Droit et Liberté n°031 - 26 mai 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Y a-til un complot antisémite en France? -page1
    • M Vital Modiano, président du C.R.I.F. et de nombreux dirigeants de la communauté juive de France signent l'appel de Stockholm -page1
    • Fiévreuse activité à l'approche de la 2éme journée contre le racisme et l'antisémitisme, pour la Paix: les adhésions affluent -page1
    • A Montreuil une bombe explose sous la fenêtre de M. Mantel (petit industriel juif) -page1
    • M. Mac Coy (haut commissire en Allemagne) n'est pas content des juifs américains -page1
    • Malan définit les non européens -page1
    • Puiqu'on ne vous le dit pas: Colombey-Chicago -page2
    • A Lyon importante conférence du MRAP avec Me André Blumel -page2
    • Enfants de la guerre: Voici comment des gosses peuvent devenir criminels -page3
    • Visite à l'atelier de Mané Katz -page4
    • Nazim Hikmet, poéte et héros -page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

I t ·T·IL UN COMPLOT ANTIS MITE E FRANCE? - - -- . N° 31 (135) ... 20 fr. BELGIQUE 5 fr. TOUS LE S VENDREDIS LE a:'ANTISÉMITIS 26 Mai· 2 Juin 1950 L F:S • complots l' SE': suiyent el se rt.s t'rublcnL Ils se r essemblent , jusque dans la façon dont on les fail somhrcr dans le ridicule el le silence. On ne parle drj:1 pins du • complot OP. la ;\tueltr. "II , rlécoll"\'ert la stmaine nernicre. Ali lendemain même de l'nrresl .. linn de Jacques (jra. , le milü'ien impénitent, ct de ses acolytes, cf'rtains journaux tentaient de ridinliiser les plans mis à jour el e. f' s.aient toute 3.11nsion it l'jmpùrt nt stock ù'armes saisi an domicile de Hubert de R(}l1Sslige. S'il cn Post ainsi, c'!'st sans doute parce quïl n·.v a pas dcos (1 complots "/1 qllÎ appRrais ent sang crirr gare et disp8.l"ais. ;ent C'ommc ils sont venus - mais un seul et mème romplot, dont les racines sont prorondes. Les degrés du cynisme tain! n ct les rticles racistes sont {){"(·"sial'l1el . Derrièrf' « Asper!s de la France , de Maurras, Ile rf'eons tituent les groupes de cam 21ots du roy dont l"anti miti mc est /1 distingué . M. Cal anl se lamente de Cf! que 1 nDS noms » ne !\Ont pas délendus. MDlNllUJOl . M. Vital MODIANO, président du C. R.I.F. "" Au mois de janvÎ!'r dernier, on jugeRit h groupe néo-na7.i M.S.U.". (Mouvemcnt Socialiste d'Unitê Française). Dans la meme periQde, le p.R.U.r. (Pani Républicain d'Union Populaire) lui succooait : même programme. mexl1es mêlhodes. Ce sont des mcmbres de CE' P.R.U.P . Qui viennent d'être arrêtês et inculpel\ ... de vol. Cela n'a pas eIDpêcht que soit, qudQucs jOllrs pins ta rd, perpelré un nouvc] attentat antisémite à Montreuil. Les grau' p" néo-na;!l is pMSCnt et «: La &ontlneUe , demeu re, organe du néon C3t d'autrc groupes enfin. comme le R.P.F., Qui, tout en m'llttant sur pied des troupes de 5U"re CÎ\'ile, jouent parallèlement 1. jeu d'un parU à prê:C':ntions tJ mcnlaircs. Leur bannière est l'.n-ticommunismc, ('t c'est SOU" ce mas.Q\. e Qu'ils  ! sait'nt de faire passer leur antisémitisme, et de nombreux dirigeants de la communauté juive de France Chaque soir, renaît l'Afrique Pétain , un drapeat.t commun Le "ymptome le plus clair dM ]iai"ona !\lroitee e,,, tant entr. ctIII diftêrenh groupe!, c'est les bérOt qu'ils se donnent, et qui lem fOI" commun . SIGNENT L'APPEL DE STOCKHOLM avec KEITA FODÉBA nazisme, publiée avec l'autorisation ._ _____'_ '_U_'_T_E_r_A_G_E_'_' ___ préfectorale. D'autrelS publications tucistes !lont éditées JîbrernMt : .. Aspect!!: "de la Franc!! », « Réalisme 11 , « EcrUs de Paris JI, pour ne POUl a('.ccntuer les penéçutio"DI MALAN 41 DÉFINIT" L les .. non • EaropéeDs .. A carilpfl.gne de signatures pour l'interdiction absolue de l'arme atomique se poursuit irrésistiblem en t. Par le « porte à porte ", grâce au dé\'ouement et aux nombreuses initiatives de ses militants, le M,R.A.P., a déjà recueilli pour fa seule région parisienne 16.500 SIGNATURES

le chiffre en a doubJé depuislasemaine dernière. C'est dire combien est puisunt

le mou\"ement qui s'affirme pour la déCenscde la paix menacée, Le M.R.A.P. a obtenu, t'ntre AU- de l'A'$80CÎation Culturelle S ph3 f - . ________________ J trn, I ", ,j,natures de. pe nl .IIInlllités dite; r 'reli,ieusea, politiqùe&, culturelles Le Grand Rabbin AVRA f, do BeQui comptent p.rmi les plus r epr - sançon j eenlaUves de la communaute jui ... ·e Les Ra.bbint;. GO U RE VIT C H en France. (Neuilly) et ZAOUl (rue Copernic); Pour oell aemaine. citona : Le Dr MERZBACH, nlenlbre du Le Dr Vital MODIA Oj pré&iclenl du C.R.J.F. (Cnnseil .Représentatir dM JAutlitee France). president d'honneu r de l'Organisation Siooillte de France (Sionistes Gtntr8ux). membre du Conseil d'adminletratioo Ont notamment signé cette semaine ': M' Lehman, Pierre Pa· raf, M, Reich, président de la Fédération sioniste de Lyon; les docteurs Wertheimer, Seidengar!, Kaswin, Goldsteill, etc. 16.500 • SIGNATUllU recueillies à c:. jour par 1. . R. A. P. • COnsistoire ; M. LEH.\tAN. magistrat, membre du Consistoire ; M. Pi rre PARAF', k rivai", Qui a tenu à. ('.ommenter a in..'1i aon 'éI!te: • Je donne dl. tout" coellr ma sympathie au Mouvement de!! Parth,ulons de la Paix, étant précisé qu'il .'.,it de toutes arm .. s d'agreSSIon, atomi. queS et autres, que tous l{'fl paytl doivent ee plier à toutell 11'11 ob liga' tions du contrôle, qu'il ne s 'a,lt pa", de servir un bloc, mais la grande paix humain!! . M. FJCHARD, prOfeMl':ur au Collège Colbert, représenta.nt de la France auprès de l'U.!\'.E.S.C.O., qui /l /ligné aU5Si au nom de see 5 enf/ ln!.ll, D'éminents médecin. Le Dr WERTHEIMER, chfrurgien un jverlle ll ment connll, profes.al!lIr à la Faculté de Médecine de Lyon, president de la section l)l'onnaiee du M RÂ.P. : lA Dr. 51'JIDENGART, l'U/1 ph.. ('ff r"'" fltItI op..tll8 Fra.noe ; (SUITE PAGE %) ... •• A Tlgulberl, palelble hamlau au confluent TillkllSo·Nlger, habitait un Jeune homme de la ,rande fa· mille dIS Keita, du nom de Balaké, Sa renommée était grandI It nul n'Igno.alt son nom, Les Jeu- DES RABBINS ET DES I\:CMBRES DU CONSISTOIRE Fiévreuse activité ù l'approche de la deuxième JOURNÉE NATIONALE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISÉMITISME, POUR LA PAIX l)e nombreux rerm!!lenhllts rllIIxleux de la eOnlmun"ltU jll", eOIl.!idellts de leurs n T .,nM ':l\ j· Ih. ont. l'our leur p:\rt, "ris poSitiOIl en slpant pour la pab:, p(J\Jr 1 .. vie. Cltoa : . 1'11'1. le!! Gund!l Rabbins AVRAM (Besançl'ln): MOR" ',) IN.ney), POLlAKO·. 'L.1onl ; l s Rabbins HAVER (Parl l. ADIlfJ]SIONS A FFLUEN'I' GQUREVITCH (Neuilly), ZAOUI (Pullll. PluJÙeurs membres du Cons!!!'tolrc

l'lt' Théo KLEIN. 1\1. le Dm:leur

18"RZBACH. M' LEfJ1\1I\,N. ",.

'lared LEVY. prt$ldent du 1 C .n.lstolu de LraD. M. Léon LYON·CAEN". OH ministres officiants MM. 8LOSTElN (Paris, 20'); FRAGMAS' (Paris. 20'). TULMAN (K-O, de Na-u.relh ). M, HERBNSTREIT, auteur du t,nUé de théolorle : .. Klvrotll Hata:n •. • YVES FARGE , Le 11 juIn, au Cirque d'Hlv!;!r, deuxième journée nationale contrE! le racisme et l'antlsémltlsme, pour la paix! L'évènement nourrît les OOnversattons, suscite .Ies etfort3 et 10$ dévouements, crée l'espoir et la connance. PartouL. c'est à un rythme de plus en plus impétueux (Iu'hommes et femmes, jeunes et vieux, le préparent. Au siège du M.R.A.P., c'est un va'et-vlent continuel, dans une am· blance tout à la rob Marquee de sérl ux t't de bonne humeur, - Le président de cette :;oclété vient de nous confirmer son accord ..• - Où as-tu mis le dossier des l1nu\"el!e Rdhéslons L. - Mali là. sous ton ne\!:, il crève les yeux. Comme sïl n 'était pal! assez gros comme ça !-.• Le téléphone retentit sans cesS\! et, nos secrétaires sont. mises A. rude ê j)rcu\·e. Sur les longues table!! s'amoncellent les lett.res et les circulaires de toute sor te, que le prochain courrier emportera. Inver.sement. matin et soir, le facteur apporte de nouveaux paquets de mi.1;sive . Mals, dans tout cela, r ien de bur eaucratique. de mécanique. Les témoignages de solldarité, les appuis. les C'ncouragements, les engagements affluent. Uue Clu'lf\ poslale "Ient l'être édlléé pllr le M. R, A. P. A. 1'0ecllsion de la Detl1l:Jeme Journée NIlUOllale contre le Racisme et l'Antis mllll'l11e, pour la PIlI:\, qui Ife d roule.ra. le 11 Juin, au CIrque d 'Hiver. Cellf! earle a," ... tlque. lIIus1rbl par Bahel, e. t "gendue %5 Jrancs. lA: prO 1ult de 'l'Ia l1((uslol\ (1«mettra

le couvrir les tnormes

trais provoqu .JJ par IR prtparaUon et III. tenue df:fl ,Aul." du 11 juin, Achelu, dlttuSeJl la carte dll M, R, A, p_ On peut 5e III. prOCurer t. Droit et Liberté, 6, bouJ!'I"arl1 PoJ8sonrllère, ParJ.s (9') et .. toutell lM Jlôeetlons du M. R. A, p, D'éminentes personnalités écrivent a\.l M.R.A.P. Voici des extraits de Q.uelQues lettres : Justin CODAR.T, ancien ministre

Je don". lntl remant mon adhtlion et mOIl patronage Il la Deu· ldèml Journél Nationale,.. Je forme des voeux pour tl lucatJ de nOI efforts commun. pour la Ju.lice at pour la paix, Marcel PR.ENANT, ,ofeueur il la Somonllf: : nes filles surtout l'adoraient, A Kangaba, on lui avait dédié t'air de la pluie, c'est·à-dire dl la pros· perité, Sur scène, sept noirs. vêtus de blanc. Un troubadour atrlcaln commente l'air joué pu un gui, tarl.ste, Les uns soutiennent la clldcmee en battant des mains, les autres !rapDent sur de petIts tam-tam, Et le pubHc fremlt lorsque ... ( UITE PAGE ,t) citer Que ce\lx-Ià.. Il y a certains degrés, non pas dans le fa scisme, mais dans le cynisme avee lequel les différents grOupell présentent leur polltiquo;l. I..es méthodes varient selon la clientèlE!, Au M.S.U.F . !'t au PRU.P., on crie « Vive Hi ller ... et on dres...oe le5 listes de Juifs à abaUre et de boutiques juives à dynamiter. A « Rêalisme ... 00 répète depuis des mols et des mois II Libérez Pé- Dé&ornu.!s, trois groul)es rMiIo '.JZ sont diSUngllés sur le te'l'U"Jr. d.$ t'Union Sud-Africaine, Ils IIDnt &m· ni par les types suivant!! l ' Une ptrsonno qui es el.lrooéfll· ne d'a pparel1('e ou Qui est ncuale-men' a :ceptU comme eurQPl'omn. : "l" Une !)C1"$()nne Qui tilt membn! d'une des i"1lCt'S Indigènes d r Afrt.qu. du Sild ,,"t qui esl géneralem.t1lt .,.

!ltie comme telle:

l)EUXIÈME ATTENTAT EN DEUX MOIS " Une IJ e nne de eouleur, Qui D'"t. considért ni comme euro enne, ni oomme indigène. Une roi défmi:s les c non·J;1I rt) »éenr, . , l s Ilo\lvd! lols de Malan préVOient des mesures teno.a.ot. .. lu empechu de vlvrf! .. pro)(1mlt d U · bitalion5 de blancs, Ics obll$el Ot .. s'i ol r da.n, de! ghetto . à ne jfC.Illotr qu'avl!C de3 p!l9Jepor , à s.ub1r plu. durement

ncore le 10\11 du travsil ,  A Montreuil, une bombe explose

sous la fenêtre de M. Mantel Racisme et ant sémlllsme $Ont ln"'" r anble . Ail moment méme où fi prend ces décret.s célérals, Malan . r· cueille solcnnellement dflns son "DarU Louis We!chardl. fuehrer dll « Mou' vement n.a.tlonal socialiste . d·Mrlqu.e du Sud, dont 1eR membres oSl:1O L1L\4- tés Il. snlvre le même exem p l lA t.: Mouveme11t nflllon.al soelall8te , .. essentiellement an\I mjte. WI!kb.udt avait. ndftnt la dem!ère 'll:fl".... • Interné comme agcnt de Hitler. Dan.!! la. nuit de lundi A mArdi cternier, un nouvel attentat II. ét cornmie contre le pa.villon QII'habite M. 'MAnte l, petit industriel juif 41 bie, rue de Stalingrad, A Montret. al. Ce sont la des méthodes fas· cistes. Il s'acil, sans aucun doute, d'une provocation ant Îfl mite. Le 7 mars, d jà, unI! char.re de plastic e . ..:plosaît contre la raçade (le Cf! pavillon. LA JIOilç. n'. PA4 \'"QI). \ f'" .. 1 _ _ 1ftel1n .. aUt. ,p ... là, .. . t1aqQI'

:,tt.e roils-ci, l'engin - une bombfl

a relattleutent - II. té plAcé .ur le mur qui dJlare hl. propriété de M, Mantel du jardin voisin, l quelqll mHree de la ehambre de l'indu.!! uiel. V 'xph.:l6:on fut tr viohmte. On )" 'nlen.:ilt. à Noi,,)"-l e-S c, "'tllllpnay Romainville et l'lUX LiI • .s. Deux éclats. volèrent jusque !lur le lit de M. Mantel. D'autr,,"s atteignirent 1'" maisons \'oisme!l, notamment le 41, où li!' bril!;lJrenl les vitres ,,"t endommagèreat de.!! meubl . LM vit re.s ont été eo.ufflées de l'autr côté dpla rut', au .oi6. On pellt 'VOir BUr tous leG mUTS environnanta ICII traflet' des éclats de la bombe. Il Il',,"n II$t fallu de peu QU" n!t acte crim in 1 ne cause des vi.::tltllui. o-t "'-ttenta.t a provoqué .l Montreu; 1 une v;vr. motion. LI'!; voisina de .l. Mantel, .juif d'originf' allemand .. , ag! de 35 alUl .. t pèrp. d'un enfant de 7 a'ne, n'ont rien à lui reprocher et ne lui oonnaÎlII/.ent pae d' .. nn mlll. Llli-mème ellt étonné de l'acharnement avec lequel on l'I'attaque a lu !. Lui et &11. famille ont (SUiTE PAGE 3) - C'EST LA QUE LA BOMBE A ECLATE_ (La crol ino1iaue la leoétre de la chambre de M. Mantel où des éclata ont projC'tés). • ::-. M.MACCLOY (Haut commissaire en Allemagne) n'est pas content des Juifs américains T Ar\'1JIS que la Conférence des Troi:s à Londres s'ache\" ait ndamment sur la dé(' Ision de pou 'lser l'intégration de l'Allemagne uccidentale dan t le système atlantique, que les mamles de Gustav Krup. et de Hugo til'"tS Ire aillaient rie joie à l'anJwn ..e de la propo",i. lion de fusion des industries françlli!"e et allemande du charhon f' de l'acier, que M. Paul Revnaud . .,. duit à Sonn pour di uter IIVec M. ileUM et les hRuts commandants occidentaux des meilleurs moyens de ne pas ('ouper la I ute du minerai de fer Jt'III'ain devRllt les hauts fourn eaux rie la Ruhr, un J:"rave inci dent eclalait à Chicago, à pro· 1)('" du problème de la dénazificulion, et mettdit iU, Mac Cloy dans 111\ 'Iat de très vive colere à l'égl" 1 ùes Juifs allléricain . Lp. bras droit de M. Mac Clay, Benjamin ButtC1l1lJci.'leT, haut comml: ssalre américain adjoint en Al· ltm:;l.,ne. avait éte Invité à prendre la parOle à la Confèrence an· nuelle dc 1"A.IlU-Dlllamatio" Leup llt of 8-nai Br itll. une des plus d'antlsémltlsme, etut vlenne.nt dl se produIre. oeuvre de c Q'U tlq i. olb " ne doivent :pas eue c J".4- ocrécs , . Si des l1azis ont éWo pU,cés aux po-1tes de comm lln d , U nc faudrait Lout de même pu prendre tous ces gens pour du • dém01l$ , ; Je temps e5t " tlU de leur donner l"oceaslon de M conduire t.n .. éléments lovalx:: », Le nationalisme allemand Z'f'n.a1t peut-étre, mals Il « ,fest 1IU,.4($ ar;res.sll ,. Il pxtst.e, au SUIllIUJ. da.ns les mil ieux dlrlgeant.s de .la (Sl;I"rE PAGE 3) Important.es ocganL;ations Juives , _______________ _ _ des Etau-Unis.. a J'adhére tr" volontiere à votre r----------------., Journée Nationale, dont l'Importance me parait trée ,rand •. Il rMigea un long discours d'où. Il reSlior alt que tout va très bien. merCi. dans r Etat de Bonn. Une (am me algérienno de ,)·5 pe r sonnes refusait de se laisser expuIH1' Il D. L." • I L y avait. l'autre jour, une bien sympathique audience à la l'MactJOl1 de DROIT ET LIBERTE. YVtlS FARGE. préSident de Combattants de la PaIx; Lllete AUBRA9, membr!: de la comm1s. lon permanente; Emmanuel d'ASTIER,

iëputê cie l1Uc-et·Vilaine. sont venus nous tendre visitf!.

A cette oeca lon Yvel FA.RGE Albert YOUDINE. secrêtaire du a déclaré . ' ... M.R.A·P., a remerCié nos aml , au c Nous omm es heureux d·él.re nom de " DROIT ET LIBERTE .. à « DROIT ET LIBERTE ,tou t et a e pr lmé notre reeonnal sance d 'abord parce ,uïl y les !lens de pour 1 apDLlI que le combattants • a t. de la paIx appor!..ent à la lune la r slstance quI nous unissent. {' menée PlU e M R A P '1". parce que Je crois que dal:s cette .culier Yves r ARGÉ. 'n " a e fR::né bataille pour la paix, vous mar· n otre volon (le IUUrT en conlmlln QutZ des pOints con!lderables. La avec l'ensemble drs forccs demoioulnfe naUonale du M.R.A·P. que cratlques ,.çu:S préparez actlvcment arra. J'en . 13\& penuadt, une manj{(z;taUon d 'union et d 'action. J« Jerai au Ci'qta· d'Hiver, (lvec VOIU, le 11

u'n ),

SUT notTe cliche, on voit, le drorte 1\ gauche : Lucie Aubrac, Ernmanlld d'Astin', Yues Fo.rge, tCt Inembns de la rid.x!ioll, de Yadmlllfdra!lon d. .. D.L, , fit du 3ecrl!!crillt du M.R.A.P, Maurice d. BAR.RAL, prési. dent de l'Union Funçaise des Anciens Combattants : JI suis dl coeur avea voua dans vue ,..-______________. ,"_'_U_tl_.. ( _ ._·'_T ·u:.t_E·_ _)·_'_'_o_n_t'_·l par J KAMB , • - Au ças (H} Il Marechal encore besoin dl nou!_ aurall L'.'f.I, dt I&l)tll - RIM a d'çlarlr. PU bt atomlqu. dl pocha t d. !)omo Envergurtl', capacité, courage S ELON luI. en eUet. le. nazisme, sauf Quelques fractions sans lmportanct',

st c définitivemen.t dt·

trult , là·bas· US ma.nifestations _ Est-C. Il ,,,il dl rlr sous . Ia l)omlM 01.\ d . ... Isnu contre ' ,\la IllUl n. vous Int.r .... pu '1 Le . , . p.'OI)l'lctalre incl'ndie la maison TA' dnqu"-nte·dnq membru d 'UM ("-mi!le OCcuptlÎt'nt, depuis $0 anJI, comnle 10(;l;Itail"C"S lêgaux, plu!t.WI p,"l C d ns une maison au doll.lll' Nc.:hllin(:, vi!l ... sc d'Al,érle. . Le 1ll"OP1'iétalrC a déc: de lM e: pulser. F.n comp ... ,nie d\m hu it;- 8Îf t' et de phl. itul's R.end .I Il s'est l'cndu au villas!!. Devant le yoe. [U de ta f l1li1le cie qu1tt8"l' lei Iil'ux. endtl!'m!' et hlJissiers Ilot: lirCrent. FDu furieux. le proDr i éUl re .rit Ii\t'n surtu· 1c force CemmH et. fants et mit le feu â l'habl.taUon, Ces fails n'ont-ils pas un, Ob'llnJe similitude avec ceux qui ont l)C1'IU" auleurs les mcmbres du crou fasciste ôu Ku-Khot-KII1l iJ1.IX U.S.A, Qui pour.::b .... nt !u no1.ra et pillent leurs demeure. t • ,. , - 2 DROIT ET LI BERU - PIJISQIJ'ON NE VOlIS lE DIT· PAS. '·.·'· . . - . . ' A lYOD, importan1e conlérente du M. R. A. P. a v e c Me André Blumel Affaires ... Les grandes chaleurs M. Rlln  ! f/l,/le,' cl'aint le nleil d'He. Non pa6 tant llour lU:·ll mc que pour Pétain. Devant Ica dr.ux avocats venu lui remettre Wl mémoIre pOUl' la. rél'i_ :on 4u proctJs de 1945, c:c. t tout juste 'a MI Il'ut pail I,;OI1.!ondu e-n eXC;Js!  : Ptr.i t, donc 1 l'In dernier. rlall lc. applLl'temcnts de . IL priSon doré . 1\. l'U. d'Yeu, Je mEl.l'éch!\l a failli avoir trop ChRUd 1 BUlt sClr Qu'Il l':..ura, toute la "en il, uOD nkesnin! Le mlnutre de l& Jus ice. ou le doux ?lphyr. Tout le co"fort! Il a déja Hbér Geol"JCS Claude. 86- nud. Xavier Vallu. Pourquoi ne snait-U pas ,aux petit. ICII'It pour Je patron de cos messieurs? QfI ,.f. pour le confort ou on ne l'ç,t pli!. Du 22 i Il L oe' 9 ,.l, ,I .. '1 1 d 1U"!)r .uoo dêJil'llh d'M. ruI.ULk.tla, dl' IU , d c.· : .,L' III , ... !llvUI, ."flt hoi ' 111 Urllttn l do!o 11 luJ!T'lft. . Il)ELf· l' A 1,:\ ' IU IOJRt: DES II1.[,lO":"I DM KO FRERES ET SOE R I EXTERMINES ". de " LUTl'F.R l, (,O:"lTnF, LE R"CIS II , L·.\:\ U- !' 5L'IITIS)lE ET l'OCR T..! Il l'AIX " el de " N',\ CCEPl'ER il JMUIS DE St: 'fr..OU 1t D.\ S 1 lit: i\IEME t:. \i\lP ... U,t; L,." SO URRt. UX :\'AZIS •. Il Le i\1.R.A.r .. au ('0111'$ de !'i pN'- 1ftJ 1'& .IInrtre d'tl'islcDee, a bonore 1 .t..,, u dda!lJanoe ee ",mcnL Ce UtU! anne.: rlclle racUol\ d1-1 namlque tt inotuante. ulle anDre 1 de l'ralld ea."p\j:"lIc  : eont re la 1 ",IIINIlon du t i.irmrr el le relhll- 1 IMII' d'llne .'\fj  :l  :l.g:lr. non.dénad- I 1 flh ; contre la lI11é:lI-Hon de Xa,'jer l 1 Vallat f,1 l·alltls .1\ltlsme rCllai!l- 1 1_llt; pour la dtfel1 e de la pai"" '1 1 I.e ml!--rlte lI1a)eur du l'tQuvement teutre le Rarlsme. l'Antl tnlithme i 1 l t pour la Pal , c'est 4'a\'0I1' su t.xprimu ln. volonté de lutte dcs JOli!! de Franre ('t d'M'oll' orKanj 1I en un Ill'CInt l'nllér nt et olllle le C!rtol'i ndl ... hlud\ d'op\lO'-tllol1 aux torces de hainc ct dl! mnrt. . Grite au llt.n.A.p .. la commu· II-auté juive Il ret tnqlri. sa dil{nitê l'n proll\'anl 'lu'cHe Il'etal pas dis- , (IO,h .. sc ré.\ljtlll'l·. Gr-lce .u !'II.R. .. \.l •• Je tombat de 1 ('eHe communauté pour I dl'(lih. " ntre It. uej mc et la .l'urtre, e l l ' 'orll'Ll." pari le Il1tt-gullt.e dOl puJuant combat du neul'IJe fnlll( au dan. E-On tnsemble. paOlI' yn a'tulr de bonheur H de pal,.. LA proclalll-ll\on d'Ulle »CuJOleme Journée Nationale contre 1. ltaeJ1ime el I ·Antisémltl mC!. .. or Y- Pa.lx. n'a p.lI pour bul u- 1r.!Iltnt de tirtr ,tolre d' unC! 30110n mêritohe. Conl'oquèe lXIur le Il JuJn prochain au Cirque d'Hh-er. j}'dt le dancu eroi'!oII.nt qui I1m_ po e, qui nueuUe un eHon dr. plu! tn plus ICrand. I.e Itf,R.A.P. n'ut j'lU _fui à le dl . Au debut d':lI'rtl, dlx·aept or, anlsanons a.rnfrical"e . dOl1t six 1 Jwl .... u. parmI les moins prQ,ressblu, rcunleJ danl le " Conseil d!!j. (:"c:Irdlnat!on pour 111 Démo('raU(!

 AtltD'Ulo{ne ». Meu'al llt Ir- gouo '

\'l!f1\,4IlIIent Ile Washlll,ton d·:l.\'oll' " J'tRDt' DF VVE SES OBJF.C_ n rs OLi'l-IO (: RATJQVE E ALLEi'lIj\ ON!: 10 e" ,. f a\'orllant l'aceulll. n d«1 IQIlt- alll'C fostes les

UJ
l'por.a.lu, Ce • . \oyr. der_

1 nJerl, c:ut te 8'nal I;Irllh qui COD- IIlallllle plr n rrw.e .pedacyblre III. f'Otl1l4UO d, In , o lA C lo ·. 1 C0:\TR1:: le dancpr d'une AJJ - , " a,ne nefl·nui" tt de "anll· 1

 mlthm e rella. uant. contre

1" ;lIerre et JOn exprc5 loll la phil 1 1II,1cILIlJe, la bombe atom«tue. il (aut ,.lua Que jlmaJ, s'unlt tl. lIttlr. L'adhe1iOIl i la .Journéc XaliG- " 1 palfl _u 11 .iuin n 'impli1Juc l1a". l .I n . u COllt rafl'f', ) aba.ndou de l' kI jW'ILtiQ,ues ou "hllo'ophlqur lf4 'lui Cl ue ct. 5GIt. f.lle n"lmplique m"me p:u l'adl\h:on au !II.Il. -\ . I'. e.u. rralullol(' ",anlt station d"unl. n doit xprlmer la \'olonle de -rOUi. un! dl,liociio l d'ori.. tlle. d opinions, de NI"cepUons. dr. M ..errer Ic cOlldu t-t d'arir en e..-mmun pour ctt objecUf cll-pHM ; LA DEF'EN'SE Dn: t,cl vIE. 1 Q"'L.,l!"",- Ir· ,-b_ .. -- _. _. . .. d TARIF DES ABONNEMENTS à Q'1!'-.,LI.!!f1 l, BOUI. l'o,ulmn tr. f I!I (9') - TU , 1'1I0 U·CI et 1'0'1.1 IJ-lt - l'!tAN':':!; T UNIO: ! FRA:, Ç,\IS 1 8 mo" ............ GOG Ir. S "II .... "...... Joo Ir. 1 ao .. ' ........... 1.1 .. ". ""VS f';TRANOt;RS , , 1lI01, ............ UO u. , mOl, ... . ........ 8W 'r. 1 aD .............. 1.6001,. TARIF $PtCIAJ.. "n, 1" 8t:LGIQUE "!Il' cUQ, .. pO lal 1 6Gl"·1l8 rAflls l "'nr ln fll"n f'nl l"u lII·a lru,. r.II\'G).t tl 1,. et I " u .lue Dando. CO.\flTt ut UtRt:L'TION And,. GI.VM L Maurl" ORtNSt' I\N Chulu Lt:'JItRMI'IN ['lern._R"land L r. V ,. lA rbant 1 Ch OVE:':I\flEK N.M.P.P. d N. E . .P. Imp POlu onnlt.re 8. bout f'ol n nnnitre --PARIS. _I9'J- --' A NOS ABONNES Ceull de nOf amIs dOM l'aboone· ment .. rtl -e " '-"'\'IIT'HI" n l'\"'ront dl ' n,.,lll."Y 'lIt un nlpdml' c :lI(I I . d'u",1 1I0tr" tara d' bn l"emell'. Et . d · .. I,e D;t,I , l.Ir'lr IOf",ul de mal\d l· tan .. poflllni l'Ur le 1.10'1 1('ln adre5 " el 'a d"te d'ft:lpiratlon dl" teyr ab .. n • r.l'Ikllt. Aflfl d' vltn toute IlIlerrllPtloo 4ana 1,.. l':ïip'ditlon,, d'l Journ"' • • 00' lu iII"lt ... e lIleUre â Jou, une la,"", tl Ir.. en remerdoo, ;, l'uaoct. • L s patriotes, It.s partlu.!1$ tie la. paL .... poursuivi. et cOI damn e . n &avent quelque chose, dan..-;. Jtun cachota. Perspective d'immortalité? Conna1s CZ-\·OU.1 l'arg-um('n majeur produit devant M. Rt.ne Mayn pal' l s avocat" du pr mier tn.itl'e de Vichy'! - Songtl C!\1 VOIl,!; p,;u\'t r li(rr dans l'Hj t-oirf. omme le mlllisire qui li lil éré Pétain. J,a petite llistoire ne dit PM qucllt mine a fait M. René Mayer lonque cette brillante pcrspccU,·c lui tilt ou·

·erh.

Mals JI ne l'OUS est peut-eLre PU difficile de l'1magincr ... Les "ieux Un(! fois de plw;, on picule ,ur lM sentiments les plus noblc. , on jl)uç c;e 1 .. traditionnelle ,énérnsitê françallt, on Il'int de Il'attendrlr aUT la. « v:tillesse " du maréchal. Ah oui, p rlez-nous de YleUll'ue. petiu tartuffes de la grande pre.\:le dite d'information ! P!U'lrz-nous de tous ces vieux que la politique de misère de Vichy a. fait mourir dans le froid et dam IlL 01l· tude, quand elle ne le. a pas pal'q,uts derrière Je ba:-belé d'un camp, tan di que l!s maltre8 du régime se pavani\ Ï C!nt et menaient belle vie. N'est-cc pas, Xavier VaHat? Encore les vieux PU'lez-nous de tous ces pIlUV1'f!S vieux qui. auJourd'llui. n touellellt pas une retraite Su!f1sRnte. ... Vlctlmes qu·!1.s sont de l'avarl e des hommc qui prodllfUtnt Jes m!l liards pour continuel' ce QU1 les ma!· tores de Pétain n'ont pas :·éu.s. j è. mener il. bien. L'Affairè ... Parlant de Pd;j.in, l'Aurore liche le grand mot: I·Atfairt ... Mat., oû,l. l'Afbin, avte un arand .4, J'AUaln tout court. Pétain, nouveau Drl!ylu.s? M. Lat unclc, noUylau Zola.? - Que la. France, pay de libel·té, e prOI'IOIlCf'. Ce 11 'est pas la première fois q.t'ou nous fait le f'QUp. Il y' a quelques mols, L'appel lA Dr l ASWIN. chef de lahora toire a la clinique mértic"le de l'Hô· tel-Dieu, qui 1CCOI'I':pllfne . airna· ture de la déclan.tion ISu ivallt4! :

t Je UfI crois pas qu'uu 'ult'Ilf'ctuel

hODnèle ('t surtout. un médecin puisse rtfU:5cr de .!iIJuer l'appel de Stockholm p-our l'i nludlcl io" tif! )'ar"le atomIque. Je vous félicite de la. c.llmfll\ltne (jU6 volt!; menel!! a, Le Dr GOLDSTEIN, profeaeur i\ J'&ole Odontot ehnique ; Hors la 101 1 M. LE RABBIN ZAOUI: Les chefs spirituels de toutes les confessions devraient Bt réunir pour trammer le problème de la poix ... Je 'iulIt l'n pp f de Stod.:hl)lm ptlT ,.,U!ffll'ftt (f11(:t: IOIL$ lu hommes qlt. shI r6m.ell t ne veu/fll t ,,11$ r r ,: oir la Tre ct 51"3 IU'rIeRte3 elfelS. J «'JI"{d'hI! '-Il outrc 911" /'{IPVtt de 10 Crot.t-Rou(1e Intgnlll'tlortaie "omplêlc JUl1/aitemelll le fcrle dlJ sto-cklwlm. J'ajoulc. (ri !lwt Que t(lbo!'1 QI" U . rr(fit .\'oUh",('al !e Qu'il: e(\tt de ra.N.U. ri du CO II' II (J., Sé,'uritc, jrme!;o T1l11t Il'11 orOIl .. h me rrllgf UJ: mtrnlrtllollflf qui réll lH tOlU IC$ dll'/T 1'iri (lleh dr :olj e ... les COIIfc- U1oIU . C t orQtlII1,m .. (l(t)rn J:f1- mlll.!r le mém , 1Jr 0 !r:!1tt , ooi a!IX ('1 lXlI/IÎfj utS pfJ$ts ri l'A III/)II)I' d l'Q.N.V. d )I clwf$CIgl"ra nO/ammnll /'-AJjJ r t rcl/ ieu.t el I!ducllti{. 11 ('nlft f1l,'" des ()rg'!IJi fl/l S /11. t lnila:fo-,IOUJ' lf·J l t ll ctllr.l s . POI'r. ?II.:H Iq ,.,.'Jgl l/z Ile s·alsC11l!J.ICllt· 1 1N$? I1 apI"" !lMra!nl/ a . c ('ODqj('rc d abr nt, e rrl$ui:e. 1/, r tf"IIj('d l'It t IlV'llfe r le pro!tI "'I11 df! l'Itr.lft\JI:; qui n l' t ,:n. N'lIk"lrIlS 1j :J U"-wf Il d lél:1irt:: ··rt."llcuTe .. t , oI: CfIC mail' il"'" uue Qu.· . fl/{) d" Plll.t L'lIh'IIQ. nlO"" D! u . 1- p rt' 4t' lou, If. 1l(l"l:n 5. L'UII 'I' II ri 1/1"011 c )mm!ll"': de r w : .. , l't'I#ID:,, ,bo l/a pCrl OI/' 1ft (l'" lf-l1J't GJlt . "lll1'lto"l« pourrfl 'If"u 1 Mlt"""f'r au '1-0'1-( Iii! 10 Altr t.tde la Frfltrr llf't Qlle dts!r "t t/rdt mllt lIt le! hOIl MU t! k. ptu· A. Z . l s ar.li énlite5 ùe l'A. t'. ;ll{j.é. rie M. Malraux ft dr quelques autr .s, now. cI, a j'm vofr ('Il lI-Iaurras un nouveau nreyfu:; Cynisme Cr. SCll.  »ont tout prèls a changer

n victim   InnO('f'nte.  les traltre  les

plU eoupab!(!s. a crier il. ., j'Hreur ju_ diclall'e " pour peu que la JtLstice ait fillt ou tente de faire son  :euvr/'. IJ..s ont lc. petit. -!iù; de" antidl'/'YMards. Et quand lem's peUt.,; amis sont c!'lmproml.._ àa1l3 un cal1dal , iLs invo quem Iii. r a!son d'Etat. ... VOWi voycz d'ici quel peut être le J'accuse de ee3 Auron)'.]i. Le m!'lltOnl' est cn marche, ma1& nous l 'an rlIJIs 1 Leurs larmes Ils JlI!Urtm SUl" Pitain. Mais y CrOlell I.s eux·ml!!l'I? Cft larmes dl! crocodile. cet éla!l,e d c;QN;i d qltlon pseucio-humilnlts ;1'tI!I !Ilnl rtie d'une ope;rallon polltlqu o &1'$"1 1dÎde : 11. travers Pétilla réll:ab l!ter détînltlveml'nt tOyl VICbl', IH dignitaires. se. tripoteur . ses t\lC1/'T$, .!les antist\mltes. AII!SI I:llell. Je )m'Jet d'ammst:e dt M. Rtnll May r e.sHI prH. le Pétain respectueux VOiel un hebdo,nud,ail'e gaullistf! qui prétend rHaire le procès de la Haute Cour et monte elt épingle une lél!.ende qUI ne llOWi e.st pa Inconnue : Petailt. protecteur MS Juill! Eh oui, il Il\'! a sauvés, les persécutés. il les 3. toujours respectés, les " I:;r:téBtes .. Le Pétain respectueux, Quoi! 50lllS couleW' d'objectivité, deux tI: Iht. es ,wnt !-O\-di1Hl.nt présentée aiL"': leeteuu :  : pour .. et .. contre ». MillE. cOté pour : , oa accumule toUtes les {a ilIcation.s, et roté .. cmlUe ». on ucamotc J'Clisentiel : la resporu;ll bllltt écrusante de Vichy dans lcs déportations. Et Vallat en profite! ... SI bien que le ., pour » et le • eon tro » ecm.stltuent un eul ct mén1e plaIdoyer en favI$r dfs pogrom!.:;tes dt Vichy. Ou coup, XavIer Vallt-t, qu'on est bien obllré de mt llt r en l'affaire, profite du tour de pl1.l5e -pa,.".5e. Dédouané il. coups de citl'ltions tronqUt! S de Dannecker, il e retrouve !I. Iule ment promu au ran:; de grand ami de Jul!s . ' Colombey-Chicago Ren«ai"e Dln., le r on rt le g n!ral clf Gaulle loue lea tiMn. LnQ de HS repré ental\ o11s d.1n d h· rf1o .! villes ou rMt aux pn t!: , 7 th-ant .. la rengaine L Mark hlll de lit a '. Et le colonel atDI)". (lu'!l ,n'a JaÎTia'is d i'Mn!1 sur le dtul!. reprend en sO urdll"l  : De Gaulle et Pét-atn. cordu. Ull 3flll GrC. Le loU!. lI,ecoll'lpagné de "Îolentea J;ortlts oontro tes c scparali$Lcs ». Les eollabos jubilent. Le mot de la fin Mais est CI du général cie Gaullf: Que vien le plus pressant ajJpcl Ir. li oorer Peta!lI? Non : c'eH du journal américaIn Cilleago Trjblme. L quel Justltle sa po ltloJl pal' les mlcwltés ImpéI'JC!ube de la guerre froide Minute! Ça ne pouvait PlU; faire. l'omhu d'ul'l doutr. quand il a Hé dtnav,ltié lU mol de février. au pr!;..: d' • un an s de pri.,on et 50.0()() !nH1C3 d'a:tl!nde : Cèline all.'llt étr rUdité! ç" n·a. ]las raté. Vl1icl qu'un certain F!'édér:c Chambrland publie a Parl une nouvelle édition de Mort il crtdl!. avec cette bande publicitaire : Le 00/1 Mmp.s. Les patriote:; Î/:nl rinOI\ A M. Chambrland qu'il li- tort de croire que ... c'est déja arr! ... é. Où sont les sauvages Sttllr;( Kh-oIIJ'WI, .. 1\01 ""I r ... Ba mangwato quJ a épousé une Jeune clactylo londOIlÎcnne, vient d'avolr une petite fille : JaccneUIl Commentant etue niÜJil&llU. l'A.P. P. écr:lt : c On ".U 4'. k J""". "M' dfl la tTibu "' 84"'an,IJ)C Co 4L j/tt banni POUT NIUl 4ns Cl ln Il.ahl fk. n!acti01l.5 pTOlmq'UttS df!l' la t,.lb" 1'111' sc/;. mGriage «Ii« IHit bll2"t. ,C. Or. c'e:, justement le wntl'llJ1I qlll .'h Pf«Mt. Let con-citoyens de Sereu.e but rait un ,-ir!tablt: triomphe IL II. dactYlQ de Lond.l' taMIlo I" let Blanca d'Alrlque, l\Cand;allaU e ,olr toM des leutl" fpf)Laef un • N .. , rrnt Incl!.4 le UuaUiJAt AHle. pn'MI"I La mtlll\l . tJl'lI1\J.,mm, DC- 1,. du OIUlfl"lsa.e .. , OÜ wnt lcs sauvages? VERS LE Il tout'I III formes dl réaction économiqui et .oolale qui tentlnt, au· Jourd'hul, oomme hlIT, de s'oppo· ter li. l'Irrésistible pouuee de la vérltabll dèmooratle et des alndru dèfenseurs de la paix. GAbriel d'ARBOUSSIER, vice président de l'Assemblée de l'Union Fraft"aise, secretaire gé néral 'du R,D,A. C'ut avsc empressement que je donne ma pleine adhé310n à c.tte manifestation al InlpOrtante de nos Joun ou l'on volt partout ripa' raltre le spectre hideux de I·antlsé· i)1.itleme et du racisme qui accom- (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) pagne toujours 18:9 pr'p.aratiU monstrueux des fauteurs de guerre. Parmi les nombr use!l lettres reçues. citons notamment çelles de : Armand SALACROU. auteur .:ramatique, le D. Jean DALSACE, membre du Mouvement des Médecins pour la déI{!nse de la paix, le Dr Henri DESOrLLE. professeur à la Faculte de MMeclne, Mme Marthe DUPUY, M. Francis JOURDAIN, ct.c ... L'appel des Juifs c,oyants A Lyon, une Importante confi':Tence s'est tenue, le 17 mal dernier. avec la participation de M' Blumel, président du M.R.A.P. DevanL plus de 500 pcrsonnes de dltférentes couches sociales JuIves. M' Blumel a [ait un large cxl'JOSé dans lcquel il 11.. soullgnc le danger de guerre et la nccess!té d'unir tout"', lu fon:es pour conjurer ee aran d.n,et, De notn- LISTE DES MEETI Nes de la ,erlon parisienne pour la préparation de la JOURNEE NATIONALE du 11 juin au Cirqul! d'Hiver 1e' : %7 mat. - 18' : 30 mill. 14' : 30 mlll. - 1:,' ; 1" Juin. - l ' (F.blen) : 1" Jul • • _ 11' 1 1" juin, _ 0' ; % juin. - " l :1 JuJn. - 11' : 3 Julrr, Lh·Q· - arp.. : t jui n. - 10' : 1 J_I ... _ . 1. ,..111'. - 4': Il J ! n l!' : '1 Irtl .. - W (plaee de 'hu) : 7 Jui n, JUIN c Participez à la Jçmrnee Nationale du U juin. NOus ttndens la main t .tous ceux qui veull'nt t!'ansformer les déclarations en actes. Dernières nouvelles • Dans l'atelier MUxrliker, 38 ouvriers. Julfs ct non Juifs, forment un comité de défense contre l'ant.! s mltlsme èt pour la paix, • Les ouvriere d. la chaussure ont dé jà. désigné 10 dél guè... Et ee n'est Qu'un commencement! D'ailleurs. les dirigeants de l'Intereyndlcale Juive tiennent nombre ete réunions dans les ateliers rt 400 déléiUés syndicaux sont prévus. de Stockholm Dans toutes les couches de la communauté juive, les inItiatives se multiplient. C'est ainsi qu'un groupe de Jults pratiquants a lancé un appel à tous pour faire du 11 Juin la mani! statlon d'unanimltE'! que la gravité de l'heure impose. " Nous rermlnons nos pl'!trcs quotidiennes en suppliant II! Seigneur de faire régner la po\lx sur nous. • L'Assemblée éncrale des Em· ployée des oeuvres sociales juives a élu 12 délégués. • Parmi les societes, mel1tiOl1non aujourd'huf : SiedleG 15 délégués: (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) Le Dr REiCH, préeident de la Jl'édo!: ratian Sioniste de Lyo" : Ua Docteurs BR'lDATY ( Paris- 20' ). COHEN, Hl'STlN. KESSIS fit Madame, LNOUWKI, VILENESKl. . Des perscnnalitês de toutes opinions M' 'l'ARTAKowsr·a. 1l.\'Ocat fi. 1" Co", M. l'INGER, prtsident du Macca.l'li de L 'on : M. KINDLER, préeidcnt de la L.I.C.A. dl" Lyon ilt. WEINS'l'EIN, architccte, etc ... L'oqpmi,ation 6ioni!lte HACHOMER HATZAIR apporte cette e· maine li2 signaturell. Le Dr Maurice SEIDENGART prend position contre la bombe Le Or Maurlce S !id{'ngar , qui figure. t n Francc. parmi I, s homéopalhcs

s plu  répu:es, qui esl lal.lrtat de la

Fac'llté de Médecine, s'e:st allSSi d*-" tbl;:ué dan., la iutt.e pal.rio t lque. En ql- volonlaire rn 1914. il fll méde- 1 J'J de :a Cr ;x·Rl)lIg pendant Ioutfl ,,, dur .... 4- ..\ ,première- ( 1-1' lIlenub.. lt. En 1t39 Il -tlt médrdn-chel de

1\ Cl·nfro p:uah-.- I.U ])OISlfi s inl taIre

C:lt1do:l'I' t. I ttlfcl,!ICln-insp! etJour des • 9 CI l!;' a nfkld l ('mcn ( s. Pendant l'exode, Il dirilt· l'hôpital annf'xe p')lIr rélllJj!ê à l.oul'dt's . P 0l1rsul ... 1 omlll C « J uif :t, Il mllltc acU ... ement dans )a r6;1stanc , ail 11 !l.ccom lIt de nombreuses et. importantes missions, tont en a.pportant II.llX pa!riotrs $rtl p:édeuscs qual1!és de /.....,;. L,.u.t ",t fil « 0 Y"4,7 - frI " IU',j' - , Il,-/,;;CZ -{ (., r -'-'---- ri JIa,, &."7

- -kLf""é.- /

'0"/" n-:f(I,tln rI OtH· arl .. (' t e wn (' ,'_ ,;t ft d- lM!. dh·DOr.TlUi"" il rst. tin Il-n ' "orda- 4',1 Corps d Arml, t't tlecon' d... a cr, If I.e Out: • al e Ett'lle 4- \ ,rmf ,l. 1: f 1 IIIa:mficat. I QU" , ,,.tc-lDte, ce ,rHlli métlecm It,t sl,nt 1 APJ)I!I rt' 5 Io--ljm)m et lnl'll ... ICII .. 1"$ parll,.m. slncér s d" la pa Ut :L i.mlt r e, i e. Dans lei .tellera o.". ;.., al_\l.,... '-. lr .. vajl!e:;Jn JlI:lr_ IiL MIn·jult •• iZDenl nombrwlI l'AS\pel lit: ftllW'kholm. DaM la pb· part " CM " p.1ron Il jOjnl .. ev. eztona, Illre df'tI dl&ah'lM. 1"3 n,.IIOn." A1Mrl. Kelrnar l rardlt\Ateln. Be lli, E'mb"'. f:te ... ':;ianalon. au,s,;i L'elle initiative ln lér "n t  : def! p a rt i' Il' de la pe l ae eont rtndu., munla d byl.. dn.. dana lin Cil'. do!! la ru. 8 ..... ct"tn ... : Ils OJU r !;cueilll t r 1'! rapidement 20 aigna nrc . L. C.e.E. 0«1\11 le . cadre rl(! 10. pr.1r" ra tion Il' 1. Journée Int l"rnaUollal'" l'l:nrant!! (.i juin ), 1& Cof1llni .. lf:ln (: .. "t.rilll!l (lOI 1 En rance re cu Ule de! c nt.lllU ... d'!ll c .. nt-II dl! _i.r,aturt'e. Rue du Généra!·Humbcrl, une famIlle rte 12 pereonnN Nunc (amille de 8 personnee on t .8igné r..ontre la bombe. Rus "'orJ\lIlI, e'e!;t un", ramiJ!e de i per80nnell ; de mL';me, rut. Boutrox ; B personnes rue TolbikC, l tc ... Dana le ]J-; 1Ii.IM Studnla s'" distingue particulièrement. Dal\8le 20', 3 comités d.., défen8c de l' Enfance ont été eoneULut\. Dans le li'. le Co· mité rl lA. JOllrnée Internationale, auquel 1"" C.e.E. collabore activemelH, comprend dt. tepréeelllantcs tle l'U.F.F., fic la erob. ·Rougc. du MOuvement d'Action Catholiqll . cte ... C'CfIt 'ur IIM Helr. pr&!entl!a par la C.e.E. que 1", Or Brodaly 8 lIignl'!. Le Dr Brodaty, qui aoigne souvent de petits nfall\JI, 8 exprimé corn· bien seraient \'alns M!S f'florts dt. mMeetn si 1'106 t'nrants deyaient ronl'laltre les horfC'1J1'/j d(\ J-1iro hirna. Il a vrrl'lé 2.000 francs ponr le vacances des enfants de fusll1 '!1J et rU:portéll. DE PORTE EN Ça vaut Li'.: porte à porte. Il y a. blt n longtemps que 1'f'n en1.1"I1- dais parlf'r. Mals frapper chez les gens. les « déranger . , Jamais je n·ostral. RtJle lon faite. est-ce déranger les gen.'l que de sonner à leur porte l'om demander: « Etes·/X)us pOlir la Paix :' - COl/damlle;;· t'OIIS l'arlllc a/Olnlque? ) Après tout. j na If' crol pa . Tous le Fran· çals comme \'ou n'ont pas envie cl'êtrc rédult!\ C11 poussitrc, Il .. ont le gout de vIvre. d'étl'c heurcll,.'l;· h.f e5 ag&rll de III paix. pourquoi )1 ) Ir. 'era!-Je pas _ Avec un am! du M.R.A.P. je suis allée cie mals()\l en maison sonner a. chaque tta!;'e. . Connalssez· ... ous la rllC! rie Paradis? Que de portes dans cette l'ue! lAs maisons y Mnt. rude· lftl.nt hautes, lt5 locataires nom rwx. l('t étage. j'appuie sur la. 5011- uc tte· .. -Ah! on a sonné! M!chel. va ... it'" ouyrl r. Utt p tlt larçon. blond tout boucl . une tartlne de b urre à 13.. mAin m'ouvre la porte. - Je vau (h rchn mon papa. EXCLlW&--.nlol dt vQU; déTan er. Monsieur, Je v len ,'ous de·

a: Notre expérl" nce sécula!I'f:!

1I0ua enseigne que l'action doit accompagner la prt re. 4' L ' xemple des ht rOi du

he'to tJr Varsovie ou. OLt" Il.

Ntt', lu Juif,; de t.outu oplnlOnl 6t! b!l.ttlrt'nl pour l'honneur et POU!' l'exl 'tffle d. leur peuple. est comme un phare qui

cl31re le chemin de l'\lnion.

Minsk-Mazowieck, 9 délégués: TomaChow 7 delégu6s ; Plotzk, 12 rlèlé811és: Grodno 5 délégués: Les Marrhandl du Carreau, qui ont donné leur adhésion. vont bientôt élire leurs représentants. • D'autre part. les Comitès de maleon ne rest.ent pas inactifs. Donnons en exemple celui du :tl. boulevard de la Villette, qui a dé· signé deux délégués. "UNE LETTRE DE L'ABBÉ HONORÉ MARTY i,1 (( lIestonl!l nlli", p01l1' l'iI'IIVet' 1 . la IIbel,té et la Itob )) 1 Not.re ami Ma.ur\ce Gr!UlPan. arr cu de M. l'Abbé Honoré Marty. . professeur de mathtmatlqLl'" • Ptrplgnan, ancIen résiStant actif, membre du M.R.A.P., la le t lf!l IUlvAlHC Que nous tenons à reprodulre l intégralement : MOr!siew' le Secrétaire pénéral. Je me faM lm devoir de VOltS exprimer combien jc suis de coeur avec VOlts. Il ne me sera pas possible d'élre Je 11 juin au Cfrqllc d'Hiver, mais je po.rtagc les sl!1Ctimellls (!Cs orglUlMatCl/rs de cette .malti/estatwrJ. Pendant les annêcs tle roccl/pation. j'aL fJU travailler efficacement à sauver des e:cîstc1/ces IM'lacées par les flazis. Depuis. le Il'a! pas cessé m.OIt acllvlte. 1 Plus que jalllflÎ3. fc timt!. contint' VOliS. qu.'il fuul attirer l'aUell- . ! HOIi publique sur les l)T/)blcIIICS graves de l'heure présente. 1 Je 'n'y emploie de mon IIdeu:t ct j'cd souvent l'occn.sioll de prendre lu. parOle Pour dire combie' Il importe. q lultes qlte soient n()., cOllvlctions relifliell.'lcs, lIhilosophlques Olt politique!!, QUE NOUS RESTIONS UNIS poun SAUVER LA PAIX ET l,A LIBERTE. Je serais heureux I lit" lettre pouvait cOllvalncre quelque 'u!$I 1

tant et l'amencr ci 3e ioilldrlJ à nO/j.'. . .• . i

1 Vcuillcz l/.(lrder, MOII$teur le Secrétaire gel.aal, l'ex])reuum de ! mes meillcurs . cntllllent.s d 11atr/ote. Al'lb Honoré MA.RTI-, 1 :'I . l'Abbê Honore U:rl't)' jOhlt. t sa IcUre 13. r pl'üductilln du serment. l ', ril! M.RA.P. ; « J jlll'e de n·El.er: lpler .htmaia de me t.l'ouver dans le mèllle 1 camp quP J.·s OOun"a\::; nuls ». i PORTE.,. bien le dérangement mander d .r1I e.r l'.ppt) dJ Stockholm pour 1 tntudlet10n de la bombe atornlquf'. - Ah 1 la bombt at4m.WtLle. QU ille saleté. J(' SUu. Dlre la bom atOm!Que autant Que VOUL mils -Qùc vftuli!:l_vo:,ls QU ç a. c !eur • tu..., qU'on .&.llne.. SllllAlure ou pas -Ilenalure. :a IU(!rre, Ir leur ou 11.& .. \'oudront la r.lrt eh bltn tla no VO\ll rt m.n.dtront paA votre: avl •. Ct si "u S voulez le donner c ils vous boucleront. - Mais si, ça t lcul' :t tait ! E méme ça. a déjà servi 1 C'es la protestation populairo qui delà a obtenu l'interdict.lon dCI gaz di! guerre. Au point que HItler lulmême n'a jamais O employer les gaz dam lt' .. CQmbatl. De mtme .'II la protestat :. n dt! lO'J.!i les peupl(! s contre l'u UlIsatlan dt la bombe alomlque ellt 0la.,f"J, masalve, ellc empf: 'h.:ra le crUDtnt'li dl' la Je· let C' bt pour ç qu.'11 1"\1 IncUs· J)e:t5.8.blt Que taut it:' monde slane ! Le Monw,·ur I.e t!tt . _ BU."l. dU-U. Je nI" dis pas aon. J -,-Ime. Ça y e t. mon premIer contact avec les braves iens es\, priS· J e continue, 2' ttap. ùn nul me claquer la portt' au nt!L. .. J'lJUbtt. _ Je n'al pu le t-tmps, OE.on TÔtl va brOler... Pon-Pon, Pon-Pon m ..-Ite (c'est It chat 'I1Ul -'Il

.u \'  da.ns le.. t .. calltnJ

- Comment, Mad am . vm.lS n. voultz pu Igner l'appel de Stockholm. Pul Je vous 4 .m..r.df'1' pourquoi? - Sc !altI' tuer par un !' bombe Qu'elle soIt m.tDmique ou mm (a ftvient exac tf!lJ} llt au mêmt. Je "u\s contre toutes les armes. Pré.;entez· mol una pétitwn dan ce sens et Je la Sli1!erai Immédiatement. - Ecoutcz, VOliS êtes con t l'e la bombe atomiquc. Bon ... Alors signez. Lorsque la bombe atomique sera mise hors la 101, un premier point Important sera acquis. Rien ne nous empêche, en méme t.emps, d'entreprendre des actions COlltre )IO'S autres armc. . - Bon! puiSQue vous me dltl"s que c'cst le premier pas, je le ral.'5. Sans hl:rt.olre. nous avons [alt sliner une trentaIne de foyer;;. Pt u dc POrle.., m'ont été claquées aLl né:. Non. Us ne sont pas nof.l brcux les Français qui veult;'lt Vl'alment la gllerre : c'est ce qu'on appr nd en .faIsant du porle â. porte· breuses personnalites sionistes marquantes a ssistaien t il. cette confén:nct'. Clt.ons. 'entre autres, le docteur nr.!C'l1. pr(Jsldent de la. Féd !ratlOll i()nj te. des représentants de Iiachom('l' Hatzaïr. des Ancicn C\1mbattanl, juifs, dn ru. J .R.E .. dll Maccabt. du C.O.J.J .. des c.:ombatt.ants de la Paix. dea Frmmes Françaises. des F.P.T. et du F.F.r. ' . {\u cours de eeLte conterenre, pr(osldée par M. So u.t yrant. prtli. dent dll M.R.A.P. de LynJl, de nombrells,pl lol(l1Atu rf'..5 poue 1',1 pel de StockhOlm ont ett'! reeu,n .. lies. parmi lt ue ll ea: t elles du pro. rcsseur Werthelmr:-r. du d.or.teur Reich. du dOt;.lt-ur Stolaru. d. M.. Pinger, l'rhidf'nt du Maccabl. et d'un gn.lld nombr de slonlsl-t./I. Une dcltgllt Illn de vingt penon. nes a (:t·é NUl! pour assister fi. 1& 2' Journee naUDnlll e. MARDI 30 MAI 1950 A 21 heul'(1S 2, l1aS$Hge Penel, 2 MEETING de I.!I S c tion nu M.R.A.P.·1B' Oru/cv.r : Chllrles PALANT VEHDREDI 2 JUIN 1950 A20h.30 17, rue de la Victoire, 11 Gronde Réunion de la Sect ion du M.R.A.P.-9' Orll/(1It .- P!errc ROLAND-LEVY 2 MilLIONS pour la lutte Liste N" 14 ColI ele par M. ZAJON&R. 81."0; AmlclO e dh médecin. 13' verletlt nt) , lA.lOtI •. RI::GINE. 14.000; M. JUDIN, 5..\OtI; M. GRoVN. MilO ; U.J .... ,E. Il' Rnul .. 1.000: Oo!:l"orl lI Julb, t.l100; Sa lut lublle do 8elleville, %."0; Ami. de ParI" UO'.: /lOI. SZl"'ZKIN d HORl: N. .OOO. tr. chae .. n; l\t14. WAL· I.:\ CH d RERG!VIAN.1.. OI " . f-hôtCU"; M. ABRAM, 1-000 fr.; /If • .J. WAJS flRQT, 400 Ir.; reMis par M. CRUN. FELD. 4.1100 fr.: 1\1. SElDENGAR'I'. 2.000 Ir.; M. J(IR8CH Maurice, 1.000 fr.; AnoDym . \.000 francs.

\1, GRUN, membre de la CommisaiuD

dU Flnall , 2.000 Ir. Tntal de 1 .. H' U te : 12U,OO Ir.; tutal I nicédent (retllflé) ; 9 :'_ ft., total" ce Jour : 1,07 .38S lrJ.ne Les 70 ans de M. Henri Cohen '-" coml '" du M.R'" P. 4u 1. arron--dâelll . n a ortllntH. le umt'4i l' mil! LIJMI tmouYJ nt4' rtunlOn aM1r*1e .. raous. ion. du 'i'()o nnr.ll"ersftlre dfI Ji(,. lkn:1 CalV'n. Ill!'rr.brt tic son b .. !'tSu. pr ... ant un"" C:UlqûlUlta lnt d·el.ld.teurs, pi'ili-;IU' or1tru11 duut MM.. n. S\ lnhlllln ct Mme Trntnbatlm ont II 'lI1" tn 1111 r t'UlIl)Xt! clû militant 4;.;1 dq!.0UI l'hUi j eu."lR "If., .. COIl&t,t' I-Outr àOI'1 rldlren-M au,," mOIlT!1:D n"" PlGlrl" .. l t" 'l eenl\uat\, .. JOft l:1', A rr.oorrer le bon ebf!m.1tl. !lien cf!s j('Ulle::l. M. WaHlIch, père! dt' fl l1I f, .. lall, eet octasloll. un 6)n d.! 2J('1J f,.n 5 ))OUT le fond d 111"" c:un:u'" j·ut\.$emilismt, pour il pAULe coin des diffuseurs L J!'.U11 , Cilnela de Strailbollrg ITitritmt rettc seml\ine d'ètre cités li l'bon!l.ur. Ju.tqu eu début mai, ils dHfuul"nt tallt b.rtl quo 1TtlIl1 e"IHlu" .('mlline \' _nit « Droh et 1,1"'". . tklpUl. le d biJ.t lIu mai", U • .,I n nfnl 111" 1Plbl r cc: chUtr" r.t, l fulir de _ue At.m.a.hul, lia ont .,.,Ii! d 11 nn:tre !I0u,aOle-dlx. La Jf1.lnl! RO"' ... Rrnd!'cll, • eUe tou· tl' * '-ll e, "  !'\d :!O . fmr!.lret w&4ue ...-mline. . Sas ,icllnct' .11\.1. dA 5ti-IlIboUr" dminP,nt là. unI" lf"::CIn de ('('Il/l'ale A plu.lleur" groupes M Cadet. de Paria qui eommencent l5ér if\l6Cment li. 0: flancher : en se plaignant de 11\ /"lI_ leur. 1\1111.1, ce n sera certalne_ fnrnt qU'lin pftit malai8e p'hllger qu"\iIt :lur()nt /Ii coellr de Surmonter CI . eeUe IJCmainr., car yn C-a!tet ne ..uuit fAillir .\ AC!5 en l"r m-Dl. pri, pour la' dilfusion de D, et 1.. COMMUNIQUE" Lôl Comm:. io!l Centrale U l'Entante ('(: tn!'\1unlq\1e : V nduùl 26 mil, a 21 heu ru, 11. rUII de raradlR, r union de 10ui lu parents d,,  !ntantl inlctJ j'I ur le déillr III

olonle  de .'aCilnou de la Cnmmluloll

(; n(rale de J'Enfauce. ESl'od du l'r t:l'I\rrnnt IItd ••• • ' qUf" l'ri-.cnj,,tlon de CHncllon_. " I t olonieR H t l cctl n ile deltr\lh . ul Inn In l'ecler le colcnlu. .. . I,e (ol'Ilté ,Irubolll p ltls dt l'l.--J. R.E. adn ... e se, m.elllpnu "lItlni r. tfllelll.ti 't.o 1I.01' ami '1 lit ".k.i 4';"0Ilf, M.lllrltt C. .rtur et .. ,..,q

po llse, l l',",cnlon d+ 1. nalu. lKe • •

leur ,dllt Illie G) 8 L . } Ooo, hll 1I0uhailoni nac "II hla .. rru5t. dan, un mondfl oU. re,llera .. 1'.lx. • \ 1 , • i ! 1 j .

f " • - DROIT E"T LIBERTE [ ENFANTS DE LA GUERR Une . A L.» (Ill) ... .................e....n.....q.....u... ,e. ....t " e..... ....d....e..... ....«.... ...D........ .............. .. Voici comment des gosses peuvent devenir criminels Pendant la guerre, peu nomhr{'ux étaient leg foyers SUSCC]Jtihles de pn:;seryer les enfants du bouleversement général, de leur consencr ce « monde il eux ), .En dehon, de la dal'lse prolétarienne, de plus en plus éprouvée, même dans les milieux houri" I"ois, les enfants ont dû subir les cont,re-coups, de l 1i\it ation. Tous étaient charges d'aider a entretemT la maison, a hure des achats; le jouet était remplacé pHI' le balai ou la casserole, la poupée par le petit frère nu la petite soeur. Coûte que coûte, il fa l lait vivre, se « débrouiller à n'importe quel prix, par n'importe q uel moyen. L'absence du père. la dislocat ion. du ménage, la ruse ct la brutalité des Allémands et de leurs agents, les dlf!icultés de la vic matérielle ont tait se developper chez les adolescents la débrouillardise qui devint le moycn par excellence d'adaptation au rumeu bouleversé. Le marché noir, source d'argeJ;lt facile, (tait un engrenage dangé- , • • • _ _ t • .. . J' .: • • . '. . Criminels de moins de 20 ans L'actualité nous donne a la pelle des exemples de délinquance. Il y a plus de rneurtrlers ages de rnoh1s de vingt ans qu'Il n'yen a chez les adultes ayant dêpassé la trentaine. Les parricides, par exemple, sont presque toujours des adolescents ou des enfants. Ire jeunesse. Chaque année, 600.000 adolescents, garçons et filles. quitt nt le lycée ou l'école. 12.000 environ entrent dans J"enséignement superieur et 50.000 dans les écoks techniques pUbliques ou privées. Et les autres? Il:; doivent sc débrouiller par leurs propres moyens et se caSf'r où ils peuvent.. s'ils le peuvent. Conseillés, aidés et soutenus. par leurs parents, ils arriveront tant bien que mal a travailler. Mais s11s ne le sont t:,as, comment rtslsteront- lls. ces jeunes, rejetés de partout, à l'appel attirant de la ru*, ? Cinéma, romans empoisonnés L-e cinéma, les romans policiers diffusés à plus dé 2 millions d'exemplaires. partictpent activement à !"empolsonnemént de l'esprit des enfants. Dans une enquête portant sur 1.200 enfants. il ressort Que 60 % vont au clnèma quatre fois par mois. e certains jusqu'à 10. 12 et 15 fols. Sur 40C films projetrs. 300 sont des histoires de: gangsters américains. Que fait-on pour Interdire ces flms? Rien. Effrayés par l'ampleur que revêt la criminalité enfantine, les magistrats jettent un cri d'alarme. La menace du chàUment, le renforcement des peines. les centres de surveillance, ne suffisent plus a endiguer la vague. n ne suffit pas de se dresser pour punir. Punir n'est pas la solution Il faut faire quelque chose d'efficace. Inst.ruire les j unes. leur donner un meti"'l" devrait tre une des grandes pl"6occupations de l'Eta t: mais cela l'intéresse si peu qu'il a suprrimc purement et simple" ment la plupart des centres d'enseignement technique public. A la place des écoles ct des cl'ntres d'apprentissage. on construit de casernes et des gendarmerle ! A la plaCe des grands et beaux stades. on propose des chamj:G de bataille ct 011 s' tonnc Qu'il y ait des enfants délinquants. Cette dramatiqup. sitaatlon pourrait facilement et rapidement. changer, mais des criminels çensent et agissent autrement ct des centaines de milliards sont enillouti pour pr parer la guerre, au lieu de travailler au bonhe-...,: ct a l'avenir de notre jeunesse. Et, horreur plus grande encore, la bombe atomique menace. M. Truman ne vient-il 'pas de déclarer J'utiliserai la bombe atomique? Amis de .. D. L.:.. vous qui voulez faire dp. vos enfants des hommes et des femmes, toU5 les p·apas. tOl1.'l les braves gens, luttez contre le plus horrible des maux Qui, en J'espace d'une seconde. pourrait anéantir des milliers d'enfants. partlciI e2 à la Jo!/mèe Internationale de l'Enfance du 4 juin. en joignant votre nom aux millions de signatures dcj:l. recuelllies pour faire échec a la bombe atomiQue. (1) Psycho/,Q.rhfllt}r,l'- .1; r ... "fII.tl·" victim.e de la Qu.erre, par II! Dr He:lrÏ!r. 3 y A-T-IL UN COMPLO'-r antisémite en France? Amaudru?:, l"aut{"ur ct' « Ubu-Justicier », un livrè d louanges pour Hitler. Goerini t Ro enberz, .écrit dans « La Sentinelle .". Et, au service librairie» d,' ( R ali1 me ». on vend « Dbu-Justicier ». « L'Epoque» ct If. Paroles Françaises» ü:1t parlé Ùlvorablef!1ent de c'e livre. Jac((ue Gras. du P.R.U.P .. arrêté 1 1 semaine ocrnicrr. venda.it assidûment « Parole:; Françaises » et le « Rassemblement" gaullislc. « Réalisme )) a pris la défense de Binct, führer du M.S.U.F. (/uand il tut mis cn prison. Bien des journaux ont, depuis. marché st!r les traces dc « RéalIsme " dans la campagne en faveur de pétain et des collabos. Certes il existe d ... s divergences, des rivalités. Mais Pétain, che! de la collaboration, symbole du f lseismc en France, est le dênomin",teul · commun, le point de ralliement de tous ceux qui rêvent de renverser la Républiqqc, d'en finir totalement avec la démocr ltie. Autour de lui se croe l'union que chacun de ces greupcs appelle, ces derniers temps, à grands eris. Vichy se regroupe Binet (après avoir été condamné à deux ails de prison) écrivait, par exemple, dans « La Sentinelle )) : « A la face du cicl ct de la terre, nous proclamons que c'est notre équipe et des équipes qui sont soeur de la nôh-e. dispersées, honnies ou traquées (sic) qui portent et porteront à notre continent l'ordre nouveau qu'il attend (!) ». . Et dans le même numéro de ct' torchon on pouvait lire : « Il ne nOlt!!' manque ni le.... . bonnes volontés, ni les liaisons entre les froulles et le. partis : scule la systématisation, la eoordina.tion de notre lutte n'a enCOl"e pu f,tte 01'- (SUITE DE LA PREM(ERE PAGE.) ,l:"anis e au sortir de la lrUerre et de ses troubles. » Compar"'1- avec cct app l lant'e réecmment dans « Paroles FranCaises)) p lr Ti: 1cr-,-'i"nancour!, ancien n:in: stre de PClain « Le devoh' primordial t"1:it donc, aujourdllUi. de réunir tou CPux qui veulent Que la France recou,'re son vrai visage (sic). II: Il ne convient pas. bien entendu. de le réunir dans un parti monolithique où l'on pratiqu le culte du chef. Il faut. plus modestement et plus utilement aussi. qu'ils ne s'ignorent pas. Le but doit i-:tre de constituer dans t'.haque dêpart,emeut un simple comité de Iiaîson de tOlites les bonnes volontés. )} Comment, devant (: e errons de rcgrotipcment des pétaini ,t('1:, o!'S cx-collabos, des lléo-fa dstrs . leI( républicains, les combattants dc la paix ct de la libcrté nc comprendraient- ils pas la nécessité de S'\!nir plus encore pour clupêcher que notre pays ne sombre dans l'abîme ! Racisme et antisémitisme L'autisémitisme et le racisme sont les armes les plus éprQl;vées pour 1;1 division qui conduit· aux catastrophes. « I.a Sentinelle» ct « Réalisme )) écrivent noir sur blanc cc que d'autres ne font que laisser entendrc. A un récent numéro de «( La Sentinelle ) sont" joints des tracts antisémitcs imprimés au Portug:!! de Sala?ar et directcment inspirés par les le arguments» d'un Goebbels ou d'un Ger81d L. K. Smith. « Tout compté, elles tiennent en deux mots : dég '-nérescence et corruption. Dei énérescence par métJssage

infiltration I nte mais continuelle

de sang jaune et noir - et depuis des milliers d'années ... « Il y a cn oatre corruption (di'. ! i nulls par ('C terme le fIlcteur .ea hértditaire. accidentel, a.l:"g"I'IL\aa.l Je mal) :' une clique cxtra-eu",pH.ne. forte de es OI'/:"'IllÎsatl'1g. cultes et de notre ignorance, ,,"'es' hissée en secret aux principaux leviers (le commande ... « Notre !leyoir : If' nt".l connu. applique, · le remède. Il faut des me ureiS protc eant la race. » Dans ti autr ... artick - « j\ilianc!" s et ntll! lis ages " -- ,.iI:::-: Ha,rd0uin. nM1l l'l'levons c('tt pbrese

 la Ros .-r r g :

« Si l'on tAH abstradl(lh d ·;'I ments absolument etranJu& et 11.111· fiei lIement intwdldts en wrope tomme \cs nè res e-t les .J uib. notre continent ne nous appal'llU 1Ul' commt 'un empire de métis. ma comme la composante de féeollde.!! tension/!. )) Xénophobie ... Examinons enfin rapide:mtnt UlI. artide de « Réalisme ;-. où 1. l1t:nophobie la plus virulentè vtr.lt c()m. plétrr l'antisémitisme. Sous le titre : «( Néo-patriotes d'hier et d'au Dr· d'hui. Conseilleurs et JIU p.1,-euD !t nous POUVOllS lire: « Comme on Je "\'oit. notre -p,aJs était destiné... à Hre 11'1 réceptade de tous lc illuminés. de tous II!II ehambardeul·s, de tous Ie!l '*1$ étrangers qui devaient r u.mtr en France ce qu'ils n'avaient jam..b osé tenter dans leur propre pa trie. « Depuis ils ont fait souche.' ... L'EXPLOSION DE MONTREUIL Un graphiqtlc « montre » cOJnmt'nt. des puissances occultes, le « kah,1l de New-York », les « suprêmès initiés kabbalistes )), les « suprêmrs initiés maçonniques ) et la « haute finance juivr , découlent tous lc mliux dont souffre. l'huma.nité. Exemples grèves, émeutes. .banrlon (i '"f; principc tnlditionnels. avachissement de l'individu. laïcité (pervertie), ehao final Ihrrant l'Etat à l'anarchie. Un autre tract intitulé « Derrière II! cornmUl isme il yale Juif )), dédare : '( ... Nos eontemporaias dé ma,oImes n·ont rien ill" t-nf;;. Les mUliers de Francais lie f ralrhc Ibl. rontlnuent d'ocruPl!r 3UjClIlrd"bul le haul'i postl:'S d lJ" tra lU' branches de I"aetivht natj""II-k' .. Il s'en rai sent de la sueur Illl peuple, s'elevent contre a05 IDsUtutions, ront risette aux capit:l.I f'. .... pr(!rheIlt la révolution et se 4 brouillent pour fab'c la nltl;lIt 11,11 fi.'Sc. )) On peut loir cc dc sin d" la, p"tite Ginctte Kouri (lZ ans) il j'n:posit'oll " .L'enfance coutre la guerre atQllliqll )), 13, rue de l'Odeon, à Pari . ·reux; celui 'l,li a commencé à gagner 1.000 francs par semaine ne pouvait s'arrêter et cncore moins se xéslgnei' ensuite t., gagner honnêtement 2 ou 3.000 francs par mois. Montée en flèche de la délinquance Pf'rsonne ne sera donc étonne de la montée en !lèche de la dé' linquance Juvénile. pas.sée de 12.000 en 1939 à 35.000 en 1942-1943. Chez le garçon:;, le vol est le type habitoUtl des délits. D'abord vols alimentaires. Quelques-uns pouvaient 8.'rblr comme excuse la 50us-aliln! nt \ on, mals le plus sou"'en (!("s ..-01& alimentaires étalent destinés II. li. vente ; vols dans les familles de produits mis cn réserve et Yentl! dans le voisinage ou à des PJ.-$.Qnts san5 scrupules; vol5 de colis dans les 1iares ou postes, etc. René Béranger, 17 ans, soutien d'une famllle de sePt enfants, depuis des années sa mère alcoolique tyrannise. Atteint d'une maladie vénérienne, li cst .soigné aux sulfamides. Cc Qui n'est pas du goût de la mère qui lui reprochc, non sans raison sans doute. son Inconduite. Pris de désespoir. le Jeune homme t.ente de sc suicider en absorbant quarante comprimés de sulfamide. Mais la. dose n'est pas mortelle, elle ne fait que déclencher chez lui une crise d'ivresse sulfamidiQue au cours de la-quelle il se precipite ur sa mère et la tue d'un coup de gourdin. La cour d'assUlt. - d'B .. IJX le ci:lndamne aux travatlx lorces. Une absence de peur , une étran ce indUférence il. l'égard de la mort, un mer·ris singulier de la vie humaine. aU551 bien de celle des autres que de la leur, caractérisent les jeunes qu'on voit défiler sur les bancs de la correctionnelle ou des assises. quitté l'Allemagne en 1932, quand les hit.lérient, pl' dijément, multipli rent lM agr sions contre l Juifs, Si, lors du premier attentat, il ne prenait pa!! tr !I RU sérieux la menace, il parait maint nant fortcment affecté tl ne laisse pas de s'interroger avec inquiétude. L'attentat semble avoir pour bllt de cré ... r unf) atrn06phère de pogrome, de susdter la haine antisémite. CcUe hypothèse est d'autant plus plausible que d'autre Juifs de Montreui! ont reçu, depuili la première agT(!Mion, d lettres de rnrnace, où il était dit notltmm(!nt que le IIIOr' de M. Mantel l ur était ré_ c:rv.t. IJ:II habit!t.nts du quartier, loin de tomber dans le panneau antisémite ... ondamnent aw e indign .... tion lu procédés de ceux qui s'efforcent de diviser la population par III terreur. Des tels événement1'\ Ile pourraient paIS e produite si lcs co.tlabos HaÎent légitimement chàt.i s l't si des mesu r sérieuse3 étaient priscs (SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) tra.ces d' da!s de bomhe du pavillon. Un tuya.u de A été brisé. sur Je La fréquence des déUts commis dment en bande, le vol à main armée, ont également pris de larges proportions. Certaines gens répllquent : c'est la taute des familles qui, bien souvent, n'ont Qu'une existence théoriQue

l'enfant Ilrandit dans un

millen dtsol'ganisé, parfoi corrOffitlu oû il ne trouve que de mauvais exempl s. contre ll!!! grou s néo-nati.!l. , _______________ _ LN repr&enianU; de la munici- Chez les Jil1e. , la prostitution fit, I&. lli)rnD habituelle de la délInlJl. l m:f! . La prtsenee des Allem. od3, ensuite des Américains, n'a PU diminué la frequence de cette J'Jr-o.ltlt.utlon. Les cigarettes, le che.- lr\a-l1lm ont été de sùrs a-/lJUv. nts. a la reconnaissance. Une mlnt!ure de 16 ans, qUI en é b U à !5a !.eptlème fugue, disait simplefI'Icl'Lt. qu'elle demandait 1.000 fr. Ilour une nuit, et Quand un soldat ne pouvait payer en argent, il dc' 1IU donner des produits allmp.n' k!r!... ou des cigarettcs; elle rcnndaH ces cigarettes 40 tranc5 le p. \l.let.. ce qui était tort honnête pu&qu·n.u marché noir f"lles va.I.! c-nf 1\ l'époqUe 100 à 120 francs le ".c:Juet (1). Les parents ont bon dos On a vite lait de reporter la. responsabilité sur les familles. ce n ·est que déplacer le problème. Quels sont le facteurs -qui poussent les ménages à se dlsloquer? A jeter les enfants il. la rue? Ne serait-ce pas ·parce que la soclété dans laquelle ils vivent crée le climat de la dépravation? Les conditions d'existence. la m jsère. le taudis sans pain ni feu t\e sont paS fait.'; pour unir les f()Ytlf3, L'Etat a sa lb lltde pa.rt de responsabilité dans le drame de no- Retenez ces Jates; 24 el25 juin 1950 RMEUBlEMEHT l IT ERIE • TRPI S5E RIE • El

  IIUf HWMlGNf

M(:I1l5Elll "' O:-' r.,' •• , M. Mac Cloy, pas content des Juifs amerlCalnS • • .RéP'IlbUQUè !Mérale, dts q Alleméli", de grande envergt/re, de gl'f1t1d e capacité et de grand. COt.r@!!. en qui nous pO!l1JOllS plc,cer nO rt! espOir et notre foi . A1ant ainsi donné sa bénédic I"n ou son absolution aux Ade" nJ.lJor, capables et ('.ourageux qul lor g:n nt les territoires au delà dl" I!I. 11;:rno Oder-Neisse, qU.lnd ce n't pas J'Alsact': et la Lorraine. en et\!l.ntant le Deulscl.lanà über ttUt-•• aux Manteuffel ct aux Gul:' I t!r!l.n qui reconstituent loyale· ment la Wehrmacht en don· nant. à leurs moments perdu,. des leçons de strat.egie à leurs nouveallX protecteurs. aux Hermann Ab.., et aux Dlnkelbach,

!11 doux angelots de la Rul1r. qui

nI'! pensent Que par investIsse· ments de dollars. ou combinats de marchands de CanOll . UIlX Hr.dler et autres antIsémites ollt. al res Qui trouvent le moyen de Profaner. en trois am. comme vJent de le révélcr le tlrand rabbin de la province de Hesse. p)I,;IJ de 200 cimetières JuUs sur 41.(1, M. Benjamin Bllttenwelsct s fll un dcvoir de .oumettrc son jiscours à M. Mac Clay. M. Mac Clay. qui ::0 trouvait (!IlIon r;l.es dispositIons d'autant OIl1!; b .\'l)rables, peut-être. qu'IJ renT. talt justement de la Con!énn:. t' 111(1& TroIs à Londres, trom'a «mt,l:'!la l l"l!"'tlre et objecU! " , '!t d un O)lt Jt1J.LI"mc j1lstifi  :.. AWfil bien, il' conclusion cle b(. SUlW!t\V;r.:5 r tait. Qu'il fallait. ,va.n' G!l! . r\'-pOllssér le (. commual'rtl: f ), "'ntendf'z tous ll'!s élétlf: nt5 an t!lascl. tl.'s en Allemagne,

l que lts . EtatS-Unis avaient

(SUITE DE LA PREMIERE PAGE.) fa il OEIlV1'e tncère, ]wnnéle, ct. autant que possible, efficace· Le D partement d'Etat. int.rrro· gê que ques jours plus tard. devait répondre à son tour qu'il« ne vO!Ja!t pas d'ob:iections à. Jaire à M. Buttcnweiser ». Un discours rentré LAS ! es dirigeants de l'AntiJ! jf01l.W!t011 [,cague, en virent, eux. des objectlons ... Aurès avoir pris connaiS!;ance du hxte dt! speech, que M. But· t.enweisC!r s'appretalt a prononcer, Ils lu! refusèrent. avec aut.ant de d s, l'untisémitisme et le racIsme se développent dam, l'Etat de Bonu, et Que ce sont là Il':s consequenccs d'une polltlque contraire aux accords alliés de Yalta ct de Pot:;dam et qui tend à ntlllsèr J'Allemagne dc l'Oue5t comme arsenal, comme réservoir d'hommes, comme base d'agre sion dans une nouvelle guerre. Il taut 5e flWciter de l'attitude courageuse adoptée, tn l'occurrence, par l'Anti-Di.ffarn(/.tion LeaQue; elk s'inscrit da.ns l'eSSOr du mouvement pour la paix aux EtatsUnis mêmes. courtoi ie que de fermeté. le droit . ___ -,. __ --:,-__ :-::-__ ,-__ de prendre la parole à la Conférence. à laquclle i\: ; l'avaient ex[) ressèment lnylté ! M· Buttcnwels r s'était e scn· tielJf"nlcnt.déplacé il. Chicago pour faire ce discours. - Je. SI!is stll11t!faii 1 s'tcria M. Mac Cloy lorsqu'il apprit la l1ouvf'lle. Il y a peut.-être d(' quoi. Faut-ll que, devant la renais ance du péril en Allemagne occidentale. l"lnquietude de nombreux Juifs américains ct, d'une manlèr plllS générale. des couches démocratiques américaines, soit forte pour qu'un tel camouflet salt donné par d s dIrlgeants aussi modérés par naturE" que ceux de l"Anli-Diffallla!.lon Lt'!a[lue a un dr. prIncipaux repl"èscntant. de la politlqtH' allemandr des EtatsUnis! L . vcrlte e t qu'aujourd'hui aucun homm-!l de bonne foL aucun esprit simplement honnête ne ptut nlér que le llaZi I\.1 1" . le excitations chauvine,!; ct revanchar- , l'QUR "'Dn let titnd..,. Com1nttann de' b Rj'Îu.,,"

 ... ,: " ,de 1. Llbè tlon " Ptt., IiIw.n     ... , M .... .

d .'" ""'JoU .. __ 'eu .... ... L" '!:. . i: " f'JUUft; O--" Ui.""ltlL'i ·:· ...:; .' .:....jt;: Il.trl"I-CIlrc\.IUI+' :;- ...... t; . . Faites de$ aflaires d'or à .. le 'l'Vnh' 4. Solit'LrriHt . K.rR\.(J'M:"

. qtli  .  4vl'l::lufl8"Ta

f., . 3 t ... juin _",ctui"

 .   ûn. t •• W'DflI .:

. dO 'l'HOTn t.40DE.H . r pI.u ft ta l@pubUque . .., . . Envoyez vos colls à li Comml5Sion de Collectage F. F. 1. Z7, Bd des Ita.Uen , P ARIS-2' Le 4 juin, à Bagneux cérémonie du l'honneur souvemr en des Combatlants Juifs morts pour la France Le dtmanche 4 juin il. 10 heures. 1 aura 1i u flU ctmetière de Bagnc.ux. devant l monument aux morts. 1111f'

l"ande cêrémonie du  ouvcnir en

l"honnf'lt1 d s combattants juifs mort" au c'"hs.,mp d·honnr.ur ou exterminés dans j camps na zis. Cettc cr.rémonie CH o,."anisCr, p SI" l'Un:on d,.s En,.a:;r.s Volontaires _t Anc! ns Combattants Jlli( à l'orel\sion du 10' anniversaire des bata iJI de mal-jui'l 1940. au co·.!rs d(' qu ellcs h q\l2si-totalité des régiments étran!! etS étalent engagés tOntre l'envahis, eur. A la manifestation QUI e dr.roulerll, l'Il présence des délégations de grandes organisations fran at5es d'Anciens Comhattall , dC8 amicales, rCi{imentaJres ct na\.lonalrs d'rngagés volont(\ll'es el réü l-lints étrangers, et de toutes les or",.anisat!on. reprêsentant les Jui::s de Franr.c cl Qui SHa présidée par 111. J Orfus. prendront la prrrok M. Mo!·el. crdaire I":t'nêral d" ru F. A.C .. )I..!. Vanikoff. présidcnt d la Ftdération de Associa,iom dc Anckns Comba:t·.,nts Juif  ; M. Laroche. secretaire Ifént'ral dc l"Ugcvre et M. Isi Blum, c crcta!rc éJléral d ['Union dc;; Anc:cns Comba.tt\l.nts Juifs. Les .fuifs de Paris viendront nom· hl·.'llX pour rc.ndre lm hommage à la memolrc de tous ceux qui ont donné le:1r vic pour la liberté. SABY MITELMAN CHIRURGIEN-DENTISTE Retoit TODS LF;S .JOURS de 14 il '16 h;,urn t "ur Rend ._vous

. ru  G nrfroy-!'An;:.v!n, PAIUS_lV' 1

T l. : TUn. 43-97 Métro ; R ",,.,,,! ,,,, ÉLECTRiCiTÉ de FRANCE EMPRIL\l' 1950 pour finann'r les tr!l.VaClX de ciis!ribu· tion de l" nCJ";;-lc r l ctri(ju( (alTêté dl! 20 mai 1950 publié au ,( Journal Ofilcic-l )) du 22 mai 19501 OBLIGATIONS A PRIME DE 25 % ET A INTERET PROGRESSIF garantir., par l'E at. é:m:scs /t la v:tlCUl" nominale -'Olt 10.000 lrancs o".ls la form au porteur ou nominative Amnrllss ment al'ec prime : à 125 ' ... ct la l'alclll" nomtnale n 30 an par lir(l.ge u wn annucls. InVrH pro.rre s if net de la taxe propol" tlO!lnell sur les rel'enus .') 1/2 d la l" à. la 10' année, 6 dr. la Il' à la 20' ann . 6 112 '". l!e la 21' à la 31)1" ann.tp Rcmho\lT emf"nt lI,utidpé :!u pair u stu! grr du porteur ; so:t 1\ la fin dc la 7· ann (",

oi e à la fin de la 1:1' (l11Pe.e.

1 comlition Que )('1; Utrb .aIent r ti! d oosés lfIlKl'e mols II, I"!\"a nce. D H ck Jou nte : 3tl1Il1l1 1950 On sousn'i! rltcl lrs compt1lble publir, l't les h9-!lIlUt1", L'êmissjon se:a cl :llC san. pr lvi E. I. palité dl"! Montreuil Sf' 60nt, dès mardi matin, rendu8 sur les lieux de l"!lttentat. Le 1I1.R.A.P. rte Montrcuil, a"1 cour" d'un l!"t1Ind m'f""ljnr tenn mfTeredi, II. II l1pliil o t ouS" le-; anti 1 c l .. l il !O'unir a u;'!; f(Jn f'1; dfmocraUllue-'!" f't .'1. rNloublcT d' ff()r1s (Jan/; 1.1. lutte . pour 1.. .. paix et la juMkc. « Quiconque a déCOII,'ert la vérlté du judaïsme. ne le combat vas ct ne pré"ient pas ses compatriotes de la menace judaïque de-yient un complice des Juifs et contribue ains ·i aux malheurs de sa nation. » Amaudruz. dans ce mêmr numéro de « La Sentinelle n. apres avoir exprimé son accord aVéC ... David Rou s"t. analyse ainsi les causes du (( mal européen" : {Il était8 heures 10 quand la bombe ... Tant d'hommes ct de femml:s, de toute. conditions et de toute opirüons politiques. phllosophlQues ou r ligieuSM, ont déjà Sigl) . en France H dans le mondE", rappel de Stockholm )":our l'Interdiction abSolue de l" rme atomique, Qu'il serait vain de prétendre dOlln r tci ne serait-ce qu'un aperçu partiel des résulta obtenus II, ce jour. On ne pt:ut Que e llmiter à un petit nombre d'extnlples dans cette cilmpagne, marquée de déclarations et d' .... ppelli emouvant.s, En glanant à travcrs le monde.,. • M. Sanhoury Abd el Haz;;q,k. président d Constil tgyptttm, a signé l'appel de Stockholm : Mes collegues, a-l-il ajouté. qui jonl partie de la Chambre que fal l'honneur da pr€sider', se joi{jn6nt à. moi en se cUclarant d'aecord avec l'appel d.e Stockilolm. " • L'Eglise orthodD:l: I:- n:UiII" (ancien rite) fi. répondu eUIIl 1LUsU.. "n même temps que le:; MusulPLfJ1l CIe- I p!lrtlc europceUJ.1e de l'U.R.S.S. f't de la SILes jeunes survivants de berie. Hiroshima et Nagasaki • Aux Etoü -Unn , 1(5 comité de la Paix (lui se . onl r'çe.nllllcnt cOllSti- • li était 8 h. 10 du matin, disent tU 8 dalU lft, U3!nes Ford, Chl"y. lel", et les jeune.., survivant- de Hiroshima et autre. usines de l A. ville de Detroit, de Nagasaki dan.s un document qui collectimt aetivem!nt les stg·natures. doit êtl" dans toutes les mairu;, lorsqu. e la bom.be fatale f;!JfU. JLr IIi., • mment. t(lqj au:.: !:tllt.- roshilllCt. Nous avoll ". colucfo!1lCf Unis, le Atttbli-iP! Cof lII4tÛ', L Copanni d·/wrr;./:Jlès lu.e  :rt JGNlII4t"".. 1 f t\ul-trleGIfI. du J,c.rllllPlU, AftJile. Presque Immediatement gO-'Wi nOl.lll el UQnlt JII." . ,e Ne ... • VtJrlr., prCildé

omroes trouvés €ncerroi-$ d. f:atcm s ' ),Ir AJb!!rt Ei11-t !ti , ant. u.nu W:!.e COI'!..

et nous tion entelTEI II.mL I-!;i mil , r trc c:e ct la Pm. Il'.1 cours I.e la: sons écroulces. Nous ne fO-\,,'!qI) ni qUl1!le une r", l\lt.i1)D IkIl1s.ndllnt J'Int. r.Nlidltlo de I.a. bH!;be :iUimJque et nous lever ni bou "'r, et l, e..t &'.1'1)1'0 - un! I8OlIo cJr, IlcMUl:n du Co:rJté chait inexorablement. D."lILot no. ,J- mond!Jl.l de 1_ "PlI.lx or.tt ttf T«-ées. D sal un jeUne Coréen liVet: ICQl.lel PIl'U!I bavardion. am1clllement Quelqu tna- nOttlb.l·eu s pet.unOl&U\ü am-rrkalnu tants auparavant, la tllte d c apUée . du monde des artJl. IItknces ct dts lettres, ont dé.l-à 'lttné. 1 Ayant de tres pr s échappé à la mort. nous avons vu Hiro.shlma trans- • A la date au 1:.1 Il"U!.I, 7.930.000 cifonnée en une mer de .flalTIme . Ce toye1! roumain.! 1!.\ .. ! llt signé. Sur n'est Que parce que nous nou.' trou- ce total. la moitié I!flviron des signavions aux confins de la "me, derrière tures ont été apposées par les femmes. une colline, que nous sommes resté" Plus de 17.000 comités de défense de en vie, mais, malgré notre abri, s ru- la paix Haient créés à la même date. lement qaelques dir.aine., parmi notlS • En Hongrie, le nombre des signasurvécurent. Le mot nlirac1e aVilit tures repré entait, il y a dix jours. un sens pour nous a ce moment-là. près de 80 " de la population. 7 mll- ToUs les survivant.s avalent l? corps lions 321.000. complètcment brûlé et couvcrt de clo- • En France. on (1. partieuliérement ques. à tel point qu'ils étaient mécoll- remarqué l'appel de 40 personnali tés naissablcs. Et, un pm' un, les qUelques caOwlique. q!... approuvent tous les rescapés moururent au ,i, rn' proie à cHotts tentés dans t.ou. les pays pour une révoltc inexprimable. développer dans le monde la volonté

 La ville t.out entière continua 11, de pai;'!; et en partlcul!cr l'appel de

brùlel' pendant plusieurs Jours. Ct\"- Stockholm. De son côté, le R. P. Gabel, tains habitants mourunmt caJ"honi és redll.ct(·ur en chef du journal La liO\t.' les maisons effondréc, . la moitie Croi.x, a condamné la bombe atomique. de leur corps émprlsOIll1é par les gra- • M. MO/lgibcaux, pr mle!" président vats. De jeunes meres sont. mort cs de la Cour de cassation. le plU!; hal1 avec lcm· bébé dans les bra . L'a magistrat de F'rll,nce. et les Quatre bombe atomique vHlatt de crer!' l"ell- pl'ésido:.nb de chambl'C dt" 1" Cout" df! fer ;sur la terre. ca sation : MM. Lyon Cael!. Battes- Les deu; bombes atomi(jue annihl- tfnl. Carrlve, Il' Ros fgnol. ont  !gllé lèrel1.t. des centRines de lnlllier.; de rappel de Stockholm. vi s 11unlaines, de tOj'er heureux et r---------------de cha.mps f('rtiJ s.

 Ent e ndt  110trl! a l'l'  I, l"ac)Jpel de

"eux qui ont co/lJtu e n.:r-'Il ","(.l Its /lorreur dl! la bombe a to-mfQ1,I , Il! sicmez par centaines de miUfon" J'a ppel· de StOCk/10h11, l'all)J ! de la Paix, !"(.()Jpel de la Vie. PETITES ANNONCES 1I1nJ\ leul", Avec son garçon lycée,n, CH ;RCHE PENSION compl,l:/e dUI bOJ\lle famille israélite. - Ecrire ;lU Journal Mn le n" Izon. .""LA VIE AU GRAND AIÎf"1

 Maison de repos pour enfants de 5 à 10 ans  
  _- Cure d'air - Convalescents Déficients - Nerveux i

(: n Z l!l" Mmp Bnt:NF.'r _-;;;5 HnU! "Hd Bout· don LU EIHd E C.us ChoJcI Ozouër-'t-V"ul b (S._t!_M.)

  l'!c  d  h, Ba Lmc i-i

" (e: .l" du Clairon) Tè!êpl .onc Zl Il n'y a qu'un fascisme Tout cclII ne vous UpDl!l!e Tlén '! Ce qui est gTave ("st qu!' utt!! p,'o"e peut N,. .  !! f' IIbTt-ment, avec autori:;ations préfectorale. et ,r,uver n 'mentalcs .. J u qu· iI oe. d rn( ns t rnp , c R é l"'m.\' _ JXI\111".1t fllR "'Imdu d:alu lM k!c:tu Notl'e campsi'!'lù et 1 ;Ij lIéa \,jeburli!'U e des pat rio tes ont conl rtbllf- j qu'il n'en soit plus iljn i. Mais nouS f"onnaissons plu sj rI liora1rtl!t. 8 P:.ris, où on le d 'ffu"r 'lt"",rt(lrr.4mt. ainsi que ( La $e.nti!1d!e ». On ne peut eOlxrvolr le rle Inlt de V v slins )' i\ntl.ll'I l t 1i1n'" d'I!;t aL P s:"1111n èst mRp;tr b1e U Xa· vier Vallat De n-,'"'TI(,. il est s TlJlrtl'f1 iI.,1I1\ l!Iuloo rrl'b u i qllf' 1_ "ilmp* en !111- \'MI.[· de lit li nt!O'n dr N(aln "fenil!!! I.n r 'lwl f FfIr pTk 1 _ !îtww licn rIl:' 'xavier V;aHIl I On e saura it conr;c \'olr un. campa,"_ p .... t a inilite qui ne montre un "'PIE'" antisémite ct xénophobr_ Il Y • qu'un fascisme . Et les antifacist(' . lm;, , r scmbll' 1'1% forr es détnattatlqu@s, sont déci::iés l" l'mpêcher dl' 6" ser ! POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE EdOUard S[HNEERERG

3, ruo de la V'C1QJA. PA RI .....

T l.: TRI -MI Nul! , n u 88-61 Très grand choix dl! Tisn.' GABARDINES· PEIG E TISSUS ANGLAIS Chez SIM ON 10, rue Léon - MON. 81-",1 MH,o , C ,jt uu_lIo",. Le meille.ur fi lm polonais COEURS D'ACIER (Stolome Serca) AU !lIEME f'ROGR."-M;\lE Inondations L'éclosion des ",," .... " ........... .. . ,' ......... . ,.;; ., , FABRIQUf DE TRlmT: • • • GANA SOCIt:te a r" p"nU"IU!t !!,," .. ,e.. l U c a pl1 al d it \lO (01) ITan 1 64, flle de PARIS T .ublgo, 64 (UI') TEL ; AIl.Ctuv es !1-4 !."","".",,,.,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,.,,.,,,,.,,.,, •. ••• ! Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs Comité dt! Soutien des Foyers pour Enfants cl,! Fu:..:Ilés et Déportés de Livry-Gargan et du Raincy ZAJDEL 89. r. d'Aboukir Paris-2' M. l., St.Den.a.  ;lumur. l;eOl)el 'r l 1 GUT 1&-11 IGRANDE FÊTE DU PRINTEMPS Dimancht 28 maÎi a 15 h. dans le Parc du Foyer du Raincy u, Alite dt. CotU1(,1 - LE nl\ I:"O M l , o : 1:t .lfo,f  !e Pamtn _ Autlllltt:ll l-t Idr.II:o;,."Ilt!_lCrmln"",' l'ROGR.\MME ARTlSTlQtJt; n ALlsE PAR ' -C'" ' tu,. l-- . p, .. ;.:  :.. Bt:fFET ET la; I.IVRY-GM'MN JEUX • • • , • DROIT iT llBERT! . f .. ,LIVRES ", L"ESPOIR ••• CINÉMA " . n'est pas toujours pour demain; Des sirènes et des hommes Visite à l'atelier de Mané KATZ _ On dit Que c'est un des pius bi!41t.Z ate1ter de Parts. ... \'ee une tler candIde, Ma.né Kan me promène dal15 cette vaste 6110Ue carrée:, haute de plafond. daM cette lumière claire et douce quI" distribue partout ëgalement la li'lrce verrière. C'est a ,deux pas de Montpar- " ..... Ce Jardin, c'est le vestibule de l'ut de Mané Katz. VOU! ne saur[

:. paBn ! ,,:1111 agréablement que

)tU ' de la v\11e avec sel bruits à c. t ateUer-musée. avec ses toiles . .-wc rlehes couleurs. témoh'5 d'un mOl'l.cte 10lnt:;l.Io et proche étonna- ln"'" décor. avec amour. Il Il. tenté de reconstituer le cadre de nt jeu· nesse ukrainienne, quand Il alla!t à l'école re!lgleuse. le cadre ou vi· \·ent, où ont vilcu l s personnages de ses tableaux. Il a lul·menu? JXlsé la mosaïque de la salle de bain. où l'on peut lire le mot hébreu

 miltvah   (baIn rl\.uell.

L'atelier proprement dit (,$t au premIer étage. Il wrplombe une partie du rez··de·ehaus. ée. On y aceMe par un étrolt escal!er en colimaçon. Ail mur, le portrait de l"arUste par Picasso. Sur le che ... a· let. une grande tvi:e : Abl'aham et Isaac. - Je l'ai faite en 1944. Je la reprends rnailltl!nallt.

 Mon oeuvre mout re qUe fe

mets la paiX au-dessus l'Je tout. Après avoir signé rappel de Stockholm. Il m'a conduit. devant cette mère pleurant ses enfants avec des larmes d·or. C ·EST une \'érite claire .. ,)jou rd'hui p,m!" tout le munde : l'l Wberatlol1 il él tnihie. Des millkrs dr. ;::ell" unt été dé(:u dilns leurs ('spoin. Cil!" ce"".)x-la même qui le3 avaient fait l1iiitn Cl' eux (Jnt ma11Clae il. leur parulc. Le p!"Ott'" n'cst l,hl!; il fairc. et ;J.us,i bien l1·e t - i! p"' l;",lcs!hm ct'." revenir lC."1. 1I[ais il t-tait neCt,,.ball·e de nlppl'Ier

E:  dl  H:.  Il llll· (':1 vnu\" au n)11'«n oe René. Jouglet L'or"9€ (O1! ["cs·

p,)!r est )Juur dCJO!(Iil (l) ! la· la terre (lue nou,; avon5 ,Hl\' êe li, c ou tal e l'tm d'eux. La Rp. I tance est oubliee. on eVlte de prononcer son nom d tout laisse il. pr.nsc\'. cI·.dllcul"S. qu·e!le n'a servi à rien: la misere l· t immense ct lc! an(:icn soldllts d, s F.I-'.L. n·ont jla mcme de quoI mim er â. lcur faWl. Sil.uf l'a\'oC lt Risrnann et B«niavoine, une Ol·tc d'Hel'cuie al:X che· veux roux qui s'est I ncé dans le marché Iloir, l'cseroQu('rie. le vol. C'est un r"man Qui ."l précisément B t .. \UCOUP d'anclens l"esi tant .

JOUI'  uje t le drame qu"o.m Vient qua.nd lis liront cc livre, ne s'y

de dire. II H' nasse rhm" les premu;'· reconnaitront p!:l . I!5 trouvel'e. annt-es q : "ni "ui\'i la Libéra- t"ont les pel'sonnl l:!!S bien , :éhé· tron el met el) scene UII groupe oe ments. bien 3randiJoquenh et, pour Jcun s hf)mmC8 ayan t c·: mbattu en- tout dire. bien nai!s, Pour penser iôcmbre dans les forcc!' fi'l·ançaiscs que la. Liberation a[l ail aplanir Libres. L'un d'entre eux \'lt'nt â toutes les djffieultC . resoudre tou:;; mourh·. Ce Jacques V2tenCl' était le les problemes. il fallait ne pas eOInplus jeune. Il s'ctait jetê dans!a pendre le sens de cette !U!!rre. 1\.·lail; guerre il Id .m" et battu en L}'ble bel\UCOUp de ccux qui y partieipt.. en Tunisie. e!'J Italie. Cr! F:-anee. en pèrent et s"y donnèrent le plus ne le AlIemZigne. Il an,it reçu I!lle ba.!ler ________________ , dans le poumoll el il cst m0l1 lE' tubercul e. sans doule. mai ... aUSSI de pr iva tions. de découragement. rie dcgoût. DevOlnt le ccl"cut!i1 de Jacques. ses compagnons mesurent l'injustitc dont sont victimes Cl:'11X qui avaient offert leur vie pour délivrer lenr pays. 1\' Nous ommes des proscrits

IIE!NI101f'
A 1F 11E

A !NI le lD -INlIHJJ compl·cnaicul vas. en ci !ct. Ils i,non . ient les cal; C l"êc\le5 (lU conflit . le5 lerribles nec "itcs ou l·apitali" me. ei prcn;,.!cnt l"umistice de m i 19 ... ) CCW· UllC I in. quand il n'él;,it qu·une r.t 1pc. Em:orc une foil . de !e.J per ul1n,'g!'s onl exis te et il f«ut . il \"oir gré il Rt:ne Jou·

rIel ôe les voir r('pré t\)"1té A\'ec

tan! de venté La plup;;rt des C01I1pa"non:; dc Jacques parais ellt prets il. la l'é i · j;n tion. !\olais B .. rd;lvoine vcut ab·

Diument \'cn cr cettc mort. Il sait

que Jac:que .. ete elllnl(ne d1l1"J.s la Resislance pal deux hommes, un Ilrofes: cUf t un journaliste qui. personne(JcmenL ne se liOnl guère exposés. Le journaUst a nlilrn re, uié idees. Bardavoi!lC i6cide de les luer. CI veut associer scs cam .. · rades il l'entreprise. Il n'y rêussit pas. Il s·est hicn aCQ;uis le COnf;OUrs de Rismann. cspê de tbéol'Iden de l"anan:hie. Qui attribue â ce re. glemen! dc e' mpte la valeur d'un • gc tc 1). I\i .. is Uil autre de ses compagnons ,e met carrement en travers. affolé il l'idee qu'on P\l l s e si déliberemcnl l ... "iner des homo mes I.e pl·ojet é::houe dans la pl u grande confusion. CE roman (ra JQue n'est pour· tant pas dC.-;tsJ:ére. Il chart" e beaucoup d·épa\' , c'est vraI. Mais. parmi c .. s jeunes gens. il y en a tout au moins un qui s'est raccrocllé a des r'418011S de vivrc. C'cs t Dumrmtier. !e manoeuvre. qui s'est inscrit au Parti communiste. A$' surément. s'jn cl'ire au P.rti com· muniste ne rcsoud ·pas magique. ment lous les problème;. Qn eût aimé ("!ue le n 'mander s·atlal·de un peu plus SUl' If" cas de cc Dumon. t ier. Mais ('"'est déja beaucoup d·lIvoir indiqué cette issue â côtè des impasses où s'enferment \(' au. tres. Roger PAYET.BURIN. Chine masquée - Le rire et l'épouvante Gangsters du Pacifique MIRANI)A. Uot· au;l"lCnllQ\.IC sirènl' (!10U

Ufr))n eS en pkin ,rrêalisme 1I.n·

glais). quitte l"océan. moure use· ment en1porlèe li. Londre pilr U!I 't'une mencl·in qui r a, au préa l;l· , ble. ha bIllée en :crllme du monde (mais. anfirmel ; \a fameuse quct!c Seril donc dissimulée. Miraodlt esl joli",. Ips nommeS- lui font 1:.0 .:O UI·. le médecin et une coel'lsse infirmière S l venl seuls Qu'dle !!,.t lili-femme mi·poissoo. 1."1 les quiproquos. g ... " cn fi nesse el s i· tUiltions imprèvues H ' su('C:!dent .'11 un jaillisscnnml d·humour décun· l.'C rt:.ont d·Qrigma lile. Lu chos['s le plus e!)ormr. ont sUl;geré.cs avec unc aisance et un naturel qui vou foni entrer. diins le jeu avoe ravi semcnt. V"u pa scrcz une joyeuse (li· rée. VilLE :Nl ERDITE L,? prelmer film parlant chinoi5. parait-il. Entendons-nous : la lallI: ue est. sans doute. du chinois. mais le monde dépeint ,,"st aujour· d'hui depassc par l'hi tojre. Comment sïl1tercsscr, il I·époque de Mao· T .Toun . aux demêlcs entre \a vieille Chine rétrograde d, la (in du si';'clc dernier. incarnêc par une impérfltnce-douairière mé· chante ct pl"éoccupëe d'intrigues de style A ·ippine cl son jeune emL1C't" eur dt fils. amoureUl d'u'le jo· lie princesse. Autour de ce ar n sans volonte se groupent des re.. formateurs bourgeois Qui n'ollt d'autn )X·1'SI C'f·tive qur. dc !alre de la Chil1 mOdc1'l1e une cspeee de .1 p'J I1 ilUX I;I'irfe$ d·acier. Dan!! tOi/te '·('Ile his \()!L·c. "MUe des stu· d , " TC illl -Ka"!...chf'k. le peuple 11 olppal'1l1t pas ; on é lou lfe dall5 les rou.k,i\"s d:UI.l pal is pittoreSQue. nl!!!! fcrme a la vie boutllonnanl.e du dehors, Q II('lque Ix: t!es photoli. mal écl airêcs. des ... isaç::e.(l inté-ressants, un (!lct d€' musique évocatrice, mili!' l'cnl;('mblc ,st emlUy('u:( ct decevaot . l.a Chine. ta vraie. celle d'un peuple en révolte t quj sorl des lenèbrC$ puur mar('hcr dans 1", voie d\1 !'ol'l llismc. c'C':;t tout autre cho e qUf" celle imagf'rle poussléreusc oû 'opposent seulement dUferenls d"n d·/!',(ploi teurs. aujourd ·hui ('haués t'onJolntement du pouvoir. PEUX NICAUDS CONTRE FRANKENSTEIN C'e t la c1el'niêre bande du tandem Al:lbot (drôl- Quatre ou cinq minlltl!S cn une hcure et demie)  :-1 Costello (qui n'a jamais fait r irf personne). Nous sommes loin d e fluelques reuuite de Laurel et Hilrdy. pourtant bien usées. Ce mm n·c .. t cep(mdant pas entièremelll raté. car t'idec centrale cd de rc!le qui oftl'intienl matiè· re ÎI. des ituations comiques au 8\lt le mur, en face de la porte, plus tristes des croque-morls. druS' immenses t,aplssettes des nt' et XVIr siècles. A gauche, un U il bali1aquln. entouré de ta..: blearue de musiciens. Au (and, dUflrtnu, pl ee& de collection : des

eh.I.s . des fa.uteulls de synago

Cuu, dl'J, chand lIl!rs. des meu· mbT. n ."$en clens; d s contrat s de en parchemin datant du xvur ,sIècle. _ C·ut dans ce cadre que fQJm 11'tlre, réPète Mané Katz; et l'on '\lrprenCl ses yeux vlts à rêver. aaui III blanche chevelure romanlJ4U - C'est peut-eue la 9Uerre de Palestine. Peul-étre llUS;S/ la ré· v.J!te d.u flheUo d Varsovie. C'est. l'héroïsme et la douleur. C·:;!st l'Injuste mort. d ist r ibuée au hasard ur les ·innocents par les forces du mal déchainées KE!TA FODÉ BA \ 'oici la rcreUe: : vous prene:r; les 1T'0nstrc du r ntas tique. par exemple le comle Drllcu la, Frankendein. IC' loup·garou. ctc .• et vous ra.ites se rencont rer ls tucieusement ce prem ier groupC' avec un couple de j,wt"ux luro"s. ('n l'c$n&:e- Abbot o!t Coslello. Comme l'Idée n·est pa mauvaise. c'est bien le diable si VOU:lt n'Rrrivez pas il déclencber le.!! e'lt"!ols du rire dans l'auditoire de bonnc composition Qui recbcrC'he ce genre de films. 11 a mis des mc!s à orianlser ce Manil Y.a.tz nVlent d'Amfrique où il a exposé récemment. Il le prépare pour le Salon cI·Automne. (SUITE DE LA PREMIERE PACE) Mlil; vraiment on pouvait faire mieux sur lin thèmr. aussi promet· teur. Enfin. ·on rit quand mém . NAZIM HIKMET, poèle el Hikmet. terrlblemcnt èCl"ivait à spn avocat: héros affaibli, miné, Je ne renonce (!:'ao!tCune man/tre â la vie. Ce n'est PIlS mon gellre de Cfever dan un coin tranqull1e ... Vau' me valle ; plus fort qlle d'habitude. 1/ 11 a une foie dallS mon coeur, pareille â Cf:Ue de ceux qui VOltt au combat avec l'e&pofr de lfl vic/aire. D·auell.l15 se demandent ce qu'il faut A minuit, dans la va:att plaine quI s'etend derrière Sllulrt, une petite salve retentit It Balaki tomba, froid, face à son vlUar;l. Le poème • Minuit ' . joué cn Int.amède par la trouP! de Keita F:)déba, l,;t le r cit d'un Jcul1e homme, Ba.laké. injustem.ent tu· slllé au début de l'ère coloniale. Nou,s natifs sommes vingt· cinq, de l'Afrique . noire ... : Parce qu'Il a mis son génie RU 3crvk1I de IOn pet:ple, Nar;inl HlKlllet, le

u.- Innd poète de la. Turquie, un aH 'P11Û lP'and. poètes de notre temps,

en empnsonné, depuis plUli de douze ..., ., d .. rts la prison de BroUMe, en AJ)&1.oI.Ie. Emmuré vivant, Il a'est dres·

 .fe un courale Indomplable con·

trt .. bourt"elUlC. soutenant plusieur IT6VH d. la faim qui l'ont mis eu Qrtcer de mort. Mals son eha.nt. reacnoe tou.!oun plus hau romme un el1 d41 confi.nca ec e meüh'ur!'; Jen ua .. ppel a... lUUe. Dans t.om.e la TUrquie. us potines circu_ lent di! main en main et souvent de boucba .a boucha : VCllJ4I d UoI. dnettur

llill. Je ,,'&t mil. dc.tI' lu main.t paur

toJlflr 4 mon peu1'û, JUtm d·.wu. qU' "f pomme. 1111. PO"'"fIIil rouVt'. mon coeur. C' • .QflWf IÜ ou' ctla, docteur, Et IICJI PM .4 etl.UJe d4 "llrtiriosclérose, (lU fa nicol/ne, de la 1'rl3on. "" r.t cette IJngllUl de pottrine. penser du nou "t'.8.u gouverr.emen . ________________ , Lure. sorti dM " Ieet.ioru, du 14 mal, - CI! «  de mari'. ... comfl)fl' 1Is dhen Qui a bal ay lee mis da M .. b mei lnonu. n. pourront juger le nOU«'lU gouvernement sur l'attitude qu'II pren· dra il. regard du poète héroïque, Alon pourra. prendre tOUt sens le mot de c liberté , si souvent mis en av.nt par les tenants et les bénêflchures de raide américaine à la TurqUie. SAUVONS NAZIM HIKMET 1 En 1935, après avoir déjè. subi maln· tes persécut.ioru policières qui n'a·

·a.lent fait que galvani er son ardeur

patriotique, Nazlm Hikmet se dreuaJt contre le fascisme, dénonçan l'aSI·es. sion de Mussolini COntre l'Abys lnle.

tigmati ant la polltlqlle barbare des

hit.lér:ens. leur mépris du d:olt, leur haine racia.Je. Il celébra en un 100li poème l'épopée du cheik. BedrettJn. qui, au lU"" siècle, dirlsea la l'évolte des pllJUll.'l conue le Sultan. Ce fuL sa denc re oeuvre " légale ... Le& dl· rlgea.nta d·Ankara. aveient juré li8 perte.. Devant l"Indignation suscitée il. !.ravers le monde entier par le majntlen de Nnim Hikmet en prison. le derruer gou\'ernemC:l1 turc a tenté de manoeuvrer de telle sorte 'lu'j) puL"Sc escamoter St'8 :rtl])O.Qsabllitcs pour le cas 0\1. le poète, Itntement assassiné. viendrait à mourlr derrière e. barreaux ... Mab !lU Parlement d'r tambUI, une orte de Redler turc a laché cet a"eu : " Il Jaut que nous baIl1/ 11ons lu C011lmU1I t.es, comme Hitler l'a laIt pour les Juifs. s Une fale au .. l", Uonl)elle Q.1I0 1. tt ... "'.Il·N-u Il ... pr1Iparo poU 6n dellz coups dit Cb1liu • l'tOt. pt",leufl Iotl"!"lalnh avant eO'J'IIf'1encent le. OP"II.tlon. du • ptacnnoant dH IftOJ ruétJ l"1I ro::aJru:. dlqUeI. «ootetll, mtn3-

erl .. el du • Ptllt .. rMlt.rs . e· ·

dire 1ol,ote la sult t des altuc:.ûmu: foraines, depuis 1. lCllethll j\bllu" la marchandc de b .. rltIlVllA. (11'\ "JI'jwnt par la ""nque de r.I1énomenes ".nlq".cs au monde. J ·a! PU approcher Kllta Fodeba, I.l habite une petite chambre d'hotel dans le 13". A 2 heures de rapr s·mt.cll. je l'al surpris. assis dll,nJ un falUMlU. le on: dans Iln Journal. SympathiQUe. U Inspire d'emblée confiance. Instlt\lteur dans un "lIl ge d'Afrique, Keita Fodiba avait monté une petite trout)e. quI. pen· dant les vacances. df ctuaJt des tournées à travers la brousse. Vl'!rtu à Paris pour continutr !;oes études de clroit, Il crée une nouvelle troupl'! et écrIt des poèmes qu'Il a mis en scène : J. ugcrde l4 1I.ult d: trQ.vers les bar· [reGIU Bt m("{lr fous ces mu" qut pè$ent [.tur ma pOitrine NOIi coeur bet IUlee l'ttolle la plus (lointaine. LI pOnE EN DANCER DE MORT n y .. Cluelquea semaines, Nazlm C'est à nous. li. tous les hommes épris de Justice, de llberté, de paix, de sauver le piUS gmnd potte turc. En· "'oyez vos protestations li. l'ambassade de Turquie à Parls, 17; ruc Ber· lon (Xl'I' ). Lii fite l Neu· N u n'a conservé que .wh nom.. g :r de.puil longtemps, elle ne u pu!e plu ... N.wllly· la muniell) alit l'a retolll'. &li dll3l du pont pour tapage nOCllolrtl .. PutCaUl: et Courbel'oie ont accueilli lI.imllblell1e\l les acteurs de eu réjoubunce !orain s qui, cette année, auront lieu du 3 au 26 juin. RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS il!. Newman. c1/ef du personnd dan. une entreprise de New-York. obsw PlV l'id c qu'olt C" prend pour un. juif. finit par quitter son emploi. En cherc1tCilIl! du t'QPalt Il Tetroua;e Gerlrutk, fa secretoire qu'fi It·avait pas voulu embaucher, la prenant pour Ime juive.

 Nous sommes vln,t-oIIlQ, na·

tifs de tous les pays d'Afrique notre : Soudan, Guinée, Séll a:al, COte d'Ivoire. La moltlë de mOI ca· marades sont etudlants, 188 autr88 ouvriers de diverses corporaUons. fi ,J'ai voulu faire connaltre • la France, sur le plan artistique, toutes les valeurs humaines des céremonies qui ont lieu quotidiennement dans chaque village afrl, cain. Les différentes« pllo88 1'1 que nous donnons SOllt la reconstitution mime de Des fHu. Leur rituel dont lu sourees sont a. re' chercher des eitclu · en arrière, at modifie en mime tlmpa que l'ho· lulion de la poputation li. (Traduit de )'américaln par Yvonne Desvign s) 11$ 3'oîment, deciden.! de le mOTler et vone pa$!I " le weck-encl il la campagne. Keita Fodéba emploie notre lan· gue dans les rêclt.s ·et les dialogues Qui dolvênt tre compris de toUS les spectateurs. Lcs chants sont Gop7rl,bl b7 D'olt ct Llbtrl. et Bdillona •• Uln .. lI. Tou. !.Irelll t S(t'· fI. clonnés dans leur dialecte orlg1- rocus - E.st-ce que M. Sullivan est-Ili. ? 11 se souviendrait .. - Il It e:\ train de se billgner, dit l . vieillard, sans

remuer la the, mais Il ne pourral rien faire pour vous.

Ce Mj)n tIls. L·hôtel· m·appartlent. M. Newman croisa le regard inébranlablement bienveIllant du vieil homme. . - Je e01Jlpr nd . dlt·1l tranquillement. Il prit sa. tes"iraUon. « Je pèl'lSals qu"il se souviendrait de moi. Je SI.1.l.S mtfl !cj deux semaines ... li Us yeux du vieillard se relt'rmèrent tandl qu'il hochait li. ttt.e liions ce.uer de sourire avf"C suavité. - Conlplet, monsieur. Avec la meilleure volonté du monde, Je n')' pourrai, rIen. - Allons à l"utre dans ce cas. U\urent. dit Gertrude en .enant i. eux. Newman se relourna vivement vers eUe. E1 UxaU le vieillard. ses paupIères étaient lourdes e deltll' erm6c. de petites ta.ch rouges apparaissaient sur IOn vLs.ge. • Hou:; étioll$ un peu il court d·essence. \'oi!A t CKI  »' lA- vieillard CCtu. Ik sourire. - J 'aurals été ravi de vous obliger 51 nous ne nous LIOU· l'Ions PM au complet. dit-i1 dl': sa "Oix la plus basse. _ Je VOls ça , On doit s·éc. aH:r, lC!. avec dom'" voltul( aeulement dam le: parc. Comment sont-Ils venus, les autre:., .. n ,.acM, pe:uwue ? _ J ·"I rilpondu comme Il S6 dOit, madamc. _ AIIel: donc ' bOire un boulllon avec votre fils, vous. Elle .. CbI.lrr'la vers Nowman qui se tenait entre les vali e.s, la reprdant bouche b "'. _ Allons·nous en. Laurent. dJt-ellc d·une voix alttae.

-oIIwm.ao s tenait comme pétrifié, incapable de se baioser.

_ Vl flM donc, d.lt-elle a.vec colère. ,",vant t'Juc nous rl - q'\l U oIU1.re l'! touff s plr la foule qui se prc$.!;e iCI Sut quOI elLe !It d.eml·tour. traversa le hall drisfT.t Jusqu';\. t. port4 et sortit sur le tr:ras.se. Newman ramaSH les " llbeI t\ U hâta. de la. suivre Sil11.S se retourner une rois dans La dlnedotl. du vh'U:ard. c.h\nocaba. ils retirent n sens Inverse la route 11 tra," U. bolS. JI l3e 1\1 rtgardllh pas. ·mats s'effor'Çlln . u am· tttin dt le cotl1elllrer sur les dlveses manoe vrH de la l'olture n " a sa !l'!act' ior5qu·ull peu d.ll JlOUllislcre , 'tl"",. de ,. tOln . pull l'abalua de Quelques cfnll m èt.e , pu1I un peu plus fncore: tenant le volant de Iles dcux m.IW ftTmN. Il nt un dfllour Jusqu·à l'extreme bord de la. tGIIU! potU' h'Uoll' une petite du bout ck , doigts '! ,.. tur II! tab1uu une bande ct1O!tc de pOliDlotTe reentt... leeoa . \Cl peu I Jambes de son pan\llloa pour -97_ 'FOCUS év\ter de les froluer. Et il C(lndUlslt 11. une allure de tortue. Indiquant bien qu·11 ne pouvait étre question de luite. Elle était assls tout contrt. Illo portière, aussi loin de lui que poulble. mais Il savait que son corp ètait rigide. Au nl\·ed.u de la. grand·route. il Moppa et, rcgardant sur u. gauch SI ·aucune voiture ne surgi ait. il remarqua l'êCl'lte,lU. 11 s · a était clairement wuvenll au {:OUI"Ii des r.laq "'nll s teoul s d.epuls son sejour ... alns! QUC du lavabo de sa chambre. et d·IHl certain arbre au bord du lac. dont il utihsa!t le tronc pour attacher son cJ.noé. 11 se rappelait l'écrlteau avee une netteté particullèn: la typographIe l'lglai d.e l'inscription et la bordure blanche et l·ouJ1:e. Et \·Olill. qu ·a uJou d·hu\. les mot3 tracés en peLits caractèrr.s au-dessous de c: Rivervlew Hotel lui donnalcnt A. r!Hl6chir. « CUcntele choisIe t. Au cours des dix &econdes néccsa.alrcs pour Inspecter la route et ob erver l'Ccntcau, . Il se demanda si cette inllCrlption se trouvaIt déJâ la. to rs de son dernlel P t sage. Il y refLichit en roulant sur la rOUt(: national'!. ImpOSSible. eUe n 'y étaU. pas ...• et pourtant. dan, I)n for tnl.f.n eur. 11 etait certa.ln Qu·clle s'y Irouvait déja. M3ls il cette epoquc, cela voulait dire simpleIllent Que tout!! personne. potIrvu Qu'elle fil t de bon ton ·t de bonnes mamères. était la bienvenue Cela voulait dirc qu'on se rctrou'·31t lâ entre sol. non paf qu·on eût . refusé ab luO"lerît d·admM.lrr. QuplQu·ull d·allure un peu .. BllI .... r"' que, Wlit co eOndlll!llOt il. faible alh:re. Il se Vl\ loul il COUP en jtrhe.nce de M. Steven3. de l'Akron CorporatlO!l.. Et il

e llt1t cs. nou\·cau le rouge lui mont :r  u VIsage , à !"idée

I,U 'OI1 t'il" J,11UI dISPOS de lui à lort. comme i d'un imple coup cJ·oe!l. on pouvait le classer jlarmi les gl'ns vuli."llre t \·oyant et de ba e cxtraction ; c- mains se crispèrcnt ur lr. ·vol:Ult et Il dit. 'I"une vllix conccntree : - Que! toupet! _ Il ,Jurait ail moins pu sc donner la rwlne d fabriQutr une excuse val.\bl . CompJe ! Je 1 aurais étranglé. je llUral5 êtran;;I . Je jure que le l'aurais e!ranglt"! p:o!éra-t- lIe en gnnçant dCE denls. _ Allons ... ne prellds pas t'ch trop à coeur, chérie, 100· plora·t·ll. COllliCltmt de ne pas h.!re trop bo.1n r.ontel1ance Iu.i.m tmc. Je I·en pplll:. UWh,· de ne plu y penser. _ Pount'H)j ue (ail-on pa, QUf'IQIlr. Cho.;e? EH/! ft a.it à bout de l1 ( rl.l.. et II appuya sur I"acccltôratpur. comme 51 CI! dut ",voIr pour effet de prévenir le deluge imminent. • Pourquoi ne va.-Hn pas d.i"mandf'r a tout le monde qui st· 1: Cl pms 011 ln' tIra il "es salo-s JUlf à part et cc ,;cral lc!illl ulle lOIS pour t OllI :S! ;t 1::110,: cut UII bref uniiot. P CUS - VoyOllS. chérie ... , dit-Il, pour djr quelque chO.!ie. - Je n'en peux plu: , J.c ne peux p le supporter plus longlemps. On ne })t'ut plus mettre le l1e:t dehors "aIlS 'lU'" arrive quelque cllose. Allons ailleurs. Lou. OÛ vas· u? Allons dans un autre (':l1droit, tommanda· · lle, pr te, semblait_il. /1. 5·emparer du volant 3. tout lnsbnt. - NOlIS rentron à la maison, dit·il. - Je veux que nous ""Ilions dans un autre end olt. Tu m'entends? Je veux ({ue nou. alliolls quelque pan! hurla. t-elle. - Maintenant. ç;j, surfit! - Non. Il'lisse·mO! descendIe. Je refuse de rentrer! Arrête la voiture ! - Veux-lu Ilcher mon bras. Lache·moi Immtdiuement 11 l'a re.poussa violemment d'un bras et elle licha lrl . -Je le prie d·arréte la vOitllrc. Je rcflUe de tentrer. Il se rans:ea. sur le bas- :Oté de ta rOUfe et fit haltJ:. EUe deme.ura assise. 1\ regarder rixemc", devant eUe. Avcc un geste dc lete. elle dit : _ f'·als ùeml·tollr ct nous trouverO:lS un aUHr. endroit. Elle piVota viveme-nt sur son sIège et regards pu 1 .. 1I • .1Ce a:rl rc , Il Tu peUJ!; y al1er. il ne "ient personne •. _ Gertrudc ... _ Je \·CU); que tu tasses dcmi·tou!. dll·eUt, Implacablc et survcl1lant la route il. l.ravcrs la glaet. _ Commence par te calmer un peu. dlt·iI. sèchement. et la prenant par les épaules, il la remit !ace ' l'avant. Mai (l!le ne rabanit rtcn de s n:iFenc S, se bornant Il. attendre un nstant avant de les formUler à nouv au. _ Je n':11 i as l'mtr.ntion de répéter cctte seance aujour· d·hul. dIt-Il. Je llC veux plus t'exposer à Nre ln ulte . ni mol 110n \)IU5. - fù;tournons, dit elle. _ Il n'y fi, que de h6tcls à dJentèle rhOlsic ",,-r Ir,\. Jr. l'avals oublié, mals l'écriteau m·a rafralcl1! la mémoire. Ce s ra pal·tout parell. Elle h! contempla. le JaU8:f. nt du ,rcgard. Il était conscient de pa. scr un x;tmt'n. _ Ecoute·mol, dit-eUc brusquement, pourquoi te l&ilS ' tu 10uJouri prend.e pour un Juif? _ Je nc me IIlI &C toujours prendre pour rien du tOllt. répllqua-I-!l. _ Pourquoi ne lui as-tu pas dit cc que tu es Tu n'as qu'à lui dire. _ Lui dire quoi? Qu! .... -tu que III hü diM! ? Quand Que lqu'un adO')pte cette attitu . lu SlIJ,S bi!!o Que' tout ce qu'on peut dire Ile sert a ( k Dt -99- • nal. Cependant. le grande extension parmi les mettres c nt correctement. fral1(;ais a une là-bas. même Qui le pronon- C·e·st tout naturellement Que Keita Fodéba évoque ensuit.e de· \'ant m·}1 ks pratiques discrimiua· toJres dont ses frères africains sont l'objet. - Le but de nOI opprUleurs ' tait de nous empêcher de pren" dre conscience, pour noui illfério· ri,er. Gombien d, foie, enfant, ai· le entendu dire Clue les ancien. chefs afrIcains étaient dIS sauvages. des hommes .sanguinaires, parte qu'ils avalent ose se dreHer contn lu blance 1 A l'êoote, on refutalt de nous enseigner l'histoire et la ,hs:raphle de notre propre paya, pour étouffer toute aspira· tion natIonale. AuJourd'hui, tu fauhur. de guerre" \l'antent de posséder une grande eiviliaatiol1 ; on plut en douter lorsqu'on les voit agiter la menac J de la bombe atomique, qui détruirait tout, Bien· entendu, parce qu'n veut la paix. comme ses frères. Keita Fodi: ba a signé l'appel de Stockholm . l.E HVEll DE iA SOR. ... IERE ROUCE Ulle de c .. histoires de tresor enfoui dans la CEl l'casse t'oulée .d'un voilier. corrllm:: on en lisait, les y ux: agrandis d'intérêt. dans 1( L'Intré· ride 1) ou Il La Jeunesse JlJustrée 11 de ma dixième année. J 'imagine que les toués d'aujourd'hui ont aussI le gout de oes avcntures dc la mer ou s'arrront('nt les bons (souvent des drolCli de bons) et les méchants dans un duel plcin d violenc.e, de péripèt'e, bien fabriquées et d'a· mour fArQuch , " R "ci l de la Sorclt.n Roug

t (c La Sorciêce Rou, .... ', c."e,t

le nom du navire). correspood aux règles éprouvées de c ,enre il succès. Le récit e! t bicn conduit et les ('Qmédiens confortablement install e .dans leur rôle, 11 ne reste plu Qu·à entrer dans la convention, à

'émouvoir et à ne pas trop approCondir.

Sauli ceUe réserve. peut· être passercz-vous un moment sans ennuI. Rogc.r MARIA. ECHECS par le Maître 1. VOYACE SANS RETOUR Problème N° 28 • ,• L. YO:STAINE

 Cbtss " l'U

.. 8 COI , • H Ln blanc! Jouent et lont Jl1ir,t en JÎx COllpS. NOll. chus le teul"z, la r dadion ne 5e nlo({ue pas de youo. No problènles en deux ou trois coups nt dejà ilsse1. dil!iciles i résoudre. et maintenant noua nous Dermettons de vous en pr StntH un en ûx I!OUp ! Un vrai tombit!, Ciuoi! Pourtant. !'alllU ant e compORi tian d·aujourd.·hui ...;t peul·ètre la plu facile que nOU5 ayons jamais publit . Pour (acUiter \'05 recherchcs. nou, ·ous indiquerons que Sa M J té

oire effectue un 'l:rand voyage devant

le r ideau de (CS troupe$ et qu'à quaIrc rep .. i,e. l·otCici"f qui aurait normalement pu :e protflgC'r cantr!!: les U111Uls ennCm!l e trouve ... o:::oué sur place! TOURNOI ilES CANDIDATS A nUDAPEST Par un Jeu 'lIlrrmcment energiqul! et plein de hnes. e. le jeune David Bronillein a combl on l'norme retard pour terminer;' è: ... Jité de points avec !. 8olcslllv ky. qui mtnait depui le début de J' pr",u\'e. Les deux vOl ;nQueurs du plu impor_ lant tournoi de rann e se renr.ontreront dans un match dc barra:;:e d·ki Iroi$ mois \l'Our désillner Ir. ch;,ll n;l:er dc Mikhail Butwinoik pour le titre mondial. VOlci le chusell1cnt {imü: + .. 1. Boleslavsky .... 6 0 12- 1. Bron5tein ...•. _ 8 2 8 3. SmY$lov ...••...  :l 10 4. Kcres ..... " ... :J 2 13 S, Nudorf ........ 3 :J 12 S.Koto\' ......•.•. 5 6 7 7. SIOlhlbcrg 2 4 12 8. Flohr ... 1.; 12 8. Lilienthal 2 6 li R.Snbo . ... .. .... 378 Pt, "t2 10 ,9 1/2 il 1/2 ,,• 1 N 35. - Caro·Kann Jouée le 7 mai à BudapC!.t dans liII XIII' ro;Jde. Bron 'eln F"tohr 1. e4 ç6; 3. Cç3 d : 3. CU Ft4: ,. h3 FaU; . Dxf3 t6; 6. · r3 CfG; SHERNETSKY 7 . . d Fe7; S. Frt 0-0: P.O-Il Cdl (6 ·"referer ... Cbd1): lt. DU C'-'; IL d Cif;; It. Cdl Cbt; n. h4 s: 16, bJ (;d; 1$. çl KM ; U. h6 rxM : n , C4-$ Cxi5; U, CdS Cxd5 08,., Q;d3 ; tt. Fxh6 Tg8: %O. Cxe7 Dxc7 ; tt Dlld3 et. le, blancs aJ:'llentl: 19, Dxes 1- '11 ; 20. Dh! FI: (2(1,., f's ; 21. ft Cff! ?: 22. Dd. CIe.) : :1. FlIta& Fxh', %:1, Dû' Df6: tl. DhS DS'; :4. Dd Dtl; 2:$. nh D1'8: 28. Det Td'; 2' , n.t .S 1 211. ç4 b:«4; 29. àx Cb': 3f. bd! T,dl: :\1. n  !i + 0,1; 3:, DZC3 ,. •• : 33. a4 Txb2'; 34. Tdt {les noln .lta:D donncnt. car 6pr4!s 34 ... h6; A TdI+ Rh7: 36. Fe4 .1. (:5; 87. '-xf'+- ru': 38. Dxi5+ D e: 3 . Th8+ Jb:h8 : . Dl :8ij Cxçi : 41. Dxh6+ Rg8: 42. 6+ ct 43. Dxç4, ln blane3 gal1lent $lns dil!icult ). NOUVELLES Un gr.\.n 'i tournoi d"1t elt OUvert i. Puis flGUr du dtbl.llAnlJ et jouelU'1 Ilon duRs du 4', 3' e\ Z" c"t ,oriel.. Tou . .. ni dia tJno:1Jem. peuvent y concourir. Tira,-e au 501·t le JEUdi 25 1IIal, i. ZB h. 3n, au. BAT1FOL " Il . faubout, SJint-Martin, où IC'3 ins.:rfptions (gr •• luite$) SOM acceplées jU5qu'à cette dale. SOLUTIONS N" Z6. __ CuoU SENECA ; c La .nratille ' . Clé: L DbS. V.r iaotes : 1... cl D: 2. De2 mal. 1 .. cl C; 2. DU mat; 1 .•. e2; 2. Dxn2 nIaI: 1. R!3 D( mat; L .. Rel; 2. 0e2 mat. N' 'P. _ lit. WROSEL : • Problem.i&lell • 19-19. Ch!; 1. Re2! dl D-!-; t. Rxdl CJou. 3. Ch7 m ... !. U. R. S. S. Au Chilnlpionllat Juvf!n\l de Lènin· trad un Jeune I arçon de 12 ans, Bo. r; SpUkY. jouait avee ulle rare mal· tr i e. Vokl unc de ses parties, qu. hien de Ill,ltres internationaux eralent rien dt complet parmi leur palmllrb. Serait-ce Je fulur champlon du mond,! N" 36. - Cambit D me accepté B. Spilsky Aftonomo'r 1. dl d$; t. çt Ilx '; 3. CI3 CU 1 t. il ".$: S. F);ç' U: 8. D_I) .6; 7. DU b5; R. Fba CtS l 9. Cç3 ç .. df; 10. "dl F"bJ ; II. hd4 C1l4; n, lIS! (un e )uP de".m.,·rel : I! ... Cbxd.\; 13 ,.,5 F.' 1 U"-ltll cd' (Si t 4... Fx{s ·: 1.3, CaoCl' Fx!U : 111. FxdS et le$ blanCli ,.P \ une pièc ): u. CXd$ Fxd5; U. F.dS 08xdS: 11. Cd4'! RIS; !P. CU bi. li, Txd5! ()x,U: ZOo Dxel+ Re'; %1. DU'" et lts nous abandonnent. ,

,

Notes

<references />

Format JPEG