Droit et Liberté n°021 - 17 mars 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • L'antisémitisme est-il fatal: les assises de la Paix répondent NON, M. René mayer OUI -page1
    • Y a-t-il deux Allemagne: l'hôtelier de Bayreuth (zone américaine) ne voulait pas de juifs chez lui -page1
    • Après l'attentat au plastic, la municipalité de Montreuil appelle la population à l'union et la vigilance contre les menées fascistes -page1
    • Yves Farge: Laval n'aura pas raison -page1
    • Le consul de M. Adenauer à Washington a des antécédents poétiques
    • L'action du MRAP: l'affaire Vallat devant l'Assemblée Nationale -page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • La vie et les basses œuvres du triste commissaire Vallat -page3

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• \ TIS EST II. ATAJ.? TOUS LES VENDREDIS 17·23 Man 1950 , W!orJi p:i N° 21 (12S) hot r ... n Atlenlal au . f 20 fr. BELGIQUE 5 fr. LE LES ASSISES DE LA non M. Ja(ques DU(lOS PAIX RÉPONDENT : né(lare dune ùélégation L 'lrôtelier de Bayreutlr (zone américaine) y A·T·IL DEUX ALLEM-AGNES ! M. René MAYER (et ses omis) : OUI

1 11 n'y a Pfl' de la t a JlU, rAciale li. Cett  phn • .se, prononeée au:!: T é{\ent 

A  !$e!l; :"(sllon31es de III Paix ,, de 18 Llbertl\, exprime J' nn lies prin elpE'"' de ba e, qui guident 11"6 (',m:nbattants de 11\ l'ab: II!t cl. la Llbtrtè dfl.n: lClur nctlon oonlre te rllel5n1e et l' IIntl,'l@mltillme, IJ n)' a pa d tataUtt raciale pour C'lI!st à qUOl 'em p!(Jiellt lu Combat.- les ,'lcUmell habituel!e.s du Illnobiu lants de la Pa ix et de la Liberte., dJscrlmlnaUons entre hommes .d'orlg ini!$ d!fftrentCII, Cette phrase exprIme l'optlmif.lTle clairvoyant qui se dtgage des aul , Elle s'lnscril dans un er,3 eJnble, A plusieuTli reprises. en asseo:.blêe plénJ re comme dan!' dlftêrenu collèges. da délé(oés et M, Y\'CIi Faree dans wn rapporl, ont fait allusion â l'lInli$t:mitl.\me, Ge tut, chaque ! ob, pour montrer qu'li n s'agit PM Iii. d'Un phtnomène i.o;ellf, mals d'un IUIpect, entn bien d'autrell, de la prêparation Idéologique de la luefTe, , ,. L'sntl.&émltlsme nt !ll.U.TS!.!t st comtu'endre sans son contexte de erl e éoonorolqulI, Ci'exploltation êhontf.e de R &vailleuTI, 'de ml$ère, de recoU1'!I au fascisme. d'a.rré5Slons contre les llOOrté!! et l'indépendAnCe des peuplu. n

t l'intltrumen,t de d lvl lon et de d!'

NrSion tndi.. pensab\e à eeUI qui enknd. ent domln,er par la torct. (lonclu"lon l fa Ites dl sparaltre l _uses _ tr8 r IIef; . tTH J)8.lpAbleti - "- l"l1tWmitisme, et l'" ntlUmlt.l me 6pt.J1. _ .- DANS Ion magnIfique rapport au...: AUÎsU de la Paix et da la LIberté, Yvea Farge a trace lin tableau aslsillant de la sltualion en France et d1lnl le monde, loullgnant avec force les menaCèf . , ù: caractère de rantiselllltilt.ll1t a pparaît Cla iremem, quand on volt un Valiat cbéJ"e par un Rrne i\1.y r. Et c'est ce même Rene Mayer Q\d. apl"ês a voir rendu la posstbllîté de récidiver à l'a nLi.!;étr.il.e n 1 de Vichy, declaralt à la délégation du M.R A P .

 Tant qu'U y aura d es Juiis. \1 y aun

de !'antLseO'litisme . Cet appel il. la résilllalion, ail !at,a lisme, a des bu bicn dét.ermlnê.  : mln:mi r le scanda le de la Iibéra lrm de VaHat., couvrir ceux qui. sciemment., pour dHendre leun prlviltges, llrovO(Juent et or an!5ent j'anllsérnttlsme ass35Sin. Dres é contre la politiQue de i'uen e et de relèvement de l'Allemagne. contre la répression qui menace les partisans de la paix, le peuple de France Il form ellement démenti l'affirmation volontairement pessimiste ('\ e M, Màycr, Il a, au cours des assif C,';, eUt (')len nelle! ment sa volonté d'oeuvrer. un monde d'où le, discriminations r"cI/l. - 1'5 seront bannies, 'Un monde de bonhe'Ur pour tous et dl! paix, Munich et M. le maIre de Dortau, le v1l!alje de l' Ain Incendie par leA Allemands, est suspendu pour a voir vote pour la paix:. LA LIBERATION DE XAVIER VAL LAT Il nous fallut attcndrr. CJ uelQu e jours pour voir s'attaquer a drs notions Que lf\ Français croyaient sacrées ; huit élèves du Lycee nu M. R. A. P.: ne voulait pas de Juifs « Notre interpellation sur l'affaire Xavier Vallat doit être discutée rapidement» cirez lui LA section du M,RA,P, de Montrt'ull a adressé une lettre aux parlementa ires du secteur, MM, Jacques Dtle/o,', communiste; E, Rll)al , M,RP,; G, Jacquet. RP,r. : J, Dfunas, M,RP" traduisant l'émotion de la populatlon devant la. libéra tion de Xavier Vallat et les Invitant à agir en sorte Qu' Il $Olt remis en prison. Deux députés ont répondu. M, Dumas, M,R.P .. recevra , sur rendezvous, une délégation du M,RA,P. M, Duc/.oJ, president du groupe parlementi\lre communiste a. reçu, lundi dernier, 5 délégués de Montreut!

MM, Lorenter, Armand.

Bactower, Jakubowiez, Mme Kirschenballm. Après avoir Indiqué que M. Roucrwte Il demande, au nom du ,roupe communiste. à Interpeller le gouvernement sur la libération de Xavier VaJlat 11 a assuré à nos amis l'appui t otal de son groupe et s'est en,agè à poser de nouvea,l la Question à la prochaine réunion des présJden is de groupes, La déléga.tion a également entretenu M , J. Duclo, dt! l'attent at t,t des diverses. provocations antt sémites qui se sont prOduites à (S uile l' lll :1,) Montaigne de Bordeaux sont transfl! rés brUSQuement a Pérlgliel,lX, Cel enfants étaient un objet 'de sca.ndale ; natifs de l 'Afrique équatoriale, ils avaient la peau noire, Aussi bien, le lendemain, un malt,re du racisme était libéré ; M, Xavier Vallat. L'Université, ainsi distingUée, allait se trouver comblée ; M, le rocteur Sarallh, MM, les professeurs Douzelot et Georges Teissicr recevaient l'ultJmatum d'un mln !stre qui ne pouvait admett re qu'!ls eussent des opinions particunères, Après Quoi, on a forcé sur la dose, La dernière semaine de janvier cst lourde d'abjections, Les Rcnéraux a llemands incendiaires de Géradmer son t acqu it.t.ts; 12 morts et 60 blessés â la Côted'Ivoire où la police II, fait, feu sur la toule désarmée; on a parlé de

1 Horst We$$el Lied ). au parlement

de Bonn ... Un fonctionnaire de l'Intérleùr, Irresponsable devant Ics corps cOllstHués ,'est permis a Marseille de tanccr les luges ; C VOl/oS ne t'errez plus ces rn/ô!!! el'! liberté et CC5 acquittement$ Qui découragent le,;'/wm.mes d'ordre. , S'aglt· {l de la mise en liberté dl' Peyrl!? De celle de Xavier Vallat? De l'acquittement des genéraux incendiaires de Géradrncr? Vous n'y p e n e z pas! (Suite pa e S,) (De notre correspondante à Berlin, Lydie LAMBERT) La communauté juive de Berlin édite une publication hebdomadaire intitulée je Der 'Veg » (Le Chemin). La lecture de ce petit journal est extrê· mcment instructive, C'est dans {( Der Weg » que j'ai trouv les deux petites his toireg relatées ci·après ct qui illustrent, me semble-t·il, à merveille l'esprit des deux Allemagncs. La première sc passe il y a peu de temps à Bayreuth en z.one américaj ne. Un hôtelier de cette ,' iIIe hébergeait - involontairement, hien entendu, ( Ir les i1-oill pièce5 avaient été réquisitionnées - un comité de bienfaisance Après l'attentat au plastic L. municipalité d. Montreuil appelle la populetlon à l'un1on et à la vlsU. nu contre LES MENÉES FASCISTES juif. L'hôtel avait été choisi parce qu' il était mitoyen de la Synagogue où LES Incldc,onts 311t1l"êmltel'i cie l1IontreuJl GOL P'OV'6CJul: URf! étaient logés les nutres services sociaux de la communauté, vh'e emolion ,arnu tous le..; b(lfl n les :en!. L' hôtelier rageait , soi·disant parce que le comité payait un loyer trop Quelques jouI'»; .. ,, b l'Il li enta l au plastic mntre la b "., maJ. ... on d ' l1Jt oomnler{".a nt j'lir de i\lonl reu il. un naaunA as, en realit e, j imagine, parce qu il ne voulait pas une organisation juive AI. Ruh recevait une lelt e anon 'me. t )'pl qu e01e n f8 t'ble. chez lui. i\'lai!' il a\'ait ragé en silence depuis 1946, II Y a quelque temps il oonfll!ll8nt eettll! fJhl'l\  : 0: On te j)4!ndrll, toi II!t les tll!ll,II ., crul que Je moment d'agir était r o - ____ ______________ ___ .:.. _ _ ______ -, fin venu et qu'on ' pouvait désor- 1 QUBlquN jour" aupara.vant, hi. Jamais mettre d e Jul!s à Ja porte blonski ava,t Hé violemment prifl - impunément. SIt.6t dit, slt6t fait. DES M y RIA DES à partie, dan" la rue, par un anUL'h6tel! er antisémite tait ven ir un flémite déchalné, Tels sont IN fruit. maçon et lu i ordonne de percer un de III politique de c1èmence prau - trou dans le mur Qui êpare l'h6- quée enver3 lea hommes de Vl c by tel de la Synagogue, Puis , Il jette DE CH . AMPI·G La lib ération de Xavier Vallat n'Mt les possessions dU Comité par 1'0\1- certa inement pae étrangère à cettll verture ainsi pratiquée, barricade renail\lIan r.e d'un antiaémitisme d" les portes et lc tour est JouÉ. plul5 en plua virulent, Cet Intéressant personnage a été En collaboratiOrl avec lM Comb&L- (quand même!) traduit devant le la fore't de Sal'nt-Germal'n lants de la Paix et d la Liberlé et (Suit en '(J(lge :il) SOUS lM organisation. démocratique., Il'l LE CONSUL DE M. ADENAUER A WASHINGTON a des antécédents poétiques: D "\\'5 Ip. (r.nrf. il trakhe .. t jo eulie Jo, " D , r.. " TOU of trI'. raeil'U!' f' m nt ,luJOllrd11'Ul ce morce:!. u de bra. ·nul'f!: : c Hommes rt f mmC', , Jeunes g en l't jt'\mc  !Jars, Ct VO:lS, vét !ruu, peupl fier 1 Il fS possible qUl! nous devio: 1S f'ncorr. Ulle loil C t'e \l5 1" deJ tombr et, $ IOMeR CQmmtmeJ", Ça eomml'nee bleu 1 Attendr'l: la luiu : .: Hommes et femm l Il U POS' sible que cl.es milliers dt: m rt 5 allemandes,

nC() 1' une fois, pleurent leur 

fila morts en h erQ.S,

1 Clliras.'.Ol1s-nous, blindo1"lll nos

ca'!:ln et en avant 1 Préparonll l JU5 ce Jour lorieu:t ou les vieux drllpelloUX al:",mandl\ claqueront au vent d s nouV( ; H,,X cllampll de batame et de V1ctoire ) vous i tes lou alies vous promener, UtI dimanche, en forêt de Sainl-Germain... Et Jlouriant, vous be vu sûrement pas QU'. Quelques mètres de VOU:!i. l'lOUS vos pieds, fleurissent des myriades de petits cbampipoDa. SI .OUS Hill d 'OB ÛID rameDt ifVlt:alt, k ... OP Ùlrt'-' .. ,.ka COlme mot et • aller les mller. Le spectacle tA vaut b. peine, VOUS allez juSQu'à, Carrières-surSdnr:, près de Maisons-Lat HUe. En r uise d'entrée:, vous trouvez un trou béant et 50mbr!!, ta illé dan.:; le roc. L'Intérieur Mt un véritable labyrinthe. Tout de suite, J'al été ,trappe d'y sentir une t mperature tralche, ,mèlee a.u parfum si caraetéristiQue des champignons Qui rappelle celui de la mousse et des feuilles humides de la forêt. Les " champs,. sont cloisonnés par d'Immen es portes en bois, et prélle:ntent l'aspect de longs sillons très bombés, sur les flancs desquels pous ent les ch-ampignons en bouQuèts blanC8. Des teux follets les parcourent l'in tous sens et Indiquent l 'emplaCément de5 euellleurs ; une lampe A acétylène d'une main, un panier près d 'eux, dêllcl\tement, M'ec respect, Ils détachen t chaque champignon, Le chef d e culture a complaisamment satisfait. ma curiosite; - Les sillons, me d it-II. sont uniquement constîtflU de fumier recouvert d'II ne mince couche de t erre. Le fumier est trava!llé, sur les bords de la Seine, jusqu'à une fermentation de 'la dp.grés. Lavé, U ut ensuite étendu en !orme de sillons !lur le champ. - Il doit vous en falloir des qU::lntltès?

ILKA,P, va org-an,iser un .rrand.

meet ing, 10,000 I ract" condllmnfJ'\1 l'attentat fasciste IlOnt à l'iIt1J'1rs Ilion. LI\, municipalitl!, dirig6e J)&r lL Daniel Renoult, a Mit6 une a rflc:he que la population lil 1Io" ee Int.tfll, comme le montre notre photo d-IINIIUI5 Rl dont voici lee principaux pg.. sagee: ' 14 "".lIalt ara" l"A," '. _ trflcUon JI e t autl'_ malADftrl .. multiplient 11"111'8 ma.uv,ls .011,.. l'1M3 la polioe Mt O()I!lJ.pée • LouS a uttll cho.."l1 qu'. protêrer la _ lionne ou les blenli du honnêtM 'fin.!!; Dans Ce!5 " ernlère. t,oOnjoD dllf'llll, A Montreuil, le rullire el la JtIuN'III. pallté e5lJment qu'II est da leur uvoir d'alefter J'opinion publlq lle. Nous 'olllon!J J'ordre r éptmU-t .. Mail nous ne voulons pas qoa '18 .1asel tt'", et les "Implell J'redlns prnfitp. nt de c!!rtfl.lnl'.8 fta tenGet!l tUI 'IIl8 eertaine.s eomplalsanr.M pour •• Il .. vrer Impunément A. dei attentat.t 011 à des "iolenCf!lC. Noull demandot\fi A tOM lei b",,,w netflli .. en. d'êtra VI,Uadt.; et de .. tenJr pr ts A prot ger les bon.a .... tQyen,s et, If! eu 'eUant, A :tIJloMtu pulssalJ1 m en aux a,,,",loN_ En tout eas, la municipal '" faU appel au bon eoneourlll de tous POlir a,!!l ;W'er la ;@ihmr[i des bravH ,.n.. (le!Ii liervU'IIUrtl et €lus du J)f!uplp .. tI_ nr&,:ntilla llons ot moeratiquu e& d. leW'1 ,..lè,l:I'80 eGntre I faetieux ... les ba'lrfJt . Elle est sûre que J population .. Montteull l'entend,a. Le Juifs de MOJJlT u H ne sont pu décid A la réaignati()n, Unis à. tlIUl ll'il dé-mocratetl et partiul1II de la pai :t, illl bll.rrer(')nt la route .l lUI nouveau fascillme , que font peser sur la paix et lei libertes les hommu qui ont trahi la l.iberation et quI poursuivent cyniquement la ooursa aux armllment!, Dans le passages euiv,ants de ce rapport, 11 Ile au...: probl',:"eII (céunpéeranut. ..p: alretsi cpuri lebireèmmel,n tq, luUi pvr,l coh --r-;:_----------------------::-------------------::_--;;;;;;;;;::::::::_,:;;;;:::;  ::::  :::::;;l mn du racisme et de 1 antlteml- r, tlsma, 1 « EnS!"mbli: !ü ons p.n rort :' qu plus Und nou m pirions unt. tpitapht. où on pourra lil't  : _- Pass.ant, $i tu l';\S en llemagl1e, d, là·bas que tll n",.l " VUli couché , en. rvpli comme la 101 le OQmmllnde,)I - Des tOtlne$ (it des tOlmes, Malheureusement.", il est presque introuvable en ce moment. Pour tourner l a. difficulté, 1tOUS avons loué une éct/rie de chevaux de course, Evidemllunl. les étalons ne nOlu QPpartiennellt pas; nous n'aV()115 droit (l'Il'alt fumier, Le s1lrpl1l5 1I01t est fourIli par la camp( 1QTle, â des prix tres Ii /evé , NOliS l'Ichelmu la orllille il de! laboratoiru, ,Elle li est obtenue par fccondatio!. SOIIS cloche, La sernolce ,e presente .'IOla lorme de petits CILbC$ b/eUlC.'l Qlle ItOIlS ellJonçons lépércment dans les JillOlu. Il N'Y A PAS Dl ' PlTITf,5 CAUSES Dans le comba.t QuI ut le nôtre, Il n'y a pas de Dclites et. P: ,ran· des causts. Il nI': faut CCdt!f lIor r ien, dès que sont bafoués les principes rèpubllcalns. 11 r3-ut pa.s r a , l'attaque dé!' Q.UI!. le pouvoir méprise le drolt. ... Je me sul \I vre, pour le seul mois de JanvlC'r 1950 :l un petIt travall qui pt'rmct d'établlr de Q.llelle fl\çon se l Téclp!t.c la marche au fnsclsm e, Le 4 janvlC"r , qUl"tre Ii ndicalist s de la Saônp,-ct· Lolrr éta.lent, prlv(:s de 1r.ur dM! civiques pour faits de a r/wc, et 1 5 clrrniers n zi5 Internés dnns Ir, cllmp dr Ludw\g burg, dal1 le Wurtemb crg:, {)talent llbcl'CS, Quelques ht'urC's aprè,; CC'I, act(', r t sans dou\.e pou r ne pM demeurer en rcst,c, la Chancellerie de Paris gracIait Georges ClaudE' r t promru.ait la. Hbottt il. Henri E n'Ud, Pendant 48 d'un rl!plt. !lflures, on btni!!lcla Le nlême Jt u r. à Tunis. où M. Pl';iTt" el, le g('nêral Ma! : l lèr('nt une prC)!ltable amitle, la troupe tirait sur les grévlsteF un mort cl huit bleSSés, Le 8 JanvJer 19S0 est la jnurnct'

 t's symbole!., , Un qvlon dessin" 1

une croIx gammh dans le clel de ' • • A la " ermeue dl 111 dtdluCé leu p1;ctc • Commlu lon unl rale da r l nh,nCI, lU pOlWlairel arllstn Marle Dubu et Salnt· Oranltr Ol\t I!Our 0, L, JI, VOU Ur!! .n pa e 3 las declaratlonl qu'il. l'lOU, ont fan .. {ainSi qu. ,'acrlvlln ,6.ndr6 SUil caUI OCllaslon, Crt appel l'ul'mcr. io rendre jalou,; Hont Wr ""I_ 1"$1 exlralt d ·unt. br." chure qw eut UII r:Llld "u('(' " en AI_ l p.maltRe 3\0 mlU'll-"lIi dl' r;a.rri ·ée de HitJ{"f au pouvoir. l i .II pour i\u!eur un T 'rtù n'l7.Hiant du "om dt Schl:!.lIgcSell( n i n2n, J.:n d('pit de ..... ;ni1lal(',., S hlan p · SchO'njll rn n'a pM Ié S.S, 11 ..e e('Jntr nta d'o,trll UII " bon .\lJrmand " au cIl:u.p blinde et eu;ras e , Cl)mn It voulait Hitl r, Maj 1','\,0; jusqu':!.u T'Clin l, ce p ndanl, de mériter la .tlojr de 1'r.I1it.aph dl'

tylc {:"l'Ilr qu'il ('.hant.a arec Ifl.nt de

Il'ri,.me, Uan er W-"'U, r:t-t trr .. ra ·lâ, f' tain l\'CJuer ,:!.

urtollot bOIl J""ur lu au.

Hrllrrusrmcnt ,·i'·"'111 et bien .in\11l, aprr. un pal ge il la .Hrl'ctioll du ravita illement de la lrizonr. occidellt.de qui lui .'aJut, dans le peupl" , tr urnom craff.au-.:UI', ScblanJ:',.,SChoer ln _ ecu v lIl d'être nomm,;, con ul rênérai du I:oul'c:rnllmenl AdrnauCf • \\'a.shin,ton .. ,,,oô il aura !\;Ins douCe rdrou,'é

 braye , .. ",-rral Guderian. "UIU !lur

l'lare drr ",," qudqu .. nou , au ( l'I4Ins dt i'UclTe, Pour l'inspirt-r, il (J')1U'1'lL lui rf,d lt'" lIOn Jl.nd!!n D1e lm t'a tOmisant un peu, &\'l'e un pelit couplet ,Nr 1 .. bOID' .. B. Le chef de culture m'entraln!' aloTll vers un autre champ Ol! l'ensernencp. men t vlcnt d'avoir lieu. - Vopcz ces petites tac/H!S blanch, e", cc ,font les semences, DéoS qlL'el/ct lont "rÎscs, IIOflS rcctHtvrOtiS le fwrnif'r d'une mince cou cl e de terre a/in que la 'pa ille ne $e tni/al/oe pa., al/x champignons ail momimt d$ la r ecolte, (Sulle en page J) - Encore un sale nOir quI 1 donn" un coup d. léte .. ml matraQuII ESPRIT DE L'U.G.I.F" ES·TU LA? A propos d'un Bulletin israélite de Strasbourg Qui se résigne , a O« Nm neen tp !e u ,t Cpaosm lbakirne daeu ft.orlcs-. en combien de circonstances, n'Avons·nous pas entendu r_e C«!n re de c ra.lsonnement " de la bouche des coupables ou des complices d'un mauval,; coup ! Pour prct:lplter les innocen ts dans la catastrophe, on leur prêche la rcsignaUon. on endort leur vigi lance, on ·brou\1le les cartes. C'est, l'tsprlt de Munich, Il n '{,,St pa mor t. Il ,prend leulenlent d'autres la collaboration ... formes, d·autant plus condam nable Que rexperlence vécue a et plus cruelle, Or. il s 'agit. précisément de l'Allemagne renaelfiée de Bonn : c Les pl'lSitf01/, -clC 1I SOJIt tlf trd les Ir,ains des nat-fs, flSOllS - 'lOII , et !LIt l'Cil varlout 01'1. ,,'accommode de cet êtat de choses, Nous CTOYOII$, pour /lotre 1Mrt, qlle toute m-"dllf .. cation fi',utc poHtiqlLC erronte, inspfree par /(1 1'Isvchos d u R.ùùau. (SIllle paCe t,), • • -2 DROIT ET. tlBERTE " semolt ... Selon une dclclaration on ne peut plw m.ln16t rl tl! . et o!h(je\le, l'agent bao.dabu Van Co eAt Utt homme qui

: avec dt l'ulenl" ft.ltt charll!

d'aCheter du consciences . AVOCATS (juifs) DU DIABLE (an tisémitc) Mais les respl?lulIbilitp.s 7 Ne Hrai!-r .. p .. pu hUHd p1rG! q.c :t ç/HiUVlO:; H le.' r \"nn hlUd, d Bonn n mnl pas  :'!,o; 'en rllu . ? - Lu!, un CtlHupttUr? Oh 1 le \'1· Jaln m() ... Un ide.lIMe (Jul Sil conten· t a.lt de samer qe Idees". On nIt ClU! dt\'ent la comml ,jcn d 'eI'lClutJt! ur l'alfA Ire du ch tjuel. l' ttreL a PI"OL!Btê de su bonne:; tnt_ntloru, Voici Que d· \ltre.s penonnl" s, non moms Int r "". appullmt

 âlru, e:'l tentant de le fa!le passer

p!)\Ir lOll rrand philafl/hrop" Tout dépend. bien entendu, l1u ten. qu chacun accorde au mot J •• .det idée, ! &Ui ViehY dt:Jt, en 11M2, Van 00. 0I.I1re son ictl\'it' n,4Ioph.onlque, a UN jOW'IHÛ "Il! H 7"r rt, t. c"' 'tuI

 e pr}rlr·p rO t (j t   t,'u.'lia1J/s JUif"

affirme : • Olt Il' CCUll,!, cm le 1/1 m.im., .. b-Jll:ucrJUll,. Olt I lit m I)'t$ pour c,- qu'il dit qUt J'nlJr la, m.a'iitre dom il l dt! P(r:;OflM nt o"r:! Il, P" "1Ijrl! rI" UififUZ la dr!borÙ"l, )'tt v rnellz li! )'au!eur d «JI/.IO'I1·O:U b'J!/t d  !\l 'HLlt •  !, lu i (Mil , dOUf ) PlU pli/! r;u'II,;t nlftr'-. Il a.mt1H .; lmm. .. Ull b,ulfo.'!. par 60 pitrtrtl!$ et par  !lJ t.ragiraH"ns. VoJ,i1 c. (J'J',JI!. pOltrrll dire si 1"0" l: "W li taUle I()r ,. sc la/re. l"avncat du dl(lO' •. 011 mttfi/era l'/r I cara.cUre' calt· gorlque If ... l'appré(:ültion I!t III Tt.wrt·"

 la d rn!êr ... ph.ra:t. Si f)tr 01l1Le "1':

II! prend au lIititux. t.t Clt biell. l"tW/1 du jOwJlGl. Ct/fne n.·ut mtl/t!ml':m un. dicb/ ". PouTq1l.of If/oril lui COlillfcrer ( et 4rtic/e ? Nou.. Ilou/on5 lue?! CroUll quO!! n'ltrÇ

onl'trt nOU!"Tit de M"ne$ h,tenlf'm,.

mai5 qU'lmportt $r.1t or-W'lue m me It c()nd'Iit p/!J..J lai" Q. t!lLblir etu dl,. jtrellce$ dt dt{frt twn1i!ilR$ enlr, Ct- 11' e  ! VaU",/, t lilr . !6riluln )J ft l recrl/lateur Il. comm ,oj ,'un r( l'nu· trll \'r,lalttlt lIas r.t .. , i rc, ,, nwble,. com.me 8( l'ttn n'!!."il p" "'&;  ;Ilfremeltl I cn"'p!4m-nt dt l'OU/I'L. • C t· /i" lt pas la prr.m'e'1"Y' !ois que fÏe4 Iu;ocat; lull& QI/rIin.l pri,\ la Iith "H dll t/'nbic. a O'ud If IOEbl  ! LI /am. 'J% pr()f H la Mil.,,,,, Hilldus. q!,i l )/Olme /'jdolatl'! )U$QII"a 1!00/i,dtnr Ctlqll. COI!I, lt pl .t '}m.nd Ittlt,·I'1- (tUr cf" lou.! ler t m.l's. II'! réltre. com_ me Il la. phU I!.(lUlt itutl'lllct qlll ,ni'. à .: Troi aKII qln luf·mtlme t!t(lit Juif t . 11 tst r tmarquab!/I que c t Himius n·1'.! pu /in l /it;re,3 dt Ctllne que pax'! qllïl ,·est trO:J-I:t d.c et!iteurs jui/s pOlir laiT'- tra,Juire en. II.mb"lctûn unt! (.l'!I,PI,. ql/.8. p'wr l'url. "SITfichcr OV::III laÎt.UQtluir6 en aJl!1n/)nd.· A 11 - jCl.mt' h:JJ. Ct/lnt "tlJ/ Mc/ortr renv" yt H tcial d'un Journcl par isien qu'il 1f/rrrlv! Il t:tJ:rll d.n)'t., sa relrlnte da- 1Wbe qUt 9rcJ.,:e alO.X droits r.;'"oule!lr qui l ui a.rrll'tllt (!.es EtalJ,UII;s. t!Cani!: J mllf,ure dt &e5 lenUmfmts al- '-______________________ _ t nUl.tr.l en fondant à. M nell1e un.,. »JCIC.Il tlOl1 que XAvier VIll:lt a u.ns

J:ll.lte reconnu@ d'utllité publique ...

Ft1Ürjllfll. selon au statuts. ne pou "tleln en [aire putle ClU@ les .. Fun .. lt .c. ... de parents français non Julta . COnrOrlntmellt aux loIs de Nurem- Abetz, Adenauer et Guderian A D.E:'i'AVER lance publique· métlt j'Mfe d' une c ru"l(ln tQtJlle» de 1 .. Fnu1C8 a\'ec l'Allema,ne de Bonn. lA Kénéral hlllèrlen "(In Man. t.uftel. qui dit!,. J'étal-major eharl't dl) reoonstltul'!r la \\'f:hrmacht. luJ fait ,cho. Pourquoi M lèner8Ifllt-H.!I ? Puurquol ne p!UI reprendre 11),!; 1,lans ll'Abetz Celui-cl n I.-t.-IJ plUI benUlclè d'une clémence partlcuBère de la part d'une Cour de JU(l.IJM Iranç. a.! e 1 bers- et à leur copie " françai5(!  : la. 101 du 2 Juin. Quoi d'H'onnant si aujourd'hui, aux yeux de Van Co cornme aux yeux de son maitre Bao Dai qui n' 6t qu'un autre Pétain, comme aux )'eux de tous leun; B.1!'lis, les Vlet.-Namlens group;:s dtrJ'i re Ho Chi Minh 50:1t tout jus· te bons il. re taire traiter comme dt"!; parlas apputenar.t à nné « ra e Infê· rleure • ? R6citation de fable D(!S journll.UX amérIcains a\'alt"llt commencé 1':i!Unée d ... mt re. pU1s tau· I.e d ·a.rgumBnt. ;. et pour eause. ib on dû L8ts&pr tomber. Crpendant, le mois dernier. l'A.!.L. la centra.: s}'lldicale ultra- .acUon naire des U.S.A. avait eru pouvoir remettre ça. el. al.ls it6t I1ninarnb!e M. nant. de l'Aurore, emboîtait. le pas. Onere plu.s de ucch. Vou n·I\.Vf'Z p tle"lni? II r,'llglt de la fam w;e fable de l"antiSl!mltlsme en U.R.S.s. contr JaqurJle le gund 4crl_

·lI.ln catholique Plerre Debny portait

un i brillant témOlgnagf!: dans natre dernier numéro. Cette fable Qui a ét reprise par des II.nti émites qui n 51! gl!:11er.t Pl! ô. h'uler PU ménu !emp contr i& Judéo-bolchévisme 1

.
  ,

• u , ./Illrt? NI J'Ull ni l'autrt, sans aucun dout . Les Julh en U,R.S.S. ont tout slm p!ement les m mes dl'olts et les m mes devoIrs Clue tOUlS les autres citoyenS. I.,a seule dtHérence avec les pay, que nous connaluons. c'est que cette égaHU n'est pas uniquement proclamee sur le paplc-r. Son of a bitch "'II scène riant ... st temoin !'Iotre Imi le j(\urnahst.1! G ... orge Soria - / \. NON ADMi 1 " plm dan  !a illle d'ilttente de l'd.rorIrome d'OriiD. Des porteurs \Je baS8ser., al,ér; e n , entrent et sortent les ll.!lS "près l s uln!. uns pouvQir reterme..r les lJort da la dite nlle. chaqlé qll.'il& wnt ccn,me defi mulets. Le vent s'eniouffr e, le portes claquent .. Un Américain qui se trouve p;'l'mi It"s \'oyalOeUT! en partance pour CaSilblancs, grommelle. ob er\' .. nt d'un O!il ma\Jvai le I\llée et venue$ dei domn'. i(j\Jes jnd!gènt D'A UTR.ES ('Irae",I. d1/, dl(ll}!e, IQ!4/ rll r "'"l'tOjH'/ tt '7"e /leat.cOfl;! d g ns. htla . (l'l! priS QII. 5":rl'·U,1; l" « dt/nr1em nt8 1) ra I/Z ... prtl n-d'- l!t '7')' \ljn'lrd:ltld le 'n i l\rllr m01l 1! 1j' PPai r 1' It.!i8tm,lt HI d lut ar· cardu If' parr)OI1. C'tç' Ir n101 d'r"rdr. I )'t{;é rar I/IU I)rr;o"!I'C:/loli TlZ e/!r.cI ! hl!l/rttlS.J)'t.. Il! 1'/!Vh'Utrlu", Ma'! fldfo!nt11 ci, la LI!l'u d J T r"éuers rour la. rtCQ/lc!l/atloil. 0'111 "PH I!!I))' //"&/. 1,. t1t:('c Iclat IJ la ;;1l1U1'! ludicjQjr, d" r hllbiWa.Jifl" d ' CtlÎlIIt. Il'!! 11/,1, dt P:lf htl'f.S p.1.rl/ I.tlirt· CUI 0'1.'1': lU mitlv.'3 tV'O'IJm.(tt" q"! M, Rnu MOII T cro,t POUVOIT 11l$tifier la mise e /l liber· té de Vullal.. .vOU!. mont"ons /loua OI.'eC tOtl! /8& l'I1I.riolts. Cf.Ill rrt lOU3 / l'! o tOC!lts CI/, di:1iJ/t, u. que lUI ' rG, 1l1 Cillnt! : un Ig nt cie 1 .. i nqu ji!:,n 6 (o!onnot idt-oIOi1que tn Fran{'t, al'anl dt" cle.,.('mr un \'u!galr.. l'nt immairt ule le la GeaipO ptml.lllt J't Ccupahon. E.t ce lah/HII. 1I0tl$ Il, tID/lS, ulle 101; M pllL!, (I))llre le r3ci5me , pour la P.1U _j Soudain. n'y tenant "lu!. 11 si! préel. J'lite vers un@ d@1 portf!. \, ferme' clé et lanee au porteur qui venait de la franchir _ Son of a 'l!ltch. clnt' )'ou dose the door. (oTu ne peux pas fumer II. porte. fl! de chitn ) Voudrait-on. avec de pareils touri.te •. il1'lllorter cn Alaér ie lu mçeur des Etats amérlc.ins du Sud. o:nme si le racimte local ne iufflNll pas Constotat;ons Certci, 1: pe.U! p.ualtre bon dt' lal:' c"r " IlIl cri d'ol4rnu de t lIt le I1al!OIt( J/! m alleJ t4nd. qu.i rt4ipJ!0rt1it · dU' Car ,'nl.n au·r! '\1 ri!' M, A,i !naOJU, Il y a M, Mac C o)'. au·:jj '\I.l ri! M. Mar. CI(\)·. M. Ac1r1!50n, l rilrll!"unlll américaltts, es rollp Qn'ils l' pr ·

ent'nt"

Croit-cn que des di. C:pl'·fi d HIUrr .aurale"t pu oçc\Jp'r (ies p t,.e 'If çU.11:nl.n1e i;1.n l'Elal i 80l'll I lI'! ne l'of; ... ait pas ::ti;, 1! tairt ? 3i w:ms \'O;JS p·atgne1, d ta ren a l' fi lIon et d 18 l' m::it,\rlnt:on 6 I·Ali m3.gne de Bonn t"t IIi. en m m! t.mps, \0111 ne wuHif!z mt,t tl·un. politlq\ lf' dêtlbl'rbr d\'!: l'iolatlOn fies accor , tlt Yalta et d POlsdam tur la dé:l3zitictlion H ia dimi:IU.r!&ation. ou blt'm "o"s tle l'ous-mèm@ aVeuile. /lU bien VO\IS v6ukz que It_ .aulles rer· men t les y I'X. I:t l'action concrète? Mals jUl';tn:nent ils 5 ouvn:l'n, E L M p!;uven\ pu ne pu l'olt GM : s dirigunts du CMJ" ,r,oU5 \J'I. !lutnce flm.érj am . 5·ab. .tiennent réluhère! 1.1 nt U refus Qu'iis ont "PJ)o e l"lD" tt iltion du CiJl'.jl:rl'/ô Monr1ia! de la Paix est sil;mWcatlr 3. r t tiardJ d,' p'l.rtic;prl" il tOlite acUMl cnncrtlu

qml pour but d,  rtéJouer« l)él'jl dl!

lIat!Onv m ailemlnd cnl'!tre 1 \I"1. Imm Qb,igêli lie fairt kho l lïnClIIÎêt,; de d!'s ll"l8.Sl"es j-..:h·es. l'S vi nnent d

anc r un cri d'alarme !J.

jourd l!.'ll ». , _______________ _ l':.ncore que co: Ilat.lor alll;m" n'alt pIS I.'tendu .au,Il)urd'hUi pour rélpPJrll.Jlr et qu on n'eprouva PU 'e be OUl de nom; preclscr que c'ut en Allemaine OCCldl'nlol" ,-ue to'/a :.s lalu l'n qua.· lion ont fU ht"u, La V, JUIre. ol'iane "f{k ieJ du • Con;:rè" Ju,f Mon11aJ 1. d par/altemell raIson (j 'tcnrc 1/ L'human:! a. II! dt'olt d'ex!ger qUfl( lU i.ll"a.nt.iI:!5 q')" l·h!atO".r 11.' e rp· m.uvc:Jc pu. Et c.e quI S'fllt paslê en A:le:na'(ne ces del'meu mOlb 0 0 ptr· m t !;:uhe rlf crmsltil!rer Q'J rj Vile.!! I:ar:tnt., lI.ien:. éttli lonn es ., Mais il ne uffit pas de con t.ater. Il f ut rncore rechercher le$ cau!oês. d Irrmin r l s rt'i!pons ... bUit s . LrI Vi,. ,JulVt le fa lt.e:le ? N'Cln, nill. ll!menl, Poan/ual ? Deux millions pour la lutte contre l'antisémitisme ! Liste No 5 l'l.lLA.P. Montrtuil ......... .

n.R.,A.1'. 10"

)1,R.A.P. 19' F t (3' l·è".m.1

l1.R A.P. Lhry_Gargan

Conrutlonne!.lfl. hO"Tlme! )\fal on Lib un tl Cit ... .

I. St in (ter acompte) ..... .

)1. Studi (I·f!r . mar.l) ....... . Cnlledé pa.r Chi! ...... , .... . 10.000 JO.OOO l.750 .5.000 11.011(1 Z.OOO 111.000 Z.OOO '" Total d lil 5' liste ..... !!Z.2sn Tntd pr!! dfnt ...•••••. Z81.J6(I Tot.tl il. ce jour .......... 338.4.10 On 6,1t, oll nllma le « OOJuple Fnnr.e-AllelJl:llII'ne :t, premier p3.$ ' ·ere. la • IUf.lon t 011618 ». 13 li: collaboration lolale)l, puis l'flocnpaiion lolalel\!! la Yu.nae !!nnn;;lalltlle. \\'&fihlnl' n. ul-JI prècL è, n'ut pu étranfer • la brulque .. demI nlle en marlafe .. adresIH "af Adenlluer. au nom des ,.,it",a .. d... de e:\nO"15 o1e la J!.u"', au-", flta'ellandtoo de ,.anons de _tre pay6. On l'en doutaJl.

A,,« de gros sabots BULLETIN DE STRASBOURG Comme ceLte fable est plut6t dure • 1I.\·aler. 'agl!iS1nt d'\1n paYli of! le raclt.me est ... Utctlvement. et depuiS longtemps. hou I moeurs et hou la 101. Frc.roee-Soir Il dtr:ldé d'en donner une nou\'e\le t dltiOl\ l!opparemment plu .. objective •. (SUITE DE LA PREMIÈRE PAG E) D'aulan& plui ... u·on reparle M.autaup ces amp'·el d" aethH4o!! aux EtaU-Unls du "firllo. nl Jlul Guderian. Ce Ihèorlclen de la « :\H',n·èd"lr lt et dt5 .: panzer-dl ' lslona lt (tout cOllUl'le "(ln ManleuHel) drMli8 lm plart5 d'une /)r'.,ni 'latlon totale de l' oonoDlle aUli!-rlcalne .L1t pied de ,uerre. On ne peut p.o repr'Qcher à t. Trumnn d" lU! pa5 ni 1115er les ('.ompêten s. Cl!p ndAnt. $nU$ \" houlette de Mao Cloy. hllut_Mmmlualre I!Im rlel!.ln en Allemafi;ne, Hedi..,.. pr(tvocat('ur anth.tmUe ftctamant le lalll du Juill!, e!!!t . .,ulttl!. Tandis que u on5ttluent flAns toute l'Allemal[lIe OIttldent·ale Its c :Brutleueh:lft It d·oltie.lers httl Ie.n" lM I!IppeJS cll.uvlr»; sur le thême de c J'es, aee vllllli • rel,l)pUMen l'lltD11}o .pllère de cet .Ela da Bonn. .,,,. ma1D!Ii du « dhj, lfIb li Don repentis. F'ourru-vous donc dallt. la. t.he, d lIOrmal. s. que Lu llTailit.fIl, ,ont d l'inde:!! fI1n U.R.S.S. n.on )')Our raÎl!O,"U racia/f!, maL\: l'our tI!IUUI.1l.CE!3 occl· de"tlll€ • .1 C'est imple, malll encore haait-Il y penser. lA! rfsultat recherchtli, cn tout cag. re \e I même dor.ner au l,.cteur l'impre lon que c maudits bolchéviks sont antisérnitu. an.r; l'i!:tre, tout en l'étant. A part ç.a., It"s Jul!s ovlétlques se porient bien, merci. Ni l'un ni l'autre Au fait. Fral1ct-Soir ut un oUrTlal

oc!ali te ...

Or le PoplJ.ic;ire, on s'én M)uvlent. a céltbré le demitr :mnl\'f'r alre de la RévolutiOn d'octobre tn f'épttant apm ... II.pm 1 \'ous avet qu!. .. que les Juifr. contrôlent l'Appareil d'Elat et Je gouvernemt"nt en RUMle. Qui Il ra!son? Le r.ociAllAte Fronce· Soir ou le non molno; 50cial!ste POilU' de fer, est un C UJ:! tJ"épt.e dans l'eau. Non seultment eUe se heurtera d /.(\ rt.'t.staw:e allemande. moiJ elle diminuera les chances d'une future eollaboraWm contre le bloc orIental. • Autrement. dit. ce qui importe, Cf! n'est 1'9.8 de déjouer le péril qui . Inl!nace sur le RhIn. c'est de sauve:- la clvlllsatlon occidentale en a65urant. le liuccèli de 13, nouvelle crols::l.de ant.lboIChevIQue. En "ertu de quoi. vous et moi. nous devrions - ('."est. peut-etre bien malheureux ma,is 11 faut Hre -1: logique. - nous féllclt r des chlffrès.records atteints par la production de rader dans la Ruhr. notls réconc1l1er a.vec Ilse Koch. tendre la main au déput.é Hedler. apprendre a marcher au mème pas Que le fantassin de la Wehrmacht en vole de reconstltuMon, Et. l'cndant QU'on y cst. pourquoi pM fusionner avec l'Etat de Bonn. comme nous le propo!ient s: aimablement M. Adena.uer et le c néral Yon Manteuffel. CE 6(lnl 1" dU III,n. qui trOlnJl('nt pas : sclemme.llt encouraIt. le flUet.mt! renaa a nos portes. n y 8 tianl'er fiUt le Rbln. CeUe rtn",lsuru:e f\'une AllO!IDarne na le lUenaçante pnur la paix du Jdondfl ut l'in.!YJtAble cO!Ul!quence d'une p:llltique tend; l,nt li. oontirlU"r ceUf: rI ·HHlu. d'unI! pollU.,ue de guerre oontre les peupt . 1 y o·t·i1 deux Allemagnes? 1 (SUITE DE LA PREMI ERE PACE) 1 Lp.!!! 20.0011 d lf.lu (III peuple h11.lJÇ815. rêlml5 t1lmanche rIel'IlItr. Porle rte vera:.lIIn. ont IIU,"lrf, pllr leur , olutlon confiante. pilr 1(',lIr oom atth·ltl!: que la. l"uerre ne pa sen, pa . à cluulltJOII Que InLL!l 1"5 bn"e' ,

ens &'lIniJ!;tent et, Ilfii!iunl. ';t

1\ faudra blt"11 tenir c mpl,e un jour prochain du JlIltn't' 111'1 la Frall t"1 de la lii!-r.urlt._ Non, LavlIl !t'ilUrl! P'u ,,,hon. - ABONNEMENTS trIbunal am rlC41!1 pour a\'olr lé· ièrement ure tlmé la 5Ituatl('ln. Au cours du proc s 11 a prétendu qu'll avait agi en Hat de lililtl· me défense . J'lgnore la çtlne prononCée par le tribunal dam le Cali de cet Hitlêrien. Il s'en tlrera probablement il. bon marc.li . mais la que$t!on n ' s t pas là. C quI e t Important. ('. t. qu"en l'an dt gr!r.e 1050. un f:uciste se cr/Jlt. en tone amtrl· caine. pratlqllrment revenu auX: beaux Jours d·Hltler. Trop parler nuit. rer avant la. fluerre. cette légende co:nrne pernleltUse? Non, car l'AlJema, ne cntimp.ntale t romanesqu( tl!talt le eomplémt'nt de l'Allemall; ne rapa\'.e et brutale et d'ailleurs. ces d ux Allemagncs étalent fjl inp.xtrica'olcn1tnt mélees que parfoIs piles habitaient, la ll1 me poitrlnf!. Qui de nous n'a pas ronnU. p!ndant l'orcupat:on. l'Allemand sen l'ol et am! de 1& Franc(Clue

a sensIbilité et son amitié

pour la Francp. n·em: cha.lent nulIf! rnen 1. de nous Oppl'il11f"f? Direct ou Indirect.. présenté cyniquement ou entouré d·argutits. marqué de na"1veté et d':I,veuglem nt ou Ia.nce n t.oui.e ('.onnalssance de cause. ce genre d'appel fi. une orte de deuxième .. KollaboratJon

t n 'e t ccrtu pas nounau

dans l'Intense campagne de préparation à. la guerre qui Ee dévp. loppe actutllemtnt. Le nouveau. c'est qur. le passage cit.é plus haut ait, pu paraltre  : Strasbourg. capitale de I·Alur.e, dans le BtllltHn de 110$ communautés. publication dont. le rédacteur en che! est M. le Sund rabbin Deutsch. QUE celul·cl. puisqu'II a accepté lui-même de 5e placer liur un terrain politique. nOU5 ptrmette de lui répondre. avec tout le respect Que nou devons à sa fClncUon. Qu'II a ton de lals.ser Imprimer Qu'un peu partout on s'accornmnde du relèvement du nazisme. Nouli n 'en voulons d'abord pour preuve que l'émotlQn Qui. une roj connu l'article san,;; slsnature qui est en cau . s'est em.parte d'une grande panle de la population j uive de Strasbourg, sanli dls lnctlon d'oplnlon ou de croyance, .. La conscience du péril nto-na l. la lutt('. pour ne jamab plus revoir ça ? Mais c'est. â l'échelle de toute la popula tion pat.rintlQue dt notrll pays QU'clles lie It\lent.! 11 e l, vralrm:nt domma,tl qUI:! l'ananym rl'dacteur st.ra. bOllrCeol n soit pas venll faIre un t.our eu Jours-cl il Paris du cOt de 1::\ Perte de VersalUes. A ces Inoubllableli AMlses. où les délégUl')f; juifs n'etalent pag I('s rlernlen à prendre lf!ur part do:-s d baIJi . dans l'enlhoustume et dans l'unton. il auraIt pu voir les representants de mllllonli d'hommes pt. de !emme$ Qui ne $() contentpnt pas. f!U". df! ennstater que Ie-II VOiIIt/.or."'·C!t$ ,",Ollt OUX malm del n(1 I.$ en. AlltmaQl1e occidtntalc. mals qui rn dënoncent It" \'érltables; rllisons et QUI sl)n blf'n dtcldés .i barrer la roule. lâ commf! partnu t. oU la paix est mise en péril. aux boute'feu QUI \,,.ulent conf.lnuer Hitler. Ces hl)mmo!:s et cU 1f";nme". Cf"li j uneli et. ces vieux. de tOU !5 orlginr. 1I. de touLu condItions. de toutes op,nlons philosophiQues ou reUJleuses. ne souhaitent pas se'llemem. 1.a paix : Ils concourent. à l'Imposcr . Ils administren t chaque jour la preuve Qu'Il est possible de modifier une pOlitique errol/ee, et. Qu'on n dnnn pas des coup, d·tpée dans I eau lorsqu'on 5e dr;; se contre le revanehards de Bonn. leurs amis t't, leurs prot.ecteurs. N0US QUi. ne serail-ce Que PlU' élémentaire fidélité il la mtmoire des mortl;. avons prlHé et renouvelé. par dizaines de mil· lIerli. le serment. du M. R. A. P. d,e n'accèpter jllmai, d", nOIlS trouver da7UI le mit me cam" Que /c, bf}IJrreaux nazis. nous considérons comme un devoir sacr de participer à ce ombat. Et. avec tous les braves (t'ens dc Franc!"'. nous avons conUance. IInls que nous sommes RUX lorces démocratiques du monde ent.ler - Allemagne comprise _ el, panlculiérement. il ces p.ays du « bl(lc oriental. cont.re quoi le rédaeteur du Bulletin de strasbQurg ne semble pas craindre de vouloir renforcer la « collaboration ' occidentAle. au prix d'une nouvellB U. G. I. F. pour les llurvlvants d'Auschwlt3. Qudque opinion que l'on ait de leun; régimes InH:rieurs. on ne peut. nier Que c'est dans ces pay qui. comme la Tchécoslovaquie 011 la Pologne. compten t au nOlnbre des victlm s lf's plus directes dCl l'lI.gre slol1 hitlf,rienne, que lie trouvent n{)s meilleurs allfés cont. r le retour du militarIsme aUemand. Comme on ne peut nier que 11\ fidéllt à Yalta. et. à Potsdam a l.oujours ét.é le fait de cette Union SoviétlQut Slnl; les uer!ficu de laquf'lIc. ainsi Que l'ont déci!l.ré maintes reprl&i"5 depuh,; la Lîb rat.lon l"s dlrl,eant!; le plu divers de la pollt.lque frança!!;". nouli ne t.erions pas la. ... De ('e pas" dl' STalingrad san,;; la victoIre duquel Il n't'st. pas dou· feu x. mais d'aucuns ont I ndan('#. a J'oublier. Qu'une pUblleation comme le SIIUfUn de nO$ ('ommu· nallU$ n'auraJt. jamala pu reparaUre. , -

 L'ACTION DU M. R. A. P.

L'Affaire Vallat devant l'Assemblée nationale (SUITE DE LA PREVIERE PAGE) Mont,rf!t:!i. rtsultat de la pcl!tiQufè dl! clémence pratiqllte à I"égard de collaborat.eurs . La rtnalss?nce de l'antisémitisme. a d .claré M .. 1. Duclos, l'st. liée flU dl!veloppement de la mlsèrt'i et dell pr Tlarallls de guerre, Renè Mayer, repré enta.l1t dl! la banqu RnUch!!d. vp.nu ;). Paris pendant. l'occupation pour trai er lel affai re' dl! ses am . ne peu pal;

tre solldllire des victlmcs dl! Xavier

Valla t, • • • Apres l'importantf" reun ion du Comité d\ \ction . lenue. le 2 marI. toules les sections s'occupent acti\'emt'!nt d'applique.r les déclsionl prise!'. notamml'.nt : Il) Porln J'aHail' Xavier Valltlt de ·â rit l'Assemblée natio· nale ; b) Heuforeer l'ad ion pour lel'l 2.000 nou"eaux 8bonnes à « Droit et Liberté :1 et la création du (rmds de lutte C.ontre l'anti émi· ti!"mc, le racÎ!!me et pour la Paix. Le secrétRriat a Mité une documtntatfon Eur l'affaIre Xavier Vallat où sont. réunis memorandum lettres I!t résolutions remis au garde de Sceaux le 21 février dernier, témoignages de l"tnQulé· tilde et, de la c lère 5Ulielt es d.ans \"opinlon pUhlique par la llbèrat,loA de cet ass::lSsln d s Jul!.!i. De!; délégatlonll se rendent auprès des parlp.mp.ntalrf1's pour demandr. r leur appui et, &ol\lcltClr le\lr concours aftn que la demand'!: dlnt,erpellatlon vienne en dlscus slCln II! plU5 tôt possible. Le . RecUons du M.R,A,P. préparent act.iI'ement des meeUn!::' dB protesU.LIOI1 contre la IIbéra.tlon de Xavier Vallat part.out oCt il nt s'm est pas ('ncore tenu. I,e 14 mars. les secrétaires dM sections du M.R.A,P. de la Réa:lon pa.rls!enne se sont réunis pour étudier le me ures pratiques Afin d'appliquer les dédslons du Comlt. t d·Actlon. M. V i$iTl. re!!ponsflble dl! la R.P., a présent un rapport sur le travauX du Comité d'Action, La dl,!l· cu slon a fait ressortir le profond rctenti $ement, è. ParIs el, en banlieue, de I·a.ction du M.R.A.P. con· tre la. libération de XavIer Vllllat. Le M.R.A.P. jouit de la. sympat. hle et. de la reconnaissance dei mas p.s juives qui Voient dali!; notre mouvement l'êpresslon de la volont.é dl': la communauté Julvt. de France décidée à. d fendre sa vie et ses ·droll!i. En souvenir d,e mes aren , combattant! e la UJA. J'ADHERE AU M. R. A. P. LE mercredi 8 lévrier. i'assl$tai. sali/! des Sociétés Savantes, au meclflt.g da jeunes du M.R·A.P. LI'! ve1td edl 10, fe donna! mCln at,1h.t3iOn 11 ceUt organisatfon. JI!: n 'oi J)Os été illuminé par une révélatio1t. Je n'a! pCl.$ lM touchl! par la grdee. Non! Ayant été déporté avec ma fa mlUe, tltl'l.nt rtun.u . eut apr l avofr nu ma mire montu dans les stni.stres· camtons quf l'ont mente aTl cremctotrt, pcrsonne ne lIouv,-tt ms «révé/er J l'hor rtvr du racln1te et de l'antisémit iSme. Jt $al;al$ qu'îl rcstait des cri. voire rtlvefl, IIrt tditnrl ù antt· lIl/nel$ en liber/t, (j'lie l'épura- sèmlte dB fMraud. dans un l'lOUtlon avait été (rés , lIperficieiJe. vr.GU Gr/ngaire. mais la foil! du retour, les 80U- Si IJOUS n'agiSse2 pas, VOU3 ct d'un foyer a reC01lstituer, pourrez lire les mbnolres dt d'Urie ituatio n li relaire me Xav!er Vallat dans .Le FigarO," faisalen.t nèfllifler la lutte anfi ou « Parls l'resse ,. • rQClste que mes parents avai.ent Si vou.; n'ag!.;sei! pas. VOU$ menée Im fl!lement au sdn de la allrel! I1n nOUVeau commissaIre L.I.C.A. aUI Questions juIVes. Cependant. les acqu[ttem!)nt. , lIf'entendcl!-vow;. M. K ., tirale3 IlMration.."les verdicts scan! pier rue d.t, Francs- Bollrgeots; da/lllI;!; ren.dus en faveur de M. N., conlectll'lnnBur rue Au,- pires cr[ml/lel, de fluerre' vc- m J.ire. M. Z., presseur Il Belle· 1Iaie,.,t leter lme ombre sur ma IJilie ? Xavier Vallat ('st libre 1 quittude. La libération de Xa- Et votrt mtre. votre femme, vos 1 vier Vallat fILl pour mol comme enfant, pourrissent dans leI l d4.ctenche'ment d."un.e .!(!n- marai.., d·Auschwitz. "eUe d·alarme. XlwieT Vallat libre 1 J,.. RI! peux plUs 1 VIJf1..ç l'le POf/.vez plus r dster les pied , d4n., vos palttouJles, il laut ahsolument laiTe qUt!/que chose. Mait quoi? Seltl je ne $Ui. rien. VOUJI n·tt,es r!tm. GrOllpé$ nous P01L . von$ tout, alors prOllV01l!l-nOWl et aQisson5. Le temps de l'tndiflértnC6 Clt pa sé · Xavier Vallat est libre: demain Ct rOlll Béraud. Maurras et tous le l'mires. Si VOliS n'agi$scz pas, vou.; pourrez lire chaque mfltin, d Si. cOlnme 1e If) crni,f, tIOTlS sentl!z v njr l danger. alors l'Ut', tré, mle, tout dl! ,uUe • sautf:z dfln$ 11/ mtrro, d,uc de,, ' 11 • Bonn -Nollvellt . ollez au 6, boull!uard PofssonnUre. dt· mandtz au portif!r • Droit et LIberté '", et adhbez (lU M.R· A.P. C'elf. ce que foi fait. C'est ce qUt vout lercr J:!ar diZlI!ne:t de milliers $i Will ne voulez plus (t'AlUChw/tz • H. MOSCHKOVITCH matricule 128,09 •. Contre la DANS 1 i bération LEI8' de Xavier DANS' LE Vallat 2' di A 4 r t":.i/, u: y  :(j:t t ;r t:! i U"n I)franl è pl'!' la .ertlon' du !II.&. i\.P .. oIlln 1. HMraUon de Xa,ier V!l.Uat. Or.,'alI1 plu de 150 per""nn atlf"nUV!!! e éroues. lu pmeutanh 1I0mhrel/,5U ornIlI§:l.lio/UI dtmocratiqu"" G11 pri )1)lt. l.t Dr Gultif:r prè5idenl du con.: oocll l'OmmUJlaI du CflmbilU.anb de la 1" I ,. de la Libll'rtè du IS' arrondis: OO f nt. 'lui pruioit ce mttlinr, il .. ,.prlmè la !IOlidarit." i! $8ntf de t6UJ 1et1 hflnrlttc ,enll. lA IIbfraUon de X,a"lrr "aUat n'e51 pa5 un fail I olt. tt !'Candale ut l'pxpreMi6n d·u .... ))f\lItlque détermln;,e "tm Marth« n""ui lit :Ill nllm d'e l't'nton dts (: hfêtiel\ ProTr'l'l':Ssbtes un' fmou anh"; inlfr'f,.ntioll. M. j\1IIrhl" Buinon. cOll elll r 0011- nidpai. II. tir'; la. leçon dt"S ê"!!nemf'n t1 Cf'.! (\erniCrJl Jours. 'f!t tlcv fOUtrt la rt'p)·p lon ri Irs 'oi uCt"ptinn· nl"lIt ""lInt pour h\lt dl' frt!nn l'actinn lIe tI"IUM .. n favrur de )a pa,I. . Au ll! m du J relariat national d\l M.R.A.t'" notr ami Charle: pabnt f'l ,'èlt"ant rontr Ir. randal dt la libèr:\tlon Cil' X&,"Ïl'r Yall..at 3. démon. trr. la d,nlflr,atlon prl'fl'nde de l'ette tltcl lon prll e Jl r le minb:re de la ,1t"tj 'C René- :\b),,.r. Il " I\p'ptlt ta pnpuhr,tlon Ilf r nfnr(' r ln ran, rlu

t.Jt.A.P.. I  rra.nd rnou" m nt qui

t\Drlm la l'oJ/'tn1ê dt la ,I)JlJmllnaul juil'. 1\1' dtftndr r,. drojh il J. vie .11 Il.1so11 a" ee Inules /1' forr", .11· ,ar ". 4IIn la h .. tt pnur I:a p.3.h: 1'1 ('.antre tl'tut e, Il"! d!"rrimlnat'0I1' 1tJ. Cri41. IIHrflaire d. la ""rlion IO(aI dU /II ,RA.P .. a expri la ,'0' 10,,1. d 1. Hr:l"n fI' pourlfuinf ln· I.,sablf",enl 13 I"II rnnlrt 1", rad,.· nIe. l'anlWmltl5mo: el polir la. paiL t.. ,o1,.", ,'ul tfrmlntle par la llro' erU"'n tu film dl IIoUl.A.P. Lundi dernier s'est tenu. da.n.t l salons du Rest.$urant «Ejen:t, un th al1'llcal. orfanlté par le Comité d'Initlative du M,R.A.P. du II' arrondlssemt'int. en présence J'ur. auditoire nombreux Notre ami GrlMpan. rétalre a;(méra.l. daru. un brillant. expoM montra que b. d lser lmln .... tlon rac! ale est lruêparab!e de la prépa.ration A. Ill. guerr : 15t.1rmatlsanç les tendances A. la pu,lvlte. II Indiqua QUe. sans dJatinetlon d 'oplnl(' ns pollt.lQuts, phllosOphlQue. et t'1"llgleu p.3 ct de conditions &O. claies. t()us e ux Qui veulent lutter MaUHm(l'! tl'nt,. 1. RI !sm. l'A! II.'miti,m., Dour la Pll:t ISECTION DU X J 8. rUt GR St ubour •. Bl't . .;(I- 8 LE MARDI 2i MARS 1950 • 2e h. 3 ):Irtel,c Grdn e Soirée (jnémdlo rd hi ue au CINEMA Salnt.MARTIN ft. RUFo DU T[:RR.Ar." (COin F \ubl'uri Salnt.MarUIII - Mttm : Oll', dn J'blt _ PROJ(CTION DU CkANO HlM • QUf.LQUE PAtlT r. J;UROpr; • Cl)ntre le raciSme. contre I"antlsé_ mltu;me tt PClur la pAIx ont leur place dans le M.R.A·P. La délé aUon Qui ,'e/lt rendue auprès d s parlemenLalres du see t u r pour protestf'r contCf! la IIW. ration df" XAVI r Valla!. lU le compte rrndu de u. dtmarche. TARIF DES Dc nnmbrt"u e:s l'It"rsonntltus à Q",,- .I-- Et .... olcl rnalnt.enant une .autre pptlt ... histolrt". arrlvêt. elle. en cr. Qui a ces&ê auJourd'hul d·ét.re la ZO:1e sovtHIQue d'occupation. Je m'excuse d'avolr oubllf: If! nom de la petite Incallt.é où s. passent les falt.j5 que Je rapport.e. ('a,r l'evenement. date Mjà dp. p!usieur& moi!;, Je (tarant!,."i touteroi!; son authenticité. SI on pcu liujourd'hul parlcr d'une honnt'i et d'une ma.uvaise AIIflrnagne, c'est dc tout l'litre chosf' (lull s·aglt. Cel' dpux Al1emaines ne VJnt. n:1S sépar (-s par de CuJr. CUIiCS dj\'ericnces sentim('ntalc& at philosophiques. mals par la re;llItf solide d 'une frontIère gêognphlque. Comment. direz-vous. ne !i')nt·('e pas les mém s Ailemandl' qui hab! ent. :.. J'Ouest comme 1'E: t de l'Al\('ma.j:;ne ? Ne snnt.-c{' I---------------------------------------------______ pa$ ces mémts Allemand5 qul ont humllit. pillé. tué dcs milJlon d'étr s humaln3? Ou sont-llli deVf! nus. 5,,10n J'pxpres5lon lronlqul" d'un jou rnalIste du MOlldr-. d.e dO:JX af;'neaux à l'pst de J'Elbe. lalldl qu'a l'ouest 115 rf?5taienL de gra.nd m(lochs.o's; loups comme a" nt? a i!\.talE'nt è. c('t.te réunl('ln . parmi I('s uell ('l( Mme Paule NOllllly. maTrp.-lldJolntc du II' l.rronèllSl 1':_ a. BOUL Po, ,..,, lIl1'f.t • PAlU!! \9') ment . _ Tf1. , PRO U_Gt " 'tAI "·14 - ,.RANCI!: ET t!NIOt;' F"AI"ÇAISB 1 4 "'011 ............ s Ir. 3 mnll ............ ua 1 •• 1 ail .............. 1.100 tr. PAT! ET_AlIICr.RS , 1 moll ....... ..... HO f •• t "'011 •••••••••••• S n h. 1 III .............. 1.500 r •• TAItIF SPECIAL pou, Il BELGIQUE C ... mpl elttque P,,"U,1 1 lO·" PAlUS Pour lU tltlll t"'rnti d ·I . "oe tavo,.., U Ir. el Il hrrlltr. Dlnll,. COMITE Of! DIRECTION 1 " .. dr BLUMEL M.u.lu CRIN'PAN Cll.lrl $ LtOER:' IA!'oI Pltrte.Rt\llnd L r. v y lA ,hUI , Cil O\·r.ZARr.& .'\I.M.P.P. S N j!; P. Imp PotHOnnlt .. .. bau), f'oluonn,t". PAJUS j!)') , Peux habltant.es d'une ,,!Hf! de l'Est, avalent eu aHaire à un", fOl1 "t.lonnaire juive. L'u11e d'ellts -A Qui cette fonct.lonnalre a\,,,Ir. donné I.ort - d clara que 151 • lu Juifs ne faiMlent. pas la loI en AI· lemagnc, les chOM;S M sera!tnt. pasl;é aut.remt'nt, . Manlfe;statlon d'antlsémitisme qui scmbie rclati· yempl1t, anodine prés de ce qui se passe Journellement en Ailemo.1!;ne de l'Ouest. Ntanmolns. erttp. femme fut a e1l sévèrement condamnee c()mme ayant .t; fomenle le pn\· Jus:é racial et. la l,aine ent.rt'i les peupl('s '. consldtrés a Just.e titre comme le crime num/!ro un. La bonne et la mau"oisll'!? On a longtemps cherche à. propager la lé ende des deux Aliema· cnes. l'u;le bonne. J'autr('. mauval· se : une qui Ut Goethe. t.andlli QUe J'autre lit Melm Kflmpf .. une qu! cultive la petlt.e tleur bleue. landl" que J'aut.re s'exerce au pu de l'ole. Avlons·nouli raison de consldé- C'!'H trop simpllOer la Quest.lon Que de III présenter sous cct aspect sr,hémlltlQ ur. B!t"n ùr. rp. sont lr. m# m!'ls Allemands. :\ l"es' ·r)mmf! il J'ouest. Et pourtant., il convient d't-tabllr ccrtalnrs distinctions. TOul, (!·abnrd. Ir. gros des nallls virulenl. n'a pas memc attendu l'arrh·!tn de ... RuSS('s ('n Allema,nr Orlenl.al . Des le premier Jou r dr III cldaltp. Illi ont. p:Llo.sé a,'C'c arm(' Pt ba:;aicll cn lerntolre occupé par It'l' Amêricalns où certains ont dé condAmnés. la p!upart. d naû!f s. Pt où 115 rclhcnt dppui5 dpux ans la t.ete "n·tc leli regult.a:!i que l'on salt.. C :-ux Qui n'ont pas ( u le temp., de Qultt r la zone sovl tlQue ont He a.pprehel'ld s t condamnés selon leurs. mtrltes •. (A sILtvre.). SUR LE FRON1.' Stockholm: Reunion du Comite du Cen.-,ès des « P.rtisan de la P.ix » Le Hi mar5. le Cllmllt du Congrh mondial OI:'S Partlsa.ns de la. Faix t rtunlrs en trol lèmt'i sf'ssl(Jl1 plén!èn .. 5t,nckholm. LfS travaux du Cornll l'\urernnt Quatre .lo:J.r, ;. Frederic Jollllt-Curie prononcera 1(': dlscl'lun d'ouvenure Il cnllr$ d·unr. sPollnce puollque 60111':· nellp, La aPPort ri'a.ctlvlté scra pré!i('n (oo PU Jca.n Lllffltte. 5ecrctaire

éntral du Comite mondlll!.

Louis S:.lIlllnt, secretaire Jl"t:n · rai d#! la HdiralJon syndicale mondJak vice·pr.l\:df"lIt du Comité mondial. pré E'ntera. un Impot an'. rapPl)rL. Cf' rapport traHtra nn lamment. du dév'llopp#!ment du mou\·r.:ment df!s Partisans dé !a. Paix sur le lieu du tuvaU et. de la. constitution de Comlt(:& de oase qui permettront un larrIS!l!ment. d! ct mouvement a tout.es lIcou· che soclal,. . Les prisonniers d. ,uerr. En mtme t,emp . le V' Conll:res d 5 Anciens Combattants Prison nif'r dl' GUf"rrp. dl!' la Seine. a adoptt à l'unllnimit .... molr.$ une volx. une résolut.!l'n dans laquelle il est dit

 QUf' les am'!ens P. G. ont l'In,ptrieux

dl!'\'olr de men,r une action de tous I :-s InJ:lants pour dUendre la paix. le bien le plus prt-eif:ux d ... s peuple!i. Jo L'appel du Cangrès mondial de la Paix La campaa:ne pour adupter les 1) J)('lnts de l'AP1'l1'1 pour la P .I x du CQmité mondlaJ. se poursuit dan pluileurs PAYS. En Italie. par exemple, ces pro· PAIX poSitions turent 50um! e il la ratl· tleatlon dt5 Anèmblp.e8 munlcipa. les dans pusQue t.out.es I s I!:randes v!!1es. C· $t. ainsi que dam pluslellts villes If.'s 5 point.!; . ont fldoJ:lt s ,iL l'unanlmlttl. Dan 21 v\lJts. !P.s dhn1xrates-ehrér.iells ont, pn bloc vol(' pour la paix ntln n au'n,, \ Illl's. un nombr Important de volx d(-m'x:ratNchr tlennes ont té acquise,;. . En Sul sE'. la eampal[nr. p lllr Ilnti!-rdlctlon de II. hnm atol1'olqllt s· larilt. Ph,lsleur" me tJns:S SI: 5001, dérou!f:s. Lf!.s étudl!mts ont. con tltué un CClmlt.é avec Jr. pro! es,.;eur Jf.'lI.n Hoehsteffpr Il lia tHt" .En Sul dt". de Ire" nombrl! st'fi sections syndlCalps ont donné I r , .dhfjslon au Moul'emerll d s Partisan! de: III. Paix. il J"occasion de la seSsion du Comlt mondial. et. d ldent. dl'! Sc.utenlr f!nancî re. ment cet.h, 5e: slon . C('tt ,so!rte amicale Ile termlna. dan/! renthou l8Srne. Des enlace. m nlf. nnt te pris : renforcer le M,R.A.P., participer acttvement .. la campngnt'i d ' b nnn m!nh; .. Drnit el. Liberté r.t au tonds de lutte conue l'antlsémlt.15l1'le. Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs ZAJDEL 89, r. d· ... bct.lkir P,,"s-2" litt.: s.-o.., .... RUII"'ur. ""t ... l'CL 1 GIIT ' .... 7 , ( 1 , . , " .' t • , i 1 .' DROIT ET li BER1'1: !- La 'e et les basses oeuvres du triste commissaire Vallat Actualité d Moïs ça. ne tr !nB l'U 1 1\.6t In.uJ: , loccupant ure d,u p: 'n pUlle,,!!..,. 1l0,Ir lA petdClItlon rtfe Juif (lIn  : r..artre r ntU I 4e j'OlllJreMlO" du !l4uJ);p funClIJ •. C'Ut D4nnM .r Qllt ... 16 l'lomme chf't d 1;\ OeU'ro ,uH1Juh' ! en P'Tlinu. 11 M rtJ1d cnmpl.$ QIlI" rl.n un PUt Auasl peu me. J)O\V 1 .. ' fi'" •• l'mal 1\ tau 1 •• pror.tclllo. par eu et (lue Vlrh, n, .bOOOlument IIl.dJsptons .... bit. ""fC • .,/\ teehn!('ltn ... Il 110('\11 ... Il .... mM\lT'! ft, l,remlTe. Le coneoUr/I tI"Ou" Abtta et hl 0: M\U rbetehl h .. b" • \'11 ut· IlcqulS. Celui rte P :.l" 11""1. Le 1-1·"I1, une ('onrt • ...,..ee ,,"e le lie tlenl. à P"':IR, rt-unl_nt d . t.,.. .. · tl0Dn.lru CIe 1 ... GMUI)O /1_ n . ur,... dlrnlt.lll:e" !loS, D (lI lo" Mt pr1 de erller un orQ:8n am, "ux qU!$tlon8 jul I quI •• etllH n. de rl'".J r I/J .,,(/1 AlI'" d'i!tit r ctfl"& C domahlt l" f (Ut lon d'li. J)t'urle tr1J1'I.CQ,iA CO" f r 41 ta"t 1'" Qld "lt'nt /'lu .o Uttll4"d! t. l'u !e c n,,1 d ct .. H:-lnon. A"l. ' :a.

ll:nlfl! 1" volont . hlt:tT1en"e  au

@"nu,,,r fltll'll,, , d "Ich, ... 8 m&r . r · t jr .• obtlMo4f'.· •. 1tclde dlnltlt!at' un C'1m.-nJ"'Ulat 111 ' que tlCln JUI'fI I U' lU"1 \1 "'»111'11. u"el#,"en lt r61e qu'en tI.end l·I\nllPml. Mala qui tUrl· F'" el' rnlnl5ttr .. uniQue en 100n enre 1 On ·lnftJrmp. on pro.o.pecte. on 1)1)\111. on d .... e dM 115t"3 le Cllm'lld l.3. Dan. n ..... ];; " r ppnr.bp'31t pllltflt POU:' II dl r .. rt.e·UT dll .. l'lioN •. .'\b lZI nlt., I f:, Ieu .. ment .. Cf'lIn8. M"b (\·".st fln_te. ment· X""ie, V.lln Qui l'-!t ' 11 .... 1,.1 1 S .!ltt...tdenls "nt "'Jl:r9bicm n t lm· p' '1nne nmi 1:"ec.1 .. u,, . .. La no· 1'111\""10" dt! VtJllat ,,'ut Ifeu qu 'of la suU!' (!t! df!"I ...... "d ' l'('ftt'rlu au COt6 a!l;o' ...... "d . Ir ... ppen D:\nn rl( r. I r Jullll!tl. A j'Innnn"" d! la bohbe-' nou tJllf. ! ' h ureu" Iu • aU\. de IOle u JI' t'I "l'a b!H' II ch.lmpatne &(1 les Ilmls . L E succès remporté 'Par les dellxièm Assl e$ Nationales de la Paix dépasse leI! 'P,é"t.,ionl\' les plull optimistes. Dés le premier jour - le vendredi 10 -- plu. de 8.000 délél{1lé CU )' avait 20.000 perllot\nM Dour la. s ancl'! dl! clôture) se pres.,aieut dans l'Immense salle du l'arc des Expositions, tendue de banderolf!i tricolores, devant la tribune OU venaient de prendre plsce, I!OU lin lonnf,rre d';lp· plsudl!sernentl'i. lu, représentants les plus Buthentlques du peuple françal:'!:. 4 RcpardC1e cette tribune, el/t tçt reIpre. sion de notre rt'nef'lntre. ct je dirai plus .- de notre camarade tl de COlnbat '. déclara l'abbé Boulier, ouvr?nt. b. Dremière léance. Autour de l'ahbé Boulier, on pouvait. voir en er/et, côte à 1':6te. dei hommes p.1; des femmes dont la pré5enl':e exPrimait. 13 volontê d('. honnêtes I/."ens de ,'unir a.udessus des divergences pol!tiqut , phllosophiQu e ou reUgicuscs, pour d fendre la paix et les Ilhertés menac(:cs des llOmme et de femmes tel Que Maurice Th.orez, Yves FarfJt!, Mme Eugtllie Cottem, pr sidente d la F dératlon Dém('\· cratlque Internationale des P'emmes, Benoît Frachon. et Alain. Le MACHINES A REVERS ET A BATIR " iii E !LLOW ROULANT LE Rf:V!:R8 Mnhln l m'3ft à l'eual sur demudt AGENT EXCLUSIF POUR LA FRANCe: Etablissements CHARLES 6, rue de la Forge-Royola PARIS (XI') T eL: ROQ. 16-36 Toutes mochines à coudre Mechines è couper et moteurs - Toutes réparations - 15.000 PERSONNES A LA KERMESSE ORGANISÉE f par la Commission Centrale de l'Enrallcc LE 10 11 "t J2 mar . s'est tt! 'I1U: d.r,/tlS les salons de l'H6tl5l modl'TII!. la g ande lit.nte de solidarité orgalli. él! par la Comml.ssf(11I cent rale de l'Enlan.c! Olt vrl)fit r1 U,$ /o"",rs rl'enfrmts de fUSIlle.! f:t dtporth Pendant IrO/,f journüs. plus d 15,000 p()r. o/!lIe. SOlit vtnu s ci la ktrmesse: l'lieS nnt jl1l:t It!rlr dtVOir (z l"éflard des 'Pf'!W6 qul Il'ont pills rie pare7!t. . Unt! ,aile remplie de Iratcheur. d'Imaginatlon, contellQ.it les trovallJ: r éalisl!s par 11!: CTlta.nts d'J:; 10llers. le . chantl1lon$ dt! trall('lUI d'apprentis. c/ t!J$·d·oeu!lre indultrit! uume nt r.mICIIS. La vt.sltll de Cf!tte sal/f! 7tOlU a pt!rml.f d'a:{Jpr der les tnlt!1tts de Ct, bambIns quf Ollt I;ouflcrt, h Za r comme de gr(lIIdc "e1 soll nes. De TlontbrelltCt; pcrsollTlal1tts, !!tItles fi l'esprit de ln résistance. ont t 71.1l fi honortr ccttt! k rmt!s, e de leur Drt3tnce. Pnrml el/n. citons M. Cochet. directe/Ir du servfce etes prtpilles d6 la n(lf.ioll " l'Oltfce Nattonal deI{ Al!cit' Combattallts: M. Tyrand, uer"talré gtntral de l'O!f!re dèpatlement «! dr.5 A. C.: M. Thomas, che! du sl!rvicl! d s Jl1Iplllr.s de la Nation: M. Pack. che! de sen'jcA r}1l transit an mi/li. tère dts Fjl1( Incc,s. CitONS enCOTlI Mmes Flnkel. S. Sc,l1warp. S. BlanchI, Anna. Vllner, MM. Charle Ledl!rman, Vllner. Alfred Grandt, I. Blum. M. et Mm/! Poznanskl. MM. L. Wein. Werner. etc ... Lcs l'cril ain. Claude ?:or an, André St:l, Paul·Tlllard. ont dütlclH; e }r.un1 oellt'rcs ail pro/ft de! cnla'll3. Paul Eluard j 'étant cxi::!tst!. Il 1('mi!! 5.{)OO Iranc pOlir le. eJlfa.nt . de d rmrtt3. I arti. /. e8 Marie Dubas. Salllt · Granier. Lolc/ Be/on. ont aMical:1 leur$ photo.(. Bral'I) ln C. C. t.1 polir le bON lrava!! r taUs!!. Cil lallf!llr de ces r"tanls_ VO!l . oeuvrez pOlir It UT assur f'r le I); II-étre el la II(llx. ('omme le fl'ralt!l!l /t!urs. parelfts ùls ctaicllt vivallts. Ils ont déclaré à D. L ... Marie DUBAS TRES llcureul-\e d' v(llr parUclpé A la ventf: de 5011da rlLe (ll'ganllier. par la CI)ffillliSIi\ on Centrale de l'Enfance au Tlroflt. dei cnfanu de !ulilllés et de dl:portl!s, . Pour QU'\! n'y al pluli jam:l.ls d enfanls vlr.t1m('1i du ntul nle,

uvrons tous pour Ja Pai;.!.

SAINT-GRANIER TOUTES les oeUYr s Qui s'occupent de J'entance merltent. notre I ympathie. C Br vo pour la. Commls&lon

traJe de I·Enfance.  lui sa.uv 

\! t. de nos chers pl'tlt-li. I _ he la Paix 1 et bien cordla n André ST IL ., EllLS les "arUM.n. de la PillA S Mnt ('lIpah!e .l".!IImer vralrnt!nl lf'. l'nrflnl . Le.. utre . le., Ilu l· (j\H' .:lutHS" qI/l, POUf 1/\ dfll"I\/le d·o.1j,"u:o: prhUtoE;Ni, I\'hflilt,.rslfn\ p l à ploll:;rr II'. \\loncle d,l.l\. ; un 11011\11 billn de ",.n(, qu" pGU\'ent Il .. faIre " 'nnt deti enfants. 51non Jou;:ir ? Il", nf ['I.!I'·f"t. Il!! ... Imer ttlfal t . parUcifle, li. 11\ kerDU! "1. 'II' la Comml .5lon cp.ntrall! de l'l':nfJnrf'.

 o'e,;\ piS .. e uh  lIIl!ol •· ... e·

quiller d'ul! d" 'olr B l'I, U I dflf' J1 lltt'5 "I::time!!l de la luerre plll" sI ... e· .. t aus..4. d'une cerlllll,. fI.·

!I. lul r pour qulJ u'y \lh pllU

de ,u8rt!! tueU58 d·enfant .. •

Dtln. :1 '""' l'nm·ol. re \l!sn Je grand

r , d IOUI AA vl  : J' ntl ",j('l$mt d·(;l.JIt! Un, boutl d'orgueil luI mon·. • I t/lt . Il .. U PJ1 Ue ... debut", Je. manon, QU'1l .el'enlt "n Ardee!!. Ipa ' .. ct" marronnle""'l lU l'.oUT! 0- 5't ".Iomr "Jl:n_ èl.-etoul ..... \e mt- 1'-"14 ou le tenAltnt les r ub!ll'"jl1 . le. eèbcd'H d '\\n" CIIrrlèr .. fte rè""tlonnalrl' D9rtohl bl.n dUilene : quel l r,.. unche a\ljourd'hul ! Nommé comm' ..... Mir. le 211 man 111.1. II rou.l· IlllUltbt .. PlIrl' ... up." de U!l mallr ". H .. ont tO"H P' •• u. A J'l n nUo" dp Oanned.1'r et d·Abtlz. .• 1" .. lIIe de leur pr"rnl

:"lltJte  of lrl tl H'I!C Vanat. le f .. meux

Dt. Bn 1 dlQ'é un .. notp pr ,,"ant I r.OlllllJl:"e- .. dOline •. tt nntamment. ce pel.U • ttnl ltJJ1eml'"t t ; • .. .le co ... • ntb"lr II Qu ...... /'m" fU/L' 3 e .• t hu,iU 6. rtrf ,ur l'f d, d'oru tJ d 14 lu ,.,Ullrt., l'r li"li"l\ir 3 d'un tUpor! 1_ HOIl IvUlr d , Juil& . • (. a-rr!! 11I4I . C fl1 uru pr hmjn.llt , la spolia. Ilnn. le rer.enUmfl\\ 1. délation. l'IIl_ tt'rnP,mln . Il \ .• lu prendu !'\lnt alllh l llutre. "IOn un cTts(:tnrlo 8'L ·'lIt. nl_ "ulant eh'Qu, fol& J. dose. ehob!!tI\ llt W::I moment p 'Iur tfllP r un cou!'. IIecelltue,. "li:I'U,·tT, Au diltl\lt. Il .1\ tro,,"e qu"ll :le III.POU PU (\. ,,",umlu R 'Ie:B Hrndu . QU'A o:tlll Ile tlennt 1 Un I"OIIP CIe ttl ... !'hone de D:tnn kn .. de IIrlnon. ft Oarl"'1\ Prtlll\llll'Uf bl .. nlOt u .. e n"Ul'l'!l IN : • l.:.-rrtl.due du cl'lZmp d'actiOI\ a atla"f tOl. t Il 1 .. T"'Iponlobf ftA df l'allai . ·e l- trOl/:1I0 'le("" rlle _ (rllpport O",\neek rl. AI""'I JI'ou rlt 11'",en\l'nt mlll ... tlr"mtnl· le "hemln clf'S eampt; de III. ml:lrt. ta.ndls ((ue V ... lla.t tenult. lU m'1ren d 'unt r".npa" llndl' mêlllllt llinoble a\l .. rbU l:I.llft blbllqU8 et mO tllnareull. cie donne. ,-"ft couleu.r !r3nç.UMi • la ma chand1M! ImpOft t tt'out" J!lhln. Copl ,·j h)·.'.' du p emll'j'P.I\ llllS d-. Nur mh r.l:. I l'i .tu c1u JUll6 marqt:.e un ... l:' t t c1" lsj,· cl" cettf' J!llllUqu-. Il t t dR·.I'. du '2 Juin. A II!. fin dl'. la mtme IIn.n e. V.llllt PONlt la JlT!m: . r lerre clt ..,n eh!f-d'oeuvre ; I·U.G.I.P . C'e t enCOlf' DRnnl!' "k., quI le dIt ! • L 'e'f1J'!" ttr /Icq'Ii8 " en Allcm/lQtts tI d/l" le pt"Qle :lo.ot dl. ';oll.tl7\ MOI'u·" a d mOfttr" 7u'4 "'"" d ·" , / .,.lttt:r lu Jui/$ d dftvr dmfla"lu dl! 111 lile. 111 (T 4tft)n d ' I/:I\ arol/:poo!m«l\t o!)l/qa t ofre i1.e JUI/ .lm1lOu i "t:Ii.tQbltmer. •. IZentrlll Jude":'lmtl. "'mu ,t" l!:O" "eut d .muliglte la n"'c .. it .. cl·u .. (et i)'- 1I"6ni.\JII. . _ ""Ullt .... "U d ·:"It. nt mleuil compris 11'../ leçons du p tron Qul1 Ilnlt pT1 601n. p alablftnl .. nt. r1 'a"plIY r ton afl tlumltl.!.m .. 5ur une polle ! apkLale : II t,op tameuee l'.Q.p .. a II cTh.l.On

le laQuell! Pueheu donna , .... ' ..e le"JX

CMip cl! maIn. LES ASSISES DE LA PAIX el de LA LIBERTÉ LE samedi Il mars. lu délégUé' aux ASf,lscs Nationales dt' la Paix E'.t. de la Liberte. ont Iecê. toute la matinée en Quat.re collèges. qu! traitaient. respectivement dell Questions sulvantes : la défense des IIber s et la lutte c()ntre 1* colonlallsffif!. le probl me allemand. II'! dan· ger atomique li't le désarmement.. la lutte pour la cessation de la IUerte au Vlet-Nam. permammce pe. er sur luf le con· Ir61e du PEuple, votr« contr6le. M. l'amlnl.l Moullee Il présenté d'autre part un rapport très doeu· mtntê ur le racisme et la répres- Extrait du discours prononcé par le gram! rabbin de Kaposvar (Hongrie) pou r l'anniver.· saire de la libération du ghetto de Budapest LA figure dl! rol' e e dres;'\t! aujourd'hui dlw!:lnt noua, de Moïse qui fut chant!'. dans cle:'\i épopées. Sl':ulpté dau la pierre et danl l!'. marbre, Depuis Si raki, ,Jo!ièphe Fhn'iu Philo d ' Alnandri jUllqu'à la HUÜllture moderne. en passant par lu Pères de l'E,-liM et If!! faeultt!!' dt' f'.('iences. loul'l ont anaJYJ\é Mn être. tout. se aont efforl':ér. d'expliquer SB grandeur.

ous publions icl qUf'IQur: 

u:trai'..s d'un dl r:lJur pl'ODODC,I: à la radio rteemment par le Or. Hendk Krausz. ,-rand rabbin de Kaponar (Honl;l'if) pour l'atlDh·frt.alre de la 1îbér3tlon du ,beHo de. Budape l. Un. uuse grande et juste D 'APRES un a\'ant de eesdernières décades, doue d'un ellprit c rit ique aigu •• Moïse fi· gure parmi le pt"r!ionnalités les plus impos:Jntes de l'humanité parce qu'il .'l libéré son peuple, Jl3rce qu'il lui" (lonn t"; des lois religieuses et politiques. il a in· fluencé d'une maniere profonde ct durahle l'hi!itoire des religions lIlo11othéi$tcs. l'IJoïse a comballu pour liber r r.es frère:". Un seul homme a fait face à des millions. Il a comLallu pour tlnc c tuse grande et Juste: pour meUre fin flUX souf· fr:tnces infil1iM de es freres de labeur. :lUX "aines effusions de . sang et il la !ier\'itude. La dé fense ries opprimés, le soutien

les lOalhellrE'ux. le redl'C'sscll1enl

des humi!ieJi ct 1:1 liberté à "enir hril1:l ient. rl:lns le regard ne Moïse. my,s du ghetto Sil! sont effond,és El lorsrJue nous nous rappelons l'esch\"age. lorsque nous voyons que, pour la lyrannie qui temlit sous son fOUft cinglant des millions dt Juih suhju.cui , la "i du tn.,·ailltur nt reprisen. lait que le bon plaisir. le capriee pas ascr ou l'humeur de quelqun "eigneurs ; aujourd'hui, nill du jour où rut libéré le ghetto de Budapest. le sou\'enir millénaire de Iii: sen-itllde égyp_ tienne $e change en un pass4 presque actuel.

13jS , de m me qu'il y a dei

milliers d'années nous avons été libéres par J'idéal ucré du déve. Joppement et du progrh, par la ....alonté cle .... aincre la Iyrannie. de même que le$ murs du ghella qui masquaient tant de liouf_ franc et de honle se 60nt effondrés sous l !s chars d'au:mt grondants de la Jorieuse Armee soviétique libératriee. sous lei coups !i.an5 merci ue se hèroï· ques troupes de choc. et i3 liberté chère. et 63l':rtl:t brille sur nou. dans la lumiere de la 810ire di yine . Renverser le-s trênes de. nouveaux pharaans Noes n'oublierons jamais qu. Au coUèle sur la dèfense des IIbert.ès et la lul.U contrE'! le l':obnlalisme. prélOldê par M. Alain l.,t! [.ta". secrétaire général de la. C. G. T .• le rapport cénéral était présenté par M' Bruguier. sion dans les pays coloniaux, ' ________________ --, Léap. JM8tlll. Godart .. les parlemp. ntalres Pltrrt Col, Gllbt!rt dt Cftambrun., Cha.rlts St!rrc, Jacque! Mltttrand. l'amlul Moullec, le ,énéral Petit. II! colonel Man.h s. l'ecrlvaln cat.hollQue Pierre Debray. le paliteur Rognon, Mm i Marit!·Claudl1 VaÎlJ(mt-Couturier. Lanfl(lvln., A.ubrac. Cassin. h! président de ru. F . A. C .• M. de Barral. lp.s professeur.; Hadatn.ard. Preliant. Aubt!l. le president du RaslIemblement. Démocratique Arrlcain. Felix HouplWuet -BoÎgnJl, le mett.eur en sl':ene Louis DaquIn. le artl tes Lolleh. BtI10n et Ja1t)J Holt, eu:. Notre ami Albert Youd/ ne repr ,entalt le M. R. A. P. On rêmarQua t également a la trlbun'I! MM. Vflnt!r e korman. représentant les déport.é' JuIfs et Kalisehtr, du Poalé Sion (,auche). Dans la salll'! ialeml'!nt. les d I gu és venus des Quatre coIns dl! la Franc@. r a1t5alent l'unlon la J'lIu/; large. Et c'I'!S à. maintes reprlse. que la saile entlère se dressa a.ux crilli m1l1" fols répétés d' « unite,. et d' c. union pour la paix ). Enuméra.n t lt!s mena.ct,s auxH quellp.s la RépubllQue doit faire face et les llb rtés bafouées. M' Bruguler a rappelé en ces termes la llbératloll de Xavier Vall;!r.t : • On O!IVre de nOltVtau la t101 au tasclsm et li rontt5tJ1 WSmt!. Goebbels es t mort, vive Goebb!!l.!' l xavi r Val/nt t!$t libre par /(J grdct! de M. Rt!rté MaVt,r. "bre de nlddivt! r! ... Il n y a pas de fatalité racialè nous devons la ,·je. la Iibl1'rlé, 13 sécurite et ra\'enir à la glorieuse Armée rouge libéra· !rice qui lulle pour la lîberli des peuples. pour le droit des plus pelite:s nations. pour affrallchir les opprimés, pour ren\'erser les trônes des nouve-aUX pharaons et pour nous amener. a nOus. et Il lous les persél':ul6. et a tous le opprimés. le symbole éternel de . la liberté sacree qui rayonne dans la lumi ère du soleil levant.. l'irnngr: de l'éloile qui scintille (lans le ! 0 i n t a in firmament. l'étoile que salue avec reconnaissance. nmour et e po ir, un monde où rcgnent la liberté humaine. une vie dip:ne, une \·érital.tlé société humaine et une vraie juslice l'ociale. Celte liberté a si. gnifié pour nous lA r slisatjon la plus malérielle. la plus &in che de la "olonle dh·ine. On peut dl!!ll':i1ement Imaginer ]'enlhouslasml! Irr(:i;lst1ble. la cornbatt.! vlt#:. la con!1ance Inebranlahle qui Clnt présidé à ces troll! Inoubliables Journée/;. Il faut aussi soullgner le sérieux. la haute conscience de leurs responsabHlt,és. Que m;\nlfest.èrent tous les délégués • .soit en Ii ance plénlére. 801t. d3Jls les colléges et commission$: où fut définie l'action à. poursuIvre dans l'immédiat.: La r(:soluf.\on adoptpt!. a l'un(lnlmité. par ce col\èi:e puis en séance plénière des ASilses. 10Uligna quP. : 4 En libérant ;ravi,.r. Val/at. Re'lt Mayer e11-Courage la rena15s0nCt tie /'anti.stmiti$me •. d lanc6 en concluilon un Appel où nous relevons cea phrases 4 Partuanl de la paix de toutt!!! ortgü!t!I, de toutt!' cl43&e3 sociale!. dt! toutes o"lnion.s. UNISSEZ- VOUS! " Par d'élu qut 11.' let/it! en Au collège sur le prOblème aIle· mand, présidé par M. CharlC6 Serre. d pute. la renaissance du racisme et de l'antlsémlt.lsme dans l'Etat de Bonn, ct la latte errtcace contre t.out. retour de l"esprlt nazt en Allemagne orientale ne pouvaient. pas ne pas Hre éVOQuées. Yves FARGE Dan .son rapport., M. Le'ltln.. journaltl'ite. chrétien prOgressiste. a démontré que les profanations de synagoguel'i et de cimetières juifs dans toute l'Allemagne ocd· dentale. prOfanation des OSl'tements de déportés Dachau sont de aspects de la prtparatlon Idéo· loa:lque à la Ituerr . Stlgmatlliant l'altlt.ude de& autorités amérlcal· nes. du gouvernement Crançals et des dirlieant.s Ile Bonn dans l'Aftaire des squelet.tes de Oaehau. II cita notamment une dépêche d'unO!1 agence de presse allemande sE'!:on laQuelle les ossements en r)ues!.lon ne seraient pas ceux des déporLés mals ceux de soldats napoléoniens. (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) Dans son rapport sur les forr.f's de paix en Allema(Ile Ou par M. CharJe... Harochel. M. JOIHmny Bulioz montra Que la RépubllQue démocratique allemande Joue un rôle essent.lel dam la rééducation du peuple allemand et son orientatlon vers la luttè pour la pal"'. Ce tOl1ct.Jonnalre Qui foulait aux pieds les principes sur lesquels reposen.t l'lndépendance de la. magistrature et la sépa.ratlon dps pouvoirs dtl:slgnalt les bom: citoyens Qui lutt.ent. pour Ie-ur pain. la paix e't. la llbert!'! e qui /;ont. fUX. l'honneur de leur pays. LAVAL N'AURA PAS RAISON Toute la guerre froide décidée par Wuhln,oon. tous les complots montér. en vain danll le$ rh'Jubll lues populaires. tous les chantages à la bon1 atomIQuf'. tous lu pactes et t.outes les menaces lendent à dégalter les abords de la l':1tadelle sermano-amérIcaine de la Ruhr Q.ul me.nace I s peuple5 alarmés e.t d Jà alenéll. NOus comprenons mIeux encore ce que voulaJI. dire. 1'11 bd omadatrc anglais New Slatt!sr11an and Nation BEAU- VERSANT LA ROCHE-GUYO!'. (S .• t-O.) RESTAURANT HOTEL PlI!:!SSION Dl': rA.MILI,!; ' fI tr.nCA l'lU Jour JARDIN _ PARC _ OARAGE (Pkh .. "t ChL"" ) fftE "HONE n /'hHlo t u' eil,o 51 Très graod choix d Tissus GABARDINES - PEIGNE TISSUS ANGLAIS Chez SIMON 10, ru. Leon • MON. 81-41 MH ... : CUtuu_lI.ou,. ."."."'"."." ..... ,."." .. "."" .. ,.,,,.,,.,, ..... ,,,.,,.,,.,, FABRIOUf D[ TRIOETS • • • GANA Sto :14tê • re oft ... btlll" IImlth .U UPIlII a. .O!lo fr.pa 64. rue de T;.ubîgo. 64 PARIS (III') •• •• •• , Tu.. 1 A&CIUt"tt 31-41 i .1I.1I11'.U.,.IUII:IUII.. . U."• •I IJ,.".nll .... ' ."' " ."O:,. .U. qui. I 17 dtJr.embre 1949. dênonçalt la '" sinistre union entre les lorces réactlonnalres de la. Fra.tice et de l'Allemagne qui conduira. à la domlnatlon de l'Europe occidentale et tlnaltment è. la guerre. Nom comprenons ce Que ce journal étrang( r a v(lulu dire lorsQu'li '" aJouté: , La ... al aura!!· voulu vivre pour voir ce Jou r-là ! " SurgIs de III Rtllll;tanee. QU l'on 3'C5t acharne â dh'lur. lu Combal. tants de la. LJbené t de III Paix veul( nt Que la politiqUé de l ·aval ne soit J'lU meme aprh l'exécution de 50n auteur) couronnée de 6UCI':CS. QUE FAIRE 1 En conclusion. M. rv Fu.e lDdlque avec dartè Quellu sont, di\ns l;t sltuaUftn rlli.,enle. les tir:b,. Qui s'Imposent: Il faut prendre conllclenr.e d'une r al1t et f!llre f'n lIort,e QUll les aul,rl'S en pr( nnent auui conscience. Nous sommer; malnUmant un mouvement, de mus!!;. Nous nous 5{)mme, elargls dans la lutte civique. Il tallt. nous durcIr dans le comhat contre le fascl,m menaçant. La F'ranrf'! P.t, la RépubHQu seront. auv es par l'u;llon du peuple. dt's e\assl!s morennes t't d s l11t lh:ctlJf'ls qut vl"'ent dans 1:1. probltA de leur !.raval! et l'lui sollffrfnt dans leur honn l.:t té In suItée; par la fratPrnll.c nU\'rlèrf' r I, pay anne qui se serlle danll les Cflmmunes sur t1e dO\llourcuses f ;.o:pp.rlenee!l économlqUl:s. par le rassemblenlf!nt. dt! tous I('s :tmls de la Rtpubll(IUe quI n'ont PM ollbllé Qu' n 1939 (In a \'alt prl:; soin, pour IT:lpux prtt:lpU.er II. France dans la défallt'. d'N-raflgier le!! Ilbertts pu· bIlQue . Nou avons A r Ire en!.t'ndre la voix de l':ette France et Il ellprlmer eelt volon républicaine. UnIs dans le m me combat. les patriotes auvcrf'lnt les lIbert.és et Impo.\eront la Paix! (S UITE _ COmbien faut-Il att ndre de t.emps @ntre rensemencem nt et la récolte? _ Deux mol.s environ. _ Et vous réensemli'nl':ez !mm · dlatement aprt-s? _ Nan. car cela prts ntf)rait des danaers dt 7Italadic,f cryptogami. que! potlr le. Oflvritr3. Nr 1I8 1!'cns m nçon. Qu'une foü tQ!I. 1.:"3 dtl1I an.f Slir ft mémt! terra/II . Apr s chaque rlicoUp-. le. e/l.alll/lR SO/lt complttr-mr:nt ne!U,,,es ct (ftrt. , Le salpétre. Qut e forme don., la carrièrt. aldt d'amel/rs CI la dCsi1lfeclion. _ Il YOUs faut. donc un "rand nombre de champs pour pouvoIr récol!.rr toute l'annte, Le rend e· mf:nt f'lit-ll ré:;:ullfr ? _ Oll! non. A.ujnurrrltui. V(llt3 aV i: de la. chanu d voir ().es sil · 1011$ (l1J. . i jounlf!). Utle pareW« rtcoite n·arril.'t! G'u trI.. rllremelll. _ Que!!f' luantlt..é de champIgnon!'. r oJtez -vou s? _ Sur mit toise . . ,oil deux mttres d'un Milon. "OII · rall{(lsSOI/ enJn rJ.t:)lI et sept kilos. Ccla dt· pend de la .'Icmenc". Il n ,eure a('rue llt'. fl l'st dilfil':ile d'cn trouver de 1)()11f1 qualité.- aussi. lIotrt! re· colle ,.st pnr/ois dNt( lla ir t!, NOliS ra maIllons (/11 200 li 300 ki lo3 pfI.r jour. _ Comment lIrlanl5ez·Vous la \'f nt, ? _ Nos eflmioM transportent /l'. r./wmplgflon,J jruqu'aux HaHr.s Centralcs oi, de. mandataires les Theâ tre des Champs - Elysées MARDI II MARS 195", " 21 heurts fESTIVAL DARIUS MILHAUD '1( ; ."". l'II" ) Cnmil+ do: \"/l{al' I "c' f,r t ) " .. .. ,,l' l' ,h! ,, 1. Appf! U",Î\ .. Jé.' .... . UO:1atel .!u nnln, MICHEAU. CHAfI ES-PAU\.. dt" l'OIJ rllo RtCI\Snt ROLAND·MANUEL I 1'Q9(;)(kS'rRE NATIONAL. u. CHOF1AL2: GOOV Jifolf. n 1 I:NSt"'BI.J!: VOCAL de la Il VIIIII d'tl " 1 Dlr L. ALOAZI t SOUS LA Ollo:l.CTIOrl DE L'AUT!ôUR Au proaramme: IO!lllduel.on ft Mar.he Fufttb,e : &anlall "'upUalt et, ell t»'fm!ere a\ldl\ion n Europr. . SEItVICE SACRÉ • Nier ces e!!orts et. les substantiels r sultat.1i déjà atteint .... cp. sera.it ('.rolre en une fatalité du nazisme allemand. Or. souligna fort.ement M. Berlioz: _ IL N'y A PAS DE FATALITE RACIALE ,. Notre ami Roat!r Maria. lntcn-lnt é(l:alement pour Insister sur l'cxlstenCA de forces antifascistes et. pa('. lfIQues dans toutl'! J'Allemagne. Pour la sécurité de la France La. résolutlon adopt.ée à l'unanImité par le l':ollège puis par le: Assises htvUt! le·s Con eils communau. x lJ aluter l'opinion publfque $ur It$ dangers de la politiq1lf! 5utI) ie :il/sou'd prtst!71t il l'égard d'J l'Allemagne et Il St! rendre en délégallQn (lupris dt! chaque illa pour exIger It! renversement de celte l)olitiqut! .- fi $'or)J,()ser fi renuoi d destination de la, Ruhr des minerai.-; de Icr t t ba.uxite QuI pourra!t!nt, comme etl 1913 et en 1940 ttre utflisés contre nous: à appuyt!r la formation et l'action des Comités de dé/rnse des bra.llC e5 dïndustrit! et du commerce Irançrr!:; menacée par le du,np!n" germano-américain.- Nous re\'l!!;ndron dans le prochl\ ln numéro 6ur I s autres réliolutlons votées. En cet iI""iverui,e JE "ous ai parlé, me.s Id ·ru. de l'héritage du grand MOIse. Je \"ous ai parlé. à "ous qui sa. \'ez. à YOUS qui sente? le mieux, en cel anniversaire. ce que. signi .. fie la liberté ; à ,·ous dont la "ie a "u se r eproduire. et dans des proportions ac.crues, la sel'· yilude et J'oppression. les alro· cit s des hordes barbares. les gémisssements et les cris du ghetto et la fumée noire des souf· fra.ncc . Que la liberlé et III dé1iwance retentissent li' n des milliers d'échos sur les cordes de yolre ânie ree,onnai9sante. DE LA PREMIÈRE PAGE) IcI. III cucilletlll 50 rnlt à .1 It:mlère If'une lAmpa 1 leetyltTlo. ac/oèt!':",. D'id. It, rhampirp10/1.t ]Jtlrf,(mt SO!!I'II!IIUmeid ranfJés dans dOl nanler$. Mrlis. la-bas. ils le j('!,l(!llf, ptlt! - m, 18 et les abinlfnt. lorC';;meut. Ils n'ont aucun re·m"ct pO,lr It! trapail. ces {Jols-Ià ! D!st!nguf.Z - vous diverses QUalltl:5.? _ Si nr 1I8 CII iJJOI!S !In pcu. tard le chompifl1UJt!s. ill s'ou:. re7l.t t'/l. r oule Ft l e:!' matld(Jtairc t'n prnliteltt l'our les acheler II/oins (·her. E1/ lait. sur le marche., Ic COi/somIIraletlrs les trOl:vcnt toujours fi un mClne pri,E, S\lI' le ehemin du retour. nous passons de'i3.!lt un tnorml:' venl.ilat"' ur lequel St'.T1 c\ l'aération de la chantpl:;nonnl!re. Avant de p8.l'tlr. mon aimable gu!d m'offre qu!!;lque:; champi .. gnons. TCTlcz. Jl5 de'HI nt d'Ure C)JI!II/i . VlilJ$ pou!'l'!" Il!s mangt!r srms /e5 r!pluch.er. 1u te lu Ia:vt!y. ils /l'Cil sertint Que mdlleurs. C4 fera une bonne ome/t!tte 1 POMPES FUNESRES Er" MARBRERtE Edouard SOENf[8[8G 43. , ... d ta V.U"" •. l'A.II...T 1I, : THI n-IIO Nu,l , rat ..... , • , !) OIT !T llBERT! ' P' OHÉ LES CAMPEURS. Pour se remarier CINÉMA UN RECORD L b . . t Léopold demanda de perversion criminelle es eaux lours revlennen . le consentement de ... Hitler RETOUR A VOS NEUF ANS ET DEMI f -- S AO an 60&. ohANOCoI au le-vrN, manhant d'un PSoII allègre, un lroupe de ,leunM ia1"l;OnS tt n:lu ""n va. ca.mper. Camper, ce mo al court, l'tul, pour It'f rUl.ns paren14 !&t $ynonymn (je maladi e, d'inconfort at de vulgllrl\é ... Qu'est-ce le camp!ng? G.l!'e St·LR ar . Cohue l'I1IX ichf

u:r les biretJt. On n  .'arrêt'. pllS d 

ehllllw pour a\ peu. Bernard n'o$ pu cooUont. - Mince. 5' CTIe-t-il oe qu!!' ça. p ut Atm cher je! tt'/lnsporU!. L'arméf' der- La campagne d'abonnenlents à D. L. Notre RICHESSE .- nl r", pour If m m@ plix on tJllu\' lt IUH .. cen clnQuant.e k\loml!tru df. Puis. On dpvrnll nous acc(,rd"r un biLet collectif Ilv e rMudioll. ... Allons dépêchon. -nou d'"Jl r sur III Qua e tram va parllr dans Quelql,U! lnllllftes, nou.'\ ne sommt's pas en

I'Bnoo. A peine somm  -no\l.S monti .

qu ie train démarre m;F'rt ant le campeurs 1'1.. le. "utl'e voyage\ll'& 1"1.. " i. C"u_,-cl un r ('u çf,nyé dl! vo!r r,e:te éqUipe de' J .. ;:n s (lui ont contill "el! m nt, l ril'f! _'ur ! $ l':vr . qUi SP bou.sculen m t!ent dl" Il! OW: ' mentoS de joie, t qui rMl)lrcnt la

nté_

FONTENAY-LE-FLEURr". Arrivée 'i des camp"UT5.__ l't du antre;; voyageul'lt RUSS'_ H ellSCmen l !'emp:llcp mt nt lu camp a lité dlOisi à r"vllnce donc 1»11 d" bou cul lJdl!_ On marche pend.lnt quplquf- k:l'omè rr tou joun. en chan, tan f't ÇII )' ,·,Iit. on est arTll'ê. - H , Jojo, l'lU; pas un p:qur. de rub' " '-" .A il'llt.6t 10'11 .. lOi en placl'. On ea'eu: : Avec d ux matela'! dans une lfnt.r on pourra dormir oonlortaQlemenl il, qlta!re. Pour la nuit. ll'oS filles d'un côté . I .. S garl; d l'autre_ Pas d'obJections? /\,011. RIlJrs mallltl'Ilant lU diner. TJ! n . étonnant les !lIle, ent préparé la Boufr. Pendant un moment 011 n'rntend plu qUII :e bruit d .s màcho;re, . Qui

 1  I ·u: r. nl conscknclC'as melll la tidlP.

(,ui leur I!l, a siiC'nir, En!in C'I'st tnminé, la vaisselle ( ,$t rssuyél!. On se prépar fiévN'lW'menl au feu de eA.mp. Changemen;,. de réprrlolre, ce .soot mamll'r..ant d f'1; chanll; de veillée QUI s'élevent daN la mut..

l 0 Nuit, en Inn sile'ln' pn'/muJ._, S

QIlelques .. Ilrt!.o;.les » prél;enten IlO numéro pui5 d{'!1 chant.s Cie Bonne Nul: c.6!llrcnt la SOIrét"_ , .. Et J ean. pal' f':v-mple, pense Que

1r.mllin m tlO II fAudra. qu'il .se lè,, 

d .. bllflne heure pour lI. 11umcr le feu et ur r :a OOfl'ér d' au D IMANCHE dcrnlt r. plus dt. cinq otl1l1on$ d' lecteuTs belge!!

e 50llt rEmdus aux urnes

pour répondu! sI. • oui , ou c non '. LéOpold III devait remonter sur le t-rône de Belgique. C'est la prrmlère fols, dans l'histoire de la Belgique, Que le peuple Il été appelé à plébisciter un roI. et Quel roI \ Le plus e,ol\te t.ê. le plu,!; décollllldêrê des monarques Que ce pays ait connUl;, le moIns démocrate, le plus distant des princes qUI! la nHllson del! SaxeCobourg ait Installes sur le t rOne de Belgique. QuelQues faltoS suf!lsent à condamner Léopold III, ennemi de la résistance et du peuple : Pendant l'occupat·lon allemande, , li vécut. à Laeken et rendit vlsltl'; â Hltlf'r à Berchteilgaden: II envoya un télégramme de condoléances au roi d'Italie au moment de la mort du prlnce de Savoie Qui avait combat.tu en Afrique contre les trouges anglo-beiges; Il $O\Ucita. auprès du Führer. dans de5 conditions etrangu et assez humiliantes, l'autorisation de se remarier

 !tllcltat1ons ct neurs accom-

Dimanche 26 Mors Ô 20 h, 30 Gronde Salle de la Mutualite u, RUE SAINT. VICTOR (Mttro : M tlhen_Mut\l .. lIlaJ GRAND GALA DE L'U.J.R.f. ," ,0"" • • ' ' . .' ' • • • •• • • • ' • ••• , , ' "" ' ' ' ' . ' I I U, Ille. 1. H' oh rlmllO'U pl.r la untp •• ne d· . dh ;' jl n . AU PROGRAMME ; Un grand film arUltique au service d' la Paix : « RENCONTRE SUR L'ELBE» La Chor"" Popul iJ"e JuI'll pagnèrent l'accord : IiCS \'oyagt de plaisir en Allemagne et lH, Autriche. chez des nazis notoires. ne sont pas oubliés. Sur le plan de la pollt.IQue Intl! rieure. cette bataille électorale est peut-etre la plus Importante que le peuple belge ait lIvree depuIs la lutte pour le suffrage unIversel. l,es amis de L opo ld sont Jnp.xo rablement les ennemIs de la classe ouvrière. Pour leur propagande electorale. i\l; ont bt'né!!clé de l'ap pul financier de gros industrlcl1; et de banquiers; les Jeunes léopol dlstes les plw; hard Is orlanl rent des expéditions de type fasciste contre les organisations démoeratl ques. Une faible maJorité. 57,68 %' s'est prononcee pour le roI. Léopold III avait déclaré. lorsQue le principe du rtlêrendum fut adopté, qul 1 n 'accepterait pas de reprendre ,es fondions royales s11 n-avalt, au moIns, 55 % des voix. On. volt Que l'eeart est extrêmement faible entre les ex1ecnceg , minima de l'ex-roi et le soullen Qui s'elit effectivement offert à luI. Le retour de Léopold, s'Il devaIt se produire .aboutlralt au contrôle d'une mince maJorlte réactionnaire sur les couches laborieuses de la nation, Ce serait un pas dangereux vers la dictature, vers le Iasclsme, LA COROE Ce !\lm n(')lr d'AHred Hitchcock obéit carlcusement il. la règle ;les t.rl)ls unités Qui donne tant ]!1- tcnslté Il toutp action dramatique Qui lui est souml.se. Dans les llmltes de la durée exact.e du film. dans un appartement de NewYork (en teehnlcolor !), deux ét.u dlants assassinent un dl! leurs camaradl': s par strll.nguIat,ion (la corde!. sans aucune a\ttre ra\, ;on QUf': de S'offrir une sen at!on rarl'. On apprend que ces deux jet nc, gens prétendent alnlil pousser JUSQu'!' n ses extrèmes consèquences pratiques la t.héorie de leur pror('.s seu r de philosophie: Il leur a en selgni: Que les êtres d'c!ite pouvaient agir cn dehors de toute 101 morale, jusqu'au crIme, JUSQu'a,u droit de supprimer des êtres Infer leuOl. On reconnalt lâ une conception Qui devlem le support Idén logique. si l'on peut dire. des nazis et de leu rs imltateur5. c La corde" commence par le cri dc la victime ct se termine par l'arrestation des criminels. dénoncés par leur professeur Qui mesure avec horreur les r é rcusslons de son cnsf'i.:ne Qllellt' ldt(' II- do nr. t raversé le cerveau rltscQull!bré dt' l':t\lH Ur dll film et !':t pouss.c à nous in!Ugcr

ncorf" ce cas de cr JmlJH:1. quand \1

t'xiste des mllljers dc suJrts a traiter à l'écran? Décidément. on tuc beaUCOUP plus au cint!:ma. que dans la vic Quotidienne f:t Ci'tL!" &ll.uat!oll e t inquiéta.nt ! POUl' le m(mde du cinéma. partir.ul!èrement les maltre,s de Hollywood. lE TIUSOR DES PIEDS NiCKELES Tous comp eA (alts, J'aime mieux: cet a.mutj.Cment de rabrlcatlon courante, de stYle La.urel et Hardy. S11 vous reste QUelque chose de votre imagination d'enfant, si voua Nes « bon public " vous rirez; de cette succession de grosses blalues qui jettent dans une action épouswuflante. pleine d·aven.tures complique eS, d s bruits de grosse calS e assez rèU$sls. Lorsque vous &ortell d'un tel spectacle. vous YOUS dites c C·est. Qu.and mllme bét.e de r ire a; de :pareilles histoires pour 'o scs ,. Oui, mals vous avez rI. Roger MARIA, ment. ,-________ ----________________ __ Il est ImpOSsible de s'intéresser profondément à cette histoire éCOEurante, il. (',es personnages artifi ciels. hors la vie. PAS SI FOU... ils veulent laire passer pour folle la /1 Chienne" e Bu(henwal lise Koch. la c chie-nne _ de Buchenwald, a ttê Internée dans une maison de sante, EnI' y subira un examen mental. Ce n'est qu'apres qu'elle Sera Jugèe par un tribunal allemand (l\Yad lt éte t:ràclée par les autorités américaines!. Serail-ce déjà unc tentative de la dèclarer Irresponsable des cri .. mes odieuX' qu'elle a commis ? Lu Enlan" d, PO$ p .. l,on;J.Rn Ell t-l'ee .trl ul te tur pYNenta-Ilon d t II ('Irtt Il 'IIdhél'eut de J'U.J.R .r.. 19';0. 1, retflTdlltlhl'e De',! tIH reUrcr leur car:·&

t .. l'eur 'c ')!oo locll;e. IOOlt

au I te . l'l, rue de Ptrlld\:s. A plusIeurs reprises. au cours de - NQn. Il m'cn mltnqlle cP.tt campagne, noua avonsl ,,:,:" oe , u:" m::o ,,:,:, ,, , .- bo:l:' . ____________________ C::IQ U:d::e s p I R G::L A::S , ____ .::::::::::::::::::::::::::::: cite le nom de notrtl ami Ba- , Contrairement .!lU droit. allemand quI veut qU'un ace usé soit jugé sur le lieu de ses crImes (en l'occurence à Weimar, zone !ovlêtIQue), le Gouvernement militaire amérlcal,n a donné ordre de 'alr ven!r l'affaire d vant. le tribunal de Bamberg, en Bavière. dower, de Montreuil. Qu i tient toujouta la tète du peloton. D'autres concurrents ont. cru y déceler une nlanoeuvre de la ectlon de Montreuil quI. d'après eux. bloquait tous ses abonnements ur le nom de Badower, Il n'cn est rLen PUisqUe cette ('.lté de la r g!on par jajennt totalise à ce Jour le chlt!re Impressionnant r:lp 108 abonnemtmts et Qu'elle comple dans se rangs non seulement le 11'r, mais ausII\ le 2" et 4- du clasIj,. ment général (à ce Jour ). Il résulte du tableau que nous publlons cl-deSSl)us Que, d 'unt façon générale. les bons exemp le;; ne .. produisent pas lsolî ment. VOyf':Z lK Cadt t&, 1ft 9", le 18', C'Mt la qlle réside notre rlchrue, daM 1. d houement de centaine" d. mlllIerl! d 'homme' et dp. femme. Qui ont compris que dans leur enroba" contre I forces obscuran t1a 1I de l'antt&émltlllme, dans leur lu tte 'DOur la paix. Ils n'ont PlU d'J meilleurs outIls que Icur Journal, leur hebdomadaire, leur

 DROIT !T LIBERTE JI.

AVe(: eux, vous partlC!perez au

 ucc".! de notre cam:pagne pour

a lteindre très ra.pldp.mcnt : DEUX MILLE NOUVEAUX ABONNES OLASSEMENT CENERAL PROVISOIRE: 1. Badowar (Mont.reull), abonnements. 357 points. 41 2. Jakubollicz (Monttt'ull), 25 ab., 158 pts. 3. Grun 08'), '20 ab .. 148 pt.s. oC. Arkflovltoh (Montreuil ), 2Q ab., 139 pts, S, eX-geQUO : I.éa BPI\'), Judln UI"), 19 7, Edouard points. n4'), Cothelf ah .. 136 Il ab .. 8. P,r,lman (Cadets). 20 127 pts. oe pt . 128 1 ab .. t , Simon4vlteh Ir), 18 ab., 122 pmnu. I f), Joseph Mine, lB ab ,. 119 pts, 11. SplrgllUl (Cadetsl. 19 ab., 116 point,s. 12. Simon OS'), 16 ab .. 10 pts. LE SERVICE •• LIBRAIRIE .. de ORO Il ET LI BERTÉ Titres disponible5 : Répondult a III demanda de bon no!Ubre de amIS D.L, vient èe c: u lm 5 n'ICIl Libra.me qU' 1I met :1. 13. dIS, PQlution de M!1; ' 'ctcurs. ee vrvice C's en mesure d'expeGlcr Ul ceruil\ nombre d tlt !; .::t (l'en rIt'Ot'Llrer d·a:.ttrps 1 1Ir rl.::mande rferre BAR.LATIEIt : L'avenlure .Irlill-comique du ,rllnd Ircnèral BOlllant:er ........ . ... . Dominique OESAS':I et Ch, liA, ROCUE : 80mbe ou Ix IlOt o II'Iique ." •••• , •••••• ,",.," 120 7 '1. F,\RGE : l.a :ut.ITC d'HiUn con lnul" ", .. , . Pie". GEORGE: (iéoJ;u,phle Î:co"" fil mique 'JGc!II" de la }'.lInce 3:;0 Rrnaud d JO(' ,NU, : L'ln:cI'" naj.\ol1al dt's Irail'u , ... VIII:l alln u d·r.rrtut5 1I0U, Uqu ................... ,. Panorama du monde, ..... . Claudr. IORGA " : Le l'old dll monde .................... . M ... u,·ai r. "aine ...... . Ralph PARKER : LII romilloi '" 1211 2011 contre ht p:"'" ............. ... l!'il! VI",dlmlr POZ I::R : I,.-es ,cn, du pan ..................... . L t:Lats Desun\ ...... . G orre' SORIA : Comment \,(, '" 220 w nl le RIl"t , ? ...... , ...... , 2 C L'AU n:laS'ne a-t_rUr Ilerriu 1,1 ruent ...... "."",. " Andrr. WUR:\lSI:::R : RfpoJ\se il Jean Cas_on .... , L'adole,cence est le plus (Tarrd de$ ln,1\i . I!.III NI) rc jeune, e ... , .. '....... :80 Int .. rlli r lloll de , j(\ur , .. ".,. 400 Andû VIOLLIS : In/lochine S. O. s. " ... ,........ . %.ffl Les command;!s som. a 8dr s.tT a l'admlnistratlon de "D,L »ar.compa gnécs du mOU illn\ du Ilvre . n8Jortl" de la Mlmnu cie francs pour lcs trais d·exptêit:on. Ge!le-d se jera J: a.r • r teommandé ». E '" :o.'TRE tant de ]lA.l:"c qu'pHI! Il (l('In!lllert'!e aUI (:.bat. , Colette vient de r"unir I,.s meilll'l1'p,ll Il MIn 1'1t\lt pnur eTl compo er III matler., d'un petit lhre Intitulé le plu ,hnplement riu mon!le: Cha de Colette (1). ne les Uen . ni J'lln ni l'a.atre, pour des auteur de pr.em iere ligne. • • rendre. comme Colette, dans Sil vérit,,," I!'t il beAuté. De lE' rcndre dallG

ette langue lInique qui est la si('nne,

colorte, sal'OU Tr\!J'le. min\ltieulle, limpide, SII.ne une !a\l!i8e nOle. sanll .une falile ri ! iOÙt. Les mêmes autol·!tés ont ordonné Que les fra!. du procès, y compr\. les honoraires du défenseur Seidel. de Munich, (\111 des avocat! des crlmjnels de guerre au cè de Nuremberg) soient charge du trc.!Or ,public, pro• 1. Oirai-je que ce l;v", "II III Jl,Veo:: intt'rH? CÀ ser",it rali!:,n r IItlr rI a r .. nlainC'l .. t n cr.nhtinp." n·autru. Or, celui-ci se lit avec ddf':C't-'lt ion, K(' .. !rnlandi I', ral'iSoEO"IJ\Ptü, rf' q UI Pl'It I\lltr .. Ch081' t't plUII rar" . .le "Ui ll dp plul! pn l'lUI! perAuil.dé. O('PU;II qUQ je l'a i posi, que Colette elt IlCtuelle""" nt le plull grand écrivain fr"nçaiJI. Appart, nJltlt {puur p'!U de temJl'" (m oorel .II lit l'A.tégori .. cie lecteur,; QU i. ci 'après Annré Wurmser, B"'ra nl lll 'lifff rrnts ;\ Coleltf . jo! nI 'i l)S{'ril en faux rontr,. on opinion. U'aiUellrlt, ayant sou\'ent décla rA mon admirat;ol1 pour l'auteur de .. Ché ri "fi pr nce cie jPunCfi gcn6, j'a i pr('6que toujours vu Qu'll!! la partaipaient. J'en "i rencontré quelque « Ulll , f" Mlt malheurf'ul'lement .. n i, qui n., l'a\' a ient jamail! III, On IH' 1I1lIlTtit lout lire. bien entendu. fA.ute de tf'OIV« parfois. faull' d'arg

 nl 6 ln,'rnt. Mail!. IIvec en!! admirable"!

pa,lle.e !UT ShAh ;a Pers anp, d BA-Toll, l'onde auvage du Tchad, voil" un.,. bdl e ûccasion ne fa) r (;OImlt;l! an1:n a\'ce .. If': plu!! grand J('r;l'ain fr!lnç a ie . On Il dit rel'lt roif! que 1,. st yI ... dc COlett'" Httit un mirilC'le, Mais, pour reprendr(' la fameulie ph ralle de Buffon. C'Nlt 1(' .lyl'e n,lurel tI'unl! perM llIV! "ensill ie au:» belLulée ne la l'le, Tf'mplie d'Qptimlsme, dêbordante d'emour pour le monde e aes c r e tion le plu. humblPfl. J11Cl)r 'ee s "t unle J lq)uuri" ,a,1 D1U nhlll'ér lttaa 1nd ufsi lnB a&l I1l0 -' I  ;;;;;;;;;;;;;  ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; quenl. II reconnalt ainsi II rnp.ollu- .1111' , .. . bI, bu 1,,,.m.n • ".. l, E'" CHE C S l'Ittl"lon d'Hitiar au POUVI)Ir. n. Et, auJourd'hui, Ils rlCOmm.n- CUII, par les mèmea moy,ns, pour 1"1 mêmes raisons. Ct! aveu du Il 8all1mo,. Sun " (ra- ) duIt l'Inqulétude qui se manUtsle d' plus ln plus aux Elall Unls devant la pOllllque al!emllllde dl M. Truman. Un grand bal à Montreuil ,• par le Maitre PR08LEME N° 18 F. Fleck (Hongrl.) '" prix B,C.F. 1949 ., I. .F e Anrlr WurrJWe, éC'rinllit, jl/lit'!ffi(' nl à proJ)Ofl de liv rp. IIur 1 ... r.haa, Qu'en If pil de 30Il admirat ion prrsonnelle pou r Cotellr, II d .. - vai t bien onn!!utf'r flu JeI! yunes l'en!!! trOln'a;ent tQut a u trement rh!!posés. San .. rloule. pt'Ilsait-il, r. /'II Jeun"" gens ont grandi rlanll unr. époqu!' si tragIque, ils ont pa.6.'é pllr ne si I{'rriblp" épreuv q;!"! l'oeu"re Ife COlette doit l"!uT IOemt l'lt (l'lIn atdr âge. J", pen.o;e, ft mon tOIlT, qll'II y a une part de vrai (lan, cct!.e explicatioo. Le.'S goùt" d!':l;l l ct.e'Jr 1I0nt nat.urdl€ment cQnditionnél; par l cir on.stanCe1\ où il$ li6p.nL Char - 1 '15 d'Orlhn!! Ml lin grand po-tn: Mllrivaux, l'lI.utnur ne nomé(ii..,,, rlélicieul5!" s. Mail!, p_n cas (I ,"uen!', je 1-rll-onne Il'a jamais su m;f'ux pônétrer l'&mt'! dM bHelS, f3aisir IN, l·appOrt.s t ènu6 pt profond' qU'f'l1el! {,!ltl'e!.iennent avec it!5 l!(')lS d les dtQges. lA monde fie '! h tt"ll r'!t lilI1 ii é etroit, m"';:o; il fait partie Cl'pendant (lu « monde rk j , et ct'! n'oeL pM lin mil\(',e mérite quc (le l!l

 On n'a im,,! PliS ,\ II). ( Dia le .. b!tP8

pt If'S hQmmE'$ "  : rit Colptle, Cela n'e'ln pas prouvé, mèmr. P815 en (:e qui la cone'lrn p, tl iloi qu'('IIt: ciise. C!"ci /11t, j'a ccorde que c r Ue fcmmt' p,,-t:e plionnel! '\ PSt re.tél'; pxtraordinalrcmtnl. &Our(!1! et aveugle il certains t!!,'l1nl1m !'l1 qui, depuis cin ' 1uanlr. an . ont bouh:vereê le monde, On nI!' "aur.it trop le déplorer. "la;s veuillQns bien con idérr.r Colettt' pour Cf! q\l'I!IIf! nous apport,I', et, non pour ce, qui lui manque. A t'heurp. ou tant d'écrivaine, tels Sartre ou CamUII, S'empIQ;Ptlt à. d crire le monde r.omme un clollQue III il. tlOUS pf.'rSlIadl' r qUQ l' cx i ttl1 C(l est lIllt ll1alédic- 0011. Elachrms R'r A Colette ct'HTé' cet in('"mp.rable poète de la r l\l;té. R. PAYEl·BURIN, 1,." S::ction dll M.R.A,P. d, Mon, Irt'uil informe qU'Clif orr;llli,Ml pour l dim;lnch Z1i man, d Il heure H ht'urt' , 1111'15 la  ;lJ! de f';t,., tar _ , c lUlI-Bcrtelot. nl" la crllin-8 rt e l'lt. 1 Un II'rand :8111 au profil d 5e «U-' ... P soclale . Son orche !rt, ... partie artbtlque, 1. tombola. et on buffet ,·OU! fcrl)nt pa . sn lin" l!. ré.ilbl,. jourll.:r rt "Ir . RrtrllN done ,.c(le date. rour le biUrts. 'adl'r-sscr à M. ""'" Buh, 14(;. rue de Paris. (Metrf) : Cnix-de-Chavaux) • • 1 1 , • 1 RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS A.m,dr/cam '10'1 ;ui! qu'on. pren.d pour un Ju.iI, M. , .. _'COEFC bllncs Jouent et lant ,n deux coups. Temps perdu ne se rottrope plus H mot (Traduit de l'américa in par Yvonne Desvign sl NrW1n(l.n c!'lImalt da situation.! bien si ngulietes, Il " perdu IOn poole de ch.G! du per.ronnel dons KM comPd9nit: rf/l'!$ur'allCt: et fi c/urche Kn nouveau job. lIIais c 'dt phil Jort qltl! lui, 1amais il /lI: pourm St! /n.rt: a un emploi. 'ubalt (1It:, (.·arrivée, dan& II: qUQ.rtier oil: il Itabilt. d'"" roPUllerçanl juil incite une Ligllt anlis mile 6. mont"T UII pTot'OC41ion .. , orduriere: der.md Ir. pavillo/l de Nr.!/)IIllut , comml: lkvanl celui de Fi nke/sttin. lUI a" malin. 01/ 1Mllt l'(lj,. II!I pollbdlu renl'erlteL. Netl:rluzlL n, la/Mr. ,1)(11 d·ttTI! IToubU por t.e no1tt!d in cident. Ii dü'lde. c pendAnt. dl: le prüenlr.r /Ull1' une UroM' e1I.trepTÎse qui demallde "" Imporl_ante mafn-d ·oe1iVTe.

ns la partie qUf' nous commenton5

aujourd'hui pour 1l lect.eUl'l'. lu blancs perdMlt pl leUfs c t.emp:;» dans l'OUl'erture, Les noin; en profl' '.t'lit pour lancer une IIttaQue QUI leur rapporte un a,'·an tagr. matér!l!l s'-ms Cai r . IJlht h7 Droit I Lll trl ct EdWa ... d. Jl/nul!. Tau d,aaa r ur\'u. FOCOS En v"ri . dam liOn {or intÙI1'lur. Il ne pouvait s'cnlpêeher de tter sccrètement IN; j un; anc!ens de la crisp precedente où il ]l 'avait ,Îllmll.i5 nu à Cfll!lIdrr. pour M, S!tuatlon t,andis qU'autour de lui tant d·aUt.l·es perda!en la leur. Ce n' tait plu. alL "i amusant cie gagne!' sa vie (juanci c·et.ait dCI'( nu 6i facilc. E:" CllO!';C curieUéC. tout f'n tlldlant le fl. l o o d'at!tntc ,'1 la jeUllP flllc I)!'rpo. ce il III r .C'pt !on, Il P'Jt l1mpl'eMlon fO:'lf q-j'i\ 1,rolll'rl'ail du Il'ava!l dans cell firme.. Il 8' say a à prononcer If' nom de la IIOCIf:t.,. - .Jf t:-ay i1l il 111 Mycl's,Petel'sc,n COl'porlltion. i+'quip m('nt elC'c;.riqll . th: ,il, comme en r ponsp. il une fluestlon Blllie,de E: {){"Ia sonna it pluVot l1i Jl, F. ail cour_, d(' toutes 1c cons ldèl'a tioll, ftllxqU ,;UM JI .' ':J I!vra cc jOU:'-la , P"-" I ll; . 1015 Iii. \'I:lton rftmc po "bC'lI {'T'UChée Ii!!f Il' r:anc n_: e .tn·"; :l d,·nant. e.  :V" U\ Cal' ... ; It. e.cRlt m.'lin·cIUlllt 1)\'olondéml"!1t f'n:'luir au d.'danll de l uimcn'

, T rois Jo.lrs dllnnt. Il al·a .t a r pen lti l  s " Tlêres d 

la c-· ,; :i,\'CI". dall r C!;prlt. le ll "l'o!r du 1'«:lpl(:nt r{'n" HM" 11 etait· 1111 : ('n \'1111' ct jour,lÀ (': renll't le (l! 1' comm" dhabllild,.. AprÊ'5 dill r. li l ·('t.l lt Ttondu dan'" la ca .. -e dr FT d t't lill l!.\·IU raconle 1'l!lC'l dCIlt, Pred al'aH PIIru surpris H hli aVilit ,,!In'me QUe c'IHall unrl elT"ur, On bl('n IIlnrs. 1", la n n?i t d,- ce quI' l'on ne tenait plus tous Ct'S gafl:O{! bien ell main. Et \lr-Ie-c hitm». Il s'rJ..lll: ,' l'nU l OU! a : . C I sl',llemenl. 1 .. -"O.r. une I UI eO:I h ". qU'll I'A.iI S llll 5"S tiou:f'. l'I'.llai'.r('. F'1' d n 'a\'(,lt pu m.lllQ\l rr d '3 p r cel'oir III poubdlt. rell\'er ce 1:llland !l l'lVa1l l) rnm,'ne srs ('hjpn$ çr m"tin_Iil.. Potlrq\l:oi 1·'lndl'e l'ilj'llOl'an(:.'? Fn'd

Ort .l!t toujoUl'S $ S chlen,; $ur le CO\IP dt' sept llcllres.

La prrpû.'ire II. la recep\\on lit .'\:!,:ne Il. drllx d('$ \'jSltfUI'I • '1 II WnirCl'l1 pa)' unr ,HClld IlU drill, dl' Jaq\lel! O\f. New, !Il .. n ap rc("Yalt une ra ll!l'é tip pol'(e . Elle e:lt l'am lbiliu! d'informrr M. Newman qn'i! n'pn ava!t nltls que pour Qllelques m;"lltr \'ant d·Hr,· r"('U par hl AnJeli. Il 5" sentit

lor" b:pl1 lii pr.A;é l' I -a,]  d'ell ... C'étall la prelJllere (0:,

dq11ll,s s,m "nll','p, pU' c'ptait UI1 J\I!\' , Voilà pourqulJi _o. ..am q\ltl voUlû! en ,on l'CIl!!' Cil lul -mi me - Il ,'n i!(aiL 8Tril'é a . I: p,.rsu:ldf'l' qU"1 Illlll!t t\'t)\lVC'I' un emplol dan ce;tE firme. Oe Q'j'll av",it mis Ir. pl d 11011; de l'aSCelllicur, il al'a,t \' Il t instantancme!1L CnrC'Ilslré mentalement son nsage, ma i son l'SPI'lt a\'ale- le don dll Jeter un vn , l sur Cf' qU'i! .n·a\·all pa. I désIr de vOir a\'cc netteté. Dés 1·lns· tant où il a a:t 1)09\ les. y ux ur elle, Il a l'a it senti Qu':1

u',u: une bonne el1anl: d'.boullr, icl. 1 :on point po.ree

qtl·ll!!. embauchllj t'nt des Juifs. car il tl' t.a : t pas plus J uif que Herbert Hoov r. Malli to\l sl mpit"m nt parc qu'il

.entait qu'il anllt unf'
bonnl chance d aboutir ICI. M La'jr

,-mt Newman. homme lIyant Ilnt. !Jrand(' r p rîcnc des - 67 - FOCUS af/a;r€ . aV:l.!t, une 'orInne c11.1nct. d'aboutir id. Et,. POUl' le moment. Il n'y ;l\'ait PU d'autre I·aison · que C('1Je_la. Maintmant, la. Jtune fille lut !a!.sait :sig;l1f. Il S leva

t  e dlri;::ea wrs elll'. Elle j'accompagna jusqu'il la porte

\'oûté et montrant du doig ie cO!1'!dor. elle hll :ndiqua. quel to'Jrnants il dt\'A.!t pn·ndrr. C dan qUtn direction il devait ",lier. Il s'!lloi!{na d'clle r.t sn dll'i e3 à tnw ra le corridor vt'rs le b-Jr atl rie M. Ardell. il frappa il, hl porte v1tr(!e pl une voix lui l'epond.t dr. l·inlérJr.llr. Il ouvrit la porle , t entra., II' chapt'Ilu :i 1", main. Tout d·abord. Il trut qtl'II n'y II.l'aie pel'sonn dans la p: Cf' pa rC!! quO! le 31egc dr.r rjére le bUrcau était vide. Il l',,nait de s' a r êter ;;ur le JWlS de lB l)ort4!. Iluand Il "ntcnrtit Ill.e \'o:x de mmc $ ' !::"r\' !-1Il' sa gauc h . Il tourna la

.é;l' ,

- Vmu; ne voui('z l'as \'O 'J$ a 1;Coi r? Da !}); sa grlsr.ric, il J'ap ,-rçut. ma ls il eut l'imprl'Nlion Q;;e s"s ye-JX \cillaient a l' .nt ':neur dp $a t te et rapidement. li !;'V'liit );ur lme cha lu. pres du grand bureau. Il lm tournait !e dos.  ::al' Il n'* llt cièplacer IR Chal5è' pour la \-OIT de fac«. MalS II ;avait oue quclque (' ho,se vena:t d'tela., I-"r dans F.on \ 151 (' nc,' et, f il ,,:Icn.\ant qll Il'Ii dcb r '! IU M7lt rcapsIC.s, )1 en e la lt a,v ;:oug-Ié. Elle J'f'fJ]eura fn p illS. ant pour aller Ifll.SSculr d,Trière le I;'r:lnd hurPIlU ('\ lui talTC r e , ( ,t son parfum \'im le rrnpp r {'n pil"in " ! sa ..... Tandts qu'elle s 'aM :vail, Il p e! lai , conSC1C'I)CC de la Ilexio:1 de ses euissr.s, et le Iroi:s!§cm nt dl' nI. robe r" nn\/.jt À ;IOes or lllcs. Il 1 ... reg-arda. f demllndant quelle fxprcSI ion li pouvait bien 11.1'011'. Il lenta néanmOinS dIJ sourire. Pour elIC'. son extraordinaire sourOl droit. sllrelfvé, le considf!orait comme il l'avait !ait la pl':mlèrc r(ll . mais hll 11e pouvait aujourd'hul se lr.vt'r po·.lr lui échapp r. La courbe dc SCii Icvus eXCl'pllonnC'llement vi .. a!ltr a(' modi!l-'l un Instant. comme pour );'adaplrr aux opininns d:\'Pr-.. r qu' l!e se faiSlllt de lui t Qui cl'oluaicl1t en 50n esprit, - M. Al'dr.1J r t. Orti. ,1,., lc rctJlpla. c n liOn absenr:e. Vous POUVCT. !'att('nore. 51 \'(j;IS Ir. prér rM, Il y a des 110mmt's qui n'aimC'nt Pas étre lnt I'\'!ewés par d ! lcmmes. d't-elle, d'un ton froid et comp Uc . li pataug-ca Iln instant. parmi lieS m"'t lpll's lntollat!ons, inter':a in, hésitant. - J c .. , Ça m'est l'ga l. 1 se mit il. rire. c Comme un Imbécile 1), WflgI'tl-t,U l!. ussi' ot, - VQ'.Il'i bag . .. oudr:Ct cntrer iel? d,'manda-l-cllc Sll.n.:5 am- - .. - rocus Il aCQlIicsç,a., _ ,Je mr. d em andal ' il n'y l/.llrait pas ici qu lque ChOH qui pourrait me oc\lvenlr. _ Quel genre de trI' vaU vous intéresse? Ellc parlai!. d'une volx i'ra v et hnpassible comme SI ellr. le gu('ttal pou\' le prendl'e au plèg.:. lmpltoyabl{'menl. Eile ne fai S 1 tt PM un mouvrmrnt. On l'unaa:ln3it sous l'I'mpire d'unc !urr.ur contcnun. drOlt' et le sourcil !("ve. lél ye,x inquisiteurs. Mils, st: dit-il pom raSl;ur r. peutêtre

 ta\t- :e li.. lIOn Attitude nOl'mal  dans I   sen'I ,

_ J'l\im raL , i 'POs ibjc, t irel' parti de mon CX l'irllCC . - EII!" ne vous lK'r\'lra pa!; il. I:r:md'chose ici, Ils [ rcnn llt nïml'llrt qui. Il!; ou dCml'ndenl Simplement de jouir d "-0.' drOllf ci\'iQuCS. Que \'o u ro. -ez no:rs. JuHs, met/ qurs, pt' 1I un portl!. Il Mplra l'lIir prolondém"Jlt , 5 l IlS pouvoir dire un mot. .. - Vous lVa cru quc j'ftab Juive, dll-cUe. d 'un ton "imildiHif. Elle aUt'nda :t l;n rep('m . 11 Iii un imp rC('p lib!e .s:gne d'aJ . enument. IfS YE'lIX eC'arqulllts et toujolll'$ !lxes .su: elll'_ - Vous "ou. êtes rO\Irte II' dol!!:\ dan l'oeil. Vous "oG.

'n rel\dcz co:,np!e. maintenant. re.sp -n:.

11 n'arrivai! pa); 8. sc r rualsir. Il lu: ('mblal : 10\ljOUJ5 poursilivrt un :- ve. Ou VOlf clall 1111 film un viH[:C s' l , lér:'r dans un fond ',l ct reparlutrc ! f)llS une "U il'C forme, tout en rll, tall\ le mt'me. F.1l )1'a"al , p". ch ng(' dep\lis 1 ;Jr '_'lltrrl'tlB dalU ,on bUl'e u. Mais ses t)' alts nc hl! fa:. sa.irm pl\l la mèmr !mpres lon. S S yruli. ou II j4vllit cru d c kr un fonds de ralUrrie seel'e(c Il'ct:cl lCllt plll maiu . trn nt Que I c yeux CCt'll d'unc femme qUI a bcau :oup plcur . Et e-p ndant.. c'étaient h:en les lllClll S YClX, Son I1H". ri ù"I'lj;1 qUIl Ic lrlllnd l I.\'nlC'nl !'Olivrnt la cloison du nft p:oaS'eanlt. l't m lI1t\!l1ant. cela IHi p!al.sniL Et pl 'ur" l nt C'I'Utlt k mél1\ ' ncT. Il ll' !!" lt pl 'I!! ,!loque [la:,:.a f.\ "\1 peremptoire d R'cJ pl'im"1'. 1) estim \ que ceti malliere (lirecte, qU'll Ilvalt JUlfee vul ajrc, lnd.iqua!t, plutôt le m prL (jes; faux prélel(tr s. LA pren3nt pom' une Juive. Il avaIt (!'Ouvc .sa miS : voyanle  :1 d'un mauvais goul prétentieu: ! Mais puisqu'e:le !liait aryrnne, la même rvbe lui paral_""all sell tement p einc de faata i.sl :, , : 'él1\) 13 T'(')he d'un .. to;mme dont l'Originalite st tl'aduit danll u tolieUe. II srmbl:ul mamtenam Qu'elle rut 1" droit d 'être ImPArfait!'; comme si Mm ! Ia:ir . .son a.:hu·e, !';l bru.sqner ie. loin d'émaner d'url", èriuca!.:oa defcctueuse e d·unr.- Ic n:a livt  !àch ru. c de sing--;: Ic \.101\ {.On. provenalem d'un e: prit re lle lt Indompte qui OMit n Len ir aucun compte drs mesquincs com-cntlons -69- 1. SHERNETSKY lais r il. leur àdv t'Sa ; re le temps de sollffler, Hs tran3!orment el't avan_ tage en victoire. Encor:- \!ll(l lois. l Mj:e dag POI)U!: ure ))'a point menti. Une exception " la rCi'le !u pl'é cnté1: aux habitues de la " Regence » plU le vénerable grand ma\t.re Amaus dl la Rlvlir •• Oall5 sa. sl)lxlln fl-c!nquleme année. r,"! I;aillard 'y lll,!sait accompagner par Ull(' J{'unfl et Jo!! p!)nonnc. qu'!! presrnt; llt à 5 S a.dvel'sf!.lres de l'éeht. Qu!er COll1mc sa f!llr., A Wl Intime, qw accompagnait une pouuée de ' cOllde d'un admü'atll : « Veinard l Ion Age! , il relxmdlt maUciem.e_ mcnt: - Mon a",l, Je suis COlllm8 II poIreau

la lête III blantllt. mals 1.

reSla est yerl ! Au fond, on n'étaIt pas bien rh'" pout' sll 'oir .s'il rattrappait le temp pt'rdu ou s'il S'll:lSSalt tout simplement pOur lui dc ne plus en perd!'e 1 N" 23. - PARTIE ANGLAISE J. LARSEN W, NIELSEH Jouee daus un 10UI'lol var CO pond3nce au D:uIl'marl\ Ml 1919 1. O. és: '.1. CU ê4: 3. Cd4 C96: 4: Cç2 Fçs: s. CÇ3 CI61 6. 1tJ, Pert. de temps, MÎCu.'( vala!t tout de lmil.!! 6. a3 tt III 0·0: alon 7. Yg] SUivi df': 8. 0-0. L. 0-0: 7. 83 d  : 5, ç x d C84 !; 9. 1'3. Si 9. d rç6?1 ,.,,(2 mat et 3ur Il, C" e4 !l 'etlsll it 9 .... 0 x d5 la. f'g2 c-...n! Il C,,(:l D I g2 ctc. Of' meme apres 9, Cé Of6 ! ! la. C " c4 0"11.1 11 c:·.,,5 C  ;. 12. !xra Cb4 teSl101n COl1Serv llt l'avantage II.c(Ju!S. 9 .... Ces; 10. C xt4. Ou la d4 cn! : Il. B.c2 Cg I)2; 12, d" ç,) 1".-::1 l't l(' 1l0!l a  :\€nt. 10 .... O d3; 11. Fg2 CCl3 ·! ; 12. RIt Dh5; 13. '3. Les nOll'S ml)nRçalenl 13 .... C ' h2;-. t't H , .. O d1. Ctc. 13 ... FU; U. n 3. Ou H. ! " g4? F " 1 a:m llt la. d:lIlle bI3n llC. 14 .... CI12 -1 : H, T ' h2 F " e. 1 16. CU. Si 16. 4? Icf, 1l01t'!! louent !G, ... DeS! (l.tt loua!l l\ la fOI); Ir15 dcux mur'S hLnnchf'l; IG.... C .: ê1: n. R ' t! Dt!i! : U, d4 O ItJ  : U, Rfl O h2 : 2IJ. l , et féf : Les pl'CIU lèl'l's "! c •• nnouchr ont raPpOrte l'al'allln{;11 dl' l'éichlinre /lUX noirs c...u);-Cl d(;It'l'ut touu fols conunut'l · lVI!C belt ilconp de prudcnc( et jll is!on. car Il'lI pions c nlrau: ! lt lffi d("\l: ! fou!' des hhm::!' peUVent de\' rl1ir ITPS dnll{::('l'l'tlx. 2t, Og4 Od6 : POUT t'chnppN 1\ la l'ecluslon (jrmt la GWu" llo!l'e ( t :u t U\enacce aprf n é -t'.j. 1 . t 01 .; 23. Od  :6: 'Z , Fd Obi; : 15. F 3 a.6 ; 6 Fé Oll ; 7 fd3 Od ; 2$. DM ,.6 l 29, Oh6. Oan 1" Vl\1ll " ll0il' de [lal'Yr.n!r à. poI:s r le. piOIlS $UI' c1, t1 et c6. 29 ... Of3 ·  ; JO. Rgi Og3 1- flba\1_ rbnnrnt,. El1 rHt'L. l(' hl'\llr lI'ont !lncune ],l',ou:'{' COI1])'r 1:' nloJ'!.I' llp mrnae .31 p;:-,-, 1;!\(:l1I(,Jlt lf'l!!' d rIlc SOLUTION DU N" 16 EtulJl de 1-1. COHN 1. R12! b4; '.l, Rn! b3; 3. Rd1 ! 1 (3 Rd2? 0 c3 '" 4. [1, , r b:l. lkl. 3 .. b2 ( I 3 .... D, e3 Iro bl'lucs Ollt p .. t.o 4. T el R -:e4 5. RC1 nltJ.p Il faut cl·olr.- Que CN.t(' ettld .,,.t plul diffICile que celle.. qU Il'-'U PII_ l limt.; !mbit u('llc:ncnL, Car aucun , nns sohJf.ionnll,tcs Il'1'111. 1: :\T\'cllu Îl la reSQU(\re eorTè'ctemcllt Pnllrt;-.nt. c(' n'e ;t pa$ !.mtc d'avoir e811ll\'e, conlmc plusit'I I'S nou" !'on écnt.. Qu'lls , ..

r dp.collrll;gent paint... ce sont d $

chOM'S qui anlv('nt. Nous leur toY, hallOM a lotis l)1cllleure eh3ntll .. l'a\'enlr. • J '.

Notes

<references />

Format JPEG