Droit et Liberté n°037 - juillet 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Les rabbins français condamne l'arme atomique: l'importante déclaration de l'Association des Rabbins Français -page1
    • 14 Juillet: En prenant la Bastille, les gens de métier du Faubourg St Antoine ont fait de la France de 89 la "regeneratrice des peuples" -page1
    • Ce jeudi du 16 Juillet à quelques jours des grandes vacances (rafles du 16 Juillet 1942) par Lucie Aubrac -page1
    • Une bombe atomique sera-t-elle lancée sur la Corée? -page1
    • Louison Bobet dit à D.L. comment il se prépare au Tour page 1
    • L'appel de la vie: 50000 signatures recueillies par le MRAP -page2
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • La réponse de la France des Droits de l'homme aux pogromistes du 16 Juillet -page3
    • Comment on écrit l'histoire au lycée Papillon du racisme (vision de la révolution française par les nazis) -page3
    • Un acte funeste du gouvernement Ben Gourion (position de soutien à l'ONU sur la Corée)-page3
    • Le Bac tel qu'on le passe (difficulté des jeunes de milieu modeste à poursuivre les études) -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• • , les rabbins Iran is (!ondamnenl l'ar e alomi u-e N° 37 (141) .

  • 20 fr.

LES VENDREDIS JUILLET 1950 • BELGIQUE 5 fr. L'ANTIStMITfSME, POUR LA PAIX L'importante déclaration 114 JUILLET: . En prenant la Bastille de l'Association les "gens de métier" du Faubourg· Saint-Antoine ont JO;t; dll pl IJI air df' Lo moutlll}'lIe ... Qull.4 ta !llpl,mte aIr(! , .. ,tladf' If' pic, il dl'é!lCl.r'lra Ir--'l hI!Il"Izo", II'ItnttlJ· 1(' r E .. 1939. (lIWI 011 f,ttflltuwU let Alpu, lc.1I l'II,t· Il"f D'OIli"DIU le 10llcfalt'!lt peu des tvt'1t lIII e .. " dll "Io'rd .. , A, ujOPlrd'h'oj. m 4!n el! II(lca ltl'." , "" lt'nvbHe J,a,1 It: dil l/ger de flll trr , 1" melllllCt "''''11111' El ..t",e .f!l.r 1""" {l"tes altitud e , 011 aig ll fAM'4I1k $tork"'Qf", 1 des Rabbins Français fait de la France de 89 la "régénératrice des peuples" L',\SSOC I XI10 ' llf" I\:thb ins Fr:mç,ais, l'cunie u ... ssemblép. 0 gi ll l'JI le, le IIlCN'rC:lli :.!I l uin 1950; Lh"li llcwnl ... ur le mouvement d'opinion SU5('it.: Dr l' \ppt'l

-"'Ull'i la (in du mois de

juin 1789. 11:'.5. .E'8 1 (;fl\ ' raux, cet! , Illstltul{un de ont nettement Rl!irmé la volontê de changem('nl qui pousse le pay . Dèl; le .5 mal l"i8.1l. date ou: ies Etats Géné.... et &ont réunis il Vel·sailles. t'ft p"'li(nce du l'oi, Je (.'1)n!lit de ordrra Il éclaté. Derrière le ,jeu , d.s dép u(ê de Il noblesse, du clergé et du TlfTt-Eta\ (" est le conflit des clÎls es qui ,'n, dévl!'loppé, Le Tiers; c'est la bourgcoj il!' • fis ont signé L'APPEL DE STOCKHOLM Parmi lei nombreuses )ler 50nnn li l s repri&f'nlanl le culte illl'lIt'IHe, tlul ont. à ee jour, \Ign l'.\ ppd' de StOl.'kholm, d lon) : Les Grands Rabbins : AVRAM (Res.lnÇ(In) ; "'UKS (Colmar : MORA LI ()j:lRcy  : POLIAKOV (Lyon). Lei Uebbi.rul : Pnl Ol\UER:

do u llrJ GOt:REVrr.CH;

Henri SCHILLI; , Jean SCHWARTZ; Andre ZAOUJ.

UI. :

Marcel LE\'Y. membre du Consistoire centr.!; pt'esident du Con I"I Il)ir(' de Lyon : U on LYON'·CAl::N, nlem· brp du Co •.• i.sloÎrt' {;en· lI:!l : Or MERZ8ACH. nlt'mlre du ,nnalli1uire de P.rll' Vil . t IOO lk'iO . pl'ésj· dent .Iu Coq 11 Rl!'llré. .. nhltlt rh" Jsra Hu fit France (C.n.I.F.): Willy Nf:TT ER, membre de l 'Or :'III I:L"\It('Jn CA,,,IIL" 4orllle de P Il r i 8. 'Le 2' Congrès de 1. Paix • 1.1 mlflletr, d. B Affalrel st,.nJ.'" d'Ualle III dtcldt. de rl1lJ", Ifll yi ... , d'entr6e • taul tu deléguu 6tt . lIs,r. qui d,."'." r'lt auJlt tr, JI: 0 6" .. , au Il' tongria mcnd ial d .. ParU·

iII , " d. la pail: danl 1. deu  l è·

1'1'1' qulrUalna d'octobre. L . Comlu pa(on;ll, du Partlta'ill de Iii 11&1. vient de •• d'clarer pr't i. ar,anl'" '1 Clon,," Il V., .. vl .. '\lme Lude AUBR,\ ". "'",(/'I-u v, ac le d'11h 11"', u t 'I'"f' rlr 1 .. CO(\J.rah i ... poellU.ar. ..... (.'omb.$"' nt. de la ,. .. hI Il .w 14 t.b tt' Sou. "4I"1I1.I;MU'JJI. ,11 .. "rit un P& -' IUlrrlDl.t ,1I :otl ... ;1 l4 R hh(aa[' rond.ut 1 •• u mm' "1 "u', E:mlll""U t d'Asller Je E' . uI.e ,. 1.:bêulI." ". Tou, I ,. ,.\.,I.Ii's con .. ",.Iw,, ' l'f' II lllllt ",.'",/" _c c. 1u,lI ( '1 li t. dl. JOn CorN lraftt . lt.nUetie 1. r a III'. r.JI 41lU\l'ill'll JI IIM,hl(" - fo In 40" mUI _ It'I prl.o"'"" lua lori 'I10nUur. rA '- li ", lUTIN C.4.LME ,. _ P.a" JI Illl l \elllt-ul maleu .lllr ... - de Stockholm ex l(wml l'interdic· tion de l'arm!: atomique. con. sidère que c t. appel constitue. en faveur de la J'.ix, une initiative généreuse mai, intomplête, pui . que l'uti lls,,"oll 11(' 1 Mme :lt o· rni1ue seule y e'\t (roPI)4!.e d'in· terdit. Rapl)Clanl que. 5-(' lon la rIk:. drine du Judaïsme. toute uerre est, hormis Je cas de légî lJme di· fense. I "" ,'iolalion de 1ft loi dj· ,' in el un rime conlre l'humanité, en,'is:t e a \. e horreur rê\'enl ualile d'unc nouvelkeonnagral ion i Partageapt l'a(lgoÎs e Q li i J'ancien re(:: /me, n 'exillirtent plus. Il!:'i o nt devenus Assem bléE' nationalE'. Lès éleetions dont l'A-De'(Jbli-e l'st issue, les ('lIhlen d d.oléanet', les manlCntation Il!'s plus iV'!r1re:J. étreint les populations t1e,,:m l la menace du massa..:rt QUf pN'I\o· queraierit les armeJil nouvelles, .. djure les fidèles d'unir leurs prières et leur aefion il. celles de tous lcs hommes et de toutefJ Je", collectivité" qui, pASsionnément Rtt"ch -8 il. la cause de la PRix. de la IJbll!!ru et de la frRtern lté hum.lnt1\, luttenl ('I)ntre J'cm · plot dt loue lei' en,ln. et moyens d .. detll rut;llon. CI mille DESMOULINS haranfuant 1. foule dan, lu Jlrdln. du h h\ls· ... ond "A l'APPEL nUI NOUS EST FAIT, NUL NE PEUl RESTER SOURD SANS ENCOURlitlA RESPONSABIlITÉ DElA MORT DES HOMMES" soaligne an groape d'éminents représentants da ca 1 te -israélite L'appel suivant a r-lt: Il,,,é par ' un urlain nombre ' de . représenl

n t s q ualWêl de 111 religIOn juh'e ;

• J"41 plac.t!i den nt toi la ,'ie force ni PIt la ,· I",I'JI . mal" et la mort, le I,onheur et la pu mOn H ptlt, dit l'Et@rcalamité.; choisr. la "ie' neL. .. (Z ch arie lin. lA: ,JIHJ.l ismc ('n tant ql1e Cest donc l'aspin,UI)1' .f"urlul. · lr in de \-je t'n ('II!: uwnd , la ire cI ·f f'1 l êl qU f': harlull a u- IJ Irou \'" mhnl t,lhhu nenl fi.. jou r.,111L11 .l'ap pel Uf IUIl '; I,c' sumc pilr ccl cnseignl! lIlcnl de no mn1 rie bonne \·ItI lfI1ê Moise lorsqu'j] damull,lr 1. son (lui, d(' h)u'l' lI·un rorc  !t,. l..en jile de choisir t;1 \ Ie, f.' non e nten den t lh iler 3U gen re hua mort. IHllhi ]' m l)l o i tic l tllflu ilt.,.. Dc leur côte, les pl'ophctcs nt ique el de' tü ule a t ln t' Il. (l'Isr r til n 'o n l t:nviiSagê ta ri" destruction, dernière de 1'1il,lultmite Que QUI QUE NOUS, SOYO:\S, p • .r le. rè}!nll: de Dil!u nI' lure, QUELLES QCE SO I E N T filins l'H\ènemenl d'unI!: ë:re de J\:OR OPINIO:'liS. L',APPEL OF.! J'"i:c:. ou l'on n'lIpp r mlrl4 pl us STOCf\JIOL f POUR L'I Nl'; trt d e 111 !(lIerr . mais 011' T nDJ C'7 10N DE CE'ITt: I fcr dc" a rnles Mntra l'lUX ARME DE DESTR CTION i n'!otrunlenl du r.nn, J;Ené- MASSl\'E. SE PRJ.:gI)KTB nltll t':l ile Prtlpr(o)i 1,"1 .le: P:lIS. DOSe A NOl COMM& Mais ln P:lix e,,' conditHln- L· t:XPR ION DES ASr.- née par le Il on- r Ollrs :'1. la RA'rIONS LES Pl.US NO· \',illlcl\ré SOLIS luukoil MIS ror- BL "'1' LES r(.Us CON· fIIe  !lelon la , U'f,lt d u pro- FORll1:S A LA LOI DE DIEU" phNe : _ Cc n ta pu par IR 11 uige Jïntf'N'lidion d ' l'firme a ln I11 Î,!ue, Il prescrit un I:ont r06le rigoureux, Il de· mande que loil déd.lré CTimi" fi de auerre tout 8gregeUr .-1 ('l':lul quI. l l'. yenir, terJlit le premitr US8[1:1! de ra bombe fllomique. ( 'c, t pourqu oi, tout J \df ... on d('nl ,lu me"llial-lc pt'o pht'!Hque IIÔlll JI $l \1: porteul'", doi( ti 'a .!i i er il. l'A III):1 de glo:khoim IIl1n l'esprit ,1fjJ pIU'OJe-S flu P rophète f.:zech iel : - li Si un homme "QIt le .,1II11"e confre le puy""" Il !"Un. ntra hl: lompelle et. a 't'rll,. son peu ple: ",'il t'st. al of1l qut'J, qu"ltn qui, ayanl nh, nd u Je tlnn d.. 1. trompette ne 9f' .llenl pu puur averd e-t q ue le [l:laive vint et l'cnlhe, liOn sanl( " 8yr sa lêt e', • A ... ·ArPEL QVI :-lOlIS EST FAIT NUI.. E Pl-:UT RF.. .'.; . TER SOl·RU. SA 8 ENCOr· nu« LA JUWOUTARl..E HES· PONSABILITE DE LA MORT DE.q SIENS ET DE TOUS 1  :::::::::::::::::::::::::::::::: ::::::::::::::I1LES HOMMES, ,_ :II I-:n pllrtkulicr ('eux qui onl charfc d'glUe5 : les Ha bbins, les' dirigeants ôe' ('OrlHllunmlII!! I. do ivent s' in s pi l"tr de la d(,; " l e Ires connu, (hlns hl tr.hdition .Juh'e :' «::.es 'dis· clplu df's Sages doivent faire régner ur:.e Paix: toujours

"t8ndissflnte dans Je Monde .•

CE JEUDI DU 16 JUILLET à quelques jours des grandes vacances ... 1 par LUCIE AUBRAC 1 JUILLET. le mois des fruit.'!: nlQrs, de la. moLs!(m, des bOnnes bal. , Itl.d -I. dr3 .sIestes et des corps bronzé!. li!" m(J11 de .la vie et de la v:ctolre, L " j uillet 1716, les habltant. G!Y 13 colonie. an,lal5ea. d'Amér! Que, p roclamaJe.nt leur lndépen· dance et étabUssa.Il'n\ avec des phllooophes rrançals leur déc)a· r lJon dt!:a droits. Paris ptenalt la BastUle, ee sym, bOle dc l'absolutisme et de J'lné· gallté, et dans la déclarat ri dl!'5 drolt.s Inscrivait : of Ar Uel!!' 1er :. Les hommes naissent et deml!ll-rent libres et égaux n d rolt.1 , Pendant l'année soolalrr- 194 t · 1942 des en rants de Franc de 1d,ar.sellle à Lille, de P .r fi: Brest, de petits Nathan el de -pe. (SUITE PAGE t) L"un dei paracraphes était sI précis el sonnait si clalr â la ral- , ---------- - ----1 son unlverse:le Qu 'Il a lait le tour

u monde :   Les hommes nalll·

s nt et demeurent libres et eiaux en '11:-01&., • . Le 1ft julllel 11'89, le peupltt de • LA SIEMAIINlIE vue par 1. KAMB VACA.!"OES ,... lin ,l'&ad t.rou I!'ù ebu. Simon FUKS, Grand · Rahbin de - Colmar; Paul BAU ER. Rabbin rie Plui s.· HeI'I ti SC.HILLl, . Itlt.hbin Ile Paris. Lion LYON·CAE , Prt-!Oldenl de la Cour rle C,:.s,! ;!lion. membre du Con Îs l ()ire cenlral. MArceI LEVY, l\ft!mbre du C'on .i l oi re cen· Ind : ' Willy NE'lïEIJ;, Sft:rCta ire iné r 1 d .1I Al"i· les lit" I" lIt et de k, Crèche lit lt;lilt:: Mcmhle' rie l'A .• sociation Consistor iale de Pari .

'\ TOI1B DE " CE - N .. ria Pla ni l'pclo e. f -, entrainlint les, grandes masse da 1-------.:..--'  : lA noiltlnn. Par tous les moyens, leA 'PtIVJr';ii ont tenté de s'oppo er a les: inlti;!lli ves. Mâi$ déja, dans la 'Qut!811on décisive du vo'te piir or· dre I)U du vote par tête, la lactique du T iers a été couronné u ès, Les représentants de l "";,,."j_ sie ont exploité el é-Iargi mières victoires, el le 1:1 1789, l'Assemblet' · se PJWlame semblee Nationale Omstllu antc. 00 peut 'dire qu'alor!!, la Révoiution csl attomplie sur e plan juridique, L. complot aristocratiq, ue C EPENDANT, le TOi et la noblca· JI vont-ils accepteT le'uT de/ai, le ! Nlm : ils décid('nt de recourir il Id: forre pour ramener ' il l'obéi!;.· sanoe lell btlurgeojs du' Tiers et leu" it.Wu du bas clergé, et de la fr l1;on Ubéra!e de la noblesse. Le plan vise il. trandêrer l'As,, I ée en province et il. la dissou! in;, A cet elfet, Loui XVI amênc autour de Paris et de VersaillCA 20.000 hommes de ' troupe, pris $ur· tout dans l rli!o.c:îments éitan en, allemands I lùll!ièil. Le complot ari.,tocrarfll"f' se précIse. Devant oeUe gt'ave menace, le Constitua nt 'sont inquiets. Ils Te· doutent le pire, En leul'" nom, le 8 jui!let, M!r,,beau a bit I ppel 'i l'esprjt nal de ceux "' Sr.!d illit c: ., ·::C, FranC.1t. : .. Nan, mirlgTé' III dt· 1J0uemf'lIt Ilveuat, ' d l'nbéissa1!ëq "r/\ilitniu, fIs ' n'oublirTOtrf que no!U IIOmmes : Ij" ttO!.(.f 2""n PII'f'"1'IU, le" ... I","UI I Il ': __ J ..... ' 1 1 .. 1 pfiY .. JIT"i . en .. de «Ile .n!Joq qUÎ "011..1 ·,, ;:1 1 1,. fl&i'o;. d .m liMTtl, dt! IIOE J tll!. dl! Un AttltllU1tT •• Mab ce n'üt pas Pllr des i COUrt, si koQ-lI('Tl ts soientcils, que fSuIn.: PAGY. l) • RENCONTRE (A PARIS) D'UN SOUS· ROSENBERG ET D'UN SOUS-CÉLINE . REN"1l BINET r..sl cet . ncien Waft 88, qui a proJlU; de l'impu' nltt t be éflc1alt un gran(l nombr. de .. ,. II:; pour recruter de" IUc}Pr\tI, de" "omm s de main. dM "njiltn. 11111"1.:1 la pire' pètte collAbo. Alrur( 1ft! cor..uIUlltre,U dPs grou· peS moc pt'O-(1azl. f"1 JI..Ilt mites plus 00-1 tnouu. elandesllca (plutôt mo'.N. Qu. J)lWl,I JMU'lIIi '-quels l-t' M.8 UP t.. peKlClIt de plncës en cor· rcel:t.om1tI!'l,p l1f\Jlt q ue'que 20 neo-Ilaxi. du M ..t!i.\1P Blnf1. en lMe, ont été gra· tlfiés ao dMlut de 'cette année, a. révélé quelqUt"3 unI!'.!; dU acUvites lavu, rites de ces masl Ur! ; .stockage des antres, dlflusloll dt Itterature nazie, constitution de'lil;tes d' ntreprisC:\ Jul' Vell ... CondA.onr:u!s à des peine-; dél;' 'solrts avec. IUnI!!;, Binet el S néo· nuls n'on:. pas ce:llié d' dlter un( ! orte de pt't{t 5turmer en lll.n ue rr&nça lse, qui il, nom La !entindle . PourquoI f'6 lJ ner disent-Ils, en une heUI'e où la re!)TCloeon contre les démoc. rawt la ra lon ooc:ouragenl Je homln  !le Vichy, lm taClH!Ux du R,P.P.. I('s Ilnl nHe& 6. rtoIIoubler d'anOCSI)(i,- ? Ot'pnKIant, Binet a tro· qué J 'I,u'llfOJ'm!!' de là Wa!fen S5. poUl' la livrée d'Idl!'olccue rll.clsté. Non Ç(ln n d diriger un petit . g.og de vO)'I'\IUI, li • tenu à él ltbor r une thN • C'l!'&t une pt.quette MItée pu laut«qr tt. d!. trlb_ pa.r le, WIKrN05 (sIe), ED Ilh laT'lOP el" faTII.nt. Bl ne pré.sente. •• l'/lMw1( du raci,me l comme l'eXpt9u0I1 d lm rad.1ffIe 4c'entî/fqu (.I1e \ pa:, rappoei. à j ne .!!ala quel I.Cum. prtmltu Que repré nleralefl\ ',e4 preMI!CIK'.Jl Gobln au et Ros.tllberi, 1 L4 M.upl(llth

le son oeuvrr ... tr.t, 'Ol1t

teUes Qu·on Mmao e s Il tu' 5.rit p.as d'un trè.$ .mau va eanu:ar CIQ d'une productlon issul!' dll. dottOIT 4'l;m

u
,ile de (ous, N'enlpkht qU'auJoord'hui

un "ail!. impunément. III ,r.nd jour, peUt publier SOlI: ptltll N n lCamf./' ériger en principe la. hajne racia t. L'Imbécillité de -'On Il! doit pail falrc oublier qJe C 1!'t4  ! 'au mo n de • tMorlet • d'I:JtI. Ir.dlgence et d'une absur(! U raTel qUI! 11'5 Re enberll ont opérL Ali rute, la llttératur,e antubnHe ne se limIte PM t ce IJ'Ulte, Pltl, errfea:e sans doute est t. m4tMc1e

mployée par un· soue-Céline dl1 nom

d'Albl!'!"t Parllz, qui vient de rield.l l'er (Après son. Oala de Vaeh.es . ), da n un • r!)[Uall _ au litre tns cl· linien de Va/,l: iQ ucl! t A la h· vcnr dp petite!! hla'l)lret; écrll.oet1 .tyl débraillé, quI se nUt &.musant h raz glbSe 111. peMte pointe !U05Wo raciste, qu! met ,n .)oie ) leetl!.Ur eoiIa. bo. S'étonnerll.-t-on de Jotr ftaru If! référer dll.n.$ Valu " Iculm ... , 1 • un nUlnéro de,., La. Se rl,ulk de III !)!', , LOUISON BUBIT, qui sera (peut· être) . maillot jaurie, dit à /1 D. L " (omment il se prépare au TOUR L OUISON BOBET. rlt'u)( clin· cUdat li. la vle OI!"(. du Tour de Frant:e 1950 . .. t'alman t Ul t:tre c empolsonnt • par Ie$ ad mIrateurs c\ les l(JUrnaJlst , passe ses lol lrJ:. .vee la dUit· mante madam(' Bobl'l f\ 11\ pt'Ute lIlle Maryse, dans la forél de FUll· talnebleau, AI'rt-Ji beaucoup de mal, Je , u!..s arrlvloe fi. le BUI'O"ndrf' 41ln.a le pl!'t. I!, paTUlon Qu 'II neeupe • l'ont.e· nay ·sf.l u 8Il1s. , JusQu 'alv.u . Jamais Je n'a.,.la l"U l'occulon d E! r;st:u a.Tec U1\ champlon . cycliste, m.b, Il teu.! ressemblent Il • (,oUIs6n ,.llIt fOn t bougrement sym p.thlquel. Dam Qut!qllt.s Joun, en rou .. vers la vlCloln [ _ POliT me nullrt d4lQ • l'am· biance ., j'ai Jh1rl!ctpi C-\I TOl./r dr: SlI.isel!. Soul/rant d'un . ehuJ.1! rt· (Suite p ll, 1) Amis lecteurs, Pendant tes m'" "" \'IIeJ,neu O.u· let et, MÛ!.), \'ohll .... 1" •• 1 OltOlr ET LlBERTE ne JWIItltTtra IHI (kt .. rol  : ' _ 1" li Jttil"" (1 .. prl'llltnL IIu_ IIIfTO). l'IM' .... I(ln "fI la P'flt. .Na tlonn't!

_ le · 4 l'Iobl, po.r 1· ••• I .. e.rll. lre de t'insurrection pa rJ.I M ('Ontre l'o[!cup nt nllll. A pD,rllr (lu mols .. .... 'll!'mbre, II Droit t UbnU • .pt ... IIr. Ille nou" e u r f.;ullèr.lt\IIIlI' dl.qUe se", lli , Bonnl!'S \'ac.U1U:l1 donc. • fO.. 1 Bien ellundu Il ra Lanl1 compte. pour t • • txonnenanta, dt u'l. modification dan, ta 1*tUt* : UNE BOMBE ATOMIQU ,_ El KI.I·lii,.. ql.l·ut c: qu

OUll en tia . l'

C 'ETAIT I 6 aoùt 194. . A 250 kI) mHrf'a de 11\ Côte Sud dr '" C(rt", d ll; n :-.e de Paris à LlIle, III prrmlèf'C' bord.e . tomique tombait m r HlroS:lima, !ai ant 224.000 vicLimes Oinq U\S après, e d, manoer "'1 la bom .UlMIquf' era l'm plo contre la C n'est pas une inQulitude 1nJ

IfiH.

ApT'" le re m de Tl11man de d";da· rer qu'Il 1\ m pkullrlllt p"- bombl' .tomlq[}I', le CQmiLé ltHMtl01U.l pQUr ".t uctr qu tlOn.5 nM;S, a ft.bh un docUll'lC"r.t où li "St not. l1lllie:H Ik  : « L"UiUlulioR df' t. l'.m'DI! .. Co""l1ue rn ('MH 5t!1'II1t J ... t tfw.,. Il:.rn plu ... , t'l!tte lulU_U." pr.1 M' ""df·T. non se ute nlfini jll lIfbMt-. IIUiIh IIl!'ul-flfe 5aluU Il"'ft ". AllI Dat...un ... 1 •• l""W"1!' !lIlllI lr'I!

enu  U/f.ill.a:r. IC(lIIIl'IY en ttmp.t

de gUf'rn), la IDObll:.Jalô.on de rom classes, IC'! cUdlu .upplitro.elltAtre. de!.tlnés au. IlrmM &'omlquea 1tIO , u ns Mint tl'. l'eKprtteltH'l d! la '11)0 lont. dt M. 1'ruman dl! ttlUIU en Gan'f: UDf' 'UI"Tt'f Im.plto)'lble, En lln"'Mar,1 kt bo'1l I"IkOElents a jn .. tont rage" Plm;r-Yw1 et su r 16 nUt'I. I!l l i vUI .. eIl cor«ol!;l. Ou ttJIJIp'ft J)II.r nunlerr la tcmmA leI. enfanta, 1" "j,.,U!IJ'dJr LlchPmf'ht aUIll1I:nlrl Po!l1Quot "0 etHl .1tIsI 1 Un l!lll!i. DI' ,'.t .. " paa kouli ap:rh 1;1. libl-t1l.hOn dt 1.a Oor«: q\lll! te 6!aa1- nêr.nt la \0 d op â.nB ln · qu .. Ue • .II: lOIn §'_ b Corte du NOl' U 1 .. 04Ir-k d;J Sud LA slrutHon l'ftlIiKt.'tfI d lei d.u .... n)l!t M la Coniot PI' a'upU .. ll r a1r1l'lf.ft\ par detur t.tnM que nous dOnnGlla '"01 eaGlm"l1uIT' ,llUITI Pt\G.l l ) -% DROIT ET LIBERTE ____ --___ ____ J PIJISQlrON NE VOIJS lE DIT PAS ••• L'Appel de la vie 50.000 SIGNATURES LE PAVÉ DE L'OURS recueillies por le M.B.A.P. .... !ble " 6'eduquer de Wcndel (lU M. Mal I5duqués.

 M. Rut child, M.

Mlra balld ... INTERMÈDES Partout, de nouvelles initiatives Les véritables vertus. pour dépasser rapidement ce chiffre La compai l(! Daniel l...cvcuglc préUf1\ a • L'ail prachldn a UI'U$c!.lcm . l\'!IIUI ne dl&cuterolls pas !el dea IIlantlOM (ItSSCZ dIsCutables) d e l'auteur fiL surtout du melteur cn lictnc de "HL pièce. J( 15 retiendrons 5cu letllcnt Je com- Deux déclarations L'ASSOC1Al'lON du rab b 1 n, trançal. er Uil groupe d' m1· ntnb rCJ.lrèstlltan\, du cul'e lau t.1Ue ylennent de rendre publi· .r.JU él' mpOr(.antCJ dclclaralloos rcl. dYH il l'Appel de Stockbolm. V"'IlJ.OeIa.tion dei rabbiil! Iranca. t" POUf ta part, $Ou.U'DO que III l'Appe l de Stockholm exl. selon' "ID&.IrdlctI01l de ral'me 11.(.0- ml1l,1lf,,, constitue, en faveur de la

Il\1X. une unHtt,t1ve ,ênérea.se. et

adJ\ItfI lei !idèles d'unir leurs prièle! III ItlLD" I\ctlon è. celles de tous 1 . homrtll':t ct do toutes les coUeel jvttû quI. pullonntmcnt attacllés " la. r:awe dl:! la \1/1,!x. de III. llbcrtt

t CIl 1 .. frA lem lttl huma.lne!. IutIrnt.

Ql)t'JtrC! l'em\)lol de tous ICI eo, liAI  : moyens de ClesLtuetlon 1). Ihlltre rtécla.ratlon '·Adret!le. en C6 tennCJ, .. lOu, lu JuUJ de l'ra.zu:e : • Qui Que nous .oyons, quelles (Ue IOIwt nOl opiniOn!, l'appel de 8t.oekhOim pour l'InUrdlcLton de aeu.. arIDe de desll'uctlon massive • p Mtol& dOnc il nous comme l'u des aspirations les plUli IlQIIl& eL les Olus conlormes • la lG1 de Oleu ... • A Jappel qui nous e$t f \t. nul nt JlI!.Ll1 rester lioQul'd uns encourir li ndo-at.able rcspenlabUltc de la InOt'\, dell !lIens e CO tous lu boltI . Ca.!!! IClllet l'tnetont III ,raude In-

 ulclude Qui I I) m3.nUclte daD5

IH 1I11n t! devant le daDfer c1'018- uM d'ullc nouvellr. ,UCtl' mondiale. Il. 111I"01:lIenl .urtou! dr. la I:raude ..-el.utt Qui anlmc h ('unununauté JIII ... e de r ejolndt· III va le muu"eIneI. It df' psrUsanR dll la fIlIb. en tllvewr de 1',\Pllcl de Stoekbolm. Lu. dtJ'", ltr \'iMment5 clmrlr_ ment lt U'aujourd'hul. aueuue Armee n'tH pTih à '\'crsel' un a'JIt' pour

 tomp1c des fauleur. dll .rucrre

I:t daJu !'afrole01t::llt lI e5 re" cn qui Ut rU lIllfll) t.. ItJI l'I,resseun lIont UIlC-IIbo rit. ptrpëlrtr de' raids de Urteuf. rlnlU,leftt l'cmplol de la bombt- atomique. Et e.e Il' st pu h.&Y'II d. pour" r('o.aoudre " le tODnu, c:cwicn, deI! lênltturs amtrt.cahu nréeotllunt e!il1!i Irme lubumal" ... landll Cilla 1\1. , 'rumaJl de. amle de nouveaux creditJ pour u lû rlcatlolt. DANS 0 .. condition, . 1 .. dhlarlll_ Il.n du !\lAPAI socialiste,o. lie drol te b railltrurl contre l'Appel de 5\0dI;'.bn, 1ft rdu. do la Fidira_ tJ.n _"AI.te de France de prendre ,l;ItllLeIl poUl' l'Interdletion de 1:\ hmbt atomique, la ca.mpa,ne fa.routblr n\en lIar e r .alns dc sel j4.LUIlIIU', leb Unser Wort ct l'Echo !Sioniste contro l'actlon des parU- • I.II de la paix. enfin 1" dêclslon n.6 ru fto dll cabinet Ben Gourion de . 'anoc!! r 1 l'a;;res51011 nmêrlcalne oe.nlfo 10 "euple corêcn, tous ccs I.clU conltltuent LIli !inlcmble I· f"tnlf'Ûlt 4ul m.ontre bl D dans quel Ulm, .. trouvent IclJU 'aulcurs. U. m j ulvel, e1lu ont, dan. 1, lIr Immen.e majorité. cbolsl le Cl.mp de la paix. Ella n'ont rien 101 e CI Il r r e r, ,lnoll l'anéantlt.. ement colllillet, d'une noul'tllt oenna,(a. Oa" QJondlale. S.a. a ucuu douu, lu appd" dtll auierll.& rtllrteuu. fltTont cnlelldïl. non uultmen' ltar lu IIdèl •• I pIIr l'enJembJe du JloIib de

CIi. Ctluz qui poU\'alent he.ltet
ort. hOmmt8 et femme. de tou·

ln . pinlollll, . 'auoclerout mainte. ut tane restrve :\ 1/\ campa,nr. UJ"WlrSeUe pour l'InterdlcUon de rum. a LOmlquc:. LU km))s preSlt. Plu. que jamais Il ",t clair Que '!iute l'Iction deft ptt/l'lu peut icarler de nos {oyen la meDaee de la de5lntê,ratlon DUcLialre, C'elt pourquoi .:hacull redOll!, tler& d' efforts humcdlatement pnur rai'. I ,ner l'Allpd d Stock. ha.lll1, ClClt pourquoi le, Juifs rJe r'.lIee, l,lu, nombl'eux chaque: ,l.wr, D n, dJetlncUon d'opinions et If'G rlrlnes, viendront se pll'lccr dan lu ranr" des eomhaUl1,nU de la ,&Ix fi de la liberté qui, par mil· Il . ... luttent pour "U"er la pl Ir.

 un monde meilleur.

TARIF DES ABONNEMENTS à Q,..JILt... • HouL , .. ' ..... nl. re l'AJ(I , _ru , l'RO tWt Il rAJ 11-14 - ........ '\I\;. 1ft UNI(;N .·nANCJ\IS& , • • ,u ......... , .. no n . •, -".. ..... ..... lOi U . .............. 1.1110 fT • PA YI t:TItJ\NCiluts , 1 ln"" ............ 450 ft. &, "'1111' ............ 1$11 fr. U .............. Uoo Ir. tA_I, ' PI!:CIAL IUIUI 1. ltr;l.GIQLJE Oomfll. th,, 'II . anNal 1 UIO.ga PARIS .... u , lrl rl1.l_u_ellll .·UI.Uir "".)'11 .. Ir . 1 .. lIe,nltr. Il;lIlCl, CO IJTB Dt: 1)IR tt:\.T IOr , ""." II l UM,,,

1.Jo1l "'" G Rl tII SI'.\N

CIu.r_ L. O .• Il ", 0'1 N ('I",,,,,."',,ut t. V V .. ttn.al , O "U kE. '11."'- P." -- - • N • P. 11'"'0 .... "mmu. .. boUl "I.n p .... rus ."J • mcntall'e du journal Combat qui s'cmpl' se de voir dans le p r;;(!nna lc de Dov ... ... U71 fellne chef plelll cl'eltcrglc cn qui semblent sc 'a!ler tmIU:$ les ver. ha de la racc. On demande à. Mlle Renee Saurel lin petit dessin repl'6I.cntatlt lCSClltc-'l vertus. Le combat du peUI)!e Israelien IlOur .\on illdepcndallce, le:; vér itables ve"r. tus naWoll.alC1;, n'ont rien à \'oir a.vec ,, 1 Bons juifs et bons nègres, ChaeWl liait que lC!li pires antlsêml_ tes ont leurs bons Juib. AIIl5I, M. Kocsllcr, pour lcs maurrassicns et les collabas, est un trêG bo':l, :Jn exct}1ent J ul! - le meilleur, peut-Lre. De memc, les nt.Clstes antinoln trou_ vent de bons nelP'es. JI suffit pour êtrc un bon nêçe do trahIr 5C5 frères malheureux. M. Jack Robinson répond-Il à Celt e déflnlUon ? Ce n'est pas un liftier. M. Jaek Robinson e:,;t un jouelur de basc ball et un buslncSlinJan Qui se lait dans les dix milUons de franC-'! par an. Dana les films de Hollywood. un J.1t- POlJr j[[iCr d1.l serlcux rct de lA pro· fond eul' des tht!:OI'!es outenuc 113r la T.A.C" s 3. eh z. Clue dan:; s;.. del'llitrc l'CunlO ll. co!le a d clarc q\.iC " le TUci me se lai! pllu rare en A1Ig1eterre ... ... Et constat!'. au itot, lI.prcs ., "lI fJ.!:r: rOlu emelll de la di 'cril/l11Llltion I!II 111/lUere d'cm /)IIuclLe . Un nouveau collabo,ateur ... L'al.l.clcl.l. rt geJl l dt lloUj;r HOrlh.r, coule aUjourdllul dIS joUI'! Pllùlb'f:;. Il LiSbonne sous la protecUon de sa· la;;ar. Quoi de plll$ normal que Ic journal de MM. Maur iac e Skon:MJY a il, en· voyé Mme DomillJque Aucle e.; Interviewer sur place ce cr iminel de guerre et l'AclsLC de prcmlcr plan ... ...pour «Le Figafo» ? L'mvoy6c It dl.lJ(garoconnalt &01'1 mond .. ncou.tu ·la poser des questlolls /1, Horthy commc dans Ulle conversation dc salon mondain : - A.vC -t:ous lu le rccit de Skorzelll/ (j.Q)1S Le FiiatO. E;z;cellence ? Et l'Excellencc de se rappeler le bon vie '..)! temps de.; Cwl:o: Flécnées. - Pourquoi. n'at:oir pa:. , VOll.! IlUlist,

 crtt t:08 7!t l!1'lolres. EJ:ceUellce ?

Le Figaro se ferait un .sI grand pla!· sir de: les publier !

. Rosowsky ...

Il n'y il pas de gouvernement, mais ...

 'U'l'e ..

NOll:; onun r_ Je !t jull\. c·Cfot-li,·dire en pleine crlsl! miU ll;t rldle. 11 n'y a pu de iouvcrnement. Il )' fi. dallS l & mlnl \..fore5 des. hom· mc.s qui é cont..ent cnt (fexpédler • les IÛb ,ll'es courant.cs . Du moirus, en prlncipt. Affaire courante ? Car que fa it M. Ren Maycr . place Vcndôme ? 11 I ra nsnUJt au 1"ocurt.DI' géntrfl.l ae la HauLll COllr le doS3icr (:110 r tl'lslo" f!cpo.s l! J)/I. r lu d l1Ocal cie Pétaill . "'ffalre cnur llllte 1 Non lla  : :rllvc décision. Rien n'obliçe M. René Mayer & II. prendre. Il la prend tout dc méme. 11 est presst.. Il a commtneé oar IJWrQr VaUat: JI nt vrut pal lCl'rhlner ianli qlJ 'U IOit dit qU'1l lùl.un. paJ: (.out fait pour libér, t Pf,taln! Durcie Et pUisque nous parlollS dr! Pétain ... Paul R Yllaud ... ... A étê nomm , l te G!aoobbi, .: A.;.sq.ci 5 . (11 ne M. Daladier). "tu: cOt du ra.ulminlstl ·c dn Etau nunqualt plus QUt M1ll5 le 1!Oul'enir explOits de 1941l a et.è Pr"nçal:;; n'olle pas de SCtl ,lofleux te l,lus fon. Les la mêmoil'e 01 """". ,,,P. ;tUI Rl.'ynaud n'a pas d uré n heun a certes mL.. encore molrU. de temps a partir qu'à couper la routr! du lcr. ce n'est pas les républicains et les patrlo es Qui It regretteront.. Babel b,mili.Jle. - Cu.rle.ue fllmllle que la mlelUle r Ott ... ",kM '"' 'll'QiU aU k-balle •. ""' parla ft-Il" UI",phOldll ... dit 1. chef d orcÎi estre Prlt:z Bueil. C'Ut un tait que cette famille e. t une pp-tite Babel. Frit!'; Buch lul·m me, oril1lna!re d'Allemagne. est citoyen, I\r:;entlll de· puIs 1933, Son fl Hl\ns s'enlll\gea dans l'!'ll'mio I\mericaine et a époU!r: une Italienne. Une de ses fill('./;. MlI.rllll.l'C"ta. s·r:.o;t marlt!:e li. un Franca!.'!. L'autre. Gi.,ele. de\'l n t luJourd'hui par mariagl! comtc:;sc dalloiM!. L ts vacances ne doivent pas nous voir nlentlr, mais au contraire IntensUl\'!r nos eftorts c.ans !a compagne de slrnatures de J' apl el de Stockholnl. Parn\! lc& grandes organIsations cen trales. le com Ité di recteu r de l'Ullio,t des elloagcs vo!ollt ares ct anciens cOYnbaUant: juifs. qui a df Jà signé rappel, demande a toUS les anciens combattants dc si;:ner e t de lalrt Signer. U. Iln.clC1t' eombatta li' tl lU t4!1l l en.1 pa! l'unc autre fluerre. /l.' ont $oufl er l el cruellemf1l/. paye CIlie que nOus VC1W" " de tliVTt:. I ls savent que l'i"UrdtctiOfl. de ,'arrue atom:.q lu , armt: d'CflTt.JJt OII ct d' c:tl ermi llaUoll dtlt pOplflntiOlI$ civites, e lltpl!c h u a lf.f fauteurs de {Juerr! de rt(l /Js r leurs plans crimlnd$, Un appel .i lJ jeunesse Juive MM. Otrard Alexandre. des Ecta l reUTs Israélites, Demonstain, du Y.A.S.C" Dallll Senay. du Mouvt meli/. de" Cad et aupré! de lU.J. R.E .. Menaehem. de l'Hacltomer Hat alr, R. Wakspress. de l'D.KT., Tourscl, de l'Ecale de Travail rie la ru dcs Ros ter , Raph Felgelgon. CIe l'Ullioli des b'tzutiants juifs dt France, Korste, du Foyer d'!lllfallU ete !usiHl'j et dtport6 de Motl l reuü, ont si;né et demandent dr, signer un Atpe! A la Jeun esse JUIve ) . rej)r!lnant les term es de rappel d c StockhOlm Dc leur côté. !'U"Ulf! rt e Jui f s WAlr la Ré.l !st /llle r! I /' cl1tratde, I p. Dér;or l és 111 1/&. :'OrUan /sation des J lIiI. f rall ça l. f/ 'orlyi lle polonalsl! ont déddc d·t d ! er en commun un matlrld de propagande A ParÎs et en p,ovince En Jo'ran ce, 10 m ll lJo n.'; d t' otrronnes ont. ft ce jour, &Ignt l'apoiX' 1. Et.. d 'Ici le 14 Juillet, un ml,,ve \1 bond est à prevoir. Le M.R ..... P. mulUplle les In ltl alives

 t obtient chaQue Jour d 'Importants

résulta ta dol.Rl la cam· pacne. Leli 50.000 :..ont attrln !.S. Dans le XX'. 13 ftCllon IQC21e du M.R. .... P. a t-eeUI'UU tI 000 lil,naiurl! . sur le tola} de lOO.OOO r orfllltrt l" à CP. Jour, 'Dlln le XLX-" (colonel Fabien ). le M,R.A.l'. a recueilli 2.000 slinaturn Dans J/l IV'. 250 nOuvelles signatures (dont r,elles de plusieurs' Julls nord-atrlcalns) depuis le 11 juin. Dans le XIV', 443 nouvelles

ignll.tur{'  depuis le Il JUin,

A Montfeuil. oil S:'I rnembtfl rartlc!pcnt actlvem n t 11. r.cWm gtnéralc des eon\ b.tt.ii nt. dl" la paix, la section du broI.R.A.P annonce 200 nouv ellf'1o lollt1 ature3. dC'· puis le 11 Ju in. - y a- t -fl fIeu da lulter contre l'an- ,-------- - ----------------------- - - ----------------, CORÉE :bb " i t isllu: el!. FrallC.! ? - Oui. r pond M: Rosov.'Sky. dans un a rticle de ... KadÎlltah :. organe d l! .. l'un ion d Cl êtudiantl jUifs en l'Tance '. Su itt Je la première page De )::rovl nce aus 1 nous pJlnlC"n nent rte bonnes nou vcU e . A t.,y(ln. le M.n.A.p. cM tinue a sc dl,Un/{ Uer : 3.03' s l,rnatu rcs rcc lJI! !J lle . et ce n 'est pas tint. puisque rQbjecUf est d'attelndre les S.OOO avant le li. j llillet. A N4Iu.:lI, nOlrt lIml Bernard. Ire ne peut tue que mUer, va let de chambre ou chauffeur. Ma1li HOllywood est en train de con· sacl'er tout un film à. la gloire de M. Jaek Robiru;OIl. Regardez moi Du coup, le Dt:parlenltnt d'Et!l a /longé II. envoy r M. Jack Robinson en Ellfope commc ambassadeur oftlcleux . Le but de son vOYIll:e ? Convalncrc les Européen que les noirs ont .tous leul' chllnce là-bru; ! - Aiml mol, dirait M. Robinson ... Education Le moyen de combattre l·a.ntlséml_ t urne 1 Belon l'oqaD"'a tion anglal.;e Trtld:e$ Advf&oru COIIACIl. li faut c Muqul!r Zu Ind. lric" ,11.#, :. Comme si les ,-:oe caplt"llstf:$, quelles que soient Icurs orialnes, n 'avalent pas tous besoin d'unI! sérieuse peUte «IucaUon ! A supposer d'ailleurs qU'Il soit poe Al1rè.! a\'oir tort justement souligné 1C$ dlfftr entes ca WllOllliqUCS et politiquQS dun rdour offensif dl.[ raclsnle. M. Rosow$liy ob5crve ; 1: La seuJe arme e71 delwr$ de la guerre (et AUSSI. dirons·nou.s. cn vue de la guerre ) q UI! l'UlltvcrJ capltali5te a trouvce POUT couibaUre- cll(l/lIage et cri e êco? Iomiqut . c t fI! j (lreil,,11! antiC01/11/WILI /c, il CJt ral, mau aussi f1,lItîsémite

,

... tourne court. CCS j\lSt.cs l'éUeztons doivent. pr.n- 5 e · VOU s. t:ondulre leur auteur il une or!se rte position pratique dans la JUlie eontrc Ic rael.smr et l'antisemltlsmc. pour IR paIx. Hélas. la d momtratlon de M. RaSOWoIiky tourne c urt. Faute de rt1:artter Autour de luI, Il r este 4e\.ll avec 5CII cOfl5tatatlollS ... Comme l une lorce aussi pulSlsante et I!IClcaee quc le hf.R.A.P. n'exJ:;talt pu sur le (ron t de la luttc amlracistc! Ne ycz pa,,; a vcuglf!. vous savez ouvrir 11$ yeux sur ICll causes. ouvrez-les donc sur les remMes. AI1liseZ 1 Lucie ti t-s J eln·p lel'f'e. de brun es Ra chel et de bloI1 il e C !lo herl ne. o n apprIs à 1 l,I r wur • r p ter la phrase universll ll , 8'n. 1. u ..... ient bien au d ilDu de J\lUle 5942, l'exa· mlnateur au tertlOcl.' d'études leur dtHl vrJ. lt. Ie.ur j)rl!:mttr diplôme scolaire. Lê! claaes duraient jusqu'au 30 JuIllet. On y allait certes. mals Que le Jeudi était bon. ce.'; Jeudis de juillet toUS chauds, qui permettaIent un jour de pleine liberté dans ln Jardina p ubliCS : le 15 JulUe' IN3. en se quittant au seut! d.. 1 ecole: lia .a'!taten t dit ; • A dern.ln aux: TulJeri!'s ou aux Buttel-Chaumon t. au aquan Notre- Dame ou aU Pan: MonL'!IOurls, POur une beUe pa r t ie dc patins li. roulette. . - Mais JaOClIJe' ne vten4 ra p as. U a la rOUicolc, Il eu· eon tallle\lx, nous n e dnollS paa: te voir j mals la maman de Flor tlttend un bébê et gard e-rl,l sa fUie prh d'cHe: mais EUe. restera 'c.nlr compainle fi. son grand-père paralysé. Pendant que les enfants par· laient. pendant que le soleil brillait. Darquler de Pelle poix ct Hennequln. comptaient pour le Hauptslurmfuehrer Danneeker les flchC3 recensées par Xavier Va.l1at. Les fiches qu'II avait rassemb:ées de 28.000 juifs du Gro s Paris et de 50.000 de zone libre. Bien sûr quelques policiers. bien peu. etaIent passés dans quclques Suite Je la na1sôc:n t. d(!mtu Dt libres et égaux (In drolla ). Une lemm a mJ.a .\IOn poln, devant

8 bo:/ch. pOur ne Pd h urler,

ct l'homrnf e la. fft.J'lç..cartie QlIl lutve1ll1.It cel parlu, eii' lortl J\.Cmtt'uJt ch"- la cour, De nOU\'ntu l'autotlu.l, direction le Ve'l' d'Hiv' ; t DI.! maman. on verra tes coureurs a. vélo? , - Non . PeU, Louis, mab tu u retrouvé Lt-bu ton eopin el. la rouleotf con tq1eûSe. Flore CI. U mama.n lur le point d'aecouch ff. et Elle q lll pou&Se, le. lèvres setr es. la voilUre d'jnHrme de son l'nmd-père paralysf,. Oh 1 tou\.e cette souffrance et cette céchéanee or,anlsée. tous ces eIlfants qui n'auront plus de Jeudis. et pour qui maIntenant, Il n'y lI.ura d'egallté et de droit Que dans la mort ! P EUT-ON se consoler en écrivant que lcs ràfles ne livrèrent que 15.000 Juifs à, Pat·ls. et 5,000 & peine en zone libre? Nous avions pu. lm ::Ione libre. dans les services dtl la R!sistance.

avoir les a\1rc!iRS de beaucoup dc

familles vlIoes et I s prévenIr à temps. Les eC'OI!!I. les hOpllaux. les monastères. 101 domiciles privés. ont hébcr,é et sauvé bien des Ad : laf: clu Commandant de rArmée &WW:U.Que su peuple corten ; C1WoyftU le Coree ! VOlff ply, td df ' 'tDU. libre- Ml.b C!i n'ut que la premlilre pa, dt. l'histoire de la (.:ottt. Dt même Qu'un Jardin ne dev\fn' nor:l!lo!!l.nl qUt . .,.r le, tra'·al.l.1; f.t J.:. IIOh11 de l'homme, de mtll'le le bonhrur J\t! .. It ndr .. que par III luU ... Itit",,,utl ,.., la travail InlaNabl. du pruplt. elll'1!!en. 'IHC! ltoJ'f'1l.I de c.rk'! RJoppelez..\·o. 1 , bonheur cU ent r. voll malll 1 ·Vou.!. "f'I. reçu la lllter(i:, l'IIalnltnalil tOlit IIIfpcntl If , .. l&llItmu. I.'Arm« .MlliUlquft .. "u ((I\I ' tl5 lu condition" pnur que 11'. peuple "oréell puh; e !';ntreprendre un libre trA ' ail

t atcur.

\'ou" dt\'e7. devenir 1f'5 propres art! lant dt. votre bonheur. Or\1["O' D' 1 publl(l par 14ac ... rt hur- : Sur le lerrll.tr.. dit b COft't ",. irou"allt au-deuouS du 31t- !lIJflolltl". Illut le l)nUVftÎr admlnlllrl!llU Hptnel de ml)l La JM'Ipulatlnn doit obêlr .lN ,10- 6ervf' au," ordru publies .u.u... ..a "iluaCurr. f.h pCrJ(lnnel a.h"ant eon' hé. 105 tllJlI[IetI d'oc:cupaUon ou Irou. billont l'nrdre f'l la tunqulllUê :ftumt Îftlpit0l' .. bI:mC:nt ,oumI5ts â un t'hill· ment ivi: re. première page Julh Que nous munissions ensuite de faux papiers. Beaucoup furent pris tout dl. même ; Je me r apppl]

 J Ia. D na Crémieux. Elle a. vl.l 

é deux I.n..a Iluparavant m on pr m l r prlX d 'hllltolre en ela.$CI dl' l'nUa. Le 2 août 1942 eachee c"lU un train de marchandises, en gare de Lyon-Pt'rraehe, nous assis tions avec mon corps tranc. A. j'embarquement en wagon cellulaire de détenus de Montluc qui :Dartalent . pour Drancy, J oslallne ta l t parmi eux, fine ft joUe, une vall!e d'Une main. lin 1Mbé u r l'a ut re bras. Pour mo n r dan. le wagon depuis le bala.it - h! mauva1.s coup .e taisait hou de la gare - elle pOSa sa valise à terre aUn d 'agQ'tlper la rampe ; un policier c français

. lui donna un coup de pied.

Elle tomba et le bebé rou la sur les catlloux. Nous pleurions de rage et de honte. Nous avons !aIt dérailler le tub a vant Chalons. mals Joslanne ne tut pu parmi les évadés. Elle n'est Jamais revenue d'Auschwitz avec son bébé. sI. quelques jo'ur. plus t.'u·d. le pollcler paya de sa vie sa lâcheté. elle r, t t0l!-t de mème l'cstée pOUl' mol. le symbole de cette sou!france et d.e eelUe déchéance que d'autres ont connu à Duncy, et qui fut la méme que celle des hablt,ants d'OlamUles pour les préve1llr de se ca- ,-------------------____ _______ _ cher. Et combien avalent répondu: 1 .. Je ne risque rlen, mon ]:)ère s'est cngaie pour la France en 19}4;- 1918, ou bien l'al un tus prison· nier de guerre ,. Pour combien, l'idec d 'une légalltl! protcctr lcco a-k lle été fa t ale? ·ET le jeudi 16 juil!et 1942, on a r{ ppé blentOt à bien d eI. porte . Le loup·carou vlwL '-OuJours la nuIt tombée ou au petit jour. On a emmené des familles ellUtres On - des pollcle.n. et de j eUllQ fascistes qui sc d isaleht l [an': lLl - a laissé pleurer. sup· p lte r. On a mis tout. Ir. monde dans des autobus avec une vallse et les tickets d·allmentatlon. Comme puur un groupe qui va en excursion ct qui ne doit perdre aucull de ses participants. li y avait un signe de ralliement : unc étoile jaune il. la boutonnière Qu'on voulaIt Infamante. Au poste de police de la cour du Louvre. Catherine et Nathan étalent proches des Tullerlc-s mals Us n'avalent pu leurs patins fi. roulettes.. et seul. da.ns la cour. les pigeons étalent libres, nombreux à voler dans. tous les sens. Au corn. missarlat de la Cité. Rachel ct J ean-Pierre. qui t rouvaient le temps long. ont. dechlffré une affiche Jaunie flxee au mur : vollt llll texte Qu'lia conn 1 lent. et sans Ln çomprcnd a 16roce IrOnit:. Us ont Omml'11 cl!: à. u.1't sur un ton de odle : t Lca bommes • POUl' 1... pUiHe d'.cl'upaUnn min.- rten, par sultt de l':nten'elltlon .nm' Iain, : _,lais u t dét:l." , • .,Uf 0111. I r . menace tom ks peuples. La delle. bombe atomique qui ri:s:tur de lornbér Tanellbdl.!/)I et $a femme ont l ce jour collecté 23'7 signa turcs SUl' un tot al de sn. "'u Sud. la. ellQue de Syorman fthtte au« pays 6u mKtin calme . est SU8.incendie villa'ges et h ilm .ull, con.- pe-ndue aussi SUl' nos tite . damne mort uns m&n. lta 11&- O em a nd r ln paix en C'"ée, c'est Lc.ç inttfalive.s SO lit "oml!re IlSC'8 et variées. Faute dt p lace, nous n 1XlU\'ons qu'en Iinall"r q u e iqu c unes. C'est ainsi que plusieurs m.t( l c i n. et ch irurgIens tl/mt/laI. membres du M.R.A.P .. pr s entent l'appel de Stockholm :.\ leurs clients; rares sOIlt C \IX dont la rej;onse n'est pu favorable. duire en JuaUcc, les pnU'IOlK tGlJpa- d fendle nos propres {OYfr.!. bics de dtllQllCcr DroY '100Il La I ituation actu lle rend plu.! nér. onlre k- Nord.. nit' a·aUa.q\lfl li. deI'! celSal re que jamais la camplilne pour p.YM.Il. la.oe tell et a_n,.; t,lIrulk- C'elL la m!u· hou la 101 l'arme atomialnlll qufl J& pcrsortplll tLll"tn IYlIIUlt- QUI'. arme de pIII"érisatlon du monde.

r:; , m 1"'15: .... cn lm ; UOO r---------------fin

ltt'T; plllS d.I 3:l.01l0 en t&41 .et .&:l.OM l/Iun.rI' Its Hp' dUnltl'l; mo

 l'fln(lho del"n tf:r  AU  o t l.l, 113  

pall"l ItUftlt Ul fm' (u·. .t Ir nombre d Mll!iltll pil rqu6! 6ct llf-lNmt ll l dllns les prl .s U dl!' 1$4.000. S'apPllyant $[[f 80.000 policiers armés de ml:.n. lIeU5o. f'..\c ro ulant SUl' .!eep, 'ft/tlIli.D Rh8 R·fta. l tnJ.lntenu, tan' e;;"n Clu 1Ua], au poum!r j \1Ml u·.

 "f'mltrel scrnalMl OI.! il lanre

une . Ir de- ITjLrM enveraure contre lI!' l'ont d .. l.lI Corc!e. li. l'aJl1: derrr U1ffttMlrftS du Slrd. nPGIt{ k pc"1,Of\J" ooAt-i\, AIonr 1lI ruN'nt lell tlolll"'l ft. aavde am :k .. 1Df:" 11'111 Ettt3-Vnll alfounH leur 4CPtJ!t 'e pkh  ! !ln J'f"'.Jp;e de MiI:et lui-mtml! ar.a propre.a Alra!re.!i. Le dl.nger qui menaCe le ))l'upie co- Le radium a 50 ans Au dispell.salre d. l'O.S.E .. ruc des Francs-BourgeoI5. Mme Lichtens tein a recucllli 80 j g llat u r cll parmi le,.; màlades. Lors d'un pèlerinage d c anciens combattants Juifs commemorant le Hl' IIlt!liversa! rc de la ba!aUffl de Sai580n$. 26 n ouvelles sl ,n :t t !.l .\ l' u.l' n dOl eloqlUnltnaire Ce la r es SOn t collectées. tous !f'S autres m'4a na.Jvtuetn..n . .'.u. K.rta ddlouimtO, lil.tnrOel it ,il'dIeu.r adnet ass 1s t al\ U; 3yan t d"'j "jO . slg!h... S eu 1e ,!i, le • • 1, tI. )t1l1le l t deux perSO IlI\ S refusèrcnt de sl- NlA.Dl 11 JliJLLET. ' " iL : gner. .I _t.._ . , li n.lko. 'e l"ltx .....t JoJi . .. la Dans la. vl\le de BT/m Oll, en une t.r-Io . _ nlll ..... t. " heu !' . c,.- seule matinée. 2:$ signatures t:a rmL Mique . ,' ail 39, ne Bllth,n. lib 1 MAROt 11 JUILLET, .. 311 ... lO: es est vants: on exemple pour e 8olr'e all:C Arènu dt Lutite or,:onl- travail que 1('05 m ls du M.R.A.I', Mt par lu (;oRlbaU.nb de 1. Paix peuvent deoloyer t:endant Its vad 'e la l"Ibu'i el .·UlIlen .u FtRi- eanees. NU Franft'Iu.., plade .011. la prial_ Le, J"J/1. Jrançr. i$ d'or ID I II po. .... n.e de Mmf. Irbe Jollftt-Carit, ail lonatu-. Qui ont accru leur acl!: cSr. 'tOIlU de hUllIelle pttl1dunt la parolt: '0 It\a t u re ll -depuL& le I l j uin. Mme EUGENI! COHON, Dlredrl- ont eu l'u:cellenl,. Idte d'orunltfr et honoraire dt l'Etolt NerllUlf. Su- dt. culin jJl'l(.lI'rfq\llt, dana lu I1i,lurt de Sevru, llrhldentf. Ille III re5taurants, les élab llu emen\.& pu- F.nM.J. .f·.Y. VES f'AItGf:, prisldtllt du bll es, 1e s syn a.,ogu e$ . et r:.. (;oni.baHal'u de la Pai:c t de la LI_ radour. de Lidice et d'Ukraine, des berti. A la Société leaders libéraux coréens, Que les M. ALi\1N I.E LEAP. 5eerHaire ê_ «Idéal Fraternel,. hommes de Syngman Rhee on Il rd tic II. C.G.T . pendu la semaine dernière avant Un upl·i.enlaJ\t 4u Cmnll;: Mondial La 5OClé • 1l1lal Fraternel" a de quitter Séoul. 4e. PlrU,lInl de II, P"lx. oIier1.. un TLn d'honneur ' &el mtmbrtt. .. l'otuSlon du dVOIIo r en V:l- - JUILLET 1950 : Il y a des petits cant;.llt. le 1l&m 2' Juin, au nrt tIllants è. la peau jaune qui FELICITATIONS Tambour, PI"CIl de la llr1. IUI! . AU 'II per, den1 t lentement la vue :Duce ... . ..... ml t ' fttrasbour(cols de ru. ",un .. la __.' , . '-.'..I d"It' " .". a, .,'-1. . QU, s ta. ent trop prou d'Hlros- J.R.E, allrnUl SM nMllleun "GeUX StuClnl ... M J1n,er & rrnd\l. (:t)mpte h ma ou de Naiasakt en 51!j)tem- de 1. JotU'Me NaUona.l(' du M.R"- bre 19t5. Quand lw-@n t lancées les AUlt camandell Hhnmf:lftub à l'oe- P. du Il juln. Au .... '.' .... " •• _ bo b 1 O · l' ('e!l n t\, III nahUiIlDee d" leur pe_ ..- ' .. n..- m es atom QuelL autrts p et III fUll, Chu,Hllne. l:ele"'ltch avait fil!!. un pr .uan t enfanta peau jaune :tup i. pleu- Nous sou.alto .... ho. mam:la un . pPf'1 n ["'l'lIr dts entanu. d.t rul'tnt tor;a seuls ou brillent dans prompt ,Hablwement ". WH! vie sllléa et d,tporll's. Puis notre ami eSea YUlages bOmbardés parce que heu.r6tL e A III petHe III"". Psla.nt.. ln.1t ltl!l .. llnattlft_ , n • la t'l'I.I,ee et l'Amé.rlque de 1 .. Dé- pas rtlkhtr Il'ur l'l,Lanta du nt. e1arat lon des DrOU.I de l'Homme, la ptrlOde de \'aC'l.nCt'$. Devantl ne se rappellen t plus, l'une au Vlet l'a 1.riltl! meJ'll du CI.nltr (II' r utr- N m. rautre en Cork, Que ._leur A 1'4)C!C!1l3Ion Ilf' 1111 n e l8.a de re Il tn.abt.a pour qu@ II' I)I)UrlW" Constltutlo!l dit : c. Qut'Ilr:s n'em- I"ur pelltfl-flUe CI"ulll !! •• 16 ,rand- II. eamlllM tn JaVtl!Uf tI..t 'I.p.pel ploieront Jama\1 leu r force contre ptrfl et 1" ,und·min. HlnlltMlfarb CIe 8 tot:tJH)lm. l IIbertt CI' un l'UPie . lut Muhailent une vie lonl["- '1 Il. ", - S m- pf'OpI)llUon du prtstd nt. une Alors, juillet 105 ne peut oa.s IrIebUIe!ric i.d an." '"' monde de pah .1 " colle c\ e "u tra, tml'nt. f.11AI en ra'

tre seulement. le mols du r eeuell- nur de t Droit et. LJbtrtt .,

lement autour de souven irs dOulou.I----------- - ---- ----_ ____ _ _ _ ____ _ l'eux. C'est le mols où U faut cm-'

Décher que ça recommence, car les

Krupp. tlnanc1cn du nazisme n ltlss. nt. •• qui M, 8Chunul ft donn ... 1 dt ll bf: r  :n\r!n\ le fer de 1* Lorra lnf.!.

lavent t.oujours comml"n t on rRbrique

des canons ct des dicta· teurs, il. coup d'Imprécations contre les ( judéo - marxistes pUis de d structloll systématique. car li y TOUS, le 16 juillel DU VEL'D'HIV 1 dans la mémoire des Parisie n.'. a des fabricants de bombes al.omlques qui SOllt tous prHs 11. montrer au monde Qu'en fait d'extermlnatlon. lis p euvent faire beaucoup plus vite et beaUCOUP mieux

 L·A.slodaUon dtl An nl Dé 

pot·tés C!t Internés Julf.l nlCa.

 nlse. sous le patrona! e de la F
 N.J?r.R.p. (la. rue Lerou:o:l. une
 ret.nlon commemorative en wu 

venir des 30.000 Juifs victimes

 de.'; rafles du 16 juillet 1942.
 Nous fa isons appel A. toute la.
 population et  n particulier
 aux vIctimes du nazisme afin
 qu'elles vlsnnent honorer la mt 

moltt de ceux Qu i masés au

 Vel' d'HIver Il y a 8' ans. furent.
 par la suite déportés dans les
 camps de la mort oû lia furent
 tous externllnès.

C'e.!t pourQuoi, en venant fil maalf: honorer la mémoire de. CH "kthnes. nous til.mt.rOla nolN: 'folonté de lutte r Ç(lntre 1.1 ttre. contr le r nOU'ff'a du n.e.lIme et de l'alltl. émltU· m.. . Unis nous saurons pntlerl' r 1 avmlf ., t)l')ur ne p:us Tl1'Olr Çl ) QU'à. Auschwitz. L'ASSOOIATION DES ANCIENS Dt;POR'I'ES ET INTERNES JUIFS Alors. le 14 juillet 1950. les survivants, les meurtris, f'.('ux qui rurent épargnes, tous. Il taudra clamer dans la France entière. pour que les fa uteurs de ,uerre comprennent qu1ls sont vaincus: • Les hommes naissen t. demeurenf, et vive nt librc ct cga ux en drolls.

 ,Cette Journée a fait frémtr
 d h o rreur t ous les honnétes gens
 de Parts. ct les scènes déehlran
. tes de violence et de barbarl 

, . dem urent ,r8l'tles à Jamais P. S. _ Toutes les organ lsa- tlons sont priées d'aviser leurs ::& membrf"s de se rendre le 16 JIIII· let 19:$0. li. lO h eures du matin. de\':ult le Vel' d'Hlver avec des fleurs. Vous payez ... On salt qua Xnlu VIIIR! lut depulé sCUI la IrOiKlllme république .... fla titre. II tOuche auJouTd'l'Iul uni panslon, et eOP ..... 1 Condamné à I· Inal,I\I .. ! natlonall, Il ne perçoit pu de ratraltl, mais son 'poule, considirte a (l'm nI • .yant droit, reçoit pour lui ce qu'on aplMlle unt ft plnsion de reverslon . Xalfler Vallat n'ut pal nul lIanl ce [)!lI 1 d.e Car. buceia, l'homme 1ft • 0 tin- 1I0lre , Scapim, l'mnaml N' 1 d" prlsonnl"'l de gUlfra, Labroue. le prOfHHur- saltlmbanque d, l'an' tisMlltlsma, Sablan!. le ,"nllter P.P.F, aujourd'hui tflnancler d, maisons close. à Rio de "anel1O, noolnnt par leur. ayantl drOItI, de coqualles lommu dl la Ului du p'nllone pour les Inclenl pUlen",ntalre'. Des personna,u aulsl douteux que "e.plon hlU" rlln Georges Bounet u l'anclen Inlnl&lrt de VIchy Plcl'I·e·Eticnne PI.ndin fi! gurlnt lur la Il.tl de. b6- n'flclalr .. d, la dIIat du pension •. D'anolans IMnllDnnfll (111 ftdanln" li. l'lndl,ntii M llanale ont vu lev, PIn.lon r'tablle, hl l, nommé Amldle1l du Clos. Incl'n d" put, qui po,tlU tanl d'amoul' à la publiqui Clu'il dnlnt COIOntl d, la L.V." puis fonetlonnalre du lru" chlmlqyt allemand I.Ç, farbt". Avanl .a cftndanmatlon Clt Amldleu (\u Clos avait PIfQU 3U.1I9 franol, Aprel Il condamnation, 1 (1 n époj.tle • louchi il lit,. de penllon dt reverslon 1 140,010 in lU' ; 117,190 Ir. en 1949. Amldie1[ du Clo ayant éti rêlabl\ dans I i drolls en decembre 1949 a loueh', pour It premier trlmutre 19" 1 146.027 fr., plus 21.t15 fr. dl maJoration pOur enfant., Oepull le 1er Janvier "49, la penSion dl Seaplnl s'Il!ovait ... 52t.112 fr. par ln. A eaUe penllon l'aJoutait un, Indemnité temporal,. III cherlé ckI via dl 6.000 fr. oar an. La PinslM • pris lin le o septembre. Mme SUplnl, «In- Jld'ree du loti comnlt YeUVI, touone uni ptnalon dl re"r.lon 1 n.ou franCI p",ur It premllr t,hnUlre 1950 .. , Dlvlnt l'A .. embt6e N,tlonlle, M. ÇUlon .Juliln (Com.), ' a8t êner"lque' Illlnt éllv4 cont,. ce scandai. Ile, pensions qui conltltut une lort, de l'iXoll'lpellKe d III. trahlsoll. Du Va.!\lI.t It du Scapin!. des homme. qui comptent par· ml Il' "e",onna ... las plu eoupab es de VIChy, 'ont an,ralu', pa, l'IEtal t,n' dis que leurs vltillnes attenIM!, 1 lOUvlnt dans la mldlrl que leur. plus mo' dHt" rtlflnd / Cltlons salent utll'all Et o· .. t nous qui PayoJl. /l ... Xavier Va liai • • .. .t 1 , , .. 1. .\ , , . , .. , , , , 1 1 1 , , , , , . r - DROIT ET liBERTE 3 - 14 JUILLET LE M.R.A.P. VOUS APPELLE Lu réponse de ID Frunce des Droits de l'Homme nux poglomisles du 16 juillet (SUITE bo'lr.-eo!,le pourn t rtl-oUtlll,ve dt la dl!jouer h. nobles . L'intcrycntion du peu pif:

.ool

A rt6\'lJution de J7!\!1 c.t 1:1. Révolution de IR bourgcoi ie, Ir ,l'and acte (jui detruit la l'ociété téoda!('; et ouvre 111. voie d'une .:.\) .. cieté nouvelle ou.... le SiJllC des II:rands pl'llldpcs de Iô!. I)ouvcr;o.inl'té Jlat ionale, de IR liberté, de l'êpllitê. La bolltgeoisie, dl:1 .... e l'fi\'olutionnaire dl" l'tpoqllC, in(;!lrflC çt dé· frnd l uUt.rlt de IR nallon frilonç l$e dont t'tlft rithse J'unité, t:!.lldi C)l'Ç 18 dol. decl1dente rie Uodaux. ri .. ,u !!(ln lIeh.arnrment A maiuunir .' o,h·I\.I1(1I ct .sa d,)Illinallon, t'('1 .mnée ps r rhis\oir ..... ·lillie .io la t.-adlon (i t rllngêrc ct s'cnrontt d.n, la tro1hison. D'un côté, les 01'1- ... jf ges ; de l'aulre, les droita 'je 1 homme. D'lm côté, Coblf:ntt ; rie 1 aulre. Valmy. Aussi lllut-i! bien snull!::nel' qt;C (·cst. A"'!lnt tout. ta lutte historl"u dt la boltrge-oi ie conlre III fêod.llté Qll i marQue celle arandiost: po.. Que. Mals de même qu'on sc cond mnerau â ne pas :mprcndl'e la. Roll,' hltinn de 1789, si l'on n'y voy.lt IJU l'action ri t.! /( Peuple Il, pnle,n · due de lar;on V.!l;Ut oM imera le. p.n r/:elltlrft des claUfl1 fI('lll1l en PT" e ll . ou si l'"n .ltn iIlal t unc J",. ))I)t1ltne Mt.!.ill\1t • un prolêt:l\'.Nt l' P1o:'f)f' M1br:o'cmnllre de mf.ma n li " FM'al' "'II. Ju le de passer Oll ' 1,r" Ctl lJoo rôle de nlaB6t"! popul.lil'C t'I'-le l'cm a pllrrol, dc ilrnêes lOua le n'ltn rie QUQln ;'JJIO! ordTt. ,It' .. n JaUl,e.,. II. r.mt : t 11 n'!) n: r;tn AUt.!S l so/dl (J'III ap'J)O:rliellne 1l1ri" '"'l!llt li ln bou,,"eoi,ie, ptts ml1l1:e 1" Rh'o-!lI ti(ll, J JI.I"'QU·IU début de juilld 1789. les M Uf l)tIpullllf('s ne sonl pas en cote cntrif'o: en scène. bicn Qu'elles aie!!t clé Ire .... attrntîves am,: évcln-ementI: de \rtrsllilles. C'ut leur ül lrTv('n iol' qui l'tI.

 inw«r f\Olt ttU-'rl"llent rAssemblée

ImpuisSllIlU. IIl.lis ln Ril:olutiDn rrre-mtme : le! e t d'oeoord le 5tn.l dit 14 jumet, LI 14 juillét A Paris, l'effervescence grandit. Brusquant. les ChOSC3, Louis XVI a rfnvoye le ministre Nt-ckcr. Quand. 111\ 12 juillet. on apprend que NoDd!:otl' a étc remplacé par un eon rèvolutiO!l!laire dêclaré, le baron de BreteuH, ,'jndicnatkm est c6nêlïlle. Au Palais ROYIII. Ci!mllle DesmlJUlins haran(Ue li! Coule. Dam: les jardins des Tullet'Ï , une colonne de ma l'lirf' Ulnts se heurte au Il Roy al.AII m8 nd • du princc de JAmbesc. qui d LRrle violemment. A r Ue nouvenr, on sonne le tocsin. f1h pille lcs boutique, des armurier" le peuple commence il s'arml'r. lA 13 j uJllrt. m ,roupes parcouJ'eni Pari. a la hl':rt:bte des armes cl mV'-'Ioent cte foulliu les hôteli det ar!J\oc!rlllt'l. Ln ouvrien cn ftr ferlent deI piQu('J. t.. bourgeoisie pl'end hl d irection du mouvcment t't s'd!ort'e d !e (!OI'Ilrblrr. Jl e t dtleidè QUe!! dL.lQue qu.rtler .ooJ dllU\ct founur. 800 hoommn ! la mU;ce bollrjltoQlf;(' : d'AUtun!' ailu - cnmmc en d·llt,!Irt1' (tmr - hûlteront " dOl'lltu du .nnr .ua leM du. lI !e . loh il le 14 jull1.t, 1. foule nlll"! DE LA PREMIÈRE un armemcnt gr-ni-ral. Elit: e potte /lux Invalides ou clic f.·C1npR.re de J'2.QOO fusit", puis se preC'ipUe a la Bastil e. Avec scs murs de: :W rnetl' l'le haut. C/Jt0\lré de fosses n·clI\l. ,wei.' on pOnt·levis et ses meurtrières, la for\f'res c r(lyale sc dr(' {." idole massive ct muelte dl! desp( lti mc qui. de cs C!lnOll bl'll.quês, .emble déCi r l'Ilssaut populaire", Mais, d(:\' mt le peuple, le '011- verneu!' de LaunllY cilpitulerli : la Ba iille scra pl'i.:.e de force, ct u $ itôt dr:trulte pierre il pierre! Un êvénement immen.re L ES hi stor i ns CtJnt,.e-ré ... olutionnaitts ont lenlé de ridiculiser rtla. lis ont Oéda.ré que la Bastille n'intéressait pu. le p(!uple. ils se sont moquês dh Parisiens prenant d'assaul une prlllln ou il n'y avait que sept prisonnier., et des noble, décav6 J)llr-dessus le marché. C\!'iI c histont:llS . , a" (tU llés par leur \ Fic·,!oimlle d'u .. req ufte lIu .JUUI d'Alsaee â l'AsRlIlbl de n8!l hainc, n'ont rien compris ! Ce:'!t leur pauvre 0: e):plieatiOIl • qui est ridiculc. . En fait. la pl'isc de la Bastille e5t lm I!vén ment immense. lol'midable. qui devllit changer 1. face de l'hiS:toire. Oh le lendemain, Louis XVI CRpitulait publiquement; il se rendR.it à l'Assembléc et annonçait le renvoi dts troupe,. Lf: 16, il l'appela.lt Necker. Le 17, il venait fi. Paris et sc voyait eontnint d'acccpter du maire Bailly la cocarde tricolore, l.'ari tocl'atie prit peur et commença il émiJ{rer, à trahir ... A pR.r tir du 14 juillet, elle ne se sentait plus à l'i\lse en France. Le l'C':llic d'Artois plll't pour IC$ Pays-Ba , imitê bientôt par le pl'inoe de Condê. L5 Policnae Iraftleot la Suisse. De! Lambesc, de Breuil s'en vont à leur tour. fluelles sintt les vainQ u ",. la Bastille? Comme le soulll'fl.e l'Iuatorien G. Lefebvre. il (lpptTIlÎt Q1Ie l'immense mojorité des con,o"tt«.nts {tirent des gP.lts de métil!r dIt fllllbollTg Suint-Antoine et du ql1artier du. Marni... . Un recensement partiel p rmet de rc!evt'r. panni les manifestanh Ics pJu actifs; 51 menuisicr" 4S ébén!s. te . 2P. /::a e-dcniers, 27 sculpteul' ,

!.1 ouvriers en gaie. 14 marchands

de vin, 11 ciseleurs, 9 bijollti rs,

 chapeliers, fi cloutiers, 9 t!\blctiel's.

fi tail1 urs. 9 teintul'ier . un marmand de boi . 4 ,arçons de chan- PAGE) ht'!· . 2 ill.énieur . .2 étudiant.:; en droit. quelque: nluchands ... Les Droits de l'homme L 'IN11'IATIVE révo!utimlHlI.irf! du

lIple de PlI.ris, en mettant en

t-hcc le premier complot arisloct';:l.· tIque et en litimulanl le mouvement rovo!utionnaire. devait entraîner toute une série de changements deci H . Le 14 juillet consilcrait Je triomphe de Ill. bourJ:eoisir. et. par 111.mCllll::, l'ellondrcment de l'ancien ré,ime. En ce sens, II ouvrait aux llUlsSes popuhtires de vlI.sles perspecth't' . C'est d'abord. à la fin de juillel 17M. la _ Rrvolll!ion municipale If par Quoi 1.. . France. liquidant les lormes locales de l'ancîCTI rêaime.

 municipalise. se transforme en

une fëdêration de communes. C'C$t la cêlèbre nuit du 4 aotit dan!' lafl llt'Ile. l'OUS la pression des soulêvements de paysans, l'Assemblêe pl"OClame Qu'elle .. abolit entierement Je rê,ime 160dal  ; sa.ns doute plusieul"5 servitude ubsisleront- elles dans les ca.mpagn , mais \In ,und pu sera fait. C'est enfin la Dec!nr"tiQTI des OrtN' s de: rhommor .. t " I\, vetée paor l'A mbW:e le 211 ao6t. U. cln)lta de I·hol'rul'lfl. ou r I ct de tlkN. de 1. TYWU rtble absol e, Le t('lndtmornt d un ordre nouveau, le I!.)'mbi)le de III démocratie politiquI!.... Libres et é,aux A ::TENTISSANT a"x qu"t.re colm du lntInde, 1. d. r.lion ncit" r. 1. lIalM d,s ennemis du 1)tupll' el • ..-Itèra l'Mpéy'&nCt de tous le, npprllnb. Art1d. ier : LeJ hommu _us",! .. t fM11I"'Urt

1 llb1'u " I!lJIlu Mt dr"(Ml,._

Que dt NtOnnanoeet dl.al U.r quelqUl" t mnts 1 D11J('11111 ,demt'ot ici que ta lJidaration C:Ml.Ch mn par . ".nce :"t Que nous app(:lons aujourd'hui le 1 acisn\ c. et que. sur ce poinl, ellit ;l. reçu. sous la Révolution. une prenlirl'e applicltion en cc qui concernc les Juif . les noirs et les étrall- A DEFILER DE LA BASTILLE A LA NATION LE Il .Juillr-t liX\1 a rili! l1ailre une soci k IHlIlHllc. .\\'CI' 1:1 H(I!tilk. !'l:n"ulait l·opprc:-.sion fcodal e. I.:t lC!ll:tl't:hil' faisait plm'c :\ la Hl:puliliql1e. L:l lkcl:lI'aliotl dn. nl'oils de !'Hollllne d du Cil oyen, cn rrod: tlnanl 1\:I;Hlih: cie IUlis. a ulIYei't lInc t're nouvelle :'\ 1:\ jJIlpUlati oll juivc dc Fl':,nt'e. Cct 1'\'éIiClIIcnl 11i lnrique a ell Ilrs répernls:;il)lls proroLldc SUI' la lulle que IlIl'lIent, dans le munde rilliel', le: ]lellplc . les \/jlpril1lés, l'olllrC" lïnjuslin! el 1;\ tyrannie. C'esl IlOur 10\\Ies l'CS l'!lislltl 'Ille lcs ennelllis de la IIl'puhli'lur. 1 \1 l'I".);.;r(o.s. ,le la fr:.dr:rnilê lies .peujJll's, le .. (;\sci":,.h::s

mtistmilrS ,1('pIOlenl .Ies dlurls arh
ll'nes ItOur (; rayer I / W

Ile l'tlistoirr t . Celle anner, 1:1 llli!nifcsiatioti .Iu 1-1 juillet c tl;rolllel1l en un nloment rlêdsir de la lulle )lour 1: .. Paix el b LihCl·le. LA PAIX EST MENACEE 1 L'arille [llom ique l'l'xlerl\lination lolalc l'si suspendue sur nus fov('I' . l.es falilcun; de gllel'J'e \'Îcnnenl cI'allumer, en COJ'e . un nouYCHI! cl rlanJ.:el·ellx brasier. 1.('s masseS jlli\'C . solidaires des Yidimes rte 1':/gression, eXllI'iment lln(' InllS Ics n;,pllbli::4Îns, tous les palrioles ùe France, leur \'OIOlllc in bn\lllilble de sauyegarùe!' lit Paix. LA REPUBliQUE EST EN DANGER 1 D,ms le l'adrc dcs ]11 t:'.r:JI· lJfs dl' gllcnc, les rmct's J'cadiounml'eg, I·tt.cisles. nllU.seulllu St: dechaînent, lllCllltt:t'llt 1:\ néllltl eralie. 1.eur!l lIlCnft's sont Ull dangcr )llJl1l' JJolrr :lycnir. N'OtiS t'xigt'o n l'inlt'rdidioll de Ioules I(' organi:;:diùns fascistes et de lellr Jlrcsse. IlOUrYoyclISe de nél1l:doirf's. PAS D'ANTISEMITISME. PAS DE RACISME, AU PAYS . QUI A PRDCLAME LES DROITS DE L'HOMME 1 A\'t'(; l't'nsr.mblt' du peuple rit' Fmllcc. JUill' llIanifeslerons: POUR POUR l'OUR L'INTlRDICTION LA FRATERNITE LA PAIX! DE DES L'ARMÉ ATOMIQUE PEUPLES La DOrt',e du M.R.A.P. le formera a 1& h, 3D, an,le ""t.lne et dt 1. ru. du Petit· Musa. de la rUI Saint· « Vii noft".. .. dt'oli Juif. . cmllnlenct"e,; l U; JuiUt't, dan.". toute la :rone oc· rupe,., Ir" intf'rnflments ct les Ilt'poxo· hilluns en mas c 'Iui I, ont suh'les r.o,uph rnnt au nombre Ile. Vire"

Irueltt!  .Iunt l'hhtoirc nit ,af(t  10

l'ou \'en;r ". Ainsi ,,'f'xpnmr un tract dandc-.titin publie l:l i septembre HH var le Fani Communilltf'. f'ran:aif;, rela· Illl lo;it hê"cnlent:l nu 16 juillel 19t . « Chcz dcs voisins, d:s amis, dans des caVeS ••• » Soua le ti tre f! Ttmc.i);'uage ::-. un récit plus compll't li. ,'ait panl daN! le nl me tt"l1lps où aprèll une description dH_IUé" d1l l'horreur dl! Vet' d· Hiv·. on peut lire: « 11 '" dell llIUUe fit! fultlUrs. Jls J!iOIl eacbk "hel:: ries ' ·ois/ms. de.; lunl!,. rlIIU," It t'lives. Ili t;\lllill 1i ent\èrl':!1 TI\dtnt ft, '!,\" Jturs entant:'! Ihtn'i' I l'Iles. Le oir il vont coue\' llIr n'hnporte où. Dp.II Je d bul. ho. I,opulatl.nn fnuu;:aisl'; a. tt'!mol,n IArJt'emcnt sa $OlIdl\rlté Il ces lllalhellfeu . La 6o!idarltê de la France rêpublicRine, la }o'ranec honnêt.e r.nvns

eu.I: df: Iles fils que l'cllur.mi frappait

IlV!!C t:l1l1 dr. cruauté, ne :o.'cst pM exprimée seulement dllnll d !I acte!! individucb d'aide matérielle apporté ... II.UX pt'rllécutM. LN tracls dênollr, allt le pogrome organisé par la Gc,;;lepo (avec l'aide dc la police vichys! e ct dei! liches de Xavier Vallat) !l()nl dittlribuM actinmcnt il. Paria. dAM tout'" III f' rance. LI\. vaJl'ue de rèproba tion s'amplifie. C'oet le peuple tlJut tntlu qui. in!orml!! par tI . mo, fte fl)rtune. fai t entcndre sa voix , tn.heuse. fi Les 'uifs sont des hommes » I::t birntnt. ce IIOnt des rep{l lIen_ talUs o(!ici"b defl re!igiolUl eatholiqua et protestanlf'! qui prermenl polition. Mgr Sali gc, achevêque de Tou IOUle écrit ; '1 Lc Juifs liont de bOUlllleli; }es .Julvc!l sont de.!! Jammu: le. itun_ It ... rl ont, dM hOmnlt'8. lei élnmr6- rb sont ,dt!ti femmes. 'l'out n'est pd prrntls contre eu:\:. euntre etll hom .. ml!s. contre ces fP.lIllllK. (:ontre ee. pl!rr et. n1 re dr. tnmlJle; Ils fOlle Ilo/uUe du Jl'f'nrf'l hunlaln; 115 sonlll nO!! fr ns comllll! tant d'aulres ; un ch êll'fI ne peut l'oublll!r ». Li ripost. Ainei. par i 1 r .. fI pu 18 er,m. du 16 juillet, rtnn.ml '",loIt. n'était pae parv n u "dl'l'l •• , ka fo·rllnç.a is, ;il. itolcr IN Ju lfa, • . n raiu dee bouCfJ 6mil!! .. tca. n n. réu_it qu'À drt6i.- contro lui CIl. ... v.lets plu. de .. ran-t.... ladJi"'l u 1 Ult de b.rbui •. Du mtme coup. Ira nl!l..'Iot Jut"M comprenaient ml"U,"( la dbpert. .. I·U.G.I.fo'., orgaIH.".e de ooIll.'ber ... tion crtit pltr V. IIH, pit", n"IOlUI pour qui s'y I.iulut prtnlt:e, ... II. r jl!tan ce Ail:': utPClt',atlon$ l'orl&nisa Ica partiul'1/! JUll. Ylrutt .. r('o!ote'lr leura rl.l1&:s. ct ll!U\"It coups devinrent plus rfldoul.bIM. Dana Ica rangs de 1. rtllatanc,. r.omme parmi les vietlmet du nas{" me, il Ile pouvait y avoir de dttlcrlmination. C'f'oBL dono en ' trait. union avec l' emble du JMt1Ipl. !nnça.is que Its 0111 .... J'IIlyetil OI\t par!icip l la Iib!ra1loa de notre pays. Pour le prCnlicr anniv(:"II, I du 16 juillel. II journal ctaa4"111l ,; Jcune Combat :., daM .00. tllliMro du jumel 1943, lançaIt c.t1 .pw pcl : « J8 Juillet UU. \{ .lournëe d" deuJl, ,tourn. Itê ""Il&:eMnc, 1 « .leun" • .lulls, " Pour COIl\méIllMU IN traliq ... i:vene.men\.$ de FarH;. \( N'ALLl!::Z PAS AU TBA. V"u....: « PRl:NfJ7. L'ENGAG&MENT DE VOUS U:"iJR pour tclla'l'8r .... bruttlS natlhi et pour OOlllllU!rbo ,.Ire Hbertt, Falln de ceUe Joul1Ih ...

erCs.'e st avec Quelque l'ais/)n Que le r-----------------------------------------------------------------------------------------------------I

JOUKNE}; DE SABOTAG!I el •• lutte directE! t\ccruc tOlltr. 1 b6.. che.'! M511Mlns. lIul .... nt l'o. ... ,l. ,lor{eux de. .. Irancs-t1rnf't; el 11&,11 .. sll,n", Julls. Prussien Anocltl1rsfr Cloots s'écria, un jour de 1790. au nom d'une dé· légation d·étl'anier.l: venue saluer l'Assemblu nationale : « QUilnd ;e l'"-vl! lu yeux I!'I- tlnf' mappemonde, il me umbt que tOll8 les autres paus /)nt di!pllrtl, rt je 'lU', vois plwl' qUI! la FTance rtpr.néTl'ttrice de tOllS Its peuplu li. L'exemple de Thomas Pnllne. l'An1éricain qui fut memde la Convcntion, dit assez que la France révolutionnaire savait f:tire le départ entre Ics tyr:tns étranJ:; ers et les hommes de progrè8 de tous les pays. L'ese!a\'a:e praliqul d.ns les co· I.,nie! avail particulièrement rivolté les philol'Ophel'i. Sous leur influence. une Sociéti du Amis de Noir! avait été tondée. dont l'abbé Grél.,ire raisait ",actie. La Révolution abolit les pratiques inhumaines de 10, traite. pour peu de t nps eerk. s, puisque Bonaparte devait lf's rétablir : mais. du moins, la voie de la libération des noirs était 11.1- verte. Quant aux Juils. la Révolution leur accol'da les droits du citoyen et lcs in!eI:1"a d;:ms III. nation francaise. montrant ici encore le! chemin à toutes les nations civilisées. CIIT e'est tIIHre pa. s qui. II' pTemitr. dtcr6ta. L'émancipation civile Mt Juif.,. Comment on écrit l'histoire au lycée Papillon du racisme 16 juillet JOU. \( Ou ... erture de IR eolleel!! polir ].e Jo'ollds national Ile w!nr"'.ItU'. En juillet 1044, le Jeun Com bat \!'t Droit el Ubetrtl rela .. talent de non,breu:.: t.ita d'.r"* de partieAnI!, floull,nalent te,. p ,r s de l'unité qui se réaHa.lt, r.ges d'une action toujoura plua. drl .. eacc. LA RévolutlOT\ Franç.ile IOllsti· tu. en e"t·m'm. j'Insurrection d, la race medltertaniann. alpille contn le' diri'l!anh bouraeoi8 .riUocratlct" .. d, ea .. act're raci.1 nordique. Cet.te géniale €xpllcatJon est de E,K.B. Manlold. un c théoricien nail. dans un livre Intitulé La Fr.nce et l'Idée A.clste. La MarHllialH n'exprime donc Que la revoUe de sous-hommcs

Unttrmenl5c"tnluM) Illplno-méditerranêen$

contr l'élite de lT.nd5 aryens blonds aux yeux bleus) constltu par les ém.lgrés de Coblentz. Nous avions cru Que la Révolut.! Dn etait 1 Srand acte Qui avait aboli la !l:odal1té. le Irand acte historique de 11\ bourieoisle prorresslye. Les diSCiples de RDsenbenl' devaient changt'r tout ça .. , Mais 11 y Il mieux. Un autre disciple 'de Roseoberl, Gerhard UUkal, dans son c étude sur Le meurtre rituel ;ulf, a écrit sans broncher : Si l'on parle du meurtres Juifs en série, il Ile faut pas oublier dt mentionner la Révolution Fran_ çaise qui commenee en 1719 pat ta prise de la Bastill,_. C'est une affreuse conspiration d'egorgeurs juifs lrltuels) Qui a laneê le peuple de Paris contre la rorterc e qui 5ymbol!salt l'absolutisme ! Ecoutons Rosenberi lui-méme : L'année 1719 ,i .. ni'i pour noua tous (les nazis) l'.ffranchi""ntent du .Juifs: e'est l'heuTe de la nais· sanea de l'esprit dsatructeur dana Ja culture européenne. Comme on peut le voir. le métl r d'historien netste n'est pas bien duncHe. même, l'enthousiasme des grands penseurs allt'mands. l'enthousiasme de Kant. de Lessing. de Herder, de Klopstock. L'Histoire à la sauce raciste evoque cette chanson Qu'on chantait 11 :u al: :IQ::::.n: esIJ;Cêe· Papa, (au IJcee Papa Au Iyeil Papillon ... Mals on aurait tort. d'en rire. Fidèles a UoI( enseignemcnts leurs matl.ru. les peta.inistes n'ont- La France avait r poadll It. l1ntimidation, .a la terreur rénb.IM ... 1\ la déportatlclO, à l· ..... t.n.t ct .. plltriotea en .·unillhllL pour 1. comb.t. L'union et 1. J,,'le .'1 ..... t eu raillon dea fauteurs da. ro .a_. Il peut, il doit en el" 4. mtm. aujou rd'hui. Ils; pas mt. au point une version L" extrall;.s de trac .... tow-u.1IJC ell jud&!·maçOnnIQue de la Révolution autres doeumenLS d lllQ6ù.Una 1lO\'\.' \I dans ' l'espolr d'abrutir et de pel" res clu livre c La ot"UU Utt.c:..ft. verUr les enf1llls des &:;oll::s ? sous l'occuplI-tlon hl\l r1ennt.. Z44- La vole leur nal t d'ailleurs déjà __t _io__"' _U_ ,J_,R_ ,E ._P_'_"_' .DO_ ._..._. _ êté tracée par- 1[5 historiens d'Ac· tlon Françaisa. Louis XVI? La crème des rois, la. crème des hommes. Les paysans de 1789 ? Des brigands ! P.T.T. ____ BONS 5 Il, % à 10 ans Un acte funeste du gouvernement Ben Gourion Vous vous fabriquez un Jarlon adéquat., vous décrétez par avance Que vos lecteurs sont des Imbéciles. et à partir d \m fait l'cel tle salon d'Henriette Hertz) vou. racontez une histoire à dormir debout. Rosenberl;! etait Allemand. 11 se gardait. bicn dc rappcler la phrase célèbre de Goethe, le plus grand poète allcmand, au soir de Valmy : Marat? Un abominable gredin 1 Robespierre ? Un monstre as solttê de sang ! Pour cette fascisation de l'ensei· gnement de J'hl.:'!tolre, la Ilttfirature thermidorienne fut largement mue a contribution. En 1943. patalasalt, 1I0US la direction de Bernard Fay. un manuel d'histoire à ) 'l1lale des écoles primaires. d nnliSant ainl'i la Révolution: c Dix . nt d ·horreur. Il.n,Jant.a, d. rui· nu, d. milires et dt JUltre 10. • TITIU d·y". "I,u' "."';"01, l, 1 0.000 'n 'm;1 ou 141;' Ihmbours.bles au Ptllir .n 10 trenchell ."nu.n .. L '.alas Il 2 juillet, l( iouvem mtn' d1srdl adresst1'- a u: N t \ol,)1U Unlt.s un télt.lramme rel.Ut aux 6"ntmcnU de Corff. • Lt ,ou r"t'!lelil rt l ltall. commtll lt co tttfi rammr, s'oppose G :ou'e ogru&lon ct ra CO'!tdom;ne .. n q.clqMf: lLeu Qu'tll" J'wu," .e I2rod.ltirt et d, q uclau ,fOllI'U QU'tll. )tUfs« ém.cUler . • Prlndpe qu'on n u.unlt d pprouver. intention r.l:cl!lIente 1 HI!1as 1 ce ne sont que dca mola. La "tntlble position. ICI "érHablu lotent.5QnJ du KOUVernf'mtnt. dIantl, I a yolel pr elsées J)Ilr la. pb ru fUtnLlelle du téiélramlJ'le.. l'O N.U. : or I:n u:telutOTJ de ses obliga1l.on! ('latret\' n!sllHalll (t r: la Charte. Il .. r (l,llr domlt so" appui nu Co,t Ul1 th SdCll' r1tt! da'is ses elfort3 POIt'" mtt T.s "lt â la r1Jplllrr, rte la paU: t' Il CO/' t. et pour re ta!lr e r la paiX dan.'l cette reflioll. ) QUII Conuil dl! Sécuritë ? V IOLER III Charte dc rO.N.V .. c'el't ,!:rave, Ma.ls QUf! dlr,. d'un ,ouvunement qui. cp. t .lItant .. protcste de sa lldellté Il U ltt cha.rte ? A Tel Avl" .commp. :tlUeursi. Il Y ft louvent loin des paroles aux . \el. Car enfin ... A quel . conseil de sleuri If'! rouverncmt.nt d'Israël apportf'-t-tl

Oll appui? Pf'ut-otl a.ppeler c con-

Le repart poulain _ au galop Un l1oulall1 de M. Adenauer. K.l rl WU1'll1an, pressenti poUt le m It!'! de vlce-con5ul d'Allemagn oc:elc!entale è. Londres. 'est retiré (h la coune après Que tic s mationnt: lcs r\!Yélat!Dlls alel1t été f :dle sur lI s ant6cectr.nls pltr l'hi!bdomadalra londonien PiclllrePo, t C. personnagc qui se donne bl'!n rnttnQ\I pour un valaureux démorralt'. r';lt "1'1 nazi 3.utheI1Uque. et n n'Aurait aan5 doute pas tl'OP mal np! n té le louvcrnl'ment de S nn, \\'\Jrman a. déclaré Qu' lI approll"." f la solution hitlérienne du prof)ltmt jult par le mAltaCre : • Le tr(ltt m.,nt d 1 JUf/3 ar I s !!"dl .,,'IlU at/ci"l 30/1. vrai btll 'fil.: cfnquante ans . seU de sécurl ) un Qrian1Shlt d'oo. étalent absent3 deux des membrcs permanents . l'Union Soviétique et la Chine? Les dêeislons prÎSt's par ce c conseil t ne sauraient étre valables; la Chart.e préYoit, en eUet. lns Clairement .. Que les décisions du ConAl"n de Sécurité relatlvcs 1\ du problèmes comme cclul de la Corte dolycnt litre prises par une ma}ortlê de sept volx. parmi lesquelles les volx des cinq membres permanents : Etllts-Unls. Angleterre, France, U.R.S$. ET CHINE. SI l'U.R.S.S. ét81t absenle du Conseil de Sécurité, c'est parce Que 175,000 signatures recueillies en Israël La campa,na de l'appel dl Stookholm pour l'intardlction absolue de j'arme atomique prend de !'lImpllUr d.nl l'tEtat d'Ierail, ou l'on compte à ee jour 175.000 .I,n.tur('l, dont 41.000 il Tel "'vlv, 2(1,000 • Hain., lt.OOIl d.na 1 .... ntrl! d'immi,ratioll. Toua I.s d.putts du MapAm et du P.C. i:sraéUen ent ap' prou\'e. l'appel dt atolkh m ., l'ont siané. D'aulr" d'put". ttll qUt M. YtJl1n Moour fl:roupe du Combattantl) It Mm! Rachel Kagan (Win) Ont "sa· lemant demandé t'inttrdlaUon d. l'armt d'èpouvantl, aln.1 qUI M, Kl!nov, lin dIS plua Important. dirigeanta du Map.l. On signale que loCI; de l'ouverture de la campaine de si, f:tnature (n Israël. les déléa\lés des Partisans dt' la., plll); ont envoyé un Ulégrammt de ch_' I ur('us{'s f l1cltat1ous ! M. Jo· liot.-Curlf'. Ils ont d a rne leur enthousiasme lor qu un R'rOUDt" de soldats en un!!orme l'st mont!'! à la tribune alln d'y signer l'apPf!1 de Stockholm. les Etats-Unis s'opposent au remplacement des déléa-ués de Tchang Kai CMk par lello reprisentants authentiques de la Chine populB. lre. Israël a reconnu le louverm'ment de la Chine populaire : comment justlfî r alors l'appui donn! a un c conseil d'où (' a:ou'I'U'nement est Cli:chl. ct OU ru . R.S.S .. en ulMn de ceLte Ul!aalltt, ne alek pas? Lc contrai,. d. 1 .. ncutro1litë En Iua 1 meme!. ou 1 .. CB.m'Pa,ne et . la Plix en CaveU.r de l'appel de St.oekhotm A de nombreuses occasions. les vient de DrtL\dre un cW".n rullU' d unI,. la masse du l)euPlt CODp Irlrunts •• ctuels d'Israll ont damne l'attitude du ,oll.vtm mf'nt afnrmé leur volonté de rester Ben Gourion,

ne.utr s   entre ... l'E&t et

l'Ouest J. Celle c neutraUtt C VOUS aL'ez prt: IHU ddH.tum f crtale qui VOus idell tifie crvrc litt des n'étalt donc qu'un masque. pUis· blocs. C'e l IIne décision de guer- QU·a. propos du conflit corêen. le Te . a dklarê. entre aulre!:. M. gouvernement de TC! Avtv se place Itzhak Ben Aaaron, députl! du M. ouvertement, avec éclat, dans 1'0r- A,P.A.M .. au cours du débat Qui bite des Etats-Ulll. , pour soutenir s'elt Instaurê .. la Knesseth. \lne alresslon que l'opinion démo- c C'est la laute la pl11s funeste cratlQ.ue réprouve dans le monde entier et en IsI'a l en particulier. que le gouvernemeTtt ail jamais Car il s'agit bien d'un agres- commise d,ePlLÎS la création dc sion. et la prise d posltlon de M. l'Etat d'Israël "', a. pu affirmer. de Ben Gourion n'est pa.s seulement son cOté Je député Meir Vllnel' (eommunls!.. llIoalque. pas seulement lllélale, Le peuplc d'Isra 1 autrmera elle est un acte en !a veur de Ja. luerre. a.vec plus de lorce encore. nous en Si la muine. l'a.viation·ct l'In!an- somme$ sOrs, QU'Il n'usumc pas la 1 responsab!1lt du té!êgramme du t.er c des Et.ats-Unis n'étalent pa:o. 2 julllct. Il est solidaire du pouple Intervenurs en Corée, la iueru: y !:eralt probablement terminée, le cort:en en lutte. ct il saura Imposcr peuple coré n aurait réglé seul ses \ine politique conforme aux Intépropres altalres, aux dépws de la r t s ('I/: la paix mondiale. clique qui l'opprimait. Et le dan- Le M.R.A,P .. expreMlon dl' la vod lonlt des massts Julve de Francl'. l'er e iuerre serait moins lnQulé- saluf' lu effort, et les succès des tant qu'II n'est. Peut-on dirf'. dans CJS conditions., que le forces 'l1lé_ir,;o;m;b;';t;";';";;;;d';;I;';;P;';t.;;I';';';'.1t;en;,;. ricaines sont al!ée,s Hl-bas pour 1 c restauru la paix :t? Un_ cfécisio" fatale I L ne s 'a,lnalt pas. avant l'in· tuventlOll ordonnée liaI' M. Tl'um.t.l1. d'une cuerre entre dell); pays, rna.b d'ulle action lé· ttéale. d 'un soult!\'ement de patriote!; .:ontre un tyran ur.ii:uln8!re.

.outenu et armé. Ii e t vrai. par

le Etats-Unis. et qut ne voyait d'autre wlutlon que la RUl'!rre pour s mllnltnlr(\u pouvoir. La lutte du' peuple corelln COlltre Sts OPDrtsMuu. c0l1tre les forces qui Il'opposc-nt i son unité. Tris l'nad choix 1) Tissus GABARDINES· PEIGNE TISSUS ANGLAIS T'oute. FOUnllf,Ure, pour T/dl/ tu. ' Chez SIMON 10, rUI Léon • MON. 81-41 I0Il'1'. , eUtu"'.IeU,f4. Pelile Fubrique Ici et aujourd'hui commenCa unt ère nouyelte dl l'h 'tioIr, du mondll et voua pourrez dl rl que vou. 't .vez Hé. Rosenberg .. lardait bIen de rappeler le rel.eDtWtmmt de la Révolution Franç&bt tn AUl!macn. ... 'h' ' O" . . . . ... .. o"o .. , . ", • • _h . '_, 0 .. . .. " •• . , ., f FABRIOUf Of TRICOTS , • • • : Ets GANA ,f• SoacuI etcea pl•1 .a.rl "lCIoI. ns5a00b.l0U00l t trOtlimncl.t u .,'l - '•,. o 64, ru de T ubigo, 64 , PARIS (III') i ! TEL., t\Rt;:hlt .. n_.. î

' •.... "" ......... ,,,.,,,, ............. , ... , .. ,, .......... ,,,,,,,,,,.,

RMEUBlENENT liTERIE • TRPISSER1E El POMPES FUNfBRES ET MARBRERIE EdoUdfd SCHNEEBERG 43, ru. dl 1,.. VIC!!;!\tl, PARIS_" T t. 1 TRI R8·58 Nul! : TRI SB·51 Petits Prix .. SOIl lndtpendanel! nationalts, Tessemblt aaez !. la luttt du peu· . plI! d'IsrUI pOl11' a llropre li1}#:ration. L'oubller S€ult avoIr la mémoire vraiment court.e. C'est à tous les peuples que la Charte dC5 Nations Unies reconnalt le drOit de disposer d'eux-mtmes et de se donn r le iouvernement de I ur choix. Quand Iuaël combat_ tait pour l'Indépendance. les dtmocrates de tous les :pay" talent .. su cOMs e:t lui apport rcnt un sol1Ùl!n .. cUt. moral ft matêrlel. De mtml: a uJourd'huI. les partisans dt la ,l».IX, lrs combattants de la l1berM soutiennent dans le monde t'ntler l'héroïQue r &istanCf: GRANDE SPECIALITE ECOSSAIS TDUS GENRES du rf"uJ)ll'c orUn. . M.arinitres - Chl!mis s - Blousons - Gabardines à deuX' tcns Grilnd choiX' de ch misettes coton écoSSoiJis de 26 à 36 350 fr. PRIX LES MOINS CHERS CIHlIEZ SDD..VIERCIEIL 9. ru. Geoffroy-Langevin, 9 T&l4pIlOP. : ,lAChlvu n.n PARIS Metro POUrQUOi l'acharnemcnt lasclsu: à. vouloir r.ytr SI de l'Hi,tolrl ? Parce que 89 et 93 constituent un prodil:::leux bond en avant sur ja, routc du progrl!s, parce Que les Idées ct les principes de la Révolution vivent 8U coeur des démocrates du mondc entier, Qui luttent dans des conditions nouvelles pour ics réaliser ou en achever la réallnUon véritable. '111' 11'6C'. ou 'Olt Jouiuollu du lu ÂoOt 1950 !lUX D'INTiRIT: S 'h % MIT f .. """.;.,, "0 teu'u ... ...... , ..

;.Iu boplOO'" 1 .. ""tIlU .... _IU.r.' •

POUR D VELOPPiR LE TÉLÉPHONE EN FRANCE d6u ct:i/Jez ! • On MU'Cf;! , ... , 1 .... " .... H ..... 11 .... 1,6 .. "".. G6ol.ol ... 1., " _ .. .. f"'o", .. , Il,,.IIU·U II ....... """-...... !!ouo It. .I n. 1!t.ulI\e , GRANDE FÊTE CHAMPtTRE Du Or; .. nloée lI r 1. Comite t'r .. nçll (le lJtr'n ' du Im",.,r ••. SAMEDI 22 JUILLET .u DIMANCHE 23 l MINU IT dans If: po1re de BONNEUIL-SUR-MARNE De l'tau, rie 1. verdure, et Un prO,rallU\l1 ull UCJul Iv.e K E 1 TA FODEBA

 U lrou  d .. d"n elU1 .\ ch .. "IC ... ,"" dl! l'Afrlqu6 Natrll

et ll!s rJ'Qu'Pl"lI folkloriquC'5 hon,ro". pOl"nal •. esp,."lIo1 . 114I1tn •. GRAND RENDEZ. VOUS Dl CAloIP!:1JRS

p'Ëïiiïïïijïïoür "ËïjpANTfï

d 5 14 ans (Haute-Vienne JOLI PARC - FORET 1 • NOURRITURE TRES SAINE - PERSONNEL SPECIALISE "" f"iiii Pl'ueusén eTtlOleU Sd ItRe EéNcSrEinI G1N R OMt:E_NCbT,S;n , StJ--UJ1u'nlUlc'IIILI 1 (HI IeJ-LVllI e n:n eT) tL_ DTOHR. . ln' _I. I.I .i? ""'H'"' " ....... ,,' .... " .... '.' .' .• ' .'"""",'." .. '"'.,,.' ., .•. ,."" .... ,,,, ...... " ""Jo,,, """ """,".". 'U"I . 10 Jours en Angleterre de Paris à Paris 22,300 fr. tout compris GRAND TOUR EN AUTOCAR - VISITE DES VILLES ET SEJOUR SUR LES PLUS BELLES PLAGES ANGLAISES LONDRES MANCHESTER I!LAKPODL SHREWSBURY - EXETER - BOUSNEloIOUTH pour tous renst-Ignements et iNcrif1t1on , s'adrt.Ut:l" a. « Droit et Liberté .. , 6, bd. P oiuonniirre T'I. : T,L 81·14 • DROIT. ET t'lS!:R'Tt - 225 autos, 80.000 c;e R LE NOUVEAU RÉALISME FRANÇAIS CINÉMA. SHAKESPEARE, par SUIVRONT LE ·Orson Welles. Rassembleur de la terre (4.832 km pour 90.000.000 Je francs) au Salon d'Automne par René ·LACOTE russe. Et le hobereau fut bastonné . C 'EST connu et prouvé : le · . Tour de France intéresse tout le monde et pas ionne même ceux qui, habituellement, ignorent tout du sport. Le Tour, on le ·vlt. déjà un mois avanj. et encore un ,.mois après. "et lorsqu'il est ter- 2miné, ort ,'.mnè de patience lpour attendl'e le suiv.mt. Le Tour de P'rtncP.' n'est pas seulement ·la. plu. Irande épreuve .,portlve du Ibcr..de. e:est aussi une k enn9SR a.m b l'.l1 te et populaire. U knmMI, Immense. bariolée, aeoempagnte de earaVAnes pubUclt. am, . de vedntes. Au milieu d 'un vac.rm'- Infernal des autos, moto., eamtrHls. sur lesquel5 sont ,uche:& les otfldels. ,les radlo-reponu./! et d"anelens coureurs, que a'on t!u e. de reeonnatLre au pas" I , filent à ' toute allure a. tral'e r .. les DUiaie. de pOUMlère. · Lb: maillot. de toutes les coulIeuri Jouent, d&Il1i la. lumière. Le IChrom.4! dt.s gu!dons sclntllle dans le .'Iol JL h'h;lmme et la. machine b font Q'U,'Iln. Pefld&nl. plUileura mols, des homIfIl!" jI; caku nt, vendent, enca.ls.sent pour r611ub cette gigantesque enjl; reprLse commerciale, Une !lrme q1IL ,, uL avoIr uue VOlt,ure dans la Clr.vUl! publttltalre doit payer RH)..OOO Clanca .. fl t, pour comp.enser, 11ll\ Ile l'aront de tout : des apér1Uf., du p pl er à cigarettes, de la ertme à ruer, comme de la derDUn: •• mila.· Cel année.. 120 coureurs pren- • (fiulte d . la lIffmlère p.,e) u"-!f., J)! ·Ut, qlte de me .. crever ,", l'tJl JiT Jt.,. af)ar:donner ajln !ie gfJ,der mu forces pour le Tour. LouLso.n Bobet, Champlon de l'rll;nce ' routier, aime t'entralneIDOEt. aoUtalre. _ S't,Uralrttr seul est beaucoup ,SIi!w ,odrltu.:r: ; d'abOrd on SB taU' U -mmu, et puis on ne rf.sque '{Jas d,. ,. laIner aller (\, la platsanttru. lt.'lltNAGER. de ses forces, hablle l ' , t tn disposer, dosant ses efrort!, Il a t.out ca culé en Jonctlon du Tour pour ne rien néIUc r dt ses Jnt rêts, A U anl, Louison puse son cer- • .Hl è* 1i'6tUdes avec sv-cc s ,; pour Je rkmnnenser, son père lui offre . n 'r lo. è'est la joie. ' _ r,.avaJilant aoec 'mon ptre (\ JII bo ... \angerle. le dlmancne fe lal.0: 4. ,Po1I;r m'amu'$'", dg peUte.s c:ottr • .t:, $vr les ,.oulu tortueu3e.t

 ta BrclOlfftt": Aprt. gn 40crir Da,-.
  1. n p: ,tLU'., l' l uI. qUllljJ lod pour le

charn.pfonnal de F,ance amateur _ P4rif, Brt 11KT. lotis ctux qUI s'111térea. nt. au Tour connaissent Bobet. Au ToQr 1948, Lou1son n'étaU pas

Ue.rr. n1 loin de la ,victoire.

Au TO\tt 194.9, Bobet a pris le cHiJ1i rt cl.aL'l,s un mauvahi état de unû. MallTé tout son courage. Il • tf tOntra.lnt d'abandonner sur l'sV!. de. docte.un. B onET N.t devenu un coureur tret pOpuLslr SA. slmpl1cl t! , .. li. base de &On rayonnelD'I nt . QuI gunera. le Tour? On se le cllnU.nde b[tn_ _ 'rIVfQO/.$,. nfJUm, Belge, Suts, t!', peu jmSMt'te, Ce sera le meilj,: ur. A ma question : • Qu!" pensez\ tOua. du rutlme et dl!:' lnt.lséml&. I1It)\!"' • Lonboh fOurn : _ Je ,"'{.f ab.solumen t COntre IOlrt., lt' dLtcrtmtnattonl. ractales.! Je 'lU lm. pas de. POllUque et ne!

gZ po.t t'ri /lrtrt Lorlqu'on n 'a 1

dtmIJ"tU dt fOn r T4PP€"l de 81oc l&:h.Olm, itfn. hulter une Sl':

 , lt rG' 10U. La bomboe atotn/,

qllle, on "IJ t'11ft Il l'oeuvre déjà leu tob •• .ri on "fflI;plOYaft à tlDUt'fCI", et _ 'oU tJ)OllQ4lttable. L'upolr: de LoQ n 8ob!t1 _ Pf".{f "tu k. cn.:; " rtmiera. 11 es! modt:l\e, , So1'lJl eblll'lc!". LQutson; renctez- .. U.I le 7 aQo.t .. au Parc des Prinra' le Moltte 1. SHERHETSKY PROBLlo.tl N' 33 8. LOYD (Mut l 1 World) • r , _._. • •, • • 'IOO I/CH Ln bill" UlI el foDt 'Dlllt fil C'.X f"'1O. SOLUTION

 N   Il - 1!l. J\UCHLYSS

" «.lkh.lc.maIo1 )0 19'" Cl. : l, U 4.1 :&MItla 1 ... Fd+ 2. Dx .. m... 1 Ch.s:ft; 1. CM mlll, 1 ... ':hfI 1. Cb-f JNlt, 1 Cloid1 3. DéS mil. l. .. ,rxdt 2. Cb04. rIMot, 1... hM 2. Cili

It. ,

N' H. - Dr a. RTP _ (&rne, (;11: 1, TO' !J5!lll 1 ... Cd 2. Fç3 1!I1.t, DU 1 C JO\I .. ,jUt-UU 1. Fe7 mat. 'ARTIE N' 40 MOIlPRY f14"'T4)lr) Am"tllur 1. fI4.. ••• CfJ •• C 1l. 1,. Fç4, cu: •. d ..... ; •• Cr),. .!li &. "lin, Cxd.\!: dront le départ et seront suivis par 225 autqs, camIonnette!; ou CA.miolls. 65. motos. COté ravitaillement. plus de 10.000 kilos de viande seront consommés, soit plus dEl 300 « QUU'tiers » de boeuf et près de 60.000 repas seront servis, Quant, aux coureurs, pour QUI. au fond, tou ces frais sont faits, ns partiront, chaque jour, avec deux musettes. Chaque musette contiendra deux sandwiches (Jam. bon, con!1ture, veau ou volaille) , quatre ta.rtelet tes, un gâteau de riz ou de semoule, Quatre morceaux de sucre, deux bananes et du chOcorat. Enfin, plus de 30.000 boute1I1es de bière, d'eau et de vJn seront distribuées, C'est ainsi que le Tour de Prance coOte 90 millions aux organisateurs. 36' depuis 1903 C'est en 1903 qu'Henri Dugran, ges créa le 'Four de France. Il n'y alla pas par Quatre chemins, mals par six : ParIs-Lyon, Lyon-Mar· seille, Marseille-Toulouse, Tou· louse-Bordeaux, Bordeaux-Nantes, Nantes-Paris, soit 2.:iOO kilomètres. Pour la première fols. en 1906, les coureurs gravissent la mont . gnû, L'année 1930 inaugure la formule moderne du Tour' de France Qui se solde du premier eoup par une vIctoire française, celle d'An- dré Leducq. En 1931, Antonin Magne gagne au prix de dun efforts. 1933 est l'année dé .. pielne torme '" de l'équipe de France. Archam11aud et SlMlc1ur, qui gagna, en furent les' gran  !s vedettes. 1934. : une révélation avec le 'Jeune grimpeur cannois, Ren! VieUo, qui connut d'un seul coup la gloire. N OS lecteurs san·nt l'importance qu'avait eu le Salon d'Au· lomne 1949. Le tournant ui '. st manÎf sté dan!4 l'art fran· çail!\ depuis deux ans av ut de.18 marque profondément ne grande partie des oeuvresexpOl'ees. La tendance nou,'c!lle, humanlilte. dans !Ion principe, ,.;'af{irnlait par un eMemble d'une Jt"rllnde anlpleur. Cp.tte holutlon, Qui 5'eü de plus cn plus accusée au cours des .exposltlons de l"année, s'épanOUIt au Salon d'Automne actuel. E:Je a rnarQu les oeuvres Ics plus diverses au dela même de ce qu'on pou4 valt attendre. Dans cette progression continue du sens réaliste, en eUet, leli personnalités marquantes se aont enrichies. Notre art n'a rien perdu de sa diversité.; U est devenu plus émouvan.t et plus clair. Le Nouveau Réalisme Français qui, en tant que groupe. a été le promoteur de cetLe prise de conscience par les artistes de leur responsablUW à l"égard du public, a présenté des oeuvres d'une tgnlf1- cation plus Intense encore que dans le passé. Plusieurs d'entre elles sont d'une remarquable qualité. Il faut noter, en premier lieu. la toile de Borls TasUtzky, La mort ete Danfelle CasanOva, qui est le triomphe Incontesté de cet ·ense.mble et Qui rejoint la grande tradition de notre peinture sUr un thème contemporain parmi les plus poignants et les plus décisifs de notre histoire nationale. Notre reproduction, Qui ne peut plus sufUre à soullgner la maUrise de cette oeuvre permettra du moins .d'observer la grandeur de la conception C{)mme la rigueur de la C{)mposltlon. La Cabrade, de Jean Milha.u. retrouve une tradition Qui n'!"", pas molns riche, celle de l'école provençale, populaire contre une répression sanglante. Il faudraIt encore citer bien des oeuvres, comme celle de Marie·Anne Lanslaux , sur la confiance des jeunes dans leur avenir, ou celle de VenlUen en faveur de la paix. U Ne grande conQuéte, dp III part du réalisme, se manl4 teste dans tout le Salon Avec la toile de Mllhau. nous citions un exemple dans lequ!"l le paysage nlntervlent qUI! par rap.port aux hommes, mals avec une profonde Sirtl ltlcaUoli en lui mé· me. Cette signification se retrouve dans de nombreux paysages. dont ceux de Sabatier, Amblard, Nelllot, Béatrlee APpla, sont les plus remarquables. Le portrait té· molgne d'un respect du vISage hunéiliger l"art abstrait.. Il perd ch aque jour du terrain devant le réa· l1sme, qui n'a si rapidement triomphe que parce qu"ll est auJourd'huI, de toute évidence. la tendance juste. Il y a cependant encore des tolles abstraites dans lesquelles ont doit reconnaltre un talent véritable, et même ouvent un très grand talent. comme icI celles de Survage et de Dominguea. M i.s ees oeuvus demeurent a.ccessibles par un suJet-prêtexte demeuré très clair. Nous avons tout lieu' de pemer que, tôt ou tard, tes artistes découvrIrons une Insph::atlon a leur mesure qui satisfasse les besoins du public, L A seetlon sculpture occupe une place considérable. Un petit buste de Gimond en est Incontestab ement la piêce maltres.se par sa vigueur d'exécution, avec un grand nu en &'Tanit dans la rétrospective Hernandez. De même. si Jean Lurçat règne en malt.re dans la section tapisserie, Il serait Injuste d'oublier Marc o.tACBETH A PRES l'Impeccable Hamlet. de Lawrence Olivier, volei le curieUX Macbelh, d'Orsan WelIt! s . Au pa'sstr, un encombrement de bru·mes. de so15 gluants d'humidité el drw. effets de scvères rocailles dt ,toolo qui trop souvent rompent It charme: Mals c'est peu de chose en regard de r.c Qu'il convient d'Inscrire a l'acttr. Et d'abord Shakespeare lul-méme. qui surmonte to utes les alchimies auxQueH...,. on le soumet et qui sauvegarde. au delll des sl ler;, sa gé-nlale pnsenee, Ensuite Orson Welles. dont le physique élrange et

pulssan et le jeu· lellement In te1-

U,ent servent Shakespeare avec ferveur. Et AUss1 une tradueUon d'une belle IIdéllté oêtlQue de Renè Lalou. et une musique de JaCQues Ibert, qui commente hcureusement I"actlon. Celte tragedie de l'homme qui .'enferme rageuse· ment dans ICI! prl5O""' de la fatalité au lieu IflHronter les dieux et de fol valncftl '101·mtme serait un chet-d'oeuvn' dt 1.1. Ilttérature noire" t'on nI! ,oy&lt _'o!!nl.ro)lvrlr la tC'nlltrl' Cle l'Implaeabl consrlence l't Ir. poldt; du ellAtiment s'abMVto, .ur le mallltlUreux au termt de S3. ODune BBIDI Issue à la pulssan II!, de corlme: en crime ). MaclUlh I!lt .i8ftS doute ce que les écrans de Pa.rtl offrent de plus grand tn e" mom tn . ALEXANDRE NEWSKY ans. rehau Sl! par ulle éblouluante musique de Prokofief. LUDAS o.tATYI CE premier J'rand mm E'n couleurs de la productlDn de la. Hongrie nouvelle nous transporte !;Qus d'autl"cl\ cieux (chez les Magyars) quelqur.s slèe:es plus tarC1 Ill. la !ln du lB' \' C'est l'histoire d'un Jeune gardeur d'oIes révolté contrc !on selr'j:neur, )'a.trogant baron Dobrog!. Ce dernier fait bastonner lE' iler garçon pnur une raIson fullle. Lu4as Mat yi Jure de rendre au baron. par Irnb fma, les cinquante coups qu'II & dft aublr. Cc qu 'II fait avec rwe et cour.g4!. d'une fal;On qui rappelJe la faJ'N molleresqu,., ouvnm· aloll ln yeux des pay .. a.ns npprlmu qui cam. prennent· QUe lellr exploUrur n'eû pu InYlnclblt. Cette vlgour "l.1 RaUrl' ett C'Onduite avec un,. bllooe hum!"ur el un &ens de II. dl!llIUJ humaine qui réconfortent. L' • .;I yenlt Ur du jeune t"t b!"au P1YMO annonce d'autrcs rtl;rmenlJ de comptes plus profonda e, CUllnltlfl. C'est une étap d.na III tU\le dei prolétaires magy&n JlO'Ir leur libération. IR f1Im ('" t d'u.oe qrJaUtf 1!Ir11f;tI. que el d'un mO'llytmfnt extraordl nalru Le UN,:On lneonnu qui Joue le rôte prlnclp.1 ... t un Jtouneo pre· mler d'une U'{tur tot d UDe nou· veauté dont .a ül.$ les film. IO,, · tiques jusqu ·alor.a nous a\,,,,1fct apporté des exemples. Slitlalons ffieore que le prOC'edé gévacolor ut. t upttl!"ur aux barboul:lages rloolinb dU lt'ehtll· color, Un tIIm de rrande t'lUlle. une oeuvre de l'e1iPOlr Qul le \'tUl ft ... lItê et qui lut le conl ft lu lorces . En 1939. Rene V tto porte sur du. pu,sé. ses épaules le maillot Jaune jusqU'aux Alpes, mati; dott le céde'r .' , SlIlv re ·Mae4",.· a·. trots , tllpes de PariE. Che ... . Fougeron. c'est la continu ité de la consclençl'" oumère. son mouvement d·aH!el1.fkm 4uf se trouve exprlm avec 1.4 lII'tatinte du 1er mai. cependant qu'une oeuvre du méme artiste, Fe7nme, Ime 6/ mire d'ouurier,5 mineur.!', Mme Clémence Thorez, apporte une oon4 ceptlon nouvelle du portrait d'hlstolre. A PR!:S le ml)yen lIe éooss.als, puLi ,J:UHol5. nous sommes, ."te Alaandre New3kll. el Ru l!" Il Pt'II prts a la même épo· Que. Le. Tut.a.rH d'un cOlk. les Chevall.er. de l'Ordre teutonIque de l'autre. menacl!nt la terre russe. Le prince Alexandre New!&.ky saura ,rouper' autour de n autorité les patrlotes et. re.:slstants de son temps pOur refouler l'envahisseur Roger MARIA J,. n:tO de Danielle, Cuanova., par Boril Ta5111d.1 aUtmand. . A la différtnce de tous [-:::::::::;;:;:::-::::: Huit ans d'Interruptlon ! Le Tour reprend la route. en 1947, et Vietlo, qui s'empare du ma1llot jaune à Bruxelles, est le symbOle de la France. Mals, en mauvaise

anté, le CannoIs II!' perd et la

course se joue dan.. la dernIère étape. où. Rob  ; réussit un exploit les films hIstorIques de ce genre, main qll l mérite d'étre soullgué, . :Salnt·Saëns, Plcart Le Doux es; amérlcalns ou françaLl surtout, p. ' , • ee"'-::' e'" $;. ers ' formidable. , 194B comme 1949, sont des triomphes Italiens. C'est Bartall et Coppi qui entrent en va.1nQueurs au Parc des PrinCM 1950, à qui le maillot Jaune 1. La. lutte dcs peuple! ont.r l: 13- ,uerre a InlPlré à l'un d.e no!. plus jeu n JI artistes 8lnl[er, un grand dessin d'une farc.4! t d'un mouvement ext r mtmen l prE:nanu. Zambawc, à l'oc.cllskm des evénements de l'trmlnJ', n'nouvelle, avec une précision 111ll:ucinante d.es moye.m, l ' ind! lltlon aJlrès tan t de déformations ,ratul- .VQ ens)l: y. . , ., Alexandre Newsky ,. ne se contes, depuis longtemps. En dehors On ne saurait, devant un enscm- tente pa. de nous montrer les de celuI. déJa noté, " e Fougcron,' ble tel que celui de ce'Salon d'Au- amours du tzar (U n'en est pas du li fournit l'un des sommets du 6:\- tomne, citer que Quelques oeuvres tout Que:.uonl, ou des exploits du Ion avec an()1tr, l'un C1ea plus parmi celles qui demanderaient style Zorro .Oa réalité est beau· prf'.ll;ItUJili do nOJ: Il'I.nd pelnttl!'!l une 'longue étude. Le lecteur ne coup p;Us pAssionnante). mais ce 'llli le renouYf'ne llne '0 11. de plw; doit donc-pas voir lei un compte tait l1h torlque de rrllnde slgnl!l4

n demeurant II. l'avant-,arde de rendu complet, que la prllll5e' d'au- Co.tlOII: réveil. che.,,; le Plu ple, du

t'an contl'mpcn-.ln, Ce n5prc jourd'hul, priVée de paplr!'; ne' peut !f'tltJmen patriotique et la I,rahide' l hommt II'! ff'r lI.l"(' dlI,LlIt r' s'offrir. Nous avons YQLllu .seule- son chu les rlcbe(l. et levn valets. dl,1Js df'. Cf'uvrU df' .IIJeLli tre. ment marQuer la r !cltftae et la Le peuple, est m",gnUlquCI1'!ent. préd! fff:renu, oo-mm!" le Daul!lt('1', C1 portée d'une manffestatlon que sent dans ce chef-d'oeuvrl!! du Munlère. ou les MUJ:k:il!'lI.t, de l'on ' vlslteta avec le plu$ grand grand Eisenstein sorti des studios Mané·Katz. La naLure morte tend profit. sovlêtfQuc!'s Il y a. quelque vingt elre même à perdre son caractère _____________________ -'-________ _ de purI! recht'rchc plastiqu a, et Jack Saillant. par nl'm.plf', avec sa Cui.slne, parvient à. une Dtotian authentiQue, Nous pourrions étre tentés de Livres reçus LE . BAC, tel qu'on · le passe J UJLLl:T'_ leJI 1'aeancn,. O'est. 8 la r1Odc d u ,nl,na.. Période déoClJ.191' pour les I!\u· d tants. C'est maIntenant que va 5e décJder leur avenir. _ c;'"ètalt U5C!!Z dlfllcile.. En ,tnforaJ. JjM: nJtt.l ttaImt tr  !meresunu. an parLkull.er celui sur Balzac oe. Il lall;a.lt t@nter de défin lr'le caractère et le rôle du c per- Cinéma lE DAUPHIN 65. ru r..t • .rcH - Mt l'. : r.a04cl TOUS urs JOURS, , Il Il a (O.ma tl he uceptêl !lIAROI SEUL t:.\It T, !UATINEE 'ET SOIRE.-", " ho 10 UN PROGRAMME ORIENTAL EN EXCLUSIVITE : KAHYECI-G UZELI (VeJ1ion ori,in.le) '-- -- A\'EC LE ru:s GKA:"I'D CHANT1:.UR DE TtBqlllE MUNIR-NURETTIN Friedrich EngellJ : AMI - DtiIIrln. (E:ditlonll Sodal"). Que va ·taire Rosette? Depuis la déportation de ses Da· rents. eUe vit 'à Llvry..CJucan ... la Mal&rln cles Enfants de FuIW6s et Déportês. ElèY"e '" l'«:ole corn· munale, eUe vient de passer 'son' certlfica.t d'étùdes.· so:  :e s  :  : , tj'al l'ntWtlOn.l_' - - - - ' . .'. ' . tz - . ' .- ' % . . - - . . t de continuer pour tnttrr à la Fa( Traduit de l'américain par KArl Marx! lA Capital (Edltkms 8Qr::a}.,...I). And,,. Jlarjonet : Plu. .. -".'.e el h . ]aln: [Editions SOCia)I!fI ), Damlnlq'llo!!' Del!anti et Chari" Haroch!!'

Bombe on Paix .tomlqll 1

(EdJtlot\ll Social!.). HowBrd Fut : Mes Glorieux Frêres (Hachette), Pj"rr oebrlly : Un Catbollque re "I,lDt d'U.R.S,S. (EditiOM du PIlvilklc\ \. - J'aimerai. ê' e d llJ'lttu 1.1l dln:ctJon de 11\ rna1JQn r. litt tnln O r .. lre des dérilbebl!& ' pour me falre eMrcr à. YOpera. NI!!lmmolns. J'.t l1ntention de. contrnuer a m'Instruire, en Usant. C'"Mt lI. p re Jtre parUe du bac qu'a I)&5&é M'Dnlq ue. RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS M. NeW"1411. , par lïdèe f1II'." I ,.. 1t4' pour 11111 J*J, Quttte .olt t",ptOf 4. hl':J th nM'1 d_ .. 1111' ,,,,,,,,,:&nIt eI1Irf',,-fH: de Ntl'ork.. Nolé Com hiJ dall. SO lI U4TtI '·r. 1111 ,.,atill il t",IIII" 1« 'l'QIIbtllf' r.lI,, rUt. CtUe atJld,.. le h •• ttf' . .e:llZre Jnlp •. U r,trflll e Gerl,alÛ, f:to.04dCt}oW qu'" ."._il pa. l'OOlu II_ chu. i4 r.r "allt JIOIj.r une JUIn Il 1' IoU'.' culte d. 'Médecln!"_ - Et lOt, Pa.ul, que \'as-tu tain! 1 _ .J '& bana nnc_ .. Pen.d nt hUi\. ans, J'ai ,ravaillé dur pour décrocher mc! deuz: bacs. Je 'voillil.ls étre d(nHstc; eu lement me parents 'ne peuv"nI plus envlsa er la Posslbll!t! 'de me faire oonUnun. t N'ombreux iiOnt !eJ Jeuncoli c.apa· bl!"Jl eQmmE'. Paul. mali Il n' ' !II pu d"u(ent. à la m aLIIOU . • !ora H 'am 'raYllller Tnulller ? Dlm sdr. rna!& 1 QuoI t Apprtndre un métier? Oui, malJri ebaque tour lei eentn!a d'apprentb le ltrment lmr.a portC'i!. Pu de cridlta: Mals Paul tl l.el mUlien dl! ca· chaQue Jour le& c:entf'eJ d'appren cet argeot pour IUltre chOM et comme ua vf'I,IIenl trnallll!'r_ rire chanuf' d ... na un monde de paix, pendant Jeura vae_poes. lia rc:doobleront d'eUorta pour lalre "I;-ner l'Ilpj::el de 8tocllholm. Cop,rl,hl bJ' Dt.lI .1 LIb"" ,1 r: m.". 4. II/DUit. Tell. clrolll r'atrvtL

It" J'O dIt 'rm, "knlbrc dll FTVKt (",,, ,ttl#1t 11IIdIt_

mcn.J /JlttUtmit .. ), OrflfSJf /se W ... n:.l,' IU drl J U"g.s. G,r trl:dcj qlill .. vécu lruU !l.ItJ IIL " T1 d, t'l)lul'a1t e ,un l , !do oYewnuul, tUthi',. '" MGIIl'C'III.I!!III. II u le teut l'Il', p,o cus AJor/!, elle cessa dl! lutter e Il poila sa. t.ét-r. lur II! lit, tou près de la sienne. Si elle recommtnçalt .. parler, il rembr seralt I!neor , A!I5el': pa.rli!, mon Dieu, asse)'; parlê Pourquoi était-il I JeI.I à ne lavo!r que (aire' Fred " IIoU, eUe aUSSi. lt'J"It lsteln lul-même ... il ttliolL le seul. CI! D' alt pu t\ o;alU'!! du danger; de tout I.C!m'PS, U u. IIoLl 'l.ur II! ..ale ,""YAII nr. pouvait l!tre cxécuto!i que par des voyous. PallNjdM. tout à cou)), cu scrupules? Ce n'etait pourtant rltn de nouveau. Le matin, dans le métro, le rolr, en rentnnt chez lui. PourquoI, tou à coup. cet répugnance? Que tut ImpartRlt F!nkelsteln? Et d'abord, de quel droit ét.aU.-1I lA? Pourquoi 5e comportalt·i1 comme 51 l'hom ' TI l'tonLeJ:tdtt avaler sa salive, comme 51 elle alla4, .. mettre il ,..-Irr et Il ouvrit les yeux, A cc, 11lstan foUe lui apparu\. telle' qu.·eUe . avait tu la pt'l'mltre f dans sOn bUN;lu de verre; il avait encore. èu\I It'a n,nne!! l'odeur de la pièce. e il la vit devant htl, 'l'QI) hablllb. trop .. II f10uIIa Ul! cri. Non, elle n'él3lt pp trop habll_ lee, tJle ,*it bdlc. D l" lmalt comme ula,. Il avait to.u}our.5 atm; 'ype- dt ,,.mlne. aou\'eau, Il faillit crier f'D t"'alisan\ 911'U r aunl lt prllWl eQ di-pl" de tout, Chez- ArIi!U. b tIcl4!! {oU.. il l'.urt.!. I)riw. J ui ve ou non. Et c'lilall la ral!on. C"italt pour eeLa. lJ le savait mainUflllo nt. qU'I!Ue nll devait plus lui parler Ile m ... Unp ni r.4 m lWJ&Cta qw se Dréparalent.. - Tu eompr nds. 1AJ1,. I . Dans un Ia.t d« r ire- ql.ll lui p;!.fUt à 1", JoU pu ril tt forcé. il avança lèvre j!llqU'" c,lIea. de Oo!nnJde et Il songea, dans le atknce, qu'lI en l'1'I'lt arn",1 t.out R '\oie. TlAD! un sllfSaut "" dte&atnl t .. tMe, U ,'h·t.Ula. Tendi

 ]'0r"llkl. p-.jt.; np0a3 ss. «IV 5ur l'ore1llfof, les yeux

gra ouvert.l!. Dehors. LI (aisalt nuit flr à t.. .... yer. la (en6- trt, !l pouvait ap rc vplr If!tI étoiles. Il tenta 03 MI fa 1er 811 aV3.lt rh , tourment d'lnd6c1510n. 11 savait MU· lel'Mnt Que quelque chOll,. I·Lv.lt rév('!J1é. Mal, sJ c!c!U.lt un r ve, il était maln\c!flant. tJ!rmlné. ft.ettn ant 18 pl.rl\tlon, Il tourna la. tfte pour t.endl'e \'oreUiIl dins toute5

 dlr tlons. w. .slll'DCt' (\tal\ atlsolu. Cepen dBn , U y

avall. ml un 'On 41111 n'JlPll.rieD pas , \6 nllU Il regBrda te .... ge endonnl de GI:rlIUde. PÔ:ut.-ftre ... IHI r!-.'E \Out haut. Non. Cf' n' t. lt pas un brult da ce g«tre. tille Idèe lui vint; Il reaarda l aueillx que OertnJde a.vait, susp:o:ndu au mur. pellPnt q-;f'll avait pu ra!te Cl! bru j en Laml,.,n .. mala il ..... it 11. pendu dAN \'om.bre. Une ' !sion de cheW,t:x de bol$ .• , • Aliee., • Noo, cela. c'Etan bien plus an( I L pocus La mèmolre 11f\ N:\'en.nt .sOuda.ln, U \(Iurn. la lQ. vers la porte de la. uwm 1[1 dJr ctlon dt 1. T1Ie. 1.1 -dlyenalt tout li. coup h nt qat q-IIII ytAlll oJk 1 .. l'\If tr:tmoMe, il ,,'eHorç!l. d "' r !'espfee de lOtI qu'Il lI n entendu. le rtseau du 50mmell tlblr .. nt P""IJ poru .un e prtt. Peut-ètre ëtllol(nHIs \-flilua p(MIr .,nIr;ell \n,_ c AjI e. Poliee •... Pf'utotlre 8aIL'U '!)lUi tArd ""utt! NI pensait, et F'lnkelsteln etau. lrtl pour ouVTIr Sil bouLlque et avait été attaqué et il êtalt é endu la, dans la rue, ou bil'n il Se défendait entore, à l'angle ... Il attrapa la pendule.. Quatre heure.! dIx. JI rut soulBaé car Finkew.itl n'etalL art.ll.lnement pas dehOrs Il cene hlIIre et 011 n'lBll !lU J..-Qu'A. !orctr sa part.e pour le preodrr. Soula", dl tir JlIU " .. oIr à se dmandcr ce qu'l) re ll JI on m"tme· nil lt 1 homme devanr .. yeux.. ou 1'1 1,11.6; IMrce Quil savait bltn qu'II ne h. lt rien, mais que cela le pOUTsuivrait ellSUile pendant kmgtemps. Non. Il appellerait la. police. VOilà te' Qu'U fallait faire, Se contenttr d'appeItr la police, sail. .wtlr de chez sol ... Se oonten,er d'appeler ta poilee ... A la lois hre! e reutré. li reconnut le Mn qui l'avait Uré de son SOmmf'JJ, CI-.nt ses Jamb41s hors du lit., U trouva ses PIIntoUftel, ptlll SIlS lunetuo.s et 3ur la pointe du pieds. il se glissa hors de la chambre, le lonr dU corridor et ducendlt "_aUrr L de nou \' A ,randel enjamb sllllfld"1l8el., tl If.! rlwIIo ae Ion, du aaJon où ronlta:!L !\:a IDtre POOf' he .'arrtter que dehnt 1.. fer1et.re ft rf:P.rdcr il. travers lei lemes des pcrslennl's. ru te.rminalent. Dl'UlC hommes... aux mouvemmUJ aLbl "lqurs de. Jeunort nl. L'un secouait sur la ))f'IQI.IIt' Iln BAt ik papier bndl.a oI;I\le l'autre A coups de pieds dtJ· peran .ta& brUlL le Cmu.enlt de la JKI!l lx'lIe. Le " ..... COltPO! s",UQnnall au milieu de la rI?', tou5 feux tntf. La pout..,Ur. ttl!." rtl:'!verMc sur It tltlt\C au beau mm u du tro!.tOl r. Tout en m.!cdla.;ant III ",vubtre qùl Ke lrouval Cip c6ti OCIj:)OII 1. rit'!, \1 U"nta d'apn'tevo!r leurs v I!8t . Tous a ent .etUI cil' c:.bIloIU ùls. Il Imprlmll. lei

,ua dt.1lI 101'1 ""PrIt et retenlUl  -liOn  ourllr cherc:h&

lll q IliUfeJI LA plu. mne! de.., delJX Jeta sur le 1101 le ua l" , . IN manu ct se dtrl,ea verl(! 111 coup/!. L'&uttf' c.u'l'1t. non lIafta avoIr dormd cm OQlIP de pie! à 1111'Ique cru:. qui le t10U\'IIlt lur Jto talIOn. Pll$Sllnt sous l'aI'We de Newm..n, Ù le". ,. maln .• rracha une brlnddle OInme cid: bn. h'i'S bQMl el b. lança ,'en la mabon conlme U r(lt (ail d'Wloe pierre. Newman "" fftMuY". la main poaho IW" J'! bouton de la e. Q".le IB!.."e? On ne pou ... !" c:.toemiiient lui de- POCtl8 mande:- cie .l'at. uer à deulC homme... peut-lt t.rolf; .l un aut78 te ndll" asJ1I au yolaru. de t. \·olture. !:L ctpen· dant, on venait. prniquelll.f'1\ 4e hd eracttf'J" 1 h, f . Ou halt .ur I!l! Alort, oQlJ '" fi.a.Lt.nt, «101\ Olhl, Q'Uels étaH'1l1- Il!S CIO!nrnand m«nts dit III 1f\;" 111 "

Debora, on elUcDdfJt ,r1nCt'r le molellr lIM1Io l'ImlMll.

.t1r:1n du di.TI)arreur. Il tourna le boU"", e 1Ol1.1 Al' ta lerruu., .. y,nl aoIn dt r l,er IOn appe.r1Uon 'UI' II: o&Wpart prfdplté de 1. Yolilure. D la. ccmtf"71.pla ta.ndl! qU'elle n 4a1:t ' run dana un i'rondl'fI'IUlt., plUII Il vit la ,,.(nél du totl,!: al' b&La:rer le LOl.lrnant t1 dil tn.. IalMaDt rD lQSJImI !br.t; l'aU' 10- man' de .lle.nq de la Du t, J)etJwt .-gr III l4I Immacll\4; dan, .ail pyjama. Il conwlJlpl .. rn '*' de la pen'I! lfll ,.,flru de. oQuelques tplucb1lru .DCII hllll;Jt , l'pAflIIllhs 11!;r l'hIrtII, De&cen4oant Ica lI1.rçtlCS et nele· .. ant ses manthtt.. Il .se pencha Iur un peut. tllS d'M dl c6teletln. I s to.JC e' r«Jra !.-a m.Jl Di. (aI" lu (1& fCaInIt. froidi et leur eon \al: répucnant. Il eur.a Im e, D le Vil, un mitant., dllbout. en pyJ.ma MIl' la vote JNIIi\.qIl!". au mllU!u d In errele d'ar&lru. n lui Ht[lbial' potJJ'lU.tvre un mt' et U fpl'oU\'aJS li. aeDlialilln de torpmr du rixleur c. II . lA brl.ndl1le arracMe, a,t'C trois feuîlle&, at1tra IIQ(I aue.nLiOn el. n "lia la ram r pour la tl"flnspo.rUr du "IOn Juaqu"a.u 1rou.otr OÏl U la jeta., Puis, ,le redl"l!Uant, Il lT1fJli!d& la rw,·" puctl. t1 à dcol et a1ll\mOblUsa lonqDe ..n .fd Je tut arrtt4 sur une forllWl blanche poIIt e pm du ctIln. P"!n1 stein l'obltl!l'\'l.lt., dcbou' IIOUI le' rf're 1"e'. M. NeW1l'1BO pouvait Jnaurr od';l,n" sa main 1,. toln'l!:cÙ! d 'u poil· belle. Un arlkn' embarras k pou •• lt • cha lui, mals Il n'.,rinl pa., .. tlIéeul.eT lm mDU" r" CJr Il'ilolptr' m.i1u.enJont. n'êtaltC8 pu (IOOf!tm •• cou.r. d!:Sr. , M. Pm!tdaltln .nlt dapGl4! 11011 ÇOtI,-erde. et v 1J&1t vers lui. m 8r h !!.nt d'l\n allute m6l1ll' au C\lJ u de la th . Newman dem Ut'la ImtUol)lIfO, « Je n'",1 pa.'! r.ur de lui :t, se dit lt Il Ilflmbl& un Instan t qllo!- (:e fùt

 JUl! qui "Tait tlperptUë les OrdllN'4. car e'" LaIt lui qui

approchait ma1nvtll/Tt, lu! lIeul .. qui Newman allait " 'fOU" .Hllln Il done I!ntelolll , atl\ cd homme quI .van .1t T4"ts lui au milieu dl: l'aaphalte : Il enundit le cri»r.ment dt SIlS p;1nLOuflea. Y1l .00 "«nlre pro 1Det!.l JOUlIC é Ir pyjama f't. .ut IIDlprtMlQn que le tba1)de âa.o suaPf1lc5u autour d'eu.'t, 14 lalaaani eD plein air, dans la Duit.. lCfI; pyjama, ..cul ... CI Ju11 . R.t.P'delnellt, [! nt (!:em!-tour fit dl11P'a tm IlL & . meurt!. Melladla la pet\le ft. ns hl'.&i r mont. 'I1te IUr la ten"Uk d'oQ n :w.tn l'!::tl:tUut' ck ta m i..û.tl. Réalisme? I"nrrr.l' tel l'V,,(rr., rt' t. It 'd. id p llblu;. dQ albcltt1ll"l ' ptll I "rr(!r, IY' l'art, ' B lorm , .on. CDn,I'tffa: , oIlc!n;41. [tom pI1rlDUt. I..IJr. ""l/JJ1!' mrtt! d! d"'u·u!ofl lU' 14 , J1I.11'r, 18 po·,,,tre l"l'f'3oQnan.e pr.IIl1l1' l la ,.,.rcJk, Q pli ranrltn adt saire tQln"I"C1II !hl rntli."'t &odal. Ua'a ,., 41111 Il I"a: lei (7.u.',,, qp ,,.; . G;;:.L\I.t!I,.mrll! ct t. P'Jùnrr S!JJIIIl'lncLtI'" Il PlI Iltttr O'U" et'U Umt pf 1""111 par&lUe "rt« etlbll ' I&.:. rc Ù"/tt'e p:lT U', ptwl"' (l'U-o t'rt". Dire q.udl#.s , ,,,lk'IfQtl1l. .n. 1111- i", .Mf:tOEl l'ttIl,.!t brlt rrQllOltrt ler.: lit n-!'!t , ilf4û ct ,,'ut, QI"" peu. l'Ilb"rùrt»11 .. ., le 10##t41U7fI' qlJl JI ito..w.ul. Dt"'-, ta hlt;/fu;.z:. CI"e I J rl'.1fllt.411r upc,!.. 01011' rl"ltt4rQliAbt .s, rt' tTl'l4.I t it bcG , R .. lllarÇuOr .. ()l" flOCll c1c .'.t. MU', ba/a"'" I,ar 111\..1 nlall'lpPltn Clll.m.I!'" paWble. eoIorl4 (111(1(1 lallt dl!' Ijft.td . RdU.'CI'lIIubltT 1","IC 1I1, r 1 ailm 1II ItoIII'IJ U, 't1Ir"'l lIt.(ll1l une 'fla nu dr.bc:llOIt, trleotolll.

 .. * Ij'TIICVV3" Ut!  jn. .tttrrl' dt«!

rog !trrll't pJw.iOJ tPlfl'" el t('IIRfff .tu j o.lalDu "ni dl!'l7 trcPrU:tjr " '/ir!" lia", q.(U;llf! tlll"1·,., 4'lI!fII. Cf'rmW4I alalf. (li! U"'lI'tI!:llll r "t 01 .. I!MJI' Q!t U( Ija 4 &!!ltu r.1I4 IfINU4 cf/ da. Tt P1lr Ife la O,ftjQ1l , n'gtl1,t.; .4: 1" OGltrll! "4'11It·PbcUt. 'ln .PCI. ti CU rli!lô1 4 .. ne, IIIG" A Coutl GI. L NOIe. qui Ilt le m ,ltA!ellt A1.It1Itll! 1'Itt'ld 'J. 0_., ,.. ! ._ CsO:' i.)l1: ., OU+, Rd: lL Cc,:, bd; Il. TIl+, ç U Fr", "'li 1.2 Ftld. ,. .. a te. 'I.'x .. s+:: ItltU: n , Tt-I+, It4tl - li, ,..41. ( sbt: 1', !1'e4+!.  ! •• , Dd+. Jl.xdSI 1'- DIlI+, _ tHi _ _. .b.:.!. t+, _Rbl: !1._ 3+. Ba" U __________ _________ ...J - Jl6- -117- QUDI '.,. jlt'l'" I 1"', du prtZ dit hI C'rl'i9"', t'ri Il pco11lIre de ,·d./IL Il 11' 'Nit 1.'0. rrpi"' q ltll "'"'trI' (ln "roi' tt .. pd"hrll au Ire du OIrllr. tt f .lt, Q':"I pll'll' 1t"tua"'ltlo, OIl"'lld't"IlC I, 1l.I de dtl1\Ol nlt . UIU " C'O'",rwt. • 1

Notes

<references />

Format JPEG