Droit et Liberté n°035 - 23 juin 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Q.G. nazi en Amérique du Sud? -page1
    • Pour l'interdiction de l'arme atomique: Sous toutes les latitudes, danstoutes les langues retentit l'appel de la vie -page1
    • Sur les traces de Xavier Vallat: les feuiles antisémites (paraissant librement à Paris) reprennent le mythe du Juif dans la coulisse -page1
    • L'éclatant succès du 11 Juin gage de futures victoires -page1
    • Malan l'homme de tous les racismes -page1
    • Vacances: et vous avez vous choisi -page1
    • Deux hommes vont en prison (cinéastes codamnés pour activités anti-américaines -page1
    • L'éclatant succès du 11 Juin -page2
    • L'appel de Stockholm: 40000 signatures recueillies à ce jour par le MRAP -page3
    • Une bombe: 65000 maisons détruites -page3
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: Marx et Rotschild -page3
    • Jérusalem centre d'intrigues adans le Proche Orient par Henry Bulavko -page3
    • La passionnante histoire d'une émancipation: l'abbé Grégoire démontre que les Juifs sont des hommes -page3
    • Howard Fast raconte la vie et la mort d'Aaron Levy, révolutionnaire américain -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

" • • Q.G. NAZI EN AMERIQUE DU SUD? N° 35 (139)

  • 20 fr.

BELGIQUE 5 fr. LE LES VENDREDIS 23·29 Juin 1950 • • L'ANTISÉMITISME, POUR L A e?mmission parleme taire d' nqu te sur l:aHaire des cMques a eté amenée. la semaine dermère, à examiner les agissements d'une organisation secrële nazie, la Sainle-Wehme. dont la t te le trouve en Amerique du Sud. , c Droit et I iberté Il, à mainles reprises. signAlé l'existence d. ",ne telle organisatIOn et le danger qu'elle représente pour la StkufI te de la France. Nous sommes, aujourd'ui, en mesure d'apporler de nouvelles precisions. La renlc américaine ( Prevent orld 'Var III , écrit dans son dernier numero : ' « 1\ devient de plus en plus clair que le quartier général du {u r ,état.maj,or 8.lIe.mand ce,mprenant non seulenlent des experts nllll.tairee. mais RUSSt des ingenIeurs, des tecniciens, etc., a He inlltalle en toule quiétude en Argentine. Le signe de ralliement de ces nazis et pAngermanistes exilés est Del' 'Veg, el tous Attendent le mo· ment 0';' ile pourront de nouveau agir. ,. r Der We, ,.. c'est un grand hebdomadaire nazi Mlt à BuenOl·AI 8. COD. seulement en allemand, mail! aUMI en anglall!. en espagnol et en françaiS. Il est rëpandu à des centaines de milliers d'exemplaires dans le monde entier. C'est le principal organe de propagande du • gouvernement d'exil» oonsPour l'interdiction absolue de l'arme atomique SUR LES TRACES DE XAVIER VALLAT titué en A!,&,entlne par les fld lel de Hitler. Le • New·York o.lly Newa ,. a révélé que ceTlalIlll du membr,l de ce groupe tranillent directement pour le l'iglme rasc:late de PI!ron. Il "aa1t notamment du professeur Kurt Yank. ancien chef de la firme d'aéronautique Focke-Wulf. du IpéclaltaU des recherches atomlquu Wilhelm Westphal, du rénéral AdoH Galland, ancien che! d'étal·maJor de Oorrlnf, des officiera d'aviation Hans Ulrich, Rudel et. Thleben. Sous toutes les latitudes Les feuilles antisémites dons toutes les longues, retentit (paraissant librement à Paris) L'APPEL DE LA VIE reprennent. I,e mythe Redoublons d'ardeur dans la campagne de signatures! du Juif-dans-Ia-coulisse ]) ANS le monde entier, de Shanghaï à San Francisco, en pas. J!!III., noua aU111 nou. perlron. par ' " ' 'b b t' Q UEl F ' 1 'l iner à. ses hommes, enco'e avilies sant par Moscou, Varsovie, Berlin, Londres, New.Y"rk, pee - a om e a om qua - run alS lonnl: e. que P ' ,Ch' d '1 l , '1 d 1 qui ne dUrulralt pa. ,,"lement républicain ne voil avec de sang, une re\'anche ? arlS e Icago, u somme e p us sep entnona e. a t , " , . Ce n'est ..... en vain que l'on -e· N on'e' ge a' 1a l'I ml" e1 a p l us me"rdl 'I Ona1 e d e l'A me' rique du Sud, ln'Ao mreé ri.qnune. met IlUa paPiOvSil,i lamtiao n1 , a•U Ii iml"iélude el indignation llche les .c...o llabos, avec en te• te partout, des centaines de millions d'hommes et femmes s ignent se poursuivre 1'0 éralion qui Vallat, Béraud et Georgel Claude. l'appel de Stockholm pour l'interdidion absolue de l'arme ato- (SU ITE PA.GE 3) tend à réhabiliter ichy et don· Ce n'est pas en vain Qu'on laisse , r-------- --------------------- le constituer des groupes factieux, mlque. fascistes et antisémites, Jouissant Des bulletins parviennent de la Dans d'innombrables d'une impunité totale. Résultat : pleine brousse, des coins les plus Incités par le maire, le curé, les les trattres A. la France tentent de reculés de l'Afrique noire. recou- paysans signent 11 100 %. réoccuper le haut du pavé. se font verts de sifnatures de gens de tou- A Charentenay (Yonne), c'est le de plus en plus arrogants. leun tes conditions : marabouts (pré- maire qui a demandé au iarde. feuilles déversent li. nouveau. sans tres musulmans), forgerons de vil· champêtre de battre le c: tam. vergogne, le venin nazi, raciste et lage, colporteurs. bour • et de distribuer les bulle. antisémite. 90 % de la population étant tins. D'abord. nous n'avons relevé que constitués dll1cttrés, de tr s nom- Dans un cinéma A. Pessac (01. des allusions. On citait systématl· breux appels portent les empreln- ronde) à l'entr·acte. Quement - comme dans c: Le FI· tes digitales de toute la ramille. _ Demandez, bonbons, .squi- garo ) ou c: L'Epoque , - le nom Le pouce pour le père, l1ndex pour maUle. chocolat glacé... Incomplet de tel députe d'origine lamère ou les entants, et, quelque. Un jeune monte sur la. scène, les Juive. afin de mettre en rel1et cette paraIt comme l'ennemi n· 1 de ce ramassis de Watten SB, L.V.F., hommes de main et de plume des n.zls qui constituent le groupe c: Indépendance Française. et les groupes similaires.. Tous les arguments antisémites utlllaés par les services hitlériens sont donc remis en circulation par J. L, Laior. Cet agent de la cinqpuasiè. mpea r ceoxleomnnpel e, nd ;e', ': e;,tn;:e: : i:\:i 1 Juifs comme « la nal l du III,neur. emplr. diallret .ur r; .;;;';bï. nation. d moaratiQuu journal est lui 1 d'une ... , dlaona lante, lur lu Franc ••. (SUUE PAGE 3) Il n'est pas étonnant, daM ces con· dlpoof!S, que l'antl$émltlame et le racisme se développent en Argentine et dans toute l'Amérique du Sud. Un autre Joumal, • Ole BrUcke » (}e pont) rëp3n,d dans le monde la dao-: trine nazie, è. traverl une clnqul me colonne Internationale, dont la Sainte· Wchme est l'un des aspects. A Londre'l, è. la Chambre des Com· munes, le général Medllcott, député 11- béral·natlonal. a Guallflé ce Journal d' " antlbrltannlque et antl5émlle ... Il colltlnue de circuler en très grandes quantltb en Allemagne occidentale. A longueur de colonnu. on y trouve una glorlrt Uon hy.tlrlque du mtlltarl.a. me. de la doctrine hitlérienne. Lea .peclallstes du raclame ont, selon IOle Brücke ., euayê d'améliorer la .an lé du peuple allemand et ont pote du jalon. pour que le Reich puiue se r écénérer H. Skoneny. agent des o!,&,anlaationa lecrètes nazies, est l'un des héros exaltés par IOle Br1l,cke. •. Les JourMuJ( de langue allemande. quotidiens et hebdomadalru, sont pu· blléa par dlulnes dana toute I"Amé l· que du. Sud. On en comptait. en 1935, 32 en Argentine 112 au Brésil. 7 au Chili, 3 en Uruiuay, etc. Rare. sont, (Suite pare 3) fols, la paume de la main pour ,e poches bourrées d'appels de Btock. origine. c: Aspects de la France ,. dernier né. holm, et explique, avec tout son fait campagne contre lell naturall· ,------------------------------ Dans les vlllaies et les tribus, coeur et sa conviction, pourquoi Il satlons afin d'exciter au chauvlon signe encore d'une autre ta- faut Interdire la bombe. nlsme et au racisme. çon : sur une canne de bambou. Résultats: sur 110 personnes on grave le nom du vUlaie ou la présentes, 102 signent (y compris tribu et l'on ajoute autant d'en· le directeur de la salle). DEUX HOMMES VO,NT EN PRISON coches dans le bols Que d'habh En glanant à trners le mond .... ,tdaen tSs tsoec kshoonltm p. rononcés sur rappel p ENDANT ce temps. en italie, la En France, les cardinaux et ar- campagne bat son plein. Il ehev ques se prononcent formelle- n·est pas rare de trouver .ur la 1 bo porte des maisons d'une rue enment contre a mbe atomique. tlè.re un petit billet bleu qui dit: ANNIE du FAR-WEST (du Châtelet) nous dit pourquoi elle a signé ... c: lai tout 1. monde a .lln' .ontr. la bombe atomique. J D'émlnentes personnalltês du monde religieux, tel Mgr Caleaul, évêque de Grossera signent à leur tour contre la bombe. La conférence du demI-siècle, pour la paix, tenue è. Chicago. dans un message adressé è. M .. Trygn Lie lui tait entendre c: la volx de l'Amérique. pour la Paix. Au cours de cette conférence 11 laquelle assistaient des gens de toutes religions : catholiques. protestants, Jults, un prêtre amérl· cain catholiqUE!. M. Wall", a cité la parole du Christ : 1 Ceux qui lilvent l'éph périront par l'épie. Il a ajouté : _ SI noua na tenon. pu compte du enlll,nemenll d. c Droit et Liberté .. l'ennemi nO 1, Mals le comble, alors Que dans deux mols à peine la France t!tera le sixième anniversaire de sa lIbé· ration. c'est l'article trnomlnleux paru dans un torChon Qui se nomme par antiphrase 1 L'Indépendancte ,pr. " -! t , n s'agit d'un tres Ionr article d'un certain Jean-Louis Lagor. COllsacré essentiellement è. d. basses et ridicules attaques contre c: Droit et Liberté,. en particulier, contre l'unité de la naUon française en général. n faut y voir d'abord la preuve que 1 Droit et Liberte, ap- Des hommes et des femm" de tOUt tau .t d. tout •• condition. ont parUclp6 l la Il' Journ •• nationale contre II r·lcl.me .t l'lnUllmltl.me, pour la paix !....-------------- L'É(LATANT sn ((ES DIl 11 JIJIN èaèe de futures vittoires Dh: clnblt" pro(lr.ulll.r d. Hollywood ont 't6 condamn" Il un an d. prlIon pour . outra(l' au C.ngrh , .n fait pour n'avoir p .. lu m'mu oplnlonl que la commllSlon· du actlvU" Intllml/rlclln" devint laqu.ll. /1. ant eom· plru .n 1847, IIOri que »,.,n ell Thoml (depul. convaincu d'elcroquul., .n par MAURICE GRINSPAN P AR son ampleur et son éclat, la Deuxième Journée Nationale contre le Racisme et l'Antisémitisme, pour la Paix, dépasse de loin 1 a première, pourtant inoubliable. Elle marque un progrès considérable dans le sens de l'unio n et de la force, de l'efficacité de notre combat. etait :. president. l .. dlux hommes qu'on volt Il droite eur noir. photo 10nit MM, Howard l.awlon et Dllton Troumbo, deux dn dix d'Hollywood. Accampa(lnn d. la t.mm. et du 'III de L.awlon, Il ... dirigent "ri la prllon Le 22 mal 10U, clnquante-deux &0- elétél étalent représentéea. Le Il juin 1960, on pouvait voir, t. droite de la tribune, la m&l$e compacte. du matin au loir, des représentants de soixante· dix sociétés. C'est un rait qui compte. ca.: les aoclétis de secours mutuels sont composés d'hommes et de fem:nes de condltlona tr diverses et de toutes oplnlona politiques, philosophiques ou rellrleUlles, Les milieux croyan Halent peu repruentéa le 22 mal 1949. Avant le 11 Juin, des Jutrs croyant& avalent lancé un appel à tous ceux qui pensent comme eux. La réponse tut nette. On comptait par dizaines, au Cirque d'Hi· ver, les reprhentant.l! des synagoiues. Le grand rabbin Fulul, de Colmar, le rabbin Bauer. de Paris. envoyèrent des meNaies de solldarlti. LeIs muses alonilstes de tous les par. tb étalent aussi prhentes. Et les jeu· nes, al enthoU3lules. qui contrlbuèrent,--------------------------------------------tant à donner Il cette Journée son élan, venaient des Cad ts et de. Eclalrturs israélites, du Macabl et du Cordonla, de J'O.R.T, et du Dror Barochov, du Bund. du Hachomer Hatzair, du Skif. T OUTES les couches, toutes les ten· dances de la popUlation Juive de Parts et de France étalent représent es. Il ne a'aglMalt pas, comme ran dernier. de CREER qUelque chOiSe de neuf, d'Inconnu, mails de JUGER, d'APPROUVER une action bien dé!!· nIe, menée pendant une année. SI l·on COIlllldère de quelle campagne de dénlgrtment le M.R.A.P. fut l"obJet au coun de cette année là, l'on peut évaluer à 5a jUllte valeur l'Immense auccN que constitue le 11 Juin. Les repréaentants de plusieurs dizaines de mlllien de Juil. de France ont pl blsclté I·actlon du M.R.A.P. et se sont engagés à la poursuivre d4Il11 l·unlon, plaçant audeMUS du querelles de boutique, la défenae de l'avenir, de la vie. VACANCES: Et vou.s, avez-vous CHOISI • V ACM"CES ... Quinze jours il 1ft mer, à la montagne ou ... dans la pelile chambre au 6' étage sur cour. Vacam:es ... des excursions elllre le ciel el la montagne à la rerherche d'hmizons merveilleux. Vacances ... des journées à rè"er sur la plage de sab le ou de ga lets. Vacances ... des feux de camps Avec Quelques camarades. le sac qui pétl!lent. des nuits 'OUI la au dos en avant ... è, la débroulJle. tente bercés par le vent. - Nous partirons en c: stop. _ Des projets? vers la Bretagne, non pas par plal- _ Oh ! oui, J'y pense. sir, mals par éCOnomie. _ Des projets ? lIepuls onze A la débrouille. c'est bien ça. mols et demi, j'en tais, tous plus Comme Il Suzanne les volait ses beaux et tous moins réaltsables vacance., comme si elle les pre- - Vivre trois semaines dans un endroit calme, écouter le chant des oiseaux, se rOUr au soleU, partir en promenade avec ma femme et mes enrants, quoi de plus lécltlme après une année de travail ? Pour qu'ils portent, elle trovoille doublA Les deux entant! de Mme B" bd Sébastopol partiront en colonie A. la montaine. - Mol ? Bien sClr Que non ! SI toutes les tilles des • faTwest' étalent des Anny comme Lily Fayal. elles seraient bougrement sympathiques. Mals là s'arrête le rapprochement. car LUy Fayol n'a rien d'une c: cowgirl, et sa deslnvolture, son cOté bon garçon Quelque peu dur de dur et aussi son accent. faubourlpn ne lui enlèvent rien de son charme, Blonde (un peu rousse pour son rOle), la meche bouclée. l'oeil bleu clair. Lily Fayol vous I)arle avec cette gentillesse familière Qui donne l'Impression Qu'on se con· nalt depuis très longtemps. MALAN l'homme de tous les RACISMES L ES dlr\geants réactlonnalrta: de la FMiraUon sioniste, Qui ont combattu la Deuxl me Journée NItlonale, auront donc, uns aucun doute, à rendre des comptes devant leurs (SUITE PAGE !) 1------ les uns que les autres. nalt· en fraude, en douce. Voler Par exemple? son repos, c'est dérIsoire! Et _ Nice. le 13 aoOt accuelllera les pourtant. c'est la rèallte. jeunes d'Italie et de France en On tire le rideou et une rencontre Internationale sous ..... le signe de la Paix. on essaye d'oublier les impôts C tte Uluslon n'a êté que chi· mère. Le train est trop cher, Mal ,ré toutes ces dUflculté" BuQuelle iymnastiQue pour payer les Impllts ! - J'aime mort public, l'aime tout ce qui est mOIl métier.- s'exprimer par la dallse, /a challsOIi. la com · dfe ou le drame, l'esse/ltleL est de toucher le ptLbllc. - N'lmDQrte quel public? - Mol, t'aime évldemmellt le public français, mal.f l'étrangcr m'amuse beaucoup. Je suis moqueuse de nature, Je tire toulou" J)arU dc ce que 1e sens qui peUt faire rtre, et c'est comlIIe ça que fat p mailler mes cha"sOn.f._ BI p..tradoxal Que cela puisse paraltre, Lily Fayol ne voulait pas Mre chanteuse, Elle voulait elre danseuse. Toute jeune elle a donc commencé 11 apprendre la danse : danse classique. danse acrobatique. puis elle est devenue professeur de danse. (luit. pale 4,) EN Afrique du Sud, le iouverne ml'nt nationaliste du Dr Malon prend des mesures rl'·btes. Aina\, la po'llique racille de Malan a'accl'ntu de jour en Jour Les Juifs riactlonnalrrs d'AfnQue. raristes conLa carte dl,lentl.é, d couleur dlf!étre lu noirs, en IIOnt les complices. renie, SUIvant la race, est m!llnt"nant ---------------' obllgaloire. Cette 101 semble, .. pr('mlè· re vue. lnoUenslve. mais en réalllé 11 s'agit pmem"nt et slmplcmmt de pous& er la discrimination racla.c au paroxy., me. Lorsqu'au cours de la discussion au • Parlement,. 8Utl africain, un député travallll5te Juif, M. /.., o Lowell déc,ua que celle 10L lalt contraire aux tradl· Iionl de l'Union sud arrlcalne, un député nationaliste-. M. J. J. SrrJont jn, répliqua. : • Les traditions sud a!rlcaines VOUI sont étrangèrta Vous Uos JUif et vous détendez votre race dana toutes les occulons et cependant, vous refusez aux Atrlkaners le droit de défendre leur race ... Un autre député nltlonsH.le, N. S E. warren, in lsta sur le rait 1 qu'tl est nicessalre qu'Un pays comme le nOtre lit une carte d'Wcnlilé. J·aurals pu passer dl'vant cel honorable dêputé M. lAJu:cll el n'aural.a méme PlU! au s'II est Jul!, chretien ou mdlgène. Mata sll a une carte dldenUtl, Je poUffl! voir cela J. • _ l'aa de dlnJ'!'!t cbu lHtUS de le faire "_ pe1ri, ILA ICMAnlNllê vue, par J. KAMB - Quand _le 1U1\ sorti du lribu· nal de " denulflcatlOll .. j'ci.al. e nt l nrnen( J'uêrl. alo:. le fu l eu· ue au ParU du ReiCh alfelnand. zanne a le sourIre. _ On est Jeune. on se contente de peu. _ Je lui au"1 beu eu): il la. leI':· ture de cd article que le jour de mon enJ'aJ'eole.nt daoJ lei Watfen 8.8. L'année n'a pail été fameuse. mals tant pis. me dit. M. Z., commerçant rue Turbigo, les vacances, c'est sacré. Je croll Que ça va bientôt mordre! L.U tlernlern vaclncn dl la lamill. S. (1t:l9) nlon mari, 1.t mort en déportation. 11 fau avalllcr double pour rfmbourser ft colonie. Un peu d'air pour Ics enfants. un peu de soleil, ce n'est pas du superflu. Je me dols de leur faire une sante et c'est pourquoi, coCte. Que coOte. Ils parUront. Avant la déportation de son marI. pas un leul ét Mme B. ne restait .. Paris. Tout a bien char..é depuls ! Vacance, 1960, vacancel ê. la <16-t biouille . \ • _"2 D OIT ET LIBERTE L'ÉCLATANT SUCCÈS DU 11 JUIN Ils sont solidaires du M. R. A. P. LEs2.034 Il Y avait 2.034 délégués au CirQue d'Hiver. Des croyanUi, dCll ménagères. des déportés, des braves gens Qui aspirent simplement a la sécurité de leur foyer et à l'avenir de leurs en- 1ants, étalent venus d'Angoulême. Bordeaux, Besançon, ClermondFerrand, Lens, Lyon, LUle, Marseille. Metz. Nancy, Périgueux. Rouen. Salnt-Quentln, Strasbourg, Toulouse, Va1enclenne.s. La. repré entatlon numérique était la suivante : Déléguh élus aux 42 auernblées dans lei arrondlssement. 5 de Paris et 6a banlieue . .. .......... ,........ 686 70 sociétés ...... . ........... 608 Province, 13 vUles .... ,..... 96 lntenyndlcale Juive ........ 194

Fédération dés artisans ".. 48

Poale Sion gauche .......... 34 Hachomer Hatzalr .......... 32 Union des engagés volontaires et anciens combattants Julrs .................. 39 Anciens déportés juifs ...... 47 Cadeh auprèl de l'tI.J.R.E ... 150 Jeunes de l'O.R.T. .......... 10 Etudiants juifs. .. . . ......... 3 Eclaireurs Isrdlltes ........ 19 Centre culturel ............ 40 Association des Juifs français d'orlelne polona!.!e ........ 67 Etudiants malgaches........ 5 Combattan13 de la Paix... 9 Déléguh des pays étranien. "/ Indlvldue .................. 40 MAURICE <Sufts de la parle une) nlanctanta Qui Halent 51 bUn repr aentU au Cirque ct'Hlver. Cta dirigeants, par leur absence volontaire et raa;eust, &e lont placu daru l'autre camp. André BlUMEl : pas fai Il i , a nos PIERRE ABRAHAM, homme de I,ttres, !l'Iolrn aujourd'hui de parll!l et prl"i. par oonséquenl, de la joie que j'alitais i prou\' e à me joln. dre "otre belle m.nlfnlaUon, J'adrene mon plus eordlal salut AIll[ Inembrea de la « "ourn e naUonale JI, et Je ln ISsure de mon adllél!llon de creu r aux bul.! le"éI!I qu'Jl1 poursuh'enl. C .. bul., Il. le "ttelndront. ADUN, membre du bur.n de "Association des artistes peintres e ' sculpte",. Ju ifs en France «Amanouth », Croye.JI • loute IIlA ,.mpalbie pour la lutte l laquene "Otl$ parItclpn et ruts meilleurs voew: de aueCM. « Nous n'avons engage!TIents » C'Mt "t'Ir un rapide maiS lu"bIU bilan de la preml te Annee d'ulllen du M.If..A.P. que M' Andrê Blum 1 Il ou\'ert la journée du 11 juin. Il a déClaré: Il If a un peu plll.! d'un an, le 22 mal, noll.! ttlon'! rtunu dan.! ce mtme Cirque d'Hiver, que l'on pourrait bien appeler un Cirque d'ttt. NoU.! 71'aVOn! pa! aUendu de.! annte.! pour effectuer un travail utile et ftcond. Une a.!.!emblte comme celle-cf doit, non !eulement dre ser un bflan, maL! ttablfr deI per.!pectlve'! dan.! le futur. c'elt-4- dire une programme d'action. Pour le bilan, vou.! avez tou.! le tran.!J)arent qui VOU! a. tte r m", et par lequel le M. R. A. P. retrace l'actMtê de sa première annte ; ni dans le domaine national, ni dali, le domal7le international, Il n'a failli li ses engagements. Je ne vou retracera! Pal toutes le! péripétfes de safi aclioll, je me bornerai li vous dire que le M.R.A.P. a élevé une prote$tatlon 51 vigoureuse COlltre la réapparition du StfJ.r mer , que la feuille infecte de Streicher a dll renoncer li paraltre. Ce n'est là qu'une de.! actftJitê.s du M.R.A.P. dans l'ordre intérieur; le M.R.A.P. a été la !eule orrlanf.tatlon 11 faire, 11 Parf.t, un meetfng contre la IIbératfon !candaltll.!e de Xavier Va.llat, C'ut un membre du COmltt GRINSPAN d'hOnneur du !tf.RA.P., M. Minjoz, députe. qut, apr s le, explications du garde des Sceau;z:, l'It clnalé à'une rfpOlte 11 laquelle celeul-cf n'a rien trouvé à répondre. M. Minjoz. a dtt : .- La libération cOlldftfonnt: lle e&t une faveur et je m'étonne, Monsieur le garde de'! _." M' Andrt BLUM El: prt.ld.nt du M.R.A.P. , 1 SeeaUI, Que vous aJfez ac30rde c te faveur 11 Ult homme Qui a /lllt lfnt de mjIl 11 la France ,. Meuiturè, merelal7W!&, chers amf.t, t t cela ed le paul. No avonl à travaJ/ier car l'annee qui vie lit noU.! apportera certainement de! dtJJlcuité& li rt.!oudre. Tant dan! le domaine inte· rieur Que dan.! le domaine international, noU.! avon.! à conttnuu notre action contre l'antfsémi- D. AN KER, secrétaire d. la , Fédération Nationole des Travolll.urs de l'Habillement et de la Chap.llerie, Croyu bien Que Je lui, de 10llt elllur a\tlc ,ous dans la lutle que ,ou. menu pour la pal:l: I conlre J'antls nlltlllme, (!elle Itpre qui .ert toujours de patll\ent aus buteurs de Juerre pour prépA rf'r leurl crimes contre l'hulnanltt. La renah, a n (!e de ce IIbu d"nlli notre l'a) '! nous prou,",' cOlnblen lit danler tst rrand et ne doit lalllSer aucun j!:tre humAin. (Iutlle que S<llt lia condlllon .ocla le, Indlff rtnL \'0\1115 ,.onu!: t ntl rellleni COlll pttr s ur l'orlllnl51\110n que J'al l'honneur de prHlder pour :tppll quer Ils d€C:elon l'-!Iuu de \0' tra"aus. M, de BARRAL, président de l'U.F.A.C. ". tien. 1 ualr clUe occulon pour VOM dire combien Je eul. de coeur ""1Il0 \ 'OUl dan. 1. luite que \'OU5 menu contre loute.s les rtactl ns conoollque eL socl.lel Qui tentent. lIuJourd'hul comme hier. de s'opposer A. l'Irr&ilslible pousstle de III "trHable démocratie et du .Inc rea délenseul'tl de ta palt. Dr H. BARUK, Professeur agrégé à la Faculté de Médecine de Paris, méde· cin-chef d, la Moisan Natianol., de Sonté. "e /lui. de coeur 'Hec \OtlJi et l'OUl prie de croire • mea .e.nHD'lInt. dtl·OUM. Rot.1tin !'AUL .AUER, du Consiltoir. de Paris, oI 'applaudll aWl: eUorte du M. R.A.P. dans la lutte contIe le taclame, l'antlSémltltme et pour la paix et lIOuhalte pteln 8Uce&s l la U' .Journée or,anl.te plr ce mouument le dimanche Il Juin 101S0. H, BENVENISTE, industriel Ch .... aller de 10 Légion d'Honn.ur. ' .le auls de ooeur a"ec vop polll' détendre cette cause qui noUl M\ tras chtr. à IOU.!l. A cette occaI1I n, Je donne mon adll.tslon "u lU.J\.A.P. JEAN-JACQUES BERNARD, hommll de I.ttrea Je for,me If'l voeu lu. phu alncf, IU pour que celle joarntfl ao!t ce Qu'elle doit étre : un Un l'eu une pals ,érltabl . SI Je tiens 1 demeurtr l l'teart de toutes actI( 11WJ parlbanea, je n·e.n lull1 que plua l l'aise pour Appuyer Ioule action eonstructhe, Or - tt Je le di$, d'Oû qu'lls "Iennent, è. tOM (!elll[ qui D1tI &DUlcltent - ni une pals de l'ElI, ni unI! paix de l'OuelL ne eont la Hait p)I:.. L:\ pail: MI Indhlslble, eonu11a III 11- berl . PIERRE BLANCHAR, artiste dramotique. J'al le rel,et de \ out; Inlormtr qu'il me SetA imp'Jlllble d'aulun 1 la mt'lnlfl'stallcn qUf! 'DUC or( a nl!5tz IIU Cirque d'lIhH, le tt Juin. "e JoueTal en matlnlte el en I5Olrée. PIERRE COT, deputiJ de 10 SO't'oie, "ou me \o · .. z d 501 , ca r le Il Juin je lierai en Sa' ol .. at Je oe peu . ..: rien chan,er • mon proIramme. A'ec mtlf regret' 'eulllez recevoir l'aS6u r"nce dl' met &entlmenl'! distinrues.

DRE FOUGERON, ortistpeintre.

Recevez l'II ers t'lmlll l'u:pr .. ulon d! meR enllmtnt, les meilleurt et 1I1l!t! voeux Ile l ucctl pour \'olre journte. Grand Robbin FUKS, de Colmor. Au M.R.A.P. qui a cunlprll 'lue le combat t)(lntre le ncbnla doit aller de pAir o"eo la luUe POUl ta pah;, j'envoie 1II .... s ' reus de réu.elle. FRANCISQUE r-AY, dé .. ",té de Paris, " 'AI bien reçu tA demande que \ ous nl'exprlmez de rempl"cer noIre re,rellê et ,rtlnd tlnll /IIare Sanrnl.r, le 11 Juin, 1111 Cirque d'Hher. ,,'a ural. acceplil bien "0- klnUers al Je ne de".ls tte, ce m me jour, IlIbsen\ de Paris. "e m'empresse de \ -Oll.! le dire, en "OUI uprlmant la foll mes relrilts Jes plus vJla et ma sympalll. le trM marquEe pour la lutte .. laquelle VOII.! "Ou'! donnez. JUSTIN GODART, ancien n'Ii· nilt", If donn,. I!'nti rl!lIlenj mon adh _lfln I!" 11Ion p.lron.,e • la JI' J"u rn., n .. llon ll!conlre le ul' ·am. l'auU"'oltll.clll et pnur la pli" J)II \ J!nn(', J, \ f'IIC prie, III" r.!:'rpl U 111·' \ O'IIX pour le suert/ ll de nM ,!forl- commun! pour III Ju t!(' .. 1'1 i""lIf h p),Jx M. HAISSINSKY, d. l' In.titut du R.dium. Il ,. da,ol quI' loulema.ym paIhle. n i Aequille • 'oln mou,"em, nI 'lui ten1 .. j;'opposer eourli.r u l'ment A!lX for.:es de la r ac- 1100 t de la ,uure. FRANCIS JOURDAIN, homme de lettres. le 'DUS prie de falrt a,rHr mu t.tCIIU il. ,'01 côU'J'Ul's. Cro el, JI 'ous prie, 1."'0 etU,

 la I ld  lIt  de ma dé"ouée I.,·mpatllie.

f. KAHANE, Maitre d. recherches '1.1 Centre N,tionol de la Recherchro Scientifique, "e "ous prie de me eompler parmi JII'I acllaérenll de cette journët

ntre le racl.'1me, l'antl ' IIlUl,me

et pour la p"ls. SERGE KRIWSKOSKI, '0" seiller Inunicipal de Mors. ille. De tcu\ coeur a\èc \OUI. SauIaaile ma(nUique auccù. JEANNE LEVY, Profeneur à 10 Sorbann,. "e re,reu. ualmenl dè n. pou\ olr pllrtldper l ' oc trlvaull et Je me joins l Ious I@s d lf,uNl

ul a'uniront pour faire reeùler 1.

fascllme, le racisme, J'!l.ntlaemtlIsme et obtenir l'Interdletlon de l'Irllle alonllque. !DMONt MAURICE LEVY, Membre du Conlistolre, chef honoraire du Con"r' t'otoire des Arts lit Métiers. Absent <III Pull, Je r .. ,reUe de ne pou,o!r 'Millet l la Il' " ourn e DMtlona!e du 11 jllin. JEAN DE LORME, secrétaire du Comité Fronco-Malgache. Il n'est, Min! que trop n ce'!l re d'a ffirmer notre poil lion en u,lIrd tle la "aJue d'antlslmlllsml': qui dUerle de nou\eau sur 1. monde. " lla nl de IUlh a\ee lM nttnllcts d'un n o ·tlllcl'Ille qui, 811 \tnalt il. Irlonlphu, ne le ddUIIl1 en r ien A celui Que le 1II0nde Il l'II IlL trlsle". Ii' eonnallre ft tlllnl Il " tant louffert JI n'y a ent'Cre que peu d'lIn,,6e . LOUIS MARIN, député de . A.eurthe-et-Moselle, "e ne pourrai nlalheureUsenlenL p •• anlster 1 "otre "ournée du 11 juin. Je lull dhot6 mllJi!I nOUI Ilcheron de ntrou.er ulle occasion ant'l lOlue 1 IRquelle je pourri.! élre .. \otre eoll re d15poslII( 1n. L'Abbé HONOR. MARTY, (Perpignan). PIUl que JamAis J'elUme comme vous qu'Il faut "Ulrer l'lIUentleu publique aur les problemtl Ir.," de l'lleure présente. "e m'y êmplole de Illon nlJeull et J'III aou,' ent l'O(!cul(1n de prendre 1" p!lroi. pour uptlmet (!(Imbltn Il Importe, quellts que 60 lenl noe CUO' ,100011(1ns reUtleuses, phllosophl- 4utfJ ou polHlqu".Que nous res· tlcn! unJ,s pour aall"er III pab. et la IIbuté. Je ,eral. IlcureuJi: Il ma lellre pcu"alt tonl"lntte Quelque hMItant et lmenèr de te j(1lndte l now. J, STEkNLICHT, encien ... icepré. ident d. la L,I.C,A, de Lyon, J 'ei!lpke qUf', blentôl, pllr "oa effort,! magnUlque.s, la "rale JutlllIee et ll\ "raie démocratie trlomplieront .ur le fucls01e mondlili et lur l'hypo.:rlsle. et que nOire lutte serA ,IClorleuse eut les C!tuteuu U les proflleur" de la ,uerrp. "h'e le M.n .A,p. ! Vil'e l'unltê pour le eombat ! Vh'e la pals mOndla!e J ARMAND SALACROU, ho .. • me de lettres, . C'est Irb ,olonller. que J'auTIlls "ul.té Il, II' Journée 11.1._ lionaie ('ontre le r"clsme .. c6" de 'nus et parmi n!NI amiJI, malheureoee: ment Je qullte Pari. dt'lns quetqufS j(1utS. l:llCU!f!I.·llIol. Croyez" mes re, reIs et à mes 6entlmentli bien .Incèretl, De m me, certains reprhentants du Coruutolre, Qui ont tait preuve de r Ucencu dlmcnemen ju.st1Uabl s, se trouvent placM deVint leurs responu_ hlll a ; c'est en pUllant outre è. leurs arlument.s Que, très nombreux. 'les croyant.s ont chol.!!l le chemin de II. lutte. contre l'antl.!! mltlsme et pour la plix. mwagea fal!alent entenc1re la voll: de toute la France honnéte et d mocraUque, de Lou1& Marin • Florlmond Bonte, de Francisque Oay • Yvu Fu,e, de Pierre Cot à JICQUU Marion. 1.«1 plWl mlnents repré entanu de la vie politique et culturelle de notre paya avalent tenu à marquer leur aympathle agissante. tf.tme, contre le racOme, pour la L ______________ ..J paiJ:. Des labeurs durs noUoS' atten- Soixante-dix .ocl.t . "allnt r.prt •• nU .... la ,Journ •• naUonal. (51 l'an"'a dernI6ra). Leur. d.l.ru s ,ormal.nt un "OUP' Impo'ant CHARLES 5 ER'" E, député d'Oran. C E'ITE a;uncUOIIe journ e a per:nls de aouder plua encore, dans une m me volon , non seulement lu Juifs de toutes les opinions, mala lussl Jults et non Julls Qu'lndlgnent I·ant!· 5 mltlsme et le racume et Qui &Dnt réBolus à sauver la paix. Les peraonnalI s Qui se trouVilent unlea à la tribune et cdlts Qui avalent envoyé du De cette journée, le M.R.A.P. sort irandl, renforcé. tort de la volonté de tous de barrer la route A. l'antlsémitLsme, à l'oppression coloniale et racl.! te, à la guerre atomique. Le M.R.A,P. s'ut avér étre le plus grand m04,vement unitaire que la comrnunautA § juive de France ait ja:naû connu, le mouvement qui répond le mieux, dans la rlode actuelle. aux a.spiratiollS de la population. L'unanlmlté r olue Qui ae r albe en lui est lt gage cie ae.s prochalnea vlctoiret. dent. et 'na/ntenant au trcvail 1 L'Amicale d'Auschwitz Invite lee d,portia et lu famlll .. de dllparu. il a. rendre le DIMAN· elll 25 JUIN, .. 11 heurel, au PERE·LA HAISE , pour commemorer la IV' anniversaire du tranihrt d'uni urne de cendre. provenant d'A(.1.chwitz. Raalllmblement à 10 h. 3D, boul.urd de Menllmontant. .ntr •• principale du timetiflre, Le pasteur Louis VIENNEY: , « OEuvrer ensemble sur le grand chantier de la paix» /;e astl!ur Loufa VIENNIY a salue la Journtl! Nationale en nou' adrl!uant ce mt:uàgl! plein de noblesse et d'elévatlon QuI pourrait , 'intltuler ., Le chantlt:r de la. paf;z: ,. ' CONTRE le racisme et l'amué· Uer · Car II s'aa;"It d'un chantier, mnlsme, pour la paix ... Il y Il Je pense, plus que d'un champ de longtemps que je suis avec vou , bataUie. et nous fermons la porte chers amis du M.R.A,P .. et beau- a. la puérile U1uslon qu'll sutflralt coup d'autres chretiens avec mol de supprimer tous les méchants _ exactement sur le méme chan- (qui subsisterait 1) Dour créer le le Pr catholique RONTCHEVSKY: «Je partage vos inquiétudes vos espoirs et vos luttes» Au nOm de la dtlérlalfOn du M.R.A,P· de Strasbourg, M. Lt.ul!k Il dom •• lecture, d notre dernltre Journte Nationale. d'un meuage d. M. RtmJf RONTCHEVSKY. pro!u,!eur agr (le 11 l ' Unlver&lt de Stra,ltourg, chrttlen-progrUllIte. viCe-prt.!tde-nt du Conseil communal du Combattant& de la Pal;z: et de la I.ibertt du Ba.!-Rh" ,' Mon état de santé m'empêche mals condamne à mort des popud- étre au mlUeu de VOUI aujour- latlons entières et anêantlt leurs d'hul. Mals de Iain comme de prés, moyens allmentalres. je partale vos Inquiétudes, VOs espoirs vos lutk! Je partage VO$ espoir.! : raire dLs- Je partage vos' tllquMtude.! . l'an- paraltre la menace de luerre, c'est tlsémltlsme renalt en Alle agne I Lter c.ontre l'antisémitisme quI occidentale. honteusement favorisé n est qu une arme morale; mettre par Jes continuateurs cyniques du h.ors la 101 la bombe atomique, fascisme: Il es,sale de s'Insinuer c e t empêcher la guerre, car acen France avec ceux qui ont la tuellement, sans utlllaation de cette Itcheté et l'Impudence d'aller sou Ii- arme, aucun gouvernement ne peut 1er des tombes et d'Imprimer la songer à engager la lutte. prose de l'ancien tue <le Hitler; Je partage vo& lutte&: lutter la guerre menaco,; et s trouve sus- contre la discrimination des Juifs pendue à la décision d'une polenée au milieu des autres membres de d'hommes qui détiennent le forml- la nation. c'est lutter contre tou· dable et Inhumain pouvoir de la tes les oppressions et toutel les bombe atomique. Nous voyons clal- dlscrimlnatlolU. lutter a la fols rement que le racIsme et l'Idée tas- contre le racisme et la bombe atociste d'uttUser l'arme atomique ne mlQue, c'est lutter contre l'avilissant que les deux aspeCU d'une sement de l'homme, contre J'esclamême pollt1que et d'un méme vaie des peuplel, pour la libéra. crime: politique de discrimination tlon des travallJeufll. des temmu, racIale pour semer la haine, crIme des enfants. à l'égard de la. crainte de lénoclde, J)uLsQue l'arme atoml- de la faIm, de la menace de la que ne detrult pas des combattants mort. bIen , de tuer les ,uerrlers pour lalre la. paix? Nous savons Que c'est plus dlmclle que cela. Ensemble donc, ertorçons-nous d 'Mttier la famille humaine dans la. pa.lx. car sans paix pas de famille. 11 y a du tra.vall pour toutes les corporations, plein emploi pour tous et pour !onit.emps! Mals Il est nécessaire que chacun prenne consclense de ses responsab11ltés et de la présence dea autres Ouvriers, comprenne et encourage leurs l'Harts. lcs compltle et lea seconde au besoin. n est nécessaJre que des contacta s'établlllient sur le chantIer même plus encore Que dans les burea.ux d'étude que les volx s'lccordcnt aux notes harmonllées pour que jaillisse la symphonie. « U N 6cul est votre père (DIeu) et VOUI! ttel tous frères , dllalt Jésus à l'élite juive de Ion teMps. posant ainsi pour les hommes de tous lei temps ct d'abord pour lei chrétiens, la base de tout MHlce humain. A toutes les races noua devons ensemble d'fltre les hommes que nous sommes avec les trésors de sensibilité, d'Intelligence et de teChnique accumult!s pour noua t"t en nous depuiS les cavernes. La béte humaine demeure vIvace en nous. certes. avec de terribles réveils. Mail combien plus grande notre reconnaissance envers le peuple. Juil auquel nous devons les rorces vives. la substance même de notre âme? De la Bible juive, du messa,e de justice des prophétes jutrs. du Juif Jésus enfin notre monde tlro toujours le meilleur de ses aspirations et ce tourment méme qui 10 contraint l vivre plul! haut. Porter la maIn sur tout cela serait tarir les sources mémes de notre vie. Comme.nt ne pas étre avec vous pour Interdire cet acte IIacrllèie, à. la fola parricide et sule1de. l'écrivain Pierre PARAF: , « Aucune pensee sectaire ne peut entraver notre action» L'icrfvcln l'Ittre ParaI. emptcht d III d rnlire minute d-twltler d la Journte dIt 11 fuln, II. bltn voulu nou: communiquer Je texte de ,on allocution En colci q-uelQ'Ut'I btralu tutlft l, , A UCUNE pensée sectaire et partisane, aucune polémique personnelle ne. pcut entrave.r notre action. Chacun de nous peut gar- 11er la conception lalque ou religieuse, libérale. socialiste ou communiste du monde. Nous sommeil IcI pour ce ;und rassemblement de la conscience et des coeurs quI ne sc soucie point dei orillnes et des appartenances. A l'heure où l'on reperd peu 1 peu le terrain Kagné par la résistance, où un conflit International pourrait tout compromettre et tout pe.rdre, ê. l'heure où le na· zlsme relève la tète, où les préJulés de couleur osent Impudemment s'afficher, nous Parisiens, nous Français, teno:. à honneur de nous réclamer de la pensee de Voltaire et de l'abbe Gréiolre, de Victor HUiO, de Schoelcher et de Jaurèl, du verbe d'un homme qui parla. l'An dernle.r, 1\ la même tri· bunc : Marc Sangnier. contre l'injustice quelles qu'en soient les victimes, et saluer de notre Paris en votre grand mouvement ccs millions de Juifs. de. chrétiens, de musulmans. d·hom· mes de toutes couleurs, de toute.a l'homme, contre !.Oules leI! deltructlons atomiques ct autres ct qui revendlQent à cet effet tous les rellClons. de toutes doctrInes, dont noua sommes assurés que leur api' rltuallté, leurs réilmea peuvent coexister et coopérer. Très grand choix i Tinus GABA DINES " PEIGNE TISSUS ANGLAIS TOUl!!, Four"lture, pOlI' TaJileufl Chez SIMON tO, rua Leon . MON 81-41 M't •• , c " ..... a ..... ... , , .. , , , , .. , , , , ....... , ! i • FA8RIQU[ O[ TRIOETS • • • A U nom de ceux qui ,'élèvent contre toutel Ie.s violences, contre tous le'! attentats aux droits de contrOles, nous disons notre Joie d'aller ê. toUt lea rendez·vous de la tldéllte et de l'espoir, à la rencontre de ceux qui sont le nombre et la fol. Notre voeu, notre volonté, de continuer à mener le combat i GANA ERRATUM C-cst par erreur Que nous a"cns dit QU M. Jacquu Leman. ma.lAtrat, 11_ ,natalre de l'appel de Stockholm. talt membre du Consbtolre. Nous nous en exCUSOnt auprù de lui ct de no.s lecteurll. DalUl l'article <II Cirque d'Hiver le Il juin " page 2, 3' colonne. parmi les chor"lu parUclpante.s. Il s'ag alt de la Chorale populaire Juive, et non de la Chorale popUlaire dc ParI.!!, la chorait dea Maisons d'enfants de fll.'1lllés et déport . alllsi Que celle de l'or,lnls!\ tlcn de.s Jeunes DltIMeura. Egalement en pAie 2, .' colonne : Pour les abonnemt nts à <II D. L, t' , à la 4. ligne. li va de sol Que la section du M.R.A.P. de Montreuil A recueilli 177 nouveaux abonnemenu- et non 17 cm::me ncu, l'avons dit par erreur. " !

•• ·

Socl'" • r .. puruaIU111. lImllU .10 c/lplt.J Il. soc ODO Iranc. 64. rUt de T ."blg0, 64 PARIS (III') i rl!:t..., ""ChI_fil 11 .... ! ! · . ••••• , ... , , ••••••••••.• , ." .• ,,0 AMEUBLEMENT LITERIE • TRPISSE RiE 'r, o -;; •• EP fi5 RU{ OQUB'IGl'lf MARSEILLE

..:; .- , , .:.,':",;
' 'PËNSÏON' ïioüi" ENFANTS'  I
 d. S à 14 ans (Haute-Vienne - JOLI PARC - FORET  :.
 NOURRITURE TRES SAINE - PERSONNEL SPECIALISE  

J§ POUl'! TOUS ItENSI:IGNUoIENT5 ""Iqll'IU IS JW .. : TtL DOl'! U-IC

 PI'" uu. ",.1, 'Ull' .. aoe_Cbtnl, It-Juftltn (Hte_VltRfla) _ TfL ; 1" iii-,

- ••••• ,.' 1 , ••••••••••••• 1 ••••••••• , •• , , 1 l ,. '. ,. Fl TARIF DES ABONNEMENTS à D.A/!.."L.., .. 80UL Pnlu .. nnJttl . PARIS II") _ TtL 1 PRO 15--81 .t TAl 11-" - l'RANCit ET UNION FRANCAII& 1 • DI!>I' •••••••••••• lM U. S ", .. II ...... .. . .. . 3" ft. 1 Ifi ."...... . ••.. 1,1" tr, PAYI &1·RANOIt:R. 1 S "'!>11 ............ W tr. 1 mol. . ........... U. U. 1 la .............. 1 .... Ir. TAIU .. 't>CCIAI. IHIU' 11 lutt,.olqua CAmp .. eh.qu, 11'>"" i UTI·" PARII t>UUI ln fII'"llm,"" ,·.,,,nt tll _oY'r 2CI Ir ., Il d.'III.,. "ad" COMITC OK IIIItKL-r'ON 1 Alldlt BI.UMKL !OUu,lu GftlNSPAN CIi.,ltI LtU .MAN l'J,nt_R .. la .. ' L' V,. lA ."U' J Ch OVt A • .t& N l'II." .. ,. N .t P lJ'(1p Pol .. onnltr, •. bOul loluonnt're - PARIS_ , .... ,. . - POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard SCHNEE8ERG O. <Ut la. 1. ",rio"' •. "AIUS_ T.I t THI s&.M NI'" rRI g·11 RÉOUVERTURE MAGNUM .le parlale oompl61elllen\ "01 tflntJnl/!nlt'l. Croyez que demeure complètement J!lveo "(1U1l de éoeur et dl pen!ü, MAREK SZWARC, sculpteur, "e m',mprel5e de \'OUS t .. Jre u\' olr qUf) Je .uls d'Acoord t'I'ee le MoR.A.P. et Que Je ,oul donne mon adllMlon de tout coeur, D, PIERRE WERTHEIMER, prof.Sleur à 10 Faculté d, Lyon, ,,'adrelSe AIll[ partle1pant. de la U' "ournte nutollllie mon allut J. plu. corlilai eL forme le.s \oeUA les plus ardenl6 pour le lueees de celle m.oltMtalion et pour que triomphent p",nll leI bommu lee Idéea de JUlllee, de proIrMaccla! et de IIbulf en dehors de loute dlll rene1.lIon raciale. GRANDE FETE DE PLEIN AIR La Commlulon Gentral. de l 'intan •• or.anl .. un. GRANDI FIT! D PLEIN AIA au profit dn vacanoes dn en, fant. d. fu.lllh Il d'portn, DIMANCHI 25 JUIN, d' 15 A 24 tllUrll, • bll, ru' Dombatl" • Montr.uil .(m'tro Malrl"daMflntr. ull) , Pro ramme II1;rtletique avec t. partlClJlalion dt nombreuIOa ve, dettea. L. troupe noirl de KEITA rrODEBA prUera Ion ,oncoUri. Buffet, buvette .uurh. BAR - RESTAURANT 47, rue Richer, 47 (f.ac. aux Foli.s. Bergère) avec son nouveau directeur SALZBERG AMBIANCE JUIVE • SERVICE IMPECCABLE MUSIQUE ET CHANTS JUIFS OUVERT TOUTE LA NUIT Petite Fabrique 00 Petits Prix CRAN DE SPECIALITE ECOSSAIS TOUS CENRES M.rinières - Chemises _ BlOusons homme, dame, enfant PRIX LES MOINS CHER.S

ll=IItez SII!..VrelR tell..

- PARIS t.Ulro 9, ru. Ceoffroy-Lln,nin 9 T.ltpbon, : A"Ch l.,., 33.72 ' • , ,1 , t 1 ., t j , . " , , . . , , , 1 1 1 f ., , . '! " , ' . l'appel de Stockholm' 40.000 signatures recueillies O OIT ET lI!Ene 1- à ce jour par le M. R. A. P. Marx et Rotschi Id Fldtle d: 50n eUganc! trt, partie:..· IUre. Il Il'ut peu ,'homme du clc,...5. En chapeau ille/oll grf5, jaquette t pantalon grIs, chauuurt.1 taulle ,erln. cra!:Cttc ct cliauSlure, bleu ce/ute, Il allait d'un peu lent. le prOUl'leait du GAI, GAI, MARIONS -NOUS! L E Mouvement contre Je racIsme et J'ant.15 mlt1sme. pour la. paix. 1. nrellstré t ce jour 40.000 sllnatures pour l'appel de Stockhllim. Il est. Incontestable Que l'cHort fourni dans tous les secteurs pour faire slaner la population Juive :1 déjà donné des résultat..! appr clabits. mals on constate un certain ralentissement. La luerre menace chaque Jour davantalc: la bombe atomique. cette arme d'épouvante fIIt suspendue fiur nos t tes. Encore lrop de personnes ne sc ren· dent pas compte combien la paix Sous toutes les latitudes (Suite de la prémiére page) En mème tcmps, mal,ré la p0- li tique de se,ré,atlon qui Interdit lux blancs et aux noirs d 'assister en commun aux réunions, 500 noirs et blanc. ont assisté à un meeting pou r la paix. Les partlelpantl approuvèrent a J'unanimité 1& résolution pour la défense de la ralx Qut exige l'Interdiction de 'arme atomique la suppre5ll10n de la politique coloniale en Afrique tt en Asie, la suppression de tou· t U les forces de dIscrImination. COMME l'n France, ks méras

 am4ricalnee ont en,allt la bataille

pour la vie de leurs enfants. 2.300 mères repréaentant de nombrèuses or,anlsatlona féminines ont présentt !l la c: MaIson Blanché t une résolution contre la cst menacée. Il faut redoubler d'tfforts. M. le rabbin Jean Schwartz. du 20' arrondlS$em nt. en sI,nant nous a lait la déelaratlon cl· après: c: En tant que membre de la irsnde famille Julv,e qui lutte pour l'avènement d'une ère de fratf'rnlU: et d'amour l'tritable entre Ics hommès. Je ne peux pas ne pas applaudir à toutes les Inltlatlvell quI. de près ou de loin, tcndent à. établir et fi: maintenir Is paix entre les hommes et contribuer ainsi à la r éalisation de cet Idéal, C'est pourquoi je slrne l'appel de Stock· holm dans lequel je ne veux voir qu'un appel déslntércssé à la conscience humaine, en précisant toutefois qu'II se doIt - pour étrp complet et assurer tous les homo mes de bonne volonte - de stig· matiser avt'!c la méme vigueur toute agression, d'ou qu'clle vienne f't quelles que soient lès-armes em· ployées; tout psys qui entralne· rait le monde dans une guerre commettrait un crime contre l'hu· manlté, méme s'U n'utilise pss lei armes atomiques t , En province, l'élan cst donné, Suivant l'exemple de la ville de Saint-Quentin où toute la population Juive a sIgné, le M.R.A.P. de Marseille a collecté à ce Jour plus de 1.000 sIgnatures avec la ferme volonté de redoubler d 'cHorts ct d'arriver pour le 14 Juillet avee plusieurs milliers de nouveaux si· gnataires. La section dynamique de Lyon organise avec a.rdeur la campa· gne: clle totalise 2.000 sl,natures et se promet de faIre sl,ner tous les J u1ts de Lyon. Pour les partisans de la paIx, 11 n'y a pas de vacances. A la campaene. à la mer, à la montagne, faisons signer l'appel dè Stockholm. Déjà entendu quelque part Karl Marr I! t nt d'une IiOllee d.e tl'llmudl.Ttc et de rabbl1l3. ce qui crpUque 3alt.r d.oute ct san me!sinn/..une et !(JIl Icmati.fllle et !on pculml!I/U et 8011 attrait !)Our ln catOE-'ltroph !. Et \olli.: ce n·ut. pas plUB difficile quo ça, de • faire dlns le Judtobolchevi ml! ,! La Mall/le!te col1ulluni!te ? La guerre et Ue (n Fralle, ? Le Capital La l;re."l rr lnt"'lnlltlorale ? K .. rl MIr); I!5t né d'une liinée de ... voir plus h .. ut.

brx , selon M. Gi,noux

Quand Ua ont dit: le Juif Marx, lia ont tout dtt.; lia croient ou Ils tei· ,ntnt de croire qu'lia ont tout dit. I\.<j ont lout dit. Jt sut" partout et le Voe/k/3cher Beobacl1ter, Goebbc13 et Gera/tf. K . Sm/tlt. Et a\IUI M. GI,noult. Lequel ut couv rt de tleurs l'Ir L'Epoqut pour .. voir commla un bouquin lur K t:-I Marx ... Pour ceux qui l'I,noreral nt encore: M . Ol,noux C3t un des plus Influents c: rMacteues t de L'Epoque. Il connait ses « classiques Il 1 Da.ns son bouquin, Il a rama.ssê 5ur le nom de Mar); quelques-une.s des plus plate-!! niliseries - pour nt pas dire ,rossléretè.!i - qui tralnent d cl de 1". ... h! on ne peut pu dire que M. Gignoux ne conn ait pu lta clUli· qua! Des classiques que Man: lul-m"me Ilv .. lt refuti par avance depuis long· temp'o Lill li A:née du capitilll 501ell, serrait deI tflain& an, conlric· «Un certain Zwei- » UO'I. Le baron Maurice Indl//trcut ClUX II> Il f tUL dire que M. Girnoux d plole sour/r lJ.J et !ot/rd ClUX murmurel T _ un eHort partlculltr pour, f'n un tel prend sa place dClII' 14 v/c potl.!ie'Ule, Ce !msatlollne1 timoln déclarant, ljuJet.- a 'olr l'air . nouveau, et c pro. Chapeau bu, donc, devant un lf'l deVlnl la commission d·enqu"te. que fond Morusteur! Telle Mt la 101 pour l, Peyré app3.rtlent a la Salntt-Vehme 11 ne fait quP réPiter. journal de c l'antlmarxtl!te , Olrnou);. nule .. Sanli pouvoir cacher aa hillne pour Eh bien, plusleuu journu , dont Karl Marx. 11 ne l'aime pu, tt Il lt Qui court? L'Erqut et le R.P.F'. Ct Malin. l'ont dit. C'ut IOn droit. jUi tOUt de luite: 11 st fait apptler Mlls ct que M. Qlrnoult ne dit pa.!', Rameau. li St nomme tn rialltt e, que no..... ,. .1r ons PO'.". r c1 a l rer tau, _ Allons! Les rll6l>ourci!! de la dlver- Z ....... .e Ilo'r..! !. vOWl comprentt. ça suffit poUf de luite votre lantHnt, c'ut qlle M. sion tt dt la calomnie (racllte) ne que tOUt c qu'II raccnte nt IOlt que Ollnoux .. présidé le COlIIeU national 50nt pu épuistu. roman-ttulll"on. dll Pdtronot . Comme lu Iln,stera ne manquent Et qu'Il y' avait quelquUl litres pu dAl1.l! Parb et que lu Parislena ie . Curieux, tout de m m', cet empresplainte contre eetta for:ne d'espion· l'lage coujulI .. I, malis d'bpionnare tout d mtmc, En preml re Instance, M. ....ppt!. baum elt condamné. Il fait app l devant la cour de Broocklyn, rI. le premier jUj(ement /!lit .nnul . Attendu que: • M. Appelbaum diJend ,on b n. marital et que c'e,t /111 qui pole le telepllone! Cour de Broocltlyn ou cerom1i&lon des actl ... lté5 antlamtrlcalnes? La bombe et les enfants "'lon! "'01.111 penatz 511 peut aimer pl .. trnent de ne p&a en ttre trop bien "emenL a dire que c: la commlnlOIi l'Iuteur du Cllpltal? proU;eéa, rdallOns·leur le coup du d'ellQuéte ptrd troi iOUT ct. mlrndre Ne VOII" ,"arlu JIG'" !I VOu.! trav411. .banditl.6me allérlen , ! lm certain Zweig >. la dllll.S I.! riglo'" rlldIO-lIctil:t dt" En,els, uui f Et les laulliste! Parl3len Libtrt et VOU$ ne trouvez pl.'! ? lU/nu atomIque". VOU! "-""fleh", nau- L'Aurore, et L'Epoqu. de crltr, en lance ct. du efl/tult! contre/aIU. mali",· DaM leur loucl d'expllqutr le mar- choeur, haro sur les Nord· ... frlcalns. L femme espionnée grM, aoullreteuz. ltLsme ar la fame1.1lle c lIa:née dp \.al- Et quels Nord· ... frlcalns, eL quel. Ttl est le conaell qU'une re\'ue l'I\ :IImudl. ste.tl et de rabblna., M. QlinOU); bandlls; de tlès rldoutabrc vtnd"ura Un New·Yorkals. M. "'ppelbaum, cale anrifllst donne aux employés d et L'Epoque en arrlvtnt a hlre de a la aulletu. de tm dangereux mir· veut divorcer? Pourquoi pu? InstallaUoru amérlcalnt.!! qui labrlf'riedrlch Enlela _ le comoagnon In- chanas dc cllaretw. port .. nt ombrage M .. b c'est que le bonhomme ut plu· quent du bombes atomlqu!!. sfparable de M.arx _ un Juif, lui au c renom de la 1"rance •... t6t Indélicat. Qualld on peme À toutes lu m l" · .. usai! Un peu de racisme ne mwlrd point Pour trouvU un motif Il sa demande \'eilles qui pauvent résulter de l"yUU. NoU$ croyons Slvolr que Goebbels a par les temps qui courcnt. en divorce, Il fait 5urvelller les lom. sallon plcltlque de r n!ralt!! atom.!· precédé M. OIrnoux d.ru celte c ju_ Et qUlnd nous disons lu temJ).tl qui munlcatlons 1 léphoniques de u. cm· que ... dllsatlon • de Enge1&, un "'ryen cent courent, Il n'y a Pli que li!! temps qui me paf une t .. ble d'ecouLe. "'v.nt m"me u'on ne l' mplole, 1. pour cellt 1 Nc dbalt.1I pu : c: Celul - courent... L'Intére5l.iét a'ell aperçoit et porte bombe peut tuer dd enfants 1 li. ut Juif que J dé!lline comme, _____________________________________________ _ ttl? 1 Quoi qu'II t'n oolt, dès eon vivant. En/(el.tl avait déJâ répondu aux qutlqUII! 3 c: Imbécilu » qui l'avalent prl5 pour un Juif parce qu1 travaillait en coil .. bor .. tlon avec MArX 1 ... Ce qui prouve le sérieux de l'Information ch z M. Olrnoux, Mais Rohchild ... Bien ür, pour L·tJlOqu , M .. rx, C'C.tIt .. vanL tout c Wl Juif ., Mals Rothschild, C'l!.tIt autre cho,se, c'est m me tout â taIt différent ... Cette bonne bllrue! L'!:poQloII!! nt &aurait mélana:er lu torchons avtc lés servlct.t.ea. J,une lerin et bleu céleste Ecoutez un peu l"khotler mondain e lyrique de ce journal, ,aluent 1 .. • rentrte t du baron Maurice de "Roth. &ChUd: Jérusalem, centre d'intrigues dans le Proche· Orient par Henry BULA V.KG L E canon a cessê de lonner, nlsis llu cun lraitê de paix n'a encore êtê conclu entre lea Elats arabes et l'Etal d ' Israël. Pluè d'un prOblème reste en s us pens, que les di verses commissions nommées par l'O.N.U. n's rri"ent pas à résoudre. Pendant que les commissions cn· quêtent et que la. LIl'\le Ara.be tient session sur session. envlsaleant ou· La plupart I1e cél projeta voulaient iinOrer la présence de 110.000 Juils dans la nouv,ll. ville ét la déftnse herolqut qu'na ont opposée sux envahllseurs. , utrre. 1-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------; Les nouv l1es qui nous parviennent du monde entier prouvent Que la Cl.rnpagne pour l'appt"1 de Sl.ockholm s'est dévelop):ée d'une msnlère particulièrement u!slssante. 1 \'ertement la possibilité d'utte iu rrt de revanche. des armes ultra· modernes arrivent dans le ProcheOrient, de5 armel! s,nglo-aml!rlcl.lnes livrées aux vassaux Impêrlalls· tes arabes. Ces Juifs sopt des citoyens de rEtat dIarllitl et Ils ne sauraient concevoir que III vllle qu'ils habi· tent. qu'i15 ont con.trulte t dUe"-· due. Hait détachée de leur Etat. Le Soviet suprème de l'U.R.S.S .. au nom de 200 millions de citoyens soviétiques, vlenL de l'adopter. En Polosne, lell 16 mill ions de lilnatures 1I0nt dépasses. Dans la R publiqu. D'moerati· que all.mande, 15 millions dE' si· gnatures ont élé coll ctêes et d 'autres millions én Allemagne occidentale. En Tchecollovaqule, la campaine s'est terminée avec 9 millions et déml de sl,naturE's. Les survl· vants de Lidice (l'Oradour tch co. 510 ... aque) ont signé iiur la tombê de leurs fils et de leurs marIs. En SuMe, pa.rmJ fes p'"t5onnaltés qui ont sllné l'al'pel. on cite 20 prHres protestants, des écrivaIns. des acteurs. A Cop.nharut, la presque totalité des métal1urilstes danois résidant dans cette ville ont sl,né. En Iquataur, le C'Jmltë f'x cutU dl! la Fédération d('s étudiants universitaires a signe ,.t a fait app!! .. tous les homme!! de bonne volonté pour faire de mémE'. Le reten tissement de c tte cam· pagne a amené dejf\ plus de 100 million. de perlonnel dans le monde, appartenant aux mll!eux les plus dillers, à prf'ndre conscience du terrible dan,er qui plane su le mondé ét à proclamcr la poss!· bllltt quI existe pour tous les pèu' pIes de l'écarter, Les sl,natures Il1dlvlduelle s'a· loutant lts unes aux autres deviendront une force capable d 'empficher la iuerre. UNE BOMBE: 65.000 maisons détruites ... La surprise, j'écroulement de nombreux blUmenla, l'inundie, firent un nombre da vlctlmu ln· Gonnu Jusqu'alors. 10,000 peraon· nes tueu, disparues et lupposé .. d cédi8l, et preequ. autant de blnsiS, Le grand nombre de vi!lti· mu est mi. en relief par la comIlaraison avec le ra.ld .ur Tok lo du 1-10 man 1945 •.. Trola Jours plua tard, il Na,a. lakl, la vllii etait à p.lne plui av.arUI, bl'n qUI d. vaJuII rU'raneu au deaastn d'Hlro.hlma aient paru danl III Journaux. Ainsi s'exprime sur l'emploi de la boml)e atomIQue contre les villes d'Hlroshima ét de Nagasaki, les G t'!t 8 août 1945,-le rapport of· flclel de l' c United States Strateglc Bonlblni Survey t, commIssion américaine d'études des bombardements straté,lques (or,anlsme dont c: D. L, t a déjà eu l'occasion de parler à propos des r aids sllr !a Ruhr ). Eclillir aveullant, obscurite croissante De son cOté, un rapport ortlclel britannique precise : Des temolns oeulalru d'Hlroihlma s'accordent pour dire qu 'ils ont vu un telalr blano aVlullant dan! 1. ciel, senti un souffle et entendu un ,rondement aulvl du bruit du craquiment st de lcrou· lement du mal.ona, II I parllnt au ni de l'obscurite croissante, lori' qu 'II. n sont trouvés enveloppês dans un nua,e de poussl t.n compact, Peu de tamps aprb, ila ont aperçu lu Incendies brùlant dans dlnn Quartiar. de la ville, Cadavres carbonisês Le rapport amerlealn donne nombréux détail.!; sur la bande d. radiations, l'ondl d. choc, III mont .. dia g l lurchauffé., J'iclalr, quI ont résulté de. l'explDslon. L'iclalr ne dura qu'uni fraotion de seconda, mais son int.nalU fut 11111 qu 'il causa dei brùlUfts du trOis"me de&ri lur la peau humaina non protegit dans un rayon d'un kllomUre et demI. Oanl le lIolllna,e Immédiat du point zero (point du 101 18 trouvant exacte· ment au-del8ou, de l'explosion), la chaleur carbonlaa III cadavru et III nndlt méconnalnablu, 65,000 mailons aplatiei en quelques secondes 011 10.000 maison. que comptait approximativement ia vlllt, 65.00D ont Ue rendulS InutiliaablU, et presque toutu les autres ont su bi du dommages, au moins luperfi· clell, Les tanallsations souterrai· Iles n'ont pas ete andomma,eea, à l'ex ception du endroits ou ell .. traveraalent les ponu au·dUSul du rhl'nl qui panant par la villa, - ÇA MORD? C" lall dlmanchl dernier l'ou vertu' ri dl la peoha. DI bon matin, Ils fern'lIs du Iport hilieuliqui 'Iallnt fin prits. C'III Il premier d'uni lonau' "'l' dl dimanch es ou III pf,chluf' pal mllllirs .'en Iront à la recherchl du bon coin, Imlgu 'mlnlmmlnl paclfl' qUIs. C. n'ut Pli par huard que .ur 1 .. btrlll du rlv li'" da Frlnu on a Ilgn' l'ippei d. Stookholm LA PASSIONNANTE HISTOIRE D'UNE ÉMANCIPATION (III) L'abbé Grégoire démontre que les Juifs sont des hommes « Laisses-moi rire t » Un nom juif se terminant en ski est lancé danS la conversaUon _ Encore un Breton ! dit l'anU' slÎmite, On rit. Cc n'est pas bien méchant. Et si Je vous prouvais, moi documents historiques 1 l'appuI. qu'il y eut, au début de l'ere chrétiennt, \1ne forle colonie juive en ... Bretaant" t !a u mo en 'Ile, parmi d'autres Bretons du méme ;enrf', un rabbin du nom de Rabi Salomon de Fa' lalse ! Dans Au Pilori. une caricature montr! un JUIf affreuX". au nez dé· muurément crochu. Ullende : Un vieult pay.an, -' Les Juifs, travailler de leurs bus ! Lalsse;t.moi rire ! Je le.> voil mal dan .. , J'ilIJricullure. _ Et lu kolkhol.C'S juifs ('n Union Sovlêtiqul!, el Ics kibboutzlnl de Galilée' Le. luifs, l"Ironomie t'!t l' InQuisition L'lbbé Greaolte ne l:a!ssalt pIS r irl II':! .ntlscmltes de SOli époque Oanl Bon , EMal liur la I· é n ê· ration OhYlilque , morale et pol1tlq c des Julftl ' . il 1 réfuta un cerl m nombre dl:' soltlst'. ,.t de t'lllomnll:' Il'Iion Irlque11e. un Juif. pArCe qu'il étill!t Jui!, ne p()UValt pns se livrer , d'ilutru activité!! que l"usure ét le lrllic. Vous ima,int'z mal dcs Juifs en train de labourer? Non seulemenl, III ont labouré mais 115 ont tout lait pour accroître le rendement en améliorant les scmences, en perfrttionnant I s instrumenta aratoire . J am.ll.s peut·ltte AUcun peuple ue fut plus occupr d'u 'ronom le que ICI! I sra lItf'$ en Palestine, .ouUrne rabbi; GréJolre dans son Es.. 1 - Bab, dans lel; tempi bibliques ... E S S.A 1 SUR LA RÉGIl Il R T10N 1HrsiQUE, MORALE ET POLITIQUE O'E S J U 1 F SI ÔI e (o."onJII pu b Sfdlll 10' dt.

ht( dctAlt1 d. Mw, Il.11 A"'I 17", ,.lI. C., ..... , c.  .. 0._ .. l, ... to, u ........

•••• 4. 10 . 1., If- • , DoA.a _ l' .. , . ... ..... _. of .. ,... •

 .t •• rMl- ..,. ,

.,., - A METZ, OS ":UHR I1.U,"11 DI C ... UO'-LU'OIT, 5t-IIO"I" C .. IUVI!.LY,t.lw .... , .... ' .......... , , 15,Cko. IU.III, llt,,, ... , _ 5 ... 1-J1( . AITIlA SIJOUIlG,II.1.l ... ItI. "'.001.. .. ;,. .. A . .. r .... "' •• ' 189, Tout "ll., c'est de l'hllitolrr anclenn, Mais l'abbé Grtlgolre (rn 17119) ; - Qu'on t dtl-trumpe. Aujour· d'hui, du voya'f;urll on! rencontre nOlllbre de Juifs cultl ... aleurs en Pu:./! Stlltenlrionale, en Lllhua· nie. en Ukraine. Et d'aJouter: - Si l'EsVllme, appauvrie au milieu de !>e!> trésors, etîl connu sts v r i s lnt rè15, es canloa,ne'!l s'embelliralcnt sou:!! les malnll de:!! 300.1)00 Julf qu'eUe a cblll.tlb. L'abbé Gré, ° ire condamnait ain i lïnqulsilion de 1 92. « Un liède nouveau va s 'ou",ir » lAs Juif . comme les Chrétiens, n'ont pas elé, ne lont pu, ne st-- • ront pu, ne peuvent pa! etre 1 les m me! » en tout temps et en tout lif'u : il Cl;t donc complètcment taux dt leur attribuer des earac' ttrl'tiques permancntes ct étcrnellé!. CillA, l'ebbé Grégoire l'avait compria IIvllnt lA plupart de SC! contl'mporlins. li avait le I!'!na de l·hiSloire.

jà. il avait montré que les

cond itions sociales dans lesquelll's les JUifs avai!'nt été cnfermés, soua les roi . en France, avalcnt déterminé le comportement. la pratique de l'usurt'. resprit de ghetto ct les autrt's vicc! qui leur étaient alon rcprochés. Et, disciple des Encyc1opédl5tes, homme de pro,rês, révolutionnaire, II rn avait conclu qu'une • rholu tian /Jans leur êtat en a mènerait une aulre dana leur conduite • . Dénonçant If's entraves féodales qui s'opposaient dans tous ICI domainel au dheloppemf;nt du pays, 10nqu'i1 disail: Ub .siècle nou,·cau va l'oullrir, il entendait par là non iculemtnt l'abolition des privilè. les et l'avènement dcs libertés, mals un profond changement daus tou te la Ilructur(! de la ioclété. De mèmc, pour l'émancipation du Juifs, qui devait s'Inscrire dans l'oeuvre J;;énérale de Iii Révolution; il la considérait comme une llbérn· lion non !eulement civilt" d politlquc. mals économique ct sociale. Arh et métiers Pourquoi, demandc.-t-il dans son • Euai •. ne pas ouvrir aux Juifs la voic des arls et métiers ? II ol)scrve qu'en Orient lu Julfa IOnt ou ... riers, quc dans les royau' mes dt' Fcz et du Maroc. en Ethiopie, ou i1a 50nt nombrt"ux, et lur Ir, côtCI orientalt de I"Atrique, nù le commérl"e a peu d'activité, ils sont orlèvres- for, rons. lisl:erands taillindiers. Bref. ils exer· cent tous It s 1 métiers manuels •. Ns Ion, dit-il, lrs Juifs de FranC<' seraient bientôt assimilés à ceux dc rOrient ct de l'Afrique c s i, mallré les clameurs- de la haine, l'autorité IHlbllque daignait les instruire el les nlaintenir dans l'exercice de tous les arts mécaniqucS ». Les arts mécanlque3 ... Il y a là tout un conlextc hl3torlque. La bourgeoisie prolressive qui, contre la féodalité. veut développer l'lndUSlrle, Ic! manufactures, It'a arts ct métiers, défend une cause qui s'Identifie plclnt"ment il l'intén!t nstionaJ. Ce flisanl, elle VI nécessairement libërer lea Juifs maudits de l'incien ré,imc. Dilnes de marcher SOUI Ics drapc ux de Vollmy Une vieille M,ende presente. le Juil. comme un liche qui a peur dt' se baUre, un miles clorio.sus qui S'attribue les cxploile des lutres, ou un c pllnqué », pour reprendre une t'xpres5ion moderne. L'abbé Grélloire fait justice di! cette lé,ende, . c Pourquoi le Juif serait·i1 borné. rom me le voudraient certaines ,ens, à. défendre sa patrie par son arnnt el non en personoe'1' • Id tncore. l'obbé Gr io!re Interroge l'Histoire N l'Histoire répond 1 par toutes sortes d'c);ploits gut.r- I rlers, dcpuis lu combats mcnés J par It's Juifs sous ICI princcs Am-I monéena jusqu" la dëfcn e de Prague ct de Buda au XVII' 5h:cIe oû les IOldatii juifs se lont distingués . • LI nillion juive pc:ut dOliC s'ennoblir sous nos mains t't le rendre di,ne de marcher 30US les dtllpcaux rrabçals 1. Le rôlc joué par les Juifs dans la Glrde Nationale et les armél" dè la Révolution françlille devait pleinement confirmer ce ju,ement de l'abbé Gré,olre:. (A luivrt.) Q. G. NAZI en Amérique du Sud? (Suite de la première page,) p .. nnl CtS journaux. ceux qui fon proft& llon d'an:lfaclamf'. LI. plupart ont sen'I de porte-parole .. u nul.tlme du temPi de Hitler, et Ils continuent.- En 1936, It nat! Colin Rosa pouvait pubUer un livre Dortant le tlLre .1· gniflcatif « I.:n5er Amerilla ". Notre AmériQue. Et un livre bltu Dubllé en 1945 par le gouvernement du EtatsUnis indlqu .. lt qu' " en Arrentlne, lei Allcmands on t édifie une reproduction camplète de b .• trueture économique de ,uerre, telle Qu'ellt existait en AIlemarne Il. Clllte structure, tant politique qu'lIc()nomlqe, a subals:é au sein de toua les ,roupes allemanda d· ... m rlque du Sud, L'A uila ndlor,a nlsa tion (orrllnl.sation !I. 1"lranler) du putl nazi eunllnue de fonctionner parf .. ltement. De. docu· ments decuverUJ Il Berlin ont pu mOllII cr queilci IA·:h s Icur étalent flxé,.·s par Hitler .. En voici J'énuménllion : 1. Propagtr lu Id s nazies; 2. Subventionner les partil et or· ganlutlons pro-naz.lcs dan! chaque l'lyS. 3. OfJanlSer la prOPlalande antlbolchevlque ct anslsovlt1.lque ; 4, Orpnlser un réseau d'f'splonnage dlvili en trOll aectlOIlll : mllltairf', nomlque. poHttqut : 5. Gagner le maximum d'officiera t't de hautl foncUonnalres .. la cause de l"hitltrl.sme : 6. P'avorlll'r le développcmcnL du commerce avec le Reich: 7, D1sLrlbuer le matUltl de proplKande pour développer i1déolOlle anU_ &émlte et raciste : s. Favorlsér le r .. pp ochement .... ec le Reich &Ous le couvert de relaUona cultureilcs. Depuis la fin do III. .uerrc, It's rroupes aln5! constltuéa cn "'mérlque d Sud o:lt éte 8!1mcllt s en cadres IUP*rieun! venus d·Allemagne. D a or,anls· mu spéciaux cie trana!ert exlell nt outrc-"'tlanique ct en Europe, qui arlssent en nallOn allec le! IroupemenUJ natta l!lI\atan en "'Uemaine occlden· Laie. Le journal suisse c Der Bund • atUnne mf:me que cu orianlsm 1 "ris· scn m me lOua l'oeil blem'elllant des lIutoritea d'oceupatlon am rlcalnCl. AinsI se prépare la rf'prlae de 1:1- Iuerre de Hitler, la re\· .. nehe des bour. reaux. L'unlon du peuples pour la Plix. l'action pour la défense de nO$ libertés est la seule posslbUite offerte pour mtllfO!: en khtc lu f.utèurl de nou· \"tIUX masuerel. On ne peut justifier l'envol de ces armes par la nécessIté d'assurer une sécurité que personne ne menace. La simple logique nous permet aisément de détérmlner à Quel usage on destine les avions à rtactlon livrés aux agresseurs de l 'Etat Juif. La réccnte note des «Trois Grands» relative au Proche·Orient entre dans le cadre d'un plan commun mûrement réfléchi. Après avoir armé CtUX qui font peser sur Isra !lla menace d'un t se· cond round t, on propose à l'Etat d'braël les Irmts dont il a besoin pour sa d fense, étant bien entendu qu'en retour. il donnera son adhè8lon à un systëme de défense eoll tive de la région. ' Ce chanta,e est claIr, mail la situation eat a peine difërente de l'êpoque oû les m mes Arabfs, armé plr le. m mes Etats impérialistes, tnvahîrent la Pale5tine. En ces Jours dramatiques. IIIra!!1 a su trouver chez du peuples amil les armes qu'il lui fallait pour 5e dé· fendre et chasser l'envahisseur. Le ,ouvernement de M. Ben Gourion doit 6e souvenir de ce passé et en tirer les seules conclusions permet· tant À l'Etat d'Israiil de prts rver son Indépendance menacée. En au· cun ca . il ne doit se soumettre à la presion dont il est l'objet. C'EST sur Jerusalèm que semblc se crlstallser cette pression. De nombreux projets ont été élaborés:). l'O.N.U. pour donner à cétte ville un statut iuternational. léS trois plUlI importants courant.! reH,ieux de notré monde y ayant leurs raclnu. L'Union Soviétique, qui Il !!.té le plus fervent soutitm de III caust imu!licnne del'ant l'O.N.U., avait donné. durant une courte période,

on soutien il l'un db plans énvisarés.

Mals, conséquentè dans sa politique de paix. ellè'y a rénonclidevant l'impossibilité de le réaliser pacifiquement. Ces jours-ci, l'Etat d'Israël a transmis è. rO.N.U. une nouvelle propot;ltlon selon lloQuelle I!s Lltux Saints seront soumls è. un controle international ay .. nt pour but la sau· vetarde d ès Intértts dts trot! rell· glons qui revendiquent Jérulaltm. Cette propoeltlon Ist acceptable. mals è. la seulè condition Que l'lnstolnce charlée d's,uumer ce con· trOle soit effectIvement Cfo11ltl tuee a. l'Image de l'O,N.U. SI la composition devait étré unllzter1.le Ct ne compréndre qU! d!s pDrte- parole dts puL!.IJances Im rlalistes, Il faudrait n'y voir qu 'une nouvelle manoeuvre an,lo-saxonn,. Le ,ouvernement d'l.5 rai!1 d evra se refuser è. toute InterprétatIon de sa propo&!Uon, sur le pl .. n pra· tique, qui n s'appuierait pas sur l'ensemble des forces représentatives de r O,N.U. I l ne doit se soumet rl! à aucune preMian. ni AC· cepter aucun marchanda lé ayant J érusale,m pour objet. I srat!l peut être convaincu que. dans son combat pour préserver son IndéJ;(!ngancé, Il aura Mu· Jours a lies c tél le! force! t!e paix et d! prOlirh du mondé ent!er, qui savent clalrément Que lu 1n· trl a:ues Impérialiste dam le Proche- Orient reprédntent une ru· ve ménace pour la Paix. Su .. les I .. aces de Xavie .. Vallal (SUITE DE LA PREMIERE PAGEl Rien de nouveau Ià.-dedans: la. misère r a:ne, le chOmale s'étend, la. iUerre menace: c'est la faute des Juifs! Voilà trouvé le bouc émissaire qui permettrait (II l'on s'y lalSlll.lt prendre) a.ux amis et maltres de tous les Lagor d'accentuer encore une nétaste politiQue de ruine et de catastrophc. Ce pitre sinistre va plus loin. Ecoutez encore ce qu'Il dit des JuifS : Il III ont pouué mon payl, en 113', dan. une luerrl perdue if'tvanoe, dan, une ruenl catas· trophique d' toutu lu maniir.s, dont li, rulnel moralu et matirlIU" ne lent Pli aman rell' lié ..... 1 Qui eat responsable d. la dernItre luêrre? Hitler? Ceux qui le .er ..... lent en France, c'est-à-dlre lu amIs et maltres de Lagor ? .. VOliS vous trompez; ce sont léS Juifs. Dé,outAntes grossièretél Avec ces élucubrations pseudopolltlQ. ues vol.lnent les vuliarltes les plus ,roulères. On attaque la direction de c: Droit et Liberte • sur la base des noms que portent lies membres. Puis viennent des plaisanteries du plus mauvaIs goùt mis naiuère en vogue par la Pro· pa,nndastat!el. En voici quelques échantillons: ft Quand Ile auront (les redac· teurs de « Droit et Llbertl! t), al ça leur chante, changé de noms par la grles des rubriques epécla· lu du ft Journal Officiel l, Il ns· t.ra encore leurl plloto,raphlu, 1 Et mleJ,lx encore: « Peut-lItn la ,inérosltt françai'e ee cotieerat'SUI pour lu fain bénUicler du dernlerl progrie de la chlrur,i l uthitiejui (et a'il le faut, des ,r.ftu prépuillales)! » Les Juifs de ces messieun Et J.-L. Lalor se prétend Françala GOtbbds et Rosenberg Fran' çall Et Hitler Aussi, pourquoI pas Et U décrIt un paysale pa· rlslen pour l'opposer ll ce mythe 411 • Juif t qu'Il s'efforce I1e reSiusel· ter. Ce que Laaor. diaelple du tr"l· tre Rebatet. aIme dans la France. c'est la terreur hltl ro·vlchYllte . c'est 1'3ssasslnat des patriotes, 1& déportation des Innocents. Cela précisément, ce n'est pas la France. Lei IndivIdus de cette es p cé dêvralent ·i1s poUVOir continuer l'action commencée à. c: Jé sula partout t, une action tendant à avilir notre beau pays, à le couvrir de honte ct de sani? A vraI dlrt, Lagor se garde bien d'attaquer M, René Mayer et, sI le ministre de 1& Juatlce a voulu s'acquérlr la reconnaissance des fascIstes plutOt que l'amitié des honntt.es ,ens, li a réussI. Mats Lalor, comme tout antlstmite qut se respecte, a, de l'lUI. t rouv6 c son t Juil. le Juil de qui faire l'élole. l'exception qui confirme la réile. Ce Juif est aussI celui d' c: "'S· pectll de la France t, du • Fllaro . , de tous les antlsemltes (avoués ou non) : nous avons nommt Arthur KoesUer. Et de citer les . conclu· slons , de ce littérateur trIstement célèbre: Il L'llraellte français .. t une !lontradlction danl 1 .. termes, .. Il 11110", qu 'II le veuille ou nOIl, et Invite il ce tlu'on 1'1101e. Su oon· vlctiona ont pour conlequence qu' II n'ut pas un Juif fr.nqale, mals un Juif qui vit an France Il, Ces phrases pourraient fort bien étre du crll de Laior. de MGurru ou de Xavier VaUat. Elles sont de Koestler, le Juif qui fournit des a rauments aux antl èmltes, il l.eur grande Joie, comme M. René Mayer rend à la liberté leurs chefs de flle. L'artIcle de l' « Indépendance Française t montre la eravlté eu dan 1er. JI montre combien étslt nécessaIre. dans le Manifeste adopte- le 11 Juin au Cirque d 'HIver, rette phrase: Il Noua exlglonl que le 'ullml .t l'antlmltlame aollnt mla hors la loi et .tvt.re· mant punll, que les or,anl.atlon. fllctleullI ant/dmitll lol.nt di soutu l, < -- .------------------------------------------ DROIT ET. tTBERT! • Howard Fast raconte la vie et la mort CINÉMA

d' Aaron Levy, révolutionnaire américain - Prends la terre, paysan !

- TrOI·S ... sept ... aes - ourts pl.a"ls rrs Howard Fad. l'écrivain progres,, te amerlcaln elt en prt$ On aUl: Etats-Unt!, avec d'autre" intellectuel" prooreubte8, Leur crime est. aux lieux de la c Commts"lon de" actIVité" ant!arn. ërlcalne.s , leur action 111.ceuante en laveur de la pau, contre le raeume, pour la deleme de la liberté. Dan" son roman Les Héroa Désespérés, traduit en !rançau A 0 m lIeu de l'abri, Vandeer avaJt ln br .. In(l, au cll'l, la bouche à demi ouverle el l'on voyan le. largu cernes de peau qui I·aff. · .. trot autour dl' II yeux. Il rab.lt!t tou à coup les bru et gagna as. cou· <h,. Jacob remplll "une lame:!e d'un! l orte de bouillon de mali lort clair el me la lendit.. Je bus lentement en jou!5.5ant de 'a chaleur quI Ir\'empllapit. __ C'esl dur de se débarras!ll'T du froid quand U noui ut entré jUliQu'aux os. dit -Ely. Le Juif leva 1& t!le et dit en aUemand

_ En Slb rie le froid mord encore pluj profondl!ment. .0.- La Sibérie 1 Oreen ne comprenait pas I"ll1lemand, 1Il11s Il avait compriB ce mot. _ C'ut une terre glat'I!e en Mie, _ Tu Y u I!U ? demaMal·je au .luit. Qutl \'oyage fal5aJa-tu donc pour . Uer si loin 1 11 ch rcha lies mota pour exprimer l'unmensIU. • _ Nou I!t!OI13 deux mille, pmn· lI1ers liu Tur, - De quel pAoya 1 - De Pologne. _ J'al connu un Polonais, dit Jacob. n est morl aur lu bauleura de Brooklyn. _ TU l'es enfuI 1 demanda E:y avec eurl06llé. - Je me aura enfui. Il ouvrit sa vute et la chemise et JX)us montra une croix aravl!e au' f r cllaud sur sa poitrine, _ Ils marqllal nt les Juifs. Ils dLnient que nous étiorl3 du rl!voluUonnalfea. Mais Je me sula enfuI. Je fermai les yeux el eMayaL de me J"epré&enler un voyage à travers le monde, Quand je rouvris lu yeux, le J uU a\'ait de nouveau baisse 1& léle et w I!vres étalent en mouvement. _ PourqUOI vous battl z'voua ? demanda Ely en anr:a\a. ..L e J uil ne répondit pu. , ............................. . par Renaud de Jauvenel, Ha! Dard. Fa&t trace un tableau magutra{ de, luau rtV.olutlonnatre, qll' aboutirent. au lI' &Itcle, li la land tlon de& Etat,UIlI$ d'Amérique, Dans les' passage8 de cette oeuvre que nous publton& ciden: atl8. la .sctlle se paue au caurs d'ûne dure retraite de l'armte révalutfonntllre aml!ricaine ifevant les lorce.s br"itangneu$ ment et lu . remlt. pula rellr. le. lanta. - DIU>s·mol que vous a\'U \'alncu la peur de la morl. ins!a;talt..11. J'h:;outal . falU pouvoir Qultt r le vi· Slie du Jult d lJ yltlX Au fond de ma pen : Ç\ark Vartd r qui avait ét6 pretre. Il éla\l mort maintenant. Mal. nous avions compris et nous ét oN ha· bltu à vol m J"1r les aulrea. Mal.s notre propre mon .. , Jacob dont le vl&aie rell talt lauu la peine Qu'II avait dei la morl de Clark - koutait, lu! auyl 8(1.i me serrait l!t,roltemtDt. Ma ' main lul cou· vrit l"prell!e d'un idte aulomatlque comme sl j"e , tenal. à ce qu'elle n'eD' tendit 'pu. _ La peur dé la mart exlllte·t-ille '1 dema.n<!a l! Juif· a.u docleur. , - C'est bien UDe habitude orientale que de pondre à une question par una. CiueaUon. nlque&. C'e3t l'hiver. L'arm e en dtraute e3t campée ft Vallell Forge, .où le Irald et la lamine lant chaque jaur des victIme!. Pourtant ces hamme& tlem ent et lutteld. en attendant la batallle dtcfllive, unis et animés par leur amaur de la liberté. Nau& aVOlt.! ra.uemblé plu· IIeur.r eztraib relatlf& li la vte et li la mort de L'un de ces vaieureuz cambattants, un JufJ. Aaran Ltvll. qui pourrait servir de prl re pour un Juif? J e hoche la avec dbupolr. Il dit Quelqul'i mots. Le Juif PO'lUC un aouplr et Ely lui ferme s yeux, - Je n'.1 J'lmals beaucoup réflécbl au cleJ el à l'enfer. décl.rt Ely. Mals Je veux bien alieT :à ou Il va. Ça me aufflra.. Je ne peux pu parler. - Viens couper du 001& avec mol, Allen. dit Ely. Le feu bai6St. Je prenda La hache el noua Eorlons. Ely marche devant. J'aba\.lJ Urt petit arbre, pula le me repo.se un peu pendanl Cju'Ely caupe les branches. Ça faIt du bien dt trava!l!er. Ça empéche de penser. Nous revenqns chargés de bols t ra· nimons le feu. Jaccb est agenaulll auprb du JuLf. Nous l rtlardons tous deux. mal.s personrte ne dit mot. - J·aural.s, voulu reate;', dIt le Juif, ,..-- ------------- re\' oir le printemps.. J'.i pu!é ma v à rt 'er du jour DÛ Je- vitndrala en ce paya. Ça aurait PIl étre magnifique , ... - Ici ·1 eracba k docteur avcc lMprl5. . - OUI. leI.-d'une be,ulê dépuse.nt Ioule conception hum .. ine. Un paya d·.bondaD et. de bonh ur. -.Voua t . un docteur. ' On ententllt.; pour comme de ·Ia. colere Julr, rtveur. aourU le la preml re fola daM la. volz du - Ci! o'eili pu du rom.ntlwt, VOWi n'tte',caPf,ble.Q!Je d,' lPUI moquer de ce v , ,",' - Je m'excuse, dit rapidement l docteur. Vous 'lIl.VU ... torce d',n voir entrer d .,ressortir tqule la jOUtn .. On ne peut pas les enterrer. La terre e.$t dur comm du roc, Alors, on 115 el11-plle cOJtllue 'dea bl1che&. ,To)lt, la journ\!e.,\yO\ls. çe. tep. " pa. à ce que je ' vo consol. . - 'Mats Bon "Dieu, taLsez·voua donc, t.krill. Jacob. plein de fureur. Le5 jourt aont 'courl4 en moment. - El la quinzaine dl O'Ht pour quand l' la 'fIl en rose, 21 J UtN CIUa lot., 0'1.1 bien 1'6t6 L'HOMME DU SUD A PRES c Les raisins de la col re , et Il La raute au tabac • voici une oeuvre forte QuI montre l'affreuse et Injustifiable misère de tant de familles paysan· nes des Etats du Sud des Il prosp res » U.S.A. Un ouvrier agricole, tier et entreprenant, cherche à. sortir de sa situation Inférieure ; Il en assez d'être exploité par un patron

Il veut lravamer pour lui,

pense·t·ll. sur sa terre. Il convainc son patron de lui laisser cultiver une terre abandonnée. C'est le récit de ses épreuves et de ses efforts qui nous est conte par la camera Intelligente de Jean Renoir, Et pourtant, bien que nous sayons tout disposes à entrer dan, le jeu et maigre quelques moments pathétiques. on rcuent un malaise certain devant se film trop hollywoodien du grand metteur en scene français. Il manque à ses per· sonnages cette Qualité humaine dont nous pensions Jean Renoir 51 riche personnellement. Etre hu· main. c'est lutter. Nan pas seul, mals avec les autres, ceux Qui sont opprlm s comme nous. Le reste est mystification. Il est sans Intérêt de faire trois pas taut seul sur un chemin oû des mimons d'hommes 50nt déjà engages. Le mieux. c'est de les rejolrtdre. Il n'est Question Que de cela a travers le monde. Aujourd'hui Irs paysans se battent pour la terre et la solldarlté·chari· té (presque egaïste) du copain ou d'urt vieil oucle ne changent rlf'n a rien, Ce mm est Hnalement pes· slmlste. Et pourtant la. vraie joie gagne du terrain dans le mande. L'horIzon n'est pas bouche, LA REINE DES CARTES Tout le monde a lu le cêl bre l'étrange conte du grand Pouchkl· ne : Il La dame de pique '. Eh bien. cet excellent mm anglaIs (trop an "laiS d'ailleurs et pas assez russe) en est la consclcncleuse illustration. SI vaus aimez les belles hls· tolres. et ert costumes d'époque. comme on dit, laissez· vous racan· UNE EXPOSITION D'ARTISTES JUIFSI . "'1 'EST la premlert lois depu is lit atmosphère airé.ble d'audace, lea ex· portra!llJ de Dobrynski sont d'une très U Libération q U'unf! expolllUon de positions antéritures portant au Cart· belle qu.lil et pltlns de Iyrîsmt, évi. pelnlres Juifs à Paris bMHI- traire, un air timoré et Irtdécls. CeH, lant dt Juste le danjcr d'Hre pemcie d'un local "u'elle mérite el quI audacc a élé manife5t e tant p<lr dei pien. A côté, le payngt et lts fltun

r met J'étude des oeuvres exp<lsko grands artistes célèbres, que par tel d'Antchtr. gardent leurs qualités habi·

san.'l lmpo.!>er RUX )eux du public une nouveau venu. comme lt très Jeune tuell" de Iyrisme. épreuve pénitJle ct In,rl&lc. Le5 la- 11IIbor Weiss dont ln trois aQuarel- De l'autre cMe de la portt, Ort peul caux ne laluent rien" désirer tant les neuves. dans le plus beau lenl de admirer un pulSS<llnt visionnaire, Jodu point de "ue de J'écIAlra,e que ce mol. non seulement permettertl tOUI &eph Pressman. du point de vue de I·Mpace. Le.s es· les espoirs, mais déjà, tellu Qu'elle. Mtntlonnona, i c6tt. la iou3che trh pos1t1ons meme le!! plu.$ ambitieuses /j(Int, m.nllestent du préoccupation. lumincme de Mané Kau, • Un berde la peinture parisienne n'ont pas inh!resaantes. 1er '. toujou'rs dlspost !t'un pilrell local. La peintU!"e (n° n d'Aberdam est Aprh RatiOUn, avec fies pays.age tette fobotl 63 artistes ont pu ex· parmi lei oeUVrtfi les plus sUiiestivlI pOIri.lens manquant d'oriiinalité, nous poser; plusieurs ont pr 5erttt trob ou et les plus interessantes QU j'al vue. noui arr tons lUI' le puissant Krt. quatre pleees : 10 sf'ulement n'en ont de Ct! auteU!". meint. présenté qu'une. Au .. I. irAce II. la belle Je reifttte de n'avoir pal eu l'occa. Danl la 5allt voisine, on remarque possibilité qui leur a élé olt.rle. sion de me rendre davOinlage compte une seule nature morle de MaïrowJcz, avorts-nous pu, POUf la première foi s. auparavant des hautes qUIHtés d'Alt. Dt 10US Its particip.rtt.s israéliens, Il goûter lei OEuvres de cea artistes daq.s man, peintre accompli. doué d'unt peI'- est le plus Intércssartt. leur pleine performanc •. C'ut la pr.. sonnalité très originale dont Il domlrte A cllté de lui, deux pièccs très honmlère fols que le public a pu admirer, parfOiltement les ressources. nêtcs. Ifts pures, mals Urt peu pau· et non diminués, dll artiste. tell q" p r • s de lui. Zarft.n nous l'1 o nie d.m vrLe.' dtn .p einture de Rcnrtert. Altman ou Z.rfin • leur ha,". t. ..... " .- une etmosphère sourl.nte de cllme. de . a mlrable Gltb ne fiiure hêles rllable, qu avec une seule peinture et un seul fralcheur, de 6érénlu!. de"ln, très beaux tous les deux d'ail. Par corttre. l'cnsemble re plre une ]Je r.utre c6té du mur. les deux leur• • mals qui nc permtttent pas dt ioôtcr leI Inrtombrables ressources de ce grand artiste pulss'rtt et orlgirtal. c== Donc, nous demeurons. 'ivanta;. Je Noua attendons Kenlon. - Rlen d'autre !I.e 5&ls combien de JoW"ll ont paué. IL ne peut arrl er. Keqlon va rentrer. "1 a un nouveau dana l·a rI.. Il .'apo Noua &avoos ce q.u'lI dira. : le froid, l J)e lle Meyer Smith tL tlail aubergiste pieds qui gi;n!. Quand. Il se d uI- cie du Cha.telet. c Annie du Far- .. Philadelphie. Le Juif efJL malade, Il u.ra, peut· t{e 'l'un de "a doll U, de West ,. tant. Je me sell& bien chez mo!. Son public! Ce mot revient constamment a la bouche de Lily Fayal. sans Il baratln » d'allleurs, car elle est plutOt .d'une nature silenCieuse et parle peu dans l'InUmite. Parmi le. dessinateurs (l'on déplore I"lbsence dc Constant Qui nt figure qu'avec deu l 5Culplures, ("t'marquons une iraVUre de Hecht, une dt! oeuvres lu plu. originales dt cette saU( Qui pourl1lnt respire l'audace. Notons é,alement MertdJinski dont une partie du de"ln N 74 tlt vraiment admira· ble. Mentionnons aussi I"Quarelle de Mlle Wllhem. I!.QU$ rappelle Moa. Fuller. Il a la. Mt- pled"a .serà:t..i1 !hort 1 Elle avait le I OQt des grands A notre quesUon sur le racisme m, toux ripeuae. • •••.. . ...• . :. .•.••••• ,............ voyales. de l'aventure... elle répond, étonnée: _ Un coup de fro!d, dit Ely. Se. QuelqU;1I temps annt la auerre. _ Pour mol. le racûme, ça n'a poumans sont ge!ts, PeuWtrll ,éWt.-c:e Le J u!1 eat en/train de mourir, SiDlt pn la troove en Afrrque, aucune signi/fcatlon. Je Ile suis pa.! en Sibérie. Quand un homme a les a le scorbut et nou.s ne poUvons rie A Dakar, ell rouva bloquée "ectalre, En Afrique du Nord. j'a' zrumon.s gelê5, 11 ne l'en sort jamaiS. u.r hll N'QUI. lb IOmmtl toua plua 011 pendant la guerre'. Pour gagner sa dépanné plusleur:t iSraelite& saus Noua tMlyolll dl ne pa. remarquer alOi atteint" znai. le vua,e d. smllll vie elle fonna. un coura de culture m me m'en apercevoir. C'ttalent Avant de reprendre c Annie du c.l\4I tcux Infeaunl •. Quand noua j _ ut omm. un. pommt IlOÙnl. at ' M phYIIQue. de& artlste& comme moi. 11& ttalellt Far-West» à la saison prochaine. Le. aculptures de Perelmann •. CODll· tant et Tamarl offrent les Qualités ha· bltucllca de leurs auteurs. EatrOlnuel RAIS. ter celle·là ; c'est passlonant. cousu·maln. COURTS METRACES Du Du lait que génüalement Ils ne sont pas annoncés au pra· gramme. les courts métrages qui accompaillcnt le grand mm suscitent urte curiosité spéciale. Documentaire ou dessin animé. cel bandes de dix minutes, un Quart d'heure sont devenues un élement préclcux de chaque soirée cinématagraphlQue, Je voudrais dire deux mots des courts metrages que J'al rtmarqués dernièrement et vous signaler que le Studla de l'Etole donne actuellement un mainlflQue proiramme de documentaltes et dessins animés savlétlque3. Vaus apprécierez le charme sou. riant. la grice un peu naïve de .. La première leçon . c Gal pas. sager ». c L'histoi re d'un soldat " et surlout c L'Eléphant et la lour ml ». d'une facture tellement poé tique. Des documentaires sur les c Plan. tes carnivoreS " oUrant des scè. nes d'étranges festins d'une cruelle beauté sur les animaux du c Zoo d. Moscau » sur une station thermale du Caucase (en couleurs). sur Mascou ». sur une statlan thermale caslan de san 8000 anniversaire) . Je vous slinale encore: c Terre natale ". chants et danses de Ble· lorussle, .. La rêvalte des jouJoux' un petit mm des studios tchèques, plein de gags satiriques. et un Il Lamartine " d'une romantlQut beauté, qui fait hanneur au bon goUt de son auteur (français) : Il n'a voulu Que photographier lei lieux oil vécut l'auteur du cLac ", et qui l'Inspirèrent; le commentaire dit avec distInction, avec une discrète ématlan. par Debucourt, est strictement camposé des vers appraprles de Lamartine. Cinéma LE DAUPHIN

. rue Lafa,·ctle _ \'I let ro : Cadet

'fOUS LES JOURS, il 18 b. 30 (D.manche eXCepté) IIMRU I SEUl..EJ\l Ei'liT, II IATll'tEE ET SOIREE. à o h, UN PROGRAMME ORIENTAL EN EXCLUSIVITE : KAHYECI-GUZELI (Version origina le) AH:C LE PLUS GRASD CHANTEUR ilE TURQUIE MUNIR · NURETTIN tonl un coup d'oell lur CI v ge, su r c!! l' 1Ot1{ n est couchi.t Puis, un soir. dans un ,aba'O'. dans la panade. J'at lait une tour- elle compte aller se reposer en ltl ,. 1 1. d ,. b Ir"'"" dl t1ouleUr, tout en maud" " nt ' " CO'" pUl' ·o".n'· pa' la Sa"ol. e. ee. os sa an ... QU aor en e am re 1 'r ....... comme on lui d emandait de chan· IIee pour que taut le man d (! '. •••• • d la h la n-'. 10' e J UI 'Juang Il ne parle Ph de" ...... - , Il faire les cals alpins. Peut étre ac- Jeunes , parents, amis .. ,TOUS A BAILLET, les 24 et juin 1950 • e ",,c'ouu c .e,._ c,e don..t.. ...n.. -'.t 'Cn e.• •p0 e •• n1a..e..r. 11. qui ,emba,w"-_' , ...". . ., . 1.6..'....... d, ". "' , ttr . elle inter préta PQur rire un c ou e ». ceptera·t-elle de tourner un mm à •M '. .n.o "" fi ....u....,.. nl- ...... e........... .ub,• •. . . petit po me de son oncle, sur l'air Lily Fayol est une chic 'Ille. " condition qu'un rOle lui plaise r - ua 10 e '. ' de c Ma Pomme'. Elle eut tant de son métier n'Nt pas pour elle GRANDE FÊTE CHAMPÊTRE _ Rappelez-voua Que le Christ tt&1t J'e )'i de, vait qu IQue. chose mal- auceès qu'elle continua ... Pourtant qu'une affaire d'arient. Cette an!. vraiment, car elle ne veut en rien j uif. dtt Jacob. Et c'est Là chose bltn gré rabsen d' luml re. Ely 841 au- elle déteste chanter ; elle n'aime née elle a reçu plus de dix propo- sacrifier sa persannallté. or,anllic par It 1I10u\'emtnt du Cadeh de l'U, J, R. E. , trange danl a bouche. Prh du J uif, :p ;dlt, queique·chOiepull. pas sa volx 1 als, comme elle sltlons Importantes. Elle les a tou. Avant de la Quitter .naus lui et I"A. S, l'ASC· Fraternité . Le Juif a',ppelte Aaron Levy. Nou. par·dhsus' 'son ule, U ma,' lance: chante dans son grand succès, < Ça tes refusées pour ne pas être abH- présentons l'appel de Stockhalm. PROGRAMME ARTISTIQUE : Compétitions ,port Ives - Courie de aomme& Ina tendre. envera luI. Nous, - AIfen, vteoe IcI. , lui est venu tout n a turellement» gée de quitter c son public ». Elle signe en nous disant: VoUt,-SaI! b ra(lI Gotlib, _ Villa,t de 8talld5 - Rav ll all1e men - c_e ••n 'e_s"t . pa1's1 . lan om'" emye 'c.h0O'"Ie , 'N1 o•u•s 1 s-o.m...· J'â.r Tri v.e et, j.e .' m,e penrc·h.e· s ur le lit. (avec beaucoup d e t ravail). - Ils n ' aura t en t pas ,t"'"' calt- _ 8om', atomIque veut dire la Bal - l'arc pour cnfants L -'l, îl ••• v.nu-d. l'" i;ln. du ,"'ottd lU-.' u aa élt à. l'écOle, Allen, tu u Matn \,man t ,c'est notre chan- tents, dlt·eHe en souriant, De guerre, alars nOll. pas de bambe d. 1 '0mb•. ,. C. .-....n. t n.'... ..d..'..'...n ,. . ,ul J'.c'ui. ...... e 8te use tantalsllte la plus applaudie. mtme ".......... ur L'AmeriQue, al me de- atamiQue, 1e signe cantre. -MayM anf1sl drse. c-omCmauun iRcaetnioaunlst: eOt aCreit rdaue n.N ào rdla, DPelllaO C nddJe" cS àta lMinognratsdo.u l-tnous sépartnt dt l.w. , et quI ftmt qu'U - .Aa·I.,U....-. j,l .Mall ; lu quelque ,chose !laacnr és upcaere sl a.e aret vduéef ilnii gtirvaenmde snpt eccotna-- tmraatsn dme lrIda-bbaalsa.n tOsn. Mma'oisl.l rpea duers Lc'Iann,.- Paul BENOIST. l;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;:;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; 1 e$t seul. Ba solitude nous .oppresse, Il r----- ----'-'----------------..:..-------------------------_____________ , parle da.ru son IOmmell une latl(Ue Que nous ne CQmprMOIlll pas. II' C S smith él9.lt cians l'abri depula deul E CHE Jours quand il a apprla que Levy élall RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS J Uif. _ JI ne coucherai pas à. côlé d'un .. le .JUlt, a-t·1I décl,ré. Je ne cauche-rai pas à OOW d'un des crucitlcat.eul'll du Chrllt. . Jacob ra à demi étranglé. Il noua a fallu le lui arr.ch r <les mains et Il a l ardé les man.ues des dol,ts de Ja· cob pendant toute une semaine.- Ja· cob noua auppllalt de le lala&er tuer &nlth. Il hurlall : - Ba morl ne me fera. ni chaud, ni froid. J'aL vu mourir dea tas de type. m!eux que luI. smith eut peur. Il ae Jeta lur le ntelter, arracba un fu.sll et lit face l J acob. Il Je te tuerai 1 :1 crlalt-Il « QIltI personne bouge ou Je Le tUt, , Ely lui pril la fusil des mains. - TU es un .. le type. Tu es mt!' dtantl ,lul dit..U lranqulllement, .Smlth feia.rna lIOn lit et n'en boutea plUS de la nuit. Noua a vions pltl de lui. Nous étlona au-delà de la hal- ·"'. . . ,." ......................... . ù docteur e&t venu voir Aaron Levv, daD-$ J'abri où a agonise. - Vous avez une belle toux. mon ami. lA Juit lui souriait. Il regarda ce aounfe, en sentit 1& algnltlcallon. L'homme savait. - Vaus el mol. nous avons honunl'5 mourir, dit Levy. vu des - El vous n'avn pas ur. n·ut..ce pu ? .lrtlllst.a le docteur. D!t.es-mol que TOlU n:&.\·.ez paa peur, mon amt juif. Il enleva !lia lunette .. les essuya lOI· - Il • 616 .auv' par un m6dacln tan6Uta.N - .... Pouah 1 quall. horreur 1_ M. Newman, pendant '011 vouage de lIoce, désire pa.uer Q'uelque. jaur. dalU un 116tel ail: il a vécu !tans.a feunuu. r.. ·éta!J/t.uement elt sOI-dtsallt camplet. A la porte 011 lit CCI mot.: • Clfenttie choule ». Il (ll)ait souhafU Inau_ gurer (llltC Gertrude une !WuveUt vU: et vollâ que cccl, â nauveau. ruquait de tout g4cher, par le Maitre I. (Traduit de l'américain par Yvon"e Desv;gnps) '1 Cop" rlpt b7 Droit , LI /lfr fl ct . dW"", d. JlI"ult. TOUl droltl r lt"tI. Taut 4 coup, Il .e wuvlnt de la poubelle. Rentru cllez eux, III opprennent qu'uM bagarre a eu /teu delXlnt chu Itur vot.!ln Fretl, membre du Front Chrétien. Un joU!" à la • Régertce >, David parallUit trèl soucieux. Le reputé problémlste Camille ntca, Qui fouJs-· .. It dt son estimt, lui en demanda poliment la raison. rO O"O"8 - Eb bien, pendant Quelqu, ' temps. U a étt! charmant, n déplaça S& main, - Et ensuite 1 demanda- t- I!. Elle lui j,ta un cQuP d'oeil, le jaU(eant encare une tols, puis abaLsaa de nOUVtauaon relard lur la robe. - n talt charmartt : ' c1est-à-dlre qu'Il lavait recevoir et briller en société, tu comprends. Je ne m'fm cache pas'. Il Ille- plalaaJt1et "on .tfalre marchait bien. Et. pul5, 11 S'e5t afUllt! à. l'orsanLsaUon, Ça portait un autre nom, là· bas, .mals c'étalt du mtme ordre. Il y a un million d'ollanba. tlOM comme eela, Contre lu Juifl, tu nb bien, - OuI. Comme le Front IcI. - C'est cela. Bien erttendu, au d but, Je n'y al pu prMé ,rande attentlan, et. pourtant, c'ttllt une bonne arganbatlon. l it avalent un ta& de bonnu i.dées qUt n'importe qui apPTOuvualt, ....... Que "eux·tu dire 1 - Eh b1an, tll sais, comme le Pront. Ds vO\lllle Que HolJ,ywood "redevienne .J'ftn. En chaMer les JU1fJ. . - AH 1 dit-il doucement. - M.Is. rapidem,nt. Il en vint à ne plus pouvoir p.rln d'autre chOlSt, CI quI fait que J al bien ét6 abl1,ée de zn'y Intér er, n a commencé à ramener cu IU1S à la mal.son le lOir: et ils reatt.len toute ta nU/t .. causer. ' - ,Et de quot pariaient-Iii 1 - ne., méthodes" et d,s tnoyens à empLoyer, Ds se dunl.s. aa!tnt apm les ' émlsslons de Coulhlln et Us dbcutalent.ur ce qu'il aV4tt'dlt. Dea choaea comme cela, - Et qu'e!t-U 'arr{vt! ensuite 1 - Eh bien, au d but, quand Il s'ellt mis .. l'en occuper sérleu.sement, tout cela. ne me paralsaalt pas très important, mala au bout d'un mol.s o'u deux, rai commenct! à comprendre que: ce n'était 1lJ une plal.santerle. Il dlvtnalt un perlIOt) nage Import-aht dans le groupe: Quand nous amona dans certains endf9lt.o> fréqurn par ces .ens, toUt le monde se retournalt sllf ion p.SlIII,le, Je me sUJa ml.se à. l'accOmpainer à ces meetltllll, à lut l.aper SOrt coU!"rltr et à devenir sa .ecrttalre, en Q'Ielque lOrtt. QUelqudoi.s. Il recevait JUSQu', cent cinquante 1eltru par stmalne. provenant do tous les points du plya, auxquelles 11 rallait dpondre. Noua noua: 50tnnes acheté une nouvelle voiture et. - Parce qu'on le pa.yalt., pour cela 1 - Pour s1lr, ça rapportait be.ucoup de bon argent. J'al eDiag une femme de chaUl.brl ; malt pli!. dt culsilliere. J'.l touJoun . fa ire ma propre cuillne. Pendant quelque temps. tout a mlrcht! comme .ur du roU/tttes. C'ut alon QUe. les aut"" GI'It com..menc leur musique. Je veux dire IlII Iroupt.i concurrentL n a eu beau naayer et e.5IIa r, rltn à taire. les autres ne voulat.nt pu l'entendre pour - 101 - rOOU6 fusionner. Il y en a, parmi eux. qui lont vraiment faus à 11er, Ds ne uvent que rtpéter sur tous les tons Juif et Jult, et encore Juil. et Ils o'Qnt aucun sens des réalltéa. TU comprend8 1 - Euh, .ouI. Naturellemertt, les membrcs cammençalertt à ne plUli s'y recanrtaltre. au mIlieu de tous ces .roupement& ; on a arrivait à ce qu·1I. Urt meeting, Il venait deux mll,le personnes. et au sulvartt on était à peine clnqu.nte. et la fal.s sul· vante, de nauveau lrol.s mIlle. C'était comme ça. On ne 1;1.nit plUS du tout ou l'on cn I!talt. Et. naturellement, les coUsaUons rte rentralertt plUlJ. parce Que lu membres ne pouvaient jamais !tre s1lra qUt le groupe existerait encore la semaine suivante. Brd, II dklda que son groupement serait dlfterertt des autru. Il mit aU!" pied quelque cho.se de neut, un groupe d·acUon. Seulcment, pour les jeunes qui ne manquent pas de tripes, Il en laut pour cela. Ils le mettalen' à l'oeuvre sur un quartier ou Us avalent repér un Julf, Ils le guettaient pour le pa.sser à tabac. Ils prenaient modêle sur le Front, Avec IUcoes. d'allleun:. Pendant Quelque temps. je me suis vraiment dcmandé s'll5 n'allaient pa! ril1S5lr à chasser toua les Jutfs de Laa Angelta. Mals. naturellement. Il y a eu des plaintes et les files ont commencé à venir enQu!ter. Nous en 1I0mmts vIte venUli à. ne pas oser rentrer che!! noUl! de bonne heure, de crainte des visites domiciliaires. Je devenal.s très nerveuse et je me dégoo.tal.s de plus en plua de tout cela, qui ne menait à. rien. Tout allait bien pendant un molll, maill. dès que l'on suspendait lu attaques, les iroupe.s fartdalent à VUe d'oeil. Il leU!" faut de l'actlan à tout prix. et li pouvait dltllcllement se mettre SUr le pied de leur en lournlr toutes lu nuits. TU com· prends, Et tout ce temps_là. Il combattait contre les organisations concurrente.s. Il dlscut.lt avec ella tout en et;. sayant de les discréditer par derrière. Et. la conclusion de tout cela. c'est quc j'en al Cu par-dcssus la téte et que j'al tlnl par lui dire. de choisir. - Autrement dit, tu voulal.s qu'II CCSlle de s'en occuper. - C'est cela. Je lut al dit : ou tu te retlrel ou c'est mol qUi m'ert val.s. TU comprenda, c'étalt fini. le bon temps avec lui. Je me rendalll bien compte 00. tout cela nous menait. Droit en prison. Et ce n'ut pu mon gente. Alars, U a relUIt! d'Y renoncer, et nous avons eu une grande dl.spute et Je l'al Quttté. Elle allongea la main vers la table du chevet. prit une cigarette et l'alluma, n se leva, aua chercher un «:rtdrier sur l bureau et le tint devant elle. EUe Y déposa. l'allumette et exhala de la fum e. pul.s poursUivit : - C'est comme cela que je suis revenue à New-York. - Pourquoi n'es.tu PU sunplemlnt retltêe là-bai '1 - Eh bien, voici POurquoi. Elle réfléchit en tOurnant -110 _ roc us lentement la cllarette : c J'al décidé de prendre un nau· veau d p.rt dlns l'Xlltenct. Je n'aval.s plua envie Que d'une chOlle, avoir un lnWrleur alréable et vivre comme tout le monde. Vols·tu. Il était si absorb6par cette orianlsat!ort Que son établissement s'ut mla .. rtcllter. J oyals appro· cher le momertt ou li me faudrait à nouveau me mettre à travailler mals, cette folll, pour l'cntretcnlr, lut . -Ah! _ Eh bien 1 je n'aval.s absolumertt pas l'Intention d'en vtnlr là. Tu ne me blàme paa. je pense? _ Non, Je me demanda!.s .lmplement pourqual tu étal.s venUe IcI. _ Eh bien, vnlment. U n'y a pas d'autre raison. J'avals envie d'un foyer et d'une vie lIféablc, Alors, je suis venuo ,,1. Elle le regardait maintenant. Au re,ard appuy dont elle l'enveloppa, 11 .ut qU'elle allait lui demander quelque chose. _ Je au.!s arrIv e Ici, Lally. et Je v.is te dire une chOlle. Jam.is Jt n'al obse.rvl! un .ntlsimltlsme ausal Intense qu'Ici. New·York en est sat.uré, Psrtout Ort le rencontre. TU le sab bien. Je n'al PM besoin de le lapprend.re. - Qui, Je aal.s. _ Eh bien, je m·étal.s dit: Il N'Y pense plus. Occupe-toi seulement de ta propre vie ». Ert Callfarnle, méme quand je labal.s partie de l'ollanlsatlon. j'l85ayal.s de gardfr un sens du proportiON. Je me dlsal.s, peut-!tre qu'en apparwce, tout le mortde a l'air pr!t à vouloir tomber sur les Jult , mals je n'oubllalll pas que je frl!Quental.s surtout des geDll comme cela, et que. probablement, la majorité n'y pensait Jamal.s. et Que nous n'aviON aucune chance d·aboutlr. Tu comprends? Mala en arrivant Ici, j'al t sld rée. Je m·étal.s t:-ompée. Un jour viendra, Lally, et 11 n'est plus trù elolgné. Quand. toutes ces Orianl.,.Uol15 se seront rejointes et groupées en une seuie, ellu .U!"ont ISSU: de monde pour ébran· 1er le pay •. Ecoute-mol, ne hOCht pu la tète comme cela, écoute ce que Je te dis, Tu 511.s ausal bien Que mol que tout le mond.e, pratiquement. serait contcnt d'ttre débarrasse de$ JUif.s. C'est vrai, n'est·ce pu ? Bon. Tu ne nleru pas nort plus Que naus aommes menacu d'une crl:5e. Bort. Survient la crl:5e, les chOmeun: IOnt à la rue et une Orianbatlon surilt qui peut lu remettre en seUt et en finir avec les Julfs, Attends une minute avant de r pondre ... Tu 1& vu ce gros homme? - Ow. - n .'appelle Mel. n vient de Callfarnle. J 'ltnore 60n nom véritable, mala- II SI fait appeltr Mel. Je peux te dire QU'à Détroit, IOn nom ut Henneaa,.. - Alors, tu le connais? -=U1_ • SHERNETSKY _ Eh bien, mon Jeune ami. pOII"n VOUI IQ'expllqutr ceci, QUl nd Je joua

 é,llIté aveo MaUre Barat., Je \'éc ra·

le. (David avait Urte manlere bIen • lui de prononcer cette phraae, JI tirait le mot écrase en lon,ueur et largeur tt l'.ccompagnait d'urt ieste IllnlflcOi' tif). Mais quand Il me donne ulle Oame d'avance, Il ,a .. ne tOUJOliti ! _ !Ulis quoi de plu, naturel, mal. Ire David ! VOUI etet plu fort qll' BaratJ. o'tst pOlir tela que ,vou. .. a Irnn li éclllle. Quand Il VOila donn. la Dame ce n'ut pa. vou. qui avu I.avantalremall 1111. O'abord, 11 a moins de plecf!l à défendrt. en' lIlte ayant moln. de trO ll PU mobtllur, Il eomplett Ion dhtloppemenl a vant VOIII, _ Tien., Jeu ne homme, Je n'aval. pal penlé cela, voua devel avoi r rilion ! Se retcn.nt de rire, Séneca place la pOillion lulvante .ur l'échiquier. BlanCI : Rf5 ct plon M. Nolu : Rç4 tt pion a . Pub Il demande trh ln· noeemmertt à David : - LU bl.nc •• ont ao eoup, qui ,a,ne ! David, cortltatant l'élallté de matI!riel, opte pour la nulllté. Sén ca prend alorl lu blanc. it David lu noir .. La partit le joue comme luit : 1. b$ a4, %. ha d. 3. hl d, 4, hl = 0 al .. D 5. Oh8xI I, Les noll'll aban· donnertt. David trouve cela trh joli It va chercher Baratz /1 qui Il morttre la position Irtitiale tn lui disant : _ Lei blanc. Jouent, qui 'l,ni , Bar a t z répond Immédi.tement: Le. noir. ! • David prertd lei bl.nci ert pen.sant • Cette fob Je I·.urai. l '. La partie commence 1. h5 a4 : 2. h6 a3 ; 3. hl d : of. h8 _ D Il = 0 + ; $. n,a Olt x h 8, Le! bianci abandonncnt. QUe s' ta1t-1l passé. Tout ,Impl._ mertt Baratz profitant d'un moment d'inatterttion de David avait dt!pllct! 11 Roi blanc de !li f6. Trlstemtnt. David s'assoit tout seul avec un chlquler d.nl un coin et étudie II position. Après une heure do méditation solitaire, JI va de nouveau chercher Baralz et lui dit que le Roi blanc devait le trouver Il f5 et non. f6 dans la politlon Initiale, Baralz : ° Cel. ne r.lt rlea, lu noin tl,Dent tOUJOlltl ! o. Et voil. lei dcux Qui remettent cela mail Barab 1 plui d'urte corde lI IO arc. Voil. la partie : Blanca : David ; noiu : Baratl., 1. M.hS, a5."!; Z, h$.h' •• ,_al'; 3. M·hl, a1-al = D; 4. h"/-hl :=:; D Dai X bl. Les blanc. abandonnent I;).I.Y!Ii.Jf)' ViLQI.le..dij feu, rnal.s • la _ • Ré'tnce • Ort en plrle encor. do cette marche • reculonl du pion noa vetl la vlct.olr. 1

Notes

<references />

Format JPEG