Droit et Liberté n°436 - février 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°436 de février 1985
    • Nouvelle-Calédonie: en finir avec le colonialisme
    • Congrès: le débat commence: thèmes de reflexion soumis à tous les adhérents
      • Le racisme en France aujourd'hui
      • La France comme société pluri-ethnique
      • Différences, égalité, solidarité
      • L'action du MRAP
    • 21 Mars: tous dans l'action
    • Reder aujourd'hui, Barbie demain
    • Le racisme en justice

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Nouvelle-Calédonie en finir avec le colonialisme .,- ' le lundi 28 janvier, le MRAP a reçu à son Siège tlean-!o}arie Tjibaou, président du FLNKS. Il y a été accueilli par un grand nombre de membres de Paris et de la Région Parisienne du Bureau National, du Secrétariat National et de la Présidence du Mouvement. droit et liberté "Au cours de l'échange de vues qui a eu lieu, le "RAP a · expri.é sa solidarité avec la juste cause du peuple Kanak, fondée sur les .ê.es principes qu' il a défendus lors des conflits d'Indochine et d'Algérie: l' opposi tion à toute for.e de colonialis.e, le droit des peuples à l' autodéter.lnatlon, mensuel du mouvement ~ contre le racisme et. pour l'amitié entre les peuples • :. l' égali té entre les ho ..e s, la nO 436 - Février 85 - 5 F libre expression des cultures". C'est ce qu'ont souligné, dans leurs interventions, à la fois, Charles Palant et Albert Lévy. Le leader kanak nous a di t qu'il comptai t sur nous pour fai re grandir en France ces idées généreuses. Le lendemain, le MRAP était présent au meeting d'information et de soutien aux droits du peuple kanak: de nombreux militants y ont participé et le Mouvement y était représenté officiellement. Reder aujourd'hui, Barbie demain Le commandant SS Walter Reder criminel de guerre coupable notamment du massacre de Marzabotto, comparable à celui d' Oradour-surGlane, a été libéré par anticipation par les autorités italiennes et accueilli ~ son arrivée à Graz par un ministre autrichien. Le MRAP a exprimé sa vive protestation et sa profonde indignation aux ambassadeurs concernés. Une délégation du MRAP a été reçue à l'ambassade d'Autriche le lundi 4 février, sui te à une manifestation qu'il a organlsee et à laquelle se sont jointes de très nombreuses organisations JI anciens combattants, résistants, internés et déportés. Congrès • • ISSN 0012-6411 le débat commence Le prochain congrès du MRAP (qui a lieu tous les 3 ans) se déroulera dans la région parisienne, à Pantin, les 8 et 9 juin. Pour le préparer, des thèmes de réflexion sont soumis aux comi tés locaux et à tous les adhérents du Mouvement. Ils figurent dans les pages 3 à 16 de ce numéro de Droit et Liberté. N'hésitez pas à écrire au Secrétariat National du MRAP, 89 rue Oberkampf, 75011 PARIS, pour donner votre point de vue, aj outer des éléments complémentaires, faire des suggestions. Chaque mois, dans ses prochains numéros, Droit et Liberté publiera une synthèse des contributions parvenues. 21 mars tous dans l'action Le "RAP souhaite que le 21 .ars, Journée il.ternationale pour l'éli.ination de la discri.ination raciale, soit .arqué cette année par l'activité de l'ense.ble de ses adhérents en plus des ani.ations prévues par ses co.ités locaux. Tous recevront des autocollants, qu'ils seront invités à placer dans leur quartier, leur lieu de travai l, pour répondre aux slogans actuels de la propagande raciste. Cette action de grande envergure se déroulera du 21 .ars au 24 .ars. Par ailleurs, le "RAP propose à tous d'arborer, le 21 .ars, le badge "Vivre ense.ble avec nos di fférences". Le de.ander aux co.i tés locaux ou au siège national (l'unité: 5 Frs). ACTION l~lE RAaSIE EN JUSTICE."J Mus tapha (Gannat): Alain Vallon, condamné en octobre 1983, pour aVOlr publié dans son bimensuel "Le Chardon", le tract "Mon très cher Mustapha" par la Cour d'Appel de Riom, s'était pourvu en Cassation contre cette décision. La Cour de Cassation lui a donné raison en cassant l'arrêt attaqué (1 1 décembre 1984) . Mustapha ordonnance rendue par (Mar seille) : c ' est une de non-lieu qui a été le Tribunal de Grande Instance de Marseille, le 19 décembre 1984 , à la su: Le de la constitution de partie ,ivile du MRAP contre la distrit tion du tract Mustapha à Marseille, en décembre 1983 . Motif: l'enquête n'a pas permis d'identifier les responsabl es . France, réveille- to i : ce tract raciste qui incite le lecteur à se méfier de l a communauté juive , a fait l'objet de plusieurs dépôts de plainte à Paris et en province par le MRAP . A Paris , un avis de classement, faute d'avoir pu trouver les auteurs , a été signifié au MRAP le 12 décembre 1984 . le Meilleur: Alain Ayache , directeur de ce journal , avait publié en Ju~n 1983, un article haineux à l'égard des Gitans . Sur plainte avec constitution de partie civile du MRAP , le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux l'a condamné, le 29 mai 1984 , à 10 . 000 Frs d'amende et 1 F de dommages-i ntérêts pou r l e MRAP pou r délit de provocation à la haine, mais l'a relaxé de celui de diffamation. "Virus .alin": condamnation par le tribunal de Chambéry , l e Il janvier 1985 , de l'abbé Chavoutier, qui avai t publ ié au mois de juin dans l'hebdomadaire "La Savoie" un article consacré à la s i t uation de la Société Fusa l p, en emplo yant des termes injurieux à l'égard de la direction composée de Juifs - de cette société . Le MRAP, qui s'était constitué partie Cl Vlle, devra recevoir 7. 000 Frs . DU COTE DES COMITES lOCAUX Montpellier. Après la projection du fi lm " Train d'enfer" dans un cinéma de la ville, débat public le 25 janvier avec le MRAP et la Ligue des Droits de l'Homme . Montreuil. Sui te à des menaces reçues par un jeune du lycée JeanJaurès et sous la pression de l ycéens et professeurs , le conseil d ' éco l e avait décidé de tenir une matinée de décembre sur le racisme . Le MRAP y a participé. Pantin, Stai ns ont organi sé l 'un , un débat et une soirée pour l' amiti é en t rel e s peu pIe s , l' au t r e , a mené une active campagne de signature des pétitions du MRAP . FEDERA TIONS 16 . le MRAP au salon de la BD à Angoulême les 25, 26 , 27 janvier grâce à l a Fédération de Chare nte qui y tenait un stand après avoir organisé un week-end de formation inte r ne la semaine précédente . En décembre, el l e avait animé deux débats dans deux quartiers populaires d' Angoulême, et ve ndu 941 Bons de Soutien à la Fête de l ' Amitié, fin septembre . 86. Réfléchir sur les causes du rac i sme po ur mie ux agir da ns la co nstruction d'une société pluricu l turelle, telle est la tâche que s'est proposée la Fédération de la Vie nn e . El le envisage , dans ce se ns , un col l oque su r l'extrêmedroite en France . 87. La Fédération de la Haute-Vienne prépare activement sa Fête de l 'Ami t i é entre les peuples dans le cadre , cette année, d'une action d'importance sur le thème: "Vi vre ensemb l e en Limousin". CREATION DE COMITES lOCAUX ET DE FEDERATIONS - Constitution de la fédération de la Vienne. Création des Montbard (21) et leu- la- Forêt (95). 2 co.ités de de Saintt.: EXTENSION DE LA LOI DE 1972 la possibilité pour les associations, dont les statuts prévoient la lutte contre le racis.e, de se constituer partie civile pour violences et cri.es racistes, a été votée en déce.bre par le Parle.ent. l'extension de la loi de 72 était souhai tée et duandée depuis plusieurs années par le MRAP qui n'a cessé d'oeuvrer dans ce sens. le texte est inclus à l'article 99 (titre IH) de la loi du 3 janvier 1985, consacrée à "di ver ses di spos i t ions d 'ordre so ci al ", et publiée au Journal Officiel du 4 janvier 1985. le vote de cette loi, aussitôt qu'il a été officielle. ent publié, a per.ïs au MRAP de se constituer partie civile dans l'affaire Habib Griui, le jeune touriste algérien assassiné, en nove.bre 1983, dans le train Bordeaux- Vinti.ille. CARNET NAISSANCE El isabeth louvet, responsable du co mi té Paris XIIème , a été l' heureuse maman d'une fi lle pré nommée Sarah . Nos félicitations et tous nos voeux à Sarah. NOS DEUILS Nous avons appris avec peine la mort , en janvier, de Samuel lIeissberg et Ab raham ' Bibergiel. L'un et l ' aut r e ont été, au cours de leur vie, parmi leurs multiples engagements , de fidèles militants du MRAP. Albert Lévy représentait l e Mouvement à l eurs obsèques . Nous ex pri mons -à l eurs famil les charnelle et spirituellesspécia l ement l'UJRE et l' AJAR - nos sincères condoléances . Ce même mois , Mme Arpad Szenes di te Vieira da Silva, membre du Comité d'Honneur, nous faisait part du décès de son conjoint , arti s te peintre . Qu'elle trouve, ici, l'a ssurance de notre profonde sympathie . SPECIAL CONGRES 85 Congrès 85 Thèmes de réflexion soumis à tous les adhérents 1. Le racisme en France aujourd'hui 1. Caractéristiques 1.1.1. Faire disparaître le racis.e: tel est l'objet statutaire du MRAP. Pour cela, Ü est indispensable de connaître et analyser les formes que prend le racisme en France, prioritairement - afin de mener une action adaptée, efficace. 1.1.2. Pour l'essentiel, le racis.e actuel vise les i •• igrés, particulièrement les Maghrébins, et parmi eux surtout les Algériens. Il consiste à placer l'immigration, de façon quasi IJbsessionnelle, au centre des problèmes fondamentaux qu'affronte la société française. Par une sorte d'automatisme, sans base rationnelle et pourtant largement répandu, les immigrés sont considérés comme la cause (ou l'une des causes importantes) du chômage, de l'insécuri té, de la "mal vie" dans les ci tés populaires, des difficultés de l'école, de la fiscalité et des charges sociales, de la crise d'identité- française et de la dégradation des valeurs traditionnelles. 1.1. 3. Un racis.e ne va jauis seul. La poussée de la xénophobie s'accompagne de plus en plus de manifestations d'antisé.itis.e. Celui-ci perce dans le discours du Front National, ' malgré les dénégations de Le Pen. Des tracts, des graffiti, reprennent les excitations meurtrières contre les 3 juifs. Des groupements tels que la F .A. N.E. ou les F.N.E. (son succédané) se référent ouvertement au nazisme dans leurs publ ications qui paraissent librement. Malgré sa condamnation, Faurisson conti-, nue, 40 ans après la libération d' Ausch\ oIitz, de nier les crimes hitlériens, en accusant les juifs de les avoir inventés. Le procès tardif de Klaus 8arbie risque d'être détourné de son objet. 1.1.4. la situation des Tsiganes et Gens du Voyage tend à s'aggraver. Des tracts ou articles, reproduits un peu partout, amalgament "nomades" et "cambrioleurs". Le bulletin d'une association pour la sécurité écrit que "tout Gitan circulant à pied ou en voiture est un danger pour vos biens et ceux de vos voisins". Ce "racisme anti-Gitan", fait de mépris, de méfiance et de peur, vise autant qu'une ethnie, un mode de vie, le "voyage", avec les traditions et la culture qui s'y rattachent et qui perdurent en cas de sédentarisation. Dans le rejet qui frappe les Tsiganes, causes et conséquences se niêlent: on refuse d'aménager des aires de stationnement ou des conditions d'habitat décentes, et on leur impute ensuite la responsabilité des conditions déplorables d' hygiène ou de concentration auxquelles on la contraint. 1.1.5. les originaires des DOII-TOII, les Français d'origine maghrébine sont victimes d'une même hostilité, des mêmes préjugés que les étrangers. les Asiatiques, en majorité réfugiés et naguère relativement épargnés, constatent que leur situation tend à se rapprocher de celle des immigrés. Des attentats ont lieu contre la population ar.énienne et ses institutions. SPECIAL CONGRES 85 -:::t 1.1.6. A noter, en outre , la dimension interna tionale des campagnes racistes, qui s' éte nde n t à 1' ense.ble des peuples du Tiers- Monde . Leur prolificité , opposée à la baisse de la natalité dans la population des pays industrialisés , sert de support à l'idée d'un "génocide par substitution", qui mettrait en péril l'existence même de l'Occident blanc, chrétien et "civilisé". 1.1.7. I l ne s'agi t pas seule.ent d'idéologie . La diffusion massive d'écr i ts et de propos racistes incite aux actes . En France , le racisme tue . Les immigrés de tous âges, surtout maghrébins, et récemment turcs, paient le plus lourd tribut. Mais une ancienne déportée juive a été assassinée à Cannes, un jeune Gi tan est mort d'une "bavure policière" dans le Jura . Des tombes sont saccagées dans des cimetières juifs . Chaque jour, des hommes et des femmes, parce qu'ils appartiennent à telle ou te l le minorité, subissent des discriminations , la haine, des InjUreS ou des menaces . Faisant fi des sentiments humains les plus élémentaires, on réclame (ou on admet) le "renvoi" des immigrés comme s'ils étaient des choses ou du bétail. 1.1.8 . Le plus inquiétant, peut-être, est que le racisme actuel , d'une virulence rarement atteinte, n'est pas reconnu co •• e tel dans de larges secteurs de l'opinion . Ceux qui soutiennent Le Pen affirment qu'il a "le méri te de poser le problème de l'immigration". Il a pu faire condamner (grâce à des artifices de procédure et une certaine passivité des tribunaux) plusieurs personnes qui l'avaient qualifié de "raciste". Et les poursuites engagées contre lui par le MRAP traînent en longueur . Ainsi, les mensonges racistes prennent l'apparence d'év i dences, d'opinions parmi d'autres sur la situation économique et sociale . On les accepte d'autant mieux que, par un habile retournement de la réalité, le raciste se trouve placé en état de "légitime défense" contre sa victime, qui "menace" sa sécurité, son travail, ses traditions . Les médias , les pouvoirs publics ne font pas preuve de la volonté de clarification qu'on pourrai t en attendre . Les atteintes aux droits de l'Homme dans certains autres pays donnent lieu à des protestations plus VIves que les crimes racistes perpétrés sous nos yeux. Ainsi s'installe la "banalisation" du racisme, facteur décisif de son extension. 4 1.1. 9. Le racis.e présent se distingue-t-il des formes qu'il a prises antérieurement dans l'Histoire? Le racisme co l onia l visa i t à justifier la spoliation et la surexploitation de peuples déclarés "inférieurs", tout en accordant aux "peti ts bl ancs", en compensation de leur propre exploitation , une "supériori té" factice (cf Nouvelle Calédonie). Le racisme antisémite a été utilisé comme diversion pour détourner contre les juifs les colères , les rancoeurs, en protégeant les véritables responsa bl es des souffrances et des injustices infligées aux peuples . Actuellement , on assiste à une jonction de ces deux processus. Les immigrés sont présentés comme responsables de toutes les difficultés (comme hier les juifs) . Mais il subsiste à leur égard des séquelles de l'esprit colonial: on veut bien d'eux , mais à condition qu ' i Is restent "à leur place" de sous-hommes, surexploités, logés dans des bidonvilles , sans droit à la parole . Leurs luttes syndicales, leurs revendications d'égal i té, de dignité, le ur vie mêlée à cel l e des Français, sont ressenties comme des offenses , des agressions, un bouleversement de l'ordre "normal". La nouvelle législation leur reconnaissant le droit d'association, mettant en cause les employeurs abusifs, réduisant leurs contraintes, ainsi que les régularisations de 1981-82 , ont servi de prétexte à la campagne raciste qui s ' est développée depuis, ces mesures de si mple justice apparaissant comme des privilèges exorbitants . 2. Pourquoi? Comment? 1.2 . 1. Le racis.e n'est pas spontané , du moins' dans ses manifestations sociales . C'est une manipu l ation machiavé l ique de l'opinion, destinée à donner des vrais problèmes une fausse interprétation et à propo ser des solutions qui n'en sont pas . C'est faire croire par exemple qu'il y a trop d'immigrés quand il n'y a pas assez de logements sociaux convenables; ou encore que le départ des immigrés créerait des emplois pour l es chômeurs français. Cette mystification comporte trois person nages: la victime désignée, le raciste mystifié qui s'en prend à elle, et le mystificateur qui désigne la victime. C'est un fait que le racisme est lié à la crise, aux frustrations et aux angoisses qu'elle engendre. Mais il n'est pas, même dans de telles circonstances, une fataliSPECIAL CONGRES 85 té . Si· au lieu d'analyser objectivement les données, les causes, les remèdes de la crise , on s'en prend stupidement et méchamment aux immigrés, c'est bien parce qu'une véritable entreprise de fa l sification, orchestrée avec d'énormes moyens, a été entreprise contre eux . 1.2 . 2. Il est faux de dire que "Le Pen di t tout haut ce que les gens pensent tout bas" . En fait , c'est lui qui, avec l'appui complaisant de certains médias , a le plus ouverte.ent répandu les .ensonges anti - i.. igrés qui détournent les gens d'une réflexion lucide, d'un débat démocratique sur la si tuation du pays , sur les di fficuItés de leur vie quotidienne . 1.2 . 3. Ces interprétations frauduleuses ont d'autant mieux réussi à contaminer l'opinion que l ' oppos i tion s'en est e.parée à des fins politiques en rendant le gouvernement coupable de la prétendue malfaisance des immigrés, qu'il favoriserait au détriment des Français . Ce "racisme d'oppos i tion" avait d'ailleurs été pr écédé par un "racisme d'Etat" lorsque les mêmes , alors majorité, s'acharnaient contre l'immigration (cf la prestation télévisée de Giscard d'Estaing établissant un parallèle entre le nombre des chômeurs et celui des immigrés non-Européens). Mais c'est surtout pendant la campagne municipale de mars 1983 que la connivence a été la plus flagrante entre l'extrêmedroi te et une p,artie de la droite qui cautionnai t ses thèmes xénophobes en les reprenant à son compte, en s '·alliant de façon plus ou moins voyante avec les hommes ou les listes du Front National et du P.F . N. Aujourd'hui , apparaissent, en outre, des a l lusions malveillantes aux origines juives du Premier Ministre . 1.2 . 4. Pour sa part, la .ajorité élue en 1981 , si elle a pris un certain nombre de mesures que nous réclamions les dernières en date étant la carte unique de 10 ans pour les résidents étrangers, et l'extension de la Loi de 1972 aux violences et aux crimes racistes n'a pas t.Dujours eu dans ce domaine une attitude exempte d'ambiguités . Nous avons relevé en leur temps l e "gel" de la brochure répondant aux calomnies xénophobes, au moment où on en avait le plus besoin; les propos du Premier Ministre et du ministre de l'Intérieur assimilant les luttes syndicales des travailleurs à un complot d'ayatollahs intégristes; les concessions électorales faites, à Marseille ou ailleurs, aux provocateurs 5 racistes ; l'insistance à dénoncer les immigrés clandestins . dans des formes permettant leur confusion avec les réguliers; la précarité de nouveau entretenue en ce qui concerne l'attribution des titres de sejour et de travail, les refoulements et les expulsions; le redoublement des contrôles "au faciès"; et, tout récemment, l'interdiction de fait des regroupements familiaux . 1. 2.5 . Le refus de la plupart des .un i ci pali tés de construire des logements sociaux, où travailleurs français et immigrés pourraient habiter; les quotas pratiqués par d'autres communes pour faire face aux problèmes s'accumulant dans les citésghettos; la mise en avant de l'aide au retour chaque fois que des licenciements sont annoncés: ces situations quotidiennes , dont pâtissent les immigrés, comme les originaires des DOM-TOM, renforcent aussi sans relâche l'idée qu'ils sont des gê neurs, des intrus, que leur présence est noci ve . Il en est de même des Tsiganes et Gens du Voyage, pour qui l'on veut bien établir des aires de stationnement, mais .•• ailleurs.. 1. 2.6 . Certes, les dénonc i ations du rac isu ne .anquent pas. Mais qu'elles viennent de mi nistres , des médias, de porte-paroles des partis, des Eglises , des syndicats, el les restent l e plus souvent générales et abst r aites . Ce dont le pays a besoin pour se l ibérer de cette mystification, c'est d'explications systématiques, prolongées, montrant que les maux dont nous souffrons atteignent pareillement tous les habitants de la France, et ont bien d'autres causes que la présence des immigrés . Tout le monde ne sera pas d'accord sur ces causes n1 sur les solutions à apporter? Sans doute . Mais ne pourrai t-on pas s'entendre au moins sur un "code de bonne condui te" dans les débats nécessaires, afin que les immigrés ne soient plus utilisés malhonnêtement comme enjeu et comme objet de diversion? Ce serait un premier pas vers la vérité. 1. 2.7. Hypothèse : mollesse à pas à ce avantage? la montée le combattre que trop de du racisme, la ne tiennent-elles gens y trouvent Le débat de fond sur la crise, le chômage, l'inadaptation de l'école, . les carences criantes et la ségrégation sociale en matière d'habitat, tant d'autres questions où l'on mêle abusivement l'immigration, ce débat le veut-on vraiment? SPECIAL CONGRES 85 27 mai 2011 à 07:54 (UTC) Accepte-t-on vraiment que les immigr~s cessent de jouer le rôle de main-d'oeuvre au rabais, de type colonial, en acc~dant à l'~gali t~ dans les salaires, la formation et l a promotion, à la dignit~, à la libre-expression, à une vie familiale unie, qui implique des dr oits et des prestations j usque - là refus~s du fai t de la s~paration? A-t-on partout abandonn~ la tentation d'un "apartheid à la française", avec des immigr~s uniquement producteurs, taillables et corv~ables à merci, interchangeables , vivant solitairement aux marges des vil l es et regagnant chaque ann~e l eur "bantoustan" d'origine pour se reproduire ou se faire remplacer par d'autres? Et la rage raciste actuelle n'est-elle pas d'autant plus virulente qu'elle se heurte à l' opposition acti ve et efficace des im m ig r ~s et de leurs enfants à ce sch~ma d~pass~? 1.2 . 8. Le racisme aujourd'hui' s'inscrit dans un cli.at de peur, de désarroi que les m~dias contribuent à attiser . La France est secou~e jusque dans ses structures par la crise, les mutations technologiques, leu r s cons~quences sociales et cul turelles. Son poids relatif a diminu~, dans un monde d~chir~ , sur lequel planent des menaces de catastrophes. On craint tout ce qui d~stabilise le pr~sent et obscurcit l'avenir. A travers les di fficul t~s d' adaptation et l'amoncellement des problèmes , on s ' accroche à ce que l'on connaît, qui est "conforme" aux habitudes et aux id~es acquises. Tous ces "autres" qui vi vent parmi nous, qui sont "diff~rents", que l 'on côtoie en les ignorant , symbolisent ais~ment "l'inconnu" effrayant que l ' on appr~hende. Il. La France comme société pluri-ethnique 1. Réalités d'hier, aujourd'hui et demain 11.1.1. Le r ac i sme sous tous ses aspects, les attit udes discriminatoires à l'encontre des i m migr~s comme de toute autre mlnorlt~ vivant en France, constituent des attaques dangereuses contre les fonde- .ents .ê.es de notre société. Ce 11 e-c i, en effet; est d~finitivement pluri-ethnique et pluricul turelle . C'est une donn~e de notre ~poque, mais aussi de toute l ' histo i re de notre pays . Ceux qui le nient , ceux qui demandent que l'on empê- 6 che l' ~volution dans ce sens, ou bien ferment les yeux sur la r~alit~, ou bien, tout en la reconnaissant, s'efforcent ainsi d'attiser sciemment des tensions funestes. II.1.2. Si lo i n que l 'on r e.onte dans le te.ps, on observe des apports ext~rieurs dans le d~veloppement de la nation française: hommes, id~es, techniques venus d'ailleurs ont toujours ~té et restent pour elle un enrichissement. Elle est en perp~tuelle transformation. Même "les 40 rois qui ont fait la France" furent pour la plup3rt issus de mariages "mixtes" . La culture d'un pays et d'un peuple n'est pas fix~e une fois pour toutes: faute d' ~voluer au rythme des ~changes indispensables, elle s '~teindrait. C'est particulièrement vrai aujourd'hui, où les faits ~conomiques, les ~vènements politi-' ques, sociaux et culturels, grâce aux relations internationales intenses 'et au progrès des communications, affectent instantan~ment l'ensemble de la planète. Le slogan de Le Pen, selon lequel il pr~fère son frère à son cousin, son VOlSln à son lointain, peut avoir des r~sonances au plan des rapports individuels; mais cette position ~troite ne permet pas de comprendre le monde tel qu'il est en cette fin du 20e siècle. Tout, au contraire, pousse à la rencontre, à la curiosi t~, à la connaissance mutuelle. II.1.3 . Les rapprochements, les m~langes qui caract~risent la "révolution ethnologique" actuelle, en France et ailleurs, n'i.pliquent pas la di spar i t i on de l'identi té propre à chaque groupe hu.ai n. Bien au contraire, beaucoup de nations et d'ethnies opprim~es revendiquent le "droit à la diff~rence", c'est-à-dire que leur apparence physique, leur mode de vie ou de pens~e, ne serve pas de pr~texte à l'in~galit~ . Quant à l' identit~ des Français, si elle est effectivement mise en cause, ce n'est pas par les immigr~s, mais par les transformations brutales de notre soci~t~, ~branlant les valeurs tradi tionnel les, et aussi par ce qu'on a appel~ le "fast-food cul turel am~ricain", qui s' impose de plus en plus dans une grande partie du monde (y compris dans les pays d'origine des immigr~s). L'affirmation des cultures ~manant de l'immigration pourrai t être, avec des mesures favorisant la cr~ation nationale, un point d'appui pour r~sister à cette subversion d~jà fort avanc~e. Il faut défendre et SPECIAL CONGRES 85 valoriser la culture française, sans pour autant la figer et la fermer aux échanges. II.1.4 . Les immigrés vivant aujourd'hui en France y resteront et y feront souche dans leur immense majorité: notre Histoire continue. Sans doute leur état d'esprit diffère-t-il de celui des immigrés d'entre les deux guerres: ces derniers, ceux surtout qui avaient quitté leur pays pour des raisons politiques (ItaJiens et Espagnols fuyant le fascisme, Arméniens, Jui fs d'Europe orientale) voyaient dans la France une nouvelle patrie où beaucoup avaient le désir de s'intégrer sans retour . Les immigrés actuels, venus pour des raisons économiques, souhaitaient pour la plupart regagner leur pays ' après quelques années de travail . Les réalités qu'ils ont rencontrées, le mouvement na tu rel deI a vie f 0 nt ' né an moi 'n s que, malgré les difficultés, ils se ~ont attachés à la France. 80 % d'entre eux sont présents depuis plus de 10 ans . Beaucoup OAt fait venir leur famille ou aspirent au regroupement familial , cer tains appartiennent à des couples "mixtes". Les enfants, nés ici ou arrivés jeunes, ont acquis une culture française, et ne connaissent pas ou peu le pays des pa r en t s . Les f,a i b 1 e s e ff et s de "l'a ide au retour" montrent que celui-ci n'est pas considéré comme un avenir valable, y compris par les immigrés frappés de licenciements . II . 1. 5. Les communautés d'origine étrangère conservent- elles cependant plus que par le passé l eur identi té, leur ho.ogénéité? Il est vraI que bien des Italiens et Espagnols de l'ancienne immigration ne se sont pas naturalisés; que les Polonais ou les Arméniens restent fortement attachés à leur langue et à leurs traditions. Divers facteurs, parfois nouveaux , contribuent, aujourd'hu~, à maintenir la cohérence des nouvelles communautés étrangères: le racisme qui les isole, l'habitat qui les regroupe; mais aussi les communications plus faciles avec le pays d'origine, l'information rapide sur ce qui s ' y passe, les voyages dans les deux sens. Par comparaison avec les précédentes immigrations, on peut aussi souligner pour les musulmans, la différence de religion, pour les Maghrébins et les Noirs la "visibilité", mais est-ce décisif? Ces faits, ajoutés aux motivations essentiellement économiques de l'immigration à ses débuts, se trouvent renforcés par la notion moderne d' atta - 7 chement à ses onglnes, à ses racines, que valorisent aussi les Français (cultures régionales, décentralisation) pour résister au nivellement et à l'angoisse résultant de la crise et de l'e xpansionni, sme "cul turel" anglo- saxon . ILL 5. la jeune générati on issue de l'i .. igr at i on connaît les problèmes de toute la jeunesse (inadaptation de l'école, chômage, non-qualification, conflits avec les parents, aspirations déçues, scepticisme .. . ) avec une tonalité spécifique,1 liée aux particulari t és de l'histoire familiale , au vécu de la double culture et du racisme. fois par les Elle est traversée à la contradictions et les rapprochements propres à notre société pluri-ethnique et pluri - culturelle. Elle peut en être le ferment. Elle affirme déjà avec force sa défense des valeurs démocratiques et fait preuve d'une remarquable créativité culturelle authentiquement enracinée dans les' réalités sociales . Cette jeunesse construit et marquera, elle aussi, notre avenir . 11.1.7 . "Si les i .. i grés part a i ent" . .. L'enquête réalisée par "Différences" avec l'émission "Mosaîque" prouve l' absurdi té d'une telle hypothèse, où certains croient pourtant voir la solution de leurs difficultés. Non seulement l ' absence massive des immigrés traduirait et provoquerai t une catastrophe économique, mais un "renvoi" ne peut se concevoir qu'avec l'instauration d'un régime fasciste. Cela supposerai t, en effet, de créer des catégories selon les origines, les générations, les professions, et de briser les familles, de "concentrer" les personnes passibles d'expulsion, de pourchasser les réfractaires. Autrement dit, on reviendrait aux persécutions des nazis contre les juifs. La France ne peut accepter une telle épreuve: il faut en faire prendre conscience à ceux qui colportent ce mot d'ordre sans en imaginer la portée. II.1.8. La $ociété française for.e un t out, et il faut en .ë.e te.ps ad.ettre sa di versi t é ethnique et cu lturelle . Les communautés étrangères venues avant 1939 (Italiens, Espagnols, Polonais, Arméniens, Juifs d'Europe orientale ou du Bassin méditerranéen) participent aujourd'hui pleinement à la vie nationale tout en mani festant de façon plus ou moins nette leur appartenance particulière . De même, des Français comme les originaires des DOMSPECIAL CONGRES 85 TOM, les Pieds-Noirs, les Tsiganes et Gens du Voyage, ceux qui expriment leur culture régionale (Basques, Bretons, Occitans, Alsaciens ..• ) ou encore les communautés religieuses minoritaires (Juifs, Protestants, Orthodoxes) affirment de diverses façons leurs "différences". La France, c'est ce puzzle, ce brassage permanent d'individus et de groupes différents, unis par des activités communes, un destin, des intérêts et des espoirs communs. Au stade actuel, comme à tout moment de l'Histoire, chaque groupe, chaque individu peut se définir par son degré d'insertion dans l' ensemble, en même temps que par son degré d'attachement à ses origines. Leur évolu tion, variable selon les périodes, ne peut pas être imposée: elle résulte de multiples données économiques, sociales et culturelles. 2. Tous concernés ... II,2. 1. En fai t, notre société pluri-ethnique et pluri-culturelle fonctionne quotidiennement, en dépit de graves tensions et de drames cruels. Français et immigrés travaillent ensemble et mènent ensemble des lutte~ syndicales. Ils se côtoient au café, au marché, dans tous les lieux de services et de loisirs. Dans les ci tés où la vie est si souvent di fficile, le racisme n'est pas toujours la loi, des comités de locataires existent, où les problèmes sont débattus en commun. A l'école, l'initiative et l'effort des enseignants, palliant les caren ces de l'Etat, favorisent une coexistence amicale des enfants, citoyens de demain. Le droit d'association, les radios li bres, la mode, les goûts musicaux, l'alimentation contribuent à la présence dans notre vie sociale des immigrés et de ce qu'ils représentent. Ce qui fait surtout défaut, c'est la conscience et l'acceptation de la pluralité globale de la société française et des conséquences à en tirer. Ir. 2.2. On ne peut réduire l' i .. igration à l'i.age .isérabiliste qui en est le plus souvent donnée. Deux millions d'étrangers recevront d'ici peu la carte de résident. Leur place dans le travail salarié ne se situe pas seulement au niveau le plus bas. Ils sont présents dans l'artisanat et le petit commerce des villes, jouent un rôle non négligeable dans la petite et moyenne industrie (bâtiment, textile, 8 cuirs et peaux, entretien et réparatlon automobile). Nombreux sont ceux qui, même sans être naturalisés, exercent des professions libérales, des activités universitaires, travaillent dans des administrations, l'animation culturelle et sociale. Malgré les discriminations et les préjugés, bien des jeunes d'origine immigrée peuvent se prévaloir d'une insertion réussie. Un récent sondage (Actuel-SOFRES, décembre 1984) révèle que, "si c'était à refaire", 69 % des immigrés viendraient vivre et travailler en France, même si, par ailleurs, 60 % ne souhaitent pas acquérir la nationalité française. Ajoutons que selon 58 %, qui subiss~nt comme tout le monde les effets de l'idéologie xénophobe, la proportion des immigrés est trop forte au seln de la population française •.. sans pour autant envisager de la diminuer par leur propre départ. Nos analyses, notre action doivent se fonder sur l'ensemble de la réalité, dans toute sa complexité, ses contradictions, son mouvement. I1.2.3. Si l'on exa.ine l'un après l'autre les griefs que font aux i •• igrés les fomentateurs du racisme, on constate que, dans tous les cas, ils se trouvent dans les mêmes situations que les Français, et un peu de bon-sens suffit pour en découvrir les causes. II.2.3.a. le chô.age, phénomène international, sévit aussi dans des pays où il n'y a pas d'immigrés. Il est lié à la façon dont on "aborde les mutations technologiques, à des orientations économiques déterminées dans le contexte de la crise. Quand des entreprises ferment ou réduisent leurs activités, Français et immigrés sont frappés conjointement. Les ch i ffres du chômage ont monté en flèche sans que bouge le nombre des immigrés. Leur présence en Frince a été et reste un facteur de développement économique, et il est encore des pays dont la prospérité s'appuie sur l'immigration. II.2.3.b. les cités et quartiers-ghettos sont nés d'une politique discriminatoire d'habitat au rabais pour les populations défavorisées, Français et immigrés. Les pauvres, les familles nombreuses, les "cas sociaux", sont systématiquement concentrés dans les "grands ensembles" de certaines banlieues, constructions de mauvaise qualité, mal entretenues, isolées dans un environnement sous) PECIAL CONGRES 85 équipé, inhumain. Par ailleurs, dans certaines zones dégradées de centresvilles, ne restent que les habitants les plus démunis, en partï'culier les immigrés. La misère et la délinquance y sévissent, ce qui permet de justifier leur destruction à des fins de spéculation foncière. Cette même spéculation fait que plus de 100.000 logements restent inoccupés à Paris. Pendant ce temps, immigrés et originaires des DOM-TOM, de même que les travailleurs français modestes, sont bannis d'un grand nombre de communes (les 4/5 dans la Région parisienne), qui refusent de ' réaliser des logements sociaux. Ceux-ci sont pour tous en' quanti té insuffisante. Les Tsiganes et Gens du Voyage se voient refuser un peu partout la possibilité de stationner et de se sédentariser selon les modalités qui leur conviennent. IL 2.3. c. Les retards et échecs scolaires t i ennent essentiellement à l'insuffisance des moyens mis en oeuvre pour répondre aux besoins: acquisition rapide du français par les enfants non francophones, personnels plus nombreux et mieux formés, classes moins chargées, adaptation des méthodes pédagogiques aux réalités sociales. L'Ecole élimine de l'enseignement long la majorité des enfants d'ouvriers, quelle que soit leur origine: à appartenance sociale identique, les résul tats obtenus sont comparables. II.2.3.d. L'insécurité Français. Aux n'est pas réservée inconvénients et aux aux craintes qu'ils connaissent, s'ajoutent, pour les immigrés, les violences et les crimes racistes. La délinquance, quant à elle, est liée fondamentalement aux di fficul tés économIques, sociales et familiales des jeunes. S'il est vrai que, plus défavorisés, révol tés par le racisme, les jeunes immigrés sont, en proportion, plus nombreux à succomber à la petite délinquance, toutes les enquêtes prouvent que, dans des conditions semblables, les jeunes Français commettent autant, sinon plus, de déli ts de même nature. Mais, pour diverses raisons, les jeunes immigrés sont plus souvent emprisonnés préventivement et condamnés à de plus lourdes peines que les jeunes F~ançais. II.2.4. Les problè.es dont on parle à propos des i •• igrés soi t pour les en rendre 9 responsables, soi t en considérant qu ',ils les concernent seuls, sont donc des problè.es de toute la société. Certes, pour eux, ils présentent parfois, des aspects spécifiques; souvent, ils 'Sont plus graves et ils constituent les "miroirs grossissants" d'une situation générale. Les autorités en tiennent compte dans une certaine mesure. :dns un premier temps, après Mai 1981, le gouvernement ne comportait pas de Secrétariat d'Etat aux travailleurs immigrés; il en a été ensuite instauré un; aujourd'hui, les questions relatives aux immigrés relèvent du ministère des Affaires Sociales et de la Solidarité Nationale. Par ailleurs, les Commissions créées pour é~dier puis traiter différents problèmes sociaux (développement de la vie sociale des quartiers, prévention de la délinquance, formation professionnelle des jeunes) abordent ces protrlèmes dans leur totalité, en s'intéressant à tous ceux qui les vivent~ sans distinction d'origines. 11.2.5. Mais simultanément, la tendance subsiste à séparer les i •• igrés, à ne pas situer leur problème dans le cadre général de la société. Les décisions annoncées en vue de favoriser l'insertion des immigrés ou des originaires des DOM-TOM (emploi, logement, école, formation professionne lIe ... ) pour devenir questions qui ne devraient-elles pas, effectives, résoudre des se posent à la population dans son ensemble? Le regroupement familial, en particulier, ne peut s'inscrire que dans un effort global, intéressant aussi bien les habitants actuels de la France que les nouveaux-venus: sinon, c'est la stagnation pour les premiers en même temps que le rejet des seconds. Améliorer l'accueil aux guichets des administrations, les comportements des agents de l'Etat, ne peut se faire qu'en prenant en considération les conditions de travail des personnels et les besoins de tous les usagers. II.2.6. Le racis.e lui-.ê.e n'est pas préjudiciable seule.ent à ses victi.es directes. Il menace l'équilibre de la société et la démocratie. Ceux qui se laissent pié_ger par cette mystification se portent tort à eux-mêmes: "Un raciste est un mutilé qui' a peur et qui se trompe de colère". SPECIAL CONGRES 85 II.2.7. Quant à la question de l'i • • igration clandestine, elle ne saurait se ramener à la survei llance des frontières et à la répression contre ceux qui en sont les victimes. Elle se rapporte au fonctionnement de l'économie française (patrons clandestins, trafiquants, violations des lois sociales) et plus encore aux relations entre pays en voie de développement et pays industrialisés. Dans tous ces domaines, isoler les immigrés du contexte, c lest les rendre, plus vulnérables aux attaques et donc donner prise aux campagnes racistes. II.2.8. Les vrais clivages de la société française doivent au contraire être soulignés. Depuis 1958, dans de nombreuses manifestations, on a scandé: "Même patron, même combat". Dans ce slogan, bien dl autres mots pourraient remplacer "patron": même chômage, même habitat, même école, etc .. . etc . .. Les regroupements en fonction d'intérêts communs sont évidemment mieux à même de faire aboutir les revendications, les aspirations des uns et des autres, aux plans économique, politique et social, que le cloisonnement en fonction des origines ethniques. Que tous ceux qui affrontent un même problème slunissent pour le résoudre: clest la meilleure façon de faire échec au racisme . III. Différences, égalité solidarité ' 1. Précisions sur quelques concepts III. 1. 1. Solidarité est souvent utilisé dans le sens de "charité", de "paternalisme", ou simplement de "mouvement de sympathie". On parle des " ass oc iations de sol idari té" avec les immigrés. Ceux-ci Si interrogent à juste titre sur la façon dont certains conçoi vent ce mot: ne recouvre-t-i 1 pas une relation d'inégalité? Dans sa véritable acception, "s01idarité" signifie: "Relation entre personnes ayant conscience d'une communauté d'intérêt, qui entraîne pour les unes l'obligation de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance". (Petit Robert, 1984). Il y entre les notions de "communauté d'intérêt", de partenariat, de réciprocité, d'égalité. Clest bien ainsi que nous 10 11 entendons quand nous parlons de notre solidarité avec les victimes du racisme: leur malheur met en cause l'humanité tout entière, la dig'ni té et 11 avenir de chacun. De même, quand nous parlons des vrais clivages de 1a société française, à ne pas confondre avec les différences ethniqu-es . III.1.2.Les et hn i es sont constituées d'un "ensemble dl individus que rapprochent un certain nombre de caractères de civilisation, notamment la communauté de langue et de culture" (ibid.). La race, elle, fait (ou plutôt faisait) référence à des caractères anatomiques. Même quand une ethnie correspond plus ou moins à des traits physiques déterminés, llantiracisme consiste à tenir ceux-ci comme non-significatifs, tout en respectant les valeurs de civilisation dont ce groupe. humain est porteur . 111 . I . 3. Les différences entre les hommes ou entre les groupes ne témoignent en aucune façon d'inégalités. Clest à partir d'une perversion du mot, pour masquer le racisme dont elle fait preuve, que la Nouvelle droite établit de prétendues hiérarchies à partir des différences ethniques et prône sur cette base une séparation totale et durable qulon nomme en Afrique du Sud "apartheid". Cette idéologie, développée en termes pseudo-scientifiques, trou ve des échos dans les préjugés courants des simples gens . III.1.4 .Suppri.er les i négal i tés cherchant à se justifier par les différencs ethniques, clest l'objectif fondamental du combat antiraciste . Aujourd 1 hui, en France, beaucoup de discriminations légales infligées' naguère à certaines minorités ' ont cessé. Il subsiste pourtant des obstacles à une pleine participation de tous à la Vle sociale et politique. Le racisme persiste . dans les mentalités et les comportements. lise trouve ainsi dans notre 'société des personnes de leurs humiliés, et des groupes qui, en rai son ongines, se sentent rejetés, menacés dans leur sécurité et leurs droits, alors même que ces derniers sont officiellement établis . Il nly aura pas de véritable égalité tant que ces sentiments resteront légitimés par l'expérience vécue . III.l.5 .L'égali té. c'est pouvoir VIvre selon ses choix, sans contraintes particulières dès lors qulon respecte les choix d'autrui . SPECIAL CONGRES 85 Les Tsiganes qU1 furent, comme les· juifs, décimés par le génocide nazisubissent de la part de municipalités des discriminations contraires à la loi, pourtant fréquentes et t?lérées. L~s promesses d'améliorer,leur sort, qui leur ont été prodiguées depuis des années, tardent à se réaliser. La ségrégation dans le logement est la négation de l' égali té. Que ce soit pour la maintenir ou avec le désir de l'atténuer, elle engendre des discriminations sévères à l'encontre des immigrés et des originaires des DOM-TOM, tant de la part des propriétaires privés et de communes refusant les logements sociaux, que de certains Offices d'H.L.M . Les immigrés sont souvent la cible de l' arbi traire administratif et des "bavures policières" . Les conditions draco- · niennes imposées pour le regroupement familial, pour l'obtention de la carte de résident, les contrôles "au faciès" , les recondui tes à la frontière sans les garanties souhaitables tout cela , s'ajoutant aux di verses conséquence" de la crise, les pLice à nouveau dans une précarité dont ils s'espéraient libérés. L' inégali té frappant une catégorie de la population tend à la séparer de ceux dont elle partage la vie . 2. Nationalité et citoyenneté III.2.1.La question est posée du droit de vote des i •• igrés . Le Bureau National du MRAP a publié ("Droit et Liberté", juilletaoût 1984) un document faisant le point des arguments pour ou contre une telle me s ure qu' in spi rel e p ri n·c i p e de l ' é gal i té politique . Là encore, il s'agit d'une question qui ne concerne pas les seuls immigrés et se rapporte à la société tout entière. En évitant de l'isoler, il sera plus facile de dépasser les interroga- ' tions et les blocages actuels . 111 . 2.2. Il f aut d'abord éclai rer les données de l a s i tuati on. Les ~migrés ont acquis en 1981 le droit d'association . Ils peuvent donc s'organiser entre eux , participer à part entière à l'activité d'organisations , de syndicats et de partis politiques avec des Français. Ils sont élec teurs et éligibles à tous les niveaux de la vie syndicale, aux élections professionnelles et de la Sécurité Sociale , électeurs seulement aux é l ections prud'homales. Leur participation à la vie économique, sociale, culturelle du pays , 11 le fait qu'ils paient impôts, taxes et charges devraient leur donner le droit d'intervenir dans les décisions politiques dont dépend leur sort et celui de la société dont ils sont partie prenante . Une objection est cependant m1se en avant concernant les hommes: le devoir du service militaire qui s'attache à la ci toyenneté . Le vote des femmes immigrées serait-il donc plus acceptable? La réponse apportée consiste à mettre l'accent sur la "ci toyenneté locale", l'appartenance à la "cité" , à la ville, où sont débattus des problèmes plus concrets, intéressant plus directement .- les. "ci toyens": le vote aux élections municipales apparaît dès lors naturel. Pourtant, les élus municipaux sont membres du collège électoral pour le Sénat , ce qui ramène aux affaires nationales . Faut-il donc, comme le proposent certains , modifier le mode d'élection des sénateurs? Mais, par ailleurs, n'est-ce pas au Parlement que sont discutées et adoptées les mesures les plus importantes relatives à l'immigration? III.2 . 3.Préc i sons encore : l'actuel Président de la République a proposé dans son programme de candidat le vote des immigrés aux élections municipales après cinq années de présence en France . Il n'appartient pas au MRAP d'entrer dans le détail des textes constitutionnels ou législatifs invoqués pour expliquer la difficulté de tenir cet engagement. Rappelons simplement qu'en France même, au temps de la Commune, des étrangers ont pu devenir membres du gouvernement, et que, dans bien des pays (Suisse, URSS, Allemagne de l'Est et de l'Ouest), les notions de nationalité et de citoyenneté ne se recouvrent pas. Nous continuerons d' y réfléchir dans un esprit novateur . Mais ce qui compte avant tout, c'est la volonté politique: des voies peuvent être trouvées, Sl on le juge opportun, pour mettre en oeuvre ce qui a été annoncé . La question du service militaire peut elle-même être surmontée par des accords avec les pays d'origine . III.2 . 4.Ici intervient un autre fac teur : l' opini on publ i que . Dans la dernière période, chaque fois que le droit de vote a été mis en avant, ce fut pour attiser le racisme, sur le thème de la "domination" prétendue des immigrés sur la France, que l'attribution d'un tel droit renforceSPECIAL CONGRES 85 Charles 27 mai 2011 à 07:54 (UTC) r ait. C'est un fait que les circonstances actuelles, où l'hostilité aux immigrés est virulente, ne sont pas favorables à ce progrès décisif . On objectera que la majorité de l'opinion était opposée à l'abolition de la peine de mort quand celle-ci a été votée; mais les faits ne sont pas exactement comparables . N'oublions pas non plus que bien des immigrés craignent que voter en France soit une façon de se couper de leurs origines, et restent attachés à la participation aux élections dans leur propre pays . III.2 . 5. Que peut faire le MRAP? En premier lieu, montrer clairement à tous en quels termes et dans quel contexte se pose la question. Par exemple, le slogan "droit de vote pour les immigrés", dans son simplisme, ne peut pas être compris si l'on ne souligne pas qu'il s'agit des élections municipales, et des immigrés présents en France depuis un certain nombre d'années , peut-être possesseurs, en outre, de la carte de .r~sident - ce qui témoigne de leur volonté de rester . Autrement dit, cette proposition doit s'inscrire dans la compréhension du mouvement de notre société pluri-ethnique . Aussi convient-il également de la relativiser. Le droit de vote étendu dans ces condi tions précises ne bouleverserait pas, comme certains le craignent, la vie politique française; il constituerait une ex périence originale, mais logique, correspondant aux évolutions modernes . D'autre part , il n'est pas la clé de la disparition du racisme, comme d'autres le croie nt (l'exemple de la Suède le prouve, ou encore , en France , celui des Tsiganes et des originaires des DOM-TOM qui ont le droi t de vote et n'échappent pas pour autant aux discriminations) . Surtout, il importe de souligner que le vote n'est qu'un moment fugitif de la participation à la vie civique, de lfexercice de la citoyenneté. L'essentiel , c'est la lutte à mener en permanence pour faire valoir des revendications concrètes, pour défendre des idées, pour atteindre les objectifs qu'on s'est fixés , avec tous ceux qui sont concernés . III . 2. 6.Un isole.ent politique certain des i •• i grés caractérise la situation actuelle. Entre les deux guerres , les immigrés italiens, espagnols, les juifs d'Europe orientale ont joué un rôle actif dans les luttes syndicales et le combat antifasciste

beaucoup se sont ensuite engagés

dans la Résistance contre l'occupant 12 nazi. Aujourd'hui , s'ils prennent part aux actions dans les entreprises, les immigrés ne partagent pas plus l'ensemble des activités sociales et politiques du pays que les Français dans leur masse ne prennent en compte les revendications propres des immigrés. Cela résulte des conditions différentes de leur venue, malS sans doute aussi de regrettables incompréhensions reclproques. Si les forces démocratiques françaises négligent trop souvent de mettre en oeuvre et de valoriser leur alliance naturelle avec les travailleurs immigrés , il faut également incriminer ceux qui, parmi eux et en dehors d'eux, les poussent au repli, à la méfiance, à la négation du mouvement populaire dans son ensemble et de ses acquis, valables pour tous . Le même phénomène a pour conséquence d'écarter du vote certains de ceux qui en possèdent le droit: orlglnaires des DOM-TOM, Tsiganes, jeunes Français issus de l'immigration (comme d'ailleurs un nombre important de jeunes) . Il y a donc, de part et d'autre, une action à mener pour que les luttes des Français démocrates et des immigrés se rejoignent et deviennent cohérentes, à travers la prise en charge en commun de notre société plurielle. Il ne suffit pas, pour cela, de mani festations annuelles, si spectaculaires et réconfortantes soient-elles. C'est un combat opiniâtre , de longue haleine que celui de la démocratie réelle, incluant l'égalité et la solidarité antiraciste . III . 2.7.C'est la tâche du MRAP d'y insister, d'y co ntribuer , de faire s'acco.plir des pas aux uns vers les autres dans les' deux sens. Plutôt que de discuter abstraitement sur le droit de vote, nous pouvons, nous devons faire avancer dans la vie la prise de conscience des intérêts communs et la lutte commune sur des thèmes . concrets, au plan local et au plan national, des Français et des immigrés, comme de toutes les communautés qui cohabi tent dans le pays. No us devons favoriser la participation effective de tous à la vie poli tique . Nous avons défini cet objecti f dans l es deux mots d'ordre complémentaires: "Vivre ensemble avec nos différences" et "Agir ensemble pour vivre mieux" . C'est en effet à travers un vécu combatif et solidaire que seront surmontées sur le te r rain les inégalités, les préventions, toutes les formes de racisme, en vue d'aboutir au plein épanouissement des droi ts poli tiques de tous - les insti tuSPECIAL CONGRES 85 tions suivant l'évolution de la société, et non l'inverse. Prouvons le mouvement en marchant! Prendre appui pour avancer sur ce qUI nous rapproche ne signifie pas, bien au contraire, gommer l' identi té de quiconque. On ne défend pas son identité en s'opposant à d'autres: cela vaut aussi bien pour les Français que pour les immigrés. Les différences seront à la fois affirmées et reconnues à leur juste valeur dans cette coopération pour construire, en responsables, une société et un monde plus conformes à nos aspirations. IV. L'action du MRAP 1. Les caractéristiques de notre Mouvement IV.1.1. Serons-nous à la hauteur du défi? Pour vaincre le racisme, pour favoriser la marche en avant féconde de notre société pluri-ethnique, le MRAP est un instrument qu'il faut sans cesse améliorer. Après la période de la Résistance, ayant succédé en 1949 au MNCR, notre Mouvement présente, comme ble, sa effort. première caractéristique notadurée. la continuité de son Il peut ainsi, à la fois riposter au jour le jour aux manifestations ponctuelles du racisme et poursuivre un travail de fond, mûri de congrès en congrès. Cette existence de 36 ans est en SOI une bataille. Certains de nos amis en sousestiment parfois la nécessité et la difficulté. Le souci de nos finances est, certes, mIeux partagé depuis quelque temps; mais il faut beaucoup plus d' initiatives de la part de chacun, il faut élargir considérablement le cercle de nos soutiens pour atténuer les tensions dues à la faiblesse de nos moyens que connaissent les "permanents" et les membres du Secrétariat, désireux malgré tout d'honorer les obI igations pressantes que nous vaut la confiance des antiracistes et des victimes du racisme. IV.1.2. Autre élément de l'originalité du MRAP: le pluralis.e, sa raison d'être. Divers partis, syndicats, organisations condamnent et combattent par ailleurs le racisme. Le MRAP est seul à réunir pour ce seul objectif des gens venus de tous les horizons, qUI le font bénéficier chacun de leurs idées, leurs sensibilités, leur militantisme. C'est la garantie 13 que sa lutte ne sera pas biaisée par des considérations partisanes et que notre Mouvement recevra, pour la mener, un maximum de concours extérieurs. Nous sommes conscients qu'il y a des opposants au raCIsme dans tous les milieux sociaux et politiques. Sommesnous sûrs d'avoir fait tout notre possible pour obtenir qu'avec leurs méthodes et selon leur optique, leur action converge utilement avec la nôtre? IV.1.3. En conséquence de son ouverture, le MRAP se veut l'expression de la conscience antiraciste de la société française, aile marchante et force morale à la fois, continuateur des traditions généreuses illustrées tout au long de l'Histoire de France. C'est pourquoi il s'efforce en toute occasion de prendre des positions responsables, non pour lui seul, mais pour le progrès de notre société tout entière. Il doit savoir se situer au niveau des grands évènements de notre époque sans pour autant faillir au travail de fourmi qu'il accomplit sur le terrain. IV.1.4. Enfin, le MRAP globalité de son à la défense de se caractérise par la co.bat, qui vise non pas telle ou telle minorité, mais qui fait apparaître les liens entre tous les racismes et la nécessité de s'y attaquer avec une égale vigueur quels qu'en soient les victimes et les coupables, en quelque lieu que ce soit. Si nous donnons la priori té à ce combat en France, où le racisme est flagrant et contrôlable, où nous l'affrontons directement, nous exprimons sans cesse notre solidarité avec tous les hommes, tous les peuples dans le monde qui souffrent d'oppression et de discriminations à raison de leurs origines ou de leur identité. IV.1.4.a. Nous défendons les droits du peuple canaque en Nouvelle-Calédonie, comme nous avons défendu ceux du peuple algérien. Nous réclamons dans l'ensemble des DOM-TOM des mesures démocratiques permettant aux populations de mieux contrôler les options et le développement de leur vie politique, économique et culturelle. IV.1.4.b. Nous sommes mobilisés en permanence aux côtés des Noirs d'Afrique du Sud, dressés contre l' abo.inable régi.e d'apartheid. Nous avons à faire mieux connaître leur situation inhumaine, SPECIAL CONGRES 85 généralement occultée par les medias; et aussi à faire cesser la collaboration économique de la France et dl autres puissances avec les dirigeants racistes de Pretoria dont les crimes sont régulièremènt condamnés par 11- O. N. U. IV . l . 4. c. Nous dénonçons la do.i nat i on persistante d' i ntérêts étrangers sur les pays du Tiers- Monde, voués au sous-développement et à la faim, où les atteintes aux Droits de l'Homme, l'abaissement des peuples ont pour but de maintenir cette domination . IV.l.4.d . Nous soutenons , au Proche - Orient , tous les efforts pour une solution pacifique et juste , assurant aussi bien les droits légitimes du peuple palestinien, que l'existence d'lsraël; nous condamnons toutes les atteintes aux Droits de l'Homme dans cette région, en même temps qu'ici les tentations du schématisme opposant juifs et Arabes, et les attitudes te ndancieuses fondées sur des préjugés . IV.l.4.e . Nous intervenons pour que les dro i ts et les aspirations des juifs soient satisfaits en URSS , sans céder aux pressions politiques particulièrement vives à ce sujet. En nous efforçant de rompre le silence systématique sur l e raCls.e actuel aux Etats- Unis , nous dénonçons les inégalités souvent très graves , que subissent dans ce pays les Noirs et les Indiens. De même, nous manifestons notre soutien aux autres Indiens d'Amérique. IV . l.5 . Continuité, plural i s.e, responsabi lité, globalité : ces divers aspects de notre conception du MRAP en tant qu 1 organisation nationale valent aussi pour nos quelque 300 comités locaux, qui doivent c1acun les promouvoir parce qu 1 ils constit~~ nt désormais l'essence du Mouvement et le représentent partout à travers la Fralce. 2. A bolir {es obstacles IV. 2 . 1. Co •• e toujours en pr i se directe sur les réal ités présentes , le MRAP se donne aujo~rd'hui pour tâche majeure de faire vivre et fructifier la société française dans et par sa pluralité ethnique. Clest un rrojet ambitieux, mais qui répond à un besoin profond, et Cl est le moyen de cou~er le racisme à la racine . 14 IV.2.2 . Cela suppose d'abolir tout ce qui sloppose à la bonne entente et à la coopération entre les diverses composantes de la population. Et tout dl abord de rétabl i r la vérité sur les i .. igrés. Ceux-ci représentent, selon les évaluations, 7 à 8 % des habitants de la France, à peu près comme dans les années 30: il est absurde de leur attribuer un poids tel que leur seule présence suffise à expliquer tous les maux dont nous souffrons. Néanmoins, cette présence constitue un apport non négligeable à tous les aspects de notre existence commune, et les di fférences enrichissent notre culture, notre approche des problèmes nationaux et humains. Faire admettre, comprendre, Vlvre cette situation , en réfutant patiemment , sans relâche, les mensonges relatifs à 11 immigration, ce doit être notre engagement quotidien. Employonsnous à rendre les faits réels plus évidents, plus percutants que les slogans simplistes de l ' extrême-droite. Attachons- nous à faire connaître les cultures de ces hommes et ces femmes venus d'ailleurs . IV . 2. 3. Il faut , en même temps, salSlr toutes les occasions de souligner le danger que représentent pour la France le rac i s.e et ceux qui l'ali.entent délibéré.ent. En se fondant sur les exemples du passé, on peut montrer qulu ne te l le démagogie cache de toute évidence une volonté d'obscurcir la conscience collective, d'empêcher des transformations positives, et de préparer le terrain aux pi r es violations des libertés de tous. IV . 2.4 . Lorsque des racistes se livrent à des propos ou des actes qui to.bent sous le coup de la Loi , les poursuivre en justice est un moyen de faire reculer la "banalisation" qu 1 ils recherchent. Grâce au complément du 4 janvier 1985 que nous réclamions de longue date, la loi française contre le racisme nous permet maintenant d'intervenir dans les affaires de crimes et de violences . Il y a là pour tout le Mouvement, une nouvelle façon de manifester son soutien aux victimes et d'alerter l'opinion publique: nous devons en user avec détermination . IV.2 . 5. Autre impératif: suppri.er les si t uat i ons génératrices de tens i ons rac i stes que lion connaît dans le logement, 1.1 école, du fait du chômage, de l'insécurité, de la crise économique et morale actuelle . .... SPECIAL CONGRES 85 Une telle action ne peut qu'aller de pair avec notre exigence d'égalité . Elle demande l'enracinement systématique de nos comi tés locaux dans cette ci té où se forge la participation de tous à la vie civique pour aujourd'hui et pour demain . Répétons-le : Français et immigrés sont pareillement concernés . Il est donc indispensable qu ' ils agissent ensemble pour améliorer ce qui peut l ' être immédiatement et intervenir de toute leur volonté auprès des pouvoirs publics . Nous devons veiller à ce qu'ils ne se privent pas les uns des autres dans cette lutte prolongée , mais dont les effets se font sentir sans tarder dès lors que se rapprochent et se concertent des personnes ou des groupes jusque-là séparés, voire opposés. 3 . Nous ne sommes pas seuls IV . 3. 1. Notre effort sera d' autant plus efficace que nous saurons nous appuyer simultanément sur la recherche scientifique, les .édias et le vécu. IV . 3. 2. De nombreux chercheurs se penchent sur les problèmes relatifs au racisme et à la diversité de la société française dans le passé et le présent. Des colloques sont organisés par diverses associations; le MRAP en a tenu et en prépare d' autres . les connaissances qui en résultent nous sont des plus utiles pour combattre l'idéologie raciste, diffusée par la Nouvelle droite et popularisée par le Front Natio nal, ainsi que pour mieux intervenir dans les situations concrètes . IV.3 . 3. En ce qui concerne les .édias , nous déplorons souvent surtout à Paris - leur manque d' intérêt pour le MRAP, ses positions et son action, leur façon superficielle de condamner le raCIsme sans le contrecarrer vraiment dans l'opinion, leur réticence à mettre en relief les aspects positifs de la diversité française et des re l ations entre communautés différentes . Compte tenu des conceptions actuelles de l'i nformation , i l nous faut nous-mêmes rechercher des initiatives originales, des prises de positions fortes, des méthodes d'action frappantes: nous aurons alors plus de chances d'intéresser et de convaincre les journalistes et les créateurs . A nous de leur faciliter la tâche, de l eur fournir des propositions et des 15 images répondant à leur souci de renouvellement constant. Nos propres efforts, avec "Différences", pour toucher un public moins militant que le proche entourage du MRAP, appellent le relais des grands moyens de communication. Par delà les radios privées qui nous soutiennent, et que nous pourrions mieux utiliser, pensons aux nouvelles télévisions, au câble, à tous les moyens modernes de nous faire connaître et entendre. Faisons prendre conscience à tous ceux qui ont la parole, du pouvoir qu'ils ont de favoriser l'épanouissement conscient de notre société pluri-ethnique, en lui ouvrant des voies inédites et passionnantes. IV.3.4. Dans l'act i on quot i di enne sur l e t errain , notre intervention n'est pas non plus isolée . Des élus, des animateurs, des travailleurs sociaux, partagent nos préoccupations. Des associations nationales et locales, laîques ou confessionnelles, agissent dans tel ou tel domaine ayant rapport avec les tensions racistes. Des immigrés et leurs associations cherchent comment coopérer avec les Français de bonne volonté. Sans se substituer à quiconque, ni s'enfermer dans .le carcan de "collecti fs" portant préjudice à son i ma.ge ou à son expres sion, le MRAP peut beaucoup faire pour que les uns et les autres se rencontrent, travaillent efficacement ensemble; il peut populariser les expériences ayant abouti à de bons résultats pour en susciter d'autres. IV . 3. 5. La Marche pour l'Egalité, en 1983, et Convergence 84, deux importantes manifestations dans lesquelles le MRAP s'est pleinement impliqué, ont confirmé avec éclat que les jeunes de t ou t es ori gi nes , en dépit de leur désarroi bien compréhensible, sont prêts à se mobiliser contre le racisme, pour la justice et la liberté, prouvant ainsi la vitalité en eux de valeurs démocratiques par ailleurs trop souvent négligées ou décriées . Ils sont la société pluri-ethnique de demain, que nous espérons plus fraternelle et plus exaltante, grâce à leur impulsion. Ils viennent de plus en plus au MRAP. Ils y ont toute leur place. Le Mouvement doit tenir compte de leur état d'espri t positif , de leur goût du concret, de leur ré vol tee t par foi sIe urs 0 u t r an ces, de leur besoin de secouer la tristesse et la laideur de ce monde en crise. Nous devons inventer avec eux de nouvelles formes de militantisme. SPECIAL CONGRES 85 IV . 3. 5. C'est dans cette même perspective que nous attachons une i .portance toute particulière aux activités des ense ignants. Ceux qui prennent à coeur leurs responsabilités lut t ent pour améliorer les conditions de l'Ecole, pour sa , meilleure adaptation à la société, et assument avec intelligence ce que nous appelons l'éducation à la fraternité . Ils sont nombreux dans le MRAP et parmi les abonnés à "Différences", où ils voient un excellent instrument pédagogique. Avec " eux, nous dégageons une conception vivante de " "" 1 j ~ducation clvlque, visant à former des citoyens capables de résister au racisme, de défendre la dignité detous et la démocratie, d'imposer l'égalité et le progrès . C'est, pour tout le Mouvement , un champ privilégié de réfle xion et de rayonnement. Multiplier les comités, les "Clubs Différences" dans les lycées et collèges est une de nos tâches les plus pressantes . IV . 3.7. Des Assises "Vivre ensemble avec nos di fférences" , notre grande initiative de 1984 , qui n'ont pas totalement répondu à notre attente, nous devons conserver les obj ectifs et l'esp r it: à savoir, agir au coude à coude partout où se côtoient les di verses co •• unautés vivant en France : entreprises , quartiers, écoles, lieux de loisirs et de culture. Là où se posent des problèmes, là où le MRAP veut intervenir efficacement avec tous les intéressés , l a formu l e d' Assises locales reste tout à fait valable . C'est le moyen de se rencontrer, entre gens et groupes concernés, d'inventorier et analyser les diff i cu l tés , de s'informer mutuellement pour dégager des solutions, et surtout pren dre des mesures pour les mettre en oeuvre . Le MRAP jo uera alors son rôle d 'i ncitateur et de catalyseur. IV . 3.8 . Constater que nous ne sommes pas seuls, c'est enfin prendre en considération toutes les potentialités qui nous sont offe r tes à travers la for.ation , secteur que le MRAP n'a cessé de développer ces dernières années . Dans les administrations, et dans de nombreuses branches profess i on nell es , bi en des hommes et des femmes sont confrontés à la diversité ethnique de leurs partenaires ou de leurs interlocuteurs, et manquent des moyens comme des connaissanc es nécessaires . En les informant, en les aidant , nous pouvons améliorer des relations trop souvent appauvries, et contribuer à un fonctionnement plus harmonieux de la société. Au plan national et local, avec 16 les écoles et les organisme s spécialisés, nous pouvons participer à des stages, et même en s usciter et en diriger . Pour étendre nos possibilités, nous avons à accroître, à l'intérieur du Mouvement, la formation des militants qui deviendront à leur tour des formateurs. Dans cette perspective, la question reste posée d'une décentralisation dynamique, avec plusieurs "permanents" régionau x. Comment trouver les moyens de réaliser ce bon en avant indispensable? IV . 3. g . Gardons-nous de séparer les lourd es tâches qui nous incombent du renforce.ent du MRAP lui-même, l'outil indispensable pour les mener à bien . "L'intendance" ne sui t pas spontanément. Nous avons décidé de doubler nos adhérents en 1985 : cela dépend de la justesse de notre action, de notre capacité de la faire connaître, et de la conviction avec laquelle nous appellerons à s 'y joindre les gen s innombrables qui l'approuvent . L'action fai t naître les adhésions et celles - ci alimentent l'action. Ces progrès supposent un meilleur partage des tâches et une participation sans cesse accrue dans la prise des décisions comme dans leur applicat~on - en un mot, une meilleure organisation, articulant harmonieusement le travail des "permanents" et des militants, du Secrétaria t national et des commissions, du Bureau National et des comités locau x. Un MRAP plus solide , plus large, avec plus de moyens, largement ouvert à tou t es les bonnes volontés, attentif à tout ce qui se passe, avec des comités locaux toujours plus nombreux et actifs : c'est par là que passe inévitablement la lutte pour une France sans racisme, unie dans sa diversité . Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9239·81 Paris OiTecteur de 18 publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrltar/at de r!klecrion Monique Khellaf ComltfJ de r!klacrion Bertrand Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod N°de Commission paritaire: 61013 Imprimeurs Libres - Paris

Notes

<references />