Droit et Liberté n°123 - mai 1953

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°123 du 25 mai 1953
    • 5ème journée nationale contre la racisme, l'antisémitisme et pour la paix par Charles Palant
    • Le scandale Xavier vallat par Albert Levy
    • Grave menace sur les Rosenberg
    • Comment le médecin Aben Ali guérit le dauphin Charles par Vera Cardot
    • Que devienne les enfants Finaly
    • Préparation de la 5ème journée nationale.
    • Une apologie de Maurras et du nazisme par Louis Mouscron
    • Les Rosenberg peuvent et doivent être sauvés
    • Racisme à Valenciennes
    • Un document accablant sur le racisme américain
    • L'espoir de tous les peuples, un pacte de paix.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Plus , . . . necessmre que )arnats LE SCANDALE Xavier VALLAT Plus grandiose que' les précédentes LE 14 .JUIN 1953 A LA MUT.UALITÉ· se déroulera, en présence des délégués de toute la France : 28 MAI 1953 ' (Voir ci-dessous) N' 123 (227) 30 FR.ltNCS la 5e;)OOBNEE NATIO:NALE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME 6HIUE mEnACE SUR LES ROSEIBEH6 L E 14 juin pt-ochaln1 AU Palai&- de la Mutu3.lité, à P.lrls, sa dê .. rouler:t la 6• Journée Nationale contre le r..~,elsme, l'antls:é· mttrsmo et pour l~t P #b:. Organfs~e $Ur l'inltlative de notre. Mouvement, elle réunira plucleui"' S mfllitu•s de déléguh •tus dans: 1~ Fr:..nee entière au 9oura d& centaJne& d'assemblées pop-ulaires, oroup::.nt ds.ns tes quol'tiers., les vtlh\9es, les villes, d•ns fe-s entreprises. les ta.bo~toire~, les unlver. sltb des femmes et de.s hommes de toutes opinions) mals qui s·':tccordent su_. ce\ impér:ltJt urgent : r.•unir et ag-ir çontre 1& ra .. Par un effort commun Ce chotmont d!.$:$in dO Jo~q-.~es NOtot, Wité cn corte pcsto.la ô 1•occo1ion de la Joufn6ct NoJ~otb, iiiL3trc cu,asi loe- mondoh de d6- légu6 et J~• lnvitctlom. clsme- et. l'anLidmitsm&, pour la Paix. Les raJcon-t qui commandent cette nécestit4 Impérieuse sont, hêfa.s, nombreus-es en l'an de grâce 1&63. Libéré pal" M. RenéMayert a.lors Garde des Sçeaux, X.;tvleJ' Valtat fait. journellement. POUR LA PAIX parler de lui et prétend l la $UC• sion de Chatie' Maurras - autNt libêr4, mort depuis dans son Ut - t\ la -t6to deS- llguos tac .. t!eusea, racistes, .o.ntls,m1tes et a.nt 1 rép u bt ie.a 1 nes. Avec Bardèoh&, Câline, B6ro.ud, Taittinoer, Yba.rnéga..r3.y e.t autNS Thcier-VIgna.ncourt, Mar ... 4uet" Pey!'outon, ote., le$ uns. Il· bte& depuis des mois, tu autres blan~hls ou en vue de J'être pa.r los diNél'entu amnltoties, tout ·eo beau monde S:é remue, ~'agite, p6torc, écri\. et appcllé ou .. vertement â la violoncé, au po· grome. ces oena dls-poaenL d'une vingta ine dé revues et publica· tlons où s:-'étale impunément leW" pros& dé h:Line. L'une d'elle vend eyn1quoment la mKho et ctëvotro tout crument leuP obJectif &\ tous : ~0"'-S voulons s.urlotH <~btenir dans tous les dom(l)nes. lo revaooM do Vlcby. C'esl pourquoi nous entendons. polil iquélllent. revenit au régime d& I'StQt Pr3nçlils. PAR:::----, Charles PALANT Secrétaire Général du M.R.A·P. C'est pourquoi nou~ sommes IUlllfllo. t;.ons et antis6r;oites (Râa· llome.) Quant au• moyena d'at.teinctre cet obJec1.1.r, ,o\SJ)ef)ls rte la-Pr.1n .. cft les rh.le qui 'crit: XO!\ Jeu .. 1un ua.ltcnJ. la l'Jolence ! P<fl!li. Il t':D UEeOl à I'OCC.9.!.i•m Et lOUS ut.- fOt.Sciatu •n r~·'- de te-tar.er .. oc- ·.. 4t fe.·~ h ~'~. à Ma,;s-e.illo, A l.yon, • Tou~u, A. $tr..-uboutg, A st-o ue.n e.t l Parls oU, en plain Champs•! fy .. dies, ét aux crl.e do ~rott :lUX JuJI3 l~s nor•is mauranlens s'attaquent. A plusieul"t membres du Comité d'Aotion de 111. Ré.sfstance. (Suite page 3) A près la décision de la Cour suprême, la date de leur exécution peut être fixée d 'un jour a' 11 autre. ~i.nntsitiez: leo d~tég~t~c!·~ ~., télégrammes, pétillons, po~ll' les arracher à la c~alse électrique! C 'EST liveo stupeu-r: que t'opinion ftang..alse a c.ppr1s te r-ejat1 par la Cour Suprême d~$ Etata .. unie, do. la requilo en Pévitlon prtsentée Pilr les R'osenbcl"g. Cette dêo)sion intervient au moment oû de r.ouv3Ucs-- preuvas cle l'lnnooence des Roiénber:;a sont révélée~. tll.;, heuP'te douloureusement la oonsehtnce dea Françai, qui, ou millions, ont récta,mé ,,_ vie $0-uve- pour 1& Jeune coi.Jplo Altl-tfrlcain. ETHEL ET JULIUS IIOSENBI<RQ PEUVENT E'l' DOIVEI4T ETRS. SAUVES ! Animateur du ComiW. de Ditense des Rounberg, qu1 recuelrté la plu.• l~"'ge approbation, le Mouvemant contre le Ra.clame, f'Ant.l.sémltttme --ot pour la. Paix appelle.. L.ous: les Fran" è exprimer aveo force reur volontô do vor,.. trfomphor la ~uutce. Q.ue t:e multiplient. d'urg&nce- les d61ë(Jatlona <lot qua.rLiePG, de.s: ont.reprls"", de--a 6la.bJlut:mentQ: ete rochtrcha rt d'ertstoigt'lt· ment • J'amba.suds e\ :ult c.onauJ,_ts du El&t:-tJ;tll ; Que pattent p:u- mllllera tes Vl6gr:lmmo~ lndlv;duers ot l· ltct:tl au pr-6-!:idf'!Jlt Elun.nowor: ,. ' - ..... t~"-"-- _,..,..___, ~ 1 . · .J~ ~-" (.o.l'~.:wv. ... pat • .;.u" Q--., " ... ,;;.~w~ 1 1 . \~u••( ,;o ~MOIUtiOM • l tiJ · -;o Quo la' p1'4pO.I"ation de. fa '6• .SournOo tf~·}~i., c.ontre reo ra.ciDme, l'•nûrémltlsme et pour la. pah:, qut a.uroa "beu 1• til Juin ~ Parlt1 aoi\ une puis;atn~ C<lntrib~~·on ~ ~~ 4~f•"«,' "'•• n"~"~ be!'ir, hér-üt am~rictins de la lutte pour la paix 1 kE BUREAU NÀTIONAL DU M.R.A.P, <Voir nos informations en pag.e 4.) Le Comité d'Organisation de la Journée Nationale Responsable de •• déportation de 120.0 0 0 .Juifs de France Voici ln liste des membre• du Comité d'Ot·gani•ation, qui, avec le M. R. A. P., prépat·o la 5' JOURN'EE NATTONAJ,E coutre le· racisme, l'antisémitisme et pout· la Paix. Lucie AUBRAC Léon LYON-CAEN Evry SCHATZMAN LE TRAITRE XAVIER VA· lllT Agrêoêe d'Histolrc Le Révérend Père BERGER Albert BEGUIN Directeur c:te IQ R,ovue « Esprit. • • Marcel COHEN Président à la Cour de cau.atiQn Jacqueline MARCHAND Socr-étalrc Cênératc <fu Syndicat do l'Enseignement Jacques MADAULE Historien MaUre de Rc-cheJ•chec au c. N. A. s. Pierre STIBBE Avocat. • la Cour Le Général Paul TUBERT ConaoUier de l'Union Fr~nçaJso dédicace e n plein Quartier Latin UNE APOLOGIE DE SON MAITRE MAURRAS Directeur d'Etudes à i•Ec-Oio des- Hautes Etudes Jacques MARION Théodore V AL ENSI L E 24 dêcembre 19;19, M. René Mayer, alors ministre de la J"ustice, offrait à .X:avier Vallat, comme cadeall de Noël, sa libé· ration. Maurice DRUON Pti'X Goncourt. A voc.at à la C9ur Paul VILLARD Avocat à la Cour Se:crêtalto de la o. G. T, Renée MIRANDE Mme DUPONT-DELESTRAINT Docteur GINSBOURG Docteur GREIF Robert KIEFE Avocat à Il Oour Etienne NOUVEAU A voeat t\ ta• cou·r Pie rre P ARAF Homme de Lettree Pasteur Louis VIENNEY Pasteur WESTPHAL Docteur WEIL-HALLE Dans le pays tout en.tier, l'indignation fut grande. L'ex-commissaice aux questions juives, responsable de la déportation de 120.000 Juif$, avait n;>outrê, à son procès, qu'il ne se t·epentait pas. Bien au contraire, il étalait cyniquement sa haine 1·aciste et prônait l'antisémitisme d'Etat, dont il s'était Avocat. à fa. c our Membre de J'Acad6m!e de Médecine Michel LEIRIS Marcel PRENANT André WURMSER Hommo de L ettres Professeur i. la. Sotbonne Eorivaln Jean LENOIR Directeur de « c..a Quinzaine » Georqes SADOUL Ahdoulaye YACE Critique de Cinéma ëtudi~ n t La civilisation africaine à l'honneur COMMENT L·E MEDECIN (noir) ABEN ALI GUERIT LE DAUPHIN CHARLES EN l'au !408, at-rivait à Gao, au coeur de l' Afrique, en compagnie d'un.e caravane de marchands, un Toulousain, An· sel.me d'Isalguier, descendant d'une falllille de Capi· toul s. Anselme d'lsalgl1Îcr était un physicien curieux du speetaclc de la nature. Il etait sans doute l'un des plus grands natur~lis· tes de son temps, d'après ses amis, qui râppetaient volontiers qu'ils l'avaient vu méditant des journées entières sur les phéno- Que deviennent ·les enfants Finaly ? ef/AQU.E jour qui passe rend plus irrifattle l'affaire Finoty, où l' o.n. oit ta-juslitt, Je boiL sens clélibénlment bafoués. La Cour de Cassaliafl a éf«bli que le délit d'enlèvemeflt de mineurs, commis par Mue Brun_, est réprimé par l'article 356 d11 code pérwl, et puni d'une peine 1le deux il cinq ans de prisM el d'une amende de 10.000 d 100.000 francs. /.es responsables ile la dispaûlion des enfants, loin Ife .clltrcher à éviler ou altfmur ltl clltWment, conlintttnt de mginltnir s11r leurs pfOjtls un l'aile ete mysli!re. Et Mlle Bru.n. inlerl'iewée par le Figaro lance ce défi :je n'ai jamnis eu peur de personne. Il y a tm mois encort, on. ann< mçai'l périodiquement le retour prochain des enfants Firlaly. On ne ttnle même plus, aujourd'hui, d'apaiser ainsi l'opinion. Les st.~llts informafiDns sont r'elafi· 11es ù la santé des deux e.ntanfs1 qui cause à leur famille de l'ives in~uiétudes· Les tractations pratiquées, ù l'en<Dfllre dé la (ai, m•u là complicilé lfu Quai d'Or. {Suite en page 2) mènes de la nature. Cette pass ion devait le con'duire dans toute l'Europe, en Asie et enfin en Afrique. Un mariaqe à Go:o Qu'est-ce qui le séduisit dans cette ville des bords du Niger? Ibn Batoutah qui ayait visité Gao une cinquantaine d'années auparavant{ l'avait décrite comme une vi le spacieuse è: l'une des plus belles du Soudan ~. Il avaît 'Vanté l'abondance qui y régnait et J'ilospitalité des habitants, qui, écrivait· il, sont gens d'esprit fin et cultivé· La vie in· .tellectuelle y était as~z intense pour Telcnlf des lettrés étranger"' Par excll\Rle, Ibn Batoutah racoote qu'•l y fit la connai$ Sancc. d'un pélerü1 du Y éçJen, d'un Marocain de Meknès .e-t d'uo jurisconsulte du Tafilelt. Anselme <l'lsalguier sïnst~lla donc à Gao et y continua ses chères, études, trouvant dans ce pays de nouveaux sujets d'étonnement. Il savait déja l'arabe ct sc mit à .:tpprendre Je Tifinar, langue de..< Touaregs et le SonIii. Il se lia a\•ec un prince de ln famille régnante. Une 11rande semblait beaucoup. Seuis une amitié unit très vite les deux tratnée pt"'! claire à la naissan· jeunes gens. ce des cheveux et deux doigts Anselme éprouva bientôt les blancs à la main gauche rappesenlime. nts les plus tendrès en- 13ient l'origine de son père. Vérs URC belle jeune fille Sonrat- J10mmée Casaïs. lntelligenle et De Gao à Toulouse cultivée, Casaïs apparut indispensable à son bonheur, La jeu- Cependant, Anselme n'oubliait ne fille, de son côté, était loin: pas la Pra11c~ et il éprouvalt de se montrer indifférente à ses: parfois ta nostalgie de sa patrie. sentiments. Leur madage donna: Il ~éc.id.a sa jeune femme à fe n· lie" à une grande fôte, comme ter le grand \'oyage. Aben Ali, il est encore de coutume dan~ leur ami e.t ·rnéd.ecul, se laissa ce pays. renter par les attraits d'·un aut.re Vun des familiers <le Ja mai- V CARDOT son était un médecin sonraï d'm1 era • ccrt.1in âge, Aben Ali. Anselme (Suite en· page 4) s'aper('ut \1i1e que son savoirr------------<: tait 'bien plus étendu que celui des médecins qu'il avait eu l'ocCMion de fréquenter en EuroP.e· Au bo~>t de deux ans, une hUe naquit de l'union de Casaïs et d'AnS!>Ime. Ils l'apt>clèrent Marthe. Les Olnné'ts passèrent, sereines, heureuses, sans histoire. Le temps se plrtagcait bam1onleu .. sement entre l'ètude et l'amitié. Marthe devint •une jolie petite fille de 6 ans. Sa peau soyeusê était d'un noir profond comme celle de sa mêre, à qui .elle res .. Amis lecteurs Exceptionnellement, Droit e~ Llbort6 p:araitra deux fois sur 4 pages, au Heu d'une foi• sur e paget, dans le mols qui précède la tJournéG N•tionaJe contre 1& raolsme, l'antisémitisme et. j)OuP la paix. Le prochain numêro p.u.aftra lo 9 juln. Vigil a nce et union pour que cessent ses provocations antisémites 1 fait le vil exécutant sous la protection des ba'ionnettes hitlériennes. Ceux qui voynient ·alors, dans Ja libération de ce tra(tre la possibilité pour lui de réci· diver, avaient. raison. E-t ils ·avaient raison de. sonner l'alarme avec le MRAP, qui prit la tête d'tine rvaste campagne de protestation. Les êv~11ements oot confinme leurs cra>lnfes, jus .. tiliê leur colère : le dernier en date est la sig11afu>e publique par Xavier V-allat, sous la protection de la police, en plein Quartier Latin, du livre qu'il vient d'écrire à la gloire .de Charles Maurras. Les promesses de M. Mayer .M. -Ren~ •\1:1)'er jurait enfin ses grond< d1tUX que toute tentatÎve de. reprendre ses activité$ politlqn<:s, sous quelque forme que ce. soU, entr.ainerait pour Xavier Valtat une -réincarcéra .. lion inlmCdfatc. Dans une belle envolée sur famnistie, il sJécriait le 21 décembre 1950 au Conseil de la Ré1>ublique : je fais observer à ceu.'( qui .son/ du côté des bimé!iciaires év.tnfuels... q.u'ils ne peui'Cnl pas à ln fois vouloir qu'on les oublie et ne pas st fa.iss'tr cublier. Une seconde carrière Xavi"cr Vanat ne ,s'est pas lais:;é oublier. Mieux: il ne l'eut pas qu'on l'oublie. Et les pro· messes de M. René Mayer, comme c'était â prévoir, sont restées lettre morte, La libératiOIJ Ife Xavier Vallat est l'uQ Alb9rt LEVY. (Suite en page 2) En 1941~ oZon: ctu'U fntro-du.isolt on Fto.Rce l•~ mélko~ noxic~ ôo d.ltcfl .. tt~lrtations rodohr~ Yo1tot dont\olt d•' int~fYiQws 0 Pori&-Solr. A"iould'hul, l1 ~igne ~n tivro .•• Or, que disait M. ~né Mayec pour- tenter d'apaiser l'opinion? Au.ssi bien devant le$ délégations que d~nt le Parlement, il a.flinnait que son geste, puxement «administratif,., était:---------- ---------------sans danger. If ne s'agil, disait·il, que tfune simple libération conditiO!Inellè ... Il oubliait d'·ajouter qll<l la libé· ration cenditiônneHe n'est pas un drQ.it du condaMné, m3is une faveur qu'on lui accorde. Deux Gardes des Sceaux, · avant M. Mayer, t'avaient refusée à .Xavier V allal· Aussi bien ·aux dêlegations que devant le Parlement, M. Re· ne Mayer t~!pondait encore que Xavier Vallat ne i>Ourrait pas reparaître à Paris. Le 1er juin 1950, il dédarait à la trib1>ne de J'Assemblée N:ttionale : }'ol, quant d moi, donné mon accord à sa libération conditionnelle (de Xa;ier Vallat) lorsque j'en ai été saisi de nol/Veau le 15 novembre 1949, et qu'un nOtlveaa cerl(ficat d'hébergement a éfé jou.rni pour un département autre que let Seine OtL l'Ardèche, et qui est le département de la Mayen11e. .. __ Au procès raciste de Valenclenneo LES V .ICTIJJIES a u banc des accusés LE 19 mai, devant le trifmnol de Valenciennes, ont comparu 63 Nord-Africains~ POU!Slâvis à la suite de bmtalifés racistes dont ils avaient /:lé... tes vic· times. Rappelons les faits· Le l" mai, lors du défilé' traditionnel, awès avair lalssé pa1iser 1es mamiestanis c mélrapolilafns », les C. R. S. se sont ru,es d' L'assaut du groupt! .des Nord .. Africains : ces dermers, prélemfenJ les C. R. S .• auraient déployé le draeeau nationaliste J•er'l. En fail, t ·enquete les [Jho los prises pendant la ba~ garre, tes dfiptwlions des témoi11s l:lablissenl que tP drapeaa ëlait rPSté roulé. Mais peu importe k prélt:-<1~. Les rafles c ou faâès » opér4es ta veille parmi les Nord-Africains de Valtncicnnes monfraU bien le caractère prémédité d.e fopérltlion. Ainsi, ce jour-Id, 3(1 m•ril, un pere de sept entan~< fui arrêlé et fouillé à sa de.<eenle du train, alors qu'il nrriltdii d'Alger, un_ des siens lui ayant troUYé ûJr emploi dans la règion. Sou cguttau de f!Ocllc, bapfisé arme pra- Pierre GEBBAL. {Suile en pagt 3). 2 ----------------!1!!!1!!!!!1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! D R 0 1 T 1! T L 1 8 E R T E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~!!'l!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!lll!r 1 Juin •• e ournée Quat.re années de l uttes 1·union LA PRESSE DE l'INTERNATIONALE NAZIE sous le signe de LE 22 mai 1&491 au Cirque d'Hiver se d•rouleJt la pre. '"ltl"e Jour"'• N:ttlonot• e>rpnhl" par ta MRAP. Oëji., 1 .. ••c.i;.a\Out'$ ~ la haine racl$.t& rt.· fc:niel'lt ta ~:e en ,.,.-ance, et, "'n Alfemagne, 'amorQ-alt le ,.~. wr-mtmtnt des nuit. Oh lort, la pulssanco du front. s.nlll"aO•tl.e n'a o•ni dt croltH d.!lrts notr~ p;tp.. C'ttt par cen. ~inct 0\ ce-n\alnN de mUller• que lU honnêtes Otftl ont SOU• a"u ft» o.Jveratt camp.a.gnu ta.nc.6t$1 par le MRAP. l!t eh:.quo foJt AU• ih r.leitlctl, encoungH r:;ar 1~ n:ntuétude dM poU'fOir'l pùbJiu ,.. acnt tiwrh • fa n-~Jn .. Xavier Valla! • JJ... CJUt fut c:unfiU< ta lifJtralw4 ./r VaJIDI Ir IIRAP pril /o têt~ •'r ia priJlr tâlion popu· lmu. Un grand mutmg lui litu d J.r Mutualité. /t 19 jnn,.ier Ht!\0 w·rr /Il porliclpotion dt ~~r.,u Andrt Blumet. Rober/ CI:Dmb~iron. Dtj,mktrt. y,.c Fttrr.r-. Franct.~lti, lt prôftsttur H"JiJ 'tJrd. le co/ont/ Manh~·'· juli< n Ra,.amtmd tl Ragtt Rou(' autt e A'! r:t~urs c;'unt nmt,•r«nct nu .. /iottn• r:cm•oquit pr.1r lt :\IR1\P Il ..:. ) 1-Jnl'lt>r. 3tl) dt-Uguh itab() r. rcrtl un ptan cl'actùm, dont lu Tt41/t'.ialion s"· pour~tJia•il pen .. /lanf plus/ertr• sentoitlt.\ : afficl:,~. mltling:; locoux, lellrts tt rl•ofutions. ditrga/lon.• aupr~s dn ilu • Aa mois de mor• 1950, fondis qu'unt fouit nombnt:se manifestait _plate Vtnd6mt•. Itérant /~ m/nilllt< d~ 111 Juslir., M. René Mey<r. Oardz dl!.< Sttaux, du/ rcrtt·oir lint dtltY.ation du AIRAP. t{Ui lui fit connaitn Jo Ït't indiRntrfiDn dt.,. l'iriJ'mes. du racisme tf de tcu.~ te ... r~puhli· t;ain\. e Lt .IIRAP tl '"" jourMI dtnonr ·~ren: unt 6 1111r lts tt•nlnli ... r--. dc Xtn,itr Val/ni dt If!· pr~ndrt ~on atlb•ift. • Quomt celui-ci fil rotrnil!lrl! •" •ol<>nf,' dt parltr en p11blic, salle Plt)·ct. lt 9 jam·iu 1953. lt .AIRAI' c:gamso Uth' riposte pu;mpu ~~ vi~oarcust • tdili~ll d'unt of{ithe, appt/ a tottle; le., or:omsaftons déli:goliun d IH Prl{trlttrt. Lr., pou1•oirs pub/ln, tzpr~, ((a•vfr rmlorisit, tfurtrll ir.U-dirt (a rr..anil~ tali<>n de ."<a' l'a' 1- !-11<'1-~t .~.·o,·J-n~ - ~ - 1"c. ~d~ .'~ln" ' ~ ... 0\,,f ..... dl.:t·.-"!.' ~ • iiJI~J 'lfl 11Jt4lalt ~ til stpl .. ·ntbrt 104q, /t .IIRJ' tUJ u mtr.tr campaP.N <Dnirt lt projtt '" up~Jr:tft<•n, cff .41ttmogn~ oct•d'tnti> û. dt tà f•uiiir antisémite• DER STURMER. De•s mil/lus CIN Qrowo~tlon, fis ont. tt.e d~ noneé$ ot. tsotés, ltura t.tnt.At.lves de dlvlsion ont éc.hou,, Le MRAP a a:in5i m4l"it.é 1-a eonfianoe dl$ antiNCiites, det r•pubficaiM, t.J.nt: dlltlnetion d'originel, d'opJnJons potitfquos ou de conceptions philosophiques. C'est Ql'lC• • l'union agitNntt qu'•l n'• jaMais CES$• ct• prbni.,..,. et do ..tali&.e,., que de 9Nndes Ylctoi,.es on\- pu 6t.P'o remportée• .$Ur' lU rof"CO$ de h1tne. C'est Of'l.ce A cette union touJOUI"& plu' lar-ge qu.e l'ant.lsêmilicme et le N.tisme pourront. •tre dtfinltlvement mis en ~hec-. et'af/irlles furent éditées. Des dl: aines dt ptrsonnalitls furent appt/tt.< à prc/tsttr. Un mttling impqrtn~rtr ~:on{éttiUt nalionalt qw ndrtsso rm memorandum à J'ONU sur lt: rtnaistnJt~t du nonu ~n Al!~ Jlftltnt tl sts rtptr· ru~ons tn Fronrt· • Une con/lrtn<t con/re lt rlnrllhlll dt t'AIIenrngnt, Ifllltif, à l'appel db AIRAP, ft 13 ddctmhr< 1951 , 600 dttigu<s. Aprl.< ft, rapports dt MM. Jtan-JIIarit Domtnarh tl lt Orand·Rabbln Fukt, sui1•is d'unt discussion opprofomlie, llllt déUgation Jul élue. qui u rtndit ù I'O . .V.U .• /t 4 jom•itr lllS2. • Enlrt ltmp.< 1• lullt du .1fRAP toni,/(' rturmtmrnl dt.( na:is III"Dit ftt marqui~ notomrm ·nt Pllf ta put~stml~ rompalfnr cft ft'•·ritr 1951 · riunion•. mt<· tin11s. diltgol/ons, collute• dt 100.000 >lJ!nDIUrt.,, • SHINCE aux OURVOYEI S DES FOU S CRErtm DIRES .... ............... . .. - .... ..... ,.._. ,-.-.......... ....~.. ... ,..~...... .... *,_ ,_ __..-,. ....... ... _.. ......_.~ --- - PARISIENS, PARISIENNES, t'""'"" <1.. '""' 'k• rt.,_.,çl <"'"'- o• tout ~ R.,.... rer:~ 4o kV• 1.-s o.nti•oi~~'" ~llyc:tgotd"'l~t'~ tocré dt ru ftesu;,tcl1~. Vtcf(lfJtttll. liNJ>lCttoW; LA I!EVII.NCHC oh ~ ·CHY POtin OU 91VE I.A .RF.>\Ii1110UE', POUR QUii' Vi"li LA PAIX ! ---- - •• r 1 lito 4 l4 f..Jclu.alilt, 1 · ln {l1(;tum dt' Umt Of'. 1 \r- • r • , r: ~r. .'08llt1ll<l;' f IVtldwt. )» Fargt_ J, OuiRntbtrt, P P(lra}. llm< ,\lorit-Cioudt \'ail/op/-C nturitr. DER STUP~ IE.R ne •parut po. • Ptu apri. s. 1~ 6 nol'embr.e J!l49, /o MRAP rbmissail une Les 7 de Marünsville et l~s 1 de Landsbcrq • F:n no•·tmbrr-tlhtml>rt 1 !150, Jt MRAP prit udl••tmtnt la dèftn- rt dts i Noir!ô innoccnr.< d• .Uorlin.srille. ccndamnis à mort Jtl!i' .t\lll!J-Y.n~~ 4ifir./l'..~ p!l« lions, dèlêgatiott.< tirent chntlal; trt aux auforill.o: oméricalntt la proltslation dt la Franrt onlt· ratiJI~. • L'indignation fut à .son comMt IDt>tplt. lt.< stpl d~ Alat/in<I'Ü/ t oyant été itutrocutfs, lt li'"vernemtnt dts Etats-Unis Ire/da dt grllcitr .ept crimintls '"zls tondnmncs a mort et dltrnu~ tl la pri:~o" Je> Land$btff. Un muling till litrt ti ta Afutua' ift(. mi prîrenl '" parole MM. O. ti'ArboiiS>iet, A. Rtwnel,l'abbi Boulin. R· Chambtiron. P. Drtyftii<-Schmidl, R. Oaraudy, .4fmt Françoi:t Ltclt.rt, AIAI. Lnui.\ Marin, Loui,t .Martin-. Chauffitr, lt pa~ltttr Rognon. La Cour Suprême des ÉtalsU; I;., ordonna P" aprt.-; ftxtcu ... lion dt.t 7 cnmintls dt Londt· uion.t marquêrtnt rt pulssanl mouvtmtnt. • /.t 4 mai. qut/qutS jpur• 01 rlfJJ ID uimin,llt txlctiiion dl 4fc Ott, un ordtnl mul/ng M ttnl SCille \VOI(lam, a•tc la partlcipoliDII dt IIIM. illnm ~· Lhlp, F. Bo11t~. Diop Chtik, At• Dtn( ltry. J.-M. Domtnarh. /.-M. Htrmann. J. Otll)'. P. Pnro • Ch. Po/ani. Pm11:wtd, Poul Ri••tl. Vtuors, lt pa.sltur Vitnnt)' tt un orattur du AITI.D. Contre. la presse de haine • Dt puis sa fonaJiton, ft \IRAP lu/ft pour qut so;tnl .:.anrtion· nil'< par ID /<'Ï lts rllmpognd lwmtusts ntt':lrf.t$ pitt Iii pres:~t tf l t.l publktlliDIIs rarislts. • En m·ril·mai JQ.52. unt t~ur. ion dt jllri.tlc tm;ntnls fut or:: nnr-~lt- p(lur 'l"nvhagt.r lei mtwtn.~ d'ot>11~nir dt.t fX!Ur:mil~.\ e·otÎit'<' les jwilles 111/dmes. /.NI< brochlvt {ut fdilit $()lU lt tilrt Siltna d la rr<"'t ontiumile • 11 odrts.sre 6 dtJt untaint~ dt pa~·onnaliJi .. Ct mcJ d'Of· drt' fut nussi .. ·clllf dr lt1 4" jour .. nèt Xallonale. • c~~l ci ta suilt dt tt/Jt (Q/11• pafnt qur 1< Parqutl 01trrit unt itr{ormolion con/r~ ltfaurra.s. tn rai>on dt> artirlts pub/ii$ par l11i tians Aspec~ ~e lo l"rantc. (ln tulle au proèhain numè-rO ·) <SulU de la paf! 1.) d~~ m:.i11()n..; d"u11e poJ1tique, q~ depuito.. ~:est l"rêcisée de jou.r e11 jour, ~·e)CfJrimnnt par d~ faitf' comme lt réarmemem des bourre: tux n:tzi~. la réhabilitation cJu vichysm-t. r:uro..:.lttct crois· san1t Ut' .. ftuillt-S r:aC"'-.tts et antisémite .... tes a:'teJnte:> :w-x liber· aCs oon:.tHutionnelleto, hi prUpa r.uion d'tme troisiëtnt guerre mondi:alt. t•tmpri~naement d n.-<ISI:ant.,. tt d~ difi:..'f:.tnt S)'T1~ d:c.,ux •. Lnt polîti~~ en ~m. m•. que x~,·~r. \'. t ~-1).~ t Qll DJ\:H"Uti'\'e-r. • t4,k' Au cuurs de l'ar.n~ H~:a. 1 ar-tisèmite n• 1 de ViCh}' • lall sa rentrte: par pht"tieur6 :tniclts. \toh:mm~nt anlth:publi.:.ains d'éofs· 13 tt·ûül~ rn~urrassfenne Mfttl• d~ la Frnnct. D'autres on suiv1 dnns ln revue é-galemt'llt fasdste Ecrit., dt P<1ri$. A J,..· mort de .\\aur, ... X3\ù::r v:s·sat, non content d':wo·; rott· pu 1~ adtnce quJ lui "Hlit r~eom~ mand{l, q~itta sa r~s1dthtt> forcée ~e 1• M3}'ennt. <1 se rendit ~u.x tlbi.tQt:_es 'de on vieux .m;\i· rre tn tratuson 1 ur ) ·. non· ur on discoots. Ces ballons d'eM•i n'ay•nt suscité aucune réaction des pouvoirs publics, il sc crut autotisè • ~uer ph>.; loin lorsque son libtrattur, .\1- Rtné ftb)•tr, de,·int pr~>sidt"nt (.\U Cons.il. Xn\•ier V~llot lit annoncer qu'il pnrlernit à la salle Pleyel, le à jam·ier 1~53, ou DEPUIS le ltr niAr>, une tt\"Ut bi·meo.~utllt iraitn.. "" Lt< NourtDux Jours '" d!A:rt 3 PariS· S<ln .quip• rCdo-ctionnellc comprend tsse.ntiellement <lts fid~les de Pierrt L<l\01, dont tlle se consacre à dt~ter lo ~loire. On y trouve Jts stgnahnb a.e josé' Laval. Georx.,. Bonne~ Loan B~rord. Sacha Gu1try. Au siège cie la rt\'ue, rue Tronchet, st ti~nne.nt, tard dans la nuit, des réunions ou>quelle• participent divers aurres pilitr• de la kollaboration. Dt' ces actiçifës, il f:tut rap ... procher lt. dkouvenes 13ites, ces jours derniers, au cours de l'enqu~rt- Atlr le complot nazi en AllemaJ(ne occidentole. Werner Naum:tnn, l'un des princip3ux L:Onspirateur~. était en relations

tvet: les f:tsdste5 d'An"ldrrre.

de Bt>l~ique, de Pranct. Chez son ami bdl,(e. lea lucht, il rencontrait notamment la. veuvt de 1.3\·al et sa lille, josè laval S<ln avocat, A<htnbach est d'ailleurs un ancien an1i de l'bomme qui • so•lh•rtait ln victoire ~ l'Allemagne ~. Ainsi s'éclaire l'un des Mpect.~ de l'inttrna1ionate na.tl~ et des rapportt exi•tant en~ la presse vicl>yste •n france et les organisati9n!\ hitlériennes d'Allemag ne occidentale. On pel>! en dêceler d'autres • la nOu\'tllt revue de Bardkht, Di/cnst dt fOccidtnl. qui parait d<PuiS janvier, a pour but de d.éveJopper un ~ mou\'ement curoJ)~ n :. b:ts~ sur l'idéQJo.cde na>. ie. Ce mouvement est diri~cl par ,\\ais il ne se tint p~s pour bottu, et P"' davantage seo prote< 1eurs et complices. Quelques semaine~ plus tard, il prenait la l)ttrole â une c: réunion privée :.:, salle des Centraux, dont les pouvoirs publics étaienl a•ertis.. Puis ce lut l'ëdilion de $On livre et sa siçnature dans une librairie pariSienne, f2 a ns. jour pour jour; après 1« c~ation pa.r lui de~ deux premte:rs c:\m[\5 dt 'once:ntratl•)n pour lu juifs de Fr:tnce. Vr~ce et union ! lefr.~ondr~emenr. successifs de oe •~andale souli~nenL ln -:r:avité- du nds~ tl de l'anti- La protestation du M.R.A.P. OH qut fu\ conoue la nouvelle ma.nlf•S\at.Jon de Xlvler V&lfat, Je MRAP ~ ôl• •• une "'goul"euso prolê-.it.aUon. Oo.nt la r-és.olutlon 4u'il a çommu .. n1qu4-e • la. P't s&f, •1 condamne la mansu6tude dts fiouvol"' publies b l"'g.o.rd de t'ex.- c.ommihalrc a~ou: quec ... H~ns Juh"". 11 ~pptll t tous tes antlraoiC\Os. "tOUt 181 ,., .. pubticalne: i Ja Yi~itlnc.• et 4 l'action commur.e, pou, rat~ 6.ctu:e aua provoel.tiont antJùmltes et lmpo$er alienee à 1:. p_POP4lQAnde de h afn,. cours d'une soi rte d'homm3.go: :. ..--------- - - lo Suédois Per Engdahl, dont D#{tn:t dt t'Ortidenl pubht

tbond:Jmment. la prost racistt.

l.es groupemtnls hitlériens d'Alltm~ Kne y jouent un rôle prépondéra nt· Lt Mouvtmtllt Social Alltmond, pr~ist lt journal dt Bard< che, a ill •hargl (par le• """ trt~ organis3tions natits) d'llO· Mir. ~·ommt $trtlon spüialislt, ... t/t$ rapports 1/e <'an/iallr~ tl tl'h·hangts d'idtt$ avu Ir,..,. forus... dt$ aulrts pays turopltn: ... D'Dufrt port, /t ;\IOUI't· mtlll Social Alttmand a rrlt un tomifé de rcortlination drs mor; .. 11tmtnls tle }émusse .. • Avec ce Mouvement Social Allemand collaborent. en Alltma~ n~ dts groupH où ~aumann a ~ts hommes, !tl$ que les c Corps Francs :. et les assoc-Iations ml~ litalres dirigéts par les Ramcke, Rudel tt autre• générat>X nazis. Panni les c mouvements de itunes _. qu'il a co.nractk tn Fr3.nre, figure Je mom·c:ment c, .. llldtllt, dont l'Insigne est une c oroix flkhéc • et qui public dtJ)uis peu un _journal \'101tn1· ment ra~lt : Fldi/1/o!. Fidji/fi. Di{tnst dt I'Ocrrdtnl. Lts Nouvtaux jour$ : tro•< publications supplémentaires qui viennent s':tjoutcr en quelctues mois à Rivarol, Aspects dt la Franu, Ecrits dl Ptzris. La Srnlintll~. ete., pour exciter aux po. gromts et à la guerre. Une vingtaine de reuille•. titant au lot~l h plus de 100.000 extntplaires ~e font ain~. tn .émitisme renaissants, dont X:tvicr VaJiat, Mritier spiritutl (si l'on peut dire) de .Mourras, roste le symbole et le chef de file. Que la loi d'amnistie soit votée, et l'ignoble crin1inet verra g'ou\' rir de\'ant lui b voie: du P:trlement et du s:ouvtmemtn1. Il est cemps que prenne lin la ••conde carrière de Xaviet Vallat, comn1enc~t> par la \'Oion•é de M. R<n< .1\Qycr· Ct dernier, il es1 n:tf. n·est p1us. pr~idtnl de Conseil : la Franoe aspire il une f\01Î(iqut QU• lilè"IURÏI CJ1{t ... ~;;un h s;. pl31.'l' : lt~ r~N1:1n1' en lilltrtë ~t lvier Voilai "" prisu1\, cr qu: ;1rrètant le réarmtment des n3ris, s•or1enttn•ü \'trs J:t paix . l~oftTs nmrm.Vnlt, if :rpp:~rrien1 3U~ nntirncistts d'imposer le ch~limcnl de Xavier Valla!, n~JOIo~ lste de Ja collaboration. rt:cidivisre de l':uuis.é-mitisme, tl de le rt:duire :au silen«, dt mi-mt qu'i1:it ont fait éd1f{', le !l jotn· vier, à sts pmjc:t~ insoltnls, de n.t-me qu'n été ch.assé du gou· \'~rnemtm uu :~.mi de Vall3t et d• M. Reoè .\l>yer : lt préfet cnll:~borateur Bf\uh:.my. L.1 France ne ~:aur3.it tol~rer longtemps l 'insult~ d'un x~vie r Vnllnt. Que p~rlout retentisse lo proiestntion dts honnê-t« gens. que p.ltt01H se renforce J'union ngîss:ant~ de:; nntirad:)tes e1 l'ex-commiss.:airt au:< -qursÎions juive$ $;ern mis d:tns t'imJ)o~qi~ hilllé de poursuivre ses méfait.. Frnnct, lt-s por•t-paroles de fn 5' colonne reconstituEe. On aur:s.it tort dt sous-esti· mer lt danger qut constituent pour notTt pays, cts P\lblic:atiOJ1S inf~m-cs, qui peuvent ouverte• ment laire l'apologie de la tr•htson, txcittr !a la hsine ractstt. rt~rou~r tes homme~ de main du \'ichysme. l.o n•uiTalitë bienV<!illante don1 dies bénéfiCient de la port des pouvoir:i publics s'txpliqut sans doute por <eUt •Pp,rfâocion dt ltvr <Onj;~n~rt cl OutreRhin, Turmwart : Lts tx•tiJUQ .. boraltur. français constltlUnl J'unt dt>s dtances lts plus rtlra pour lt dhtlDpptmtnt dn mou•• tmtnl dt rtnOuJ.'tDu turoplm. Autan! dt r~lsons pour les P'ltriotes, k'i. rêpublic::tinr, le-; :tntirnciste~ d'tn exigor l"nttrdietion. les enfants Fingly (SIMt dt la t•· poge) virhyslt YbarnigarD)'. dt Rivarol, Aspt<l$ ~ Ja Fron<e tl du say tl au mini$flrt dr rJntl.rirur. 11atu~ ftuillt~ radsfts visMI 6 >tmhltnl au pain/ mort. L• lourd exploiltr ct . /ilan >, qui persittnct q11i pèSt sur rtllt nffalrt• mel d'alimtnltt 11ne ptQpagdJtdè lradui/ "' lui-mltrtt un mlpri.• prtlt à louit> lts fàlsltltallons. qnimtt dt la Ju."lu. 11 {Dut qu' ft., :<n• 4k e<rur Ctrlt>. 1<> •oit lt1 p/U$ dll'tr· mtttenl tn lchu ct. lt nlatiws st$, J' compris ttltt~ dt rolholi- orn·utts nu inSlditu;)t fl d.t Charles 11 octobre 2013 à 16:28 (UTC)tique, r·mmf'llh. ~'NI•vtl pour Ut lu httlnh rf'liy.:ittt<(~J' t l t'il• e'Ottdnmn<r c-. prnmJt., mv)ltn· 1·1s1ts. Il fout qut l'opintOII n fi" nagt.'Wt d cdle t:mnplitit~ m•u 1/ts. puUNtlf.\ pnbht-f. un~ Fffu:tn. D~ l'lits pri'lts tlt pDsl- p:cmptt atliDn tn '"" d'tJuU(t r tion. p4rfois rtl,nfiJsantts, mon~ lt rtsp~ct d~ to loi. Lt• tn1.:1tb lttnl qu'un tort (Ouran/ d'np•- Finaly, aran/ toul~ du"'<SiOtt ruëm. Charles fhrnn, ronat1m!'t r,.Jt1· $1lf ltllr tn'tnir, dcivtnJ fmm~ tzntlsnu·. tous /t$ JlmtthSmtsj tt dialfmtnl rtnlrtr en Frorttt. t t n'rn rrMt PO.~ moins que Joui ltrt undu$ c) llur {amllk. u pat'lt tmnmt .o;t lt gouvernt·r---------- --mtnl franrois tilts hautts outorilis rntlkolique$, ~o~outaic>nt sU$• âltr fi tnlrtftnir lt.t fanaNsmt. t. /)mk~ r.~ltt phtit;lt ni/Dire. tt mlpris dt Id loi tngtndu tù.fl• mtnl lt mipris du fmfs, qut ron dltlart indlgnts d•itre pro. t;gis par tilt, 011 qut ron priltnd

,,. lt.< aulttlf$ tl /ts pto·

fi/tuf$ d1• ilisposit/on$ {ailts sur mr~urt. Ctttr doubll dtmarcht tl t~prih hm"ntux n pu llrt tonS· tati, darr..t dil•trs mititux, sui- 1"ant qu'il s'agit d'autifémilismt ~ religifUX ~ ou 4' politique •· En ,,urlit·ulitr Il'$ appris drt NOSTALGIE DE TOURISTE Un. client quj, d:trts un b2r. heu rtt du c:oudt un OYtrt elie .at. ceL1 lHrh·t rh;tque jour et nt P')r:e p .. ;, consêquen<e. le nulhtur dt M. Sid)' DiOt, 1niénit14r de 22 !n.s, or~gin:tirt de la Qujnte funçaise fut, te 18 no· \'tmbre dernitr, de heurter deux t6u:istt!l am(·rk~ins. htr/(. Willie Mc Gee e De'< juille/ 19!i0. lt MRAf> tl Droit et Liberl1! faisaient MnJlalfrt à l'opinion publique /ttm· çai.<il la ccndamnalion standO· ltust du jtunt Noir innottnl Chorlts .\laurr3$. T lt\.M8)'trnefitntnpourtt· E.t t d ·e'ge rue Mazarl·ne nir S~' p10Jni!Sses, mi<f> double- a e s 1 , ment h l'épreuvt:-1 J)lli~que ~Qn ptolégé enlendail p3rler en public. et tnlendait le laire à P•Ils rtpondirent ;. sts exc\ISeS p:tr d~ injurt'S : eellts qui \'Îtnnenr à ta bouche dt racistes nmëric:ain:' q_ui s'adres~ent ii tm Noir. L< • vr~eur > d~ l'étilb lis $ Cmtnt fit choncs et lui cracha au visage. D'autres s'en mAèrdlt. On cri3. c ha1o ~ur lt n~~ rre ~ et M. Oiot se retrouva sur le trolloir avec, da ns IQ main, Ul) ,>lstolet. Celui qu'y avait plac~ un G.I. ' Antisémitisme parlementaire Anal,sant '" uu~ts de la ctll•tt du ~ouvernement Mayer, Ici \lomlc du 22 mai sou~gnc, cntrt. onJttr::-.. 1..; facteur per-

n •1

p, n ..•, 1ntllc ow.._.. . ,, ecrit-il., t$1 ,· ··'PI'"·'Won dt url oms llus modét• ·' t'l .\flrlout paysan$. On noJe ra o;•·ltlrmcnt. moi:; c:omme un ,\i!;n,· dt.~ ltmp$, un grie[ que J'or . a;1droil ptUStt :~ous SJltnt.t· Af<L< ri frmt dire que M. R~n# Moy .... rn t,,., tuJjourd'hui l'objtl eJ lo l'idwtr1 comme Léon Blum 1111 ,\1, fute< Mm·h tJIII /lit l'lire. C~tS/ DÏtl'OÏ ... H ALT E au proJet cl'amnislie ! Autrement dit l'antisêmitisme a joué, surtout éhez les anlis de: M. Pinay. contre M. René Mayer: ctl antisémitisme qu'il a tànl contribué lui ... même à renforcer en libéram Vallat et en lui la1:;.s.ant refaiu ~a propa~ ande : en faisan1 \'Oter les nmnistie:o successh'es 3l):< collabos

en ~·a.bstenant de mettre

hors d'èt:tt de nuire ta prt$..~ de haine. .\l René May<r e.'<l puni par où il a pècht. Ctrtanl$ sc demanckront .peut ... etre ~i c'est p:tr une sorte de masochisme que. julf, il d~nne ainsi dts gagf'S aux antlsê· nutes.· 11 n'tn e.;,t ritn. M. ,\layer poul'$uil une politique ta même que M. Pinay. ll'illit Mc Gu. ris. Il fallut l'action tt l'union de, antiracistts, des résiSil'ntsJ de$ républicnins. a,lerhL pnr lt! MRAP, pour impo::.tr l'inferdic., tion du ntetrin~ dt- V:.tlat. 1.~ traitrt dut ren~::aintr ~ haran .. gue. • En avrU-mai 195J, unt a.,.Je rampagne.. pour le sauver .'it dtvt/ oppa dons toull' la F·a11ct, gagnant lts mlli•ux tes plu., di• ·trs. DtS millitr> d'oftichts. dts dizoinl.t dr millitr.t dt :~;jgnaltJ.rt.,, t/es dift#OI/011<. t/f., rrll· '-- - --- - - --- - -1 ot.. 4 j.afiV'icr 1tS2, &f ~Jévo tioft •"•• 6 lo c '""fé'cfiU ·" U d:.C•II'Ia.to conh• &. r~ormcmtftt d.e I'AII•mAgM, •• I'\Ond ô I'O.t-(.U. Ot drofte- 4\ ttl~'"• . MM. Llott KARTUN. le: pr .. •ncur WliU HAJ.U, ~ ra bbin ZAOUI, le JI:, P. IIAGlR,. fd .• mon4 fLEG,. k ptofc"~' HAOAMAAO, fmih UHH, Anett• ILUMU. AJb•rt 'fOUDrH!, POUIA"'-SKI, etruuits f'AlAHt, Cbe:tkl MUTMAt-;, J•~•"" MUIOtf, Atktt UVY. L E mardi 12 mai. entre 17 et 20 beureJJ, les passant~ de là rua Mazal'it) e, étonnés, o'nrt•êtaient devant!Jc. n• 48, où ~e tt·ouv.e. une lib..aîl'ic, dite de• • Am•tiés Française ~- Près de la vitrine, recouverte tlé sa I! rillc d~ fer, stationtHtie,~t une dizaine de policiers. en unlfurme- ou tn dvU. tt de:; photo~ r.:tj)ht!S, randi~ que d~s homm~ • la minr ck conspirateurs aJ.... f3ient et venaient du cordon de. 1101l;e à l'intérieur de la bontiQUt. - Qu• sc passe-t-il ? Qu'est

arrl\·é? interrof{eaient Jt<o. pas·

"a nt~. Le servi~.:e d'ordre ~ ainsi Mplové avait-il pour bul de protéger "tes honnêt(":o. gtti!' ? s·agissait.- il d'a~rer 1~ respect de la loi? jugez. Jllut6t : d:tlh l'arrièrc- boutiqut. l'hOnlnle pour qui l'on ava1t mis en place ce dispo~ i61 dt t>rotection s~tacul3ire n'é1ai1 autre qu~ Xavier Valla!, si~nant 1t li\'re qu'ri \•ient d'ê\:rire a l3 J.tlnire de Chari~ M:t:uras-- - Comment ? Xavier V~llot? Le: .:OJ11missnirc aux Ql•éstion~ juh·es dt VÎrh)' ? ... - Oui, Xa.\·ier Vallat : celui qui a bit déporttr 120.000 Juils dè France, dont quelques cent:um: s seuleme11t sont tevenu~ des CMIIP~ de la mort... - t>n n:- 1•3rrt:te pa~? ... - Non ~ulcm~nt on nt l'arrt: tt pas. mais un me• à ~n dis· potiitton de~ force;; de police 1,our lut .tssc,rer une garde. - Quel scandole !· .. Oe temps il autre. qu<lque maurrassien sor•ait de la librairie feuillelant le liv re dédicoce de' V·allnt visibh:ment satisfait (lUC les a~toritês dt la R~,-.ubli~ que aitnt P.lité leur concour:; 3 cette ma.mfestatlon antiréa,uhh· caine. L'indi~nation ét:~.it . vive r>armi les étud1ants, les Ollvriers, les commerçants. d:u1s cette p3isi· ble artère du. Quartie-r latin, oia 1., police avai1 pour t.âtht dt prt-\'~nir tout aurout>trnent, tob.· te protesration. C't:.st cette mêmts indignation q~ü. nu début d<• jnn\'ier, avait dre~é d:u1s un maJ!nifique élan Jt Pari~ de la Rê~bl:anee et fait inkrdir.: la maniftstacion où, dëjt:. Xavier Vallat Cr ait autoris~ â prendre la pa·role, <alle Pleyel. El c'c<t 0\'eC la h~ntise de cettt ri,)l.)ste victorieuse qu'av:tit ètê préJlar-! le mauv1i~ C(HJU dt b. ~uc: Mar.,zint. Annoncé furti\ ·tmtnt pu une nntr ·::hn-;: Asptt'/," ~lt la Frotta, .,~ u·~,·ait rlen trouv~ de mit.•ux. pour en asst.Jr~r l'exécution. que ~ met- • re: le quartier en êt:u de siège. Le~ anriracist~ )" \'trront une confirnlation de l'efficacité d~ leur 3ttion. Et cttte nou\·elle alerte. ~ette Mnvtlle complicité ouverte del) pou\'oirs publi~ a\'ec un homnle q~-.i personnifie â 1:t loi• l'anlisémiti$me le plus nêfastt ct la haine acth·e ete la dêmocr:uie, montrtronl p-lus encore à to u ~ les honnC:Ies gens ln né<"<~ilé d'èfre vi~il•nts, de s'unir éfroitemeul pour imposer sile.rn;e 3ux rad~tts ct à IH~r propa~onde Et re•·oill le,; tyncllturs à la <ur~ 1.,. policiers ~ la res C'OU$Se. - Lâcltt to11 pflnrd, cri:t à Dïot un a.genf· Celui-ci nt rêpondi1 t)U1 tt J')()ur ta.use, il vcnail de a·tcroultr, atteint i J'épaule, rnr 12. hallt d'un ro1icitr. M. Diot ~)·ant fail 'trois n~oi~ d'hôpit>l. l'ftlfaire vinl, 1( 2~ avri~ devant ln 14" chambrt cor· rectionntllt dt la. ~ine. le tribunal a tiré la n1orate de cette lra:rique histoire. Ti.ri, d•ns 1~ "'~mo sens que le pplicier

lvl. Oiot ftra ff rnois dt

pri<;on el n•i•«~· 20.(}00 lr.1nc• d'amende. TARIF DES ABONNEMENTS ~·..-, le 9 Juin, annonQe-ton, que ft Con1é1l do fa Ré· publlquo doft dleoutor en u•nce pubHque ta lof d'~ .. ttin•o adcp>..ée par I'ASMMble- t IUWn-a.Je en p,..mfi,... IU\UI'I ... Et l'antisémitisme. comme le réarmement de!' bourreaux d'Au$Chwilz ,onl par1its 1ntégranres de tt1te pOlitique. Prafi· quée par M. Pinar ou p:-.r M. Mayer. elle Aboutit au~ mêmes rCsulta1s M. MtWt:!' lt ~3it et 11 nt prut p3~ ne f'À$ lt \'OUif\ir. Une apologie de Maurras et du racisme DROIT ET LIBERTÉ 10. n. Ill• CWta~-w4••· Pérft ~ Til. : 'l'llO INI P'II.~M1 <1 UNII)N I'IIANCAl$!' .al cette fol ot.o.il adoptée, IQ .c:ollaboraUon ·seraiL d~finitlument rèhèbllltH, et le$ pi ~• UaltHs. propagandf.&t46 e1 homm•$ d~ main de l'.anUNm• lJtme I'$ÇQUYr'trtllent t-ous If'• di"'(U, '1 c-ompris eelyi d'6tN •rus et <te slëoet au gouYtrnement. Lt-a antfNctsks doiV6nt. ae moblllrtr pou .. emp~eher ç~\to JtOUYOfiC lr. dO."Qet•usc at .. tt'lnto au.- eonqubtoe do la Llbtratlon. Et si ranhst-mitisme, acce~rcment, entrnine la chute d~ son ntinistère, t.-e l:l ne l"elllpêcke ras d'a\'Oir été pusmuza grf1la h Vichv cru•nd M. Ptc>av ét~it c-on' eiller n•tional de · Pér>in. M· Bt>utêm\' diri:!e:tnr de" RtflSei· nnemeni-.s générnux et x~wier Vallal commi!l'~:.ire aux que~tion~ jU-ivu. Pour M. Mn~er, semble-t-il, l'antisémitisme Ht un mal ,~ Mi rê. Nous ne ~3urioru; en dict du ... tnnt, et nou~ :\Hiron~ l'.ntt~nHon cl!!. t011s Il'$ rtpnblicain.!'l sur lA gt:s\·itC de l'C nou\·eau rtJcisme parlementait<. .._ C:.HAJ.W MAURUS. N· D"(( .. OU 1)11 ·~ Lo tiv •o quo X. Votlot d4cl1· co~olt l'o~o~tre- lo~u ttiUI lo ,.,otc.c:t1ort Clt lo polin. 4'St, 4'~o~n. bo11t ô l'olltte. wne _,ovocotion • lo h.oine- roclt:tf SQI .. Wnéfk1tl .. boutfl t>fOt+c~ Hofts. f«~t~•mllt.•J•• aux ~v•l....,t J•l•t~ fclt cyftiClC.•""•"r~ a<r~ t'fk;sa df Mo~o~nos. . l'o'o~oeJt du réJh. .o do V~chf d vent• lM ,.touth dt- t'onU~ eof"'itfuno d'ltot. N.oft S.OM flcittf., U pon ou di:cl,to s-:if4rè du .t~• tt•it,.~ q'.l"il c6t..,o pllildtun •ob • ~ '"'"f-03 • c .. -.. VOttX. Li, to•• ûv• ovck-tl.t kt ~tlo tf•ot 1 tl('tlo. . d po\fvol"'l ton.s dlftlc~o~ l· fil COMOn •t Ô J•llh.tcJe cft thliiMO"t et 041htl • clou lqt.l4r' • d• l'ollthlml• •. ,fi\ •. vooc• po1 , ... "',.. a. c.cêfta -. te IQfl-t.Onft• l c Chat~ ~fOS: .. Oyon.t oppri$ mon otrivée, vient mo Wl.lhcwte:r lG b~,v•nue. Nous (lovt ombr0$Wt'ls commo du bon ~, (Vd. tl n«~t nous. ffl,içitof\t ~'tmtnt ~ no~ bonne' ~. Je ie ltouort OAQtoi$$6. t. vi50Qe n'o pos I""•:S ~ f•-1f". el le C'Or'P\ ti-l kluJOUI'$ COIT\blll: On •olt QU• •• ulglml; CS. MM. les collo'bof rto ro,pce&. tf' ,.,_" celui q•..1'Ut hdllecoiont no'"•'• Ôl Jeuu <rk. timO$. AilJoflllt, Mav•tos C'tl •~•l,flê ct. orond dwf cr«:oa. 1U' o Jt'Wot 1o vêrite DOI•t•que •• ft · c.or:otH nobf• • col de • otnllt z,uiuont • tl n1 ctlol"~ tl:m d. tOI' • ~ptit p.-od~•ux •. U:t Charles • dtnt \1 rkh~ • o\1 4o Cfi kiHf Klctcnt" de tutndr~ QU1 ont 10•111 !:en. offon de co c .. -.-.o. • C'tu •• tt ~· Voftot por1o 4Y411n ffOiffO qu.i ~ PGIIf IIH Cflftl tfo 0 été COJido"'nÔ Ô lo pt1son 0 <rto, QIIOftf j, '- • yfriti' pglirfaut ' ..... ...;.-. .• ~ q"• Vo, .. t fott slf.ftM, e:llc &e tin. .. .n 4MI' fotMIIlft : M1M ft !o l.bvbf.qu•• Ofttbimltfulto ,.Jt111eftl - t.t qCii vo d 'otll~ur$ de- pair. Av c.oun. do ns cof'• crsotfons lncli· "~· qwl 4olvct~t, porolf .. lf, nous ft'ICI\trct .. • troedeu:~ • ckt clov.tri: ftn • hi,., • •• ... c.olk...,..Soa.. 4 op,M.folt qu'•h M ia9*ftt 4e t~"tc t.hne <a•• ,., toWOft oux lu.Ut. Anotolc Fro11c;o f t oit df•)'fUtatd poru Qt.l' • uJuJd •· ou-.t m un rt~ o u.voh. '-efl•o• ,.,.,. !3.UO dtmHulf, Co tont .,.,. Jldfi (ct ~ton Hltkr) qotl ont .._ (M'fKlrtf •• tH: ..... .. ., ........ kilt. Y., J • lh $01'11 • ~ eoi& 4$H U .PlfOVJ.. tH tt dOl bokhtvlb--n.6t, .tc ••. , o:tc, .. Ort Cl ~n4 à cr•lro q.u• dil l ellot obtur4ft" p~o~ lutl'lt ~ p tofJOfi.Ciot ovoc owto"t ft Mki'IMI pédcratltfllle. Molt U n'en tnt. ,., Moim 4~ C"o-tt ov" c:" •idHt:• .... "" Hitler et Vot.. lot tvl-l'l'lilftO o11t Jultlfii · 1·o.J;.t.Utlftot do dw m11Gon~ d""ocilntt. (t Vofl ot •opptllo comme < nom· pt.-. '" onivltb pottieot : t'f'ob.,a tiOft d'uM • t.Ofttflt vtiO"t • tou~tto •••r Ntofn; I"N'fOnlt otCot- ck 1o U· lftlft• 4!••.rycn 4t to Mnke : '- ,,... UoHo. dn J~o~1h, If ttotv• caut c-rt .. ,. , o lt cftc: P! riot tt •t:• dt-t ti~:~ou ou• comps el it lo mott. U n'ofet J>Ot lolro t•opolotf• .S.t diO.btH o .... , -.oh: U MOftlt• te ...... ,. ... ,...1 ··" il Ht~filt•t•. pour , CI.r'ftft;, • M t fflu ... Na~Oft d'un • • i!41f'O'PC I'IIOVYt iJ.e ·~ ctut .... lo fho 4• rtouveou clomln•• por ur~e .AP•~ r~to gne Ntaie. • •• Apr,., 1•o....;, porcour•, Oft reJette llO Hv.- o•« ctigoût mek outtl ovec c.., l~r~. · Alnlf, urt• t• IJ• P'"' pout p.c rortre, Ot.lk éd ft tom: Plon, OYOC 1'ovtOriMt .. n 14golo ,. .. $ 1 (J' ~,. t tU). ,_, k a• 01'1,......,1,-. M .. IIWrotion "" co.._.J. 1 O...f. lo ...,.._t• m ..,.-1'14o, tt il fout tout f oiN,. tolin lf"h, pout l'"plfHr 1-lfen~O OIUI. Jllbllc:Otlttf'l OfttJ• d mlto•, POI.It_ foin~ c•u•f lo -leondoto Vollot, qvl tt;o déj; q~o~• hop d.~. Louis MOUSCRON • Un t n : SOO frntt. VAY5 F.TIU,"'CP.R3 Un 'fA : -430 fr-..a TAIUF SPECIAL POUR t.A RELCIQIIB. Com(l1c tlt. pott.: &oltt•f:l Pa d t P4ur lt"l rbutoetet• d edttfM enii'OJ4!r 2t ftaaa ~ 1• ~tloi1ro loo de. lA , ;,,.u1 J Ch. OVEZARE&.. ~J.P.N •• U, r uoe .Ï• l?.r• •llt. -:- PARIS ~(·J ·:- • D R 0 1 T 1 T L 1 • 1 R T E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!l!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!l!!!!'l!!!!!!!!!!!!!ll!l!lll!t contre le • la rac1sme • et l'antisémitisme, eour pa1• x Ils s'aaocient à notre lutte\ ••• On en parle Les assises ~e la frante • \ l'i• '1-'n d" ,., JuW'nt:e Nt.- dans naon quartl.er ••• L A Fnnee. par tr-adition, e.st ennt!mie du rac.1am. de l'anUsémiUam.., lille t•a prouv• l maJntea NpP'Istt. de la proolamaUon dea Droits de l'Homme à I'Atralrê Drey ... fus, de la RAsistance anUhiU ... rienne. l ta d6fenae do Willie Mo Gee. citme et • t'ant1Mm1llrme qui renalnent IOUt mille formes, ct-. QrafflU 1ur lu murs aux autn&.a'• du • oang du plut- ic ». If faut oppOnt le fPCnt pu1aant de ta rr.aurnl\.6 dea homme a. de Ja palle, doivens. aavolf' qu.t les Frtnçals, dan.:s: leu.r imrzwn ... u majorité:, s•unislarh toujeuN plus étroit.emen~, conw 1ux, tes Hjettaront Jrftmidia .. blem.nt hors de fa communauû natlonaie et met.t.foont en écheo leuts ignoble$ des&e.fnl. hurult. dire~... JJtn.-unMiiln llvU"' tlDl ~Clrt"~<i.: (J~4 rntUIJI'• de t-olid.aril~. t:n o1c.•l quttqu••· .... , :.Lfl J• an-Louis BOBY Prix Goncourt Jt hAla ptofond•m•nt 11 ,... c1tm.f, quetl11 que puisctnt f• tq to,.mes. L 'hottaut ctee UMp$1 lts slnil\t .. MliC&n.dll de • toile Jaune », t.ant do "U••, de haine, de fauau eden• ce, cle c.rlrnH ou do cl\antao .. dtYI"4Jtnl avoir d~oO~ fe.t vent de p.aHiJiu propagandu - qw.'•lles .soient dirig'" auJou~t .. d'hui contre les Juif& tt 111 H•· or .. , demaln eonttt let Bre&ona ou lea Patitien' dU .. u.rondll· cemtnt. (c1tat •u•~ b~te). " "' '" •••p•roolt qu'U n'6n Mt tien. V 'f a dt-a Jours où Jt ne me .. nt paa t~llement flu d~etrt nomm" L'abbé Piene GROUES Ancien Aumônier des Maquis du Vercors Ancien Député à l'Assemblée Nationale Volontiers, je join.-; nua voix

J <'tUt dt tous ceux qui cUnon"

tm la bt.rise-, 13 mkh:anctté tt l'byPO<ris•• qui sont au fond dt IOut~ lu discriminations rac·iaIH. t t, tnt~t :l~tf't'!;.. dts ptr~étu~ tons ~ntistmrlts, n'importt où qu tfi~ Sf' manifestent. Il fout que ~u• que n'ont pas dh()urnês dt f<S foli~ l"" h(:. nt-mtnts dts dtmifrn annéd uthent qut IIOnt nombreux tt r~soi<J,; ctwc qui nt lts IOJ""=· r:ueat pas rtcommcna-r impu. wm.tnr. La \1i,: \'3Ut mieux que ( t ~nr~ dt jeux iJ:f\ohlt~. M. Gabriel LE BRAS Prof-ur à la Faculté de Droit de Paris L 'nlat.olre ( c.ommt la raiaon tt ft ootur) c-ondamne lt raol1mt l'antfd;MiUtm& et la au.,.rt... ' Aectvez m.. Y(llux pour lt 8Uççh de volf't ac\lon, (J.uig,no.l L ES ;tudi& tl d•m••thtt, il )' o toutt dtvant ft Gui· gnDI du l.uxtmbourg. Tt>ut Ull pi>IU m011dt rtmuonl tl qutst{onntur attend m'tt impâ· litnrt que lts portts t'OUl·ttnl. Il tl/ si joli. ce thi(Jtrt 1 D'unt st nuzint â l'twlrt. on penst oux /umilrrs, aux décors qui font pous$"tr un c. (l]r ! , d'tspmr. à ta ftt dt salin blanc. Pourquoi taut-11 qu'un tt/ art stn•t, dt ttmps à tutlrt. d introduire dQJJs fespril des petils wu dou rit poison raciste ? l!tm dernitr, c'était c /.'at· tagut des Indiens >. On y voyait dts bloncs sym{XIthiquts aux f'dsts avec dts ln/liens 16roce.•. E!, ropiont ct qui se pas.<e dons qutlque. (XJY$. (XJIIr dt 1•ral (et t.n Fro..ptt nzlnrt dans ctrltJmN rotis a l'égard des Algériens) Ja mationnttte~ta/'I;Jr-tlitr rtfusait dt donntr à 'llo/re à ta mo· tionntfft -lndiM, .~impltnrtnt pnrcr qu'lnditn. Plus ri(<mmrnl. le ptlit thM· lrt donnai/ .r La chei$St tn A{fl· qut > Gui11no/, tn tom{XIgmt d'UJtt itllt ftUHt flllt blondt tl d'un monsieur chasseur dt papillons, ·" promlnt dan.• la forli D-'~~ tou~ Ir~ QUlr-Uc-~ dt P.arh. (lan-, tOUl t'" lt~ \"lllt~ dt Pranoeo. un JIN-par~ la • llo)Urn\~t ~t.tlonat~. Potrlout. s~ llfnu.,.nt (lU s'otgo. nl .. t'nt ~ lat~t_.. dtsen .. sJons. PUiôUl ti'II"'UI~ tt H\ltc'rltl ~dl~~ r.:éf'IUinent !Jir le ~fRAP. qul r•t'nt(lntre tine .tppml)atlon un.lnlmo

I'•Pl"l lmprfml• pour la

Journ,:f' : lt\ I.'AriP t·n t·outeur dU~In~e p::~.•• J:J.C'Qll~~ Nat61 : la bl'('~hn~,. : Halt.e l l'anlldml· tlsme tt au racltma 1 <'t. An•si OroiL et Lib•~"· t!'HliJUe ·t'l'llîJil ~· solgneU~t'nH• nt \~tnblt won ptnn, poul' JHJ .. }IUI~rl.,tr ou maximum ln ,,ourrH-;<'

\OIIonn lfl. .\UCUOt' 1\t•Ca~l()rt

n't.1t•h$1Jpera de hl taire eonnaJII'f, tUh•Un rnoyen nr ~ra nt-gllf. Ct : lll('ellng;~, ri-unions de qunJ·tlt • ~. C'O n tfrtn"e~ d'lntoriholfon,~, ' JJOt'ft' i• pOI'Ir ~, C()n\'er' au .. n-. JU'I\'\-"'1". Ile!>~ dizaine~ de noU\"t':lU.x militant~ ~l' lt·vent. de~ ,•f'nl:th'~' d~ dcllt'•gu~.s s-t JU'OJHI-l(-OI tllll. j\11-iQU'à p~~ent JI'C.\'i•IPnt J~-. J•::t:t•tlf'lp,~ 4C't1Vf>- 1Uf'RI i• t~ lulle. anllr.ttl·de. ~ou" nt pHU\'Onso que donntr IJUt'lqun C~xemplt>" d11 r~tte atlh'e pr~paralltm tl,. 1.. Jnumt~ .. ~ollonale. DAHS LE 2' ARRONDISSE· MENT, fautl'e jour. t, l'i!ô~Ue d'"uDe eontérenee ~ur l':l.ftaire flnaty. P"' llo Claud~·Fr.dErle L.::V)'. membr.e du BUN'3U Xational du Ml\AP, J 0 Mh'f!Ufs ont Hé élus pour la JoumEe =-~tt•· nate. De ptu~. une letltf' 3 H•· âdtessée au gouYPme.meot. JUI de.tnand3o1 d"agtr W~\tr nne ~diUlion de r•tralre ~'ln•l)" qui """ f·onforme ~ l:) jusUrc. DANS LE 3'" ET LE 4', ~('1 pr•~J~ 31'f'nt nolâ01Menl tle:;: J',~unlons. <:tan.!l les tntreJil'i.F:e:; pour l'th~.é· lion d<'s d~l~gtl•~~. L"n gmupt' •le jN1ne.:. -..1 d•~Cidt~ de mOfliN' Un!! rep.~:-tnt3.Uon ihf.îUtah•, "-Ur J'ttffettrt" 1'\'l.)~tlnt)(!>rg ))OUt' lt', tl(ohul \le julu : au eour~ de. t>Hte l'ePtt.~~ entatic>n dè$ d~ll'gm:~ ~c, ·onL tf,g:\lemenl \ilu ..... rne JeiiJX' " ~h~ ~dre!l~-=~ i+ toul('!'!- 1er;~ nrg'ttnl~ aUon$ hlt'.llr". DANS LE 5•. I"U" l ,llo mo nd. au c•lUr8 trnn rneeuog où pou-latent r.,1leU~ .\IOI't'l, nlemhrt" du nu~:a.u X3.Uonat, t't RGger )latl:: t. pn':.:-ldf'llt de. 1~ gt~tion. unt Yin~to~:in" ùe dl:h~gtlt'•'" •1DI •'lt~ •~his.. ta tO mJi. 1-6 'al> .. htant>e a •·n~•llte aduph~ un_, IPIIn· ;,. .-:lht>l ••t Julfu.., ftustnùtrJl". sune de l'article de th. ralant QUI •ura ta nalveli d'Isoler tf ota faitt du conte&~ d'une ahuallon qui amine te Journal ,.. \lvudt a •e fain l'écho deJ t-.ndances an\Js•mltes qui p,..vaten\ dan1 certains mJ ... U•u.: polit.iquH tt qui aut&lent contrlbu• • f&ll"e lutll!lPJ' le eabfne\ dlfiQ6 par M. Reni Mayef? ,_, . .,. p.n""t•mtu· .. !tf' J•atdbnDt"rnnt. r•Jii \Ut% t•a•·dcmneurs, dl .. tfon•-nout • M. René Mayer au coure de la d't~atJon qui foPça ta. pof"&e de sa plac:e vend6me en Janvier 1&60 apr•• qu'li eûl pris t•a,.r•w mfnltté-l"iel lib'· ran\ Xavier Vallau. R' M. Ren• Mayer de I)Gndre : SI X. Valt. aeiâle ?. tropiralt. Il y tsf aunilli par dts biltsflrort~. lion, uoro-dil~. strptnl ... Frtmi.<Stmtnt dans ta $alle ... Pui.<, par lts plus lirous habitants dt •·tilt toril saum· flt, lts Noir~. Ttrnblts, hideux tl groltsqlltS. ils brandisstnt frtu.~ armts, nttorhtnf fa ht/1~ jtaiiC {Ille nu pottau dt.~ torture• et se prlpnrent d ~ lui rouptt Ir~ llois:t:: dt pitd.t pour en faire des dominos •· Cri.< hyst~ riqllt~ da11s le pllblir. • Dis, mamn11, Il< snnl mlchnnts lt.s Noir.~ ? ;) Et l•Oild le rrsullnt. Qu'ali n'nillt pn.'li dirt comme excus'e que çn ,,. ~orle Pa• à cons<'· qutne·c1 qu'on n'm'nit auczmt mntn!DIS( iniNiliOJt· l.rs tllfanls pritnn~nt toul nu siricux 1'1 Ir moindre petit fait lni$st tlt tux ·me trace pro{ondt. Qut le.• mnrionntllts repous. .ltnt as hi.1toires mlrhantes et Sl<lpides. l.ts mil/t drames muvtilltux dt la mt/urt, l'homm~. ses tJOblt.tr ncnons. la solidarili t11lrt lous lt.. . hommts, l"omw; tnfr~· tous lt:o ptuplts, voilà dts ·"u{th ropahlt,<; d'tnchantu ft ...- pfll tl ft roe11r dts pttil.< •pu· /Pttur. t. . la.l f)ntJgt". jr le tt .. ,....meliN" f'n prJ.,..m. Le jour mtna où M. Mayer devenait Prêsldent du ConseJI, Xavie.r \fatla.t a.nnonÇ&JL sa p.ar1Jcipation â un meel4n9 public à l.a &&Jie Pleytl. Et ce n'est pu M. Mayt-ro mais le •ursaut unanime d.t ta ftésistance qut fit avorter le sean:daleux projet fasçistt. En réalité, tes: gouvunement.s qui se su.ec:idenl et r-eprennent a leur oompte la pollt.ique des .... vanehatds na.z.is ne peuvent s'oppout au tacJtme et. à l'antls• mlt.isme en France. Rac:ietes et anUdmJ&es .son\ le$ auxWa.trel' indlspensabjes de cene politique. EL d&ns les prisons de la R6- publiquo on ni sauraJt majnten1r- les.- trait~ d'hier dès lOtS qua ea .JORt les dlf"i9ean\s prtf. tfgleu.: de la Réosr,tanee qu'on y enfetme. C'UL bleo de Il CldlliW • 11ide.J de 11 Résistance qu'li s"•QJt- Conll>e les tNl\res d'hier, corttH 1• wehl'macht qu_, vou• draient con.sa.çrer Jea accotds de Bonn et de Pal"i$1 la Rés 'tance n• •• renltH pu:. L•opposltion popul.aire a cha.scê du gouYernement Boulemy, clou• '* bt.c t._ Xavier VaUat et tient en éche.c le.t accoNfs dt Bonn et de Paris. ••• DANS 12. lutte contH: fe nel$ me et 1-.ant:dmitJsme, lt l!lf.R.A..P. Mt appatv comme une force •~ pl"ée.Hent en F,.._,ce, l«fVement &"Oule-nu par les mu ... su populaires. C'est no't.re honneur de pouvoir compter sur l'ad.h-UJon do tout un peupte pour ta tenue de. notH 6 "' ..!:ournH Nationale. C'Ht notre- '"tQNt que d'~uues qui se fOn\ ao'Ur.tt-J..It>s quand eefa atrt tes hommes du racis.me tl de •a g~erre, "' retus.ent l toute ac ... tion unie eon\l'e re danger drJ .. table. C'6st pourquoi eeux qu'Ill 4gar-ent pvfois se Joignent • nou.e et p.art.agent nos etfor,s, comme c'est le e~ da,f1i la oran .. de campagne que r,ous menona pour .sauver lt$ Rosenberg. La. Cour supr4me du EtatsUnis: wlenL de- rejeler la re~ uète en tévlsion présen-tée par l•s. Ro .. senbor~. La dat-e de leur execution peut être filt•e d'ul'l JOur • t•autre. Nous pra~ons rèso1umont ra préparation d& notre s~ 4ournê- t Na.tlon.are sous te signe do ta defense des Rosenberg. Pour c:es innocents nous na ménage. .. rons aucun effort. Les arrachant i. t'ho!"l'ibfe chaise de Sino Slno, nou-t avons conaeienee que nous &rN-cheron$ un peu du danger qu1 p.Ne sur- no\H: propre vit. En avant donc pou.t la 15• "ou,. née Nationale contre te taclsme, 11antisémitisme et pour la palJt ! E~ .ava~l pour les 4 millions! t.o. «>U.•crjpllnn qo• 11• ~I.R. \.P. a lane~e :.. I'M«,iHu dt ~ ~· "f)umt'-.e ~allonale. •" dh·e .. luppt. Pin• de ~00.000 tranc• v.nt d,;J-. ~eueHIIE>. ~ou~ rttn~ f('ion..:. ,·h·omeot tou~ nott and~ datt, lf!s l'tO('Jfl•_:.,. tes <'orporA .. tlob. Je, l>fctlon.i qUJ u•ool pa .. mtna,s6 tt ure t1fOr1 o~~ pour •tte. tnd.re <"f"S premier:, r6sultal.l-. .\ra.l, tt taul ratrc a•tua •. ht•u· c(I'\Jr ptm1.t.e lemps pN8.&t. N'ouoc ~otnmtl\ à pou prt-s ~ lt()lfl st~ maloe:s do Ja Journée Xallonlllt'i ,.l ta ;,Ofllrn.& aU.tlntr "~t ttn~ote l•ln de l'obJerlll llx•. Xous 1wmmes 60t~ qu& Charles der·nt{'c-es stmatncs qui nous •·~~ .. lent smnt ml•~• à ptnfll an maximum p~ 1· t<-tlo4 nnoc ornt-1. ConseilS aux jeunes ... J,. Or JVI/,HE/&ISNIYHR f.'•,._ t•ndi.u• /ore~Ai du rHitm• tt , ft l•cn· tifW..iJLsmc aou.• IUtlu ,.,.,., d'llrtl n.-.m Con.1~lll.-r a l'~n••fln~mut prit dn ~nillilt~t• cl• lo Culwff J• RJû~~anl•.W't-ttplualt.. U qttdibf~ J~ r-.JtlJAfmfNf ~# Ut.IUIIti .... JV.stpA•Ue t' 4• Upp• • rk.tiiM"' ,.,.,,_.,,, ~ ... u .. ,umnu• ..... o .... qut l'•ppel l'If' n•\lrf' \lfn1\'t'IIH'nt ~et--a ent ... ndu. 01\nt", c"he,.... amf:... fU .t\"ant JHllll <lbnnea· .tu ~.Rri\.P. lt~ lt'IO)'tn~ d'01'8'4:Dh·er Il~ Journée. ~atlnnate &1 de roollnun la bat• tl!•. LISTE N• 2

iOIIUUti \'t\l'~ée:~ fl~l' les 5()<

fôt<'> : So<lél< l.o<t•. 1 ù.OOII • Nnwn lladomsk, 1 ().000 : Ka1i~x. 10.000: IWI<r.. 7.tOO: Tomac· zov t pAr WaJ•hrol). 1.000. T·>· lai : 11.100. Sonunes vcrka~ pM les St!cllon~ (dCOnlllttsl : 20o. 28.000: 4•, 1.(180: 1(1', ·I.QOO: ~·. 1.300: ~lnnt •·~ull. 36.000. Tolal 7();.?~0. l'•t ~;rouJu• df' tnf.d.,(•lns. ~$.utJO. ~IH'If' Kahllne, ~.000. C'~ll'tl" par : )1. 0Uiki6VIC7.,

o.O >0 : A. l.rvy. 10.000 : lmergllck.

2.200 : Ktornblutb, 1.000 ; DIYM •• SOO. Total : 18.700. 'l',tl!lll th~ la lltte n• ~ 160.080, FtJmlllt·~ tn.cf~ pa.r les Sot' 16t..:.i : Stcour$ aux_ :\11ll,;;, 2.400; Oger<>", : •. ooo: ver.ovle- Ochot•.

.ooo 
i'iedlcc. ~o.ooo. Total :

.~:?.400. Sommes \•ers~t5t par les Se-o.-lloos (a•·omptes) : a·. 1.000 : 11•. -l.700; 19 ... ·i.500. Tot31 : 10.!00. t.ieROC\\Illfe~. 725. sonune, eolleotëes po.•· : Pa· hlDI thez ~Hehel, 2.000: va .. t'ltotc1e-r ohèz Je~ maroquiniers, a.ooo : .le Dz· Turquel ehez le& mddeelns. 5.000 : lmergllok. 2-.900 : Dymenslelo, 2.000; HUl· man. LOOO : Chll cl Youdlne o.llez Léon, J 0.000; Mall$on nam, 20.000 : l.. Droner, 10.000 : ~1. Ro.zen, l 5.000. Total : 71!.000. Dons lndlvlduels. IS!lO Tolel de lo lisle n• a: 137.i7:;. Liate n• 1 • • • • . . • • 22.0.290 L isLe n• 2 • . . .. . • . 180.080 Liste n• 3 .. .. .. .. 1S7. na

ro\al • ce j our ••••

LA SECTION OU 10", ']UI ~luint"~ <lt" dcl.;gu;~ ont d~jk urgants-c ~tmmtnt un mHIInt:;: ••• i··ttt .. ;) d~ pt>tlte~ rt?unioos. pour Je.s no~tnbt'rJ, tn J11'"P~• ot P ROVINCE nous p21'\'Jeo ... un aut~ pour 1't•ttetlon dt-i ,_t.:. 0 ,.0 , ,;ratena•n&. de~ Jeures ple1- h.:gu~s. Of! nombrtUSt.!l rttunlvn.. Dh 4't1.p..1Jr De~ ~unions et. dt qua.rlh.·~ :-11nt lfalernt-OI pt • uu•~ttlng" '" préparent a Lxo:n. Vut!S. ,\tar~f'Uit. Strasbourg. J_.me. Dt' mc\me, OANS LC 11•, ~JU 'J'uUffliii'C', f:ltrmun1 .. FN'raod. une targto d~h:satton :a. vnrtr. 1.. Rn-Jiw~"', ete. Hl' tntl, dts llol<:; ~e fH'tltlull DANS LES SOCIETES et or· p0\11' le1- HO~t'OlJt'I'SÇ' it I',Hnhâ~· ~,lnl~ah,•M o.ftillft>S •au lfRAP. So'ldù <le~ l::tbt~l'nl~. u(l ,.. .... ,l\J)IOIP aussj .tetivement à DANS LE: 14•, fo. :.C~Ilor. tc!'ro .. l l'd••t•Uon df.o~ d6tt\,:tm~-s. L•UJRE aH~thfe l1 •;t•gnnfS~I· ~,;; 1-t1U• tWp-\lnlt:<' tl" r~Unitm,._ dans les nlnn~o. fJilr e"ll;gorft< iOt·lale~ · uh·e~ at'l'OndlSst>hlNU.i> de ParL.; médt.1.:tn-., <'Otnmer~.outs. en$t:J.. ••l 1•1\ pruvJucc. Kllanl~. t:no l!lolréo C$1 P*\\'111" • t(' iO lllO;i, :J. J~ soelt:t<! de~ vou•• le; <ilU!IIQOt~ ~· 1• Clld Aloi, ~· 1\oll~ch, a~1·~s une ln. L"Jllve.u-slll\Jro. Qln..:l <lll'\ln grand I(IJ'\'PnUon do Chttrlt>!-t U1,1lm:w, uleell f'lg' oentrnt. JMmhu~ ûu Burenu :-lttllonàl du DAffS LE 18•1 UllC rC>UiiiCJYl 1) \IR.\P, 1ft rtt~l(-~•h:)'O ltfll t.~tf ,;h)S. •VJl• J\11'-.~lwtnbM fe, ~'~PI'•:~ontn.n1.. 0'6rt~ Pf ih~Jit, il OJ'I>:it-a.lt <tUC ,,<'~ orgnnl .. 3ti(IJJ!'O l•ll't'lf' .. fil t.U. h• .rc.HtJHit• ~MI()n&lf' ontr<' le \'t'l'St~ per!fOnnrtiH,:s. 1\ou, Mf tiit.'l .. ru~. .lntl.;.;1!mHb:me H JIOUI' ~ont en.g{lg~~ ~ kU~<"Itl\r l't'ltt'11t1n lo~ JHllx soull·ve l"('othBusiasrne de d1~l~/rUt~~ .tl lt NJIII1b~rt'r OV('•' ll3n .. If'-. HliHI'UX )t'.., plU:"' dh·et'$, le Ml\..\1"> poUl lo t•n~por,llton dt>;t l'n Q1Jond.-.nt cr,m·Jier en flf ... il ~t'aUng.. ,u ,~,·Charles. Jl'loigne. a.u siège du ~IR.-\P, 9ù DANS LI: "18 . J4ix J,léllh• .. .-.~... r4'·srue nnr 41'11YIIt~ lntpid3-rHe. 0(" ntuu ... de quarU~r~ ont ddfl ... u nurt\JirPn:t dsfleuri vont ét vienlieu. QHI QJII jlt'I"P11oO 1'•\lt~ltl')h "'" UPI'II (),,._ P'rtlQJn~... .,!1• leltl't"-', 19 dl-l•:g0 .;,., U'~utrt .. .,001 pt..... d'ln\lt:UJnfl<o;. d'lfJJJCI:t IJ:IrCt'nt \Uf' ... tau1Jf .. •tnr o~t• ,., •• 1._1"" le 'lH••IhHtnntroent. lalldi.;;; f(tle lt· UurHu X3:1folnal dtt .\tR.\P 1"1 Ir ,rrJnU 111 t'~llo~ dn 9 Juin t>t '1' 1~ f:nnuh· d't'•.,-.tnllklti•JU ":<nruinent '"" r:trh; .. de~~ la Journt.e Xoe.Uoll. ·. t• • •,. ,, ,11 ••• 1 1,·,.- 111( "n 1 ·\U"r ru ..._._. .. , Jt• •l•~rrmlt>t1wn1 •Ir IJ; J••Unu~..,

lU t•~Jrlf' :. fl·•rft •• t \'f'(' Droit ~llt.•u3lc.-. ,;Jtth•m•~Ht 1tl> r1lppt.rt'-i.

et L1b•rte. '""' "'tt·tlnn J .. ,ur~ un~ ,··l~;.~ttrlu·nl Ir.;. ,,-... •• tuH•Jta ...... ptnn:auf'n··P. : •. ru~ f':h.tlllntu')l 1)111 .. n,·.,.t·l'4irt• fJUf' janlti.-:;:. JIJ 1. j •• lldJ' •~ t lt· , .•, ,drtu" l • rt art ir Juill liN, X&Uunotlf" M'ta. r~Uf ,,nd~ ~ l hfUtf.. 11' e- - Il ""1 df.j4 pq~ .. ihlf> dt t'~tfuln•·r - I•IUs telftnlilo .. ~nte, DU 20", deu'< d•·h'gatlnn• .... :til f•lu~ ,c:'J'1iudfu .. t• qu.,. 1~ ann•'t>-. .,u,:r"' "' l'atub~ .. qtJ,. oltn•'rlt·•lnt. l·t·ko··d•·nl,. .. au •J,:b•H df" utal. J}Hrll"r Jlht-r-------------..! ,.l('ttl".. IHIIIi••t.,. tif" .. i-.:n:Hurr .. pour lt-. Rll'tnlltrg. Ot•' ,, ., .. €lie doit, aujourd'hui, ptus que j:.ma.ls, Je pi"'clamer solennettement, fermement. Au r";a· Ttl Ut le but do la 1• ,Jou,. .. n6• Ha.tlonale. t..ea raoJste& lmp.nltenta, qui con\ en mjmo tempa toc pll"'tl advei'Uirtt de la A6pub11quo el Unt VWI d• lo e•ondt Milo dt o Mwtwolitl, ou UlUt d• lo 4• J••m'O• Hotlo. nolt éonbo lo roelcmo, l'ontlsfmltltl'lt• o t POUf lo polll, 0" 1952. Chacune des- pr6e6dent.es JournMs Natlonales a permi• d'41a.rolr. de renfoJ"Ce--r' le f..tOnt antir-a.ciate. En I"&KKmbtant O. miHiel"$ de d61ëgués, de-.s dizaines de QtrtonnaliU$, ~ntant lU mille.ux, les- oouran\a polhfques et philosophiques les plus diver$, chacune a été le po1nt de dêpart d'une action &~lut etfleaee. Contre le& forces de dlvioslon e' de hafne, les assise·, du 14 Juin seront, • leuro tour, une nouvelle gnnde ét.a.pe d•une tutte indispensable P.,Ou,. l'hon· ne ur et la sêc:urlt.é · de notre par s. nltm .. dP qu.1rtftr ....... ,., .. ~r•""-'"' t.lan .. ('fil ~uTnndt .... i"ut4'1tl •·u uw~ ftlt: lt"UIJl.:- q•t'un J::t·.trul nu•t'l iu.sr. fJ0\11 l't'lt•dluu \Jt•., •J••t~f(tl•·. ... Prochaines , . reuniOnS pour r élection des délégués A 8AGNOL.&T1 dltrt1(4!.JIIt'~ u,--.. .\r-ruudl-. .. f"l •lc!Ul .. .,,. Dale I()("JIIU~~ 2' Jeudi 4 juin 1~1eu ~.~11,• Y\'t' .. ·1'•ttldit'

t 1-t:'· l'll Yn!!i•'rtltltllc:

()ratturs M· lme,.olloll Film.• projelé, « L'Ar.; en Giel .. ~~ • ~llne"' tfc Se) • ganl~IÎI111~ lfll'cth·~>. tf.fHHidMrl il l'appt'~ titi :'ilk,\l-'. ...... •t.;çl(l(. d·envn~'c'l dt.. dt'•htgn•·... i• Ut Jou • ·n·~~ xotiQu;th' ,., dto 1'"'"\Jt'i .. JlCr il ta rm:JU)I\'ttlnu tlu IIIC"l'fh•g PI'~VU. 3 ... _. Vendf"edl 29 mal I:!U, rue· Vl<·ilt~ .. c.fU·T{!fllJllft Mme Henrfeue Psichai'J .. Renan A MOI'fTREUtL, un ctfol'l Jl;ll'• Lh,mUcr ~""~1 pmJI'I'lUh'l r't)lll' la dlfCuelou de DroiL et Llbort6. M• non1b1e1t .. ejo\ vJ...Itetc oui cH.: ralle"' ,'1 deM (tf'('~OfUIOJit1\~ Ill Ïl: lh~loi flF! StUII~IltJiliiO. ff)r.tff's, C'JII' ... •aot-;n. deut 1 ltt pr•~(t.li'ltltnn ,,.. 111 .Jflunu\p ~lllf,•nHI.- Pl!t .. IP~Ih Sur le vif ••• • Les ra1sons de Mm• Berton Tto.t.tfne Clltc.ndot~l. Qut-iquH prtr$01"11'1eS, outour fTIJ/Nj tObit, d~ tent de la JournH Nohono If Chro~ (\If\ .. ptopot.e '*" wtle t6chct, #Oif da W99nt~. Choc~ ~ $elOn sas cw.g.nH, l.ct'l ..,. •• nee. oppo~te MS IOftOr'K dt I)Otfllé>OCr 0 lo Mt• onhtoc-G••· UN fttnn", 4 cht-rtuA ~. ~ o ~C.• kout• ~ec: .nNf•l tCK~I .. 1ft ..nttnotntoont. ~ 0 wn tow 1!0 pewo,.. Ule o 70 Orls. QruotQut t'l'oyonl jomod: rnil1tf ou MRAP, fllt lot ti91,1litftmts.l • Oro.t tt L1btftf •. Et dei fOiSON ct. comboUr• k t oCismt, t11o .,.. o lt c...., tout ptt"· - Lt rech:m•, cflt,..l&o, ft r•l wllt • l'otVvre ""t l'oc-upot._.., doAt Aottt quortlcr, quond o" vtr~ctt prorub• 1•• Jul~ hommet et ftmmcu,, •w ~it J041r, don.s lt1.1rs lot•Mtntt, •t 4111 lu t'r'lfonts ltoJent po&~rchou4t jUlqllt donf lo rut. J'ol vu dH ulft.tl horrl· ll'ltt, clet ch•"' lnhu~t~toln ... J'ol folt ce ftU:~ l'al pw, powt •idtl met voblf!IJ juih 4 .. eodt•r ... O.Vont la toto d• I'Ctt ks noab •••'-M routmblf 10\tl ""' ~oftgor d•t mt ulJitt ~t~Oift ou ~; Jw1ff. lt Il• ol'lt ow 1~ toupot do p lonr s1.u- le fO$Odo uno bo"dtrolo q11l 41.-olt ; • OHort t~or l•t 'ron"olt ol.i• •lnltttéc olhlmand• ... Ai" •'· no" J•w ltll'ltflt Ut pllrolt nl "onlct.tiOmtnt, ri'IOk voulolt~tt, on phu, foir• é1olro quo lu •"'olt 101 •pprowvolt"t 1 ... Et tcnd•s quo l'ouiUO"<t t1koutt ovec: une profonde 6mouon, cil• conclut, de! 10 voue doue• ot ftrmt ~ ~o fois.: Je volt blttt, oulourtl'tlwf, Ql.lt l'•nl'l· Mmitis,... mt"•'• _.,c.,o. Do ttOIIIVt• "• cava qal Nt icho'" OUJII MOUoe,.,, ..... ;..._...... Il .... , ..... " ...,r •mpêdMr q-w• t .. t Ctlo "COMMffK:O, J• tllJir-.ve,..l tltt tr•ctt:, Jo r.cu.Jtlo .. ••i du forub JO"' r. MVKt..,.IM •.• J• Mfo1 • '- Mwtvt;r.tf, .. 14 J_.h,, C.'ott .no tmot. Charles.st~o ,..,, •1"._. u ~. ... ""• C'ftt ..... que M-Mo hfton. .,~ u. trovooJ~ du J. orronchs~l. nt ~MUt: df~ 1!1 1o S· JOUtnle No. honolo Un Monsieur à principes DANS UN AUTOBUS qui dessert la banlieue de Lille montait rkemment un monsieur distingué, chaJ'ea"" té. ganté, habillé de dign•f~ et de principes. Tout au moins le principo de ne pas s'asseoir à <'ilté d'un Algérien· N'a~ant Plis le choix, il restail dtbout. A l'arrêt .suivant montent deux ouvrières a11ées ; l'Algérien e>f· Ire spontln~ment sa place al in qu"clles J)uis.sent s'asseoir en .. semble. Le <monsieur disling-ué s'en empare nusSit(Jt, laissa11t deboul l'une des ouvrli:res. Autrement dit : par principe. je no m•asseois jamal~ :i cO tè d'un Algôrl""'; quant aux prin· cipes de t:ourtoisie, lè m'assti)ÎS dessus. Les voyageurs de l'autobus ont pu apprécier la différence d'attitude entre lts deux h()m· mes. M• C1'1!1 ... o, Chari.. Palant. 1()o Jeudi 28 mal 11• VendPedi 29 mal 12' ft' eN~f"'e:df 27 ma' , .. VendHdl 15" juin ....._,, Mordl & Juin Mllrdf 9 Juin M:trdl 9 juin 20" Jeudi 11 juin Mont .. UII Meruodl 10 juin 8agnoltt M:trdl 9 Juin CoC•i ~ L\t PJh,ho d'Ot• • Ruo -s~ lnl -~ial'tln

1. p•s.•ag~ <:llRI'I~$·1.la llcry

1 :.., A\'CIIU4· Oaut•le:mll 53-lit V Prie. J 29. r"" Morc-adet c:lnf'l! .. l :\I)Hh t r111• M~ r rh.l t!luO· tt\.1 4 1-'I JJ Uch'~-. t~ Charles. r1Jt' dl' J'l.~tuh·•• .. ~ln1~rnJ • Pht~li:\ » Une• :\1111lllll•mlnnt 27. n•t· Ptanohat S3.11e M.ar•·t•ltln .. Oerlhetot

iatl~ tl•·~ f.','IP.!' till lJ .\f~ltir

Charte& Patant Charlot Hutman M tmerollck Oh•tfta Hutman Chtrlts Pelant M Dymenateln AlbePt Youd1ne Albert L4wy Chari .. Pafant Colette MONI c LP JJibbOUk • W <."hevilfer ete I'Humanlté • Racls1ne à Valenciennes (Su,re dt ta pagt Il hiblt ptlr lt commissaire, lui o s.-·olu dt ~omparoîtu a1·tt l~s au· lrtt, arrlt;s ft 1tf mai· A//airt mon/it dons un e.<prit clt di•'~rsion tl dt rorisme : cela tSf apparu tn pltint lumil-rt dtt• onl le ltihunot. C'ttllt tommissaire Fabre qui ••rnd ln mèrhr tl montre qu•it o rtçu des Drdus spérinux : • Ar· rëier ceux qui ont l'nir de vouloir oe rendre à la manifestation ,. C'est Il' rommandont Un télégramme du M. R. A. P. l 111 20 mal, avnnt t)Ue ((\ l)•·t·,.frlt>!H V~ild('volr )Jronon .. 1'1' If" W'II'(IICI !l11 ()I'OCêS de Vltl•••lriMut',c. ,,. MBAP lUi $1\'0.It (ldi·M~!'· lt\ tfolégrl\nuue t-Uh'llnt : Manifestation 1er mal étant 16oate, mesuru et poursuite&: contre travaHreur1 nord-atrloaJnt r•vtten\ caracW.re. raelne. Au nom justice e.t hu .. manf,i, demandons respec ... tu.astmtnt aequlltem~t de.s vlcWmet. Lo~"trrt, qui dttlart avbir {ait tanur Jt,t grtRodts c dan.s le ta> . otors qut fts C. R. S., di· hilanl lt manat/. ruonnaiS$tnl ~u·;t t.'i/ rttommandt d~ lts fanrtf uux pitds dts mani/tsiQn/s. Un C. R. S. parle c d'étude psythologiqllè dt l'()pérati()n ~. un tmtr~ dt commando, dt mission, un troisièmt - a dittaré â la hturt un llm<Jin, Afmt Gronier - ,.·,~t trrU tn thtug;tant c: Nous voulons \'Oir du i:.ng dt l1iort, don/ limoiRntnl l~s J l tr birof >. ltstatlons qui af/lutnl nu lrii•U· Du sang, il y tn eut, tl dts nol. nl/icitnl d_u sursis. Dtthouecha, dont lts C. R· S. ont tr.vi rau, ~:il au nombrt des condamnb. Outre ft tillgramme du M.R. A.P .• signalons lt$ prot~statiotU du M.T.L.D., dts lravailteurs dts forges tl dt la fonderie Rtnoul/, di' /tt commisslon nord-11/ritain~ du syndicat des industrits. tltimi .. quts, de.f\ itudiants - dt toults ltndlltlteS - de ta Facutlé dt Patis, t-Ir.·. La solidarité s'organise tta· Jtmenl. plaies. d'" fractures, dts )'tux Et par dtlù Vattndtnnts. la crevis· Au point qut lt prorè.tr, voix du ptuplt dt Frantt s· •. '11- t:x; d'abord nu 12 mai. dur ilrt pli/it, txigtant que tt.<$t la r~· renvoyi au 19. MtlÎs tt délm prts.tiOII rOci!le•, ronlraire •. ux n'itait pas suflisant pour fairr moeurs 1'1 ô ta Con<litulion. C'est disparoUrt /'otcJ,salitm que nom· donr p<tr tm ~rilabtt d~fi t1ux l>rt dt us llommts porfctrl sur lrttdiltOIIS tl aux /Qb: dt no/rt Jt 1•isagt tt. dt·rriiu te.-: ploie~. pays qut u trrmint tt prbcès. irs pcmsements. lt,t autrt.'f nrcuw don/ le l'trdt'rt n'nrquillt qut tO sa.tions qu'y ont gravéts la mi· dts arrusfs tl tHr moinlitlt 16 en sere tl ru~u.re prémalurèr.. De prison, ttmdi$ qut les tutlrr~ bf: .. plus. ,,,wtrc oultt!~ .. ncc11sfs :. r--------------------------sont encore hospilaUs~s, peutêtre inf.irml!::; à jamnl:;. Pourtant. le lrib1illnl reste sourd à ct Jerriblc rêquil;îtoit ~. Après rt~•oir rhnrgt, le.• C. R. S. rcslt-~rl liunoins à cha rge : ils déSignent du d11igt < lt,, ronpO· bits » (nlqr.• "' Ill veille du procè~~. des sigrwlcmcnls d'huut .. pés 1e11r oit/ été commmliquéY. cu dthor.. : ; dt toult inslrm:tion f'udi ... dairc). Il faudra que ID dé <'liSt se balle pird à pltd pour obit· nir un minimum de lègalilé du .. rant a~t ~ rtt'mmoissam:t~ ,. De.-. i1Z$p~cleuu en âvil titC'U· /tnt dt la salit d'audl<nrt d ln $011< des lémoms o chnrg<. "" Résultat des campagnes de haine plon Q ln main· Le Prtsidtnt Vandtl'Oif s'ac· tommodt {art bitn dt rtl tnvahis. semtnl. Il lui mon/rt mlmt une sympathit qui dÎ$pora11ton.qu'if s'ttdrtsst à la dt/tfLocr nu oux a·;ri/oblrs timoins. Ct.tl.x·ti n'rn souligntnJ po& moins la brutaliU, racharntmtnl d•.• c. R. S .. d trois sur un hom· rn~ Q t~rre, CO-Up$ dt cr0$$t DU visag•· roups dt pitds dans lt$ t6fes. Uur indignation, leur ri .. s.•olte dtl'tllll rt qu'ils on/ vtt, rt .. fl~tt. ttlle de la région louit en .. Un patron de café tire sur un Algérien L E GENERAL HUGO donunit lout de meme à boire il l'ennemi blessé qui ve· nait de Jui tirer dessus, Par c:ontret un nommé P:tul Rtves. ca· fcher. :t tiré lui sur un dient plutc'.t <.lUC: de lui sen·ir a boire. Cdn s·c~t pa:,~ à Ninlt'S, rue Anatole·J•rance, lè 1) anil. Alotif : il n'aimait pas 1~ r\ra .. bes. Il ~t foeil< d'iOJagin<r à quelle. cou~s de liel raciste il s'abrtu\'ait, lui, 1~ forcené. Ctltt- asrrts.qion touronne, si l'on peut dire. de multiples ca.< de discrimination raciale dan.' 1~ caf". p.uticulièrtm~nt dan~ ht ~f(iOn pari .. iennt. Ici on ne ,.rt les N()rd·Africnü1s qu'au comptoir, Jâ, on leur interdit la terrasse, ailleura, c'est l'interdiction absolue. Pourtant le représentant du Préfet de la Seine a convenu devant le Con<eil Muni<:ipal de Pnris que le• patrons <le café ne pou\·aitnt refuser de servir les Nord-Africains et q1>'en C()Dséquenee, il fallait \'ei1ter â l'ap.. plication des arrêtês préfecto-. raux en \'Îgueur. C'<sf fort mollement, en lait, que la po1ice: rraduit fa rigueyr de la loi enveC$ lts cafdiers rr t:istes, c-ar. parair·il. on ne doit -pas gdter la libertê d'entrt-prise ! - VOIR, C'I!ST COMPRENDRE ET C'EST AGJR ---... E:RNI·SONNARD PROllfESSB DE L'HOMME PtCASSO·ELUARD LE V I SAGE D B LA PA I X ~Le nouveau pr6slclent du Conseil Municipal de Paris L'tu,..,.ol'te ftUMérod : 1.JOO fr. L'ntMploiN sur Pttr f il .t.honnot OV« UriC' 11"-ttrtPh'- .,..M .. 4e: fu•; ....... , • .. • .. 1,000 ft. ARAGON L'EXEM P LE DE COU RBET L'ax«MJ~Ioh runnitotf : 1.200 fr. L'ot•pt.W tu.r Put Fil ~ 0\'>K lAM lltlt .. ~è- .......... ~· PkorH .. ... .. .. • • . S.HI tc. Paul I!LUARD ANTHOLOGIE DES ECRITS SUR L'ART Paris qui a vot~ républicain Prix 1.754 ft. et démocratique, aura pour président de 49n CQnseil Municipal. l'rêdérk Dnp()nt. Oéjll C()nseiller municipal en 1934, Frédéric Dupont, ami de Chiappe, participa activement à !'.!meute du 6 février, oi1 les cri, de • Mort aux juifs ! :> se m~laieot nux mots d'()rdre antiro! public3ios. L'Octl'!)3lion venue, il fut m•inrenu à l'Hôtel de Ville par t'tnnemi, au momen1 oû Jes élus républicain~ en ètaient chassés et oû Si.\vissait l'épuration antisémile. On a beaucoup parlé des relations d'affaire• qu'il eut :\ cette ép()que nvec certain• mililai· res nazis. Députe!, il inttrpeilait le goùvernement, t•an dernier, paKe qu'à son avis, trop de nom~ d'origine juive figuraient da os la liste du personnel dl> Commissariat à l'Energie Alomique. Al. Frédéric Dupont appartient aux < lndéptndants de Paris »· ile Pinay et de Bouto!my· Pt!IC t 2.000 fr. Claudo ROV GOYA Prix l l.IOO fr. And.. WURMS!R D A UM IER Prix : 1.200 fr. DEUX PEINTRES ET UN POETE RETOUR l>'ALGERIE 8orlo TA8LITZKY, Mlrelllo MIAILHE eL 4acquoo DU801S Prî11 ; 600 fr. LES ROSENBERG peuvent L et doivent être sauvés ! E lundi 25 m&l, la Cour Suprlrno des Et.ats-Unls a <feçidê, p.aj" tept YOÎX con\rt doux, de reJeter la re,. QU6te on rhlslon pNsentée, te 30 mars, par Ethel e.& Julius Rosonboro. Ont voW contre cetto d6cJalon re, Juges Hugo Black el William Douglas. Ce urdlot ne Uent aucun oompto dca 616ment.s nouveaux Clécouur ta Nccmmont : un ma .. nutcrlt où Greonglaaa, principal t•moln A oharQo, avoue qu'il a menti ; une table, eonsidê~e â tort comme pl,ot à conviction. La Cour 8up1"6mo se ra~e ainal aux vuea du oouvel"nement am4rluln, qui, depuis le- 30 mare. Mt ln\uvenu ouvertement La camuaune da os Je monde Allemaqne Al\ <nu dtt demler moit. 50.000 Rr-rlinoit otlt ll&né voe pi4i1ion ri. Jt1.~.r,lr',l.• rtl b r~vhlou du protèt R*"· Argentine lfdarê J'inlerdleii(Jn d!l. C0\1\'troc. nt,.nl, hne Jlrfnde m:tnUeuntlon .ru· MlfiiiC Il eu Heu il DuePOI·Aîr~• en S~r, .. ur tlu HottnberiJ. Belgique l!nt tout(unre noelion~tl• pour 1:. .urcntoe! •let Rounbtrc •'ett t~l'll2t à Jirunll,.,, 1.- l~ mai, .d.a.n. t c•ttc trfaire, l deux rep,.l· Dès le 2 avril, a lora que, "-GaIement, Il ne de\lllt. Pli encor-e avoir c.onnaluance dt la requ6te des R.,o,enberg, te mlnltt.fe de ta J'ua&ieo publiait un commentalro:e imprimé, Invitent la Cour à Id rejeteP. Il y a quelquet Jours-, un porte .. parole do la Maison Blanche nlah, • son tour, Puist. f:nce de faits nounaux tt dé· cla~ait que, eussent-lia exl.5té, il était trop Utd pour en tenir compt.o. on comparera celle atthude, qui heutte profondément le bOn sena et. l'esprit d'~ult.A, avec 1~ ,.cents •dnemenu d'Union soYiiUque, oG dot citoyens Indûment empr-ls.onnb ont '"' spect. aculairement r6heb lll~t, tandis que les respontabiCII dt ce\to JnJust:ce ôtaient auatlt6t trr6tie et inculpés. Ou encore aveo la libérat.ton entlclp6o d'un o atfs, coupable d'avoir vlof6 les lois tchécoslovaquee, oo qu'li continue à reconnallro lpfèt avoir regagné los Etat.s-Unls. 0 N a peint l croire avec quetfo cruaut6 fel eutorit6.s amirlcalnea jouent de la vie des Rostnbtl"g. Ttndfl quo Et Assutlaled Prt~ pr,clt.e que le samedi 23 mal (deux Joura avant. ltl d'elsfon de la Couf" SuiJI" ame) fe~ Rosenberg uni (olt'i avl:'és q\l'lls àva.tr-nl ln. po~~lb i IUû de bènéflcict d'unu me&UI'O de clé"menc.e en dfs:anL co QU1HS savont à la justice tédûralo. Or comment. les Rottnbero pourrafént-ils pastel" d., aveux, alors qu' lis ne çe$""' d• clamer teur Innocence, alors qu'ifs sont Innocents ? L tobJectif da cet horrible chantage à la mort en clair : rendre les Rose.nbtrg rospons.t· bles de leur propre mort.. Seloo la thèse <•flltïelle. 'crit. Pagenu Fra.nce-PH$U1 Ct 8fr.lftot bien Je• ll<>senberg qui auntcnt ello:Le;J leur sort. Loin de fa.lbllr devant cet ascaut d'inhumaine h1pocrlslo, Ethel et Juliu.s Rostnbei'Q con .. servent levr lnaltllrablo canofroid, leur grandevr hôroYque. Ifs savent que leur c,ouao est Juste. Ils nvcot. que l'o" 'f'CUt tenter, en les livPant. • la ch11'a 41ecttlque, d'lnt!ml1:.,r le• flm .. pies gens qui têcloment la pa;K e.t lo droit de d6ftndro ln paix. Et ils se savent alm•s et adml~ s pu tous ln gene de coeur. C'est pour(luoi Hs t iennent Llite avec t.ant de noblesse aux machiavel& de f:t guerre froide. C'EST pourqùol aussi, cho.quc homme, chaque rcmmo digne de o& nom, doit Immédiatement meure tout en cau• vre pour arracher los doux innocents è la mofl. Le p1"6-sldent. Eisenhower a encore le pouvoil" d' emptther le crime. Il le fera si la etameur de la conscience universetfe H· tentl\ dans le$ prochains Jourt avec suffisamment de fot«. Il doit cavolr que u. décision etl attendue et sera Juoëe par des centaJne• <Je millions d'hommta dant fe m6nde. Que chaque jour, donc, chacun egiue pour les Rosenberg. Que chacun .s'inspire de l'appel du MRAP on faveu:o d'une action vigoureuse ct lmmitdiate. Que ae multiplient lea dôl6gatlons, lts t6hi:gramme.s-, tes résolutions, les p6tlllons. Avec tes deux ëpou.x de SinoSing, ce sont la paix, l'avenir qui aont menaçês. Il est encofo temps, Il est encore possible de les aauwer, d$ faire tMomphér fa Justice et la. vie. Cuba Ika t.él(JRIDJDf'f t"D (near cJn R9-o 1t'hlofrt oru étf adM'tid a!~. prüicknt E••nLoWC"f' por J,:t •J'IIdi<;ttJ ('ll))ajos riot T~lil,, dt l• \fhalhrr,j~. de I'Aa· t~,IJf', dt l'Abkuhlemeu•. au Tnn•,_,.,. dn P.T.T .. le Juge Kaufman •• prépa,te àr-------------------------- fl: ttet une date pour l'txicutlon - tout sur&Js ayant 6t4 refuU Suède A la r1.1-itc dt Il PQbUt"ll.t.ion det JtOUW'U'\ dorvm.-mt prooUnl rinnol'f" rtro dtt llou-nhtrJ, b c-amr-t·ne, en ~u~·~Jf. ct prit un r.ouvel él:m : les rotNintl er Je• diiJatlow ont étê or_ r•nbi-1 rn grtnd uombft- a!l t011r1 dC$ ,Jcrul~rct ccmolner - d'ignobln pttstlons aont. enreées sur let deux condam .. Pê$, Selon I'IIQtnco Unite-d Pre--~:~. faisant état d'lnformetlonl offleielln, les Rosenberg ont

we1·1 is il plu~leurtt repl"li\tt que

le.;; ov~ut <l'un JHifl<.rnnltr 110n1 l <i\l}r•Ur8 11fi fllt teut fJUI <h~e l do -f;l l<' rwt·!llti<'nL d\1!1 ('111 non ulllfs( u· !lon IICHI\'Qir dn elé1ncneo. confirmations : le 3 mo1•, a' New-York.. . -Jioo& 11' .... L'espoir de tous les peuple s UN PACTE DE PAIX l'idée d·une négociation çénkr• le entre les ~:rnr.des puissances, dél<ndue, depuis longremps déjà, par lé Mouvement de la Paix, ga~ne du terrain. Les r~ccntes dtcl:trations de Churchill temoignent de la puisS3nce du courant d'opinion qui se déYtloppe irré~istibleme111 èn faveur d'une rencontre des « Grands , , l'tOur mettre fin â ln. ~ guerre roide , et signer un pacte de pal•. Contre ce courant, vont ceux qui prétendent défendre la paix til prëpArant la guerre tt qui s'effor<enl de déeourager .... tentati\'C< de rèf(lement ào:S di[ftn: nd5 internationaux. Lt c r:aidi~stmtnt •· qui. répond aux c::on<:es."ions sin~or< ennes à Pon Mun jorn ; IC!t condition!t c:ttë~oriquC$ oppoSt.~ aux propos1tions pacifiques de l'U.R.S.S. ne contribuent é\•idcmmtnt pas à créer un dimat de détente. Oc même, si M. Churchill loi•se entendre que fa conférence c à troi~ :t des Bennudes, prévue pour juin, peut être un J>remicr pas vers une conférence plus large, Jes milieux dirige.nn1S de \\fashing- 1on, si l'on en croi1 lturs récents commentttirc~, ne ~emblcnt pa" :woir d~ telles pe,.pectives. Qunnt aux dlrigcnnts actuel~ de la Fr>nl-e, dnn$ ln mesure o~ nous avons un ~ouvernemcnt, ils n'ont pas r{'J)Ondu jusqu'à présent à l'appel que leur a adressé Je Congru des Peuples pour la Pajx, demandant 3 tous le,;; gou\' trnements de se prononcer sur rid.;., d'une rencontre des c Cinq Grands » et d'un pacte de paix. Ils nont r•s réJ>9ndu davantage au voeu de J:t Commil'\.~ion des affaire$ étrang~res de l'Assemblé<, Notionale. suggérant que la Franre fasse preU-\'t'! d'iniJiati\' e en 1•ue de la r<ou1·cgarde de la paix. !~es proehaineg semnines peu\ llent étre décisive!~ 1,our l'avenir de J'huntnnité. Il «PPMiient donc aux pcu.plel) à l'Itou re où sc joue leur sort, ae rester vi~ilnnts ct de faire entendre avec force leur volonté de paix et de lraternih!. "Une tendance à faire fi des droits de l'individu" .•• Dans un di~eours f1Hmcmeé <te,-ant l'Institut. arnt~rlrRin du Droit, ~t. \ VHIIam ooug1a111, 1'nn ~os Juges d& la Cour SuprEone. a duclarô : L'Amêrique a perdu la posJtlon éminent-e qu'etto occupait dena le domaine morat à la fln de fa derniêro g uerré mondlela. Vuo do l'étranger, elle aomblo e lo.rmée, èmplle de confutlon •t d'intolé-rance ... 11 y a une tendance orandlts:: nu, dans I'Jntllr6t. do la rieuritb, à aller au plu• cour&, • ftlrc fi des di"'il.$ de l'individu, 6 •P· puyer fa cause de l'fntol6rance. Ces pratiques et U t. aUJtudtl passent. peut-6t.re fn•pe,.-qutt Ici, a eonlinué M. Dttug-IU~ m111 el· tes font res pre.mi•r-es pages des journaux en A&ie. Elite aont. une puluanto c voht de I'Am,rique •, bien plus pulss.ante que n•impo,.tc quel programme quo nous puissions mettl"& en ondes A la radio. Ces tMolnraUons ptcunent, hl!las 1 t()HJ 1(,111' s(\ u ~ tlrwi:8 l\l 1'<'jcl, pal' la Cour Supri'mo, do ln requèle en r•~vl"'hJII des 1\MIOn· bea·~;. On documenl accablant • • • ATLANTA e MALGilt tt' compo. snes todstH, ua noir o ité é.lu pour lo PtemiCro foll Olil ContcU de l'ldt.t,otion cf• lo vil le. Il l'oglt du 01 Rufus E. Clemont, dl· 1ectev.r d• I'Unlvt~l ' nolro d'AIIonto. O.u1e; Olîtres noi,.. ont 416 ét~o~s au cortseil mvnicl .. ";::==~ , at, et l'onoi)'M dw \1 SC:tliltin mont,. que do nombn:ua bl.oncs ont vofê. JIOW.t tu.a. BUDAPEST • Of NOMIAIUX JUIFS, ttlote S. l•vmot brltoaaiqv.e Jcw.sh Chronkle ut teç• le ptix kouut.h pour 19J), d.iccrl'lé por Je. ,_.,., ... ...._, hoft:floÎS. Ce iovrnol c.lto nof•.111 .. nM-~tt, pcul!li S.. lov.tiots : Amtfl Abroho,., ft'ltmbN d• f' A«td!Mioe Hor~g1oise; $ondor M8tfMr, cW• mltto; Lottlo h .c:hs, fti01h,motlc~ n ; Andor Gabor, homme 4o l•t• tru; Morio Mo-tyos, contohke do I'OJ)f ra : lstvon lmfe, peint.-.; fr• noe Winttr; ft Loulo Shaun, Losalo SanHt, fJt.mer Vadosa, t to. tosuu, • ELMINA (C6to do l'Or) e 14 HOIRS de fo c•t• Ce l'Or brlto,ulique on., Ofj tub ou c01ir'f d'ut\e moniftstotion oû fu hoblo tonts d'IJmln-o ,.,ot<estoient poclft. qucmtftt coa.tre t'cugmtntotion 4u IMPÔts. La polke britonnlq•e tÎf'o tilt fo fou-It-. JOHANNESBOURG • UNE COMPAGNIE GériMM l'ft• MOftO•lUd4frkGÔM' '9'ibt 4"ft,. uHe-. U. nt Ç•dJ!ée po-r le t'"'rol VM M-dl~athln, u-offktef' 4e r. Afriko Korps •· MOKNINE • VIHCT TUNISU N.S et tro't po .. lklf:u fton~ls fvre-nt tvfs ou UUt$ des bogonn- qui c11ront lieu a Moknine, S. 13 ;onvler 19U~ pendont un• mo.n if~'totlon. S1 tiO• bllantt: d~ lo locolit& ort,tft GUI-• sitôt oprtt, 'II'ÎtnMnt d'itte jwg4S'. !) d'tntr• c·ux ont été condomnh a mort. , Nouvelles NATAL GREENGLASS A lf:IENTI sur le racisme américain • US IHDilH$ d'Afrique cht S..d ont éfeyf U:l'le JWotes.t•t1on coftt,. Mt dlurimil!lotîo;nt pro tiq..._ doat .... ftoMt a tsanl dit kiltS" .... f•nts. 37.000 4'cat~ e.s "• ,...._ YU>t teCfYOÙ' OIIC'IiiM YHfrvdion.. NEW-YORK A U C'OUr3 des dernières sem: JintS, de nou\'eaux éléments sont \'enus confirmer le caractère meusonger des alflrna:.tions de Greenglass, prineipnl t~moin à charge au procès Hosenber?:. Fiu twril, on sen SOlJ~Yie.nf, a •"li dh•ul;!ué un rapport manùs< ril de <lrcenglass (reproduit dan~ le dernier nurnéro de Droit tl Libatl), oû Il re<:onnalt cynicaucment

1 avoir lait des déi

IM:tticm~ contraires à la vérité ;

L A>~ir 1out oublié d'tvéne-

• ur J~utr-c d donntra, pJr 1.1 SU1!e, Id ddail; les plus P"'CIS ; 3. avoir laisst la F.B.I. (fiGI•<:e fiQlitiq« mériaitr~l. modifier >On témoignage. Ce rapport fait en outre apparai!re dc:s contradictions entre la deJ> O$ilion faite par Greenglass à J'instruction, et celle qui, au. proci: s1 a servi de ba.'>e au verdict. Ayant pris connaissance de ce document ... l'avocat de Greens; lass. John r<ol!ge, a dû admettre aon authenticité. Il tx/ste r4t/lcment, a-t-il déd'une trist de gtlppt, il arpenta sôn a·tslibult tnli~rtmtnl nu, en tlomnnt qu"il 1/atl tnv;ronné d' étephants tt qu'tl nt \toul ait pas porter de pantalons dt plomb. Quant Il ln !•ble qui, selon l'"ccusntion, servait aux Rosenberg pOur tlhutographier les C' documents :t rtmi,. c aux Rus .. ses •· aucu·n porte-parole de la Justice américaint n•ose plus prétendre qu'elle est une pi~ce a conviction. Retrowée. il y a qut.Jques "tmaints, la table des Ro~nber:,: ~~t une table tout l fa•t !"'!r<f1nairr, at:hcth d"ocra• ion aux mal!a~ill> /1\acy·,, Elle ~f5it éli~ fü f(!d~ dé l'lié Randan, lors du meeun~: du 3 mai· Tels .ont les !~ils qui pern~tfent. aujourd'hui, de mitux d~· celer l'horrible .machination par laquelle on tente, pour les besoins de la c guerre froide ,. et de la ~ chasse aux sorcières ,. d'assa ssiner deux honnêtes citoyens. coupAbles d'aimer ln 11aix et de Je dire. c·tst un muiJ.ng d'un< arraorJtiWllt puiuorru qu1 $•tll di· rouit ou stad~ dt file Randall, & Nt'IO-York, ft J{mancht 3 ma1, d t'appel du Comilt amhicain de D/ftnst dn RaStnberg. Plus dt 20000 pusonnts, bra!' ani les pr=ioM de Ioules sorles, J'hysti.rie btllicis/e, lts prtjugls et les ~naccs mis en oeuvre pour isoler les Rosenberg tl intimider leurs di/Cfl.'itursJ ont rtt:Jamé ewec force., nu cours de telle manifestotion mtmorablc, jnstiu pour les ~tpaü.~ ln- lnlrt il< déctmbre dtrnitr au nj~(.'i'al. -- r juz~.· 1\autmon. où il dlmandail D11m §Ofl il!ttmn/Îfl/1, Al. ra rin<ion !tg pr9ft!, Brainin. pr,.;idtnf du Comite dt Unt ltllrt dt solidarili dt GoDI/ tMt, examiiUl tn dilail$ l<s rard Phi/ipt. lut lgaltmtnt à la foih noua•t>oux qui ;mpount la lrihunt, a Sbultrt ftnfhousiasme rlvision du protes Rostllbtrg. 1/tnlrol. C't<t dans une atmos- Le profuscur Stephen Lqa·e, phtrt dr rlso/ulion el dt confianlmintnt juriste, ct te célèbre ct que s'est tumini cet impaso.nt üria•ain Waldo Frank prirtnl mtrtinj!. que la c grande. presIHDitmtnt la parolb. ~t • n a pu posser sous SJ{ence, tan/ if a tu de retenlissemtnl. Le grand sm•ant atonùsll Hlf-r---------------1 roll/ C· Urey, Prix Nobtl. Qvait envoyé un message rappelant sa DEUX impotlonlts organisa/ ion~ omhiroints, l'Association Nationale pour I'Avancerncnt des Gens de Couleur INMCP) N lt Congrès juif Américain, virtmrut dt publitr t/11 rappOtl COIIII/IUII $1lf /a Situation clt.~ minorités rJD;rc tl juivt (tli.Y Etals·Uuls. Il rt$SOrl dt re tiQCIIntent ne· câblant qut le racismt et ranU." ïêmitismt prcnntul tmx Elals· Unis des tormt.<; lrt ... diPtr.~tN, des plus in:ûditusu aux plus J•ioltttll$, SOUI•tnl SOUf lt COll• l'tri dt la 1<11 Dix olltnlals d la bombt tl 3> oulrts mam/~llnlitm.f dt ••anJalismc contre lt$ dtmtures dM Les deux ba nni s . .. clar~. Ull document de ce l(enre,.------- -------------------------------écrit ptlf Greengtass, t l sensiMemcnl idtnli9ue (sie) d ctlui qui a él~ publié à plusieltnl repri.< ts dans la presse franraise dtpuis ft 18 avril. Il a ajouté que l'original avait disparu pen· dant 24 lleur<s des dossiers du I'.B·!. et que la police enquètait à ce sujet. D'autre part, un expert particulièrement qualifié, a comparé 1'(-c:riture du document a\'e<: des textes connus pour être de la main de Green~IMS. Après un examen approfondi, il a conclu, s..'ns nucun doute possible, que les deux écritures c!!.aient absolument Identique~. Au meeting du 3 mai, it NewYork. M. Brainin, président du Comité américain de Défense des Rosenberg, a lu un autre document, très significatif, dont il a déc:laré ne pas pou1•oir laire connaltre l'ongine. Il s'agit d'une déposition de Ruth Green{: la5S, pr~scntant son mari comme un déséquilibré et un men: eur. Grttngtau, écrit-elle notomment, a ltndance à t'hy~térie; por momtnl$, il dllire, d lors LA CAMPAGNE EN lo campagne pour les Rosenberg se pour3c'it activement dans la France ontièrt. P.ts un jour ne .pas.."<e sans que p;uviennent â l'ambassade ou aux consulats des Etats-Unis des pétitions, des réoolutions apportées par diverses dc!lc!gations, des lettres individuelles ou eolledh·es, demandant fa ré\'ision du procès. A Lille De l.ille, par exemple, le Comité de Défense des Rosenberg nous adresse une importnnlellc!tition port:ant 122 signnlures, entre autl'l:s celle• de nombreux proleSS<:urs de la Facl!lltc! et des lvcéesJ de pcrsonnalité3 religieuSes, d'ingénieurs, d'industriels, de médecins, de syndicalis~. d'étudiants, etc. A lille. également, vient d'avoir lieu une grande tOnfê:rence d'inlonnalion, à l'issue de la· quelle les personnes pré<;entes ont pri>; la resolution d'élargir encore leur remarqu:tble can1Pôl· gne. A Marseille A l'occasion du 1er mai, la population de Ma11<'ille a puissamment mani/est~ en laveur des de~ innocents. Tout au long du défilé traditionnel, la banderole du 11\RAP: c Sauvons les Rose.nberg • a c!lé saluée par de chaleureux APtllau_ dissements. 46 listes de pétition, couvertes ce jour-là de 1.282 signatures, ont été po?técs, le 4 mai, au consulat des Etats-Unis par une délégation que conduisait le pr~sident du MRAP, M. Serge Kriwkoski. A la Sorbonne joignant son nom à c:tlui de nombre-ux professeurs de l:a Sor~ nne, dont nOLiS a':on!- s.u;Nié les messages dans DOs précé- Un médecin alricain a• (Suile dt la page 1) continent ft dëeouvrir. Quaire ~erviteu r~ se décidèrent également à les suivre. Les adieux

wcc le jeun~ prinu- furent déchironls.

Seuls les devoirs de sa charge le retinrent à Gao. Nous ne S4VOns rien Sllr 1:. manière dont ils traversèrent le Sahora. Il tst probable qu'ils se joignirent à une uravane qui

e rendAit Il Tunis par le Hogtar.

Par contre. nous ;wons •l'an>p~< détails sur la 1ra1·ersëe ùe la M~ilerranéc qui faillit se tuminer d'une façon tragique. En ellet, le navire à bord du' ud ils s'embarquèrent, fut attoqué par des corsaires. Alors •tte ceux-ci avaient déjà lait fll\:!-SCr à leur bord une partie des p~ssagcrs, une tempête séfltl ra le~ dtux navires. Anselme "e trouvn séparé des siens. Au cou,.. de la tempête, le cor~: lirc s'échoua sur un banc de ,ble et Jes 1)ri!\onniers entassés 1lans un cnnof. ,pu rent gagner '" ile proche. I.e bateau d'fsal:~" ier y aborda a son tour pour ~ radouber. On imagine sa joie ·•"!qu'il y découvrit Casais, ·arthe et leurs compagnons, , i n.s et sauls· Lo suite du vol•age lut sans

loire et la lam111e, au grand

• ~vmelet, ül!buquo à /llarseil!ç <Un btau matin au cours l'ann~e 1413. Tout le monde s'installa à Toulouse dans l'hOtel en briques roses des l salguicr. Au chevet du Dauphin Charles Une vie tranquille d'êhtde• et de joies simP.Ies commença, pas tellement dalférente en somme de celle que re jeune couple menait à Gao. Anselme s'attela à la rédaction d•un dictionnaire des trois langues qu'il a\'ait apprises au bord du Niger, a••ee les mots correspondants en français et en latin. Avec l'aide de Casais, il entreprit également <~ne relation de son voyage en Afrique, décrivant les moeurs des populations, leur état politique et leurs croyances religieuses. Oe vieux amis reprirent le chemin de la maison. Entre autres, Pierre Bardin, conseiller au Parle>~ncnt de Toulouse dont 1-e fils, Guillt~ume, 6tnit un peu plus âgé que ln jeune Marthe ; le chevalier de Faudoas et sa lemme, qui étaient des amis de longue date (la mère d ' Anse!~. veuve de Jacquu lsalguier, leur avait cédé une terre qu'elle possédait dans les enl'irons de Toulouse, à Monlrabé). Anselme 1eçut UD jour une )ettrc de Gao l'infonnant que le .J>rinc.c son ami ëtait mort en prononçant son nont. Retei'Oir 11ne lettre des tords du Niger n't\tait pas chose cournnte et nou!\ ne savons pas par <rucl prooessus s'accomplit cc lon{: tra jet. Cependant, ce n'était pas là une exception. car nous avons connaissance d'une autre lettre qui. quelques années plus tard, en 1447, fut écrite par un Italien, Antonio Mallant~. r~sidant au Touât; sa lettre arrh·a Sôi.DS enrombre à Ot!nes, où se trouvait la maison com~rtia1e dont il était l'un des repré$entants. le docteur Aben Ali, tout en continuant ses rechtrches mé-dicales, soignait Jes familiers de la <Oaison. Il saawa Guillaume Ba• din, aueint d'une forte pleurésie, et sa réputation dtvint te lle qu'on l'envoyait chercher de loin· ~es collès;nes de TouJouse finirent par en i> rcndre ombrage. Ce lut bien pis lors de la visite que lit à Toulouse le Dauphin de France. Je lulnr Charles VI l. C'était le 4 mars 1920 et Marthe al'ait 13 ans. Le Dauphin Charles lit une entrée triomphale c en cotte d•annes de tiercelin blea>, un panache de plumes d'autruche au l'eni. drapeau dc!ployê

un étendard blôljlc, rou.-

FRANCE dents numéros. At ~uurice Boit· thtr, directeur de l'Institut d'Etulh:s Germaniques. vi•nt d• se prononcer pour Ja ré"ision du proc:l-s des Rosenberg. après 1..:ture de leur recours en grAce. Dans toute la France Parmi les nombreux appels qui nous sont parvenus ces JOurs dtrnifrs en f:weur des Rosen· ber~:, signnlons les pétitions si· gnées à Paris dans le 5' et le 20' arrondissements, dnns divcr~ es 1•illes de la région parisienne (Neuilly, Pantin, Gent~evilliers, Nogenl-sur-Mame) ; une réso lution signee par un groupe d'élèves de l'Ecole Nationale d'Ingénieurs Arts et Jllétiers de Cluny (Saône-el-Loire); une lettre de l'Union des F.,mmes Frnnçaises de MaC'On ; t:n télêl( ramme de I'Unicm des jeunes Filles de France de CIJ$Sel (Allier). etc., ainsi que dt- multiples leUr~ individueUes. Ali loi Mt Petlh Lits &;oMS, Je~phine Baker d C·ho,U. Cliloplt" tou• dHx lloflnle- dtt ltett-UI\Js ca toison ft Mrs Mftltmenh ot~tlroc.htes ~t M-Mouothrun M .... u rdioJe•cnt hlbr~. oux op.a..clt'-""'•" .S. to fouS.. Tôulouse au J&c siècle ge et bleu où saint Alichcl ttr• tllssait le dragon ,. le jour ml:me, Charles dut s'aliter •n proie à une fièv re violente. Son médecin était perplexe. Qui parla au prince CharJcs du rameux médecin noir Abcn Ali ? On ne sait. Toujourl! est-il qu'on le fit appeler et ql>'il remit le futur roi sur pie.d en cinq jours. Une riche civilisation A la suite de cette GUérison ropide qui fit un «rtarn bt\lit, le docteur Abe11 Ali reçut deo mains du prince Charles une gratification de deux cents écus d'or. C'en était !top pout l'amour-propre des médecjns, toulousains ; quelque lemps après, Aben Ali mourait, empoisonne, l'huchota+on. Entre temJIS, Casais eut encore deux fil!~. M>trthe, dont Casaïi\ et A nsdme avaient par· ticulièrement soigné l'éduca~on, atteignit sa seiziènJe année· Void comment la voit Guillaume Bardin qui fréquentait assidument la ma!son : c ... Elle était si bien raite, si bien proportioo.. née qa'aucune jeune fiUe de Toulouse n'atteignait sa beauté et son éclat. Au corps spl<ndide dont l'avait douée la nature, la ar~t:e divine ;!l'ait joint une Ante rayonnMie. Chaque Jour Marthe ns3lstail l1 la 11~sse. L'ar;.cent c~uc lui donnait Bt:ts pa .. rents pour acheter dca par~rcs Mminines, elle le détournait de son usage personnel pour le distribc~ r aux pauvres ... Elle fit du bruit à Toulouse •par son esprit •! ses a~r~rl)ents ; elle y fit plu- 1\tt!urs paSSIOn$. > Il semble que Guillaume Bardin lui-meme ne soit pas resté insensible aux charmes de la jeune Marthe. Le jeune seigneur de Faudou en était également très amoureux· Ce fui lui que Alat1hc enC'Ouragea. Il la demanda en mariage à son père, mais Anselme ne la lui ae<:orda que lorsque Marthe eut 18 ans. De celte heureuse union naquit un fils, Eustache de Faudoas. On le sumomma c le Maure », ))arce qu.'il était noir com-me sa m~ro. Il fut célèbre par sa valeur et son courage, dont Il donna des preuves dans les am1écs du roi o(J il eut des commandements eonsid~rab les. L~ deux soeurs de Marthe entrèrent au cou,·ent où Casais les rejoignit à la mort d'Anselme. Le. OU\'rages d'Anselme d'lsaiS! Uier n·ont pas c!t~ retrou.-és et tout ct que nous saxons de son l'li,toire, nous le de\·ons à Ouil.laume Bardin qui écrivit une biographie de son ami dans une chronique consncrée nu Parlement de Toulouse. Au XVII• siècle, un érudit, Anthelme de Tritaud, chanoine de l.yon. eut cu main les mantt6crîts d'lsalguier sur le,;quels il n laiiiSé une courte notice dans son c Essai de littérature pour la connaiss: Jnce des livre$ ,_ Plus près de nous, M. de la Roncière a lait des rcchtrches concernant cts m:t.nuscrits. If a acquis la convit'tion qu·en 1 '102 ils étaient dans un collège de jèsuites :1 t)'on. Ensuite, il perd malheureusement leur trace. l'a1·enturc du jeune toulousain, Je peu que aous ~n savons permet des reC'Oupemenls inlé~ ressanls avec les récits des chroniqueurs noirs et arabes. Qu'An ·selme d'Jsalgui~r ait vécu huit ans à Gao, qu'il y ait épousé uuc remnte noire cultivée, corrobore les na1précintions que nous avons porté<.~ sur la c:ivi .. Jisation afncalne. La science A:erlaine du docteur Aben Ali appuie ce que nous savions déjà de l'avance qu'a su garder P<ndant plusieurs sikles la méde· cine africaine ct l'intérêt qu'elle présente encore aujourd'hui aupr~ de nombreux m~ins, tant Africains qu'Européens. {Extrait d'UII lil'(t d eacalltt.} Juifs on d~s Noirs ont lit dtnombres en 1952. D'autres attentats ont élé comm;s contre la •minorité porto-ricaine dt Nt•')' qrk. contre dts tRfists tl dts synagogues de CaliJormt. e Utroll lH.QUn-f qr k roclme rioliMe fi!O:f fts s.çrvic-es offk.t.h de l'Uot H Pensy,.....n~,. o riYiW que Mit 1.200 firm•s emplo)oftto a" lotot plq.J> cl~"n million d• tro• •oiiJnn,. to ~ Jltotlqu~t lo cu ... cr'lminotfon 0 l'tmbovd•• ' l'e-n· c.ontro clet Noirs et dfl Juifs. Au cours de cttlle mlmc ntl"" née, Il) Noirs ont été lnis ct 4~ gtièvcmtnl blessés, par suite des brutalt'lés racistts de la pollet. u rapport dénonce éi(DIMitnl fts discllminations prollqults à t'igard des fwfs tl tlts Noirs dan.1 ln iluhllsscmtnl!l pril't'J d'cn .. ,.ign<mrnt. wmi que Jom rarmi~ amificainc ct ftl ;:ard1 nationalt.. la loi hiac C.'lrran sur l'Immigration~ sout1gnt·f-il ~ncort. doit Hre c:onsidén:-e comme une des plus violent~s momlest~tion d'hostilité vis-l -\'is des minorités · OTTAWA e UN! LOI inttrdlsOnt lc:s dltcd· mlnotlons •oclo.le'l 0 l'tmbavche "itnt d'"t• odoptie por le 'otlt• Mtltt cono:d~cn. Lo Chombt• de Commerc• d~o~ Conodo s'y 4toit ~. vem<ent oppaMt. TUNIS e l'OUR TfHll& Dl 811UR t"OMe-.'t 4: cloa ,...,.. f11fti:Mif1t, " de dtesur aotoJIUIMtt 1« Jgif• '"'" 1ft Maml>iio'M. m iinl< ,.,.\«otevn Mt attoq.~ '- cav••· li.f'r leif 6e Kofs.io. Le ~ste • 4•e "IY•. A YOC'.c:~ d• -.c:•hf>biH o'ftoqu:~ '*s orgoJitMticw" fuiYU et m.nulmoJMS ont d4fj fl'rOCiom.' lev-J' lOIJCiorHi dons lo lutte pour I'IMé.,.e:rtdonce et lo f_.,_ tlu. VIENNE • POUR U: 10t AHNIVERSAIRC do l'lnsuncctio" du Gbctto d• VGr• toYie, I'Auocla fion ovtrlthftnne des Ri~ stotds ot dos Vidlmu du fcucls-me o orsonisê. 1• 17 mol, un• gronde- mo nif~rotiOI'I comm'· ftiOtotive. Enfin, les deux Qrganisallon~ américaines. qui, pour/on/, sou/ ienncnt dans /'ememble Ja politique générale elu gQuVCIIttmctrl américaln, sont omeuécs a constater que ct!lui-cl a peu fnit en 1952 pour atténuer les discriminations raciales et religic~c$ et que le Parlement omêrirain a maniftsté une opposition nctive â l'égalitc de race et de religion. 1--------------- Grande cérémonie i du souven•u h dhnol'lcho 7 JvU,, cl 10 h. 20, ovto lifu GU clrnttlètc porblen de lo· tnev• , lo 1rand• drimonle tradition· ncl.. dv Souvenir, Otfon1Me par l'Union d es- ln;oo's VolontalrtJ et An .• c1C!ri-S Co.rnbottontt Julh 1939-U, Crt l'honno.ut cfo tot.ts lu C·ombattonts Juifs morts pour lo Ftanco 011 court d• Jo dernlllro ;uC!Nt. Lo monifostation d• coU• oM4• re-vit un coroctf,. porikul~mtr~t lolfMt:l .. itont donM que sera lnov• turêe,. i cdto oc:coslon;, Vfte pktte tolllbole sv.r toquela. seront lto•ft let noms de 70 com!tottonb, clol!lt les ret*.._ , o,.t iii roM•M:t ;. dl"'" ch•m,.. batoiU. ft iM•méti otot pitot~ dY MottRII'I4'ftf a111:rt Morb. L-o driMOolli~ a dhottltro on ,,.._ IIC'IU dt: M. le Ml•kbe 4H AAc'-"• C.Mbotton.ts. ft ftOftii.NUtft P'tnoftaolitil d•hs d mililolrt:t. et ct. ,..u.. Ge-rs ci~Ancioens Combottonb tt Vlcfi.. mu do lo tt.ttn•, avec kt JOriklpotlon d• to ftiUtiqvo mmtoife dw , , R.l . CCommu-,lqui.) UNE NOUVI LLI COLLIOT ION ... COOPf:R.ATIVE OUYIUilE Art - Coiffure - Btauli 126, rue de la Boétie PARIS-3' ELY. 68-4.0 RHuction 'mpottonte OUIC lt'dOUt$ elu fou.raot D'UN INTERET, EXCEPTIONNEL POUR TOUU S L18 OAT ilOORIIS DE LECTEURS au:<. !::dillon• do ta LA 1\0UVt;!.LE CRITIQUE QUEST IONS SCIENTIFIQUES Tome 1 • PHYSIQUE kt b&ta tl.tlotlque. dt~ dêvtlopt)C'•t:nl de la phrs:iqae !llO. d_t:rne. (S. ~· 5<!UVOROV) •• Pour u.n~ iatnprdatioo .atulalute dt.~Jttt.cua.o d• t'ballai• de la plapiqa-t aodua• (1. V, KOUZNETSOV <1 N. F. OVTCHL"'NIKOV). Cri· t~e do la ~t"C"pti•n ld&liit• d~ la th"de qv&Otiqu U. P . TElU:ET'SKJ). La ttl~oc-a ct b vic (.A. TOPCHtYtV). Un \"OIU1ne • • • • • • • • • • • • .. • • • • • • • &00 ff'S Tome tl • BIOLOGIE Da nouvf'n cbne l• ule.neo de J'e~pt« - Lee viulilé au ornniltlltt ,.é.fe•u• et anlmtu-c _ ~ lrnaux d'OJs:a J:J. Le. P«hitt.tkaia (T. 1), L'YSS&N'KO) • Sur Ja féMndttiGn d•u 1~ P.lante. (N. V. TOUHilJNE tt S. N. BOCOANOVA) • J.~rs eçhan11et euhurel• t~t 1• détt ntc intcrn21ionale. (F. JO UOT-CURH1J, • 8 J>l• nchcs hors texte • • . • • . • • • • eoo rr- Tome Ill - OH IM IE • Lt ~ont~renco ••.n l• lllé'Or le de ~. tlrttctu.re. C'!J1 chimie or• samque (N. O. SOKOLOV). Uoullt-rov et l11 lhéotle dt- l:t nruclure (B. A. KAZANSKI). ConiN l'idf~liEOtc et le mE ran.im.c. ~n t:llimfe Orlafll(lue (8 • .)1. Kl:OROV). Bibn d; b Confenn<"e tur la ll~orlo do·J~ alructure (0 k. REOU.. If~livt'tnceole lnt<eto••iont1e des Annu (:\. ·N. Ntslf&. Un volutne • • • • • • • • • • • • • • • • • • . • 700 fts Demandu ct:s oûwrages • votre lfb,..aire LES EDITEU~ FRANÇAIS REUNIS t4, Rue Rottne - 1'1\RIS·G• C. C. P. l>aris 7!i!..31{ \ ~, ' </div>

Notes

<references />