Droit et Liberté n°141 - décembre 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°141 (245) de Décembre 1954
    • NON pas de wehrmacht! Négociation avant qu'il ne soit trop tard pour la solution pacifique du problème allemand page1
    • 38 personnalités lancent un solennel avertissement: Ratifier les accords de Londres et de Paris, c'est encourager les éléments racistes et antisémites page1
    • François Mauriac: "Enfants juifs déportés vous resterez à jamais présents à mon cœur et à ma pensée"; les chrétiens doivent être antiracistes page1,2
    • Le racisme maladie endémique en Algérie page1
    • Il y a soixante ans "L'affaire" par Jacques Kayser page1
    • Vallat successeur de Maurras page1
    • L'égalité des hommes devant le sport par Pierre Portier page1
    • Thèâtre: negro spiritual dr Yves Jamiaque page2
    • Cinéma: Maximka par Colette Morel page2
    • Le cinéaste Jean Vidal nous parle de son film: Emile Zola par Albert Levy page2
    • Lettre à Edmond Fleg pour son 80éme anniversaire page2
    • Voici pourquoi l'intérêt de la France exige le rejet des accords de Londres et de Paris par Claude-Frédéric Levy page2
    • Non pas de nouvelle Wehrmacht! page3
      • La conférence des juifs d'Europe contre le réarmement allemand
      • Le M.R.A.P. à la L.I.C.A.:"agissons ensemble
      • Violentes manifestations antisémites à Berlin en présence d'un ministre d'Adenauer
      • Interventions du Pdt Lyon-Caen, du Grand Rabbin Schilli, du Grand Rabbin Moraly, Du général Carmel (Israël) de l'écrivain Edmond Fleg, du Dr H.P. Klotz, du député travailliste Silverman, message du Comité soviétique de défense de la Paix.
    • Au quartier latin: le racisme complice de la crise du logement page4
    • Ne laissons pas bafouer la mémoire du jeune héros Henri Beckerman assassiné au nom de l'Europe par Albert Levy page4
    • A l'O.N.U., la délégation française n'a pas condamné le racisme sud-africain page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

PAS DE WEHRMACHT! N° 141 (245) DECEMBRE 1954 30 FRANCS NEGOCIATION avant qu'il ne soit troptard pour la solution pacifique du problème allemand rar des meeUnss, pétillons et délésalions aupres de! élus les antiracistes se prononcent contre la renaissance du militarisme allemand. 38 personnalités lancent un solennel avertissement: Ralifier les accords de Londres el de Paris c'esi enCOUrager les éléments raciUes el anlisémiles Il faut écarter ces terribles dangers (Voir la déclaration en page 3) IL Y A SOIXANTE " AN . (Bétembre 1894) 1 François MAURIAC: "Enfants juifs déportés vous resterez à jaInais présents à Inon coeur et à ma pensée; ... " Q UE le Christ lui aussi ait été un homme, qu'il soit un homme, cette vérité, dans la mesure où les hommes l'ont accueillie et y ont cru, aurait dû créer une coupure dans l'histoire de la férocité humaine. Et sans doute il y a eu un changement. L'Incarnation a en effet partagé l'Histoire. La cité antique reposait sur l'esclava- M. François Mauriac, de l'Académie Française, Prix Nobel, qui, en Juin dernier, s'était associé par un chaleureux message à notre 6' Journée Nationale contre le racisme et l'anti· sémitisme, a bien voulu nous communlquel' le texte de la conférence qu'II a prononCée, récemment, pour la clôture de la Semaine des Intellectuels Catholiques. Nous sommes heureux d'en publier de larges extraits dans lesquels, en tant que chrétien, M. François Mauriac condamne avec force toutes les formes et les diverses manifestations du racisme et de l'antisémitisme. ge. L'esclave est devenu par le ,-_____________________ _ Christ le frère de son maître. C'est là une vue de l'esprit consolante ... Mais nous ne sommes pas ici . pour nous réconforter, ni pOUir nous rassurer. Ce qui importe, ce n'est pas ce qui selon nous aurait dû être mais ce qud, a été et ce qui est... Les hommes ont-ils traité moins cruellement d'autres hommes à partir du jour où ils ont cru au Verbe Incarné? Un illustre jésUlite taquinait récemment du -haut de la chaire les petits naïfs de mon espèce qu iapprennent l'Histoire chez les poètes... Je l'apprends aussi, n'en déplaise à ce révérend père, dans les mémoires et dans les lettres des hommes qui massacrent et brûlent d'autres hommes, et qui (lnt commis ces crimes bien qu'ils aient toujours (Suite en page 2) LE RACISME maladie endémique en Algérie CERTAINS Algériens s'imaginent -que le racisme n'existe plus en France. plus magnifiques p·)ur le combtTIE. Et, de fa it, lor"qll'ol1 ·dét" rl,lle en France, il semhle qu'oll respire mieux. Sous le beau ciel d'Afrique C'est, hélas ! méconnaître la vérité. Il faut dire que, chez nous, le racisme combatif se cantonne dans des milieux pervertis, très actifs mais étroits. A l'état moins violent, il peut persister, chez certaines personnes, sous formt: de préjugés slIperfidels. Mais le peuple français dans son en~mble lui est hostile ît peut trouver, comme le montr'l!nt des -~--_.~--_. .." ----~. ____________I _ _A __ _ A_.' •. la "'AI!'4"~ 1 ~ .~_" __ 1 C'est que, dans les pays d'Outre- Mer, le racisme a tous les symptôml:s-d"nrre1J1alaâle entië;::-mique. Sous le beau ciel d'Afrique, une sournoise chasse à l'homme se livre quotidienneallemand. • Le M.R.A.P. adresse à la L".C.A. des pro' position~ .d·action com-m. une. L'es -représentants des Juifs d'Europe réunis à Paris condamnent le réarmement des bourreaux d'Auschwitz. • Dans tout le pays -l'action patrio ·tique s'amplifie contre la ratification des accords de Londres et de Paris, pour la né· gociation et la paix • Que chaque heure _ qui nous sépare de la décision soit em .. ployée à faire en .. tendre notre voix: NON Da rélrmez pas l'Allemagne ! Affiche éditée par les défenseurs de Dreyfus VALLAT successeur de -MAURRAS D EPUIS quelques semaines, un nom s'étale impudemment en première page d'Aspects de la France, en caractères aussi gras que, naguère, celui de Maurras : le nom de Xavier Vallat. Xavier Vallat, preMIer commissaire aux questions juives de Vichy, à ce titre responsable de la déportation de ~20.000 innocents

Xavier Vallat insulteur

des patriotes et des alliés sur les antennes de la collaboration; Xavier Vallat, aujourd'hui amnistié, grâcié, libéré, commente librement l'actualité dans le style qui lui est propre. Xavier Vallat partiCipa à l'élaboration de la « Constitution » pétainiste. 'C'est donc en connaisseur qu'il critique la Constitution républicaine, toutes les Constitutions républicaines, estimant que depuis l'abolition de la monarchie (et surtout depuis la Libération) la France « ressemble à l 'homme qui a perdu so-,;, ombre ou plutôt sa t ête ». Dans un autre numéro, c'est la paix en Indochine qu'il condamne avec mépris. Dans un autre encore, se livrant à un éloge dithyrambique du régime de Vichy, l'homme qui accéda au pouvoir sous la protection des baïonnettes ennemies, ose écrire que « la République, c'est le règne de l'étranger ». Il faut dire pourtant que Xavier Vallat n'est pas un ingrat. Il consacre un long passage de son article du 12 novembre à. remercier son libérateur, M. René Mayer, qui lui a permis à plusieurs reprises de quitter sa résidence forcée, pour aller notamment prononcer un discours sur la tombe de Maurras. Xavier Vallat est le type accompli de l'antisémite collabo. Si, depuis quelque temps, il se permet de reprendre ses activités au grand jour, comme « théoricien » patenté de l'Action dite Française, c'est sans aucun doute encouragé par le réarmement des nazis qui, hier, l'avaient sacré grand maître de « l'antisémi t isme d'Etat ». C'est un symptôme de plus qui doit inciter les antiracistes à agir, tous ensemble, contre la ratification des funestes accords de Londres et de -Paris. toujours (Suite en page 2) Mais le peuple français dans son en~mble lui est hostile .l:t peut trouver, comme le montr'l!nt des exemples récents, le3 élans les par Jacques KAYSER I L Y a cinquante ans, l'Affaire Dreyfus était sur le point de se terminer. Les ultimes procédures se poursuivaient vers le terme inévitable : la réhabilitation de l'accusé innocent. Rien n'avait pu arrêter l'essor de la Vérité qu'une poignée d'hommes, héroïquement et simplement dressés contre la masse abusée, avaient proclamée, maintenue contre pressions, menaces et représailles. En 1904, seuls quelques exaltés sincères et des professionnels de la calomnie, prisonniers du système abject qu'ils avaient c' éé, croyaient encore, voulaient Cfoi're et cherchaient à faire croire que l'éclatante liquidation de l'erreur judiciaire n'était qu'une abdication devant la trahison. En fait, H n'y avait plus d'affaire Dreyfus, s'il subsistait quelques antidreyfusards. La partie était gagnée. Le drame était achevé - et achevé par la victoire déjà certaine de la Justioe. meilleur argument de la défense. Le dialogue qu'à l'Ecole Militaire pendant la parade de la dégradation il peut maintenir par ses cris répétés de «.Je suis innocent! :. avec la pUIssance anonyme de la foule qui clame : « Sale jwif ! A mort! », les lettres pathétiques qu'il adresse de l'Ile du Di-able à sa femme et qui seront publiées sans qu'il le sache ont contribué à retourner ~ne opInion abusée, à redoubler le courage, la persévérance - puis-je dire la conviction ? - de -ceu'x qui progressivement, à l'appel des voix les plus hautes, entraient dans la mêlée. L 'AFF AIRE Dreyfus est une affaire politique, sociale, judiciaire, nationale, internationale dont les répercussions ont été innombrables. Mais elle est aussi une affai,re humaine, au centre de laquelle se trouve un homme : Alfred Dreyfus et où des hom,mes l'ont emporté sur la coalition, d'abord innomb~ able, des fanat ismes, du mensonge et de la violence. Enfants des bidanvilles ..• L'évocation de cette période ne se sépare pas de l'évocation 1-------------------------'------------------; d'une période qui lui est antérieure de dix années - celle de l'arrestation et de la condamnation d'Alfred Dreyfus. A LORS, Dreyfus, se trouvait seul - seul avec sa famille et quelques amis - fa'ce au déchaînement des passions, à l'acquiscement général donné tacitement à un jugement rendu à l'unanimité des juges militaires contre un officier dont la' trahison avait été établie. Il fallut des années de lutte pour fa ire éclater l'odieuse ma'chination et démasquer les faussaires. Peut-être si Dreyfus, ses défenseurs, n'avaient pas été animés de la certitude de l'acquittement, s'ils n'avaient pas fait une patriotique confiance à la justice militaire et s'ils avaient, avant le procès, saisi l'opinion du néant! de l'accusation (pas encore renforcée par u,n « doss ier secret ») l'acquittement, peut-être même l'abandon de l'accusation, eût été sans peine obtenu. Et si Dreyfus n'avait pas été un homme trempé au plus pur patriotisme, comment eût-il pu résister au martyre de la dégradation et de la déportation? A côté des magnifiques a'rtisans de la révision, des plus humbles aux plus gloriewx, il ne faut jamais oublier de citer la victime elle-même, Dreyfus qui n'a jamais désespéré et dont l'attitude permanente a été le L'égalité des hOBIDles devant le S POR T L'ACTIVITE pwgilistique bat son plein, et les boxeurs fra'nçais occupent, sur le plan intemati'Onal, une place de choix. Tout récemment, le nordiste Charles Humez a ravi à l'Italien Tiberi,o Mitrj le titre de champion d'Europe des poids moyens. D'autres Français sont champions d'Europe, en premier lieu le petit poids coq Bônois, Robert Cohen, qui se pare égaIement de la couronne mondiale de la catégorie et le « plume » du nord Raymond Famechon. Enfin, le mi-moyen noir ldrissia Dione, lin élève de l'ex-champion de France Assane Diouf, Ferrer, Humez, Hamia. Au second plan, le chanteur A. Dassary doit boxer lui aussi pour le titre européen de sa catégorie. La jeune génération se manifeste aussi avec virulence et deux titres de champion de France on,t, dernièrement, changé de poings. Le petit poids plume d'Alger, Cherif Hamia a succédé au « titi » parisien Dumesn. i1, qu'il a battw par k.o. au dixième round, tandis que le léger Séraphin Ferrer, nord-africain lui aussi, enleva'it son titre au solide Auguste Caulet, qui dut abandonner au deuxième round. Si Cherif H:tmia a, depuis, subi à Alger - devant son public - une surprenante défaite du modeste belge Cabo, par excès de confiance sans doute, Séraphin Ferrer, par contre, est considéré comme le plus sérieux candidat au titre de champion d'Europe de sa catégorie. Et il faut se souvenir que le normand Pierre Lan glois, solide poids moyen, est l'adversaire le plus dangereux que pourrait rencontrer, en Europe, Charles Humez, tenant du titre. Pierre PORTIER. (Suite en page 4) mique. Sous le beau ciel d'Afrique, une sournoise chasse à l'homme se livre quotidiennement. De Tlemcen à Tebessa, l'être humain est sans cesse bafoué, avili, insulté dans ce qu'il a de plus sacré. Les preuves n'en manquent guère; nous L'article que naus publio~s Ici, nous a été adressée par une ami. de notre Mouvement, professeur de Français à Can.tantlne. Il praJette une lumière utile sur le. évènements qui ensanglantent aujourd'hui l'Algérie, après la Tunisie et le Maroc. Naus le versons très volontiers au • dossier » de l'Afrique du Nord. nous bornerons à citer un des exemples les plus douloureux : cel ui de Consta'ntine. Là, les israélites et les mulsumans, dont les communautés voisines vivent en vase clos, nourissent dans l'ombre leurs discordes séculaires, que le système colonial ne fait rien pour atténuer, bien au contraire. Toutefois, il ne semble pas que des chocs violents puissent se produire spontanément entre ces deux communau,tés; ils ne pourraient être le fait que de quelques éléments irresponsables excités de l'extérieur. Dans le groupe arabo-berhère, se trouve une fraction dirigeante, chauvine et réactionnaire. L'Administration la protège et lui procure des avantages certains. Mais ces cheiks féodaux, tout en profitant du régime affectent une position brutale~ent anti-européenne, englobant tous les Français en bloc, racistes et antiracistes, dans une même hostilité. Quant à la masse musulmane, si elle n'aime pas toujours les actuels occupants du sol, ce n'est pas à proprement parler par racisme : c'est le résultat

les rapports entre colons et colonisés.

Intolérable, en tout état de cause, est la haine que vouent à l'élément autochtone un grand nombre d'Européens venus habiter en Afrique du Nord. Si leur antisémitisme, souvent de tradition métropolitaine, est virulent, ils ne sont pas moins tendres à l'égard des Arabes, dont le teint basané, le burnous et le parfum « sui generis :. sont les signes manifestes, selon eux, d'une inféri.orité congénitale. La trame de la vie Ceux-là n'ont pas de mots assez durs pour accabler des groupes ethniques dont ils SOI!haiteraient parfois l'éHm:l'alion totale. Une dame déplore que les musulmans souillent de leurs semelles les trottoirs du qllartler européen aw lieu ie les la:s:;er respectueusement a~x habitanb, comme ils faisaient voici vingt ou trente ans. Une autre trouve que les allocations familiales sont de trop pour les Arabes : c'est encourager dangeureusement la natalité (Suite en page 4) 2 Leltre a Edmond F,LE6 IOEbéât~e:t,t,I~EGf\O SPlf\l"rUf\l~~ êllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllHlIIlIIIIlIIlllllI11IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUUIIWlWIUg 1 Voici pourquoi 1 pourson 80eanniversaire Le président Léon L YONCAEN a: adressé, au nom du M.R.A.P., la lettre suivante au grand écrivain Edmond FLEG, dont le 80" anniversaire vient d'être célébré : Cher Monsieur, A l'occasion de votre 80' anniversaire, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, tient à vous adresser ses plus vives félicitations. Il sait quel utile conCOUrs vous apportez à son activité et que l'idéal de paix, de fraternité entre les peuples, d'amitié et de tolérance entre les hommes pour lequel il luite, est celui auquel vous êtes vous-même attaché. , Nous gardons un souvenir reconnaissant du précieux appui que la générosité de votre plume ou de votre parole à maintes fo:s accordé à nos interventions et à nos manifestations contre les excitations à la haine entre les citoyens et aUx discriminations raciales. Permettez-nous de faire des voeux p.our que votre verte v,eillesse vous permette longtemps encore de poursuivre à nos côtés la défense de celte noble cause. Veuillez agréer, Cher Monsieur, l'expression de nos sentiments de respectueux attachement. Le Président : Léon LYON-CAEN. ... et la réponse Répondant à la lettre de notre président, M. Edmond Fleg écrit notamment : « Je n'ai aucun mérite à, coopérer à votre constante et vaillante défense des idées et des sentiments qui nous sont communs, et j'y persévérerai avec la fidélité qui leur est due. » C IIINIIEIMI À ~ Illllllllllllllllllllllllllllllll~ MAXIMKA ON joue actuellement à Paris, un film soviétique débordant de tendresse et de fraternité humaine, à la gloire des droits de l'homme ( et de l'enfant). « Maximka », est l'histoir,e à la fois simple et extraordinaire, d'un jeune noir servant de boy au capitaine d'un bateau négrier (l'action se passe au siècle dernier). L'enfant se jette à la mer et est recueilli par un navire russe. Les matelots et certains officiers se prennent d'une profond-e affection pour ce petit être plein de vie et d'intelugence, qui sera prénommé Maximka. Le matelot Louchkine, s'efforçant de remplir le rôle de père, y perdra même un défaut... l'alcoolisme. Après avoir vaincu le préjugé de certains, Maximka deviendra mousse de la marine russe. Sans prétendre au chef-d'oeuvre, ce film qui réjouira petits et grands est à conseiller à chacun. La facilité et la mièvrerie, qui trop souvent président aux films tournés avec des enfants, sont ici, absents. Les sentiments sont simples, sains et vrais. Les préjugés racistes progressivement détruits, l'amour de Louchkine pour le petit, les tentatives faites par le négrier pour reprendre l'enfant et les aventures qui s'ensuivent, tout cela est décrit avec le plus de vraisp.mblance possible. Ajoutons que les couleurs sont excellentes. Allez donc voir le petit Anatole Bouychine et Boris Andreev (qui fut le héros de « La chute de Berlin») dans le film de V. Braun, et vous passerez 90 minutes dans une atmosphère de fraternité. Colette MOREL. P.-S. - Ali même programme, deux bons documentaires ,en couleurs sur le « Pamir » et sur le championnat du monde de basket-bal! à Moscou en 1953. L A pièce d'Yves jamiaque, « Negro Spiritual », représentée au Théâtre des Noctambules, n'est pas seulement une généreuse, une ardente condamnation du racisme, c'est une très bonne pièce. Unité d'action, de temps, de lieu : une nuit, dans le quartier noir de Jackson (U.S.A.), un enfant est né, un homme est mort, lynché, qu'un blanc a ramené, au risque de se faire lui-même égorger par les racistes déchaîlliée. Une femme, Zandra, pour venger sa race opprimée incite ses voisins à tuer le blanc, qui s'est endormi. « Pour faire un exemple », dit-elle. Et c'est le dramat:que débat entre sa thèse et celle du docteur Bistouri, qui oppose à la vengeance individuelle, l'union des hommes de bonne volonté contre les for- - l'inlérOI de la France exige le rejet - des accords _ de Londres et de Paris -- L'EQUIVOQUE et la confusion furent, jusque dans les dernières heures, les « armes secrètes » des partisans

de la C.E.D. Ceux qui veulent aujourd'hui Imposer à

la France, contre sa volonté constamment exprimée, la résur_ rection de la Wehrmacht dans sa dernière version usent des mêmes méthodes que leurs prédécesseurs. Il convient donc _ de dissiper le ·rideau de fumée à l'abri duquel ils tentent. de - _ mener à bonne fin leur opération et de réfuter les « slo- _ gans» dont Ils s'efforcent de la couvrir: - 1 Le réarmement d-e l'Allemagne est une perspective re- • grettable mais malheureusement inéluctable. La France - n'a ni les moyens ni le pouvoir de s'y opposer. REPONSE. - La France a le pouvoir et même le devoir de s'opposer au réarmement de l'Allemagne, non seulement - - en vertu des accords de Potsdam, non seulement en vertu - - du traité franco-soviétique du 10 décembre 1944, mais en - vertu du traité franco-anglais de Bruxelles du 4 mars 1947 - - et du traité de Bruxelles du 17 mars 1948 qui, comme tous - les traités, ne peut être modifié qu'avec l'accord de tous les - signataires. L'Angleterre, signataire du traité de Dunkerque

et les Etats du Bénélux, signataires du traité de Bruxelles

sont tenus comlI'e la France à g'opposer au réarmement allemand. Les Etats-Unis, signataires avec la France et l'An- - gleterre des accords de Washington du 8 avril 1949 n'ol1t pas le d'roit de réarmer unilatéralement l'Allemagne. En fait, - - ils ne peuvent le faire sans le consentement de la France - - qui tient leurs lignes de communication. ~ En septembre 1960, toutes les puissances signataires du - Une .cène de « Negro Spiritual • - Pacte Atlantique avaient accepté le réarmement de l'Alleces de ha'ine et de mort. Bistouri triomphera avec le jour. On ne peut, en quelques lignes, traduire toute la r;chesse poétique et humaine de cette pièce, bien construite et b:en menée. Il faut soL1ligner toutefois avec quel soin les caractères ont été fouillés : ils ne sont pas les éléments d'un raisonnement, personnâfiant chacun un argument, mais des hommes qui vivent, sOUfffrent, évoluent sous nos yeux. C'est une parfaite interprétation très homogène, que nous offre la compagnie Marcel Lupovici. Yanilou dans le rôle de Zandra, Georges Amine! dans celui de Bistouri, et tous les aures interprètes : Bachir Touré (Tom), Douta Seck (Father), Claudie Ongre (la nourrice), Tony Vivies (Basson) et M. Lupovici lui-même (le Blanc) font, chacun, des créations dont Ie spectateur se sOClviendra. Le lever de Iideau « Le petit garçon qui ne compte pas » qui révélait en Claude ChazeÎ une excellente comédienne, sera remplacé prochainement par des chants de negro-spirituals. L. M. La pièce vue par l'auteur magne. La France seule s'y est opposée et le réarmement - n'a pas eu lieu. -_ 2 Une armée allemande de 500.000 hommes ne présente

• pour la France aucun danger.

REPONSE. - 1) Cette armée de 600.000 hommes sera, _ _ quand il plaira à l'Allemagne et à ses partenaires, une armée de 1 ou 2 millions d'hommes et ceci pour un certain nom- _ bre de raisons : a) L'Allemagne - comme les autres puissances contrac tantes - a le droit d'entretenir des « forces de défenses In- Yves Jamiaque, auteur de «Negro Spiritual », a expliqué ~ ~ térieure et de police» qui ne comptent pas dans les effectifs - en ces termes la genèse de 5a pièce : ; _ ci-dessus. Ces forces existent déjà, elles sont placées sous Voici : ~ ~ le commandement du général Matzky qui, aprés en avoir, - Cinq ans de captivité dans les camps nazis. f très rapidement porté les effectifs de 10 à 18.000 hommes Une seule pensée dans des milliers de cerveaux : 4: Un; « parfaitement entraînés» réclame aujourd'hui 60.000 homjo. ur ILS dévaleront ces collines et leurs chars écraseront len- ~ mes équipés d'armes antichars. . temenot nos barbelés ». i b) L'effectif de 600.000 hommes peut être relevé sur de- - , L~ mirac!e se fit au 1.825' matin. Exactement tel que nous mande du commandement suprême et avec l'accord unanime ~ 1 aVIOns pred.t. Il y avaIt dans les chars, et courant derrière - des signataires du traité de Bruxelles. Cette même unanimité - les chars, un déferlement d'hommes dont la poussière blan- était requise pour admettre l'Allemagne au sein du Pacte c~e poudrait la peau noire. Ils venaient de Springfield, et de - Atlantique et le gouvernement français qui avait tous les - Lltlle-Roc, de New-York et de Jefferson. Ils avaient aban- moyens de s'y opposer se déclare dans l'Impossibilité de dire donné dans le Kans-as, dans le Missouri dans 1'0kioama leur - « non ». Comment pourra-t-Il s'opposer à la volonté de ses certitude de vivre, pour ce ren dez-vous' hasardeux sur les partenaires quand il se trouvera en présence d'une « recombarbelés d'un camp wesphaJ:en. - .mandatlon » du commandement atlantique et d'une armée 5 Et les mêmes larmes de cette ]ole qui fait pareillement - allemande de 600.000 hommes? mal, glissaient dans le sillon de nos rides blanches et dans - Il) Les traités donnent 14 divisions à la France contre 12 le sillon de leurs rides noires. ' - à l'Allemagne, mais, M. Max Lejeune, député socialiste, a Puis, la Paix ! pris soin de souligner, lors des débats sur la C.E.D., que pour ". L'oubli ! dégager un effectif « européen » de 460.000 hommes seu- Et quelques mois plus tard, dans les « faits divers, d'un _ lement, la France devait, en raison de ses Obligations outre- Le tinéaste Jean Vidal nous parle de son film: Emile ZOLA ON a trop souvent tendance à considérer le « courtmétrage » comme un gen"' e _mm.~l![!!l_ ~iné!!!a. C'est ignorer ce que certains films éducatifs, projetés en ~oios d'une heure et dépourvur; d'un ____ ,générique alléchant, eXIgent ses romans. Zola était un véritable reporter ... Ainsi, utilisant avec bonheur tous ces documents, le cinéaste a pu suivre pas à pas la vie de son personnage. Il a retrouvé, par exemple, les lieux exacts qui ont inspiré Germinal, priS com- 1 .... hensible. Il falllit recréer ce cU- ' mat partiCUlier dans lequel prendre la défense d'un innocent constituait un acte de courage extraordinaire, appelé d un immense retentissement. Et le réalisateur nous montre les documents qu'il a patiemques- Emile Zola, son fils, m'a journal qui avait bien d'autres chats à fouetter: 4: Atlanta : mer, garder sous les drapeaux un million de soldats, effectif _ apporté une aide précieuse. 3 nègres lynchés à m01:t pour s'être assis dans un tram- qui n'a jamais pu être atteint hors le cas de mobilisation Auteur déjà, d'un Balzac, way ! ,. générale. Dans son ,rapport sur la C.E.D., M. Jules Moch Jean Vidal envisage d'autres C'est tout ! écrivait: « Deux ans après la ratification éventuelle du tralcourts- métrages biograpil~,Jes. -Jf~ èédje ce NEGRO SPIRITUAL à ceL~ par qui je tluis té, l'Allemagne pourra donc équiper trente à quarante dlvi- Peut-être se laissera-t-il tenter vivant et libre. - slons contre la moitié moins pour la Franu en Europe lt. par Stendhal... Je le dresse contre l'oppression et la persécufon. - D-one, en fait et malgré les assurances découlant du traité, Qu'il soit pour l'instant re- Je le dédie à la déclaration universelle des droits de l'hom- les forces françaises risquent d'être considérablement Infém .. r-".ié d balla ntl'iblltiOu,hl_",,--~~e""' ___________________ ~ ____ ~:"'L~ rleures. aux forces alI_e_m_a_n_d_es _ . __ ~ _______ _ ignorer ce que certains films éducatifs, projetés en ~oins d'une heure et dépourvu:; d'un générique alléchant, eXlgent pour leur réalisation, de science, de patience et de talent. Tel est le cas de cet Emile ZOLA, que vient d'achever ,Jean Vidal, et que nous avon~ eu le privilège de découvrir au cours d'une présentation privée. La réussite est complète : Zola, devant nous, apparaît non seulement comme l'auteur d'une impressionnante série de romans, ou · le défenseur du capitaine Dreyfus, mais comme un homme vivant dans un monde vivant. - La chance, pour Zola, nous a expliqué Jean Vidal, c'e~t qu'il a vécu à une époque où l'on photographiait beaucoup. J'ai retrouvé de très nombreux portraits de Zola à dif/érents moments de sa vie : On peut suivre en détail son évolution, le voir vieillir, grossir, maigrir. Lui-même, passionné de photographie, a fixé par de nombreux clichés le cadre où il vivait. Autre élément d'information : l'énorme quantité de notes prises par l'écrivain pour préparer F. Mauriac: (Suite de la page 1) fait profession de croire que le Christ lui aussi a été un homme. Telle est la question que je viens de poser devant vous: l'ère chrétienne a~t-elle été marquée par le respect de l'homme en tant qu'il est chair souffrante capable d'endurer beaucoup de souffrance, un esprit sur lesquel il est possible d'agir, une conscience dont on peut venir à ,bout en torturant le corps ... Je suis obsédé quant à moi par toutes les croix qui n'ont cessé d'être dressées après le TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteandun, Paris 90 Tél. : TRU 00·81 FRANCE et UNION FRANÇAlST' Un an : 300 franc8. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franci lBONNEMENT DE SOUTIEN : 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: 6010·98 Pari Pour les changements d adreue envoyer 20 franes et la dernière bande. Le gérant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N .• 14, rue de Paradi .. -:- PARIS (X,) -:- a pu suivre pas a pas La Vle oe son personnage. Il a retrouvé, par exemple, les lieux exacts qui ont inspiré Germinal, pris comme Zola le petit train de la compagnie d'Anzin qui conduit au coeur du pays minier, parcouru la route rectiligne partant de Marchienne, longé le canal que l'oeuvre littéraire évoque avec tant de précision. D'où le mouvement continu de ce film, dû également, il faut l'ajouter, à l'art consommé avec lequel Jean Vidal sait animer les documents statiques eux-mêmes. C'est en cinéaste que le réalisateur nous parle de l'Affaire Dreyfus: - Alors que la vie de l'écrivain aurait pu se terminer sans histoire, cet évènement est pour le film, un rebondissement inespéré. C'est l'occasion d'une séquence dynamique, émouvante, qui équilibre les deux premièrea parties consacrées à la vie pri. vée et à l'oeuvre de Zola. Cette séquence, toutefois, soulevait de nombreuses difficultés. - Il faUait, nous explique Jean Vidal, évoquer l'ensemble de l'Af/aire Dreyfus, sinon le geste de Zola écrivant « J'accuse » n'aurait pas été comprémense retentissement. Et le réalisateur nous montre les documents qu'il a patiemment rassemblés pour recréer, en historien et en artiste, cette époque où Zola fut « un moment de la conscience humai· ne ». Voici une photo-copie du fameux bordereau, et des échantillons de l'écriture de DreyfUS et P~~t-être ~olaisser-;:t_il tenter par Stendhal... Qu'il soit pour l'instant remercié de sa belle contribution à la connaissance de l'auteur de « J'accuse », que nos lecteurs iront, nombreux, applaudir, lorsque Emile Zola, au début de 1955, sera projeté sur les écrans. A.L. vivant et libre. Je le dresse contre l'oppression et la per.sécufon. Je le dédie à la déclaration universelle des droits de l'homme. Je le dresse contre la monstruosité des intérêts matériels particuliers ou collectifs qui osent se réclamer d'une philoso-' ph:e quelconque pour ignorer le poids du sang. Je le dresse contre les imbéciles, les lâches et les couards. J~ le dédie à la race humaine toute entière à laquelle je croIS. ~""~~'''''''''''''''''''~''''~'''''. d'Esterhazy. VOici les journaux,.--------------------------------------------- les tracts, hurlant à la mort contre Zola. Voici deux affiches à peu près semblables, éditées chez le même imprimeur, l'une proclamant l'innocence, l'autre la culpabilité de DreyfUS. Pour évoquer le procès de Zola, Jean Vidal disposait de quelques (mauvaises) photos et d'une série de croquis d'audiences. Là encore, il a su admirablement animer. Deux années ont été nécessaires pour réaliser ce film, commencé à l'occasion du cinquan. tenaire de la mort de Zola. Des dizaines de livres, d'innombrables archives ont dO. être consultés. - Je tiens (} préciser, nous dit Jean Vidal, que la famiUe de Zola, et notamment le Dr Jac- ~ @mile {juille/il PARMI les talents récemment consacrés par le Prix du Disque, ot dont DOUS BU rODa à reparler, nona voudrions salner aujonrd'hui celui - encore inconnu en France il y a nu an - du pianÏ1te soviétique Emile Guillels. C'est pour le concerto D· 2 ell 1101 mineur, de Saint-Saens ,exécuté avec: l'orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, BOUS la direction d'André Cluytens, qne Guillels a obtenu le prix «lOlitte avec orchestre •. Ce morceau e81 bieu fait pour mettre en valeur le virtuose. Constamment, le piano y eODa.erve l'initiative, depuis la présentation des thèmes succe86ifs, discrètement reprb par l'orche8tre, jusqu'au final éblouÏ1lsant, qui exige :me prodigieUBe vélocité. S9U8 l~ doigt8 de Guillels les rythme!l, li dynamiqnes, prennent, semble-t-il, U::l éclat nouveau, et cette « mU8iq"..!e pure :o. bri8ant sea propres limites, se pare d 'nne étonnante grandeur. Il faut ajouter que l'enregistrement eot d'une sonorité parfaite. L'autre face, avec la sonate n° 16 en .i bémol majeur. de Mozart, rèvèle, en contrate, des qualité., toutes différentes, du même artiste. Le jeu délicatement perlé, .ervi par nue grande sobriété de pédale, exprime nne profonde sensibilité, une émotion vive et contenue. Dans un style encore différent, on entendra avec beaucoup de profit, le concerto nO 3 en nt mineur, de Beethoven, également enregistré par GuiIlels (2). Si~nalons enfin un admirable récital Guillel. (3), qui permet de savourer pbsienrs préludes et fugnes de Cbo8takovitch, un nocturne de Tchaikov8ki, la Marche de l'Opéra « L'Amour des Trois Oranges ~, de Prokofiev, ainsi qne l'étude nO 11 pour arpèges composé., de Debussy, l'une des pbs belles études ponr piano composée depni8 Chopin. Louis MOUSCRON. (1) Columbia 33 FC x 301. (2) Columbia 33 FC x 300. (3) Le Chant du Monde LDA 8104. Les chrétiens doivent etre antÎracistes Christ, par cette chrétienté aveugle et sourde qui, dans les pauvres corps qu'elle soumettait à la question, n'a jamais reconnu Celui dont, le jour du Vendredi-Saint, elle baise si dévotement les pieds et les mains percées ... Pour ne prendre qu'un exemple, c'est comme annonciatrice du Christ que l'Espagne a conquis le Nouveau-Monde. Ce fut pour l'évangéliser. Comment se fait-il qu'elle y ait anéanti plusieurs races avec la pire des férocités

celle que le lucre déchaîne

? Gomment se fait-il que cette histoire des Conquistadors nous scandalise si peu ? Lt si je parle te l'Espagne, je n'oublie pas la poutre qui est dans mon oeil de Français ... J E ne crois pas céder ici à la sensiblerie. Je médite devant vous sur le thème qui m'a été proposé : le Christ lui aussi est un homme : comment ce fait ,a-t-il eu si peu de conséquences et pourquoi n'a·-t-i1 changé en rien le comportement des hommes baptisés ? Il pers:ste à travers toute l'histoire chrétienne un sentiment de mépris invincible à l'égard des races moins évoluées ou haïes pour des raisons de tous ordres. Encore une fois je ne sous-estime pas l'immense effort d'évangélisation entrepris au sein des Eglises. Je m'incline avec respect devant tous ceulX qui aujourd'hui encore, hommes et femmes, ont fait le sacrifice de leur vie à ces peuples. Mais le rapport historique entre les peuples dominateurs et les peuples dominés n'a pas sensiblement changé depuis le Christ si même, pour des r'aisons d'ordre économique, il n'a pas empiré, dans la mesure où ce surcroît de puissance que la libération chrétienne apportait à l'homme d'Occident a été utilisée par lui pour dominer ceux qui n'avaient pas reçu la' lumière. Les richesses naturelles que les peuples primitifs détenaient à leur insu ont déchaîné et déchaînent encore une convoitise chez les nations chrétiennes qui pour s'assouvir, a répandu et répand encore beaucoup de sang. Leur domination s'est perpétuée par des procédés qui témoignent que ce n'est par l'Imitation de Jésus-Christ, mais l'imitation des bourreaux de Jésus- Christ au cours de l'Histoire qui est devenue trop souvent la règle de l'Occident chrétien. Nous avons feint de croire que ce mal séculaire était une maladie contractée récemment. Nous avons feint de croire que le nazisme avait empoisonné les peuples qu'il avait asservis et que si la torture est pratiquement rétablie chez nous, il faut voir dans ce malheur une séquelle de l'occupation et admettre que la Gestapo a contaminé ses victimes. En fait, ce qui était plus ou moins clandestin naguère est entré ouvertement dans les moeurs policières, voilà le vrai. C'est un peu ce qui se passe pour la pornographie : ce qui se vendait autrefois sous le manteau est offert désormais à tous les étalages. De même on torture aujourd'hud ouvertement... . Quelles que soient nos raisons et nos excuses, je dis qu'après dix-neuf siècles de christianisme, le Christ n'apparaît jamais dans le supplicié aux yeux des bourreaux d'aujourd'hui, la Sainte Face ne se révèle jamais dans la figure de cet Arabe sur laquelle le commissaire abat son poing. Que c'est étrange après tout, ne trowezvous pas? qu'ils ne pensent jamais, surtout quand il s'agit d'un de ces visages sombres aux traits sémitiques, à leur Dieu attaché à la colonne et livré à la cohorte, qu'ils n'entendent pas à travers les cris et les gémissements de leur victime sa voix léidorée : « C'est à moi que vous le faites 1 :. ... Comment cette grâce n'est-elle jamais donnée à aucun bourreau bapt:sé ? Comment les soldats de la cohorte ne lâchent-ils pas quelquefois le fouet de la flagellation pour tomber à genoux aux pieds de celui qu'ils flagellent ? ... Même l'esclavage n'a jamais disparu. Les Noirs d'Amérique sont les témoins terriblement encombr'ants de cette traite qui a enrichi de bonnes gens du bon vieux temps, des bonnes gens de chez nous, qu'ils fussent natifs de Saint-Malo, de Bordeaux OUI de Nantes. Il n'est pas très rassurant d'être né dans un port et d'avoir eu peut-être des ancêtres qui ont navigué- et armé des bateaux, car l'ivoire et les épices ne constituaient pas le plus beau de la cargaison . .Je cr'ois b'en que le père de Chateaubriand devait une part de sa richesse à I.a traite. Oui, la traite est une de ces choses qui sont à la source de grandes fortunes, et qui font frémir. CONSIDERONS de plus près cet homme qui a été le Christ, qui éta':t-i1 ? Car il ne s'agit pas de l'homme avec une majuscule, de l'homme en soi dégagé de tout caractère ethnique, ou du moins ne l'estil devenu que lentement... Il a été au départ un homme entre les hommes à une époque précise de l'Histoire, appartenant à uln milieu défini. Il aurait pu être riche ou pauvre, il a choisi d'être pa'uvre. Il aurait pu appartenir à la race des seigneurs, des seigneurs de son temps : les Romains. Il a choisi de naître juif. Ouvrier juif, à ces deux earactères de la personnalité humaine du Christ, comment ont réagi les généralions chrétiennes ? ... Rassurez-vous : je ne toucherai pas ici à cet immense sujet : le racisme, l'antisémitisme dans les natons chrétiennes et singU1lièrement chez les catholiques. Beaucoup de causes y ont concouru et l'instinct profond de la haine se fortifie ici de toutes les excuses que lui fC1.lrnit l'Histoire. Quelles que soient ces excuses et ces raisons permettez- moi seulement de marquer ici ce qui toujours m'a paru inexplicable le fait que le Christ ait été un enfant juif, un adolescent juif, un homme juif, que sa mère ait ressemblé à cette petite fille juive que nous connaissons peut-être, combien il est étrange que cela n'ait pas pesé, ou ait pesé si peu dans la balance pOllJI' faire contrepoids à une haine qui s'est fortifiée de siècle en siècle jusqu'au nôtre, jusqu'aux crématoires du nôtre; ils en ont été l'effroyable aboutissement. Enfants juifs qu'un sombre matin de l'occupation ma femme a vus à la gare d'Austerlitz parqués dans des wagons de marchandises, gardés pa'r des policiers français, vous resterez à jamais présents à mon coeur d à ma pensée ... Ne ressemblons pas à ce Nicodème qui ne s'entretenait wec le Seigneur qu'en secret et h nuit. Notre vie cachée avec le Christ, croyez-vous qu'elle ne concerne pas le citoyen que nous sommes ? Et si la politique nous prend, et si nous avons des responsabilités de cet ordre, croyez-vous que nous puissions approuver ou pratiquer, au nom de César, dans notre vie publ:que, ce que le Seigneur condamne, et réprouve, et maudit : les manquements à la parole donnée, l'exploitation des pauvres, la torture policière, les régimes de terreur? Ma dernière parole sera un voeU! que j'ose exprimer devant vous : nous n'appartenons pas tous au même parti et, bien loin de le déplorer, il faut nous en réjouir il me semble - à condition que dans des partiR différents nous demeurions par chacun de nos écrits et de nos actes publics fidèles à Celui qui n'a jamais répandu d'autre sang que le sien. Serions-nous divisé~ sur tout le reste, nous ne serons divisés sur rien d'essentiel si tous nous demeurons les témoins incorruptibles du DÏ1eu qui est amour. ..,~ --.:ronTI"tJ ._

Donc, en fait et malgré les assurances découlant du traité,

les forces françaises risquent d'être considérablement Infé_ rleures. aux forces allemandes. _ 3 Le traité garantit la présence anglaise sur le continent , et prémunit donc la France contre les dangers d'une ,prééminence al1emande. _ REPONSE. - En fait la contribution anglaise est fixée à _ quatre divisions et la deuxième force aérienne tactique - soit sensiblement les effectifs qui se trouvaient en France lors de la bataille de Dunkerque. De plus, la Gorande-Bretagne a le droit de rappeler ses troupes avec l'accord de la majorité de& puissances de Bruxelles (et les pays du Bénélux qui votent presque constamment avec elle suffiront à lui assurer cette majorité) en cas de « crise grave outre-mer ]) et au cas où la oontributlon fInancière lui semblerait trop lourde. Pratiquement, la ga_ rantie anglaise est donc laissée à l'appréciation de la GrandeBretagne elle-même. 4 Le traité permet de limiter et de contrôler les arme• menls de l'Allemagne. REPONSE. - La limitation etû aussi illusoire que le contrôle. L'Allemagne s'Interdit de fabrique!' des armes atomiqueo, chimiques et biologiques, mals elle est autorisée à en- __ ~reprendre des recherches nucléaires pour ses besoins civils. Dans une lettre du 16 novembre 1964, à Sir Anthony Eden, le chancelier Adenauer fixait à 3.500 grammes - pour les deux années à venir seulement - la quantité de matéMaux fissiles (plutonium, uranium, ect ... ) qui ~urralt an- _ nuellement être fabriquée Ou Importée en Allemagne. 01', une disposition du traité de C.E.D. (annexe Il à art. 107) aujourd'hui abrogée prévoyait que toute quantité supérieure à 500 grammes serait considérée comme spécialement conçue pour des armes atomiques. Quant aux armements lourds dont la fabrication est InteP-. dite à l'Allemagne, Ils font l'objet. d'une diposltlon spéciale (art. 2. protocole 3) qui permet au gouvernement fédéral d'être relevé de cette Interdiction à la majorité des deux _ tiers des puissances de Bruxelles. Enfin, la nouvelle armée allemande peut recevoir et faire _ udage de toutes les armes possibles, atomiques, biologiques, chimiques, armement lourd, etc •••• dans la seule limite c de l'équipement de ses forces ]) et de «ses exportations ». L'armée allemande pourra donc être éqUipée d'armes atomiques ainsi que l'a formellement reconnu M. Mac Millan, ministre de la Défense britannique, lors de récents débats -- aux Communes. Quant ou contrôle, Il est exercé théoNquement par une agence d'armements qui ne peut Inspecter les forces atlar.tiques que par l'entremise de l'état-major de l'O.T.A.N. qui lui transmettra ses renseignements II: par l'Intermédiaire d'ua offloier de haut rang ]). 5 Les traités ne sont pas Incompatibles avec h négo• clation. REPONSE. - Les traités reconnaissent fOMTlellement le - gouvernement du chancelier Adenauer comme c seul gouvernement allemand librement et légitimement constitué et habilité de ce fait à parler au nom de l'Allemagne dans les ~ affaires internationales ». - Ils déclarent également que la délimitation définitive des frontières devra attendre la conclusion du traité de paix. Cette position est à rapprocher de la déclaration signée à Bruxelles le 23 aoOt 1964 par les Six, qui se déclaoralent _ d'accord pour « éviter toute neutralisation de l'Allemagne, contribuer à l'unification de l'Allemagne et à sa participation à la défense commune ]). _ C'est donc toute l'Allemagne, sans limitation précise de frontière qU'on veut non seulement livrer au chancelier Ade- _ë nauer et à ses généraux mais réarmer et Intégrer dans la - coalition militaire. - On ne voit pas quelle marge de négociation peut subsister _ et c'est sans doute pour cette raison que dans sa dernière note le gouvernement soviétique a déclaré que « la ratification des accords •.• rendra sans objet les pourparlers entre les quatre pUissances sur l'unification de l'Allemagne et exclura la possibilité d'abouUr à un accord sur cette question ». 6 Les traités seront ratifiés mals pas appliqués. .REPONSE. - L'entrée en vigueur des traités est la conséquence i~ternationalement et constitutionnellement inéluctable de leur ratification. Cette ratification une fols Intervenue, on ne voit pas quel moyen le gouvernement français c lié d'une part par sa signature, d'autre part par le vote de ses assemblées, aurait de s'opposer à l'exécution immédiate de ce à quoi il a consenti. Claude-Frédéric LEVY. _ " E illlllllllllllllllIllllllllllllllllllllllllIIllllllllllllllllll1111I11111111I1111111111111111111111111I1111I1IUmll~ i / 1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!B!_!1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'111",!!!~D R 0 • TET L. 1 BEn T • '!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!~!!!!!!!!_"_!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!I!!!!!!!!!!!!!!'I""!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~I!!!I!!I!I!!I!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!! 8. NON. PAS DE NOUVELLE WEH CHr 1 38 éminentes personnalité's lantent un solennel appel Ratifier les accords de Londres et de Paris c'est encourager les éléments racistes et faire courir de graves périls à la France DECLARATION LA France a trop souffert di"Ia guerre, de l'occupation et des crimes racistes, pour que puisse être envisagée sans inquié tude la remilitarisation de l'Allemagne, dix ans à peine après la défaite hitlérienne. . Alors qu'aux postes dirigeants de l'Etat de Bonn se retrouvent tant d'anciens serviteurs du régime nazi, ce serait favoriser les forces de revanche et de guerre, ce serait encourager, en France comme outre-Rhin, les éléments racistes et antisémites, déjà virulents, que de faire renaître une armée allemande forte au départ de 500.000 hommes, dirigée par des généraux hitlériens', ainsi qu'il est prévu dans les accords de Londres et de Paris. Il faut épargner à nQtre pays ces terribles dangers. A l'heure où s'offre la possibilité d'une détente internationale et du désarmement, tous les effortS' doivent être tentés pour évi ter une ratification précipitée du réarmement de l'Allemagne, et rechercher, par la négociation entre les puissances, la solution pacifique du problème allemand, gage de la sécurité française et de la paix. Lucien BAUZIN, conseiller DELESTRAINT, avocat à la conseiller de l'Union Française; d'Etat hono rai re; Julien BEN- Cour; V. FROLOW, maître de Charles PALANT, secrétaire gé- DA, écrivain; Dr André BLOCH, recherches au Centre National de néral du M.R.A.P. ; O. POZZO président de l'AmicaLe des Mé- la Reche rche Scientifiqu e ; Pier- DI BORGO, inspecteur général decins Israélites de France; re GASCAR, écrivain, Prix Gon- de l'Instruction Publique; Mar- Elie BLONCOURT, ancien dépu- court; Justin GODART, ancien cel PRENANT, professeur à la té, commandeur de la Légion ministre; Bernard LAVERGNE, Sorbonne; Mme Henriette PSId'Honneur; Henry BULAWKO, professeur à la Faculté de Droit CHARI-RENAN; Claude RAYprésident du « Hachomer Hat- de Paris; Général LE COR- BOIS, conseiller général de la zaïr »; R. CERF-FERRIERE, an- GUILLE; Michel LEIRIS, mal- Sein e ; Evry SCHATZMAN, malci en président du groupe de la tre de recherches au C.N.R.S.; tre de re cherches au C.N.R.S. ; Résistance à l'Assemblée Con- Mme Jeanne LEVY, p rofesseur M. SICARD DE PLAUZOLES, sultative ; Dr Jean DALSACE; à la Faculté de Médecine de Pa- président d'honn eur de la Ligue Dr DANOWSKI, président de ris; Léon LYON-CAEN, premier des Droits de l'Homme; André l'Association des Anciens Com- président honoraire de la Cour SPIRE, écrivain; Gabriel TIMbattants et Engagés Volontaires de Cassation; Mlle Jacqueline MORY, écrivàin, officier de la Juifs (1939-45 ) ; R. DIDIER, MARCHAND, professeur à la Légion d'Honneur ; Général président de la Chambre des Mi- Sorb onne: Albert MEMMI, écri- Paul TUBER:r, ancien maire ses en accusation; Maurice vain, Prix Fénéon; Robert MER- d'Alger; VERCORS, écrivain; DRUON, écrivain, Prix Goncourt; LE, écrivain, Prix Goncourt; 1. Pas teur Louis VIENNEY; Dr Mme la Générale DUPONT-DE- MEYERSON, prof,esseur à la WEILL-HALLE, de l'Académie LESTRAINT; Pierre DU?ONT- Sorbonne; Amiral MOULLEC, de Médecine. L'ACTION DV M.R.A.P. C HAQUE jour, dans tous les arrondissements de Paris, se tiennent, sur l'initiative ou avec la part,cipation active des militants de notre Mouvement, des meetings, des réunions grandes ou petites, contre la ratification des accords de Londres et de Paris, qui aggraverait considérablement le danger dl! racisme et de l'ant;sémitisme. Ainsi, à l'appel du M. R.A.P., des centaines et des cen( aines de personnes se-sont mo. bilisées, des milliers et des milliers de signatures ont été rement sioniste « Hachomer HatzaÏr », M' TAUMER et notre ami Charles HUTMAN, membre du Bureau National du M.R.A.P. Une lettre aux. députés du secteur a été adoptée. Deux délégations ont été élues. ISe ARRONDISSEMENT Un meeting organisé par la sectiolll du M.R.A.P. du 18', a eu lieu le 8 décembre à la Maison Verte, rue Marcadet, sous la présidence de M. l'abbé GRANGIER, et en. présence de diverses Le meeting du S'arrondissement. A la tribune, de gauche cl droite : MM. Clavel, l'Abbé Boulier, R. Pimienta, R. Maria, M' Claude-Frédéric Lévy personnalités. Après un exposé d'Albert LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P., une résolution condamnant les accürds de Londres et de Paris a été .adoptée à l'unanimité. Elle sera portée à la conn!aissance des députés du secteur par une délégation, qui a été élue sur place. 19" ARRONDISSEMENT Le dimanche 5 novembre, à 10 h. 30, une plaque a été solennellement apposée au 57, rue La conférence des juifs d/Europe t 'allemand / contre le rearmemen L E dimanche 12 décembre s'est tenue à Paris, Salle des Horticulteurs, la Conférence des Juifs d'Europe contrs le réarmement allemand, que nous avoins annoncée dans notre dernier numéro. Plus de 400 délégues étaient présents, venus de diverses vUles de France, ainsi que de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de Belgique, d'ltalie et d'Israël. Les délégations qui devaient venir des pays de l'Est n'ont pu assister à la conférence, n'ayant pas obtenu de visas d'entrée en France. Elles ont envoyé des messages de solidarité. 1 De nombreuses personnalités sont intervenues dans les débats où se sont associées à la Conférence, par leur présence ou des messages. Citons notamment : MM. SILVERMAN, député travailliste britannique; H. LEVI, prOfesseur à l'Université de Londres; le prOfesseur MEYER (Berlin); le Dr Max MICHEL, membre du parti social-démocrate de Dusseldorf; Jacob MAJUS, secrétaire du Mouvement de la Paix d'Israël; Ben AARON, député à la Knesseth; le général CARMEL, ancien chef du « Palmach »; le Dr BENFIGLIOLI (Rome); et, pour la France : MM. les grands-rabbins MORAL Y (Nancy) et SCHILLI (à titre personnel; les professeurs Jacques HADAMARD, membre de l'Institut; WEILL-HALLE, de l'Académie de Médecine; MANDELBROJT, du COllège de France; JANKELEVITCH, de la Sorbonne; WERTHEIMER, de la F'aculté de Médecine de Lyon; l'amiral KAHM; PIERREBLOCH, ancien ministre; Alex MOSCOVITCH, conseiller municipal (R.P.F.) de Paris; les écrivains Edmond FLEG; Henri HERTZ; SCHULSTEIN; M'· Th. VALENSI ; Henry TORRES; DREYFUS-SCHMIDT; KIEFE; PIerre STIBBE; JOUFFA; Pierre KAHN; Simon COHEN; Paulette WOLF ; les docteurs André BLOCH; GINS BOURG ; H. P. KLOTZ; ABOULKER; LEIBOVICI; W. NETTER; M. V ANIKOFF, préSident de l'Association des Anciens Combattants Juifs; B. ADAM, secrétaire de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; le pianiste L. KARTUN; l'acteur Samson FAINSILBER; les peintres Maxa NORDAU; Mané KATZ; PRESSMAN; etc ... Le M.R.A.P. se devait d'être présent à cette Conférence, dont De gauche cl droite cl la tribune : Mme Jaspa (Belgique), le grand-rabbi'" Sch Ui, B. Adam Le Président LYON - C"AEN Le président Léon LYON- qu'il était fondamentalement CAEN, intervenant au nOm du imprégné d'antisémitisme et qu'il M.R.AP. a déclaré notamment; visait à la destruction, par les OTRE Mouvement qui, je '!l1?yens les plus barbares, des N tiens à le sou.\igner, comp- Ju}fs dans tous les pays o~cute parmi ses adhérents des pes par ses ~rl!1es. ~ne ~~ca'- personnalités de toutes ,~'-,.-. tQ!l.1be de 6 ~ll}lOns d Isr~eht~s nes, de tous les miI:eux confes- en Europe, VOila s?n. dernier b!sionnels, philosophiques et po- lan!. Pour nous, JUlf~ français litiques, lutte sans relâche de- survlvant~, quel aye.rhssement 1 puis plusieurs années contre la Quelle raison de l'eslster! No~s remilitarisation de l'Allemagne proclamons avec vous que le re- .ln Q n ~~ n + :1 f .. + ~ " " "n_+ ~". armement allemand. Dour redes entraves, sinon même enlever toute raison d'être à la négociation entre les grandes puissances, - cette négociation reconnue cependant et proclamée nécessaire par les signataires mêmes des accords, mais qui, une fois ces derniers approuvés, risque fort de n'avoir plus d'objet, à moins que ces 'accords eux-mêmes commencent par être abolis. l'objectif était de combattre la renaissance du militarisme allemand, et l'aggravation du danger de l'antisémitisme, qui en résulte. Au nom de notre Mouvement, notre président, M. Léon L YONCAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, s'associa en t ermes émouvants à ces objectifs. Parmi les autres mouvements et organisations qui avaient donné leur adhésion à la Conférence, citons la L.I.C.A., l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, l'Union Sioniste de France, les Anciens de la Résistance Juive, le Cercle Bernard Lazare, le Comité de Coordination des Organisations Juives de Nancy, les communautés israélites de Versailles et de Saint-Fond, etc ... AprèS l'allocution d'ouverture de M'André BLUMEL, président du Comité Juif d'Action contre le Réarmement Allemand, un rapport fut présenté par notre ami Claude-Frédéric LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P., sur les accords de Londres et de Paris. Au cours de la riche discussion qui suivit, c'est sur l'union nécessaire devant le danger, qu'insistèrent l'ensemble des orateurs, venus de tous les horizons politiques, de tous les milieux sociaux. La résolution finale, adoptée à l'unammité, souligne que « tous les juifs d'Europe, échappés aux hécatombes h i tlériennes, éprouvent une commune angoisse et une même indignat ion à l'idée que le vote des accords de Londres et de Pari s, par tous les Parlements intéressés ou toute autre forme de réarmement d'une partie quelconque de l'Allemagne, rendrait des armes à ceux qui portent la responsabil ité de l'assassinat de millions d'êtres humai ns, parmi lesquels six millions d'hommes, de femmes et d'enfants, dont le seul crime était d'être juifs ». Elle appelle « tous les juifs d'Europe et du monde à élever, dans l'union la plus complète, la pUissante protestation de ceux qui ont payé le tribut le plus lourd à Hitler », et « adresse un appel solennel aux puissances alliées, dont l'union permit, il y a 10 ans, de vaincre le nazisme, les adjurant de ne pas ressusciter la Wehrmacht. » Le Grand -Rabbin S CHI L L 1 Voici quelques extraits de la déclaration faite par M. le Grand-Rabbin Schilli (à titre personnel) ; Je suisve-n-u~p-o-u-r-Ia même raison que vous : comme juOf, comme rabbin, je me dois d'être contre tout réarmement allemand. Remettre des armes entre les mains de ceux qui ont été condamnés à Nuremberg, permettre aux généraux nazis de reprendre le commandement d'armées dont nous savons ce qu'elles feront, infliger un démenti à tout ce qui a été dit hier et à la fidélité que nous avoM jurée à nos morts, voilà contre quoi nous nous élevons. Nous ne savons pas ce que riens, qui sont les amis de ceux qui devraient être nos amis, sont devenus des démocrates. Nous ne croyons pas à un progrès si rapide. Ne fermons pas les yeux sur la réalité. Nous devons pouvoir, demain, ne pas rougir lorsque nos enfants nous demanderont des comptes. C'est pourquoi je suis lCI, comme juif , et comme rabbin. C'est pourquoi je serai toujours avec vous pour protester qwand seront préparés de tels crimes. Ainsi nous pourrons dire « Nous n'avons rien fait pour que cela soit. Nous avons fait notre devoir ). 'la politique de demain apporte----- ra. Certains nous prédisent les LE DE' PUTE' pires des malheurs, en cas de non-réarmement de l'Allemagne. S'il en était ainsi, nous aurions TDAV4I1 LltT[, ueau moins les mains propres. On fl IL hltli. ---. ne pourrait pas nous reprocher SILVERMAN d'avoir été les complices des criminels d'hier ... Car on ne me dira pas que Kf'!;selrin!! et les autres hitlé- ... Le réarmement de l'Allemagne est une auestion sur laauelLe meeting du 5' arrondissement. A la tribune, de gauche à droite : MM. Clavel, l'Abbé Boulier, R. Pimienta, R. Maria, M' Claude-Frédéric Lévy nes, de tous les miJ:eux confes- en r6pe, voilà son dernier bi- - sionnels, philosophiques et po- lan! Pour nous, juifs français litiques, lutte sans relâche de- survivants, quel avertissement 1 puis plusieurs années contre la Quelle raison de T·ésister ! Nous remilitarisation de l'Allemagne proclamons avec vous que le réde Bonn, et il fut à l'avant-gar- aTmement allemand, pour rede, aux côtés de votre Com:té, prendre les termes de votre élodans le combat contre la C.E.D., quent appel, .: est un défi à l'héde Flandres (19') à la mémoire aujourd'hui défunte, combat que ToÏsme des martyrs de la Résisdu jeune Albert Platek, mort nous pou,rsuivons aujourd'hui tance et de la déporbtion ~. pour la FranC\! à 17 ans, devant coude à coude, contre son suc- Avec vous, nous déclarons la: poche de poyan. cédané, les accords de Londres qu'en réarmant l'Allemagne de Notre ami M' DYMENSTAJN, et de Paris... Bonn da'ns le cadre de l'O.T.A. membre dUt Bureau National, re- Pour tous les hommes réalis- N. et de l'organisation de Bruprésentait le M.R.A.P. au Comité tes, qui ne se bercent pas d'il- xelles, les accords ne feront que de ParrainlGlge, qui comptait de lusions et n'ont pas oublié les cristalliser la division de l'AInombreuses personnalités du leçons de l'histoire, le réa:rme- lemagne, et par suite de l'EUt- 19', notamment M' LENOBLE, ment allemand, c'est de toute rope, en deux blocs hostiles, MM. OBERHAUSEN, GERVAI- évidence, le réveil du militaris- durcir les positions de part et SEAU, CHAFFRAIX, CORNET, me allemand, cause des maux d'autre, empêcher la réunifica- GAGNEPAIN, BONNET, direc- dont l'humanité souffre encore. tion du pays, compromettre les -quî~uJle fOlS ces aermers approuvés, risque fort de n'avoir plus d'objet, à moins que ces ·accords eux-mêmes commencent par être abolis. teur et professeurs des écoles Et ce militarisme a montré, au chan.ces actuellement visibles de Et pu,is à l'heure où une grande espéra'nce luit à l'horizon, où la voie s'ouvre enfin favorablement au dé.;armement progressif, général et contrôlé, qui répond aux aspirations profondes de tous les peuples et auxquels la France et ses alliés eux-mêmes prétendent vouloir travailler, - quelle contradiction, quelle amèl-e dérision de redonner des armes à ceux qui n'en ont plus, qui en ont fait l'utSage que nous savons tous et qui n'hésiteront pas (leurs dirigeants ne s'en cachent pas) à les mettre au service de leurs ro~fi~ctd"dh~n"~M~ _________________q U_e_h_é_q_U_e_n_b_AIb_e_r_t_P_I_a_~_k_._ __c_ o_ur_s _~_ _la_ _d_ e_m_i_è_re _g_ u_e_rr_e_,_dMe~e in~rnCharles 2 avril 2010 à 10:12 (UTC) Charlesr revendications territoriales ... galions se sont rendues auprès --------------------------- des élus pour leur faire connaître fopposition des antiracisles aù réarmement allemand. Nous relatons Li-dessous, quelquesunes de ·ces manifestations. 5e ARRONDISSEMENT La section du M.R.A.P. du 5' arrondissement a organisé le 6 décembre à la Mutualité (salle M) une conférence intitulée : L'obstacle principal sur le chemin de la paix : la restaurat,on du militarisme nllemand par le3 accords de Londïe~ et de Pari.~ Sous la présidence de M. Robert PIMIENT A, ancien député, M. l'abbé BOULIER et M' Claude- Frédéric LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P., firent des exposés, que suivit une discussion anim~c. Des messages s'a:, );:iant à la manifestation avaient été en~ voyés par MM. DRESCH et WAGNER, professeurs à la Sorbonne; Pierre ESTRADERE, dLputé ; H. HERMAND, journaliste à « La Qui'rtzaine . ID" ARRONDISSEMENT Le vendredi 10 décembre, salIe Yves-Toudic, s'est tenu un grand meeting organ'sé par le Comité Juif du 10" arrondissement contre le réarmement allemand. Devant plus de 300 personnes, ~t en présence de nombreuses personnalités, M'André BLUMEL, secrétaire général de la Fédération Sioniste de France; M. Charles LEVI NE, membre du Comité Central de la L.I.C.A. et notre ami Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., ont pris tour à tour la palole. Charles PALANT rappela les propositions d'action commune faites par le M.R.A.P. à la L.I.C. A., pour La lutte contre la C.E. D., puis contre les accords de Londres et de Pa·ris. Il souligna combien plus efficace serait notre effort si les a'ntiracistes resserraient leur union. L'assistance approuva chaleureusement son appel. 12" ARRONDISSEMENT Au cours d'un meeting organisé dans le 12' arrondissement, 154, avenue Daumesnil. ~ous la présidence du Dr LEIBOVICI, (mt pris la parole : Henry BULA WKO, président du mouve- • Violentes manifestations antisémites à Berlin en d'Adenauer , presenc.e d'un ministre UN journal allemand vient de confirmer la justesse et l'urgence de notre combat contre les accords de Londres et de Paris. La Frankfurier Allgemeine Zeitung, paraissant à Bonn, écrit: « Avec la remilitarisation, certains ressentiments nationalistes montent. Les antisémites commencent à se regrouper. Les publications antisémites augmentent :). Les conséquences de ce regroupement se sont manifestées, ces temps derniers, avec une particulière violence. A l'occasion de la récente campagne électorale à Berlin- Ouest, un meeting typiquement nazi s'est tenu au Sport-Palast, de sinistr'e mémoire. Orchestre jouant des marches militaires, mains levées, service d'ordre agressif, formé de nervis en uniforme, délire de la foule - tout rappelait les manifestations où Goebbels et Hitler prononçaient leurs harangues. Tout cela se passait en présence d'un ministre d'Adenauer, le Dr Hans-Christoph Seebohm, principal orateur de la soirée. Et quand il eut termi·né son disCOUilS, où il approuvait chaleureusement les accords de Londres et de Paris, ce fut un déchaînement inoui de brutalité. Tous les assistants qui refusèrent ' de chanter le Deutschland uber alles ou de saluer à l'hitlérienne furent insultés et attaqués par le «' service d'ordte . On enlenda,it partout les cris hainewx de « pourceau juif 1 , « iraître juif! », « les chambres à gaz n auraient pas da vous épargner 1 , « il est temps que vous retourniez dans les camps de concentration . Le ministre a refusé de se désolidariser de ces manifestations anfsémites, qui ont soulevé de vives protestations dans les milieux juifs et démocrati'lues. Parallèlement, on annonce que les dirigeants de la communauté juive de Berlin vien.nent de recevoir des lettres signées tie la: croix gammée, où l'on peur! lire, entre aut:es menaces : « Nous sommes de retour! Berlin sera bientôt débarrassé des juifs. Notre heure a sonné. Le directeur d'un asile de V'Îeillard,s juifs a reçw, de son côté, un billet ainsi conçu : « L'Allemagne sera débarrassée des juifs une fois encore. Notre ob ject:f sera atteint le 27 févner 1956. Retenez cette date . On nous signale également la diffusion massive, en Allemagne occidentale d'un « poème , antisémite, signé Strumk, qui se termine ainsi : « j'ai envie de cracher, lorsque je vois s'élever les monuments commémoratifs des juifs ». De toute évidence il s'·agit d'une offensive synchronisée de propagande et d'intimidation. Il en résulte, en Allemagne occidentale une atmosphère que tous les observateurs comparent à celle du régime hitlérien. Ces faits montrent avec éclat combien serait grave la situation que créerait la ratification des acords de Londres et de Paris. Il faut écarter ce terrible. danger. Le M.R.A.P. à la L.I.C.I.: (( Agissons ensemble! ... » Une délégation du Bureau National du M.R.A.P., composée d'Albert Lévy, Me Manville et Me Claude-Frédéric Lévy, s'est rendue le dimanche 5 décembre au' 17' congrès de la L.I.C.A. Cette délégation a déposé la lettre que nous publions cl-dessous, et qui a été lue à la tribune par le président de séance : Monsieur le Président, Messieurs et Chers Amis, Tous les antiracistes se sont félicit és de l'échec de la première tentative de reconstitution du militarisme a,Jemand Le rejet de la C.E.D. par notre pays répondait aux vO'Ux de tous les Français indigu(s et anxieux de voir rd:lli t l3. moln,; de dix ans après Il fin de la seconde guerre mundir,le, le spectre d'une :J.ouv~lle Wehrmacht toujours imbue des théories barbares qui coû.tèrent tant de vies innocentes. C'est pourquoi les antiracistes s'étalent dressés contre la C. ·E.D. Une fols de plus, leur juste cause s'identifiait à la cause de la France et de la Paix. La lutte contre la C.E.D. fut l'occasion de divers rapprochements entre les adhérents et amis de nos deux organisations, comme elle fut, dans le pays, Le ciment d'une unité nationale sans précédent depuis les jours sombres et héroïqUes de la Résistance. Pour nolre part, nous avons salué avec joie et confiance les prises de position communes de militants de la L.I.C.A. et du M.R.A.P. lors de différentes manifestations publiques, locales ou centrales. Nous sommes absolument persuadés que cette union, quand elle s'est réalisée, a étéparticulièrement efficace dans la lutte contre la C.E.D. Mais, de nouveau, le danger d'une armée allemande apparaît avec les accords de Londres et de Paris, une armée allemande forte au départ de 500.000 hommes, dotée de chars et d'avions de guerre, commandoo par un état-~ajor de généraux promus sous HItler, racistes, Impatients da revanche, animés de revendications territoriales et politiques qui mettent la sécurité de notre peuple et la Paix mondiale en péril. Et cette menace survient au moment où Il est possible d'une part d'entrevoir enfin la réallsatlon d'un désarmement général, progressif et contrôlé - et d'autre part, d'engager une négociation véritable entre les puissances, en vue d'une solution du problème allemand, qui évltrrait au monde le cauchemar d'uni.' nouvelle Wehrmacht. La nécessité d'entamer une telle négociation Internationale dès avant les débats de ratification, est soulignée par des hommes politiques français appartenant à tous les milieux, à tous les partis. Elle répondrait, en outre, à l'espoir de paix de t.ous les antiracistes el de l'Immense majorité du peuple de notre pays. Le devoir qu'ont l·es anL.racistes de soutenir une 1,'lIe négociation apparalt dllltant plus lorsqU'on sait que la presse raciste et antisémite b" Utient de toute sa viruleot· ... J h création au plus tôt de l'arml't! allemande de la revanche. Face à une situation d 1'1t la gravité est telle que rien ne saurait plus justifier le r~fus d'analyser ensemble l'es ')r·1- blèmes, nous croyons. Chers Amis, que le souvenir sa (,1 t'. des épreuves et des deuils communs devrait nous ~ermettre de trouver un langagt! commun. Nous croyons que le 'l.UV8- nlr sacré des luttes de la Résistance et encore. sI près de nous. la victoire remportée sur la C.E.D. par tous les patriotes, devraient nous Incller à une rencont.re amicale et pourquoi pas ? fraternelle. Nous pourrions alors ensemble proclamer l'opposition des antiracistes à la renaissance du militarisme allemand quI créerait en Allemagne une sltuatlon de force, entralneralt Inévitablement une aggravation de la temlon Int.ernatlonale et compromettrait les chances du désarmement. Nous pourrions soutenir de nos voix unies l'Idée de la négociation Internationale ImmMiate pour une solution pacifique du problème allemand. conforme à la sécurité de tous les peuples. Tel e"l le mes!'age que notre Mouvement croit devoir adresser solennellement à votre 17' Congrès. Dans l'attente de votre réponse. croyez, Chers Amis, à nos sentiments sincèrement antiracistes. '" * '" A ce message, qui fut accueilli par les applaudissements d'un grand nombre de délégués, la L.I.C.A. n'a pas encore répondu, à quelques jours de l'ouverture du débat sur la ratification des accords de Londres et de Paris. au moins les mains propres. un ne pourrait pas nous reprocher d'avoir été les complices des criminels d'hier. .. Car on ne me dira pas que Kesselring e~ les autres hitlé- Le Grand-Rabbin MORALY de Nancy _ •• Je considère comme un devoir pour tout Français et tout juif, d'exprimer ses craintes justifiées en face du réarmement allemand. Edmond FLEG Ecrivain SI fatal que se prétende l'abandon qu'on nous propose, je ne saurais, comme Juif, comme Français, européen, homme, concevoir qu'en d~plt de toute ex·pérlence, de toute piété, et avant tout d'essai d'accord entre l'Ouest et l'Est, Il nous faille, de toute nécessité, réarmer les nazis, que tant d'Allemands refusent d'armer. - •• In_ .,. ...... v. SILVERMAN ... Le réarmement de l'Allemagne est une question sur laquelle nous, juifs, avons le droit et le devoir de dis culer, comme citoyens de chacun des pays que nous habitons : nous avons perdu 6 millions des nôtres, 6 millions d'êtres humains, hommes, femmes, enfants de tous dges, non pas sous la dure nécessité de la guerre, mais, massacrés froidement, délibérément ... Cependant, je n'ai jamais été de ceux qui jouent les vengeurs. ]' estime que parmi les Allemands de l'époque hitlérienne, certains étaient peu coupables, d'autres étaient innocents, d'autres étaient coupables à des degrés divers. Mais, ce qui est certain, c'est que si l'on réarme l'Allemagne, ces armes tomberont dans les mains de ceux qui sont les plus coupables. ... C'est pourquoi ce que nous faisons ici a recueilli l'approbation de la presque totalité des juifs du monde en~ier. Le message de Comité sOlJiélique de Défense de la Pai;t Le Comité Soviétique de Défense de la Paix salue les participants à la Conférence des organisations et personnalités Juives contre le réarmement allemand. Nous com.prenons profondément et ·partageons l'inquiétude de l'opinion publique Juive de France et des autres pays européens, provoquée par la menace de la renaissance du militarisme allemand. Des millions de juifs sont tombès victimes des assassins hitlériens dans les pays oçcupés d'Europe, au cours de la deuxième guerre mondiale. • Nous sommes persuadés que votre noble Initiative fournira un apport utile à la lutte des patriotes de France et de tous les par. pacifiques contre la militarisation de l'Allemagne occidentale et la menace d'une nouvelle guerre mondiale. Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour le succès de votre Conférence. LE COMITE SOVIETIQUE DE DEFENSE DE LA PAIX. Le général CARMEL (Israël) L A résurrection du militarisme allemand, qui devient de plus en plus réelle. est l'oiseau de mauvais augure. prélude d'un danger Je guerre et de destruction. Ce fni· litarisme. coupable d'avoir c 1Usé deux guerres totales en une seule génération, responsable de la mort de millions de personplus hideux. Notre place es' dans les rangs du camp de la paix dans le monde ... La volonté unie et farouche de tous les hommes haïssant la guerre brisera le front de ceux qui préparent une troisième guerre mondil,le. et instaurera une paix stable, vraie et dura.ble. nes; ce militarisme qui a mé- ,...-___ _ thodiquement et sciemment organisé l'e~termination avec une barbarie inouie du peuple juif, port( en lui le germe d'une nouvelle guerre. dont les résultats sont inimaginables. .. , Que personne d'entre-nous, pourtant, ne désespère! Que personne n'ose dire que le sort en est jeté et qu'il ne reste plus rien à faire! Malgré tous les dangers. il nous est interdit dl! nous laisf,er aller au pessimisme. Nous devons élever la voix contre le réarmement de ceux qui ont perpétré de tels crimes, et en préparent d'autres, encore Le Dr H. Pierre KLOTZ Médecin des Hôpitaux Je tiens à vous féliciter vivement de votre initiative. Que ce1'talns Juifs puissent, au mépris de leurs ,martyrs, quelquefois même au mépris de leurs propres disparus les plus chers, leu.!' père ou leur fila, accepter le réarmement d'une Allemagne militariste et nazie, est un scandale, un défi, non seulement à la fidélité, mais aussi à l'Intelligence, à la prudence, à l'intérêt bien compris de tous les hommes de paix. 4 Au Quartier Latin Le racisme, de lu crise du complice logement UN cas tragique parmi d'autres

ce couple d'étudiants,

avec un bébé, est menacé d'être jeté à la rue. La famille Combary paie 5.000 francs par mois pour une chambre, au foyer du 14, rue Rollin. 5.000 francs, pour l'Associat ion , des Femmes de l'Union Française (A.F. U.F.), qui gère l'immeuble, ce n 'est pas encore suffisant. Elle exige une augmentation, et devant le refus des locataires, elle entend les faire chasser, par la police. La famille Combary n'est pas Sèule en cause. Cinq autres étudiants d'outre-mer risquent d'être expulsés, dans les mêmes conditions, avec leurs quelques livres et leur modeste garde-robe. Reste le « COP AR », rue Soufflot, organisme officiel dont l'une des fonctions est de rechercher des chambres pour les étudiants. Là encore, le racisme n'est pas absent. Au lieu de tenter de détruire les préjugéS des propriétaires, le personnel prend les devants et leur pose la ques' tion : « Acceptez-vous les gens de couleur ? ». Et l'indication est soigneusement reportée sur les listes, il. côté du prix du loyer. Ainsi, les étudiants d'outremer, outre les odieuses vexations racistes, doivent faire face, dans le domaine du logement il. plUS de difficultés encore que leurs condisciples. Est-il digne du Quartier Latin, de la France, qu'une telle situation, de telles pratiques soient encore il. dé- Ne laissons pas bafouer la mémoire .il L'O~N.~. . Voulez-vous • ... La délésaUon rân~alSC du Jeune heros Henri BECKERMAN n'a Bas condamne gag~~r . • .. • un frigidaire 7 assassine au nom de 1 cc Europe »» le racisme ou un poste C sud-africain de télévision - HAQUE Français devra it pouvoir, de temps en temps, parcourir les journaux de ces années te rribles, où « l'Europe ~ batta it son plein. Si at tentif que l'on soit aux évènements, on oubl ie. On ,oublie ces horreurs et ces scandales, cette haine et cette hypocrisie qui' submergeaient alors la France abattue ... 1941. La Wehrmacht est déchaînée. Tous les jours, flambent les communiqués de victoire

« les Allemands passent

le Dniepr inférieur :., « les bolcheviks en pleine désagrégation », « le port de Southampton pilonné par la Lutwaffe :t . Goebbels proclame : «Plus de danger à l'Est . Hitler claironne

« IL n'y a plus d'adversaire

que nous ne puissions battre ». Ou bien encore : c: Si les Anglais tentent une offe'nsive à l'Ouest, ils repartirQnt aussi vite qu'ils seront venus » ... ". Treize ans après, Wehrmacht et « unio", européenne » étant de nouveau à l'ord r'e du JO Uir, des vandales ont cru le moment venu de détruire la plaque qui, depuis la Libération, commémore le sacrifice d'Henri Beckerman, sur la maison qu'H habitait, 21, rue de Tourtille (20"). Ce n'est pas solliciter les textes, ni se livrer à une interprétation tendancieuse que de faire U"' tel r,approchement. C'est constater la simple, la cruelle réal ité. Les collabos a'uraient moins d'audace s'ils ne voyaient tés n'avaient pas été remplies pour l'homologation de la première plaque. La Commission politique de l'O .N.V. a adopté, le 8 décembre, une résolu tion condamnant sévèrement la ségrégation raciale (apartheid) pratiquée en Afrique du Sud. Cette résolution a été adoptée ensuite par l'Ass emblée Générale. L A diffusion des BONS DIE SOUTIEN à 100 francs. édités par le M.R.A.P., continue. Ces bons de soutien, rappelons- le, donnent droit à la participation à une TOMBOLA gratuite, avec 30 g,ros lots dont un poste de télévision (819 lignes), un fl'Igldalre «Frigeco», un moulin à café électrique, un raso,," électrique, un appareil photographique, un lampMlalre artistique, etc •.• Peuvent-ils I\ller a!lleurs ? Les bourses, s'ils en ont, sont bien maigres pour résoudre le problème du logement. Et, sur les étudiants d'outre-mer pèse toujours, maints exemples douloureux le prouvent, la menace du retrait arbitraire de l'allocation qui leur a été accordée. plorer ? ----------------, Protégés par la Wehrmacht, qui déf,ilait sur les Champs-Elys ées en présence du général von Schaumburg, les Déat, Clementi, Bucard et autres Cousteau, hurlaient à la' mort dans leurs feuilles infâmes et tenaient des meetings retentissan1s; Pétain faisait appel à la jeunesse et élaborait la « charte du travail » ; Abetz organisait l'exposition « Le juif contre la France » et Xavier Vanat affirmait: « Le juif sera éliminé » ... Et voici que, sur trois colonnes, bien en vue au milieu de la première .page, surgit le fameux Un large Comité Henri Beckerman s'est form é. Il comprend des résistants, des déportés, des anciens combattants, les représentants de diverses organisations, dont le M.R.A.P. et la L. I.C.A. Il fait appel aux personnalités, à tous les gens de bonne volonté pour que soit menée une action vigoureuse, pour que la population al ertée fasse triompher le souvenir de Beckerman. Déjà des centaines et des centaines de signatures ont été recueill ies. Des I-istes de, pétitionl cirwlent encore. Des délégations s"organisent. Un grand meeting est envisagé. Lutter pour obtenir que soit remise la plaque du jeune héros, c'est le devoir commun de tous ceux qui n'ont pas oublié, et ne veulent pas revoir les horreurs passées. C'est le devoir des antiracistes, tous unis. Elle invite instamment l'Vnion Sud-Africaine « à réexamine .. sa ,position à la lumière des principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, en tenant compte de l'engagement pris par tous les Etats membres de respecter les droits de l'homme et les libertés fondamentales sans distinction de race ». Le tirage de cette tombola devait avoir lieu au Gala du M.R. A.P., le 7 novembre. Malheureusement, il a fallu '1 renoncer

un trop grand nombre de

bons de soutien restaient Invendus, et les numéros gagnants risquaient de s~ trouver parmi ceux-là. La quête d'une chambre est trop souvent le cauchemar :tuo· tidien de ces jeunes gens venus en France parce que, dans leur propre pays, les étude:; sont impossibles, t::"u1"e d'Universités Iront-ils à l'hôtel ? Il arrive encore qu'en voyant la couleur brune de leur peau, l'hôtelier r aciste puisse impunément leur lancer le fatidique : «Complet». Avec les étudiants Guadeloupéens Le 28 novembre, à la Schola Cantorum, s 'est déroulée la première assemblée générale de l'Association des Etudiants Guadeloupéens, pour l'année universitaire 1954-55. Notre ami Charles OVEZAREK, chaleureusement applaudi, a salué l'assemblée, au nom du Bureau National du M.R.A.P. Un fructueux échange de vues a eu lieu sur l'action commune du M.R.A. P. et des étudiants guadeloupéens dans la lutte antiraciste. La famille Combary ""'--AVIS 1-es 6, 10 et 11 septembre 1941, des agressions ont été commises à Paris, contre des membres de l'Armée allemande. Par mesure de répression contre ces lâches attentots, les ôtages suivants ont été fusillés, confor ... mément à moln ordonnance du 22 août 1941 Der Militârbefehlshaber in Frankreich Von Stulpnagel General der Infanterie Dans la liste, avec neuf au!tres, le nom de Henri Beckerman, né le 12 juillet 1920. L'un des premiers résistants Heonri Beckerman pointer la perspective du réarmement de leulrs maîtres d'hier. Henri Beckerman fut l'un des En profanant la plaque d'un premiers résistants. Ardent mi- jeune résistant, juif de surcroît, litant antifasciste, l'occupation, ils veulent à l,a fois braver la loin de le faire sombrer dans le Résistance et rappeler leur andésespoir avait décuplé son ac- tisémitisme. Ils nous avertissent t ivité. De nombreux habitants qu'ils n'ont pas changé et ne du 2()e se souviennent de sa fer- renoncent pas à la revanche. meté souriante, des encourage- La plaque d'Henri Beckerman, ments qu' il dispensait à tous. dont la profanation a causé u~e Beckerman n'acceptait pas vive émotion dans le 2Ü", dOIt « l'Europe , il luttait. donc être solennellement remise C'est à Strasbourg-Saint-De- en place. Ma'is le propriétaire nis qu'il fut arrêté alors qu'il de l'immeuble, se faisant comdiffusait des tracts antinazis, le 'Pliee des vandales, refu~e son 10 juillet 1941. Il avait 21 ans autorisation. Et les pouvOIrs putout juste. blics refusent d'intervenir, sous Nous ne permettrons pas que Beckerman. soit tué une seconde fo is. Fidèles à son souven:r, nous lutterons pour qu'il ne soit pas mort en vain. Albert LEVY. Les antiracistes se réjouiront de cette décision. Mais grande est notre surprise, notre indignation, d'apprendre que parmi les neuf pays qui ont voté contre la r ésolution, se trouve la France. De nombreuses protestations, nous en sommes cer tains, feront savoir au gouvernement, combien ce vote est contraire aux traditions et à la volonté de notre peuple. SAMEDI 22 JANVIER 1955, à 20 h. 30 SALLE PLEYEL 252, Faubourg Saint-Honoré GRANDE SOIREE DE GALA FESTIVAL DE L'ENFANCE organis ée par la COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE 400 enfants inteprétertlnt le conte féérique Que cherches-lu, enfanl '? Textes et poèmes de Josette MELEZE Mise en scène de Daniel DARRAS Direction Musicale de J. HOLODENKO Chorégraphie de Paul DOUGNAC Un ensemble éblouissant de Costumes de Poésie, de Chants et de Danses Les billets de 250 à 800 francs, sont à retirer à la COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE 14, Rue de Paradis - PARIS-1oe Tél. : PRO. 90-47 et 48 (Métro : Gare de l'Est) Donc le tirage a été reporté à une date ultérieUire, au début de 1955. Et tous les militants et amis de notre Mouvement ont maintenant pour tâche d'honneur de diffuser au plus vite les bons restants. Certains en ont encore : Ils doivent les placer immédiatement, puis s'en procuru d'autres. Il appartient, de plus, à chaque section d'organiser la diffusion systématique, Individuelle et collective. Voici bientôt les fêtes de fin d'année. C'est une époque où l'on voit beaucoup d'amis. Sachons en prof~e~ Avec un effort de chacun de nous, des milliers de bons de soutien pourront être JI'lacés en quelques Jours. Il suffit d'y penser, d'avoll' conscience des difficultés financières chroniques rencon,tré86 par notre Mouvement et que III vente de tous les bons de soutien permettrait de résoudre partiellement. Chers lecteurs de « Droit el Liberté », militants et amis du M.R.A.P., faites le tour de vos connaissances, et c'est par carnets entiers que vous pourrez placer les bons de soutien. C'est une nécessité vitale pOUl' les hommes égaux devant le sport notre Mouvement. Jugé sommairement, incarcéré prétexte que toutes les formaliau Cherche~idi, il mourut, ___________________________________________________________________________ ~ _____________________________________ deux mois plus tard sans s'être (Suite de la page 1) Voilà un rapide coup d'oeil sur la boxe, qui met en relief la diversité des ressources pugilistiques de notre pays, puisque parmi les champions cités se trouvent des t Ch'timi :t, un Normand, un israélite d'Afrique du Nord, un arabe et un descendant d'Espagnols, d'Af!"i9ue • D ... _ . C"tn.11 au fameux Robinson, au palmarès des poids moyens, est un Hawaïen d'origine suédoise, né à Honllulu. Le vétéran des champions, le terrible mi-lourd Arch:e Moore est aussi du plus beau noir. Enfin, le détenteur du titre suprême, Rocky Marciano, Américain de descenda'nce italienne est « le blanc » qUii a enfin mis en échec es rands départi de son optimisme, certain de la victoire finale. Il laissait une femme et U!lJ bébé de quelques mois. le réswltat compte, où l'on peut mesurer la valeur des hommes gants au poing, au bien avec un chrono, un mètre, ou encore en comptant les balles placées dans un panier, on a pu s'a'perceVloir Au nom en tous temps, tous lieux et tou- de « l'Europe » ! tes spécialités qu'il n'y a pas de « super-race », que tel que l'on Ah 1 ,j! taut relire l'ignoble ILISEZ Non. M. Mendès-France croyait invincible est détrôné un prose des journaulx « européj, o nar un autre homme é'J_-,e!,,n!,s~~c~o!m!""m,,,e",n,,t. .a. .nn 't~l,,e,"--c,,,r-i,,m,,,,,e"-';_...1-__M Sv hlai lll ' her~ dlredeur NOS LECTEURS···I l' Allemagne, d'accord.~, Mais lui redonner des armes, c'est exactement comme si vous redonniez de la drogue if un intoxinos martyrs seront assassinés deux fois. NON, MONSIEUR MENDES- E AN E US N'AUfai été très étonnée qu'il y ait aujourd'hu; encore de l'antisémitisme en Europe. Chez nous on .a .c!.éjà ou~lié ce qu'est l'an C-:C-_ -J1VUY\,:UL U\..3 " "'.. ....... .r,-,;rn--- Normand, un israélite d'Afrique du Nord, un arabe et un descendant d'Espagnols, d'Afrique du Nord également, un Parisien, 'Un gars de Montpellier, un noir de Konakry. Et n'oublions pas que le même échantillonnage se retrouve parmi les champions de France ou. les vedettes de la boxe amateur. La liste des champions du monde « pros » ne manque pas non plus d'intérêt. Le champion des poids « mouche » est un jaune, le japonais Yoshio Shi' rai, celui des « coq », notre petit Cohen, est un israélite de Bône, nous le savons, et il a conquis son titre sur le Siamois Songkitr,at, un jaune par conséquent. Les champions des trois autres catégories, Sandy Saddler (plume), james Carter (léger), johnny Saxton (mi-moyen) sont des noirs américains. Carl t Bobo » OIson, qui a succédé le carnet de D.l. Alban SATRAGNE C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris la mort subite de notre ami Alban SATRAGNE, conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine, brutalement emporté, à l'âge de 57 ans, par une congestion cérébrale. Avec Alban SATRAGNE nous perdons un fervent et dévoué combattant antiraciste, qui, depuis la fondation du M,R,A,P" ava,it toujours été à nos côtés, Le M,R,A,P, et ({ Droit et Liberté » adressent à la famille d'Alban SATRAGNE l'expression de leurs sincères condoléances, Naissance Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Joëlle-Myriam, fille de notre ami Jacques EISEN BERG, de Strasbourg, Nos félicitations aux heureux parents, et nos meilleurs voeux, ANNONCE • Chef comptable parlant ail., grde exp. bilans, quest. fisc., cher. tra. 1/2 J. ou temps partiel. Excell. réf. Ecr. Journal. 'du titre-suprême, Rocky-~arci~te~s~~s~p~e~'c~ia~I~,t~é~s~q~u~,rril~n~y~a~p~a~s ~e~~-~WF~~""Charles 2 avril 2010 à 10:12 (UTC)---r----'------'Charles-----------'r·ed-o~n~n-e~r~d~es~a-r-m~e~s~,-c~'e-s~t-e-x-a-c----~d~e-u-x~fo-z~'s~.------------------~a~u-/~'o·u-r~d'~h·u-;--en-c-o-r-e--d~e~r-a·n~ti~s-é_-. no, Américain de descenda'nce «super-race », que tel que l'on Ah l ,il faut relire l'ignoble M. Mendès-France tement comme si vous redon- mitisme en Europe. Chez nous italienne est t le blanc » qu~ a croyait invincible est détrôné un prose des journaux « europé- NON, MONSIEUR MENenfin mis en échec les grands j'our par un autre homme né ens» commentan,t le crime: M, Sylvail1J Haber, directeur niez de la drogue à un intoxi- DES-FJANCE, VOUS N'AU- on a déjà oublié ce qu'est l'anchampions noirs qui avaient mo- dans un autre continent, à des t Il convient que chaque de t France-Vérité-Magazlne », qué en pleine convalescence, RIEZ PAS DU FAIRE CELA 1 fisémUisme Mais que se passenopo lI, se' 1e t1't re d epU'lsl "a vene- m,' II'l ers d e k1'i orne't r es d e d1' 8t an- Français ne se laisse pas abuser noulg a d resse le dIO'tr'l a l qu '11 a n'aNuornie, zM p.a sM dean daècsc-Feprtaenrc de,e vpoaurs- t-iCl edlaan ms 'lienst épraeysss ec: aYp iata..fl-iisl teasu?- ment de !oé uouis. ce, nouveau « phénomène» qui par des propos perfides venus publié dans le numéro de no- ticiper à ce réarmement,.. • ,'ourd'hui en France, en Espa- N ous avons pris la boxe com- trouvera lUI' aussI' " un J'our un de l'étranger, et lutte contre les vembre de cette· revue Vous n'entendez donc pas gne, au Portugal, en Ital:e, en me exemple, à cause, avouons- adversaire pour le battre, un a-d- provocateurs »,.. En exergue, cette note ém~u- dans le lointain, gémir ces six 0 MA PATRIE Suisse, en Belgique, aux Paysle, des récentes promoti-ons des versaire qui sera peu1-être un « Il faut. dans l'intérêt supé- :vante:« J'ai écrit cet article millions de malheureux qui ten- Bas, en Allemagne occidentale R o b ert C 0 he n, Ch en' f Ham'la , bl'a nc " un Ilo,'r ou un J'aune a' rieur de la collaboration et, com- en mémol're de mes oncles et dent les bras en hurlant de dou- Mme DONON, orl'ginaire d'AI- et dans les pays scandinaves, Séraphin Ferrer qui ont fait moins qu'il ne soit rouge (com- me l'a dit Pierre Laval, afin de tantes, déportés et massa~rés leur? Croyez-moi, ces martyrs gérie, vivant à Paris, nous fait des partis politiques dons le proquelque bruit dans la- presse, me l'était l'extraordinaire athlè- réaliser entre nos deux pays dans les camps de concentratIOn, de Dachau, de Buchenwald, de parvenir ce poème, intitulé ,« 0 gramme comporte l'antisémitis_ Mais nous pourrions tout aussi te complet jim Thorp, «l'hom- cette polNique de réconciliation et de l'un d'eux, fusillé lâche- Mathausen, d'Oradour-sur-Gla- ma Patrie! » me, bien parler de l'athlétisme sur me de bronze» que l'on qualifia que béniront les mères, a;der les ment par les nazis, dans l'Ain,» ne, de Châteaubriant ne sont pas Tel un vase préGieux Je vous prie de me répondre. 1 1 t, 1 1 1 de plus grand athle' te du demi' autorités occupantes et françai- Et sous le tl'tre N e p an na IOna ou sur e p an - " Non"' M morts, ils souffrent dans leur qu'une mat'n brutale a brt'sé ... Il faut que vous m'expliquiez mon dl, a 11 dela nat'atIo n, dU! bas- sl'e' cie) . ses à démasquer les coupables, » Mend' e's-France, vous n'auriez chair, Leurs yeux ne se sont pas ORLEANSVILLE car J'e demeure dans une pet:te k et ou de tout autre sport. En Et ce que nous de· mon~, rons O'uic, « .l 'Europe » battai'tB so n p as da fal're cela ... »,M ' Sylvain f.ermés d'eux-mêmes puisqu'on dans un fracas de tonnerre ville et je ne peux ' pas acheter athlétisme, ce sont en effet les pour les possibilités physiques pleIn, 'etait le temps ou e- Haber examinant la position du les leur a arrachés dans d'hor- s'est effondrée ici votre ,·ournal. ath le't e s d e cou 1e ur ( Th'l am, S'1I - es t aussI' vra-,I pour t OUIS 1e s d 0- nois't1-M échLi'nb é( cot'n damtn é à t"m ort Présid'ent du Conseil, écrit no- ribles souffrances, Croyez-vous entraînant dans ' la mort En, re'ponse, nous avons adres- 1o n, 0 m b onwam, M'b aye M alik, maI'nes d e l' ac tI' Vl' te' h umaI' ne, apres a d1 r-a 'Io n e) so'1r 1 re' - tamment: que ces malheureux que l'on son peuple endQi"mi se' a' Mm' e W,'ksel les dern,'ers e tc .). , ou d'Af n'q ue du 'N ord C' est une ques tI' on d e cu 1t ure, cemmelnt 'e t' pnsdo' n dect aralt Il Y a à peu près un an, J.e accrocha aux étals des bouche- Fracas de tonnerre .. , nume'ros de N Drol't et L,'berte' , (M' El M b k bd 1 d d' t' que« a crea IOn un pac e eu- • h t " '" 1 m)'Ou n" a ro~ ,A ,.a I~h, e moyelns, . e prtepara IOn'ttout t ropéen, mettant fin aux guerres voulais faire paraztre sa poo ries dans une ville de la Corrè- jusque dans la plaine,.. qui lui dl()nneront I~s , informad etcF'" qUI ont permis à 1 eqUlpe comme a .-reusds~ .e d en tspor es est une nécessité pour la Fran- dans« France-Vérité» avec cet- ze, sont morts? Non, ils vivent Hurlements de milliers tions qu'elle désire sur l'antisée rance de remporter quelques une questIOn e uca eurs, de te dédicace : t Voici l'homme en maud:ssant à tout jamais de poitrines tordues par la mitisme, particulièrement en victloires int:ernationales, avec n:oyenhs f!nanciers, de prépara- ce ôù, à Vichy, des accords éco- qui relèvera la France, comme leurs bourreaux, Quelle famille, douleur! France, et surtout sur l'action que 400 ques spnnteurs et cowreurs tlOn p ySlque, nomiques étaient élaborés, sous l'a fait Poincaré ou Clemen- sur cetle terre, n'a pas une di- Obscurité totale menée contre l'antisémitisme d de 1 mètres l qui, eux, étai,ent l______________ le patronage de Pétain, par Le- ce au », zaine, de ses membres ayant été nuit sans lendemain ,avec l'appui de l'immense mae a métropo e, En basket, les hideux et Schleier. Ce dernier Je ne le fis pas, ne voulant pas assassinés par ces mercenaires, sur tant d'êtres chêris ! jorité des Français. AI meS' ri c~!n,s, les ISudF-Américains, EXPOSITION discourait : « Il s'agit aujour- faire de politique dans ma re- NON... MONSIEUR MENes oVlehques, es rançais mê- d'hui' de créer un nouvel ordre vue, mais tous mes amis proches DES-FRANCE, VOUS N'AU- Survivants errants me, sont en vedette; mais de L'Union des Arts Plastiques constructif de notre continent, sont là pour témoigner la con- RIEZ PAS DU ACCEPTER de des champs de la Mort, jeunes équipes comme les repré- vous Invite à visiter l'EXPOSI- permettant aux grandes tradi- fiance inébranlable que j'avais redonner une schlague, fat-elle si au bord de la Folie! sentants d'Israël et les Chinois TioN organisée par un groupe tians culturelles européennes de pour cet homme de 47 ans, petite, même contrôlée, à l'Alle- Nature, par exemple ont fait preuve de d'artistes peintres et sculpteurs se développer, En ce sens, col- Hélas .. , M, Mendès-France m'a magne... par l'Homme tant de fois violée, qualités qui ne demandent qu'à des 19" et 20" arrondissements. laboration signifie progrès, et gravement blessé en acceptant Qui vous dit qu'un hamme ta vengeance est atroce! s'épanouir. L'exposition est ouverte, 69, anticollaboration, réaction », d'apposer sa signature aux ac- germé des semences d'Hitler, Voit-onl bien où nous voulons avenue Secrétan, Parls-19·, tous Et Ribbentrop J'ubilait : cords de Londres, concernant le l'Attila du XX. siècle, ne surgi- Et la colère a jailli 11 d d 1 • de tes entrailles oouleversant, en venir? les jours du 11 au 24 décem- «Pour la première fo;s dans réarmement a eman . ff t ra pas et ne pren? ra pas es re- détruisant la Ville Eh bien, mais c'est extrême-'I bl'& 1954, de 14 h. à 19 h., dl- l'histoire, l'Europe est sur le, Qu'il ait dirigé se~l' et' or s en nes du po,ulvol'C Alors, q.ue Ise Et là, désormais, ment simple. En sport, où seul manche compris. Entrée libre. chemin de l'union ». faveur d'une réconci ta IOn avec passera-t-z ? e sera slmp e, habite le Désespoir ! Le • raCIsme, maladie ,endémique en (Suite de la page 1) et favoriser la multiplication d'« indésirables » qui envahissent les quartiers neufs, créant ainsi une prosmicuité inopportune, voire même un danger d'expropriation, o'n fait à un troisième personnage l'éloge d'un beau magasin

- « Mais le propriétaire

est un juif », .. D'autres se signalent par la subtilité de leurs narines : ils savent distinguer un Arabe d'un juif « au flair, », à t l'odeur ». rien ne, Sans compter les regards arrogants, le ton impérieux et, .par-dessus tout, le tutoiement dédaigneux de suzerain à vassal, qui consacre dans les fa :ts la division finale de la population en deux races : celle des seigneurs et celle des parias, «Diviser pour régner» .•• Qu'est-ce qui peut à l'heure actuelle, dresser les groupe.,; èthniques les uns concre les autres ? mant exprès les sujet!" de discorde, selon le fameux principe

« diviser pour régner » .

Soulignons toutefois qu'il parvient de moins en moins à ~es fins, juifs et musulmans coopérant plus étroitement dans la défense de leurs intérêts commun. s, dans le mouvement national. Les bidonvilles à l'épicerie, au bureau, on continue à se comporter comme en pays conquis. Et la France des Droits de l'Homme? Que faire pou-r chercher à sortir de ce cercle vicieux? Il est certain que la suppression de l'exploitation colonialiste et son remplacement par un système où les droits de chacun seraient respectés, créerait des rapports plus normaux, plus confiants entre les habitants. Algérie Mieux vaut l'union que la haine Même dans les conditions actuelles, les contacts, l'enseignement, la persuasion peuvent ébranler les préjugés les plus tenaces, Les gens doivent savoir à quel point les idées racistes sont des idées creuses, absolument vides de tout contenu scientifique, et que par ces idées creuses, croyant nuire à autrui, ils se nuisent à eux-mêmes, vont à l'encontre de leur propre intérêt, de leur propre épanouissement : car une haine aveugle et stupide n'a jamais engendré la douceur de vivre, Pays de cauchemar ! Pays de la Peur ! Sous le soleil dur brutal de l'êté les chairs déchirées se putréfient Et l'odeur de cette nécropOle se heurte au vent du large Orléansville ! Vaste champ de [la Nuit! o ! DESEPOIR ! Algérie, 6 ma Patrie ! En ce jour endeuillé Man coeur s'habille de tristesse, ~ y a-t-il encore de l'antisémitisme? Mme jenny Wiksel, Oswiecin, Pologne, nous écrit : J'ai vu hier votre journal et -'IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII"IIIIIIIIII"IIIIIIIIIII!! ~ Vendredi ~ ~ 24 décembre 1954 ~ ~ de 22 heures à l'aube:

l'Union des Engagés g

~ Volontaires et Anciens : ~ Combattants Juifs ~ ~ organise à l'occasion de son~ DIXIEME ' ~ ANNIVERSAIRE § ~sous le haut patronage de~

M. le Ministre

~ des Anciens Combattants ~ ~ un ~ - §G R AND B A L~ DE NUIT - dans les ~ Salons du Palais d'Orsay~ ~ (Métro : Solférino) ~ ~ Nombreuses attr~ctions ~ ~ Deux grands orchestres ~ ~ Jazz - Tango ~ ~ et la formation tzigane'§ ~ SEGALESCO ~ ~ Entrée: 800 francs ~ ", Mais ce ne sont là que quel:' 111111111111111111111111111111111111111111111111111111;: ques témoignages pris dans u-ne masse d'autres qui se greffent, à peine remarqlles, dans la trame quotidienne de la vie algé- Quoi qu'il en soit, un énorme travail sur le plan humain reste à réaliser dès aujourd'hui. Chacuon devra y mettre du sien, mais il est clair que c'est aux Européens ,honnêtes et conscients qu'il incombe de faire le premier pas, Le jour où les musulmans, les israélites, les européens (à l'exception, bien sûr, de ceux qui tirent profit des divi3i'"lns et de la sueur des u-ns et des autres) auront pleinement compris que mieux vaut l'ult:on que la ha:ne, un grand pa~ en avant sera accompli. ACHETEZ EN CONFIANCE AUX MAISONS AMIES TOUT CE QUI CONCERNE LE CAMPING linge de maison, vêtements de travail, de cuir pour motards, imperméables, pantalons, blousons, anoraks, chemises, bonneterie, etc ... PEINTURE • F AIENCE - MONTRES .& ~ guuul pa" &e6 tp«diil6! Les dissentiments eiltre les juifs et les Arabes ~emblent vc' nir tout d'abon', du fair leligieux. Les deux groupes ont conservé une mystique naturellement plus intransigeante lorsqu'ils sont confinés dans une atmosphère surchauffée : à Tlemcen ou à Constantine, la vie en ghetto a été imposée aux juifs par les Turcs; ainsi, voit-on clairement que les malentendus existants ont pour origine lointaine l'antisémitisme. En second lieu, les facteurs économiques influent plus directement encore, càr il s'agit de la concurrence des deux groupes devant le même patron, Ce sont là sources traditionnelles de conflits. C'est le système colonialiste, aussi, qui corrompt foncièrement les rapports entre eu ropéens et indigènes, Ceux-ci ont eté expropriés des bonnes terres, leur développement économ~qLle et culturel a été entravé. Réduits à la misère - ou, plus b::.s encore, à la crasse immonde des bidonvilles -, ils ne pelJ'vent s'en dégager, n'ayant ni le,; moyens matériels, ni 'e c1'mat moral indispensables, Or, cet état répugne aux Européens; mais faute de compr!udre ou de chercher à compre'ldre le vrai 'problème, ils se bornent à mépriser ces misérahles, à les haiter en inféncurs - estimant qu'ils se plaisent où ils son1 ou' qu'ils « manquent de dynamisme :0 pour élever leur condition! Car, par surcroît, il pèse encore sur les esprits tou~ te une tradition fortement enracinée, et la pire de toutes, celle de la guerre coloniale, On 'i:roit toujours en la supériorité de la race conquérante, Dans la rue, Ils appartiennent à une nation Gui, la première, a p'vclamé ip.s Droits de l'Homme et reconnu l'égalité en droits des personnes, la liberté des cro)'ances, des religions, comme un bien imprescriptible et sacré, Que tous ceu,x qui n'ont pas renié en leur coeur ces principes, que tous ceux qui, dons la vie quot idienne sont en rapport cons- En Algérie plus peut-être qu'en France parait nécessaire l'organisation des section du M, R.A,P. qui, s'efforceraient de montrer à la fois la vanIté dt:" arguments racistes et la nécessité d'une large compréhensiJll mutuelle, Coquillière • Stocks Camping Puteaux • Stocks • Campinq 73, Rue Jean-Jaurès PUTEAUX Son poids • 1 kg, 300 Sa longueur : 0 m, 25 ' Ses nombreux usages : porquets, meubles, tapis, voitures, etc _ GRANDE MANIABllITË L'ASPIRETT est garanti 1 AN Livr' avet fous .e. "tceuo;re, don. une molett. luaueuse. - ElCp. P';nc. C. R. 12.800 (ronn ou C.C.P. 994-S·~Po,iJ . porI . ' embaltoge gra'uds Rembouuement Imméd iat si pas lolldoellon Il s'en ajoute une troisième : le système d'exploitation colonialiste du pays, C'est lui qui, dresse les uns contre les autres les éléments indigènes, enveni- , tant avec la population, ne déshonorent pas l'idéal de leur patrie, qu'ils se montrent les véritables messagers de la France, qu'ils comprennent les aspirations et les luttes des peuples d'Afrique du Nord. C'est là une entrepr";e qui,' !li elle est loin de résoudre tlJUS le'; aspects du problème prépare la voie à des lendemains fraternels; par conséquent, elle est digne d'être tentée. 39, Rue Coquillière PARIS-l"r Tél, : CEN, 04-09 Près de la Banque de France Métro : Palais-Royal Halles - Bourse Tél. : LON, 29-74 Ouvert le dimanche matin BONS DE SEMEUSE - GIP - OMNIUM acceptés - REMISE DE ,10 ,% aux lecteurs de « Droit et Liberté » - Facilités de paiement sur demande

Notes

<references />