Droit et Liberté n°212 - septembre 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°212 de Septembre 1962
    • Alerte à la peste brune par Pierre Paraf page1
    • Le dernier manuscrit de la princesse Marie Bonaparte: l'affaire Dreyfus telle que je l'ai vécue page1
    • Il faut au M.R.A.P. immédiatement 2 millons par Julien Aubart page1
    • Eh bien! mon père! ar Oncle Tom page2
    • Allemagne: qui a gagné? page2
    • Hier et aujourd'hui: l'Exodus page3
    • Une nouvelle bataille d'Angleterre (renaissance nazisme) page6
    • Pas de ça chez nous par Fred Tonge (coseil du Comté de Londres) page6
    • Gordon Schaffer (pdt comité britannique pour la Paix): un peu d'histoire page6
    • Les liaisons de l'O.A.S. par Albert Levy page7
    • Relents de nazisme outre-Rhin page8
    • Le problème des repliés: y voir clair par Fernand Benhaiem page9
    • Helsinki à l'heure de la fraternité page10
    • Le nouveau livre de Jules Isaac: l'enseignement du mépris par Nicole de Boisanger-Dutreil page11
    • Mané Katz n'est plus: de notre correspondante en Israël Myriam Novitch page11
    • Cinéma: mais où sont les nègres d'antan interview de André Martin et Michel Boschet par Jacques Deltour page12
    • D'une voix commune par Charles Dobzynski page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

EXCLUSIF: La Princesse Marie Bonaparte, il y a quelques semaÎnes, donnait à « Droit et Libe rté » la primeur du chapitre de son dernier manuscrit, les Foux- Pas de la Justice, consacré à l'Affaire DreyfU5. Au moment où nous me'ttions sous presse, nous parvenait la nouvelle de la mort de Marie Bonaparte. Le M.R.AP., comme beaucoup de causes généreuses, pe.rd en Elle une gronde amie', dont la hard'iesse intellectuelle égalait la noblesse de. coeur. Qu' il me soit permis de dédier à sa mémoire, M mon nom personnel comme au nom de tou's les camarades de notre Mouvement, un souvenir roconnaissant, respectueux et ému. P. P. (VOIR EN PAGES 4 ET 5) 1/ faut au M.R.A.P. immédia tement 2 MILLIONS 15 SEPTEMBRE- 15 OCTOBRE 1962 , a 0,75 NP N° 212 , • C HERS amis du M.R.A.P. pour qui dé jà les vacances ne sont plus que lointa ins souvenirs , de grandes tâches nous sollicitent. Jama is dans la confusion présente on n'eût tant besoin du message d' union, de clarté qui se dégage de notre pensée, de notre action. par Pierre PARAF ,Président du M.R.A.P. Demeurons sur le plan de l'antiracisme, de la fraternité qui nons interdit toute intrusion vers les frontières politiques où cette union pourrait être en péril. Ecoutons les rumeurs qui grondent en~ core au seuil de l'automne. ~----------------y Cela concerne CHACUN DE NOUS ... VOICI donc le numéro de rentrée de « DROIT ET LIBERTE ». Avee sa parution coïncide la r~prise de toutes les activités, avec un élan nou veau. Est-il besoin de dire à nos' lecteurs que la situation présente exige de nous, plus que jamais, vigilance, résolution et union ? Est-il besoin de souligner l'efficacité, l'ampleur de l'aetion du M.R. A.P. et son aptitude à rassembler, aujourd'hui comme hier, les forces qui feront barrage au racisme ? De tout cela, le présent numéro de « DROIT ET LIBERTE » porte, une fois de plus, témoignage. MOUVEMENT démocratique, le M.R. A.P. doit ses succès à l'appui grandissant qu'il rencontre parmi les antiracistes, les républicains, les gens de coeur. Et cet appui, il l'obtient en permanence parce qu'il se fait un devoir de toujours soumettre à ceux qpi le soutiennent aussi bien le bilan de ses activités, que les difficultés et les problèmes auxquels il se heurte. Il fait juge l'opinion de çe qui est réalisé, de ce qu'il reste à faire, et des moyens à employer. C'est dans cet esprit que nous nous adressons aujourd'hui à nos lecteurs. A Trafalgar Square, les antifascistes à )' assaut de la tribune où paradait Mosley. A LONDRES l'internationale néo- ' nazie arrache son masque. Des hitlériens encouragée par un Sans détour, nous Icur disons : en cette période de rentrée, après la dispersion et le ralentissement des vacances, il nous faut D'ICI LE 15 OCTOBRE, deux millions d'anciens franCS pour démarrer à. nouveau. Mois où sont les nègres dl antan? sOlls-führer des Etats-Unis osent dans la capitale du vieux royaume libéral clamer leur haine contre les noirs, contre les juifs. Et l'on se félicite de la ri gueur de la réaction du peuple britannique et des justes corrections qui furent infligées aux apologistes du crime. Et J'on ne se plaint pas outre mesure cie cette indécente manifestation dans la mesure où elle ouvre les yeux (Suite page centrale. • Fenner BROCKWAY, Fred TONGE, Gordon SCHAFFER : Pas de ça chez nous! (Page centrale). • Fern,gnd BENHAIEM : Le problème des repliés : y voir clair (page 9) . • Nicole de BOISANGER-DUTREIL : ( L'enseignement du mépris » (page 11). • HELSINKI à l'heure de I.g fraternité, par trois délégués du Festival (page 10). Nous, c'est-à-dire tous les antiracistes, VINGT mille nouveaux francs, c'est ce qui nous manque pour que nos activités reprennent normalement et que notre journal poursuive son rayonnement. Pour que nous soyons à la hauteur do la tâche. Amis lecteurs, amis antiracistes, e'est de nous tous que tout dépend. Réglez d'urgence les BONS DE SOUTIEN que vous avez reçus. Demandez-en d'autres pour les diffuser autour de vous. Souscrivez et collectez dons et abonnements. Deux millions d'ici le 15 octobre : cela concerne personnellement chacun de nous. Vous qui faites confiance au M.R.A.P., le Bureau National à confiance en vous. Son appel ne sera pas vain. Julien AUBART, Trésorier du M.R.A.P.


. - .- 2

JUILLET li-VII. - 35 noirs arrêtés à Albany (U. S.A. ) : ils avaient manifesté contre la ségrégation et contre la condamnation du Pasteur Luther King à 45 jours de prison pour avoir lui-même organisé une manifestation antiraciste. • Le Procureur général de l'Allemagne Fédérale Wolfgang Fraenkel, nommé en mars 1962, est relevé de ses fonctions

magistrat à la Cour suprême du

Reich, il était chargé sous le régime nazi, d'alourdir les ·peines trop indulgentes infligées par les tribunaux. 12-VII. - Les tueurs O.A.S. d'Alfred Locussol sauvent leur tête devant les Assises d'Alençon : 5 et 20 ans de réclusion. 14-VII. - Les paras cantonnés à Metz organisent une « ratonnade li : 8 blessés. 17-VII. - Nouvelles agressions antisémites en Argentine : un jeune médecin juif, après avoir été matraqué, est mal"qué au couteau d'une croix gammée. 19-VII. - « Juden raus »! « Vive Eichmann » ! Pour avoir barbouillé ces inscriptions sur les murs de Duisbourg en même temps que des croix gammées, 5 jeunes nazis, appartemen t à la « Nouvelle jeunesse allemande «, condamnés à des peines de ... 6 à 15 mois de prison. • Tandis que se poursuivent les r etours d'Européens d'Oran , le mouvement inverse s'amorce : 843 repliés repartent de Marseille vers Alger . 22-VII. - MOSLEY ORGANISE UNE MANIFESTATION A TRAFALGAR- SQUARE A LONDRES. IL EST CHASSE PAR 8.000 ANTIFASCISTES. • Manifestation contre la ségréga.tion raciale à Albany CU .S.A.) : 61 antiracistes arrêtés. 23-VII. - Franco r end leur « liberté de mouvement li aux chefs O.A.S. qui étaient assignés à résidence dans les Canaries. 25-VII. - Jugés par le Tribunal militaire spécial, 6 tueurs du groupe O.A.S. Delta, reconnus coupables de 11 meurtres, sauvent leur tête. 2&. VII. - Un algérien tué rue Saint-Denis par un commando O.A.S. 29-VII. - Ouverture du Festival de la Jeunesse, à Helsinki. • Violentes échauffourées à Manchester au cours d'une manifestation organisée par Mosley : 46 arrestations. 30-VII. - Le gouvernement sud-africain interdit toutes prises de positions Pl!bliques à 96 personnalités antiracistes, dont M. Albert Lutuli, Prix Nobel de la Paix. • 16 militants antiracistes arrêtés à Albany (U.S.AJ. 31-VII. - lies antifascistes interrompent au bout de quelques minutes une manifestation de Mosley à Londres. • Dans la banlieue de Birmingham, à Dudley, des groupes racistes attaquent un quartier h abité par de nombreux noirs. AOUT 2.VIII. - Les tueurs O.A.S. Godot e~ Robin sauvent leur tête deva·nt le Tribunal Militaire. 4-VIII. - Une bombe à retardement marquée d'une croix gammée découverte sous un pont de la Tamise à Walton on Thames (Grande-Bretagne). 5-VIII. - Ouverture à Guiting power, dans le Gloucestershire (Grande-Bretagne) d'un camp international néo-nazi. Certains des participants, parmi lesquels le « führer » américain ROCkwell, se réunissent en congrès à Narford, sous l'égide du British National party. 7-VIII. - LES NAZIS REUNIS A GUITING POWER SONT CHASSES PAR LES FERMIERS DU VOISINAGE. ,9-VII. - Lincoln Rockwell expulsé de Grande-Bretagne prend l' avion en criant « Heil Hitler ! li. 10-VIII. - Un « mandat de comparution devant le juge d'instruction» est lancé contre Georges Bidault, dirigeant du C.N.R. (O.A.SJ ... plus d'un mois après la levée de son immunité parlementaire. Il-VIII. - Lancement de Vostok III, nouveau navire cosmique soviétique avec à son bord le commandant Adrian Nikolaïev. 12-VIII. - Lancement de Vostok IV avec à son bord le lieu ten ant-colonel Pavel Popovitch . Il-VIII. - Après d'autres méfaits et agressions, des légionnaires déserteurs se trouvant en Corse attaquent une baraque où dorment des travailleurs étrangers

un Algérien grièvement blessé.

15-VIII. - NIKOLAIEV ET POPO_j VIT CH ATTERRISSENT A SIX MI NUTES D'INTERVALL ~~ APRES AVOIR FAIT RESPECTIVEMENT 64 FOIS ET 48 FOIS LE TOUR DE LA TERRE. l&.VIII. - Un commando O.A.S. attaque une caserne de C.R.S. près de Lagny (Seine-et-Marne) et s'empare de 5.000 cartouches et 40 armes de guerre. 17-VIII. - Soustelle dirigeant de l'O.A,S. appréhendé à Milan est reconduit ({ à la frontière de son choix li. 19-VIII. - Plusieurs dizaines de mitraillet'es et des munitions volées par 1'0, A.S. à la gare militaire de Saint-Erme (Aisne). 20-VIII. - Le car transportant les soldats soviétiques qui assuren t la garde du monument a ux morts, attaqué à BerlinOuest par des manifestants. 22-VIII. - ATTENTAT AU PETITCLMIART CONTRE LE GENERAL DE GAULLE QUI ALLAIT PRENDRE L'A VION A VILLACOUBLAY. • Des détachements de la Bundes· wchr arrivent au camp de Caylus (Tarnet- Garonne) où se dérouleront prochainement des manoeuvres de l'O.T.A.N. 24-VIII. - A Cauterets (Htes-Pyrénées), des élèves officiers manifestent aux cris d' « Algérie française ». 2&-VIII. - Des navires venus des U.S.A. tirent au canon et à la mitrailleuse lourde sur La Havane, capitale de Cuba. 27-VIH. - Procès à Londres de quatre diri'!"f'ants du « Mouvement national socialiste )1 , 28-Vlil. - Qua tre fusils mitrailleurs, des dizaines de mitraillettes et de r evolvers, plusieurs centaines de cartouches, 50 ki~~ de plastic découverts à Paris, dans un arsenal de l'O.A.S. SEPTEMBRE l-IX. - Bombe contre une synagogue à Londres. • Attentats et incendies O.A.S. à Bordeaux, Malakoff (Seine) et dans le Var. 3-IX. - Attentats O.A.S. à Tarbes La Ciotat et dans le Puy-de-Dôme. ' 4-IX. - DEBUT DU VOYAGE DU GENERAL DE GAULLE EN ALLEMAGNE, OU IL RESTER." JUSQU'AU 9 SEPTEMBRE. • Attentats O.A.S. à Angers, en Moselle et dans les Landes. 5-IX. - ,Le chef O.A.S. Castille, organisateur de nombreux attentats condam n é à 20 ans de réclusion par le Tribunal Militaire. 7-IX. ----:- 5 membres du commando qui mItraIlla la vOlture du Général de Gaulle au Petit-Clamart, sont arrêtés. Au prOCès de Troyes, les auteurs de l'attentat précédent sont condamnés à des peines de 10 à 20 ans de réclusion. • Arrêté en Italie, Bidault est reconduit ({ à la frontière de son choix li. 9-IX. - Un rassemblement fasciste annulé à Plaissas (Hérault) à la suite des protestations des républicains. Poujade, Boutang et le colonel Matignon devaIent y prendre la narole. 10-IX. - Arrivée à Bitche de trois unités de la Bundeswher en vue de prochaines manoeuvres. 12-IX. - Avertissement de l'U.R.S.S. aux U.S.A. : « Si une agression était commise contre Cuba, ce serait le commencement de la guerre n. 14-IX. - Un repère O.A.S. découvt,rt à Creppe (Belgique) : 6 arrestations. • Quatre criminels de guerre, assassins de juifs, arrêtés en Allemagne : l'un était inspecteur principal de 1,1- police de Francfort, l'autre commissa.ire principal à Hambourg. 15-IX. - 8 nouvellts arrestations dans l'affaire de"l'attentat de Clamart, entre autres, Henri Niaux, que l'on retrouve peu après pendu dans sa cellule et le lieutenant-colonel Jean-Marie BastienThiry, organisateurs du complot. . • 10 acquittements et 10 sursis au procès du groupe O.A.S. de Bretagne.

  • PARIS DES RUES ET DES CHANSONS,

par René MALTETE. (Editions du Pont Royal). Voilà un livre qu'il faut avoir dans sa bibliothèque. Ce n'est pourtant ni un roman, ni un essai. C'est un livre original, curieux, attachant, gouailleur. C'est l'oeuvre d'un poète tendre, qui comme Gavroche, cache sa tristesse derrière une pirouette moqueuse. Accompagnez René Maltête dans Its rues de Paris, vous ne le r egretterez pas. Vous serez en bonne compagnie avec Btrnard Buffet, Siné, Peynet, mais aussi avec Jacques Prévert, Maurice Chevalier, Francis Claude, Mouloudji, Georges Brassens, Jean Ferrat, Léo Ferré, Pierre Mac Orlan, et d'autres encore, qui chantent pour nous, tout au long de cette promenade. Et lorsque leurs voix se taisent, René Maltête nous murmure son chant. Alors le monde se renverse, les enfants ont raison de march er sur les mains, le génie de la Bastille surveille le bâton blanc de l'homme au képi, la sir ène apparaît à sa fenêtre, le soleil naît à Paris où l'homme sans tête traverse en dehors du passage clouté... avenue des Champs Elysées. Avez-vous vu la République se mirer en son miroir ? Deux ch aises de squar e vous ont-elles conté une merveilleuse histoire d'amour ? Offrez ce livre, offrez-le vous. C'est un bon et beau cadeau . Les poètes photographes sont encore rares. René Maltête est un grand poète photographe. A. D. * LE MULATRE, roman d'Aluizio AZEVEDO (Plon, éditeur). « Le Mulâtre », (0 Mulato), que publient, en accord avec l'Unesco, les Editions Plon, dans la collection bien connue « Feux Croisés », est une oeuvre capitale de la littérature brésilienne. SE PASSE-T-IL 9 • Eh bien! mon père! MECREANT de longue date, je n'en ai pas moins gardé au fond de mon coeur un grand respect pour les religions, toutes les religions. Chacun est libre d'adorer le Dieu de son choix, surtout si ce Dieu est Amour, Bonté, To· lérance. Libre à moi de n'en adorer aucun, d'aimer seulement les hommes et les biens de cette terre. De ce fait, je respecte aussi tous les gens d'Eglises, daJJ,§" m mesure où ils n'abusent pas du respect qu'on porte à leur habit ou leur' état pour imposer leur vérité. Cela dit, je me trouve fort à l'aise pour vitupérer ce prêtre qu'on appelle le Père Delarue, aumônier de~ parachutistes et Qui se sert de son Dieu pour .justifier certains crimes. Son témoignage au procès Salan fit sensation, je dirai scandale. Au procès Godot-Robin, qui tentèrent d'assassiner sur son lit d'hôpital, M. Le Tac, le Père Delarue vint se solidariser avec ces pieuses âmes. Je n'en aurais pas parlé si, cette fois, le Père Delarue, n'était allé un peu trop loin, dans un petit jeu des comparaisons qui ressemble fort à de l'escroquerie morale. En effet, affirmant que « Dieu le jugerait » pOUl' ce qu'il venait de dire, Delarue déclara que Godot avait eu raison de désobéir. Et d'évoquer :~e procèS de Nuremberg et celui d'Eichmann pour démontrer que " l'obéissance n'est pas toujours l'attitude la plus heureuse ! •. Voilà une façon bien hypocrite de pervertir les mots. L'O.A.S, ce n'est pas la Résistance : c'est une organisation d'assassins, de tueurs fascistes, d'héritiers des méthodes hitlériennes. L'O.A.S. au pouvoir, ce serait la réouverture des camps de concentration, et le retour aux persécutions politiques et racistes. EichmMUl obéissait aux ordres criminels d'Hitler. Mais que font les l'lasti- 1 queurs, les tueurs à gages et les équipes clandestines de Salan, Bidault et Soustelle ? Des actes de DESOBEISSANCE sacrée ?:. Allons donc, mon Père ! OBEISSANT à des ordres criminels, ils marchent sur les traces d'Eichmann, tout simplement ••• ONCLE TOM. ~.4 juin 2010 à 08:11 (UTC)4 juin 2010 à 08:11 (UTC)192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:11 (UTC)yy4 juin 2010 à 08:11 (UTC)4 juin 2010 à 08:11 (UTC)192.168.254.42 ALLEMAGNE • Qui a gagné? Le général de Gaulle s'est rendu en Allemagne au mois de septembre. Ce fut un beau spectacle : les foules alll'mandes, étonnées et ravies d'en!endre le Président de la République Française utiliser courtoisement la langue de Goethe pour leur dire tout haut ce qu'on pense tout bas dans les milieux politiques de Bonn, ont acclamé notre chef d'Etat. Il a parlé à tout le monde : aux badauds de Cologne, aux militaires de l'école de. Blankensee, à la jeunesse de Ludwigsburg, aux ouvriers des usines Thyssen dans la Rühr. Il a crié vive Munich, vive l'Allemagne, vive Cologne, vive l'Armée, vive l'Amitié francoallemande. Il a dit aux Allemands qu'ils étaient un grand peuple, ce qui est vrai, et ils l'ont approuvé. Nous n'avons pas, ici, à juger de l'objet de ce voyage, ni de ses incidences politiques sur l'Europe, le 11:arché Commun, etc ... La réconciliation f rancoallemande, nous sommes pour et nous ne l'avons jamais caché. Mais de quelle L'auteur, Aluizio Azevedo (1857-1913) fut une sorte de Zola brésilien prêt à mettre sa plume au service de toutes les causes généreuses et, dans le style naturaliste de l'époque, à débrider avec vigueur les plaIes sociales de son pays. ({ Le Mulâtre », c'est le Dr Raymund:) José da Silva qui vient se fixer dans la petite ville de Saô Luis du Maranhaô au Nord-Est du Brésil. Raymundo ignore tout de sa mère et espère obtenir de son oncle Manoël le secret de ses origines, Désireux d' épouser sa cousine, la belle Anna-Rosa, il se voit r efusé par Manoël qui lui révèle alors qu'il est le fils d'un~ esclave noire devenue folle et qu'il a été lui-même affranchi lors de son baptême. La révélation de son origine servile cause un choc extrême à Raymundo qui se sent malheureux, en prOie à des idées troubles, de vagues désirs de vengeance. Il réagit pourtant, et décide de renoncer à Anna-Rosa. Mais celle-ci refuse ce sacrifice, et se donne à lui. Un enlèvement projeté échoue misérablement et Dias, un employé de Manoël qui convoite depuis longtemps Anna-Rosa, assassine le jeune mulâtre, sur les conseils de l 'ignoble chanoine Diogo. Quelques années plus tard, Anna-Rosa et Dias forment un couple heureux et sans histoire ... « Le Mulâtre », on le comprend, fit scandale dans la petite société de Saô Luis, dont les préjugés raciaux et la sottise provinçiale sont longuement dépeints. Malgré un goût accusé pour le mélodra · me et sa psychologie un peu naïve, ses personnages étant sans ambiguïté, ou bien parés de toutes les vertus comme Raymundo, ou bien des modèles de bassesse et d'hypocrisie comme l'extraordInaire chanoine Diogo, Aluizio Azevedo nous a légué avec « Le Mulâtre » une oeuvre de combat ardente et puissante. Guy BAUDIN. réconciliàt ion s'agit-il ? Le voyage du général de Gaulle, en premier lieu, apparaît d'abord comme une réconciliation à sens unique. C'est la France qui se réconcilie avec l'Allemagne. On a beaucoup cité cette réponse d'un ancien officier de la Werhmacht à un journaliste f rançais : « La réconciliation, c'est pour les Français. N ous, nous avons tout oublié! » Il faut prendre cette boutade au sérieux. Les Allemands s'efforcent d'oublier. Le général de Gaulle les y encourage, Qu'on relise attentivement tous ses discours sur le sol germanique : pas une ,fois, une seule" le Président de la République Française n'a fait la moindre allusion au nazisme. Il est passé tout près de Dachau, mais n'a pas cru devoir y accomplir un pélerinage. Et pourtant, dan~ ce camp, bien des patriotes frança i.s ont péri, uniquement parce qu'ils étaient... gaullistes. Oublier... Nous voulons bien. Mais lorsque retentissent les hymnes nationaux, on ne peut ignorer les paroles du « Deutschland UberAlles » : 4: L'Allemagne, l'Allemagne au dessus de tout. Au dessus de tout dans le monde, De la Meuse au Niemen, De l'Adig,e au Belt... » C'est" toujours l'hymne' de la République Fédérale. On n'a pas, que nous sachions, arrêté les manifestants qui, répondant à l'appel de « l'Association de L'Allemagne indivisibk » ont parsemé le voyage ' du chef d'Etat français de revendications réclamant la reconquête des provinces de l'Est r edevenues polonaises. Le drapeau rouge à deux croix blanches de Dantzig, le drapeau bleu et j aune de la H aute Silésie ont flotté au-dessus de la foule accompagnés de pancartes significatives. Et c'est tout de même ce qui nous inquiète. Les premiers mots du général (Suite ,!)oge 3' DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Spor tif Juif », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les ver semen ts peuvent être effectués au C.C.P . 278947" de M, S, Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. qUE (Suite de la page 2) de Gaulle, débarquant à Bonn ont été : « L'union, pourquoi l'union.?' D'abord parce que 1IOUS sommes ense.mble e.t directement menacés. Devant l'ambiti01~ domi1w.trice des Soviétiques, la Frallce sait quel péril imlllédiat conrraient son corps e,t son lime si, en avant d'eUe , l'Allemagne venait à fléchir et l'Allemagne n'ignore pas que son destin serait sceUé si derrière elle la France cessait de la s01ttenir. » En somme, vingt ans après Stalingrad, 011 demande aux Françai~ (plus qu'aux Allemands) de chan~ er d'ennemi héréditaire! Tandis que le président Luebke affirmait

« Les relations franco-alle1llall des

n'ont jall/ais été marquées par la froide indifférence qui signifie la 1110rt de tout rapport entre hommes e,t peuples » (il est vraiment trop facile, voire cie mauvais goùt. d'i roni ser sur la sa\' CUT de ce rappel historique). de Gaulle répondait s'adressant aux futurs cadres de la no~vellr Bundeswehr : « C'est le jaif des Francais et c'esl le fait des Allemands qtt'ils n'olll ia11lais rien nCCOl/l l'li de grand au "oi/ll de 7'/le '/lalio)o/al el au point de 7' /1 1' in ter/1ational. WHS que chez les 1/ns ef che::: les autres la [:hose milifair.e " ait éqal(!lIl elll parlicipé. ~ . Jamais un n]ilitaire allemand, depui s 194.;, ne s'était permis une telle allusion à la nécessité de la « chose militaire OP . \fais voilù qui réconfortera Lammerding, Heusinger et quelques autres promus désormais aux rangs d'éminents constructeurs de la grandeur allemande. Un journal français de droite notait à ce sujet : « En leur faisant remarquer que la France l!t l'Allema.qne. n'avaient t'a mais rien fait de qrand sans les armes ... il remettait en selle les doctrines que /0 République. fédérale allemande tellait . fOUS le boissean. » Nous laissons à notre confrère la responsabilité de cette argumentation, en considérant que l'Allemagne de l'Ouest ne fut jamais vraiment dénazifiée. Nous avons le droit de nous inquiéter. Ce voyage, qui donne définitivement la victoire ;l 1l1H' Allemagne Ott les revanchards et les nazis vont en... paix, ne relit que donner des f ruits amers. Les démocrates français ont bien rai, on de l'affirmer. comme l'a fait, entre autres, la Ligue des Droits de l'Homme dan. un comTl'!uniqur à la presse : (, L'Allemagne n'es,f pas encore ellli èj'ement pur.qée de ses éléments nazis. « La Lig1te des Droits de l'Homme ne conçoit pas la nécessaire réconciliation franco-allemande par le biais d'mt rapprochement avec l'état-major on le qrand capitalisme. Une telle réconciliation n'apporterait aucune réelle garantie de Paix, 1Ii atl peuple français, ni à l'enseHlble d'1l11e E1/rope iJ.qUi111emel1t inquiète a1tjourd'hui. « Cet.te réconciliation ne sera véritahlP que si elle s'appuie solidement Sltr le consentement conscient des deux peuples vivant ru/il. et l'antre ell ré.qime vraiment démocratique. et montl'ant t01lS deux 1tn ·é.qal respect des (l'raits de l'Homme. » DEMOCRATIE • Un nouveau référendum A l'heure où nous mettons sous presse, le projet de révision de la Constitution, qui f~.rCII l'objet du prochain. référendum n'a pas ellcore été publié ; les lignes générales de la réforme envisagée ont été toutefois exprimées dans le discours télévisé du Chef de l'Etat. Le M.R:A.P. ,.assemble des antiracistes dt', tElJldance très diverses. Sans. préjuger des positions qui seront prises, soulignons t',n tout cas que les antir. acistes ont pu à maintes occasions constater que la lutte qu'ils mènent est étroitement liée à la défense dE' la démocratïe" Tout recul de la démocratie constitue un el1c:auragement pour ceux qui rejettent et bafouent l'idéal antiraciste, partie intégrant", dE' la dochine républicaine. D'autre part, rappelons que l'action contre le racisme est d'autant plus efficace qu'elle peut s.'appuyer, démocratiquement sur une opinion active et sur ses représentants élus. Il est significatif à cet égard que la législation antiraciste élaborée par le M. R.A.P. et approuvée depuis avril 1959 par 101 maj07ité des députés et sénateurs, n'ait pU! être adoptée ni même discutée, en raison des faibles pouvoïrs dont dispose actuellement le Parlement. Il ne fait pas de doute dans ces conditIons que les amis de notre Mouvc,ment partageront dans leur ensemble les préoccupations qui s'expriment dans les plus I~rges milieux républicains. SE PJlSSE.T.IL HISTOIRE • Destin relatif des civilisations L E M.R.A.P. a toujours inscr it, dans son programme d' action, la nécess isité de faire connaître la vérité SUI les civilisations autres que celle d'Occident, sur les peuples d'Asie et d'Afrique, leur passé, leur apport au progrès général de l'humanité, leurs particularités. Des universitaires nombreux, des écrivains, la plupart amis de notre Mouvement, ont publié des ouvrages, des articles qui con .. tribuent à faire ressortir le caractère relatif des civilisations, l' inanité de la notion de supériorité fondamentale de l'une d'entre elles - la nôtre, par exemple - sur toutes les autres. M. Pierre Rou sseau, auteur d'une oeuvre considérable d'historien des sciences et techniques, militant de l'Union rational iste, a été invité, par cette association, à ètre son porte-parole à la Radio, sur la chaîne France 1 Il, dimanche 24 juin 1962, préci sément su r « Le destin des civîlisations ». Sa causerie se trouve reproduite

Jans le nO 6 du « Courr'ier rationaliste

» , ('). Je ne crois pas qu'on puisse trouver, en neuf pages, une synthèse aussi dense, aussi éc lairante, sur un sujet aussi mal connu )U compris que celui-là. Seul un écrivain de la qualité de M. Pierre Rousseau, nourri d'une vaste culture approfond ie, pouvait se permettre ainsi d'aller à contre-courant des idées reçues et troubler, dans leur confort artificiel, ceux qui s'obsti nent à faire commencer l'histoire valable de l'humani té soit à la fondation de Rome, soit à l'a vènement du christianisme : « N'oublions pas, rappelle M. Pierre Rousseau, que, des milliers d'années avant notre ère, alors que l'Europe occidentale igno,.ait encore le fer et le bronze et stagnait au temps des mégalithes, les Egypt'iens possédaient un calendrier établi scic.ntifiquement, les Sumériens façonnaient des bijoux d'or, et les peuples de l'Inde avaient doté leurs grandes villes de dispositifs d'urbanisme quasi modernes ». Si l'Orient, d'où sont venus pendant des millénaires les grands courants de civilisation, est entré en décadence à partir de ce XVIe siècle qui a vu la prodigieuse floraison de la Renaissonce, on ne saurai.t honnêtement oublier que sans les inven tions en provenance de l'Asie, il n'y aurait pas eu de Renaissance ; la raison pratique de Descartes et l'édifice -ô es Encyclopédistes n'aurait pas eu d' assises pour le bond en avant qu'i ls ont perlT)is à l'humanité d'accomplir. . . . Quelle dette avons-nous à l'égard de la Chine ! Nous lui sommes redevables, entre autres, de la brouette, du pont à arches; du pont supendu, du papier (lIIlr siècle), de la fabrication du fer (II" S.l, du canal à el.luses (III" SJ, de l'alliage aluminiumcuivre (1 Il ' S.), de la poudre explosive (Ville SJ, du gouvernail d'étambot (VII l' S.), une véritable révolution, au même titre que la boussole (XIe SJ, et l'imprimerie par caractères mobiles, la porcelaine sont venues aussi de Chine. C'est seulement vers la fin du Moyen-Age que l'Europe eut connaissance de ces progrès de haute va ·Ieur. Le bilan de l'Inde serait encore plus positif, particulièrement à l'époque sombrement grossière de Charlemagne et d'Hugues Capet . Le temps de la fusion des grandes civilisations est venu. Il n'est plus possible de mentir et de refuser à choque peuple la dignité de sa place dons la marche en avant. Peuples du mande, nous ne serons pas de trop dons notre unité véritable. R. M. (*) Editions de l'Union rationaliste, 16, rue de l'Ecale Polytechnique, Paris (5"), Prix : 0,50 NF (que vous pouvez envoyer en timbres). HIER ET AUJOURD'HUI I L Y a eu quinze ans que l'affaire de « L'BXODUS j) bouleversait le monde entier. Et pourtant, deux ans après l'é· crasement militaire du nazisme, « L'EXODUS », c'était la renaissance ouverte de l'antisémitisme. Que le gouvernement bri- 9 • ~~'192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:11 (UTC)'192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:11 (UTC);~;192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:11 (UTC)iT'~l ~ Droit et Liberté ! 1 ~ ~ ,( ( ~ ~ C'EST 'COMBATTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME Envoyez-nous des adresses de personnes susceptibles de s 'intéresser à notre journal . Nous le leur ferons aussitôt parvenir. tannique de ce temps-là se soit déshonoré aux yeux de tous les démocrates du monde, ne fait aucun doute. Mais ce déshonneur ne suffit pas à lui faire perdre la face. Mieux, il représenta un encouragement écoeurant à tous ceux qui, navrés de la défaite hitlérienne, attendaient dans l'om. bre, le moment de reprendre leurs activités honteuses. Même en France, dont le gouvernement et le peuple firent preuve d'une grande humanité pour les malheu· reuses victimes de l'intranSigeance britan· nique, certains journaux - aujourd'hui disparus, mais remplacés par d'autres - entamèrent une campagne antisémite ... « L'EXODUS », pourtant ! Souvenezvous! Juillet 1947 ... Sur la Méditérranée, un navire vogue. Il porte le nom d'Exodus (ancien « Président Warfield »). Il transporte lentement vers la Palestine - alors sous contrôle britannique - 4.500 hommes, fem· mes, enfants, vieillards. Tous viennent d'Allemagne, rescapés de la monstrueuse tuerie hitlérienne. Dans la nuit du 16 au 17 juillet, le navire repéré par la R.A.F. est entouré par cinq destroyers britanniques. Les marins anglais donnent l'assaut au navire. La résistance est telle, qu'ils doivent employer les grands moyens : coups de fusils, rafales de mitrailleuses et bombes à gaz lacrymogène. Plusieurs morts et blessés encombrent le navire, dont les flancs sont éventrés. Et le dix·sept juillet au matin, la victoire anglaise est totale, tout au moins sur le plan des armes. Trois navires, hérissés de barbelés et de treillages, trois bateauxcages, embarquent malgré eux, les passagers. Ce fut alors le début d'une atroce aventure. Les camps de concentration. flottants, véritables bagnes semblables aux camps hitlériens - crématoires en moins - vont parcourir un long chemin. Les juifs . refusent de débarquer ailleurs qu'en Pa· lestine, refusant fermement, et avec unE grande noblesse, l'offre généreuse de la . France qui leur propose un asile. Exaspérés par cette résistance, suivie et soutenue par l'opinion publique mondiale, les Britanniques multiplient les brimades sur les trois navires . L'hygiène n'existe pas, la nourriture est rare et infecte, on supprime les journaux, les livres, les brochures, on interdit de lire tout ouvrage en hébreu ou en yddich, y compris les livres de prière et la bible. On. brûle même, sur le pont d'un navire, les exemplaires d'un petit journal manuscrit et bi-hebdomadaire, intitulé « En Route ». .C'est dans un état lamentable, que les juifs, après cette terrible odyssée, sont 'déb- arqués de force à Hambourg, le 9 septembre 1947, en présence de 25.000 soldats anglais, aidés par les « shupos » allemands. Et Fon réouvre les camps, avec barbelés et miradors. Les Allemands font la cuisine, quand ils ne sont pas policiers et sen· tinelles. Ils ont même gardé les ehiens utilisés par les S.S. pour leurs rondes au· tour des camps. Ainsi se termina la terrible histoire de l'Exodus. Ce n'est pas exactement cette histoire que raconte le film d'Otto Preminger, tiré du roman de Léon Uris : « Exodus », mais cette tragédie a inspiré un autre film, tiré par Louis Daquin de la pièce de Jan de Hartog : « Maître après Dieu li. Toutefois, aucun récit, aucun film ne peut rétablit' la vérité sur ces jours d'horreur, véritatable défi à la conscience des hommes de bonne volonté,

  • Fm juillet, sous l 'égide du Cercle Bernard

Lazare une réception s'est déroulée dans les salons du Cercle Républicain pour commémorer l'aventure de l'Exodus. A cette réception présidée par le Docteur B . Ginsbourg, de nombreuses personnalités assistaient, notamment, MM. Daniel Mayer, Pierre Paraf, Me Henry Torrès, l'Amiral Louis Kahn, MM. Pierre Bloch, Jacques Nantet, Léo Hamon, M' Pierre Stibbe, e.tc ... Des messages avaient été envoyés par MM. Gaston Deferre, Jacques Duclos, Marc Chagall, Pierre Dreyfus-Schmidt et Pierre Mendès-France. Ont pris notamment la pa. role, MM. Edouard DePreux, Jules Moch et M' Andl'é Blumel. DANS NOTRE PROCHAIN NUMÉRO • Hilaire CUNY : Antiracisme et éducation des 'lldultes. .• Olga WORMSER : . Sur une imposture. DES FAITS qui donnent A PENSER ... POURQUOI NE PAS LE DIRE ? « Fran. ce-Soir » (24 juillet) a raconté d'une bien curieusE" manière l'une des manifestations de TrafalgaT Square où les nazis de Mosley furent pris à partie et corrigés par les antifascistes londoniens. Pour ce journal, les nazis se seraient battus entre E'UX, « histoirE' de s'occuper », obligeant la palice à intervenir. Paurqua'i ne pas dire toute la vérité : la police protégeait la manifestation nazie et, pour corriger les voyous, les antifascistes durent s'opposer assez rudement aux agents dE' Sa Majesté qui, jusque- là, n'avaient pas branché ... SANG POUR SANG. Quatre ulémas égyptiens, répondant à un médecin indonésien musulman, ont décrété

« On .ne peut en aucun cas

utilise,- le sang d'un Musulman pour sauver un athée et notammMt un communiste », Et réciproquement? VOLEURS INDEMNISES. Une samme de un milliard sc.pt cent millions de D.M. est prévue par un projet de lai du gouvernement fédéral de Bonn. Cette samme servira à indemniser les pilleu'l'$ de biens juifs et de biens écanamiquas pris à l'étranger pendant la guerre et qui ont dû restituer le produit de leurs larcins. Cette somme représente à peu près le double de celle que l'Allemagne doit verser aux victimes du nazisme en France. PRIERES INTERDITES. 69 rabbins et pasteurs ont été emprisonnés à Albany (USA). Motif : ils priaient devant l'Hôtel de Ville contre la ségrégation raciale . DEPLACE. L'éc,.ivain pacifiste Leonhard Frank, mort l'an dernier, n'aura pas sa rue à Wurzbourg (Alle.magne fédérale). La Munic'ipalité en a ainsi décidé parce que l'écrivain avait, en exil, écrit des articles jugés « diffamatoires » sur la persécution des juifs dans la ville. Pour écr'i,.e ces articles évidemment scandaleux, l'écrivain avait poussé le cynisme jusqu'à s'évader d'un camp de concentration nazi. RIEZ : Vingt ans après Stalingrad, le général oméricain Edwin Walker offirme que cette bataille ne fut qu'une « plaisanterie montée pour influence,- l'effort de guerre américain ». En somme, Hitler manquait d'humour, qui ordonna trois jours entiers de deuil à la mémoire des 147.200 soldats allemands enterrés sur place, des 91 .000 hommes, 2.500 officiers et 25 générQ\.lx capturés par ces plaisantins de Soviétiques qui foisaient là une belle blague aux Américains. Avouez que l'époque ne prêtait pas à rire et que la force était de mouvais goût. Ajoutons toutefois que le général Walker n'a qu'un seul admirateur aux USA, le nazi Rockwell qui "a qualifié ainsi : « Le plus grand patriote qui .existe aujourd'hui :aux Etat-Unis » . PARESSEUX. Deux jeunes fascistes américains, condamnés à six mois de prisan, ont refusé une remise de pe'ine. Le juge leur proposait, en échangc" de copier à la main, cent fais la déclaration d'indépendance et la Constitution et cent cinquante fois une ordonnance sur la liberté religieuse, CUMUL. Le Comte Louis-Olivier de Roux, qui vient de mourir, était président des Comités directeurs de « l'Action Françoise» et de la « Restauration Nationale ». (Autre dirigeant

Xavier Vallot.) Il était aussi

adjoint au directeur du déportement des titres de la Caisse nationale de l'énergie, secrétaire de la société des mines de Dourges et atattaché ou Crédit Industriel et Commercial. LIBERTE. Avant même de naître, le « Cong7ès démocrate » a été intc.rdit en Un'ian Sud-Africaine. Des libéraux de ce . pays avaient eu l'idée « scandaleuse ,. d'adhérer à ce Congrès sous le programme suivant : « une Afrique du Sud multiraciale et égalita'ire est viable ». Les tenants officiels de l'apartheid ont frémi d'horreur. • REHABILITATION. Nous avons l'honneur de vous informer que le dénommé Hitler, Adolf est désormais réhabilité. S'il annexa l'Autriche, c'est la foute des Autrichiens, et s'il envahit la Pologne, c'est la foute aux Polonais. Il n'était d'ailleurs pas responsable de la 'guerre et il' n'avait pas voulu conquéri r le pouvoir. C'est ce qu'affi rme, 'en toute connaissance de couse, l' « hi storien » onglais A.G.P. Taylor dans un ouvrage intitulé : « Les origines de la seconde guerre mondiale ». l 4 ~lfr:l L'AFFAIRE DREYFUS ... """"""'~"""''192.168.254.42 JE rappellerai brièv~men.t, bien qu'ell~ .soit fort connue, 1 affaire Dreyfus qUi bouleversa la France, comme exemple extrême d'une erreur Judiciaire. En 1894, un officier d'artillerie, Alfred Dreyfus, fut accusé d'avoir livré des secrets militaires à l'Allemagne. Le général Mercier, alors ministre de la Guerre dans deux cabinets successifs, avait provoqué une réunion ministérielle pour annoncer aux ministres cette trï.ste nouvelle. Le service des renseignements aurait réussi à soudoyer une domestique d"e l'ambassade d'Allemagne, Marie Bastian, vulgaire, stupide, illettrée, mais assez habile pour avoir capté la confiance de ses maîtres. Chargée des gros nettoyages, du lavage des escaliers, des fenêtres, d'allumer les feux, de balayer les bureaux, elle vidait aussi les corbeilles à papier. Ain.si, elle put trouver des papiers déchirés qu'elle remettait à des officiers du contre-espionnage, remise qui s'opérait d"ordinaire le soir dans une chapelle de SainteClotilde. tRelent de sacristie et de balayures 1) On aurait ainsi découvert que des officiers de l'état-major livraient des secrets militaires à l'ambo.ssade d'Allemagne, en particulier à l'attaché militaire Schwartzkoppen. A l'origine, la femme Bastian remettait ses papiers à un certain Brücker, puis celui-ci ayant été démasqué en 1893, elle se mit en rapport avec des officiers du service des renseignements, Je capitaine Rollin, puis Je commandant Henry. Ce dernier, farouche patriote, triait les papiers, '!'econstituait ceux en français et confiait au capitaine Lauth ceux en allemand. Il y avait là un bordereau énumérant des informations militaires secrètes livrées à l'Allemagne. Alors bientôt éclatait la nouvelle. Sous le titre: « Une affaire de trahison », « Le Figaro» publiait le 10 novembre 1894 la note suivante: « Des présomptions sérieuses ont motivé l'arrestation provisoire d'un officier français, soupçoN1lé d'avoir communiqué à des étrangers qllelques documents peu importants. Il faut qn' on sache très vl:te la vérité. » Mais « La Libre Parole » d'Edouard Drumont, le féroce antisémite, imprimait aussitôt ,en caractères énormes: « Haute tr.,(j,hison·! Arrestation d'un officier juif, le capitaine Dreyfus. » On prétendait reconnaître son écriture sur le fameux bordereau. Drumont s'emparait de l'affaire pour dénoncer à la France le mM Que lui faisaient les « juifs » ! On arrêta Dreyfus, on le fit passer en Conseil de guerre. Dreyfus avait le ma:lheur non seulement d'être juif, mais encore d'avoir une physionomie antipathique, Qui lui aliénait la sympathie de ses camarades. Description faite par le colonel Sandherr, qui assista à son procès. à Maurice Paléologue: « Figltre antipathique, les yeux myopes et faux ; la voix sèche, atone, métallique, « m~e voix de zinc ». Ne pouvant réftûer aucune 'des charges qui l'acCQ,blaient, il a nié jusqu'à l'évidence. La déposition de l'expert en écritures Bertillon » (un drôle d'expert) « l'a complètement désarçonné ; en l'écoutant, il tremblait de tOIlS ses membres ; il a.vait l'air de se dire à Ini-même : « Cette fois, ça y est, je suis pincé ! » Telle peut être l'impression Que fait un malheureux sur des gens prévenus contre lui. DREYFUS fut condamné le 22 décembre 18g4, d'abord à la dégradation militaire. puis à la déportation à l'île du Diable, un îlot insalubre au nord de la Guvane. La description de la dégradation de Dreyfus est hallucinante. Je la cite d'après « Le Journal » de Maurice Paléologue, Qui y assista, le samedi .ci janvier 18g:i : « La parade d'exécutioll a lien à lmit heures quaraJ1. te-citlq. dans la grande coltr de l'Ecole Militail'e, tOits les régime1lts de Paris ont elrJo'J,é 1tI1 détachement. « J'assiste à la. cérélllonie. ell tel/l/e de liel/tenant d'artillerie, le colotlel Salldherr 7/I'a permis de ·me joindre à ses officiers. « La matinée est f,zaciale. Par illstants, sous le ciel blafard, une brise âcre et cillglat~te nous .iette au visage de .qros flocons de neige; le décor est sinistre. « Devant la .qrille de la COllr, sur la place de Fontenoy, lme foule énorme contenue avec peine par la police, trépigne, s'énerve, lance des coups de sifflets, des cris de haille: « Mort aux juifs! » ... « A mort les traitres L .. A mort .T udas !... » « Neuf heures sonnent. Le général Dan.as à c"e~/ al. suivi de son éta.f-major, tire son épée. Roulement de tambours. « Garde à vous ! .. : Portez armes! ». « Dans un silence effrayant. ()lI ces milliers d'hommes semblent retenir leur sOitffle. Dreyfus apparaît à l'angle droit de la, cour, encadré Par un hriqadier .et quatre canonniers, sabre à la '/11 a ln . 1'e7'oh'er en sautoir. Il s'avance d',tt/. pas ferme, la tête "al/te. il a l'a·ir de comman,der son l'scor·'e. « Amené devant le .qénéral Darras. il s·n!'rête. les talons joints dans la, posit'ion militaire; l'escorte recl/le de mU/tre /Jas. (( Alors le général se dresse SIf'r ses étriers et. l'épée h!lute. il prononce: « Alfred Dreyfus. vous n'êtes plus dig-ne de porter Ip; armes. Au nom du peuple fran;ais, nous vous dégradons! » « Aussitôt, U1l adjudant de la Garde RépnblicaiHe, lm géant, l'adjudant Bouxin, s'approche dll condamné immobile et, d'une 1ltain rageuse, il arraelle les galons du 'lépi et des manches, les boutons dit dolman, les pattes d'épaule, tous les insignes du .grade, qu'il jette dans la boue. Quand Dre:l,lfus n'est plus qu'à l'état de loques, le géant lui arrache ellcore sab1'e et tonrreau, qu'il brise d',m conp sec contre son genou. L'affreltx supplice paraît interminable. Je dis à Sandherr qui m'a placé à sa ga1tche : « Comment un homme peut-il acquiescer à une pareille humiliation? Il me semble que, si j'étais dans sa peau et que je fusse innocent, je me révolterai s, je me débattrais, je hurlerais! » Sandherr me !'épo/ld avec un rictûs féroce: « On voit bien que vous ne connaissez pas les juifs! Cette race-là n'a ni patriotisme, ni honneur, ni fierté. Depuis des siècles. ils ne font que trahir. Songez donc qu'ils ont liné le Christ! » « Quand le géant s'est acquitté de sa répugna1lte besqgne, Dreyfus s'écrie: « Vous venez de dégrader un innocent 1... Sur la tête de ma femme et de mes enfants, je jure que je suis innocent!... » Dreyfus. en guenilles. aussi grotesque d'aspect que pito.yable. se replace de lui-même entl'e les canonniers de SOtl escorte. Il IlGrconrt ainsi tout le front des régiments alignés, ce qui est long, car il y a ponr le 7/loins quatre mille hommes de Jroupes. « Pendant cette 1narclie, véritable calvaù'e, Dreyfus n'a pas un instant de défaillance Olt de révolte: son pas est aussi ferme et rythmé que celui des artilleurs qui l'encadr_ent. Deux fois je l'entends crier: « .Te suis innocent ! » La dégradation de Dreyfus (Gravure d'époque) « ElI .fermùlant il passe de'vant notre gr01tpe. D'ulIe voix sèche. atone, lme voix mécanique où nulle émotion ne vibre, il crie encore: «( Je suis innocent! » - « Lorsqu'il est arrivé mfin à l'extrém'ité de la COlt l', deu,y gendarmes le prennent, lui passent les menottes et le hissent dans fme voiture cellulaire qui s'éloiqne m! qrand trot: « Le drame es.t achevé ; pas tout à fait cependant. Le rédacteur du code Pénal militaire a senti qlt'il fallait un épilogue, afin de, ne pas laisser les trou.pes sous une impression démoralisante. « Aussi, à peine la voiture cellulaire est-elle sortie de la cour, un comtnandi!11~nt superbe retentit: « Garde à vous !. .. Pour défiler! Colonne de régiment face à droite ! » « Le général Darras lève son épée; les tambours battent~ les clairons sonnent, la, musique attaque la marche de Sambre-et-Meuse. Pendant que les trempes défilent d'un pas vif. je me sens comme délivré d'une oppression horrible, d'un affreux canchemar. On respire soudain un air pttr, salubre. Cette allègre marche de Sambre-et-Meuse semble me dire: « Oubliez le mauvais rêve! Haut les coeurs! La France vit tou iours ! » Hé)a~, quelle sorte de France était chantée ! DREYFUS fut donc déporté à l'île du Diable. Bientôt accusateurs et défenseurs de Dreyfus s'atfrontèrent. Dont, après Mathieu Dreyfus, qui défendit le premier son frère. l'officier avant succédé à Sandhen, )'adversail'e cie Drevfus, il la tète du service cles renseig-nements : le lieutenantcolonel Picquart. Il avait des preuves qne le procès avait été mal jug:é et. après bien des hésitations clues au conflit où le mettait son souci cie la discipline militaire s'opposant à sa sincérité, sa courageuse sincérité l'emporta. Pourquoi ces pièces secrètes, non communiquées à la défense? Pourquoi ce mystérieux « heti-t bleu » expédié par Schwartzkoppen à un certain commandant Esterhazy, un aventurier retors et tou iours à court d'arg-ent ? Tel était le texte du « pètit blel~ »: « l'attellds avant tout l,ne explication plus détaillée que celle que vous m'ave:: donnée l'müre joltr sur la qu,estimi en suspens. En conséquence . .fe VOltS prie de me la. donner Pal' écrit pour pouvoir .fuger si ie peux continuer mes relations avec la maison R ... Olt non. » «(C. t. » Mais Henry apporte aux grands chefs mieux encore

une lettre cie Panizzarcli (T) sig-née Alexan(

h'ine adressée à son « ami » Schwartzkoppen et fort accablante pour Dreyfus. Voici le texte cie la lettre A lexalldrine : « Mon cher ami. i'ai lu qu'un défmté 'l'a int!'l'pell!' r sur Drevfus. Si on demande à Rome nouvelles explications, ie dirai que iamais i'avais relatinns (1~ ,,,r rI' i·lIif. r'est "Il/enr/n. Si on vous demande. dites comme ~·a. Car il 11e fmtf pas qU'011 sa.che iromais pers01me ce qui est arrivé avec lui. Alexandrine. » Les dénégations de Rome et cie Berlin restèrem sans effet. ~n particulier même celles niant la véracité d'un fait incroyable: Que J'empereur Guillaume eüt lui-méme correspondu avec Dreyfus, un espion ~ TEL était le « borde1'eall » énumérant les « secrets » livrés à l'Allemagne: « Sans nouvelles m'indiqu.ant que VV lIS d,' sire:: me voir, .ie VOltS adresse, cerel/dallt, MO/lsieltr, quelques renseignement.,· intéressants: « 1° - Une note sur le frein hydmuliqlte de 120 et la manière dont s'es·t · condnite cette pièce. « 2 0 - Ur~ note sur les trolfpes de converturt (quelques modificati01'/S serollt apportées pa,r le 1/011- ~'can plan). « ~o - Une note St!Y nue modification aux formations de l'artillerie. « 4° - Une note relative à JlJadaqascar. « SO - Le Projet de Mambel de .tir de l'artillerie' de camPagne (14 1JW1'S J894). « Ce derniel' dOCltment est extrêmellle/1t difficile à se pror.t!YelY et ie ne puis l'avoir à ma dispos'itioll qu,e t'rès peu de .fours. Le 1m:nistè1'e de la. Guerre ell a envoyé 1m nomb1'e fixe dalls les corps et ces cDrps en sont 1'esponsables. Chaque. officier dételltenr doit remeUre le sien après les 17Ianoeftvr·es. Si donc ~/OU_,' voulez y prendre ce qui 'vons intéresse et le tmir à ma disposition après, ie le p1·endrai. A moins que vous t~e vouliez que .fe le fasse copier in extenso ('t 111' vous en adresse la copie. « .Te vais partir en manoeuvres. » On examina l'écriture du dit « bordereau ». De, experts avaient cru reconnaître celle de Dreyfus ' On verra plus loin ce qu'il en était. J 'AI assez vécu pOUl' avoil connu. dans ma jeunesse, les remous terribles de l'affaire Dreyfus. Et en avoir encore la na-lsée rien qu'à l'éYoquer aujourd'hui. Les familles étaient divisées. aussi la mienne. Mon père, à l'esprit clair et (h'oit, était révisionniste

le procès lui semblait avoir été mal jug-é, à hui...:

clos. sur des pièces secrètes non communiquées à l'avocat: Maitre Demange. La mère de mon père. ma violente grand-mère. elle. défendait farouchement « l'honneur de l'armée ». Un conseil de g-uerre francais ne pouvait pas se tromper! Si ie soutenais l'opinion contraire, elle s'emportait: « Tais-toi! TlI es trop jet/ne pour savoir! » Et je me souviens d'une dame de nos connaissances qui se serait écriée: « Même si Dreyfus es·t innocent. il vmtt mieux le laisser périr à l'île dit Diable que de bouleverser aills~ toute la Fra1lce et souiller le renom de l'année! » L'antisémitisme alors sévissait en France. attisé par l'immonde « Libre Parole » de Drumollt. L'étranger, plus impartial, jugeait plus sainement des choses et déplorait qu'en France un innocent eût été condamné. CEPENDANT le 31 août 1898, le colonel Henry, l'auteur des faux qui accusaient Dreyfus, se coupait la gorge au Mont-Valérien où il était incarcéré. Après avoir déclaré que c'était .par patriotisme Qu'il avait fait des faux ! Nous voyagions alors, ma grançi-mère, mon père. et moi, ma tante et mes cousins, en Suisse. Et je me souviens du soir - nous étions à Bâle - où les journaux annoncèrent la nouvelle. Ma grand-mère. (fui avait soutenu la culpabilité de Dreyfus, rit jaune. Mon père triomphait. et moi. Alors le procès de Dreyfus fut refait en 18g) à Rennes par un nouveau conseil de guerre, lequel, toujours soucieux de sauver « l'honneur de l'armée », le condamnait à nouveau, mais cette fois à la détention dans une forteresse. On le grâcia. Mais ce n'était pas assez. Il demanda il être réhabilité. Et il le fut. Ceux qui le virent alors furent frappés de sa morne attitude. Il aurait dit: «( Si i'avais st! qlte la France fût déchirée par lme· affaire me concernant, j'aurais préféré rester à l'île du Diable ... » Mais je me souviens de ce que Briand me dit: Voyageant alors en Allemag-ne, un Allemand l'aborda

« C'est un honneur. Monsieur, pou.r la France,

(/It'lme question de .fustice puisse aillsi animer 1ft/. /,a-ys. » Esterhazy avait fui en Angleterre où il mourut cn J923 sous le nom de comte de Voilemont. SI les patriotards. tels Maurice Barrès, Drumont. ... Léon Daudet, s'étaient acharnés contre Dreyfus. de nobles voix s'étaient élevées pour lui dont Bernarrl Lazare. le spnateur Scheul'er-Kestner. Clémenceau l'anticlérical. Pég-uy le catholique. Jaurès le g-rand tribun socialiste, unis dans un même souci de justice. Et un intègre écrivain avait pris parti pour la justice et pour Drevfus. Emile Zola. ce grand amant de la vérité. ce dont toute son oeuvre témoigne. Le 11 janvier 1898, il avait publié, dans « l'Aurore ». la célèbre lettre adressée au président de la République : « .T'accuse » ... Briand qui était présent au moment où il la rédigea. me dit la surprise qu'éprouva Zola lors du coup de tonnerre qu'en fut. le lendemain. la publication. ~ (1) Les deux attachés militaires avaient des rapports au moi.ns singuliers. On peut €n .iuger par des missives conservées à la Bibliothèque Nationale, telles que eelle ·ci de Panizzardi à Schwartzkoppen : « Mon bon bourreur, J'ai bien jOlli et je vous fai~ (sic) la restitution des trois pièces. Adieu, mon beau bourreur. Tout à vous. Votre ami. JO Schwartzkoppen de son rôté signait souvent ses miSsives à son ami de son prénom de Maximillien féminis6 en « Maximilienne ». (D'après le livre de Marcel Thomas, « L'affaire-sans Dreyfus lt. M. Thomas m'a permis de me servir largement de son livre et de sa documentation et je l'en remercie. ) 5 ... TELLE QUE JE L' 41 VECUE J'en rapporterai ici le principal : après quelques mots aimables pour le président Félix Faure, à qui la lettre était adressée, Zola accuse: « Un homme néfaste a tout mené, c'est le colonel dit Pat y de Clam, alors simple commandant. Il est l'affaire Dreyfus tout entière. lan ne le connaîtra ql/e 10rsqn'lme enqltiUe légale aura établi nettement ses actes et ses ·responsabilités. Il apparaît comme l'esprit ?e ' plus fumeux, le plus compliqué, hanté d'i'ntrigues romanesques, se complaisant aux moyens des romal1S fel/illetons, des paPiers volés, des lettres anOt/J'llles, des rellde:::-z'ous dans des endroits dés,ert:;. des femmes '//l'J'sthiel/ses qui colportMlt, de nuit, des preuves accablantes. » (Je me souviens que ce du Pat y ,de Clam aurait eu, disait-on, des rendez-vous nocturnes mystérieux, lui-même voilé et déguisé en femme !) « Du Pat y de . Clama pu inventer Dreyfus », poursuivit Zola, « car l'intelligence dit général Merder semble médiocre, le général de Boisdeffre a paru céder à sa passion cléricale et la conscience dtt général Gonse a pl/ s'accollll11oder de beal/col/p de c"/Oses... » (J'ajouterai avoir souvent vu moi-même, chez mon oncle le marquis de Villeneuve, le général Mercier. Il faisait l'impression d'une vieille culotte de peau stupide; il me faisait horreur !) Zola poursuivait: « Le bordereau ? On a dit qu'il devait être l'oeuvre d'un officier d'état-'major et d'un officier d'ar,tillerie. D01tble el'reur. Il devait avoir pour auteur un officier de h'oupe. « Une pièce secrète r « Je le nie », disait Zola, « je le nie de tout,e ma puissance 1 Une, pièce ridicule, oU'i, peut-être, Hne Pièce où il est question de petites femmes, où il est parlé d'un certain D ... qui devient trop exigeant, Dreyfus sortant du Tribunal Militaire de Rennes quelque mari sans donte trouvant qu'on ne lui payait pas sa femme assez cher. Mais une pièce intéressant la Défense Nationale, qu'on ne saurait produire sans que la guerre fût déclarée demain, nOt~, non! C'est un mensonge 1 ... » « La vérité et la justice, ajoutait Zola, étaient écrasées sous la botte de quelques galonnés appuyés par la « presse immonde », défendus par toute la fripouille de Paris, » soutenus par « l'odiewr antisémitisme ». En conséquence, concluait Zola, « J'accuse le lieutenant-colonel du Pat y de Clam d'avoir été l'ouvrier diabolique de l'erreur judiciaire, en inconscient je veux le croire, et d'avoir ensuite déf,endl~ son oeuvre néfaste, depuis trois ans, pm' les machinations les plus saugrenues et les plus coupables. « J'accttse le général JI/[ercie'r de s'être rendu complice, tout au moins par faibles~e d'espri.t » (que cela est donc bien dit !) « d'ulle des plus grandes iniquités du siècle. « J'accuse le général Billot d'avoir en entre les mafns les preuves certaÏ1ws de l'innocence de Dreyfus et de' les avoir étouffées, de s'être rend1~ coupable de ce crime de lèse-humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l'état-major compromis. « J'accuse le général d,e Boisdeffre et le général Gonse de s'être 1'end-us complices du même crime, l'un sans doute par passion cléricale, l'autre peut-être par wt esprit de corps qui fait des bureaux de gl/erre l'arche sainte, inattaqlwble. « J'accuse le général de Pollieux et le commandant RavG1'y d'avoir fait une enquête de la plus monstueuse partialité, dont nOlts avons, dans le rapport dtt second. un impérissable monument de naïve audace. « J'accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard d'avoir fait des rapports mensongers et frauduleux , à moins qu'tm examen médical ne les déclare atteints d'1me maladie de la vue et du jugement. « J'accuse les bureaux de la guerre d'avoir mené dans la presse, Particulièrem,ent dans « l'Eclaireur )) et dans « l'Echo de Paris », une campagne abominoebIe, pour égarer l'opinion et couvrir leur faute. « J'accuse enfin le p'remier conseil de guerre d'avoir 71iolé le droit. en condamnant un accusé .rar une pièce restée sec1'ète, et .i'acc~tse le second c17/1seil de guerre (qui venait, au début de ianvier 1598, de juge!' et acou itter le commandant Esterh,zy, soupçonné par certains d'être l'auteur du bordereau) d'avoir couvert cette illégalité, par ordre. en C01'I'Imettant à son tour le crime Jttridique d'acq1titter sciem1llent un COU/Jable. « En portant ces accusations, Je n'ignore pas qtte je me mets sous le coup des articles :10 et ~I de la loi sur la fJresse du. 29 il tille t 1881, qui punit les délits de diffamations. Et c'est volontairement que je m'expose. « Quant aux ge·ns que j'accuse, je ne les cOtl1lais pas, je ne les ai iamais vus, .ie n'ai cpntre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de maljaisance sociale. Et l'acte que j'accomplis ici n'est qtlun moyen révolutionnaire pour hâter l'explosion de la vérité et de la just'ice. « Je n'ai qu'une passion, celle de la IU1I1 ière, an nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droi-! au bonheur. Ma protestation enflammée n'est que le cri de mon âme. Qu'on ose donc me trad1tire en Coltr d'Assises et que l'enquête ait lieu au grand jonr 1 « ]' attends ... » Le procès contre Zola eut li eu en février 1898. Il fut condamné le 2~ février. Le 2 avril, son arrêt de condamnation fut cassé par la Cour de Cassation. Mais les antisémites patriotards s'acharnent. Zola est de nouveau condamné le 18 juillet Ï898 et part pour Londres. LA justice triompha enfin. En 1908, les cendres de Zola, mort stupidement intoxiqué par le gaz, sont t ransportées au Panthéon. Picquart est réintégré, en 1906, dans l'armée. Il devient ministre de la Guerre sous le ministère Clémenceau (1906-1909) . Mais le général Mercier, en 1922, mourait tranquillement dans son lit! Il eüt mérité pire. Et Dreyfus ? Le lendemain de sa réhabilitation judiciaire, le 12 juillet 1906, une loi adoptée par 4J2 voix contre ~2 à la Chambre des Députés et par 182 voix contre ;10 au Sénat le réintégra dans l'armée avec le grade de chef d'escadron. Nommé chevalier de la Légion d'honneur le 20 juillet. puis affecté au Fort de Vincennes, le commandant Dreyfus y reprit son service le 15 octobre, douze ans jour pour jour après son arrestation. Admis à la retraite le 26 juin 1907, il rentra au service actif le 2 aoüt 1914. Il fut affecté d'abord à l'état-ma ior de l'artillerie divisionnaire du 20' corps d'armée, enfin, au début de 1918, au parc d'artillerie de la S' région et promu lieutenant-colonel dans la réserve. Le colonel Dreyfus mourut d'une affection cardiaque le Il juillet 193.1· IL ·m'est resté de cette affaire, que j'ai vécue dans ma jeunesse une horreur profonde de l'antisémitisme - on dirait mieux de l'antijudaïsme - tare profonde du coeur comme de l'esprit (1). (1 ) Demandons-nous-le à présent : les juifs? Que sont·ils au fait? Un ramassis de peuplades bordant la Méditerranée et ayant adopté, avant le christianisme, la religion hébraïque. Il n'y a pas de race juive, pas plus qu'il n'y a aucune « race » ; il Y a une religion juive, et surtout, comme Henri Heine l'a si bien dit un jour : « Etre juif, ce n'est pas une religion, c'est un malheur. ») Les peuples ont besoin d'un bouc émissaire. Et le juif, à travers les siècles, a rempli ce rôle auprès des chrétiens. Le premier pogrom fut le fait du bon roi Saint Louis quand il partit pour sa première croisade contre les Infidèles. Mais l'antijudaïsme remonte à bien plus haut ainsi qu'en témoigne la Bible. Pourquoi, depuis près de 5.000 ans, cet acharnement contre les juifs ? Dès le début des temps historiques, les juifs se distinguaient par leur farouche monothéisme tranchant sur les polythéismes ambiants. Plus tard, les chrétiens leur reprochèrent la crucifixion du Christ, et, à travers tout le Moyen·Age, ~ ~-..~ f La Princesse Marie BONAPARTE ~ La Princesse Maric Bonaparte est morte à Saint-Tropez quelques scmaines après nons avoir confié le manuscrit du textc que nous publions ci-contre. Elle était née à Saint-Cloud, le 2 juillet 1882. Fille du Prince Roland, elle avait épousé en 1907, à Athènes le Prince Georges de Grèce, fils du roi Constantin. En 1912, pendant la guerre des Balkans, elle assura le transport, SUI' son bateau-hôpital, de près de 30.000 blessés, de Salonique au Pirée. Ses souvenirs de cet~ te époque devaient lui inspirer un livre : ~~ « Guerres militaires et Guerres sociales» . Amie et disciple de Sigmund Freud, traductrice en français de ses ouvrages, elle contribua à sauver le philosophe des menaces nazies ~ lors de l'Anehluss. Fondatrice de la Société de ~ psychanalyse de Paris elle fut l'auteur d'impor- ~~ tants essais parmi lesquels on doit citer « Es~ sais de psychanalyse », « Mythes de guerre » et « Edgar Poe ». !~""'~~ ils furent relégués dans des ghettos. Interdiction de posséder la terre, ce qui les condamnait à ne pratiquer que le commerce, dont celui de l'argent tel, prototype symbolique, le juif Shylock, mis en scène par Shakespeare dans le Marchand de Venise. Cependant l'antijudaïsme ne prit les proportions immenses que nous lui connaissons que dans les temps contemporains. En Allemagne, Bismark s'en servit comme d'un outil politique. Wilhelm Marr, en 1873, publia un pamphlet qui fouetta l'orgueil et la fureur germanique : Der Sieg des Judenthums über das Germanenthum. On connaît aussi le faux notoire des Protocoles des Sages de Sion, où ces malheureux oppri· més étaient accusés d'aspirer à la domination mondiale. Projection sur les juifs des ambitions démesurées des Germaniques eux-mêmes ! Je me souviens d'avoir parlé de l'antisémitisme à Freud, quand je me trouvai à Vienne en analyse chez lui vers 1928. Je lui disais : « Ces temps sont bien dépassés ! » Il sourit tristement : « Attendez ! Attendez ! » Et Hitler vint et une vague de nationalisme exacerbé déferla sur l'Allemagne, sur l'Autriche, obli· geant Freud à quitter sa patrie viennoise et à se réfugier en Angleterre, où il mourut au début 'de la seconde guerre mondiale. Vague d'irrationalisme nationaliste passionnel qui culmina de 1938 à 1944. Alors eurent lieu les hécatombes d'Auschwitz. Maidenek et Theresienstadt. L'ordonnateur de ces massacres par la fusillade ou les gaz fut le sinistre Adolf Eichmann, lui-même primaire soumis aveuglément aux credos irrationnels d'Adolf Hitler, ce paranoïaque qui prétendait pal" cette « solu· tion finale de la question juive », purger l'Europe entière de la « vermine » juive. Pour la peupler de « purs » Aryens ! Pendant la guerre, les peuples étaient trop occupés à se défendre pour beaucoup se soucier des juifs. Mais avant ? L'Occident se tut. les peuples dits libres fermèrent leurs frontières aux persécutés de Hitler, Amérique, Canada, Australie. Nouvelle-Zél'ande et autres ... Seule la France les accueillit. Mais hélas, bientôt les nazis occupaient la France, et avec la tacite acceptation du vieux maréchal Pétain, le faible et le vaniteux, Laval opérait au profit de Hitler la déportation des juifs réfugiés, voire français, vers les chambres à gaz nazies. RETENEZ CETTE DA TE ! DIMANCHE 1 a NOVEMBRE C'est ce soir là qu'aura 'lieu, Salle Pleyel, le organisé par le M.R.A.P'. UN PROGRAMME EXTRAORDINAIRE Billets de;" 3 à 12 NF., en location DES MAINTENANT, au s'iège du Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris-le Conférence à Nimes Le 26 septembre aura lieu il NÎmes, sous l'égide dol M.R.A.P., une graJfde conférence pu,,( ique de Me Jean SCHAPIRA, me,mbre du Burc;'au National, sur le thème : Racisme et antiracisme en 1962. • LE PRESIDENT PIERRE PARAF a pris la parole au nom du M.R.A.P. au banquet solennel organisé le 16 septembre à l'Hôtel Moderne, par la Société des originaires de VarsovieOchota- Pawonski, pour le 15' anDÎ versaire de sa fondation. Une visite dl amitié à Bruxelles Nos amis du Cercle Culturc;ll et Sportif Juif de Bru,.elles, qui mène le combat contrE'. le rac'isme en étroite coilabo'l'ation avec le M.R.A.P. et diffuse en Belgique notre journal, ont inauguré IC;I samedi 15 septembre, leur nouveau siège, 52, rue de l'Hôtel des Monnaies. Dans 1" cadre magnifiquement aménagé de ces nouveaux locaux, s'est déroulée une très bEllle soirée artistique, suivie d'un bal. Le Conseil National du M.R.A.P. était Y'eprésenté par M . . Potigny, vice-président de la section de Lillo de nohe Mouvement, qui a pris la parole. Le Club Amitié avait délégué Blanche Biagèle. Nous souhaitons à nos amis de Bruxelles de nouveaux succès dans leur action si dynamique, dont l'acquisition d'un nouveau local permettra sans aucun doute le développe,ment rap'ide. Pour une pédagogie antiraciste Comme chaque année, le .comité d'Entreprise de la Régie Renault, a organisé deux stages pour les moniteurs de ses colonies de vacances et prévu à leur intention une conférence sur le racisme. En effet, les colonies de vacances de la Régie Renault, groupent des enfants de toutes origines et confessions et leur Di· rection entend dévelcpper à cette occasion, parmi les enfants des travailleurs, l'esprit de fraternité humaine et de paix. C'est Albert Levy, Rédacteur en chef de « Droit et Liberté » qui a fait cette année les deux conférences aux stages de Mennecy et de Sèvres (Seine-et-Oise), le vendredi 3 août. Ces exposés ont été suivis dans les deux cas d'une passionnante discussion sur le problème du racisme et sur les méthodes pédagogiques à utiliser pour prémunir les enfants contre ce danger. 6 Une nouvelle «bataille d'Angleterre» Le salut de Rockwell LA bataille d'Angleterre: c'est sous ce nom qu'est entrée dans l'histoire la résistance de la nation britannique aux assauts furieux lancés contre elle par Hitler, après l'invasion de la France. Malgré des mois de bombardements d'une violence sans précédent, les nazis ne purent parvenir à leurs fins, ils ne réalisèrent pas le débarquement dont ils rêvaient... Cet été, la Grande-Bretagne a dû faire face - dans un contexte moins dramatique, certes - à une offensive des héritiers les plus fanatiques du nazisme, installés cette fois sur son propre sol. Le souvenir des bombes pleuvant sur Londres et des ruines de Coventry n'est pas étranger au sursaut de l'opinion. Avec une irrésistible vigueur, celle-ci s'est dressée, en une nouvelle « bataille d'Angleterre » contre les criminels qui osent proclamer: « Hitler avait raison ». Le chef du Parti Nazi américain, Lincoln Rockwell, arrêté sur le sol britannique et reconduit par Scotland Yard à l'aéroport de Londres, salue à l'hitlérienne avant de mon· ier dans l'avion. Avant de quitter le sol britannique il a affirmé avoir « monté un mécanisme qui va mettre en route une machine puissamment organisée et dont les effets commenceront à se faire sentir d'ici six mois ». Sur l'aérodrome de Washington, il était attendu par une douzaine de ses disciples, portant chemise brune et croix gammée qui l'ont salué en levant le bras et en poussant de vigoureux « Sieg Heil ». C'EST dans le courant de juin que fut annoncée par affiches à Londres la manifestation du « Mouvement National-Soci~liste britannique « pour libérer la Grande-Bretagne de la domination juive l)' Interpellé le 27 juin par plusieurs députés travailliste~, le ministre des Travaux Publics, de qui dépend l'autonsation de tenir des meetings à Trafalgar Square, refuse Il d'user de ses pouvoirs pour exercer une censure politique » et affirme qu'il veut « mai"ttenir le principe de la liberté de parole avec une absolue impartialité ». L'Anglo Jewish Association invite de son côté les juif~ « à se tenir à l'écart de la manifestation fasc~ste Il et decide de ne pas intervenir auprès des pouvoirs publics « pour ne pas donner l'impression qu'une presswn des juifs est responsable de l'i"!terdiction d'un tel meetmg. ». Cette attitude négative, ainsi que la prudente expectatlV~ du Board of Deputies, organisme représentatif d~s I~raelites de Grande-Bretagne, donnera lieu par la SUlt~ a .de vives critiques de la population juive, et en partIcuher de la jeunesse. LES NAZIS CHASSES DE TRAFALGAR SQUARE Le dimanche 1" juillet à 15 heures, quand s'ouvre le meeting nazi, 5.000 personnes entourent les ~ros lion.s de pierre de Trafalgar Square, face à la ,tnbune ou le Il führer » Colin Jordan et son adjoint Tyndall vont prendre la parole. L'assIstance les laisse d'abord parler, coupant de plus en plus violemment leurs harangues racistes par des .cris d 'indignation. Mais quand Jordan proclame : . «. Hltle~ avait raison », la foule, brisant le cercle de p~hClers qUl protégeait les nazis, se rue à l'assaut de la tnbune. Jordan et ses acolytes ne peuvent que s'enfuir, tou,iours sous la. protection de la police qui procède à plusieurs dizaines d'arrestations, parmi... les antifascistes. P'REMI ERES MODI FICATIONS Cette vigoureuse réaction, qui n'avait pas ét~ prévue en haut lieu allait avoir un double effet : elle declencha u?puissant courant antifasciste dans l'enseI?-bl~ de .1'?pInion . elle amena les dirigeants des orgamsatlOns JUlves et d;ns une certaine mesure, les pouvoirs publics, à modiÎier, peu à peu, leur attitude. Interpellé à nouveau à la .chambre des Commun~s et à la Chambre des Lords, le gouvernement, tout en reaffirmant « le principe de la liberté de parole », annonc~ par voix du ministre de l'Intérieur qu' « on ne saurmt tor les provocations ». Des poursuite~ ~ont envisagées -njures et diffamations, contre les dlngeants du Moumes ational Socialiste_ exCl' t aGt:--I.~ uvernement refus.e toujours de p. rendtr e d1e s M 1 entives, et de faire voter une lOI con re es 'U~l~~y 'stes. Mieux : l'autorisation est donnée à J. un meeting à Trafalgar Square, le 22 LE MOUV~, L ,· d' t ' -t~ DE L'ETOILE JAUNE III Igna lOn crOl a s'élèv~n~ de toutes ~arts : ::Winion. Des protestations AS~OClatlO~ des AnCIens COw":\ts, conseils municipaux, ?ret.res prechen~ con~:e le racls~",s Juifs (A.J.E.X.) Des l~stItuteur est llce?cle par l~ dlreé'-1.i.n Jordan, qui était sieurs autres faSCistes notOlz:e~ s~n\~ son école ; plu. par leurs employeurs. Une delegatIon c.'ment licenciés ties se rend à Scotland Yard pour demanc. d of Depuefficaces contre les nazis... " mesures A l'heure même où se déroulait le premier h " Trafalgar Square, un groupe s'était rassemblé, i~ de et silencieux, sur l'initiative du Reverend Bill Satile non loin de là sur les marches de l'église de Saint-Man" des Champs. Toutes les personnes présentes avaient épinglé sur leur pOitrine une étoile jaune en papier en signe de protestation. Le Mouvement de l'Etoile Jaune (Yellow Star Protest Group) était né_ Groupant· des hommes et des femmes de toutes confessions et opinions politiques, Il prendra désormais une importance croissante. MOSLEY EN ECHEC Oans la nuit du 15 au 16 Juillet des croix gammées sont barbouillées sur une synagogue de Londres. Le dimanche 22 juillet, Mosley vient à Trafalgar Square pour tenir le meeting prévu. Cette fois, le public, qui se monte à 8.000 personnes est moins patient que le 1" jUillet. Le « meeting » ne durera pas un quart d'heure. Malgré la protection de la police, Mosley est mis à mal et doit s'enfuir. Pendant plus d'une heure, les contre-manifestants occupent le quartier, criant : « Dehors les fascistes lI. Cinquante-cinq arrestations (d'antifascistes) sont opérées. A 19 heures, un autre meeting antifasciste se tient à Hyde Park, à l'initiative du Mouvement des Anciens Combattants pour la paix. J?ès lors, Mosley ne pourra plus prendre la parole, mal~ re plusieurs tentatives, toujours autorisées par les pou. voirs publics. Le 29 juillet à Manchester, le 31 dans le quartier de Ridley Road, à Londres, il est mis en déroute, tandis que ses manifestations sont interdites par diverses municipalités de province, en particulier celle de Birmingham. LES PAYSANS DE GUITING POWER Refusant toujours d'interdire les manifestations fascis. tes, le gouvernement affirme toutefois qu'il s'opposera à la venue en Gra~de.Bretagne des néo-nazis dont le congrès ~st annonce pour le 5 août. Promesse vaine : un c~ngres et u.n. car;np international fascistes se tiennent, a, ec la partiCipatIOn de délégués étrangers, parmi les. (Suite page 8.) Pas de c, a chez nous! LA renaissance du fascisme qui s'est manifestée en France depuis quelques années s'affirme maintenant en Grande- Bretagne, ce qui la fait apparaître comme un phénomène international. Le gouvernement Britannique déclare .. Nous devons maintenir la liberté de parole .. et cherche ainsi à justifier son refus d'empêcher les fascistes de propager leur idéologie de violences et de haines racistes. Et si incroyable que cela paraisse, 17 ans seulement après une lutte à mort contre le fascisme, ce sont les antifascistes que l'on arrête et condamne, tandis que les fascistes sont protégé~ par la police et peuvent agir librement. Cette situation appelle la question : .. liberté pour qui ? ", liberté pour le peuple de s'opposer à la renaissance des idées fascistes, ou liberté pour les fascistes de ressusciter leur doctrine pernicieuse ? En 1936, c'est le peuple de Londres qui arrêta Sir Oswald Mosley (le dirigeant des fascistes) et ses Chemises Noires, dans leur marche à travers les rues de l'East-End habité essentiellement par des Juifs. En 1962, c'est encore la détermination du peuple de Londres et de Manchester refusant de laisser parler les fascistes, qui a contraint les autorités à mettre fin à leur meeting, après quelques minutes. Par Fred TONGE Membre du Conseil du Comté de Londres EN Grande-Bretagne, il existe trois groupements fascistes distincts. Ces organisations ont tenu depuis 1959, divers meetings qui, dans l'ensemble, ont été ignorés. Ils s'étaient livrés alors à des attaques insultantes contre les gens de couleur, mais ce n'est que cette année qu'ils ont osé reprendre leurs violentes insultes contre les juifs. "'U cours du meeting de Trafalgar Square, à Londres, au mois de juin, leurs diatribes racistes contre les Juifs, ont dépassé ce que le public pouvait supporter et c'est à ce moment précis que les premières protestations vigoureuses ont eu lieu entraînant de nombreuses arrestations et amendes. Sir Oswald Mosley décida alors d'organiser un autre meeting à Trafalgar Square, le 22 juillet, et de nombreu: ses personnalités rendirent public un appel a la protestation des antifascistes. Cet appel reçut un soutien puissant et le meeting fut arrêté par la police au bout de quelques minutes. Il y eut encore de nombreuses arrestations et amendes. Un fait significatif est que cet appel fut passé sous silence par les grands journaux à {'exception du Daily Worker, bien que certai.ns . e.ntre eux aient trouvé la place pour publier de ~ettres de Sir Oswald Mosley s'efforçant de èëfier la doctrine fasciste et se plaignant ses ChW n'avait pas le droit de réorganiser interview ~ Noires. Un journal publia une .. Les Juifs \ dirgeant fasciste déclarant : Belsen ". Mais t depuis 20 ons de Bergenne seront pas oUl...horreurs de Bergen Belse~ même dans 20.000 d? dans 20 ans encore, ni " est significatif ég... . sance du Mouvement fQ~ent que la renalstagne, coïncide avec la rE)ë ~n ~rande-Bre: National Allemand. Ce PQ~~tltutl~n du Pa~1 son organisation para-milita{r~'1yalt autrefOIS qui fusionna volontairement ove," Stahlh~lm, Brunes des sections d'assaut en l~s Cheml,ses pas un hasard non plus, si de tels fu.. Ce n est duisent à l'heure actuelle où l'Ailemag,se pr~lita risée avec de nombreux anciens naze~mlpostes dirigeants apparaît à nouveau comn?~x plus puissant Etat de l'Europe Occidentale, dg. minant le Marché commun auquel le gouvernement britannique a hôte de se joindre. ment à se tenir à l'écart de telles manifestations. Le fascisme, que ce soit en Allemagne ou en Italie avant la guerre ou en Espagne aujourd'hui, signifie non seulement l'emploi de la violence contre les Juifs ou contre les opposants politiques, mais la fin de la démocrotie, des syndicats, des partis politiques et de toutes les formes d'organisation, la suppression de tous les moyens d'expression et des droits démocratiques pour le peuple. Souhaitons-nous donc la liberté pour ceux qui veulent nous enlever la liberté? Pour ceux qui utilisent la liberté de parole pour attaquer la liberté du peuple et pour protéger tout ce qu'il y a de rétrograde dans la société ? EN temps de crise, la haute bourgeoisie soutient l'extrême droite et intensifie ses attaques contre la gauche, d'où le soutien apporté à Hitler et au fascisme par la haute finance allemande et le développement du fascisme en Grande-Bretagne et l'indulgence du gouvernement britannique à l'égard des activités fascistes au cours des années 30. Aujourd'hui, alors que le capitalisme britannique doit faire face à une période de crise sévère, les fascistes prennent de l'audace dans leur propagande. Ils publient des tracts : ils réunissent leurs complises de plusieurs pays, y compris l'Américain George Rockwell dont le Ministre de l'Intérieur avait pourtant interdit l'entrée dans ce pays. Aujourd'hui, de même que pendant la crise de l'avant-guerre, le gouvernement répugne à réagir, voyant dans ces activités un moyen de distraire l'attention du peuple de la crise du logement, du chômage grandissant et de l'élèvation rapide du coût de la vie. Mais la provocation fasciste doit être stoppée. Le peuple britannique mobilise ses forces et il y a taut lieu de croire que le gouvernement et le parlement dès la session d'octobre recevront tant de protestations qu'ils devront enfin prendre les mesures qui s'imposent. Le sang de millions de morts exige la mise hors la loi du fascisme. Fenner BROCKWAY Membre du Parlement On peut s'étonner que les 1 que leur activité n'est pas en 1 Kennedy, ministre américain j n'a pas sa place sur le territ Press » de Brooklyn qu'il ne weIi', considéré comme un cît( Or, un mois jour pour jOl Brooklyn avait été dévastée (ph Gordon SCHA Présid.ent du Comité Britanniql UN PEt LA spontanéité avec laquelle h contre les fascistes à Londl montre combien profonde e! l'Europe. Après ces incidents, de nomll fierté, avec dignité, elles ont el mêmes en charge, l'application 1 pays le fascisme » a déclaré l'w famille a péri dans les chambres Ce sont les mêmes souvenirs i de la population à. l'entraÎnemel Pour les générations les plus par les Chemises Noires de Sir C'était l'époque où le Gouvel d'apaisement à l'égard des dictate vérité sur les persécutions des JI mier document officiel sur les ca ment qu'après le début de la gui Les fascistes de Mosley applal une odieuse propagande antisémil nombreuse régnait la terreur. Pour une léqislation antiraciste Au Aibe: conti nion CheD l'Eas le ch de fa hosti CEUX d'entre nous qui luttons contre le racisme en GrandeBretagne apprécions vivement le message de solidarité de votr'e Mouvement. S'il est vrai que les activités fascistes dans ee pays ont bénéficié récemment d'une grande publicité, les fascistes en fait sont faibles en nombre et en influence. Il y a toujours danger cependant qu'ils fomentent la haine et le mépris racistes et nous pressons le gouvernement d'adopter une législation qui rende illégales ces activités. Il y a dix ans que j'ai présenté un projet de loi contre les discriminations et les exactions ,_ __r_a_c_is_t_e_s_, _m__a_is_ _j_'a_i_ _b_i_e_n_ _p_e_u_r_ _q_u_e_ _n_o_u_s_ _a_y_o_n_s_ _à _J adtt'uennd re Gleo urveetronuerment du Labour La "liberté de parole" pour qu'il puisse être adopté. J'espère que cela aura lieu d'ici les prochains 18 mois_ Q~ sa fe libél\ de le du ~ pays Ap le di ses a que mêl1l cont Brel Sa pèse qui ' de nI daSl l'alli l'OQ écon Tel l Le avec tôm gral AR( A l~ 1 fait par en FraI muni cal les eXllJ reflèten rités ar à évite! ON .entend dire parfois aussi, que les fascistes sont peu nombreux, ce qui est vrai, et qu'il vaut mieux les ignorer. Mais cela est précisément en Allemagne et en Grande-Bretagne l'attitude qui, au cours des années 30, fut responsable de la montée d'Hitler au pouvoir. On regrette que les antinazis d'Allemagne n'aient pas fait assez pour arrêter Hitler, ou qu'ils n'aient pas essayé assez tôt, alors qu'il était temps encore. Mais quand des 'antifascistes s'efforcent d'empêcher les Na- I::::~.J!!!!!!!!!!!!!!:::;;~J tional-Socialistes britanniques ou Sir Oswald 1 En semble renforo d'Amél1 Klu KI fait sa~ portait gentine, Mosley de tenir des meetings, on leur inflige des amendes et le Juge les invite paternelle- Ce dessin pCfru dans le « Daily Mirror » montre les dangers de la « l~berte de parole » telle que la conçoivent les pouvoirs publics. e d'Angleterre» Le salut de Rockwell Alerte (SUITE DE LA PAGE UNE) a résistance de la nation britannique aux assauts furieux mois de bombardements d'une violence sans précédent, quement dont ils rêvaient ... s dramatique, certes - à une offensive des héritiers les r des bombes pleuvant sur Londres et des ruines de Coleur, celle-ci s'est dressée, en une nouvelle « bataille d'An- Le chef du Parti Nazi américain, Lincoln Rockwell, arrêté sur le sol britannique et reconduit par Scotland Yard à l'aéroport de Londres, salue à l'hitlérienne avant de mon· ter dans l'avion. Avant de quitter le sol britannique il a affirmé avoir ({ monté un mécanisme qui va mettre en route une machine puissamment organisée et dont les effets commenceront à se fatre senti r d'ici six mois ». Sur l'aérodrome de Washington, il était attendu par une douzaine de ses disciples, portant chemise brune et croix gammée qui l'ont salué en levant le bras et en poussant de vigoureux ({ Sieg Reil ». sur un péril qu'on n'a pas le droit sous-estimer. EN France. le racisme se montI plus discret, pour le moment d moins; bien que des lettres a nc ca chez nous! nymes de menace à tels militants 0 même à telles personnes qui n 'ont jé mais fait d'action militante et dont 1 religion ou la couleur de la peau d~ plaît à leur cOI:..respondant, n 'aient pa disparu. Mais il est permis, sans céder à tro d'optimisme, d'émettre cette constata tion r assurante. Dans l'état actuel d l'opinion intellectuelle, syndicale, reli g ieuse, l'antisémiti sme n e pa r aît pa payant : pas encore. On évite de l'arbo rer ouvertemen t. On d issimule sous de aspects évidemment tragiques du dra me algérien que nous aurions souhai t voir épargner à la France, des dessein fascistes qui n'ont r ien de commun ave lui. , me qui s'est mauis quelques anra nt en GranderaÎtre comme un ique déclare berté de parole .. pn refus d'empêer leur idéologie acistes. Et si in- 7 ans seulement e le fascisme, ce n arrête et con es sont protégé; librement. question : .. Liour le peuple de s idées fascistes, e ressusciter leu r 36, c'est le peur Oswald Mosley et ses Chemises travers les rues lIement par des la détermination Manchester refu istes, qui a con n à leur meeting , GE nseil ndres existe trois grour cts. Ces arganiuis 1959, divers e, ont été ignodes attaques incouleur, mais ce nt osé reprendre les juifs. pfalgar Square, à urs diatribes rapassé ce que le est à ce moment testations vigout de nombreuses Oswald Mosley autre meeting à , et de nombreu~ blic un appel à es. Cet appel remeeting fut errêuelques minutes. ~s arrestations et et appel fut pas pnds journaux à bien que certains lace pour publier ~osley s'efforçant et se plaignant it de réorganiser mal publia une iste déclarant : ans de Bergene Bergen Belsen o ans encore, ni t que la renaisen Grande-Bre~ ti tu t i on du Parti ' ~' :lVa it autrefois ~1~e)\I Stahlhelm, ' les Chemises en l ' iI C ' t e tels ft:. e n es l'Allemag~e pr~- . remlancIens naz •. 'lUX ~o u vea u comm .... o Occidentale, do uquel le gouverpe se j oindre. ussi, que les fasreux, ce qui est ieux les ig norer. Allemagne et en ~i , au cours des la montée d'Hique les antinazis assez pour arpas essayé assez ore. Mais q uand mpêcher les Naou Sir Oswald , on leur i nfl ige nvite paternellement à se tenir à l'écart de telles manifesta tion s. Le fa scisme, que ce soit en Allemagne ou en Italie avant la guerre ou en Espagne aujourd'hui, signifie non seulement l'emploi de la violence contre les Juifs ou contre les opposants politiques, mais la fin de la démocratie, des syndicats, des partis politiques et de toutes les formes d'organisation, la suppression de tous les moyens d'expression et des droits démocratiques pour le peuple. Souhaitons-nous donc la liberté pour ceux qui veulent nous enlever la liberté? Pour ceux qui utilisent la liberté de parole pour attaquer la liberté du peuple et pour protéger tout ce qu' il y a de rétrograde dans la société ? EN temps de crise, la haute bourgeoisie soutient l'extrême droite et intensifie ses attaques contre la gauche, d'où le sou - tien apporté à Hitler et au fascisme par la haute finance allemande et le développement du fascisme en Grande-Bretagne et l'indulgence du gouvernement britannique à l'égard des activités fascistes au cours des années 30. Aujourd'hui, alors que le capitalisme britannique doif faire face à une période de crise sévère, les fascistes prennent de l'audace dans leur propagande. Ils publient des tracts ; ils réunissent leurs complises de plusieurs pays, y compris l'Américain George Rockwell dont le Ministre de l'Intérieur avait pourtant interdit l'entrée dans ce pays. Aujourd'hui, de même que pendant la crise de l'avant-guerre, le gouvernement répugne à réagir, voyant dans ces activités un moyen de distraire l'attention du peuple de la crise du logement, du chômage grandissant et de l'élèvation rapide du coût de la vie. Mais la provocation fasciste doit être stoppée. Le peuple britannique mobilise ses forces et il y a tout lieu de croire que le gouvernement et le parlement dès la session d'octobre recevront tant de protestations qu'ils devront enfin prendre les mesures qui s'imposent. Le sang de millions de morts exige la mise hors la loi du fascisme. Fenner BROCKWAY Membre du Parlement On peut s'étonner que les nazis américains puissent agir en toute liberté. Il paraît que leur activité n 'est pas en contradiction avec les lois américaines. Et M. Robert Kennedy, ministre américain de la justice, tout en déclarant que ({ l'odieuse doctrine n 'a pas sa place sur le territoire américain », a affirmé, dans une lettre au ({ J ewish Press » de Brooklyn qu'il ne prendrait aucune mesure à l'encontre de Lincoln RockweH, considéré comme un citoyen égal au x autres! • Or, un mois jour pour jour avant cette déclaration une école religieuse juive de Brooklyn avait été dévastée (plusieurs milliers de dollars de dégâts) par des ({ inconnus ». Gordon SCHAFFER. Président dit Comité B ritannique de la Paix UN PEU D·HISTOIRE L,A spontanéité a~ec la«.Iuelle les simples ge ns de Grande-Bretagne sont passés à l'action contre les faSCistes a Londres, Manches ter et dal1s un petit village du Gloucestershire, montre combien profonde est leur hostilité à la doctrine qui a répandu le meurtre sur l'Europe. Après ces incidents, de nombreuses perso nnes ont comparu devant les tribunaux et avec fierté, avec dignité, elles ont expliqué pourquoi elles avaient décidé de prendre elles· mêmes en charge, l'application de la loi. u J'ai combattu " ans pour épargner à mon pays le fascisme» a déclaré l'une. « Je suis Juif » a déclaré une autre - et toute ma famille a péri dans les chambres il. gaz d'Hitler. » ,Cc sont les mêmes souvenirs douloureux qui ont inspiré en pays de Galles l'opposition de la population à l'entraînement de troupes ouest-allemandes. Pour les générations les plus âgées, il subsiste également un souvenir aigu du rôle joué par les Chemises Noires de Sir Oswald Mosley au cours des années 30. C'était l'époque où le Gouvernement conservateur britannique pratiquait la politique d'apaisement à l'égard des dictateurs fascistes, où les autorités s'efforçaient de cacher la vérité sur les persécutions des Juifs et de tous les opposants au régime hitlérien (le premier document officiel sur les camps de concentration nazis ne fut publiê par le gouvernement qu'après le début de la guerre). Les fascistes de Mosley applaudissaient ou vertement Hitler et Mussolini et poursuivaient une odieuse propagande antisémite. Dans le quartier de l' East-End où la population juive est nombreuse régnait la terreur. Répétons ici que nous n'avons cess de précon iser une solution de concilia t ion plus rapide, que les épreuves de repliés dont ceux qui les excitèrent 0 ' les du pèr ent sont la rgement responsa bles nous touchent profondément. qu nous sommes prêts à combattre un ra cisme « antipiednoirs », s'il venait ' se man ifester" comme tous les a utre racismes. Redi sons aussi avec la même fe rmet notre in ébranlable opposition à ces mê mes v iolences qui ont porté le racism a u pouvoir, à tout ce qui pourra i fraye r le chemin à ses doct rines et , ses méthodes. P a rlons franc. Dans les douloureu: p rocès qui se déroulent dep.uis plusieur mois on n'a pas l'impression que le positions démocratiques soient affirmée avec une vigueur suffisante. Il sembl qu'on se borne à une timide défensivi t andi s que les accusés dont le terroris me s'exerce à l'encontre des volonté de la N a tiQn prétendent parer leur crimes de J'auréole du patriostime bles sé. P ar quelle étrange dégradation dl j eunes officiers dédiés à l'honneur peu v ent se transformer en a ssassins de pe tites filles, faire entrer dans leurs cal culs politiques la mutilation d'homme! désarmés ? Pour une léQislation antiraciste Au cours de plusieurs manifestations fascistes, dont une à Albert Hall, les Chemises Noires se livrèrent à de telles violences contre les opposants que le scandale éclata. La colère de l'opinion publique fut telle que lorsqu'un dimanche après· midi des Chemises Noires organisèrent une marche de Gable Street à l'East End, des dizaines de milliers de personnes leur barrèrent le chemin (pendant la guerre il m'a été demandé aux Etats-Unis de faire à la radio, le récit de cette bataille pour montrer notre hostilité au fascisme). CEUX d'entre nous qui luttons contre le racisme en GrandeBr etagne apprécions vivement le message de solidarité de votI'e Mouvement. S'il est vrai que les activités fascistes dans ce pays ont bénéficié récemment d'une grande publicité, les fascistes en fait sont faibles cn nombre et en influence. Il y a toujours danger cependant qu'ils fomentent la haine et le mépris racistes et nous pressons le gouvernement d'adopter une législation qui r ende illégales ces activités. Il y a dix ans que j'ai présenté un projet de loi contre les discriminations et les exactions racistes, mais j'ai bien peur que nous ayons à attendre le retour L.. ______________________ • d'un Gouvernement du Labour La "liberté de parole" pour qu'il puisse être adopté. J'espère que cela aura lieu d'ici les prochains 18 mois. Ce dessin pq,ru dans le « Daily Mirror » montre les dangers de la « l~berte de parole » telle que la conçoivent les pouvoirs publics. Quand vint la guerre, Mosley fut « détenu » en prison avec sa femme, dans des conditions particulièrement agréables, puis libéré alors que la guerre était à un phase critique. La décision de le libérer fut prise par Herbert Morrisson, membre travailliste du Gouvernement et provoqua de vives protestations dans le pays tout entier. Après la guerre, Mosley resta dans l'ombre, mais il vit dans 1 le développement de la guerre froide la possibilité de reprendre ses activités. Officiellement Mosley nie qu'il soit antisémite, bien que ses partisans se livrent à des diatribes contre les juifs en même temps qu'ils propagent leurs nouveaux slogans de haine contre les travailleurs de couleur qui sont venus en GrandeBretagne, de plus en plus nombreux ces dernières années ... Sans aucun doute la crainte d'une grave crise économique pèse sur beaucoup de prises de positions politiques. Il y a ceux qui voudraient encourager le fascisme et il y a ceux qui entendent agir rapidement pour apaiser la colère grandissante de la dasse ouvrière contre le fascisme. Et à l'arrière plan, il y a l'allianec militaire avec toutes les forces réactionnaires de l' Occident avec à sa t ête tous les généraux d'Hitler et l'alliance économique du Marché Commun inspirées par les mêmes forces. Tel est le schéma du fascisme. Les partisans de Mosley et les exhibitionnistes qui paradent avec des croix gammées et le salut nazi ne sont que des symp· tômes. Le danger réel est moins apparent mais beaucoup plus grave. ARGENTINE • • Encore des exactions antisémites A la suite des violents incidents antisémites qui avaient marqué, en Argentine, la condamnation et l'exécution d'Eichmann, le M.R.A.P. avait fait part de son émotion à l'Ambassadeur d'Argentine en France, Celui·ci, tout en t ransmettant cette communication à son gouvernement nous a répondU que les exactions commises « sont des cas isolés qui ne reflètent aucunement le sentiment national. Les Auto· rités argent ines ont d'ailleurs pris des mesures tendant à éviter leur ré1!.étition ». En fait, en dépit de cette réponse rassurante, il semble que l'antisémitisme se soit considérablement renforcé en Argentine, comme dans certains pays d'Amérique latine, au cours des dernières semaines. Le Klu Klux Klan américain a d'ailleurs officiellement fait savoir, par l'intermédiaire d'un jou rnal, qu'il apportait son appui aux groupes nazis sévissant en Ar· gentine. En dix semaines, de juin à août, on . a . p~ enregis· trer une bonne centaine d'incidents antlsemltes, sans qu'aucune ar restation n'ait été opérée. Une bombe au plastic a ébranlé, en plein centre de BuenosAlres, un immeuble de neuf étages comp re!lan~ plusl~urs bureaux d'organisations juives. Des etudiants JUIfs ont été attaqués à la sortie d'~ gran~ collège par une bande de jeunes voyous nazIs . Un Jeune homme, bien que non·juif, a été marqué au poignet ~'~e croix gammée. Le comité antiraciste, formé de JUIfs et de non-juifs demeure extrê~eIl!en.t vigilant face. au dé· chaînemellt nazi. Il a soultgne recemment un. fal~ assez significatif : le propre fils du chef. de ,la poltce a B.uenos. Aires est un membre très acttf d un gang antlsé· mite ! En attendant les « mesures » annon cées, les croix gammées et les slogans antisémites fleu rissent sur les murs du pays. puissent agir en toute liberté. Il parait aU.lCeJlUH avec les lois américaines. Et M. Robert tout en déclarant que « l'odieuse doctrine anleI"lC~Lln », a affirmé, dans une lettre au « Jewish aucune mesure à l'encontre de Lincoln Rockaux autres! cette déclaration une école religieuse juive de milliers de dollars de dégâts) par des « inconnus ». • la Paix simples gens de Grande-Bretagne sont passés à l'action Manches ter et daIls un petit village du Gloucestershire, leur hostilité à la doctrine qui a répandu le meurtre sur perso nnes ont comparu devant les tribunaux et avec pourquoi elles avaient décidé de prendre ellcsloi. " J'ai combattu 4. ans pour épargner à mon « Je suis Juif li a déclaré une autre - et toute ma gaz d'Hitler_ » ItUlln ... "ux qui ont inspiré en pays de Galles l'opposition troupes ouest-allemandes. il subsiste également un souvenir aigu du rôle joué Mosley au cours des années 30_ conservateur britannique pratiquait la politique fascistes, où les autorités s'efforçaient de cacher la et de tous les opposants au régime hitlérien (le prede concentration nazis ne fut publié par le gouverne- ~!;sa,jeIlt ou vertement Hitler et Mussolini et poursuivaient Dans le quartier de l'East-End où la population juive est cours de plusieurs manifestations fascistes, dont une à Hall, les Chemises Noires se livrèrent à de telles violences les opposants que le scandale éclata. La colère de l'opi.... ~'u~ ... ~.~ fut telle que lorsqu'un dimanche après-midi des organisèrent une marche de Gable Street à des dizaines de milliers de personnes leur barrèrent (pendant la guerre il m'a été demandé aux Etats-Unis à la radio, le récit de cette bataille pour montrer notre au fascisme). vint la guerre, Mosley fut « détenu li en prison avec dans des conditions particulièrement agréables, puis que la guerre était à un phase critique. La décision fut prise par Herbert Morrisson, membre travailliste et provoqua de vives protestations dans le la guerre, Mosley resta dans l'ombre, mais il vit dans 1 .elolJJ)em~~Dt de la guerre froide la possibilité de reprendre Officiellement Mosley Die qu'il soit antisémite, bien partisans se livrent à des diatribes contre les juifs en temps qu'ils propagent leurs nouveaux slogans de haine les travailleurs de couleur qui sont venus en Grandee, de plus en plus nombreux ces dernières années ... aucun doute la crainte d'une grave crise économique beaucoup de prises de positions politiques. Il y a ceux ~:192.168.254.42 4 juin 2010 à 08:11 (UTC);l~~.:e;n!:c~o~upraoguerr laep faaissceirs mlae ceotl èirle y gar acneduixss aqnutie e dnete nlacontre le fascisme. Et à l'arrière plan, il y a militaire avec toutes les forces réactionnaires de avec à sa tête tous les généraux d'Hitler et l'alliance du Marché Commun inspirées par les mêmes forces. schéma du fascisme. partisans de Mosley et les exhibitionnistes qui paradent croix gammées et le salut nazi ne sont que des sympLe danger réel est moins apparent mais beaucoup plus (SUITE DE LA PAGE UNE) sur un péril qu'on n'a pas le droit de sous-estimer. EN France, le racisme se montre plus discret, pour le moment du moins; bien que des lettres anonymes de menace à tels militants ou même à telles personnes qui n'ont jamais fait d'action militante et dont la religion ou la couleur de la peau déplaît à leur co~respondant, n'aient pas disparu. Mais il est permis, sans céder à trop d'optimisme, d'émettre cette constatation rassurante. Dans l'état actuel de l'opinion intellectuelle, syndicale, religieuse, l'antisémitisme ne paraît pas payant : pas encore. On évite de l'arb0- rer ouvertement. On dissimule sous des aspects évidemment tragiques du drame algérien que nous aurions souhaité voir épargner à la France, des desseins fascistes qui n'ont rien de commun avec lui. Répétons ici que nous n'avons cessé de préconiser une solution de conciliation plus- rapide, que les épreuves des repliés dont ceux qui les excitèrent ou les dupèrent sont largement responsables nous touchent profondément, que nous sommes prêts à combattre un racisme « antipiednoirs », s'il venait à se manifester" com11le tous les autres racismes. Redisons aussi avec la même fermeté notre inébranlable opposition à ces mêmes violences qui ont porté le racisme au pouvoir, à tout ce qui pourrait fraver le chemin à ses doctrines et à ses J méthodes. Parlons franc. Dans les douloureux procès qui se déroulent depuis plusieurs mois on n'a pas l'impression que les positions démocratiques soient affirmées avec une vigueur suffisante. II semble qu'on se borne à une timide défensive tandi s que les accusés dont le terrorisme s'exerce à l'encontre des volontés de la N atiQn prétendent parer leurs cnmes de J'auréole du patriostime blessé. Par quelle étrange dégradation de jeunes officiers dédiés à l'honneur peuvent se transformer en assassins de petites filles, faire entrer dans leurs calculs politiques la mutilation d'hommes désarmés? ENTIN~ • • Encore des exactions antisémites suite des violents incidents antisémites qui marqué, en Argentine, la condamnation d'Eichmann, le M.R.A.P. avait son émotion à l'Ambassadeur d'Argentine Celui-ci, tout en transmettant cett.e comà son gouvernement nous a répondU que commises « sont des cas isolés qui ne Ilml"",:n.,.m.,p.nt le sentiment national. Les Autoont d'ailleurs pris des mesures tendant rép"étition ». en dépit de cette réponse rassurante, il l'antisémitisme se soit considérablement Argentine, comme dans certains pays latine, au cours des dernières semaines. Le Klan américain a d'ailleurs officiellement par l'intermédiaire d'un journal, qu'il apappui aux groupes nazis sévissant en Ar- En dix semaines, de juin à août, on. a. p~ enregistrer une bonne centaine d'incidents. a!1tlsemltes, sans qu'aucune arrestation n'ait été operee. Une bombe au plastic a ébranlé, en plein centre de Buenos-~lres, un immeuble de neuf ét9~es compre~an~ plusl~~rs bureaux d'organisations jUlVes. Des etudlan~s JUlfs ont été attaqués à III sortie d'~ gran~ college par une bande de jeunE' voyous naZls. U:n Jeune homme, bien que non-juif, a été marq.ué au pOl~net ~'~e crOlX gammée. Le oomité an~iraclste, fO!!!1e de JUlfs et d.e non-juifs deIneure extremement vlgllant face. au dechaînemepC nazi. Il a souligné récemment un. fal~ assez signifioatif : le propre fils d,! chef. de ,la poIlce a Byenos- Aires est un membre tres actlf d un gang antlsémite! En attendant les « mesures » annoncées, les croix gammées et les slogans antisémites fleurissent sur les murs du pays. 7 , a la peste brune , • Quelles voix s'éléveront sans peur et sans reproche - les voix de ceux qui n'ont joué aucun double jeu, failli à aucune promesse, pour dénoncer les oppressions. les humiliations dont tant de racistes colonialistes se sont rendus coupables, pour dénouer les liens de trop de conjurés ayec le néo-nazisme préparant sa revanche, pour affirmer la résolution du peuple français uni, comme dans la Résistance, contre ceux qui prétendraient étrangler leurs libertés? I94:; s'éveilIaient, que penseraient-ils du cours de l'histoire? Face à ces graves problèmes politiques dont le règlement ne concerne pas directemel}t le M.R.A.P. en tant que tel, nous avons le devoir d'intervenir dans notre perspective, de veiller à ce que l'orientation, le comportement présent ne puissent couver des guerres ou des racismes proches ou lointains. NOUS "borderons I963 dans la pleine conscience de ces devoirs. Notre Mouvement continuera grâ- D'AUTRES rumeurs de l'été laissent en nous autant de surprise que d'inquiétude : celles qui nous viennent d'outre-Rhin. Non que nous boudions à la réconciliation franco-allemande. Nous l'avons de notre mieux préparée. Mais cette réconciliation, nous la voulons sincère avec une Allemagne - des Allemagne - entièrement dénazifiée, désarmée, dans la réprobation publique et répétée des crimes hitlériens, sans nulle complaisance pour un militarisme allemand dont la France a tant Süüffert. Si nos morts de I939- ce à vous avec une activité redoublée à défendre toutes les victimes du racisme, à prevenir les dangers de son extension, à promouvoir les rassemblements des consciences qui la rendront impossible. Puisque ce numéro de Droit et Liberté paraît au moment où l'on célèbre le soixantième anniversaire de la mort d'Emile Zola, plaçons sous l'égide de l'auteur de J' aCCf~se et de Germinal. notre mobilisation de la fraternité_ PierrePARAF. Les liaisons de l'OAS T'UN des tueurs O.A.S. du Petit-Clamart, le « réfugié » hongrois Lasla Varga se L cachait à Versailles chez la vicomtesse de la Barre de Nanteuil, née du Pat; de Clam, qui savait tout de ses activ,ité. Il y a là tout un symbole. Le nom de du Poty de Clam est étroitement lié aux entreprises dei l'antisémitisme en France. C'est le colonel du Poty de Clam, grand-père de l'actuel!e vicomtesse, qui arrêta le capitaine Dreyfus en 1894 ; il joua en cette Affaire un rôle prépondérant, dans le camp de l'injustice et de la haine, ce qui lui valut d'être arrêté à son tour en 1899 et mis à la retraite d'office. Un autre du Poty de Clam, fils du précédent, devait devenir le troisième « Commissaire aux questions juives » du gouvernement de Vichy, après Xavier Vallot "t C'arquier de Pellepoix. Les liaisons de l'O.A.S. dans les milieux traditionnels de l'antisémitisme militant ne sauraient étonner. Il s'agit tout .au plus d'une confirmation. L'O.A.S. n'a-t-elle pas été constituée, au départ, autour de groupes ouvertement antisémites, tels que « Jeune Nation ", qui lui fournit son insigne - la croix celtique - ainsi que force cadres et nervis. PARIS 1962 Oui, c'est à Paris, en 1962, qu'est publiée et diffusée cette ignoble feuille ornée de l'insigne nazi! « Le Vicking », or· gane de l'O.S.S. (Organisation des S.S.), qui se réclame du « racisme révolutionnaire li pousse l'audace jusqu'à donner noir sur blanc le nom et l'adresse de ceux qui le dirigent. On peut y lire, à longueur de colonne, des excitations à la haine raciste, accompagnées d'une insolente apologie de Hitler et du nazisme. Qu'attendent les pouvoirs publics pour mettre fin à ces provocations? LE NATUREL PREND LE DESSUS ... Au cours des enquêtes sur l'O. A. S., la police arrêtait, au début de juillet, Pierre Sidas, et tout récemment, Jacques Sidas, son frère : ce sont précisément les fondateurs, les animateurs de « Jeune Nation », dont les commandos inscrivaient les croix gammées sur les murs de Paris, au début de 1960, et Sil sont spécialisés, depuis, dans les plastiquages, les agressions et les hold-hup. C'est dans des réunions clandestines de « Jeune Nation », a-t-on révélé, que les trois tueurs hongrois impl iqués dans l'attentat du Petit-Clamart avaient rencontré leurs complices Naudin et Watin, ce dernier remplaçant ·de Canal comme organisateur des commandos O.A.S. en métropole, Et Vincent, le plastiqueur qui a défiguré et rendu aveugle la petite Delphine Renard, déclarait l'autre jour à son procès : « Je suis rentré dans un des mouvements de jeunesse qui ont été la cause et le préte.xte du 13 mai » ••• Si ce n'est pas « Jeune Nation », c'est, sans aucun doute, l'une de ses organisations-soeurs . Les Sidos appartiennent à une famille d'anciens ~. miliciens ». De même Rouvière, l'un des tueurs jugés à Troyes pour l'attentat de Pont-de-Seine: son père fut condamné à mort au lendemain de la libération. Au hasard des noms d' " activistes » cités ces derniers temps, il faut signaler aussi Claude Jacquemart, qui, avant de disparaître, était rédacteur en chef du torchon antisémite « Charivari » ; ou encore J.-M. Ferré, ex-directeur de « C'est-à-dire» qui poursuivait les mêmes objectifs dans un style plus c' distingué ». On ne doit jamais oublier ces faits, lorsque les bandits de l'O.A.S. se présentent en " patriotes », déchirés par de nobles .cas de conscience. On ne doit pas oublier non plus que l'organisation factieuse compte parmi ses troupes et ses chefs un certain nombre d'anciens S.S., déserteurs de la légion, au domicile des· quels ont découvrit parfois, à Alger, des drapeaux à croix gammées. Si aujourd'hui l'O.A.S.-C.N.R. ne fElit pas preuve ouvertement d'antisémitisme, ne nous y laissons pas tromper! Il s'agit, sans aucun doute, d'un hommage du vice à la vertu, d'une tactique visant à ménager l'opinion françai se, qui est profondément hostile à tout ce qui rappelle le régime nazi. Mais on ne peut imaginer que les éléments racistes et antidémites qui truffent l'O.A.S., a ient renoncé, pour toujours, comme par enchantement, è leur doctrine . Le naturel, d'ailleurs, ne manque pas de prendre le dessus, à maintes occasions : quand les plastiqueurs envoient des lettres d'insultes à, telles personnalités juives, quand ils menacent de faire sauter un monument aux juifs morts en déportation, quand ils souillent les plaques et les monuments commémorant la Résistan·, ce contre le nazisme... Le racisme est un tout : les violences meurtrières déchaînées contre les musulmans d'Algérie, au lendemain des accords d'Evian, nous renseignent assez sur l'état d'esprit et les méthodes qui prévalent à l'O.A.S. L'I NTERNATIONALE N EO-NAZI E Lorsque Bidault et Soustelle, dirigeants avec Argoud du « C.N.R. », ont été expulsés d'Italie, cet été, ils devaient y tenir, selon l'agence Reuter, une « réunion au samme.t du conseil national de la Résistance, à laquelle devaient être invités les représentants de tous les mouvements extrémistes d'Europe ». Quels sont ces « mouvements extrémistes » ? Ncus ne pouvons en donner la liste exacte. Mais il résulte d'articles, de déclarations en très grand nombre, que Albert LEVY. (Suite page 8.) • • 8 Relents de outre-Rhin • nazisme LE journal « Bild Zeitung », publié à Berlin-Ouest et tirant à trois millions et demi d'exemplaires, a paru, au lendemain de J'exécution d'Eichmann, avec, au sommet de la première page, un cadre noir entourant l'infarmatio, et le portrait du criminel (fac simile ci-dessous). On a peine à le croire. Et l'an peut se demander si ce cadre exprimait vraiment le deuil. aggraver en fonction des exigences de la politique hitlérienne. Il a joué un rôle porticulièrement vil dans les persécutions contre les juifs. Il ne faisait, à vrai dire, qu'appliquer les directives de Globke ! dentale, témoignent du rô le u'y jouent les nazi·s ·anciens et nouv eaux. Il y a quelques mois, un professeur d'histologie et d'anatomie à l'Université de Goettingen, le Dr Glees, sollicitait un poste dans un organisme de recherches contrôlé par l' Etat. D'origine juive, il reçut une lettre lUI demandant de prouver, pour obter ,r une réponse favorable, qu'il était « de sang aryen », On imagine sa stupeur. Les responsables de cet orga nisme s'excusèrent en disant que la formule avait été employée « par inadvertance » par un fonctionnaire qu i Ignorait l'amendement apporté en 1958 à la loi hitlérienne. En fait, il est difficile de penser à un f ' hasard » de la mise en page, et non pas à une int6.,tian bien précise dans un organe de la grande presse aussi perfectionné dans sa réal isation technique. Et les protestations qui se sont élevées n'ont donné lieu, à notre connaissance, à aucun démenti de la direction du journal. La « démission » du juge Hermann Merki .. à Munich, il y a quelques mois est aussi très significative. CC! magistrat de la Haute Cour de Bavière, avait, sous le régime nazi, infligé - entre autres cas - la peine de mort à un juif, Katzenberger, « coupable » de « relations intimes avec une femme aryenne » (encore en application des directives de Globkel. C'est la projection du film américain « Jugement à Nuremberg », dont le scénario évoque une affaire identique, qui a provoqué un renouveau de la protestation contre le juge Hermann Markl. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ya là une équivoque (Je point d'exclamation suivant le titre : « Eichmann pendu cette nuit ! » n'est pas, lui non plus, sans signification) où les nostalgiques du passé auront certainement trouvé leur compte. Cette équivoque, c'est celle de toute la vie politique et sociale dans cette Allemagne occidentale, où le vocable, abondamment utilisé, de « démocratie », de « liberté l recouvre tant d'indulgence envers les hommes, la doctrine, les crimes de la période nazie, ces crimes que l'on s'efforce d'effacer des esprits par une conspiration du silence savamment entretenue, Une nouvelle «bataille d'Angleterre)) (Suite de' la page centrale) quels le « führer » du Parti Nazi américain, George Lincoln Rockwell. Il faut que les paysans de Guiting Power prennent l'affaire en main : bousculant les sentinelles bottées qui gardaient le camp organisé par Colin Jordan, ils déchirent les drapeaux à croix gammées, et malmènent quelque peu les Il campeurs » en chemise grise, qui s'enfuient, abandonnant tentes, matériel et ravitaillement. LES PALINODIES DES POUVOIRS PUBLICS Cependant, le mouvement de protestation reflèté par ,toute la presse s'amplifie contre la carence des pouvoirs publics. Le Board of Deputies se rend en délégation au ministère de l'Intérieur, ainsi que le ,Conseil de Comté de Londres. Un groupe de jeunes manifeste sous les fenêtres du premier ministre, M. Mac Millan. Dans la capitale et dans plusieurs villes se constituent des comités antifascistes_ Au parlement, de nouvelles propositions de lois sont déposées. Finalement le gouvernement doit promettre à la Chambre des Communes qu'il mettra au pOint un texte pour la rentrée parlementaire (le 21 octobre) en vue d'interdire les manifestations fascistes. Une perquisition est opérée dans les locaux de Colin Jordan. On y découvre des armes, des documents nazis, et des boites d'explosif portant l'étiquette : « judéocide Il avec ce mbde d'emploi : « Placer quelques cristaux dans 1 un lieu hermétiquement clos re:'zfermant le plus (Jrand nombre de juifs possible Il. 1 Jugé le 18 août, Colin Jordan est condamné à deux ' mois de prison. Mais le 5 septembre, cette peine, pourtant bien légère, sera annulée en appel. Le Mouvement National Socialiste, le Bristish National Party et le Mouvement de l'Union (Mosley) annoncent dA nouveaux meetings pour les 19 août, 2 septembre et 23 septembre. Le gouvernement annonce le 14 août que les autorisations sont refusées, pour Trafalgar Square, sans que les manifestations soient interdites. La raison avancée est, ni plus ni moins, que les meetings de Trafalgar Square... gênent les touristes et les promeneurs du dimanche. Ce prétexte permet d'empêcher également les meetings antifascistes. Mosley annonce alors une Il marche » dans les quartiers est de Londres, où habitent de nombreux juifs. Le Bristih National Party organise un meeting dans le même secteur. Malgré les protestations et délégations, dont une du Board of Deputies au ministère de l'Intérieur, aucune mesure d'interdiction n'est prononcée. UN MEETING GEANT Une fois de plus, c'est la population qui prend en main, avec vigueur, la lutte contre le fascisme. Le dimanche 2 septembre fut un grand jour de cette nouvelle bataille d'Angleterre. 1 Appuyé par les comités antifascistes, par le Board of Deputies, le Mouvement contre l'Apartheid et diverses autres organisations, le Mouvem ~,!1t de l'Etoile Jaune avait décidé de tenir un meeting sur les lieux mêmes où les fascistes s'étaient donné rendez-vous. Dès la veille, dans l'après-midi, Ridley Road était occupé par les manifestants antiracistes. Et ce meeting géant, qui dura toute la journée du dimanche, de 9 heures du matin à 9 heures du soir, ne compta pas moins de 130 orateurs et fut suivi par des milliers et des milliers de personnes. C'est au cours de cette manifestation que fut lancée une pétition, qui doit recueillir au minimum 500.000 signatures d'ici le 21 octobre, réclamant l'adoption par le pa. lement du projet de loi de Fenner Brockway contre les discriminations et la propagande racistes. Quant à Mosley, venu à Victoria Park Square pour prendre la parole à bord d'une voiture, les policiers qui faisaient cercle autour de lui, furent impuissants à le protéger : sous un bombardement d'oeufs, de fruits pourris et de pierres, il dut se retirer précipitamment ... LA BATAILLE CONTINUE Depuis, les organisations fascistes ne se sont guère manifestées. Mais les antifascistes britanniques mettent il, profit se court répit pour s'organiser, et ce sont eux qlAi tiennent maintenant le haut du pavé. C'est ainsi que le mercredi 12 septembre, dans l'aprèsmidi, plusieurs centaines de jeunes ont défilé de Ridley Road à Whitehall, où ils ont déposé une lettre au Premier Ministre demandant des mesures efficaces contre le racisme et le néo-nazisme. Ils portaient de nombreuses banderoles et pancartes où l'on pouvait lire : « Liberté de parole, oui. Fascisme, non », Il Arrêtez les nazis maintenant Il, « Noirs et blancs, unissons-nous », etc ... On signale d'autre part que la pétition demandant une législation antiraciste a recueilli en quelques jours plusieurs centaines de milliers de signatures. JUGES D'HITLER ... De temps en temps éclatent des scandales: mais même quand ils aboutissent à des mesures de dénazification, ils témoignent de l'apposition obstinée des pouvoirs publics à de telles mesures. Ainsi il a fallu une campagne de plusieurs années pour que le ministre Oberlander, dont la complicité avec les crimes nazis était démontrée, soit limogé par le chancelier Adenauer. Combien de temps encore protègera-t - il son adjoint Hans Globke, qui, au service d'Hitler, élabora et fit appl iquer les sinistres lois raciales qui ont abouti à l'extermination de 6 millions de juifs? Le procureur général de la République Fédérale Allemande, Wolfgang Fraenkel, a été récemment relevé, en juillet, de ses fonctions, qu'il occupait depuis mars. San po~sé révélé au grand jour, il a fallu qu'il parte Mais le gouvernement de Bonn était évidemment au courant au moment où il l'avait nommé à ce haut poste, tenant secret les crimes passés de Fraenkel. Concernant les anciens juristes de Hitler qui sont encore en exercice, le Parlement de Bonn avait voté l'on dernier une loi les invitant à « se rerirer volontairement » d'ici le 30 juin 1962. Cent trente magistrats et avocats ont effectivement démissionné à cette date. Mais tous les juges nazis sont loin d'avoir quitté leur poste, et la loi ne prévoit absolument rien au sujet de ceux qui ont décliné cette « invitation » . A la même époque, à Hambourg, un congrès de la Société Protectrice des Animaux a donné lieu à une véritable manifestation antisémite. Expliquant son opposition à l'abattage rituel effectué par les bouchers juifs, qui, paraît-il, serait cruel, le Docteur Korkhaus, s'écria: « Que les juifs retournent d'où ils viennent ,., salué par un tonnerre d'applaudissements. VIOLENCES ET MENACES Plus récemment, à Heidelberg, un groupe soi-disant « culturel " avait organisé 4n débat sur « les causes de la guerre et la responsabilité des différents pays en cause ». Une femme juive ayant cru devoir rappeler les crimes nazis, elle fut interrompue, jetée dehors et gravement blessée po r le service d'ordre. C'est leur présence dans nombre de tribunaux qui explique les sentences dérisoires prononcées si souvent contre d'anciens S.S. ou leurs héritiers d'aujourd'hui quand, par hasard, ils sont poursuivis. Citons encore les inscriptions K Les juifs dans les camps de concentration » et « Mort aux' Juifs », barbouillées à la fin du mois d'août sur les murs du cimeti~re de Celle, près « SANG ARYEN» ET SANG DE BOEUF Nazi de la première heure, Fraende Bergen-Belsen. • kel était chargé, sous Hitler, de contrôler à Hambourg les jugements des tribunaux, et le cas échéant, de les Quelques incidents récents, qui ont particulièrement inquiété les juifs se trouvant encore en Allemagne occi- Ce sont des faits de cette orte qui ont amené des organisations diverses, ces derniers temps, à dénoncer le danger néo-nazi et la recrudescence de l'antisémitisme. ................. I~···~····a .......... .•.• ', g~ .. Les Dans un cadre noir ... liaisons (Suite page centrale. l' internationale néo-nazie voit dans l'O.A.S. un exemp! e et un modèle. Tenus à moins de précautions que les dirigeants de l'O.A.S., ceux des groupes racistes des outres pays lui expriment bruyamment leur sympathie - sans parler de Franco et Salazar, qui offrent systématiquement refuge et faci 1 ités aux comploteurs fascistes. Il y a plUSie urs mois déjà que les liaisons de l'O .AS. a vec un groupement homologue de Belgique, le « Mouvement d'Action Civique » (M.AC.) ont été révélées . Outre l'aide matériell e, le M.AC. apportait à l'O.AS. l'appui de sa Dublication, « Nation-Belgique-Jeune-Europe », ornée de la croix celtique, sur le plan de la propagande et de l'organi s ~tion. Or, le M.AC. entretient lui-même d'étroites relations · - et ne s'en cache pas - avec de na·mbreux groupes néo-nazis . en Suède (Mouvement Social Européen du « théoricien » raciste Per Engdahll, en Allemagne (Jeunesse Nationale, Parti du Reich Allemand, etc ... ), au Danemark, (Runebevaegelsen), en Argentine, en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne, en Espagne, etc ... La Suisse est devenue, elle aussi, une plaque tOurnante de l'organisation fasciste en Europe. Récemment une interpellation faite au Grand Conseil Vaudois attirait particulièrement l' attention sur le groupement qui s' intitule le « Nouvel ordre Européen » (N.O. E.l, et à la dir ection duquel participe Léon Degrelle, le chef « rexiste » belge, réfugié en Espagne. L'interpellateur, qui réclamait des mesures contre ces activités fascistes et racistes, cita plusieurs articles exaltant l'O. A.S. parus dans « L'Europe réelle », organe du N.O. E. Même propagande dans l'hebdomadaire allemand « Deutsche Soldaten Zeitung » qui écrit: « L'oppositian nationale allemande doit soutenir l'O.A.S. ». Ou INQUIETUDES « L'antisémitisme s'accrait en R.F. A », a déclaré, au cours d'une conférence de presse, le Dr Max Plou t, président de la communauté juive dE' Hesse. Il a signalé notamment la prolifération des publications nazies diffusées en Allemagne. Dans un récent rapport, le Dr H. G. van Dam, secrétaire général du Conseil Central du Judaïsme allemand, déclare que « l'atmosphère politique en R.F.A. s'est aggravée au cours des dernières années .. , citant en Darticul ier « les nombreuses attaques dirigées contn' les juifs et leurs organisations ». « La démocratiE, allemande, a-t-il ajouté, n'est pas née d'une authentique indignation contre le passé nazi, mais fut imposée du dehars ••. . Et il a précisé : « Le développement de saines convictians démocratiques dans le peuple a été gêné par les nombrwx' responsables nazis qui cantinuent d'occuper des pasïtions-clés ... de l'O.A.S. encore dans les publications des néo-nazis suédois, qu , 01 ganisèrent une manifestation pro-O.A.S. contre un meeting destiné à saluer l'indépendance algérienne . « Nous sommes prêts à aîder l'O.A.S. », a déclaré de san côté le chef nazi américain Rockwell en débar quant à Montréal, après son rééent voyage en GrandeBretagne,

ù il participa au congrès de l' internationoie

néo-nazie. Quant à la John Birch So'Ciety, organisation fasciste à laquelle Rockwell apporte son soutien, elle va plus loin: elle fait circuler des pétitions pour la libération de Salan, et se trouve àl'origine d 'un « Comité américain de soutien à l'O.AS. » ! D'AUTRES SOUTIENS ... Triste destin pour un Bidault et un Soustelle que ce se trouver solidaires de tels milieux, en Fronce comme à l'étranger. Il est vrai qu'ils peuvent se tar·guer d'autres liaisons apparemment plus honorables lusque dans certains cercles officiels, et d'une étrange mansuétude des pouvoirs publ ics, qui constitue pour eux et leurs complices le plus précieux des encouragements. Condamnations dérisoires et pluies d'acqu ittements, libération de détenus retrouvés peu après les armes à la main, discours ouvertement O.A.S. tenu par des « témo ins » à la barre des tribunaux, bienveillance de certains chefs militaires envers les comploteurs fasCistes, répugnance à engager des poursuites cantre les cheh responsables de l'O.AS. : autant de faits qui suscitent l'inquiétude indignée de la grande masse des démOcrates. Tous ceux qui entendent s'opposer au racisme et à l'antisémitisme, ont le devoir d'exiger avec tous les antifascistes, des mesures efficaces, pour qu'il soit mis fin à cette menace mortelle qui pèse sur la sécurité des citoyens et Sur l'avenir de la France. ~------------------.... -------------.,----------------------------------------------~ 9 LE PROBLEME DES REPLIES •• y vO•i r clair AVANT le combat des Algériens pour leur indépendance, était couramment appelé Algérien, celui qui vivait en Algérie. Depuis, pou-r une grande partie de l'opinion publique française, il y a les Algériens auxque'ls, consciemment ou non, l'on accole l'épithète de musulmans, et les repliés d'Algérie, ou les rap.gtriés d'Algérie, ou les français d'Algérie ou les Pieds-noirs. Complexité des dénominations due à une complexité de situation dont le caractère est maintenant devenu évident, mais qui prend naissance avec la conquête de l'Algérie. Des ouvrages récents et singuli è rement ce lui de Lacoste, Nouschi et Prenant (1 ) donnent son véritable sens à la conquête de l'Algérie par la France. Il ne s'agit plus d'une quere lle de moutards: « Tu frappes mon consul et encore sans y mettre les gants, avec un chasse-mouche, et je me venge en t'envoyant mes soldats », ni d'u n redressement de torts cher aux lecte urs de bandes dess inées, provoqué por les actes de piraterie barbaresques. Admirez au passage les subtiles évocations du terme « barbaresques ». La réalité est plus simpl e, Dlus compréhens ib le. Il s'agissait de sati sfa ire les in térêts sordides de certains mili eux finan cie rs. A partir de cette volonté dé libé rée commence la conquête de l'Algérie e t la co loni sation qui va prendre de plus en Dlu s, a vec des vici ssitudes, un a spect systématique. Les aïeuls de nos actuels replié s sont venu à des titres et en des temps divers : soldats de l'armée de conquête, que leurs généraux tentent de fixer en Algéri e ; affairi stes et spéculateurs venus dans les « fourgons » de l'armée ; Saint-Simoniens et déportés de 1848 ; chômeurs des atel ie rs nationaux ; adver saires politiques de Napoléon III ; Al sa cien s-Lorrain s, Corses et main- d'oeuvre du Midi. Cela pour l'origine spécifiquement fran çai se. Mentionnons égaiement les Français d' Algérie d'origine espagnole, maltaise ou italienne, dont la naturalisation devient automatique depuis la loi de 1889. Ils for ment une importante minorité et n'ont au- PAR Fernand BENHAIEM (un lien affectif direct avec la Fronce et n'ont jamais connu, serait-ce par tradition, la pensée démocratique française . Mentionnons également les juifs, devenus français princiçalement depuiS le décret Crémieux, mais qui sant en réalité d'origine algérienne. Naguère, les laudateurs officiels disaient de l'Algér.ie qu'elle était le creuset où se brassaient différen .. tes races. Vaire ! UNE LIGNE DE' fORCE LE RACISME L'an facilitait la naturalisation pour les besoins de la cause coloniale, mais le cloi · sonnement ne sautait pas pour autant. L'on avait tenté de maintenir certains pri vilèges économiques au profit des Français d'origine. De par sa structuration spécifiquement agricole, l'Algérie calo'niale nourrissait essentiellement un esprit de religion, de caste, de' race . Mais surtout, s'il y a un lien entre taus les éléments européens, c'est le racisme à l'égard des Algériens musul mans. Ce racisme qui prend des expressions différentes mais qui est le dénomi nateur commun essentiel des Français d'Algérie, Les musulmans y étaient affublés de tous les vices : paresseux, ignorants, sales, fanat ~ques, sanguinaires et même de vices ·contraires. . Elevés dans le colonialisme, les enfants comme les adultes ont eu le sentiment que la conquête de l'Algérie était presque un mythe, qu' ils n'étaient pas là en raison de la loi du plus fart, mais par une sorte de fatalité, d'heureuse fatalité même, car c'est la loi de la nature que les plus capables viennent en aide aux arriérés, car c'est la vocation de la France généreuse de venir en aide aux pays déshérités et d'apporter ainsi à l'Algérie le goût de l' hygiène, de la belle architecture, des belles routes, le goût du goût. Ce sentiment généreux a l'air de contredire le raci sme foncier évoqué plus haut. En réalité, cette générosité d'esprit fait elle-même partie du racisme, Elle permet, l'âme sereine, d'accuser les musulmans d'ingratitude, pardessus le marché. Et quand bien même fal lait- il parler de conquête ! Oui! Il Y a eu conquête. Oui ! la France a envoyé un corps expéditionnaire. Ces Arabes sont si mal élevés ! Frapper le consul de son éventail ! D'ailleurs l'Algérie, ça n' existait pas avant cela. L'histoire de l'Algérie n'est qu'une suite . de conquêtes. La prend qui le désire. Et ce sont les conquérants qui y laissent les plus belles choses. Voyez les vestiges romains. Voyez la France qui n'a fait que continuer, en mieux sauvent, naturellement, l'oeuvre de Rome. Cet état d'esprit était fart courant avant l'indépendance. Il était entretenu par les milie"x officiels et singulièrement dans l'enseignement. Nous connaissons tous le « Nos ancê tres les Gaulois » des manuels d'hista.ire d'Algé ri e. C'est plus révé lateur qu' il ne sembl e, Il ne s'agit pas seul ement d' incul que r a ux juifs, aux Espagnols, Italiens, etc .. . , ain si qu 'aux musulmans, par une so rte de guerre psychologique, qu'; ls sont Français par filiati on et que leur h istoire, même en Algé ri e, se confond a vec celle de la population de France, mais d'outre chose encore. Cette petite phrase, c'est la négation même de la communauté mu- A PROPOS DE « PORTRAIT D'UN J UIF ) Je suis abonné à « Droit et Liberté » et je voudrais faire connaître mon point de vue sur le livre d'Albert Memmi. Que de polémiques autour de ce. .. « Portrait d'un Juif» !!!. ... Franchement, je pense que cette polémique concerne principalement la bourgeoisie juive ; car pOUl' moi personnellement, je puis vous dire ceci : je suis Juif-Français de naissance ct de parents français (père tué par les nazis), j 'ai 33 ans, père de famille et ouvrier, cette dernière précision est la plus importante car ma condition ouvrière m'a permis de réfléchir, de lire beaucoup et de comprendre... de comprendre que ma condition d 'ouvrier était beaucoup plus importante que ma condition de Juif, car il n'y a pas de différence entre un ouvrier juif et un ouvrier non-juif, entre un patron juif et un patron non-juif. L'ouvrier, quelle que soit sa religion . lutte pour la même raison, également comme le patron quelle que soit sa religion cherche à exploiter l'ouvrier. Donc dans ces conditions, pourquoi me poserais- je la question sur le livre de Memmi, car pour ma part, depuis 15 ou 16 ans, j'ai tiré un trait une fois pour toute sur le mot: jUif. Mes enfants sal'ent que leur père est d'origine juive, ils n'ont et n'~uront aucune notion sur la religion, je les élève dans le respect de l'être humain sans distinction de race ou de couleu r. Quant à moi, mes préoccupations syndicales sont certainement les. plua valables pour .moi. Je regrette et m'excuse que ces lignes n'aient rien de philosophique. Elles sont écrites par un ouvrier qui travaille durement et qui ne peut lui et sa famille vivre dans un logement convenable malgré son courage et sa volont ... Armand BARAN Mûntreuil-sûus-Bûis.

  • LIGNE DE DEMARCATION

PREPARANT la curieuse visite que le général de Gaulle a faite en ALlemagne, la presse et la radia ant déclenché une vialente campagne axée essentiellement sur le fameux « mur » de Berlin. De tautes les appellatians dant 0:1 l 'a paré, j'ai retenu celle du « mur de la hante », assaisannée de déclamqtians em· phatiques sur la liberté et la justice' ba· fauées . Ce so.nt paurtant là des termes que l 'an devrait manier avec délicatesse quand il s'agit de l'Allemagne. Parler de liberté et de justice quand il est questiçm d'un pays infesté· encare d'anciens généraux, diplamates, fanctionnaires , juges et paliciers nazis, relève de l'humaur nair. Quant à la nation de « hOnte », il faudrait peutêtre que nas maralistes relisent (au li· sent) « La Muraille », de Jahn Hersey au tout autre témaignage sur le Ghetto de Varsavie ou les camps d'exterminaUon nazis. Les murailles derrière lesquelles furent per']Jitrés les plus harribles for· faits ant été jetées bas grâce à la victaire alliée, vic taire à laquelle participèrent sin, gulièrement les armées saviétiques. Aujourd'hui, on vaudrait nous faire croire que le III' Reich et la seconde guerre mondiale n 'ont été qu'un accident de l 'Histoire. On naus invite à passer l 'épange, camme si le doenqer rociste ~ t antisémite était définitivement e!carte. A croire que ceux qui dirigent .cette cam1!agne, ignarent les man!festa.twns d~ n~onazisme qui se sant der"aulees, aUSS1 bten en Angleterre qu'au! U.S.A .. et dans plusieurs pavs d'Aménque Latme.

Suivez la filière et l 'an se retrouve dans

cette Allemagne de Bann. si clémente pour les tueurs de l 'O.A .S., dans lesquelS elle retrouve la réincarna tian des S.S . qui bénéficie" t - de par la grâce du Chancelier Adenauer et de son fidèle lieutenant. le nocteur Hans Globke - du statut d'uti· lité ·publique. Des gens de gauche se sont laissés pren. dre à ce piège (et même certains jaurnalistes juifs). Ils ant marché et se sant indignés de vair Berlin coupée en deux. Curieuse indignation ! Etranqe naïveté de ceux dont la bonne fai 'ne fait aucun sulmane d' a bo rd et su rto ut, et des antécédents d'es Françai s qui ne le sont pas de souche. C' est la négat ion de l 'ex istence musulmane. Les musulmans ne comptent pas. ILS NE SAVENT PAS ... L' hi stoi re de l'Algé rie est bâclée. Cela se comprend . L'Algé rie n'a pas d ' hi stoire, Avant la France, c'éta it le marasme. Ah oui ! il y a bien Abd-e l- Kade r et sa somptueuse smala, mais il a été battu . Il a été très cheval e resque, il fa ut bien le d ire. Il s'est rendu à la France qui l'a traité a vec égards. Lorsqu'on fa it le silence sur les a utres in surrections, sur les mult ipl es soulèvements des Algé riens, Abd- el - Kader apparaît alors comme une noble f igure de Don Quichotte. Ces omiss ions augmentent le mépris pour l'Arabe, appellation ra ciste de tout ce qui est musulman . doute , Berlin est-elle danc la seule ville coupée en deux? Ignorent·ils qu'il y a aussi Jérusalem. L 'Allemagne est-elle le seul pays divisé par une ligne de démarcatian ? Et la Ca· rée ? Et l 'Indachine ? Et la Chine à qui l 'an refuse de r e·ndre Farmase ? Nul ne sange à verser des larmes Sur ces pays meurtris par la guerre et dont l 'unité territoriale a été brisée. Pourquoi ? Est-ce seulement parce que - dans la plup07" t des cas - la justice voudrait que l 'an r éunifie ces pays au bénéfice de régimes sacialistes ? [Ain de nous l 'idée d'approuver des divi sians arbitraires, surtout lorsqu'elles frappent ties peuples victimes d'agressians. Naus déplarans notamment de vair Jérusalem marcelée ... Mais qua'fld la ligne de partage apparaît camme une sanctian paur le~ crimes du militarisme allemand, quand elle est appelée à décaurager des menées revanchardes, naus .ne pauvans y vair l 'incarnatian du mal. Et naus gardans natre indigna tian paur de meilleures accasians. Les lieux ne manquent pas aù la justice et la liberté (ô Afrique du Sud ! ô Angala !) sant réellement bafauées. Paur les Croisés de Ber. lin, il y aurait là une belle bataille à mener. Henry BULA WKO, Paris.

LETTRE DE BULGARIE (Au président Pierre Paraf.) Je m'excuse de vûus écrire sans vûus cûnnaitre persûnnellement, mais je vûus cûnIllj.is en tant qu'écrivain. . et publiciste, cûmme auteurs de plusieurs ûuvrages. Ce fut pûur mûi un grand plaiSir de présenter un extrait de vûtre livre cûnsacré à mûn prûpre pays et paru dans la revue « Eurûpe » ; ci-inclus vûus trûuverez la cûupure de ma critique parue dans la « Revue Littéraire » de septembre à Sûfia. D'autre part, ci-inclus, vûus trûuverez la cûupure de mûn article cûnsacré à « L'Ile », de Rûbert Merle, à qui le M.R.A.P. a , décerné cette année le Prix de la Fraternité, paru dans le bi-mensuel « Evreiski·Vesti ». Comme vûus le vûyez, je fais tûut mûn pûssible pûur faire cûnnaitre l'activité du M.R.A.P., de vûs cOllabûrateurs, ainsi que vûtre activité persûnnelle. Permettez-mûi de vûus féliciter pûur vû· tre électiûn cûmme Président du M.R.A.P . Je pense qu'elle cûntribuera à d évelapper l'activité de ce Mûuvement, que je suis avec intérêt .. Jacques BITEFf, Sofia.

SUR L'EXECUTION D'EICHMANN Dans vûtre numéro. de juillet·aûût, je lis avec stupeur cette phrase : « Aucune main juive n'a tûuché à la cûrde qui a servi à l'exécutian d 'Eichmann ». Que signifi; l cela ? Eichmann était cûupable. Il était juste qu'il fut cûndarrmé, et, malgré mon hûstilité de principe à la peine de mûrt, il me semble que dans un mûnde ûÙ ûn pend le petit gibier, il était nécessaire qu'Eichmann fût exécuté. Tel fut, semble-t·il, le sentiment de la Cûur Suprême, tel fut aussi celui du président isr aélien. Que les hûmmes qui ûnt cûndamné Eichmann, que ceux qui l'ûnt pendu, . aient été des juifs, me parait un détail anecdûtique. Ils ûnt agi cûmme juges, ûu cûmme ~x.écuteurs de la justice, nûn pas cûmme Jwfs. Car s'agissant de justice, et Nos deuils Nûus avûns appris avec peine le décès de Mme le Dr Margu erite EMILE-ZOLA, épûuse de nûtre ami le Dr Jacques EmileZola , membre du Jury du Prix de la Fraternité. Naus lui exprimûns, ainsi qu'à, sa famille, nas sincères cûndûléances. Le racisme est le fr ui t conséquent de cette menta lité ori entée en fonction d'u~ système économique féroce: le coloni ali sme. Peu de Français d'Algé ri e ont a pprit qu' ils vivai en t non seul ement da ns une colo nie, mais dans un régime co lonial iste. Que les colons ne peuvent prospé re r qu'au détriment des fe llahs. Que les musu lmans da ns leur ensemble, s'appauvri ssent de plus en pl us parce qu'on les a expropriés, parce qu e, vivant dans un régime tr ibal plus ou moins communautaire, ils ont été ast re ints inte ntionne ll ement, au régime de la propriété privée qui a ruiné leu r économi e. Que les bi ens desti nés à leur éd ucat ion re- (Suite page 11.) ( 1) A Noushi , A. Prenant et Yves Lacoste

L'Algérie, passé et présent Editions

Soc ia les). nûn de revanche r aciale, leur qualité de juifS ne leur ôtait ni ne leur dûnnait au. cun titre à cûndamner Eichmann ûu il le pendre. Je ne comprends pas la dernière ligna de l'article de Madame Nûvitch . « Si des juifs ont cûndamné Eichmann, ûnt jugé nécessaire qu'il fût pendu, il me paraîtrait franchement indécent qu'ils aient r emis à. des nûn-juifs le sûin d'exécuter la sen· tence. Cela rappellerait fâcheusement l'hy· pûcrisie de l'Eglise remettant ses victi· mes au bras séculier , celle des papes faisant assumer à leurs financiers juifs l'ûpprûbre attaché au crime d'usure ... Si, sans aller jusqu'à utiliser un bûurreau nan-juif, ûn a inventé un artifice quelcûnque pûur empêcher le cûntact entre. une main iuive et la cûrde de la penda. lson, cela es~ d'une inadmissible hypoCrISie. Cela releve en plus de la superstitIûn. On est criminel quand ûn égûrge un hûmI?e mêm~ lûrsqu'ûn met des gants. C~lw qw execute un cûndamné est un bûurreau, même qu'il ne tûuche ni au cûndamné, ni à la cûrde.,. Paul DEHEM, Le Krem!in.Bicêtre.

  • JESUS ET DREYFUS

(A Nicole de Boisanger-Dutreil). Membre du Cûmité Directeur de « l ' Amitié J~déo-chrétie nne », j 'ai lu dans le der mer numéro. de « Droit et Liberté » vûtre excellent « entretien » avec mûn ami le Pasteur Demann ma is je suis mû.ins ,!-'accard avec le bref éûmpte rendu qUi SUIt du Vray Mistère de la Passiûn . On ne saurait affirmer, camme Jules Isaac que les Rûmains sûnt les seuls r espûnsables de la cûndamnatiûn du Christ. Nas efforts ont déjà obtenu l 'important résultat que, dans les ûraisûns du Vendredi Saint, ûn ait supprimé l'épithète « perfides » accûlée à celle qui prie pûur les juifs. On ne saurait d'autre part, trûp insister sur le fait que Jésus était juif. cûmme sa !1lère, cûmme tous les Apôtres, cûmme Samt-Paul, etc.. . Mais nûus ne pûurrûns tûut de même pas mutiler les Eva ngiles, ni l ' hi;tûire.. . Le prûcès de Jésus et sa cûndamnatiûn ûnt été mûntés et voulus par une fractiûn des dirigeants juifs d 'alûrs, cûmme le prûcès Dreyfus par une fraction (large) de l'Etat-Majûr et du mûnde cathûlique français . Tûute l 'Eglise de France a payé paur cette iniquité, cûmme taut le peuple juif a payé et paye encûre pûur le sectarisme passiûnnel d'une part (pas si petite) de ses chefs r eligieux et pûlitiques. Il serait simplement lûyal de le recûnnaître et de le r egr etter de part et d 'autre sans fûrcer les textes. C n peut ne pas r eprésenter S. Gréban ni aucun mystère du Moyen-Age ; ûn peut a ussi fermer les yeux d evant les fresques et les tableaux de Fra Angelico., mais pûur quel résultat? Les actes des Apôtres ne mantrent-i1s pas, bien après le procès d l' Jésus, des juifs de Jérusalem acharnés à essayer de l'assassiner et l'apôtre sauvé par un tribun rûmain. Quand ûn lit dans le Nûuveau T estament : les juifs, il suffi· rait d'interpréter et de dire : des juifs : la partie n 'est pas le tûut, mais elle y est cûntenue. "Jules Isaac n'y changer" rien. Nûus avûns bien assez d'autres raisûn! chrétiennes et humaines de lutter cûntre l'antisémitisme sans tûrturer les textes !. .. Maurice VAUSSARD. Nûus avûns appris avec douleur le décès de M. Bernard PANCERER, ami dévoué de notre Mûuvement. Que sa fami~ le \~ t la sûctété « Amicale Prévûyante ~ trûuvent ici l'expressiûn de nûtre affec. tueuse sympathie. DISTINCTION M. Joseph JOSSAY, administrateur d U) Temple de la rue Julien Lacrûix et membre du Cûmité de diverses assûcia tions mutualistes et philanthropiques. chevalier du mérite cûmmercial, vient d'être prûmu au grade d'OFFICIER DU MERITE SOCIAL. Tûutes nûs félicitatiûns . la HELSINKI '\. a I/heure de la fraternité DIX jours d'oct ivités intenses: échanges culturels, séminaires, spectacles, expositions, concerts, concours sportifs, rencontres et ,: iseussions passionnées. Une ville: Helsinki. Une léalité : l'cmitié dE 18.000 jeunes, délégués par 1.700 organisati:::n3 de 137 pays, venus crier en langues si diverses leur même idéal de paix, de fraternité humaine. PAIX ET AMITIE GARE DE L' EST, 22 juillet. Nous sommes sur le quoi ou milieu des 940 délégués français qui, peu à peu, s ' installent dons le train spéci·al. Déjà, nous nous sentons transformés : chant du festiva l qui s'élève, exaltation, cris, foulards des pr~cédents festivals qui s'agitent et qui semblent nous confier la charge de transmettre le message de coexistence pacifique qu'ils représentent. Après un trajet, pendant lequel les contacts et les nouvelles connaissances avec nos compagnons, nous ont permis de négliger les fotigues du voyage, nous atteignons notre première gronde étape : Berlin-Est. Sur le quoi, une immense fouIe nous accueille avec enthousiasme, mus ique, fleurs, foulards multicolores. Toute une jeunesse nous exprime son bonheur de recevoir les jeunes de notre pays. Et comment dire, dons ces conditions, notre émotion lorsque nous crions ensemble

« Frieden une! Frundschaft ». La durée

de notre séjOur fut consacrée aux visites de la ville, d' usines, des installations de la radio-télévision, où nous avons noté l 'importance des responsabilités assumées par des jeunes et des femmes. Malgré la brièveté de ce séjour, nous avons pu aborser sons contrainte, grâce à de très nombreux contacts personnels les problèmes qu i nous préoccupent sur la situation en Allemagne ; toutes nos questions ont été satisfaites avec franchise. p e up ~es, exprimant leur joie de vivre, salués par la foule chaleureuse. Nous avons la tête encore pleine de tous ces cris, de tous ces chants, de ces applaudissements qui n'ont pas cessé de crépiter pendant des heures. Des drapeaux s'élèvent dons le ciel entraînés par des ballons. Le drapeau du Festival flotte, léché par les projecteurs et soudain éclate le feu d'artifice . Cette foi s c 'e st l'apothéose : le Fes tival est commencé. UN INSTANT INOUBLIABLE Outre la possibilité qui nous fut donnée d'assister à des spectacles aussi remarquables que celui de l'Opéra de Pékin, ou celui du Berliner. Ensemble, nous avons pu voir des danses israéliennes, indonésiennes, sud-américaines, cubaines, etc ... Et que dire de l'enrichissement humain que nous avens acquis grâce à nos conversations franches, profondes avec des Angolais, des Marocains, des Mauritaniens, des Tunis ie ns, des Espagnols, des Indiens, des « Poix et Amitié ». Ils se sont compris jeunes révolutionnaires et jeunes ne voulant pas les combattre. Comment contenir son émotion devant ce tableau d'amitié, comment ne pas penser à ces huit dernières années. Les larmes avaient leur voleur. Déjà, nous formions des projets d'avenir. Après des échanges de cadeaux, d'adresses, de bouquets, après de premières discussions, il nous était impossible de quitter de si précieux omis et souvent nous avons participé à des activités communes. Ainsi nous avons assisté à cet événement extraordinaire de la rencontre de deux jeunes notions confiantes en leur avenir: ALGERIE, CUBA. Quelques jours plus tord, les Algériens nous recevaient chez eux. En omis. Nous étions bouleversés de pénétrer sur ce petit te rritoire algérien . Maintenant, nous étions LA TOLERANCE A TRIOMPHE Comment exprimer la richesse des multiples activités qui nous ont permis non seulement Sur le plon de la connaissance des hommes mois aussi sur le plon des idées de connaître mieux les problèmes des pays co lonisés ou en voie de développement, poys africains, sud-américains ou asiatiques, de mieux cerner les conditions de la coexistence paci.fique. Nous avons été heureux de constater que la diversité des participants ou Festival se retrouvait ou niveau des discussions

ainsi, lors des colloques ou séminaires

d'étudiants et d'ouvriers, toutes sortes d'opinions ont pu s'exprimer, parfois avec passion et devant un auditoire tendu, mois ont toujours été respectées, e t l'on peut dire que la tolérance a triomphé à ce Festiva 1. La Fronce a elle aussi gagné un élargissement de sa réputation culturelle : ses ballets nationaux, ses artistes, Michel Renoult, Lycette Darsonval, Jacques Brel, Jacques Douai, Georges Jouvin, etc ... , ses s portifs l'ont représentée avec honneur. LE SALUT DE LA JEUNESSE DU MONDE Comment ne pas avoir confiance en l'avenir devant ce spectacle de 18.000 délégués, dont le cortège s'étendait sur plusieurs kilomètres, scandant en toutes longues, sous les acclamations, les mêmes paroles de poix et de fraternité. Tout cela nous permet de transmettre à nos omis français du M.R.A.P. et du Club Amitié le salut de toute la jeunesse du monde et notre conviction que le développement de ces rencontres est une des formes les plus efficaces de la lutte contre le racisme et la guerre. Eux non plus, n'ont pas oublié le fasc i ~ me et c'est à Berlin-Est, dons une expos ition permanente historique des cr.imes nazis que jeunes Allemands et jeunes Fronçais ont resserré leurs liens d'amitié. Oui, nous avons pu constater que ces jeunes savent leur histoire et en tirent une leçon

l'affirmation de leur besoin de poix,

Cela nous fut confirmé en porticulier à notre arrêt à F randort-sur-Oder : outre l'accueil chaleureux de la foule, c'est avec une intense émotion que nous avons discuté avec deux journalistes du « Neuer Tag », iournal de jeunes, Helmut Freier et Martin Raubut qui, oyant appris la présence de quelques juifs parmi nous, ont partagé avec eux un moment inoubliable : leur serment de ne plus permettre à l'Allemagne d'oublier ce passé si tragique pour des r lillions d'êtres humains. Une photo d'amateur comme des dizaines de mi!.liers d'autres. La fin officielle du Festival n'a pas terminé pour autant nos dis.cussions possionnées, et nos rencontres. Durant le trajet du retour, et encore à Paris, après avoir quitté notre train couvert d'inscriptions, nous avons tenu notre pramess.e faite à , Helsinki, à l'occasion de l'anniversaire du soulèvement des résistants cheminots, en nous recueillant devant le monument" aux morts de la Gare de l'Est; conscients, par ce geste, de traduire la volonté de la jeunesse du monde. C'EST DEJA LE FESTIVAL ... Nous traversons le rerritoire polonais la nuit. Un bruit court : des Algériens seraient dons notre train. Surprise, agitation, recherches. Dons un compartiment, nous avons la jOie de trouver quelques étudiants algériens avec lesquels nous partageons l'émotion d'un premier contact fraternel. Epaule contre épaule, nous avons pormi nous un Angolais ; des chants s'élèvent qui expriment nos espoirs communs : c'est déjà le Festival. GRODNO : Très tôt la matin, toute une population nous accueillie. Chants, danses en costumes folkloriques ; une foule colorée, joyeuse ; on nous entraîne, on. nous comble de cadeaux, d'insignes, de fleurs, on nous fait visiter la ville. Nous sommes é tourdis de joie et d'émotion. Mir i Droujba ! Poix et Amitié ! Trois heures de ce même accueil délirant. Partout, le long du parcours, jusqu'à la d ernière étape soviétique de Vyborg, jeunes et vieux venaient saluer ou passage notre train fleuri depuis Berl in. Nous é tions bouleversés par la spontanéité et l'intensité des sentiments d'amitié que les regards et de simples gestes exprimaient. TOUS CES CHANTS ... HELSINKI, but de notre voyage. Les valises n'ont plus de poids; adieu fatigue. Mois qu'allons-nous trouver dons ce pays dont la population est dite impossible ? On nous attendait. Drapeaux, premiers ins ignes finnois, premières poignées de moins Qmicales. Des cors nous emmènent vers le s iège de notre délégation . Avant même l'ouverture officielle du Festival qui' eut lieu le dimanche dons le Stade Olympique rempli par 35.000 Finn ois en plus des 18.000 délégués, nous ovons pu ou cours de nos flâneries en ville ovoir l'occasion de rencontre r de jeunes A fricain s, As iatiques, Américains, Européens. C'étaient des danses, ou son d'un oOccordéon sovié tique, des cris de poix et ,d'amitié au tour d'un fe u de joie nourri par des fe uilles anti-festival que tentaient de diffuser des groupes fascistes, haineux ·de voir s'entendre et se rapproche r des jeunes venus de tant d' hori zons géograo hiques, politiques et soc iaux . La journée d'ouve rture fut préparée avec -fièvre. Le stade retentissait de chants, de c lameurs d' enthousiasme et ce fut le défilé 'inte rminable des re présentants de 137 Américains, des Soviétiques, etc .. , tout au long de ces exaltantes journées. Nous revoyons évoluer sur la piste du Club Fronçais, comme ·à l'occasion d'outres soirées d'amitié, les couples formés d'une Américaine et d'un Soudanais, d'un Algérien et d'un Françoise, d'un Japonais et d'une Cubaine: .. Comment ne pos souligner le recul des préjugés lorsque nous avons pu mettre en contact des Algériens et des Israéliens. Comme;{t ne pas se réjouir de voir ensemble dons la délégation israélienne des Arobes et des juifs se cotoyer, eux que certains veulent foire passer pour ennemis héréditaires. Parmi les 55 rencontres prévues pour la délégation française, celle qui fut la plus émouvante, la plus riche d'enseignements pour nous, eut 1 ieu le lendemain de l'ouverture officielle du Festival. Les Algériens reçus par ceux qui représentaient à Helsinki les diverses tendances de la jeunesse française ' descendirent du cor un à un. Cet instan,! ' inoubliable où les applaudissements des Fronçais, saluaient les militants, les combattants ouvriers, paysans, ou étudiants algériens, fit apparaître l'image d'une véritable amitié. Nous étions tous souriants mois nous ne pouvions contenir notre émotion. La plupart de ces Algériens, anciens emprisonnés, torturés ou condamnés à, mort, jeunes combattants fiers à juste titre de leur lutte nous apportèrent le don de leur amitié. Dons la salle du Club Français où se côtoyaient pour la première fois depuis l'indépendance algérienne, les représentants de la jeunesse de nos deux pays, Algériens et François se retrouvaient dons une rencontre publique, assis côte à côte en scandant en Algérie, écoutant les chants patriotiques, entourés de la chaleur de leur amitié. Ce fut à notre tour d'être comblés de souvenirs, d'insignes verts et blancs ou croissant rouge . LES CAHIERS DU PET.T DAVID et l'éducation morale La rentrée des classes s'est effectuée le mois dernier, entraînant dans son grand bourdonnement un Français sur quatre, de la « maternelle» à l'Université. A cette occasion, nous avons cru devoir soumettre à nos lecteurs quelques extraits d'un texte paru récemment dans « Documents Pédagogiques », supplément au n° 108 de la revue « L'Ecole et la Nation » et consacré presqu'entièrement aux « CAHIERS DU PETIT DAVID », édités, on le sait par notre Mouvement. M. Guy Besse, agrégé de l'Université y traite « du devoir de vérité )), cette vérité qu'on doit aux enfants. Voici des fragments de ce texte : LE S programmes recommandent d'aider les élèves de 12 à 14 ans à se former « des idées claires sur ce que chacun de nous doit à sa dignité d'homme ». « ... Pas plus en morale qu'ailleurs, la réflexion rationnelle ne saurait perdre ses droits ... « Un exemple concret " s'il est question de la fraternité, il n'est pas, il n'est plus possible de s'en tenir, sur textes et s'il se peut dans la vie, à l'apprentissage de la fraternité entre « le petit Noir » et « le peti t Blanc ». On n'aura honoré la vérité 1 ef la conscience de l'enfant que si, d'une . manière ou d'une autre, il découvre que 1 les conquêtes coloniales ne reposaient Sur aucun droit, mais qu'elles furent un défi à l'humanité, et que s'il se sent pour sa part concerné par l'obligation présente de mettre fin à une situation que 'nul homme éclairé, de nos jours, Tie peut plus tolérer. « Autre exemple " celui du petit David qui fait l'objet du présent dossier ... AU CLUB AMITIÉ . .. « Faut-il présenter à nos élèves des ètres de légende, des héros, ou des êtres semblables à nous ? » La question était posée dans le Manuel Général (septembre 1960). Les Cahiers du Petit David répondent " c'était un enfant semblable aux autres. Et c'est cela d'abord qu'il faut comprendre pour tirer de son histoire une leçon vraiment sérieuse. L'histoire du pelit David, c'est celle de la Pologne sous l'occupation hitlérienne, c'est celle de l'Europe de 1940 à 1945. « Il serait trop facile d'opposer le pur à. l'impur et le bien au mal. Ici le mal est daté, situé, parfaitement identifiable ; ne ' tolérons pas qu'il se réfugie dans les gé' néralités ... Le Club Amitié, qui réunit les jeunes a ntiracistes parisiens annonce pour octobre le programme suivant: Mercredi 3 octobre : TEMOIGNAGES SUR LE FESTIVAL D'HELSINKI (photos, souvenirs, films)). Présence de M' Marcel Manville, président d 'honneur du Club. Mercredi 10 octobre : LE FESTIVAL D'HELSINKI, contribution à la connaissance et à l'amitié en tre les peuples. DEBAT dirigé par Louise et Lucien , délégués du Club Amitié. Mercredi 17 octobre : Soirée libre. Bibliothèque. Dimanche 21 octobre : Sortie théâtrale: UN OTAGE, au Théàtre de France. Prix des places à tarif réduit : 6 NF. Mercredi 24 octobre : COnférence sur le voyage du Général de Gaulle en République Fédérale Allemande. ~{ercredi 31 octobre : conIérence d'EDOUARD GLISSANT, Prix Théophraste Renaudot : pOésie et culture al\, tillaises.

  • Les r éunions du ' Club Amitié ont lieu

à 21 heures précises, au 120, rue Vieille du Temple. « David Rubinowicz exige que le 'nazisme, le fascisme, sotent caractérisés et dénoncés comme tels. Il exige que l'antisémitisme, le racisme soient caractérisés et dénoncés comme tels. Il exige que le procès soit convenablement instruit et que soient élucidées les responsabilités, les motivations et les causes. 1 « Nous n'aurions jamais assez de larmes pour pleurer le petit David et 'nos bons Sentiments ne lui suf firaient pas. Ce qu'il attend de nous, c'est la vér i té. » Il !! Il Il Il - - - - ---- -----------_._------------------------------------- Il ------- I L Y a quelque chose de pire que « d'avoir une âme perverse, c'est d'avoir une âme habituée. :P M. Jules Isaaç a placé cette phrase de Péguy en tête de son dernier livre : « L 'enseignemen.f dIt mépris »_ Il l'avait déjà citée dans une conférence faite à la Sorbonne, publiée sous le titre

« L'antisémitisme a-t-il des racines

chrétiennes? » Elle donne tout son sens au combat mené depuis plus cie quinze ans par un grand historien qui est aussi un homme de bon sens. M. Jules I saac estime que l'habitude de penser faux a causé plus de dégâts que la folie ou la malignité de l'homme. Il y a un antisémitisme chrétien d'autant plus vi vace qu'il est souvent inconscient. On le trouve parfois chez les meilleurs. A quoi tient cette défom1ation? Au fait que, depuis l'enfance, ses maîtres ont habitué le petit chrétien à considérer le NicPoleA R~ de BOISANGER-DUTREIL juif comme différent, autre, presque démoniaque. Il faut, textes en main, réfuter patiemment erreur après erreur, obtenir des autorités ecclésiastiques une revlSlon profonde des positions chrétiennes sur la question juive. Ainsi façonnera- t-on des générations nouvelles pour qui le mot antisémitisme n'aura plus de sens. A NTISEMITISME chrétien : ces mots font bondir les croyants sincères. Ils songent aussitôt à la plu& récente explosion du mal, à l'extermination sytématlque des juifs par les nazis. Le nazisme leur apparaît comme l'effet d'un paganisme criminel et délirant. De livre en livre, la voix de M_ Jules Isaac répond : « Païenne sans doute, la doctrine d'Hitler; mais, à son avènement le grand thème de l'éternelle malédiction du peuple déicide n'était-il pas ressassé? Ne le ressasse-t-on plus de nos jours? :P En cette année I962, un public nombreux est venu applaudir sur le parvis de Notre-Dame Le Vrai Mystère de la Passion où les juifs étaient affligés de toutes les tares et de tous les vices. Du monde entier, les foules chrétiennes affluent tous les dix ans au bourg bavarois d'Oberammergau, célèbre par son théâtre populaire et par la prestigieuse mise en scène de la vie et de la mort de Jésus. Ce même bourg d'Oberammergau se signala autrefois par un des plus L'ENSEIGN EM ENT DU MEPRIS forts pourcentages de voix nazies. L'histoire montre que s'il y eut un antisémitisme païen, il fut très épisodique et n'apparut que tardivement, deux siècles avant et deux siècles après l'avènement du Messie. Les juifs déportés en Chaldée au IV· siècle avant J ésusChrist y vécurent paisiblement et y prospérèrent. Les Ptolémées d'Egypte appréciaient leurs qualités : ils en firent des colons, des fonctionnaires, des soldats, parfois les commandants en chef de leur armée. Par contre, on voit naître, dès le dernier tiers du premier siècle, un violent antagonisme judéo-chrétien. Désormais, surtout après la conversion de l'empereur Constantin, un enseignement chrétien, appelé par Jules Isaac enseignement du méPris se développe et discrédite peu à peu le juif. « Nulle arme ne s'est révélée plus nocive, plus redoutable pour le judaïsme et les juifs », écrit-il. Voici qu'une certaine mauvaise foi chrétienne perd l'alibi de l'éternel, de l'universel antisémitisme. Qui nous a appris que la dispersion des juifs, commencée depuis près d'un demi-millénaire avant l'ère chrétienne. fut le chittiment provideutiel de la cru~ cifixion? Nos manuels pieux. Et pour - ']uoi nous faisons-nous presque malgré nous l'image d'un judaïsme dégénér~ en grossières superstitions à l'avènement du Christ? En ' réalité, Jésus naquit à une époque où la littérature et la vie spirituelle' juives étaient en plein essor et où~ - la découverte en 19:;0 des manuscrits de la Mer Morte le confirment - , un courant mystique et apocalyptique, issu de la prédication des Prophètes, dressait les juifs contre le formalisme et l~s poussait à créer la religion de la Grâce. IL est enfin un thème de l' enseigne~ ment dlt mépris plus important que les autres parce que plus profondément enraciné dans beaucoup d'âme. chétiennes : c'est celui du peuple déicide. M. Jules Isaac a raison d'y revenir sans cesse. Ce Messie juif, fils d'une juive, exalté comme Fils de David et qui fit de douze juifs les premiers propagateurs de sa foi aurait voué son peuple à la malédiction éterne1le! « Etonnons- nous, après cela, » écrit M. Isaac, « que de la catholicité allemande soient sortis un Himmler, un Eichmann, un Hoess : ils ne font que prendre et porter à son point de perfection une tradition établie depuis le Moyen Age. » Et quand bien même le grand-prêtre juif Caïphe aurait désigné le Nazaréen à l'autorité romaine comme un perturbateur de l'ordre public, c'est bien Pilate, représentant de Rome, qui le condamna au supplice romain de la croix. La pilatôlatrie d'une certaine littérature chrétienne est peut~être un des traits les plus agaçants de l'enseignement du mépris. l E livre refermé, on songe à l'au.. J teur, à son talent, à sa science. On song-e aussi à son courage. Jules Isaac a 8S ans. Ce !l'était pas un jeune homme en I947, quand il établit en 18 points un programme qui pourrait redresser l'enseignement ~hrétien. Il fit des démarches, connut et aima les chrétiens comme le père Démann, discuta avec eux et alla soumettre son projet à la conférence internationale de Seelisberg. C'était un congrès extraordinaire de juifs et de chrétiens. Ils adoptèrent un programme voisin du sien, connu sous le nom des Mané Dix Points de Seelisberg. Le dialogue était noué. Jean XXIII a convoqué un Concile oecuménique pour la date du II octobre 1962. L'infatigable Jules Isaac est allé voir le pape et, chez lui, à Aixen- Provence, il a vu une personnalité du Concile. Il est, lui aussi, une personnalité aux )'eux du Vatican : il a montré aux chretiens leurs responsabilités envers les juifs injustement persécutés. Devant tant de vitalité, d'éternelle jeunesse, on est étonné au sens latin du mot. De nouveau, je parcours L'Enseignement du méPris et, brusquement, je pense : « Mais c'est un esprit religieux. Voilà peut-être d'où son oeuvre tire sa forçe. » Quand Jules Isaac parle de J ésus, on sent chez lui un respect, une compréhension bien rares chez les chré. tiens. Il saurait écrire la vie de Jésus. KATZ n'est plus (De notre correspondante en Israël Myriam NOVITCH) L A mort du peintre Man~atz a attristé tout Isra:ël. On savait l'artiste malade depuis quelque temps, mais, il y a des êtres dont la vitalité est telle, qu'on a du mal à s'imaginer qu'eux aussi peuvent mourir. Mané-Katz était un grand ami dont j'ai fait connaissance encore jeune étudiante à Paris. Il invitalt aussitôt à déjeuner pas seulement de jeunes et gentilles femmes, mais tout ami rencontré. On savait dans les restaurants de Montparnasse que pour Mané, il faut toujours deux couverts. Il était de ces rares artistes qui s'intéressent aux jeunes et qui les aident. Sans doute se souvenait-U de ses dures années à Paris, où venu de son lointain Krementchoug, il dut beaucoup lutter pour s'imposer. Il achetait souvent des toiles de jeunes peintres venus à Paris nantis de beaucoup d'ambition, mais disposant de peu d'argent. J'ai rencontré l'artiste au lendemain de la guerre et je lui ai beaucoup parlé de toutes les horreurs que j'avais vécues sous l'occupation et aussi du poète du ghetto de Varsovie, Itzhak Katzenelson, l'immortel chroniqueur de temps de la catastrophe. Qui a.urait pu, mieux que Mané Katz. 1 entreprendre d'illustrer ce grand poème: « Le Chant du peuple juü massacré » ? Depuis toujours, les sujets préférés du peintre étaient ceux du monde disparu décrit par le poète: adorables têtes d'enfants juifs aux grands yeux étonnés. jeunes gens aux traits émaciés par de longues veillées d'étude, têtes de vieillards remplis des rêves d'un monde de justice, de paix et d'amour - « ces petits Juifs aux grandes têtes » comme les appelait Katzenelson. Et de ce monde à jamais englouti, il peignait avec une particulière prédilection les musiciens, les fêtes - fiançailles ou mariages - le problème des repliés • • y VOIR CLAIR (SUITE DE LA PAGE 8l ligl€use, à leur culture, leur ont été enlevés. Le5 Français d'Algérie, la masse des petites gens, n'ont jamais appris tout cela. Ils' ne savent pas pourquoi ils traitent avec mépris les musulmans d'indigènes, alor;, qu'eux-mêmes le sont bien sauvent, comme 1'0 si cruellement fait sentir aux juifs le régime de Vichy. C'est que les musulmans sant avant tout indigènes parce qu'ils relèvent du code de l'indigénat. L'indigénat est une institution juridique éminemment raciste. "L'indigénat remet aux administrateur de commune mixte les pouvoirs d'un juge ainsi s'efface la traditionnelle séparation des pouvoirs » (Nouschi, Prenant, Lacoste!. Et nous fa isons a insi deux découvertes

C'est que la loi, le Droit, sont

la loi et le Droit d'une classe dominante et que le racisme s'alimente dans un système économique d'oppression. L'effet contraire, involontaire de cette oPldression, c'est la prise de conscience de cette explOitation par les Algériens. Les frontières de cette exploitation précisent ce lles de l'Algérie. VICTIMES SANS LE SAVOIR Il était possible malgré leur racisme originel, d'intéresser les masses de statut français à la construction de l'Algérie nouvelle à la condition d'en foire la politique. Cela n'a jamais été voulu. Et lorsque le droit à l'autodétermination a été reconnu, l'O. AS a repris directement à son compte, ce qUI se fai sait au nom de la France qui, pour elle, ne jouait plus le jeu que l'on connaît. Par ses actes, elle a fait apparaître que la ha ine, le mépris et la violence ont été considérés en Algérie comme de rentables investissements. En suite de quoi, la masse des petites gens de statut français quittent l'Algérie, sentant confusément le lien essentiel entre leur présence et la violence, mois ne sachant point que leurs intérêts profonds sont en contradiction avec ceux des personnages qui faisaient l'Algérie co loniale, en contradiction dynamique, surtout. La concentration des terres entre les moins de gros riches a chassé de plus en plus les petits colons qui viennent grossir le pralétariat ou l'art isanat des villes. Et cette situation des petits colons ne pouvait aller qu'en s'agg ravant, en vertu des lois de la concentration foncière. Les masses européennes auraient dû se désolidariser de leurs chefs de file, porteoaro le des gros colons et lutter contre eux. Après la guerre, ils l'avaient commencée, cette lutte, en votant en nombre peu négligeable pour les partis de gauche, pour les communistes. Mais cette lutte, pour

Ivoir des chances de succès aurait dû rassembler

européens et musulmans. Les gros colons contre lesquels ils luttaient, c'est le colonialisme qui les produit. Pour être me· né jusqu'à son terme logique, le combat aurait dû être dirigé contre le colonialisme et passer par le nationalisme algérien. L'Algérie aurait alors sûrement fait l'économie de plusieurs étapes. Mais cela, I~ petites gens français d'Algérie ne le voulaient pas. Victimes des gros colons, ils étaient en même temps leur clientèle. Ils bénéficiaient eux-mêmes par rapport oux masses musulmanes, d'avantages économiques, culturels, qui leur faisaient croire à une supériorité de droit divin faisant partie de leur essence même. Ils étaient pris dans leurs contradictions de base. Il eût fallu les éclairer politiquement, faciliter leur intégration dans l'Algérie qui se créait par de franches discuss ions. Cela n'a pas été voulu . La masse européenne éclairée, cela aurait donné un contenu encore plus dynamique à la révolution algérienne. Les barrières du racisme emportées, les cadres européens auraient apporté leur savoi r-foire et dans une certaine mesure, les traditions révolutionnaires et démocratiques de la France. y a-t-on pensé ? A-t-on pensé que les spéculateurs du pétrole auraient pu être balayés par cette puissante montée fraternelle qui aurait pris à son compte et pour le profit du peuple, l'exploitation des richesses industrielles de l'Algér.ie ? Le programme idéal était celui-ci, mo is les gouvernants ni l'O.A.S. n'en ont pas voulu. Les uns voulaient le pétrole, les autres la terre et entre les deux une multitude d'imbrications. Mais de place pour le menu peuple dons leur calcul ? Point. PARMI LES DEMOCRATES Les rep liés quittent donc leur\ooys pour rejo indre la France, envers laquell'.e grand est leur ressentiment. Ils doivent savoir que les démecrates écoutés, ils auraient peutêtre maintenant vécu dans une ambiance fraternelle en Algérie. Ils doivent savoir que les démocrates écoutés, ils pourront, les petites gens, les petits artisans, mieux défendre leurs intérêts profonds. Ils devront perdre les réflexes acquis par 130 ons de colonialisme. Si en France, l'exploitation de certaines minorités ethniques est plus facile, celle des pro létaires, des petits artisans est réelle, et sérieuse. Et elle ira en s'amplifiant, dans le cadre du Marché commun. Les repliés connaîtront les mêmes problèmes Que les Français de même condition. Il s'agit donc pour ceux qui restent en France de ne p(JS vivre avec le passé, de ne pas obéir à de puérils sentiments de vengeance qui ne les servent pas, et de reconnaître objectivement l'évolution ,inéluctable de l'histoire. La page de l'Algérie coloniale est définitivement tournée. Toute excitation à la haine, au racisme, ne peut donc servir que d'autres intérêts n'ayant plus rien à voir avec le problème algérien. Ces intérêts seront nécessairement en contradiction essentielle avec ceux des petites gens repliés d'Algérie. Ceux-ci devront changer leurs conditionnements réflexes, la structure économique n'étant plus la même. Leur place devra se trouver parmi les démocrates qui les aideront politiquement, à la rejoindre. Mané Katz le mande brûlé tout un folklore renaissait dans ses tolles. C'est pourquoi nous l'aimions tant. Pour illustrer les poèmes de iKatzenelson, Mané-Katz a choisi de larges toiles blanches et de la peinture noire. C'étaienL des spectres qui sortaient de son pinceau: les juifs des petits bourgs d'Ukraine et de Pologne, les juüs de son enfance et de sa jeunesse, le peuple brûlé dans les crématoires d'Auschwitz. Tout ce qui évoquait ce passé lui était cher. C'est avec une ardeur jamais démentie qu'il collectionnait, en y dépensant une partie de sa fortune, d'anciens candelabres à sept branches, des lampes de Chanouka, des coupes d'argent servant à la bénédiction du vin de Sabath. Son joli atelier de la rue Notre-Dame-desChamps en plein coeur de Montparnasse, se fût transformé, avec le temps, en un véritable Musée. Dans ses fréquents voyages en Israël, il aima surtout la ville de Haïfa, dont le maire, Aba Houghi, le recevait avec tous les honneurs dus à un grand artiste eL à un grand ami ; il lui avait accordé un splendide emplacement sur le Mont Carmel pour une demeure et un futur Musée. J'étais dans la foule d'artistes, d'écrivains et de simples gens qui était venue rendre hommage à ce grand artiste e: homme de coeur, d'abord dans la salle d'honneur de la Mairie puis au joli cimetière des environs d'Haïfa, où il reposera après avoir vécu sa trop courte vie à. Paris, patrie de tous les artistes ... 12------------------------------------------------------------------------------------------------ MAIS OU SONT l ES NÈGRES D'ANTAN ? • MARTIN et BOSCHET, des « Films Martin et Boschet », sont deux jeunes cinéastes passionnés de l'animation. André Martin est lui-même journaliste et sans doute l'un des plus érudits dans ce domaine particulier du 7e Art :jui forme à lui seul, comme on l'a dit, un huitième Art. Auteurs de plusieurs films, les deux réalisateurs se sont imposés par un curieux exercice de style intitulé « Patamorphose ». sorte cie revue humoristique de toûtes les formes du cinéma d'animation, de Walt Disney à Mac Laren, en passant par Bosustov et les ombres chinoises. Ils présentent actuellement au public leur dernière oeuvre : « Mais où sont les nègres d'antan? » (au cinéma « La Pagode »), pamphlet amusant et cruel Sl1r les nouveaux rapports qui s'établissent entre les pays africains et les pays anciennement colonialistes. L'histoire est simple : c'est celle d'un ethnologue émil}ent qui, l'amenant d'un vovavc en Afrique un air plus ou moins folklorique, voit celui-ci devenir le best-seller de la chanson et du disque. TI s'enrichit, jusqu'au jour où l'auteur de cette musique, son pays ayant accédé à l'indépendance. vient lui réclamer ses droits ... Dans leur atelier installé au pieel de la Butte Montmartre, Martin et Boschet nous parlent de ce film : « C'est volontairement un film « inamical ». Nous sommes dans l1ne période Olt l'on se herce (le moto et de formules. L'amitié cntre les peuples, c'est 1 « C/esf un film « ina mical » qui t l , veu prouver qu a l'ère d es protectorats doit succéder celle des contrats» nous disent André MARTIN et Michel BOSCHET bien joli, mais cela doit s'appuyer sur des faits concrets. Il est toujours amusant de voir un homme s'écrier « J'aime les nègres! » Notre ethnologue les aime beaucoup aussi, en protecteur, en homme civilisé compatissant. Or « aimer » les nègres, ça ne veut rien dire. Il y en a qu'on peut détester, non parce qu'ils sont nègres, mais parce qu'ils sont des hommes. Tout comme les blancs. Ce qui compte en l'homme ce n'est pa~ sa couleur. « En ce qui nous concerne, nous avons appris qu'un réal isateur africain préparait son premiel' film d'animation. Voilà qui nous passionne, nous attendons de voir son travail, d'en discuter avec lui, d'échanger nos expériences. Les rapports que nous établirons avec lui seront donc raisonnés et basés sur une affinité commune. « Ce que nous montrons - ce que nous voulons démontrer - avec « Mais où sont les nègres d'antan? » c'est qu'à l'ère des protectorats doit succéder l'ère des contrats, une sorte de retour à l'égalité réelle entre les parties autrefois adverses. « Quant au racisme, il se manifeste d'une façon bien curieuse. Il y a des gens qui nous regardent de trayers, et qui n'osent pas prononcer le titre exact de notre film. Le 1110t « nègre » choque certains esprits - alors Que les Africains le revenc1iquent. On voulait même nous changer le titre. Mais nous y tenions. non seulement parce one c'est un jeu de mots. mais parce qu'il exprime une réalité. » {Interview recueill ie par Jacques DEL TOUR' D'UNE VOIX [OMMUNE par Charles DOBZYNSKI Le onzième recueil de poèmes de Chorles Dobzynskivient de paraître, chez Pierre Seghers. Son titre, « D'une voix commune », je me plais à le comprendre sous un double sens: c'est d'abord un pur et lucide chant d'amour à deux voix n'en formant qu'une; mais leur tendresse mutuelle, leur joie d'aimer, les jeunes époux les élargissent à tous les êtres, jusqu'au partage de leurs souffrances, mais aussi de leurs luttes leurs voix unies sont une seule voix. commune à tous: L .. ) Et ton coeur communique avec le coeur des autres (p. 34l. L .. ) Ah ma v'ie n'est qu'une farine que l'amour convertit en pain (p. 40). C .. ) Comment un êhe, par un outre et par un autre se complète? (p. 49' LoO) On ne vit que par tous. Je ne v:. ç,1Ie par to" (p. 85' Charles Dobzynski répond par l'évide?fa de sa vie à ces fertiles interrogations. Mais lui aussi, comme Eluard, comme tous ceux de la grande fraternité de; hommes libres toujours au combat, il a « des m'illions et des millions» de camarades. Antiracistes, nous n'oublions pas que notre ami fut le traducteur chaleureux de la « Ballade de Little Rock, de Dora Teitlboïm, qui obtint le Prix de le Fraternité. Nos lecteurs, lorsqu'ils auront laissé chanter en eux l'énergique complainte qui a pour titre « Auschwitz, mOIt amour» (page 97), dont nous reproduisans ici un extrait, vaudront .certainement aller plus loin dans l'exploration de l'oeuvre poétique de Charles Dobzynski. Auschwitz mon amour je le vois sur les murs L'abcès crève et la mort vient couler sous nos pas o baisers papillons épinglés o lèvres soleils crucifiés J'ai vu pourtant le reliquaire. Les souliers d'enfants le feuillage endormi Des cheveux féminins fleuve et forêt sans fin. Lourde encore de ses rumeurs et du passage des oiseaux Un jouet sort parfois de terre une mâchoire L'avenir édenté La dérision Aux commissures des allées bien ratissées La verdure esquisse un sourire On dirait que la vie a honte de sortir De la coquille des saisons Seul le silence étend sa main Peignant et dépeignant sa chevelure Avec ces peignes par monceaux ces branches mortes Où ne chantera plus le hémir blond d'une aile Vous dites que c'en es,t fini Que rietl ne sert d'y revenir Que la terre a pit reverdir Q1t'On a vu les portes s'ouvrir. L'enfant grandir le blé mûrir Vous dites que c'en est fini Roger MARIA. Mais VOl~s n'entende::: pas les cns Les murs qui se couvrent la nuit D'étranges croix d'étranges fruits Auschwitz mon amour ("est l'ombre que j'écarte De ta flamme qui ve;lie Sur les flammes éteintes Et qui leur donne à boire et qui leur rend mémoire. Notre amour est la t1aml1\(' et le souffle à la fois Pour ranimer tant de visages sous la cendre Et notre sang tient chaud à lem IU11lière Et notre coeur donne à leur flamme sa couleur Mon amour mon amour une ombre dans la flamme Et le grain du néant peut germer et mûri,. Tant Que la mort dore ses gTappes au soleil Nous ne pouvons pas être heureux Mais le plomb du malheur peut muer en nos mains Ah mon amour quand tu vois clans mes yeux Monter la fumée de ce que j'ai vu C'est que je tremble Que notre amour et tant d'amour à sa semblance Ne pui ssent empêcher le feu de ce qui fut De déborder un jour sur l'avenir Mais n'avons-nous pour contre-feu Que l'enfantement Quotidien De l'espérance? Le film débute sur la méditation d'un ethnographe enthousiaste. Au commencement était l'Afrique Eternelle. Va-t·1l parvenir à saisir son secret? C'est ce qu'il ~edemande. Voyant qu'il aime les arts primitifs, la peuplade s'emploie à lui en don-ner pour son argent : boubou - danses sacrées - coutumes qui valent bien les nôtres - chansons typiques. L'ethnographe revient. vers la métropole enchanté par ses découvertes. Gloire et fortune : une chanson qu'il avait gla-· née devient un succès po· pulaire. Mais par un beau soir, l'auteur noir de la chanson sort de la nuit des temps pour réclamer ses droits. J\.yant effectivement composé l'air célèbre, il gagne le procès. L'ethnographe est ruiné et fortement déconsidéré. Le film s'achève sur une fin heureuse et néanmoins morale. L'ethnographe apprend à son tour à chanter. Un touriste africain passe... et enregistre cette musique si barbare! ... ~""·I~h· . ...• I.l..'.·.....·•ï.• .. . i.:i .' ·1 • . . 1'" ..... . . '~ ..

Notes

<references />