Droit et Liberté n°181 - mai 1959

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°181 (285) de mai 1959
    • La France antiraciste a rendez-vous le dimanche 31 Mai au palais de l'UNESCO page1
    • Xéme anniversaire par Charles Palant page1
    • Nous ne voulons que la justice (Floride U.S.A.) page1
    • Tout se tient (racisme et décolonisation) par André Hauriou page1
    • A Bellerive sur allier, antisémitisme électoral page1
    • Les phobies de Faubus par Oncle Tom page2
    • Vous dîtes? par Roger Maria: la généralisation 'page2
    • Les regroupements en Algérie: un enfant meurt tous les deux jours page3
    • Un document de l'aumônerie militaire: traiter les hommes comme des hommes! page3
    • Voici comment se déroulera la Journée nationale page4
    • Les deux projets de loi du M.R.A.P. accueillis avec sympathie au Parlement et dans l'opinion publique page5
    • La gloire du ghetto de Varsovie par Pierre Paraf page6
    • Madagascar: il reste encore beaucoup à faire par Pierre Soleme page6
    • L'antisémitisme en justice: étrange clémence à Saint-Quentin; un ancien déporté condamné page6
    • Au récent congrès de Rome, les écrivains et artistes noirs ont défini un véritable humanisme par Léon Sainville page7
    • A propos d'un anniversaire: Napoléon et les juifs par Albert Soboul page8
    • Dimanche 24 mai, dans le 20éme, hommage au jeune héros Henri Bekerman page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

5 MAI 1959 N° 181 (285) 50 FRANCS Dans ce numéro .. " X· Anniversaire L A Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, dont les travaux vont avoir lieu, le 31 mai, dans le cadre solennel du Palais de l'U.N.E.S.C.O., coïncide avec le 10' anniversaire de la création du M.R.A.P. C'est en effet le 22 mai 1949, au cours de la première Journée Nationale, que naquit le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Dans l'enceinte du Cirque d'Hiver, devant deux mille délégués et invités, retentirent les nobles voix de Marc Sangnier, d'Yves Farge, d'Alban Satragne, d'AIMn Le Léap, de Marc Chagall, d'André Blumel, de Marcel Prenant, de Gabriel d'Arboussier, d'Edmond Vermeil, de Jean-Jacques Bernard, et tant d'autres qui dans leur diversité et par leur unanimité à soutenir la noble cause de la dignité humaine témoignèrent d'une volonté réfléchie et décidée du peuple de ce pays, s'opposant à la renaissance de ces fléaux maudits : la haine et les préjugés de race ou de religion. Depuis quatre ans seulement la guerre était finie. Dans les esprits et les coeurs, le souvenir était alors combien vivace et douloureux des deuils accumulés du fait des crimes odieux perpétrés par les hitlériens et leurs complices. Un sermen~, écout~ debout et repris par chacun des participants fut prononcé : « ... Je jure de ne jamais oublier les crimes commis par les assassins fascistes ... Je jure de n'accepter jamais d'être dans le même camp que les bourreaux nazis... » DIX ans après, le M.R.A.P. peut, avec fierté, faire le bilan des inlassables actions menées à son initiative. Campagnes contre la libération et l'amnistie accordées inconsidérément aux ex-collaborateurs s'empressant aussitôt de reconstituer les ligues factieuses et, à l'aide de nombreux journaux, s'efforçant de diffuser à nouveau le venin raciste et antisémite. Campagnes contre la reconstitution du militarisme allemand, à la tête du quel les ex-dignitaires nazis - parfois les mêmes qui sévirent en France - essaient aujourd'hui de fa,ire bonne figure « occidentale » ... Campagnes contre toutes les manifestations d'antisémitisme, campagnes contre les discriminations raciales auxquelles se heurtent chaque jour les travailleurs nord-africains, ·et qùe la guerre cruelle se poursuivant depuis quatre ans en Algérie, aggrave de si tragique façon. CHAQUE année - ce sera la 11' fois, le 31 mai prochain - le M.R.A.P. prend l'initiative de rassembler, au cours d'une grande Journée Nationale, des hommes et des femmes qui, de toute la France, issus de tous les milieux et de toutes conditions sociales viennent débattre des nombreux aspects de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Ces assises donnent la mesure de l'influence et de l'autorité du Mouvement, fondé il y a dix ans. Elles soulignent l'actualité de notre action. Elles en apprécient l'efficacité. Elles lui ouvrent des perspectives nouvelles et s'inscrivent dans la vie de notre pays comme une rencontre féconde entre d'éminents citoyens dont le commun attachement aux droits de l'homme s'affirme dans un esprit de large union qui fait honneur à tous. En travaillant au succès de la Journée du 31 mai, les militants du M.R.A.P., avec tous nos amis antiracistes, donneront à ce dixième anniversaire tout le retentissement qui convient, en des circonstances où une fois encore, rien n'est plus urgent que de mettre en échec les tenants du racisme et de l'antisémitisme dont la menace se conjugue avec les périlS qui pèsent sur la démocratie et la paix. Vive le dixième anniversaire du M.R.A.P. ! Vive la onzième Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme, pour la Paix ! Charles PALANT Secrétaire général du M.R.A.P. .. La France • • antiraciste • LES PROJETS DE LOI DU M.R.A.P. ACCUEILLIS FA VO· RABLEMENT au Parlement et dans l'opinion publique. (Page centrale) A RENDEZ -VOUS • « Regroupements » en Algérie : un enfant meurt tous les deux jours ... (Page 3) • LA GLOIRE DU GHETTO DE VAR· SOVIE LE DIMANOHE 31 MAI au Palais de I~U.N.E.S.(j.O. par Pierre PARAF (Page 6) • Le Congrès interna. tional des écrivains et C artistes noirs 'EST dans quelques semaines maintenant, le dimanche 31 mai, que se déroulera, au Palais de l'U.N.E.S.C.O., la ne Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, sous la présidence de par M. LEON LYON-CAEN" premier président honoraire de la Cour de Cas· sation, président du M.R.A.P. Léonard SAINVILLE (Page 7) Organisée par le M.R.A.P., cette grande manifestation annuelle dépasse le cadre même de notre Mouvement. Ouverte à tous, elle est pour les anti· racistes de toutes appartenances, pour les délégués de multiples sociétés et organisations, pour les représentants des grands courants de la pensée fran. çaise, l'occasion de faire le point, de confronter leurs vues, d'examiner les meilleurs moyens pour combattre le racisme et l'antisémitisme. • NAPOLEON ET LES JUIFS par Albert SOBOUL (Page 8) 'l'\.I\I\I\.IVI. A l'Université de Talla~ hassee (Floride), dans Je Sud des Etats.Unis, plUS de 2.000 étudiants noirs ont décidé de faire la grève pendant huit jours. On les voit ici manifes. tant leur indignation et réclamant justice, à la suite ,du viol d'une de leurs camarades par quatre jeunes voyous raClS. tes. D'autres faits racistes très graves sont signalés ces jours-ci aux U.S.A., notamment l'enlèvement de sa prison et l'assassinat du jeune noir Charles Parker, à Poplarvil.e (Mississipi). Voir nos in_ formations page 3. (Suite page centraJe) TOUT SE TIENT /) E regain de racisme et ci/antisémitisme auquel nous assistons en ~ France, depuis quelques années et surtout depuis quelques mois, ne doit pas nous étonner. Il est lié, de façon évidente, aux résistances acharnées qu'oppose ~e clan coloniaJiste à la décolonis ation de ce qui a été jadts l'Empire Français. A Bellerive·sur·Allier Antisémitisme électoral gr;\ce._à la faveur d'un 4écret CR '11EUXen 1870 que .vous êtes_ devenu Français. Vous oubliez que c'est grâce aux Français ._91' Fran.ce. aux FranJ;ai~ dEL sOJ!çl:!e.J:onunr..D01lS. -Que \UllIS. .4VeL-IlU. -lllltl.ir..-..4ll. _lIheqo de Tl°lT'ce'l. VOU5 o':avez donc' pas le "(l-O'WïÎe ~ous s:allr. de 0005 avilir -( de l'ODS !llétloer. t-tour"ez d'oll vous venez ! Mals "n'la! Oserez-vous retourn~d'oil "n~ vous li 'ciiisS€~ .' - - Fernand AUBERGER, de Bellerlv!' . (Voir page centrale) Il n'y a pas, dans l'idéologie colonialiste, que des calculs d'intérêt. Il y a aussi, pour une bonne part, un sentiment de supériorité raciale, qui s'exprime, suivant les moments, avec plus ou moins de véhémence ou de bruta lité. Tant que la colonisation n'est pas menacée par l'aspIration à l'indépendance des peuples subordonnés, le pays col"nisateur se contente de s'intaller, presque tout entier, en position féodale à l'égard des colonisés. Pour beaucoup, qui ne sortiront jamais de la métropole, c'est seulement un vague sentiment de fierté et de condescendance, qui prend sun départ dans les cartes teintées en rOSe des at 1 as de l'enfance et qui s'a 1 imente des récits d'administrateurs coloniaux, des statistiques du commerce impérial ou des félicitations que l'on s'adrespar André HAURIOU se à soi-même de n'être pas noir ou jaune comme « ces gens-là » . Mais quand vient la crise de la décolonisation et surtout quand elle se résout en ces sortes de guerres, qui ne sont ni civiles, ni .internationales, la conviction la. tente d'une supériorité racia le s'exacerbe, sous l'effet d'un sentiment de frustration. Comment ! ces gens qui nous sonJ: si inférieurs, qui ne sont que des bicots, des bou- ,- --_ .. " ft ft Soucieux d'exprimer tous les points r;le vue sur les données actuenes du combat antirac.iste, « Droit et Liberté » s'honore de pu. blier ici - après d'autres qui traduisadent une optique différente - un article de M. André HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit de Paris, membre du Comité d'Honneur de notre Mouvem~nt. -.:'4_" .. -- gnou 1 es et des ratons osent se révol ter ? On va bien leur faire voir ! Cette réaction bruta le n'est certes pas celle du pays colonisateur tout entier. Elle est, en son départ, le réflexe de ceux qui étaient les bénéficiaires directs de la colonisation, de certains d'entre eux tout au moins, parmi les hommes d'affaires, les colons ou les petits blancs, qui tiraient profit ou fierté de l'état d'infériorité dans lequel étaient maintenus les Indigènes. Mais la guerre co lonia le, surtout lorsqu'elle dure, généra lise ces sentiments. Ce n'est pas impunément que les soldats du contingent sont appelés à participer à une guerre ou tout colonisé est un ennemi en puissance, où les camps de concentration, d'hébergement ou de regroupement habituent à considérer l'Indigène comme du bétail, où la pratique de la torture avilit à la fois le torturé et 1 e bourreau, en leur faisant perdre toute conscience de la dignité de la personne humaine. Ajoutons que pour entraîner un pays tout entier dans la poursuite d'une guerre colonia le, comme ce.lIe d'Indochine ou ( Suite page 6) QUE • '" _ s SE nistie « ceux - .. , ont exposé sciemment quiconque à des tortures, à la déportation ou à la mort )l. Le gouverneur Faubus de l'Etat d'Arkansas s'était rendu célèbre en empêchant les enfants blancS! et noirs de s'asseoir sur les mêmes bancs d'école_ Il vient de se rendre fameux en décrétant la discrimination du sang pour les transfusions sanguines. Désirant savoir jusqu'où le gouverneur FaubwJ entendait pousser sa manie discriminatoire nous sommes allés l'in terviewer. confidence: je suis obligé de dire qu'il y a pour moi un peu d'émotion à me trouver officiellement à Vichy. Vous en comprenez les raisons, mais nous enchaî· nons l'histoire, nous sommes un seul peuple, quels qu'aient pu être les péripéties, les événements, nous sommes le grand, le seul, l'unique peuple français. C'est à Vichy que je le dis, et que j 'ai tenu à vous le dine. » Le lendemain, L'Aurore, applaudissant à cet « enchaînement», demandait, pour que s'affirme l'oubli de certains « événements », que les cendres du traître Pétain soient transférées à l'ossuaire de Douaumont. « Il est temps qu'une translation honorable tourne vraiment la page du passé », écrit ce journal. En se référant à' ce paragraphe, la Fédération des Associa tions d'Anciens Combatta nts Volontaires Juifs, et le Comité de Liaison de la Résistance ont décidé d'at taquer en Conseil d'Etat le décret abusif du Garde des Sceaux. ONCLE TOM. - Vos dernières mesures prises pour éviter le mélange des sangs en thérapeutique montrent le souci d'hygiène ... raciale qui vous anime. Pourtant il semble s'arrêter à mi-chemin. • Changez de disque ! FAUBUS. - Par exemple? O.T. - Eh bien, comment vous accommodez-vous deS! données scientifiques qui ne font d'autre différenciation que celle des groupes sanguins? Un nouveau disque microsillon Clmporté des Etats-Unis) est en ce moment répandu en Allemagne O:cidentale, à quelques jours de l'anniversaire de la vicLoire des Alliés sur le nazisme. Ce dIsque, vendu 28 marks, fait entendre la voix d'Hitler ainsi que des hymnes nazis. En dépit des protestations élevées par le dépulé social-démocrate HenriCh Ritzal contre cette « insulte à la démocratie» le gouvernement du Chancelier Adenauer n'a pas cru devoir en interdire la diffusion. F. - Mais je ne m'en accommode nullement! Vous oubliez que j'ai déjà fait échec à la Cour Suprême des Etats-Unis. Alors vous pensez, l'Académie de Médecine !. .. En tout cas je saurai bien forcer le corps médical de cet Etat à ranger les noirs dans un groupe sanguin particulier, dont ils ne devront pas sortir ! Ils ont bien un quartier réservé ... Et qui commande ici ? Deux semaines plus tard, 1'« Association pour honorer la mémoire du maréchal Pétain », préSidée par le général Weygand, tenait à Lyon un congrès, où M' Isorni demanda la rehabilitation de l'exmaréchal et son inhumation à Douaumont. Des militants de l'Action Française et du Mouvement Jeune Nation participaient à cette réunion, qui se termina aux accents de «Maréchal, nous voilà! ». O.T. - Vous, assurément. Aussi comment pouvez-vous admettre d'autre part I,ue la circulation sanguine soit identique chez les noirs et chez les blancs? F. - Mais nous aurons à changer tout cela ... D'aiHeurs, j'ai déjà réglé des problèmes de circulation. Rappelez-vous les autobus ... On doit pouvoir attribuer la grande circulation aux blancs et limiter les noirs à la petite, en leur interdisant par exemple les grandes artères ... Ce fait est d'autant plus grave qu'il s'inscrit dans une situation caractérisée par le développement de l'agitation n éonazie et antisémite. O.T. - Sauf bien entendu l'artère jugulaire ... Les organisations lyonnaises de Résistance avaient demandé, unanimes, aux autorités l'interdiction de cette manifes_ tation insolente. Le préfet s'y refusa, et disposa d'importantes forces de police pour en assurer la tenue. F. - Bien entendu, on est civilisé. - O.T. - Je vois. Tout cela me paraît rigoureusement logique. Pourtant une dernière objection: Votre sang à vous, gouverneur Faubus, a la même couleur rouge que celui d'un quelconque nègre? AprèS l'affaire de la brochure antis~mite éditée à Hambourg par un certain Nieland, que les juges refusèrent de condamner, de nombreuses informations inqUiétantes sont publiées sur les hautes fonctions occupées 'par d'anciens hitlériens en Allemagne Occidentale. F. - Ah ! ne m'en parlez pas! A Y penser je me ronge les sangs ... Mais j'y trouverai bien quelque remède ... ft ft GROUPES RACISTES • Une odieuse agression Dans la nuit du 30 avril au leI' mai, le jeune écrivain camerounais Ferdinand Oyono, a été gravement blessé, boulevard Saint-Germain, à Paris. Il avait été attaqué et violemment frappé par des voyous racistes qui l'insultaient llarce qu'il se trouvait avec l~'le jeune fille blanche. Ferdinand Ooyono a reçu un coup de couteau dans le dos et plusieurs ,oups de matraque sur la tête. La jeune fille a été jetée à terre et piétinée. Quatre des agresseurs, qui arboraient l'insigne de « Jeune Nation », ont été conduits au poste et relâchés aussitôt. Nous espérons que cette affaire aura des suites judiciaires et que les racistes apprendront ainsi que Paris n'est pas Little Rock. • CheWlliers de l'Europe blanche 1 L Y a quelques semaines, à Bruxelles, une organisation fasciste, le « Mouvement Social Europeén », dirigé par Jean-Robert Debbaudt, entendait tenir un congrès de style ouvertement nazi. Tout y était : uniformes, croix gammées, salut à l'hitlérienne ... Les Résistants belges, n'ayant pu obtenir des pouvoirs publics l'interdicEon de cette manifestation scandaleuse, envahirent la salle où elle venait de commencer, expulsèrent les participants, saisirent les papiers qui se trouvaient sur le bureau. Quelques-uns de ces documents viennent d'être publiés. Il s'agit de messages de solidarité adressés aux fascistes de Belgique par leurs congénères de différents pays. Ils p r oviennent d'Allemagn e, d'Aut r iche, d 'Espagn e, des Etats-Unis (Ku Klux Klan ), de Suisse, d 'Ita lie, de France. L'un de ces messages envoyé de Paris, est signé par un certain Roland Cavalier représen tan t de « L'Europe r éelle », le « seul journal raciste et européen» (sic) dont le but est de raviver « les grandes idées révolutionnaires vaincues militairement en 1945 « (!) Deux autres ont été expédiés d'Alg érie, à l'en-tête du « Nouvel Ordre .Européen (Section Algérie) » et du Mouvement Français National ». Ils ont signés, l'un par Yves Jeanne, l'autre par « son adjoint ». Da n s le message du « Nouvel Ordre Européen », on peut lire : « Tous unis dans un même combat pour l'Europe, la Justice sociale et la race, nous lutterons ensemble pour le triomphe de notre cause ( ... J. QU PF,UT éebclngec 'J COMME ~T éeba Ilg(Jr. 'J Sur simple d emand~ à R. G. P" Service P.A., 8, Bd Poi.'sonnière, paris-9', accompagnée d'une enveloppe timbrée pour la réponse, nous vous adresserons : 1) Le texte de la loi sur les échanges d'appartements. 2) Le modèle de la lettre recommandée à envoyer par chaque coéchangiste. P. c. c. Oncle TOM. • -_ .......... ({ Nous sommes t ous soldats d'une même croisade et ( .. .) le Nouvel Ordre Européen n ous rassemb~e et n ous unit en un f aisceau unique pour un combat unique ». Le message du « Mouvement Français National » (signé : Yves J eanne) déclare : « Puisse cette adresse de sympathie vous assurer de notre fraternell'e amitié. Soldats de la même cause eur opéenne, n ationale, socialiste et raciste, nous serons toujours unis pour son triomphe ( ... ) . « De cette terre d'Algérie, où nous constituons le dernier bar rage de n o· tre r ace contre le bar bare, nos pensées vont vers vous, combattants de l'Europe blanche, de cette Europe que nous n'accepterons jamais de voir sombrer sous l'invasion des noirs et des « untermeschen », que ce soit sous la forme d'un abandon territorial ou d'une intégration ég(Llitaire plus n éfaste encore. » A Ure ces professions de foi racistes, on se croirait brusquement replongé quinze années en arrière, au temps où Hitler régnait sur l'Europe. Que de tels hommes puissent de nouveau s'organiser, se réunir, préparer leur revanche, dépasse l'imagination. Ces documents confirment la nécessité d'une action énergique et urgente pour les mettre hors d'état de nuire. HIER ET AUJOURD'HUI La page tournée? Dans le discours qu'il a prononcé à Vichy, le 18 avril, le général de Gaullp a déclaré: « Maintenant, je vais vous fai re une Une contre-manifestation, organisee par la Résistance, s'est déroulée place Bellecour, en présence d'une foule nombreuse. Non, la page n'est pas encore tournée ... • Alibert amnistié L'ordonnance du 31 janvier 1958, qu i donne a u Garde des Sceaux le droit de prononcer par décret des amnisties individuelles d'anciens collaborateu rs, vient d'être appliquée pour la première fois en faveur de ... Alibert, qui fut Garde des Sceaux du gouvernement de Vjichy, s ous l'occupation. Condamné à mort par contumance à la Libération, Alibert est actuellement réfugié en Espagne. Il était le supérieur hiérarchique de tous les magistrats du Ministère public, qui ont réc'amé et obtenu les condamnations d'innombrables patriotes, souvent précédées de tortures et suivies de déportations ou d'exécutions. C'est lui qui élimina les juifs de la magistrature française, et il s'occupa personnellement de l'élaboration du statut des juifs. Dans son livre « Neuf mois au gouvernement de Vichy», paru en 1948, Paul Baudoin note (10-30 septembre- 1 cr oct. 1940) : « Le Conseil de Cabinet de 17 à 19 h. est consacré à l'étude du statut des juifs qui doit être discuté au Conseil des ministres de dematn ... Le Statut préparé fiar Alibert est sévère, beaucoup trop sévère ... » Ainsi, même ses co ~ lègues en collaboration trouvaient exagérée la haine raciste d'Alibert. Et c'est cet homme qui serait le premier bénéficiaire de la nouvelle ordonnance d'amnistie ? C'est tout un p rogramme ! Cette ordonnance, analysée récemment dans notre journal par M'A. Dymenstajn, exclut pourtant de l'am- On apprend par exemple, que le Dr Ml. korey, professeur de médecme à l'Umversité de Munich, a écrit en 1936 un livre raciste intitulé: « Les Juifs et la psychologie criminello», que le Dr Siegfried Ruff, professeur à l'Université Je Bonn, fgure sur la liste des criminels de guerre de rle:gique sous le numéro A 16-22, par suite des « expériences» qu'il a faites dans les camps de concentrations; que l'instituteur Edgar Fernau, exerçant près de Hanovre, membre du parti nazi cie_ puis 1932, a déclaré publiquement ces temps derniers que « les Juifs auraient dù être tous gazés »; que Heinz Seraphim, directeur des études économiques de l'Acad( imie de Bochum, fut directeur, sous Hitl0r de l' « institut des étudrs juives ,) A Ml nich, divers groupements démocratiques réclament actuellement la révo. cation du Dr. Walter Becher, propogandiste ant'sémite sous le r égime nazi, membre aujourd'hui du conseil d'admlnistrat: on de la radio de Bavière. A Dusseldorf, on appr~nd que le juge Michalowski a siégé dans un « tribunal spécial» h'tlérien en Pologne et est re_ cherché par les autorités polonaisrs pour ses crimes. Ce 11R sont là que des exemples récents de la main-mise générale des anc:ens nazis sur l'administration. le gouvernement, l'enseignement, l'armée, l'industr:e . Ainsi s'expliquent. en dépit des c'forts réels et ml'ritoires des éléments d"mocra. tiques, la recrudescence de l'antisr'mitisme, les journaux, les brochures. les discours rappelant l'époque hitlérienne. les n'unions orga.nispes par les anciens S.S., les cimetières jUifs profanés, etc. .. tous ces symptômes d'un dangereux esprit de revanche, à l'heure même où se poursuit la r econstitut'on -de la puissance militaire allemande encouragés par certains des vain1ueurs d'hier. (Suite page 3.) ~\~,Charlesn~,~~vv~~/VCharlesvv~/VCharles 11 mai 2010 à 12:19 (UTC)vvCharlesn'~"Charles\~ ~'~,~ ~, , ~ ,~ ~ ~ n,~ ,'~~ r\ ~,~ ~.~ ~ ~ ,\~ Charles,~vv11 mai 2010 à 12:19 (UTC) VOUS DITES ? • De la généralisation Fidèles jusqu'à la caricature, à l'image que nous donnons d'eux, les racistes de « Rivarol» (5 mars), à l'occasion de la mise en place des institutions de la Communauté, donnent libre cours à leur mépris pour l'homme irrémédiablement inférieur, selon eux, si la couleur de sa peau n'est pas la même que la leur. Voici un échantillon de leur «pensée » : « La Communauté s'est réunie eri grand secret à l'Elysée ... Malikoko chez les Moi-Moi... Le Grand Sorcier Blanc a offert une collation de fruits du pays: tam·tam par la Garde Républicaine. Aucune pièce du service n'a disparu.» Innocentes plaisanteries ? Nous exagérons? C'est quand même avec des propos de ce genre que l'on contribue à former les esprits selon les réflexes racistes. Nous ne voyons pas d'objection à ce qu'on mette en cause des gens pour leur aptitude à faire disparaître les couverts lors d'une réception, et méme des Africains; mais non pas parce qu'ils sont Africains ou parce que ce sont des Noirs. Pourquoi? Parce qu'une telle affirmation est alors un mensonge et une insulte collective. Si des hommes présentent en bloc des défauts ou des infériorités parce qu'ils appartiennent à 'un groupe ethnique donné, parce que leur peau est foncée, leur cas est sans remède; il n'y a plus, pour les honnêtes gens à peau blanche,· en effet, qu'à organiser leur défense, car, avant que les Africains aient vu leur peau changer de couleur et leurs caractères disons raciaux se modifier, il passera beaucoup d'eau entre les rives du Niger. Au contraire, si vous pensez que lorsqu'un Sénégalais vole une petite cuillère, ce Sénégalais-là se conduit mal, exactement comme un Breton ou un Turc qui en fait autant; mais que ni les Sénégalais en tant que peuple, ni les Bretons ni les Turcs ne sauraient être mis en cause collectivement en raison «Droit et Liberté» répond ~ aux mensonges racistes ~ des fautes de certains d'entre eux, vous êtes antiraciste; vous croyez qu'il s'agit de facteurs, qui peuvent se modifier, parce qu'ils dépendent d'un milieu social déterminé, d'une forme d'éducation ou d'une autre, et que tout milieu social, toute méthode d'éducation peut être modifiée par la volonté des hommes. C'est la base même de l'optimisme raisonné qui différencie les hommes d'orientation humaniste, progressiste, des autres. C'est dans cet esprit que l'excellent Pierre Dac, qui est Juif, ripostait à des antisémites

« Mais laissez..

nous donc avoir des salauds dans nos rangs, comme il y en a parmi vous, sans conclure contre nous tous ! » Voilà le bon sens même et je dirai que, souvent, dans nos pOlémiques contre les préjugés racistes, nous sommes amenés à opposer au dénigrement des Juifs, tel ou tel Juif « très bien », au dénigrement des Noirs, tel ou tel Noir « très bien », etc. Bien sûr, il faut le faire, c'est un de ces coups immédans toute bataille, mais ça ne prouve rien. C'est même un comble si LES Juifs doivent se sentir tous en cause si Stavisky et Joanovici sont Juifs, alors que LES Normands n'auront pas de « comptes à rendre » (il ne manquerait plus que cela) si Landru ou le curé d'Uruffe sont Normands. Cela dit, on peut avoir des critiques à faire et sur le sta.tut de la Communauté et sur tels hommes pOlitiques africains en cour à l'Elysée, mais la race n 'a rien à voir là-dedans. Autre chose : je ne crois pas qu'il y avait grand risque de voir disparaître des couverts à l'Elysée lors de la réception des représentants des Etats de la Communauté, mais va-t-on conclure contre la race à la quelle appartiennent des ministres sous le règne desquels la Cour des Comptes signala, dans un passé pas trop lointain, que des tapisseries et du mobilier avaient disparu des inventaires ? diats que l'on doit porter Roger MARIA. OVVVVV\IVVVI.IV """"" r, .1\'\""".1\/\ /\" ,\" .hI\..I\/\j\rI".IV'\lV'\lVVVVVVVVV\lV\lV\IVVV\.IV\lV\lV'\lVVVVV\lV\I\NV\lVI.IV\J. RELIGIONS • La prière de Pâques Les prières dites « pour les juifs », dans la liturgie catholique latine du Vendredi Saint parlent de « perfidi judaei » et de « judaica perfidia », termes tra duits couramment, y compris dans les missels populaires par : « juifs perfides » et « perfidie juive ». Des nombreuses protestations se sont ma n ifestées, depuis fort longtemps contre de telles interprétations péjoratives, ces expressions évoquant en réalité l'infidélité, le refus de la toi. Grâce en particulier aux interventions de l'Amitié Judéo-Chrétienne et de l'Association Internationale des Chrétiens et des Juifs, le Saint-Siège rendit publique, en 1948, une Déclaration où il était précisé à ce sujet : « Dans les traductions en langues modernes, les expressi9ns signifiant « infidélité et infidèles en matière de foi» ne sont pas à réprouver». Cette déclaration avait été jugée encore insuffisante, et M. Jules Isaac, en p a rticulier, eut l'occasion, il Y a quelques a nnées, d1attirer sur cette question l'a ttention du Pape Pie XII. A la suite de diverses autres demarches, le P ape Jean XXIII vient de prendre, le 27 ma rs, une décision qui évitera désormais tou te equivoque : les mots perfidi et perfidia sont purement et simplemen t retirés des oraisons pascales, et dorénavant, les ca tholiques p rieront « pour les juifs » - sans épithète. On ne saurait sous-estimer la portée de cette réforme, même si, en appa rence, elle peut paraître minime. Les antir acistes ne peuvent que s'en féliciter. U.S.A. • De nouveaux crimes D'atroces nouvelles noUS parviennent ces jours-ci des Etats-Unis. Des bandits racistes en cagoules, armés de matraques et (le revolvers, ont pénétré, le 25 avril au soir, dans la prison du comté de Pearl River, à Poplarville (Mississipi). Ils ont trouvé les portes ouvertes, et aucun gardien ne les a arrêtés. Dans le bureau du sherif, ils ont pu prendre les clés des' cellules et sont allés retirer de l'une d'elle un jeune noir de 23 ans, Charles Parker, l'avant-veille du jour où il devait être jugé. ' Celui-ci était incarceré depui.s dru x mois, accusé « d'avoir violé, dans une automobile en panne, une jeune femme qui s'y t rouvait avec sa fillette de ~ ans, et dont le mari était parti à la recher· che d'un mécanicien». Accusation (triste_ ment ) classique dans le Sud des EtatsUnis, et que Charles Parloer niait absolument. Dans la cellule, ont raconté seSi codétenus, les brutes matraquèrent sauvagement Parker. - Pourquoi as-tu fait ça? hurlait l'un des agresseurs. - Je n'ai rien fait, je suis innocent, criait le jeune noir. A demi assommé déjà, ils le traînèrent dehors par les pieds, et lui firent descendre les deux étages, sa tête cognant sur les marches de l'escalier. Puis il fut jeté dans une voiture, qui démarra aussitôt. Le sherif, alerté, organisa des battues qui ne donnèrent aucun résultat: - Ils ont dû le jeter à la rivière, a-t-il déclaré. La vieille mère de Charles Parker, in· terrogée par les journalistes, a dit, au milieu de ses sanglots : - Mon fils était un bon garçon. Je suis allée le voir J.undi ùernier. Je lui ai dit : As-tu fait cela, mon enfant ? et il m'a répondu: Non maman, je ne l'ai pas pas fait. Même s'il était coupable, il avait droit à un jugement loyal. Oh! mon dieu, pourquoi ont-ils fait cela ? ... L'Association Nationale pour l'Emancipation des Gens de Couleur (N.A.A.C.P.) a demandé au président des Etats-Unis de « faire le nécessair e pour protéger la vie des citoyens des Etats-Unis». (Suite page 7.) Pour l'action CARTES D'AMIS Gold: 10.000; Schneiderman: 5.000; Simon: 10.000; Somen: 3.000; Mme Margulies: 3.000; Kandelman: 5.000; Armand: 20.000; Rybak: 500; Rozenblum: 500; Tenehman: 500; Kerjner: 2.000; Victor Hope: 1.000; Kesler: 20.000; Benveniste: 20.000; Dr. Herman: 2.000; Ne1.l: 500; Voisin: 1.000; Judin: 2.000; Finifter: 10.000; collecté par Creitz: 50.000. SOCIETES Amicale de Montreuil: 10.000; Plock: 10.000; Zirardov: 10.000; Amis de Paris: (JU]jJ Les Il REGROUPEMENTS" en Algérie Un enfant meurt tous es deux jours ... Un rapport ét abli p ar six experts, à la; d.emande de M. Delouvrier, délégué g~neral du gouvernement en Algérie, 1 VIent de lever en partie le voile sur les conséquences dramatiques du conflit algérien. Ce document concerne les « centres de regroupement » établis dans le cadre des opérations de {( pacification », et dans .lesquels sont rassemblés, pour la totallté du territoire algérien, plus d'un million d'hommes, de femmes et d'enfants. S 'agit-il d'un exode des populations hors des zones de combat ? If semble que les autorités militaires responsables de ce processus de « concentration » aient d'autres préoccupations. « Les of f i cier s S.A .S. et les command a n t~ ~ e quar t i er, précise le rapport, consl der ent pour la p:upart que les populations r egroupées leur causent moins d'({ ennuis » que celles qui ne le sont pas J) .. . « Il semble confirmé, d'autre part, que le regroupement des populations .diminue dans une grande mesure l'appui que celles-ci apporten t au F .L.N. » Ainsi, les ({ regroupements » traduisent une méfiance fondamentale à l'égard des popu .a : ions musulmanes en tant que telles, considérées comme sy~p a~his ant avec le F.L.N. (ce qui, SOlt dIt en passant, donne à penser que celui-ci n'est pas sans influence). Un état de dépendance totale On ignore le nombre exact de ces centres, certains étant dus à des initiatives locales plus ou moins contrôlables. Les popu'ations sont évacuées de leurs villages, que l'on détruit, et conduites sur les lieux désignés par l'autorité militaire. Quelquefois, des villages nouveaux sont reconstruits, mais la plupart du temps ces personnes déplacées vivent dans des abris de fortune. Les enquêteurs décrivent ainsi les {( villages J) de regroupement (c'est un autre mot qui vient sous la plume) : 1 « Le villaae, parfois protégé par un \ réseau de barbelés, est le plus souvent situé juste à côté du poste militai r e... Lorsque le regroupement est opéré à une distance de 5 à 30 k ilomètres des terres - c'est le plus f réquen t - l es f ellahs vont, sous protection, les cu!tiver un, deux, parfois trois jours par semaine... » ({ Tout dép~ acement de population entraîne un.e amputation toujours sensible, parfOlS totale des moyens d'existence des intéressés... » « Atteints dans leurs revenus, les fellahs le sont aussi dans l eur dignité : ils sont placés vi-à-vis du commandement et du chef de S.A.S dans un état de ctépendance totale. Plus rien n'est à attendre de leur initiative ... » Un enfant meurt tous les deux jours Ainsi ({ dépendants » (autrement dit : privés de leurs ressources et de leur liberté) comment vivent ces « regroupés » ? C'est plutôt d'une mort lente qu'il faut trop souvent parler. Nous citons le rapport, qui prend ici, dans sa sécheresse, les accents d'un réquisitoire

« Aucune statistique de mortalité n'est évidemment disponible. Toutefois certaines constatations ont été faites. Dans un village où neuf cents \ enfants ont été recensés, il en meurt près d'un par jour (val:ée de la Soummam). Un village de l'Ouarsenis rassemble mille cent personnes, ·dont près de six cents enfants. Il en est mort un (deux ans) au moment précis du passage de l'enquêteur : l'officier SAS remarqua que c'était le troisième en quatre jours. Une loi empiriaue a été constatée : lorsqu'un regroupement atteint mille personnes, du M.R.A.·P. 5.000; Nowo-Radomsk : 25.000; Siecl]ec: 50.000; Praga : 30.000; Radom : 10.000; Zloczew

10.000; Brest-Litowsk: Hl.OOO; Miedzyzec:

10.000; Wroclawiec : 10.000; Tarnov: 5.000; Grodzick-Mazowiek: 5.000; Amis Israélites de France: 20.000; Kalish: 10.000; Kielce: 5.000; Gobelins: 20.000 Wolomin; 5.000; Avenir Mutualiste: 5.000. Cartes d'Amis: Varsovie-Ochota: 14.100; Kalish: 8.000; Otwock: 4.500. SOUSCRIPTION POUR LA JOURNEE NATIONALE Tiar: 2.100; Mme Schwarz: 1.300; Meschares: 1.000 ; Mlockier: 1.000. il Y meurt à peu prèS un enfant tous les deux jours ... Les médicaments n'agissent plus ... « Le sous-équipement médical ne permet pas de faire des enquêtes pré- "'" cises en la matière. Il ne semble d'ailleurs pas que l'effort doive porter en priorité sur la situation sanitaire, mais bien sur la situation économique : dans un des cas les plus tragiques rencontrés, un rapport médical préCise que l'état physiOlogique général de la population est tel que les médicaments n'agissent plus ... Il Il kgs d'orge par adulte et par mois Cette misère physiologique ex trême ne peut s'expliquer que par une sousalimentation effroyable. Plus de 2GO.OOO r egroupéS ne reçoivent de m aigres r ations que par intermittence. ({ Dans un des cas observés elles se limitaient à 11 kilos d'orge par adulte et par mois, ce qui est peu lorsqu!il y a des enf ants en bas âge. ({ Non officielles, dues à la bonne volonté d'un f on cti onnaire ou d'un officier, elles ( ces prestations) sont parfois interrompues par le départ de leur initiateur. Dans un centre visité les distributions, seules ressources du tiers des regroupéS, ont mystérieuse ment cessé depuis un mois et aemi. {( Les autres form~ a/assistance, vestimentaire, sociale, et surtout médicale, sont l'objet des mêmes interruptions sans préavis. » Et le rapport résume ainsi la situation

({Par suite des nécessités de la pacification, un million d'hommes, de femmes et d'enfants sont prat i quement 'menacés de f amine. » Le seul remède ... Un million : c'est-à-dire un Algérien musulman sur huit. Et dans une circulaire adressée le 31 mars aux généraux exerçant les pouvoirs civils et aux secrétaires généraux régionaux, M. Delouvrier soulign e : « Au rythme actuel, ce chiffre sera largement dépassé au cours de l'an née 1959 ... » L'émotion causée par de telles r évélations, qui mettent gravement en ca use le renom de la France dan s le monde et la responsabilité de tous les Français, amène le délégué généra l du gouvernement à envisager des remèdes à cette situation scanda leuse. {( Les moyens dont nous àisposons, indique-t-il dans la même circulaire ne permettant p!us désormais de f ai: re face aux besoins essentiels ct'assistance et d équipement, la situation de nouveaux regroupés poserait des problèmes pratiquement insolubles. l) Aussi estime-t-il nécessaire de p r évoir {( l'organisation des regroup ements existants » et décide-t-il « de contrôler personnellement toute nouvelle opération de r egroupement, sous quelque forme que ce soit. » Mais on peu t se demander s'il v a là u ne solution vr aiment efficace. D'abord il n'est pas question de supprimer la méthode des {( regroupeme ltS » mais s ~t lement de l'aménager, d'en pour!'uivre, sous contrôle l'application. ' C'est que, comme le souligne le rapport cité ci-dessus, il s'agit de « nécessités de la paci}ication ». Encore n'est-il ri.en dit ici des conditions faites dans les prisons et les bagnes rés~. rvés aux condamnés, ni des camps d m ternement où 80nt rassemblés plusieurs dizaines de milliers de "uspects. Tel qu'il est ce rapport donne a ux gens de coeu r, à t ous les antir acistes à ceux su rtou t qui ont connu naguèr~ des horreurs comparables, une raison su pplém entaire de réclamer la r echerche urgente et sincère d'une solution pacifique, t enant compte d e t outes les données réelles d 'un drame cruel un drame qui n'a que trop duré et ' que la force ne saurait résoudre. Un document de l'Aumônerie milita ire C75cailec lea. !J6mme;J. com ml!. d e;J. bo.mmé;J. , •• •• Une trentaine de prêtres servant en Algérie ont adressé récemment à leurs évêques une lettre où ils soulignent que, - dans la conduite de la, guerre, sont employés des moyens que leur conscience réprouve. «Les arrestationSi et détentions arbitraire!\ sont nombreuses, constatent-ils. Les interrogatoires sont menés, de façon trop habituelle, avec des moyens que nous devons qualifier de «tortures ». Les exécutions sommaires de prisonniers civils ou militaires, .décidées par une autorité juridiquement incompétente, dissimulées le plus souvent en «tentatives de fuite » et couvertes par des rapports officiels ne sont pas l'exception. Il n'est pas rare enfin, en cours d'opérations, que des blessés soient achevés ... » Ils insistent toutefois sur le fait que, dans certaines régions, des «directives contraires à cet état de chose ont été données », et que «des officiers ou des hommes d'une droiture remarquable ont su créer autour d'eux un état d'esprit contraire à ces pratiques » ... «Beaucoup, notamment parmi les officiers sont cons- . cients qu'ils 'sont ainsi victimes d'une situation inhumaine, qui les contraint· à passer par-dessus les exigences de leur propre conscience », indiquent-ils encore. Et ils ajoutent: «~uer, frapper, avilir devient parfois un Jeu normal pour trop de jeunes. L'adversaire est systématiquement méprisé. Le respect de la vie, le sens le plus élémentaire de la justice disparaissent. Le mélris des lois naturelles et civiques les plus élémentaires entraîne - nous le disons en conscience - une «démoralisa. tion» au sens propre du terme ... » En rapport avec les mêmes problèmes, vient d'être publié un document rédigé sous la responsabilité de Mgr Badré, directeur de l'Aumônerie militaire catholique. On peut y lire notamment : «Dans tous les cas sans exception on doit agir en homme et traiter les hom'mes comme des hommes. « ... La torture, au sens strict du mot: torture sadique, torture vindicative torture- châtiment pour faire expier u~ cri· me, torture « détective» pour avoir des r~ nsei gnement s, «question » pOUl' obte. rur des aveux, torture terroriste pour effr~ yer les populations, est un acte mauvaIs ... «Elle est, en effet, la déshumanisation ou la désintégration de la personne ob. tenue par l'intensité et le raffinement de souffrances physiques ou morales. Elle cherche à dépouiller une victime de c~tte possession de soi et liberté intérieure qui font pal·tie de l"essence même et de l'intégrité de la personne.» Le document souligne d'autre part que les, ar~uments invoqués pour justifier les executlOns sommaires et les tortures ne sont pas recevables, notamment l'argument qui fait état de la « mentalité arabe~. Il dénonce enfin «une certaine intolerane: e idéol~gique, qui veut par la tortur~ faire remer les convictions nationa. listes des rebelles», ainsi qu'« un mépriS racial inconscient », qui est à la source de bien des exactions. DIMANlHE 31 MAI (Suite de la page 1.) Ce sont les aSSIses de la bonne volonté

nationales non seulement en

raison de la diversité des partici pants, venus de tous les horizons, mais encore parce qu'elles s'inspirent des traditions les plus généreuses, les plus constantes de notre histoire, et qu'être raciste, ce n'est pas être français. Les informations que nous donnons ci-dessous permettront à nos lecteurs de mesurer l'importance de la Journée Nationale. Et aussi, selon leurs possibilités, de contribuer personnellement à son succès. • Comment se déroulera-t-elle ? Repartis au cours des deux séances (de 9 h. 30 à 12 h. 30 et de 14 h. 30 à 18 h. 30), plusieurs exposés, préparés par des personnalités particulièrement compétentes, serviront de thèmes principaux à la discussion. Les voici: o La législation antiraciste en France et son application, par M' René William-Thorp, ancien Bâtonnier; • Pour un meilleur enseionement antiraciste dans les écoles de France, par M. Etiemble, professeur à la Sorbonne; • La science, l'histoire et la sociologie contre les préjugés racistes, par M. Hubert Deschamps, professeur à l'Institut d'Ethnologie; • Les traditions antiracistes dans la littérature et les arts en Fra.nce, par Pierre Paraf; • Le racisme, source d'injustices sociales et de divisions néfastes, par un leader syndical; • La rec!'"udescence des menées antisémites et néo-nazies en Allemagne occidentale, par une éminente personnalité de la Résistance. A quoi, il convient d'ajouter le rapport de Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P.: les développements actuels àu racisme et de l'antisémitisme en France. D'autres problèmes pourront certes , V~()oeICII IC~()~'~'IE~lr J'lE IUIEIt:?I()IUILIEIt:?A\ IL~ JOU N E être abordés, les délégués et invités intervenant en toute liberté, selon l'optique sous laquelle ils envisagent la lutte antiraciste. Plus diverses seront les interventions, plus riche sera le contenu de la Journée Nationale, et plus profitables ses conclusions. Le débat sera rehaussé par les prises de position de personnalités éminentes, prenant la parole au nom des différentes familles spirituelles, des différents milieux sociaux, pour exprimer l'unanime opposition du peuple de !'rance aux haines et aux menées racistes et antisémites, quelles qu'elles soient. • Comment se prépare-t-elle ? Une activité fébrile règne au siège du M.R.A.P., où affluent les militants, où se multiplient les réunions et les rencontres, d'où partent lettres, journaux, tracts, affiches, etc ... Mais c'est au dehors que se poursuit la véritable préparation de la Journée .Nationale. UN BANQUET AU RESTAURANT DE L'U.N.E.S.C.O. Dans le cadre de la Journée Nationale , un banquet aura lieu le dimanche 31 mai à 12 h. 30, au restaurant de l'U.N.E.S.C.O., sous la présidence de M. Léon LyonCaen. PRIX DU REPAS (tout compris) 1..200 francs. . Prière de retenir les places de toute urgence, avant le 23 mai, en versant la somme correspondante au M.R.A.P. (chèque ou mandatposte) ou à « Droit et Liberté» (C.C.P. 6070-98 Paris). • wu • • Dans les arrondissements de Par~ s, les local~tés de la banlieue pariSIenne, les VIlles de province, se tiennent et se tiendront pendant tout le mois de mai, des réunions pour l'élec- • tion des délégués. Qu'il s'agisse de meetings, de larges débats (comme celui qui vient d'avoir lieu à SaintQuentin) ou même de petites assemblées privées, entre voisins ou· amis - partout on discutera des différents aspects du racisme et de la lutte à mener pour lui faire échec. A cet effet, des Comités de préparation de la Journée Nationale sont un peu partout en voie de constitution. • D'autre part, de nombreuses sociétés et organisations tiendront des assemblées générales, des contérences, des débats pour la préparation de la Journée Nationale et l'élection des délégués. Il en sera de même dans certaines entreprises, bureaux, écoles, etc ... La Journée Nationale recueillera toutes les idées émises au cours de ces réunions et rencontres. • Comment y participer Outre les délégués élus au cours des réunions locales ou désignés par les sociétés ou organisations, il est possible aux abonnés de « Droits et Liberté » et aux amis du M.R.A.P. de participer à la Journée Nationale. Il suffit de demander au siège du M.R.A.P. (15, faubourg Montmartre Paris 9' - tel. PRO 82-78) des carte; d'invitation. Celles-ci sont indispensables pour entrer ce jour-là dans le bâtiment des conférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O. • Quelles en seront les suites ? La Journée Nationale permettra d'intéresser à notre combat si nécessaire des antiracistes toujours plus nombreux; elle ouvrira de nouvelles perspectives à la diffusion des idées qui nous sont chères. Des rapports et des débats, se dégageront sans aucun doute des directives très utiles pour les antiracistes. Il est certain, en particulier, que cetft ... te grande manifestation apportera une contribution efficace à notre campagne pour améliorer la législation antiraciste. Dans tous les domaines, l'action a~tiraciste sera enrichie et renforcée par cette puissante et digne manifestation. • Pour couvrir les dépenses ... Une entreprise comme la Journée Nationale suppose, on s'en doute, des frais considérables. Pour les couvrir, le M.R.A.P. fait appel à la générosité de tous ses amis. N'attendez pas pour envoyer votre obole au M.R.A.P. ou à « Droit et Liberté » (C.C.P. 6070-98 Paris). Ou mieux encore, collectez également autour de vous, avec les listes de souscription éditées spécialement par le M.R.A.P. pour la Journée Nationale. • Que pouvez-vous faire encore ? . Outre cette aide sur le plan finanCIer, vous avez la possibilité de contribuer par beaucoup d'autres moyens Un déptiant édité par le M.R.Â.P. Pour son 10' anniversaire, et pour la 11' Journée Nationale, le M.R.A.P. vient d'éditer un magnifique dépliant de 12 pages (12 cm sur 15 cm) en trois couleurs. Il sera d'une très grande utilité pour faire connaître notre action et les aspects actuels de la lutte antiraciste. Militants et amis, passez immédiatement vos commandes! PrOllle uade au Palfti~ de lU.~.E.S.(J.O. Je n'ai jamais pu visiter un musée, un château, une cave en Champagne, un paquebot t ransatlantique, de la façon que l'on considère habituellement comme normale. Une fois cependant, m'étant laissée embrigader, en compagnie de l'homme que le Code civil oblige à suivre mes pas, dans un groupe patronné par Cook, j'ai pu voir l'Italie selon le rite établi, je suis entrée au Vatican par la porte des visiteurs et non par une porte de service et j'ai suivi partout le sens indiqué par les flèches. N'allez pas croire que j'y mette de la mauvaise volonté, mai~ une fatalité malicieuse dirige mes pas, dès que cesse la protection de Cook and sons. Tout cela pour vous expliquer que je n'ai pas réussi à visiter le palais de l 'U.N.E.S. C.O. comme il est normal de le faire. Il me serait facile de vous faire croire que j'ai attendu dans le hall confortablement installée dans un fauteuil, mon ticket à la main, que le guide veuille bien s'occuper de moi. Mais la vérité est autre. D'abord ce n'était pas l'heure des visites. Ensuite je suis entrée tout de même, personne ne m'a demandé mon ticket (il n'y a pas de secrets dans cette maison de verre). Et puis, au bout d'une demi-heure je n'avais pas dépassé le bar salon-de-thé, où l'homme qui accompagne mes pas pour les raisons citées plus haut s'était fait une opinion sur le thé anglo-saxon et les cakes destinés aux délégués. Une ruche accueillante Mais cette méthode qui, à première vue, paraît. le contraire d'une méthode permet de voir beaucoup de choses ... et même d'en parler ensuite sérieusement, ce que je vais faire. Des impressions, je peux vous en confier beaucoup, je pourrais même vous parler longtemps du Palais de l'U.N.E.S.C.O. à présent que j'ai la fierté d'avoir comblé une lacune commune à beaucoup de Parisiens. On peut se placer à différents points de vue: celui de l'architecte, celui de l'amateur de peinture, celui de l'amateur de confort, celui du Parisien qui n'aime pas qu'on abîme son PARIS, on peut même philosopher. Voulez-vous que nous commençions par là ? A quoi fait penser le Palais de l'U.N.E.S. C.O.? Eh bien 1 à une ruche, image que suggèrent les sièges en hexagone enfermant de petites tables, où l'on peut s'isoler pour travailler au milieu d'un hall immense, ainsi que les bureaux tous semblables s' ouvran t sur les branches d'un gigantesque Y, emblème de l'U.N.E.S.C.O. Quatre-vingt peuples se mêlent et travaillent à des oeuvres de paix dans cette ruche qui réussit à paraître à la fois prospère et sans faste, à rester accueillante sans pagaille. Un grand voisin : la Tour Eiffel S'il est vrai que l'aspect durable des bâtiments qui abritent l'U.N.E.S.C.O. soit le reflet de la volonté des quatre-vingt peuples qui animent cette entreprise pacifique, on peut prédire un long avenir à l'U.N.E.S.C.O. Le contraste est saisissant entre ce palais et les affreuses constructions qui enlaidissent les jardins de Chaillot (O.T.A.N.) . Le hasard qui m'y avait conduite juste avant ma visite à l'U.N.E.S.C.O. m'a fait rencontrer successivement

un employé qui ne savait pas pour

qui il travaillait, un bureau vide du préposé qui aurait dû y être, des tapis usés et pas mal de crasse ... Un bâtiment moderne, ultra-moderne même, place de Fontenoy, quelle figure fai~-il cet Y dans le ciel de Grenelle ? me direzvous. Une courbe épouse le contour de la place et rien dans cette taçade ne vient rompre l'harmonie des choses pré-èxistanres. Du côté cour, les architectes ont pris leur revanche en jetant au-dessus de l'entrée une sorte de carapace de béton, avec l'épaisseur que cela comporte. Une pointe s'avance vers la cour intérieure, on ne sait pas très bien ce que cela représente, mais ce n'est pas laid. Plus loin, un mobile se balance et se déforme avec lenteur, et l'on s'aperçoit que la Tour Eiffel s'accommode fort bien de ce voisinage, qu'elle forme même un fond remarquablement bien venu pour toute cette architecture si jeune pourtant. Le passé et l'avenir Sans réserve j'ai admiré le jardin japonais. Est-ce que les paysagistes japonais étaient des modernes avant la lettre? toujours estil que l'accord est parfait entre les bâtiments et le jardin par l'intermédiaire de magnifiques blocs de pierre plus beaux que des statues. D'ailleurs, partout c'est la matière Une vue du Jardin Japonais. simple et brute dont on découvre la beauté: beauté des pierres venues d'Italie, beauté des b?is clairs offerts par les pays du Nord, bea.ute du sombre macassar d'Indonésie, beauté des sols de liège vernis de teintes rougeâtres comme l'acajou, beauté du béton nu (mais oui ! c'est une découverte). Beaucoup de pierre qui ne doit rien au ciseau du sculpteur. Ce retour à la matière brute nous entraîne loin dans le futur ... ou dans le passé, à vous de choisir selon que vous regardez les murs de verre où les piliers qui évoquent des cavernes. La découverte de nouvelles beautés compense la déception causée par certaines oeuvres de maîtres venus exprès de leur pays pour exécuter sur place des peintures murales. Impossible de passer sous silence le mur de planches peint par Picasso. Mais la charmante dame en sari mauve qui nous accompagne prend son air le plus fermé pour dire qu'elle n'a pas à expliquer une oeuvre abstraite ... ... Et nous voici déjà dans les salles de conférences aux murs délibérément nus qui reflètent parfaitement les sons, et dont les teintes douces, grises ou belges, invitent à l a sérénité. Un cadre qui donne confiance Les amateurs de confortable aimeront les fauteuils de cuir noir qui rappellent les clubs anglais, la chaleur douce qui se répand on ne sait comment à travers les dalles de pierre les vitres immenses qui captent de tous c&tés la lumière. Je ne sais pas si quelques heures passées sous le toit de l'U.N.E.S.C.O. me donnent le droit de formuler un voeu mais la présence d'une rangée de mâts sans drapeaux le long de l'avenue m'a paru aussi inopportune que le serait celle de quatre-vingt poteaux télégraphiques. On m'a dit que les drapeaux seraient hissés seulement lorsque les représentants des Etats membres seraient en session. Comme je ne pense pas que l'on compte sur ce moyen archaïque pour annoncer au monde la présence des délégués, ne pourrait-on laisser les drapeaux en permanence et se con ten ter de la presse et de la radio comme moyen d'information ? .. C'est ce palais construit au coeur de PARIS, à l'insu de beaucoup de Parisiens, qui sera ouvert le dimanche 31 mai au M.R.A.P. et à ses amis. Un cadre pensé dans l'avenir construit, décoré par quatre-vingt pays, est c~ que l'on peut rêver de mieux pour donner confiance à ceux qui viendront dire leur volon té de faire tomber les barrières qui séparent les hommes et les peuples. Jeanne GOLF AND_ D~'~'I~~lr IL I~II:?A IL~ JOUR E NAT ONALE LES DEUX PROl! accueillis c tion des délégués. Qu'il s'agisse de meetings, de larges débats (comme celui qui vient d'avoir lieu à SaintQuentin) ou même de petites assemblées privées, entre voisins ou amis - partout on discutera des différents aspects du racisme et de la lutte à mener pour lui faire échec. A cet effet, des Comités de préparation de la Journée Nationale sont un peu partout en voie de constitution. • D'autre part, de nOmbreuses sociétés et organiSations tiendront des assemblées générales, des con.férences, des débats pour la préparation de la Journée Nationale et l'élection des délégués. Il en sera de même dans certaines entreprises, bureaux, écoles, etc ... La Journée Nationale recueillera toutes les idées émises au cours de ces réunions et rencontres. • Comment y participer Outre les délégués élus au cours des réunions locales ou désignés par les sociétés ou organisations, il est possible aux abonnés de « Droits et Liberté » et aux amis du M.R.A.P. de participer à la Journée Nationale. Il suffit de demander au siège du M.R.A.P. 05, faubourg Montmartre, Paris 9' - tel. PRO 82-78) des cartes d'invitation. Celles-ci sont indispensables pour entrer ce jour-là dans le bâtiment des conférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O. • QueUes en seront les suites ? La Journée Nationale permettra d'intéresser à notre combat si nécessaire des antiracistes toujours plus nombreux; elle ouvrira de nouvelles perspectives à la diffusion des idées qui nous sont chères. Des rapports et des débats, se dégageront sans aucun doute des directives très utiles pour les antiracistes. Il est certain, en particulier, que cetft ... te grande manifestation apportera une contribution efficace à notre campagne pour améliorer la législation antiraciste. Dans tous les domaines, l'action a1'1jtiraciste sera enrichie et renforcée par cette puissante et digne manifestation. • Pour couvrir les dépenses ... Une entreprise comme la Journée Nationale suppose, on s'en doute, des frais considérables. Pour les couvrir, le M.R.A.P. fait appel à la générosité de tous ses amis. N'attendez pas pour envoyer votre obole au M.R.A.P. ou à « Droit et Liberté » C.C.P. 6070-98 Paris). Ou mieux encore, collectez également autour de vous, avec les listes de souscription éditées spécialement par le M.R.A.P. pour la Journée Nationale. • Que pouvez-vous faire encore ? Outre cette aide sur le plan financier, vous avez la possibilité de contribuer par beaucoup d'autres moyens Un déptiant édité par le M.R.Â.P. Pour son 10' anniversaire, et pour la Il' Journée Nationale, le M.R.A.P. vient d'éditer un magni. fique dépliant de 12 pages (12 cm sur 15 cm) en trois couleurs. Il sera d'une très grande utilité pour faire connaître notre action et les aspects actuels de la lutte antiraciste. Militants et amis, passez immédiatement vos commandes! a•i s de U.l\T.E.S.tJ.O. côté cour, les architectes ont pris leur revanche en jetant au-dessus de l 'entrée une sorte de carapace de béton, avec l'épaisseur que cela comporte. Une pointe s'avance vers la cour intérieure, on ne sait pas très bien ce que cela représente, mais ce n'est pas laid. Plus loin, un mobile se balance et se déforme avec lenteur, et l'on s'aperçoit que la Tour Eiffel s'accommode fort bien de ce voisinage, qu'elle forme même un fond remarquablement bien venu pour toute cette architecture si jeune pourtant. Le passé et l'avenir Sans réserve j'ai admiré le jardin japonais. Est-ce que les paysagistes japonais étaient des modernes avant la lettre? toujours estil que l'accord est parfait entre les bâtiments et le jardin par l'intermédiaire de magnifiques blocs de pierre plus beaux que des statues. D'ailleurs, partout c'est la matière J aponais. simple et brute dont on découvre la beauté: beauté des pierres venues d'Italie, beauté des bois clairs offerts par les pays du Nord, bea~té du sombre macassar d'Indonésie, beauté des sols de liège vernis de teintes rougeâtres comme l'acajou, beauté du béton nu (mais oui ! c'est une découverte). Beaucoup de pierre qui ne doit rien au ciseau du sculpteur. Ce retour à la matière brute nous entraîne loin dans le futur ... ou dans le passé, à vous de choisir selon que vous regardez les murs de verre où les piliers qui évoquen t des cavernes. La découverte de nouvelles beautés compense la déception causée par certaines oeuvres de maîtres venus exprès de leur pays pour exécuter sur place des peintures murales. Impossible de passer sous silence le mur de planches peint par Picasso. Mais la charmante dame en sari mauve qui nous accompagne prend son air le plus fermé pour dire qu'elle n'a pas à expliquer une oeuvre abstraite ... .. . Et nous voici déjà dans les salles de con- . férences aux murs délibérément nus qui reflètent parfaitement les sons, et dont les teintes douces, grises ou belges, invitent à 1 a sérénité. Un cadre qui donne confiance Les amateurs de confortable aimeront les fauteuils de cuir nôir qui rappellent les clubs anglais, la chaleur douce qui se répand on ne sait comment à travers les dalles de pierre, les vitres immenses qui captent de tous cfr tés la lumière. Je ne sais pas si quelques heures passées sous le toit de l 'U.N.E.S.C.O. me donnent le droit de formuler un voeu mais la présence d'une rangée de mâts sans drapeaux le long de l'avenue m'a paru aussi inopportune que le serait celle de quatre-vingt poteaux télégraphiques. On m'a dit que les drapeaux seraient hissés seulement lorsque les représentants des Etats membres seraient en session. Comme je ne pense pas que l'on compte sur ce moyen archaïque pour annoncer au monde la présence des délégués, ne pourrait-on laisser les drapeaux en perma' nence et se contenter de la presse et de la radio comme moyen d'information ? .. . C'est ce palais construit au coeur de PARIS, à l'insu de beaucoup de Parisiens, qui sera ouvert le dimanche 31 mai au M.R.A.P. et à ses amis. Un cadre pensé dans l'avenir, construit, décoré par quatre-vingt pays, est ce que l'on peut rêver de mieux pour donner confiance à ceux qui viendront dire leur volonté de faire tomber les barrières qui séparen t les hommes et les peuples. Jeanne GOLFAND. Comment accéder il l'UNESCO L'entrée de la Salle des Confé· rences de l'U.N.E.S.C.O., où se déroulera la Journée Nationale, est au 125, avenue de Suffren. Métros: Ségur, Cambronne, La Motte-Picquet, Champ-de-Mars ou Ecole Militaire. Lignes d'autobus: 28, 49, 80, 86, 92. au succès de la Journée Nationale. Vous pouvez par exemple: • Faire connaître autour de vous la Journée Nationale et l'action du M.R.A.P., en diffusant notre journal, ainsi que le dépliant édité ces jours-ci par notre Mouvement, ou encore l'étude du président Lyon-Caen sur nos deux projets de lois antiracistes (reproduction en tract de l'article paru dans le dernier numéro de « Droit et Liberté »). • Nous communiquer des adresses de personnes susceptibles de s'intéresser à notre action, et à qui nous enverrons ces différents documents. au Parlement DRESSES début avril aux dif- A férents groupes de l'Assemblée Nationale et au gouvernement, les deux projets de lois antiracistes élaborés par le M.R.A.P. ont recueilli d'ores et déjà de nombreuses, approbations tant au Parlement que dans l'opinion publique. En faisant savoir à notre Mouvement qu'ils mettent ces textes à l'étude les groupes socialiste et U.N.R. indiquent leur accord avec l'esprit général des projets, dont ils soulignent le caractère profondément humain. Le groupe des Républicains Populaires suggère des dispositions pratiques en vue de leur adoption avec l'appui des diverses formations parlementaires. Et le groupe communiste, exprima,nt également son approbation, se déclare d'accord pour déposer les deux propositions sur le Bureau de l'Assemblée. . D'autre part, des députéS de plusieurs partis nous ont signalé, individuellement, leur intention de soutenir activement ces textes, lorsque la Commission des lois constitutionnelles et de la législation en sera saisie. Actuellement, les conversations se poursuivent, en rapport avec les groupes, pour' déterminer la procédure qui sera adoptée. Espérons que, très rapidement, étant donnée la brièveté de la session parlementaire, le nécessaire sera fait pour que cette législation, dont on s'accorde à reconnaître l'opportunité, soit discutée et votée. Des lettres d'approbation Un certain nombre d'organisations ont écrit au M.R.A.P. pour s'associer à son initiative. La Fédération Nationale des Déportés et Internés RéSistants et Patriotes (F.N.D.I.R.PJ, dans une lettre de son secrétaire général, M. Joineau, aprèS avoir chaleureusement félicité notre Mouvement, affirme : « Ces deux projets, ainsi que l'étude très intéressante de M. le Président Lyon-Caen, méritent de retenir cA CJJeLlecltJ.e-luc.-cALliec. et l'attentil nion P1i manqueJ et de les en son l « Bien à coopé7 l'action aboutiSSE lement. La Li§ prouve 1- tive du 1\ sur les l textes ». « Nou~ corder ni action » Syndicali et Peaux avec pein mêmes Ct L' C't avait i que le vient Ph mer l' situati, A caracti même AI corrigé Al ment » lence i ne cr01 D'a chainel (V • Placer des cartes d'invitations. parmi les personnes de votre connaissance désireuses de participer à la Journée Nationale. Il ~ ll~rlllllll' 1IIIIIe ~1I1111111~llllrlllllll ~ • Participer aux réunions locales pour l'élection des délégués et, si possible, aider à leur préparation. • OrganiSer de petites réunions, des rencontres d'amis, de voisins en vue de la Journée Nationale, en y invitant au besoin un membre de la direction du M.R.A.P. Il dépend de nOUS tous que, pour. les dix ans du M.R.A.P., la Journée Nationale ait une ampleur, un éclat un retentissement sans préCédent 1 Dans la petite localité de Bellerive. sur-Allier près de Vichy, la récente campagn~ des élections municipales a été marquée par des incidents scandaleux, indignes de notre pays. Il ne nous appartient certes pas de prendre position dans les querelles qui opposaient le sénateur-maire, M. Fernand Auberger (S.F.I.O.) et son adversaire, le Dr Benhamou (sans parti). Mais ce qu'il nous faut dénoncer ce qu'on ne peut admettre, c'est l'us~ge fait par le premier de l'antisémitisme comme « argument» électoral, et, ce qui plus est, dans le But- Extraits du Bullet in Municipal letin Munie frais de ses On croit de janvier e letin qui est véritable an1 cumulent les pâlir d'envie En premi la largeur, u « Réponse nies et dijjar, Hamou Mou Ou bien, ble histoire culation du Et puis, il articles où, à injurier, à raison de ses «Ah, Mons Moïse, quand le connaisso~ Tlemcen, celu la synagogue, Bensidoun, Ch dire que notTE même mieux pourriez nous « Retournez voilà! Oserezl'on vous a Précisons qu lier de la Légic Combattant où il est pham est marié avet juive, et qu'il été chassé de Mais il y a core: « Les juifs, sent le vrai ment) et n'aim de ChantemerlE « Nous n'avol tre, comme JU( « Nous n'y n'est pour déc mou que génért naires ont dava « Vous êtes et par nature, loi à votre proj Etc ... , etc ... Il faut vraim nation et de ATIONALE Comment accéder à l'UNESCO L'entrée de la Salle des Conférences de l'U.N.E.S.C.O., où se déroulera la Journée Nationale, est au 125, avenue de Suffren. Métros: Ségur, Cambronne, La Motte-Picquet, Champ-de-Mars ou Ecole Militaire. Lignes d'autobus: 28, 49, 80, 86, 92. au succès de la Journée Nationale. Vous pouvez par exemple: • Faire connaître autour de vous la Journée Nationale et l'action du M.R.A.P., en diffusant notre journal, ainsi que le dépliant édité ces jours-ci par notre Mouvement, ou encore l'étude du président Lyon-Caen sur nos deux projets de lois antiracistes (reproduction en tract de l'article paru dans le dernier numéro de « Droit et Liberté »). • Nous communiquer des adresses de personnes susceptibles de s'intéresser à notre action, et à qui nous enverrons ces différents documents. • Placer des cartes d'invitations, parmi les personnes de votre connaissance désireuses de participer à la Journée Nationale. • Participer aux réunion.s looaJes pour l'élection des délégués et, si possible, aider à leur préparation. • Organiser de petites réunions, des rencontres d'amis, de voisins en vue de la Journée Nationale, en y invitant au besoin un membre de la direction du M.R.A.P. Il dépend de :nous tous que, pour. les dix ans du M.R.A.P., la Jour:née Nationale ait une ampleur, un éclat un retentissement sans précédent / LES DEUX PROJETS DE accueillis a vec LOI DU M. R. A. P. sympathie au Parlement A DRESSES début avril aux différents groupes de l'Assemblée Nationale et au gouvernement, les deux projets de lois antiracistes élaborés par le M.R.A.P. ont recueilli d'ores et déjà de nombreuses, approbations tant au Parlement que dans l'opinion publique. En faisant savoir à notre Mouvement qu'ils mettent ces textes à l'étude, les groupes socialiste et U.N.R. indiquent leur accord avec l'esprit général des projets, dont ils soulignent le caractère profondément humain. Le groupe des Républicains Populaires suggère des dispositions pratiques en vue de leur adoption avec l'appui des diverses formations parlementaires. Et le groupe communiste, exprimant également son approbation, se déclare d'accord pour déposer les deux propositions sur le Bureau de l'Assemblée. D'autre part, des députés de plusieurs partis nous ont signalé, individuellement, leur intention de soutenir activement ces textes, lorsque la Commission des lois constitutionnelles et de la législation en sera saisie. Actuellement, les conversations se poursuivent, en rapport avec les groupes, pour" déterminer la procédure qui sera adoptée. Espérons que, très rapidement, étant donnée la brièveté de la session parlementaire, le nécessaire sera fait pour que cette législation, dont on s'accorde à reconnaître l'opportunité, soit discutée et votée. Des lettres d'approbation Un certain nombre d'organisations ont écrit au M.R.A.P. pour s'associer à son initiative. La Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), dans une lettre de son secrétaire général, M. Joineau, après avoir chaleureusement félicité notre Mouvement, affirme : « Ces deux projets, ai:nsi que l'étude très i:ntéressante de M. le Président Lyon-Caen, méritent de retenir 04 OEeLlecioe-tiuc.-04Lliec et dans l'opinion publique l'attention du Parleme:nt et de l'opinion publique. !Notre fédération ne manquera pas de les faire connaître et de les soutenir par tous les moyens en son pouvoir. « Bien entendu :nous sommes prêts à coopérer avec votre Mouvement à l'action nécessaire en vue de leur aboutissement rapide devant le Parlement. » La Ligue de l'Enseignement « approuve pleinement, elle aussi, l'initiative du M.R.A.P., et donne son accord sur les principes contenus dans ces textes ». « Nous sommes prêts à vous accorder notre appui total dans vQtre action », écrit de son côté l'Union Syndicale des Travailleurs des Cuirs et Peaux de la Seine (C.G.T.) ... C'est avec peine que nous constatüas nousmêmes combien le racisme et l'antisémitisme so:nt virulents... . .. Nous. sommes sûrs que vous trouverez dans les larges masses travailleuses de France, fortes de leurs traditions dé· mocratiques, tout l'appui pour l'aboutissement de votre initiative humaine et courageuse. » Et le Conseil National de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (UJRE) « félicite le M.R.A.P. pour cette importante initiative, et s'engage à informer les plus larges couches de la population juive de ces projets de loi ». Des lettres d'approbation sont parvenues également des Communautés israélites de Lunéville, de Brest et de Nancy. Le président de cette dernière, M. André Arthur Cahen, écrit : {( Nous aurions pensé que la leçon . des années passées aurait été suffi( Suite page 6) L'antisémitisme en Justice C'est puur avoir constaté à maintes reprises la difficulté qu'il y avait à obtenir la condamnation de la propagande et des actes racistes, que le M.R.A.P. a été amené à élaborer les projets de loi qu'il vient vient de soumettre au Parlement. Plusieurs affaires récentes viennent, s'il en était besoin, de confirmer l'opportunité de cette initiative, l'urgence d'un remède à cette situation . A Saint-Quentin, un enfant est maltraité parce que juif, et le caractère antisémite des brimades, odieuses en elles-mêmes, n'est même pas pris en considération. A Paris, c'est un juif, ancien déporté, qui est condamné pour avoir corrigé son insulteur. A Bellerive-sur-Allier, l'antisémitismb .1st utilisé comme « argument » au cours de la dernière campagne électorale, avec une insolence inouïe; mais appliquant à la lettre la loi actuelle, les juges ne croient pas devoir retenir le délit d'excitation à la haine. D'autres affaires sont en cours, dont nous aurons à parler prochainement. (Voir nos informations page 6) Il ~ llllrllllili i Illille ~111111111~llllrlllll~ 1 1IIIIIe I~~E lllllllt(lllir () IIIIIIR /lllllil Dans la petite localité de Bellerivesur- Allier, près de Vichy, la récente campagne des élections municipales a été marquée par des incidents scandaleux, indignes de notre pays. Il ne nous appartient certes pas de prendre position dans les querelles qui opposaient le sénateur-maire, M. Fernand Auberger S.F.I.O.) et son adversaire, le Dr Benhamou (sans parti). Mais ce qu'il nous faut dénoncer, ce qu'on ne peut admettre, c'est l'usage fait par le premier de l'antisémitisme comme « argument » électoral, et, ce qui plus est, dans le Butletin Municipal Officiel, donc aux frais de ses administrés. On croit rêver, à lire les numéros de janvier et février 1959 de ce Bulletin qui est, du début à la fin, un véritable anti-Benhamou, et où s'accumulent les injures racistes, à faire pâlir d'envie « Rivarol ». En première page, voici, sur toute la largeur, un titre significatif : « Réponse aux mensonges, calomnies et diffamations du dénommé Ben Hamou Mouchi Moïse.}) Ou bien, cet autre: ({ Une véritable histoire de juif : la carte de circulation du maire de BeUerive ... » Et puis, il y a, à chaque page ces articles où, visiblement, on a cherché à injurier, à déshonorer un homme à raison de ses origines. Nous citons : « Ah, Monsieur Benhamou Mouchi Moïse, quand on connaît comme nous le connaissons le quartier juif de Tlemcen, celui qui s'étend. autour de la synagogue, dans les rues de Rebb, Bensidoun, Charles-Quint, laissez-nous dire que notre Bellerive vaut tout de même mieux que tout ce que vous pourriez nous donner en exemple... }) « Retournez d'où vous venez 1 Mats voilà! Oserez-vous retourner là d'où l'on vous a chassés ?.. » Précisons que M. Benhamou, chevalier de la Légion d'Honneur, Croix du Combattant Volontaire, habite Vichy, où il est pharmacien depuis 1930, qu'il est marié avec une institutrice non juive, et qu'il n'a évidemment jamais été chassé de Tlemcen. Mais il y a mieux. Nous citons encore

« Les juifs, a écrit Pascal, connaissent le vrai Dieu (l'arge:nt certainement) et n'aiment pas la terre (celle de Chantemerle sans doute) ... }) « Nous n'avons pas trahi notre maître, comme Judas ... » ({ Nous n'y reviendrons pas, si ce n'est pour déolarer au sieur Benhamou que généralement ses coréLigionnaires ont davantage de flair ... }) ({ Vous êtes assez rusé, par origine et par nature, pour faire appliquer la loi à votre profit ... » Etc ... , etc ... cupation) pour rassembler en quelques pages de petit format, tant de formules insultantes ... Sans parler des injures qui n'ont pas de caractère antisémite (imbécile, canaille, etc .. . qui reviennent fréquemment sous la plume du sénateur-maire. M. Benhamou, défendu par M' Ayache, engagea des poursuites : le tribunal condamna M. Auberger à 100.000 francs d'amende et 200.000 de dommages et intérêts. Celui-ci porta plainte à son tour contre des articles assez vifs répondant à ses attaques, et M. Benhamou fut ensuite condamné à 12.000 francs d'amende et 30.000 francs de dommages et intérêts, tandis que M. Auberger écopait encore 100.000 francs d'amende. Ainsi, le Tribunal a été nettement plus sévère à l'égard de M. Auberger, et c'est justice. Mais, ce qui est étonnant, c'est que, basant son jugement sur les délits de diffamation et d'injures, il ne croit pas devoir retenir le délit de diffamation et injures raciales. Citant quelques-unes des phrases que nous avons reproduites plus haut, le Tribunal estime qu'elles {( ont certainement pour but, et en tout cas pour conséquence de provoquer le mépris, l'anthipathie, l'aversion des habitants de Bellerive à l'encontre des Israélites et plus particulièreme:nt du sieur Benhamou » mais que ({ ces propos ne constituent pas des diffamations », et que « d'autre part, les expreSSions outrageantes et termes de mépris n'ont pas pour but d'exciter à la haine entre les citoyens et habitants. » Ce distinguo paraîtra peut-être bien subtil. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les juges ont interprété dans le sens le plus restrictif le texte du décret Marchandeau, le seul qui vise actuellement à réprimer l'antisémitisme. Confirmation s'il en est, de la nécessité d'une législation plus claire qui permettra de définir sans équivoque les délits de ce genre et de les sanctionner valablement. Tel est le but recherché par le M.R. r 1 Extraits du Bulletin Municipal Il faut vraiment beaucoup d'imagination et de haine (ou une grande mémoire des écrits publiés sous l'oc- A.P. en soumettant au Parlement ses deux propositions de loi. M. Auberger - réélu sénateur - les votera-il ? _ .. ft. • ft LAGLOIREDUGHETTO DE VARSOVIE Chaque printemps marque pour nous le retour de ces grands anniversaires de la Résistance et de la Libération où s'inscrit à jamais le fulgurant souvenir de l'insurrection du ghetto de Varsovie. Durant ces semaines d'avril et de mai où la douceur de Paris nous enveloppe, nous venons nous replonger quelques heures en ce ~~e;~~ ~",",v,",v,", v .. I\"./\,~' " ,,,.fi,, .fIJ\.fIJ\ 'v,", v,", v ... ' passé dont seize années seulement nous séparent. Autour des six lumières évoquant les six millions de victimes, nous écoutons la prière aux morts, le poème de ceux qui marchaient aux combats, parfois aussi le témoignage d'un survivaI).t qui dégage la leçon de cette épopée. La première leçon est une leçon de fidélité. C'est tuer deux fols les morts que de les oublier. Si la loi de la vie est de ne poin t s'accroch er' aux rites funèbres et, comme disait J ean J aurès, de garder la flamme et non pas les cendres, envers la mémoire de ceux qui ont tout donné, toute nég:igence est sacrilège. Elle compromet le moral des jeunes générations. Elle ne peut que contribuer à changer en (~ t richeurs » ceux qui doivent être au plein sens du mot des hommes. Et ce devoir de fidélité s'impose pour les morts de la grande guerre comme pour ceux de la Résistance. Il est plus impérieux dans la mesure même où le sacrifice fut plus dur, plus désespéré. A cet égard la révolte du ghetto de Varsovie apparaît d'autant plus héroïque qu'elle excluait toute victoire. Elle était d'abord un soufflet au bourreau

l'option de ceux qui préfèrent

mourir en soldats qu'en passives victimes. Leur courage n'est pas inuti'e. Ce courage porte en lui • -.. • ft • le commencement du châtiment. Il rompt le maléfice de la servitude. L'esclave re!ève la tête. Promethée enchaînée brir;:e ses liens. A cet égard l'exemple des petits fils des gh ettos de Scholem Aleichem, issus de longues générations d'artisans, d'humbles co:por1leurs qui demeuraient quant même les enfants du Peuple du Livre, est immortel. Il nous rappelle que rien n'est jamais perdu, lorsque brille encore la petite flamme de l'Homme. Mais, sans prétendre jamais fai' re parler ceux qui ne sont plus, les morts du ghetto de Varsovie nous laissent peut-être un autre testament. Sans doute étaient-ils d'origines, de professions, d'opinions fort différentes. Sans doute se trouvait-il parmi eux des orthodoxes rigoureux, des libéraux et des athées, des conservateurs, des socialistes et des communistes. Des sionistes acharnés et ceux qui voulaient rest er sur leur terre d'Europe orientale en cultivant strictement leur patrimoine spirituel et ceux qui voulaient s'in tégrer totalement parmi leurs autres concitoyen s. Notre devoir n 'est-il poin t de veiller à ce que partout leurs aspirations divergentes, variées, soient respectées en la personne de leurs descendants, à ce que chacun d'eux puisse librement accomplir son destin. Nous les Français dont le monde ne prononçait pas le nom sans y associer le nom de liberté, ne sommes nous pas singulièrement placés pour remplir une telle mission? Si les divisions ou le découragement nous menacent, tournonsnous vers ce martyre et cette gloire d'un printemps de 1943 du judaïsme de Pologne. Scellons notre commune volonté dans le souvenir de nos frères insurgés du ghetto de Varsovie. • • 12' antisémitisme en Yustice- Etrange clémence là ~St-Ouentin B ARBOUILLER de sang un enfant de six ans et demi, l'enfermer dans la glacière d'une boucherie, après l'avoir poursuivi dans la rue et l'avoir abondamment traité de « sale juif » et de « sale polak » : ces brimades odieuses, a décidé le Tribunal d'instance de Saint- uentin, méritent... 6.000 francs d'amende. Ainsi, les juges, se prononçant le 14 avril sur la plainte de la famille Jacoubot, n 'ont cru devoir faire droit, sur aucun point, aux demandes formulées par l'avocat du petit Henri, notre ami M' Manville. Ils n'ont pas accepté de qualifier cette agression préméditée autrement que « violence légère» et donc da se déclarer incompétents pour permettre une condamnation plus sévère. Ils n'ont pas voulu ordonner l'expertise qui aurait permis de constater les conséquences pour l'enfant des mauvais traitements subis (bronchite, troubles nerveux persistants) à la suite desquels il a dû manquer l'école pendant trois semaines. Et seul, l'un des commis-bouchers, Terrouane, bouc émissaire étrangement docile, encourt la peine prononcée, alors que le patron-boucher et son autre commis, dont la responsabilité (pour ne pas dire la complicité) est évidente, avaient été convoqués comme simples témoins. « J 'ai trouvé ça ban al », avait déclaré le boucher, lorsque M' Manville lui demandait, à la barre, ce qu'il pensait de tels actes. Banal : le Tribunal semble donc pencher, lui aussi, po~r une telle appréciation. M. Jacoubot, qui avait dignement exprimé, à l'audience du 17 mars, sa volonté de voir châtier les persécuteurs de son fils, en soulignant la portée qu'aurait une sanction exemplaire, n'entend pas que les choses en restent là. Il a fait appel. Il sera approuvé. sans aucun doute, par tous les gens de coeur, estimant que cette clémence n 'est pas propre à décourager les a ntisémites et les racistes. Un anC•I en déporté condamné L'autre jour, passait, en correctionnelle, à Paris, une affaire d'antisémitisme, opposant un certain baron Alain de Severac à un israélite ancien déporté, M. Neugebauer. L'un et l'autre travaillaient dans une fabrique de crème de b2auté : {( La Neige des Cévennes ». Moins indulgent envers une victime de l'antisémitisme que les juges de Saint-Quentin envers des antisémites, le Tribunal a condamné M. Neugebauer (avec circonstances atténuantes, il esl vrai) à 10.000 francs d'amende et 25 .000 de dommages et Intérêts. De Severac fit un jour à une tierce person- Ajoutons que {( Ll Neige des Cévennes », ne (qui est venue en témoigner à la barre) après avoir licencié ses deux collaborateurs. des remarques racistes sur M. Nçugebauer, a r"ngagé de Severac, et que M. Neugeaffirmant notamment que {( queL que soit bauer s'est vu dans l'obligation de chercher l'endroit où il habitera, ce sera toujottrs ttn un nouvel emploi. ghello ». M. Neugebauer, av?rti, demanda --- --- --- -- - des expl.ication~ à son collègue de tra~ai,l: 1 Les pr - J' ets de 101- et, celUi-Ci lUi ayant Insolemment repete ,~ ces propos, Il lui donna une correction. d M R P C,st donc l'insulteur qui portait plainte, U.... ., . et récbmait 325.000 francs de dommages et intérèts. {( Je suis Olll1?lIIi de la violellce, a déclaré devant le tribunal M. Neugebauer, que défendait Me Dechezelles... M,lis je ne pottl'ais PdS Stlpporler d'être ainsi injurié. J'ai paHé trois ail nées dans les camps de concenIratiull, oit taule ma f,l1nille a été exterminée ... » eJICOJ-e (Suite de la page centrale.) sante et que plus de dix ans apTes la Libération, il n'aurait pas été besoin d'envisager la répression de menées ou de simples actes dont le souvenir n'était plus pour nous que celui d'un passé, certes peu glorieux, mais que nous aurions voulu oublier ... MA AGASC • • ',e"l'COII Il ,f. !" ,i,-e 1 « Puisqu'il n'en est malheweusement pas ainsi, nous manquerions à tous nos devoirs - et si je pense à nos enfants, je pense également à nos martyrs et à nos morts - si nous n'approuvions le but et l'esprit qui nous animent en soumettant au Par lement les deux projets de lois ». A M adagascar, un mois après le catac: ysme de début avril, les plaies sont loin d'être pansées. Nous a "'/.s demandé à M. Pierre Soléme, secrétaire national du Secours Popula~re Français de faire, pour nos l~cte~r~, le point de la campagne de soltdante. I L Y a un mois, un cataclysme d'une violence extrême s'est abattu sur Madagascar. Dès les premiers jours, par télégramme, le Comité de Solidarité de Madagascar, faisant confiance au peuple français, s'était adressé au Secours Populaire Français. Puis, dans ses lettres, d'un caractère profondément poignant, il précisait : « Des milliers et des milliers de sinistrés (plus de 50.000 pour la seule ville de Tananarive, 15.000 à Mandritsara, etc ... ) des maisons détruites, les cultures complètement perdues, ces quelques mots ne pourront lamaiS exprimer toute la misère et les souffrances endurées Q,ujoura'hui par notre peup:e... » Un correspondant nous écrit de Manajary

« Le petit village d'Ampasimbola, dans le District de Mananjary, composé d'environ 100 cases a été complètement détruit par les eaux, et aujourd' hui, l'emplacement de ce village, est aussi plat qu'une grande rue... » De Tangaimony, dans le district de Farafangana : « Les pousses de riz ont été ravagées, ainsi que le manioc. La famine qui sévit est terrible. » TOUT SE (Suite de la page 1.) ,~ d'Algérie, il faut laisser carte blanche aux nationa 1 istes professionnels, à tous ceux pour lesquels la Nation França ise nLe~t pas d'abord la patrie des droits de l'hom- ' me et du citoyen mais un imposs.ible mythe de la race et du sang, hérité, pour partie, d'Hitler et de ses seïdes. A CTUELLEMENT, nous en SOmmes là et ce n'est pas l'endossement et 1 a glorification des comp lots du 13 mai et de la révolte des ultras par les pouvoirs publics, non plus que la bénédiction donnée à la comédie de la fraternisation, qui peuven1 mettre un frein à cette puissante Un autre correspondant de la Côte Est dans le district de Moramanga, à Ambodiarabe nous décrit les effets du sinistre : « A Ambodiarabe, toutes les cases ont été emportées par la violence des eaux. A AmbodiarakelY, des 50 cases qui formaient le village, 5 seulement ont été épargnées. A Antandrojomby, le village entier, y compris l'église et les bâtiments administratifs, a été emporté ... » Du district de Nosy-Varika (dans le Sud-Est) un autre ami nous informe: « ... Il m'est impossib!e d'évaluer les degâts causés par la montée des Tivières Sakaleona et Ranantara. Il est impossible aussi, de connaître le nombre exact des victimes ... » Dès l'annonce de cette catastrophe, tout en soulignant qu'il appartenait aux Pouvoirs Publics de consacrer au relèvement des Dopulations sinistrées toute l'aide économique et tout l'effort financier auxquels elles avaient droit, le Secours PopUlaire Français a estimé que la solidarité du peuple français envers le peuple malgache devait se manifester une fois encore. Et tous nos amis nous ont aidé, nous aident toujours, avec d'autant plus de coeur et de générosité, d'abnégation qu'ils connaissent, non seulement la profonde misère, à l'état endémique, des populat ions malgaches toujours sous la menace de la famine et tous les abus nui, en régime colonial, ne manquent pas de se produire en de pareilles circonstances, mais animés également par ce mouve- TIENT ... remontée de nationa lisme, d'égoïsme racia 1 et de mépris de l'homme. C' est en partie pour lutter con.tre toutes les formes de racisme, celles qui prennent pour cible les Juifs comme celles qui blessent si cruellement les Algériens, que nous réclamons depuis longtemps la paix en Algérie par l'ouvertl.{re de nég~c;atlons. En dehors du bienfait d'un acheminement vers la paix, en dehors de l'espoir d'un terme aux tortures et à la misère des camps de concentration, des négociations auraient, en effet, le mérite, en plaçant les deux parties sur le même pied, de redonner son sens humain à .l'idée d'égalité, véritable --antidote au racisme et à ses seque lles.. André HAURIOU. ment d'amitié, de fraternité né au 1 lendemain des tragiques événements de 1947. Nos amis du M.R.A.P., les lecteurs de {( Droit et Liberté » ont vécu ces jours dramatiques : le massacre de 90.000 Malgaches, la répression, la misère accrue pour tant de femmes et d'enfants, la montée au Calvaire de tout un peuple. Et c'est pourquoi. de ;partout en France, de tous les milieux et non pas seulement de nos fédérations et comités du Secours Populaire Français, mais venant des municipalités, de comités d'entreprises, des amis du M.R.A.P., de fédérations et sections syndicales, de collectes faites sur les marchés ou au porte à porte, près de 2 millions ont été à ce jour versés (1), Cet argent a été immédiatement adressé au Comité de Solidarité de Madagascar. Denrées alimentaires, couvertures, vêtements étaient par ailleurs recueillis dans nos permanences de la solidarité. Après démarches, les Compagnies aériennes et maritimes nous ayant accordé le frêt gratuit, plusieurs tonnes de ravitaillement sont en route pour Madagascar, alors que les vivres (chocolat, sucre, lait) gratuitement acheminés par les Tra:t;lsports Aériens intercontinentaux y sont déjà arrivés. « Nous avons pu les retirer sans difficultés », nous écrivent nos amis du Comité de Solidarité de Madagascar. Ils comptent sur nous. Il y a tant à faire. Ils ont tenu à nous remercier, pour notre aide morale et matérielle. Notre gratitude, la reconnaissance de nos amis Malgaches s'adressent également à nos amis du M.R.A.P. N'ont-ils pas contribué, nombreux, à nos efforts de solidarité en faveur de ce peuple malgache, tant éprouvé. (1) Adresser les dons soit au M .R.A.P., 15, faubourg Montmartre (C.C.P. ·Droit et Liberté, 6070-98 Paris), soit au Secours Populaire Français (C.C.P. Georges Michaux 5269-41. PaTis - 16, rue des Jeûneurs ,Pans-2'). Pierre SOLEME. De nombreux avocats témoignent également de l'intérêt qu'ils portent à l'init iative du M.R.A.P., ainsi que (entre aut res) M. ANDRE HAURIOU, professeur à la Faculté de Droit, et M. ODET-DENIS, président du Comité de la France d'Outre-Mer et de l'Association des Guadeloupéens. Les projets de loi du M.R.A.P. avaient été préalablement soumis au C .R.LF. ( Conseil Représentatif des Juifs de France), et examinés en commun, au cours d'une renontre de juristes des deux organisations. Dans une lettre au président LyoriCaen, M. Modiano, président du C.R.LF., écrit notamment que ({ tenant compte de l'intérêt considérable que présente pour tous le dépôt de textes destinés à juguler l'antisémitisme et empêcher la discrimination dans l'embauche, le C.R.l.F. est prêt à reprendre un contact destiné à assurer la plus grande efficacité à tous textes concernant les buts poursuivis. » Le M.R.A.P. a donc proposé au C.R.LF. une rencontre au cours de laquelle les projets de lois élaborés par notre Mouvement seraient étudiés et où seraient envisagés les moyens propres à les faire aboutir. Il suggère également à la L.LC.A. de se faire représenter à cette rencontre. Le renforcement de la législation réprimant le racisme et l'ant isémit. isme tient en effet à coeur à tous les antiracistes. En unissant leurs efforts ils pourront obtenir plus rapidement l'adoption de ces textes, qui rendront plus efficace leur action, aujourd'hui si nécessaire. A VOTRE SERVICE L'ANNUAIRE PROFESSIONNEL DU PRET A PORTER L'outil de travail indispensablte des industries et commerces DE L'HABILLEMENT Editions Charles Mandel 17, Faubourg-Montmartre Paris-9'. Tél. : TAI 41-12 Au récent- Congrès de Rome, les écrivains et- . art-ist-es nOirs ont défini UN VERITABLE HUMANISME affirmant l'égale dignité de toutes les races et de toutes les cultures SI jamais congrès fut marqué par l'idéologie antiraciste (et cependant ce dernier mot ne fut presque jamais prononcé en son sein), ce fut bien celui auquel, nous écrivains noirs, avons participé à Rome, du 25 mars au 1er avril. Nous avions, avant de définir les responsabilités et les tâches qui nous attendent, à l'étape historique présente, à analyser les fondements à partir desquels les hommes de culture noirs, parlant au nom de leurs peuples respectifs, pensent tirer leur unité de doctrine, de principes, de points de vue. par 1_ __L _e_o' n_ar_d_S_A_I_N_V_I_L_L_E_. _1 Par delà quelques divergences d'idées qui sont inévitables, quand elles viennent d'hommes si divers et que séparent les Océans, s'affirma sans conteste, la puissance et la force d'attraction de ce qui doit nous unir, nous unit déjà. Les écrivains et artistes noirs portent en eux avant tout le sentiment de fraternité universelle et l'impérieux désir, en abolissant toutes les barrières dressées au nom de la diversité et des prétendues inégalités en tre les races - mais en réalité, soutenues par les intérêts les plus sordides - de promouvoir l'entente féconde entre tous les peuples. C'est ce qu'ils ont d'abord exprimé par la bouche de tous ceux à qui ils avaient délégué l'autorité de la parole. Toutes les races sont également dignes Priee-Mars, le Président de la Société Airicaine de culture, inaugurant la série de rapports sur les fondements de l'unité de la culture négro-africaine qui ont rempli les premieres séances du congrès, sonna à la fin de son savant exposé « L'appeL de ses semblables de tOftS les continents pour une croisade de jltStice et de fraternité, afin qtte règ11e d./Ils le monde plus de compréhension, pLus de scrupules et d'équité dans la soLidarité des tâcbes et des devoirs». Et le matin de ce même jour, à la séance solennelle d'ouverture au Capitole, notre Secrétaire général Alioune Diop, parlant devant le public romain et les plus hautes instances de la Péninsule, était amené à rappeler certains aspects de la domination que l'Occident fait peser sur le monde. « Les abus de l'autorité wltttreLle ont donné lIdlSS(/1ICe en Occident au racisme, tel qu'il se déch,tÎne aujourd'hui ef~ Afrique du Sud. aUX ElatrUnis et depuis quatre siècles en Ellrope même. Le Nègre, dans la conscience occidentale, malgré de récents pro[{ rès. est ellcore trop souvent simple objet, destùle à rehattSser l'éclatante beauté de la race blallche », proclama-t-il. Puis, répondant à ceux qui crient au péril jaune ou noir. devant le rassemblement des opprimés, il s'écriait: « En vérité, taules les races sont égalemellt dignes. Ce que l'on prend comme un péril (ce n'est pas un hasard, si l'expression {( péril blanc» n'a jamais existé), ce que l'on redoute dans l'éveil des peup[es de COtt" leur, c'est la révélation... que l'hégémonie de la race blanche prend fin .. . « Redouter le racisme de la part des peuples qui ont Le pltts souffert dtt racisme, de La part des peuples les pltts désarmés, et vouloir au nom de cette crainte, les maintenir encore dans la dépendance et l'ù'responsabilité, c'est commettre tme injustice criante et appauvrir la consciel1ce httmaine». Contre une crainte aussi absurde, il fit excellement remarquer que nous « hommes de wlture, donc de réflexion et de création, noltS sommes par vocation, bâtisseurs de beauté, et messagers de justice et de fraterl1ité ... nous sornmes hommes du dialogtle». Enfin, après avoir observé que rien n'était « plllS triste et moins condamnable que de défendre tme race, sa propre race», et paraître ainsi « exposer aux autres, ce que l'on a de plus étrange, de moins accessible et moins normal» et que « ce n'est pas nous qui avons isolé le ] lIif, l'Arabe 011 le Chi- 110is pour les écraser de mépris et d'injustice », il définissait ainsi l'une des préoccupations majeures de ceux au nom de qui il parlait : « Nous nOM imposons comme tâche d'en" richir le patrimoine humain de tout ce que noire jugement et notre sensibilité peuvent clpporter de positif et de bénéfique». Une p uissance de paix Rabemananjara le poète malgache bien connu, se montra animé des mêmes soucis, des mêmes idéaux des mêmes impératifs de pensée qu'Alioune Diop, et dans le beau discours qu'il prononça à cette première journée de congrès, on peut relever ces deux passages qui sont caractéristiques et qui témoignent de l'esprit d'universalité de l~écrivain noir, comme de sa constante angoisse: « Nos confrères occidentaux n'éprouveront jamais le tourmel1t, ni le déchirement, dont nolIS sentons le jeu et la morsure à nos flancs, car ils n'auront pas à co/maître l'espèce de tension que nous portons en nous, née de notre fidélité à 110tre appartenal1ce originelle, et de ?lotre atlachement à leur Cliiture ... « Nom Ile combattons pas l'Occident en tant qu'Occident. Nous luttons contre un certain esprit de L'Occident, responsable des servitudes d'autrefois et cottpable de vou[oir maintenir et prolonger notre oppression d'aujotlrd' hui». Enfin, Sekou-Touré, qui, aux yeux des Européens eux-mêmes, a été considéré comme une des voix les plus autorisées du congrès, n'a-t-il pas solennellement déclaré: « La culture noire, préservée de totlte al" tération profonde, débouche stlr la vie uni,' erselle, non cam me un élément antagoniste, mais al'ec l'anxieux souci d'être un facteur d'équilibre, tme puissance de paix» . Vers l'avenir . .. Mais nous devons arrêter là nos citations. Il ne serait pas difficile d'en donner bien d'autres encore, et qui toutes prouveraient qu'une des idées-forces, de quoi était faite notre entente à Rome, a été notre position constante quant à l'attitude à avoir en face des problèmes raciaux. Si nous avons choisi cell es-là, c'est qu'elles QUE SE PASSE-T -IT...J ? (Suite de la p age 3,) A Tallahasse, en F loli;l.e, dans la mëme ville où, l'autre année fut assassiné le petit Emmett Till (pour avoir sifflé d'admiration devant une f emme bla nche ), une jeune fille noire a été violée par qu atre j eunes gens blancs. Elle se . trouvait da ns une voiture avec une ami~, quand les agresseurs surgirent, revolver au poing_ L'une des jeunes filles put s'échapper , L'autrle fut retrouvée dans! un bois, ba illonnée et blessée_ Les quatre jeunes gens ont été arrêtés. L'un d'eux est âgé de 16 a ns. Ils doivent comparaître le 1er juin devant le « grand jury » . Les élèves de l'Univer sité de Mécanique et d'Agriculture de T allahassee, où étudia·it la victime ont décidé une grève d'une semaine pour affirmer leur volonté de voir les coupables châtiés. QUELQUES SPECTACLES Nous apprenons la sortie prochaine dans plusieurs grands cmemas parISIenS du film de Claude Bernard-Aubert: LES TRIPES AU SOLEIL, qui a obtenu le visa de censure avec les difficultés que l'on sait. Nous ne pouvons qu'inciter nos lectevrs et amis a aller voir cette oeuvre a ntiraciste vigoureuse, que nous avons présentée dans notre précédent num é~ .

Nous saluons également la réalisation, au t h éât re Héber tot de la pièce de Claudc Vermorel LES MURMURES DE LA FORET, oeu'vre qui met en sc:'n e, da ns un esprit profondémen t h umain des per son n ages bla ncs et nOlfS. Claude Vermorel, on se souvient, s 'est vu décer n er une • men tion speCiale, en 1957, par le jury du Prix de la Fra tern ité, pour son film « La plus belle des Vies H .

    • * Dans la sélection française au Festival

de Cannes nous notons le film de' Marcel Camus, ORFEU NEGRO, qui transpose la légende d'Orphée dans le cadre du Carnaval de Rio. La belle actrice noire Marpessa Dawn en est la vedette. •

  • *

Au festival de Cannes également, sera présenté un émouvant court métrage tchécoslovaque : LES PAPILLONS NE VIVENT PAS ICI. Les auteurs ont rassemblé, pour le réaliser, des dessins d'enfants juifs exterminés dans le ghetto de Terezin.

    • * A l'heure où nous mettons sous presse,

vient de sortir à PariS! un grand documentaire: LE PROCES DE NUREMBERG. En dépit de quelques passages tendanc.ieux, ce film évoque de façon saisissante les crimes qui ont conduit les chefs nazis à ce grand procès historique. Il est aujourd'hui un rappel opportun. Une séance du Congrès de Rome. - Au premier plan : Alioune Diop et J acques Rabema n anjar a ; à droite du cliché, n otre collabor a teur Léonar d Sainville. émanent d'hommes qui sont tenus comme particulièremen t représen tatifs. Mais, à la réflexion, on voit bien qu'un esprit averti n'aurait même point besoin de se référer à de telles déclarations. Un raô5~mblement international d'écrivains ct d'artistes noirs, n'est-il pas en lui-même, et par définition, une ample, une grandiose manifestation d'antiracisme? La réunion des hommes et des femmes venus à Rome, comme il y a un peu moins de trois ans, la confrontaion de ceux qui étaient présents à Paris, n'est-elle pas la preuve éclatante que c;ux qu'on a voulu, sous le prétexte de prétendues inaptitudes, mettre en une in terminable tutelle, prennen t ouvertement, résolument, le droit de s'occuper eux-mêmes de leurs propres destinées et rejettent l'inadmissible patronage des oppresseurs. Un tel acte collectif est plus important et engage plus d'avenir que la profession de foi la plus éminente, traduit irrévocablement la rupture avec le passé, est un pas vers cet avenir qui se prépare. Cette prise de conscience déconcerte, exaspère ou effraie les attardés de tous poils, et les tenants d'un odieux état de servilité. Qu'ils en soient pour leurs frais ! L'observateur admis à nos débats, ou le journaliste qui pouvait recueillir des propos de couloir a pu encore mieux se pénétrer de l'état d'esprit que nous essayons d'analyser, quand il est parvenu à prendre connaissance des discussions intéressantes et passionnées, qui se déroulaient dans les différentes commissions autour des dizaines de rapports construits par les congressistes euxmêmes et où s'affirmait la volonté de bâtir la solidarité culturelle négro-africaine. Là, se trouvait toute la substance d'un monde nouveau et fraternel, et les publications à venir la feront saisir bientôt par une plus vaste audience. Rien n'était plus édifiant et plus rassurant que de constater avec quel intérêt des hommes parlant des langues différentes, ayant sur les différentes questions, des positions parfois éloignées, faisaient effort pour se' comprendre, trouver entre eux le dénominateur commun, chercher ce qui les unissait, et travailler à une construction solide et durable. ü:!te rencontre des hommrs venus de tous les horizons, exprimait d'abord un grand acte de foi dans la compréhension, dans la solidarité, dans l'entente entre peuples, c'est-à-dire en fin de compte, un désir certain de faire éch~c à la violence, à l'esprit de domination, au racisme. Nous avons su, à la fin de ces débats, prendre des résolutions que constituent à la fois, et des corps de doctrine, et des programmes concrets de travail. Il n'est pas jusqu'aux diverses motions politiques finales qui n'aient reflété, ce qui est l'un des aspects les plus évidents de l'histoire du vingtième siècle : l'insoumission des peuples colonisés ou semi-colonisés, leur volonté d'indépendance. L'enjeu est finalement dans cette défin it ive émancipation de tous les peuples. Elle seule porte en elle la réalisation tant attendue de la dignité humaine, et cette indépendance acquise ou - retrouvée portera le coup décisif à toutes les sortes de racismes. Les écrivains et artistes noirs, réunis en Congrès J Rome , en ce mois de mars 1959, l'ont bien compris, et ils l'ont hautement proclamé. symphonies Enregistrement intégral sur microsillon haute fidélité 30cm. 750 FOUi, 750 F, pour toutes les 31 AUDITION GRACIEUSE : Ne payez rien si vous n'êtes pas raVIS, Symphonie N°S O r ch e.\( r !' S.\'m p/wlllq ut' tl t' Radio F r (lIIcjor( Dirt'c/jo ll : ~ Val l (' r GOt" " SCHUBER.T Symphonie N°S " Inachevée" 0 , ('//('.\ ( ,,(' de,\ COll e{' r/ !) PlI.HIt' JOflp Dir t'('{1011. Carl Ba",herJ.;t'r MOZAR.T Symphonie N°32 Or che!J tre Ph illllln l /() Il t'l" '" N é" !a" d"Î.\' . Dirl~C l i () l1 : Carl BWI/ ber}.;(·, Si vous aimez la musique classique, vous ne devez plus ignorer les avantages importants proposés aux adhérents du CERCLE DES COLLECTIONNEURS. L'offre faite ci·dessus de vous envoyer au prix de 750 F. ces t rois célèbres symphonies est une démonst ration éclatante des a'-'lntages réservés à nos amis: qua lité artlsllque unique, perfection tech· nique de nos enregistrements su r micrOSi llons, économies considérables grâce à notre organi; sation mondiale. Aucun risque . Tout à gagner. Pou r rece· VOir ce microsi llon haute·fidélité, vous n'avez rien à payer d'avance (saut 100 F. pour trais d'expédition). Nous vous l'envoyons pour audition gra· tuite et vous réservons une participation au Cercle. Si vous êtes satisfait, vous le gardez en ne nous payant que 750 F. et devenez ainsi adhérent. Oans le cas contraire. vous retournez te disque sous cinq jours. Vous ne nous devez rien, vous n'êtes sous aucune obligation. N'achetez que les disques que vous désirez. Le Cercle des Colle.c!ionneu rs est un fl O~O'lI) service de la Guilde Internationale du Adressez les bons ou ClRCLE DES COLLECTIONNEURS: 20, r. de la Baume, Pa fi '. MOI' vous pouvez ausSI nous rendre v!SIIe il ; PARIS: 20, r. de 10 Baume * 4. r. de Vienne * 49. r. VIVIenne * 90, r. de VaugHard * 28, Av. Mozart * 222. r. de RIVoli * lB2. f bg SI· Deni' * COURBEVOIE: 11. 1. S,-GermOin * AMIENS : 14, r. des Serge n', • BORDEAUl : 123. c. Alsace·LoirOine * BOURGES: l B. r. Porte loune * GRENOBLE : 1. pl. de 1'EIOIIe * LILLE : 9, pl. de Bethune * LYON : 23, pl. des Terreaux * MARSEIllE: 26. 1. de l'Aadém,, * MONTPELLIER : 39, r. S,· GUilhem * NANTES : 5, r. 1..J, Rousseau * NICE : 12. r. Chauvoln * RENNES : 3, r. Beoumonolr * ROUEN: 59, r. Jeanne d'Arc * ST·ETIENNE : 7, r. de la Ré,islOnce * STRASBOURG: 52. r. du V.·Mar· ché,oux'POIssan, * TOULON : 6. pl. d' Armes,UOULOUSE : 58. r. Bo yord. Disque qUI offre un choix de centaines de micro· si llons à ses adhérents. Vous recevrez gratuite· ment un bulletin mensuel qUI vous présentera la sélection spéciale du mois. un remarquable microsillon 30 cm que vous pouvez acquéri r, en tant qu'adhérent du Cercle, pour seulement 1.540 F. (une économie de 50 %). Vous pouvez aussi nous indiquer vos instructions spéCiales en nous renvoyant simplement la carte-annonce qui accompagne chaque bu lletin. Vous avez la possibilité de choisir n'importe quel enregistrement de notre vaste répertoi re à la place du « disque du mois Il et vous pouvez même ne rien acheter ce mois· là. Vous pouvez démissionner du Cercle à n'Importe quel moment après avoir acquis ne serait·ce que 4 disques dans l'année suivant votre inscription. Vous ne payez rien d'avance. Les disques vous sont envoyés en compte·courant. Vous ne, les payez qu'après les avoir examinés et écoutés. Chaque disque est garanti vous arriver en parfai t état. Connaissant le nombre de microsd lons requIs, chaque disque du mOIS est « pressé sur commande ». Les économies réalisées vous sont transmises sous torme d'une réduction de prix atteignant 50 % des pClX du commerce. Cette offre est limitée . Hâtez-vous. Les' trois Immortelles symphonies seront la récom· pense pour votre déciSion rapide. La quantité de disques oOerte est limitée. Remplissez le bon et envoyez-le nous dès aujourd'hui. BON D'AUDITION GRATUITE 1 l (ercle des (olteclionn.urs - Seryice (287 1 20, rue de la Boume .. Paris ac 1 VeUillez m'envoyer le disque 3D cm haute· fidelite • 1 3 celebres Symphontes et reservez-nloi une adhésion au Cercle OCS ( ollec tionncurs pl',sen te dans cetle annonce. 1 1 Si je suis entièrement satislait par le disque, je vous reglerai 750 F. dans les 3 jours et profilerai ainsi de tous les ayantages olterls par le (ercte des (ollectionneurs. Sinon, je vous retournerai l'enregistrement sans outre engagement de ma port. Ci.joint 100 F. en timbre, (pour fra i, d'envoi) Nom _______________ ___________ ~ _ ~ Adresse _ _____ -------_--------:~ 1 1 1 J 1 1 lVille Dép l _ _ ___ - l ~------~---.~--~---~-~ CHRONIQUES


anni"ec.~ llic.e Napoléon et les juifs « Les hommes natssent et demeurent libres et égaux en droits ". Cette affirmation solennelle de l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen avait été, dès l'abord, assortie de Singulières restrictions. La liberté religieuse en particulier ne fut pas totalement reconnue par l'article 10. Les cultes dissidents ne furent que tolérés dans la mesure où « leurs manifestations ne troublent pas l'ordre établi par la loi ll; la religion catholique demeure celle de l'Etat, seule entretenue par lui, les protestants et les juifs devant se contenter d'un culte privé. La Constitu- Albert SOBOUL tion civile du clergé de juillet 1790 sanctionna cette situation privilégiée de l'Eglise catholique. Des préjugés tenaces Le Grand Sanhédrin Cependant pour bien marquer que la. religion catholique ne redevenait pas religion d'Etat, Bonaparte prit soin de pUblier des Articles organiques des cultes protestants. Les cultes calviniste et luthérien étaient organisés et salariés, pourvus l'un et l'autre de consistoires. Ainsi était maintenu le prinCipe de l'égalité devant la loi, en Conseil d'Etat, Napoléon accordait un sursis aux paysans débiteurs. Le problème était donc complexe. Pour le résoudre ,un décret du 30 mai 1806 convoqua une assemblée des Israélites de France à Paris. Elle s'ouvrit le 26 juillet, dans une chapelle désaffectée de l'ancienne église paroissiale Saint-Jean-en-Grève, située derrière l'Hôtel-de-Ville. Elle comprenait On ne peut céler que, malgré le développement de la société et de l'économie, malgré les progrèS des lumières, les préjugés demeuraient tenaces à l'encontre des juifs. Un règlement général avait encore été édicté en 1784, par la monarchie, pour la communauté juive d'Alsace. L'abbé Gré· goire, dans le grand bouillonnement de 1789, avait publié à Metz un Essai sur la régénération des Juifs. Il n'en reste pas moins que, malgré la proclamation de l'égalité civile par l'Assemblée constituante, les juifs demeu· raient encore à la fin de l'année 1789 en dehors de la communauté nationale. Les juifs du Midi ne furent ad· mis à l'égalité des droits civiques qu'en janvier 1790, en septembre 1791 seulement ceux de l'Est. La réunion du Grand Sanhédrin La Révolution et la Terreur pas· sèrent sur l'oeuvre de l'Assemblée constituante. Les principes essentiels demeurèrent, mais les circonstances obligèrent les assemblées révolutionnaires à aller de l'avant. En particu· lier, les prêtres réfractaires constituant l'un des éléments les J;lus actifs de la contre·révolution, l'Assemblée législative créa l'état civil le 20 septembre 1792 : c'était un pas décisif vers la laïcité. Lorsque Bonaparte, après le coup d'Etat de Brumaire, réorganisa l'Etat dans un sens autoritaire et accentua la prépondérance sociale des « notables ", la religion lui parut un moyen efficace d'action. En ce sens, qu'espérer de l'avenir, si on maintenait la séparation de l'Eglise et de l'Etat qui s'était instituée en fait depuis que la Convention avait décrété qu'aucun culte ne serait salarié ? Les catholiques romains, qui constituaient toujours le gros de la contre-révolution, se résigneraient à la tolérance à l'égard des autres cultes si seulement on leur constituait en retour une situation privilégiée. Ce fut la raison fondamentale du Concordat de 1801. Le catholicisme y était déclaré religion de la majori~é des Français. . même temps que le gouvernement s'assurait le contrôle des diverses confessions. Seul le culte israélite demeurait hors de la surveillance gouvernementale. Le problème était ici plus complexe. S'il avait été purement religieux, il eût été facile à résoudre : les rabbins demandaient eux-mêmes la promulgation d'articles organiques semblables à ceux des cultes protestants. Mais on se demandait si les rabbins estimaient la loi mosaïque compatible avec le droit civil et les obligations qui en découlaient. Malgré l'oeuvre de l'Assemblée constituante, les préjugés demeuraient tenaces

l'opinion tenait genéralement

les Séfardim du Midi et d'Italie comme adaptés depuis longtemps aux moeurs du pays, tandis que les Askenazim de l'Est passaient pour attachés à leur particularisme. En 1805, le représentant de la pensée traditionaliste, de Bonald, contestait encore que les juifs fussent assimilables. On ne peut cacher que le problème présentait un aspect économique particulier en raison même des discriminations imposées aux juifS depuis le Moyen-Age, et qui les excluaient de la plupart des métiers. En Alsace et en Lorraine, certains juifs avaient éveillé de tenaces inimitiés en prêtant à gros intérêt, ce qui donnait préte:xte à des campagnes hostiles contre l'ensemble de leurs coréligionnaires. En mai 1805, malgré l'avis du Lectrices de « Droit et Liberté » '~. ~ -:§Jo amies du M.R.A.P. ~ .~ \ ' ~-;.,; éi O~~AMP1&.ttW ~ Coopérative ouvrière de Haute Coiffure pour Dames 126, rue 'La Boétie - Paris-Se (MO Franklin-Roosevelt) VOUS ASSURE UN TARIF SPECIAL 1° GRATUITEMENT: un examen complet de la chevelure, une fiche-conseil individuelle établie par notre etheirologue; 2" 1.000 FRANCS : un shampoing de qualité, une mise en plis de Haute Coiffure ; sa 3.000 FRANCS : une permanente revivifiante, une coupe sculptée José Antonio, une mise en plis de Haute Coiffure. un shampoing keratinisant, Vous aurez les plus beaux cheveux de Paris Pour les rendez-vous : ELY. 63-40 - Parking gratuit JOSE ANTONIO « Madeleine » : 1, rue de la Ville-l'Evêque - Paris-S· dans un cadre neuf et ultra-modern'e n'applique pas ce tarif, mais des prix modérés 95 membres auxquels s'adjoignirent bientôt les 16 députés des Israélites des régions d'Italie alors intégrées dans l'Empire français. Trois commissaires, maîtres des requêtes au Conseil d'Etat, avaient été Chargés de servir d'intermédiaires entre l'Assemblée et le gouvernement; ils rédigèrent une liste de douze questions posées à l'Assemblée par ordre de l'Empereur, et qui visaient à examiner si les prescriptions mosaïques n'étaient en rien contraires aux articles du Code civil. Le 6 octobre 1806, l'Assemblée annonça théâtralement la reconstitution d'un Grand Sanhédrin, formé de 45 rabbins et de 26 laïcs. Il se réunit pour la première fois le 9 février 1807. (, Ce Corps tombé avec le Temple va reparaître )l, avaient déclaré dans leur discours les commissaires impériaux. Le Grand Sanhédrin adressa une proclamation aux juifs d'Europe. Par une série de décisions doctrinales, il s'attacha à mettre en harmonie les prescriptions de la loi mosaïque avec les exigences du Code civil. Il admit donc l'abolition de la polygamie, le mariage civil, le service militaire sans remplacement : c'était rendre effective l'égalité civile et accélérer l'assimilation. Le Grand Sanhédrin admit encore les mesures économiques qui paraîtraient nécessaires. Egalité et surveillance Les décisions impériales n'intervinrent qu'en 1808. Comme les autres cultes ,le culte israélite recevait une organisation qui consacrait le principe de l'égalité de tous les Français devant la loi, tout en favorisant la surveillance gouvernementale. Le culte israélite était donc organisé en synagogues ,avec une synagogue consistoriale au plus par département et un Con~istoire central à Paris; le culte était entretenu par des cotisations imposées aux fidèles (et non aux frais de l'Etat, comme les cultes catholique et protestants : signe évident des réticences gouvernementales). En contre-partie, le Consistoire central, dans sa séance du 30 août 1809, devait adoptt:r la formule d'une prière pour l'Empereur destinée à être lue dans les synagogues. En cette même année 1808, un dé- DROIT ET LIBERTE 15, Fg Montmartre· Paris (9' ) Tél.: PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an: 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs. l Abonnement de soutien: 1.000 fr. Tarif spécial pour la Belgique. Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 45 fr. et la dernière bande. Gérante : .S. BIANCHI Charles 11 mai 2010 à 12:19 (UTC)-;-.:--:.--:.-11 mai 2010 à 12:19 (UTC) Abécé, 176, Quai de Jemmapes, Paris-10. cret impérial rendit obligatoire aux Israélites le choix d'un nom de famille et d'un prénom. En 1819, une circulaire du ministre de l'Intérieur donnait aux préfets des instructions sur le choix des prénoms : elle précisait pour les Israélites la faculté de les choisir parmi les personnages de la Bible « qui fait partie de l'histoire ancienne ! II Il est cependant une partie de cette oeuvre napoléonienne de 1808 qui a été peu soulignée en cette période anniversaire

elle concerne la situation

éconOmique des juifs et présente des aspects ambigus. Un décret impérial valable pour dix ans, dont on excepta la Gironde et qui, en fait ne reçut d'application qu'en Alsace et en Lorraine ,annula les dettes usuraires des mineurs ,des femmes et des militaires; le créancier juif était astreint à prouver qu'il avait fourni intégralement le capital, à moins que le débiteur ne fût commerçant; les tribunaux étaient autorisés à réduire ou è. supprimer les intérêts arriérés et à donner délai. Une patente spéciale était imposée aux juifs et leurs prêts sur gages étaient réglementés. Enfin l'immigration était interdite aux juifs en Alsace; ailleurs, elle était subordonnée à l'achat d'une proprie.v rurale. On conçoit que Napoléon ait jugée nécessaire de mettre fin à l'usure qui pouvait mécontenter les paysans et provoquer des troubles. Mais on ne peut nier le caractère discriminatoire de cette législation économique de 1808; il est douteux que ces mesures aient favorisé l'assimilation. Comme toute l'oeuvre napoléonienne, les décrets impériaux de 1808 présentent donc un double aspect. Héritier de la Révoloution, il en consacre les principes : tous les Français sont égaux devant la loi. La communauté juive de France est reconnue et organisée : l'oeuvre de la Révolution trouvait sa conclusion naturelle. Mais on ne peut masquer les arrière-pensées de la politique de NapOléon

l'organisation des cultes lui

était un moyen de surveillance et de domination des esprits. Certains de ses décrets de 1808 demeuraient entachés des vieux préjugés et ne pouvaient que freiner l'intégration. Il en va ainsi de toute oeuvre qui s'inscrit dans l'Histoire. La liberté et l'égalité ne sont pas données une fois pour toutes. Elles doivent se conquérir chaque jour. DIMANCHE 241 MA. dan~ le 20' HOMMAGE au jeune héros HENRI BEKERMAN fusillé par les nazis Au lendemain de la Libération, une plaque avait été apposée, au 21, rue de Tourtille (20' arrondissement à la mémoire du jeune héros de la Résistance Henri Bekerman, sur la maison où il vécut. Ardent militant antifasciste, Henri Bekerman avait participé à la première heure à la lutte contre l'occupant nazi. Arrêté le 10 jUillet 1941, à l'âge de 21 am, alors qu'il diffusait des tracts, il fut jugé sommairement, incarcéré au Cherche-Midi, et fusillé le 22 août avec 9 autres résistants. Or, en 1955, la plaque commémorative consacrée à ce pur héros fut arrachée par des vandales. Et le propriétaire de l'immeuble, en dépit des protestations qui s'élevèrent dans toute la population du 20', refusa l'autorisation nécessaire pour le remplacement de cette plaque. Depuis quelque temps, la situation s'est modifiée : l'immeuble ayant été vendu par appartements, tous les copropriétaires, à l'initiative du M.R. A.P., ont donné leur accord, et l'autorisation préfectorale a pu être ainsi obtenue. C'est pourquoi, prOChainement, la plaque pourra être apposée de nou" leau. La cérémonie, préparée par un large Comité, aura lieu LE DIMANCHE MATIN 24 MARS, DEVANT LE 21, RUE DE TOUR TILLE, avec la participation de nombreuses personnalités. Nous ne doutons pas que les antiracistes, les patriotes viendront en foule témoigner par leur présence de leur fidélité au souvenir de la Résistance, à l'idéal de paix, de liberté et de fraternité humaine, pour lequel Henri Bekerman a sacrifié sa jeune vie.

Notes

<references />