Droit et Liberté n°003 - 11 novembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Appel aux Nations Unies: les juifs de France adressent un message à l'ONU, au président de la République et au gouvernement (pour la pénalisation du racisme et de l'antisémitisme) -page1
    • Cette flamme souvenir (de deux guerres) brûle aujourd'hui pour la paix -page1
    • Ce que toute femme doit savoir (brochure raciste allemande) -page1
    • Pourquoi vous ne verrez pas la photo de Roskothen (juge allemand) -page1
    • Il est des lectures qui mènent en prison (littérature enfantine)-page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas 'chronique) -page2
    • Conférence contre le racisme et pour la paix; l'unité est en marche et rien ne l'arrêtera -page3
    • Souvenirs d'Emile Buré: du nouveau sur Edouard Drumont -page3
    • Non les jeunes juifs ne sont pas prêts pour de nouveaux Auschwitz -page4
    • Atome: Des neutrons-obus pour transformer en or le vil plomb -page4
    • La FSGT a 15 ans: Anniversaire des défenseurs du sport pur -page4
    • C'est Alain Laubreaux qui a envoyé Robert Desnos a la mort -page5
    • La loi Claudius Petit provoque un drame au Grammont (théâtre) -page5
    • Histoire d'un joueur de pourim: le Bouffon (théâtre) -page5

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

TOUS LES VENDREDIS N°3(107), 11-17 Novembre 1949 25 fr. LesJuifsdeFrance CEIIEFLontntE DU' SOUUEnlR oore.ssent ce message à l'O. N. U. (DE 'DEUX GUERRES) au Président de la République brûle aujourd'hui et au gauvernement: POUR LA 'PAIX i Réunies le 6 novembre 1949 à Paris, sur l'initiative du M.R.A.P., les organisations soussignées, représen· tant la majorité de la population juive de France, et conscientes d'exprimer les sentiments et la volonté de la presque unanimité de cette ' population, constatent: 1° ,que l'idéologie nationale-socialiste n'a pas disparu avec la défaite militaire du m' Reich, et l'effondrement du régime hitlérien ; 2° qu'en particulier, la suppression du régime de l'autorisation préalable par le gouvernement militaire américain en Allemagne ,permet à la presse nazie de reparaître librement, avec ses titres, et la plupart de ses éditeurs, rédacteurs et bailleurs de fonds d'avant 1945 ; 3° que la· propagande antisémite à. laquelÎe cette presse consacre une large part de ses colonnes apparaît clairement comme un élément fondamental de cette idéOlogie N. S., étroitement liée à. resprlt revanchard et militariste dont les effets se manifestent déJà' ; . ,t0 quê tout se passe comme si la politique de dénazificat). Oll, sabotée puis abandonnée en Allemagne occidentale, s. 'Voyait progressivement substituer une politique d'encou, ' ragement moral et matériel aux éléments les moins repen, tis du N. S., eonsidérés comme une force d'appoint néces. saire pour une stratégie d'ag'l'ession ; 5° que le danger de l'antisémitisme ne saurait malheu. reusement être considéré comme localisé; qu'il tend au contraire à se répandre à. travers le monde où déjà 4 ans à 'peine après la fin des massacres dont nos frères, nos vieux parents et nos tendres enfants furent les innocentes victimes, l'on voit les Juifs d'Irak assassinés, molestés ou déportés dans des camps de concentration selon les traditions hitlérieunes ; . 6° qu'en li'raftU'lDétne, les traîtres ete la l\1i1icë; ~t d~ la L .• V. F., vichystes et maurrasstens dont antisémitisme ét haine de la démocratie sont les mots de ralliement, développ~ t leur propagande dàns « Aspects de la FranCè », torchon néo-fasciste, successeur ' en ligne directe du « Pilori " et de « Je suis partout », tandis que des hitlé· riens notoires et condamnés comme tels, se regroupent dans un soi-disant (( Parti Républicain d'Union populaire » et publient à. Paris avec l'autorisation des pouvoirs publics un autre « Stürmer » intitulé la « Sentinelle ». Les organisations soussignées, au nom de:; survivants des camps de la mort, au nom de tous cèux dont les plus proches parents ont péri dans l'horreur des chambres à. glU; et sous .les coups des bourreaux hitlériens, au nom de l'ensemble de la population juive de France, décident d'adresser à l'O. N. U. une protestation solennelle contre la renaissance du nazisme et de l'antisémitisme. Et considérant que \e climat de discrimination raciale et de mépris de la persQnne humaine qui reparaît, notamment en Allemagne occidentale, est expressément condamné par les dispositions de l'article 55 li C de la Charte des Nations Unies, du statut du 8 août 1945, et de la déclaration internationale des Droits de l'Homme du 10 décembre 1948. Les organisations soussignées demandent que toutes les puissances adhérentes à. l'O. N. U. souscrivent dans le plus bref délai une convention Internationale dans le cadre de la déclaration int~rnationale du 10 décembre .1948, par laquelle elles prendrclDt l'engagement de s'opposer effectivement sous · peine de sanctions pénales à. toute propagande antisémite ou de discrimination raciale notamment par voie de presse. Les organisations soussignées décident de dénoncer et de poursuivre devant "l'opinion publique française et internationale cette propagande comme 'criminelle et contraire aux buts des Nations Unies, rappelant que l'antisémitiste a de tout temps été le prélude et l'accompa,gnement nécessaires à la préparation idéolOgique aux guerres d'agression. (Voir en page 3 7:e compte rendu de ÙI Conférence du 6 novembre et un article de Pierre ROLAND-LEVY.) ..---------- "L'él:alit~(a ét~ .réelle·lIIorleM ehoolps, de bataiUe, puisque les CE sOir-là, c'était 'au tOUT 'des Anciens Combattants juifs de ranimer la. flamme. Ce geste est lourd de signification, car les Juif.~, Français ou immigrés, ont payé un lourd tribut à la défense de la France des Droit,~ de l'Homme, dll la démocratie et du progrès. balles ennemies n'ont eboisl ni entre 'Ies-tloifs et les Gascons, ni 'entre, lM! F'rançals. . et '~I"· Arrlesi. .. " ,(GAIRIEL btAltIOUSSIU .. ll.,..,, 11949) ' Le général Weiller déclare à "D.--: L." " .... A l'occasion du 11 novembre, ' le Kénéral WEILLER, grand-officier de la Légion d'honneur, décoré de la croix de guerre avec palmes et trois étoiles, a bien voulu évo- - J'e n'ai jamais caché qne Je suis Juif, no1,Js a-t-il dit. Et je n'ai jamais cherché à. connaître les opinions philosopbiques ou religieuses de mes hommes. C'étilient des 'Français qui combattaient avec un chef français, disposés à tous les sacrifices 'pour la grandeur de la patrie. Mai!! on parla aussitôt de la. . lutte et « Michel» expliqua que son groupe avait dû comm!ilncer la 'réslstanee avec des barres' Ide fer... . Les vers de Hugo ch~tenl .en. "- nous: " ",' ,,"~," Vous n'êtea pas armhi ' ?_ [Qu'importe!} .. Prends la fourche, prends ton [marteau ' l"~ Arrache le gond de la ,Wrte. E'mplis de pierrea ton', duùi., . [te;au '} Et pousse le cri d'espérance ! Redevenez la grande Frânce ! Redevenez le grand Paris ! Délivrez, frémissants qe rage, Votre pays de l'esclavage. Votre mémoire du mépris 1 Et depuIs ces jourS-là, le 11 novembre unit aux ·combattants de 14-18 le souvenir de ceux qlli sont tombès Idans la lutte clandestin. contre l'ocoupant na·z!. M. B. Les Fontanot s'ont sept.~. - Le 29 septembre, quelque~ ststance, devait mO'Urir cruelques semaines avant la Liberatioll? _ Oui. Arrêté, il a e/é délivré par les F,F.l. le 10 juin 44. Le 18, j'ai reÇU une lct.tre; « L'air de ll:t campagne me fait du bien. Nous viendrons le libél'er bientôt. Nous pensons lô'eailcoup à vous, Il y a des coups durs à essuyel', mais la libération approche ». Les Allemands chassés, je ' suis sortie de pl'won. Les maquisards délilent dans Poitiers. Jacques devrai! tlen·;r... Enfin je rencontre des Espagnols qui ont vu mon fils mort· En juin 4.5, je suis revenll e dan3 la Vienne, et j'a,i reconnu 00 cadavre de mon fils à son veston. L!; pêre intervient: (Suite en page J) En 1914, une' population JUIVe de 190.000 personnes (France et Algérie) a fourni 40,000 soldats, dont 12.000 volontaires. 8.500 d'entre eux fu- . rent tués. Sur 450 élèves sor- . tant, cette 'année-là, de Polytechnique se trouvaient seize Juifs dont quatre sont morts au front et trois furent blessés. Les premIeres statistiq~s sur la guerre de 1939-45 montrent, quoique incotnplètes, que les Juifs ont de nouvean généreusement ver s é leur sang pour la liberté, pour la . victoire des peuples · sur ltr ,. ' fascisme. « D'ailleurs, a-t-il ajouté, les inunigrés qui combattaient dans les formations volontaires en 1914-18 se sont admirablement conduits, en reconnaissance à la France qui les avait accueillis avec tant de libéralité. " 1 L est assez émouvant déjd de frapPer rue des Trois-Fontanot pour voir la f amiUe Fonlanot .. , gardes q"i étaient pour nous, , ____________________ ....,...,;..~,---.,;---- nous passent les journaux· Nous quer quelques-uns de ses souvenirs pour les lecteurs de « Droit et Liberté ». p,endant toute. sa vie, le général Weiller a enseigné aux milliers d'nommes qu'il a eu sous ses ordres leur devoir de Français. Au suid du drame dolOlottreux qui vient de boulevêrser le monde et qui a tait des' millions d'innocentes victimes, le géneral Weiller nous a déclaré: - Si tout le monde agissait avec un esprit d'linion pour surmonter les divisions confessionnellés et politiques, nous n'en serions pas où nous en sommes. " Comment j'ai connu Marcel Rayman" ARSENE Tchakarlan m'avait Invité il. déjeuner daM un restaurant ouvrier de la rue de (harenton, non loin Ide l'atelier de oonfectlon où il travaille . comme chef coupeur. - Souvent, me dit·lI à brûlepourpoint. Il nous est arrivé de ne pas manger il. mldi. Cette C'était le matin, la 9 Jr.eurM, d·ans un petit square de l'Ile Saint-Louis. près du pont Henri IV. Arsène était conduit par son vieux copain et compail'iote Manouchian... Le camarade « Michel» était là : Marcel Rayman. Il sourIt et serre la main d'Arsèn_e, très intlnùdé. C'est pourtant Ce que j'ai fait l'autre' soir, dans une communP. de banlieue qui vit groupée qutour de son usine d'autos. Le pavillon est modeste, mais bâti de main d'O'U'VTÎcr - il 11 a vi1U1t:cinq ans - par ceux qui .l'habi· {Mt. aUjaurii.'ltiLi . _ . pê()he de Tours en commun. Une / nous reunsissons pour li,'e la Dé- CE camarade me dit,' le Tiens, encore un avIS li. Je crie. Il auait demandé qu'on n'écrive rien il; ses parents. Je ne savais méme QUE, -TOUTE F.ME U7le fa1nille de quatore ver,Sonnes dîne dans une cuisine que décorent des photos. C'est tout bonnemen1 une famille de· h~os, et ces portraits de famille sqnl ceux de... , pas qu'on favait arrêté. . ' ., ·~f . t~/,:S:Jl' .Ql'B ,!, ~. ,_~ « Ulle fe~me ci)nscIente de. ~ respon~ibinté$ qui, p.n -se eholsissant un épo,ux, songe déjà. à. ses futurs enfants et entend devenir l 'heureuse maman d'une progéniture saine et viable, ne peut se mari~I: qu'avec un homme de même race. - Les llont anot, li n'yen a pas trois, ' il 11 en a sept. •. J)Jt l'Itlll{e antiqut, . Musso~ini Ir; hérité !te la mise en ~9êèrri, Gtsèle Fontanol. de la -sobre grandeur. Et cette femTM admira!;!e, dont la voix 8' étai' à. peine t;lSsourdie lorsqu'elle évolNait la mort de son fils ainé, écrivit à son mari Ge.lte lettre digne d'une hérOÏne de Tite-LWe: '-------..,--------1 Il est évident que la descendance d'une femme et d'un homme de races différentes est en général très inférieure. Il est non moills évident que l'Etat ne saurait compter que sur de jeunes générations en bonne santé. De ce principe l'Al1emagne en a tiré les conséqueJl'ces en interdisant les mariages entre conjoints de races différentes. Les bâtards constituent une charge non seulement pour les parents, mais pour la' col· lectivité puisqu'iis seront de toute façon d'un entretien fort coûteux sans aucune contrepartie de leur .part. ~ .;: ,"1 . Il y a sept martyrs, mais tQua ceux qui son t là. ont plus ou moins tâ.lé de diverses pn'sons. Seppo a, en 1921, essuyé les plâIres de celles de Muswlini. Girele. sa 1 e1ll.me, et lui a'lo'aient deux fUs, Nerone et Jaoques. Son jrère en avait un,' Sparta.co, , - C'était un bon garçon, Ne:!' one, me dit sa mère. J'ai été arrêtée en septembre 1942. Il m'apportait des coti. aU camp. il m'a . envoyé jusqu'à cinquante kilos ' de pomme.s de te/'re. Et Eë 20 juin 43, alors q'l" je me doutais bien qu'il était , dans la Ré' ista •• ce, il m'a envoyé ' une lettre oil. i! me disait; « Je n'ai pas fait ça dans un CO'Ull de tête. Je l'ai fait po:ur Mter votre libération, Il 1/ a des risques et c'est moins oien rétribué, mais j~ le préN!'e • "'on ancien mét ieT li· Il .' excusait .. - ... Mon chéri, mon coeur pst bien IIros, je te parle, c' est-à-dire j'ai la forCe de te parler de choses indijf érentes et j'ai une nouvelle bien affreuse à t'annoncer et pardonne-m.oi de te taire une si grQ3u: peine, Moi-même, je l'ai SU brutalelnent par la Dépêch~ d,z Tours du 29 septembre, notre gMnd et cher Nerone n'existe plus, ils nous l'ont fusillé "e 20 septembr,e. Je ne connais ni le lieu où. il est enterré ni où il a été fusillé, Aie du cou!'age comme j'en ai moi-même. Je m'étonne seuLeTMnt d'une aMse, d'être enccre vivante, QU de n'être pas devenue foNe. Ne dis rien à. Jacques, je t'en supplie. Cou,' age, mon chéri. Reçois mes affectueuses et tristes pensées ainsi que mes baisers .,., - Et JacqUes, qui avait. trat! ciiUé a·vec son aîné dans' la Ré· . ,Ce5P1}ras~s, :ÇliIP'l~s d\une anthologie du ,' râci~~e, sont extraites d'une brdchure allemande qui s'intitule «-. C~ Ql,le ch;t· que femme doit savoir» (Was abstinence, lorsqu'elle survenait _____ :-. __________________________________ :-._--, jede Frau wissen' in.uss)~ " quelques instants après une ac-'" tion, 'était partlcullèrement déP'OURQU ·Ol""V:O'UIS-,N~E . VE'RREZ:PAS' L'A -.P,;H'.orO-~)D·E · ,,~ROSK\OTHEN s·a~réable... " Et dans ce peUt bistro du douzième, Arsène l'Armén!en - S;; ans, cinq enfants, médaille Ile la Résistance - m'a très simplement raoonté conunent un beau jour de l'automne 1942, en pleine Illégalité, li fit la cOnnaissance de Marcel Rayman, le « terroriste ~ulf » des affi· ches nazies du procès des 24, le héros qui déjà avait ac()ompll nombre d'actions glorieuses con. Elles ont pour père un certain J. M. Josma, qui ose se dire médecin. La revue démocratique allemande de Berlin, « Die Weltbühne II, ecrit fort bien de ce cc super-nazi et super- doktor Il qU'il « apparUent sans doute à. la catégorie de ces braves pères de famille qui jouent à la maison avec leurs enfants 100 % pur sang, a1rës avoir tranquillement saigné un .nourrisson de race étrangère en observant, bien entendu, toutes les règles d'hygiène .... tre l'envahisseur. Coup de gong au procès Gaveau. Le petit Senéchal tombé à 17 ans sous les balles nazies et les fusillés du Musée de l'Homme ne seront pas venvoya NordmallU à la môrt, .. quelques mèt,res seulement du fl'ère de sa victime ? L'air s'épais.slt, on respire mal. L. genre « correct lt Si nos bouches se taisent, nos coeur vous crient : .: Hors d'Ici! Nous n'avons pas encore oublié. Vous aussi jU!!e nazi, auriez dû payer ... Vous paIerez ». El nous aioutons en fin d'audience : « Comme aurait ,du payer Ga.veau ». M. Gaudin, gardien de la Flamme à. l'Arc-de-Triomphe, a exposé à DROIT El' LIBERTE son point de vue sur le 11 novembre, Il est des 'Iectures qui mènent en prison gés. , Les palabres et autres méthodes d'oblJ\truction auxquelles M' Tixier-Vignancourt. eX-l11ini~tre de Vichy. a, pendant des semaines employé son tale,Il~, ont malheureusement por-té leurs fruits. Le traître Gaveau a sauvé sa tète. P. C. (voir page 3,) Mais le plus curieux est que l'oeuvre de Josma, après avoir été diffusée en France occupée, puisse reparaître auj ourd'hui en zone française d'occupation. Juge à Essen, Roskothm poursuit ' S:lns doule là-bas, des ouvriers all emands el des palisans de la Paix après avoir, sur l~ ordres d'Hitler, lait luèr en ,---.:---------------------------------------- France les partisans de la Liberlé. . Sans âge détlni, jeune encore, la mise sobre, le visage attentif. Tout il, l'h ~ure, il a par!~t-j); manifesté quelque irnpalienc~. On a dù, SUl' sa demande. intèrdire aux ' objec:ifs des phologPa.jJhes C'EST un spectacle réconfortant que nous offre l'exposition de mtéra· ture enfantine qui vient de se dérouler dans les locaux de lu très belle bibUothèque munici . pale de Montreuil. Une telle bibliothèque est en elle-mérne 'out un programme. Le Comité de défense de !a littérature pour la \jeunesse adresse là un émouvant appel aux enfants et aux·jeunes. Dèt' l'entrée, les petits visiteurs sont frappés par un vaste montage qui n'est, hélas ! pas qu'un symbole " nous voyons face à face des enfants plongés dans la lecture de publications de bas étage, hebdomadaires illustrés magnifiant le gangstérisme, publications pornographiques, etc ... , pU'is ces mèmes enfants franchissant entre deux agents les portes d'une prison. Malheureusement, c'est une réalité " 63 % des crimes sont actuellement commis par des jeunes. Et ces imprimés malsains sont dans une grande part responsablel1 du mal. E,n regard, d'autres pan- ° neaux nous offrent le spectacie réconfortant d'enfants joyeux et sains et un large choix des ouvrages qUi les aideront à devenir des hommes e.t des femmes dignes de ce nom, oUvrages . attrayantJ, bien présentes, 10liment illustrés et qui peuvent satisfairf'. tous les goùts d'aventure des petits, sans pour autant leut déformer le jugement et le sens moral. Les contes et la vie UN grand éclectisme a présidé à ce choix. Tous les classiques de la littérature enfantine . sont là " les con tes d,e Hélène SAX. . (Lire la luite en page 6.) Bi en des pl'Ocès sans doute ont été plus retelltis.sants, peu ont baigné dans Une almosphère plus lourde. Il fallaH voir Gaveau è. son baOE1C. L'homme criblé de tks sue la paur. Les coins de la bouche retombent, la .oix sonne faux. n y a des Ü'aLres qui portent « beau »; lui porte simplement visage de traitre tel qu'on a coutume de se l'imaginer. Du 55 ... au juge Nasi ! Quand l'All emand Klein vient à la barre, gabardine cossue et vêtement de bonne coupe, on tt'Ollve tout de même que M' Tixier-Vignancourl y va fort! L'ancien SS à face gr'as.se. libre maintenant de s'enrichir en Allemagn~ u.près avoir tor.ure en Franée, soulève In.tanlanément l'indignation de la salle. Les mots fusent. L'Incident est inévitable. L'incident ne se reproduira p:l& pour Roskothen, Le juge nazi est cité par l'accusation, Mais avait-on besoin de son léri1oigna.ge? Le cas Gaveau n'est-j) pas en:en,du depuis longtemps? Le tex le du jugement de 1942 ne suffisait-il pas sans avoir à nous Imposel' la. présence de son auteur? . FallaH-U VOll' l'homme qui ,: eade fonclionn'er. Quand II apprend la déoision, Roslcothen enlèl'e d'un gesw sa: tisfait les lunenes nuires qui dissimulaient s~s yeux gris. Trè~ deléren. pour la l'Ohe rouge du Présid ent. .. On cherche les talons joints par une vieille habitude. II p-arl e d'une voix ca.lme, presqUe sans accent. Gêné? Pas'Ie molnB du monde. Il est du genre col'rect, de ceux dont les Vichystes soulignaient 1& bonne tenue. Une bonne tenue pourvoyeuse de prisons et de charmers nazi. « J'avais de la sympathie humaine pour eux! » Avec le juge Roekolhen, c'est l'époque des fusillades, celle des hommes torturés. cel:e aussi de la lui le, que nous évoquons. Vous c)ltes, vous osez dire, juge RoskotlJen, que VOUli aviez de 1& « sympathie ·humaine » pour vos victimes. Vous vous indignez contre Gaveau ... Indignation tardive. Vous fermez les yeux. Vous les revoyez à leurs bancs ceux que vous envoyiez à la mort. Inutile. NOUli n'avons ]las ' besoln de fermer les yeux pour les revoir, eux eL les autres, nos eamarade. s. . " , - - , , 1 , .(,. ) . ~, 1 1 - Et n'oubliez pas notre devise (sic): Exploitation . •.• - • dt -._.. - , ...~ "- "- Occupation, Economique, Chômage " II"- ."' ...... ~, • _2 DROIT ET LIBERTE' mSTOIKES DE FAUX Papen ••. Papen ... André Gax est né .. Montauban et ne devait QU'à. un pur ha. sard un physique qlli n 'aurait pas fait démordre de son erreur un policier de cette brigade des c physionomistes ,. qui opéraient à. Paris pendant l'occupation, Au' surplus Gax avait appril quelques mots de yiddish. Artiste de music-hall (sous le nom de Jacques Neid) I! avait tollS les talents du parfaIt cabotin. Aussi jugea-t-I! plUS lucratif de se présenter sous le nom de Rochman à une multltuc1e d'i!raélites parisiens. Au nom de l'Amerlel,n Joint, disait-il. Promettant colis ou li.P)Jartements contre une cotiution (je 100 francs . Il fit trop dl victimes. C'est ee qui le perdit. jambe· gauche è. l"hôpital Tenon à Paris. II Itja~ait croire toutef"js À Qui voul~lt l'entendre que, déporté à Buchenwald, 11 avait été c cap. turé ~ par le~ Rus$eô, et jeté dans les prison.s soviétiques où Ull de ses geôliers lui avait coupé la. jambe pour s'a.pproprler ses bottimfi. Ce qui lui permit de gagner de l 'nient en Gontant son e odyssée _ à. certaine6 publications, CETTE photo a été prise à ROllle à la deuxième I!el!l!ion du Comité du Con· grès mondial des partisans de la paix. . TROIS PETITS TOURS ET PUIS REVIENNENT ... Car il tut reconnu et Ii.rf~t6 dans le qUl,rtler de la E.~tille. Bientôt cependant il lui fallut trouver un autre mon. A l'hôpito 1 Foch à. Suresnes Il se présenta. sous l'wliforme militai,e prétendant avoir perdu la jambe à NamDin au Tonkin. Ii fut évacué sur l'hôpital V1Jlemin, puis' acheminé v~rs l'he'lpltBJ milita.ire de Lyon. La comedie dura des mois, pél'ldant lesquels il fut nourri. vêtu, blanchi, logé, soigné et tou- ROSKOTEN, _ Ach, mein lieber Gaveau, c'est une cha un prêt franc de 4.050 frjtncs La grandeur du lnot PACE est à J'image de la volonté qui anime des millions et' des nlillionli d'holllmes et de femmes à travers le monde. Les peuples les plus di· vers ~taient représentés à Rome. Parmi les nombreuses intel"ventions, 1.1 n e d'e s plus émol.lvautel'l fl.lt celle du délégué de l'Irak, Yusef Mastane, décrivant l'op· pression dont souffre son paya : « Un état de siège permanent, maintenu depui! j plus de quinze ans, par une poignée de maitres étrangers... Mais les hommes de chcz nous, aussi, se battent·pour leur libération et le bonheur du monde! ~ Au uQm de la France, M. Frédéric JoliotCurie a dénoncé le danger Que constitue pour notre pays le relèvement d'une Allemagne de l' 0 1.1 est agressive et revanch/lrde : c En fait, c'est bien la guerre d'Hitler que les impérialistes voudraient raire poursuivre à leurs peuples ». Mais « nous sommes suffisamment sÎlrs de la justesse de notre cause pou r ne pas redouter d'être déçouragés par les menaces et les persécutions ), 11 -est significatif qu'un td IIIl'V Il nt consacre le meilleur de ses forces aU service de la ·paix. Que le physici'en 'qui, le premier, a découvert la désintégration de Fatome, /lit été le à s'élever contre . de - l'énergie atomique à des fins des· tructrices. La proposition p ré&en· tée par la délégation française (et adoptée à l'unanimité) d'une quinzaine con· tre la bombe atomique répond aU désir profond des honnêtes gens. Q.,!ûiL.~r!I Hommage à Petafi Sous Je haut patronage de M, Szanto. ministre de Hongrie, et organisé par les • Amis des Lettres Françaises " un hommaie sera rendu au grand poète honirois Petoti. le mercredi 16 novembre 1949 à, 21 heure. au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, 45. rue des Ecoles, Paris. Claude Morgan ~t André Wurmser parleront de l'. OEuvre et de la vie • du poète. Des poèmes traduits par Ara. ion seront lus par Paul Eluard. Programme artistique TOUS LES VENDREDIS DROIT ET LIBERTE contre le racisme et l'antisémiti~ me, pour la paix COMITE DE; DIRECTION André BLUMEL Henri BULAWKO Màur)ce GRINSPAN Chari.. LEDERllfAN Pleru RQLAND-LEVY 'Rédaction et administration: 6, Bd Polssonnl~rcJ PARIS-9- TEL. : PRO 15-01 et 1.. suite Le g~rant : Ch. OVEZAREK Papen ... Papen ... Les Intérêts de la Turquie et de l'AlleJ'l1aiPle sont similalres, a 41t von Pa~l'l. ~ue l'a'mbassadeur ~ Hitler en TW'qule au moment où la Wehrmareht al:onisait à Stalingrad se lIoit ainsi exprimé, Qu'il ait faIt étlJ.t (je II/. solidarité trop évident.e entre l'Allemagne hitlérienne et la Turqtile fa$Ciste, voila., Iomme tllute. tlul Iv.! surprendra per. sonne. Nous. ce qui nous a fait. tiquer, c'eBt que cette déell,ràt\on date, Mn pas de 1943, mais ... d'octObre 1949. De sorte que nous avons fallli oublier qu'i! y a eu entre temIJS certj!.in proce~ de Nuremberg ou. si nous avons bonne mémoire, siégeait von Papen (au banc des criminels. de guerre). Mais qui donc commande en Turquie?. C'~st au jOUl'l1al turc Oum· hurlyet Clue le nazi qui a l'lissé Hitler au pouvoIr IL confié ses toutes dernieres pensées politique5. -« Votre journal fut toujours (ce toujours vaut de l'or) un champion d'une Europe unie dont la Turquie formerait une partIe indispensable »; l/. écrit von Papen. -. La Turquie a pris sa place dàns la communauté européen· ne et fera tout ce Qu'il faut pour que s'établisse une coopération positive entre les Etats d'Europe », a' déclaré quelques jours plus tard le :président Inonu à l'ouverture de la Grande l'Assemblée nationale turque. _ « Continuez à demander au monde anglo-saxon .qu'il écarte les hésitations et les doutes et que l'AlIp.magne occidentale soit admise avec des droits égaux dans cette Europe unie », a écrit von Papen. _« Le gouvernement fMéral de l'Allemagne de l'Ouest est un élément important de la stabUité et du relèvement de fEurope et j'espère qu'il sera admis bientôt sur pied d'éga,lIté d~ns le Conseil de l"Europe », a, repondu Inonu comme l'écho. Ss.perlipopette, qui commande en Turquie ? La manivelle Quoi qu'on puisse penser. ce n'est pas von papen. Inon u no us Je dit quand Il tait le matamore : « Gràce à. l'aide milltaire amérIcaine nous avons une armée qui répond aux exigences de la technique moderne... » Et à. celles du Département d'Etat au doist et à. l'oeil. Comme le gouvernement de Bonn. dans cette Allemagne de l'ouest qui recommence è. forger des canons. e Les deux pays, dit von Papen, sont pris dans l'engrenage de l'Histoire ~. Et une seule main tourne pour eul' deux (et quelques autres) la. manlveJ1e. Choix de lectures A voir les librairies de Madrid Il semble qu'on encourage volontiers, outre-Pyrénées la lect ure de certaines choses venues de France. . Alors on lit au choix la prose du génél'al F. Picart dans l'Epoque, ou celle de M. Léon Blum dans Le Popula.lre, ou celle de M. Robert LazUl'ick da.ns l'Aurore, ou celle de M. Jean-Paul Sartre. dans ses « Mains Sales ». On lit aussi, bien sûr, l'Arrlba. Où « collabore » Yvan-8lcard. Le principal l1eutenant de Doriot en France pendant l'occupa. t1on. La voiture de Hitler au temple de Janus Janus, roi du Latium. avait, dit-oll, deux visages. M. Janus (Christopher), de Chicago U.S.A.), aussi. Premier visage : M. JanllS (Christopher) est un homme , Pour recevoir régulièrement « DROIT ET LIBERTE» ABONNEZ-VOUS en nous retournant ce bulletin à notre adresse 6, BOULEVARD POISSONNIERE, PARIS Je soussigné _______ - ___________ _ de!neurant ________________________________________ souscris un abonnement d DROIT ET LIBERTE d,e trois mois, six mois, un a'n (1) et en verse te ' montant a votre Compte Chèque posta! 6070-118 Paris. Tarif d'abonnement: 1 an, 1.100 francs: 6 mois, 600 fr.; 3 mois, 300 fr. Etraneer : 1 an, 1.600 fr.; 6 mois, 850 fr.; 3 mois, 450 francs· POUR LA BELGiQUE: Tari! sp~cial : 1 an, 210 fr, belges; 6 mois, 110 fr.; 3 mois, 55 fr. Adresser les commandes à Mme Geulen, 71, rue l'rânçoisLesnino, à Bruxelles II, compte chèque postal 39 1~ 14. (1) Rayer le. mentions inutiles. charitable Qui offre des vêtements (aux Croix Fléchées et aux Gardes de Fer peu désireux de retourner en Hongrie et en Roumanie) et subventionne des fondations américaines (en Gré- ' ce monarcho-fasciste), Second visage : M. Christopher (Janus) est l'homme qui exhibe devant les foules ébahies d'Amérique la puissante Mercédès- Benz qui véhicula Hitler. Histoire de faire un peu de publicité à la mythologie 01azie). . Ce Qui. soit dit entre paren. thèses, lui rapporte assez d'argent pour qu'U puisse farder avantageusement son premIer visage. Il y avait à. Rome un temple à Janus. A Janus (Chritopher) on consacrer .. sans doute un temple à. Chicago, A Rome, le temple de Janus n'était fermé que lorsque la République taisait une }Xllitique de paix. . A Chicago, on fera de même. A Rome, le temple de Janus ne rut fermé que neuf fois en mille ans, Espérons qu'à. Chicago, Il le 5era bientôt ""et définitivement. près 15 % Qui n'ont pas été membres du parti na~i, mais les autorités, soyez sans crainte, tiennent à l'oeil ces brebis ga· leuses, A la cérémonie en mémoire des 20.000 assassinés de Dachau, organisée par la V.V.N. (l'organisa tion allemande des victimes du nazisme), les autorités de Bavière ont donné seulement pDur les représenter, un oonseil) er et un maire, Lesq uels Ol1t prononcé des paroles délicieusement banales. En préCisant toutefois que dans tDute cette histoire de camps 6'exterminatlon. ils ne se Rentent pas, quant à . eux, l'ombre d'une responsabilité. . Qu'on se le dise. Renseignements pris, ils sont bien, pourtant, tous les deux d'anciens nazis. Le faux ami - Bonjour, madame. Je. viens vous voir de la part de votre mari. Il est è. l'infirmerie de Fresnes. Il va. bien. Il n'a bewin de rien si ce n'est une brosse à dents et une savonnette. - Grand jllerci Monsieur pour votre obligeance, Peut-être voudrez- vous lui porter un peu de lin"e ? - Pas du tout, n1adame, Il n'en a, croyez-le, nul besoin. - Alors un peu d'argent? - Il n'en IJ. que taire. Toute. fois vous pouvez, si vOUG Y tenez, en déposer au greffe à. son compte. - ' Alors, rendez-moi service pUisque vous allez là-bas, faitesle pour mol. -' Si cela peut vous obliger, dit le monsieur comme à. regret. Il empocha trente mille francs, sa.lua bien bOlS et s'en fut. Sans oublier la savonnette et lit brosse iL dents, La damé, f .. ut-U le dire, ne l'a jamais revu. Le faux militaire Blessé lors d'un bon1bardement 'à Etaples Pas-de-Calaisi Fusy de Montiez dut être amputé' de la. et une prime de 4,000 fr.anes. kolossol surprise que de vous retrouver dons un box. Prelevés sur les crédits mlli- I __________________________ _ taires. '. On l'a mis à 1& prison SaintPierre de Ve~sailles. Où il est logé, blanchi, vêtu, nourri, etc ... La fausse justice Le 22 octobre 1948, qUatre Al. lemands de la Gestapo de la Madeleine- les-Lille ont été condamnés à mort par le tribunal militaire de Paris. C'était la seconde fols qu'iÎ!l passaient en jugement. Le ' premier verdict ' (de mort également) avait été cassé. Pour vice de forme. Or voici que la Cour de CasaaUon vient de· casser le seccmc1 jugement. POlIr vice de forme. La même Dour de Cw;satlon q\ll ne s'était pas montrée si pointilleuse si l'on se souvient, dans l'affaire des parlementaires malgaches, Les fausses perles La triste ,"Epoque"! , .' Son « objectivité ') - Je suis très heureux, l} dit S. Exc. Saroit Bey, ambassadeur d'Egypte, de recevoir l'envoyée de l'Epoque, dont jé n'ai toujours eu qu'à. me louP" Lors de 1105 dlf- !Ieultés (avec Israël) l'Epoque s'est montrée constammelqt et parfaitement objective. - TU parles 1 L'Epoque en a été toute remut. et a titré l'information : l'U.1t. S.S, soigne ISraël ». En glissant là-dedans une pointe de fiel, Sa goujaterie , Mais voilà-t-il pas que Mlle M1~ cheline ostern,eyer e~t !llé~ il. Tel Aviv ? Et qu'elle annonce son Int~n. tion de tenter là-bas de ba.ttre 1l1li reiord ' de France de lancement du poids? • L'Epoque ne peut pas le di .. gérer. « Etait-il vraiment ind15pen. sable, y fut-il écrit, que Mlle Ostermeyer àttendit c1'ê~re ~n Israël pour donner le meillelU' d'~lle-même ? • Et de rappéler que e'lIst è. l, Perversion L d d 1 Ii Y avait à MUnich un fau- es onneurs e e90n , Hollywool n'a pa.s toujours ëté pour J'actrice Marie Dre~sler I~ (faux) paradis de~ vedettes. Elle y a. connu la course au cachet qua.nd on a. l'estomac vide et qu'il faut néanmoins savoir sourire. L'Epcgue ne rate pas 11 est vrai une occasion de mltnitester un ap.tlsémitisme que ne prend plus 1 .. peine d'être Insidieux. C'est ça que l'atnbassadeur d'Egypte appelle de l'objectivité? teuil de cuir rouge dans lequel Hitler carra. ses fesses pour si- Les donneurs de leçons iner le pacte (de Munich). II y avait aussi à Munich un commissaire provincial américain nommé Murray Van Wagoner. « Honte à." la France qui maintient encore Pétain et Maurras en prison 1 » écrit le « Kairoi » journal athénien que dirige le fils de M. Tsaldaris. Nul doute que voilà une « honte » dont le gouvernement d'Athènes ne se serait pas couvert ! faite de lettres de lecteurs e pour la libération du M arécltal •. Qui 'écrit ? André Petit (responsable R.P.F. du 7' groupe de Roubaix) : une formule souple et imprécise celle de • collaborateur ~ permettait de compromettre plus ou moins tout le monde. Tous les amis de M. André Patlt, quoi 1.,. Au plus fort de sa. « moùise _, Marie Dressler voulait néanmoins toujours. en jeter plein la vue •. Aussi portait-elle un superbe collier de perles. Un jour à une réception le fil de son collier se rompit et les perles s'égénèrent sur le sol. :l)1arie Dressler se mit en devoir de les ramasser une è. une. - A quoi bon, lui dit une amie intime, puisqu'elles sont fausses. - Sans doute, répondit l'ac· trice. Mals .je n'al pas envie que tout le monde le sache. Son indignation Israël a. commIs un péché. Au point où on en est, direzvous 1. .. Aujourd'hul le péChé d'Isrll-ël c'est de faire du commerce avec l'U.R.S.S, Horreur, c'est un péché !/l0rtel l , Voilà-t-il pàs que des cargal· sons russes de produits textiles sont ~ttendues dans les ports israéliens ? France qu'elle doit sa formation. sportivè et son éducation l'lIusi. cale. Nous on cannait la musiglls. Il est possible que Mlle' 05té~. mayer ait tort de tentér, .. l'~tra. nger, de battré un reco~d de France', mais il est certain que ce que veut Insinuer l'EpOque relève de la goujaterie, C'est pourquoi, sans doute, le gouvernement de la France a p!rnüs qu'il ait un fauteuil à. l'Assemblée européenne. Pour discuter des Droits de l'Homme et de la démocratie occidentale, Geol"f/es Ferrier (membre de la « Ligue des Patriotes ~ à Paris), disciple fervent de Paul Déroulède et de Maurice Barrès j'ai • _______________________________ ~:------------ conscience d'Ure fidèle, etc ... Le commissaire provinCial jlmérlcain aimait à s'asseoir dans le fa u teui! de cuir rouge. _ Ça me donne, disait-Il. des sensa tions. Un jour }Xlurtant le Wagoner uémissionna. Et s'en retourna aux U.S,A. Non sans que' les autorités du Land, écrasant une larme au coin de l'oeil, lui ait offert d'emmener le fauteuil. Le Wagoncr ne se tenait plUS de joie. AInsi ne sera-t-ll pas privé l'à,· bas de l'une de ses menues jouissances munIchoises. ...... Le haut du pavé Vous penser. bien que 'si les autorités de Baviére ont fait un cadeau de cette importance à. M. Murray Van Wagoner. c'est après en avoir longuement délibéré. Et plrcc qu'elles ont jugé Qu'il est digne de le recevoir. Les autorités de Bavière. ne oonnent pas à la légère, ni à. n'importe quI. De ceux è. qui elles ont donné ues pmplois publics il y a bien encore à pert (Paris, Qfficieux) Chiffres (Paris, F.N.D.I.R.P.) Quels Allemands? Que M. le président du Conseil nolIS permette de lui dEmander sur quels Allemands il pense pouvoir compl er pour que « l'Allemagne mérite sa place l. Car, nous qui suivons Ip. problème de très près, depui~ notre libération, nous avons ri û consLa.ter par l'examen c1~ talts: • Plus maréchaliste que ... Mais enfin la Fra]tce ne doit pas se laisser conf.ondre ave~ lep quelques misérdbles qui l'ont ainsi souillée, C'est bien' notre a vis. Qui sont· ils ? Ceux qui ont Invité Tsaldarls? Pétain et Maurras? Pour un certain Simonot 'd'Alençon jls' sont ceux qui oùt con· damné « le Maréchal.. . Et l'Epoque pense de même et le dit, car elle est l'lus maréchaliste que le c Kairol ,. Rassemblemen t Singulièrement révélatrice d'ailleurs cette rubrique de l'Epoque E. Desbordes (ÎI Paris): si tous l~s Français d'import!l.tion ou intoxiqués le conslderent comme un traître, moi qui n'ai de leçons de patriotisme à recevoir\ de personne, etc... . Des nervj~, des membres ·de Ugues' fac.t1euses, des antisémites et xénophobes, des coUabos mal blanchis ... .. ,A utour de Pétain, rass.emblement! C'est ca l'Algérie? .JO ' .' Pas étonnant alors qu'un nommé Crevaux, délégué des colons de Philippeville à. l'Assemblée al· gérienne ait déposé une motion pour que « le Maréchal de France Philippe Pétain puisse terminer une longue carrière dans le calme d'une modeste retraite. ,. Une pelouse et des fleurs ), quoi ! L'assemblée algérienne ferait mieux de s'occuper du sort des fellahs vivant en état de demiesclavage. Mais allez demander cela, à cette assemblée mal élue 1 Avec une majorité de vichyssois R.P.F., comme il se doit. - Qu'II y a, d'ulle part, des.· nous ne montons pas une garde Allemands - et" Cil sOl\t des lea- : vigilanle, o~. y f~l1l. éclW dans ders des partis politiques en pla- le monde enlier. Nous r.ous berce _ . qui nient les responsabilités, çons d'illusions, si nous pensons qui ne veulent pas reconnaître que l'autonomie seule duffira pour les modificalions de frontières, exorciser le démon de \"antisémini à l'est ni non plus à l'ouest, tisme en Allemagne. Seuls les des Allemands qui revendiquent. eHorts les plus persévérants et ayant vu le financement pe leurs une organisation Iniernationa!e éiections assuré par les magnais qui combattra ce mal partout où de la Ruhr. ceux-là mêmes qui il relèvera la tête peuvent garanfinancèrent Hitler. tir è. nos enfants une vie meil- Les Heuss, les Adenauer, les. le. ure dans un ~onde libre. Schumachcr eL autres Karl Arnold rad~nt de plus en plus fort, revendiqtient le contrôle du bassin de Briey a\l même titre· que le contrô'e du ba.Hin de la Ruhr - Qu'll y a, d'autre part, des Allemands qui ont déclaré, dès 1948 : Poursuivre syslélnatiqu~ment la lutte colttre tous les vestiges du nazisme. du militarisme et de la discrimina;ion raciale· S·oZl.ryO~eT à Ioule tentatiVe àe recoltll.aiSS;i/Ice du fascisme. Colon rI MANHES LA VIE -JUIVE (paris: Congrès Juif Mondial) La cc nouvelle Allemagne» de M. Adenauer L'antisémitisme dans la nouvelle Allemagne ne marque quel- . que retenue uniquement pal'ce que le pays est toujours occupé . militairement. Rô:gardons en tace ce que nous ne poUVOllS éViter, même si nous le voulions i La: restauration d'une· puis.;ance et d'une organisation nationale allemande. è. laquelle nous asSIStons }Xlurrait très bien être le début d'un nouvel assaut contre les droits et la dignité des Juifs ' dans le monde. De nouveau on répète en Allemagne que les Juifs sont responsables de tO'lt ce qui affliie le genre humain, et, &1 ~50 (Paris, noùvelles des démocralies popUlaire,) Les étudiants ne se balafrent pos à Rostock (zone soviétique) - Et la vie esludiantine proprement dile, comment ~e déroule ·t-elle aujourd'Ilul à. Rostock? ~ A vrai dil"e, le faux romantisme plem d'csJll'it, de ca.5 ~ e est mort. Le gente « Alt-Heid~lberg », • l'étudiant buveur, faisant la cour aux séduisantes filles du peuple ne ' se porte p, us. Les jPunes gens et filles qui fréquentent aujourd'hui les universités menent une vie allStére et dure. Ils ont hMe de fmir kurs études aussi rapidement que pOSSible. Le Iype de « J'étudlant éternel », sI IncI'usté dans les souvenirs de vieux universitaires allemands, n'exist~ plus. _ Cela vput-il dire que cptte nouvelle génération allemande s'!Utéresse uniquement il sa spécialité pOUF pa.sser dàns ur, délai· record les examens nécessaires? _ Pas du tout. Les celltres d'in· térêts ont changé, et cela peutêtre Nl foric~lin d~ la nouvelle composition sociale des étudiants , • ' j LISEZ NOS, LECTEURS .,.,';.' . Les ·Juifs sont~-ils maudits? Monsieur le directeur, Lecteur de Droit et Liberté dont j'apprécie le; tenue et La combativité, je me permets d'appel~r vo're attention sUr un aspect important du probLème (Le (an/!sémitis lite: jè veu:c parter de la question que recouvre t'exlste1lce même d'une associlltion comme les Amitiés Judés-Chrétien/l es. Est-i! vrai, dans 'quelle mesure est-il . Hai de dire que t'une des sources pr/neipales de l'antisémitisme réside dans une cer/aine éducation catholique - et plUi particulièrement dans le catholicisme - selon quoi tes Juifs seraient maudits parce qu'ils ont tué JJsus ? A cet égard, le dernier d'auJo\U'd'hui, NoUS avons des groupes de travail, des clubs, où se font des conférences sur tous les problèmes qui nous inléres- 5mt, Récemment" nous avons eu unè grande discussion ~~r Sartre. Les « antlsarlriens » on' d'ailleurs remporté la victoire da.ns cette discusslon pa.ssionnée. Moyel,·Orient (paris, revue spécialisée) Agonie de la Ligue Arabe? Assislons·nous à. J'agonie de la Ligue Arabe? La Grande-Bretagne et les Etl,ts- Unis, dont les intérê:s conIradictoires se reflètent très pn!cisén'lent au sein de la Ligue. n esiiment pas pour autant qu'elle a.it cèsstl de constituer Ub IDslrummt politique utilisable encore à. l'heure actuelle. Certes, la Ligue n'sst plus aujourd'hui à la dévotion des seuls Britanniejués, l't j'axe Le Cai reRIad, appuyé pal' les Américains y délient pour l'instant ceriain.s leviers de commande. Mais toujours présente ' par ses porte-paro: es arabes, attisant les r ivalités, jouant à. l'occasion les médiateurs, l'Angleterre voit (ncore da,ns la Ligue un moyen d'assurer son influence dans le MOYt'nOrIent. Et, Qui sail? de J'étendre peut-être un jour à l'Afr'que du Nord. Enfln la Liiue, espère-I·on à. Londres. pourra. continuer de détourner utilement l~ mnsses popul aires ries véri ta.bles objecUs de la lutte nalionale dan.; chaque pays. De leur côté les Américains ~spèrent pouvoir se servir de la Ligue comme d'un organisme central qui leur permetlra d'envisager des Pl'Oj~ta · d'ensemble lillrè de Jules Isaac apporte de;--'------------) lrccieu.c étém.~nts à la dtscuMion 111 (Lis celle-cl reste ouverte et il faudrait, à mon sens, ta poursui· vl'e pour 'l'enrichir, C'est pourquoi je suis sûr que beçucoul' de lecteurs seraient trè:i intéresses par la cOntributioll que votre journal pourrait apporler à l'éclairement de cette question, en faisant apjJel à diverses perso/ watités d,. mond.e intellectuel, et d'abord aux 'représentants des diverses confessions. VeUIlle; agréer, monsieur Le di!' ec;eur, i"expression de mel sen· ti ment s tes plus disLinflUés. Georges 13LOCH-NEGAT, Paris (20·) pour l'application du 4' poin.t Truman au Moyen·Orient. l-oes espOirs qui a vaient é~é soulevés il y a quatre ans à. peine, lors de la constitulic)fi de la Ligue, ont fait place .aujourd·hui dans le monde 'arabe, à une amèIll! désillusion, A chaque fois que la question dè la libération nationale d'un des pays signataires du Pacle s'est posée' avec une acuité parti. culière, la Lili:ue s'est manifestée par son Inaction et son silence. (Paris, COmité National des ECrivains) D'une lettre ouvert. de M. Claude Roy à M, Pierre Emmanuel Il est toujours iriste de voir un ami expliquer pourquoi il n'est plus votre ami. Oh! jP. sais ce que tu vas me dire: que, personnellement, tu me ilard('s toute Ion amitié. C'est simplement aux aulres que tu en as. DU" chefs, aux poil tiques, aux méchants. Par exemple, à cc Pierre OourLadc, sur lequei, dans une colonne vois:ne. une Fonlaine. à l'eau de laquelle je ne boirai jamais, Que pense%-~us de D.L. ? A mis lecteUr!, que pensez: "ous de «.. D. L. » ? Quelles rubriques préférez-vous? Quels articles VOILS' ont plu _ Que sou.1lalteriez-\'ous llre Moore? ' EcrIvez-nous pour nous eritiquer et nous encouraler. Vos lettres @èront publiées, vos suggestions retenues. AInsI, Droit et Liberté pourra (Ieven;r le Journal' de TOUS les antlra(\j~tes. Front (BrutUlles, organe de la Rés'stance) ~déporté » Léopold III Léopold III ·a éié exactemeJ'lt Je contraire de la Rési3cancé. Cdle'ci eSL née et s'esl, dé\'Eloppe~ ma:gl'é lui et en dehors de. lui. On fouillerait \'alnelnent ùans les parOles eL leS écnts de ce sou. veralll discrédité poUl' y trou ver un seql mot d'enCJouragemol)t ... la Résistance ou de confiance dans une Victoire autre que celle de l'Allemagne. Dés avant-le 10 mai, Léopold III a val~ souscnt au mythe de l'invincibilité hltlé. nenne. Fasciste par tempérament, atlmirateur de toutes :. diciatul'es - de Salazar à" Hltlér, en passant par Franco e~ Mussolini - il éprouvait le plus profond mép!'ls pour ses mil1l,tres qu'il considérait comme l'expression d'un régime démoCl'atique dont il avait horreur. HostIle aux Alliés. il ne S'l'st laissé « d~porter ,. ver:; rA Ilemagne que pour ne pas ~ubir l'occupation a,nglo-amél'icaine, pour ne pas voir s'aceom. plir, en Belgique. cette juste tt implacable répression qU~ nOU3 avions rêvée et que lui-même redoutai!. Dès lors, aux yeux de tous les résistants. la Cliuse élst entendue. Même p:ébisclt' pal' 55' pour cent de ci toyetls' éga 1 és ou mal informés, endoctrinés Oll fanatisés. t.éoPold III ne peUl PM. revenir cn Bdgique, pt loUS les démocratés feronL en SIl"te qu'il ne reVi "l1l1e pas. Tel est pour nou,~ l'p:OMntiel 311 problème, et tout le reste esL littéraiure, jétte un petit · paquet d'ordures Fernand DEMANY assez ilOnobles. TollS l~s anticom· .-------:--:-:---.....:_ munistes ont leur bon communts- • Le 26 nov.mbre Mm« Gutl POI- nanskt d.onnera un strand Cêneel t te, comme 10lLs les Qnllsémltes de chlnt â la Sille PleYll. ont l['ur bOn iUif. Je ne .Iiens à. • Le ' tll~~the ati$tlque yidd\,n êtrp ie bon communis:e de par- • YI,out • "présente la 110\lvlllle pl~c. son n e. ,.. .. a . iS ' Je ti ens" .. 'a yant 1u , rdae iéPse r•o t2:1.: lRa lSrsabiel.l nL •a nLcersy , v•e•r mtse dpl~ t1u2-, ayant lu François MalU"iac, ft dimanche 13 et lun\1 1. 1'IOvembu. quelquEll autres. à I"expllquer , . l'ourquol je pense que vous vous Im~·. ~;'I.!ôn~'ertt trompez, ou qUe vou, vou~ men- 6, bOlll. ]Dei •• ollnl .... tu, 1" AIUS (00) J . ' .. 1 •

,ot.

, • .' . • • el! td e dn d Tt 'ÔR'O!T, er L1BER.T!-· ,,-·---.-...·. .- "'-------'------....- ......;..;"---"'"'----------_-...... '. -'ri. - Con.tre le racisme et pour la paix, importante Conférence, le 6 novembre, , a Paris 28 m3 DE GAZ PAR, L'UNITÉ EST EN·MARCBE 'JOUR, SOUS L'ARC ET RIEN NE L'ARRÉTERA C'EST sous le signe de l'en. thousiasme, de la résolution .et de l'unité que s'est WI éroulée la conférence des organisations juives, réunie le 6 novembre sur l'initiative ' du M,R.A.P.

Le M.R.A.P., se plalt à soul1gner

M'André Blumel, est un mouvement .' il prouve son existence en marchant :t. Au soleil de novembre, les derniers touristes américains se font photographier sous l'Al'c de Triomphe - acte mémorable. A leurs pieds, devant le tombeau du Soldat Inconnu, s'accum~ent les couronnes à banderoles tricolores et lettres d'or. Passons la voüte aux quatre 'Vents, allons trouver, dans son étroit abri, le maltre de ces lieux solennels et grands, le Gardien de la Flamme. M. Marcel Gaudin sur notre cliché) exerce depuis 25 ans cette fonction, dont il est !1er, à juste titre. Chaque année, depuis 1924, il organise et coordonne les cérémonies du 11 novembre; chaque Tombe de l'Inconnu, tous les monarques de la terre, tous 185 chefs d'Etat en visite à Paris, des I/olllbassadeurs, des ministres, des généraux, des présidents de la République, D a tendu le Livre d'Or à nombre de grands hommes de notre temps. Un quart de siècle d'histoire a défilé là, devant lui: De 1940 à 1944, les nazis n'ont jamais ravivé la Flamme, Ds n'ont pas osé. Et son gardien, qui vient d'être décoré de la Légion d'honneur, l'a veillée dans ces jours sombres. Elle a bJ:lllé, elle a poursuivi sa danse légère et symbolique au milieu de Paris occupé. A. L. 'Dans la salle trop petite du théâtre Lancry, plu;;. d'un millier de délégués représentant des centaines d'organisations vl- . braient d'une volonté unanime de barrer la route au racisme et au nazisme renaissant. C'est un fait que depuis sa Journée Nationale du 22 mai, le M.R.A.P. a marché à grands pas. Aux 102 organisations qu'il comptait 11 y a cinq mois, des dizaines d'autres organisations sont venues se joindre. Et il fallait voir, dimanche dernier, dans la grande salle du théât,e Lancr;y .:... décidément, trop petite 1 - tout ce monde résolu et enthousiaste qui avait répondu à son appel '; il Y avait là, réunis en une grande conférence conue le nazisme et l'antisémitisme renaissants, plùs de 1.000 délégués représentant des milliers et des milliers d'hommes et de femmes qui se rassemblent pour une cause commune. Emouvante image de l'union des couches les plus larges, les plus diverses. Beaucoup de sérieux sur les visages, et aussi beaucoup de bonne humeur, de gentillesse. Clara Witzman, une orpheline d~ douze ans : ~ Je ne suis pal' !a seule dans ce cas ! », s'écrie-telle en remercianl, du fond du coeur, le M.RA.P. au nom des eIifants de fusillés et de déportés. Après Mme ZelarniJc (19' scction du M.RA.P.j , M. Chmenik! exprime l'accord de la Société « Vérité et Grâce » avec le M.R A.P. soir à. 18 h. 30, il est là quand , ____________ _ les représentants du Comité de la Flamme (toutes les organisations d'Anciens COmbattants) viennent raviver, avec elle, le souvenir des morts glorieux. ({l'ne fois par an, le 11 novembre cet acte symbolique est l\eporté à Le plus haut poiut d'émotion 21 heures et suivi d'une veillée de de eette journée fut atteint lorsqu'Intervinrent les délégués des jeunes. Amos pour le BorochovDror, Aline Frankel poUr les Cadets, la petite Clara Witzman qnl vint dIre aveo les mots de tous les jours comment elle tut séparée de ses parents, comment elle apprit que son père ne reviendrait pas d'Auschwitz. Chacun des assistants - et e61OE qui l'avaient 'mandaté - lié faisait une idée de l'étendue et J1e l'imminence du péril : la renaissance de l'antisémitisme en AUemagne oocldentale, sa tendance à s'étendre à d'autreS réglons du monde sont dcs faits, dont la réalité n'échappe pail aux survivants des cmaps de concentration, aux frères et aux enfants de seu", qui tombèrent par millions, vietimes de la barbarie fasciste. Les Jnifs lie France prennent ehaque jour davantage eonseienee de la néeesslté de se battre et la viotoire qui est au bout de ce, combat. Chaque ,jour davantage ils sentent qu'ils ne sont pas seuls dans leur Jutte wntre le racisme et l'antisémitisme, car cette lutte ,e'est aussi Ja luHe pour la paix, 'le grl!-nd oombat engagé par des eentaines de millions d'hommes de tous les pays dn monde. Car Il est \lésormais établi 'lue le racisme et l'antiséntitisme s'inscrivent parmi les formes de la préparation idéologique à la ,uerre d'agression.

  • . DEPUIS la journée historique

'do 22 mal 19W, 'lui vit au cirque d'Hiver, à Paris, la naissance du M.R"A.P., un considérable progrès a été accompli dans le s'ens de l'unité des masses juives. Je n'en veux pour preuve que . la~présence, à -notl'll tTibtllre du 6 novembre, de personnalités importantes du consistoire, de l'Allianre Israélite Universelle, de la Fédération \les sociétés juives et des milieux Blonis.tes. En vain les dirigeants de la Fédération Sioniste ont-ils tenté de torpiller notre conférence. Dans leur impuissance il. freiner le courant d'unité des masses juives, lis s'Inquiètent, commettent des maladrl'sses, avancent des arguments si peu sérieux «Iu'un dirigeant sionist\\, Henri Bulawko a pu dire il. la Conférence

« Je doute que les dirigeants

de ia Fédération Sioniste aient pris le pouls des masses 4uives avant d'opposer lJIl refus au M.R.A.P. S'ils avaient pris eontaet avec ces masses, ils seraient Ici a)1jourd'h ui ». C'est une grande joie pour DOUS de constater que. la manoeuvre a échouê et que non lIeulement \lans !es .masses juives, mais parmi les dirigeants sionistes l'idée de J'unité d'aetion progresse rapidement. Le M.R.A.P. a aujourd'hui eonscience d'avo!t tenu les promesses du 22 mal ; .l'uiilté des masses juives se torge dans l'action pour la réali.sation de ses IJ](}ts d'ordre. Tous, en avant eontre le racisme et l'antiséntiti5me, en avant pour la paix. Pi~rre-Roland LEVY. Un large front ... Ici, les lettres qes. banderoles courant autour de l'enceinte ne composent pas des phrases creuses ; Unissons-nous pour barrer la route au nazisme. - Le rétablissement de l'Allemagne non dénazifiée est une menace pour la paix. - Pas de pardon aux criminels' antisémites. - Constituons un large front contre l'antisémitisme et la guerre. Un large front... Oui, c'est aujourd'hui la majorité de la populatiol). juive qui, derrière le M.R.A.P.. mène un juste combat. A la tribune, on remarque notamment la présence de M. Raymond Lindon, avocat général à la Cour d'appel de Paris, membre de l'Alliance 18- Lao tribune, raél1te ; Maurice Moch, du Consistoire Central ; Bercovici, présitlent des Anciens . Combattants et Volontaires Juifs de 1914-1918; Isi Blum, secrétaire général de l'Union des Engagés Volontaires ét Anciens Combattants Juifs de de 1939-1940; Théo Klein, président de l'Union des Etudiants Juifs; P e rel m a n, président de l'Association des peintres juifs ; le professeur Lattés, secrétaire des Amitiés Judéo-Chrétiennes; l'artiste Mané Katz, ainsi que les représentants de plusieurs organisations de jeunes, etc. Dans la salle, on note aussi la présence de M. Sonkinas, du Bureau régional de la F.S.J.F. et de M. Bloch, de la synagogue de la rue de \I;Iontevideo. M' André BIumeI : «. La classe ouvrière, meilleur rempart contre le racisme ) Il sait en quelques mots présenter les observations les plus pertinentes. Il préside, il parle avec l'aisance généreuse du grand avocat, du grand honnête homme. On l'a deviné

c'est le président du M.

RA.P.. notre directear André Blumel. _ Il. vient de lire divers messages, dont un de M. Hadamard, professeur au Collège de France. et un autre du Dr. Baruck, et 11 se féllclte de la belle .réponse que. cette conférence est en train dp. donner à l'invitation du M.R. A.P. D'aucuns ont refusé; c'est ainsi par exemple que la. Fédération Sioniste a reproché à la « puissance invitante .. on ne sait quelle hostilité à l'aide à Israël. Cette affirmation, dit M' Blumel. semble une plaisanterie alors que j'ai moi-même été sollicité il y a hui t tours par l'Organisation sioniste en vue d'une tournée pour l'aide if, Israël . On a dit aussi que le M.R.A.P. était « communiste

« Non ! il Y a. des

communistes parmi nous et i! s'unissent à tous les autres dans la même bonne volonté. Voudrait-on que nous considérions les communistes comme des. pe~tiférés? .:. '(Vifs. applaudissements) . M' Blumel tient à rendre l::lOmmage à la Russie sans les sacrifices de laqu'elle nous ne pourrions nous réunir aujourd'hui

t - vérité d'évidence

plusï.eurs fois proclamée, en 1944 et 1945, par le général de Gaulle, le président Auriol et le président Bidault. « Rappelons- no)ls, poursuit l'orateur, que le général de Gaulle a invité en 1944 le maréchal Staline à venir à Paris pour que le peuple lui manifeste sa gratitude. Il e$t vrai que le général de Gaulle n'était pas encore le chef du R.P.F., mais Staline, depùis longtemps, était membre du parti communiste. Qu'on ne vienne pas agiter devant nous l 'épouvantail communiste. J .. (Rires et applaUdissements) . Quant :). la classe ouvrière de notre pays, elle a prouvé depuis toujours qu'elle était « le meilleur rempart contre le racisme ). Beaucoup d'entre nous doivent la vie à des gens du peuple 1 La menace de l'antisémitisme pointe à nouveau de l'au': tre côté du Rhin. e Mais à l'Est, Wilhelm Pieck envoie en Israël un message reconnaissant la responsabilité du peuple allemand dans les crimes antijuijs, tandis qu'à l'Ouest, c'est Adenauer, un homme ayant voté pour Hitler, qui dipenda. nt l'Intervention de Maurice Grinspan rige le gouvernement L. et vement de protestaUoi, à travers Que, selon le témoignage don- le monde, et le M.R.A.P. n:y a né par un rabbin canadien, pas peu contribué, ~ «Stii,l'1ner» Ab h Fi b A l'A T J n'a pas encore reparu! ». (appl.). ra am n erg, do • • ., Cependant, si l'antisémitisme ree le gouvernement mUltaire trouve en Allemagne un terrain américain semble n'avoir d qu'un but '. remet.tre sur pied ' de'a' ucthroeisx , cIoIi nsse rdaul lummoen daeu S:s i « ;IaEnns une Allemagne où renaît le Egyple où les Juifs sont ma/traifoyer d'infection antisémite, tés .. en Irak où s'ou v ~ent de nouoù. tout Juif peut devenir ul1 veaux camps ; en France même, otage :t. Devant des « faits où, comme champignons après ra qui, "comme le dit un message pluie, ligues et iournau:r: antisémites et nazis surgissent un peu de 1'0. S.E. au M.R.A.P., provo- parto.ut li avec l'acquittement des quent l'indignation de tous vlchystes doub!é de poursuites conles Juifs sans distinction po- tre de glorieux résistan ts. Quand Utique ~, André Blumel con-· le grand espoir né de la Victoire clut sous les .ovatlons, en ap- p.st traJ:li et la menace d'une pelant à l'union salutaire. nouvelle guerre soigneusement . entretenue, inspirons-nous du Le rapport de Maurice « haut exemple de résistance. des ~rinspan : 5 mois bien insurgé§ du ghetto de Varsovie dont la mémoire vivra à travers remplis les siècles li ; il faut agir 1 Et le M.RA.P. agit. Cinq mois seulement on t passé et il peut déjà présenter un bilan remarquable. Ces faits, hélas, ne manquent Jl'!-s, e t le rapport de 'Maurice Grinspan, secrétaiI'P. généra: du M.RA.P .. en est nourri. Solide et claire analyse qui déroule. devant nous les divers épisodes du relèvement d'une Allemagne raciste et guerrière, de la grâce d'Ilse Koch à. la menace du « Stürmer li. _. « Mais grâce au mou- Une importawte r~olutton a été votée à l'unanimité par la Conférence du M.R.A.P· sur la renaissance de l'antisémitiSme et dU. nazisme, et la néCessité d'une lar!Je union pour barrer là failte à ce danger q,ui me~ace la paix. En voici un ·passage essentiel: . « Aux .cQ'tés de. forces democratiques de France e't du monde entier qui représentent des centaines de: millions d'hommes et de femmes, nous pouvons sauVer ,La paix et détruire le fascisme et l'antiitémit! s17l€. )1 Unissons-nous sans distinction d'opinions politique~ phUosophiquea ou religieuses. Agissons tant qu'il n·est · p'lS trOT) tal·d. Sonnons l'alarme pour n'avoir p(lS à sonner le tocsin, " Vive .l 'union · Vive la T?aix 1 11 Bornons-nous à en énumérer quelques têtes de chapitres : film et brochure de la Journée du ' 22 mai ; dénonciation du scandale IIse Koch ; intervention dans les procès de la police antijuive de Vichy contre laquelle le professeur Prenant témoigna ; mouvement de protestation contre 'a menace du « Stürmer li et la parution des journaux .nazis (meetings et déclarations de très nombr.euses personnalités) ; campagne pour te retour de Jérusalem . à. Israël ; lancement de Droit et Liberté hebdomadaire, elc. Ce palmarès est salué par 'des applaudissemenls prolongés. (On prendra connaissance: par ailleurs, des importants projets de résolution dont Pierre ROlandLévy et Charles Palant ont ensuite donné lecture ). De partout, la. voix M :R.A.P. s'élè~e du • Premier orateur Inscrif, M. Poznanki, président de l'U.S.J.F., dénonce avec vigueur les asser· tions de la Fédération Sioniste selon lesquelles le M.R.A.P. serait. hostile à l'aide à ' Israël. Puis, maîtrisant avec peIne leur émotion, les délégués écoutent Mlle ·[ES .... :SO.UVENIR"S INÉDITS D'ÉMILE BURÉ (II) ~ 1 ' "~ , _ Du nouveau sur Edouard Dru mont LE bon écrivain et sociologue Bernard Lazare, le premier défenseur du capitaine Dreyfus, dans son excellente « Histoire de l'antisémitisme », la meilleure qui ait été publiée en France, s'accorde à reconnaître avec Karl :Marx et avec Ernest Renan que, l'histoire j'uive serait en dehors de l'humanité si elle était sans tache; et il s'efforce comme ces deux grands penseurs, de découvrir et d'ex~liquer les qualités ,et les défauts. du peup!e juif, ~n suivant sa marche douloureuse, tragIque, aptes sa dlspersion. Je citerai seulement Ernest Jtenan ~ • A la fin du XIIi· siecle,. la fiscalité de Philippe le Bel ymt tout perdre. On commençaIt a .'occuper de grandes choses, mais il fallait de l'argent et, a cette époque, on se procuraIt de l'argent par de bif'n mau v 8,.1 S moyens. La spoliation des J '!l'ls ~ présenta tout d'abord. C est un des actes les plus fâcheux dp l'histoire de France; Jusque la, la France avait été une Lerre relativemen t tolérante pour Israël, et si quelque chose résul~C du travail que nous avons lD,élé dans J'« Hisloire litté rall e de la France » Sur la situation ,dt's Juifs en F rance au moyen agp, c'est Clu'al'ant la fin du XIII' siècle les JuiIs exerçaient exaclement les mêmes profession" que les autres Français. C'es~ à j~ suite des tristes événements don. nous venons de par:cr que se tail la diotinc tion des pl oress'ions entre Israélites et non.·ISraélltes. On force les Israelltes à mener. un genre de vie diftérend de celui des autres. La vie de l'Israéliie devient une vie de ~éque.-t ration , de prascl'iption. Or, c'est une loi hbtorique que la sociélé qui condamne une pa l'tie de ses membres à une vie à parL est la première victime (1 e ces mesures maladroi tes; car une des GOl1séCluences de IJ. proscription, c'est, jusqu'à lin cel': ain [loint. de créer un privi· lège pour le proscrit. On le soustrait aux charges ; on le condamne aux professions qui ne. sont que lucratives. C'est aillBi qu'on a presque fo rcé l'Israélite à être riche. Dans celte sociét.é du moyen âge, au moins à partir de la' fin du XIII' sièCl e. l'Israélilf' n'a plus qu'une profe" sion libre, ceJle qui consiSle à s'en 1 cldr, si bien qu'il y a là Ull cercie vicieux des plus singuliers. Le moyen âge reproche à l'Israélite la profeSoliion même à laquelle il l'a condamné. Il lui a enlevé la culture de la terre, il lui interdit l'exercice de toutes les professions né,euses et Il trouve mauvais que l'Israélitl' profite de ce qu'une telle situa· tion a.e de lucratif. C'est un ~ophüqn~ des plus déplorabl es. » Ce fait de la dévolution aux Juifs des affaires d'argent et cl" finances au moyen âge était du resle la conséquence de leur situation en dehors du droit canonique. L'Eglise, au moins en France, professait' sur l'usure les idées les plUll exagérées et les p lus fausses. Les doctrines des casuistes sur la question de l'intérêt de l'argent rendaient presque toutes les affaires Impossibles ' à la société chrétienne. Pour faire la moindre opéraUon d'argent, 11 fallait employer des personnes qui ne fussent pas soumises au droit commun. L'usure (eL on était usurier par le ' fait de tirer le moindre profit d'un placement), I:usure, dis-je, était un crime ecclésiastique ; l'usurier ne pouvait tester, n'élait pas enterré en tene sainte, sa famille était notée d'infamie, "i bien que les chrétiens étaient absolument exclus des opérations d'argent et méme d'assurance et de commerce ». Dreimond? En écrivant que tout Juif est . révolutionnaires, qu'il l'est par essence, Ernest Renan a certainement envoyé de l'eau au moulin de l'antisémitisme qui chez nous n 'a cessé de tourner au souffle du réactionnarisme clérical. Edouard Drumont donna le change jusqu'à l'affaire Dreyfus à maints socialistes ae chez nous, et non des moindres. Le journal quotidien «La Libre Parole », qu'il fonda en 18,92, était déjà national-socialiste. J 'ai constaté au cours de ma longue carrière journalistique, que les pamphlétaires ont coutume d'attribuer à ceux qu'ils accablent leurs propres tares. Ce fut, d'une manière éclatante, le cas 'd'Edouard Drumont. Le spirituel vaudevilliste Abraham Dreyfus soutenait qu'il était son coreligionnaire, qu'il s;appelait en réalité Dreimond et, dame, à le regarder, on était tenté de lui donner raison. Ses cheveux gras rejetés en arrière, sa large barbe gris ~~l, ses lèvres épaisses, sès yeux fatigués d'archiviste abrités par de grosses lunettes le faisaient ressembler aux plus vilaines caricatures des talmudistes, des pilpoulistes qui iIlustraiént son journal. Et son ami Léon Daudet a révélé qu'il enterrait dans son jardin le pot qui recélait ses économies. Son avocat, M' Saint-Auban, a bien voulu me conter qu'il n'était pas exempt de prurit érotique qu), selon lui, dévore les tils d ·Israël. Henry Rochefort ayant, de sa plume aristocratique, balafré sa consoeur Séverine - l'article de Rochefort avait pour titre : « L'explosion d'une marmite » - Drumont s'était intitulé le protecteur de cette dernière, l'avait logée dans un appartement situé au-dessus des bureaux de son journal. Comme elle était souffrante, il lui rendit visite par un beau jour de soleil cantharidé. A peine entré, ' il commença de se déshabiller et s'avança vers le lit où elle reposait pour lui présenter ses homfnages empressés. Comme il négligeait l'élégance vestimentaire surtout en ce qui concernait ses dessous, celle qu'il voulait séduire s'esclaffa, lui déclarant de sa voix la plus Caressante : ~ Pour cette fois, Drumont, ce sera suffisant, si vous le voulez bien ». Fait à relever : La société qui assura la publication de la «Libre Parole» fut société en commatldite sous la raison sociale Gaston Wiallard et Cie, au capital de trois cent mille francs. M. Gaston Wiallard était juif - juif baptisé. (À ruivl'e.) « En travaillan~ a. la bonne entente entre Juifs et Chrétiens, ncr tre organisatioll oeuvre aux ~té c du M.R.A.P. contré le racisme et pour la paix », déclare le secrétaire des II: Amitiés Judéo-Chrétiennes », M. Lattes, qui évoque d'autre part les poil!miques antl sémites auxquelles la question d" Jérusalem donna lieu iians:a prMSe du Vatican. Au nom du « Poalé Sion )} dt gauche, M. Lerman proclame qu'un Juif ne peut pas rester en dehors de la lutte contre l'antl' sémitisme et pour la paix, cl propoSe par ailleurs un amendement à la résolution relative à l'Irak. Ancien militant de la L. 1 C.A., élu au Comité Directeur du M.R.A.P., M. Grunf.ela dénonce avec éloquence la passivité et la faiblesse Les .dirigeants sionistes ont-ils pris contact avec les masses? Membt:e du secrétariat du M. RA.P., dirigeant du « Hashomer Hatzair », .Henri Bulawko, s'élevant contre les a.ss'ertions de la Fé:dération . Sioniste, déclare qu « les Sionistes présents à cette conférence, représentent la large opinion rIu moùvement s~oniste de France ». II: Je douZe que les dirigeants de la Fédél'ation sioniste aient pris le pouls des ma.;1es sionistes avant d'opposer un refus au M. R.A.P. S'ils avaient pris contact avec ces masses, ils seraient iCI auiourd'hui ». Après Steinmiller (XX, IieCtion) et M. Gold ( Société Bendzin ») , Cécile .. Ceri montre tou:e l'importance de « Droit et Li· berté 11 hebdomada,ire ... en. faveur duquel M. Glukson (SOCié ' Pour Nos Enfants ») proposeJ1a bientôt une souscrip lion en joi· gnant lui·même le gesle à. la p~l'ole, Mieux que l~ 22 mai ! Puis, deux anciens de la L.I C.A., Charles Utman et Josep/I Gretz viennent apporter et ex· pliquer leur adhésion au M.RA P .': « En cinq moi s, il a fait plu, que la L.I.C.À. en plusieurs an· nées 1 ». Enfin, M. YoLka, donl le fils, mort à AuscRwitz, a étc arrêté par les ' bandits de la S . E:'C. vient féliciter le M.R.A.P. ct « Droit et Liberté » pour leur courageuse campagne dans l'af· faire de la polioe antiJuive Û~ Vichy. Et c'est avec de nouvelles rallons de .poursuivre et d'élargir un combat si bièh engagé que le. délégués se séparent après c,UA Albert Youdine, secrétaire du M. RA.P., ait tiré, en une brève et forte allocution, la conclusioe de leurs débats : « Notre ,confé· r ence aura marqué un pas _17 avant, en cette étape hi§toriqur de la lutte contre le racisme, l'an· tisémitisme et pour la paiX. Celle conférence est encOre supérieure à la journée du 22 mai en ratson rie L'adhésion de rIizaines rI'or' ganisations, alora hésitantes, el qui ont compris maintenant. Nou, ne devons pas aitenrl.re d'avoir ' / 1er SUr .le cou pour agir ! Apre. cette séance de trav ail, nous iroll' dan, d'autre! . organisations ex' pliquer les buts de notre com bat et nous renfor cerons sa n, cesse nos rangs avec la ccrtitud qUe par notre action, au.c côté" des fOI'ces démocratiques de notre pays, aux côtés des forces de pai.! du monde entier, nous r emporte rons la victOire parce qUe notn cause est juste r ». deux heures) .. M. Gaudin ' connalt, et poUl' cause, tous les détails du cérémonial. D se souvlent aussi de l'histoire de la Flamme. Elle fut allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 pal' André Maginot, alors ministre de la Guerre. Elle tut, durant 16 mois, alimentée à l'l/olcoo1. Elle en consommait 50 litres par 24 heures). Depuis mars 1925, elle fonctionne au gaz d'éclairage (dont elle consomme 26 à. 28 mètres cubes par 24 heures). - En quoi consiste le fait de raviver la Flamme ? La Flamme est en veilleuse tout le jour. Pour la raviver, on pousse d'un quart de tour une coupole circnlaire en introduisant dans une encoche visible à l'extérieur la pointe d'un glaive. Ainsi se trouve ouvert un robinet qui augmente l'arrivée du gaz. La Flamme devient' alors plus puissante. Grâce à. un dispositiJ: spécial (tube percé de trous comme un briquet-tempête) la Flamme- ne s'éteint jamais. Le gaz s'allume au fur et à mesure de son arrivée, au contact de ce tube, qui est continuellement incandescent. . Grand mutilé, M. Gaudin raconte avec modestie sa campagne ·de 1914. A 22 ane à peine, brigadier dans l'artillerie légèr.e, son cheval fut coupé en deux sous lui, à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais). Tous ses camarades et huit chevaux furent déchiquetes' autour de lui, par le même obus. Il a vu s'incliner devant la LES SEPT FONTANOT (Suite de la page 1 r . - Il pal'lait quatTe langues, l'i talien, le français, le 1"Usse et l 'espagnol. Et IL appr,enait l'angais. Et Gisèle reprend: - Pauvre petit! Je me Ta1'pelle son dix-septième anniversaire. au camp. Je disais .' « On fêtera le dix-huitième dehors ». Je penSe aussi' à une de ses let/res.·. C'est !t frère de Beppo. pere de Spartaco, qui pal'le !1taintenant. Il emploie un français tout a'u ssi courant, mais son accent est plUS prononcé et se mêle de mots italiens. Il me parle de sa propre arrestation. On voulait le garder comme otage, jusqu'à Ce que son fils se présentât. Son couro:ge .d'tiilleurs en impose si bien aux pOliCiers qu'il fut relâché immédiatement. Mais Spartaco ne rIevait jamais se présenter. A rrél é avec l·es 24 du M.O.I., il fut fusillé avec , en février 1944. - Il écrivait dans sa dernière lettre.' 1( J·e vais reioindr e mes 23 camarades fusillés, rejoindre Nerone ... io NOU3 bavardons encore très longtemps. Sans a1JOir dit qui ie 3uis, ie reçois l '/tospitalité la p;us chaude. Lorsque ie m~ lèv e, le père dé Nerone et de Jacques. militant antifasciste de la première heure. me. r ec0 1l!mand~ par-dessus tout de ne pas enfler son pro'[Yre rôle. ' - Mes fils ai mai ~nt la France pncore p/!!s que l'Italie, conclut la mere. On ne pellt pas a imer ta seconde patrie si o., n'aiine pa~ la premiè re. ... A la Rome anLique, Mussolini a emprunté la fourberie. Le peuple italien lui doit son cOlJ,mge et sa modestie, A l 'un le \ coup de poignal'd dans l~ dos li. A l'autre, la gloire de! Fontanot. qui libérèrent le pal/S aux côtés de Jean Moulin et dl Manouc.hian· M. G. LES ORGANISATIONS REPRÉSENTÉES Les sociétés et organisations suivantes étaient représentj\es à la conférence du 6 novembl'e ; Sections locoles M.RA.P.: sections du 20', du 13', du g., du H', du 19'. du 10'. du 18', de Montreuil, de LivryGargan. U.J.R.E. 8", Ill', 13', 18', LivryGargan. 2', 9', 19', 20', 11', 14', 1", S', 3', 12', 15'. Orgonisations centrales adhérant au M.R.A.P • Brest Litowsk, Pulawy. Amicale Russe, Praga. Nowy Dwor, Amis de Szydlowicz, Bessarabia. Amis de Lodz, KOCh Zelochov, Konsk, Solidalité de Bruxelles. ;Kielce. Renaissance 'Juive, Siedlec. Vilnois, Egalitê, Lublin, Amis Israélites de France, Amis de Zyrardow, Fraternité des Tailleurs, Fraternelle Israélite. Entr'aide Fraternelle. Union Mutualiste de Montmartre. Frères Israélites, Ozarow. - Sotiétés non adhérentes au M, R. A. P. Union des Sociétés Juives, E! cri v a i n.s et ~ournali~tes Commission Intersyndicale Jui- JUlt~ ; .Grodzik, .Avemr de Slqn, Vil', . Commission de l'Enfance, Helmlschen Wm7kel,. Pour nos Commission Culturelle, Cadets, Enfants, V~l~ntalres, J.u~fs 19~4- Haschomer Hatzaïr, Union des 1918, Ch~nte et .Vente, Um?~ En gag é s volontaires anciens des ,Etudiants ~U1fs,. Fratermte combattants juifs, Art i san s Israelite du X~, Talll.eurs moJuifs, Fraternité YASC, An- dernes, O.P.~.J., Aml7ale d~s ciens Déporiés Juifs, Juifs 1'0- Fourreurs, Blchor Chohm, AmIS Ionais La l'resse Nouvelle. de . Lukow, T~r.now, Culte tra- , dlttonnel Israehte, Rawa Mazo- Sociétés adhérant wiec, Originaires de Bessarabie, Amicale des Artistes Peinnu M.R.A.P. tres, Amis de la Palestine, Ko- Secours aux Amis, Radom, To- ziEmiec, Sympathie Russe, Somaszow Mazowiec. Kaluszyn, Yid- ciété Sioniste, EnseIgnement dlsche Bruderllche Hilfe, Minc Avenir Israélite (J olka) , BoroMazowi~ c, Varsovie. Ochota. Les chov Dror, Société de Montreuil Amis du 14' et 15', Salut public (Fraternelle de Montreuil), Sode Belleville, Les Amis de Paais, ciété Wodslaw, Originaires de Czenstochow, Les Amis israélites de Paris, Powonski, Wolomin, Rovno, Les Amis Solidaires, Bendzin Zaglembja, Plock, Can- Vérité et Grâce, Amis de Potine de Belleville,. Ciechanow, wolsk. NEW-YORK • « Il faut aider le Dr Alena uer à faire le voyage de Paris pour qU'il puisse prendre le chemin de ' Berlin li, conclut (après visite au chancelier de Bonn) M. Walter Lipponzan dans le « New-York Heral Tribune ». YORK • Devant le synode unifié de la région d'York, l'archev~que gallican ' CI/Til Garbat a accusé « les Juifs et le.!! Irlandais catholiques» d'utiliser des .ïournaux américains pour s'y livrer à une « vend'etta » contre la Gmnde·Bretagne. LONDRES • La commission de l'éducatiOll'" du Conseil départemental ' de Londres ne voit pas d 'in~ convénient à ce que . Oswald Mostey tienne des meetings dans les bâtiments scolaires. BUENOS-AIRES ' . A un membre' de; l'U.N.E. S.C. qui leur demandait pourquoi leur gouvernenent n'avait pas enCOl'e envoyé de. délégation à la conférence générale de Pa.ris, de hau Is fonctionnaires péroniHes ont répondu : Bien que nous' ayions donné notre adhésion à l'U.N.E.S.C.O·, nous ne sommes pas pr·2Ssés d'y mettre les pieds: c'est plei n de Juifs et de communistes ». STOCKHOLM • Les iracls et lettr~B antisémites Qui. de Stockholm, sont envoyés dans divers pays. ont pour éditeur un cett'lin Einac Tebel·g. Cc petit " libraire de Norvicken, qUi a tIré ses capitaux nazis, semble n'être que le paravant d'un gang international. VIENNE • Au cours d'une représentation de la Walkyrie à l'Opéra, un grou pe nazi a sifflé P.t insu tté le chef d'orchestre suisse Otto A ckerman en raison de ses origines juives. L'assis-_ tance a protesté viole1l'.ment contre cette iriterruption, tandis que les musiciens de 'l'orchestre philharmonique se levaient et applaudissaient' le maitr e. . FRANCFORT • Trois journaux allemands sous licence américaine ont consacré un éditorial à d'émentir catégoriquement le brUil se· Ion lequel ils seraient influencés ou édités par des Juifs· L'un d'eux, le Weisbade,ner KU!ier retourne l'accusation des « affiliations juives» contre un concurrent, le Weisbadener Tageblatt. PLOCK / . A Plock, la première ville de Pologne où des Juifs .~e soient établis, il y a sept siècles. un rnonÙment rlù au' ci~ e au du sculpleur PerLwuter et commémorant le sacrifice- de 9.000 ' Juifs victimes du nazismp. vient d'être inauguré eh présence des aULorités civiles eL militaires. . VARSOVIE • Le gouvernement octroira d'ici la fin de l'année une somme de 30 millions de zlotys pour l'avancement des travaux de construction d'une maison rle culture el d'un lhéâtre juifs. Un nouveau crédit de 15 millions de zlotys sera ouvert au cou rs du premier trimestre 1950 au titre du bujlget d'investissemenl. BUDAPEST • Uj Etet, organe de la communauté jUive de Bud.apest, pUblIe une lettre d'li Conseil démocratique. al lemand qui a)r pelle les Juifs à ne pas confondre « la haine des fascistes allemands el 1 a haine du peupte allemand ». . BUCAREST • La légation d'Egypte à Bucares l a voulu remeltl'e à tout le corps diplomatique une brochure intitulée « Atrocités Juives en Terre Sàinte 1. dont la couverture s'orne de photos de pin-ups, (le baigneuses, et de membres de la famille royal e égyptienne. TEL AVIV • Dans un me.'Sage adiessë au XI' Congrès du P.C. Israélien, MM. Wilhelm pieck et otto GrottewoTù déclarent notamment

« Le S .E.D. reconnalt

les charges du peuple aIl emand responsable des cruautés commises par les bourreaux hitlériens. Main dans la main li vec tous les progressistes d'Allemagne, le S.E.D. fera en sorle qUe ce sombre passé ne revienne plus ». OBERAMMERGAU • Prochainement, au fameux théâtre bavarois : représentation de la « Passion ». Le rôle de Jésus sera tenu par un an· cien de la Luftwaffe, celui de Judas par un antinazi. ATHENES • La « Conférence commu· nautaire juive » a jugé bon d'envoyer un message de salutations au Roi Paul de Grèce. • Le journal social·démocrate At/mos publle une lettre du secrétaire de la « COlThmunaulé grecque de Jérusalem » qui assure que l'Etat è'Uraël devrait « des réparalions aux propriétaires grecs de Patestine pour les dommages par eux subil! pendant les hostilités ». 1 .1 , 1 -4 DROIT ET LIBERTE NON, LES JEUNES JUIFS NE SONT PAS PR[TS POUR DE NOUVEAUX AUSCHWITZ Des neutrons-obus pout' transformer A la grande conférence du 6 novembre, les jeunes étaient nonlbreux. Deux de leurs délégués sont intervenus, Amos, du Dror Borochov et Aline Frenkel, du Mouvel11ent des Cadets. Le premier a affirmé la foi de ses camarll.des cJans le sionisme, 'et montré que cella ne les empêche pas de participer acLivement à la lutte contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix. en le vil plomb Aline Frenl,el, inlerrompue maintes fois par des applaudissements enthousiastes, a présenlé un programme d'acLion pratique pOUl' lcs jeunes du M,R.A.P., pour toule la jeunesse a1ltiraciste, Nous donno~ls ici de larges extraits de son remarquable exposé. Une Inquiétude utrême , étreint depuis un certain temps Ils '-nt compte sans noui déjà. le coeur des jeunes Juifs, plus profonde encore à mesure que viennent la justifier le. chantages à la guerre et les aeks antisémites, plus nombreux chaque jour. , Hier on libérait lise Koch, la chienne de Buchenwald, on blanchissait Arthur A.xmann, ex-dirigeant des Jeunesses Hitlériennes. on redonnait à tous ces maldénazifiés l'espoir d'une ultime revanche. Aujourd'hui, on fait mieux encore. A l'Assemblée de Bonn de véritables appels au meurtre et à l'a.ssassinat l'etentlssent. Aujourd'hui on réunit près de Cologne les anciens de la Hitler Jugend de sinistre mémoire, on permet à Paris, à la porte de Versailles, une manifestation ouvertement antirépublicaine et antisémite. on !le prépare pour la, prochaine lUerre, pour les prochains Maïdanek. LA F. S. G. T. Mais les ~eune. Julls ne sont pa8 prêts pour les nouveaux Maïdanek, pour 1er; nouveaux Auschwitz! Je me souvicRlI de quelques vers tirés d'ult poème 4e la Résistance

« .. :Mais ils comptaient S!\ns [Piérre et Jean, « La colère et les jeunes ,en~ ... » Eh ! bien. ceux qui, pour tout avenir, nous préparent de nou: veaux massacres, auront compté sans nous, sans notre courage et notre décisio/l, Crolent.i1s que devant leurs provocations nOU~ allons rester pas:ifs ou apeurés? Non! Leurs provocations honteuses ne font que décupler nos for. ces dans la luUe que nous menOltS sans cesse 'contre le Racisme, l'Antlsémitbme et pour la Paix. A 15 ANS ANNIVERSAIRE .des' dê/censeurs !DU SPORT PUR Tous les jeunes se souviennent de la manifestation unie organisée à la gare de l'Est, ce printemp!!, pour le collectif à 50 %. Les sportifs ont obtenu ajnsi ûne victoire qui leur rendra rnoinl!\ onéreux leurs déplacement!! en chemin de fer et plus acces!!ible leur stade lointain, Il existe un sport pur. Cela nous amène à relever le point de vue erroné de certains ne voyant dans le sport qu'un spectacle permanent, jugeant sous l'angle du commerce ou de la fête foraine. Cet été à Bud~pest, les déJé- ;-_____, ...... _ rués du Mouvement dts Cadets ont dit aux jeunes du monde entier les espoiu et les 1éaIlsatlons de~ jeunes Juil$ de f'rll.nce. Hier, aux côtés de tous les démocrates, les jeunes Cadets ont collecté les bulletins de vote pour la Paix. Ils en ont recueilli plus l,Ie 2.600. A vec tous les jeunes de l'rance ils sont allés à J'Elysée dire au Président de la République leur' réprobation, leur colère et leur volonté de luHe devant l'antisémitisme renal~sant. Chaque I,Ilmanche matin, ;Lvell ardeur et enthouslasJlle, nos vaillantes équIpes de dlffu~èUli répandent dans tous les IllIartiers dl: Paris, le journal qui dénonce et démasque les antisémites et les fauteurs de guerre. le journal du M.R.A.P. It Droit et Liberté ». L'union de la Et mardi dernIer, s'est tenue, liur l'initiative du Mouvement des Cadets. une réullion des orlanlsatloltll de la . Jeunesse Juive, pour la formation d'une commission des jeune~ du M.R. A.P. Les Mouvements ' qui étaient présents (Borochov Dror, Cadets; ex-Jeunes de la L.I.c.A,. Maison des Fusillés) ont à l'unanimité voté une résolution appelant à l'union la plus large des or;;anisatlons de la jeunesse 'uive au sein du M.R.A.P., autour d'un 'programme concret d'action contre le Racisme. l'Alltlsémitisme et pour la Paix. Les jeunes Juifs ne veulent pM devenir la piétallle d'une prochaine tuerie. Ils veulent fendre leur avenir menacé par la recrudescence de l'antisél\lit1sme. Et c'est notre devoir à nous, c'est le devoir de toutes les organisations de jeunes, c'est un devoir sacré, de donner il toute cette volonté sion de se manifester ""L1",",,"'ment. Oette photo li; été prise en plein Paris, l'autre dimanche.: Salle Pleyel, les Jeunes qui ont participé aux colonies de vac~ n~s de la Commission centrale de l'Enfance offraient un riche spectacle devant une foule amicale et enthousiaste de parents, et ~ 'a!'li~ 1.'0u~ l~s peuples du monde (pàrfaitement costumes) etaient symbOliquement représentés sur la scène luttan~ ~ontre tyra!lS (en effigies) et contre la guerre. ' Ccl~ Comment? Par l'union la plus large ae toutes nos orga-r-------~----------------~------------------------------I se passaIt sous le signe de la colomb~. nl~ations, au-dessus des divel'gences politiques qui nous séparent. Pes propositions concrètes C'est pourquoi nous faisons Immédiatement Jes propositions concrètes suivantl'll!\ : lOQue toutes les organisations de jeunesse qui ont donné leur accord à la conférence d 'aujourd'hui (Cadets, Ya~e. Union des Etudiiints Juifs. Eclaireurs Israélites, Jeunes de l'Ort, Dror Borochov, Ha.chomer Habair, Foyer de MOlltreuil. Elèvcs' de l'Ecole de Travail. B!:né Akiba, Jeunes de la Société Egalité) donnent leur adhésion au Comité des Jeunes du M.R.A.P. ; 20 Que ce Comité se réunisse dans les plus brefs délais; 30 Que soit organisé, dans los plus brefs délais un grand meeting de la jeunesse juive ; ~""""""""""""""""~""'""""""'" """"". 1 IR DO INfs ... . ! .. . ." """,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,~,,,,,,,,l',,,,~lrl~i 1\ « S.V.P. li, on est souvent - Combien vaut-il? delTl!l.1'1Ùe dérangé par des plaisantins. le client. L'autre jour, c'était une volx - 50 livres. qui demandait au bout du fil si - 50 livres! Mals c'est horrl. l'expression « Us bras m'en tom- blement cher. Vous ê~es lou. bent )) é tait bien attribuée à la - Oh el' ? Mai! il parte sept Vénus de Milo? langues. « S.V.P. » raccrocha d'un coup sec. - I l m'importe peu qu'il sache • parl~r, répondit le client, ce Cjui _ Chérie, rst-ce que « jockey» m'lntére5~e est de sa voir s'il est s'écrit avec un Q ? tendre. - Bien sûr, sans ça comment, voudrais-tu qu'il monte à cheval? • M. Lecha.t se l'lISe ; la chose ne semble pas marcher comme il le souhaiterait. - Je n'y comprend rien. rugitil, ce rasoir ne coupe plus du toul ! - Tu as torl de te mettre en colère, lui dit Mme Lechat, car je puis t'assurer qU 'hi er il cou- . pait admirablement le linoléum. PROMENADE AU QUARTIER LATIN - NOUS voici de retour au laboratoire du professellr NUllUlIlS, après àvolr médité sur les révélations Cluïl nous a faites sur la constitution du noyau des atomes, « Je vous réponds Immédiatement à une question qui doit vous tracasser: la théorIe de la constitution du noyau atomique n'est pa~ $ortle cje l'llT).Il.~tn.tlon de Q\lelque vieux savant livresque :i. dem!-tou; c'est le fruIt d'une multitude d 'observations 'et de tra.vaux expérlment.ux et théorlque/; ces hypothèses lIont d 'aillellrll 111rgement vérlJiées, ne sera.lt-ce qlle par la plle et la bombe atomique. L'atome l4'uranium dévoile , ~!"e bQtterie, .. Ceh a eornmel\cé à, la fin du lOt ~iècle ):Ur la décollverte dt la radioactivité naturelle. Jusqu'alora, on croyait que les noyalJx des a.tonles étjl:ient tou~ incaS,!;ab:es. Marl~ Curie a. 9écouvert, qlle, l'atome ej'I,lranlum te détruit de lu\-mén1t très lentement, et Be transforme finlllement en plomb, apré! ,-voir projett dll son leln dèf atomes d'116lil,lm (raY0!ls ' ",1- l'ha) de gra.n/le vltene (de J'ordre de 10.000 km par Jel:o),!cI ~ ) ,

Vél1tr~ie produite par e!1a/jue

a~omlJ Q.ui se déduit €5t donc rel!.tivement comidérable: Un atome l:\ll'anium formé de 238 particule~, se trllnEforme en 8 atomes d'hélium !,o~sedant cha· cun. 4 pal'UcuJes et l atome de plomb en possédant 206, Il existe aujoùrd'h ul de !I0mbreux appareils pem\ttt~l'lt de meJurer Ce ienre de phénoll'lènes, de compt.tr individuellement lès ·pa.rticu)es ra pid~s émist!s, de I~! photographier et m'~me !!le le~ peser. • .. qui do"n_ 1'!éI.Cl" la l'Illchlmie modl!fIl. tA. radieactivité naturelle & fait renaltre cl1ez les homme~ cie . ac)enct le vieux rlivè des t)ch!mists$: « trar.$!Qrmer le vil plomb en, or pur li, ou du moins tnnsmlltèr un COr)5S .el'\ un IItjtl'~. C'est Rutherford, qui a le premier réussi, ~n 1919. la première transm utation artificielle. en bombardant le corps put azote par des &tom~s d'hélium rapides émi~ par les corps rli.dioà.cti!~. il a obtènu dé l'oxyrène et de l'hydro- . J~U,Re,' lu 'as, la ', '0,,010, t .. , ,~ : • ~ ',~ , CET ENSORCELANT LAC -LOWEN .•• .le vous rapvelle, ' chers amis, qUe dans le dèrntèr numéro l'le Droit et Liberté, une lectrice avait signalé que la danse etait 80n passe-temps favori. Qu'elll!: s'lm porte bien 1 Je dois vous 4ire tout ri/abord qué ni . la danse, nt le cfnérna, nt le tMeUre ne m'interessent .. i~ préfère le camping. Tout de suite, je revois 11Le~ vt1ciwct)s, sous là nei!lt!. dans le pays du Vennland, en Allemagne, au bord du lac Sarnen, les montagnes bleues et diaphanes qu'un ~oleil . couchant rendait du méme bleu d'azur izu~ lé firmament; Pariais Quand l'ëclairagé était vif, elles devenaient conleur d'ardoise et chaque crevasse, chaque sente, chaque sapin isolé, se distingliait à des lieues de distance. . Èt cet ensorcelant lac Lowen. Dès le matin valls pouviez le voir, encpre m.al révefllé, s'étirer sous le voile des brU1nes, pour se l'lmdre e6mpte de son h.eureuse nature. Alors il joue avec vous, se glisse cf.ouc~ment, tout doucement, hors de sès vaporeuUs ~ntrtLve$. Tl est d'une ' ~eaut~ si ensol'celante que vous auriez bi~n rie let peine a le r~conna!tre. - Puis tout d'un coup, il re;ette sa couvertwrt èt le voUà qui s'étend, nu et rose, et qui miroite iL lit lumière du matin. Je "t.e souviens des repos !tu tonii dt la tènté du mai • gr.e feu que nous al!v:mfofts, du soleil qui, tit~ii1èment, s'elevalt sur nos Utes, le matin. N'est-ce pas Ul! déFor id.éal ? .Réflé.chissez 1 Préférez-vous une satle enfum'e d~ bcLl ou llf. 1eu!l-esse va se pe~dre. -dans une ambiance tactice et contramte, .au vent VIf du nord sur le.! pentes douces des montagnes bleues? . Andrée DENIS. Paris (11'). •• " .. LA SORBONNE (HIE~ ' ET AU JOUJ;uj'HUI dons lu . luite pour )q vie gène: Azote (7 protOns. 7 neutrons) + HWum rapide (2 protons, 2 n~uttons) OJYi~nlt (8 protol'\s. 9 l'!eutro1l5) et HydrOgène. (1 proton). DepuiJ; cette premlète e~pér1ence, de nouveaux et très ilombrèux ess,is ont pumis d'oPér.er des nüll1ers de transm ut&tion$ diverteS qui sont touteE èn accord a vee li!. théorie de la constitution du nylu, L'inconv~nient è6t ((ue lM corJ',S l'Ibtenus par les m~thC). des de trauSIIlutatlon ie sont tOIljours en qu antité pratiqtjemen' neillgeable. . Les transmutations 50nt en généraI obhnues en bombardant dés corps ~vec des p3rticules légères et très rapides, par e;ICeml'lé des noyaux d'hélium ou dflll noyaux d'hyeù'agèné (protons) accélérés pal' de,s appareil, sP~cII.Ult (cyc1o:roru;) . Voici quelques exemples: Aluminium 04 n, 13 p) + lféllum rapide (2 · p ., 2 n .) .. PM$pore (15 p., 15 l'l.l + 1 1'1. rapiat. H!I\um rapide (2 p.. 2 n.) "" carPonè (6 p ., 6 n) + 1 11. rapide. U pOo.spore obtenu dans la dernière réaction se tra'nsform.e d'ailleurs lui-m!l1)e. progressivement, en un autre corps. le slli· cium, en émettant un ray6nnement: c'e~t un cOrps rli.dloa..ctif artificiel. AIlJourd'hui. Ol"! a 0):- 1 tenu des cental nes dè ces corps rlÏ.dioactifs &rtlficlèls, qui se détruisent en éinèttant desrayolr llemén~6 divers . Lei neutrons entfent , e" act. io" . Les neutrons rapides prO(\tjltl a.rtlfic iellèment peuvent .. .!eut tour servir é 'obuB pour !le nouvelles transmuta,tions et palrtleulièrement produire de nombreu:I corps radioactifs (lrt1!1eiels. Mais l'importance consiê!~abllt du rôle loué par les Delltronil n'a été mis à jour qu'en 1939 avec la découverte de la fission de l'ura.nium. Un neutron pénétrant danl cèrtai~ls atomes et partlcu1lèrement dans Iln atome d'ure.nium 23~ (noyau fermé de 92 p. + 143 n.) Y provo:tue une véritab~e catastrophe; le noyau exploee viC). le'rlmeut et émet des rayonnements divers, parmi lesquels d& nouveaux neutrons Qui, d&ns dés conditions U,v6rables, feront exploser le~ atomes d'uranium envlronn: mts. Un neutron suffit dQn~ e'l princil'le a provoquer une explosion violoente qui se propagèl'a rapidement d~nA la ma~se d'Ul·anium ~25 : c'est lA fission en chaine. O'e~t ce mécanisme qui est utillsè dans les liombés et pilet atomlquêS.;. ~ Mals d.'où provi~nt tou~ eette énergie èxplQlive ? Lts lumièré' d'Iin,tain - rA théoâ d'EilUit!ln: vérlfj6e brlllam'llcnt ~ans tous les dO!llalnes, sans oublier Hiroshima. nous apprend que' t01l1e m3.sst!l matélielle peut disflaraltre et donner nai,s~nce, è. ia place, il, Unit énergie considéra!;le. Par exemple. un gl'~mme de matière qU\llcon_ que complètement annihilée don_ n~ralt nais59.nce p3r fission ,tamique à ' l'énergi~ qUe fournit la combustion de 2.500 tonnes de charbon, « Il est ceI:tain que, dans Ull aveOlr pius ou moins rl!.PrJrGch~, J'homme arrivera, ~t'I ànnihilant Ijuèl/jues !trammès l'!é matière, .. obtènir des qUintitts d 'é ner~je& dont la produetlq'l nècessttent aujourd'hlli. la eombUlition d8 mUllers de. tonnes de cil,I'burants. L'éllergie, dejà, ' si considérable, olJ~ènuè dans les pilea et bombes atomiques ne provient que de la ~i~ paritlon d'Ullè fa ib!e prè]»rtIO, l"! de la masse d'uranium utito lisee. » SI donc, pour une minorité _ cycllstes, footballeurs et autres ..... sI.., pour cès professionnels, et ceux Qui en vivent le sport est une fin,.. pour l'immense majorité des jeunes il est un. moYen, le moyen d'occuper ses loisirs, de se développer physiquement, moralement, de devenir aptes à supporter les vicissitudes de la vie; un moyen de fuir les plaisirs malsains ; le moyen dl! donner à notre pays une jeunésse vigoureuse et sa,lne; heureuse par le goût qu'elle Aura acquiS de l'entraînement: consciente, dans le dur apprentissage de la sOllffrance physique, qu'elle sera sans cesse meilleure qu'avant. Paris en 1945, elle flxa - ainsi qu'en 1936 - un plan presenté aux pouvoirs pul!JUcs. Par des pressions Inlassables, elle a acquis pour les sportlts des avantages comme la suppression de la taxe de 18 % sur les instruments de sport et de la taxation des réunions sportives « amateur :.; l'èlévation de 65 'io du taux de participation de l'Etat dans les constructions sport! ves, 1" collectif à 50 % par groupe de 10. etc. 4' Que les jeunes de tout,s les organisations participent activement, chaque semaine, à la diffusion de « Droit êt Liberté ») l'hebdomadaire qui lutte contre le Racisme et l'Antisémitisme pour la Paix. ' • . Au Zoo, un lion dit il- un lll tre : L·éclat des clvlllsat!oM ancfenn@8 terni par lM turpitudes de r~flmes, décadents s'eUttça deVant les Invasions barbar~ ... Et eé, n est qu au XIII' siècle, mal,ré là. vl61ence des caractères et la moJeS8e des moeurs qu'une pou~8ée Intellèctuel:e reparut avec la cr~a_ tion des Unlversltk. D~slr de oonllaltre et désir de connaltre en MIIA. viendra la victoire, quand l'.r- ï------------------~-'-gent de la nation quI rarantlt ... etc ... (voir préambule dé 1. Constitution cité plus haut) ne ser~ pas gaspillé ... Tous luttént pour q~e cet argent ne soit plus gaspillé. On nous Objectera qu'il faut des professionnels pour garantir le niveau technique du Sl'Iort. Sans' doute, mals combien de nos jeunes sportifs La F.S.G .. T. a compris ce que doit être le sport. Un moyen de produire plus, d'Hre plus fort! C'est pourquoi nous saluerons la F.S.G.T. et son prochâin congrès dé Nice, les 12 et 1? novembre, lui apportera sans doute à. la jeunesst! é~ au sport une vitalité nouvelle. André SAVARIS. Et je ~uls sûre que, tous unis, aux côtés de tous les hommes qlli. dans le monde, mènent le même combat qlle nous, nous pourrons enlln vivre heureux, sans la crainte des lendem~in~. - Tu ne trouves pas Que la viande r.u 'on nous donne est bien m:l.uvaise ? On de vrait s'en plaindre ... - Clmt, lui di t l'aulre lion, il n~ faut pas qu'I ls sMhent que nous savons )larler ... • Un Anglai~ entre chez un marchanll d'oiseaux et demande Il. voir un perrOQuet. - Un perroquet, dl' le marchand. j'en ai de ma,nUiques. Regardez celui-ei. deviennent professionnels ? r--------------~-------------------------------------------------Ils ne peuvent être Qu'amateurs! . Il faut donc que le spor.t soit acce$slble iL tous. Nombre de jeunes ne peuvent s'y donner devant l'lmpossib1lltê matérielle, ' Transports trop chers, équipement et matériel trop chers, et aussi, il faut le dire, loisirs Insllftisants. J'ai vu en' Hongrie toutes les entreprises accorder plusieurs heures par semaine, et payées, .pour la pratique bienfaisante du sport. On donne à ces jeunes le stade, la piscine dont ils rêvent. l'équipement gratuit Qui leur fait défaut, Jes loisirs nécessaires. sans porter pour cela préjudice à la prodilctton. On conviendra que c'est là un moyen agréabl-e de préparer la Jeunesse au combat pour la vic 60US quelque aspect que ce soit. Il nous faut dénoncer le principe - simpliste - QU'l le sport ne doit pas être mêl~ à la politique, étant Indépèùdant de luttes sociales. C'est faux, et les jeunes l'ont bien compriS, qui ont manifesté a la gare de l'Est. Leur action revendicative est fonction dè là. santé du pays. Nous devons aujourd'huI saluer pour son 15' anniver· saire une féCj.ération qui libien compris la nécessité dA la lutte pour Que le ~j:)ort soit à la portte d~ tous; la F.S. G.T. . Quels sont les obj ectlfs de cette técjér:l-ti6n? En premier lieu la défense des revendications vitales de la jeunesse, Dès la Libération, à son congrès tenu à. l'Hôtel de V1l1e de • Un comit~ do vigilance et de toordlnatIon pour la défensè. des Nord-Africains en France vient de se constituer à la suite de la cam .. p~gne de presse haineuse dé:clel\ .. chée simultanément contre eux par d~ nornbr~ux journaux. Il se t.:om ... pose de personnalités de toutes tendances et se propose de saisir l'opinion et las pouvoirs pubhcs de cette qUf!:stion. Siege prnvisolre : B. rue O"nton - Parls·S'. Tél. : OO~. 58-79. • Une 8xposltion des e;lles et monumentS d'srt potonals t'st OUvert& au siège do l'Amitié f"ijnt:o]' Jolon~Jse. 12 bis. RV~l1l1t Ehset' .. Rtr:lu~ Par i ~ f7t). Entrée gratu1/1 de 14 h,ures à 1~ heures, tous lé' jours y compril! le dHnanche f'J!~ ... t(o' ~cole·Mi1it.iro. Autopu.: 69, 80. B6 • Ull monumrnt • été In.ururé a .J;:r.eim .. à la mémoire de deux Cf'nts Juih mOrts en eJlportallon. Ct mo~ Dans le cadré des commêmorations du centenatre Chopin, la Commls.ion Centrale de l'Enfance orranhe Un trand réc iîal Vhopin pOUl' les enfàl1l s, avec III participation cl. plusieu.. arlistes : Stephane Stein. barytOn de l'Opéra de Budape.t, Bella Korzec, soprano et le célèbre planbtè Léon Kartun Interpretera : Septième nocturne. - Premier hnprOlllptll. - 8erce'l'~ ' - Première balll.de. - Deux étudas. - Mtnurka nO 61. - Vàlse brlllllnte. - Chants polon& i~. - Scherzo 110 3. ~[, Henry lIta.lherb~, le critl'Jue musical bien cOllnu de~ « LeUres Françal.e~ • commentera la musique de ChopIn. Celte ntatinée aura lieu le jeUdi J7 novembre" 14 h. 30, lalle Lancry, 10, rue de LancrY, métro R6~ubllqllo. Le. jeunes et 1.. enfaJlts 50"t cordlalente"t lnvltb. numont. dl1 • l'archltecte Wellr, est situé sur la façade de la syna, oguc. Deux cérémonie,; ont eu 1Ieu sous la présidence de M. Isaïe Schwartz, grand rabbin de France, • Un numéro .'p'cial d'IMMIGRATJON ut consacré DU Conurè,~ de l'Amitié èt de l'U"WH ~IH r e Français el Immigrés pour la dei" nse de le un intérêts communs et de la Paix. des 19 ct :!O novembre 1949 Prix: 10 franc.. - Rédactian- Administration: 15, rue du }i'aubourg~Montmartre. Paris (9P), • De nombreux joul'nalibtes assistaient. la semaine derniè.re. à la pré.rnt~tion d. t'Annualre du Judaïsme, ouvra,e qui vl~n1 d'~b'e éditt:! ~t qui offre une abondanft" documentation fur la Vie juive dans le monde èntier • Le dimanche 11 décembre 1949. à par Ur (\~ 17 heures, aura heu d~ns 1 .. salous du palals de Bourse (.11' terminues en face de rOp!ra). 5. bouievarel Carnot. Il LIl)e, le ,rand bal annu~l de la section hllolie de l'Union des Etudiants juils d. France. Toute la population de Lille et des. environ, y est cOl'dlalement in~ vité.6, o L'organisation sportlvè Y.A.S.C. organise ]e jeudi l7 novèmbre. A 2] heures. une grande conférence sur : Les problènles de l'avenir et l'éd.ucation physique de la. jeunesse et de l'enfance. Un certain nOlnbre d'organisations ont ét~ invitées à y partici!?er. • D.ms le cad re cl u Conlp'è~ de la Fédération Sportivè et QymniQue (lu Trava'l, qui se liendra les 11. 12 et 13 novumbre il Nice, se déroulero;lJ1t deux l'encontre, mas· cu ines el uae 1 encontrè France· Hongrie en ping·por.g, avec la participation (Ie~ m~m(' urs spor· Ufs hongrois. Le dimanche 13 1\1)· vembre, à 14 h. 30, aura h,'u à Nice la rencontre de ftH.tball Fiance-Italie. PItESIDENTS DE SOCIETES ET D'OEUVRES SOCIAL!S. POUR VOS COMMANol;S DE JOUETS DE FIN D'ANNEE • DROIT IlT LIIJI!:\tTE •• st en m •• ur., ceite année, d. VOÙ& obten~r les PRIX DE GROS los plus InUreosant. : GRAND CHOIX DE COLLECTIONS pour tous les âges (garçons ou filla.) Dix séries différentes PRIX ., .' .. .. ., ,. de 2:;0 à 600 fr, 1 .. colis CHAQUf) JOUET OU 'ENSti:MBLI; EST LIVRE DANS UNE BOITE lNOIVlDUELLE, PRETE A ETn/i PI!iTRIBUtlE PRESENTATION TRES SOICNEE • LJste documentte rr.tune sur de1')lande contre up ttmbre 4e '0 [rA . ... DltOIT ~T L4BJj)R1'E ", 6, Bd PClls.onnlère, T'ARII-9' ENVOIS D'ECHANTILLONS CONTRI!: Rl!MBOUItIlIMEI'o J" l'our Ure livrés on temPI voulll, commandez immédiatement ioute liJbertê. '. . Maltres et "scholiers compre- pêcher les étudiants d'être pré· naient, que l'intelligence ne pou- sents!) dans l'amphithéAtre Mival! s accommoder de servitude~. chel~t, lardé par !a police. l'a$sisEn 1200 l'Université arrache ~ t~hcè estudiantine variâit entre Philippe Auguste son premier Ilri- zéro et 3 étudiants. Et ).~ , FicS • v ilège, celui d'être à l'abri de la étaient inondées de tracts (1): , A tutelle royale en matière de jus- bas l 'al\tlsémitisme ! PM dé l'ac istlce

en 1231 c'est le pape qui e.t me au Quartier Latin!  ; , D~contraint

de la soustraire à la ju- slIlfectet le Quartier des racisridiction de l'évêque. Et l'Univ~r- tes ! Organisez lè chahut de. sité de Paris PUl ~tablir elie - cours antijuifs 1 . Lycéen Mlqu~t n'1~me ses réglem nt;. Exemple étu~iitnt Lalet... vos cam~rad.~ ~our les Universités Ile MOl'lfpel- él.l~:nt fld.le$ à votre héroïsme ... 11er, d'Orléàns, de Toulo],lEe. di! Bologne (Italie), d'Oxford 'et do Çambridge (Angleterre), de Pra· gue (Bohême\. de Cracovie CPologne), elle sut se faire respecter de l'arbitraire royal et défendre son indépendance. Ses revendications étaient appuyée~ pRr lA grève. Son prestige' était tel Que le roi cédait par crainte de voir les étudiants ètrangers s'en aller dans d'autre.' Universités et aussi devant le scandale international qu'aurait provoqué la fermeture des cours. L'Europe s'indil!naît, selon l'expression du pape Honorius II! 4e voIr s'arrêter 1~ eeurs de ce fleuve de s.lence qui "l'rose èt féconde le terraIn de l'Eillae La lutte Ej.. le, étudiants juifs! m'a.t-on Mcore demandé. ~t encore j'ai répondu : N·~I.j~ point parlé d'eux ? Ah ! (lUi il y a lés bourse$ du Jaint " mais combien en bé. néficient ? Seuls cèux Cjul n'ont ni beurt ~ S .a'Etat (sic) ni ressourcel 118uvent .tol.lchar il l'V~É . .r,F. quelQ.ue$ billets de .1.000 frÂnes. lé ne véux pas déi1ill'rer cette aide - è lie est util~ - mais qui osera unlvenelle. Retour .lI l'époque féodalè Premières luttes de l ' Uni~rslié. Prèmières victoire,... suivie$ de combien d·autres. La eon.llRis~ncè è1es lois /le la nature, et lès pro· grès de l'intelligence font çorp" avec les conquHc8 politiques .. t socl5\les. Pour retourner à une époque féodale, les nazis voulaient rayer 1789 de l'hi$to ir~ et pour afflrtner leur domin9.tlon dans le cl'ime. ils commirent ie crime contre J'esprit : Quan4 j'entend. parler de culture, je tire IIU'P revolver ! Lallilevin arrêté, Solemén. 1"0' litzer, Victor Basch assa~sinés ... Le c Numerus clausis ••• le pitre Bonnard èt le délnent Rosenbcr,e. symboles de l'idéQlogle racisle ... Fàce à ces menaces, l'UniversIté sut sc défendre. De. III Marche il J'Etoile à l'in:Surrection n.tiollale, elle s'affirma fidèle à sol'! passé. Le cours d'Histoire du judaïsme (Jisez cours de judéophal/ie) CClnfié ~ un c~rtain Henri Lal;;roue ne fut Cju'Ulle sinistre iarcê : àprès J'ouverture en présence de Dar· quler de Pelle poix, de Gldél, rec· teur de la butillt universiU.lre etc... où fut organie~ un chahut .maison (on ne pou,rait pas em· T · 1 d' b 1 dire qu'elle ~ésout 1. question des ou,ours p us • . i leh di'fticuItés dé l'étudiant ? éeux de 1,000 francs qUI vOI.~nt dans cette aumône la E l' 1 c solutJOn ne songent qu'à dét · a. dans a Iibérté réconquise, tourner les étudiants juifs dé la la République rèstaurée affirme lulte. De la lutte qu'ils mèn'nt _ pou velle vicioire -- La. tI;.t1Qn e .:.ra"tlt l'acch étal de l'entânt et avec tous les étudiants. De la lut_ de l'adulte k l'instruction. â la te qu'ils mènent auprès du formation profeSSionnelle ... et il la • Jaint , pour une juste distri\)uculture. L'or&ani ... tion de l'ensel- tion de se. fonds, dus ~ la soli. dar,l~ des Juifs d'Amérique et gn.ment public ,ratuit et Iil.ïque souvent utilisés contre leur gré à il tou, les de(rh est U)l devoir de des fins politiques. l 'Etat. Vctoire ? Voire COlOlnent l'Etat Roph FEIGELSON. ~emllit-i1 ce devoir ? Il y a. le~ . e\udlanh dont léS revenus du pa- (1) TI'lcls édites p .. r 1 •• éludi*nis P •... Comb,én sont'll$ ? Et le. ail- communistes. . tres ? Les bourses ! de 60.pOO à __ -:::-:::;t 90.000 franc. par an et très peu en r b~némlènt. Comptez: droits d'im- AMERIQUE DU SUD mRtricuhltion 1300 franc$), de bibVpthèque (600 ' francs). inscrÎp- AMERIQUE DU NORD tions trimestrieIles (250 ' franc~) ISRAEL plus !!Iroit de bibllothèq\je de Faculté (50 franca), contr"'le m~dical (?) et oeuvrés so.iales 11 ') (200 fr ancs), travaux pratfq.ues, droit d'cxam~n. cotisation al! sé. curité SMi ... ] .. elc ... Au total plu" leurs billets de ·1.000 francs. Et pui! il y a les livres, à combien payez-vous Ull roman? Vous Bvez compris le nom br!! de billets de ' 1.000 francs qui sont néces"\!.ires an., l'otaohel charge. de livre, q Ile vous voyez passer ell souriant il. révnc~tion de leur5 joyeu" chll' huts. Mais ce n'est, pas finI. Comme vous, ils dDivent av,lr un toit et Ilne tlibl"'. Quel est votre loyer 7 al(')ra une chambre d'hôiel... Vous faites les commission" • alors le prix du beafsteack ... II y a aussi l'h~bi!1ement le blanchissal/e,le raccoll1m~da.l:e ... Il y a ... li y a ... Il y a ' qu~ l'étudiant pallvrA crève de faim. Il y 3 que l'étudiant pauvre travaille la nuit pour ~tudio:r le jour, .. Il y a le sana, ou les études abandon· nées pour les UM ; les autres persévèrent. Tous luttent sur u,~ pro· gramme revendicatif ... 'Un jour, OCÉANIA VOYAGES - TOURISME 4, rue de Castellane Tel. ! ANj04 )6·aa. _-- Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs ZAJDEL 89, r, d'Ahoukir P.I!ri,-2' Mit.: St-Denis, A~al.ltnur. s.ntl~r 'f~l. : GI.1'I' 78·87 Lo Mouvement . dos C~del. a.d reue 5t'S eondolé'.!lcu 6muell It altrist~és .. Manrice ot .\.Iii .. M;lltelman, secrétRir .. dU mou. v'.me-nt, doulb1Jreul~ment .flee .. tés JI"r la perte d. teur mh •. UN NOUVEAU MÉTIER J.~t'0ilT Guvrt Uil nouvtau t'OUI" Irh Important d. pelnlure U hltl_ Inènt. La durét de ce eoulli pOlU. MuU.e. (de 17 à 35 an.) ut ... six mois., S'inscrire à l'f;cote ORT ~5'b rll. Raspail, Montrèull (l'UI.fO

," .. pierre).

BOULANG·ERIF:-r.\TISSERIE ISRAELITE Spécialités etrangères. Pains M seigle BERNARD IS, rUe N.-Oame-do-Naurtth PARIS-3' T';I."hone : TI.1Rbigo 94-52 Même maison: l, r. ~'or4in.-Duval Métro : Saint· Paul SOUS PRESSE CLAUDE PARIS LES ENFANTS-POElES Trente -neuf poemès Dessins de A,thur Kolnik POMPES FUNEBRES ET M~RBRERIE EGouard SOENEEBfRG "3, rue de la. VU:luJre, IJARlb.,:' 'UI.: TR! aS·58 Nuit : TRI 85-~1 AU POSEUR.DE LINOS grand . loc~ a. Llnoléum" R.é~Htl,t.unl, è.la L\~1I1 ToUes cIree" t apltrl pp;nh, It" Eis MAURICE W AIS 9S, b9UIj M.nl\'IlUntllill . t'AniS-XX M.: l"~ré·L.cha j ... T~1. OBE J!!-~5 Succqrnlt . 40, rue dé Riv~1\ _ VARIS-lV' t . . "" , . DROIT ET LIBERTE 5- Avec LO U 1 S ARMSTRONG chez MOUNE D.E RIVEL (Au Perr~quet au Nid) Duns la cag~ pendue au bas de l'e.$caUer, un maQnifique l'ortrq,it de Moult!! a rt1ltplacé le perroquet qui était emprisOnné, Le pOrtrait $eul est dans la cage, Moune, elle, est partout: "'ccueil/ant les visiteurs en amis, menant avec entra:n .son orchestre antillais, dan- 8ant et, surtout chantan! en . s'accompagnant' de la guitare. Un coup d'oeU au décOr et v(')us 'Vous retrouveZ! à la Guq,d~ lo1tpe, avec la. mer, les palmiers et les liants de la tortt merge. Et, pour tacU!ter votre rév~, l'orchestre joue des rumbas .et .btguine.s -e.ndiabl.ées. Ce so:;, l'ambiance est charg~ e d'électricité, Moune, plus belle que jamais, reçoit un grand 'ami, un grand artiste, le roi du jazz : LOuis Armstrong, Le voici, suivi d'Hugues Pa~ nassie, du Hot-Club de France, et d'un groupe de jolies filles, Unè carrw'e de boxeur, 'deux Y/iUX au regardp:Jsé, un néz un peu épa.té et, remplisMnt tout le visag~, un large r ire qui semble ne jamais le q!(itter. Il parle et on retrouve les accents rauqUes qui nOus tiennént en émoi lor,squ'ils expr{ rnent toute la douleur et l'e.spérance des « nègl'(l~spirituais

  • . ,

Un bon mot pour chacun, Lou 's Armstrong parle p eu 1nais toujours avec ce rire puissant Qui tait se retourner tout le monde: ' Tottt à l'heure il prendra le micro et nous fera entèndre tout le' mystère et la sorcellerie de sa musiqu~, puisant son inspiration dans les méandres de Harlem. POur l'instant, l'air pensif, U écoute les mélodies antillaises de Moune de Rivel, et àpplq, udit tout particulièrement son interprétâtion dlUl Feuilles mortes, de Prévert et Kosma. Entre deu:t rumbas exubérantes, Armstrong viendra nOltS rappeler que les. nOirs, s'ils 'savent rire et danser, savent aussi exprimer mieux que quiconque la graMe nostalgie què chacun de nOuS' porte èn lut, l$rà.vo Moune, merci Arm~ trQn'U 1 Harry MEI,JIDA,

Bistoire ::

d'un joueur de p'ourim Je suis allée là ss.ns savoir de quoi 11 s'aglS$alt, et j'al passé deux charmantes heures. Toute la salle était en jpie, Mals commen~OllS par le commencement, Avant que le bouffon fasse son entrée, 0\1 assiste en 'effet à c Nous continuons " ce petit film bouleversant qui fait revivre les épisodes les plus· tragiques de la Résistance juive en France, et où se remettent à rire tant d'enfants aux p;j.rents morts pour une cause qu'Ils ne comprenaient pas encore, Le film se déroule au son d'admirables chants, tristes, joyeux ou berceurs. L'air ~l beau des partisans juifs re' vlent sans cesse, Il suffit à créer cette atmosphère tragi~ que et combattante qui évoque Irrésistiblement le souvenir d'un chef-d'oeuvre : '« La vtrlté n'a pas dé frontière • . Et le Bouflon entre en scène. Rien de plus délicieux qu'une soirée avec Ghetzel le Bouffon. NOl' pas Que le film soit sans défauts. On se pa5- seJ:ait volontiers du petit côté « opérette " et des 'solos ou des duos qu'exécutent la belJe Esther et son amoblreux, sur un rythme totalement étranger le sa.ynettes se déroulent pleines de verve, et qui campent autour du Bouffon le plu~ savoureux des dècors, Les scènes burlesques et satiriques forment autant de tableaux sans défauts: la sortie de la synagogue, les gambades de l'entremetteur autour du cordonnier enrichi, toutes les commères courant, tournoyant, ricanant, grosl;issant les cancans d'un bout à l'autre de la place, ou enC,Jre le banquet .fInal, aVl!:c le traditionnel fiancé idiot, Quant à l'arrivée des , joueurs de pourim, clou du spectacle, elle !lst irrésistible. Et. pourtant les scènes les mellleurés sont peut-être celles qui se déroulent dans la maison de Nahoum le cordonnier. Tout cela se groupe, s'ordonne, s'orchestre en bel1es Images autour du bouffon, Sigmund Turkoff, cet acteur extraordinaire dont l'étrange figuré de mIme au~ petits yeu2\: domine le spectacle. Il a une grâce d'arlequin triste, un peu Pierrot par soh visage 101010- au fllm, L'attrait du film se sitUé allleurs, . Un petit vlllage de Gallcie surgit devant nous, ~vec sa place grouillante de monde, ses silhouettes courant le long des ' rues comme autant de petits Chagall, Le mettellr en scène à réussi des noirs et des blancs étonnants, Mille détails parfaits, mil- C'est Alain Loubreon! qui li envoyé Robert DESNOS . A LA MORT A mon retour de captivité, des amis qu i avaie·nt été les COlllpagnons de Robert Desnos à Buchenwald, puis à Floha (en S~xe) m'avaient affirmé qu'il était vivant, -qu'Wavait été magnifique de courage et que nous allions bièntôt le revoit'. Aussitôt, de Marseille où je m'étais arrêté pou r quelques semaines,. j'écrivis à sa femni.e pour lui dire ma joie. Ma lettre . n'était pas arrivée à destination que la nouvelle de la mort du poète paraissait, dans là. presse. Robert Desnos avait bien été délivré, ce n'était pas 'dans un camp d'extermination què ~ CI" coeur qui haïssait la guerre ~ avait cessé de battre, mals sur le chemin même de la liberté, terrassé par le typhus, le 8 juin 1915, à Terezin, en Tcl1écO& IQvaquie q.éllvrée, PIerre ' :(;le.ger, quI revlflut lui-même de Mauthau.sen, con· sacre à son ami èt cam~rade dé déportation un des volumes (1) de la collection « Poiltes d'aujeurd'hui) que publlÉ! nt les Editions Pierre Segh ·ers. Ce petit volume, un des mellleurs d'une collection dont on salt pourtant si elle compte des oeuvres remarquables, ~e termine par un choix de textes et de poèmes parmi lesquels beaucoup étaient resté" jusqu'ici Inédits. Pierre Berger s'est surtout préoccupé dans ce livre, très simplement et affectueusement, de nous restituer la vraie figure de Desnos, de l~ fairé connaître aux innombrables amis Que son oeuvre luI a valu dans le monde èntier. Ce livre n'est pas un essat sur un poète, a-t-Il soin dl'! nous avertir, La · seule' ambition de son auteur est d'avoir tait acte de camaraderie. Il ne s'agit pas de littérature. D'ailleurs Robert Desnos détestait · cela. Ce convive c'était Alain Laubreaux, Alain Laubreaux de c Je Suis Partou t ) et Qui réside actuellement chez Franco. Et, sans doute, est-ce beau- AUX mêmes éditions Pierré coup mieux ainsi, car peu {:, Seghers vient de paraîpeu se dégage de ces pages, :\ tre u ne reprOduction la lecture d~.squelleS le coeur photomécanique de la célèbre se serre, 1 etre merveilleux édition ' illustrée par Steinlen qu'était D~snos, sa g~ntl1lesse, des Soliloques du pauvre, ne son OPtimisme,. ~a jo,e de vi· Jehan Rictus (2). A vrai dlre. vre, sa fratermte, les VN'S en argot de cê poètè Va, poursuit ton chemIn, il qui s'appelait de son vrai nom [n'est plus de jro'lJ,tières, Gabriel RandOn ' de SalntPlus ILe douanes, plUS de ge/l- [darmes, pIns de prisons ... s'était-Il écrié en juin 36, Quand un si vaste espoir soulevait la France, Hélas 1 Arrêté le matin du mardlgJ;' as 1944 pf1.r la Gestapo, enfermé à Freslies, puis trans- . féré à Compiègne, Desnos n'aurait sans doute pas été déporté, nous apprend Pierre Berger, si à un diner que donnait, dans un restaurant parisien, un haut fonctionnaire allemand à quelques écrivains et journalistes de la presse clll moment, un convive ne s'était écrié à l'énoncé du nom de Desnos: - Pas déporté 1 Vous devriez le fusiller. C'est un homme dangereux, un terroriste, un communiste ! Amand. (~ Jehan, il l 'avait, trouve 'dans Vlllon : le Rictus, il l'avait sur le coeur ;) explique Roland Dorgelès) (31, et qui mourut dans la misère comme Il travalllait à une Danse macabre qui serait, pensait-il, son chet - d'oeuvre. nous apparaissent aujourd'hui d'une naïveté anarchisante assez inoffensive. Sa révolte reste stérile. Du moins, à le lire., mesuronS-nous lé chemin parcouru par notre peuple depuis les rêveries pseudo-humanitaires de certains intellectuels de la fin du siècle dernier, Pierre BARLATIER. (1) Pierre Eotger : « Robért Desno~

  • ' (collection ,:r Poètes d'Qujour.

d'.lml , Pierre Seghers). (2) Jeh,n Rictus : '« Lès So1JloQUO, du .pauvr~ (Pierre S~ghe .. ). (3) Roland Dor/lélè. : « Eouquet de Bohème • (Albin Michel), La loi (JIaodills'Petit pro,Toque L 1111 drame 311 GralUDlont ~ TOUTES les ·fintli.isies sont pe!'mls~s : N'a-t-on pa.s ,u d'aimabl~s plai.'antins met~ tre en alexandrins la g~ométrle plane ou le Code civil? Mme C~Il!tllnce Coline, l'auteur q u « Chiiln de Pique» a tenu à. pOl" tzr au théâtre le décret de M· C:audius Petit concernant. les 10- ge ~mnts insuff~amment occu?és. Il y a, c~rte5, dans la plèce d'aJl.lres sources d'ipfpll'atlOn ain .l, lé m:l.l'ché nolr. les menus trafics de certains mliltalres f!'lj,nçali! tn All ~magllc, tous !es asp"cls de la crise morale de .notl'~ temps, Leur EXplo!tation d()llne lieu à une succe!SlOn de p;aianterles facile.l, mais aI111a.b ··~s. ~ l l'aulcur voulait tculem, nt faire ri re, c'est un su ccès: mais cherch ~r ici, ce qu'ont t~.n te cer'lIins critiques, U'le' comed;e l~ moeurs (I! en e~t qui oPt par 6 fI 'une ~pre critique social·!), nous S~ .l'Ible qU~I:Ille peu /lPU_If M 11,; CQn~tanc a Colme & Cj110ncé q~S portes ou verles. Ulle penon ne d'âge retp!dable, M ne Darlemont., à, qui Sylvla pr6~e !on nurni.fique tllolent, , 'ennuie à. mourir dans ~on apJ&. I'temllllt de onZe pièc&S entre les f8.uteuil~ ,rococo fQU8 leurs housse-:, poussiéreuses, les tableaux de famille et une ' servante dévouée La vieille dame, pour son malheur, est accab:ée d'un !ils unique, un riche avoué lancé danD des affaires plus heureuses qu 'honnêtes. Il eSL fans excm[tle que ce dernier ne soit venu voir sa mère sans lui annoncer une CAtastrophe, exercer !Ur elle un chs.ntage, ou lui proposer une affaire don~ e!le serail forcement la victime. é"~st la 101 C:auùius pelit qlli provoque le dl·lme. Mme Datlemont, vivant Eaule dans ton lm- . mense logi l, va. connaltl'~ de sérieux ennllis que son fils lui dé· . cl'it complaisamment. Pour 1& décider à qult'er les lieux, la !~:ni1lé èntlo\rc commenc~ un flège en r~gle, mai!: sans 6!f~t. 0; J~ suis majeure », répète J'aïeulé n,aiS, pour éviter le pire, en l'occurence, la réquisition, elle te décide à céder une pièce à une sorte d'étudianl caricatural, trop caricatural méme, gr'âce il qui la farce débouche d. l'lmp]'(. viste qaDS la « comédie de lIloeurs l'l. Si l'on en croit la sel'- I~ vante, fidèle et dévoué"" JeanPaUl l'étudiant, serait vierge et d'une discrétion t·e lle que sa préEence passe entièrement inaperçue Mals, Jean·Paul a un cousin, fait SUr mesures. en réali té sa vivante anlilhèse. Tout s'oppose en eux, qualités et défauls. L'a:llour arrangzra tou!. Mme Darlemont a une petite fille déllcieuoe qui emprunte le visage enfantin de Claire Duhamel· Le grand garçon parachuté dans un logis trop grand et dans un rô'e de figurant au regard dE la 101, marié à une fill e charmante, ira pêcher lE thon en 'l'Jnisie et la grand-mère, qui désormais ne s'ennuiera plus. lils ~uivra dans leur aventure. QUe voilà un oplimisme ra~urant . Il semble qu'à. un moment, Mme ConstanCe Colin. ajt lai&sé, sans en rester maltresse, se dévèlop~ er une silua llon équivoque. L~s cho~e$ en mot venues ê. un point tel qu 'on s~ demande si l'on dOIt voir dans Patrice, le fiancé de la petite fil le ou le futur gigolo de la grand-mère. Le jeu de Sylvie, toujours si mesuré, sa res.!ent de ceS incertitudes. L'idée ne nous elfrale pa.:, et la pièce y eût trouvé une porte de forlle acceptable, à coup ~ûr lUoins « Bibliothèqu« rose », m,ais II fallait chOLsir à. temps et ne pas lai&ser naltre le douLe, La distribution est honnête : Germaine Reuver (la servante), Raymond Girard (le fi's), Suzanne Rouet (la btu)· Par contre. G~orgell Aubert (Jeall-Paul), et Louis Le Oo~ 0" fonctionnaire du Service ' du Relogement) sont fral1chement gl'ote.ques et l'on n'est pa. sûr qu! leur jeu rid icule m t raduise pas des arrières,pEn· sées peu estimablES. Jacque!}Henri Duval (Patrice) est excellen t, d'une aiEance qui atteint la malt!'iSe. Il fait oublier certaine~ naïvetés de la pièce, c-ertain,'s malhonnêtetés aussi. Il y a des chose/:, et notamment la Résistance et la Libération auxqu elles 1; eH décent de ne pi$ toucher, mê:ne pour quêter I~s applaudis' semen(s doutoeux de gens quI ont peut-~tr e à. se délivrer de leur mallvai!e 'conscience, mais qui ne mérilen~ paD LIe tellcs cumplai· Bnces. Cellos-cl Ile grandissent pas non plus leur auteur· André SOREL. ffO~ bile, un peu Charlot quand Il :-------------s'en v; le long des routè'a, toujours solitaire et bafoué, son bâton à la main. A lui seul, Il suffit à faire Oublier la banallté des scènes de music-pall ou d'amour. On a envie pé retourner voir le film pour Ghetzel, le joueur de pourim, et poul' le vieux grand -père ennuyé par l'argent qui s'en revenait lé matin à l'échoppe goüter les anciennes délices d'un verre de thé 1: cordonnier ~, ·Catherine MAI. ENTREZ 'VOIR Le valeur 4e bIcyclette, .U Boutt!ll Cp'rlant yddilch, IOUS' tltre~ français) . Le Myitèr_ de la. chambr. JàtJlIe (pOur ceux qui a!1nent a~ 6nlcn, es) . Riz amer (peur une belle tille danl le dur travail d.. rizièr"), Giel (pour se '\Ii.traite). Lé point du jour (histoires d'amour et de travail chez les mineurs). • Pâsl'lez dèvant Les J3 des FauIJourJ', - Un film, blen fait, bien joué, boutré d~ beMéa tntentions et qlli, sous prétexte de le ' résoudre, élude le problème de l'enfance délinquante aux Etats-Unis. La policé se montre tendrtll comme une mère ' (c9llf1onter àvec BClQmel'an~ 1 ), les éducateurs mériteraient l'auréole, et 1& jeunes « durs de durs » sol'lt là. pour donner au film l'attrait (?) d'un- classique tUm de ,lIonsters, LE BERLINOIS GERHARD ZEIDLERVOUS PARLE DE "LA DERNIÈRE ÉTAPE" , . . . Je ~u,1..s ~lM v~ir hier le ft:m POIOl;a~s sur All chwitz, la Dernière l!:ttpè. C~. !llm m a bouleverse, profondement, Gamme ie ne l'ai ett qu'une 1"13 a~pa1'avan! .dans ma. t:ie: lors de la. rêprésw:ation en 1945 de la p!e ~t de Ju/lu,s Hays, ~ Jour du Jugemem: ;e voudra.U remucier le peuple polonais dt noIU avoir (tonné un tel film, Cê !ilnl est ime peinfure de~ Des« Altemands JI 80n1 pr.é 's " fcr..l)Cü.l.~s, ,ans grossièrété nt exa- attaquer la Pologne nouvelle: gëratlon, Les efforts des hommes qui, en Pour moi, lt plus beau pas- zOne d'occupation soviétique, resage du film est celui où une ronstruisent une Allemagne plWijeune Française jetée dans la fique " t démo:ratique nous vac4ambre à gaz tint/mile la MarseU- lent peu à peu l'attention des au. laise, A Ill. violenCe des b01Ll~ Ires peuPles et l'in!~rét du peu- TIN/oUX, les internés ont SU oppo- pie polonais, • ~er leur (oi en Za victpire de la Le film nous zalsse ·q.ne grana. Justice· C est cette confia7'ce dans mis.iOll à accà1llj)/ir. La dernière l 'avenir qui G forge la sOlidq,rlté imagll" la ieltniJ Polonajse som el~tré les déportés et leur a T'er- lQ. potence crle au Visage df' mIS de suppJrler l'enfer d'Aus- nazis son mépris et ~a joi en chwrlz. leur défaite, Ses dernières para- C~ film est un avertissement, les:« P;IlS iamais ça. Il ta ut ,;(us l'art/culfèrentent à. nous tout mettre en oeuvr8 pour qu'il adressé. n'y ait jamais un nouvel Aus- Déjq., en Allemll'gne occidentale, chwitz!» on excite à ulle nouvelle guerre. Gerhord ZEIDLER. (Traduit de t'américain par Yvonne Desvignes) RESUME DES CHAPITRES PR:CEDENTS M, Newman, Pt.t't bourgèois américain, est réveillé au milieu de la nuit par lé cri « Polf,()~ 1 Il De st't jenétre. Il aSSIste & lute spéne .rév?U~nte : (lans l'bbscurité de la rue, un homme ivre m~este un~ femme qUI apptll." des.espétémMt a l aide, Trouvant à cettil !émin~ Un t'tccllnt etrà.n~er ui 111,1 stmble, !ln slJ7ne l1Itl'.ul)ltttble da mliflva!.les moeifrs, M. Newman se gllrdé d'intervenir. Q . Le 1J01Ct, le. !en~emaln, diln~ 1« métro. Il sursaute en apercêvctnt cjes inscriptions fascistes' Il Mor!t ~uf.~J1f'!S 1 lI. $es penSllés les p!us S~crèt'1.8 lui semblent élalées au grand jour. lh:tdi, PSU: reux, " ri q""" U es! at/::li aguets. Il vIent de « rèperèr » un Juif et l'examine avec trou.ble lorsque un· alni ul tape sur l'epqule. · , Copyright Droit et LtberU et Editions de Minuit. - Tous droits réservés. FOCUS ~. Newman détourna les yeux sans r~poildré. D'abord, P'1.ed travalllalt au rayon d'entretlel1 de la l!l~ml;l firme que lUi, blen que dans un autre lnunellble, y revêtait une COiUbmals.! on de travaIl et de; manièrès à. l'avenânt.· Généralèment, en · présence de Fred, Newman sous lé coup de 'nrrl. I~lion, doeidait de faire aménager Sa. Jjropre cave, que ce fut ou non dans ses moyens, n n'arrivait' jame.l~ è. com~ prendre comment cc lourdaud parve.na.it il. gagner deu:\: fois p 'US quo lui dalll! la. même firme, compte tenu de \'importan ce de s3: propre sl\ualion et la nature éxceptionnelle dé ses capaQltes. Et il n'aimait pas non plus être vu dapS le métro en compagnie de Fred qui, invariablemènt lui labou. rait les côtes à coups de coud ès en parlant. ' . - Qu'est-ce que vous avez dit de la bagarre dans là rue, hIer SOll' ? demanda Fred, un sOlll'ire plein d'&l'ri~l'è~penSées grivoises posé sur 'la lourde mâchoil'c que reUalent · il. s 'n vIsage deux longues rid~ creusées de part et d'autté. - J'al attendu. Oomment cela s'est-Il terminé? démanda Newman, sa lèvre infélieure a u dessin ferme proJetêè ên avant, ce qui chez lui étaiL un indice de concentration. et d'intérêt. - Oh 1 nous avons dû descendre et mettre Peler au lit, Seigneur, il a val! son compte. - Comment, c'était Ahearn ? munnwra+U, 6urpri$, . - ~ui, il rentrait chèz ,lUI en tenll-nt un bon coup, qUà.lld li aVlse cette moricaude. EJ:e n'était pas ma:, à ce qué fen al vu. Freoe avait la manie de regarder derrière lui en pârlant, - Llj poilee est i1'ltervenue? • . - Non, on a vidé la feminé à coups de pitti, et 'pUIS on a été coucher Peter. . , Le train s'arrêta 'et pendant que~qwls tnstll,n~ ils . furent séparés. Quand les portes se furent reierrriée8 F~ revint auprès de Newman. Ils restèrept quelques ' ~\Inutes Mn,s p~rler. M· Newman' flxait \ le poignet v~lu de Free!, q'lll était tl'es épais, probablement puissant. il se rappelait comme Fred lançait bien la balle l'été · derDier, Bizarre à. quel I-o\nt parfoIS il aimait fréquenter .Fréd et u ' b~nlé,' alors q~'a d~s moments comme celul,cl, par èi'elllple, il Ile pouvaIt wP.I'Orter sa présence. Il se rap~lajt .un pique·nique à, Ma,.. rIne Parc et la querelle que Fred ... - Qu'es t-ce que vous dites de la situation? Fred' ne sourlalt plus mais les c:lÇUll: sill~~s 4elllèur~lent comm,e des cicatrices le long de- sea joue5, Ii licruta le visailt d.e Ne \l'min de ses petits yeux pochés. - Quelle s:Luation? demanda Newman. - Dans le yois!n~e, Si ça cont~u~, on noUfs ~llvèrra. des nègres, 'la prochaine fois. • • FOC::US ,~ S61'L bon 1 dit·il én clignant de~ yeux, un ~u frOiSjlé. Jal pèmé que je voqs en parleral$, N@us voulon$ simpl$.mènt épurer 1& VOl$ina;:t, voilà touz,. Je petlSal! /'iuê' ç~ vous in :étésserllit. Il n'y à. qU'à leljt rM.lire Iii. place IIltenable, et ils décampèront. - QHi cela ? ~'empres5a de denl&pdér M, Newman, sa face ronde rayonnant dïntè.rèt. - Les Juifs de notre bloc. Après cela, On donnera· un coup Cie main aux ' gar~ pour êhaSSèr les lj1§têgu~ d'én {lice. Il y aura des pousse-pousse ~ans la rué ival'lt ,qu 'On ·I\.it eu le temps de dire out. Il semblait furieux contre Newman. Il àvàit un ' mentop grêle sur lequel se détachaient maintentnt lie pétites taches rouges, . Une fois de p'us, M. Newlllall se sGntit CMt0Ui:Jé par l'aigulllon du danger, Il se disp6.sait à repoqdrè quand son regard rencontra celui du Juif qui l'obst:!,vllit avec attention. Le train abordait sa station. Fred lui frôla le bras en disant: '« Bonjour. » Les porté.S s'ouvrirent èt M. Newman desoendit rapidement sur le quai. Dès qu'Il ellt pris la direction de son escalier, son corps se reprit' à !rém1r intérieurem~ nt. Le train s'ébran:a èt U· marcha vers là. sorti/!, Se tenant à. distance raisonnable du bord, et se mit A. gravir ' les marches. Une fois dans la rue ensoleillée, il s 'arrêta un IllI!tant POLT reprendre 11 a:eine. Il leva le bras pour enfoncé. plus profondément son panama sur sa Mte, et une gOlltte de sueur froide tomba da son alsSèlle le long dé ses côté~. Chaque jour, au cours des dernières semaines, U s'ét~ :t arrêté à. ce coin, dan.s l'appréh~n$ion dé cé qUi pèut-êlrê l'.ütendait à. son bureau, et. colT!mé tOljloljrs, dud,nt c~s pauses, sa peau devenait mOl te sous l'action d~ l~ chaleur solaire et de son Imagination. Reprenant ~on allUj'iI rétuIière, maintenant, Et arpentant s.vèc attention le trottoir déjà. brillant, il s'efforça. de pelll!er à. sa l'Ile, aux maisons loutes semblab:es, alignées comme les barreaux d'une !l'l'Hle. Le souvenir de leur uniformité apaisa sa sol! de l'ordre, et il prit soin tout en se dirigeant vers ~on travaIl, d~ rassèmbler clairement ses Idées . CHAPITRE III Us sO\XlIonte·d ix employèes qui travaill~ltnt tllx S6ixâl'ltedix burt!auX dll seizième étà,è de cet illlIl;)~uble av"i ~nt éti, .sa ut éxception parmi Its pl Us âgées, enlaréea par ,lis SOir\.. Dès le bloc pl'écedent, Il s'était montré .Cité, remuant nerveusement les lèvreS comm~ s'il avait 6u dJl. ftlaf à. cotitposér son visage. Au moment de franchit le seUIl, stylt 11 FOCUS - Ça ~n !'rknd lé èhemm, on dirâ.lt, ~ ça tait jàSèr tout le lÎlop.de, Ces nouveàux qui s'tnstillênt .ici. - Fardi, - r:reM~ tout le mo~de est vellu s'installer par ici pour fuir ces gen,s·là èt voUà qU'Ls nous suivent à 'la piste. Vous connaissez ce Finkelstein ? - U; type du bizar? - ~l instàUe loute sa fam!:le dans l'immeub:e du cotn . A glÜ1Chè âprès la boutlquè: Il je4 un coup d'oeil derrièré lui. , V:0IJà. ce qui l'attirait en Fréd. On aurait voulu qU'il pirlé nlol~ fort mais on était tout de même sU8pendu il. c; parole~, car il d~ait tout haut ce qu'on pensait 'sol-m4me $s oser en parlér. Le presSentirtlimt d'une action à entré. prénàr~, descendait sur lui tandis que Fred parla.it. C'était du même ordre que ce qu'il éprouvait devant les ]:\IIer8 - quelq\le ch\)se sè tramait au coeur de la cité, quelque chose d41 t\lmultuèux et d'excitIjoI;lt.· . .1-\..--11-..--....-.1 - Nous projetons de convoquer un meeting. Jerry Buhl en a parlé à. Peter, - Je croyais que c'était fini, ce sport. - Fichtre non, c'est pas fini, dit Fred d'un ton supérieur, en abaissânt les coins de sa, bouché. Ses paupières etaiênt si gonflé~,. particullêrement le mattn, qu'on voyait il. péÏlle Ms yéux. « Sit6t la tin de la guerre et les gars de ret!ûr, t y Il.ut'a du Pétard par ici comme vous n'en aurez èncorê jamlli;; vu. Nous nous tenons simplement tranquilles jU$,qU'à. ee que lèS qars s"i ènt revenus, Ce meeting n'est qu un p-oint dé départ, comprenez? On ne sait pàs, la guel'l'e pellb 1ifilr d'un jour à l'autre, au train où ça va, Nous voqlOI'l.!: être d ' a.tt~què et prêts, comprenez? Il semblait avoir be.Soin d'être âpprouvé par Newman, car son expressIOn. se fit Il\eertll.!nè. - H~, hé 1 niurn'lUra Newman, attendant qu'il en lLse dll-vant~ ge . - Voul~z·vollll venir? J~ vous €I\lmène dans ms. voiture.

- Jè la!l;1;e lés m.étings Il lll( ga'llatds de votr/) ~spèce,

e~ M,. Newman ~ôurit (l'un ~lr encourageant, comme pour fairt UIUSlol'l à l'oss!l.turè puissante d,e Fred. Mais le fa.it est QU'lI l'l'aimalt pas Jé iènre de mondé qUi fréquelltait e~s . meetings. La. mOitié était c.omposée de toql.lés et les autl'e!\ lv4i~Pt l'Ml' dé ne pas avoir changé de vêtements ,depuis ptlls!eurs s-nn~es, . « Je l'le suis pa.s bon à. grandchos/! dans un meeting, » . . Freq opina 'Sill'lS ~é lalS!êr démonter, Sa langue paSsa. sur oSés dènt~ uséès par +è cigare et il regarda par la, fën~ trt vets lès lumlèr~s qui fusl!olent alentour, 10 FOOUS iothiqQ~, du IIr.tte-ciel occupé par là Corporation, sès lèVl'M , p:lrurent se filler; éllés .4 clu.rclrent dans \·.scenSeur ; et lorsqU'il debarqua au seizième étage. Il àvait la l!Jouohe serl'tle comme pour rè!usel' une nourr.ture, Ce ~ te transformaLion était très antérieure à. sa récente ~pprè~enS!?n. Elle lui était imposée depuis plus Cie vingt ans p .. r 1 unportal'lce colossa.le de la compagnie. Il s~vlit qlle la compagnie possédait cent ImmeubleS comme celUI' ci, qllll.S présque chaqùè Etat H à. 1 étranger: et il se sentait déprimé, oppres.!é à. l'Idée d'avoir peut-ê.re à. se dehnar/: un jO[lf contré elle, D'autres homnles avalent tenté la chosè sous ses yeux, Il avait assisté à leur écrasement. li aborda donc lé seizième étage, les traits figés dans une exptession souciêuse, sigbiCiant à. qui l'observerait qU'lI ~ta!t dèjà préôccUpé pàr son travall de la matinée. Tl réssél'liblilt à un prêtre s'àvânçant vers l'a utel dans une occ~~ lon Iiolèllnèllè, et les employée~ devant leurs bureaux réagirent 'n détournant lès yeux, et en faisant 51Iencé tandis que la cérémonie était sur le point de commencer, 12 • • r LA SIED NIE ... Un quart de beurre !Ur la table, une demie bourgogne dans la cheminée et une moitié replette dans son lit, il n'en faut pas plus pour donner à un brave homme ce sentiment de virilité confortable et de puissance tranqUille qu'on a tant de satisfaction fi détenir. Ainsi on trpuve que l'hiver est doux aux gens qui ont chaud et l'on peut regarder, la Ijonscience paisible, la vitTS givrée et tout ce qui s'agite derrière. Place de la Bourse (tout un programme), on trouve un restaurant dont le menu affiché à la porte a de3 parfums bourgeois de loup grillé, de tous les fromages

et de crêpes flambées. La porte-tambour s'ouvre

et se terme, et souffle au visage du passant égaré des bouffées de chaleur arrogantes et des effluves de Chanel. Vision fugitive du patron épais, ventre en avant, conquèrant, mains aux poches. symbole de la respecta,bilité, de la réussite et de l'égocentrisme érigé en philosophie. Il 11 a aussi, parmi les tables, ridicule, de mauvais goût, un pauvre gosse qui vend des crayons à dix balles. Et une marchande de boutonnières pour amoureuses. Et le regard désapprObateur du patron. La marchand.e de fleurs 1!e lui a pas foutu son bouquet à la gueule. Le gO$se aux genoux violacés, au vi, sage de papier mo'ché n'a pas enfilé ses crayons à dix Mieux que la Pénicilline: . L'AURÉOMYEIN E Avec la, découverte de la pénlellllne, Flemlng a fait entrer la médecine dans une ère nouvelle, celle des antibiotiques. On apPelle ainsi des pI'(K)ults ehlmlques qui proviennent de microbes ou \le champIgnons et qui « tuent le microbe par le microbe ». Pasteur, en découvrant le monde microbien, avait mis au $f!rvice, de l'humanité le principe des vaccins et dM sérull18. nims sa lutte contre les microbes, il dotait par là l'organisme d'armes défensives qui lui assuraient l'immunité. 'Avec Fleming, un nouveau ~ade devait ètre franchi 1 le microbe luimême est appelé aujourd'hui à Intter contre son frère ennemi; lM a,ntar;onismes existants dans ce inIlieu des tout-petits sont mis en oeuvre pour paralyser et détruire les germes Iles maladies. LM membres les plus connus de la falUllle \lM antibiotiques - et les seulS qu'oh pllisse actuellement trouver' dans lé cornmeree - sont la pénicilline et la streptomicinê. Mals déjà l'on -voit apparaltrè, dans les hôpitaux frança,ls, deux nouveaux antibiotiques qui nous viennent d'Amérlqué, la chlorom)/'Cétine et l'auréomycinè., r~-La chloromycétine nous Intéresse au plus haut d4lgré, car elle est efficace contre la fièvre typhoïde qu'elle guérit en quelques, jours, même lorsqu'Il s'agit de formes graves. . , On peut déplorer que la chlorOJ: l!.ycétine n'ait pas été connue lors des grandes épidémies de fièvre typhOïde qui ont suivi la première guerre mondla.le et qui ont coûté tant de -vIes humaines, dans les pays de l'&t surtout, L'auréomycine, dite « poudre dorée » s'extrait d'une moislssu. re de couleur jaune. Cet antibiotique, pour la première fois, peut efficacement B'administrer par la bouche. Cela. faelllte grandement la tlche ' du 'médecin, \l'autant plus que J'auréomycine, médicament inoffensif, es!, fort bien supporté par l'orgaDlsme huma.ln. Bien qu'if soit trop tilt pour se prononcer définitivement, car nous ne connaissons ce nouveau produit que depuis dix-huit mols en"lron, 11 semble qUe J'au.réo~ myclne puisse remplaCer a.vantageusement la pénicilline dàns toutes les maladies où cette dernière a été appliquée Jusqu'à maintenant." Bien mieux, son efficacité semble plus grande et son champ d'a,ctlon plus étendu que ceux de la pénicilline. On cite de nombreux cas' d'Inree" tlon purulente, on l'auréomycine a fait merveille où la pélJ1cilline avait échou4j ; abcès du poumon, pneumouie et méningites graves, endocardltes 'à entérocoques. L'auréomycine ouvre égaiement de nouvelles voles au traitement des ir.fectlons Il « -virus flJtra.nt », micrOfle Infiniment petit qui passe à travers les filtres les plus fins et de ce fait est des plus difficiles A étudier. L'auréomycine semble donc être un antibiotique facHe à employer, Inoffensif et puissant. La découverte des antibiotiques a bouleversé le traitement des maladies microbiennes. • Les infections purulentes sont dans une très grande proportion guéries par les antibiotiques. Blessés, opérés et · accouchées échappent au terrible fléau qu'est Je pus. La méningite est actuellement guérissable dans un troe grand nombre de cas, et même lOrsqu'elle est tuberculeilSe (streptomycine). La pénicilline fait aeluellement disparaitre la fa,rn.euse spécialité médicale des « voles urinaires » : la blennhorrag.ie (chaude-piS6e) ~uéri~ en -vingtquatre heures ; ses complications disparaissent. La fièvre typholde est rapidemllnt guérie par la ehloromycétine et les médecins commencent à se demander quelle sera dans l'avenir l'utillté de la vaccination. On connaît enlin les progrès réaljsés par la streplomycine dans les traitements des formes aiguës de la tuberculose, (mortelles avant ootte déoou-verte) : méningite. phtilsie galopante, laryngite. Cependant, n'oublions pas que chaque antibiotique par lulméme, si puissant qu'il ISolt, n'a qu'un champ d'application Ihnité et que les divers antibiotiques se eomplètent mutuelle'] lent. C'est poqrquoi nqWl parlons d'une nou-velle' ère dans la médecine, ère qui -vient de s'ouvrir, ère en plein développe· ment. Dr ORLEANS. MON DOUX ~

f,ilIllllllllllllllllIl PÉ[HÉ

MOOLES EN BEIGNETS Préparez des moules marinières. Sortez-les de leurs coquilles. Egouttez-les. Préparez une pâte à frire avec : un oeuf, 150 grammes de farine, un peu de bière de façon à faire une pâte fluide, assez épaisse pour adhérer aux moules. Trempez les moules dans cette pâte. Faites-les tomber une à une dans la friture bouillante. Laissez cuire deux minutes. Sortezles de l'écumoire. Laissez égoutter. Servez en buisson sur un plat. • bail es dans les narines cramoisies des messieurs bien dodus, trop tranquilles. Le monde est mql tait. Il faut respecter l'Ordre, qu'on leur tt apprtt. Respecter aussi les gardiens de la paix (quelle paix 7 ... ) Mais voilà que sortent par la porte~tambour deux couples rigolards. Finie la journée. On devise en se dirigeant vers la voiture. J'entends la voix d'une femme, quelques mots sans leur contexte (il Y a vraiment des mots qu'on voudrait inventer: ... les youpins ... c'est de la youpinerie ~ . Le reste se perd et c'CU pas dommage. La voiture a démarré .•. Il n'y a plus que moi dans. la rue. TOUS LES VENDREDIS 11 -17 Novembr. 1949 \ N" 3 (1 07)~ 25 fr. Oui, c'est vrai, ils ont raison, il y a aussi les youpim. 'J'oubliais les youpins. Mais qu'est-ce qu'on a tOut à Avoir la mémoire courte, comme dit l'autre. Il fait froid dans la rue, prés de la place de 14 Bourse. Le réverbère clignote, la vache. Un chat miaule. 11 prend bIen son temps. Les lUmières s'éte!gnent au rest~rant ventru. Je reste seul dans la rue avec ma rage. LE CLUB DES"MENTEU RS Non, il 11 a la petite fleuriste avec son panier de tleurs dont personne n'a voulu et le marchand de crayons malchanceux. Ils frissonnent. Peut-être bien. parce qu'ils ont la conscience tranqUille, eux. Paul-J. RENNf. Le club des menteurs parisiens se trouve dans une petite rue sombre de Saint-Germaindes- Prés. C'est sans doute le club le plus fermé et le plus distingué du monde entier. Qui désire y adhérer doit se soumettre à une série de tests d'un sérieux impressionnant, et ce n'est qu'après , subi un Cette chose que vous voyez sur cette' table entre autres met!, c'est le pied élégant d'un confrère journaliste. A l'occasion du dernier tour de manivelle du film « Le Trésor des PiedsNickelés ». Croquignol, Ribouldingue et F'i1ochard "'7 en l'espèce Rellys, Maurice Baquet et Jean' Parédès - avaient invité photographes 'et journalistes à I,In bain tllrc au Hammam de Paris. Massage, douchage, essorage, pesage, rien ne fut épargné aux malheureux journalistes quI furent récompensés par un bon couscous algérien et une exhibitiOli de danses orientales. Comme quoi il vaut la peine d'avoir les pieds propres et de se les faire inspecter de très près par Rellys et Baquet. DES LECTURES QUI FONT VIVRE (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) Perrault et les fables de La Fontaine, et les Contes .:ie Grimm et d'Andersen, et Robinson Crusùë. Gulliver, Le petit Lord_ La Chèvre de M. SI'guin, tous ceux, enfin, qu! ont enchanté notre enfance. hUmains, si vivan.ts, ont écrit de nombreuses oeuvres qui . p~uv~nt être mises entre le~ mains de nos enfants et qui sont là, soigneusement choisies et triées, .mises à la portée de la jeunesse. . métier ou oCelle du foyer pour les jeunes tilles, les beaux lipres qui illustrent les provinces de notre pays, ceux qui nous présentent les grand .• peintres ou les monltments. Pour l'avenir UN ifJune homme sèrieux et passionné par la cause grand nombre de questioUB insipieuses que le candidat est admis dans l'antichambre du temple. La loi du club prescrit, dans son article premier et unique :

Tout membre doit savoir mentir

régulièrement, sans interruption ni contradiction . Les poli ticieJl3 au pouvoir qui auraient le désir d'exercer là leur facilité d'élocution ne sont pas admis, le club étant exclusivement de menteurs amateurs . ... vient de succomber à. un pied plat ... Mes quatre interlocu teurs s'exclament avec enthousiasme. -;- VOU8 a-t-eUe légué quelque chose? - rr'rès peu de chose : les Tuileriee, le Panthéon, un demilitre d'anisette ,et une bicyclette. Brusquement, la porte du club s'ouvre toute grande. et en un clin d'oeil je suis entouré par tous les membres présents, les yeux pétillants de joie contenue. . - Encore une question, dit le sècrétaire. Que pe'nsez·vous d'Hitler? J'hésite une seconde. - Je l'ai quitté à l'instant. Le candidat comparaît devant une ' commission de membres du club, et n 'est admis que .'il ment avec une conviction satisfaisante. 'Si ses mensonges sont trop faibles. ou trop banals, il est impitoyablement recalé. Nous sommes allés voir jouer

Le ghetto de Terez.in " qui

Pris d'inecription : 2.000 fr. paese cette semaine au Rex , et par an. il a manifesté son admiration Les arracheurB de delTts bé- da,ns le style sobre et modéré néficient d'une réduction de 10 que nous lui connaissons tous. p.1oo. • Seul une chose est authenti- Autour de moi on se ~ampon- Un vétéran à cheveux gris lance un hurrah, repris en choeur par toute la salle. - ' Ditee.moi, Jeune homn\e, me dit cet homme vénérable, VOU!! souvenez-voue du jour ensoleillé où noUl'! voguions ense.mble sur le lac de Côn:e en 1922 - Je réfléchis. - Non, vous vous ' trompez, c'était ma mère. Le vieux monsieur se jette ~ mon cou. - Petite soeur, s ' écrie·t-il, 'je te retrouve enfin ! Les membres du club , fie retirèrent discrètement et discutèrent à. l'écart. Le secrétaire revint bientôt m'annoncer que j'étais admis. Conformément à la loi, je ne pus assister aux réunions qu'une semaine plue tard. Pour avoir écrit tle conte rendu j'eus droit à un rêduc· tion de 30 p. 100 sur ma cotisa. tion. Paul L FARAGO. que dans ce club, sa loi. Dans .. ne les yeux. ce 'même article' premier et llni-I _________________ ~ _________ _ que précédemment cité elle prévoit une amende de 100 francs' pour tout membre qui prononcerait une phrase véridique dane l'enceinte du club. . Je m'y rendis par un soir pluvieux. A l'entrée, un huiseier en !iv,rée. - Votre carte s'il vou~ pbtlt . - Je suis membre du club.

- Vous ' faites erreur, 'Mon-

8ieur .! , Auriez..vous l'obligeance de décliner votre identité T - William Shakespeare. L'hüiisi'er S1\ reÙr~' ~t r~àppa:; , -'. .I·ait aUssitôt. accompagné d'urt ' personnage genre BecréLaire qui m'e,xamine avec attention. - Etes-vous le célèbre dramaturge ? Avant que j'ai pu répondre, trois. autre!! personnes pénètrent à leur tour daI}'l le vestibulè.

William Shakespeare ! Le

secrétaire me présente. Je m'incline. - N'avez-vous pas écrit des pièces ... demande quelqu'un. - Pas du tout. j'ai invent~ le tire,bouchon ei la gelée dè coings. - C'est vrai, c'e,st vrai, mur_ mure-t-il, plutôt embarrassé. - Etes-vous marié ! interroge le secrétaire. - Je l'ai été six foïs. L'uné de mes femmes est devenue folle. Une autre est partie. Unê troisième s'est jetée par la fenêtre du cinquième et, par la suite, mourut d'une empolie ; la quatrième, je l'ai a&!Sassinée. Maintenant, je vis avec les deux autres. ~ Avez-voue encore vos parents? . - Hélas ! une de mes tantee - Ce qui est extraord inaire c'est que je ne peux pas arriver à lui faire laver son pinceau. Et puis poùr les plus grands. de vrais classiques : Kipling. Balzac, Selma Lagerlof, Tolstoï. Victor Hugo, Cervantès. Dickens, Rabelais ou Mark Twain. Ces grands maîtres si Et pour de plus grands encore, des livres· plus techni·· ques les mettent directement en rapport avec la grandi aventure de la vie: l'exploration vécue, la technique du qu'il détend nous renseign~~----------------~--------------------------------------------~--------------Mes à-propos ... L.·~' D:8,. ,'. )I ' •• : .• YiB'V · SI le monde entier n'était en ce moment un v:ute procès on comprendrait mal cette obstination à rester ainsi côté Cour. Car c'est encore d'un procès qu'il s'agit ; mais il est des audiences qui se · poursui' vent hors du prétoire et il est parfois intéressant de _e mêler à la conversation. Des exégètes, qui, jusquelà n'auraient eu pour fui aueune attention pal·ticuljére, ont choisi la liberté de pour· suivre la defenlede Lazlo Rajk. On voudrait étoire que le seul souci de la justice et de la vérité les anime et que l'action qu'Us mènent av Co Une perst'vérance aussi rare et une aussi totale abnégation est vraiment pour eux une affaire de conscience et seulement cela.·, Mais je n'ai pas l'Intention de débattre si, comme l'écrit Claude Bourdet, ce qu'a avoué Rajk « est conforme ou uon à la réalité matérielle con· nue et parfois évidente », je rie me demanderai pas avec mon conCrère si ce qui lui demeure si obscur n'est pas, de la. part de Rajk : {( un clair a vertissement aux Hongroil et au reste du monde ». Je veux seulement relever dans la sténographie des débats quelques mots... : les derniers prononcés par l'accusé lors de tion int~roga,. loire. Ils sont pour ainsi dire pa.ssés inaperçus dana les comptes rendus, ils nc sont catalogués ni comme \IOe « invraisemblance " dan. les aveux , ni comme une « con· tradictlon p!ychologique " de l'accusé par ceux en qui l'on est plus tentè, maintenant, de \'011' des partisans que dei derenseurs. Ces mots ne se _ituent à aucun MOMENT CRUCIAL des débats mais, nous l'avons dit à la fio de l'interrogatoire, à propos d'une. question du président concernant le nom de l'accusé. Celui-ei précise que son grand·père étant d'ori,ine saxonDe~ écri .. vait .encore son nom ,Reich, puis après qUflques répliques sur la façon pl us 014 moins légale dont il avait lransformé l'orthographe du nom. déclare

R;\JI\. : « A ce propo8, je 'désire remarqller que, bien q u'éta.nt d'origine aryenne et l!1ême pure, étant d'un côté de souche llaJ:onne... » Je n'ai pai voniv. débattre, suiVant en . cela l'exemple d'autres très illustres confrè- · res, et je ne tirerai !Ionc de cette phrase ultime aucun argument définitif. Mais puisque nous étions tout à l'heure aans le domaine de la psychologiel je pense qu'elle constitue, sur celle de son auteur mieux qu'une (( indication » (il y a de ces coïncidences de termes) et Rans qu'elle ait été rele\'ée comme telle, SON DERNIER AVEU_ Et pour revenir à notre point de départ, c'est-à-dire la sincérité et le déSintéressement de nos exégètes, je veux espérer cet te fois tout de bon que les ré!Ollances de ce8 quelques mots n'ont en rien contribué, mème très implicitement, à éveiller une aussi soud"lne et aUssi « inexplicable » sympathie. ,.. ._.Jac;q"es MORLAN .• Solution du problème n° 1 Evr. Cook). 1. Df8-eB RMxg4 2. De8-ett Partie jouée au Championnat 4. Pari., on 1930 (déCo"". indienne). Blancs Noirs Dr Cuklerma,n Tartakower 1. d2-d4 CgS-f6 2. Cgl-f3 b7-b6 3. C2-C{ Fc8-b7 4. g2-g3 c7-c~ 5. d4-d5 ! e7-e6 . 6. Cbl-c3 e~5 7. C4xd5 b6-b5 8. Fcl-g5 b5-b4 • 9. Cc3-!4 d7-d6 10. Fg5xt6 g7-f6 11. Dd1-a4+ Re8- e7 12. Cf3-M 1 Fb7- c8 13. Ffl-g2 Dd8-b6 14. TaI-cl CbB-a6 15. Da4-b3 F t8-h6 16. Db3-f3 i6-t5 17. Tcl-c4 i5-e4 18. Tc4-e4 Re7-fB • 19. Df3-f6 Fh6-g7 _ 20. Df6-e7 + Rl8-J(8 21. De7-c8+ Fg7-f8 22. Te4-e7 FcS-e6 23" d;":::"6 Ta8"c8 "l!4': 'e6xf'7+ Rg8-g7 aimablement - ce doit être U1. instituteur. - Vous présentez, monsieur, de beaux et de bons livres. Mais ne sont-ils pas plus coûteux, malheureuseme1it, qu~ cette presse malsaine contre laquelle vous luttez ? , - Voici notre catalogue, Madame. Vous verrez q·ue, de 32 francs à 600 francs, le choix est grand. - Avez-vous eu de nom'breux visiteurs? - Beaucoup d'enfants, de 5 à 18 ans. Beaucoup de mères de famille aussi. Les petits regrettaient de ne pouvoir acheter davantage. Les parents sont trés frappés par notre panneau de l 'entrée, vous avez vu: le genre de lectures qui mènent à la prison. _ Restez-vous encore longtemps à Montreuil? - Nous fermons ce soir, mais nous devons aller dans un grand nomrbe d'autres communes de la région parisienne. On nous demande même dans certaines villes de province. Mais ce n' est encore qtL'à l'état de projet. Il ne nous reste qu'à souhaiter que tQus les jeunes et leurs parents puissent visiter cette exposition. Et Nliettons vivement les promoteurs d'une telle oeuvre.' ils travaillent pour l'avenir. Les noirs abandonnent. car le mat en quelques coups est inévitabl e:. Par exemple : 25. Rg7-h6 26. Te7Xh1+, suivi de De8-g8±. Problèll\e n° 2 TH. HERLIN (184.2) De quoi pourrions-nous nous entretenir aujourd'hui, sinon du froid? Ah quelle froidure 1 Brutale et tenace, elle fait tout un chacun se recroqueviller comme un hérisson. Et nos élégantes d'arborer de lumineuses fourrllres. Glorieux défilé de mâÎmequlns parés d'un halo de chaleur, vision féérique de vastes manteaux ' chatoyants, capes moirées, boléros vaporeux, et manchons si tièdes, si tendres aux petites mains gelées ... Vison, renard bleu ou argenté, martre, astrakan, breitschwantz, noms précieux et lolntll.ins... . Mon amie Cendrlllon, - qui n'a pas de marraine - se lamente :' Hélas, malt manteau de fourrure languit de vieillesse 1 Il cache dans un sombre placard son col râpé, ses poignets usés. Et puis, - oh, ridicule suprême. - 11 est terriblement court ! ~. Qu'à cela ne tienne! Un peu de courage, un grain d 'es~rit, un brin d'adresse, et votre goût triomphera des attaques concertées de l'hiver et du fisc. \ En' un coup de baguette, trois coups de ciseaux et quatre points d'aiguille, vous aurez. un manteau tout neuf, signé 1950. Trpp court? ....:.. Découtiez le haut de votre vieux manteau en forme de boléro, descendez la partie inférieure jusqu'à la longueur voulue, et rattachez les deux parties par un empiècement de lainage marron formant corselet et affinant la taille. U~é sur les bords 7 Col abtmé ? - Otez le col usagé et remplacez- le par un grand col remonté en lainage ' qui vous protégera de la bise. ' Incrustez sur le devant unt! bande de même tissu qui servira au boutonnage. Vous pouvez poser sur le bas des manches un Simple rebord piqué - ou encore l'enrichir d'un haut poignet Richelièu. Et voilà. Ne vous ai-je pas dit que vous étiez une fée ? Tire de Mon Guide.i .de C Ul$iJt~ , tpea .r. ..L..oe uuinsel • • I~:.a. injae. .f. Lei Edi- ..._ __________. ......... ..,.. 25. 17xea Les Blancs jouent et iont mat ... • coup •. Mais n'allez pas pour cela ensorceler les fauves du Zoo. Méfiez- vous .un peu, :!;ou!i • JI1ème&

Notes

<references />

Format JPEG