Droit et Liberté n°204 - décembre 1961

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°204 de décembre 1961
    • Halte au racisme et au fascisme page1
    • 1962 par Pierre Paraf page1
    • Sur un verdict par Jean Schapira (Procès Eichmann) page1
    • Les Nations Unies et la politique raciale en Afrique du Sud par Henri Laugier page1
    • Faits divers par Oncle Tom (racisme anti nord-africain)page2
    • Positions: des catholiques condamnent le racisme page2
    • Education: un colloque franco-allemand page2
    • Afrique du Sud: en honneur de M. Lutuli page3
    • Vous dîtes: juif, israëlite, israëlien, etc... par Roger Maria page3
    • Les conséquences pathologiques tardives chez les victimes juives du nazisme par le Dr I. Simon page4
    • A Bonn: qui est coupable, qui est innocent? page4
    • Eichmann: la mort page5
    • Une vie... (Hans Globke) page5
    • Halte au racisme et au fascisme page6,7
      • Après les violences du 17 octobre: des mesures inadmissibles par Laurent Schwartz.
      • Se comporter en frères par le pasteur Louis Vienney
      • Trois déclarations du M.R.A.P.
      • Position: les juifs contre le racisme antimusulman par Robert Misrahi
      • Etude: réminiscences par Madeleine Reberioux
    • La vie du M.R.A.P.: Le M.R.A.P. dans la bataille contre l'O.A.S. et le fascisme page8
    • Le racisme et la seience par Paul Ostoya page11
    • A propos d'un film choc (le temps du ghetto) entretien avec Fréderic Rossif par Philippe Laubreaux page12
    • Des maîtres à penser pour vos enfants par (racisme dans la bande dessinée) Madeleine Bellet

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

,\ 15' DECEMBRE 1961- 15 JANVIER 1962 0,75 NF N° 204 ~.. ......................................................................................................................../. . § ~ X ~ ~ X ~ ~ ~ ~ X ~ ~ X X ~ ~ X ~ • Dr 1. SIMON : Les consé- ~ X quences pathologiques ~ ~ tardives chez les victimes X ~ du nazisme (page 4). ~ Ht\LTE au raci•s me ~ ~ X. Lau r e n t SCHWARTZ, ~ ~ Pasteur Louis VIENNEY: ' X ~ Des mesures inadmissi- ~ ~ bles (page 6). ~ et au fascisme , • ~ ~ X • . Madeleine REBERIOUX ~ ~ Reminiscences... (p. 7) . ' X X X ~ • Robert MISRAHI Les X X Juifs contre le racisme ~ ~ antimusulman (page 7). ~ CONTRE LE RACISME, CONTRE LE FASCISME, u') mouvem(;nl puissant se développe, dans j'union, à travers la France. Les violences commises le 17 octobre envers les Algériens qui manifestaient pour le respect de leur dignité, ont amené soudain de nombreux Français à mesurer les graves pérLs qu'encourt notre pays, du fait de la guerre d'Algérie. Et ce fut un sursaut ~ ~ ~ • Poul OS TOY A : Le racis- ~ ~ me et la science (p. 11). X sans précédent : la lutte antimciste devenait l'affaire de tous, dans les usines et les Facultés, dans les quartiers et les écoles, dans les bureaux et dans la rue. La banderole « A bas le racisme ! Il diJployée à Paris le 18 novembre, par les milliers de jeunes venus '. crier leur indignation sur les grands boulevards, tém: igne d" cett e! profonde pri·se de conscience, de cette volonté résolue. MAIS LE RACISi\1.E EST INSEPARABLE DU FASC.SME ET DÉ LA GUERRE: cela n'est jamais apparu plus claireme'1t ~ . X XX • U ne .m tervl.e w d e Fr e' de' - ~~ ~ ric ROSSIF sur le film ~ 11962 UNE nouvelle année s'ouvre ~ous un ciel encore chargé d'orages où se dessinent pourtant de grandes lueurs d'espérances. Devant les uns et les autres le Mouvement contre le Racisme, contre l'Antisémitisme et pour la Paix s'est activement mobilisé. Jamais les amities qu'il su~cita ne fu rent plus nombreuses. Jamais cette jeunesse des écoles, des lycées qui va bientôt prendre sa place clans la relève de se~ grands aînés ne manifesta tant de vigipar Pierre PARAF Vice-Président du M.R.A.IP. lance, tant d'empressement à \"t:nir à nous. Par toutes les injustices que nous combattons, elle se sent directement concernée. Notre mission est la sienne. Notre combat est le sien. Parmi ces ombres qui pè~ent sur notre destin demeure au premier plan la guerre d'Algérie dont la continuation blesse le corps et le coeur de la France, lui coûte chaque jour d'innocentes victimes militaires et civiles, s'étendant toujours davantage à la métropole, accentuant les menaces d'un fascisme insuffisamment préve~s et réprimées et dont ~eul e une énergique pression de l'immense majorité du peuple de France, uni et fort, avec les puissants moyens politiques et économiques dont il dispose, pourrait venir à bout. (Suite page 9.) ~· rR08ÎM , hOVte ••• 1 ) Pour la pre. ) mière fois, il y n quelques jours. eette cantatric ~ noire, Christia- . ne Edda Pierre, -} a tenu le rôle d~ Rosine dans « Le Barbier d!! Séville H, à l'Opéra- Comique. Il faut saluer Cl' progrès. cn s'étonnant... de l'étonnement qu'un tel fait peut !lrovoqucr 1 N ' est - i 1 pa~ temps que l'on permette à tou~ les artistes d ~ faire la preuVf de leur valeur sans discriminations ? En ce do . maine, comme en tout 'autre, le talent ne con· naît pas de couleur. qu'aujourd'hui. L'O.A.S., héritière des tous, comme la lutte antiraciste. L'un" méthodes nazies, se charge d'ai leurs d'en et l'autre trouvent leur aboutissement ~ «Le Temps du Ghetto » X ~ (page 12). ~ faire quotidiennement la démonstration, dans l'exigence de la paix en Algérie, organisant à la fois en Algérie, « raton- par une négociation immédiate, dans le nades » contre les musulmans e ~ assas- respect des aspirations légitimes et de la ~ • Madeleine BELLET: Des ~ sinats de personnalités juives, multipliant. digni·té de tous les hommes. ~ maîtres à penser pour ~ à Paris les lEttres de menaces antisémites, LE M.R.A.P., MOBILISANT LES ANsuivies de plastiquages. TIRA CISTES, apportant son concours ac- ~ vos enf.ants (page 12). X X ~ DEVANT LA PASSIVITE DES POU. tif au rassemblement des républicains, VOIRS PUBLICS, le peuple tout entier participe de toutes ses forces à ce triple ~ • GLOBKE hier et auiour- X se lève pour assurer sa propre défense, combat pour la démocratie, la fraternité ~ d'hui: documents iné- ~ et empêcher l'instauration d'une dicta· et la paix. ture ouverte et brutale. La lutte anti (Voir nos informations en pages X dits (page 5). ~ fasciste devient, elle aussi, l'affaire de 6, 7 et 8.) v~. ...... ." ... ....................................................................................................................... XX SUR UN VERDICT D ONe, en ncof moi, de procédure, dont ,!uotre de réflexion sur pièces, la Cour s'est convaincue qu'Eichmann est coupable et ,!u'il n'est pas illogi,!ue, britanniquement parlant, de le faire pe ndre. Au stade actuel (je réserve l'hypothe se d'une cassation ou d'une grâce), nÎ l'argument de l'obédience ou Führer, ni le For Jean SCHAPIRA verbeux instinct d'autoconservotion de l'accusé, ni la prédication th éologique (vc'ir V. Collonz, dans « Candide » du 30 novembre} ne l'ont emporté sur le souvenir des convois pour Auschwitz. Reste le problème essentiel : ce procès tel qu'il fut conduit, ce verdict tel qu',1 est motivé, en quoi vont-ils servir la cause du respect de l'homme ? Plus précisément, deux questions se posent. La première vise l'Allemagne. Naguère encore, Eichmann Y était un caïd ; croit-on, lui exclu, que l'ex-machine nazie est 1 démantelée ? Ou cherche-t-on à' le faire la victime, le port de l'étoile jaune: le facroire ? Et pour le compte de qui ? La con- ciès suffit. Compte tenu, également, de ce damnation d'Eichmann, en d'autres 'l'er- que la chambre à gaz n'est qu'un mode pe rmes, sera-t-elle un cri d'alarme ou l'abso- fectionné: le lynchage et la noyade peulution implicite des complices « en poste » ? vent s'y subsÎstuer selon les drconstances. Renforcera-t-elle le dossier du fascisme ou l'entreprise de blanchissage dont le siège est à Bonn ? L'autre question concerne le monde ent ier. Elle se formule très simplement: combien, chez nous et aïllours, y a-t-il d'Eichmann au petit pied et que fait-on pour les neutraliser ? Compte tenu du fait que la vocation au crime raciste n'exige pas, chez Ces questions - les seules vraies pour nous - « Droit et Liberté » les reprendra bientôt : dès que nous aurons en main le tel:te complet de l'arrêt de Jérusalem. En attendant, antirachtes, pensez-y. D'Eichmann aux ratonnades de l'O.A.S., le chemin n'est pas si long. (Voir nos informotions poge 5' 1 LES NATIONS UNIES el la polilique raciale en Afrique du Sud LE problème que pose la politique de discrimination raciale maintient une plaie toujours à vif au flanc de l'humanité en marche vers une promotion universelle des Droits de l'Homme. Au cours de l'Assemblée générale actuelle de, N ations-Unions. l'idéologie ~ par A 1/( ie192.168.254.42 25 mai 2010 à 15:14 (UTC)!ta~~.~t192.168.254.42 25 mai 2010 à 15:14 (UTC)jOint al/X .vations-Unies ------- et la législation qui assurent le développement de cette politique de discrimina- (Suite page 9.) " DROIT el LIBERT~" vous ·présente ses meilleurs voeux pour la nouvelle année " " "


2

10-11. - Un écrivain, Tom Sharpe, est expulsé d'Afrique Uu Sud pour avoir écrit une pièce contre la segregation raci- ale. • Acquitté au « procès des barricades », l'ancien député poujadiste Demarquet es~ arréte pour lIDpucation dans l'affaire du réseau actlvis.e du Sud-OUest_ Il-H. - La clause limitant aux joueurs de race blanche le droit d'adherer :\1. J'Association améncaine des joueurs de gOlf professionnelS, est retiree Ues statuts. 13--11. - Les partisants de l 'intégration raciale aux U.S.A. remportent une victoire

les restaurateurs de la roUté

Washington-New xorK aevront ouvrit· leurs locaux aux noirs comme aux blancs. 14-11. - Croix gammées dans un cimetièrre juif de To.owa (Etats-unis). • Nations-lJnies : aaoptlon de la résolution AfrO-ASiatique condamnant l'emploi d'armes nUCltlaIres en lUnque. l~ll. - Professeurs et étudi-ants manifestent à ParlS pour protester contre l'at~entat commis chez le professe Ut Godement ; Gans plusieurs faCilites les cours ont été suspendus. lM!_ - Bidault, Dides, Le Pen et d'autres ultras tiennent un mee.ing fasciste à la salle de l8I Mutualité et font acclamer Salan et l'O.A.S. • Sur proposition des pays Afro-Asia·· tiques, l'U.N.V. demande à la France d'accorder le régime politique aux pnsonniers algériens qui font la grève de la 'faim -depws le- 1~" novemore. - 18-11. - A l 'appel de Qlverses organisations, importantes mau.ifestations de la jeunesse pariSienne contre le racisme, et pour la paIX en Algene. 19-11. - Dides est arrêté pour avoir participé activement à la reunion du 16 novembre, salle de la Mutu~lIté. Les autres orateurs ne sont entendus que comme « témoins ». • Ben tieila et les autres détenus algériens cessent la grève de la faim. Le reglffie polItique ldont bénéficiaient déjà les detenus ultras) leur est ac· cordé. 21-11_ - A Berlin-Ouest, des porteurs de torches, proteges par des puuciers, ma.nifestent à la laçon hitlérienne ; leur slogan principal est : « Pas de concession ». 23-11. - Demarquet est mis en liberté provisoire. • Nomoreux attentats au plastic en France, dont 13 à Paris. 26-lt. - Six Algériens aoattus, de nom· breux blessés, au cours- des « ratonnades » d'Oran, par des groupes de jeu nes ultras. 29-11. - L'Assemblée des Nations Unies condamne l'·apartheid pratiqué en Afrique du Sud, par 97 voix contre 2 (Atridu Sud et Portugal). Mais aucune sanction n'est décidee contre l'Afrique du Sud. • De nouvelles « ratonnades » il. Oran où 14 musulmans sont lynchés à. mort par de jeunes européens ; le ser· vice d'ordre ne réagit pas devant ces explosions de haine raciste. • Mapifestations pour la paix en Al· gérie place de l'Hôtel de Ville de Paris, et devant les mairies de nombreuses villes de France. 30-11. - Attentats activistes en France notamment, à Montpellier devant le Siège de la S.F.I.O., à Ar,es devant la Bourse du Travail. • Dides refuse de quitter la Santé où des émeutes activistes précèdent son transfert à l'Hôpital Beaujon. 1.-12. - A Oran, 7 attentats au plastic en 24 heures. 4-12. - Contre-manif.estations musulmanes anti-O.A.S. à Constantine_ • Les trois derniers « non-lieu Il son~ rendus dans l'affaire du putsch du 23 avril. • Trois activistes s'évadent de la. prison de Mont-de-Marsan. • Quatre Algériens accusés d'avoir attaqué un poste de harkis sont condamnés à. mort par le tribunal militai· re de Paris. • En Afrique du Sud, un marin suédois est condamné à. recevoir 8 coups de fouet pour avoir osé entretenir des « relations coupables» avec une noire. 5-12. - Lynchage d'un musulman à Oran, où un resonsable de l'O.A.S. s'évad~ de l'hôpital. "'12. - A l'appel de plusieurs organisa tions, dont le M.R.A.P., des di'Z8ines de milliers de personnes manifestent contre l'O.A.S. à Paris et en province. 7-12. - Après l'affair~ Vracaric, pOurSUItes engagées contre le consul de Yougoslavie à. Munich, accusé d'avoir participé activement à la résistance et d'avoir exécuté des soldats nazis. 8-12. - L'O.A.S. est officiellement dissoute par un décret publié au « journal officiel ». 9-12. - Le Tanganyka accède à. l'indépendance. M. Nyerere devient le premier mInistre de ce 4' Etat africain du Commonwealth. • Manifestations contre le mIlitarisme allemand à l'occasion de la vis: te de M. Adenauer à Paris, accompsgné de Schroeder, ancien membre des Sections d'Assaut hitlériennes. • Emission télévisées O.A.S. de 12 minutes, à Nice. 10-12. - Les prix Nobel sont remis aux lauréats à Stockholm. M. Lutull re · çOit lc prix Nobel de la Paix. 11-12. - Reprisedu procès Eichmann, qui est reconnu coupable. POSITIONS • Des catholiques condamnent le racisme Parmi les documents, articles, livres, contre le racisme, il convient de retenir la récente brochure de la Société des Publications Missionnaires : « Le Problème Racial », où sont réunis les exposés de plusieurs personnalités catholiques. M. Jean Poirier, professeur à la Facul· té des Lettres et Sciences Humaines de Lyon, pose le problème des « Préjugés racistes lO, qu'il traite sur le plan ethnosociologique, dénonçant entre autres, l'attitude de certains missionnaires- d'autrefois qui affirmaient que « l'esclavage s'insère dans l'ordre de Dieu ,., persuadés « que Dieu dans sa sagesse n'avait pas fait les hommes égaux JO. S'élèvant contre tous les préjugés de race, M. Poirier ap· pelle à combattre le racisme avec vigueur

« Il faut le reconnaître et en souligner

les maDÜestations partout où il se trouve », conclut-il et lui « opposer une force au moins égale JO. L'exposé de M. Joseph Folliet, vice-président des Semaines Sociales de France, traite du « Racisme devant la raison et devant la foi lO. Pour lui, croyant fermement " à l'unité de l'âme et du corps dans le composé humain JO, il est un fait que les races düfèrent également du point de vue psychique car « les hommes se trans- -mettent' des - caractères psycliïques com· muns » ; cela peut évidemment prêter à discussion, mais il faut souligner la volon· té de M. Folliet d'inciter les hommes de toutes races à « s'aimer les uns les autres lO, car c'est là l'essentiel. Pour le T. R. P. Queguiner, Supérieur Général des Missions Etrangères de Pa· ris, « Le Problème RaciaI: ,. est très directement lié à l'action des Nations Unies ( Elle accomplit une oeuvre urgente et de première nécessité pour notre temps»), et il analyse cette action en considérant se~ effets pratiques, particulièrement sur les plans pédagogique, culturel, éducatif, en louant les initiatives qui dissiperont " les préjugés raciaux de toutes sortes qui empoisonnent les relations humaines lo. « Le Problème Racial aux U.S.A. ,. fait l'objet d'une étude de M. Louls T. Achille, agrégé d'Université. Malgré l'assimila- . tion totale des_noirs aux U.S.A.,. indiquet- i1, ceux-ci « restent comme un corps étranger dans la société américaine » et, « subconsciemment, le blanc considère que l'Amérique est un pays pour blancs lo. Toutefois, « il y a amélioratio!l constante des rapports entre blancs et noirs », et M. Louis Achille termine sur une phrase pleine de foi en l'homme : " Si ceux qui ne reconnaissent pas l'humanité parmi leurs congénères noirs savaient ce que c'est un homme eh bien ! ils reconnaîtraient bien que les .noirs sont des hommes, et s'ils ne reconnaissent pas cette humanité chez les noirs, j'ai bien peur qu'ils la sous-estiment aussi en eux-mê· mes. » Le RP. Retif nous parle du « Racisme inconscient » d'abord en nous signalant l'attitude paternaliste qui consiste à traiter les gens de couleur «en les louant, les nattant, les encensant hors propos », attitude presque aussi blâmable que celle dont sont victimes par exemple les Algériens « qu'on malmène, qu'on tutoie 'qu-on'- bouscule, qu'on houspille », seulement à cause de leur faciès. Enfin, com· me précédemment M. Jean Poirier, le R.P. Retif dénonce lui aussi le racisme de certains mISSIonnaires, en s'appuyant d'ailleurs sur des exemples précis. Le RP. Retif, toutefois, ne veut pas sombrer dans le pessimisme et même s'il croit « qu'il y a une menace de racisme sur les Métropolitains, sur les Français d'Outre-l\'Ier, et même dans certains cas !'Iur les missionnaires lo, il ne considère pas ,cela comme irrémédiable car « l'in· conscience » peut se combattre. Quant aux « Mariages Interraciaux -, ils semblent bien être un des aspects les plus importants de l'antiracisme. Le RP. Déjeux, après une enquête assez sérieuse nous expose non seulement le résultat de ses statistiques, mais l'état d'esprit de gens, apparemment non racistes, dont les Un meeting Le mardi 21 novembre, s'est tenu à l'Hôtel Moderne, un meeting de protestation contre les violence racistes ayant frappé les Algériens de la région parisienne. Cette soirée, faisant suite à celle du M.R.A.P. à la salle Lancry, était organisée par l'Union des Etudiants Juifs de France, avec le concours de di verses personnalités et de plusieurs groupements. Après une introduction du Docteur Atlan, président de l'U.E.J.F., ont pris la parole : MM. Louis Kahn. le profes- Faits divers « C'EpShrTa sseû rne'am·te-enltl eu npa Ns oértdé- Aprfroincoaninc .é..e Ipl oauvra dité sleig ntyepr el .e.. c»o uQpuaeb ldee i( pforiéss ucmetéte) d'un méfait ou d'un crime ? Pourquoi chercher plus loin ? Du reste, même si ce n'est p~ précisément pour cela, l'arrestation d'un Nord·Africain est toujours motivée, même s'il faut rechercher les motüs ensuite; un Nord-Africain a toujours quelque chose à se reprocher. Nous .en avons eu récemment un exemple, quand le commandant Chauvet, assassin de sa femme, à Grenoble, accusa cyniquement un « terroriste F.L.N. lt. C'était un officier de l'armée française : il était persuadé qu'on ne douterait pas de sa parole. Heureusement, dans ce cas, l'iml}osture fut découverte. Serait-ce coïncidence ? En quelques jours, la presse a publié plusieurs entrefilets dont les titres étaient : « Un manoeuvre nord-africain sauve une désespérée », « Trois hOmmes (dont deux Nord-Africains) plongent et tirent de l'eaK lei quatre passagers d'une voiture engloutie dans lq, mer », « Un musulman algérien sauve d'un incendie une mère et ses cinq enfants ». Il est bon que soit soulignée dans ces cas (puisqu'on la souligne systématiquement dans les cas contraires) l'origine des héros. Mais les journaux spécialisés dans les « faits divers » auraient fait mieux encore, si, saluant ces hommes fraternels, ils avaient suscité à leur égard un retour de fraternité humaine. S'ils avaient profité de l'occasion pour dire, simplement, que, bafoués, brimés, méprisés, les Algériens sont pourtant, eux aussi, des hommes. Sans doute est·ce trop demander. Car il faut bien que subsiste envers ces hommes suffisamment de préjugés, suffisamment de haine : c'est la guerre réflexions sur les mariages mixtes sont très sigDÜicatives et révélatrices : .. Si ma soeur épol1sait un noir, j'irais au mariage, je trouverais cela possible. Mais si ma soeur épousait un Algérien, je me sentirais drôlement engagé. lo Il serait bon de faire prendre conscience des vraies düficultés d'un mariage, qui ne résident pas en la düférence de race ou de religion, mais plutôt de culture, éducation ou caractère. F. S. • Au Conseil OEcuménique Au cours de la récente réunion du Conseil Ecuménique, à New-Delhi', a été adoptée une résolution relative à l'anti· sémit'isme, proposée par le pasteur Char· les Westphal, président de la Fédération Protestante de France. Votée là l'unanimité cette motion proclame: « Nous appelons toutes les Eglises que nous représentons à. dénoncer l'antisémI· · tisme, d'où qu'il vienne, comme absolument inconciliable avec la profession et la pratique de la foi chrétienne. L'antisémitisme est péché contre Dieu et l'homme . « Ce n'est. que- lorsque- nous prouvons véritablement à nos voisins juifs que nous réclamons pour eux les droits et la dignik que Dieu veut pour ses enfants, que nou! pouvons alors en arriver à une rencontrc où il devienne possible de partager avec eux le meilleur de ce que Dieu nous a donné en Christ: Il Devant l'antisémitisme persistant, l'As,semblée exhorte ses Eglises membres à y résister de toutes les manières possibles, et insiste sur la. nécessité de ne pas pr~ sen ter la crucifixion comme incombant aux juifs, et justifiant l'hostilité à leur égard. D'autre part, un texte condamnant JE:' racisme, notamment en Afrique du Sud, a également été adopté. EDUCATION t.~ . Un colloque franco .. allemand Sur l'invitation du Centre d'Etudes aes Problèmes Actuels, quatre profl'sseurs allemands et quatre professeurs !rançais se sont réWlÏs à Paris, les l1 et 12 novembre 1961, au siège de l'U.N.E.S.C.O., pour rechercher comment on pourrait présenter aux élèves, du point de vue pédagogique, ce qu'a été le système hitlénen avec ses conséquences, la dégradation de l'homme et l'extermination raciale. 1) Ils estiment nécessaire de bien montrer aux élèves comment les conditions histOriques entre 1919 et 1933 ont favorisé la naissance et le développement du mouvement hitlérien. antiraciste seur E. Schatzman, le grand-rabbin Schilli, Robert Misrahi, ainsi que les représentants de l'Association des Anciens Conlbattants Juifs, de l'Union des Sociétés Juives, de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs, du Cercle BernardLazare, de la L.I.C.A. et du M.R.A.P. C'est notre ami Me André SAINTCYR, l11embre du Bureau National, qui: est intervenu au nom du M.R.A.P. Il se félicita de l'union réalisée et souligna la nécessité de la renforcer encore dans le comb1l,t antiraciste. Oncle TOM. 2) Ils insistent sur la nécessité d'exposer à qqeI, point le national-socialisme avait érigé en système de gouvernement la discrimination raciale, la terreur, la torture, la dégradation de l'homme et finalement l'extermination. 3) Ils souhaitent que l'on ne craigne pas de présenter aux élèves, dans toute son horreur, le tableau des atrocités nitlériennes

mais, en même temps, ils recommandent

instamment aux maitres d'adapter cet enseignement à la sensibilité des élèves. Ils voudraient aussi que l'on marque bien la distinction entre le peuple allemand et les hitlériens convaincus. 4) Ils croient également nécessaire de mettre en pleine lumière. le. mouvement de résistance à l'hitlérisme- qui s'est développé en Allemagne dès 1933, de rappeler que les camps de concentration ont été d'abord peuplés d'Allemands et qu'une grande partie de l'opinion mondiale ne s'est guère émue 1 des atrocités hitlériennes avant 1940. La situation des résistants allemands était d'autant plus tragique que la victol- t re sur l'hitlérisme semblait impliquer nécessairement la défaite de leur patrie. Ont participé à ce colloque : FRANCE ; M: Robert HUBAC, professeur au Lycée Henri-IV ; M. André ALBA, professeur honoraire au L,Ycée HenriIV

M. Jean·Marie D'HOOP, maitre-assistant

à La Sorbonne ; M. Lucien GENET, professeur au Lycée Louis-le-Grand. ALLEMAGNE: Mme Annelore LEBER, Edition Mosaik, Berlin ; M. le Professeur, Docteur Georg ECKERT, directeur de l'Institut International de Manuels Scolaires ; M. le Professeur Docteur P&lix MESSERSCHMID, président de l'Assoclation des Professeurs d'Histoire d 'Allemagne

M. le Docteur Gerhard STERN,

~recteur du Lycée 'Friedrièb Engels, BerIm ·Ouest. NOS DEUILS M' David Zermati, Bâtonnier de Sétif et Président de la communauté lsraéltta, assassiné au début de novembre à Sétif, était le cousin de notre ami Jean-PIerre Bloch. Nous exprimons à ce dernier, a1ns1 quo, toute sa famille, nos sincères condoléances. -~----------- DROIT ET LIBERTE ' MENSUEL 31, rue des Jeineurs - Paris (l') Tél.: OUT. "09-57 ,- Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,51 NF Altonnemen& de soutien : 15 NW'. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paru Pour les Changements d'adresae envoyer 60 fr. et ' la "derhière -l:Jande; ' EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au cr Cercla CUlturel et Sportif Juif JI, 51, Bel du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peu~ent être effectués au C.C.P. 278947, de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. ÂFRIOUE DU SUD • En l'honneur de M. Lutuli je crus Siménon xénophobe et le lui uit. n bondit : - Moi xénophobe ? moi qui ai été un étranger partout où j'ai vécu, en France, aux Etats-Unis, en Suisse ... .- Pas en Belgique ? Après l'attribution du P rix Nobel de la· P a ix à M. Lutuli, un meeting s'est t~u à Durban réunissant 1.1 .000 pet:! lonnes enthousiastes, qui acclamèrent en M. Lutuli le « champion de la paix et de la liberté. Mme Lutul i. ;l d éfaut de SOli mar i, était présente. - - Oh, ça ne compte pas, ce n'est pas 1Lne nationalité. J 'ai toujours été un étranger partout, j'ai refusé la naturalisation française, la citoyenneté américaine . Com· ment VOulez-vous que moi qui n'ai pas de patrie, je sois .-rénophobe ? - Mai quand il y a dans vos romans des i;roupes :o.-étrangers ,ls présentent toujours un côté sordide ... Cet- homme (1 ne s'était jamais senti juif. Jamais il ne s'était cru différent des gens qui l'entouraient au vieux marché et ceux-ci, à cause de ses cheveux blonds et de ses yeux bleus, n 'avaient pas pensé qu'il était d'une autre race Il. Soupçonné d'avoir tué sa femme alors qu'elle l'avait simplement « plaqué Il, il s'aperçoit qu'il n'a jamais été considéré comme les autres, comme un parmi les autres dans la communauté qu'il avait adoptée. Il se suicide plutôt que de vivre dans sa singularité. Il est de fait que peu de romans de Siménon, peu de leurs personnages, sont plus déchirants que ce « Petit Homme d'Arkhangelsk Il. Le D r Na icker, secréta ire général du Congrès Indien de Natal, lut un message de M. Lutuli, exaltant la lutte pour la paix en Afrique du Sud comme dans le' moncle entier, malgré toutes les d ifficultés que cela peut impliquer. Le Dr Na icker demanda ensuite au Gouver nement sud-africain d'adopter une constitution non raciale, et Miss Mlkize (Fédération des Femmes), Mme P onen (Congrès D émocrate) succédèrent à l'orateur, saluant M. Lutuli comme un exemple de pa rticipation acti ve au mouvement pour la paix. - Non, misérable, ce qui n'est pas IUj même chose. C'est à Liège que venaient les étudiants révolutionnaires russes fauchés. Ceux qui étaient moins fauchés allaient à Paris, les plus aisés à Londres. A Liège, parce que la vie y était moins chère, nous avions les plus pauvres. Je les ai vus vivre. J'ai vécu avec eux. L eur organisatiOn I( avançait Il trente francs par mois qu'ils devaient rendre leurs études terminées. Je ne sais pas si vous vous rendez compte ce que représentaient trente francs par mois : ça payait leur chambre - ils avaient d'ailleurs souvent ,me chambre pour plusieurs - du thé et un oeuf dur par jour. Et ils passaient leurs journées, leurs soirées à discuter de la révolution, et de la littérature. C'est eux qui m'ont tait lire Dostoïevski, GogoL, Tchékov, ma formation, je la leur dois. u. S. A. • La bataille continue ... /\. r ohannesburg , au contraire, le ) décembre, la cér émonie organisée en honneur de M. Lutuli, tourna à la bagarre, provoquée par une hande de j eunes blancs racistes. Après l'arrestation et la condamnation de neuf « pè lerins de la liberté », qui avaient tenté de se faire servir dans le snack-bar d'une gare routière ". réservé aux blancs », de grandes manifestations ont eu li e u à Albany, dons le Sud des EtatsUnis. LETTRES .Siménon Cette fascination qu'exercent sur Siménon ces étudiants, c'est dans un Maigret de la première année, Pietr-Ie-Letton (931) que je la retrouve évoquée, avec un lyrisme étonné. et l'antisémitisme A défaut d'être xénophobe, il me semblait que Siménon était antisémite, bien entendu il n'y a jamais eu de diatribe chez lui, ni rien qui ressemble le moins du monde à l'idéologie, mais quelques expressions déplaisantes dans (1 Les Dossiers de l'Agence 0 Il par exemple, à propos d'un personnage, on lit : Le 12 décembre, 400 jeunes gens noirs ont été arrêtés et inculpés de cc tapage ,~t participation à un cortège non autorisé ». Le lendemain, ils étaient rejoints par 150 a utres « délinquants » dans la prison , qui est prévue pour un maximum de 200 détenus. Quelques jours après, au cours de nouvell es manifestations, 266 autres manifestants ont été arrêt és. Parmi eux se trouve le pasteur Martin Luther King, l'un des dirigeants du mouvement contre la ségrégation. 'ERRATUM L'oeune de Siménon dépasse largement le stade « intrigue policière » et romans .. suspense ». n pOSe un grand nombre de problèmes bumains, actuéls, et récem' ment ont paru sur cette oeuvre plusieurs études, notamment « Siménon, avocat des hommes Il de Quentin Ritzen (Ed. Le Livre Contemporain) et Il Le dossier Siménon Il, de Roger Stéphane (Ed. Robert Latfont). Dans ce dernier ouvrage notamIQent, Siménon répond assez vivement à Itoger Stéphane qui se demande s'il n'est pas xénophobe, voire antisémite. Voici le ~e où est rapportée cette discusIlion: I( Le juif a tiré son portefeuille. Il Dans l ' « Ainé des Ferchaux Il, Michel et Lina « pénétrèrent dans l 'étrange boutique où de vieux juifs palpèrent de leurs ifotgts sales le linge que l'on sortait pièce à pièce, de la valise. Il Simenon affirme être si peu antisémite, qu'il ne voit pas en quoi la mention de la qualité de juif présente quoi que ce soit de péjoratif. Il m'invita à me reporter au (1 Petit Homme d'ArkhangelSk Il, histoire d'un Il étranger, enfant d'une autre . race né dans le lointain Arkangelsk, que le hasard des guerres et des révolutions avait transplanté dans une petite ville du Berry. Il Une faute d'impressron s'est gllssé~, en page centrale de notre dernier numéro dans le nom de l'écrivain Pierre Gascar, qui nous avait adressé une déclaration ; nous le prions d'agréer nos excuses. Pour autant, la description de cette clientèle étrangère est si hargneuse, que D'autre part, la suite de l'éditorial de première page se trouvai,t en page 5 et non en page 3, comme il était indiqué. Nous sommes certains que nos lecteur;; auront r ectifié d'eux-mêmes et voudront bien excuser cette double erreur. VOUS DITES" "OilOlT ET llBEilTE" ré~ond • aux mensonges racistes Juif, Israélite, Israélien, etc.:. LE poison du racisme est plus dangereux lorsqu'il . est insidieux. Si quelqu'un dit : I( Je déteste les youpins ! Il c'est presque préférable, car la réaction est immédiate. Mais si un représentant de ces Il gens bien intentionnés Il, dont parle Georges Brassens dans sa chanson, laisse tomber dans la conversation « qu'il a un ami israélite Il, méfiez-vous, l'antisémitisme atténué, inconscient, n 'est pas loin, se faisant son chemin à travers une '.confusion verbale qui participe à un stade primaire du racisme. Pourquoi ? Mais parce que ce monsieur est gêné (comment cela ?) d'employer le mot « juif Il, et que les personnes I( convenables » ayant une religion et Il chacun étant libre d'adorer Dieu selon la tradition de ses pères Il, vous êtes israélite, je suis chrétien, et tout est dit ... Sauf que justement, ce n 'est pas du tout la question

outre que Il juif Il et

« israélite » sont à peu près synonymes, et que le premier n'a rien de péjoratif, on peut être (1 juif Il, ou plutôt d'origine juive sans pratiquer aucune religion... et sans avoir à s'en excuser. .** Vous êtes (surpris ? Essayons de délabyrinther ce petit problème passablement obscurci par les mauvaises habitudes_ Nous allons prendre comme point de départ de nos réflexions un (assez grave.) incident qui' s'est déroulé en Israël il y a quelques semaines et dont la plupart des journaux ont titré ainsi la relation : « Manifestations anti-israéliennes dans les quartiers arabes de Nazareth Il. ( I( Le Figaro Il du 22 septembre.) C'est absurde : est-ce que les Arabes de l'Etat d'Israël (ils sont environ 200,000) ne sont pas Israéliens ? S'ils possèdent un passeport, il ne peut être qu'israélien - à moins qu'ils aient volontairement renoncé à la nationahté israélienne. Rappelons donc qu'il existe, en Israël, des Israéliens d'origine juive et des Israéliens d'origine arabe. - Et des chrétiens, me souffiez- vous... Le prOblème est assez complexe. •*• Etre chrétien .relève d 'un choix, c'est uniquement d'une religion qu'il s'agit. Mais les juifs d'Israël, même s'ils ne sont pas croyants, sont juifs de par leur origine, comme sont arabes les Arabes (musulman, c'est une autre affaire, purement religieuse elle aussi). Pourtant, la notion d'origine juive demande également à être précisée : bien qu'il s'agisse, fondamentalement, Q'une ;religio: ~ , ,les persécutions anciennes, et même récentes, ont .créé entre les juifs une solidarité de fait, des liens, qui ne sont pas uniquement religieux et qui, en Europe Orientale, en raison du système des ghettos, ont même abouti à une véritable {( n'ationalité )1, .avec tous les aspects culturels, psychologiques et sociaux que cela comporte. Mais sans oublier cette condition commune à ~' ensemble des juifs - croyants ou non - en face des pe,:,sécutions, il faut bien reconnaître que leur situation, leurs coutumes (même religieuses ) varient d'un pays à l'autre, ainsi d'ailleurs que leur appartenance ethnique (il y a des juifs blancs, noirs, jaunes, et beaucoup de juifs d'Algérie ressemblent plus à des .!).rabes qu'à ,des juifs pOlonais ou même français) . Doit-on qualifier de juif quelqu'un dont les parents pratiquaient la religion juive (ou israélite), mais qui n'a plus rien de commun avec celle-ci, et qui, dans un pays quelconque, mène une vie absolument identique à celle de ses compatriotes ? En fait, il ne demeure Il juif Il que dans la mesure où on le désigne comme tel, soit par antisémitisme, soit tout simplement "parce que c'est ,plus pratique que de dire : d'origine juive. Mais, logiquement, il n'est pas plus juif que serait breton un homme né à Paris et dont l'arrière grand-père naquit à Brest.

    • *

Ce qui est certain en tout cas, c'est que si l'on peut choisir sa religion, 'nul n'est responsable de ses origines, proches ou lointaines, ni de la religion de ses pères. Et c'est précisément cette constatation élémentaire qui rend le racisme et l'antisémitisme ineptes et criminels. En revanche, même de nationalité, on peut en changer . Par exemple un citoyen américain, d 'origine juive - et sa femme, d'origine irlandaise - peuvent décider de demander la nationalité israélienne. D'un autre côté, un Israélien d'origine juive, qui est venu de l'Inde du Sud, et n'a pu s 'adapter à la vie en Israël, !peut s 'en r etourner dans la République de l'Union indienne, abandonner sa qualité de ressortissant de l'Etat d'Israël et retrouver ses droits de citoyen au pays de Gandhi. (N.B. : Ce dernier cas est assez répandu.) Quant aux Hébreux, ils tiennent la place des Gaulois dans la vie nationale française. Et un sioniste ? Ce terme qualifie une position idéologique comparable à la conception de l'unité arabe ou au pangermanisme. Il ne manque pas - c'est l'immense majorité - de Français d'origine juive qui se veulent Français d'abord - :et luttent avec - d'autres Français pour une France, disons progressiste - et ne se sentent nullement concernés par l'idée qu'une sorte de lien supranational associant tous les Juifs de la Diaspora devrait l'emporter dans leur esprit sur leur qualité de Français. C'est compliqué ? Un vrai casse-tête Il chinois Il ? Mais non : être attentif aux nuances, à l'exactitude dans l'emploi des termes les plus usuels est une forme de l'humanisme, car le racisme s'alimente aussi aux sources de la confusion mentale - et même verbale. Parlons clair. C'est nider à penser juste. Roger MARIA. 3 DES FAITS qui donnent A PENSER ... • « vous N'EMPECHEREZ JAMAIS L'ANTISEMITISME. Pour ma part, je n'empêche pas les gens d'être antisémites si ca leur plaît ... ,), a déclaré Robert Lazurick: directeur de l' « Aurore ", au cours de l'interview qu'il a accordée récemment à Jean Cau pour « l'Express ... • LES JAPONAIS SERONT DES BLANCS désarmais en Af rique du Sud . Ainsi le veut une dérogation spéciale à la loi d' l' aparthe id • : ils ne pourront donc p lus épouser une personne de cou leur, fû t-e lle., . ch inoise ou vie tnamienne! • ISRAEL CONTINUERA A FOURNIR DES ARMES AU GOUVERNEMENT DE BONN, a décidé le Parlement israélien, qui a repoussé troïs motions demandant l'arrêt de. ces livraisons. • LA « CHIENNE DE BUCHENWALD " lise Kcçh, qu i s'i llust ra en fabriquant des abat-jour avec la peau . des déportés qu'e lle fai sait spécia lement a ssa ssiner, a demandé 0 la Commission des Droits de l'Homme à Genève, d' intervenir pour qu 'elle soit libé rée . Elle a été condamnée en 1951 à la détention pe rpétuel le .) • « LA CANAILLE JUIVE N'EST PAS SERVIE CHEZ MOI. HEIL HITLER ». Ainsi s'exprimait Alfred Pelludat, 46 ans, ':afetier à Berlin-Ouest. Les consommateurs interloqués firent appel à la police qui se fit accueillir, comme taute monde, aux cris de cc Heil Hitler , ». Le cafetier nazi '3 été condamné à trois mois de prison avec sussis. • LA GUERRE DE L'ENSEIGNEMENT EST OUVERTE au Liban où aucun manuel ne peut plus fa ire ment ion de _l'Etat d'I sraë l. • « M. JOXE VA NEGOCIER AVEC DéS NON CIVILISES », a déclaré le députéultra Portolano, à l'Assemblée Nationale. ,JI s' agissait du G.P.R.A. • , QUE LES FRANÇAIS RETOtJRNENT A LA FANGE qui est leur é lément nature l » : tel èSt le voeu exprimé dons une lettre du « pa tr io-. te » Guy Ceppe, l'un des accusés du procès des pla stiqueurs de Riom . • DROIT D'EXPRESSION POUR LE NAZI AMERICAIN George Rockw-ell, vient de décider la Cour d'Appel de New-York, est'j,mant que rien dans la Constitution américaine, ne s'oppose à la diffusion publique des idées de quiconque. • NOUVEL ATTENTAT O.A.S. C O N ~ TRE UN JUIF, le 14 décembre, ci Alger : M. Léon Elbaz, un dentiste. Le même jour, à Qran, a ssa ssinat d'un avocat musulman, M' Abed, et d'un libéral e uro péen : M. Favarel. • EST-IL VRAI QUE SKORZENY, l'ancien ober. turmbannfuhrer S.S., qui libéra Mussolinï par un audacieux coup de main, dirige en Espagne une école de saboteurs et de terroristes pour le compte de l'internatio·nale néo-nazie ? • L'APPARTENANCE RACIALE NE SERA PLUS MENTIONNEE désormais sur les actes de naissanse dans l'Efaf de New-York, • BENEFICIANT DE L'INDULGENCE DES JUGES, en raison de son passé militaire, l'ex-para Jean Blancart, arrêté à Lille pour ovoir peint l'in:cription O.A.S. sur les murs, fut condamné en octobre à 8 jours de prison seulement. Deux jours après sa sortie, il plastiquoit les locaux du journal cc liber. té n, dans la même ville. Il vient d'être arrêté de nouveau à' Compïègne, où il tentait d'extorquer 5'00.000 francs il un commer çant. • UN AUTHENTIQUE NAZI JOHN VORSTER est actuellement ministre de la Justice dans le gouvern ement sud-africain. Dirigeant du mouvement hitlérien « Ossewa Brandwag », qui avait pour objet le sabotage de l'effort de guerre 01·lié, il fut inte rné pendant la secon de guerre mondiale. 4 Les conséquences pathologiques tardives chez les victimes juives du nazi•s m! e S OUS l'égide de l'UNION MONDIALE O.S.E. (OEuvre de Secours aux Enfants) s'est tenu à Paris, les 20 et 21 juin 1961, un Colloque présidé par les Professeurs Etienne Bernard et R. Cotton, et par le Dr' E. Minkowski, Président du Comité Exécutif de l'Union Mondiale O.s.E. (1). De nombreuses personnalités du monde médical français ont assisté au colloque et y ont app'orté 1 e résultat de leur expérience concernant la pathologie des victimes du nazisme. Cette confrontation scientifiaue et p'ratique à la fois revêt une importance fondamentale, car il ne s'agit pas seulement de questions théoriques, mais aussi de l'indemnisation des conséqu€lnces pathologiques existant encore de nos jours chez les victimes du nazisme. [_1_8 _Dr_I_~' S_IM_O_N _1 Le Prof. Etienne Bernard a insisté a1l cours de la séance inaugurale sur le grand nombre des victimes et sur les différences qui existent entre elles. Les unes ont souffert dans les camps de la morr . ou dans des camps d'internement, d'au· tres ont souffert dans les prisons, dans les ghettos, dans les forêts, et il y a en· fin ceux ou celles qui ont vécu dans la clandestinité. Tous sans exception, et en particuli-er les déportés, ont souffert aussi bien physiquement que moralement. Tous gardent de cette époque (1939-45) des sé · quelles plus ou moins importantes ; mal· gré les soins reçus depuis la Libération ou depuis 1945. Mais il existe parfois des difficultés surtout du point de vue médh:al, à démon· trer le rapport direct entre les maladie~ act.uelles (considérées comme des séquel les) et celles contractées pendant et du fait des persécutions nazies. tionnels et organiques du système cardiavasculaire (névrose cardiaque, hypertension artérielle, athérome vasculaire, an· gine de poitri'ne et infarctus du myocar· de. Il montra le rôle des émotions et de ra vie an ti-hygiénique dans l'apparition de ces affections, et insista sur leurs par· de la part des nazis, d'autres ont été stéri · lisées par des gynécologues nazis. Nous ferons remarquer d'ailleurs que les nazis avaient l'intention de stériliser. non seulement les femmes, mais aussi les hommes, les jUifs et les non juifs, par les rayons X et par la plante toxique appelée

Caladium Seguinum », « la canne du

silence» - comme l'a montré dans son étude le professeur M. Dvorjetski, de Tel. Aviv (voir Revue d 'Hi:3toire de la Médecine Hébraïque n° 39-mars 1959). Le professeur Mawas étudia « les sé. quelles oculaires Il surtout les cas de glau· come déclenchés par les chocs émotion, nels. Il parla également des traumatismes oculaires et de leurs conséquences funestes pour les victimes du nazisme. Le professeur Péquignot insista sur Il le vicidissement précoce chez les victimes du nazisme » et il montra que les maladies présentées par les personnes âgées ne En effet, t.rès peu de malades ont con · servé des documents (radiographies, exa· mens de laboratoire et surtout d 3s ordonnances) datant de Tépoque qui suivit im. médi'atement la guerre, de sorte que les malades sont obligés de rechercher tout ce qui peut démontrer que les maladies dont ils sont atteints actuellement sont bien apparues pendant la guerre. En l'absence de documents anciens, les médecins experts de l'Ambassade al.emande sont obligés de se contenter de documents signéS récemment par les médecins qui ont soigné les malades dans les années 1945 · 1S61. Mais il existe des maladies organi· ques pour lesquelles les certificats ne suf· fisent pas. Ainsi un ulcère de l'estomac, une forte décalcification de la colonnE' vertébrale qui exist.aient déjà en 1945. ne peuvent être authentifiés si l'on ne possède pas les radiographies de l'ép ::: ~ue. Nous devons reconnaître que les autontés médicales allemandes ont parfaitement compris cette situation et elles acceptent les certificats en l'absence de clichés radiographi- ques. On peut dire qu'en général la question des documents médicaux est déjà réglée. LE VEL' D'HIVER, 16 JUILLET 1942 Mais il reste un autre problème grave _ celui de la démonstration de cause ~ effet dans un certain nombre de maladies. Prenons par exemple le cas des malade~ non déportés (clandestins) qui présentent aujourd'hui une angine de poitrine, ou un ulcère de l'estomac, une tuberculose pulmonaire, une cataracte, ou de graves crises de dépression. Eh bien ces différen. tes maladies sont-elles la conséquence des persécutions ou non? S'il s'agit d 'un ancien déporté dans les camps de la mort, le doute sera moindre et les médecins allemands accepteront l 'imputabilité. Pour' tant des malades simplement cachés et traqués et qui ont subi de graves chocs émotionnels pendant la guerre, et qui ont perdu plusieurs membres de leur famille, peuvent également présenter - comme conséquence de la guerre - les maladir::s que nous venons de signaler. Les méd:cins allemands - à force de connaître des cas de plus en plus nombreux et de plus en plus compliqués - ont fini par accepter les conséquences pathologiques tardives .au moins une grande partie de celleS-CL - comme imputables aux persécutions nazie.:. Grâce au colloque du mois de juin, un grand nombre de problèmes ont é é expli· qués sci·zntifiquement. Les personnalités médicales dont les noms suivent ont ap· porté leur collaboration au Colloque ct. ont démontré que le. pathologie d s victimes du nazisme est absolument nouvel· le. Plusieurs centaines de médecins - dont un grand nombre d 'experts - ont tenu à assister aux séances et à appor el' leurs observations personnelles. La haute tenue SCientifique est la grande caractéristique de ce petit Congrès. Le Docteur Abaza traita « les séquelles tardives de la patho 'ogie cardio-vascu· laire » et passa en r evue les troubles fone- (1) Une brochure sur ce colloque a été publiée en novembre 1961 par l'Union Mondiale O.S.E. La persécution reste à jamais inscrite dons leur corps. ticularités chez les victimes du nazisme, anci:zns déportés ou simplement clandes· tins. Le Docteur Biderman insista sur Il les séquelles de la pathologie respirato:re » et montra le rôle des conditions de vie • et-des émotions dans le déclenchement des affections respiratoires, et demanda une confrontation entre médecins français er. allemands. Le professeur Cattan étudia « les rapports entre le système nerveux et l'ulcère gastro.duodénal » : d'une part les émo· tipns de toutes sortes, d'autre part la via difficile sont la cause de cette grave af· fection, qui a souvent résisté à la thérapeutique. L'ulcère gastra-duodénal est bien la conséquence des persécutions nazies, s'il est apparu pendant et quelque'! années a·près la guerre. Le professeur Halpern, du Collège de France, a montré « le rôle des émotions et des souffrances dans l'apparition et la persistance des maladies allergiques, tel. les que l'asthme, trachéo-bronchite et rhinite spasmodiques Il. Il insista sur les difficultés thérapeutiques e; il affirma que ces différentes affections sont impu. tables aux persécutions nazies. Le Dr Helier traita, comme le Dr Abaz::J. « les affections cardiologiques », dont la gr:3;vHé ne peut échapper à personne. Il montra le rôle d es dépor ations et de la vie traquée dans le déclenchement et l'aggravation de ces maladies. Il apporte de nombreuses statistiques pour démontrer le rôle des persécutions. Le DoctJur P.-L. Klotz, spéchliste de.~ maladies du nez, de la gorge et des or~ il. les, insista sur la fréquence de ces maladies pendant l'occupatio.1 nazie (sinusites, otites suppurées et non soignées). Il rap p ela aussi la fréquence des frac.ures (\es os du nez par les nazis, les fractures des maxillaires, et il insista sur les conséquen· ces souvent très graves (surdité, sinusite chronique, etc ... ) dues aux persécutions. Le professeur Kreis étud:a Il la tuberculose pulmonaire contractée p3ndan~ l'occupation Il. Les s:lquelles tard:ves sont fréquentes. Beaucoup de malades n'ont pas pu se soigner régulièrement pendant l'occupation nazie (pneumothorax interrompu, début de tuberculose négligée par la vie cbndestine, etc ... ). Il y a des tu · b erculos~s pulmonaires apparues quelques années après la guerre, dont l'imputation rzste difficile. Mme Kreis de l\'Jayo étudia « les fonc· tions génita:es chez le, femmes vi ~ time.! du nazisme Il et montra que les troubles des règles, et même la disparition totale de celles·ci et la stérilité sont fréquente~ chez les victimes du nazisme, sans par· 1er des troubles nerveux importants qui peuvent les accompagner. Un certain nombre de femmes ont subi des vio_ences sont pas forcément dues à l'âge, comme le disent souvent les médecins experts allemands. Le professeur de Sèze étudia « les maladies des os, des articula ions et de la co· lonne vertébrale Il et montra le rôle des privations, des émotions et des conditions de vie (humidité, froid, etc ... ) et des trau· matismes dans le déclenchement des ma· ladies actuellement présentées par les malades, mais qui sont la conséquence directe des persécutions. Cette prise de position du prof. de Sèze est d'une importance capitale et rend justice aux victimes du nazisme. Le professeur Baruk étudia (( les syndromes psychopatho!ogiques chez les vtc· times d\l nazi:;;-me » et il montra le rôle des chocs émotionnels dans le déclenche ment des maladies mentales. Il insista sur l'irritabilité. les cauchemars et la vérItable psychallergie. la sensibi ité spécia15 que présentent. les victim:!s du nazisme, à cause des souffrances endurées par elles et par les leurs. Le Docteur Simon, secrétaire général - du Colloque, étudia « les troubles psy· cho.somatiques dits ne"ro-végéhtifs ap· parus chez les victimes du nazisme - aussi bien chez les déportés que chez les clan· destins ». Il montra que, contrairemen~ à ce qui se passait chez les prisonniers de guerre allemands qui guérissaient 2-3 ans après leur retour en Al~emagne, che~ les juifs les troubles neura-végétatifs et les états dépressifs persistent, car i sont été déclenchés par des traumatismes phy· siques et p,ychiques très graves e~ sou· vent même définitifs (tels que tortures. déportation et extermination des parents, frères, soeurs, enfants, etc .. .). Les conférences ont été suivies de dis· eussions fort intéressantes qui seront publiées dans leur texte intégral dans les mois à venir. Le Colloque a été clôturé par le Doc teur Eugène Minkowski. L'émine 1t neuro · psychiatre, président du Comité Exécutif de l'Union Mondiale O.S.E., rendit hommage à tous les participants français et. étrangers, juifs et non juifs, et montra l'importance des travaux prés:!ntés à rp. Colloque. Ceux-ci apportent, e 1 effet. beaucoup de lumière et de précisions en vue d'une meilleure compréhensr:n de 13 pathologie si complexe des séque les tardives. Il émit l'espoir que les savants al· lemands se pencheront éga'ement sur ces questions et prendront en considératioll les travaux du Colloque pour le plus grand bien des victimes du nazisme. Mais le Colloque aura aussi d'autre(; avantages, tels que le diagnostic plus préciS et surtout des traitements plus rapides des maladies physiques et psychiques provoquées par les persécutions nazies. A BONN QUI EST COUPABLE QUI EST INNOCENT ' • D« Ep lutesl s » faavitasi t naes ssuer é relep romdiuniirsotrnet ouest-allemand de la Justice, après 10 libération de M. Vracavic, citoyen yougoslave arrêté à Munich en vertu d'un mandat établi par les nazis pendant l'occupation de la Yougoslavie. Il a suffi de quelques semaines pour que des faits semblables se reproduisent. Cette fois, c'était le consul yougoslave à Munich lui-même, M. Predrag Grabovac qui était visé. Accus~ par les fascis:es croates (regroupés en Allemogne de Bonn) d'aveir participé aux combats antihitlériens dans un groupe de partisans, M .. Grabovac était menacé d'être arrêté; et il a dû regagner son pays, se trouvant dons l'impossibilitéd'exercer ses fonctions. Il y a là beaucoup plus que des cas pero sonnels. En affirmant « coupables ,., le6 résistants qui se sont dressés contre Hitler, les autorités de Bonn se situent elles-mêmes comme les héritières de l'hitlérisme. Tout se passe comme si rien n'était changé. Le combat des mêmes contre les mêmes conti· nue .. . Le point de vue de LAMMEROING l'outre aspEct de cette situation, c'est que les vrais coupables, les nazis, sont consldéres, eux, comme innocents. Le général !:l.S. Lammerding, le cnmlnel de guerre qui organisa le massacre d'Oradour et les pendaisons de l ulle vient d'en administrer avec éclot la preuve. Condamné à mort par coutumace pour ces deux crimes, et pour des octes 'similaires perpétrés en U. t{ . ~.S. et en Pologne~ Lammeralng coule aujourd'hui de:; jours heureux à Ousseldorf, où il dirige une importante affaire de construction. Il effectue de fréquents voyages à l'étranger, notamment en Espagne, et sa présence a été signolée à plUSieurs congrès d'anciens S.S. Ce scandale ayant fini par émouvoir 10 Justice ouest-allemande, le procureur gé· néral de DusseldorT a fait savoir qu'il « étudia.t actuellement la po_siblhé de foi. re comparaître Lammerding devant un ~ri. bunal alemand ». Mois il a ajouté qu'~n raison de la prescription, il ne pouvait \m tout cos être poursuivi pour homicide, mais pour meurtre: or, ce cnef d'accusation ne serait pas applicable à l'affaire de Tulle ld'Oradour il n'est pas question). Lammerding a profité de l'occasion pour foire connai.re son point de vue. Dans une déclaration lue par son avocat, au cours. d'une conférence de presse,il prétend qu',1 n'est pas responsable des crimes commis par les troupes qu'il commandait, et qu'ou demeurant « les exécutions de Tulle et d'Oradour avaient été motivées par le mas~aCt'$ bestial de soldats allemands par les partisans français •• Malgré des affirmations du gouvernement français, il ressort de cer aines infor. motions récentes que l'extradition de Lammerding, condamné à mort por un tribunal fronçais, n'aurait jamais été demandée aux autorités de Bonn. On aimerait être fixé à CE sujet. Et l'on aurait souhaité que lors des récents en retiens franco-allemands, à Paris, les représentants de notre pays protestent fermsment contre les propas oe Lammerding et contre l'état d'esprit qu'ils traduisent outre-Rhin. Mois il est vrai que leur interlocu eur, avec Adenauer, n'était outre que le ministre Gerhard Schroeder, qui fut, dès 1933, membre des Sections d'Assaut hitlériennes. LE CAS HEUSINGER En demandont aux ttals-Unls l'extradi ·. tion du général Adolf Heùsinger, le 12 décembre dernier, le gouvernsment soviétique a attiré une noulelle .ois l'ùttention sur la gravité des foi s reprochés à cet homme, qui dirige aujourd'hui le Comité militaire de l'O.T.A.N. Adolf Heusinger, né en 1897, a participé comme officier d'active à la première guerre mondiale, sur le front fronçais. Après la défaite allemande, il participe, dès la création de la Reichswem, à l'état-major clandestin qui lutte contre la République de Weimor. En 1940, il est chef de la section « Opérations " de 1'.5tat-majof de la Wehrmacht et ' l'une des conseillers les plus écouté~ de Hitler. A ce titre, il par. ticipe directement aux opérations contre la Hollande, la Belgique, la Frc:,ce, la Gronde- Bretagne, la Yougoslavie et l'URSS. En 1941 il est n::lmmé lieutenont-généroi et char~é de diriger la répression contre les partisans soviétiques, ou groupe d'armées du Centre. Il signe personnellement le télégramme nO 1 1 .074 du 21 août 1942 ordonnant aux comamndants d'armée. d'activer 10 répression : ". Les mesures que vous entreprenez sont approuvées. Faites rapport sur leur réalisation. » L'un de ces rapports a été retrouvé. Il signale des exécutions « liaison avec les par· isans » : « Fusillés : hommes, 597 ; femme~, 509 ; enfants, 222 ». Et ou bas de la lis e : «Juifs, 41.848 •• Puis, cet hallucina nt total : « 014.738 fu~iIIés ». Actuellement, A. H eusinger siège en permanence à Washingt on, aù sa présence a d'ailleurs soulevé de nombreuses protesta. tions. r UNE L ECRIVAIN Reinhard Strecker vien"t de pubher, à Hambourg, aux Edi· tions Ruetten und Loenig, un livre intitulé : (( Dr Hans Globke, dossiers et documents ». Mais, aussitôt, la diffusion de cet ouvrage a été interdite par le tribunal de Bonn, à la demande de Globke lui-même. On devine aisément pourquOl. Nous sommes en mesure de publier, quant à nous, quelques documents photographiques particulièrement significatifs de la vie et de la carrière de cet. homme qui occupe aujourd'hui un poste déterminant dans le gouvernement d;:! Bonn, celui de Secrétaire d'Eta.t à la Chanceller ie. LA PHOTO DU HAUT a été prise en 1940, dans les bureaux du ministre dc l'Intérieur F r ick (condamné à mort par le Tribunal international de Nuremberg). Une réception avait été organisée en l'honneur des agents de la. 5" Colonne ar· rêtés par le gouvernement fr ançais et que les Allemands, victorieux, venaient de libérer. 1\ dr oite, on reconnaît Hans Globke, conseiller au ministère (indiqUé par la flèche). Cinq ans plus tôt, il s'était illustré dans l'élaboration et le commentaire des lois raciales. « Le juif est un corps étranger dans la communauté d e~ peuples européens ... C'est pourquoi il doH être éliminé ' de c ette communauté n, écrivait cet éminent spécialiste, qui créa la base juridique grâce à laquelle les juifs purent être isolés dans la nation pour être conduits à la mort. LA SECONDE PHOTO date de 1941. Il s'agit d'une conférence consacrée à la déportation des juifs tchécoslovaques. Stuckart (debout) donne ses directives Globke (indiqué par la. flèche) se trouv~ non loin de lui. LES DEUX PHOTOS SUIVANTES ont été prises à Bratislava, en 1941, lorsque Globke s'y rendit pour mettre sur pied les mesures anti·juives. Sur l'une, on le voit en uniforme, faisant le salut nazi. Sur l'autre, en uniforme également, il défile avec les autorités d'occupation et les dirigeants du gouvernement pro. nazi. C'est Globke qui inspira la législa.tion antijui:ve dans tous les pays occupés par Hitler. DERNIERE PHOTO ,; Globke dans l'exercice de ses fonctions actuelles. Cet homme, qui porte le numéro 101 sur lE'. liste des criminels de guerre établie par les Américains, est aujourd'hui l'éminen· ce grise d'Adenauer. Il étudie pour lui tous les dossiers et lui prodigue ses conseils. Il le remplace en fait lorsqu'il est malade ou absent. Et pour entrer en rapport avec le Chancelier, les ministres eux-mêmes doivent passer par Globke. Le remaniement récent du ministère n'3I mo. difié en ri-en son rôle prépondérant. Ici, on le voit (à gauche) au Bundestag, derrière Adenauer et le ministre Ehra.rd. VIE ... 1 EICHMANN C 'EST au cours d'une séance de douze minutes exactement que le Tribunal de Jérusalem a prononcé la condamnation à mort d'Adolf Eichmann, le 1.S décembre au matin. La lecture du jugement, long de 200 pages, s'était poursuivie pendant les quatre journées précédentes. « Nous avons cOllsidé~é, a Jéclar,é.le président Landau, la, peme ~ue, nfente l'accusé et profondement penetres du sens de la' responsabilité q1Û nous incombe nous avons résol1t, en fÏ1~ de compt~, qu'afin de. punir J'accusé e:t .de servir d'exemple, û conV1ent .de lUf, infliger le max'imu1lt de la peme prevue par la loi. » Auparavant, le procureul- Hausner, • • 5 10 mort dans son réquisitoire, avait aifirmé « Même si Eichmaml mourait des milliers de. fois chaque iour. ce serait une bien petite peine pour celle qu'il mérite. Un million d'enfants ont été as~ assinés : « Le châtiment pour le ~-ang versé d'un petit enfant n'existe pas :J, a dit l'un de nos poètes, Le châtiment pour Eich111aim n'existe pas. Le compte du sang ne sera jamais acquitté. Si Eichmann n'éta-it pas exécu,té, la peine capitale n'aurait a1tCfme signification. ;- Les juges ont répondu en détail aux arguments de la défense, tout particulièrement à celui qui tendait à présenter l'accusé comme un simple « petit rouaI!: e » d'un immense machine bureaucratique. « Eiclmumn, souligne le Tribunal, était bicn à la tête des services chargés des questions iuives, Il remplissait sa tâche SUI' des directives générales, mais avec ~m large pouvoir discrétionnaire. It faisait partie de ceux qui tiraient les ficelles. » Il est prouvé, par exemple, qu'Eichmann a assumé personnellement la déportation de ;.10.000 civils polonais entre 1941 et 1942 dans le but d'installer à leur place des familles allemandes, et la déportation de 14.000 Slovènes effectuée sous la contrainte et la terreur. Il a eu également une part de responsa bilité dans l'extermination des Tziganes. Concernant les juifs. le Tribunal ex· pliQue: « Les crimes contre le peuple juif visaient à faire disparaître un peuple entier de la surfac€' dl' la terre et ils diffèrent à ce titre de tout crime contre des particuliers. Pour la détermùUltiOK de la rez'ne, il faut lem'r compte aussi - sl:non princiPalement ·- de l'atteinte rorté! au.l,- victimes en. tant que particuliers. Chaque train transportant mille êtres hu,mains à Auschwitz, ou en quelque au.tre lieu d'extermination, représente sa partidpatl:0n directe d mille assassinats avec préméditation, et sa responsabilité juridic/lte et morale n'est en aucmle facon moindrf' qu~ celle du misérable qui, de ses p,'opres mains, précipita les malheureux dans les chambres à qaz, » Et il poursuit : « L'accusé avait fait fi de sa COtlScit:nce comme l'exigeait le régi'm,e auquel il s'était livré corps et âme. Il tomba de plus en plus bas .iusqu'à atteindre le fond du gouffre dans l'application de la « solution finale ». Mais on ne peut dire que SOll cerveau Cf!'Ssa lui aussi de fonctionner ou qu'il ne fonctionna que pm' obéissance aveu.qle. Il àvait une foi sans limite dans la menteuse doctrine national-socialiste qui voyait dans les j uifs des cnnemis du Reièh qu'il fallait e.t"terminel sans pitié. Sa. haine était une hainl' froide et délibérée qui visa,it moins le .luijs .!Il tant qu'individu que les it~ifs en tant que peuple ct c'est précisément pour cette raison qu'elle se manifestait d'une façon si nocive et si destructive.. IL consacra à. sa tâche son esPrit éveillé, sa grande ruse. et ses dons d'or.qanisateur. » Répondant tout particulièrement "l'argument selon lequel Eichmann n'aurait fait qu'obéir, le Tribunal souligne la responsabilité de l'individu, même dans le cadre d'un rél!:ime fasciste: « V1I lel régime tend à faire du àtoyen 1m sujet obéissant exécutant n'importe quel ordre venant d'en haut, mêmi!' lorsqu'il s'agit d'un ordre injuste, inique ct meurtriel'. Il est vrai aussi que, dans 1m tel régime criminel, celui qui agit par obéissance au chef criminel n'est pas châtié, mais au contraire récompensé, et ce n'est que lorsque le régime tout entiel' s'effondre que le bras de la fusticel l'atteint. :) Dans une brève déclaration, le bourreau, cyniauement, a continué à se dire 110n 'coupable et « victime d'une conclu·sion erronée ». « Mon espoir de trouver ici fustice a été déçu », a-til proclamé. Son avocat a annoncé qu'il ferait appel dans le délai lél!:al de quinze jour~. Les nazis menacen •... Quelques jours avant le verdict du p:~cès Eichmann, ~ c~rtain ,n0rt,lbre de per .. sonnalités israéliennes, en particulier les dirIgeants des orgamsatlOllS d anCIens combat .. tants, ont reçu une lettre" postée à Haïfa, ainsi conçue : « JUIFS! Voilà plusieur9 mois que dure dans votre pays et dans certains autre, une campagne effrénée de haine contre l'homm,e allemar:d " un flot boueux r1.e. menso,.. ges ignobles et honteux est déversé sur ceux quz ont subt les plus gran,ds sa.enftces da!l' le combat pour les hauts idéaux de la civilasation occidentale ou qUt, mamtenant, ,tiquent leur vie pour eux. « Vous, Juifs, sous· hommes "que vous ~tes, vous ne sav~z faire qu'une chos~ ." nuire à ces idéaux et au relèvement de la grande Allemagne. Mazs vous ne pouvez nen chan .. ger à votre' destin. Vos ac'tes pernicieux montrent seulement le caractère négatif de Ur TaC(! juive. « Vous voulez la peine de mort pour Eichmann et, par; cela, la vengeanc~ de tiO~ compagnons de race exterminés. Mais, nous anéantirons vos plans. Dans le combat te· nace pour l'honneur de l'Allemagne et la liberté, nous sommes devenu!: plus durs. . « Finissez-en, autrement fondra sur vous un châtiment encore plus terrible que ceZ.,.... que vou·s avez connu une fois. Il Vive Eichmann! Fidélité à l'Allemagne! » 6 .-...... ._-_.--...... ._-_-...... .__ __. ..... ._-__. ...._ -.., --._. ---..- J . ........ ..,-,192.168.254.42 25 mai 2010 à 15:14 (UTC) Après les viOlences du 17 octoble A la suite de l 'instauration du c ouvre-feu discriminatoire frappant les Algériens musulmans de la r égion parisienne, et des violences commises contre les hommes, femmes et enfants qui manif estaient pour leurs droits et leur di gnité, nous avons Tep roduit dans notre dernier numér o, les déclarations que nous ont faites de n ombreuses personnalités de (DUS les horizons. D 'autres déclarations nous sont parvenues aussitôt après la sortie de notre numéro de novembre. Nous les pUblions ci -dessous : «Des mesures inadmissibles» _ Le r~ci5me est un ph~nomène tenace et instinctif. Il a existé dans tous les pa ys, a tou tes le! epoq ues. " a t oujours tenda nce à rena ître et ce n'est que par une lutte constante contre lui, qu 'on a rrivera à l'exti rp er. Il y a ra ci lme toutes les fois qu'un homme est pourchassé pour :)on ·laciès. Il y a racisme toutes les fois qu' un homme est maltraité pour la couleur de sa pea u ou sa nationalit é sans que ceux qu i le maltra itent aie nt rien à lui re procher à' lui Indivi duellement . " y a racisme quand un couvre-feu est institué à 20 heu res pour une cat~g or ie dét erminée de c itoyens défin is par des cri tères etchniques ou nationaux. Il y a raci sme quand des policiers, avec rage et bestialité, poursuivent un homme, le matraquent, le torturent, l'insultent, le tue nt, et ne subissent aucune ré primande parce que la victime est a lgé rien ne, alors qu' il n'en serait sûrement pas ainsi s'il s'agissait d'un c:itoyen tr" nc;als a la peau blanche . Il y a racisme quand la majorité des França is se se ntent non concernés par cette affa ire et vaquent normalement à leurs occupotions pendant que sévit la plus atroce ré pression. Que lles q ue puissent êt re les excuses ou les prétextes d' une mesure gouvernementale ou d' une autre, les mesures de caractère raci ste sont condamnables. par principe et Inadmissibles en toutes circonstances. La'urent SCHWARTZ. Professeur à la Faculté des Sciences de Paris. «Se comporter en frères » ••• C ETTE fois, ce n'est plus seulement devant notre porte qu'il faut balayer l'ordure. ma is dans notre I1 laison, puisque c'est dans Paris même qu'ell e a fa it irruption . Couv rir. cela ser a it favoriser les fermentati ons les plus nauséabondes et les plus mortell es. Le~ ra isons ne manquent pas de dire son angoisse et son indig nation. Un chrétien sa it que tous les hommes sont à part entièr e. Il se doit de le dire plus fort à l'heure où la sottise et la ha ine rendent plus sourds. Il se doit plus que jamais de se comporter v raiment en frère vi s-à-vis de celiX qui sont mé prisés et mat-raqués sous ses yenx . de montrer par ses actes Que le Cllri st est 1110rt aussi pour les N ordAfr icaim. Pasteur Louis VIENNEY. Parmi les autres lettres qui nous sont parvenues, s'associant à notre protestation, c itons celles des écrivains ARMAND LANOUX, « contre les discriminations raciales d'où qu'elles viennent » , VLADIMIR POZNER, ALBERT MEMMI et JEAN COUE. M. FRANÇOIS MITTERAND, ancien ministre, nous a également fait savoir qu'il entendait protester « contre les discriminations dont souffrent tant de groupes humains, et en particulier les Algériens de la r égion parisienne ». Pour le meeting de la Salle Lancry Quelques messag-es destinés à notre meeting du 8 novemb re à la salle Lancry nous sont également parvenus après la mise en page de notre dernier numéro. M. Eugène CLAUDIUS-PETIT vice- présidènt de l'Assemblée Natio~l ale, nous a fait part de ses l'egrets de n'avoir pu être présent. De même, Mme Marie-José CHOMBART DE LAUTVE. attachée de Recherches au C.N.R.S., et M. Paztl-Henr~' CHOJlIRART DE LAUfiVE, D irecteu-r d'Etudes à l'Ecole Prat ique des Hautes Etudes, Qui nous écrivent : « Vous save::: que nOlis S011l1lles de coeur avec VOltS dal/s tO ll /e action qui s'op l'osera allx ~'iolel1ces, altx tortttres. allx discriminatiol1s qlli .1'011/ IIlbe honte POllY flOire l'a'ys. « Nous avons dit dal1s di·..,ers articles ce que 1/0tlS pe1/SiOl1S des del'niers événements. et 110US cspérol1s avoir tin peu de tem!s pour le dire el1COU' le plllS sou- 7'el1 t possible. '" .• ,- Enfin, nous avons reçu cette lettre du Comité Anticolonial iste Ital ien : « Le C omitr Anticolol1 ialis te italien aPlnûe tOttte il1itiaf1:v.e combattant le danger raciste . En dénonça11t les violences d011t sont 7'ictimes les 1J/usulmans résidant à Paris. et en applall dissa.nl à la ltttle conragellse qui a déià ob t~n1t une premièl'e victoirl', le Comité Anticolonialiste I talien eMeltd faire C(lIIl/aître 1,(/ solida rité des démocrates i taliens. « En adr essal1t tm cTtaleuretu; salut aux A lgériMls alti. dans les priso11s françaises Ola proclamé la qrève de la faim de/mis le J a- novembre, le C01nité A nticolonialiste Italien re1touvelle le souhait de né.qociations- immédiates avec le C.P. R .A. dans l'il1 fél'êt de la paix eot de la démocratie. ~. LA RATONNADE: scène de la vie de tous les jours - ou pre.que - à Alger, à Oron, dans d 'o utres villes algériennes. Les ultras se déchaînent, a rmés de barres de fer, de cauteaux, ou d'armes à fe u, cantre tous les musulmans q u'ils rencontrent, hommes, femmes et enfants . Quand se déclenche a insi le pogrome, mal heur à qui se trouve dans la rue. Et les fo rces de l'ord re impuissantes à préve nir et à réprimer les ratonnades, comme elle~ le sont devant les assassinats et les plastiquage s de l'O.A.S., interviennent avec violence lorsque les victimes manifestent can .. _ ..... .._-__ ..... .._-_-..... .--__ - ..... _ - ... tre les agissements c riminels des racistes. HALTE au RAe DEUX CENT-TROIS attentats au plastic dans le département de la Seine, du 1er janvier au 22 novembre : t el est le bilan présenté récemment par M. Papon, préfet de police, dans le Bulletin Municipal. En r egard de ce chiffre, il en a donné deux autres : 59 « plastiqueurs » arrêtés, dont 7 ùnt été gardé,; en prison. Il est clair que les mesures prises sont non seùlement insuffisantes, mais à peu près sans effet. Loin de se ralentir, les menées criminelles des « activistes » prennent des proportion:, chaque jour plus inquiétantes. Pour s'en rendre compte il suffit de citer quelques- unes des personnes visées à Paris, ces dernières semaines : des professeurs à la Sorbonne (MM. Godement, Kastler), et un prOfesseur de Saint-Germain- en-Laye (M. Jean Veron, dont les deux enfants ont failli trouver la mort' dans l'incendie provoqué par l'explosion) ; des avocats (M'" René-William Thorp, Pierre Stibbe, Amblard, Charles Lederman, Benabdallah), des journalistes de « France-soir » (une explosion a eu lieu à la rédaction même de ce journal), de « l'Humanité », « l'Express », « Libération » ; des parlementaires ou anciens parlementaires (MM. Marcel Paul, Robert Chambeiron, Mme Madeleine Marzin, MM. P alewski, Touret, Ganeval); un éditeur : M. Lindon. Le siège de l'U.N.E.F . a été « plastiqué » pour la seconde fois en quelques semaines ... L'audace des fascistes va croissant. A Lyon, dans ,-me même nuit, ils attaquent un séminaire, une .permanence du Parti Communiste, les domiciles d'un avocat et d'un éminent résistant, Compagnon de la Libération. A Lille, des armes sont volées dans des conditions troublantes au 43' Régiment d'Infanterie. A Alger, un attentat est perpétré contre un navire de la Marine Nationale : on compte un mort et trois blessés. . Et quand, à la Mutualité, des homme l'éloge de l'O.A .S., non seulement cett tion n'est pas interdite, mais un seul ~ Dides, est arrêté, et envoyé dans un cl avoir passé quelques jours à la Santé suites envisagées contre Le Pen sont ab Bidault organise quelques jours plus tal rence de presse ... Du 6 ou 19 décen Mais la résistance, heureusement, s 'a aussi. Résistance au racket de l'O.A.t commerçants, des médecins ont donn comme Brigitte Bardot, appuyée par c artistes. Protestation contre les attentl sur place, à Paris et en province. Les « plastiqueurs » ne font pas de ent re les républicains, les partisans de est donc logique que l'union se fasse, ceux qui se trouvent menacés et qui ent poser à l'instauration de telles moeurs. Déjà, le 6 DECEMBRE, dans la Fr des manifestations puissantes ont eu lil des antifascistes de tendances les plus LE 19 DECEMBRE il. son tour, sera journée de lutte contre l'O.A.S. et le flU la paix en Algérie. A l'appel de la C. C.F.T.C., de la Fédération de l'Educatio et de l'U.N.E.F., auxquels se sont joln nombreux cas les Fédérations F .O., u aura lieu dans toute la France, à 11 heUl tiples partis et organisations - Parti C P .S.U., S.F.I .O., M.R.P., entre autres ~ ment lancé des appels dans le même Par is, 35 parUs et organisations (dont 11 se sont associés à l'appel de la C.G.T ., de et de rU.N.E.F., pour une grande mani: même jour, de la Bastille à l'Hôtel de 1


Trois déclan Le 29 novembre, le M.R .A.P. a l « Devan t les menaces, les atte! pa blc, et qui, pour .. une gJ'ande part, tional du M.R.A.P. dén once le grav4 lemcn t sur l'Algérie, mais sur la Fr Contre cc péril, il appelle tou sive. Il se déclarc disposé à s'associer républicains. Il a déjà, avec la Féd Progressiste, signé un communiqué commu niqué int ervenu alors que le niste et la Confédér ation Générale 4 li répond de même à l'invitatiol l'Homme à un nombre important Il espère que de telles initiatives Ics forccs saines décidées à défendJ Le ' dmener le fascisl « .... de nuir. prendre compliCE Le]] tiatives militan tl ct l'anti la Joun le fasci! compto intéreSSÉ n se tage, à. diverses. renforcé Voie cembre Pas de commission d'enquête ! ... « L. la Paix dans lel l'U.N.E .. MARDI \Jar la Au cours du débat du 31 octobre, le Sénat avait décidé le prinCipe d'une commission d'enquête sur la r épression des manifestations algériennes du 17 octobre et des jours suivants. Mais, la veille même, des informations judiciaires avaient été ouvertes par les Parquets de la Seine, de Versailles et de Pontoise, à la suite de la découverte de 40 cadavres d'Algériens dans la Seine. Or, en vertu d'une- ordonnance de novembre 1958, il ne peut être constitué de commission d'enquête pour les affaires faisant l'objet d'une information judiciaire. Ainsi, l'enquête parlementaire ne devait( ·Ue porter que ({ sur les événements euxmémes, dans leur contexte administratif et sur les violences n 'ayant pas fait l'objet de plaintes et d'informations judiciai' res )J. Pourtant, même limitée de la SOI te cette enquête n 'aura pas lieu. Il s 'est trou: vé au Sénat, lors du vote du Il décembre sur cette question, une majorité pour s'opposer à la désignation d'une commission parlementaire, conformément au voeu du ministre de l'Intérieur, M. Frey, et des députés de l'U.N.R. Le n tendanci fascismE d' hui m Soul inspire en Algé ceux qui défendn l'arrêt heures, d'un COI ALYE au RACISME el ·au FASCIS X CENT-TROIS attentats au plastic dans département de la Seine, du 1er janvier au 1 novembre : tel est le bilan présenté ré cemM_ Papon, préfet de police, dans le BulleEn r egard de ce chiffre, il en a donné

59 « plastiqueurs » arrêtés, dont 7 ùnt

en prison. clair que les mesures prises sont non seuleP'UJ..,,' èU'C"", mais à peu près sans effet. Loin menées criminelles des « activisdes proportion:; chaque jour plus s'en rendre comptr il suffit de citer queldes personnes visées à Paris, ces dernières

des professeurs à la Sorbonne (MM.

Et quand, à la Mutualité, des hommes osent faire l'éloge de l'O.A.S., non seulement cette manifestation n'est pas interdite, mais un seul des orateurs. Dides, est arrêté, et envoyé dans un château après avoir passé quelques jours à la Santé ; les poursuites envisagées contre Le Pen sont abandonnées ; Bidault organise quelques jOurs plus tard une conférence de presse ... Du 6 au 19 décembre LE 6 DECEMBRE, A BELLEVILLE Kastler), et un professeur de Saint-Ger( M. Jean Veron, dont les deux enfants ver la mort' dans l'incendie provoqué

des avocats (M'" René-William

Stibbe, Amblard, Charles Lederman, des journalistes de « France-soir l) a eu lieu à la rédaction même de ce de « l'Humanité », « l'Express », « Libédes parlementaires ou anciens parlemen- Marcel Paul, Robert Chambeiron, Mme MM. Palewski, Touret, Ganeval); Lindon. Le siège de l'U.N.E.F_ a » pour la seconde fois en quelques Mais la résistance, heureusement, s'accentue, elle aussi. Résistance au racket de l'O_A.S., dont des commerçants, des médecins ont donné l'exemple, comme Brigitte Bardot, appuyée par de nombreux artistes. Protestation contre les attentats, aussitôt, sur place, à Paris et en province. Les « plastiqueurs » ne font pas de distinctions entre les républicains, les partisans de la paix. Il est donc logique que l'union se fasse, entre tous ceux qui se trouvent menacés et qui entendent s'opposer à l'instauration de telles moeurs. Déjà, le 6 DECEMBRE, dans la France entière, des manifestations puissantes ont eu lieu, unissant des antifascistes de tendances les plus diverses. 1 Les juifs le racisme antimusu POSITION l 1 des fascistes va croissant. A Lyon, dans nUit, ils attaquent un séminaire, une .perdu Parti Communiste, les domiciles d'un d'un éminent résistant, Compagnon de la A Lille, des armes sont volées dans des troublantes au 43' Régiment d'Infanterie. attentat est perpétré contre un navire Nationale on compte un mort et LE 19 DECEMBRE à son tour, sera une grande journée de lutte contre l'O.A.S. et le fascisme, pour la paix en Algérie. A l'appel de la C.G.T., de la C.F.T.C., de la Fédération de l'Education Nationale et de l'U.N.E.F., auxquels se sont jointes dans de nombreux cas les Fédérations F .O., un débrayage aura lieu dans toute la France, à 11 heures. De multiples partis et organisations - Parti Communiste. P.S.U., S.F.I.O., M.R.P., entre autres - ont également lancé des appels dans le même sens. Et à Paris, 35 partis et organisations (dont le M.R.A.P.) se sont associés à l'appel de la C.G .T ., de la C.F.T.C. et de l'U.N.E.F., pour une grande manifestation, le même jour, de la Bastille à l'Hôtel de Ville_ LES événements du 17 octobre ont éclaté comme une immense erreur politique commise pa r un gouvernement et ullle police a peurés; deva nt le5:. mil liers d'Algériens qui manifestaient leur pure existence d'Algériens et récla maient qu'on les tînt pour des hommes, les forces de l'ord re ont laissé paraître publiquement ce qu'elles cachaient jusqu'ici dans l'ombre de s commissariats, des, prisons e t des chambres de tortures: la haine roc iste. L'erreur des pol iciers fut de révéler à tous ce que les partis politiques n'avaient pas encore suffisamment expliqué: que la guerre coloniale aux causes économique, bien claires et ordonnées s'appuie profondément, depuis sept ans, sur une passion folle de peur et de mépris, sur la haine d\.I colonisateur qui se voit contesté comme tel par le colonisé et voudrait réduire celui-c~ 'à n'ê tre qu'une race inférieure, une soushumanité qu'il convient de tuer parce qu'el le vous menace. Mais les policiers ne sont pas des politiques: leur violence est aussi l'erreur qui. révélant malencontreusement la vérité, rend la mesure comble, jette la population entière dons la même colère et dons la même détermination, la convainc que ln lutte pC'ur la poix en Algérie et l'indépendance algérienne est, plus profondément, une lutte -contre le racisme et pour la di - T r~2!~V~'25 mai 2010 à 15:14 (UTC)~M!!~q192.168.254.42 25 mai 2010 à 15:14 (UTC)t~,~:R.A. P. 1 PAR Robert MISRAHI « Devant les menaccs, les attentats et les crimes dont l'O.A.S. se rend chaque Jour cou- '-----------______ -1 pable, et qui, pour .. une grande p.art, ont d'inspiration raciste et antisémite, le Bureau National du M.R.A.P_ dénonce le grave péril de l'aractère fasciste qui pèse aujourd'hui, non seulement sur l'Algérie, mais sur la France. . Contre ce péril, il appelle tous les antiracistes, tous les démocrates à S'U1ÙI' sans exclusive_ Il se déclare disposé à s'associer dan~ cet esprit à toutes initiatives tendant à regrouper les républicains. Il a déjà, avec la Fédération des Officiers de Réserve RépubI:.:ains et l'Union Progressiste, signé un communiqué soulignant la nécessité d'une action d'ampleur nationale, communiqué intervenu alors que le Parti Communiste, le Mouvement de la Jeunesse Communiste et la Confédération Générdle du Travail appelaient à une Journée d'action antifasciste. 11 répond de mème à l'invitation lancée pour lc 30 novembre par la Ligue des Droits de l'Homme à un nombre important d'organisations ct de syndicats. II espère que de telles initiatives son~ le prélude à l'indispensable union active de toutes Ic, fOl'I'CS saincs décidées à défendre la dém(.cratie l'outre le fascisme et le racisme. ))

Le 4 décembre. après avoir rappelé les raisons qui doivent. àmener les antiracistes à participer à l'action contre l'O.A.S. et le fascisme, le M.R.A.P , décla rait, dans un nouvea\... communiqué: gnité : la dignité que les Fronçais, non les Algériens, ont perdue et qu'il est "grand lemps qu'ils retrouvent en libérant les Al gériens. J UIFS fronçais, que ferons-nous Duns quel esprit le ferons-nous ? La tentation est celle-ci : toutes les injustices collectives, d'essence fastiste, comportent une logique interne qui les conduit à l'antisémitisme violent; le racisme anti-musulman est donc la simple préfiguration et comme l'annonce de 1"Jn tisémitisme prochain et nous devrions, juifs en sursis, défendre et protéger l'Algérien aujourd'hui pour nous protéger et nous défendre des menaces de demain. La fraternité serait une lucidité. mois cette lucidité serait exclusivement u~ calcul : défendons la démocratie pal sont néfaste mes juifs . CERTE~ form une mesures ont gement les dans cette i, Algériens so ciers comme trère et mo sécurité c'es bots. Je sui il me renvoi Je récuse len~ation. Certes, c' combattre lE comme juif ln « politiql narchie fase ma mémoirE Varsovie awc dp concentre de l'étoile d mille ou peu teste et pou des Algérie, mon destin nant, cela r rien est mor destin sera-t IL fou; bie expenen rer, doiv sère du mor et vive et te compréhensil sou ff ra nce ( subissent, je leur combat, torturés pOUl bien, moi: roi avec l'AI « ... Seule, une action unanime et résolue mettra hors d'état de nuire les tu(;urs de l' O.A.S., obligera les pouvoirs publics à prendre les mesures indispensables contre les factieux et leurs complices, assurera le respect des libertés démocratiques. Le M.R.A.P., disposé à s'associer dans cet esprit à toutes initiatives tendant à regrouper les républicains, appelle tous ses militants et amis, tous ceux qui entendent combattre le racisme et l'antisémitisme, à participer activement, LE 6 DECEMBRE à la Journée Nationale d'actIOn contre le terrorisme de l'O.A.S_ et le fascisme, dans lcs formes propres aux conditions loca es et compto tenu des décisions priscs cn commun par les organisations intéressées_ I~E T_U_D_E __ I RE~ de commi•s si• on dl enqueA te '. ... du débat du 31 octobre, le décidé le principe d'une comsur la répression des algériennes du 17 octobre suivants. veille même, des informations avaient été ouvertes par les de la Seine, de Versailles et de à la suite de la découverte de d'Algériens dans la Seine. Or, ordonnance de novembre être constitué de compour les affaires faiinformation judiciaire. Ainsi, l'enquête parlementaire ne devait( ·lle porter que « sur les événements euxmêmes, dans leur contexte administratif et sur les violences n'ayant pas fait l'objet de plaintes et d'informations judiciaires ». Pourtant, même limitée de la SOI te, cette enquête n'aura pas lieu. Il s'est trouvé au Sénat, lors du vote du 11 décembre sur cette question, une majorité pour - s'opposer à la désignation d'une commission parlementaire, conformément au voeu du ministre de l'Intérieur, M. Frey, et des députés de l'U.N.R. Il se félicite que cette initiaiive recueille, chaque jour àavalltage, à travers le pays, lc soutien de républicains de tcndances diverses. Il souhaite que cette journée soit Ic prélude à une action renforcée. poursuivie dans l'union la plus large_ ))

VOici. d'autre part. l'appel lancé par le M.R.A.P., le 13 décembre

« Le Mouvemcnt cou(re le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) 'c félicite de l'appel lancé simultanément et dans les mêmes tcrmes par la C.G_T., la C.F.T_C., la F_E.N. et l'U.N.E.F . . ,en vuc d 'une journée de manifestation nationale, le MARDI 19 DECEil'lBRE, contre l'O.I\.S. et pOur la paix en Algérie par la négociation_ Le M.R.A.P_, qui compte en son sein dcs républicains de toutes tendanecs, estime que J'union de toutes les t'orces opposées au j'ascisme est indispensablc dans ce combat vital qu'il faut aujourd'hui mener résolument. Soulignant une nouvelle fois l'csprit raciste et antisémite qui inspire les hommes de l'O.A.S. et tous les adversaires de la paÏ'i: en Algérie, le M.R_A.P_ invite ses militants, ses comités, tous ceux qui entendent faire échec aux haines et aux violences, et défendre la dignité humaine bafouée, à participer activement à l'arrêt national de travail de 15 minutes, le 19 décembre, à 11 heures, ainsi qu'à toutes les manifestations Qui seront organisées d'un commUlll accord au cours de cette Journée. )) LA "uguc de répression .raciste qui s'est, ~ sur la France, l'extenSIOn sur notre terrI oeUf générah5ées en Algérie par les Eur cela n'es1 pas sa n~ rappeler certains traits de l' d::ml. le~ lnois qui ont précédé l'arrivée au po drioIJ .' ici esq:üs!',er (mais esquisser seulemen1 En trois domaines les ressemblances sont frappantes. Tout d'abord la toile de fond sur laquelle s' instaure aujourd'hui le règne de la violence rappelle fort celle des années 1929-1932. Le racisme en constitue l'élé ment essentiel. Les scènes abominables qui s~ sont déroulées en octobre dons les rues de Paris, le Palais des Expositions ou la cour de la Préfecture de Police, l'ignomi nieuse chasse « ou faciès » qui ravage quotidiennement Alger ou Oran sont inexplicables sons un climat raciste soigneusemEnt entretenu par une partie de la press~ et certaines émissions de la radio mois qui a son origine plus profonde dons 150 ans de pratique coloniale. Un « raton » n'est guère un homme. S'il meu'rl' il n'a droit qL"à l'anonymat. De même, écrivait jadis Rosenberg, « pour le national-socialisme, une ôme n'est pas l'équivalent d'une outre ôme, un homme ne vaut pas un outre homme ». Qu'était-ce qu'un Polonais, un juif? qu'est-ce qu'un Algérien ? Les brutalités les plus bestioles sont encouragées dès lors que les victimes désignées, rendues responsables des débat le p mes. Rien d'é sont comp par leur 01 Made '--- z: menait lorales do ses hommE nat. Entre Von Poper ouis avril ~ices o'ffic annoncère, ves, au cc meurtre à S2 par la lobre, et 1 seules rat, SME et ·au FASCISME 1 • nt faire nifestarateurs. u après s pour· nnées ; e confé- LE 6 DECEMBRE, A BELLEVILLE e, elle nt des xemple. mbreux ussltôt. 1 POSITION Les juifs l 1 contre le ntimusulma • racisme a n ses. grande e, pour de la tlonale de rayage e mul- LES événements du 17 octobre ont éclaté comme une immense erreur politique commise pa r un gouvernement et une police apeurés; devant les. milliers d'Algériens qui manifestaient leur pure existence d'Algériens et récla maient qu'on les tînt pour des hommes, les forces de l'ordre ont laissé paraître publiquement ce qu'elles cachaient jusqu'ici dans l'ombre des commissariats, des. prisons et des chambres de tortures : la haine rac iste. uniste, égale. Et à .A.P .) . F.T.C. ion, le L'erreur des policiers fut de révéler à tous ce que les partis politiques n'avaient pas encore suffisamment expliqué: que la guerre coloniale aux couses économique~ bien cla ires et ordonnées s'appuie profondément, depuis sept ons, sur une passion folle de peur et de mépris, sur la haine du colonisateur qui se voit contesté comme tel par le colonisé et voudrait réduire celui-c( 'à n'être qu' une race inférieure, une soushumanité qu'il convient de tuer parce qu'el le vous menace. Mois les policiers ne sont pas des poli tiques: leur violence est aussi l'erreur qui, révé lant malencontreusement la vérité . rend la mesure comble, jette la population entière dons la même colère et dons la même détermination, la convainc que ln lutte pour la poix en Algérie et l'indépendance algérienne est, plus profondément. une lutte ' contre le racisme et pour la di - !u~q~m192.168.254.42,~ ,~oe·R.A. P. 1 Rober/~ISRAHI 1 et les crimes dont l'O.A.S. se rend chaque jour cou· '-----------______ ..J d'inspiration raciste et antisémite, le Bureau Na· 1 de caractère fasciste qui pèse aujourd'hui, non seu· antiracistes, tous les démocrates à s'U1ùr sans exclu· cet esprit à toutes initiatives tendant à regrouper les n des Officiers de Réserve Républ:..:ains et l'Union nant la nécessité d'une action d'ampleur nationale, . Communiste, le Mouvement de la Jeunesse Commnavail appelaient à une Journée d'action antifasciste. ée pO,ur le 30 novembre par la Ligue des Droits de anisations ct de syndicats. le prélude à l'indispensable union active de toutes démucratie contre le fascisme et le racisme. »

embre. après avoir rappelé les raisons qui doivenL ntiracistes à participer à l'action contre l'O.A.S. et . M.R.A.P. déclarait, dans un nouveal.. communiqué: gnité ; la dignité que les François, non les Algériens, ont perdue et qu'il est 'grand temps qu'ils retrouvent en libérant les AIgériens. JUIFS français, que ferons-nous Don" que l esprit le ferons-nous? La tentation est celle-ci : toutes les injustices co ll ectives, d'essence fastiste comportent une logique interne qui les con~ duit à l'antisémitisme violent ; le racisme anti-musulman est donc la simple préfig uration et comme l'annonce de 1"Jntisémitisme prochain et nous devrions, juifs en sursis, défend re et protéger l'Algérien aujourd'hui pour nous protéger et nous défend re des menaces de demain. La fraternité serait une lucidité . mais cette lucidité serait exclusivement u~ calcu l : défendons la démocratie parce que tous les autreS régimes sant néfastes aux juifs et que nous sommes juifs. CERTES ce calcul n 'est pas clairement formulé; on éprouverait plutôt dons une fraternelle confusion, que les mesures anti-algériennes rappellent é trongement les mesures anti-juives, et que, dons cette immense imitat ion collective, le , Algériens sont comme des juifs et les policiers comme des nazis : l'Algérien est mon trère et mon reflet et en luttant pour sa sécurité c'est pour ma sécu rité que je combats. Je suis lui -même dons la mesu re où il me renvoie à moi-même. Je récuse cette argumen tation et cette ten~ation. Certes, c'est comme iuif que je désire combattre le raci sme anti-algérien e t c'est comme juif que je conteste la validité de ln « politique » menée par l'actuelle monarchie fa scisante. C'est avec mon passé, ma mémoire, mon hi stoire, du Ghetto de Varsovie aux mesures pétainistes, des camp;; dl" concentration à l'émigration clandestine; de l'étoile de David à l'Exodus, de ma famille ou peuple juif tout entier, que je proteste et pour la liberté et pour la séc urité des Algé riens ; ce rtes les Algériens sont mon destin et ils sont devant moi, mainte· nant, cela même que j'é tais jadi s. L'Algérien est mon miroir. Mais cette identité de destin sera-t-elle une confusion ? IL fout bien préciser: mon histo ire et mon expér ience doivent seulement m'éclai .. rer, doivent seul ement jeter sur la misère du monde et sur le racisme, la rapide et vive ct tota le lumière indispensoble à la compré hension ; alors, imaginant mieux la souffrance des outres et l'injustice qu'i ls subissent , ie déciderai de les rejoindre dons leur combot, eux, les Algériens méprisés et torturés pour leur « race ». Mais ie le soi, bien, moi ; il n'y a pas de race; ie lutterai avec l'Algérien pour qu'il soit libre com· (Suite page 8) 7 POUR L"UNION EN cette fin d'année dominée, _ Fronce, par lintensification de l'action populaire en vue d'enrayer la menace du fascisme, chaque antiraciste voudra contribuer de toutes ses forces, aux rassemblements en cours sous le signe de l'union ~ans exclusive de toutes les forces républicaines et démocratiques. L'aggravation des périls - la poursuite de l'action criminelle de l'O.A.S., de Ge, agents de ses cam pliees - menace 1. vie de tous les citoyens et les libertés les plus élémentaires. Les circonstances qui sont à l'orïgine du danger fasciste : le refus obstiné d'envisager la solution pacifique et raisonnable de la guerre d'Algérie les méthodes et les hommes auxquels re: courent sans honte ni scrupule les meneurs de l'O.A.S., tout cela traduit le racisme le plus vulgaire qu'illustrent les « ratonnades » - cette forme achevée du pogrome - les assassinats, le chantage, les menaces de mort qui constituent l'adieux pal_ marès des fascistes.


PAII --___ _

Charles PALANT Secrétaire général du M .R.A.P. Force est bien de constater que les pauvairs publics n'ont à ce jour ni su, ni voulu enrayer otes activités néfaste. Chaque antiraciste doit donc se sentir concerné par l'événement. Et mobilise pOur en influer le cours dans le sens favorab! e à l'échec des fascistes, au :;uccès des républicains. Présent partout où il est possible de faire progresser l'union, le M.R.A.P. ne ménage aucun effort pour être parmi les premiers, les meilleurs artisans du rassemblement des forces " )ntifaslCi~tes confol(mément O' 50' constante vocation. A Paris, comme dans toutes les villes où nos comités sont 'lctifs, nos amis participent courageusement à ,'union qu'ils veulent sans exclusive 'lfin qu'elle triomphe plus vite. Mais telle n'est pas encore la préoccupation majeure de certains dont la place demeure vide en ces heures décisives, où l'union de tous est indispensable. C'est a'insi, que les antiracistes doivent savoir et par· tager nos regrets, sinon. notre surprise que des réticences viennent '2n particulier, de la LICA ou plus exactement de certains de ses dirigeants '2t non des moindres. A l'heure où ces lignes paraîtront, le pays retentira des grandioses manifestations qUI, le 19 décembre, se dérouleront dons toute la France contre l'O.A.S. Dt pour la paix en Algérie par la négociation, décidées par la C.G.T., la C.F.T.C., l'U.N . E.F., la F.E.N. et soutenues par des dizaines de partis et organisations, dont le M.R.A.P. Puisse aucun antirac:ste ne manquer '1 l'appel qui déjù monte des profondeurs de la nation pour barrer la route 0 10 honte du ~aCI_me ·zè du fascisme. Et puisse fa voix puissante du peuple 'Jn lutte être le prélude ou chant ~'r iomphant de la démocratie et de 'a paix. , une action unanime et résolue mettra hors d'état tueurs de l'O.A.S., obligera les pouvoirs publics à esures indispcnsablcs contre les factieux et leurs urera le respect des libertés démocratiques . . P., disposé à s'associer dans cet esprit à toutes ini· nt li. regrouper les républicains, appelle tous ses mis, tous ceux qui entendent combattrc le racisme isme, à participer activcment, LE 6 DECEMBRE à ationale d'actIOn contre lc terrorisme de l'O.A.S. et dans lcs formes propres a ux conditions loca es et es décisions prises en commun par les organisations 1 ETUDE REMINISCENCES ... te que cette initiative recueille, chaque jour rlavan· rs le pays·, le sou t ien de républicains de tendances uhaite que cctte journée soit le prélude à une action ursuivie dans l'union la 1)Ius large. li

utrt: part. l'appel lancé par le M.R.A.P., le 13 dé· vement eonh'e le Racisme, l'Antisémitisme et pour .A.P.) sc félicite de l'apllel lancé simultanément et cs termes par la C.G.T., la C.F.T.C., la F.E.N. et vue d'une journée dc manifcstation nationale, !e CEMBRE, contre l'O.A.S. ct pOur la paix en Algérie ation. .P., qui comptc en son sein des républicains de toutes time que l'union de toutes lcs r'orces opposées au indispensable dans ce combat vital qu'il faut aujour. résolument. t une nouvelle fois l'esprit raciste et antisémite qui Olmcs de l'O.A.S. et tous les adversaires de la paÏ'l: e M.R.A.P. invite ses militants, ses comités, tous dent faire échec aux haines et aux violences, et ignité humaine bafouée, à particiyer activement à al de travail de 15 minutes, le 19 décembre, à Il qu'à toutes les manifestations qui seront organisées accord au cours de cette Journée. li LA 'Ioague de répression raciste qui s'est, en octobre dernier, abattu:.: sur la France, l'extension sur notre territoire des méthodes de terrèltr généralisées en Algérie par les Européens « activistes ", tout cela n'es1 pas sans rappeler certains traits de l'histoire de l'Allemagne pend: llli. le~ mois qui ont précédé l'arrivée au pouvoir de Hitler. Nous voudrion:; ici esq,üs~er (mais esquisser seulement) cette comparaison. En trois domaines les ressemblances sont frappantes. Tout d'abord la toile de fond sur la quelle s'instaure aujourd'hui le règne de la violence rappelle fort celle des années 1929-1932. Le racisme en constitue l'élé ment essentiel. Les scènes abominables qui s~ sont déroulées en octobre dans les rues de Pari s, le Palais des Expositions ou la cour de la Préfecture de Police, l'ignomi nieuse chasse « au faciès » qui ravage quotidiennement Alger ou Oron sont inexplicables sons un clima t raciste soigneusement entretenu par une partie de la press, et certaines émissions de la radio mois qui a son origine plus profonde dons 150 cns de pratique coloniale. Un « raton » n'est guère un homme. S' il meu'rl' il n'a droit qv 'à l'anonymat. De même, écr ivait jadi5 Rosenberg, « pour le national-socialisme, une ôme n'est pas l'équivalent d'une outre âme, un homme ne vaut pas un outre homme ». Qu'était-ce qu'un Polonai s, un juif ? qu'est-ce qu'un Algérien ? Les brutalités les plus bestioles sont encouragées dès lors que les victimes désignées, rendues responsables des difficultés dons lesquelles se débat le pays, sont cataloguées sous-hommes. Rien d'étonnant dès lors si les méthodes sont comparables par leur nature comme par leur ampleur. Pendant q ue le parti nopar Madeleine REBERIOUX z: menait en 1932 trois campagnes électorales dons le cadre de la « léga lité », ses hommes de main organisaient l'assassinat. Entre le 15 juin 1932, dote à laquelle Von Papen leva l'interdit qui frappait de · puis avril les S.A., et le 20 juillet, les services offic iels de la République allemande a nnoncèrent 72 morts et 500 blessés graves, ou cours de bagarres de rues ou par meurtre à domicile. Le chiffre a été dépassé par la répression poliCière du mois d'octobre, et largement égalé à s'en tenir aux seu les ratonnades d'Algérie depuis 6 semoines et aux assassinats prémédités que revendique, dons ses tracts, l'O.A.S. De l'avocat Popie ou commissoire Gavoury, de William Lévy à Camille Blanc, la liste est longue des victimes des tueurs. Le plastic est So ns doute une technique nouvelle ; il a fait lui aussi la preuve, à Evian, à Alger, de son pouvoir meurtrier. Et les hommes ? Chacun soit ce que fu rent les S.A. de Horst Wesse l et de Rcehm ; ce ramassis de gangsters évoqués par Brecht dons « Arturo Ui ». Croit-on qu'il y oit gronde différence entre eux et les tueurs de l'O.A.S. ? Fernand Grenier a pu, à la tribune de l'Assemblée Nationale, indiquer les tarifs, fort élevés et gradués, des plastiquages et des attentats. Le masque du patriotisme doit ê tre arraché du visage des agents de Solon. Tortionnoires et a ssassins ces hommes de main sont à vendre ou plu~ offrant. Entre eux et leurs chefs ou reste la solidarité n'est pas moins é troite qu'entre les dirigeants nazis et les chemises brunes. Qu'on se rappelle le fameux télégram. me de Hitler aux c inq SA de Patempa condamnés à mort pour avoir a ssassiné dons son lit un mineur polonais: « Mes camarades, je me sens lié à vous par une fidé· lité illimitée! ». Et qu'on le compare avec l'approba tion publique donnée par Bidault et Dides, lors du meeting de la Mutualité du 10 novembre, . à l'action de l'O.A.S. ! Edifiante comparaison ... (Suite page 8) Lfl VIE DU M. R. Ji. P. 8 Le M. R. A. P. dans la bataille contre 1'0. A. S. et le fascisme Le 6 décembre s'est déroulée dans toute la. Franoe tHlIJI Journée nationale d'action contre l'O.A .S. et le fascisme. Cette Journée était due à une initiative dt, Parti Communùte Français, qui avait invité les partis répttblicains et de fZombrettx grottpemcnts d l'organiser en commun. Le P.S.U., la Ligue des Droits de rHonzme et fU.D.S.R., aPrès avoir donné leur acçQrd de prinàpe à cette action d'ampleur nationale-, appelèrent leurs militants à y participer. De même le M.R.A.P., qui avai(signé avec l'Union Progressiste ,et la F.O.R.R. un communi"qué souhaitant 'une large f!nion sans e:rclttsive. (Voir 1lotre appel ~n page centrale). . .., . . A Paris, e·t surtout en provmce, les organtsat'IOns pohttques et syndtcales letS plus diverses, ainsi que des dizaines de groupements de ·toutes tendances ont apporté leur soutien à la .[ourn~e Nationa~e dt! 6 décembre .. Ce fut unlJl importante étape dans le rassemblement .nécessatre des forces démocmtiaues. -;)n lira· à-dessous les comptes rendus am nous sont parvenus. La JOHrnée du 10 décembre amplifiera et renforcera encore l'union des forces saines de la nation. On évalue à 35.000 le nombre des parimens qui ont manifesté, le 6 décembr ~ en fin de journée, contre l'O.A.S. et le fascisme. Les militants et les amis du M.R.A.P . était nombreux parmi les manifestants enthousiastes qui ont fait r etentir des cris « Le fascisme ne passera pas ! ), .. O.A.S. assassins li les rues de la capi· tale. Plusieurs défilés eurent lieu, se prolongeant parfois assez tard dans la soirée, notamment aux Gobelins (8.000 personnes), à Belleville (8.000 personnes) •. r~' -' de l'Ouest (5.000 personnes), rue Reau· mur (3.000 personnes), ainsi que dans les Yilles de banlieue. S'il y eut par endroits des heurts avec la police, celle-ei ne parvint pas à briser la résolution paCifique des manifestants qu'approuva.it partout l'ensemble de la populati'Ûn. A.P . et de diverses autres associations ayant constaté que les mots d'ordre de la manifestation cdincidaient avec leurs préoccupations. Le 1" décembre à Toulouse, le Comité de Défense des Libertés Démocratiques et Républicaines a organisé une mani· festation contre les menées de l'O.A.S., qui s'est livrée ces derniers temps à de multiples attentats dans la ville (contre le siège de la S .F.I.O., la R.T.F., la Banque Courtois, la librairi-e catholique, dans les jardins du Capitole. etc ... ). Dans la salle du Sénéchal, archi-com· ble, les porte-parole de la ligue des Droits de l'Homme du Parti Communiste Français, du P .S.U., de la C.G .T ., du Cercle de Défense de l'Homme et du M.R.A.P . ont pris la parole devant une assistance enthousiaste et résolue. Tous les orateurs ant souligné le danger fasciste et réclamé l'ouverture de né· gociati'Ûns pour une paix immédiate en Algérie. C'est M.Montariot qui a parlé au nom du Comité local du M.R.A.P . A Saint-Quentin, le M.R.A.P. figuraiL également parmi les organisations démo· cratiques appelant la population à manifester contre le fascisme. Le 6 décembre, un imposant rassem · blement a eu lieu sur la place de l'Hôtel de Ville, où plusieurs orateurs ont pris la parole. Les militants du M.R.A.P. participent activement à la préparation de la journée du 19 décembre. Le M.R.A.P. et le Mouvement Universitaire pour la Paix ont organisé en commun, salle Sainte-Croix des Pelletiers, un grand meeting contre le racisme et pour la paix en Algérie, le 27 novembre dernier. Trois orateurs étaient venus de Paris : le professeur Jean DRESCH, qui fit l'his· torique de la question algérienne, et souligna le péril fasciste en France; le Dr CARPENTIER, qui rendit compte é.es vi'Ûlences commises le 17 octobre contre les Algériens, dont il a pu examiner un certain nombre; enfin, notre ami Armand DYMENSTAJN, avocat à , la cour, membre du Bureau National du M.R.A.P .. qui, clôturant la soirée, appela à la lutte: contre le racisme et le fascisme, pour la négociation et la paix. Le M.R.A.P . figurait en bonne place parmi les organisation républicaines, syn .. dicats et partis qui, dans la dernière pé· riode ont mobilisé la populati'Ûn Clermontoise contre l'O.A.S. et le fascisme, pour la paix en Algérie. (Suite page 11) Dix mille personnes ont mani1'esté à Marseille, sur la Cannebière, le 6 décembre en fin de journée, à l'appel de diver~ organisations ,républicaines, dont la ~tion du M.R .A.P. En dépit des intèrventions brutales du service d'ordre, la manifestation a duré plus d'une heure, barrant sur toute sa largeur la grande artère. racisme anlimusulrnan Contre le Les cris répétés de {( O.A.S. assassins ». ont retenti longuement dans les rues avolBtriantes. A Lyon, où les attentats de l'O.A.S. om été nombreux ces temps derniers, visant la Chronique sociale de France et diverses personnalités catholiques aussi bien que le Parti Communiste, des personna lités radicales et d'éminents résistants, a2 organisations républicaines avaien'. lancé un appel commun pour la manifesmtion du 6 décembre. Le M.R.A.P., signataire de cet appel, avait élevé, dès le lendemain des attentats, une vigoureuse protestation. (Suite de la page 7) me tel, et que sa dignité d'homme soit ce qu'il entend qu'elle soit: c'est Ô lui de décider

et puisque c'est l'indépendance d'un

peuple qu'il revendique, c'est l'indépendance de ce peuple que je dois aussi revendiquer. ENFIN il Y a une autre raison qui doit nous inciter ô combattre le fascisme sous toutes ses formes: c'est que le racisme se nourrit de la passivité des victimes et ne recule, avec respect, que devanr la très ferme détermination, c'est-ô-dire la force. C'est pourquoi en un sens, la montée ou la mort du racisme dépend des victimes et de ceux qui combattent auprès d'elles. Il serait paradoxal que des juifs laissent les autres seuls devont la violence et la haine racis~es. Si nous parvenons, comme juifs, ô concrétiser réellement et fermement les responsabilités que nous crééent notre condition, nous pourrons, en rejoignant tous les démocrates, prendre une part sérieuse Ô l'élaboration d'une situation où le fascisme verra venir sa fin. Robert MISRAHI. A choque antiraciste ... LA nouvelle année, pour le ?résorier, cela signifie tout d'abord : le renouvellement des cartes. Qu'on ne voie pas là une déformation « professionnelle », mais le souci permanent d'assurer à notre Mouvement les moyens de poursu'ivre et de renforcer sa lutte. Une campagne financ!·.he terminée - en l'occurencq, celle des Bons de soutien et le gala - il nous faut bien sanger aus· sitôt 0 la suivante, sous peine de voir faïblir notre action dans tous les damaines. Le M.R.A.P. ne fa1t pas de « réserves» : ~out ce dont il dispose, 'il le jette immédiatemnl PAR Julien AUBART Trésorier du M.R.A.P. dans la bataille, et notre seul regret c'est de ne pas disposer, à chaque instant, de plus de mayens encore pour rendre plus efficaces nos efforts. Au caurs de l'année qui s'achève, le M. R.A.P. a considérablement accru son influence. Dans taute la France, à tout mament, on l'a vu sur la brèche, qu'il s'agisse de nos meetings et de la manifestatian du Mémorial pour le châtiment d'Eïchmann et de tous ses complices ; de la riposte au racisme frappant les Algériens; de l'actian antifasciste avec tous les républicains, ou . de manifestations culturelles comme l'attribution du Prix de la Fraternité ou les soi rées commémorant l'émanciJXItian des juifs et des n01rs. Sans parler de la sortie mensuelle de notre vaillant journal qui, cam me tout journal indépendant de nos jours, caûte beaucoup plus cher qu'il n'est vendu. Cette intense actïvité, nous avons pu la mener à bien grâce en particulier à notre ' installation dans nos nouveaux locaux. Mais celle-ci, faut-il le rappeler~ fut pour les finances du M.R.A.P. une rude épreuve: et si nous avons pu y faire face, il c:anvient de remercier tous les mil'itants, ~ous les. omis qui nous ont apporté leur concaurs matériel, témoignage de leur dévouement à la cause que nous défendons et de la haute conscience qu"ils ont de leurs res· ponsabilités. Naus naus acheminans maintenant vers' la treizième Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Tout le monde sera d'accard paur affirmer que, cette année, étant données les cÎrconstances, une telle manifestation doit être beaucoup plus puissante que les pré· cédentes. Maïs ce serait un simple voeu pieux si nous ne donnions pas au Mouvement les moyens d'agir en conséquence . . Dés lors, nous voulans croire que le souci des finances du M.R.A.P. sera partagé par un nombre toujaurs plus grand d'antiracistes, qui approuvent nos initiaves, qui participent 0 notre action, qui voient en notre Mouvement un élément de leur propre sécurité, face aux menées racistes et fascistes aujourd'hui si inquétantes. Souscrivez donc sans tarder - car le temps presse 1 - pour la carte 1962, ct ne manquez pas d'augmenter votre effort personnel, pour qu'a soit à la mesure de nas besaïns 1 Prenez en outre plusieurs cartet et placez-les autour de vous : .;haque personne sollicitée vous sera reconnais1ante, n'en doutez pas, de lui avoir permis d'apporter son concaurs à notre ,:ombat, qui est aussi le sien 1 Notre mot d'ordre doit être : pas un antiraciste sans la carte du M.R.A.P. ! Pas un antiraciste qui ne soit abonné ô « Droit et Liberté » ! C'est une manifestation d'une ampleur wnsidérable qui s'est déroulée le 6 décembre. Pendant deux heures, plus de: quinze mille antifascistes, portant des banderoles et des pancartes ont occup ~ la place des Terreaux, la place de la Ré· publique et tout le centre de Lyon en dépit des charges violentes de la police. Et c'est du peuple algérien qu'il s'agit : mon frè re torturé et humilié n'est pas un juif, c'est un Algérien. Son destin, s'il éveille en moi les échos de mon destin, est pourtant bien spécifique, bien historique et daté. C'est pourquoi ma lutte antirociste devrr, considérer l'Algérien dans sa qualité d'AI · gérien et devra lier indissolublement le combot général pour l'égalité des hommes, au combat particulier pour l'indépendance de l'Algérie et le rétablissement de la démo· cratie en France. Le combat antiraciste roe saurait être seu lement celui de l'humanisme abstrait, il doit nécessairement se faire com~ bat pol itique pour la démocratie et contre le colonialisme et la guerre. « Défendre " les droits des Algériens, c'est avant tout les reconnaître comme tels: ils ne sont pas des hommes quelconques subissant une oppression quelconque, mais le peuple algérien, méconnu et combattu. La folie raciste est toujours précise, exacte et particulière, et ce sont des hommes précis et particuliers dont nous avons Ô souten ir le combat: ce combat est révolutiol)naire, politique et so .. cial tout ô la fois, et notre antiracisme sereit simplement verbal s'il n'assumait pas tous les aspects de la lut~e, s'il ne dénonçait pas toutes les causes de la haine, s'il ne disait pas tous les buts de la liberté. REMINISCENCES ... Les pouvoirs publics se montrent beaueoup moins actifs lorsqu'i'l s'agit de s·op. poser à l'O.A.S. : la nuit suivante, de nouveaux plastiquages avaient lieu. Aux 32 organisations qui avaient lancé l'ap · pel pour le 6, plusieurs autres se sont jointes, notamment la L.I.C.A. Et toutes .nsemble ont invité la population à manifester le lendemain sur les lieux des at- 1entats. La section du Nord de la Fédération de 1'Educativn Nationale et l'Association générale des Etudiants de Lille ont adopté le 4 décembre une résolution commune, à laquelle le M.R.A.P . s'est aussitôt as· sOcié, soulignant la nécessité d'un combat -.igoureux contre le racisme et le fas· time, et appelant à « l'action unie dc tous les démocrates li. Le 6 décembre, 2.000 personnes ont parltcipé au meeting antifasciste qui' s'est dé · roulé salle Roger-Salengro. A la tribune se trouvaient les représentants du M.R. MAIS soutenir les Algériens, dans la plus étroite solidarité n'implique pas que nous, juifs fronçais de gauche, renoncions Ô ce- que nous sommes. Si notre condi tion de juifs nous crée une lucidité et des devoirs particuliers (un plus grand respect de l'originalité des hommes vic ~ imes du racisme) c'est Ô titre objectif de juifs que nous devons a ssumer ces devoirs : cela signifie que nous devons revendiquer notre judaïcité individuelle et collective dans les organisations juives et démocratiques ; et c'est comme collectivité juive que nous combattrons pour le respect enier du peu .. pie algérien, non P9rce que le' foscisme nous menacera, nous, mais parce que 'oppression dont souffrent les Algériens est une injustice ·2n ~oi. (S'uite de la page 7) Quant aux pouvoirs publics, leur réprobation officielle s'accompagne d'une singulière carence dans l'application: complicité? passivité? La police ne découvre ni en Algérie Salan que n'importe quel journaliste américain rencontre ... sans difficulté », ni en France les plastiqueurs pourtant sans soutien dans la population. Il est vrai qu'ô nier le danger (" l'O.A.S. n'existe pas ,,) on court le risque de jouer les Brüning, voire les Hindenbourg . Il ne faudrait cependant pas pousser trop loin la comparaison. Les Algériens de 1961 ne sont pas dans la situation des juifs de 1932, les réactions du peuple français ne tendent pas ô s'émousser mais ô s'aig uiser, la conjoncture économique et sociale française est bien différente de celIf' de l'Allemagne au temps de la grande crise. Faut-il donner des exemples ? La manife station pacifique de dizaines de milliers d'Algériens protestant en masse contre la discrimination qui les frappait n'eut jamais d'équivalent chez les juifs allemands que ne portait pas en avant la conscience d'animer un mouvement national et révolutionnaire. Les Algériens ne partent pcs vaincus mais pour l'essentiel vainqueurs dans les combats aujourd'hui inégaux qui les opposent aux hommes de Salan dam Alger ô ceux de Dides et aux forces de l'ordr~ dans Paris. Quant au peuple français, non seulement il condom ne dans ses masses profondes l'assassinat et le racket. mais encore son refus tend de plus en plus à s'exprimer publiquement. La peur, l'hésitation, cèdent le pas au courage. L'ampleur des manifestations de rue le 6 décembre, notamment en province, l'a bien montré. C'est un combat qui commence, non une époque qui finit. Le courage des militants antinazis allemands éclairait en 1932 leur décl in, en France l'émotion publique est Ô son aurore. C'est que la situation économique diffère profondément de celle de l'Allemagne des années trente. La crise et la misère jetèrent en 1933 la petite bourgeoisie et une partie des ouvriers all emands dans les bras de Hitler. Si le fascisme français bénéficie en 1961, comme le nazisme jadis du soutien financier et de la complicité de très puissants organismes économiques, la crise ne réduit pas ô la détresse le petit peuple de notre pays. Travailleurs et intellectuels se retrouveront coude ô coude le 19 décembre, ce qui jamais ne fut possible en Allemagne. Voici revenu en effet le temps des assassins. Mais non leur victoire si, unis, nous savons prendre en main notre destin. Madeleine REBERIOUX. Il MARS 1962 AU PALAIS DE L'U.N.E.S.C.O. JOURNEE NATIONALE contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix C'est le dimanche 11 mars qu'aura lieu, au Palais de ]'U.N.E.S.C.O. la 13c Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, organisée par le M.R.A.P. .' _ . Etant données les circonstances, cette mamfest~tlOn rev~tIra une particulière importance, et nous ne doutons pas qu elle soulevera un grand intérét dans tous le pays. " . Nou:; publierons dans notre prochain numéro les premIeres mformations sur sa préparation. 1962 (Suite de la première page) Contre les discriminations du couvre'. feu et les brimades racistes, contl'e la

misère des bidonVilles et ces pogromes

! de style nouveau qu on nomme les ra' tonnades, le M.R.A.l'. a dit NON. Hanté par le souvenir de tout ce que tant des siens avaient souffert il y a vingt ans à peine, il a tenté de témoigner aux plus abandonnés qu'ils n'étaient pas seuls. Pour,.l'h,o~ne!1r d,e !a Franee comme pour 1 mteret Immediat du présent et la sauvegarde de l'avenir, nous continuerons dans cette voie. Mais je voudrais redire à ce propos - bien que leurs épreuves se situent sur un plan extérieur au ~acisme - combien nous touchent aussI les souffrances de ceux qui sur le sol d'Afri-

Que du Nord ou sur celui .de la mét~o,

pole, où ils ont été rapatnés, s0l(t VICtimes de cette tourmente, et qu on ne ,: saurait, dans leur masse, confondre avec les meneurs ultras. Les images de notre · exode de 1940 sont trop présentes en nous pour ne pas nous inciter à comp~tir activement avec leur détresse materielle et morale, à tout mettre en oeuvre pour que soient assurées à ceux-là des garanties solides, pour que s'exer-

ce envers ceux-ci la solidarité de la nation.

. 'Ce que nous n'accepterons pas, c'est qu'à la faveur d'un drame où nou~ n'avons aucune responsabilité, nous qUI avons combattu l'égoïsme et l'inégalité racistes et qui avons dénoncé de funestes illusions imprudemment entretenues, · ta Répubhque abdIque devant le fascls.' me, Que l'indifférence ou la lâcheté cèd.e · Il la violence, que des manoeuvres de divisions entl'avent le ra3semblement des · hommes et .des femmes qui sont le nombre, la force et la justice. -0- 'L' 'AUTRE ténèbre dans le ciel de Itlb2. c'est le rcarmement de 1 Allemagne. Le paralloxe, dont la seule énonClatlUn eut lait Ir"mlr de hunte les reslstants de 1040 à 1044, dune 'VVehrmacht reconstituée, des anciens alliés désunis, d'une internationale nazie étendant - encore avec une certaine discrétion, mais en sera-t-il ainsi demain ? - ses ramifications à travers le monde. dans lequel est tenue la ségrégation raciale. Le M .R.A.P. dont le amis illustrent toutes les élites laïques et religieuses; littéraires et scientifiques de France, dont l'actioll s'appuie sur les plus larges masses populaires, avec votre concours. toujours plus ardent, toujours plus eff!cace, poursuivra, intensifiera son pacifIque combat. Ses militants - maints d'entre eux portent sur leur chair les stigmates glorieux de la déportation - ont beaucoup appris et ils n'ont rien oublié. Ils sont assez clairvoyants pour ne pas fermer les yeux sur les vieux racismes Qui pourraient renaitre, ni sur les formes nouveIres que le t:acisme pourrait prendre sous les horizons les plus divers. Ils ont trop souffert pour rester indifférents devant aucune soutfrance. Ils ont trop lutté pour méconnaître la nécessité de l'union de toutes les consciences, sans souci des appartenances politiaues. C'est dans cet aspect qu'ils préparent la Journée Nationale qui doit se dérouler le II mars à l'UNESCO. Chers amis du M.R.A.P., que 1962 noUs permette de marcher plus avant sur la voie de la Fraternité ! Pierre PAR.AF. r"~",,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,~,,,,,,,192.168.254.42.~ ! /4 JANV/ER: i 1 IMPORTANTE SESSION 1 DU CONSEIL NATIONAL DU M.R.A.P. i Le Conseil National du M.R.A.P. tiendra une importante réun ion, le DIMANCHE 14 JANVIER. 1962, toute la journée, à Paris. A l'ord re du jour 1 - La poursuite et le renforcement de l'act ion cont re les menées rac istes et fascis- ~ tes~ La -préparation de la l ~ Journée Nation,nle contre le ~ ! racisme, l'.nntisémitisme et ~ ~ pour la paix. ,) I Les représentants des co- ~ mités locaux du M.R.A.P. 1 (Pa ris, et p rovi ~c e ~ part icipe- ~ ront a cette reunlon. ".. .. ~. ....... ~"''''''''''~Y\.''~Y\.I\. 9 Les Nations Unies et la politique raciale en Afrique du Sud (Suite de la première page.) tion raciale en Union Sud-Africaine ont été à nouveau condamnées par la quasiunanimité des Etats membres (quatredix voix contre deux, Afrique du Sud et Portugal) et une abstention (Guinée). Si des résolutions, ou des amendements, qui demandaient que l'Union Sud-Africaine soit exclue de l'Organisation, ou qui proposaient cont:~ elle~ des :;anctions vigoureuses pU11ltlves, economlques ou autres, ont été finalement écartées, il faut comprendre, et finalement, je pense approuver cette attitude, peut-être provi~oire, mais délibérément mesl!rée. Malgré toute? s.es fautes, et ~es vI?lations des pnnClpes de la DeclaratIOn Universelle des Droits de l'Homme (Déclaration de Paris. 10d,8) , l'Union SudAfricaine est un membre de la famille, hélas divisée, des Nations-Unies. Quels que soient les justes reproches que l'Organisation soit en droit de leur adresser, les populations de l'Union Sud-Africaicaine doivent aussi longtemps que possible être l'objet tle gestes attentifs aux difficultés dramatiques où elles se débattent. L'Organisation des Nations-Unies aspire à l 'universali~é ; et en ~es~ant fidèle à cette vocatIOn, elle mamtlent sous son regard, et sous son jugement, éventuellement sous sa condamnation, les melllbres de la famille qui ont violé sa ·Ioi. A1I1si en est-il pour l'Uliion SudAfricaine, ••• J'ai {ait partie d'une commission de trois membres (Dan tes Bellegarde, de Haïti; Hernan de Santa Cruz, du Chili; moi-même, France), élus à titre personnel - c'est-à-dire ne recevant d'instruction d'aucun gouvernement, et ne devant ecouter que la voix de leur conscience. Cette commission, réunie trois fois pendant trois années successives, a rédigé trois rapports constituant trois volumes massifs, où se trouvent étudiés, avec un effort réel d'objectivité, la situation des groupes humains en Union Sud-Africaine, les textes législatifs et les procédures juridiques, administratives ou autres qui leur sont appliquées. Confrontant cette situation, avec les impératifs de la Déclaratinn de~ nrn;t~ de l'Homme, nous avons été conduits à proposer des condamnations sevères du gouvernement de l' v nion Sud-Africaine et à formuler des suggestions en vue de rechercher les solutions à ses problème~. .. •• Dans la ' conjoncture actuelle, il me semble que pou"r « Droit ct Liberté ». je ne peux. faire mieux que de reproduire ici quelques conclusions de cette commission des Nations Unies : « ... La C O1'lt'missiOtI estime que la doctrine de différenciotion et de supé- \ riorité rtlciale Sllr l,a quelle- repose la politique d' « apartheid » est" scientifiquement ft!usse et qtt 'elle ,est extrêmèment dangereuse dit point. rie ~!te de ~a paix: interlle et des 1'ela.tw11s mternatwnales, comme le prouve la dure i':t:périence du monde Penda'nt les vingt derllières années. Elle est contraire à la diqnité et à la valeur de la personn,e httmaine. (Rapport de la Commission ?es ~ations Unies pour l'Etude de la SltuatlOn raciale clans l'union Sud Africaine: New York 1951, pal'agraphe 901, page 127.) ... « Les membres de la, Commission croient accomplir ttn devoi~' d' homme~ libr;es et responsables en fatsant part a l'Assemblée d'utv! conviction qUoi s'est imposée à leur esprit au cours de leu1' 1011q trnvail et qlti s) e~t renforcé~ cha.que jour. Ils souhalle-raunt pou,vOlr fat - 1-'r!' par'ayer le'ltr anxiété à l'As.semblée. Ils sont an ivés à cette conclUSIOn : « a) Qu'il est hautement invrai.el.11,?/a bIe et imProbable que la poltttque d' « apartheid » soit jamais acceptée de bon .lIr:: par les masses humaines soumises à ses discrimùzatl:ons ; « b) Que les efforts de persuasion, St puissants (lu/ils soient, d'ott qu'ils viennent, de la part dit gOllvern;enle'}t m, deI Européens, ne réussirollt Jamats à co,,vaincre les non-Européens que cette politique est fondée sur la justice et inspirée par le souci de leurs intérêts matériels et moraux, et non sur un orgueil de ma et une volonté de domination ; « c) Qu'ainsi s'est créée et s'aggrave de façon continue, en fonction du développeme11, t de la politique d' « apartheid

1 une situation tmtS les fours plus

rebelle 'au traitement par la conciliation, la persuasio'n, l'information, ou l'éducation une situation tous les fours plus expiosh'e et plus menaçante pour la paix intérieure comme pour le-s relations extérieures de l'Union Sud Africaine, une situatioa {Jui risque de ne trouver dans un proche avenir d'issue - sinon de solution - que dans des éPreuves de force, avec tous les périls absurdes qu'elles comport,ent inévitablement. Le danger, en outre, est .qrand, dans cette a!mosphère de te.nsiqn. croissante, de "!otr les forces d'a.qttatwn et de subversl,on que combat le qouvernement, et contre lesquelles il a' pris des mesur~~ léqislatives puissantes, trouver un mt/wu JOus les jours plus favorable à lel/r developpement ,: le l'isq/te grave est que ces forces soient présentées aux non-Européens. et qu'elle's sùient finalement considérées par eux, comme portant avec elles lel/rs espoirs de libération. (Ibidem, paragraphe 90:;, pa,g.e 128). » ~ . Nous ne pou VOlis éxp6sel' ici les nombreuses suggestions constructives qui, à la suite de ces jug-ements sévères, sont présentées pour qu'une assistance internationale des Nations Unies soit fournie en vue de trouver une solution à ces conflits dramatiques entre deux communautés. Nous conseiIlons la lecture de ces rapports à tous ceux qui sont préoccupé~, soit ·par le problème local de l'Union Sud Africaine, soit par le drame universel d'un racisme malheureusement en expansion dans le monde. En fait les Nations Unies dans des délibérati~ ns et des résolutions, ont proposé aux peuples du monde, des « Services Cons11ltatlfs dans le domaine des Droits de l'Homme ». C'est cet esprit profondément réaliste qui a inspi ré les résolutions de la Commission au cours de ses déhats. C'est un esprit d'assistance fa; miliale, :tpoortée par la Communa~te humaine à l'un de ses membres en difficulté ... Les recommandations de la Commission ont rencontré, à trois reprises, l'approbation largement majoritaire de l'Assemblée des Nations Unies. Pour nous qui pensons que l'avenir est au développement d'une puissante coIlaboration universelle au service de la libération de l'homme, il convient de présenter aux lecteurs de (~ Droit et Liberté », l'une 'des conclUSIOns d: la Commission. Qui fait appel à la solidarité internatiOnale pour résoudre les problèmes posés, à travers une assi~tance techniaue portant sur les problemes sociaux. Voici cette conclusion : « ... Si, adoptant le pr'incip~ ,d~ nos suggestions, et Sil plaçant déltberement dans la liqne d'action reç01nman,dée par la Commission des DrOlts de 1 H onlme et le Conseil économique et social, 1'01'qanisation de-s Nat-ions Unies décidait, avec tOlttt! la saqe pn/dence indispensable et après t01/tés les études nécessaires, de s'e1'1qaqer dans, la voie de cette assistanCl! technique d ml nouveau genre, elle ouvrirait an nivem/ le plus élevé de ses respon.çabilités, des voies no~" ~ncorl1 explorées à l'action de l'Orgamsatwn, et elle déciderait de faire face à l'une des pliJS noble ç tâches' qui lui aient été confiées pal' la Cha?'te des ~euples, ceUe de traiter des tenswns raczale.s et de leur trouver des soz"ttions Pacifiques confor,mes à la 'volonté de sam'e.qarder la dtqn- ité ht/mai'ne, (lui inspire la Péclaration univerrelle des Drotts de l Homme. (Ibidem, :-,e volume" J9S.S, page J07)· ! Pas d'hésitation sur ce plan. Pas de trouble de conscience comme il peut léeitimement s'en nroduire lorsau'on songe aux prohlèmes touchant toutes les minorités d'Afriaue du Nord. Quinze ans après on se réconcilie avec son ennemi lorsau'il a répudié ses crimes. On ne sàurait le réarmer. La solution politique est trop intimement liée au oanger raciste pour ne pas exig-er notre vigilan' ce, notre fidélité envers nos compagnons de lutte, envers nos morts. -0- l A plus réconfortante lumière au regard de ces ombres, c'est la prise de conscience (le plus en nlus forte par l'opinion des méfaits du racisme. Ce qui semblait presque normal, ou tout au moins acceptable autrefois, apparaît dé' sormais monstrueux. Une grande partie de l'humanité jusqu'alors exclue du banQuet de la vie se lève. J062 commence alors que ne cesse de g-randir cette promotion, qu'un Prix Nobel vient d'être attribué à "J'un des leaders sud-africains, Albert Luttili, -pour marquer le mépris Une réunion de l'U.N.I. T.E.C. La vérité est que. en Union Sud Africaine (comme en Algérie), les de!1x communautés sont contraintes de, vlv!,e . ensemble, et que seules de~ negoctab?n~ devant tpmoins internationaux actifs, responsables et garants des accorc1s. 1?euvent permettre d'esn~rer des ~ol~tlOns pacifiaues à un probleme dont 1 eXIsten ce menace la paix, ~n Afrique du Sm!. L'U.N.I.T.E.C., association d'ingénieurs mais aussi dans le monde. issue de la Résistance, organ ise, chaque mois, un débat d'actualité. Elle a consacré celu( de décembre au racisme. Etaient présents, C'utre un certain nombre de membres de l'U.N .I.T,E,C., un rEprésentant ' de la l.1.c.A. et un représentant du M.R,A.P. (notre ami M' Schapira). Celui-ci r,'eut aucune peine à établir, t.nt ses interlocuteurs lui faisaient écho, qu'en France le racisme - singulièrement lES « ratonnades » d'octobre - s'inscrit dons un Drocessus de fascisation et que, seule, l'union des républicains peut stopper celui-ci. La réunion s'acheva sur la résolution unanime des ingénieurs ayant pris part ou débat, d'agir dans leurs milieux professionnels, afin de promouvoir cette union. Le M.R.A.P. ne manquera pas de les y aider dans la mesure de ses moyens. Penser international, c'est une fois de plus la voie où les hommes politiques doivent partout s'eng-ager, s'ils veulent disposer des moyens intellectuels et matériels pour construire et assurer la paix. Henri LAUGIER. 1 10--------------------------------------~-------------------------------------------------- - - - - - - - - Donnez la préférence ... a nos annonceurs ! Nou- publions ci-dessous la liste des nombreuses firmes qui ont bien voulu donner leur publicité pour le programme de notre gala, exprimant ainsi leur sympathie pour l'action que mène notre Mouvement. Nous SC,InlTIeS certains que nos lecteurs et amis ne manqueront pas de leur donner la préférence, -- AIDE MEDICALE (Dispensaire), 14, rue de Paradi s, Paris- l0'. ALESIA FOURRURES, 105, rue d'Alésia, Paris-14 ' , CHAUSSURES ANDRE. L'ASPIRETT, S2, avenue de la Republique, Paris- Il ", BAULIP (Tricots), 19, rue de Cléry, Pari s-2'. BEMART (Parquets et sols ciment), 15S, rue des Pyrénées, Paris-20' , BLEINES (Robes et ensembles), 9, boulevard Saint-Martin, Paris- 3' , BRON (Prêt à porter), 29, avenue des Gobelins, Pari s- 13" , CAMPING COQUILLIERE, 39, rue Coquillière, Paris, LE CASTOR (Fourrure), SO, rue de Turenne, Paris-3' , CERESOLE (Joaillier), 16, rue Royale, Paris-S'. CHUNN J. W. (Parfums), 43, rue Richer, Paris-9' , CLIMATS (Librairie), 43, rue de Clichy, Pari.s-9'. COMPTOIR DU DISQUE, l , rue René-Boulanger, Pari s-l0' , COOPERATIVE DE T.S.F., 192, rue Lafayette, Paris-10' , LA CRAVATTE MARINA, 15, rue de Cléry, Pari s. COSTIL (Maroquinerie), 20, rue Yves-Toudic, Pari s- l0' , , , DIMER (Transports intern.), 11 , rue des Petites-ECUries, Paris-10 , DOUBINSKI (Meubles), 140-144, rue de Pari s, Montreuil (Seinel. DUCOPO (Meubles-literie), 120-122, rue d'Alésia, Paris-14'. LES EDITEURS FRANÇAIS REUNIS, 21, rue de Richelieu, Paris , EL YSEES SOIERIES (Chemises), 55, Champs-Elysées, Paris-S'. EMINENCE (Slips), 122, boulevard Haussmann, Paris-S', EUROPCARS (Location de voitures sans chauffeurs), 11, rue du Champ-deMars, Paris-7'. FEMIN (Confection), 45, rue de Cléry, Paris- 10'. FERNAND NATHAN (Editions), 9, rue Méchain, Pari s, FESTIVAL (Disques), 3, rue Gramont, Paris. FIRER (Confection), 52, rue René-Boulanger, Paris- 10' . , LE FLORIDE (Cinéma), 43 rue du Faubourg-Montmartre, Paris. F.N.A.C. (Photo - Radio -' Disques), 6, boulevard Sébastopol, Paris-4'. FRANSA (Tissus), 121, rue de Turenne, Paris-3'. -- FUCHS (Confection), 2S boulevard de Strasbourg, Paris. - GALERIES D'ANTIN (Prêt à porter), 46, Chaussée-d'Antin, Paris-9', -- GRAND HAMMAM ST-PAUL (Bains et soins), 4, rue des Rosiers, Paris-4'. -- GRASSIN (Edifions),: pour le livre « Ecrivains Juifs de langue française" de R. Feigelson. - HALPHEN (Prêt à' P1Irter), 52, rue de Passy, Paris-16' , - JANL YS (Joaillier), 20, rue de la Paix, - Paris, - 'KAHAN (Manuf. Vêtements), 113, rue d'Aboukir, Paris-2' , - 'KARPIC (Confection), 39, boulevard Magenta, Paris-10'. - - Un grand Gala D EVAN'!' une assistance nombreuse, Suzanne Gabriello, et Jean-Marie Proslier, présentalent le dimanche 19 novembre, à la Salle p eyel, le gala du M,R.A,P, 'Le rideau levé, les violons s'élancèrent et dans un tourbillon, l'orchestre tzigane de Sava Néagu exécuta des « czardas n dans le plus pur style hf:mgrois, La salle eut alors le plaisir de voir et d'entendre le grand et sobre William Mar· shall dont personne n'oubliera la magis· traIe interprétati:on dans le film « Les verts paturages )l. C'est tout le folklore de l'Amérique du Sud que nous applaudîmes ensuite, en la personne de Carméla, qui sembl~ être née en dansant et en chantant. ~ vinrent les spirituels Frères enne- LES PERSONNALITES Les personnalités suivantes étaient présentes au gala de Pleyel : mis, apportant avec eux, la joie, l'ironie, le rire, Les rires, Henri Tisot, ne les marchanda pas non plus, Devant un public déchaîné il déclama son fameux monologue sur l' « autocirculation » ... Pour terminer la première partie, le ri. deau se leva sur Rosalie Dubois, dont on admira la voix à la fois sensible et puiS· sante. Lorsqu'après l 'entr'acte et l'allocution de notre secrétaire général, Charles Palant, le spectacle reprit, ce fut avec un numéro insolite. En reconnaissance pour la campagne menée en faveur des gitans par « Droit et Liberté », !e montreur d'ours Alexandre Ivanoviteh, pour la pre· mi:ère fois sur scène, était venu avec plu· sieurs danseurs et musiciens, ainsi que bien entendu, son ourse Margaret.., Puis ce fut Frida Boeeara. Elle aime Brassens, elle nous le montra par une interprétation li la fois fidèle et empreinte d'un charme tout personnel. Elle chanta aussi les « Trois hommes » et plusieurs de ces airs qui lui valent un succès tou .. jours plus ·vif. Celui que tout le mondE: attendait, le célèbre Georges Ulmer, tou· jours grand voyageur, fit une apparition qui déchaîna une tempête d'applaudissements. Connaissez-vous ses gentilles histoires de tous les pays, son « Ping-pong-Li », son « Tango argentin » ou « les différentes manières de s 'excuser quand on oublie son porte-feuille au restaurant» ? Non ? Alors allez voir G€orges Ulmer, comme nous, il vous enchantera ! .. En somme le spectacle mis au point avec l'aimable concours de Renée Lebas . était excellent, meilleur encore que les années précédentes. Merci il. tous ! KNOBEL (Boulangerie), 40 bis, rue du Faubourg-Poissonnière, Paris-l0', MaurÎce KOTLER (Fourrures), 10, rue La Boétie, Paris, L.A.H.O. (Matériel d'e'ntreprise), 134, avenue A. -Briand , Bagneux (Seine l, MARCO LAS (Tricots), 107, rue Réaumur, Paris, MARMOR (Tissus), S, rue du Sentier, Paris-2' , MATELAS SIMMONS. MAURICE (Maison), 20, rue Rambuteau, Paris-3' , MAX JACOBS (Prêt à porter), 53, rue Réaumur, Paris-2' , MERCERIE GENERALE (Richfill, 12, rue du Caire, Paris-2' , MICHEL SWISS (Parfums, cadeaux), 16, rue de la Paix, Paris, MILGROM (Mercerie), impasse de la Planchette, Paris-3 ', MODERNE PALACE HOTEL, S bis, place de la République, Paris, M.P. (Bijoux), S, place de la Madeleine, Paris-S', AU MUGUET (Prêt à porter), 146, rue du Faubourg-Poissonnière, Paris-IO' MULAR B. (Tapissier-Décorateur), 42, rue Monge, Paris-5', NAUTISPORT (Bateaux pneumat'iques), lS, rue Pradier, Paris- 19' , NICO-SUZANNE (Tissus). 12, rue de Steinkerque, Paris- 1S', L'OASIS OE,e.taurantJ, 12, rue Gît-I.:?-Coeur, Paris- 6", Julien OBAR (Habillement féminin), 66, boulevard Rochechouart, Paris-I S', ODIOVOX (Rad'io-Télévision), 124, avenue du Général-Leclerc, Pari s- 14' , OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE, 76, rue Lafayette, Paris-9' , - ORPHEE (Chausseur), 54, boulevard Haussmann, Paris-9', PARIS-CHENE (Meubles), 17, rue de Rivoli , Paris-4', L'eau de table PERRIER. La PIERRE LEVEE (Bains de vapeur), 4 bis, rue de la Pierre-Levée, Paris-Il ' PLACAGES DU SUD-EST (Bois), Albigny-s-Saône (Rhône) . Q. TIPS (Caton boules), 31-33, rue du Landy, Saint-Ouen (Seine), LE REFUGE (Ski-Camping), 44, rue Saint-Placide, Paris-6': REMY (Tricots), 422, rue Saint-Honoré, Paris-S' , Jules SAC'K (Fourreur), 22, rue Royale, Paris-S' . SELLERIES DE FRANCE (Cadeaux), 12, rue du Faubourg-St-Honoré, Paris-S', SERVI-PRIX (Chemiserie - Bonneterie), 4, boulevard de Denain, Paris- l 0' , SCHNEIDER (Radio-Télévision). - SIGUY (Prêt à porter), 36, rue du Caire, Paris, - SOCRATE Tailor, 52, rue La Boétie, Paris-S', SPORT-JEUNE, 103, rue Réaumur, Paris-3' . SOLFIN, S, rue de la Douane, Paris-10'. TATI (Tricots-Lingerie), 12, rue de Steinkerque, Paris. TISSUS. ST-PIERRE, 3, rue de Steinkerque, Paris-1S'. - TRICOSA (Tricots de luxe), 25, rue Royale, Paris-S'. - TRANSTOURS (Voyages), 49, avenue de l'Opéra, Paris-2', - TRICOSIM (Tricots), 41, rue du Sentier, Paris-2'. - TELEMARQUE (Radio-Télévision), S3, rue du Faubourg-du-TefTlple, Par is-Il ' - VAILLANT (Editions), 5, boulevard de Montmartre, Paris. - VALMY-TEXTILES, 93, quai de Valmy, Paris-l0'. - VILEY (Hab'illement masculin), 25, rue La Boétie, Paris-S', - WAIS (Au Poseur de lino), 46, rue de Rivoli, Paris, WINDSOR (Chaussures), 38, avenue de l'Opéra ; 9, boulevard des Italiens ; 24, rue Royale . - - 1 -

  • LA ROUTE DU GHANA, par Alfred

IIUTCIIINSON. (Editions Albin Michel.) Ceux qui assistèrent l'an , dernier à la Journée Nationale contre le racisme, se rappellent certainement l'exposé documenté d'Edouard Glissant sur la politique d' « apartheid » en vigueur en Union Sud-Africaine. Ce pays, on ne le so~ignera jamais assez est le seul, depuis l'écra· sement de l'Allemagne nazie, où le racisme constitue la doctrine officielle de l'Etat, tante, A peine en liberté, Hutchinson qux. a été désigné pour représenter le Parti du Congrès à la Conférence Africaine d'Accra, au Ghana (décembre 1958), est l'objet d'incessantes brimades et perié .. cutions de la part des différentes polices chargées de faire appliquer le lois d' « apartheId n. Le livre d'Alfred Hutchinson, « La route du Ghana ", nous projette au coeur même de ce monde absurde, odieux et cruel où les racistes « font la loi ,. au sens' propre de l'expression, Monde violent aussi, car les 12,000,000 d'Africains, Bantous ou « coloured n (métis), sont engagés dans un combat difficile ~our leur émancipation politique, économIque et culturelle, que leur refusent avec une obstination aveugle 3.000.000 de blancs, détenteurs de toute la richesse du pays. L'inStrument de cette lutte est le Parti du Congrès National Africain, dont le président est A.J. Luthuli, prix Nobel de la Paix 1961, et dont Alfred Hutchinson est un des membres importants, « La route du Ghana ,. est un ouvrage autobiographique. Professeur dans une école libre indienne dont le fonctionnement est systématiquement entravé par le gouvernement qui la considère comme une école « communiste », Alfred Hutchinson, intellectuel « coloured », inculpé de « trahison » en 1956, est libéré après un procès de deux années, par suite du retrait de l'accusation juridiquement inconsis- La seconde partie du livre de Hutchm .. son est le récit passionnant de cehtè ,fuite vers le Ghana, qu'il n'atteint qu'au pm d'un immense détour par l'est du continent africain, Betchouanaland, Mozam .. bique, Nyassa, Tanganyka. C'est l'histoire d'un homme traqué, qui passe les frontières en tremblant avec des papiers douteux, à la merci du caprice d'un fon(}o tionnaire, d'un homme qui subit le sort misérable du prolétariat noir, d'un émigrant en quête d'une vie moins précaire, qui voyage dans des trains, des bateamr incroyablement sales et puants. Il doit aussi supporter les manifestations du ra .. cisme inavoué mais réel des Portugais et. des Anglais d'Afrique Orientale. Ce sombre tableau est heureusement tempéré d'humour et d'espoir. Riche de détails, de péripéties, de nota .. tions caractéristiques le livre d'A" Hutchinson nous apprend beaucoup sur l' Afrl .. que actuelle. Guy BAUDIN ,

  • Af,GERIE, TERRE DES OCCASIO'NS

PERDUES, par Jean PIERREBLOCH. (Ed, Deux Rives.) Il n'est pas trop tard pour signaler oot ouvrage de notre ami Jean Pierre-Bloch, Pierre ,PARAF, vice-président du MRAP ; le professeur Alfred METRAUX, de l'U.N, ESCO; MM. Robert BALLANGER, député ; Georges WELLERS, vice-président de l'Union Nationale des Déportés, Internés et leurs familles (UNADIF) ; Me Renée MIRANDE, représentant la Fédération Nationale des Déportés, Internés Résistants et Patriotes ; VAIDA VOIVOD III, président de la communauté Mondiale Gitane ; Mme ZERBIB, de l'Alliance Israélite Universe lle; Me Charles LEDERMANN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; MM. Elie BOUBLlL, secrétaire général de l'Union des Etudiants Juifs de France ; Georges HECKLI, représentant la Fédération de la Seine du Parti Communiste Français; Mme LlECHTI, membre du Bureau Nat ional du Secours Populaire Français ; MM. OBAMA, représentant la Société Africaine de Culture; STAMFATER, président de la Fédération des Artisans et Façonniers. -'tl- D'autres personnalités, absentes, avaient tenu, par un message, à s'associer à la soirée :' le Président LYON-CAEN, MM. Henri FAURE, président de la ligue Française de l'Enseignement; les proVY, Marcel PRENANT, Jacques CHAPELON Marc-André BLOCH, Emile TERSEN ; Fern~nd GRENIER, dépu ~ é, ancien ministre ' Benoît FRACHON, secrétaire général de (a C.G.T, ; l'Amiral MUSELlER, ancien chef des Forces Navales Françaises libres ' Georges MARRANE, maire d'Ivry; Augu~te GILLOT" maire de St-Denis; Ray.mond BOSSUS, vice-président du Conseil Général de la Seine ; Jacques DEBU-BRIDEL et Henry TORRES, anciens sénat.:?urs; l'éc:ivain André SPIRE, le cinéaste Léonide MOGUY ; M. MASTIAS, secrétaire général de la Jeunesse Etudiante Chrétienne. L'émancipation des juifs et des noirs en France commémorée à Saint-Quentin Le titre, à lui seul, évoque le contenu de ce livre d'une centaine de pages publié en avril dernier, au moment même où se déroulait en Algérie le dernier putsch, mis en échec sur place par la résistance des soldats du contingent, tandis qu'en France la réaction immédiate de tout le peuple faisait reculer le { II.;cisme, Le 17 novembre, le M,R.A.P. a organise il. Saint-Quentin une sQirée commémor6.tive de l'émancipation des juifs et des noirs par la Révolution française. Cette soirée a eu lieu dans la grande salle de la Brasserie du Carillon. Ouvrant la séance, M. G, Burgho, Président du comité local du M,R.A.P. souligna l'actualité du racisme, 170 ans aprè5 le décret de la Constituante et appela à l'union de tous, sans distinction, pout' faire échec à ce fléau, « Il faut, déclara-t-il, que notre peuple exprime envers ceux qui souffrent l'esprit de compréhension, de fraternité hu' maine, auquel il fut toujours si profondément attaché. Il faut que s'exprime avee une force- acerue la volonté de voir finir le drame algérien par une n_égociation rapide et loyale, fondée sur le res· pect de la dignité de tous les hommes ». Puis, M'Armand Dymenstajn, membre du Bureau National du M,R.A.P. évoquv, au cours d'un exposé historique nourri, les luttes menées pour aboutiT à la pro· clamation de l'égalité des Juifs et à l'abolition de l'esclavage, Il conclut en montrant que le M.R.A.P. continue le combat pour que ces décrets d'une portée universelle ne soient pas contrecarrés par les agissements crimi· nels des racistes. « Algérie, terre des occasions perdues .. fait revivre sous la plume de l'ancien président de la Commission des Affairès musulmanes, l'historique de la lutte des Algériens musulmans pour leurs droits à la dignité et au respect. trop longtemos m~ connus par les profiteurs du statut colonial comme par l'administration toujours en retard d'une réforme, En annexe on lira avec intérêt une let., tre d'A, Boumendjel adressée en novem .. bre 1942 à des représentants de la France libre et dans laquelle il dénonce en des termes d'une émouvante noblesse, les Dl&sures antijuives promulguées en Algérie, par Vichy. c. p, Le racisme et la science UNE émission récente de la Télévision, intitulée « Faire face au racisme », a suscité des commentaires passionnés_ Beaucoup de commentateurs, se fondant sur les réponses faites par nombre de pero sonnes à des questions posées ex abrup(p, ont été violemment émus en -croJi!iilnt constater .que beaucoup de Français sont racistes, racistes avoués ou racistes qui s'ignorent. Du moins, c'est la conclusion qui a souvent été tirée de cette enquête, et elle nous paraît avoir été tirée trop hâtivement et imprudemment des témoignages qui sont invoqués. Comme tous les problèmes humains, celui que pose l'existence de passions racistes ou dites telles a un aspect scientifique et un aspect politique, que l'on peut appeler aussi philosophique ou moral. Une séparation trop absolue de ces deux aspects serait sans doute arbitraire, comme il est arbitraire de séparer trop rigoureusement science pure et science appliquée. Mais il est encore plus mauvais de ne pas savoir les distinguer, car cela amène à supposer le problème scientifique résolu et chacun, naturellement, le suppose résolu dans le sens de ses préjugés:- Il en résulte un dialogue d'où ne peut sortir aucune parcelle de vérité ni, encore moins, aucune base d'accord. Examiné scientifiquement, le problème du racisme se pose de nouveau à nous sous deux lubriques tout à fait différentes: il y a un problème biologique et il y a un problème psychologique et sociologique. Pour les aborder, l'un et l'autre, avec une méthode correcte, il faut se demander d'abord: « Qu'est-ce que le racisme? ». Il est curieux que très peu de gens, et très peu de commentateurs, sc soient posé cette question de façon claire. Le racisme, c'est une théorie à prétentions scientifiques. N'en refaisons pas l'histoire qui est assez bien connue. Rappelons seulement qu'elle consiste à prétendre qu'il y a une race, .la race aryenne, ou la race blanche nordique, qui est à tous les points de vue supérieure aux ~autres; 'et en premier lieu par les facultés qui sont génératrices d'une haute civilisation. Sous 'èet aspec't étroit et outrancier, la théorie est si évidemment fausse qu'il est superflu d'en faire une fois de plus la démonstration. Par ses excès même, elle a suscité une réaction qui a consisté à poser en principe que tous les groupes humains, quels qu'ils soient, ont exactement les mêmes aptitudes. Mais cette opinion, qui est certes plus généreuse, n'est pas mieux fondée scientifiquement. Pour savoir si les races humaines diffèrent de façon significative par autre chose que les proportions du squelette ou la couleur de la peau, il faut entreprendre et mener à bien une étude minutieuse et approfondie. C'est là une L'action de nos Comités (SUITE DE LA PAGE HUIT) Le 6 décembre une grande manifestation a eu lieu, de la Mairie à la Préfec· ture. Le 15 décembre, une nouvelle manifestation, rassemblant 5.0JO personnes, à l'appel de 30 organisations républi-caines, a eu lieu dans les principales artères de la ville, a.ux cris de « O.A.S. assassins! ) et de « Paix en Algérie ». A l'appel de 27 organisations, dont le M.R.A.P., un grand meeting antifascistJ s'est tenu à la Maison du Peuple de Nan cy, le 24 novembre. Ont pris la parole les représentants de:; Part.is Communiste, S.F.I.O., Radical eL P.S.U., de la Fédération de l'Education Nationale, de la C.G.T. et de l'Associa· tion générale des Etudiants. Diverses manifestations ont eu lieu le S décembre dans le département de Meur· the-et-Moselle, où l'O.A.S. a « plastiqué» plusieurs mairies. Réunions d'information Dans le cadre de la campagne d'information que poursuit le M.R.A.P. sur le3 menées racistes et antisémites et sur le danger fasciste, plusieurs dirigeants du llouvement ont fait des exposés dans diverses sociétés juives. Notre secrétaire général Charles Palant a parlé, le 9 décembre, à une réunion de la Société des originaiTes de Bessarabie ; R.Feigelson, membre du Bureau National, le 16 décembre à la Société « Kraznik » ; Roger Maria, membre du Conseil National, le 11 décembre, à une réunion de la « Fraternelle Israélite de Paris ». D'autres réunions semblables auront Heu dans les prOChaines semaines. oeuvre longue et difficile qui est à peine commencée. Au point de vue pnysiologique, il est presque démontré que les grandes races, iJlstallées depuis des millénaires dans des conditions d'environnement très différentes, sont plus ou moins bien adaptées à ces conditions. Dans cette adaptation, il est logique de supposer que les diverses aptitudes mentales et psychologiques ont dû jouer un rôle et être également soumises à la sélection. Certaines enquêtes partielles semblent faire


par

Paul OSTOYA apparaître des différences, assez légères d'ailleurs, du moins en ce qui concerne ce qu'on appelle les grandes races. Mais ces résultats sont parfois contestés. Il n'est pas sûr que les tests qui ont été choisis soient les plus instructifs ni surtout que les individus des différentes races qui ont été mis en comparaison aient été placés 'depuis leur naissance dans des conditions identiques. Néanmoins, le biologiste doit s'attendre à des différences. Tous les hommes actuels ont la même origine, c'est certain. Qu'ils se soient diversifiés depuis des millénaires est également certain. La nature et l'amplitude de ces différences _ sont encore très mal connues. Par conséquent, le racisme, en tant que théorie des inégalités humaines, n'a aucun fondement sérieux. Il en résulte que l'antiracisme, pour autant qu'il se borne à constater cela et à s'opposer au racisme, est une position raisonnable. Mais si l'antiracisme consiste à affirmer dogmatiquement que les hommes ont tous les mêmes aptitudes innées, il n'est pas, actuellement, mieux fondé scientifiquement. Nous venons de voir que les différenGes mentales et psychologiques qui peu1.lent exister entre les races n'ont pu encore être précisées de façon satisfaisante. Néanmoins, il est des cas extrêmeS' daos lesquels on peut sinon TEMOIGNAGE SUR UN MARIAGE « MIXTE» Je viens de prendre connaissance dans le n° 202, de l'article que vous avez bien voulu écrire concernant l'émission de MM. E. Lalou et Barrère. N'ayant · pas la télévisi~n, je n'ai absolument pas participé à ladite émission, ce que je regrette bien. Il est très bon de convaincre, tout au moins d'essayer de convaincre le" personnes qui, au départ, ne sont pas foncièrement racistes. Je suis mariée depuis sept ans à un Ca.merounais. J'apporte donc un témoignage réel .. témoignage qui n'est pas né de l'imagination . . Il faut admettre qu'une évolution s'est produite dans le peuple français depuis les dix dernières années. Il y a dix ans le couple dit « domino » attirait l'attention, il était regardé parfois avec indignation, avec une lueur de haine, qui se transformait en dégoût. Comme si nos mains jointes si joliment, étaient atteintes d'une maladie contagieuse. ; Aujourd'hui, quand on nous regarde, ce n'est pas avec les mêmes yeux. D'ailleurs, on ne fait ?resque plus attention à nous. Dans quelques regards, même, nous pouvons lire : « Ti~ns, couple bien assorti » .. Sien stlr, il existe toujours au départ des « contre » ... Contre quoi ? Le savent-ils exactement ? Je ne peux analyser ces sentiments, je ne m'explique pas. J'ai eu la chance d'être élevée dans une famille merveilleuse, simple qui ne connait pas « l'étranger ». Et j'ai connu mon mari. « Je désire connaître ta maman » me dit-il. Je n'ai pas hésité. Maman souriante, m'a simplement dit .- « Je souhaite que ce garçon soit gentil ». Pas un seul instant, il ne fut question de pigmentation. C'est une preuve parmi, je l'espère, beaucoup d'autres, qu'en France, les f(J.milles ne sont pas toutes hostiles à ce genre de mariage. Il n'y a obstacle que si nous créons l'obstacle. Le couple bicolore existe de la même fa· çon que les autres. Il a les mêmes problèmes, les mêmes :/oies, les mêmes peines. Si le couple ne subsiste pas, c'est qu'il ne devait pas subsister. Ce n'est absolument pas le mariage mixte qui en est la cause. De nombreuses personnes veulent s'en persuader, parce que cela les arrange. Il existe en France, des familles qui acceptent 'à coeur ouvert, le gendre à la peau d'ébène. Il est regrettable, que dans définir, du moins soupçonner de gran des différences, par les conséquences dramatiques qui ont résulté de chan- gements imposés à des populations. La civilisation qui tend à se répandre, qui se répand inévitablement sur toute la surface de la planète, c'est notre civilisation technicienne. Soit dit en passant, nous ne sommes pas très sûrs que tous les éléments de cette civilisation et les modes de vie qu'elle entraîne soient favorables, même aux peuples qui l'ont créée et développée. Beaucoup d'hommes s'y adaptent difficilement et il semble, en particulier, qu'on assiste à une augmentation inquiétante des maladies mentales; c'est, du moins, l'opinion de certains savants. Dans l'ensemble pourtant, tous les grands peuples, toutes les grandes races semblent avoir choisi de s'adapter à ce modèle de civilisation, et nous n'avons aucune indication précise que cette adaptation soit plus difficile pour les uns que pour les autres: ce n'est peut-être qu'une question de temps, et peut-être aussi de sélection à l'intérieur des groupements humains, les individus et les souches l).On · adaptables étant sacrifiés. Quoiqu'i,l, en soit, avec les précautions néce'sSairè~, . avec des aménagements convenabIès 'e~ considération du climat. Urie "dvilisation technicienne et industrielle au ~ongo ou en Guinée sera peut-être tout aussi viable et prospère que dans la Ruhr ou sur la Volga. Elle le sera peut-être . moins, elle. le. sera_pe~t-être plus; nous n'en savons rien. Mais ce que nous ne devons pas oublier, c'est qu'un petit nombre de groupements humains ne se sont pas adaptés ou ne peuvent s'adapter. Devant les conditions nouvelles de vie que l'envahissement des Blancs leur a imposées, les Tasmaniens ont déjà disparu. Du seul fait qu'on leur ait imposé de s'habiller, non pas toujours par la force, mais simplement par l'exemple, qu'on ait dévalorisé à leurs propres yeux leurs coutumes, leurs croyances, leur mode de vie, certains peuples de l'Océanie ont perdu le goût de vivre, ils ont presque cessé de se reproduire, ils sont en voie de s'éteindre. Il existe encore dans l'Am al'émission télévisée, à l'unanimité, la réponse à la question « Que diriez-vous si votre fille voulait épouser un noir » fut négative. C'est donc une forme de racisme. J'ai vécu aussi le problème en Afrique, il y a cinq ans. L'Afrique noire n'avait pas le même statut. _Nous avons dû affronter le racisme sôùs ~ne forme beaucoup plus opiniâtre. Je suis à votre entière disposition pour de plus amples renseignements. Andrée KINGUE-NTOKO. « ON NE LEUR EN A PAS FAIT ASSEZ» '" A u cours de ma visite au Mémorial du Martyr juif, où se terminait hier l'émouvante exposition consacrée au ghetto de Varsovie, j'ai aperçu, sur l'un des panneaux représentant un tas de cadavres torturés, l'inscription suivante .- « C'EST BIEN FAIT POUR LES JUIFS : ILS ONT TUE N.S. J . CHRIST. ON NE LEUR EN A PAS FAIT ASSEZ. » Suivie d'une croix celtique. J'at' aussitôt prévenu le gardien de la salle. Les surveillants alertés, nous ont dit (fJétais avec un ancien déporté de Mauthausen) que les inscriptions étaient fréquentes, surtout les dessins de croix gammée. Il y a quelques jours des écoliers allemands, venus avec leurs professeurs, ne s'en sont pas privé~ , .. Tous les visiteurs de l'Exposition étaient angOissés. Que penser de ceux qui, au mépris de toutes les lois divines et humaines, non contents de ne ressentir aucune pitié, se réjouissent des atrocités perpétrées, et accomplies avec tant de raffinement par les nazis ? Cette inscription, qui émanait de deux jeunes gens ne donne-t-elle pas une foiS de plus, raison à Jules Isaac lorsqu'il adjure Sa . Sainteté le Pape Jean XXIII d'mt~entf"'pour que " 'l'ensèi~ment de l'Eglise à tendance nettement antisémite, soit révisé au nom de l'humanité et selon l'impartialité historique. C'est Bossuet lui-même qui l'a proclamé du haut de la chaire .- « Il faut rendre les armes à la vérité. Les éducateurs, religieux ou laïcs ne feront jamais assez pour détourner les Jeunes eS1Jrits des mauvais sentiments grâce aUXQuels l'humanité côtoie à tout instant la barbarie. " Pascale SAISSET, Paris. 11 lE DÉBAT [ONTINIJE ..• L'émissîon télévisée « Faire face » consacrée récemment au racisme, a donné un nouveau départ au débat permanent qui se poursuit dans nos colonnes, où nos lecteurs confrontent leurs points de vue. Nous avons, en octobre, publié un commentaire de Roger MARIA, puis, en novembre, une lettre de M. Daniel KIPMAN sur l'émission elle-même_ Pour le présent numéro, M. Paul OSTOY A a bien voulu nous autoriser à reproduire le texte de la causerie qu'îl a donnée le 4 octobre à la R.T.F., à l'heure de la Culture Française~ et qui soulève égaIement d'intéressants problèmes_ Enfin, on lira avec émotion la lettre ci-dessous, que nous envoie une lectrice parisienne, Mme KINGUENTOKO sur la question des couples interraciaux. Et vous, quel est votre avis '1 ... Le débat se poursuivra dans nos prochains numéros. Il est ouvert à tous. zonie des tribus qui, jusqu'ici, ont réussi à s'isoler de la civilisation conquérante, en reculant toujours plus loin dans les profondeurs de la forêt équatoriale. Ces hommes tiennent jalousement, semble-t-il, à leur civilisation primitive et sans doute ils disparaîtront à leur tour plutôt que de l'abandonner. On assiste ainsi à ce qu'on peut appeler une série de génocides par le seul fait de l'expansion de notre civilisation. Il s'agit, il est vrai, de peuples exigus, qu'on peut appeler marginaux et qui, de toute façon, étaient peut-être voués tôt ou tard à l'extinction. On peut se demander s'il n'eût pas été plus humain, plus intéressant aussi, de les aider à survivre. En tout cas, c'est une indication qui doit nous rendre prudents. Si notre civilisation est mortelle pour ceux-là, elle n'est peut-être pas non plus la meilleure pour tous les autres. Il con· vient donc d'étudier de très près la question, et en collaboration avec les intéressés .. A ce point de vue, il ne s'agit donc pas d'être raciste ou antiraciste; il s'agit de découvrir ce qui convient le mieux à chacun ct de l'aider à l'acquérir. Cela suppose un développement sérieux des sciences de l'homme, sans autre passion que celles de la vérité et de l'utilité. Chemin faisant, nous découvrirons peut-être aussi des vérités qui nous concernent personnellement. VOILA pour l'aspect biologique de la question. Elle a aussi un aspect psychologique et, sur ce point, la confusion est peut-être encore plus grande. Certaines réactions, qu'on a qualifiées de racistes, sont plutôt des réactions de xénophobie ou même d'une essence plus générale encore, qu'on peut appeler le particularisme social. Chaque groupe humain, grand ou petit, a tendance à réaliser dans son sein une cohésion, par l'unification des opinions et des moeurs. Cette tendance prend souvent un tour passionné, et ceux qui se groupent autour d'une idée généreuse n'en sont pas exempts. Même des hommes qui sont tolérants par nature ou par réflexion, s'ils ne méprisent ni ne détestent personne, recherchent plus volontiers la société de ceux qui partagent leurs goûts, leur manière de vivre, leurs convictions. Il n'est pas certain a priori que cette tendance ait des aspects purement négatifs. C'est aux historiens et aux sociologues de nous dire si, dans certaines circonstances, l'originalité et même l'existence d'un groupe humain n'ont pas été sauvegardées par des réactions de défense qui s'apparentent à ce particularisme sQcial, voire à la franche xénophobie. Cette question appellerait de longs développements et surtout de patientes investigations. La psychologie sociale est, elle aussi, encore dans l'enfance. En attendant que ces diverses études soient plus avancées, prenons une attitude réfléchie et prudente. Aucun jugement a priori ne peut être porte sur les races. Mais l'imputation de racisme ne doit pas non plus être infligée à la légère. Cherchons le bien des hommes avec leur collaboration et sans idée préconçue et croyons bien que ce n'est pas en niant une question qu'on la résout. (1) Causerie donnée à l'Heure de Culture "rançaise de la R.T.F. (France III), le 4 octobre 1961. ( 'ï -,, 1 l ! 1 1 ! ! 1 1 ! 1 r • 1 t 1 l ' 1 i 1 1 .t. l- I,F , 2 propos d'UD lilm-eboc J E me fais l'effet de prononcer un .. discours de congrès ! Souriant, détendu, c'est Frédéric Rossif qui conclut ainsi notre entretien sur son film Le temps du Ghetto. Il était en train de parler de tolérance. C'est finalement son « mot-clef ll, l'explication première de sa création. Je lui avais demandé : « Mais pourquoi ce film maintenant ? II - Et pourquoi pas maintenant? me répondit- il. Certes, le fait qu'il sorte aujourd'hui lui donne un éclairage nouveau, à la lumière de certains événements récents_ Et de cela je me réjouis. Mais, vous savez, nolts avions commencé le film avant ces évênements. DROIT ET LIBERTE. - Autrement dit, le temps du ghetto n'est pas révolu ... FREDERIC ROSSIF. - Non, bien sûr_ Mais au fond, les expériences actuelles différent profondément de ce qu'a pu être le ghetto de Varsovie. N'oubliez pas ce mur, cette sensation d'étouffement qu'il provoquait. Cela a contribué à faire du ghetto une expérience historique originale. Et c'est essentiellement cette his· toire que nous avons voulu reconstituer. D. L. - Pour faire quoi? F. ROSSIF. - Pour faire voir. Pour montrer ce qu'à une certaine époque, des hommes ont pu ' faire à d'autres hommes. Pour faire prendre conscience peut.être, aussi de la nécessité de cette tolérance envers chacun, quelle que soit sa race, sa religion, sa couleur de peau. D.L. - Et pour cela, vous avez scruté dans les moindres détails la vie du ghet' to ? ·F. ROSSIF. - C'est vrai. D. L. _. On a pu dire que cette abondance de détails pourrait donner finalement à ce film une signification contraire au but recherché ... Rossi! s'arrête de crayonner sur le buvard qui se trouve devant lui. Il me regarde l'air ébahi, semblant ne pas comprendre. Je précise : D. L. -- Oui, ces policiers juifs bottés, les scènes dans les boîtes de nuit ... F. ROSSIF. - En bien ! C'était vrai. Les policiers bottés, cette aristocratie du ghetto dans ces boîtes de nuit, tout cela, c'était la vie quotidienne du ghetto. D. L. -- Mais fallait-il le montrer ? ROSSIF. - Pourquoi non ? D. L. - Il est vrai qu'après tout ces images ne sont certainement pas à l'honneur des nazis. Avoir ainsi créé pour les opprimés une société calquée sur celle des oppresseurs, joli résultat ! Rossi! s'échauffe. Depuis quelques secondes, il crayonne fébrilement. Et le voici qui relève la tête, se carre dans son fauteuil. F. ROSSIF. - Et puis, qu'est-ce que c'est, ce manichéisme ? Etre antiraciste, Des non-juifs auraient réagi, je crois, à peu près de la même façon ... D. L. - On a l'impression que certains rescapés n'ont pu s'en sortir .::lue grâce à une certaine collaboration avec les Allemands. Ainsi, à un moment, l'un d'entre eux, parlant du marché noir dit : « On engraissait évidemment quelques Allemands, mais on sauvait nos peaux ll. Par contre, le professeur à qui, au moment de l'exode, on propose de resLer à Varsovie, décide de partir avec les en- VERS LE GHETTO ... ce n'est pas masquer la réalité. Il est certain que, dans les conditions créées au ghetto, la lutte pour la vie revêtait une telle âpreté qu'elle devait faire ressortir ce qu'il y a de plus profond en chaque homme. Je dis bien; en chaque homme. Car il est certain aussi que l'origine n'a rien à voir dans le comportement des in· dividus placés dans une pareille situation. fants vers les camps de la mort. Enfin, il y a les combattants ... F. ROSSIF. - Bien sûr. Dans une situation absurde, vous avez toujours deux catégories d'individus : les idéalistes et ceux qui s'adaptent à cette situation. Les derniers s'en tirent toujours beaucoup plus facilement que les premiers. Mais le hasard joue aussi, évidemment. Entretien avec Frédéric ROSSIF Un temps. Rossif lève la tête de son buvard et, presque hargneux, ajoute: , " - Et qu'est-cc que cela prouve 1 ... D. r... _. Dans un film, normalement, la caméra raconte par elle-même. Les ima, ges forment une trame suivie, découpent le scénario. Ici, rien de tel. Ce sont essentiellement des documents. D'où la n~ cessité . du commentaire. Pourtant, certains, tout en soulignant la valeur et la portée du film. se sont plaints du commentaire. F. ROSSIF. - Ben voyons! Vous sàvez, les critiques cinématographiques ... Ils ont H leur » Imblic, ils lui dosent les effets. « Ça, ça peut leur plaire ! ,. Et pour- ' tant. .. Il s'est arrêté, songeur, la tête dans ses mains, l'air las de celui qui pourrait en ' dire beaucoup plus encore. D. L. - On vous a reproché aussi les témoins. ' F. ROSSIF. - Et s'ils n'y étaient pas, on me les aurait réclamés. ' D. L. - Alors, votre conclusions ? F. ROSSIF. - Ma conclusion, c'est qu'en fin de compte, c'est le public qui juge. On lui présente une expérience bis- ' torique avec documents à l'appui. TI faut ' qu'il la comprenne, qu'il y rénécblsse;" Alors, mon but est atteint. - Et le public, à peu prèS unanime, vous est reconnaissant... ," Il virevolte, s'excuse. Une séance dè' tournage à la Télé. , Tout à la fois lutteur farouche, et debat-: ' ter jovial, tel est celui qui, en cette rIii'" 1961, a osé réaliser ce film-choc, presque , insupportable, mais qu'il faut pourtant' voir et faire voir : Le Temps du Ghettp; par ~: .. , (Interview recueillie Philippe LAUBREAUX.l ,', Des maîtres à penser pour vos enfants PLUSIEURS jounnaux ont, ces jours-ci, exprimé leur indignation à la lecture d'un illustré pour enfants : « RAY HALCOTAN ». C'est qu'en effet, le héros présenté à la jeunesse est le soldat , nazi Ernst Glotsen. Il brigue l'honneur d'obtenir, lui aussi, la croix de Chevalier reçue par le caporal Brinkorf dans les circonstances suivantes: « Ce fut le 27 mai 1940. An cours des combats défensifs autour d'Abbev.i1le, il était pointeur d'une pièce antitanks et en ving minutes, il détruisit onze' chars de combat anglais. Onze chars en vingt mimtles ! T1t te rends èomptc r Avec quelques dizaines d'éléments comme cehti- Ià, nous serions déjà en train de prendre- l'aPéritif à M.oscou. » (Et sur les Champs-Elysées probablement L .. ) Cette croix, le soldat Ernst Glotsen va la gagner sur le front de l'Est ... enregistrant, à bord de son Messerschmitt, 1~ victoires et tombant en héros au cours du 1.17" raid. BRAVE WEHRMACHT ... M. Keirsbilk, l'éditeur de « Ray Halcotan » est un récidiviste. Dans une autre de ses publications, « S.O.S. », il prend pour héros un Allemand qui, avec ses compagnons, est encerclé dans Berlin par les Russes et réussit à échapper à la mort. Puis cette semaine, dans « Flash », également publié par ses soins : Erik joue à la roulette ... perd ... dérobe à son père et à son frère leurs économies. Découvre sous les marks un dossier qui lui révèle que son frère est en réalité un enfant adopté. Il le chasse ... Et le retrouve « en Russie, dans la boue des tranchées », ('", les Allemands « vendent chèrement leur peau ». Réconcilia- Quelques images de « Ray Halcotan JO. tion au milieu des combats. Et « il v a aujourd'hUI à Berlin deux frères qui -vi vent heureux et unis ». Braves petits soldats de ' la Wehrmacht ! M, Keirshlik explique qu'il pense que « les "elations actuelles entre la France et l'A llemagne » ne lui paraissent pas contre-indiquer ce récit (celui de Ray Halcotan) et que d'ailleurs ce récit vient d'Espagne, « où existe une commission de f!.'!{'.!;ensure des journaux p01tr enfonts » ! Comme directeurs de conscience, Speidei et Franco... Voilà des références ... TOUJOURS LES INDIENS La Commission de contrôle de la presse et de la littérature pour les enfants ne restera certainement pas indifférente Par Madeleine BELLET à l'émotion provoquée. Mais son contrô- . le ne s'exerce - pour les journaux d'enfants il1lprimé~ en France - que sur les numéros déjà mis en vente et son rôle n'est que consultatif - ce qui ne veut pas dire inopérant - le ministre d~ la Justice étant seul habilité à sévir. Il appartient donc avant tout aux parents, aux éducateurs, de veiller aux lectures de leurs enfants. Car si la violence a été atténuée dans bien des journaux, les images licencieuses supprimées, certains illustrés, notamment les récits complets, ne sont pas sans danger pour nos écoliers. Car ie racisme est tenace. Et les auteurs des scénarios renouvellent peu leurs sources d'inspiration. Les peuples de couleurs ont, chacun, leurs caractéristiques bien établies. Les Indiens. eux, sont toujours prêts à brandir leurs tomahawks entre tribus ou contre les blancs. Le blanc surmontera mailltes embûches : affrontera divers supplices : poteau de torture où il sera attaché tandis que des flèches siffleront autour de lui ; marche en équilibre sur une poutre horizontale de chaque côté de laCiuelle se dressent les piques SUI' lesquelles le héros, au moindre faux pas. peut s'empaler ; supplice des fourmiS ... Ainsi, Pecos Bill, dans « Monty» est rait prisonllier. On approche (lu camp. On entend le tam-tam « oui annonce fm sacrifice prochain ». « Tout en approcitant dl! 7,isage de Pecos Bill ses doigts ('rochus, le sor.cier répète .' Je t'attendais » ... LE HEROS BLANC Depuis plus de dix ans, Vigor ou Garry se battent contre les JaporülÏs. « les Japs » ou « faces de citrons, » ! Quant aux Chinois, ils sont invariablement trafiquants d'armes ou d'opium. obséquieux, et... trop polis pour être ,honnêtes... , « Super-Boy », de ce mois-ci, met en scène Burt Simmons, dans « Perdu dam Chinatown ». « La perquisition effectuée chez le vénérable Li-Mo qu'il sawpI; onnait de trafic frauduleux, n'a rie)) donné » mais Burt Simmons finira par découvrir la cargaison d'armes que dissimulaient Li-Mo et ses comparses, Les noirs... des êtres primitifs, IOns enfants crédules... ou féroces, voire anthropophages. li'»!, TarOft ou Tamar, à l'image de Tarzan règent en maîtres sur les tri bus no'ires Ouetos, Chebuns, les délivrent d'une hète monstrueuse qui les plongeait dans la terreur, les sauvent' de négriers... ou d'autres tribus aux noms imaginai res. Rohin des l3ois, clans « Dennis » sauve une jeune fille blanche, esclave du chef de la tribu des sauvages Basongos. Et, si par hasard des noirs reconnaissants sauvent à leur tour le blanc~ il reprend vit!' la clirection des opérati ~ns. . •• Parmi les hommes célèbres donnés, en exemple aux lecteurs de « Spirou », voici Churchill, vainqueur aux Indes, des Pathans. puis en Afrique des Derviches « peuple barbare, il est vrai, liquidé en deux ,'omtds ». Récit identique clans « Pilote », ou M archGlId l'Africai11 « pacifie» les « féroces derviches ), qui ont le tort de ne pas vouloir se laisser asservir. POUR LA fRATERNITE.,. Au moment où les peuples de cou leur reconquièrent un à un leur _ inclépendance. il est grand temps que ces, récits, inspirés des conquêtes du siècle dernier, disparaissent des journaux d'enfants... . . ' Parents et éducateurs antiracistes oeuvreront pour que tous les illustrés, à l'exemple cie ceux qui le font déjà, distraient et éduquent les enfants dans un large esprit de fraternité. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI.

Notes

<references />