Droit et Liberté n°133 - avril 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°133 de avril 1954
    • Paris antiraciste a dit non à l'armée européenne.
    • Deux millions d'enfants par charles Palant.
    • Avant le déluge : l'antisémitisme et la guerre au banc des accusés par Colette Morel, une déclaration de Charles Spaak.
    • Les classiques français de la fraternité humaine : Montesquieu par Paul Vienney.
    • Michaël et Robby (Rosenberg) confiés à leur grand-mère paternelle, par M. Imerglik.
    • Plus que quelques jours pour sauver W.R. Wells.
    • A propos de l'antisémitisme chrétien : le vrai problème par Jacques Maitre.
    • Le rassemblement antiraciste du 9 mars : les antiracistes dans la bataille contre la C.E.D.
    • Nous devons agir contre l'antisémitisme souligne le bulletin des communautés juives d'Alsace et de Lorraine.
    • Eloge de Maurras à l'Académie française.
    • Un interrogatoire devant la commission Mac Carthy.
    • Les enfants d'Hiroshima témoignent contre la bombe atomique.
    • Pourquoi la tension s'accroît-elle au Moyen-Orient par Georges-Albert Astre.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Au Rassemblement du 9 Mars organisé par le M. R.A. P. à lo Mutualité l!=l U=n=in=te=r=ro=g=at=o=ir=e d=ev=a=n=t =la=c=o=mm=iss!~.n-Charles. Carthy 1 SOUS LE SIGNE DE L'UNION p R I S N" 133 (237) AVRIL 1954 30 FRANCS ANTIRACIS.TE a Il dit Il 0 a.. 1• , c:c: armée europeenne»» "A V ANT LE DELUGE" L, antisémitisme e.t 1 a gu er re au banc des accusés qui aggraverait le danger du racisme el de ranlisémilisme Président Sous la !présidence de M~ Léon lYON-CAEN du M.R.A.P. --- des personnalités venues de tous les horizons ont dénoncé le réarmement des nazis et la clémence dont bénéficient leurs complices DEUX MILLIONS D'ENFANTS ... PARIS antiraciste, Paris dont le coeur bat po111 toutes les justes causes Paris qui défend la !ibert~ et la paix, a manifes!~ pujssamment le 9 mars contre. ta renaissance de !•antisémitisme el du racisme, eontre le réarmement des bourreaux nazis., Dans la salle comme à la tribune, c'est sous le signe de l'union la plus large que s"est déroulé à la Mutualité Je -grand Rassemblement Antiracis~ organisé par le 1\tR.A.P. (SU:te p. 3. Voir p. 3 el 4 les me.ssages et déclarmibns) Une 'f*IO de la SoUtt do la Muhlollfl, le 9 mots A PRES I.e Rassemblement an• UN.clste du & mars et le. imposantes manifeetaUons. focales or9anieee:t; ptu" aes coml ... tA• du M.fi.A.P. ou a,veo te'-'r pa_l'1fclpatlon active, t.ous noJ. mltltanlt ont pu se conv~nc:ro l nouveau combien U é~it poa. abJ.e de progre.ssel" à. grand pu da.na fa vole de l'uniLA d'ac\Jon do tout 1ea &n\.lracluec pour faJ· Les classiques français d e la fra-ternité hrnnalne ·-------~·A-------~ Gftarles PA LA ft T Secrétaire Olnéral air H.RA.·P . " éoheo au M&l"filoment dos na• zia, source fatale de la HnalsunGO du racisme et de l'antrs&mtt. Jtmo. c A l'heuroe oà t.e Jouo lê dutln do notre pays, travatller danS d'union au rejet do ta C.E.D., A 1'6oheo du téa.rmement etes naEla, e.t: le plus urgent dM d&woir. s s .... dlslons .. nout l la Ml.ltuallt. è le 9 mars. Et nous noua. féftoltion• c qu'o?rès les différent- et manif&S'tatrons focales oroanl&ées sous fe slono de l' untt~, la Com1té central de la L.t.c .A. ait aocep\é d'êtr.e otflelellomont repré.sen\ô » .. ~ •u Rassemblement antiraciste. Dans uno P.é.sofutlon publiée oes Joun dernler.s, la L.t.C.A. 61èvo a $01'1 tour ... (l uno prote. s\ation solennelle contre Ja remilitarisation unilatérale do l'Allemagne ,. et en appelle à t.ou.s les pa Piementai~&s ... c pour que toU. dénoncé co seandale » ... Les anlil"aclste.a - tous tas antiracistes - sont aujourd'hui dépositaires du •9uvonll" sacré de ce• millions: d.'enta.nw. Et. ausa1, dans lé pr6sent et dévant l'avenir, comptabléS d& la vlo d'a.ut.l"es mlllion$ d'enfanta. VollA les liaisons - les:- seules - pour lesquels nous croyons qu'il n'est tion de plus urgtnt que ·l'union pour faire échec à la c . E.D. ot Imposer los eondl\lons d'une vér-1\able sécur-Ité pouP tous lOS peuples. Notl'O sincé.r ltll, notre désintéresseme-nt, pouvant .so mesurer i la péi"Sévêranee de nos efforts pour parvenir 'A; I'ÎJ'Idlspensabt& union, donc. nous uluons chaleureuse· mont chacune des étapes et chA· que fait nouveau qui ~n favo .. rlso fe d6veloppemcnt. MONTE'SQUIEU Paul VIENNEY reur, H n'ait pas devancé la noble protestation de Rabaul Saint-Etienne, fils d'un pasteur du Désert et proscrit lui-mème. s'écriant à la tribune de la Const.ituante

c Ce n'est pas la tolérance q~re je réclame,

c'est la liberté .• !.a tolérance ? je demande que soit proscrit à son tou.r cP mot injuste qui ne nous prêseute que comme des citoyens dignes de pitié, comme des couP.ables auxquels on pardonne >. P OUR la ' première fois en France, un film po• se magistralement le problème de l'antisemitisme et de ses conséquences néfastes. c. A V ANT LE DELUGE •• d'André CAYATTE et Charles SPAAK, est, sous l'angle qui nous intéresse, absolument. irréprochable et particulièrement courageux. L'action se situe à Paris, quelque temps après le début de la guerre de Corée. !.a .peur et !"affolement s'emparent de certaines couches de la population qui voient la tourmente défe1-Jer St(r le monde. !.a jeunesse n'échappe pas à la panique. Cinq adolesèents, en possession d'un yacht offert par le père de l'un. d'eu«oe. r iche industrlel, r~ vent de partir vers les iles de la Sonde. Mais les tonds nécessaires manquent Ils décident un cambriolage qui réussirait fort bie.n si un révolver ne partai't seul et ne tuait un veilleur de ·nuit . Parmi ces jeunes gens : un juif, Daniel Epstein, dont les parents sont morts en déportation et qui, plus que les autres peut êtrt, mll!e la svmpathie. -.:l puuce l:ti.ant s<ln euqni' . .,. • 1e 1:1onvoque P,OUr J'intt"rroger. Craignant qu'li ne parle deux, de ses camarades, le fils du gros in<ùWrirJ.,urilf":v-Mi:trJt.C'f~t\t..~ Mur de l'Atlantique, et le fils d'un collaborateur particulièrement antisémite, se référant a ux méthodes de la Gestapo, le noient dans sa baignoire. " La faute des Juifs , Qui a poussé ces jeunes geruo au meurtre ? !..'époque troublée et fertile en émotions qui a suivi le 25 juin 1950. date de l'agreS$ÎOn en Corée ? la crainte de la guerre ? la bombe atomique ? Oui, bien sOr. Mais le second crime sera perpétré par antisémitisme plus ou moins cons- Voir en paqe 2 une- déclaration de • M. Charles SPAAK cient. c Les juifs sont lous des - traîtres ,. serinait sans cesse le ~eux collabo, père de ~lcharcl uutois; J'un aes assassins. Le jour de sa sortjt de prison. lorsqu'JI revit pour la pr.,. mière foi$ son fils. ne l~i aval.!· Il pas fait jurer de se •or!Yë;r;('·· · étemellenrent que les juifs Colette MOREL. (Suite en page 2) De cortaln&s imp"'clslons du texte de la L.I.C.A. ne retenons que la condamnatiOn sans appel do ta remflita.rlsation a.Hemande contenuo dana la C.E.D. DfJs loi'C quo la L.I.C.A. auJourd'hui, comme le M.R.A.P. depuis clt\q •ns, s'affirme opposée au mllit.a.risme aJJem.aod, Vive l'Union dos a.otrraclstes, des hommes épris do paix ct de llberlê, qui tous entemble barraront la route à l.a nouvelle Wethmacht. Mais Il faut se rappeler que Montesquieu est indiflé. t.enf au contenu dogmatique des re1igions OUI des croyances. U en parle essentiellement, comme il le dit lui-même-.~ en jurisconsulte soucieux de maintenir lit balance égale entre toutes les reli!l:ons et de leur accorder les mûmts libertés. Il n'env1s~ge pas seulement la tolérance comme une -concession laite par J'église catholique aux autres églises ni même comme un de-1---------- --- - --------- - ------------- -voir réciproqut des religions entre elles. mais comme ~n devoir de l'Etal. Car il considère qu'en cette matière, comme en bien d'autre.s, l'Etat con1racte des obligations, des devoi rs, et que le premier de ceux-ci .------------------------...!--------------------------, ems~tn td "àa ctcoourds ecre ulxe mquêim seo nttr apitlea-- Micha ël el Bobby c onliés à leur g rand-mère palernelle Mais la nomination du subrosé-totcur Jobn~oo laisse planer une menace •• • UNe victoire vient d'être remportée par les gens cie coeur du monde entier. Par leurs protestations, ils ont lalt échec à la procédure engagée par le gouvernement américain pour enlever les enfants RO;; ENBERO à ceul( qu_i, depuis l'exé<ution de leurs parents, les entourent de leur affection et essaient de leur faire oublier le terrible cauchemar qulils ont vé<u. Après une courte audience, [e iuge Collins, de la Surro!late's Court, à New-York, malgre toutes les pressions des pouvoirs publics, a décidé de confier Mlcl! aël et Robby à leur grand- 111ère paternelle, Mme Sophie Rosenberg. Il a aJourné son verdict concernant ta disposi-t~on des sommes collectées par le c Fonds pour les Enfants Rosenberll' >. Ains•. l'opinion mondiale a momentanément sauvé les deux enfants. Sa vigilance. toutefois, ne doit pas faiblir. Michaêl et Robby restent menacés. Le fait que le juge Collins ail nommé un subrogé- tuteur auprèS de Mme Rosenberg, lfont on cannait le grand âge, laisse aux persécuteurs de nouvelles possib:litès de manoeuvres. Et sur:tout, l'on ne doit pas oublier dans quelles tance aux enfants j!.Nfs, Mortoo DEITCH, soit nommé tuteur. Ce dernier. compfl!nant probablement quel était ·e rOle qu'on désirait lui faire joutr. s'est récusé. Devant l'émotion soulevée dans Je monde entier à l'annonpar M. IMERGLIK Membre du Bureau National du M.R.A.P conditions l'Etat avait tenté d"intervenir dans la vie des deux enfants. La procédure a "été engagée aous le prétexte que les MEEROPOL, à qui M• Emmanuel BI.OCH les avaient confiés, n'étaicJJI pas en mesure de s·occuper convenablement des en-. !anis Rosenberg. Le gouverne-ment arnér:cajn demandait donc que le Tribunal les con(ie à u.n orphelinat juif et que le prési. deot d'une Assoc_iation d'Assisce de cette ~rocédure ; dev8ltt la preuve irréfutable que les enfants Rosenberg désiraie;nt rester chez leurs amis et leur grand-mère où ils étaie n t• choyés, le gouvernément américain avait laissé tomber le masque de la charité. Il reconnais~it cyniquement qu"en engageant une procédure pOur fai re dêsipne~ un autre t i•tCl·f que h: to•ric; .é .. gale,_ il ~e se sbucie nullement du blth·ctre de. ces cnfanl• dont il a fait des orphelins, mais pourswvait un but politique bien précis, faire des enfants Rosen .. berg de c bons américains •· c ·est ainsi que nous lisons dans I.E MONDE du 3 avril 1954, sous la pi•Jmc de son correspondant part icul.er Henri Piene : c A foccasi~>n d'une vWit que nous avons /aile à leur domicile nous avons pu nous rendre compte que Mike el t<Dbby Rosenberg commençaient Il s'inlégler à leur nouvelle famille el q'ton en prenait soin avec: unt. affection r-Je,:r. N:us avons vu lé train éltclrhiut ùV-!C lequel ils s'amusaient, Je l'i-bn? auçael Mf.. chal/ s'enlrttlne à jouer da Schumann, les peintures de Rqbby et son dernier Duvrage i/lr. .< l. f sur un autobus égare dans la nature. ... c Rien ne pr11uve q·r< ••erot de ces cnJa,,rs ;usU{ie l:nt ::;trn·cnlicm !• 1 dM'.·"'tisltiJ[t u. ·:s atlaient 1 l'~rfJ/1: non paS, sous leur n<Jm, mats sous utui de (Suite en page 5) cés sous son autorité. Il faut également tenir comPte chez Montesquieu d'une certaine prudence de lorme" ct ne pas oublier que quarante ans après qu'il eut écrit les c lettres Persanes ,., l'intoléra-nce allumait encore le bOcher du chevalier de la Barre. Que Montesquieu ait été un partisan de la 'liberté la question ne lait donc pas de doute. N"a-t-il pas, d'ailleurs écrît luin> ême que < la place nahnreUe de la vertu est" au prés de l.a liberté ? > E TAIT -IL. é~a\ement un partisan de l"egalité ? Son attitude en face du problème de l'égalitê a êté parfois conteStée. Certains, lut o nt reproché d'eire non seulement ~ aristocratique ,., mais hiérarchique. Il s'est même trouvé pendant la guerre. je ne sais quel théoricien français du nazisme 'qui, l'associant bizarrement a Machiave~ n'a pas craint de le présen~r comme un pré<urseur de la théorie des ~ éliies > et à prétendre qu'il avait fait de l'inégalité sociale. ou raciale, considérée comme naturel!~, ta garantie suprême de la liberté. Rien de sembla~le n•apparatt dans son oeuvre où les chapittes (Sul/e en page 2) -- (1) Voir le numéro de mar~ de c Dro/1 el Liberté >. Plus que quelques jours pour SAUVER W.-R. WELLS ! 1 L no reste plus que quelques jours ~our sauv~r: Wesley Robert Wells. Cc noir tnjustemcnl condamné doll subir. te 9 avril. l"horrU>1e suppliee de la chllmbre à gaz. si la protestalion mondiale n'arrête pas Je bras de$ bourreaux. Le M.l\.A.P .• sOr d"lnterpréter ks seJ)ttmcn~ de Lous les anU. raclstos de France, vlent d'adresser au gouverneur de ta Calirornle, M. Goodwln Knigbt, qui seul. maintenant, peut pre9- dre une mesure de clémence, la lettre que volet : Monsieur Jo Qouvornoul", C'est. de voue que dtpend la vie d·e Wtnley Robert WELLS qu1 doit litre exécuté, dans quel .. ques Jours, le 9 avril, dans la chambto.â gaz. Après avoir examiné les documents qui nous sont pa..venua sur te cas do WELLS ainsi que le récit où lul .. rnême relate 1es durtts ann6e. d'épreuves, nous sommes pe~suadè$ qu'une m&oo sure de O'lce a!impoae. wesley ~obel"\ WELLS, condamné à 25 ans de prison pour un délit qui habituellement. n'entraino pas de peine aussJ tltvb- 1"6, a subi d'lnnombrablet brl• mades et tortures pour la seulo raison qu'JI a la peau nolro et qu' if professe un att'achcmen\ fnéb,ranlable aux. principes W~~ Robort WULS do 1'6gallt6 ol do ta dignité hU• maifO• Un Jour, à bout de nerfs, Il a lancé un crachoir contro un gardien ~tul lo maltra.l\alt.. Une condamnation A mopt dans de telles conditions heurte doutoureu$êment. 10 uns do la justice. Le peuple français qui, aans distinction do confC$sion.a 6\. d'opinions, a'est dre$$é pour d6- fendre Wlltle Mao QEE, le& sept noirs de Martinsvllle et lM aix de Trenton, ne eomprendraJ\ paS qu'une nouveno vlctim&, faute d'une Intervent ion d·e votre p~r, toit cacrifJ6e l la f'laf ... ne ra.ciste. Nous vous .adJurons, Monaieut' le Gouverneur, d& prendre un& mesure de grlce, conforme aux "traditions généreuses du peupl• américain, conforma à ta Ju•"ce et à l 'humanité. Veuillez ag""er, eto. •• Notre Mouvement à également adressé à lo presse. ainsi qu·• dJverses personnalités et organlsallons des documents qui montrent le earao!ère InJuste de la oondamnallon de Wells. D laut que, dans les proehalnes heures. tous les efforts soient tentés pour empêcher un nouveau lynclle.ge légal. U raut que re!enU•se, lA vo1x de ta FMJ)Ce g~néreuso. FAITES CIRCULER DES PETITIONS. ENVOYEZ DES TELEGRAMMES AU GOUVERNEUR GOOOWIN Il N 1 G H T, STATE CAPITOL BUILDING, SAC~RAMENTO, CA .. LIFORNfA (U.S.A.) . 2 QU'ÉCRIVAIT MONTESQUIEU CE LYNCH De l' esclavaqe DANS Joa paya delpoUqu .. où l'on elt cUJl aou.a l'e.ecl& vao• poiiUque. l'.acta" 9• CIYII eat pluo tel6rablo qu'aiiteun. Chacun '1 doit •w oontent d'y avoir M eubtll\ance el hl ·~· Alnol la condiUon do l'eaot.avo n'y ett ou6N plut • chvQe que la condiUon du euJet. Mala dara le QOUVIIftiM*ftt moi'W'Chlqut, où Il •at aouveralnement lmpol"'&ant de n• point abattre ou avilir la natu,. humaine. Il ne raut. point. d' .. claves. Dana fa d•mooiJatle oCI tout Je monde en '-oal, et dane l'arfi1oora.tfe, où tee lola dOivtnt faire leure etfort.e poul' quo tout to monde soft auul '-oal que ta naturo du oouvol"ntment peu& le permett.re, des eactavec tont eontN l'e.sprlt de la c.onstuu .. tlon ; lia ne servent qu'l don· ner aux ottoyena une pul11ance et un luxo qu'ile no doivent point avoir. L'tspl'lt déS LOIS (XV, 1 ). De l'esclavage des nègres S J J'avals l soutenir le drol\ quo nout. avona ou do rendre les nt.gres oaolavea, volet co que Je dltall ; Suite de l'article de rüul Vienney les plus sollicitables laissent très clairement entendre au contraire qu'c une aristocratie est d'autant plus parfaite qu'elle ce rapproche de la démocratie ». Jamais il n'a pensé que la liberté {X'Uvait naltre de la subordination d'un individu à un autre individu, ou d'un groupe à un autre groupe. Lorsqu'il pose en principe que plus la sociét~ est divisée, différenciée, plus l'homme a de chan~s d'ètre libre, il ne postule pas que cette liberté est fonction d'une stratification sociale ou rncialt, mais seulement d'l'ne répartition des tAches entraînant un perfectionnement du pouvoir. Il euffit, pour s'en convaincre de lire ses pages c~lèbres sur J'esclavage qu'il fut un des premiers à d~noncer. Alnsi1 Montesquieu a bien sa place egalement dans les das~ îques de l'égalité ot de la fra' l•.nlt~. Il tut hum•in ct ~enéreux, ainsi que cela éd•te a tous 1~ moments d'ur.e vie tout entière consacree à la re.:herche de la vérité et dont il dit lui· ~qu'elle < eam~il dr«· que matin par une joie socrète de voir la lumière ». L.. pe,upl.. 4'Eurooe a.tan\ edet'min6 ct.ux de I'Ame.rfque-, Ils ont dO mettH en ea.clavage a.ux de I'Afr'que, pou, a'en se,.. vlr • d6ff'lc~.,. &&nt de 1er,..... L6 IUCN Mralt \l'Op cl'tet, tl l'on ne tallait travarn.,. la plan· '- qui Jo produit par deo -laYOO. oeuz dont Il • aolt eont noirs, dopulo loo plodo Juoqu't la tète

et lit ont le ne& al Wast

qu'H tl\ pNiql.ft lmJtQNibl• de lu plalnd ... On nt ~ut •• m.Ure d.ant l' .. pl"lt que Dteu, qui Mt un 6tre tNt aage, ait mit une lme, eurtout une lme bonne, dana un ct rps tout noir. 1/&sprlt des Lols (Livre xv, Oll&p. V), ude plavtlble pour la pef't.écuu,., c Vou. YOUI p l.a:Jgnez.. dlt-11 auz lnquil!te.u~ dt ce que l'&m· .,...ur du ,Japon falt brOior • peUt feu tou.s lu ehNUent qui son&. dal\s •es E..._te: ; malt: U vou.s Npond:r. ; • Noua. voua va.itona,. voua qui ne oroyez pa comme nous. comme voua \NJ .. uz wou•-mtmu oeua qui ne uolent. p&s comme YOUI j YOUI ne pouve.:. Youa pl&lndr6 que de votH talblesae. qui voua empt.. che de pous ex.termJn.eP 0\ quf fai1 que noue, woua ex.torm1- nona.. • ~ Apr~s c Madame Lorelei •, c Accords du Morde >, c L'Opéra de notre joie », c Christophe Colomb >, nolrt roJiaborat~ur, le jtunt polle mtm .. avol• 6\è aui.Hfolo cil._ Rou/un MELIK Vltnt de faire ,.,. do Dltu ; nou• penaona quo parattrt, aux éditions Pie"~ Diou l'aime enooN, •t voua pen- Stghtrt. une nOuJ•tllt plaqutt&&< qu'li no l'aime plut 1 el, par. lt :LYNCH. o. quo voua Jugez alnal, voua e11 40 pages dt vus souples faiiM puoor Jl&l' 10 fw et pu lo ~~ prlc.s, tfunt grtlliiÛ foret feu ceux qui sont dant Ùt1.o d'lvortdion, U n.ous plonge au erHur -' pardonnabl .. de c.rol,.. coeur du drame raciste. qu'il que Dleu aime encoN ct qu'JI a notu fait 11;.,,1 de l'intéri~ur, d alm6. dont Il sait souligntr d'tmbUt • 81 voua 6100 o""olo l nO\ro ta porllt hisloriq~ <t fldlti~ V<t, wouo '"" bion pluo • lt dt rhumanltl. l'ig&NI do noa enfant. 1 voue Claudt ROY, daliS la pré/a••• t•ltt.a b..OI., perce qu'ill et, analyse tn U$ termes Tart aulvont les lnspiNittno quo tour dt Rouben Mtr.k : on\ donn6o coux quo la loi na· c us poèmes de Mélik ont tuNIIo et tu tolo d• teuo loo la palpitation, les reprises, les pouploo tour app•••••nt • ,... changements de rythme, les c Mafs.ll faut avouer que voua pecter oomme dM dl•ua. ralenrissements et les batteêtes bien plus. cruels que cet • Voua vou• prlvo.z de t•ava.et• ments précipités d'un souHie empereur. voua nous faltee \age quo voue a donn6 aur let vivant... mourir, nous q ul ne croyons que Mahom"-n• la man",.. dont c Quand 11 parle~ au bien et Cê que vous croye.z, parce que leur religion a'o•t 6\abll•. Quan-d au mal dUI pas.sé et de l'avenous ne oroyons pu tout ce que 111 se vantent. du nomb~e dt nir, M~fik est êmouvant, par- Je suis homme... vous croyez:. Noua aulvona uno leura fld6Jee, voua tour dlt•a ce qu'il ne rédige pa::; un de- Q UAND J'agla, Je eula cl· religion que voua savez vous- que la toP'C-0 loa leur a acquis, voir, mais se libère d'un sen- CHARLES SPAAK : Sclnarislt 114 /llm c A van/ lt Dl/aie > toyon i male foraquer------------1 et qu'lia ont 6ttndu lour roll... timcnt. Mélik chante à pJeine J'~orl• Je tula un hom.. gion p~r lo for : poul'quol donc volx parce quJil sent à plein mo, o\ lo roga•do tous loo peu- LIVRES REÇUS élabll88oz-vouo la v6tro por lo coeur, l!t c'est cette ressource ploa dG l'luropO ClVOO .(a mth'\e rou 1 gentimcntale Si poret Si aUw fmp.artlaHt6 q"o lea dltféNmt.s thentiquc, qui donne à sa mépoupfoa do l'fto do Madagascar. • LA VERITE SUR 1989. La • • • · • • • • ' · • • • • · • · • • • Jodie, dans ce qu'elle n même Cab.lers (U, t• 137). p61itiqut) ox.WrJeuro do l'U . .R.s. « Il faut que nou• vou• avtr- de désinvolte, un &érieux, une S. d'octobre. !938 à jUin 1941, tl"lont d'un• choto; o'oet QU01 ampleur assez rares. Des rellmons par J. Bouvier·~ J. Oaçon (Kdl· ., quoiqu'un dano ,. poot6riU c Avee Lynch, Rol!ben Mé- ,. Uons soC'-ialos). ose Jamalt dlro quo dan• 10 •1• - Jik pose sa voix sur un regis-- s'IL faut raltonnlr uns pré.. • TELEVISION. Un rnond& qui ole oû nous vivo na lea pou pl•• tre neuf, pour Jui. tl atteint vont.lon, J• no uJs, MIPza, $.•OU\Te. par Paul BenoJst (Fu- d'Europe 6talont pollo.6a, on avte bonheur oet tlCCtnt grave &'il n'est pas bon quo dans- qu~lte édHeu1 ). voua cltara pour prou vol" qu'1t1 de Ja poésle, ce1ui des hommes un Etat Il y ait plus1eura roll- • AMOUR DE LA PATRIE, 41\&lent barbaroa; ot l'Id" qut vra1s. ,. Gion.. P o·~ mes d e c•1--..·.rr e s o ob zynsk .• t'on aun de Youa ura tell• Lts strophes qut nou• ·~ On remar-que que ceux qui (r~..•.vl tto.~..s Ple...-.. e s egb ers J· qu'olle f16\rlra votre al6clt, et produisons ;c;, utraitt*' .d, e. ..l.a - vivent dano du rollolono telt- • UNE TEMPETE ~~·Charles POIR· portera la halno eur toua vo• fln du poèmt dt Roub.t.n Mt- ,.... ao Hnd•nt otdlnalNmtnt Poèmes de Charles Marso. IUus- çontemporalns. • lik. lon1 tnltndrt succtssiv~ plut utllot • tour pat•!• que t.ratloD.$ de Gérard Singer (Edl- (Do l'E•pr1t des Lois, L. XXV, mtnt lt noir lyndlt, lt shérif o.oux qui vlvont CS:ana la re-ligion Uons Art VU.Ie). 1 Cb. 13.) tl, dt nouvtau, tt 11o:.r. dominante, p.uco queJ 61olgnh ---------------------------------...:..---- -. dll honneurs, no poun.n\ ae dlatlngutr que pu leur opulence et teure ,.lchtuos-, fla aon1. port•• A en açqu6rir par llut travaJI, ot • embPUMP les emploi• d• la .ac16tt let plus pinib! ... D'ailleurs, eommo toutes lu rtiiQiona contienn•nt des pric• ptta u\llu l la aocl6t6, Il est bon qu'•ll., aofent obtorvhs avoo x•le. Or qu'li y a-t·ll dt plu1 capable d'anlmet ce die que r•ur muttlpllclt• '1 •UN Sl'MPTOI\t[ OUI DOIT Alt:Rlt:R Lt:S ANTIRACISf[S• Lellres Pers•n., ( Leltre LX..'i..W). Contre l'inquisition M ON lnter .. n\!on (1), qui sera tHs courte, en Ju .... tlflêe par une des quu ... tion• que soulevait M. le Pl'éfl .. cf(!nt : la renaissance et le développement d'vne c.erta.Jn.e prcpa· oande antisémite. Je tuls, avec Caya\1&, Quteu, du film lnutuJé : « Avant le dé· Juge », qui, pour la prem"p.o fols, aur le.s 4erant de Franco, Ce fllm a 6\è blurHm .. \ ac:· cueilli. Nooe rnontrona comment l'anUdmltlsme c>eut amener • tue,.. cutalna, qui nt veulent paa entendl't ptrltr dt Ct pro• b,.mt, ton\ m•me tilh Jut.qu'• M1ACOUIII' d16\H c antla6mltt dana mon aubeoncltnt ». Ht u• reuumont., noua avon• tu au•el de multlplll oncouraoementt. T n~s humbles romonLran- po.so re probteme do l'antldml· ""- tlsme. cos aux toqulslleura d'Es- ·------ ·pagne ct du Portugal . - une Juive do dlx·huft ans, brQ. . Blurtement accueliU, tut'tout, par 101 pouvolra publloa. Pour la promlèro fola qu'on portt • 16• l Lll'bonno au dernier auto ... daf6, donna oooaalon l ee petit ouvrage; •t So crola quo c'est L'antisémitisme et la guerre au banc des · accusés 10 pluo Inutile qui ail jamol• êtè _ ......,. •criL.. Qull(ld Il •'•Qh d' wou~ - . ctea ohoan si cla.lr.,, on et\ aor do n• pat. convalnoro. L'auteuP dtcJ..,.. que, quotqu111 aol\ Juif, a re.-pecte fa rel/ a/on e.~I'#I/Nin6, ~ qu'JI l'If!~ atsoz pou,. b~r aux prineoa qui nt MI"'nt. pu chNtient un p,.._ (SaiJe d~ la pogt 1) ait été l'objet dt tant de polbmiques A la censure où il ne fut étaient r~ponsables de son in- autorisé à paraltre qu'après an:ér.tti6h ? C11.t il n'avait J)4s bien des discussions et que le médité sur les véritables motifs gouvernement se refuse à son de son so!jour à Fresnes. exportation et conseille aux Par la suite, chassé de son Jo- Préfels de se sou.~nir d'une loi gement pour- n?avoir pas payé centenaire pour i n ter di r ~ son loyer depuis des années, < Avant le Déluge •· n•avait41 pas rendu, une fois en- 1-oran la que:Uion do l'antlséwmltisme, pou,. en dënoncol" te danger, fe gouvarnemen\ tnteP.. dl\ ausslt6t l'oxpottaUon du f11tn Il pal'a1t Ignorer que cc dange!" exla&e. Quant au YIN de ccnture, no. .. V. f1lm l'a obtenu dltrfcilement. Il • •t• autorid en Fl"anoe pap 10 volx contre 8. Lo gouvernom• nt doit a'inc.Uner ctovan\ la d6cl1lon de la commission de oenaure, male If exlet.e une vloll· ft lo1, datl.n\ de 1884, qui ac· COI"<<e aux ma1.,.s le droit d'Jn'• rdlro dan.s loura communes lea speouclu qu1 houbleratent l'ordre publio. · 0 ......, .. ~· jOUI'5, c• f ilm pa•u d•n• troie çln•ma.s. lmmln&.es. dont la c::lien~ le, l~ diNcrentt, l'épPé&enl4 lee dive,.. milieux de la C:llplta- 1&. Pu un Incident ne 61681 prodUit. Pli une prolntition. Les gens ont Nagl saine-ment. Le public J"lt ln voyant le ricl1cule de l'an1.lHmiUsme. Il est ému paJO le crime qui r.6aulte de la htlno raciste. Elève plus haut fils Je poids de ta main noire Et regarde ma main épousant ta poitrine A l'Infini du coeur Plante dana ta m~moln> En cette heure l'espoir comme une dure <!plne Que jaillisse la SO!lrce oil Je mear!Te s'blonde Et accuse le meurtre au nom de la justice Ma mort est sor cet arbre à J'exemple du monde !Iton corps martyrisé réfiècl!Jt vos suppllcee. .. J'ai tondu l'horlton au ras de tes talons Et ton crâne tordu étoile mon drapeau Par Je ciel étalé j'aecepta ton pardon J'estime ta douleur aux lambuux de ta peau ... J'ai revêtu mon masque et ma !ace de rat Grand juge du Far-West sheriff eoquin de sort Ma carte universelle enflamme les porcs gras Au Chieago mondial oà je beugle ta mort 1 Ta mort est dans ma mort ase<!cbée en mes veines Et bat avee mon coeur le cancer de ta gloire Dans les charniers greffés des danee11aes mondaines Au gibet triomphant où j'élève l'histoire Ma mort est sur cet arbre à l'exemple du monde Et je nourris ma mort du germe do la vie 1 Avec la foule obscure où mon nmour féconde La liberté poignante o\1 je me multiplie. Rouben MELIK. 1952-1953. IBIELA\ f\'1 IJ C 'ETAIT une entreprtoe .,. que de - à "" scène Bei-Aml, l'IUT!riale doUble d'un OO!NIIan, peraoo. nage Il ~ue de Maulli'SSODl (1). Le roman. oenes, otfte d'IJ:>. nombrol>les dlalogues, qu'U IIUf· tisait l l'adaplalellr de repn>dulre. Mala ce n'était pas asaeo. bien .ar, pour rendre cette iDIm. ttable atmosPMre. que l 'a... leUr, sembJe..~U. Usse en se i<Mant. Frédérle lJQ:d S'en ""' ~ avec bonheur en reliant les csu. !trenta \ableau.• par deS estrans du roman. qu'un ~ seau rêveur lit A une accf)r1e dem.t-mondalne. On I1A! $aunlll cependant faùe une pièce par Je simple décoUJ"'gc d•un toll)an. Avec autant de talent que de scrupuleuse fld6- lllé, Frédéric Dard a su tirer l'essentlol de l'oeuvre lltléra.ll:e et mener A. traver.s: deu.x act.e.s bien c!qulllbrés une aellon touJOurs plus trépidante. Oe n'est, ont eUt certalno, Ill une comédlc ni un drame. MaiS alle~ clone olasscr l'oeuvre de Maup.,..,.nt dans l'un ou l'autre genre ! Sous le Uberl!nage deS &<:tell cl des mols, c'est, à vrai dire, un drame. Et cette hi$\Oire d•un journallste, d'un polltlelen v6- rcux et d'un banquier qui, la llll)Jn dana la main <et preto à toul Instant à se tirer dana le dos> édifient leor fortune et leur aloire sur Jes monceaux de cadavres d'une guerre coloniale - cette hisloire a des réson. llJIIICé$ parl!cuJJêrement graves auJourd'hui. Les amours elle&mêtnes d.e BeJ..Aml flenJ1sstnt dans un monde oû poulllent lBs sptculatlom malodor!lnlelr, la COlTUJ>tlOn, le mensonge, la besIJallU '*ue de nJoun - el ne sauraient en ftre SI!~ Contra1J'emen1 aux ambitieux balzaciens qui prémédltenl loJ>. guement et réallseJU pat!emmenl leur ascens!on, Bel-Aml esl un lmprovl.sateur, un empiriste. Au départ, Il ne semble pas même ambltleux. C'est la contagion du mll.leu qui le tran; forme el le pou.sse. Et n devient de plus en plus l'épugnan\ "" lur el à mesure qu'U s'ln!égre à ce mUleu où regne le méprta des hommes, Je mépru de sol. ·El. ttnatement, s1 le banquier Walter, propriétaire du journal o~ Il éera, acoople pour gendre Bei·Am.t, C>'e$t poroe qu'Il 1 a entre eux les tuertea qu'Us on~ suscitées et dont Us ont l'un et l'autre tir<! PtOfit. Jean Dàreànte. par sa cotee t'JI •ne •t.-e es ~ureuae. alotl que LOute la trtrupe, aont t. la hauleiU' de cette oeu- et contribuent, chacun avec un taleilt sQr à nous faùe pasoer une trb &iféable soirée. Louis MOUSCltON. Ill Thédh"e de lo Rmlai&..,nco. A propos de « l'antlsénrUisnre cllré#len » l'amitié peuples Pour entre les fran,ais et africains core, les juifs coupables de ce- Tout cela es! inquiétant, oui. la et ne consid~ra1t-il pas com- Car c'est ce moment précis que me un juif Je commissaire ,--enu choisisstnt les protago11 ~ t$ du lui signifier de 9uitter les lieux, film c Les Nouveaux Mait rn >, alors que celu>-ci était tout bande raciste par ~cdlence, simplement d'origine bretonne.. pour attaquer le M.R.A.P. de- Plus tard, apprenant qce son wnt les tribunaux, eu notre fils a poliT ami Daniel Epstein, .\louve~nt s'était mobil~, il entrera dans une folle colè- comme il se devait, il f. a cinq re lui intimant J'ordre de ne plus ans, pour que soit in erdit cc Et pou..rt.ant, en vertu de çe pouvoir qu• détiennent; les mai .. rea, M. le mairo do ftico vfent d'intef"CCIN la projection du film da.ns a.a ville. Il pN!volt dN man1fe. statlons, des troublas ! C'est un abus: de pouvoirs, qui a ameLe vrai• problème J ASSISTAIS l'autre •oll" l une tMnce du çln6-club des 6-tudlants d'Ou-tH·Mer. on y pment.&Jt quelquea courts mitl"ages, ceM.alnt. command6t par le mlnlstt.P.o de fa Pue Oudinot, ô'autNs r"6af1da P*-'" doa • ml•alona », tous dèr1Qurés par uno cen•uro f6roo .. Jo orols qu'Il n'•xlate pu d'autrM films, avec vlsaa bien entendu, mont,ant la c "'"Il" atrfc:al ne » La dlscutafon qui •ulvit rut doa plut fruotueu•• - mals - .aussJ quelq1.1e pou d6prlmant .. u r avah do nombJ"eux 6\u· - E dlant.e africains dana fa aallt. Ctrtlln• d6ola,èrent, non sans ~ § une poln&o d'amenumo : c C'oat dono olnal quo noua volent ,Ë ~ les Français qui viennent dana notl't par• 1 • Bt nous tOmes ~

nombreux l nou• eentf~ ma1 l l'al••· aat-o• auoz de dlro : ::

§ c Non, ce n•est. pa• alnal Quo l'on voua volt, mala c'est ainsi ~ que nos oouvel'nants voudraient quo l'on voue vit » 1 : Devant co qu'lia ponaont une lncompr6honsfon d• notre Ë part, lot Afrloalna ao r6traotont1 et cl noua n'y pronlona gar- Ë: do un ross6 pourrait se crtutol' ontro oux ot noue. § Il o•t facile de comprondf'.t que l'amlt16 ontro fos pouplos § appa.ra.ft commo un dangor l coux qui oxplolt.ont la dlsorlmi- E natJon raciale, qui manient l'opprnalon coloniale .• Fairo com .. § prendro et aime,. la chlllaatlon africaine, d6Jouer ln pièoet Ë de l'&xotlame-1 afflrmcrj notro aolldariW aveo lo1 t ravallloura § d& oes paya, nouer uno amltl6 durable ontro noa peuples, Ë voll6. ce l quoi noua dovona nou1 attaohor. :: Dans ce but, lo comiU d• D6tonao dea Llbtrtb D6moera .. §. tiques en Afrlquo Nolrt oroanlee, pou~ le eoutlon des d6mo• § GRAND GALA de solidarité et d'amitié franco-africaine qui aura lieu le Lundi 12 avril, à 20 h. 45 au P.IU..AIS DE LA MUTUALITE Aveo la parUelp&Uon do Yves MONTAND Moune de RIVEL 1 us danus anlillaists Lt composiltur Joseph KOSMA Edmond TAMIZ dt la ~ Rou Rougt • L'arlisl~ dramallqat Marie MERGEY Lu balltls africains TROPICALS ... ot do nombl'tuaea autrfll vtdt1te1 de la ac•n• et do J'•cran Places l partir do 200 tra. - Looatlon : Llbl'alrlo do ta Ronp, lssance, 28, rue Drouot et l c Llb,ratlon », e Bd ~ Pol$tonn1.re. §: ~llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllfR «GRACCHUS Le 9 avril, à 20 h. 80, S•llo des Flltes do fa Mell"lo do Monveuil, M6tto Mairie do Mon• tnuH, la Troupe Romain Rolland pr.6sento en preml.,.o représentation

GRACCHUS BABEUF u-ag6dlo en a tolet d'Htn,.l Bassft, ml•• en acène par Emile Erllo. BABEUFI» te revoir car tes juifs font par- navet empoisonné. lie d'une c race > où il n'est C'est à ce moment pr~i$ que pas question de prendre des sont libéré$ et rendus à la VIC amis ... Le feu de la discussion publique lu c,u~leau, Augter, aidant, Dulois qui débite sa Benoist-l\léchin et Cie... virutbéorie en épluchant des pom- lents antisémites s'il en est. mes de terre, se coupe le doigt... Afin que nous n'oubliions pOli Et c'est encore une fois évidem- que l'antisémitisme n'est pas ment, de la faute des juifs... mort avec Hitler... · Voilà pour ~e côté ridicule de c Avant le Déluge > Je rapl'antisémitisme. Mais il y a aus- pelle à tous et nous lui en somsi le côté criminel. mes reconnaiss~nts. Les nntira- Ce vieux music.ien ruiné et al- cistes de notre pays feront tout gri s'en va le soir eomploter pour assurer le succès de ce avec un ramassis d'exwmihciens, grand film frança!$ qui doit, fidèles disciples assurément de pour le plus grand bien de notre c Rivarol > et c, d'Aspects de cinémn et de notre pays, ~Ire vu la France >. Leur c activité > i> l'étranger. consiste à placarder sur les;------------murs de Pans en sommeil, les trois mots : c mort aux juifs >. La' nuit, où son fils assassine Epstein, Dutois parcourt les rues en compagnie de sa sinistre bande et y fait sa s:Jie besogne. Antisémite, il le sera jusqu'au bout Le jour du procès des quatre adole.scents (car la bande a été dénoncée, et pas par un juiL) après la condamnation de son fils à dix ans de travaux foR:ès, Dutois dira se penchant vers sa femme : c ct n' tSI pas tlonnanl, fun dts jurts s'appelait Dav:d .• » Ainsi, il n'a rien compris, pas m~me gue son fils est devenu criminel à cause de lui et de son antisémitisme virulent ; car Richard a tué Epstein, ivre d'alcool et tremblant de peur en rf. pétant les paroles de son père : c Tu as la trahison daliS le sang. Ceux dt ta race sont tous ainsi~ Judas! :.. L'antisémitisme du père servant au fils, à la pr~• mière occasion, d' cexplic:ahon, à la pe,ur et au meurtre . Antisémitisme pas mort. .. Les attaques dont est l'objel ce film de la part d'une certaine presse, sont à elles seules une preuve . de sa réussite. Il n'est que de lire le numéro d'• Aspects de la France • qui rend compte du film, pour voir où le bât blesse ces messieurs de la collaboration ... Seulement, il est inquiétant, comme le disait Cllarles SPAAK au Rassemblement Antiraciste du 9 mars, que le seul film fait en France Sut' l"antio;~mitisme et le dénonçant comme criminel, lES DISQUES 1 L '1 o Ul'l on~ t. 4 mo" 1951~ MO.., rolt S.t• Ptokoflt•. Peu ovent uJ _ ont~lversertt, pfMst.u.r. do ...,. ••· .,,.. ont 4N ,,.., ... .-. mkrotUJon. L'od..,lroh&e .,_,..h:tt~Cm.nt do 1• Sol'loto .,.. 1 pour vloloft tt pt.ono, op. 10, por Doyld Oktre(h t t Lev Oborlu (1), .. trowvo Ctel,WtH per qutl• q"" .......... ,."..,. fts , ••• snlfkottvt-t- U 4ulaMttt; op. 39 pour ho~ clo~, vJok.n, olto ot con~ e1t ,.n06 ,..., a. IN'tMAni folt n JraM.O (2). Cft ..... ,. ... QUI ... ~leJt i I"OfithM • Le Tte~ • • fvt coe. pot6 M 1914 povr un ktkt swr lo 'rio cf• dNIWO, "-atieikf!ICftt ........ tif, H pftflle d't..~~• ... "'tutu. H'1plre ao frolcfNvt et lo tofttoW.. SWJ' l"outN fou, ,., 0.•..-turu wr du T11hwl" Julh, op. U, doto~tt tllo 1919, 00 MN ..Uvlt pG'f Ut flatftlot folldOICquot, 6 lo fob M4fOI'Ic:OUctctU et 'tlJiol'l~ ctVI font d ... 1'1 COfPt OYOC 11ft.tpftofkt1'1 l!ltfi'IIO dt r'O ...... f", Po11r eoOttr fo rlchKM ot lo vori4N cr. cttfo a.ttpltot lol'l, U foU"t tltttl'ld,.. MtCCOUIVtt'fltnt lot ti'Olo MOfCOOitX 01'1• tothtrQ "' lo Jeu•• ot toJoMvtuJI pktnbto SOMS.On ftoi'I(Oit, qw•occompow eno l'otch.ed,_ do lo S.Ciftf do, Conw ct ttt du Co·nscf'Votol,. sov• ki dlrf<• tlon d'Andrf Cluyttn1 (J}. Il t"aglt du col'lctrto no 1 '" ut mo • Jew,. op. 26 IKI"" l'lwno et orcft.,h't'1 tkrlt On 1917w1921, oO lo porfocllon de lo formo · ·omo a un lyrllmo ""'"" •ont; dot • VIllon• hgltlvot •, op. 2~ et do lo To«fllfO on " mluur. S'U ott urt potrtt commun 6 cu CltV· Vl'fls diYOHOJ, c•ott l'amou,. do lo vlo, lo yJo IOVI tovtoa se• formol, et furtout don• co qu'allo o do p.l111 oolw tut. S.. M. {1) Lo Chont du Mon.dt. LD-A - 8078 (2.5 cm. 33 toura). (21 Oocca UAT • 2330<5 (30 om, 33 tou,. •. (3) Columbia 33 Fe )( 211. "' des Nactiona. Un• demande ·---==· . D EPUIS quelques ann~ d'int.•pallatlon a dëJt 614 déJ) OSH au Putement. Volll le danger quo Je vou.faJs algnaler : Un f 1lm dénon .. çant l'ant.i44miu.rme a 4te produit •n FN.nçe, ct Il se trouve d .. mai~>U pour en lnterdi~o la projeot.lon, des gouvcf"n•.ntt: pou,. en ln1.e.tdlre l'e.xportatlon. C'ett un aympt6me navrant qui dol\ altr&eP tous les antiraciste•. ( 1 ) Celte dé<:larallon a étt talle par Cbarles Spaak au Rassemblement tnllraeisle dU 9 mare. l 1• Mutualité. les formes ltligieuse.s de la propagande antisémite ont été analysées et dénoncées par plusieurs auteurs, notamment des israélites et des .., . lholiques. C'est ai.si que vient de paraître un c. Oiscours sur l'anfisêmifisme chrétien ~. signé Orion, qui s'attache à défendre le judalsme conlie les attaques traditionnelles de ses persécuteurs. A vrai dire, 1a discussion proprement th~ologique n'est pas notre affaire, et le long exposé sur • la foi d'lsrnm • se place précis~ment sur le plan où nous devons rcspeeler pleinement la diversil~ des opimons. Cependant il est certain que l'anhsèmitisme se nourrit pour une part de cette Jonguc série de mensonges mortels don< la propagande cathol:que n accablé les juifs au eours des slè· cles. Ces falsifications ont ~le! e><posées en délai! tant par Jules Isaac dans c)~sus et lsra~l> ~ue par des prêtres et des militants catholiques. ,.,.is ces analyses démontrent justement que ~ n'est pas de la foi religieuse basée sur l'Ecriture Sainte que découle J'antisémitisme ; il a fallu tripatouiller les textes de la Bible pour en tirer des catéchismes aussi scandaleusement racistes que ceux dont le Révérend Père Paul Démann a publié des extraits dans les c Cahiers Sioniens • en 1953. La propagande religieuse n'ett qu'un des instruments utilisés par les promoteurs dt l'antlsèmitisme. Orion nous semble luimeme tomber dans le panneau lorsq~>'il ~rit : c L'tgoismt, lt manque de comprlhtnsion dts possUants tnvus lts lrava/1- /eurs seraitnl p/uMt moins occentuts chez le patron juif qat chez son concurrent chrltitn , Charles,Charles,,~,,, .. ,,,,,,,. ······~·~·~····~··~~········~~··· 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 REFUGE» SKI CAMPING 44, Rue Saint-Placide, PARIS (VI•) RlductJon de 6 % aux fcctéur& de c D~olt et Llbort6 » 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 ····~·· ··~· ... - -Charles 11 octobre 2013 à 16:41 (UTC)·~· - ·· ····-~·~~···· ··~· ·· · ·~~····~·· (p. 21). Il serait intéressant de laire un ~arallèlc entre l'action de M. 0 1sc3rd d'Estaing (du groupe de la Banque d'Indochine) dans ICll organismes dirigeants du c Secours Calholi· que > el ~lie du baron Elie de Rothschild Il la présidence du c Fonds Soci<1l Jwif Unifié > 1 A vrai dire, e'est en analrsant tes raclnes")lolitlques de 1 anti· s~mitismc que l'on évitera de tomber dnns des préjugés qui sc basenl sur la relig1on. LE besoin de d~tourner tes mouvements populaires sur des voles sans issues n'est pas né de la vic mystique. Lo~ue les paysons bongrois, sur le pomt de partir pour ln crohuu.Je contre les Turcs en 1514, sc retournèrent dans un mouv~ment révolutionnaire contre Ja nob1etse, ils nous donnaient une leçon immortelle. Plu<Ot que d'aller consumer leurs forets vives dans des a\'tnturts militaires en pays arabe ils s'unissaient contre ltur$ véritablCll oppresseurs. Mais c'est passer Wl peu vitt SIIT un fait essentiel. Car, dans res milieux f.ina.a. ciers, l'antisémitisme a été aU$si une arme dont ont usé oertaines banques (l'Union Générale, à la fin du siècle dernier) contre d'alttres. Pourtant, ft fond de la question était une affaire d'argent. Et les rapports du patron et de l'ouvrier ne semblent pas dépendre réellement du fait que j'un ou l'autre peut Nre juif ou catholique, ou 10croyant. Les diffêrenees religieuses ne sont utilisées que comme paravent J?Our masquer le vrai conflit, qu1 est celui de J'homme contre l'argent et contre la morl ' .... Au croyant de a~fendre sa loi contre cette prostil~>tion. Pour nous, croyants ou incroyants, il y a une oeuvre commune à accomplir : montrer, derrière toutes les lonnes de l'antisémitisme, Je visage de la trahison, du crime, de l'op-pression et du belhcrsme. Et, sur ce terrain, nous savons que les catholiques et les juif• ont leur place dans un coude-à-oeude fraternel, puisque nous dHeDdons le droit a la vie d à la paix, qui est le bien c:ommDD de tous les homm;os. On pourrait ~videmment multiplier les exemr.les. Il est faciJt de voir que e raci1une, pour l'esstntiel, n'est qu'un instru·j-;==========~ ment destiné l d~toumer le peuple de la lutte pour la démocratie et 14 paix. Les <hèmes religieux ne sont qu'une des armes utllis~es à cette fin. Oe même, le fascisme parle toujours de < propreté », de c coup de balai ~, de mesuau c chirurgicales • contre les scandales ; ocpendant, il repose r.r~cisément sur les c!lc!ments les plus corrompus. Il exalte toujours la nation, alors qu'li pille celle-ci, la plonge dans la misère, la terreur et la guerre. 0 RION dénonce très brièvement le (grief ethnique>, l'argument proprement raciste. Il s'~tend essentielleme"t sur les questions d'histoire ,_ llgleu~e. Sur le plan éoonom'· que, il se eontente de signaler le rOie jou~ par les juifs dnns le développement de notre pays nu cours du XIX• siècle. Et il pr~ise que cela n'implique pas que le c bourgeois Juil domine la situation • (1c1 se place l'apologie du c patron juif :t). TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ JO, rue de Chite:aud1Ul, Parla t.e Til. : TRU 00-$1 FMNOE <t UNION PRANÇA!SP Ua an : 3()0 frue.. Pa YS ETRANGERS Ua ao. : ~0 fro.oc' I.BONNEM'ENT D.E SOUTIEN 1.000 lranea T,\ RIF S~ECIAL POUR LA BELGIQUE Compte c:b. post.: 60'10·93 Part. Pout lea ch•ocemcna• d 1dreato wvoyer 20 Lra.net et la dcrnièr~ bau~ •. l..o sénnt : Cb. OVEZAR2K, SJ..P .N •• 14., rae de Puedlt, -:- P_AJ!,IS Qt•J -:- !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!--1!!!!-ll!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!l!!!!J!I!!!!!!~!!!!!!!I!!!!!~!I!!i!!!!!!!:!!~~ R 0 1 T a ;1: L 1 8 K Il T 1!1!!-!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! _______ _____ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!-!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~ • LE RASSEMBLEMENT ANTIRACISTE DU 9 MARS LtS rtRSONNALilfS VoilA la liste des personnalités qui se sont asao· ciées, par leur présence ou par dea menages, au Rassemblement Auth·aeiste du 9 mars, organla6 par le M.R.A.P. : M. Jean AUBURTIN, vice-président du Conseil Municipal de Paris; Mme Louise ALCAN, membre du Bureau National de la Fédération Nationale dea Déportéa et lllternés Résistants et Patriotes ; Mme Josephine BAJoeR; M. M. le Grand-Rabbin Paul BA\JER ; le Dr André BLOCH, président de l'Amicale des Médecins Israélites de France; le professeur Mue-André BLOCH; Elie BLONCOURT, préSident de la fédération de la Seine de l'Union l'rogresaiate; le pasteur André BOEGNER; Barthéle· my BOGANDA, député; M. l\1. René CAl:'lTANT, ancien ministre; André CAYA'l"rE, metteu1· en scène; le Dr. DANOWSKJ. président de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattsnts Juifs; (Suite dt la pagt 1) D'où ctt enthousia•me, cette confiance qui s'exprimaient dans les applaulfissemenls nourris dont la fouie saluait les discours et les multiples messages. Après une allocution du président du M.R.A.P., M. Léon Lyon-Caen, qui présidait celte magnifique soirée~ on entendit tour à tour. condamnant en ter· mité de Liaison des Etudiant$ Coloniaux; Charles LEVI NE, au nom du Comité Central de la L. I.C.A" et notre u.:rélaire générai <.;harles PALANT, tandis qu•étaient lus les messages des grands-rabbins SCHILU et BAU ER_. des pasteurs VOOE: et BOEON~:.R de 1\llvl. Léo HAMON (M.R.P.), André DENIS Ocune République), PIERREbi! rat!on, que se tradu1t l'opposition de notre peuple à l'c ar· m~ européenne > et à ses aiiÎ<i~ ialres l'antlsémitisrmo et le ra· clsme. CONTRIBUTION i m po rtante à la lutte de la na· tion entière contre la C. E.D., le Rassemblement du 9 m'rs marque un progrés con- Léon LYON- CAEN Prtmlu- Prlsidtrtt Honoraire dt la Cqur de Cassation Prlsident du M.R.A.P. «UN CHOIX DÉ.CISif pour l'avenir de la france et de la raix » LA France vit actutll<ment A quels résultats, je vous le - tous l se pose devant le Par- surrection d11 militarisme, à ln· lement comme devant l'opinion queUe flOus assistons. M. Ill. Michel DElJRE, sénateur ; Jacques DEBU BRto~a-. aénateux, conseilier municipal de Parla; l'lime Denise DECOURDEI\1ANClOE, secrétaire aéné· r~le de l'Association Nationale dea Famillea de Fu· aillés et Massacrés de la Ré&istanu Françaiae ; Utte vue d• lo trlbuu. Oo lOuche • d~ott. : .A. Youdtne, lo gibti«tl Jolnvll .. , JurH Ovthot, C:horit• &..M:rmon., Citol'WI Pot01n~, lo p~rld•l'lt Lyon·Coett, Jt-on A"-burtit:t, t. g6n9rol Le C:ortlflllf, Colttt. M.,tl, c:t.otifl Uv'-- publique, une option qui fixera N'est-il pas évident que la repour longtemps et l'avenir de prise actuelle d'mlluenco dca annotre paya tt le sort de la ciens gtnéraux s.s. ou de la paix... Wehrmacht, la présence d'an- Il!. l'li. Jean-.Marie DOMENACH, rédacteur en chef d'c Espnt •; Jules DUCHAT, secr6tair& de la C.G.T.; M. Il!. Edmond FLEG, écrivain ; Jean FRAPPIER, pro!eaacur A la Sorbonne; Pierre GASCAR, 6eriv&ln, l'rix Goncourt; mes tout aussi vils te racisme, l'antisémitisme et la C.E.D., MM. AUBlJRTIN (R.P.F.) el le (é. néral JOINVILLE (communtst<)

Elie BLONCOlJRT (Union

Progressiste) et Jales DUCHAT (C.G.T.) ; Ch. OEDERMAN, au nom de l'Union des Juifs pour la Résist~e et l'Entraide, et LEBORONE, président du Co- BLOCH (S.F.I.O.), des écrivains Pierre OASCAR, André SPIRE, Edmond F-LEG, Robert MERLE, tl d'autres personnalités, que n0116 citons d'aut~ part, r,pré. sentant les opin•ons et los miUtux les plus divers. Comme l'ont souligné to3$ l<l! orateurs, c'est par une dnanimJté sans précédent depuis la Usidérabie de l'unité antiraciste. S'il est une pens«, une volontt commune qui animait ct SôiiIl tous les particip&Dts c'est bitn celle de voir oettt nécessaire unirf s'élargir, se re.nforc< r tncore. Et chacun a pris r<nia~ment de faire tout son J>OS$•ble pour qu'il en soit ainal. ciens nuis, anti~mites notoi- Maintes lois ont ill soulignées res, aux postes d< commande de les conséquences graves qu'eu- l'Administration, feront d'eux !rainerait la ratification des ac- les maitres de la petite Europe, cords de Bonn tt ete Paris, en où on \-eut intégrer la France, p.trticulier l'abandon des prin- mais qui sera contrOl.!<! <n fail cipes essentiels de rotre Cons- par r Allemagne ? titution, l'anbnti$Stment de la souverainttl française, l'écrou- Soyons assurés que le ~arlement, la rupture de la solidarl· memont all<mand aura pour cf· té de l'Union Française, les obs- let de remeure le powoir aux tacl<s à ta ~unification de l'Al- racistes et aux militaristes qui lemagne. ont déclenché les horreurs de la

\1. le professeur HADü1ARD, membre de l'ln·

atitut; Mme HALBWACBS-BASCH; Il!. M. Uo HA· MON, sénateur; Vladimir JANKELEVITCH, pro· feaseu1· à la Sorbone; Je général JOINVILLE. dépu· té; Charles-André JULI.l!:N, ConaeUler de l'Union Io'rnnçalse ; Jacques KAYSER, publiciste ; Charles PALANT Secrltalrt rlnlral du M.R.A.P. dernière guerre. Ce que je voudrais souU~er, Ainsi : aggravati011 du racis- Al. Antoine LACASSAGNE, profeueur au Collège de France; Mme Paul LANGEVIN; M. M. Bernard LAVl::IWNE, professeur à la Faculté de Droit de Paris; LEBOltt.iNE, président du Comité de Liaison ctea ll:tudiants Colomaux; le général LE CORGUILLE; M• Charles Ll>DERMAN, président de l'Union d<> Juih pour la Résistance et l'Entraide; Michel LURIS, aociologue; Alain LE LEAP, secrétaire gén~ ral de la Confédération Général& du Travail; Charle• LE\11\E, au nom du Comité Central de la L.I.C.A.: Mme Irene de LIPKOWSKI. déput~, au nom de l'Asaoelation ::-:ationale des Famlllea de Rûlttanta et d•otagea morts pour la France . «S'unir, le devoir le plus impérieux» à la lumière des lai!$ préc1s et ~. avec tout le cortège de des documents en noire pesse.. souffrances et de pers~cullons sion, c'est dans quelle ambian- que, nous le &avons, il entraine ct, dans quel climat de renais- à sa suite; accroiS$emcnl des Q U'Y a-t-11 de plue urgent pou,. tout let ,.,anoaJt patl'fo\.es que de a'unlr au ooude i çapd&, ç.omme au wmpa oü nous luttions eonu. lM t.t"at ... Ll'ft:, et ra,ppeJer ~ •erm.nt qui fut 11aete dt naltl.lnte ete notH Mouvement: a,u touunlt c.açr6 det millions dt mal"tyr-t, auaulné.a par let nuit. Let •ntiPa-Glnt'$ plut que toua autre.a ,, doJ.,&nt da mon• \Hr l'utmpt._ •n unlssaot ltutt tftorta. Le M.ft.A.P. n'a ctii.Si de ,... nouvelet '" appela i l'unft4 clt toua let anUraclnee.. M.lt. Jacques .\lAD.\ULE, historien; Loula MA· RIX, anc•en m•ni~tre. membre de l'Institut; Louia )1.\.RTl:S·CHAUFFOEJt, ~rivain: Robe!\\ MERLE, tcrn•ain, Pru: Goneourt; Edmond MICHELET, a6· nateur; Y ital MODlA;-10, président du ConaeU Représentatif des Israélites de France; Gustave l\10· l\00, de la présidence du :.Iouvemellt de la Paix; Pierre MORHANGE, poète; le pr4lcureur général ~IOR!';E'C: .Etienne NOUVEAU, vice-prêaldent de n:nion Française des Anciens Combattants ; MM. Jean PAl"L-BOXCOUR, sénateur; Jun Plf.RRE·BLOCH, ane. ministre, prf;ddent d'honneur de la SS . .E.P.; Adolpb& POZ.'IA:-iSI\1, président de n:nion dea Sodèt.\• Juh·es de FrancP: O. POZW DI BOnGO, lnApecte:ur de- J"Ense'ipeme.nt Ttcb.ntque; Cla ,,,, R.\YBOJ~. conseiller gênbal de la Seine: c J&mala noua n'oublieront Ma w1m .. c.ommlt par ltt at• t:u~lns fudltn l .lamai-' noua n'ac;ce-p\.e.rons dt no&~t tf"'UW., dan.t le m•m• camp qut tta bourre&.LJS n&J.ia 1 • C'Mt ft devoir lm~rlaux dt chaque p.a.trlott que dt vtllftr A l'htUN oô st Joue le dec,. tin 4t notN pays, W.talller dans l'union, au ,..Jn d.e ta o. r.o., • I'Khec du re.armement du nazie H\ le ptua UPQenc. d• devoiN. C'•i\ ce qu•on' bion eompM•, eeu• qul ont ripondu Charles LEVINE au nom du Comill Central dt ta L.I.C.A. " -', ...o us serions rnaudils si nous acceptions la C.E.»." Al, .ùo ~JJIM~J>Jl(!l JJ~.!IJ'i. ~Ç..HJL!.lj lime Ger· maine SENECHAL, avocat à la Cour; M. M. Jacques 30USTELLE, député, ancien ministre; André SPffiE, poète. M. M. Henry TORRES, sénateur; Edmond VERMEIL, professeur à la Sorbonn&; Daniel VffiAUT, professeur à la Faculté de Droit de Paria; le paateur VOGE. LA prêstnce à ett•e uJ)vne .r .. Jll'tgul à !'â pi5pâfiri· cie de a L.I.C.A. ne 81grl· fie pas ·tee re-utes les 11vergences que nous avons avec le M. R.A.P. sont aplanies, m'is quand ii y a le feu à r .. mnis~n. on ne s'occupe pas de quel'.e caserne viennent les pt.>mpters t'C c'est pourquoi ta U .c.A. · ~! .c «~If. On nous a dit • c Vou< •Un faire le jeu des communi>tes ,. Eh bien, pour lutter contre la C.E.D. nous ae<:eplons allègr6- ment de < faire Je j-eu des coJtt.. munistes Jo •• ~ Louis MARTIN -CHAUFFIER Hqmme de Le/ire1 {::n fait, nous pouvons nous demander dans quel parti poli· tique ou dans quelle confession est la vérité. Mais ii est une vé· rité que nous ne pouvons nier, c'est que de 1939 à 1945, deux millions d'enfants, c·est-à-dire d'êtrtS innocents par excellen.c: e, qui n'avaient pas 12 ans, ont ~té exterminés. El e•est pour C6- la qt.e nous sommes ici ce soir. «Une Allemagne d'acier trempé dans une Europe de papier buvard» Je ne ,·eux pas accuS<r d< traltriS< à la France. certains de mes amis, certains de mes cynisme dans le chantage - le devenir complices de la tyran- camarades qui sont partis3ns LA question est simple et tragique : demeure· rons·nous français? Ou bien la France aera-t..elle absorbée dlloa une Europe de papier buvard, prétendue supranationale, derrière laquelle surgira une réalité bien vivante, &n acier trempé, uno Allemagne qui res· semblera à s'y méprendre nu Reich hitlérien, restauré avec toute sa puissance, ses ambitions, sa cruauté, ·son impérialisme, son racisme, tes cadres retrouvés - les mêmes que naguère - mais toutes fureurs aggravées par la volonté de sa revanche à prendra et des c frontières à recouvrer>. Car lts boniment$ qu·on raconte - parfois avec sincérite - ne viS<:nt qu'A dissimuler cette réalité-là. L'Allemagne n'entrera pas, c intégrée > comme on dit, dans une communauté suprn-nntionnlc, pleine de bonne volonté, de soumission, de sentiments démocratiques et de ferveur pacifique. Le national: smc allemand s'emparera, toutes bannières cl~ployèes, d'Wl morceau a·Europc qu'il n'a pas pu 8\':der en 194$, ct qu'on veut lui ollrir maintenant, ~busée et soumise : qut veulent lui offrir malnteMnt ceux-là meme qui avaient pris naguère les annes pour le combatlre. Sinon. pourqL-oi grAcierait-on, libérerait-on A pl<ins paniers les criminels de guerre allemands ? Parce qu'Ils ont e<:ssé d'eire criminels ? Point d• tout. Parce qu·ils sont destinés à redevenir les cadres d'un régime qui n'a chan11é de lace qu• par une imposture qui nt lrompe que les vraiment trop naïfs. I.e$ généraux de Hitler, les fonctionnaires de Hiller, les séides de Hitler, lt:s industriel~J les fin<Ji\ciers, lt5 diplomates de H'lle•, redevi:1:n!nt généraux, ministres. grands fon ctronnaircs, m· dustruols, financiers, diplomates d' Adtnuer. Quand on prétend nous imposer - avec queUe insolence daM la menace, quel dédain dans l'ordre donné, quel ~armement allemand comme nie qui fourbit ses armts, et dos de la C.E.D. Mais je , ... x dire une mesure de skurit~ coltecti- massacres qui suivront. l ces amis. à ces camarades ve, en vue de quelles nouvelles qu'ils se trompent épouvantable· entreprises, aux lins de quelles ment, abominablement. soum1ssions, espère-t-on que Quels sont les hommes qui nous serons dupes, ou se &o.,. sont en lace de nous ? le Précie- t-on fort peu que nous ne le sident Lyon-Caen nous en a soyons pas ? N'est-il pas ~ela· pnrlé tout à l'heure. Ce sont des tant que - intégrée ou auto- nazis, des S.S., des criminels de nome - l'nrrnée allemande re- guerre qui s•abritent derrière constituée aura pour but immé- Adenauer. diat la c reconquete > â l'Est, On veut abuser de nous au en attendant que l'Ouest il son nom de l'Europe, des Etatstour se plie enlin A une domi· Unis d·Europe, thers à V. Hunation trop longtemps retardée, go, chen; à Jaurès. On veut nous à son gré ? fa1re donner la main aux m:tins des nazis encore foutes dégoa- Q U'ON ne s'y trompe pas : tantes du sang des n6tres. le darmcmtnt allemand, s·il est vrai qu~ les A-"1 des c'est la 111erre. Et la morts qui n'ont pas reç• le séguerre des S.lgntùrs, le racis- pulture, errent encon' parmi me jttant le masque. Ouerre et nous, elles noc:s em. .-. ironne;~t et racisme vont de pair et ce n'ut sont avee nous dans ce mee .. pas parce qu'on oflira aux çé- ting... Nous serions maudits si nérau.x hlllériens des conhn· nous acceptions la C.E.D., le gents français, belges, etc •.• ' réarmement des bourreaux .•• qu'ils vont tout A coup se muer Je vous demande de vo•<CJ unir en croisés de la l.ibetté, mieux S.:tns distinction d'opinio·'· de encore, en pacifiques ~ardiens classe ou d'origine. La C.E.D. ne de la liberté. Tant de fomte sot· Leut• Mottlo·Chouft... passero pas. tise fait lrembler. r----- --------·------- - --- Les racistes français, tes maurrasslens iibêr~s. les vlchyssois rendus à la rue et, de la rue, vite casés dans les sallos cie rédaction ou les anti-chambre. ministérielles, eux, ne s'y trompent pas. Ils triomphent déjà dans i'attent< d'un plus grand sucoes. Pour eux auss~ le jour de la revanche approcne, tl la haine aiguiS< ses crues. Ils &a· vent que ce qui se prépare S6- rait la fin des libertés françaises, de la culture française, de la nation française. ils i< savent, ils le diS<nt : à chaque mise en garde que nous lançons répondent en écho leurs aveux. les récents débats du l'arie· ment ont prouvé que la France n'est pas prête encore à signer "" déchéance et è consentir son abdication. Beaucoup, énomlé· ment de français comprennent enlin et lrémlssent. Ne nous lassons pas de lanc<r l'avertissement solennel : c'est de notre vie et de notre mort qu'il s'agit, nofr~ vie d'hommes privés et notre vie collecti,·e. Et d< notre honneur en meme temps. Ne point agir, ne point s'uair, c'tst Jules DUCHAT Stcrétaire de la Clmfédérallon Générale du Travail ((Mêmes buts, LES partisans de la < nou\" elle Europe ~.du réarmement de l'AIItma~rne, emploient quoi qiJ'ils puissent dire - et ils ne peuvent faire autremenl - tes méthodes d'Hi· tler qui, lui aussi. \'Oulait c faire l'Europe >. Et il~ copient dans tous les domaines les buts et les moyens d'Hitler. Comme lui, ils emploient le racisme, l'antisémitisme, les discrimina· rions politiques, la chnsse aux nonreooformistes. Ce n'est ~as un hnsard ... Po11r 01ener à b1en une politique de guerre, de démission nauonal~, il faut tromper et diviser l'opi· nion publique. ta museler en attendant mieux, supprimer la démocratie, empkher le peuple de France de dire ql>'li n< '~ut pas du réarmement d" l' Ail<mape~ .. La C.G.T., dont la tradition. mêmes moyens>> est largement démooratiqL'e, s'est toujours opposée et s'opposera toujours au racisme, à rantisémitisme, à toutes les discriminations, comme eUt s'oppose à la guene ... Les partisans du réarmement de r Allemagne ne restent pas inactifs. Il nous faut, lace à leurs puissants moyens de propagande, organiser notre action avec tous les braves ~ns. La bataille, certes, sera dure, m:tis si nous savons nous unir, nous sommes sars de la gagner. Dans les moments difficiles, nous ~tnserons à .fous ceux qui. par millions, sont morts dans les ca01ps nazis. Et, s'il en était besoin, nous trouverons dans le souvenir, les forces, l'énergie nèeessaire pour construire la paix dans la liberté tl le bonhtur d< tous. l nott'• appel dt ct , 01,. Noua sance du racisme nazi, se ~;>our- risques de guerre. création, au suivent les ellorts des part•&an.s oentre même de l'Europe, de la tenon• ' rtmti"Ct•r tou·ka tt• de J' c armé-e euro~nne >, menace constituée par une Alptntl 'tpoanrntlacllplta.Q.n tq •u i neon t•Hd hRéaraunetm e-t com·m en t ~• n m.•_ me tem ps que se Jemagn.e animée d'un .I.N.. inouvt•u 011 blom.,1 ont pormlt une ora.ndo développe la campagne en la- de nazosme et - 17Uli1Jrl ctla - 01 I>Ollo mantrootaUon d'unanl· veut de la C.E.D., noua assis- réarmée par nos sorns : voill • tons en fran<:<, en Allemaane ce que nou~ préparent et recèmll anllraclat<O. et sur le plan lnttmational: •a lent dans leurs flancs les ac- Noltl nouo f61icllc-M qu'op... ~veil et • ee que j'a~peliera( lt cords qu'on demande au p.tys de dl1f.,.n,.. nw~lfeotations lou. rennouement du miU!artsme et ratifier. lt1 orga.nlt6 .. oouo lo otg .. do du r•cisme hitllriens. N'est-ce pas une raiSOn sullf· l'union, le Comite Centrat de la F &..I.O.A. ait accopt6 d'6.,.. offl- Il y a Il une concomittanct, un sna'q.nuteb lpito upra sto -ut drea nsçea isc -lmqsuui cltlfemtn\ rtpr,t-tn\.6 ce soir. synchronisme sineuHèttment ia- eontre eux, dans une opposition "• aura tOr que &1 da.ne un quittants... ratwnnelle tt irrfduct1btt ? pi'OC.hl awenll'1 noe org.a.rdca- '-------------------------dons 4tevalent ensemble leur 1 · volx poup appel.,. tu an\lreçl.,_ tot • l'union, nous poprl'iont promouvoir dant l"o,plnlon dt notre pa~• - qut l'on n•a J•· malt aolllc1t6e en waJn pou.r oondtmntr lM d·acrlml~ne rt~çl•loe .oua toutu laura formta - un mouvement b6au• C<IUP DIUI •MPDIII'tl qa oe q u:l 1 tt6 fatt JuJQ:u'i p,..lnL Tout noue apPelle • N&ll..,. etUI unl&i clant l'ac:Uon. T oue. r.ou1 comlllJmlt d'cg!, en eom• mun. C'"' dt fa division dt no.a forcee cau• profiLent pour ,.... p,..ndrt t\ dhtloppw fu campagnee cft haine, lea Maro AUQII! R, let BENOI8T-MECHIN, let COUSTEAU et tea autHe CLIIMINTI 01 REBATET.,. Et o'ost. ainsi not.ro devoir tout. tre.c6 quo de a•unlr, e'unlr enoore, e'unlr pondant. qu'Il oat encore temps. « Sonner l'alarme pOUr n'avolt pu l 1onner lo to.esln •, dlta.lt lo roarott6 vv .. Puoos. VIvo dono l'union de toua '" antll'aclstu, l'union cro toua IN •noaJa pour faire 6cheo • la C.II.D. L .. accord• de Bonn et de Pa~>lt ne pu,.ront paa 1 Le Général JOINVILLE D~pnll dt la Stmt « le racisme, idéologie de l'armée européenne» LES horrtuD q~ nOli$ •vons ëôiiiiüêi vOnt-illêi i'ëcôiDmencer ? C'est bien de cela qu'il s'a&it. Nous avons assisti t ce qui rappelle les Ag<s les plus bar· bares de l'hisloire et de l'humanité. On tuait les hommes, les lemmes et les enfants paree qu'ils avalent le tort ,.-appartenir à une autre nation e!._ disaiton, à une autre ro.ce. ~s crimes étaient le produit de l'idée· lo~ie la plus fumeuse, qui trouva•! sa source dans l'esfrit cles junkers prussiens qui on le mépris absolu de leur propre peuple et de tous les peuples. .• Cbacun sait qu'une armée est fort< non seulement de son matériel, mats encore de eon morat En quoi consist<ra le moral de l'c arm~ europlenne • préTue. par la C.E.D. ? S.ra+ ~lê aiüiii!ê pâr lê patriotisme ~ Evidemment non, paroe que 1< sentiment de la patrie, on cherche à J'étouffer. C'est néoessai· rement le racisme qui formera le fonds de l'jdêolog•e de cette armée, avec toutes les conséquences cruelles que nous avons connues. L~ partisans de la C.E.D. di· sent : c Nous ne voulons pru; cela >. Et au lendemain de la catastrophe, ils dironl : c Nous n'avons pas vou4u cela >. QuJ le veut donc ? La Puissance qui pousse nos gouvernants ? Alors, qu'ils se dégagent de sa tutelle, qu'ils prennent une position confonne aux lntéreta de notre pays 1 Le Gtand·Rabbin BAU ER: Nous pensons qu'il est possible de faire auu~ chose qu'une Europe raciste. Il est possible de promouvoir une organisation européenne de la sèeurilé avec tous les pays d'Europe. "On ne doit pas collaborer avec le mal" ... Tout dépend de ta France. Ce n'est pas seulement mon opinion

examinez une carte de

géographie 1 Il est impossible de réarmtr l'Allemagne si la France ne le veut pas. VOUS me demandez mon opinion sur Je réannement ~ventuel de l'Allemagne. Si le problème était d'ordre uniquement politique, je n'aurais d'avis i formuler, mais ii ost - me semble-t-il - égalefilent d'ordre moral et, vu sous cet angle J< me permets, en tant que ~abbin, de prendre position. doit pas collaborer avec le mal contre un autre mal. < Que penS<:rolent nos morts si nous réarmions leurs bourreaux, dit-JI. avant de contlure en rappelant que l'idéal d'lsral!l est la paix et le rapprochement de tous les peupl<s, constquence de la doctrint monothéiste enseignle par 1·Ecritur~ au monde.> C'est aux Français pnr conséquent, à tous les français, de se prononcer, d'aller trouver tous les députés pour leur d6- mander de voter contre les accords de Bonn et de Paris. A celle condition, nous S<rons di!P.!es de notre passé, <t nous édifierons la France indépen· dante, pacifique, qui fera hon· oeur à !"humanité. Celle position, je l'ai expri- .-------------------------mée à maintes reprises du haut de la chaire. La voici telle que la ~apporte c Le Havre Libre » du 12 novembre 1953, rendant compte d'une allocution pronon· c~e par moi lors d'une cérémonie c~l~br~e à 'la mémoire des morts des deux guerres. c •.• Et aujourd.htai après moins de dix ans, continua Je rabbin, on s'apprête à retomber dans les m~mes erreurs, comme si les I<(Ons du passé étaient sana valeur. On nous parle de mtn3tt:S contre la civilisation d'Occid<nt <1 l'on s·apprtte à laire appel à l'ancien adversaire pour la défendre, comme s'il en étoit digne. < Nous n'avons point de halnt, mals quand un peuple a été capable de martyriser des mitIlona d'innocenl3 en cratroces camps d~ la mort, il semble que les plus ~lémentaires précautions doivent Ctrcs prises. < Ce n'est que lorsqu'une nouveJie g~nération, non intoxiquée par le nazisme, aura fait ses preuves, que l'on pourra à nouveau laire confiance à l'Al· lem agne. c Rappelan.t los paroles in&crites dans la Tora < Tu extir- r.ru fe [1)1_) du rur11eu de toi >, rabbin clécl.tra que l'on at Me AUBURTIN Vice-PrésidenJ du Conseil Muniâpa/ de Paris « Ne laissons pas assassiner nos morts une seconde fois 1 » C OMME notre président v:ent vous lt falrt rtmar .. qutr, la prtuntt à ctllt lribant d'hommts vtnus des horizons lts plU$ divtrs, lts /?!US opposés, dt /oulu lts familles spirilatltts dt la Frantt, tsl ta prtuvt du mouvtmtnl lrrtsistiblt cf opposition au projtl monslrutux d'arml< dite c europttMt ~. Rtconstlluer la IVthrmach/, • lnllgrlt > ou non, ce stra:t une insull~ d nos morts. Ce st· rait oublier, dl/à, les martyrs dt la Oeslapo, ceux des camps dt concentration. Ct serait trahir ltur mémoire ct les assassiner u~ seconde fois ... La prétendue c Communauté Europltnne dt Dé/tnst > .• c'est la fln dt rormlt français<, la stctssion dt (Union França:st. .... C'tst la prlttntt des dM· 11ons alltmandts sur notre territoire, avtt lt commandtmtnt dts génlraux 4/ltmDJtds, avtt, pril-#trt, Obtrf .• Ct prQjtl est un obstaclt au rapprochemtnt dt la Franct et de f Allemagne ... Commtnl peuton ru pas comprt~~dre qu'il prépare une nouvtlk guur< ? ... Si f Allemagne Hait neutralisét, au contraiu~ on pourrait tnvisagtr ant tnttnlt lconomiqut, unt tn· entente culturelle tl politique tntre les 32 pays dt /'Earopt. En facilitant celle rtcorulitution de la IVthrmachl, nous l?_ermettrion$ un crime contre ta France, contre la paix, mal$ aussi contre l' Alitmagru. Nous aurions réveillé le démon de cc mil.tarisme, dt ce racisme que nous aurions libéré pour le faire un jour se retourner conlu nous ... Saru distincl/on d'opinion, dt crqyance, dt /.oi, aglssoru donc tous enstmb t conlr< rarmét dilt < europltnnt >, pour la grandt paix hUmaiM d fa fran• ilt /rafun;té françatu. Quelques messages AN~~ ~ Le Dr André BLOCH Président dt I'Amiclllt des MMtcins lsraélilts dt France Toua me-s &.ouh.aits de grand euc.c6t au Rauembfement An\1- racraw. M. René CAPITANT Ancien Ministre Je n& eul~ malheuN:ucement. p.. lfbf'.O lo e man et regrette d'6We dans l'impossiblllt4 d'ap. port.r mon concoure tt la r4u .. nlon qu'organlae le Mouvement contr• lo raclsma. MRis Jo voue envole mon adhlts1on morale, en toute convfcUon. M. André DENIS Diputé -lt tiens A vous tia.fflrmw qve Je m'usocle pleinement A votN g6n.,..use Initiative.. M. J.·M. DOMENACH Rédacttur tn Chtf dt la Hevae c E-sprit > Connaissant. vo1N effort, J• r•tret.to d• ne pouvoir partlcl• pe,. à votre Rassemblement. Croyez cependant on la symp~ t.hfo qua J• porté à J'aet.Jon que voue menez. M. Edmond FLEG Ecrivain 4'al algoé presque toute.s lea protestations eontro los accorda de Bonn et do Paris, ot d'avan .. oe Je m'anoele pleinement aux .parolet qui seront prononc6ee au Rus&mb1ement Antir.acls\.e. M. Jacques KAYSER Publicislt .Jb n'al pa$ bes.oÎn dé YOUS dl· ,. que m.a pensé-e rejoint auuNment celle de$ c'.ateuts qui H fuont enter.dM et qui con• tribueront .a. éc .. i,..,. J'opinion pubHque 1ur le:s: p.erlla: que fa, poiiUque. cuaet.érlrie pa..- ta atonature du &ecordt de Bonn et cf• Parts, fait eourfr • la H· bert. 01. l a. paix. Mme de LIPKOWSKI Oiput4 L'ASSOCIATION NATIONALE DES FAMILI.f:s DE RIIBIS• TAHT8 ET OTAGES liiORTS fi'OUR Ul FRANCE tdre ... un m""-'a• o. lfOlfll.lll•a au• .r .. lim-u cht ra.c1sme •1. us~o~,. 1• Mouument conlN le ,.acl:ime fl I'&AliMmiU.s:me et pour la P~l• l!u'il\i Mun lôu)~~n ~ 1~ c6tb 4an& un m6me aentlment d• aolldvfth humain._ M. Michel LEIRIS Sqc:oto~ue Croyez à ma sohda.rt\6 entl••• avoo l'action entreprolse pel" 16 M.R.A.P. contre les accordt de Bonn tt do Pari$, qui am•ncralont nécesnlrement un& ,.._ crudeacence du racisme et do t'anUsômitismê et une aggrava. t;lon de. fa répl"esston pollclbe en Europe. M. Gustave MONOD dt la Présidtnce du Mouvtmtnt de la Paix If faut dénoncer les acqulu. ... mont.t: •t lts amnisties seand.•· teuses. Mals Il fau.t auul Nvê:ler à l'opinion publique l'effort eyt-WmaUque, eoneet"t.è pour faire le silence sur lea tl"lmee d" nuis et des raclst.u. On Jot.to un voUo, on &ème l'oubli pour mieu• ~armer I'AIIema· one. M. le Procureur Général MORNET Je m•auocle à cette ~union organisée dans l'lnt61"êt de la paix, contre fes n!to.stca aecoP'dl do Bonn é\ de Paris, qui m'appualssent commo étant do na.• ture à la comp..amett.n. M. RAYBOIS Corutiller Génital dt ta Seint .Jo vou• donno mon accord complet qu.and au but que vout pouNulvu, ôptouwant, comme boaucoup, fa pênible lmpreatlon que ~ qu1 a été fait avec beaucoup d'effom entr-o 1840 et 1 94!5 est ayat4matlquement bat .. tu en br.che, Ignoré et m6me nié. Il nous appartient - ot. o'en tout â votre honnou,. de le fal• ro - de grouper nos. effCI't:l afin d'asaur·Or a.u mlou~t lo res• peot do l'« Habeas Corpue •· Mme G. SENECHAL A vocal d la Cour ..Je Uena i ~ous anurer de mon entièro adhésion aux ld6ee que voua dëfcndez, et pou,. lesquellea tant dea natre.~ ton\ mo,.._ M. J. SOUSTELLE Député, Ancien Alin/stre .J'al toujours -At.â un militant de l'antiracisme, at lM 6v6ne.· mente actuels tant en A11emaono qu'on Franco n& peuvon\ que mo falro percévèrer dana cou• vole-, Malhoureusemeht, Il m'ts'matérlelfomont

mposslble de mo

I"Ondro t votre manlfo.datlon, e\ Jo vou• en cxpl'lme me.s regrou. M. André SPIRE Ecrivain ~. m• Jolna 4 toua ceux qut a'oppotent de toutes le:JI"I fo,... CN aux aecotd$ d'e scnJt, el i la rena.laaanGe du Ncleme et du mllitarltm• aJiemattd. • 0 R 0 1 T E T ~ 1 8 E R T E~!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!l!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, l!lllllllllll n 111111111 RI1111111111111111111111TTIIIIUIIIIIIII1111111111111 LIIR 11111111 Llllllllllllllll11111111llU Il L1111111 Llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll 111111111111111111111111111111110111111111111111111 11111111111111111111111111111111111 llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 !!; i es an iracis es ans a ai e con re a • . • ! ~ ~ ~OIDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlllllllllftlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllli1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111QIIIIIIIIIIIIIliii1111111111111111111LIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII Pierre GASCAR Ecrivain - Prix Ooncoutl 19~ Léa HAMON et son opposition au réarmement allemand Slnaltur de la Stlnt «J'ai voulu que LE TEMPS DES MORTS -"Combattre le racisme soit un rappel et ~une mise J'AURAIS aim6 joindre, ce soir, ma voix aux vôtre.. Noua ne serons jamais assez nombreux pour crier • non 1 > au racisme renaissant, c non ! • au militarisme, c non 1 > au fascisme, c non ! • à la guerre. Empêché d'être parmi vous, da~ cette saUe d'oO t'élève La grande protestation qui, seule, peut faire h~$iter ceux qui agi ... sent contre le bonheur et la dignité de l'homme, je tiens à vous envoyer ce bref message. Il émane d'un écrivain encore jeune, conscient de ses insufüsanoes, incertain de son a.rt pereonntl, ma.is sûr de ses devoirs. ~·est en pensant A ces devoirs que j'al écrit c Le Temps des morts >. Dans ce petit livre qui, Me LEDERMAN Prisidtnl dt l'Union des Juifs pour la RWsfance tl l'Entraide "Nous n'avons pas oublié " à mes yeux, a un caractère extra- littéraire, j'ai tenté de rbu· mer une de mes expéritnces de guerre. La plus atrooe, celle qui ne quittera jamais ma mémoire. Pion. Gotco.t !,. , en'~ garde » y a quelques mois, une des * compenses littéraires les plus importantes de l'année. je ne sais si, d'un point de vue strictement littéraire, JI la méritait. Quoi qu'il en soit, il a été lu aujourd'hui par plus de cent clnq.. anle mille personnes. Je ne dissimulerai pas fa satisfaction que le jwne auteur que je suis a éprouvée mals je vous j ure que je fais passer, avant tout, ta jo>e de savoir que, grace à cet heureux concours de circoDStances, mon modeste message a atteint tant de gens et a parfois réveiUé leur conscience. Ce Livre n trouvé des échos des échos qui m'ont réconforté plus que je ne saurais le dire. Sortant brusquement de la solitude de J'ktivain, je me suis trouvé au sein d'une grande famille: la mienne, celle qui dit : c N'on, nous ne voulons pa.s revoir ""'a 1 Nous voulons la paix et t'égalité entre les hommes 1 >, ""tte famille que vous repré~nte: z ici;, ce soir, et qtti, j'en su.is sOr, fera, cltmAin, triompher sa juste voix. c'est lutter pour la Paix" I L til nal quo la tonal on Jnt. ernatlonalo J'Anime lot mau.,.,, aouvenrrs d'un certain pa.ae4 t\ que l'on rltqut do voir ceux dont lea balnot ont 6'-i vainçutt pend:ant la dornîet. gue,. a'tffDI"CU d• Jouer un .-ôte dane de nounlles conJonot urèt. Mali l cot\e formo de ra .. clsme, Il faut répondre par uno a ction lnluaable afin do dit.en .. 6r6 la eltuatlon internationale~ L .. 1mp6rat.ifs de l'unlti nationale doivent aussi •u-e Naf .. fjpm6t, C&t l'unfté naU,,ma(& OX .. elut les pa1slons raolAioa. A cet égard, Jo tou halte quo VOÛ"'o ac· tion fl6trl"e non .aeulement les ~Nione antlsémltes quo jo ne orot.s pu actuellement mona.çantea dan• now. p.a,ys, mafa aussi tout o1pr:ft do di•crimlnatlon et de d6nlgrement • 1'6gard do nos çgmpatrlotos do couleur ou noNI.afrlcalns ; contre c" der• niers •n p.ar-ticulier, lo roacJsmo est wop •ouvent pfu.a qu'un pirtl, uno vilaine rêallt.6 ; et ta lutto contre le raclamo no aauraJt .ao dlvlaet. Mme HALBWACHS-BASCH: «Le A meme ennem1 • Vingt-deux éminentes personnalités des opinions les plus cilverses avàient appel~ toi!S les Français à orl(aniser les 13 et 14 mars, en s•gne de désaveu du rhrmement allemand, des manifestations l Paris, aux Champs-Eiysées, et en province, devant Jes monuments aux morts. L'Interdiction de la manifestation des Cbamps.Elys6es, et les multiples pressions et manoeuvres gou\·erntme:ntatu n"ont pu emp~her l'~latant sue<:ès de ces journêcs nationales de lutte contre la C.E.D. Dans les grandes villes comme dans les plus petits villages, la population unie sans distfnctlon d'opinions, s'est rendue de. vant les monuments aux morts. Partout des gerbes ont Charles d6- posées, exprimant la fidélité au souvenir des morts etes deux guerres, et dénonçant la renaiS· sance du militarisme allemand. A Paris et en province, fe M. R.A.P. s'est associé à ces manifestations patriotiques, et nos sec!.ions ont dépoSJ! des gerbes à la mémoire des victimes du racisme. Dans le 5• arrondissement, le M.R.A.P. a lui-mCme organisé, outre la cérémonie raire de la Cour de Ca.ssation, d'ensemble à laquelle Il a par- et notre secrétaire général, ticipé, une man•lestation, rue Charles PALANT. Monge, qui fut suivie par une Devant la plaque du Vel' foule nombreuse.. d'Hiv' ftaient tnues également Une farge délégation du Bu- des d~égations de la f 6dération reau National du htR.A.P. est Nationafe des Déportês et lnallée, le dimanche 14 mars, ternés Rbistants et Patriotes, Ileum la plaque commemorant de l'Amicale d'Auschwitz et de la rafle tra11ique du 16 juillet l'Amicale des Anciens Déportés 1942, à 11ssue de laquelle juifs. 25.000 juifs furent parqub aur;;;S;::;::;::;:;:;::;:::;:::;::~ Ver d'Hiv' avant d'~tre dêportés. ~tte délégation était conduite par le pr6sident de notre Mouvemllllt, M. Léon LYONCAEN, premier président hono- La notion de nation L'unfon sacrée dit c D&Uonaux • autour de Mme PIYROLES, candidate M.R. P.- C.I!.D., ne l~«t. PU r6alia6o sans mal. Et lo rtspoct de• volontja. ••prlm6es sur aon nom pourrait compliquer lts vo\Oa de Mme Pe,rotes • ra Chambre. Mala, apr&s a.vofr durant la ea.mpagne éfeotorale mis uno IOUr-dlnc> à $On aocord sur le réarmoment allemand, eUe no craint pa• une fois éluo ela prondl"a franchement posiUon çomme récemment à Areachon. ln quoi elle Nl\t fld61e à cefu1 de aes managOI"I êleçtoraux qui en matf6:ro d& natlonalltm& Mt tous les au,,...

le. ch.ancoUor ADE·

NA UER. POUR nous, juifs de France, qui n'avons rien oublié, l'< Europe :. -comme ils disent - n'est pas une chose nouvelle. Goebbels la délinissail, au Sportpalatz, u iévrier 1943, et Hitle.r, après avoir maudit une fois de plus les juifs, 6voquait la mission c dvllis-ntrJce > ete ses armées en des termes identiques t ceux employb, il y a quelques mois, à San Francisco, par le chanceLer Adenauer ... Oui, en évoquant le martyre des juifs de Galicie auquel, témoin à peu près impuissant, j'ai assisté alors qucj'e me trouvais dans un camp isciplinaire pour prisonniers de guerre, je n'ai pas seulement obéi à un besoin humain de confiance. j'ai voulu que ce livre ait la valeur d'un rappel et d'une mise en garde. Tout peut, en effet, recommencer ctemaln si notre vigilan"" se trouve en défaut En J9~. rai, parfois J•impression que nou.s pourrions facilement retomber dans ce cauchmar vieux de dix ans, plein d'hommt& casqué$, d'ordtt'l de mort hurlés et de plaintes. i vaincu, mais non écrasé» V OI.LJ\ <11x aJlJ que mon pe- ro surent ffiJster, quo l'llldé· re, VIctor BASCH, el ma pendanoo du pays, la paix, O..of't tc pfeqH da Ytr 4'lUv' co•uMMOtAt S. drom• '" f6 Jo,"'ld 1942, •" rccoMOit, eootoui'Ollt .. p~el'lt d• M.A.À.P., M. ~ LYOH..CAIH.. prt:mlM prfd6ewt h•CNolN de lo C-w:r 4• C.4U10tioft, C.hot,.._ PALA.NT, $0Crftel,.. eialrol do noM Mowv.mtlllt d les mom.rot du lurnu Hotlo nol; M~ne L.o.ul .. ALCAN, N.PtfNnfo"t lo F.H • .O.t.R.P.; M. KORMAN, cf• I'Ami<-a1t des .41'1cltl'l• Dfport'H J11lfl; Mmo UJBOVICI, cf• I'Amlcol• d'Autchwltz. U e•aelualt slmpltment de a'ontendi'O sur 1• tarmo naIlona!. Pour nous, l'• ordre européen , , comme ill disent, ce n•est pas non plus une chose nouvflle

les S.S. ont été, déjà, perr

dant un ttmps, les ,endarmes de l'Europe. Parce gue nous sommes français et fuifs, nous n'acceptons ni l'< Europe > etes accords de Bonn et de Paris, ni l'c armée européenne , organisée par ces. traitk Nous savons ce qui se cache detritre le paravent europten : nous savons que sous le camouflage des textes, c'est 1~ Wehrmacht des revanchards nazis, des racistes, des pillards de synagogues et de cimetières, des criminels de guerre en ua mot, qui s'appr~te â renaltre. Et qu'il s'aglt en lin de compte, tout bonnement ~~ tout simplement ete ta fin de 1~ France c:omme nation libre_. Nous n'avons pas oublié les lendemains de la victoire. Nous n'avons pas oublié ceux qui sont morts pour e.lle, ni nos serments. Nous sommes décidés à nous opposer, par tous les moyens, à un ade politique, qui compromeltnlit pour des annfes l'avenir de la France et de fa paiL Ce petit livre dans lequel j'ai eu l'ambition de dire ce que j'avais vu afin d'«'happer aux complidtts du silence, a reçu, il LE GRAND· RABBIN SCH ILLI: « Ceux qui ont bafoué la civilisation ne peuv ent en être les défenseurs " EN mon nom personnel, et du seul point de vue qui doit être le mien, celui de la morale et de l'humanité, je !lens à déclarer que les générat ions d'hommes qui, hier, ont si manifestement bafoué les principes de la civilisation, ne peuvent, aujourd'hui, ~n devenir les d~lenseurs, à quelque ti!(e que ~e soit. La recherche de la Paix qui cloit être le suprême obje! de nos aspirations, ne peut •bo"tir que par les voies, elles-rn~ mes bénies, de Dieu. mère son1 tombés, vtou- I'llmaoolpallon humaine, aeront l------------ ----------------- ---------- mes des monstrueuses doctrl- s.auve1. nes raclstu on méme tempo que.-------------des DIIIUen et des m!Ufera d'tires eounrew: el Innocenta. et ToD' quo les ancl~os ""mpu. c .. lmpUlllo do l'oceup&Dt nul ttnl.ent • nouv~au d'empolaonnor l'atmosphère de notre p&yf t\ da recommoocer leur eJ.nlatr• besogne. · Une résolution adressée a .tous los parlomontairos. De multiples manifestations n nous esc. t.rop ra.cUe de com .. prendte à quoi t.oll4ent Jours errorts, pourquoi l'Impuni~<! leur est assurée, d'ota viennent los ressources qui leur permeuent de mu!UpUer leurs Ignobles ga..,, t.os. n ut trop évideot qu·un rouvorne"lont qui repreod à son compte Ica objeell!s du !aaolsme hlllér!en : croisade antt· bolehévlque, réarmement do l'Allemagne, or~atloa d'une • Europe > ob les nto-hltlér! ens auralent 1& prlpoodérance mWtalre et économique, a toul avanl&(e à co qu'on tente d'éf!A· rer les oapl1ts, d'avlUr les ooeurs. do semer la contusion ot la dlvlsloo, de brtser les ré· acUoos de dé!eGSe do notre peuple. Mals ce peuple est tueldo. A voir sorUr do l'ombre toua oeux qui so ooohlllent depuis la Libération, U oomprend que o'est tou.Jourt le même ennemi, valocu mals noo écrasé, qut ro- . Jèvo 1& tale. Et que .... , par l'ulllon de toua oeux qUI nogu&- A l'lnue du 1\usomble· ment Antlracl>Le, a 616 adoptée & l'uoanlonM uno rlso· luUao qut déoon.- avec lorce c oomme contH.ItOI au.x 1n.ditJone et aux in\4r6W da p.&,1t, a•anU's,mitJsmo et le raclamo ctont. les manltet\.a• tlons 1e font, aujourd'hui, de plut en plut fréquent .. »· Par cette -r~sotuUon, le llasaemblom•nl AnUrt.clste ata.rmo et souUgne. c que f.a menaa.. du raolsmo et. de l'antla6mllllme s'aggrave consldllr«bloment en raJson du r6a.Pmem~mt doa bOUI'H& UJ. nula et du N\our • la vio publique do teurt comptlees 111 plus. compromit - , arrondissement Un~ Ioule de plus de ~ personnes se pressait le 25 mars. au Palais des Fêtes, ~·~ ~~ ;r anondissment pour le meeting contrt la C.E.D., présidé par M• Ecienne Nouveau, vice--président de I'U.F.A.C., ct au cours duquel ont pris fa parole : MM. Capitant, ancien mtnistre ; Met· cier, d~puté; Debu·Bride~ sénateur

Moskovitch, constiUer municipal

de Paris ; jean-Maurioe Hermann, journaliste. Ln section du M.R.A.P. du 3' s'était associée à ceue manifeg.. tation. s· arrondissem ent Le 24 mars l la .Murualité, s'est déroulé un grand meeti.ng organisé par le Comité de Coordination des Actions con/re les accords dt Bonn tl de Paris, tout oela aouo le oouvon do U n e p rotestation l'ldk aol\-dlsan\ c ouroop6-· enno •· d e la L.I.CA . 11 a!tlrme « •on oppooltlon La L.I.C.A. nous communique irr6duc\Jble a ux accorda de la résolution suivante : Bonn ot do Pli'IS qui, dlriQb Le Comité Ctnlrol dt la ügut contte l'lnd6pendan" et la lnltrnatioiUl/e conlrt lt Raâs. uouriU do la Fr>.noe, oontre mt tl l'AnL$émilismt (L.I.C.A.) ta !ibo"" d .. cltoreno, oontro 1/tvt une protestation solennella paix mondiale, alluN- te contre la remilitarisa/ion unipour le !'f arrondissement, dOn! lait parfit la ~ction locale du M.R.A.P. Sous la _prbidence de Al. Màurioe l.AI::RClX, de la c]eune République ,, ont pris fa parole

MM. Albert BAYET, professeur

à la Sorbonne ; DEBUBRIOEL, sénateur (U.R.A.S.) i Pierre ESTRADERE, députe (Communiste) ; LONOEOT, ~ er6taire t:éntral du M.L.P. ; Oaston MAURICE, membre de la Commission exécutive de l'Union Progressiste; fe général • PETIT._ senateur, pr~sident de la F.O.K.R., ainsi que notre &e· crétaire général Charles PALANT. D'autre part, la section du :l' du M.R.A.P. avait organisé le 12 mars, 76, rue btoulfetard, une soirée cinématographique, au profit des enfants Rosenberg et contre le réarmement de l' Alfemagne. Au cours de cette soirée, nos amis Roger MAHIA, ·président de la ' section et Charles OVR. ZARECK, membre du Bureau National, du M.R.A.P. ont pris la parole. juil d'Action conlre le r~armement de l'Allemagne et note< ami Armand Dymenstajn, membre du Bureau National du. bt.R.. A.P. ZO' arrondissem ent Une belle soirée antiraciste, o(ganisée par les sections du l\1. R.A.P. des 1 9> et 20' arrondissements_, a eu lieu le 16 mars au cinéma < Paradis ~, rue de Belleville. Aprés les interventions de M• Armand DYMENSTAJN et C~arles HUTMAN, membres du Bureau National du M.R.A.P., plusieurs centaines de personnes ont exprimé leur accord avec l'action poursuivie par notre Mou•-ement, et la volonté de lutter dans l'union contre le réarmement des bourreaux nazis. Montreuil M. YVeS LE BORGNE Président du Comil4 dt Liaison aes Etulliants Coloniaux raient la domination on au- /a/üale de l'Allemagne. ropo do coux qui ont c.omm1t, Lc.s anliracistt.s souhaitent la nagu.,.., tant do crlmt$ constitution ctunt vbilable Ea- 19' arrondissement Une assemblée d'information sur les accords de Bonn et de Paris a eu lieu le 12 mars dans le 1 g. arrondissement. Des exposés ont été laits par le Dr Welsberg, secrêtaire du Comilè Un grand meeting contre la C.E.D. s'est tenu fe 2 mars à Montreuil à la Salle des F~tes ete la ma(rie, sous la présidence du Maire, M. Daniel Renoult. En présence d'un millier de personne~ ont pris fa parole : MM. Paul J<ivet, directeur du Musée de l'Homme ; l'amiral Mouflec ; jacques M•daule ; Oilles .Marti. net, rédacteur en chef de < l'Observateur d'Aujourd'hui , ; Jacques Duclo$, déput~, secrétaire du Parti Communiste Français, ainsi que notre secretaire général, Charles Palan!. re Nous défendrons le Quartier contre les racistes >> Latin d'lnapiM\Ion raciste •· ro~ a$sartie des plus sOrts gall M1ue c lo J»Uinant mou- ranlits ct:ndtptndanct natiO!Ul· vemont qui ee dholoppo en lt. Cts garanties disparaissent Franco, loua le tlgno do dan.s lt moment où. l'on atceplt l'union la plus target, oontH unt rtmilltar;satlotl lourde dt la ratlt1oatlon de cos tunes- plril IJ{)Ur ta Franct. tes accordt •• et en parUcu- Lt Comité Central de la Ligue Délégalions auprès C des parlemenlaires OMME chaque u• nte deput. a 1918. tes ~!ul!iants viennent do cél~brer la grande Journée de lutte ct de soUdartté l>nllcolon!&lwt<J. Mais Je rassemblement du 4 mnrs où devait, au Quutier Latin, a'attlrmtl la «>'onlé de paix rl d'amitié dH ttUdlanls mf"--opoUialns e€ coloruau.c. a ét.l lotet'dlr ... Parmi toutes les vérlt<!a dont la pollco croit pouvoir arr<!ter la marehe, u en est une que M. flle BLONCOURT aa nom dt l'Union Progrossiste «Le peuple doit faire retentir sa volx» A U nom de l'Union Progrtssistt, i< viens apporter nolrt adhlsion lo/alt d faction qui ost menlt d travers le pays pour assurtr la slcurité de la France, pour garant:r la paix /rtfernaliona/t ... La C.E.D., t'est ta guerre certaine, lnlvitabte, tl c'est paru que la guoru tsl mon#nuust, patte quo t'ost un crimt sans n.om dt drt$se-r les uns contrt tes aulrts des peuples tnliers, que nous ferons tout ct qui est possible polir tmplchtr la ratification du accord• de Bonn tl M Parl4. Uer • l'union., chaque Jout Jnltrnationale c:onlrt lt Hadsmt DOU$ tenot>S por!ICu116remeot • traoe!ortoer le Quartlu Latin plut f'Hilo des fOI'CM a nil• tl f ltnlistm:lismt tn appellt aax crter : que le nu:~s>ne est le Prin· en d1strlcl du WISCOnsin. IlS raolateo, union indlapon .. blo dtpuUs, s~nateurs tl d tous les clpe même, l'essence du oolo- hurlaient aux OOires, aux Jau- à l'heure où •• dholoppo ta élus des peuples de l'Union C'est des ctéputés que dépend nlallsme. nes, aux communistes, aux p•opagando racls to ot anlU6· Française pour que soit déno11- ln ratification des accords de Oltons plutOt : « La colonisa· Jul!s. La pollco btenvemanto les mltt, où loa rovanchardt na- ct ce scandai~. Bonn et de Pnris. C'est donc A tion, à ses orlgCM$ n•est qu'une couvait. zia ot vlchy.stes •• rtgrou.. Ce texte1 si les termes en res- eux que doit s'adresser ta poentreprise d'inldrtl peroennel, Eh! bien, toit! nous acee~ pont ot complotent, pour M- tent parlo•s peu préci$, exprime pula lion, pour leur demander de uni/oUrale, égo(.U, c=mpl/e tons la bataUle. Que les rad&- commoneer dans touo 1" do- toutefois l'oppos1tion au ré.lr- s'opposer aux funestes accords. p:lr le plus tort rvr le plus fa!- les le sachent : tnuWe, me&- malnoo, Jours oanglantt m6· moment de l'Allemagne qui Dans tous les arrondissel>! f • · Oet aveu est de l'actuel sieurs, de rtver de pogrome., do faite •· !,'l'andit dans touts les milieux ments de Paris, dans les diverpréaldent de l'Assemblée do bQchers et do lanternes! vous Lo 1\uscmblemon~ MUra- hostiles au racisme et A l'anti- ses villes de province, des mull'Unlon Française, l'ancien gou- ne lyncherez personne 1 olsto a décidé d'adreeaer k sl!mitisme. tiples délégations ont déjà eu vcrncur de l'Indochine. M.. Al· car nous aoaunes en Franco. tous les parleme.ot.a..lres cet- Les antiracistes de toutes opi-. lieu auprès des parleme.ntaires. bert sanaut... et la Franco appartient plus Que te résolution, c 1 .. od)urant nions y verront un encoura1:e- Citons en particulier f'activi- Avant lUI, JuleS Perry a vat\ jamais t. .,... combattant.o de lt. au nom do la Franeo, de no ment à s'unir et 1 agir en corn- té du Comité d'Action des 3' et dit : c LU rCJCeo ;uptriet~ru '"" justloe el de la dlanilé I:Jumatne pu ratlrlor les accorda de mun pour obtenir des parfemtn· 4• arrondissements contre Je réle <levorr d'imposer ou.; roou qUI ont toujOurs un mot à dlro Bonn et de Puis •· laires français qu'ils rejettent armement de l'Allemagne. Une lnf6rleure• leur cluUisatiOn ». ... _ _::_:le~der~nt:c:r~t-------=====;::::===-==-.:_~J<s~3~C~co~r~ds~d~e~B~o~n~n~e:t~d~e~P~ar~i~s:_.~ c1~6~1é~g~a~ti~on~~d~e~cc:_Co~•~ni~té:_s~·e:s~t Et touJours. Iea rrandS respon-- sables du coloolallame ont parlé d'c acte de torce •· de c cornbal pour la vie •· de la c crando concurrence titale », <te « peuples Pr!miU!s ». cl'c Indigène. attardés •· etc ... Qu'a tait d'autre Hitler qu•ap. pUquer aux blan.., d'Europe Occidentale la tbéorto dont euxmemes .. rtclament pour ÙOU• ver logique el normale, •IJUJie, l'oppression et les massaerea en A!rl~ue. en ASio et en Am&rlque ? la <l•structton des aequt· altlona et des p0$3lblllté$ morales, tnlellectuellu. artJst!qde m!Dlons d'hommes ? Et voilà qu'on donne dea at· mu aux Hitler de ce tempa.oll l:t voUà Qu'on nous promet l'.trurafrlQue et le pas de l'ote! ... Noua avo111 vu Je.a dlsclp'.ea de Maurrao tl do Cél~M, c Jeune •uropo • ou 8.1. prtmal- Une importante Conférence internationale s'est tenue les 20-21 mars à Paris Une Importante oonttrence tntematlonale l laquelle part!elp&! ent les représentants des lllJt pays mil en cause par la o. E.O. s'est déroulée les 20 el 21 Dll\rs à Paris, au Palais d'Orsay. La do!légatton !rançal<le comprenait des peraonnaUiêa de toutes oplnto111, tels lWoL Daladier et Porctnal (radlcaw<), Ml· ei:Jelel et Vallon (R.P.F.), M. Laurent Cuanova et Mme M'a. lbllde Péri Coommun~J. M. Emile Kai:Jn. préelclenl de la IJ.., e ella Orntta ela I'Bnm!De, ete ... La BeiJI1que 6tatt rel)f6. sen W. par le Sénateur Henri lloUn. l'lt.alto par MM. Nenni, Ter· ractnt el LOmbnrdl, l'Allemagne par Mmo Hlllebrand, dCpuW à la diète bavaroiSe. Plu.steurs dtngeants du paru trava!Ulate anglais tillrent eaalement dire leur oppoeltlon il la C.E.D. Parmi lu mes,..gea adre .. G.s A la Conl6rc1,1ce, etton.s CCU.'IC du préstden~ Herriot : de l'écrivain allemand TI!Omu Mann, prbt Nol>el ; du puttQr Nlomollll' ; dea cléputé$ !taUons VIol& (démoerate- ebrtttenl et Pranoesco <monatelllstel ; do lord Boyd OrT; du pro[eueur Oerbranllf, ancien président du conseil n6- erlandala; de M. Pbolten, ancien premier mtnistro de Belgique : de M. Stru,ye, préSident du Sénat belge. etc ... A l'unanimité, la Conto!renoe a adopt6 une rtoolutlon condam. nant la O.E.O .. dont la rat.lflcatloo, toullgne.l-dlo, c susciterait dOns le "'9ffde un climat <le ten11on crors.sante 4'oà la grwre pourrait rU!Jlter •· mettrait c Oll plrll !a J>OTIO'Ana!IU ,.... ra/4 du pofria è l4UT '"""""" dOnce » el pourrait « oondulrt ou er~• au liwta lndll> lci...U.S •. ••• Le iO,uvernemcnt, qui avatl ordonné 1'expuls•on de M. Pietro Nennt, le leader soctaUalc Italien, pour l'empécber de participer à la Coll!~. a dQ, c6dant aux protestations venuel do toutes parU, rappOrter cette décision. Réveillé c ll'heure du laitier » et conduit à la trontiO. re. M. NenlU eo vit présenter elu ueuseo par lea autorités el n put &UIIfl6t ,...,n!r • Parla. rendue auprès de plusieurs députés du secteur. Elle a été reçue par fe se<:rt!laire de Mme Francine Lefebvre (AI.R.P.l, qui a pretendu que la C.E.D. ne constituait pas un danger pour la France, mais n'a pas pu <lonner une justification valable. M. Le Troquer (S.F.I.O.), président de l'Assemblée Nahonalc, a pris connaissance des arguments prbentés par la d~lfgation, mais s'est refusé à toute déclaration. Quant à M. jean-Louis Vigler, if a refusé de reoevoir la délégation. . Ces laits montrent que tous les ad,·ersaires de fa C.E.D., en particulier lrs antiracistes, doivent redoubler d'efforts pour faire entendre Jeu.r voix auprès des députés qui n'ont pas pris position contre la C.E.D. Les parents de fusillb des 3' et 4- arrondissements ; les \'tU• ves de déportés et de fusillés du 20', se prl!pnrent à aller dire aux élus combien serait cruel et néfaste le réarmement des bourreaux qui les ont si durement frappés. Partout, sur J'initiati\'e ou avec la participation du M.R.A. P., d'autres délégations s'organisent. Elles devront se multiplier, et les antiracistes ne doivent pas avoir de cesse tant que subsistera la menace de l'c arm6e euro!>Mnne >. Le manteau d'Arlequin Lo pawonage y o J a a t d'Adtnaue-P' ne doit p111 laist: et' dana l'ombro •u;tl'ea parralnt de la dépiJ\• ~.R.P. C'OII J,.p, DAVID1 grand c aoutcneur ~ du moral ; hfer oeluf du t.roupH t~azles - - 'WAn Oo n'C'n, maintenant au grand Jour d1.11s ton oNicine subwtntlonnôo c Paix eL Llborl6 >. Pl· NAV1 ancien conaolllot" na.tJonal ( 1) do P6te.ln, TAITT INOI!R toujours Jtune e-t pattlot.o comm& SOUI VIchy. sans parler dos advortai('es aacrltl•• ; REIBE.L, naguir& ln61fg lbte, touJourt antisémite, BAIMO. rêslitan\ de> sop-tombro 1944. Tant de pdronnJers pe~ mott.ront • Mmo PEYROLES dt tt.lro à ra Chambre une aensatlonne11e """'""' rovê• tue du manteau d'Arlequin. Il p arle pour lui Un Gtrtaln maJor w. M. T HOMPSON a entreprit dan.s le FJùAl\0 de J)Ortraleturet' le F'rança_ls avec uno patette de tnob brltannlquo. L'lnalgnlflance du pl"oposdonnoN. It un portrait assez anodin a'U ne s•w gi11Salt de temp1 à autre quelque eanalll" le. Rolevons ceHo-c1 : • Los ~·rançals ... qui sont ennemis du juiC en général maJs aml.s Intimes d'un lsra4- me en parllcUI!er... • ~• IIJCARO a-t-11 NmUsé let cuneb du ~or THOMPSON dana Ill poubelloe do 1\IVAI\OL ? Monsieur est Japonais 1 ••• Co pol"trAit m6prbont de l'lndlgine pal" un 'tranger dletlnguô se rotrouva natuI'G1lomen\- sous la plumo de not c élites • à nous. C'"t pat' exempte Je BULLETIN DE PAlUS traitant du film c Los enr.Jnls d ~RI roshtma », dans lequel le f'6... qula ltolre contro hl guorre atomique. ro solldAI'It4 des simplet gens sont rendus av.c un• sobl"i6t6 d'txpres· sion qui étonne notH racl6- to. Il a peine à comprendr.e qu'un tel film att pu 6tl"e r6allt6 par les « t\C.ros lnférloura » qui, solon lui, peuplent lo ..Japon. Cta Japonais tout do mAme, qui l'tOt. CI'"U ? lit aeraient de parfait.~ Oecldentaux n'italt leur façon tldi .. cule dt porter le taux-col. De toutes les couleurs Tout ce qui ne n p.&J en Afr-Ique Noire, c'es-t, dit RIvarol, la rau\o • la DIMOORASSOUILLE (slo), Et dana un -grand article Il •'attache 1 dêmontpor que la Nofra •oht monh p.u des c JUI,8 ROUGES 1t, c E'N• NEMIS Dl! LA RAC! BLANCHE ». Pour 6tre colol'6, ce g .. bleau n'e.sl évidemment pu t.N-.a original. L'auttur n'a pu talt beauooup tN.vaUJer u. matiW. grise. 1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!1!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~ D A 0 1 T E T L 1 8 E A T E «ROUS OEUODS 1618 BALTE A U 4 travailleurs conTRE L'AUTISEDIITI~DlE» PROFANJ:1TEUR! a 1 s é r 1 e 0 s soJIIsoc le Rllletln des Co11mnoautts Juives d'Alsace et de Lorraine Au 21, rut dt Tourlillt, â Pa- Htnrl Bttkerman n'étaU pas an ri$ (20"), demeurait avord-guer- hlr•• mai• un droit commun re ft ~nt Htnri Btcktrman, puhqll'il avait l.tt tmprisoMl qui fut orrlll par la Ot$1opa en 1941. paur son activité dons la Rtsis- Il opposa son refus le plus lanet tl fusillé comme otage en {ormel cl la d~légation dlt/a- 1941. rani entre autre que ta plaque DAMS la nu tt du 11 fivriM", un fncond~ •• dklar&J\ dana lo b.araqu•mon~do,... tolr qui loaull 101 vava.llleurs du pont de Mtulan. Alora quo co baraquement. nU.It plut qu'un bN.tfor, un ttavallleur e.lgtrlen, Mohamed HAMICHI NUMit au p4rit de sa vr. i U YWtt' dM flammes un travaJifour f'N.nç&fe •.-anouL C.t lnoendJe dev&Jt fair• un mort e-t cie nornb.reux bi..._ Le « Bulletin de not Corn. ... mu.nautéa, ora•n• du JudaJ.ame ct•Attaoe et de Lortalne », publio, daM son numéro du 26 février un éditorial aouUgnanl t. reoalssanee de l'anll_.mlllsme el la né4esalté de o'unlr pour lui laire éeheo. • certain• ont pu or-oiP•, au ••ndecnaln do fa Ltb6rat.lon, oommene.e-t-11. quo l'horreur m6me du crimes ~rpj,t.Ns pat' t" D&Zis .e.ufflrah. • ltt d6cona.id6rer aux yeux du oplnlone pu.bllquM du mond• entltl" et à rendN Yaifto6 \oute 1.tnu.Uve de HM~ter les mou·emonu ra ... c-. A. la Libération, une plaque était reslét huit ans et qut c L•lnarono-nouo aano Na;lr cl ta mémoire dt ct héros, fui t'~la/1 bltn suffisanl, tl qu'il se <14w•lopper un• campagne an• apposie pris d~ la porte de vataU mltux se soucitr du cvictls• ml,. d'un• lOtie ampleur, qui rlmmmbl<. limes dt la Libtra/ion > -dont profite, lt faut bkn te dire d'une Nous avons· oîgna/1 dan• Ill! il {ut. conJonc1u,.. politique tavorabl.. dt Ms rkenls numlros qu'dit M. Piqutmard reprwanl ta en un lOmpo oO une Atkmaon• aWiil tU arrachlt. thbt dt Bardtcht nia lu P"f\• t Narm., Jouil de wu,.. Lt lundi 29 mars. unt dt.Uga- camps dt concentrai/on et /tt , .. taveuN ottlcleltes ? Nouo lion composée dt ta m~rt tl du fours crtmatoire• et assimila devon• • noa entanu de oavolr fr~rt de Bccktrman, des repré- tous lts rlslstants à des bandits nou• o,.oanleor efticacomont s.tnlants des sections du M.J<.A . de droit commun. ath't de tuor dans t'oeuf toue le. P. du 19' du 20', dt la sec/ion Devanl lant de calomnits 11 germes de hAine ot de moul'- dt ru.rJ/.e. du 20", dt la sec- de fiel, pour éviter 1oul scanlN. • lion dt la L.I.C.A. du 20" tl dt dale, lt frtre dt Bukerman a AlnsJ que ce.U~ conclusion : divtr.ses autres orgam$a//ons prl/lrt sortit. c. 11 faut noue a:roupe,. afin d• dlmocratiqu~s. s'ut rtndue au- Afais toult la population antlmetw. en oeuvre tout Ml prh de M. PiquemordJ garag~s- racislt du 20"' ar-rondisstmtttl. moJ•n• 1401u1 do lulW oonu. ü, 5, rue Lôu.is-8/anr, proprié- émut des odieux propos ttnas los c.ampagne• anUsémlte.. :t taire de rimmeublt du 21, 1ue par lt situr Piquemarl, n'tn Tou• .fee honftt\.elt o~ rendtônt hommage i 11h6fooTemo de oat .fllo'rien. Deo tatu de ce genre ne sont p., raHe, m.ale ill eott d'IIMNment l;no..W par une o6Ma.Jne pHNI qui pNfèr& Mpand,. le venin du racisme .. .•. dt Tour/ille, afin d'obtenir son ltnd pas tn uster là. • Depuis, , .. 6v6nomtnt.t llttques mondiaux et los menpuos- L'union de tous , ............ )urrs eon- a ' 110 r ,·sat'· on po ur qu 'un "•' nou- El/ t 1n r pose ra ou p, _.o tanate..· ,- lnolctent.t de 10 vie quotidienne ~re tes d4nBors qui les mona- •elle ploqpe soit apposf:e sur la pose d'une nouvelle plaque. L<10 NOI'd-Afrlcalno contribuent pa,r leur t.roawt.ll i ta rf·chesae de la Frtnu, mals si Moham.ed HAMIOH& ett Puf. il n'en eat pas do même poul" Houdjedl TAMAR qui p4rlt éç,..,. •6 pa.r des t61ot do plua d'"une lonne à la S .. O.M.U.A., l SaintOuen, ou pour Moham6CI BI!.NAMAitA. tu4 par l'effondrement d'uno g4Jerie de la mine Foutquemont- suct (Mou). Dans une eer'--ine mesu,.., Il "mbto que l'appltca,tlon dee r•Qiea do sêcurilé soit U4e t.uttl au rt~,clerho. Cela, quand Il y a. du travail, cal" la. orlse 'ccnomlqua offre un terrain favorable au d'veloppement du raotsm• qui accroit le poui"Cent.age de ch6meura chez toa Nord-AftlcaJn .. oenl, l'union do tous los répu- l'immeuble. Dl/cl un comill pour le souvteuraïent pu suffire • d6montrer bllcalns, de tous les gens de M. Piquemard fut a tmt ra:~ nir d'Htnri Btckerma.n s'est qu'un tet espoir n'•talt qu'lflu- eoeur eD \'Uc d'obje.cUts délcr- ln!olente tl de••ont !a mire et con3titui avu l'ttdhtsion dts alon.. En France not.tmmonl, los mlnéa est, en ercet. le gage de 1• frire du hlrot dt ta Rlsistan- secliotU du lof.R.A.P. el dt la .-p6lrü de la KollabOraUon tont. nouveaux et dée.ls1fs s-u.ecèe. ct, osa didarer que pour lui LJ.C.A. du 20'. aNmhnalbal1ltlêtsU ", tt etesa lna6n1t1l. g.lbm lelale oo odnte. r- ----------------- ------------------ ---toul crin Joul.taonl doe mames libertés et a.arant.loe quo la Conatitutton acçordo aux Juif& aux .. mërnes. Cette situation a au moln• pour mérite de replacer te probl.me de t'anUdmltleme aur 1on vtai t.e-rroaln :t ... tt n o.tnrme : •.• • Nous noua Nfusont 1 cro,. à t'edst.enc:e dl mic:anls· mea aveugles, l l'eurc{ce d'une tau.tftê frappant. "-"' dltcemement ot obligatoiPement cortalnoa c.ommunaut~e hum1fnes, tels lei Juifs, » E.LOGE. DE. MAUR RAS a" 1.' Académie française A la mort de Maurras, M. J,.. les Rom3ins, déjà, avait cru devoir prononcer à l' Académoe Française, l'éloge du sinistre vieillard, qui en était pourtant exclu pour intelligence avec l'ennenu. c grattd art >. d'une c carrière pathtliqtU >, de cj uslt• proparliOit$ >. et comparer le vie.ux trallre à Socrate .• Antir~publièain lui-même ct (firigeant d'une organisation de caractère xénophobe et antisédévelo~ pé &OS théories fascistes, Ainsi, Hadad AMAR est ch6- il a fa•t le portrait lyrique d•un me.ur depui.t 4 mola et n• tou- Maurras au cbrOfant civismt:., cho pas d't.llocatlona. ce. qui c- pr.nché avtc amour sur sa fM.· n'empêche paa qu•, ayant troutrie ,, dont c. pas unt dt s's f/.. v6 un portefeuille contenant bres n'a ce.!Sé de vibrer pour la 87.600 francs, Il l'ail rcppol"té France ,, etc... au oommla.sarle~ du 3' erton- On croit réver. Mais non : 11 dlosement de Parto. s'agit bien de l'homme qui vit c08 toito prouvont que ta mtd. 1ns la défaite de la Franre un• ..,._ n'a pu dlmtnu6 Jo couO?.- c divine surprise :.. et qui fut o., J'honn6t.eloi ou l'hirol.e.me jusqu'au bout Je serviteur de des t.ranlUeu,. Hord-Afrlcains Vichy et de l'occupant qui veulen& avoir te• mêmM M.-Jacques (fe Lacretelle, dans droits quo lee au\t'o• hommes, sa réponse, tout en déeernant n'en dé.plai1o l la propagande t 1 1 1 i ! a .... ,,, ' ' .... .. • , • • ,. 0 • •• ... "' .• ·'-'· '1;',.. • Une arme de choix: la brochure « LES ANTIRACISTES ACCUSENT » A tous noa l~cteurs et Roeis. Dans le combet contrt le racisme et t'RntiaêmitismP.cea eu-x1tiel ree ebJ ec~e du m1,11tllr,1eme ellemend - une erme de oboiz vient d'etre mise à le disposition de toua· les Pntirecistes. Le brochure "LES ANTIRACISTES ACCUSE:'IT" est Wl im- . pleceble documeDt et une. source inépuiseb~e d'erguoents pour un élan Douveeu daDa Dotre lutte . Elle dresse le bilan de le collabor ation renelssente du tait des multiples gr§cee et nmn1st1es, aboutissent à une r 6bebilitetion de le trahison. Rn ouvrent, d'aut re part, le dossier de le ~1n-m 1se nezie sur ls clique m1n1etêr1elle du Chancelier Adeneuer, cette brochure, éclaire d'un Jour cru, ce qui serait le Communauté européenne de Défense , dont elle ee~uisse ~gslement une brève, mata édifi ante analyse. Tous lee entiroclstee voudront lire et tatre lire autour d'eux le brochure "LES ANTIR)C!S~S ACCUSENT" : Nous eppelons donc toue nos lecteurs, noe oe111t&Dts et emis à en promouvoir le plue large diffusion dons les organisations, l~s réunions, les quert1Rrs, deos lea milieux lee plus divers. Ce sers servir, evcé honneur, le couse indossolublement li ~e de le lutte contre le RAcisme, contre l'Antisémitisme, pour le Vérité et pour la Paix. Le SP.crétfJire GtSnérel' du ~!.R.A.P. Charles PALANT Pour roce'tolr la broohu1'6 c. Les Ant.lrao.latu ac.cusont :t enYOJII au M .. R.A.P ... BON DE COMMANDE Je dêelro reoevolr (1) •••••••••• brochure& c L.es Antll"aclet.ot a.cousent ». Je vous aell"ftt• (2) ••••..••.... fraau on Um.bf'Q postee • par manda~ - pu w(Hment.. a_u C.C.P. de c Df'Olt e\ Llbll"tt :t ; je dé$ife YOUt parer COntre Nml)oot'.. mtonl (8). (t) Indiquer lt no~b,.. de broc:huret d&itfct. (2) Prix do lo bf"'ch\IFO t 50 fronct. (1) Royo,. Jo mention Inutile. i 1 1 llr.am1nant diverfl ro.clcurs qui. aeloa lul, ravorheot lt!l entre .. pmee antlstmllts. l'aut•ur de c.el artfele sUgm.atlfle • I'Jncont:· c.lenoe e1. l'awaugltmtnl des Jutfs rnous dirons : de ceru. lts Juifs. N.D.L.R.) qui, trop eouven1., veulent. Ignorer et nier, m6me toa aotivU4a qui menacent Jour s6ourlt6 •· E~ Il &Joute : c Par craJnt.t do faire p.utezo do nous en tant quo Juifs, Il e1'f1Ye1 que noua pNf4rlont lai&· Le 18 mars dernier, le duc de Lévis-Mirepois, qui occupe dO. sonnais le siège de Maurras, ap. porta à son tour, une contribu· tioo à la rthabilitation de aon prédê«ssour dont l'oeuvre prétenduement c 1;/léraire > n'est ~ue l'exaltation des principes qui 1 on conduit à dénoncer les juifs et les résistants a la malice et à la gestapo. Et le récipiendaire a osé parler au suj•t de Alaurras de lui aussi un brevet de patriotiaa ractsto, que toua noa lecteurs me à Maurras, fit toutefois quel- d6nonearont avto enoor• plus qpueneds anrtts le'oNcecsu psautiro ns. a condui~ -~d~e~vl~o~u~eu~·~·--------------Charles::~::::~::~::::~::~::::::::~::::::::~::::~::~::::::::~::::::~ Il n'•n fallut pas plus pour que les maurrassiens introduits dans la ulle leotent de couvrir s.a voix. Il y avait là, entre autres, Xavier VaUat, Boutang, Pujo, Calzan!, ete ... à qui les policiers, pourtant nomb:reux, laissèrent toul le temps de mener à bien leur bèsognt, • ., te champ lib,. • nos ennemis. • • Or, (.'On.sl.a.le·t-11, piUtltUN aeUona men6es t.anl l Parts qu'en province depult la Llb6- Ntlon, pl"ouvent qu'li existe en Jtrance du pottlblllt6e d'entravero los activités antldmltos. • Qu1t nous soit permis de pré"'"' que 1& plupart de .. , aeUc.> ns u sont dtlroulé~• f!Ur J"lnllltUve du !ILIL'>P.: riposte qui fot mterdlre lo mrJ~ùnS ofl de~• ll parler xa,1or \'allal (~.... r i9S3) ; oampli5DU contre la ]Jrojeetlon d~t ni ms c Le JHir §~§ l Q~ • he§ MOUV~4111 Ml\ltres • (1950) : contre les manlf .. tnllol\$ nrolloémttes de llarsellle (novembre 1951), Lyon (avrD t95Z), Toulouse l)anvler 1953) : organJsatlon de dnq Journées :'\atlonelts contre le ra<lame, J'utiSimltlsmo •t pour la paiX, el.C .... ete. .. Sl tOI aotlons ont abouti Il d'IM~ntables succèe. e·~sl grd•• • l'union des anllr~Giiles de IOutef! opinion~. do lo~le• orlglDN, de loutes contusions, 'Y <omprls, soit dlt en po•unl, de nombreux jUUs qui, rorl heureusem• oL. ne tont pu pr~uve. dano leur llliJorlté, d'c tneoMtl~ ee :t et d'c aveuglement •· ~n tout cas, nous no pouvons quo saluer les ligne• qui sulvonl

Le M.R.A.P. poursuivi pour S<l campagne contre " Les Nouveaux Maîtres , on •• aouvlont do la oampaan• ment• p.u le M.R.A.P. •n 1KO, co,tre Je navet anU•4ml-c. et •6nophobti • Les ftou~eaux Maltna J!. Daftt les mJIItUI ltl plut dfwe,.. 5'•1atlNn\ a.to,.. del pf"'ltt.l&tion• contr• cet~ productlon Indigne, applaudi• Pl'• ASPECTS DE LA FRi\NCE. qui '1 v~yalt une lllustrallon dt aes th4oPioa. Plusleur..f dlreo .. têurt dt calle•, convaïneu1 euxmêmoe de la nociwlté du film, le ,..tiNPOnt de feur programme. o,., la aooiiW produc.trJce, c Lte Ar\.laant du Film A$tocl6s •, enoaoe auJouP<~'hul dea poursultoe oontre le M.R.A.P. et réolame olnq millions de dommagea- lnt•r~ts I Et ce, au momé" l où dee efforts sont ten\fa pour fal,. Interdire le film cAvant le Dtluge :t qui, lui, d6· nonce l'antlümtUsme:. Let deux rnanoeuvl'ê$. ae eomp .. ton\.. Mala Il est certain qu• l'uno 01. l'autre '-ohoueront dtvant l'union et l'action de toue IC.S antlr•olatee. ••• Et Karl Diem est reparti l•rl Die.-.. 4ittct.vr • la Spon:t-wltvle lM ColotM, 4er.ctn..r "'es ...,.. sous Hltlef', e .,.)t 6ft"1 1 lo prO. t•t~ ct•cm-Jiftl' a •ne 4f.MC"ftt11'0a "- ç.o.rthoe n tY""'""'~ cl rrndltvt He,ti.)nal des Sports dG Jor"vPt•. 01', Koti CH1tl'l' nt vn ,oal notolr•· Il dkloi'Oit a lo rodlo ollo~Y~ando en 1940, après t'hwoaloi'l do JO onc:o : • Nous avons .suM 6 e" Ptcdte le t01,1We et ev« una odrn.rcf'Qn croi;ioO" fO ce difcl'loment1 ~tfe mote.he lr'ICfotkluse. t. ~ entt'IO'»iosme q..e nous ~tiea$ .., to~ oe poix 0 ...... c.ompitition $pOf'tiYt Cd"OI:'I'IIée, ncu; le ressentons b un c.teor6 bie:n pk.- hOvt aux ~b <10 lo guern~. P01 eux on 'IOlt ce que: peut rAI~ moon-. PGI eux rAJ ll:mond ~Ooliour· d'hui .. hOuMe ~ ct. tout u q.1,1 o Jomoi$ ourporovant. • 0fl compKf'UI lo ri-ocfi.o1' 4H 6.ln'fl de rt.H.$.l.P. a Joinvnto, otnat 411t do lfHitt p'of01::eun. Ils fir~nt .avol' oY QO\I'IOMOII'IMt francois qu'JI 10 rt· tuJerolent lt foire uno quelconquo d ... mon.rtroflGft dovont Di~m. Aprù '""'""' lous to d~vstlonc, OMM cr. a"ovouu YOÏJ'KU ... dOYOt'lf lo ... mO VOtoflfj cr.s ~ tnn'llOk: u-nil 6oru UfiO tnfsktib1e opposi"o• nu.M•, U dvt tfttom:er 41 ...tt;tet t'lft:dftvt M JolnYIPt et 0 fo&r. 1o co~:~NretKo q~t11 ovoJt pro!ttf•. Pour procurer au M.R.A.P. les ressources indispensables Volfot, l'o.x.c:Omrt"~llfofro OUIC QVottiOM jllln•, ftolt 1a mite, l'Assoclation d'Entraide de la Noblesse Fra.nça~. le duc de U\is-Mirepoix a exprimé, de plus, son accord comple-t avee son prédéc.s~ur. Aprèo a•·oir Le public réagit vivement contre les trublions. ltlais l'c ;]lustre Compo~ie > n'a pas ~·~nt •• prestige, en remplaçant J\!.turru, qui l'a,·ait si pe" h~>o norte. !':Ir un tn3.Uf!'as..~t'n. ------------------- l)an§ le x• Arrontll~~em~nt L.ANTISEMITISME Nous publions ci-dessous les premiers résultats de la campagne des Cartes d'Amis, organisée par le M.R.A.P. Nous tenons 1 feliciter en premier lieu ltS différentes socitt~ qui, comprenonl l'impqrtance de la lutte menée par le M.R.A.P., ont répondu favorablement à notre appel. tourn! pat tous nos militants afin d• collecter les sommes dont le AlR.A.P. a ~in pour faire faet a ses obligations. pour pounvivre s.ans rep:t la lutte rontre Je racisme, contre l'ant!~ émillsme et pour la pal.(. Il ut ~n prçmiçr liçu inlli&Dtnsable que nos sections de Paris participent pleinement à cette action. Pas un antiraciste sans Carte d'Ami 1 Voilà le mot d'ordre pour les semaines à venir. Les sectiooe connaissent les objectifs qui l•ur ont été assignés d'ici la f•n du mois de mai. Il faut donc .ans tarder répartir les tâches parmi tous les milltanis et se mettre au travail. L'existence meme de notre A\ctuvèmenl d~pend de la cornpréhension et d11 dévouement de tous nos amis. 1•) ,or '" .emb* R ..,._ .,.. ....... t 2o.-700 : 2•) ,.. ... sktlons : ........ 1 st.OOO 1 1.roet : 69..600; T ....... a 1J.600 1 .... ......., : .ss.ooo , ....... let t l .UO; 2• ont : 2..900: J• o.nt : 1.2501 1J• o.r'rt l 2.600; J•J Au Rotwmb'-"tftlt AMitoe.llle dô ~ môri i ~~.~u ; o4•) So.clltl• t 20.J.OOOO 1 TOTAL 1 S7S.J....._ NOUs leur faisons conliance,r------ - ------- ••• Les so••" •h'o.ntu Oftt ft6 c.o&. &odift • « JO-li' : ~111111111111111111111111111111 1 1 llllllllllllllllllll! Ë POUR L'ANNIVERSAtRa § § DE LA LIBERATION § argument éleclorol Il y a lieu aussi dt mentionner certaines sections de banlieu et de prO\· ince comme Montreuil, Marseille et Lyon qui eo-r--------------------------------------------registrent de notables succès. Ë DES CAMPS § ~ aura lleu ~ le ")7 MOt1 OVOJtnt ti~ dQN ~ 1() orrondintmO:nt los 6!tctl0f'la ou Con-seil d'Adm1nlstrotlon dt la Cclss.& desEcoles. Deux ltrt.s fto~tf't en pc6soi'KO : celle du Cottel d'Action lciqu.o., &OUtenue pc: "" ~I$Ciftofts .. plu$ dlwnc:s., ct c..U. d'loin ptttef'Mtu .. Com. ité pour ~ tne:tnti.n de tc neutrollt6 dt t'kolo ~•QUO •· Parmi les hgmmn qui pcltON'lOit'nt cette e~«nl~c listo, figure noto.mment M. Jcon-Louia Vit)itr, d&put6, Otw:"ien r6doct.ur en chef du Journal .. L.'E~ que • · On ne s'(!tonntt'O doN: pos qv'ils citnt cru dtYo(r - fovto do mieux - faite oppoJ ô t'cnt•s.ê-mltlsme pow cxcrod'tor ClVt~ étedeur:sllt Otlt donc: diJfu:M u.n pc:rcMIIon cj,n.. JI ~ : ._ Atfftt~ 1 ~ 'f'Otoat pour 1o rrsr. KnhtftosJd, von •otu poUt' kt lim comm~o~•lrtt •· Ot, la li-ne du Corte/ d"Htlon Loiquo n'6toit P0 dirioM pot M. K~iw .. koskl. rnois par M. fléUry, Lo nom de M. Kniwk;O$ki ft9 figurait qu•c.n quo .. triAmo position. PourQUOI l'avoir cheNli p'utat qu'un outre al u n'ost evoe. rtt.tentlcn do mtw iU'f t'ontls6ftl}t(s,.. ""Q' u1o nt è roppeuotion do .. eofNmJnbt• • ogpfiQI.t& 6 kt lote. on rop.. rktet:G lonG/on souro cp.lO Se-s orQaw thtctloonc Odh&Mt" ou C-ort.1 d' .At;;Uon l..oique oont M eutvontet : Ffd&.. rotlon <lt I'Edt.Kotloo Notlonole, Syn• dlcot Notlcnot des Instituteur•, liQUG do t'tnMlone~t. A.uoclotion «s Pot'o.nts d'EJ."'fl. do l'Ecote Publ1quo, C.G.T., C.G.T.·F.O,. Parti C<lml'nl.lfti~t• Fr~. Pcrtl Sodor~~ \JnloOt'l PrOQII't!Mdt.. tlflfon de la JCI.WW'lM ft.6. publtc;o ne de F,CIII'U, J~ Soctotrst-. l.19Uo de$ Otoit$ ct. rHonvnt ~t ô.l Ctfoyen. F6dôrotton de lo LI· bfo Pon*, CHdo Jeon-Jo-.t,..., F.O. Les membres du Bureau National ont également falt un effort et obtenu des sommes importantes en plaçant nos cartes auprès de nos amis de toujouTl!. .Mais l'objectif ost loto d'être atteint et il est ntcessaire qu'uo effort encore plus impor!ant soit P.AO.nC .v olt quo l'attitude des on'l1s $ ::.•lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll1l 'o".:;;'; f!A. J ... t. Violet' rel~-..e. ni pt~~t ni :: :; rnoins. du moceotthy~ •• , ,. n'.ut = Succès ~ - lo ptoml6ro fols QUO colu~cl •'•" ;; = ... ~ Jo ...... .,..,;,~m;•• 1 ~_=de la] v e nte :_§ M. l(f&i'Wtosld, q,~e nous ovons. '""" c:o_ntr 6r "no•u"s o. .d.é.c.:.l.o.r.~ .:. ......... ,._ ==: d e rn a s s e =E doa do .. CohM dn, ko:.s W.n : = ova ...... dt'N. Jo fals potH. tft (t11X §' d 8 § qvl, N"oqu6s por le gounrnemt:llt de E ' TE vlchr .,, "' oOJ•tio••• •••" "' LI· §• D R:O 1 T 1 E § bfrotlon. _ _ Lu pooddh .. lo ll.to r6octloln••" ~L 1 B E R T E»~ t0 n• cont po1: nouvoa.ux. J'oJ ~«>ft""~ ovont-.gwtt'lt, "" co~UJo:r munklllol, §. Une -onto d• mall6 de~ qvo .. , odvonoire:f.. Dorqaililr • ,... § c Droit et Llbttt.é • a eu§ lcpobc Oft ttt., ~;.m COftUIIO à 111ft Jvlf. Or, U ae réto.it po•• ••h Il Ë lieu le dlm.ancho 7 ntal"', .§ .nfmeit n. ,., ovoir 4 ,. Mht\4,.1 § P.ul~ aYt;a la p&ll'tJclpaliOJI'"§ ,.. cMs:Jdf,.,.t po• cette ottoqH co.· :; du membree du Bureau Na-.:= me lt!IvrieuM. § tlonal du M.R.A.P. §' J'ottrol cfo mf~no. J• tub llf!ntnM1· = = k-m•"t rodkol~prosreSSisfe, tt lo,... :S NO$ diffuseur• ont rancon-: L,afde des sociétés D'iPUIS /'j fondation d11 M. R.lt.P.. tes 'ociltés }mvts d~ sttOI:rs mulutl~ qu: ttuni.. uenl 'i',i !to,nr ts tl des ;tmmu dt loutu /ts couches socialts tl dt tou/es opinions, lui ont apP!?rlt WJ appui incessant, Aux dJflértnlrs Journées Nallo· na/es el dans toutes les actions entreprises par noire Mouvement, elles sont largement rcpr~! stnJits. Aujourd'hui, elles sout:enntnt oclivtmenl ta lulle conlrt la rtnaiuonct dt ranlislmilismt en Franu, tonlr~ lt riarmuntnl dts bourreaux ruuis. El, comme loujour$, avtc b~aucoup dt conscttnct tf dt d~•outmtnl, elles pàrlagenl le souci dt rassembler les ressources motérlelles Indispensables pour mtntr à bien noire combat commun. La /Isle que nous pubt;ons cidtssous montre qut, dtpul• ft dtbut dt (annie, 21 sotilll• ont versé au M.R.A.P. dts dons s'lltvant au tolo/ cl plus de 200.000 francs. ~- ..... --· liens enlrt ft M.R.A.P. el les sociités notre Bureau National leur a propasl d'organiser des causerits au sujtl dt la brochure c les antiracistes ac:euse.nt > oil du membrts de la direction du Af.R.A.P. txpaseronl faction cl mentr pour combattre la renaissance de l'antisémitisme tl /t réarmement allemand. Alexandre CHIL. Membre du Bureau Nationo.l .d.u. M.R.A.P. Yoki ln doM felft ,.., $0$ SodEtft o11 M.A.A.P. : S~lec : 20.000 : Ce.tltochow : 20.000; Ln Amt. 6e Patlt : 15.000 j Brest .. uto.-sk : 15.000; Wolomin : 10.000; Zyrordow t 10.000; bydlowlcte

10.000; Kollsa : 10.000; Vor-

1:o•fe-Ochoto : 10.000 ;. U.SJ.F.. : 10.000; JlcUcho 8tl4orflca• Htrf : 10.000; RodGM : 6.000; Ozo.row : s.ooo ; zaotu.,. t s.ooo; Klfk : S.OOO; Folt'ltk Otwock : 5.000; Po-voesld

5.000 ; C·aockenow : 5.000 ;

Go,...-otm Siedle< : S.OOO; fatro.W. Fretom..,. : s.ooo. CARTE D'AMIS 1 Sl•dlee : 10.000; C~nstachow : 7 .000. §SAt.LE PLEYELi§ § LE SAMEDI 10 AVRIL~ Ë l 2t heuroa Ë §1• première repr<!seotallon de~ § SOUS LE TOIT § ~== DE MA MAISON·= Une pt~ce en 6 t.ableaux

E do Raymond GERBAL =5

Ë v•r 1• troupe des Ë §_ c PAVES O!l PARIS • §_ Prix: des placea : ~ 200 et 300 fl"anc• § Ë LOC4tlon : F.N.D.LR.P., iO,§ § rue Lero-ux ; T.E.e., 2,§: § rue de l'El}"sée el S&llt§ § Pleyel. § M'UilllllllllllllllllllliiiiiiUtlllllllllllllllllllltr. .. ' C1/liebael el (}lobby qu•o" mo q'follff• d• co~~nt~nlnbft1 1• § t.r6 un accueil par&iculfilre..'§: n•uttrn• ,._., 4.-;olr rfs>oftd,.' c• qu 2 ment chlliOuroux dana le 8t',§ jo n• consldbro pos ~omme "'" ""'"'•· ~ to 18·, re 18't, le 20t arPon-~ lo C>OSJUioUon, o!lo, o répondu. U11 Ë dls$emente:, aln•l qu'l Mon-~ orCMJpe d'41octcurs o, tout d"obord. ::_treuil et Salnt-Ouon. Ë 6ditf Ur\ troct d6~ant lo MOnetUvre onh"'"'l._, Puis to ~ dont foiT ~ P lusieura: ~ntaln" de nu-E TOTAL ; 203.000 fron~t. Nous les en remercions v;vcmeut, ainsi que tes autres so· clttis qui onl dljà tlécidl de,.------------·1 •erur dts dOII$ au M.R.A.P. Il apparlttnl m.oinltnunt IJ loU$ /tl militants anJ:racl$1t~ d'oclivtr la diffusion des Carlu d'Ami$ parmi lts membru dt• socUiis. MERCRIDt 14 AVRIL (Suite tk la pagt 1) • 20 11. aoltrtrs parents 11'adoptton, tonvoinrus que ressentit/ tsl lfailltr les petits Rosenberg cl mentr une vie normale tn feur fai$ ant oublier la tragddie dont ils furent les 1/lnoctnles •lcl:mes. ~ Lt:; orgumttlls de l'accusalion établissent sans équl•oque /t caracttrt poliliqut dll proth. Peu imporlt si ltl tnfanls st plaismmt cluz leur graadmtrt ort chez les Mttropal, Ces grns étaient qualifiés dt c non nmi r,cai/1$ > ou d' c antl..américalns >, l'essentiel Nant d'enlever la surveillance des tn[anls à ltur c mauvaise :. influenceJ quelles que soient les répercussions sur un 1110ral déjcl ébran- 11 p4r lts évt11tmtnls dt ces dt: nltrs jours. < Alors qu'un effort !tau ••trtp- is pt>ur l"irt oablitt Cil< dt·ru garçons Je dr.:Jmt de :.·urs pments, tout est rtmis tn r,nrsfton .P.Of f,.lifiafrve dt la po;; ... ~ mumtipale. Il scmblt bien que 1 t ur des ann~i.r: -o pollriq11e lts e.nplchtro de jouu aux JtUX de 1. ur 4ge et qat.'ls stronl baf!c l: f• dt droil el dt gaurht Leur tort tsf tri-lu ué.t' RostniJtr,:. ~ Comment ne pu ptnser, en tisant oelaJ à un autre régime !jUI, lui aussi, faisait pnsser délob~ rément l'intérêt des enfnnts après celui de l'Etat ? c L'Etat a le devoir de faire de tous les jeunes dea hommes allemand$ dans l'esprit nationalsocialiste , 1isons--nous dans le c Deuuche Reich ~ (la revue de Droit AUcmancl), 1935 p. 92. Et, c'est en partant de ce principe que les cours et tribunaux allemands ont, contrairement aux dispositions précises du Code Civil, décid~ qu'en cas de dlvorte, un enfant demi.juif ne poL-vait en aucun cas ftre confiê à la tarde de son auteur juif, que cette garde devait être confite 1 celui de ses père et mère qui était aryen~ meme si le divorce avait éfê P.rononcé à ses torts et marne s'Il était prouvé qu'il s'était désintéressé de son enfnnl ( Cour d'Appel de Berlin, J. w. 36, p. 2487). Dans chacune de ces déciPour rtss.errer encore lts que 1•esprit fasc.iste est une ma- po:rti• M. Kntwk.oslû o ft6 flue on ::miros auppt6montalHa ont: ladie conta,gieuse qui doit être entier ov.e loe del.ot tien drtJ -.oiX. Ë •té •end us dana lM dltf6ren-~ Ombattue d>. son app·n·tion Ouf ... moccortbystes et ._ rotlt.-- =-- •es sec•tono. --= C Q "" ft$ M ~ tl4tnnent pour dit : ~ Fronu, • ·lo' en quelque point du monde où il .., "" .,.nd - 1 ~111111111111111111mmumnuullllhlllllllllll~ se révèle. ,_:::_:.::_:_::...:_:::,:._ ___________ _:::,:::.:::::::::::::::::::::::::.::.:::::.:::::.=---------------------- Le recul imposé aux persécuteurs des cnlants Rosenberg n1ontre qu'il est possible aujourd'hui de dresser une barrière efficace. C'est un encouragement pour tous les combattants de la justice et de la paix. Sans relâcher notre garde \1jgilante atttour cre Miclla~l et Robby, qui restent sous la protection de tous les gens de coeur! il nous faut donc redoubler d'e forts pour accomplir cette tâche sacrée : la réhabilitation d'Ethel et de Julius LA KfRMfSSf Of SOLIDARITf au profit des enfants de déportés et fusillés Rosen~rg. Prù ela 50.()(}1) article$ (tf16111, cha-u1•vres, Wtemen.ts. rntu. bleo, or.c ... ) vendus en l'e.opace de 4 tours : tel est le mour.ttt. quo bll4n dont peut s•enorgueir.. lir la lrallitlonnelle kermcue llo COlitlariU, organi* du 19 au u mon cl l'Bdùl MadeN:•. ;par la Commiosion centrale de l' 81>tan. ce, au profit dt' aes fOyers d"enfants de tUportds et de fusau... a qua Jlld< Michel, lrtllll Joachim, JttJndeline, Fanoa ft,.. lon, et., ... Remerciements sions, nous trouvons la même'.----- ---------------------., formule invoquée par les juges. Ce qui impor~. ce n'est pas l'intérêt de l'enfant mais • le Droit de la nation nllemande d'élever sn jeunesse dans un csprit conforme à sa race >. Faire des enfants allemands des enfants de bonne race allemande, faire des enfants américains de c bons américains > dans resprit mae<:arthys~ ce rapproclt..ment, qui s'impose, éclaire d'un jou! cru la situation aux EtatsLe• ot>tets venaua ouatent ttt of(erts por cles llttofna de malieu de commerçant., d'nrti"'"' · d'oumiers - Mt• ~ non luit•· Lo CommbrJon CentreS. 6e t'lnfo: nc.• tllpriMe toute so teoeonMitMn-c• ot M1: r0tll•tde1ftecn-ts chOiM!te'II.IC • '"' "" ••d• d• rente-.. -.vt Gftt, du,.nt 4 to-n~ elu 19 ou 2.2 men, t••· voiJU avec va 6n-oae~r~.-.t .. _.., Mf'.. n• 6 onur~ arne porfoito •ord10 4o ta Vonte cie So11doritf·Kermesu QUI l"o.t d'rouJH ' l'Hôtel Moderno. Unrs. Réhabilitation Mais nous ne sommes plus en 1933. Le monde a compris Publicité nazie Un eertajn Mahler, 10, rue de 'eura fnsorlvalont « Entroprle• l'Outre, à St,.asbour9, " ta1t dls- "ulve » 1ur oorlalns magotlne, ce trlbuer ré.cemm n& dana cotto vU- grossier ptt~nnaae s'en prend lo un tract publicitaire en faveur aux c Julfe t.,lmudlens • (IICo) ... do •• fJPme : c La TNnsacUc.n c connus comme ma.roouUn& », lmmcbil!be •· dJl·ll, pour affirmer ensuit. qu• U n'y euraJt tl tien d'anol'rnal tl le Mahlet an QUillion n'avait cru bon) pour O.Oflter son annon .. eo, d'avoir l"ee-oure • l'an\.ltêmitlsla Mal1on Mahlo,. c re-st~ de eea r&res mal-"ons dus la branche lmmobiUère, libres de toute 111- !lucoco ou Ingérence Juive •· Ooa Ignobles pt~ocêdé.s ont lUIme le plus vn. ciW à st.rubouro une v1Ye •mo .. ReGrettant sans douu te temps 1ion dana loa mllleo1. IN plut dl· où los nazi• et leu" collabOra• vere. cette mansruUJtton a<:qttiert ainsi un~~ doUble ltgnf(IMtion : celle ,s'un geste protontltmen% humain de :sol!dortt4 ent>67'# les orphellm, victime# llo 14 barbario nazie, et celle ae 14 ualont4 d'emp<!clter le retour des hol'reurl passées. SignalOIU que 14 r<ermesse tut <W$Ï l'oceaoton d'una belle c IXZtoilU du Uure • cl ltU[uellB prirent part elu ~vains et des orti$1<03 conntu, tcla que MM. Pierre Gascar, Claude Roy, loon Bffel. Georges Sorlq,, Raymond et Claude Lllvy, Kagaoowlki, M. Sci>Uis!ên, Vogz.t'. Oruss, atn- Ello romtrclo vivement let Jl'lllllon ot mllllors d• do"otf:un vtn•rr.ux aul ont ,par leurs dons mctnlf-lqYOJ, ot• •urf J•t"dHCflptible succfl de la erond• l(or.,." .. Of\ fOY1t•r dft orpNitnt do lfll«rN ot 4•• 'f'ielDord:s t~écuslt•v:•. s. ,. .... moneo ct Mt '"'•re ... ctHh YOftt OUX' ft011l'O,.... ..t:donh ct o•t. qui Mf pendent deu:• ...oh folt &... ,.._, ttolldt offorb pour lo ooll•to •" fo•eur de Jo Ketmotse. Ell• t'Cmercfo tow; tes 4crtvo1ns et ortlttct cauJ ont bien vo-.lu venir d6dl· cocor IO'Il" CCUVt'OJ, ot hO.,OIOt cro le\lr prfM~t« ~•tto belle mon.lho.ltotio-rt ft aoll6orlt6. une oonf.Nn06 d• RogOf MARIA : LE FILM c AVANT LE DE• LUGE > ET Lll PROBLE• ME Dl! L'ANTISEMITISME. Salle de réunJon du ca .. fé c Le PtU\. Pol :t, 2, Bd Bonne-Houvollt, Pula - 2". Métto : St.raabouro·St,.De.nls. iosé· antonio art·coiffure · beouh~ 126, rue Jo boétie paris-8• é ly. 63-.\0 <llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll~ 1 POUR ~~S=T SOCIAUX 1 1 - La Commission Centrale de l'lnftnce communique que 1" :2 INSCRIPTIONS POUR LES COLONIIS SIINITAIRES 00111• meneeo~ • portlr du 5 AVl\lL, 14, rue de Puadls, Parla-JO'. A la COlonie Sanitaire de TARNOS (au bord do l'Océan Atlantique) sont admis Oar~ona cl Illies do G ~ 14 &ns : A ta Colonie Sanlloil'e d1AIX-LES·BAINS (5avole) sonl admis : Enlanl.l rattgués - déDclents - t~lle et poids tnsurnssnta - cas po~l-opératotres - con valeaeence. avec prlse tD ch&r· ge par ta Sécurité Sociale. Les enfants devant él1"e présentés pour une contre-vt&tte t = la Séeurlt6 Sociale, les parents sonl j)l'lés de les raire tu- = ~ cri"' clans lo plus bror d ~lai â

14, rue d& Pa.radlt .. PARIS-10* 5!

~Il llllltllllllllltllllllllllllllllllllllllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiUIIIIIII Ill Ullii Pour la 1re fois en France ( de l'~istorien juif Morris U. Sc~appes) devant la commission Mac Carthy les enfants d'Hiroshima témoignent contre SlnaJtur MUNDT. - Com., tnçons /1(lr (inltrrogaJoire 1/dtnlill. Qutl est votrt employeur ? M. SCHAPPES. - je m'emp_ loie suffls.amment moi-mème. rai de nombreuses Iii~ que je ref- de p~iser ici pour 1es raisons suivantes : l') je considère cet inlerroratoire comme une atteinte à la liberté de pe~. d'étude et d'association ou, en termes plus ttoquents, ainsi que l'affirmait t'Association Américaine des Professeurs d'Université au cours de sa réunion du 27 cnars ... Sénateur MUNDT. - 1• penIt qu'il vous faut aller vous plaindre devant unt autrt Comml. ssion. Ct n'~st pas dt ct/a qu'il s'ag:t ici. Mai$ si vous avtz unt dlclaralion à lirt, vou.s pout~tz conlinu~r. M. SCHAPPE:;. - je ne sais pu exactement de quoi il s'agit pl>isque l'U$ignation qui m'a lté envoyée, n'indiquait pas à quel sujet vous entendiez m"interroger. j'aimerals finir de donner met raisons, si possible. SlnaUur MUNDT. - en GVe.t•VDu.t pour longtemps 7 M. SCHAPPES. - ç., sera très brel. Sénateur MUN DT.- Allez-y. M. SCHAPPES. - Cette dédaration de I'Assoeiation Américaine des Professeurs d'Univercité est la suivante : < Le mauvais usage, à des fins politiques, d'artifices de procédure, la supf. ression d11 non-confonnisme, interdiction et IJI censure des livres, soit en raison de leur contenu, .aoit en ra!son des opinions de lturs autt:urs, le boycott de l'esprit créateur - ces méthodes ct d'autres comptent parmi les ennemis les plus dangereux d'une société ~bre >. Donc, en vertu du premier amendement à la Constitution qui garantit la liberté de pensée, d'élude et d'association, telle est ma première raison. Ma seconde raison est que cette enquête excède les pouvoirs du Congrè$, car elle porte atteinte aux droits reconnus par la Constitution au peuple de notre pay• en vertu du 9' ct du 10' omendements. La rroi•itme et derni~re r.ù. on pour laquelle je refuse de répondre, r~ulte du privilège accordé par le 5• amenclerneot eo vertu duquel on ne saurait étre otitigt à iémdrgner con(re 10i-mtme ... M. COHN. - Monsltur le Pris/dent, jt voudrais d'abord dtmander à M. Sur/nt dt nous tSt inlituU c Histoirt Documenta. re du Juifs des Etats-Unis >, écrit par lt témoin, tl fut publié en 1950, tl il Hait encore le lS mars Il Tti-Aviv. StnMtur !tfUNDT. - Qui t# rldiitur ? M. COHN. - ft a itt édiU par Ill firmt c Cittldtl Prtn >, New-York. Eh bitn, M. Schtlppes, quand vou.s avez ~uit ce livre, qu. est utilisé par lt Centre d'Information du Dtpllrttmen/ d'Etat tl Tt/-Aviv, Jsrall, ce livre inlilutl c Nistoire Documentaire des juifs des EtatsUnis >, .wez-vous m~mbrc dU! Ptlrti Communiste ? M. SCHAPPE$. - Je voudrais dire d'abord que j'al publié une édition revilée en 1952. <:<!la complétera votre documentation. M. COHN. - ft 7 a tu unt ldilion rtvisit tn 1952. C'tsl l'rai, monsieur. Trls bitn. Mtt .. ci. Alai11ten'!!!~ vote: ma qualion

tn ·"""'· quand ru.lion

Originale /ut pub/Ut, ltitz .. t~oas membrt âu Parti Communislt ? M. SCHAPPES. - je refuse de répondre pour lt$ raisons que j'ai déjà exprimées. /11. COHN. - Monsieur lt Président, tl ct point, il me stmblt que je dois tlrt unt phrast tirée de deux arliclcs critiquant ce livre, pub/Us par des or~anlsat: ons JUives rt$ponsablu de ce l'ays et déposer ensuite la tofallié dt ces critiques commt pi~ces à convirtlon, Sl naltur !tfUNDT. - Vous lt p.ouvu. !tf. COHN. - !tltrâ, Monsitur te Prhident. L- prem:er tst un artitlt du proftSStur Ellis Rivk: n, professeur d'Histoire juive au Cotttgt dt rUnion Hlbraiqut, paru dans lts < Archlvts juivn Américaines ~, en juin 1952, el dan.• tequtl ft professeur Rivkin lcrit au sujet de ce livre, page 98, deu.Yi~me phrast du premier paragraphe : < Dans cet ou\'ragt, une tentative a été faite de gagner les ju:ts à la polltlqut du Parti Communiste Amlricain •· Tellt est la phrase. Ma/ntenarrt, i• demanderais qut ttt artlclt sort, en tnli.,, Afonsitur lt Prlsitf~ nl, versé au dossur comme pi~ce à tOnviction. Slnflfcur AIUNDT. - Ce stta /O:l. M. SCHAPPES. - Puis-je aussi demander, Monsieur, que rtrà' ~ '*' .... ~ f$'3·· rtJe également d•ns les < Archives Juives Américaines > en janv~r 1953, soit introduite daM le dossier ? En publiant, pou, t. proml..-e fol, en Fl"anee, le oompto rendu at.ênographtque ct•un lntiHOQ&&ot,.. devant la c:.omml..., sion dite c du actlvllk a nllaiMrlcaln .. •• DROIT ET LIBERTE entend ptrmett.H • lM l.c\eur. de Jua.OI" aur piie .. fe ma.ec:.artl\rame. On remarquen l'anoganc. dM Mna\eura Mundt et Mac Ctelfa.n, la brutaJftj lnaolent.e du Jeuno Cohn. collabora\eur Imm-édiat de Mao CUthy, et 1 .. proc6d6& qu*ila emploient. Il suffit que doua artlclta dl p,...,. aient dilfgné un livre oomme c communia~ • pour que celui-cl &oit retiré d es bi· bliothêquea offielollea ot quo aon autour t;Oit .sammê do compan. Jtre. If a.eralt dlrtlclle do &lOuve,. meillour·e llluatraUon dos termes c btQieurt do llvrta » ot c chas.&oura ete sorc ière$ ». On remarquera •gaiement que lo mot c communlate » s'applique à quloonquo • doe ld6ea IIMr•lea, ou simplement fa it preuve de non- conformisme ot n'approuva Jl4& la poli· Uque, gouvernemontalo. A qutconquoJ par exomplo, cons.idèro q uo te$ Rosenboro ont lnJul\omen~ condamnes. 11 tau~ enfin aoullgnn la dlgniL6 avoo laquelle M. Sçhap• pee ot M. Mandel fant faco aua lnqultlteurs, dont ils font apparaître lo l'ldlcuf.. Loin de to lalsaor Impressionner, 111 prononcent un cinglant r6qwlti\Oire contre le maecarthytmo. lit Nstent, ce. faltant, dan• la plue p u.re t.radftJon de la d6- moera:tio af'IMric&Jne. Stnflftur MUNDT. - Ctla ut acttpti. .41. COliN. - Oui, ft vo:s. Et maintenant, Monsieur te Prlsldent, lt stcond artictt est dt Nathan Schachntr, Conseiller du Comité JuiJ Américain, historitn bien connu tt oultur de plusieurs livres. M, Schachntr dit ceci dans son article dont je dtmande qu'il soit également versé au dossier . ., ft nt lira: qu'une phrase ... M. Schachtt écrit dans le second paragraphe : < M. Schappu reconnait franth~mtnt dans son introduclion que paur lut, < rhistoire n'est (>IlS un jeu mals un~ arm~ >. "EI1l c 4$pirt à ce que edf~ arme soit uliltslt con~ •tnablemtnl et souvent •· Et M. Schachner die/art qut l'armt dont a.st Schappts conlribut d l'îdtologie communiste. .M. SCHAPPES. - Il est facile de repondre à cela. .Mais d'abord, je veux signaler que ce que vous appelez ua article. n'a jamais été publié. Cela a été distribué subrepticement, sou<; la forme rconotypée, et non pns pnr les moyens utilisés habituellement pqur les études scientifiques. Et ceta !qt réfuté non par moi-mème (j~ n'avsis pas besOin de m'abaisur ii cela) mals, dapo. le < Congress Wetkly • du 7 mai 1951, par~ critique de cette revue. sous le titre c Déformation de la critique litt~raire>. Je demande que ce lute soit •11\\~1\· .MI\r ~ ~~-·-· M. COHN. - Et mO:nttnant, M. Schappes, llts-voes bltn ct Morris U. Schappts qui a IIi condamnl pour par1urt pour avoir nil votre apparltno.nct au Parti Communislt ? M. SCHAPI'ES. - j'ai, en effet, été condamné, je ne me aoaviens pas exactement quelles étaient les accusations, étant donné que cela s'est passé il y a douze ans (1). M. COHN. - Dans quelles conditions 7 M. SC\IAPPES. - Eh bien, il y avait déji( une chasse aux fOtctèrts sur le plan local ... Slnattur Mac CLELI.AN. - Vous utilisez lt ltrme dt (ChasSt aJJx sorcilrts >. Pom·tz..Yous ditt si dans l'otre cas, ttllt chasse aux sorci~ru avait IIi fruclutUSt ? ~l SCHAPPES. - Non, car dans la Faculté du City College où se déroulait cette c6asse aax sorcières, se trouvait un espion joponais qui n'a pas été découvert par les chasseurs de sorciè: es, et qui ne fut empri$onnê qu'oprés le commencement de la guern.. Sénateur Mac CLELLAN. - Tts l'ont manqut tl ils vous ont tu ? Est-ce cela que vous vouiez dire ? M SCHAPPES. - je dis que c:'Nait une vé'riMbfe ch~se aux torcièrt:s puisqu'eUe n'avait pas pour but de découvrir les ennemis dt notre pays, tels que cet espion jllf!OnatS, ma:S de terroriser les professews, de po~r (1) Err rlalité M. Schappes n' avoil pas tU comJamnl paur c par}urt >, mais pOur son oe-. tiv/11 progressislt. dire si dts livrts lrrits par le..-------·--------------------------------1 témoin, M. Schappes, sont uti- 1/sls par les services d'Information du Département d'état. M. SURINE. - Un l:vre intitulé < Histoire Documentaire des Juifs dts Etats-Unis • lrrit par le timoin est utilisé par nos Services d'Information dt Tti-Al,iv. Nous n'avons pas tous les détails sur les difflrentu part:ts du monde où il peut ltrt lgatemtnt utilisl. M. COHN. - Monsitur le Prisldtnt, jt •oadrtJis attirer ~olrt attt~tion sur le {ait qa~ • livre tl lU publié en 1950. Il EINSTEIN a 75 ans [xtraus de l'lnterrosatoire de William M. MAND[L !tl, COliN. - M. Mandel, voutez .. vous nous donntr votre nom compl.d, s'il vous plaît. M. MANDEL. - Mon nom est William Marx Mandel. Et !)OIIf vous éviter d'avoir 1 rechercher si c'est un pseudonrme, comme vous l'avet déJà fai_t, je. voudral.t préciser que je SUl$ JUif. Al. COHN. - Que vous lits quoi? hl. MANDEL. - Que je suis juif. M. COtiN. - Je le suis aussi et ct n'est pas ilt cela qu'il est qheslion ici. .M. MANDEL. - Les jcifs de ce pars pensent beaucoup de mal d un juif (lui travaille pour MacCarthy. M. COliN. - Est-ce que le National Ounrdian a mcné une vigoureuse campagne tn favta' d'espions atomiques ? M. MANDEl-. - A qui faitesvous allusion ? M. COHN. - A julius t:1 Ethel Rosenbetg. M. MANDEL. - C'est ce quflt fallait préciser. Comment les avez-vous appel~ ? Af. COHN. - Espions atomiques. M. MANDEl-. - Connaissnvous la loi, At Cohn ? Al. COHN. - ft mt suis occupt dts poursuites contrt eux. ~l MANDEL. - De quoi ontils été accusés ? !tf. COHN. - /l.t ont ttl accusés dt cons_pirat;on. M. MANDEL. - Exach!ment, Et conspiration n'tst pas es,..~ pionna~e. M. COHN. - Ils ont ~tt conl'aim: us de conspiration en vue de livrer des secrets atomiques d des représentants de l'Union Sot•ltliquc. La qutstion est rtlte- ti : le National Ouardian m~ne-t-il au jou rd' hui une campagne vigourtust demandant ta lib/ration dts Rostnbtrg ? M. MANDEL. - Le Nallona/ Guardian autant que je sache, et je n'appartieus pas à sa rédaction ... M. COHN. - Le lisez-vous ? M. MANDEL. - je le lis. Le National Guardian a <at a n t que je sache. mène une vigoureuse campagne pour demander une mesure de clémence dans cette affaire, des savants ayant dklaré que Greenglass, l'tndicatc~ ur de polic:e, ne pouvait pas s'~tre rappelé les données sur la bombt atomique qu'il dit avoir transmises. M. COHN. -Pensez-vous qu< les Rosenberg soient coupables? M. MANDEL. - ... je pense que la peine de mort, in!li~ée en temps de paix, est injustifiable et j~ pense, pour revenir à ce que J• disais tout à l'heure, qu'il est significatif que dans ce J)&ys, les premières personnes condamnées à la peine de mort, en ttmps de paix, pour un semblable délit, soient des juifs_, atteinte aux libertés universitaires ct au moral dli corps enseignant ... M. COHN. - Ptrs:Sla-vous Il rtfuser dt nous dire si vous Hltz ou non mtmbrt du Parti Communistt Américain quand •oru avtz lcril tt livrt ? M. SCHAPI'fS. - je persiste. M. COHN. -Eh bitn, appartt~ ttz-vous au Comité National paur ta Justice dans I'Afla;re Rosenberg? M. $CHAPPES. - Je refuse de répondre pour les raisons que j'ai données. Slnaltur MUNDT. -Pensezvous donc que cc serait vous incriminer vous·mlme que dt vous ldtnlifl'cr alite ce Comiti? M, SCHAPPES. - j'ai donné mes raifOns. je peux ajouter que j'aa une opinioa: bien arr~ tl:e sur l'injustice dont sont victimes les Rosenberg en raison du \"erdict et du déroulement de leur proc6, qui ont été répro ... vés par d'éminents savants et d'autres personnalités. Sénateur !tfac CLELLAN. - ]t voudrais dtmandtr au lêmoin s'il consid~tt le commur4sme international tomme une conspiration. M. SCHAPPES. - Voilà une question embarrassan~. A mon avis, Je communisme n'est pas une eon&plrotion. Sénateur Mac Ct.Et.LAN. - Vous ne te cons;dértz pas comme unt conspiration ? ht SCHAPPES. - Non. je ne vois pu comment un mouvement qui embras.<e des centaines de millions d'hommes peut êrre une conspiration. L'idée de consp'ration implique une dili~ renee quanlilati>'t si importante que Je ne peux pas partager votre opinion. S~nattu.r Mat CLELLAN. - Il peut y avoir des conspirations dt plus dt deux personnes, n'est-// pas vrai ? M. SCHAPPES. - Mais 800 millions ou 1 mJiliard d'hor!lntes ne peuvent !)as conspirer. S~naJtur Mac Ct.Et.LAN. - VDu.t mt paraissez Iris bien injiJrml sur ces que<tlons. M. $CHAPPES. - je suis historien et écrivain de protession, rnons.leur ••• un mtmbrt du Parti Commt.tniste ? M. SCHAPPES. - A mon avis, ctla est possible, oui. Slnateur AfUNDT. - Voat ptn.stz qut <'tsl passiblt ? M. SCHAPPES. - Oui. je crois que notre Constitution prévoit les différences d'opinion. Slnattur MUNDT. - Pouvez- vous nommtr des communislts qui soitnl des Amlricains loyaux ? M. SCHAPPE$. - Pnrdon ? Sénateur !tfUNDT. - Pourriez- vous nommer de.s commu .. nistes qui soient des Américains loyaux ? Vos affirmations sont en conflit direct avec ft F.BJ. M. SCHAPPES. - je m'~n doute. Le F.B.I. est en conflit direct avec un grand nombre d'institutions de notre pays, y compris celles que prot~ge le pre.mjer amend~ent. Slnattur !tfUNDT. - Notre Commission tl un etrlain nombrt d' Arr.lrict~ins scmbltnl pensu que le tlmoignagt du F.BJ. vaut (>lUS que le v61rt sur ttlle quest1on. !tfals si vous pouvtz me nommer quelques communis-tes qui soient des Amlricains loyaux. j'aimerais que vous fe tassiez. M. SCHAPPES. - Eh bien, si vous consuJtet ln liste de ces communistes qui sont morts pour ln défense de notre pays et qui ont été, en con•équenoe, honorés par le Congrès et par d'autres institutions légales, législatives. exécutives, militaires, pour les services n:ndu.s au pays, alors, Je pense que vous pourriez découvrir dans ces lisles établies par le gouvernement lui-même, que les communistes ont été et, par conséquent, peuvent-eire des Américains aoyauL M. COliN. - !tlonsieur lt Président, /t t•oudrais dire qu'une organisation juive res-ponsable, le Congr~s juif Américain, nous 11 fourni unt lisle de livres traitant c.~octemtnt le mtmt SUjtt QIIC Ct/IX /!cri/s par M. Schnppes tl je demande que cette liste soit /nlrOdu/te commt pi~ct d conl'ic/ion, Après quot, noa& pcurrons ta trllntmtltr~ tlu Déf.!1rttmtnl d'Eloi tt ptul-ltre qu r/ pau rra tn examlntt quclqut$- uns tl voir s'ils ne seraient pas mtitteurs qut <tu.x ulüisls tn u moment. Stnaltur ltiUNDT. - Ct s~ rtr {tnt. Le but de toute mon oeuv~ de chercheur et d'historien est de servir fa v~rifi, de retTéfer les traditions démocratiques de no- :---------------' tre paya et de dEfendre les idéaux humains. Il n'y a là rien qui serve la propagande de la guerre frotde mais il y a, par conlre, beaucoup qui puisse alder les atJtres peuples à mieux comptendre le peuple américain et son glorieux héritage démoc ratique et, en particulier, l'attachement des Juifs améncains à cet héritage, Sont-ce des vérités que craint la Commission Mac CarthJ, comme elle semble craindre toute vérité ? La Commission pour la justice et la Poix de la Conférence Nationale des Rabbins américains a condomné, le 15 mars dernier, les mt!thoaes antidémocratiques dt vos invest'gations, comme les ont condamnées des centaines d'outres organisations américaines. Des m i Il i o n s d'Américain' aujourd'hui pensent que notre peuple ne peut tolérer pl~ longtemps le maccarthysme

uous devons nous

libérer du maccorthysme. En ce temps de Pâques, qui êvoque les combats l:bérateurs du passé, j'exprime à nouveau ma va .. tonlé comme citoyen, comme écrivain tt historien juif, de tra .. vailler à ltbérer notre peuple du maecarthysme. Sinatcur MUNDT. - Pensez- vou: qu'un homme ptui-ltre d la fois un améticaln loyflf tl la bombe atomique L A photo cl-dNIOUI .. t U· ,.... elu maonltlquo film Japonais

c Le.s enfante

d'Hlloshlma • ( t ). CM po\1\a ltres qui dansent teront quelques minutes plut \ard tu6t par la bombe atomique. Let enfante, feurs familles meurent c• Jou .... U n'en rot~t ,len.. Qu•'qu" bombes SUl" le globe. -., lmaglnu vou.s ... mêm.e.a-. Il faut quo c:ecsont oea exptr foncG.a do chant4ge • la tteut. Nous ne voulona pu de ft.OO• ni Hir-osh ima 1 fà ••• Et d'autre-a oncote, beau· .----------- - ooup d'a nnées plua. t•rd, do lA myetéNeuao ma1adlo atomique ... c La bombe », co cauchemar ne eess:e de h1nter 101 enfant.• d 'HII"'s him~ q ui on ont v6ou l'horreur. En 1960, fe Con.fell Mondial de ta Paix, pNaJd6 par fe grand physicien français P",.6d,.lo .Jollat.- ·Curlo, donnait l'alarme au monde. L'appel de Stockholm, demandant que solen\ lnl4l"dltte tes armes d'extermination ma. .;: . .. vo tut s.ran6 pat des eenteln11 do millions d'hommea et de f_,_ mes do toua lea p.ayt. Parmi eux, beaucoup de .Japonalt, qui ca .. valent. •• C'est gr~co à cotte campagne quo A& fut pas fanHo la bombe A e-n Corée, et auo put 6tro conet l'véo ta paix mondfate. En mars , moTs du pr-lnttmpl à Enlwetok, petite llo du Paoltf .. q ue, la bombe à hydrog6ne 6t•lt. c expérlm&nt.6o » pu te oouver· nem-ent des U.S.A. Au latgo, crof.saie nt dca cl\atutle,. nippons, avec à bord dM travail· feu_..., de ~ua .qui peinent dur pou,. gagner leur 'Ife. Il.$ étalent à 110 tma du flou de l'explosion. Toua turent gtf6 .. vemen\ brOih, et auJourd'hu• enootoe, on ne Npond pu de feurs Joura. Une immen.se Indignation tOU • leva le.s braves gens, d'ol) qu'lit soient. Margr6 cela, une ,.conde ex .. périeneo litait tent4e Jo 28 rM.rc. Là encore, Il y eut dea « N•ul· tats lt• Plusieu~ bateaux de p6 ... cheVI'$ no sont pa.a "'"t··· Dan• les porw J•pon•l•, la pol•· son est r.adloectlf, let.: fileta tont radloaeUfs et des nom• man .. quent à r•appet... Une aeuto bom..b& SUfO Pa.rtl1 1\lffJ,..It à d ... tl'ulre la ~w. deux foie mn .. ·-11) Cloé ma VendOme. Allemagne Occidentalt Chronique de la renazificalian Le cimetière juif de Francfort profané L• ~-- c~ Mf ck ,,.•cfoet •lent d'i+rc protoM pour Jo sec.oaM fob por da .,oupes noozb qui _... Jloktnt tH enêmes mf tflodos cau•oa clf..but du rtg iti"Ut hif'W.rien.. Un grorwl nombre ch P'-rr•.s t otabofet: ct 6e •~ nu•n~ntt ont ét6 d~huits ou ttnvortfl .. L'abattage rituel du bétail Le bov,..mostrc do F:ta"dort o J,... 10nlh l'<tbottogo '*'rel du béte~U .._ cau• le protfqu.c-~tt a.. Jvlh • ...._.. ctue.s. Il M- bose. pour Justifl., ~ "'"",., wr "" dkm pris ,_ .... 1.rftl. o hfttfritft. Comme au temps d'Hi Uer Dans rm~ des..~ tltf q.. "" thloltft ft i~Yr'd.d• cor.t d'épo.rvM peuv-ent ........ ter dons k-t ltu•"ux d• postlt, • AIMIIlOtM OccWentot., oa pMt rro • ... co th dv H.S.O.A.P. (Portt a.,.. tfol\01 MC-IollmJ) ou d'u:rte ft te'f ... ~rtllotioti.S •• Elle ava it fait gazer 3.000 femmes... Mortor.tke RoM, condamnU. 0 'd, tent1on à vt111 pour O'foir folt po'"' • fo c:hombro 0 goz troh mTI• ,.,. .. ft'llb d•s poys c Ul&, o Eté tlhW• • Mat• p111r f~ o-ut9tltH o~• .. liat C.Oft'IP 4• W•t1. Encore Naumann. •. W arovpe Novmcuut,. dOW ... ciJ~ Ota ah NI:is oniftlt éti onetét pot lu elltorftês brih.Micl"' • A.fteMo... ..,.~ •• début de 195.1-, f'M n e_.. 4-,.,-..,.~ ,o~r-dc-d-~ ~. .·. ..-.·.. Pourquoi la tension s'a~croît-elle au Moyen-Orient ? L• trend t<O<wortt AJbtrt tlnttttn vient d'ovofr 75 oftl. Cho•M d'Aikt-m~gne ,or Httler, " ttt owlutd'hvl, ou~t U. $,Â,, I'Yft d• CIVIl QWI ricbtent OV« 1e phtt d• c•uret• oa mocc:ottfrysm~. Il • folt plu1.l••rw dtclorotlons .,_.,.~ to•t les Am.frkohu 6 6if.tftd:,. les ,r1ncr,p.. Mtwecret ..,._, "'"nocft por .. Mftotfl&t 4• WIKcn'Àft. 1 L n'est, en vtrtté, pu de guerre c lnévltable », mals les conflitS abOndent, et rien D'est plus aisé, aujourd'hui, que de les transtorrnc.r en guerres. pour peu que des lnt~rets • supérieurs • l'c>d$ent, el qu'on s'lmapne capable de Uml(cr les dég~IS ... Vues sous oel anale, Ica dernière$ lntormatlon.s oonoernant lA! Moyen-<lrlent sont (WC>; nlarmantes. Saru doul<! raut-u !al· re la part d'une tm eompr~slve nenos!W : U reste que la ())mmtsston Polltlque 4e la Ligue Arabe s'est prono~ pour c des rneaures aùlllalrU déclsl.ves • contre IJ:rafJ : que M. Eden c!~ aux Co/DIIlunea l'Intention de l'Analeteml do so porter au secourt de la Jordanie s1 elle est entratnoe dans une guerre; que lea lncldcnls sanglants ae multiplient, et atteignent la !ronllète égypto.J&. raéllenne. Certes, la plainte d'Iaral!l contre la Jordanie est sownlse cette semaine au Consoll de S&curlté, mals l'ImpreSSion demeur e d 'une étmnge p~sslviW dea puissances • ooeldento.Jes • 11<>vant une ertse aux cona6Q.uenoes lm~slbles, mola redoutablea. TOul se p:use, ju51<!ment, COtn· me si l'on ..oul&ll aoc~ter l'tdoe que ~ conllll eat tneluc- ~ble; comme s:l l'on 11 *· gnalt sans trop de peine 6 l'échec de cet!<! pouttque de eoncUiation ctul, non s3nS heurts, se poursuivait tant bten que mal <Jepuls J'armistice lntervonu en Palestine. D eat cependant évident quo ni Isral!l n1 1ea paya Arl\bes n'ont à gagner quoi que co eolt 1 une reprise des hostlllto\a Oea éléments extnlnlstea seula y pourraient trounr, provtaol..,. ment, quelque avantage). On volt l<ès bien. por contre, ee que cenaiDeS PuiSS&"- c allantiques •· qui ont tenW eorut.amment d'utlllaer le MoJen-Omnt pour leur propre politique, pourraient retirer d'une cuerre s. nélo-arabe. ou, à tout le moLas, d'une memce de guerre. E NCORE laut-11, de prtlûef>. ce, 110uten1r la mOdorallon de M. Sharelt contre l'lmprudence de certains cxtr~ml• le$ qui bientôt, au parU Horut.h ou même daM lea partis gouvernementaux. ne POUrront plus être contenus. Encore ro.udrtUtu. au lieu d'encourager un an .. tlsérnttt&me latent chez les Arabes. au lieu de parler d'orc.o et déll> aux Jordaniens d'appui ml· litalre, en appeler au bOn sent et à la sagesse des peuPICI musulmans ... Tout J)01'te à crolle, en effel, qu'en Jordanie même, et a {orUorl en Egypte ou en Syrie, les éléments respons3bles pré!èrenl évttcr un conflit. qui. survenans A l'heure d'une taioJesse vlsSble des oays arabes, rtS<)uerau de ru1ncr pour longtemps un or~ <1re politique !ort précaire ... Chacun salt, au Moyen.O..tent, qu'Iara!l possêde un armement mOderne et redoutable. une armée asueme ouseeptible d'ètre rapidement port.êe à 1.20.000 hOIDineS. et la 1'1ctolre ne pourrail être -ue, du oo~ Arabe, qu'au priX d'efforla J)eU coml)'llblea avec les ......,..._ aetuelles, à J'alde d'aJUancea J)eU souhaitables. On a donc, juS<)u'lcl, éU d'IJ>. cldent en Incident en s'aceuaartl mutudlemenl, depuis le musacre dea 11 l!raéliens Il Beenhe. ba le 17 mars, le raid de repf'6. ... m... de Nahalln le 28 m&I'S, JUS4u'aux continuelles escsrmouollea d.'aujourd 'hui. Mala la tlèvre monte, et la situation ne aaurnlt demeurer plus long. tcmoa « mouvante ». Les u.s.A. cl la Grande-Bretagne enC0\11'11- gcront.-ila, pour des raisons dlverse&. mats pvfots coneordantes. cette teru!on swcepllble do dolchatoer le8 pires eatastrc>pb'! s ? One !oJ.s de plus. constatonsle, la politique atlanllque aemble Ici •erlller dt!llbértment la Ul.x • la r6allàtlon. trts hypolhéllque, de aes desseins strau.. gtquea et Cie ses plans Imperialistel. La néccaslté d'accélérer la oonslllutlon d'un bloo arabe PAR Georges· A lb• rt ASTRE ra.orable l l'Occident, la rtoallt6 anr._mtrlcatne tqUl ae msnlfefl& au 1UJe1 du Moyen· Orient et du Paklltan dans les couu- de la Conf- de BerUnl expliquent assez l'aar'&.,., IOD IOUdatne d.ea rapports jud-.abee pour qu•u devienne n-.tre de démasquer la manoeune 1 car U s'agit d'abord pour l' Anal.eterrc de favoriser la creation d'un bloc Irak.Jordanle, tout on 6t>bllasant la prepond~ rMCO <lo l'Irak. seul disciple vapaya ar>bcs du Moyen-Orient. labie do l'Occident parmi Ica Et la ohose cal d'autant plus urgent<! aprO.O J'aeeord turco-pak! Jtanals d'Inspiration américaine. on conrut Isnû!I.Jordante pourrait tvtdemment encoura- 8\lf la Jordanie, <!ont les Britanniques ae proelament si torl<! menl lea allies, • ae Uer t. l'Irak, lequel ne manquerait point d'opérer la !llSion 1> 110n profit. Phu gén6ralernent, Jea divers pays arabes, tort auatblls, mals ament1s à lntcrvcn1r ou nom du pacte de ~urlté lnteN>rabe, seraient ll8nt douto conduiiS 11> accepter oette roi.!, aoua peine de périr, oetl<! maln·mloe allantique devant laquelle Ua aonl encore terrtblcment réUocnts. U~l. de eon 001<!, a touJours ~1<! oppoeé, pour dea raisons fae! leo à coneeootr, 1> l'unlllcatlon de l'Irak et de la Jordanie : uprtsentants de Waslttntton Ill : U a'lli\t de aauver ce qUI peut tire pre.trvé de la roltaarltt! anglo-am4rlcalne, et d'autre part de ae conelller coOle que coote lea paya Arabes. E N tout ceci, la vtc dea peuples n'a bten entendu quo tatre. La presse tsraêllcnne a beau talre remarquer q,ur, depuis l9f9 Isnû!l a cllen:bé à obServer l'accord d'armtetlce avec Ja Jordanie; 1ea observateurs en terre d'Islam ont beau constater que nul esprit aerleux n•y IOùhalte actuellement un eonnlt : Je pi,re ri.sq ue de .., pro. duire à tr6 bre! délai si l'on n'y met bon ordre. Il est temps en"core <le conjurer Je pérU 12). Mal$ d'abOrd, Il raut dénoncer la r use. 111 On vient M t>Oir lo eolcnd amérîcafn présîdant une com.mi• oîon à'armlstice i~yptlenne, uoter avec z .. <1!/l/1'oonll'e le8 cU1ègvé$ imJtll.il!f\l. (21 .C.'intron.sigeanoe for<IIJnlfflne. auz d.erniêru novveu.a. M fait q~ a'aoc:roitre. l'lieure ne oeratt.dle PM •enuer---------------------- de ae de!aiJ:e en le P~lt.ant dans un oonfiU, de lOti Jl\IIII:IUrt antaao~ ? Alnll pourraient prendre fin, dana une suure qui les dresserait les uns eonm. le8 autres. les Maltattona tOcheuses des Arabes devnnl c l'OcCIdent •· l'opposition dan8<'reuae d .. Uroéllens Il> la pollllque du CroisSant Fertile... La taeii(IUO n•est point neuve : mala tllc pourrau, au c!emcuranL S'l r~ ' éler efttcace. ct. tedUtrt un 10ur à merci tant de notions peu doolles. Bon gr6 mal lfl'é, los I':to.I$Unls ile trouvent. semblo>-1-11. conduits à a~ndonn<r molDentantment Un8. qui proteste d'atlleun con"" la carence des AGENCE TRANSTOURS 49, Avenue de l'Opéra OPE. 61-15 TOus bWct.s AIR - FER - MER • Croi81ére au C..tP NORD du MIS BATORY TransatlAntique de lt\ Pollsh ocean LIDO$ tJu JS Gu 31 juiUet 1954 (d4part du H<~vre) l'RIX A PAR TIR DE 80.000 l'ra • Circuit. Tourt•tiquc• : s j. en Rolland.e 11.800 Ira - 11 j, en Italie 39.600 fra - Etc .. • ProflN1'11'M complet <le uovagtO orpan!W - tt croWtr., ..., llmpt.e demand<! - </div>

Notes

<references />