Droit et Liberté n°327 - février 1974

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: Affaires d'Etat par Albert Levy
    • Près de la Bastille, ce jour-là (manifestation antiraciste)
    • Le procès de la haine par Lucien Angevin
    • Immigrés: à propos d'une expulsion par George-Laure Pau
    • L'Arabie Saoudite sans visa par Jacques Varin
    • Livres; Les drames du racisme par Pierre Paraf
    • Livres: l'Arménien de Clément Lepidis présenté par Jacques Lambalais
    • Cinéma; racisme: on tourne par Monique Vernhes
    • Dreyfus (à l'Odéon); une interview de J.C. Grumbert par Roger Maria
    • L'Afrique au coeur du monde par Laura M'Za
    • Assez (crimes racistes): appel du MRAP
    • Riche débat au Conseil National
    • Education à la fraternité: Sur l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants, colloque les 16 et 17 Mars

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

· __ .. _ ._r_ . _._ ....... 1 F~VRIER 1974 • N" 327 • 3 FRANCS , , N o

lJ o

i m --; c CD m

lJ --;

m' z o W N " "m ,

:lJ

m

lJ

CD ".j: . Les Éditions La santé des migrants DEPUIS sa sortie des presses, en 1972, ce premier volume de la collection « Droit et Liberté» a fait l'objet de nombreux articles tant dans la presse d'information que dans la presse spécialisée . Citons pour mémoire « Le Monde », « Le Figaro », « L'Humanité », « France-Nouvelle », « Le Nouvel Observateur », « La Vie des Collectivités Ouvrières », « Le Coopérateur », « Economie et Humanisme », « Témoignage Chrétien », « Réforme », « Le Médecin de France »;, « Le Concours Médical », « Le Quotidien du Médecin », « La Vie Sociale », etc. Tous s'accordent à en reconnaître la clarté, la précision et la riche documentation. Son utilité pour combattre certaines idées préconçues est égaIement mise en valeur. C'est ainsi que, sous la signature de H. Péquignot, on peut lire dans l'hebdomadaire « Le Concours Médical» : (( ... Un ne saurait trop conseiller la lecture de ce petit livre à tous les médecins vivant dans une zone où les travailleurs migrants sont nombreux. D'un abord aisé, il se lit en une heure et on peut le compulser pour y retrouver un renseignement nécessaire ... (( .. , /1 démythifie la situation et se présente comme le livre à conseiller par le médecin praticien à tous ses collaborateurs qui veulent comprendre ce qu'ils font. ii Il est vivement recommandé également par « La Revue de l'Infirmière et de l'Assistante Sociale ». Dû à l'initiative du Comité médical ",t médico-social d'aide aux migrants, il est préfacé par le Dr Pierre Charbonneau, Directeur général de la Santé au ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale. • Le volume de 184 pages •••••.•••••... 7 F Une famille comme les autres Lettres réunies et présentées par DENISE BAUMANN UN paquet de lettres jaunies, quelques photos, quelques dessins d'enfants, petite liasse défraîchie d'enveloppes timbrées à l'effigie du maréchal Pétain . Sous le brassard F.F.I. , maladroitement imprimé, servant de lien , un morceau de mauvais tissu jaune apparaît: une étoile , arrachée d'un vêtement, témoin de la haine, porteuse de deuil , label de mort. Une famille comme les autres? Des parents, des grands-parents, des petites filles espiègles .. . Voici leur vie quotidienne à travers cette correspondance de l'année 1943. Des prisons vosgiennes à Drancy, puis à Auschwitz, où les voix se taisent pour toujours. Il ne reste plus que les souvenirs, ceux que la conscience tente de refouler au plus profond de la mémoire, pour éviter la souffrance , jusqu'à ce que les forces de vie remportent, offrant l'apaisement sans l'oubli. Denise 8aumann. qui a retrouvé et réuni ces lettres familiales, est conseiller d'orientation. psychologue. Sous l'occupation, elle fut éducatrice et participa au sauvetage d'enfants ;uifs, avant de devenir agent de liaison dans la Résistance. C'est en pensant surtout aux ;eunes .qénérations qu'elle a décidé cette publication. • Le volume de 184 pages . . . . .. 1 9 F s\roit·& liberté , vous presentent ... Le logement des migrants CONSTAT ET SUGGESTIONS DE SEPT ASSOCIATIONS Dans la même collection - et avec le même objectif - que « La Santé des migrants », la Confédération nationale du Logement, le M.R.A.P .. la F.A.S.T.I., le Comité médical et médico-social d'aide aux migrants, la C.I .M.A.D.E., Logement et promotion sociale , l'Union nationale des étudiants algériens présentent aujourd'hui « Le Logement des migrants ». Ces associations ont établi un constat de la situation actuelle, et avancent des propositions . Elles ne prétendent pas avoir évoqué toutes les questions qui se posent , ni apporter à toutes une solution . Si déjà celles qui sont proposées étaient mises en application , un grand pas serait franchi. Le lecteur verra qu'il s'agit d'un travail « en profondeur ». Résoudre ce douloureux problème ou tout au moins apporter des éléments de réflexion pour le résoudre a été le but que se sont assigné les rédacteurs de cet ouvrage . Puissent-i ls être entendus. Michel OUTIN. Secrétaire de la Confédération nationale du Logement. • Le volume de 124 pages. , ...... 6 F Une école chez les Tziganes par JEAN-CLAUDE SANGAN « ... Je commence la première leçon de lecture : le nid de pie. On écoute quatre ou cinq minutes et puis soudain, quelqu'un se lève, va vers la fenêtre, y colle son nez : «C'est Kalo qui arrive! C'est Kalo qui arrive! JJ Alors tout le monde abandonne le nid de pie et bondit vers la fenêtre. (( C'est Kalo, c'est Kalo. JJ Quant à moi, surpris, la craie à la main, [hésite un instant et ne voulant pas laisser passer un tel événement, je m 'approche de la fenêtre : bel attelage, caravane neuve, grosse voiture américaine. Quelques minutes passent, [efface à regr.et le nid de pie qui n'intéresse plus personne, je dessine maintenant une caravane et, à côté, un petit bonhomme : « Ca, c'est Kalo qui arrive JJ, et voilà tout le monde qui se réveille, tout le monde veut parler, me raconter ... » • Le volume de 122 pages •••••••• 1 0 F Une offre exceptionnelle Le colis «Bibliothèque antiraciste Il (les 5 volumes) pour 50 F (au lieu de 61 F) + 5 F de frais d'envoi • Un drame à Bordj-Hindel par CLAUDE LABARRAQUE-REYSSAC cc U N,dra~e à Bordj - Hi~del » racon~e, a peme romances, des faits qui se sont déroulés dans une petite ville d'Algérie , avant la guerre de 1939. « Française de France », sans préjugés raciaux , l'auteur qui se confond avec la narratrice , fut stupéfaite de découvrir cette société cloisonnée , formée de trois groupes distincts : les Européens, les Juifs et les Arabes , et de constater, notamment chez les premiers, l'existence d'un antisémitisme généralisé, qu'il soit latent ou actif . Comment ses deux collègues femmes, nées en Algérie , jeunes, célibataires et catholiques, vont-elles réagir lorsqu 'on enverra dans leur établissement un professeur homme, célibataire aussi , jeune, séduisant et... israélite? ... Le préjugé de race , contre lequel la narratrice-témoin s'efforça de lutter chez ses jeunes collègues, sera-t-il assez fort pour empêcher l'amour de naître? Roman d'amour, roman-témoin généreux, « Un drame à Bordj-Hindel » se rattache à cette lignée courageuse, hélas toujours utile, des livres qui essaient de lutter contre le racisme sans cesse renaissant. • Le volume de 223 pages ...... 1 9 F Bon de commande à adresser aux «Editions Droit et Liberté,., 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris C.C.P. 6070-98 Paris • LA SANTÉ Nbre exempl. DES MIGRANTS ........... 7 F .. .. .. . . . • LE LOGEMENT DES MIGRANTS .. .. .. .. ... 6 F ........ . • UNE FAMILLE COMME LES AUTRES . .. .. . . ....... 19 F ....... . • UN DRAME A BORDJ-HINDEL. . .. ... . 19 F .. ... . . . • UNE ÉCOLE CHEZ LES TZIGANES ...... . ... . 10 F .. . .... . Pour un montant de (1) ........ .. .. . ....... . Mode de paiement ...... .... ... . . ....... ... . . A expédier à l'adresse suivante : Nom ......................................... . Prénom . ............... . .. ... ..... .. .. . .... .. . Rue . . ......... ..... . .. .. ......... ..... N" ... . Ville .......................................... . Département . .. . .... .. ... ... .. .. .... . .... .. . . . Code postal. .. . ... . ........ .. . .... ... ..... .. . (1) Remise habituelle aux libraires. Joindre 2 F par volume pour frais d'expédition. • Ces ouvrages seront présentés au cours d'une SOIree organisée le jeudi 21 mars 1974, à partir de 18 h 30, dans les Salons de w l'Hôtel Moderne, place de la République à Paris (voir en page 20). Indigne, absurde, inadmissible. Il semble que l'industrie française applique les consignes de « Minute » et du groupe Charles Martel : « Refusons du travail à ceux qui nous refusent du pétrole ». De nombreux Algériens, parmi ceux qui se présentent à l'embauche chez des employeurs s'entendent répondre avec cynisme : « Crise du pétrole , mon cher ami, revenez plus tard », sans parler de l'accueil , et des détails, sordides . Et ce, dans des secteurs où la prétendue crise du pétrole n'a aucune chance de sévir. Du fait de ce comportement raciste , des immigrés algériens se trouvent actuellement dans une situation dramatique. Il semble que de nombreux Français refusent systématiquement, sans raisons valables, du travail aux Algériens qui se présentent avec les références et qualifications exigées, et répondant à une annonce d'offre d'emploi parue dans la presse. Etant donné les risques encourus par les étra ngers résidant en France , il semble difficile de leur venir en aide, nominativement, sans attirer sur eux l'attention de la police. Pensez-vous qu'ils disposent de quelques moyens de défense et lesquels? Que peut-on faire sur le plan juridique et le plan quotidien? Le M. R .A. P. ne pourrait- il contacter, en vue de venir en aide aux tra vailleurs algériens chômeurs, des secteurs du commerce et de l'industrie? Ne pensezvous pas qu'il est nécessaire et urgent de dénoncer la nouvelle forme de répression dont les immigrés font l'objet? Et d'alerter l'opinion publique par la voie de la presse 7 Je pense qu'il est urgent d'agir, autant dans l'intérêt matériel et moral des victimes du racisme - et non du chômage - que pour enrayer ce comportement de certains Français , qui est indigne, absurde, inadmissibl e. Il est des cha rges quotidiennes accumulées de souffrance et de mépris qui pourraient bien exploser et fera ient autant de mal que des charges de plastic , en entraînant des conséquences aussi graves. Est-ce le but recherché ? Etant donné le vote par l'Assemblée nationale de la loi du 1"r juillet 1972, obtenu 4 1 COURRIER grâce aux efforts du M.R.A.P. , les faits en question justifieraient une interpellation du Gouvernement par le Parlement. Est-ce le Gouvernement, en France , qui gouverne? ou le groupe Charles Martel? S. RIGAIL PARIS-1S". • N.D.L.R. Le" M.R.A.P. a déposé, dès mars 1973, une plainte contre X au sujet de la parution dans la presse d'offres d'emploi discriminatoires dont il a remis au Parquet plusieurs centaines publiées en un seul mois. En dépit de plusieurs interventions de notre part, l'instruction est encore en cours, mais nous espérons pouvoir prochainement obtenir des poursuites à la fois contre les employeurs et les journaux complices de ces discriminations, de façon à (( faire un exemple)l permettant de freiner, sinon supprimer, ces pratiques inadmissibles. Sur le plan individuel, qu'il s'agisse d'emploi ou de location de chambre et logement ou de tout autre service refusé à des immigrés, nous sommes disposés à apporter une aide judiciaire, de façon à faire condamner tous les auteurs de violations de la loi du 1 er juillet 1972. Nous demandons aux victimes ou aux témoins d'actes racistes de se faire connaître au M.R.A.P. afin que puisse être menée une action systématique dans ce domaine. 1 Dans une direction parallèle Je suis abonnée à votre revue depuis plus de deux ans, et depuis plusieurs mois j'ai l'intention de vous écrire. En effet, je suis responsable des enfants hospitalisés par le mouvement « Terre des Hommes » et j'aurais aimé pouvoir parler de ce mouvement dans votre journal car notre action, sans doute différente de la vôtre, marche quand même dans une direction parallèle. Nous avons choisi de travailler pour les enfants et si notre mouvement est surtout connu en France pour l'accueil d'enfants du Tiers Monde dans des familles françaises , le secteur « hospitalisation» s'occupe de faire venir en France pour les faire soigner des enfants qui ne peuvent l'être dans leur pays: essentiellement enfants présentant des séquelles de polio et venant d'Afrique du Nord ; enfants cardiaques ayant besoin d'une intervention à coeur ouvert et venant de partout. Nous avons en ce moment même une vingtaine d'enfants algériens (sur un total de 50 enfants soignés) soit dans des établissements spécialisés , soit dans des familles. Pour payer les traitements, nous avons un système de parrainage, les parrains versant chaque mois une somme fixée par eux. Ils reçoivent des nouvelles et suivent les progrès des enfants. Nous pensons que cette action directe est un témoignage et peut servir à l'établissement d'une justice : tout enfant doit peser le même poids 1 Mme le Dr N. THOMAS S0120 RUE. Le fascisme au Ch;li Adhérente du M.R.A.P. et abonnée à « Droit et Liberté» depuis quelques années, j'ai toujours apprécié , et continue d'apprécier, la lecture de votre mensuel. J'ai cependant un reproche à vous faire. J'ai été un peu scandalisée de voir le peu de place que vous avez accordé dans « D. & L.» aux tristes événements du Chili. Il me semble pourtant que ce qui se passe là-bas est en désaccord total (et c'est un euphémisme 1) avec la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, à laquelle le M.R. A.P. est si justement attaché. Je sais bien que l'actualité raciste est malheureusement très fournie , et spécialement en France ces derniers temps , mais je pense à ceux de vos lecteurs qui ne sont informés que par la presse parlée et télévisée ou , ce qui est peutêtre pire , par des quotidiens de « grande information», et qui peuvent avoir des idées fausses sur les circonstances .qui ont amené le fascisme au Chili. Voir par exemple l'influence de la C.I.A. et de l'I.T.T. : impérialisme et néocolonialisme , encore 1 Tout cela concerne directement le M. R.A. P., ne croyez-vous pas? Cela dit, soyez sûrs que j'approuve votre action dans tous les domaines. Nancy BRADU ORLEANS. • N.D.L.R. Bien entendu, ce problème nous concerne. Cependant, l'essentiel de la place dont nous disposons est consacrée aux problèmes du racisme, que nous avons pour mission spécifique de traiter. Nous aurons hélas! à revenir sur les méfaits du fascisme au Chili, et nous continuerons à apporter notre soutien aux luttes du peuple chilien pour le rétablissement de la démocratie. Dans un parc Une verveine pleure Une rose Un jet d'eau geint Et l'horizon bascule Aux doigts de rose Passe Un Arabe inquiet De la tournure des choses Un Portugais coi Ils se croisent dans une allée Un Juif plaque des accords Sur le piélnO du kiosque. Ils s'observent tous les trois Une pancarte dans le gazon Précise Les Arabes Les Juifs et Les Portugais Ne doivent pas marcher sur [les pelouses. Roger BRICOUX 22 nov. 73. , 1 1. ~ , ' l ' dans ce nu:mèro CE JOUR-LÀ, PRÈS DE LA BASTILLE ... Le samedi 9 février de nombreux Pari siens ont répondu à l'appel du M.R.A.P. pour affirmer leur solidarité envers les victimes du racisme (pages 6, 7 et 8). A PROPOS D'UNE EXPULSION Au petit matin, 600 policiers expulsèrent sans douceur de leur foyer, 271 travailleurs africains. Me George-Laure Pau fait le point sur une situation qui ne peut durer (pages II et 12). L'ARABIE SAOUDITE SANS VISA ... A propos des incidents antisémites qui ont marqué récemment le voyage de M. Jobert, au royaume de Fayçal. Jacques Varin. dresse un bref tableau historique et géographique de ce pays (pages 14 et (5). LE RACISME A TRA VERS LES LIVRES ET LE CINÉMA Pierre Paraf présente deux des derniers ouvrages des Editions « Droit et Liberté» Monique Vernhes, trois films en cours de tournage (pages 19 à 24). DREYFUS Cette piéce de Jean-Claude Grumberg est actuellement à l'affiche du théâtre de l'Odéon. Roger Maria a interviewé pour vous l'auteur (page 25). Notre photo de couverture : la manifestation du 9 février à la Bastille (Jean Texierl. rcrroit& liberté 1 \11 ' \:SI 1 1 1 1 1 :W. rUl' SaillI Deni, Parh (1' ) 1 d. 131 (II) 57 ('.('.1'. Pari, . 6070 98 ·\H()~\:I.\II · '\l1 S • Un an : 30 F • Abonnement de soutien: 50 F. AlIlIlles, Rél/lliol/. Maghreb. Aji"ique ji"all COPIzOIll!. Laos, Cambodge, NOl/relie CalëdOllir: JO F. Aulres pays: 40 F. Cilall[;(,lI1elll d'adresse : 1 F Dlfl'n"III ("~ [,ltlbhcilIH)ll : Albert Lévy frnpfIllH.:f!P Ld H~IVf' DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 éditori a l Affaires d'Etat UN racisme ne va jamais seul. La conception - et les actes - qui consistent à jeter l'opprobre sur des personnes en raison de leur origine, dès lors qu'ils s'appliquent à un groupe, constituent pour toute minorité une menace . Il suffit que les circonstances politiques, économiques ou sociales s'y prêtent pour que le transfert s'effectue d'une catégorie de victimes à une autre . Au plan individuel , rare est celui qui hait les Arabes sans haïr les juifs, les noirs, les étrangers - quiconque se distingue à ses yeux ou dans son imagination par cette tare irrémédiable d'être « d ifférent ». En ce moment, si l'antisémistisme demeure vivace , c'est le racisme anti-arabe et, plus généralement, anti-immigrés qui est le plus répandu, le plus profond en France. Il a pris des proportions alarmantes: des dizaines de tués, de blessés en quelques mois, sur un fond de campagnes haineuses, de discriminations multiples et de difficultés quotidiennes souvent dramatiques, formant la trame de la vie pour quatre millions d'immigrés , hommes, femmes, enfants. SI nous en sommes là, les pouvoirs publics y sont, sans nul doute, pour beaucoup . La gravité de la situation exige des mesures au plus haut niveau, seules capables d'y remédier . Il faudrait, en premier lieu, faire preuve de plus de zèle dans la recherche des auteurs d'agressions, de meurtres inspirés par le racisme. Il faudrait appliquer sans défaillance , sévèrement , la loi du 1 er juillet 1972 . Il faudrait que les grands moyens d'information , ceux surtout dont dispose l'Etat, entreprennent une vaste campaqne de lutte contre les préjugés et les mensonges racistes. Il n'en est rien. Pour ce qui est de l'information, par exemple, les fascistes de « Faire Front» ou d'autres groupuscules comparables bénéficient avec une facilité déconcertante des services de la télévision et des radios nationales, quand le M.R .A.P. et ses initiatives y sont systématiquement boycottés. Et la censure, si tolérante aux films de violence et de pornographie, s'en prend, horrifiée, à un court-métrage de douze minutes, qui ose montrer et dénoncer l'un de ces crimes racistes si fréquents aujourd'hui. CONCERNANT la condition des immigrés, c'est aussi au gouvernement qu'il appartient de promouvoir une politique cohérente et humaine. Assurer le logement décent de ces travailleurs, garantir leurs droits et leur sécurité , cesser de faire peser sur eux l'épée de Damoclès de l'expulsion, les considérer, en un mot, comme des hommes à part entière et non comme des producteurs interchangeables, dont la rota tion permet le maximum de soumission et de profits, tout cela nécessiterait un changement complet d'orientation. Sans cela, la création d'une nouvelle fonction , le remplacement d'un haut fonctionnaire par un autre, si bien intentionné soit-il, ne revêtiraient aucune signification réelle . DANS un ordre d'idées voisin, et non moins révélateur , les scandales qui ont marqué le voyage de M. Jobert en Arabie Saoudite donnent également à penser. Il est stupéfiant que le ministre des Affaires étrangères, les dirigeants de la politique française, n'aient pas condamné avec énergie les discriminations antijuives exercées sur notre sol contre certains journalistes et la propagande nazie dont d'autres ont été gratifiés , alors que le représentant de la France était l'hôte du roi Fayçal . Répondant à une question du C.R.I .F. (Conseil représentatif des institutions juives de France) formulée à cette fin, M. Pompidou s'est empressé de faire savoir que le gouvernement ne peut être tenu pour responsable d'une discrimination entre ressortissants français, et que jamais , au grand jamais, il n'en pratiquera . Nous voulons le croire; mais le problème n'est pas là ; et l'on attend toujours la moindre protestation officielle contre les provocations saoudiennes . OUI la lutte contre le racisme est, aujourd'hui plus que jamais, une affaire d'Etat . C'est pourquoi le M.R.A.P. , faisant appel aux élus , à toutes les organisations intéressées , entend redoubler d'interventions, de démarches, développer la mobilisation de l'opinion , pour obtenir que les autorités responsables prennent à bras le corps ces graves problèmes: ce qui n'est que leur devoir . Albert LEVY. 5 Près de la Bastille., HALTE AU RACISME!)) ... « (( Racistes, fasciste~, . c'e~t assez! )) ... , « Français, Immigrés solidaires ))... Ces slogans - et bien d'autres - scandés par la foule ont ponctué la manifestation organisée par le M.R.A.P., le 9 février, prés de la Bastille. sement, ignorent cette réalité tragique. Pourquoi? Parce que les grands moyens d'information escamotent le plus souvent ces agressions, ces crimes. Ou alors, on les présente comme de simples faits divers sans signification, comme le résultat d'on ne sait quelles (( ven/{eances )), de rixes entre bandes, de bagarres d'ivrognes, même si, étrangement, c'est toujours l'immigré qui est blessé ou tué... Parce que les plus hautes autorités de l'Etat affirment qu -ü ny a pas de racisme en France et que c'est le fait d'en parler qui le provoque. Parce qu'enfin la majorité des agresseurs, des assassins racistes bénéficient de l'impunité! » ce jour-là (( Ces actes barbares de racisme, dit-il encore, s'inscrivent, pour les immigrés, sur un fond d'injustices, de souffrances et de difficultés de toutes sortes ))... Et, évoquant les campagnes de provocation à la haine. il dénonça l'exploitation des problémes pétroliers visant a excIter l'opinion contre les travailleurs origi- ••• Devant la plaque qui commémore le sacrifice commun des Français et des Nord-Africains tombés dans les combats pour la libération de Paris, les antiracistes étaient venus par centaines, malgré la pluie, animés d'un double sentimeItt

l'indignation devant la multiplication

des crimes racistes et la solidarité avec ceux que frappe cette vague de haine. 27 organisations ---------- naires d'Afrique du Nord! (( Ce n'est pas le lieu ici d 'analyser les causes de la crise économique. Mais ce que nul ne peut nier de bonne foi, c'est que les tra vailleurs - immigrés ou français - n y sont pour rien. Bien au contraire, ce sont eux - immigrés et fran çais - qui en subissent les plus dures conséquences. Une fois de plus, on constate que le racisme sent le pétrole. Et comme toujours en temps de crise, il est normal que des tentatives soient faites pour dresser Français et immigrés les uns contre les autres ... En réalité, des mesures dirigées contre les immigrés, loin de résoudre les problèmes actuels, ne feraient que faciliter les atteintes aux droits et à l'emploi de l'ensemble des travailleurs. )) Celle-ci était matérialisée, en quelque sorte, par les panneaux encadrés de noir portant les noms de 20 immigrés, la plupart Algériens, tués au cours d'agressions racistes depuis juillet dernier. A ces noms, Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P., dans une bréve intervention, associa ceux des victimes de la tuerie de Charonne, lâchement assassinés il y a juste douze ans, alors qu'ils manifestaient contre l'O.A.S. et pour la paix en Algérie. Soulignant que les méthodes des assassins racistes d'aujourd' hui évoquent celles de l'O.A.S. et du Ku Klux Klan, Albert Lévy déclara notamment: (( Beaucoup de Français, malheureu- 6 Rabal) MOUZZALI 27 organisations ont apporté leur soutien à l'appel du M.R.A,P. pour la manifestation: Amicale des Algériens en Europe; Amicale de~ originaires du Portugal ; Association pour l'enseignement du français aux travailleurs immigrés ; Association des étudiants musulmans nord-africains; Centre d'entraînement aux méthodes d'éducation active (C .E.M.E.A.) ; CIMADE; C.G.T. ; Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (F .A.STI.) ; Libre Pensée ; Ligue des Droits de l'Homme; Mouvement des jeunesses communistes; Mouvement des jeunes radicaux de gauche; Mouvement de la paix; Mouvement des radicaux de gauche; Objectif socialiste; Parti de l'avantgarde socialiste d'Algérie ; Parti communiste francais; Parti socialiste ; Parti socialiste unifié ; Regroupement de l'émigration antillaise

S.N.E.S, ; S.N.E .Sup.; Union générale

des travailleurs réunionnais en France ; Union générale des travailleurs sénégalais en France ; U.N .E.F. ; Vie nouvelle ; Union progressiste _ Toutes ces organisations étaient représentées le 9 février . Parmi les personnalités présentes , qui entouraient Pierre PARAF, président du M.R.A.P. , ou qui avaient tenu , par des messages , à s'associer à la manifestation , citons (en nous excusant des omissions possibles) : Fred HERMANTlN, Charles PALANT et l'abbé Jean PI HAN, vice-présidents du M .R.A .P. et les membres du Bureau national , Pierre JOXE et Lucien VILLA, députés ; Georges LEYGNAC et Aimé DElARUE, Conseillers de Paris ; les professeurs Jean-Paul MATHIEU, Paul CHAUCHARD et Henri BARTOll; Marius APOSTOLO (C.G .T.), André SOUQUIERE (Mouvement de la Paix) , André JEANSON (Objectif socialiste) , Jacqueline HADAMARD (Ligue des Droits de l' Homme). Etienne NOUVEAU (Fédération des Amputés de Guerre). l'abbé PIERRE, les pasteurs Etienne MATHIOT et Georges CASAlIS, Mme Marcel HUISMAN, les écri vains Albert MEMMI, Michel LEIRIS, Vladimir POZNER, Olga WORMSER, Victor HAIM, les artistes Francesca SOLLEVILLE, Bachir TOURE et Olivier HUSSENOT. DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 De nombreuses gerbes, portées par les organisations participant à la manifestation, furent déposées devant la plaque. Une motion adoptée par la foule unanime, fut portée ensuite au Préfet de Paris, par une délégation composée de Fred Hermantin, vice-président du M.R.A.P., Albert Lévy, secrétaire général. Alexandre chil-Kozlowski et Sally N'Dongo, secretaIres nationaux, Mme Marcelle Huisman, membre du Conseil national, MM. Lucien Villa, député de Paris, Aimé Delarue, conseiller de Paris, Jean-Paul Mathieu, professeur à Censier (représentant le S.N.E.Sup.), l'acteur Bachir Touré et l'écrivain Victor Haïm. c::: LU ~ - c:: -~, Cette motion, a près avoir souligné le caractère alarmant des menées racistes, demande des mesures urgentes po ur y mettre fin, en particulier: - L 'application sévère de la loi contre le racisme à tous les auteurs de discriminations et de provocations à la haine ; - La recherche active et le châtiment exemplaire des auteurs d'agressions racistes, dont beaucoup restent impunis ; - Une information objective systématique de l'opinion publique par les radios, la télévision et la presse, en vue de prévenir et combattre les préjugés racistes et xénophobes, en donnant la parole aux responsables d'organisations luttant effectivement contre le racisme; - La mise en oeuvre d'une politique cohérente et humaine de l'immigration, assurant aux travailleurs immigrés des conditions décentes de vie, de travail et de logement, ainsi que le respect de leur dignité et de leurs droits. Nul doute que cette importante mani festation, si nécessaire dans la si tuation présente, contribuera à alerter ct mohili ser l'opiniol1 française, qui ex ige des pouvoirs publics plus de zèle et d'efficacité dans la protectio n des immigrés comme des Français contre les violences et les campagnes inspirées par la haine raciste. I .M. 7 .. P RaCES exemplaire , à plus d'un titre que celui qui est venu en débats, devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, le 26 janvier dernier. Exemplaire, tout d'abord parce que c'est le premier intenté contre une publication française en application de la loi du 1er juillet 1972 , loi modifiant celle du 29 juillet 1881 , et notamment les articles 23 et 24 « sur la provocation à la discrimination, à la haine et à la violence » délit devenu , de ce fait passible de la prison et d'une amende de 2 000 à 300 000 francs . Le procès Exemplaire , ensuite, par le sérieux , l'objectivité et la dignité des témoins cités par la partie civile , en l'occurrence le M.R .A.P. Le Présid ent devait d'ailleurs publiquement souligner l'intérêt suscité dans la salle par ces dépositions. Intérêt qui ne fut nullement troublé par les ricanements vite rentrés, de quelques individus casqués et bottés, images de marque habituelles des groupes néo-fascistes . Exemplaire, enfin , par les efforts des avocats de la défense, qui d'emblée, par des artifices de procédures , tentèrent d'éviter le fond du débat, jouant ensuite la diversion et niant dans leur plaidoirie le caractère raciste des écrits contenus dans le numéro spécial de « Pour un Ordre Nouveau » de juin 1973. Bref rappel Depuis des mois, « Ordre Nouveau », nouvelle moûture du trop fameux « Occident», a engagé, sous prétexte de dénoncer l'immigration « clandestine », une campagne haineuse contre l'ensemble des travailleurs immigrés. Campagne dont le point culminant sera la tenue d'un meeting contre l'immigration De gauche à droite: Mes JACOBY, LABADIE et HERMANTIN dite « sauvage ». Ce meeting qu i se tiendra le 21 juin à la Mutualité, sera l'occasion pendant deux heures pour les « orateurs » de déverser leur haine raciale , en des termes qui rappellent d'autres temps. Autorisée , malgré les protestations qui s'étaient élevées de toutes parts , cette manifestation sera par ailleurs , l'occasion d'affrontements violents , où le rôle joué par la police sera jugé unanimement pour le moins « équivoque ».


Une conférence de presse-----

Le 24 janvier, le M.R.A.P. a donné une conférence de presse, à son siège, sur les menées racistes actuelles. Pierre Paraf, président du Mouvement, Albert Lévy, secrétaire général et George-Laure Pau, membre du bureau national, ont · présenté aux journalistes un document énumérant près de 60 agressions dont 20 mortelles, commises contre des travailleurs immigrés, la plupart algériens, depuis juin dernier. Ils ont souligné que cette liste n'était pas exhaustive et que, dans bien des cas, l'on s'efforce de travestir les actes racistes en banals faits divers. Des informations ont, d'autre part, été données sur le procès du M.R.A.P. contre l'organe d'(( Ordre nouveau Il qui devait se dérouler deux jours plus tard. C'est aussi à cette conférence de presse qu'a été annoncée la manifestation du 9 février contre le racisme. Plusieurs journaux parisiens (le Monde, l'Humanité , la Croix, Combat) et de nombreux journaux de province ont consacré des articles ou des informations aux différents problèmes abordés au cours de cette intéressante rencontre avec les journalistes, à laquelle s'étaient associées différentes organisations, 1 notamment l'Amicale des Algériens en Europe. --...J Quelques jours plus tard, sous la pression de l'opinion publique, le gouvernement prononcera la dissolution d'« Ordre Nouveau». Mais la préparation du meeting avait fait l'objet d'un numéro spécial de « Pour un Ordre Nouveau» feuille éditée par le groupement néo-fasciste (que nous retrouvons depuis six mois, on s'en convaincra en lisant notamment « Rivaroi » , derrière le sigle « Faire Front »). C'est ce numéro qui détermina immédiatement le M.R.A.P. à porter plainte aux termes de la loi du 1 er juillet 1972. Plainte qui fut déposée par Mes Fred Hermantin, Daniel Jacoby et Louis Labadie. Diligence que devait relever, pour s'en féliciter, le Procureur, dans son réquisitoire . Eviter le fond du débat ... Le procès à peine ouvert , on assiste à diverses tentatives de la part de la défense , afin d'amener le renvoi , ou même l'annulation de la procédure. Le tribunal passera outre à chaque fois. L'incident le plus significatif · sera de ce point de vue, la contestation de Me Hermantin comme avocat de la partie civile . Motif invoqué: Me Hermantin est vic.e-président du M.R.A.P. ---, .. de la haine Quand on sait que notre ami est d'origine antillaise et que , d'autre part, Me Daniel Jacoby, comme il devait le rappeler lui-même , est lui aussi membre de la Direction nationale du M.R .A.P. , le caractère provocateur de cet incident n'est pas à écarter. Mais là aussi , la tentative d'obstruction fera long feu , et le fond du débat peut enfin être abordé . L'économie française et l'immigration Le professeur Henri Bartoli , président de la section d'économie de la Faculté de Droit de Paris, premier témoin entendu , répond à la question : (( Les immigrés sont-ils indispensables à notre économie ?II Sa déposition , très docu mentée , est un constat. En 1973 : le pourcentage des travailleurs étrangers est de 6 ,59 % contre 6 ,7 % en 1931. Et il expose que cet apport extérieur a été rendu indispensable au lendemain des deux dernières guerres mondiales, du fait des morts et de la baisse de natalité qu 'elles ont provoqués. Sans lui , précise le professeur Bartoli , la reconstitution du produit national aurait été impossible ; et, d'autre part , il n'aurait pas été permis , compte tenu des vides dans la pyramide des âges , d'avoir le taux de croissance que la France connaît depuis la Seconde guerre mondiale et qui est en moyenne de 4 ,5 à 4,7 %. (( Les immigrés sont-ils un obstacle au développement du progrès? Il Le professeur Bartoli , répond par des sta tistiques officielles, irréfutables. Prenant en exemple les branches d'industrie où les travailleurs étrangers sont les plus nombreux, il fait observer que dans le bâtiment (22.4 % de travailleurs émigrés) le taux de croissance de la productivité horaire est de plus 5 ,8 % (contre plus 5 % de moyenne national e), et celui du capital est de plus 9 ,8 (moyenne nationale plus 6,7) Dans l'automobile où la maind' oeuvre étrangère représente 14 %, le taux de croissance de la productivité horaire est de plus 7 ,5 % et celui du capital de plus 7,5 également. DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 Répondant à une question de la défense le professeur Bartoli ensuite déclare : (( Indispensables économiquement, utiles à notre économie, les travailleurs étrangers doivent trouver en France une politique permettant de lutter contre l'exploitation dont ils sont victimes. Si nous avons besoin d'eux, nous devons socialement mener une politique de défense de leurs salaires, de leur logement, et de couverture des accidents du travail. Il Il Clients assidus Il des hôpitaux? « Pour un Ordre Nouveau », tout comme « Minute », est un habitué de cet argument particulièrement insidieux selon lequel les immigrés « envahiraient » les hôpitaux . En quelques mots sobres , le professeur Marc Gentilini , professeur à la Faculté de médecine, chef de servi ce à La Pit ié- Salpétrière, le réfute : (( Je n'ai jamais vu, quant à moi, de refus d'hospitalisation parce qu'il n'y avait pas de place, et que celles-ci étaient occupées par des migrants. Il Puis le Dr Gentilini brossant les conditions humaines de ceux qui font l'objet de la haine d'« Ordre Nouveau », évoque la vie , souvent atroce, de ces hommes, ces femmes, ces enfants , la solitude de beaucoup d'entre eux; il rappelle que , A chacun ses étrangers Dans sa plaidoirie, l'un des avocats d'(( Ordre Nouveau Il accusa le M.R.A.P. de faire lui aussi du racisme ! Pourquoi? Eh bien, tout simplement, parce qu'il (( choisit ses étrangers Il, « fait un tri Il ••• Et d'en donner pour preuve la condamnation que nous portons des colonels grecs, et de la junte fasciste chilienne. Tandis qu'eux ... Merci, maître de nous préciser ainsi de quel côté, malgré leurs dénégations, vont les sympathies des gens de « Faire Front Il .•• pardon d'(( Ordre Nouveau Il • •• contrairement à certaines assertions, les maladies exotiques dont ils sont parfois atteints ne sont pas transmissibles en Europe, et que les maladies les plus graves dont ils sont atteints sont en général contractées en France , du fait de leurs conditions de vie , de travail désastreuses: la tuberculose notamment. (( Aux pieds des autels Il ••• (( Il n'est plus de semaines où des Arabes ne viennent se vautrer au pied des autels pour ameuter les journalistes et exposer leurs misères au bon peuple Il. De cette accusation c'est l'abbé Jean Pihan qui fait, avec rigueur, table rose. « Après une enquête que j'ai menée auprès de deux organismes religieux officiels en plus de la connaissance personnelle que j'avais de ces problèmes, je puis contester l'information et l'affirmation. (( Sur 3 ans et demi, soit 175 semaines, il y a eu 17 grèves de la faim de travailleurs immigrés (et pas tous des Arabes), se situant non pas dans les églises, mais pour la plupart dans des locaux d'oeuvres ou dans des cures. Il n'y a eu aucun cas de violation des lieux saints, les musulmans, entre autres, les tenant en grand respect. Il L'abbé Pihan précise en outre que ces grèves de la faim , non seulement ne soulevèrent pas la protestation de la communauté chrétienne , mais bien au contraire , rencontrèrent la sympathie et la compréhension des autorités ecclésiastiques . Quand (( les pouilleux Il se présentent à la barre ... Une leçon de dignité : telles sont les trois dépositions qui suivent : celles de trois travailleurs , représentants de « cette armée de mercanaires pouilleux et sous payés Il nuisibles à notre pays .. . selon « Ordre Nouveau». Le ton mesuré avec lequel elles sont prononcées, leur sobriété , font grande impression. Sou mari Bakari (37 ans, Sénégalais, éboueur à la Ville de Paris) : « Comme tous mes camarades, je me lève à 4 heures, car nous habitons loin du travail. et nous devons être derrière la benne à 6 heures. Nous sommes trois pour vider les poubelles, mais elles sont si lourdes que parfois nous avons du mal à les soulever. A partir de 9 heures jusqu'à 17 h 30, nous devons balayer les caniveaux. Si jamais un chef trouve un papier après notre passage, c'est cinq jours de mise à pied . « Pour les salaires, nous touchons 1 200 francs par mois, mais un débutant Français touche, lui, 1 326 francs. --. 9 ~ « Nos conditions de vie, notamment de logement, sont telles que, souvent, nous tombons malades : plus de salaire, et au bout d'un mois, c'est le licenciement, que nous ayons 6 mois ou 15 ans de service; nous sommes embauchés comme saisonniers. Les accidents du travail ne sont pas reconnus et nous n'avons droit à aucune indemnité. Il Et M. Soumari cite deux ou trois exemples précis , ce qui amènera d 'ailleurs le présid ent du tribunal à s'étonner de la non lpplica tion de la législation . Puis Soumari témoigne du mépris dont lui e t s es compatriotes sont parfois l'obj e t. « Mercredi dernier, dans le 17e arrondissement, un commerçant est venu vider sa poubelle dans le caniveau que mon camarade venait de balayer. « Pourquoi faites-vous ça Il demandat -il? « Ramasse c'est ton travail, tu es payé pour ça Il, lui fut- il répondu ... « Dans un autre cas identique : il fut répondu à mon camarade africain : « Si tu n'es pas content, retourne chez toi. Il La poli ce étant présente , un rapport a été fait ; deux mois après , mon camarade était li cencié ... Et ce travailleur d'évoquer la vie difficile de ses camarades, entassés à 8 , 10 et même 15 dans des pièces sans hygiène : « Nous travaillons pour que Paris soit propre, nous demandons un peu de respect et nous voulons être traités comme des êtres humains. Il • Rui Cordeiro, ouvrier portugais : Il donne plusieurs exemples quotidiens , illustrant la vie des immigrés, le ra cisme : « Dans le département de la Seine-etMarne, il y a quelques mois, une cité a été construite pour loger des immigrés. Il a fallu l'intervention du député pour que les fils de fer barbelés dont elle avait été entourée soient enlevés. Il Et cette réflexion d'une personne , participant à la préparation d'un mois sur l'immigration : « Après , il faudra ma nder une équipe de désinfection de la sa lle ... » • Ma di Mohain, travailleur algérien : « Cela fait presque 20 ans que je suis en France, je n'ai jamais été chômeur et je n'ai été à l'assurance que 20 jours, pour un accident. « Nous ne sommes pas venus ici pour traîner les rues ou remplir les sanas. Quand un ouvrier algérien reste pendant 1 0 ou 1 5 ans devant un four, et que l'on connaît ses conditions de vie habituelles, c'est presque normal de le rencontrer un jour au sanatorium et puis, Monsieur le Président, il faut que je signale que j'ai fait en 1962 une demande de logement H.L.M. et que je n'ai toujours pas de réponse ... Il 10 Jouer sur la peur Mes Daniel Jacoby, Labadie et Hermantin disent tout leur dégoût, mais en fait celui de tous ceux qui condamnent le racisme sous toutes ses formes, à la lecture des propos diffusés par l'organe d'« Ordre Nouveau». Nous reviendrons sur leurs plaidoiries dans notre prochain numéro. La responsabilité des inculpés, soigneusement analysée par eux, apparaît indéniable dans la recrudescence des agressions, des assassinats qui ne cessent de se multiplier depuis juillet. Ils doivent être condamnés, comme l'a souligné le Procureur dans son réquisitoire, demandant la pleine et entière application de la loi . Car, ainsi que le rappelle Me Jacoby : « Ces messieurs d'« Ordre Nouveau Il jouent sur la peur. Il faut faire peur aux Français, peur des gens qui n'ont pas la même couleur de peau, qui viennent prétendument leur prendre leur travail, encombrer les hôpitaux et c'est sur ce seul sentiment qu'ils s'appuient. Il De la peur à la haine et au crime, il est facile de glisser . Jugement rendu le 23 février . Lucien ANGEVIN. Ils continuent ••• T ES agressions, les meurtres continuent. L Dans nos précédents numéros, nous avons énuméré un certain nombre de cas, dans toute la France, où des travailleurs immigrés ont été victimes de commandos racistes. La liste, hélas! ne cesse de s'allonger, comme le montraient, à la manifestation du 9 février, prés de la Bastille, les panneaux portant les noms de 20 de ces travailleurs assassinés au cours des derniers mois. Voici quelques nouveaux exemples de ce tragique bilan : • Le 7 janvier le corps mutilé de M. Lahbib Backour, ouvrier algérien. est découvert à Saint-Genis-LavaL dans la banlieue lyonnaise. Huit jeunes gens, dont trois de 16 à 17 ans, membres d'une « bande» et soupçonnés de ce crime, sont arrêtés le 10 janvier. Tout en niant en être les auteurs, ils reconnaissent cependant de nombreuses agressions contre des travailleurs nord-africains. Pourquoi? Parce que, explique celui qui paraît être le chef et qui, lui, a 27 ans, « nous avons décidé de nous venger systématiquement », car ils auraient été, selon lui, eux-mêmes victimes d'une agression commise par « des Nord-Africains» et cela sulfirait à justifier ces expéditions punitives. • Le 14 janvier, à Bitche (Moselle), un jeune ouvrier algérien de 25 ans, est tué à coup d'écorçoir, à la suite d'une discussion qui avait éclaté dans un café, entre cinq Français et quatre Algériens : l'objet de la discussion était le problème du pétrole et l'augmentation du prix de l'essence. Signalant que le meurtrier (q ui était rentré chez lui trés tranquillement) avait consommé plus que de raison, « Le Républicain lorrain)) du 16 janvier se pose la question : « est-ce l'alcool, seul, qui a armé son bras? » • Le 15 janvier, à La Garenne-Colombes, les travailleurs (en majorité des immigrés) de la Compagnie d'enlévement des ordures ménagéres (C.E.O.M.), en gréve depuis le 3 janvier, pour augmentation de leurs salaires et de meilleures conditions de travail, sont agressés par un commando de nervis, à 6 heures du matin, en présence de l'un des directeurs de l'entreprise. Plusieurs seront blessés, dont un militant syndical qui sera hospitalisé. • Le 21 janvier, à 19 heures, à Noisyle- Sec, un jeune Algérien de 15 ans, Areski Hadjout, tente de calmer un retraité de 68 ans, M. Armand, qui s'était pris de querelle avec de jeunes travailleurs immigrés. Il reçoit un coup de couteau dans le ventre et doit être transporté à l'hôpital dans un état sérieux. Quelle que soit la cause de l'énervement de l'agresseur, le climat raciste entretenu depuis 6 mois, ne peut-il contribuer à l'explication d'un tel acte? • Le 29 janvier, deux travailleurs algériens, employés à la D.B.A., à Vitry, sont sauvagement agressés par quatre individus, vers minuit. Les agresseurs seront arrêtés grâce à l'intervention d'un automobiliste. Selon la police, le commando n'en était pas, à cette heure-là, à son coup d'essai ... iDlDligrés Le ministre de l'Intérieur se plaint de l'insuffisance des effectifs pour lutter efficacement contre le gangstérisme, mais il y avait 600 policiers pour jeter à la rue 300 travailleurs africains ... A propos d"une expulsion D EPUIS plusieurs jours, les 271 locataires du foyer sis 214, rue Raymond-Losserand vivaient en état d'alerte. Toutes les démarches, appuyées par les élus du quartier, tant au prés du Conseil de Paris que des ministéres n'ayant pu aboutir à fléchir la Préfecture, la menace d'expulsion devenait imminente, aussi les locataires et le comité de soutien, dans une atmosphére fébrile, mais trés lucide, élaboraient ·d'ultimes plans de sauvetage, rythmés par le martèlement sinistre des démolisseurs autour d'eux. Puis, le 26 janvier à 7 heures du matin, ce fut brusquement la fin. Quarnnte cars de C.R.S. investissaient le quartier, barrant tous les accés au foyer, tandis que la police pénétrait dans l'immeuble, et en éjectait sans ménagement les locataires et leurs etIets personnels. Les membres du comité de soutien étaient pour la plupart transtërés vers le centre Beaujon. L'issue brutale de ce conflit qui dure depuis plus d'un an, illustre une fois de plus les procédés répressifs et autoritaires, l'absence totale de planification et de compréhension habituels, s'agissant de travailleurs africains. Les procédés employés sont d'ailleurs indissociables du statut juridique reconnu au locataire d'un foyer. Aucun droit reconnu au locataire d'un foyer Habituellement quand la police expulse de la sorte un individu de son logement, c'est qu'il est occupant sans droit ni titre, squatter ou autre, et encore, on ne l'expulse pas en plein hiver, l'arrivée de la police DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 . ~ FÉVR"rER 1974 étant précédée par une sommation d' huissier. Inversement quand il est nécessaire d'évacuer un immeuble insalubre ou menaçant ruine, ce qui est possible en hiver, quand il est nécessaire d'y procéder dans le cadre de la rénovation urbaine, les locataires sont partie prenante des négociations, ils ont le droit d'être informés et de formuler leurs observations. ICI, rien de tel. Le locataire d'un foyer de travailleurs migrants n'a aucun droit, il n'a pas la qualite de locataire, il n'a pas droit au maintien dans les lieux, même s'il occupe les lieux depuis dix ans et paie réguliérement son loyer. Ainsi les tailleurs habitant la rue SaintDenis sont menacés d'expulsion par la Soundiata, sans motif sérieux et celle-ci invoquant le fait qu'elle n 'est pas habilitée à louer pour une exploitation commerciale ou artisanale, a de fortes chances d'arriver à ses fins , car rien dans la législation ne les protége et, dès qu'ils ne se montrent plus suffisamment dociles au gré de l'association , elle peut les priver de la sorte non seulement de leur domicile mais encore de leur gagne-pain. Ainsi aussi les locataires du foyer de Bagnolet se sont vus dénier tout droit de maintien dans les lieux par le juge des rétërés, et risquent d'être expulsés à la suite de la gréve des loyers entreprise. Une expulsion comme celle du foyer Raymond-Losserand rappelle immanquablement les méthodes employees pour le - George-Laure PAU. La protestation du NI.R.A.P. ~ Dans un communiqué rendu public le 28 janvier, le M.R.A.P. à d~:I~~é_:. __ ... _1 « Le bâtiment devant être démoli, les délégations et les interventions auprès des autorités préfectorales avaient été nombreuses pour proposer une solution logique et humaine, correspondant aux conditions de vie et de travail de ces quelque 300 hommes dont beaucoup sont employés des services de nettoiement à Paris et dans la banlieue Sud. La mobilisation policière et le coup de force ont été la réponse des pouvoirs publics, qui témoignent ainsi de leur refus de la concertation et du mépris dans lequel sont tenus les besoins et les aspirations des travailleurs immigrés. « Conscient Que la politique de rénovation urbaine, telle Qu'elle est pratiquée aujourd'hui, crée des situations difficiles pour l'ensemble des habitants des quartiers concernés, particulièrement les plus pauvres, le M.R.A.P. souligne la solidarité de fait qui unit ainsi travailleurs français et immigrés, et la nécessité de leur défense commune. Dans tous les cas, le relogement doit avoir l'approbation des intéressés et tenir compte, notamment, de leur lieu de travail. « Après l'opération de la rue Raymond-Losserand, le M.R.A.P. poursuit son action pour la construction rapide des deux nouveaux foyers prévus dans le 14e arrondissement, où doivent être relogés les Africains expulsés, conformément aux promesses qui lui ont été faites par le préfet. Il 11 rasage des bidonvilles - où là encore les habitants ne sont informés que leur toit va ètre démoli, et qu'ils seront expédiés ail leurs - que lorsque la police arrive au petit matin dans le bidonville. Dans les deux cas, aucune voie de recours n'est possible, aucune procédure pour obtenir des délais, aucune solution de rechange à proposer. Le travailleur migrant n'a pas à avoir d'avis, il n'a pas à être attaché a ses habitudes et à ses amis, fût -ce dans une baraque ou une usine désatlectée. 11 n'a qu'à accepter et subir. Peu importe si par l'intermédiaire du F.A.S. (1), alimenté par les allocations familiales qu'il ne perçoit pas, il tin an ce de ses deniers les foyers qu'il occupe. Cela ne lui donne le droit ni de s'y sentir chez lui, ni de s'y maintenir, ni de participer à la gestion, ni de se laire entendre dans des cas graves comme celui qui nous préoccupe. Maintes et maintes fois en ellet la position des habitants du foyer avait été exposée aux autorités compétentes. Ils souhaitaient certes quitter ce taudis de la rue Raymond-Losserand, mais désiraient être relogés ensemble dans le nouveau loyer dont la construction était prévue, par priorité. Des gens peu décoratifs ... Il eut fallu peu de choses pour leur donner satisfaction. La blanchisserie désal~ fectée qu' ils occupaient avait été transformée en foyer provisoirement, et dés 1963 était prévue la construction d'un foyer d'abord rue Vercingétorix, puis rue des Arbustes. Le provisoire a duré dix ans et la construction d'un nouveau loyer n'est pas encore en vue à l'horizon. Même le besoin qu'avait la ville de Paris de ses terrains et la solidarité générale autour des travailleurs du foyer n'a pu en entra mer la mise en chantier. Alors aujourd'hui ... La carence constatée ici n'est pas un cas d'espéce. Le Vie Plan qui avait volontairement réduit par réalisme, ses estimations avait chilfré à 240 000 lits les besoms nécessaires pour assainir la situation actuelle, auxquels il convenait d'ajouter 45 000 lits par an pour les nouveaux arri vants. Aujourd'hui aux termes du rapport sur le budget pour le logement de 1974, la capacité des loyers de travailleurs migrants a été portée à 120000 lits. En outre peut-on espérer obtenir un foyer dans le XIye, destiné aux bureaux et aux immeubles résidentiels. La Préfecture l'année derniére répondait aux habitants du « Galion», résidence de luxe du X ye, inquiets de la construction projetée d'un foyer pour migrants dans le secteur, qu'elle n'avait garde d'oublier le « caractère urbain » du quartier. Il est à craindre que ce souci de préserver la pureté des sites n'écarte radicalement non seulement 12 les travailleurs migrants, mais en plus le petit peuple français trop peu décoratif. Or les circulaires ministérielles ellesmêmes prescrivent d'éviter de rejeter les foyers de migrants à la périphérie des cites cela ne pouvant qu'accentuer la marginalisation et la ségrégation de ce grau pe social. Cet éloignement des loyers et les latigues supplémentaires ainsi imposées aux immigrés ne constituent d'ailleurs ni leur apanage puisqu'il en est de plus en plus ainsi pour les catégories modestes expropriées en principe pour utilité publique, ni le seul inconvénient des nouveaux loyers. Encasemement, et loyers élevés Dans ces derniers. pourtant nettement plus confortables, les travailleurs sont encadrés par Un réglement intérieur contraignant, et placés sous la lérule d'anciens militaires ou gendarmes qui, en guise d'animation instaurent plutôt un régime de caserne. En outre, les loyers souvent élevés s' insérent malaisément dans le budget modeste du travailleur. Ces deux chefs de doléances sonl à l'origine d'un nouveau type de conllit qui se développe actuellement dans les foyers. Ainsi, au Bourget et à Etampes, dans les foyers de l'ADEF, les locataires ont engagé une grève des loyers pour protester contre une nouvelle augmentation du loyer et contre l'attitude du directeur. Assignés en paiement des loyers arriérés, ils espérent obtenir que la valeur locative des chambres soit déterminée judiciairement. Ce serait un progrès considérable par rapport à la situation antérieure. Ces contlits divers montrent bien que les locataires des foyers sont résolus à lutter pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie et la reconnaissance de leurs droits. Le problème. c'est qu'actuellement ces drOIts sont extrêmement limités. eu égard à la législation en vigueur et à l'absence de maintien dans les lieux qui tot ou tard permet à l'association gestionnaire de se délàire du récalcitrant. Mais il appartient aux locataires aidés par tous leurs amis de se servir des armes dont ils disposent pour l'instant. afin de provoquer des solutions nouvelles et une prise de conscience à tous les niveaux, seule susceptible d'imposer une reconnaissance de leurs droits. G.-L.P. (1) Fond d'Action Social. ADHÉREZ AU M.R.A.P. (Cotisation annuelle : 20 F) FRANCE -----..... • Quarante-deux détenus se sont suici, dés dans les prisons françaises en 1973. T rente-quatre d'entre,eux avaient moins de trente ans. vingt-six attendaient d'être jugés. Enfin, dix étaient d'origine étrangère, Ce dernier chiffre, est beaucoup plus important proportionnellement que l'effectif des ressortissants étrangers actuellement détenus, 'par rapport à la population pénale. . • Continuant à jouir d'une impunité étrange, malgré une instruction en cours, les - fascistes du G.A.J. de «Faire Front», de Cl Front national» continuent à se distin, guer. ç'est ainsi qu'ils se sont livrés dans la matinée du 3 février à des agressions, contre des militants de gauche et des passa!1ts, place Victor-Basch, dans le 14& arrondissement à Paris, et sur le marché de la Convention dans le 1 5& arrondissement. Il y a eu plusieurs blessés. Ces mêmes groupes ont créés de violents inCidents, le 25 janvier, devant le lycée Pierre de Fermat à Toulouse, et le 4 février à la Faculté de Droit de Saint-Maur, matraquant sauvagement un étudiant. • A Menton. le 11 février, une réunion , de « Faire Front» n'a pu se tenir grâce à la vigilance des démocrates qui étaient venus à plusieurs centaines protester contre le « meeting» fasciste. A noter que dans beaucoup de localités la protestation des démocrates aboutit souvent à l'interdiction de ces réunions par les pouvoirs publics . c'est le cas à Lyon le 18 janvier, et à SaintChamond le 1 2 lévrier. • Près de Laval. trente-neuf travailleurs immigrés, dont trente-six Turcs et trois Pakista nais, se sont mis en grève le 29 ja nvier dernier pour l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Faisant des journées de dix à onze heures minimum pour des salaires dérisoires, ils étaient par ailleurs logés dans des conditions d'insécurité et de salubrité particulièrement révoltantes. leur action a été couronnée par un premier succès le préfet de la Mavenne a mis en demeure la société qui les emploie !Desquenne et Girol) d'aménager les locaux mis à sa dispositIOn à cet effet D'autre part, une revalorisation de leurs sa laires a été décidée Del JOU~I b-en répondu VouS avez, 1 " 'la fOrP\ule ___- --------- 1 è U i:l OI. S der n, Ie r5 . , beauCOUP, - notr2 a ~pe 0 deuX" 3 ?erml~ c Ollcret .. ,S:' amis ,lectebCharles 25 mars 2011 à 11:20 (UTC)m:nts au nrlX d~ ester leur apPUi tte faci11te "tl"OiS a e nouS IiI ~n:. ct c pro10nger c e d entre vous \ décide \; , que n~JS avons bIen 1 ttmars. , 'lIeurs consacré ju S qu au .. ~? era d ai. 1 a mOi'S de mars _s la d 'ffuSIO n , ct t 1:0"U t 1 e ,. R ,f\, nr , a :nêm1 e tenps e1u e seron 1 mi;'itant,~ dUt L'iberté", e ~ 'r ... ~mestre (les re-) par es d " 0 r 0 ,.t e t s d u pre mie .) foi spa r an, défense e les abon~enal~~ désormais deux re nouvelés se faiS frais bénéfinouvellements à moindres d u 's erv ice . s pourrez, d e vous, , t s Ainsi. vou, , r autour . a ntiraClS e ~ et' faire bénéfiCie d'autres a ~IS ou'il s'ai)it cier, de cette revue,? -des raCistes, h esoin, r é 9 u ~ 1 e r _ ? 0 u r Cl u 0 ~ p a ~ fi 6 chi r. NO usa von ~ urs 'u r v i v r e ' et meme dc faire re nés nouveaux P d" informerie de S ,000 ahon également, r a p P e '\ 0 n S - , . '\ e sin t é r e s san t ~,s D r à i t e t _ Réponses mul ti ? ré~entatiOn ~e t lié au préce- , ,.., t 1 a ? 0 b 1 ème es '1 uS le contenu ~ 1 • Ce P r 'lioratio ns , p su r ç ntinuez .. ' ct 'amc Liberté". 0 nous apporterons potentiels. dent: pluS t lOS lecteurs de vous, amis seron ~ èS nombreuY.. , d'insister a upr , tel1 e que 1 beSOin puhlicatl~n 'il t.st- i 'cessité d'une ct échalne, CI ~ "Oroit s ur la ne e racisme se '. s an9, SI '\ e cte~rs,? Alors que 1 f ait couler ',e '\ e c réer. Le 1 a notre'es esprits et as il faudraIt lidarité, de . ' sou i lIe t ' " n ':;y.,istait P d êfense, de 50 ' 1 nul ne dOIt et Liber C t un~ acte de d d i]nité, auque d one sur soutenir eS t somme to ut.e , ~s nous comptons ju stice, ~, Plus que J ama , se dérober. v 0 us. " Droit e t Liberté". A bientôt. .-____________ Trois abonnements au prix de deux_ (Valable jusqu'au 31 mars 1974) Jesoussigné ________________________________________________________________________________ __ Adresse ________________________________________________________________________ ~~ ________ __ vous adresse ci-joint la somme de 30 F pour UN abonnement à « Droit et Liberté )). 60 F pour TROIS abonnements. BÉNÉFICIAI RES NomL-______________________ ___ Nom __________________________ _ Prénom ______________________ ___ Prénom _____________ __ Adresse __________ ___ Adresse ______________________ Nom __________________________ _ Prénom ____________ __ Adresse ______________________ « Droit et Liberté )), 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris. C.C.P. 607098 Paris. DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 13 14 Voici le cadeau du roi F ayçal aux journalistes français ~ refus des autorités d'Arabie Saoudite d'accorder le visa qui était nécessaire à Eric Rouleau, collaborateur du journal « Le Monde», en raison de son ascendance juive était déjà un fait scandaleux. Il a soulevé de nombreuses protestations, tant dans les milieux de la presse, que dans l'opinion publique. C'est ainsi que dès qu'il en eut connaissance le M.R.A.P. prenait position et l'Union Nationale des Syndicats de Journalistes (S.N.J. C.F.D.T. - F.O. - C.G.T.) élevait une solennelle protestation et s'i ndignait « de voir des prétextes racistes, 'philosophiques ou religieux, invoqués pour empêcher le libre exercice de la profession de journaliste et porter ainsi atteinte à la liberté d'expression ». Par contre l'Association de la Presse diplomatique, dans un communiqué pour le moins ambigu, a refusé avec de fallacieux arguments de condamner cet acte inqualifjable. Mais le plus choquant - et ceci explique-t-il cela - c'est le silence du Quai d'Orsay dans cette affaire. Silence qui ne peut rehausser le prestige ni de M. Jobert - dont Eric Rouleau était l'invité - ni du gouvernement. Ainsi encouragés, les autorités saoudiennes ne devaient pas en rester là. Fait encore plus scandaleux, s'il est encore possible - et qui n'a pas davantage rompu le silence des autorités françaises - le « cadeau» remis aux journalistes français, à la veille de leur départ de Djeddah. Il s'agit d'une mallette contenant entre autres deux oeuvres (notre photo ci-dessus) qui seraient dit-on, les livres de chevet du roi Fayçal. L'un s'intitule « Les Juifs », publié en 1972, c'est un recueil de citations en faveur de l'antisémitisme. Un maître du genre y figure : Adolf Hitler! Le second, n'est autre que « Les Protocoles des Sages d'e Sion», un faux grossier, édité et répandu par la police tsariste au début de ce siècle afin de favoriser les pogromes. Ce texte est présenté comme ayant été adopté au Congrès sioniste de Bâle en 1897, et définit un « plan» visant prétendument à la '« domination mondiale » des juifs. Dans une introduction écrite en 1925, un nommé Roger Lambelin, précise que l'antisémitisme est une réaction d'auto-détence légitime contre « le péril juif ». C'est au nom de ce « péril » que fonctionnèrent les fours crématoires des camps nazis ... L'Arabie Saoudite DANS l'Antiquité existérent dans l'actuelle Arabie Saoudite plusieurs royaumes, parmi lesquels ceux de Saba et de Maiin, La région était alors peuplée de tribus bédouines nomades parlant une langue sémitique apparentée à l'arabe moderne, à l'exception du sud où était parlé le sud-arabique, langue particuliére dont on trouve encore des restes dans la République populaire et démocratique du Yemen, Divisée en tribus, cette population arabe, ayant eu des relations commerciales avec le monde méditerranéen, était soit païenne soit convertie à la religion chrétienne ou juive, A La Mecque, un vieux temple, la Kaaba, vénéré par plusieurs tribus, allait devenir le principal lieu saint d'une religion nouvelle, prêchée par Mahomet, et puisant ses racines dans les deux religions monothéistes répandues dans l'Arabie : le Judaïsme et le Christianisme. Cette religion, l'Islam, prit son essor en 617 de l'ére chrétienne. Elle va servir d'élément unificateur à l'Arabie, sur le plan politique et religieux; les Arabes chrétiens et juifs devant ou se convertir à la nouvelle religion ou s'exiler. Cette unité va donner une force extraordinaire au Califat arabe qui, de l'Irak à l'Espagne, conquiert tout le sud du bassin méditerranéen, en menaçant même le nord, Une telle expansion, intégrant des peuples de cultures, langues, niveaux économiques dillerents, impliquait l'apparition de tensions internes qui allaient amener un morcellement en plusieurs califats. de Damas, de Bagdad et de Cordoue, La prépondérance des Turcs ottomans allait bientôt reléguer l'Arabie au rôle de marge de l'Empire. L'Empire turc prit le contrôle du nord de la péninsule (Syrie et Palestine) et chercha à s'assurer une suzeraineté politique sur ses côtes occidentale et orientale. Au XVIIIe siècle, une secte musulmane rigoriste, la secte des Wahabites, du nom de son fondateur, Mohamed Ibn el Wahab, allait devenir l'âme de la résistance arabe aux Turcs. En 1802, elle s'empare de La Mecque et deux ans plus tard, de Médine. En dépit de la reconquête de ces deux villes par les Turcs, les Wahabites, sous la direction du fondateur de la dynastie actuelle, Abdul-Aziz Ibn Saoud, gardent le contrôle du Nedjed et du Hasa jusqu'à la Première Guerre mondiale, durant laquelle les Arabes, avec Saud el Hussein, le souverain du Hedjaz, combattirent aux côtés des Britanniques contre les Turcs, En 1962, s'affirmant dèfinitivement face à son rival Hussein, Ibn Saud proclame l'Etat d'Arabie, unifiant le Nedjed, le Hasa, l'As sir et le Hedjaz, et reconnu par la Grande-Bretagne au traité de Djeddah en 1927. En 1934, une guerre victorieuse contre le Yemen permet de fixer la fronqere avec ce pays. A partir de 1938, ce royaume s'appelle l'Arabie Saoudite, Le visage du nouvel Etat allait être fixé quand furent découverts dans les années 30 les gisements de pétrole parmi les plus riches du monde, Ainsi naquit l'Arabian American Oil Company, la fameuse Aramco, filiale du trust Rockeleller, qUi commença à exploiter en 1933 le pétrole saoudien, La richesse aInsi dècouverte et exploitée ne devait guére profiter au peuple saoudien, les Américains s'en allouant l'essen tiel, le reste étant accaparé par la féodalité saoudite. Le regne d'Ibn Saud, entre 1902 et 1953, ne transforma guère un Etat où régnait l'esclavage, qui ne fut officiellement aboli qu'en 1962, Encore cela fut-il plus formel que réel. Parmi les 40 fils que lui avaient donnés ses quelque 300 femmes, Ibn Saud désigna ses deux successeurs : Saud comme rOI, Fayçal comme premier ministre. L'industrIe petroliere en expansion avait, durant près de trente ans, entraîné des modifications sociales notables. A côté des tribus bédouines, une classe ouvrière, une bourgeoisie s'étaient développées. Face à leurs revendications, s'appuyant sur un code juridique féodal, le régime saoudien appliqua une politique de répression sanglante. Se séparant de la famille royale, un demi-frére de Saud, le prince TalaI ew Abd el Aziz, se réfugia au Caire en 1961 où il fonde un « Front de Libération» d'Arabie Saoudite. La nécessité de faire certaines réformes, adaptations au développement économique du pays, qui se heurtait à l'obscurantisme de Saud entraîna son élimination et son remplacement par son frère Fayçal qui DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 • sans visa devint, en novembre 1964, il y a dix ans, souverain d'Arabie Saoudite. Sous sa direction, l'Arabie Saoudite, où subsistent de très nombreuses structures féodales, a connu une lente modernisation, Sur le plan politique, le régime Saudi est un régime ultra-réactionnaire où aucune vie démocratique n'est tolérée, Dans le domaine de la politique extérieure, il a toujours souten u les forces réactionnaires de la région au Yemen, au Sud-Yemen ou à Mascate et Oman. Jusqu'à la récente guerre d'octobre, l'Arabie Saoudite fut, avec l'Iran et Israël, parmi les alliés les plus sûrs des EtatsUnis dans cette région du monde. Depuis lors, sous la pression de l'opinion publique arabe et en profitant de la modification du rapport des fo rces dans la région, le gouvernement saudi a cherché à contrôler davantage ses ressources pétrolières face à l'Aramco. Bien que, depuis 1949, l'Arabie Saoudite (qui a, près d'Eilath, quasiment une frontière commune avec Israël) n'ait jamais participé militairement aux différents conflits israélo-arabes, les souverains de ce pays ont manifesté à l'égard d'Israël une grande violence verbale et se sont fréquemment et tristement signalés par des déclaratIOns racistes à l'égard des juifs, Fayçal fustigeant le « communismesionisme » (!), et allant jusqu'à déclarer en Le roi Fayçal août 1972 dans la revue égyptienne « Al Moussavar» : (( Lors d'un séjour que j'ai effectué il y a deux ans, à Paris, la police a découvert les cadavres de cinq enfants vidés de leur sang, lequel avait servi à cuire, ce jour-là, le pain des juifs.» (1), Indéniablement, des signes de tension interne existent. En 1969, de nombreux officiers de l'armée (forte de 40000 hommes et équipée d'armes modernes anglaises, françaises et américaines) ont été arrêtés. Une Garde nationale, recrutée parmi les Bédouins et équipée d'armes antichars, a été mise sur pied pour faire pièce à l'armée, Dans l'industrie du pétrole, des mouvements revendicatifs sont apparus. Les échos des progrès économiques et sociault. réalisés par les régimes progressistes en Syrie, en Irak ou au Sud Yémen arrivent en Arabie Saoudite, qui peut connaître prochainement de grands bouleversements intérieurs, Jacques VARIN. ( 1) Droit et Liberté nO 316. Décembre 19 72. Géographie et économie • Nom officiel: Al -Mamlaka Al'Arabiya As Saudiya. • Superficie: 2 250000 km2 , • Situation : Bordée au nord par la Jordanie, l'Irak et le Koweit, à l'ouest par la Mer Rouge, au sud par la République Arabe du Yemen, la République démocratique et populaire du Yemen et l'Oman, et à l'est par le Golfe arabopersique, le Bahrein, le Qatar et la Fédération des Emirats arabes, • Relief, climat : La Péninsule arabique a, en moyenne, une largeur de 1 100 km et une' longueur de 2000 km, Le plateau arabe tombe en pente escarpée sur la Mer Rouge et en pente douce vers le Golfe Persique. Son altitude maximum attelOt les 2700 m. Sur le plan climatique, chaleur et sécheresse sont les caractéristiques du pays, Il n'y a pratiquement pas de fleuves permanents, Au sud du pays se trouve le désert de Ruba el Khali. Il existe de nombreuses oasis, telle celle de El Riyadh, au centre du pays. La côte de la Mer Rouge est plus fertile. • Population : 7 740000 hahitants (densité

3,4 au km2), Agriculteur, ct ~ illa geois
50 %, citadins: 35 %, bédouins :

15 %, Environ 2 millions de personnes vivent dans la provInce occidentale du Hedjaz où se situent les villes de La --+ 15 -. Mecque (300000 habitants), Medine (200000 habitants) et Djeddah (400000 habitants), et 4,5 millions de personnes dans la province centrale du Nedjed où se situe la capitale El Riyadh, ville de 400000 habitants. Autres villes : Dahran (1'75000 habitants) et Hofouf (100000 habitants) dans la province littorale du golfe arabo-persique, le Hasa. • Langue officielle : L'arabe. • Religion : Musulmane Sunnite. • Capitale officielle : El Riyadh ; capitale diplomatique : Djeddah. • Capitale religieuse : La Mecque, ville sainte de l'Islam. • Santé-éducation : Il existait, en 1973, environ une cinquantaine d'hôpitaux modernes, 200 dispensaires, 300 unités sanitaires fixes et 25 unités mobiles. En 1971 , il Y avait 1 100 médecins et 1 500 infirmiers. Dans le domaine de l'éducation. on dénombrait en 1970 dans 3000 établissements primaires et secondaires environ 500000 éléves. Sur le plan de l'enseignement supérieur. une université fut ouverte en 1957 à El Riyadh. Une université islamique fut ensuite créée à Médine en 1960. Une autre est en cours d'aménagement à Djeddah. Le nombre des étudiants universitaires et techniques supérieurs avoisine 70000. • Lois : Inspiré du Coran, le Code islamique saudl est encore tres largement de caractère mèdiéval et obscurantiste, tant Le M.RA.P. A l'annonce de l'exigence d'un certificat de baptême (chrétien) formulée par les autorités d'A rabie Saoudite pour les journalistes désireux de suivre le voyage de M. Jobert, le M.R.A.P. a élevé une « vive protestation JJ contre ces discriminations antijuives, qui écartaient notamment Eric Rouleau, du Monde. Le M.R.A.P. exprimait en outre son indignation que le ministre français des Affaires ètrangères n'ait « pas cru devoir s'opposer à ces mesures intolérables, qui évoquent de sinistres souvenirs JJ. Il s'agissait bien en effet d'une brimade délibérée, puisque Eric Rouleau s'était déjà rendu en Arabie Saoudite, et que de nombreux journalistes d'origine juive ont accompagné récemment dans ce pays M. Kissinger, juif lui-même. Quelques jours plus tard, c'est à une véritable provocation que se livraient les autorités saoudiennes, lorsqu'elles remettaient aux journalistes français qui étaient néanmoins partis, une mallette contenant deux ouvr"ages de grossière propagande 16 sur le plan de la vie sociale que de la vie famIliale. • Voies de communication : 11000 km de route asphaltée. Une seule voie de chemin de fer reliant El Riyad à Dahran. Deux aéroports internationaux : Djeddah et Dahran . Aéroports de Ire catégorie à El Riyadh. Médine et Tael. Une vingtaine d'autres aèroports. • Economie: Agriculture : Dattes, catë, figues, gomme arabique, chameaux, moutons, chèvres. Mines : De grandes promesses de gisements. Pétrole: Production annuelle: 285000000 de tonnes. Domaine de l'Aramco. En 1965, une filiale de la Compagnie française Elf-Erap, Auxerap recevait un permis de recherches sur la côte sud de la Mer Rouge. . • Relations franco-saoudiennes: L'Arabie Saoudite est le premier fournisseur de pétrole de la France, ce qui représente en 1972 environ 2,700 millions de francs. La France exporte en Arabie Saoudite des produits alimentaires, chimiques, textiles, des automobiles, des instruments optiques et chirurgicaux, etc., le tout pour 259 millions de francs en 1972. La France cherche à exporter en Arabie des armes (Mirage, chars), le Procedè Secam. etc. • Monnaie: Le Riyal: 1 riyal : 1,08 F. un défi insolent antisémite, dont « Les Protocoles des Sages de Sion». Le M.R.A.P. a dénoncé dans un nouveau communiqué « ce défi insolent à la conscience française et universelle, ainsi qu'à l'Organisation des Nations Unies, née de la victoire sur le nazisme JJ. « Les relations économiques nouées par la France ave-c l'Arabie Saoudite, déclaret- il, ne sauraient justifier l'acceptation passive d'une telle provocation. JJ Le M.R.A.P. s'est donc adressé à M. Jobert et au Premier Ministre pour s'étonner du silence des responsables de la politique française devant un tel mépris, ouvertement aftiché, des principes auxquels la France est traditionnellement attachée. Il a également écrit au Secrétaire Général de l'O.N.U., pour attirer son attention sur cette « violation flagrante de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et de la Convention internationale contre la discrimination raciale JJ. Il exprime, dans cette lettre, l'espoir que les Nations Unies feront connaître au gouvernement leur réprobation et celle de toute la communauté internationale. MOND~----- • En Israël l~ coût de la vie a augmenté de 26,4 % en 1973. Et les prix des denrées alimentaires vont, dans les semaines à venir. monter encore de 40 à 85 %. à la suite de la décision du gouvernement de réduire les subventions. Ces produits, selon l'A.F.P., étaient jusqu'à présent vendus au tiers ou à la moitié de leu! valeur réelle. • Le président de la République, en recevant le 2 janvier les lettres de créance du nouvel a!1lbassadeur d'Australie a déclaré que le gouvernement français avait la ferme intention de poursuivre ses essais nucléaires dans le Pacifique. Ceux-ci. en raison de leur nocivité, font l'objet d'un recours devant la Coùr internationale de La Haye, de la part des gouvernements d'Australie et de la Nou· velle-Zélande. . • Le professeur Alessandrini, directeur de la salle de presse du Vatican, a annoncé le 16 janvier que le Saint Siège n'était plus opposé à l'édification d'une mosquée à Rome. • le Comité français de défense des p~i sonniers politiqùes iraniens, proteste énergiquement contre les condamnations à mort de sept jeunes gens, confirmées par la Cour d'appel de Téhéran le 24 janvier. • Un~ « Amicale des anciens de la divi· -sion Das Reich» a été constituée en Allemagne fédérale. Pierre Pranchère, député de la Corrèze dans une question écrite au ministre des Affaires étrangères lui demande s'il n'entend pas intervenir énergiquement au près du gouvernement de la R.F.A. pour exiger la dissolution de cette amicale dont l'existence est une insulte à la mémoire des victimes de la trop tristement célèbre divi sion S.S. • Le mois de janvier, a vu un développement considérable des luttes revendicatives à la Martinique, contre la vie chère, pour l'aug mentation des salaires, le respect des libertés syndicales. Grèves, manifestations se succédent. entrainant des dizaines de milliers de travailleurs et d'étudiants. Ce mouvement s'est poursuivi au mois de février avec l'entrée en lice des travailleurs agricoles des plantations de bananes. Au moment de mettre sous presse, nous apprenons, que de violents affront'ements, dus à l'intervention des forces de police, ont fait un mort .et des blessés Del JOU~I Quand la vérité (filmée) fait peur Un travailleur immigré va au travail. Il est agressé puis tué par trois jeunes « fils à papa» qui sortent d'un dancing. C'est le théme d'un court métrage dû au réalisateur Frank Cassenti. Il a pour titre « L'Agression ». Il dure 15 minutes. Dépouillé, sans etl'ets spéciaux, sa seule violence reléve du fait divers en lui-même, et non de la volonté du metteur en scéne. C'est hélas, brûlant d'actualité. La commission de contrôle (ou plutôt de censure) propose son interdiction complète par la lettre suivante qu'elle demande de signer à M. Maurice Druon, ministre des Affaires culturelles : « La commission, tout en étant sensible à la qualité du récit proposé, n'a pas pensé pouvoir sortir du champ de sa stricte compétence et a estimé qu'elle lui faisait devoir de retenir le caractère terriblement suggestif d'un film qui décrit, d'une manière très réaliste, le fait divers par lequel trois jeunes voyous en voiture attaquent, renversent puis frappent - apparemment jusqu'à la mort - un cyclomotoriste. « En dépit de l'objectivité et de la sobriété du récit, elle a considéré que les images avaient par elles-mêmes, sur un sujet particulièrement sensible et actuel, un impact d'une puissance telle qu'elle ne pouvait, à son regret, que proposer l'interdiction totale de ce film.» Passons sur le fait que « les fils à papa» deviennent pour la commission des « voyOUS» mais pourquoi faire du travailleur immigré un simple cyclomotoriste? « Suggestif» pour qui, et pourquoi? Si l'on en juge par les termes de cette lettre, les qualités soulignées de ce court métrage ne peuvent apparemment en faire un film d'incitation à la haine raciste, alors? La Société des Réalisateurs de Films a élevé une trés vive protestation et considère qu'il s'agit dans ce cas précis d'une censure politique. Elle en appelle à tous les organismes professionnels pour que cette mesure soit rapportée. Une nouvelle arme du racisme La plainte déposée pendant l'été 1973 par une association de juristes, au nom de deux adolescentes noires de Montgomery, en Alabama, âgées de 12 et 14 ans , a révélé à l'opinion des Etats-Unis un fait demeuré secret depuis de nombreuses années : la stérilisation d 'un nombre considérable d'hommes et de femmes , contre leur volonté . Ces stérilisations sont effectuées suivant un programme établi par l'O.E.O. (Office of Economic Opportunity) et les victimes de ces stérilisations appartiennent aux couches les plus pauvres de la population. Il s 'agit presque exclusivement des bénéficiaires de l'aide spéciale aux chômeurs appelée « welfare » (bien-être !) . On a estimé qu 'en 1972 au moins 16000 femmes et 8000 hommes ont été ainsi stérilisés . Officiellement, toutes ces stérilisations ont été « volontaires ». Parmi tous les moyens de pression qui sont employés pour obtenir l'accord des victimes ou de leurs parents , le plus utilisé est la menace de la suppression de l'allocation « welfare» . Etant donné les critères suivant lesquels ce programme de stérilisation est réalisé , il est évident que les noirs en sont les principales victimes. Le journal « Observer », de Charlotte , en Caroline du Nord , a révélé que , dans les Etats de Caroline du Nord et de Caroline du Sud , 73 % des femmes stérilisées étaient des noires . Si ces stérilisations étaient poursuivies, cela équivaudrait à un véritable génocide . Coïncidence ... non fortuite! Marie-José Moumbaris est. l'épouse d'Alexandre Moumbaris, cet Australien d'origine grecque, un des six du procès de Pretoria, condamné par les magistrats sud-africains à 12 ans de prison en juin dernier . Marie-José Moumbaris , Française , avait été, elle aussi , arrêtée en même temps que son mari. Relâchée après quatre DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 mois d'emprisonnement, alors qu'elle était enceinte, elle est rentrée en France. Ce fut pour elle un devoir de mener campagne pour la libération de son époux. En vain, car Alexandre Moumbaris , affreusement torturé s'est vu refuser jusqu'au droit de faire appel , son « crime» étant particulièrement grave : avoir fourni de faux papiers à des militants noirs du principal mouvement de lutte contre l'apartheid. Mme Moumbaris avait cherché du travail à Paris. Elle fut engagée à « Vidéo-Color», fabrique de tubes de télévision couleur, filiale de Thomson-Houston-Hotchkiss-Brandt, important fournisseur de l'Afrique du Sud en matériel militaire (notamment du système fusée-radar « Cactus-Crotale ») . A l'automne dernier, un des directeurs de la Thomson s 'est rendu en Afrique du Sud, où il fut reçu par le ministre de la Défense . Quelque temps après le retour en France de ce directeur, Mme Moumbaris a été licenciée sans explication . Elle est aujourd'hui en chômage . Serons-nous taxés de « mauvais esprit» si nous voyons là une coïnCidence qui n'a rien de fortuit? Enfin! Le 25 avril 1972, une douzaine de policiers en civil se présentent après 21 heures au foyer de la rue des Blains à Bagneux, où résident des traVailleurs nord-africains et portugais. Ils entrent en fracturant les portes, l'arme au poing. Il frappent , injurient et menacent de mort les occupants du foyer . Les arrachant de leurs lits, ils les emmènent au commissariat de Montrouge . Quatre de ces travailleurs seront gardés jusqu'à trois heures du matin et y subiront de nouveaux sévices. Ce raid avait été décidé à la suite d'une altercation, la veille, à Bagneux, entre le propriétaire du foyer, et deux adjoints du commissaire Château (qui conduisit lui-même l'expédition) à la suite de l'interpellation , à tort selon le propriétaire du foyer, du fils de son amie. 17 Il aura fallu près de deux ans , et les nombreuses interventions , notamment du M .R .A.P. , des associations des travailleurs et étudiants algériens en France , du député du secteur, M. Ducoloné, de la C.G.T., la persévérance des efforts de Mes Joé Nordmann et René Boyer pour aboutir à la décision de M. Floch, juge d'instruction qui , le 18 janvier, a inculpé dix policiers dont le commissaire principal Château , d'infraction à l'article 314 du Code pénal (loi anti-casseur) et deux autres (les auteurs des sévices à l'intérieur du commissariat) pour coups et blessures. Curieuse description Le mercredi 30 janvier, un commerçant du quartier du Sentier, à Paris, est assommé, volé et marqué sur la poitrine d'une étoile de David, vraisemblablement avec un débris de verre. M. Henri Haim, fougueux militant sioniste aurait, selon la radio, offert ses soldes « à tout le monde sauf aux Arabes », ce qui ne peut en aucun cas justifier l'acte commis sur lui, et que nous condamnons avec force. Et nous n'en sommes que plus à l'aise, pour relever les relents d'antisémitisme que comporte la description de la boutique de M. Haïm, dans FranceSoir des 3 et 4 février : « L'intérieur est étroit, encombré de cartons, de fripes de toutes sortes ... Des magasins comme celui d'Henri Haïm, il y en a des centaines. Dans l'arrièreboutique, c'est fréquent, mijote le bortsch pendant qu'oncle Isaac tient les comptes, que papa pique et maman coud ... Les seigneurs de la fringue, tous iuifs, y ont du poids ... » Etrange façon de voir. MICHEL LEVINE AFFAIRES NON CLASSEES préface de DANIEL MAYER Archives inédites de la ligue des droits de l'homme "On ne lira pas sans une espèce d'épouvante le chapitre de ce livre qui évo,!ue les fusillés "pour l'exemple" de la guerre de 1914, ce véritable massacre de~ Innocents. Si l'on a besoin d'images pour habiller le mot injustice, c'est là qu '.1 faut I~s oche~cher. On en trouvera d 'autres, parfois moins terrifiantes, mais toujours revelatnces, dans chacune des affaires que rappelle Michel Levine ... " PAUL GILLET (U Le Monde ") "Levine, sans commentaires, montre comment Pompidou et Marcellin violent sans cesse les droits des citoyens français, comment ils bafouent la liberté au hasard du quotidien. Edifiant ! .. " JEAN-PAUL LIEGEOIS ("l'Unité ") 18 AU PODIUM Les luagistrats de Chanlh~ry Le 9 février 1973, M. Gérard Demuth, P.-D.G., était condamné à 800 F d'amende, pour avoir giflé un jeune ouvrier marocain de son entreprise, le 30 septembre 1972. L'affaire avait été une première fois classée par le Parquet, car l'enquête de police s'était limitée à l'audition de deux contremaîtres qui assurèrent que M: Demuth ne s'était livré à aucune violence. C'est par le biais d'une citation directe que l'affaire vint devant le Tribunal de grande instance. C'est le témoignage courageux de quatre ouvriers immigrés, confirmant avoir assisté aux violences, qui détermina le tribunal à condamner M. Demuth, malgré son avocat qui n'hésita pas à invoquer le Coran qui « accepte le faux témoignage ». Les magistrats de Chambéry reconnaissaient alors implicitement qu'ils accordaient autant de crédit aux propos des travailleurs immigrés qu'à ceux des cadres. C'est ce jugement que la Cour d'appel a confirmé le 24 janvier. AU PILORI Jean-Marie Le Pen « La France doit récupérer le Sahara et toutes ses richesses qui sont françaises; elle peut utiliser tous les moyens, de la négociation à la force, pour recouvrer le Sahara que nous avons mis en valeur.» Cette déclaration tout autant imbécile que provocatrice, a été prononcée par Le Pen, président du « Front National» au cours de la conférence de presse qu'il a tenue le 17 janvier dernier. Au cours de cette même conférence, où il examina les conséquences économiques et sociales de la hausse des prix des matières premières, il a préconisé un réexamen de la politique du gouvernement '0 à l'égard de l'immigration, réclamant non seulement l'arrêt de l'immigration mai~ le renvoi d'une grande partie des travailleurs immigrés actuellement sur notre sol. livres Les drames du VOICI deux livres qui l'un et l'autre honorent les éditions de Droit et Liberté. Deux drames vécus du racisme, évoqués par deux écrivains qui sont deux femmes. Sans doute n'y a-t-il pas commune mesure entre ces deux tragédies : l'aventure du Romeo et de la Juliette d'Algérie d'avant 1939, qui s'ouvre dans ce « bonheur algérien» de naguére, dont les Français qui le connurent ont gardé la nostalgie et qui, hélas, ne s'étendait pas à la population arabe et berbère, - et l'atTreuse destinée des juifs en France, de 1940 à 1944, les années de cauchemar pour les victimes, de honte pour les persécuteurs. Mais la source du crime est la même. Selon le mot si souvent répété de Brecht, c'est la même bête immonde qui l'enfanta - qu'elle blesse mortellement deux fiancés ou qu'elle ravage tout un continent : l'antiséntitisme. Le chantage au suicide Claude Labarraque-Reyssac compte à son actif une oeuvre théâtrale, radiophonique, romanesque importante. Des prix littéraires l'ont justement récompensée. Elle s'est penchée sur son passé : alors que. trés jeune professeur dans une belle école supérieure qu'elle nomme ici BordjHindel, chrétienne et, canme nous disions, libérale, elle voyait avec surprise, avec dégoût, puis avec indignation le préjugé racial ressusciter sur une terre où l'on assistait périodiquement aux flambées antisémites. Dans les milieux universitaires, les résistances s'affirmaient plus vives qu'ailleurs. Nombreux étaient ceux, celles qui se refusaient à toute discrimination entre leurs éléves ou leurs collègues - également Français à part entière, quand ils étaient juifs. On sait que les israélites, depuis le décret Crémieux, dans leur totalité, hormis les territoires du Sud où la législation ne s'appliquait pas, avaient opté avec enthousiasme pour la France. A Bordj-Hindel, la question se pose pourtant : les anciennes tentent vainement de contaminer la nouvelle venue... l'auteur. On attend Daniel Seban, le futur professeur qui va entrer en fonctions et qui, justement, se trouve être un juif. « Il ne faut rien augurer de bon, disent ces dames, avec une DROIT ET Ll8ERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 si curieuse race ... Ce Daniel doit être vulgaire et laid, en tout cas un de ceux qu'on ne peut jamais épouser.» Car pour les meilleurs, l'affirmation de l'égalité doit s'arrêter aux frontières de l'alcôve. Mais Daniel arrive et dément aussitôt l'image tracée par la sottise antisémite. Il est beau, artiste, élégant. Colette, l'amie de l'auteur, s'éprend de lui et Daniel, lui aussi, sans s'incliner devant les objections de ses camarades, de sa famille, est décidé à l'épouser. Il souffre de ce mot de juif que les imbéciles lui lancent à la face. Il a pleine conscience qu'il est, pour le moins, l'égal des autres. Ce n'est point céder à un contre-racisme de constater que les minorités, stimulées par la jalousie, la haine de leurs ennemis, les ont bien souvent dépassés. L'auteur, par la voix de son interprète, le rappelle énergiquement. « Combien de juifs d'Algérie se sont distingués dans la grande guerre. Que de philosophes, d'écripar


.

Pierre Paraf Président du M.R.A.P. vains, de musIciens israélites, ont acquis une réputation mondiale ... » Autant d'arguments que l'on n'oserait plus combattre aujourd'hui. Mais ils n'arrivaient pas alors à convaincre le père de la jeune fiancée, un directeur d'hôpital réactionnaire, enfermé dans le ghetto de son antisémitisme, qui joue l'ignoble jeu du chantage au suicide pour détourner Colette de ses projets. Ne voulant avoir sur la conscience la mort de son père, c'est elle qui, romantiquement, va se suicider dans une forêt parmi les iris. Et Daniel qui, découvrant son corps, se suicidera près d'elle. Claude Labarraque-Reyssac a conté avec autant de grâce que d'émotion cette aventure qu'il faut lire dans l'optique 1930- 1936, celle de cette « province» si douce et parfois cruelle « de l'Algérie de papa», avec les petites réceptions des fonctionnaires, les bals officiels, la fête islamique de llemcen. Chère Algérie, demeurée toujours proche de nos coeurs dans laquelle nous incluons chrétiens, israélites, musulmans et les piedsnoirs et les harkis trop souvent abandonnés, raC•I sme où l'on n'oubliera pas que pendant les pires heures du gouvernement Pétain, les Arabes sont restés sourds aux appels de l'antijudaïsme. Des lettres... une famille J'ai lu « Un drame à Bordj-Hindel)) avec quelque douceur en pensant à mes lointains voyages nord-africains de 1930. « Une famille comme les autres)) m'a, dès les premières pages, angoissé. Des souvenirs encore proches, bien que trente ans nous en séparent, serrent le lecteur à la gorge. Pierre Gascar a raison d'écrire dans sa préface que les lettres recueillies et présentées par Denise Baumann, constituent dans leur banalité, dans leur style personnel et quotidien, un document essentiel. « Une famille comme les autres )) ... comme des dizaines de milliers d'autres familles juives de France. Celle dont Denise Baumann demeure la survivante et le témoin. De ce paquet d'enveloppes défraîchies, timbrées à l'effigie du maréchal Pétain et datées de 1943, elle a fait surgir cette vérité qui nous fut familière, que les jeunes ignorent, que trop souvent, les vieux ensevelissent au fond de leur mémoire. Cette famille comme les autres n'avait aucune vocation pour la révolte. Il lui suffisait d'être honnête, généreuse, profondément patriote et confiante dans la France de la Révolution. D'origine alsacienne, elle habitait une petite ville de Champagne. La soeur aînée vivait dans les Vosges. En cette moyenne bourgeoisie industrielle, on ne se heurtait que très rarement aux survivances de l'antisémitisme. La synagogue faisait bon ménage avec l'église. A peine un « sale juif», jailli une ou deux fois de la bouche d'écoliers conditionnés par l'imbécillité des proches ou les mensonges d'un catéchisme qui n'avait pas été révisé, rappelait-il exceptionnellement à ces jeunes Français israélites les survivances de la barbarie moyenâgeuse. Puis ce fut la drôle de guerre, l'exode, le rassemblement au point de chute familial

la Dordogne. La ruée des Allemands

sur toute la France avec la rage et l'espérance dans la minorité qui comprenait. Chez d'autres la trahison. Dans la majorité silencieuse l'accablement, la nécessité de vivre au jour le jour. ----. 19 - Livres et racisme A l'occasion de la parution de leur cinquième ouvrage , pour une bibliothèque antiraciste , les Editions « Droit et Uberté» vous invitent , à la réception organisée le 21 mars 1974 à partir de 18 h 30 dans les Salons de l'Hôtel Moderne , place de la République , à Paris . Sous la présidence de Charles Palant, vice-président du M.RA.P. un débat aura lieu sur le thème Livres et racisme avec la participation de : Zulmiro de Almeida et Henri Coudreau : « La Santé des Migrants»; Denise Baumann : « Une famille comme les autres»; Michel Outin : « Le logement des migrants»; Claude Labarraque-Reyssac : « Un drame à Bordj-Hindel»; Jean-Claude Sangan : « Une école chez les Tziganes». Seront également présents les auteurs: Jean-Claude Antok, Marie- Magdeleine Carbet , Odet Denys, Hubert Deschamps, Alain Gaussel, Jacqueline Marchand , Sally N'Dongo , membres du Bureau National du M.R.A.P. l BUFFET ) ~--------' -. La famille est partagée entre ceux qui restent en zone « dite libre» et ceux qui rentrent en zone occupée. L'histoire s'éclaire : débarquement en Afrique du Nord, Stalingrad. Autour des résistants, des juifs de France, l'étau se resserre. Chacun tente de son mieux de reculer l'échéance fatale. Certàins s'efTorcent, vainement, d'utiliser telle ou telle relation qui l'ajournerait : un fonctionnaire de l'U.G.I.F. (Union Générale des Israélites de France), une secrétaire d'un ministre de Vichy. D'autres s'engagent dans la lutte armée, tombent, dans leurs maquis ou leurs réseaux, pour accomplir déjà leur revanche. La famille comme les autres est dispersée entre les refuges d'infortune: la prison, Drancy, Beaune-la-Rolande. Là, 1'1;Irrivée du plus petit colis e'st un événement. Au dernier quart d'heure, il s'agit encore de se débrouiller, de tenir. Dans les camps d'internement, . les enfants juifs jouent à Pitchi Poï : l'enfer mystérieux vers lequel les trains les emporteront. De septembre à décemhre 43. c'est la fin. On part presque sans espérance avec 20 ses souvenirs du Roch Hachana célébré en famille, aux temps heureux. Plus rien n'en restera que des cendres. Quand la victoire arrive sur des millions de tom he ' el dc' millions de morts sans tombes. des familles -accruchent à lillusion de voir revenir leurs di sparus. Mais bientôt, nul doute n'est plus permis sur la solution finale. Denise Baumann suggére sa conclusion - la nôtre :' lutter pour que de telles horreurs ne se reproduisent pas : ce qui implique partout la stricte égalité de droits et aussi la pleine sécurité pour Israel, le châtiment des coupables auxquels l'Europe souhaite « non la mort qu'ils ont si bien donnée, mais le remords, celui qui ronge ... En sont-ils capables? » L'antisémitisme, s'il s'avére en recul, reste toujours vivant. Le racisme - à base 'de xénophobie, d'agressivité, d'injustice sociale, de chauvinisme, d'incompréhension et d'intolérance - est toujours à nos portes. N'oublions rien et unissons-nous pour le combattre. C'est - entre beaucoùp d'autres - le mérite de ces deux livres de nous rappeler ce double devoir. Pierre PARAF. bibi 10 bief • DEUX OU TROIS CHOSES QUE JE SAIS DE 'L'UNION SOVIÉTIQUE, par Martine Monod (Editions sociales) . Est-il possible de parler objectivement de l'U.R .S .S. ? Journaliste à « l'Humanité », Martine Monod ne cache pas , bien entendu, son accord fondamental avec le régime socialiste. Mais pour qui recherche une information sérieuse, il serait léger de récuser à l'avance , par principe, ce reportage qui alimente une réflexion approfondie. L'auteur n'élude aucun problème, s'emploie à répondre aux questions que se posent amis et adversaires. Elle le fait en éclairant , en nuançant toute affirmation par l'observation attentive des choses et des gens . On lira notamment avec intérêt le chapÎtre « le Dîner des nationalités», où sont évoqués divers comportements de juifs soviétiques. Le mérite le plus remarquable de ce petit livre, à la fois sobre et vivant, c'est l'effort pour situer à sa juste place chaque fait (positif ou négatif) dans l'en·· semble de ce monde en perpétuelle transformation qu'est l'U.R .S.S ., pays « jeune», n'ayant « même pas atteint la durée normale d'une vie humaine» et qui, pourtant, déjà, « a tout connu au majuscule : les épreuves et les succès, les drames et les joies, les abîmes et les sommets». l.M. • AFRIQUE ARABE, AFRIQUE NOIRE, par A.-J. Toynbee (Editions Sinbad) . « Il existe une ligne de partage géographique entre les Africains dont le loyalisme va d'abord à la négritude et ceux qui se réfèrent à l'arabisme et à l'Islam. » Situation complexe où les différences de races , de langues , de religions ne se recouvrent pas toujours. Occupées à se libérer de la tutelle européenne , ces deux Afriques se trouvent de plus en plus face à face et Toynbee qui a beaucoup voyagé en Afrique , nous montre comment en divers lieux de ce continent ces deux réalités s' affrontent. Un livre qui nous fait connaître des problèmes :l ui demain pourront être dramatiques, • et dont nous sommes souvent mal informés . M.B. • LA TERRE DES AUTRES par Michel Grimaud . . (Editiol1s de l'Amitié, G.T. Rageot , Paris . Collection : Les Chemins de l'amitié) . Ecrit à l'intention des adolescents, et dans le style habituel à ce genre d'ouvrages , cet admirable roman dénonce et fustige les préjugés racistes et xénophobes en racontant une histoire toute simple et qui fait partie de l'univers des enfants. La vie de Djamil - que son père, travailleur immigré algérien , est contraint de faire venir en France avec lui après la mort de sa femme - ses blessures , physiques ou morales, sont celles de dizaines de milliers d'enfants algériens en France , et il les subit dans l'indifférence de ses jeunes camarades fran çais . Seuls, les cheveux blonds et la chaude amitié 'de Luce , sa petite camarade d'école, viendront mettre un peu de lumière dans son existence, mais ils n'empêcheront pas l'échec de la tentative de cohabitation de Djamil et de son père avec leur entourage. Et l'auteur donne à méditer à ses jeunes lecteurs cette phrase : « Nous sommes venus trop tard», que dira l'instituteur à ses écoliers auxquels il a fallu le drame pour éveiller la solidarité . L'auteur de ce livre a eu l'excellente initiative de publier à la fin de son récit une liste judicieuse de films et de livres ayant le racisme pour thème , ainsi que la reproduction d'extraits de journaux , revues et livres sur la condition des travailleurs immigrés en France, ce qui ajoute encore à l'efficacité de cet ouvrage (1 ). Robert PAC (1 l Il vient d'être couronné par la Ligue française de l'enseignement qui lui a attribué le Prix Jean Macé, en même temps qu'à Pierre Paraf. « POUR UNE BIBLIOTHÈQUE ANTIRACISTE» Voir notre offre exceptionnelle en pages 2 et 3. DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 Une vieille rue de Belleville « L 'Arménien )) BELLEVILLE avant la guerre, Belleville pendant la guerre, Belleville après la guerre. A travers la chronique d'un quartier, la chronique d'un immigré. Aram Tokatherian arrive d'Istanbul et s'installe à Belleville. Clément Lépidis, auteur déjà de plusieurs romans, notamment « le Marin de Lesbos », a réalisé avec « l'Arménien». une oeuvre empreinte de beaucoup de chaleur, d'humanité, de tendresse mais aussi de tristesse, de soutfr ance et de mélancolie. La vie d'Aram dans un Paris qui nous semble en partie avoir disparu se déroule au long des pages, sur un rythme tran quille pourrait-on dire si, en toile de l'ond, tous les événements de la dernière guerre n'étaient présents. Plusieurs axes forts traversent le roman de Lepidis. Tout d'a bord, la vie d'Aram elle-même. au milieu d' une population believillOlse composée d'o uvriers et d'artisans françaIs et de nombreux immigrés, venus de tous les coins d'Europe et, pour la plupart. chasses de leur terre d'origine pour une raison quelconque. Aram s'in sere peu à peu parmi cette popul ation qui. fonda mentalement, ne le rejette pas mais ne peut s'empêcher, en ce qui concerne les Français du moins, de le considerer toujours comme un étranger qui ne peut pas tout comprendre. On découvre. à travers la description du Belleville d'avant-guerre une analyse intéressante des rapports entre hommes d'origines differentes : l'incompréhension que cette dit1ërence entrame. mais a ussi l'attrait qu'elle exerce dans la mesure où les hommes se cherchent, l'exotisme aussi que représente un étranger de pays lointain pour celUI c,ui n'a jamaIs quitte son quartier. .. Ens uite il y a la guerre. La résistance pour certains. La peur pour les autres. L'angoisse pour tous les etrangers. Les ralles de 19-13. Les arrestations. les l'uites. l'entraide. La décomposition de ce monde malgré tout homogene d'avant-guerre où la \'ie se deroulait dans un espace centre autour d'un catë. L'éclatement des an ciennes structures. La vie que beaucoup doivent réenvisager. L'integration remise en question. Il y a enh n les lendemains. des lendemains qui ne chantent pas. L'impossibilIté de reconstituer le monde anterieur qui. malgré son imperl'ection. représentait une certaine sécurité. Le départ d'Aram pour retourner dans un pays plus accueillant. La mort d'Aram, solitaire, vaincu par la vie, dans une gare, au cours de ce retour. Il y aurait beaucoup à écrire sur le livre de Lépidis, sur les divers aspects de la vie quotidienne qu'il décrit, sur l'attrait exerce par Paris sur les peuples exploités, Paris symbole de liberté, de chance nouvelle, sur les désillusions qui a.ccompagnent généralement la venue dans cette terre promise, sur la l'acuité d'adaptation qui est demandée à l'étranger. .. Mieux vaut lire ce roman et se laisser entralller par sa mélancolie. Ce n'est pas une analyse des conditions de vie des immigrés en France mais un plaidoyer discret en faveur d'une plus grande fra ternité humaine. Jacques LAMBALAIS « L'Armènien », par Clément Lépidis. Editions du Seuil. Collection Méditerranée. 21 • ____ cinéHla .1 ___________ _ Racisme • • Les Guichets du Louvre « Il Y a dix ans, il eût été impossible d'aborder le probléme de la rafle de 1942, explique Michel Mitrani, le sujet est terrible. Il ne manquait pourtant ni scénariste ni réalisateur pour en parler. Aujourd'hui, semble-t-il, il y a prescription. C'est sans doute pourquoi j 'ai pu mener à bien cette entreprise. Ce qui m'a intéressé, c'est l'authenticité d'un récit qui me permettait de souligner certaines évidences. Cette grande rafle de Paris, à froid, était un evenement considérable. Les Français n'étaient tout de même pas « chauffés » dans l'hystérie comme en Allemagne ... C'est pourquoi mon film montre une opération raciste, une opération bureaucratique... Le racisme existe aussi à chaud. Mais ce racisme sans haine ni passion a une résonance effrayante. Il est relativement rare, dans la vie d'un cinéaste, de pouvoir traiter d'évenements graves, cachés, réels à ne pas V croire ... » « Les Guichets du Louvre», c'est l' his toire d'un jeune homme de 1942, Roger Boussinot. Apprenant qu'une rafle va avoir lieu touchant la communauté juive, le garçon va s'efforcer d'aider les proscrits à s'échapper de la souricière, au quadrillage systématique de la police, et parmi eux, cette jeune fille ... « Le sujet se présentait dans sa structure comme un objet cinématographique possible. C'est pourquoi je voulais en faire un spectacle au sens révélation du terme. Ce qui est important, c'est que l' his toire n'a pas été écrite vingt ans après. J'ai une certHine méfiance DOur les idées de scénaristes qui jaillissent sur un sujet vingt ans après que celui-ci a eu lieu. » Un étudiant de 20 ans, qui fait partie de ces jeunes gens dont on a volé l'adolescence. « 11 n'est pas politisé, révolté comme on peut l'être à son âge, sans doute, mais il sait qu'une saloperie va avoir lieu, et il n'en veut pas. » Michel Mitrani insiste, par ailleurs, sur le personnage de la jeune fille que ce garçon veut sauver et qui le touche si profondément. « Un univers extrêmement banal est le sien, sa mère, sa famille et son travail constituent son seul horizon. C'est une héroïne du quotidien. Elle sent d'une façon diffuse son appartenance à une communauté, elle n'est pas religieuse; mais c'est surtout une très jeune fille qui, soudain, découvre la soutrrance, que j'ai voulu montrer. Ce qui est important, aussi, c'est son attitude vis-à-vis du jeune homme: son intervention l'émeut certes. mais elle n'accepte jamais vraiment son aide ... » 22 EN 1974, qu'est-ce que le racisme au cinéma? Ni plus ni moins que ce qu'il a toujours été avec, dans sa résonance actuelle, une audace différente dans le souci d'en parler et, sinon d'en démonter les mécanismes, du moins d'en souligner toujours davantage le côté inÏamant. Ainsi, au seuil de cette nouvelle année, le racisme est-II plus que jamais en première ligne! Pour Michel Mitrani, entre le Vel d'Hiv de 1942 et le stade de" Santiago de Chili d'aujourd'hui, rien n'a changé. «Les terrains de sport servent toujours, l'histoire se répète Ali Ghalem, et deux de ses acteurs, au cours du tournage de « l'Autre France». Une histoire simple, mais qui s'inscrit sur une fresque de 6 millions de morts. « L'itinéraire dans la rafle était un ·bon dispositif pour parler de la résignation des juifs, mais n'oublions pas qu'en 1942, la majeure partie des hommes avait été déportée, il ne restait guère que les femmes, les enfants, les vieillards... Malgré tout, il y eut un embryon de résistance. A un moment du film, on voit ce tract que glisse sous une porte un juif communisant... » « N'importe quel sujet raciste a une résonance actuelle.» Michel Mitrani a plongé sa caméra dans un passé dont nous ne cesserons jamais de rougir. L'Autre France Ali Ghalem, quant à lui, a opté pour l' Histoire immédiate, celle de 1974. Et toujours la face du racisme est semblable. Quelle que soit sa forme : une bombe au consulat algérien, le tir à vue des travailleurs nord-africains dans les rues ou l'établissement de liens ségrégationnistes à l'usine, sur le chantier. .. Ali Ghalem a coproduit son film « L'Autre France». Parce qu'il le destine à un public international, il n'a pas lésiné sur les moyens : de la couleur, des acteurs professionnels, des techniciens de choc ... il est loin, le temps de « Mektoub ». Son film, dont il parle du bout des lèvres, « fera boum», parce qu'il expose pour la « première fois» le grave problème des travailleurs immigrés. Ali Ghalem se défend de faire des films d'auteur, comme il se défend de prendre parti. « Je ne veux exprimer ni mes visions ni mes problèmes personnels, au spectateur de prendre ses responsabilités ... » ·Quand on lui demande si la notion de racisme « se vend» auprès d un certain public, et s'il ne profite pas de l'occasion créèe par l'actualité, il répond que, de toute façon, « il n'existe aucun producteur de gauche, même si d'aucuns se disent on tourne ... avec férocité, c'est pourquoi il ne faut pas avoir de cesse d'en parler. » Traiter du racisme, c'est ce qu'ont choisi de faire plusieurs cinéastes. Michel Mitrani, déjà cité, avec le film dont il vient d'achever le tournage, « Les guichets du Louvre », Ali Ghalem en abordant le problème des immigrés dans « L'Autre France lI, Michel Drach qui a décidé de mettre en scène les pèripèties de sa vie personnelle, juif ès qualités, enfin, Stellio Lorenzi dans une dramatique sur l'affaire Rosenberg, dont nous reparlerons dans un prochain article. La famille Drach, réunie, pour le tournage des « Violons dù bal». tels». Le racisme est un objet commercialisable, fort bien! 11 accepte tous les capi taux, d'où qu'ils viennent, « hormis des racistes ». « Le racisme est une question de rapports de classes, de rapports économiques

il atteint des petites gens, euxmêmes

des victimes. Il ne suffit pas de le dénoncer sen timentalement, il faut accoler au mot racisme celui de profiL .. Mais les bourgeois se montrent compréhensifs du moment que cette dénonciation est ellemême source de profit. » Les Violons du bal Michel Drach, après Elise ou la vraie vie qui nous contait l' histoire d'amour d'une Française et d'un Algérien, nous convie, cette fois, à entendre une musique dont les accents sont tout aussi douloureux, avec Les Viololls du bal. Sous l'OccupatIOn, un petit garçon prend conscience de l'antIsémitisme en ce DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 découvrant brutalement JuiL Cet enfant, c'est l'auteur. Un enfant qui après avoir connu la quiétude voit soudain tout exploser autour de lui. Pourquoi'! Parce qu'il est juif et que c'est la guerre. « C'est cet éclatement que j 'ai voulu montrer - explique Michel Drach. Entre 1939 et 1943, le monde s'est mis brusquement à danser trés vite une gigue fantastique sur une musique discordante.» Les Violons du bal, un projet vieux de 18 ans, et riche des enseignements d'une expérience tissée de nombreux hauts et bas. Michel Drach, c'est On n'enterre pas le dimanche et le Prix Louis Delluc 1959, c'est A mélie ou le temps d'aimer qui reste dans les tiroirs de 1960 à 1963, ce sont les besognes alimentaires (La Bonne occase, Safari-diamants) que la critique ne lui pardonne pas, c'est, enfin, l'époque « cauchemardesque » d'Elise ou la vraie vie, pendant laquelle Michel Drach se promene de distributeurs en directeurs de salles, 18 mois durant. Les Violons du bal, 1973, produits par le réalisateur, co-produits par la 3e chame et qUI benéticient ~ d ' un distributeur en rentort, c'est un récit autobiographique où se mèlent le passé, le présent, et la qualitè d'un auteur marginal dans une sociétè où la notion de protit s'est depuis longtemps substltuèe à la notion de culture, et a fortiori, dans cette magnitique mécanique « populaire» qu'est le cinema. C'est pourquoi, dans l'interpénétratIon des deux récits, l'enfance est évoquee avec les images du rève, donc avec l'appui de la couleur, et les débOIres du cméaste sont tilmés en noir et blanc dans un style reportage de téléVIsion. Autobiographique, le tilm l'est donc, avec détermination. « Les détails autobIOgraphiques dans une oeuvre sont libérateurs. Un auteur de films ne devrait jamais faIre que des tilms qui le touchent de pres.» AUSSI, Michel Drach en protite-t-il pour régler quelques comptes. Quand, dans le courant du tilm, il expose son scénario à un presume producteur : l'histoire d'un enfant juif pendant la guerre, et que celUI -ci s'exclame : « Un juif mort, ça peut encore se vendre. mais un .iuif vivant, impossible », ce ne sont pas des mots d'auteur qu'il mame, maIs des phrases qui lui ont eté rèellement dites! Film de tamille de surcroît, ou ManeJosé Nat, temme de l'auteur à la ville, joue son propre rôle à l'écran tout en incarnant la mere de Michel Drach, et où, DaVId, son tils. interprète son pére enfant. Rapports ambigus, on le voit, mais Drach se détend de toute résonnance freudienne : « pirandellienne », a la rigueur. Quant au rôle du cineaste, il est interprété par le meilleur ami de l'a uteur. Jean-Louis l'nntignant. Mais surtout, hlm tout de tendresse, où l'homogénéité de l'interprétation rend avec justesse les rapports qui unissent la mére, son plus jeune tils, DaVId, et ses deux grands enfants. Marie-Jose Nat est merveIlleuse de courage. Sa torce, elle la puise dans l'adversité, mais surtout dans un amour tilial exempt de toute mlevrerie. Film en demi-temtes, en petites touches délicates où la reconstitution hIstorique a peu d'importance, où seul compte le lien atlectlf qui relie le passé au présent. L'ambitIOn de tout auteur est que le spectateur trouve dans un tilm les émotions qu'il a voulu y mettre. "Le même battement de coeur éprouvé par tous ceux qui l'ont tourné! » Monique VERNHES. 23 • LACOMBE LUCIEN, de Louis Malle. Lacombe Lucien, c'est en ces termes que se présente partout le héros du nouveau film de Louis Malle et Patrick Modiano. Le nom suivi du prénom: ainsi chacun de nous est désigné par les puissances olT1cielles : l'Armée, l'Administration qui n'ont à connaître que des numéros sans individualité. Lacombe est précisément un de ces êtres anonymes, dont la personnalité n'a pu se développer. Garçon de salle dans un hospice, rejeté au dernier échelon de la hiérarchie, il se refait une dignité en tuant plus faible que lui: oiseaux, lapins. L'occupation allemande lui donne une occasion de récupérer une part de puissance. Dans le maquis ou à la Gestapo? Le hasard en décide et non pas la fidélité à une conviction dont il est dépourvu. Le voilà donc parmi les auxiliaires de la police allemande. Il chasse les résistants comme il braconnait, pour se prouver qu'il est un homme, pour prendre sa revanche sur la société. Peu de scénes atroces dans la sobre mise en scéne de Louis Malle. Seuls quelques plans rapides nous rappellent de quoi se rend complice l'animalité du héros. Dans sa quête de puissance, Lacombe n'est d'ailleurs pas indifférent à un certain bonheur ingénu au sein de cette nature d'où il sort, et en compagnie d'une jeune fille juive dont il est amoureux. Avec son habituelle candeur instinctive, il s'impose auprès de celle-ci et auprès de s'on père en faisant valoir sa qualité de gestapiste. C'est que dans ce foyer, il trouve une compensation aux frustrations subies dans sa propre famille. Il finira d'ailleurs par tuer un Allemand, emporté par le sauvage désir de sauver celle qu'il aime, sa propriété. Plus tard, il mourra sous les balles des Résistants sans avoir rien compris à sa tragique aventure. Jusqu'à la fin il aura été « hors du COUp». Dans son entourage, nombreux sont les collaborateurs minables gens qui crurent profiter de l'occupation sans trop se salir les- mains: policiers, râtés, combinards de tout poil, actrices uniquement soucieuses de leur carrière dansent au rythme des tangos à la mode en faisant semblant d'ignorer l'histoire et ses victimes. 24 De ce monde aussi misérable qu'odieux, les auteurs tirent un florilège de bassesses et d'absurdités dont la présence physique devient sensible jusqu'à l'écoeurement. Ils y parviennent simplement, dans un style classique, servi par d'excellents comédiens, parmi lesquels on distinguera Pierre Blaise, acteur non professionnel, au naturel impressionnant, comme l'ensemble de ce film , juste et sans complaisance. Jean-Claude LABRACHERIE. • TOUCHE PAS A LA FEMME BLANCHE, de Marco Ferreri. Un western au coeur de Paris. Les Halles meurtries, saignées, abattues par les promoteurs. Et au milieu du (( grand trou des Halles JJ, des In'cliens ; quelle tribu? Sioux, Pieds-Noirs ou Algériens? On ne sait pas. La vie moderne. La passerelle des Halles. Les bulldozers. Au milieu, le général Custer, l'armée américaine, les fameuses (( jacquettes bleues JJ des guerres indiennes. Le président de Washington au (( regard implacable JJ s'appelle Nixon. Marco Ferreri montre les atrocités des guerres colonia~es. On tue des Indiens parce qu'ils gênent, comme les habitants des Halles, les immigrés, gênent les promoteurs. On tue pour la domination des Blancs. Les tratics d'armes, les expositions de cadavres, les pendaisons. Tout ce qu'a produit notre civilisation occidentale colonialiste. Tout y est: la présence de la C.I.A., les exploits antérieurs des militaires tels que l'assassinat de Guevara, les massacres en Afrique . . Le présent et le passé se côtoient dans le film. Cela surprend au début, mais un grand souffle nous emporte. Les Indiens, qui représentent tous les opprimés, sortent vainqueurs de Custer (c'est Little Big Horn), grâce à leur unité, grâce à une nouvelle tactique de lutte. Pour vaincre, les opprimés doivent ètre unis; unis pour survivre: unis pour résis ter; unis pour lutter; unis pour vivre. • Interprétation excellente de Mastroïanni, Philippe Noiret. Catherine De· neuve, Michel Piccoli, Alain Cuny et Serge Reggiani. Jacques DIMET. A propos d' cc Abraham et Samuel )) A la suite de la parution, dans notre dernier numéro, de l'article de Victor Haïm : « Suis-je antisémite?» nous avons reçu de Mme Andrée Berg la lettre suivante: ((J'ai vu à l'Odéon une fort mauvaise pièce de M. Haïm et ai écrit mon sentiment dans le ((Journal des Communautés )). M. Haïm en a profité pour exciper du droit de réponse, et envoyer un long plaidoyer, qui a paru dans le J.O.C. (( /1 m'attaque dans votre dernier numéro. Je viens donc vous demander, sans avoir la grossièreté de recommander ma lettre, d'expliquer à M. Haïm, ou de lui faire expliquer, que je ne défends aucune classe ... Je ne veux pas recommencer à polémiquer, car je ne veux pas que M. Haïm en profite pour faire parler de lui. (( Je compte sur votre courtoisie, et je crois pouvoir dire votre amitié, pour publier cette lettre. )) PENSEZ 3111 PRODUITS DE HAUTE QUALITE POUR L1INDUSTRIE : _ABRASIFS _ RUBANS ADHESIFS -ISOLANTS ELECTRIQUES - COLLES - MASTICS -SECURITE -MICROFILM - REPROGRAPHIE A l'Odéon, en ce moment, on peut voir une pièce très curieuse, pleinement intéressante, d'un jeune auteur, Jean-Claude Grumberg, qui s'était déjà signalé par plusieurs oeuvres originales, dont « Amorphe d'Ottenburg li sur cette même scène du Théâtre national. Ce n'est pas, malgré le titre, une illustration de l'Affaire Dreyfus, mais une reconstitution imaginaire de la façon dont des juifs polonais de 1930 ont pu, vingt-cinq à trente-cinq ans après l'événement, le vivre et le comprendre, à l'occasion des répétitions d'une pièce qu'un ouvrier juif intellectuel a écrite pour une troupe d'amateurs, et aussi comment ils réagissent à la propagande sioniste, à la perspective de la création éventuelle d'un Etat juif. « Dreyfus» est du théâtre dans le théâtre, jusqu'à l'emploi du procédé du psychodrame, puisque presque toutes les scènes se déroulent au cours des répétitions. La mise en scène, très vigoureuse, est de Jacques Rosner et les acteurs sont excellents et bien dirigés : Claude Dauphin, Maurice Chevit, Gérard Desarthe, etc. Je suis allé m'entretenir de «Dreyfus li avec Jean-Claude Grumberg. R.M. - On comprend pourquoi vous avez choisi 1930, qui permet d'orienter l'articulation des dialogues et vers le passè - l'Affaire Dreyfus - et vers l'avenir proche : le nazisme, la guerre, la solution finale, la création de l'Etat d'Israël. J.-Cl. G. - J'ai voulu porter à la scène ces juifs-là parce que ce sont ceux que je connais le mieux, ceux auxquels je suis attaché: ce sont mes parents. Moi, je suis né en 1939, à Paris. J'ai choisi 1930 pour toutes les raisons que vous évoquez, et de même que, dans la pièce, les gens parlent d'événements qu'ils n'ont pas connus : l'Affaire Dreyfus (1894-1905), je fais comme eux, aujourd'hui, par rapport aux premières années 30, mais ces gens d'il y a plus de quarante ans, en parlant d'eux et du capitaine Dreyfus, en fait, ils vont parler de nous. Ces hommes et ces femmes, quelquesuns des six millions, qui les connaît? Pour la plupart, on va les tuer : à nous de les faire revivre. R.M. - Ainsi d'ailleurs, d'une certaine façon, que les protagonistes de l'Affaire Dreyfus. J.-Cl. G. - Oui. C'est ainsi que je me DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 demande si l'épouse exemplaire de Dreyfus, Lucie Dreyfus, qui est morte en 1945, a porté l'étoile jaune ... R.M. - Pensez-vou's - mais l'avezvous voulu? - que rèellement, à l'époque, des juifs polonais du ghetto d'une petite ville auraient réagi selon la psychologie que vous leur prêtez? J.-Cl. G. - Personne ne peut répondre avec certitude à cette question. Je n'ai pas voulu faire oeuvre réaliste au sens courant du terme. Un jour, à Tourcoing, un monsieur s'est levé et m'a dit : (( Ils sont très gênants, vos Polonais JJ. Un autre, un juif d'origine polonaise, m'a déclaré simplement

(( Toutes les nuits de Noél de mon

enfance, je les ai passées chez moi, parce que nous avions peur. JJ En somme, je n'ai pas présenté les juifs, pas même les juifs polonais de 1930, mais certains juifs, des juifs que j'ai choisis, avec tendresse ... R.M. - Avez-vous observé que l'Affaire Dreyfus ait pu être ressentie, à l'extérieur, avec une incompréhension aussi générale, un tel rejet d'un certain type de juif se voulant tout à fait français, au point d'embrasser la carrière militaire avec le même ètat d'esprit que les officiers réactionnaires théâtre REYFUS Une interview de Jean-Claude Grumberg par Roger Maria classiques - moins l'antisémitisme, évidemment. J.-Cl. G. - 11 existe une nouvelle de Shalom Aleïkhem qui a pour titre (( DreyfilS à Krisvileska JJ - quatre ou cinq pages : eh bien, le grand écrivain yiddish représente des gens du même milieu que ceux que j'ai choisis. 11 les décrit comme ne comprenant pas du tout cette affaire concernant un juif tellement assimilé qu'il est officier dans l'armée française - et occupant une fonction à l'état-major, et d'esprit militariste et, dirait-on, (( patriotard JJ; ils comprennent encore moins les raisons de l'antisémitisme dont il est l'objet. En Pologne, en Russie tsariste, les communautés juives n'avaient pas affaire à ce genre de situations. Mon grand-père était comme eux. Le samedi, il allait (( aux informations JJ et racontait les choses à la maison et à l'en tourage COlf/me il les avait comprises. Comme dit Arnold, le coiffeur, dans ma pièce : (( Les gens comprennent ce qu'ils ont envie de comprendre, ce qui les arrange JJ. R.M. - Et si vous écriviez une vraie pièce s'ur l'Affaire Dreyfus, non pas tant, au second degré, sur les diverses façons de la « vivre» à cette époque, mais sur ses mécanismes profonds, dans le style de « L'Affaire Mattei» de Francesco Rosi, par exemple '! J.-Cl. G. - Oui... et puis non: ce serait une entreprise trop vaste : plus de dix ans d'Histoire, le nombre des protagonistes, l'Europe tout entière en cause, toute la politique d'une époque, les multiples phases et rebondissements ... Ce serait très intéressant, mais::. Et puis, il faudrait prolonger jusqu'à Vichy', qui a aussi représenté une sorte de revanche haineuse des antidreyfusards ... R.M. 25 L "Afrique au coeur du monde COMMENT traduire ici des intonations qui convient l'Homme aux pieds des monts, le pénétrent au trcfonas de ses entrailles, d'où elles expurgent la Mémoire? Bachir Touré est cette voix. Il est le griot de l'Afrique, mémoire faite pour brûler jusqu'à la nuit des temps. Il est la voix de ce Continent, dont les fils sont devenus des hommes, sur la terre des ancêtres qui a bu leur sang. Continent dont les filles aux seins debout sont les maîtresses dociles des étreintes de la kora (1). Le verbe explose en gerbes miraculeuses. Le Dahomey resonne au coeur des tambours. Chant plein d'une terre meurtrie de South Africa aux chevilles d'argent. Folklore sans doute, mais histoire, mais vie. Quand les cimes des palmiers seront vides de vautours. reviendra le cheval de Chaca (2). Les poètes de l'Afrique sont les ferments de la nuit. Leur âme communie avec la voix chaude de Bachir Tourè et des tam-tams, trait d'union entre les Diolas du Sènègal et les Yorubas de la Nigèria. Nous frissonnons d'émotion à leur ècoute, et faisons le voyage, tandis que, chez nous, au bord des routes, le masque tèmoigne. Dans nos villes où des lucioles clignotantes lancent des S.O.S. l'Africain cherche son visage. A l'aube parfois, il rencontre un rire lugubre qui glace les coeurs qui se souviennent. Ecoutons et tendons-nous. Les battements des tam-tams se font plus rapides et plus sourds, la kora tendre et profonde. La voix s'éléve et devient la voûte du Continent. Le Congo catéchisé a souffert d'aimer par coeur. Il n'avait d'autres épines que celles de ses cactus pour en faire les couronnes du martyr. Il devint juif errant au nom du Christ des bourgeois, au nom d'un dieu qui ne sait rien des femmes d'Antsirabe pas plus que de Harlem. L'Afrique se cabre sur les touches de l'orgue, récupère son identité. L'heure où les nègres cognaient désespérément de la tête et des entrailles ne sera bientôt plus. Les colliers de cories danseront de plus belle, avec passion. Quand Bachir Touré dit et chante l'Afrique nos regards deviennent visionnaires et nous y gagnons en plénitude. Son disque (33 tours), édité chez Philips (Réf. : 6332 115), est en vente au M.R.A.P. Laura M'ZA, (1) Instrument à cordes. (2) Personnage légendaire et symhole révo- 1 utionnaire en A friq ue duS ud. (( Carrefour )) Par la musique, le chant, la poésie, Bachir Touré nous convie, avec ses musiciens, au voyage d'Afrique à Harlem, en passant par les Antilles; du 5 au 9 mars inclus, il présente un spectacle au Théâtre de l'Est parisien (1), chaque soir à 21 heures. Voici des extraits du texte par lequel Bachir Touré explique le sens de cette réalisation : Dyali Mady Cissokho. griot (2) de ma famille. m'a ouvert à l'Afrique dès mon plus jeune âge ... Plus tard, je dus fréquenter l' Ecole des Blancs. Et grand-père, qui était un sage, de dire, chaque fois qu'il m'entendait vanter les vertus de la nouvelle langue que j'ânonnais : « Pourtant le Passé éblouit le Présent de son auréole ... » Le Passé pour moi, c'est le royaume 26 d'enfance où tant de fois j'ai moissonné le souvenir, l'événement. Ainsi est né « CARREFOUR », par la grâce du griot, mon maître, embrassant d'un mêm!! élan rythmique Hier, Aujourd'hui, Demain. Les poémes qui composent « CARREFOUR » ne constituent ni un bilan, ni un panorama de la culture négro-africaine. Seul le thème en justifie le choix. Le thème lui-même est soumis à un rythme qui ordonne le spectacle. (1) Avec Lamine KONTE (cora et percu, sion). Clément LEGITIMUS (percussion), Théo LEGITIMUS (guitare). Prix des places: 10 F. (2) Griot : poète, musicien. conteur. historiographe. généalogiste, détenteur de la tradi tion orale en Afrique Noire. CUlTURE-----"'" • Le film marocain de Souhel ben Barka

« Les mille et une mains» est actuellement

projeté à Paris. O'autre part après le succès de la « Semaine du cinéma indien» à Paris. le programme sera présenté à Nevers. Oiion. Nice et Marseille, • le plus ancien et le plus important des festivals de film arabes et africains, qui a lieu tous les deux ans à Carthage est menacé de disparition. Des rumeurs, non démenties. éirculent sur la suppression pure et simple de la subvention allou~ par l'Etat tunisien pour sa tenue. • «La coopération aide ou néo-colonialisme ? » d'Yves Fuchs, vient de paraître aux Editions Sociales. l'auteur coopérant en Afflque du Nord, communiste. fa it le point sur les différents aspects de la politique actuelle de la France en matière de coopération (190 pages, 9 n • lors de l'exposition d'avant-garde, organisée en août 1973 par le groupe « Si· gne », à Grasse, le maire. M. de Fontmich~1. qui avait été à rorigine, en juin. de « raton· nades» contre les travailleurs arabes de la ville, avait fait saisir un collage du peintre Dubreuil. incluant une photo des opérations pOliCières d'alors. Il vient d'être mis en demeure par' la Cour d'appel d'Aix-en-Provence de restituer l'oeuvre à son at;teur sous astreinte de lOF par jour de retard à compter de la signification de l'arrêt. • Actuellement au théâtre Daniel Sorano, à Vincennes, la pièce de Pierre Bourgeade (( Deutsches Requiem» est présentée dans une mise en scène de Daniel Benoin, • la science et l'hIstoire ne demeurant pas stationnaires, et la recherche ayant progressé depuis 1956, date de la première édItion do « Racisme devant la science », cet ouvrage vient d'être réédité et mIs à jour par l'U.N. E.S.C.O. On peut se le procurer à la librairie de rU.N ES,C O" 7. place de Fontenoy, 75700 Paris, au pm de 39 F. • l 'association « les Etudes Tziganes » nous informe Que (( Le manuel de lecture et d'écriture» Qu'elle vient de publier, est dorénavant vendu aux prix suivants manuel de l'élève 17 F; guide de travail et fiches pédagogiques : 19 F (Etudes tziganes, 2, rue d·Hautpoul. 75019 Paris) D~I JOUtl 11 JUIN 1973 : dans les rues de Grasse (Alpes-Maritimes) des travailleurs tunisiens sont poufl'hasst-s pal' la poli!'r, soutrnur par dl's {ot.:nH'nts ra(·istrs dr la l,jJlr. 2 JUILLET : nO\3dr à 11'1'1 d'un tralailleur portugais po~rsuivi par' un conunando armé. 27 AOÛT : drs para"hutistes sr lilrent à la « ('hassr » aux Nord-Afrirains dans Irs rUI's dr Toulousl·. AOUT -SEPTEMBRE : sept Algériens sont tués en quelques semaines à Marseille, AtH'ntats mortl'Is au Prrreu\ (Val-deMarnr), à MI·tl PI Maubeugr rontrr drs Alg{orirns. 13 SEI'TEMBRE : attallur d'un rommaudo motoris{o. arm{o dr fusils rontrr un fOlrr dl' traHlilll'urs marol'ains, pr~s dr Le·ns. 16 SEPTEMBRE: pam qu'il al'ait bousrul{ O imolontairrnlPnt un landau d'rnfant, un tralaillrur tuoisirn est tu{o par une frmmr d'un roup de rarabine, à Marsrillr. 8 OCTOBRE : un ~('olirr alg{orien de 12 ans gral'rnlPnt blpss{o à Paris, d'unr ballr tir{or d'un imnwublr voisin, prndant Ir l'ours dr gJnmastillur ~r sa r1assr. OCTOBRE-NOVEMBRE-DECEMBRE : agrrssions rt attrntats multiplrs rontrr drs travailll'urs immigr{os dans Ir Var, à Marspillr, pt dans la r{ogion IJarisirnnr. Un A1g{orirn tu{o dans la l'ur à Saint-Etirnnr, un autrr dans l'Is~rr au ('ours d'un bal. 17 NOVEMBRE: roups dp l'ru tir{os d'unr loiturr rontrr dl's tralaillrurs a1g{orirns pr~s d'uu fO.lrr, à Bourgrs. A Toulon, un rngin rxplosif est lam'{o dans un rin{oma fr{o'llwnt( par Il's tralaillrurs maghr{obins. 1-1 DECEMBRE : I"attpntat rontrr Ir Consulat alg{orirn dr Mamillr fait 4 morts rt 20 bll·ss{os. 26 DÉCEMBRE : un tmaillrur tunisirn rou{o dr rOUlIS par un groupp dp quatrr homnlPs pst laiss{o inanim{o ppndant onlr hrurrs à Montoir (Loirr-Atlantique), 27 DÉCEMBRE : roups dr fru à Marsrillr rontrr unr ramionnettp transportant drs frmn!rs dr m{onagr ~trangèrps. 28 DECEMBRE : un rommando dp huit jrunrs agrrssent un tralaillrur alghien et saccagent un cale, à Roubaix ; arrêtés, ils sont aussitôt libérés, 7 JANVIER 1974, : un Alghien tut- à Saint-Grnis-Lal'a!. près dr Lyon. lJ JANVIER : un Alg~rien tu~ à Bitrhe (Moselle) à la suite d'une « discussion» sur le pétrole ... ... 1t re nr sont là que drs exemples parmi brauroup d'autres agressions rommisrs pn quelqurs mois, ~Ie du .... r.a.p. ASSEZ! T E racisme prend en France des proportions alarmantes. Il ne se .L passe pas de semaine où ne soient perpétrées des agressions contre des travailleurs immigrés : des dizaines d'entre eux, le plus souvent Algériens, ont été tués ces derniers mois par des commandos armés et motorisés ou par des tireurs isolés. Dans la plupart des cas, les auteurs de ces violences délibérées sont restés impunis. Il faut en prendre conscience et réagir ! Allons-nous revenir aux temps funestes de l'O,A.S. '! Laisserons-nous s'instaurer en France les moeurs du Ku Klux Klan? Tolérerons-nous que la barbarie raciste revienne dans notre pays, trente ans après la victoire sur le nazisme? Resterons-nous passifs quand, près de nous, on assassine des innocents, pour la seule raison qu'ils ont une forme de visage, une couleur de peau, une origine différentes? T ES crimes se multiplient dans un climat malsain, où se deChament .L les campagnes calomnieuses contre les immigrés. Prenant prétexte des problèmes pétroliers et de la crise économique qui va s'aggravant, les racistes voudraient faire croire que les travailleurs orIgmaires d'Afrique du Nord eri sont responsables, Et l'on prétend que le licenciement et le renvoi des étrangers mettraient fin aux difficultés. Or, les immigrés contribuent par leur dur labeur au développement économique. Appelés par le patronat, ils ont droit à l'égalité, à des conditions humaines de vie et de travail, Des mesures dirigées contre eux, loin de résoudre les problèmes actuels, ne feraient que faciliter les atteintes aux droits et à l'emploi de l'ensemble des travailleurs, Ceux-ci ne doivent pas se laisser tromper et diviser par le racisme. QUELLES qu'en soient les victimes, Arabes, juifs, noirs d'Afrique ou des D,O,M.-T,O.M., Portugais et autres immigrés, Gitans, le racisme est toujours un mensonge, un piège cruel et dangereux. Combattre cette idéologie sanglante, c'est défendre les libertés, la dignité, la sécurité de tous, Français et immigrés. . Ensemble, disons : C'EST ASSEZ. HALTE AU RA(;ISMEt LE MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) appelle à une mobilisation résolue de l'opinion publique, dans l'union, contre cette lèpre intolérable. TI vous invite à vous joindre à lui pour une vaste campagne d'information et d'action, pour la vérité, la solidarité et la justice. Adhérez au . M.R.A.P., lisez cc Droit et Liberté,. 120, rue Saint-Denis - 75002 Paris - Téléphone : 231-09-57 C.C.P~ M.R.A.P. 14825-85 Paris - C.C.P. cc Droit et Liberté,. 6070-98 Paris Cet appel a été adopté le dimanche 3 février par le Conseil national du M,RAP, Edité en tract, il est à la disposition des comités locaux et de tous les militants qui souhaitent participer à sa diffusion, (Voir page suivante le compte rendu de la réunion du Conseil national./ DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 27 Riche débat au Conseil national LACTUALlTE étant riche en matière de racisme. et l'action du M.R.A.P. intense, le Conseil national, rèuni pendant toute la journèe du dimanche 3 tëvrier à Paris avait un ordre du jour chargé. En ouvrant la première séance, placèe sous sa prèsidence, Pierre Paraf souligne à la fois la Ilambèe de racisme et de .énophobie qui se produit aujourd'hui en France et les résonances sympathiques recueillies par notre Mouvement. Les discriminations antijuives Il évoq ue a ussi la recrudescence de l'antisémitisme et insiste sur la gravité des faits qui ont accompagné le voyage de M. Jobert en Arabie Saoudite. C'est sur ce point que s'instaure le premier débat. Les communiqués, les interventions du secrètariat auprès du Premier Ministre et du Secrétaire Génèral de l'O.N.U. sont approuvés (voir page ). Il est décidé également de s'adresser au ministr.: des Allair.:s étrangères, qui a fait preuve d'une remarquable passivité, ainsI, qu 'aux ambassadeurs des pays arabes à Paris. L'action se ra poursl11\'ie sous d'a utres formes encore, contre les discriminations antijuives, et pour réclamer leur condamnation par les autorités compétentes. Face aux menées racistes Un rapport d'Albert Lévy analyse ensuite les menées racistes en France et l'action en cours pour y faire face : manifestation du 9 fëvrier à Paris, procés contre la publication « Ordre Nouveau », présence active chaque fois qu'un acte raciste a lieu, solidarité avec les victimes du racisme. défense des droits et de la dignité des travailleurs immigrés, multiplication des assemblées d'information. Un débat approfondi s'instaure, où Marc-André Bloch indique notamment que notre action contre le racisme visant les travailleurs arabes en France n'im · plique par un soutien inconditionnel à la politique pétrolière des pays producteurs. D'a utres interventions insistent. parallélement. sur le fait que le M.R.A.P. ne peut qu'approuver des mesures assuraQt aux pays sous-développés un contrôle accru de leurs ressources en vue du développement réel de l'économie et du mieux être du peuple. 28 Ainsi, sont abordés les problémes du Proche-Orient, dans toute leur complexitè, sur lesquels les membres du M.R.A.P., tout en condamnant ensemble le racisme ont des points de vue variés. Il est d'autant plus important qu'un appel ait pu être rendu public par notre Mouvement avec la signature de 150 personnalités de toutes tendances. De même, sur les questions de l'immigration, abordées par les orateurs sous différents angles, le M.R.A.P. doit faire la distinction entre la lutte contre le racisme, pour régalité des immigrés, et l'étude des données générales du problème, qui se situe au niveau politique. Pluralité, union Des interventions nombreuses contribuent à éclairer ces aspects cruciaux de notre action: celles de Pierre Paral~ Charles Palan t, Benoît Silfille, Jacqueline Marchand, Yvonne Arnuel, Claude Richard, Alain Gaussel, Bertrand Bary, Alain Dumesnil, Malika Pondevie, Jean Pihan, François Grémy, Jacques Cukierman, Albert Lévy. Une idée centrale se dégage: la diversité qui est de régie au M.R.A.P. dans tous les domaines (ethnique, politique, social) fait la force du Mouvement ; elle va de pair avec le souci commun de définir des lignes d'action concréte, et d'agir eft1cacement contre toutes les formes de racisme: Encore faut-il que, par-delà les prises de position unitaires, les voies par lesquelles elles ont été atteintes apparaissent davantage tant pour les adhérents qu' à l'extérieur. Des dispositions seront prises dans nos documents, dans {( Droit et Liberté)J, pour mieux marquer à la fois la pluralité et l'union qui prévalent au sein du M.R.A.P. L'action juridique Puis, l'ordre du jour appelle un exposé de MC. Manfred Imerglik sur l'application de la loi relative à la lutte contre le racisme, du 1 cr juillet 1972. Concernant la partie de cette loi qui vise les délits de provocation. injure et diffamation, de nombreux articles de presse ont été soumis à la Commission juridique du M.R.A.P. jusqu'à présent; les actions entreprises les plus importantes sont celles qui visent « Pour un Ordre Nouveau », « Minute» et « Le Méridional ». A Grenoble. le comité du M.R.A.P. a été débouté à la suite d'une plainte contre un journal local. Soucieuse de ne s'attaquer qu'à des cas où le délit est nettement caractérisé, la Commission juridique a sans doute laissé échapper plusieurs affaires où il apparaît aujourd'hui que des condamnations étaient possibles. Désormais, grâce à la jurisprudence déjà acquise, nos avocats s'estiment à même de ne rien laisser passer. Il en est de même pour la partie de la loi qui concerne les discriminations. La Loi a joué parfois un rôle de dissuasion sans qu' il soit nécessaire d'engager des poursuites. Des actions judiciaires sont en cours contre les om'es d'emploi discriminatoires parues dans la presse parisienne, ainsi que contre des refus de services à Dunkerque, Rouen, Strasbourg. Après une intéressante discussion, il est dècidé que le numéro de mars de {( Droit et Liberté» sera en grande partie consacrée à l'action juridique, et que des dispositions seront prises pour faire mieux connaître la loi par les intéressès, ainsi que pour activer son appli cation. La revue et les éditions Au milieu de l'aprés-midi, le Conseil national entend un rapport d'Henri Citrinot sur notre mensuel et les éditions {( Droit et Liberté )J. Les innovations concernant l'administration de la revue (réglements des abonnements et campagne de diffusion deux fois par an, en mars et octobre) et celles qui se préparent pour une meilleure présentation et un contenu mieux adapté aux conditions présentes, sont approuvées et complétées. La diffusion des livres, pour satisfaisante qu'elle soit, doit s'étendre, notamment par l'action des comités et des militants. Des projets de nouvelles éditions sont examinès. Dans ces diftërents débats. outre les membres du Conseil déjà cités, interviennent Charles Ovezarek, Augustine Berthod, Francis Boniart, Joseph Creitz, Jacques Farber, Sory Diallo. Le Conseil national discute encore, notamment du soutien à apporter au col loque du C.L.E.P.R. sur l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants (16 17 mars), de la Journée internationale contre la discrimination raciale (21 mars), et aussi - pour prendre de premieres dispositions à cet effet - de la célébration du 25" anniversaire du M.R.A.P. Versailles : pour la justice Les coups de leu tires par un polIcier, a Versailles, le lY octob,e, contre le jeune Jean Nod tvlara. d'origllle malgache, ont rappelè à l"opinion publique le drame qui s'ètaIt prodUit un an auparm'ant dans un commissariat de cette même ville où l'Algenen tvlohamed Diab tombaIt sous les balles d'un policier. Les deux a ffaires ont ete liees dans le communique publie aussitôt par le M.R.A.P. et dl\'erses autres orgall1satlOns : A.S.l.l., C.G. r. et C.F.D. r., Comité tvlohamed Diab. Accueil et promotion des immigrés de Virollay. Le journal local Toutes les nouvelles de Versailles a publie en novembre ce texte, alllsi que des lettres de lecteurs a travers lesquelles s'ex priment l'cmotion et l'inquiétude de la population. Les orgall1sations signataires du communique sont IIlter\'enues aupres du commissaire central et du prèfet pour demander que toute la lumiere soit faite dans l'un et l'a utre cas. Le 5 décembre. avec plusieurs autres (partis politiques de gauche, J.O.c., Vie nouvelle) elles ont tenu un meeting commun à Versailles, auquel participait Me GeorgeLaure Pau. membre du Bureau national du M.R.A.P. La mére de Jean-Noël Mara a fait au cours de cette soirée une intervention émouvante. èvoquant les prèjugés raciaux dont

c; enfants ont souffert. Son mari. a-t-elle précise. originaire de Madagascar, est

devenu citoyen français comme ancien combattant. « C'est pour l'avell1r que nous devons nous battre. a-t-elle conclu. j'auraI d.:, petit, enfants de couleur. je ne veux pas qu'ils souffrent. l L.:: 12 decembre. à l'appel des memes organisations. une marche silenCie use a eu heu dans les rues de Versailles. Le 26 janvier, c'est à Trappes que s'est déroulé un débat sur le racisme, animé par George-Laure Pau. NOTRE CARNET David Vroclans C'est avec une profonde émotion que nous avons appris le décès soudain de notre ami David Vroclans, président de la Société mutualiste des originaires de Censtochow. Il était l'un des fondateurs du M.R.A.P. et appartenait à son Conseil national Militant convaincu de la lutte contre le racisme, son soutien, comme celui de sa société, n'a jamais fait défaut à notre Mouvement depuis vingt-cinq ans. Sur sa tombe, Albert Lévy, secrétaire général du M.R.A.P., a rendu hommage à la mémoire de cet homme de coeur et de raison, au dévouement exemplaire. Alexandre Chilkozlowski, secrétaire national, et bien d'autres amis étaient présents. A l'épouse de David Vroclans, à sa belle-fille, à sa petite-fille, nous exprimons nos condoléances affectueuses. Action unie à Sartrouville Un tract intitulé « Non les tra vai lleurs arabes ne sont pas responsables de la vie chère!» a été diffusé à Sartrouville , à l'occasion des manifestations du 6 décembre. Il porte la signature _ du M.R.A.P. et de diverses autres organi" ations : Association des travailleurs marocains en France , A.S .T.I., Comité culturel arabe « Al Kadihoun», C.F.D.T., C.G.T., C.S . F. , E. E.D.F ., F.E.N., F.N.D.I.R.P., Jeunesses communistes, Mouvement des travailleurs arabes, P.C.F., P.S ., P.S .U. , U.F.F . Le comité local du M.R.A.P. , qui était à l'origine de la rencontre entre ces organisations a , d'autre part , envoyé une large délégation à la soirée du Comité cu lturel des travailleurs arabes de Sartrouville, le 5 janvier au théâtre GérardPhilipe . PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIOUE en CHEVREAU, en SPORTS et en BOTTES Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St- Lazare (MO Saint- Lazare - Trinité) (60 ) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d ' Eau) ' Magasins ouverts tous les lundis DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 M.RA.P. • Au cours d'une soirée sur t'immigration et le racisme, organisée le 25 janvier par le comité du M.R.A.P. du 1 5e arrondissement, à Paris. le film « Mektoub », d'Ali Galhem a été projeté, suivi d'un débat animé par Michel Garcia, membre du Bureau national. • Des projections ont été réalisées avec le concours du M.R.A.P. à Choisy-le-Roi (l{ Mon Village» 1. à Longchamp, dans les Yvelines ( « Mektoub »), au Centre culturel d'Agen ( Négritudes»). . • Le 26 janvier à Ivry,' Roger Maria, membre du Bureau national du M.R.A.P., a présidé un débat sur le racisme organisé par t'Association pour t'en'seig.nement du français aux travailleurs immigrés .. • Un comité du M.R.A.P. est en voie de constitution dans le Vaucluse. S'adresser à Mme Thérèse Luciani, Résidence Athénée, Bt B 6, rue Beethoven, 84000 Avignon. • Une réunion, qui a abouti à la création d'un comité local. a eu lieu à Amiens, le 30 janvier, avec la participation d'Albert Lévy. • Une exposition sur le racisme est présentée, avec le concours du M.RAP.. à la Maison de la culture de Reims, du 5 février au 10 mars. • Plusieurs projections et débats sur le racisme ont eu lieu dans le Centre de vacances du ' comité d'entreprise de l'Aéroport d'Orly, près de Grenoble, au cours du mois de janvier. • Un débat sur les problèmes actuels de la Guinée-Bissau, animé par Sally N'Don go. secrétaire national du M.RAP., a eu lieu le 22 janvier à Paris (168 l. à t'initiative du M.R.A.P .. de l'A.S.U, de l'Union générale des travailleurs sénégalais en France et du Comité de soutien aux luttes de libération dans les colonies portugaises. le M.R.A.P. et r A.S.U organisent, le 22 février. un débat sur le Chili, avec projection du film « Septembre chilien», de Bruno Muel. • Pierre Paraf, président du M.RAP. et Albert Lévy. secrétaire général. représentaient le M.R.A.P. à la Conférence internationale de juristes sur la situation sociale et juridique des travailleurs migrants en Europe occidentale, qui a eu lieu du 25 au 27 janvier, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. Plusieurs avocats du M.R.A.P .. Mes Manfred Imeglik, Roland Rappaport. Fred Hermantin, George·Laure Pau, ont participé à la préparation et aux travaux de cette conférence. due à l'Initiative de la Fédération internationale des juristes démocrates. ~~I JOU~I 29 éducation à la fraternité 30 [ C.L.E.P.R. qui depuis sa fondation (1960) s'est donné pour tâche de lutter sur le terrain de l'enseignement et de l'éducation contre les préjugés raciaux s'est trouvé tout naturellement amené ces dernières années à se pencher particulièrement sur le cas des enfants qui risquent d'être victimes de ces préjugés, au premier rang desquels figurent les enfants de migrants. Il croit avoir été parmi les premiers organisations ou mouvements à se préoccuper de ce problème, dont il est à peine utile de souligner la gravité. Il a pris à plusieurs reprises l'initiative de réunir des instituteurs et institutrices enseignant dans des classes qui comptent parmi leurs élèves un contingent important de ces enfants, pour leur permettre de confronter leurs expériences et de chercher en commun les solutions les plus adéquates aux difficultés qu'ils rencontraient. Tout récemment encore, Droit et Liberté a publié dans son numéro de juillet 1973 un ample dossier sur la question. Mais aujourd'hui, le temps est bien dépassé où la situation des migrants et de leurs familles n'intéressait réellement que des couches très limitées de l'opinion. Il aura fallu, hélas, la remontée récente et spectaculaire du racisme, la multiplication des crimes qu'il a inspirés pour qu'un nombre croissant de Français découvrent le problème et se sentent par lui directement concernés. C'est dans le cadre de cette pressante actualité que le C.l.E.P.R. a jugé le moment venu de préparer un large colloque dont on trouvera le programme indiqué dans le document que l'on pourra lire ci-après. Ce document a été d'abord rédigé à l'intention des diverses organisations dont nous avons sollicité la participation. Nous tenons toutefois à préciser que notre invitation s'adresse également à toutes les personnes qui voudraient, à titre individuel, apporter le fruit de leur expérience et de leurs réflexions à la préparation du colloque, leurs réponses aux questions posées et prendre part elles-mêmes aux journées des 16 et 17 mars 1974. Quant à l'ordre du jour du colloque, il a été établi de manière à couvrir tout le champ des problèmes posés par la présence parmi nous de ces enfants, et non point seulement ceux qui intéressent, si importants qu'ils soient d'ailleurs, leur scolarisation. C'est le sens qu'il faut donner à l'intitulé qui a été choisi : Il colloque sur l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants Il ; également au fait que le thème proposé pour la première commission prévue concerne Il l'insertion de l'enfant Il, non pas seulement Il dans le cadre scolaire Il, mais dans son Il miUeu de vie Il. Marc-André BLOCH. Sur l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants Il ya en France, estime-t-on, 950 000 enfants de travailleurs migrants dont 750000 d'âge scolaire . Objet du colloque Sensibiliser les participants aux problèmes spécifiques concernant l'éducation et la scolarisation des enfants de migrants; permettre l'échange d'observations et d'expériences entre tous ceux qui sont confrontés à ces problèmes ; contribuer à l'étude et à la mise en oeuvre de solutions . Lieu et date L' Institut National d'Education Populaire à Marly-le-Roi (où les repas et l'hébergement sont possibles) . Les 16 et 17 mars Participants sollicités - Associations d'immigrés de différentes nationalités et associations de défense des immigrés. - Enseignants et éducateurs ; animateurs socio-culturels ; travailleurs sociaux qualifiés par leurs activités professionnelles. - Quelques médecins, psychologues, sociologues intéressés par le problème , - Représentants des services ministériels, académiques et d'inspections concernés. - Représentants des syndicats intéressés . - Représentants des mouvements de jeunesse concernés . - Représentants des parents d' élèves . - Revues . pédagogiques ; mouvements pédagogiques ; organisations diverses ayant travaillé sur le problème. Colloque les 16 et 17 mars------- Déroulement - Un exposé introdu ctif sur l'immigration, les structures d'accueil et les conditions de vie des enfants de migrants . - Travail en commissions sur la base des documents et rapports établis avant le colloque par les groupes de travail ; approfondissement des thèmes à partir dES observations, témoignages et expérien ces ; recherche de solutions . - Confrontation et discussion des conclusions élaborées par les commissions . Thèmes de travail proposés pour les commissions 1° Insertion de l'enfant dans le cadre scolaire et dans le milieu de vie. - Difficultés psychologiques et sociales de l'adaptation de l'enfant . Leurs causes. - Stru ctures d'accueil scolaire : différentes formules d'initiation au fran çais

apport et limite des diverses techniques

d'apprentissage de la langue . - Problèmes de structures et de méthodes posés par l'insertion dans le cycle normal et par l'orientation scolaire et professionnelle: barrières d'âg e, classes d'adaptation, tests de niveau , orientation . - Animation sociale et rôle des animateurs en milieu de vie . - Modalités d'accueil par les organismes se consacrant aux activités extrascolaires

garderies, patronages, centres

aérés, colonies de vacances , et c. - Formation des enseignants et des éducateurs pour les enfants de migrants . - Relations des enseignants, des éducateurs et des parents fran çais avec les familles immigrées . DROIT ET LIBERTÉ - N° 327 - FÉVRIER 1974 2° Spécificités nationales et rencontre de cultures. - Importance du contexte culturel, social , religieux et ethnique propre à chaque groupe national. - Problèmes d'enseignement et d'éducation posés par les perspectives de retour temporaire ou définitif de l'enfant dans son milieu et son pays d'origine . - Respect de la spécificité des cultures nationales; approfondissement pour l'enfant de migrant de sa langue et de sa culture d'origine (cours spéciau x, enseignement préférentiel dans les établissements secondaires, bilinguisme). - Pédagogie de valorisation des différences culturelles et du bilinguisme : pédagogie de la connaissance réci proque et de l'échange ; incidences sur les programmes scolaires et les méthodes , ainsi que sur la formation des enseignants et des éducateurs. N.B. Les travaux sur ces deux thèmes étant complémentaires , il serait souhaitable que la mise en commun et la dis ~ cussion des conclusions occupent une part importante du colloque. Préparation Des groupes de travail se constitueront avant le colloque pour préparer dossiers et rapports qui serviront de base aux travaux des commissions. Après le colloque Un compte rendu des travaux du colloque sera rédigé , sur la base de l'enregistrement des débats dans les commissions et en séances plénières ; ce compte rendu sera mis à la disposition de tous les participants et pourra faire l'objet d'une diffusion plus large . Adhésions et renseignements: C.l.E.P.R., 120. rue St-Denis. 75002 PARIS « Education à la Fraternité)) est la rubrique men.suelle du Centre de liaison des éducateurs contre les préjugés racÎ?ux (C.L.E.P.R.). Le C.L.E.P.R. développe ses activités : en organisant des rencontres et des débats entre éducateurs. en favorisant l'échange d'expériences entre enseignants, en leur fournissant la documentation qu'ils souhaitent. MONTANT DELA COTISA nON : Membre actif: 10 F (donnant droit aux deux numéros annuels de Droit & Uberté où paraît un dossier de 8 pages réalisé par le C.L.E.P.R.), cette cotisation minimale étant porté à 5 F pour les abonnés à Droit & Uberté. Membre donateur : 20 F. Membre bienfaiteur : A partir de 30 F. Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène, 50, rue des Poissonnie~ s, Paris- ISe avec un chèque postal (3 volets) à l'ordre . de Mlle R. Baboulène, institutrice - C.L.E.P.R. (C.C.P. 18177 35, Pàris). ,1 1 j 1 1 1 31 un eotolOg .... n """'. U," ' ,oIou,n., ' RAlNETT B,P 2:!J 750&3 P.,i • • ... ...... ,_ ",. __ .. _'" ............. . n ..... ", • • • • - • - , - , • , ., ..

Notes

<references />