Droit et Liberté n°345 - février 1976

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Au nom de la loi: Les discriminations officielles page 4
    • Document: le procès Rosenberg: la machination démasquée page 7
    • L'événement: un voyage sous les tropiques par George Pau-Langevin page 8
    • Antisémitisme de crise (antisémitisme dans la presse) page 12
    • Dossier: proche-Orient, l'impasse? Israéliens et palestiniens s’expliquent page 13
    • Théâtre et identité (interview de Yvan Labejof page 24
    • Education à la fraternité: trois écoles en Alabama (ségrégation en milieu scolaire en France) par Renée Baboulène page 25


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 droit & liberté ...... __ .. ....... _ ,_.,It " .. ~ ... , ......... _ .. _ .... 0 " .. RlP 1 FËVRlER 1976 • N° 345 • 4 FRANCS ., .. antlsemltlsme de crise . , • - '. - COURRIER Les femmes aussi ... J e trouve le M.R .A.P. bien silencieux en ce qui concerne les tentatives et la dégradation infligées aux femmes dans des fi lms comme « Histoire dm 0 " )J . Si la jeune (( 0 )i était noire,juive ou arabe, vous seriez tout prêts à réagir et à p orter plainte. Ne voyez -vous pas qu'il s'agit d 'un racisme et d'une violence semblables, et que le simPle fait d 'être femme nous expose aujourd'hui à de tels traitements .' Et que des gens osent prétendre qu'« on aime ça ii ! J'aurais bien des choses à dire là-dessus, et je regrette vraiment que des organisations comme la vôtre, que je respecte beaucoup par ailleurs, soient muettes dans cette affaire. Les f emmes aussi devraient p ouv oir compter sur vous dans les cas de dégradation de la personne humaine. « Les pétroleuses du sexe )) Katie BREEN 35 000 Rennes J'ai découvert ces jours -ci une forme de racisme nouvelle, en France, pour moi : le racisme dans les films porno; l'exemple ne porte que sur un film, et j e ne crois pas avoir le courage de poursuivre l'enquête, mais c'est assez flagrant. Scénario : trois P.D.G.fraudeurs, pour échapper à une enquête fiscale, prennent des vacances en montagne. Ils ont emmené avec eux, pour les servir, leur factotum et caissier, nègre aux yeux en billes de loto, aux dents supérieures proéminentes, et qui d 'emblée, est présenté comme un pauvre type : se contentant d'une pouPée p lastique, et logeant dans un garni ... Il sert ses patrons tout en se faisant traiter d 'abruti à longueur de p ellicule. Survient un quarteron de jolies fille s type Marilyn, en tenue f ort légère : week-end agréable en p ersp ective. Ce sont des officiers de la police fis cale, qui ont imaginé ce moyen, nouvelles Matahari, pour recueillir des preuves de fraude. Tout se passe en commun, évidemment, sous les yeux exhorbités du nègre, qui se convulse tout seul; devenant trop nerveux, il tire un couP. de pistolet en l'air. 2 AU SOMMAIRE surie vif Au nom de la loi .......... . .................... . .... . ... p. 4 document Procès Rosenberg .. . .... . ....... . ...... . ......... . ..... p. 7 l'événement Un voyage sous les tropiques ............... .. ......... . ... p. 8 dossier Proche-Orient: l'impasse? ................... .. .......... p. 13 pleins feux Cinéma, livres, poésie ........ . ......................... p. 22 Théâtre et identité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 24 éducation à la fraternité Trois écoles ... en Alabama? .............................. p. 25 Et nos rubriques habitueUes ... La couverture est de Jean- Yves TRÉBER. Aussi une des demoiselles entreprend - elle a la tâche facile - il est naïf avec cela - de le désarmer, en f aisant usage de ses charmes : autre couPlet, ce monsieur si méPrisé devient insatiable ... tout en continuant à se faire abreuver d'injures par ses p atrons. Ce qui ne l'emPêche pas à la fin, d'être arrêté avec eux pour la fraude dont il est comPlice. Cela me semble d'autant Plus grave qu'il s'agissait vraiment d ~un porno de bas étage, s'adressant donc à des gens qu'on peut imaginer assez déPourvus de défense mentale devant ces suggestions app uyées. C.M . Fontenay J'aimerais faire plus Voici un chèque de 40 F rep résentant le montant d'un carnet de soutien. J'aimerais bien faire Plus, mais malheureusement mon mari est au chômage dep uis p lusieurs mois et être originaire d'un département d'Outre-mer, cela pose de très nombreux problèmes. « Sale nègre! » Mme Nelly FERGA Bagneux Chers amis, j e connais déjà votre Mouvement avec ses grandes qualités uniques d 'ailleurs en France pour nous autres noirs. Beaucoup d 'emPloyés du gouvernement ne peuvent comprendre la p résence d'un noir sur le sol français. Le gouvernement français décide en janvier 1975 que tous les Africains dits francop hones doivent être munis d'une carle de séj uur; certes c'est son droit de faire les lois de son pays. Hélas ' v oilà ce qui se passe au boulevard Ne)' où un burtl/II provisoire est installé pour faire ces fameuses cartes. Pour un grand pays comme la France, j e me demande où le personnel a été recruté, car moi personnellement j'ai entendu l'insulte: « Sale nègre, la France a compris maintenant, elle vous renvoie chez. vous, donc f ermez.-la )J J e ne suis pas le seul car d 'autres immigrés ont entendu la même chose. J'ai des témoins, et je connais bien cette femme qui répète ces mots. Michel LEGRE Paris JO Merci à vous J e vous envoie 68 francs pour ma carte 1976. C'est peut -être un chiffre bizarre mais c'est tout ce que j'ai à mon compte pour le moment. Mlle Christiane DUPERRON Paris-20' NOTRE CARNET Naissance Nous avons la joie d'annoncer la naissance de Laurent, fils de notre amie et vice-présidente George Pau-Langevin. Qu'elle et son époux trouvent ici nos félicitations et l'expression de nos voeux les plus affectueux. DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 • éditorial • Questions Le premier janvier, alors que le Président de la République présente ses voeux, la 8le brigade d'intervention di sperse, avec une brutalité dont la presse a donné des images, la manifestation de chômeurs venus exprimer leur mécontentement devant l'Elysée. Deux semaines plus tard, c'est le même corps qui intervient contre les travailleurs immigrés chassés de leur fo yer à la Porte des Lilas. Est-il vrai, comme on l'entend dire, que le chef de cette brigade est un des policiers qui, en 1958, avaient attaqué les consommateurs d'un café de la rue François-Miron, à Paris, en proférant de violentes insultes antisémites ? Dans les semaines qui suivent, deux affaires attirent l'attention. En premier lieu, l'enquête consécutive à l'enlèvement de M. Hazan. Il apparaît rapidement que les ravisseurs sont tous plus ou moins liés à des groupes d'activistes d'extrême-droite et à l'internationale fasciste. C'est le cas par exemple de l'ancien terroriste de l'O.A.S., Jacques Prévost, qu'une première condamnation à mort ne semble pas avoir dégoûté des missions violentes, et que l'on retrouve comme organisateur de milices patronales chez Peugeot. C'est le cas égaIement des frères Pech, militants de l'ex « Ordre Nouveau ». N'est-il pas étonnant que les activités de personnages aussi compromis n'aient pas fait l'objet d'une surveillance plus vigilante, et doit-on le rapprocher du fait qu'ils furent utilisés par M. Giscard d'Estaing, lors de sa campagne présidentielle, pour son service d'ordre musclé? Les aveux de l'un des activistes arrêtés en Algérie au Ibut de janvier, Jean-Claude Rousseaux, font apparaître d'étranges connivences entre cette bande de criminels, nostalgiques des temps à jamais révolus de la colonisation, et certains services secrets français. Le démenti officiel n'a pas pu, en tout cas, gommer une déposition très détaillée. Or, dans le même temps, le « Washington Post » révèle qu'un organisme officiel, le S.D.E.C.E., travaille en collaboration avec la C.I.A. contre la jeune République d'Angola. Est-ce pour cette raison que le Ministre de l'Intérieur à tenu à dire qu'il considérait la présence en France d'espions américains, dont la presse avait révélé les noms, comme étant dans l'ordre des choses ? S'ajoutant à ce faisceau de faits inquiétants, le dernier remaniement ministériel ne laisse pas, lui non plus, de donner à penser à ceux qui croient au combat antiraciste. Parmi les nouveaux promus se trouvent plusieurs personnes dont l'attitude dans le passé a suscité des interventions du M.R.A.P. N'y a-t-il pas lieu de s'étonner tout d'abord de la responsabilité donnée à M. Médecin, nouveau Secrétaire d'Etat au Tourisme, dont les liens avec l'extrême-droite sont connus et qui, comme maire de Nice, a la triste exclusivité d'avoir jumelé sa ville avec Le Cap, en Afrique du Sud? Espérons en tout cas qu'il n'étendra pas au pays tout entier cette expérience! Peut-être serait-il aidé en cela par Mme Saunier-Seité, le nouveau Secrétaire d'Etat aux Universités, qui se prit l'autre année d'un tel amour pour le rugby, lors de la tournée des Springboks (la sélection sud-africaine), qu'elle distribua des billets gratuits aux lycéens de Reims, où elle était recteur de l'Université, en dépit des protestations des syndicats d'enseignants unanimes. M. Mazeau qui encouragea cette tournéè garde son poste, et il en est de même pour le général Bigeard, qui s'illustra jadis dans la répréssion anti-algérienne. Quant à M. Dijoud, peut-être a-t-il donné satisfaction à certains, à lui-même en tout cas, si l'on en juge par ses déclarations dans« Le Monde N, mais qu'en disent les immigrés ? On ne compose pas avec le racisme ou le fascisme. Sauf à se compromettre gravement, il n'y a pas de dialogue possible avec ceux qui ont prouvé qu'ils n'étaient capables de faire naître que le malheur. Peut-on ne pas s'inquiéter de voir dans le gouvernement de la France, des hommes et des femmes dont on a par expérience lieu de douter qu'ils soient convaincus de ces principes ? Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX 3 sur le vif • Un homme va être expulsé de France, c'est un travailleur étranger ; il a cru bon de se faire faire une fausse carte d'identité nationale. Pourtant, il travaillait, il avait obtenu s~s difficulté sa carte de séjour. Cette crainte seulement, au fond du ventre, de n'etre pas en règle, cette hantise des papiers à présenter sur les fréquentes requêtes des forces de l'ordre, avec l'air soupçonneux et sûr de soi qu'ont les agents de la loi face à ce présumé coupable qu'est si souvent, chez nous, l'étranger. Cet homme qui va cire expulsé et qui sort de la permanence juridique du M.R.A.P., n'est-il pas l'image de l'homme englué dans un réseau de discriminations multiples, de ces discriminations auxquelles participe parfois l'Etat lui-même? DISCRIMINATION ET ILLEGALITE Il existe tout d'abord un certain nombre de discriminations de fait qui sont pratiquées illégalement par des services officiels. Le cas le plus flagrant reste la prison illégale et semi-clandestine d'Arenc à Marseille, qui remplit toujours sa « mission JI, à la faveur du relatif silence de la presse. C'est ainsi que le 18 décembre dernier, un jeune Algérien, Moktar AIiI, qui avait obtenu un non-lieu après que son innocence ait été prouvée dans une affaire qui lui avait valu plusieurs mois de détention préventive, est cueilli par la police et expédié à la prison d'Arenc. Ni sa famille, ni son avocat n'auront le droit de le voir. La section de Marseille du Syndicat de la magistrature a fait dernièrement sur cette question un communiqué démontrant qu'aucune loi en vigueur n'autorise un tel arbitraire (voir également Droit et Liberté nO 339 de juin 1975). Il faut cependant ajouter à cela la persistance voire l'extension des brutalités policières dans les commissariats de police à l'encontre des individus (( basanés », qui sont un élément particulièrement odieux et 4 condamnable de la part d'un service qui est censé protéger les personnes. Quel recours en effet pour les victimes? A qui se plaindront- elles et comment demander réparation? Car bien souvent, dans ces cas, vouloir garder sa dignité, c'est aussi s'exposer à des suites dangereuses comme en témoignent bien des cas cités dans Droit et Liberté. DISCRIMINATIONS LEGALES En dehors de ces exactions qui ressortissent purement et simplement à l'illégalité, il subsiste dans la pratique et les textes officiels un certain nombre de discriminations qu'il est important de connaître et de bien analyser. Dans la vie, au travail Les plus importantes tournent autour des conditions de vie et de travail des travailleurs immigrés. Nous ne nous attarderons pas sur le problème des cartes de séjour. Il n'en est pas moins vrai que la législation en vigueur, en soumettant toute une catégorie de travailleurs à des reconductions périodiques du droit de vivre et de travailler en France, fait peser sur eux une menace constante dont on sait trop à au nom de la loi quelle fin elle est utilisée dans bien des cas. Il faut d'ailleurs noter à ce propos que cette législation est souvent en contradiction avec des accords internationaux signés par le gouvernement français. C'est le cas en ce qui concerne la plupart des pays d'Afrique anciennement colonisés par la France. Les accords passés au moment des indépendances stipulaient généralement la liberté de circulation entre ces pays et la France et il est à noter que ces accords ont toujours été respectés du côté africain; c'est ainsi qu'il suffit d'une carte d'identité pour visiter et même s'installer au Mali, au Niger ou en Haute-Volta. Que l'on compare avec les difficultés et parfois même les drames que connaissent les travailleurs de ces pays lorsqu'ils veulent simplement faire venir leur femme ou leurs enfants! Liée à cette question, celle des expulsions. Deux cas récents montrent à quel degré d'arbitraire la législation actuelle peut mener. En effet selon le code, « l'expulsion peut être prononcée par arrêté du Ministre de l'Intérieur (ou le préfet) si l'étranger constitue une menace pour l'ordre public ou le crédit public », ce qui permet toutes les interprétations. L'étranger en question n'a alors que huit jours pour demander à une commission spéciale siégeant à huis-clos de réviser son cas, s'il a la chance d'être au courant de la législation, sachant que de toute manière la décision finale reste uniquement entre les mains du Ministre. C'est dans cette situation que se trouve par exemple Béchir Arfaoui dont nous avons parlé dans le dernier numéro et dont le seul tort semble d'avoir voulu défendre avec trop de vigueur ses droits de travailleur. Il en était de même en ce qui concerne Roland Rutili, ressortissant italien qUI s'était vu notitier un arrëté d'expulsion en 1968 pour son action syndicale « troublant l'ordre public », arrêté commué devant la protestation nationale en une interdiction de séjour dans quatre départements. La Cour de Justice des Communautés Européennes devait casser cet arrêté le 28 octobre dernier, indiquant que les ressortissants de la C.E.E. doivent avoir le droit à une libre activité syndicale sur l'étendue de tous les pays membres. On voudrait que cette décision de bon sens fasse jurisprudence et que soient adoptés de tels principes pour l'ensemble des travailleurs étrangers dans notre pays. Au reste le M.R.A.P. a fait depuis longtemps une proposition de loi réglementant les expulsions d'une façon humaine et non discrétionnaire. Les droits syndicaux, qui devraient, par définition, n'être liés qu'au simple fa d'être salarié, sont également limités pour les travailleurs immigrés. De fortes améliorations ont été obtenues depuis juin 1975 : possibilité pour un immigré d'être délégué syndical, droit de participer à la direction du Syndicat. Néanmoins, des restrictions subsistent; pour pouvoir remplir ces responsabilités, l'immigré non ressortissant de la C.E.E. doit travailler en France depuis plus de cinq ans; de plus la participation des immigrés à la direction d'un syndicat est limitée à un tiers de l'ensemble des dirigeants. Il faut noter que ces restrictions sont en contradiction avec la Convention 87 de l'Organisation internationale du travail (O.I.T.), pourtant signée par la France depuis 1951. Quant aux avantages sociaux, qui sont en réalité une partie du salaire réel distribuée sous d'autres formes, ils leurs sont bien souvent refusés en tout ou en partie. Outre le fait que certains patrons profitent de ce que leurs employés sont immigrés pour ne pas appliquer des avantages dus, des discriminations légales subsistent. C'est ainsi que les allocations familiales ne sont jamais intégralement versées dans le cas où la famille ne réside pas en France. La différence constitue l'apport principal du Fonds d'action sociale (F.A.S.) dont une partie seulement est reversée sous forme d' (( aides sociales » aux travailleurs immigrés. Dans le même ordre d'idée, ces travailleurs ne bénéficient pas des allocations de maternité, des réductions pour familles nombreuses dans les transports (sauf depuis peu pour les ressortissants de la C.E.E.) et même des cartes de priorité pour les femmes enceintes ... Dans le logement Les annonces discriminatoires pour le logement sont moins fréquentes depuis que la loi fait peser une menace de sanction sur leurs auteurs. Il reste évidemment à combattre tous les nombreux moyens qui subsistent pour faire régner en la matière une discrimination de fait, mais un point DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 a ete marqué. Il n'en est que plus scandaleux de voir encore des organismes publics maintenir ce type de limitation. C'est le cas de l'incroyable post-scriptum qui suit l'annonce officielle d'affectation de logement, faite par l'Office public intercommunal de H.L.M. de Creil : « Affectation consentie sous réserve qu'une personne de Nationalité Française se porte garante pour le réglement éventuel de vos .~o yers. » (sic) Dans l'Education Nationale Des discriminations du même type se retrouvent dans des organismes en lien avec l'Education Nationale. C'est ainsi qu'une fiche de renseignements destinée aux personnes qui désirent louer une pièce à . des étudiants, comporte la mention : « nationalité demandée », ce qui est d'ailleurs en contravention flagrante avec la loi contre le racisme. Cette fiche a été distribuée par le C.R.O.U.S. (oeuvres universitaires) de l'Académie de Reims. Sur l'intervention du comité local de cette ville, le secrétariat d'Etat aux universités à admis l'analyse du M.R.A.P. et est intervenu pour modifier ce formulaire. distingué8. Dans une école de la reglOn parISIenne récemment nationalisée, l'application d'un décret datant de 1963 a retiré aux enfants de nationalité étrangère les réductions dont ils bénéficient jusque là à la cantine, à l'instar des enfants de nationalité française. Cette discrimination évidemment injustifiable avait fait depuis avril 1975 l'objet d'une question écrite et il a fallu deux autres interventions parlementaires pour qu'enfin un décret étende à tous les élèves le principe de ces réductions. Ces deux exemples montrent toutefois qu'en ce qui concerne les discriminations officielles, il est plus facile d'agir puisqu'il s'agit en fait de mettre les faits en accord avec la législation antiraciste en vigueur depuis la loi de 1972. Ils montrent égaIement que ce n'est pas chose faite et que notre vigilance doit rester entière pour que les progrès déjà réalisés se poursuivent. Des cas plus subtils Il reste néanmoins des cas plus subtils, comme par exemple l'obligation pour les étudiants étrangers de remplir à l'université un dossier de pré-inscription avant le 1er mai, dossier qui doit comprendre un certificat de connaissance du français établi par le service culturel de l'Ambassade de France, ce qui peut bien entendu être prétexte à tous les filtrages. Là, l'action solidaire des étudiants français, comme cela a été le cas à Nanterre par exemple, est elle aussi, efficace. D'autres exemples posent des problèmes qui montrent que la législation n'est pas encore adaptée · aux dispositions antiracistes de la loi de 1972. C'est ainsi que l'exclusivité de la fonction publique en faveur des citoyens français entraîne des situations qui ne vont pas sans une certaine hypocrisie. Par exemple, la R.A.T.P. fait appel pour les services de nettoyage à des sociétés privées qui emploient principalement des travailleurs étrangers. Ceux-ci se trouvent donc travailler à longueur de . temps au service de l'Etat mais sans bénéficier des garanties et avantages attachés à la fonction publique. Une autre question. Au terme de la loi, une organisation française ne peut déclarer dans les membres de sa direction que des Le Président dl l ,. .. -- " /1 Conseillt ,,/ / citoyens français; la présence d'un seul étranger la fait classer (( organisation étrangère », indépendamment de ses buts ou de ses statuts. Le problème est donc directement posé au M.R.A.P. dans lequel les travailleurs immigrés sont, selon les voeux exprès du Congrès, appelés à prendre de plus en plus de responsabilités. De tous ces éléments, on doit retenir deux choses. En premier lieu, le recul que les améliorations de la législation ont entraîné dans la mise en oeuvre de discriminations officielles, recul dû également à la sensibilité croissante de la population sur ces problèmes. C'est un point positif. Mais il ne faut pas oublier que chaque point marqué l'est par la vigilance et l'initiative des antiracistes, qu'ils se trouvent au M.R.A.P. ou en dehors. Jamais en la matière les choses n'avanceront toutes seules et ce n'est pas vouloir « crisper » le débat que de dire : c'est la lutte qui paie, même si nous avons de plus en plus d'armes pour la mener. Tous les exemples cités ici le montrent

il est possible d'agir, rien ne viendra

sans l'action. J.-L. S.-D. 5 6 mode enfantine •• I.E ...... PAR 1 S t ecéalio.nâ. (~I~l'llISSIA prêt a porter ROBES ENSEMBLES 50 ter, Rue de Malte 75011 PARIS Tél6phone : 355.86·28 Helena Rubinstein

Produits de Beauté r-----52, Faubourg Saint·Honoré-----, PARIS. Be L------Tél.: 265.65.69--------' pantalon,s Janos MANUFACTURE DE CON FECTION 77-79. rue du Molinel 59 - LILLE Tél. 54.85.67 57.37.30 CONFECTIONS EN GROS HOMMES DAMES ENFANTS J. Be L. SWIERCZ S . A. 70.000 F. 128, RUE DU MOLINEL T~L . 54.74.06 II 54.96 .20 SPËC'AUTËS l LILLE . CUI R S • TERGAL COM PL ETS PANTALONS • document • PROCÈS ROSENBERG: la machination démasquée David Greenglass. le témoin-clé dont le témoignage envoya Julius et Ethel Rosenberg à la chaise électrique il y a 22 ans a fait plusieurs récits contradictoires de ses relations avec les Rosenberg pendant l'instruction du procès, avant de finir par prendre position contre eux. C'est ce que révèlent les rapports gouvernementaux rendu publics en décembre 1975 à la suite de l'action persévérante des fils Rosenberg, Michaël et Robert Meerepol, et malgré les réticences du F.B.I., en application du « Freedom of Information Act ». Dans un interrogatoire avant le procès, Greenglass déclara que sa soeur, Ethel Rosenberg, n'était pas présente lorsqu'il remit les secrets de la bombe atomique à son mari Julius. Plus tard, lors du jugement, il devait certifier que, non seulement elle était présente, mais qu'elle avait tapé les informations durant une rencontre dans le living-room des Rosenberg. Au cours des premiers interrogatoires du F.B.I., Greenglass affirma qu'il n'avait jamais eu de contacts personnels avec Julius Rosenberg relativement à des activités d'espionnage. Mais plus tard, il certifia qu'il avait eu plusieurs rencontres avec Julius Rosenberg au cours desquelles il déclara lui avoir passé des croquis et des descriptions du détonateur de la bombe atpmique. Lors de son premier interrogatoire par le F.B.I., Greenglass déclara que c'était sa propre femme, Ruth, qui l'avait recruté pour faire de l'espionnage. Plus tard, il « admit» que c'était Julius Rosenberg qui avait demandé à Ruth de le recruter. Dans aucun des premiers interrogatoires du F.B.I., Greenglass n'a oèclaré que sa soeur, Ethel Rosenberg, était impliquée dans l'affaire. Dans une déposition, le 17 juillet 1950, un mois après son arrestation, Greenglass accusait Rosenberg mais ne faisait pas mention d'Ethel. Mais deux jours plus tard, dans une autre déclaration au F.B.I., il disait que Ruth lui avait révélé qu'Ethel lui avait aussi demandé de le convaincre de livrer les informations secrètes sur la bombe atomique. Les raisons de ces revirements semblent claires à la lecture d'un autre rapport du F.B.I. qui établit nettement que l'avocat de Greenglass, O. John Rogge, espérait que son client serait traité avec clémence si il « coopérait» avec le gouvernement. Rogge affirma au gouvernement que Greenglass était prêt à accuser Rosenberg. D'autre part, les minutes de la Commission Mixte du Congrès sur l'Energie Atomique, qui font partie des pièces rendues publiques, montrent qu'il était généralement admis parmi ses membres qu'infliger la peine capitale à Julius Rosenberg devrait l'amener à « coopérer» avec le gouvernement pour obtenir la vie sauve en échange et qu'en cas d'échec de cette tactique, la condamnation d'Ethel devrait avoir raison de lui et le faire « avouer». C'est la voie qu'adopta le Juge Kaufman mais les Rosenberg préférèrent la mort à cetteïnfamie. La divulgation de ces rapports doit sans nul doute permettre d'accomplir une étape décisive pour la réhabilitation d'Ethel et Julius Rosenberg et de Morton Sobell. Robert PAC DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 o ë Charles Robert Meerepol à St-Etienne en septembre 1975 • le 66freedom of information act Le Ir Freedom of Information Act » (Loi sur la Liberté de l'Information), voté par le Congrès en 1966 et amendé en 1974 dans un sens libéral, garantit à chaque citoyen Américain le droit d'accès aux « fiches » et autres « renseignements » en possession des autorités, qui lui porteraient ou lui auraient porté préjudice. Cette loi, sans exemple dans les démocraties les plus avancées comporte naturellement (comme toujours aux Etats-Unis) des exceptions et restrictions à la « divulgation » du gouvernement fédéral, comme par exemple le fait que des révélations puissent porter atteinte à la vie privée des témoins encore en vie ou risqueraient de décourager à l'avenir les témoins que la Justice solliciterait, prétexte qui fut invoqué par le F.B.1. et le Ministère de la Justice pour tenter de ne pas donner suite à la requête des fils Rosenberg. Dissuader les demandeurs de renseignements par la méthode de l'argent (bien Américaine aussi celle-là) est encore plus simple. La loi établit en efTet que ces demandeurs doivent payer le coût des recherches et des copies des documents, même si les charges peuvent être abandonnées. Dans l'affaire Rosenberg, par exemple, les frères Meerepol peuvent avoir à payer plus de 20 458 dollars en frais de recherches, plus 2993,80 dollars pour obtenir les copies des 30000 pages des témoignages de Greenglass avant le jugement (plus de 105 500 francs actuels !). 7 • l'événement • un voyage sous les tropiques (( La vérité des pays qui apprennent à naitre est large de toutes les solitudes ». Le moins que l'on puisse dire de la récente visite de M. Chirac aux AntillesGuyane, c'est qu'elle n'a pas particulièrement passionné l'opinion locale. Nombreux en effet furent les Antillais et Guyanais à penser que le Premier Ministre s'offrait des fêtes de Noël exotiques, mais que cette rapide visite ne pouvait contribuer à résoudre les problèmes chaque jour plus cruciaux de ces départements. « Le Naïf», journal local, rappelait à ce propos une lettre adressée en 1882 (déjà !) par Ernest Deproge, député de la Martinique, au Gouverneur de l'Ile d'alors : « Il n'a pas dépendu de nous de conserver dans toute sa fleur notre candeur native. Nous avons été si souvent trompés! Nous aimons toujours des belles paroles, mais nous ne nous jetons plus au cou des gens qui viennent à nous avec des flatteries. Nous attendons les actes ». Cette visite, intervenant un an après celle du Président de la République, permettait de faire le point quant à l'exécution des promesses de ce dernier. Ne s'étaitil pas engagé à « promouvoir dans ces terri- 8 toires une politique de départementalisation économique pour y faire disparaître les survivances du passé colonial » ? Or, si quelques prestations sociales ont été améliorées, même de ce point de vue, le décalage reste frappant entre la situation dans les D.O.M. et celle qui existe en métropole. On sait que les allocations familiales et autres prestations sociales n'ont pas le même taux, quand elles existent, que celles servies aux familles métropolitaines. Les allocations prénatales, de maternité, de chômage, de logement, y sont inconnues. La parité globale devait être rétablie par l'intermédiaire d'un fonds appelé F.A.S.O.I., mais ce principe est de moins en moirts respecté. Quant aux autres lignes de force de cette politique qui avaient été annoncées : incitation à la création d'industries légères et de transformation, irrigation, nationalisation du courant électrique, action sur le frêt et les transports, elles tardent à voir le jour. Le coût du transport aérien et maritime, constitue un handicap considérable au développement de ces départements; il a été déjà maintes fois dénoncé, et une action résolue dans ce domaine eut été fort bien accueillie. Or, le résultat, à ce jour, des promesses faites. ne manque pas de saveur. En effet, le Directeur de la Compagnie Générale Maritime, venu lui aussi dans l'Ile, prodigua Dessins et légendes tirées de "7ienbo le Rein" d'Alain Tourraine. maintes assurances à ce sujet. Il n'avait pas sitôt tourné le dos que la compagnie annonçait sa décision unilatérale d'augmenter le coût du transport de 15 %. Pour réaliser les mesures annoncées, il eût fallu bien évidemment des crédits. Or, le budget des D.O.M. pour cette année marque une progression de 17,5 % par rapport à l'année dernière. Compte tenu de l'inflation qui sévit tout particulièrement dans ces départements, on peut mesurer l'ampleur de l'effort consenti. Il en va d'autant plus ainsi que celui-ci comporte une part considérable d'aide aux usiniers pour accélérer la mécanisation dè l'agriculture et la concentration des usines, ce qui entraîne de nouvelles suppressions d'emplois dans des départements où le chômage endémique constitue déjà le mal nO 1. Pour compenser ces pertes, aucune réalisation n'est effectuée, susceptible d'offrir aux Antillais des emplois nouveaux. Le tourisme, présenté comme la panacée universelle qui devrait résoudre tous l$;!s maux, s'est révélé incapable de fournir une solution, du moins de la manière dont il est conçu actuellement. Des hôtels de luxe sont construits les uns après les autres, en direction d'une clientèle nord-américaine riche qui les boude. Ils apportent en fait très peu d'emplois nouveaux aux autochtones (7 % des demandes) qui se voient réserver quelques fonctions de serveurs ou de femmes de ménage; et, lors des faillites, qui ne sont pas rares, le personnel employé est trop souvent licencié sans autre forme de procès. Le rapport sur le VIle Plan concernant les D.O.M., après une analyse critique de la situation qui y sévit, en arrive à la conclusion suivante: « Il n'est pas douteux que le régime de la départementalisation, tel qu'il est conçu actuellement, empêche de donner à ces départements les instruments qui permettraient de protéger dès la naissance de nouvelles activités et d'exploiter au mieux toutes les potentialités. » « Les mesures prises ou envisagées actuellement ne peuvent être considérées que comme des solutions temporaires qui ne doivent pas masquer l'alternative de fond, laquelle se situe à un niveau politique... Le problème n'est pas celui de la masse des crédits et des transferts, mais celui des politiques Ile - archipel à la coupable faiblesse, longue pénitence infligée par l'Histoire pas finie, jeune entre la chevelure des cannes à sucre, forte lorsque les coupeurs s'unissent dans le chaud, dans le froid. à mettre en oeuvre, des perspectives à moyen et long terme à tracer, ainsi que du cadre administratif dans lequel elles s'exercent ». Trop souvent en effet, les D.O.M. sont considérés comme des départements assistés, soutenus à bout de bras par la nation. Or on constate que si le volume des transferts publics en direction de ces départements est important, dans le même temps, le volume des transferts privés vers l'extérieur n'arrête pas de croître autant ou davantage. Autrement dit, les f()nds injectés par l'Etat ne font que transiter par les D.O.M. pour aller enrichir quelques particuliers en métropole. En revanche, ces transferts publics, en fait, n'ont aucun effet salvateur sur l'économie. Tout au contraire, ils accroissent le déséquilibre existant, en sorte que l'on peut parler d'économie de régression assistée, car comme le signalent les rapporteurs: DROIT ET LIBERTÉ. N" 345. FÉVRIER 1976 « On a affaire à un processus cumulatif où la croissance pour les dépenses publiques est un des facteurs du chômage, accroît le déficit commercial et augmente la dépen dance de l'économie vis-à-vis des dépenses publiques. » L'analyse effectuée par les rapporteurs du VIle Plan démontre à l'évidence que les D.O.M. présentent aujourd'hui encore les traits d'une économie de type colonial. Ainsi, on retrouve dans l'agriculture les caractéristiques de ce régime avec l'importance des cultures traditionnelles d'exportation et la faiblesse des cultures vivrières et maraîchères. Quant au commerce extérieur, il se fait essentiellement avec la métropole, suivant le schéma hérité du Pacte colonial. Face à une telle situation, les mêmes autorités n'ont ~uère apporté d'autre solution que celle consistant à drainer chaque année hors de leur île des milliers d'Antillais, Réunionnais et Guyanais pour leur faire exercer en métropole les humbles ou pénibles tâches dont les Français ne veulent plus. Mais si cette solution leur permet de gagner leur vie, c'est au prix de quels déchirements et de quels drames individuels, et sans que ce palliatif puisse en aucune manière contribuer à l'assainissement de la situation sur place, bien au contraire. Au cimetière des projets morts-nés Pour la Guyane, M. Stirn avait annoncé à grand fracas un plan de développement, axé sur l'amélioration de l'infrastructure routière, l'exploitation intensive de la forêt et surtout, l'implantation massive de colons français. Ce plan a suscité un vif émoi de la population locale menacée d'être submergée par une vague d'immigrants et tenue parfaitement à l'écart de sa mise en oeuvre. Après tout, disait M. Stirn, « mis à part les Indiens, il ny avait pas de peuple guyanais ». Aussi, quand le Premier Ministre affirme, comme il l'a fait lors de son dernier voyage, que les Guyanais seront associés à la réalisation du projet et que les emplois créés leur seront réservés en priorité, on peut s'interroger sur le point de savoir ce qu'englobe ce terme. Il est vrai qu'il a pris soin d'ajouter

« dans tous les domaines où leur capacité

et leur qualification le leur permettront ». Grâce à ces précisions, on peut être sûr de ce qu'il y aura peu d'élus. Peut-être en raison des véhémentes protestations des principaux partis qui dénoncent ce qu'ils considèrent comme une entreprise coloniale relevant d'une époque révolue, peut-être en raison de la sévère condamnation portée par les pays de la Cara'lbe réunis à Saint Kitts, M. Chirac a voulu tout de même rassurer la population et atténuer ce qu'il y avait de plus choquant dans cette entreprise. Il a assuré que les nouveaux travailleurs s'installeraient en Guyane en fonction des besoins réels, au fur et à mesure du développement des activités économiques, et que le but recherché n'était pas le peuplement du département. Aux termes de son discours, d'autres mesures conorètes seront prises pour le développement de l'agriculture et pour que l'exploitation intensive de la forêt ne nuise pas à l'écologie. Tous ces projets sont fort beaux, mais leur réalisation nécessiterait des investissements considérables, et on peut s'interroger sur la volonté et la capacité de l'Etat français, surtout en cette période de crise économique, pour les mener à bien. Le risque est grand de voir cette dernière entreprise rejoindre au cimetière des projets mortsnés tous ceux qui ont déjà été formés pour ce département et qui ont lamentablement échoué, accréditant ainsi son image d'enfer vert, de bagne. Alors qu'en fait, le vice de ce dernier, comme des autres, consiste en ce que les voeux et aspirations des populations y sont tenus pour négligeables, le salut devant leur être apporté de l'extérieur et d'en haut. Cette méconnaissance volontaire d'une réalité pourtant têtue, éclate dans cette phase significative du Premier Ministre : « L'essor du département de la Guyane se fera par les Guyanais et pour les Guyanais, c'est-à-dire par les Français et pour les Français. » Quand se décidera-t-on à reconnaître à l'homme de ces territoires le droit à la différence, le droit d'avoir une personnalité, d'exister? George PAU-LANGEVIN 9 • 10


.. _- ----------------------- -------------

au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil des; jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au • dl\rlligveér l. .• . . ~Ion • T+hro.vmI_M _ • Ant!orOIl ..., .. II_1Ir Angola : voir clair Le Vietnam, vous vous souvenez? Cette affaire épouvantable où les agresseurs vietnamiens agressaient les Etats-Unis d'Amérique sur le sol encore libre du pauvre Vietnam maintenant livré, le malheureux, à l'ennemi (vietnamien). Et les Russes, et les Chinois, par derrière, bien entendu, pour empêcher le monde libre de tourner en rond. Et la collaboration, vous vous souvenez; la France qui allait enfin se laver définitivement de la souillure du Front Populaire, la rénovation nationale, tandis que l'Anglais, l'ennemi héréditaire, bientôt suivi par le Yankee, s'alliait au bolchevick et détruisait à Mers-el-Kébir notre vaillante flotte nationale. Ces ingérences étrangères, tout de même! Sophismes? N'ai-je pas entendu, l'autre jour à la radio, que les alliés de la République Populaire d'Angola contre l'invasion sud-africaine se rendaient coupables d'une inadmissible ingérence étrangère? N'ai-je pas lu dans le journal que l'U.N.I.T.A. qui revendique son alliance avec le pire ennemi de l'Afrique et dont le chef s'honore d'être le défenseur des intérêts privés étrangers dans le pays, était au même titre que le M.P .L.A., un authentique mouvement de libération? N'ai-je pas cru comprendre que la lutte contre les bandes organisées d'un agent déclaré de la C.I.A. était une guerre civile qui divisait un peuple en deux? Moi qui suis naïf, il m'avait jusque là semblé que l'alliance avec l'Afrique du Sud était quelque peu douteuse, qu'il était difficile de concilier les activités d'agent de services secrets étrangers et de libérateur de son pays, que ceux qui vous aident à vous défendre contre l'ennemi ne sont pas à mettre sur le même plan que ceux qui vous agressent; dois-je avouer que je n'en veux nullement aux forces alliées d'avoir mis le pied sur le sol de ma patrie en 1944 et que même, j'avais tendance à leur en être reconnaissant. Mais à entendre la presse quasi-unanime, il faut se rendre à l'évidence, je suis très, très naïf. Théo SAINT-JEAN A la rue Le 20 janvier au matin, dès que fut annoncée la menace d'expulsion contre les 300 travailleurs immigrés du foyer de la Porte des Lilas menant une grève des loyers pour protester contre les conditions inhumaines qui leur sont imposées, le M.R.A.P. a adressé à M. Paul Dijoud, Secrétaire 'd'Etat aux Immigrés, un télégramme de protestation qui déclarait notamment : • Le M.R.A.P. demande que la loi qui interdit d'expulser quelqu'un de son logement entre le 15 décembre et le 15 mars soit appliquée sans discrimination aux iml1'ligrés comme aux Français. • Par ailleurs, considérant comme légitimes les revendications de ces travailleurs, il lui paraît intolérable que les autorités ne les prennent pas en considération et aient recours à la force. Nous demandons donc la suspension immédiate de l'action entreprise par les forces de l'ordre. » Le M.R.A.P. participait en outre, avec plusieurs autres organisations à une manifestation de solidarité, le jour même, devant le foyer. K.K.K. à Alfortville Le 14 décembre dernier, un commando de quatre à cinq hommes attaquait à Alfortville un café-hôtel occupé par des travailleurs immigrés nord-africains. Les agresseurs se livrèrent à des menaces accompagnées de coups de fusil dans tous les sens et blessèrent l'un des habitants assez gravement, alors qu'il était dans son lit. Une délégation du M.R.A.P. s'est rendue sur les lieux pour témoigner la -solidarité du Mouvement avec ces travailleurs, leur proposer son aide judiciaire et s'informer plus amplement de l'affaire. Il ressort de cette visite que la thèse tout d'abord avancée par la police, celle d'un raid de représailles, ne paraît pas pouvoir être retenue. Par contre, certains des locataires avec qui nous avons parlé avaient déjà été victimes d'agressions racistes. De plus la réaction de certains d'entre eux était de dire : « Nous n'avonsjamais créé de problèmes à des français, donc il ne peut s'agir de racisme )J. Ceci montre à quel point la propagande raciste est forte, puisqu'elle peut parvenir à donner à ses victimes un sentiment de culpabilité; de telles réactions servent en outre bien souvent à camoufler la véritable nature d'agressions typiquement racistes en permettant d'orienter l'enquête dans d'autres ··directions. A dire et répéter que le racisme n'existe pas, on expose finalement des catégories entières de la popu- 1ation vivant en France à la vindicte haineuse de quelques criminels en quête de victimes faciles. Marseille ou Chicago? « Lorsque l'on quitte l'autoroute du Sud, à la porte d'Aix on entre brutalement dans un Chicago des années trente où Dilinger se serait appelé Mustapha. Cette foule frôleuse, patibulaire, désoeuvrée, malade, pouilleuse, pathétique, vous enserre et ne vous quittera plus. Assassins, prostituées, pauvres diables sans boussoles et sans femmes, ils vont vous hanter tout le long de votre séjour dans cette grande ville qui fût l'une des plus gaies, des plus adorables du monde... Les « zizes » se sont tues. Leurs clients noirs ou basanés les regardent, l'oeil vide, hagard ou affamé. Il n'y a plus de quoi rire. » C'est Marseille vu par Gault et Millau dans leur célèbre guide gastronomique! On savait l'estomac de ces Messieurs délicat, on ne savait pas encore que leurs nausées étaient ethniquement sélectionnées. Ou bien peut -être trouvent-ils qu'être affamé soit un crime, à tout le moins une étrange et inquiétante maladie honteuse! Non, Messieurs, vous ne risquez rien, ces maladies là ne sont pas contagieuses pour tout le monde. Mais présenter Marseille ainsi, vous avez de , l'estomac! Il pourrait vous en cuire; il y a aussi des gastronomes antiracistes! Le sport en noir et blanc Vendredi 30 octobre, la CommiSSIOn politique spéciale de l'Assemblée générale des NationsUnies adopte par acclamations une résolution recommandant de s'abstenir de tout contact avec les organisations sportives sudafricaines fondées sur l'apartheid ou qui appliquent des critères racistes dans la formation Est-ce combattre le racisme 7 1. dlolt de viVI. d'équipes sportives. La résolution exprime le soutien de l'O.N.U. à la charte olympique qui refuse toute discrimination pour des raisons de race, de religion ou d'affiliation politique. Elle félicite toutes les organisations sportives et tous les athlètes d'Afrique du Sud qui ont lutté contre le racisme dans les sports. L'arrêt des Nations-Unies est ignoré par le correspondant à Prétoria d'une agence de presse occidentale qui, incrédule ou complice, s'en va recueillir auprès de Piet Koornhof, ministre des sports de l'apartheid, une déclaration qui surprit même la presse sud-africaine! Koornhof affirme que « plus rien désormais ne saurait s'opposer à la réadmission de son pays au sein du Comité Olympique International (C.I.O.»). Et de prétendre que « tout a changé chez nous. Noirs et Blancs pratiquent tous les sports ensemble et les meilleurs d'entre eux, quelle que soit leur race, représentent l'Afrique du Sud dans les compétitions internationales ... » et d'espérer voir « l'Afrique du Sud participer aux jeux olympiques de Moscou en 1980 »... Les mass média occidentaux, même ceux réputés sérieux, firent un accueil favorable aux mensonges de Piet Koorhnof. Outre que l'apartheid dans le sport est toujours institutionalisé, une rapide consultation du dernier bulletin (novembre 75) du South African Non-Racial Olympic Committee (San-Roc) permet Le vote de l'O.N.U. sur le sionisme sert de prétexte au « Droil de Vivre)J pour mettre en cause l'organisation internationale ellemême, en des termes qu'on ne s'attend guère à trouver dans une publication antiraciste. Déjà, l'organe de la L.I.C.A. (Ligue internationale contre l'antisémistime) avait qualifié d'(( analphabètes » la majorité des délégués à l'U.N.E.S.C.O. (décembre 1974). Cette fois-ci (décembre 1975), il dénonce les «fantoches ignares et sanglants d'Afrique ». Pour lui, l'O.N.U. est un (( cloaque », (( dominé par la dictature et le crime)J, la (( tribune des d'un relever des preuves de la malhonnêteté de M. Koornhof. Citons: « Le Jockey-Club de Durban a interdit à des non-Blancs d'être propriétaires de chevaux de courses »; « Un jardinier noir de Johannesbourg, Isaac Thoka est menacé d'être mis aux arrêts par les autorités, après avoir été exclu d'une course - marathon - organisée par des Blancs et réservée à eux »; « Trois responsables du « South African Council of Sport» (non racial) : Norman Middleton, président, Hassan Howa, vice-président et M.N. Pather, secrétaire- trésorier, ont vu leur demande de passeport refusée par les autorités. De ce fait, ils ne purent se rendre en Australie où une délégation de l'association de golf noire favorable à l'apartheid avait été envoyée par la « White Golfers Association » ... » Voilà comment l'Afrique dü Sud répond aux exigences olympiques. en bref • Le Il janvier, le mathématicien soviétique Léonide Pliouchtch arrive à Paris après avoir passé plus de deux ans dans un hôpital psychiatrique spécial. Qu'un homme soit inquiété pour ses opinions ou parce qu'il veut émigrer dans le pays de 1 DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 assassins et des bourreaux)J. Et il titre, en première page: « Hitler à l'ON.U. )J Disons-le tout net : ce st Y le (dont nous ne donnons ici que quelques fleurons) évoque fâcheusement celui de « Minute)J. Et n'est-ce pas offenser bassement la mémoire des millions de victimes d'Hitler que d'assimiler aux crimes nazis le texte d'une résolution, si condamnable soitelle? Les luttes de libération des peuples opprimés, les reculs du colonialisme et de l'impérialisme. les droits et les aspirations des Palestiniens, les résolutions de l'O.N.U. pour une paix juste et durable au Proche-Orient : voilà ce qui met en rage (( Le Droil de Vivre )J, soutien inconditionnel, son choix n'est pas admissible; que des traitements psychiatriques lui soient appliqués pour cette raison est difficilement qualifiable; mais que cela se passe en Union Soviétique, qui reste pour tant d'hommes un exemple et qui s'est si souvent fait le champion de la liberté des peuples, au nom même des exigences qu'elle proclame, on ne peut que le condamner avec la plus grande énergie. • Au Liban, les milices fascistes et « chrétiennes» de Guémayel ont attaqué et sauvagement bombardé un camp de Palestiniens... chrétiens. La « guerre de religion changerait-elle de nature ou ne s'agit-il pas plutôt d'une clarification éclatante de ce qu'est en réalité ce conflit : la tentative par l'extrême droite d'accaparer le pouvoir afin d'empêcher tout progrès pour les peuples de la région. • La formulation d'un appel du Comité Antituberculeux d'Entraide et d'Education de la Somme est pour le moins malheureuse. Il stipule en effet que la contagion de cette maladie (( est rendue plus nocive par l'a.fJlux d'étrangers se soignant mal (qui) contaminent l'entourage )J. Voilà une formule lapidaire qui, en éludant les causes des phénomènes, rejoint de façon inquiétante les campagnes . que nous dénonçons. Le comite du M.R.A.P. d'Amiens est intervenu non pas d'Israël, mais des Israéliens les plus agressifs. Il n'est pas surprenant que cette orientation soit approuvée par M. Soustelle, membre de la direction de la L.I.C.A., dont on connaît les attaches avec l'O.A.S. et les écrits haineux contre les peuples du Tiers-Monde; par Mme Thérèse Roméo, adjointe au Maire de Nice, ville jumelée avec Le Cap, promue récemment, elle aussi, à cette même direction; par M. Hervé de Fontrnichel, maire de Grasse, initiateur de la répression et de la ségrégation contre les travailleurs immigrés, désigné l'autre semaine comme président d'honneur du comité local de la L.I.C.A ... Mais ne se trouve-t-il pas dans cette organisation des antiracistes pour s'y opposer fermement? auprès de cet organisme pour qu'il réexamine ce texte. • Même Pinochet n'a pas pu faire pâlir le triste record dans la répression contre les démocrates que détient le gouvernement indonésien. L'invasion de l'ancienne colonie portugaise du Timor Oriental par ce pays, a été l'occasion d'une « chasse aux communistes » qui a fait à nouveau des milliers de victimes dans cette partie du monde. Mais enfin, dira-t-on, l'Indonésie fait partie du « monde libre ~ ! • En Nouvelle-Calédonie, un jeune Mélanésien de 22 ans, M. Richard Kamounda, a été tué le 27 décembre par un policier. C'est bien loin et bien. basané ~ pour mériter d'en faire un scandale. Mais les forces de l'ordre sont décidément bien nerveuses dans cette île, depuis qu'un certain nombre de gens se sont mis dans l'idée que le territoire n'était peut-être pas tout à fait la « doulce France ~ au même titre que la terre de nos ancêtres, les Gaulois. • Oh qu'elle est jolie pour les faiseurs d'argent, l'Afrique du Sud! Dans une invitation à investir dansle matériel optique, on peut lire, pour appâter l'éventuel intéressé, l'indication du • goût de la population noire pour le port de lunettes même sans nécessité corrective.; à quand le goût pour l'aspirine ou les pastilles Valda ? 11


~

• au fil des jours • au fil des antisém itism e de crise De l'antisémitisme ... • Présenter Oradour comme un exemple de la barbarie nazie, c'est se moquer du monde. Parallèlement, la glorification de la Résistance qui, par son impéritie, son indiscipline et son irresponsabilité a créé des situations qui constituaient pour les officiers allemands autant de devoirs de répression est bien davantage qu'une moquerie.» Ce qu'ose écrire en France la revue du Mouvement fédéraliste d'Alsace-Lorraine, (( Elsa)) J .•• Il est vrai que l'on avait pu entendre, dans le même ordre d'idée, Maurice Bardèche, invité par Michel Drucker avec Joffo pour une émission radiophonique, déclarer sans ambages : « Il faut balayer la France de tous les juifs! ~ Pourquoi donc ne pas réhabiliter ceux qui s'étaient fait les artisans de la solution finale? Face à d'aussi odieuses déclarations, il est impossible de rester les bras croisés. L'antisémitisme, dont le fascisme se servit comme d'une arme contre les peuples, a la vie dure, mais le M.R.A.P. reste d'autant plus vigilant qu' il sait que l'enjeu de sa lutte c'est en fin de compte la liberté. C'est pourquoi nous avons immédiatement agi, à Villeneuve SaintGeorges, devant les inscriptions antisémites qui avaient maculé les vitrines de certains commerçants. M. Kalinsky, député, a attiré l'attention des pouvoirs publics sur cet état de fait en posant une question écrite au Ministre de l'Intérieur; il y indiquait qu' « il ne s'agit pas d'actes isolés, ce groupe fasciste exprimant très régulièrement dans ce secteur sa haine pour nos institutions républicaines, sa nostalgie d'un pouvoir autoritaire et sa haine raciste à l'égard des travailleurs immigrés. Notre pays a subi dans le passé les conséquences du triomphe de telles idées. Il a été enchaîné. Des centaines de mille de nos concitoyens ont péri assassinés par les fascistes. Des lois ont été faites à la Libération pour punir ces crimes comme ils le méritent. » Et il concluait en demandant au Ministre « quelles mesures il a prises afin d'identifier les auteurs de cet acte odieux afin de les mettre hors d'état de nuire et de les soumettre aux peines prévues par la loi. » Mais rien n'y fait et les nostalgies morbides de certains sont tellement puissantes qu'il leur faut absolument manifester leur haine honteuse et stupide. C'est ainsi qu'à l'occasion de l'enlèvement de M. Hazan, le • Parisien Libéré .. a cru de bon goût de faire des allusions antisémites sur les fréquentations d'un homme qui se trouvait entre les mains de criminels A se demander s' il ne voulait pas excuser par avance des bandits dont l'enquête montre les sympathies fascistes. ... au néo-nazisme 12 avril 1933, le mécanicien Roder, communiste, est appréhendé par la Gestapo et gardé en détention préventive. Quarante deux ans plus tard, son fils, mécanicien et communiste, comme lui, est convoqué par la direction des chemins de fer pour une « audition ». Ses opinions politiques le mettent en effet en contravention avec la nouvelle loi sur les interdictions professionnelles. Le mécanicien « compromet l'ordre fondamental démocratique libéral ..... Pendant ce temps, l'honorable avocat Schmidt-Rux coule des jours paisibles dans la localité de Celle. Une enquête cependant révèle qu'il a trompé ses pairs pour se faire inscrire au barreau, qu'il se nomme en fait Schmidt-Romer, qu'il fût l'éminence grise de Bormann ... Dès que ces faits sont connus, Me Holtfort demande à la chambre des avocats de l'exclure et abandonne son poste au directoire de cette institution, pour marquer sa désapprobation, lorsque Schmidt-Rux est maintenu dans ses fonctions. Une seconde discussion, provoquée par le départ de Me Holtfort non seulement entérine la première décision mais engage une 12 M. HAZAN ET 2 DE SES VEDETTES PREFERÉES Trop d 'al/usions pour être honnête. procédure contre Me Holtfort coupable d'avoir « offensé » les autres a vocats en déclarant que leur décision était illégale! Il faut dire que le président de la chambre des avocats, Me Behrens, qui a voix prépondérante, était chef de la section locale du parti nazi... Dans la même Allemagne un autre avocat, Manfred Roeder, fondateur d'une officine d'extrême droite, (( L'initiative du citoyen allemand» se permet d'affirmer devant un tribunal, sans même un rappel à l'ordre, que la guerre germanojudaïque de 1933 a été déclenchée par les juifs et n'est toujours pas terminée! De l'ouvrier Roder ou des Schmidt-Rux-Romer et autres Roeder, qui menace « l'ordre fondamental démocratique libéral»? Selon que vous serez puissant ou misérable ... Ca sent mauvais IMonsieur Rayé Il n'est pas besoin de laboratoire pour vérifier la thèse qui veut que l'antisémitisme aille toujours de pair avec le refus du progrès et les entreprises de diversion. Un récent article paru dans la revue « Vêtir _, avait semble-t-il pour but de souhaiter la bonne année aux lecteurs. Au lecteur pas difficile sur la marchandise, en tout cas, car le haut-Iecoeur venait vite à lire cet étonnant mélange de niaiseries, de propos aussi confus qu'absurdes, et surtout d'un antisémitisme d'autant plus nauséabond que son auteur, amer, semblait par son ton grinçant sentir tout l'odieux anachronisme de son inepte pamphlet. Jugez en : « Voilà bientôt quinze ans que je vis au coeur de notre secteur d'activité et que j'entends Monsieur Ziber-Schmitt du Sentier et d'autres lieux gémir sur son sort : son personnel (étranger comme il se doit) travaille (non déclaré comme il se doit également) de moins en moins bien ... quant à sa clientèle (s'il lui en reste) elle se fait tirer les oreilles pour honorer ses traites (Oh! pardon, pas des traites, du liquide, cela ne laisse aucune trace !). Alors Monsieur Ziber-Schmitt du Sentier et d'autres lieux, comment faites-vous pour changer chaque année de voiture, etc. _ Toutes ces fleurs de rhétorique viennent après une attaque en règle des syndicats qui « sèment la zizanie _, des naïfs qui veulent changer les choses alors que les choses sont ce qu'elles sont une fois pour toutes et qu'il n'y a pas à revenir là-dessus! Est-il possible d'écrire aussi mal le français pour dire en aussi peu de mots un aussi grand nombre d'âneries. Mais on le lui pardonnerait à M. Alain Rayé, d'autres s'y sont essayés avec malheureusement un certain bonheur, parfois. Ce que l'on ne peut laisser passer toutefois, c'est que tant de suffisante idiotie soit mise au service des idées et des insinuations dont un certain Goebbels s'était fait un métier. Mais il y a toujours eu des gens qui n'ont rien appris ni rien oublié. Le M.R.A.P. en ce qui le concerne fera tout pour qu'au moins, ils n'enseignent rien. D'ores et déjà, nos avocats sont saisis de cet inadmissible scandale.

'l'impasse?

Les lieux marqués par la guerre connaissent aussi le combat des mots que chacun mène avec d'.auta~t .plus d'ardeur qu'il.p.o~te au fo?d de lui la passion de la cause qU'Il crOIljuste. A chacun sa vente? Peut-etre serace en effet la conclusion de certains, à lire ce dossier où nous nous sommes efforcés de montrer les positions des uns et des autres, de les montrer sans conclure. Mais au moins aurons-nous tenté de donner à chacun les moyens d'une réflexion dépassionnée, d'une réflexion qui reste à poursuivre dans le respect des opinions de tous. Sous forme Ge pages ouvertes, nous donnons tout d'abord les positions respectives d'Israël et des Palestiniens de l'O.L.P. : une interview de M. Kalak, représentant de l'organisation palestinienne à Paris et un article où nous présentons les thèses israéliennes en fonction de conversations que nous avons eues avec des persoI?nalités représentatives des milieux officiels de ce pays. Deux autres articles apportent des éléments importants ~ la dis~ussion; l'un de Loui.s ~ouscron qui s'efforce d'analyser ce qUI est mIS SOUS le terme de SIOOlsme, l'autre d'Olivier Carré qui fait l'bistorique des deux nationalismes en présence. La dernière page de notre journal est consacrée à un poème de Charles Dobzynski qui met !ace à face la voix d'un juif d'I.sra~l e~ cell,e d'un.P~lestinien; la force pOIgnante de ce texte est une mVltatlOn a conSiderer, sans jeter d'exclusive, le drame qui se joue là-bas. DROIT ET LIBERTE. W 345. FEVRIER 1976 Azzedine Ka/ak. Q. Pensez-vous que sur l'ancien territoire de la Palestine une nation palestinienne et une nation israélienne puissent coexister dans un avenir prévisible? Q. Considérez-vous les Arabes vivant en Israël comme des citoyens israéliens? Q. Pensez-vous qu'une négociation soit possible entre Israël et l'O.L.P. ? Q. Quelles peuvent être selon vous les conséquences du vote l'O.N.U. assimilant le sionisme à une forme de racisme et de discrimination raciale ? 14 Q. Estimez-vous que l'application de l'ensemble des résolutions des Nations Unies relatives au ProcheOrient puisse permettre un règlement du conflit? Q. Faites-vous une différence entre juif, sioniste et Israélien? les réponses de M. KAlAK REPRÉSENTANT DE l'O.l.P. A PARIS R. La notion de nation israélienne reste à redéfinir. Cette question est liée à la loi du retour qui permet à tout juif d'être même potentiellement, là où il est, un citoyen israélien. Je comprends mal une nation qui augmente et diminue suivant les vagues de l'émigration. Cela pose un problème réel pour le peuple palestinien. En effet, chaque fois que des émigrants juifs ou sionistes arrivent en Palestine, cela veut dire dans les faits, autant de Palestiniens qui sont expulsés. Pour autant, la coexistence entre le Palestiniens et la communauté juive en Palestine ne pose aucun problème, et Yasser Arafat, chef de la révolution palestinienne, a déclaré devant la communauté internationale en novembre 1974 que, lorsque nous parlons de nos espoirs communs pour la Palestine de demain, nos perspectives englobent tous les juifs vivant actuellement en Palestine qui accepteront de coexister avec nous dans la paix et sans discriminations. R. De facto, ils sont des citoyens de troisième ordre. Il y a d'abord des citoyens aschkenazes qui détiennent le pouvoir et le savoir; il y a des citoyens juifs séphardim qui sont sujets à une répression ~ique, idéologique, politique, raciste et à une exploitation économique honteuse; et il y a en dernier lieu les Arabes, les Palestiniens, mais pour nous, ce sont des citoyens palestiniens. R. Vn débat se déroule actuellement au Conseil de Sécurité sur la question de la Palestine. La simple présence de l'O.L.P. à cet organe international a été prise comme prétexte par les dirigeants israéliens pour refuser la bataille politique. Il est notoirement connu que les dirigeants israéliens nient l'existence du peuple palestinien et ses droits nationaux inaliénables. Ils considèrent l'O.L.P. comme une organisation terroriste, une organisation d'assassins. R. Cette résolution est en réalité une condamnation politique de la communauté internationale contre la politique expansionniste, raciste et colonialiste de l'Etat d'Israël. Néanmoins, bien que l'opinion occidentale ait été choquée par cette résolution, je pense personnellement qu'elle a le mérite d'avoir ouvert pour la première fois le dossier du sionisme au niveau international. Et je pense que c'est aussi le fruit de la lutte du peuple palestinien durant plus de 28 ans et du soutien massif de toutes les forces éprises de paix et de liberté dans le monde contre le sionisme en tant qu'il est une forme de racisme et de discrimination raciale. R. Je ne pense pas que l'ensemble des résolutions de l'O.N.V. permette ce règlement car il y a des résolutions qui ne traitent pas du tout du problème palestinien. C'est ainsi que la résolution 242 ignore l'existence même de notre peuple et de ses droits nationaux; elle traite le conflit du Proche-Orient comme une querelle sur les frontières entre les pays arabes et Israël. Par contre, il y a des résolutions qui recommandent la reconnaissance de l'existence du peuple palestinien et demandent que justice lui soft faite. C'est le cas entre autres de la résolution de l'Assemblée Générale dans sa 2ge session du 22 novembre 1974, nO 3236, qui reconnaît au peuple palestinien le droit au retour dans sa patrie, à l'autodétermination, à l'indépendance nationale et à la souveraineté, et surtout le droit à la lutte, conformément à la charte des Nations-Vnies, pour réaliser ses aspirations nationales. Permettez-moi d'ajouter que malgré cela, les résolutions de l'O.N.V. ne sont malheureusement pas exécutoires. Israël les a toujours ignorées et rejetées. Il faut que le peuple palestinien continue sa lutte pour faire valoir ses droits nationaux inaliénables et c'est notre droit. R. Evidemment. Nous sommes contre le sionisme en tant qu'idélogie expansionniste, raciste, liée à l'impérialisme alors que nous luttons pour la cohabitation des musulmans, des chrétiens et des juifs, dans une terre de paix, la Palestine; c'est d'ailleurs notre programme pour un Etat démocratique. Vn citoyen israélien, c'est celui qui a la nationalité israélienne, qu'il soit d'origine juive ou non juive. C'est ainsi que les 520000 Palestiniens de 1948 ne sont pas juifs mais ils ont la nationalité israélienne; il y a donc une différence mais la différence la plus importante c'est celle qui existe entre sioniste et juif. Nous éduquons nos enfants, nos militants, contre l'idéologie raciste et pour vivre en paix, en coexistence avec les juifs. Q. Quelles sont selon vous les voies pouvant mener à la paix? :;Oiltls Yn:ti~~:uvoi.e ~~nc~ale, c'est que le peuple palestinien continue sa lutte pour réaliser ses . .x ma lena es, actuellement bafoués; ceci n'est pas un objectif pour le bien du ~:U&I~ p:lestI~le~ s;ule~ent. mais é~alement pour un avenir meilleur pour la communauté juive a es. me. n n ochme, Il y avait deux versions de la paix. Il y avait la « Pax Americana e,~ la ,P:u~ des peuples frères d'Indochine. En continuant la lutte, en persévérant à combattr: 1 ImP:~ltahsmpe elt s~s agents, ces peuples ont imposé une paix réelle en Indochine La même chose sera lai e en a estme. . , positions israéliennes Des conversations avec des personnalités israéliennes représentatives nous ont permis de préciser les positions actu~l~es de, l'E~at d'Is~aël .concernant le conflit qui agite la r~glon. l article qUI SUIt est un exposé qui se veut ausSI complet que possible de ces positions. Nos lecteurs pourront les confronter avec celles de l'O.LP. présentées à la page précédente. ' Coexistence entre communautés ? . ?u'en est-il tout d'abord des possibilites de coexistence entre un éventuel Etat palestinien représentant la commu~ auté ~ales.tinienne dans la région et 1 Etat d Israel? Pour Israël, le problème es! de ,~~voir quelle est la réalité qui eXiste deja sur le territoire anciennement administré sous mandat par l'Angleterre. La question n'est donc pas celle de . l'éventualité de deux nations devant coexister sur ce territoire, mais les rapp?~~ s. futurs des deux Etats qui y sont deja mstallés, Israël et la Jordanie. Partant de cela, il n'y a donc pas nécessité d~ créer un autre Etat puisque dans les faits existent déjà sur les lieux un Etat DROIT ET LIBERTÉ. W 345;-"fÉVRIER 1976 arabe et un Etat juif indépendants, Israël et la Jordanie. En ce qui concerne les Arabes vivant en Israël, la réponse des personnalités que nous avons rencontrées est très nette : ils sont des citoyens israéliens à part entière, jouissant de tous les droits des autres citoyens: droit de vote droits civiques, liberté de circulation et d'ex~ re~sion. O.n notait à l'occasion qu'il n'en etait certainement de même pour les citoyens des pays arabes eux-mêmes sans parler des juifs qui y vivent encore. ' Il faut en effet faire la distinction entre juif. ,sioni~te ~t israëlien. Un citoyen de 1 Etat d Israel peut être juif, chrétien, m~sulman. Il y a des juifs, bien entendu qUi ne sont pas Israëliens; quant au sioniste, c'est encore autre chose. Un si,oniste, ?'est un homme qui pense, qu'il n y a qu une solution pour le problème juif: l'existence d'un Etat juif indépendant. Cependant, de l'avis de noslnterlo: cuteurs, l'identification entre juif et sio~ i~t~ est de plus en plus grande. La majorite ecrasante de tous les juifs, même s'ils ne se considèrent pas comme sionistes sont convaincus de la nécessité et d~ maintien de l'Etat d'Israël. Un interlocuteur non valable En ce qui concerne la possibilité d 'une négociation entre Israël et l'O.L.P. les commentaires ont été très abondants. Nous nous efforçons de les résumer avec I~ plus de rigueur possible. En premier lieu, le problème ne se pose pas comme des. négociations entre Israël et l'O.L.P. mais entre les pays arabes et Israël e~ vue de la reconnaissance par les premiers de l'Etat d' Israël. En effet « (OLP. ne représente pas le peuple palestinien ... ---+ ~ (Elle) n 'a jamais été élue par le peuple palestinien, au contraire, ses chefs se sont imposés ou ont été nommés par des pays arabes qui ont eux-mêmes formé cette organisation ... L'OLP. n'est qu'un élément mineur au sein de la population palestinienne qui vit dans sa grande majorité en Palestine... Ce n 'est que par la force des armes et lïntimidation que cette organisation s'impose à une partie des Palestiniens ... » La conclusion de ces éléments d'analyse a été plusieurs fois exprimée par les milieux officiels israëliens : (( L 'OLP. ne peut pas être un interlocuteur dans les négociations car non seulement c'est une organisation terroriste mais encore, elle cherche la destruction d'Israël et de la Jordanie. )) En effet, l'argumentation qu 'on nous a présenté s'appuyait sur la Charte palestinienne qui nie le droit à l'existence d' Israël et revendique pour l'ancien territoire de la Palestine un Etat palestinien démocratique et laïc. On nous a fait remarquer à cet égard que la notion de laïcité n'est pas une notion arabe ou musulmane; c'est une notion occidental e" entièrement étrangère à la culture et à l'Histoire du Moyen- Orient et de l'Islam. De plus, la démocratie telle que les pays arabes l'entendent ne correspond pas du tout à l'idée que s'en font les Israëliens et les occidentaux en général. En fait, négocier avec l'O.L.P. voudrait donc dire négocier avec des gens qui ne reconnaÎssent même pas le droit de leur interlocuteur à l'existence ce qui n'est évidemment pas p'ossible. Il faudrait pour cela que l'O.L.P. accepte d'abandonner sa Charte qui est sa base de discussion et à ce moment là, cette organisation perdrait sa raison d'être qui est la destruction de l'Etat d'Israël. 16 • L'O.N.U. et Israël Nouveaux immigrants juifs baisant la terre d'Israël. Sur la question de la résolution assimilant le sionisme au racisme, on a tenu à nous rappeler ce qu 'il faut entendre par sionisme. Le sionisme est né il y a deux mille ans lorsque les armées romaines ont détruit l'Etat d'Israël. Il exprime la volonté des juifs de reconstituer cet Etat sur la terre où il existait autrp. fois. Cette volonté qui n'a jamais cessé, a pris son expression politique modern e avec le développement des persécutions racistes contre les juifs. C'est donc authentiquement le seul mouvement de libération du peuple juif et il est particulièrement absurde que l'O.N .U. ait condamné comme raciste un mouvement né chez les victimes du racisme pour le combattre. Les conséquences d'une telle résolution ne peuvent être que de discréditer les organismes de l'O.N.U. et de donner une justification juridique et morale aux actions terroristes menées contre Israël, présentés dès lor ~ comme des actions antisionistes. Cette résolution en effet « n'a fait que durcir la position de l'OLP. et l'affaire Ibrahim Souss, ex-représentant de l'OLP. à l'U.N.E.S.C.O. est très significative

il lui a suffi d'employer des termes

relativement modérés pour qu'immédiatement il soit désavoué et envoyé à Genève )). Mais au -delà de cette résolution particulière, c'est plus généralement les modalités d'action de l'organisation internationales qui étaient mises en cause. L'Organisation des Nations Unies avaient pour but initial de permettre aux différentes nations de se rencontrer, de se concerter et au besoin de régler leurs différends. Or, elle s'est peu à peu transformée en une sorte de parlement international qui se pensait habilité à prendre des décisions en appliquant simplement le jeu parlementaire. Ce qui est possible et souhaitable dans un pays ne peut en aucun cas s'appliquer à un organisme international. En fait, les petites nations se sont ainsi privées d'un moyen important de faire entendre leur voix car elles ont fini par déconsidérer l'Organisation en jouant sur des majorités automatiques pour voter n'importe quelle résolution. Dans la mesure où ces résolutions ont été votées à la majorité simple, elles n'ont aucune base morale ou juridique et sont donc sans aucune valeur. A cela, les Israéliens que nous avons rencontrés ajoutent que la première résolution concernant le probl ème, celle du partage de la Palestine, en 1948, a été immédiatement rejetée par les pays arabes qui ont alors envahi Israël sans que l'O.N.U. ne fasse rien. Alors, quel règlement ? (( Israël reconnaÎt qu'il y a un problème palestinien et il est prêt à contribuer à sa solution par voie de négociation avec la Jordanie et des représentants palestiniens de Transjordanie et si possible de Cisjordanie )), c'est en effet la Jordanie qui représente légalement la plus grande partie des Palestiniens. Mais « le fond du problème n'est pas le problème palestinien, même s'il est très important. C'est la non reconnaissance continuelle depuis rétablissement de l'Etat d'Israël, à son droit à l'existence nationale, souveraine et indépendante. Hélas, les pays arabes ne sont pas encore prêts à reconnaÎtre le fait israëlien et la dernière résolution assimilant le sionisme au racisme n'en est que la preuve fla grante. Malgré cela Israël est prêt à négocier une paix juste et durable et ceci sur la base des résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité )). En fait, seules des négociations di rectes avec les pays arabes concernés peuvent permettre une telle solution même si à l'heure actuelle on est obligé de passer par les bons offices des U.S.A. ou la conférence de Genève. Ces négociations directes sont en effet capitales car elles seraient en quelque sorte l'acceptation par les pays arabes de l'existence de l'Etat d'Israël. L'accord intérimaire entre Israël et l'Egypte est un exemple de ce qui peut se faire pour débloquer la situation. Cet accord « donne un peu d'espoir qu'un jour la paix se rétablira, paix qui est une nécessité pour tous les peuples de cette région ». R.M. amalgames à propos d'une résolution del'O.N.U Comme il fall ait s'y attendre, le vote à l'O,N.U. de la résolution du 10 novembre 1975, assimilant « le sio ni sme» à « une forme de racisme et de discrimi nation racia le », a déclenché une avalanche de commentaires. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ni celle- ci ni ceux-là n'auront aidé à clarifier les débats passionnés qui, depuis des années, enflamment les esprits autour du conflit du Proche-Orient (1). Juif, israélien, sioniste, antisémitisme, antisionisme

les interprétations contradictoires

et schématiques données à ces termes se cristallisent en attitudes tranchées, tranchantes, auxquelles se heurtent les efforts de compréhension réciproque, voire de simple communication. Mais il ne s'agit pas seulement d'une querelle de vocabulaire. Les affrontements verbaux reflètent - et attisent - sur le terrain les violences qui risquent à chaque instant de s'aggraver dramatiquement. Deux visions différentes Qu'est-cc donc que le sionisme? Une consta tation s'impose : il n'est pas vu sous le même a ngle en (( Occident » et au Proche-Or ient. De fa it, il présente deux aspects di ffé rents. (1 ) On a lu dans « Droit el Liberté» de novembre 1975 le point de vue du M.R.A.P. sur celle résolution lorsqu'elle fUl adoptée par la Commission Sociale, le 18 octobre. Le M.R.A. P. a fa it savoir ensuite qu' il « l'egrettail )) le vo te de \' Assemblée Générale, esti mant que ce leXle « confond des notions de natures di fférentes et qu' il ne peut ainsi favoriser ni la lutle co ntre le racisme ni la solution des problèmes du Proche- Ol'ielll )). DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 Soutiens français à Israël. La prière mill éna ire des juifs : (( L'an prochain àj érusalem))... n 'expli~ue pas les données actuelles du p rob leme. Car cette aspira tio n ne fu t lo ngtemps que spi r ituene. Même si la religio n j o ue un grand rô le dans l' idéologie officielle et la po litique en Israël, el le n'est pas la mo tivation principa le de l'immigra tion passée et présente vers ce pays; d 'a illeurs certa ins croyants, parmi [cs plus orthodoxes, res tent hostiles à la concrétisation en un Eta t de ceue fo rmule sacrée, à laquelle ils a ttachent une signification messianique. Le sio ni sme politique, fo ndé par T héodore Hertzl , qui écrivit en 1895 son livre « L'Etatjuif», a a tteint son obj ectif fondamental lo rsque l'O.N.U . a voté, le 29 novembre 1947, une réso lution favora bl e à la créatio n d 'un Etat juif (aux côtés d 'un Etat a rabe) dans une panie de la Pales tine, décision qui fut suivie, le 14 ma i 1948, pa r la proclamatio n de l'Etat d ' Israël. Depuis lors, divers courants s'oppo sent parmi les sionistes sur l'orientation généra le de leur action : certa ins voient dans la solidarité ma térielle et mora le envers Israël un critère suffisa nt d 'appan enance a u mo uvement sio niste; d 'autres insistent davantage sur la continua tio n de l'émigra tion (du (f retour 1)) . ~uo i qu' il en soit, le sio nisme, a ujo urd hui comme hier, se fonde sur l'idée que les juifs, ici o u là, sont ou seront toujo urs persécutés, rejetés, qu' ils constituent, no n pas un ensemble de communa utés ethniques ou religieuses, ma is un peuple, une na tion dispersée, et que leur seule sauvegarde consiste à se regrouper sur un même terri to ire, celui de leurs a ncêtres hébreux, pour y former un Etat capable d'assurer pl einement leur auto- défense. _ Il est do nc clair que la définiti on du sio ni sme souvent reprise ces derniers temps: « mouvement de libération nationale du peuple juif», est une cléfinition ... sio ni ste. Car k~ no n-s io ni stes récusent LI notion de « peuple juif')); ('t P()III ('1 1'\. la (( libération )) des juif~ pa, se IJa r la IUlie contre les d iscrimina tio ns et es préj ugés a ntisémites. Se référant aux trad itio ns de la Révolution française, ils considèrent que la religion o u la culture pani culi ère des juifs, comme de tout a utre gro upe ethnique ou rel igieux, est affa ire privée, et qu' ils sont, dans to us les pays où ils vivent, des citoyens à part entière, avec to us les droits et devo irs que cela compo rte. Alors que les sio ni stes considèrent l'antisémiti sme comme une fa ta lité, imputa ble indistinctement à la société tou te enti ère, les non-sio nistes le déno ncent comme une a tteinte aux règles démocratiques, comme une néfaste mys ti - ~ 17 ---. (Elle) n'a jamais été élue par le peuple palestinien, au contraire, ses chefs se sont imposés ou ont été nommés par des pays arabes qui ont eux-mêmes formé cette organisation... L'aLP. n'est qu'un élément mineur au sein de la population palestinienne qui vit dans sa grande majorité en Palestine. .. Ce n'est que par la force des armes et /'intimidation que cette organisation s'impose à une partie des Palestiniens ... » La conclusion de ces éléments d'analyse a été plusieurs fois exprimée par les milieux officiels israëliens : Il L'aLP. ne peut pas être un interlocuteur dans les négociations car non seulement c'est une organisation terroriste mais encore, elle cherche la destruction d'Israël et de la Jordanie, )) En effet, l'argumentation qu'on nous a présenté s'appuyait sur la Charte palestinienne qui nie le droit à l'existence d'Israël et revendique pour l'ancien territoire de la Palestine un Etat palestinien démocratique et laïc. On nous a fait remarquer à cet égard que la notion de laïcité n'est pas une notion arabe ou musulmane; c'est une notion occidentale, . entièrement étrangère à la culture et à l'Histoire du Moyen-Orient et de l'Islam. De plus, la démocratie telle que les pays arabes l'entendent ne correspond pas du tout à l'idée que s'en font les Israëliens et les occidentaux en général. En fait. négocier avec l'O.L.P. voudrait donc dire négocier avec des gens qui ne reconnaÎssent même pas le droit de leur interlocuteur à l'existence ce qui n'est évidemment pas p'ossible. Il faudrait pour cela que l'O.L.P. accepte d'abandonner sa Charte qui est sa base de discussion et à ce moment là, cette organisation perdrait sa raison d'être qui est la destruction de l'Etat d'Israël. 16 • L'O.N.U. et Israël Nouveaux immigrants juifs baisant la terre d'Israël. Sur la question de la résolution assimilant le sionisme au racisme, on a tenu à nous rappeler ce qu'il faut entendre par sionisme. Le sionisme est né il y a deux mille ans lorsque les armées romaines ont détruit l'Etat d'Israël. Il exprime la volonté des juifs de reconstituer cet Etat sur la terre où il existait autrf"fois. Cette volonté qui n'a jamais cessé, a pris son expression politique moderne avec le développement des persécutions racistes contre les juifs. C'est donc authentiquement le seul mouvement de libération du peuple juif et il est particulièrement absurde que l'O.N.U. ait condamné comme raciste un mouvement né chez les victimes du racisme pour le combattre. Les conséquences d'une telle résolution ne peuvent être que de discréditer les organismes de l'O.N.U. et de donner une justification juridique et morale aux actions terroristes menées contre Israël, présentés dès lors comme des actions antisionistes. Cette résolution en effet « n'a fait que durcir la position de l'OLP. et l'affaire Ibrahim Souss, ex-représentant de l'OLP. à l'U.N.E.S.C.O. est très significative

il lui a suffi d'employer des termes

relativement modérés pour qu'immédiatement il soit désavoué et envoyé à Genève )). Mais au-delà de cette résolution particulière, c'est plus généralement les modalités d'action de l'organisation internationales qui étaient mises en cause. L'Organisation des Nations Unies avaient pour but initial de permettre aux différentes nations de se rencontrer, de se concerter et au besoin de régler leurs différends. Or, elle s'est peu à peu transformée en une sorte de parlement international qui se pensait habilité à prendre des décisions en appliquant simplement le jeu parlementaire. Ce qui est possible et souhaitable dans un pays ne peut en aucun cas s'appliquer à un organisme international. En fait, les petites nations se sont ainsi privées d'un moyen important de faire entendre leur voix car elles ont fini par déconsidérer l'Organisation en jouant sur des majorités automatiques pour voter n'importe quelle résolution. Dans la mesure où ces résolutions ont été votées à la majorité simple, elles n'ont aucune base morale ou juridique et sont donc sans aucune valeur. A cela, les Israéliens que nous avons rencontrés ajoutent que la première résolution concernant le problème, celle du partage de la Palestine, en 1948, a été immédiatement rejetée par les pays arabes qui ont alors envahi Israël sans que l'O.N.U. ne fasse rien : Alors, quel règlement ? Il Israël reconnaÎt qu'il y a un problème palestinien et il est prêt à contribuer à sa solution par voie de négociation avec la Jordanie et des représentants palestiniens de Transjordanie et si possible de Cisjordanie )), c'est en effet la Jordanie qui représente légalement la plus grande partie des Palestiniens. Mais « le fond du problème n'est pas le problème palestinien, même s'il est très important. C'est la non reconnaissance continuelle depuis l'établissement de l'Etat d'Israël, à son droit à l'existence nationale, souveraine et indépendante. Hélas, les pays arabes ne sont pas encore prêts à reconnaÎtre le fait israëlien et la dernière résolution assimilant le sionisme au racisme n'en est que la preuve flagrante. Malgré cela Israël est prêt à négocier une paix juste et durable et ceci sur la base des résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité )). En fait, seules des négociations directes avec les pays arabes concernés peuvent permettre une telle solution même si à l'heure actuelle on est obligé de passer par les bons offices des U.S.A. ou la conférence de Genève. Ces négociations directes sont en effet capitales car elles seraient en quelque sorte l'acceptation par les pays arabes de l'existence de l'Etat d'Israël. L'accord intérimaire entre Israël et l'Egypte est un exemple de ce qui peut se faire pour débloquer la situation. Cet accord « donne un peu d'espoir qu'un jour la paix se rétablira, paix qui est une nécessité pour tous les peuples de cette région ». R.M. amalgames a"' propos d'une résolution del'O.N.U. Comme il fallait s'y attendre, le vote à l'O.N.U. de la résolution du 10 novembre 1975, assimilant « le sionisme» à « une forme de racisme et de discrimination raciale », a déclenché une avalanche de commentaires. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ni celle-ci ni ceux-là n'auront aidé à clarifier les débats passionnés qui, depuis des années, enflamment les esprits autour du conflit du Proche-Orient (O. Juif, israélien, sioniste, antisémitisme, antisionisme

les interprétations contradictoires

et schématiques données à ces termes se cristallisent en attitudes tranchées, tranchantes, auxquelles se heurtent les efforts de compréhension réciproque, voire de simple communication. Mais il ne s'agit pas seulement d'une querelle de vocabulaire. Les affrontements verbaux reflètent - et attisent - sur le terrain les violences qui risquent à chaque instant de s'aggraver dramatiquement. Deux visions différentes Qu'est-ce donc que le sionisme? Une constatation s'impose : il n'est pas vu sous le même angle en Il Occident il et au Proche-Orient. De fait, il présente deux aspects difFérents. (I ) On a lu dans « Droit et Liberté» de novembre 1975 le point de vue du M.R.A.P. sur cette résolution lorsqu' elle fut adoptée par la Commission Sociale, le 18 octobre. Le M.R.A.P. a fait savoir ensuite qu' il « regrettait » le vote de l'Assemblée Générale, estimant que ce texte « confond des notions de natures différentes et qu'il ne peut ainsi favoriser ni la lutte contre le racisme ni la solution des problèmes du Proche-Orient ». DROIT ET LIBERTÉ. N" 345. FÉVRIER 1976 Soutiens français à Israël. La prière millénaire des juifs: Il L'an prochain àJérusalem))... n'expli~ue pas les données actuelles du probleme. Car cette aspiration ne fut longtemps que spiritueOe. Même si la religion joue un grand rôle dans l'idéologie officielle et la politique en Israël, elle n'est pas la motivation principale de l'immigration passée et présente vers ce pays; d'ailleurs certains croyants, parmi les plus orthodoxes, restent hostiles à la concrétisation en un Etat de cette Formule sacrée, à laquelle ils attachent une signification messianique. Le sionisme politique, Fondé par Théodore Hertzl, qui écrivit en 1895 son livre « L'Etatjuif», a atteint son objectif fondamental lorsque l'O.N.U. a voté, le 29 novembre 1947, une résolution favorable à la création d'un Etat juiF (aux cotés d'un Etat arabe) dans une partie de la Palestine, décision qui fut suivie, le 14 mai 1948, par la proclamation de l'Etat d'Israël. Depuis lors, divers courants s'opposent parmi les sionistes sur l'orientation générale de leur action : certains voient dans la solidarité matérielle et morale envers Israël un critère suffisant d'appartenance au mouvement sioniste; d'autres insistent davantage sur la continuation de l'émigration (du « retour ))). ~uoi qu'il en soit, le sionisme, aujourd hui comme hier, se fonde sur l'idée que les juifs, ici ou là, sont ou seront toujours persécutés, rejetés, qu'ils constituent, non pas un ensemble de communautés ethniques ou religieuses, mais un peuple, une nation dispersée, et que leur seule sauvegarde consiste à se regrouper sur un même territoire, celui de leurs ancêtres hébreux, pour y former un Etat capable d'assurer pleinement leur auto-défense. Il est donc clair que la définition du sionisme souvent reprise ces derniers temps: « mouvement de libération nationale du peuple juif », est une définition ... sioniste. C,p· les 11011-si0l1iSICS réCUSf'111 LI notiol1 cie « peuple juif" »; ('1 P(llii ( ' 11\. la Il Libération )) des jllir~ passe par la lutte contre les discriminations et les préjugés antisémites. Se réFérant aux traditions de la Révolution française, ils considèrent que la religion ou la culture particulière des juifs, comme de tout autre groupe ethnique ou religieux, est affaire privée, et qu'ils sont, dans tous les pays où ils vivent, des citoyens à part entière, avec tous les droits et devoirs que cela comporte. Alors que les sionistes considèrent l'antisémitisme comme une fatalité, imputable indistinctement à la société toute entière, les non-sionistes le dénoncent comme une atteinte aux règles démocratiques, comme une néfaste mysti- ---. 17 ~ fication dont certa ins profitent (une minorité) et dont d'au tres sont dupes. Pour eux, la division entre juifs et nonjuifs n'est pas significat ive, et la lutte contre l'antisémitisme, qu'ils situent, selon leurs tendances, dans le cadre des lunes politiq ues et socia les, ne concerne pas les seuls jui fs, mais to us les peuples. La douloureuse expérience du FasCisme hitlérien, où les SIonistes p uisent une justification de la « solidarité juive il, confirme, pour les no n-sion is tes, la valeur et la nécessité de la solidarité antifasc iste. On peut donc comprendre le sens el la portée des confrontatio ns q ui opposent le sio nisme et ses aaversaires. On comprend aussi pourq uoi, en Europe ou en Amérique, dans tous les pays où il s'exprime en tant que doctrine, son identification au racisme a été res sentie par ceux qui l'approuvent comme une o ffense, et par beaucoup de ceux qui le condamnent comme une erreur psycho logique et po li tique. Dans sa forme et ses ma nifestations II' occidentales JI, même s' il s'accompagne d'attitudes racistes a nti-a rabes cb ez certains de ses défenseurs, le sio nisme apparaît, en premier lieu, comme une repo nse Uuste ou erronée, selon les opinions) au racisme antisémite, dont il ne peut, en .to ut cas, pas être isolé. Théorie et réalités Et a u Proche-Orient? Sans remonter aux origines de la colonisation juive, la créatio n d 'un Etat juif ne po uvait qu'entraîner des mesures tendant à affi rmer son identité, ses caractéristi gues particulières: territoire, structures economi9ues e~ po litiques, langue, cul ture; tradI tio ns, histoire. Cela supposait inévitablement une différenCiation par rapport à tout ce qui est « autre Il . Israël est né dans le combat, d'abord contre l'occupant bri tannique, puis contre ses voisins arabes: Le sentiment natio nal né de la rencontre d 'hommes et de femmes d 'origines multiples a p ris un caractère d 'opposition au milieu environnant, d 'autant plus que la plupart, a u début, vena ient d 'Europe. Et le no uvel Etat est apparu dans la région comme une entité a rtificielle, tandis que les Arabes palestiniens se tro uvaient frustrés à bien des égards par la mise en pratique et les conséquences de la doctrine sio niste. Aujourd 'hui, après qua tre guerres, avec l'occupa tio n de vastes territoires a rabes, les tendances na tionalistes, expansio nnistes qui se ma nifes tent quotidiennement, les discrimina tions et injustices dont souffrent la popula tion no n-juive et même les juifs II' noirs » 18 , "'::- 1iJr.n ;~ 0":;1/:),1) 01'" Ml en Israël lors de la venue de M. Kissinger. venus des pays arabes, la négation des dro its des Pa lestiniens et de leur existence même, dans le heurt brutal et ha ineux de deux nationalismes aux positio ns désespérément antagonistes, les griefs des peuples arabes, comme les rancà: urs et les craintes de-s Israéliens, sont des réalités q u' une analyse objective ne peut ignorer. Là encore, la 'résolution de l'O.N.U. pose mo ins une ques ti o n de mots qu'une question de Fo nd : les comportements reprochés à Israël son t- ils imputables à la théori e sioniste ou à la po li tique de ses dirigeants successifs? Le sio nisme - dans des circonstances bien r récises - a été à l'origine de l' Etat israélien .. Cet Etat, maintenant, mène sa vie p ropre, et n'est-ce pas accorder trop de poids à l'idéologIe dont il se réclame encore que d 'attrib uer à celleci un rô le déterminant dans la vie du pays? L'accusation de racisme, si elle s'appliquait à des fa its concrets, dans un contexte concret, serait sans doute discutée plus valablement, y compris en Israël même, Çju'à travers un jugement dogma tique et imprécis. On ne refait certes pas l'Histoire; mais il n'est pas interdit d'imaginer po ur l'avenir un Etat d ' Israël - créé comme il l'a été, selon les aspirations sio nistes - et qui, cependant, aborderait d 'une façon satisfaisan te po ur tous, les problèmes des populatio ns arabes, à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières. Cela dépend de son peuple, qui est israélien, désorma is, avant d 'être sioniste. Et, même s' ils ne sont pas majoritaires, les Israéliens, les sio nistes où qu' ils se tro uvent ne manquent pas, qui futtent pour un chargement d 'on entation, en particulier pour la reconnaissance et le respect des droits des Palestiniens a rabes. ."'n.-' Une étape Il no us faut donc, plus que jamais, no us opposer aux approxima tions, aux amalgames en tous genres, qui fleurissent dans la presse et les conversatio ns. No n, sionisme n'égale pas racisme. Ma is an tisionisme n'égale pas davantage a nti sémitisme. On peut être sio niste sans être juif, dans la mesure où l'on considère les juifs comme un peuple dont la patrie est Israël. On peut être juif sans être sioniste : en France, par exemple, alors que la population juive est évaluée à 600000 personnes (sur q uelles bases?) les organisa tio ns concernées affirment qu'il y a environ 40000 sionistes, et un millier à peu près émigrent en Israël chaque année. On peut être Israëlien et non-juif, puisque plus d 'un demi-million d Arabes vIvent en Israël. On peut être Israélien et no nsio niste, comme l'est, par exemple, le député Uri Avneri, auteur du livre « Israël sans sionisme )). La confusion entre,. j uifs 1 et ,. sionistes 1, entre,. antisionisme

1 et ,. antisémitisme 1 quel qu'en

soit le mo tif, quels qu'en soient les auteurs, ne peut être profitable à la cause antiraciste. Il faut déno ncer un double chantage : d 'une part, celui qui présente toute condamnation de la politique d ' Israël comme une vo lo nté ae détruire l'Etat israélien, et par conséquent comme une ma nifestatio n d 'antisémitisme; d 'autre part, celui qui rrétend qu'admettre l'existence d' Israë signifie que l'on est sio niste, et par conséquent raciste. Surmo nter, démasquer les confusions, souvent nées de l'ignorance, mais par fo is aussi de la mauvaise foi , c'est une étape indispensable vers la paix. Louis Mouscron deux nationalismes La terre de Palestine est-elle juive, estelle arabe? Pourra-t-elle devenir judéoarabe ou est-elle, pour longtemps encore, l'enjeu de deux poussées nationalistes inconciliables? 1 nscris : je suis arabe Plongeons un regard en amere. Les quelques 730 000 habitants de la Palestine de 1914, qui étaient-ils? Ils étaient essentiellement ces Palestiniens qui, au fil des âges, ont subi la domination politique, culturelle et religieuse des différents empires du Moyen-Orient. Pays arabe, c'est-à-dire arabisé de longue date, y compris, bien entendu, la portion de population de confession israélite à laquelle s'est adjoint un contingent récent d'immigrants juifs d'Europe orientale et de Russie. Les habitants dits arabes de la Palestine ont probablement « beaucoup plus de sang hébreu que la plupart des juifs de la diaspora» (Rodinson). Ce Palestinien a en général changé de religion au cours des âges, et a parlé tour à tour le cananéen, l'hébreu, l'araméen, un peu de grec, puis l'arabe, un peu de turc puis d'anglais. «Je suis hébreu, fils d'hébreu !» s'écriait Saint-Paul, citoyen romain, au milieu du 1 er siècle, pour affirmer son origine palestinienne. Aujourd'hui, le poète galiléen Mahmoud Darwich, citoyen israélien pour être resté en Palestine, clame : « Inscris : je suis arabe! ». La revendication est la même. Qu'il y ait des Arabes palestiniens n'a rien de surprenant, c'est leur petit nombre actuel (400 000 aujourd'hui) en Israël qui pose question. Qu'il y ait un sentiment national palestinien-arabe est une chose normale. Pourquoi le nier? Il y a, de plus, incontestablement un courant nationaliste palestinien-arabe depuis les dernières années du Xlxe siècle, enraciné dans un antique sentiment d'appartenance arabe et, en même temps, palestinienne. Le mouvement nationaliste arabe est. en effet, lié de près à la Palestine et, d'autre part, les Palestiniens ressentent très tôt leur nationalité arabe de manière particulièrement aiguë. Pourquoi? D'un DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 côté, parce que c'est la Palestine qui, inséparable de Damas, fut au coeur de l'espérance puis de l'immense désillusion des Arabes du Proche-Orient entre 1916 et 1923, quand le Royaume arabe indépendant promis et garanti en principe par les puissances européennes fut éparpillé en mandats français ou anglais. De plus, le mandat anglais sur la Palestine se doublait de l'encouragement légal à l'installation sioniste. D'où, de l'autre côté, la signification concrète, forte, vite dramatique, que prenait en Palestine le· fait de s'affirmer arabe : c'était se sentir et se savoir chez soi, n'être pas traité comme étranger dans son propre pays, c'était garder la terre et le territoire que l'on cultive et que l'on habite. La puissance mandataire passerait, mais elle se prolongerait dans le foyer national juif qui avait la vocation de former un Etat juif. Les réactions et protestations arabes palestiniennes sont trop constantes, tout au long du mandat britannique, pour que l'on puisse de bonne foi admettre le cliché du cheikh arabe qui, sans aucun sentiment national, vend ses terres à des juifs et se frotte les mains. Cette protestation a culminé dans la révolte arabe palestinienne de 1935-1938 que l'on a classé généralement comme des cc événements arabes)) de peu d'importance. Ce fut là, en réalité, le premier grand acte de la résistance nationale palestinienne, c'était là la guerre inachevée d'indépendance palestinienne arabe. Et, bien entendu, ce que les Israéliens nomment leur cc guerre d'indépendance)) (1945- 1948) est. pour les Arabes de Palestine, cc l'invasion sioniste)), qui n'a rien à voir avec leur indépendance. Celle-ci reste à conquérir aujourd 'hui encore. L'an prochain à Jérusalem De fait, c'est contre les Anglais puis contre les Arabes que le mouvement sioniste a mené sa cc guerre d'indépendance)) au nom du cc peuple juif)) et d'une cc nation juive)) centrée sur la terre de Palestine. Si l'on se met de bonne foi dans l'optique de ce nationalisme juif sioniste, on est comme contraint d'oublier ce que nous venons de dire sur le mouvement national palestinien arabe. C'est le pile ou face de la même pièce de monnaie. Le mouvement du sionisme politique entend s'enraciner dans l'antique histoire juive, depuis la cc première montée)) en Palestine à la suite de Moïse et, surtout, de Josué le Conquérant, il y a plus de 3 000 ans. Pourquoi nier à priori l'existence d'un sentiment national juif attaché à la terre palestinienne? Le mouvement nationaliste sioniste s'est formé et a réveillé cet antique attachement à la cc Terre d'Israël )) au moment' même où le mouvement nationaliste arabe a pris corps en se fixant de manière privilégiée sur la Palestine. Il s'agit de deux nationalistes vigoureux et contemporains et, en eux-mêmes, exclusifs l'un de l'autre comme l'est tout nationalisme. Seulement, l'entreprise sioniste prend place, indiscutablement, dans le grand mouvement européen de colonisation du monde. Non pas qu 'elle soit une pure et simple conquête coloniale. Elle est un composé d'une foi religieuse longuement mûrie et éprouvée, d'une utopie socialisante, d'une revanche nationale, d'une ambition coloniale enfin. Tous ces éléments s'entremêlent. Et si l'Etat juif préconisé et décrit par Herzl (1896) sera, dit-il, « pour l'Europe un morceau du rempart contre l'Asie», et si la « colonisation juive en Palestine» déclarée et encouragée dès lors par les Congrès sionistes, se réalise effectivement grâce à l'administration coloniale britannique, si, plus tard, le partage de la Palestine et la reconnaissance de l'Etat israélien sont dûs au soutien massif des EtatsUnis et des anciennes puissances coloniales, si, depuis lors, l'exceptionnelle mise en valeur économique d'Israël repose à la fois sur une main-d'oeuvre hautement qualifiée européenne ou même américaine transplantée en Israël à la place des Palestiniens arabes expulsés d'une manière ou d'une autre, et sur un apport phénoménal de capitaux des pays riches (plus de 1/ 10e des sommes 19 consacrées par ceux-ci aux pays du Tiersmonde vont à Israël, soit. jusqu'en 1966, une moyenne annuelle de 400 millions de dollars, et. depuis 1967, de 700 ou 800 millions de dollars 1), si tout cela définit l'action sioniste puis l'Etat d'Israël comme un fait colonial et une démarche impérialiste dont il ne sort nullement jusqu'à présent. Il n'en reste pas moins qu'un nationalisme juif existe bel et bien, centré sur la Palestine, puis sur l'Etat national d'Israël créé par conquête et défendu par l'armée la plus forte du Moyen-Orient. Tout au long des siècles de diaspora, les différentes communautés juives de par le monde avaient toutes des traits dans lesquels on peut reconnaître un peuple, une ethnie relativement homogène malgré les origines diverses de ses membres. Le sionisme politique est né précisément au moment où, en Europe occidentale, l'assimilation des juifs devenait la règle. Les vagues d'anti sémitisme européen (de l'affaire Dreyfus jusqu'à l'holocauste nazi) semblèrent justifier le réveil national juif et le projet étatique sioniste. Un conflit nationaliste Ainsi, il y a très certainement un conflit national, nationaliste même, en Palestine. Une solution raisonnable de paix définitive ne sera possible que par des compromis. Mais le nationalisme est, par essence, exclusif et sans compromission sinon tactique. Or la société juive israélienne forme une nation, cela ne semble pas niable, et la revendication des juifs israéliens originaires des pays arabes est une revendication de classe qui implique, non pas la mise en cause de la nation israélienne, mais au contraire leur plus complète identification nationale, à eux juifs Il noirs Il. Les seuls exclus de la pleine nationalité israélienne sont les Arabes d' Israël que les contrôles policiers, politiques et scolaires se sont efforcés, dès le début d' Israël, de dénationaliser complètement. Ces indigènes que la Déclaration Balfour définissait comme Il collectivités non-juives Il devaient être aussi maintenues, si possible, comme Il non-vraiment arabes Il. Etait-ce réellement possible? La contradiction des deux nationalismes n'apparaît- elle pas par excellence dans cette confrontation sourde au sein même de l'Etat d'Israël? Pour l'Israélien juif moyen, le Palestinien n'existe pas vraiment : il est un Arabe de la Syrie du Sud; et la nation arabe est vue comme un mythe raciste qui a pour but d'opprimer les minorités non-arabes du Proche-Orient. Pour le Palestinien arabe moyen, le Juif d'Israël n'est qu'un Polonais, un Allemand, un Hollandais, un Marocain ou un Américain qui s'agrège à un Etat colonial artificiel sur un territoire volé à la patrie arabe. La même Palestine est, d'un côté, identifiée à l'Etat unique de la vaste nation juive dispersée, et, de l'autre côté, elle est considérée comme l'un des Etats (encore colonisé). de l'unique et vaste nation arabe. La Palestine Etat-juif a pour vocation de rassembler l'ensemble de la nation juive, tandis que la Palestine Etat-arabe se sent appelée à se fondre dans une nation arabe unitaire. Pour le Palestinien modéré, la moindre des choses sera qu'Israël renonce clairement et effectivement au sionisme, c'est-à-dire au nationalisme juif mondial qui, selon la Loi israélienne du retour (1950) invite n'importe quel juif du monde à devenir israélien en Israël. Pour l'Israélien juif modéré, il faut. avant tout compromis, que les Palestiniens renoncent au nationalisme arabe qu'implique leur projet d'une Palestine arabe démocratique. Une Palestine unitaire bi-nationale judéo-arabe n'est pas aussi aisée à imaginer que la Suisse des cantons ou la fédération yougoslave, parce que précisément le nationalisme israélien est encore fortement Il panjuif Il, et que le nationalisme palestinien reste Il pan-arabe Il. Or ce sont là les caractéristiques propres, jusqu'à présent, de ces deux expériences nationales en conflit. Ces caractéristiques sont-elles en train de s'estomper depuis la guerre d'octobre 1973? Peut-être, mais bien modérément. Les opinions contradictoires des parties en présence montrent encore l'ampieu r de la divergence des deux sentiments nationaux. Olivier CARRE Professeur à l'Ecole des Sciences Politiques PRESIDENT, Pie"" PARA~ PIA P' VICE·PRESIDENTS : Charles PALANT, Jean PIHAN, Me George PAU·LANVEGIN, Dr François GREMY ; Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix 20 SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY' COMITÉ D'HONNEUR ' Henri ALLEG , Bâ'tonn,er Paul ARRIGHI , Georges AURIC, Robert BALLANGER, BAtonnler Albert BRUNOIS, Almé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Louis DAOUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max·Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX, Pierre JOXE, Alfred KAStlER, Jean LA· COUTURE, BAtonnler Bernan! LASSERRE, Michel LEI· RIS. Gérard LYON-CA~. Jacques MADAULE, René MAHEU, Albert MEMMI. Robert MERLE, Théodore MONOD, Henri NOGUERES, Etienne NOUVEAU. Jean PICART LE DOUX. Emile POLLAK, Marcel PRENANT. Alain RESNAIS, Monseigneur Guy RIOBE, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ. Georges SEGUY. Jean SURET·CA· NALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR BRAUNER, Doc· teur Piarre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Robart ATIULY, Vincent AURIOL, Docteur Jean DAL· SACE, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN, Jules ISAAC, Frédéric JOLlOT·CURIE, Henri LAUGIER, Jean LURCAT, André MAUROIS, Darius MILHAUD, françolse ROSAY, Marc SANGNIER. André SPIRE, Chanoise Jean VIOLET. J'adhère au M.R.A.P. * Je m'abonne à Droit & Liberté * • Rayer la mention Inutile. Nom (en capitale) Prénom ____________ _____ ___ ____ _____ ____________ Age . ______________________ _ Profession __________________ __ ____ ______ ________________________ ____________ _ Adresse ____________________________ _______________________ _ _______________ _ Code postal _________ ___ 00 _____________ • Ville _________ __ ____ _________________ _ Le montant de la carte d'Mlh6slon (il parti, da 30 francs) Mt lais. il l'appr6clatlon du SOIIKrlptaur, .. Ion .a. pos.ibillt", compte tanu da la n6C8Hltj d'apportar la soutien le plus efflC8C8 Il l'ec:tlon du M.R.A.P. Abonnement d'un .. il DROIT et LIBERTE (40 F). Abonnement de swtl.. (100 FI. Etranger (60). C.C.P. : 6070-98 - Paris. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.J 120, rue Saint-Denis - Paris (2') - Téléph. : 231.09.57 - C.C.P. : 14·825·85 Paris IMPORT E URE C EXPORT Henri SEBBAN ACCESSOIRES EQUIPEMENTS MOTOCYCLES Pneumatiques METZELER 19, rue du Château d'Eau 75010 PARIS Tél. 607.34.46 et 47 METZELER Norva ewyorker CDT DISTR~TEUR \: \ \ 22Jêl2j )': ;) HOFFMAN colmac G. B. MATÉRIEL DE REPASSAGE - PRESSES A THERMOCOlLER FOURNITURES TEFLON 42, bd Richard-Lenoir 75011 PARIS B.P. 87.75.522 PARIS CEDEX 11 Tél. : 355.00.95 lignes groupées case réservée R.B. s.a. râ LE VÊTE MENT DE LUXE DE PAR l S 25. RUE DU RENARD _ PARIS _ Iv e T ÉL. 277-90-00' 278-31-60 DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 fourrures "AU RENARD BLEU" SERVICE APRÈSVENTE modèles IIlanvin" 68, avenue des Gobelins 75013 PARIS Téléphone 331.16.85 lalUl'~aI~ilfgrt prêt à porter Tél. : 887.74.46 - 887.67.51 16, rue Montgolfier, 75003 Pari. R. C. Paris 72 B 831 FABRIQUE D'IMPERMEABLES S P o R T S W Société Anonyme au Capital de 1 00. 0 0 0 Francs E A R 10, RUE DES FILLES DU CALVAIRE 75003 PARIS \ 607.39.33 1 887.24.06 Métro : FILLES DU CALVAIRE 21 • pleins feux • CINEMA Italiens au Brésil. La Cécilia Le récit se déroule à la fin du siécle dernier, dans les années 1885, années si importantes pour le mouvement ouvrier en général et pour le mouvement anarchiste en particulier. Alors que nous assistons au développement du syndicalisme, Giovanni Rossi, socialiste libertaire et un groupe d'anarchistes Italiens décident d'émigrer au Brésil afin d'établir une communauté, La Cécilia, dans laquelle ils pourront tenter de mettre en oeuvre leurs idées. Jean-Louis Comolli, ancien critique aux «Cahiers du Cinéma » nous offre-là un film tout à fait remarquable, qui a le mérite de poser un regard réaliste sur cette communauté qui décide d'évoluer en marge du mouvement ouvrier de l'époque. Rossi se présente un peu historiquement à contre-courant. Les membres de La Cécilia ne cesseront de se heurter au problème résultant de l'opposition entre spontanéisme et organisation. Et si le film se termine sur l'échec de l'expérience, n'en tirons pas de conclusions hâtives; peut-être s'agit-il de l'échec de cette forme de spontanéisme et non pas du dogme en lui-même. Dans tous les cas, le film de Comolli est une invitation au dialogue, on ne peut le refuser. Importance de la pression extérieure (de l'histoire du Brésil) qui frappe à la porte de La Cécilia, et qui frappe de plus en plus fort ... Emigrés au Brésil, les membres de la communauté sont-ils toujours 22 pleins feux • pleins feux • pleins feux • pleinES feux • pleins feux • pleins feux Italiens ou sont-ils devenus Brésiliens? Comme on peut le constater, le film est très dense mais jamais inabordable, et cela est dû à cette atmosphère de vie, de crédibilité des personnages qui se dégage de cette oeuvre. La photo est très soignée, et quant à la façon de filmer de nombreuses scènes en mouvement circulaire, caméra à l'épaule, il y a un peu de Jansco, un peu des Tavianni, beaucoup de Comolli. Incontestablement un chef-d'oeuvre. P.P. Blondy Jusqu' ici, Sergio Gobbi avait au moins « le mérite» de ne filmer que ce qu'il connaissait : le monde frelaté des poupées de luxe et minets-Cardin envisonnés, roulant en Porsche ou Rolls Royce (selon l'âge). Dans son, dernier « navet», il se lance malheureusement dans une (( politique- fiction» pour le moins dangereuse

un beau sadique martyrise

une jeune et jolie femme. Mais c'est pour atteindre, à travers elle, son amoureux de mari, un grand conférencier américain qui parcourt le monde, pour l'informer du danger suprême : les armes bactériologiques. Après sa mort, nous apprenons, stupéfaits, que ce beau jeune homme aux yeux bleus, mais « cheveux noirs et frisés» porte un nom oriental, et fait partie d'un redoutable réseau terroriste international qui s'est rendu coupable, entre autres, d'une fusillade dans un aéroport japonais ... M.E. L'arbre de Guernica Il a fallu attendre 1975 pour qu'un cinéaste prenne, 30 ans après Malraux (l'Espoir) et Joris Ivans dont le film tourné en 1937 ne sort en France qu'en 1975, l'initiative de faire un film sur la guerre d'Espagne. Alors Arrabal vint, vit les difficultés de tous ordres; - distribution (les grandes maisons de production ne voulant pas pour des raisons financ!ères perdre le marché espagnol : le Fascisme a le bras long !) - réalisation (les fascistes, en Italie où fut tourné le film, avaient détruit les décors) et ayant vaincu toutes La crucifixion des nains. les difficultés nous livra: l'Arbre de Guernica. Guernica, symbole de la barbarie franquiste occupe une place particulière dans le coeur de tous les républicains espagnols et de celui d'Arrabal dont le père mourut sous les balles des armées de Franco. Le ton d'Arrabal pour ce film est tout nouveau ~t surtout beaucoup plus comprehensible pour une plus grande partie de spectateurs, le poète est devenu aussi militant populaire. Le résultat est admirable à tous les points de vue : des images d'une rare sensibilité dans lesquelles le Peuple, principal martyr, est toujours présent au centre de cette guerre qui fut un immense laboratoire pour les armées nazies. « Quel est ton nom ?» demande Vandale à Goya et le bombardement survient. C'est une Espagne à la recherche de son identité que nous décrit l'auteur. Certains symboles sont révélateurs d'un certain génie : la crucifixion des nains, la mise à mort du poète ... Arrabal nous entretient de « bonnes façons » des (( deux seuls spectacles tolérés sous le franquisme : la messe et la corrida ». Les effets sont loin d'être gratuits. De plus, une excellente musique porte les images avec efficacité. Incontestablement l'oeuvre la plus achevée, la plus perceptible, de ce poète qui exprime tout son espoir dans un final où l'Espagne retrouve enfin son entité. El Chergui (1) De plus en plus, le cinéma du Tiers-Monde frappe à la porte de notre civilisation occidentale et il importe de leur ouvrir, ne serait-ce que pour que nous puissions prendre quelques leçons de cinéma. En se sens, El Chergui (2) est tout à fait remarquable. Et peut-être que l'exemple à suivre nous vient de là-bas. Sur une histoire simple, une femme a recours à des pratiques magiques pour essayer de dissuader son mari de prendre une nouvelle épouse. En parallèle à l'alinénation de la femme à son milieu, Moumen Smihi nous dresse le tableau de Tanger • capitale des vents _ en 1954 sous domination internationale. A l'aliénation de la femme, répond celle de la ville, qui va vivre tout comme Aïcha qui périra noyée lors d'un bain sacré, des heures d'émeutes et de répression de la part du colonialisme fran çais. Smihi et son équipe réalisent d'autre part au niveau de la pellicule noir et blanc un travail tout à fait remarquable. Rarement il nous a été donné de voir autant de dégradés. Il importe de découvrir ce film. cela dans le sens d'une meilleuré connaissance et d'une meilleure compréhension d'un cinéma et d'une culture différente. Pascal POUILLOT (1) El Chergui (vent d'Est) : Les montagnards de l'Atlas disent que ce vent est mauvais pour les femmes malheureuses en ménage. (2) Film marocain. Grand Prix du Festival de Toulon - 1975. Le gitan Il est sympa, et assassin : le pistolet prompt, mais que de tendresse avec les enfants! Plein de courage et d'astuce, cruel et têtu, mais pas avare des billets récoltés dans le sang des holo-up. Lui seul, de sa banOe, echappera à la police. Avec - comme il se doit - sa mèche noir barrant le front, son chapeau rond et sa boucle d'or à l'oreille, il suivra, sans fin traqué, son destin errant de #: loup solitaire" et pensif. Car il pense beaucoup. A sa condition de gitan_ Et en parle. Pas étonnant, puisque c'est Alain Delon qui l'incarne_ Il éprouve • un profond dégoût qui lui vient de sa race », il se sent • partout étranger o. N'a-t-il pas, dans sa révolte, tue le maIre d'un village qui avait expulsé sa famille ·l ••. On voit même des scènes où la police fait irruption dans un campement de gitans et chasse brutalement ceux-ci (cela ne se passe pas en France, bien entendu, mais en Belgique !) Ainsi, sur la musique de DJango Kembardt, la note

  1. sociale" permet de faire passer,

et même de justifier, le stéréotype du gitan, tel que le racisme le plus odieux le propage à travers l'idéologie courante : ce n'est pas leur faute, mais • ces gens-là 0, ils ont le crime dans la peau ... l'insécurité actuelle, c'est eux ... ils cachent les gansters dans leurs roulottes... méfions-nous de leurs longs couteaux_ Un film sans originalité, ambigu et nocif_ L.M. LIVRES Billy Francarabe Mohamed Ben Lakdar, dit Billy, né en France de parents algériens. Il a deux noms, car sa mère avait donne à l'administratÎon son nom familier de village ... De plus, ses papiers portent trois ans de plus que son âge !... (( Sans âge, sans nom réel, sans langage réel, il est devenu un garçon de nulle part qui n'appartient à personne. Cela le conduit à la délinquance, au tribunal, etc... trois ans après sa « casse », à une mesure d'expulsion... remise à plus tard par son entrée au sana. «Tout le monde est gentil; on le soigne, comme dans les prisons on arrange le condamné à mort avant de l'exécuter ». Une présentation originale : le récit sur la page de gauche, sur la page de droite, des notes abondantes (la paperasserie ... , le racisme vécu par des jeunes ... ; le Ramadan ... , une justice marquée par 1'1lrgent ... etc.) Mais vous ferez sans doute comme moi : pour chaque chapitre, vous lirez d'affilée, les pages de gauche ... Michel MICHEL Editions Ouvrières Mythes révolutionnaires du Tiers Monde Pour l'impérialisme américain, comme le rappelle Noam Chomsky dans sa préface, « le défi immédiat est celui des mouvements nationalistes révolutionnaires du Tiers-Monde... qui luttent pour une relative indépendance. un développement fondé sur le~ besoins intérieurs, pour la modernisation et le progrès social..._ Quelle est la nature de ces mouvements ? Pourquoi nombre d'entre eux ont-ils échoué el quelques-uns seulement réussi? C'est à ces questions que tenlt de répondre Gérard Chaliand qui a passé dix années à enquêter sur le terrain et à la réflexion théorique sur et dans le TiersMonde, dans des maquis de Guinée Bissau avec son ami A. Cabral, au Nord Vietnam bombardé, au sein de la guérilla colombienne, dans les camps palestiniens, après avoir milité activement contre la guerre d'Algérie. Etayant ses jugements sur des références économiques et sociologiques solides (sa connaissance des paysanneries, du TiersMonde lui a permis d'écrir.e des livres sur les paysans guinéens, vietnamiens, algériens), à l'aide de tableaux parfois lourds, l'au- DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 • pleins feux teur analyse également à la lumière de l'histoire mondiale depuis 1945, la théorie de l'insurrection et de la contre-insurrection, depuis Clausewits jusqu'à Giap, Mao, Castro, etc ... Mais le corps de l'ouvrage est la partie consacrée aux «métamorphoses du socialisme 0, dont il dresse une solide et plausible typologie, à travers divers avatars de la révolution « nationale» (Egypte, Algérie, Ghana, Pérou, Chili, etc ... ), «nationale et sociale _ (Nord Vietnam), et « marxiste léniniste. (U.R.S.S., Yougoslavie, Chine). Montrant aussi la puissance de la contre-offensive impérialiste, qui s'ajoute aux multiples. dénaturations » du socialisme, l'auteur se montre très pessimiste et sans doute exagérément critique pour les révolutions arabes et africaines « seulement» • nationales ». Mais l'intérêt majeur indéniable de ce tout récent ouvrage est qu'il fournit une contribution de poids à l'analyse théorique du Tiers-Monde, qui a été, jusqu'ici beaucoup plus l'objet de mythes, à la fois de la part de ses détracteurs et partisans occidentaux que de ses élites, plutôt qu'un objet d'analyse réaliste. Yves THORA V AL Editions du Seuil. Dans une forêt imaginaire Jacques Burstein-Finer s'est déjà fait connaître par plusieurs oeuvres éditées en yiddish et en français : • L'heure du crepuscule _, • Ofsnaï, dix ans plUS taroo, « Les quatre saisons », • Les brumes de l'été 0, • Les deux famil les ». C'est le deuxième ouvrage de cet écrivain qui paraït en français : 215 pages inspirées du folklore yiddish et surtout de • pleins feux nombreuses poeSIes, toutes chantant l'amour de l'auteur pour ses nombreux petits-enfants, Emmanuelle, Olivier et Anne auxquels ce livre est dédié. Il est aussi un hommage «à toutes les familles de France dont la solidarité et les sentiments profondément humains ont sauvé l'existence d'innombrables enfants juifs, en un temps où cette action était une forme de courage .• Les poèmes sont admirablement traduits par Charles Dobzinski, les illustrations sont de Boris Talitzki, de Marek Rudniki et de Kolnik, la préface d'André Vidal. Ce que l'on goûte le plus chez Burstein-Finer, c'est son expression fraîche et lumineuse, la subtilité de ton de ses poèmes qui créent un climat sensible, d'une résonance musicale, lyrique, pleine d'intimité. En grands accents vivrants, il fait couler un chant d'amour et de joie d'un grand-père ému et comblé. Ses sentiments sont les plus nobles... et parfois pleins d'humilité. De nombreuses pages du livre comportent des contes destinés aux • grands et petits », tout particulièrement aux jeunes. Son approche de ses problèmes est empreinte de compréhension et de profond espoir. Henri ADAr. Editions Vendôme-Opéra ABRAHAM Une création du Théâtre de la TARENTULE au Théâtre Mouffetard (76, rue Mouffetard Paris 5e ) du 2 mars au 10 avril à 20 h 30 THEATRE 1 an die musik La musique de Schubert par laquelle commence la pièce, montée au Récamier par le groupe théâtral de Plp 1lmmOnS, introduit un bien étrange concert. Dans les usines de la mort que furent les camps de concentration hitlériens, ces hommes qui chantent, qui jouent parce que tel est le désir de leurs bourreaux, font s'étrangler dans la gorge le rire qu'entraîne leurs tragiques pantomimes. Ce jeu de l'humour qui se glace, au moment même de naître est un instrument redoutablement efficace qui donne au spectateur le frisson de se sentir un instant inhumain, mais par la même l'occasion d'une impressionnante prise de conscience. • 23 1 1 • pleins feux • théâtre et identité Yvan Labéjof Solitude ho! fais ton jeu, La prise de conscience d'une identité culturelle est un. che"!in qu'ont s,uivi la majeure partie des intellectuels du Tiers Monde. Les AntIlles echappent d autant moins au phénomène qu'une volonté d'assimilation s'exerce avec force de la part des autorités. Les problèmes et les réalisations du Théâtre du Fer de Lanc~ sont à cet égard significatifs, comme en témoigne l'interview que nous a accordee son metteur en scène, Yvan Labejof. Question : Yvan Labejof, vous montez avec le Théâtre du Fer de Lance une piece : « Solitude la mulâtresse» adaptée par Patrick Chamoiseau d'après le roman d'André Schwartz-Bart (I) ... Yvan Labejof. Oui, nous allons jouer cette pièce au Théâtre Populaire des Flandres, Centre Dramatique du Nord à Lille à partir du 10 février jusqu'à la fin du mois. O. Pourquoi à Lille? Y. L. Pendant un an j'ai cherché des théâtres susceptibles d'accueillir ma \~mpagn~e. Or même des directeurs de theatre amIS, n'~nt accordé la moindre attention à notre projet. Par contre, Ciryl Robichez qui dirige le T.P.F. a tout de suite été séduit par le contenu de la pièce, et la façon dont je voulais la présenter. Mais nous n'en resterons pas à Lille, nous jouerons dans d'autres villes du Nord, à Amiens, puis à Paris et aussi, ce qui est très important pour nous, nous présenterons la pièce dans le cadre du Festival Culturel de Fort-de-France, en juillet. Q. Parlez-nous de cette pièce et de son contenu. Y. L. Il s'agit d'un personnage féminin (Solitude) né à la fin du 18e s. dans une habitation (2) dans la Guadeloupe esclavagiste. Cette jeune fille, mûlatresse, est le fruit d'une pariade (3). Abandonnée par sa mère « marronnante » (4) elle est aussi tenue à l'écart par les colons. On est en pleine période de répression militaire contre les « nègres marrons )J, Solitude les rejoint dans les montagnes où ils sont poursuivis. Q. Est-ce une pièce li message? Y. L. Oui si l'on veut. C'est en tout cas une pièce qui doit aider à la prise de conscience, de ce qu'est la réalité antillaise aujourd'hui. 24 La démarche de ces nègres marrons était déjà nationaliste. Ils voulaient une Guadeloupe guadeloupéenne, c'est-à-dire débarrassée de l'oppresseur français. Pour nous cette pièce a donc un intérêt contemporain. Q. Quelle signification prend cette pièce selon vous? Y. L. Cette pièce appartient au patrimoine culturel antillais. C'est un document sur le plan de l'Histoire de nos pays que nous découvrons à petits pas. Elle est un élément parmi d'autres qui permet aux Antilles françaises de retrouver leur identité culturelle. On ne peut exister que si l'on connaît ce que l'on a été. Or on nous a menti sur notre Histoire. Les Français sont aussi impliqués, donc cette pièce les concerne. Q. Cette identité et même cette entité antillaise, vous êtes plusieurs à vouloir l'affirmer. Y. L. Oui, tout Antillais conscient de la réalité coloniale et de son aliénation veut affirmer son identité. De nombreux artistes et écrivains dans 1:ous les domaines font des recherches dans ce sens, créent dans ce sens avec plus ou moins de force et de tâtonnements aussi. Q. Il est encore trop rare de voir des oeuvres portées à la scène ou à l'écran par des Noirs et avec des Noirs, en France. Y. L. Oui 1 Pour ce qui nous concerne, Patrick Chamoiseau, est un jeune auteur martiniquais. Saisis par' l'intérêt du roman, nous avons ressenti l'un et l'autre l'impérieuse nécessité de l'adapter pour le théâtre, afin que cette pièce soit montrée à son public - celui des Antilles et aussi celui de France. Tous les comédiens, sauf un qui est ivoirien, sont antillais. Q. Quelle est la situation pour vous aux Antilles? Y. L. C'est là-bas, chez moi, que j'ai senti la nécessité de créer une troupe professionnelle car cela n'existait pas. Il n'y a que des troupes d'amateurs. La forme et le contenu des pièces que traitent ces troupes et la nôtre en particulier n'a pas le soutien de l'administration de tutelle (Service Culturel Départemental). De ce fait, n'ayant aucune subvention, et les structures culturelles n'existant d'ailleurs pas, les gens de théâtre, ne peuvent vivre aux Antilles. Les comédiens antillais comme les artistes d'autres branches sont obligés de s'exiler pour vendre leur art et en vivre. Q. Est-ce plus facile pour vous ici? Y. L. Oui et non 1 Nous sommes à piedd'oeuvre pour taper aux portes des Ministères mais pour nous, l'important ici, est de f~ire la preuve de notre existence et de nos qualités. Donc d'ob.tenir les s~?sides indispensables pour que vIve notre theatre. Q. Le racisme entre-t-i1 en compte dans vos difficultés? Y. L. Oui bien sûr. Mais nous subissons surtout une ségrégation due à une situation coloniale. On n'attend pas de l'Antillais qu'il crée au théâtre, mais seulement qu'il consomme le théâtre occidental. Nous subissons une forme de paternalisme quand on utilise les comédiens antillais - et africains aussi - pour tenir de « bons rôles de gens de couleur ». Ce qu'il faut considérer en définitive, c'est qu'une nouvelle vague d'auteurs antillais est née, qui régénère la littérature antillaise. Et, il faut le dire, la plupart du temps ces auteurs s'expriment pour et par le théâtre. Nous avions les raisons pour défendre la culture antillaise, nous avons chaque jour de nouvelles armes. Propos recueillis par Lucky THIPHAINE (1) Paru aux Editions du Seuil. (2) Domaine ou plantation du colon, lieu, (3) Lors du transport des esclaves du continent africain aux colonies, les marins des bateaux négriers • cuissaient • les femmes. Solitude était le fruit de ce • cuissage. ou pariade. (4) • Marron. adjectif donné aux nègres esclaves, qui révoltés fuyaient l'habitation. • éducation à la fraternité • trois écoles ... en Alabama? rt; ,E t* MHft TRIMESTRE 1974 SOMMAIRE C'_ ~~""'" \loI ....... fE* s... ,_*~_Q -.,I..M.,O,U,,O,, ,,. • - ~ L"'-ot NE SONT-ILS PAS FAITS POUR S'ENTENDRE ESPRIT DE CONTRADICTION? En été 1974, des parents, venus pour la première fois visiter leurs enfants dans une colonie de vacances aux environs de Lyon, découvrent que 90 % des enfants sont algériens. Ils décident alors, sur le champ, de ramener leurs deux fils à la maison ! ... Deux jours plus tard, gênés, ils reviennent demander au directeur de la colonie de bien vouloir reprendre leurs enfants, ceux-ci insistant pour rejoindre leurs camarades !... DROIT ET LIBERTÉ, W 345: FÉVRIER 1976 Dire que le racisme, ce n'est pas « naturel », comme le fait le M.R.A.P., c'est également dire qu'il y a moyen de lutter contre; et sans doute l'éducation est elle un moyen privilégié pour supprimer les préjugés, les attitudes méfiantes ou hostiles. Il n'en est que plus regrettable de voir parfois, ceux là même qui ont la charge d'éduquer les enfants, se faire par l'exemple qu'ils donnent, les propagandistes du mal. Plusieurs écoles ont vu se développer chez les parents d'élèves des réactions scandaleuses face à la présence d'enfants de migrants dans les classes. Certains n'ont pas craint, comme le montre l'article qui suit, d'organiser une véritable ségrégation entre les enfants. Quel serait notre pays demain, s'il ne se trouvait personne aujourd'hui pour dénoncer et combattre de telles aberrations? 1 Deux écoles à fort pourcentage d'enfants immigrés désertées par les fants français : Ecole Turgot, à Sartrouville : L'école du « vieux Sartrouville» où, dans des logements insalubres, s'entasse une importante population de travailleurs immigrés, accueille depuis de nombreuses années leurs enfants: d'Afrique du Nord depuis 1959, portugais à partir de 1965. En dépit d'une opposition passagère entre enfants maghrébins et enfants portugais nouveaux- venus (en relation avec une opposition au niveau des parents), l'insertion de tous ces enfants dans les classes se fait sans problèmes, les résultats scolaires sont satisfaisants et l'on ne constate pas d'attitudes racistes de la part des enfants français fréquentant l'école. Et pourtant, devant l'élévation constante du pourcentage d'enfants immigrés dans les classes, les parents français retirent peu à peu leurs enfants de l'Ecole Turgot. •• Ils les envoient alors dans des écoles privées voisines, ce qu'on ne saurait empêcher, mais, égaIement, « s'arrangent» pour les faire inscrire dans d'autres écoles publiques, hors de leur secteur scolaire, ce qui est difficilement admissible 1 Ainsi, du fait de la réaction raciste de ces parents et des complicités qu'ils rencontrent au niveau administratif, l'effectif de l'Ecole Turgot est tombé, en quelques années, de 423 élèves en 1971 à 205 élèves en décembre 75 (la proportion d'enfants étrangers étant alors de plus de 75 % : 103 enfants maghrébins, 49 enfants portugais, 2 enfants espagnols, 51 enfants français). Mais la plus grave conséquence de cette baisse d'effectif a été, pour cette rentrée scolaire, la fermeture d'une classe et, pour un proche avenir, la menace de fermeture pour une autre classe 1 ..• (ceci alors qu'au moins 25 élèves, mais peut-être beaucoup plus, qui devraient fréquenter l'Ecole Turgot sont inscrits dans les écoles publiques voisines !...) Mme Reynaud, chargée de la direction de l'Ecole Turgot, a multiplié les démarches pour essayer de faire respecter les secteurs scolaires, mais on lui a affirmé « que la loi autorise les parents à choisir pour leurs enfants une école extérieure à leur secteur scolaire quand les possibilités d'accueil dans cette école ne sont pas saturées )J. La crainte de Mme Reynaud et de ses adjointes malgré l'appui de leur Inspecteur départemental est de voir de nouvelles fermetures de classes qui rendraient leur tâche de plus en plus difficile et qui contiendraient au départ des institutrices exerçant depuis de longues années dans cette école où elles obtiennent, grâce à leur expérience, des résultats satisfaisants et où elles sont profondément attachées à ces enfants et à leurs familles dont elles ont su acquérir la confiance. Groupe scolaire Jules Ferry, à Villeurbanne Comme à Sartrouville, une école du quartier ancien de Villeurbanne, rue Olivier de Serres, est devenue, par la concentration des immigrés, un véritable « ghetto» dans la ville ... En 1970, ce groupe scolaire recevait 60 % d'enfants de travailleurs immigrés, surtout maghrébins, et bon nombre de parents français, là aussi, retirèrent leurs enfants pour les diriger vers l'enseignement privé. Or, la rentrée de septembre 1974 vit l'ouverture d'un nouveau groupe scolaire, Louis Pasteur, situé juste en face du groupe Jules Ferry, et destiné à recevoir les enfants d'un nouvel ensemble immobilier « de standing» : La Perralière. Alors, tous les parents français qui n'avaient pas déjà envoyé leurs enfants dans des écoles privées se précipitèrent pour les faire inscrire au groupe Louis Pasteur, et, sur les 268 enfants qui restaient à Jules Ferry, 256, étaient étrangers, soit 95 % 1 (proportion destinée à s'élever encore puisqu'à proximité de la rue Olivier de Serres deux nouveaux foyers pour immigrés étaient en voie d'achèvement ... ) Les enseignants du groupe Jules Ferry et les parents étrangers (ceux-ci ont fait une grève de deux jours) ont dénoncé cette ségrégation, appuyés par la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves de l'Enseignement Public (Fédération Cornec) de Lyon. ...... 25 c

 :~:~ ::,:: ~:ET MS_ __ J 1 T f X

Tél. 54.86.21 BONNETERIE GROS ET DEMI -GROS COURS ET FI NI DE IËRI E $2 FABRICANT CONFECTION DAMES ET ENFANTS 110, Rue du Molinel T. 54.49.55 LIllE SU'SSA EQUIPEMENT 33, quai de la Tournelle 75005 PARIS Tél. 325 - 3 3 - 02- 3 2 5 - 53 -1 2 Ensemble Direction Meubles de Bureau et de Classement Sièges fABRIQUE DE MAROQUINERIE Spêcialit cJrde p etit e Maroquin e rie Maro-Lux Porte-Monnaie Portefeuilles BOTzaris 99-42 8, RUE ALI BERT 26 Po rte-C artes Articles de fumeurs NORd 72-20 _ 75010 PARIS tHllilUlillUNIOil S. A. R. L. AU CAPITAL de EjOO.OOO Francs 241, Rue Saint-Denis - 75002 PARIS ~ 233-86-36 -U •• Groupe de manufactures TextilCH, PR~-A-PORTER MASCULIN 11 . RUE BICHAl . 75010 PARIS fit 205-51-40 TELEX 220975 F Action de la Fédération Cornee de Lyon: - Six réunions dans le secteur de tous les Conseils de Parents d'Elèves furent organisées pour éviter le développement de réactions racistes. - La Commission départementale de scolarisation des enfants d'immigrés (qui se réunit au siège de la F.C.P.E. de Lyon) fit paraître un article dans le journal des parents d'élèves du Rhône ( De la Famille à l'Ecole »), article intitulé « Le racisme chez nous? )) - Le Comité de Coordination de la F.C.P.E. de Villeurbanne édita un tract : « L'Ecole et les enfants d'immigrés )), exposant la situation et les revendications, en particulier la possibilité de répartir, - grâce à un système de ramassage scolaire, - les enfants immigrés dans différents groupes scolaires, pour arriver à un taux de 35 % d'enfants étrangers par classe (principe accepté et par les parents français de Louis Pasteur, et par les parents étrangers de Jules Ferry qui manifestaient ainsi leur désir de ne pas être séparés de la population française). - Des réunions eurent lieu également avec la présence de l'inspecteur départemental et de l'inspecteur d'Académie qui accordèrent au groupe Jules Ferry: la possibilité de conserver des classes avec un effectif de 20 élèves, une classe d'initiation, deux classes de perfectionnement. - La situation un an après (telle qu'elle nous a été exposée à la Commission « Enseignement" au Congrès du M.R.A.P. en novembre 1975) : En dépit de toutes ces démarches : à l'Inspection Académique, auprès du Député-maire de Villeurbanne (débat de 3/4 d'heure au Conseil Municipal), à la Préfecture (aucune réponse ... ), la situation du groupe scolaire Jules Ferry va en se dégradant : le service de cantine y a été supprimé (moins de JO % des élèves y étant inscrits car les bourses de cantine y sont très rarement accordées ... ) et les élèves encore inscrits vont manger dans un autre groupe scolaire où ils sont mal acceptés. Dès lors, au niveau du primaire, il n'y a plus aucune communication, aucun dialogue entre écoliers français et écoliers immigrés, ce qui crée, lorsqu'ils se retrouvent plus tard au C.E.S., une agressivité allant jusqu'aux affrontements : ainsi, des milices de parents d'élèves se sont organisées pour surveiller la sortie des écoles ! ... Il semble que, du côté de l'Administration, on laisse «pourrir" la situation en attendant de «résorber" (?) le ghetto de la rue Olivier de Serres 1 ... II Une école où l'on refuse les enfants étrangers Saint-Florent-sur-Cher (cf « le Monde» du 26.9.1975). C'est un degré de plus dans la ségrégation qui a été franchi le lundi 15 septembre 1975 à Saint-Florent-sur-Cher, puisque, cédant à la pression de certains parents, une directrice a refusé d'accueillir dans son école des enfants étrangers! Saint-Florent-sur-Cher est un bourg ouvrier de 6 800 habitants, bâti sur un terrain en pente douce et que la voie de chemin de fer partage en deux quartiers bien distincts : « en haut lI, le centre du bourg où habitent les gens «bien », «en bas lI, les cités H.L.M., les « blocs ", où la population immigrée est importante. A la fin de la précédente année scolaire, et pour équilibrer les effectifs de différentes sections dans ces deux écoles, l'inspecteur d'Académie pensa profiter de la proximité des deux établissements pour opérer des « transferts» d'élèves, ce qui allait dès le mois de juin 1975, provoquer une révolte des parents de l'école «du haut» : «Jamais mon fils n'ira à l'école des .. pouilleux! )1 déclarait un père d'élève!... (Il faut d'ailleurs noter que, deux ans auparavant, les inscriptions à une classe de neige tombèrent de 17 à 1 lorsque les parents apprirent que cette classe serait regroupée avec l'école « du bas» ! ... ) Des pétitions circulèrent et des pressions furent exercées sur la directrice de l'école « du haut» pour qu'elle s'oppose, le jour de la rentrée, aux transferts envisagés! Et, le 15 septembre, des femmes d'ouvriers immigrés pleurent à la porte de l'école .. du haut» où l'on ne veut pas accepter leurs enfants ! ... Une tentative de conciliation réunit, l'après-midi, les deux directrices, l'inspecteur départemental, l'inspecteur d'Académie, des parents et le maire de Saint-Florent-sur-Cher. Réunion houleuse: « Ils se seraient battus! » déclare le maire 1... Devant cette situation passionnelle, l'inspecteur d'Académie renonça aux transferts envisagés, mais en exprimant son indignation devant les réactions racistes qui s'étaient opposèes à son projet! Au lendemain de cette affaire, une atmosphère de « guerre froide » s'est établie à SaintFlorent- sur-Cher et entre les deux écoles. La directrice de l'école « du bas» se déclare justement indignée et révoltée qu'on ait rejeté les enfants envoyés de son école! La directrice de l'école « du haut" veut ignorer la gravité des faits et dégager sa responsabilité: « C'est une affaire entre l'inspection et les parents». Elle affirme n'avoir qu'un but: « Faire de l'école une grande famille » !... Renée BABOULENE DROIT ET LIBERTÉ. W 345. FÉVRIER 1976 A NOTER On nous signale les documents du Comité Catholique Il Faim Développement Il (1) qui donnent souvent des renseignements intéressants concernant le Tiers Monde et des problèmes divers. Le dossier 38 contient notamment un exellent article de Joseph KiZerbo, historien voltaïque, sur le thème : « L'Africain et son passé ». Ce texte a l'intérêt de balayer toutes les idées reçues sur l'Histoire africaine, trop longtemps présentée comme un magma de guerres tribales sans aucune importance dans le développement de l'humanité. Une collection à utiliser. Le C.LE.P.R. note en outre une recrudescence de lettres de lycéens demandant de la documentation. C'est évidemment un encourage'! lent. c'est aussi une exigence. Le combat anti-raciste est de plus en plus perçu par les jeunes comme une nécessité pour l'avenir, encore faut-il qu'ils puissent trouver les moyens de le mener. (1) Dossiers « Faim-Développement » - 6. rue d'Ecosse, 75005 Paris. • Education 11 la Fraternité • est la rubrique mensuelle du Centre de liai· son des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E.P.R .). Le C.L.E.P.R. développe ses activités : en organisant des rencontres et des dé· bats entre éducateurs. en favorisant l'édlan· ge d'expérlences entre enseignants. en leur fournissant de la documentation. Président d'honneur : Marc·André Bloch. Présidence : Yves Boulongne, Jean Plhan, Olga Wormser·Mlgot. Montant de la cotisetlon : Membre actif : 10 F Membre donateur : 20 F. Membre bienfaIteur : Il partir de 30 F. Adresser les adhésions 11 Mlle Renée Baboulène. 56. rue Lamarck. Parls·f8'. avec un chèque postal (3 volets) 11 l'ordre de Mlle Baboulène. Institutrice • C.L.E.P.R. (C.C.P. f8 177 35. Paris). 27


------ - --------------------

• la vie du m.r.a.p . • autour ducongrès Dans l'optique de la préparation du Congrès, deux débats ont eu lieu, l'un avec des journalistes, l'autre avec des artistes, afin de voir comment les uns et les autres, dans leur sphère d'activité, envisagent le racisme et la lutte antiraciste. Dans les deux cas, l'analyse du phénomène et de ses causes a bien été dégagée, et le travail de la lutte antiraciste dans ces domaines a pu apparaître avec tous ses blocages mais aussi ses possibilités réelles. En ce qui concerne la réflexion sur les problèmes et la mission spècifique de la presse la principale difficulté qui soit apparue est la nécessité d'aller contre une masse de préjugés qui sont diffusés et entretenus bien souvent par ignorance, mais qui sont des armes redoutables parce qu'ils apparaissent comme des évidences à force d'être repris; c'est le cas par exemple de l'explication pétrolière de la crise, mais aussi de clichés repris dans des récits de voyages ou au détour d'un article : les noirs sont avant tout des émotifs, les juifs ont une intelligence redoutable, etc.... Même sous des formes louangeuses créer des différences globales, (( naturelles)), et donc nécessairement imaginaires, c'est préparer le terrain pour qu'un jour on dise : les noirs sont incapables de pensée logique; les juifs ont un tempérament dominateur. Dans la presse, la première chose à faire est donc d'informer de façon explicative, même si les intérêts qui en déterminent la fonction, ne sont pas toujours prêts à permettre ce genre d'intelligence. La presse et le Congrès En fait on a pu recenser une trentaine de journaux pour parler du Congrès, c'est plus qu'un progrès, c'est un signe. L'antiracisme se renforce, les thèses et l'action du M.R.A.P. sont de plus en plus écoutées et appréciées. Certains pour le signaler seulement, d'au- 28 tres pour le commenter, les quotidiens ont été nombreux aux lendemains du Congrès à faire part à leurs lecteurs de cette manifestation. Pour « le Quotidien de Paris» qui y consacrait quatre colonnes en deuxième page c'est sous le signe de (( l'espérance en une nouvelle race d'antiracistes )) que s'est tenue cette réunion, des antiracistes dont la (( fou gue façonnera peut-être un monde différent ou la différence même ne sera plus pourchassée, assassinée, blanchie )). « Le Monde » retenait en titre (( la montée du racisme et du fascisme )) tandis que « L'Humanité » signalait l'audience du Mouvement dont témoignaient (( le nombre, la qualité et la diversité des personnalités et des organisations fran çaises et étrangères qui y assistaient )). Un grand nombre de quotidiens de province ou de journaux spécialisés rappelaient une des plus graves constatations faite par le M.R.A.P. : le racisme tue à l'heure actuelle, en France. Mais tous notaient également combien le Congrès avait montré l'existence et le développement d'un fort courant antiraciste, un antiracisme qui a un écho croissant dans le pays. De même, la presse fai sait état de l'importance prise dans l'action du M.R.A.P. par les problèmes internationaux. « L'Indépendant » de Perpignan écrivait

(( Il Y a d'autres points chauds qui

préoccupent le M.RA .P. et notamment l'apartheid en Afrique du Sud ... Il y a aussi le conflit du Proche-Orient... A ux EtatsUnis, les Rosenberg ... ; les prisons regorgeant de détenus noirs, les discriminations envers les Porto-Ricains ... Etc ... )). Les quotidiens ne furent pas les seuls à évoquer l'événement et plusieurs autres périodiques s'en firent l'écho. La revue « L'Algérien en Europe », organe de l'Amicale des Algériens en Europe y consacrait deux pages pleines après avoir déjà évoqué abondamment le débat préparatoire sur le thème (( Presse et racisme )). L'importance accordée au Congrès par un journal dont la vocation est d'informer et d'aider des travailleurs immigrés montre bien une des orientations fondamentales de notre action. Le président Paraf pour sa part y revenait dans une courte déclaration accordée à ce journal et après avoir assuré les travailleurs algériens en France de sa (( chaleureuse et cordiale sympathie )), il concluait : (( En attendant que le développement de l'Algérie l'amène à utiliser sur place la main-d'oeuvre de ses fils, ayons à coeur de leur offrir des conditions de vie dignes de la France des Droits de l'Homme dont nous voulons leur faire connaître le vrai visage, dignes de l'amitié qu'aux bons et aux mauvais jours nous n'avons cessé de leur montrer. )) « L'Unité », l'hebdomadaire du parti socialiste notait pour sa part que toutes les préoccupations internationales légitimes du M.R.A.P. ne déviaient pas le Mouvement de son objectif principal, (( le racisme à lafrançaise, qu'il soit violent ... ou quotidien. )) Nous avons déjà évoqué dans le numéro précédent le débat qui eût lieu à FranceInter, lors de l'émission « Questions pour un samedi »; nous avons eu l'occasion d'exprimer nos réserves sur l'organisation de ce débat qui, pour autant qu'il informait sur le M.R.A.P. et son Congrés, n'en donna pas moins la parole au représentant d'un journal plusieurs fois condamné pour infraction à la loi sur le racisme. Quant à la télévision, on peut légitimement regretter qu'elle se soit contentée d'une phrase pour relater un événement qui aurait pu être une occasion d'informer sur des questions trop souvent méconnues et dont souffrent tant d'hommes. En conclusion, on peut dire que, malgré quelques résistances regrettables, et des omissions auxquelles il fallait s'attendre, la presse a rendu compte du Congrès avec plus d'insistance et d'objectivité que d'habitude. Même si l'on peut espérer mieux, il faut y voir un progrès dans la crédibilité de notre action, un gage de son utilité pour la société toute entière. La mise en place des commissions Ces encouragements pour l'action, le M.R.A.P. en a dès la fin du Congrès tiré les conclusions en mettant en place des commissions pour étudier chaque secteur important de son activité, pour déterminer de nouvelles formes de lutte. La commission (( A nimation et développement )) se charge d'étudier les problèmes de structure et de finances qui sont, bien évidemment, une des bases de toute activité. La commission (( Propagande )) recherche les moyens nouveaux pour ' faire passer dans l'opinion les thèses de l'antiracisme tout en tâchant d'améliorer les outils que nous possédons déjà : « Droit et Liberté », mensuel et éditions; films mis à la disposition du public; conférences; expositions etc ... La commission juridique s'efforcera de développer l'aide que le M.R.A.P. apporte déjà sur ce plan aux étrangers en butte ' à des discriminations ou à des problèmes spécifiques. Une commission (( Relations internationales )) a pour fonction de maintenir les liens avec les multiples organisations qui ont . participé au Congrès, de développer au sein du Mouvement l'information sur le racisme et la lutte pour l'égalité raciale à l'étranger, de promouvoir des actions de solidarité lorsque cela est nécessaire, comme par exemple dans le cas de l'Afrique australe. Les très nombreux problèmes que pose, de notre point de vue, la réalité de l'immigration sont abordés par une commission spécifique; même chose en ce qui concerne l'enseignement. Déjà, ces commissions se sont mises au travail et ont commencé à rendre compte au bureau national de leur action et de leurs intentions. Il est à souhaiter que ces structures soient avant tout le moyen d'une plus grande responsabilité de tous les membres du M.R.A.P., point de passage obligé pour que le Mouvement se développe effectivement partout où la nécessité s'en fait ressentir. le commerce des annes Les positions prises par l'archevêque de Paris concernant les ventes d'armes rejoignent tout à fait celles du M.R.A.P. Fonder une économie, ou même comme on l'entend parfois, une politique de l'emploi, sur la vente d'engins, de mort, n'est pas digne de notre pays. Elle l'est d'autant moins que l'on s'aperçoit que les armes françaises sont en action dans presque tous les conflits du globe et dans des mains qui sont souvent celles de l'agresseur. C'est pourquoi le M.R.A.P. a envoyé la lettre suivante à Mgr Marty, le 14 janvier dernier. (( Eminence, Le Bureau National du M.R.A.P. a pris connaissance avec un très vif intérêt de vos déclarations condamnant le développement massif du commerce des armes. Nous sommes particulièrement sensibles au fait que les armes françaises sont présentes dans tous les conflits en cours, notamment au Liban et en Angola, et qu'elles sont fournies spécialement aux forces qui difendent l'in justice et l'oppression. En se plaçant au premier rang de ceux qui renforcent l'armée et la police de la République Sud-Africaine, notre pays apporte un concours inadmissible à l'odieux régime de l'apartheid. C'est pourquoi nous tenons à vous exprimer notre accord profond avec votre prise de position et à vous dire notre volonté de lutter pour donner à la France, ax yeux du monde, un visage de paix et defraternité. Veuillez trouver ici, Eminence, l'expression de notre respectueuse considération. )) au jour le jour • Le mercredi 23 décembre, le M.R.A.P. intervient auprès du préfet de l'Oise pour arrêter les menaces d'expulsion qui pèsent sur les locataires du foyer de Méru. • Le mercredi 7 janvier, la XIe chambre de la cour d'appel confirme la condamnation de « Minute )1 à propos de l'article sur le M.R.A.P. et les Springboks : 2 000 Frs d'amende, 5 000 Frs de dommages et intérêts pour le M.R.A.P. et 2 000 Frs à Albert Lévy. • Du 4 au 8 janvier, M. Nicolas Rigonaux représente le M.R.A.P. à la conférence internationale de Dakar sur les droits de l'Homme en Namibie. PIEDS SENSIBLES • Le 9 janvier, un débat a lieu sous l'égide du M.R.A.P. au cinéma « 14 juillet Il , après la projection du film de Sydney Sokhona:« Nationalité: immigré )J. • Le vendredi 16 janvier, le comité de Versailles organise une soirée pour la réhabilitation des Rosenberg, à laquelle participent Albert Lévy, Stellio Lorenzy et Jacques Hily. (9"0) (6" ) (10') Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIOUE en CHEVREAU, en SPORTS et en BOTTES Femmes du 35 au 43 - Hommes du 3a au 48 6 largeurs différentes GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) GARE DE L'EST. 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau) Magasins ouverts tous les Jundis DHOIT ET LIBERTE. N" 345. FEVRIER 1976 • Le 20 et le 22 janvier, trois débats sont organisés dans des centres d'enseignement sur le thème de l'apartheid et de la Namibie. J.F. haïtienne - dactylo - Franc./angl. cherc. empl. - écrire au journal. 29 Shop 22 PRET-A-PORTER CHAUSSURES 22, Bd St-Michel - 75006 PARIS prêt à porter féminin 48, FAUBOURG SAINT - DENIS - 75010 PARIS - oe' 770-29-50 3 0 F abricantsdeBonneterie • POUR VOS FILS CLASSIQUES ET FANTAISIE • POUR VOS BOBINAGES A FACON Valmy. Texl il es 93, quai de Valmy Tél.. 206-94-73 PARIS-10e 607-32-80 Dépositaire des Ets DELMASURE (laine peignée Nm 2/28, 1/28, 1/40) ou~ MAISON DE COUTURE EN GROS 89, RUE RÉAUMUR - 75002 PARIS Tél é p h 0 ne : 231 16·70 (4 Lignes groupées) avec le m.r.a.p. voyage d'étude et d'amitié en Algérie (fin mars) Le m.r.a.p. a décidé d'organiser un voyage d'étude et d'amitié en Algérie, qui permettra à ses participants une meilleure connaissance à la fois des réalisations, des problèmes et des richesses touristiques de ce pays. Il aura lieu pendant les vacances scolaires de mars-avril; le départ est prévu le 21 ou le 22 mars, pour une durée de 10 à 12 jours. Les conditions en seront précisées très prochainement. Dès maintenant, les personnes intéressées sont invitées à s'adresser au m.r.a.p. 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris (Téléphone 231.09.57) pour obtenir toutes informations utiles.


.-

Résultats du tirage des Bons de Soutien 1975 Un voyage en avion aller-retour pour les Jeux Olympiques de Montréal, nO 89523. Un week-end à Londres, nO 5716. Une chaine Hi-Fi, nO 44749. Chèques vacances plein-air U.C.P.A. (valeur: 600,00 F, le bénéficiaire doit avoir de 18 à 35 ans', nO 47726. • Une friteuse CI Seb Il, nO 26060. • Une sorbetière CI Seb Il, nO 39172. • Une nappe et serviettes de table, nO 40195. • Un drap de bain (1), nO 105518 . • Un poste à transistors (3), nO 2169 - 53352 - 74640. • Un briquet décoratif (2 ), n° 12476 - 85862. • Une lampe de chevet. nO 91491. • Une poupée folklorique, nO 22579. • Un flacon de parfum, nO 87874. • Un flacon d'eau de cologne (11), nO 15930 - 19353 - 19535 - 22036 - 32911 - 33327 - 61417 - 62762 - 68142 - 89347 - 95078. • Une boite de poudre Héléna Rubinstein, nO 44115. • Une boite gigogne (2), nO 44863 - 95187. • Une cravate de soie (2), nO· 1 0597 - 54168. • • Un porte-torchons décoratif (3 ), nO 11263 - 100523 - 102596. • Une voiture jouet à friction, nO 9560. • Un compendium (papier à lettre) (3 ), n° 51863 - 81301 - 97859. • Un coffret de papier à lettre (3), nO 10549 - 49962 - 77872. • Une poupée, nO 57029. • Une cravate (2), n° 46081 - 108190. • Une ceinture (10), nO 9831 - 30205 - 37965 - 45446 - 48795 - 56188 - 63776 - 71933 - 73308 - 118646. • Un sac à main (2), nO 27693 - 30380. • Un miroir gigogne, nO 56260. • Un stylo (2), nO 62068 - 82618. • Une verrerie décorative, nO 69744. • Un coquetier métallique (3), nO 119984 - 12639 - 86575. • Six bols CI Pop Il, n° 23546. • Un porte-monnaie cuir, nO 11634. • Un porte-monnaie tapisserie, n° 44022. • Un collier de perles (3), n°.;35866 - 46896 - 67013. • Une bouteille de mousseux (2 ), nO 17427 - 81838. • Une bouteille de coteaux du Languedoc, nO 32245. • Une bouteille de Ricard, nO 8433. • Un disque 33 tours (10), nO 29086 - 37947 - 41235 - 60167 - 60168 - 62705 - 73983 - 81663 - 115306 - 117084. • Un disque 45 tours (20), nO 13058 - 13'059 - 19688 - 26094- 27885 - 28797 - 30266 - 32814 - 44196 - 59154 - 59155 - 60695 - 62767 - 65224 - 66146 - 77139 - 83809 - 90695 - 95279 - 78151 . • Un livre (1 OOL nO 1922 -4157 * -4158 - 12332 - 13688 - 13762 - 19481 - 19632 - 19683 - 24161 - 24167 - 26091 - 27951 _ 30045 - 30263 - 32235 - 32818 - 35227 - 35611 - 35862 _ 39071 - 39387 - 40309 - 41939 - 42010 - 42396 - 43714 _ 43825 - 44193 - 44699 - 45394 - 47646 - 47722 - 48651 _ 49811 - 52135 - 56254 - 56315 - 56320 - 59819 - 60622 _ 61327 - 61477 - 62451 - 62903 - 65102 - 65795 - 67012 _ 69318 - 69232 - 69901 - 72961 - 73195 - 75430 - 77927 _ 78347 - 78348 - 78434 - 80513 - 81303 - 82271 - 82430 _ 83843 - 84162 - 84459 - 84664 - 84669 - 85863 - 86112 _ 89344 - 54692 - 71936 - 78350 - 90487 - 90489 - 92384 _ 92908 - 94898 - 96165 - 97131 - 97335 - 103014 - 103214- 103226 - 105941 - 108073 - 108176 - 110912 - 111228 - 111973 - 113442 - 114140 - 114720 - 116460 - 117392 _ 118127 - 118420.

  • 18136 - 18930.

• Un paquet d'Atlas Pen (3), nO 27966 - 54668 - 66143. • Un abonnement d'un an à ff Droit et liberté Il : numéros se termi- • Un cendrier fan;;ta;;.;is;;.;ie;;,.;.n;.0.;;9.;.7;9;88;;.~ ___________. niïaïint.p.aiir.:.5.. 5..________________- " DROIT ET LIBERTÉ. N° 345.-FÉVRIER 1976 31 i 1

t ~ 1 [ [ 1 , , Dialogue , a Jérusalem Un poème de Chartes Dobzynski ."..., . _h. ..n.. ". '". "_" Ir_i_ Cel ............. h ... Ool ... ",,_ ... ~_ ........... _.~d ..... _ r .......... I .. I ..... --~ v.. ..,.......,.. .,.. .-,-._-.._ ....... .. . - ...... __ ...... T..,..._ ........ Polo' ___ _ - J .. __ _ ... _-..... ~_._ .......... 00010_ ..... _ M, __ OIIoo_ Y ......... In,..._ __ loI. 4 s..--...._ ....... .M... .. - _ ..0.. ... _ dM J.,_I00_~,.,_ ~It __ MI' 1 ~I""", ~""'" J',.;.. _.".. .. ._ _ __ . n ........., """".' .... •• ,. NI ,,,.,, ...... ot, _, d .. ' ••• do, .a .. .IO...,..aj ...... "" do r--. "". loi,. a..,. 1/ ..... .....,.....,. ...., . . ., "."..-,J.-I- ., ....... "._" -_._. __ ... ~_ .... - _10-.--.. ,-.... ............... - ... ... 4,..,""" --Ho_ ln_ M ..... _ Ho_ .. ..,.,. .... -... Jr_ .. ..-__ D .... .....,._ ..... _... .. .... .) Jo ,.u ,. _ ... . ....... -"" .. ,. '- t... :Ih .. _ ,..., .... N· .... ,..,' pl ... __ Un ... ' [Lo',.,.. ..... 0 .. ..-...... "H .".. ·..i.J..._ "-"".'".. .. ."'.1.Ie.o . ... H ..... ,.... ...... ..... .. _""' .... " ... 'h_ N .... forn .... • •• 10 .. "., PO'" n ... _ ...... --...... -_ ..... _ri .... . _- J ... ..... _ ....... _10 __ ........ .... ---t'::.: Po .......... . • r ...... ",.'--10- Si _ _c_· .__ .... ..... ... ..... ·oi __ .... -....- --v _ ... __ c.~ .. __ ..... Il ...... _ ..... 001. -v _• ._-.p_Io ... ..._..... , .. 10 -",* .. 10 ...... JoI, _ """ -..- • ""' ooIf ... _r~4!_"" fOI; ot •• prix ... _ ..... .... ... ... "'" jo no ,." ..... . ~ ... _ollt.· . .,. ........... , ... , .......... , .. - 0... " • .-.IM ....... "...". , 1 ..... _, ... r ..... ""~ ' ........ ,. .. U sI,l, ," ...1.. ,.1. "_ ...'.*.."..... . " N""r",_ " ".,.,o..n. • J•'r IO,. .".",. ... .S..', ,,,.,. . .d.-., ",'.'1 _.. .. '" ,_oif """, ...... ,., 1 • .... 'u 0..._ ............ _ v..., .. '_, ..... , -, ....,.. .., -_. . .. _ . ,.--r.o,"i-,_, ."..",._"., ...,...--. _. ,- .......... ...... ....... ......,. JIi Ir"" __ "".- '" ... - __ 4o MI _do •• , .... -v.-..,-..-..... _-.._,..... . ... 'N" .-..1.. r_i.I.H... .."........ _,. . _._._1-- ."-."~_..-......w. -...,_. ....... JDoI· .i__ .... . _ ooI_ - N. '"' •• p'" .. _ ... 1lI_"","JO_I'_. Jo ... ,. ... 1" M.' ..., ... """,,/# .... "" ,....".. ••• ", ___ _ , .... .10 __ ..... , ___ ... ""UO-__ "',IIM

Notes

<references />