Droit et Liberté n°169 - janvier 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°169 (273) de Janvier 1958
    • L'antisémitisme ne paie pas: les producteurs du film "les nouveaux maîtres" sont déboutés et condamnés aux dépens page 1
      • Une double victoire: l'allocution de Léon Lyon-Caen
    • Un professeur allemand: je suis fier d'avoir tué des centaines de juifs page 1
    • Les camps (camps en Algérie) page 1
    • Il y a soixante ans: "j'accuse" page 1
    • Que se passe-t-il:
      • De Little Rock à Maxton page 2
      • Hier et aujourd'hui: les treize (fils de résistants emprisonné pour refus de servir sous Spiedel) page 3
      • Vivre en paix pétition pour l'arrêt des explosions atomiques page 3
    • Brasillach quitte enfin l'affiche page 4
    • Il y a 60 ans: de l'affaire Dreyfus à l'affaire Zola par Armand Lanoux page 5
    • On demande pour 58, apprenti dictateur (extrême droite en France) par J.P. Muraccioli page 7
    • Madeleine Alleins: "en écrivant les mangues vertezs, j'ai voulu faire acte d'antiracisme: interview par Léonard Sainville page 8
    • Gentils enfants: extrait du livre de M. Alleins page 8
    • Un livre de Pierre Paraf: l'ascension des peuples noirs par Albert Levy page 8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

JANVIER 1958 N° 169 (273) L'ANTISEMITISME NE PAIE 50 FRANCS Un professeur allemand: Il Je suis fier d'avoir tué des centaines de juifs" ... PA S Incroyable mais vrai : la scène s'est produ;te en 1958 en Allemagne occidentale, à Offenbourg (Wurtemberg). Au cours d'une Les producteurs du film Il Les Nouveaux Maîtres" (défendus par Tixier-Vignancour) qui réclamaient 35.000.000 au MRAP SONT DÉBOUTÉS ET CONDAMNÉS AUX DÉPENS discussion dans un lieu public. un certain Ludwig Zind, professeur de lycée, a déclaré : « J'estime que l'on a gazé trop peu de juifs en Allemagne. Je suis fier de pouvoir affirmer que moi et mes hommes avons, pendant la guerre, cassé à coups de pelle la nuq.ue à des centaines de juifs li. /lA OUS l'avon.~ annoncé, efl dernière minute,dan.s le pré. Il cédent numéro de « Droit et Liberté )): la Première Chambre de la COllr d'Appel de Paris, par son arrêt du 23 décembre, mettant, fin à l'affaire des « Nouveaux Maîtrf's », a reconnu légitimf' l'action dll M.R.A .P. contre ce film anttsemite, xénophobe et antirépublicain. Les producteurs, qlle défendait Tixier-Vignancour, sont déboutés et condamnés aux dépens. C'est le 9 décembre que nos avocats, Me' Jacques Mercier, Nicole Fried et Marcel Manville avaient prononcé lellrs plaidoieries. Pour célébrer cetCes propos contrarieront quelque peu la campagne déveluppée actuellement à Bonn oour atténuer les crimes des nazis et freiner l'indemnisation de leurs victimes, dont le nombre aurait été « exagéré » (voir nos informations page 3) ... Ils sont révélateurs, en touf cas, de l'état UNE DOUBLE VICTOIRE NOUS sommes réunis pour célébrer ce que le M. R. A. P. considère comme une grand'e victoire. judiciaire. GrâC'e au talent et à la science juridique de nos avocats Mes par Léon LYON-CAEN \ Présidenl du M. R. A. P. Mercier, Manville et Nicole Fri:ed, dont j'e salue la présence parmi nous, la 1 re Chambre de la Cour de Paris, mettant à Ce derni'er, en se comportant comme il a fait, n'était pas ·animé par la mauvaise foi ni J'intention de nuire. Il n'a fait que remplir la mission en vue de laquelle il a été créé, qu'obéir à &·êS objectifs propres, tels qu'affirmés par ses statuts, et aussi aux voeux du législateur - trop souvent méconnus - qui frappe l'excitation à la haine entre citoyens à raison de leur origine, de leur race ou de leur religion . Nous nous réjouissons qu'enfin justice nous ait été rendue. M ais ce n'est pas seul'ement un succès judiciaire, le gam d'un procès, que nous (Suite page 4.) Le sourirc de la victoire: Ch. Palant, secrétaire général du M.R.A.P. et Ch. Ovezarek, du Bureau Nati~nal, avec nos avocats: M" Mercier, Manville, N. Fried. A droite: le président Lyon·Caen prononçant son allocutIOn. néant le malencontreux jugement du Tribunal, a jugé mal fondé le procès du film « Les Nouveaux Maîtres» que les producteurs avaient eu J'audace de diriger contre le M.R. A.P., imputant J'échec de ce film à la campagne entreprise par notre Mouvement. Il Y a soixante ans « C'est volontairement que je m'exp9se ... » Ainsi Zola terminait, il y a jU$te 60 ans, « J'ACCUSE », ce cri d'une conscience indignée, qui sonnait le ralliement des part:sans de la justice, et allait donner à l'Affaire Dreyfus un tour nouveau. Nous publions en page 5, à l'occasion de cet anniversaire, un texte d'Armand Lanoux. f imanthe 2 fé\'ri~r à 10 h. 4S ('érémenl .. C.III.é ••• ra1ÎTe Al) PA~'1·I'EO~ Pour commémorer la publication de «J'accuse», le M.R.A.P. appelle es répub:icaias à. venir nQlDbreux au Pant: éon, se recueillir sur le tomh6!. u d'EmUe Zol.., le d..imanche 2 février à. 10 h 45, en p~ce de la ts-miJle et de tous les amis du grand écrivain. te grande victoire de notre Mouvement et de la cause antiraciste, une brillante réception a ell lieu le 21 janvier dans les salons de l'Hôtel Moderne Dans une chaleureuse allocution, notre président, M. · Léon Lyon-Caen, ti-ra les enseignements de cette affaire. C'est le texte de Cf'tte allocution que nous reproduisons ci-contre. On lira en page 4 le compte rendu de la soirée. . 51:e~Ptit qui subsiste, encouragé par la présence d'anciens nazis aux postes de commande, et jusque dans l'entourage immédiat du Chancelier Adenauer. Fait réconfortant, tuutefois : sous le titre « Empêchez que cela recommence ! » l'A::sociat;on des instituteurs allemands, qui compte 100.000 adhéren ~s, a publié dans la presse une v i ~oureuse protestation. SOfl président, M. , Bernhard Plewe a réclamé le jugement de Zind. Les pouvoirs publics ne se sont pas prononcés. LES CAMPS • • En dépit de certaines déclarations officielles, de plus en plus souvent démenties par les faits (et même par d'autres déclarations officielles), le drame algérien ne cesse, hélasl de s'aggraver. L'enquête retentissante publiée par La Croix, ainsi que des informations qui parviennent d'Algérie, projettent une nouvelle clarté sur la situation ainsi créée. Avec une précision hallucinante, le reporter de La Croix, J. Duquesne, complète par d'innombrables exemples le triste tableau tracé par la Commission de Sauvegarde, et souligne que les méthodes dF 110ncées sont loin d'avoir disparu. Evoquant la «bataille d'Alger », qui a débuté en janvier dernier, il écrit: « Tout soldat, quel qu'il 30it, pouvait pratiquement arrêter tout individu," européen ou musulman, et (Suite page 2.) "J'A.CCUSE" Le M.R.A.P., a estimé l'arrêt, en boycottant ce film, 'en 51 efforçant par les moyens légaux de critique et de propagande d'en empêcher la diffusion à raison de ses tendances xénophobes, racistes 'et antisémites, en obtenant, sans violence et sans menace, son eJ)clusion des écrans, n'a pas commis d'e faute, n'a pas excédé son libre droit de critique. Et si la société productrice prétend avoir subi un préjudice du fait que le film n'a pu poursuivre sa carrière normale, elle n'établit pas que C'e préjupice se rattache par un lien de causalité aux démarches et interventions du M.R.A.P. ________________ --:-___ , -r-t::.7""~-'..../ La dé~adati.n tIu eapitaine Dreyfus, d'après une estampe d'époque. que éle paélJe-t-iL ? LA MEME MAIN A VANT de mourir, J'an de grâce 1957 nous a laissé ce premiel' message de l'homme à l'Univers: le Spoutnik. Mais il nous lègue aussi nombre de témoignages d'une réaHté plus terre-à-terre. Et pour nous en tenir aux seuls faits de discrimination entre les hommes, la floraison est abondante de nouvelles qui loin d'annoncer la victoire des hommes sur l'espace ne sont pas non plus des victoires sur le temps. Et quand ces discriminations sont à base non pas raciale mais religieuse, elles ne nous laissent pas pour autant indifférents. C'est d'Italie que nous parviennent les tribulations du signor Bellanti qui, IJOUr 'être marié civilement, se fait traiter d'abord de « concubin» par le curé dl" la paroisse. L'évêque aggrave l'anathème d'une lettre pastorale, et néanmoins vengeresse lue - toujours en chaire - dans tout le diocèse. Et l'Osservatore romano fait chorus. Bellanti, dont le commerce a été boycotté, se trouve présentement à l'hôpital à la suite d'une « agression par inconnus ». Le temps de souffler et nous apprenons que l'enfant Steinberg (5 ans) est mort en Israël sans sépulture, pour être né d'un père juif et d'une mère chrétienne. Ainsi nous est révélé qu'en Italie comme en Israël, l'état-civil est moins civil que religieux; et confirmé que, par-delà les principes de non-discrimination religieuse, politique, raciale, inscrits dans la plupart des Constitutions nationales, et maintes fois proclamés, la lliscrimination est parfois un état de fait officiellement entretenu_ Et tandis que les affaires Bellanti et Steinberg agitent les passions, secouent les parlements. des pays intéressés et remuent l'opinion publique nous tombons sur un anodin entrefilet, qui veut être une mise au point, de M. David Azoulay, secrétaire général de la communauté israélite de Casablanca. Il proteste contre le chiffre de 300 jeunes filles juives du Maroc, mariées à des musulmans, chiffre abusif, déclar~·t-il, lancé par une source « qui semble avoir voulu créer un climat d'inquiétude au sein du monde juif » .... Sujets d'inquiétude, des mariages délibérément voulus entre jeunes de confessions ou de races différentes? C'est beau· coup dire, cher Monsieur ... Que dire alors de ce maître à penser d'un certain catholicisme: Daniel Rops qui, dans une préface plutôt inopportune au « Journal d'Anne Frank» prétend annexer la petite juive d'Amsterdam de façon quelque peu cavalière? En vous fais;mt grâce de quelques autres cas de sectarisme, qui, eux non plus, n'ont rien à voir avec la libre confrontation des idées, toujours souhaitable, permettez à l'oncle Tom, un commentaire d'inspiration personnelle. Un mien cousin auvergnat, d'une vieille famille paysanne et chrétienne, de celles qui incarnent ici (et ailleurs, d'une façon différente) les vertus de la RACE, s'est avisé un jour d'escalader son arbre généalogique. Pour y dé. couvrir que son nom patronymique, comme bien d'autres de sa province natale, était d'origine germanique. Et, à par.tir de cette curiosité immédiate, il eut la révélation que son histoire locale reflétait un brassage de races, de populations, à l'image de la nation tout entière. Mélange dont les manuels scolaires, fussent-ils laïques et républicains, étaient loin de rendre compte par « nos ancêtres les Gaulois ». Celtes, Ligures, Francs, Goths, Vandales, Arabes - au 9' siècle enèore le muezzin appelait les fidèles à la prière du haut de la mosquée, en plein coeur de l'Auvergne - Ongres, Vikings, etc., s'étaient succédés sur notre sol. S'entretuant, certes, souvent, et l'histoire a surtout retenu les dates de batailles, mais s'accommodant bien plus à la longue, s'interpénétrant dans une symbiose continue de moeurs, de croyances, de techniques, de mariages mixtes. Creuset où s'est formé la nation française, comme bien d'autres, en des temps - ainsi les haut et bas Moyen Age - moins figés qu'on ne le laisse croire généralement. Car l'histoire des hommes, considérée dans le temps, par-delà les flambées de haine, les chocs des particularismes, les conquêtes des uns, les défaites des autres où vainqueurs et vaincus se révèlent à la longue avoir changé de camp ou pactisé, l'histoire des hommes fournit la plus grande leçon d'antiracisme. Et tel raciste forcené, physiologique, qui en plein XX' siècle, ne peut pas « entir les Norafs» risquerait d'aggraver ses malaises en découvrant des Arabes parmi ses ancêtres. Que les bip·bip joyeux des satellites, annonçant demain, ne nous bouchent pas les oreilles aux querelles de boutiques d'aujourd'hui. Elles mesurent le chemin parcouru dans le combat que l'homme mène contre lui-même et contre la matière. Il est long sans doute, car d'autres le menaient déjà hier, en des temps qui sem})lent avoir eu l'apanage de ces disputes sottes et cruelles. Aussi en laisseront tirer la leçon par un homme du XIII' siècle qui la donnait, déjà, à Louis IX '(Saint Louis lui-même!) le sultan mongol Mongka: {( Toutes religions, tous hommes sont doigts de la même main.» ONCLE TOM. DRAME ALGERIEN Beaucoup de ces disparus, indiquet- il encore, ont succombé sous les tortures ou ont été victimes d'exécutions sommaires, et certains affirment «que la baie d'Alger est un vrai « cimetière marin » ... ~ Les camps (suite de la page 1) l'incarcérer - non dans la prison, mais dans un local isolé - pour ({ le faire parler » sans devoir en rendre compte à l'autorité supérieure, au moins pendant plusieurs jours ... {( Ceci explique qu'il ait pu se produire à Alger, dans les neuf premiers mois de l'année 1957, au moins 3.000 disparitions (plusieurs estimations vont maintenant jusqu'à 5.000, mais 3.000 est un minimum certain) de personnes, qui avaient été arrêtées par l'armée ou la police et dont on n'a plus eu de nouvelles par la suite. Il en est une très conm ... e, c'est celle de Maurice Audin, professeur de sciences. » Une des manifestations les plus criantes de l'arbitraire qui règne en Algérie, c'est l'existence des camps dits d'hébergement où sont · internés des milliers de «suspects ». Dans une notice récemment éditée par les services psychOlogiques des forces françaises, le traitement infligé aux prisonniers est défini en termes assez étranges. Les internés sont classés en quatre catégories: «durs irrécupérables », «mous », « douteux» et «récupérables», tous étant des «intoxiqués ». La première phase de leur ({ rééducation» doit consister, paraîtil, à ({ désintégrer l'individu ». Pour cela, il est prévu d'({ orchestrer savamment » leur intérêt au moyen de « se- DE VOYAGES LAFAYETTE 2 Licence de Voyage N° 338 SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER ' CIRCUITS EN AUTOCAR TOUS BILLETS : FER· AIR - "MER LOCATION THEA TRES 78, rue La Fayette VOYAGES ORGANISES PAR 1 S _ IX· Entrée ; 18, rue Bleue pour le 10 Anniversaire Métro : Cadet cie l'tndépendance d'Israël Tél. : PRO. 96-52 TAI. 68-23 En raison des nombreuses demandes, réservez dès ma~nlenant vos places dan~ les nouveaux avions « Bri~annia » et les bateaux « Théodore Hertzl » et .( Jérusalem» ainsi que vos chambres d'hôtel main es de discipline», « semaines de gaîté», « semaines d'entrain», « vagues d'hygiène», etc ... successivement décrétées. Mais que se passe-t-il en réalité dans les camps? A Bossuet, selon des informations publiées dans la presse, les internés, tous musulmans, recevraient quotidiennement quatre ou cinq quarts d'eau pour la boisson, la toilette et le lavage du linge. Cette eau, puisée dans une mare, n'est pas désinfectée. Il n'y a pas de douches depuis plusieurs mois, et les poux ont fait leur apparition. La nourriture serait nettement insuffisante, et les brimades racistes continuelles. Il n'est pas nécessaire de s'étendre longuement sur cette situation dramatique, qui évoque de si pénibles souvenirs. La Croix a eu raison de souligner que les Français doivent regarder courageusement en face oette réalité, et réagir pour y mettre fin. Nous n'oublions certes pas les attentats, l'insécurité, les difficultés de cette guerre, que M. Guy Mollet déclarait, il y a deux ans. « imbécile et sans issue». Précisément, la seule issue possible n'est-elle pas d'en finir avec la violence et la haine, source de violence et de haine, de rechercher par la négociation une entente satisfaisante pour tous? D'en finir avec une situation (qu'on l'appelle guerre ou autrement) qui engendre de telles atteintes à la dignité des hommes et fait cou- . 1er, de part et d'autre, tant de sang. Ce qui se passe en Algérie est grave pour le renom de la France. Chacun de nous en est un peu responsable. Il dépend un peu de chacun que cela cesse, ~ Le fil interrompu Ayant refusé de soumettre le texte de son émission, « Au fil de la vie », à un contrôle préalable, Max·Pol Foucnet nc parIera plus à la télévision française, Depuis deux ans qu'il tenait ses libres propos hebdomadaires, il avait eu plusieurs fois des difficul· tée. Maintenant les choses sont claires. On n'a pas pardonné à Max·Pol Fouchet la phrase où il disait que « ce "ieux peuple courageux - le peuple français - a été traîné de mensonge en menSGrlge... » Nos amis se souviennent du vibrant dis· cours prononcé en mai dernier par Max-Pol Fauchet, à notre 9° Journée Nationale. Il est membre du Comité d'Action de notre Mou· vement. A la suite de la mesure prise contre lui, le Bureau National du M.R.A.P. a tenu à lui exprimer sa solidarité. ~ Au faciès .. . « Deux Nord-Africains blessent un sergent parachutiste.- vingt-sept suspects arrêtés » ... Ce titre d'un journal du soir peut donner, dans sa brièveté, une idée des formes que prend en France la répression contre les travailleurs algériens. Aujourd'hui, c'est peut-être plus facile, mais les erreurs sont encore possibles : un de nos amis, instituteur, israélite, nous signalait l'autre jour qu'il avait été arrêté à la sortie du métro dans une rafle d'Algériens. La forme de son visage l'avait rendu « suspect»: l'inspecteur, sans doute, s'était trompé de quelques années. Ce n'est pas seulement dans des cas semblables que le racisme et l'arbitraire président à la repression. Les interrogatoires, les perquisitions effectuées de jour et de nuit dans les logements des travailleurs algériens s'accompagnent trop fréquemment de violences et vexations que rien ne saurait justifier. Nous signalions, dans notre dernier numéro, le cas de 196 immigrés algériens, arrêtés en France, où ils vivaient depuis de longues années, et transférés, en violation de la loi, dans des camps d'Algérie, où ils ne pouvaient donner signe de vie. A la suite des protestations qui se sont élevées, un certain nombre d'entre eux ont été enfin interrogés en présence de leur avocat, après des semaines de détention. Mais depuis, d'autres arrestations ont eu lieu dans toute la France. Et de nouveau, ces mesures frappent non pas des responsables d'attentats, mais des militants et diri~eants syndica.listes (C.G.T. ou C.F.T.C'), des étudiants, en général les immi!p'és les plus scolarisés, les plus cultivés, les plus susceptibles d'entretenir le dia.logue avec les travailleurs et les intellectuels français. De telles méthodes, répéton~le, ne peuvent qu'approfondir encore le fossé entre les populations française et algérienne, aggraver les incompréhensions et les haines. Elles sont contraires aux traditions comme aux intérêts de notre pays. DE LITTLE ROCK A MAXTON Le racisme est une des plaies de l'histoire des Etats-Unis; il se profile dans les épopées du Far-West ou de la Guerre de Sécession, que les films de Hollywood ont popularisées. Certes, depuis les massacres de Peaux Rouges, des progrès considérables ont été faits pour les droits des « Coloured Men». Les incidents de Little Rock (Arkansas) à l'automne dernier - survenant un an après ceux de Clinton (Tennessee) - ont rappelé toutefois la mesure du préjugé raciste qui s'est opposé, avec des appuis officiels (gouverneur Faubus,- sénateurs du Sud etc), à l'intégration des enfants noirs dans les écoles. Si la Garde Nationale est intervenue pour faire respecter ce qui n'était que l'expression de la plus élémentaire justice, l'absence de poursuites contre les responsables (suite page 3) Ils n'acceptent plus de se mettre à genoux devant le K.K.K. Il n'y a pas de cas, à notre connaissance, où, s'agissant de métropolitains, 27 personnes soient arrêtées pour retrouver deux coupables. Mais voilà, ces Algériens se ressemblent tous, n'est-ce pas'? ... Si ce n'est toi, c'est donc ton frère! Ils ont tous le même « faciès », comme on disait au temps de Vichy, à propos des juifs. Il y avait alors des inspecteurs spécialement entraînés à regarder les gens sous le nez. dlcmand MANTEAUX - TAILLEURS - VESTES GABARDINES Fbg Monmartre - 52, rue Lafayette PARIS (9·) Métro : Le Peletier - Cadet (Suite de la page 2.) des violences de septembre dern~er les incite à recommencer. De nouveaux incidents se produisent. Des élèves noirs sont insultés et frappés, un attentat à la bombe est commis (le 3' en deux mois) contre la présidente locale de 1'« Association Nationale pour le progrès des gens de couleur Il et une cartouche de dynamite est découverte par la police à l'Ecole centrale secondaire de Little Rock. La Garde Nationale est rappelée ... Près de Maxton (Caroline du Sud) les membres du Ku-Klux-Klan ayant menacé une indienne fiancée à un blanc, un millier d'Indiens de la tribu des «Lumbee », irrités par des incidents racistes et défiés par le chef des l( chevaliers du K.K.K. », jettent la panique dans un meeting qu'il présidait vêtu de la robe et de la cagoule de l'organisatellr. Certains ironisent sur cette séquence de western où les Indiens prennent le «sentier de la guerre ». Le passé n'est pas toujours à l'honneur des «Visages Pales» qui décimaient les tribus Peaux-rouges, volarent leurs terres et les parquaient dans des réserves. La Statue de la Liberté qui se dresse dans Le port de New-York et tourne le dos à l'Amérique aurait-elle peur de regarder les noirs et les Indiens - citoyens libres d'une libre nation? HIER ET AUJOURD'HUI ~ Les Treize Ils sont treize. maintenant. les fils de héros de la Résistance (fusillés ou morts en déportation) que le gouvernement a fait jeter en prison pour leur refus de servir sous les ordres du général Speidel. Ils sont en prison, alors que, comme l'écrivait récemment le sénateur Debû- Bridel, ce général « dont les responsabilités directes dans l 'exécution des résistants ont été établies facilement devant les tribunaux militaires français lors du procès d'Oberg, est reçu, cajolé et traité en ami dans maints salons de la société parisienne, qui se targuent de représenter la République et la Résistance ». M. Debû-Bridel. qui fut membre fondateur du Conseil N·ational de la Résistance écrit encore : « Il ne saurait en aucun cas être question pour les porte-parole de la Résistance de couvrir des actes d'insubordination militaire, ni quelques défaillances devant le devoir de servir sa patrie. Mais à toute situation exceptionnelle doit cortespondre une solution exceptionnelle. Il existe des cas de force majeure d'ordre moral. Celui-ci est incontestable. Nul ne sa'urait contraindre les fils des victimes à rendre les honneurs à l 'assassin de leur père. Les drames cornéliens n'ont rien de plus bouleversant ni de plus angoissant que ce conflit. » Les pouvoirs publics ne semblent pas pressés de faire juger les treize fils de « ces héros glorifiés chaque dimanche par nos ministres », car un tel procès serait, de toute évidence le procès de Speidel et de la poIiti: FABRIQUE DE CONFECTION EN TOUS GENRES Ets AJATEX 77, rue Rambuteau _ PARIS (1 e,') 49, Bld de Sébastopol Tél. : GUTenberg 42-55 Métro : Rambuteau et Etienne-Marcel CORSAGES - JUPES - ROBES 1 1 lr.. Il .• JJ .• TRICOTAGE INDUSTRIEL DE LA SEINE Téléphone : GOB. 71-34 16. rue Boussingault, PARIS-13" que ile pailile-t-iL ? que « européenne » et belliciste donl il est le sinistre symbole. Et l'on saura si la présence de Speidei en France signifie, après l'assassinat des pères, la condamnation des fils. Il est vrai que le premier séjour du général hitlérien sur notre sol ne s'est pas terminé comme il l'avait prévu. Souhaitons qu'une fois encore, il n'ait pas le dernier mot. Les patriotes ont aussi leur mot à dire. ~ N'exagérons rien Dans un pur esprit scientifique et pour contribuer à la détente internationale, Bonn se propose cette année de faire toute la lumière sur la dernière guerre, de détruire toutes les légendes, de bannir les mots « massacres », « tortures », « extermination», mots indignes de l'Histoire allemande. Cette campagne, menée en secret pour ne pas troubler la sérénité et l'objectivité des chercheurs a déjà mis au jour des documents capitaux. Ainsi le Dr Rhors écrit dans la revue « Nation-Europa » : « ... Bien entendu, à Flossenburg, comme à Dachau, pas un seul détenu n'a été gazé. Les corps qui furent incinérés dans le crématoire construit en 1942, provenaient des dures épidémies de typhus, toujours en extension, qui avaient été introduites en Allemagne et dans les camps par les ouvriers étrangers. Ces épidémies furent d'ailleurs le seul motif de la construction des crématoires. Si ces épidémies ont touché des masses tellement grandes qu'un chiffre considérable de morts en est résulté, seules peuvent en être rendues responsables la paresse et l'indifférence des habitants des camps ... » Ainsi Wolfgang Wetzling, ancien juge militaire S.S., pour expliquer le massacre de 208 soviétiques, hommes femmes et enfants, à Warstein, déclare

« Les déportés russes mangeaient

trop ... » Devant de tels abus, devant un tel renversement de l'histoire, l'on comprend que le gouvernement fédéral se soit ému. Et si la victime était le peuple allemand en définitive? Aussi le Dr Schaeffer. ministre de la Justice de Bonn, a-t-il d'ores et déjà déclaré son inquiétude devant « l'ampleur » des sommes réclamées par les victimes du nazisme soit 28 billions de marks. D'une part, dit-il, elles entraîneraient pour 1961 une dévaluation catastrophique du mark, et d'autre part.. les preuves requises dans l'établissement de chaque dossier de réparation étaient «insuffisantes». En somme, les beaux jours des prétendues vwtimes du nazisme sont finis. L'Allemagne n 'a eu que trop à souffrir de leurs basses calomnies, de leurs honteuses prétentions. R3parations? Oui. Dans les limites raisonnables et si elles sont amplement justifiées. La crédulité des bons Allemands comme MM. Rohrs, Westzling et Schaeffer a des limites ... L'indignation de tous les anti-racistes, elle, n'en a pas. ~ Avec un nom comme ça ... D~s amis nous signalent, dans le dernier numéro de la revue « La Profession dentai· re », un arti cle signé R.C. Aulagnier, qui est une étonnant" profess ion de foi. Il s'agit en effee d'un article électo ral, les chirurgiens-denti stes devant élire prochainement d ~s membres du Conse il dépa rtemental de l'Ordre. De plus, l'au teur. quoi qu'avec certa in es précautions, croie devoir faire appa, raÎtrc des sentiments antisémites qui n'ont ri en de commun (à notre connaissance) avec les problèmes dc la profession dent~ire . Attaquant un ancien mini s tr ~ de la Santé Publique, M. Aulagni er tcnte d'expliqucr son comportement (i son avIS critiquable) par diverses considération s, Ct il ajoure : « ... Jllrtolll (// 'ec lm Rwr1/l Il,,,ld comme él7li · ll ~ll ce gr iJe... » Ce seu l nom d'un p ersonnage parhitement inconnu (peut-être même inexistant) et dont le mérite est d'avoir une consonnance juive, paraît à M. Aulagnier l'argument-massue pour co nva m cr ~ ses lecteurs de la nocivité d'une politique, On admir :ra ce procédé « habile » qui consiste, par l'artifice d'une allusion , à dire, sans dire, rout en di sant... à faire l ~ mal tour en s; menant à l'abri. Procédé qu : n'est pas nouveau, d·ailleurs. Poujade, par exemple, l' emploi e frééjue'!lment dans ses articles et ses di scours, pour « montrer » la prétend ue responsabilité des « métèques », des « juifs » dJns toLU ce qUI \' :1 mal en Fra nc ~ . Nous ne doutons .oas que les nombreux antiracist:s de la pro fession denta ir: sauront f.lire comprendre à M. Aulagni : r que nous ne sommes plus au temps de Vichy. Quant à ses conse ils, éle: toraux ou autres. ils en appréci? fOnr hi slgnificat ion. VIVRE EN PAIX ~ 9000 et des millions Plus de neuf mille savants du monde entier, parmi lesquels 36 lauréats du Prix Nobel, 101 académiciens des Etats-Unis, 216 académiciens soviétiques, viennent d'adresser à l'O.N.U. une pétition demandant l'arrêt immédiat des explosions atomiques. « Chaque essai de bombe nucleaire, déclarent-ils, augmente la quantité d'éléments radioactifs au-dessus de chaque partie du monde. Chaque élévation du taux de radioactivité porte préjudice à la santé des être humains dans le monde entier, et porte atteinte au patrimOine génétique humain, de sorte que cela aboutit à une augmentation du nombre des enfants sérieusement déficients dans les générations futures . » Cette prise de position apporte un argument décisif aux millions d'hommes qui, dans tous les pays, luttent pour la détente internationale, pour la coexistence pacifique. Elle donne sa pleine signification au plan Rapacki de désatomisation de l'Europe centrale (Pologne, TchéCOSlovaquie, Allemagne de l'Est et de l'Ouest), et aux récentes propositions soviétiques tendant à l'organisation d'une conférence « au sommet » et à la création de « zones de paix » tant au nord de l'Europe qu'au Proche et Moyen Orient. Des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent, exprimant la volonté des peuples d'en finir avec la menace d'une guerre atomique suspendue sur eux, et de voir se multiplier dans le monde, ' les échanges économiques, culturels et humains. Actuellement, des avions amencains chargés de bombes H sillonnent en permanence notre ciel, et il est question d'organiser sur notre sol des rampes de lancement de fusées atomiques qui feraient de notre pays une poudrière et une cible. Les Français ont donc toutes les raisons de s'intéresser particulièrement à l'avenir de la paix. C'est ce qui explique le succès de la consultation populaire lancée par le Mouvement de la Paix, demandant à chaque citoyen de se prononcer sur ce_ texte : « Je déclare m'opposer à l'installation sur le sol français des rampes de lancem'ent de jusées. Je demande une initiative du gouvernement français pour la négociation entre les Etats du Pacte Atlantique et ceux du Pacte de Varsovie, en vue de mesures de désarmement et de détente. Le Parlement, dépositaire de la souveraineté nationale, doit se prononcer sur la question des rampes de lancement qui met en jeu la vie de la France. Chaque député, chaque conseiller de la République doit, dans un débat parlementaire et par un vote, prendre ses responsabilités ».


1 Le carnet de D. L. , Emile KAHN le décès soudain d ' Emile Kahn, presIdent de la Ligue des Droits de l'Homme, a profondément ému les républicains de ce pays, à qui il donnait, depuis un demisiècle, l'exemple d'une combattivité sans défaillance, d'un inlassable dévouement il la cause de la liberté, de la justice et de la fraternité. Malgré son grand âge et les troubles de sa santé, il participait avec tant d'ardeur à teutes les batailles gél1éreuses, il apportait si vclontie s son irremolacable concours aux manifestations de -;'ot'~e Mouvement, que nous avons peine à cloire éteinte cette glande voix qui fit vibrer d ' innombrables a .es. Nos tions sur h 'ibunes \.4.R.A.P., armement lemand, pour la paix en Algérie ou centre les méfaits des racistes de Little Rock, que ce soit à la Mutualité, à l'Hôtel Moderne ou dans cette salle des Société~ Savantes, où, aimait-il à rappeler, il avait pa.ticipé aux premières manifestations de la Ligue. L'autre jour encore, il nous téléphonait pour s'excuser de ne pouvoir être présent il la réception organisée pour célébrer nohe victoire sur Tixier-Vignancour et les producteurs des « Nouveaux Maîtres ». JI partait pour une tournée de conférences dans le Midi. C"est au cours de ce voyage, précisément, qu'il est mo.t, en militant, en lutteur, comme il avait vécu. « Droit et Libelté » et ses lecteurs se joignent aux condoléances que le président Lyon-Caen a exprimées au nom de notre Mouvement, il Mme Suzanne Collette-Kahn et au Comité Central de la Ligue des Droits de l'Homme. Georges HUISMAN C'est un grand homme de coeur et de culture que nous perdons en la personne de Georges Huisman, décédé le 28 décembre à la suite d'une longue et pénible maladie . Conseiller d'Etat, ancien directeur des Beaux-Arts, il partagea sa vie entre le service de la Justice et la défense des valeurs artistiques de notre pays. Et il n'est pas de cause généreuse il laquelle il n'ait apporté, passionnément, le soutien de son savoir et de son talent. Membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., il comptait parmi les fondateurs et les plus fidèles amis de notre Mouvement. A chacune de nos manifestations, de nos campagnes, il tenait il nous exprimer son complet accord, regrettant. dans la dernière période, de ne pouvoir se trouVf. r parmi 'nous. Il appartenait au jury du Prix de la'-fraternité, fondé par le M.R.A.P., et c' C$t lui qui, pour la première fois, présenta ce Prix il la Télévision Francaise. Avec le M.R.A.P. nou; ' eXDrimons notre douloureuse sympathie il Mme Huisman et il la famille de notre regretté ami.

  • Nous avons appris avec une vive émotion

le décès du jeune Amos BAGEl.,FER, fils de nos amis Ginette et Moïse Bagelfer, tombé le 8 janvier en Algérie, il l'âge de 26 ans. Nous exprimons il nos amis les condoléances du M.R.A.P., de « Droit et Liberté » et de tous les antiracistes, qui verront dans ce deuil cruel, une nouvelle raison de lutter pour que cesse en Algérie cette tragique e(fusion de sang.

  • Aidez le M. R. A. P. * Aidez le M. R.A. P. * Le placement des Cartes d'Amis du

MRAP pour 1958 est commencé. Un antiraciste de la région de Nice nous écrit à ce sujet: « Vous avez bien fait de faire appel à mon concours pour vous aider dans votre noble tâche . . Bien que je sois installé loin de Paris, je suis avec intérêt vos efforts pour le Droit et la Justice. Croyez que je suis de coeur avec vous. Je vous adresse un modeste mandat pour vous remercier de 1 l'envoi de votre Carte d'Ami.» Voici la liste des dons que nous avons l , reçu .depuis la parution de notre dernier numero :- 1 Slucki: 3.000; Ciekanowski: 10.000; Simon: 30.000; Jean Bloch (Maison La Vallière): 10.000; Edelman: 2.000; Loubienga: 500; Dr Hundwald: 1.000; Meyer: 2.000; David Kahan: 5.000; Maurice Kahan: 10.000; Kornblut: 20.000; Tricolor: 10.000; Section Anvers: 3.500; Anonyme: 5.000; Zyngerman: 2.000; Beaumerder: 1.000; Somen: 1000; Szmul: 5000; Cot: 3.000; Kleinminc: 500; Sachs: 1.000; Berno: 5.000; Thérèse Schenker: 3.000; Salomon: 3.000; Golstein : 10.000; Glikman: 5.000; Gluzman: 10.000; Anonyme: 2.000; Luftman, Rosenberg: 5.000; Murawiek: 5.000; Picard (Lyon): 15.000; Minces: 1.000; Félix Leroy: 10.000; Kesler: 25.000; Philipp: 20.000; Baulip : 20.000 ; Doboin : 3.000 ; Didier : 25.000; Lévy Paul : 6.000; Lévy Frères : 10.000; Tiss: 30.000; Francis Lazard : 5.000; Knopf: 20.000; Orégo: 5.000; Molino: 500; Minos: 10.000; Azenac : 3.000; Windman : 3.000; Herman (Lille): 1.000; Arbitourer: 10.000; Zuckerman: 5.000; Dr Veisleib : 1.000; Bakner : 20.000; Scarloui: 10.000; Mme Clara: 80.000; Kautel: 10.000; Karpik: 10.000; Anonyme: 10.000; Gotelf: 5.000; Gasoch: 5.000; Ida Fischman : 1.000; Krikowski : 1.000; Espiard : 1.000 ; Perelman

1.000 ; Kon : 500 ; Dancyger : 300 ;

Grostern: 10.000 ; Belin: 5.000 ; Valentin: 10.000; Anonyme: 5.000; Mme Kahan: 10.000; Max Jacobs: 5.000; Strilrever: 10.000; Rotbard: 10.000; Sylvain Haber: 1.000; S. Blum: 500; UJRE de Lille: 5.000; Société Zlochew: 5.000. 3 LES ANTIRACISTES CELEBRENT DANS L'ALLEGRESSE la victoire du M.R.A.P. sur Tixier -Vignancour et les producteurs des JJ Nouveaux MaÎtres" LARGEMENT diffusée par la presse, la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre parmi nos amis proches et lointains : le M.R.A.P. est acquitté; son action contre « Les Nouveaux Maîtres » est reconnue légitime ; Tixier-Vignancour a perdu son orocès. L'importance de cette vic~oire peut se mesurer en pensant à la situation créée si notre Mouvement, condamné, avait eu à payer les 35 millions réclamés par les producteurs du film antisémite ou même les 500.000 francs exigés par le verdict du Tribunal de i re instance. Les antisémites auraient été sans aucun doute encouragés à aller plus loin, à faire de nouveaux films, de nouvelle pièces excitant à la haine. Un coup très dur aurait été porté à la cause antiraciste. Mais la cause antiracis~e a tr iomphé. Il fallait que se retrouvent les artisans de se succès, pour en ti rer les enseignements et pour aller de l'avant. L'année commence bien pour le M.R.A.P., l'année de la 10· Journée Nationale. Donc, IQ 21 janvier, une foule nombreuse de personnalités, de mili- L'allocution du président LYON-CAEN (Suite de la page 1.) fêtons. Il faut voir plus haut et plus loin. En réalité, la Cour, en rejetant les prétentions de notre adversaire, a consacré le triomphe de la cause hqmaine et généreuse pour laquelle le M.R.A.P. lutte depuis des années. de la fraternité entre les homm'es et de l'égalité entre les peuples. De cette lutte. le procès n'est qu'un épisode. Ne nous y trompons pas - et la ll'eule intervention de Tixier-Vignancour aux côtés de l'adversaire et le ton de sa plaidoirie, suffisaient à le prouver - c'est l'action et la raison d'être de notre Mouvement qui étaient en cause, et qui sortent de l'arrêt de la Cour justifiées et victorieuses. Cet arrêt est un hommage rendu à notre action, qui n'est pas celle de partisans politiques. mais d 'hommes attachés av'ant tout à la fraternité humame. Il résulte de la décision qUe !:Iotre intervention 'fut légale et salutaire. Et puisque, dit l'arrêt, une association a l'e droit de défendre les intérêts dont elle a pris la charge, à condition de n'user ni de violence, ni de menace, ne sommes- nous pas en droit d'en conclure que nous serions éventuellement fondés à prendre la même attitude dans les mêmes circonstances, dans d'autrell occasions, quand nous verrons faire appel aux haines et discriminations raciales, quand nous verrons mis ~u cause et foulés aux pieds les principes dont le M.R.A.P. s'est institué le défenseur. La première déêÎsion avait créé une situation éminemment paradoxale: le M.R.A.P. ayant dénoncé, flétri, réussi à faire disparaître de l'écran une production xénophobe, et raciste, c'est lui qui se trouvait frappé. Les racistes impunis; un mouvement antiraciste sommé par la justice de financer leurs oeuvres : c'était un défi au bon sens. La Cour y a mis fin. Dirai-je qU'e, pour un vieux magistrat, blanchi sous le harnais, qui a voué 50 ans de sa vie au culte de la justice et du droit, c'est une particulière satisfaction - et aussi un grand réconfort - de voir la position priS'e dans cette affaire par la magistrature française, à l'heure où la carence du pouvoir exécutif laisse acclamer au théâtre le nom d'un antisémite- type, condamné et fusillé pour trahison -. - où l'autorité gouvernementale laisse sévir à nouveau, sans l'inquiéter, le racisme fasciste qui guette sa revanche. ' MM. les Avocats. soyez félicités pour le succès que vous avez remporté en faisant entendre la voix de la justice et de la raison; soyez remerciés pour l'aide dévouée, désintéressée et si utile que vous nous avez 'apportée ! Grâce à vous, la preuve est faite de l'efficacité et de la pUissance de notre Mouvement, auquel je souhaite de voir se rallier le plus grand nombre de vrais républicains et de démocrates sincères. Un'e preuve nouvelle est apportée que, dans notre pays de France, dans le pays des Droits de l'Homme, de l'abbé Grégoire et de l'affair'e Dreyfus, quand une grande cause est juste, comme celle de la tolérance, d'e l'égalité entre les hommes et du respect de la dignité humaine, et quand elle rencontre d'én'ergiques défenseurs, comme vous l'avez été à la barre, mes chers amis, et comme l'e sont les animateurs de notre Mouvement, malgré les obstacles qui peuvent se dresS'er sur sa route et les nuages qui peuvent un temps l' obscurir, cette cauS'e finit tôt ou tard par triompher. tants, d'amis du M.R.A,P. empl:ssait les salons de l'Hôtel Moderne. Nombre d'entre eux évoquaient la bataille menée contre « Les Nouveaux Maîtres », il y a sept ans, lorsque dans tout Paris et en orovince, la campagne se développa pour empêcher la projection de ce film néfaste LES PERSONNALITES Parmi les personnalités présentes, citons : le professeur Edmond VERMEIL, le général TUBERT, ancien dé;luté-maire d'Alger; MM. René CERF-FERRIERE, ancien pris:d _nt du groupe de la Récist;:nce à l'Assemblée Consul1ative; LEGI,TIMUS, président de la So ! ~darité Anti!l~e; Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire générale de l'Assoc;ia~ion des Familles de Fusillés et ~ass~c . éi de la Rés:stance; Albert YOUDINE et B. ADAM, représentant l' Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; Adolphe ESPIARD, ancien directeur du ministère des Anciens CombaLants; BOSSI, secrétaire de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes; BERCOVICI, prés:dent de l'Association des Anciens Comba ~ tan1:i Juifs 1914- 1918; Mme Marie-Louise Louise JACQUIER, MAURIER, SARDA, CRAISSAC, IMERGLIK et DYM[ NSTAJN. LES AVOCATS REPONDENT ... Après avoir remercié l'ass:stance, notre secrétaire général Charles PALANf donne la parole au préSident LYON-CAEN qui, interrompu plusieurs fois par de vifs applaudissements prononce r allocution que nous publions par ailleurs. Pu:s les trlis avocats du M.R.A.P., '!n quelques phrases émues répondent tour à tour à l'hommage qui leur a été rendu. « Je suis très heureuse d'avoir plaidé dans ce !)rocès, déclare M' Nicole FRIED, car je suis en tout points d'accord avec les idées défendues par le M.R.A.P. » « Je me souviens de l'occupation, enchaî."1e MU Jacques MERCI ER : nous sommes un certain nombre à avoir fait le serment, alors, que jamais on ne ne nous' diviserait sous le prétexte de la race, de la couleur ou de la religion. « Aujourd'hui, où le racisme et le fascisme renaissent, c'est un devoir de se joindre au M.R.A.P. dont Une vue des Salons de l'Hôtel Moderne pendant la réception. KAHN, de l'Amicale d'Auschwitz; MM. AGARD, reorésentant M. Albert Bayet et la Ligue de l'Enseignement Jean ROI RE, directeur des éditions du Chan~ du Mlnde, et enfin, de nombreux avocats, parmi . lesquels nous avons reconnu : Maîtres BREITMAN, GAMBI,ER, Marc et Mariel'action vient d'être couronnée d'un succès éclatant ». Enf:n, M' Marcel MANVI,LLE, membre du Bureau National de notre Mouvement, souligne la nécessi~é de combattre à la fois toutes les formes du raciSme. « Il n'y a pas un racisme contre les noirs, un autre contre les juifs, un troisième contre les Arabes, il n'y a qu'un racisme, indivisible, déclare-t-il. Parce qu'il mutile des hommes, quels qu'ils soient, nous devons nous dresser conl're lui : tel est le sens que j'ai voulu donner à ma plaidoierie ... » Et c'est dans une atmosphère de joie que se termine la soirée, une jo:e qui donne à chacun la volonté de redoubler d'efforts dans le combat de tous les jours, pour oeuvrer à de nouveaux succès. LES MESSACES Diverses personnalités, empêchées de participer à la récepticn avaient tenu à se solidariser avec le M.R.A.P. par des messages, dont Charles Palant donna lecture. « Toutes mes félicitations, et mes regrets de ne pouvoir être parmi vous ... » écr:t le préi~dent Jean PAUL-BONCOUR. L'amiral MUSELIER ajoute à ses félicitations ce commen~aire : « Le jugement de la Première Chambre de la Cour d'Appel nous donne entièrement satisfaction, reconnaît notre bonne foi et notre droit d'user de tous les moyens légaux pour défendre les intérêts dont notre Association a pris la charg .. Vous pouvez compter sur mon app, total dans la lutte contre ceux qui cherchent à semer la haine entre le, Fran!;ais •• « Je me réjouis avec vous, écrit le pasteur VOGE, du résultat de votre action dans l'affaire des « Nouveaux Maîtres », qui constitue un précédent heureux ». Et le sénateur Henry TORRES : « J'ai été très heureux de la brilla.nte victoire que vous avez rempor\' ée ... Elle atteste qu'il y a encore des juges à Paris ». Quant au président de la Communauté Israélite du Mans, il exprime en termes chal~ureux la satisfaction et la pleine solidarité de celleci. Parmi les nombreux autres messilges de fél icitations qui sont parvenus au M.R.A.P., ci~ons ceux de , M. Jean CASSOU, directeur du Musée National d'Art Moderne; -Mme RABATE; MM. DESSON et P. COT, députés; du général PETIT, sénateur; des professeurs Jacques CHAPELON, Marcel PRENANT, MarcAndré BLOCH, Marcel COHEN; des écrivains Edmond FLEG, Pierre PARAF, Francis JOURDAIN; de M. Félix BRUN, président de l'Associat; on Républicaine des Anciens Combattants, de MO' Joe NORDMANN el MORANNE, av.oca.ts à la Cour, /.!'ac.c.êl de la ~(Juc, d~ cAppel Voici quelques-uns des considérants par lesquels la Première Chambre de la Cour d'Appel a précise sa position: Considérant qu'en admettant même que le Mouvement contre le Racisme ait exagéré la portée du caractère antisémite ou xénophobe du film, on ne saurait en tout cas considérer qu'il ait agi de mauvaise foi, dans l'intention de nuire d la société intimée, outrepassant ainsi, comme l'ont estimé les premiers Juges les droits de la critique objective; Considérant en effet que la lettre circulaire du 26 septembre . 1950 fait appel aux sentiments patriotiques et humains de son destinataire d qui elle demande de ne pas se prêter d semer la , haine entre les hommes,' qu'elle ne contient aucune menace caractérisée contre sa personne ou contre ses biens; Considérant que la société Les Artisans du film associés n'ayant pas rapporté la preuve qui lui incombait de la réalité des menaces et en tout état de cause de la relation entre ces menaces et le préjudice dont elle prétend avoir souffert, PAR CES MOTIFS Déclare le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix recevable et bien fondé en son appel; Déboute en conséquence lCl société « Les Artisans du film associés» dé ses demandes fins et conclusions; La condamne aux dépens de première instance et d'appel dont distraction en ce qui le concerne au profit de M' Gotrand, avoué, aux offres de droit. BRASILLACH qUItte (enfin) l'affiche • « Voilà une pièce que beaucoup, beaucoup de juifs devraient venir écouter, pour .arfois mieux se connaître ... lt La rev'ue de Bardèche, Défense de l'Occident, formulait, il y a quelques semaines, cette aimable invitation dans un art~de consacré à « La Reine de Césarée lI. Tout le cynisme de:; racistes est là : non conten ~s de calomnier bassement, d'exciter sans scrupule à la haine, ils voudraient encore que leurs victimes les applaudissent. Il est vrai que l'objectif essent:el des « collabos » et autres fascistes était, ces derniers temps, de remplir à tout prix la salle du Théâtre des Arts. A tout prix, c'est bien le mot. Les représentations publiques étant interdites, à la suite des man:fes~ations de la Résistance et des antiracistes, des dizaines de mi.fiers d'invitations furent envoyées dans Paris, par la poste, un peu au hasard, puis- THIIA.T..R...I. ..P..l..i.'. . ART' nu. u-u 1$. If M*"nw,tM.ûou ____________________ ___ ,,,,, ... il, J iii IlEPJU!SENTATION PItIVilE " LA REINE DE C~SAIOEE • -. l&ASIlLACK N!_ Bikt., ...... , ................ _ ..... L'inutile invitation que nombre de nos amis en ont reçu, et certains même tro:s ou quatre. Ma;gré ces efforts, les résul :ats furent piteux. Les lecteurs de Rivarol, d'Aspects de la France (et de Défense de l'Occident) s'étant mobilisés, ils purent, sous la protection de la police et des groupes de choc fascistes, assurer cinq ou six soirées. Mais le nombre des specta ~ eurs s' amenu:sait constamment. Or, le contrat qui liait Alice Cocéa à la directrice du théâtre, Mme Roubé- Jansky, prévoyait que la recette devait a~teindre une moyenne quotidienne de 100.000 francs . faute de quoi la p:èce serait retirée. Les « amis de Robert Brasillach » tentèrent alors de gonfler artificiellement cete recette : il y eut des soirs où, pour 200 billets achetés, une centaine de spectateurs à peine se trouvait dans la salle. PQurtlnt, de plus en plus souvent, le montant des locations tombait à quelque 20 ou 30.000 francs. ~----. ----------------------------------------------------------------------------------- C'est dans ces cond:tions que Mme Roubé- Jansky a exigé le retrait de la pièce. Mais Alice Cocéa et ses amis voulaient prolonger encore ce fiasco, tandis que la presse vichyste, dans une campagne savamment orchestrée, criait au succès. Il fallut une décision de Justice. Alice Cocéa était défendue (comme par hasard) par l'avocat de Pétain, Isorni. Les juges ont donné raison à Mme Roubé-Jansky: « La Reine de Césarée )} quittera l'afLch.e le 19 février. Une fois de plus, la preuve est faite que l'antisémit;sme, en France ne fait pas recette. Cet épilogue réjouira tous ceux qui, dès le premier jour ont appelé les choses par leur nom : R~bert Br2~l1ach un traître, et sa pièce une ignominie. IL Y A 60 ANS J'Aeeuse ••. ! DE L'AFFAIRE DREYFUS A L'AFFAIRE ZOLA LETTRE AU PRESIDENT DE LA-RÉPUBLIOUE Par ÉMILE ZOLA Avec le talent qu'on lui connaît et qui lui a valu le Prix I·nterallié en 1956, Armand Lanoux, dans « Bonjour Monsieur Zola» (Editions Amiot-Dumont) a tracé du célèbre écrivain un portrait étonna ment vivant. Il a bien voulu nous autoriser à reproduire ici, à l'occasion du 60· anniversaire de « J'accuse », quelques- unes des pages où il raconte comment fut écrit et publié ce pamphlet magistral, qui devait jouer un rôle décisif dans l'Affair~ Efreyfus. - Esterhazy est acquitté! jette Zola, rentrant chez lui en coup de vent. - Alors? dit Alexandrine. - Il faut amener l'affaire devant les civils! nous avons souvent dit, en parlant de ces bandits, « Ils n'oseront pas ». Et ils ont osé. Ils oseront toujours. Je vais publier une telle brochure qu'ils seront obligés de me traîner aux Assises ! Il se met au travail, la nuit du 11 au 12, et toute la journée du 12. Il est libre. Il est son propre éditeur. Mathieu Dreyfus et Reinach l'ont largement informé. On a prétendu qu'ils avaient fait plus. Cela ne tient pas : la lettre, dans sa forme et son souffle, est entièrement de lui. Soudain, une idée naît : si la brochure était publiée par Vaughan, la diffusion serait plus rapide et plus puissante. Vaughan, soit. Mais il y a Clémenceau ! - Clémence au m'inquiète, dit franchement Zola à Reinach. Vous ne croyez pas qu'il est capable de me voler mon idée? Je ne serai tranquille que lorsque la lettre sera publiée 1 Le 12 au soir, à l'Aurore, une confé· rence réunissait Vaughan, Bernard Lazare, Georges Clémenceau, Reinach... La voix blanche. les mains tremblantes, Zola lisait : - ... Un conseil de guerre vient, par ordre, d'oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprême à toute vérité, à toute justice ... A qui donc dénonceraije la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n'est à vous, le premier magistrat du pays Î' ... Un homme néfaste a tout mené, à tout fait, c'est le colonel du Pat y de Clam, alors simple commandant. Il est l'affaire Dreyfus entière... Il apparaît comme l'esprit le plus fumeux, le plus compliqué, hanté d'intrigues romanesques, se complaisant aux moyens Dreyfus devant le tribunal militaire des romans feuilletons, les papiers volés les lettres anonymes, les ren· dez-vous dans les endroits déserts ... les femmes mystérieuses qui colpor· tent, de nuit, des preuves accablantes. C'est lui qui imagina de dicter le bordereau à Dreyfus : c'est lui qui rêva de l'étudier dans une pièce entièrement revêtue de glaces,' c'est lui que le commandant Forzinetti nous représente armé d'une lanterne sourde, voulant se fatre introduire près de l'accusé endormi, pour projeter sur son visage un brusque flot de lumière et surprendre ainsi son crime, dans l'émoi du réveil... Il y a bien le ministre de la Guerre, le général Mercier dont l'intelligence semble médiocre,' il Y a bien le chef de l'Etat-Major, le général de Boisdeffre, qui paraît avoir cédé à sa passion cléricale, et le sous-chef de l'EtatMajor, le général Gonse, dont la conscience a pu s'accommoder de beaucoup de choses. Mais, au fond, il n'y a d'abord que le commandant du Pat y de Clam, qui les mène tous, qui les hypnotise, car il s'occupe aussi de spiritisme, d'occultisme ... Zola continue : le conseil de guerre de 1894, le néant de l'acte d'accusation, le désaccord des experts, la présentation clandestine de la pièce secrète, et le crime : la condamnation. Il souffle. Il regarde les visages perdus dans la fumée, surpris par le silence. - Ça va, Zola, ça va, continuez, dit Clémenceau. par ~ Arm.nd LA~I - Et nous arrivons à l 'affaire Es· terhazy. Trois ans se sont passés ... Le polémiste avance, comme dans ses romans, d'un pas lourd de paysan, de chasseur, gens qui vont loin. - Les recherches dureront de mai à septembre 1896, et ce qu'il faut affirmer bien haut, c'est que le général Gonse était convaincu de la culpabilité d'Esterhazy, c'est que le aénéral de Boisdeffre et le général Billot ne mettaient pas en doute que le fameux bordereau fut de l'écriture d'Esterhazy ... Mais l'émoi était grand, car la condamnation d'Esterhazy entraînait inévitablement la révision du procès Dreyfus,' et c'était ce que l'état-major ne voulait à aucun prix. - C'est ça, mais plus compliqué, chuchote Reinach. - Tout est toujours plus compliqué, bougonne Clémenceau. - Remarquez que le général Billot n'était compromis dans rien, il arrivait tout frais. Il pouvait faire la vérité. Il n'osa pas, dans la terreur sans doute de l'opinion publique. Ce ne fut là qu'une minute de combat entre sa conscience et ce qu'il croyait être l'intérêt patriotique... Comprenez- vous cela 1 Voici un an que le général Billot, que des généraux de Boisdeffre et Gonse savent que Dreyfus est innocent, et ils ont gardé pour eux cette effroyable chose. Et ces gens-là dorment, et ils ont des fem- L'antisémitisme, si violemment déchaîné à l'occasion de l'affaire Dreyfus, provoquait la colère de Zola. Dans «J'accuse», il le dénonce avec vigueur: « On s'épouvante devant le jour terrible que vient de jeter l'affaire Dreyfus, ce sacrifice humain d'un « salê juif» 1 ... « C'est un crime que de s'être appuyé sur la presse immonde, que de s'être laissé défendre par toute la fripouille de Paris, cre sorte que voilà la fripouille qui triomphe insolemment, dans la défaite du droit et de la simple probité ... « C'est un crime d'avoir accusé de troubler la France ceux qui la veulent généreuse, à la tête des nations libres et justes, lorsqu'on ourdit soimême l'impudent complot d'imposer l'erreur, devant le monde entier. « C'est un crime d'égarer l'opinion, d'utiliser pour une besogne de mort cette opinion au'on a pervertie, jusqu'à faire délirer. « C'est un crime d'empoisonner les petits et les humbles, d'exasvérer les passions de réaction et d'intolérance, en s'abritant derrière l'odieux antisémitisme, dont la grande France libérale des droits de l'homme mourra, si elle ' n'en est pas guérie ... » mes et des enfants qu'ils aiment 1 Une lueur brille dans l'oeil de Clémenceau. Picquart maintenant, son envoi en Tunisie, la dénonciation d'Esterhazy par Mathieu Dreyfus, les violences d'un Esterhazy d'abord affolé, puis reprenant son audace. - Dès lors, le duel va avoir lieu entre le lieutenant-colonel Picquart et le lieutenant-colonel du Pat y de Clam"l'un le visage découvert, l'aut?'e masqué. Voici près de vingt minutes que Zola lit. Ces hommes assistent à un singulier phénomène : la pétrification historique de ce qu'ils ont vécu. - Qui dit discipline dit obéissance. Lorsque le ministre de la Guerre, le grand chef, a établi publiquement, aux acclamations de la représentation nationale, l'autorité absolue de la chose jugée, vous voulez qu'un conseil de guerre lui donne un formel démenti ? ... Zola continue, dans le seul bruit des becs sifflants du gaz. Il est tard. On entend les rumeurs de l'imprimerie. Une salamandre rougit. Un coursier apporte les épreuves. Après les poignées de main qui ont suivi sa péroraison, tout a l'heure, Zola craint et doute. Il trouve lourde la partie dialectique, amphigourique la partie véhémente. Il a toujours été un féroce critique de lui-même. Les dreyfusards, jusqu'alors timides et inquiets. sont atterrés. Mais Clémence au estime J'accuse dans sa. valeur d'arme. Et il apprécie surtout cette fin qui frappe à couos redoublés, cette fin de lettre qui rejoint les Catilinaires : J'accuse le lieutenant-colonel du Pat y de Clam d'avoir été l'ouvrier diabolique de ['erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d'avoir ensuite défendu son oeuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables. J'accuse le général Mercier de .~'être rendu complice, tout au moins par faiblesse d'esprit, d'une des plus grandes iniquités du siècle. J'accuse le général Billot d'avoir eu entre les mains les preuves certaines de l'innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées, de s'être rendu coupable de ce crime de lèse-humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l'état-major compromis. J'accuse le général de Boisdeffre et le général Gonse de s'être rendus complices du même crime... J'accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d'avoir fait une enquête scélérate... J'accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d'avoir fait des rapports mensongers et frauduleux ... Je n'ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881 qui punit les délits de diffamation. Et c'est volontairement que je m'expose ... J'attends. Monsieur Zola était passionné de photographie - Je n'aime pas assez mordant. Et Clémenceau lettres: le titre, Zola, pas [) écrit en grosses J'ACCUSE - Il n'est pas question de Henry? dit Lazare. Pourtant, Henry ... - Aucune importance, coupe Clémenceau. Et tandis que les typos mettent en page, tirent les morasses qui filent bientôt dans les salles de rédaction et que les presses commencent à rouler, Zola rentre chez lui, se couche, très las, sur le dos. Il ne peut s'endormir, les yeux ouverts sur la nuit. --------------------------------------- LE PEUPLE FRANÇAIS N'EST PAS ANTISEMITE Déjà, le 16 mars 1896, il publiait dans Le Figaro un long article intitulé

« Pour les juifs», dont voici

quelques extraits : « Depuis quelques années je suis la campagne qu'on esssaie de faire contre les juifs, avec. une surprise et un dégoût croissants. Cela m'a l'air d'une monstruosité, j'entends une chose en dehors de tout bon-sens, de toute vérité et de toute justice, une chose sotte et aveugle, qui nous ramènerait à des siècles en arrière, une chose enfin qui aboutirait à la pire des abominations, une persécution religieuse ensanglantant toutes les patries. « Et je veux dire ... « Il y a une poignée de fous, d'imbéciles ou d'habiles qui nous crient chaque matin : « Tuons les juifs, mangeons les juifs, massacrons, exterminons, retournons aux bûchers et aux dragonnades 1)) Voilà qui est bien choisir son moment 1 Et rien ne serait plus bête st rien n'était plus abominable 1 ... « Faut-il que notre petit peuple de France soit un bon peuple, et sage, et honnête, pour ne pas écouter ces appels quotidiens à la guerre civile, pour garder sa raison au milieu de ces excitations abominables, cette demande journalière du sang d'un Juil f» JEUNESSE, SOIS TOUJOURS AVEC LA JUSTICE 1 En décembre 1897, dans sa célèbre « Lettre à la J.eunesse ll, il posait, avec inquiétude, la question : « Des jeunes gens antisémites, ça existe donc, cela? Il Y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves, que cet imbécile poison a déjà déséquilibrés ? Quelle tristesse, quelle inquiétude pour le vingtième siècle qui va s'ouvrir 1 Cent ans après la déclaration des droits de l'homme, cent ans après l'acte suprême de tolérance et d'émancipation, on en revient aux guerres de religion, au plus odieux et au plus sot des fanatismes 1 ... « Ils sont les ouvriers attendus, et voilà déjà qu'ils se déclarent antisémites, c'est-à-dire qu'ils commenceront le siècle en massacrant tous les juifs, parce que ce sont des concitoyens d'une autre race et d'une autre foi! Une telle entrée en jouissance, pour la Cité de nos rêves, la Cité d'égalité et de fraternité! « Si la jeunesse en était vraiment là, ce serait à sangloter, à nier tout espoir et tout bonheur humain ... » Et c'était alors son appel vibrant: « Jeunesse, jeunesse! sois toujours avec la justice. Si l'idée de justice s'obscurcissait en toi, tu irais à tous les périls ... » 5 Lu e nu e entendu Madeleine ALLEINS • • Il J'ai voulu faire acte d'antiracisme' , (Suite de la page 8.) relû!:l'os ,Ut comportemellt sex Jt31 fies bommes 11oirs. Ceux-ci entrent Il -,I#relle m ~nl el illl'olonlairemelli dtl'lS l ~ jeu. Il esl 1It1111 rel que le r,;ppr JC/;~ mel1t de ces dellx êtres, ,.Je 10.'11 d abord a celle il/l,italion fi l'irolism e. La jeunJ fille est aidée r/,,1IS SOli ùollltion par la réprobarion ilr/médi"le qll'elle porte à l'at l./ Ilde de supériorité ou d'indifférol/ çe, et parfois d' bostilité que tes Blancs II/an ifes lenl 1Jis à 11is des Ilfricaills; elle y esl enfin aidée GENTILS ENFANTS (Suite de la page 8.) repris si viol3mment l'enfant que Jean et Judith en étalent restés interdits. Elle s'était précipitée dans la

o.alle de bains, l'avait déshabillé, lavé, frictionné à l'eau

de Cologne, puis avait exigé d'être immédiatement ramenée à l'hôpital pour prendre d'autres vêtements. Elle était dans une sorte de folie et ne s'était apaisée qu'une fois l'enfant à l'abri dans sa chambre qui sentait l'eau de javd et l'éther. Et même là, encore, son angoisse mit longtemps à se dissiper. « - Vous croyez que John a attrapé une maladie? écrivait-elle sur l'ardoise (2) . - J ean n'est pas malade », la rassura Judith. Elle reprit l'ardoise : _ . A ~ a maison, jamais le boy n'approche l'enfant, jamais il ne fait son lit, jamais il ne prépare sa nour· riture, jamais il ne lave son linge. Sa ronde écriture était presque illisible, tant sa main tremlJJatt. Malgré l'éclat des cheveux et de la peau, son visage paraissait terne. Elle était en proie à une terreur de bzte, à une terreur de folle. - Vous devriez quitter l'Afrique, écrivit Judith. Ce n 'est pas tenable d'avoir tellement peur. - Dès que John ira mieux, je partirai. Déjà, je n'ai· mais pas ce pays, mais depuis qu'il a été malade je ne peux plus le supporter. - - Et Julien? - Les enfants ne sont pas fait pour courir de tels risques. Elle ne pensait plus qu'à l'innocence des pelouses anglaises, à ce mondp où les mains des serviteurs, le soleil, l'eau, les fruits, les insectes étaient inoffensifs ... - Il a perdu un fils? - Il y a trois mois. Le visage de Doreen s'était contracté comme si la mort venait de toucher son enfant. Aucun raisonnement ne l'apaiserait. Cette peau noire était la couleur même de la maladie. Son simple contact donnait la lèpre, le typhus, la peste, le choléra, des fièvres et des plaies terribles qui laissaient impuissante la science européenne. Elle en était arrivée au point où, pour elle, le seul soula· gement possible était de quitter l'Afrique. Cette peur, Jean ne pouvait la comprendre. Il n'avait vu que cette offensante horreur pour sa peau noire. ••• M AMAN, tu me donnes la clef des chiens? demanda la fillette de la porte. Madame Antier sortit une clef de son trous· seau. - Fais attention qu'ils ne te renversent pas en sortant. Ils sont enfermés depuis hier soir. - Ils ont mangé? - Tu sais bien que non. A midi, ton père n'a pas le temps de s'en occuper. - Il faut leur donner à manger, dit la fillette d'une voix sévère. Ils griffent la porte tellement ils ont faim . - Tu ne sauras pas. - Voulez-vous que je m'en occupe? proposa Judith. - Si j'osais. Mon mari leur donne à manger le soi.r. Mais depuis mon accident ils n 'ont pas eu une vraIe soupe. Vous prenez le riz dans la réserve. Elle lui tendit une clef. La viande est dans le haut du frigidaire. Vous en sciez un morceau. Elle est gelée. Elle se conserve mieux. Et puis, ainsi, les boys n'osent pas y toucher, ça se verrait. Je vous donne le truc. Dans la pièce. où s'entassaient les provisions, l'atmosphère était suffocante. La chaleur de ce pays tirait de chaque chose son maximum d'odeur. Sur une planche, aussi soigneusement rangées que des fruits, des pommes de terre, vidées de leur substance, se ratatinaient, chevelues d'immenses germes transparents. - Maman a dit qu'il y avait un réchaud électrique dans un coin pour faire la soupe. Et puis elle a dit qu'il faut donner aux chiens la soupe tiède, sinon ils perdent leur odorat, prononça la voix nette de la petite fille. Voilà la clef du poulailler. Le maïs est dans le grand sac. Il faut le laver à cause du D.D.T. Debout contre la porte, la tête un peu penchée, elle regardait s'affairer Judith. Ses cheveux lui cachaient une joue et la moitié du front. - Je peux aller jouer? demanda-t-elle. Frédéric est avec les chiens, il va se faire mordre. Elle revint sur ses pas. - Maman a dit aussi qu'il faut cueillir les papayes, même celles qui ne sont pas mûres. Autrement les boys les volent. Quand la soupe fut cuite elle la transporta dans le coin du jardin le plus éloigné de la cuisine. Avec un journal elle éventait l'odorante vapeur qui s'en dégageait. Assis autour d'elle les chiens attendaient. Ils la surveillaient, jappant à voix contenue et rampant insensiblement sur leurs fesses. Dès qu'elle emplit les écuelles ils furent sur elle, la bousculant, grouillant, multiples, comme un banc de poissons. . En se relevant elle vit les boys, tous les boys de la maison, qui rangés en demi-cercle, la regardaient. Ils restèrent là pendant tout le temps que les chiens mangèrent, puis repartirent, les uns derrière les autres, vers la cuisine, sept boys qui étaient venus assister au repas des chiens. Elle avait honte, elle savait qu'elle leur enlevait l'espoir de voler une partie de la nourriture destinée aux bêtes. Et, dans la réserve, des papayes dures et vertes s'étalaient sur plusieurs rangées de boîtes de conserves. (2) Doreen est sourde et muette. 6 pt/r le pro/and désir qu'elle resrent de bien COI711t1ître ce peuple qu'elle commence à co/maître à 1"I1'ers 1111 de ses fils. - On a d'ailleurs aussi l'impr~ ssion q u'elle réagit mal contre un cerrain compl ~xe d' infériorité, complexe qu'elle transforme parfois en sentiment de culpabili té. - Très juste ! f lldilh ressent /tI1 certt/in Jent iment d'in fér;orité ptlTCe qu' ,,/le S!3 sait contestée. Son "!TItmt ne peut Iloir en elh lin "é,. itab/e allié; il pens!3 qu'elle est Irop étrtmgère à l'Afrique el qu'elle II ~ peul ·rien y comprelldle. }udilh esl également en butte (/11 r';'flex9 de culp"bilité. Sous ses yeux .r'étale si couramment l'inj/lSlice qui esl fa ite aux Noj,.. l Or, elle JSI blanche; elle bénéfi cie de tous les al,(/1]t"~!3S q1ti sonl monnaie C01/'Tante pour les Blancs en Afrique. EI/e se sent d011c solidaire de HS congéllàres b/tmcs. Voilà le mobile essentiJI de sa "age d'aclion. - C'est en fin de compte, un personnage extrêmement séduisant, et doO( la conduite éd ifiante conti

nt CO "Tlm ~ une so rte d'ense ignement,

de morale .. Judith est d'3iJ leurs moins diffici le à comprendre q u·Arnys. Ce garçon est vraiment très curieux. Aime-t- il, s.:\on vous, Jud ith ? - fe n:! le crois pas. Il est selllement atliré -bar elle. Mais el/e ne pa"'i Jnt PIS -à llli msciter de Ict passion . - Comment pouvez-vous donc expliquer ct échec de la jeune fi lle ? Faut-il pemer qu'Arn ys est un homme aJx moeurs assez facil es, légères ? - Aux yeux d'/lmys, il y " trop d'int Jrdiclio11s, de labol/s. qlli l'empêcbent d'(limer 1'r"imen/. Son miliet! auquel il est fo rtement attaché (el il a POUT celr, totlles les r(lisons) ne peut que réprOIlI'er l'amollr d"11l Noir pour une EuropéJnne. Il y a Irop d'é1Jénements aussi qui emportent cet hom ilIe, l'obligent ti l'tlCtion périllefue, le déla I/ment de la dOllce1l1' d'aim er. - Il aurait pu cependant tenter d'échapper à ces tabous.- C'est un i n d l ~ctu el ; il devrait être capable de cet effort. - Mt/is c'est t/ussi U1] militant qui plonge d"ns son milieu origiIl JI. Dalls de telles conditiOlls. llll A/rictlin, quel q1/i1 soit, peut-il se lib érer des tabous, peut-il aimer 1'raiment fille fille qui n'app"rtient /Jas à sa race '? La question, je Irl pose selllement; je n'y répollds pas ... Il faut comprendre ql/al'ant 10111, ce qui compte pour Arllys, c'est l't/ction politique. Il en· acq1t1ert donc une certaine inhttmtlnilé. Les cam rnodités p;mon'ftetles, les /itlisons d'ordre intime ou Ptlfsion- 1181, de1Jront d'abord céder le pas altx nécessités de 1(/ lutte. - Quoi qu ~ vous disiez, ma chère Madeleine Alleins, vous avez vraiment réponse à tout. Mais il me reste à vous poser encore une ou deux q uestions. En vous tenant sur 1 ~ plan très général, et en vous demandant un total effort d 'objectivité, croyez-vous, en vous référan t à votre connaissance de J'Afrique, qu'un tel récit reste dans la vraisemblance ? J'en suis absolument COIl- 1·aincue. C'est 1Jraisemhlable allSsi bien pour Arnys, c'nl._à_dire Tm / l fri. clin, qJl/F pOlir hu/db, ulle f.l/ropeennJ bonnête et isolée. - Quel est donc en résumé le message qu ~ vous avez voulu publier 'en écr ivant les {( Mangues verres » ? . - j'ai 1'0111" ,1/,(lIlt lo#t faire aete d ·"/llirtlcisme. J'é ,'oult{, d'un:: part, dénoncer l'allilude des colons, des foncliotJnaires, ",'élel'er contre lem inbumanité, lel/rs préjugés, 13'" incompréhem1oll, et "" a1l14,' parI e.rstl)'er d'expliquer 1" rétltité "Jrh"in e, ftlire tO I/cher dll doigt la pe"r qlli I"nlôt maintiellt les A /riwjllS dam l'obédiellce, Itmtôt décla11cbe en e"x des ré"ctions rie de/e11Se. - J'espère, chère Madame, que ce dialogue a idera un certain nombre de vos lecteurs à mieux approtondir vos intentions. De raures façons, dans ce livre sobre et bien ecri t, vous avez fa it du bon trava il, vous avez contribué au rapproc h em ~nt entre les hommes, en[ re les races ... et c'est en cela surrour que se si tue la noblesse du combat de J'écriva in. 31 ARTISTES JUIFS L'« Association des Artistes Pemtres et oculpteurs JUlfs de .!' rance» vient l 'éditer le premier numéro d'une publication qui intéressera certamement tous les amlS des arts plastiques. Dans l'avant-propos les éditeurs précisent leur but : faire connaltre au pUblic les divers aspects de l'oeuvre des artistes Julfs vivant et créant en France. L'album contient la reproduction d'une des oeuvres ae chacun des trente et un artistes Juifs qui le composent et qui sont en France depuis la période d'entre les deux guerres. La page de garde est ornée d'un portrait de Soutine, peint par IviOdigllani. Ainsi un hommage a été rendu aux deux grands peintres juifs disparus. Chacune des 31 reproductions est accompagnée d'une très courte notIce biographique de l'a rtiste. L'ensemble des reproductions qui ne sont pas toujours les plus représentatives des oeuvres (le l'auteur, fait ressortir une diversité de tendances parmi les peintres figurant à l'album. Abstraction faite du sUjet qui est puisé encore souvent dans la vIe j Uive d'antan, c'est le caractère de 1'« Ecole de Paris » qui est commun à la plupart des oeuvres reproduites, qui sont celles d'Aberdam, Adlen, AntCher, Benn, Blond, BorvinFrenkel, Chagall, Chapiro, Constant, Chwat , DObrinsky, Goldkorn, Granowski, Indenbaum Kikoine, Kolnik, Kremegne: Kretz, Mané-Katz, Michonze, Modigliani, Murzinski, Maxa-N. ordau , Chana Orloff, Pailes, Plkelny, Pressmane, Schreter, Sterlmg, Tcherniawski Vol()- wick, Zarfin. ' Bien qu'édité sans grand luxe l'album imprimé sur papier cou~ ché, est d'un aspect agréable. B.A. ft ft ft - LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE vous convie à son procha in spectacle d'enfants et de jeunes LE TRESOR DE CHATEAUCLOCHE Opé rette en 3 actes et 12 tableau"" de Josette MELEZE Musique : lIya HOLODENKO - Chorégraph ie : Daniel ROYAN Costumes: Josette MELEZE Réa lisa tion de Robert BOBER, Cuy CAVAIGNAC, Daniel DARES, Henri DELMAS, Cabriel CARRAN, et de l'amicale des moniteurs de la C.C.E. Au Plano d 'accompagnement : Cisèle DENEYS 300 PARTICIPANTS : Patronages « Jeunes Bâtisseurs » ; Cercle de jeunes «Travail et Joie»; Jeunes des Foyers de la C.C.E. SALLE PLEYEL 252, Fbg St-Honoré (Métro : Ternes) Dimanche 9 Février 1958 à 20 h . 30 précises UN SPECTACLE UNIQUE A PARIS ! ! ! Prix des places : 750, 600 500, 400 et 300 frs Location ouverte à la C.C.E., 14, rue de Pilradis - PRO. 90-47 ~~lglgggl~;ll~lll;imllg~l~lll4 mai 2010 à 12:30 (UTC)l~jl;~llgg;;~;~~::;~j 4 mai 2010 à 12:30 (UTC) THEATRE, mm~~1111ililljillll111Ulliimmlllll1g11g1~gglmmmggglilm~~ LA NOUVELLE ORLEANS Operette noire el blanche Aguiché par un titre aussi prometteur et par u n soustitre qui l'est encore plus, vous vous précipitez au Th éât r e de l'Etoile avec l 'espoir de voi r enfin un spectacle, disons, révolutionnaire par le non-conformisme du livret et de iù distribution . Quelle déception ! Vous assistez à une petite sauterie empreinte d'un exotisme de bazar, dans une mise en scène à peine digne d'un théâtre de patronage; quant à l 'intrigue tentant d'expliquer le passage ur la s c èp~e des personnages, elle est d'un archaïsme et d'une naïveté désarmants. Je sais bien qu'on ne réclame pas à l 'opérette des th èmlSs d'une profondeur et d'une philosophie édijiantes, mais enfin! il y avai t autre chose à faire que de nous montrer les aventures d'un Don Juan bla1!c de pacotille en Louisiane. On possédait là un climat idéal pou r nous prouver qu'il ex istait des i ninterprètes de couleur. Mais non! on a préféré adjoindre quelques hommes emplumés et torse nu (figurant sans doute des Indiens) entraînant quelques uns des h éros de l 'histoire au poteau de torture! On avait besoin d'un traître qui soit à la j ois méchant et stupide, on l 'a qualifié de métis, n'est-ce pas naturel? Quant à Sidney Bechet , sur lequel on compte sans doute pour amener une grosse part des bénéfices, il évolue au milieu de ces médiocres décors (qui r eprésenteraient aussi bien un port breton que la Nouvelle-Orléans) avec un air d'ennui et de dépaysement qui nous fai t perdre l 'intérêt que nous pourrions prendre à l'ent endre jouer - admirablement - de son i n strumen t . Si vous aimez Sidney Bechet , écoutez ses disques, allez le voir dans les nombreux galas où il se prodigue, mais n'espérez pas l 'appr éC'iJer à sa juste valeur dans ce spectacle où il ne trouve même pas l 'ambiance qui lui est nécessaire pour jouer du jazz. ' Il est :pénible d'être con traint de critiquer aussi sévèrement un spectacle auquel on aurait aimé tout au moins r econnaître un petit effort d'innovation et de h ardiesse mais on n'y peut mè- • me pas trouver ce r éconf ort ... Combien on regrette l 'excel lent « porgy and Bess» où, pour ne citer que ces qualités, on n'avait pas peur de montrer des Nègres qui chant aient et de belles j eunes f emmes qui dansaient. Espérons que MM. Jean M ercure et Michel Vitold qui mont ent, chacun de son côté, des pièces où l'on verra des coméd~ ens noirs sauront nous donner plus de satisfaction . MAURICE DECRAIENE 5 uJz. vz,MuutcdWH. de cette ûn/1.m1.oe lTeosu s ~D% disques avec . de réduction ELECTROPHONES - MAGNETOPHONES RADIO - TÉLÉVISION l, rue René Boulanger Paris longle de 10 ploce de 10 Républiquel Ouvert fou, lei joun souf le Dimanche . de ·9 h. à 19 h. JO sans În lerrup, iOi\. o INI ID lE IMI. IPO lUJ I~ 58,  IP' IP' I~ lE INIIII 11)11 Cl  IIElUl~ • • • UN coup d'Etat de droite en France en 1958? C'est l'heureux pronostic du CI Bulletin de liaison des Industriels et Banquiers Anglais » ; ce document précise

(c Beaucoup d'observateurs

étrangers à Paris sont convaincus que la quatrième République ne dUT'era pas au-delà de 1958 ». Les oracles de «Hyde l-'ark » ont-ils quelques chances de s'accomplir? A l'image du passé Si l'on vous faisait l'insigne honneur de' vous inviter à l'une des réunions de la « Phalange Française » vous pourriez réaliser ce vieux rêve des magici.ens et des enfants : remonter dans le temps. En franchissant le seuil d'une porte vous vous retrouveriez au même instant 14 ans en arrière. Deux jeunes gens vêtus de l'uniforme des anciennes « sections d'assaut » vous saluent à votre entrée d'un « heU » sonore ponctué par un claquement de bottes impeccable; rien n'est négligé, leur uniforme est bien celui des « chemises brunes », pas même la croix de fer ne manque, et l'illusion serait parfaite si le teint rose de leur visage de dix huit ans n'apportait une note un peu fausse à cette reconstitution historique. De Jeanne d'Arc à Poujade L'hebdomadaire «Artaban» a l'ambition d'être le « portedrapeau pour un véritable rassemblement de tous les nationaux». Cette feuille fasciste énumère les futurs membres de cette Sainte-Alliance: l'U.D.C.A, de Poujade, le P.P.R., de Biaggi, l'Association J eanne-d' Arc, de Weygand, les mouvements monarchistes (Xavier Vallat et Pierre Boutang), le Comité de Défense des Peuples Opprimés (sic), l'Union des Intellectuels Indépendants, présidée par l'avocat Pierre Leroy, Jeune Nation, le Rassemblement National de Tixier- Vignancour. En effet, les liens ne manquent pas entre ces différents groupes... et quelques autres encore. Un exemple: au « Rassembiement National», le torchon brûle en ce moment. · Tixier-Vignancour refuse de soutenir, pour la prochaine élection de Marseille, le candidat du « Rassemblement», le Dr Moreau, et il apporte Napoléon et Du Guesclin Ce Parti Patriote Révolutionnaire a pour « chef » l'avocat Jean-Baptiste Biaggi, ancien chef des corps francs F.F.L., puis militant R.P.F., fondateur des «Volontaires de l'Union Française », et il groupe environ 250 adhérents. Son programme? « Prendre le pouvoir et gouverner seul : c'est la vocation démocratique (! ) naturelle d'un parti.» Si Biaggi est Corse et sait s'en prévaloir, le député (expoujadiste) Le Pen sait lui aussi mettre en valeur ses origines: « Comrne mon compatriote Du Guesclin, à la tête des grandes compagnies ... » C'est ainsi que le chef du « Mouvement National Combattant» (M.N.C') débutait son discours qui devait clôturer l'été dernier la fameuse « Caravane Le Pen» à travers la France. « Grandes Compagnies », c'est bien là le terme qui à notre avis convient le mieux aux membres de cette caravane ... i\~..;nsuel 1' Novembrp 1957 .2" . nnée LE NUMERO SO Iran e, tional »), Roger Delpayet Jean-Pierre Reveau... Sans doute n'est-il pas supérieur numériquement aux autres groupes factieux. Mais alors que les autres méprisent toute théorie et affirment avec « le Duce» : « le fascisme est d'abord action », le M.N.C. a cette particularité non pas de posséder un programme, mais d'avoir décidé d'en posséder un. A qui la tâche de le rédiger a-t-elle été confiée? A Georges Sauge, qui est aussi, soulignons- le, directeur du «Centre d'Etudes Supérieures de Psychologie Sociale» (C.E.S. P.S.). Une belle enseigne, certes. Mais Le Pen désigne plus volontiers cet organisme en ces termes: « le Centre catholique de propagande anticommuniste». (Récemment, le C.E.S.P.S. organisait avec le « Comité de Défense des Peuples Opprimés» une conférence oû devait parler notamment Georges Bidault.) « Hitler n'était pas assez antisémite... » Il n'est pas possible de par- Le « Bulletin des Industriels Anglais» le reconnaît, et il avance le ·nom de M. Soustelle qui, lui, est « un homme d'un autre calibre». Il faut bien constater que certaines positions prises à l'extrême-droite et même au centre de l'Assemblée Nation~. le. à nropos notamment du problème algérien, concourent également à créer un climat d'hostilité au régime répubHcain, d'intolérance et de haine à l'égard des hommes de gauche, déchaimmt ainsi des 'passions favorables aux pires aventures. . C'est dans un tel état d'esprit que s'est déroulé. il V a quelques semaines. salle Pleyel, un meeting où ~a!laient Georges Bidault (CIte plus haut), Jacques Soustelle et André Morice, et au cours duquel l'assistance interrompit une allusion à M. MendèsFrance par les cris : « au poteau !» « à mort! » ... Au « poteau! », « traître! », « à mort! », « sale juif!»: ces mêmes cris ont retentI également à l'Assemblée Nationale tandis que M. Mendès - France pro.. LA DEFINITION LA PLUS PROFONDE OU FA5CIS,"E C'ESr- CEllE-CI: C'EST lE MOUVEMENT POLITIQUE QUI VA LE PLUS FRANCHEMENT, lE PLUS RADICALEMENT DANS LE SENS DE LA GRANDE REVOLUTION OES MOEURS lt. nonçait son discours sur la LoiCadre, de même qu'ils saluaient, au Centre des Intellectuels Catholiques MM. Maurice Schumann et Raymond Aron. Vont-ils en ton n e r le « Deutschland über alles »? Non. Mais le « chef» Charles Luca, secrétaire général de ce mouvement grand-guignolesque prend la parole et dénonce (c l'étranger ». l'ennemi public : le juif. Dès lors Luca n'aura plus à faire preuve d'aucune ima~in~tion, il se contentera de ~Iter tout au long de son «dIScours » le «grand théoricien», der bitter Adolf. Organe de , Combat de ' la Phalange Française « Depuis la Libération, nous avons connu des débats houleux, souligne dans L'Express M. An. . ..... . . dré Philip, mnis Directeur Politioue Ch.,rles L Uc.I\. Chel de la Phalanaè Francai,e c'est la première fois que l'on voit · réapparaître l'état d'esprit qui Voici le titre (qui est déj" tout un programmel du journal de la « Phalange Française »: « Fidélité )) (au na:zisme, bien entendu 1 . La « Phalange Francaise» n'est Que l'une des nombreuses organisations factieuses; elle ·a néanmoins le mérite d'être la plus... originale. son concqurs à 1'« Indépendant » Fraissinet. D'autre part, plusieurs membres du Comité directeur du « Rassemblement » .viennent de l'abandonner, pour rejoindre le dernier-né des partis « nationaux », le P.P.R. Peut-être convient-il de s'arrêter plus longuement sur ce M.N.C. que sur les groupes précédents. Avec Le Pen, nous y trouvons J.-M. Demarquet, autre député élu sur une liste de Poujade (après avoir été candidat sur une liste du «Rassemblement Na- !~J::::~'!E:~::!:::::::::][~ L'I nde en mouvement (Aparajito ) Voici un film qui renverse l'idée qu'on nous donne habituellement Je l'Inde ; un pays statique, attaché à ses traditions, divisé en sociétés bien cloisonnées, les castes. On assiste, ici, à la transforma· tion d~ la population lOdienne, li· bre depuis peu du joug colonial ; elle abandonne sa culture traditionnelle, pour se tourner vers l'aven ir, représenté par la culture scientifique des Occidentaux. Cette transformation est personnifiée par le jeune « Aparajito )1 (invaincu ). Pas de concession à l'exotisme, utilisé par les cinéastes européens n'ayant vu que l'aspect extérieur de la vie péninsulaire. Sous nos veux défilent les images d'une ~ampagne nue, desséchée, de mai· sons dénuées de ce co nfort dont nous sommes friands. Vtsion symbolique, ut· grand pont dont l'arche de fer enjambe l'immense fleuve ; il paraît à chaque nouveau chapirre de la vie de l'enfant; il est le progrès qui, regar· de avec assurance, mais piété, le fleuve sacré, image de la trad i· tion. A travers les péripéties du récit, apparaissent les aspects de la vie de l'Inde. D'abord la famille traditionnelle, pieuse et résignée, le père, la mè· re et l'enfant, unis dans la tendres· se vivent dans une sobriété voisine d~ la gêne. A la mort du père, son fils ne se satisfera pas de la sécurité modeste que hii promet une vie de prêtre; il est possédé de la soif d'apprendre. Il n'est pas le seul. Nous faisons connaisance, à Bénarès, avec tous les jeunes gens qui ont remplacé la vie religieuse de leurs aînés par le travail intellectu~l. Aussi, il n'est pas de sacrifice trop grand pour le jeune « ' invaincu )1 qui travaille de Un nouveau film sur l'AFFAIRE DREYFUS Sous le Htre « J'accuse », on annonce la sortie prochaine aux Etats-Unis d 'un film retraçant l' affaire Dreyfus. Verrons-nous ce film en France ? la firme productrice, la Metro Goldwin Mayer, ayant demandé au m;nis7ère de la Défense Nat;onale la collaboration de l'armée française pour tourner certaines séquences, s'est vu opposer un refus. Motif : « " est inopportun de rappeler ces événements. » Selon un journal du soir, la projection de ce film en France risquerait d'être empêchée pour ce même motif. LE CIN E-CLUB AMITIE le ciné-club antiraciste VOUS CONVIE A SA Président Yves CIAMPI SOIREE CINEMATOGRAPHIQUE du Je udi 30 janvier 1958 à 20 h. 45 Saille de l'Ent repôt - 21 , rue Yves- Toudic (Métro : République) AU PROGRAMME: '_e grand film américain qui dénonce le mac-carthysme AU COEUR DE LA TEMPETE de Daniel PARAEDASH - avec Bet te DAVIS nuit pour payer ses frais d'études; il ne cède qu'un moment à la facilité, poussé par un camarade ri· che. Il reprend vite la lutte : équilibre, volonté, privations, pour pénétrer dans le monde de la science d'accès difficile, mais bienveillant, et qui donne au jeune homme d'éblouissantes joies. Pendant qu'il force l'accès du paradis de la connaissance, la mère, douce sacrifiée, riche d'un sentiment maternel violent mais pudi· que, meurt de privations. Histoire attachante et pleine d'ingénuité que celle de ce jeune indien : s'il pénètre le domaine des connaissances de l'Occident, il ignore encore l'âpreté, la violence, l'ambition pour les biens matériels et l'appât du gain. Traditionnelle, est encore cette Inde nouvelle par sa tendresse, sa douceur, sa résigna· tion. Pas de révolte devant le riche vautré dans son confort, chez qui l'enfanr et sa mère sont devenus quelque temps domestiques ; ils signifient leur réprobation par la fuite. Pas de révolte non plus devant les difficultés. Nulle part, on n'aperçoit la moindre trace d·hosti· lité; un monde où l'enfant confiant ne rencontre que des professeurs compréhensifs, où la mère, protégée par sa dignité, peut éloigner la tentation facile d'un remariage doré ou d'autres encore ... Ce manque de réalisme, est ce qui fait la faiblesse du film. Par ailleurs, il souffre de suivre pas à pas un ouvrage tQmanesque, probablement important. Le nombre des événements fait perdre de l'intensité à l'émotion qui se dégage de certaines situations. Combien fut pl1,ls poignant, plus combatif, cet au· tre film indien ; « Deux hectares de terre » ! Combien plus proche, et plus réels nous apparurent ses misérabl ?s paysans ! Mais tel qu'il est, c'est une oeu· vre honnête. Il nous laisse l'heureu· se impression d'être entré en contact avx un peuple pacifique, bien· vei llant, marchant vers son pel'tec· tionn~ m e n t . Solan ge PERRIER. 1er des groupements « nationaux » sans citer le parti de la « Croix Celtique », « Jeune Nation )l. Fondé par Jacques Sidos, qui fut chef de la milice sous l'occupation, le « Mouvement Jeune Nation» détient le record de l'hystérie. On voit souvent son signe de ralliement (une croix dans un cercle) sur les murs de Paris. Ses tracts et ses affiches appellent à lutter « contre le marxisme et les métèques », « contre les moujiks et les peaux-rouges ». Au cours d'une réunion Pierre Sidos (frère de l'autre) a déclaré: « Hitler n'était pas assez antisémite, car il admettait des aryens d'honneur ». Un certain climat Réprouvés par l'ensemble de l'opinion publique en raison de leurs méthodes brutales et de leur caractère ouvertement fasciste, ces divers groupements ont sans doute peu de chances de parvenir à leurs fins. Ils aident toutefois à créer un climat antirépUblicain, raciste, antisémite dont d'autres pourraient profiter, et leurs groupes de choc sont disponibles pour une « action», quelle qu'elle soit, contre la République. a va i tan i m é l'extrême droite au moment du ministère Blum, et qui avait caractérisé la campagne de haine et de violence qui avait abouti à la mort de Salengro ». Et il ajoute: « C'est le même esprit que nous voyons réapparaître à la Chambre, en attendant de le voir de nouveau se manifester dans la rue.» Iront-ils plus loin ? Manifester dans la rùe? c'est la forme d'action la plus chère aux nervis de « Jeune Natioll)l, aux groupes de choc de Biaggi, Dides, Pou.iade et leurs complices, qui le 9 mars de l'an dernier se ruaient vers l'Etoile aux cris de « mort aux juifs». brisant les vitrines de nombreux magasins. incendiant une voiture, molestant des passants. C'est le bilan d'une de leurs plus belles sorties ... Les laissera-t-on aller plus loin? L'impunité dont ils bénéficient. g-râce à la pfls"ivité des pouvoirs nublics (oui refusent d'appliquer la loi) ne peut évidemment ou'encourae- er de telles menées. Mais les Rénublicains n'ont pas dit leur rlernier mot. Que Nanoléon-Biae-e-i, Le Pen-DUlruesclin et leurs complices prennent garde. Les Fr~.ncais J."le sont pas encore près d'oublier les crimes du fascisme. J.-P. MURACCIOLI. LES MAGASINS ~~ cA-U. Q!lugutJl ~~ ROBES - MANTEAUX - TAILLEURS NOUVEÂ UT~ S vous presentent leurs dernières CREATIONS PARISIENNES dans leurs nombreuses succursales DE PARIS ET DE PROVINCE LA SELECTION DANS L'ABONDANCE DES PRIX SANS CONCURRENCE Direction et Ateliers : 146, rue du Faubourg-Poissonnière - PARIS-IX· Téléphone : TRU. 64-64, 64-65, 64-46 alzique 1958 cmadeleine cAlleinâ: "En écrivant LES MANGUES VERTES j'ai voulù ~ faire acte d'antiracisme" Inftrvùw recueillie par Léonard SAINVILLE L'auteur de l'excellent roman qu'est « Les Mangues ver- 1Jes» (1) , Madeleine Alleins est avocat à la Cour d'Appel de Paris. D'origine nîmoise, elle est installée à Paris depuis une dizaine d'années environ. Mais ni des occupations très absorbantes, ni l'éducation de deux enfants encore très jeunes, n'ont pu la détourner de la nécessité d'écrire et du devoir qu'elle s'est imposé de faire connaître à ses contemporains, l'Afrique douloureuse et méconnue. Nous nous rep r()ntrons dans un café d,u quartier du Trocadéro et c'est avec un charman t sourire et un air d'extrême avenance qu'elle m'accueille. Avec elle, j'aimeraü pouvoir ba· varder de tout, longuement, au lieu de m'astreindre à un interrogatoire serré et peut-être... indiscret. Cependant, elle me répond avec tant d'amababilité que je me sens encouragé. Parfois même, !elle va au-devant de mes questions. Madeleine Alleins - Comment avez-vous été amenée à écrire «Les mangues vertes», Madeleine Alleins ? Il n'~st pas douteux que vous connaissez bien l'Afrique ... - Je connais en effet les territoires d'A.E.F. J'y ai suivi mon mari, voici sept ans de cela. Il était alors chargé d'une mission cul· turelle. J'y ai séjourné à ce moment- là, un an et demi... Depuis, j'y suis retournée deux ou trois fois, seule. - C'est donc dans les reglOns, vOIsines du Congo que se déroulent les faits relatés dans votre récit ? - Pas du tout 1 ... Ces faits se passent en A.O.F. Une telle histoire est invraisemblable en A.E.F. En A.O.F. seulement, Sil trouvent réa- G~IE~ Nous reprodUisons ci-dessous trois courts extraits du roman de Madeleine Alleins. Le premier évoque ces mangues t1ertes, auxquelles se réfère le titre. Tous trois mettent en scène des enfants, noirs ou blancs. Leur rapprochement peut donner une idée du « climat» dans lequel se déroule cette oeuvre et aussi de sa profonde humanité. LES jours passaient. Arnys ne peignait pas, ne chassait pas, ne se promenait pas, Il dormait ses journeés les unes après les autres. Il ne secouait sa torpeur que pour caresser Judith ou jouer avec les enfants qui venaient ramasser les mangues tombées. On les voyait monter, l'un derrière l'autre, le long de la route rose. Ils riaient longtemps et chuchotaient entre eux avant d'oser se montrer. Tout de suite familiers avec Arnys, la présence de Judith les effrayait et les fascinait . Ils la regardaient à distance sans se décider à approcher. Arnys les appelait. Pour eux, à coup de pierres, il visait des bouquets de fruits qui dégringolaient de branche en branche, roulaient sur le sol avant de s'immobiliser, verts, incrustés de terre. Les enfants les poursuivaient se bousculant entre eux, mordaient dans la chair grinçante. Puis ils repartaient sur leurs jambes grêles, leurs gros ventres gonflés de mangues vertes et terreuses. - Tu as tort, Arnys, lui reprochait Judith. Il faudrait empêcher ces gosses de manger des mangues vertes, ils peuvent en mourir. - De toutes façons ils meurent de faim. Tu ne le sais pas qu'en Afrique les gosses meurent de faim, et qu'il leur faut se débrouiller pour survivre? Entre deux récoltes ils mangent des feuilles, de la terre et tout ce qu'ils peuyent trouver. Et il la regardait comme si c'était de sa faute, à elle, que si peu d'entre eux eussent la chance d'atteindre l'âge d'homme et de combattre leur faim avec des forces d'homme. Il lui en voulait. Mais quand les enfants revenaient, au lieu de grimper à l'arbre cueillir les dangereuses mangues, il leur apprenait à jouer avec des cailloux bleus, des brindilles et riait avec eux qui oubliaient leur faim dans le jeu. •* * DES son arrivée elle avait été voir Doreen qui était encore . à l'hôpital avec l'enfant qui avait, réellement, et pendant des jours et des jours, failli mourir. Doreen mangeait à l'hôpital, dormait à l'hôpital et n'en sortait que pour promener son fils. Elle n'était pas encore redevenue une personne tout à fait normale elle avait eu trop peur à cause de cet enfant maigre et 'pâle, qui tenait difficilement debout. Jean (1) aurait dû le comprendre, mais il n'avait pas assisté à la folle descente à travers les rochers, à ces journées et ces nuits, pendant lesquelles, à chaque instant, Doreen avait cru que son enfant allait mourir. Son fils à lui était mort. Toute une soirée il avait crié de douleur. Mais, tant de bébés nègres portaient difficilement leur tête sur des cous décharnés, tant d'enfants disparaissaient chaque jour et chaque nuit du village indigène, qu'il ne pouvait s?upçonner que pour Doreen, faite aux enfances protégees, une menace semblable sur son fils était une horrible injustice. Elles revenaient toutes deux du Jardin Botanique, l'endro. it de la ville où il y avait le moins de poussière, le mOInS de moustiques. Judith avait juste eu le temps de sauter de voiture et son amie, maladroitement, essayait d'en descendre. Jean, . qui était devant la porte s'était avancé, et voyant la jeune femme encombrée par son enfant, l'avait innocemment saisi. Doreen avait crié et (1) Jean est le serviteur de Judith, (Suite page 7.) 8 lisées les conditions où une femme blanche et un homme noir, peu· vent à la rigueur entretenir une liaison intime. Ailleurs, Judith, (l'héroïne du roman), n'aurait pas tenu quinze jours, devant l'attitude de la colonie blanche. - Plusieurs de vos lecteurs s'interrogent qua~t à l'authenticité de ce récit. Ils se d~mandent, tant en sont précisées les circonstances, s'il n'a pas été vraiment vécu ... - Non ! ce n'est pas une histoire réelle, au sens propre du mot. Nous avons affaire ici à une composition... Mais. je dois dire qu'elle a été faite de morceaux vécus ou qui pourraient l'être. J'ai procédé par recoupements et associations. J'ai réuni plusieurs situations diverses qu'ont connues des personnages divers. J'ai amalgamé le tout de façon à essayer d'en faire un tout harmonieux ... Toutefois, le cadre où se passe l'action est absolument véridique . Je le connais. Je le décris tet que je l'ai vu. Ainsi est la ville, ainsi sont les paysages ou les villages. - A ce sujet, on ne peut s'empêcher de penser que vous ne faites aucune concession à un exotisme facile et généralement très payant. Ce n'est pas l'Afrique énigmatique ou monstrueuse, très différente de l'Europe que vous voulez nous peindre ... - Ce qui m'a intéressée, ce sont les hommes c'est leur façon de vi- • 'vre, ce sont leurs préoccupations, c'est la pénible histoire de leurs pénibles contacts avec les colonisateurs. L'exotisme empêche de voir ce qt/il y a de plus intéressant, c'est-à-dire encore une fois l' homme. Or, j'ai voulu opérer « un retour à l'humain ». - Er. vous parvenez bi~n a donner cett~ impression, chère madame, n'en clout~z pas. A un certain momenr, (est ùans les premières pages du livre, si je ne me trompe, vous faites p~nser ou dire à votre héroïne qu'elle va « connaître la grande aventure de la fraternité ... » Qu'entendez-vous exactement par c':!s mots ? - Eh bien, je pense que Judith qui arrive en A.O.F. sans idées préconçues (si l'on excepte tin certain nombre d'opinions baTJal(!s qu'emporte dans sa valise tout Europé: m qui pénètre en Afrique), Judith qui est dans une totale méconnaissance de la condition africaine, progressivement prend conscience de la réalité, au milieu dg laquelle elle est tombée. C'est alors que s'impose à elle la volonté de prendre le parti des opprimés, d'err trer avec eux dans leur lutte. - Cependant pour beaucoup de vos lecteurs ce qui restera certainement, c'est l'aventure sentimentale, ce sont les liens fortement érotiques qui attach~nt l'homme noir à la femme blanche, leur univers de passion physique et parfois d'incompréhension mutuelle. - Mais il faut remarquer, et en tous cas, telle est ma démarche, que le leitmotiv sentimental, qui est le point de départ de l'intrigue et la remplit en partie, soutient un motif plus général. Il permet à la jeune fille de s'intéresser aux Noirs en glméral, de saisir le sens de leur tutte, de passer à l'action à côté d'eux. - Il est donc nécessaire de bien se pénétrer de la psychologie de Judith, de cette Judith au demeurant très sympathique, afin d'éviter une fa~sse interprétation du roman. Il est incontestable quO elle est très amoureuse d'Arnys. Elle s'en convainc dès la troisième ou quatrième entrevue avec le garçon noir. Mais on sent très nettement qu'elle subit comme une domination physique. Elle est pour ainsi dire subjuguée par les qualités viriles du mâle noir, et le plaisir qu'elle éprouve à le retrouver, doit assurer Arnys de sa soumission et de sa fidélité. - C. n'fut pourtant pas la sexualité qui donne " ce caractère d, f6mme, sa physionomie essentiell:!. Judith, incoMsciemment, porte en .lle déj", hors de toute expéNence, un certllin nombr~ d'id~es (1) Editions Gallimard. (Suite page 7,) Un livra de Pierre P A ft A F L'ASCENSION DES 'PEUPLES NOIRS « Les réalités africaines apparaissent multiples et mouvantes. Vues de l'oeil de l'Européen ou de l'oeil de l'autochtone, elles offrent des images contraires. La colonisation, glorifiée ici comme le visage de l'aventure et du progrès, devient là une entreprise de vol de terres et de viol des âmes ... Où les u·ns et les autres s'accordent, pour s'en féliciter ou pour s'en plaindre, c'est qu'un chapitre de l'histoire est clos, qu'une ère nouvelle est venue pour ceux que les blancs nomment les hommes de couleur ... » C'est en ces termes que Pierre Paraf lui-même résume dans le chapitre final le contenu de son récent ouvrage : « L'ascension des peuples noirs », dont le sousbtre préci$e ainsi l'objet : « Le réveil politique, social et culturel de l'Afrique au 20 siècle. » (1) Evocation poétique ? Reportage ? Analyse polit;que? Etude philosophique? Ce livre est à la fois tout cela. Voyageur lucide et humain, Pierre Paraf nous communique tous les aspects de sa riche expérience, acquise au cours de cinq séjours successifs effec- 1 tués en A.O.F. et en A.E.F., de 1948 à 1957 . Dans cette période, il a pu observer l'évolution du monde africain, marquée aujourd'hui par l'application de la Loi-Cadre. Il a vu le régime colonial « classique », confronté avec la poussée irrésis~ible des aspirations populaires, tenter de s'adapter aux exigences de notre temps. Il a vu les Africains débattre de leur avenir, le forger avec ténacité, mesurer les chances et les modalités d'une émancipation plus ou moins,., profonde, plus ' ou moins rapide . Sans doute l'auteur exprime: t-il au passage, son point de vue personnel sur les d;fférents problèmes Dosés. Mais son' grand mérite est d'exposer loyalement les di fférentes thèses et de ne pas escamoter les faits qui peuvent é~ayer les plus contraires aux siennes, D'où un exposé nuancé où domine une seule passion ; celle de comprendre, sans autre parti-pris que de fraternité. LE RACISME EST QUOTIDIEN Ce n'est pas à nos lecteurs qu'il faut l'apprendre : collaborateur fidèle de notre journal, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., P;erre Paraf est un antiraciste mili':·ant. Chaque page de son livre témoigne d'une sensibilité mise à vif par la « détresse profonde» des Africains, par les odieuses habitudes de discr:mination qui tissent, là-bas, la vie de tous les jours. Il observe, par exemple . « Les ultras explosent, quand Il leur faut, à la poste céder le pas à l'Africain qui est en tête de file, lorsque dans les restaurants où l'on est « entre nous » on COmmence à voir, timidement, puis plus audacieusement, s'asseoir les Africains, Ce qui humilie peut-être encore plus leur orgueil de blanc, c'est que ces noirs sont élégamment vêtus, que leur maintien est plus discret, plus distingué que ' celui de leurs détracteurs ... » Evoquant un dimanche à Bamako, il note : « L'église est un de ces lieux assez rares où noirs et blancs peuvent communier ensemble, dans la même ferveur. Ensemble, et pourtant pas encore mêlés. » . Dans un restaurant, à Niamey, " consta ~e que « les boys, respectant les règles d'une ségragation de fait qui survit à la Loi-Cadre, servent à leurs petites tables où ~ucun blanc ne prend place,' des etudiants noirs à lunettes qui songent, eux-aussi, peut-être à l'avenir de leur pays, et à Paris:'. » Examinant ailleurs la condition sociale de l'Africain, il la résume en ces quatre propositions. « 1 ° Quantité insuffisante des Africains au travail. « 2° Rémunération et niveau de vie de l'Africain d'une extrême médiocrité. « 3° L'une et l'autre sont très n.ettement inférieurs, non pas du s~mple au double, mais parfois du SImple au quintuple à ceux de l'Européen. « 4° L'une et l'autre se sont très sensiblement améliorées au cours de ces tlernières années grâce aux progrès du syndicalis~ me, comme il l'adoption du Code du Travail par le Parlement français. » QUELQUES CHIFFRES Il faudrait pouvoir citer encore les nombreuses statistiques rassemblées, car les chiffres crient plus fort, souvent, que les mots. Les salaires, par exemple, varient (en 1956), suivant les territoires et les zones, de 5 à 28,85 francs CFA de l'heure pour les ouvriers (2) et de 3.920 à 24.350 francs CFA par mois pour les employés. La scolarisation des enfants qui est de 24,18 % en Côte d' Ivoire, de 20 % en A.E.F., de 19 % au Sénégal, ~ombe à 6,2 % en Haute Volta. En ce qui concerne la santé, une enquête révèle, en A.O.F., 103.835 lépreux soignés sur 208.000 dépistés, ou encore, sur 850.000 hab; ~ants 320.000 trachomateux et 2.250 aveugles; Pierre Paraf à la radio en Guinée, le paludisme tue un enfant sur deux avant l'âge de 2 ans. De telles données expliquent cette appréciation : « Les statistiques de ponts de chemins de fer, d'aérodromes et même d'hôpitaux, les buildings à vingt et trente étages ne pèsent guère, si dans . l'autre plateau de la balance s'accumulent plus encore que les cupidités, les courses au franc C.F.A., tant d'injustices quotidiennes, tant d'offenses gratuites, tant de viols de l'élémentaire dignité humaine ». En écla :rant cette réalité, le nouvel ouvrage de Pierre Paraf aidera sans nul dou:e de nombreux Français à prendre conscience des transforma tions nécessa:res, en Afrique comme dans d 'autres territoires encore soumis au régime colonial. Ils devront méditer cette formule où se résume la conclusion de l'auteur: « L'ascension des peuples africains s'annonce comme un événement capital de notre siècle. La bouder ou la contrecarrer serait démentir le génie français. » A. L ( i) Editions Payot. (2) Un franc CFA équivaut à 2 francs métropolitains. DROIT ET LIBERTE 15, Fg Montmartre - Paris (9' ) Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN ,1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Cpte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adr?sse envoyer 40 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK Imp. Abécé, 176, quai de Jemmapes

Notes

<references />