. - Je suis persuadé que de chaque coté Il y a suffisamment de bonne volonté pour que JUIfs et Arabes puissent arriver à une entente. Mais cet accord est conditionné par des concessions de part et d'autre. QUESTION. - Comment voyez·vous les perspectiyes d'avenir du nouvel Etat? Réponse, - Dès que la situation sera deven. ue l}ormale, c~ est-à-dire lorsqu'aura cessé la t~mpete, des .. com~ats, je SUIs persuadé que 1 Eta t d Isr.ael affIrmera l'égalité des ctroits entr.e ses cltoyens et s'attachera à la grande famIlle des Etats démocratiques IXlpulaires. ~'espèrent. que s'établiront dans l'avenir de solides r~.latlOns commerciales entre notre pays et Israel. QUESTION. - Y a·t-il de l'antisémitisme dans .,·.tre pays ~t. quelle est la position du clerge enyers les JUIfs Tchécoslovaques? Réponse. - Il n'y a jamais eu en vérité, d'antisémitisme organisé dans notre pays. Nous étions épargllés de tous pogromes et autres mamfestations d'antisémitisme courants dans d'autres pays. ' Si quelquefois, une c~rtaine animosité s'est manifestée contre certal~~ juifs, c'était seulement une réaction conlrp. la germanisation qu'ils représentaient. Mais Ip.s souffranees communes pendant la guerre F!t l'orientation progressiste des juifs après la guerre - qui les identifiait au peuple ~ a sUDprimé toute possibilité d'animosité. Jamais il n'y a eu d'antisémitisme pour cause religieuse. Le Clergé - je ne parle pas d.es prêtres en général, ma1s de mon expéIlence personnelle - était et reste toujours très tolérant. Ir Octobre 1948. - N° J3-81--------------- DROIT ET LIBERTE , , ........... ,. ......... . DES BRETONS .. ........... . ............ . PAilLANT d'un quidam, quelqu'un, qui l'étllit aussi, déclara : par Joseph MILLNER Au lieu qu'une bande veille à l'observation du couvre-feu dans les sombres ruelles ou les Juifs nantaLS se trouvent confinés en 1230, ce sont des gendarmes juifs qui traquent les délinquants juifs qui s'aventurent dehors passée l'heure. L'on s'achemine ainsi vers les violences antisémites de 1235 que dépeint Michel Grimard dans ses « Annales Nantaises '>. Et la tentatIve de pogrome prend la forme d'une Croisade contre les « financiers ». Encore un Breton. Et de cligner de l' oeil. Parce que le Breton s'appelait Bloch ou Weissenbaum. Vous vous souvenez? Pendant la guerre, pour éviter le nom fatidique de Juif - nous étions assez tamponnés comme ça - il nous arriva de convenir que dans la conversation tout se passerait comme si les ancêtres avaient habité la patrie de Du Gu,esclin, Georges de La F ouchardière qui, en bon antimilitariste, cuisinait ses « hors-d' oeuvre » sous la protection de la Wehrmacht, et en bon anarchiste enjoignait à la police parisienne de veiller à ce que tous les chiens portassent une muselière et tous les juifs une étoile jaune, avait déjà ironisé en 1930 sur une « Association des Bretons de l~aris » où l'on ne r,encontrait, disait· il, que des Lévy. Kahn et autres Meyer rêvant aux douceurs du Plougastel natal. Car amsi procédait, avant de tremper sa plume dans l'encrier de Marcel Déat, ce chroniqueur antisémite en apparence si peu ·conformiste : par insinuations malveillantes - en ricanant, comme un vulgaire rédacteur « de Gringoire ». Eh bIen, si du Guesclin n'était p.as 'Juif, la gouvernante à qui le jeune guerrier fut en grande partie redevable de sa cardère avait des origines incontestable~ ment ... bretonnes Etait-ce une Bretonne unique en son g'enre ? Non, et il s'en faut de beaucoup ! YSRAEL? L'existence d'une « colonie sémitique » en Bretagne remonte à une époque fort lointame

Edouard Drumont luimême

le reconnaît, qui prétend que les Juifs ne peuvent arguer d'un vieux titre d'habitation en France. On se demande encore si la fameuse légende de la ville d'YS recouvre une réalité historique. Le lecteur crierait à la galéjade si nous disions qu'il faut y VOIr une ville d'YSraël, ~ mais n'estil pas étrange que le roi d'Ys s'entoure d'un luxe tout oriental et s'appelle Salomon ? Devant ces fontaines ombragées d'un fig'uier biblique qu'évoque la mythologie bretonne, ce n'est pas un poète, maïs un historljln qui songe à Siloë, la piscine de Jérusalem, Ces analogies ne sont pas si surprenantes. D'autres notent une ressemblance très nette en,... tre la hache symbolique des monuments égyptiens et les signes sculptés dans les grottes de Gavr'inis (Morhiban). Sans vouloir remonter au déluge, l'on indiquera que les évêques bretons réuDIs en Concile à Vannes en l'an 465 interdirent au clergé de conserver de bonnes relations avec les tasSassins - évidemment, ô Jules Isaa.c - de Notre Seigneur. A cette époque, souligne Gross dans sa Gallia JudaÏca, les Juifs vannetais ne subissaient aucune discrimmation politique ou religieuse. UN REÇU Sept siècles plus tard', la « Britania Zeira » - forme hébraïque de la II: Britanià minor :. - devint ' prospère au point de ne plUS pouvoir contenir tous ses JUIfs. Or un certain nombre, chose courante dans les conditions de la vie féodale, étaient prêteurs sur gages - d'aucuns disent : usuriers, mais alors il convient de préciser le contenu 'économique et social du mot. Ainsi, en avril 1209, le prieur d'un VIllage breton prête cinquante livres à un sien parent pour lui permettre de « s'acquitter vers un Juif '>. Un curieux ' document, enregistré sous le N° 133 aux archives départementales de la LoireInférieure, révèle le contrat conclu entre Un certain .roffri, déIbiteur, et les n.ommés PiIlhas ben Yon Tov et Yehuda ben Samuel, créanciers. Le re~u signê par Pinhas et Yehuda èst bilingue comme il arrive souvent (latin-hébreu). Il date de 1234, a été rédigé en présence de deux témoins, Aaron de Segré' et Jacob de Nantes, et porte la griffe du « Sénéchal des Juifs '>, magistrat qui répondait de ses co ·réligionnaires. ORDONNANCE DUCALE Il reste qu'en chassant hors du territoire mon créancier, je puis éteindre ma dette. La méthode est bien cünnue. A la fin du XIIIe Siècle, le duc de Bretagne Jean Le Roux, l'utilisa en promulguant une ordonnance ad hoc, qui stipulaIt par ailleurs que le Chrétien impliqué dans l'assas,sinat d'un JUIf ne saurait en tout état de cause, être poursuivi. Parce que les peuples veulent vivre libres, ... GRECE - En dépit des « conseillers mill1aires )) envoyés en toute hate de 1 Washington, les troupes monarcho-fascisfes continuent à subir de graves revers sur tous les fronts. En Macédoine, leurs lignes oni été , percées par les partisans du Général Markos qui ont pris un imporJant butin et capturé Je nombreux prisonniers. - Pendant ce temps, le Gouvernement d'A thènes. impuissant à briser la résistance des patriotes, continue à faire régner la terreur : en moins de d;x jours, quatre - vingt - sept palrioles, ont été fusillés. ESPAGNE A Séville, trois commerçants soupçonnés d'aVoir donné asile duranl une nuil à des militants républicains ont élé I( invités à se présenler COITIÔ/Ie témoins au COI"mis$artat Cenlral de PoUce )). Leurs familles 01'11 été ai.'isJes le IJurlendemain qu'ils etaient tous les lrois « morls J'un arr~t du coeur au cours de leur audition )) ... PORTUGAL - Trois jours après une démarche effectuée par un conseiller de /' ambassade franquiste aüi,)r~s du Minislre de l'Intérieur, dix-sept républicains espa- LA CORÉE MARTYRE Tandis que l'U.R.S.S. décidait d'évacuer la Corée du Nord et de répondre ainsi au voeu exprimé par l'Assemblée Nationale Coréenne, les U.S.A. au contraire annonçaient qu'ils avaient l'intention de renforcer leurs troupes d'occupation en Corée du Sud. Ces deux nouvelles simultanées n'ont pas manquè de provoquer de vifs remous à travers tout le pays : et déjà, depuis les régions du Sud, de nombreulL Coréens cherchent à gagner la Province du Nord où ils espèrent échapper à l'oppression américaine. Ce mouvement d'émigration, amorcé depuis trois ans, alors même que les armées soviétiques occupaient encore le Nord. a pris ces jours-ci des proporttons telles que le commandement américain a cru devoir ordonner à ses troupes de tirer sans sommation sur tout civil qUI serait aperçu essayant dt; franchir la ligne de démarcation entre le~ deux z;'nes. Un tel exode s'explique : En effet, les « hbél ateurs américains il n'ont rien fait d'autre en 1945 que de se substituer aux Japonais qui occupaient le pays depuis 1904; bien plus, ne se contentant pas de conserver à leurs postes les anciens collaborateurs et de maintenir les privilèges des gros propriétaIres, ils se sont acharnés à détruire tous les mouvements démocratiques. Pour y arriver, le G énéral américain Hodge réorganisa et arma les groupements terroriste~ d'extrêmedroite

~ussitôt, une vague de terreur déferla à travers

le pays. Le leader du parti socialiste fut assassiné en 1947; et $a mort fut le SIgnaI d'une recrudescence de meurtres : on estime qu' en d~ux ans, douze mille militant5 démocratiques ont été abatlu~. De son côté, la police américaine ne restait pas inactive : aujourd'hui, tous les chefs syndicalistes ~ont en prison ou vIvent dans la clandestinité; les com.munistes sont traqués - et, quand ils sont pris, pendus après un simulacre de jugement; les opposants libéraux et modérés subissent bien souvent le même 50rt. Mais, comme ('a dit le Général Hodge au cours d'un récent discours, la démocratie américaine règne désormai~ il travers toute la Corée du Sud ... o 44 MONTRE SUISSE A RUBIS. F L ~ OU 6ARÇONNtT F' 44 O~RÇONNET . rallEnt ANCAl I~ RUBIS A 4-lt- FlLUTTl,DAM[ . VEAREOPTlOU[ o ~4 "O ...... [.TROTT[U$~ CENTRALE gnols réfugiés au _Portugal se sont vu notifier leur .arrêt d'expulsion : s'ils n'ont pas quitté le pays dans la quinzaine, ils sero~t reconduits... à la frontière espagnole naturellement 1 CHINE - L'Armée Populaire Chinoi3~ .:ontinua à poursuivre l~s troupes de Tchang Ka; Chek en déroute

elles ont pénétré

dans Tsi-Nan, capitale de la Province du ChanTung. INDES NEERLANDAISES - Bien- que les « f~tes )) du couronn€:menl de la Reine Juliar.a soient ferminées, les militants s))ndicaux arrêtés préventivement à cette occasion n'ont pas été libérés: cent cinquante rie lwr., camarades sonl I,~me veOOs les rejoindre en prison . BIRMANl~: Poursuivant leUi avance le long de la Teule Mandalay-Rangoon , lcs partisans se soni clI:parés de plusieurs ag gloméralions dans lesquelles il~ ont dénombré un imporlant butin : de$ sto-:ks britanniques d'armes et de munitions abandonnés inlac/ s. SAMEDI 6 NOVEMBRE Et Jean-le-Roux jura devant Dieu que sa fam1lle et ses arrière - petits - neveux appliqueraIent à la lettre, sans la rapporter jamais, son ordonnar.ce d'expulsion et de provocation au meurtre. Il faut croire que les Bretons ne partageaient pas cet anti&émitisme ducal pUisque vers 1300 nous trouvons des communautés bretonnantes dans plusieurs villes, n.otamment :l Ancenis, qui possède encore de nos jours, sa « Rue des Juifs '>, et à Segré, qUi a donné son nom à une illustre famille qUI émigra ,par la suite en Ital.ie . CHAPEAU 1 Quant à la petite ville de Clisson, connue des touristes pour son vieux château, elle se nommait « Calzon » dans la littérature hébraïque et devint un centre culturel riche de célébri- . tés : c'est là que l'un des plus importants rabbins de l'époque, Joseph ben Baruch, rêva de l'An Prochain à Jérusalem - où n se rendIt d'ailleurs avec plusieurs collègues -, que le poète Joseph ben Saba taï chercha 'l'inspiration et que Meïr Galzon se livra à une minutieuse exégèse des Ecritures. Plus tard, paraît-il, nos Bretons furent soumis, comme en d'autres régions, au port obligatoire d'un chapeau distinctif. Mais peu à peu, le caractère mfâmant de cette coutume s'estompa jusqu'à disparaître, et nous pouvons chanter sans, bien entendu, garantir la forme de l'attribut Ils ont des cha.peaux ronds Vive la Bretagne Ils ont des chapeaux ronds Vivent les Bretons ! . bES FINANCIERS ... C'est à Nantes qui dès' le XIII" Siècle, compta le plus grand nombre de Judéo-Bretons. Ils jouissaient d'une certaine autlonomie administrative possédant, outre une très grande synagogue, leur propre tribunal et leur propre police. Seulement, cette pOlIce était à peu près fondée sur ' les mêmes principes que la police des gnettos de Hitler ou de certains camps de répression coloniale, par exemple. Les persécuteurs, espérant que la besogne sera faite, laissent parfois aux persécutés le soin d'organiser leur propre persécution. ... LES SAVETIERS Mais il Y avait aussi les save. tiers juifs, En se camouflant, ils réussirent à échapper aux diverses mesures d'expulsion. Cordonpiers ou fabricants de sabots, ils continuèrent à vivre dans de modestes échoppes, et leurs enfants prirent ia succe;:sion. Au XV" Siècle, on appelait ces crypto-Bretons « Les Caqueux ». Cependant, la confiance ne régnait pas. Accusés par les mauvaises langues d'avoir des origtnes douteuses et de pratiquer clande3tinement la loi de Moïse, les « Caqueux » parais'saient bien suspects, Dès qU'Ils s'avisaient d'outrepasser les droits d'un groupe tenu en quarantaine, on ieur répondait, à nnstar du peintre antique : Cordonnier, pas plus haut que la chaussure ! Ains'i naIt l'esprit de ghetto. Bien plus heureux furent les Juifs espagnols et portugais que Nantes accueIllit au moment de l'Inquisition, Ils y vécurent sans histoires notables pendant tout le XVIe Siècle. Mais sait-on que Spinoza aurait pu être Frnçais si son grand-père, Abraham, n 'avait été contraint de quitter la ville le 17 novembre 1603 ? Bientôt, Loms XIII chassait les Juifs de Nantes « 'pour toujours '>. Pourtant, il en arriva de Bordeaux en 1774 et l'autorité municipale les considéra avec bienveillance, s'empressant même d'accorder un « permis de transfert » à une famille juive bordelaise, du nom de ... Durand, qui voUlait inhumer un de ses membres. à Nantes. C'était l'époque où déjà s'amorçait la RévolutIOn et bouillonnaient les idées progressives. En 1789, le «Journal de la Correspond.ance de Nantes :. plaide en faveur des Juifs. Deux ans plUs tard, les députés bretons à l'Assemblée nationale vote l'émancipation civile. Exclu du droit de vote pour ~aits de résistance M BRUYNEEL, député P.R.L: et sous-secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil, a déclaré en mai 1946, au cours d'une • réunion publique : « ~s camps de concentration allemands nous ont débarrassés de la vermine. » li est bon, de temps en temps, de ramasser une citation de ce genre et de l'enchâsser pour qu'on s'en souvienne. Peu nombreux sont ceux qui en sont revenus, de la « vermine », n'en déplaise a';x nazis et aux hommes de Vichy de tout acabit, de plus en plus alfogants parce qu'impunis. M. Léopold Rabinovitch, né le 6 janvier 1922 à Paris, militant de la Résistance, fut condamné le 23 novembre 1943, par la section spéciale de 'Lyon, tribunal exceptionnel créé par Pétain et glo rifié par Charles Maurras, à dix ans de réclusion. Nature du « crime » : « Coups et blessures volontaires à un agent de la force publique dans l'exercice de ses fonctions et dans le but de subversion nationale et sociale. » Il fut déporté' dans des camps d'extermination nazis et rapatrié malade, comme ses autres compagnons d'épreuve, en 1945, Pouvait-on tolérer pareille audace 1 On s'en croyait débarrassé. Il a osé revenir. Aussi le 29 juin 1948, il fut convoqué à la mairie du vingtième arrondissement de Paris, pOUr ap·prendre que le Préfet de la Seine l'avait tait radier des listes électorales, après consultation de son casier judiciaire ! Ainsi, ce « bandit lI. ce « terroriste » qui a osé vivre dans l'illégalité, est écarté de la consultation électorale. Quelle confiance, en effet, accorder à des hommes qui ont osé braver pendant longtemps les lois et les règlements du gouvernement Pétain P Ne pas tenir compte des injonctions de Pierre Laval, pyocéder à la constitution de stocks d'armes, exécuter des sabotages et même vivre avec des faux papiers, voilà qui est grave 1... Ce sont, sans nul doute, des individus dangereux, à écarter définitivement ! Les bourreaux, eux, doivent avoir droit aux égards ... Sur l'ordre de James Forrestal, secrétaire américain à la euerre, le général Clay, gouverneur américain en AI~emagne, vient de gracier la torHollnaire lise 'Koch, la « chienne du ca'mp de Buchenwald », et a fait également réduire les peines de douze autres criminels de guerre qui opéraient dans le même camp. Que les rescapés des camps de la mort méditent sur ce retour d. traihes. II- est grand temps de mettre fin à leur imposture grandissante. Joseph-André BASS. , . , ........ 5&,. . _ Daladier, Hitler et Chamberlain à Munich ~ L y a dix ans, le 29 septembre 1938, MM. Edouard Daladier et Neville Chamberlain signaient avec Hitler et Mussolini les accords de Munich. Le surlendemain 10r octobre, M. Léon Blum écrivait dans « Le Popu- , laire » : « La guerre est écartée, le fléau s'éloigne. La vie est redevenue naturelle. On peut reprendre son travail et 'retrouver 80n sommeil. On peut jeun de la beauté d'un soleil d'automne. » On pouvait déjà jouir de la beauté d'un soleil d'automne à Dachau et à Buchenwald. Deux mois plus tard, tandis que 216 antifascistes venaient d'être assassinés dans ces camps de concentration, Ribbentrop ' débarquait à Paris en compagnie d'Otto Abetz pour apposer sa signatuI"e à côté de celle de Georges Bonnet sur la déclar:r- • tion franco-allemande en date du 6 décembre. Par ce texte - banal chiffon de "apier dans la mesure où il prétendait garantir notre frontière sur le Rhin - les Munichois, outrë la délivrance d'un certificat de bonne conduite aux dirigeants nazis à l'heure où les prem iers grands pogromes d'Allemagne avaient 'accru les alarmes de l'opinion mondiale, confinllaient leur vive satisfaction antisoviétique de voir Hitler sans entraves dans sa' Marche à l't-=St. En parfait gentleman raciste, le commisvoyageur du Ill' Reich offrit alors un dÎner oflï'ciel ;1 tous les ministres français sauf deux: Jean Zay et Georges Mandel. Comme un seul homme, la clique de M. Daladier accepta l'invitation. Détail bien secondaire dans la tragique avalanche d'événements que nous avons connue? Sans doute. M"lis signe édifiant, sans précédent dans les annales de là République, d'une certaine dégradation des dirigeants. Avant-goCtt, au lendemain même du voyage de notl-e pèlerin de la paix, des ultimes conséquence_s d'une politique qui s'enfopce dans la trahison : d'abord concède, ensuite abandonne, finaJelttlent capitule. De la réception de Ribbentrop à l'effroyable nssassinat de Jean Zay par la Milice" il Y a une Ijgne continue.

  • Si des millions d'êtres humains devaient

périr dans un crématoire, c'est parce que la route d'Auschwitz passait par Munich. Sachons du moins en tirer une leçon aujourd'hui. Lorsqu'un mauvais coup se trame contre la liberté, comprenons l'ampleur de l'enjeu et par conséqucnt ne nous abstenons pas. Si je me contente de jouir de la beauté du soleil en automne 1938, je riS<]uc de ne plus pouvoir du tout jouir du soleil en automne 1942. Et moi, je chanterais une rengaine à la mode du Poste-Parisien? c( Amusez-vous, Faites les fous, Foutez-vous d'tout, La vie passera comme un rêve 1 " Qui me dit que je peux rêver, que je peux retrouver le sommeil? Précisément. tous ces « marchands de sommeil » dont parle le philosophe Alain. Ils dispensent en toutes occasions toutes sortes de somnifères.

  • Ainsi, demandez-leur d'où vient que la

grande espérance des combattants de 14 qui voulaient que ce fCtt la « der d~ ders », ait été si cruellement piétinée? Pourquoiles traités déchirés, pourquoi Hitler, pourquoi le deuxième conflit, pourquoi les hécatombes? Sous cette forme, la question peut paraître naïvement brutale, elle ne s'en pose pas moins et elle ne manque pas d'actualité. Le temps n'est plus où Je doigt de Dieu suffisait il expliguer tout et le reste, mais les contes à dormit· se renouvellent et vont leur chemin; des nuages, des rideaux de fumées se forment qui nous dissimulent le réel. Récen.ment, un de ces redoutables pédants qui sévissent ~t cet-taines conférences de l'UNESCO commençait son élucubration p;lr ces 1Il0ts : « La guerre ne peut naître d'abord que dans l'esprit des hommes ... » Comme on peut s'en rendl-e compte chaque jour, le St;lt Departmerit a également son ;lvis lù-c1essus: pour lui, la guerre ne peut naître d'abord que Jans les dangereuses circonvolutions cérébrales de Staline et dès membres du Politburo. En 1934, saisis par la poussée du fas- DROIT ET LIBERTE' -------------------________________________________ _ La roule d'Ause ilz • p 5 al cisme en Europe, des théoriciens soci;luxdémocrates admirent conlll1e possible que ]a dictature terroriste des monopoles fût un aspect de la marclle providentielle de J'humanité vel-s le progrès! Et l'on connaît cette théorie favorite de J'agresseur, que ce sont les Juifs qui ont déclenché l'agression. L'agresseur victor un·ch ... symbole qu'à l'heure même où le Munich politique se trouvait en quelque sorte consommé, un Munich économique <lit été conclu entre l'Allemagne et l'Angleterre?

  • En fait, la collusion entre monopOles

alliés et monopoles allemands remonte au rieux qui, dansant la gigue à Compiègne, se félicite de son agression, donne l'or-


par-------.

lendemain de la première guerre mondiale. Qui étudie d'un peu près le plan Dawes - ]equel a, mainteWnant, de célèbres contidre d'accuser les Juifs et Michel d 'avoir fait ht guelTe et de l'avoir perdue ... Combien juste, face aux sottis~s et aux mensonges, cette imag~ de Jaures: « Le capitalisme porte en lm la guerre comme la nuée porte l'orage! » Précisons bien: le' capitalisme qlll, a ce stade de crise générale où il est parvenu, sC' développe inégalement à travers le monde .selon une loi que découvrit le fon~ dateur 'du premier Etat social iste~ I.e capitalisme, aussi, des cartels internatIOnaux, des groupes impérialistes, sans cloute co.ncurrents, mais, par delà leurs contradICtions, unis contre l'eilnemi COlumun: le premier Etat socialiste.

  • Objectivement, Hitler et sa maffia apparaissent

comme l'expression sur le plan politique d'une structure économique dont les Krupp, les Thyssen et les Hugenberg , éfaient les maîtres. Créations et créatures des trusts allemands, portés au pouvoir par eux, inconcevables en dehors d'eux, ils ont sciemment préparé et déclenché la guerre de conquêtes, de pillages et d'extermination voulue par l'impérialisme fasciste allemand. "- Mais d'autres portent la responsabilité, disons avec une certaine indulgence: d 'avoir laissé faire. La deuxième S'uerre mondiale n'est pas sortie de l'esprit deEi hommes, mais des fOI:ges de la Ruhr. J;:lIe a été rendue possible par le relèvement de l'industrie 'lourde et du potentiel militaire de l'Allemagne. Or ce relèvement lui-même a été favorisé par les monopoles américains, anglais et français, et par la politique des dirigeants occidentaux. En mars 1939 - la Tchécoslovaquie venait d'être rayée de la carte de l'Europe,les représenta.nts du « Groupe Industriel du Reich» et de la « Fédération de l'Industrie Britannique » publiaient à Dusse1- dorf une déclaration comI11U11e en vue d' « assurer la colla borat~on la olus complète possible ». N'c:.t-ce pas un terril)]è BARON nuateurs --, est frappé de la rapidité-- avec laquelle les capitalistes allemands d'après Versailles, une fois arrêtée l'inflation, se renflouent et jettent déj~l les bases d'un développement du potentiel de guerre grâce- à des injections massives de capitaux américains. Il serait long de citer tous les accords de cartel conclus dès cette époque et d'entrer dans le détail des interpénétrations des oligarchies financières, 011 l'on retrouve avec intérêt plusieurs rois du « big business », tel Morgan, RockIeIler, Dupont. Assez connus, par exemple, sont les liens qui unissaient Dupol)t de Nemoura et 1'1. G. Farbent ce formidable trust Sentinelles nazies contemplant le Rhin ••• une fois suffil ! Avec le trust niétallurgique de Stinnes et de Thyssen, Vereinigte Stahlwerke et sa Banque Schroeder, germano-anglo-améri- Deux impérialistes de haut vol auxquels il ne faut pas, bien entendu, parler dès accords de Potsdam, de dénazification, encore moins de décartellisation. En somme, fidèles à un passé tout I-ésonnant du bruit glorieux des canons de Krupp et de Thyssen.

  • Un homme que l'on n'est pas surpris, non

plus, de voir présider maintenant à la militarisation intensive des Etats-Unis - Je même, au mois de février, pour des « raisons de stratégie pétrolière » (selon l'expression du journal La Croix), a menacé de démissionn6' si son gouvernement n'ab: mdonnait pas le plan de partage de la Palestine voté par l'O.N.U. - c'est M. Joh.n Forrestal, secrétaire tl"Etat ~t la « Défense ». Aujourd'hui, son ael,ioint aux Armées, M. Kenett Royal, en réi>onse à la lettre, d'lm sén<lteur américain qui s'indigne de l'acquittement d'lIse Koch, innocente offi- , ciellement la Chienne de Buchenwald. Quel est le meilleur antécédent du Secrétaire d'Etat à la c( Défense » des Etats-Unis? Sans doute, ce simple fait qu'il fut avant guerre directeur de la Banque new-yorkaise Dillon, Read and Co, un des princiraux véhicules de la pénétration des capitaux américains en Allemagne. l'arrivée 'de Hitler à S'arrebrück ... VOllS entendez bien que ce ne sont là que des morceaux choisis, industriels et bancaires, d'une période riche de colluSIons. de la chimie qm Joua un rôle de premier plan dans le ,nazisme. Ses chefs, habiles à s'assurer des brevets et à organisel' des réseaux d'espionnage dans les filiales étrangères, allaient bientôt devenir fournisseurs et propriétaires des camps de concentration hitlérien~. Qu'on ne s'étonne pas. de les : 'Olf en 1948 à peu près blanchiS p,!r un tnbu~ nal américain. A ces groupes, Il faut aussI rattacher l'équivalent britannique de l'I.G.: l'Imllerial Chem!cal Industries où, eOlllme par hasard, M. ChaI~lbe~-lain l' issédait un te.<;pectable paquet d actIons. caine nous voil;', une fois de plus, si j'ose dire, 'en l,lein pays de connaissance. En effet, dans ce groupe auquel nous sommes finalement redevables de l'acier que les vert de gris nous lancèrent dessus, l'Eminence ... grise n'était autre que .1\1. Allen Dulles, le propre frère de M. John Fostcll' Dulles, un tout petit employé de banque, comme chacun sait... ' cc L'excommunication de Rôhert le Pieux », « Bonapat-te au pont d'Arcole :1>, cc Les Fourches Caudines » parlent à l'imagination : les écoliers sont plus sensihIes aux illustrations qu'au texte même de leurs manuels d'histoire. Quel artiste exprimera potll' l'édification de nos petits enfants l'odieux de cette scène du 21 septembre 1938, en pleine « affaires des Sudètes» : A deux h cures du matin, les ambasS;ldeurs franç;lis et a nglais, accourus sans souci du protocole au Palais du Hradschin, tirent le président Benès de son sommeil pour lui présenter l'ultimatum de Daladier et de Chamberlain. Ne repoussez pas, crient-ils, l'ultimatum de Hitler. Et ils mettent les points sur les i : sera très difficile aux gouvernements an ... glais et français de se dissocier ». C'est le premier volet d'un triptyque. Dans le troisième volet - 15 mars 1939 -, Hitler, du haut de la même salle du Hradschin aux lambris dorés, contemple Prague en songean t déjà ,lUX grands espaces de l'Ukraine. Au milieu du triptyque, on a pu voil' M. Daladier, sur le chemin du Bourget à la rue Saint-Dominique, assis aux côtés de l'espion Bonnet dans une voiture décapotable: il joue en comédien consommé les colombes de la paix. « Dans les classes dites conservatrices, beaucoup en étaient arrivées à sentir que le pérjl social l'emportait sur le péril allemand, que les Etats totalitaires devaient être considérés comme une assur~lnce contre Moscou », a pu écrire, à cette époque et de eette époque, le journaliste Pertinax. Et de fait, c'est cet égoïsme de classe qui nous a valu nos m;llheurs. , Quand le IHalheUl- d.evint inévitable, d'a ucuns pensèr"cnt : C'était écrit. Non. Pas au sens fataliste - et trè munichois--, oll ils l'entendaient. Car qu'aurait pu faire le fascisme devant 'le front uni des démocl'< tties, . si supérieures 11101-alement et matériellement ? 11 ne devint fort que de leur désunion. Dans le prochain numéro: . Crescendos Munichois Là-bas, des bandits s'excitent à l'audition des marches guerrières de la ReichsrUlldfunk. Familles tchèques réfugiées après Munich , Quelque temps après Munich, n.G. Farben dont le président Schmitz, ami de SCh:1Cht. disposait de puissantes relatiol1~ aux U.S,A., proml't--à ]a 5tàndard Oil de ne pas e~porter d'e~~en.ce synt~étique - de quoi les chefs ~~Ih~alres nazIs t~e po!' vaient que se r~J?lllr. - et ob~n~, en échange une partlclpat~on. aux beneilces réalisés sur l'essence , d avron américaine. Allen n'a sans doute pas tout dit, dans son livre L'Allemagne souterraine, des véI- itables objectifs qu";l alla poursuivre en Suisse pembnt la guerre ... QU;lnt à John Fo~ter, l'actuel candidat ;t la succession de M. l\1arshall ...:. dont d'ailleurs il approuve entièrement et coram populo la ligne gé. lérale, rait unique, se plaît-on à souligner, dans l'histoire des rapports du pat-ti républicain et du parti démocr;lte - il est aujourd'hui Je manager d'une équipe de weimariens réunis autour de Briining, et semble exercer une influence décisive sur la politique allemande des Etats-Unis. « Si les Tchèques unissent leurs forces aux Russes, la guerre peut devenir une croisade antibolchévique de laquelle il Le général Gamelin à LoÎi'dres le 26 septembre ]938 prépare Munich DROIT ET L1BERT'E 1- Octobre J948. - N· J.3-8.1i WROCLAW l' Tous les tableaux marqués H • grande victoire de la paix sont pour le Führer. Tout ce qUI par Roger PAYET-BURIN est marqué G est pour moi" (GOERING) P OUR juge< .1 un événement e.t hé. Imporl.nt, ;1 ne taut pas s'en rapporter seulement à ceux qui le. t,~h ne nt pour tel. Mais encore au dédain de ceux qui" auraient le plus d'intérêt à ce qu'il ne le fût pas. ~marque qui paraît prendre toute sa justesse si, par exe;r.J'ie, on l'applique aux opinions dont on a accueilli le Congrès de Wroclaw. . Que six cents délégués, repré- deviennent de terribles forces quand sentant quarante-cinq pays, se soient elles animent le bras de l'homme. réunis pour délibérer, quatre jours C'est pourquoi les résolutions durant, sur les grands problèmes qui adoptées à Wroclaw, la dénonciaagitent le monde, la paix, la liber- tion précise du capitalisme amérité, le développement de la culture, cam comme danger de guerre., l'appel aux peuples pour qu'ils défendent sans attendre tout à la fois leur indépendance nationale et les valeurs de \' esprit, ces décisions pèseront sur la conduite des g()uverne~ents. • voilà ce qui, j s'il t.ut en croire certains de nos journa!x, compte exactement pour du vent. Que parmi les délégués se soient trouvés des gens tels que Mme Irène JoliotCurie P"'.:' ~a France, Julian Huxley pour l'Angleterre, Vittorini pour l'Italie, llya Ehrenbourg pour l'Union Soviétique, bref pour chaque pays r'i!présenté ses port<!parole les plus glorieux, les plus qualifiés, cela n'a pas empêché tel hebdomadaire de partir en guerre, ou plut6t en bataille contre tous ces intellectuels et les traiter de danseurs On ne peut pas s'empêcher d'évoquer le geste de ce nazi qui s'écria publiquement au cours d'une parade de son parti : cc Quand ï entends le mot de culture, je tire mon revol: ver H. Bien sûr, nos publicistes réac.tionnaires ~'ont pas un langage aussI cru. MaiS entin, traiter de mascarade un Congrès qui a rassemblé r élite intellectuelle du monde entier, n'est-ce pas faire fi des valeurs dont elle est gardienne? N'est-ce pas considérer qu'elles sont dénuées de toute e[ficaci.té, impui~sa~ tes de modifier, si peu que ce SOIt, le cours des événements} Nous ne partageons pas ce mépris. Ce faisant, nous ne penson~ pas être d'incurables idéalistes. Nous pensons même nous montrer plus réalistes que les détracteurs précités. Pour une raison bien simple

si les nazis, et avec eux tous

les fascistes, ont perdu la guerre, c'est en partie qu'ils prétendaient détruire les idéaux les plus précieux de notre civilisation. Car la passion de la hberté, la soif de la justice L'un des points sur lesquels le Congrès s'est montré le plus intransigeant est la défense des minorités nationales et raciales, La mamère dont uft pays traite ses minorités, quelles qu'elles soient, donne la mesure exacte de la démocratie qui y règne. Notre grand poète noir Aimé Cesaire \' a dit nettement, devant les participants qui l'ont unanimement approuvé : cc Si nous, intellectuels, n~us voulons vraiment lutter pour la paix et contre la guerre, nous devons lutter de toutes nos forces contre la hiérarchisation de l 'humanité en races noble., et races parià.S. » La lutte contre l'antisémitisme est incluse dans ce programme, conjointement avec le combat pour abolir les discriminatIOns à l'égard ici des Noirs, là des Jaunes, ailleurs des cc native )J, quelle que soit leur couleur. Aux Etats-Unis, la mentalité qui fait commettre les lynchages de nègres inspire également les préjugés contre les Juifs. cc [nterdit aux Nègres, aux JUifs et aux chiens )!, selon la formule que rappela A. Kahn, \' un des auteurs du célèbre livre La Grande Conspiration contre la Russie. . Au fond, les journalistes de la presse réactionnaire gnt peut.être parfaitement senti la portée du Congrès de Wroclaw. Peut-être n'ontils voulu, par leurs railleries, que marquer leur dépit. Car le temps n'est plU5 où dans un congrès d' écrivains, Wells, le grand romancier anglais, pouvait s'opposer à ce que \' on condamnât les théories antisémites qui, d'après lui, avaient droit à s'exprimer aussi bien que n'importe quelles autres, La chose se passait en 1938, au Congrès des P.E.N. Clubs à Prague, comme nous la rapporte Claude Ave\me dans son livre Les Devoirs de /' Esprit. Certes, Wells avait personnel- DAVIDSON (U.S.A., lement l'antisémitisme en horreur M~is il croyait devoir prendre cett~ attitude par libéralisme. En quoi II se, trompait, la suite l'a montré. D autres se sont trompés avec lui et les premières victoires du fascisme tienn,~nt sans ~oute pour une part à ce qu Il y avait de. telles brèches dans le front de résistance lI1tèllectue\. Le Congrès de Wroclaw montre le chemin ·parcouru. Il commande la confiance. Q« UEL artiste le monde perd avec moi ! » répétait Néron en pleurs, avant de s'enfoncer le fer dans la gorge, tn l'année -64, I.e prJnce romain faisait incendier pl~sieurs quartiers de Rome. Pour apaiser la foule, il rejeta l'accusation sur les Chrétiens de la ville et les livra·aux plus cruels supplices. Pour ses fastes, le même Né- Soya '> de Goya, « Le Géograron intentait des procès de lèse- phe» de Vermeer... Quant à majesté à tous les citoyens dont Goering, son choix est moins il convoitait les biens. classique: le grand artiste Dans notre XX' siècle Goe- pousse l'hérésie. jusqu'à rafler, . "d ,pour sa collectlOn personnelle, nng proc<::: a à peu pres de les oeuvres de dégénérés' ,aussi même : provocations, assassi- négroïdes que Cézanne, Renoir, nats, incendies, pillages. Toulouse-Lautrec, V,an Gogh, Et lorsqu'il mourut, il répéta Seurat, Matisse, Bonnard et sans doute, comme l'autre : même (ô profondeur de la déqualis artifex pereo 1 chéance), Pissarro. Dans « Mein Kampf '>, l'an_Sous la direction de Herr Utlcien peintre en bâtiment avait kal, 21.905 oeuvres d'art f.urent tracé les grandes lignes de la a~':lsl volées en France et expéKultur. Partant de ces préniis- dlees en 20 grands convois vers ses, Alfred Rosenberg définit, l'Allemagne, Bilan de ce Plan en de longues dissertations, Re!chsmarschall: 5.281 peintul'es. thétique nouvelle du Grand res, pastels, aquarelles et dessins Reich. 684 miniatures, 583 oeuvres plas~ Goering s'en gargarisait. Mals tiques, 2.477 meubles de valeur la réalité était tout autre. h~storlqUe, 583 tapisseries, 5.825 Quelques chefs-d'oeuvre françals prirent le chemin de la Suisse, qui reçut ainsi des toiles · impressionnistes que Goerrng n'aimait pas. Mais il s'en servit comme monnaie d'échange pour mettre la main sur des pièces plus dignes de lUl ... Oertains journaux ont annoncé que 90 % des biens pillés étaient déjà rentrés en France, Pourtant les services du Ministère des Affalres Etrangères déclarent que la restitution ne s'est effectuée que ·dans La proportion de 1 pour 7. ' D'une façon plus précise , 55 milliards de restitution, pour 350 milliards de francs Queuille de spoliations déclarées ! Au Dépôt, avenue Rapp, le rythme des arrivages est encore plus lent. Tableaux et livres s'entassent pêle-mêle, dans l'attente de propriétaires' qui souvent ne sont plus 'de ce monde, .Quelques-uns ont pu récupérer. Ce sont les plus . vemardS, tel M. LéOn Blum qui a retrouvé sa bibliothèqUe grâce aux annotations qu'il a coutume de faire sur, les livres. Dès le 11 fevrier 1941, il fait ceramiques, 259 antiqUités, 1.286 Alain ADLER. parvenir à l'Etat-major spécial oeuvres extrême-orientales, du Reichslelter Rosemberg, en 1----------------------------France, une note ainsi concue : 1 ) Tous les lableaux marqués H sont pour le Führer (Unoe caisse marquée A. H., pour moi); 2) Tout ce qui est marqué G est poirr moi ainsi que' ce qui n'est pas marqué; 3) T out~s les caisses noires spéCiales (Rothschild) sont destifées au Führer (dont les clefs sont chez l'infirmière Christa); Mes affaires: Tableaux, meubles, argenterie, Gobelins, se· ront placés dans 71es locaux. Tâcher de trouVer un dép6t pour huit fours où les affaires du Führer puissent ~tre conservées jusqu'à ce qu'elles soient réclamées. Textuel ! C'est la spoliation dans les règles de... l'art. L'on .commence, bien entendu, par les . Juifs avec le motif sUlvant : « La guerre contre le Grand Reich allemand a été suscitée spéCialement par la juiverie et la franc-maçonnerie mondiale alliées avec les politiciens de leur goüt... « Ainsi. la mise en süreté des oeuvres d'art appartenant à des Juifs n'est donc qu'une faible mdemnité pour les lourdes charges supportée~ et les grands sacrifices faits par le Reich en faveur des peuples d'Europe dans la lutte contre la juiverie. » Les !llusées suivent, ainSi que les olbJets d'art privéS appartenant à des non Juifs. Les pirates se partagent le butin avec des cris de joie, Naturellement, Hitler se taille la part du Lion. I1 s'enVOle entre autres, « Mme de Po~padour » de Boucher, « Clara de UONGRE8 de trahison Sous l'instigation du « Bund », un « congrès juif de culture » a réuni à New· York un certain nombre d'intellectuels réactionnaires dont la devise est : incitation à la guerre antisoviétique, h'aine de la démocratie et racisme juif. Venant après le !>-eau congrès des intellectuels à Wro· c\aw. ce lamentable c~ngrès de New· York ne ['eut être qualifié que de trahison en· vers le peuple juif et l'humanité, Les intellectuels juifs sa· vent mieux que quiconque que l'existence du peuple juif ct de sa culture, ainsi que l'existence d'Israël ne peut A .' ven etre assurees qu'en col· laboration étroite avec les forces démocratiques du monde, HIPPOCRATE ET GALIEN Le bistou ri LE bistouri à haute fréquence est encore bien peu connu, .1I semble ~ependan~ devoir jouer un grand rôle en chirurgie. .Lorsqu'on appl ique sur un corps deux électrodes de tailles différentes traversées par un courant à ,haute fréquence (en France on emploie généralement 1 S à 3() millions Ide ~riodes-seconde) il se produit un échauffement de la plus petite surface, Si nous réduisons l'une des électrodes de fas:ôn à ne · plus avoir qu'une aiguille, l'échauffement est si intense que nous avons une destruction des tissus sous-jacerrls, Pratiquement, quel est le problème } Couper et coaguler. ~OIJr l~ coagulation, il y a for· m~h.?n d une zone blanchâtre, puis nOlratre, formant un bloc de tissus carbonisés, coagulés. La zone de carbonisatiol. peut s'étendre jusqu'à IS ou 20 millimètres autour de l'aiguille servant d'électrode. . Au cours de la coupe, les tissus autour de l' électrode très fin, sont ·très. peu touchés. Celle-ci progresse vite - comme un bistouri ordinaire - entre les bords de la p!aie opératoire, qui ne saigne pas ou très peu. Les chirurgIens placent sur la peau nue, à proximité de r endroit opérable, une plaque de métal reliée .à r appar~il générateur par un hl. souple. L électrode de coupe qUi est généralement, comme nous l'avons dit, une aiguille, est insérée dans un manche isolant et relié à la borne de sortie du générateur. Elle est enfoncée dans le tissu à détruire ou maintenue à petite distance s'il s'agit d'une lésion superficielle. Le chirurgien commande au moyen d'une pédale le ~assage du courant et obtient ainsi ! eHet de coupe ou de coagulation. ,Si l' opérat~on exige la coupure d un pe~lt vaisseau. qui obligatoirement saigne, au lieu de se servir d' u~e pince hémostatique, l'on se serYlr~ du c?urant coagulant (ondes alT!ot;hes) q~1 obturera le vaisseau. D.ou un gal\1 de temps appréciable pUIS<:J'le l'opération se renouvelle un certain nombre de fois durant toute intervention chirurgicale. Chaque fois que le malade présente des troubles de coagulation sanguine l'électro--t.hirurgie s·' impose. Elle a, dans la plupart des cas, une supériorité sur la chirur- --',- " électrique , " gie orthodoxe et l'on poursuit inlassablement les recherches en vlIe de son perfectionnement. Deux j·eunes techniciens viennent de mettre au point un bistouri fonctionnant sans fil et assurant la c.oagulation sous la coupe, automatlquement et sans pédale. Cette dernière invention offre des aVàntages appréciables sur la précédente: gain de temps, aucune crainte d'hémorragie, facilité de maniement pout le chirurgien, 1 W. SIMON. Quand les étudiants du monde se donnent la main .•• Un étudiant juif ser(ant la main à un camarade arabe et un copain anglais faisant les honneuu dans une atmosphère fraternelle, voilà de quoi faire enrager tous les béviniens du monde. C'est en tout cas ce spectacle que nous avons vu à l'Union Internationale des Etudiants qui s'est réunie à la Cité Universitaire pendant deux semaines, Le .bu~ de ce Congrès, auquef partlè'palent les délégués de pres- - que toutes les nations, Amérique et U,R.S.S., Hongrie et Australie F.rance et Vietnam, était d'ampfi~ fier !a' lutte des étudiants peur un enseignement démocratique, la souveraineté nationale et la fin d.e tout racisme. Les débats, pas~, onnants, apportèrent souvent un echange ~ 'informations utiles P?ur la cause commune des étudiants de tous les pays. Le Congrès décida l'organisation d'une journée estudiantine internationale de solidarité avec l'a jeunesse des pays coloniaux et celle de l'Espagne républicaine, 1 Dans sa résolution finale adoptée par 65 voix (y compris 'l'AmeT1can Association ot Interns 'Ind Medical Students) contre 5 (Dane_ mark et Suède) et Il absrentions il salue la lutte des peuples Viet~ namien, Indonésien, Israélien et Grec pour l'eur liberté, réclame une démocratisation de l'enseignement et invite les étudiants de tous les pays à étudier les conséquences du plan Marshall sur leurs conditions de vie, ,Le. ~?uve~neme.nt syrien a requlSltlOl1ne les ecoles juives de Damas pour !.es -convertir en hôpitaux, destinés aux ré. fugiés arabes, , , ll'" Octobre '1948, No 13-8J--------------- DROIT ET LIBERTE 9 SlJR LE LIVRE ~=~ :-il= t.*1 i ~ DE ~, ~~ •••• JULES . ISAAC "JESUS ET ISRAEL" LE 'IHÉATRE -OtLelio LE souvenir d'Auschwitz, de Mathausen, de Buchenwald est présent à travers chaque ligne en apparence la plus abstraite. L'historien ' qui puisa dans son calvaire la force de bâtir ce livre restera nécessairement un témoin de notre 'temps. II est difficile après une telle lecture de retrouver le sangfroid indispensable au travail ingrat du critique. Et, cependant, force est d'admettre qu'en mé' ditant sur le martyre des siens M. Isaac est devenu prisonnier de la coilception de l'histoire qui est trop souvent celle des historiens et qui conduit à voir dans le présent la répétition mécanique du passé, à rechercher par conséquent dans les injustices d'autrefois l'explication définitive, exhaustive, des drames d'aujourd 'hui. <ft) siècles ", la tradition antisémite chrétienne. Ce sont les bûchers du moyen âge - et nous retrouvons ici la même formule de Churchill écartant toute expli- PAR GILBERT MURY cation du nazisme tirée des faits présents pour évoquer « les ténèbres d'un nouveau moyen âge ». DE même que Bauer déclarait insoluble le problème juif dans un monde où toute religion n'était pas exterminée, M. Jules Isaac considère le pogrome inévitable en l'absence d'une transformation radicale de l'enseignement chrétien. Il serait· trop simple d'imiter certains critiques catholiques et de protester que jamais un catéchisme antisémite n'a reçu l'approbation de Rome. Qu'on le veuille ou non, l'accusation de déicide lancée contre les .T uifs en tant que tels, prépare singulièrement les esprits aux violences nombreux et assez dispersés pour constituer une proie tentante. Ils étaient désignés pour servir de dérivatif à la colère popula·ire et pour voir leurs biens servir à la rapine de cette tourbe de déclassés, de -ce «. Lumperprolétariat " ameuté par Hitler. e E N France, en Pologne - en Italie, la manoeuvre' devait se répéter: pour les mêmes raisons. Le fascisme né d'une crise économique cherche nécessairement de telles is. sues. La cause réelle n'est ni dans le passé, ni dans une mauvaise interprétation de l'Ecriture, elle est dans la structure économique et politique dont' le fascisme natt et se nourrit avant d'être écrasé. Qu'après cela, il soit du devoir des Eglises chrétiennes d'extirper de leur enseignement tout ce qui peut être utilisé, même indirectement, par l'affreuse barbarie fasciste, il serait absurde de ne pas l'accorder à M. Isaac. Mais il faudrait aussi pour cela que la hiérarchie de ces Eglises déserte le camp de la réaction pour celui de la liberté. j~ U théâtre ou au cJnéma, dans to~te~. les langues, Shakespeare r\ reste sans doute 1 auteur le plus Joue; et Othello est assurément celle de ses oeuvres dont le charme envoûte le plus insidiemement ceux qu'elle atteint. Un récent film anglais montre même, avec quelque excès, comment un comédien, pris à son propre jeu, est corrodé, au fur et à mesure des représentations, par le poIson de la jalousie Jusq~'au meurtre, comme le \1ore. Le progrès du mal, entretenu padago jusqu'à son quadruple dénoueme~ t fatal, est conduit par Shakespeare selon un crescendo pathétIque cuneu?ement rompu par des scènes d'un comique noir ou paillard. Et c'est au personnage cyni{]ue et criminel de Iago qu'il appartient, paradoxe typique du génie shakespearien, d'égaver sympathiquement le drame. C'est en tout cas amsi qu' Aimé Clariond a compris le rôle du (( perfide conseiller », dans la lignée du Narcisse de « Britannicus » et du Gubetta de « Lucrèce Borgia », mais avec quelques traits de Figaro. II joue en grand seigneur plus qu'en canaille; sa personnalité très affirmée ressort d'autant mieux que r ensemble de l'interprétation, en dehors de IlII, est d'une médiocrité insupportable Il s'agit de la troupe du Théâtre Municipal de Lausanne et nous préférons, par courtoisie, ne pas insister. La mise en scène est dépourvue de toute imagination; les décors, insignifiants ou ridicules, sont toujours mIteux et les costumes sans expression. . Quant à r acteur suisse qui joue Othello, M, Léopold Biberti, disons seulement qu'il porte de bien belles pantoufles de cuir rouge, certainement très confortables, qu'il s'agite beaucoup dans un peignoir de bain tout neuf, dont l'immaculée couleur de crème fraîche fait honneur à SI: blanchtssew,e, et que le jeu de ses mains évoque à la fois un sorcier nègre de l'Oubanghi dans l'exercice de ses fonctÎons et un monsieur qui . demande constammment qu'on lui passe une serviette. (De grâce, que le souffleur lui t~nde un essuie-mains et qu'on n'en parle plus). MaIS il faut bien se garder de lui 6:onfier un texte de Shakespeare car il le rugit d'une VOIX de fond de- cave qui fait peut-être très couleur locale dans le genre Fakir Birman sur l' estradt::, mais qui ne le destine pas spicialement à interpréter le rôle ou More au coeur pur ravagé par la jalollsie. Roger MARJA. E XPLIQUONS - NOUS. ({ Jésus et Israël » est résumé par une formule indéniable : « Un de ces Allemands, de ces assassins serviles, -un des tueurs en chef (baptisé chrétien) a dit: « Je ne pouvais avoir de scrupules car c'ét~ient tous des Juifs. Voix de Hitler? Voix de Streicher? Non. -Vox saeculorum. » antisétnites. Même des croyants l~~-1 décembre 2009 à 11:15 (UTC)Charles 1 décembre 2009 à 11:15 (UTC)-------~~-~------------~~---~---~capables de réprouver les crimes Ainsi les brasiers d'Auschwitz, de Mathausen, de Buchenwald ont été allumés, n-on par les hordes fascistes sur l'ordre d'Hitler mais par « la voix des de Pétain et d'Hitler, ne sauraient s'empêcher d'y voir l'accomplissement, moralement condamnable mais inévitable, des paroles de l'Evangile. Au demeurant, M. Isaac lui-même


, rassemble, à. ce propos, une

BUf lRI~lAH HfRNARD_ I L Y a quelque temps fut inaugurée à Deauville la rue Tristan-Bernard en présence de la famille, des inti·mes et de diverses personnalités du monde littéraire et théâtral, dont Roger Ferdinand, président des Auteurs Dramatiques, Gérard Bauer, Madeleine Retlaud et Jean-Louis Barrault. Pourquoi Deauville plutôt que Cannes ? Et pourquoi la capitale n'accorderait-elle pas à Tristan Bernard cette plaque bleue puisque Feydeau, Jules Renard, Capus et Courteline ont leurs r'ues ou leurs squares ? Tristan Bernard disparu, c'est bien l'esprit boule'/ardier qui _ s'éteint; Q" s'ingeniait à ne voir en lui qu'un amateur de mots croisés de sports, un faiseur ·de bons 'mots, un maître de l'humour l'auteur de « l'Anglais tel 'qu'on I,e parle» - alors que « Le Petit Café », le « Poul.iller », « Les deux Canards » étaient de la meilleure 'veine - et j'on négligeait souvent le romancier et le poète qui fit ses premières armes à la « Revue Blanche », cette N.R.F. du symbolisme. On s'apercevra bientôt que Tristan Bernard, digne successeur de Chamfort et de Rivarol, vit encore pa~ce que cet observateur avait une connaissance parfaite de la vie quotidienne et possédait au plus haut point cette disposition d'esprit qui fait, comme l'a dit Maurice Donnay, « qu'on exprime avec gravité des choses frivoles et avec légèreté des choses sérieuses ». CHATEM. FAITES REPARER VOS MONTRES en foute tOntiance Horlogerie Louis GRUN ZWEIG 31, rue Beaubourg Métro Rambuteau moisson de textes et de faits qu'il est plus facile de négliger que de réfuter. ' 9 M\IS la question n'est pas entendue pOur autant car il reste a savoir si l'enseignement catholique ou protest~ JI1t peut être considéré comme une cause déterminante ' ou même importante des atrocités perpétrées par le fascisme. Or il est facile cie démontrer que le fascisme lui-mêmc, et lui ~eul, est antisémite par ~on appel aux forces dites raciales, à ce nationalisme sauvage qui détourne contre « l'étrang-er ", en général, la colère légitime clu peuple contre ses exploiteurs. La tl1ystification nationale-socialiste était là : il fallait montrer que l'étrang-er seul était un ennemi - et un étranger qui sc trouvait en nombre ~uffisant à l'intérieur cles frontihes alle- ' mandes. Certes, les Juifs établis sur le sol g-ermanique étaient fidèles à la communauté nationale g-ermanique - comme les Juifs en France sont fidèles à la France - ils n'en constituent pas moins une minorité religieuse. Le~ Juifs n'étaient nulle part en majorité comme les protestants ou les catholiques. Les Juifs étaient ccpcndant assez COMMUNIQUÉ Le 17 odohre, jour du W' anni vcrsail'e de la mOl'l dr FI'érl é l'Îc Chopirr. A cette occasion Léon J(al -lun donn era, salle Gaveau, r.n matin ée il If h. 30, un récita l au bénpfice du ' Comité National du centenaire de Frédéric Chopin, et sous les au s pices de l' I\milié franco-polonaise. Localion ouverle il la salle Gaveau, 45, l'ue de la Boétie, ou il l'Amitié franco-polonaiFe, 12 bis, avenue Elisée-Declus, Paris (7c). Tél. : Inv. 01-75, JH[ <0 JL lL~ V~ 0 (1) ][» 8Ef\U Gf\~'Gs"rEf\ LE BUSll'tESStJ'f\i'1 IP e AN ! pan ! Johny, le beau gangster, est abattu. Allongé sur un trottoir luisant de pluie, il va mourir, Deanna, sa pure et sainte môme, se penche sur lui en pleurant : - Mon adoré, mon pauvre adoré ... Johny rouvre les yeux et murmure: ~ La maison aux tuiles roses, le frigidaire et le bébé ... Ah ! Si je t'avais écoutée, môme. Trop tard, je ne serais jamais un honnête employé des Postes. , La musique éclate. Gros plan du beau visage de Deanna en sanglots. Fin. n y a là dedans un jeune abbé, expert en _ base-ball et beau parIeur, qui r-amène dans le droit chemin quelques brebis égarées ; il y a Rita l'explosive, Robert le parfait détective-journaliste, Véronica la folle ingénue, Clark le milliardaire philanthrope et Peter le sadique, : « Hollywood fabrique des myt!tes comme Ford de-s voitures. » M AIS, a~ fait·, qui régit Holly\\'()(xl ? Les « Huit Grands » qui, finalement, 11' en sont que deux : Morgan et Rockfeller. Ce qui explique la qualité des films réalisés. Car si ces films traduisent avant tout l ' angoi sse, la peur, les vices des classes possédantes d ' Outre-Atlantique, ils sont de précieux instruments .id ~logi']ues au service d'une polil~lue d'expansion. M. Eric Johnston, pape du cinéma américain, pouvait dire au dernier festival de Bruxelles : « Le film améri cain 'iuit les hommes d'affaires. » C'est clair. La Grallde Cité dit Cilléma est la centrale de propagande du big business. Quelle est, par exemple, la conclusion du film de John Forci, Qu'elle était verte 111<1 vallée .2 « Ne luttez -pas, ça n'avance à rien n. Celle de La Reine ~e Broadway? (( Laissez-vous vivre, ne vous cassez pas la tête l). Celle des Cloches de 6te-Marie? « Restez dans le b?:>n chemin. Ne regardez pas au-dessus de vous. Vous servez les riches ? Droit Naturel ! » lYlarcltands d'Esclaves, Démon de la Cltair veulent réveiller en nous le cochon qui sommeille. Pendant ce temps, les businessmen trav.aillent. Ils prennent d'abord une romme, puis deux, enfin l'arbre entier. Après, au besoin, ils vous cognent dessus. Mais vous, surtout, ne pensez pas, ne l'uttez pas. A quoi ça sert? E N J9 26,. le cinéma américain n'attire pas encore le regard des Grands de Wall~ Street. Des firmes nombreuses et concurrentes se le partagent. Mais avec l'avènement du parlant et la complexité des moyens techniques, les trusts de l' acier et de l'électri cité mettent peu à peu la main sur Hollywood. Puis, c'est la grande crise de 1929. Les petites et moyennes compagnies s'écroulent. Les Jll orgoll, Rock feller a-Ild Co s'imposent dans la Cité. En 1939, sur 483 films produits par 92 compagnies, 386 sont réalisés par les « Huit grands ». Gangstérisme, érotisme, meurtre, luxueux appartements, téléphone blanc et Buick : On veut du grandiose. du ph~noménal, du casse-tout. Déjà la liberté de pensée chancelle. On travaille en série, d'après un moclèle. Standardisation. La commande d'un film s'identifie à une commande de frigidaire ou de corneec1-beef, A plusieurs exceptions près, les réalisateurs ne sont que des sortes d'employés à' qui l'on dit: - Voici l'é']uipe, le scénario, l'argent. Hop, tournez ! On veut faire de l'homme une machine. CEPENDANT, les ' écrivains, les scénaristes, les metteurs en scène et les ouvriers progressistes d'Hollywood ne se pl ient pas toujours aux désirs des « Grands D. Une lutte à mort s'engage, Le Guilde des écrivains llaît, favorisé par Roosevelt, puis la Ligue Alltinazie et le Comité des sludios pou.,- une action démocratique, puis en 1941 la Al obilisatioll de'S Ecrivains. Un m 0 me Il t, les « Huit grands D reculent. Aujourd 'hui, ils reviennent à la charge car un spec.tre hante HoIlY\\'ood \: le communisnre. Ne P9rtez pas de cravate rouge, ne ditcs pas « à gauche », même s'il s'agit d'indiquer une rue. Dites : « Le rideau de fer" mais ne dites pas : « Le rideau de soie n. Li, ez la presse H earst et portez des chemises écossaises. Aujourd 'hui, de très brillants réalisateurs, scén:-tristes, écrivains sont en butte à toutes sortes de tracasseries, ou même poursuivis, souvent jetés à la rue, parfois en prison. Penser est désormais ~uspect. Les « Huit grands » traquent les penseurs. Ils ont peur, voilà tout. Mais nous ne pouvons rien pour calmer leur mauvaise conscience. Nous avons même obtenu une première ",ictoire : 120 films au lieu de 240, comme l'avaient déciclé d'abord MM. Blum et Eymes. Félix FEDRICO. / DROIT ET LIBERTE ---------------1-- Octobre 194!J. - N· J !-Inl A travers les professions LE TRICOT - UNE ENQUt.TE d'Annette JOU BERT D ANS son at,elier du faubourg Saint-Denis, M . . F ... me montra une pile de factures: en janvier 1947. il payait 1 kilo de laine 360 francs, à la fin de la même année. il payait ce .même kilo de laine 500 et. de progression en progression . nous en arrivions à 1.200. 1.300 et. de noS jours. 1.500 fr. le kilo. Les chiffres sont éloquents. d'autant plus qu'il s'agit de prix taxés. D'ailleurs, la vente de la laine dont se servent les fabricants de tricots est toujours soumise aux bons-matière - distribués par la Fédération des Syndicats patronaux de la bonneterie - et il faut bien souligner que de telles hausses n'ont pu avoir lieu qu'avec le plein assentiment des ministres intéressés. Les principaux bénéficiaires en sont les gros filateurs qui. d'autre part, n'ont pas encore abandG.l1në - malgré les ~rix scandaleux qu'atteint la matière première le système du « dessous· de table ». Cette pratique, ~ui ~end maintenant à disparaltre dans les autres branches de l'industrie, subsiste toujours en ce qui concerne le tricot. Lorsque la laine valait 500 francs le kilo, il n'était pas rare qUe le filateur se fasse verser une « soulte » de 6 à 700 frs par kilo. Aujourd'hui, les hausses successives du prix de la laine auraient dû satü;faire les exigences de certains magnats de la filature, ils n 'en continuent pas moins de pratiquer le même système. Genèse d'un tricot « circulaire» ou bien - et c'est le plUS courant - une « rectiligne » -à laquelle pre&que tous les fabricants ont adapté un moteur. Il reste peu d'ateliers, en France, où les machines « rectilignes » sont encore actionnées à la main. Ceux des fabricants ou artisans qui ont gardé cette méthode produisent presque toujours les articles de fantaisie et, naturellement, en quantité restreinte. ' Ici, chez M. F .... deùx machines « rectiligne-s ,»- fonc~ion.n ent tricot ait connu. au lendemain de la guerre, une pllriode favorable, le matériel archaïque dont on se sert dans les petites entreprises est certainement une très grosse entrave à la production. Quant à se procurer une nouvelle machine, il ne faut pas y compter à moins de pouvoir attendre des années. Et encore faut-il verser 10.000 francs à la commande, le priX n'étant fixé .qu'à la livraison. La France, liée par des accords qui ne lui permettent pas de disposer librement de sa pro. duction et de ses ressources, se voit empêchée de fabriquer ce qui pourrait aider à son relèvement. Tant qu'elle n'aura pas dénoncé ces accords, la France sera dans l'impossibilité de fade ceux des autres ouvriers. Or, cette situation est pleinement justifiée puisqu'il s'agit là de métiers saisonniers qui ne procurent du travail que pendant six ou sept mois de l'année. En dehors de certaInes dissentions qui s'élèvent entre patrons et ouvriers du tricot à propos des lois sociales qui, souvent, ne sont pas appliquées, la situation dans les ateliers artisanaux se présente d'une façon un peu particulière. Les difflcultés économiques générales. si elles touchent peu les vastes entreprises qui trouvent des débouchés dans l'exportation - grâce à leurs possibilités de prodUire à meilleur comp~e - les artisans, eux, sont souvent stoppés par l'obligation de manipUler des capitaux importants pour pouvoir travailler, la pratique du crédit n'ayant plus cours. Ceci devrait créer les conditions d'une sorte de rapprochement entre ouvriers et artisans. Pourtant, la continuelle montée du coüt de la vie oblige les ouvriers, là comme aUleurs, à avoir recours à l'action pour voir satisfaire leurs revendications légitimes. Le pouvoir d'achat du client intéresse le fournisseur En dehors des quelques grosses entreprises qui, d'ailleurs, se situent surtout en province, dans des villes comme Roanne ou Troyes, la fabrication des tricots à la machine se r épartit, pour la France, entre 8.800 artistms et fabricants environ. Mesda'mes. votre veste de laine ,pe;t venir de ces .machines Il devient de plus en plus évident, à la lumière des conditions économiques actuelles, que le sort des artisans et petits industriels est intimement lié à celui des ouvriers, des employés, des fonctionnaires, de tous ceux qui forment la masse des acheteuTs. Ces derniers, à Paris, travaillent le plus souvent dans leurs appartements dont ils sacrifient une pièce ou deux en guise d'ateliers, Vous pouvez en visiter un, puis deux, puis trois, ils sont tous semblables. Je ne sais pourquoi ils gardent souvent, malgré les machines" un air d'habitation. Peut-être à Cause des papiers- peints qui, la plupart du temps, recouvrent encore les murs! Et puis, c'est très eoloré, un atelier de tricots, très vivant aussi. Un « bobinoir » L'écheveau de laine est là dans un coin de l'atelier. Il sort. de son paquetage pour ètre juché avec d'autres écheveaux tout en haut de l'impressionnante machine qu'est le « bobinoir », juste au-dessus de la bobine qui lui est destinée. Et tous les écheveaux, petit à petit, se dérouleront jusqu'à ce qu'ils soient entièrement absor- 1?és par leurs bobines qui s'alignent alors comme les notes d'une gamme de couleur. simultanément. 'un seul ouvrier suffit pour les actionner. Le tricot naît petit à petit. C'est une bande qui sort de dessoUs la tête de la machine et qui s'allonge au fur et à mesure de son mouvement régulier. La bande, une fois terminée, sera taillée suivant la forme voulue; il restera alors à exécuter l'opération du « montage », la « finition» et notre écheveau sera devenu pull-over, gilet ou veste, il aura des rayures ou des carreaux de couleur, il pourra aussi imiter l'écossais ou toute autre fantaisie suivant les exigences de la mode. Vieilles machines Ce sont les émigrés d'Europe centrale et principalement de Pologne, qui ont introduit en France. après la guetTe de 1914, la fabrication du trIcot sous sa forme actuelle. Au bout d'une qui!lzaine d'années, après être passée par le stade de l'atelier familial et artisanal, elle prit de l'extension et devint une des .branches importantes de l'industrie textile franç aise. Avec l'apparition des congés payés entraînant des départs massifs en vacances, la pratique de plus en plus répandue des sports, été comme hiver, ]'indùstrie du tricot a priS un essor considérable. Le tricot à la machine était bon marché, accessible et indispensable à tous. Il devint un article « prmulaire ». La guerre, cependant. lui porta un coup très dur. briquer des machines, de la même façon qu'il lui est interdit de commercer avec qui bon lui semble. C'est cette situation que les démarcheu~s du plan Marshall utilisent pour faire pression sur les fabricants de tricot et bonnet~ rie, par l'intermédiaire de la Fédération des Syndicats patronaux. Par une circulaire n° 218 du 16 septembre 1948, celle-ci invite les fabricants de bonneterie à faire des commandes aux U.S.A. Des ouvriers " saisonniers" Si les grosses entreprises sont peu nombreuses, si l'industrie du tricot est surtout alimentée par les petites fabrIques et ateliers artisanaux, il n'en reste pas moins vrai que la fabrication ne peut se faire que par l'apport et le, travail de tout un monde d'ouvriers. Les différentes phases de la fabrication demandent autant de spécialisations. , Ce sont, en général, des hommes qui travaillent aux machines. Depuis au moins deux ans la motorisation est à peu près générale et aujourd'hui un ou': vrier conduit. dans un atelier assez important, au moins trois machines à lui seul. Cela nécessite. entre autres qualités. be-aucoup de vivacité. Les femmes font, la plupart du teqJps, le travail du mr iltage, elles sont aussi « coupeuses », « sUl'j eteuses », « placeuses », « fi nisseuses ». Les « bobineuses ») , cependant. ont une tâche assez pénible. Debout toute la journée, elles effectuent un travail qui les oblige à tenir les bras toujours levés à hauteur du « bobinoir ». Que l'ouvrier d'usine ou l'emplo té de bureau n'ait pas un potlvoir d'achat suffisant et le commerçant sera un jour ou l'autre oblig.é de fermer boutique et l'artisan de renvoyer ses ouvriers. C'est ce qui se produit très souvent aujourd'hui. L'artisan se sépare de ses ouvriers et travaille lui-même avec sa famille. C'est du chômage en perspective! Possibilité de crédit et modernisation semblent être deux des problèmes vitaux qui se posent à l'industrie du tricot. _, Il en est un troisième : c'est la revalorisation du pouvoir d'achat de tous ceux qui travaillent. _1_ WILLY De J'ancienne clinique popUlaire Visites - Piqûres - Ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 56-17 AU POSEUR DE LINOS grand stoclt de Linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, dé, Ets MAURICE WAIS 98 . boulevard Ménilmontant, PAR !S·XXe M.: Pére-LacllfIl8e. Tél. ORE 12-55 SlIc cnr,<1J. e : 117, faub. du Temple, PARIS·X-, Métro : B ell evil le et Goncourt Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue Notre-Dame.de.Nazareth Jl:'Iétro : Strasbourg·Saint·Denis ou vous trouverez toutes les spéc i a l'i tés roumaines, polonaises et russes L'ACTIVITÉ DES AMICALES de " Droit et Liberté" (STRASBOURG) Le 15 septembre dernier, au siège de l'U.J.ltE. de Strasbourg, des amis ont ré· pondu à l'appel de'" organisa'; tion et se sont réunis afin de former le premier noyau d'une « Amicale de Droit et Liberté ». Le but de ce cercle sera de grouper des Juifs de toutes tendances, venant des cou~ ches les plus diverses de III population de Strasbourg et de faire connaître, dans ces milieux. la position et les buts de (( Droit et Liberté ». Les personnes présentes à cette première réunion ont formé le Comité provisoire de l'Amicale et ont décidé, pout le 2 octobre, une Conférence à Strasbourg, au cours de laquelle notre ami Josepli Bass parlera sur le thème ~ « Les Juifs · de France et l'Etat d'Israël », La Conférence sera suivie d'une discussion libre. A l'occasion de cette réunion, un appel doit ,être fait poue, une adhésion massive à l'Amicale, Chaque abonnement souscrit à (( Droit et Liberté constituera en même temps une adhésion à l'Amicale, ON RECHERCHE M. Louis SHUL TZ, de Mo.ntreal (Canada) cherche M. Veinapple, de Paris. S'adres. à « Droit et Liberté » AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE (( 0 C É ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4, rue de Castellane Tél. : Anjou 16-33 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI 88-5'6. Nuit: TRI 88-61 /' BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS: ,12, rue de la Boétie Anjou 15·30 NICE et VICHY BOULANCERIE·PATISSERIE dUIVE BERNARD 12, rUe N.-O .. de-Nazareth, Par iS-3° Tél. : TURbigO 94·52 Pain de seigle meilleure qualité Patiss~rje d e la meilleure sorte Conditions spéciales pour mariages et banquets. On livre à domicile. Prix modérés Métro : Temple et République NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les enSembles préSentés par L'HARMONIE CHEZ SOI 221, faubourg St·Antoine , Le « bobinoir ». c'est la machine indispensable, même au simple artisan. Les artisans et fabricants juifs émigrés, qui étaient à la base de la fabrication, en furent pour la plus grande part éeartés. Dans les déportations et les combats, beaucoup ont disparu. Après la Libération, ceux qui sont restés ont dû tout recommencer, repartir à zéro, Et alorll s'est posée la. question des machines. Il restait celles qui avaient échappé aux Allemands, Aujourd'hui encore le problème se pOse. Il suffit de passer une heure ou deux au syndicat des ouvrIers du trIcot, pour constater qu'il y a là, comme dans toutes les professions. des revendicatibns à satisfaire. Les annonces et abonnements pour notre journal peuvent être déposés au guichet des Vient ensuite la machine à tricot proprement dite. Suivant l'importance de la fabrication. c'eit une grosse machine dite Bien que la' fabrication du Les ouvriers qualifiés du tricot ont pourtant des salaireS qui paraissent élevés en regard ETH I:nPRESS 6, boulevard Poissonnière - PARIS-9"

1"" Octobre :1948. - Ne 13-8.1-----------------

1 •• • • ' . J.- T Tout notr/: petit monde l4l prépare activement à la rentrée des -=lasses. On astique plumiers et cartables, on échafaude un tas de projeta pour la nouveile année. DROIT ET LliERTE ' ;. ,T: - L U m'oment où les enfants regagnent les villes pour y commencer une nouvelle année d'études, il n'est pas inutile de rappeler dans quelles conditions difficiles a débuté, cette année, notre campagne de vacances. Nos patronages vont rouvrir dans lZ arrondissements de Paris et en provinc~, et nombreux sont les nouveaux qui viennent s'y inscrire. Quant aux' anciens qui se sont rebouvé. en colonies de 'vacances à Tarnos, Mont·S.·Vaudrey ou ailleurs, il. se sont donné rendez-vous et projettent ensemble des sorties pour le jeudi et le dimanche. Le Conseil pédagogique et les Commissions des Parents se sont déjà réunis et ont élaboré en commun un plan d'activité pour l'année 1948'49, qui fera la joie des petits et des grands. Dan. la chaude atmosphère de notre maison du « Plateau » au kaincy, nos tout petits vont retrouver leurs amis de la « Maternelle ». Ils ont conservé des cartes postales de Tarnos et divers souvenirs, pommes de pins, coquillages .. : qu'ils vont offrir à leurs petits cama· rades de claISe. Aussi, sont-ils impatients de les retrouver et la maison retentit de leurs rires et des chants français et yddich qu'ils ont appris à la colonie. Les événements_ de Palestine la population israélite s'est levée étaient au centre des préoccupa- pour le soulien du jeune Etat qui tions de la communauté juive de venait de naître. France. D'un élan unanime, toute Grâce au dévouement inlassable i Les' enfants du l\1anoir d'Andrésy entassent souvenirs et récits d'Angleterre et de Hollande qu'ils s'empresseront de montrer à leurs instituteurs et à leurs copains. Les jeunes filles et j~unes gena de Montreuil embellissent leurs deux l,oyers et nous y trouverons cet hiver une abno'Sphère chaude et sympàthique. Nos grands vont reprendre aussi leur apprentiuaglt et pou ..... suivre leurs études pour se forger un avenir solide et digne. Certains travaillent déjà et s~nt heureux de retrouver le soir leur maison où , retentiuent les chanis de Pologne qu'ils ont déjà chantés l'à-bas au eours de leur voyage si instructif. Nous laison; appel à toua nos ami. pour qu'ils aient à coeur de faire à ces enfants et à ces jeunes, une vie qui ne les # différencie pas des enfants qui ont le bonheur d'avoir Jeurs parents. Nous sommes persuadé. que nombreulC seront les parents juifs ' qui souscriront à notre cotis'ation mensuelle pour permettre à nos foyers d'équipe~ les petits pour la rentrée. "rravaux d'enfants dans la colonie de Tarnos. ,PLAN DE LA CAMPAGNE , de ~~ DROIT ET LIBERTÉ Il 1 ,1 POUR 3.000 NOUVEAUX ABONNÉS , Chiffres à atteindre

PARIS Total Oct. Nov. Déc. Total Oct. Nov. Déc. 2<- ................. 100 50 25 25 Lens . .............. 25 15 5 5 36 ............ ... .. 175 100 50 25 Valenciennes ., ... .. 10 5 5 , ---~ 140 ................. 225 150 50 25 Saint-Quent~n . .. - 10 10 156 -6" ......... ...... 75 40 25 10 Chateauroux . ..... 15 10 5 19· - '-- 1 .... . .............. 100 60 30 10 Montluçon .. ......... 10 5 5

10" Bld ............. . 125 80 25 20 Clennont-Fe!l'and 25 15 5 5

, 11" ... . ........... ,. 125 80 25. - -2-0 Avignon . ......... 25 15 5 5 12e ................ 40 25 10 5 MaIl'seille ..... ' ,'" 250 175 50 25 13e ................ 40 25 ' 10 5 Nice . ......... ,. " 50 30 10 10 14e 00 •• 00 •••• 00 ••• 50 30 10 10 Toulouse •• 0 •••••• 100 60 30 10 15" o •••••••••••••• 50 30 10 10 Perpignan ......... 10 5 5 lSC ... ............ 175 100 50 25 Limoges .......... 25 15 5 ·5 19~ .............. . 40 20 10 10 Périgueux ......... 15 10 5 206 Belleville .... . - 150 100 25 25 Saint-Etienne ..... 15 10 5 · 20- Avron ....... .. 50 30 10 10 Roanne ........... 25 15 5 5 11Je 8.L. .. ........ . 75 50 15 10 Lyon •••• 0 •• " ••••• 200 100 50 50 Montreuil ..... .... 25 15 5 5 Grenoble .......... 20 10 5 5 Livry-Gargan ..... 25 15 5 5 Belfort .. ........ / 40 20 15 5 . VILLES DE PROVo Besançon ......... 15 10 5 .......... . .. 20 10 5 5 de nos amis de Paris et de Province, grâce à \' accueIl favorable des masses malgré toutes les diffi. cuités, nous avons pu recueillir 7.25Q.OOO francs et envoyer en vacances plus de 2.500 enfants. A Tarnos, à Compiègne, dans le Jura et dans les Vosges, en Angleterre, en Hollande et en Pologne, les garçons et les filles ont puisé la santé et la joie. Ils sont ve,nus de partout : de Paris et de Lyon, de Toulouse et de Saint-Quentin, et même de plus loin .. . , tous ces enfants des nouveaux immigrés qui ont tant souffert et dont quelques-uns sont passés par des camps de concentration. Les tout-petits qui ont pris le chemin de Tarnos au mois de juin, y sont restés trois mois. Ils ont magnifiquement profité de leur séjour et seront bien portants cet hiver, nous en sommes sûrs. Les enfants d' ~ge' scolaire qui ne sont' partis qu'aux environs du 15 JUIllet et qui n'ont pu profiter' de nos . colonies que pendant un mois, o o .Ul SES en sont revenus, pour la plupart, en très bonne santé. La cure d'air, l'excellente nourriture, l'ambiance saine, les rapports de camaraderie entre enfant~ et moniteurs, tout cela a contribué à « aérer » leur organisme étiolé par un long hiver bien souvent vécu dans 'des logements malsains. Les jeunes ont eu des vacances saines et sportives au camp de Compiègne. De plus, près de 200 d'enIre eux, ont visité trois pays étrangers où ils ont acquis des connaissances nouvelles et une vision plus vaste du monde. li est difficile de rendre par écrit l'expérience si riche des vacances 1948. Aussi, avons-nous décidé d'orgamser le 17 octobre, à 14 ,h. 30, Salle de la Chimie : , Une Fête des Colonies qui comprendra : 10 Une exposition des travaux d'enfants réalisés au cours des vacanees; 2° Une partie artistique où chaque colonie présentera son programme enf~ntin. Nous espérons que cette fête donnera au grand public l'image exacte des réalisations de toutes nos colomes et lui permettra ainsi de juger du travail que nous ayons accompli (retirer les invitations 14. rue de Paradis). Dijon Rouen 15 10 5 Montceau-les-Mines 10 5 5 ............... Dans les ateliers du Foye; de Livry-Gargan Metz ......... .... 25 15 , Nancy ............ 25 15 Lunéville . ........ 10 5 Strasbourg .. ...... 200 150 Lille ... ......... .. . 20 15 F élieifafions : L'Ad·ministration de « 010it et Liberté » adresse ses plus chaleureuses félicitations à M. LISSEK, de Strasbourg actif ami de notre journal, et â Madame à l'occasion de la naissance d~ leur fille Lily-Mireille. -- Nous ,!Vons le plaisir d'annoncer la naissance du petit Jacques, fi Is de notre collaborateur Alain Adler et de Céci~e Adler. La rédaction de « Droit et pberté » exprime ses plus chaleureuses félicitations aux heureux parents. Nécrologie L ~l Co mmi s~ i on CClltrale de l'En· fnnee expr 11ll€. sa très chal ~Ul'c\l.~'! sympath ie il ln fllIl111 le du petit Rnul Zilbcra s. à J'occasion du dcuxlcmc ann ivcrsnire d'une mon que nOl..5 pleurons tOI1S, On demande personne pour Publicité. Conditions avantageuses. 0 Il Adrener offres au ,ou,nal, ·n 704. 5 5 Aix-les-Bains ..... 10 10 5 5 Sedan ...... , ...... 15 10 5 5 Cadets ............ 500 350 100 50 25 25 Divers ............. 300 200 75 25 5 Belgique .. , ' .. '" 600 300 150 150 U.S.J.J. (Union Sportive . Jeunes Juifs) .Belgique GRAND BAL DE NIJIT Si ••• le s am edi 30 octobre 1!M8 ... cet emplacement n'avait à ~O heUl'es à la Salle Beaudoin aucune valeur publicitaire il n'aurait pas attiré votre Chamsée d 'Anvers Bnu X ELLES attention. a vec Il ne coûte que 1.200 francs Roger nODGERS et sa gl'ande (20 signes à 60 francs) fo rmation de 15 mus icien s ordI'es d'in.>ertion Atlraction s de ch oix Ad,essez ve8 au jeurnal : 14 rue de Paradis TomLola . - nuffe t. Tél. PRO. 90-47. 00-48 Da n s es ju&qu'au malin. C.C,P. 6070-98 "Chez 'MAMMY" . Restaurant cé lébre pour SES 'SPECIAL..I TES JUIVES dep'llls le 17 septembre Richard INGER dans ses chansons yiddisch 22, avenue Montai,ne, PARIS Métro : Fran ki in-R"'os~velt et Alma Tél. : BAL. 44·57 et ELY. 24-18 Ouvert ·tous les jours. Problèmes On a souvent parlé de nos Maisons, on a 'parlé des activités di,verses auxquelles se livraient nos enfants

mais on a très peu parlé des

problèmes éducatifs qui se posent au personnel pédagogique. Et pour!ant ces probièmes sont à la base meme de la vie collective qu'enfants et adultes y mènent ; ils sont la condition essentielle d'une bonne marche du travail. On peut les examiner séparément, mais on ne peut les dissocier. Considérons, par exempJe, la question affective dans ,les rapports entre enfants et éducateurs. Fixonsiui un cadre : la Maison d'Enfants d 'Aix-les-B3ins, plus connue à la CCE sous le patronyme de « Villa Astay li. Pourquoi la Maison d'A ixles- Bains ? Tout simplement parce que l'auteur de ces quelques lignes y a travaÎlllé pendant pius d'un an, et qu'il a gardé un souvenir inoubliable de ceux avec lesquels il a vécu, enfants et adultes. A Aix , pendant toute l'année, vit d~éducation comportement caractéristioue de leur personnalité. Un tel est mou, lymphaiique, une telae a l'esprit cO'ns· tamment en éveil et pose. toujours une foule de questions ; cet autre est distant, renfermé, son camaraoe est foranc, ouvert; celui-ci se «' coi'le li au premier venu et mendie des caresses ; celui-là vous nargue et vous répond insolemment, etc., etc.,< Bref, dans une pareille collectjvlt~, on est en présence d'une gamme de quailités et de défauts connus... 11 faut un ciment pour unir cet je mosaïque, c'est l'affection qui nous unit tous, petits et grands, à la Vii'la AstaY· Les enfan ts, quels qu'ils soient, sollicitent avidement la tendresse dont ils ont été sevrés, cetie tendresse qui détruit les mauvais instincts, et forme les énergies naissantes. Eh bien, nous pensons être arr'vés à la compréhension et à 13 CC!1- fiance mutuelles, chez nous, à Aix. DANIEL. une coJ.lectivité sympathique, bruyan- r----=-----------te, pa rfo is agaçante, mais charmante de 46 enfants de 6 à 14 ans en m~yenne : garçons et filles s'ébattent dans une atmosphère fraternei'le. I..es enfants, issus de différents milieux, ayant vécu, souffert, à, des degrés divers, unt chacun une ' manière ' toute personnelle de réagir à certains événements, de s'exprimer, de se ten~r ; enfin, ils ont chacun un . \ COMMUNIQUE: NOliS r emercions viv emrnt nos dévoués amis J\1~1. Sinai Jac<jues et Delbeque, ·i, rue du Ve r'l-Bois, Par i,; (3'), qui ont donné l'e::-pecti\' ement aD profit de n o>. enranfs 3.000 et JO.OOO fl'uncs. Celte somme nous a été remise pal' noh'c ami 'M. Decker, de la section du 3- {\rJ:ondbsE'ment.. - JI l ' -'. 66 - fuÎ6,6,ez ttenÎJt p~, enfanl6,., a" DROIT ET LIBERTE ----------------1<'>1' Octobre 1:948, - N° ) 3-8]] UNE. GRANDE ENQUÊTE. de Droit et Liberté J - (J.1.Û, maÎ6, que 'fJ.O.U&z-fJ.O.U6- enfaboe? A grande presse a dénoncié d'o'd ieux trafics d'en- 1 fanLs : acbat à des fill es-mères de bébés pour la des phénomènes de f puis, pal' une act.ion pseudosomme de 150.000 f·r. vers le r.nnacla Où des « tech! légale, acheminement chair des peti ls pour en faire niciens » torturent Inoire vendlls jusqu'à deux millions! Ou encore : recrulement, l)al' le même moyen, de fill ettes destinérs à des « élpvagcs 1) sud-américains d'oû elles alimenteront les marchés aux femmes 1 Que ' de scan~ dales qui sont aulant d 'aspects du Drame de l'Enfance 1 Si les orphelins de guerre n'ont pas donné lieu à de tels trafi cs, il n'en reste pas moins que beaucoup sont à la d1éÎ'ive et peuven t df'venir une proie facile enLre les mains 'de sp:éculateurs d'un a'i.ürc gen, re_ ~ Dangereux pour. l'Etat Allemand» Dans les foyers et maisons d e. ICl Commission Centrale de reux pour la Sécuritéde l'Elat National Socialiste AIl e - mand ». Aux génocides, la HlésisLance chaque jour grand issanle arrachait des innocents. .'\. vec la 1 LILLe libéJ~a trice m enée par les patrioles et, en premier liru, par les P.T.P.F. et les F.F.I. s'organisait le « 'planquage » des gosses. Mais d'un grand nombre arrach'és à la mort, nous l'Enfa nce, de l'U .S.E., de avons perdu la Lrace. Que l'O.P.E.J., etc., le passé n'est sont-ils devenus 'l plus qu'un mauvais son ge. . Certes, l'absence d'une maman, d'un papa est chose irremplaçable, mais la sol li citude et l'affection qui les entourent renclent aux gosses une . parlie du bonheur clont ils furrnt pl'ivés. Hélas, ces enfants juifs en marche Vl'rs l'avenil" vers un avenir que nous voulons - pt que nous ferons - plus lihre .et plus heureux, ne représentent qu'une fraction de tous ceux qu'entralna le tou rbi lIon de la haine. Les autres ? .. Crrlains ont péri. Tl'ngiquem rn L. Arrêtés avec leurs parents. Séparés, parqués et dirigés vers les chambres il gaz comme ce marmot qui balbu 1 iail à peine et que je vis à Toulouse, dans une, caserne o,Li ét.aient parqués des Juifs. On ne savait pas olt se trouvaient ses parenls et sa fiche qu i ne di,;ait pas son nom, portait pour 'ouLe indication : « Dange- Sauver les cimes ••• A des âmes inculLes, en for" mûtion, certains inculquent ccrtaines idées. .. Sciemmel1l ou non, l'on fait fi de la libeJ'Ll~ 'de \'('nfnnt. C'est conlre ce maJ'l'll(~ moral de sentiment ..,; r('l i8'ieux, polilique ou autres, que s'élh'e une cirrulaire du Uircc.!f'l!r (le l'Orficr :"ialional des pupilles de la :'\ation en daLe du 2.) juin 1015. Mais hien dl's gosses, dont Irs placemrnts sont inconBus ou incontrôlables, é cha ppent à celle sUl'nïllance laïque. Ann't1es cie terreur. Rafles ct pogmme . JI faut sauver les gossrs. N'imporle où, pourvu qu'ils soient arrachés il la mort. Mais le grand d,rame en engendre d'autres. En 11)'13, Pauline et David S... échappcn t au sort qui conduit lpurs parents vers la destination inconnue, t r ° p connue. Elle a douze ans, lui, quinze. Trois ans plus tard, en 1946, David est chez son oncle à Marseille, mais Pauline est restée chez l-es « Soeurs» qui l'ont h:ébergée. Après .J'avoir sauvée, elles veulent aussi (1 sauver son âme )J. ' « La fill ette est très montée contre les Juifs », nous rapporte un témoin. - On lui a sans doute raconté que les Juifs Qnt tué le ChrisL. .. Et combien d'autres encore? Un au Lre enfant, ,dans le même cas, après avoir éVé en relation suivie avec un parent, cesse ses visites, puis un jour, au cours d'une rencontre, lui lance un « sale Juif n, comme- s'il répétait une leçon bicn apprise. Les parents de Robert S ... ont ét,é d.ép-o'rLés en 19'13. Il a 'luatorze ans, est hébergé dans un centre du C.O.S.O.R. où il suit des cours en aLLendant d'être raelio - télégraphiste. Il s'est allaché au directem de ce cen tre qlli respecte sa liberté de conscience. Cependnnt, les parenl, s avaient cIe l'a l'gent, deux machines à coudre et d'autrès allai'res qui seraient f'ntre les mains c!'une ti ('rce personne. vive discussion avec leur . mère, ils ont renié leurs origines. , Myriam G... a été suivie par des organisations d'entraide, finalement lass'ées. Elle a dix-h uit ans et vit avec la femme qui l'a recueillie. Elles sont toujours à' mendier de l'argent, mais sont vêtues très new-look. Sur quelle pente glisse Myriam 'l Ces quelques exemples couvrent tout un monde de mystères, de tragédies secrètes et le tout n'est pas très relui~ sant. A côté d'l1umbles gens, au. dévouement peu connu" qUI respectent la liberté des enfants et les 'élèvent sainement, il y a les couches sociales bien pensantes qui songent à calécbiser les coeu rs perdus, il y a les organismes ph ilantrophiques don t la philantrophie ne va pas sàns beaucoup d:arrière-pensées. Laissez venir à moi les petits enfants? Bon. Mais que voulez-vous en faire? Dans le prochain numéro \ IJN NOIJVEIlIJ S[AN~JUE "MORTARA" GRAND LANCEMENT DE DROIT ET LIBERTÉ « DROIT ET LIBERTE Il OUVRE UNE CAMPAGNE DE PROPAGANDE DE TROIS MOIS du ,7"r octobre au 31 décembre 1948 IL NOUS FAUT TROIS MILLE NOUVEAUX ABONNÉS AVANT LA FIN DE L'ANNEE Nous faisons appel à tous nos amis afin qu'ils participent à cette campagne de lancement. , Si Chaque abonné en fait un allure, l'objectif sera doublé. , AinSi grâce à votre effort Dr oit et Liberté deviendra bientôt hebdomadaiTe, pour le plus grand bien de la Communauté juive de France, menacée à nouveau par une réactipn antisémite. L'administration tient à votre cli~ position des carnets d'abonnement. Cette ca.'11p3.gne de lancement est accompagnée d'un concours avec distribution de prix de valeur aux meilleurs propagandistes. La Direction de. « Droit e,t Liberté. » DROIT ET LIBERTE Le Grand Hebdo!l1adaire de la Vie Juive Vous invite au GRAND BAL DE NUIT qui aura lieu Lyon, aoùt W'J2. M. el Mme P... sont alTèlés. Leur fille SAMEDI 6 NOVEMBRE 194&. de 21 h. à 1'3ube DANS LES SALONS DE L'HOTEL CONTINENTAL Drnise, âgée de 5 ans, . est 2, Rue Rouget-de- l'ile (Métro: Conco 'de) confil'e à Mme M... qui 1'télève avec quatre autres en- avec l'orchestre FERNAND BOUIL'LON fants aLlopli rs. Mais cr! te lu- CONCOURS DE DANSES * BUFFET * TOMBOLA r lrice se plainl, que « Denis3 Au Programme: n'ait été ni baplis~ée 'ni ins- LA GRANDE VEDETTE DE LA CHANSON: RENEE LEBAS tr uite clans aucune religion ». LA VEDETTE DU FOLKLORE JUIF : REL IS LE TENOR DE L'OPERA : PASTOR Le père des trois enran ls n... est mort en déporlalion. Invi.tat'ions à. rl'tirer : I l. , T'Ile de Pa radis, l'~O, Itd de I1c(leville citez lous les diffnsl!'urs du 'journClL La mère s'est remariée. Eux On peul r,,:c'lir des lallics . sreolnigt ieruessteé.s Aduan sc ouunres oedu'uvnree -._ _s'a_.are_sse_r à_ L_'ad_~Ln_is l_rati_iJn _du_ iQ_urn_al._ T(_' (. _: P_RO_ 9_<H_7, 4_8 _. . 1 r

Notes

<references />

Format JPEG