Droit et Liberté n°335 - décembre 1974-janvier 1975

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: 1975 ? par Albert Levy
    • Une haine qui ne tarit pas: "Le Meridional" et "Minute" en correctionnelle par Daniel Verdier
    • Racisme:
      • Strasbourg, Pont-à-Mousson, Cholet, Paris; discriminations condamnées
      • Un soir de décembre, gare de Lyon
      • Le pain dur de l'exil
    • Antisémitisme: Chalon atteint par la "rumeur"
    • Antilles: les mots, la réalité, l'avenir par Fred Hermantin
    • Proche-Orient: pour une juste paix
    • Dossier: Le match France-apartheid
    • Michel Mitrani prix de la Fraternité pour son film "les guichets du Louvre"
    • C'est la Résistance qu'on a voulu discréditer (émission et débat télévisés sur l'orchestre rouge)interview de Gilles Perrault recueilli par David Douvette
    • Foule ardente et jeune pour les 25 ans du MRAP
    • Les batailles de Droit et Liberté: La guerre d'Algérie par Jacques Dimet
    • Unité et pluralisme par Marc-André Bloch

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

, ___ .. M __ ......... f __ .. _ .. ' .. " .. ~ •• , otClNAE 19'4 . JANVllIt 1'75 • N- I ls ... FRANCS bons de soutien Qui a Le tirage des Bons de Soutien du M.R.A.P. pour 1974 a eu lieu le 14 décembre. En voici les résultats : UNE SEMAINE AU MEXIQUE: 33.266. 15 JOURS EN BULGARIE : 63.960. PARIS/DAKAR/PARIS : 54.871 (un voyage par avion). UN SEJOUR DE SKI D'UNE SEMAINE : 83.896. UN SEJOUR DE SKI D'UNE SEMAINE : 28.823. UNE CHAINE HI·FI : 95.142. UN APPAREIL PHOTO : 42.054. UNE LAMPE : 48.474. N TABLEAU SUR BOIS: 83.812. SAC A MAIN : 119.439. BRIQUET : 1.612 • 1.924 • 51.800 • 54.330 • 73.150. ~ AQUARELLE : 86.463. La Vente de /' Amitié La Vente de l'Amitié, organisée en décembre au siège du M.R. A.P., a connu cette année un très vif succès. C'est le jour de son ouverture qu'a eu lieu le tirage des bons de soutien 2 gagné? UN FLACON DE PARFUM: 16.270. UN FLACON D'EAU DE COLOGNE: 3.161·3.887·8.011 • 8.909 • 13.632 • 33.879 . 36.149 • 36.987 • 38.557 . 38.876 • 42.831 . 46.901 • 50.883 . 61.835 . 67.530 • 68.708 • 83.135 • 99.351. UNE BOUTEILLE MOUSSEUX : 3.881 • 42.461 • 89.660. UNE BOUTEILLE LIQUEUR : 70.168. UNE BOUTEILLE BORDEAUX : 453 . 1.615 • 12.052 • 16.703 . 64.301 • 103.154. UN PORTE·TORCHONS : 12.451 • 36.985 ·64.306. UNE CEINTURE CUIR : 560 • 1.171 • 6.811 • 14.270 • 48.967 • 50.530 - 51.791 . 94.070 • 117.640 • 118.477. UNE SERIE BOITES EPICES : 72.697. UN STYLO : 69.870. UN PORTE-MONNAIE CUIR : 603. UN PORTE-MONNAIE TAPISSERIE: 25.492. TROIS BOLS « POP » BLANCS : 38.419. DEUX BOLS « POP» BLANCS: 26.520. UNE MATRIOCHKA : 65.491. BOITES GIGOGNES : 77.991 • 114.053. UN GRAND VASE D'ANGLE: 102.410. UNE GROSSE BOUGIE COULEUR: 50.097. UN SALADIER : 72.699. COUVERTS A SALADE : 29.684. UN POUDRIER : 18.987. UN DISQUE 33 TOURS : 499 ·950· 5.537 • 6.819 • 16.733 - 21.157 • 29.725 . 30.949 • 36.984 • 47.139 • 50.882 • 67.742 • 69.885 • 70.249 • 75.992 • 82.404 • 83.811 • 89.553 • 113.848 • 119.500. UN DISQUE 45 TOURS : 282 • 552 -604· 5.540 • 8.402 • 8.643 • 10.218 - 12.050 . 12.222 • 13.680 • 14.744 • 21.156 - 26.788· 27.758 ·28.317 - 29.161 . 29.373 • 29.685 ·30.331 • 30.414 • 30.832 • 38.412 41.636· 44.030 • 45.257 • 46.753 • 46.909 • 50.116 • 51.721 • 51.800 - 57.024 . 57.384 • 61.386 • 65.040 • 65.490 • 65.682 · 65.974 • 67.631 • 68.955 • 72.166 • 72.393 . 74.083 - 74.512 • 75.997 • 77.942 - 78.067 . 79.719 • 86.462 • 86.973 • 89.789 • 92.477 • 94.234 • 96.977 • 98.405 • 101.282 . 101.831 . 109.160 - 111.328 • 114.273 • 118.531. UN LIVRE : 452 - 535 . 1.696 • 3.125 • 6.812 • 6.908 • 7.044 • 9.619 • 11.813 • 11.915 • 12.959 • 13.409 • 13.672 • 13.839 • 13.901 • 14.743 - 15.327 • 16.987 • 17.997 • 18.428 • 18.460 • 18.982 • 21.152 • 24.011 • 24.030 • 27.756 • 28.923 • 30.281 - 30.943 • 33.851 • 34.021 - 34.632 • 35.144 • 36.141 • 36.986 • 37.549 • 38.414 • 42.653 • 42.821 • 43,321 • 44,131 • 44.429 • 46.103 - 46.514 • 46.931 • 48.157 • 48.882 • 50.724 • 50.885 • 51.482 • 52.578 • 55.629 • 56.583 • 57.081 • 59.856 . 61.004 • 65.032 • 67.524 • 67.645 • 69.251 . 69.539 - 70.400 • 71.149 • 72.718 • 73.195 • 73.480 • 73.805 • 74.316 • 74.446 • 74.739 • 74.951 • 75.346 • 78.069 - 78.146 • 79.266 • 79.991 - 82.895 • 83.136 • 83.814 • 84.380 • 86.468 • 89.134 • 89.464 • 92.762 • 94.155 • 94.232 • 95.513 • 96.133 • 96.355 • 98.643 . 105.455 - 107.505 • 109.843 • 110.821 • 111.420 • 114.290· 114.425 • 118.532 • 119.220 • 119.495. UN ABONNEMENT D'UN AN A « DROIT ET LIBERTE » pour les Bons dont le numéro se termine par : 69. Avez-vous réglé voire CAB TE DU M.B.A.P. 1975? A NOS LECTEURS Après l'acheminement tardif de notre numéro de novembre, réduit à 16 pages, les pe'rtur. bations. persistantes nous ont incités à ne publier qu'un seul numéro pour décembre et jan· vier. Outre les informations ayant trait à l'actualité immédiate, nous avons cru devoir y main· tenir certains articles prévus pour novembre ou décembre, en raison de leur intérêt pour nos lecteurs. En ce début d'année, nous formulons le voeu que « Droit et Liberté », soutenu par tous ceux: qui apprécienJ son rôle et son action, connaisse dans l'avenir une parution complète et régulière. Couverture : Maquette de "( Lucky THIPHAINE ~ .\ droit & liberté MENSUEL 120, rue Saint-Denis, Paris (2.) Tél. 231.09.57 - C.C.P. Paris 6010·98 • Directeur de la publication : Albert LEVY • Administration et publicité : René BRIAND, au siège du journal • ABONNEMENTS • Un an : 40 F • Abonnement de soutien : 100 F Antilles, Réunion, Maghreb, Afrique francophone, Laos, Cambodge, Nouvelle Calédonie : 40 F. Autres pays: 55 F. Changement d'adresse : 2 F. • Imprimerie La Haye·Mureaux éditorial BONNE ANNÉE? C OMMENCEE par une manifestation contre les dizaines de crimes racistes perpétrés dans notre pays, s'achevant avec la campagne contre la tournée des Springboks, 1974 aura été, pour le M.R.A.P., une intense année d'action. Plusieurs procès gagnés : contre « Ordre Nouveau» et des auteurs de discriminations racistes ... Interventions innombrables pour la défense de toutes les victimes du racisme: travailleurs étrangers, Juifs, Noirs, Arabes, Gitans ... Rencontre d'une délégation avec le Premier ministre lors d Journée internationale du 21 mars, et présentation de nos propos' aux candidats à l'élection présidentielle ... Effort permanent d'information, de clarification à travers des cen de débats, projections, expositions dans les quartiers, les M.J.e écoles, les entreprises ... Vigilance constante face au néo-nazisme, appui continu à la recherche d'une solution juste et durable au Proche-Orient, solidarité sans faille envers tous ceux, dans le monde, qui souffrent du racisme et combattent pour leur dignité... ' Statut consultatif auprès des Nations Unies accordé en juin au Mouvement, en reconnaissance de son efficacité et de sa représentativité ... ... Oui, cette énumération, fort incomplète, suffit à le montrer : le M.R.A.P., en son 25" anniversaire, a été à la hauteur de sa tâche. Et la foule si ardente, si jeune qui se pressait au gala de novembre témoignait avec éclat de son rayonnement, de la légitimité de ses espoirs. A LORS que tant d'inquiétudes, liées à la crise économique, s'expri· ment à - juste titre dans tous les milieux, il convient de rappeler aussi, en ce début de 1975, avec le bilan positif du M.R.A.P., dans quel contexte notre action se situe. Au plan mondial, des bouleversements se produisent dans les rapports entre opprimés et oppresseurs, ces derniers recourant depuis toujours au racisme pour assurer leur domination. Les combats libérateurs des colonies portugaises ont contribué d'une manière décisive à la chute du régime fasciste à Lisbonne et modifié profondément la situation en Afrique. Les pays sous-développés prennent, à une cadence accélérée, le contrôle de leurs ressources naturelles, condition indispensable pour conquérir une véritable indépendance. Des nations méconnues et méprisées entrent enfin de plain-pied sur la scène de l'Histoire. En France, c'est dans les couches les plus diverses que s'affirment désormais la volonté de progrès social pour tous, le besoin de démocratie politique et économique, le soutien aux droits de tous les peuples, l'aspiration aux échanges, à la paix. C'est dans ce sens que se moblisent partout ' les masses populaires. Et tout cela met davantage en relief le caractère anachronique du racisme, isole ceux qui s'en réclament, renforce les courants qui s'y oppo· sent. e ERTES, nous sommes encore loin de triompher. Rien ne change spontanéx;'ilent. N'en doutons pas : la simple égalité des hommes, des peuples exigera, d'ici à la fin du siècle, beaucoup de larmes et de sang. Car ceux qui bénéficient de l'injustice, qui exploitent divisions, ne céderont pas sans une résistance farouche, que leurs r ne font qu'exacerber. ) Cependant, le langage, les attitudes changent. Les dirigeants ne pe plus passer outre aux pressions de l'humanité prenant conscience d même. Chacun admet aujourd'hui que les choses ne peuvent plus dOrer ainsi. A défaut des actes annoncés, mais qui tardent, on multiplie les gestes symboliques, apaisants. On promet. En France, il ne tient qu'à nous d'agir, dans le domaine qui nous est propre, pour que ces changements significatifs se traduisent en des réalités nouvelles. Albert LEVY. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 3 Une haine qui ne NOUS en avons assez! 1 « « Assez des voleurs algériens, assez des casseurs algériens, assez des fanfarons algériens, assez des trublions algériens, assez des syphiliques algériens, assez des violeurs algériens, assez des proxénètes algériens, assez des fous algériens, assez des tueurs algériens. » Signé : Gabriel Domenech, rédacteur en chef du J Méridional », le 26 août 1.973. « Est-il raciste le père de famille qui s'insurge contre les casbahs installées dans nos cités, ces « souks » et ces « raï tas » nocturnes où l'écume des envahisseurs, l'insulte à la bouche et la main preste, se c duit en pays conquis? (. .. ). Est-il raciste celui qui ferme sa porte aux e-savates en quête de bagarres ou de chapardages, ou qui relnet à e, comme il le mérite,· le fa inéant basané un peu trop empressé tUl de nos compagnes? » igné : Boireau, directeur de « Minute », n° du 5 au Il septembre 1973, après avoir cité et fait sien l'extrait ci-dessus du « Méridional ». Ces « cris de haine » - comme devait les qualifier le substitut Fontaine - ont eu comme prétexte, on s'en souvient, le meurtre d'un traminot marseillais par un -dément de nationalité algérienne. Une telle litanie d'injures racistes et le véritable appel à la « ratonnade» qu'elle contenait avait soulevé une telle émotion que le Parquet avait engagé des poursuites en application de la loi du 1" juillèt 1972, qui punit les injures publiques « envers un groupe de personnes à raison de leur origine, de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, llne nation, une race ou une religion' déterminée ». Le M.R.A.P. s'était constitué partie civile. Le procès est venu à l'audience du 19 décembre dernier de la 17e Chambre correctionnelle de Paris et, dès son début, la défense a montré où le bât blessait les accusés : elle a tenté de mettre en cause la recevabilité de la constitution de partie civile du M.R.A.P., qu'elle allait attaquer aussi au moment des plaidoiries. Mais le tribunal a joint ce point de procédure au fond. "Ces gens-là" vité par le président Dupuis à liquer, Gabriel Domenech -. présent des accusés à l'aue - a dit qu'il ne reniait rien son article, qu'il l'avait écrit r « alerter les pouvoirs publics sur les dangers de l'immigration sauvage à Marseille » et « sous le coup de l'émotion » parce que les « journalistes sont des hommes comme les autres, qui doivent se faire les porte-parole de l'?pinion 4 "Le Méridional" l - et .. Minute " en Correctionnelle publique ». « Mon article, n'a-t-il pas hésité à dire, était plutôt fait pour protéger les immigrés algériens qu.e pour les accabler », et il a demandé qu'il soit considéré dans son entier. Une demi phrase y fait en effet référence aux « honnêtes travailleurs algériens» par opposition à la « racaille venue d'outre-Méditerranée ». Les témoins les plus représentatifs du rédacteu r en chef du « Méridional » allaient, peu ou prou, -paraphraser celui que le premier d'entre eux, le docteur Zatara, conseiller muni;:.:ipa l de Marseille, devait désigner comme « notre maître à penser » au moment où, de 1958 à 1962, alors député des Bouches- du-Rhône, Domenech professait, nous a appris ce témoin sans nous étonner , des « sentiments très nationalistes » et « Algérie française ». Ce même docteur Zatara n'a d'autre part pas hésité à dire : « Après la guerre d'Algérie, nous avons vu des jeunes Algériens tllberculeux se faire embaucher et tenir assez longtemps pour se faire prendre ensuite en charge par les organismes sociaux ». Peut-être se sont-ils inoculés sciemment la tuberculose pour pouvoir mieux abuser de « notre hospitalité? ». tari• t pas M. Pujol, qui se présente comme « chef d'entreprise et député », déclare n'avoir qu'à se « louer des services » que lui rendent ses ouvriers algériens venus « honnêtement gagner leur vie en métropole» (sic), mais il ajoute un peu plus tard : « Il faut bien admettre que la population marseillaise souffre de celte présellce ». M. Francou, sénateur-maire de Salon-de-Provence, qui vante les réalisations de sa municipalité en faveur des travailleurs immigrés qui ont « envahi » la ville, ajoute aussitôt que « ces gens-là » créent un « mauvais climat », dont, dit-il, 1 il ne faut pas rendre le journalis te qu'est Domenech responsable. M. Joseph Comiti, ancien ministre, ne voit « auqme injure vis-à-vis des Algériens » dans l'article de Domenech, qui est, dit-il, un « amoureux de Marseille ». « Or, a joute-t-il, Marseille est un port, donc un foyer d'attraction pOlir la délinquance, et cette délinquance est algérienne parce que l'Algérie est en face de Marseille ». Et de conclure cette extraordinaire démonstration de la « parfaite bonne foi» pro-algérienne de Domenech : « Si c'était la Kirghizie qui était en face de Marseille, les délinquants seraient kirghizes»! M. Jean Chelini, adjoint au maire de Marseille et professeur d'université, ergote : « Domenech n'a pas écrit ~ les Algériens sont des voleurs, mais .' assez des voleurs algériens » et s 'efforce de blanchir Domenech par son appartenance à l 'ex-M.R.P. et a u Centre démocrate. Les défenseurs de Domenech avaient fait également citer des journalis tes. Mal leur en a pris. Interrogé par Me Imerglik, conseil du M.R.A.P., sur le comportement d'un journaliste face à un crime suscitant une émotion profonde étant donné ses circonstances, Jean-Marie Garraud, rédacteur en chef au « Figaro » a répondu : « Il fallt garder son sang-froid. Je n'étais pas d'accord avec le ton de l'article de Domenech. Il faut fa ire attention à ce que l'on écrit », De même, profitant de la présence à la barre de Maurice J osco, envoyé spécial de « France-Soir » à Marseille après le meur tre du traminot marseillais, Mc Roland Rappaport cite la première correspondance adressée par ce journaliste à sa rédaction : « Au lieu de voir dans les coups de couteau mortels qu'il a portés, à Marseille, à un malheureux conducteur d'autobus, un accès isolé de folie meurtrière, certains disent et même écrivent .' « Nous en avons assez des tueurs algériens... ». Tout recommencer Auparavant, on avait entendu les deux témoins de la partie civile. Le premier, M. Maxime Rodinson, professeur à l'Ecole pratique des hautes études, spécialiste du monde arabe, avait montré pourquoi il jugeait « assez étonnante » cette affirmation contenue dans l'article de Domenech : « Le racisme est arabe avant d'être européen ». Des « envahisseurs " en pleine action D.R. Le second, M. Jean-Claude Masegosa, traminot marseillais travaillant au même dépôt que la victime du meurtre du 25 août 1973, avait décrit comment lui-même et plusieurs de ses camarades syndicalistes s'étaient efforcés, des heures durant, pendant la matinée, puis l'après-midi, puis la nuit qui ont suivi le crime, de raisonner l'émotion de leurs compagnons de travail, dont certains voulaient « descendre » en ville y faire des « ratonnades », et les persuader que ce n'était pas à eux de « faire la justice ». Or, le lendemain, après la parution de l'article de Domenech, des traminots d'autres dépôts sont venus « relancer ça, et il a fallu tout recommencer ». Intervenant au nom du M.R.A.P., M' Imerglik a démontré que les termes employés par Domenech constituaient bien le délit d'injures et a opposé son comportement - d'un « incendiaire jetant de l'huile sur le feu » - à celui de M. Masegosa et de ses camarades syndicalistes. De son côté, Me George Pau-Langevin a dénoncé avec émotion « cette gangrène de l'esprit qu'est le racisme » et cette « exploitation la plus lâche de la xénophobie, de la peur des immigrés parce qu'ils sont différents ». Elle a démontré qu'au contraire des affirmations de M. Chelini, Domenech avait sciemment -voulu insulter les Algériens, car au lieu d'écrire Assez DE vo· leurs algériens, etc., il a écrit significativement Assez DES voleurs algériens ... « Seul un raciste peut s'élever contre une loi antiraciste » a conclu M' Pau-Langevin en citant « Minute », qui a qualifié de « loi lnlque » la loi du 1er juillet 1972 et de « bouffonnerie d'une mafia politique » la plainte du Parquet contre ses injures et celles du « Méridional ». Une certaine nostalgie Me Roland Rappaport s'est déclaré quant à lui d'accord avec Domenech sur un point: qu'il fallait effectivement prendre son article dans son entier et qu'il accablait davantage encore son auteur. Il y est en effet question de l'indépendance de l'Algérie comme d'une « catastrophe » pour les Algériens parce qu'elle leur aurait apporté « la misère », des accords de coopération franco-algériens comme d'un moyen pour le président Boumédienne d'envoyer en France des « bêtes malfaisantes » et de la justification du racisme européen par les « abus du monde arabe ». Reprenant chacun de ces points à l'appui d'une vaste documentation, Me Rappaport a fait alors un rigoureux procès du colonialisme et dressé, à l'aide de documents et de faits difficiles à mettre en cause, un tableau des réalisations des 12 ans de l'Algérie nouvelle. Puis il a ajouté: « Ce rappel historique nous éloigne- t-il de nos débats ? Je ne le crois pas : il faut abandonner une certaine nostalgie, un certain mode de raisol1nement. » Me Rappaport a donné ensuite un trop bref compte rendu de trois importantes études effectuées par deux universitaires, MM. Robert et Celloz, et un directeur général à la Police nationale, le commissaire principal Poirson, sur la criminalité étrangère en France, études dont il ressort que tous les clichés racistes contenus dans les articles à la Do- DROIT ET LIBERTE - N" 335 - DECEMBRE 1974/JANVIEP i Y75 menech et à la « Minute » ne sont que légendes et mensonges. Citant également une communication de l'Académie de médecine, il a aussi montré que les Nord-Africains « ne participent à la recrudescence des maladies vénériennes qu'au prorata de leur nombre ». Après avoir montré que la criminalité contre les travailleurs algériens était très mal connue et qu'il s'agissait d'une criminalité raciste, Me Rappaport s'est écrié. s'adressant à Domenech : « Vous savez très bien ce que vous faites (. .. ) S'il n'y a pas eu de « ratonnades » lors des obsèques du traminot marseillais, ce n'est pas à vous que nous le devons ». Après le réquisitoire du substitut Fontaine, qui a demandé au Tribunal de dire « Non au droit d'injurier », et estimé qu'il s'agissait là d'un « problème de respect de l'homme », le défenseur de « Minute » s'est attaqué à Me Pau-Langevin, dont il a qualifié l'intervention de « diatribe véhémente, incantatoire, haineuse, de mauvaise foi et à la limite de l'insulte », puis au M.R.A.P., « association à substrat politique qui ne défend pas l'antiracisme, mais des ethnies! ». Des plaidoiries des deux avocats de Domenech, qui étaient, elles aussi, complètement à côté du sujet, tant le dossier à défendre était indéfendable, retenons cette étonnante « démonstration » : « Pour cinq fonctionnaires de contrôle, le port de Marseille a vu débarquer 280.000 immigrés. Un contrôle est-il possible dans de telles conditions ? Il y a donc bien immigration sauvage ! ». Ayant mis l'affaire en délibéré, le Tribunal rendra son arrêt le 16 janvier. Daniel VERDIER, 5 Strasbourg, Pont-à-Mousson, Cholet, Paris: DISCRIMINATIONS CONDAMNÉES EN quelques semaines, quatre condamnations ont été prononcées contre des commerçants qui pratiquaient des discriminations racistes parmi leurs clients. " Je ne vous sers pas" A Bischheim, commune de la banlieue de Strasbourg, Mme MarieLouise Georges, propriétaire d'un restaurant, avait refusé, en mai dernier, de servir des demis de bière à deux Français musulmans orginaires d'Algérie, MM. Hadjadji Mohamed et Mamki Moukouche. « Je ne vous sers pas! » avait-elle répété à plusieurs reprises, tandis que les deux hommes, attablés, attendaient leurs consommations. Ils décidaient de porter plainte et le M.R.A.P. se constitua partie civile. Au cours de l'enquête, Mme Georges donna, pour expliquer son attitude, le prétexte classique en pareil cas, fondé sur une généralisation raciste : une rixe avait eu lieu, un jour, dans son établissement, entre des immigrés pris de boisson. Depuis, déclaret- elle, « je ne sers pas d'alcool aux musulmans, aux noirs et aux Yougoslaves ». Même s'il s'agit d'un demi de bière! Me Monique Nadel a plaidé pour les deux victimes de cette discrimination; Me Jean Muschel, au nom du M.R.A.P., a stigmatisé ces agissements dans une ville qui est le siège de l'Institut des Droits de l'Homme. Le 21 novembre, Mme Georges a été condamnée à 800 F d'amende et 300 F de dommages-intérêts à chacun des deux plaignants. Le M.R.A.P. obtient le franc symbolique qu'il demandait. "Défense d'entrer" « Je n'aime ni les Arabes, ni les Noirs», proclamait à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), un débitant de boissons, M. Roger Mémé. 1j::t, le 23 février dernier, il avait refusé l'entrée de son établissement à trois clients africains, MM. Aggame, Gassia et Digbeu. Soutenus par plusieurs consommateurs, outrés de telles discriminations, ainsi que par le M.R.A.P. et la Ligue des Droits de l'Homme, qui se sont constitués parties civiles, les trois hommes ont porté plainte. Lors de l'audience du 27 novembre, au tribunal correctionnel de Nancy, Me Claude Maire, au nom des victimes et du M.R.A.P., réclama avec force que soit assuré « le respect de l'étranger ». Le procureur Rabaud devait, lui aussi, souligner : « C'est ainsi qu'on arrive à des ratonnades. Du racisme, on n'en veut plus à Nancy! ». Le 11 décembre, le tribunal a condamné M. Mémé à un mois de prison avec sursis, 800 F d'amende et 300 F de dommages et intérêts à chacun des plaignants. Cependant, il a déclaré irrecevables les constitutions de parties civiles du M.R.A.P. et de la Ligue des Droits de l'Homme, en affirmant que ces organisations ne sont « pas directement et personnellement lésées par le délit ». Or, rappelons-Ie, la loi du 1er juillet 1972 reconnaît explicitement aux organisations antiracistes existant depuis plus de cinq ans le · droit d'intervenir dans de telles affaires. Le comité local du M.R.A.P. fait appel. "Des gens à histoire" C'est le comité local du M.R.A.P. de Cholet qui est à l'origine de l'action judiciaire engagée en avril 1974 contre M. Chaillou, responsable d'une agence immobilière, qui avait, à plusieurs reprises, refusé des logements libres à des immigrés. Deux animatrices du comité, Gislaine Gaudier et Thérèse Triki furent témoins des tergiversations employées :pour évincer un travailleur marocain, M. Zahidi, qui présentait toutes les conditions requises en vue d'une location. Reconnaissant qu'il était intervenu au- A quoi s'accroche "France soir" 6 Drame affreux à la station de métro Saint-Michel : altercation, bousculade, un vieil homme qui se trouvait sur le quai est malencontreusement poussé, il tombe sur les rails au moment où un train arrive, il est tué. Selon « France-Soir» (29-11-19741, un jeune Noir serait impliqué dans l'altercation qui a tout déclenché. Mais au lieu de s'en tenir aux faits, le journal extrapole, générolise : ft Ici, c'est la station de métro Saint-Michel (, •. 1, rendez.-vous d'une faune disparate et dangereuse, hippies, gens de couleur, clochards, qui: s'accrochent aux quais et aux baftCs comme des moules à leur rocher ». On ne peut provoquer plus clairement à la méfiance, à l'hostilité contre des groupes en tant que tels: et lorsqu'il s'agit des « g.ens de couleur », cela s'appelle du racisme. « France-Sair » s'accroche aux préjugés. Publiera-t-il une mise au point, comme le M.R.A.P. le lui a demandé? près du propriétaire pour le dissuader de « louer à un étranger », l'agent immobilier s'en expliqua ainsi : « Avec les Arabes, nous n'avons que des ennuis. En général, les Arabes sont sales. On risque de les voir filer dans leur pays en oubliant de régler leur loyer. Ce sont des gens à histoire ! ». Le 8 novembre, devant le tribunal d'Angers, l'auteur de ces propos les nie, bien entendu, et se présente, malgré plusieurs témoignages, comme le meilleur ami des immigrés. Son avocat traite les militantes du M.R. A.P., qui ont courageusement démasqué ses pratiques, de « Marie-Chantal de province, désoeuvrées, qui se pl. cent à la tête d'un mouvement révolutionnaire pour occuper leurs loisirs », et les oppose à ceux qui, tels M. Chaillou, « dans l'ombre, travaillent efficacement pour permettre l'intégration en métropole (sic) des travailleurs immigrés ». Le tribunal en a jugé autrement. Le 13 décembre, il a condamné M. Chaillou à 400 F d'amende. Une occasion fréquente En décembre 1972, un ingénieur de la Régie Renault, M. Barrère, recevait l'accord de M. Aguié, gérant d'un immeuble de Boulogne-sur-Seine, pour la location d'un logement à « deux amis ». Le lendemain, il se présentait avec ceux-ci pour régler les formalités. Mais quand M. Aguié constata qu'il s'agissait de deux Africains, MM. Ahmed M'Bengue et Diambel Diwe, il intervint auprè; du propriétaire et, sous un prétexte fallacieux, refusa la location. Les deux victimes de cette discrimination ont porté plainte. Ils étaient défendus par M" Odile Dhavernas et Me Henri Leclerc. La lIe chambre de la cour d'appel de Paris a rendu, le 12 novembre, un arrêt confirmant pour l'essentiel le jugement de la 17e chambre correctionnelle, prononcé le 20 avril 1974. Il est intéressant de noter, parmi les attendus de la Cour, celui qui souligne que le refus de logement constitue bien un cas de refus de « bien ou service » tel qu'il est condamné par la loi du 1er juillet 1972 : « C'est précisément, indique-t-elle, en matière de logement que l'esprit de discrimination raciale trouve occasion fréquente de se manifester ». Pour « complicité du déli.t de discrimination raciale », M. Aguié est condamné à 500 F d'amende et à 3000 F de dommages et intérêts pour chacune des parties civiles; et l'arrêt doit être affiché quinze jours durant sur l'immeuble dont il est gérant. ,.---.racisme--------_____________________ _ Un soir de décembre, gare de Lyon ... C'EST un incident fort révélateur qui s'est produit ce vendredi 20 décembre, vers 20 heures, à Paris, devant la gare de Lyon. Un jeune couple, avec deux enfants en bas âge, se présente à la station de taxis. Sûrs de leur droit l'homme et la femme, portant leurs enfants dan; les bras, se placent, comme ils le font d'habitude en pareil cas, dans la file prioritaire. Ce jour-là, pourtant, un agent leur ordonne de « prendre la queue comme tout le monde ». Précisons que l'homme, M. M'Bow, d'origine sénégalaise, est noir. Plutôt que d'attendre longuement debout, il décide d'aller dans un café. Mais tandis qu'il s'éloigne, un chauffeur de taxi, qui le considère comme prioritaire, s'arrête près de lui. Nouvelle intervention du policier. M. et Mme M'Bow s'éloignent encore. Un autre taxi s'arrête, et ce sont eux-mêmes qui refusent d'y monter pour ne pas apparaître comme des ({ resquilleurs ». C'est a}ors que le policier, accompagné cette fois de plusieurs autres, se précipite sur M. M'Bow : « Si vous ne comprenez pas, on va vous faire comprendre / ... ". Ayant eu à peine le temps de poser son enfant à terre, M. M'Bow, bousculé rudement, • tente de se défendre. Frappé à la nuque, au visage, au ventre, sur tout le corps, il ne peut évidemment résister à ce passage à tabac. La foule s'indigne. Un des policiers s'écrie: ({ Ce sauvage, on va le civiliser / ... ». Précisons que M. M'Bow, professeur de physique, est inscrit au doctorat de 3e cycle à l'université de Paris VII. Sous la réprobation des témoins, les policiers l'embarquent dans un car,- sa femme proteste,· elle est également hissée dans le véhicule, et c'est seulement en raison de l'indignation manifestée par les. 1!ersonnes présentes qu'elle, est libérée et peut reJomdre ses deux enfants restes sur le trottoir. Avec deux dents cassées, des contusions et des blessures multiples, nécessitant des points de suture, le pancréas atteint, ce qui peut entraîner une intervention chirurgicale, M. M'Bow a été hospitalisé, placé sous bonne garde, comme un dangereux malfaiteur. Il a porté plainte. Le M.R.A.P. est intervenu auprès du Préfet de Police pour demander une enquête et des sanctions sévères,. ses avocats sont saisis de l'affaire. Le pain dur de l'exil 1 EN dépit des promesses multipliées de MM. Dijond et Poniatowski, en dépit du geste du Président de la RépUblique, invitant, la veille de Noël, quatre éboueurs, dont trois Africains, les informations abondent, en cette fin d'année, qui confirment la situation souvent dramatique des travailleurs immigrés en France. Il a fallu 9 jours de grève aux éboueurs parisiens, en novembre, pour obtenir la satisfaction de 12 dfOs 17 revendications présentées, sans que les étrangers (3.600 sur 4.700 ) qualifiés de « Saisonniers » aient toutefois acquis l'égalité complète avec leurs collègues françaiS. Et le jour même où quatre d'entre eux se voyaient offrir du champagne à l'Elysée, la majorité du Conseil de Paris leur refusait la semaine en cinq jours avec deux jours de repos consécutUs. La crise économique est durement ressentie par l'ensemble des immigrés qui sont, souvent, selon une formule employée pour les Noirs américains, « les derniers embauchés et les premiers licenciés ». Pourtant, les travaux dans lesquels on les confine ne sont pas les plus atteints par le chômage, et, malgré la décision d'a r r ê ter l'immigration, certaines grandes entreprises bénéficient d'au- Lors de la grève nationale du 19 novembre, les éboueurs parisiens dans le cortège, de la Bastille à fa gare de l'Est torisations spéciales pour importer de nouveaux contingents de maind'oeuvre étrangère. En revanche, de multiples cas nous sont signalés de travailleurs immigrés à qui l'on interdit de faire venir leur femme et leurs enfants. C'est dans la solitude qu'ils ont dll passer les fêtes de fin d'année. D'autres sont purement et simplement expulsés, tels ces 13 -Marocains et Tunisiens d'A vignon, arrêtés le 15 novembre à 6 heures du matin dans le local diocésain où ils étaient hébergés, et emmenés, menottes aux mains jusqU'à l'avion. Une nouvelle tentative du même ordre, le 9 décembre, visant 7 travailleurs qui faisaient la grève de la faim, a échoué grâce à la solidarité des organisations démocratiques. Quatre travailleurs tunisiens de 30 à 39 ans, ayant au total 18 enfants, sont morts asphyxiéS, le 28 octobre, à Aix-en-Provence. De Gennevilliers, de la Marne, de Paris 05') nous parviennent des témoignages des conditions d elogement désastreuses qui peuvent à chaque instant conduire à de tels drames. A tout cela s'ajoutent les campagnes de haine, les violences, venant parfois de policiers... Oui, tout reste à faire pour que les immigrés connaissent en France une vie sim· plement ... humaine ! DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 7 antisémitisme Vieilles rues, boutiques nouvelles Chalon atteint pa .. la " .. uIReu .. " FABLES grotesques »... « ragots stupides » ... Comment expliquer que, cinq ans après Orléans, quatre ans après Amiens et d'autres villes, Chalon-sur-Saône soit atteint à. son tour par la fameuse « rumeur» ? A en croire ceux qui la Golportent, des boutiques de prêt-à-porter - appartenant pour la plupart à. des juifs - fonneraient un inquiétant réseau de « traite des blanches » dont · des jeunes femmes, chloroformées et enlevées au cours d'essayages, auraient été victimes. La presse dément; la police précise

aucune femme n'a disparue ;

le maire s'élève contre ces calomnies; le sous-préfet intervient de même ... Ceux qui propagent la « rumeur » trouvent là. matière à. broder encore : « ces gens-là. » (les commerçants, les juifs ... ) sont protégés par les plus hautes autorités. On ajoute même passant d'un racisme à. l'autre, que ces trafics horribles sont télécommandés par « les émirs du pétrole, qui veulent renforcer leurs harems » ... A Chalon comme ailleurs, sociologues et journalistes tentent d'analyser ce délire collectif. Une véritable peur s'empare d'une partie de la population féminine, qui n'ose plus aller dans les boutiques désignées, ni même dans les rues où elles se trouvent. La haine, le fanatisme se déchaînent. Mme Boycki, propriétaire de « La Penderie », a reçu des lettres, des coups de fils menaçants : « Allo, petite ... je vais te faire la peau et tu .sais bien pourquoi... ». « Si « La Pen· ·derie » n'est pas fennée, la maison sera. incendiée... ». Est-ce le caractère moderne, parfois tapageur, ou au contraire feutré des boutiques installées dans des quartiers aux rues anciennes, qui provoque, au départ, méfiance et hostilité? S'agit-il de rivalités commer· -ciales? A Chalon, en novembre, tous les commerçants visés par la cam· pagne n'étaient pas juifs, et tous les commerçants juifs n'étaient pas vi· sés. Pourtant, comme à. Orléans ou 8 Amiens, pour comprendre comment des personnes apparemment saines d'esprit peuvent se laisser tromper par d'aussi grossières fadaises et les répéter, serait-ce en s'interrogeant, il faut bien admettre qu'elles considèrent que « tout est possible » de la part de « ces gens-là. ». Et sous ce vocable, il n'est pas nécessaire de chercher beaucoup pour déceler l'antisémitisme. Commerçants aux boutiques surprenantes, promoteurs des modes les plus inattendues, Juifs de surcroit : autant de signes distinctifs, qui se complètent et suffisent à. faire sur· gir les contours mystérieux de pero sonnages « à. part », inquiétants, cris· tallisant sur eux les préjugés, lei' fantasmes secrets venus du fond des âges ... C'est pourquoi le M.R.A.P., alerté par plusieurs commerçants de Cha· Ion, a exprimé aussitôt à tous « S011 plus total soutien, notamment sur 1 plan de l'information et de l'action judiciaire ». Dénonçant avec indignation, dans un communiqué, cette opé· ration antisémite, « il fait confiance à. l'opinion publique pour réagir avec bon sens et vigueur ... ». Il souligne : « Comme en 1969 et 1970, cette affaire intervient à point nommé pour semer la confusion, alors que les couches les plus variées de la population prennent conscience de leurs intérêts communs dans la période actuelle de crise. Aujourd'hui, comme toujours. l'antisémitisme joue son rôle de divi· sion et de diversion ». Tous les commerçants du prêt-à· porter, à Chalon, ont organisé unI' journée « portes ouvertes », afin que chacun puisse constater qu'il n'y a pas dans leurs boutiques de caves où l'on escamote les clientes ni de souterrains par lesquels on les ache· mine vers de proches ou lointains lieux d'orgies. Mme Boycki a déposé une plainte contre X. Les calomniateurs, conscients ou inconscients. craintifs ou honteux se taisent. Mais ne restera-t-il rien de cette poussée d'obscurantisme? Et Chalon sera-t-elle la dernière ville contaminée? FRANCE AU r~l'll • D'ia .ctes racistes très ,raves ont eu lieu f'n septembre 4ébut octobre 4.n. lfIl quo~ cl'Amlen. où vivent de nombreux lmm!"é.. De. Portu,oil, un Morocoin ont été ottoqué. 4.... la rue.: 4 ... coup. de feu ont été tira contre un foyer: 4.ux tr.vollleU,. portu,.i. déclorent ovol, été vlctim.. de violence. pollcièr ... Le comité loc.1 du M.R.A.P. • .ntrepri. une enqu". opprofondie; 14 orsonl.otio..... .outenu •• · por la munlcip.lité, ont dénoncé ce. méthodes et pris l'ItMtiotive 4'une ' soirée de solid.rlté et d'omitié ovec le. Immi,rés. • ~prè. An"ecYi où il ,'étolt livré

. une compo,ne d'oHlch.. xénophobes,

le groupement ~ Action eurapéenne • G barbouillé ."r les murs de Rouen des Inscriptlo ... telle. que : « Norofa po..... ., • Mort oux Bics », • Bles dehors... .: Le comité 4u M.R.A.P. • folt foire un conatot por un hul.1er et décidé d'en .... r d .. pou,..,.... • Trois jeu".. ,.n. orrtti. i Nevers le 12 déc .... b ... ont .voué .volr tué UII Af,érlen, Leldd Areslcl, et l'ovoi, jeté don. Jo loir. en 1972. A l'époque, l'enqu. offfcIeIIe av.1t conclu cà une 0( noyodo -.cldent. 11e _. • Lo 16" Ch.mb,e cerreetfonnell. de Pori. 0 tendu IOlt ict..,..- 10' 1 novembre dons l'offalre .... p0- liciers de ScaoUIl. et Montrou,. qui oyolent mis à soc u.n foy., d'Imml, rés cà Bagneux et brutollsé ses h.bi· tants. Deux co",,,,issolr .. et un Inspecteur sont condamnés cà 15 mol, d. prisoll, 40nt 8 ovec sursil. D'autres peines cl. prison frappent cinq Out"'l inspecteurs et UII ,ordl8ft. D.. clommoses et Inté..... Ollt été accordés .u propriétaire du foyer et .. CI""'" loc.tolres moltrelt4s. • ... le 15' orntINIilaement, i .,.., ... IOCNté ...... c. 65 Imllll- ... .. ... .. ,. ..... de leu, lote- ..... N', po",..... po. pot ,. .... ..,...,... eUe est Intervenu. • ...... dot COItHIl~ts vol.ln. 90ur les inciter à Ile plu. terYlr c.. trov ..... n. Plusi..... o .... nfsotion. 10- coles, 40nt le comiü du M.R.A.P., participent .. leur défense. • Déltut tUe ....... , un. attaque a eu lieu, pour 1. seconde fois, contre la syno'Ofue et lê Centre commuttoata" Itroéllt. d. Sa.vigny-.ur. Orge (Esso .. ne) : les barreaux do protection .... fenatrea ont été endommo'" et les vitres brisées. Del JOU~I r----'-',antilles----------:-------------:---------, Les 'mots la réalité l'avenir Une rue de Basse· Terre, Guodeloupe LORS de son voyage aux Antilles, le général de Gaulle avait évoqué, le 2 mai 1960, les possibilités d'a utodétermination des populations. Quatre ans plus tard (15-24 mai 1964), revenant du Mexique, il tenait les mêmes propos à Fort-de-France. Le 2 mai 1971, M. Messmer, alors ministre d'Etat chargé des D.O.M., annonçait sur place des mesures de « large décentralisation administrative ». Le 13 décembre 1974, à Pointe-à-Pitre, M. Gisca rd d'Estaing s'engageait à « balayer et · à effacer les vestiges des injustic4;!s passées... ». Il serait cruel de continuer à égrener les déclarations officielles où les évocations de lendemains meilleurs sucGèdent aux précédentes promesses non tenues. Que ces mensonges aient été le lot de tous les peuples colonisés ne change rien à l'affaire. Si ce n'est que, de déception en amertume, ces nations ont toutes été finalement contraintes à de brutales séparations qu'elles ne pouvaient plus éluder. Sur fond de cartes postales pour féérie touristique, la réalité antillaise est pourtant là, s'inscrivant en chiffres sombres. Moins de 0,4 % de la population, grands propriétaires blancs concentrant à eux seuls 55 % des surfaces agricoles, tandis que 16 000 petits propriétaires, soit 96 % des possédants, ne disposent que de 30 % des surfaces (Avis du 11 octobre 1974 de M. Piot à l'Assemblée Nationale). Un secteur primaire de l'ordre de 11 %, en constante diminution devant un secteur tertiai re excessif de 55 %, dominé par une quinzaine de famil/ es blanches monopolisant l'import- export, le gra~d négoce et les affaires juteuses. Une population comprenant ' 18 % de chômeurs, laissant indiffé rente une administration locale, a lors qu'en France, dépasser le seui l de 1 % dE: chômeurs prend l'al/ure de drame national. Une balance générale des paiements faisant ressort ir un sblde de transferts privés vers la France supérieur aux t ransferts publics. Bref, une situation coloniale typique susceptible de déboucher sur des lendemains inattendus. Mais, mutatis mutandis, nous avons aussi nos che iks, nos aghas et nos bachagas : les départementalistes. Quand ils font état d'un taux de scolarisat ion de 96 %, qui pourrait les contredire? Mais . à quoi sert-il de scolarise r des enfants qui, demain, ne trouveront pas d'emplois sur place et seront contraints à l'émigration. Quand ils parlent de ces mirif iques subventions octroyées par l'Etat français, fa ut- il leur rappeler que cette manne prof ite aux privilégiés déjà nantis ou revient en France sous forme d'a ppartements parisiens et de bénéfices pour les sociétés françaises impla ntées outre-mer. Quand ils procla ment l'égalité des droits, doit-on disc rètement ou furieusement, leur clamer que les filles de sol/es dans les hôpitaux, les employés du tri dans les P.T.T. sont précisément des Antillais contraints d'accepter ces tâches dont les Français ne veulent plus .. . Quand ces départementalistes crient leur fierté d'être français, comment ne pas bouillir d'indignation devant ceux qui se refusent à être simplement eux-mêmes, et qui n'ont rien retenu de la leçon de « Peaux Noires et Masques Blancs ». Passe encore d'être les ouvriers de la onzième heure. Encore faudrait-II qu'ils soient accuei Il is. Et respectés ... Or le racisme... le refus .. . On pourrait s'éterniser dans ce débat qui, à la longue, finit par être stéri le. D'autres peuples, avant nous, ont connu ces péripéties. D'autres peuples, avant nous, les ont réglées. A leur façon . Contre l'Etat français . Sans lui. Mais avec les démocrates francois, Ceux-ci demeurent l'honneur d'un pays que nous avons jadis aimé, respecté. Ils s'appelaient autrefois l'Abbé Grégoi re, Sch loel: her. Ils existent encore. Grâce à eux, grâce à nos peuples, il ne faut pas désespérer. Fred HERMANTIN. Guyane: répression Lo tens ion ne cesse de s'aggraver en Guyone depuis le voyoge qu'y fit, .. septembre, M. Olivier Stirn, secrétaire d'Etat oux D.O.M. et T.O.M. A la suite d'incidents à Cayenne le 11 nQvembre, les mesures répressives se multiplient : rafles, perquisition., arrestations de dirigeonts du porti socialiste, de l'Union des travailleurs guyanois, de 1. C.G.T, et du Mouvement pour la décolonisotion de la Guyane . . Au début de décemltre, 13 membres de cette dernière organisotion, inculpés de « portici potion ou de provocotion à attroupements armés, en relation avec une entreprise individuelle ou collective consistant ou tendant cà substituer une autorité illégale à l'autorité de l'Etat », ont été transférés à Paris, à la prison de la Sonté. Alors que les forces progressistes récloment un statut permettant 10 gestion par les Guyana is de leurs propres offoires, dons le respect des libertés et de la dignité de tou', la répression, en dépit des promesses faite. à plusieurs occosions, tend à empêcher une évolution voulue por la mojorité de 10 population·. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/ JANVIER 1975 9 10 MONDE • La veille de Noël, 58 tombes ont été profanées dons le cimetière israélite de Laudenbach, en Bavière (R.F.AJ. • Pour avoir empêché la distribution de tracts du parti néo-nazi N.P.D., reproduisant des extraits de « Mein Kompf ", sept jeunes gens ont été condamnés, en République fédérole allemande, (, des peines de 4 à 7 mois de prison. Le tribu.nal de Cologne qui a prononcé ce jugement était présidé par M. de Samoskoey, qui dirigea le pr'ocès contre Klarsfeld en juillet dernier. Deux timbres postaux viennent édités en République démo ... allemande pour commémomassacres perpétrés par les n fs en Fronce à Châteaubriant et en Italie aux Fosses Adréatines. • M. Keith Joseph, ancien ministre conservateur de Gronde-Bretagne, vient de se prononcer pour « une 'régulation des naissances dans les couches inférieures, afin d'éviter une dégénérescence de la société britannique ". « L'équilibre de notre population, de notre race est mellacée ", estime-t-il. • Lors de l'invasion de Chypre par les forces armées turques, plusieurs journaux d'Athènes ont mené une ' campagne antisémite, affirmant que « les juifs américains » étaient à l'origine du conflit chypriote. • Une étroite coltaboration et des liens de te camaraderie .. s'étaient instaurés entre la police française (R.G., D.S.T., S.D.E.C.E.l et la police du Portugal fasciste (P.I.D.E.), pour la chasse aux trovailleurs et étudiants portugais démocrates vivant en France. La preuve en est apportée par des documents récupérés à Lisbonne et que « Le Canard EnchaÎné " a publiés fin novembre. • La Mauritanie et le Venezuela ont décidé, (, quelques jours d'intervalle, de nationaliser l'exploitation de leurs ",ines de fer. .. cc Des bombes américaines sont encore lancées par des avions américains sur des cibles vietnamiFnnes, l'argent américain et le prestige améric; ain soutiennent une dic;tature au Vietnam, qui arrête et torture » : ainsi s'exprime un pour l'application des Accords ris, signé par 36 ecclésiastiaméricains de diverses confes- ~el JOU~I proche-orient POUR UNE JUSTE ' PAIX Le Mouvement contre· le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P' a rendu public, le 28 novembre '1974, ce communiqué: Les développements récents de la situation au Proche-Orient où la paix est à nouveau gravement menacée, amènent le M.R.A.P. à faire la déclaration ci-après :. Il y a 27 ans l'O.N.U. consacrait la naissance de l'Etat d'Israël. Il y a une semaine, l'O.N.U. reconnaissait les droits nationaux des Palestiniens. Loin d'être contradictoires ces deux décisions portent témoignage de réalités historiques qu'il n'est à la portée d'aucune force de nier et à plus forte raison de remeHre en cause. Le M.R.A.P. met l'opinion en garde contre toutes attitudes qui pourraient porter aHeinte aux droits. légitimes des parties en présence et mettre en péril l'existence des nations concernées. Au Proche-Orient comme partout, chaque peuple à droit à la sécurité dans le cadre de son existence reconnue et assurée au sein de frontières sûres, dès lors qu1elles seraient les frontières de la paix, ;isues de négociations loyales, c'est-à-dire ouvertes aux représentants authentiques des parties en présence. Le M.R.A.P., qui mène le combat conte tous les, racismes, confirme ainsi ses positions sur le conflit dramatique se prolongeant douloureusement au Proche-Orient. Il se prononce pour l'ouverture de véritables négociations dans le cadre de la conférence de Genève, propice à apporter au conflit la solution politique qui ouvrirait aux peuples en présence l'avenir de bonheur et de paix pour lequel tant de vies ont été s,acrifiées. Dans le climat passionnel qui entoure les drames du Proche-Orient, l'évolution de la situation, qui se traduit si souvent par des soubresauts soudains et déconcertants, a été particulièr.ement riche en événements ces deux derniers mois. Ce qui doit avant tout retenir l'attention, en ce début de 1975, c'est le danger de reprise des hostilités. Tandis que les attentats palestiniens, visant fréquemment des civils israéliens, se font plus nombreux dans les territoires occupés, une guerre larvée s'installe au Sud-Liban, où les opérations militaires israéliennes font chaque jour des victimes parmi les réfugiés palestiniens et les villageois libanais. Les menaces formulées par les dirigeants des Etats-Unis, qui ont fait entrainer des troupes pour la guerre en zone désertique, font craindre une intervention tendant à contrôler les puits de pétrole. Des incidents de frontière ont eu lieu à plusieurs reprises entre l'Iran et l'Irak. Ainsi, les occasions ne manquent pas pour le déclenchement d'un conflit qui, de proche en proche, ' risquerait d'embraser toute la région et mettrait en péril la paix du monde. Trouver d'autres voies, favoriser la recherche d'une solution politique, telle doit être la préoccupation essentielle, l'effort sincère de tous ceux qui souhaitent contribuer au respect des droits, de la sécurité et de la dignité de l'un et l'autre des peuples en présence. La reconnaissance de la nation palestinienne par la communauté mondiale, l'affirmation de""' l'O.L.P. comme porte-parole de cette nation, l'isolement où s'est trouvé Israël à l'O.N.U. et à l'U.N.E.S.C.O. provoquent des réactions multiples, exprimant, selon les sympathies, satisfaction, désarroi, réprobation. De ces faits hautement significatifs, il faut tenir compte avec réalisme : car ils s'inscrivent dans un contexte où, par un lent retournement de l'Histoire, le tiers-monde joue un rÔle nouveau, justifié, sur la scène internationale. . Il convient de s'orienter vèrs là. négOCiation, si longue et si ardue soit;.elle, avec le conceurs de toutes les parties concernées. Certes, des divergences capitales existent, notamment entre les positions de l'O.L.~. et celles du gouvernement israélien. Une paix durable, parce que Ju~te, est pourtant possible, sur la base des principes que le M.R.A.P. a estuné nécessaire de réaffirmer avec insistance dans le communiqué ci-dessus. Pour avoir dénoncé le racisme ... Le M.R.A.P. a rendu public, le 6 janvier 1975, ce communiqué : fiance, d'injures et voués aux tâches les plus dégradantes. Alors que trois soldats sont jugés devant le Tribunal permanent des forces armées ' de Marseille pour avoir manifesté en faveur d'une démocratisation des conditions faites aux appelés, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R. A.P.), sans vouloir isoler l'un des cas, entend relever les faits particuliers qui ont motivé l'attitude du jeune Antillais Alex Taurus. Le M.R.A.P. a été, à diverses reprises, informé de semblables pratiques dans d'autres unités, témoignant de la persistance des préjugés raciaux dans un milieu qui a pour mission, entre autres, d'éduquer et de former les jeunes générations. Le Tribunal permanent des forces armées punira-t-il ceux qui ont été victimes du racisme et l'ont dénoncé au lieu de sanctionner, comme il se doit, les gradés qui ont eu un comportement passible de la loi du 1"' juillet 1972? Se faisant l'interprète de la protestation des originaires des D.O.M., victimes fréquemment d'insultes et de brimades racistes au Quartier Chabran, de Draguignan, Alex Taurus n'a fait que demander avec eux, dans un tract et par la manifestation du 10 septembre 1974, que les soldats de couleur ne soient plus considérés comme des « boys de caserne », objets de mé- DERNIERE MINUTE : le Tribunal a prononcé l'acquittement ct' Alex Taurus ; Robert Pelletier et Serge Ravet sont condamnés à 12 mois de prison, 'dont 8 avec sursis. A. Taurus était défendu par Mn Marcel Manville et George PauLangevin. Rien de nouveau ... Après la dissolution d' {( Ordre Nouveau", en juin 1973, ses dirigeants avaient d'abord tenté de s'assurer la direction du «Front National", mais, se heurtant à la résistance de Jean-Marie Le Pen, ils décidèrent de créer le mouvement « Faire Front ». Pendant la campagne présidentielle du printemps 1974, ils se mirent à la disposition, avec leurs troupes, de M. Giscard d'Estaing, dont ils organisèrent le service d'ordre. « La rémunération des services ainsi rendus, fut, déclarent- ils, raisonnable". Et, précise « Le Monde" (14-11- 1974), « le renflouement des finances de cette branche de la famille d'extrême-droite ayant facilité le passage du « bricolage» au marketing ", ils viennent de créer un nouveau groupe qui a l'ambition de « s'intégrer à l'activité politique normale du pays " : le Parti des Forces Nouvelles. Prenant acte que « les valeurs démocratiques font l'objet d'un consensus universel " et que « plus personne n'ose s'y attaquer de front », ils s'efforcent d'adapter leur tactique et affirment que « le temps de la violence est fini ». On peut supposer, cependant, que les objectifs et l'idéologie n'ont pas changé, puisqu'on retrouve à la tête du P.F.N. : François Brigneau, rédacteur en chef de « Minute », 1'« activiste» Alain Robert, l'avocat Jean-François Galvaire, qui furent dirigeants d' « Ordre Nouveau ». Ils se sont adjoints plusieurs anciens collaborateurs des nazis, tels le doriotiste Gabriel Jeantet, le spécialiste de l'anticommunisme Roland Gaucher, des membres des cercles « Défense de l'Occident » animés par l'écrivain fasciste et raciste Maurice Bardèche. Pour ce qui est des violences, elles sont réapparues récemment dans ces mêmes milieux, sous la forme d'attentats lors de la venue à Paris de M. Brejnev, d'une agression lors de la vente de livres du Pen Club, de bagarres (avec casques et barres et fer) à l'Institut d'Etudes Politiques pour appuyer une conférence de Maurice Bardèche. Leurs auteurs se réclament, selon les cas, du « Front National », de « Faire Front », du DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 G.U.D. (Groupe Union et Défense) et du GAJ. (Groupe Action Jeunesse). Quant à J.-M. Le Pen, il continue de distiller sa haine contre « les Arabes », en dénonçant « la décadence de notre pays ", tandis que MO Tixier-Vignancour, ancien candidat d'extrême-droite lui aussi, à l'élection présidentielle, réaffirme son intégration dans la majorité gouvernementale. U.R.S.S. -U.S.A. Pour des raisons qui ne sont pas étrangères, semble- t-il, aux futures élections présidentielles, le sénateur américain Henry Jackson a mené campagne pendant de longs mois contre l'adoption de certaines clauses de l'accord commercial entre les Etats-Unis et l'U.R.S.S., en posant comme condition l'accroissement du nombre de juifs soviétiques autorisés à émigrer en Israël. Le 18 octobre, un arrangement est intervenu entre lui et... le secréta~re d'Etat, M. Kissinger. Celui-ci fait état d' « assurances » reçues, concernant « les critères et pratiques (qui) détermineront désormais l'émigration à partir de l'U.R.S.S. ». Le sénateur Jackson accepte de suspendre pour dix-huit mois l'amendement qui porte son nom, et qui faisait obstacle au développement des échanges soviéto-américains. Et, le 19 décembre, le Sénat a approuvé le traité de commerce. Dans une lettre à son homologue américain, M. Gromyko, ministre des Affaires étrangères de l'U.R.S.S., avait pourtant rappelé que les échanges de vues qui ont eu lieu sur cette question, « qui relève entièrement, souligne-t-il, de la compétence de notre Etat », comportaient des « éclaircissements » et non des « assurances » ou des « engagements ». Les Soviétiques, indique- t-il, ont informé leurs interlocuteurs « de la situation réelle ", et celle-ci se caractérise, contrairement aux affirmations du sénateur Jakson, par la « tendance à voir diminuer le nombre de personnes désirant quitter l'U.R.S.S. pour s'installer définitivement dans d'autres pays ». 11 Un exemple ~::LI~ Des adolescents ont récemment reçu à leur domicile une lettre, dont voici quelques extraits significatifs : « Nous t'invitons à prendre place parmi les rangs d'un mouvement auquel nous appartenons. Il se veut secret, efficace ,et ~on. ~issident .. Il tient pour exemple Adolf Hitler et veut, avant tout, recreer 1 umte des natIonali~tes. -:7rc~ .su 5 A LI ANARGlIE SUS AUX ROUGES « De grands avantages te seront offerts, comme par exemp!e n être pas fiché (seul le chef suprême connaîtra ton nom), pouvoir connaItre des écrivains et journalistes de droite, te sentir appartenir à une véritable confrérie, SUS A LA mMa: où règnent la solidarité et l'entraide .. . « Nous ne t'en disons pas plus ( ... ) SU~ AU"t A~ATIQ)(S ...... ~ « Réponds-nous. Fais-le pour la Nation. Il ne faut pas se retrancher comme l'ont fait nos pères » • ... Deux tracts étaient joints 'à l'envoi; l'un portant le titre : « Non au suffrage universel »; l'autre (fac similé ci-contre) orné de la croix gammée, avec ce mot d'ordre : « Redonnons à la France un sang frais et pur » ••• Le mensuel « Demain », organe des Scouts et Guides de France, qui publie cette information, tout en soulignant que la masse des jeunes Français actuels sont trop avertis pour céder à de tels mirages idéologiques, estime à juste titre devoir alerter les parents. Ajoutons que les pouvoirs publics devraient bien s'intéresser aux organisateurs de ce « mouvement secret ». Faire état de conditions posées par les Etats-Unis tend à suggérer que les échanges soviéto-américain~ sont surtout avantageux pour l'U.R.S.S., et que celle-':l a permis, en conséquence, une ingérence dans ses affaIres intérieures. Or, ces échanges ne sont pas I?oins intéressants pour les Etats-Unis, où des preSSIOns se sont sans aucun doute exercées sur le sénateur Jackson. M. Brejnev avait déclaré en octobre devant le secrétaire d'Etat américain au Trésor : « Les tentations de soumettre le développement des échanges à des exigences qui n'ont rien à voir avec les questions commerciales et économiques, et qui portent sur des domaines de la compétence intérieure exclusive des Etats sont absolument inadmissibles et déplacées ( ... ). 'Si on ne se préoccupe pas d'éliminer à temps ces éléments négatifs, le développement de la coopération peut en être sérieusement freiné ». Et la « Pravda » avertissait: «Pendant qu'à Washington, certains se livrent à des calculs sur les conditions auxquelles nos produits de~raient être admis aux Etat~Unis, ces mêmes prodUIts trouvent sur les marches de l'Europe oci:::identale de nombreux acheteurs... » Antinazis d'occasion Quelque opinion qu'on ait sur le problème de l'avortement débattu ces dernières semaines au Parlement, on ne peut que repousser avec dégoût l'amalgame fait, dans certains milieux, entre l'interruption de grossesse et ... le génocide nazi. Ainsi, un député réformateur, M. Daillet - qui s'en est excusé par la suite - n'a pas craint, devant l'Assemblée Nationale d'évoquer les fours crématoires pour caractériser la 'nouvelle loi. Mme Simone Veil, ministre de la Santé, déportée à Ravensbruck à l'âge de 17 ans, et les nombreux parlementaires qui furent victimes du nazisme ou combattants de la Résistance ont ressenti avec une particulière émotion cette comparaison inconvenan te. Jouant sur un même abus de mots, un « Mouvement Français Antinazi » vient de se constituer, qui se donne pour objectif de « lutter contre les résurgences des théories nazies ( ... ) que sont la législation de l'avortement, l'euthanasie, la stérilisation, l'eugénisme, la 12 propagande contraceptive massive ... ». Les agissements de ceux qui se réclament ou s'inspirent ouvertement d'Hitler n'inquiètent pas le moins du monde ces antinazis- là ! ... Quant à « Carrefour », selon une méthode chère au « Parisien Libéré », il ne trouve rien de mieux pour attaquer Mme Simone Veil que de souligner dans une légende qu'elle est « fille d'André Jacob et de Mme, née Steinmetz » ••• Déjà, « Aspects de la France » suggérait naguère que la loi sur la contraception était un « coup des juifs » ••• Dommage qu'il n'y ait pas un autre Hitler L. Dimanche soir 15 septembre, trois personnes un médecin, son épouse et une invitée - .. entrent dans une pizzeria, avenue de Verdun, à Menton. L'établissement est à peu près vide. Pourtant, trois quarts d'heure après avoir passé leur commande, ces personnes ne sont toujours pas servies, alors que d'autres, arrivées après elles, le sont normalement. Elles s'étonnent, protestent, interrogent le patron. Et celui-ci de s'écrier, très excité : « Si vous n'êtes pas contents, je vous chasse de mon établissement... Vous êtes juifs, et je n'aime pas les juifs ... Dommage qu'Hitler ne vous ait pas tous liquidés, et qu'il n'y ait pas un autre Hitler pour finir ce travail... » Les victimes de cette discrimination et de ces injures ont aussitôt alerté des adhérents locaux du M.R.A.P. Le comité des Alpes-Maritimes, qui leur apporte son soutien actif, a désigné un avocat, et une plainte est déposée. On comprend que l'émotion soit vive à Menton. Une assemblée d'information a eu lieu le 28 octobre, avec la participation de Me Roland Rappoport, membre du Bureau national du M.R.A.P. Tout sera fait pour que soit sévèrement sanctionnée cette intolérable provocation raciste. Georges Azenstarck LE MATCH FRANCEAPARTHEID Photo ci-dessus : la manifestation de Paris (29 novembre) sur le thème « Oui au rugby, non au racisme :t. En tête, les membres du Bureau national du M.R.A.P. et les représentants des 30 organisations participantes L' APARTHEID, vous connaissez ? •. Grâce à la campagne sans précédent menée autour des Springboks, beaucoup, en France, ont découvert récemment cette pratique odieuse qui sévit dans tous les domaines de la vie en Afrique du Sud et qui pervertit jusqu'au sport. Dans ce pays, ce ne sont pas la valeur et les capacités d'un homme qui décident de sa place ou de sa fonction, mais la couleur de sa peau. Et le Noir, écrasé, étranger sur son propre sol, est maintenu à son rang d'esclave par un système diabolique de répression qui le t~aque en tout lieu, à tout instant. La cruelle « suprématie blanche » represente pour les gouvernants de Pretoria, un credo intangible, inscrit da.lIs la Constitution, nécessaire à la sauvegarde des prodigieux profits tirés du travail des Africains. Ainsi, l'Afrique du Sud détient un double record: celui des exécutions capitales et celui du rendement des capitaux. LA France entretient des relations privilégiées avec ce bastion du racisme et du colonialisme. C'est la seule explication que l'on peut trouver à la complaisance dont font preuve notre gouvernement et la Féd~ration Française de Rugby envers des équipes au comportement si contraire à la morale sportive, à la notion même de sport. Mais les protestations multiformes qui se sont exprimées, dans la plus large union, contre la dernière opération Springboks ont contraint à la défensive les supporters honteux de l'apartheid. Ils n'ont pu donner à la tournée l'éclat qu'ils souhaitaient. Ils ont dû annuler les rencontres prévues par l'A.S.S.U. avec d'autres équipes sud-africaines. Leurs efforts pour se justifier se sont avérés vains. Et les Springboks sont repartis, non pas auréolés de gloire, mais entourés de réprobation et de scandale. La suite de leur voyage, en Ité:lie, a été décommandée. LES forces antiracistes viennent de gagner un premier match contre l'apartheid. Mais la F.F.R. s'obstine: elle a décidé, pour 1975, une tournée française en Afrique du Sud. Et le gouvernement consent. La bataille continue donc. Pour informer mieux encore l'opinion publique, en particulier les sportifs. Pour démasquer l'aide apportée au racisme, et ceux qui s'en rendent sciemment coupables. Pour obtenir la rupture totale des relations sportives avec l'Afrique du Sud. Pour le prestige du sport et le renom de la France. A. L. DROIT ET LIBERTE - N° 335 -- DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 13 Georges Rousse A Nice, première étape de l'équipe sud-africaine, premières manifestations contre l'apartheid. Ci-dessus : le regroupement avant le défilé du 5 novembre. Ci-dessous : les panneaux réalisés par le peintre Ernest Pignon-Ernest précisent que la ville est jumelée avec Le Cap, c capitale du racisme ,. ~ ... VILlE DE ·NICE. 'i 1FJ'tvICt·'O '1"E'CH"fJOl.,ll!!$ VF'UtANIS""'« ... ,Ü(O.~rAJ,oC ' NICtt

(Ut"l"'~X ' (\fi t'lu" MIIIC ot 5TAl$OHWIMI"Nt S O!Jl"III'A ...... ullf

PLACE MASSENÀ ". .... ~ "' .. " c; ~ SB §ft'tA: ~e:Ï!~.~!i~a:.~.,~ ~ .. (:"o" 1tIt)~ J, __ .:. "", ..... Jo' cMIO 'tou ... O U~& ~IAHCHI FRERES 78, , ... ~: ~."': Les mêmes panneaux so')t portés par les manifestants parisiens, le 29 novembre, du siège de la Fédération Française de Rugby au ministère de la Jeunesse et des Sports 14 Springboks UNE TOURNÉE" PAS COMME LES AUTRES" LES SPRINGBOKS ARRI- « VENT... « LES SPRINGBOKS SONT LA 1... ». Quotidiennement, par d'énormes titres et des articles dityrambiques, « NiceMatin » s'employait à exalter les ambassadeurs de l'apartheid. Noblesse oblige : Nice n'est-elle pas la seule ville au monde qui se soit prêtée à un jumelage avec une ville sud-africaine ! Pourtant, malgré ce tapage publicitaire, la tournée des Springboks en France débuta comme elle allait se poursuivre jusqu'au bout : dans la honte et dans l'hostilité. Déjà, l'itinéraire prévu pour leur voyage avait dû être modifié au dernier moment afin d'éviter l'escale à Kinshasa, au Congo, où des manifestations se préparaient. Tout fut fait ensuite pour cacher l'heure d'arrivée en France. « Le secret a ,été bien gardé, écrit « Nice-Matin ». Feintes inutiles : lorsque les Springboks, après un détour par Bruxelles, débarquèrent à Nice, le dimanche 27 octobre à 16 h 40, le « secret » avait été percé par le M.R.A.P. et les diverses organisations niçoises mobilisées contre l'apartheid. A toutes les sorties de l'aéroport, des manifestants attendaient sous des banderoles portant l'inscription « Oui au rugby, non au racisme », mot d'ordre qui devait ' suivre partout les Springboks. Certains jeunes, symboliquement, s'étaient placé sur le visage un masque noir. Et l'équipe sud-africaine, sous la protection d'importantes forces de police, s'éclipsa par une issue dé~obée : il ne fallait pas qu'elle VOle « ça » ! Il en fut de même pendant tout son séjour de plus d'un mois. Entourés, 24 heures sur 24, par des policiers de la brigade antigang (!), les Springboks furent soigneusement « chambrés » pour les empêcher de percevoir les manifestations hostiles. Le gouvernement sud-africain, pour justifier sa politique d'apartheid, avait besoin que cette tournée (la seule possible aujourd'hui à travers le monde), apparut comme « triomphale » ! Mais s'ils ont pu donner le change à une partie de l'opinion sud-africaine, les racistes de Pretoria et leurs complices français n'ont pas lieu de se réjouir : car, dans toute la France, la riposte des antiracistes est allée crescendo, elle a revêtu, jour après jour, une ampleur exceptioll.nelle. Informer l'opinion D'emblée - avant même l'arrivée des Springboks - l'une des principales caractéristiques de cette campagne apparaissait: l'union. A Paris, dans toutes les villes où des matches étaient prévus, des réunions s'organisaient, à l'initiative du M.R.A.P., entre syndicats, partis, associations diverses : selon les lieux, les appels, demandant l'annulation de la tournée, étaient lancés par 20 à 30 signataires. De même, c'est sous l'égide de ces larges SPORTS - SPORTS - SPORTS - SPORTS - SPORTS SPI 1 NGIIIS Dtms .1IIIt de proptIgtlntle SOOO pl«es JIO/IIIitlires 116 F demain au Parc des Sports de l'Ouest à Nic:e Pour que les Springboks jouent devant des stades bien remplis', la Fédération Française de Rugby ne ménagea pas ses eHorts. Des milliers de places à bas prix (ci-dessus : « Nice-Matin ' " du 5 novembre ) et même gratuites furent offertes. Mais les spectateurs ont boudé, ce qui est exceptionnel lors des rencontres internationales, surtout avec une équipe aussi cotée. Ci-contre ; le virage d'Auteuil, au Parc des Princes, pratiquement vide pendant le test-match du 30 novembre collectifs que furent placées conférences de presse et manifestations. L'objectif principal, qui était d'informer l'opinion française et, particulièrement, les milieux sportifs, a été atteint grâce à de multiples initiatives. La première conférence de presse du M.R.A.P. (1) à Paris (8 octobre) et celle de M. Jean-Claude Ganga, secrétaire général du Conseil supérieur du sport africain (22 octobre) furent suivies de plusieurs autres à travers la France. Il y en eut deux à Nice : le 28 octobre, avec Me Roland Rappaport, membre du Bureau national du M.R.A.P. et, le 5 novembre, avec M. Peter Hain, qui dirigea, en Grande- Bretagne, la campagne victorieuse de 1969-70 contre les échanges spor- , tifs avec l'Afrique du Sud. La veille (4 novembre), Peter Hain avait également rencontré les journalistes à Lyon, avec Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P. Celui-ci participa d'autre part à des conférences de presse à Agen (12 novembre) et à Reims (22 novembre). Enfin, les organisations parisiennes engagées dans la lutte contre la tournée des Springboks se sont adressées aux représentants de la presse, le 26 novembre, pour annoncer la manifestation du 29. Il convient de souligner que, dans tous les cas, l'ensemble des journaux, y compris les organes sportifs, ont rendu compte des prises de positions et des manifestations condamnant les pratiques racistes sud-africaines. A leur corps défen- " " Horrible et révoltant ! .. " André Herrero, entraîneur de l'équipe de Nice, a fait à Miroir du Rugby (novembre 1974), la déclaration suivante : « L'hôtel dans lequel sont descendus les Springboks est situé en face de mon bar-brasserie, qui est aussi le siège du RacingClub de Nice. L'entraîneur que je suis a donc été tenu de les recevoir. « Mais moi, André Herrero, à titre personnel, je me déclare contre l'apartheid. J'étais même opposé à la venue des Springboks en France. Outre les données humanitaires et philosophiques, il y a mon expérience. Et j'ai pu constater quel sort était réservé aux Noirs. Parqués derrière des grillages lors des manifestations sportives, parqués dans des bidonvilles ou des huttes dans la vie. Horrible et révoltant. Cela m'a profondément marqué.» dant, parfois. Et presque toujours dans la proportion d'une alouette antiraciste pour un cheval Springbok. Mais il est paru aussi des articles de fond soutenant la campagne contre l'apartheid, qui honorent le journalisme sportif (2). Ainsi, contrairement à ce qui s'était passé à d'autres occasions, une grande partie de l'opinion a été amenée à réfléchir, à se prononcer sur ~ Quand la F.F.I. bat le rappel ... ,DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 IS les problèmes posés par la politique de la Fédération Française de Rugby. L'apartheid était sous les feux des projecteurs. Et dans toutes les villes où les Springboks ont joué, les spectateurs ont vu sans surprise, à l'entrée des stades, des militants, groupés sous une banderole « Oui au rugby, non au racisme » , distribuer des tracts expliquant la p rotestation des organisations; partout, ces tracts ont été bien accueillis (3). Et une enquête réalisée dans les rues de Paris par une journaliste a permis de vérifier que la plupart. des gens intéressés associaient la notion de racisme au sport sud-africain. Des initiatives multiples L'effort d'information s'est exprimé aussi par d'autres moyens : réunions, débats et projections de films à Nice, dans les facultés, à l'initiative de nos amis Augustine Berthod et Philippe Labrousse; assemblée au Centre culturel d'Agen, avec la participation d'Albert Lévy et de Jean Cussat-Blanc, président du comité local du M.R.A.P.; dans cette même ville, exposé sur l'apartheid dans les classes des lycées, à l'appel du S.N.E.S.; prises de paroles des syndicats dans diverses entreprises çie Tarbes; à l'initiative du C.R.O.U.S. de Reims, conférence-débat sur l'apartheid, animée par J .P. Garcia au nom du M.R.A.P.; diffusion de tracts dans les rues de Nice, Lyon, Toulouse, Reims, Clermont- Ferrand et dans toute la région parisienne. Un peu partout, les affiches et les badges du M.R.A.P. ont été répandus; dans plusieurs départements (notamment le Rhône Roger Monnet et la Marne), des pé titions ont circulé, recueillant de très nombreuses signatu res, tant dans les entreprises que dans les lycées et universités. A l'action menée en commun par les organisations, il convient d'ajouter les initatives p ropres de certaines d'entre elles. Ainsi, les pétitions de la F.S.G.T. et du S.N.E.P., signées par des milliers de sportifs; l'intervention de la C.G.T. auprès du Secrétaire d 'Etat à la Jeunesse et aux Sports annoncée lors d'une conférence de presse; les prises de position d'élus locaux ( 1) ; les questions de plusieurs parlementaires communistes (de M. Houël, député, au Premier Ministre, après celle de M. Hage ( 1 ) à M. Mazeaud, de M. Schmaus, sénateur, de M. Jean Reyssier au Conseil général de la Marne} ; le document diffusé par la Commission française « Justice et Paix », qui contient le communiqué de la commission du diocèse de 30 organisations 16 Voici les 30 organisations qui ont appelé à la manifestation du 29 novembre à Paris : Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.J. C.F.D.T., C.G.T., Syndicat Nat iona l des Profes seurs d'Education Physique {S.N.E.P.J, S.N.E.S. Fédération Sportive et Gymnique du Travail (F.S.G.T.J, Jeunesses Socialistes, Etudiants Socialistes, J.O.C., Mouvement de la Jeunesse Com, muniste, Mouvement des Jeu",es Radicaux de Gauche, U.J.P., U.N.C. A.L., U ... ion des Grandes Ecoles, U.N.E.F. Pa rti Communiste Français, Parti Socialiste, P.S.U., Front Progressiste. Association Française d'Amitié et de Solidarité avec les Peuples d'Afrique (A. F.~. S . P.A.J, CIMADE, Club des Loisirs et d'Action de la Jeunesse {C.L.A.J.J, Comité França is contre l'Apartheid, Comité Protestant contre le racisme, F.A.S.T.I., Ligue des Droits de l'Homme, Mouvement d'Action Judiciaire, Mouvement International des Intellectuels Catholiques (Pax Romana), Mouve.ment de la Paix, Union Générale des . Travailleurs Sénégalais en France. Une déclara tion condamnant la politique française de colla boration avec l'Afrique du Sud a également été signée par plusieurs des orga nisa tions ci-dessus, ainsi que par le Christianisme soc ia l, le Comité Nationa l de soutien à la lutte de libération des peuples des colon ies portugaises, la Fédération des groupes « Témoignage chrétien :t. lJl AU NON AU Deux aspects de la manifestation ... Nice, des textes épiscopaux d 'Afrique du Sud et de Rhodésie et un extrait du document du M.R.A.P. sur l'apartheid dans le sport. Gradins vides ... Résultats? Tout bien pesé, cette tournée des Springboks est un échec. Bien sûr, elle n'a pas été annulée par la F.F.R. et le gouvernement, comme l'exigeaient la morale sport ive et le respect des engagements internationaux. de la France (1). Mais elle s'est déroulée dans un climat défavorable et, face à la montée des protestations, le doute et la mauvaise conscience se sont emparés des organisateurs. Il faut bien mesurer l'importance du changement qui s'est produit. Au lieu du silence complice, des joyeuses r éceptions sous un faux semblant de « neutralité » sportive couvrant un accord politique profond, la tare odieuse de l'apartheid a été démasquée, il est apparu à tout un chacun que les Springboks ne sont pas « une équipe comme les autres » . Pour la première fois, malgré le battage de la presse et des radios, malgré les places gratuites offertes par milliers, les matches qui auraient dû susciter un grand intérêt sur le plan du rugby se sont tenus dans tous les cas devant des gradins en grande partie vides. Est-ce le j eu brutal des Spr ingboks, dénoncé dès la première rencontre, qui écoeurait les spectateurs? On ne peut nier qu'un certain nombre ont aussi voulu marquer leur hostilité au racisme. C'est ainsi qu'à Reims, par exemple, le Rectorat ayant cru devoir cautionner l'opération de la F.F.R., la section de la Marne de la Fédération de l'Education Nationale a recommandé aux enseignants de ne pas distribuer à leurs élèves les 4.000 places gratuites mises à leur disposition. Dans toutes les villes, des personnalités invitées aux tribunes d'honneur se sont abstenues d'aller aux matches et parfois l'on fait savoir publiquement, comme le professeur Wertheimer, de l'Académie de Médecine, à Lyon, ou M. Arsène Boulay, député socialiste du Puy-deDôme, qui écrit au M.R.A.P. : « Pour les motifs qui sont ceux indiqués dans votre lettre, je vous indique que je n'assisterai pas à cette manifestation sportive, bien que j'y soit invité. Par ailleurs, pour tenir compte de vos observations, que je partage en tant que signataire de la proposition de loi sur le racisme votée en 1972, je saisis le secrétaire de la Fédération socialiste du Puy-de-Dôme afin qqe la Fédération publie un communi'l\lé à ce sujet, communiqué qui engagera tous les militants, et qu'elle demande aux élus socialistes, notamment à ceux de la municipalité de Clermont-Ferrand, aux quatre députés et aux trois sénateurs socialistes, de ne pas assister à cette manifestation ». Les antiracistes manifestent Si les stades n'ont pas f fait le plein » pour les Springboks, les rues de plusieurs villes se sont, en revanche, remplies de manifestants, sportifs en tête, qui dénonçaient la honte de cette tournée au service du racisme. Par milliers, à l'appel de plusieurs dizaines d 'organisations, les antiracistes ont crié leur indignation à Nice, le 5 novembre, à Paris, le 29 novembre, à Reims, le 2 décembre. A de rares exceptions près, et malgré l'agitation fébrile des dirigeants de la Fédération Française de Rugby, voulant que « tout se passe bien », ce fut le vide autour des Springboks en dehors des matches. Isolés par la police dans leurs hôtels, ne se déplaçant que sous bonne escorte, ils n'ont pas eu droit aux activités plus ou moins folkloriques habituellement quotidiennes lors des tournées à l'étranger. Dans les villes où ils se sont rendus (sauf Toulouse), il n 'y a eu de réceptions municipales en leur honneur : elles furent même annulées là où elles avaient été prévues, notamment à Lyon, Agen et Reims. Deux annulations Un recul plus décisif encore est à noter : à la suite de l'émotion causée par la tournée des Springboks et des protestations des enseignants et de l'U.N.E.F., la direction de l'A.S.S.U. (Association du Sport Scolaire et Universitaire) a été amenée à annuler les rencontres prévues en France, en décembre, avec des équipes scolaires et universi- (1 ) Voir « Droit et Liberté» de novem· bre 1974. . (2) Dans un « dossier li, l'O.R.T.F. a également donné la parole à Albert Lévy et à Peter Hain, en même temps qu'à M. Albert Ferrasse, président de la F.F.R. (3) Devant l~ Parc des Princes, le 30 novembre, la police est intervenue brutalement contre des personnes qui ditribuaient des tracts et scandaient « Oui au rugby, non au racisme ». Un photographe de presse a été frappé et arrêté, ses pellicules ot}t été détruites. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 taires d'Afrique du Sud, également sélectionnées sur une base raciste. Au terme de la tournée, il faut enfin signaler les répercussions internationales de la campagne menée en France. L'un de ses premiers effets fut d'encourager les organismes italiens responsables à décommander les Springboks qui devaient se rendre en Italie en quittant la France. Le M.R.A.P. a reçu des messages de soutien de ceux qui luttent contre l'apartheid dans le sport en Grande-Bretagne, en Nouvelle-Zélande, aux Etats Unis. La tournée des Springboks a suscité en Mrique une émotion certaine. M. Abraham Ordia, président du Conseil supérieur du sport en Mrique a déclaré qu'une sanction serait prise contre la France par cet organisme, dont le comité exécutif se réunit au début de 1975. En Mrique du Sud, si la presse gouvernementale a traduit la hargne des racistes dès l'annonce de l'action entreprise par le M.R.A.P., la c~pagne française contre l'apartheId a sans aucun doute été ressentie par les populations opprimées comme l'expression d'une profonde solidarité, un encouragement à leurs luttes 'pour la justice et la liberté. Une situation d'injustice Dans son communiqué du 30 octobre, la Commission Justice et Paix du diocèse de Nice déclore notamment: .. I. . .J La présence de cette équipe (les Springboks) fait nécessairement penser au pays qui la produit, et très précisément à la situation d'injustice intitutionnalisée dans laquelle y vivent les populations noires 1. •. ). • Quelles que soient les justifications fournies pour le rendre séduisant et légitime, le .. développement séparé au profit des Noirs » ne cesse, en fait, d'aggraver les disparités entre les régions blanches et les régions noires, comme les conséquences déshuma"isantes de tous ordres qui en découlent I..J. Cette situation est encore ignorée d'un grand nombre, et cependant elle concerne d'autant plus les habitants de Nice que leur ville est jumelée avec la capitale législative de la République d'Afrique du Sud : Le Cop I..J. .. Solidarité des évêques et des chrétiens d'Afrique du Sud (, •• ), la Commission Justice et Paix recaRnoÎt l'opportunité d'une action immédiate sur l'opinion publique à la faveur de l'événement I..J. » 17 LU DANS LA PRESSE où un noir ne saurait plaquer un blanc, pour la bonne raison qu'il y a des terrains r~ervés aux uns et des terrains défendus aux autres ? Est-il apolitique, ce ballon ovale, qui ne peut se passer qu'entre gens de même race ? Est-il apolitique, ce sport sudafricain, divisé comme un échiquier en cases blanches et en cases noires ? « Le rugby français avait rendez. vous, samedi 23 novembre, avec l'obscurantisme et la ségrégation. Il aurait pu se dispenser de s'y rendre ... » ressemblèrent à une rixe de voyous et ne laissèrent pas moins de cinq joueurs blessés assez gravement... » Dans L'Humanité (25-11-1974), Daniel Peressini s'en prend à. « une certaine presse qui a du « SpringlJok » plein les stylos et les micros et des idées seulement derrière la tête, quand ce n'est pas des collaborations avec les journaux sud-africains à préserver ». Il montre que les Springboks sont « des rugbymen pas comme les autres ». Plusieurs articles parus dans la presse française méritent d'être signalés par leurs prises de position lucide sur la tournée des Springboks. A propos du test-match du Parc des Princes, Bruno Dethomas, dans le même journal (3-12-1974), livre ces commentaires désabusés : « A les voir dès la première mêlée ( ... ) on pouvait croire les joueurs français animés du désir d'être les champions des droits de l'homme, face à des Sud-Africains pour qui le rugby est un sport supportable si on ne se salit pas les mains à plaquer des Noirs ( ... ). « L'écran de fumée de l'événement sportif dissimule de moins en moins ce que l'équipe sud-africaine est chargée de faire oublier : la réalité sociale d'un pays où le racisme tient lieu de système de gouvernement ( ... ). Rendant compte du test-match de Toulouse, Pierre Georges, dans Le Monde (26-11-1974), écrit : « Le drame pour l'équipe de France, ce n'est pas d'avoir perdu un match; partie comme elle est, elle en perdra d'autres, Le véritable drame est que ce match France-Afrique du Sud ait eu lieu. En France. En 1974 ( ... ). « Qu'est-ce que cela veut dire, ici, ne pas mélanger la politique et le sport ? Est-il apolitique, ce rugby sud-africain, « Les Springboks vont pouvoir quitter la France heureux. D'autant qu'ils ont pu, à Paris, apprécier la supériorité de la race blanche : sur le terrain, quelques mêlées ouvertes - « il faut se faire respecter » - « Aujourd'hui, derrière le style de jeu des Springboks basé sur la domination physique et la puissance, de plus en plus nombreux sont ceux qui reconnaissent le signe d'une mentalité forgée dans un contexte social, là où naguère on ne voyait qu'exclusivement la' marque d'une grande équipe. Il est vrai que l'efficacité est souvent au rendez-vous, si l'inspiration, la création et le fair-play sont toujours absents. » 18 Pauvre Bourgarel! Lors de la tournée fran çaise de 7977, Roger Bourgarel posant devant un hôtel réservé aux blancs 'F AIRE cautionner l'apartheid par un Noir, c'est une tentation à laquelle le quotidien sportif « L'Equipe» n'a pas pu résister. Le Noir qu'il a trouvé, c'est Bourgarel, joueur d'origine antillaise, qui fit partie de l'équipe de France qui effectua une tournée en Afrique du Sud en 1971, et auquel il donne la parOle dans son numéro du 5 novembre. Cette année-là Bourgarel, qui s'était imposé tout au long de la saison au poste d'ailier, se vit préférer un autre joueur (blanc) qui n'avait jamais fait ses preuves au niveau international et qui fut sélectionné à sa place. (( Naïvement, les sélectionneurs avaient cru supprimer tous les problèmes que la présence d'un joueur noir dans leur équipe auraient un créer», reconnaît (( L'Equipe». Mais la sélection de Bourgarel s'imposait au point que la Fédération Française de Rugby dut revenir sur sa décision. Le gouvernement de l'Afrique du Sud ne put s'opposer à la venue de Bourgarel, car, avait souligné un ministre, l'opinion française n'aurait pas compris un refus, et cela aurait rendu plus difficile les livraisons d'armes. Comme en 1971, et malgré les propos àe (( L'Equipe» que nous venons de rapporter, Bourgarel ne s'élève pas contre la mesure discriminatoire prise alors à son égard et admet les raisons qui avaient guidé les sélectionneurs. Il raconte qu'il n'a jamais eu de prOblème au cours de son séjour en Afrique du Sud, car, dit-il ingénument, il portait .« constamment le blazer avec l'écusson de l'équipe de France ». Il était (( la bête curieuse » qu'on suivait partout. De même, il attribue l'hostilité que lui manifestèrent plusieurs joueurs adverses sur le terrain de jeu à une volonté d'affaiblir l'équipe de France, et affirme qu'elle n'était pas provoquée par la couleur de ~a peau. Ce n'est pas non plus pour cette raison, selon lui, que, lors du premier match, le trois-quart adverse refusa d'échanger son maillot avec lui, comme c'est la tradition, alors que tous les autres joueurs sud-africains le faisaient avec leur vis-à-vis français, de couleur blanche ! Et la population noire ? Il a discuté avec des Noirs et il reconnaît « qu'ils sont dans une situation difficile ». Mais il n'accuse pas les dirigeants racistes, au contraire. Il dit : (( Certains (noirs) essaient de bouger, mais la masse ne suit pas. Je crois que TOUS les prOblèmes viennent justement de ce que les Noirs, là-bas, sont peut-être un peu trop passifs. Cela tient surtout, je pense, A LEUR TEMPERAMENT » (c'est nous qui soulignons). Bourgarel est d'accord avec la venue des Springboks et, paradoxalement, après avoir dit que (( le sport est un excellent moyen de pression », il s'élève contre toute idée de rupture avec l'Afrique du Sud dans ce domaine ! Il prétend que ce pays (( fait des efforts » pour parvenir à l 'intégration raciale dans le sport, (( je n'ai pas eu de problème là-bas, je ne vois pas pourquoi je voudrais que les Springboks aient ici des difficultés ». Pauvre Bourgarel ! Robert PAC. Deux conférences de presse. A gauche, celle des représentants des 30 orf/anisations parisiennes annonçant la manifestation du 29 novembre. A droite, celle de Peter Hain (second en partant de la droite), à Nice La Croix (13-10-1974) constate « Le racisme sud-africain est une tare sociale inadmissible. Maintes fois dénoncé, il continue de régir, sous le nom d'apartheid - développement séparé - la vie de la population de l'Afrique du Sud, dont la majorité noire est politiquement mineure. « Quelques tentatives, de caractère opportuniste, ont été faites à Pretoria pour corriger l'image que l'Afrique du Sud donne d'elle-même à l'étranger. Mais l'essentiel demeure en l'état. Et le M.R.A.P. le rappelle fort bien dans sa campagne ... « C'est à la communauté française, et non aux seuls rugbymen, que doit être posée la question des relations avec l'Arique du Sud.» Pour Julien Giarrizzi, dans Nice· Matin (6-11-1974), la muraille de l'apartheid « s'effrite » en Afrique du Sud et serait même sur le point de disparaître sur le plan sportif ce qui, affirme-t-il, « prouvera au monde entier que l'Afrique du Sud est devenue une nation comme les autres ». En dehors de ces prévision idylliques et sans fondement objectif (que les dirigeants de la Fédération Française de Rugby ne cessent de répéter pour se justifier), il fait de la réalité présente ce sombre tableau : « Ils ont parcouru le globe en chantant. Ils ne se déplacent plus qu'à pas feutrés. Les Springboks sont devenus des géants silencieux. « On ne les voit qu'à travers un voile, car ils sont les interdits de séjour du rugby. La Nouvelle·Zélande, l'Australie, l'Angleterre, leur ont fermé la porte au nez. Le Sud-Africain peut visiter le monde, à condition qu'il n'emporte pas un ballon ovale dans ses bagages. « Voilà pourquoi, depuis trois ans, les Springboks sont restés chez eux. « Un mot, un seul, les condamne : apartheid. La fameuse discrimination entre Blancs et Noirs. « Le monde entier - ou presque - fait disparaître la barrière des couleurs. Les Sud-Africains la défendent ( ... ). Il en résulte une terre où Blancs et Noirs coexistent sans cohabiter. Chacun a ses maisons, ses hôtels, ses bars, ses bus, ses taxis ... » Dans Miroir du Rugby (novembre 1974), Robert Barran affirme : « Le sport, le rugby en la circons· tance ne peut servir à cautionner, à avaliser des institutions qui dégradent l'homme, qui le maintiennent dans l'état d'un être inférieur, qui l'exploitent et le maltraitent jusqu'à l'anéantissement. Le seul critère à retenir en sport est celui de la valeur et non celui de la couleur de la peau ( ... ). justifier le racisme. Mais des cou· rants encore trop profonds subsistent, nourris d'un vieil esprit de xéno- . phobie, alimentés par le mythe de l'homme blanc. Comment expliquer sans cela les avantages faits aux Springboks ! Beaucoup sont honnêtes qui s'en tiennent à la formule « ne pas mélanger sport et politique », celle que reprend à son compte la F.F.R. « Il n'y a certes personne en France, à l'exception d'une poignée de continuateurs de l'idéologie nazie, pour " Mais qu'est-ce que POlitique veut dire, et qui en fait en l'occurrence ?" Assurément la Fédération sud-afri. caine de rugby, qui applique les textes racistes de son gouvernement, et, par répercussion, la Fédération française de rugby, qui avalise ce comporte-· ment. » La loi des sai• gneurs Le titre ci-contre, paru dans " Midi Olympique » (/1-77 novembre 1974), "exprime l'émotion provoquée dans les milieux sportifs par les méthodes des Springboks, qui, souligne le journal, c confondent parfois virilité et brutalité». Le joueur français Michel Palmié, que l'on voit ici, le visage ensanglanté, dut être évacué à l'hôpital, la machoire brisée, dès les premières minutes du match de Lyon. Gérard Lavagne (fracture du péroné), Picard, Ferrou et Droitecourt ont durement souffert, le même iour. du c jeu de massacre » sud-africain. A Nice, déjà, on avait constaté l'utilisation particulière faite par les Springboks de c leurs énormes moyens physiques ». Au cours du match, le toulonnais Lancelle, commotionné à la suite d'un coup de pied à la tête, avait dû être remplacé. A Agen, deux Français, blessés, sont éliminés : Lassouyade (contusionné) et Lacroix (luxation acronnio c1aviculaire). A Paris, ce sera Henri Cabrol. Voici quelques autres appréciations relevées dans la presse sportive à propos des joueurs sud-africains : c Les Springboks mettent les choses aux poings » ... " Williams faisait des ravages de manière plus ou moins suspecte » ... c L'ailier sud-africain non seulement agressif mais méchant» ... «Anti-jeu caractérisé »... " Brutalités inadmissibles ,., c Agressivité à la limite de la régularité, qui fut parfois même dépassée ,.. .. c Quelques placages très secs aux intentions douteuses ,. .. . c Les Springboks se sont imposés, non sans accompagner leurs actions de quelques gestes irréguliers ,. ... I:II)~~ TROP VIOLENTS! DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 19 l Vu de LA tournée des Sprinboks en France a fait couler beaucoup d'encre, en France comme en Afrique du Sud. En France l'immense majorité de la presse, nationale et régionale, a rendu compte avec objectivité de la campagne que nous avons menée contre cette honteuse . tournée. Certains journaux, par contre, ont préféré déformer notre action en la présentant comme « une ingérence intolérable de la politique dans le sport Il et ont réservé à l'événement des pages entières en prétendant n'en retenir que « l'aspect sportif ll. C'est exactement cette dernière attitude qu'ont adoptée avec unanimité les journaux blancs d'Afrique du Sud. Curieux parallélisme ! Mais le parallélisme ne s'arrête pas là. Afrique du Sud : « L'Afrique du Sud se devait désespérément de gagner » (éditorial de Pretoria News, 25- 11-1974). France : « Les Springboks sont condamnés à tout gagner,. (titre sur toute une page de Midi-Olympique, de Toulouse, 4-11·1974). Ces deux journaux expliquent qu'après les défaites subies par les rugbymen blancs d'Afrique du Sud devant les Britanniques, tout un pays avait ressenti un tel affront que les Springboks avaient la mission de relever l'honneur de leur peuple (personne n'ose écrire de leur race, mais on le sous-entend) en gagnant contre la France. Ainsi, lorsque le journal L'Equipe titre sur une page : « Le Front Springbok II 0-11-1974), ce n'est pas un Prétorio euphémisme ; et quand Le Parisien Libéré (6-11-1974) et d'autres, parlent de « bulldozers ll, de « colosses ll, de « mastodontes ll, de « chars d'assaut II Springboks, il s'agit bien dans leur esprit d'un véritable plan de bataille quasi-militaire . Il fallait que les Blancs d'Afrique du Sud gagnent à tout prix, au mépris même des règlements. On est loin du sport. Pourtant, cette presse, qui prétend défendre le point de vue sportif, s'accommode fort bien, comme nous venons de le voir, de la politisation dont sont coupables les SudAfricains. Cette curieuse cécité se poursuit dans les attaques lancées contre notre campagne. En France, l'hebdomadaire Minute accuse « M.R.A.P. et P.C. II d'avoir « lancé une offensive anti-Springboks II (26-1()'1974) et en Afrique du Sud le quotidien Star titre cc Tentative communiste d'arrêter la tournée Springbok II (9·1()'1974). Ainsi la presse blanche sud-africaine et une certaine presse française se retrouvent-elles - toutes les deuX sous la bannière de la pureté du sport - pour tenter de discréditer notre action en la présentant comme étant : 1) une action communiste et 2) une action dirigée contre les joueurs Springboks eux-mêmes et non pas contre le racisme dans le sport qu'ils représentent. Ce curieux parallélisme n'est peut-être pas fortuit. I.A FRANCE SEUI.E? 20 A PRES leur tournée en France, les Springboks devaient aller jouer plusieurs matches en Italie. En raison du racisme sud-africain, les protes· tations, faisant suite à celles de France, ont abouti à l'annulation de ce projet. « Il est difficile de croire à un refus italien », avait déclaré M. Craven, président de la Fédération de rugby sud·africaine. Et pourtant ce refus a eu lieu. D'abord le maire (démocrate chrétien) de Brescia, rappelant les souffrances endurées au temps du nazisme, fit connaître l'interdiction d'un match avec les représentants du racisme sud-africain dans le stade de la ville. De même, celui de Trévise. Et les rencontres apparurent aussi impossibles à Naples, Florence et Padoue ... Parmi les prises de position les plus marquantes, fi convient de . citer le Comité unitaire antifasciste, les étudiants de l'université catholique de Brescia et le personnel des services municipaux de cette ville qui décida, au cas où le matcn aurait lieu, d'arrêter les transports municipaux menant au stade. Prenant clairement leurs responsabilités, la Fédération italienne de rugby et le Comité olympique italien annoncèrent leur décision de décommander la tournée sud-africaine. Quelle leçon pour leurs homologues fTançais ! Désormais, la France est donc le seul pays au monde pratiquant le rugby où les sélections de l'apartheid peuvent se rendre. Mais ce n'est pas encore assez pour les dirigeants de la F.F.R. et pour M. Mazeaud, puisqu'une tournée française en Mrique du Sud est préparée pour juin 1975. Devant l'ampleur de la réprobation, les uns et les autres te se renvoient la balle ». A la délégation des 30 organisations qui l'ont rencontré, lors de la manifestation parisienne du 29 novembre, M. Ferrasse, président de la F.F .R., a déclaré en substance : « Si le gouvernement s'y était opposé, nous n'aurions pas reçu les Springboks ». Et le chef de cabinet du Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports devait, une heure plus tard, affirmer à la même délégation : « C'est la F.F.R. qui décide, et d'ailleurs elle ne fait qu'appliquer le programme de l'International Board » ••• En somme, ce n'est la faute à personne si les tenants de l'apartheid peuvent se prévaloir du soutien français! Cependant, M. Ferrasse se dépense sans compter pour les dédouaner. Il a d'abord suggéré que des joueurs noirs soient inclus dans l'équipe venue en France. Se heurtant à un refus immédiat, il n'en a pas moins accepté ce qui lui apparaissait auparavant anormal : la présence d'une équipe composée uniquement de Blancs. Sa proposition eût-elle été retenue que cela n'aurait d'ailleurs rien modifi~ quant au fond. Il en serait de même si, comme fi le demande maintenant, une équipe interraciale était constituée, à titre exceptionnel, pour UN des matches que joueront les Français en juin prochain en Mrique du Sud. Un tel subterfuge ne peut « tromper » que ceux qui cherchent à satisfaire leur conscience sans créer de difficultés réelles aux racistes, ou plutôt en les aidant, du même coup, à donner le change à l'opinion mondiale. Car le commerce des armes a ses exigences : les relations privilégiées de la France avec l'Mrlque du Sud supposent que l'on obtempère à la politique des maîtres de Pretoria. En toute «neutralité» du sport, bien entendu! Contre cet hypocrite soutien au racisme, qui isole et déshonore la France, la mobilisation et la lutte doivent s'amplifier encore. MICHEL MITRANI Prix de la Fraternité Michel Mitrani pendant le tournage des « Gu chets du Louvre ». A droite, une scène du film LE Pr ix de la Fraternité vient d 'être attribué, pour 1974, à Michel Mitrani pour son film « Les Guichets du Louvre ». Fondé par le M.R.A.P. en 1955, ce prix a pour objet de « couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, cinéma, peinture, etc.), scient ifique ou philosophique, qui aura le mieux contribué à servir ou exalter l'idéal d'égalité et de fr ater nité entre les hommes, sans aucune distinction d 'origine, de race ou de religion ». Le jury a motivé sa décision dans les termes suivants : « A travers la rencontre et l'amour de deux adolescents le 16 juillet 1942, jour de la grande rafle des juifs parisiens, ce film, authentique et bouleversant, a le mérite de dénoncer , au-delà de la réalité historique dépeinte, toutes les tragédies qu'engendrent les systèmes et les idéologies racistes et d'exalter la valeur de la fraternité humaine. « Il contribue indiscutablement à rappeler l'actualité de la lutte contre l'antisémitisme et plus généralement contre toutes les for mes d'oppression dont sont victimes les peuples à travers le monde ». Le jury du Prix de la Fraternité est composé de Mme Marcelle Auclair, MM. René Clair, René Clozier, Louis Daquin, Odet Denys, Hubert Deschamps, Alioune Diop, Jean Dresch, Jacques FonluptEsperaber, Max-Pol Fouchet, JeanPaul Le Chanois, Albert Lévy, Jacques Madaule, Théodore Monod, Jacques Nantet, Charles Palant, Pierre Paraf, Guy Retoré, Maurice Rheims, Jean Rostand, Claude Roy, Albert Soboul. Depuis sa fondat ion, le Prix de la Fraternité a été attribué successivement aux lauréats suivants

Christian Jaque, Elsa Triolet

et Gabrielle Gildas-Andreievsky, Marguerite Jarnois, Pascale Audret et Georges Neveux, Jules Isaac, Jules Roy, Robert Merle, Jean Schmidt, Vercors, Le théâtre La Commune d'Aubervilliers, Maurice Béjart, Claude Berri, Christian de Chalonge, Louis Malle, Michel Drach, Alain Spiraux. r---télévision-----__ Inquiétant ... Des Arobes pillords, querelleurs, fourbes; des Asiotiques voleurs, cruels, perfides; un Commissoire du Peuple mongol, bondit la nuit, burea ucral'e et despote sons pitié le jour, etc. S'affrontant à ces races torées, deux équipes de Français courageux, débrouillards, dirigés par des chefs valeureux et intelligents. Voilà un exemple de ce que nous a offert la té lévision en décembre avec « La Cloche thibétoine », feuilleton « inspiré » de « La Croisiè re Jaune » de Cit roën . La médiocri té de cette production est son moindre défaut, comporée ou racisme et oux relents de coloniolisme. Autre exemple de stupidité raciste, dist illée cette fois sournoisement : en introduct ion à une a ff ligeante émission de variétés (" Noël à tous les vents », de F. Delagronge), un minet feint de balayer le studio, imitant l'occent orobe, parlant de l'a chat de sa voiture, de sa caravane, de ses voconces.. . Malgré le ridicule d'une telle présentation, on ne peut qu'être inqu iet de ce procédé, une partie des téléspectateu rs n'étant déjà que trop enclins à fo ire supporter aux travailleurs immigrés la responsabilité de la crise. Deux émissions (dont l'une à répétition) pri ses ou ha sa rd - peut-être d'outres de même acabit nous ont échoppé - : l'O.R. T.F. a mol fi ni l'année ... et son existence. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 21 DES millions de téléspectateurs ont suivi le débat des « Dossiers de l'Ecran » après la diffusion du 6' épisode du scandaleux feuilleton prétendant raconter l'histoire de « l'Orchestre Rouge ». Ceux qui souhaitaient monter une opération d'envergure contre l'ancien chef du réseau, contre le réseau lui-même et surtout contre la Résistance (là était le véritable objectif) ont subi un échec cuisant. En entendant les explications oiseuses de représentants non qualifiés pour défendre cette infâme production, les téléspectateurs ont pu sentir, dès le départ, que ces gens-là étalent dans leur petits souliers. Qui aurait osé justifier une telle ignominie ? Pourtant, Marie-Madeleine Fourcade et Roland Teyssandier ont cru devoir défendre certaines thèses calomniant Léopold Trepper. Ils ont été non seulement désavoués par les autres participants unanimes, mais aussi, ce qui est le plus important, par les téléspectateurs très nombreux à manifester leur réprobation contre les insinuations dont ces deux personnes se sont fait l'écho. Nous ne nous étendrons pas plus sur le débat, car il était destiné à déculpabiliser l'O.R.T.F. et le Pouvoir, qui ont pris de très lourdes et très graves responsabilités dans cette affaire. Le véritable scandale réside dans la participation de la télévision française au financement de ce feuilleton, fait à partir des archives déjà trafiquées de la Gestapo, d'un livre dont le moins qu'on puisse dire est qu'il cherche à dédouaner l'Allemagne nazie et des « conseils » historiques du criminel de guerre Panwitz, bourreau du village martyre de Lidice, en Tchécoslovaquie. Il y avait un absent de marque à ce débat et pourtant il a été question de lui et de son ouvrage pendant toute la soirée : Gilles Perrauit. Absence d'autant plus regrettable que son livre a été mis continuellement en cause par Mme Fourcade et M. Teyssandier sans qu'il puisse répondre à ces agressions, et l'on peut se demander ~'i1 n'a pas été délibérément éliminé de ce débat. Nous avions rencontré G. Perrault quelque temps auparavant alors qu'au nom des survivants du réseau et des familles de ceux qui sont tombés, il était intervenu auprès de l'O.R.T.F. pour que ne soit pas projeté le feuilleton. Les propos qu'il nous tint alors n'ont perdu ni de leur actualité ni de leur force. Notre première question était de savoir comment ce feuilleton avait pris corps, si G. Perrault avait été consulté en tant qu'auteur d'un ouvrage sur « l'Orchestre Rouge" et quelle était la part de l'O.R.T.F. dans cette réalisation. G.P. - A vrai dire, je ne connais pas les véritables raisons qui ont poussé l'O.R.T.F. à demander à une firme allemande de faire un film sur un réseau de renseignement antinazi, surtout quand on sait que l'Allemagne de l'Ouest est très loin d'être épurée de l'hitlérisme, que les criminels de guerre y coulent des jours paisibles et meurent tranquillement dans leur lit, que . les S.S. peuvent se regrouper en amicales régimentaires et perçoivent d'importantes pensions, sans oublier qu'ils occupent parfois des postes dans diverses administrations- clefs. Demander de raconter objectivement la Seconde Guerre mondiale à d'anciens protagonistes relève de l'aberration mentale, mais, surtout, de l'abus de confiance et de pouvoir de la part de nos dirigeants qui ont engagé 200 millions de 22 francs, sans consulter qui que ce soit, cet argent versé par les contribuables sciemment investi dans ce film dont on savait pertinemment qu'il ne serait pas objectif à l'égard des faits, encore moins à celui des hommes. En ce qui me concerne, des tractations ont bien eu lieu avec mes éditeurs, mais si elles n'ont pas abouti, cela n'excuse en rien l'opération. Vous semblez insister sur l'engagement responsable de l'O.R.T.F ... G.P. - Il est incroyable qu'à l'heure actueIre, on ne sache pas quelle est la personne qui a pris la décision de participer à cette coproduction. Manifestement, on ne désire pas qu'il en soit autrement; cela prouve qu'on est honteux. C'est pourquoi, sans hésiter un seul instant, on peut affirmer

il y a eu choix politique

délibéré de la part non seulement des dirigeants de la télévision mais surtout et principalement des responsables du gouvernement. Cela est d'autant plus clair que l'on n'aurait certainement pas engagé une telle somme pour tourner un film dénigrant et salissant les membres d'un réseau gaulliste dont A propos d'une émission et d'un débat 'télévisés .. C'est la Résistance qU'OD 0 voulu discréditer " nous dédare Gilles PERRAULT historien de "rOr~hestre Rouge" les survivants seraient actuellement dans les sphères dirigeantes du pays. Autre fait plus probant, alors qu'en Allemagne, en Hollande et en Italie, on s'est bien gardé de dOJ:.l1l.er aux personnages leur véritable identité, la France est la seule à l'avoir établie. Doit-on en déduire que le gouvernement français a pris ses responsabilités et qu'il lui importait peu de savoir les remous que susciterait une telle caricature de l'Histoire"} G.P. - Le Pouvoir dans cette affaire est et Léopold Trepper et sa femme, à leur arrivée en France tent. C'est lui qui a décidé de maintenir la projection du feuilleton en dépit des nombreuses protestations. C'est à lui qu'il nous a fallu arracher, après les premiers épisodes, les interventions du frère de Corbin et de celui de Springer, lui arracher également le débat dont il ne voulait pas et qui a été maintes fois supprimé et surtout, après cette première victoire, obtenir la, présence de celui qui était au coeur du débat,· Léopold Trepper. Il faut ajouter que c'est également lui qui a décidé la suppression du 7' épisode, véritable chant apologétique du nazisme qui aurait éclairé les téléspectateurs sur les véritables intentions des auteurs du feuilleton. Maintenant que les responsabilités sont bien situées, revenons à « l'Orchestre Rouge » et à Léopold Trepper. Quelle est l'importance historique de ce réseau de renseignement et qui est Léopold Trepper ? G.P. ;..... Je voudrais, avant de répondre à votre question, préciser que si le débat a bien eu lieu, c'est parce que le gouvernement a cédé sous la pression de la justice, les avocats de Léopold Trepper ayant introduit un référé auprès du Tribunal de la Seine exigeant la saisie des bobines si les survivants du réseau ne pouvaient pas venir répondre eux-mêmes à la calomnie. « L'Orchestre Rouge » était un, réseau de renseignement monté par les services de l'armée soviétique et destiné uniquement à informer l'U.R.S.S. des mouvements de troupes, de la situation économique, de l'ampleur de la répression, des activités de la Résistance dans la plupart des pays occupés par les troupes hitlériennes. Ses ramifications étaient importantes puisqu'il avait des informateurs jusqu'au quartier général allemand et même dans l'entourage immédiat d'Hitler. Quoiqu'en disent les auteurs du feuilleton, les informations transmises étaient d'une telle qualité qu'un ancien officier de la Wehrmaçht m'a déclaré, lors de mon enquête : « Nous avions l'impression que les Soviétiques lisaient .nos cartes d'état-major par-dessus notre épaule ». Cela confirme l'hommage involontaire rendu par l'amiral Canaris, chef de l'Abwehr. Si l'aboutissement du travail de « l'Orchestre Rouge » était à Moscou, il est faux de dire que c'était un réseau soviétique. Dans tous les pays où il était implanté celui-ci était intimement lié à la Résistance locale. La grande majorité des membres de « l'Orchestre Rouge » venait d'horizons politiques, philosophiques et confessionnels différents et ces gens ne se posaient pas la question de savoir s'il était juste de « travailler » pour les Soviétiques. La certitude de mener le combat contre le fascisme jusqu'à sa victoire était leur seul souci comme celui, d'ailleurs, de tous ce:ux qui renseignaient Anglais et Américains ; qui n'en étaient pas pour autant des agents à la solde de l'Angleterre ou des Etats-Uins. Le combat était un, et l'union efficace au-delà de toute divergence. Et Léopold Trepper, quel rôle a-t-il joué ? G.P. - C'était le « grand chef » et cela veut tout dire. C'est lui qui a eu l'idée de ,créer ces entreprises à caractère commercial permettant une meilleure pénétration chez l'ennemi, lui vendant le maximum ·de produits inutilisables e~ sabotant quelques ouvrages du « Mur de l'Atlantique ». Il a su s'entourer d' h 0 m mes compétents, convaincus comme lui de mener à bien leurs tâches au-delà de la torture et de la mort. Si certains on~ craqué, la responsabilité en incombe à leurs bourreaux. On sait de quoi ces derniers étaient capables. Cet homme savait que la lutte était implacable. Juif polonais, il avait une raison supplémentaire de lutter contre le nazisme : sa famille avait été massacrée, il l'avait appris, et, ironie du sort, il traversa l'Allemagne lors de cette fameuse ,( Kristallnacht ». En aucun cas, cet homme déterminé n'aurait baissé les bras, même vaincu, et il l'a prouvé puisqu'il a réussi à prévenir la « centrale » de Moscou que les nazis les intoxiquaient. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 Aussi, sws-Je révolté par les accusations que l'on porte contre lui et aussi par l'image que l'on donne, dans ce feuilleton, de- Corbin, de' Springer, et d'autres de leurs compagnons présentés comme de sordides trafiquants et des gangsters d'une mauvaise série noire, tandis que la Gestapo y est montrée tout à son avantage, pleine de civilité, d'intelligence et de modération. Ne pensez-vous pas qu'à travers Trepper et « l'Orchestre Rouge », c'est toute la Résistance qui est attaquée. G.P. - Vous avez entièrement raison. On cherche à diviser et à opposer les différentes familles de la Résistance. En discréditant les uns, on vise les autres, et on peut regretter que d'authentiques Résistants se soient laissés entraîner Ce qui importe, ' c'est que le fascisme et le nazisme aient été abattus, et on ne peut exiger de tous ceux qui participèrent au combat de la Résistance qu'ils aient tous des pensées identiques. Cette opération est d'autant plus sérieuse qu'elle tente d'effacer la nature réelle du nazisme el- je pense à la grande majorité des Français (plus de 50 %) qui n'ont pas vécu ces événements et qui reçoivent ce feuilleton comme une vérité historique. Comment vous situez-vous dans cette affaire : en tant qu'auteur ou en tant qu'individu ? G.P. - En aucun cas l'auteur; il a certes contribué à faire connaître « l'Orchestre Rouge », mais il ne prétend nullement avoir fait le tour de la question. Léopold Trepper, avec ses « Mémoires », rétablira sûrement quelques inexactitudes. C'est plutôt l'homme et le citoyen qui réagit. J'ai appris à connaître ce qu'il en coûtait de courage pour être Résistant, les sacrifices sublimes, et le mot n'est pas . fort, que beaucoup ont consentis; et surtout j'ai compris qu'il fallait tout faire pour que le fascisme ne puisse renaître. Certains, de nos jours, rejouent le jeu dangereux que leurs semblables ont déjà joué entre les deux guerres. Pour eux, les intérêts passent audessus du bilan éventuel qu'engendrerait un retour en force de la peste brune. Propos recuillis par David DOUVETTE. 23 l cinéma Lo porole . ou.x , Immigres Jusqu'à présent, les quelques films réalisés en France sur la condition des travailleurs immigrés n'ont trouvé que de rares distributeurs. L'un des premiers films à être tourné par une équipe composét:; p~jncipalement de cinéastes af~lcams, « Soleil 0 », a attendu troIS ans avant d'être programmé dans une salle commerciale du Quartier Latin. Le second film tourné par la même équipe, dirigée par le Mauritanien Med Hondo, connaîtra, on l'espère, une plus large diffusion. « Bicots-Nègres nos voisins » est un film salutaire à bien des égards. Si les maîtres de la distribution commerciale en Afrique permettent sa programmation dans les grandes et les petites villes du continent, il ouvrira les yeux sur le rôle du cinéma en Afrique, sur la condition ' réelle des travailleurs étrangers en France, sur la façon dont l'indépendance s'est faite dans les anciennes colonies françaises. Mais rien n'est moins sûr. En France même, dans les « foyers » et dans les usines, ce film peut contribuer à faire prendre conscience de leur propre force aux travailleurs immigrés, souvent découragés par leur isolement social et géographique. Et, enfin, si « Bicots- Nègres » réussit à crever le mur d'argent et de silence de la distribution commerciale, il peut constituer une arme pour rappeler aux Français pourquoi au jus~e tant d'hommes s'exilent pour venir vivre une vie de misère dans les taudis de Nice, de Roubaix, de Paris et d'ailleurs ... Tant de thèmes importants et tant de publics différents pour un seul film, c'est beaucoup. Trop sans doute. Ce travail intéressant, apparaît parfois confus, disert. Quant au fond, une lacune : le rôle des syndicats est minimisé et trop peu expliqué. Les efforts poursuivis depuis des années par les grands syndicats ouvriers méritaient d'être soulignés, ce qui aurait situé les luttes des immigrés dans leur véritable contexte; il n'aurait pas été sans intérêt de démasquer, en même temps les « syndicats » d'inspiration patronale, dont les aCtivités sont essentiellement dirigées contre les travailleurs immigrés. C'est pourtant, au total, un film positif, original, où les trouvailles abondent, et qui ne manque pas de séquences percutantes. Il faut le voir, le faire voir. Jusque dans ses aspects discutables, il ne peut que favoriser d'utiles réflexions sur un problème crucial de notre temps. R.C. Tendre et géJ;1éreux "Conrack" Ah t si tous les enseignants du monde allaient voir « Con rack » et essayaient de ressembler au héros de cette oeuvre t ••• Martin Ritt; le réalisateur, s'intéresse depuis longtemps au problème noir ( L'homme qui tua la peur », avec Sydney Poitier, « Paris-Blues », « L'insurgé » et surtout, en 1972, l'admirable « Sounder ») et il a réussi avec « Con rack » une oeuvre percutante et très personnelle. On a reproché à ce film de « ruisseler de bons sentiments », c'est une critique assez justifiée, mais n'oublions pas, d'une part, que l'histoire 24 en est authentique et, d'autre part, que Ritt y réussit une démonstration magistrale. Il prouve -qu'aux U.S.A., si l'oncle Tom est mort, le racisme, le sous-développement éco- \ nomique et culturel des noirs, l'absurdité de l'administration américaine qui tient surtout à préserver l'ordre établi, eux, sont bien vivants. Oui, un enseignant comme Pat, cela paraît trop beau pour être v!ai, et pourtant ces « doux din gues » qui, révoltés par l'injustice la misère et l'ignorance, veulen' changer la vie autour d'eux, existen~ tout de même, eux aussi... Marie-France ANTOK. CULTURE AU r~llli • ct Dreyfus ou l'intolérable vérité », le film de Jean Cherasse, praduit par Jacques Charrier, doit sortir sur les écrans fin janvier. A travers un grand nombre de documents, c'est une analyse approfondie de « l'Affaire » qui secoua la France il y a troIs quarts de siècle. On y verra des extraits des bondes tournées à l'époque par Georges Méliès (dreyfusard) et la société Pathé (centre Dreyf .. s). • Les divisions opposant Italiens du Nord et du Sud sont dénoncées dans le film « Un v.rai crime d'amour D, de Luigi Comencini, en même temps que la dure condition des travailleurs, exploités sans distinctions d'ori.gines par le patronat du Nord. • Dans « Le Moineau ", le cinéaste égyptien Youssef Chahine dévoile avec lucidité et courage le, conflits de classes au sein de la société égyptienne. Ce film, qui se situe au lendemain de la guerre de Six Jours, a rencontré de grandes difficultés pour sortir darls son pays. • Les « bas-fonds .. japonais, envers de la « société de consommation .. , sont peints avec une accablante vérité humaine dans le film « Dades Caden » de Kurosawa, en forme d'opéra tragique. • Le combat des paysons d'Oman, au sud ' de la péninsule arabique, contre les féodaux alliés du colanialisme

tel est le sujet, combien instructif,

du documentaire récent d'Heiny Srour ; ft L'heure de la libération a sonné '. • Nous apprenans que le livre ft Anatomie de l'apartheid », de Walter Limp (Editions Casterman-Pochel a été interdit en Afrique du Sud par une décisian du Bureau du contrôle des publications, parue au Jaurnal officiel sud-africain, le 24 août 1974. " est en vente au siège du M.R. A.P. • Au Petit Théâtre d'Orsay, à Paris, une nouvelle pièce de Mrozek

« Les Emigrés », avec Laurent

Tenieff et Gérard Darrieu, dans une mise en scène de ftoger Blin. . • i..es grands .,rix nationaux des Arts et Lettres ant été attribués en décembre à Jean-Louis Barrault (théâtre), Abel Gance (cinéma'l, Alexandre Calder (arts), Betsy Jolas (musique) et Marguerite Yourcenar (lettresl. Trois photos prises pendant l'entracte du gala. Dons le hall, la vente des livres (en haut). Dans la salle, Charles Palant, vicepréSident du M.R.A.P., salue M. Maurice Baumont, membre de /'Institut; à la gauche de celui-ci, le professeur Alfred Kastler, Prix Nobel, et Pierre Paraf, président du M.R.A.P. (au centre. La vente des badges, au profit de l'action contre le racisme (en bas) FOUI,E JEUNE E',I' JlBDEN',I'E IJour les 25 ans du M.B.JI.P. La grande salle de la Mutualité s'avéra trop petite pour accueillir les milliers de personnes venues au gala du 27 novembre. Alors que de nombreux jeunes attendaient vainement à la porte, c'est une foule dense, chaleureuse qui applaudit les artistes venus en mUitants animer cette soirée du 25" anniversaire du M.R. A.P. Ceux qui n'avaient pu entrer se consolèrent en écoutant, le 14, la retransmission sur Europe 1. Avec l'humour au second degré qu'il sait manier de façon si percutante, Yvan Labejof ridiculisa les préjugés racistes dans un monologue désopilant, à la manière des « Lettres Persanes », en intervertissant, tout bonnement, les situations du Noir et du Blanc, de l'explorateur et de l'exploré. Musiques, chants et danses du centre de l'Afrique, enchantèrent grâce aux rythmes, au mouvement, aux couleurs qui envahirent la scène, avec les ballets du Théâtre Kodia. Maxime Le Forestier, qui avait ouvert le spectacle par la très belle et très forte chanson « Mes voisins », de Catherine Le Forestier, offrit, après l'entracte, un récital qui déchaîna l'enthousiasme. De coeur avec le public, il sait répondre avec justesse et amitié aux préoccupations, aux espoirs de tous ceux qui haissent le mensonge, l'oppression, la violence, qui aiment la vie et rêvent d'un monde fraternel. Les artistes exprimaient leur soutien à la lutte antiraciste dans le programme du gala, illustré par un dessin d'Olivier Debré. Diverses personnalités, désireuses de manifester également leur sympathie au M.R.A.P. étaient là, avec le président Pierre Paraf et les membres du Bureau national. Entre autres: MM. Van BeIIinghen, directeur du Bureau des Nations Unies à Paris; Alfred Kastler, Prix Nobel; Maurice Baumont, membre de l'Institut; des représentants d'organIsations

C.G.T., C.F.D.T., Amicale des Algériens en Europe

... En quelques mots, Charles Palant, vice-président du M.R.A.P., remercia tous les participants de cet exaltant rassemblement et tous ceux qui ont contribué à son succès. II évoqua brièvement les grandes réalisations du Mouvement depuis sa création, appelant chacun à venir grossir les rangs de ceux qui combattent le racisme. La collecte qui suivit, les adhésions recueillies, les livres vendus, les badges et tracts distribués témoignèrent amplement qu'il avait été entendu et approuvé. Et parmi les nouveaux adhérents, beaucoup n 'avalent pas l'âge du M.R.A.P. Avec eux, après 25 ans de fructueuse expérience, la lutte continue pour de nouveaux succès ... DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974jJANVIER 1975 25 I L Y a vingt ans, dans les Aurès commençait ce qui devait devenir la guerre d'Algérie. Huit ans d'une guerre longue, cruelle, avec son cortège de morts et de misères. Huit ans où son tombés, à côté des patriotes algériens, des soldats français, morts pour une guerre injuste. En novembre 1954, la majorité de l'opinion en France est encore pour l' « Algérie française », y compris certains antiracistes abusés par cent trente années de propagande coloniale. Et les voix qui réclament - notamment les organisations ouvrières - l'indépendance, ou tout au moins la fin d'un système inique sont traitées d' « extrémistes », de « complices des terroristes ». Le M.R.A.P., depuis déjà de nombreuses années, condamnait le racisme anti-arabe qui se développait dans certains secteurs de l'opinion. C'est notamment le cas au lendemain de la manifestation du 14 juillet 1953, à Paris, où, la police ayant chargé un cortège pacifique de travailleurs algériens, on relève sept cadavres, six Algériens et un Français, Maurice Lurot. Le commu· niqué suivant est publié : « Le M.R.A.P. élève une protestation indignée contre le racisme barbare de la police qui se manifesta avec une brutallté sans retenue à l'égard des Nord·Africains -rivant en France et qui, en ce jour du 14 juillet, a trouvé son expression la plus odieuse dans l'assassinat de sept travailleurs, dont six Algériens. Le M.R.A.P. n'a cessé d'alerter le pays contre les discriminations de toutes sortes qui frappent les travailleurs nord-àfrl- 26 Depuis mal dernier, le 25° anniversaire du M.R.A.P. donne lieu, dans « Droit et Liberté» à des articles évoquant les grandes batailles qu'il a menées. Il en' faudrait beaucoup d'autres pour établir une véritable histoire de notre Mouvement, qui fait corps avec l'Histoire de ce quart de siècle. C'est donc en pleine conscience du caractère partiel et fragmentaire de ces textes que nous publions, ci-dessous, celui qui clot la série. Il fait revivre l'un des drames qui ont le plus marqué la France contemporaine et dont les séquelles se manifestent encore chaque jour : LA GUERRE D'ALGÉRIE cains en France et contre la répression qui, en toute occasion, s'abat sur eux. Brimades, vexations, matraquages, rafle aux faciès, campagnes haineuses d'une certaine presse, tout cela visiblement encouragé en haut lieu, comme en témoignent des déclarations faites récemment à l'Assemblée nationale tels sont les faits, Indignes de notre pays et commis au mépris de l'opinion publique. » Lorsqu'un groupe d'hommes armés commence à faire parler de lui dans les Aurès, qui pense que ces hommes (le Comité révolution· naire d'union et d 'action) vont devenir, en quelques années, le Front National de Libération, former un gouvernement et être amenés, l'indépendance acquise, à assumer les tâches du pouvoir ? Les forces de répression, elles, ne s'y trompent pas, et l'envoi massif de troupes, la guerre coloniale font suite au bavardage sur la prétendue « llbéralisation ». Le peu pie algérien, lui aussi comprend le sens de ces événements et le soutien qu'il apporte à ce~ qui combattent pour lui ne cessera de se renforcer au fil des années. En France, le combat prend d'autres formes. Il s'agit d'expliquer le sens des événements, de montrer que le racisme est l'arme des colonialistes, qu'il tend, ici, à justifier l'oppression, et là-bas à diviser les Algériens : musulmans, juifs, chrétiens; Arabes, Kabyles, Européens. C;est le sens de l'article de « Droit et Liberté» de décembre 1954 (le premier numéro à paraître après les « événements ») : « Le racisme, maladie endémique en Algérie » : « C'est le système coloniallste, aus· si, qui corrompt foncièrement les rapports entre Européens et Indi· gènes ( ... ). Il est certain que la suppression de l'exploitation colonialiste et son remplacement par un système où les droits de chacun seraient respectés, créerait des Octobre 1961 : une rue de Paris rapports plu s normaux, plu s confiants entre les habitants. » Extirper le racisme, lutter pour la dignité de tous, et principalement des populations arabes, car elles sont les principales victimes du colonialisme, tel était l'objectif du M.R.A.P. C'est bien sûr, aussi, la condamnation de la répression. « La répression n'a jamais fait taire la colère d'un peuple, bien au contraire ( ... ). Cette effusion de sang doit cesser. Le problème algérien, dont certains, contre toute évidence, s'obstinent à nier l'existence même, sera résolu non par l~ " terreur et l'injustice, mais par la reconnaissance des droits de l'homme et des peuples proclamés par notre Constitution et par l'ONU» (1). Dès 1955, le M.R.A.P. dé· nonçait les tortures. Les tortures, les massacres, qui suivent le passage des troupes coloniales sont·elles de la propagande ou une triste réalité? Pendant toute la durée de la guerre, les autorités démentent. On avoue bien quelques excès, mais rien de plus. Pourtant la répression se poursuit, brutale, illégale. C'est l'arrestation et la « disparition» - en fait l'assassinat - de Maurice Audin, militant du Parti communiste algérien, qui sera tué comme ont été tués Me Boumendjel et des milliers d'autres. Assassiné après avoir été torturé de la même manière qu'Henri Alleg qui racontera les sévices qu'il a subis dans son livre « La Question ». Aujourd'hui, le colonel Argoud reconnaît les tortures, pire il s'en vante. « La torture, encore une fois, est un acte de guerre, mais pas plus qu'elle. Je prétends simplement que par sa nature même elle peut devenir un acte de justice, dans la mesure où elle frappe des coupables. » Coupables de quoi ? de vouloir leur pays libre. Et tous les suspects sont-ils « coupables » ? La répression qui s'exerce par les tortures s'exerce aussi par les brimades, les vexations de toutes sor· tes, les mesures policières, tant en Algérie qu'en France. Alors que la fin des combats approche, elle ne faiblit pas. Réuni le 13 juin 1962, le Bureau national du M.R.A.P. « élève une vigoureuse protestation contre les brimades et les brutalités pollcières dont les Algériens musulmans sont de nouveau victimes depuis plusieurs jours. « A Paris, il y eu mort d'homo mes, souligne-toile A Noisy-le-Sec, à Briey, et dans d'autres centres, on compte les blessés par dizaines. En ~uifSJ musulmans et ctirétiens peuvent s'entendre en Algérie LES événement. 'lui se sont déroulés en Algérie au début de dé. cembre ont mis violemment à nu les aspects raciaux du drame Qui se joue lA-bas. ~:gra~t~l~:ieCharlesb jours, les ultras ", " nés à des manifestations n faveur de 1'« Alg-érie • sans Que le pouvoir civil taire ne prenne les mesures propres à les mettre hors d'état de ouJre. , LES problèmes raciaux en Alltérie sont complexes. c'est Un fait, Mais de même Que l'on ne 'Sau~ rait assimiler les ultras criminels à l'ensemble des européens, de même il serait faux d'attribuer à une vo· lonté délibéré des dirigeants mUSul_ mans les actes de caractère antUuif Qui 8e sont greffés, ici et là, sur des démoMt ration. orIentées essentiellement contre les adversaires de la paix. En effet. m.lme pendant cette

  • IOOe troublée d"~ .no!D~re!", euroduire

les musulmans à l'étst de pal ias et e'est pourquoi ils se sont révoltés. Quant aux r appor ts entre juifs ~t musulmans. ce même régime. exploitant le. préjugés religiifux, a contribué. souvent de façon flagrante. à les envenimer, Le conflit actuel ne fait évidem. ment Qu'accentuer les incompréhension'$, et les heurts. Sa prolongation ne 'Peut s'expliquer Que pal' le refus de reconnattre les aspirations profondes des masses alfrériénne.'\ ml) Un tract diffusé par Je M.R.A.P. en décembre 1960 dépit des explications donnés par les pouvoirs publlcs, les fouilles, perquisitions, arrestations et expulsions qui sont effectuées apparaissent comme entachées d'illégalité et d'arbitraire; et tous les témoignages concordent pour souligner le caractère digne et pacifique des rassem· blements que ces mesures ont provoqués parmi la population algérienne. » Le M.R.A.P., conscient du danger que la guerre fait courir aux libertés intervient fermement contre la résurgence et l'activisme des groupes d'extrême-droite, racistes et fasCisants: « Le M.R.A.P. exprime sa profonde émotion à la suite de la répression brutale et sanglante qui a frappé pendant la journée du 5 juillet les Algériens manifestant pacifiquement pour la négociation, contre le partage de leur pays. « Jamais les agissements crlmi· nels des factieux s'emparant du pouvoir par la force et menaçant le pays de subversion fasciste; jamais les attentats et les meurtres perpétrés par les ultras n'ont donné lieu à des mesures dont la rigueur soit comparable à celle qui prévaut à l'égard des musulmans » (2). Mais il ne suffit pas de se contenter de déclarations verbales ou écrites, il faut agir. L'action, ce sont les meetings du M.R.A.P., ou soutenus par le M.R.A.P., les manifestations de rue, souvent interdites, les prises de paroles dans les usines, les facultés, les lycées, se sont aussi les avocats, membres du M.R.A.P., qui de retour d'Algérie tiennent conférence sur conférence pour expliquer ce qui se passe là-bas et dénoncer ceux qui créent la véritable terreur. Des moments de particulière tension marquent ces huit années de drame. Ainsi, la répression des manifestations algériennes d'octobre 1961 à Paris : c'est le massacre, le feu est ouvert, on emprisonne des milliers de travailleurs dans les camps aux portes de Paris. La France à un curieux visage lorsqu'on arrête les gens « au faciès » ou lorsqu'on les jette dans la Seine. «Contre ces manifestants dont toute la presse a reconnu qu'aucun n'était armé, les pouvoirs publlcs ont réagi avec une violence inouie. On a annoncé deux morts. Mais de multiples témoignages II ressort que le nombre en est beaucoup plus élevé, plus de 60 cadavres ont été repêchés de la Seine, et l'on compte les disparus par centaines », déclare le M.R.A.P. qui organise plusieurs manifestations de protestation. C'est également la tragédie de Charonne. A l'appel de plusieurs organisations, dont le M.R.A.P., plus de 50000 personnes manifestent en plusieurs cortèges contre les attentats des tueurs de l'O.A.S. Au lieu de s'en prendre aux assassins, le Pouvoir s'en prend aux antiracistes et aux antifascistes, il interdit la manifestation républicaine, et lors de sa dispersion, la police charge et tue. Un million de Parisiens suivent lt:is obsèques des 9 morts de Char9~, me, tous syndiqués à la C.G.T., 8 d'entre eux membres du P.C.F. Vingt ans après le début de la lutte armée, douze ans après l'indépendance, l'Algérie continue, malgré bien des obstacles, de progresser vers sa libération. Alger est un lieu de ralliement de tous les pays en voie de développement, de tous les peuples en lutte. Après la révolution agraire, la charte socialiste des entreprises, aujourd'hui, selon le Président Houari Boumediène, la République Algérienne Démocratique et Populaire va s'engager résolument dans la voie socialiste. Jacques DIMET. (1) « Droit et Liberté », 25 avril 1955. (2) Déclaration du Bureau national, 6 juillet 1961. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 27 _---vie du m.r.a.p.,---------------------------I Une seule race humaine Voici la carte du M.R.A.P. pour 1975, illustrée par ce beau dessin d'Alessandrini. La révolution de la terre autour du soleil fait apparaître les cinq parties du monde, et les hommes, tous les hommes, forment une chaîne de fraternité d'un continent à l'autre. On ne pouvait mieux exprimer le caractère universel de notre Mou.,ement, doté depuis peu du statut consultatif auprès des Nations Unies. Le montant de la carte est, en principe, de 20 francs; mais chacun peut, selon ses moyens, verser une somme supérieure ou inférieure, pour marquer son adhésion, son soutien à l'action du M.R.A.P. Adhérez! Renouvelez votre adhésion! Agir au présent LE Conseil National du M.R.A.P., réuni le dimanche 10 octobre, a ouvert sa session sous la présidence de Pierre Paraf, par un débat sur les données actuelles du racisme et l'action du Mouvement. Après le rapport présenté par Albert Lévy, de multiples interventions ont eu lieu : celles de Marc-André Bloch, Fred Hermantin, Malika Pondevie, Alexandre Chil-Kozlowski, Yvonne Arnuel, l'Abbé Jean Pihan, Joseph Creitz, Sory Diallo, Maurice Fenigstein, Charles Ovezarek, Alain Gaussel, Jean-Paul Rueff, Jean-Claude et Marie-France Antok, Jacques Cukierman, Bertrand Bary, George PauLangevin, Sally N'Dongo, Alexandre Santos, Manfred Imerglik ... Diverses conclusions se dégagent de ces fructueux échanges de vues. D'abord la nécessité de réagir aussitOt à éhaque acte raciste (leur fréquence ne se ralentit pas, bien au contraire), et pour cela d'avoir partout des comités actifs. L'application de la loi du 101 juillet 1972 doit être notre objectif constant; mais aussi, dans le climat actuel, l'information, l'argumentation antiracistes représentent des tâches primordiales, face, notamment, aux campagnes racistes liées au problème du pétrole et à celui de l'emploi. Parallèlement, le Conseil National a mis l'accent sur l'action éducative, avec le concours des enseignants. Ceux qui sont membres du M.R.A.P. sont invités à appuyer davantage les efforts du C.L.E.P.R. Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux). Les comités locaux ont là, quant à eux, un champ 28 d'activité particulièrement fécond pour le présent et l'avenir. Des précisions ont été apportées, au cours du débat, aux positions du M.R.A.P. sur différents problèmes d'actualité, notamment ceux du Proche- Orient. Il a été souligné une nouvelle fois que le fondement du M.R.A.P. est la diversité politique et sociale de ses adhérents. Cette diversité, dont chacun, à l'intérieur et à l'extérieur, doit être conscient, s'accompagne de la recherche permanente d'une expression et d'une action communes, dans une totale volonté d'efficacité. Autre point de l'ordre du jour : les finances. Dans son rapport, le trésorier Francis Boniart, a insisté sur les difficultés qui sont chroniques, tant pour le M.R.A.P. que pour « Droit et Liberté », en dépit de progrès dans certaines recettes (cartes d'adhésion, subventions locales). Parmi les propositions formulées au cours du débat, signalons : l'élargissement de la Commission financière, le développement du système des cotisations mensuelles, l'activité des comités locaux (collectes, ventes de « Droit et Liberté », recrutement, contacts avec les adhérents). Au mil i e u de l'après-midi, le Conseil National a abordé la discussion sur la lutte du M.R.A.P. contre l'apartheid en Afrique australe, après un rapport de Lucky Thiphaine. La venue des Springboks a particulièrement retenu l'attention; les modalités de l'action pour alerter et informer l'opinion publique ont été examinées. Une double éle*c"'t*i on a ensuite eu lieu. D'une part, deux nouveaux membres ont été élus au Bureau National : Florence Saltiel et JeanPaul Rueff, respectivement présidente et secrétaire du Comité parisien. D'autre part, le Secrétariat national a été élargi à trois nouveaux membres du Bureau National: George Pau-Langevin, le Docteur François Grémy, et Alexandre Santos-Castanheira. Enfin, le Conseil National a entendu une communication de notre ami Antoine Dudicq, l'un des animateurs, en Belgique, du M.R.A.X. (Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie) qui avait depuis le matin, assisté aux travaux. Les informations qu'il a apportées sur les initiatives tendant à favoriser la coopération des mouvements antiracistes de plusieurs pays européens ont été accueillies avec un vif intérêt. L'action dans ce sens est appelée à prendre de nouveaux développements dans une prochaine période. Amiens: LE comité du M.R.A.P. d'Amiens fait face avec dynamisme aux besoins de l'actualité. Des agressions et des attentats contre des immigrés et leurs locaux d'habitation ayant eu lieu dans un Quartier de la ville Etouvie) et plusieurs Portugais se plaignant d'avoir été brutalisés par des policiers, le comité a pris une triple initiative : avec plusieurs aut,res organisations locales et le soutien de la municipalité, il est intervenu page ouverte Unité et pluralisme LE secrétariat de notre Mouvement a bien voulu me demander de traiter ici une des questions les plus délicates qui puissent se poser à nous. Cette question fut abordée lors de notre dernier Conseil National. J'y ai, pour ma part, réfléchi de longue date, tant elle me paraît fondamentale pour le présent et l'avenir de notre action. C'est celle qu'énonce le titre du présent article. Ce que je ' voudrais souligner d'abord, c'est naturellement l'aspect unitaire, c'est notre accord profond sur les bases mêmes et sur le sens de cette action : notre combat unanime est un combat pour la dignité de l'homme, méconnue et foulée aux pieds par tous les racismes qui sévissent aujourd'hui encore dans le monde et paraissent,· hélas, n'avoir rien perdu de leur vigueur. Mais, ceci dit, notre unité n'est pas, ne saurait être, comme on dit, « monolithique » : j'entends par là que face aux problèmes concrets que la vie, que l'actualité nous posent chaque jour, elle ne peut être - qu'on le regrette ou non - aussi parfaite qu'elle l'est sur les principes mêmes qui sous-tendent et inspirent ce combat. Faut-il donner des exemples de ces problèmes? Je n'ai guère ici que l'embarras du choix. Je pourrais évoquer celui de l'antisémitisme et de la situation des juifs en V.R.S.S. et dans les pays de l'Est, sur lequel il est certain que bien des nuances de pensée - et sans doute plus que des nuances - nous séparent. Mais je préfère m'attaquer en toute franchise au plus brûlant, à celui sur lequel il est trop clair que les points de vue des uns et des autres ne sauraient être d'emblée identique, et sur lequel risquent toujours de s'affronter, au sein même de notre Mouvement, les passions les plus vives et souvent les plus contradictoires

c'est celui du conflit et

des conditions de la paix au Proche- Orient. Ici ehcore il me plaît de dégager d'abord le point sur lequel il me semble que nous sommes tous d'accord

pas un de nous, j'imagine,

ne peut croire qu'une paix véritable et durable puisse .s'établir sur la base d'une occupation indéfiniment prolongée, par Israël, des territoires arabes_ Mais c'est à partir de là que les voies se séparent. Les uns font peser sur Israël, sur les fautes politiques de ses dirigeants la responsabilité principale, pour ne pas dire exclusive de la situation actuelle, de son tragique blocage. Les autres - dont je suis - veulent, au lieu ou en tout cas avant de condamner la politique israélienne, essayer de la comprendre et mettent en avant le fait - indiscutable - que, dans l'hypothèse de / l'abandon des territoires occupés, Israël ne peut nourrir aucune espérance sérieuse de se voir, en échange, pleinement reconnu comme Etat par ses adversaires arabes, et plus particulièrement palestiniens. C'est un journaliste peu suspect de défendre unilatéralement et systématiquement la cause israélienne, M. Eric Rouleau, qui nous le rappelait récemment: « Aucun Etat arabe, écrivait-il dans Le Monde du 5 octobre, n'accepte... de conclure avec l'Etat juif une «paix totale» comportant des relations économiques, commerciales ou diplomatiques normales. » Si un certain nombre d'esprits mal informés ou naïfs pouvaient encore nourrir à ce sujet quelques illusions, le récent dis- ·ripostes et inlormation auprès de la presse, de la police et de la préfecture pour attirer l'attention sur ces faits graves en demandant des mesures sérieuses en vue d'y mettre fin; par ailleurs, il s'est livré à sa propre enquête et a désigné un avocat pour la défense des travailleurs en cause; enfin, avec les mêmes organisations, il a participé à une Soirée d'amitié et de solidarité avec les travaill~ urs immigrés, Qui a réuni 120 personnes, le 26 octobre, au Centre socio-culturel d'Amiens-Etouvie. Le samedi 7 décembre, à la Maison de la culture d'Amiens, le M.R.A.P. orgal1isait un après-midi d'études sur · le racisme et les immigrés. Sur la base d'un dossier fourni, comportant notamment le texte et un commentaire de la loi du 1'" juillet 1972, une soixantaine de participonts ont entendu et discuté les exposés d'Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P. (Historique et tâches présentes du Mouvement), Jear:lPierre Garcia, président du comité local DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 cours de M. Arafat à l'O.N.V. n'a pu manquer de les éclairer_ J'ajoute que, selon qu'ils adhèrent à l'une ou à l'autre des thèses en présence, les uns seront plus sensibilisés au terrorisme palestinien, plus scandalisés par lui; les autres plus sensibilisés au contreterrorisme israélien, c'est-à-dire aux actions de représailles menées par Israël, et par conséquent plus scandalisés par lui. A mon avis, un jugement sain et équilibré, qui tient compte de toutes les données du problème n'est susceptible de se dégager qu'au terme d'une libre confrontation des opinions divergentes; et c'est justement pourquoi cette confrontation nous apparaît si néceSsaire. Notre dernier Conseil National a suggéré d'appeler « Page ouverte » celle qui, dans Droit et Liberté pourrait être régulièrement consacrée aux questions appelant des débats. Naturellement, cette heureuse initiative ne peut être couronnée de succès que si sont remplies, par les rédacteurs de cette page, un certain nombre de conditions à défaut desquelles c'est notre unité - notre bien le plus précieux - qui risquerait d'être compromise. Il faudrait, à mon sens, qu'aucun de ceux qui s'y exprimeront ne se crût, sur des problèmes aussi complexes que celui qui vient d'être évoqué, en possession assurée et exclusive ' de toute la vérité. Il faudrait aussi et surtout qu'il ne fît valoir son opinion qu'avec assez de mesure pour que fût respectée la liberté des autres de ne pas la partager,et que nul de ceux qui ne la partageraient pas ne pût se sentir atteint ou blessé dans sa conviction propre. Marc·André BLOCH. \ (La loi contre le racisme), MO Francis Lecul (La situation des immigrés en regard des libertés individuelles et collectives) et Thierry Guillois (La circulaire Fontanet et autres textes réglementaires). Entre-temps, le comité local a pris part à diverses manifestations, notamment pour l'anniversaire du coup d'Etat au Chili. Il a, d'autre part,pris la défense d'un étudiant libanais menacé d'expulsion. "29 Yvelines: "Reconnais-moi, je suis ton frère ... " UNE semaine de sensibilisation au problème de l'immigration vient de se dérouler à Plaisir (1). Cette semaine, préparée et animée par la Municipalité de Plaisir et le M.R.A.P., a abordé au cours de plusieurs soirées-débat : les mécanismes de l'immigration, le racisme (2), les problèmes de scolarisation rencontrés par les petits étrangers, la responsabilité des partis politiques et des syndicats. Ces soirées généralement bien suivies ont permis un échange fraternel avec de nombreux immigrés, Portugais, Algériens, Marocains, Tunisiens, Espagnols, etc. De nombreux points négatifs sont apparus en relief : accueil trop sou- (1) Yvelines. (2) Avec la participation d'Ale~andre Santos Castanheira, du Secrétariat national du M.R.A.P. (3) Spectacle disponible pendant toute la saison 1975. Les organisateurs intéressés peuvent écrire à René Bourdet, 7, rue Aimé-et·Eugénie·eotton, 94120 Fontenaysous- Bois. vent déplorable et tracasseries administratives

racisme conscient ou

inconscient ; injustice de la législation; rôle de l'argent; non-respect de l'homme; répercussion sur la santé des conditions matérielles; difficultés d'expression et de communication. . Nous avons cherché comment développer les efforts qui déjà se font en vue de la compréhension mutuelle, et pour que les immigrés s'intègrent dans la vie locale sans renier leur propre culture : alphabétisation des adultes; rattrapage ' scolaire des enfants en français et, parallèlement, possibilité de connaître leur propre langue (cours de portugais); participation à part entière des immigrés à la vie des syndicats et des associations. En plus, lors des deux dimanches qui bordaient cette semaine, des manifestations avaient été prévues : Une kermesse animée par des Portugais et Maghrébins a vu défiler 1 près de 500 personnes en majorité «immigrées », dans la nouvelle salle du Valibout. Beaucoup d'animation, un spectacle varié avec, notamment, un orchestre algérien, des chants par des enfants portugais, un ensemble folklorique portugais, un buffet bien garni avec des boissons et pâtisseries locales, etc. Enfin, un spectacle de qualité, «Hommes de toutes les couleurs », avec la Compagnie René Bourdet (3 ). Sans avoir la prétention de tout résoudre, cette semaine marquera une étape importante dans la prise de conscience à Plaisir de la détresse et de l'isolement de ces 10 p. cent de la population que forment les travailleurs immigrés. Bertrand BARY. • Le M.R.A.P. était représenté au « Carrefour » sur les immigrés organisé dans le cadre du 24" Congrès de l'Action sociale de l'Ile-de-France qui s'est tenu le 6 octobre à Versailles. Le carnet de D.L. NAISSANCES Nous avons ,la joie d'annoncer la naissance de Sandra, fille de notre collaboratrice Lucky TIUPAINE, membre du Secrétariat national du M.R.A.P. Au nom du Mouvement et de « Droit et I1i.berté », nous exprimons à notre amie nos affectueuses félicitations et nos voeux les plus chaleureux. .'. Nous nous réjouissons aussi de la naissance de Karim, fils de nos amis Salah e~ Marie·Christine SIBOUS, et de Sarni, flls de nos amis Mouldi et Marie-Françoise FARHAT·GIOl"Ïeuoc, tous quatre animateurs du comité du Nord du M.R.A.P. Nos félit::itations et nos voeux cordiaux. ANNIVERSAIRE C'est avec un très vif plaisir que nous exprimons à notre amie Nechame KAHAN nos félicitations et nos voeux chaleureux à l'occasion de son 80' anniversaire. Parmi les fondateurs du M.R.A.P., elle est de ceux qui font preuve, depuis vingt·cinq ans, du dévouement le plus constant, le plus efficace à la cause que nous défendons. Alexandre Chil-Kozlowski, membre du Secrétariat national, représentait le M.R.A.P. au déjeuner amical qui. a eu lieu en l'honneur de N. Kahan le 14 décembre aux Salons Picadilly. NOS DEUILS Le grand acteur PieI'lre ASSO n'est plus. Admirable dans ses créations au théâtre comme à la télévision, il fut l'extraordinaire Voltaire de « L'Affaire Calas» dans la série « La Caméra explore le temps ». Cet homme de talent était aussi un homme de coeur. Il av,ait participé à maintes reprises à l'action du M.R.A.P., particulièrement à la campagne pour la défense d'Ethel et Julius Rosenberg. 30 , Nous avons appris avec émotion le décès de M. PaUl BASTID, membre de l'Institut, ancien ministre. Député radical. à la v,:ille de la dernière guerre, il avalt refuse de voter les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. Son soutien fidèle au M.R.A.P. continuait l'action menée dans la Résistance, et qui lui avait valu d'entrer au Conseil National de la Résistance, en 1943, Signataire de nombreux • ap:pel:; de. notr~ Mouvement, depuis sa creatlOn, il ,avalt honoré de sa présence notre dernier congrès. ••• Maroel COHEN, savant linguiste, l'un des plus grands spécia,listes mondiaux des études éthiopiennes et chamito-sémitiques, était un ami fidèle du M.R.A.P., profondément Ilttaché à la cause que nous défendons. Décédé à 90 ans, son oeuvre est immense, par le nQIllbre des ouvrages publiés, sourtout par la minutie et l'am· pleur de la recherche que suppose cha· cun d'eux. Observateur attentif des évolutions de la langue française, la rigueur de l'esprit scientifique s'alliait chez lui à un enjouement toujours en éveil, mêlant l'humour et l'humanité la plus cha· leureuse. A son ~use, à ses enfants et petitsenfants, nous exprimons notre amicale sympathie. ••• Il Nous avons été solidaires dans l'accomplissement d'une grande tâche. Nous le restons pour en repondre... Ce qui compte, c'est ce qui est grand » : ces ' mots que lui adressa le général de Gaulle se réfère au rôle, sous l'occupation, de Louis SAILLANT qui représenta la C.G.T. au Conseil National de la Résis· tance, dont il fut élu préSident en septembre 1944. L'un des fondateurs de la Fédération Syndicale Mondiale il en devint tour à tour secrétaire' général puis, pour des raison de santé, président d'honneur, en même temps qu'il était élu aux fonctions de secrétaire de la C.G.T. Que sa famille et ses camarades de lutte trouvent ici l'expression de nos sincères condoléances. t. C'est avec beaucoup de peine que nous ,avons appris la mort de William Gardner SMITH, journaliste à l'A.F.P., âgé de 47 ans. Cet Américain dynamique et généreux mettait son activité professionneHe au service de ses frères noirs des EtatsUnis et d'Afrique. Auteur de plusieurs romans à grande diffusion, de nombreux reportages, il avait été directeur de l'Inst~ tut des journalistes du Ghana. Il fut 1 un des orateurs du meeting organisé par le M.R.A.P. à Paris après l'assassinat du pasteur Martin Luther King. Nous exprimons nos condoléances à son épouse à sa famille, à ses collègues. ' ••• Un ami fidèle du M.R.A.P., un valeureux Résistant nous quitte, en la personne de Isidore WINNY. Décoré de la croix de guerre et de la croix du combattant v0- lontaire pour son action patriotique, il était l'un des fondateurs et le président de l'Amicale des Juifs Anciens Résistants (A.J.A.R.). Que sa famille, ses nombreux amis, en ces pénibles circonstances, trouvent ici le réconfort de notre sympathie. ••• Notre directeur, Albert Lévy, a eu la douleur de perdre sa belle·mère, Mme R&ehel ALCALAY. La rédaction et l'adminis· tration de « Droit et Liberté » lui expriment, ainsi qu'à son épouse et à toute sa famille, leur sympathie fraternelle. M.R.A.P. AU r~l'll • Pierre Poraf, président du M.R. AoP., a fait une COflférence sur le racisme à Orléans, Invité par /0 section lacole de la Ugue des Droits de l'Homme. Ces dernières semaines il a présenté son livre .. L'Homme de tolites les couleurs », à Gennevilliers, Villejuif, Choisy-le-Roi, Le Plessis- Robinson, Ivry, dons la région parisienn •• • Le comité du M.R.À.P. de la Motell. a tenu son assemblée générale en no .... br.. à Mets:. , Soulignant qu'un Malellan sur huit est étranger . et que '. les migrants constituent la , pcartle la plu. vu/néroble de la population ., elle a adopté un plon d'action pour la prochaine période : recrutement, diffusion de ft Droit et Liberté ., action éd1lcotive avec le. jeunes et les enMignant., projections de film.... . • L'expoeitÏOfl itinérante réolisée en Seine-Maritime par le Comité de soutien aux immigrés, avec le concours du M.R.À.P. a été présentée ou Centre lOdo-culhU'el de SointEtienne- clu.R01Ivray. • À Grenoble, quinze organisotlons (dont le M.R.À.P.) et les Maisons cles Jeunes et de la Culture, ont tenu en novembre une Quinzaine sur le racisme et l'ImmigrotiOfl, avec spectacles, films et débats. • Le comité du M.R.À.P. de Strasbourg a' participé, fin octobre, avec d'outres organisations, à une journée d'information lur les droits de. travailleurs immigrés et 10 lutte colttre le racisme. 90 persontIes ont pris part aux travaux. • Une réunion de nos a4hérents et abonnés a eu lieu, le 12 novembre, à Umoges, à l'Initiative de M. Chevosau. et "e Mme Monique Guy. Des dispositions ont été prises pour la mise sur pied d'un comité du M.R. À.P. • Àu Colloque intemotional de jeunes sur les travailleurs migrants organisé à Marseille, du 30 octobre ou 3 novembre, par la Fédération française cIea clubs U.N.E.S.C.O., le M.R.À.P. était représenté por DomI.nique Krlwkodd, membre du Bureau national et Mlle Medem, secrétaire clu comité local. • À Toulon, Roger Maria, membre du Bureau national du M.R.À.P., a ani_ un cIébot sur' le thème • Les travailleurs immigrés, le racisme et nous ., IOU' l'égide du M.R.À.P., eIe l'UniOfl rationaliste et de la Ligue des Draits de rHomme. ~CI JOU~I ET VOUS, QU!AVEZ-VOUS FAIT? L ' ANNEE 1975 verra-t-elle s'améliorer les conditions d'existence de « Droit et Liberté» ? La conjoncture générale est caractérisée par la crise de la presse, et c'est donc seulement de nous que dépend la parution régulière de la revue du M.R.A.P. Nous, c'est-à-dire : la rédaction, qui s'emploie présentement à jeter les bases d'une nouvelle formule susceptible d'intéresser un plus large public; l'administration, qui doit trouver des solutions rentables aux problèmes d'impression, de diffusion et de publicité; et surtout vous, amis lecteurs. Ce que vous pouvez faire? Prendre part à la souscription (dont nous publions ici la seconde liste), à la fois par vos propres versements et en collectant autour de vous. Régler dès mars (le recouvrement aura lieu désormais, chaque année, à ce moment-là) votre abonnement, si possible un abonnement de soutien. Faire connaître «Droit et Liberté» parmi vos amis, vos collègues et recueillir des abonnements nouveaux. Solliciter des engagements publicitaires auprès d'entreprises (la vôtre, peut-être?) et d'organismes susceptibles d'être intéressés par des placards et annonces dans la revue. Participer, avec les comités locaux du M.R.A.P., à la vente militante. Vous avez le choix. Faites quelque chose pour que « Droit et Liberté» vive et agisse! Mlle Chevolot : 300 F, MM. Chil-Kozlowski

250 F, Creitx : 50 F, Mlle Dininmon:

50 F, MM. H. Deschamps : 15 F, Doudin : 10 F, Moiziord : 20 F, Maricourt: 20 F, Mlle Poncey : 30 F, MM. C. Polont : 100 F, J. Pihon : 100 F, Mme Pottin : 10 F, MM. J . Vedrine : 20 F, D. Weil: 10 F, Feldmon : 10 F, Mme Bonne

20 F, M. Rouchboch : 30 F, Mme

Àpelgot : 100 F, MM. Lazard 70 F, J.-P. Crepel : 70 F, Mme Levin-Le Chanois : 20 F, MM. Tollot : 400 F, Scl1neider : 100 F, Le Polypopier (Comité d'entreprise) : 40 F, MM. Schopira : 50 F, Tobart : 50 F, Ravis : 20 F, Poncey: 30 F, Guillier

200 F, Kosossey : 50 F, Gall :

100 F, Krovetx : 20 F, Prat : 10 F, Laforge : 40 F, Toussaint: 10 F, Carrez: 30 F, Mme Biojout : 10 F, MM. Berto.noui

20 F, Wilfort : 100 F, R. Poc :

100 F, Robert : 20 F, de Castellone : 2() F, Elie : 30 F, Borguillet : 20 F, Hugues

lOF, Hourioux : 20 F, Helwosser :

40 F. TOTÀL DE LA LISTE 2.795,00 F LISTE PRECEDENTE . .. ... 667,45 F TOTÀL 3.462,45 F dossier pour de l'Ecran" Grasse: un "les Dossiers MARDI 26 novembre 1974, dans le cadre des « Dossiers de l'Ecran », étaient prévus la projection du film « Mektoub? » d'Ali Galhem et un débat sur les travailleurs immigrés. Cette émission n'a pas eu lieu en raison de la grève, mais elle avait à l'avance, soulevé de multiples protestations. En effet, les participants prévus pour le débat étaient, outre le Secrétaire d'Etat à l'Immigration, diverses personnalités diplomatiques, une représentante d'un service social officiel, un dirigeant du C.N.P.F., un travailleur immigré; et l'on n'avait trouvé, comme porte-parole de l'opinion française, que : M. Hervé de Fontmichel, maire de Grasse. Le M.R.A.P. et d'autres organisations (F.A.S.T.I., C.N.L.) estimant qu'un tel débat n'était pas de nature à informer les téléspectateurs sur les vrais problèmes ont protesté auprès d'Armand Jammot. Nous ne mettons pas en cause les divers participants, mais il Y a là une dicrimination significative envers les hommes et les organisations qui consacrent leurs activités à la solidarité envers les immigrés et à la défense de leurs droits. A l'initiative du comité du M.R. A.P. de Grasse, animé par Ketty Dubost, dix organisations locales (M.R. A.P., Ligue des Droits de l'Homme, Secours PopUlaire, C.G.T., C.F.D.T., F.E.N., P.C.F., P.S., Radicaux de gauche, P.S.U.) ont fait connaître leur indignation aux responsables de l'émission. Un dossier a été établi rappelant les antécédents de M. de Fontmiche1, initiateur d'une véritable « ratonnade » contre les travailleurs maghrébins en juin 1973, et qui, soutenu par M. Soustelle, a fondé sa campagne électorale 1973 sur la peur et la haine à l'égard des immigrés. Les organisations grassoises demandent à juste titre que les syndicats et le M.R.A.P., pour le moins, puis· sent participer à l'émission. DROIT ET LIBERTE - N° 335 - DECEMBRE 1974/JANVIER 1975 31 mode enfantine Éditions " DROIT ET LIBERTÉ" Votre bibliothèque antiraciste LA sANT! DES IDWITS Par le Comllll! Mll!dJ.cal et Mfdlco-Sodal d'Alde au" Mllnnta. 7 F. LE LOGEMnT DES M1G1ANTS Comtat el ..... aUon de 7 aNOdJ,tlo .... 6 F DM DUlIE A I8IDJ·HIHDEL Rklt de Cl ... de Labarnoque-Reyaaac. Amour ct antisémitisme dans I"AIII~tie coloniale. 19 F. UME FAIIILLE COMME LES IlUTIES Ultra mnln el prii!M'ntm JHI' Den .... 8aumann. Prtface de Pi~re Gascar, Prix Concourt 19 F. UIIE tcoLE CHEZ LES TZIGJlNES TlI!molgnDle de Jean-Claude Siimlan. Prll!face de Marc-Andn! Bloch. prtsident d'ho", nm.r du Centre de liaison des Educateurs contre] ... Pn!juab RaciaUll (C LEP R.). ]0 F. I....c .... ~ ........ . _ ... ..... (1 .. J ...... nI _. H , ( .. 1_ M.l '1+ 1' .. 1. ... 4· ••• 01.. • _ .. üh.M", 120. _ s.._ --. 1JOo2 hrio, C.C.' , 6010." PIEDS SENSIBLES Le. cha .. .. ,.. d .... ~pa"·Cf1n/al"l et .u " éUgonce Clooi. UNIOUE .,. CHEVREAU, an SPORTS .1 en TRESSE MAIN F.m ..... du 3S ail U _ Hom ..... du 33 .u lB 6 large,u:n dIH' ,.nIH (9") GARE $AINT.I.AZ..UOE. It ..... St-Larano (M" $ain.-Laun • Trinllt) (6') IllYE GAUCHE. IS ..... de 5tonu (M' 5tonu . Bab)-IontJ (10") GARE DE L'EST, D. bouIcYard do Slt"aSIoIq (M' Cblo.nL!.·l'.au) MI'"' """"ru .0Ut la "'nd ..

Notes

<references />