Droit et Liberté n°00022 - 15 février 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Entre les victimes et les bourreaux, l'alliance est impossible -page 1
    • J'ai interviewé Albert Kahn qui peut ajouter de nouveaux chapitres à son livre "la grande conspiration contre la Russie" par Daniel Bess -page 1
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • Quo Vadis Israël? (élections israëliennes) par M. Vilner -page 3
    • 250000 chômeurs en Belgique par Ph. Gratvol -page 4
    • Les mille façons d'accommoder le crime par R. Payet-Burin -page 5
    • Quelque part en Europe par Michel Debonne -page 6;7
    • Les pourparlers de Rhodes traînent en longueur, les intigues de Washington vont bon train (Egypte Israël) par J.A. Bass -page 8
    • Spectacle: les deux France par Michel Cour; le cinéma par Josette Wolny -page 9
    • La ligue juive des Etats-Unis et le cardinal Mindszenty -page 10
    • Pour un avenir meilleur, pour la Paix par Dany Senaz -page 11
    • Le poéte en cage: une nouvelle de A. Reizin -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

iberré Premier résultat de la campagfle de « Droit et liberté » Nouvelle série Nr 22 (90) HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANDESTINITE 15 FEVRIER .1949 Prix . 2'5 fr. UNf INfORMATION .JUDI(IAIRE (OmE li -MJ. U. F. . ' · Ent'tefe6~ ui.ctime6~ et le6~ lio.uueauoe l'alliance est impossible, YVRIER 1934, février 1949. '" Il y a quinze ans, le 6 février, les fas.cistes français, pensant 'que leur heure . était venue et hantés par « l'exploit» de Pincendie du Reichstag, tentaient une in~ surreètion pour instaurer leur pouvoir , en· vue d'une guerre antisoviétique, sous les ordres de Hitler. Les 9 et 12 février, le peuple de France ripostait vigoureusement et victorieusement. Il a fallu à ces bandes la guerre et la défaite pour accomplir, sept ans plus tard, leur oeuvre de trahison et pour donner libre cours à leur antisémitisme barbare. Dimanche de'rnier, en commémorant ce 15' anniversaire par un immense cortège, les Pari~ siens ont manifesté leur volonté de barrer la route aux fauteurs de guerre et à leurs mer .. cenaires fascistes. Conscients de leurs forces, des changements qui se sont produits dans le monde, sachant que des centaines de millions d'hommes et de femmes combattent pour .la paix, ils ne croie~t pas à la fatalité de ' Ia guerre et sont certains de gagne(' cette , ba~ taille de la: paix. L ' , AGITATION antisémite d'aujourd'hui est l'un des aspects de la préparation morale à une guerre antisoviétique. C'est même la raison d'être de cette agitation. Co()mment, dès lors, combattre l'antisémitisme sans partici.per à la lutte pour la paix ? èertaines organisations sionistes conseillent aux Juifs de réagir au danger de guerre, au~ quel s'ajoutent les difficultés économiques et l'antisémitisme" en faisant leurs ba~a~es et en prenant la fuite ! Il paraît que cette propagande trouve quelques échos. La seule pensée que les persécutions sont toujours possibles hante ceux qui se savent rescapés d'une extermination totale. Ce fatalisme s'explique, mais nous ne ferons jamais assez pour le dénoncer. On ne peut mener le combat pI)Ur la vie par l'idée d'une fuite illusoire, comme on ne peut combattre. la mort par le suicide. La philosophie d'un re,· tour fatal des choses, le manque de confiance dans les immenses forces qui se battent pour la paix, ne correspondent nullement à la réalité de 1949, désarment les faibles, aboutissent à une impasse. Et peut-on prétendre que l'Etat d'Israël ou l'Amérique du Sud sont au-dessus de la mêlée du moment qu'une grande coalition a~ressive se forme, dirigée contre l'Union Soviétique et les démocraties populaires et en~ globant l'Occident et le pays de l'Atlantique, avec l'Allemagne non-dénazifiée comme al,· liée? Les Juifs peuvent-ils participer à une guerre d'agression, dans le même bloc que les na~ zis et autres assassins, meurtriers de 6 millions de leurs frères ? Jamais ! Aussi bien, en cas de guerre, inévitablement, les persécutions raciales recommence~ raient avec une intensité accrue. « Aspects de la France » du 3 févr ier, journal nazi, n'écritil- pas: « Les Juifs ont des comptes à nous rendre ». Non, les victimes ne seront jamais les alliés des bourreaux ! Tandis que la croyance en la « fatalité» signifie un abandon périlleux, l'affirmation de ce refus est déjà une action pOUl' la paix. DROIT ET LIBERTE. Notre campagne ,contre les publications honteuses des hom mes de Vichy, des agents nazis -et de tous ' leurs complices, a provoqué un grand retentissement dans l'opinion publique française. Au cours d'un entretien que notr~ rédacteur J.-A. Bass a eu avec M. Vassatd, . ProGllI-eur de la Répu- . blique, au sujet des pubHcations que nous avons dénoncé à la vindicte publique, l'assurance nous a été donnée que , le Parquet suit avec une extrême vigilance toute cette presse de la trahison et de l'antisémitisme. Ainsi, une information judiciaire set-ait ouverte contre le journal nazi de languè fran.çaise « Unité ») d son éditrice, une association de malfaiteurs dite « Mouvement Socialiste d'Unité Française » (M.S. U.F.), et composée en ma. ieure par t i e d'anciens WaHen S.S., miliciens ' de Darnand, P. P. F. et li- -gut>urs d'Action Française. A V'ec tous les républicains, nous continuerons notre action, nous veillerons ~I ce que ne soit plus tolérée l'insulte imprimée, contre la mémoire ûes' victimes du fascisme. L Une exclusiVIté " Droit et Liberté" 0'ai intervievvé ALBERT ·KAlHIN· .' qui peut ajouter de nouveaux chapitres à son livre "La gr and e con 5 p ira t ion con t rel a R lB 5 5 i e " ~ 'A V AIS fait sa connaissance à sept he,ures du soir ; à neuf il s'en allait. Je l'ai retrouvé au baI: de l'hôtel Pont-Royal, rue de Montalembert. C'est là qu'il était descendu, fuyaRt la pompe des palaces, en homme simple qu'il est. Je m'attendais à voir un homme déjà âgé, grognon, fulminant contre tout et tous_ .. j'ai trouvé un homme jeune, la trentaine environ, grand, large de carrure, portant des luhettes: très gentil au demeurant, quoique visibiement fatigué ~ Je \foulais l'accompagner à tre de la belle .espèce, et il ne Or!). mérite que le mépris qu'il ins. D<.:s coups de ri! par ci, par nl, pire aux honnêtes gens. . et eh un rien de PAR • - Journaliste temp'S, n~ e voic~ 1 BE S S l de «. DI-oit et en route, na nti _ Dan i el _ Liberté ", je d'une. autorisa- m'intèresse partion d 'A ir-France. , ticllld-rcment au problèmc. de . Kahn il souri, lui qui pourtant l'antisl:l1lilisme aux E ta t savait donne des consigncs fo r- Unis .. , mctles : voyagc incog LHLO, pas - Il est virulent, plus que de jownalistés, la paix! jamais auparavant. Des organi- Et ilOlI~; avons bm'ardé deux sations antisémites? Il v en a un heures durant, dans le taxi, il la certain nombr.e; je ne ·vais IJas g ,lrc des Invalides, dans le car les énumérer ici, je n'en citerai d'Air-Francc , il Orly, cn attell- Que d·eux pour mémoire : tout dant t'ayion. d'abord, I~ Ku-Klux- KI'an, trisa O· ÜELQUES mots sur l'affaire Kravchenko : , - Il n'a jamais écrit son li. He, d'ailleurs la preuv.e en a été fait.e au tribunal. C'est un trai· h'ment célt:bre, et le mouvement d'ull certain Gerald. K. Smith. Toutes ccs organisations mènent grand tap;lg-c, ti ('nnent ( uitc page 4.) Que faut-il penser des élections israéliennes .? (Voir page 3) f\U fO"'D DU pu,~rs Vertu le croIs Krachenko ve7- tueux, car il n'a pas, devant nos yeux, le VIce d'un' publicitaire gui saurait écrire ... c't se taire. LE PARTHE. Fausses identités , .J'étais fort ému, ce jour-I·à, en montant dans le métro. Mon cousin Sacha qui devait partir aux Etats-Uni; pour un voyage d'affaires, ne s'était-il pas vu refuser son visa? Je le racontai à mon « ami du, matin ». Et, lui, de s'éton~r : _ Mais pour quelles raison~, grands dieux? Votre parent est-II un escroc notoire ? cO'mmuniste ? ou homo~sexuel ? _ Pensez donc ! C'est un brave père de famHle, assez bourgeois, et qui t,.;~aille dur~ ment dans son petit magasin avec sa femme, ses deux garçons et un vieil employé. Mais, voyez- "vous, pendant l'occupation, il s'est caché sous un taux nom pour écha.pper aux persécutions raciales. Arrêté en 1941 en zone sud, il a été concbmné à 15 jours de prison par les tribunaux pétainistes pour US<lge de fausse carte d'identité. Il pensait, depuis, que cette condamnation avait été amnistiée de plein droit : eh bien, , pas du tout ! Elle figure touj~urs . sur son casier judiciaire. Et le gouvernement aer.éricain en a pris prétexte pour lui refuser son visa ! , Mon " ami du matin » se prit à rire doucement. - Vous devriez aller raconter votre h'stoire au p;ocè4 Kravc. henko, me dit-il. - Au procès Kravchenko ? pourquoi donc? Nous n'avons rien à voir avec cette affaire. Et je ne vois pas ce que nous irions dire au milieu de tous ces gens qui traitent de problèmes que nous ne comprenons pas toujours. - Vous allez voir : votre cousin a été condamné par la justice française pour avoir utilisé, durant l'occupation, une fausse carte d'identité. Cette peine, clOpe.,... I-d.ant fort honorable en raison des circonstances, continue à le « marquer ». De leur côté, les Américains s'en indignent et lui refusent l'accès de leur territoire. Or, Kravchenko est venu en France pour son procès SOU5 une fausse identité : son passeport (4élivré par le Département d'Etat !) e~t: en effet, établi au nom (fantais·iste) de Kédrine 1 Donc, non seulem,ent les Américains trouvent normale cette usurpation d'état civil quand il s'agit de Kravchenko, mais enCore ils s'en font re, complices ! Par ailleurs, le Gouvernement français n'engage aucune poursuite judiciaire contre lui : il a pourtant deman<lé et obtenu un visa français sous un faux nom; il a rempli sa fiche de police il l'hôtel sous ce faux nom et il continue à vivre à Paris avec cette fausse ident'ité ! Il en a moins fallu à votre cousin pour pa5ser quinze jours à l'ombre ! - En somme, si Sacha partait à New-York pour éc,ire un fivre à succès· contre la République Française, il pourrait avoir son visa? - Très probablement ! L'INGENU. DrOit et Liberté, l ... "' ..... • , .. Q0·47 90·48 C.C,p. Paris 607~98 Tarif d'abonnement : 3 mois ........ 150 frs 6 mois . ....... 300 frs 1 an .......... 600 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse. pTlère de joindre la dernière bande et la somme de 26 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK


~

DROIT ET LIBERTE -------------- .15 février J.9"~. - ~ 22 (90J LES ÉTONNEMENTS DE LA QIJRNZAHNE • • • Dissidence 0 Comment s'appelait le Laval norvégien ? - GurSSLING. - Quel est le nom de l'actuel ministre des Affaires Etrangères de Roumanie ? - Anna FAUK,ER. « Dissidence 40 » vous pouvez vous rasseoiF, vous aurez ° ! C'est la seule note, en tout cas, que mérite le petit kravchenkiste anonyme qui, dans un article de cette feuille R.P.F., bouné d'errcurs et de noms estropiés ou inventbi, prend le Pirée pour un homme, « Maison de poupée » pour un joujou, Stali-nabad pour Ackabad ... Et le acrdinal Mindszenty - qu' il orthographie d'ailleurs Mindsen KY avec une touchante constance, tout au long de son devoir de dictée (la voix {le son maître vient d'outre-Atlantique) - pour un saiqt-et-martyr victime d'une sombre conspiration de Juifs! Dissidence 0 (pointé) Nous avons déjà vu, à propos de Mindszenty, la très trum4\nienne ~ Ligue Améric.aine Juive » mêler des' malédictions de style biblique au concert d'imprécations qui s'est élevé dans la presse du Département d'Etat contre la « tyrannie bo1chévique ». Ici, il ne suffisait pas à la défense du cardinal traître que « Le Monde ' » ouvrît ses colonnes au nommé Franz Honti, ancien attach~ de presse à la légation horthyste de Paris et 2mi personnel de Xavier Vallat. Il ne suffisait pas, non plus, que M. Maurice Schumann, ayant consulté pour 1<1. nième fois les Pères de l'Egli· se, comparât ' la volonté de justke d'un gouvernement populaire à " l'orguei l de Dioclétien D. Il fallait, pour que la symphonie fût oomplète, que certains y:ersonnages qui ont choisi la liberté de continuer Goebbels remissent en marche le vieux disque fêlé du « judéo.bolchevisme D. Le jugement d'un espion et d'un trafiquant de devi~es devient alors une abominable provoc~ tion antichrétienne mon1ée sur l'ordre de Sta.line, par « le GuisslirJg magyar qui est un Jui! d~-:-Budapest . D, pour la plus grande joj.e de « la Juive Alina Fau/ler D, qui dans la Roumanie voisine a in~pjré " la fersécution 2ntireligieuse D ••• Anti'iémitisme et ignorance de l'orthographe vont souvelH de fair. Voir les graffiti de certains w a'l er -closets. Histoire j.uive Il fallait un calculateur, ce fut U11 dallseur qui l' obtint. Bea uma rchais (Le Mariatie de Figaro) On la raconte à Tel-Aviv, où le népotisme est assez en honneur dans certains milieux .socialdémocriltes de gou~"rnement. M. Shertok, ministre des Affaires Etrangères, est sur les dents : il cherche une puissante compétence, un haut fonction- "Ilaire capable d'occuper le poste, comme qui dirait, de secrétaire général du Qu;\i d 'Orsay iswélien. L'avenir, rien moins, du pays est en jeu. N';nsu/te pas qui veut Dans le dernier numéro de la « Terre Qetrouvée », dont il est le propriétajre, le direc~ teur, le rédacteur en chef et le principal lecteur, M. Joseph Fischer, pour se laver de la grave responsabilité qu'il a prise en brisant la c'ampagne de solidarité en faveUr d' Is- . raël, Ose traiter notre ami Qavski, glorieux résistant, de faussaire <ft de menteur. L'insulte à la bouche, M. Joseph Fjscher essaye de se dérober au jugement de l'opiz nion publique. Mais n'insulte pas qui veut. Nous ne suivrons pas M. Fischer dans ses intrigues, s~s commérages malv~iIIants. , ses excitations ' médiocres. Ce serait à la f~is manquer de tenue envers nos lecteurs et leur faire perdre leUr temps. Cfla ne nous Dans le groupe des « po~sibles li, trôis '« çracks », tous aus~i éminents, se détachent et sont retenus Un Juif allemand, ordonné, méthodique, lourd, érudit, portant lunettes, auteur d'épais bouquins sur les détours de la politique de Rome à l'époque d'Octave Auguste. _ Un Juif fr.,nçais, fin, disert, spirituel, el é g a n t, diplomate aOEQmpli, Un Juif américain, dvnamique, envahissa.nt, efficient, voyant ~ran<1, plein de projets , . .. QUl, finalement, sera choisi comlll~ the rigM man in tlle rigld Place -.? - Le neveu de Ben Gou.rion La bauxite, Cayenne et les D.P. L'autre soir, on avait amené devant le micro de « La Voix de l'Amérique en Europe li le célèbre - explorateur-américain-Davis. Et le·célèbre-explorateur-américain- Davis racontait avec moult détails géologiques, ethnogra-ph1ques, équatoriaux, exotiques, le voyage que, pour le compte du gouvernement de W8shington, il vient d'accomplir en Guyane française. Il y a prospecté des gisement~ de bauxite, minerai d'où est tiré l'aluminium des avions. Quand on vous disait que le« quatrième point de M. Truman » ne tend qu'à la « mise en valeur des régions arriérées li ! A Cayenne, M. Davis a visité le bagne en compagnie de ... M. Jules Moch (encore un g11i voyage beaucoup pour la H rDlse ef) v2leur des régions arriérées », genre Fezzan). Au centre du pays, nos Christophe Colomb ont découvert des terres vierges où, comme de bien entendu, la main de l'homme n'a j:lmais mis les pieds, et que cIel> ~ personnes déplacées » d'Euro· pe fourraient aussi venir mettre en valeur. Oui, mais à la condition, a bien précisé M. Davis: que ,es personnes présentent « toutes les gH2nties n.§cessaires ,. I nuti le de poursuivoe, on a compris ! Les D. P. juifs, survivants de l'extermination, peuvent rengainer leurs espoirs : ils resteront dans leurs Cayenne d'Allemagne. . Pour les explorateurs qui chcrchent de la ba\lxite en. prenanl M. Jules Moch pour ciceronc::, n'est-ce p8S d:lns le rang des D. P. de M. Kravehenko que se trouvent les ~ garanties nécessaires » ? empêchera pas ceF,endant de denoncer ses méfaits. On conçoit que M. Joseph Fischer essaie de s'attaquer' au -gouvernement de la Qépue blique roumaine qui a été obli. gé de prendre des . mesures, non pas contre les ' sionistes roumains, mais cOntre les JOe seph Fischer roumains, et que la carrière d' un Krav' cbenko le tente : il célèbre la reconnaissance de l'Etat d'ISe raël par la Fran<:e et l'Empire britannique comme llne manoeuvre antisoviétique bi.en réussie. . Voilà qui ouvrira les yeux des sionistes sincères qui li· sent encore l'organe d'un homme qui a brisé la campa. gne de solidarité envers ISe raël. Peuple élu Avez-vous . songé à cette conbéquence des élections israéliennes

Lorsqu'un antisémite dégoisera sur « les représentants du peuple élu », vous pourrez lui répondre q'u'en Palestine c'est... au suffrage universel. Le s.tylo qui cons-olide Les histoires de pétrole, la violation des décisions internationales, les volte-faces diplorÎlatiques, l'intérêt porté à la Palestine par les stratéges du clan américain d~ la guerre ? Des boniments, tout ça 1 Nous disons, nous, avec la Il Terre Retrouvée D, que M. Truman « consolide Israël D, nous disons gu'ilest un très grand amj des Juifs. Nous le disons et nous le prou· vons : M. Truman possédait un magnifique stylo, tOU'É en or. Avec cet instrument historique il a signé l'acte de reconnaissance du gouvernement d'Israël. Or, il vient d'en faire cadeau à J'ancien associé de son comme ·ree de bonneterie, M. Jacobson. C.Q·f·D. Ceux qui travaillent l'après-midi et les autres Les ouvriers, les employés, les paysons, les simples gens de chez nous ' n'assistent pas au procès K.ravchenko. Ils travaillent l'après·midi. Ce qui explique la composit ion du ( public li de la X' Cham- ~ bre correctionnelle, où l'on trouve en abondance : belles dames (lu faubourg, jeunes gens dont « Paroles Françaises » est l'hetxlomadaire favori, et policiers typi- (Jues. , Au cours de sa déposition, l'écrivain am~ricain Albert Kahn, co-auteur de « La Grande Conspiration contre la Russie », dénonçant les horreurs de la guerre et l'antisémitisme - les deux sont liés - déclara : « Il sr: trouve que je SUIS Juif. .. » De la salle, un « ah » mi-indigné, mi-'sarcastique lui répondit. ~ Pas étf)l1nant, pensèrent telles petites têtes ·de nazi lions, un J ui f ... ,un Youpin qui accable notre cher K ravcbenko •• Kravchenko, traître qui a tenté de diviser les Alliés, a choisi la liberté de se faire applaudir par les petits élèves de Rosenberg. C'est un critère. ... Au même moment, la déposi- ' tion de M. Kahn prenant un tour néttement antiraciste, la « Radiodiffusion fr2nçaise II en interrompit, comme pilr hasard, la transmission. Encore lm critère, ce genre d' « incident technique D, qui per. met de mesurer « l'objectivité • ·de Dame Radio. Une nouvelle méthode L'Argentine qui, OIt le sait, offre une large hospitalité aux nazis roursuivis par la justice de leur propre pays qu'ils ont trahi, vient de trouver une nouvelle forme de surveillance antisémite. On annonce en effet de BuenosAires, que les autorités locales de plusieurs provinces d'Argentine font depuis peu figurer sur les contrats commerciaux et légaux, la religion et le nom des parents . de chacune des parties intéressées. Les notaires doivent insnire ces renseignements sur les contrats avant de les légaliser. Le dictateur Péron prend la digne St,ccession de son maître fasciste Hitler ! Kravchenko Modèle réduit « Le Monde» a publié le 21 janvier 1949 un article qui racontait, entre autres, la mirifique histoire du « pont aérien » qui relierait Israël aux pays-de·derrière- le-rideau·de-fer, ainsi que l'abominable activ ité des « mosccutaires » au pays des kibboutz. L'article était signé Le Man (teur). Doux ratronyme, qui évoque les bords enchanteurs du lac baign2nt Genève et ·Lausanne. Curieux de nature (et par profession), nous avons vu le signataire dudit artiCle. Il s'appelle en réalité Hnns Lehmann, h ~bi te l'hôtel Ilurgundy, 8, rue Duphot, non lob de la Madeleine ; citoyen suisse alle- 5~ mand, eng2gé volontaire dans l' aviation israélienne, il a déseFté cette formation et est revenu en France, où il propose sa camelote antisémite et antisoviétique aux journaux en mal « d'infor· mations ,; de ce genre. Et les « journaux sérieux» de lui offrir, en échange de ses . .. divulgations (j'allais écrire divagations), une cOrbeille de banKnotes ! Il n'est revenu que ~ur Ç1, le Lehmann. Car il doit avoir l'habitude ,le faire val. er les f{)J1ds avec roe:; histoires r,)Cambol(,"'iue~ ... L'Hans du ranier, en somme D. L. n'en est pas. Il n'y a plus de Pyrénées : 5 journaux français sont invités à jeter le pont .. Derrière le rideau àe neige, réjouiss8nces « POj}ulalTes » : belle « Epoque., 1'« Aurore» se ~~ ~~ lève, ~ Figaro» ci, Figaro-là, vat- il charn1er le demi-« MOHtle II' ? Quant à notre « Ingénu _, il serait r~xpé(lié ~ franco » avec les félicitations d'us2ge. , J 5 FévrieJ' ,1949. - N° 22 (90) ()ROIT Er LlI3ERT(i 3 QUO VADIS ... ISRAEL? A u lendemain. des élections . israéliennes, le « grand valllqueUr» DaVid Ben Gourion, chef du « Mapai » et président du gouvernement provisoire, a déclaré qu'Israël sera ' « une libre République du travail. délivrée du fléau de l'exploitation de l'homme par l'homme )J. Belle perspective, propre à réchauffer le coeur de tous les amis de la démocratie et du progrès social! Mais, pour introouire le socialisme en Israël, que lles me,S ure s M. Ben Gourion entend-il donc prendre et SUI' quelle coalition gouvernementale pense-t-ii s'ap[>uyer ? M A ...------ par M. VILNER ---. gouvernement de Wash.ington n'était pas présenté comme un grand ami - et il fut beaucoup question de « neutralité entre l'Est et l'Ouest ». Sur le plan social, sachant bien que les masses n'avaient pas assez d'éléIi.lents d'appréciation, grand parti ouvrier israélien, car les éléments anti-impérialiste sincères sont fort nombreux dans le « Map"am ». Les 15.000 électeurs communistes, la majorité du « Mallam »), les milliers d'ég<l.rés de l'Irgoun et du Stern peuvent constituer la réserve d'un puissant mouvement progressif. L'Assemblée élue aura pour tâche d'élaborer la r-____ ...::w~,.:--=-:_:cF- Con s t i t ution de l'Etat d'Israël, mais dans cette période de gestation constitu, tionnelle, la laïcité, le danger d'inflation, le système fiscal et surtout la politique extérieure poseront autant de problèmes dont il sera âprement discuté. C'est sur la s()lution de ces problèmes que le peuple jugera le gouvernement et ses partis. et que le monde jugera Israël. . Si Israël ca[>itulait devant l'offensive des Etats - Unis dont le [>rêt de 100 millions de dollan) constitue une des Nous ne dirons pas que le prêt américain de 100 millions de dollars a été généreusement accordé à M. Ben Gourion pour qu'il construise le socialisme en Israël: ce serait fa,ire injure ~I M. Truman ... Aussi bien, ,le gouvernement des Etats-Unis donne ·t-il une toute autre signification aux résultats du récent scrutin : « A la suite des élections israéliennes. déclare une note officielle du Départe' étapes, il signet'ait son acte de va salisation, pour ne pas dire son ::irrêt de mort. Dans les plans impérialistes, les tS~ECharlesw~cE~a~~A~p~m~Q§u[' ~.o~R~w~r]EIr~L/~8C~R~"5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)Charles 5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)1~]G~'!AI§~IeR~ Juifs devraient d~bord ~appliquer ~t transformer Israël ment d'Etat, les conditions permettanfla recon· naissance d'Israël «( de jure » ont été rempliea ». Voilà qui en dit long. Pour le 'gouvernement des Etats-Unis, la victotre du « Mapai » ar[>araît avant tout comme la possibilité d'accentuer sa politique de pénétration économique, d'entraîner Israël dans un bloc antisoviétique et d'utiliser ce pays comme, une base d'agression. Curieuse consolidation Si l'on nourrissait encore quelques doutes à cet égard, « La Terre retrouvée », journal sioniste de Paris, viendrait les dissiper. Dans un article institulé (c Consolidation de l'Etat ,iuif », l'organe de' M. Fi 'cher (Joseph) écrit en effet : (c Les « Trois Grands » occidentaux, ' Etats .. Unis, G~a1llde-Bretagne et France, ont pris pen .. dant la dernière quinzaine une série de mesures qui consolident l'Etat d'Israël. Ces mesurr'es qui coiincident avec la période de préparation cies élections en Israël, ne sont que le développement logique des politiques française, améri .. caine et anglaise dans la question palestinienne. Mais leu, simultanéité paraît revêtir le caractère de mise en place d'un dispositif occidental à l'égard d'lsraël destiné à influencer l'opinion publique isr,aélienne et à former un banage c,onlre' l'influence soviétique. » Evidemment M. Fisher n'est qu'un pauvre petit subaltern'e qui rend de piètres services ~t M. Ben Gourion en interpt'étal1t de façon peu diplomatique la pensée profonde des dirigeants du « Mapai ». Le patron n,e era sans doute pas content de ce serviteur au zèle maladroit. Que voulez-vous, l'intelligence politique - et M. Fischel' se défend de taire de la politique - n'est pas l'apanage de tout le l\1onde .... Il reste, et t:'est ce qui est grave, que depuis les élections le gouvernement israélien a pris une série d'initiatives qui ne laisse pas d'être troublante. . "Troisième Force" Nous avons déjà examiné dans quelles condi,tions Israël a voté (1). Les quelques 1\10is qui se sont écou l é~ entre hl' Proclamation de l'Etat et les élections n'ont pas permi ' au peuple de juger lt fond la politique de chaque parti. Sa coalition avec la gauche rendant la période de lutte contre l'intervention allglai 'e, et son rôle dirigeant dans les aHaires de l'Etat ont valu au « Mapai » un succès électoral : le glissement vers la droite les négociations secrètes avec l'extérieur, ' le ret;versement des alliances ~t l'intérieur ont pu passer inaperçus aux yeux de la grande masse. , . Il est significatif que la ca~n~ag~e, e1ector~le se soit déroulée autour de ~enerahtt:s .. On dtscuta longuement de problen~es reltgleux,. Ü'.n exalta la tradition d~s .Prophetes, on ~lUlttp~i<! les déclarations ya.tnottques ... La ql1a.sl-!otaltt~ des partis, Y compn~ le « Map~m », n~lt a profit l'im popularité ap?l~lSe pour J~t1r,? le Silence sur le rôle de l'impenaltsme amencam - lorsque le (1) Voir Dr()it et LilJe'rté des lor et 15 janvier. on eut beau jeu d';.lfficher des programmes remplis de belles phrases. Dans la confusion favorisée par l'état de guerre, c'est en SOlllrue l'esprit de «( Troisii,"l1c Force » qui l'a emporté aux éleètions israéiiennes. Cet esprit constitue d 'ailleurs l'esst:nce même de l'idéologie sioniste qui est aussi celle du « Mapam »). Ce parti, en refusan;: l'unité avec Jes comlllunistes, a pratiquemeJlt contribué au succès du « Ma()aï ». Pourtant, il sutfit de se rappeler les différentes plate-formes électorales pour constater que le peuple a cru votel' à gauche, a cru dire sa gratitude à l'Union Soviétique et aux dérno,craties populaires qui ont défendu Israël avec tant de conséquence sur le plan international. La déclaration de M. Ben Gourion, que nous citons plus haut, illustre bien cet état de choses. Mais, à peine les résultats du 25 janv ier étaient-ils connus que, sous la pression américaine, sans attendre les élections à 1'1-1 istaclrtith du 15 février, le « Mapai » dut prendre de nouveaux engagements : « La condi.tion évidente du prêt, dit un télégramme de Washington raprorté par l'A.T.J., est qu'Israël défin.isse clairement sa positi.on entre l'Est et l'Ou.est. » Le ,. Mapam " à la croüsée des chemins Finie, la prétendue «( neutralité »! Désormais, M. Ben Gourion ne cache plus son intention d'axer la future coalition gouvernementale sur le « Bloc religieux unifié » et sur les «( Sionistes Gé'-téraux ». Et ;\ la participation éventuelle du (i Mapam », il pose ulle condition sine qua non: alignement sur la politique extérieure du mouvement sioniste, autrement dit du « Mapai: ». Cette mi~ en demeure aul'a du moins le Une permilnence électorale à Tel-Aviv mérite de détruire certaines équivoques. Jusqu'~ t présent, les dirigeants du « Ma(.)am » faisaient le jeu de la politique « occidentale » tout en proclamant bien haut la nécessité de s'orien .. tel' sur l'amitié de l'U.R.S.S. Il est douteux qu'il puisse longtemps encore naviguer de la sorte saris prendre position dans les faits. Cela contribuera, dans l'avenir, à la cristallisation d'un en une base stratégique ; puis, isolés de leurs amis, ils deviendraient une proie facile au début de la « grande bataille ». La PAjX est en jeu Déjà on chuchote dan~ les Chancelleries qu',en cas de guerre antisoviétique, les dirigeants anglo-américains seraient prêts à offrir la liquidation d'Israël aux marionnettes des pays voisins pour I)rix de leur participation ... En attendant, pour mieux contrôler l'us:lge qui sera fait des dollars, le gouvernement américain a divisé son prêt en deux tranches : la première, de 35 millions, ,la seconde de 65 millions. Pour bénéficier de la seconde, il faudra, pré:.dablement, donner la preuve qu'on «( a bien utilisé » la pre 111 ière. Méthode de pression et d'ingérence bien connue, et dont on peut dire que les « bénéficiaires» ,qui s'y plient tont bon marché de l'indél)Cndance de leur pays. Ici, comme ailleurs, ,qui s'en étonncrait ? les impérialistes COllll}tent sur les dirigeants sociaux- démocrates pour faire la besogne qui pré .. parerait, avec la erise économique, la servitude et la catastrophe nationale. Les mots, les dét)onciations sonores (c du fléau de l'exploitation de l'ho III me par l'homme » ne' suffisent pas ;. promouvoir la paix ... Israël doit rejoindre effectivement l'immense camp des forces déJllocratiques qui. partout dans le lIIonde. luttent pour l'indépendance et la liberté. Nul n'ignore plus aujourd'hui , qu'on \)répare une nouvelle guerre sous la direction anglo-saxonne, avec les nazis d'hier COlllme alliés. Face aux manoeuvres des milieux réactieJ1naircs israéliens qui veulent entraîner le gOllvemement dans cette alliance ,ndigne et mortelle, nous poüvOflS faire confiance aux Juifs d'Israël : rescapés, pour la plurart, de la perséclltion hitlérienne. ils n'entendent pas se joindre aux S.S. contre les hommes de Stalingrad. 5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)Charles. " OROn et tlBIRIt" : Journal parlé ilt:aucoup de questions traitées dans ' nos colonnes ont suscité des discussions passionnées La Dire,ction du .Journal, aidé~ par les premirs groujl~s d'Ami!" de Droit et Liberte a d,one décidé d'ouvrir L1ne Tribune pat'Jé·e. Deux fois par mois, I~s premiers et troisième jeudis, Salle I..ancry, 10 rue Lanery, auront lieu des débats publics avec le concours de l,ersonnalités éminentes du fll<lnde littéraire, artistiqu. e et politique, telles que MM. André Wllrms-er, Louis Martin.ChauHier, Aimé ,Césaire, etc ... Retenez votre soirée du jeudi 3 mars à 20 h. 30. Sous la présid~nce de 1\1. André Wurmser, notre collaborateur Roger Maria, parlera sur le thème: « L'ANTISEMITISME EST,IL UN MAL INEVITABLE? » T 4 . . ------.------------------------------------------ DROIT (T LIBERTE J'ai interviewé Albert.Kahn (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) des meetings, éditent des bro- cernent la vie et les événements Derrière le militant churcs, des tracts, des jour- politiques aux Etats-Unis. « Un il y a l'homme .•• naux, en un mot, se livrent à travail passionnant ", ajoute-toi\. une propagande effrénée. Nous voici arrivés. Une hô- QU'EST-CE que vous pen- . - Quelle est la réaction des tesse de l'air s'empresse et con- se:;: de ..• » masses populairs ? duit les passagers aux différents - Oh ! je vous en prie, plus - A vrai dire, il faudrait po· services de contrôle de l'aéro- de que:>tions .... cela fait trois ser la question d'une autre ma· drol;lc. jours que j'en suis assailli ... exniére

quelles sont les organi. Je me suis rapidement fait cusez-moi.

sations qui, luttant contre cette établir un laissez-passer qui me Et puis, brusquement, j'ai eu propagande, entraînent les permettra de rester en compa- deyant moi un autre homme: la Am~ricains à voir autrement gni de Kahn jusqu'au moment réserve qu'il s'était imposée, la que [·ar l'optique déformée de de son embarquement. froideur qu'il avait aFfectée dans CEUX qui cherchent à troubler Mais les seryices de police les répon<;es qu'il me donnait ont l'opinion publique, qui s'eHor. ·sont tl'ès ·méfiants, et le gradé. brusquement fondu. cent de la « doper» conscien. qui tamponne ma feuille me po e J'avais devant moi un homme sûeusement, en vue de la divi- des tas de questions: fatigué, harrassé même ; mais ser. - Qu'est-ce que , 'ous êtes? ce n'était plus le journaliste, Cette campagne de désin. Journaliste? De quc:l journal? l'homme célèbre de cc La grande toxication, Ce sont surtout le cc Droit et Liberté ? Ah bon ! conspiration èontre la Russie ", P'arti progressiste de Wallace (petit air inspiré qui proll\'e qu'il c'était tout simplement un père et les Trade Unions, les Syndi. ,ne connalt pas notre organe... de famille qui me disait sa joie cats, qui la mènent. é,'idelllment !). Qui allez-vous de revoir bientôt sa femme et - Ouelle est l'attitude du intelToger? (cette déformation ses enfants. Gouve;:;lement américain? Que professionnelle, tout de même !). f<~l't-I'1 COlltre ces mene'es'" TT 1 ) Q" ? Q , -- Je suis un papa très fier de co r l"a ln: UI c est. u est-ce ses enfants; j'ai trois fils: Ste. La réponse est arrivée, la pi- qu'il fait? Dans quoi écrit-il? l)hen, sept ans, Timothée, cinq , claire, catégorique: Qu'est-ce qu'il écrit? Etc... ans, et Brian, deux ans. Le plus - Nothing. !... Rien Je lui propose gentiment de lui grand va à J'école, mais, ajou- Plus tard, lorsque J'e lui ai amener 1e cc curn.c u 1u m YI' ta e" te-t-il en clignant mali c ieu~ement r<Iconté quelques fai.ts qui prou- de l'intère<;sé : du cou p, l'hono- de l'oeil, c'est à la maison . qu'il v{'nt que . chez nous aussi les rable p::tndore fronce les sourcils, fait vraimc.nt son éducation. anti<;émites se manifestent, et me foudroie du regard et ... combien plus bru)amment, sans appose le cachet de son service Je ne pourrais rendre ici qu'il n'y ait rien de sérieux avec une violence féroce : il a l'émotion qui m'a boulnersé <1 'cll'Y,..?,"l.Y,é C'('ll tl'e eux, }"T ahll a sans dou e crtu qu'e Je lU'I avaI. s lorsqu ' ifl mé 'a rappo1r té, aSv ec S·Olll'·1 ·11·Oll·lqllenlellt '. sans ·doute l' t . 1 quel.1e iert ! les paro es de te- C It un gros 1110 : ~( CUITICU Hm pells,,'lt-l'l q\I'I'1 )' ,a .des allalo-· . 't 't d f ' phen, son atné, qui lui dit en <0 " YI ae ", ce n es pas u rançals, . f . Ries singulièr('S" et nullement encore moins de l'argot. tendant son Jouetavon : fortuites. Accrochage avec la douane: « Tiens papa, tu le donneras - Cependant, enlihaîne-t-il, je porte sous le bras deux clichés au premier petit pauvre que tu il' ne faut pas croire que nous pOur le journal, et les préposés verras, en France, et tu lui di. adoptons une attitude passive par"issent s'obstiner à · trouver ras que je sais combien il a sour. en face d'un t.el dang-er. que ce sont des machines infer- fert pendant la guerre. » _ « A goocl fight » nales. « Clichés? ous, on con- Et c'est sans. doute en pennaît pas ça ... après tout, qui sant à cc que lui avait dit son U OUS flOUS organiwns et prouve que ce sont des machins fils qlle Albert Kahn déclara n nuus luttons, tous enSem· pour imprimer sur les jour- au tribunal, lors du procès ble. Juifs ou non, cOJltre cette naux.- » Kravchenko : renaissance de la cinquième Et j'ai cl II les leur confier jus- « Je suis Juif. J "ai pensé a.ux où il n'y a que des fleurs sauva· ges ; puis, dans un camp, il y a encore des chambres pleines de cheveux de femmes exécutées et de jouets d'enfants liquidés. )} Tous les peuples veulent la paix ! ~EJA lcs passagers se prépal!:: tI rent à passer sur l'aire d 'embarq uement. Albert l-'::ahn a encore le temps de me dire qu'il adore les voyages (lorsque ses occupations le lui permeltent), qu'il pratique la boxe et que l'automobile le passionne. Voici. l 'heu(e du départ: une dernièrt~ fois, il réaffirme sa foi en la volonté de paix de tous les peuples, sa certitud.e en la victoire dc la démocratie sur le fascisme, Et il a ponctué son au revoit' d 'un gC'ste sinlple, amical, qui ~ell1blait me dire « A bientôt " ... Dans lin grondement de tonnerre l'imme.nse oiseau a pris son em'ol et le mince brouillard qui nO\lS enveloppe ce soir, sur l"aérodrome d'Orly, semble onduler autour de nous. 1\f<lil, tenant on aperçoit à Pf'ine les fCllx de position qui clig- notent encol'e quelques secondes, petites étoiles de l'amitié nous lancant un dernier au revoir m'a n't de s'estomper dans le loinlain. Un grand ami yient cie nous ouitter. Albert Kahn yole maint'enant vers New-York , vers le corn ba t q LI 'i 1 ne cesse de mener pour la liherté, au sein de l'immense Amérique, pays du progrès social, des cuisinières -electriques et des nègres lynchés. colonne nazie. Car il faut dire qu'a mon retour. trois cent mille Juifs ùu ghetto, qUI; Jes grands « manitous ».--------_________________________________________D_. _8_. _ qui prônent l'antisémitisme ont profité des le~ons, .des expé. riences. et des fonds de Hitler et Goebbels pendant la guerre. Ainsi, la « Jewish 'Var Veteran Assoc.iation ·", (Anciens Combattants Juifs) se charge de rapp<'ler ~I tous ces messieurs que les Juifs progressistes ne sont pas de('idés à se "lais.ser f_lire. El c'est bien pourquoi J'anti~ ·émitismp. tout au moins dans la vi" quotidienne, ne se manifeste IXIS, ou très ral'ement, dans les g·r:lnrics cités. Cpst plutôt .c1ans les petites villes, dans l ~ s coins retin!:s que, <1e tcmps à autre, on peut trOuVf'r des panneaux ayec lïnscrip- 1ion : l'f'ntree cie l'hôtel - ou dc la· plage - est interdite aux Jllif.." aux chiens et aux nègres. -- VOliS avez parlé des noirs; la diseriminMion appliquée aux J\lifs se m<lnifeste-t-elle de la mêm(' ma nière pour les nèg-res ' ? - Ce que l'on dit, ce que l'on fait aux noirs , on le dit, on le fait aux Juifs, sous une forme différente : il y a plusieurs .. , méthodes d~ discrimination : il n'v il qu'ulle seule source d'ins. riration : le racisme. Dans le combat en~agé contre ce fléau, Il(lUS sommes tous solid'aires les lins des autres, 2SlJ"OOO clW-m~, en fBe4Jique ~ ES ba<: nylons, les boites de conserve, les voitures de luxe et 1 le lait en pOUdre ont finalement .donné tort à tous les éco"",.. nomistes distingués de l'E.R.P., de l'O.E.C.E. et autres iniüales marshalliennes ! Les affaires ne vont plus en Belgique. Crise « classique » de surproduction, -crise inhérente au régime de production actuel, crise qui condamne à la misère 250.000 travailleurs. Crise qui commence à inquiéter certains industriels. De grandioses propositions sont avancées : politique de reconstruction sur une grande échelle, ·exportation de la maind'oeuvre, nouvelle politique économique, et peut-être, nouvelle politique commerciale, Ici perce le bout de l'oreille. Quelle est, en effet, la « politique commerciale » de la Belgique ? Tout vendre et tout acheter aux U.S.A. Liée par les accords du Plan Marshall, la Bel- . gique est contrainte de faire la ma.jorité de ses achats aux U.S,A. et de payer en dollars, car ce pays ne peut pas acheter de marchandises. Cela, bien entendu, ne s'est pas fait en un jour, d'abord les capitalistes se sont mis à réaliser de solides bénéfices. accrus encore par la politique de blocage de!> salaires pratiqUée depuis deux ans par le Gouvernement. Mai:=: cette ~olitique de bas-salairEs, alors Que les prix montaient sur le marché intérieur (pour pouvoir baisser sur le marché extérieur et faire face à la concurrence), a diminué le pouvoir d 'achat des ouvriers, D'où diminution de la production, d'où chomage. Enfin, les marchés extérieurs se ferment : les prodUits américains envahissent les pays voisins qui cessent d'acheter en Belgique; la Ruhr renaît, favorisée par les U.S.A. de l'indépendance. Pas d'aecords conclus sur des bases idéologiques, mais des . accords tenant exclusivement compte de nos besoins! » Que faire ? - Détruire le régime capitaliste ! disent ,les grands phraseurs droitiers de la F.G.T.B. (Fédération générale du Travail de Belgique), après avoir depuis deux ans souténll toutes les entreprises américaines, - Réglementer la main-d'oeuvre étrangère, disent encore ces mêmes dirigeants faisant preuve d 'une intangible solidarité de classe. . Les chômeurs sont des paresseux, dit la presse conservatrice, et le très gouvernemental « Lè Soir) écrit gravement: « L'aide américaine a mis l'Europe en face de ses responsabilités. » Que faire? grande partie des livraisons actuellement importées des U.S.A. L'Europe Orientale pourrait fournir des quantités importantes de marchandises diverses qui sont livrées actuellement par la zone dollar. » Le Pacte à Cinq, le Benelux, l'Union At~ antique et les bavardages de M. Spaak sur l'Occident s'opposent à une saine politique commerciale. Ce Qu'il faut, c'est préparer la guerre, augmenter la production des usines d'armements et. surtout, empêCher tout développement des relatiqns avec l'Est qui montrerait la valeur de la production des démocraties populaires, les aiderait aussi et acculerait à la fail 'ite les bailleurs de fonds des polichinelles ivres de pouvoir. En 1938, l'U.R.S.S. achetait environ un tiers de la produc~ tion belge d'étain. En 1948 le Comité de l'étain à Washing'ton s'opposa à la moindre vente à l 'U,R.S.S. de ce métal dont la quasi- totalité de la production be,ge . va aux U.S.A. à un plix imposé ... En octobre 1948, la Belgique contracta un ' ach.at de 50 millions de doUars de blé américain alor.s que les pays de l'Est auraient fourni ce blé contre des marchandises, c'est-à-dire du travaiL En 1948 l'U.R.S.s. était disposée à acheter en Belgique 4,000 wagons-baScules, payab:es en céréales, Cette opération ne fut pas conclue. 15 FÉvrier 1949. - N· 22 (90} CI - VI - LI- SA'· T ION L'autobus 32 roule à tra. rers les rues de Paris, pres~ que vide. Il est sept heures du soir. ' Je suis assise dans un win où monte un violent relent de parfum sucré, .J'en l\uis écoeurée. Je "ais changer de place, lorsqu'une yoix harmonieuse prononce, répondant à un timbre mâle : - -Que. veux·tu, Josiane sort des camps de concentrae tion. Elle n'est pas comme nous, elle n'est pas civilisée 1 Je me demande ce que, dere rière moi, on entend par ({ cie vilisation ». Aussi discrète_ ment que possible je change de place et m'assieds dos à hl marche. Me voilà face à face avec les voyageurs. Immédiatement je localise les effluves sucrés, entêtants. Ils émanent du paquet ~e fourrure facon renard qui vient de pa;ler. Et j'admire la vivante imae gc de la civilisation telle 'Ille la concoivent les habitués des Champs<Elysées nocturnes ... Le garçon d'abord : un poèe mel Sa tignasse rappelle assez · hien les poils hirsutes, toufe fus et frisotés de ces caniches « dernier chic » que la mode attache aux pas des él égao~ tes; ces pauvres toutous tondus de si curieuse manière qu'ils font irrésistibleme'ot penser au légendaire monstre du Loch~Ness. Sur une chemise à col ou. vert j'aperçois une veste à carreaux Les teintes lie-de-· vin, jalliie banane et vert épie nard s'allient en un harmonieux mélange assez inattenc du et le tOllt est surmonté de cet uniforme beige à capuche, boutons de bois et ficelles, made in U.S.A. qu'a lancé .Jean Cocteau et qu'ont repris tous les habitués de ({ Chez Tonton », Quant à ' la fille, braves gens!... le chp'f.d'oeuvre du ridicule! Mon new-look paraît démodé

1 côté de son manteau

qui traîne sur ses chaussures à talons « 'four.Eiffel .• fue seaux ». Et puis, il y a les cheveux. Ah! ses chewlIx h .. Noir de jais, longs démesurém~nt, raides d'une raideur savame ment voulue <du genre ba: guettes de tambour) et, SUr le front, du même noir évidem. Dleôt, Un 60urretet postiche tomb.tnt sur des yeux chargés d 'un khol noir et IOJJrd. Le tout surmonté d'un chapeau · ùu plus beau rouge hussard. V n cna peau que je ne saurais décrire : une ,apotbéose de pl.umes et de tulle, agrémene tée tle ruhans! A .iout~z à ce portrait fiùèle (et je vous jure que je n'exa.gère rien !), une bouche em. piétant sur le visage comme lin morceau de cellophane déc coupée. Et cOmme on n'a pas si souvent l'occasion de regare ùer la civilisation de près, j'en ai -- ainsi que dirait mon hrave homme de concierge - « pris plein ~s yeux )} 1 DOUCE. Et Albert Kahn me rappelle ,11ors CJu'il est président d{' la « JewisQ Ppople Fratcrnal 01'der ", l'équivalent en. quelque sorte de l'Union des Juifs pour la R-.\sistance et 1'Entr'aide : il "c1it .. une rrvue qui combat yio] O'mment toutes Je" formes du racÎo; mc. Depuis quatre ans. les dirigeants de la politique économique belge se sont engagés dans lill voie de la vassalisation. Depuis quatre ans, seuls les communistes dénoncent et annoncent les conSéquences funestes d 'une telle attitude. Dès août 1945, dans un rapport présenté au Comité Central du Parti Communiste Belge, M. Jean Changer de politique! Elargir les échanges. briser les liens de l'impérialisme américain qui force la Belgique à lui acheter par 5 kilogs de blé un kilog de farine (et les moulins belges?), qui ruine lïndustrie textile, qui réglemente les ventes de la Belgique (monopole de l'uranium à bas prix) , La Commission Economique Européenne (O.N.U.), publiait, en août 1948, un rapport où elle disait notamment : « Le Commerce entre l'Europe Orientale et l'Europe Occidentale doit être quintuplé... Des sources de fournitures nOn payab'es en dOllars devront être trouvées pour remplacer une Longtemps tournés vers les L=::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::~ U.S.A .. les industriels belges songent aujourd'hai à s'en détacher. Et ce n'est pas une des moindres contradictions du régime que de se tourner vers l'U.R.S.S. pour sortir du chaos dans lequel ses « amis ) l'ont entraînée. On apprend ainsi que la Fédération ·des Industries BeIges demande la réduction de deux tiers des achats belges aux U.S.A. et le déplacement de ceux-ci à d'autres fournisseurs auxquels serait ainsi donné le « Amérique » .. E car d'Air France roule a lb toute allure dans la nuit. Conlortablement assis, Albert Kahn me parle de ses projets, clu li\IC qu'il est en train d'écriTf' et qu'il pen~e achever d'ici dCllx ou trois mois : il s'intituh la '( A meriquc", et traitera d(;s di nér"nts problèmes qui con- Terfve disait : « Nos rapports économiques doivent être établis sous le signe moyen d 'augmenter le volume de leurs commandes en Belgique. La Belgique peut vendre à l'U.R.S.S. du matériel ferroviaire. à la Tchéeoslovaquie des machines textiles et électriques, à la Pologne des produits sidérurgiques, à la Hongrie des machines- outils, à la Bulgarie de l'équipement pour mines. Ph. GRATVOL ~s Février '1 949. - N· 22 (90) les fauteurs de auerre donnent la main 0111 uimine~ de auerre par B. ADAM Après le procès de N uremberg, il y avait environ 26.000 criminels de guerre dans les camps et prisons de l'Allemagne occidentale. Ils devaient. comparaître devant 80 tribunaux spécialement institués. La tâche de èes tribunaux ne [IOO'vait être compliquée: il suffisait de prouver seulement que tous les accusés faisaient [}artie d'une des organisatio~ <tue le Tribunal de Nuremberg ava,it reconnu criminelles. Néanmoins, à ce jour, 4 ans après la guerre, à peine 1.922 crimin~ls de guerre ont été condamnés, à différentes peines de prison, dont I. 538 à des peines inférieures à an. It est intéressant de voir de près quel genre de criminels de guerre sont inculpés. Sur 9.776 dossiers étudiés, 9.5 18 concernent de simples soldat~, 244 des officiers supérieurs et seu lement 15 concernent des généraux. Comme on le voit, le POUl' centage des principaux coupahles est minime. De plus les administration~ des zones d'occupation angloaméricaine ont décidé, vers la fin de 1947, de libérer, sur [Jamie, tous les m e m b r e s • d'Algememe S.S. du rang de Ratfenfuehrer et en dessous. E Iles ont fait de même à l'égard des Watfen S .S. en commençant par le rang d'Unterscharfueltrer. Conséquence de cette politique, le nombre d'internés des catégories en question a diminué' de 9.713 hommel). et 54 femmes à 278 hommes et 15 femmes. . Quoi d'étonnant à cela, puisqu'une criminelle comme Ilse Koch (qui confectionnaü des abat-jours en Feau humai· ne) a été graciée ? JI fallait une la.rge action de protestation mondiale · con· tre la décision de l'adminis· tration américaine concernant . Use Koch, pour imposer un nouveau jugement de cette ab· jecte criminelle. L'Allemagne devait être dé· militarisée, dénazi fiée, démo- · cratisée. La politique pratiquée à l'égard des criminels hitlériens ne peut donner que des résul· tats contraires et présente un danger réel pour le monde dé.· mocralique. On peut se demander si la dernière guerre a é té menée, [)ar certain es puissances, dan<; un but · démocratique afin de battre et déraciner le f ·l' cisme, ou uniquement da.ns le but d'éliminer un concurrent. Ou, peut·êt're, l s préparatifs d'une guerre nouvelle exigent· ils le sauvetage et le maintien d';ll1ciens fasci stes parce qu'il, fourniraient des cadres selrs dans une guerre contre le, rays de démocratie populaire? LE PLUS SUR MOYEN ... •. de recevoir régulièrement Droit et Liberté est de prendre un abonnement. Tad : 600 fr. pOur une année. 300 h. pour six mois. 150 Fr . pour trois m<>is. Versements à no tre C .c.P. 6070. 96 Pari •. Tarif double pour l"étrange,. sauf pour la Belgique où les ta· rifs EOnt de Frs belges 110 pour une année, Frs b . 55 pour six mo's ; verseme nts à a dresser a u Compte Chèque ' P ostal: Smet,; He nri - 7249 .95 - Bruxelles. OROtT ET Ll6EÎUE J LES MILLE FAÇONS D~CCOMMODER LE CRIME EthO de la tampa~ne de "DroU et lIberté" tonlre l'aèitat~on anUsé mite ~ Roger PA YET-BURIN N OUS en savons assez sur tes at~ocités nazies, notre horreur a atteint 50!1 comble,. et quoi qu'on apprenne désormais sur ce sujet, rien ne pourra plus grossir ' notre colère. Quant à ceux qui dès le premier jour ont choisi d'être sourds et aveugles, rien ne pourra les faire revenir de leur torpêur ou de leur complidté. Il convient d'être prévenu, car on ne gagne jamais à entretenir des illusions. Autre chose: Il est utile de révéler, pour tous les gens « honnêtes )) qui pourraient les ignorer, les crimes du fascisme. Mais cela ne suffit pas. Dire le mal n'entraîne pas son châtiment. Quiconque appelle une justicè réparatrice ne saurait s'estimer quitte pour autant. Et maintenant, venons-en à l'objet de cet avertissement. et sachez donc de quoi elle vit ( ~). Défendez les femmes contre lea Juives. ce sera v<>tre meilleu. re propagande, et vous rendrez un mari lrançais. à sa lemme. ,. (Lettre anonyme.) L'auteur de cette lettre avait bien tort de sup!»ser que l'occupant puisse ne pas joindre l'acte à la parole. Sa vigilance était au contraire sans borne. LIl cllmpagne de « Droit et Li. b-zrté » contre la presse antisémite trouve un écho dans ... '« L'Echo d'Israël », journlll de Tel.Aviv, 'lui publie, en dllte du 2 février, une correspondllnce parisienne,. dont oous extrayoRs le passllge suivant : Le Pitre ne rit pas (1) esl un livre effrayant. Il est comp'osé de documents saisis dans les archives du III" Reich. : décrets, rapports, correspondance politique entre fonctionnaires, lettres anonymes, etc. Les sources de ces documents sont multiples. Ils proviennent aussi bien de l'ambassade du Reich à Paris que du camp de Drancy, du « Majestic ' li ou des dossiers trouvés chez Montandon, l' « e.xpert racial ». Ils ont été rassemblés par les soins du Centre de Documentation Juive Contemporaine (C.D. j.C.). L'objectif du C.D.J.C. est d'opérer la collecte des documents relatifs aux persécutions des Juifs dans toute l'Europe. 1\'1. Davie! Rousset a puisé dans cet amas de matériaux, a choisi les plus signifïcatifs pour le dessein qu'il se proposait. Il les a coordonnés par une trame légère et il les a fait précéder d'une préface. C'est ainsi qu'a été composé Le Pilre ne rit pas. Déclarer que ce livre eSt effrayant ne suffit pas. Encore une fois, nous en avons tant lu desquels on peut en dire autant. Il faudrait préciser quel effroi il inspire. Il y a plusieurs qualités de terreur. Mais le mieux, ici, ' est de mettre sous les l'eux du lecteur quelques-uns des documents cités. Et pour com- . mencer par le commencement : AVIS COMMUNE DE KONIGDORF Afin de régie .. la question communal et afin d' écarter le danger d' épizQ()ties. il a été décicié ce qui suit: ARTICLE. pREMIE.R. - Les vaches et les génisses. qu' . directement ou indirectement , ont été achetées à un Juif, n'ont pas dr<>it à la saillie du taureau communal. ART. 2. :...... Les vaches et les génisses des étables où se .tr<>uve du bétail acquis chez les Juifs sont soumises à l' ob.ervation ~endant l'anne'c. Pendant cette période, elles n <>nt pas droit à la saillie du taureau communal. ART. 3. - Cette <>rdonnance entre en vigueur le le. oct<>bre 1935. Konigdorr, le 26 septembre 1935. Le malTe de la commune de Konigdorf, en Bavière. Signé : Ernst ScHREYER. 1\ y eut ensuite la guerre, l'occupation, des collaborateurs, des dénonciateur~ : « Puisque vous vous occupez des Juifs, et si v<>tre campagne n'est pas un vain mot. voyez donc le genre d'existence d'e la fille M .. : A .. ~ , ancienne danseuse. actuellement en hôtel. 31. boulevard de Strasb<>urg. ne portant pas r étoile. Cette personne. non contente d'être Juive, débauche les maris des vraies Françaises, Les grandes entreprises n'étaient pas .pour e'Hrayer les autorités nazies. Elles devaient plutôt les exciter. Le Reichslührer S.S. Tg!>. Nt: 28/33/43g N" 2494 poste de comman~ent au Pront, le 16 février 43 Cachet : Etat-Maj<>r pers{}onel du Reichsführec S.S., Administration des Archives Ne du dossier : secret 343. SECRET Âu chef 9Upérieur des S.S. et de la p~ lice pmu les territoires de l'Est, S.S. obergruppenlührer KRUGER, Cracovie. pour des raison,. de sécurité, ï orçlonne la démolition immédiate. du ghetto de Varsovie, sitôt le camp de concentration déménagé. Il convi, endra auparavant de récupérer les matériaux de toutes sortes tant soit peu utilisables. La démolition du ghett<> et l'aménagement du camp de concentration sont nécessaires dans l'intérêt de la pacification de Vars<>vie. Ce loyer de criminalité ne pourra être éteint tant que subsistera le ghetto. Je demande de me soumettre un plan d'ensemble pour la démolition du ghetto. De toute laçon, il laut obtenir la disparition des habita· tions destinées jusqu'ici à 500.000 s<>us-hommef>, qui ne sauraien{ en aueu"" cas suffire à des ALlemands. Quant à la vi!le de Varsovie. centre de ploo d'un million d'âmes, et foyer constant de désagréllation et de révolte, il convient de iui assigr)er un ef>pace plus restreint. Signé : H. HIMMLER. 2. Au chef de la police de sûreté et du S.D. 1 copie .pour information. Par délégation, Signé : llIisible. Obersturmbannführer. On voit quelle espèce d'horreur se dégage de ce livre. On pourrait dire une horreur administrative . . Le crime y ejt fixé, réglé, détaillé. Le racisme, l'antisémitisme, la tyrannie, on les trouve appliqués avec une cruauté minutieuse, tâtillonne, et comme glacée. Les autorités ont créé un climat accablant, réveillé les bas instincts, encouragé la délation. Elles ont voulu pourrir la sO'.:iété . Elles ont choisi pour dIe une sorte de secteur détaché. étanche, d'où elles pulosent tout décider par décrets, les arre<;tations. les coups, la mort. Tel est le visage du fascisme. Car il faut r appeler par son nom. La préface de M. David Rousset ne le fait pas. C'est une allégorie politique. On s' y perd au milieu des symboles et des allusions. Tout au plus peut-on y discerner une diatribe contre les Etats et un.e profession de foi en faveur de l' « Europe »). Si ces indications sont vagues, c'est la faute de l'auteur. Au total, une tentative assez remarquable pour noyer le pois~on. Heureusement, les faits, comme on dit, parlent d'eux .. mêmes. On a C(Jnstaté dernièrement en France une actit'ité graniissante de traîtres, qui, profitant de la passivité des autor;th, e'SSayent de reprendre leur ancienne activité, si 1Iéfaste 'à la France pendant l' occuf'ation. Ces pêclteurs en eau trIJuble s'en prennent au» 1 sraé .. liens qu'ils crlJient encore Sans défense. C'est ainsi qu'on a d(rnièrement enregistré l'éditilJn de certains vlJlumes intlignes de la littérature française. NlJus signalerons celui de l' hitlériw Maurice 8ardèche « Nuremberg ou la Terre Promiu ». Violant la com.titulion de la RéPublique Française, les journaux de> ltom- 1 mes de Vichy continuent à paraître. Cillms l'« ImUpendance Française)), «Aspects de la France et du M IJnde ~, Il Les Paroles Fran(aises", «' France-Dimanche» etc. Le premier anniversaire de la mort du grand artiste juif soviétique MICHOELS sera célébré dans une manifestation culturelle, au théâtre « Bouffes du Nord» (Métro: La Chapelle), le dimanche 20 février, à 14 h. 30. ~19&iiiI ,1U= !Charles ~ ~pa< fwIlOf~fe't ~.Ma~ttia Commen't des S. ' S. à l'O. S. S., on crie •• "VIVE MINDSZENTY" avec la bénédiction dela "Ligue Juive des États-Unis" Toute la presse a été remplie, ces derniers jours, du procès du Card inal Mindszenty. Notre ami André Lazar, dans le dernier numéro de Droit de Uberté, a retracé la carrière de ce haut prélat politicien, légitimiste, antidémocrate, complaisan â l'égard des Croix fléChées, le parti nazi hongrois. et, par conséquent, complice actif de l'antisémitisme. Lazar a montré comment il s.'était trouvé une Ligue améri. caine juive pour remettre un memorandum au Carclinal Spellman contre les atteintes à la c1ignité humaine dont le princeprimat seni.it victime de la part des « bolcheviks » hongrois .. M.- Sol B1oom, président de la Commission c1es Affaires étrangères de la Chambre des Représenta nts des Etats-Upis, a lui aussi exprimé L1ne protesta tion « solennelle,. (toujours cla ns ces cas-hl) à propos d ~ la même a ffa ite. Et ce ne sont pas les seuls J uifs q ui ont « chois i la libe rté ", d" ns un dl·ba t aussi net , d 'a pprouver les responsables de l'ant iSl'mitisme et de combattre les démocraties populaires ou tOlltes les forces politiques . progressives luttent activement contre les séquelles du raci!!me. Bénis soient les S.S. hongrois C'esl pourquoi il est bon, à propos de oette grave affaire dont on n'a pas fini de parler, de melt re sous les yeu)( de tous dcs textes particulièrement éloq~ lept s que l'on n'a guère cités d" os l'ensemble de la presse . C'est ce que nouS p("rmet de faire If' Livre jaune hongrois et lcs docume nts rendus publics · par le procès. Mindsze nty parle (p. 13 du livre jaune) : Viktor Zoltan Toth, curé doyen de Devavanya, qui avait des sympathies pour les « Croix·fléché-es », et moi. même. nMls Ilvons conv~qué, pour le 19 a Hil 1938, à Budapest, une conférence sacerdotale. Après les délibé-ratio.ns de cette conférenc nous avons publié un memorandum. Celui·ci fut rédigé Itar une commission de treis membres, dont je fis partie ainsi que Viktot Zoltan T~th et Zoltan Nyiszter. 1\ r-essortait de ce document que la conférence a vait pris position pour un programme national ~t social. Nous avons déclaré que nous tenions pour nécessaire de résoudre la question juive à l'instar des « Croix· f1éché,,' ~ » par des lois raciale s . Nous avons fait ressortir que le Parti chrétien ~Pa ti Wolff), que nous soutenions, Il jusqu'ici été le seul à faire v'ttter l'uniqu.e loi raciste, appelée loi du « ,numerus clausus ». Au fait, queUe était la race de Jésus? Plus loin, ~. 84 du Livre jaune, il convient de relever ce passage d'UA document du Cnrdinai

Nous f'Qu·vons nous estimer heureux de ce que le grau" « réservoir »' juii de GiÙicie et de Bu/wvine, et les millions de Juifs des glt~ttos, aient été réduits, par les ' deç • tructions d·e la guerre allemande, à 500.000 âmes envi. ron. Demandez c10nc au Juif <lui lit Le Figaro ou L'Aurore, où l'on appuie le Cnrdin al, ce qu'il pense de ce texte. (Suite 'Page l() / QUELQUE part en Europe, alors que la guerre va bientôt s'achever, les pays qui bordent le Danube , sont dévastés, p~llés, rasés; vidés de leur cheptel, de leurs 'recoltes, de tous leurs produits. Après l'occupation, il y règne la misère, l'angoisse des dernières déportations, des bombardements intensifs, 'de,s exécu,tions raciales. , En haillons, souvent orphelins, affamés, mais vivants,' des enfants' sont sortls saufs par 'miracle de la tourmente. Ils restent comme des chiens fidèles auprès des ruines de ce qoui fut leur foyer. Ils ont faim. Ils ont soif. Et cette faim et cette soif les chasseront des ruines, les pousseront sur la route, droit devant eux. Partis isolément,. ils se renco,ntreront sur les chemins, le plus grand deviendra pr~tecteur du plus faible. Et puis, ils seront une bande. Pour vivre, ils voleront dans les fermes, dans les champs. Si un groupe affamé en renc- ontre un autre plus chanceux, ce sera la bagarre. Avec la joyeuse inconscience de la jeunesse, la lutte à coups de poings deviendra une partie de plaisir. Et quand ' i ls se seront bien battus, bien fatigués, les yeux pochés, les vêtements en lambeaux, alors ils se laisseront tomber au bord du fossé - tous ensemble - et', à belles dents, déchireront le maigre quignon de pain. AINSI, dans tous les pays, des bandes grossissent, se multiplient. L'une d'elles, surtout, est n?nommée pour le pil- UEL lage des fermes, sa façon d'estourbir les cochons, de dévaliser les carrioles isolées ,et aussi par J'attaque des véhicules: Le camion file sur la route. Deu]!: petits gosses d'à peine dix ans lui biirrent le che- ' min. Il ralentit. Les gosses pleurent: « Emmenez .. nous, M'sieur! Emmenez - nous! » Pendant ce temps, la bande, jusqu'alors cachée dans le, fossé, grimpe sur la plate-forme, silencieusement .. Le chauffeur est se,ul 'et redémarre. Tandis que le camion roule, deux grands, de chaq.ue côté, 'oescendent jusque sur les marchepieds. L'un d'eux étrangle le conducteur, en lui ' passant un noeud coulant de fil de fer aut o;ur du cou, tandis que son compère bloque les freins. Tout cela pour s'emparer de son cassecloûte. Ces gosses ne sont pas méchants, ni dépravés. Ils ont faim. Personne ne s'occupe d'eux. Ils veulent manger et ne savent pas qu'ils font mal. Ce n 'est pas l'avis des villageois qui les poursuivent à coups de fusil. Nos héros s'enfuient dans la forêt. Là ils sont en sécurité. Mais il faut encore marcher, ' toujours marcher. Arrivés au bord d'une rivière, ils décident de la traverser pour aller plus loin. Une barque abandonnée danse au rythme du courant. Le chef, « Le Grand » comme on l'appelle (parce qu'on ne lui connaît pas d'autre nom) donne les instructions : « Ceux qui ne savent pa's nager, dans le bateau, les autres, déshabillez- vous, mettez vos vêtements dans la barque et à l'eau. »

Presque tous se déshabillent et courent, nus, dans l'onde fraîche en s 'ébrouant comme de jeunes animaux. Seul un gars est resté sur le bord, hés,itant. - Qu'est .. ce que tu attends ? demande le chef. - J'peux pas m'déshabiller. - Et pourquoi ? Parce que j'suis une fille. 1 DROIT ET t .. 1 BERTE UE PART EN EUROPE pa. Michel DEBONNE « Le Grand » reste un it:lstant décontenancé

il ne ~anquait plus que cela !

Mais, comme le temps passe, au diable les explications : « Monte dans la barque » dit-il 'siriiplem'ent.

LES enfants sont sortis du b~is. dain, au haut d'une colline, Ils 'çoivent un château féodal en ruine. Ils décident d'envoyer deux garçons en reconnaissance. Le gros de la troupe attendra sous les futaies. Les mioches ' atteignent le fort. , Il 'semble habité, mais on n'y trouve personne. L'un d'eux s 'aventure dans la grande ,salle. Il pous!ke une porte. 0 merveille! C'est une cave, comme on peut en voir en rêve; Avec des saucissons, des pièces de viande fumée, des boules de pain, des bouteilles. D e quo i manger pour les quarante affamés ' qui att endent là-bas sous les· arbres. 11 ne peut résist er à la tentation. C'est t rop beau. Il renifle une à une ces bonnes choses et pan ! d'.un coup de dent, il entame le saucisson. Il ne dévore pas, il avale. Comme c'est bon. Un véritable 'conte de fée.

  • ' Brusquement, une

lourde mai n s'appesantit sur son épaule. Il a beau ruser, se secouer, mordre et donner des coups de pied, se débattre comme mille démons, la poigne est lIolide. On l'enferme dans un placard. Prisonnier. La bande est rapidement prévenue. Un à un, les gosses grimpent vers les ruines. Dans la nuit, dans le silence, ils investissent le châtea.u, y pénètrent comme des ombres. Souaper- L'unique habitant, un vieiJJard, dort sur sa couche. Les om.bres fantomatiques se coulent vers lui, l'entourent et soudain c'est l'assaut. fIs crient, hurlent, bondissent. Une nuée de corps souples comme des reptiles se jette sur le pauvre homme, l'agrippe et le ficelle étroitement. Dans la joie, ils délivrent leur camarade qui tambourine de son placard et alors, tous se ruent vers la cave. Les sa,ucissons sont ' arrachés, les planches vite dégarnies, les bouteilles comme aspirées par des bouches goulues. • Les mains étreignent les morceaux de viande, cassent les goulots, les visages sont rouges de cris et de plaisir. Une orgie digne de pirates . .

  • Plus tard, ivres et repus, ils se jettent à '

même le so.l, sur la table, sur le piano, sous les fauteUIls, sur les marches, sous les armures, contre les murs pour dormir; Non sans avoir essayé de pendre le vieillard ,_ pour « rigoler » - q.ui ne dut sa ,vie qu'à l'intervention du « Grand ». Seuls, en ,haut du grand escalier, le chef ,s'est retiré avec la fille. Ils bavardent. - Je n'ai pas encore eu de rapport avec ... « vous autres ». Elle se retourne et lui répond, doucement : « Moi si ! » Il n'l a pas de cela si longtemp's. Ses ~ fi! FILM RACONTÉ parents, ' sa soeur, son frère allaient être déportés comme les autres juifs. A moins -que ... EUe s'est sacrifiée; elle est passée \ dans l'autre chambre retrouver l'officier. Quand elle revint, les siens avaient disparu. T~ompée, salie, désespérée, ' elle est retourne€: dans la chambre, a saisi le revolver , et s'e:t vengée. Depuis, elle cherche à fui,r l'hornble souvenir. - Comment t'appelles-tu 1 - Eva. 'Il 'lui serre la main avec douceur. Entre eux s'éba.uche en silence, une idylle très pure, très chaste. A u matin le Grand, s'aperçoit que le vieillard a disparu. Il secoue Kouksi. Le petit (il a sept ans au plus) se frotte les yeux: ....:. Qu'est-ce qui se passe. ' - Est-ce toi qui l'a ,délié ? - Oui il me l'a demandé : il avait mal Les en'fants énervés, craignant que le vie,ux ne les 'dénonçât au village, enferment Kouksi dans le placard en le quali~ fiant de traître, puis s'en vont guetter sur la route. Quand le silence retombe dans le château aband'onné, la petite amie de Kouksi, s'approche du placard, tourne la clef et murmure Sors' Kouksi, sauve-toi. - J'peux pas, j'ai pas le droit. - Mais si, puisque je t'ai O'uvert. - J'suis prisonnier, j'ai pas le '(:hoit. Ferme la porte. Les filles , ça ne comprend jamais rien '! Mais le vieillard est un brave homme. La misère des en.fants l'a ému. Il revient du village où il n 'a pas parlé, avec de grands sacs s'ur le dos et les bras chargés de boules de pain. Kouksi est libéré. La joie fait rayonner les visages des gosses.

  • La vie s'organise

dans ' les ruines. Les enfants auxquels, paternellement, le vielllard a 'démontré l'utilité du travail, reconstruisent le toit, réparent les escaliers. Leur hôte est un pianiste français célèbre, q.ui s'est réfugié dans le château « parce qu'il avait ,osé penser! » Dans la journée, Pierre Simon (c'est le nom de l'artiste) joue. La musique étonne les enfants, pui s les intéresse. Grâce à elle, Pierre Simon leur expliquera ce qu'est la liberté, comment 0 n lutte pour elle et leur contera une magnifique histoire, celle de la Marseillaise, qui ' exaltera 1 e s enfants jusqu'à 1 e u r donner une raison de vivre. Toute .1a bande prenant conscience de sa sécurité devient peu à peu une petite société. Un mouvement irrésistible de camaraderie unit désormais ces gosses entre eux. • U N jour, ils apprennent que l' Intendant de Police a capturé t rois pauvres mioches qu'il a battus et brutalisés. R é vol tés d'une telle injustice (- il les bat à cause de nous!) les gosses décident de se rendre, .la nuit, à leur prison. Et tandis que les douze coups sonnent dans le village endormi, cinq ombres se glissent le long du mur, sautent dans le jardin, grimpent sur le toit et une à une, silencieusement, retirent les tuiles. Ils réussissent à délivrer leurs trois camarades inconnus qu'ils ramènent triomphalement au château. Mais leur équipée aura de graves conséquences. L'intendant de police et ses miliciens qui soupçonnent la vérité ont décidé d'attaquer les gosses. Ceux-ci songent d'abord à fuir. Mais Pierre Simon lèur fait comprendre que la liberté se gagne et se défend. Alors ils vont défendre leur liberté, Ils consolident les portes. ' se barricadent à l'aide de poutres, d'arbres abattus, de pierres ramassées. Ils préparent les triq.ues et les lances-pierres, imaginent mille moyens de défense, diverses armes naturelles. Ils postent des sentinelles. Au petit jour, Pie*rr e Simon a disparu. Personne ne Sait où est allé le vieillard. Malgré tout, les gosses restent confiants. Bientôt les vigies signalent les miliciens qui grimpent vers le château armés de fusils, de gourdins et de fourches. Les gosses les laissent approcher et alors éclate une vibrante Marseillaise dont le refrain est scandé par une gI'êle de cailloux. Dès pierres énormes roulent sur les assaillants. Ceux-ci sont assommés, enveloppé de po,ussière, aveuglés, estourbis et battent rapidement en retraite. '

  • KO~KSI, en petit gavroche ' qu'il est,

tnomphe sur sa barricade, se saisit de son harmonica et siffle le chant de la liberté. Hélas! un sbire, caché derrière un arbre, tire. Les miliciens lacérés se sont enfuis. Mais la victoire des quarante gosses leur coûte cher. Kouksi a été atteint d'une balle. Seul le médecin pourrait le sa,uver. Le Grand réunit 1a bande : -:- Ce coup-ci, ce n 'est plus un ordre, c'est une prière : qui descend au village avec moi? La ,chose est d'importance. Ils savent que s'ils descendent ils ne pourront plus remonter. Mais tous répondent comme un seul homme ': « On a toujours été ensel'IllhIe, on restera ensemble ! :Il Et la bande descend vers le village, portant Kouksi qui râle ,sur son brancard. Le médecin se penche sur le petit blessé. II feIa tout pour le sa.uver. L'Intendant de Police, entouré de ses miliciens, a conduit les gosses à l'école pour les juger. Représentant l'ancien régime à l'agonie, il va les menacer des châtiments les plus exemplaires, de, prison, de maison de correction, de peine de mort même. Il veut se venger ,de sa défaite, de la défaite nazie, sur les enfants. Ils les interroge, màis ils n~ savént plus rien de leurs parents. Ils ne se souviennent même plus de leur nom. Ils n'ont plus de maison, plus de foyers, pas de papiers, Rien ... L'Intendant ricane. Il est le maître absolu. Il va rendre le verdict impitoyable. Soudain la porte s'ouvre: Pierre Simon apparaît. - Qui ose les accuser ici ? Ils ne sont pas responsables de la guerre, de la misère, de la faim, du désespoir. L'Intendant lâche pied. Il bégaie : - Mais ce sont des vagabonds, sans domicile ... - Ah ! Ils n'avaient pas de domicile ? T Ils en ont un maintenant : le château 1 Et il jette des pièces sur la ta'ble. Le mi, licien s:en saisit. Il ne reconnaît pas les cachets, les signatures. Tout ,est nouveau po.ur lui. '

OOUI, tout est nouveau. A la ville, cela a changé. Les forces ,Populaires ont , jeté à bas ' l'ancien régime. Ul}e vie nouvelle, plus juste, s'organise. Le milicien et les, siens sont des oppresseurs ; ils n'en ont plus pour longtemps. Ce sont eux qui à leur tour seront jugés. Les enfants, libres pour de bon, PQur toujours, vont rejoindre Kouksi. Mais Kouksi agonise. Kouksi va mour ir. Tous ses camarades l'entourent et lui content leur merveilleux avenir. Le chât eau est à eux. Ils ne seront plus poursuivis. Ils pourront être libres, travailler. manger, jo,uer, apprendre, devenir des hommes. Et les yeux de Kouksi, au dernier moment, reflèteront un irrésistible triomphe. Les enfants remont~t au château qU] maintenant leur appartient. Ils remercient et saluent Pierre Simon ; celui-ci va partir à travers l'Europe vers de nouveaux concerts. Et, tandis qu,'il s'éloigne, un groupe de gosses, a.u pied de la colljne,~ agite des mouchoirs. Doucement, puis de plus en plus enthousiaste, jaillit la Marseillaise. Et avec elle, renaîtra l'espoir. ./ • DROIT ET LtRERTE LES POURPARLERS DE RHODES TRAINENT EN LONGUEUR, LES INTRIGUES DE WASCHINGTON VONT BON TRAIN : LES · dépêches de presse n'apportent pas beaucoup de clarté sur l'état· des négociations entre l'Egypte et Israël, qui ont lieu actuellement dans l'île de Rhodes. Mais de la lecture des journaux anglais jaillit la lumière ! Ainsi, l'hebdomadaire S pectator déclare (( Si les négociations en cours à Rhodes sont çouronnées de succès, elles marqueront le début des nouvelles difficultés que rencontre, ont les Anglais et les Américains dans le Proche-Orient ». Cet aveu se retrouve dans le Timr:. qui r~ppelle qu'au XIXe siècle la Gr:mde-Bretagne considérait l'existence d'u.n Empire ottoman comme indispensa- • bie à ses intérê-ts stratégiques : de même aujourd'hui l'Empire britannique doit veiller au maÎnlien du « système des Etats arabes ». Dans ce but, le « Times " propose que l'Angleterre et les Etats-Unis s'entendent sur un plan commun dans le ProcheOrient. Ce dernier appellerait « une attention vigilante " sur tout ce qui C'oncerne la Turquie, comporterait la reconnaissance par les Etats-Unis de « l'importance du svstème des Etats arabes " et, . partant de ces .jeux conditions essentielleS, une convention commune SUr les frontières de l'Etat d'Israël. NOUVELLE INTRIGUE A WASHINGTON On sait que l' « Export-Import Bank " a annoncé, à la veille des élections israéliennes, que le gouvernement Ben Gourion sc verrait prêter 100 millions de dollars. Or, tandis qu'à Rhodes les pourparlers trainent en longueur, à Washington, en marge du Conseil de Sécurité, et, une fois de plus, au mépris de la décision du 29 novembre 1947, une nou- . velle intrigue de g-riltlde envergure se noue, à la suite de tant d'autres, contre l'Etat d'Israël, pour imposer une emprise totale des ~nglo-Américains sur la Pa- 1c~tine. Le Daily Express, qui confirme l'existence de ces négociations de Washington, donne quelques aperçus sur le projet de la prétendue garantie des frontières des Etats du Proche et Moyen-Orient. Il s'ag-irait d' .« internarionaliser " la ville de Jérusalem, le port de Jaffa, ainsi que la route qui relie ces deux villes. Bien entendu, pour que cette « internapar · _ ·~····-······-·~·i 1 Joseph André BASS ~ ................................... tionalisation ", qui sent le pétrole, soit respectée par ces mé' chants Juifs et Arabes qui ne peuvent pas s'enté!)dre à cause de l'ancêtre Abraham et de ses femmes Sarah et Agar, les troupes anglo-américaines seraient appelées, et des bases militaires, déjà installées ou en cours de création sur les territoires des « Etats arabes », seraient complétées par de nouveaux points stratégiques clans l'Etat d'Israël. Selon ce plan, la Palestine serait Il nouveau occupée par les troupes britanniques, auxquelles les troupes américaines viendraient donner leur appui. AUTRE APPEL A L'AIDE AMERICAINE ••• Mais. déjà les Eg-yptiens semblent comprendre dans quelle aventure ils ont été jetés {Jar la Grande-Bretagne lorsqu'ils ont pris les armes contre Israël. Pendant qu'ils g-uerroyaient contre le nouvel Etat et se fai- BULLETIN ËCONOMIQUE En 2 mois: 505 faillites par L. JUST saient battre, le Soudan, qui devait se fédérer à l'Eg-ypte, voyait se prolonger l'oppression colonialiste britannique, et, sous prétexte d'aide militaire, l'Egypte sentait se renforcer l'emprise ang'laise. Fn Irak, en Syrie, au Liban, cette g-uerre contre Israël a donné des armes contre les démocrates de ces pays, les camps de éoncentration s'agrandissent et les internés sont désignés \lar les officiers anglais de renseignements. Le conservateur Daily Tdegraplz and M orning Post commentant les. débats sur les événements en Palestine qui ont eu lieu à la Chambre des Communes le 26 janvier dernier, écrit que: « Churchill et Bevin ne sont probablement pas ou ne doivent pas être des adversaires dans les questMRs de la politique du MoyeR~Orient, comme ils Se considéraient eux-mêmes le 26 janvier, il Y a beaucoup de points communs entre la position du gouvernement et l'attitude du cbef de l'oppoosition. ». Les hostilités entre l'Etat d'Israël et les Etats arabes, provoquées par la \lolitique britannique, ont été en réalité pour M. Bevin un des moyens de retardér la pénétration du capitalisme mOllopoliste américain sur ce telTain gardé de l'impérialisme.· anglais . La résistance des Juifs \laies .. tiniens a fait échouer cette tentative. Pour l'ensemble de toutes les ~elidances militaristes de la Grande-Bretagne - représentées aussi bien par Win~ton Churchill, vieil homme d'Etat conservateur particulièrement habile à dHendrc les intérêts de s.a caste et de sa classe, que par Ernest Bevin, homme d 'Etat travailliste, maintenant parfaitement d 'accord sur l'ensemble de la politique réactionnaire extérieure - il s'agit maintenant d'appeler à l'aide, contre la libération nationale de tous les peuples d'Orient, le nouveau maltre américain. C'est dans ce sens. que M. Be" in a salué la d{-c1aration « le qU:ltrième point de M. Truman" relaltif aux « rég·ions arriérées ». Et déjà M. Harriman, ambassadeur itinérant du plan Marshall, est chargé d' « aider " le~ Etats du Moyen-Orient. · 15 Février 1949. - ~ 22. (9(ij' lE REVERBERE '1lIIillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllUlllllllIiIII!",. Des choux pour les vaches JE préfère la viande aux légumes. N':n dépla.ïse à m~ amis végétariens. Mais l:actuelle, IOl de la Jungle. qUi règne au royaume des salalfes, conf~re ir nos tl~beS dlgestifs des obligations dont ils se passeralent volontlt~rs. Ce.lIe de mastiqu~r force légumes, rar exemple. Cela coute moiOS cher. . Reste à définir ce que moins cher veut dire. Et là, Je m'adresse aux ménagères horrifiées qui se complaisent chaque matin à la lecture des étiquettes épinglées aux flancs des petites voitures. La rue monte en flèche vers le ciel. L'autobus joue les élé\lhants plei.ns de grâce" et se fraye. à grand'pein,e u~ pas· sage dans la cohue. Sur les trottOlrs, deux categones de ménagères. Celles qui traînent péniblement des cabas croulants de victuailles aux chaudes couleurs. Ma femme n'est pas de celle-là; la vôtre non plus, probablement. . Et ruis il y a nos femmes. Ce qui n'est pas le fruIt d'un raisonnement par l'absurde. Elles parcourent le marché d'un bout à l'autre, à l'affnt de l'occasion. Le cabas tire tristement la langue, sautillant à bout de bras. On hésite à manger du choux-fleur, on se rabattrait sur la salade, mais la pomme de terre l'emporte. - ' P OURTANT ••• . Pourtant, il est un pays de Cocagne où les vaches gras .. . ses s'engraissent rOUf le plus grand bien des vétérinaires. Car trop manger est nuisible. Flânant à travers prés, vous tom.bez sur ces bestioles au pis lourd de lait, brou tillant choux et carott~s à même le sol. Si vous VOllS déplacez en voiture, vos pneus jouent les pressepurées sur d'immenses tapis d'oignons qui recouvrent les routes. Les vit"ux du pays ne prennent plus la peine de glâner. Le malheur des uns .... Tandis que les cultivateurs de ce m~me pays s'écrient : _ L'an.née est maudite parce que trop belle. La récolte dépasse peut-être nos espérances .. Mais elle ne fut pas mauvaise l'an pasiié. Aujourd 'hui, plus de débouché. Nous sommes tenus de laoourer· des champs où la récolte n'a pas été. . faite. Pour y ~emer autre chose. On ne veut plus acheter nos pommes de terre, nos oignons, nos carottes. Le citadin s'étonne et déclare en toute candeur : _ J'adore· le chou-fleur. Mon épouse se refuse pourtant à m'en faire cuire. Trop C'her, dit-~lle. Comment exçliquez·. vous oela ? DE deux choses d'une: le citadin est un · homme réfléchi et il sait. S'il est ignora,nt, je veux espérer qu'il lira ce qui suit. Expédier cent kilos de .choux à la vi1\e coûte aussi cher qu'en acheter cinq cents. Quant à notre gouvernement __ béni soit-il - un ver solitaire appelé « budg~técrëditmilitaire. dévore des multitudes de taxes et d'impôts dont nous sommes, avec vous, les premières victimes. Dans un autre domaine, lorsque VOLIS achetez chez le charcutier un kilo de jambon, vous versez cent cinquante francs de taxes au ver solitaire. L.e .v;:rroifuge n'y changera rien. Les· légumes jouissent de prLvrleges sembl,a~l~s .. !,uxquels vous. devez ajouter de gentrlles marges bénefIC'lalres réservées aux nombreux Mercure gui figurent le pont aérien entre vous et moi. - Mais alors, demande le citadin dont la candeur se désa!; rège len temerTt ? - Tendons-nous la main. Le pont aérien en verra trenteS'ix chandell es. Le ver solitaire suivra. A propos, et ce pays de cocagne? La Bretagne, pour vous servir. Jacques Friedland. A U risque de passer pour des oiseaux de mauvais augure, li nous n'avions pas craint, dans oos précédente. rubriqlies, de présager un avenir assez noir, et la première phase de la crise économique, dans laquelle nous venons d'entrer, ne fait ·que confirmer nos prévisions. La pénurie a pratiquement disparu et les magasins sont achalandés comme avant guerre. Mais cette abondance coïncide avec unt hausse généralisée des prix et une dim:nution sensible du pouvoir d' achat .. Présentation de la nouvelle revue des Social;stes ' Unitaires • Cette situation çlevtait provoquer dans les' mois à venir une baisse, des prix que souhaitent ardemment consommateurs et four·· nisseurs. mais il est à craindre que la situation actuelle n'entraîne à la faillite un grand nombre de petites entreprises, qui ne peuvent supporter de tels soubresauts, et dont nos dirigeants souhaitent _ comme nous r avons si souvent répété - la disparition, estimant leur nombre beaucoup trop élevé. (Nombre de faillites en décembre et janvier: 505.) Durant les années de guerre et celles <1uÎ ont suivi, r usage du crédit avait pratiquement disparu; puis

,ont venues les hausses, la fiscalité écrasante, les trés()reries se sont

rapidement taries et il a fallu recourir aux méthodes de crédit d'avant guerre. C'est alors que le Gouvernement a créé le Conseil Ilalioual du Crédit (nous reviendrons, dans notre prochaine chrcnique, sur le fonctionnement de ceî organisme omnipGtent) dont la politique actuelle est de resserrer encore les coroons de la bourse. L'échéance de janvier a été la plus mauvaise depuis de3 années, de lY.)mbreux petits débiteurs n'ayant pu ~tisfaire à leur si2nature. -Et nous assistons à un étrange paradoxe : l'Etat, qui 'dilapide sans vergogne les fonds dont il a la gestion, a recours, pour aSiUrer ses propres échéances, à la méthode qu' i 1 interdit d' appl.iquer aux entreprises privées et fait appel au crédit public en lançant lT.mprunt de la Reconstruction. Il y a quinze jours que cette opération financière a commencé et nous sommes bien loin du triomphe annoncé; à l'heure actuelle les communiqué; annoncent 7S milliards de souscription en argent frais et. comme nous le prévoyions dans notre dernier numéro, devant les difficultés rencontrées (les meilleurs des citoyens étant à sed, le Ministère des Finances a dû adresser aux banques une circulaire leur indiquant que pour favoriser les souscnplions, on devait éviter que des renseignement~ concernant l'identité des personnes pussent être exigés lorsqu'un souscripteur entendait garder r anonymat. Ainsi, une fois de plus, les fonds acquis au marché parall~le vont se trouver (( officialisés )). CAHIERS INTERNATIONAU'X I L v.ient de paraître, il y a quelques semames, le premier numéro d'une im portante n,vue théorique représentant le courant socialiste unitaire du mouvement ou l'rier. Les noms qui apparaissent, soit dans le comité de patronage, soit dans· la rédactic)l1 de ce numéro de lancement, suffisent à marquer l'intérêt tout à fait nouveau que représentent les Cahiers et le rôle de premier plan qu'ils sont appelés à jouer dans l'unification agissante du mouvement ouvrier et progressiste dans tous les pays. Cette initiative se prod uit a près · les épreuves de la guerre et de la RésÎstaRce et les ex:périences d'après Libération qui ont conduit, les socialistes à procéder à un examen de conscience généra l, tenant compte de cette unité de fait que le fascisme avait imposée au mouvement ouvrie r en exerçant une répression massi ve contre les mili~ tants comm unistes et sociali~tes. Après la défaite allemande les deus partis principaux de la classe ouvrière se trouvaient en face de tâches nouvelle" construcliives, dans les pays de l'Europe de l'Est, où l'unité se bitit plus aisément . que dans les autres pays qui subissaient une pression impériale accrue. Toutefois, en France, et surtout en Italie, un parti ~ocia - li'te Ullit,:ure ponvait se constituer pelmetta'lt de rE'nforcer le front démocratique et la lutte anti-impé. rialiste. Ces ci rcon stances E'xpliquent le grand intérêt de cette reyue qui reflète a·insi un va"te regroupement porteur de grands espoirs. Dans le numéro l, n'Ous remarqU(){\ S : Pietro N enui, Lelio Basso, Umberto Terracini Alain Le Leap, Jeall-Maurice H~nnann Gilles Martinet, Zilliacus, D.-N~ Pntt, Georges Bourgin, J~an Duret, Isabelle Rlum'e, Jean Bruhat, Jean Zyromsky, Oscar Lange et Yves Farge. Ce numéro contient, entre autre~: - L'éditorial de Lelio Basso sur le problème de l'unité ouvrière que .l'anc.ien secrétaire général d~ Parti soc la 1 iste ita lien pose en termes ex:cel1ents. - Un essai étincelant de finesse en même temps que cl 'une grande solidi té politique cl'Umberto Terr ~cin il di rigeant du pa rti COI1'\ m unlste llallen (dix-huit an, de prison - et de déportation), sur la nohle figure d'Antonio C:r,Jln>ci, fonda· teur du P.C l. - Une pl é,~n t ation ma"·iSlrale due à Victor Samaret (p~eudonyme d'un des meilleLrrs journalis. te-s de politiquE. internationale d',aujo~rd'hui) des questions soulevees a la dernière sessic}l1 de l'O.N.U. Nous si.gnalons particulièrt;,rnent aux lecteurs attentifs (p. 93, c~ •. 2) une analy. e très documeutée du cas de la Bol i vie, dont le représentaht, M. Costa du ReIs, proposé pal M. Robert Schum;jl1 ministre d éS Affaires .étrangères d~ France. a été élù vice-président de la cornmissiori politique de l'O.N.U. (la pl.us Importante) contre M. Vladi· mu Clementis, chef de la délégation tchécoslovaque. C'est un de ces ChCdX qui démasquent tout un monde. L'étude de Victor Samaret est bourrée d'informations utiles de citations bien choisies et ses 'ana· lyses et démonstratiOns toucbant les prohlèmes les plus complexes apportent une clarté cléfiniti ve. Retenons encore la formule pa.f laquelle II montre {lue le srut TZdemi d,. fer, réd est celui que les f>a11s de d(·mocTa.[re 1>oplllai1'~ et tU.p.S.S. out abaissé de7/ant l(Js m7'estissemcllts de capitaux étrlV'tgers. ""'- Nou" souhaitons que cette revue réponde à l' attE'nte des mili eux scr ciali-.te5 et pl~s généralement plO· g,es'l,tes, ellli vE'ulcnt l'unité les conditions de l'unité et les f'ruiLS dt'.· l'unité. R. M. '" J ••••• i15 Février 1949. N° 22 (90) DROIT rr LIBERTE -------------- -------'"---------- UN pétainiste, c'est un partisan de Pé- . tél;in. Un évolutionniste, c'est un partisan des doctrines d'évolution. Un défaitiste, c'est.;. ' Et, pourtant, dans nos ' souvenirs scolaires, un humaniste est un: de ceux qui, au XVIe siècle, ressuscitèrent les lettres antiques, et . nullement un partisan de l'homme. Voilà un mot qui. en apparence, est bien loin de son étymologie. Le 22 décembre 1894 Alfred Dreyfus est condamné à la dégradation perpétuelle pour un crime qU'e ses juges sont les premiers à savoir qu'il n'a pas commis. Sylvestre Bonnard continue de fureter dans les boites des bouquinistes. Rue du ChercheMidi, une' conspiration monstrueuse assassine lentement un homme. Une machine inhumaioe, aveugle, qui prétend s'appeler honneur de l'armée, rntérêts supérieurs de la Patrie, mais Qui n 'est autre qu'un des aspects les plus révoltants de l'.appareil militaire de l'Etat bourgeois, se prépare à écraser Quelqu'un. Mais Sylvestre Bonnard n'est Il ·,E_ ~ , - , ' . -s= .. ~ - , ~ Il " ~ ~ .. ' ... pas seulement un bibliophile. C'est aussi un homme, auquel sa sensibilité inspire l'horreur de tou~e souffrance. Et peu à peu, H se rend compte qUe la souffrance de l 'homme ne peut trouver de soulagement que dans une solution essentiellement humaine. Cette solution n'a jamais porté qu'un nom : socia'lisme. France comprend qu'en contribuant au salut sur cette terre, d 'un être humain op~ primé par une machine inhumaine, il sera au sens propre, au sens profond, un humaniste. Il sera un partisan de l'homme. Et dès lors, il n'hésite plus : brusquement, les quatre volumes de l'Histoire Contemporaine révèlent un nouvel Anatole France, Sylvestre Bonnard s'est joint aux cortèges qui conspuent « l'armée », leur armée, et acclament le président dreyfusard Emile Loubet. Veut-on persécuter, dans la personne de Dreyfus,. tout un groupe d'humains et transformer ce meurtre en massacre collectif ? C'est aussitôt de ce groupe, de cette collectivité d'hommes opprimés que notre humaniste prendra la défense. Dans l'Anneau d'améthyste,- Sylvestre Bonnard est devenu M. Bergeret; et dans une discussion. avec un .hobereau, M. de Terremondre, c'eSt de toute la « géopOlitique », c'est de toute la ~ science » criminelle de~ Rosenberg et des Montandon qu'il f.ait, quarante ans d'avance, le procès: « - Il Y a incompatibilité entre les Français et les Juifs, affirme M. de Terremondre; L'antagonisme est irréductible. C'est affaire de race. - Je crois - au contraire, dit M._Bergeret, que les Juifs sont extraordinairement assimilables et l'espêce d'hommes la plus plastique et malléable qui soit au monde. Et puis, je tiens pour mauvais qu'on fasse des distinctions de races. Ce n 'est .pas la race qui fait la patrie. Il n'y a pas de peuple en Europe qui ne soit formé d'une multitude de races confondues et mêlées. « Ne restaurpns point les préjugés barbares. Ne recherchons pas si un homme est juif ou chrétien, mais s'il est. honnête et s'il se re,nd utile à sOn pays ». Lequel est le plus humaniste? Le France d'avant « l'Affaire :1>, retranché dans la tour d'ivoire d'un égoïsme d'autant plus lâche qu'il" se paraît .de noms glorieux .? ou le France auquel l" « Affaire » avait fait prendre conscience de l'existence d 'une humanité en lutte, le France qui déclarait : . « Politique et littérature se confondent. Croyez-vous que ce soit une supériorité, chez ceux qui noircissent du pa- ~ tE CI~'EtJ'A ~ . pier, de s'iso'er dans un petit coin pour regratter des syllabes, rapetasser des épithètes et fourbir ses périOdes sans s'inquiéter de J'humanité qui les entoure? C'est plutôt une infirmité, je pe~. Il est bon que l'écrivain _ tressaille des angoisses communes et se mêle .quelquefOis des querelles de la vie pUblique ». par Josette WOLNY ALLEMAGNE ANNEE ZERO (Italien) C'était Un pays oppresseur. C'est aujoum'hui (I!OUS sommes en 1945) un peuple vaincu. déprimé, abattu. Les ruines sont 1., squelette de ce qui fut Be·rlin. Et dans ces ruines pa.s.ent, travaillent, mangent. dOTme'nt, vivent et Jlleurent les d.ivers jHOrsonnages 'du fjJm ; on ,'en!.asse à plusieurs d ·ans les petites pièces d'un même logement. La misère semble t·otale. Les produits sont SPECTACI..ES DE PARIS Ce que vous verrez et entendrez cette quiniaine Cinér..a: Ham!et, L'armoirè volante, Aux yeux du souvenir, Les casse-pieds, Quelque part €In Europe. Théâtre : Les Profonees racines, par l'Ykut (BouHes-du-Nord, tous les samedi, dimanche et lundi), Le Grand Mogol (Gaîté,Lyrique). Music-hall Re_'1é Lebas (A.R.C). le Central de la Chanson. Radio : « De tout u.n peu >l, ~isslon de variétés (tous les di- roanches à '1 h. 18, Par is- ' Mer). hors d., prix et introu,vahles. La prostitution est de rigueur et a,pporte à la famille quelques soulagements. Les anciens naz.is cherchent à créer une atmosphère de nostalgie, de regret du temps passé, et à grouper, rassembler, ceux qui pourraient être favorables à \Hl., renais ~ance du faseisme. Les soldats de la Vermarcht se cachent. Les vieux, les malades, les infirmes sont des charges dont le départ (lisez la Dlort) est ' souhaitable. Et dans toutes ce" horreurs, au milieu de toute cette boue, de cette misère, circule un enfant: Edmund. Il participera à la course pou·r un morceau de viande, au vol, au troc, au trafic .. emplois naturel. des gosgeS de son âge. Il vivra intensément la pauvreté et les 'soucis de sa famiJ- .. ' le. Comme elle. inspiré par elle, il ne trouvera aucune issue à la vie. Parce qu'on aura répété trop de fois autour de lui que son vieux pè. re malade n'estt qu'un parasite inutil" qu'il faudrait avoir le courage de supprimer, il n'hésitera pas à l' <m>-poisonner_ Michel COUR. En fin de cGmpt.e. désorienté, repouesé, seul, sans per5pective aucu .. ne, sans joie et sans amis, ayant perdu' sa jeunesse, cet enfant se pen- '----------------chera au dessus du vide ... t s'y 'ai.sera tomber ... Ce ne sera plus qu'un petit corps cris'pé sur le bitume. Ce film . étonne désagréablement quand on sait qu'il a été tourné par Rossellini, r';alisateur de " Palsa » et . de « Rome ville ou.verte ». Pa.rce que Rosselini tient à présenter un . doc·ument sans prendre posilion personnellement. Or, il est impossible et inadmissible de ne pas prendre position. Le problème allemand est un problème politique. Il ne s'agit pas de s'apitoyer !." Si les Allemands sont à J'heure actuelle dans cet état, ce n'est pas un fait du hasard, mais un. suite logique du fascisme. S'ils n'a'vaient pas pratiqué (et à quelle échelle !) le racis~ me, l'impérIalisme, le militaris.me ; si l'Allemagne n'avait été, des années durant, un pays où régnaient l'oppression, la terreur, ]a délation et la tuerie, les Allemand. n'en ~eraHmt pas là. Mais alors, Ge n'aurait pas été le nazisme. LA MAISON DE' MON ' PERE (Israëlien) C 'est le premier film tour~é en "ra;;l. Un débarque.,.,.,nt clandestin en ter·re d· .... aë!. P'armi les immigrants

un garçon. Jeune Polonais.

il put s'enfuir. Mais avant sa fuit.., la famille s'était donné rendez-vous: « après la guel're, lous ceux qui restel'ont se chercheront en Pale.stine ». Sorti vivant, il cherchera les siens. Sans les trouver. JI tra ver'sera 'es coopératives, vis,!t.era Ic-s lnines, .:ie pro-mènera à trav.ers lES villes. Toujours aidé, toujours soutenu, mais en vain, les siens ne !>Ont plus ... Il sera adopté par de braves gens,' car si le malheur frappe souvent dllrement au cours d'une exis. tence, jI reste malgré tout la vje, avec son pouvoir att.ractif, ses joies et ses enthousiasmes. S'i! faut porter un jugement sur ce I( premier film israélien », ainsi que J'indiquent les panneaux publicitaires, ce serait plutôt un jugement favorable, tant pOUl' la simplicité des acteurs (dont le jeu va parfoi" jusqu'à la naïveté), pour Ja beauté de certaines images, que pour la recherche technique des plans et l'optimisme qui tend à se dégager de cette bande. Mais, et là est notre g ... ief. si l'on .y traite du travail et de la solidarité des communautés juives et 5i l'on y démontre la fraternité du peuple judéo-arabe, on laisse volontairement de côté, semble-t-il, tout l'aspect acluel de la Palestine au profit de vi.,iIIes tradition" juives, telles que le sabbat. Et -c'est .. .,gretta ·ble ! « Ménilmontant» une toile 'de . Schwarz - Abrys, remarquée à la galerie Allud.

  • leThéâfre

Juif de monneU.,. Il HaklBakI » présent'e ses spec.tacles le samedi El' le cI·jmanche, 9, rlle Cuy-Patin. ,

Ir===~::Charles3~~f~==:11 1 On connaît les origint's L'INCONNUE 0' ARRAS pirandelliennes de cette neuvième l'ièée cl 'Armand Salacrou gui lui assurait, en . Jli)\'embre 1935, une conséc ration de grand auteur dramati,'1ue qui ne de,'a it plus se démentir. L'Il homme se suicide. On sait qUI:: dans la fraction de seconde où s'effectue la tran.~ition de la vie à la mort, le suicidé peut re"oir, dans Ull état qui n'est pas la mort, m.ais · qui n'est plus la vie, son pssé !;e dérouler à un rythme accéléré, en même temps que curieusement sélectif, des souvenirs qui jalonnent l'existence d'un homme. C'est cette vi,ion déformante par rapport à nos habitudes r! .= vivants gue Sal,lcrou tradu it en trois actes, suiv,11lt un découpage qui malgré son caractère in;;olite paraît tout naturel. Cette \'erlll de rendre \'l'aie, tangihle, la symhio>'e .le la vie et de la mort est un des plus précieux aFlJOrts de l'auteur cles NUits de la colère au th?âtre contemporain. L~ mise en 'sèène, les décor~ volontairement réduits an minimum, le jeu suggestif des érlairages sont dus à Gaston Jhlty et Ile mé ritent 'lue des é-Ioges. L'interprétation 'Hlssi, dont sè détachent Denise .\"oël et J ac,]ues Charron. Henri R Ibn, qui joue le rôle prindpal. n'a peut-être pas la voix et l~ style dril mat igue 'lui rOI1\'iennent ~ ce rôle. 1 LES TEMPS DIFF.I· elLES 1 Une l;·ièce dure, comme . l' épo<Jue (<< les temps difficiles li... de 1<1 crise, aux alentours de J9.34) gu'elle peillt ; ~inistre et cruelle, comme le milieu de grnnds lXJtugoois dont e lle exprime les moeurs; solide, sat-iri<]ue et, tous rnlllptt's faits. pleil :e de sallté comme son atlteur EclOllard Hom.!et. Dans .Ia gr,lIlde tradition des dfomes " bourgeois li: Le Faisellr, de B:l17:lr, T.e Cendre de M. Poirier, d'Emile Augier, ' .l'Ii Cor/Hau.r. d 'Henri BeC/lUe, les Affaires sont les affaires, d·(ktave. Mirbeau, Edouat'cl BOllrùet a produit là une oeuvre clur~l>le, car elle est pleinement cl1ractérisrigue d' une <,las.~t' donnée à ulle éPOlue rJollllée : et c'est peut-être Utl tort .... 1Ie de r :1voir adnptée ;lUX cond itions ù';llIjourd'hui en nlillripliant le~ sOlllmes citées à plu~ieurs repri~ par '5 et 20. CM (es Temps ,fif/icilès datent \'i,ihlement et il est nonnal 'lu'il en soit ailll'i. La vérité c'est 'lue de Louis-Philipçe à :\fat"'-_ léon l rr. de ':'l'Céline ;\ Poincaré et d'André Tardieu à Lav;1l et à M. Rohert St bull1fln, la bourgeoisie française n'il re~s~ de d~gringoler de d ~missions en supercheries, oubliant même le~ valems qyi firent sa grandeu r, inhumaine pèut-être, n",is efficare. Le thème est silllple ': la crise menace de ruiner une gr:1nde famille, hourgeoise : l'homme de tête de l'affaire, pOlIT ~:lUver h situa:ion, renoue a,·ec SOJl bohème de frère qui a étp renié vingt ails plutôt pour mésalliance. Jérôme ATltoni ', -F<lur~ (c'est le nom de l'homme de tête) poussera alors la fille <le son frère, jeune et helle, à épouser le plus gros héritier ùt' la , région, Boh Lar'oche, 'lui e t dégénéré. Elle acceptera. L" situation sera . auvée. Peu de temps après, les L:1[O<'l1e, il leur tour, sont ruinés. Fin désench:lntée, sans prolongement, à la Molière. La pièce il. les épaules solides ; elle se cl 'roule avec ht'ancoup de force et seloll un enchaînement de situations intelligemment amenées et d'ulle \Taisemblance familière. L ' inteq~rétat ion est sans défaut ; II faudrait nommer t(\\1~ les comédiens sans 'exception pour être juste. Bornons-non,; il ci ter les deux frères·: le cap italiste (Louis Seigner), le bohème (Jean Dehucourt) et le fils de famille dégénéré (Jlllien Bertheau), la truculente et sensible Béatrice BreUy, Mon,· Dalmès, 'Germaine Rouer, ·Henriette Barreau. Une soirée qui n'tst peut-être guère toni'1ue, mais à coup sûr bien remplie, sans ennui et pleine d'enseignerilents sur l~ drame de notre temps. i~..==--=:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::;:::===--::::=:::::.-:::::::;;.: 10 - DROIT Er LIBERTE J 5 Février .1949. - 'W 22 (90) LA COURSE AU TRÉSOR Une maison POUR NOS ENfANTS 10 liaue Juive des bots-Unis et le (ordinal MindszentY Il faut que nos gosses puissent passer leurs prochaines vacances dans un cadre sain et agréable. . Depuis des jours et des jQurs, je parcourais, à la 'recherche de la Maison Idéale, nos montagnes de France ... r étais allée dans les Vosges, dans le J ma, dans le Massif Central et me trouvais maintenant dans les Alpes. Que de beaux paysages, que de sites merveilleux, mais aussi, pour moi, que de déceptions! Cet hôtel du ballon d'Alsace? Charmant, mais situé en bordure d'une route nationale: Attention, danger! Ce petit manoir du Jura niché dans un coin de verdure et entouré de fermes ? Non: trop étroit polir lo~.er tout notre monde. Ce châtelet d'Auvergne? Ses fenêtres sont bien tr;[:} petites. Ce vaste château dauphinois, dans une région pleine. de promesses d'excursions? Réflexions" faites, malgré les 650 mètres d'altitude

insuffisamment ensoleillé.

. Dans les « Savoies ;), comme disent les gen.s du pays, ï en avais fait des kilomètres. du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, interrogeant ici et là les pouvoirs publics, les amis, les inconnus! r allais me décourager lorsqu' un beau matin ... Questionnant, au hasard d'une rencontre, le délégué syndical d'une usine de Savoie : Toujours dans le même document: En fixant le terme de la .Continuité légale au 19 marS 1944, on peut congédier de tous les oHices publics les fonctionnaires dont la nomination est ultérieure à cette date . On peut et on doit donc licencier tous les Juifs et de. mi.Juifs. Il va de soi que ces fonctionnaires ne seraient pas congédiés comme Juifs, mais parce que la date de leur nomination est ultérieure au 19 mars 1944. Cette fois, c'est Tartuffe qui parle. Pour ceux qui n'auraient pas encOre compris r Les défenseurs juifs du Cardinal de la réaction antijuivc ,;ont d'ailleurs en bonnecorripag-nie, tant il est vrai que la trahison n'a ni frontières, ni race, ni re· lig·ion. (Suite de la page 5) Un exemple, entre cent autres: Le Monde du 15 janvier (ohé! M. Rémy Roure) a publié un long article - interview sig n é François Honti et consacré tout er,tier à innocenter le princeprimat dont nous venons de citer la prose criminelle. Or, qui est ce Franz Honti auquel M. Roure et ses amis offrent une copie use hospitalité comme au provocateur que nous avons déjil signalé? Ce HongTois, qui vient donner aux Français des leçons de dém'ocraLie éLait, pendant l'occupation attaché de· presse à la Légation (pro-nazie) de Hongrie à Paris. Grand ami de Xavier Va\1at, il fut l'un des promoteurs de l'exposition anlijuive organisée par les " autorités d'occupation )l au Palais Berlitz. Ce' même Honti a participé au fameux meeting de la Salle Wagram du 28 octobre 1947, auquel ne se sont manifestés que des agents avérés de. l'Abwehr, Russes, Polonais, .Bulgares, etc .... dressl~s dans une frénétique pas·· sion antisoviéLique, comme au beau temps de la Warfen S.S. Oui, c'est l'heure du choix, et il n'est plus possible de ruser avec sa conscience. Nous ne confondons pas, avec cette tourbe ceux des catholiques ·qui sont restés chrétiens et qui ont compris que le gouvernement de la République populaire hongroise ne s'en prend nullement il la religion ni même à l'Eg'lise, mais à un trattre et à ses cOfriplices liés aux services secrets des Elats qui préparent la gucrre cantre leur prbpre pays. Et si l'antisémitisme appa·· l'ah dans cette affaire, seuls peu·· vent s'en étonner ceux qui s'obs·· tinent à ignorer que là réaction, même cléricale, ne sa u rai t échapper à la tentation du ra·· cisme anLijuif. _ Je cherche, lui dis·je. dans cette région, une propriété sise à Ce qui, vrarment, ne devrait 700 mètres d'altitude et pouvant abriter une centaine d'enfants de fusillés et de déportés. Est-ce' que vous ne connaîtriez pas cela! ____________________________ -, plus être à. démontrer. R. 'M. _ Vous savez,- c' est bien difficile à trouver. On a déjà tellement prospecté ... _ Pourtant. il me faut trouver quelque chose! Nous avons des foyers dans lesquels, tout au long de l'année, nos enfants travaillent avec acharnement : ils méritent bien, \' été venu, de passer quelques semaines au grand air pur des montagnes ... - Ah, vous avez' des foyers? Eh bien, nous en avons uo, nous aussi, dans notre département. Les enfants y sont rudement bien élevés, ils ont retrouvé là la joie de vivre. C'est un vrai plaisir de les voir. _ Nous en avons un également dans le département ... M'interrompant il lance un nom... .. - La nôtre est à Aix-les-Bains! « Leur )) foyer et I~ « nôtre ,. ne faisaient GlU' un ! J'ai constaté avec fierté que le bon fonctionnement de la maison d'Aix lui valait d'être appréciée et connue'au delà de notre organisation, à tel point que la population savoyarde confond dans une' même pensée: notre foyer, nos enfants· et leurs enfants, les enfants de Savoie et les enfants de France. Au cours de mes voyages j' ai acquis la certitude que nos efforts étaierlt justes, et surtout ï ai pu me rendre compte que nous ne sommes pas seuls dans la lutte pour leur 'bien-être. . Dans l'Est. chaque dimanche est utilisé par nos amis à travailler à la colonie pour améliorer, agrandir, embellir. Nos amis de Clermont, veulent aussi « leur » colonie. Eux non plus ne ménagent p'as leur peine. Nous pouvons dire que partout où nous passons, ~ous trouvons ce même souci, ce même dévouement. Ayr:l confiance, chers Nicole, Monique, Paulette et vous Raymond, MaUrice, Georges. et Lous les autres ... Vous aurez votre cure de soleil et de bonheur. Hier dans la réussite d' un bal. Auiourd'hui. dans la kermesse. Demain. dans la campagne des millions! FLORA. STlID90 DE L'IETOlllE 1 j, rue de Troyon - ETO. 19-93 PRESENTE EN EXCLUSIVITE VRRVRRR ..... Ii! .................. ,. ...... ... UN AUTHENTIQUE CHEF- D'OEUVRE RUSSE FILM eN VERSION ORlÜINALE Le 25 février, en SOiree, . à la Salle Pleyel, Le Comité Français de Défnse des Immigrés (C.IF.D.I.) com'mémorera l'aniversaire de la mort de 23 immigrés résistants. De nombreux orateurs prendront la, parole et. des vedettes immigrées sont inscrites au programmè artistique et culturel qui fera suite. La Commission Centrale de l'Enfance a le p.laisir de remercier vivement les am is de la Société de Zichrom Israël, 2, passage Pend, pour le don de 5,420 r.-. qu'ils ont remis ù nos foyers par l'illtenllédiail'e de notre' dévoué ami M. Félix, du 18'. c . Ln. COTllrn i ~sion Centralc dl' i'EII [ êlll"C ITmcrCIC vivemCl1 L ses d év ),I:> nmis du Gornilé du Ho Hrro[\(lisse! l1i'IIL qui onl organisé ce m:lgn ifiquC' I\n1 (lu 2:) janvier, au pl'oliL de ses l'O\er5 cn:n[unls. NOLIS ne ci 1 erons pas tous lc~ 1)01)115. trop nombrcux, mnis nous dif'ûns à Lous m~['c i, no~ en[a nls J)ruvellt compt er sur VOliS. lat Commis.ion Centrale de l'Enfance. OUVERTURE Alimentation Générale ET SPECIALITES JUIVES 38, rue- des Rosiers, PARIS Q1La.lit~ e:rcep-tianrnelle Livmison à domicile • AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum •. Rémoléum, Balatum Toiles cirées. Pa"iers peints, etc. Ets MAURICE WAlS 98 . boulevard Ménilmontant, PARIS.XX· M.: Père-LachaIse. Tél. OSE 12-55 succu·r.«I le : <l0. rue de Rivoli, PA·RIS .. IVI~ Nos jeuM'les filles du Foyer de Montreuil travaillent pour la Kermess" AMERIQUE DU SIUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE # (( 0 CE ANI A )) VOYAGES - TOURISME <l. rue d2 Castellane Tél . : Anjou 16-33 Importante organisation médico-sociale RECHERCHE ASSiSTANTES SOCIAllES ~N FI R M 1 EIR.IES IPlUllERICUl TRICIf.S, de ••• POUR AFRIQUE DU NORD Adresjer réponses au journal qui jera suivre. THÉATRE DES BOUFFES DU NORD 209, rue du Fbg St-Denls' (Métro: La Chapelle). - Tél. NOR 34-79 la compagnie d'art yddosc·h « YKUT )} présente U LES PROFONDES RACINES" Le grand succès en 3 actes d'Arno DUSSO et James GOY Mise en scène de J . -KURLENDEEt. - Décors : SCHEINER Soirée5 les samedi. dimanche, lundi à '2" heUres Loeallion tous le'.I jours de 11 h. à 13 h. 'et 15 h. à 19 h. SPOLIÉS, AT.TENTION ! U ne de nos abonnées nous informe aimabl·emcnt qu'étant allée à l'Office des biens et in .. téréLs privt:'s, on lui a appris qu~ les premiers formulaires· remplis. sont considérés c,omme nuls et que de nouvelles demand.es doi. ~ ent être fournies par lesperw sonnes spoliées avant le 15 avril, dernière limite; faute de . quoi elles ne pourraient prétendre à un remboursement. (Voir Jour .• nal Officiel des. 15 et 20 novemu bre):- S 'adresser à l'Office des Biens et Intérêts Privés, 146, avenue de Malakoff (16e) avant le 15 avril. _1_ WILLY De l'ancienne cèin.ique popUlaire Visites - piqûres - Ventouses 48, rue Ramponneau - l'ARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 56-17 i!lOULANGERIE-PATISSERIIE JUIVE BERNARD 18. rue N."D.~de-Nalareth, parls .. 3c Tel. ; TU Rbigo 9452 Psin de seigle meilleure qualité Pâtisserie de la meilleure sorte Conditions spéciales pour mariages et. banquets On livre à domicile. Frix modérés Métro : Temple et République POMPlES FUNEIBRES ET MARBRERIE Édouard . SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire. PARIS-9' Tel.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-Zo Mo : St-Dents Réaumur. Sentler Tél : eUT 78-87 15 jours à peine nous séparent de la GRANDE KERMESSE Ce film retrace l'apport des communautés juives à l'oeuvre de Charles de Foucauld au Maroc qui se d'éroulera les 4, 5 et 6 mars 1945, dans les Salons die l'Hô tel Jlf.loderne, place de la RépUblique, AU PROFIT DE NOS FOYERS D'ENFANTS DE FUSILLÉS ET DÉPORTES Faites un dernier et gra.nd effort! Apportez-nous lieS dOns qui enrichiront nos stands ! Allez voir vos amis pour qu'eux a.ussi participent à la préparation de la Kermesse! VENEZ TOUS A LA VENTE POUR PROFITER DES BELLES OCCASIONS 1 Assist~ nombreux ~u GRAND BA~ DE NUIT qui aul"a lieu LE SAMEDI 5 MARS, tlMlS les Saloos de la Kermesse ! J5 février J9<49. - ~ 22 (90)--------------- DROIT ET LIBERTE Pour un Dvenlr meilleur POUR LA PAIX ft E Mouvement des Cadets . lb vient de donner son adhésion à la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique. Déjà, par leurs nombreuses activités, les Qadets avaient montré qu'ils ~~J!uprenaient le sens de la lutte que mènent des millions de jeunes dans tous les pays : c'est a:veè enthousiasme qu'ils ont collecté P<lur la Jeunesse Républicaine Espagnole, fait signer des pétitions en faveur de la paix, participé à la campagne pour arrêter le bras des bourreaux en Grèce. Partout, les jeunes s'unissent: ils' ne veulent pas être engagés. dans des g'uexres fratricides : ce qu~ils veulent, c'est vivre en paix, li bres et heureux. Le. Mouvement des Cadets ne pouvait que souscrire à un tel programme. Voilà qui est fait! Son adhésion à la F.M.J.D. cornsacre un état de fait. Lorsque les jeunes se serrent les -coudes, ils se séntent 'plus forts P<lur exiger « Un avenir meilleur et la Paix! » Tel est auSsi le sens de la discussion qui s'est eng.agée le dimanche après-midi 6 février, lors de l'Assemblée d'es Bureaux des Oa:dets de la région parisienne qui s'est tenue sous la présidence de Maurice Wulfman.

La réunion était plaCée sous la

présidence d'honneur de Jac. ques Denis, secrétaire du Comité Frll,nçais de la F.M.J.D. qui, emPêché, s'était fait excus·er. Dans un rapport, très riche par son contenu, le secrétaire général des Cadets, Armand De. menstain ,a traité des difficultés qui sont le lot d'une grande quantité de jeunes Juifs : ::hômage, en particulier dans la cordonnerie et la ra:dio-électriclté, insuffisance des bourses pour les étud.iants qui sont obligés d'abandonner leurs études P<lur se procurer du travail. Pourquoi ces difficultés? Tout Simplement parce qu'on gaspille de l'argent P<lur préparer la guerre, a]0rs que les centres de formation professionnelle accélérée ferment leurs P<lrtes, faute de crédits, et que le bUdget de l'Education Nationale ne représente à peu près plus rien. Après avoir retracé les activités et les réalisations du Mou' vement des Cadets, Armand termine en fixant les tâches futures

Recrutement touj-ours plus poussé de jeunes Juifs, intensification du travail dans les ,arrondissements, lutte contre l'antisémitisme, diffusion de plus en plus large de « Droit et Liberté ~, propagande pour le bulletin « Nous continuons ~ qui vient de reparaitre, soutien du YASC, qui est la gra>nde association sportive juive. . Les jeunes ont adopté la résolution finale dans le pluS grand enthousiasme, après qUoi ce furent des chants et des danses ... De plus eI) plus, les jeunes sont conscients du travail important qui les attend, et ils contribueront P<lur leur part à oeuvrer, « pour un avenir meilleur et P<lur la Paix ~. Dany SENAZ. NOUS CONTINUON,S BULLETIN DES CADETS E$t en vente a.u secrétariat des Cadets, 14, rUE de Paradis - PARIS. Passez vos commandes. Photc! li" 1 Nous publions cette· semaine les deux pr.e-mières photos de notre gra,nd concours. Devant le succès que nous enregistwI1s dès le début, nous avons décidé de r-rolonger le thème donné précédemment. Mais n'attendez p<l;S trop longtemps. Retardataires, qui avez de belles épreuves à nous soumettre, faites-nous les parvenir (ou apportez- les) à « Droit et Liberté » au plus tard avant le jeudi 24 Février. Et. .. n'oubliez pas de mentionner, au dos des photO!';, vos nom et adresse ni de joindre à votre envole la bande ci-contre. .N..,ou,,- n'afJ.0.tt6 pa"- peJidu . tW-tu tempA1 a uxBo uffes -du -Nord Le mercredi 9 février, nomhreux étaient les jeunes qui se pressaient au Théâtre des Bouffes du Nord, répondant à l'invi- 1a60,1 lancée par le Mouvement des Cadets aupres de l 'U. J.R.E. Le but: trouver, en étroite colli\ horation avec toutes les organisations de jeunesse juives et non juives, les moyens d'arrêter le flot montant de J'antisémitisme et ou fascisme. La séance est placee sous la présidence de notre camarade André Korzeck, directeur de la Maison d'Enfants de fusiJ1és et déportes de Montreuil. A la tribune, on remarquait notamment : le secretaire général du Mouvement des Cadets, Je représentant de la Commission des jeunes de « Droit et Li. berté ", le représentant de l'Union de la Jeunesse républicaine de France, de l'Hashomer Hatzaïr. du journal « En Garde ". Les a utres organisations? Elles se sont abstenues! Certainement leurs dirigeants penSeJ1tils que l'antisémitisme, la guerre menaçante ne sont pas des raisons suffisantes pour que l'on s~ donne la peine de rechercher les moyens propres à les combattre. Nous ne doutons pas de leurs sentiments antiracistes et antifascistes. Î\1ais, comme le dira dans son exposé Arman<l Demenstain • . st'crétaire général du Mouvement des Cadets : « Les intentions ne suffisent pas. Il faut agir, et rapidement. Et nous, jeunes Juifs, qui sommes en France, nous devons rechercher les moyens de lutter contre les Cléaux qui nous menacent: cela n'est possible qu'en nous joignant à tous les jeunes de ce pays qui, eux aussi, ne veulent plus revoir les horreurs de la guerre et ses conséquences. " Apres l'intervention des diffélents délégués qui tous, malgré certaines div r enoef; d'opinion, mettent l'a' nt sur l'unité, condition essentielle du combat antiraciste et antifasciste, une résolution est adoptée à J'unanimité: « Plus de cinq cents jeunes, présents dans la salle, constatent les progrès rapides de l'antisémitisme et du fascisDle en France. Ils décident d'unir toute m jeunesse juive autour d'un programme d'action destiné 'à- cQmbattre les fauteurs de guerrè, J~' racisme efl'anti. sémitisme. Union et action en faveur de la paix, tel d'Oit être notre mot d'ordre. }) La séance est levée . Jeunes gens et jeunes filles envahissent Jes quais du métw, on s' interpelle, on rit, on chante. Line FRENK. lJ Photo n" 2 Nous vous rappelons le règlement du concours : 1" Tous les envois devront se conformer au thème qui aura été fixé dans la Page des Jeunes (si le thème donné est : le paysage le pl'us p<létique, gardez-vous d'envoyer la photo d'une bande de jeunes goinfres se disputant prim ~s . 4" A la fin du con~ours, le Comité de Rédaction de ~ Page des Jeunes <le " Droit et Liberté »organisera une soirée, au cours (Je laquelle un jury (compenallt des journalis tes, des photographes professionnels et des 'artistes) décernera les prix pour ' ;~:~:'Charles:~!5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)~~?~é5 janvier 2010 à 11:04 (UTC)~:Charles:~~] la jeunesse, sa vie, ses activités, son dynamisme ....................................... ..... .. . ......... _- .... ... _-.-...... . ...... ..... .... . .............. . chaque série, par ordre de valeur

5" Tous les formnts sont admis. Chaque envoi devra comporter nécessnirement le nom et l'aùresse du concurrent. Vous pouvez en rire ... C'est pourtant vrai! L ORS de l'nvènement du national- sociali sme en A llemagne, le tristement célèbre Rosenberg sOrtait · ses théories raciste!> sur la « pureté de la race aryenne »' , Un jeune étudiant, dégolÎté par d~ telles stupidités, et v:lguement amusé, résolut de ft mettre en boîte » les hitl ériens. Il adressa au parti nazi un long rapport, (jui traitait des moyens de déceler la proportion de sang juif que fOilv ait posséder un A llemànd : Comment cela ? Tout simplement en " observant très attentivement - .et clè très près, k s' poils CJui poussent (bns la région an·ale. Si, à leur b:lse, il~ sont légèrement rosés, pas d'h §si tation : le sujet eX:lminé a du sang juif, par consé' luel1t inùigne de porter le nol>Je titre de su jet allemand ». Puis, devant l'ampleur de la poussée nazie, notre étud iant commel1Ça il regretter sa plaisanterie: après tout, il risquait le camp de concentration, on ne savait jamais, avec ces gens. Quelle ne fut pas sa stupéfaction en recevant un beau jour une lettre signée de Rosenberg luimême, le félicitant pour son étude « très sérieuse et approfondie » et lui annonça nt que la « commission culturelle » du parti n a ti f)nal -~oc iali ste lui remet.tait la somme de ci nr] cents marks à titre d 'encou ragement « rou,r 1';0.der (] :l !1S ses études sur les theories racistes ' •. L 'ÉLF:VAGE en I sraël a de ' l'avenir devant lui , si l'on songe que le cheptel a été « revalorisé » paf un croisement' entre vaches arabes et vaches britanniques. Un "r:li symbole ! Quallt il la généreuse Amérifjue, elle a immédiatement <Jébl( YIUé, après les hostilités, un stock ... de lames de raSoir, ce qui a -permis au représentnnt de la grande Répub liq ue d'outre-Atlantique d'exiger - et d'obtenir - l'interdiction du port de la barbe dans la H aga nah. Par les cornes du diable, c'est b. barbe : ils nOlis r<1sent avec leur manie de' fourrer la politique jus'1ue dan" des hi stoires de cheptel et ùe système pi leux 1 EtonlleZ-volls, après ça, CJu'on parle ùes vacheries isr:Jéliennes envers Albion et Farouk, des lames... de fonù qui :1gitent le gouvernement Ben Gourion et des propos ... cOllpnn ts <]ui s'échangent

t Rh0<les.

Impr. o.,ntr. <lU Crolssant 19. r du CroIssant. Par is-20 P. ROCH·ON, imprtmeuz .. .. r .' • III ----------------.-..:....-----.,---- DROIT ET u'BERTE J 5 'Février J949. - N° 22 (90r,.-· NOUVELLE LE P. OE'"' TE EN CAGE , .... . .. C ,. ÉTAIT au priI!temps .. pa~ u,ne i . ' de ces radleuse~ matmees " qui vous promettent monts et merveilles; on se laisse , aller, on flâne tout le jour, Abraham Reizin peut être consiù~ré comme un des 'classiques de la littérature yidisch. Né en 1875 à Roidiano (département de Minsk), . il fit dans ~a jeunesse la conoaissance de Péretz qui encouragea sa vocation poétique en falsànt publier à Cracovie sa première oeuvre, intiwléa « Le Retour D. Ce fut un début éclatant, que la suite ne dtmentit point. Tour à tour à Varsovie, à Paris et à New-York, il publia des ess,lis et surtout des lieders dont plusieLlrs furent mis en musique - et qui foot penser à Henri Heine, que Reizin a d'ai lleurs traduit. Auteur de saynettes amusantes, lteizin est aussi un OOlfteur et un nou\ ôlliste de talent, comme on reut s'en rendre compte à la lecture de cette hisLoire d'uo petit professeur juif : poète, à un professeur. .. Mais, sachant que les hommes, jugent rarement ' leurs semblables selon leur valeur, et crai..' gn-ant une offense grave envers sa personne, il alla se mettre à l'écart, au fond d'une petite salle ... Là, il se remit à lire sérieusement les jo'urnaux. Mais il avait:' beau relire dix fois le même article, tl n'y ' comprenait rien ... · Les ,~ots fuyaient sa memoire, 'le sens des phrases lui échappait: l'espoir au coeur. ' Kllnguer, pro(esseur pnve, grand jeune homme brun, jeta aux orties, ete propos délibéré, son pardessus rare, effrl.oché, usé jusqù'a là corde ... Il Clra copieusement ses chaussures retapées, rafistola soigneusement son costume, peIgna ses cheveux de poète, et s'enfuit de son ta' u dis pour saluer l'éblouissant avène.tnent du printemps ... « Oh! jour superbe! » exhala Klinguer en marchant d'un pas orgu~illeux. On .. eût dit, à le voir si hautain, qu'il avait des rayons de soleil à vendre pour s'offrir à déjeuner. Et Dieu sait s'il avait besoin de se restaurer! Le pauvre homme 1 Mais il éprouva tant de joie à vo~r ce T~yonnant soleil, qu'un moment Il oubha, ou affecta d'oublier, les vulgarités de la table ... « De la lumière! Plus de lu'mière! » clama-t-il. Il se rappela que Goethe proféra ces paroles avant sa mort. Et son bonheur était immense de se rencontrer avec Goethe. Certes, quoi-qu'il en eût, il ne se croyait point un aussi grand génie poétique que . l'Olympien de Weimar... Mais. ses vers à lui n'étaient pas à dédaigner non plus ... Il Y aurait longtemps qu'il · serait célèbre dans toute la juiverie, n'étaient, hélas! ces iniques et impitoyables. directeurs 1. .. Klinguer avait beaucoup travaillé pendant l'hiver dernier. De tous les poèmes communiqués aux Revues, aucun n'avait. pu vaincre l'hostilité des directeurs. Tant pis pour les l~cteurs 1 Ainsi méditant et ruminant ses pensées, le professeur-poètè avait complètemt> nt o ublié les désagréments que cause la faim .. . Le poète maintenant était absorbé par un sujet d'hymne au Printemps. Déjà les rimes affluaient en I1ùmbre. En marchant, IZlinguer était arrivé à deux pas de cette crémerie où souvent il prenait ,ses repas en compagnie de professeurs, de poètes et de simples lecteurs... A la vue de cette maison, son humeur poétique, l'inspiration divme et jusqu'aux nmes riches, tout, enfin, s'évapora comme par enchantement... Dans son esprit, une autre Idée naquit, prenant le dessus, chassant tout et s'infi ltrant dans ses oreilles: cc Ah! tiens, ici on peut se régaler d'un excellent chocolat accompagné de force tarttnes beurrées. Vraiment, le besoin s'en fait sentir... » Et Klinguer resta plongé dans de profondes réflexions. Il resait et soupesait le pour et le contre ... Entrer, ou ne pas entrer ? .. . Comment s'y hasarder, sans un sou vaillant? Mais ausc;i <.:ommcnt résister à une Jaim SI douloureuse ? Bien des raisons militaient en faveur de l'entreprise ardue. Il y a toujours quelqu'un dans cette bonne JIlaison disposé à vou!'> offrir un repas frugal

d'ailleurs, aprè.> av
oir satisfait à

la faim qui le tenaille, il ne manquera pas de rencontrer un ami qui acceptera de régler sa note ... , • Il y avait beaucoup de tables e~ bien des gens y étalent occupés. Les uns absorbaient goulûment du café ou du chocolat, les autres buvaient avidement les nouvelles que leur contaient les gazettes... I<.linguer s'atlabla ~t jeta aussitôt un regard autour de lut, espérant découvrir une personne ete sa connaissance. Mais il n'y avait à ce moment que des visages inconnus. Il sentait sur lut des regards malveillants, venant de personnes qui n'aiment point les poètes faméliques ... « Sale bourgeois! » marmonna Klinguer, en voyant un quidam manger avec voracité ... ,En voilà un, pensa le poète, que la mangeaille intéresse plus que tout. Dégoûté, il fut sur le point de quitter l'établissement... Seulement était-il possible de s'en aller, maintenant ? ... Il savait bien qu'à la sortie la caissière,lui dirait: « Eh bien, Monsieur, et votre note ? » Et il se résigna à rester: Il examina laI dl.issière ; il vit qu'elle avait l'oeil sur tous les consommateurs. Cela lui rappela sa propre mère qui surveillait les paysans dans son auberge, aux jours d'affluence ... « Voleurs et assassins ! » ricana Klinguer. « Chacun veut remplir sa bourse et tous crient au voleur 1 ... » - Vous désirez quelque chose ? dit la fille de salle postée devant Klingue.r, , Instinctivement, l'impécunieux poète eut un sursaut d 'effroi, mais répondit aussit,ôt ~ - Un lait chaud! Trois heures de relevée, 'et pas l'ombre d'un ami 1 Maintenant Klinguer regardait du côté de la cour. .. HistOire de changer de tableau... Le soleil, aU dehors, brillait' solennellement', comme si rien d'extraordinaire ne fût arrivé, Au fond, il se réjouit d'avoir faim ... Ainsi, se dit-il, je serai du moins engagé pour une somme rondelette. « Que diable ,! puisque je vaux bien dix kopeks, est-ce , trop que de valOIr le double? .. » Et quand la fille de salle' passa devant lui, très digne, il commanda: . - Veuillez me servir un' lait 'chaud avec des tartines au beurre ! I\ling-uer s'effraya de sa propre VOlX., . .... Il était en cage par un printemps SI radieux 1 ... Si seulement un ami apparaissait ! Il avait les larmes aux yeux en pensant que, faute de quelques misérables kopeks, il était réduit à passer une journée splendide au fond d'une crémerie. Il se disait que la vie est brè- Quand il eut achevé son deuxième ve, les jours ensoleillés rares, que le ' et frugal repas, Kltnguer se remit à repeu dont on pourrait jouir nous est im- garder vers la porte avec obstinatIOn ... pitoyablement ravi. Pourquoi ? Oui, Mais, tudieu ! il ne voyait toujours que pourquoi? physionomies inconnues parmi ces gens Enhardi par ces réflexions, Klinguer qui passaient ct repassa ief\t. Furieux, il s'app~êta à faire à la caiss ière la décla- grogna: « Je me demande à quoi bon ration suivante ': « Excusez-moi, Ma- toute cette tourbe 1 » , dame, j'ai oublié chez moi mon porte- Vraiment, c'était une journée sans monnaie; je règlerai te soir! Il C'était amis. Accablé par le lourd destin, désc5péré, le nourrisson des Musés perdit patience. L orsque la fille de salle vint à passer près de lui, il songea à lui adresser la proposition suivante: « Ecoutez-moi, si vous m'avancez vingt-cinq kopeks, hé bien! je m~ marie avec vous! Vous' avez bien envie de trouver un man, hein? » La porte sans cesse s'ouvrait et c;e refermait sans qu'aucun ami 'de I<.linguer ne se montrat. « Mon Dieu! » gémit-il, « pareille journée ne vaut-elle pas des millions 1 Ah 1 scélé rats que vous êtes 1 Lalsse:/:mOI donc partir 1 Un poète sans soleil! Il Toujours, la caissière montait la g'arde. en sentinelle vigilante. Klmguer cherchait inlassablement une issue. • A sept heures du SOlr, un arru de Klinguer apparut. .. Dans les yeux du poète brilla un monde d'étincelles joyeuses. Troublé, rougissant comme une vierge, avec des sonbresauts' d'énervement et d'aUégresse, il s'écria: - Ah! vraiment, mon Vle~IX, tu me sauves! L' auLre, mdolemment, lui tendit une main froide et dIt: , - Qu'as-tLI donc à frétiller comme un poisson ? . Ijlustration de CARLOS Enjoué, Klinguer lui demanda à brede-pourpoint: . - Avec des tartines beurrées? com· piéta la jeune fLlle. - Bien entendu! lança Klinguf'r d'un ton supérieur. .. Déjà l'i.nquiétude s'emparait du pauvre homme : comment allait-il payer tout cela ?... Il était brûlé par la fièvre: il avait les yeux hagards, exorbités. Il venait de commettre un crime_et craignait d'être identifié ... Mais il fallait boire le lait chaud et manger les tartines au beurre SI frais et qui. ~entaient si bon après un jeûne de vingt-quatre heures 1. .. Klinguer dévora le mode te repas qu'il avait sous les yeux. Tout en mastiquant, il regardait du côté de la porte, espérant voir poindre un amI. 11 sc disait, pour se consoler: enfin, ils vont sllrement venir, quoi! Le loup lie les a pas mangée, ... Mais il ne voyait, à son amer. regret, que visages étrangers, jamais vus jusqu'à ce jour. bien simple. De la sorte, pensa Klmguer, je pourrai être rendu à l'air libre et savourer l'efflorescence printalllère ... Mais il regarda la caissicTe et tout son , plan s'effondra. · « Non Il, ' décida I{ling-uer en dernier ressort, « ., J' attendrai encore. Espérons pour demam une aussi belle journée. li Il se croyait la risée de tout le monde ... Il s'imaginait que la fille de salle même le regardait avec méfiance ... Quand elle passait près de sa table, il appréhendait cette remarque : '« Pourquoi rester là toute une sainte journée ? On étouffe ici, tandis qu'il fait si bail dehors ! Réglez, et aller vous promener que diable ! Il Il 8e rappelait avoir vu chasser de l'établissement un malheu· reux vieillard, sous prétexte qu'il avait passé la journée devant une seule coosommation . Certes, dans sa fierté, Klinguer ne pouvait comparer l'hunlble vieux à un - A combien m'estimes-tu? - Pour ma part, à quelques kopeks... , - Aie! s'écria Klinguer, comme Piqué par la tarentule. Il sourit tout de même: - Alors, il va falloir que Je passe la nuit ici ? ... - Quoi? Tu veux donc que Je te dégage? - Mais oui, mon cher, paye la rançon. Délivre-moi et que je sorte au plus tôt de ce sacré bouge ! L'ami s'empressa de lui avancer la somme libératrice. La nuit « jeta ses voiles'» sur la ville. Le ciel était- chargé de lourds nuages. Une ondée fine ct drue tombait, monotone, et le coeur de Klinguer saignait d'avoir sacr ifié une journée si raclicue,e .. . Il avait le sentiment que le ciel même l'avait pris en pitié, que la voûte céleste pleurait avec lui la superbe journée qui ne reviendrait plus ... " </div>

Notes

<references />

Format JPEG