Droit et Liberté n°400 - avril 1981

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°400 de Avril 1981
    • Les 400 coups de « droit et liberté »
    • Sept ans après par René Mazenod
    • La nouvelle génération (enfants d'immigrés) par Adil Jazouli
    • Au fil des jours
      • Article raciste en URSS
      • U.S.A. 6000 indiens expulsés par Robert Pac
      • Coup dur pour l'intégration scolaire à Los Angeles
      • Violents affrontements à Londres
      • La santé du Tiers monde
    • Dossier: les états généraux de la lutte contre le racisme
    • Brecht et le racisme par Anne Laurent
    • Action: un antiracisme sans éclipse par Albert Levy
    • François Béranger: "les lions ne sont pas faits pour être domptés" propos recueillis par Marc Mangin

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.. .. ... . .................... .. .. . . .... . • ••••• • ••• • •••••• • • • • •• •• • • • • • • • • • • • • • • • • • ••• • • • • • ••••• • •••• • •••••• •. •••••••••••••• • • • • •• ... . • •• •• .. ·r~ .. '1'· •• • • • ••••••••••• •• •••••• • • • ••••• • •• •• • • • • • • • • ••• • ••• • ••••••••• • •••• • •••• • ••• • •••• • •• • • •• •••••••• • ••••••••••• • ••• 11111111111111 :::::::: :::: ::: :::: :: ::::::: :::::: ::::: :::::::;: :::::::::::::: ::::: :: ::::::: ::::::: ::: :::::::::::::: :::;: ;:::::::::::::::::::::::;:::::::;:;:;:::;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:::::::::::::;:::::::::::;:;:;:::::;:::::;:;: MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L'AMITIE ENTRE LES PEUPLES 5 f. AVRIL 1981 N°400 LESee Etats-Généraux Le 21 mars, plus de 500 délégués sont venus témoigner à Paris du racisme et de la lutte antiraciste aujourd'hui en France. Les EtatsGénéraux de la lutte contre le racisme ont été un temps fort du mouvement antiraciste de « l'après Copernic ». François Béranger broie-t-il du noir? P.8 François Béranger se dit optimiste. Pourtant, lorsque nous l'avons rencontré, il ne respirait pas la joie de vivre . Le racisme lui a inspiré plusieurs chansons, son dernier disque évoque l'attentat de la rue Copernic. Ouels sont ses espoirs pour l'avenir? P. 16 Bertolt Brecht et le racisme La pièce de Bertolt Brecht : « Têtes rondes et têtes pointues», est montée au Théâtre de l'Est Parisien. Une analyse percutante et profonde du phénomène raciste par l'un des maîtres de l'art dramatique contemporain, qui vécut en Allemagne la résistible ascension du régime nazi. P. 11 DE DROIT· ET LIBERTE Quatre cents fois depuis le 1 0 octobre 1949, Droit et Liberté a exprimé dans ses pages les luttes du Mrap. A plusieurs reprises, sa présentation, son format ont changé. Mais, des horreurs de la 2 e Guerre mondiale aux angoisses de la «guerre froide », des conflits d' Algérie et d'Indochine à ceux du Proche-Orient, de l'affaire Rosenberg aux méfaits du racisme d'Etat frappant en France la population immigrée, du massacre de Sharpeville à la bombe de Copernic, c'est sans relâche qu'il a porté des coups au racisme sous toutes ses formes, défendu la justice et affirmé bien haut la dignité humaine. (suite page 2) -.... ...... - » Enfants d'immigrés Les 16 et 17 mai prochain, le Mrap organise un colloque sur les problèmes que connaissent les enfants d'immigrés dits de « la deuxième génération ». Ouels sont ces problèmes? Leurs causes? P.4 Sept ans apre" s ... Il ya sept ans, le Mrap s'adressait aux candidats à la présidence de la République. Dans sa réponse, Valéry Giscard d'Estaing nous disa it: « Vos préoccupations rejoignent les miennes». Ou'en est-il aujourd'hui sept ans après? René Mazenod, secrétaire national du Mrap, chargé de l'immigration, fait le point sur la situation des immigrés. Du petit déjeuner offert par le Président de la République à des éboueurs parisiens au projet.de supprimer l'allocation chômage pour les- immigrés ayant perdu leur emploi, le dernier septennat s'est particulièrement occupé des immigrés ... ~• • 3 COURRIER Ghetto? Est-ce une bonne manière d'aborder la question que de se gargariser de cette notion de «ghettos» qu'on finit par lancer à la figure de ceux qui y habitent comme une véritable injure 1 Pour un «ghetto» que je connais particulièrement bien. puisque ma mère y.a habité jusqu'au mois de juillet 1980, celui de la Rose des Vents à Aulnay, fai du mal à le reconnaÎtre dans la description absolument apocalyptique qui en est faite. Je constate en tout cas que la parole n'a pas été donnée aux habitants de la cité, ni aux représentants de la municipalité pouvant faire entendre peut-être un point de vue différent. En effet. la dénonciation des «ghettos » est faite d'une manière extrêmement ethnocentriste, sans tenir compte nullement de la façon dont les choses sont vécues par les habitants eux-mêmes. Rien n'est dit non plus sur les réalisations extrêmèment positives faites par la municipalité et les enseignants pour animer cette cité, en s'appuyant précisément sur les différences raciales et en tentant de promouvoir la connaissance des diverses cultures. Refuser l'existence d'une équipe de football antillaise par exemple est une forme . d'impérialisme culturel incontestable, car il peut être extrêmement important et réconfortant pour les participants de se retrouver dans une équipe antillaise. Enfin. comme vous l'avez souligné, la naissance du ghetto est due essentiellement aux préjugés de l'opinion française, puisqu'il se forme parce que les Français s'en vont. C'est donc bien en agissant sur ces préjugés et sur l'espèce de mortification que ressentent les Français à vivre à côté d'immigrés au niveau desquels on pourrait les « ravaler » qu'il faut agir pour permettre de résoudre les questions de cohabitation. Sylvie Lodepin Paris N.D.L.R. La description de la cité de la Rose des Vents à Aulnay- sous-Bois ne se voulait absolument pas « apocalyptique », comme en témoigne la photo souriante qui illustre la couverture de notre dernier numéro. Il s'agissait d'analyser la notion de «ghetto» dont on parle beaucoup depuis quelque temps. Les équipes sportives formées selon les origines des migrants ne sont pas «refusées », même si la personne qui en parle regrette que ce soit « le seul recours pour les communautés concernées et que le sport ne joue pas mieux son rôle de LES CC 400 COUps·> (suite de la page 1) A travers plus de 31 ans d'histoire mouvementée, il est resté fidèle à ses origines, quand, sous l'occupation, organe clandestin de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, ses diffuseurs risquaient leur vie pour faire connaître la vérité et organiser le combat anti-nazi. Avec ce numéro 400, il franchit une nouvelle étape. Il y a ql.lelques mois déjà, en même temps que la création de Différences, magazine d'information et de réflexion destiné à prolonger le sursaut antiraciste d'après Copernic, nous annoncions la transformation de Droit et Liberté. C'est maintenant chose faite: deux semaines après le lancement du numéro 1 de Différences, Droit et Liberté paraît dans sa formule rénovée. En quoi consiste le changement? Ce n'est pas seulement l'apparence extérieure mais la conception même de notre mensuel qui se modifie. Droit et Liberté parviendra désormais à tous les adhérents du Mrap, pour qu'ils puissent mieux suivre et soutenir les luttes menées par celui-ci. Il comportera des rubriques telles que dossiers, débats, compte-rendus, échanges d'expériences susceptibles d'y aider concrètement. Les pages culturelles porteront plus systématiquement sur les artistes, les oeuvres et les initiatives qui concourent à l'élimination des préjugés et aux progrès de l'amitié entre les peuples. En somme, Droit et Liberté se mettra plus encore que par le passé au service de l'action militante. Un des aspects - non négligeable - de cette orientation est la réduction du prix de l'abonnement, qui passe de 60 à 40 F par an; ce qui, avec l'adhésion au Mrap à 60 F, porte à 100 F (au lieu de 120) cette double participation au combat antiraciste. les versements supérieurs permettront de fournir Droit et Liberté aux adhérents qui n'auraient pas la possibilité d'assumer ce montant (1). Ainsi, Différences répondra, par-delà les structures du Mrap, aux besoins d'un large public, préoccupé partout ce qui divise les hommes, et aspirent à leur rapprochement; tandis que Droit et Liberté proposera à ceux qui en ressentent la nécessité les moyens d'agir efficacement avec le Mrap. On peut supposer que beaucoup s'intéresseront à l'une et l'autre publication, qui. sous des formes et avec un objet distincts, s'inscrivent dans des perspectives convergentes. Pour quelque temps, la nouvelle formule de Droit et Liberté restera expérimentale. Il appartient à ses «usagers» de préciser ce qu'ils en attendent. C'est d'eux, de tous les membres du Mrap -que dépendent l'existence et l'avenir de Droit et Liberté. (1) On ~eut encore évidemment s'abonnet à droit et liberté sansadhérer au Mrap. Et, bien sûr, à Différence. Un an : 140 F. 2 «moyen de communication entre les gens ». Cela dit, cette lettre complète heureusement l'article de Droit et Liberté en montrant la situation et ses causes dans une optique différente. Le phénomène est en effet complexe; il mérite d'être abordé sous tous ses aspects dès lors que c'est avec la volonté de combattre le cloisonnement ethnique et social, les incompréhensions et le racisme. Tab.a c et racisme Non: ce n'est pas de l'intolérance réciproque parfois manifestée entre fumeurs et nonfumeurs que je veux parler ici, bien que ces attitudes me rappellent parfois étrangement les intolérances racistes. Ce qui m'a frappé, ce sont les chiffres communiqués par l'Organisation Mondiale de la Sante (1) : au Kenya, les cigarettes contiennent 74 % de goudron de plus et 122 % de nicotine de plus qu'en GrandeBretagne, et des différences analogues ont été citées pour d'autres pays du Tiers Monde. Et ces différences s'observent pour des cigarettes d'une même marque. Bref. et ce n'est sûrement pas le seul exemple, les produits jugés trop dangereux pour nous autres, sont encore bons pour le Tiers Monde. Alain GAUSSEL 93 Ile-St-Denis (1) Cf. «Quotidien du Médecin », nO 2229. Seuil de tolérance? Dans la rubrique« Au fil des jours» de votre mensuel de mars, vous reprochez au député-maire de Villeurbanne, M. Charles Hernu, d'avoir fait référence à la notion de «seuil de tolérance» lors d'une interview à propos d'immigrés. Permettez-moi de vous dire mon étonnement à la lecture de cet article bien injuste dans la mesure où il n'intègre pas un élément important. Il n'est. en effet. pas fait mention dans votre revue de l'action positive engagée dès son élection en 1977 par la municipalité de Villeurbanne dont Charles Hernu est le maire, pour la suppression d'un ghetto. La résorption de la « cité Olivier de Serres », en voie d'achèvement. par une intégration de la population immigrée dans l'ensemble des quartiers, s'est faite en concertation aussi bien avec l'Amicale des Algériens en Europe qu'avec les Maghrébins délégués du quartier: Votre mensuel était consacré au phénomène des créations de «ghettos ». Il aurait été en effet intéressant de relater cette expérience de « résorption » d'un ghetto réalisée à Villeurbanne. Nous sommes bien d'accord pour dénier avec vous toute valeur scientifique à la notion de «seuil de tolérance»; elle n'a au demeurant que la valeur des gens qui le vivent tous les jours. C'est pour Cela que Charles Hernu, dans son discours (prononcé lors de la démolition de la 48 barre d'immeubles à Olivier de Serres) tout en contestant la valeur scientifique de cette notion. a plutôt mis l'accent sur« ce qui n'est en fait qu'un seuil de pauvreté ". . Marlène MAERTEN Adjointe à la Communication Co-directeur de la publication « Vivre à Villeurbanne » N.D,L.R. Dans l'interview à «Valeurs Actuelles » que nous avions citée, M. Hernu déclarait: «II est indispensable d'éviter la formation de ghettos. Villeurbanne compte 130000 habitants, dont 12 000 Maghrébins, soit 10% environ de la population. Je m'efforce de les disperser à travers la commune, de façon qu'aucun quartier ne dépasse ce seuil de 10%. Je crois qu'il y aun seuil qu'on ne peut dépasser sans drame » ••• Aux Halles encore ... Dimanche 22 mars, je fus le témoin d'une scène inadmissible. Je m 'apprêtais à prendre le métro à la station Halles, je venais de passer de l'autre côté des machines, lorsqu'une porte, une de ces portes dont on se demande bien ce qu'elles peuvent cacher parfois, s'est ouverte, laissant passage à une nuée d'enfants tsiganes en pleurs, une douzaine environ. filles et garçons de tous âges. Je m'informais de ce qui se passait. Il me fut répondu par quatre hommes peu amènes que ces enfants avaient « fait » un porte-monnaie (sic). Je rattrapai ceux-ci dehors pour leur demander des explications. Leur premier mouvement de crainte passé, ils me montrèrent des traces de coups, un petit garçon avait la cheville griffée, une fillette avait une pommette .meurtrie, tous pleuraient, tous avaient les chaussettes mouillées (1), tous avaient eu peur. Les quatre hommes surgirent soudain derrière nous, sans doute inquiets de mon intervention et. à leur vue, les enfants détalèrent. Ils me demandèrent de quoi je me mêlais et si je soutenais cette « racaille » (1) Qui sont ces hommes que rien ne distingue des autres et qui ont le droit de molester des enfants . de 7 à 13 ans (peu importe l'âge d'ailleurs) 1 Que cachent ces maudites portes d'où sortent de temps à autre des gens qUl~ visiblement. viennent d'être battus 1 Que pouvons-I}ous faire 1 Merci de bien vouloir publier cette lettre. Danielle F. Paris 2e N.D.L.R. Une autre correspondante nous a écrit (Droit et liberté, février 1981) pour nous faire part d'une scène à laquelle elle avait assisté au même endroit: « douze petites filles tsiganes alignées contre un mur, cer.{ 7ées de policiers, qui les maintenaient de façon brutale, et dont certains avaient à la main leur matraque »... Nous avons publié en mars (p. 16). la réponse du préfet de police à notre protestation ainsi que le point de vue des syndicats de policiers CGT et CFDT. droit et liberté. "°400 • avril 1981 EDITORIAL 59, rue N.-D.-de-Nazareth 75003 PARIS - I~ 278.54.02 IDEAL CUIR 41, Avenue Mathurin Moreau 75019 Paris oe" 205.76.51 205.90.80 Télex: 290163 - Porte 122 Jean MARCOVICI Président Directeur Général de la Sté mertel Société d'Engineering spécialisée dans la construction de bâtiments industriels et la rénovation de magasins et bureaux. droit et liberté. n0400 • avril 1981 HERTEL s. A. 2 82,Boulevard Voltaire PARIS" - 379-76-60 . , Sept ans apres 24 décembre 1974. 8 heures du matin. Palais de l'Elysée. Le nouveau Président de la République invite des éboueurs parisiens à partager son petit déjeuner. Ils viennent du Mali, du Sénégal, d'Algérie ou d'un autre pays d'Afrique. En les honorant, le Premier des Français entend honorer à travers eux ces centaines de milliers de travailleurs qui ont participé à l'essor de l'économie française au prix de leur sueur, parfois même de leur sang. A chacun de nous de les ·accueillir fraternellement. Lundi 30 mars 1981, 20h 30. Sur le petit écran, devant des millions de télespectateurs, l'acteur principal est toujours là mais ses convives ont disparu. Ce soir-là, non seulement il ne les invite pas à sa table mais, pis encore, il les chasse. Il n'accepte pas qu'ils deviennent des chômeurs: il faut qu'ils partent. Pour eux, sans travail, pas d'allocations, mais la proposition d'un pécule pour leur faire miroiter un retour heureux. L'opération décidée est le retour accéléré des travailleurs immigrés d'Afrique, Maghrébins et Noirs, et d'eux seuls. D'ici à 1985, il doit en partir 250.000 et dans un délai plus lointain 450.000 encore, soit un total de 700.000. En sept ans, comment a-t-on pu en arriver là ? Si, rétrospectivement, on fait la relecture de toutes les décisions politiques concernant l'immigration au cours du septennat de Valéry Giscard d'Estaing, tout s'éclaire alors et prend un relief saisissant. On comprend maintenant pourquoi la pratique administrative à base de circulaires illégales a pris le pas sur le législatif; pourquoi ces mêmes circulaires une fois abrogées par le Conseil d'Etatont été immédiatementetinlassablement remplacées par d'autres de même contenu; pourquoi le vote de la loi Bonnet après un tour de « passepasse » du ministre de l'Intérieur; pourquoi la création par M. Stoléru d'une circulaire reprenant l'essentiel du projet de loi Barre-Boulin; pourquoi les contrôles et rafles au faciès, les violations de domÎcile intolérables, les refoulements inhumains, les expulsions injustifiées, et tout particulièrement celles qui frappent les enfants d'immigrés algériens. On comprend maintenant pourquoi l'arbitraire, les discriminations, le racisme d'Etat. Malgré les discours officiels, tous démentis par les actes, depuis des années le Mrap fait cette analyse. « Il n'est pas acceptable de construire la C..E.E. élargie aux dépens des immigrants du Tiers Monde ». D'escalade en escalade dans les décisions c'est, hélas, ce qui est en voie de réalisation. Aussi, après avoir pillé les ressources et jugulé l'économie de leurs pays d'origine, étouffé leur culture, altéré leur santé, une certaine France dépossède les travailleurs migrants étrangers de leur droit au travail, elle leur vole même leur dignité d'homme! De telles perspectives, on s'en doute, ont engendré un climat d'insécurité, d'angoisse et de peur dans les communautés d'immigrés africains où l'on parlait depuis lo'ngtemps, sans y croire, de cette éventualité. Que tous leurs membres sachent que le Mrap est et sera à leurs côtés dans leur combat quotidien pour faire respecter leurs droits fondamentaux. Notre Mouvement n'accepte pas, en effet, l'amalgame trompeur - savamment entretenu - entre immigration et chômage. Depuis 1974, le nombre d'immigrés est constant alors que celui des chômeurs a quadruplé. En 7 ans, il est passé de 440000 à 1 667700 (chiffres officiels). Notre Mouvement n'accepte pas non plus que, en période difficile, une certaine France exclue du partage ceux qui ont contribué à sa richesse. La présence de millions d'immigrés sur son sol pourrait pourtant être l'occasion de leur donner dans la société française la place à laquelle ils ont droit. Il est urgent de s'atteler à cette tâche. René MAZENOD 3 ACTUALITE La nouvelle génération • • • Les 16 et 17 mai se tiendra, à Lyon, un colloque organisé par le Mrap autour des problèmes auxquels sont confrontés les enfants de travailleurs immigrés, appelés « enfants de la deuxième génération ». Alors que ces jeunes d'origine étrangère sont de plus en plus soumis aux brimades, à l'arbitraire, au racisme ... il était important que le problème de fond soit posé. Le sociologue Adil Jazouli s'interroge depuis longtemps sur cette question. Pour alimenter le débat, il nous fait part de son analyse, de ses hypothèses et des questions auxquelles il faudra bien répondre un jour. Depuis quelques années, en France, un certain nombre de psychiatres, sociologues, eth no-psychiatres, psychologues, juristes, travailleurs sociaux, pédagogues, militants d'organisations de solidarité avec les travailleurs immigrés se penchent sur les problèmes vécus et posés par ce qui est communément appelé aujourd'hui «la deuxième génération» de l'immigration. Ces travaux, ces réflexions et propositions, pour importants qu'ils soient, n'en restent pas moins partiels et cloisonnés dans des domaines et des approches spécifiques. Une partie assez importante de la documentation existante porte sur les problèmes de la scolarisation des jeunes d'origine étrangère, et sur les solutions ou les expériences tentées, ici et là, en vue d'apporter des réponses à l'immense problème de l'échec scolaire de ces jeunes (1). D'autres recherches portent sur la question des identités de ces jeunes et les problèmes de l'acculturation et de l'assimilation (2). Certains chercheurs se sont penchés sur les problèmes de la marginalité et de la délinquance de ces jeunes, soit à travers des approches cliniques (3), soit à travers des témoignages, des récits ou des monographies (4). Il serait fastidieux de citer ici tous les articles, mémoires, thèses et communications qui portent sur telle ou telle question particulière ; les lecteurs désireux d'approfondir leurs connais sances sur ce sujet peuvent consulter l 'excellente biographie analytique de Marie-Claude Munoz (5). Ce que l 'on peut déplorer, c'est l'absence d'analyse qui tentera it d'appréhender la problématique de la nouvelle génération issue de l 'immigration en termes sociologiques plus généraux. En effet, les travaux existants sont .des indicateurs assez significatifs des biais par lesquels ces jeunes sont perçus et analysés : échec scolaire, délinquance, déviance, suicide ... , c'est-à-dire des manifestations qui les situent dès le départ « en creux ». Autrement dit, on a commencé à parIer de la « deuxième génération »de l'immigration à partir du moment où elle a posé des problèmes à la société tout entière et où l'on a commencé à s'apercevoir qu'il ne s'agit pas simplement de quelques cas isolés et exceptionnels, pouvant être analysés et réglés du point de vue de l'exception qui confirme la règle, mais qu'il s'agit bien d'une catégorie sociale spécifique, avec des problèmes spécifiques et qui pose des problèmes en termes sociaux au système social en France. C'est en ces termes que je me propose ici de donner une ébauche d'hypothèse et d'analyse concernant la nouvelle génération d 'immigration . Problèmes de terminologie Il est devenu courant CIe parler de cette génération en lui donnant comme qualificatif « deuxième génération ». Les chercheurs et les militants les plus sincères, les mieux intentionnés, sont les premiers à le faire. Il est urgent et nécessaire de changer de terminologie et ce n'est pas une simple polémique linguistique. Alors, pourquoi changer? Parce que tout qualificatif est signifiant, à un degré ou à un autre, d'une concept opératoire. Ainsi, lorsqu 'on dit " deuxième génération », on sous -entend qu 'il y a eu reproduction interne d'une " première génération », reproduction qui véhiculerait avec elle tous les handicaps sociaux, culturels et économiques des parents. C'est aussi lier cette reproduction à un lieu autre que celui de 4 la société française . C'est supposer, a priori, que cette reproduction s'est faite en dehors de l'es pace social français et qu 'elle est plutôt liée à l'origine des parents, donc en pays d'origine. Or, je défends que ces jeunes sont la production de la société française. C'est cette société qui - à travers son système éducatif, ses organismes de gestion de la vie urbaine, sanitaire, culturelle, sociale et ses moyens de contrôle judiciaire et policier - produit cet individu social qu'est le jeune immigré. Il serait donc plus à propos de parler d'une nouvelle génération issue de "immigration (N.G.I.). Car, s'il est évident qu 'on ne peut renier l'appartenance ethnique et raciale de ces jeunes, il serait tout à fait illusoire d'essayer de les identifier comme le produit d'une autre culture (venue d'ailleurs ... ), ou comme la re production de leurs parents, revue et corrigée par la société française . A cet égard, Antonio Perotti s'écrie : " En fait. pourquoi appelle-t-on les enfants des travailleurs immigrés la « deuxième génération »1 « Deuxième » par rapport à quoi? ou à qui? Par rapport à leurs parents? Mais dans quel temps et quel espace vit un enfant, né ou scola risé en France, même si ses paren'ts sont étran gers 1 Ici et maintenant ou là -bas et autrefois? Est-ce qu 'on peut vivre ici et maintenant sans vivre comme ici et maintenant? Pourquoi donc ne les appelle -t -on pas comme tous les autres enfants, « génération nouvelle » ou «génération zéro »1 (6). Une génération « made in France» I ls sont près d'un million trois cent mille de moins de 25 ans, dont plus de 45% sont Maghrébins. Ils sont nés ou sont venus en France en bas âge. Ils ont vécu entre Oet 5 ans dans le giron d'une mère perdue dans les grandes cités et les grands ensembles, trop grands ettrop ensemble. Une mère qui vit l'exploitation de la femme au degré le plus élevé et qui n'a, comme espace et refuge, que son foyer et ses enfants, investit effectivement très fort dans ces deux directions. Les premières expériences de la rue sont le début d'une émigration que va opérer l'enfant, du foyer familial à l'espace social. C'est le moment des premiers déchirements. L'enfant ne peut traduire ses expériences de jeux et de bagarres que dans le langage qui leur a servi de support (le français en général). La mère ne parle que sa langue maternelle, d'où les pre mières situations d'incommunicabilité. Vient l 'âge de la scolarisation ; là débute un long processus qui produira, à sa fin , un jeune Français pas comme les autres. En effet, le sys tème éducatif en France est, pour des raisons historico- politiques, centralisateur, intégrateur et unificateur, il nie les particularismes et les spéci ficités culturelles régionales. Le jeune Algérien, Portugais ou Turc est appréhendé par l'école comme une terre vierge qu'on va cultiver et mettre en valeur. Il lui est expressément demandé de ne pas trop montrer sa différence, de se dissoudre dans la masse anonyme des millions d'élèves et de se conformer à des normes éducatives et culturelles dont il ne peut s'expliquer ni le sens ni l'utilité. Les parents, analphabètes en général, sont dans l 'impossibilité de jouer leur rôle éducatif et de soutien de leurs enfants. Le décalage entre ce qui se passe dans le foyer familial (dedans dévalorisé) etce qui se passe à l'écoleetdans la rue(dehors survalorisé) s'accroît à une allure vertigineuse. Combien de jeunes Maghrébins qui par Ient un tant soit peu l'arabe à l'âge de 5 ans arrivent en classe de sixième, à l'âge de 11 ou 12 ans, en ayant totalement, ou en grande partie, perdu leur bagage linguistique dans leur langue? Cela contribue à l'appauvrissement d.es relations intra- familiales. Dans le même temps, l'image des parents se trouve dégradée parce que l'enfant est confronté à des modèles occidentaux culturellement valorisés entre autres par les manuels scolaires. Les mass-media (la télévision surtout), l'environne ment social et scolaire et une multitude de petits détails qui s'accumulent, poussent le ou la jeune de la N.G.1. à s 'investir dans les modèles qui lui sont présentés comme " normaux », porteurs de valeurs, et à désinvestir progressivement par rapport aux parents, situations pouvant conduire parfois jusqu 'aux sentiments de mépris, de haine, ou tout simplement de honte. Ce processus se poursuit et s'aggrave Clurant les études secondaires. Sans aller trop loin dans la description de ces mécanismes, on peut dire qu'à travers le système éducatif (dans sa compré hension vaste), le ou la jeune enfant d'immigré va être socialisé, non pas en fonction d'une combi naison équilibrée entre deux systèmes de normes, de valeurs et de cultures, mais uniquement en fonction des valeurs et autres normes qui fondent la vie sociale en France. C'est une socialisation à la française. Ce n'est pas une critique droit et liberté. n0400 • avril 1981 ACTUALITE des maîtres ou des enseignants - certains d'ail leurs font des efforts de recherche et de compréhension tout à fait louables -, c'est un constat à froid d'une réalité que personne ne peut ni ne doit ignorer. .. C'est cette socialisation unilatérale, exclusive et normative qui me fait dire que la société française produit des jeunes de la nouvelle génération issue de l'immigration ayant des spécificités particulières . En effet, si on compare un jeune étudiant maghrébin arrivé en France pour suivre des études universitaires et un jeune Maghrébin de la N.G.I., on ~ 'aperçoit qu 'à part des ressemblances physi ques et des références souvent mythiques à des cultures communes, ils sont pour le reste totale ment différents . Et le reste est beaucoup. Par son mode de vie, ses aspirations, ses références culturelles symboliques et opératoires, ses loisirs ... le jeune de la N.G.I. est plus proche, à tous les niveaux, du jeune Français de son quartier que de l'étudiant maghrébin . Mais, en même temps, il n'est ni l'un ni l'autre, il est autre chose. Vivre ici, différent? .. Lorsque j'affirme cette capacité de production de la société, à travers ses institutions éducatives entre autres, je n'en nie aucu - nement les fonctions de reproduction des inégalités sociales (7). Il esttout à fait clair que les Jeunes de la N.G.I. subissent les mêmes critères de sélection et handicaps socio-culturels que les jeunes Français de même condition sociale. Ceci est aujourd 'hui admis par une grande partie de ceux qui s'intéressent aux problèmes de l'éduca t ion. Moins évident est le fait que l'école (donc le système social) reproduit souvent, non seulement des situations sociales, mais qu 'i l lui arrive parfois d'accoucher d'un acteur social nouveau . Je me situe dans u ne orientation théorique et opératoire qu i afti rme que : « La société commande son activité par t'oeuvre de connaissance, par t'accumulation, par la conscience et la créativité, de sorte que tous les aspects de son organisation de viennent autant de moyens au service de cette production de la société par elle -même » (8). Partant de là, je ne pense pas qu 'une société définie comme un « système ouvert » se confine uniquement dans sa propre reproduction ; elle agit sur elle-même, donc elle produ it . Ceci est capital et n'est pas uniquement un débat théorique. En effet, reconnaître cette production de la société, c 'est aussi reconnaître la nécessité de la création d'un espace social où les jeunes de la N.G.I. puissent s'exprimer, agir, se reconnaître et se positionner par rapport au reste de la société en termes sociaux. Or, nier cette 'lécessité, c'est aller dans le sens de la société actuelle en France. Qu'oftre-t-on aujourd'hui aux jeunes de la N.G.I. comme perspectives? Dressons un tableau des « choix » devant lesquels ils se trouvent et nous verrons qu'ils sont considérés comme allogènes, anti-sociaux, étranges étrangers, délin quants, symbole de l'échec scolaire ... L'échec et l'incapacité d'une société à faire une place à sa production sont projetés sur ceux qui en sont les victimes, procédé classique mais qui marchetou jours. Alors, y a-t -il une ou d'autres voies d'accès à l'espace social, pour cette nouvelle génération issue de l'immigration, que l 'i ntégration soit par la marge, soit par le centre, ce qui suppose une négation complète de ses spécificités? Existe -t-il d'autres voies de sortie que le suicide, la folie ou l'expulsion? Que veut dire vivre ici ensemble et vivre sa différence en même temps? Mon propos n 'est pas de répondre à ces questions, mais de les poser en vue de l'élargissement d'un débat qui, plus que jamais, est à l'ordre du jour. Ma démarche analytique est d'interroger les conduites sociales de ces jeunes de la N.G.I. dans ce qu 'elles ont le moi ns donné à voir. Le sens de la recherche que j'entreprends est d'interroger les conduites de cette N.G.I. en vue d'essayer de voir si oui ou non il y a une capacité d'action autonome. Autrement dit, cette N.G.I. qui a, d'un côté des comportements anomiques et suicidaires et de l'autre une conduite suridentificatoire marquée d'une forte volonté d'intégration, est-elle capable d 'avoir des conduites autres que des conduites-réponses à des situations qui , souvent, laissent peu ou pas de place à une marge de manoeuvre et d 'action Rropres. C'est su r la base de ce type de questions que j 'aborderai, avec deux groupes de jeunes de la N.G.I., une analyse de leur vécu, de leurs aspira tions contradictoires et de leur positionnement social. Adil JAZOULI (1) A ce sujet, voir à titre indicatif les travaux de B. Blot,J. Clevyet S. Boulot, CREDIF, école normale de Saint -Cloud . (2) Voir à titre indicatif le travail de H. MalewskaPeyre, C. Basdevant, A. Eyzat, A. lahalle, M. Nery : « Les jeunes émigrés et leurs cultures . , Vaucresson, CFRES, 1978. (3) F. Adillon -Janacek : «Déracinement et déviance •. Thèse de doctorat, Université de Paris VII, 1977. (4) F. Lefort: «Du bidonville à l'expulsion, it inéraire d'un jeune Algérien de Nanterre ., Ed. CIEMM, Paris, 1980. M. Michel: «Billy Francarabe ., Ed. Ouvrières, Paris, 1975. (5) M .C. Munoz : «Bibliographie analytique sur les jeunes étrangers ., Ed. CIEMM, Paris, 1980. (6) A . Perotti : préface du « Du bidonville à l'expul sion ... • , Op. cit. (7) Voir à ce sujet les travaux de C. Baudelot et R. Establet. En particulier «L'école primaire divisée •. Ed. Maspéro, Paris, 1975. (8) Alain Touraine : «Production de la Société ., Ed . Le Seuil, Paris, 1978. ••• de l'immigration OLD ENGLAND 114, cours d'Alsace-Lorraine 33000 BORDEAUX droit et liberté. n0400 • avril 1981 FABRICANT CRÉATION BOSTON HOMME FEMME 19, rue Béranger - 75003 PARIS Tél. : 278.54.89 5 os c: c: Cl CIl AU FIL DES JOURS Militant du Mrap menacé USA· 6000 Indiens expulsés Notre ami Jean-Pierre Dreyfus, président du comité du Mrap d'Asnières- Gennevilliers, a reçu le 24 mars une carte postale sur la quelle était fixée une lame de ra soir et inscrit ce texte : « Coupe-toi, salope, vengeance Caignet ». Sous une étoi le ju ive et une tête de mort. elle était signée : « Cercle A. Hitler ». Le « Cercle Adolf Hitler » s'est déjà fait remarquer par des menaces écrites de la même façon, contre Pierre Paraf, président d'honneur du Mrap, et Albert Lévy, secretaire général. Il a récemment revendiqué un attentat dirigé contre la famille de M. Alain Kri vine, dans le ge arrondissement de Paris. Article raciste en Union Soviétique l'idéologie, la science, le commerce ». A l'entendre, " la grande bourgeoisie juive (. .. ) a étendu. son pouvoir sur tous les ciUJyens d'origine juive, que ce soit aux Etats Unis, en Italie, èn France, èn R.F.A. ou dans d'autres pays. Les sionistes essaient de faire des Juifs des traÎtres aux pays dont ils sont citoyens ». Dans la région de Big Mountains (Arizona) aux Etats-Unis, environ 6000 Indiens Navajos et 500 hopis sont menacés d'être expulsés de leurs terres ancestrales. L'échéance de cette véritable déportation, d'abord fixée à 1982, vient d'être subitement avancée à avril 1981 par un décret récent. Ces territoires se trouvent situés dans une zone dite de «sacrifice national» , en vertu de la nouvelle politique énergétique des EtatsUnis qui consiste à exploiter à fond les ressources « domestiques » dont la plupart se trouvent en terri toires indiens. A Big Mountains, c'est la Peabody Coal Company qui menace d'envahir le territoire Navajo et Hopi pour en extraire le charbon. Le Bureau des Affaires Indiennes (BIA) a prétexté qu'un prétendu différend entre les Navajos et les Hopis, différend qu 'il a monté de toutes pièces avec les Conseils Tribaux circonvenus (élus par 10% seulement des Indiens) pour justifier le relogement des Navajos et des Hopis dans des villages américains situés à une centaine de kilomètres de chez eux. Là, ils devront devenir des mineurs et des ouvriers sous-payés, alors qu 'ils sont essentiellement éleveurs de moutons, artisans potiers ou tisserands. Cette transplanta tion aura pour conséquence la désintégration culturelle, sociale et spirituelle de leur Nation. Le génocide revêt ici d'autres formes que dans le passé, mais il n'en est pas moins réel. Seule une pression internationale immédiate pourra obliger le gouvernement américain à faire machine arrière. Pour sa part, le Mrap , allié au Comité de Soutien aux Indiens des Amériques, a col lecté des lettres de protestation auprès des partis et organisations françaises. Elles ont été portées à l'Ambassade des Etats-Unis à Pa ·ris pour être transmises aux services gouvernementaux des EtatsUnis. Robert PAC Dans un article de Lev Alexandrovitch Korneev paru récemment dans « La Pravda des Pionniers », la « bourgeoisie juive » est présentée comme une sorte de « super-puissance », coupable des méfaits qui pourraient être ceux de la bourgeoisie en général selon la term inologie marxiste : « cettebourgeoisie t ire de l'or, des diamants, de l'u ranium d'Afrique du Sud. de ses usines en Europe, en Amérique et en Australie ( .. .). La majorité des monopoles fabriquant des armes sont contrôlés par des banquiers juifs. Le business avec le sang leur rapporte des bénéfices énormes », etc., etc. On se demande ce qui l'emporte, dans ces propos, de la bêtise la plus vulgaire ou .de la volonté délibérée de nuire au socialisme. Des propos en tout cas intolérables, et dont le Mrap demande qu'ils soient sévèrement sanctionnés. Dans son rapport au dernier congrès du P.C. soviétique, M. Brejnev n'avait-il pas appelé à combattre à la fois le sionisme et l'antisémitisme? Violents affrontements à Londres Faut-i l croire que la bourgeoisie qui n 'est pas juive sera it, elle, innocente, inoff~nsive? Et lorqu'il est dit que « le sionisme, c'est le fascisme de notre temps », doit-on comprendre qu'il n'y a pas d'autre menace contre la démocratie dans le monde? L'auteur de l'article, développant le thème (bien connu) de la « domination mondiale », affirme que·" les sionistes cherchent à pénétrer tous les domaines.de la vie sociale, Pologne: antisémitisme pas mort L'antisémitisme a fait sa réapparition à Varsovie, au cours d'une sinistre manifestation - suivie heureusement par quelques poignées de personnes seulement - le di manche 8 mars. Les organisateurs, se référant à la campagne « antisioniste » , de 1968 qui devait aboutir au départ de la plupart des juifs de Pologne, avaient, dans leurs tracts, établi un amalgame entre les Juifs qui se t rouvaient alors dans les milieux dirigeants, qualifiés de staliniens, et certains responsables actuels de l'organisation syndicale «Solida rité ». En énumérant des listes de noms juifs, ils ont dénoncé «le complot sioniste », visant hier à «dominer » la Pologne et auiourd'hui à «prendre le contrôle » de Solidarité . Cette tentative d'utilisation de l'antisémitisme pour masquer les véritables objectifs de ceux qui le fomentent, n 'a pas rencontré le succès recherché . Mais la vigilance reste nécessaire pour empêcher qu'une telle perversion, avec l'appui des forces nationalistes les plus rétrogrades, ne vienne se substituer au débat loyal et démocratique. 6 1 De vifs affrontements ont eu lieu début mars en Grande- Bretagne, au cours d'une manifestation organisée pour protester LE RACISME EN JUSTICE Un antisémite condamné à Briey Pour avoir barbouillé des inscriptions antisémites sur plusieurs magasins de Longwy, un habitant de cette ville, Claude Chouquet, a été condamné le 25 mars par le Tribunal correctionnel de Briey à 3 mois de prison avec sursis, 1 000 F d'amende, 2000 F de dommages-intérêts au Mrap et la L1CRA, ainsi qu'à la publication du jugement dans un journal n'a tional et deux journaux locaux. Le Mrap était représenté par Mes Francis Pudlowski et Marc Soustras. Plainte classée à Aix-en-Provence A la suite de la diffusion à Aix-en-Provence d'un tract signé « Comité de Libération Charles Martel », les avocats du Mrap des Bouches-du-Rhône avaient déposé plainte contre X. Ce tract constituait en effet un appel au meurtre contre les Nord-Afri cains, désignés comme une « peste brune ». On pouvait y lire notamment : «Réagissez / ... Comment? direz-vous ... Eh / bien jeunes (et moins jeunes aussi /) en créant vos propres groupes clandestins. Par commandos de quatre ou cinq personnes, au maximum, car gare aux indiscrétions / La Loi est contre nous, nous le savons, nous ne le savons que trop ... Agissez avec passion, avec détermination, mais avec une passion contrôlée, la rage lioit être froide ... et la nuit votre complice ». Le Parquet, au bout de quelques jours, a décidé de classer la plainte. Prison pour deux jeunes nazis Deux jeunes fascistes de 20 et 21 ans, Fernand Pillonnel et Jean-Luc Radius, appartenant à l'organisation «Les Cadets de la Mer » avaient incendié en août 1980 deux librairies parisiennes, «Les Reclus » et «Les Mille Feuilles », parce qu'elles étaient, selon eux, «de tendance gauchiste » et situées « dans le quartier juif ». Ils ont été condamnés par la 15e Chambre du Tribunal correctionnel de Paris, respectivement à 3 ans de prison , dont 2 avec sursis, et 24 mois de prison dont 10 avec sursis. Le Mrap qui s'était constitué partie civile , a été débouté. Peines de prison requises à Nice Quatre militants de la F.A.N.E. ont comparu le 27 mars devant le Tribunal correctionnel de Nice. Ils étaient inculpés de menaces de mort, à la suite de l'envoi au Mrap en juillet 1980 d'une liste de plus de 60 person nalités juives des Alpes-Maritimes, avec ce texte manuscrit : « Un jour, nous ferons couler le sang / Un seul dieu: Adolf Hitler / ». Le ministère public a requis des peines de prison ferme (six mois et huit mois) contre deux des prévenus et des peines d'emprisonnement avec sursis contre les deux autres. Jugement le 19 mai . contre les lenteurs de l'enquête ouverte à la suited'un incendie qui, le 18 janvier, avait provoqué la mort de 13 jeunes Antillais . 23 manifestants ont été arrêtés dans le cortège, qui comptait plus de cinq mille Noirs. A la suite de ces incidents, le Comité Conjoint contre le Racisme (organisation regroupant les partis et les églises) est intervenu auprès du gouvernement pour qu 'il crée des unités spéciales de police chargées de prévenir et de répri mer les attaques racistes. Selon le rapport de ce comité, la communauté asiatique de Londres vit dans une sorte d'état de siège. Le Comité estime à un millier le nombre d'agressions racistes commises depuis dix-huit mois. Un constat confirmé par la Commission pour l'Egalité Raciale, organisation semi-gouvernementale, qui souligne que les difficultés économiques et l'accroissement du chômage sont la cause essentielle de la recrudescence des tensions raciales . Le nombre de chômeurs dans les communautés asiatique et noire a augmenté de 70% en un an . L'agressivité des jeunes, princi palement jamaïcains, est égaiement due en grande partie aux provocations du National Front, le parti fasciste, qui a une forte influence sur les jeunes Anglais, durement touchés eux ·aussi par la crise économique. Le journal musical du National Front, « Bulldog », n'a jamais eu autant de succès à l'entrée des concerts. Plusieurs groupes ont fait des idées racistes et réactionnaires le thème principal de leurs chansons . Sur les stades, certains n'hésitent pas à s'endimancher de leur tenue S.S. Dans les rues, des , jeunes arborent tranquillement à leur revers des insignes nazis ou des badges sur lesquels on peut lire «Je hais les Youpins » ... La communauté jamaïcaine ne trouve de repos qu 'en se repliant sur elle -même et les idées rastafa rit:: llnes sont pOl!r beaucoup la seule issue. droit et liberté. n0400 • avril 1981 AU FIL DES JOURS Coup dur pour l'intégration scolaire à Los Angeles Le Conseil d'Education de Los Angeles, organisme chargé de la politique scolaire, a décidé par 5 voix contre zéro, de commencer, dès le 20 avril, le démantèlement du programme de déségrégation scolaire obligatoire. En clair, le Conseil d'Education a décidé d'en finir avec le « Busing » : acheminement quotidien par bus des élèves des groupes minoritaires vers des écoles fréquentées par une majorité d'enfants blancs, dans le but d'améliorer la qualité de l'enseignement prodigué aux minoritaires et de réaliser l'intégration raciale dans les écoles. Après les diminutions des budgets sociaux et d'aides publiques qu'elle a déjà décidées et dont les Noirs et les minoritaires sont les principales victimes, l'administration Reagan s'attaque maintenant délibérément aux acquis des Droits Civiques de 1964 si chèrement conquis. R.P. EN BREF tion sur «le droit au développe ment » etune « déclaration sur l'élimination de toutes formes de discrimination et d'intolérance reli· gieuse ». • Trente-deux associations. dont le Mrap, ont attiré l'attention sur la dégradation du droit d'asile politique en France et sur le nonrespect par la France des différents textes internationaux, pourtant signés et ratifiés, concernant les réfugiés politique. Les Archives de la R.F.A viennent d'offrir aux mouvements d'extrême- droite parisiens un mets de choix, en l'espèce, un festival de films nazis, interdits à la projection puqlique ma is que le « Goethe Institut » de l'avenue d'Iéna a très tranquillement programmés à l'occasion d'une exposition fort ambiguë su r «La jeunesse sous le Ille Reich ». Projections largement ouvertes au public et gratuites, • Deux chefs indiens: Max Gros Louis, de la tribu des Hurons, et Andrew Delisle, de la tribu des Iroquois, ont été reçus jeudi 5 mars par M. de la Fournière, directeur des Archives du Quai d'Orsay. Ils sont venus rappeler les termes du Traité de Paris, signé en 1763, dont ils étaient porteurs. Ce traité stipule que « les habitants français ou autres qui avaient été sujets du Roi Très Chrétien (le roi de France), pourraient se retirer en toute sûreté, en liberté, où bon leur semblerait. et pourraient vendre leurs biens, pourvu.que ce soit à des sujets britanniques ». Alors que des discussions constitutionnelles sont en cours actuellement au Canada, les Indiens voudraient se servir des dispositions du Traité de Paris pour faire valoir leurs reven dications économiques et demander, notamment, des indemnités pour les terres dont ils ont été dépouillés. La santé .L'éditeur d'extrême-droite Er win Schoenborm a plaidé coupable dans le procès où il est accusé d'incitation à la haine raciale, pour avoir dans des tracts, livres, brochures, nié l 'existence des chambres à gaz dans les camps d'extermination nazis. Cet éditeur a déjà été condamné, pour des faits similaires, à six mois de prison. • Un homosexuel de 26 ans a été tué dans les jardins des Tuile ries à Paris le 21 février, par cinq hommes armés de couteaux. Le commando, selon les dires d'un témoin, avait agressé trois homosexuels la même nuit dans ce quartier. • Les organisations indiennes : M.I.P.v.A (Pérou), AI.E. (Equateur) et M.I.T.K.A. (Bolivie), dans un communiqué, condamnent la guerre commencée dans leur ré gion le 22 janvier. «Cette guerre est inscrite dans le schéma colonial disent-ils et sert à exterminer les populations indiennes QU! vivent aux frontières imposées par l'Etat colonial ». • La Commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. s'est réunie à Genève pendant six semaines, en février et mars. Les débats ont conduit la commission à demander à la Cour Internationale de Justice si la politique d'apartheid pratiquée en Afrique du Sud était compatible avec l'appartenance de Prétoria à l'Organisation des Nations Unies. La Commission a adopté, au cours de cette session, une résolu - droit et liberté. n0400 • avril 1981 du Tiers-Monde Une semaine internationale de «la prévention et la réadaptation des handicaps » s'est tenue à Strasbourg au mois de mars. Des trois chapitres à l'ordre du jour : prévention, traitement et réadaptation, c'est la prévention qui doit constituer l'element central de tout programme de lutte contre les handicaps ont conclu les partici pants à cette semaine, organisée par l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.). Par ailleurs, l'O.M.S. évalue à 450 millions dont 140 millions d'enfants le nombre de personnes handicapées dans le monde, soit plus d'une personne sur dix. Pour une grande majorité, note l'O.M.S., ces handicaps pourraient être prévenus, notamment ceux dus à la malnutrition dans les pays en voie de développement. D'autre part, le « sixième rapport sur la situation sanitaire dans le monde » publié par l'O.M.S. met l'accent sur les cruelles injustices qui caractérisent la vie sur notre planète et dénonce les ravages de la malnutrition dans le TiersMonde. Ce rapport prévoit une espérance de vie de 65 ans pour 70% des populations du Tiers -Monde en l'an 2000, alors qu'aujourd 'hui elle n'atteint cette durée que pour 45% de la population seulement. 1 personne sur 3 pourra espérer devenir octogénaire a lors que cette proportion éta it, en 1975, de 1 sur 7. En 1975; l'espérance de vie dans les pays industrialisés était de 72 ans, alors qu 'elle n'atteignait que 55 ans darls les pays pa~vres . Cependant, ce rapport signale une grave résurgence des maladies transmissibles, telle que la bilharziose, qui frappe 200 millions de personnes et en menace 600 millions d'autres. La situation alimentaire dans les pays du Tiers -Monde est déplorée par l 'O.M.S. et l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (F.AO.), selon laquelle environ 400 millions de personnes, en majorité des nourrissons et des jeunes enfants, souffrent en permanence d'une sousalimentation grave. L'O.M.S. précise que 'la carence en vitamines a rendu aveugles 100.000 enfants en bas âge dans de nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Le chapitre consacré au cancer, après avoir analysé les causes du mal, énormément répandu dans les pays industrialisés, constate que le risque de contracter cette maladie est égal pour les ressortissants de ces pays et las travailleurs immigrés. Concernant le tabagisme, l'O.M.S. relève que le Tiers-Monde n'est pas à l'abri de cette épidémie. Dans certains pays, elle rivalise en termes de santé publique avec les maladies infectieuses et la malnutrition. aubaine pour tous les nostalgiques de Vichy et du national-socialisme mais aussi pourde bien inquiétants quarterons de jeunes nazis qui constituaient l'essentiel de l'auditoire et s'y étaient"très évidemment donné rendez-vous. Certes, les organisateurs se réclamaient du programme de l'agrégation d'al lemand, programme qui comporte cette année l'étudede << la jeunesse hitlérienne ». Mais les agrégatifs étaient, et c'est à ..leur honneur, plutôt absents de ce rendez-vous admiratif des petits enfants de Darquier et de Brasillach, encadrés par des Faurissons grisonnants. Quant à l'exposition, faite avec les fonds des archives allemandes, c'est-à-dire pour l'essentiel les affiches et photos de propagande nazie, si aux esprits avertis elles constituaient une illustration partielle de cequ'on peut et nedoit pas faire de la jeunesse, au visiteur non critique,jeunes écoliers en particulier, elle offrait une image plutôt rassurante d'un mouvement de type scout, adolescentes venant en aide aux jeunes mamans et aux réfugiés des bombardements, garçons faisant du camping, de la musique, apprenant un métier et en temps de guerre déblayant courageusement les ruines, éteignant les incendies. Rien sur l'endoctrinement raciste et très peu de choses sur les victimes. Si peu que M. Heinz Boberach, directeur de la «Bundesarchiv de Coblence », gêné par cette quasi-absence, devait lors du vernissage, tenter de la justifier dans quelques phrases stupéfiantes que nous livrons à la réflexion de nos lecteurs : « On peut reprocher à cette exposition de ne pas accorder assez de place à l'opposition des jeunes contre le système national-socialiste, à la résistance et à la persécution. Ces événements peuvent cependant difficilement être illus trés par des documents si on ne veut pas montrer uniquement les témoignages - subjectifs et même déformés - des persécuteurs, ceux de la gestapo, par exemple. L'expérience nous a également montré que les jeunes d'aujourd'hui sont surtout intéressés par la représentation de la vie quotidienne des jeunes du même âge de cette période, car ils savent que seule une minorité fut persécutée, dont ils n'auraient probablement pas fait partie, s'ils avaient vécu alors. » (1) Sans commentaire. (1) Souligné par nous. 7 , " ,. le racisme au quotidien Les Etats -G;énéraux de la lutte corttre le racisme Le, .nises nationales des Etats-Genêraolll de la lutte contre le racisme, qui se sont tenues' Paris le 21 maf'$ 1981, journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, o nt étéun carrefour animé par la pnisence de plus de cinq cents délégués venus de toutes tes régions de ". La lutte antiraciste s'amplifie ~ \ J. t-J' France témoigner de ce que sont aujourd 'hui le racisme et la lutte antiraciste. Comités et commissionldu Mrap, "Ioci.tions d'immigrés atmilitants se lont succédé • la tribune de cette journée présidée tour il tour pa' Charles Palant, George Pau· Langevin et Jean Pihen,vice-présidents du Mrap. COIh/Iqua du a.-r ... ~" .. " n"IIH".", INI (fi u .... 1O"' .. n • r.m ..... n"_ !N' "owH~ • confier CH .H .. , ..... bu ...... L"-,,,,,,,,,,,, .. 1.101 .. 1lin H' ""_"H prineiplu . .. r..,hon du com," de hllort s.. d;fMf.nlH 'n.' ..... ont ..... '" le P"II'AI" ln mtg,slr'" , 1'", .pploque' IVll4"",_mefl! t. 100 .n,,,..,,.,,, et des Analyses propositions commissions P.lo.n:,; .c....,.. <..I na uc omm.m.:,ruo""" ,c"e dnoe "r"e'n.Pco"n" fsto. nt ,-,""Y'. n_'_ ~._. c "o.'m" m 1 .. .,.." ."," . .•. .T.../.g _Mtf"ls ~~ GSen's d •u ,./.U <MnS MS lois. "'_/llUH N. mlflm",tv.s.' ptl,ugis dans ln Ilfe •• ~ ..... PI .... 1 Ignat.1IOt som iOOUYenIt 1'00"' de "" ,..,._IN" .... I.., ....... I"' t.comm ... "", . • · lull""'...., pr_' l',,,,,, d"un '*""-' ..... bol" ""'_ ...... los prcbI-' qu •• ." I0Il, ... pO. u. ton"'", de ,_" N,,1e "1" de .. commun.;:.,;.,n de 1. commossoon .D.D.M_ 'O.M '. ~ ., ........ .. , lei AI",n ... ont con,,_ r ... nt'" de .... ;n'ervenrlOfl" _" _ _ .-.00 _ _ 1"1 Le racisme est un problème de société , . • LH Elin GIn4r.., .. • conclu 1 • ..."".". g4" ...... , dIJ M"110 c"." 1. _0,. du peuple '1N_,','n qw' ,. f,i, _nt."." .. Q<JI ~,,.rood,, "Ibli ""d., N.,. I",CC,p/tblU. Il f,i, mclm MI ~"'ng. ment, ou"ge rt"troO/.. • • LrbeI'~ nO' 397, 398. 399 • - AU FIL DES JOURS La vie de famille des immigrés Le 10 mars dernier, un quart d'heure d'antenne était accordé au Mrap, dans le cadre de l'émission «Tribune libre» sur F.R.3. Cette année, c'est par un cas concret d'arbitraire que le Mrap a voulu toucher les télespectateurs. Jean-louis Sagot-Duvauroux, rédacteur en chef de «Différences », a mené l'enquête sur la situation de la famille Bsikri, domiciliée à Gennevilliers, dont la femme et les enfants sont menacés d'expulsion. Cas complexe, mais pas isolé, comme en témoignent les affaires dont s'occupe le comité de Gennevilliers. M. Alboufarissi se voit refuser l'autorisation de vivre avec sa famille pour quelques m2 de logement. L'émission du Mrap, suivie d'une cinquantaine d'appels téléphoniques et de nombreuses lettres, a permis de faire aboutir favorablement le cas de Mme Bsikri, à qui une carte de séjour vient d'être délivrée et d'obtenir des engagements en faveur de la famille AIboufarissi. Il n'en va hélas! pas toujours de même pour tous. Ainsi Mme Zammit, venue voir en touriste son mari, travailleur en France depuis ... 1946, s'est fait refouler à Orly par la police des frontières. Incroyable, mais vraie, l'histoiredecettefemme ne parlant pas le français, s'étant mise en frais pour s'habiller «comme là-bas », prenant l'avion probablement pour la première fois. Incroyable, mais vraie, l'histoire de cet homme, revenu de son chantier à Dax pour accueillir sa femme à l'aéroport, qui voit sa compagne, sans pouvoir l'approcher, sans pouvoir lui parIer, obligé de prendre l'avion pour Alger lui-aussi. 6.000 F pour un baiser, un jour passé avec celle qu'on aime ! ... Le 21 mars en France La journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, fixée au 21 mars par l'O.N .U. pour commémorer le massacre de Sharpeville, en Afrique du Sud, n'a donné lieu en France à aucune initiative officielle, bien que les gouvernements soient invités à y participer. Plusieurs journaux l'ont totalemerit ignorée, bien qu'ils aient été informés par le Mrap. lors de sa conférence de presse du 11 mars. Le fait le plus marquant a été l'organisation par le Mrap des Etats-Généraux de la lutte contre le racisme, annoncés par une très belle affiche en couleurs de Folon. Quelques jours plus tôt. le 18 mars, la C.G.T. avait organisé une table ronde sur l'immigration et le r.acisme, avec le concours de sociologues et de juristes, de responsables et mi litants syndicaux, français et immigrés, en présence de René Lomet et Gérard Gaumé, secrétaires confédéraux. De son côté, la LlCRA a tenu dans l'après-midi du 21 mars un colloque sur l'enseignement et le racisme. Dans la presse, signalons la page consacrée par La Croix (21 mars) aux Etats-Généraux, avec une interview de Vercors et un compte-rendu de l 'enquête effectuée par le Mrap dans les milieux scolaires. Le même jour, L'Humanité publiait en première page un article de Jean Colpin intitulé : «La grande force antiraciste ». Ce journal avait annoncé les Etats-Généraux et en a rendu compte. Le Monde a accordé une large place à un article sur les Etats-Généraux (25 mars). Attentats, agressions, profanations . Un mortetun blessé grave, c'est le bilan de l'attaque d'un commando raciste à Saint-Martin d'Hères près de Grenoble, le 14 mars. Une demi-douzaine d'hommes armés de couteaux et de hachoirs ont fait irruption dans un bar fréquenté par des travailleurs immigrés. L'un d'eux, M. Ali Ben Mohamed, 23 ans, est mort la gorge tranchée d'un coup de hachoir. Un second, M. Belkeim Ben Mimoun, 27 ans, a été grièvement blessé de quatre coups de couteau. M. Jean Pierre-Bloch, Président de la L.I.C.R.A. a reçu de nombreuses menaces du « Cercle Adolph Hitler» au cours du mois de mqrs. M. Christian Le Gunehec, procureur de la République, a chargé la police judiciaire d'une enquête. Une explosion criminelle a en partie détruit le local du Parti CommLU1iste d'Antony (9K2) le 23 février au matin. Une croix gammée dessinée à l'aide de ruban adhésif figurait sur l'engin explosif. 3000 étudiants ont manifesté à Toulouse le 4 février pour exiger la dissolution du G.U.D., qui avait attaqué une cafétéria universitaire. Suite à cette attaque, le Président de l'université avait dû être hospitalisé. Dans un communiqué, les agresseurs ont fait savoir : « la prochaine fois, nous frapperons plus fort ». L'Association Henri Curiel déclare dans un communiqué que, «de JUin 1977 à aujourd'hui, 2-73 attentats fascistes et racistes ont été commis en France, soit environ 9 par mois; presque tous sont demeurés impunis ». Les locaux de la librairie Jonas à Paris 13e ont été ravagés par quatre cocktails molotov, le 9 mars vers 20 h. Tous les livres et les disques ont été brûlés. C'est la vingt-troisième attaque commise par un groupe d'extrêmedroite contre des librairies depuis 1976. 10 OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE CHEMIN DE FER-AVION PASSAGES MARITIMES RESERVATION D'HOTEL THEATRES VOYAGES INDIVIDUELS ET EN GROUPES FORFAITS-EXCURSIONS 18, rue Bleue - 75019 Paris - Tél. : 770.91 .09 120, rue Legendre - 75017 Paris - Tél. : 627.70.95 Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Evite aux familles toutes démarches pour Inhumations Toilettes mortuaires Linceuls - Transports de corps Paris-Province-Israël et tous Pays Achats de terrains, constructions de caveaux Monuments. Gravures_ Photos. Portraits Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE face la Porte principale du cimetière de Bagneux : 656.74.74 Ets NORY 249, rue Saint-Denis 75002 Paris - Tél. 233.96.84 Case réservée Maison ELIE droit et liberté. n0400 • avril 1981 PLEINS Têtes rondes et têtes pointues Brecht et le racisme La fable Dans un pays en crise économique due à la surproduction et où les fermiers commencent à se révolter, le roi appelle Ibérine au pouvoir. Issu de la classe moyenne, ni fermier ni propriétaire, celui-ci pense que le déclin du pays vient de la mentalité d'une des races qui composent la population : les Tchiches (têtes pointues), fourbes et finassiers, sont des parasites de la «race pure " et honnête, les Tchouques (têtes rondes). Quelques personnages principaux : Callas, fermier à tête ronde, qui a du mal à payer ses fermages; sa fille, Nanna, qui gagne sa vie dans un bordel; leur propriétaire, Monsieur de Guzman, etsa soeur, Isabella, qui va entrer au couvent, tous deux têtes pointues. Les nouvelles théories d'Ibérine semblent opérer une redistribution des cartes. Guzman, en tant que Tchiche, est condamné pour avoir détourné une jeune fille tchouque, Nanna. Callas, son père, espère que la condamnation est valable pour les fermages abusifs pratiqués. Il en profite pour lui voler des chevaux dont il a grand besoin. Pour sauver son frère de l'exécution, la vierge Isabella accepte de s'offrir à un capitaine d'Ibérine, et va apprendre au bordel les techniques minimum nécessaires à un tel travail. Mais comme elle peut payer, on lui offre d'y envoyer à sa place une femme de peu de valeur, la prostituée paysanne Nanna. Celle-ci s'y fait violer par tout le corps de garde. Pendant ce temps la révolte des fermiers est matée, 200 fermiers, tchiches ou tchouques, sont exécutés, Callas condamné pour avoir volé les chevaux, et Guzman gracié. Ibérine est éliminé et le roi revient au pouvoir. Ajoutons pour situer la pièce que Brecht l'a écrite en 1932, à partir du « Mesure pour mesure " de Shakespeare, juste avant de quitter l'Allemagne après l'incendie du Reichstag, et l'a remaniée en 1934. Ces dates expliquent l'imprécision historique de la fin de ce« conte noir ". Notons enfin que la première représentation de la pièce eut lieu à Copenhague en 1936, et qu'elle ne fut plus jamais montée du vivant de Brecht. Fascisme, racisme et sexisme A travers cette fable un peu compliquée, où foisonnent les personnages secondaires, Brecht a voulu une démonstration simple, annoncée dès le début : la distinction, et donc la lutte, des classes est seule pertinente pour la compréhension des mécanismes sociaux; celle des races est inopérante. Dans un pays en état d'urgence, le dictateur théoricien canalise l 'agressivité sur une partie bien délimitée de la population, faisant de la lutte une maxime d'Etat, alors que l'idéologie bourgeoise repose au contraire sur l'idée de l'unité sociale et la négation de la lutte. Dans ses écrits politiques, on trouve très clairement exprimées les prémisses de son analyse : «D'après l'émigration de gauche, le fascisme menace le monde bourgeois. En réalité, il cherche à le sauver. " Ou plus loin : [Les Anglais] «ont l'impression que les pogromes ne sont pas une nécess/ té vitale pour le capitalisme, donc, que l'on pourrait s'en passer. Ils n'ont rien compris à la méthode du fascisme qui vise à transformer la lutte des classes en lutte raciale. Eux-mêmes ne sont pas encore acculés chez eux à travestir les conflits de classe. Ils peuvent encore se payer des parlements, puisqu'ils y ont la majorité. » Bref, le fascisme considéré comme une croissance du capitalisme et non comme une excroissance et le racisme réduit à en être un instrument. Il faut enfin noter que Brecht s'en tient strictement à cette version et ne fait aucune relecture de cette analyse après 1945. Quelques remarques Une lecture actuelle de la pièce entraîne quelques remarques. - En effet le schéma d'injection du racisme y est le suivant : créé ex nihilo par le cynisme de la classe au pouvoir dans l'intérêt de sa propre conservation, le racisme ne préexiste pas, même de façon larvée, à l'arrivée du dictateur. Il est ensuite véhiculé par la petite bourgeoisie. Sa fin dernière est la division de la classe ouvrière, en l'occurence les fermiers. Les rapports de chaque classe au racisme sont clairement désignés : le propriétaire tchiche accepte sans révolte le mauvais sort qui lui est imparti, conscient et solidaire qu 'il est des intérêts de sa propre classe. La classe moyenne, entre deux feux, qui croit pouvoir séparer le bon graih de l'ivraie du capitalisme en localisant le mal dans ,'autre race, en est le média privilégié. Enfin les fermiers se désolidarisent les uns des autres, pour comprendre, à la fin de la pièce, que la lutte individuelle est vaine. Le racisme considéré comme un simple masque, un simple instrument du fascisme, sans histoire propre, entraîne Brecht à ne pas envisager la possibilité de la contre-idéologie que serait un front antiraciste. La seule riposte est de démasquer la mystification et d'avoir recours à la bonne vieille lutte des classes, combat qui échoue dans la pièce mais qui a permis, selon la méthode brechtienne, d'éclairer le spectateur sur les vrais rapports de force. - D'autre part apparaît dans la pièce l'élément sexuel du racisme, « expression caractérielle biopathique de l'homme frappé d'impuissance orgastique " selon Reich. La condamnation du propriétaire tchiche pour avoir perverti une jeune fille n'est pas très loin de l'idée que les Juifs sont tous porteurs de la syphillis ... Pourtant, une autre forme de racisme, le sexisme, très visible, n'y est pas désignée en tant que telle. Quand on apprend que c'est Nanna et non Isabella, l'aristocrate, qui s'est fait violer, tout le monde pousse un soupir de soulagement. Rien ne s'est passé, ce n'est qu'une péripétie. Là, c'est la lutte des classes qui masque le racisme, et Brecht ne se demande pas à quoi cela sert, dans la machine sociale du patriarcat. Il est vrai que les années 1930 furent une période de grande régression pour les luttes des femmes ... Malgré l'abondance des pistes de réflexion que fournit la pièce, il est pourtant une idée qui n'apparaît pas - on sait que c'est une idée «neuve» -, celle des « Droits de l'Homme ". L'histoire devait dans les années qui suivirent donner de nombreux prétextes à la réanimation du concept, les droits de cet homme, qui n'est pas le citoyen, mais l'individu séparé de la société, qu'elle soit ou non totalitaire. C'est ce qui fait que la pièce date un peu. C'est ce qui fait qu'elle est toujours d'actualité pour rafraîchir nos mémoires. Anne LAURENT Au Théâtre de l'Est Parisien, du 21 avril au 3 mai 1981 . Mise en scène : Philippe Van Kessel. E. POLOMBO AGENT GENERAL IMPORT - EXPORT PANNEAUX - CONTREPLAQUES .J~iln I[oipii 9-19, allée du Closeau 93160 NOISY-lE-GRAND Tél. : 304.96.15 droit et liberté. n0400 • avril 1981 ROBES DE DINER , 56, rue du Fg Poissonnière 75010 Paris Tél. 770.34.82 - 824.53.63 Télex : 680461 F EXT 168 11 PLEINS FEUX -- \ t"de afil"a"iu(;a" L. YIHELmAnl \~ 56, rue des Petites Ecuries - 75010 Paris '~Tél:. 77 0.92.44/246.8_0.19 . .' Télex : VEXMANS 290 6/ - - ---_.-.--:-- -~ -.. -' ...."


,",,-,., ':-

agnès b. 3, rue du jour Tél. : 233.04.13 13, rue Michelet. Paris 6e 19-21, Rue de la Glacière Tél. : 67.37.11 Faubourg de Roanne - 42 1 DROIT & LIBERTE 1 120 rue Saint-Denis, 75002 Paris - téléphone 233.09.57. - C.C.P. 9239-81 Paris Directeur de la publication Albert Lévy . Rédacteur en chet 12 Jean-Louis Sagot-Duvauroux Secrétariat de rédaction Marc Mangin Comité de rédaction: Mireille Carrère, JeanPierre Garcia, Jean-Pierre Giovenco, Philippe Jarreau, Patrick Kamenka, Félix Lambert, Racine Maïga, Frédéric Maurin, Stéphane Mayreste, Robert Pac, Yves Person, Théo Saint-Jean, Abdelahak Senna, Pierre-André Taguieff, Yves Thoraval, Jean-Yves Treiber, Slimane Zéghidour. Au « Festival du Tiers-Monde» . Hommage à Satyavit Ray Une trentaine de projections au cinéma «3 Haussmann », à Jussieu et à la Sorbonne; des cinémas ré- ' putés «peu connus » du grand public, de l'indien Satyavit Ray au turc Yilvaz Guney; un hommage à Oumarou Ganda, le cinéaste nigérien mort à Niamey le 1 er janvier 1981, tels furent les grands moments, les grands titres accrocheurs, du « Festival du TiersMonde ». La richesse de la programmation, la variété immense des pays et des thèmes abordés, laissent un peu sur sa faim le cinéphile et le militant. Tant de films si importants programmés d'un seul coup! Il suffit de si peu de choses pour les rater. Cependant, le« Festival du TiersMonde »de Paris, comme celui des « Tt"ois Continents » à Nantes, malgré leur caractère un peu trop «élitaire »(non par le cinéma, mais par le public visé), contribuent à lever la chappe de plomb qui pèse sur le cinéma du Tiers-Monde. Puisse ce festival quitter Paris pour toucher la province, comme l'ambitionnent et le réalisent, au moins partiellement, les « Journées cinél'hatographiques contre le racisme » (Festival d'Amiens) ou les «Semaines des minorités » (Festival de Douarnenez). Du 20 au 23 mars, quinze films de Satyavit Ray ont été présentés aux 3 Haussmann. Il s'agit là d'une grande première en France puisque sur 24 long métrages du réalisateur de Pather Panchalli (1955), six seulement avaient été diffusés dans notre pays. Pourtant, son oeuvre est directement accessible au public occidental, par le caractère universel de son langage etde sa thématique; elle est également rencontre de cultures cinémato- . graphiques, de Renoir à Eisenstein en passant par le néo-réalisme italien d'après guerre. Le cinéma de S. Ray n'en demeure pas moins authenüquement bengali. Il confirme la prééminence culturelle qui fut celle du Bengale de Rabindranoth Tagore à la fin du Xlxe siècle, quand Calcutta était la capitale culturelle (et politique pour le colonialisme anglais) de l'Inde. Connaître le cinéma de Satyavit Ray c'est reconnaître l'originalité d'une oeuvre qui a su se démarquer du cinéma commercial indien traditionnel, tel qu'il est produit dans les studios de Madras et de Bombay, tout en gardant un lyrisme et un rythme rattaché directement aux philosophies contemplatives de l'Inde. Satyavit Ray n'est cependant pas l'homme résigné qui accepterait tout au nom d'une religiosité fata liste. Il est pétri des luttes de Gandhi et de Nehru, du conflit entre l'Inde ancienne et l'Inde moderne. Il faut rendre hommage à Galeshka Moraviov (malgré les réserves émises ci -dessus) sans qui ces quinze films n'auraient pu être vus en France avant longtemps. Souhaitons qu'ils trouvent acquéreur et distributeur. Le succès du «Salon de la musique » actuellement diffusé dans les salles « Artet Essai » à Paris, après avoir été miraculeusement programmé au ciné-club d'Antenne 2 nous montre qu'un public existe pour le ci néma de l'Inde, pour le cinéma du Tiers-Monde. Les 8 000 spectateurs du festival du film antiraciste d'Amiens en 1980 confirment d'ailleurs cette soif d'un cinéma venu de pays différents. Frédéric MAURIN Arrête ta musique ... de Bougnoul Henri Guédon, ce musicien de Salsa bien connu en France vient d'être victime d'une manifestation raciste particulièrement odieuse. Invité par l'Ecole Supérieure d'Electricité et de Mécanique, Henri Guédon, devait se produire pour leur gala annuel. Comme il se doit dans ce genre de manifestation, il est bien rare que l'horaire soit respecté à la minute. Le gala de'"I'E.S.E.M. n'a pas fait exception à la règle. Cela n'a appa rement pas plu à un employé de «Radio 5 », une société d'animation disco devant intervenir après le concert. Aussi s'est-il approché de la scène pour demander à H. Guédon «d'arrêter sa musique de Bougnoul» afin qu 'il «puisse tra vailler » ! H. Guédon ne prête pas attention à cette provocation imbécile, la • salle est debout à danser et redemande de la Salsa. De toute façon, le temps pour lequel il est payé n'est pas écoulé. Malheureusement, et il est bien connu que les ânes ne sont pas seuls à être bornés, son interlocuteur n'attend pas la fin du spectacle pour envoyer son premier disque; Guédon n'a plus qu'à quitter la scène. Mais trop c'est trop, comme on dit ces temps-ci, et Henri va demander les excuses qUI lui sont dûes. Bien sûr, la version des employés de «Radio 5» diffère de celle de Henri. Pour eux, Henri serait venu et aurait commencé à vouloir tout casser ... Alors, ils n'auraient fait que protéger leur matériel du casseur. Seulement voilà, Henri est ex-champion pan-américain de judo, ceinture noire quatre dans ... Ce que les sieurs de «Radio 5 » n'ont pas l'air de savoir. Aussi, s'il avait voulu «cogner », il lui aurait été facile de mettre K.O. le petit plaisantin de tout à l'heure. Non, Guédon est simplement venu chercher des excuses et s'est fait agresser. Le bilan de cette soirée

400 personnes venues danser,

un raciste poursuivi, Henri Guédon à l'hôpital, les machoires fracturées ... M.M. droit et liberté. n0400 • avril 1981 ~ ----------------------------- ACTION Un antiracisme sans éclipse Ainsi, les polémiques qui ont entouré «l'affaire de Vitry-SaintMaur » et certaines initiatives de municipalités communistes de la région parisienne ne pouvaient pas rester sans échos parmi ses militants, adhérents et sympathisants. Ceux-ci, en effet, animés par une même opposition au racisme, appartiennent aux milieux politiques et sociaux les plus divers. C'est le contraire qui serait anormal et révèleraitun monolitbisme ou un isolement néfastes. Il convient néanmoins de noter qu'à de très rares exceptions près, dans le Mouvement' tout entier, chacun s'est efforcé, par delà les passions et les interrogations bien compréhensibles, de concourir à une analyse aussi objective et complète que possible, dans le souci de justice et d'efficacité qui inspire toujours nos prises de positions. Le Mrap, on le sait, a exprimé sans ambages ses appréciations dans chaque cas. Il n'a cependant pas ignoré les problèmes de fond qui se trouvaient posés, fût-ce dans des termes qu'il récusait. Il a proposé des solutions. Il a refusé de se prêter aux affrontements politiques exacerbés par la campagne électorale. Les débats approfondis qui se sont tenus dans ses organismes dirigeants (Secrétariat, Bureau National) et ses comités locaux, la table ronde sur «les immigrés dans la cité » , organisée le 31 janvier avec les sociologues Dominique Lahalle et Véronique de Rudder (1), ont abouti à la rédaction d'un manifeste sur l'immigration, lancé à l'occasion des EtatsGénéraux de la lutte contre le ra cisme La tentation ... L'attitude du Mrap - conforme à celle dont il fait preuve en toutes circonstances, quels que soient les auteurs et les victimes d'actes racistes - a été approuvée par la quasi-totalité de ceux qui suivent son action. Peut-être même qu'en l'occurence certains préjugés le concernant se sont effrités. Cela, il est vrai, n'a pas toujours été facilité par le comportement des médias. Si la plupart des organes de la presse écrite et parlée ont fait connaître les communiqués du Mouvement, ce fut souvent en les noyant dans l'avalanche des commentaires tendancieux, au point qu'ils passèrel)t parfois inaperçus. De plus, certains journaux n'ont pas résisté à la tentation d'utiliser le Mrap à l'appui des opérations politiques du moment. Pour Mr. J .P. Pierre-Bloch, dans Le Matin (2.1 .81) le Mrap est évidemment «une officine du Parti Communiste » - ce qui lui a valu la ferme mise au point de George Pau-Langevin. De même, il estune « filiale du Parti Communiste » pour Le Méridional. qui remâche obsti nément sa vengeance depuis qu'il a été condamné pour racisme sur plainte du Mrap (en 1975). Le Quotidien de Paris nous a gratifiés de deux pages de publicité : celle où, reprenant un «dossier » politico- policier du G.R.E.C.E., il présentait le Mrap comme « certainement communiste, pas antiradroit et liberté. n0400 • avril 1981 Le Mrap vit au coeur de notre société. S'il se donne pour mission d'unir l'ensemble de l'opinion publique, il ne saurait faire abstraction pour autant des courants qui la divisent, et parfois la déchirent. ciste» (20.2.81); et celle (28.2.81) où il a dû reproduire les réponses cinglantes de François Grémy, Albert Lévy et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, en écartant d'ailleurs celles de Charles Palant, de Jean Pihan et de Jean-Pierre Giovenco. Interviewé par L'Express Me Hajdenberg n 'a pas craint de déclarer que la grande manifestation appelée par le Mrap au lendemain de Copernic, était une opération de «l'appareil communiste» oubliant sans doute qu'il y avait lui-même participé, à la tête du « Renouveau Juif». En sens contraire, plusieurs articles du Monde et de (feu) libération ont présenté le Mrap comme un élément de la campagne ou de la contestation contre le Parti Communiste. Le Matin (6.3.81) écrit, dans un article sur ce thème, que le Mrap «agace la direction du P. C. F. »; pour M. Gérard Carreyrou, dans Le Quotidien Rhône-Alpes (7.3.81), «le bureau politique du parti communiste trouve (le Mrap) extrêmement désagréable ». Que le Mrap se détermine d'une façon indépendante, sans que ce soit pour ou contre un parti, quel qu'il soit, mais par rapport aux intérêts de l'antiracisme, qu'il se situe en dehors des schémas électoraux et se garde de toute complaisance comme de toute «récupération » , voilà qui semble dépasser l'entendement de certains journalistes 1 Des données essentielles, fécondes Tout cela explique les craintes, parfois le désarroi de quelques-uns de nos amis. La vingtaine de lettres reçues au cours de ces semaines, exprimant des questions ou un désaccord par rapport aux posi tions du M rap, reflètent en généra 1 l'information insuffisante ou la désinformation de leurs auteurs. Et l'envoi de nos communiqués constitue la réponse la plus convaincante, soit que nos correspondants dénoncent la «mollesse » du Mrap à l'égard du maire de Saint-Maur (J.T., Vitry), ou à l'é gard de ceux de Vitry (J.B., Paris 13e) et d'Ivry (B. et HA, ParisSarcelles); soit qu'ils voient le Mouvement «sous influence communiste » (L.C.-H ., Paris 1ge) ou prenant part « au choeur de braves gens abusés aùx côtés de vétérans de toutes tendances de l'anticommunisme » (M .L., Paris ge); soit encore qu'ils lui reprochent sa «tiédeur » (J.P. C., Tours), sa «passivité » (B .B.-F., Paris ge), son «absence de position nette » (M.G., e'~ \.,;(f\e't,es, ~ ~ etOC e\,)90'/",1 ~'te' \e~ ~)~')') ~ CO ~'te ~\S \10\. (C\e~,\é e,.o~ 9° O\,)"'~' O(C\~ ,s 1""'- ~o\,)t ..,o\fI\oe~ Paris ge) ou sa ~~otüC complicité de fait avec es «néo-esclavagistes » du patronat et du pouvoir (B.T., Pussay); soit enfin qu'ils l'accusent de montrer une «indignation sélective » (A.D., Cahors) ou de vouloir « faire porter aux communistes les pêchés du monde » (O.D., Chaville) ... Un professeur d'université nous écrit : «Je suis alarmé par la mollesse des réactions du Mrap »; après avoir pris connaissance de l'ensemble des communiqués il corrige, loyalement : « Je dois convenir qu'il contient des prises de position acceptables ». Il ajoute pourtant : « Pour l'opinion, à tort ou à raison. vous n'avez pas fait assez. » Une de ses collègues fait siennes . d'emblée nos positions : « C'est tellement important de montrer à quel point ridée d'une ségrégation dans l'habitat est contraire à tous nos principes! Tellement important que chez les Français et chez les immigrés se renforce la conscience de nos intérêts communs! ». Loin de nous l'intention, en opposant les uns aux autres, de suggérer que le Mrap tenait « le juste milieu ». Cette diversité d'opinions traduit le pluralisme du Mouvement. Celui-ci n'a pas recherché on ne sait quel «équilibre » ou «compromis ». Il s'est efforcé, avec

,on habituelle ardeur, de voir clair

et d'agir à bon escient. Son but. sa méthode,ne sont pas de dispenser le blâme et l'éloge, d'opposer entre elles les forces politiques et d'attiser les tensions. Dans chaque situation préoccupante, sa tâche est de faire réfléchir les hommes et de modifier les choses, en se référant fermement .aux grands principes qu'il incarne, en recherchant le soutien de tous ceux qui les approuvent sincèrement. Une volonté inchangée A la lumière de ces événements, beaucoup sont amenés à réfléchir - par delà le traitement du Mrap et de ses positions - sur un autre aspect de la pratique des médias et des forces sociales qui leur donnent le ton : à savoir, le caractère outrageusement sélectif de la « défense » des immigrés et, en générai, des Droits de l'Homme. La concentration des familles immigrées (et des Français les plus défavorisés) dans certaines communes ou quartiers ne résulte-telle pas d'une politique délibérée, ségrégative, des pouvoirs publics et des municipalités qui refusent les foyers et les logements sociaux sur leur territoire, établissant des «quotas » de fait? Pourquoi ces mesures constantes, fondamentalement racistes, ne soulèvent-elles pas une protestation plus vive encore que les faits stigmatisés avec véhémence au début de l'année? Et les municipalités - de droite ou de gauche - qui installent dans certaines grandes villes des «ghettos » pour riches et des «ghettos » pour pauvres, pourquoi ne sontelles jamais mises en cause? Nous ne pouvons admettre, quant à nous, que la dénonciation tapageuse de tel ou tel acte, effectivement condamnable, serve de paravent, d'alibi, au développement systématique d'un «apartheid à la française», et fasse oublier la politique anti-immigrés du gouvernement. Oui a protesté, ces derniers jours, contre les déclarations de M. Valéry Giscard d'Estaing qui, comme candidat, multiplie les attaques et les menaces contre les immigrés? Le Mrap fait entendre sa voix aujourd'hui comme hier, il s'élève contre cette discrimination majeure, sans précédent, qui vise spécialement les immigrés non-européens

il appelle, face à la vague de

persécutions et d'expulsions qui s'amplifie, à une mobilisation massive, à la mesure des immenses dangers qu'encourt notre société toute entière . Mais les procureurs d'hier se taisent aujourd 'hui . Ne défendraient-ils les immigrés qu 'en fonction de motivations politiques, à des fins inavouables? Le Mrap, quant à lui, avec une volonté inchangée de clarté, surmontant les clivages qui ne pourrai{ mt qu'affaiblir le courant antiraciste, continue d'affirmer une soli darité réellement fraternelle avec les immigrés, de combattre toutes les formes et toutes les manifestations du racisme, poursuivant son effort sans éclipses. A .L. (1) Ces interventions feront l'objet du prochain dossier de Droit et Liberté. 13 D'UNE REGION A I! AUTRE .SUD-EST A Avignon. le Mrap. en collaboration avec le Club Léo-Lagrange, organisait le 21 février une journée d'information visant à faire mieux connaître à la population avignonnaise la communauté étr~ngère et à faciliter ainsi le dialogue. Le 27 février. le Mrap des Ollioules tenait une con~érence sur le thème « Présence de l'héritage nazI: des nouvelles droites intellectuelles au révisionnisme, antisémitisme, racisme ». A Bagnols, les comités d'Alès, de Beaucaire, de La Grand Combe et de Nîmes organisaient un après-midi de réflexion sur le thème« Le racisme en France et spécialement dans notre région. Perspectives d'action ». A Marseille, le Mrap entreprend plusieurs act! ons po~r lutt~rc.ontre le racisme et la ségrégation . TroIs objectifs sont fixés pour l'instant: à court terme, contre une pétition raciste, par une lettre ouverte au préfet de police et au maire; à ':l0yen terme: faire connaître la réalité du quartier, rass~mbler . I~s antiracistes isolés ; à long terme : faire la liaison entre des groupes d'habitants de chaque quartier pour permettre le dialogue. Le comité d'Aubenas a mené, dans la dernière période, une action énergique ayant abouti à faire interdire un meeting raciste à l'initiative de J .M. Le Pen . Le 11 mars, débat dans un foyer de jeunes travailleurs à Nîmes avec la participation du comité local. Une rencontre est également prévue avec les Scouts de France pour le 21 avril. EST Villerupt: le comité local du Mrap, en liaison avec le Club de lecture et la bibliothèque municipale, ont présenté, du 16 au 20 mars, une exposition de livres, affiches et revues sur le racisme. Le 20 mars, projection de films et débats sur le racisme. Lettre de sympathie à M. Michel Gelle, pharmacien à Strasbourg, qui est menacé de sanctions par le Conseil de l'Ordre des Pharmaciens pour ' avoir consacré une vitrine à la lutte contre l'apartheid. Documentation est envoyée à son avocat. CENTRE Le jeudi 19 février, le Ciné-Club de Pithiviers présentait« Dupont-Lajoie ». Le débat était animé par un membre du Mrap d'Orléans. Du 16 février au 10 mars, le comité local de Clermont-Ferrand présentait l'exposition «Le racisme est parmi nous ». Le 13 mars, René Mazenod a participé à une réunion du comité d'Orléans. PYRÉNÉESLANGUEDOC festival antiraciste à Toulouse A Perpignan, le Mrap tenait, le 11 février, une conférence de presse au cours de laquelle il dénonçait le refus de la municipalité d'accorder un local au comité pour tenir ses permanences ; il annonçait aussi les divers projets dans les lycées et collèges et la préparation d'une soirée-débat pour le 13 mars. A Montpellier, le 6 mars, manifestation devant la préfecture contre les textes et mesures d'~xpu 1- sion pris contre les immigrés. Une délégation de 5 personnes a été reçue par le préfet en fin d'après- midi. Le 18 mars, une réunion, avec la participation de René Mazenod, clôture les activités du comité en vue des Etats Généraux. A Castres, exposition de dessins et de bandes dessinées antiracistes à la b'b!" thè d C 14 Abonnez-vous à Différences • Un an : 140 F - Six mois: 75 F 120, rue Saint Denis 75002 Paris tres. Le 22 mars la Fête de l 'amitié entre les peuples a connu un grand succès. Les cultures occi tanes, d'Espagne, du Ma'ghreb ont pu s'exprimer et se rencontrer . Réunion de constitution du comité local de Martel le 17 février. PARIS Dans le .quartier de, la Goutte d'Or, le Mrap, en collaboration avec d autres organisations, lutte a,ctlvement contre la «rénovation sauvage », systeme qUI consiste à laisser se dégrader un immeuble puis à en expulser les locataires (le plus souvent des.immigrés) sous prétexte de rénova tion, enfin, a relever considérablement le loyer une. fois le local retapé : une nouvelle forme d'expulsion visant au « nettoyage » du quartier par Jean-Pierre Pierre-Bloch. Le 18 février: réunion de constitution du comité local de Paris 17e . Un comité est également créé su r le lycée Ba Izac (1 7e ). . Jeudi 19 février, débat dans un foyer de jeunes filles du 6e arrondissement de Paris sur l'apartheid, par J .F. Dieterlé. Le 22 février, création du comité local d'Aubervilliers avec la participation de Michel Neyreneuf. Le 24 février, débat sur le racisme organisé par le C.E . de la Caisse d'Epargne de Paris avec la participation de J.P. Garcia. OUEST Le 21 février, le comité du Mrap de Nantes organisait une journée sur le thème de l'amitié entre les peuples sous la présidence d'Albert Lévy. Au cours de cette journée, furent abordés de nombreux thèmes parmi lesquels le respect de la différence, le droit des peuples au développement, le couple mixte, le tourisme et la connaissa nce de l'autre, etc. A Rennes, une délégation du Mrap s'esf rendue à la mairie pour demander l'effacement de graffitis racistes et antisémites inscrits sur des panneaux dans la ville. Le comité du Mrap de la Sarthe (Le Mans) a participé au début du mois à une semaine d'information sur les luttes armées en Amérique du Sud. Du 16 au 20 mars, semaine du cinéma antira ciste. A Vernon (Eure) le comité local d'Evreux a participé à la semaine contre le racisme organisée par l'Amic'ale La'ique d'un quartier de Vernon. Ori ginalité de cette semaine qui s'appuyait sur le cinéma

beaucoup de films et de réunions avec les

enfants de maternelle et de primaire, avec la participation active des instituteurs. 2385 enfants ont participé à cette semaine sur le racisme . Au Mans, débat sur le thème « Les jeunes et le racisme » au fover de jeunes travailleurs « Le Relais » à Pontieue. Projection du film « Dupont-Lajoie ». NORD Les com ités de Valenciennes et de Denain ont fusionné en un seul comité. Une conférence de presse, le 19 février, annonçait cette réunion . Le nouveau co~ité en profitait pour rappeler ses positions, pour annoncer les Etats-Généraux et le lancement de Différneces, Nombreuses interventi'ons du comité local d'Amiens au collège Saint-Rémi le 19 mars. Débats animés par Marie-Odile Desjonquères. RÉGION PARIS-NORD Le 26 février, René Mazenod participe, à la Fac de Nanterre, au débat organisé par le Mrap local et le MINI-MIR sur «Lois et Libertés ». _ Le 28 février, projection du film algérien « Les pecheurs », suivie d'un débat sur le racisme avec la particip~tion de Françoise Grillo, organisé par la Blbllotheque muniCipale R. Rolland à SaintDenis. Le 12 mars, débat à Chausson (Gennevilliers) sur initiative du C.E. dans le cadre d'une semaine d'information 150 ouvriers sont passés debattre. Animateur : J .P. Garcia. RÉGION PARIS-SUD A Chilly-Mazarin, un groupe de jeunes immi grés a décidé d'organiser «un mois contre le ra cisme ». Au programme de nombreux films, chan sons, représentations théâtrales, débats... Le Mrap participera à un débat sur «Les immigrés dans la ville » à la suite du film « Bako, l'autre rive ». A Mantes-la-Jolie, le centre culturel met un local à la disposition du Mrap. Soulignons parmi les nombreux projets, la tenue d'une réunion « Confrontation-débat » qui devait avoir lieu le 2 1 mars sur le thème «Immigration et racisme ». Cette réunion a fait suite à la semaine sur le ra cisme du 14 au 21 mars pendant laquelle de n~m breux films ont été projetés. Le musicien conteur Sharif Aloui présentait au Centre Chopin un spectacle de musique orientale, le 20 mars 1981 (2 animations par Sharif Aloui dans le CES. avaient précédé cette soirée). Le 16 février, débat sur le racisme animé par Jean Plhan, au lycée technique de Chatenay Malabry, Le 27 février, dans le cadre d'une semaine sur le racisme et l'hi~torique du Mouvement, le Mrap de Melun organise, au Centre Culturel, un débat sur le racisme présidé par René Mazenod, du Bureau National, avec pour thème « le racisme et la 101 ». . Le 20 février, d~bat au ,lycée de Savigny avec Pierre Krausz. Creation d un comité local. carnet Anne-Mathilde PARAF Le Mrap tout entier exprime sa douloureuse affection à son Président d'Honneur, Pierre Parat, cruellement éprouvé, début mars, par la disparition de son épouse, Anne-Mathilde PARAF. née Dons-Kaufmann, Ancienne élève de l'Ecole du Louvre, elle avait traduit et présenté en France de nombreuses oeuvres de la littérature danoise; notamment les romans de Hans-Christian Andersen et une nouvelle de J6rgine de J.V. Jensen, Prix Nobel. Elle avait obtenu à ce titre le prix Halperine-Kaminski et le prix Langlois de l'Académie Française. Anne-Mathilde Paraf était décorée de la médaille de la Libération danoise. Son oeuvre, comme sa vie, sont inséparables de celles de Pierre Paraf, dont elle partageait l'engagement au service de la justice, de la démocratie et de la fraternité. Tous ceux qui l'ont connue conserveront le souvenir, de sa douceur et de sa lucidité, de son amitié attentive, de sa chaleur humaine. Droit et Liberté, en saluant avec respect sa mémOire, assure de sa profonde sympathie Pierre Paraf, sa petite-fille, le docteur Marie-Claude Meyer et ses arrières petits-enfants. Notre ami Pierre Krausz, membre du Secrétariat National du Mrap, vient d'avoir la douleur de !?e~dre brutalement son père, François KRAUSZ, age de 61 ans. En ces circonstances douloureuses, qu"il trouve ici, avec toute sa famille, l'expression de Il..0tre fraternelle sympathie. Nous avons appris avec beaucoup de peine le dé~ès de Nusym KANAR, fidèle ami du Mrap depUIS sa fondation. A son frère, Youjek Kanar, à sa fille Louise Nibbi, qui fut membre du Bureau National de notre Mouvement, nous voulons dire combien nous partageons leur douleur. droit et liberté. n0400 • avril 1981 ACTION Grâce au M rap : les conclusions du 4e Tribunal Russell présentées à l'O.N.U. On conçoit combien il était important que les conclusions du 49 Tribunal Russell, qui était consacré à la dénonciation des violations des droits des Indiens des Amériques, soient présentées devant une instance internationale comme la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies qui tenait ses assises à Genève en mars dernier. . Le 4e Tribunal Russell n'étant pas une Organisation Non-gouvernementale dotée du statut consultatif auprès des Nations Unies (NGO), ne pouvait pas participer aux travaux de la Commission des Droits de l'Homme. C'est donc le Mrap, qui est une de ces ONG, qui a rendu la chose possible en mandatant les organisateurs du 49 Tribunal Russell pour intervenir ora lement au nom du Mrap. Les 14 volumes représentant les conclusions du Jury du Tribunal ont été également remis à la Commission des Droits de l'Homme. Un nouveau pas a donc ainsi été accompli, grâce au Mrap, dans la lutte pour la reconnaissance des droits des Indiens des Amériques. R.P. Le Mrap et la situation des « gens du voyage» Après les prises de position de la municipalité de Rosny-sous-Bois sur la situation des Tsiganes et «Gens du Voyage », le Mrap regrette qu'un tel problème ne soit abordé par les médias que lorsqu'il devient source de tensions et de polémiques occultant souvent les réalités et détournant de la recherche de solutions. Le Mrap, qui est intervenu sur ces questions à diverses reprises par l'action de ses comités locaux (1), tient à confirmer ses pOSitions essentielles : 1. Les Tsiganes et Gens du Voyage - qui sont Français dans leur majorité - doivent se voir reconnaître partout le droit à des traditions, à une manière de vivre et à une culture différentes de celle des sédenta ires. 2. Tout en refusant les notions de «quota » ou de «seuil de tolérance », on ne peut que constater que le stationnement et la concentration de caravanes dans des lieux qui ne sont pas conçus à cet effet entraînent des difficultés évidentes, exaspèrent les réflexes de rejet, vont à l'encontre des intérêts et des aspirations des communautés concernées. Ces situations, que connaissent surtout des municipalités ouvrières, résultent d'un déplorable manque de lieux de stationnement et d'accueil. Elles s'expliquent par les carences des pouvoirs publics, l'absence de mesures appropriées de la part de certaines communes et le refus pur et simple par d'autres - qui, elles, «n'ont pas de problèmes » et que l'on n'accuse pas de racisme. 3. Il importe, face aux difficultés ainsi créées, de combattre résolument les préjugés et les généralisations qui sont l'amorce du racisme à l'encontre des populations tsiganes ne tenant pas compte des conditions matérielles et sociales qui leur sont imposées. Le Mrap dénonce les tracts, articles, pétitions tendant à désigner comme responsables ceux qui sont les premières victimes de la marginalisation et de l'ostracisme. droit et liberté. n0400 • avril 1981 4. Le Mrap demande: -l'abrogation des arrêts municipaux illégaux qui interdisent ou li mitent à 24 heures le stationnement dans certaines communes; -...:. la multiplication des aires d'accueil permettant aux « voyageurs » de se réunir comme ils le souhaitent par petits groupes familiaux; -la réalisation urgente de plans d'accueil départementaux, notamment dans la région parisienne; - une information objective et compréhensive donnant la parole aux Tsiganes et Gens du Voyage ; - la participation de ceux-ci aux décisions qui les concernent, au plan des municipalités comme au plan national. Le 30 mars 1981 (1) notamment à Plaisir, Les Clayes, Massy, Amiens, Vichy, Cusset, Lille, Toulon, ClermontFerrand. PRESIDENTD'HONNEUR :I Pierre PARAF PR~SIDENT DELEGUE : François GREMY VICE· PRESIDENTS : Charlel PALANT. Abbé Jean PI HAN. Me George PAU·LANGEVIN. SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY ~3~~.E R192.168.254.42 20 mai 2011 à 09:20 (UTC)NB~i192.168.254.42;~~i :'192.168.254.42c~' B~~'AR~~ Jacques BERQUE. Général de BOLLARDIERE. Bâtonnier Albert BRUNOIS. Aimé CESAIRE. Charles de CHAMBRUN. André CHAMSON. Ma· rie José CHOMBART de LAUWE. Louis DAQUIN. Alain DECAUX. Henri DES OILLE. Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS. Henri FAURE. Jean FERRAT. Ma.· Pol FOUCHET. Pierre GA· MARRA. Colette GUILLAUMIN. Monseigneur Guy HERBULOT. Jean HIERNAUX. Georges HOURDIN. Albert JACQUARD. Professeur Fran· çois JACOB. Pierre JOXE. Jean-Pierre KAHANE. Alfred KASTLER. Jean LACOUTURE. Bâtonnier Bernard LASSERRE. Michel LEIRIS. Gérard LYON·CAEN. Jacques MADAULE. Françoise MALLET·JORIS. Albert MEMMI. Robert MERLE. Théodore MONOD.Henri NOGUERES.!Jean PI· CART LE DOUX. Gilles PERRAULT. Marcel PRE· NANT. Wladimir RABI. Alain RESNAIS. Emma· nuel ROBLES. Armand SALACROU. Jean· Paul SARTRE. Laurent SCHWARTZ. Georges SEGUY. Vieira da SILVA. Jean SURET·CANALE. Haroun TAZIEFF. Alain 'TERRENOIRE. Jacqueline ~~&~~-_192.168.254.42 20 mai 2011 à 09:20 (UTC):~Eb~:!~~::'~ ~~a192.168.254.42I~ MER. lannis XENAKIS. Barnard ZEHR FUSS, .!!. 249-24-00 Après les déclarations de M. Giscard d'Estaing sur l'immigration Réuni le 12 mars 1981, le Secrétariat national du Mrap a examiné les problèmes de l'immigration à la lumière des graves propos tenus l'avant-veille à la télévision par le Président de la République. Interprète de l'émotion ressentie dans de larges secteurs de l'opinion publique et particulièrement au sein de la population immigrée, le Mrap condamne absolument la discrimination établie entre les migrants étrangers d'origine européenne et les autres, notamment ceux du Maghreb et d'Afrique Noire, seuls voués à quitter massivement la France. Ces immigrés non-blancs ont été, de plus, désignés en tant que tels comme responsables de la crise et du chômage, quand leur nombre a été visuellement rapprochédece~ ideschômeu~ . Sans vouloir polémiquer sur les chiffres contestables qui ont été avancés, le Mrap relève que le Président de la République envisage ainsi le départ de centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui, dit-il, en termes ambigus « sont installés et vivent dans notre économie », alors que d'autres continuent d'être appelés par le patronat et soumis à des conditions de travail inhumaines, le plus souvent illégales. Le Mrap dénonce ce système de rotation et de surexploitation qui vise à l'accroissement des profits en pesant sur le niveau des salaires et les acquiS sociaux de l'ensemble des travailleurs. Il ne peut tolérer davantage les moyens de pression brutalement utilisés pour accélérer les départs. Comme il le souligne dans le Manifeste sur l'immigration qu'il vient de rendre public, le Mrap estime inacceptable de construire la C.E.E. élargie aux dépens des immigrants du Tiers-Monde. Que ces déclarations aient été prononcées par la plus haute autorité du pays donnent la mesure de la mobilisation indispensable pour amplifier la solidarité avec tous les immigrés et bannir de notre société le racisme d'Etat. Le 13 mars 1981 Suppression de l'allocation chômage aux immigrés? Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) constate que les déclarations successives de M. Valéry Giscard d'Estaing en tant que candidat constituent des menaces de plus en plus précises contre la population immigrée en France. En établissant une corrélation entre le nombre de chômeurs et celui des immigrés non-européens, il présente le renvoi de ceux-ci comme une solution aux problèmes de l'emploi. De plus, dans sa déclaration du 30 mars 1981 à la télévision il estime qu ' il serait «raisonnable» de supprimer les indemnités de chômage aux travailleurs immigrés. 1 nterprète de l'émotion ressentie dans de larges secteurs de l'opinion publique, et particulièrement au sein de la population immigrée, le Mrap condamne toute discrimination entre immigrés en fonction de leur origine. Il souligne que la suppression de l'allocation de chômage serait le prélude à une vague de refus de séjours et constituerait une intolérable atteinte aux Droits de l'Homme. Le 2 avril 1981 Désireux de m'informer et de sout~nir l'action contre le racisme. ~ ppur l'amitié entre les peupl •• J'adhère au. m.r.a.p.. • • Je m'abonne à droit et liberté • .... Nom te., ("d J.)l lale l Prenom âge ProfeSSIon Adresse Code postal V,lle La montant de la carte d'adhésion (à partir de 60 francs) est laissé à. l'appréciation du souscripteur. selon ses possibilités. compte tenu cie la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. Abonnement d'un an à droit et liberté (40F). Abonnement de soutien (100 F) Etranger (60 F). C.C.P. 9239-81 Paris • Rayer la mention inutile. mouvement cont,. 1. racianM et pour 1'.miti6 entre 1 .. peupl. Imr.) 120, rue saint-denis · paris 121 - tél . : 233.09.57 - C . C . p . : 14·825-85 p.ril 15 N° de Commission paritaire : 61013 j 1 .H 1 FRANÇOIS BERANGER: François Béranger a beaucoup «ramé » avant d'att«:in~re la p~pularité qu'il connaît aujourd'hui. « les galères » , comme on dit, Il connalt. Il fa.ut dire qu'il n'a pas choisi la voie la plus facile. la chanson à caractère social a longtemps été marginalisée ~vant d'être récupéré~ par la mode. Béranger, lui, n'a pas changé. Il contlnue « pépère » son petit bonhomme de chemin. Comme un journaliste, il colporte les évènements marquants de son époque et les commente. Parfois, ses chants lais~ent dé.couvrir ses états d'âme. Mais toujours, ils sont ancrés dans la réahté sociale de la France. François Béranger est un vrai chanteur populaire. Il incarne, peut-être, ce qu'est réellement « la nouvelle chanson française ». Tu as plusieurs fois écrit des chansons qui dénoncent le racisme ... J e ne fais pas de chansons à la demande. Je fais des chansons d'actualité sur .des sujets qui correspondent à une expérience que j'ai vécue, ou à une émotion très violt;lnte que j'ai ressentie . Si je fais des chansons qUi dénoncent le racisme, c'est tout simplementparce que ce sujet se situe, pour moi, parmi des préoccupations plus vastes . les détails qui, apparemment, différencient les gens : couleur de peau , langue ... , sont pour moi secondaires. Il ya des cons partout, chez les França is, les Juifs, les Arabes, les Noirs. Cependant, je crois que le rac isme est beaucoup moins répandu dans les sociétés africaines que chez nous. C'est en tout cas ce que m'ont appris mes voyages. Qu'as-tu tiré de tes voyages? J 'ai pris une grande claque. Pour prendre un exemple, j'étais au festival de Trinidad, l'année dernière. Ce que j'y ai vu m'a profondément secoué. Les gens de cette région fabriquent et consomment leur musique sur place, sans avoir besoin de consommer celle des autres. Ils n'ont que fa i re d 'u n J. S. Bach ou de la musique jamaïcaine. A Trinidad, c'est le « Steel Band ». Les gens martèlent leur bidon de pétrole et jouent dessus. C'est leur musique. En plus, là -bas, tout le monde joue de la musique. Ce n'est pas le privi lège de quelques-uns. Ceux qui ne jouent pas de musique dansent. Ceux qui ne dansent pas, parce que trop vieux, font des costumes pour ceux qui dansent. Tout le monde est concerné. Tu n'as pas envie d'utiliser les musiques que tu as pu entendre? J e crois que l'important est de faire sa propre musique. Bien sûr, il ne faut pas s'enfermer et ne rien écouter. De toute façon, ce serait difficile ... et dommage. Il faut être ouvert. Nous avons accès, par le disque, à la musique du monde entier. Pourquoi ne pas l'utiliser? L'utilisation des musiques appartenant aux autres doit cependant rester au niveau de l'inspiration . C'est ce que j'essaie de faire. Pour ce qu i est de la culture populaire française, je pense qu'elle est morte, depuis la fin de la guerre de 1914. Pour deux raisons essentielles : l'apparition des médias et de l'industrie discogra phique d'une part et, d'autre part, la fin de nombreuses traditions populaires, due à l'exode rural. Pourtant, des musiciens continuent à faire du «Folk »? O ui, bien que le mouvement folkeux soit moins important qu 'au début des années 70. Mais ces musiciens exhument d'une manière purement artificielle des formes traditionnelles. Bien sûr, ça a un bon côté : apprendre à une masse de gens que nous avons eu, nous aussi, des traditions. Mais cela a surtout un côté négatif : la musique traditionnelle est une musique morte, une musique de musée. 16 Qu'est-ce que la musique d'aujourd'hui? a musique d'aujourd'hui, c'est la musique L des villes, c'est la musique électrique. La musique d'aujourd 'hui est une synthèse de tout ce que l'on peut entendre. Aujourd'hui, on entend de la musique latino-américaine, orientale, africaine ... , du Jazz, du Rock, de la Pop '" Notre musique, ce qui pourrait être la «nouvelle chanson populaire »sera en fait une synthèse de ces différentes formes . Je n 'ai aucune raison de chanter «les conscrits de l'an 1810 ». C'est une belle chanson, d 'accord ... mais les conscrits de l'an i 81 a sont-un peu dépassés, non? Et le racisme dans tout cela? A mon avis,c'estun problème de société. J 'ai écrit une chanson sur Copernic, non pas tant sur l'événement lui -même que sur les déclarations qui ont suivi . Pour l 'instant, je ne vois pas vraiment de solution pour faire évoluer les gens qui sont fonda - Au point de sang Une bombe dans une synagogue Des croix gammées sur les blousons La merde noire relève le front Les étoiles qui apparaissent N'ont pas la brillance de l'espoir Elles sont jaunes et puent la haine Cousues au revers des habits. Les dirigeants viennent réciter Sur les écrans et sur les ondes Les belles phrases fraternelles /ls nous inondent de sanglots Ceux-là même qui dans leurs bureaux S'empressent de signer les papiers Pour expulser les émigrés Mon pays pue l'hypocrisie J'ai autant honte de ses nazis Que des libéraux avancés Comme je sais vraiment plus quoi faire Sinon éructer ma colère Comme je veux être solidaire Je vais peindre mon corps en noir Et me coudre à même la peau Au point de sang l'étoile jaune Et sur les bras me faire tatouer Les mots oubliés de l'amour Pour me rappeler dans les heures blêmes Qu'on pourrait vivre - si on voulait Bien autre chose que la haine Paroles et Musique François BERANGER mentalement racistes. Et la France est pleine de racistes. Tu n 'es plus raciste à partir du moment où tu as pris conscience du problème et où il de vient une préoccupation de tous les instants. Dans notre société, avec l'éducation que nous avons reçue, il faut être vigilant à tous les ins tants. Si tu ne fais pas attention, tu finis par avoir une réaction raciste . Aussi, je nous vois mal barrés. Ce qui s'est passé rue Copernic etaprès n'est pas fait pour me remonter le moral. C'est pour cela que la chute de ma chanson peut se comparer à une réaction de désespoir. Tu n 'es pas très optimiste pour l'avenir? Q uand je regarde le monde, ce qui s'y passe, ses structures et ceux qui les dirigent, je suis complètement pessimiste. Mais je crois fondamentalement être un optimiste: j'aime bien les choses de la vie et je n 'envisage pas de mourir avec plaisir. On ' m'a souvent reproché ce côté dans mes chansons. Certains voudraient me voir chanter du vent, faire rêver, mais surtout ne pas parler des problèmes de notre temps. Je sais que beaucoup de gens aiment les chansons qui ne disent rien, qui endorment. Moi, j'ai choisi autre chose, mais quelque chose que j'aime. Je pourrais très bien chanter les petites fleurs ... Je me marrerais bien mais je pleurerais en même temps car c'esttriste de voir que ' ceux qui vendent de l'oubli - je ne parle pas du rêve parce que le rêve c'est autre chose - font du fric et sont poussés à le faire . Quelle forme d'intervention te passionne? La dérision. Je crois vraiment au pouvoir de la dérision. Je connaissais un groupe, aux U.S.A., qui a eu des idées de génie et qui a vraiment traumatisé des manifs ou cassé la gueule aux flics . Une simple action permettait de remettre en cause les fondements de la société. C'est un peu comme Coluche, son existence montre bien que nos structures sont pourries. Je préfèrerais qu 'elles ne le soient pas. Je crois à la force de la dérision dans notre société. Je pense qu'il n'y a pas plus ridicule qu 'un raciste. Ces types sont monstrueux. Ils agissent par haine. Il est impossible de les raisonner, de leur faire entendre des arguments. Ces gens s'expriment dans la haine et la violence parce que c'est là qu 'ils trouvent leur plaisir. Ça les fait jou ir. Je ne crois pas que l'on puisse convaincre un fas ciste ou un antisémite. C'est un peu comme vouloir dompter des lions, il faut faire attention : les lions ne sont pas faits pour être domptés. Alors que faire? J e pense qu'il faut se méfier et être vigilant tout le t~mps . Il faut sans cesse dénoncer le racisme, même si, au bout du compte, on pense que cela ne sert pas à grand-chose. Il faut fe dénoncer toujours, et plus on sera, mieux ce sera . Propos recueillis par Marc MANGIN droit et liberté. n0400 • avril 1981

Notes

<references />