Droit et Liberté n°261 - avril 1967

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • La jeunesse prend l'offensive: comment s'est déroulée la journée du 21. Les déclarations des personnalités pages 5-13
    • Pour une législation antiraciste: les réponses des formations politiques pages 10-11
    • La crise de Djibouti: pourquoi ce conflit ethnique? pages 13-14
    • Le dossier du mois: Lettres de Pithiviers pages 19-25
    • Agressivité, tolérance et préjugés par Georges Sarotte pages 28-29
    • Myriam Makeba à Paris: elle chante pour l'Afrique pages 27-28
    • Léon Lyon-Caen n'est plus: Pierre Paraf évoque la noble figure du président d'honneur du MRAP
    • Des hommes et des crabes: un récit de Josué de Castro pages 38-40


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix N' 261 . AVRIL 1967 • PRIX: 1,50 F 1 MYRIAM ~ MAKEBA A PARIS,~"""t~ ~,, --- LETTRES DE· ,PITHIVIERS , ,- ---- ---- bonnes vacances avec du Mail Paris 2- Tél236-20-90 dans ce nUIIlèro LA JEUNESSE PREND L'OFFENSIVE Comment s'est déroulée la journée du 21. Les déclarations des personnalités . ... 3-12 POUR UNE LEGISLATION ANTIRACISTE Les ~é'ponses des formations pohtiques .... .. . . . . ........ 10-11 LA CRISE DE DJIBOUTI Pourquoi ce conflit ethnique? 13-14 LE DOSSIER DU MOIS: LETTRES DE PITHIVIERS .. 19-25 AGRESSIVITE, TOLERANCE ET PREJUGES par Georges Sarotte . . .. ... . 28-29 MYRIAM MEKEBA A PARIS Elle chante pour l'Afrique . . 27-28 LEON LYON-CAEN N'EST PLUS Pierre Paraf évoque la noble figure du président d'hon- , neur du M.R.A.P. .... . ..... 36 DES HOMMES ET DES CRABES Un récit de Josué de Castro 38-40 et toutes nos rubriques habituelles sJ.roit& liberte MENSUEL 30, rue des Jefuteurs - Paris (2) Tél. 488-09·57 • C.C.P. Paris 6070.98 ABONNEMENTS • Un àn: 15 F • Abonnement· de soutien: 30 F. • Etranger: 20 F. BELGIQUE MRAX (Mouvement contre le ra· cisme, l'antl$émltlsme et la xén0- phobie). 43, avenue de Berchem, SainteAgathe - Bruxelles 8 • Tél. 27-.56-39 Abonnements.: MRAX, 15. Square Léopold'" Bruxelles 2 • C.C.P. 73.64.15 • Un an: 150 PB. • Soutlén: 300 PB. DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1967 20 ABONNÉS PAR JOUR , • Tel est le rythme auquel s'accroit le nombre des lecteurs de « Droit et Liberté» depuis le premier numéro fie cette nou'Velle formule. Pour permettre à tous de contribuer à élargir encore son audience, « Droit et Liberté» 'Vous offre: Pour un abonnement: Deux badges antiracistes. Pour 3 abonnements groupés : Un disque 45 tours au choix. CHANTS ET DANSES PEAUX-ROUGES : Documents sonores recueillis et enregistrés aux U.S.A. par Marcellsy-Schwart. HELENE MARTIN: Extraits du Récital N° 2. FRANCESCA SOLLEVILLE chante Aragon, Bérlmont et Léo Ferré (Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros). AUX ANTILLES AVEC ALPHONSO (N° 1). MUSIQUE DU VIETNAM: Grand pm du disque. Pour 4 abonnements groupés : Un livre au choix. MALCOLM X: Le pouvoir noir (textes politiques). LES ENFANTS D'ALGERIE (récits et dessins). FRANCIS JOURDAIN: De mon temps. WILFRED BURCHETT : Hanoi sous les bombes. C. WRIGHT MILLS : Les cols blancs (essai sur les classes moyennes américaines). JACQUES ROUMAIN : Gouverneurs de la Rosée. GABRIELLE ESTIVALS: Pas de chevai pour Hamida (Prix de la Fraternité). ALBERT LABORDE : Trente-huit années près de Zola (la .vie d'Alexanàrlne Zola). Pour 5 abonnements groupés : Un disque 33 tours au choix. JEAN-SEBASTIEN BACH : les trois sonates pour cello et clavecin. LUDWIG V AN BEETHOVEN : Trios n" 5 et 6; sonates n" 7 et 28. CLAUDE DEBUSSY : La demoiselle élue. HOMMAGE A JEAN-BAPTISTE LOEILLET (Grand Prix de l'Académie du Disque français). MOZART: Concertos pour piano et orchestre; les quatre quatuors pour fIOte et cordes. JEAN-PHILIPPE RAMEAU : Six concerts .. u sextuor. MAURICE RAVEL : Trio pour piano et cordes. NEOMI ET ARIK BAR-OR CHANTENT ISRAEL. AFRIQUE NOIRE : Panorama de la musique instrumentale. MUSIQUE INDIENNE DES ANDES;- Pour 10 abonnements groupés: Un livre d'art: • HOMMAGE AUX COMBATTANTS MARTYRS DU GHETTO DE VARSOVIE lt. 35 dessins sur planches de Maurice Mendjiski. Préface de Vercors. Poème inédit ~e Paul Eluard. Chaque exemplaire, présenté sous jaque~te. est numéroté. BULLETIN D'ABONNEMENT M. .. \ . . Adresse .. vous joint dans le présent envol .. . . . . . .. ... abonnements groupéS (préciser les adresses). JI choisit, en conséquence, le cadeau suivant : . . . . .. s 21 mars 1967 : première Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale Les jeunes, étudiants et travai/leurs, prirent souvent l'initiative des opérations. En haut : deux vues du meeting organisé à Paris par le Comité étudiant du M.RAP. A droite : à Chaillot, travailleurs algériens et français sont venus ensemble. Ci-dessous : l'annonce d'une intiatlve parmi cent autres. ~lIff'" .(e fA 1e,.Mfft. • d .(t (II c.ctt,.,t. Da.'\S le 1l1.AI.~btJ: ..c~die le ~i~I.U~~g i 'vf~kto~j(tme Il i~1 & ,fa( ... SE.\.~(m BXOEJ ' I 'm~~J ~ LLI~ Il! VENDREDI l 4 MARS LA JEU ESSE PREND L'OFFENSIVE CE n'est pas une journée, c'est « une semaine entière, que nous avons organisée pour l'élimination de la dis1crimination raciale·" disait un militant du M.R.A.P. à l'en~ tr'acte du gala du Palais de Chaillot. Pierre Paraf venait de prendre la parole, après le tour de chant de John William, et d'énumérer quelques-unes des manifestations prévues: il y 'en avait partout, de Dieppe à Vence, d'Annecy à Caen, de Metz à Blois. Au vrai, ce militant était loin du compte; ce n'est pas une semaine, 4 mais bien un mois entier d'action qui s'est organisé à l'appel du M.R.A.P., dans la France entière, à l'occasion de la première, mais déjà célèbre, Journée internationale. Ce mois commença le 8 mars à la Maison des Jeunes et de la culture de la Porte de Vanves à Paris, avec un débat sur les problèmes généraux du racisme ( Nazisme et néo-nazisme; apartheid en Afrique du Sud; le problème' noir aux U.S.A.", disait le programme); et la dernière manifestation prévue l'est pour le 11 avril, à la maison des J eunes du 12' arrondissement de Paris. Encore ne sera-t-elle sans doute pas la dernière; à Lannion, à Melun, à Colombes, dans dix autres villes, des projets mûrissent qui prolongeront peut-être jusqu'au début mai, ce « jour» décidément le plus long. Soixante-dix jeunes, Français et 'Algériens Du gala qui fut la pièce maîtresse de ~et ensemble d'activités, il y a peu à dIre. Tout le monde connaît le talent Archives SHARPEVILLE Le 21 mars 1960, à Sharpeville, en Afrique du Sud, 50,000 Africains se rendirent à l'appel du Panafrlcan Congress, devant les postes de police sans être munis du laissez-passer que leur Impose le gouvernement sud-africain raciste. La police répondit à coups de fusils à cette manifestation non-violente. Dans plusieurs autres villes du pays, des incidents du même genre se multiplièrent. Il y eut 68 morts, plusieurs centaines de blessés, et quelque 20.000 arrestations. Le poète Jean Cussat-Blanc commémore ce massacre, dont l'anniversaire est désormais pour tous les antiracistes, une date de mobilisation générale. Des hommes marchent des hommes noirs de peine noirs de colère noirs de couleur Des hommes les attendent des frères blancs en armes des frères dis-je - qui les tuent. Car ils ne voulaient pas Comme ils s'affalent sous notre vol de guêpes hommes et drôles se bousculant en ce paquet de morts! Vous les pouvez bénir, pasteurs. Ils sont chrétiens et nous le sommes. Mais pas en nos églises, les porter. La Mère noire n'est pas nôtre. Pas en nos terres saintes ceux que l'on peut parquer sans que les villes flambent ceux qui travaillent en bagne que leurs carcasses souilleraient. et dont les gosses meurent par grappes Voilà ce 21 mars, de la Montagne de l'Homme ce que l'Ange m'a montré. Les esclaves sans droit ni de culture ni d'emploi ni de famille ni de cité ils ne voulaient pas d'un laissez-passer. La plaine éclate de leur fuite. Le rire blanc éclate dans les balles. de John William, la présence de Michel Piccoli. Quant au film de Claude Berri, Le vieil homme et l'enfant, la critique fut assez unanime à en célébrer la qualité pour qu'il soit utile d'y revenir. La chaleur des applaudissements qui saluèrent la dernière image, et qui redoublèrent lorsque, à l'issue du film, Michel Piccoli invita le metteur en scène et les acteurs à monter sur scène - l'immense plateau du T.N.P. - ne devait rien à la politesse, ni à une ferveur de commande: le public - et c'était un public exigeant DROIT ET LIBERTE - N° 261 . AVRIL 1967 Et du passage de son aile un ciel de pourpre coula sur le rocher Et sur mon corps de blanc agenouillé (15 mars 1967) Extrait du Nouveau Poème de l'Homme. puisqu'il n'était pas venu voir seulement une oeuvre belle, mais une oeuvre militante - partageait l'enthousiasme de la critique. Ne disons rien non plus de tous ceux qui formaient ce public; il y avait là des prix Nobel et des jeunes ouvriers banlieusards, soixante-dix jeunes Français et Algériens, élèves et moniteurs du comité d'alphabétisation, étaient venus tout exprès de Noisy-IeSee. La municipalité avait frété un car pour eux; il est difficile de bien décrire un tel public. Mieux vaut en laisser le soin au photographe; l'objectif sait en l'occurrence en dire plus long que le stylo. Parlons plutôt de ce qui s'est fait ailleurs. A l'appel du M.R.A.P., qui travaillait depuis deux mois à populariser la décision de l'D.N.U. et la date du 21 mars, ce fut une floraison d'initiatives. Un exemple parmi d'autres: Tours. Un tout jeune comité local du M.R.A.P. prit les choses en mains; avec peu de moyens, on fit beaucoup, puisqu'à Tours la « journée» dura une semaine, -+ 5 -. Piern Pual cc AU PREMIER RANO DE l' ACTION )) Dana plusieurs des manifestations, c'est le prûldent du M.RA.P., Pierre Paraf qui eut la charre de pRsenter les orateurs, de faire le bilan des actions entreprlles, de tracer des perspectives d'avenir. Lors de la conférence de presse du 21 mars, avant de passer la parole à Robert Merle, Charles Palant, Albert Lévy et au conseiller Rolland, Il déclara notamment: • Autour du 21 mars, des manifestations ont lieu dans toute 'la France. Ce qu'II faut noter principalement, c'est la participation de la Jeunesse ; partout la jeunesse, cette Jeunesse que l'on dit hâtivement Insensible, a pris les choses en mains, s'est portée au premier rang de l'action •. .... Autre fait d'Importance: l'adhésion de toutes les grandes formations politiques aux propositions de lois élaborées par le M.R.A.P. ; adhésion qui nous permet d'espérer une discussion et une adoption prochaines à l'Assemblée Nationale .... .... Car le racisme est aussi à notre porte. A côté des manifestations extrêmes de l'apartheid, de la résurgence du nazisme, Il yale racisme tout proche chez nous-mêmes, à l'encontre des travailleurs Immigrés ; racisme de l'Isole: ment. de la misère, du silence ... Une lutte vigoureuse s'Impose -. du 14 au 21 mars. Tout s'organisa autour d'une exposition, que l'on installa dans le hall de la bibliothèque municipale: une municipalité voisine avait prêté des panneaux; un industriel local mit son camion à la disposition des jeunes militants, qui réussirent à , se mobiliser assez nombreux pour que l'exposition demeure ouverte toute la journée. diens Bachi Touré et Ivan Labéjof et la. chanteuse Colette Magny. Il faut saVOIr gré au Comité étudiant d'avoir invité cette chanteuse, qui a de son art une exigence assez haute pour refuser - et sans la moindre ostentation - les tentations du commerce et de l'industrie de la chanson. Dans les maisons de Jeunes. Cette mobilisation des militants du MRAP n'est pourtant pas le fait le plus notable, dans cette célébration nationale de la journée du 21 mars; elle n'a rien, après tout, que de très normal... Beaucoup plus remarquable est la mobilisation de centaines d'hommes, de femmes, de jeunes, pour qui la lutte contre le racisme ne constitue pas l'activité militante principale. Les maisons de jeunes et de la culture ont été particulièrement actives, surtout lorsqu'on sait le peu de moyens financiers dont elles dIsposent (quelques centaines de francs par mois, le plus souvent), et qu'elles sont, à quelques exceptions près, installées dans des baraquements préfabriqués. A Metz, les responsables de la MJC ont mis au point un très large exposédébat qui fait le tour du problème ( généralités, le racisme en France, l'apartheid, le néo-nazisme, la ségréga.tion aux U.S.A. lI» et un petit montage; et ils promènent, pour une durée de quinze jours, cet ensemble dans les MJC des villes avoisinantes. AU OAlA DE La semaine s'ouvrit sur une conférence- débat à laquelle avait été invité Charles Palant, secrétaire général du MRAP. Cent personnes étaient là. La discussion ' fut chaude, aborda le problème par tous ses aspects - l'antisémitisme, le nazisme, ancien et néo, les fondements économiques et sociaux du racisme ; à minuit, l'assitance se sépara à grand peine, ,sur la décision qu'il fallait se revoir et agir ensemble. Le 21 mars, la semaine se termina sur la projection du film Haines, de Joseph Losey. Ailleurs aussi, les Comités locaux du MRAP prirent les choses en mains; à Nancy, à Nanterre, à Dijon, à Noisyle- Sec et, dans d'autres villes de la banlieue parisienne, conférences et débats réunirent des milliers de participants. Dans la foule qui assista au gala du Palais de Chaillot se trouvaient d'éminentes personnalités parmi lesquelles : A Paris, le Comité étudiant du MRAP avait organisé, en plein Quartier Latin, salle de la MutUalIté, un gala qui remporta un beau succès; étaient présents des orateurs connus, et dont le nom seul 'était un gage d'audience en milieu étudiant: Josué de Castro, le professeur Albert Kastler, Pierre Paraf. Etaient aussi présents quelques artistes de classe : le groupe folklorique malgache des Barijoanas, les comé- El MM. Alfred Kastler, Prix Nobel de Physique et André Lwoff, Prix Nobel de Médecine. Les ambassadeurs et représentants des pays suivants : Algérie, Autriche, Belgique, Blelorussle, Brésil, Cameroun, Cuba, Dahomey, Gabon, Ghana, HauteVolta, Honduras, Hongrie, Indonésie, Israël, Italie, Mali, Niger, Pologne, République Arabe Unie, République Dominicaine, Roumanie, Sénégal, Suède, Tchécoslovaquie, Togo, Ukraine, U.R.S.S., Uruguay, Yougoslavie. MM. Plerre-Bloch et Edouard Depreux, anciens ministres, Jean Auburtln, ancien président du Conseil Municipal de Paris, Roland Dumas, député, Michel Labarbe, représentant le Centre Démocrate, Jean Suret-Canale, représentant le Parti Communiste Français, les conseillers municipaux David Weill et Charles Lederman, le général Paul Tubert. Les professeurs Francis Perrin, Théodore Monod, Laurent Schwartz, Jac· ques Berque, Henri Bartoll, Vladimir Jankélévitch, Jean Hlernaux, Henri Desollle, Pierre Grappin. Au gala de Chaillot, Claude Berri et le petit Alain Cohen en conversation avec Guy Béart. John William avant son tour de chant. A Nîmes, la Maison de la Jeunesse organisa une conférence et une exposition. Un commando fasciste sabota le débat, et déroba des documents à l'exposition, et des livres mis en vente à la sortie. La provocation eut l'effet con- CHAillOT Le message de U Thant : cc DES DOCTRINES INJUSTES ET DANOEREUSES)) A l'occasion de la Journée Internationale, M. Thant, .Secrétaire général de l'D.N.U., a fait parvenir au M.R.A.P. le message sUlvant : L'Assemblée générale des Nations-Unies a proclamé le 21 mars Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. L'Organisation des Nations-Unies a la ferme conviction ,que la discrim!nati~n raciale et l'apartheid constituent un d,éni des droits d~ 1 ~~mme: des hbertes fondamentales et de la Justice, ainsi qu une Insul~e à la d.lgnlt~ de ,1 homme. Nou~ voyons dans la discrimination raciale et dans 1 aparth~ld, ou qu elles se pratiquent, une entrave sérieuse au développem.ent économique et social et un obstacle à la paix et à la coopération Internationales ( ... ) Dans le monde d'aujourd'hui, la doctrine et la pratique de la suprématie raciale ne sont pas seulement Injustes, elles sont, lo~rdes de da.ngers Incalculables. A une époque où Il est indispensable de redUire les tenslO~s . et de faire accepter le concept de l'unité de la famille humaine, nul ne sau~alt Impunément s'abandonner à la haine raciale ni à l'Injustice raci~le. La fraternité. des hommes proclamée dans la Déclaration ,universelle d~s ?rOlt,s de 1 h?mme, Il. y a d.e cela bientôt vingt ans, n'est rien d autre aujourd hUi qu une véritable declaratlOn de survie. Là n'est pas la seule considération qui doive nous Inspirer, nous ,qui sommes les divers membres d'une famille humaine si diverse, a~ moment ou, !l?U~ célé· brons et marquons cette journée - la Journée InternatIOnale pour ! ehmmatlon de la discrimination raciale. Nous pouvons et nous devons aussI la celébre~ dans la conviction fervente que, si les hommes pouvaient progresser vers les obje.ctlfs moraux et politiques de l'égalité de droits proclam,és dan~ la Charte ?,es NatlonsUnies, ils se rapprocheraient d'un Idéal légué à 1 humanité tout entlere, par les plus nobles penseurs de tous les temps, de toutes les croyances et de toutes les races. traire à ce que ses auteurs espéraient: elle fit une publicité supplémentaire à l'activité antiraciste des jeunes nîmois, qui connut le plus large succès. Près de la Porte de Saint-Cloud, la jeune MJC du seizième arrondissement La princesse Eugénie de Grèce, M. Maurice Baumont, prési~ent de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, Mgr Lalande, préSident de Pax Christi les Grands-Rabbins Jaïs et Schllll, les pasteurs Ducros et Voge, M. M~dlano, président du Conseil Représentatif des Israélites de. Fran~e, M. Chilotti, directeur de l'Institut Pédagogique National, Mme Madeleine LeoLagrange, M. Etienne Nouveau vice-président de l'Union Fédérale des Anciens Combattants, M. André Tollet, représentant la Confédération Générale du organisa une exposition photographique sur le racisme dans le monde; aux documents fournis par la MRAP, les jeunes organisateurs en ajout~rent d'autres, de couverts par eux-memes. Une conférence-débat compléta cette manifestation. A la MJC de Rueil, une exposition et un débat s'organisèrent autour d'un thème plus précis: les Antilles. Ailleurs, on projeta des classiques de l'antiracisme, qui sont souvent des classiques du cinéma tout coUrt : La Chaîne de Kramer, One potato t'Vo potato, de Larry Pierce, Come back Afrlca, de Rogosm, Le Sel de la Terre, de Wilson et Biberman. Derrière la fenêtre, le court métrage du jeune réalisateur Jean Schmidt fut aussi mobilisé dans nombre d'endroits, pour la com~émoration de la journée du 21. Les conférenciers du MRAP, al?pelés de partout, prononcèrent conference sur conférence, animèrent débat sur débat (1). Travail. Les écrivains Roger Ikor, Robert Merle, Eugène Ionesco, Vercors, Louis Martln-Chauffier, Claude Roy, Alloune Diop, Albert Memmi, Clara Malra~x, Jacques Nantet; les historiens Henri Michel, Jacques Delarue, Jean Massln, Léon Poliakov. Les peintres Jean Picart Le Doux, Blasco Mentor; Mme Marquet. Les cinéastes Louis Daquin, Jean·Paul Le Chanois, Léonlde Moguy. Les artistes Jean Mercure, Sacha Dlstel, Julien Bertheau, Olivier H,ussenot, Anne Béranger, Renée Lebas, Ivan LabéJof, Jean Deschamps, Guy Beart. DROIT ET LIBERTE - Nb 261 • AVRIL 1987 Les MJC ne furent pas seules à passer à l'action. A Clichy, le foyer des (1) Voir dans la rubrique La vie du MRAP (pages 34-35) les activités des conférenciers du MRAP au cours de ces semaines. -. 7 Claude Roy cc LE AU RACISME COIN DE COMMENCE LA RUE)) L'écrivain Claude Roy avait écrit un texte pour l'ouverture du gala du 20 mars au Palais de Chaillot. Voici les principaux passages de ce texte, que lut l'acteur Michel Piccoli. .... IL serait trop simple de penser que, des 95 nations auxquelles l'Assemblée Générale des Nations-Unies a demandé de voter une résolution sur l'élimination du racisme et d'instituer la Journée Internationale qui nous réunit ce soir, l'unique nation qui a voté contre, c'est-à-dire l'Afrique du Sud, patrie de l'apartheid, est le seul Etat où des hommes sont opprimés parce que leur peau est d'une autre couleur, parce qu'ils sont différents de la minorité qui les asservit. Il serait trop simple de penser que le racisme c'est ce qui se passait autrefois ou ce qui se passe ailleurs ( ... ) La Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale n'aurait pas grand sens, si l'antiracisme consistait seulement à flétrir l'antiracisme à l'étranger, et si nous réinventions une sorte de racisme inconscient à l'intérieur de l'antiracisme, qui consisterait à condamner le crime du racisme chez les autres, et à ne pas l'apercevoir chez soi, ou en soi. Au kiosque et au guichet Le racisme commence au coin de la rue. Il commence quelquefois au .coin de nos pensées, quand nous n'y prenons pas garde, au détour de nos paroles, quand nous ne nous écoutons pas parler, au fil de sentiments, quand nous n'en sommes pas conscients. Le racisme commence au coin de la rue. Il commence au kiosque à journaux quand Minute insinue en caractères d'affiches que l'ouvrier algérien que vous voyez au carrefour manier la bêche ou le marteau-piqueur est le représentant d'une race de sadiques et de criminels. Il commence au bureau d'embauche d'à-côté, et au guichet de l'administration c co Dl co l.: .!!! W jeunes travailleurs réunit ses pensionnaires pour un débat. A Gennevilliers le ciné-club organisa une séance anti~ raciste, où fut projeté notamment un beau film pakistanais, Quand naîtra le jour. Le théâtre d'Aubervilliers consacra à la commémoration du 21 une représentation exceptionnelle de l'Opéra noir; c'est l'écrivain Roger Ikor qui présenta le spectacle. Et les beatniks du quartier Saint-Sevérin of~anisèrent à la Mutualité, sous la présldence de leur maître Mouna, une «soirée beatnik » antiraciste, qui prouva que le cheveu long et la barbe hirsute ne sont pas nécessairement symboles d'indifférence. Les ajistes de la région parisienne organisèrent plus qu'une soirée: l'association départementale de la FUAJ la Fédération Unie des Auberges de jeu- Les professeurs Francis Perrin, And ré Lwoff, prix Nobel de médecine, et Alfred Kastler, prix Nobel de ph y s i que, pendant l'entracte, il Chaillot. 8 voisine, quand le travailleur du bâtiment portugais ou algérien ne reçoit pas un salaire égal à travail égal, et ne touche pas des prestations sociales égales à cotisations égales. A qui le crime profite Mais on ne saurait lutter efficacement contre le racisme en se bornant à dire avec de bonnes paroles que c'est un mauvais sentiment, et en faisant de la morale pour démontrer qu'il n'est pas moral de croire qu'une différence qui n'est pas forcément une infériorité donne à quiconque le droit d'humilier, d'exploiter ou de réduire quiconque. Lutter contre le racisme, contre ses formes ouvertes ou dissimulées c'est d'abord montrer que les prétendues infériorités soi: disant fondées sur la variété et les différences entre les êtres ne sont fondées en fait ni scientifiquement, ni biologiquement, ni rationnellement, ni psychologiquement. C'est montrer que cette pseudo-doctrine ou cette idéologie est simplement un sentiment négatif et absurde. Lutter contre le racisme, c'est d'abord informer et former ceux qui en sont les agents et ceux qui en sont les victimes. C'est aussi démontrer que ce sentiment imbécile et néfaste n'enfonce pas seulement ses racines dans les instincts mauvais de l'homme, mais aussi dans les structures sociales ; que le crime de racisme est rarement un crime gratuit mais que presque toujours l'humiliation des uns garantit le profit ou le pouvoir des autres, que l'explOitation ou l'oppression des prétendus • inférieurs - enrichit ou fortifie les soi-disant. supérieurs -. L~tter contre le racisme, ce n'est pas seulement montrer que c est une erreur et une mauvaise action, mais aussi que c'est un intérêt. Dire que le racisme est une sottise et un crime, c'est bien. Mais ôter aux hommes l'intérêt qu'Ils pourraient avoir à croire cette sottise et à commettre ce crime, c'est mieux. Michel Piccoli, qui présenta la soirée, à l'entracte avec Louis Daquin. André Hunebelle, cinéaste et producteur du film de Claude Berri nesse, convia ses responsables à se réunir en colloque à l'AJ de Mantes, pour un week-end studieux. Le samedi soir, on projeta One potato two potato; le matin du dimanche, l'assistance se divisa en cinq commissions spécialisées: « néo-nazisme » ; «question juive »; «apartheid et problème noir aux USA »; «racisme et antiracisme » ; «travailleurs immigrés ,;. L'après-midi, une séance plénière permit aux rapporteurs de faire le bilan des travaux du matin; il fut décidé que cinq rapports plus détaillés seraient rédigés à l'intention de la Commission Culturelle de la FUAJ. Il s'agissait, pour les participants à ce week-end, de jeter les bases d'un travail pratique et surtout quotidien, de longue haleine, qui tiendrait le compte le plus exact des possibilités locales: contacts avec les travailleurs immigrés, enquêtes sur les problèmes et les besoins, alphabétisation, etc ... Dans un cinéma d'Asnières, une séance du programme habituel comporta exceptionnellement en première partie, le film de Jean Schmidt «Derrière la fenêtre» accompagnée d'une intervention à l'entr'acte. Il est inutile de multiplier les exempIed d'initiatives, d'efforts et de réussites qu'à suscitée cette première Journée Internationale : ce numéro de Droit et Liberté n'y suffirait pas_ Mais leur audience fut grande; dès la mi-mars, le MRAP recevait une lettre de M. Marc Schreiber, directeur de la division des Droits de l'Homm.e. .à. DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1967 Robert Merle : c( LE CRANE ET LA VERTU)) Le 21 mars, lors de la Conférence de presse du MRAP, Robert Merle, professeur et écrivain, prix Goncour.t, analysa les manifestations du racisme et de l'antisémitisme en France. Il déclara notamment : • ... En 1945, on put croire, après la défaite hitlérienne, que le racisme avait reçu le coup de grâce. C'était une erreur; depuis lors, nous avons connu plusieurs guerres coloniales qui ont révélé que le racisme existait encore, et pis l'ont même revivifié. On ne peut pas dire aujourd'hui que le racisme soit en régression dans le monde ... • ... En France, le racisme est avant tout anti-algérien. Dans la lutte contre les préjugés, les journalistes ont une grande responsabilité. Vous savez comment certaine presse explOite les histoires de viols et parvient à empoisonner une partie de l'opinion. • ... L'antisémitlsme est plus inavoué, plus honteux, mais il existe toujours : la récente enquête de l'IFOP en fait foi (1). Il existe comme certains microbes existent dans l'organisme, sans se manifester, mais qu'une occasion propice surgisse, et le voilà aussitôt qui se réactive ... • Le racisme peut se manifester là où on l'attend le moins, sous les' formes les plus inattendues. A la faculté de Nanterre, par exemple, où j'enseigne, j'eus la surprise de voir, lorsque j'y arrivai pour la première fois, que tous les cours se terminaient à 18 heures. On m'expliqua q~e la proximité des Algériens faisait craindre, le soir venu , pour la sécurite des étudiantes. Il y eut des protestations, et finalement un horaire normal fut rétablI. Jamais depuis il n'y eut d'incident à Nanterre, du moins d'incident provoqué par les travailleurs algériens, car vous savez que des agressions d'un autre ordre, venues de l'extrême-droite, y défrayèrent la chrorlque. On s'aperçut qu'il était plus urgent de défendre le crâne de nos garçons que la vertu de nos filles. - (1) Voir Droit et Liberté N° 259 - février 1967. Roger Ikor : « IL N'y A PLUS D'EXCUSE AU PREJUGE)) Le 19 mars, Roger Ikor, professeur et écrivain, prix Goncourt, était à Aubervilliers. Il prit la parole avant la représentation de l'Opéra Noir. Il déclara notamment

• Nous sommes tous racistes sans le savoir; le racisme est en chacun de t'lous, comme un fait quasi-bologlque. On peut dire que c'est un germe· naturel» presque ancestral par la peur de l'autre, la crail'!te de qui n'a pas la peau de la même couleur. Mais quand on est raciste, on cultive ce germe ; quand on est anti-raciste, on travaille à le détruire. • D'autant que nous, hommes de 1967, nous possédons la planète; en quelques heures, nous pouvons être aux antipodes ; en quelques minutes, nous pouvons parler à un ami de l'autre bout du monde. Au XVIII' siècle, par exemple, il était difficile de croire à l'égalité, d'être sans préjugés. Certes, les philosophes le disaient bien, que tous les hommes étaient égau~ en droits et en devoirs ; mais pour la grande masse des gens de l'époque, c'était une idée abstraite ; chacun vivait dans son groupe, sans possibilité de contacts avec les autres. Aujourd'hui, le brassage est total; il n'y a plus d'excuse aux préjugés. Le racisme apparaît plus que jamais comme une folle meurtrière. • C'est . pourquoi notre combat contre le racisme doit se situer sur deux plans. Un plan immédiat, et qu'II faut bien dire, de violence. Lorsqu'un cheval est emballé, ce n'est pas en le flattant, en lui parlant doucement, qu'on le calme. Il faut d'abord l'arrêter, et pour cela lui boucher les narines, l'empêcher de respirer. De même, avec les fous ou les criminels, 1\ n'y a pas de compréhension possible, pas de libéralisme. Il faut d'abord les empêcher de nuire. • Ensuite,. sur un plan plus lointain, il faut discuter, argu";1enter; il faut patiemment désarmer les préjugés, les arguments faux. Et là, c est la conviction qUI doit l'emporter. - Claude Roy cc LE AU RACISME COIN DE COMMENCE LA RUE)) L'écrivain Claude Roy avait écrit un texte pour l'ouverture du gala du 20 mars au Palais de Chaillot. Voici les principaux passages de ce texte, que lut l'acteur Michel Piccoli. ~ IL serait trop simple de penser que, des 95 nations auxquelles l'Assemblée Générale des Nations-Unies a demandé de voter une résolution sur l'élimination du racisme et d'instituer la Journée Internationale qui nous réunit ce soir, l'unique nation qui a voté contre, c'est-à-dire l'Afrique du Sud, patrie de l'apartheid, est le seul Etat où des hommes sont opprimés parce que leur peau est d'une autre couleur, parce qu'ils sont différents de la minorité qui les asservit. Il serait trop simple de penser que le racisme c'est ce qui se passait autrefois ou ce qui se passe ailleurs L .. l La Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale n'aurait pas grand sens, si l'antiracisme consistait seulement à flétrir l'antiracisme à l'étranger, et si nous réinventions une sorte de racisme inconscient à l'intérieur de l'antiracisme, qui consisterait à condamner le crime du racisme chez les autres, et à ne pas l'apercevoir chez soi, ou en soi. Au kiosque et au guichet Le racisme commence au coin de la rue. Il commence quelquefois au coin de nos pensées, quand nous n'y prenons pas garde, au détour de nos paroles, quand nous ne nous écoutons pas parler, au fil de sentiments, quand nous n'en sommes pas conscients. Le racisme commence au coin de la rue. Il commence au kiosque à journaux quand Minute insinue en caractères d'affiches que l'ouvrier algérien que vous voyez au carrefour manier la bêche ou le marteau-piqueur est le représentant d'une race de sadiques et de criminels. Il commence au bureau d'embauche d'à-côté, et au guichet de l'administration "lU CI ~ .!! W jeunes travailleurs réunit ses pensionnaires pour un débat. A Gennevilliers, le ciné-club organisa une séance antiraciste, où fut projeté notamment un beau film pakistanais, Quand naîtra le jour. Le théâtre d'Aubervilliers consacra à la commémoration du 21 une représentation exceptionnelle de l'Opéra noir i c'est l'écrivain Roger Ikor qui présenta le spectacle. Et les beatniks du quartier Saint-Sevérin of~anisèrent à la Mutualité, sous la préSIdence de leur maître Mouna, une « soirée beatnik » antiraciste, qui prouva que le cheveu long et la barbe hirsute ne sont pas nécessairement symboles d'indifférence. Les ajistes de la région parisienne organisèrent plus qu'une soirée: l'association départementale de la FUAJ, la Fédération Unie des Auberges de Jeu- Les professeurs Francis Perrin, And ré Lwoff, prix Nobel de médecine, et Alfred Kastler, prix Nobel de p h y s i que, pendant l'entracte, à Chaillot. 8 voisine, quand le travailleur du bâtiment portugais ou algérien ne reçoit pas un salaire égal à travail égal. et ne touche pas des prestations sociales égales à cotisations égales. A qui le crime profite Mais on ne saurait lutter efficacement contre le racisme en se bornant à dire avec de bonnes paroles que c'est un mauvais sentiment, et en faisant de la morale pour démontrer qu'il n'est pas moral de croire qu'une différence qui n'est pas forcément une infériorité donne à quiconque le droit d'humilier, d'exploiter ou de réduire quiconque. Lutter contre le racisme, contre ses formes ouvertes ou dissimulées, c'est d'abord montrer que les prétendues infériorités soidisant fondées sur la variété et les différences entre les êtres ne sont fondées en fait ni scientifiquement, ni biologiquement, ni rationnellement, ni psychologiquement. C'est montrer que cette pseudo-doctrine ou cette idéologie est Simplement un sentiment négatif et absurde. Lutter contre le racisme, c'est d'abord informer et former ceux qui en sont les agents et ceux qui en sont les victimes. C'est aussi démontrer que ce sentiment imbécile et néfaste n'enfonce pas seulement ses racines dans les instincts mauvais de l'homme, mais aussi dans les structures sociales ; que le crime de racisme est rarement un crime gratuit mais que presque toujours l'humiliation des uns garantit le profit ou le pouvoir des autres, que l'exploitation ou l'oppression des prétendus « inférieurs " enrichit ou fortifie les soi-disant « supérieurs ". L~tter contre le racisme, ce n'est pas seulement montrer que c est une erreur et une mauvaise action, mais aussi que c'est un intérêt. Dire que le racisme est une sottise et un crime, c'est bien. Mais ôter aux hommes l'intérêt qu'ils pourraient avoir à croire cette sottise et à commettre ce crime, c'est mieux. Michel Piccoli, qui présenta la soirée, à l'entr· acte avec Louis Daquin. André Hunebelle, cinéaste et producteur du film de Claude Berri nesse, convia ses responsables à se réunir en colloque à l'AJ de Mantes, pour un week-end studieux. Le samedi soir, on projeta One potato two potato; le matin du dimanche, l'assistance se divisa en cinq commissions spécialisées

« néo-nazisme»; « question juive

»; « apartheid et problème noir aux USA »; « racisme et antiracisme » ; « travailleurs immigrés ,;. L'après-midi, une séance plénière permit aux rapporteurs de faire le bilan des travaux du matin ; il fut décidé que cinq rapports plus détaillés seraient rédigés à l'intention de la Commission Culturelle de la FUAJ. Il s'agissait, pour les participants à ce week-end, de jeter les bases d 'un travail pratique et surtout quotidien, de longue haleine, qui tiendrait le compte le plus exact des possibilités locales : contacts avec les travailleurs immigrés, enquêtes sur les problèmes et les besoins, alphabétisation, etc ... Dans un cinéma d'Asnières, une séance du programme habituel comporta exceptionnellement en première partie, le film de Jean Schmidt « Derrière la fenêtre» accompagnée d'une intervention à l'entr'acte. . Il est inutile de multiplier les exempIed d'initiatives, d'efforts et de réussites qu'à suscitée cette première Journée Internationale : ce numéro de Droit et Liberté n'y suffirait pas. Mais leur audience fut grande ; dès la mi-mars, le MRAP recevait une lettre de M. Marc Schreiber, directeur de la division des Droits de l'Homme à ~ DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1967 Robert Merle : cc LE CRANE ET LA VERTU)) Le 21 mars, lors de la Conférence de presse du MRAP, Robert Merle, professeur et écrivain, prix Goncour.t, analysa les manifestat ions du racisme et de l'antisémitisme en France. Il déclara notamment : « ... En 1945, on put croire, après la défaite hitlérienne, que le racisme avait reçu le coup de grâce. C'était une erreur ; depuis lors, nous avons connu plUSieurs guerres coloniales qui ont révélé que le racisme existait encore, et pis l'ont même revivifié. On ne peut pas dire aujourd'hui que le racisme soit en régression dans le monde ... « .• . En France, le racisme est avant tout anti-algérien. Dans la lutte contre les préjugés, les journalistes ont une grande responsabilité. Vous savez comment certaine presse exploite les histoires de viols et parvient à empoisonner une partie de l'opinion. « ... L'antisémitlsme est plus inavoué, plus honteux, mais il existe toujours : la récente enquête de l'IFOP en fait foi (1) . Il existe comme certains microbes existent dans l'organisme, sans se manifester, mais qu'une occasion propice surgisse, et le voilà aussitôt qui se réactive ... « Le racisme peut se manifester là où on l'attend le moins, sous les' formes les plus inattendues. A la faculté de Nanterre, par exemple , où j'enseigne, j'eus la surprise de voir, lorsque j'y arrivai pour la première fois, que tous les cours se terminaient à 18 heures. On m'expliqua que la proximité des Algériens faisait craindre, le soir venu, pour la sécurité des étudiantes. Il y eut des protestations, et finalement un horaire normal fut rétablI. Jamais depuis il n'y eut d'incident à Nanterre, du moins d'incident provoqué par les travailleurs algériens, car vous savez que des agressions d'un autre ordre, venues de l'extrême-droite, y défrayèrent la chronique. On s 'aperçut qu'il était plus urgent de défendre le crâne de nos garçons que la vertu de nos filles . " (1 ) Voir Droit et Liberté N° 259 - février 1967. Roger Ikor : cc IL N'y A PLUS D'EXCUSE AU PREJUGE)) Le 19 mars Roger Ikor, professeur et écrivain, prix Goncourt, était à Aubervilliers. Il prit la parole avant la représentation de l'Opéra Noir. Il déclara notamment

« Nous sommes tous racistes sans le savoir; le racisme est en chacun de hOUS, comme un fait quasi-bologlque. On peut dire que c'est un germe « naturel" presque ancestral par la peur de l'autre, la crail1te de qui n'a pas la peau de la même couleur. Mais quand on est raciste, on cultive ce germe ; quand on est anti-raciste, on travaille à le détruire. « D'autant que nous, hommes de 1967, nous possédons la planète; en quelques heures, nous pouvons être aux antipodes ; en quelques minutes, nous pouvons parler à un ami de l'autre bout du monde. Au XVIII' siècle, par exemple, il était difficile de croire à l'égalité, d'être sans préjugés. Certes, les philosophes le disaient bien, que tous les hommes étaient égaux en droits et en devoi rs ; mais pour la grande masse des gens de l'époque, c'était une idée abstraite ; chacun vivait dans son groupe, sans possibilité de contacts avec les autres. Aujourd'hui, le brassage est total; il n'y a plus d'excuse aux préjugés. Le racisme apparaît plus que jamais comme une folie meurtrière. « C'est , pourquoi notre combat contre le racisme d9it se situer sur deux plans. Un plan immédiat, et qu'II faut bien dire, de violence. Lorsqu'un cheval est emballé, ce n'est pas en le flattant, en lui parlant doucement, qu'on le calme. Il faut d'abord l'arrêter, et pour cela lui boucher les narines, l'empêcher de respirer. De même, avec les fous ou les criminels, il n'y a pas de compréhension possible, pas de libéralisme. Il faut d'abord les empêcher de nuire. « Ensuite .. sur un plan plus lointain, il faut discuter, argumenter; il faut patiemment désarmer les préjugés, les arguments faux. Et là, c'est la conviction qui doit l'emporter. " Il -+ Le Conseiller Rollaad : "IL FAUT DES LOIS" A la Conférence dé Presse du MRAP. M. Maurice Rolland, conseiller à la Cour de Cassation, a consacré son exposé aU! problème de la lutte contre le racisme sous son angle législatif. Voici les principaux passages de son intervention : De gauche à droite, et de haut en bas : Edo u a r d Depreux. Jacques Duc los, Valéry Giscard d'Estaing, Jean Lecanuet, Guy Mollet. Alors que commence une nouvelle législature, le M.R. A.P. s'est adressé à la direction ·et aux élus des différentes formations politiques, leur demandant de se prononcer. Les réponses reçues montrent d'ores et déjà que les textes élaborés par le M.RA.P. peuvent être à nouveau déposés par des députés de tendances diverses, comme ce fut le cas en 1959 et en 1963. Il faut souhaiter en outre que, contrairement à ce qui s'est passé lors des précédentes législatures, Us seront discutés et adoptés. Cela dépend du gouvernement, maître de l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale. La pétition nationale lancée par le M.R.A.P. pour l'adoption de ses propositions de lois et 'la ratification par la France de la Convention Intemationale contre la discrimination raciale, a recueUIi plus de 20.000 signa.tures. EUe continue de circUler. .c.: .'". '" .~ w • J 'al lu avec surprise que le prix Galabert - un prix scientifique - venait d'être attribué à Von Braun. Or, chacun sait le rôle que l'ancien nazi Von Braun a joué au camp de concentration de Dora ; Il était le maître de la main-d'oeuvre déportée. C'est lui qui exigeait d'elle des cadences toujours plus épuisantes ; il connaissait les tortures, les supplices, les pendaisons en musique qui étalent monnaie courante à Dora. Que l'Amérique ait adopté ce criminel de guerre, c'est son affaire. Mals nous demandons qu'en France, " ne soit pas honoré ... Ceci était une remarque liminaire. J'en viens au sUjet même de mon Intervention. ...• Après les procès de Nuremberg, toute une législation internationale s'est développée, pluSieurs conventions se sont succédées, sur les crimes contre l'humanité, sur le génocide, sur l'élimination de la discrimination raciale enfin ; LES REPONSES DES M. Edouard DEPREUX, Secrétaire Général du Parti Socialiste Unifié. « " va sans dire que mon accord est total avec les propOSitions de loi pour la répression de la provocation à la haine raciste ainsi que des discriminations raciales et pour l'interdiction des associatons provoquant à la haine raciste. • C'est dans l'oeuf qu'il faut étouffer les manifestations du racisme qui constitue fe péché majeur contre la sensibilité humaine et la raison. Pleinement solidaire de l'action du M.R.A.P., je lui souhaite un plein succès. • M. Jacques DUCLOS, Sénateur, membre du Bureau Politique du Parti Communiste Français . • ... Nous sommes pleinement d'accord avec la campagne engagée par votre Mouvement en vue de rendre plus efficace la législation sur la répression des menées racistes et antisémites et en vue d'obtenir que des sanctions pénales frappent certains actes de discrimination ou de ségrégation raciale. • A cet effet, le Parti communiste français qui , de tout temps, a lutté contre le racisme et l'antisémitisme, a déposé au cours de la dernière législature les deux propositions de 101 élaborées par le M.RAP. • D'autre part, s 'agissant de la Convention internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, Louis Odru, au nom du groupe communiste de l'Assemblée nationale, se référant à une réponse du 14 juin 1966 émanant de M. le ministre des Affaires étrangères, a demandé au garde des Sceaux par voie de question écrite • où en est l'étude par les différents départements ministériels Intéressés, de la Convention internationale -contre la discrimination raciale, et à quelle date le Gouvernement entend déposer le projet de loi tendant à la ratification par la France de cette convention. • 'Office des Nations Unies de Genève: aussi associées à la Journée Internationale. « Je suis heureux d'associer par ma voix l'Eglise Catholique à la campagne organisée en France,., écrivit Monseigneur Feltin ; et le pasteur Westphal, président de la Fédération protestante de France: « Il ne peut y avoir de paix que dans le respect de tous les hommes, de toutes les races et de toutes les nations,.. Le grand rabbin Jacob Kaplan «s'associa sans réserve à cette journée,.; le Métropolite Meletios, au nom de l'église orthodoxe, et S.E. Si Hamza Boubakeur, directeur de l'Institut musulman de la Mosquée de Paris, communiquèrent que leurs fidèles allaient s'associer par l'action et par la prière aux efforts de tous. "Nous avons noté avec grand intérêt et satisfaction les informations fournies, y disait M. Schreiber, et nous avons notamment été heureux d'apprendre que votre journée nationale aura désormais lieu le 21 mars dans le cadre de la Journée Internationale ». Les autorités religieuses se sont elles 10 Même adhésion dans les syndicats!: dans un communiqué, le Bureau Conet notre grand regret, c'est que la France n'al,t pas signé ~ette dernière convention. Nous souhaitons 9u elle fasse onneur à son passé en la ratifiant au plus tot ... • • ... Sur le plan national , la France n'a pas de législation antiraciste. Le M.RAP. a depuis longtemps élaboré des proosltlons de 101, qui ont été approuvées aussi bien par M. ~allanger, président du groupe parlementaire com~unlste, que par M. Neuwirth, député U.N .R. Pourt~nt, elles n ont jamais été Inscrites à l'ordre du jour de 1 ~ssembl?e., Nous demandons à nos amis parlementaires, à 1 heure ou s ouvre cette nouvelle législature, de tenter d'obtenir que ces projets arrivent enfin en discussion . • Ces propositions de loi , s'orientent dans trois directions. La '101 sur la presse réprime déjà l'apologie et la provocation FORMATIONS POLITIQUES • C'est dire que votre Mouvement p~ut. compte·r sur le dévouement du Parti communiste français a la cause de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme .• M. Valéry GISCARD D'ESTAING, Président de la Fédération des Républicains Indépendants. • En souhaitant à la Journée internat!onale pour l'élimination de la discrimination raciale, fixee au 21 mars par l'Assemblée généra le des Nations-Unies, tout le succès qu'elle mérite sur le plan fran çais , je pense q~e dans dotie pays où le racisme ne marque pas. les sentlm?nts e a population, il serait justifié que pUissent abo.utlr .Ie~ . propositions de loi condamnant les menées contraires a 1 egaie dignité de tous les être humains .• M. Guy MOLLET, Député, Secrétaire Général du Parti Socialiste S.F.I.O. • M. le Président Guy Mollet m'a chargé de vous ac~user réception de votre envoi de ce jour et de ,vous .conflr,mer l'accord du Parti Socialiste S.F.I.O. pour 1 .a ~oP!lOn dune législation contre le racisme et pour la ratlf~c.atl.on .par la France de la Convention internationale .sur 1 elimlnatlon de toutes les formes de discrimination raCiale . • (Robert Fouquart, Assemblée Nationale.) Me Roland DUMAS, Député de la Fédération de la Gauche Démocratique et Socialiste. • J 'ai toujours lutté contre le racisme s;us toutes ses formes , le plus primitif comme le plus l~teliectuel ; A La discrimination raciale flatte les plus bas Instincts de . 1 e~r? humain et trop souvent, sous des prétextes pseudo-sclentlflà certains délits ; l'apologie du crime ou de la perversion, par exemple, tombe sous le coup de cette I~I ; nous demand~ns qu'y soient ajoutées la provocation et 1 apologie de la haine raciale .• • Nous demandons aussi que les associations antiracistes puissent se porter partie civile dans les affaires de racisme, ce qu'elles n'ont absolument pas le pouvoir de faire actuellement. . 1 é 1 é t «La seconde proposition vise à définir p us p~ c ~ men les formes sournoises et hypocrites , de di.scrlmlnatl~n raciale

licenciements abusifs, refus d emplOi, de service ou

de vente, etc. • La troisième proposition, c'est l'interdiction des. associations qui feraient l'apologie du nazisme, du néo-naZisme, de la haine et de la discrimination raciale .• ques contribue à le faire reculer plutôt qu'à l'élever. Le racis~e est générateur de violences, de souffrances et de dégradation. C'est pour cela qu 'il convient ~e lu~er co~tre cette propension par tous les moyens. ~ ~dopt~on dune législation en est un . " ne faut pas heslter a la promouvoir . • Des Députés U.N.R. • Je suis d'accord, en principe. avec les text~s prop~sés et vous autorise à faire figurer mon nom parmi les signataires de la pétition nationale. » Dr. A. WESTPHAL (Bas- Rhin) . . " s • Je m'empresse de vous faire connaltre .'lue Je SU! entièrement d'accord sur les textes que vous ~ avez .soumls et que vous pouvez me compter parmi les signataires de cette pétition nationale . • M. A. CHAUVET .(Cantal).. . Je m'empresse de vous faire connaltre que Je SUIS en~iè~·ement d'accord avec vous à ce sujet . • M. Pierre VITTER (Haute-Saône) . . . d . • ... J'ai lu avec soin ces trois textes et le SUIS . ans l'ensemble bien d'accord avec vos préoccupatIOns. qUi me semblent parfaitement justifiées . • M. P.-B. COUSTE (Rhône) . Le Centre Démocrate. Au nom du Comité directeur du Centre démocrate, M· Jean Nadd, avocat à la Cour, nous confirme que lors de sa convention constitutive d'avril 1966, le Centre dé~ocrate « a décidé d'inscrire dans sa Charte la. ~on~amnatlon du racisme sous toutes ses formes et la ratifIcatIon de la Convention européenne des Droits de, l'Ho~me, ~e quI,I!Ilplique l'acceptation du principe d~ 1 a~optlon d une le~lslation antiraciste renforcée dans 1 esprIt de la ConventIon de l'O.N.U. " fédér al de la CGT « s'associe à la décision du MRAP de placer la journée d~ 21 mars sous le signe de la lutte antiraciste »; en conséquence, il appelle « lesl organisations confédérées, les mi· litants et les travailleurs à exiger du gouvernement la ratification de la convention de l'ONU et le vote par le Par· lement d'une véritable et efficace législation antiraciste ». L'union des syndicats CGT de la Seine"Saint·Denis et la Fédération des Travailleurs de la métallurgie envoyèrent au MRAP des messages de solidarité similaire. d'une action. ~n profondeu:, et copt!nue' nous CitIOns tout à 1 heure 1 mltiati~ e des militants des Au~erges .de Jeunesse ' on pourrait en citer bien d'autres ~i la place n'était pas cQmptée. Il faut pourtant dire que, dans plusieurs lycées de Paris et de province, des professeurs ont donn~ des sujets de dissertations sur le racisme. DROIT ET LIBERTE ' No 261 • AVRIL 1967 Dans tous ces messages, dans toutes ces réalisations, un déno~inateur commun apparaît : le SOUCI de ne P!ls transformer cette Journée Internationale en une sorte de rite, de baume pour bonnes c~ms cienc~ s , ma is, au contraire d'en faire le pomt de depart A J'école Decroly, à Saint-Mandé. le -+ Il ~ « Club actualités» organisé par les professeurs et les élèves a ouvert une enquête sur les préjugés ' raciaux. Il a diffusé panni tous les parents d 'élèves une bibliographie d'ouvrages pour enfants et pour jeunes sur ce sUJet. Et puis il faut bien clore le bilan; toutes les initiatives que nous venons d'énumérer, et qui ne sont, encore une fois, que quelques-unes panni bien d'autres, prouvent par leur diversité que bien des actions diverses sont possibles, et qu'il est bon de confronter les expériences. Et, s'il est vrai que le véritable militant est celui qui sait réfléchir et déterminer son action à venir, il n'est pas trop tôt pour penser déjà, à ce que pourra être la seconde Journée Internationale. 12 Georges CHATAIN. Charles Palant : « IL FAUT PASSER DES PRINCIPES A L'ACTION )) Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., tira les conclusions de la conférence de presse du 21. Il déclara notamment : « Tout ce qui s'est fait et dit tous ces jours·ci n'a de sens que pour autant que les principes généreux qui ont été développéS soient élevés au niveau de l'action, pénètrent dans l'opinion publique. « " faut qu'un mouvement en ait la charge, et qu'il la porte avec le sens le plus grand des responsabilités qui sont les nôtres. Ce mouvement, c'est le M.R.A.P., qui regroupe des hommes et des femmes dont la diversité des engagements politiques, religieux, syndicaux, sociaux, témoigne de l'universalité de notre combat -. « On peut se poser la question: qui aurait célébré la journée internationale du 21 mars en France, comment l'aurait-on célébrée si le le M.R.A .P. n'avait pas existé? On peut dire que sans lui, les multiples initiatives dont nous venons de dresser le bilan n'auraient pas eu lieu. » . « Nous nous réjouissons que de nombreux citoyens aient répondu à notre appel, que la Journée du 21 ait rencontré une telle audience en France. Et nous souhaitons qu'elle soit un nouveau départ pour une action de ' tous les instants . • Elle Kagan Au meeting organisé par les étudiants du M.R.A.P.: Alfred Kastler, Josué de Castro, Odile Dhavernas, vice.-présidente du Comité Etudiant, et le président Pierre Paraf, Alfred Kastler : « LA SCIENCE RAPPROCHE LES HOMMES" • L'homme doit apprendre à s'élever au-dessus des nationalismes et des idéologies de haine, et édifier cette citoyenneté du monde qui permettra seule de libérer les hommes du joug ancestral de la misère, de la faim et de la guerre .• • " est facile de dénoncer le racisme chez les autres. C'est aussi chez nous que nous devons le découvrir, si nous nous analysons avec courage et lucidité; comme M. Jourdain faisait de la prose, il nous arrive de faire du racisme sans le savoir, ne serait-ce que dans tant de plaisanteries que l'on entend chaque jour, ou bien dans cette prière inspirée du Vendredi-Saint, qui fut heureusement supprimée par Jean XXIII. Le racisme forme malheureusement le fond de notre nature et de nos réflexes ; le langage lui-même le véhicule ; d'où la nécessité d'une patiente rééducation ; d'où aussi la responsabilité de la jeunesse d'aujourd'hui. » ." est courant d'incriminer le progrès scientifique et technique. C'est encore un préjugé : le progrès scientifique rapproche les hommes, les aide à se connaître, leur permet de communiquer. Celui qui s'occupe de science sait qu'elle est un facteur puissant de coopération universelle. En physique, par exemple, les découvertes de certains chercheurs japonais, indiens, chinois, sur la mécanique quantique et la structure de l'atome, sont des découvertes décisives. Je crois que la science, loin de s'opposer à la culture humaniste, aidera puissamment à édifier cette cité humaine que nous appelions tous de nos voeux. » Josué de Castro : cc NOUS N'AVONS PLUS LE CHOIX" « Je suis content de préSider une réunion organisée par la génération nouvelle, . une génération qui aura tant de responsabilités dans l'avenir de l'humanité, L'extermination de l'espèce humaine est désormais possible. La tâche essentielle de votre génération sera d'éviter l'anéantissement du monde et de la vie. • C'est pourquoi la jeunesse n'a pas seulement un devoir envers le savoir et la connaissance, mais aussi un devoir envers le pouvoir, un devoir de participation au pouvoir, pour éviter la catastrophe. La manifestation contre le racisme qui nous réunit ce soir est une contribution à la lutte contre cette catastrophe. • Le racisme est condamné. Le progrès a transformé notre terre en une toute petite planète où les hommes de toutes races sont voisins et compatriotes, où ils doivent tous vivre et coexister. A notre époque, nous n'avons d'ailleurs plus le choix. Le seul choix que nous ayons est entre la coexistence et la nonexistence. - DROIT ET LIBERTE - N° 261 • AVRIL 1967 qUE SE PASSE-T-Il ? Côte des Somw POURQUOI CE CONFLIT ETHNIQUE? L ES graves événements qui viennent de se dérouler à Djibouti, ' mettent en lumière d'une façon frappante les conditions qui favorisent le développement des conflits radaux et le rôle qu'ils peuvent jouer dans des circonstances détenninées. La Côte Française des Somalis est, il faut bien le constater, l'un des derniers territoires africains soumis au régime colonial. Placée offidellement sous contrôle français depuis le 20 mai 1896, son intérêt réside essentiellement dans la ville même de Djibouti, où habite la moitié de la population totale, avec son port et son aéroport, escales indispensables sur la route de Madagascar et de l'Extrême-Orient, débouché de la ligne de chemin de fer venant d'Ethiopie, point d'appui militaire, enfin, d'une grande importance stratégique à ce carrefour entre deux continents. Ces 22.000 km2 présentent par ailleurs un sol ingrat, sous un climat que l'on considère comme le plus chaud du monde; la culture y est diffidle; et l'élevage constitue la seule maigre ressource des nomades vivant dans l'arrière- pays. Lors d'un voyage à Djibouti, en 1959, le général de Gaulle déclarait que la France « n'abandonnera jamais la Côte des Somalis. en raison de son importance stratégique et commerciale.» Si, lors de son séjour d 'août 1966, les manifestations pou r l'indépendance l'on amené à suggérer un référendum, il semble bien que l'on était déddé à tout faire pour que le statut de cette base demeure pratiquement inçhangé, Au lendemain de la consultation du 19 mars, écartant l'indépendance, le président de la République n'a-t-il pas déclaré que le référendum avait "atteint son but,,? SIX MILLE EXPULSIONS L A plupart des observateurs s'accordent à souligner que cette consultation a été faussée par différents moyens. D'abord, l'intimidation. Depuis août 1966, un imposant appareil répressif a été mis en place, les partisans de l'indépendance ont été en grand nombre arrêtés, plus de 6.000 habitants de Djibouti expulsés vers la République de ~ 13 ..... y SONT Z'INCORRIGIBLES MOSSIEUR, si je vous dis «Y'a bon ", kèskevoumrépondez ? Banania! Bien siir! Bravo mossieur, vous en avez gagné une grosse boite ! ". Vous connaissez ce jeu publicitaire qui s'étale régulièrement sur les ondes des postes périphériques. . , Il y a fort longtemps qu'obstinément, Je m eff;rc~ de pr;uver que le «Y'a bon." et son nègre hilare appartiennent à un passe revolu; C est. ~n 1931 q~e I~ Malso~ Banania eut son heure de gloire, en mondant « 1 expOSItion colomale mternatIOnale » du Bois de Vincennes de sol!-. horFible, ~ublicité raciste: Le slogan est passé dans les moeurs. Tout nègre, q~ II SOIt preSident du ConseIl de son pays, ou balayeur des rues de Paris, ingémeur ?u ~an~~vre, poète ou receveur d'autobus, se voit souvent affublé par les petits ImbecIles blancs de ce terrible « Y'a bon » ... qn dira que je prends la mouche pour bien peu de chose. Mais la publicité abUSive est sans doute le phénomène le plus inquiétant de notre monde moderne Témoin, cette étiquette imprimée en Suisse, qui concerne une marque de café ve~dut; ~n Alsace.: « Au Bon Nègre », « Votre Café ». Avec toujours le même nou rIdicule et rIgolard. Oncle TOM. Somalie. Le 28 janvier, 300 arrestations ont eu lieu au cours d'un meeting du Parti du Mouvement Populaire, favorable à l'indépendance, et, depuis, aucune réunion publique de l'opposition ne fut autorisée. En février, des manoeuvres militaires se sont déroulées l'un contre l'autre avec une violence croissante pendant la période précédant le réferendum. Le problème fondamental est le même, cependant pour tc:t~s les autochtones de ce pays déshén~ e., Tous souffrent du. chômage, de la misere, de la sous-alImentation. Soixante- dix années de «civilisation» ne leur. ont app~rté ni la prospérité, ni la lumIère, pUIsque cette population compte 90 % d'illettrés et n'a eu que 10 bacheliers en tout et pour tout depuis le début de la colonisation. . ,dans la région, . et plus de 5.000 soldats -ont éu pour mission d' « assurer l'ordre » pendant la campagne électorale, soit un soldat pour 8 élect eurs. L'ARME A LA MAIN RAPIDEMENT, au véritable problème de l'indépendance et du développement a été substituée l'opposition entre les deux ethnies, l'une étant pour le « oui », l'autre pour le « non ». Ce conflit racial, surgi comme par enchantement, a pris une ampleur telle que les données politiques et sociales de la situation se sont trouvées entièrement escamotées. Au lendemain du vote, alùrs que les dirigeants des Somalis s'efforcent d'apaiser l'hostilité contre les Afàrs, le leader de ceux-ci, Ali Aref, qui fit campagne pour le «oui», déclare: « Il faut, dans une première phase, expulser tous les Somalis démunis de pièces d'identité, et dans une deuxième phase tous ceux qui ont voté «non ». Un de ses adjoints, impunément, renchérit: «Il n'y a qu'à tuer tous les Somalis qui refusent de marcher avec nous •.. » Dès lors, comme l'écrit le correspondant du « Monde» le 23 mars, « la Côte des Somalis est coupée en deux blocs hostiles, entre lesquels l'armée française est CONDAMNEE (c'est nous qui soulignons) à rester l'arme à la main ». Comment ne pas reconnaître ici, une application ouverte de la vieille règle: « Diviser pour régner» ? La révolte des Somalis, à Djibouti, dès que les résultats du référendum furent proclamés, puis la grève générale qui a paralysé le port, font apparaître une tension des plus inquiétantes. Selon les chiffres officiels, il y aurait douze morts parmi les autochtones, à la suite des «bouclages», des « ratissages» et des « quadrillages », effectués dans le bidonville. De nouvelles expulsions se préparent. Un « camp de triage» a été installé à la poudrière d'Ambouli, où sont parqués 2.000 « suspects» parmi lesquels nombre de femmes et d'enfants. «Au milieu du sable, écrit le correspondant de « France-Soir» (23-3), ce camp évoque de bien mauvais souvenirs: miradors, fUs de fer barbelés, et au-dessus de l'entrée, une pancarte sur laqueUe est inscrit: «Camp de passage ... » Un des détenus lui a dit: «J'ai servi cinq ans dans l'armée française.,. Les informations venant de Djibouti font état de projets visant à accentuer encore la diviSIon, en particulier la création d'un conseil de gouvernement dont seraient exclus les Somalis. Il en résulterait inévitablement une aggravation de la répression: Est-ce ainsi que PIEDS SENSIBLES Les partisans de l'indépendance se sont plaints de la façon dont les listes électorales avaient été modifiées, et de la distribution sélective des «cartes de participation à la consultation », remplaçant les cartes d'électeurs. Alors que les deux principaux groupes ethniques formant la population: les Afars et les Somalis, manifestaient une commune volonté d'indépendance en août 1966, on les a vus se dresser 14 Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6·) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) (10") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg '(Mo Château-d'Eau) .


Magasins ouverts tous les lundis --------

LE VERITABLE DANGER par Marcel Ophüls Marcel Ophüls est cinéaste. Il réalisa récemment, pour l'émission télévisée Zoom, un film sur la renaissance du nazisme en République Fédérale allemande. Lui-même d'origine allemande, il quitta soI' navs tout enfant, en 1933, avec sa famil\e qui fuyait l'hitlé· risme triomphant. Fils du cinéaste Max Ophüls, il commença sa carrière cinématographique avec un sketch pour L'amour à vingt ans (1961) et Peau de Banane (1962) avec Jean-Paul Belmondo et Jeanne Moreau. J E fais partie de cette • génération perdue " d'hommes âgés aujourd'hui de trente-cinq ans, une génération deux fols sacrifiée : pendant la guerre et aujourd'hui! C'est parmi les types de cette génération, coincée dans un casse-noisettes, entre les anciens au lourd passé, et les jeunes qui l'ignorent, qu'on trouve des cinéastes, des écrivains, des journalistes qui n'ont cessé de faire des efforts Inouïs pour éclairer l'opinion sur le nazisme. Et maintenant, on se rend compte que ces efforts n'ont pas servI. Rien n'est plus hermétique qu'une mauvaise conscience : la plupart des gens ne peuvent admettre qu'ils se sont trompés, qu'ils ont partagé des idées, des principes qui ont amené les camps qui ont tué. Nous avons une formule très expliCite : « Il faut enfin cesser de salir notre propre nid. " C'est le sentiment Intime de la plupart des Allemands, et c'est un argument de propagande du NPD. J'al rencontré des leaders du NPD : « Nous ne sommes pas nazis, se défend Adolf von Thadden. Avons-nous des anciens nazis chez nous? Peut-être en effet, mals si les douze millions d'anciens membres de la NSDAP étalent au NPD, alors nous serions le parti le plus fort d'Allemagne. Or ce n'est pas le cas. C'est donc qu'II y en a ailleurs. ,. C'est vrai que le NPD se défend d'être nazI. Mais c'est une question de tactique. Ainsi, lors du meeting que j'al filmé à Bayreuth, Fritz Thielen s'est écrié : « Votez pour nous, car nous sommes des nationalistes démocrates' et responsables... Nous seuls pouvons créer un parti véritablement allemand et nationaliste... et éviter, la renaissance d'un parti nazi. » • J'ai rencontré M. GersternmaYer, préSident du Bundestag, l'un des seuls résistants authentique du parti d'Adenauer; il m'a étonné par sa volonté de • bagatelliser " le NPD : « Ce sont moins des nazis que des poujadistes », m'a-t-il dit. Gersternmaïer est assez Intelligent pour savoir que sa comparaison est gratuite : si les poujadistes étaient arrivés au pouvoir, ils auraient développé un système de gouvernement fasciste; d'autre part, la clientèle du poujadisme est semblable à celle des nazis des années 1928-1929 et des néo-nazis d'aujourd'hui. « Alors vous, qui subissez les attaques les plus violentes des leaders du NPD parce qu'ancien résistant, parlementaire et démocrate convaincu, parce qu'Initiateur du paiement des Indemnités aux victimes du nazisme, pour avoir plaidé pour la réconciliation avec Israël, vous êtes sOr que ce n'est pas un parti nazi? ,. al-Je demandé. Après un temps de réflexion, M. Gersternmaier m'a répondu qu'il n'y avait pas de contradiction : si en effet les leaders du NPD restaient des nostalgiques du nazisme, sa clientèle - gens mécontents, aigris, en plein désarroi - avait simplement • soif d'Identité nationale ". C'est une argumentation dangereuse, équivoque et un peu démagogique. Ce qu'on veut, c'est faire réintégrer cette clientèle dans la CDU en l'absolvant de tous péchés. ft On ' comprend que vous soyez roalheureux, leur dlt-on, alors revenez chez nous. • C'est bien sOr aussi la politique de M. Strauss déma· gogle et surenchère nationalistes. Strauss, Il ne faut pas l'oublier est un homme capable, Intelligent qui, malgré les scandales et la corruption qui l'entourent, a su revenir en vainqueur sur la scène politique. Je le vols fort bien chancelier dans quatre ou cinq ans avec l'appui du NPD qui sera devenu avec son aide, un parti fott, donc respectable. Strauss qui, lui, n'a jamais ' adhéré au parti nazi, évincera Kiesinger - simple homme de paille, même à l'heure actuelle - mettra le SPD à la porte et le tour sera joué. Voilà le danger. (Propos recueillis par Marguerite KAGAN) l'on conçoit, en haut lieu, la présence française? L'histoire récente' l'a prouvé: ce n'est pas par de telles méthodes que l'on peut résoudre les grands problèmes de notre temps. terme âux combats. A la question de savoir si les troupes américaines doivent poursuivre leur action, 39 % ont répondu affirmativement. Mais 63 % ont déclaré qu'elles aimeraient voir les Américains déployer de plus grands efforts pour l'ouverture de pourparlers de paix. un pays une domination étrangère. La politique de « terre brûlée » a fait, selon un document publié à Hanoï, un milllon de victimes civUes au Sud-Vietnam, où règne une atroce misère physique et morale. Dans le Nord, les bombardements, au fur et à mesure que se poursuit 1'« escalade », atteignent surtout les bâtiménts industriels et les habitations; les moyens employés, notamment les bombes bourrées de petits éclats d'acier, montrent que l'on cherche à détruire non pas des objectifs militaires mais des vies humaines. Ils ne se passe pas de jour où des écoles, des églises, des hôpitaux ne subissent les coups de l'aviation. Vietnam LES 81 % Un sondage d 'opinion effectué au Sud-Vietnam par un organisme américain, l'Opinion Research Corporation, pour la chaîne dé' 'radiodiffusion C.B.S. apporte des indications révélatrices sur l'état d'tsprit de la population. 81 % des personnes interrogées ont déclaré souhaiter avant tout la paix. 4 % seulement ont déclaré préférer la victoire à une paix rapide. 21 % ont déclaré qu'elles souhaiteraient voir les Américains rester au Vietnam du Sud comme conseillers, après avoir mis un DROIT ET LIBERTE - N° 261 • AVRtL_'967 L'enquête menée dans les zones considérées comme « sûres », controlées par les forces militaires des Etats-Unis, a duré du 24 novembre au 1er février dernier. Les enquêteurs n'ont pas interrogé les populations d'origine chinois'e, ni les membres des tribus montagnardes, ni les hommes en âge d'être enrôlés sous les drapeaux. C'est dire que l'immense majorité des Sud-Vietnamiens désapprouvent la poursuite des opérations, que le gouvernement américain mène soi-disant pour les protéger. En fait, les informations, les témoignages venant du Sud comme du Nord, confirment chaque jour que cette guerre frappe durement", et essentiellement, le peuple tout entier. Il en est ainsi de toute guerre destinée à imposer dans Après le conseil de guerre qui vient de se tenir à l'Ile de Guam, on parle à Washington de l'envoi de nouveaux renforts américains, et d'une augmentation des crédits pour faire face à la résistance des combattants vietanmiens. Où et quand s'arrêtera ce massacre? Le cri de douleur d'un peuple retentira- t-il en vain? Ne pourra-t-on pas imposer la paix? Nous sommes tous concernés. ..... 15 Faits-diverti UN JEUNE HÉROS L 'INCENDIE du Foyer de l'enfance de Mélan, à Taninges (Haute-Savoie), a éclaté d'une façon si soudaine et si brutale, que malgré l'intervention immédiate des pompiers, 18 des jeunes pensionnaires, de 5 à 15 ans, ont péri. Au cours de l'enquête, après plusièurs jours, les survivants ont signalé la conduite héroïque d'un employé de l'orphelinat, un Algérien de 20 ans: Hadedj Rabah. Voici le récit que publia Le Dauphiné Libéré du 15 mars: « Au cours des témoignages que nous avons recueillis aujourd'hui, un nom est revenu sur beaucoup de lèvres, celui de Hadedj Rabah employé comme plongeur à Mélan depuis le 26 janvier dernier. « Hadedj Rabah a vingt ans. Il est originaire de la région de Philippeville (Algérie). Sa chambre faisant face au dortoir de garçons, dès l'alerte son premier réflexe est de fuir, mais dans l'escalier il se ravise: « Je me dis en moi-même: et les enfants ? .. Je remonte au dortoir. » « Rabah a sauvé 27 enfants, nous avaient dit les deux frères Berthet. Rabah n'a pas eu le temps de les compter, mais il a escaladé pieds nus, car il n'avait pas eu le loisir de se chausser, l'escalier enfumé. A chaque fois il revient du dortoir portant dans' ses bras des enfants, ceux qui, trop petits, paralysés par la peur et la fumée, sont rivés au sol. « Les autres, les plus grands, il les pousse dans l'escalier. ( ... ) « Rabah, que les flammes ont brîllé profondément aux deux bras et à un pied, grimpait l'escalier à « quatre pattes » car nous dit-il, de son lit d'hôpital de Bonneville, « la fumée était moins dense au ras de l'escalier. " « A la septième escalade, il devra renoncer et c'est en faisant un rouléboulé dans la cage de l'escalier, qu'il pourra sortir de l'enfer. « Hadedj Rabah évoque sa conduite héroïque d'une voix douce, avec simplicité. Seul son sourire traduit la satisfaction du devoir accompli. « Grâce aux frères Berthet et à d'autres rescapés qui l'ont vu à l'oeuvre, il ne restera plus un héros méconnu. " Hadedj Rabah doit recevoir la Médaille de la Sécurité, et un chèque de 500 francs offert par le Centre national de la prévoyance et de la protection. Nous nous en réjouissons. Et nous souhaitons que tous ceux qu'aveuglent les préjugés méditent cette admirable leçon de courage et de fraternité humaine. 16 16 avril: Colloque des eR8eignants et éducateurs contre les LE COMBAT POUR LA I L Y a un peu plus de deux ans que j'entretenais pour la dernière fois les lecteurs de Droit et liberté de notre Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés raciaux (C.L.E.P.R.). Que le colloque qui doit se tenir sous ses auspices à la Sorbonne le 16 avril prochain me soit l'occasion de m'adresser à nouveau à eux 1 Aussi bien, ce colloque marquera certainement une date importante dans l'histoire de notre mouvement; histoire vieille déjà de sept ans, puisque c'est en 1960 que le C.L.E.P.R. avait, dans la même vénérable Sorbonne, posé les bases de son action. A cette action je sais que les militants du M.R.A.P. n'ont cessé de s'Intéresser, encore que nous eussions souhaité de leur part un concours plus effectif : j'espère au moins, sans en avoir la certitude, que tous les enseignants membres du M.R.A.P. appartiennent aussi à notre groupe d'éducateurs et reçoivent son bulletin : Education à la Fraternité. qu'il n'est pas nécessaire d'être enseignant pour soutenir d'un modeste abonnement de 5 francs (1) ; aucun geste n'attesterait mieux la solidité des liens que nous voudrions tant maintenir, en dépit de leur Indépendance mutuelle, entre les deux organisations. par Marc-André Bloch Président du C.L.E.P.R. C'est que ces liens sont vraiment dans la nature des choses : car il est clair qu'un mouvement antiraciste ne saurait négliger l'Importance du secteur éducatif, qui est le nôtre. Certes les objectifs du C.L.E.P.R. ne couvrent qu'une petite partie de ceux du M.R.A.P., et nombre de ceux-ci offrent un caractère de plus grande urgence que ceux-là. L'action antiraciste sur le plan éducatif ne peut être qu'une action de longue haleine, et il n'y a pas de résultats Immédla~s à en attendre. Est-ce à dire qu'elle ne soit pas celle dont, en définitive, Tiers-Monde L'APPEL DE PAUL VI L E développement est le nom nouveau de la paix » : cette phrase déjà prononcée par le Pape dans son discours aux Nations-Unies, donne à la nouvelle eocycUque sur le progrès des peuples sa ·signification profonde. Il faut, indique Paul VI, « permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin JO, il faut « construire un monde où tout homme, sans exception de race, de religion, de nationailité, puisse vivre une vie pleinement humaine JO. Cette prise de position a été accueillie dans le monde entier avec beaucoup d'intérêt non seulement par les catholiques mais par tous ceux que préoccupent la situation dramatique des peuples dits « sous-développés " et les graves conséquences qui peuvent en résulter pour l'avenir de l'espèce humaine. « Si la terre est faite pour fournir à chacun les moyens de sa subsistance et les insltnunents de son progrès, déclare encore le Souverain Pontife, tout homme a le droit d'y trouver ce qui lui est nécessaire. lO Entrant dans le détail de l'analyse économique, il condamne « les méfaits d'un certain colonialisme et de ses séquelles lO, dénonce comme un « scandale intolérable lO la « course épuisante aux annements lo et préconise « un développement solidaire de l'hu· manité lo, une aide désintéressée ne mettant pas en cause la souveraineté, les structures sociales, la J;olitique et l'orientation des pays qUl reçoivent une telle aide. S'adressant aux hommes qui participent à cette aide, Paul VI leur demande de se souvenir que « la civili· sation qui les a formés contient certes des éléments d'humanisme universel, maiS! eUe n'est ni unique ni exclusive et ne peut être importée sans adaptations Jo. Si certains points particuliers peuvent donner lieu à discussion, il convient de souligner l'importance d'un l'réjugé8 raciaux, à la Sorbonne FRATERNITE COMMENCE A L'ECOLE tout dépendra ? Dénoncer, jour après jour, les manifestations d'un racisme toujours prêt à renaître sous une forme ou sous une autre, s'y opposer, apporter à ses victimes une aide ~raternelle, préparer, demander, obtenir une législation répr~ssly~ plus efficace, ce sont là ie.s tâ9hes. du M.R.A;P. Ma!s, .ICI comme ailleurs mieux vaudrait prevenir que guérir, et 1 action p'réventive. ell~, est du ressort et du ressort exclusif de l'éducateur. pas seulement d'ens,eignants, c'est que no~s sommes conv~lncus que la vie de 1 enfant en dehor~ de 1 école, partout. ou JI rencontre d'autres enfants et se mele à eux, en colOnie de vacances par exemple, est au moins aussi décisive quant à la genèse pOSSible et à la prévention nécessaire des préjugés raciaux que la vie scolaire elle-même. L'éducation antiraciste, ou, ainsi que nous préférons la nommer, l'éducation à la fraternité n'est naturellement qu'un chapitre - mais c'est celui auquel nous attachons le plus de prix - d'une éducation civique de la jeunesse, qui reste à instaurer : car il est impossible de considérer comme telle la timide « instruction civique • dont nos programmes actuels prescrivent l'enseignement. à raison d'un bien modeste horaire d'une heure par quinzaine; encore cette prescription reste-telle la plupart du temps lettre morte. Cette remarque explique le caractère très ouvert que nous avons voulu donner à ce colloque : nous nous sommes très largement adressés, en même temps qu'aux enseignants, aux représentants des mouvements et organisations de jeunesse ; leur donner l'occasion - que nous sommes peut-être seuls à pouvoir leur offrir - d'une con!rontation, des vues et ~'un enrichissement mutuel des expériences, c est notre ambition, et ce serait sans doute, si nous y réussissons, la meilleure justification de notre existence et de notre effort, en même temps que la pOSSibilité, pour nous-mêmes, d'un nouveau départ et d'un nouvel essor. On ne s'étonnera donc pas qu'une des cinq commissions de notre Colloque doive s'occuper du problème de l'éducation civique, considérée dans toute sa généralité et toute son ampleur. Mais c'q;t des problèmes spéCifiques du racisme et de l'éducation antiraciste que traiteront nos quatre autres commissions. Les thèmes en seront : le racisme et la psychologie de l'enfant et de l'adolescent ; le milieu de l'enfant et le racisme ; l'action antiraciste dans le cadre de l'école ; le rôle des mouvements et organisations de jeunesse (2) . Telles sont les quelques explications que je désirais donner à 1I0S lecteurs sur notre prochain colloque. Je souhaite qu'elles soient l'occasion d'amorcer avec eux un dialogue ; comme président du C.L.E.P.R. j'accueillerai toujours bien volontiers leurs observations, critiques ou suggestions et m'efforcerai d'y répondre. (1) A adresser à Mlle Renée Baboulène, Institutrice, C.L.E.P.R. (C.C.P. 18177-35 Paris). Je voudrais attirer l'attention sur l'importance que nous attachons à cette dernière rubrique : si notre groupe s'est constitué, dès l'origine, comme un groupe d'éducateurs et non (2) Des questionnaires préparatoires au travail des cinq commissions du Colloque peuvent être demandés au C.L.E.P.R., Institut Pédagogique National, 29, rue d'Ulm, Paris (S') . tel appel qui concerne à la fois les individus et les Etats, et doit amener les uns et les autres à renforcer, à coordonner l'action indispensable pour combattre la faim, la misère, l'avilissement dont souffre la majorité de l'humanité, alors que les techniques actuelles pourraient permettre d'extraordinaires progrès, dans la coopération et la paix. Positions AVEC LEUR PROPRE VISAGE DANS une interview que publie « La Presse Nouvelle hebdomadaire» (24 février) la question suivante a été posée à M. Waldeck-Rochet: « Pour des raisons historiques, les juifs craignent particulièrement l'arbitraire et l'intolérance. Un grand nombre reste attaché aux traditions particulières à un héritage culturel propre, ou à la religion judaïque. Quelle est l'attitude du Parti Communiste Fran- DROIT ET LIBERTE • No 261 • AVRil 1967 çais envers la diversité des cultures et la liberté religieuse? » Le secrétaire général du Parti Communiste Français a répondu : « Le marxisme-léninisme est étranger à tout rejet nihiliste de la culture du passé. « Contrairement à Mao Tsé-toung et à son groupe qui donnent une image caricaturale de l'idéal des communistes, nous respectons les richesses culturelles accumulées par les générations antérieures et voulons y puiser tout ce qu'il y a de positif pour notre lutte en faveur du progrès humain. « En ce qui concerne les problèmes de la religion, on sait que les communistes sont en philosophie des matérialistes convaincus. Mais nous sommes en même temps respectueux des croyances religieuses, car la liberté de conscience que nous défendons comprend tout naturellement la liberté du culte, la liberté religieuse. « Nous pensons en effet que les divergences philosophiques ne doivent pas empêcher les efforts communs pour une vie meilleure car les travailleurs et les démocrates croyants ou non-croyants ont les mêmes aspirations à plus de bien-être, à un monde de paix et de justice, qu'ils doivent construire de leurs propres mains. Ils doivent s'unir. « Le refus de toute oppression à l'égard de la religion, le respect des convictions de chacun constituent donc pour nous une position de principe ». Au sujet des juifs originaires d'Algérie ins.tallés dans des localités de la banlieue parisienne à municipalités communistes, M. Waldeck-Rochet a déclaré notamment: « Les élus communistes ont tenu compte des besoins particuliers des membres de la communauté juive, et s'efforcent d'y répondre dans toute la mesure des possibilités. « Une telle attitude est bien comprise par la population, car elle aide des hommes et des femmes à réorganiser normalement leur vie bouleversée, à s'insérer, avec leur visage propre, dans une population .travailleuse qui a besoin d'être unie dans sa lutte pour améliorer son sort. » 11 Vous dite8 ? SOUS D'AUTRES CIEUX P ASSE les 5 et 12 mars, chacun selon ses voeux et ses convictions, tire conclusion des résultats des élections. A qui les a suivis. à qui veillait encore à l'aube du lundi 13, exactement, quatre heures après minuit, un fait n'aura pas échappé. Par delà l'Atlantique, le téléphone annonçant à ce moment (je cite) que « la Martinique avait denné deux députés à l'U.N.R. » la nouvelle portait le nombre des élus du groupe de 242 à 244, assurant enfin le maintien de la majorité. Chiffres repris, calculs vérifiés, le total des députés investis par la V' République en Métropole ne dépasse pas 230, puisque entre la Corse, les Territoires et Départements ~ d'Outre-Mer, on en compte 15. C'est donc ceux de l'extérieur, nous, les bâtards de • cette poussière de territoires. qui déterminent l'orientation du pays. Après tout, c'est juste ainsi. Chacun s'apercevra ici que le problème des D.O.M. et des T.O.M. n'est pas négligeable. Ouel d'entre vous ne s'est copieusement gaussé des moeurs électorales aux îles? Vous le saviez que la fraude était pain béni partout sous nos cieux lointains. Et, cela vous amusait. Oue n'avez-vous déjà toléré? Vous le saviez que l'Information, même tronquée, même travestie (la vôtre propre n'est pas fameuse, mais elle existe) est plus ou moins prohibée, que le droit de parole. est interdit, l'opposition criminelle, et le mépris de la personne humaine, monnaie courante. Vous saviez cela et beaucoup d'au.tres choses ... Auprès de qui trouveraient audience ceux d'entre nous qui se risqueraient à mettre au jour certaines vérités? Oui prendrait au sérieux le récit de nos expériences? Nous sommes citoyens de seconde zone. Aucun de vos quotidiens n'ouvrirait aisément ses colonnes aux comptes rendus bouffons des drames, électoraux ou non, auxquels nous sommes décidément faits. Si je vous disais que j'ai vu de mes yeux organiser la ruée sur un bureau de vote, en plein dépouillement? Si je vous contais cette journée dans un village, un dimanche d'élections: Deux cortèges - des partisans rivaux - sensiblement égaux en importance et véhémence, se croisaient inlassablement dans la rue principale. Les uns, ceintures et cocardes vertes, chantaient les mérites de leur candidat et narguaient les autres qui portaient insignes rouges et hurlaient des vivats, avec le nom de leur poulain. Le soir venu, le procès-verbal disait: Electeurs inscrits ............ ...... . . ... ... .. 791 Votants ... ..... .. . ...... .......... . .. .. . . ... 791 Suffrages exprimés ...... . ................... 791 Ont obtenu: X • ............................ . ......... . ... 791 voix y ........................................... 0 Démentant les manifestations, les suffrages étaient miraculeusement attribués à un seul. Procès-verbal dûment dressé, paraphé, expédié au chef-lieu. Je n'ai pas su qu'il ait manqué d'être entériné. Ni les élections d'être validées. On peut en rire. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. En 1925 il a suffi d'une seule balle traversant deux poitrines pour abattre deux leaders politiques qui avançaient l'un à la suite de l'autre. Violences du passé que je crois sincèrement hors de saison à l'heure actuelle. Je veux même croire aujourd'hui abolis, impossibles, les faits, pourtant pas très anciens cités plus haut. Mais les incidents de Bastia suffisent à donner une idée des moeurs électorales encore en honneur hors du ciel métropolitain. Il ne s'agit pas ici de généraliser, de prétendre que cette fois, comme beaucoup d'autres, les élections dans les départements et territoires d'outre-mer sont simples mascarades. Non. Ce que je veux souligner c'est l'importance de ce qui se passe ou peut se passer au loin. Vous faire toucher du doigt qu'à négliger de le prendre au sérieux, à négliger d'y porter remède, vous pourriez bien un jour avoir à le regretter. Il est temps d'y prendre garde, non plus pour nous, mais pour vous-mêmes. Marie.Magdeleine CARBET. Mexique UN CENTRE DE PROPAGANDE M EXICO est en passe de devenir l'un des plus importants centres d'impression d'ouvrages antisémites qui sont diffusés par milliers vers les Etats-Unis et les principales villes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, constate M. Moses Kove rapporteur au Congrès annuel de la Ligue antidiffamatoire du B'nai Brith. Au cours de ce même congrès, il a été relevé que 422 incidents a~tisémites s'étaient produits aux Etats-Unis de 1962 à 1966, que les efforts de propagande des mouvements de droite - en particulier ceux de la John Bich Society - s'intensifiaient et que le nombre des membres du Ku-Klux-Klan dans le Sud, s'élevait à 50.000 soit 30.000 de plus que dans les années passées. gens (les étrangers) qu'ils jugent souvent sans les connaître ». Donc pendant trois à quatre semai· nes cent·soixante·dix apprentis (mécaniciens et tôliers) de 15 à 17 ans ont étudié la question avec l'aide de leur professeur de lettres, M. Bernard Eliade. Ils ont élaboré un questionnaire « basé sur les réflexions que l'on peut entendre autour de soi fréquemment ». Citons quelques·unes des vingthuit questions posées: « Estimez·vous que les travailleurs étrangers viennent manger notre pain » (n° 4) ; « Quand vous parlez d'un Nord-Africain, quels termes utilisez·vous ? » (n° 8) ; « Il y a quelques mois une ville de la région - Saint·Claude - aurait interdit l'accès de sa piscine aux Nord·Afri· cains. Cette décision est-elle justifiée? Pourquoi? » (n' 9); « Epouseriezvous une noire, une juive, une nordafricaine, une étrangère? Précisez vos réponses » (n° 11), etc. La vente de cette littérature, éditée en espagnol, est en accroissement constant à Miami où vivent de nombreux réfugiés cubains ainsi que dans toutes les villes où l'on constate une forte proportion d'habitants parlant espagnol. A Mexico toujours, un cimetière juif a été récemment profané tandis que des vandales faisaient subir de graves dommages aux quatre synagogues de la ville. Les organisations nazies qui sont représentées au sein de l'importante colonie allemande du Mexique, ne sont certainement pas étrangères à ces activités. 18 Sondage LA FORCE DES IDÉES REÇUES L ES élèves du collège d'enseignement technique de Saint-Amour, dans le Jura, rédigent un jour· nal trimestriel intitulé « Autour du ' micron ». Le dossier du dernier numéro de ce journal est consacré au racisme sous le titre « Avons-nous des préjugés raciaux ? » « Nous avons voulu, écrivent les élèves, être mieux informés s!-lr ce sujet et sur les opinions de ceux de notre âge qui dans quelques mois auront dans leur travail à cotoyer ces Dans l'ensemble, les opinions opposées s'équilibrent mais révèlent la force des stéréotypes, « un mépris assez accentué à l'égard des Nord-Africains », « une grande confusion dûe sans doute au manque de connaissances exactes et même une certaine incohérence de jugement que beaucoup ne semblent pas réaliser ». DROIT ET LIBERT~ - N° 281 ·LETTRES DE , 1 Les lettres blédites que nous publions dans ce dossier ont été écrites' par une jeune assistante sociale, Marie-Louise Blondeau, qui fut, en 1942, parmi les quelques volontaires qui réussirent à pénétrer au camp de concentration de PithivierIJ, après les rafles de juillet 1942, sur l'initiative du Service social de la Protection de l'Enfance de la Seine, puis avec l'aide de la Croix-Rouge. Le double camp de concentration de Pithiviers-Beaune-Ia-Rolande fut ouvert, voici vingt-six ans, en mai 1941. Il accuelllit d'abord 5.000 juifs d'origine étrangère arrêtés le 14 mai à Paris. Les rafles antijuives avaient commencé deux mois plus tôt, en mars, dans les 3e et 4" arrondissements de Paris; en zone non-occupée, plusieurs milliers de juifs furent concentrés par Vichy dans les camps languedociens, en attendant d'être livrés aux SS et de partir, via Drancy, vers les fours crématoires d'Auschwitz- Birkenau, de Treblinka, et de quelques autres hauts-lieux de l',horreur nazie. Au total, 238.000 hommes, femmes, enfants, furent pris dans les filets du dispositif policier et concentrationna're germano-vichyssois (car c'est la police et l'administration de Vichy qui furent responsables des camps frànçals, même en zone occupée) et déportés. 30.000 seulement survécurent. Parmi les camps installés en France, Pithiviers reçut, en 1942, une affectation particulière : il devint le camp des enfants. Lors des rafles des 16 et 17 juillet 1942, 13.000 arrestations furent opérées. Les femmes et les enfants furent enfermés à Pithiviers ; les mères furent ensuite déportées seules; les enfants - 4.000 environ -laissés au camp, ne furent déportés (en 8 convois de 500) et exterminésrqu'à la fin du m()is d'août. Au total, ce furent quelque 25.000 enfants venus de France qui périrent dans les chambres à gaz et les crématoires entre 1941 et 1944. A Pithiviers, où les conditions sanitaires du camp étaient déplorables, des épidémies tuèrent beaucoup, avant même la déportation. . Marie-Louise Blondeau vivait avec sa mère et ses deux soeurs. Elle avaitrecuellli un petit enfant juif dont la mère, devenue folle, a été retrouvée à Jérusalem. Pithiviers la rendit malade; mariée après la guerre, elle mourut à 30 ans d'un cancer généralisé. DROIT ET LIBERTE - N° 261 - AVRIL 1967 19 FIN JUILLET 1942 Chère Maman, Je saisis au vol les secondes qui me sont données pour venir près de toi: c'est si bon d'avoir une maman à vingt ans! Combien plus à deux. ns, n'est-ce pas? Je dors chez de braves gens qui ont une gentille maison de province. Tous les matins nous avons pour réveillematin, à 7 heures, le clairon et le défilé des soldats. Je rentre à 11 heures et, après avoir lavé 100 bras, jambes, etc. je savonne les miens f Je procède à des toilettes extraordinaires! ,.. Mon' travail? J'ai l'infirmerie 4. Des petits de 2, 3, 4 ans, des grands de 8, 9, 10, 12 ans, malades, mais quelques- uns convalescents. Le service n'était pas créé. Je me suis installée hier, j'ai fait des merveilles, ma salle est la plus belle, mes petits m'ont baptisée «Mademoiselle M i mi" et « Blanche-Neige» . (1.000 fois par jour) : l'idée leur est venue quand, armée de chiffons, j'ai la"é à l'eau chaude et avec de la lessive, tout notre plancher. J'ai lavé toutes les tablettes où ils posent «leurs. affaires te à eux,,; j'ai fait une tournée ici et j'ai récolté maintes boîtes de conserves propres qui me servent de gamelles et quelques cuillères. - Tantôt, j'ai apporté deux bouquets de 'fleurs pour la salle - mes petits sont venus l'un après l'autre les sentir. Cécile, qui pleure depuis dix jours, a souri de joie: deux ans! Ils m'appellent leur seconde maman, tout leur amour retombe sur. moi, avec exagération forcément. Ceux qui sont guéris et que le docteur a voulu faire sortir de chez moi ce soir n'ont pas voulu partir. Aussi, je disais bien, comprends-moi si je . ne reviens pas, quand on est là on y reste. «Mademoiselle, j'veux savoir quand est-ce qu'on va rejoindre nos parents. Je suis tout seul, moi, j'ai 9 ans, je veux savoir.» Un autre dit : «C'est parce que les Allemands y nous détestent»; «Pourquoi, dis, qu'ils nous détestent? ,. « Même les, gens très, très intelligents, y ne peuvent pas comprendre_. Marie·Louise 810ndeau et son fils, après la guerre, Ils parlent tout le . temps de leur maman: Roger, 3 ans: « Oh 1 cette culotte qui se met à l'envers 1... elle est belle, c'est maman qui me l'a donnée »; «Mon manteau c'est à moi, on va pas me le prendre?». Je me fie à toi pour les envois ... il faut demander au Siège (1), de près, toutes choses qui peuvent nous être accordées, les bas et les socquettes ... cc VENU DE PITHIVIERS)) 20 • Parmi les enfants qui arrivaient de Pithiviers, on vit un jour un petit bonhomme de trois ans, tout seul, dépaysé, dont le visage traduisait la l souffrance, sans identité. Interrogé, on ne peut obtenir de lui que ce renseignement

son père s'appelait Roland. C'est tout ce qu'il savait. Et sur la plaque

d'Identité fabriqUée par les internés de Drancy sur leur seule initiative, on ne put Inscrire que : fi Venu de Pithiviers le 22 .oût 1942, son père s'appelle Roland ». L'enfant fut déporté avec ce seul Signalement. - (Témoignage . recueilli au camp de Drancy, et publié dans . la brochure éditée par l'Association des Déportés Juifs de France.) Il faut demander aux ami.. de m'aider, qu'ils donnent ce qu'ils veulent: un chiffon, une cuillère, une tasse, une brosse à dents, du savon, des thermomètres, des peignes, tout ce qui leur passe par la tête, mais qu'ils réalisent! Les Martini, les Matrat, Bernard, Cavaillez, Jannot, bonnemaman; n'importe, mais parlez-leur, demande-leur une cuillère, et supplieles de ma part ou ... je deviendrai folle avec les autres. S'ils veulent te donner dix francs, prends-les ... J'ai déjà acheté des peignes et des barrettes, du «Nab lO, des éponges, .. C'est à moi qu'ils rendront service puisqu'ils faciliteront ma tâche. Veux-tu ajouter à ma valise des gants de toilette que tu feras avec de vieilles serviettes... Si Adée (2) est en vacances, supplie-la de travailler pour moi! Ma Minette chérie, prends chaque jour une demi-heure de repos pour moi et écris-moi... Ne crains pas que je sois découragée, mais fais tout pour m'aider à · garder mon courage. Si tu pries.... c'est pour eux qu'il ' faut prier... C'est un cauchemar! Chaque soir, je regagne ma chambre et pendant 20 minutes de marche seule - oh! ces gros cailloux où l'on butte à chaque pas... la projection inattendue du phare qui nous dévisage et reconnaît les voiles blancs qui se faufilent - je pense pendant ce temps que je valS retrouver ma chambre et mon lit où je sais maintenant qu'on ne peut plus dormir, et c'est ça qui nous prendra toutes à notre . tâche. C'est impossible que j'écrive aux amis... tout mon temps, je te le consacre ainsi qu'à Mlle Blériot (3), qui me suit de très près et me téléphone le soir ... Pour ce soir, je vais me reposer et essayer de penser aux étoiles... je ne veux penser à rien d'autre parce que je ne comprends plus. Je vous embrasse fort. Je vous aime. Ecrivez toutes. Ma carte de pain. N'oublie rien. Ma-Lou. Maman, de loin, je me demande si vous allez comprendre mes lettres. Moi je deviens folle. Ecoute: il faudrait de petits joujoux, n'importe quoi, mais quelque chose. Si Adée pouvait, qu'elle récolte tout, qu'elle cherche des baigneurs, des billes, des autos, des poupées! «Moi, z'a pas d'poupée dans cette maison 1 • La moindre chose: des linges pour laver les figures ... des cuvettes (il faut en parler à des filles comme Adée et Marie-Thé, elles . pourraient m'adresser un colis, ne serait-ce qu'une petite chose chacun, on peut tous encore donner quand on pense ... ) Mais ils ne sauront jamais. Faites ce que vous pourrez... je te donne un travail fou ... récapitule ma lettre... plus je vais, plus je rêve de propreté. Fais vite. MARDI 5 AOUT ONZE HEURES ET DEMI DU SOIR Toujours pas de lettres! cela devient accablant! ' J'ai cherché à vous \ téléphoner mais c'était impossible. C'est une sorte de solitude qui pèse sur les épaules, le soir, quand on n'a rien de chez soi! Cin9c jours! cinQ jours de terreur, de véntable terreur r Non, personne ne réalise. Il faut être là - on ne sait pas ce que représente ce séjour, horriblement dur. Je crois vous avoir quitté depuis un mois ... Je vous en supplie, écrivez ... ne vous l~ssez pas, que mes ami~ se .réveillen~, SI vous 'saVIez ce que Je VIS. Ah! 11 faut être à Paris pour dire que nous en avons pour hUIt jours (4), il faut être fou quand cela n'arrête pas, tous les jours, tous les jours. Où les mettre? Je croy,ais qu en téléphonant le soir même J'aurais le nécessaire deux jours après... La Croix-Rouge n'a abso~ ument . pas réagi, personne ne bouge, et ici nous sommes comme des souillons. Ces blouses et ces voiles qui ne peuvent être lavés ... téléphonez. leur ou allez-y, mais secouez-les, c'est impossible de vivre ainsi. Envoyez ce que je réclame, ne croyez pas aveuglément que j'arrive dans trois jours. . Qu'est-ce qui est fini? Qu'est·ce qui ne durera pas? Qui sera vite de retour? Pourquoi? Qui nous remplacera ? Il faut vraiment être fou. Je suis vide, la tète vide à jamais. Qu'est·ce que vivre? Souvenirs inoubliables ... inoubliables! Ah! Tante Ernestine (5), si vous saviez... vous ne saviez rien encore. Je vous supplie de m'envoyer une caisse de tout ce qui ne peut vous servir... casseroles, CUIllères. Faites un paquet de J' oujoux, des bricoles mais, de grâce, es joujoux ... déjà des petits sont fous... fous, vous entendez! Ne me croyez pas toquée, ce que je dis est trop vrai, mais comprenez, je ne peux plus vivre ailleurs qu'ici: c'est impossible ... absolument... Mes affaires personnelles aussi sont plus qu'urgentes. C'est idiot, on nous a expédiées ici, sans rien. Enfin, Mlle de Huntado (6), va passer la Journée ici vendredi; puisse-t·elle "realiser,. et apporter des blouses ... Embrassez mon Jean-Lou (mon pauvre trésor serait·ce possible! non! adorez-le!), qu'il vive le plus possible chez nous oh! évitez· lui, évitez ce cauchemar. «Ma. • .man 1 Maman! Ma maman, viens!» jour et nuit, jour et nuit ... Mieux vaudrait mourir. Mais j'y suis et à quoi servirais-je ailleurs? à quoi? Je vous embrasse. Ma-Lou. «On a été hult et je suis tout seul. On a pris mon frère, ma mère, mes frères et ma petite soeur, je reste seul. Je suis tout seul. Je deviens fou. Mademoiselle, faltes-moi faire quelque chose.» «Mademoiselle, Je voudrais écrire pour m'occuper .. parce que je deviens fou. Je ne supporterai jamais ça.,. Albert, 9 ans. «,Va chéché Simon 1 Va chéché 1 Mamania c Ah 1 non, Je n'vals pas pleurer parce qu'on me falt une plq1ire. Qu'est-ce DROIT ET LIBERTE - No 261 • AVRIL 1967 TROIS ANS DE REPRESSION 1940 17 juin. - Armistice franco-allemand . Août. - Création de l'U.G.I.F. (Union Générale des Israélites de France) par les autorités allemandes, pour leur servir de • courroie de transmission -. 27 septembre. - Première ordonnance en zone occupée: recensement des juifs; Interdiction de passer en zone non occupée. 110.000 juifs seront recensés. 4 octobre. - Statut des juifs en zone non occupée. Interdiction aux juifs d'entrer dans la fonction publique et l'enseignement. Création des camps de concentration en zone non occupée. Plusieurs milliers d'Internements (Les Milles, Rivesaltes, Récébédou, Le Vernet) , 24 octobre. - Entrevue Pétaln-Hltler à Montoire. 1941 14 mars. - Premières rafles (3e et 4e arrondissements de Paris) : 3.000 Juifs arrêtés. 29 mars. - Création du C.G.O.J, (Commissariat Général aux Ouestlons Juives). Xavier Vallat commissaire, 26 avril. - Ordonnance allemande sur l' • aryanlsation économique • en zone occupée. Est considérée comme juive toute personne qui a au moins trois grand-parents Juifs. ·11 mal. - Inauguration de l'Institut d'Etude des Ouestlons Juives . 14 mal. - Grandes rafles: 5.000 Juifs étrangers concentrés aux camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. 2 Juin. -'- Nouveau statut des juifs en zone non occupée, Interdiction aux Juifs de toute profession non-commerciale. Numerus clausus à l'université (on n'autorise que 3 % d'étudiants juifs) . Recensement des juifs (140.000 seront recensés) . 21 Juillet. - Loi sur l' • aryanlsatlon économique - en zone non occupée. 20 août. ' - Grandes rafles dans Paris : 6.000 juifs arrêtés, Création du camp de Drancy. 21 aoOt. - 150 avocats Juifs arrêtés (Drancy) . 28 septembre. - Institution du contrôle périodique de la population Juive. 19 octobre. - Création de la P.O.J. (Police aux Ouestlons Juives) en zone non occupée. Début des livraisons de juifs de la zone non occupée aux Allemands. 12 décembre. 1,200 Intellectuels et cadres Juifs arrêtés et concentrés à Compiègne. 1942 14 mal. - Rafles à Paris (Gymnase Japy, rue de la Grange-aux-Belles. etc). 7 Juin. - Port obligatoire de l'étoile jaune. 16-17 juillet. - Rafles: 13.000 arrestations. Femmes et enfants sont concentrés à Pithiviers. . 19 août. - Vente des Immeubles appartenant aux juifs en zone occupée, 26-27 aoùt. - Rafles en zone non occupée à la suite d'accords LavalOberg prévoyant la déportation de 10.000 juifs de la zone sud. 11 novembre. - Les Allemands envahissent la zone non occupée. 1943 11 février. - Rafles dans l'ensemble de la France. 2 juillet. - 'La responsabilité des persécutions antl-julves passe de la préfecture de police à l'autorité directe du SS Brunet. Les convois de déportés jUifs vont se multiplier. que J'aurais falt alors quand on m'a pris tous mes parents •• «Mademoiselle, moi J'ai de l'argent. Je donne 100 francs pour les autres. Achetez-leur des peignes ... est-ce qu'on peut les donner à nos mères? "Te sanve pas hein?» " Non 1 t'en fals pas, tu vols pas la poIlee ? " Mademoiselle, quand c'est que c'est -flnl la guerre? Mademoiselle, quand c'est on va rejoindre nos mères? • "Mademoiselle, si on peut partir tout seul, sans cousine, moi je pars tout de suite.» «Mademoiselle, quand c'est qu'on me soignera mesl boutons?» MERCREDI 13 AOUT Je me mets au lit - je n'écrirai pas longtemps car il est si tard (bientôt nous prendrons un roulement pour nous reposer, ne t 'inquiète pas), mais le courrier m'a apporté tant de joie que je voulais vous dire. Continuez l si vous saviez comme la journée est meilleure! Merci pour tout... il me manque pourtant les tabliers, je n'ai ~ 21 Lj ~ ci '.' L'arrivée au camp de Pithiviers, après les grandes rafles de l'été 1942. En attendant le grand dépar!! vers l'extermination, les prisonniers étaient confiés à la garde de la police de Vichy. ... rien: nous tourbillonnons dans la poussière et la crasse qui, pourtant, se dissipe peu à ' peu car nous faisons merveille. Pars donc en vacances, maman, je t'en supplie. Je me fais un souci monstre pour cela, va quelques jours, je

ne tourmenterais tellement moins. Au

retour, tu travaillerais dix fois mieux. C'est simple, .si tu ne pars p~s! je ~e rentre pas, Je peux rester lCl trOls mois encore et plus peut-être. Soyez donc très, très prudentes n'est-ce pas? (7), il y a des cas extraordinaires, vraiment. Vous avez de la chance de fêter Jean-Louis, j'aurais tant voulu le voir devant ses bougies 1 on recommencera. Je l'adore ce gosse - heureusement que personne ne l'a a~ené ici, il serait déjà mort avec moi. J'ai passé CJ,uatre jours comme infirmière à sOlgner, etc. Depuis deux jours, nous avons une crèche, je l'organise car, paraît-il, c'est l'non rayon. De deux ans ou même dix-huit mois à cinq, six ans ... je perds la tête. J'installe mes "pièces» ... Aussi j'écris surtout pour que tu veuilles blen demander à Annie (8) ces images que je lui avais données, les images d'animaux, ce serait parfait... Si vous saviez: un sourire ! un seul sourire! j'ai cela pour ma vie entière ... Si je pouvais aussi avoir des petits cartons pour les noms et les âges ... Les images au plus tôt, car c'est d'abord urgent . de voir sourire. Tante Erna peut m'envoyer des at- 22 Cette photo fut confiée à Marie-Louise Blondeau, à Pithiviers, par une mère que l'on venait de séparer de son enfant. Quinze jours après le départ de la mère, l'enfant fut déporté à son tour. Tous deux sont morts. Le dispositif concentrationnaire français, entre 1940 et 1944 a été très fluctuant. Il a compté Jusqu'à 15 camps en zone occupée, et 26 en zone non occupée; à quoi Il faut ajouter les deux camps d'Alsace, annexée à l'Allemagne. Dans la zone occupée, les quatre camps principaux de Beaune, Pithiviers, Compiègne et Mérignac (Charente) s'articulaient autour des deux camps de transit de Drancy et Royallieu, antichambres des camps de la mort. Compiègne comptait environ 700 places (II fut fermé en avril 1942; il était trop petit, et entrainalt trop de frais!) Mérignac 1.000, Pithiviers et Beaune-la-Rolande 3.000 chacun environ, et Drancy 5.000. Au plus fort de son activité, en juillet 1942, Drancy comptait 7.700 Internés, avec un • roulement • de 3.000 par semaine. Dans la zone non occupée, organisés et admlnlsfrés direc- ' tement et exclusivement par Vichy, étaient établis 18 camps principaux, où furent concentrés 150 à 200.000 personnes, livrées aux autorités allemandes avant novembre 1942, ou déoortées faires - une louche Sl pûssible! ah 1 une louche, des . cuillères! des serviettes! Ne faites aucune imprudence. Je me répète, mais je suis sûre de ce que je dis. Soyez donc raisonnables. Merci à tous ceux qui s'occupent de moi. Je suis en très bon état. J'ai faim toute la ' journée; à l'hôtel nous sommes nombreuses, pas très bien vues et nous arrivons hélas! en pagaille, les unes après les autres, alors nous n'avons jamais notre vraie ration! aussi ces trois derniers jours, nous mourons de faim; là·bas nous n'avons le temps de goûter à rien, c'est poUI'o tant dlablement appétissant et abondant (c'est la nourriture des Allemands), ça oui, du moins 1 Ce sont les hommes internés là depuis des mois 'qui assurent le service et on ré-. quisitionne lait et beurre de la région, on en met dans la soupe et les purées des enfants. Pour les adultes, la ration est insuffisante mais c'est de bonne qualité. Note que comme partout, il y a des resquilleurs et, dans ce désordre, mangeant debout, assis sur la paille, les enfants souvent cachent leur pain sous leur paillasse pour qu'on ne le leur vole pas. Heureusement qu'on est en été, il ne fait pas froid, ça facilite bien les choses. Des petits n'auraient pas résisté à ce régime en plein hiver. Il n'y a pas assez de couvertures. La nuit, ils rassemblent tout ce qu'ils possèdent afin de supporter la fraîcheur. Il y en a qui sont arrivés ici en pyjama, Comuiègne D ••• Royallieu rancy. directement ensuite. Dès septembre 1940,' le • potentiel con. centratlonnalre • du gouvernement de Vichy était de 100.000 o PARIS places. Pi thi viers. Beaune la • chirmeck Les principaux de ces camps sont Indiqués sur la carte clcontre. Le plus grand, Gurs, dans les Hautes.-Pyrénées, regroupait 17.000 déportés, dont 13.000 juifs ; celui d'Argelès 15.000 dont 13.000 républicains espagnols exilés en France; Agde comptait 5.000 prisonniers dont 3:000 Juifs ; Septfonds trait 6.000, Bram (Aube) 3.000 (Espagnols), Vernet (Ariège) 5.000, Noé 1.300, les trois camps de Marseille 5 à 6.000, Rivesaltes 8000; les - autres entre 700 et 1.200. Rolande Struthoff ZONE OCCUprE VI CHY o u' che • Nexon LYON o. • Vénis ,) . eux LES CAMPS lOHE NOH-OCCUPEE EN FRANCE à peine vêtus, sans un paquet, d'autres trop bien habillés au contraire. Et dans la grande baraque, le hangar noir, il n'y a aucun lit de camp, quelques cloisons transversales, une allée centrale, ils couchent sur la paille. Au commencement, ils n'arrivalent pas, tant ils sont nombreux (2.500) à avoir chacun leur place. Ah! l'arrivée, maman 1 c'était un désordre inimaginable, un tableau pitoyable qui vous serrait le coeur: tant de bébés sur la p-aille 1 tant de mères désemparées! C est à peine si l'on pouvalt encore pénétrer dans les ba· raques. Les femmes anéanties essa: yaient de s'installer dans cette pagadle où les enfants criaient, pleuraient. Certaines bousculaient tout le monde, se disputaient, essayant d'accaparer tout ce qu'elles pouvaient obtenir. D'autres pleuraient en silence. L'amour maternel ne pouvait supporter tant de souffrance. Chacune se débattait pour que son petit soit préservé. D'autres, vaillantes, donnalent l'exemple. Quelques femmes au début restaient obstinément dehors, refusant de se joindre au troupeau humain, les gendarmes dé b 0 r d é s n'avaient plu s d'égards, les fourraient comme des bêtes dans les granges, sans pitié. Elles refusaient d'entrer, demandant des conditions spéciales pour elles ou le~rs , ,petits malades... Le soir, elles 'tèntraient comme les autres, vaincues. Il y avait des très petits, deux ans et demi, troi~ ans, qui butaient contre OROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1967 .1es les grosses pierres 'calcaires du champ ~utour et tombaient le visage crispé, trop sérieux, tragique, personne pour les consoler; ils reprenaient leur chemin, certains étaient seuls. D'autres s'accrochaient désespérément à leur mère qu'ils avaient peur de perdre. Ils Le nombre total des déportés de France dépasse 230.000. La moitié environ furent des juifs, dont : 80.000 partirent de Drancy et Royailleu; 5.860 de Pithiviers; 4.826 de Beaune-la-Rolande; 5 à 6.000 de Compiègne. 25 % de ces déportés Juifs avalent moins de 16 ans. Cent mille autres furent des résistants français , des républicains espagnols, des réfugiés d'Europe centrale chassés par le fascisme . arrivaient du Vel' d'Hiv', les regards affolés, les visages tirés, vieillis, des petites filles bien habillées et des petits du XX', des chérubins de quinze mois et des petits hommes de huit ans. Il faut que je dorme; demain, je me lève à 5 heures. Je suis émerveillée de voir comme toute force nous est donnée lorsqu'elle est nécessaire. Je m'écroulerais si je tombais malade: Trois camps d'. attente • ou • de passage ., à Lyon, Recebedou et Les Milles (10.000 places au total) furent à la zone non occupée ce que Drancy fut à la zone occupée : les pourvoyeurs de l'enfer concentra. tionnalre. Dès le 1er novembre 1940, les juifs composaient 70 % du total des Internés dans les camps de concentration de la zone non occupée. , ' à ce sujet, le choix ne manque pas. , , Mais «je peux tout en Celui qui me fortifie ». Je crois pouvoir tenir. Mais c'est folie de parler de huit jours, c'est ce qui fait le désarroi; que peuton orgamser en huit jours? Ce qu'une autre changera à son arrivée - pour huit autres jours ! - Nous serons donc les piliers. C'est pourquoi je demande mes affaires. ' Ma-Lou. Esther m'a dit: «Mademoiselle, de. main je vous embrasserai .. eh! bien c'est ça - oui, oh 1 tout de suite aussi, mals demain - quand ma mère sera là - parce que ma mère aussi elle vous embrassera.» La diphtérie dans la nuit: «Oh 1 le beau dodo 1 Régine» (9). La pierre tombale 1 ce sera pour moi un ta1is· man. On s'est appelé le couvent de la sainte hilarité... Il y a Mlle Croissandeau, la Révérende-Mère générale, «,mère du Saint-transport »... la mère ' de la Baraque, la soeur de la Tartine et celle du badigeon et nous sommes les novices. Notre constitution demande le sourire dans l'obéissance aux Supérieures, les contre-temps acceptés (l)ilomè,tres de marche sur les pierres du camp; armée de puces dévorantes, fanfare vivante des marmots en pleurs, café en ventouses, confitures en cuvettes. 13 AU 14 AOUT - 5 HEURES ... Ce que l'aurore est à la sentinelle. Tour dè garde. Nuit de veille. 23 -+ Mélan~e d'appréhension et d'émotion, pUIS grande paix intérieure. Tu es désignée. Il faut «veiller» - veille et prie - être leur refuge d'une nuit, veiller seule sur des milliers d'âmes, prendre soin de ceux qui souffrent. C'est le silence impressionnant de cet immense camp d'aviation. Les allées et venues lugubres en se tordant ' les pieds dans les gros pavés, en pataugeant dans les flaques, le bruit monotone de la pluie fine qui tombe et qui imprègne l'atmosphère d'humidité et de brume froide! La projection inattendue du phare qui vous dévisage et reconnaît le voile blanc qui se faufile. Le va-et-vient de la relève. Les apparitions des ombres qui Sf découpent sur les murs blafards. Le docteur appelé au milieu de la nuit, ceux qui pleurent, ceux qui se lèvent. Enfin les visions poignantes, ce sentiment d'incompréhension totale du présent devant de tels tableaux. «Eux qui viennent d'auprès des anges, voyez comme ils sont traités ... » Savent-ils ce qu'ils font? Cinq heures. Le silence et le mystère couvrent plaines et cités. GlOIre à Dieu, paix sur la terre! A tous bonne volonté! Encore deux heures. Le tour de garde aura été assuré sans repos. Demain, je dormirai trois heures. .•• AOUT Chère maman, Merci de ta lettre. Je savais que tu me suivais dans ma ronde. J'ai pensé à toi en bordant, recouvrant, consolant et embrassant ces chérubins désemparés. Le docteur me regardait faire: «Je me rappelle toujours quand ma mère me bordait ainsi. Je ne l'oublierai jamais.» Au revoir. Je ne suis pas aussi fatiguée que j'aurais pu le prévoir. La force nécessaire est donnée; si elle manque, alors, ce sera le tour de la relève. Embrassez Jean-Lou. Je vous aime. Ma-Lou. (1) Service Social de la Protection de la Maternité et de l'Enfance de la Seine, 8, rue de Bercy, à Paris. (2) Andrée N .. , amie d'enfance, étudiante à l'époque. ' (3) Assistante sociale du XIe, affectée à la protection de la maternité et de l'enfance. (4) En principe, sur ordre des Allemands, la directrice du service exigeait que les jeunes filles, volontaires d'ailleurs, ne restent pas au-delà de huit jours. Marie-Louise Blondeau réussit à y rester 4 à 5 semaines. (5) Erna :' tante du petit juif recueilli par sa mère et sa soeur. (6) Directrice du Service de prote;tion de la Maternité et de l'Enfance de la Seine. (7) Elle pense probablement au petit Jean-Louis, son frère adoptif, enfant juif. (8) Sa soeur cadette. (9) Petite juive morte à Pithiviers de diphtérie. 24 UN HOMME INFORME ET RESPONSABLE Les camps de concentration établis en France (sauf ceux de Schirmeck et de Struthof, dans l'Alsace annexée par Hitler au Troisième Reich) étaient sous l'autorité. directe du gouvernement . de Vichy; même en zone occupée, c'étaient la Préfecture de Police de Paris et les Préfets des départements intéressés qui avaient à charge d'administrer 'et d'assurer le fonctionnement des camps. Chacun se souvient qu'Alain Resnais dut censurer les premières images de son film Nuit et Brouillard : Les documents pris au camp de Drancy montraient, en premier plan, sur un mirador, un gendarme français surveillant les détenus en instance de déportation. Dans cette collaboration dans le crime, quel fut le rôle du gouvernement de Vichy ? Depu~s quelque teII?-ps, et plus précisén;tent depuis la récente commemoratIOn de la bataIlle de Verdun, de VIeux arguments ont été r~pris e~ amplifiés pOUF d~gager la. r~sponsabi~ité de Pétain dans la deportatIOn et l'extermmatIOn des JUIfs françaIs: il n'aurait pas été informé; on lui aurait forcé la main; il ne pouvait faire autrement; il fallait prendre quelques mesures antisémites bénignes pour éviter que la barbarie nazie se déchaîne... Autant d'arguments que réfute le moindre examen de la réalité historique entre 1940 et 1944. IL N'AURAIT PAS ETE INFORME • Maurras excite, il s'agite, il devance. C'est ,le dénonciateur hargneux, l'indicateur des mauvais coups, qui . signale les lacunes du plan (antisémite) et fait le guet pour que nul n'en réchappe. Mais c'est lui qui a ,la première audience du Maréchal, car Pétain n'ouvre qu'un journal et c'est l'Action française, ne lit qu'un article et c'est celui de Maurras. " (Maurice VANINa, ancien directeur du Centre de documentation politique du ministère de l'Information du gouvernement provisoire de la République française, Alger : • De Rethondes à l'Ile fYeu • p. 236). • Bousquet déclare que le maréchal Pétain, chef de l'Etat, aussi bien que le président Laval s'étaient déclarés d'accord au cours du récent Conseil des ministres • pour que tous les juifs apatrides de zone occupée et de zone libre soient déportés pour commencer • (souligné par nous - N.D.L.R.). (Ra~port Dannecker - Archives du C.D.J,C.) • Monsieur le Maréchal, • Je m'excuse de l'audace que je prends en vous écrivant, mals je ne puis résister à l'Impulsion qui me pousse à le faire au sujet de la rafle des juifs qui a eu lieu ces jours-ci dans notre région. Je suis française et catholique, mais nul ne peut rester indifférent sur le sort de ces malheureux, quelle que soit leur race et leur nationalité. Là une femme se jette d'une fenêtre avec ses trois enfants. Une autre qui est en train d'allaiter demande un délai; quand la police revient la chercher, le bébé était étranglé et elle suicidée. " (Document CIX-37, transmis par le cabinet du Maréchal au Commissariat aux que'stions juiVes - Archives du C.D.J.C.) ON LUI AURAIT FORCE LA MAIN • Je suis convaincu que les hautes autorités allemandes comprennent parfaitement elles-mêmes que certaines exceptions sont indispensables. Cela me semble nécessaire pour que les justes mesures prises contre les israélites soient comprises et acceptées par les Français... " Philippe PETAIN. (Lettre à Brinon - Document XLIX A 90 a; archives du C.D.J.C.) • Laval estime que • s'occuper des juifs, c'est l'affaire du Maréchal ". Maurice VANINa (op. clt.' • Pétain n'ignorait rien. Il avait un ami juif, le conseiller d'Etat Jacques Helbronner, Français de vieille souche, préSident du Consistoire Israélite de , France, homme univers'ellement respecté, qui s'autorisait de cette amitié vouée pendant la. guerre de 1914-1& qu'il termina comme lieutenant-colonel pour se croire en sécurité à Lyon. Pétain, qui .J'avait reçu à sa table, l'a laissé déporter avec sa femme. Tous deux ont été gazés à Auschwitz. De hautes Interventions, dont celle du Cardinal Gerlier, étaient demeurées vaines. " Maurice VANINa (op. clt.) l' 1 , 1 i La pOignée de mains de Monto,lre, en septembre 1940; fut beaucoup plus, de la part de Pétain, qu'une habileté diplomatique. Elle fut l'affirmation d'une complicité avec Hit· 1er jusque dans le génocide. • Long Conseil des ministres, de 17 heures à 19 h 45 où pendant deux longues heures est étudié le statut des Israélites. C'est le Maréchal qui se montre le plLis sévère. • (Paul Baudouin .• Neuf mois au gouvernement. " La Table ronde, 1948.) IL NE POUVAIT FAIRE AUTREMENT • Puisque les défenseurs de Pétain sont enclins aux comparaisons, pensent-ils au gouvernement de la Bulgarie où pas un, on a ' bien lu, pas un seul juif bulgare n'a été livré ou tué. C'est un pays satellite de l'Axe? Mais la Roumanie et la Hongrie aussi, qui ont vu cependant la moitié de leurs populations juives m~ssacrées. Le peuple et le gouvernement bulgares se sont formellement refuses à toucher ou à laisser toucher à la vie d'un seul de ,leurs compatriotes juifs. Et l'Allemand s'est Incliné. " Maurice VANINO (op. clt.) • Christian X de Danemark, à la première menace raciale que projetait l'occupant allemand, fit célébrer un office s"olennel à la synagogue de Copenhague, qu'il préSida en personne, en uniforme de gala, avec sa famille; ce grand roi d'un petit pays prévint l'ennemi qu'avec toute la Cour Il arborerait la rouelle jaune le jour où elle serait Imposée à ses sujets juifs. " (. L'Affaire Céline ", éd. Cahiers de la Résistance p. 14. Paris 1950,) IL FALLAIT PRENDRE DES MESURES BENIGNES POUR SATISFAIRE L'OCCUPANT ET EN EVITER DE PIRES • Le train spéCial du 1 er septembre transportait un groupement hétéroclite d'hommes, de femmes, d'enfants, de vieillards, de malades, d'infirmes abandonnés à leur sort dès le départ donné... La masse était parquée sur la paille humide d'urine... des évanouissements dus à la chaleur et aux odeurs dégagées ne purent pas être traités. " (Rapport du capitaine de gendarmerie Aumon, agissant sous ' les ordres de Vichy et commandant un convoi de 960 • transférés Israélites " de Gurs (Lot) à Drancy via Vierzon. Il faut souligner que ce convoi fut organisé le 1er septembre 1942, c'est-à-dire avant l'occupation de la zone libre par les AllemlVids.) • Le déclenchement de la campagne antisémite (en Franèe), la pleine liberté rendue à ,la dlffamatlon , à laquelle collaborait le gouvernement, l'adoption d'un statut • odieux ", tOl,Jt cela précédait les mesures allemandes ... • ... Le statut, enfin, fut promulgué cinq jours avant la poignée de mains de Montoire... ' • ... La première ordonnance allemande contre les juifs n'a été prise que le 27 septembre 1940 alors que dix-sept Jours avant et quatre jours après; Pétain et ses ministres étudiaient. le 10 septembre, puis adoptaient le 1er octobre, le statut des juifs. • (1) Maurice VANINa (op. clt.) (1) Ce statut ne fut rendu public que le 4 octobre (voir notre chronologie, page 21) ; mels Il était prêt depuis plusieurs Jours. DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1967 16 Juillet 1942. 0 heure. - 9.082 policiers partent en chasse. Pendant toute la nuit 888 équipes vont traquer les juifs. Les ordres venaient du gouvernement de Vichy, qui obéissait lui-même directement à Himmler et Heydrich. 12.884 juifs, étrangers et d'origine étrangère furent arrêtés cette nuit-là. 7.000 d'en· tre eux furent concentrés au Vel d'Hiv. Dans la rafle furent pris 4.051 enfants. Aucun ne survécut. lA GRANDE RAFLE par Paul Tillard et Claude Lt!vy Collection : « Ce jour-là » EDITIONS ROBERT LAFFO NT Mise en vente en mai 25 COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours PARIS • 27~ 12-95 pour Hommes , Femmes Enfants Pantalon à pont Blouson Brando VÊTEMENTS SPORT ET VILLE • Vestes • Nylon • Blousons • Velours • Cabans • Tergal . • Pantalons • Gabardine • Foam·8acks • LaInages • Pantalons à ponts • Imperméables • et toutes les nouv!,autés teen· agers • et tous les pantalons taIlle· bas .. et pantalons marins Catalogue sur demande Tous les jeunes "dans le coup" aiment aller, dans les boutiques dépositaires JACQUES SYMA 26, rue Bergère - Paris ge PRO. 46-80 Robes sport et habillé Ernesto CHE GUEVARA SOUVENIRS DE LA GUERRE REVOLUTIONNAIRE Préface de Robert MERLE Du débarquement, au pied de la Sierra, à la conquête du pouvoir à La Havane. Ce volume sera suivi, en juin 1967, d'un deuxième recueil des textes écrits pendant les années de la construction du socialisme à Cuba (1960-1965) . Cahiers libres n° 94-95 .. .. . .... ..... . .... . 15,40 F Bertrand RUSSELL NUREMBERG POUR LE VIETNAM! Le vibrant appel d'un vieux lutteur: l'auteur explique les raisons qui ont motivé l'initiative de constituer un Tribunal International pour juger les crimes commis par les Etats-Unis pendant la guerre du Vietnam. Cahiers libres, n° ·96 .. .. ... . .. . ... . ....... 9,00 F Arlette ROTH LE THEATRE ALGERIEN Un bilan d'une passionnante aventure collective, celle du théâtre en arabe dialectal, qui se développa en Algérie à partir de 1926. Des extraits de pièces accompagnent cet essai. Domaine Maghrébin, collection dirigée par A. Memmi . . .. ... .. . . ..... .. . ... . . ..... . . 15,40 F R~CENTES PARUTIONS: Lé Châu, La révolution paysanne du Sud-vietnam. 8,00 F Wilfred Burchett, Hanoï sous les bombe!:. . . .... 15,40 F Georg Lukacs, Tramas Mann .. . ... . ... .. ... . 15,40 F Fernand Oury, Aida Vasquez, Vers une pédagogie institutionnelle . . .. . ... .. . . . . . . .... . ... 18,80 F Paul A. Baran, Economie politique de la croissance 24,65 F François Maspero l, pla ca Paul Painlevé Paria Myriam Makeba déposa devant la Commission de l'ONU sur l'apartheid (ci-dessous). Bien qu'exilée, elle continue à participer à la lutte du peuple sud-africain. LA CHANTEUSE DE L'AFRIOUE EN LUTTE P ARIS accueille une très grande chanteuse: Myriam Makeba sera à l'Olympia le 17 avril. C'est la seconde fois qu'elle chantera en France. Myriam Makeba est, comme Mahalia Jackson, à qui elle n'est pas sans ressembler, une de ces artistes qui étonnent; la puissance de leur voix, la précision de leur technique, en font des phénomènes vocaux. Mais si Mahalia Jackson se situe dans la riche et solide 1 r.adition du jazz, qu'elle porte à l'un de ses sommets, Myriam Makeba, elle, fait plus figure de novatrice. Myriam est sud-africaine; c'est làbas qu'elle a appris son art, de-ci de-là, dans la rue plus que dans les conservatoires où les gens de sa couleur n'ont pas accès. Il arrive en Afrique du Sud un curieux phénomène, qui devrait passionner les ethnologues et les musicologues; dans ce pays où la vie de la communauté africaine, ségréguée et sous-prolétarisée, réduite à l'extrême misère physique et morale, est assez semblable à celle des noirs amé- OROIT ET LIBERTE· No 261 . AVRIL 1967 Archives ricains du Sud des Etats-Unis au début du siècle, une sorte de jazz est en train de renaître. Le film de Lionel Rogosin, Come Back Africa, où chantait Myriam Makeba, montrait ces orchestres de rue des bidonvilles noirs de Johannesburg; sur instruments de fortune, flûtes à bec, banjos et bidons en fer blanc, des adolescents désoeuvrés jouent une musique improvisée où les influences européennes se mêlent à la tradition africaine. Un disque fut même enregistré, voici dix ans; il s'intitulait Jazz chez les Zoulous, et rapportait le témoignage assez exceptionnel de la seconde naiss'ance d 'une tradition musicale. Car le jazz est interdit en Afrique du Sud, comme toute manifestation culturelle ou sportive qui pourrait donner aux « natives » l'idée qu'ils sont égaux à leurs oppresseurs. Même en admettant que ces musiciens des rues aient entendu, par hasard, un enregistrement de jazz, le courant musical qu'ils ont créé n'en est pas moins original. Myriam Makeba, donc, est la chanteuse la plus éminente de cette musique nouvelle. Comme le jazz, il s'a git d'une musique revendicative, d'une protestation, de l'affirmation d'une personnalité. La plupart des chansons de Myriam Makeba furent des chants de lutte. C'est pour:quoi, à mesure qu'augmentait son audience, elle devenait suspecte. Lorsqu'elle alla témoigner devant la Commission sur l'apartheid, à l'O.N.U., sur le sort réservé à ses compatriotes, les frontières de son propre pays lui furent définitivement fermées. Aujourd'hui, elle est installée aux Etats-Unis, où Harry Belafonte s'est fait son supporter acharné. Elle poursuit là-bas la même lutte contre l'oppression raciale. Elle élargit de plus en plus son répertoire; aux ch ant~ -+ 'l7 -+ zoulous des villes, elle ajoute des spirituals, des blues, des chants populaires. Le chant, pour elle, n'est pas une manifestation de folklore, mais un langage universel. C'est pourquoi sa vertu première est la simplicité. Il est évident, lorsqu'on entend quelques-uns de ses chants zou. lous particulièrement Wlmowé, dont Henn Salvador popularisa en France la mélodie sous le titre : Le Lion est mort ce soir - que son habileté vocale est immense. Jamais, pourtant elle n'étale cette habileté; elle subordonne toujours la technique à l'expression. C'est en cela qu'elle peut rappeler, bien que sa manière soit par ailleurs différente, certaines grandes chanteuses noires-américaines. La discographie des oeuvres de Myriam Makeba est déjà importante, et les amateurs français n'ont pas à se plaindre. La plupart de ses oeuvres sont déjà sorties en France. En tête du catalogue, la firme RCA Victor propose cinq grands disques microsillon 33 tours: Chants d'Afrique N° 1 et 2 (435.012 et 435.018), Makeba sings (430.681 S), The magic of Makeba (435.034 F) et, en duo, Belafonte.Makeba (445.035). La plupart des oeuvres enregistrées, qui vont des mélopées africaines aux spirituals (dont le célèbre Little bird) et aux blues, sont aussi disponibles en disques 45 tours. La firme London, pour sa part, a édité deux grands disques, Le grand succès de Myriam Makeba (HA 20.010), et The many volces of Myriam Makeba (HA. 20.011) , où figure l'une de ses oeuvres les plus connues, Suliram. Il n'est pas de discothèque complète sans la voix de Myriam Makeba, sans quelques- uns de ses chants, qui seront, qui sont déjà, des classiques de l'art vocal. Pierre LASNIER. PRET A PORTER POUR DAMES ET Débat AGRESSIVITE, TOLERANCE ET PREJUGES par Georges Sarotte J E ne crois pas, contrairement à ce qu'a soutenu Mlle Dominique Kzriwkoski. dans un numéro précédent de Droit et Liberté (1), . que l'agressivité constatée chez les raCIstes puisse servir de critère pour caractériser le racisme, car elle ne lui est pas essentielle. De plus l'agressivité présente un caractère universel dans le monde animal et chez l'homme: elle tire sa genèse de l'irritabilité de la matière vivante, qui a évolué dans l'échelle animale. Elle consiste dans la tendance à détruire son ennemi ou à le maîtriser pour le réduire à l'impuis.sance. L'agressivité se manifeste dès l'instant' que deux ennemis, quels qu'ils soient, s'affrontent. Car toute agression suscite généralement une riposte, donc une agressivité contraire. Psychanalyse ou phychosociologie? L'agressivité peut s'accompagner de violence, mais celle-ci ne lui est pas essentielle. On est déjà agressif quand on désire du mal pour quelqu'un, même si on ne peut pas réaliser effectivement ce désir. Quand l'agressivité ne dispose pas de moyens permettant de lutter avec succès contre l'ennemi, on recourt à la protection d'un plus puissant que soi; ou bien à celle de barrières de défense ou d'autres dis- JEUNES FI LLES manteaux tailleurs ensembles positifs de sauvegarde, tant matériels que juridiques. . L'agressivité est donc la mamfestation de tout être, individu ou groupe, qui lutte pour ne pas subir d'atteinte, de dommage, ou pour subsister. Elle existe même si l'on n'est pas réellement menacé, dès l'instant qu'on croit l'être. Elle peut avoir chez les individus une origine inconsciente, en ce sens que les causes qui l'ont fait naître ne sont pas perçues par le sujet. Quand on ne sait pas pourquoi on est agressif, on est amené à imputer son comportement à des motifs superficiels qui n'y jouent sinon aucun rôle, du moins qu'un rôle insignifiant. Quant à l'agressivité des groupes, elle n'est pas justiciable de la psychanalyse, mais de la psychosociologie. Car alors c'est une certaine prise de conscience qui alimente cette agressivité. Les groupes sociaux savent généralement pourquoi et dans quel sens ils se combattent avec plus ou moins d'acharnement. Si cette prise de conscience tarde à se produire chez l'agressé, c'est plutôt la résignation qui prédomine, mais pas pour bien longtemps. On trouve portée à un haut degré l'agressivité dans la lutte des classes. Elle tend à la destruction de la classe dominante (il s'agit, bien entendu, non point de destruction physique, mais bien de destruction d'une structure sociale) et celle-ci, ne visant point à la destruction de la classe dominée, se contente d'exercer sur celle-ci une oppression plus ou moins dure. On la trouve aussi au cours de l'histoire jusqu'à ces derniers temps en certains pays dans les luttes religieuses, et les guerres pour la défense de la foi. Quand la lutte des classes et les conflits religieux prennent un tour violent, ils deviennent meurtriers. Il en est de même des luttes raciales, avec leurs progroms, leurs camps de concentrations et les fours crématoires, etc. Il existe entre ces trois formes de luttes sociales, des connexités assez étroites qui font que l'une peut prendre parfois la figure de l'autre et qu'une vue superficielle risque de les confondre. 53 RUE RÉAUMUR - PARIS (2 e ) Les antiracistes se battent avec énergie contre les racistes, et ce faisant, pour se défendre, ils sont agressifs, et au besoin, ils attaquent, ou pour mieux dire, contre-attaquent. Cette agressivité réciproque acquiert une vive intensité, surtout quand la guerre raciale interfère avec la lutte des classes comme aux Etats-Unis et en Afrique du Sud. Dans ce dernier pays surtout, les Afri- Tél. : GUT' 52-45 52-46 52-47 (1) Décembre 1966. 28 kanders sentent bien cette agressivité des Noirs et ils emploient pour s'en préserver les pires moyens de contrainte et de persécution, car étant une faible minorité de Blancs, mais riche et puissante, ils sont néanmoins en proie à une peur panique qui les rend féroces. Ils craignent le pire, d'autant plus qu'ils n'ont pas bonne conscience. Tel a été aussi le cas des Pieds-Noirs en Algérie, pour empêcher le peuple algérien d'être maître de son pays . Des préjugés diffus. Mais ce n'est pas seulement entre les groupes humains que se manifeste l'agressivité, c'est, à de certains moments, dans leur sein même, à la suite de divergences et de conflits, qui y provoquent une agitation intense et parfois leur éclatement. Ils deviennent, pour employer l'expression imagée, {( un panier de crabes ", les participants s'entre-déchirant mutuellement. Il convient de souligner que les racistes ne sont pas tous agressifs. Le sont ceux que les antiracistes combattent, ne le sont pas ceux que l'on peut persuader, convaincre, éduquer. Ces derniers sont la grande masse et sont imbus d'un racisme diffus et non systématique, qui s'extériorise dans des circonstances particulières et accidentelles. Ce racisme diffus et inconsidéré est entretenu dans le public par les militants racistes animés d'une vive agressivité, que leurs slogans et leur presse malsaine s'efforcent de cultiver dans les esprits les moins lucides. Il y a donc des racistes qui ne militent point dans des ligues ad hoc, qui ne cherchent pas à opprimer les individus appartenant aux ethnies inférieures, comme socialement nuisibles ou dangereuses. Ils les considèrent comme indésirables et se contentent de ne pas frayer trop intimement avec eux, particulièrement dans les relations familiales. Intermédiaire entre cette catégorie et celle des racistes de forte agressivité, il existe une catégorie de gens qui estiment et déclarent que chaque race doit rester dans son pays d'origine et ne pas se mêler à une autre race. Ils pratiquent la discrimination raciale sans pour autant que cela s'accompagne d'agressivité, à la place de laquelle on trouve de l'antipathie et de la répulsion. Les progrès de la tolérance. Il y a une sorte de racisme qui cherche à se domier le change en se réfugiant dans le paternalisme, et il est assez répandu. Ce vernis risque de craquer quand ceux qui sont soumis à l'humiliation de ce paternalisme cherchent à s'y soustraire, et ce comportement raciste de supériorité tempérée de bienveillance et protectrice peut facilement se muer alors en celui de l'agressivité, son contraire. DROIT ET LIBERTE - N° 261 . AVRIL 1967 UNE REEDITION « Voici un excellent traité ou, mieux, un précis du racisme, et par conséquent de l'antiracisme ", écrivit Le Monde diplomatique lors de la parution de l'ouvrage Le racisme dans le monde, du préSident du M.R.A.P., Pierre Paraf, publié en 1964, et qui reçut le prix Audiffred, de 'l'Académie des Sciences Morales et Politiques. Le racisme dans le monde vient d'être réédité en livre de poche, dans la petite bibliothèque Payot. Il est désormais accessible, par la modicité de son prix (4,80 F) et l'ampleur de sa diffusion, au plus large public, et surtout à la jeunesse. Pierre Paraf a réactualisé son livre en fonction des événements écoulés depuis la date de sa première publication, car l'histoire va vite, et cet ouvrage doit être un instrument pour l'action autant qu'une analyse historique et sociologique. Comme le conclut son auteur, « l'historien ne peut que constater à la fois les progrès réalisés et la persistance d'un péril qu'une guerre ou une crise économique pourraient à nouveau faire surgir. Et, une fois sa mission accomplie, reprendre sa place d'homme au combat ». ATTENDUE PFTITb BIHLIOTHEaUE PAVOT PIERRE PARAF LE RACISME DANS LE MONDE L'agressivité raciste, dans le sens plein du termè, se manifeste surtout dans les milieux où se recrutent les 'formations et ligues factieuses. Ils sont agressifs non seulement à l'égard des gens d'une autre race mais aussi à l'égard des gens de leur propre race, dès l'instant que ceux-ci appartiennent à une autre classe ou sont des ressortissants d'un autre pays. En eux se conjuguent l'esprit de réaction, le racisme et la xénophobie. C'est pourquoi les antiraciste:;, menant le combat contre cette engeance ne peuvent se contenter de les combattre seulement pris en tant que racistes, mais aussi en tant que xénophobes et en tant qu'amis des dictateurs fascistes. pathie et la fraternité, tendra à pl'édominer dans la société. La simpl~ tolérance est déjà suffisante pour apaiser les divergences et les dissehtiments dans les rapports sociaux. Denos jours on assiste à l'atténuation de l'agressivité entre ceux qui sont adepttes de doctrines religieuses ou philO'sophiques opposées. C'est déjà . un grand progrès. Mais la tolérance ne saurait être admise en certaines formes de luttes modernes, car il ne saurait y avoir de tolérance par exemple dans la lutte contre les racistes, ni non plus dans la lutte des classes, ni dans la lutte pour la paix internatio- On peut considérer que, de plus en plus, le contraire de l'agressivité, c'està- dire la tolérance, et aussi la sym- . nale. Dans ces domaines là, le combat des forces de progrès doit continuer jusqu'au terme où se sera opérée une profonde mutation qui permettra aux divers rapports humains de devenir harmonieux. PIERRE MONCEY S.A. Robes, manteaux, tailleurs 9, rue de Mulhouse - Paris-2e - Téléphone 236-73-42 - 488-60-78 29 UN congrès de radio - télévision vient de se tenir à Paris du 8 au 22 mars. Il rassemblait 470 délé~és de 72 pays et de tous les contments. Malgré une représentation internationale aussi large, il s'est déroulé à l'écart de toute publicité, sans doute parce que les vedettes du spectacle n'y étaient pas conviées. Il s'agissait du 3' Congrès de l'Union Européenne de Radiodiffusion sur la radio et la télévision éducatives. Ce Congrès a fait le point sur l'emploi des moyens audio-visuels pour l'acquisition des connaissances. Il a approfondi cette découverte récente qu'est la radio-télévision éducative. Il a réfléchi à ses conséquences. Il a modelé son avenir. Le Congrès a en outre confirmé un fait marquant du 30 Cette annonce LIBRAIRIE PAPETERIE CHIKWENBO 52, rue de Maubeuge (au coeur du 9' . arrondissement) pour tous les lecteurs de DROIT ET LIBERTE Education A l'ensembie des mét Il 0 des d'éducation classiques, les technique s audiovisuelles viennent ajouter un champ d·act".m nou· ~ eau . et immense. LA TELEVISION OUVRE LES FRONTIERES monde moderne : le livre est désor· mais dépossédé de son monopole. Que ce soit pour l'enseigneIllent, la promotion sociale, la lûtte contre l'analphabétisme ou la diffusion de la culture, la conjonction de l'ensei~ement traditionnel et de la radiodlffusion ouvre un domaine immense, riche de promesses. Et cette voie nouvelle se retrouve dans les pays industrialisés aussi bien que dans les pays en voie de développement. Elle s'accompagne d'une accélération considérable des échanges de matériel éducatif entre les nations. Naturellement, les ondes hertziennes ou autres peuvent véhiculer les idées les pires ou les meilleures. Mais quand ce sont des enseignants qui s'en emparent, il est permis d'être très confiant. Etendre le regard de l'enfant Prenons un exemple qui nous concerne l?articulièrement : - la RadioTélévislOn scolaire française - et examinons brièvement les émissions proposées à la jeunesse pendant une semaine (du 13 au 22 mars). Les élèves des cours moyens ont pu imaginer avec deux émissions radio ce qu'est «la vie au bOI'd du Gange» et dans «un village en, Inde ». Ils ont visité cette région où' règne la famine. Ils ont appris que des enfants de leurs âges ventrus et presque nus, circulent dans les rues, aux côtés des vieillards au visage buriné, émacié, au corps décharné, que des ·hommes couchent à mêine le sol, n'ayant guère que les os et la peau. Ces témoignages, ces relations de voyages n'avaient certes pas la prétention de donner une idée complète d'un pays très vaste où les peuples, les croyances, les modes de vie sont très divers. Il s'agissait d'une ouverture sur un village typique qui avait le grand mérite d'étendre le regard de l'enfant au-delà de son propre milieu. De même des émissions telles que «Une fenne bretonne,. ou «Un village de montagne en été,. ont contribué sans aucun doute à une meilleure compréhension entre les jeunes Français. Le choix d'un poème d'Olivier de Magny - «Aurons-nous point la paix?» - pour l'émission de récitation est excellent. Le poète du Moyen Age se pose une question toujours actuelle : «Sur la terre aurons-nous si longue.. [ment la guerre «La guerre qui au peuple est \Dl si [pesant faix?» Et le maître d'école répond: .. A la violence, au jeu meurtrier du fer et du feu, ·le poète ne peut guère opposer que celui des mJts. Annes dérisoires? Pas autant qu'U parait... Car les mots bien ajustés peuvent mettre en branle les forces de l'esprit : c'est parfois plus efficace que l'étincelle mise à un baril de poudre ... " Deux millions d'élèves Le fait même que ces émissions sont conçues et réalisées par des pédagogues et qu'elles sont suivies d 'un A l'Issue du Gala de Chaillot, Michel Piccoli invita l'auteur et les acteurs du film à saluer leur public. De gauche à droite : Claude Berri, Paul Prébolst, Michel Piccoli, Sylvine Delannoy, Roger Carel, Charles Denner Zorlca Lozic, Alain Cohen, Michel Simon. LE PRIX DE LA FRATERNITE A CLAUDE BERRI Elle Kagan Le Prix de la Fraternité, pour 1967, a été décerné le 21 mars à Claude Berri pour son film Le vieil homme et l'enfant. Le Jury a motivé, en ces termes, sa décision: • Cette oeuvre, réalisée avec un grand talent, démontre - sous une forme particulièrement heureuse l'absurdité des - préjugés antisémites et racistes, contraires aux plus naru- ,. reis sentiments humains. R Ce film, tout d'émotion et d'humour, faisant appel à la - raison comme au coeur, est susceptible, grâce à ses qu. - lités, de toucher un large public et donc de susciter dans ,. tous les milieux des réflexions salutaires pour une mell· - leure compréhension entre les hommes. • Le Jury remercie et félicite, avec le metteur en scène " et son équipe, tous les interprètes, le producteur et le » réalisateur qui ont contribué à cette belle réalisation JO. Le Jury du Prix de la Fraternité comprend les personnalités suivantes: Mme Marcelle Auclalr, écrivain ; MM. Marcel Achard de l'Académie Française; George Besson, critique d'art; René Clozier, Inspecteur général de l'Enseignement; Louis Daquin, cinéaste; Odet Denys, avocat à la Cour; Hubert Deschamps, professeur à la Sorbonne; Alloune Diop, président de la Société Africaine de Culture; Jean Dresch, professeur à la Sorbonne; Jacques Fonlupt-Esperaber, conseiller d'Etat honoraire, ancien député; Max-Pol Fouchet, producteur à l'O.R.T.F.; Jean-Paul Le Chanois, cinéaste; Jacques Madaule, historien ; François Mauriac, de l'Académie Française, Prix Nobel; André Maurois, de l'Académie Française ; Louis Martin-Chauffler, écrivain, membre de l'Institut; Jacques Nantet, écrivain ; Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P.; Pierre Paraf, président du M.R.A.P. ; Claude Roy, écrivain; Georges Sadoul, critique cinématographique. Attribué pour la première fols en 1956, le Prix de la Fraternité, d'un montant de 1.000 francs, est destiné à • couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, cinéma, peinture, etc.), scientifique ou philosophique, qui aura le mieux contribué à servir ou exalter l'idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes, sans aucune distinction d'origine, de race ou de religion -. Les précédents lauréats du Prix de la Fraternité furent, depuis 1956: Christian.Jaque (fi SI tous les gars du monde JO); Elsa Triolet ( .. Le rendez-vous des étrangers JO) ; Gabrielle Estivals ( Pas de cheval pour Hamlda ») ; Marguerite Jamols, Pascale Audret et Georges Neveux (réalisation théâtrale du fi Journal d'Anne Frank.) i Jules Isaac (pour l'ensemble de son oeuvre) ; Jules Roy (fi La guerre d'Algérie JO); Robert Merle (. L'Ile ») ; Jean Schmidt (. Kriss Romani.) ; Vercors ( .. Zoo ou l'Assassin philanthrope.) ; Le Théâtre de la commune d'Aubervilliers (. Andorra., • Les Chiens _, • L'Instruction JO) ; Maurice Béjart (Ballet sur la 9" Symphonie de Bee· thoven) . dialogue entre l'enfant et le maître garantit les meilleurs résultats pédagogiques. Mais sont-elles suivies? Les journées d'études et d'information des enseignants, les rapports des chefs d'établissements, les sondages et les enquêtes, le traitement par la RadioTélévision scolaire de plus de 150.000 lettres indiquent l'existence en France d'un auditOlre de deux millions d'élèves de l'enseignement élémentaire par radio (36 % de l'effectif scolarisé) , 600.000 pour la Télévision (10 %), de 250.000 élèves de l'enseignement secondaire (moderne, classique et technique) pour la Radio (12,5 %) et 350.000 pour la Télévision (17,5 %) (1). une troisième chaîne de télévision est réservée spécialement à l'enseignement

800.000 postes sont équipés de

cette chaîne :dans la seule région de Moscou... En Afrique Noire, la télévision apporte souvent l'enseignemen t dans des régions qui étaient dépourvues d'écoles. Les moyens anciens et nouveaux Un aspect essentiel dont les cOIigressis tes de Paris ont largement débattu concerne les échanges. Non seulement les échanges d'expériences mais les échanges d'émissions entre pays de langues différentes et de passés culturels différents. On a donc discuté du contenu de ces émissions destinées à un public international et on a examiné les moyens techniques disponibles. Les utilisateurs des moyens audiovisuels ont trouvé anachronique le fait que, dans cette seconde moitié du XX' siècle où la transmission intercontinentale des images et des sons devient instantanée par l'intermédiaire des satellites artificiels, les enregistrements audio-visuels connaissent toujours des difficultés au passage des frontières. Le plus grave est la discrimination qui existe encore entre le film ou autres enregistrement audio-visuels, d'une part, et le livre ou le journal, d'autre part, comme si la culture contemporaine n'était pas un ensemble homogèn(; où les moyens anciens et nouveaux de communication intellectuelle ne devaient pas avoir une place égale et 3ssurément justifiée. Des hommes conscients se sont attaqués à ces barrières qui s'opposent au cheminement des idées. Leur confrontation de Paris mérite la sympathie Le troisième Congrès de l'U.E.R. a de tous les hommes de progrès. fourni des chiffres correspondants pour chaque pays. Une impression domine : celle de l'extraordinaire expansion des moyens audio-visuels. Quelques exemples : en Italie, depuis 1958, la radio-télévision est venue à bout de l'analphabétisme; en U.R.S.S., DROIT ET LIBERTE - N° 261 - AVRil 1961 Jean COMTE. (1) Au 30 décembre 1966, 25.083 établissements scolaires publics possédaient un appareil radio et 8.053 un appareil de télévision . 31 32 UIes livres Carpetbaggers et Ku-Klux-Klan par Godfrey H odgson Collection «Archives », Julliard. Lorsqu'en 1865, la Guerre de Sécession se termina par la défaite des esclavagistes, la population noire-américaine vécut des années d'effervescence; le droit de vote, le droit de réunion, l'égalité des droits, étaient choses toutes neuves, et qui furent prises au sérieux. «De jour et de nuit, raconte un témoin, les écoles étaient remplies de gens de tous âges et de toutes conditions, certains dgés de soixante ou soixante-dix ans." Mais la «réaction blanche» n'allait pas tarder dans le Sud. Trente ans plus tard, trente ans de massacres, de lynchages, de mutilations et d'atrocités commises par le Ku-Klux-Klan, de reculades du pouvoir fédéral, la Cour Suprême légalisait - en 1896 - la ségrégation. Ce sont ces trente ans honteux de l'histoire des Etats-Unis que fait revivre le petit livre de Godfrey Hodgson. Le messager de l'espérance par Henri Bulawko, Editions Service Technique pour l'Education. Daniel Ring avait quinze ans en 1943. Il fut parqué avec sa famille dans le ghetto de Varsovie. Il participe à l'insurrection, échappe au massacre général, réussit, la guerre terminée, à gagner Israël, et le kibboutz où il rencontre Esther. Henri Bulawko raconte cette histoire aux adolescents d'aujourd'hui, pour qu'aucun ne puisse plus dire : « Hitler? ConnaIs pas. " La solution finale Film tchèque de Z. Brynich. «Je suis heureux, je ne manque de rien à Theresienstadt» : telle est l'antienne diabolique dont les nazis avaient fait le leitmotiv multilingue d'un film de «propagande» destiné à rassurer l'opinion mondiale sur le sort des juifs déportés, en lui faisant croire qu'Hitler leur avait offert la ville de Theresienstadt où ils coulaient des jours calmes et heureux. Des extraits de cette dramatique comédie où les victimes en instance de départ pour les camps de la mort devaient jouer leur rôle avec le sourire sous la menace des mitraillettes nazies sont présentés dans le court métrage qui précède le film du réalisateur tchèque Z. Brynich La Solution finale, un film sur le ghetto de Terezin qui se trouve ainsi éclairé par un docu· ment authentique. Car Theresienstadt (Terezin est le nom tchèque de la ville) fut, de 1941 à 1945, un ghetto-centre de tri où passèrent quelque 150.000 juifs venus de tous les pays d'Europe : 30.000 d'entre eux moururent sur place, 80.000 autres, dirigés sur les camps de concentration, n'en revinrent jamais. C'est là que mourut le poète français Robert Desnos, après la libération ... Donner ces quelques précisions chiffrées était indispensable pour faire toucher du doigt l'ampleur de cette entreprise de mort. Brynich, dans un film de reconstitution, risquait fort l'inauthenticité : or, il a réalisé avec La Solution finale, une merveille de pudeur, tout en restant dans les limites d'un réalisme l'ointilleux. JI démonte avec un soin clinique le mécanisme soigneux, parfaitement bureaucratisé et «fonctionnel », que les SS chaq~és de l'exécution de la «solution fmale" avaient mis au point. Il ne tombe jamais dans le mélodrame et met en lumière le machiavélisme des nazis qui surent utiliser tous les ressorts, la peur comme la flatterie, et surtout les réflexes de classe, pour faire participer les juifs eux-mêmes aux rouages de leur déchéance et de leur mort. Un lilm qui n'est pas révolutionnaire dans sa forme, mais qui rend compte avec une honnêteté rare de la réalité du ghetto de Teresienstadt. Brynich nous montre qu'en dépit de la terreur, les nazis ne réussirent jamais complètement à liquider les sentiments humains, l'amour, l'amitié, la noblesse des hommes, chez leurs victimes et même, parfois, chez les bourreaux. la poèsie Où va l'amitié? Sandra Jayat, poétesse gitane, plus exactement manouche, vient de publier son troisième recueil de poèmes chez Seghers sous le beau titre qui paraît énigmatique: « Moudravi où va l'amitié? ». L'amitié, qu'elle exalte dans des murmures de source, jaillit tellement fort en elle et autour d'elle que les mots «ami », «frère », «amitié », jalonnent son chant à toutes les pages. L'amour lui-même se trouve dépassé par l'amitié: il faut que l'être, aimé avec passion soit aussI l'ami. Une allusion ici et là et l'amitié intime s'élargit à l'horizon du monde: o Gitan Voyageur emmuré de fierté Que vois-tu Du haut de ta lointaine Espagne? D'ailleurs bon nombre de ses poèmes sont comme piquetés d'allUSIOns à la vie gitane: Parce que nous sommes manouches L'univers est notre monde Cet appel - à soi - aussi : Jayat ne t'endors pas Avant d'avoir compris Tes frères. Sandra Jayat, à sa façon, aide à comprendre les siens. Roger MARIA. Aisha de Serge Sautreau et André Vette, (Gallimard). Deux très jeunes poètes, ont composé, ensemble, un long poème, Aisha: ISO pages. Aisha, c'est une fille mythique, et qui incarne les indignations et les douleurs de la génération née à l'époque du nazisme triomphant et grandie sous la guerre froide, venue à maturité avec la guerre d'Algérie. L'écriture rappelle celle des beatniks américains et particulièrement d'Allen Ginsberg: la phrase disloquée, les variations de la typographie, le «collage » de textes en prose (des extraits de La Question, d'Henri Alleg) au milieu du flux poétique apportent, malgré quelques longueurs et quelques facilités, dues sans doute à la véhémente jeunesse des auteurs, un ton très nouveau dans la poésie française contemporaine. Les primitifs et les cubistes Galerie Simone Heller, 33, rue de Seine Paris-6·. ' Personne n'ignore plus ce que l'art contemporain doit aux arts dits «primitifs ». La découverte des cultures non-européennes a commencé au début du siècle, par la stupéfaction qu'éprouvèrent les peintres expressionnistes allemands en voyant les statues et les masques qu'une expédition archéologique avait ramenée d'Océanie. Puis on découvrit l'art africain, où Matisse, Picasso, Modigliani, le sculp- Une toile de Picasso et une sculpture gabonaise teur Zadkine, puisèrent les éléments d'une ouverture jamais égalée de la sensibilité européenne; enfin les arts de partout - esquimo, lapon, maya, malais, népalais - furent pris en considération, non plus comme des curiosités, mais comme les facettes ignorées d'une culture qui tend à s'unifier d'un bout du monde à l'autre. La sensibilité européenne en fut largement fécondée. Inversement, l'art européen féconda lui-même d'autres cultures. Sans parler du jazz, né de la rencontre de plusieurs traditions musicales l'art ~'u? Senghor, d'un Kateb YaciiIe, est mseparable. de la langue française dans laquelle il s'exprime autant qu~ des tra~itions africames où il plonge ses racmes. Une galerie parisienne s'est spécialisée dans la comparaison des oeuvres plastiques de partout. Elle expose, concurremment, des tableliux de peintres contemporains d~ toutes tendances, du cubisme à nos4 jours, et des oeuvres non-européennes. Non pas pour souligner des parallèles subtils, ni pour suggérer des similitudes précises, mais pour prouver qu'il n'existe pas de rupture entre les uns et les autres; de fait, l'unité est totale entre les oeuvres exposées. Le XX, siècle, plus que tout autre, aura été celui où (sur le plan culturel, au moins), les peuples de partout se seront, pour reprendre le mot de" Valéry, ennchis de leurs mutuelles différences. DROIT ET LIBERTE - No 261 • AVRIL 1967 les disques La liberté des nègres Chant du Monde. LDX 4336. C'est en compilant une de leur ylus fameuse collection, L'Histoire de France par les Chansons, d'après les ouvrages de France Vernillat et Pierre Barbier (Editions Gallimard) sous le titre générique de Chants pour la liberté, que les Editions du Chant du Monde viennent de mettre en vedette l'émouvante chanson du Citoyen J'Hs : La liberté des Nègres. Haut ' fonctionnaire, homme de tous les régimes, ('omme dit Pierre Barbier, et qui demeure comme l'un des plus fameux ·auteurs. de la première République, fIlS salt encore nous émouvoir. . Dé 17J19 à nos jours, comme il est vif, comme il ronge, ce besoin de liberté. Les .quatorze chants qui :omllOS. t:nt ce beau disque nous en fait découvrir toutes les résonances au long de ces refrains évocateurs et percutant~. «La liberté des Nègres» est comme le flambeau, la premi~re manifestation dans le sens de Manifeste - d'un des principes essentiels de la révolution : l'Egalité. Mais écoutons plutôt : I.e saviez·vous, Républicains Quel sort était le sort des Nègres Qu'un sage décret réintègre; Ils étaient escalves en naissant... Quelle fut la réaction du «citoyen moyen» de 93, à l'écoute de ce message? On peut l'imaginer. Mais, hélas, l'émouvante image du citoyen Piis qui conclut ce refrain est resté pour beaucoup lettre morte : ... Américains, l'égalité Vous proclame aujourd'hui nos frères Vous aviez à la liberté Les mêmes droits héréditaires Vous êtes noirs mais le bon sens Repousse un préjugé funeste ... Seriez-vous moins intéressants Aux yeux des républicains blancs La couleur tombe et l'homme reste ... Ainsi, en un curieux raccourci l'Histoire nous replonge dans le mêm~ problème; d 'aucuns se battent pour faire t~iompher une juste cause, et leur VOlX ne meurt point puisque, près de trois siècles après, elle fait de nou, veau vibrer les coeurs des hommes libres. L'enregistrement des Chants pour la liberté réunit également les grands classique comme : La Carmagnole, le Chant des Ouvriers ou l'!nternqtionale mais é~alement des aIrs moms connus : LOUIse Michel, Le cnant des Transportés, l'Insurgé, etc. Les interprètes ont le talent de la discrétion ce qui est le plus bel éloge que l'on peut faire à des chanteurs défendant des textes aussi explosifs que ceux-ci; ils sont, entre autres, La Chorale Populaire de Paris, le Sextuor de la Cité, Eric Amado, Germaine Montéro et Bernard Demigny. Bernard SANNIER-SALABERT. ',~ C la tèlévision Une aide pour l'homme La saison 1967 du Thédtre des Nations «Nous, gens de théâtre, contribuons avec les moyens qui nous sont propres, à rendre el1i/in habitable notre planète .. Et cela signifie, encore et surtout que nous faisons du théâtre pour un présent de paix et un avenir amical où l'homme sera une aide pour l'homme. » Ainsi s'achève le message lancé par Hélène Weigel, la veuve de Bertolt Brecht, directrice du Berliner Ensemble, à l'occasion de la sixième journée mondiale du Théâtre. Ce message a été lu le 27 mars, dans les théâtres nationaux de tous les pays du monde. On peut dire que la belle entreprise du Théâtre des Nations répond aux objectifs ainsi fixés, dans la mesure où elle permet la rencontre des cultures, profitable à l'art, enrichissante pour les spectateurs, exaltante par les rapprochements qu'elle favorise entre les hommes et les peuples. Le ~rogramme de la saison de 1967, qui s ouvrira le 2 mai à l'Odéon-Théâtre de France a été présenté par JeanLouis Barrault, successeur de A.-M. Julien à la tête de cette grande manifestation internationale. Après le spectacle d'ouverture, assuré par la troupe lauréate du Festival mondial universitaire de Nancy, le

11endrier comporte notamment:

Le Prince de Hombourg, de Kleist, par le Dusseldorfer Schauspielhaus (R.F.A.). Le songe d'une nuit d'été, l'opéra de Benjamin Britten, par l'Opéra Royal de Covent Garden (Grande-Bretagne). Thyeste, d'après Sénèque, par le Théâtre d'Aujourd'hui (Belgique). Un spectacle de ballet-pantomime, caractéristique de la région de Malabar, par le théâtre Kathakali (Inde) .' Trumpets of the Lord, spectacle de negro spirituals, par le Circle in the Square (Etats-Ums). Le Procès, de Kafka, par le Théâtre de la Balustrade (Tchécoslovaquie). Murad III, une tragédie historique de Aly Ben Ayed, par la troupe municipale de Tunis. , Les géants de la montagne, de Pirandello, par le Piccolo Teatr?, de Milan. La Nuit des assassins, de José Triana, par le Grupo Teatro Estudio (Cuba). , Au total, onze spectacles de neuf pays, que les Parisiens seront nombreux, nous n'en doutons pas, à vouloir applaudir. 33 la vi•e du mrap 34 Ce mois-ci Jeudi 6 avril à 20 h 30, à la Maison des Jeunes de Montbéliard, conférence d'Elisabeth Mathiot sur l'apartheid. Projection du film « Sabotage en Afrique du Sud ». Dimanche 9 avril, à 10 heures, à Bourg-la-Reine (Salle municipale, 25, rue de Bièvre), première assemblée du Comité du M.R. A.P. de la Banlieue Sud de Paris, avec Albert Lévy, secrétaire national. Dimanche 16 avril, à 9 h 15, à la Sorbonne, deuxième colloque des enseignants et éducateurs contre les préjugés raciaux. Mardi 11 avril, à 20 h 30, à la M.J .C. du 12e ar rondissement à Paris, exposition sur les Antilles et conférence de Joby Fanon. Vendredi 14 avril, à 20 h 30, à Lannion (Côtes·du-Nord) , conférence de Roger Maria, sur le thème: « Le racisme en France ». Projection de « Derrière la fenêtre ». Vendredi 14 avril, à 20 h 30, à la M.J.C. de Montrouge, conférence ·débat sur le racisme. Vendredi 28 avril, à 20 h 30, à Champigny, soirée organisée par le Comité du M.R.A.P. sur le néonazisme, avec Manfred Imerglik, membre du Bureau National. Projection de « L'Enclos \, d'Armand Gatti. CE P ·REMIER 21MARS Une rencontre amicale I L n'est pas possible - et c'est dommage - de rendre compte en détail des manifestations locales organisées par le M.R.A.P. ou avec son concours, au mois de mars, à l'occasion de la Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Certains comités d'ailleurs, ne nous ont pas encore infonnés de leurs initiatives. Ce bilan (provisoire) sera donc complété dans nos prochains numéros, d'autant plus que, sur la lancée du 21 mars, beaucoup d'autres manifestations très diverses, sont en préparation. Si bien que la «Journée» continuera d'être célébrée pendant... plusieurs semaines. Dans les M.J.C. En collaboration avec le M.R.A.P., la Fédération des Maisons des Jeunes et de la Culture a préparé une «valise culturelle » contenant des éléments d'information sur le racisme (photos, livres, enregistrements, schémas de débats, filmographie, etc.). Des projections, expositions et conférences ont eu lieu dans un grand nombre de M.J.C. Citons, entre autres les suivantes: Paris-Porte de Vanves (8 mars ) : « Les aspects actuels du racisme », avec Me Daniel Jacoby, membre du Bureau National du M.R.A.P. Film : « Les Autres », de Maurice Cohen. Paris-16e (16 mars) : « Racisme et antiracisme », avec Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A.P. Exposition. Film : «Derrière la fenêtre », de Jean Schmidt. Courbevoie (19 mars): «Actualité du racisme », avec Madeleine Rebérioux, membre du Conseil National du M.R.A.P. Film: «Come back Africa », de Rogosin. Houilles (21 mars): «Le racisme aujourd'hui », avec Alain Gaussel, secrétaire national du M.R.A.P. Film: «Derrière la fenêtre ». Rueil-Malmaison (21 mars): «Les Antilles », avec Joby Fanon. Exposition. Caen (21 mars): «Le problème raciste aux Etats-Unis », avec Elisabeth Labrousse, membre du Conseil National du M.R.A.P. Thonon-les-Bains (21 mars): Film: « Le Sel de la Terre », de J. Bibennan. Débat. Sedan (21 mars): « Le racisme ', avec Jeanine Leroux-Hugon. Exposition. Film: «La Chaîne », de Stanley Kramer. Blois (21 mars): «Le problème du racisme et ses aspects en France », avec Georges Astre. Paris-2e (21 mars) : «Le racisme aujourd'hui ». Table ronde sur différents thèmes (apartheid, U.S.A., travailleurs immigrés, néo-nazisme). Bourges (21 mars): Film: « Le Journai d'Anne Frank », de Georges Stevens. Débat. Metz (21 mars): «Le problème du racisme JO. Débat. Montage audio-visuel sur l'affaire Dreyfus. Séance répétée dans plusieurs M.J.C. de la ville et de la région, pendant une quinzaine de jours. Pauillac (21 et 22 mars) : Exposition. Projection du film «Crossflre» (E. Dmytryk). Table ronde sur le racisme. Rambouillet (22 mars): «Les Français et le racisme JO, avec Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. Vence (22 mars): Conférence-débat, exposition de dessins. Annecy (17 au 31 mars) : Exposition, films, conférences, débats. Montbéliard (24 mars): Projection du film « Derrière la fenêtre JO. Débat. Dieppe (31 mars) : « Les Français et le racisme,., avec Me Mireille Glayman. A ~ Nancy. Le Comité du M.R.A.P. de Nancy a organisé trois manifestations : Le 14 mars, dans la salle de l'Association générale des Etudiants, s'est déroulé un débat animé par MarcAndré Bloch, président du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (CLE.P.R.), membre du Conseil National du M.R.A.P. Le dimanche matin 19 mars, a eu lieu, pour les enfants, une séance cinématographique, placée sous la présidence du maire et du recteur. Le film «Maître après Dieu », de Louis Daquin a été projeté. Enfin, le 21, une soirée où fut présenté le film «La Chaîne », s'est tenue à la salle d'Art et d'Essai en présence d'un public nombreux. Notons d'autre part que la Journée du 21 mars a été marquée dans de nombreux établissements scolaires de l'Académie de Nancy, soit par des cours des instituteurs et professeurs, soit par des concours de dissertation sur le thème du racisme. A Tours. Plusieurs manifestations ont été également organisées par le Comité du M.R.A.P. de Tours. Le 14 mars, s'ouvrait, à la bibliothèque municipale, une exposition sur le racisme. Le même jour, avait lieu une conférence de Charles Palant, suivie de débat. Le 21 mars, ce fut une soirée cinématographique, avec le film « Haine », de Losey. D'autres initiatives. Parmi les autres initiatives prises, nous ne feront que citer pour mémoire la brillante soirée organÎsée par le Comité étudiant du M.R.A.P., le 17 mars, à la Mutualité, la représentation de « L'Opéra Noir », le 19 mars, au Théâtre d'Aubervilliers, le gala du 20 mars au Palais de Chaillot, la conférence de presse donnée le 21 mars au Cerclt: Républicain: ces diverses manife~ tatIOns sont, relatées dans les pages 4 a 12. De meme, le « week-end antiraciste » qui s'est déroulé à l'Auberge d.e Jt:uness; de Mantes, avec la partiCIpatIOn d Alain Gaussel, les 18 et 19 mars. Signalons encore: • Un débat sur le racisme au Foyer des. Jeunes Travailleurs de Clichy, avec Alam Gaussel (15 mars) . • Une conférence sur l'apartheid le 17 mars, à Caen (Comité du M.R.A.P.), par M' Jean-Jacques de Félice président du Comité de Liaison' contre l'apartheid. • Un débat avec Alain Gaussel au Ciné-Club de Ge'nnevilIlers, le 17 ~ars après la projection du film pakista: naIS: «Quand viendra le jour ». • Une soirée cinématographique à Nanterre (Comité du M.R.A.P.), avec la participation de Charles Parant et la projection du film de L. Pie~ce, « One potato, two potato » (17 mars). , Un~ grande soirée cinématographIque a Dijon (Comité du M.R.A.P.), le 21 mars. Projection de «Haines ». 600 personnes présentes. Nombreuses adhésions. • Une soirée organisée à Nolsy.JeSt; c! le. 24 mars, par le Comité d'alphabetIsatIOn du M.R.A.P., avec la participation d'Alain Gaussel et la projection de « Come back Africa ». • Une soirée d'infonnation et de protestation contre l'apartheid à Paris, le 21 mars, au siège de l'Association des Etudiants Musulmans NordAfricains, à laquelle s'étaient associés le Comité de Liaison contre l'apartheid et l'U.N.E.F. UNE soirée consacrée à l'action du M.R.A.P. a été organisée le 24 février à l'Hôtel Moderne par trois sociétés mutualistes juives, groupant les originaires de Lublin, Krachnik et Pulawy. Plusieurs membres de la direction du M.R.A.P. étaient présents: le président Pierre Paraf, Charles Palant, Alexandre Chil-Kozlowski, Joseph Creitz, Sally N'Dongo, Adolphe Berno, Marie-Magdeleine Carbet, Marguerite Kagan. Les quelque deux cents participants ont applaudi chaleureusement les interventions de Pierre Paraf et de Charles Palant, et celles de MM. Struzman, qui présidait la soirée, Goldring et Michel Goldadler. Dans une atmosphère amicale, les représentants des trois sociétés affinnèrent leur volonté de redoubler d'efforts pour soutenir les réalisations du M.R.A.P. LE CARNET DE D . L. NOS DEUILS C'est avec une vive émotion que ~o~~ avons appris le décès subit, a 1 age de 45 ans, de notre ami le D~ Bernard Vrac/ans, qui fut parmI les premiers animateurs du M.R:.A.P. et appartint à son Bureau NatIOnal. Nous exprimons à sa femme, à sa fille, à ses parents notre profonde sympathie. ' No?s, avons appris avec douleur le deces de M. Sacha Schneider pré~!d~nt dire;:teur général de lâ SOCIete Schnelder-Radio-Télévision qui ,avait, à ~aintes reprises mani: feste son actIve sympathie pour notre Mouvement. Nous présentons à Mme Schneider et à sa famille nos sincères condoléances. MARIAGES Nous avons le plaisir d'annoncer le mariage d'Alain Slanaski fils de notre ami Albert Slanoskl secrétaire du comité du M.R.À.P. de Rouen, avec Mlle Luce Chaleur. Nos cordiales félicitations et nos voeux les meilleurs . Nous sommes heureux d'annoncer le mariage de notre amie Louise Kanar avec M. Mario Nibbi qui a été célébré le 25 mars à Nice: Tous nos voeux de bonheur. BULLETIN D'ADHÉSION .... , .. " D'HON""" , U., l VON-C~ ~ P mler Président Honoraire , de la ' Cour de Cassa- . tlon); PRESIDENT: Pierre PARAF; SECRETAIRE Approuvant le combat de « Droit et Liberté J) et désireux de GENERAL: Charles PALANT. contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, soutenir l'action COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI. Georges AURIC, Claude AVELINE. Robert BALLANGER. Roger BASTIDE, Jean CASSOU, Aimé CESAIRE. Diomède CATROUX Charles de CHAMBRUN. André CHAMSON, Pierre COT. Docteur Jean DALSACE. Louis DAOUIN Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE Michel DROIT Pasteur André DUMAS. Adolphe 'ESPIARD, Henri FAURE, Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE André HAURIOU, Charles·André JULIEN Alfred KASTLER , Joseph KESSEl, Alain Le LEAP: Michel LEIRIS. Jeanne LEVY. André MAUROIS Darius MILHAUD, Théodore MONOD. Etienne NOUVEAU. Jean PAINLEVE. Jean PIERRE-BLOCH, Marcel PRE NANT, Alain RESNAIS" Emmanuel ROBLES, Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE. Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE Jacqueline THOME-PATENOTRE. Général Paul TU: BERT. VERCORS, Dr WERTHEIMER. Robert ATIULY, Vincent AURIOL. Georges DUHA~ MEL. Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN. Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE, Jean LURÇAT. Amiral MUSElIER, Marc SANGNIER. André SPIRE. Cha. nolne Jean VIOLLET,


~~--------------- -

.; 'ADHERE AU M.R,A.P. Nom Prénom , .. . , . , . .. , . , . .. . . , . . , .. " ., .. Profession , , . , .. , . . . ... . . .. . . .. .. .. . ....... . ...... . ..... . . ...... Adresse, , ,' '" , " , " , ' . . . , , , . .. . . . . . .. . . .... .. .. .... . .... . ..... . .. . .. . ...... Je vous envoie, à cet effet, la somme de . . ' .. ... , . , . , . , . (1). Je souhaite (2) : • recevoir une documentation complète sur le M.R.A_P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou prof.essionnels. (IJ De 1 l 10 F: Ami du M.R.A.P. : d 11 à 50 F Sa 1 au-dessus de 200 F: ' Bienfaiteur. e : user pteur ; de 51 à 200 F: Donateur ; (2} Rayer les mentions Inutiles. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.P.) 30, rue des Jeuneurs • Paris (2") - Téléphone: 488-09-57 • C.C.P.: 14-825-85 Paris ________ ~ DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1961 J5 36 LEON Lyon-Caen, président d 'honneur du M.R.A.P., s'est éteint le 4 mars dernier, au sommet d'une noble vie dédiée toute entière au service du Droit, de la France, de l'Humanité. II était demeuré pour nous l'inoubliable président qui avait accepté, à des heures difficiles, d'assumer des fonctions actives à la tête de notre Mouvement. Si les ménagements qu'exigeaient son âge et son état de santé l'éloignaient physiquement de notre vie quotidienne, il ne cessait de lui témoigner un intérêt vigilant. Lorsque j 'eus le très grand honneur de lui succéd~r, je savais que je pouvais compter sur ses conseils éminents. J'avais pour me guider, avec l'appui cons,tant et confiant de mes camarades, le destin exemplaire du Président Léon Lyon-Caen. Il incarnait le droit dans sa rectitude, dans sa justice sans compromis, dans son équité. Il incarnait la fidélité en un temps qui devint bien vite celui de l'indifférence et de l'oubli. Eloigné par tempérament comme par les hautes fonctions qu'il exerça - puisque Premier Président à la Cour de Cassation, il fut appelé à l'échelon le plus élevé de la magistrature de France - des luttes de partis, il sut s'engager hardiment, lorsque l'intérêt et l'honneur du pays, celui de la conscience humaine étaient en jeu. Contre le réarmement de l 'Allema~ e, contre toutes les formes du raCIsme, il combattit sans réserve. Ce grand juge était un juste et, comme disai t Anatole France d'Emile Zola, digne fils de la patrie de Montaigne, de · Montesquieu, de Malesherbes. SON LE M. R. A. P. EN DEUIL lEON lYON-CAEN N'EST PlUS Léon Lyon-Caen, né à Nancy le 9 octobre 1877, descendait d'une illustre famille de juristes. Son père, Charles Lyon-Caen, avait été doyen de la Faculté de Droit et secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences Morales et Politiques. Il participait des hautes traditions morales de rigueur, de générosité de ces israélites de France dont il était issu, qui, par delà les intérêts de leur classe, tendaient les mains à l'avenir. Mis à la retraite d'office par le gouvernement de Vichy, il souffrit cruellement des crimes du nazisme en la personne de trois de ses fils, François Lyon-Caen, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation, Charles Lyon-Caen, capitaine dans les F.F.I. et Georges LyonCaen, sous-lieutenant F.F.L., tous trois morts pour la France. Commandeur de la Légion d'Honneur, Membre de la Commission. de Réforme du Code Civil, du Comité Consultatif du Contentieux du ministère des Finances, Léon LyonCaen avait surmonté sa douleur, en militant directement pour l'idéal de justice et de paix auqueL ses enfants avaient sacrifié leut vie. Aucun des nôtres qui ap~rochèrent notre Président n'oublIera la courtoisie, la dignité, la simplicité de son accueil. Aucun de ceux qui le virent en ces dernières années apparaître en nos Journées Nationales, au bras de Mme Léon LyonCaen, son admirable compagne (soeur du grand avocat Pierre Masse, assassiné par les nazis, livré par le gouvernement de Pétain), n'oubliera sa longue et élégante silhouette et son visage bienveillant. A Mme Léon Lyon-Caen, à ses fils, à ses petits enfants, nous redisons avec émotion que leur deuil est le nôtre, que le nom de Léon Lyon-Caen demeure comme la plus haute illustration de la pensée et de l'action du M.R.A.P., un moment du Droit, de la Conscience de notre temps. Pierre PARAF. DERNIER MESSAGE A ('occasion de la soirée organisée au Palais de Chaillot pour le 15' anniversaire du M.R.A.P., le 26 avril 1964, le président Léon Lyon-Caen qui, pour raison de santé, n'avait pu être présent, adressa aux participants ce message: « Le M.R.A.l. célèbre, ce 26 avnl, le quinzième anniversaire de sa fondation. Pendant quinze ans, notre association, dont la présidence m'a été confiée de 1953 à 1962, a défendu sans défaillance nos généreux idéaux, qui se confondent avec les idéaux de la République. Quinze ans de èampagnes contre le racisme, . quelles qu'en soient les formes, quels qu'en soient les auteurs ou les victimes! Quinze ans de lutte incessante contre les discriminations et les haines raciales et confessionnelles, contre les atteintes portées à la dignité humaine, aux libertés publiques fondamentales, à l'égalité entre les citoyens, dans quelque pays qu'elles se manifestent! La tâche fut souvent rude et malaisée. Nous avons trouvé la voie semée d'obstacles, que dressent l'i~norance, l'apathie, la mauvaise fOl, des préjugés surannés, et certains prétextes d 'ordre politique ou économique. Si les résultats peuvent apparaître ne pas correspondre à nos efforts, ne nous décourageons pas. Car ces libertés, ces droits de l'homme, dont nous avons entrepris la défense opiniâtre, c'est une conquête continue. Inlassablement, il faut recommencer le même combat. Il est plus que jamais nécessaire. La victoire est loin d'être remportée. Je souhaite aux courageux dirigeants de notre Mouvement la même fidélité, la même persévérance, la même hauteur de vues qu'ils ont montrées pendant les quinze années écoulées depuis sa Création.» FAUT-IL ETRE « CONTRE » ? On nous a souvent reproché l'aspect négatif de l'action du M.R.A.P. : c'est la Journée contre la discrimin~ t~on raciale, contre l'antisérrutlsme, contre le néo-nazisme ... On dénonce mais qu'édifie- t-on ? De même, «Droit et Llbert~ » ne met pas assez en rehef l'aspect positif de notre combat. On nous accable de récits discriminatoires mais le ~on;l du problème n'~st pas obJ~ct1vement abordé. On envisage les problèmes sous leur aspect affectif. Les éléII?- ents scientifiques qui nous aident à. répondre à l'ignorance raciste ne sont pas là. Nou! aimerions lire non seuleII?- ent le procès Dreyfus, mais encore des études sur le judaïsme, l'histoire juive . non seulement les méfaits de ~a presse raciste, mais aussI le statut des travailleurs algériens. Des chiffres S.V.P. Cependant, nous voulons vous dire que nous avons été heureux de lire des critiques de. tous, les arts ; que nous avons enormément apprécié la nouvelle: « Apologie de l'Eponge » d'Albert Bensoussan. Nous restons prêts à agir avec votre aide. Anny BLOCH Aix·en-Provence N.D.R.L. Le M.R.A.P. et • Droit et liberté. mènent un combat : cela SUppose, Il faut bien l'admettre, que notre action soit dirigée con. tre nos adversaires . Il ne suffit pas de démontrer l'erreur des préjugés raciaux pour les anéantir ni d~ prôner la fraternité pour qu:elle s Instaure. En outre, nous avons le devoir permanent d'Insister sur la réalité et l'actualité du racls. me, y compris chez nous, car trop nombreux sont les Français qui Insuffisamment Informés par la grande presse, Ignorent ou même mieux, nient l'existence de ce f\éau. L'action commence donc par 1 Information sur le mal et sa dénonciation. Cependant, Il est bien vrai que nous devons simultanément encourager, susciter la compréhension et la réflexion qui fera reculer l'Ignorance, l'Intolérance, le sectarisme. Nous devons exalter les aspects positifs . de notre combat, les vic. tolres remportées, les faits qui contredisent les racistes. Nous de. vons apporter des arguments, des chiffres, publier des études fondamentales sur le racisme et ses causes, sur les peuples dénigrés et !es civilisations oubliées . C est Justement en fonction de ces préoccupations, et pour répondre DROIT ET LIBERTE - No 261 - AVRIL 1961 dans notre courrier à toutes ces exigences, en présen. tant chaque mois un ensemble équilibré et agréable, que la formule de «Droit et liberté. a été modifiée. Certes, Il reste encore beaucoup à faire, mals de toute façon, on ne saurait, en quatre numéros , répondre à toutes les questions, aborder tous les problèmes. NE PLUS FAIRE LA SOURDE OREILLE Veuillez trouver ci-joint la pétition nationale parue dans le numéro de « Droit et LIberté ». J'espère que les pouvoirs publics se décideront enfin à ne plus faire la sourde oreille et à prendre les mes~ res nécessaires à la répressIOn et à l'élimination de toutes les formes de discriminations raciales au démantèlement · de gr~upes tels la F.E.N., Occident et Europe- Action. Michel LUCAS Caen CE SONT DES JEUNES ... J'ai été très heureuse de ~onnaître votre journal car !I concrétise à la fois mes Idées et parce qu'il est un moyen d 'information nécessaire si l'on veut mener con. tre le racisme une lutte efficace. J'essaie de le répandre le plus possible dans mon lycée et il a parfois rencontré une très réelle approbation. Dans cet esprit, j'ai fait si. gner la pétition que vous proposiez en faveur d'une législation antiraciste par de nombreux camarades. Ce s;mt tous des jeunes (ils, n ont la plupart pas plus de 17 ans, comme moi) et ils approuvent la lutte que vous menez et tiennent, par ce geste, à vous en informer. Pascale GIRAUD 94 • Villeneuve-le-Roi DANS MON USINE ... . C'est ~vec un grand plaisir que Je vous fais parvenir la pétition signée par des carpa~ ades de mon entourage à 1 usme. Croyez que je suis de tout coeur avec vous. . J ~ regrette de ne pouvoir ~sslster .à votre soirée mais Je trav.allle en équipe dans une usme où la discriminalion raciale règne pour nos ca.marades immigrés (bas salaires, travaux pénibles refu.; de la direction des droits syndicaux pour nos frères étrangers, etc.). Bien que militant dans d'autres organisations, je reste à votre disposition pour Quelques travaux (distribut: on de tracts, collage d'affiches, etc.). Gérard DANTON Pantin Militant syndicaliste, et comprenant mieux que quiconque la lutte contre le racisme, je désire donner mon adhésion à votre Mouvement. Je me sens en étroite solidarité avec vous, dans la lutte historique que vous menez avec vigueur et courage. LE RIDICULE R. PHILIPPE 44 - Nantes ESPRIT DE CLOCHER Votre lettre parmi tant d'autres est celle qui m'est allée le plus directement au coeur. Je n'ai pas besoin de yous dir~ la sympathie que Je porte a votre Mouvement. Le racisme doit être si profondément traqué que même dans une conversation am~cale, je pourchasse la ~oll~dre trace du ridicule espnt de clocher. Le travail est encore immense mais je YOUS sais vifs et courageux. Avec mes meilleurs messages de sympathie, mes meilleurs voeux pour vous et votre belle entreprise. VIEIRA DA SILVA Paris (La lettre dont parle notre amie la grande artiste Vieira da Silva lui a été envoyée par le M.R.A.P. pour la féliciter de l'attribution qui lui a été faite du grand prix national des Arts.) UNE FORME DE RACISME? ,Ne. croyez-yous pas que 1 antlcommumsme virulent dont fait preuve le gouvernement actuel des Etats-Unis soit une forme de racisme? La guerre du Vietnam est la suite logique de la «chas. se aux sorcières,. de Mac Carthy. Votre dernier numéro n'en parle pas, il est permis de le regretter. Je vous communique ci-dessous une supplique que j'ai adressée au Pape, le 13 décembre dernier, et j'invite tous ceux qui sont d'accord à se joindre à moi: ' « Vous êtes pacifiste vous "avez dit souvent, /totamment à propos de la guerre du Vietnam. « Cette guerre, vous le savez, risque fort, et de plus en plus, de s'étendre au monde entier. « La présence des Américains au Vietnam est la cause principale de ce péril mortel. S'ils quittent ce pays le monde respirera. « Le général de Gaulle l'a dit à Pnom-Penh. Si vous pa,:Jiez , co~me il l'a fait, grace a llmmense autorité dont vous jouissez dans le monde, votre voix aurait une te1.le r,és,?nn.ance qu'elle ferait reflechlr les dirigeants des .U:S.A., et l'Eglise, dont vous etes le Chef, attirerait sur elle lé respect de tous croyants et incroyants. ' « ~i. vl?us ,n'in1~itez pas les Amerzcams a quitter le Vietnam, l'Eglise sera accusée de les avoir soutenus. Elle l'est déjà. «Beaucoup pensent que ~qus. f}evez le faire, dans r mteret de l'humanité et de la religion. « Les hommes religieux vous en supplient, les hommes sans reli~ion vous en seront reconnaIssants. » Alexis CARY Membre de la Société Religieuse des Amis (Quakers) 92 - Colombes SYMPATHIQUEMENT Je vous fais parvenir cijo! nt quelques signatures à J?mdre à votre pétition natlçnale. Ces quelques signataires sont tous des équipiers de la Cima de. Je profite de cette occasion pour vous dire combien est grande la sympathie avec la. quelle nous suivons le travail du M.R.A.P. Pasteur André LEW Secrétaire général adjoint CIMADE - Paris (7') Mes meilleurs voeux pour vous, les vôtres et le M.R. A.P., dont l'activité ne sera jamais assez grande face au déferlement de racisme qui sévit sur le monde. Dr Jean DALSACE Paris (7') 31 Un récit de Josué de Cas'ro Lés' hommes mangent les crabes, et les crabes mangent les hommes. C'est ainsi que se perpétue la vie dans les bidonvilles de Recife et des autres villes côtières du « nordeste » brésilien, l'une des { ' contrées les plus faméliques de notre planète. ' ' Josué de Castro, célèb~e pour ses ouvrages sur la" faim dans le monde, a écrit un roman sur la vie quotidienne du sousprolétariat latino-américain; le t i t r e en est, justement, « Des h 0 m mes et des crabes . » (1). Les bidonvilles _.Poussent · sur lu marais, près des estuaires des fleuves, aux alentours des grandes villes. Par - fois, une crue d'une violence inaccoutumée dévaste ces métropoles de la misère et de la faim. La description de la crue est sans conteste l'un des plus beaux passages de l'ouvrage. -(1) Paru aux éditions du Seui l. 38 DES MMES ET DES C-RABES QUAND les eaux montent, elles recouvrent et investissent la terre avec la violence d'une passion. Lorsque s'est épuisée leur fureur, elles se retirent et laissent derrière elles, sur la peau de la terre et sur la peau des hommes,. dégâts et ravages. Une semaine après la grande crue, la boue est de nouveau à découvert. Son odeur de pourriture monte, plus forte que jamais, se mêle à la puanteur des bêtes crevées, échouées à marée basse, à peine dissimulées sous une gangue noirâtre. Seuls les palétuviers revivent triomphants au sein de cette désolation, les palétuviers touffus, avec leurs feuilles d'un vert lavé, brillantes et polies comme des lames, les palétuviers aussi pimpants que s'ils venaient de faire l'amour ... Chaque crue improvise une géographie nouvelle, gomme certaines terres pour en faire apparaître d'autres ailleurs. Les terres neuves, nées des entrailles du fleuve, voient le jour sous forme de petites couronnes de fange que la végétation du marais recouvre aussitôt avec tendresse comme pour protéger leur croissance. En même temps que les premières pousses de verdure surgissent les accapareurs, des spécialistes qui s'approprient ces nouvelles terres, les baptisent et s'empressent de les faire enregistrer à leur nom par le service du cadastre. Ainsi se préparent-ils à les exploiter, beaucoup plus tard, quand elles auront grandi, en en faisant des fiefs extrêmement rentables. L A terre n'est pas seule à s'enfler après le retrait des eaux. Le ventre de certaines filles se gonfle aussi, ces petites folles qui n'ont pas écouté les conseils de leur mère et qui, profitant de leur liberté, ont suivi, parmi les troncs de palétuviers ou à l'ombre des cocotij!rs, les mulâtres excités par la fureur des fleuves. Neuf mois après la crue, la terre recueille sa moisson d'enfants du marais. Des enfants sans père, sans avenir, condamnés à fouiller le marécage pour trouver leur subsistance, à retirer de la boue leur pain et leur lait, la chair et le bouillon de crabe. A grandir avec les crabes, suivant le mouvement de la marée. L'eau engendre des îles, les filles en~endrent des enfants sans père, mais personne ne se réjouit de tant de terres et de petits à baptiser. Il règne partout une profonde tristesse. Les gens sortent de la crue découragés. Les eaux, en baissant, semblent emporter avec elles toute la force vive de ceux qu'elles ont menacés. Toute l'énergie dont il ont su faire preuve tant qu'a duré la catastrophe, et qui paraissait alors inépuisable, s'évanouit dès que commence la décrue. C'est qu'avec le retrait des eaux, la vie des habitants du marais, loin de s'améliorer, empire encore. La faim redouble. Une fois le fléau éloigné, les pouvoirs publics suppriment l'aide qu'ils accordaient aux sinistrés. En fait, le gouvernement fédéral a voté un crédit important en faveur des victimes des inondations, mais les politiciens locaux estiment qu'ils en ont assez fait. Ce DROIT ET LIBERTE • N° 261 - AVRIL 1967 Qu'il leur faut, à Rrésent, c'est obtenir récompense pour les immenses sacnfices qu'ils ont consentis. Ainsi, au fùr et à mesure que les eaux s'écoulent docilement vers la mer, l'argent des crédits fédéraux 's"écoule discrètement dans les poches insatiables de nos seigneurs : les sinistrés n'en verront même pas la couleur. L A situation devient de jour en jour plus désespérée. L'eau a provoqué d 'énormes dégâts dans les plantations de la région forestière et les prix des denrées montent à une allure vertigineuse. Même la pêche au crabe s'avère plus difficile, à cause de l'énorme couche de vase qui semble recouvrir le monde entier. Pendant les hautes eaux, on ne pouvait pas non plus pêcher le crabe, mais, en compensatIon, on récoltait bien d 'autres choses. On se jetait sur les animaux crevés que le courant charriait. Des familles se régalaient de potées savoureuses préparées avec des morceaux de moutons morts harponnés au passage. Maintenant, il n'y a plus d'animaux, ni morts, ni vivants. Il n'y a J?lus que des hommes à demi morts de faim, la tête Vide, les }-ra" ballants. La misère des gens du marais est si noire que les habitants des quartiers riches, émus, décident de faire quelque chose. Les dames de la bonne société veulent secourir ces pauvres gens et organisent une fête de charité à leur profit. Puisque le Carnaval approche, quoi de plus indiqué qu'un bal costumé au Jockey-Club ? Si l'on consulte les factures de cette fête mémorable, qui se déroula au siège du Club, avenue du Comte de Boa Vista, on peut relever une consommation inaccoutumée de bouteilles de champagne et de caisses de whisky. La vente aux enchères de certains dons gracieux des grandes entreprises locales fut une démonstration patente de l'intérêt que portent aux pauvres les groupes producteurs: n'omettons pas de signaler que le bénéfice net, une fois réglées les dépenses de décoration, d'éclairage et de service, est utilisé entièrement à l'achat de remèdes, de vêtements et de nourriture pour les victimes des inondations qui sont demeurées en bons termes avec toutes ces bonnes familles de la ville. Malheureusement, on ne peut organiser chaque jour une pareille fête, et le lendemain, l'aide ne paraît déjà plus qu'une goutte d'eau dans l'océan. Tous ces ingrats ne vont pas tarder à oublier les bienfaits qu'on leur a prodigués. Plus les eaux baissent, plus la rancoeur du peuple augmente 'contre les riches qui ont pourtant fait leur possible pour les secourir pendant la catastrophe. Les gens sont comme ça. M EME sans forces, affamés et affaiblis, les habitants du marécage se mettent à reconstruire leurs bicoques chavirées par les eaux. Cette fois, la police les laisse travailler. On pourrait croire que le drame a rendu plus sensibles les pouvoirs publics, qui radoucissent leurs -+ 39 ILGRO 35 RUfl du Caire - Paris 2" - Tél. : 508-48-78 (10 IIgnH group4es) DfSTRIQUTEUR AGRtt ,.r ENTOILAGE DE FRANCE LA FERMETURE INCOINÇABLE COLORIFIC 40 FIL INVISIBLE DISPONIBUI IURITOCKI 134 et 139. rue d'Aboukir, PARts-l- LA DOUBLURE DE DUAL/Tt DES HOMMES ET DES CRABES mesures policières en ces temps où la nature suffit à la peine et à la haine des malheureux. Certains cherchent même à se rendre utiles. Januario, qui vient d'être nommé sous-brigadier pour la région, parcourt le quartier, offre des secours, des matériaux de construction, à tous ceux qui savent lire et écrire, à condition qu'ils se présentent dans le courant de la semaine au siège du parti gouvernemental pour retirer leur carte d'électeur ou la renouveler en vue des prochaines élections. Zé-Luis, qui sait lire et écr ire, refuse les propositions de Januario qui semble se vexer et lui demande des explication'i, ce qui lui vaut cette réponse qui le laisse perplexe: _ Dans ma faim, c'est moi qui commande. Allez donc comprendre ces gens qui, dans la merde jusqu'au cou, souffrant tout ce qu'on peut souffrir, se paient le luxe de refuser l'aide du gouvernement ... Il f~lUt dire que l'habitant des marais, surtout celui qui est venu d'en haut, qui est descendu du sertao (1) en période de sécheresse, persécuté par la faim et la soif, est généralement un gars difficile à manier. Il a de la peine à se plier aux règles de la vie de la ville, il rechigne à courber l'échine, comme le jonc, cet autre habItant du marécage le jonc qui résiste aux vents les plus forts et se redres~e toujours plus résistant et plus robuste. Ainsi demeure l'habitant du sertao, après qu'il soit venu s'embourber dans le marais. Ce n'est p'as qu'il soit arrogaI?-t: il fait plutôt montre d 'humilité, 11 supporte ses ~esoms avec résignation, il b~isse la tê~e devant les gens l~portants. Mais qu'on n'allIe pas lm demander de la baIsser plus qu'il ne convient, car alors il la relève, fait face, et l'on devine qu'il n'est pas dans sa nature de lécher les bottes de personne. Les habitants du marais n'iront pas s'inscrire et ne voteront pas en faveur d'un gouvernement qui les affame à mort. Ils ne soutiendront pas l'allié des grands proprié. taires qui, sans pitié, les on! expulsés d~ leurs terres,. qui ont fait arracher les }JlantatlOns de mamoc et de hancots qu'ils cultivaient pendant les j0ll!s de fête, parce que ce,s petits jardins de pauvres SOUIllaIent le paysage umforrnement vert des · champs de canne à sucre. (1) Le sertao est la région semi-désertique du Nord-Est du Brésil. Une population famélique Y vit à grand peine jusqu'à ce que périodiquement, la sécheresse la chasse vers les bidonvilles des villes de la côte. Délices du monde entier DEUX RECETTES SUCRÉES Gâteau de ' bananes Pour six personnes : couper dix bananes en longueur. Par ailleurs, mêler 250 grammes de farine 3 tasses de lait, 3 tasses de suére ~ne I?!ncée d~ sel; bien mélange~ Jusqu a obtemr une pâte homogène mais liquide. Ajouter un verre d~ rhum. Dans un moule beurré, mettre une couche de pâte, une couche de banane, jusqu'à ce que le moule soit plein. Mettre à four bien chaud pendant 30 minutes, et démouler. Le gateau peut se manger chaud ou froid. Caramel aux arachides Faire fondre 6 cuillerées de sucre dans 4 cuillerées d'eau. Mettre sur le feu jusqu'à ce que - le liquide prenne une couleur brun foncé. Verser le sirop sur du marbre, ou, à défaut, sur une planche bien lisse. Y déposer des cacahuètes grillées, entières ou râpées, au choix. Laisser refroidir jusqu'à ce que le caramel soit devenu dur et cassant. DR01T ET LIBERTE - No 261 • AVRil 1961 " COLONISER, C'EST LANCER DEUX MISERES L'UNE CONTRE L'AUTRE_ " Dessin de Grandjouan paru dans l'Assiette au beurre n° 110, numéro spécial du 9 mal 1903, Intitulé

« Colonisons! ,,_ Le célèbre journal

fustigera les méthodes de l'expansloncoloniale au début du siècle par des dessins dont l'humour noir et cruel ne le cède en rien à celui de nos dessinateurs contemporains. CONNAISSEZ- VOUS ., HITLER e _ ~~ mois-cl, Droit et Liberté délaisse la géographie pour l'histoire, et plus precisement la sanglante aventure de celui dont le titre . d'un film disait naguère: • Hitler, connais pas! ._, Un philosophe américain, Santayana, disait que • ceux qui ne se souviennent pas, ~u ~assé son~ condamnés à le revivre •. C'est pourquoi nul ne doit i~norer 1 hlstol!e du n~zlsme. SI vous obtenez 14 à 20 points, vous la connaissez ble,n.: de 10 a 14 pOints, correctement. A moins de 10 points, vous devriez preciser vos connaissances. . l' Réponses Points . 1. En 1914, Adolf Hitler fut déclaré inapte au service mihtaire . . .. .. .. .. .. . . . '- ... . . ... .... .... . .. 2. Il fit ses débuts politiques en 1918, dans la répressio~ de la révolte spartakiste . . . . .. .. .. . . . .. . . ... . ... 3. Hitler et Goering furent, en 1920, les deux fondateurs du parti nazi . . .. .... .. .. .. . . . . . . . .. . ... . . . .. 4. Le titre exact du parti hitlérien était « Parti ouvrier allemand national-socialiste» . ... . ... .. . .... . .. . . . . . . 5. Le parti nazi reçut, à ses débuts, un soutien financier clandestin du gouvernement françaiS . . .. .... . ... 6. Le putsch manqué de Hitler en 1923 fut payé par de gros industriels allemands 7. Après ce putsch, Hitl~~ ' fut . ~~pr'i~~n~é ' tr~i~ . a~~ à . Landsberg . . .. .. .. ... . . .. . .... .. .. .. . . .. .. . . . . 8. Hitler et les nazis arrivèrent au pouvoir en 1933 èn , conquérant la majorité absolue aux élections . : .. ... . : ... 9. Les premiers camps de concentration furent ouverts au ' début de la guerre mondiale . . . . .... .. .. . ... . ... 10. Lors de la " nuit des longs couteaux» le 30 juin 1934, Hitler fit assassiner plus de 1 000 nazis q~'iI soupçonnait de comploter contre lui . ... .... .. .. . ... .... . ... oui oui oui oui oui oui o!,i oui oui oui non 2 non 2 non 3 non non 2 non 2 non non 2 non 2 non 3 (Réponses en page 42.) 41 SANS PRECEDENT! MATCH IIfAtlt/VI O/poslE ROBES JERSEY TOUT DIM

20 EXTENSIBLE

JUNIOR fin, souple, confortable ... PIGMY-RADIO Postes à transistors 10 modèles, toutes ondes. Modulation de fréquence. Haute fidélité 25, rue du Landy . Tél. 243,10.41 93·La Plalne·Salnt·Denia TRICOTS - CHEMISIERS BONNETERIE MARCY 129, rue d'AbouI!h-, PARIS (2ot - CBl. _ CONNAISSEZ-VOUS HITLER? (Réponses de la page 41) 1. OUI. Il s'engagea néanmollS, et combattit dans le nord de la France, où Il fut blessé deux fols 2. OUI. Il fut assesseur dans un tribunal contre·révolutlonnaire 'en Bavière. 3. NON. Hitler adhéra à un groupuscule d'extrême·drolte, créé en janvier 1919, le DAP (Parti ouvrier allemand) . Il en fut le 55- adhérent. le parti nazi naquit plus d'un an après , en août 1920, de la fusion du DAP avec plusieurs autres petits organismes d'extrême·drolte. 4. OUI. Il eut d'abord une direction collégiale. Hitler en devint le Führer le 29 juillet 1921, après avoir évincé plusieurs de ses amis politiques. 5. OUI. Le gouvernement français s'Imaginait ainsi rofiter des divisions Intestines et de l'aftal· bllssement qui en résultait. En 1922 furent arrêtés plusiEl6jrs militants allemands d'extrême·drolte chargés des manipulations financières. le principal responsable, le journaliste Hugo Machhaus, se suicida dans sa prison . 6. OUI. Spécialement par Thyssen, le maltre d'un énorme empire sidérurgique, qui voulait briser l 'acti vité grandissante des ouvriers rhénans, et qui versa aux putschistes 100 000 marks·or. 7. NON. Il fut emprisonné un an et un mols, du 11 novembre 1923 au 20 décembre 1924. 8. NON. En janvier 1933, lorsque Hindenburg appela Hitler à la Chancellerie, les nazis venaient de remporter 196 sièges au Reichstag , contre 121 aux soclaux·démocrates, 100 aux communistes et une cinquantaine au Centre·droit. Après l'accession au pouvoir d'Hitler, les nazis recueillirent 288 sièges : il leur en m11,quait 50 pour avoir la majorité au Parlement. Ce n'est que par une série de coups de fore, -- l'incendie du Reichstag, l'élimination des communistes, puis des soci alistes - que le nazism(. s'Imposa. 'ON. Dès la fin de 1933. il en existait une cinquantaine, dont Dachau, Buchenwald, Sachsenhausen. 'ar la suite leur nombre se restreignit en fonction de la • planification. du système concen· , tionnalre. Dès la fin de 1933, 30000 à 40 000 antfnazls allemands étalent Incarcérés; des ,, !Ilions d'autres allaient suivre. 10. OUI. Les S.A. (Sections d'assaut) de fll\hm, qui constituaient la force paramilitaire du nazisme . étaient recrutés parmi les chômeurs, qui réclamèrent, après 1933, une • seconde révolution. anticapitaliste. C'était couper le nazisme de ses appuis financiers. Lors de la • Nuit des longs couteaux· et des jours suivants, 1 076 S.A. et nazis furent assassinés. Traductions d'Italien Loull BERNASCON 42, avenue du Général-Leclerc 92-Bourg-la-Re.ine - 350-25-41

----------------------------------,

GANTS - TETINES Chez votre pharmacien. Imprimerie COTY, 11 r. Ferdinand-Gambon La directrice : Sonia BIANCHI. pour un abonnement de, 3 mois à l'hebdomadaire Directeur ARAGON 16 F Vous recevrez un disque 45 tours au choix : jazz, classique, ' variétés Les lettres françaises 5, rue du Faubourg·Poissonnière, Paris g" C.C.P. Paris 152·25 PIERRE D'ALBY PRET A PORTER STYLE 60, RUE RICHELIEU PARIS 2e 742-81-19 Bnfin en France distribu.1ie par LA FAMEUSE BIÈRE DE ZYWIEC IMPORTATION DIRECTE DE POLOGNE ) ROBERT DALAKUPEIAN ' Importateur exclusif pour la France de la WODKA WYBOROWA (Varsovie) 12 à 15, avenue du Petit Château PARIS BERCY - Tél.: 343 19-38 Vous serez stupéfait de ce qu'a osé écrire celui qu'on nomma LE SEMEUR D'ORAGES! --- Admirablement Illustré par TIM dont les dessins mordants et l'in~ vention satinque sont bien connue Riche reliure en Sklnex naturel·ro;U~g.~m;.;rO;q~UI;n.:::,:":~ _____ j Titra et motit. de couverture d:'CéS au ter. Elégant signet de sole. le premier volume de l'OEuvre impitoyable de EMILE ZOLA Découvrez cet inépuisable panorama des destinées humaines, dans une édition qui fera la gloire de votre bibliothèque Toute l 'oeuvre de Zola est un phare braqué sur la société Qui l'entoure. dont il démêle avec opiniâtreté les intrigues. En Quête d 'une vérité Qu'il va chercher dans tous les milieux, dans toutes les classes sociales, Zola dénonce l'injustice et le scanda le. avec le courage passionné d 'un implacable procureur. Vous serez le témoin de situations déchirantes et de complots sordides dans lesquels se heurtent les figures inoubliables de cette immense fresque : la pathétique Gervaise. tombant de déchéance en déchéance ... Thérèse RaQuin, Qu'une poussée primitive du sang et de la chair conduit jusqu'au meurtre ... Octave Mouret, inventant avec une audacieuse allégresse une nouvelle forme de commerce à l'échelle du siècle ... Nana, capiteuse et sensuelle ... la grande famille des RougonMacquart, rongée par les vices d'une longue hérédité. mais éclairée aussi par de nobles et généreuses figures ... Vous serez passionné par cette foisonnante vis ion d ' un monde en pleine évolution sociale. dont Zola n'a caché ni les tares ni les grandeu rs. Luxueusement reliée en Skinex naturel rouge maroquin, avec titres et motifs de couverture dorés au fer. cette Edition du Centenaire rassemble pour la première fois abso lument tous les chefs-d 'oeuvre de Zola illustrés par TIM avec la lucidité féroce d'un Daumier. Cet inépuisable trésor de lecture ornera avec élégance votre bibliothèque et le décor de votre vie: Mais jugez par vous-même de la splendeur de cette édition, sans aucuns fra is et sans obligation d'achat. Renvoyez le bon de lecture ci-dessous pour recevoir les deux premiers volumes de cette édition intégrale. Le p remie r volume est grat uit Si, après 10 jours d'examen. vous êtes enchanté par ces volumes et décidez d'acquérir toute la collection. gardez le premier volume comme cadeau gratuit et ne payez pour le second Que le bas prix de souscription de seulement 14.80 F ( + 1,70 F frais d 'envoi). Puis vous recevrez les volumes suivants. automatiquement. à raison d'un livre par mois. pour la même faible somme jusqu'à ce Que votre collection de 40 volumes soit complète. Ne risquez pas d 'être déçu: l 'oeuvre géniale d'Emile Zola n'a jamais été offerte dans une édition si luxueuse. à un prix si incroyablement bas. et cette collection intégrale risque d 'être rapidement épuisée. Renvoyez le bon de lecture aujourd 'hui même pour recevoir le premier livre gratuitement. VOICI UN APERCU DES TITR ES QUI BR ILLENT EN LETTRES D'OR DANS LA LITTÉRATURE DE TOUS LES TEMPS. La Curée .Le Ventrede Paris • L'Assommoi r • Nana . Pot- Bouille. Au Bonheurdes Dames. Germinal • L'OEuvre • LaTerre .Le Rêve . La Bête Humaine. L'A rge nt .Thérèse Raqu in .Les Mystèresde Marseille • Les Contes à Ninon • ... d'i nnombrables récits et d ocument s d ' histoi re, et le terrible " J 'accuse", qui arracha du bagne le Capitaine Dreyfus r-BëNDEOE~U~GRAruITË-1 1 Cercle du Bibliophile, 2, rue Trézel, 92-Levallois-Perret - .. Collection Emile l oi." 1 1 Veuillez m'envoyer les deux premiers volumes de la splendide nouvelle édition de i'OEuvre d'Emiie Zola, pour un examen absolument gratuit de 10 jours. Si je ne 1 1 séudiitsi opna, sj ea bvsooulsu mreetnotu rsnaetirsafia ict edse dlea ubxe vaoultuém eets dsea nlas rgierann dveo uvsa ldeeuvr oidre. Aceutttree mbeenllte, 1 je conserverai le premier livre comme CADEAU GR/HUIT et ne réglerai pour le 1 second volume que le bas prix spécia.l de souscription de seulement 14,80 F (+ 1,70 F 1 de frais d·envoi). Puis automatiquement chaque mois, je recevrai le volume suivant I de la série, que je régle rai le même bas prix, jusqu'à ce que ma collection soit 1 compléte. 1 vDeer rpelzu s,l a il measgt neifniqteuned um qéudaei llsei jde' Ermenilveo iZe oclae ebto nq udea nsje leps o5u rrjaoiu rsla, vcoouns smer'vene-r 1 GRATUITEMENT· si je souscris à la collection. 1 DDDDDDDDDD SIGNATURE OBLIGATOIRE 1 1 NOM 6crlre en ma~ 1 1 PRENOM ;;; N° ___ RUE -1 l..; Slgnilult rlUPIr'"/SQU ou /Ull ur 0 VILLE N" DEPT___ /tg ,' SI vous 'VII ",o,ns ri, li l M 1 ci l


- ----~

Acceptez &~ cette splendide médaille commémorative Si vous postez votre bon dans les cinq jours, nous joindrons à vos deux premiers livres cette splendide médaille commémorative d'Emiie Zola. De 55 mm de diamètre. lourde et d'une riche finition bronze, elle sera partout mise en valeur. Vous pourrez conserver gratuitement ce cadeau de grande valeur en souscrivant à cette Collection. CERCLE DU BIBLIOPHILE. 2. rue Trézel. 92-Levallois-Perret En Belgique; 85, avenue lecharlier, Bruxelles 9 - En Suisse: 37. rue Agasse, Genève

Notes

<references />