Droit et Liberté n°018 - 24 février 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Place Vendôme: une foule résolue appuie la délégation du MRAP protestant auprès de M René Mayer contre la libération de Xavier Vallat -page1
    • Y a-t-il deux Allemagne (enquête de notre correspondant à Berlin) -page1
    • 10.000 délégués aux assises nationales de la Paix les 10 11 zt 12 Mars -page1
    • Yves Montand déclare à D.L. -page1
    • En 1939 Céline est fêté par le Sturmer -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: les truqueurs -page2
    • Céline dénazifié avec les meilleurs vœux de la Ligue des "Zisraëlites" pour la réconciliation -page2
    • Souvenirs d'André Spire: mon ami Bazin chez les pauvres -page3
    • Grève des ouvriers de Kiel contre l'acquittement du provocateur antisémite Hedler -page3
    • Bientôt la grande kermesse de la Commission Centrale de l'Enfance -page3
    • Dans les haras humains du Lebensborn, Himmler avait organisé la production en série de grands Aryens blonds -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

NDOME. UNE FOULE RÉSOLUE apJuie la, délégation du M.R. A. P. protestant! auprès de M. René Moyer contre la libération de TOUS [ES VENDRED,'S 24 Février-2 Mars 1950 N° 18 (122) )(. 20 fr. XAVIER VALLAT~-_ BELGIQUE 5 fr. Les députés A. Touchard et C. Serre, les représentants des AIK1ens Com battants, des Déportés; des Familles de Fusillés; des 'Femmes Françaises, expriment l'indignation de l'opinion démocratique contre le scandale! mt•n t•s tre relase de • Le revenzr sur sa décision ... PLUS QUE JAMAIS, UNISSONS-NOUS ET AGISSONS POUR IMPOSER LA JUSTICE E LA PAIX! L 'tMPOSANTE plaoe Vend6me'. ~onnu mardi dernier une animation inhabituelle. Ven onze h~urf!. moins 1". quart, dêjà. on pouvait voir arriver. l e~ uns aprè" le!'!l' autres, d~ rroupe~ de Jeunes, d"homme~ et de lem me~ Lu pA_.nb nrardaient avec curiositi Jp.ur nombre .rro8sir devant rent,rée du Minislère de III JmdÎcr. F.t "U$. ,II. heure", ordre fut 'Gonni aux: agents de fermer III. dOllble porle coch(ol·e .. - Que se va.tM ~l . il? demanda l'un des OUVTiers qui travaillaient t. la rélectlon de la ehau.uu. - On vient demander que Xavier Vallet soil remis en pr~O'I . 1/ a ,ur la conscience la déportation d Ztt mort de 120,000 JI/ils. - Très tl/en, le$ par!! a //a-y.' Tout (J. lait d·fl.ccord avec 1101/$ ... LES 'EPR~ENTANTS DE LA FRANCE DEMOCRATIQUE Il y a malnip.na,nt plusieurs cwt~ lncs de personnes rassembl~es, C'est un succès. Les rescapés dts C'est le M.R.A.P .. c'esl son iournal Droit et Liberte qui mènent. la campagne contre la libération de Xavier Vallat AIB Z· LES déVlS leur combat . V«r~ T(lt,.. c(llllrlbutil)U il D1'I)11 f!t Libl':rllÏ. Ii, boule ... a1'd Poluonnl.re, Pari~·!t', .~it par (,hl-llue, ~oit tl'f mand,d au C. C. P. 6070.f!8. camps de la mort (pa~ par la faute df' Xavier Val!at. blp.~ au contralre~ ceux dont les étres les plus chers ont disparu dans la fumée des crématoires. t.QUS ceux qu'in~ digne la llbér atlon du premier cmnmissalre aux Questions JulY&s de Vichy etaient rtPrésentrA en cette maUnée m~morablp. du 21 février. La roule se prl'!sse aut.our ~e la dtHé:atlQI\ du M,R.A,P,. qui se for · me i l'entrce du Mlnlstére. On note la présence de nombreuses perwnnalltes. Qui appulcnt la demarche. MM. Tou.c;llard et Charlr., Sertt, députés: André SJ)ire. écrlv& 1n, Lasten~t et. Schalfier, ! Ccre ·t.alre ,enéral et president. d;' »artement.al de la Fédération na- \l'ne .,...rde de 1& foule r"8~embJte place Vendon". v.n hRut, i. .-:allebe. 'luelquu "'f!",bre~ d. la d;'I~ ... U ....... un .. lenHre du mtnJd~re de IR .1udlce Jeoo· Jacques BERHARD .ne le M. R. A. P. «lItn XAVIER VALLAT Hon ale des Déportés et rnternés Résistants et Patriotes. Charl e.~ (.eco!trl, maire honoraire du. 20' arrondissement. Mmes SUvill. dl! l 'Union d'es Femmes f'ra.nçalsf's {20' arr.' . F01lTnial, lleeretalre de la P'. N. D. J. R. P. du 18' 8bl(uet. 5ecretairp. de la F. N. D. J. R. P. du 12'. les membTe~ du sccrHaria.t du M.R.A.P .. parmi lesquels MM. YOlt dille. Palmlt. Kornblut. Falinover, Mme. CÜile CerI, etc .... le~ délégués de nombreusp.s ~oclété8 et les rc ~ présentants drs grandes organlS!\ ~ tions adhérentes au M.R.A.P. N01l5 distinguons not.amment ; MM. Vi! ~ ner. pr()~idellt de l'Association deI!!. Anciens Déportés juifs 'si Blum. secrétaire général de l'Association des Engagél\ volontaires et Anclcn5 combaUanls juifs Alfred Bf!sser~ man et. Bernard Weil. de j'lnter~ yndicale .1ulve : Po.tntmski et A/fred Grant. président (!'t secrétaire p:enéral de l'Union des Sociétés Juives. : Mmes Soph~ Schwartz et Sonia Bianki. de la C(lmml5.~ion Centrale de l'Enfance : Thérese Tennenbaum. à la tN.e des repré ~ sf"nt.anls de 30 tamllies de Fusil_ lé!!; et Déportés. ParmI les jeunes. Qu i sont. nombrcux. surtout les Cad("t.'1. nou!!; remarquons. entrf" autres. Alin l! Frank_cl. secrE-talre du Comité d·en tent.e des jeunes auprès du M. R. A. P.: JacqJlc! Mr.iste/mon. membre de cc comlLr : Maurice Millelm.lJn. !!;ecr clai r~ du Cadeu; Jo DCTIlan..TtûlI. Qu i conduit la dt~ lt1ation du Y.A.S.e, KtJ\.I)ns tn!ln. rn nnm pxc(u;ant dp nf' pO\lvolr nommer t.(lutes les ( Sl1lt~ Jlat:~ 3.\ r--------- M, Jean - JaCQues Bernard, homme de lettres, a adrE';~ au M.R.A.P. une lettre par laquelle 11 s'associe à J'action de protestation contre la mise en liberté de Xavier Vallat. Nous en donnons. cl·dessous. les passages f'ssenUels. QUELLES qu 'aient eU me. .ouffrancCl penonnelles pendant l'occupation, et qWliqUI Indignation qu'heille en mOl t'activlU du collabora· teurs, Je ne sul, pal de ceux qu'anlml un IIIprll de haine et qui eprouvent de la joie à pié· nter III vai",:us. Mals Il cas d'un homme qui, le premier, prUa la main aux rii.crlmlnatlon. raciales qui devaient aboutir aux crematoire. d'Aus!:hwltz est d'unll gravite singulière. Par ailleurs, Il mil IImbJI que la question depasse de beaucoup te cas particulier dl Xavllr Vallat : l'indulgence Ici ne pourrait Que renfor&:er la potlUon r1e tant de collaboratf/ urs, !:ondamnes ou non, qui relhent aujourd'Iwl la tUe avec Impudtnce et dont "attl· tude ml parait le princinàl obsta!: le a une poIlU!!"e d-·apai.e. ment et t. du mesures ,iné~ nU"1 qUI l'on serait en .drolt d~ trouvCf opportunes à l'igard dt peUh eOlflabies qui n'ont a,1 qUI par .veuglement ou par flllbleslII de earaeUrll, trom"e. precl&ément par dllll hammll comme Xavier Val lat. Jean·Jacque. BERNARD. MARSEILLE PROTESTE CONTRE LA LIBÉRA TION DE VALLAT t'ne l~lf'catlon d~ ~uib fil! Ml\r(!;,,!lIe, eondulte par M. Sp.r!t'e Krlwkoskl. Ilr~~!tl(!nt de lit, !it'cUon lIu lU.R ...... P .. IL remll. marfil de-rnler. II.U prH!'t etes Bouche.!-du-Rh(\ne, une lett.rl! de pratp~tation e.ontre l:t libération de Xi"'ler )'Bllat, :tdr~. ...~ ~f'. RU PrMlrient de la Républlqul'. Piull dl! 1.000 1I11:I'Ca.türe5 ri~un.I~1'I1 llU ba.!l dt !!ette !l'Jttrt. p;arml Itsquelle!! .. n rl'Ie"p le,'!: 1'1 .. 11)0 rlP5 peUOl'lnallti.$ lIuh'Rn'f'$ ; .~f)t . FEUlA c--\ssi?lo·. pré!;ld('.nt du Cflnsl.'J;lolre. M. le "rorl'.~seur OLMER. ,·tce·prê;'5l11tnl , II" G,,,nd-Rahbll'l SAL7.F:R. )Ir ALI.:EMAl\'"D. :l"OOlt, M. KAT'/., de la FMt'raIIOl'l d~ Déporth. 1\11'1$1 """ 1t J, 5I1n' h 'anh, lf! familles t'ntlèrtmtnl ma:-;sacro' c.'l. Un ~rnn,1 mf'elinK aur .. Il.1,1 ,lIn".nf'ne p'~h.ln~ 2fi '-rler, lt. III heu,.... 01" m.Un .... Ci n~m: l Ruhl. 60. rue d~ Rf,)me ... ,'~ ptolUelpalion Iles 1'/I" _lI;anl~ ,"i1on~ d"mo('nUqu~ et Juh· ... dt M.n .. i1~. Une grdn~e en~uele~e notre (orres~onddnl ~drtiOElier à Berlin, LYDIE LAMBERT :- "V~~

MOlNIl AINIID

!décIare a D. L. y a-t-il deux Allemagnes? 1 1. - Maisons et boutiques ~ de la Berlinerstrasse... rV.~ y (VOIR PAGE l) I L y a une rue à Berlin - apPl'lone.-la c Berliner StrA"~ e -- l'iii lu deux Allema.' Tnc," ~'Afftl)njent d'une maniere pour ainsi dire palpable : la lrontiêre entn le ~ectellr ~l'ielique et re secteur Hmericain pa~ 'HI milieu de ceUe rue. 'A'.}! mlliSOM du coté pair (onl. p .. rtie du secteur oriental. ceHeA du coté impAir, du steteur occidenlaI. NullE'. pari mÎt'ux que là on ne voit la différence entre les deux AltemAgnes. Du côt.é o :cldent.al. c'est une de ces .. rues à un &eul p.tage , qui ont prOlUeré comme charnpli;:-nons sous pluie depuis l'IntroductIon du mark-(Jue~t. Personne ne s'occupe de r~parer les maisons en ruines ou au moins de débh,yer le terrain. Pas de temps, J'lU d'argent ! Le" !acades mut.llées bordent comme des fantOmes la rue hâtivement repavée. Mals ILU rez·de·chau.~sée. coniiOlidt et reconstruit. des boutlqul"s luxueuses ont été Installées. où rien ne manque, pail méme l'ensel· g"ne au néon. La ou les bombe~ n'ont rien la!sf't debout, on tléve en hate d~s ra.nlees de stands en bols. L·essentlel. c'est de vendre, de prot!ter de c~tte faim de mar· cha.ndlses QU'- plusieurs mols de liberté t',ommercl ale n ' on~ pas en~ con calmé,., Sur troIs Berlinois, il y a un eh/)meur, La trizone parle beaucoup dP.1I « héroïques BerlinoIs '. de l'aide à Berlin. du prMUge occlden~al. et.c", mals l'industrie oocldental« ne manque pas d", profltr.r d" 1.\

ItuaUon de ee tran~on de ville

I~olé et Ure la couverture il.. sol chaque !ols Qu'eUe le Deut_ Journellement, des trains entiers de marchandises les plus variees arrivent à Berlin-Ouest., la vIdant de marks Irremplacables. Ce dont la ville a besoin, ce ne lont pas les marchandises dont les bouti. ques regorgent déjà. mals des commandes pour son IndustrIE! Que par;:LIYse le chômage. Mals là, point d'affalres ! Des commandes, la trlrone en cherche elle-même. De là. une situation QUi frIse en effet la catastrophe : un -déficit et une d~tte démesuré. ment enflés. une atmospnère de !In du monde et la mentallté ~ Après nQUS le d~luge " en un mot, toutes les contradlctirm~ " toutes les tares, t.outes le~ dépra. vations d'un régime agonisant. De l'autre côté de la rue ... ET maintenant., passons de l'autre cote de la ru~. Tout est-Il pClur le mieux dans ce meiileur dcs mondes? Non. natureHement. (~ uile PA('e 1.) 1 """H1lp~4Upe.l'Qtle.,ie ee&. ... r-------------~ '--____________________________ ~ lez favorable : la . rue est anlmée. - commerçante. Les cens s'attroupent devant lu étala,es allé· chants. Lex guirlandes de saucl:r;ses. les vér!table~ MInces de pâtisserie. le IInte ftn. lu belles r.haussures Il!ur arrachent p,n(",ore des crl~ d·admlratlon. . .. Il y en a. des choses! ,J-. 10.000 tlélé;:nés· aux assises naOonales de la Paix Prospérité ... do", le. étologe. E T pourtant, e"iHl,t part1cuU~rement ici, t BerUn. qu'apparait tout le earactcre super! ld!'l, malsain et spéculat.U de cettE'; prospérité de façade. (les 10~ Il et 12 Le M. R. A. P. a donné adhésion et appelle les sociétés et organisations La pluIlart des gens qui clrcul( l'nt dans cette' rue 51 grouillante d'aetivité nI'! lont que l'aplatir le nez aux vitrines, selon l'e~pression t. la mode. Il,, ne Ileuvent s'acheter que le strict minimum quelques hanmgs fumés et les sorl. es les moins chères de fromage. Sur t·rols boutiques. 11 y R. en deux Qui vendent préclsément ceg articles de consommation courante. Les autrr.s ~nt toujours vldcll. même celles où l'on vend du savon dont le manque s'est fait si cruellement .!entlr pendant des années. DANS tOlite la France, on en parle, on .'y prepare, Une rêtmlon de quartier dan. un eah, l'assemble. des habitanh La situation ~ conomlQue de Berlln- Ouut est, de t'aveu du ~ Magbtrat ~ ( munleIIlall~) lut-même · tout slmDlement catastrophiQue. 1 EN 1939 CÉLINE EST FÊTÉ PAR II STURM ER : « U mUta", frCUlçais Cilin~ JYfédit 1ft lin sanglante de la France » 1 1 1 • t ~_"'_U .. looItH ..... __ 'Ii II' .. - ---.-....-. -.-.• -'...- ... --t NO_ -' ~" l. __ .. .a....._ ..... & __ 3_ _... .... _~"'. no_. __ ~ .....--"" -- ... ......,.~ _,..t .. _~ n. .. -... --. .. D\e Jqde.'n tl,G.d un~t-r lln:nü'lll , 1 _1 1950 ... il ttt grarilé J' « un an dt prison» par contumace Jan$ •• JYf0û., JOM ClOU' lir~z lf comptf rtndu pagf 2. , a se joindre au d'vn village ... et, après une ami· calI discussion, quand chacun a dit les ralsone de lutter, par tOUII les moyen', contre la guerrll, des dêlerues sont élus. Ce sont des travailleurs, des menas;eres, des personnatite, connues et d'humbles combattants de la paix, des vieux et etes jeunes, de braves gent de chu 110U8 qui s'unissent, laissant de cote les querelles subalt. rnes, pOUT défendre leurs foy.rs mel1acts. Elle!!; ~ ' anJ1oncent donc bien. les DeuxIèmes Assises Nationales de la. Paix et de la Liberle. Qui doivent Ile tenir:), Paris. au Parc df'~ vaste mouvement Expositions. les 10. 11 et 12 min prochains. Lf'S Quelque JO.OOO personnes QI.II S~ retrouveront ce Jou,r·la. pO.~ de Versaillr s. eXDrimel'ont sana aucun f1ou te. la volonte de l'.m. mense majorité du peuple Iran. ç.1.ls. Pourquoi de telles assisl'!s" Par· ce que le dJlIl&:cr de guerrc se prér. lse. Parce que les etats·maJors du pact l' l\tlantiqup. n'en SOnt plus à f:lire des planll, mals passent 1 l'actlon, rêpllrtlsscnt les arme~, organisent la répreSSion conu-e tous ceux QU i asplre,nt A la paix. fSuite pare ! ) LA FORCE DU M. R. A. P. par ANDRÉ BLUl\1EL L .~ legende l'aco~te qye, loI'" de dic,:custiions c:ltre phit(')~ophe~ gl'C(:S ~ur la rcallt.e du mOllvcmenl. le cyl1lque Djog:èn~ se leva et f':e mit à marcher pOUl' prouver l'existence du mouvement. Le M.R.A.P. est un mout;emr!ut, son action' le prouve, Aucu:1e manlfelitation antilil'mite. aucune act.!on raciste SI'! prod uisant en France ne lui echap~ pe el aussitôt 11 mulUplle ses manlfcstatlons. s .. !!; I nter~' ent!ons, son a ctlon eft lcac!:'. Une malheurt'ullc Ju ive est.-elle condamnee comme Anna CymblH. l ~ M.R.A.P. n·a de- ce~se qu'il n'ohtienne sa ,rAce. !!;a li btratlon con dlt,! onnelle eT. la malhcureuse vicr. lm(' rccouvrf' ahls! ~a liberté. Qu'un prat.l('!('n de J'antiscml -· I,lsme eommf' Xavlrr Vallat, Qui n'a jamai~ rr,nl~ .~es eoncep\.IO:l~ l'l, lH ~ lJuJour5 pré! :\ If's mettr~ rn pt'f',t,iquc. ,o.olt remis f':1 liber~é J'lQUr Sf'S romblnaisons politiqurs, R\'('C un oubli etonnant d.'~ v:e!!mrs ~; I, une hu()uciancr compift" d(~ J'ave-nir, k M.RA.P, non seul('ment J'lrot.este. mais agit.. S ANS doutE" ~ur les deux cent ~olxante - trois societes juives qui ~ parta.j:(ent le~ milieux juifs parisiens. 11 ne $'rn lroU\'e certaincm(;'!lt aucune pour approuver la libération de l'extrémiste rrançals ie ptus eHicacE'. mal!!; la. pIUI}ar~ Hl contentent de votCi'r des voeux pieux Q.ui rngouJdl! S~-l1t leUI' conscience. et s'cndorment ensuite dans une Quletu I.e $atiMalt( . Le M.R. .... ,P. $e dressE', fai t un mcel.lng où 11 ra.s.'iemble, a dt:faul. d·ot«anlsa.tionJo hnnleuses. dfls homme!! vr.nus dl! dlver~ horlzonl't politlquf's. qui expriment la pro~ testatiOI1 des maSM:1i populalrc.", dl! l'opinion PUbll(jue ct du ParIs toujQurs pret it protester ('.ontre i'lnjustlct". Le M.R.A.P. pense que Xavier V:dla~ annonce d'autres libérations. d'autres grâcel . Bêraud ct Maurras sor:t encore en prison. n f~u t. n'(,l'l-ce pas. I .'s en sOrttr. pf'n6e-L-on dans dil'ers haut. lit'ux. ANTISEMITISME rt l'éactlon SQnl. des tl'rm()l; 5)'nonymes : la m~m(l vague \(:~ apporte. Apre~ la \OuetTC de 1914. un ofr: dcr ~cnera l qui Hait certalnem" nt, un excellent (,arllclcn de ... nronj~. s 'ccr!a!! . c Au fU!' et ;\ m('~urc [lue nous nnUl! c1olgnons de' 1;0, gucrn,; lnl-!, II') cheval dl' l':lv ;)Jf:rl~ reprend de l'Importa. nc r '. Mai~ cesson!; !'lronie,l ' Le sang répandu e~t encore trais, Cclil1f' cst tOU,iOUfS prét,. n resl,e f'I1Cor(" dCII Juifs. Xavier VaUat ne tl'ou\'ait-ll Das a ~n procès Que ICii Ju:fs franç:t.l$ avalent vralm(" nL !.Ort dt" M plaindre 1 L'anfl5émiU~ mt'! éV:lnO~1 en 194fi ne d~mllnd e qu'à s'p.xpflmct avec le r("tour de ,;~!\ c~lcfs, L~ M.R.A.P. groupe 1( !i \'I;lIant •• 1('5 actifs. les rcve!llés. Les a_H,ft;s '-f'ule!l t·n~ dormir dans la tlr-dcut cie \'ClubU. 011 I1nconseienc~ des futurs crod!!; ! Avant. d·t'!I.!'c dan!' le b~cher. la température est douce 1 DROIT ET LIB ERTE Les truqueurs r lUJ; 10:n' nous l:ronf.. en ef/~\. oetl· « expliCation JI du marrJl-é lloir de la eh&u!oIlu re _ .. C·"5t là q',:"Jn le \'oi\ l'enjr, le Nlporttr f;~ FnlllC-Tfreur. M'~ r.e.~ gT(')S 1I&bo!s. f t.A POLICE N·Y PEUT RIEN, , 'el"nprN&e'l-il d~ dire pour ~O'Jvrlr SK amis, E'T SI. EN MAJORITE. CE TRAFIC PROFITE A DES COM· MERÇANTS D'ORIGL"l"E ETRANGERE, NON MOL"l"S NOMBREUX .sONT I.ES NATURALISES DE LOr\"GUE DATE, .so:-l"S BE!,LEVILLOIS, QUI REPROUVENT CES PRAT!· QUE:S. » Attilo el la psychanalyse L'antisemite psych,n,lysé ... Il n'a p?...! ~il : S.A. ou 8 5., Ilal~ D'un rendes . vous à l'autre c" eSt toul comm~! Il nu..Ilqll~!! qu ~ lqu~ ml:liotu à M. O~ pour un fliln Sur le débll.r r.J.~· ment a\:!~ en Ariq ' l ~ du Nord - Qll":j, cela no t\erme! ~'écl'I:\ M. uI7nlgrt-Dr\lbr~I1I!. ~a grom huile (Le! ieur l r(m du ~ !lm('u~~ pa.~ le 6 f~ ~;I!r 1934., le j'l\U'l"al I.I! Jour , lu mag.ulru Ir Lt" Pnntem;'ls ». I~ ln lr!rues ca(luludes de Virhy." Et rie fh" 'r lm ~nd .. z.vou.s Il l\f. .().W..) . Ré~.u liM ; t.. Gro nde r t'fd,:;::- A.lJc;enle : la vérlt. ..'l .bJe R~~13· a.:1Ce d"A tl ique (lu Nor1. Préstnt.s : ie pohclrr R P.P'. Achi!1ry (qui IOTiura du p.trlo les en 1941 avant· de mj.lIrolittr quelques collabc.~ pour Se dOl'mer un a:!bit, II' gén~ral MoSsi (com r-té pour un mliiicm S1lr ln fI~h~ d ~ VM Co), le consul /t.{lI.rphy (rup;Mrt.-or ~ P:\r)jl.n), e t, en vel1elte ... 6.rru!r:i~alnl!, préunté COU1:ne le héroe de H\·t!ne:nent Cui qui n'arriva. que }" ...J. ;~ 7 MvemOrf, a Aigu) l'indu. ... tr lt.: L emli!(I'c-Dubtt\I i! ... Huil •. Il . 'q:it dl! rihablll!er VIchy et doe l aJ..rt oublitr la prCl!ongallon del $pltnt: eLoH d~ ce r4!gime ~\ A!rlqup. du Nf!rd pluslf ul"s moiA aprh l'arrlv~e d!I L"Oupts an,I~-amérICllnes.. E.'X'i\-m~~, la pr4!5ence du Mglonnalrrs d~ D-.J ),Ion. Esr ll-mo!4!. le maintien (n pri· tQn de mllli'n de pa.~rlotl)~. ERCat!1.0té, le !'l'tU5 dl r4!te.b:lr le d~crèt Cr4! .nleux .[; défaillants! 1 L r.~ een .. lne~ de manlrntanb "enu, ma.dl dernier r.p-pe- . 1er l M. Rtn' "a~· tr qU'1l J'asp11le ' fluelClue peu ... cl~menct .,11 la ... eur ' lIu mitres et ull.b1:lulu ••. 11:1ul i a. oubli. nt leurs vieIl mu, (lnl ' •• ntr' par leu. at-llon d leat e.mb .. th·!t' Cflmblf'n ~r.nd~ est rellr Indlfndlon deunt le 'ati que

I:~e:e~: :11Charles:~~!te ~h:::r:~I:~ !

l.quelle l·e"terlftlnI.Ufln de..~ .TuU. ft'ut PU un crime ,uttb.mment ,rn'e p"ur Clue IfI cflu'[l.ble 80)\1 .DbU,,1. de JlDr,er ... pelnlll dfl prl. fln - d~Jl bl.nlfllO - JlIsqu'au 1 haut. 1 Le M.R.A.I'. 1 depula lflnftemp.' pu JUJ'er de II. rr,,,,IU de la ,ItuaU" n. En .Iertant l',,plnlon l'lIbllque Il a, di, ]111 ilébd dt. Ion exls_ t.enee, a)t~ol' Il l'ullion 1. "plu 1 larre. li .. lendu une m.ain fraterrleUe Il t"utu le~ flr~nb.atlon~ qui 1 préUrlhnt dUendn lu InUr!b i du maHU Juhu, tn lu Invllant l st joindre i. l'aetlon r.flmmune. Il r a , .. lt en toate 11:Iraulf, sans le· , ni, eom"e du qlleuloll1 de rn·s- ; Un . .... s rlfJ~lI:b, ete. - pul,qucq trop ITaVeI ·et.lent lu quesuoDsl en uuse. iC'iKTTE mal" tendua n'a P" o'tt U .eu.pth. La F ~d~nJ.lfl n 51f1' IIlIl.ct. la Ffd.lTdl,," du I!flclfth J I/ Ives, la Ç,R,I.F. O"t cru den,lf ~lIIter dans leur _ Iplandl6e IWle· ..... en! a. J:t leur abstenU(ln a'nt, en Iln de eompte. ttadulte p.r une , fI .. ulvUii com"p1ète devant ln h~-I .. emenb. Qol eux ne. reltent plU i l ur plaee .. Cette r.uellce a !tt .êvèrl' ment l ul:'~'" p:\~ le, muns. J,u adh'd (lns Qui affluent ':u M.R.A.P .• ln .Pllrobattnn$ qu'll re~"lt dl tOIl' ... l'.rb CJ\ ut la mel1leurf. 1 , feu.ve. 1 11 Y .. pl" •. DH erltlqun shtru l'flhellt .. u uln mbne de cpo, ar,anl$aUona quI prc!thent • "olr . "flllit ~'. Nou, ne fuonR que dbr ! . " f xt.r.it d 'un artlele paru dluli . 1. Il 1 dt 1 •• Volx 51""I,tlll . : Une foi.s de pllU. le C.R.I. F". tt!il, fornullemene. représente 112 C'ommunauM Iwc« tOlft (ntltre Cl prou lit qu'il n'ttalt qlt'un 1 nom, une fle ffon. La Fbfl!ratfort dU SocftU$ Ilffve.t CI. (Ile al'-'sf'l I!tmontn!. Ul~ fou d~ piUl. qu'e /f' n'était pd.1 d la I1(H..!tflll , dt la t4che. qu.·elle dol'1tut/t quand Il '1· Iflllait t'tmer ... , L E M.R.A..I'. c1:InUnue la bltall' I le. On V(I)t pwtnut lU aW_ ehe., on Ir'qu~tlt .. ~eI mectln.t:~, lU reçnlt .u Plrlement et ehu lu : ~Ius dll la NaU,," U. dMé,ll"atiflns, eft ~~rlt, i. 5nn aplI~I, du ",HlIer~ de leU ... , .ux lIoU,·"I •• 11ublles. I,e l\1.R.A.r. e~t pré~cnt liOn pn5te de combat. Tout cela plOUVe "'eo t,'ld~nçe que m.leré la dU.IlI'nelll 4~ eertaine. or,anISlt!onf, lei m.5 ~n 1 jul ... es ,ont rh"lun ~ se batke p"ur Impour - ft,· t~ j·en,emble l 1 du f(lrcu dtmo-traùqufl de noIre ! pal'S - ]e ehltl ment dU traitres.! i le rup~et dt 1 • .TU;; et III. P.Ix. i Il ~!Ü!.l../IJpf1 \1 , TARIF DES ABONNEMENTS à Q",,-.!L.~ • BeuL POUIUll"I ... . PAlUS ,.) _ T'l , "0 U·GI el TAI 11·14 - FI'lA,N C.& I:T !.lNl0N FRANÇAUilC 1 , mal. ............ lU Ir. , mni. ............ ,no Ir. '" ..... " ....... 1.100 fr, P,\1'3 f:TR .. NGERS , ) nIai. ............ 4~O rr. •, mnl. .. . . . . . . . . . , A~O rr. 'R ..... " .. " ... \.SC, Ir. TARIr SPECIAL Dour l' aELGIQI.lE COlI pt. cbtque Dastal 1 'OlO_~1 l'ARIS Pour ]n ch .... 'eznent' d'adr~ul gvo:ytr 10 ir. tt la deUIl' .. Daah. CO:'l!lTt Dt DIRECTION' And" 81.UMS .. ~Uu'lt. GRINS,. ... N Ch .. lu Lt':DtRMAIII ,"lute.Rol'1l0 LeVY ... r~ra"t , C • Ot:E:tARI!:& N.M.P.f'. -- ~ • N .. P. tznp " (lIMOn ni." • bout r'olSl'OMlùe ...... RIS ' 1 , qUe Péta.in avait abrOl'é p.a.rCI! Qu'll prtlclam!\.lt r~ga.1ité en drOi~ )lour ln Julf~ ... Un~ gl"f.o&5lho f.1.1'lfici\t!on hldorlqu"' . .i. hl. saur,e L8Sie'Jr-coea. Col ...... E~ portée il. l"é :ran, c e t~ ! toi5. Comme ~i lM! oeuvres JOU!'f\aJ! FI.j. ques de MM. \"on Choltitz, HjalmarSchacht, WeYia.nd, YV!U BOlJ.t·h1Uler et CIe ne 6Urtlsai(!!l l pu! Vin Dp J'hll!l«, Jl/l8mn:5 au vin. E ~ de J..l Lem1Irré-D\Jbreuil, à ce~ autre 1( gTand Indu~trlel JI : M. l@ cOlIsul de Suède Nordling, des rouJem~ls à bille S.R.F. el de la « Tréve JI ~e Paris en 19Ho. L·autrtl jour, il pré.~idait un banquet (ençol"l! un!) copleusement &1' rare. et pour ca~e, pulsqu~ l'14ape e.'1. question était organlsl.~ en l'hon· n~\lr d~ M. Douarche, l'un dl'$ plu, Impor\anUi vlticulteun:: de France. Au moment de porler un IOas~ .. M. Nordling. ce M. Douarche trouva. tout ~ coup !"insplra.tion rn AJl)utant un nouveau ehapJtre (comme ùt (' i~ fort bi!'n fEpoqu~) :\u livrl:! de Tait.linger et aux MémolrM de von Chl)l, !: t r; sur la Libéralton de PariS ! « La. déCision d~ p"ulrver la (op/. tlll!:, d~lara·t-i1. lyrÎQUCf. luI anoDe/lé! au flerl~rot a/~ ;nlln d ci ris8lle d'un d~, leur..er « /'Hd~e M ~ urke. A 14 erDWl· me boll. t eiUe. M. Nordling 41Jo.2it CQIt· V!i!nc~ von CholUt~ 1 , On lOurit en conna~u", on Vida encore quelQ.ues bout.e\: ~e: : el tt U1 le m ond ~ s 'en alla. con ten l. Mals Que peuvMt bien penser dl! ct'tte troisl~me boutellle·ne)!: d,! C~e! opat re les Insurds qui, à tO'J.P de bou· tt.lHes d·es.st.nct, de!trulEirent du lan~ allemands et lirent l'Hiüoire en Jlb4· I"an~ .Pari!:? Les ( Bons Bellevilloi5 )} 50ucltux d~ raltrapu une cli~nU.l e populaire qui s'en va - ges chiffres de vent.e ne manquent. pu d'un~ cet· talne é~O luenct à. c ~ t égard. le jouma.l Fr4nc-Tlreu,. a. (eelre a ~ tre.s) env~ un repm-t.er .. Be!levi!Je. La marchandise prësentée par ce mOn:5leur ~ut-elle fair ~ illusion? Nul' n'~lre pas trop milll enveloppée, foU", dtpgt., en lo'It CM, tm curieuse odeur racl~te ... On nous p3rLe (mine de rien) dl'..t 1( PETITS GARS A LA R"ED&SSE » q ui hantent l~ bars m~ fa.més • AIN· 8I QUE DE NOMBREUX ETRAN· GERS. DES NORD-AFRICAINS EN QU:E:I'E DE CHALEUR. DE ·LU MIERE ET DE !iOniSONS VARIEES JI. Ce n'.l;t pa...~ la. première 1o:~ q'le :e journal dl' M. Altman cAlomn!e perridemen\ les Nord-Africains en lM & ;!lo,~iant aux gllng6t.érs. Cha.cun &alt. n·e~·t-{'e pM. o:rl~ \I)US If!~ If. Blco\.$ ~ sont d~s ivrcogn"1' 1 Ei que Its cc Yid~ JI font d~5 « petl!es a fralre.~ ,.. Nous alions demander .. x.a.";er Vol" la t cO:\'l b!en li b ut de ~n~ra !iOO!l pour tIre un • bon BelievUlois . ! Un pr:u fort de cafe! S,lI' les ~vén~ntlmt.s qui viennent de le derouler en C6:e-d'Ivoire et qui prou\·tnt. h~l ~li lune loil de plue. que dAm. les lerrlto]rl'li colonia.ux ;11. dlserimina L!on r&cille eoOt dn·enue ure \'!r l:ab:e méthnde de gouyemement, plumeurs df. put ~! ont depoee! des d,... Mandes d l ll ter~lJlI. tion. Mai!" l("~ homm~ s Qui vlden~ l'Union Franplse d~ touL c()n l~ nu pour n' rn hire qu'utte é t!qu~tt! camouUant mal it maintien de l' t.n cl p.!"I r~gime cond1\mn~. dem3nde. tl.t de renvoyer la !l;/ICuuiOl"l aux ca.lendea. e~ r~f u li ent ct·envoyer !Ur plll~ un!: com:nlssiOn parlemental]',"- d·en· qu\!! :e . . Au eours du dl!l'n i~r débat t l'A.\:· &enlb ~ée nallona!,.' sur la flxa.1ic n M Cel mterpelll tlOlte, i\t. Ha.mani Dio)] 1. dépu:.c! du R.D.A .• dé~iaJ"'e t 1"a~~-t"e du nlinl5tte de 1" F'r3nce d·Outr e· Mo - D2 t1 POtrt décision mi~iSlérfelle, 1)')1U alle~ ! tt(Nm tOillt rcronion. en Côu.cf·IVOtTt. la Jormàtion de loul {!Tou.pe 1) 14 tOllt a.ltmul't»t.ent. Je Ilti, ; q ue 30U! fOCl'.upation. una réu nion de 'J}/118 d ~ qualr~ pl!r307lJlt3 était ClJIlJidérèe co mm ~ lin al~ro!tpe7m'lZt. Est-ce v"tre rU/fnit/on? Le ministre nc répom1 pas. Plu~leurs. volx : - R~pcmdr.z l Rtpon.!Ù'z f Le ministre !.ignifie. d'un ,este. qu'il - ce n!po:"\dra pas. C'est toUt de m~me, on en eonvien· dra, un ~u fort de ç3.f~ ... D~ caM payé 54 !ranca le kilo au p roducteU r a/ricain! . Drl)ft "'t 1.I/ t,lé monM&Jl, III. ~ema1ne d~rni~r~. com:ntnt crrtalnu bO:lnes àl"l\~~ s·1I.;Pl'!lquilient • bl'OU11lU le prob: eme du rll r l ~me f.n r~~ounnt à la. p5ych~M.ly!;t. Il ~·agl55iit. ~n rts p~ce, ri'..:. r,Hlc.nt IIn~ino!r et ~u rJ!m Je JUis Il" Ill!gr,. Or \'"ici Que tk non mlll1l5 bonn!'_' "mes dkoulTtnt qut'! le racl!me l'ln tj ~ m iu ~ réduit, lui alUl.l, .. une .1· !"-Ire rie !roub,n pa.sslonn~lf.. de p,y(' hos~ et a '.ftrn COnl p!cxe$ Urés d.u ba· zar fre(,d1tn. N'!l rlilu pas que !·an:lSélTllttsme. comme LOUt phéMmnl1e 6OC1al. pe-"t cHu ~tudl. I cien tUIQuement, Qu1l prer.rI n3.luar:ee dans des condll:oDs ~eon om lq'! f'~ l'~ pOJl tiques tlê:ennln~e •. qu"!1 CO!l.:ltue 1111 t'"Xc" ll en~ moY~n d ~ djl'n~lon el de dlvi~lon l'lU ,crv\Ce (les laJ;Cic:es et IIlUlf'.lIS d" !l uerre. 1'\011, Hitler nf. relhe que de la na.rco-synthfu . L'e nv i~ dt hUe d~ pogromeS ~'expllqu~ Jl?r un dér~ngement rl all.'J 1" clJ"cul:.tlon 8anillllte tt II! ty~l~me paruympathlCjue . :-:.\ d~ nalll, laccR;ent une ~ynajl:oq ue ~n Baviere, demal1d~2'\'Oal'l d'a bol'd 1:'1:5 ne 5Ou!!rent pu d'un !'fItOlllemtnt. C'r~\ M· O~ear E. Ewin.g q1\1 j'a dit (da.us un b'U1~ue ~ t Nt.,,··y.,rkl : l'l'lnti il-émlle eSt d'abIJrd un ~~n("1tlf, r:aychllnaly~tz~ e. ~t n lui pU.l:eta i M . Ew]ni:. Il-CIllt plue de préel~icn. ~ un d~, p:~ iTftnl.is pollclp.rs d~& E l a ~8·U ni~, Idmlni$tl'l.ttur de !I Sec',! , l'tté (Mérale. De Münich à P,ri$ &ms :a pl"Otectloll de r.ul. Mac C~ oy, Adenauer. Ehnd et du Irop la.m~ ulo: Dr Phmpp A1. erba.:h (don ~ Il'.':" ler t ~ur:s de Drfl/l et I.therU n'f,nt p U oltb~l é !e rOle Qull jo~a daM l{'~ prl)filnauQr., ce Dacha u) , un certain nombre de AOud3roS et proeroml!tes oe V13s.o.ov ~ l'Ont. entre lutnl &ffjlié5 à l"lniunaUonttk de.~ T r!llueA, é:a· blis en Bavière. Le'lr "hel, un .. "n~te f d·'Jr\gine ukrainienne du n o)m de BandH a. vfent. d'é 're COl1!lU:t\! rl\r le ;ér.él"al Remrr, ~:Ul l'l'lI nie j'exltten,'e ll(.~ CAmJ'l! n.ui~ et se vllnte d·.\vol/" 4!crm le complot cl'I 'in JuHlet C\On~re Hitler ... Un porto-parole du parti socll\l!s[~ du Reich que dll lG~ Remer, J'a. reconnu )Jllb:lQuem~nt, et d.a.nl! une con!\!rtnee de presse : 1( N,lUS vnulons enr6:~ r .les CM.\CjUAS de Vlassov dan! d ~.s grouper. dt prote~.Uon conlrlll le commllnlsl1lE: J. Pen,jant c~ tem)J5, un al'Pf~nd q\l·une ~socilltir)n .1- Pli 6e r.on,llt 'Jer ~ Paris qui 1·J.stembl~, ~Oll.'i une ét!· Q'ltlt~ trnmj'le--ïoei!, quelC!ue! ~ébri, Ile l'a.rm.é~ Vl as,'ov d"mcur~s ch~z noua. Les mtmes pour reeommencer ... Attila est-il Americain? A peu pres a la même heure où le prolfOSSMlr EiruMm :al1C" !:n reten tls.sant crt d'a.iarnle. l'écr.va ln américain Ip MamIord, qui n'a rourtlnL j"nllb ~ 'I {juSqu'à (~ jour) d 'l"nI!U:s I\·te h co nmi8'i!on dCf; 3c'tvl! :s antJantêrlcai. nes. ~ll)quièle Vl\"rm"r:t, dan~ ) 11. rc,'I1~ ani:a!5e lVorl4 R el·i~ ... , dl" re que IC!.'o d!r1g~nls de &On pR.yI pe~sent .. ut!· l!ur de~ arm~s d'extermination massives. telles que bombe H. bombe ato.-niqup, bombt bacUSrlolr!g!Qlle . « Voil:}. qui montre. d!HI, 11n méJlI"I.1 I"l~ 1J. vie hllmalt'l~ et d':s llr!llclpe~ ~ur ksC(uel~ ~'ert lou,touu !I)ndé ~ llo~re civ!lis.\li01l, 'ln mêpris plu~ cruel et plus pl'ofond que celui ct·Attila •. 5\ nOU3 f\VNlt bl~n compris. c· .. ~ t donc: 8. un nouvel Attila qu~ l'eVlenl ia ch.lrge de déf('ndre !a eivla~ a. t(on oc::ldcntale ... Un q;[j ne &er'i pd contcnt de c:elt~ dé~averle ce M. ;'bmlotd. ( 'ut M. Tnlma,..'l ..• Communiqué L'AsMielat!on des Marebenda Jot8i~ et PeUh! OImmuç.ants luits fait l'1"(I;r qu 'elle orJ'anbe ~on Bal Annuel le fllmanche ~ ma15 1950, dlln~ les IIIlIlonlli de l'HM"I Moderne, plaee de lA R~publique. C~ Bal durerA de J:S henre.~ à minuit. Orcht.str& SQlIfj Il\. dIrectIon ri!! A. Schmllovltll. _ Tomba!:\, Burret. Mme Marle MldJer "t Mlle SlIrah FeWlllan (TlI.rnOo!;) félloltent Ume et l'l. Jean-Louis Telcher ... l'~". sion de la. nalAAanee 'de leur petite Will Sylvie, Uéline dénazifié (uvee Ics 'liciliclIl'S voeux dc la Li;: .. e des Zisraélites pOln' 1, .. réeolieiliaHon ") SCANDALE 1" Non, on ne peut nltllle plus qualJtler de .scandaJe C& • jlroch , de Loub-Ferdlna.nd CfUDe qlll I·est déroulé, en l'Ilbsenc& cie l"lnt~ren!. devant 1. cour de Jm,· tlc:'l!! dl!! la Seine, mardi dernll'1', le Jour mêmll oil j'II: René :Mayer .( ju ... - tltlalt» offlelellement la mîose en liberl\!! de Jt:nvler "allat. . Depuis lon~temps , un hl\bile battage 1\'.11 éte organisé en laveur de Céline JIU une • ,nnde presse. amie. Fr.nee-Dlmanehe commença, il y a wh de deux an!. D'autres ballons d'essai suivirent. Entre autres. un cerbin Pifaz. Iml de Céline. trouva l'in· ~~nieux moyen de publier &Ous &On nom dan~ \ln bouQ\lin les lettre. qu'il recevait de CClpc:!nhalUe. Le mot. der· nier. paralu.it /1 Paris un livre sllné Céline. 2) d',,"oir ~té membre du • Cuc1e Européen .; 3) d'I\voir IIccentué sa poJitlOll pOli. tique, poussant, tant pa.r su paroles que paf tes ~crJts • .l une a,zrilvallon dt la pers~(ution Imtijulvt. ; 4) ct'avoir collaboré pu ~e. ,estc!!, démauhes et actions avec l'I)CCUpaflt: 5) d·avoir dénoncé comme eommu: niste le Dr Rouquès : 6) d'avoir 50utenu l'adion clu p.p.r . d" Doriot; 7) ct·avoir violemment attaQu~ la Ré. sl:;lance: 8' d·Hre l'~rti. en aoùl 1944. el'! Allemagne et d'y avoir .. té trait' par les nazis ~omm. un ami. 10.000 délégués ... Des articles savamment tournés ont pre ~entc! l'auteur des - Baa:ate lle~ • comme un incompris. Un iénial Ineom · pris, ~'olre mf;me la plus grand protecteur dei Juils! Ce • grand éerlvllin • est devenu quelque chose COmmt 1" pere ,plrltup.l de l'e)(lstentlalisme, et. du eoup. tout ce ~u'il écuma pendant I~~ ~nn~es \·crtu. contre la Fr ~nre. eontre la Rfsi 5t ~nc e. contre lei J\lih. ne paru! que je1l d·,nhnt terrible. Il y a quelques Jou r. /1 peIne, e'e~t le journal , Comb.t. - cie la R~ &J5" n~e à. la RévQlutlon _ Qui manifestait I.e plus de compréhension • C~lIne. M. Claude Bourdfl ou\'ralt ICS colQnne. il un profusor lit hum~nIUf':. de Chir. ago. "mtrlcain et juit, Qui proctllme. AI }frands r~ ntC" rt, de ciTations de Tmt· .:o;ky. que CeliM n'ett ~s lOin d'étre le plul; .grand lilt~ r .teu r de lous les temps ! Ce n·t:st d~j" pa! mal. Mai. ce n·eSI. h~!al, pas tout. Et pouruln! CIi!!ne adreue 11 la Cout" une • rHutati"n • de CE't exposé incomplet dC':s h ih. ~ pré.!:ident donne \ectur",. Cuignol"s band (SUITE DE LA Parce Que M. Truman a d on n~ l'ordre de fabrtQuf!r la bombe à hydrogène. Instrument de destruction mast.lve. Parce Que l'Allema· gne de rOuest. mllltariste et re· vancharde. est relêvée, r~armée. Parce que les préparatl!s de guerre entrainfmt derrière eux le cort~: e habituel : misère. superlmpots, réaction. atteintes aux Ilberté- s, antlsémitlgme, racisme. Parce Cju'cnfln la J;:uerre taIt rage déjà, la guerre tue, la guerre ruine : combien de jeunes Français, com· blf'n de jeunes Vietnamiens tombent chaque jour, là-bas ? ... Le M.R.A.P. se devait, lui aU$sl, de prendre résolument position dans le combat de tout un peuple contre le~ fourriers de la. mort. Lut.ter contre l'antisémitisme, c' es~ lut t.er pour la paix. Mals· la réciproque est. vraie : chaQue coup po:- t\! aux faut.curs de Ku erre est une victoire sur les pourvoyeurs de crématoires. Le M.R.A.P. a donné Ron adhésion aux Assises nationales et al)p~ lle tout es les organlsatJons et t.Oclétès à adhérer aussI. Chacunè d 'elles enverra, au' comité d 'orga.nlutlon des Assls!1i, une lettre ex. po~ant le:; raisons Qui l'ont ame-ncc à part.lclper à cett.e Imposante manlfestat.lon d 'unltt lrançal3e. D~ j a nombre de sections du M.R. A.P. ont partlcl~ aux se13~lonll de dl!tc:-entes Assises locales Que ~ortlra·t·1l des AsslMS dei ID, 11 et 12 mars? Elles pf'rmt.ttront d'abord de dresser le bllan magnt!tque de l·ac· tlon acçompl!e par les. Combat· tants de la Paix et de la. Liberté, oepulg les pi"cmlères Assises nationales (novembre 1948l. Citons, pour mémoire, la ( Lettre à Truman, Qu! a recueilli 1.200.00tl l;\gnature.s, le .. "ote pour la Paix • du 2 octobre. qui a rassemblé 7 mllHons de voix, et a.u~uel le: M.R.A.P. a 'P_ p" rté lei 5ultra.:e~ de 2:2.000 Juifs. la Camp~JI"lle en cour~ pour l'interd ic· tion de la bombe atominue. .... ct.uellement... c ·est. :;OU$ l'égide des Combat tants de la. Paix Que & 'organl~ la lutte pratlQue contre les préparatUs de guerre. Les A&sloOes permettront d 'étendre et de rentorcer cette lut,te, d ·~la.r gtr l'Intluence du mouve- PREMIÈRE PAGE) ment. Elles Joueront un r61e d~cI· sI! dan& la aauvei"arde du bien qui nOUli I!Ht le plus cher: la Paix. C·cu da n~ l'illct!on et dans l'u· nion Que $e pr( parent les AssIses, par tout le pays. Les hommes et lu t emmes Qui particIpent aux a.ssemblées locales et départemen· tales &Ont v~nus de tous les hor!· zons, Le 19 févri er, aux Assises dépar· tement.ales du Gard. partiCipaient 950 dl:lêt{ués. Les villes industriel· les comme Ales et la Grand'Combe, étalent lU'gement reprtsentées

les villages avaient aussi en·

voyé un nombre appréciable de dé· légués. Da.ns la salle du Foyer communal de Nlmes, on a pu ~n· tp.ndre. entre autres orateurs : un pasteur. un soldat en uniforme, un Vi etnamien. un catholique, des membres de dltrérent..s partis. qui disaient leur accord profond sur Ir prcblème essentiel de la pilllx. 150 déléllléS ont été élus. dans I"enthou. slasme. pour les Assises na· t.lonales. Le méme Jour ,~ tenaient. à An,.., ulême. les Assises de la Char ent.e. On remarquait notamment la. pré3tnce de M. Pelgnaud, membre de la S.F.I.O .. prcsldent du constll communal d'Angoulême. et de M' Leteull, président du con$~ 11 dl:partE mental. Au cours de ces aulses intervinrent des représel1tant. s de la fonderie de Ruelle. qui rendirent compte de leur lutte pour que leur entreprise travallle )Jour la paix. non pour la guerre. Angoulême sout,lent actlvement lcs dockers en  :"r~vt de La Pallice

4 u::mnêS de vivres et 80.000

{nncs leur ont déjà été el1voyes. Ce sont-la. deux exemples signl· flcatJ!s de l'unlon et de l'a.ction. Noua pourrions les mult.lpller. Le succt:s actuel des Assises 10- elles et départémentales, le liUC' cès futur des Assises nationales, montrent que c·est une l'érltable vaaue de rond quI se lève en Fran· ce comme toutes les fol5 que la patrie fut en da nger. Les caravanes de la palx Qui arr iveront If! 10 mars à Paris. venant de to us If'l' coins de notre pays. apporleront avec elles l'espoir et la v()lonlé d'un peuple Qui ne &e résigne pas au massacre, qui saura défendre la vie. Seul" la pre.ut! tlelèle fi "upr!t de la Re. J$llnee a rel u!e! mn pardon à cet homme qui est, en fait. un trh grand crimInel. Ce!t ain!l Que M. Pierre Hervé ap·

,orlait d1m~rt .. ntC5 r'vllallons lur le

r6 hl de Célin .. eomme e.c:ent du S D. nali. J1rotc!cé par Knoehen, produisant devant l~! fonctiinnltirts de la Ges· t.1lpO de Rennes des pllpicn Qui luI ouvrent tnutu l(!~ \XIrtes. et d~nançant à l'ennen11 des lntellectut.ls lrançais tiMl~~ au PaYS. Nou~ :tVl)ns publlé, QUlu,t III nous. le texte d'une note edre Charlesés p~r Olto Abo:!t~ au conse!l!er d'ambanarll1 Zeitche!. Il en rt.&50tt. on ,'en .ouvlent, que l'ambl$5.ll.de d'Alll!ma,ne wnllesl\ ! érieu~emenl • raire d", C ~lj nl1 lm tr's Important "erSOnnajie du premier Cl)mmlsurlat aux Quest ions ;uives ... Et ce ,,'est p., tout f Estimlnt, u ns doute. quo rheur. était ve:nue POur lui d. Ml f~ i fe dénI.: r.:ilier. Céline a ô-'mande! lui-méme à !!'ue jute! p.lr c"ntu:-nace. Et noui aVO:"lS assisté ~ 1. proc~dure habituelle. Deux robes d'a'"Ot:alS .'., ittrent. non ponf plaider, m;li, pnur pr~sent er r,bset\t : M'Albert Naud. dcilt.nseur de Wv.!. el M' Ti1l ier.Via-nancourl, anc ien mInistre de P~t .ln. L'aet, d·accu~.l io n reproche l C~line

1) d'avoir clcrlt pendant l'cccul1.llrm deux livre. : • Guttnol'a band. et • Histoire de! Bt:ton~ " d.n. !'Int~r!t et pour le COmpte de la proparanc1e hitlérienne! ; Puir: on (l3M'e JI l'Inlerminable &lrle des Itmoi,nage.!l adressês au trlbunll en favtur dt. l'incul pé. CommC! les reboulcuX poursuJvls P OUf exerdce 1l1éllal de la médecine am~nellt deVint 111 justiet un. loule de cl ients reron"ai",~anh, le Dr Dtsiouche~ a bit "enir sa client~le à. luI. On Il don~ cité le profesieur Lan!ul.jouI. le prof~.ueur Mondor, n'lallar_ méen. le Dr Tournay. antisémltfo épis_ iolaire. le Dr P~zet. le Dr Claoué. l, Dr J~cquot. M. Kaiser. ain~i ~u'une • muchande de qua.tre-~Ii sons '. Vo!l.1 pour la Faculté. C6té liltérature Mareel Aymé, ubiquistc, Jean-Gabriel d·Ara· "nès, poète célihopiane, Galtier·Bols· sil!re. crapouillo~, Thierry Maulnier. collaborat~ur de MM. Mlluriac ct von Choltitr.. Mile Orlan ... Il y av. 1t auul du Henri Min .. r, le potn"gnphe bien connu. d(l~ lettres de Belt ique. etc ... Le conml de Suède NMdlin ll. de, ro ulements lt billes S .K.Y" dt.mande (c'est son babitude ) la trêve pour Cé· Hne. Et.. enlin, le clou: la lettre de ... l'A.· . .. ('i.Uon du 4rdllte. II(lUr 1. R~ecn. (.1II.UoD }·'I.n(alse, lettre alVIN Bis~ muth (journaliste) et Tuma.l"lnson (dc:1lisl.el. De bons ZI"aflit6, QU(lL. l.:n vrai GuifTIol's b;.nd ! Aussi bien (ommenel.e, J"&fl"ire ter· mina comme elle devait se terminer : un an de prison. ~().OOO h. d·am.nde J Bai.telle ]Xlur un nouvllllu muSlcrt.? Ils ~e Immpent lourdemlnt.. ceux qui -ricanaient l' .. utre jour à 18 lee!urt du extrait.. de leur auteur préféré, et tou~ lcur$ pueih, s'ils croient qUI! ce verdict ~eu a.cc ~pté pu lel honnf;tes gcns de notre pay~. Pour lutter, il faut des armes Nos armes ce son t notre des brochures, etc ... journal, des affiches, CELA VERSEt NECESSITE BEAUCOUP D'ARGENT

\ • J) HZ • N .. US!

VOTRE CONTRlBUTION AU FÙ: . nS DE LUTTE LE R.\CISME: ET L·ANTISEMITI5.'I1E CONTRE AdrU~l. \"c» eo""I1 â Droit d Libt"rte. 6. boulevard P"ir..sonnlê,re, Parls-9', $Olt par t:.hèQue, 5 lH par ma.ndat au C. C. P. 6070-98 .• Iz~ L'ACTION DU M. R. A. P. Deux millions pour 1. luIte contre l'antisémidsme et p'our 1. paix LISTE N' l J;; lc.IoI-Zl!lechow ... Fid élité à la Franct. CbmlelnJk ............. . Collecte Mèh (2') .. . (;oUt.cle M.R.A.P. (19') (féte$ ) OIl1ectf' M.R.A,P. (XI") ... 12.tlOtl 11 15.000 » 10.000 J 500 1) 660 II I.~O , Tol:tl de III 3' liste ..... , 39.860 $ Tolal pr~cldent ........ U:UOO , To~11 l c~ Jour.......... 182.7611 J Conlre 1 ... ~t.qUeS antisémit~s "'·(lU. raDpel"n~ que 1 ... !\err~t.a.· rlat du M.R.A.P . • d~ddê de ff. pandre ~Dmme \1 c nn"J~nl l tnlltt. .ttaqu~. tnutlll P'OVDCfttton antÎsé. mJtIll. Quiconque a\lll!' été 11 .. \'I .. ~lIme 011 1('; t~moln rie t e !~ tncldenu Mt in\"lto! '" les !;Irnall!'r "II M.R.A.P. qui ",ira en oo"~(oqueflce . LII OImml5111n\"l Jurldl'lue du M.R.A.P .. l'n parTIculier, l 1I met à il' HsJ'o.cltlnn rllI tous T'Our lp-!! protérer cont re I!l'Il eJlrM racllltM. (onlre là IibéràHon ~e Xavier Vallat MEETINCS Un meetlnl. organiM pat le M. R. A. P .. a eu lleu dans le ,.' arrond l~e· ment. La prtsldence ét ait &.s!urre ~ar M. Rlbcjld. vice-prh-ldent dt. l'Umon des Socl~tés Juives. Ont pris ~ucc~s~l- DERNIERE MINUTE Magnifique succès du meeting de Lyon l'ement la. parole : MM. Abrakov, dt (;ne, fQul1!! de: plul\! de 700 p- !rllonnfls la socltt6 • Les Amis I5rat)ite~ ' . qui SEo prt!l~aU, nlludJ dernlj!r, dane la demAnda Justice nu nom de se.~ trots fil, a.ssa.s.5!n~s par les na~i.~; J~ prl)· ~a.lle Berrlet-)llU~t, .. Lyon, pour t!SIIeur Brasseuil, des Comba.ttants dl' prot,,~ter cOlltn 1" mise en liberté la Paix et de la Liberte: le chantre: de Xllv]"r VIlllat. Vletor Tulman. du Coru\5tofre. qui SOli- On n'on'aU j"nl:tlS ,·u !lIms ('.filtl' ligna Que certaln$ rabbins qui avale1,t "llJe parC'l1l ml)\t"~l11 enl. ('l'unlt~, pa_ pl'ot-e~ té contre la ju~te condamnation r",il\p '·o!ontc\ d'actIOn parmi Ip,,!, ~~ tCharles 14 février 2012 à 15:38 (UTC):e 1~1~:é°i! ~ii~sCharles 14 février 2012 à 15:38 (UTC)trYe ~·o~~ Ina 'srs Jllh·e$, ~nlhlalres dan~ leur ~ntlon de Valla! : Fourmansky, au lutte. de tolites lei" fonu de dt!:roo· nom dM anclell~ deporté~ Juif5. ct cnlie el de pal". Charles Palant. secrétaire du M.R.A.P. M. Ju~tln GODART, qui pr~1!-frllllt. Le manl!esle des Combattsmt.'s de la l~ protet ;~eur ' .... E1tTHEI.MER. C:hQr~ PAIx et lit. lettre du M.R.A.P.'u pr~- les PAJ.Al\'·r. 8I?:l'rtta.lr~ 'du -"I.R.A. ! Iden~ de la R!pubHCjue ont Hé adop- .P., nnt. f!l.ll !l.J)J1ll1udlr par l'n~.15Ian- Lb t I"unanlmlt~. Une d~lrgation II. Hé re enlbou.o;ll\5t .. 1. jll."te et fe,m~ Ill)- r;on ..o ;tltu~ pour se r~l!dre aupres des Utique du M.n.A.p . ~tUl1. Dl n~ le :r arrondissement. lors du NI Wi donl'!nrons dlln.~ lIolra vrn' meeting organisé Imr le M.R.A.P. sow: t'haln lIume'rn tin com Pte ren,lu déla prkldence du Dr Ma.jdorl. MM. Ro- (aillé 11ft ('eltll 1lI;l.;nUiQue aMf'mland Lecoulre. des Comooltanls ôe la blc'e. Paix, reul al1ll)}. de l!l .P.ND.LR..P., • r--------------., Lu. r l'!p resent.a.nt de M. Pierre Malet, maire de J'arrondissement, Weiman. La. populalino Juh" ft toUI lf~ secretaire de la section loca.le du M.R. climounel du It' .rroIl41»~mtll~ A.P., et Charles Pi lant. $ecrétalre du ".,idtrO"t Jlombreux ;\ la M..R.A.P .. ont p]·is la parole. Une r~w- REUNION DE PROTESTATION lutlon a ~t~ votée contre la. mise cn l!bC!rté de XavIer Valllt, et une d.elé- CONTRE LA LIBERATION gatlon ~Iue. DE XAVIER. VALLAT PIllee d~ Fêtes. Aprèl! intervel.ltion d~ M' Lenoble. de~ Combattants de la VENDREDI 24 FEVRIER il. 20 h. 30 Paix. M. Kornbluth. ~r.erétaire du M.R. RRASSf;:I'Ur. I)F. L.\ (; ,\Il.E A.P., a nlontré la néeeS.'llté d'accentuer lJ~ .• venu, D.llmnn!l. 1~4 les protestatloll1l jusqu'à ~ati~taction. J 1OENDRON'I' LA "AROLE Le$ ~fllxante penonnes présf'ntes ont vote une ré~olutlon contre la libt':ration de Xavier Vallat, et une d~légation a été élue pour se rendre auprès des élus d~ l'arrondIMement. Dans le quartier Colonel-Fabien. un meeting a eu lieu au café • Solell-Levllnt J, trop petit pour contenir tous le! hllbltant;s venu" protester contre le scandale Xavier Valla~. Apres les intt. rventlons de MM". Lenoble et Stein~ man, une dtléialltm composte de &~pt hommt.~ et femmes victime! de Xavier Valll~ était elue pour tie rendre luprè& du éhu du sect.eur. et un~ r~solution .. été votk a l"unanlmiV. Toujours d~ n, le 19', lors d" .m me .. - Un, organisé par les Combatt.anu de la Pal", une protestation éneflIQ~.a ~té Ilevfe' contre la scanda.le JA.1! il_ration de VaUat. A la fondation Jacob Benveniste San. pub lici te! tapageUlle. .!;ane grande • .\mbitione, des oeuvrei'J font l'lu travail utile. C'est ie CM de la FondAtion Jflccb-Ben\'enl~te, dont « D. L . • II c1l!j \ ('u l"occMion tle parIer. Jtudi dernier. au e()\lr.~ '\:le r~~e ~ mblt!:tl J:"tmér .... le annuelle des donateurs dC'i cette fondatioll. M. Benvenl! lte a pr&e.entf\ un rapport d'acl1- vitfl montrant la situation criUql\e de Ja jeun Mlle eel.udill.nt"" et Foulirnlln! la néceftl!it~ dll lui vl'nir efl a Ide, RemarCjuab:~s liant les résultaLa obtenus en ce se:ns par la fondatIon ~n 1,949. Le prO{e53eur navltl, de la Fa.eu! t ~ d() Droi l de Paria, el Mme Salllnge MQrln. de la Maison de la. PertfJ~~. ont AUMi évoqué lb d ifricu ltée que re ncontrent lell jeunes étudiants et fait appel à t'usistance pour que 'a P"ondation "&l'n'enis!e. qui lIlura à satisfa ire 100 demandes 00 bourMt dlns le cour. de 19W, rr.CëOive tout le lliollUen qu'elle mérite. Fn reprêlJentant du M.R.A.P. a lI!Ia Jué l'oeuvre IICcompile par la fondation rt lIOn lIym· pathlquc prt3ident. M. Bt.nvenillte, dOnt toue nO!'! amie connaiMC!nt l'act ivité inluu.ble au 8'!rvice des vietime. de la. gu'.rTe, et Qui, au eein du M.R.A.P., Illtte t!fir;ac:ement pour la PAi:t. Mm .. MOIROt!D Chrp,!i.", pro.lren. Pt du Con5. Com. M. LAUPJl.ETRI! Con •. Munie. P.C.P' ~t . J~an TF.tTGEN Consfllltr munlclp. M. R. P. M . 1':0. VOISIN" du ~ecr. '11,1 MRA.; RESOLUTIONS Les ouvriers et la direction d'une maison de confection N'ou. ; avons reçu la ré-solutlon $ul .. l'ante : • D·un commun accord. lu ouniers, les ouvrlf,retô et la. direction de la mt.! • IOn de COn1eeUOD Abe, 10-1, tue du Tl!:mple, prOte6Lent ê ntrlIQ:UP'J1:)cnt : - Cont re la mLce en I!oe:t e de Xa_ vier Valla!., qui nf': paye Q,f\m a:'l e~ demI d·empr\.$nnnement ptlur la res_ pan.sllblllt~ de la départaUon de 120.000 Julb : - Contre ccux_là méme~ qui 60nt ruporuables de la liberté actuelle de ce nazi, et qui enCOUraitnt aln ... 1 l'Idéolo_ gie la plw; lXIieusc de l'H \:lto!re. ~ (Suivent les Alinltures.) de Strasbourg, Soli nt-Quentin. Périgueux, Lyon Au cours d·une Mln!e cllt~ matogr .. phique, .. Strasbourg, 600 p"rsonnu ont vot~ u~e r~solutlon contre la IIb6_ ration de VlI.lJat. Il en a été de m~m~ /1. St-Quf!ntln, au cours d'une conf~rence où pa.rlalt M. l"arbOr. et à Lyon au bal du Anciens Comb::o.ttant~. o~ la résolution a été ~ignée par plusleur! centalne~ de p~sonneJ;. notamment par le grand Rabbin de Lyon. DELECATIONS C'!l'Bt une dtlégaton compoUt ~$ onze perSOllne~. dont trob orp~,el1n, complets. plusieurs f!mmeA de dépor_ té5- et le bUle.aU du comlt.4! du M.R.A P. du 2' arrondiucment. qui s'est rendue. le lundi 20 févr lu, ~ 1$ heurell. auprb de M. Robert Lecourt. député M.R.P ancien mini~tre df! la J ~tjoe. La dtl,,: gatlon a fa it part à. M . Lecourt de l' ln_ dlgnation soulev!e parmi la popul a.t1on du 2' arrondisument par là l1~ra tlon inJustlfic'e cte Xavier Va nat. eL lui de. manda de prendre po:;i~lon dans cute doulonmuse ette lre. M. I,eeourt Il malheureusement re. fu.s~ de prendre po&ltlon C(lI1tu la sc:mdaletll't. libération dé X . Vallat La )JOllulatlon êpr~\'ée et tOU3' les patriote/! du 2' arrond l.l;~emem apprécieront comme il cOl"l\'!ent cette attl_ tude. qui ne Pflut qlt'tneOUr3ier d.·au_ tres InJWltlces et. la libération d·autrcs collaborateurs. Sur le front de lu Poix Nice Ma l,ré Il!6 ca mloru d~ C R.8. wn;;s d~ lout le ,o.,ud-Es l, ma làl·~ iee trN~ canon.!, ru chenlfl eltM- .. 1 le~ mitl &\lle:: se~. !e ~ docker! Ill! 'Ont rl'f~ il; elllb~ I'I1UCr la plaQuc O~ lanc~men t rl .. V2 liont le pl'f:llli~l' tron ~on ,"vait ~!é ba~ulé rI~ns le port, mardi d~rnier, pu la NlçOl.!. La Rochelle lhl,ré lel: brut.alilé$ polidèr("~ l~ do.:.k~rs de La ROChr,ie on~ re tuE! d ' em bit\:lll~r du miL!érlel de iuerré il. br r~ dt.: ea.tJo A li TCV. I;s ont l'lé-cl et~ 1& grh't IQtale . Solidarité ClUX dockers La f~~4!ralion n~ti onale ,Ie~ rro:-'s "t docj(~ a dé)" l'e.;u, au litre de la ~oadartté, lln~ $Olll:lle r\t p!IIS ~e dtllX nl!llIOn~. J.·lmPDrtllnce d",~ somm'~ r.o : le c tf.~s llroul' ~ la sr.l:d:u!ti du l'~\lpit. d~ Y.'r.111Ce 9.11)( d.l)ckr-~ qui lullen! ~r)\II·areU!cm.'I')l. p Jlll· c.1\1vegardrr :3- paix. A Milon Les chemlnell,!; de Milan onl l'olé un~ motJon I)U !l5 d~clal·'nt Q'l'il' Pt transporteront pu les arm~5 an\éricai1' 1u el'lvoy ... .1 tn Italie an !Hr! du p"e.fe AI I~ nl!que. A Gênes Les d()Ck ~T& dr G~nt5. :t-pr~ C"\IX dt la. plupJ..rl dei )!Ortl itaJient. I)nt p rl& la. dllklsion de n ~ plIS charger l1'l d(!charltr rit maté.r:tl de i'uerre an\éllcain. JOURNEE DE LUTTE ANTICOLONIALISTE DalU tOU:.t. hl F'rlnc~. du mt-tt.ll1ts d 'amitié aVIte l,.~ jeune~ rI-l r aV! co- 10ru!4!6 ont .éU Ol"ganlses, le 21 !hner, il. :·appel de 1 .. Fédération ,n10ml!lie d,. l~ .1~ull n'~ délnoc i"a l:q 'l~. ~s dt. zalnrs de ml alol'1~ d, jeune.!l ont dtt l~ 'lr \'olonté de s'oPIIQ& !r fi. !a jl:uerre d·lndoch.lne. 150 MILITANTS CHRETIENS PRENNENT POSITION Lors d 'une contmnrx rllnfot"ma_ Uon pour ,a l'ai" lI.U Vitt·N:'ln,. qui 8'el ' tenue dimant"he du nl er, à I~ v. I~M oull l\eaux . cent Ctn(Juallle "'lit.tMU; de q , lIn~ Ot'gAnis9tloJU chr! uennes 'o! mnt élc'·~s ronlre la. ~ 'Jf'Tno

lu Viel-N'am. '!I ')n t vo:è U:le r~I Co lu!,

jon par .!aq'h, J\C 11~ a'cn;lI lbt'nt nolam: n"n~ à t tCfndre III t ro!:all dïnfor_ matlon ~t l'a...·r iolt t l1tr(prl,~ (n l'lUI de la !!tll.or CONTRE LA DOMBE H ET LA BOMBE ATOMIQUE Au çr)u:-s rl' ~ :n ~ r.ol1ft!1 tnre cl .. rress~, Bel1n Wi1.11l!.ce. dlrl!;"Mnt du Parti prO;J:rr6-'I ~ t~ cie ~ EIa.:~·Unj s . a iJtptJ4!i i,,~ AlIltric;l.ln~ il n:ig"T ,i('l Tl:unUn pt riil gO'I\·ern~mtnt. d~1) EttV-lJnl!. rH_ rêt ill1mMi al d~ :1\. !~briC ~ Ti'Jn (lM 1.lfIml es a llydl·ow:/. n~. ,, . Le r~l'rtselllall!. des Q\llLk ~1"~. li-! Sil.mll~ U!wri.,..,~. inl.f!1 \'ellllnt .. une 50 .. ~ c:"mmisslon néR A!falrlU ~trIJ1ta"~re& du 1- tl\ll lI.:htncaJn, li. èt'~; a.r' que la. IIt n~ il)n pris~ r~r i\f. T ru:T\&:"I. de f.llre fabl'ülUPI" il!. boOlbr H eSI i"tmOraLe a onlll.qr/!1 d~ !tC!Jts.f~. - NO!la ft! rl!lC/)mmar.~rn nl la'ft(J~ l'ISSU, a-t·lI ajoute!, d~ re"tl llfer Il I"opt· 'B"'t $'/"1' laQ""",llt 10. )'I/I.t t ~CC: l'U. R·S.S. n6 l'~ ~t ~Ir, flc)r"n lll! qlle Pi" la fl)TCt. "'lllIlIlr( /1:: , Etats.UnJ~. OnZe ~3 V,l.n'~ at()~~ tl ~ Q1:ùtdeBrelagnO! vlenp.e t"'!t de I8nc("r un Ar l!'el 1"'ur /1 '1( lU l'/u, ?rGnd$ f11or/5 ",un t j tits en 1"'"" d'~lter \In!! dil4JUIi/ •• guerros atom./q'Je. l 1 1 i 1 f • ••

• DROIT ET L1BERTii ----------------------___ 3 -

A PI\.RI$, entre deux lournées

" YVES MO TAND La tema.ine prochaine: Vous li n'!% d~s révël. t ions de plus en plus sensationn~ lf~s dans la trois i~m e partie de not re enQl,lête 1 f • nous 0 dit son horreur des préjugés ruc ioux , . .. • COMMENT L'ANTISÉMITISME SE FABRIQUE AUX U _ S, A. Of.. '. "', .. .. ,. " \ 1"... " Jf'IIC Y VER ~10:\TAND, eXlllnsif Je p~nge qu'lI faut combattre ... qUltnd Il é~'oque l.una-Park toutes lell manifestation! d'aMUsa· __' ~ ____. :._ ______ ~'~'_ __~ ~.:.~~ _______~ '~-:......:.:. __. ..:r~-~ _____ ~~_14 février 2012 à 15:38 (UTC) ___ ~K:":':O.:. ~ _ ~~ :::::::::::::~ ou incarne le!! l\'thmes du mittsmeL même les plus léger". Et, ' ---- Swing. tendre pOllr« ;\la Suzon », Ilour ça il ne faut pas que lu Juif! soient seuls. JI nt biol1 que gal comme on Mit l'être .. il votre mouvement çomnte de tlont- Parb », nO'!ita!gi lu(' el délicat breux nan-Juif •. Votu camna,n, au souvenir de!'! « Feuille!'. rnor- contr. ta liberatlon de Xavier Vai· tes », tendu pour peindre Ic~ lat cat au ni ucellenfe. Berlinerstrasse LE S[ANllALE VALLAT (Suite de J'article de Lydie LAMBERT) (8 U 1 T E Jnachiut& f'nfumées de ft La Evidemmf'nt, Yves Montand nous .1 '~ il parlé de 5es chansons, de t.es Ir,Ya vneu"e cMlho: n.t.-..a nd ",.~ multlp!{', proJ-el.!i. avec cett-e r am 'II ar"t . DE LA PREMIÈRE PAGE) 1 1 ·11 hM· cette bonhomie. cett.e slmpllCllè Charles;neQu: ~~\is q~von~ ll:'ut\au::: qu! lui valt'nt la sympathie de tant Une 1iocl~té ne 1iaute pal à. pieds D.s indllstries créé" cl. tOlites jour. nous ne le connllissiolls pas d·admirateurs. J()lnt ~ dal1s le soclallsml!. Bien des pièçl5 Il vient, de 6ulsse. li part. pour probltmes r~stent 1 r~soudre. ble-n enCharlese'malns dans les pochf's. Iié- une grande tourn~e Belgique. des Questions épineuses. blrn des POURQUOI? L'Industrie pha.rrleux, la tete en a.vant, Yve5 Mon- 6c:mdlnavle. Egypte, Liban. obstacles et dej; diUcultés. maceutiqu., était., oomme tou- I! nous a dit combien Il Il II. les les autres, dans des mains tand II.rpente - pull o\'er rouge:\ coeur de renouveler le goClt du pu- Mals Il Y a la certitude Que ce5 privées. AU premlp,r souffle de la col roulé - le tapis IL grands car- bllc ou plut6t de lui taire enten- obstacles seront surmontés. victoire alliée (et pour les Impéreaux noirs et blanc; de srm petit dl'e ce Qu'Il aime rêellE'ment. de rlallttes nuls. ll'l'roche de 1'301"- ,tudlo de Neuilh' -- du piano aux. 1 li d Il n'y a pas ces contrastes répu- mée russe étaIt le c: ma.nethecelboltell de carton I.ccun1aléps du bnser !I.'..-t!:c f!S ('. ansons u gE'nre ,nants entre le luxe des spéculadl". n a," la,·g,. b.I·,· l'~:p~ c t.endres~e, care:sse 1' ... Il A. émlnE'- teu'.," la ,nl."-' .'n,,,.l-. 'nt-, pharh ~ du régime). les dirie;canb • 1" S ""..,-. ment contribué à rendre plus sai- v·, , .... ,. de clI!tte Induitrle (et de la plu- De temps en temps. Il s·arrêt.E'. les boutiques pleines à craquer et ) Il' b taeA II: nous. debout dans le soleil ne, plus humaine la cha:1son fran- les consommateurs qui manquent part des autres ont p aiag-es, de oe hultl"'-' 't., •. ,xpli,u'" ~on çalse. d t t 1 1 h t alOl's qut personne ne songeait en~ "" " , _ On me reprOQlle parfois les e ou sans r en pouvo r ac e er. cote t !(!s Inquiéter. ont passé à point de vue en rechr;'rchant la ehansons que Je chante. Pourtant. Tl )l'y a pas la terrible Incertl- l'ouest. eOlportant leurs brevets. !orn,e la plus Imllgte. la pius !a.- personne ne m'empêChera de tude du lendemain. la menaCI du l~urs r~ce~tes, leurs Ingrédhmts les ~\~I.el'e, Joignant le geste fi. la pa- chanter ee que Je veux. A cause de ch6mage. Il y a du travail pour plus rares et leur éQ.ulpement. Et. quand l! parle d'une scène ça, on m'a refuee le vlea pour tOUII. même si ce travall ne pro- Que l~ ur Importait qu'une popu- ,'écut-. Il redevient l'acteur si a1- l'Amériqui. Mais j'al dit et répéU : cure pas encore un niveau de vie latlon de vlnlt millions d'~es m~ du public de Iles tours de Je vien9 du peuple d je reste avec très élevé. resta.t sans Insul!ne, uns l'iulfamlchant . __ car acleur, Il l'est, autant le peuple. Cert.ell. on manque encore de des. sans Quinine, sans serums. ? 'lue chanteur. Ses nouvelles changons ? Il Y en beaucoup de choses de Cl': cOlt-cl L:o. fabrIcation de mtldlcaments L·"nt.lsi!mitlsme 1 Bien s'l1r, qu'Il a dt'ux, dc Francis Lamarque de la c BerlIner Strallse .. Mals pour l'humanité souHrante est, en ,onn.lt ,a. (l'aIutte.u r 1d e 1of: .'\ Paris lI'l ), Qu'lI se c 'es t parce qu ··11 n . y • n • pa " a- ,'.lme capitaliste, une source de _ Sous l'occupation, on vo..-ait pla s gna cr partlcu t rement: sez, pal; parce qu'Il y en a trop. profits et les chets de l'industrie clairement qui etait antistimltll Un bal, un petit bal et Un eornet pharmaceutiques M)ngent avant. et qui ne l'ttalt pu. Aujourd'hui, da frites, C'est souvent lui qui a L'exemple des produits pharma- tout à leur Intérèt, t t··· des Idées de chansons... ceutlQues Illustre à merveille les on rencontre .ouven un an lteml' _ En ce ' moment j'al quelque raisons de la disette de marchandl- Llndusn·le pharmaceutique 1 !lsme MUrnO,Is. HUlen,aln. Il ,Y a chose en préparation. Mals Je ne ses qut règne encore en Allemagne la zone SOViétique dut étre créèe dei ,en,' qu ,.preaque nUd",lO em· pela pa, VOUl dire quoi : Olt ris. orientale. de toute! pièces et en est encore A ment d lent ce chose! 0 &U8e~, ex .... rlmenter. pour certains pcod " t· Querait de me piquer l'idie, Il ne " d ~ Ce 80nt let restu Il o~cupa Ion, suffit pas que t'ldh soit bonne : L'Industrie chimique a eman e duits. les recettes restêes secrètes. peuonnalttéli prfsentes. MM. Kri w.\: oskl ét. Vodts, anc!elU diri geants. de la L,Le.A., MM . .Iouplt. CreUz, Grun, RavIne. O"rdon, ete. DES MANOEUVRES VEXATOIRES Un nombre limite de déltgues sont autorisés a entrer. DIrigée par M' Maurice Grtnspalt. secrétaire généra.I du M.R.A.P" lA. délégat! on comprf!ndra Mme SOS110W· devait se pré~:.er de nouveau à 17 heures. Cette nouvelle provoQua. une vh'e émotion deV3.11t le Ministère. Le rendez-vous était vour ~ tont /iJ:é! _ Comment? On lie moque de nous .' ... pouvait-on enténdre. _ Il faut quI'! la délégation soit reçue maintenant. La. délCgat.lon est entrte il.. 11 du na llsme. La .ènératioll nouvel- encore faut-II bien la rial 15er .. , avait wuJours été prospere et les Toutefois. on il dé jà paré au plus 1. a H' marquée par 1',antliSèm.i- Attendons donc (avec Impatlen- produits pharmaceutiques - Qui pressé et la fabrication de la pénl- La Joule de""n~ la porte du mtnistête dl! la Justice IIsme auquel elle n'aura t anlalS ce l de revoir Yv~s Mont.and. é. son relevaIent. de cette industrie - l'HUne. par exemple. couvre les be- ski, mere d'un garcon fuslllê par aongé uns les allneu de guerre, rewur à Paris pour sl\volr ce étalent appréciés dans le monde soi ns les plus urients. Cependant, les naz;is. MM. Chrlrlcs Serre, Au- Un el/I'mple concret. Ça ~'est qu'est c(' c quelQ.ue chose L. enllel' (ma.rques Merck. Bayer, les malades de Berlin-Est. sont fJu~te TOI/chanl, A/1(l're Sl)!re, p assé à L~'on, . Amicalement, 11 nOliS l'accom- cIe ... ), Aujourd'hui, à Berlin-Ouest, bien des tols oblh:és de Sf) procu- Gnlll/eid f!t lsi Bl1wl. - Url cll~nt venalt.do ,"orUr pagne a la porte, s'excus\! de de- on trouve tous les médicaments l'er certains médicaments dans les Il faut souligner Que c'est la d'un bistro ou on était, quelques- voir partlr : dans leur Qualité d'avant-guerre, pharmacies de l'ouest, cn les presem:e et la rtsolutlon de la uns, Le patron dltL d'un ton ha- __ . Au revOir les copain!, A bien. mals à Berlin-Est, les pharma- payant sept fol.!! leur prix nomInal ioule de~ manifestants Qui ont p\!r. din : tôt. ! l'les sont il. moitié vIdes ou offrent (conséquence d'une sptculat!on mis il. la délégation d'être recue Qupl ('mm ... ce sale Juif-là _. A bientôt 1 des produits inconnus, de qualité éhontée Qui maintient le mark _ f!t t.out de suIte. tout ce Que J'ai fait pour lui A. L.. doûteuse. ouest a une hauteur vertigIneuse) En effet. bien que l'audience ait ce n'é tait pas mi!- rtacUonnalre des secteurs occlden- tre du Ministère. la premIère ré . heur('s 25. A Il h. 35, spectaculaIrement. arrivai('nt place VendOme trois cars de police. Pour confirmer que l'on se mé!1a!t dll la COOlIe pacifIque des protestataires. li lui fut dl'mandé de l;'élolgner du Mi nl!\ ttre. De pied ferme, malgré ce~ manoeuvres vexatoires, les centaines de pcrsonnl's prtsentes. avides de conna1\.re les résultats de la démarche du M,R.A,P .. attendirent i::~:~::1f.~I·r,'Charles 14 février 2012 à 15:38 (UTC)::'~ r-;;- :;:;::::;::;;;;;;;::;;;;;;::::;-:;:;;;;;;:-.::;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;- le retour de la dtlégation, qui ne il. la grande Jubila tion de la presse été fixée à. 11 heures par un! let~ parlait tn même taux Qui ne se tient plus de Joie. ponse à la délégation tut qu'elle consommatIon,. ___________________________________________________ 1 Que VOUg pensez de lio~:,;~i;if.:i.'\h ! 0)1'1 aurait dil liorr.lt Qu'à 12 h. 15. fi. Dachau ... Et pll.S mal hein ! .. . pn!i(eal\ce, ces Juifs .. . Et :\h'31 de su it8 ~. On lui a faU comprend,. que .'ttait monltrueUlt, ee qu'II dÎlalt. " n'a peu t'être pu trile bltn tompris. mail Il ,'est Ul. Yves Mont-and n. d~jâ l'éUé .. hl i l ' antisémlt1~lne. GRÈVE """,,,,,,,,,,"" 1'.1:',,'''; des OUVriers de KIEL contre l'acquittement du provocateur ",,0:.'01"""11:'"'" antisémite ~ M. KQN&,\O AOE~AUlUt lI·~t oe\'tillu ." Chllonc~li .. r " qu~ ~rlce il. une "oill dt ITllljnriU', W lielUle. "SUrent lu .. II~ Crllt!. du dtpuU Htdll'r, dt'tnl lE's "ullrtS. lA's un~ H I~ "ut," out ra.l~D. " la pl'ft de /II. AdcOIloUt:f, ~n . 't:\} ~eTJit pa~ trop ner. h 1d ' .. r .. ~t ee uaû qui. publiQuf nlO! p!. \1 y Il deu:\; m": .• , .~ Mtlara d 'itte/.rlt av('c le pr lrramm" .. n!1- .em!lo: de Mitla Ilt $10 rta.liu.lion, en r aJouo! .. nl l(lutProi~ tC dtl)lil .. technique Il: • J'p~t;m~ Q.ue po"n e); .ermin2~ 1,.. Jui!5 il pe'..l~ y IIvolr d au~ru mOY!M que lu gaz! J . HttHer fUI ur/u de ~on p.rL! 1,11_ lr.l -r~ artlOllllalr~, i. la Julie de Cf'tte )lrOr.:$SÎOIl tie fnL Ce l'tlli prtlu,-e q~ïl ex!Charles en AHcmarue tI~rick'nu, le même UM opinion d&morratique dont Il faut trnlr cnmpt~. t:ue aulre preul'e en e~t qu~ le. .'~,oc,t':~ oC"lden ~a l~, . e "ir('lll (ja,:. l'ohll,: .. i!oll d~ faire tr;lduin HL·';\.H dt ' !!.lIt un trihunal :i. Ki~!. i\la.l$ I~~ A udl~nru du prorb four- nlrt\'U au" n:u,b loraux un prrte"te il. nou"r.llc~ lt\anire~talloll" anti~é.mit "l. {;oulplkel. 1", mi!m!'1- autof lt!k onidHtta!U IlI.i~~f,rrn\ raire. [1 Hedltr fuI ar~uiUf, au,,\ ap. uud )"e m~III S ClIlhou.ia!l,,. de lU l 3rr.II~. dn,ü deu] de.~f, 1~ )I .. Jul' ~, ancien. mcmbres ctu parti -na4-L t:nlre ttmp~ '1u'auit fait :\1. ~!at (:10". hll.~ CO»lmi ~s~lre I m':rira in? 'Of,; Ir d ~bul de l'aUair .. , ;1 prenait off!rl~lI~ml'ut unr a\llhltlr. de lT.on.. inttn~nitoll" (dt : ). Il dêdal'llit qu'il a ilpatttn.:ai~ aUlI: amiR df: 1\1, Adenauer tif: reJler eNLf affair!tu'(-; n~nl!'.'. Au 'ourd hui, 011 ,'oil le rc,u!!a!: Hedl!'f est Ilbn. Libre tlul II.U~l-tl ~I' TeComll1etl~~r. L~ Hllnlble If. rerlt, pu êlmu olltre nl~$Wt M. Mac Cilly, l'lili (l nl~me rte ,1u~'1u"1. mettre rn clllute lt~ f,fIoh~ rrll r"-Cht, ;, lIrditr. Il a J!TlWOl1u~, pllr rOMr', un mOu\'~: m~nt Ile 11rotl'~latlnll IlIwu~n~m!dll. n~ dr lll:'p,e~ rouehr. pOllulaLr~. all em an!l (1~ : A l\ :cJ. Ibn. I~ !5~hl~"\'i;- Hol .... ' ·[11. prol' Jlle~ ou H~dl~r Ilr,moll êa II:In dl~,'o,Hs a.ll'It"~In.ilr. k~ ou· v~l~rN on! f~lt rrf,'e tt orrani~~ une I:llInue 1I"IIlI1Ih ~l.3(il)n conhf: ,."n arqujH~mcnt . Dan~ I~ Itettuf orÎCntal dt Il,,rUn et du\! ]a ztlne ~o,'i,,~lqut, tO\l,~ ]e~ jllurnllU li: oe ~onl ~l"'·" rOntn ~'f/1 vêrdlct l'lu~ la " Tltl'!lsche Rund,chilu ., r.onsldhe tomme un" ",r!table " I1rl)\'flraUon cfmlre la d~ml)~r~ttt mondl;\le h. L',,"oeiatlon anlila,..,i,·, ft'I Iln", 1~n5 cI~lX'rlh all~JJlands de l'EH 1'1 dr l'Ou"'" (V.\·.:-;,I a e~:,~ ta u-ualion ft un ('\u.thnt:rl1 U""'- -pl:a irt,. . f'I " .. -not .. n a ~V: a~'t1; ,i"e pour 'Ille du Ie.d·u $Oeb.u,{.eh~rti~l1\, .mis d·,\dt'1l1utr. prenllent NUmemu position.. Souvenirs à bâtons rompus, d'André Spire (VI) Mon ami Bazin chez les pauvres O V I_ mon collègue RlIZin ( 1) était !"orH d'un tout autre milieu social que notre clJlIegue Fa,'arei\le. La famille Fnareillc était de tr_ès petite bourgeoisie. Celle de Bazin était dl' a:rande bourgeoisie reactionnalre apparentée À la noble5slI!, car une de su d,-ux 3oeUU a,'ait. épousé llll c nom à courant d'air Il, comme les officiérs d'artillerie républicains Rppelalellt alorR leurR camarades à particule ega res rlans leur Arme encore démocratique. ~on père était un ntagi$trat, cOMt'Îller ou juge, qui lH'ftit fIe. rf\'oqué ou avait dénti~ ;ionne lors de.l't purlliioll de la magi~trature en 1883, et s'était retiré aux em'Jrons de Saint-Calais, département de la Sarthe, dans une prnprîété de campagne. Bazin et I!e!'l l'Ioeurs a\'8.knt reçu l'éducation conventionnelle de la haule société pro\'illcÎale. Il a\'ait fini ses humanités au Collège Stanislas_ L'évolution d'un « bien pensant» Mals ce dressale blen~ l'ensant et mondain n'avait Pas dor.né le5 rés\ lltat~ e.spérh par une famille ~troltement pratiquante. vivotant dans le regret d'lrtstitutlons qu'un r égime détesté ~h .. lt en train de bOusculer. Les blbllothèquf!S des grandes la· milles étalent enoore pleines de belles collections de 1'6$ IIvrej suhversUs du XVIII' siècle et du XIXsiècle dont les ~rel n'almalent plus qu·à, regarder les reliures. mals que l e~ lib Itsalent l'Il cachette pendant les grandes vacances ou lp.~ confil:é~. trie ll/!, commerciale ou t.oclale quI!! réclamaient dans la presse et au Parlement lt's i'rotectlonnlstes. les socialli;t es et même plus tlmide~ ment It's radicaux. L'illusion de la charité UN modéré, mals non un satls· lait. Les dcvol" des clasSeS vO.~stdan tes '-1tt'crs lu cIQue.~ laborteuse.: auxquels Il croyait comme beaucoup de réformateurs Irançals du XIX' siècle, Il penult Qu'Il ne suffisait pas d'en truUer des discours: comme commençaient à le latre, pour gagner des sympa· thlN a leur partI. ces jeunes amhit. IE'Ux. les Louis Barthou. les Raymond Potncarè, les Jonnart.. Tournées", en rond GRACE il elle II avait beaucoup appris. Il connaissait des asP! Cts de la vie des grandes villes. ignofl'l~ de la plupart de nos canlarade~ d 'Ecole et de Cf'UX de nos maltres Qui couvraient du bUll nom de libéralisme la défense égoist.e de ~Irllcturr.s sociales périmées. 11 voulut me faire particIper A ses expé:îences, m'associer â ces enquétel; où ,es yeux s'entralnalent à rel'ardcr, ou sa vision socia le s·ê!argtssalt-. Il n 'eut pas beaucoup de mal fi. mt' convaincre. Pour qu,", tr u~ If'~ pnr~nti'l reux-la, a.lùe~ la ,.I~ttmn rie III l'uerTe Jotont hcur~ux Comml~~ion Centraie dl! l'Enfance. comme Malgré l'or,;anlsatlon et. la discipline eceléslutiqul': du collèt;e StanIslas. les ma!tres. dont, plus d'un Halellt, des laïque. apPartenant ou ayant appartenu à l'Université. n'a"a!ent pu lal~ser Ignorer à leurs 'éléve.~ le~ coura.nts modernes de la philosophie ou de l'hlstoire, leur cacher l'existence d'un Llttre. d'un Taine el d'un Renan. Le corre~pondant de Bazin n'B,valt pu l'em· péCher d'aller le dImanche au t.hêatre. et d·écoutr.r le~ liatir~s ~or. lales d'Emile Augier. comme les Efll'ontt,~ ou le Fils de OfMyer, qui nous bouleversahmt. c Etre mlnlstre. cc n'est pas une position pour un Jeunp, hOlnm!! " al'ait dit en Lorraine, devant d~5 amis de mon père: la. m(!fe dl'! Poinca.ré. Lu\' à pe-ine l'iort l de l'Ecole de DroIt. avait fait tout ce qu'Il fal· lait pour le de\'fmlr. C'ét~!t pour ramour de3 hommes et non la re~ clierche du prestige Qut battaIt n.me exi~eantf! de Bazin qui souf· fralt des souffrances des autrc~ comme des siennes. C'est par le don de sol, la bonté agissante dlndlvldus isoléj 011 lIbrl.'ment IU!-Odés Qu'lI croyait possible de rtsoucire peu à peu la QuestIon SOciale. Maintenant.. grâce a cette si· 1.uatlon qu'il n'avalt vou lue que parce qu 'll savait Qu 'elle lui Ja1s5f!' rait chaque jour quelques heur\!s de loisir. il allait pouvoir pal;ser à l'action. Je n'avals pas oubUé les exemples Que m'avaient donné mon grand-père m!.ternel. Qui. penda,nt mon enfance e~ mon adolescence, presidait· l~ burMu de bientaliiallce de la vllle de Nanc.y et ma mére ~I dévorée de justice que se.~ amis l'appelaIent Louise Michel. Elle ne pouvait ~c consoler de devoir son bien~ètre a.ux pro!lt,~ d'une industrie qui entretient ses machines. mals dl~rade les étres qui les condulS('l1t. Elle tentait d'atténuer le mal que causait un~ organisation ~con{)mIQue en contradiction avec les valeurs morales et rellgiellsM dont son tme ardente et gtnéreu~~ se nourrissait. Ellp. m·ç.mmenalt dans seS tournèts chez les ouvriers de notre usine 10rMlu'll.~ tombaient malades. chez le~ temmes en couches. les blessés du travail. Elle m'avait plus d'une tols emmené dans se3 vlstt!'5 aux lndl,ents Juifs seeourtl~ par noire cominunauté nanctenn.:. BIENTOT, la grande kermesse de la Commission Centrale de l'Enfance Comme plus d'un tlève de StanIslas. dont sont sortl,s hnt d'hOm~ mes distingués, d lpJ0n111IU, profe!seurt.. mllllairts. écrivains. hommes d·Et-at 11 avaIt perdu la 101 avant. de Quitter les ban(;.j du collège. Ur.' E actIVité Jiévr'llie r;ga6 d U1W les ~erviCe3 dll la Co;nu;i~~IOtt Centra/fi de l'F.lI/aM,e, N01H 8omllU'!~. en elft:. il dcv:r. liemoine$ ft peine de la GrMlde Velite de. ,C;oUdaritrl- Kerme~~e dt! 10. Il et toi mari prochtlin il. Z' 1-f6trl MO!l!!lI·lIcr. L!!ls Il  !!S dr.!lollés de nQ,5 elllants ,il. Irmnen! saliS se IIlUl!r lU TI('" d, Pa_ r;_. el de.J t,!lif':.f df. fJ rovillct, D, IOllftJ pclr/s. de~ ooli. rHflVtnt el. pel/ li ptU, le m.o!]asi1& r~st7vé li III l:erlllCf !'e s, remplit. 11 !! a~ra. SIIIOU aljc::1t 1f00de. ri ~ "~!Ju occasion, l""" Ie~ n~l!.flc'LrS d~ l'Hol~! Mort ~r"e. D·A UTR.E WP·t, ri,; 1!r.r!l.ll!'C laC~ ll~r. ' lI!.naWcs purllciperDnr, 6: utlt rlnllldl! 1llClllifcstat(on. JJ~ Tr:M1'S 'SONT DURS 11. r .. \.\JT .'.C1OE1'!:R Lf: ,'Il"'.IU,l:l'F1 ~,I" Il CHE 1'0SSI1JT,r. A noire GRANDE VENTE de SOLI DAR ITÉ • KERMESSE vous A DES AUREZ DE TOUT PRIX IMBATtABLES R fl:t;cTt'I!::- l'01i o.ch,1.I1 NOII VOliS donnolUl rt"dt::,mll~ Les 1 O~ 11-1 Z ma', proth'În A L ' HOTEL MODERNE Flace de la RépulJlique. L. V~"lt .e-n OUyu'te Il .. $ heurf" du !l'_.'in • 22 ""ur~. f LUr It' '·t'n· dudl 10 IItno. où eUt' ne .::ommenccu qu'" 14 R.. "r"l. 1 D·',u.t II:t (ÜjiJ.. 7l011~ /lVOIIS l'fI-l,lIuro'l Ct t! L\I~oir IIÛTlI~i nws II'. grolld pntte l'f,u' CillllrrJ, 1/;, prt;~{!di. n'lU~ éCnl da", MI If:ttn du 11 fHN~r ; ~ C'ut avee grund fllai.~ir qUIJ le nte r"ldl'(:! /1 rHôl'" Moder'1e le 12 marI. ~l1lre 15 et 17 heures. pour 14 sl':}na( u'" t!'!$ mes OUlirmlt$, • Tr'm~ ct:ll:r; Qui aunt1tt la po~Me se l'reu,,,:mt 'n loul/! il la, date et l'heure Ind,quées. !l'QUI Illioni d'autre part la garcl:lHle rlr. la ~nltt de liJ. cdé/:lre "'Ttlste Marie DU/J(v. ain.li que de LOleh Btllon, la r~II!IMi"lI du .. poinl dll Jour 1', qui rUdicacurmt Leur,t photo,. Et d'au/ru tltcor.!: 1101/1 nous parlero, I. la ' /!l1Illine prochaine. AIII"i. llo/,rt' VMr~ ~'1lI1110Ilcr. d~,1 !1!fli!lI!l'IIHII. comme Ill! immcl!sl! (Ue C~~. Quand je fis sa connaissance à récole. vers 1892. 11 n'allait plus IL la messe, En politiQue. Il n'ëtalt. pas seulement un rallié. ace~ptant du bout des lèvres les Institutions nouvèlles, mal~ un homme moderne. un républ1caln. Un rèpUbl1ealn sanA conta.minatlon boulan,lst.e. et. dont l~$ scandall's flnanc1ers des récente ~ anntes n'avalent pas fait un antiJult. Mals fl")rt modért encore a.ttacM comme Jé l'étals. aux p~lnclpcs de l'économIe POlitiQuc lIbérale, adversaire des Interv~ntlon~ de l'Etat et des munlclpaJ:t.és dans le domaIne de la vie Indus- COMMISS'ON CENTRALE DE L·ENFANCE COM1TE DE SOUTfEN DU XIV' ARRONDISSEMENT Lt Comll~ de Soutltn avi.c ln tid~lu Iml~ que 11 ludlllonn!!I~ MATINÉE-SOIRÉE DANSANTE au profit. de jeune!! nlles du FOYER ft LAPLACE . aut;, li,u fiant le.. ... ml'lut'lIx uJOll~ da l'H6tei des DEUX-MONDE.S. 22, avenue de l'Opéra le DIMANCHE 26 FEVRIER 1950, de 15 heures.i minuit P~"leipation artIStique des Entant. dl r.cs Foyers II!t III. ,!3nde l::lrmatlon Armand 5CHMII..oW:nZ dan~ ~s l'I[rll tolklOri lut~ I!l'1TET SOlll'ER l'Ait l'ETIT~$ TABLI:' RICU.!: TO~L60LA; vous pourrez lJ~tM'r un T':lê,·i.ieur GRAM;\lOST la liulvre). ! Il MOII oollil1ue s'4ppelait !lent Bui", Rie1t dl; commun avec l'éerIL'IlIA dit ml.me "am. Mals quelle action choisir au mtHeu de la Ioule des problèm e~ ? Slnformer d·abord. Et pas seulen1~ nt dans les documents, les 1\·1-; ,1 vres. Voir de près les mlsues. Pren' dre contact. Toute aide cCflr.ace Les meill'iurs TISSUS suppo5e la connaissance de celui Qu'on veut aldl'r. Cette oonnalSUll - Toutes Fournitures ce. Bazin l'avait dans \lne certaine mesure_ A Stanislas, Il faisait ~Ilr- pour Tailleurs tle d~ la SociHé de Salnt·Vlnc~nt· de-Paul Qui s'étalt donnê pour mlssloll II! Cil/le de Jé~us (/(ms la personne cles pauvres. Activité plus rcl1gieuse Que sociale: partlcJpa~ tion à l'émintnte dig/lite (lC$ 1'1111- !'rt,~. conseillé/! dans \ln de ses Ser· mans par Bossuet. Mais. t'll fait. cela assul'a~t le conlact. pulsqlJ'a~ prlls avoir prié cnsembll'. les membres de chaque conUrence de St· Vincent-de-Paul partalcmt nantiS de bons de iecour .. qU11s devaient allér porter à domIcile et remettre rie la main à la main aux uslstés eux-m~mes. Depuls longtemps Bazin ne se rt':ndalt "Jus aux réunions de u. contérence pour y prier avec ses cam.lude! . mals pour y prelldre iIvralson de ses bonI!; de ~ecours puisqu'il ne r.onnals.salt. aucune au trE' l'I)clét~ non confesslol1nelle QIII luI pennlt d'exerctr de manlére analogue son action charitable, ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-2' M'L: SI-Dt~.I. IUaUl'nut. S .. ntltr Tn : GUT 78_Bl r:::TOUS COLORIS GRAND CHOIX DE GABARDINES TtN\t!i' de m,lUlUN' qua/III Chez SIMON 10, tue Léon ~ :\-ION. 81-41 .\lHro c: CbJ.u:~u_no~ LES INTERVeNTIONS DES DELeCUES C'est M' Gri"span qui avait pré. senté la. dl:légarlon au ministre. lut expr!nlan~ la su rpris! et l'inquiétude des maHes juives devan.t l'!nJustl! lablp. mesure de mansuétude prise t ],é~a.rd de XavIer VaUa~ Mmf! S08!IOW.tki rappela la mort de ,on tiJ,~ de 17 ans, tombé lu armes à. 1ft. main, et montra 1 .. photo de phlsleurs membres de sa. tam(lle. assasslntl..s daM les campa de concentratIon, aVeC la compl1~ cité de Vallat. M. André SpIre souligna que le cas Xavier Vallat n'est pas bo16. M. Grunleld rappela la. phrase de M. Michel Clémeneeau. juré da la. Haute Cour, qui dit à Xavier Vallat : _ VOliS êtes (te ces h o1'l: ~ /nU quE font ~orrellr ). C'est unl\ grave responsablllté. ajouta-t-Ll Que dl'! libérer des hommes de cet:. sorte. Les pardonné!l ne pardonne· rODt pas a.ux pardonneurt.! M. Touellard Indiqua. qU'ayant visité Fresnes aprè, la Libération. Il y rencontra Vallat. Celui-d, san!! le moindre ff'mords. Insulta. bassement M. Touchard et toute la Résistance. M. Tnuchard Insista sur la Ifllve menace que const.ltue pour la RépubHque la polltlqU.:l de clémence 1 l'égard des c()llabo.~. En!!n. M. Charles Serre dIt com~ bien la libération prématurL!!e dl) Vallat a. soulevé l'tmotlon dall!! tous les mll1~ux. M. RENE MAYER TENTE DE SE JUSTIFIER M. René Mayer eS5a~a ensuite de justifier la libération de Xavier Vallat, teconnal.ssant qu'U en était, en dernier tesson, responsable. Il ps.saya de minimiser le scandale t'n soulignant qu 'il ne s'alissait que d'une c lIbêratlon conditionnelle •. Au sujct de la condamna.tion trop bénigne dont tut l'ObJet l'ex-commissaire aux Questlona Juives en Haute Cour, M. Rtn' Mayer déclara qu'une telle eUmenee était regrettable mm pou.r ajouter aussltOt qu'il JI 4vatt sa!u d.oute d cela de bOlt/1CS rauons. Le Garde dt':s Sceaux fit él{alement remarquer que Xa.vler Vallat n·a. pas signé de recours en /trtee. C'est donc sur l'Initiative de la commission de la. libération cond1- tlonnelle qu'Il a. été remis cn liberté, Pour JustifIer son i.\pprobation de ravis de cette commission, M. &toc Mayer fit un nlsonnement Qut le ramMe 1\ peu prés à. cecI Il vaut mieux ~ur les Juif!; que V;\.j· lat soit en liberté qu'en pris6n CI) Faisant tlta.t du fait que plusieurs membrés de sa propre ta_ mllle ont, Oté déportés, Qu'li est 1111- mème membre du Consistoire. qu'II a retu~, sous l'occupation, de s .. cuper de l'U.G.I.F .. M. Réné Ma)'er prétendit qu·t! auralt été accust (Jtt faire des c dlllcrlminations •. qu' 1 aurait provOQu4! l'ant-lsémltisme en ~'opposant à la liW:ratton de Vallat. Il aurait, certes, r;:Ul;clté la haine des Vallat, des hommes de l'c Action Francaise •. des eollabO$. Mals. en taisant le contraire. Il a proVOQUé la col~re des victimes dll nazisme. de wus les républicains, Qui voud raient, eux, VOir hl bourreau nazi hors d'état de nuire. M. René Maytr a préftré l'amlttr! des antlsémlte$ a celle des honnHes gens. JI t'st. vraI aussI Qu'lI fait preuve de moins de scrupules quand Il s'agit de condamner des combattants de la Paix. « VALLAT EN PRISON! 1) Le refus de M. René Mayer de revenir sur sa dtclslon 8candaleU5e tut accue1l11, il la sort.lll de la dé~ l~iaUon, par unE'! protestation unanime. La toule Indlinêe manifesta longuement aux crl5 de .: Val/at en prj$on • de la place Vend(')me à la. Concorde. 1iOuievant J'approhation des passants. Que lc Garde des Sceaux, lOUS la pressIon de1i m 'lS!es populaIres. ait du recevoir la délélatlon du M.R,A.P., c'est ulle premiére victoire. La bataille continue, Ensemble. avec les forces démocratiques du pays, nous ImpOS(l)· TOns, par notre union et notre aetlon, le ché.tlment des coupables. -""'ILL'LII.'L"" ... '"IL''''L''''''''''.' ' •,• ! :::'OU~i:O~ 1

- SQ~I~tr!l 1 rell)(lQut!llUtr!l Umllh ~ . ~ au carMaI de ~.O&O fr;Hle.J ii

1_ 64, '·;A:~S T(tl~:r' 64 !,_: 't~1- 1 ARCbI1r" 31-U , - ~"" ' I . ' '" I'I LLtI' 'ILLIL't " . ,. ' h l ' LL ' LL. LL' .' . ,,: POMPES FUNURES ET MARBRERIE Edouard SOENEEBERG 41, ru de la \llctol'" PAalS-" Ttl.: TN as-S&. Nu.tt : TRI A-61 • '. • DROIT ET, L1SERT! DANS LES HARAS HUMAINS DU {( LEBENSBORN » 1.157 nouveaux aoonnés 10 ' le M IP IL 00 Himmler avait ol"g'allisé EN AVANT la pl"0dllction el) sél"ie POUR lES 2.000 de ,g'rands AI'yens blonds L E prOI:f,!. d'une ÎnMit ll{inn !i ans onu!!.' Ilniqu{' danl' l'hill{Oire de . l'Humanitf "ient (je- ,,'nuHir it Munich. Il !-'agit d'une l'E!ritable lédération de haral'o. hllmain~ (IÙ cle!'i te :hnicien8 na'li~ tnl\'aillercnl il. l'amélioration de Iii ~ race ar)'C'I" nt. JI comme d'aulrel'- tntvilil!rnt il l'al1u'liorati r:t 11 de la race (tje\'iI' line. Dan'! fi el' étx hli!l!'emC IlI !' am('IHIg;;" il. cet ('ffcL SOIIS la direction de conlremaitrclI et d(' con tremaîtresse" .... péciltlii'è\, dl"lI reprndudrice~ selectiol1uêell J;armi le" jeune" filles el IN' femmes fl.llemandEI c 158ns mtill\nge 1 ~'acc nupJaient lUI" pl III'. beaux spticiml'nf; mitlell dE'. laWllffen SS pour dnnner aIL Troj,;itme Reich de!! enflll1ts 1000(, pur Mng .. , Cetl~ ~\l"re . c"Qltnut ~ou~ k nom de LeMruborn .lut fondl'le tri 193' SI.ar Himmler lui·même. QUi. (tatre aon adlvltê A la tite df' III çe~t.l · po,.m.amfe511ll l ou j (lur~ uo ,out pro. nonce pOUT ! 'eur~nbnu:~, ~He :tuLu [orme du racisme t.:: till. QUOInd Goebbels se 'OCJlrdait dans la glace ON raC lnte qu'avant rj",arlhérN au parti hitlérien. GOt"bh~l.~ rr~quC'nta assidUnlcn1. ~('s ;-e\1- II lnns. Un ~olr"il l'Il ra.pporta 'l la maison Ul11! brochure qui contenAjt f'e portrait du pattait Grand·Ary!':nBiond: ('Il 194:1. Qtmncl Hitler la , gucrn' lo1~le •. - eut (ièt};m! FI'uits de rrnconl rl'!': !':an." le nol'· main!':. I p~ cufant ... Qui nais"aient da.ns ('c ... r.md itlons O5aoll préoedcnl, ét.aient. puur la plupilrt. ilIé ,it ime'. Lt. Lebcnl'born tcs Pl'l'na il ('Il ('har· /1:(' et kur donoait Ulle roucallon IIdéquate. A e.. dreS!\R.i!e -\Jlai~on , ~ ' aj outaiellt (i('-" kldnllppinp operè. sur 1lIlf" vaste éch('tk: ('Il o!-Hf'l. pour rom]:Wnsel' le~ )X'rh'S ~ u tli('~ par ral'rnée nal-Îl', k Lebensboru .. nvo,·ait de~ « pl'OspertNlrs • ell Pc\ognc ('t dans diver~ pays « n01" dique~ • pour :t l'a!]rr 0('5 gos~.~ d,on! la ronst.itulion ph,y siqllf' scmblilit ron/orme Ill X tanons dl.'! l'Evangile hitlCrien. Déportés ('0 Allemagne, placé~ diln~ des [arnille~ rie SS NI d,.n~ de~ maisons du I,eben ~· born. niltunili~e~ Al1emand~, ('cs pnfant~ Sllbir('nl t1n~ « ~ermanisa -, " lA ;o;ordkjlle pur. r ·~.,L.a·di rr- tion» inl!'n~ivp.. le ITal type du Get'tn"I", rlOl)t la \  ;t~~. qui mut.il" .. 1. tortur .. 3\'f'r lin rllftil'll'ml'n l inoui (if'~ f:f'ntail'les d .. J\lir~ ('1 rl'( Ar,V('I'l~ ~, .. joué un rnlr pHtlCuliforement important rlal'lll rèlllbof':it;on ON « théorie~ J qui pre~idllif'nt a\.l fOllrtionllcmpnt (ill l,f\hen",hnTn. 11 dev .. i!, d'ôlilleIJr~, mo urir hli·méme ~an ~ :lVOlr pu p.t:'IllÏrdr ('r qui caus!! If' rf'mnrn. ri", lou t,. ~Il vi,::: il n'llvl'lll jl\maj~ pu pl'endre r"nnajl Sanrf' d.- ,~OTl Ill" hr .. gèIICIJ1()~iqlle, il ignor:ll toujouu de qui il ètait le f i l~! Escamotage nouveaux abonnements -a" " D. L. " Depu!.' le ,itihllt. de noIre ('(.l111- pafme. 1.157 lIouveau:r. abo)!wi,S

sont venas flo/Iller Itotr« lic/lif.r.

Notn personnel d·admbdsf,rO.tion a éti mis il. rllde épreul'e. Mn.is II n~ demande QU'ù continuer cet el/ort Car tOIl.t 'lOS (l)l!i~. dl/ ftllr coU. conti/wcn!. éua/ement c e tt~ campaglle avec ardeur, A allCll1l tIIo'ltlml. ?tOlU n·nvrm. l le droit de ralerltlr c( tir. actioll. Et ellcore moins 1jJaillteuollt. c DROIT ET LIBERTE JI . pollr polwoir cOII,.jlll/llr ci reml)lir pleinement $on rôle, a besoin dl! CO/'!CQltr3 de tOftl. Comme tOlli le,t jOlUn(11tX, il doit tenir 001/l11te deI ctllOTllo!!Tltlltionl intervemtes 011 li intervenir dans les lm.1lrim.ertCI. In J}hoto(Jravure. rte". Pour pouvoir franchir ce (':rtp difficile. Il lallt Qll'll pld,(u' fJUOmenter ,~e,~ rl!,','OIl,rCM. D'OII la. nécessite d'arlraT/dir encore le cercle de ,MS LcctCltr" et, auant tOI/t, do!! u., abolme". NCIEN HAUT COMMlo;S~IRé C1HERC4E BONNE f'LACE 1 ""'5 PA-rISSE R lE - SPECIALISTE DES FOURS FAir PEi ITS' ! EJ'A SES P~EUVES :DANS Le.S G~ANDS .•• ECR". , x: VAlLAT ANTISEMITE. ET RACISTE RE f'UT€, ~CR 1 'IVI eXiLé CHeRCHe PLA ce ,DANS

rOURN,AUX

BIEN iNTENTION NÉ.s.. -- ~CIfIU CELiNE COPE.N/-IAGrUE. PO $Tf.' UST,u/TI!_ 55 TOU'OUI!S SANS SlTUA110N RECI-!ERC/.Jé. PRO POSI TIIl",SI 'NTERt~SSAN l'ou R e NI.È VE - M~NTS /!T tVAS laNS EN TOUS GENR€S ecal~e OTTO SI OR2l!.N GE.NERA L bE. GRANDE. .c"""'-' CHERCH,s D A PLACE t E PU PAs DE. L'OIE. - VON CI-IOLTITZ. , 1 ;JAC KAM6 talltr- moyenllf .. -t /~ 1 m. H,.. Pend lIÜ tt temP!', ~ Au!;Chw ;t; ;. If "bau 10nA' tt ~troll, I~ ~on il Burh~nwald, déshnnnrani la 10:1,. le l'ln 5~Ulant. tr. menton ~t'iencl': médicalf', dc~ brutc~ prati. proéminent, le trout haul et rI,ôl l. QWlil!'nt, doms It mêml'. e!pr it et COMME il fal1.ait s'y :II\.('ndre, le t l'ib lHlal (ic Munir.h. qui j uge le Ld. .,: nllbnrn en 18 personne de r inq SS: dont le Stll.lldartenführer MII)(' Snllm:lln, est en t .-ain d'escamoter J'arraire. Çe n'e~t pas pour l'ien que l"appal'ci\ judiciaire bavarni$ ('(Impte 90% de magistrats a.vnnl Ilppadcnu au parti naû, d qlle If! Ba"iCrr., soumi.~e il. MM. MiI'~ Cloy. t:h1lrd et Auerbarh, don t on ~e l'appelle If' rôle dall~ la profanl! lion df' Daehall, f'st lI.ujnurd'hui III province la plus ~ rf'n;v:ifiée JI rI'AlklllJl.gne occidentale. Dès la Pl'l'mÎel'e

I.\ldienre, I~ petit. lot de- cnupab!

e~ Qui eompJl.rait IHl procès du Leben:oborn .;1. été dérhargfo oc l'a :c u~ati"n d'avoir d~pol'té d€'s f'nfllnts ioÜlInj(e-n. Tnul. I~i~sl' penser Que le~ j'Ug~~ n~ mf'ttrnnt pal' hp;l.ucnup rir hnnnr volonlé i. établir l'amplt" ur du c;rime. Que l'hisl"irp flu l.t:bf:n:oburn n"u~ rapptlh:. en loul (:a~. il quellr. m"n:o;lrU('U5e il'lhum;mit;' le ra ('i.~me .. t I.t 'lierre ~uvt'n l '1boutir. : i l'on n'y prend nrde. De portrmt. nolts paru/enflent le,~ écho.~ de l'activité crohsante de.~ comités locallx dll M,R.A.P. et 1U)U.' 1I0U.' ,W lél/citn1t$, QI/'ils mett'- lIt ail premicr plan de leur n.c tiOIi /"importante Idche d.e g(1(Jller do!! 11-01WcaUX abonnd$ a It-ur ;nurnat « DROIT ET LIBERTE J . ct ln. bataille sera oagnee grlice ci ICltr a'l'Put CInNA La Maison des étrangers Sa peau H~' d'un t 03e flllir. S~.. . r.he~·eulo: lonl blnne, ou .ouf:'eio. diin~ le meme but, d '1lIJfrru ~e,~ c"pe' Encorr. 101 eff()rt.. avant. pottr I1Uetndrc 'Ies 2.000 nOU1)CaU;t «D. h ". 111111$! '-l' rtlpi rLtmelll abonnê$ il !.ru. t2.l:lt.ôt plal$. lanlôt belli. le... Jl('n~ ~ur df'! rlêportes.-eobayes. UnI: Il ri .. lbce II' I .. ~ idt",t rI ~ la \)eau· df' res hr\lles. Ir fameux Dr. ~len· VOILA un film Qui St' remarque ~n rega.rd dt' la production té humaine, tel qlll' le, ,u,tu:IIÎt eJ J:ete, w rnornmê II!' ,Dêmon d·Au.!;ch- Michel BARON. Que nous Impose hebdomaa. ntlque& l'ont fl,;('. V" femmu u __________________ -'-_____ _ _________________ ____________ -------.------1 l'til.' encore les hMnmu de Ç type r - noui ,epreunlen! t. beau!t I.u· maIne telle 'IU '"I\#' cot:I conee\'.1lble. Le Noretlque est aud.cieux, l'ntr~ prenant. con.elcnt de 50n bul. Une untltn!nlallUi lntirleure l',o(onrle ne l' em~!I! pa$, it l'cH:"a~;o", d·tI.N: t.rr:lblel'lW'nl dur l'I d'a!:'rr bruhltment. Il .-ard~ l'harmon;e el la pUtet~ mém .. dan$ J~~ .. "ri!.!. Tous le.oo Ifr .. nd~ h"mmu rI'Et"t europ«I1J tlllt appartr:nu au type nordique 11. GO('r:Nols SI! r( l;;"ardo!l dam 1, ,,!ac~_ ( :r.nt rl'r~ lt, d',Bspect plutôt !Tlêllingn,

I\'C"C' l.On pi '!d bot et son n(l~. prp ~Que

!émjt~" il ne !'e~~e1Ylblalt ;::\IÈ'r~ l cette mcrvl'il\cu~c dllsr-riptinn. Non. Jamais il ne pourrl\it apPilrl.enir au pilrli nati. jRmai" il Il(' ~('. l ai t un Grand ho:nme d'Etat europicon ! Plus tard. quano il ~~ l'nit (Of' J rand homme d'Elat, il lui, 11.\'e " lI unmlp.r el C(')Crin~, Autre I~'P " " I.trI!!' de Iii ~Iilltll!l i re ~rHjQ \lI" , Ull dea plu!'. chalcurrllX' sO\ltien~ du rA'bmsborn ... U Il: production » du lebetlsborn Lt Le.bvlsborn, qu! 8t d'mn3- d'abord pour unt ~irnple snciéte de bienfaisance, dMliné~ ~ n nJr en a.ide ~ ries fami!l\!'5 nornb"" IJ.~ , ne Ia.rda point ~ ~nlrepl't'nd,. 101 vêrilable tache Qui était de eon"tU uer, pour le 1"cgime n~li en , bl.!ul f't lc~ torrnation~ 5, S, en 'PUtlCl,Ilier. un « rtservolr de j",unes lIationaux-.!Iodalil'ltctc ,uns I:ue lthyslquc ou biologiQue ~, 'On roul[it de son[l:cr qUf' r('tit èr-illrme u"inp. d'Ubermensr.hen rer.\"· \tIlt du !elicitltkms pour 1."ul, :IItl TCuuement de la produC'tion ." C~lIt i atteignit dt's c:hIHrr.~ record, ! • li,,,,,,,,,.,, "" l,'"" .. " ,i.' j"" l "'l," .~ ri.' !of"",~,'n. Ù 1'/""". 1 /_ ',,,,,r, ,; eNI",' il ,.~,'pi"I!/""" "Ir",,· """/". IIn,',",_", """","";r "'1 ,'-'u,,· "u_, "'~'-' "",. Ii, l'r;,T .. ~'~FI~"ul' " ~"""nl"",,, ,l, /_ "~o,,l,r AUX ARTS MÉNAGERS 14 fr. 50 la 1924) , sene de casseroles (en L E XIX' Salon dpI; Arts l\-Iënag~l's !,:'ouvre cette semil-inc à Paris. Il Il pr~rare â notrp. intent'ion pour nOll~ inslnli!'f: et nOll~ dlsInti/' c (dit le lrol'lpectuI; nfficiel) tout un pr()gramme de cau~e· rie~, démOll$trations et manifestations. Cc programme va en eHet df' la c()nrerencl' sur les « Ichlyopha;.c.es ~t pigcil'{)rl'~ JI (çl'l c'esl pour !lOU!': instruire) jusqu'à celle sur «LM cuisine ct le hunheur li llI'ec dêmonstntions ! Le~ 1l0UVeH\!\cs du Selon, pro- Enfin dHllS If! nltl!'e dt' 1:1 ~c.'dt prrltH'nl dit, I('~ "oid : clf'S j'ê1l'ospeclin'\ c L'3rt ân· D'ah(lrd dHI1S tf' .~ j;urlins (\11 den d;;illS J:l vie nwrlcl'11e _, \llle (;r;uvJ·PHlaj) . l't-diric:tlion ;.:'r:lll· (,xposlt ioll sur les pii-ce ... de ,"01- fleur nature d'un {TPPClrlemcnl . 1\1 - ledions lIiH'I'S( .... ( collcdionll pH'l1ln,j(,!"Ilp. :u-lucllem ent (ons· ,j·rI:lins . .-Je ! .ollpii'l'cS ('1 llf ~me Il"uil a Marsf'ilIr l ep. n 'csl p: IS 11('.'1 l'ollf'diom .rOiseHu;Il et lk pa.. Ull(' g:llfjad(') rI faisant J):ll'lîc pillons ... ) . d'un I)hm d'('nscmIJIe l l1 f11 nll~ ll- t:.1 PUI" el pui,. comme c h:l.(l ue hies. dl! ~u grillui arch l tede l.r: :mn ~ 1!l1I!" I t' :o nomhreux lil)P:l- Codw:,;ie r. Tcils l1lenagers, les nlf'uhl( s (/(': Ensuite la , Cité :,0 JI qui mOIl- l'uÎsi ne, les IU'odu îts (fcnlrf'li en Irt : nelt ('xempleli 11(' rfali:;ation que \'O\1S pOI1\·f'l. imaginer Mm5 dr. l lienir~.'\ mrmlgers tollrdifs parle,· lies ~:l.l()ns des Vi a s el de rI('s l'e 'oosli!\I{ioos de (:;1l1'(lerif'!i I·AlinH'nlalion. {i.'(',nr:lol. l. rie hll. lnlierif' .~. Ii'ale· i\latièrc il. bi .. n .les cOnlf' nlp la- !ief'~ dt' h,.i{'oIR~e, en \In mol Iii lions ~\l..tOl!t, (':u les prix l'I'.slenl CHi ;;0, lpl le f]u'clle pourrAit rlen;~ 1'1 I:t me-nagèl'e pour Nl'e èlre. \\)1 10 d.'1le en 19;,U doit Ilvoir Il trt coûtt Jall ». UNE M'di(ofl eSt. rp.~er"p.e :wx Arlll ménagt'rt! ruraux, apporlanl. rl c~ sllsgesti(lll~ pour ... 1- Irger If' It'ln'ilil rie la (('mme, ~ la roi s menagère el t':Xploitanle. son porlrmonnaip. bien garni. RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS 1I1:1i~ je propose pour l'annre prcwhaine lin s:llon oÎ! hl ~él'ie de (,:.i~srr()le~ ('oùlrndt, 14 rI'. :lO. \lll h;!lai d('. soie IX fI'. et \lne machine il. 1)1\'('1' 1.")11 fr. pa; 'llhlr

. raiwn ne 20 fr. jJ;lr m oi~. Ne

l'ÎC'lZ pas. Ce Salon-là :t ('xi~té ... En 1924. La ~'e('ondr. :lllnéc c1es:t nai.~s:lll(·f'. Il ne ~:aprel:lit pas ('11 - l'ore ~:·don nt:'! Art~ Men;lger~ m;lî.~ phil' Jlrll~aiC'(uemr.nl Salon dc!\ AppilTt'ili'l Mcna;!f'I'!'. el s·ou· \Tait :m ChawIIs·llc.l\llIrs. M. Nt-Ul?IIIW, ch!!1 dll perll'o"nl!l d4'1' lHle prClltde I:IttrepriM de New-York. . Il lIt oblt"t J1(Ir l'iaü q,,'Olt le prtmd polir lilt J"il et linft p.ar qllÎttef' 1I'0II emploi. Z. ·o.rrivée dam $0. m.4Îron ct'un n.QUIleClIt locatlllre, M. Filt_ (Traduit de l'américain par Yvonne Desvlgn.s) Incît!ent.l. • I.'huile (le friture nr lifp;.-granl ill\(:une o~lrlir JI fut incc.,,· IC'lstahletnenl le clou cie {'P. S~l l on d'H1I If's I)rix n oUl' p:,r:Ii,o;senl IHIjollll" d'hui si llIodiC'(uf'~. A f]lIanoi le ~/l.lon ries Prix MI.- IÀp1rJ,hI \)7 Drr 1I ~f U"~rU et E.drli~t. . ", Mi,udf, Tou. droll. rfun'ta. n"JCé~? Jacqueline WEIL. l'ocus CHArITRA IX Un dimanche, ~n fin d'llprM·mlctL UT1~ p~I,llr !'II~ 0.(' b~n· Il,l!u~. ho:'d~f rr~rbns ~uUlL Le.' f('\Jill,'s ri r~.~éch ~es p~ndem, I mm"~1l10.~ . . '-ux frni:l.re~, d~n~ Ir\lrl'. p.:Jts, Ic~ j:t'ri\n'\lms !.~l!hiM~ht $.otUl 1,1; po : ù.~ nI' ~ pou~~lère. Un'.' \-'i"IJ: !1 remm~ Inonde p,vrc ~O!1l le "nn;' d~ gamn (lui ~'e,~nd devlIfl\ sa rnaJwn. SOI!~ le l'c~artl Itpp .. "hatC'lr d'Im vi t il ep~)(I.wl qui ~e tl :n( le M!~ cblés. dan~ 1·:l.I\, ehllud. Deux: pelll.~ &llrç"m hàl~s ,haSl!ont il t:OUI)"- tin pied~ lin callkJll dans :c rllL~.s"au, N) I·p.venllnt de III, p'lI~r. Il'\ll'_ m,~iII , )\.~ rte b~il1.~ jeté ~\lr )~ur~ épaul c~ bl'ù an t"$, Un.' j~une fille ~n MlOrl .i'Tm:e f:\ l'o:ture . oQscTI'ée /Cvec Intér~\ . dU porr.l1e {1\1I 11\1 f~il v\~·~· Y~s.. plP.r un ;:rOllpe d'homtn " .. {lill ù ·florcelll rle jout'r a\l~ c:arLf'.! . P"reh!! Ail l 'Jmm"t d'un\\ h:l.ote H.h~ne apPllyeJ! ,·nn· tre une m:r llOI1 ~:luée A\I milieu du b :,'c. un homme d'aJe mOl'rn e!' i o"U rn:tu de 1'~ pr.Il ,rln · It'!I ,'o lr- \'s d ~ .~ I chambrt..

il Cf ncher. Dr- ~roe t :llnnl; ~·: ùat t.cnL SOIT lt's g"ra l1i l1m~ .....

l'iell :(: 1emm,,, r"p.-gn,·ul. iii JT:'une h ile el " lenncn: h ~ unl!"

e cou dl' l'homme j U" hé ~ilr ··lIchen,·.

Tel, d: ns lies détalJA. :1; bloc venait (rapp"r M. l'c"man. l-l\nd~ Qlle lc-n t"m"n t ct t :a !all b pI'mlure I·ert..e sur Ir bou' surchauffé. Bien qlle Irr~I" 'm \"n ~ '·"I\oelllré liUf la bl"(ll;~p' mowi iée fl U' r) It niot l~ i JII. mall1. ~ II ~e troll\'alt ~ u r ce~ l e echt l1 r, c" n 'c! tll il pas Il vraI l1 ire Clue l'co$. vo ' ~t~ {'lI~W'ltt b"" .'\(lm (nln l'efXlIl !~. Il ll.yait Ne pou~o;é la·hallt [KIr 1.1 iorc!! (lui pU 'I ,I!1 h u Î)m\P;hr If' cha t IIU ~OnHllr \. Ij 'unp. br..o.llrh~ d·ubr/!. ~all ' 1' ~ i~ (HI "'DP~rrn \ c. ,1 ~), mamt\O'I1L ~ raffut d{. v Q(li ";1 ~ulrn ir elC bu. SCI!' tl:' ,o;omml't de r ~ hell" rrl-pond.1 ' t " ",'. (Ie~"t"ns. SU:' 1.. . tern~~c. U c(ll dù aHI!cl' FI· •. .::! •• : Carison it I~\,,' 1'I':lnllr dr}j Jardilis dll T'Hadi ~ , Dnn~rr. rl~n.~ 1" WU!'. Il ~ù, \Jarr~ ~. cacher d·CII. :, lanel" Cllte ];,.11:1.\11, Il ~p la·s.~it l'Dir, m .~·~, CI1 Illt'nw len1p.~, l'e~ardal!, dH,, \1Ilt' ~u:,re dlr~,'tion, de .,or· tT:' qU'II~ po\ll'~!t'nl '~M:er s,I, ]e ie~ir",en\. tout ,n l'ignn. rant dans I~ C~.~ contralrr. e l Il pouvait alo\',~ frind" e de nH pa~ mcrn,' ~\\l' nmarqu~ 1~\l1' l'tlonr T .. 1 ~ Icntem"nt. Il cL~ lal t III llPlllturr: verl.c, .'e \'C'p' JSait. un long nl01l1"nl, PUlfj rrprenait Wll tmn i: p~ndant lin brd lap~ ct" ternp~. PCIU' .~ :l.lTftel· li nounau, lend~lH, ron'il· I~ pour ~als;r Ir' SOI' de I~ l'oJtur.fl de Fred. L& ehal~Ul' quI f\l5a!! cte~ lmq\h!; me\\/Cç.l. J\ de lm donner la nau.~ée, mai5 t: n~ "o'J::llt pa~ rI~sc ct'dre. ur It lulait . avoir. Il tHai! rtonlltl!! Il!'r rhOfl'C'ur ct un cauchemar, la forre imp:a· ablr malS I mpre : : I1~ !l 'unt hallucination  !t II tulta ·t ctt!espérémt.n t P" \ll .!'·~c;h~pp,r du ,·r.'!'cl~ jll/crn.l: r l corn· pfl nt!re enft l1 c~ qui lUI arn f:l. il 'Yo1\t ('.n passant üignells,,' m r n ~ la p~~ n l Urt. Il ~ 'effo~a ll de ~ •. Nlppl!ler ce qlll ra"IU ~ réduit Il Ct! t~ ~Xfrtm ltt. PU.~an~ eT; n:" I I~ Ip.~ Jou:ne« cnnMcrtiu. a tn. u\·~r une - 60_ Foces "lt,uaUOll , \1 Il ' :l.I·I· i\'~lt p"'" Il ~ ~ n\.ppel"l· r.!air~m~nt. ~'il s'~ta;t )l1l 5 ~é quoI qll~ Cf' lm les m~""dl, m_nredJ ... 1 jelldl L~~ Jour· ner.~ ,-'!'laIent (.. ·oul~~. ;, ,~tII ... f01mp~ et ~O\lleljn s-: tondant maln~nlml d!ln~ un/! O:Ti~all1e. S "\11 :r. "el: dl'{~rJi l"'~.;OItait r.lairrlllent.. é i ~ l t R1T,I'~ qu("lo.ur. .'no.'-e de tr.rnble. LoC \'~:ldrr.dj, il Eu ~O l·!R,iH. d'ull Immeuble, un ~"alJH;f1Ü(. dr. If-"rrrm lui ~ l, ai t \' ~ 1111 AV"C II' venl, Bien (tuon fût mcor" ~u coeur dt. H' I~, I~ teml s l" ~ ,1 ChAll:;~ ~O\1dam, f.vOClUII.1l1 lin moml'nt nUl' ,mlle. I l s' imact'll'1alt la lnue pr~cocl' d,' III neige. LI! r.hanil,'men t d/! t ... mpMat\lrc lui ava it faii ell"i~ag.l' avr.c fnyC' ur ClU~ l'~tI\ flQUl.-d ot bien ~'achevpr .!AilS Qu'it ,.01. !rouv~ du \rf\\· .~ l l. lInpo. sib tr . J'hiv" r , de , .4'. JOUI':!' il. ~"I· memfl la comed \.' d'nlln ~rte de ,·()llg~. Un hon\rn ,' ne ])011' "11 ,1-. Il tl! f rotde "-9IsVIl, dl'ambulPT a inl i par Jrs rue~. C .. mme POil \" tf'happer /1. "I!He " j~I(,". il (·ntno. (!3.ll.~ lin t:lI ~é prU 'Ille tl'an(':h .. d., lj'â leaU, unc l.a: .o;e rie cart' .. t lin ,.t.I1'f' d:11\ ,.~ aU!' ~ IIM'·OU·. Toul. r.n mâchant 'l(,n gâ~eau. 11 I""d,t la main y"rs 1. . \" 'rreo d·eau. O'un rev,·1'S, Il k hf'Urla ~ t leo f:t tOllll)"r pli,. ~,·rt('. AU!l.lltH. 'i 111':' sou m"ucllo;!' i .nm~eulé t't, avec un nUl'

ifp. 1'Clf tl'd il AA YOI :ln(·. UO,· dam" d 'a"pret rt·~p'·e l ah i ...

" " nI tr b~,~ " : ~ It lr('lIlpé EHp k va. h'" }·ell.'O( SUI' iui - de~ .l'~UX qui dC' \'mr"nt d 'a' t"r rte.: QIl'e-1lt': relit dc'v I ~:\Il!~. r...-", r "'Ct~"".11 Clu"t 11.11: 11 ~)(prt!tler "'. f lgi'n'nt rl~n ~ s 'u (p:' ~ kr d""IUH Ir. l'l' (1 ~ d,· i"' lne Qut se tonna, ~IH' les ;.'!\'l'.'~ de :a frlt\me , (;Qmme ~ I Ull ""111 ~!acf. "ÜL Jailli d'e ll ~ /1. !cH, il "nI: QI!' I: ., It ~i \ .~ m..!lrt' Il CrI'T pOllr rompre le b! ~'I~grd. · , ;e~ YcU~ hn~\lJr~ d "rI'\~"" !",quels l' 'll'~ h\1m~ ln ~tn\l, frirRucht'. 11 $1' rI~lou .. n3 'l, M' r","it ~, m~nl:' .. r, t~\~l\ant li, n'I're 1'1\1\' k p~nl\ ... t, "l IR f~mm!' io, .~f'S impr~,ca tir,"s. En se Il'l'am pOlir p l .. II\', il "ii il. un" 1 .Uire t.!1.b:,', le jcune hOlTIm~ qui tl a.1'~ 11 tr .. ~~ de It: MvI8~J("r mais dom tl n'aVilit P!1.·~ ,,~f\ fllrl" If' re~ftrd ~v: .nt de .,'en aller Le mj\m ~ t'iClah' j:l laçalt lf'~ V"U" dll J~(1ne homnll' ct !':CWm 111, C{lmme \l:\ hommc t.1·eR :t!f:tin'. putll. k coellr b ... Uilnt. En al'pel1lant lu rues. Ce m"me ~pré.~·l1lidi. il ll~ PIII mat· 11'1~" I' un Il'II I1On l"f.!\Q\l'ti pri t ,'onse'f'I1','e d'une a!,mosph èl'~ holstlle {Ill! j"'I1VllI0PP;'l il f!t I\li f~lSail, wrtèg,'. San.~ pouvfltr 1;\ RI:Uel' ICI nu là. n i :à. ce COIII n\ i. r~ tournant; mlli~ el\l\ tl~lt dan~ 1!('11r. nmbl·,. ~t1r ~e Yiu,ge#d'ull p3.&';.;l.11:. d,m~ 1 ~ C()UP d 'oell b i ~.anf' jeté par l'pt h{lmm~ {llIi I;OI1.a it d'un 111"1' ~ I sm. C~ chauffeur. r.Ol'l.St:iII.allt {lu'un d~ pn{'u.~ de ~"n ~ ~. mlon el;\ lt il. pla l. r.hOM! ét.ranll' ~. ~·t\ taÎl /1. lm qu' II IldreS$ll l! ~eg JUl'Cm1.. Ab3l1 rd t ". ,·t p('urtllnl "NlL Toujoun il 6e.' rolé.,.. l'(,mpl ét~ m,' nt ab~\II"de '1 oomplett.l'Iltn l VTlU V m!!lrr , Ct J;o,r ,Ii.. le 11ImrnIL ch '·~ lm. cahin-taha. Cha· ~. CUT1"'Il$~ . 'r/!rlams j 'IUt!'.. il :UI p!a is:J.]l. que le métro Illt - Itl'ccus bnnde. Il U-Lra!lail Io!! 1\"1\;11 oir' dnQ ht'llr~1'I moin~ (\"ll~ mino· 'r~ nI. alt~)I, .'a~,o,eO'ir; )lui~ Ir~ Il'tn,~ s'PJlt~s"aienl ~ux ~r ' ""15 IIIIr. r !'~~lf~ "t Il Al' trouvait. rnfnui ~\\I' ,on .~H~gC. parmi IN; lien ... d"bOut ~\lt'!ur de lu •. E: ce ~ir. laj~~l\nl son ('~prit \'.lIIab"l1d'l· ~1II0\lr des f;,nlai.~ie~ j.mpnm~e., .'\11' une fr,\)" de lemm. Il Cilie Q'je~ e .. nt-imèlrf'.' à p .. ine d .. son vlxa.i/·, d' ,'/!lte rell'allp, Il .. ntre\'i/. 1::.. v~ritt'i. Da)1.~ louic~ C"~ flrm~~ l\\lxqW'\l~s il ~'é!il.t \ adl'e~s~, il y ~val" des ])O~le~ l'acaIJ\J;. On éll'llt "n guerre. Le~ ~ociple.~ ,·mbau .:h::..i ,·n t ],,~ ('UI'rien pFlr m!II!~I'~, t e~ ~fJécia:i~l~s dj ~ (j\1est i on.~ de per~"nnel d~""- lent don ~ !aiu prim l' ~\11' i.· marché. M;li.~ il n'y Sl'fllt eu pI1.r l(,ut • SOli IIdr~ {lu'\(11 )" 'lus deguisé :.ou~ lin so\lrtl'~ poil. Parce que l t~ gicll1s il qui il al'ait eu affA Ire ttll.:en~

t\l.'l.d , hef~ de " ': f:'ll)nnt.:1, rn po.o;.sPM~on d.·~ mem,·! inatruc·

fil,ns qu'il avah rf"1;;!I':S IIU I cmp.~ oU il travaUait ;Hf'C (lar· lIan. Et ils ~ha i t'nl Ru~i pl1]rnpt.~ à c!as..er les geos 'lU). r .. ".lt été l\li· m~Illt'. Un fa It éla il fertam, Jama is p' IIS Il np ~rrll l~ ('h .·r ùu penlonneL C'ctlit J'o l'gueil de n ,·ie. la ( .ho.w QU' luI aVIl:t fall IOIIPp I"lf'r de vivre ~elll. 1an.\ fellln\ l~. et c'étll lt f ini ; plus. III'JS iam:\is il fie r '$.""11!irait r~x('Î lauon d" ' I1I(:I ~ " I' Q\I 'lqu'un "" US : 'd l'I~."pOnsabi1i lt. Er m~l n ' t l'l18.nl, qll l 1)C)IIYIII ~· ll CIl Il1,·. ail 110111 du ciel, il Mln ol.gP. ? I t J;O'IKell À. cherdler UII p" lCte dllns !Ille 111!1ll ... Ou IIne p ! ac~ d ·r. mpJoyc'~ d3n~ qUt"IQuo· bun·au. nu nïrupm'I" ClUOL .. Ma!.~ r. 'é lll ;l. p l u ~ rOl'l 'lIe{' lu i. Il nt': poufnti!. JalOAis ~'y r~ i r,' ~ 1.u:. "hd d,' per~')lCnel , lui.. G,.;'rA" 1111 ~'~Ièmt .k'~ d'un !!lm ' Iier du métrQ, Il ,~u! QI!' ,1 "PIJI'Oc hal~ le 1$01'1 AI'n' (- et n'U&~H à f-" m,·tlr" rJ .. bO~,I, JAdts, QUICnd If'~ PII$i IIl;.,·A t\l1 tf'lu,ai,·ll!. t' acce~ de 1:1. ll',"l". il ~ Il'IWfl it \111 c:hrmin n. rO\lp~ le c .. ude~ ('Il mall.l ( .. _~la!l~ son inrl;gll., li"n. M~jnl f'nnnt. ,1 ~e c"nicnt.~ d'Illtil'H 'i',tl':llt;"n d", "'1"111 \'lIi$ln par un lell"'!' Ke~l.' de :'!l m!'1U - cl- C("l.\~ Bllllplp

l.dioll le l {l1Jlev .. r~;\. La t.min l'alenti l, ". COllnir.. il f\11

potlCharles pAl' d··lTi~I·.,. l", .• pn!'t.es ~Q\1Vl'lI·CIl\., Son " 1~I\!l:e (ui. pl'o.1et~ con!!": :" dos (\p l'homme qu;. se tn~ul'I\it. deYllnt lu!. Il dr!neul'll \In ,"~'allt Mln.~ IXlIlVOIr respIrer. Il lIentll, monte!' rn lui \In ~anglol ]H'l'I't\IX ", dut f-e dég"ll'er préd · pitemmrnt" La m'iO.ss/! A t\)nnl~,t flllI.ill\ pnant. mur IJar 1't.p. ptt\ t~ Ir! hCMill M l·r.ntrH ch~z so\. 5e (,hangtT . • 1 soudain, 1: lUt P')\Iw' ~t proJrU contre Iln hommr ~Orp\ll "llt qUl U tmait devanl III. por t~ "u,,~rtf:. Il dut. aV!lncr.r le plf"d ]10\lr nt pa~ l,omber et At\f"rrlt .~\lr J ~~ oioigl.!; de pied du Il'1'( 5 homo m, dont Il du t. plLr ~urCl'oit, :IIgrippt r le ,·~st.rm pour k redl ·PllSC'r. L'hQn)me npoU1 .~a sn. mam d'un ie.lile brutal. M. N~ \\ man demeuNl pantf'lam 10UI Pl'eS du l'i~:ll!f\ du !l'l'OI\ hommr- fl";' lm pied d;l.IU ln. voiture el l. :nant le~ por \ ~ en P~rJ~111 . Ilromml 1l el1{rr 1If'~ tleJ1l_~ : -_ TouJoul'~ lM mtmes. \'OIJ.!. IlUtl~ ! Qual1d donc aur"z' VO\l~ de b"nnp~ Inn.ni er~A ! dalrcment. Hnll)"~'oOd . Il n'y a ni d!6sertat1on philosophique sur la condition humaine. n i psychiatrie-. ni psychan a lyse, ni mltraUleU.es. ni chevaUChées de moins en moins fantastiques, ni enfant prodige. ni rideau de fer. mais un bon scénario bit! SlIr un vieux canev3.!i mèlodram:ltIQue. suivant \1"8 meilleures recettes du l:enrc. Et l'p.sllenUel. c't's~' Que l'Intér~t du spectMeur ne faiblit pas un Instant. Dans le Quartier ital!cn de NewYork. plus pit·toresQue que véridi lue. au mllicu d('s eriallcrics de la gent, commerçante, vit la. famille de Glllo MonetU, ancien coiffeur. Qut'lqup, pell \l~urier et banQuler. de SOn êtat. L'entente est loin de rcgner au' sein dp, eetl.c famïlle. D'un cOt.€. Ir. pflre. dont- t.Otltell les pl'éU~ren('. es vont ft SQn m~ Max; de l'autre. ~es t.rols autre~ fils, devt'nus. ~ous l'alltorlttl patpmelle, de slmple~ employé ~ de la banqtle. Cl"~ dt-mlp-rs réussissf'n t il, f'n"" yer leur frère Max ('n prison pcmr ~eot. ans. à blis( T la. ooh::ne

lul-Ori taire du ol!re en le dépossédant

de la banque. L'action débute il la sortie dc prison de Ma •• Le llrocédt du Tetou r en arrière nOU$; d~volle peu à J)l"U toutP. l'Intrl,uf!. Max poursuivra - t-il de ,a h~ine accumulée ,p-s frère,. nouvellement enrlchl!;? Vengera-t.- Il son pl'Tl~ mort entre temps? Ou J référera- t - II filer le partaIt amour avec la. belle Hélène, lasse d 'at.· tendre dllvantagp., estimant Que sept annécs font. déjà un bon bai! ? L~s Ip.cteurs et futurs spe :u.teur~ m'en voudratenL 51 Je répon· dais à CI?S Qllcstionll. L'lntérH du film réside, d'une part, dans la Justesse de t ln et le t,aet . aVe r. lp-sCjuels Ir, rta.lIsl!.teur. Jo.~eph Manklr.wlf!". f!xpose le dra· me cie cette famille désunie: d'autre part., dans l'InLerpretation C'xt.raord!na!re de E. G. Roblns()n dans le rOle du père. et Richard Contr dans r.elui dt ) 80n ms Max. Susan Hayward et le te.stt de la distribution forment un ensemblt parfaitement homogène, r:n\ Dommage qU'OIl np. puisse t'luc 11.115:;1 satisfait de la vers on doublfJe en lranca!s. L'accent. Italien. Qu'on II. cru dC'lvoir donner aux interprètu .. ur lm dlalogup. bon marche. P.St., pour tout dIre, unC'l arosslèret!!. Mals nE' 1.oyons pas lm" diU1- rlle.: on pa1.SC Quand mtm. une bonne soIrée. Aloi" FAREL. ÉCHECS par le Maître PROBLEME N" 15 H, WEENINK ft Op dl Hoo.llte ~ 19\1) • • 1 , t l • C D r Fe" t.u btants font mat lin 2 eou"" PARTIE N' 15 I. SHERNETSKY 'lU" dorénlll'Ilnt la Cfll'UctiOR Il~ p,preUVf5 ~'ef!e :tUl!ra avtc lf; maxJ· mum dr- soIns. SOLUTIONS N' 12. - l!l,Id, de K. Beke' (tUS). 1. T x i3 1 d'2 2. T'2, dl,... 0 (Sur promotion P.O tout/! Autre pli:cç la partie' elt. null .. ) 3. Td2+ 1 0 x d'2 et ~ blancs sont pai. N' ':Jo - H, Wunlnk (Op,.chte Ha.rt .. mlch. Couranlf 19'26 • 1. J'd3 f'e-I ((3 ou (2) t 1'1;8 mAt. Sur l . ~ Fa6 (ou cl) 2. Th~ mat. (.in 651101 teillent mals d@:tectlllll.iJ serai~ 1. Th2 Cllr aprM 1... F,2 2. PI;'l + I~:; noirs peuven~ II1tf,rposer leur r il hl. Ont trou,'!! 1(':; 1001utinns co,re :tM : MM. Al end. Monson, Beck:f1'. BIUb'I, ChornU.:, C",,'Clgenbaum, CzlsinW, E&erd. Felàman. Florian, Kom, Kuprr.rbn~. Martin. Nadelwells h, Sar~r, So1n~'. 'faub, Volnu.. Z,ald. man f!t Zlerck p, D. Odtnu Indlenl1' FélicitatiQn~ " tous et bil!nvcl\U~ aux BIA.nCII : Wln$f'I'. - Noirs : Wood, 1'I0uveaUK membr!'Ji dt' la famille de Jouee A.tl Tounloi !nte-malional de ~lutiol1n!su-.s ('\e « D. L . •. H~5t.l1181'-. Noël 194R·lrt:;O ' ________________ _ \. d' Cf6: 2. ct «'; 3.113 FI07, ., r Fgl d 6: 5." C. bd7 ; 8. Ce2 0-0; 7.0-0 U 1 1. Chcl ud', 9. CXd4 CeS, to. h3 T"; 11. Tet a5; U. 13 Ch5. Le Iltihut ct'l1n~ cmnbinalsol1 par tl'OP lntem~stlvl', A considerf'\' H~lt, la, m\i.noeuvrp l~. F .. 6: 13, h3 ~t main~ Plll\nt 13. _ . ., Ch~ r.ar ~ ) 14. ,.4 ~1"r5 14 - Df6: 15. l"è3 CU: 18. Dd2 Ced: R\'/'r, df' totlielO autres J1C'rs~cUI'('~ qUt dans 1" part\\". 13. a' DM, 14. Fe3. Apl'C~ H. I!" ", M?P ld4+15, D xd4? D 1 el .. lf:ll noi", gagllent. u. _ f65; U. a x h$. D1I'3; 16. H f " h3; 11.0'3 O x ll, HI. f " r3 f )( d' 1 1$. F . I d' Cdl; 20. CdS! LII I!I..~I1~ la qua lite ('II pit·urr- mai~ meltant à ou 1f"10 faiblcss('!: que rèchnng~ dll Pg1 s crêc dans le jf'11 des nom'. 'ZO. - C :.: cl1; 21 . T x dl Te"8. Il est ~mp()'l$ible df" tout dc'fendre a III tois. Si "l\. .- RIS sion; n hG l TfC8 23. Fg1 ·~ RcS (23. --' RgS J? 24. crs IlIRU :14. CHi 1 R !8 'l" .. C :.r h7 slllvi d~ Cg$ et h6·h7·h8. ~tc. SUt :11. - Ted 22. en + Il:\~ne .. t :sur lI. - TIlç8 'n, crS ~' Ij:"IfI"'. tal1dis qtt'apr~ 21. _ T,;6 les blal)cs nllt le chou; ll1tl'r ·n. C ." 0:;;7 011 :ll. Rh:!. 12, CIl! \ RtP 1 2~ -- Rf8 n. C"h7 ,. 50h', d~ C\I"; T:'t h6·h7 ... te.) 1l. h6 i· ! 'Q\1l1ud I1l('mr. C3l' si :!3. _ . R~h6 24. R!'J Feil 2;'. Cg8 ... !! T", 1':8 'J6, Thl~· fc)rriant I~ mat,; 23." RhS ~4. Cd6 ~· RIII8 25. fgJ r~ (~inon 26. C!G mll.l1 26. C 1 f6 " RfJ 17. C x h7 Fe6 '28. C",S ·_ Rn 29. C x e6 R "e6 30. hl, les noin ab!l!\domunl. fRRARE HUMANUM EST DI!' ]am~ntables coqUilles tYPüi/:l'AphlQue~ ~r ~ont produitc-s dans notrf' dt'l'lllèl'tI (:hrOlliQue r endant. la parti~ n - 14 tollL!tnlt-nt lllcompr"h('nsibl~. VoICi It~ rN::tificalinn~ ClU'il con· vi .. nt, d'y II ppor~r : .... u Ue\1 dl' J. et, lis('~ ~ . .;.4. Après 7, t . l d5, il {R Ut. lire. OU 7. C )' d~ P x d:.l " 8. O x dl CC4 fi. Dç:': Da;; .! la. C"..ç3 d;' ! Il. c x d" Pt" L .... Apr". l'. - T , .2 + ! Il faut litt. : - PIl:' ce beau s.acMfict'. mettal1t. il. 11\1 Ir roi l:llanc. le: ; noin forcent Il:. deçjsion. U. R x d ce! 16. 0 .. F '" d3 + U. Rdt b5 11. DU ... NOl!' nnlls Ml ""CUSOI1l\ lI.uoroe dr. 1\03 l.-ct.-uu. tout ~n \"'lr assurant LE SERVICE •• LIBRAIRIE ., de ORO Il ET LI BERTÉ Titres disponibles : RépondalJt a la demll.l'ldc de bon nnmbre de se,~ I1.ml.!! D.t.. vlen~ de cr!!" un lierYlCC LIbrairIE qu'll met .. la dl,.. poltltion dr. ,ses lt'eteur~. Ce IIoCI'vic. nt tn mUllre d'expé~,.r un c ertam nombr~ df" ~ltre.~ Il\ d e:!I prorur{'1' d'a~t fPs lur dr.mll ndce. l'inr , HARI_Ant:1t : L· .. ventll rll tra,l-e .. rolqll" du .. r;t n rl ,fneut 8""':11"11:'" •.•••• . ••• .. lM O .. ruinÎque ut:SAN'f1 #,1 C~. BA· ROrll " : Bombe nu pAlloi lU .. , .. m'Qu,' J ..... • • . .••• . • \ " ' '../0 FI(;~; : La lCKlTt d'Hitler '" r"lItill\l~ .... .... .. .. . . .... ; .. . J'lerre t;J,:ORC.:, GriOlr"'Jlhl~ ee"_ nnmlqur d ""d,.lt de ta ~t;t l\ce 35'. ~nl'ud rl" .10liVl\Nf:l. ; LInternal; I "",le M~ trai l,ru , . . ....... ~Z. Vinj(t Altll re~ d'Hrpuu 1I"U. · tiqu ~~ ........ .. 22.~ t'anoulm. du nlotldp . .... !i' Q Claunr. /IIORG.'\N ; l.t p .... d' du mml l~ ...... . . . • , ... , ....•.... Matll\· ... i~" ,-,;lln/: ......... . R"lph J'i\RTO\K : I.e r.nmptol ,·"nlrr ta pllix .. , . . ......... . ,zn "0 ' 0 Vlildimir lOZN,F.R. : l.eR zen" du l'a:vs . ." '. ; ........ , un L : ~ Etllh ne~unl~ ... . .. ,.... t20 G~(lfgC " SOft"\ : Cllmmr.llt vi· Vf"lt k~ Ru""r.~ .! .•.. " . . ",... z~o L ' .. \t!~m~lt'nr. 1.-I·tUr prrdu la cur.rrc ... " ""'~"""'. 80 AII,d.Îl W1.1K~tSr.R : Reponse , J~ .. n Cu~ .. u •. . ... 30 L'"d"lescrm:' .~t I~:" ;'i~s l'ramI d"S mau'O( ...... ,. . IMI ~ohr iru" .. ~~r .. . ... .... . un tlttrr di f ll"", de It.lour ... ,.. .. 400 And • .,.. l'tOLUS : lndoehinl: S. O. S . ...... .. .. . ...... . .. .. ZUl Les cnmmandr.~ SflIlt i\ adr«.o;l!r a radmll1~ttaUon de , D.L ... "eooml'lgnéP. s du mf)n ~ ant du hvre fl m'ior~ dr la. wmm,' dr !l3 franCl! pour II!) 'ral~ d ·expédltion. ~Ue-ei te tera par « rl'comm~ mIt JI.

Notes

<references />

Format JPEG